(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Mission Pavie, Indo-Chine, 1879-1895"

Google 



This is a digital copy of a book that was preserved for generations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 

to make the world's books discoverable online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 

to copyright or whose legal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 

are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other maiginalia present in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journey from the 

publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing tliis resource, we liave taken steps to 
prevent abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automated querying. 
We also ask that you: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use these files for 
personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain fivm automated querying Do not send automated queries of any sort to Google's system: If you are conducting research on machine 
translation, optical character recognition or other areas where access to a large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for these purposes and may be able to help. 

+ Maintain attributionTht GoogXt "watermark" you see on each file is essential for in forming people about this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it legal Whatever your use, remember that you are responsible for ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can't offer guidance on whether any specific use of 
any specific book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liabili^ can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full text of this book on the web 

at |http: //books .google .com/I 



THE 

NEW YORK PUBLIC LIBRARY 

PRESENTED BY 

..Dr..Art}iux.Purdy.. Stout 
20 Feb. 1914 




v^ 



\ 



MISSION PAVIE 



INDO-GHINE 



1879-1895 



GEOGRAPHIE ET VOYAGES 



VOYAGES DANS LE HAUT LAOS 

ET 

SUR LES FRONTIERES DE CHINE ET DE BIRMANIE 



^^ 



• ••••• : • • . 



• •• • • • • 

••• •••••# 

• ••• ••- • • •••••«• 

• ••.••• • •• • • 

• •, •••• ••• 

.• .• • • • ••• • • 

• J* • •• 




CHARTRES. — IMPRIMF.RIK Dl'RAND, RIE FULBERT. 



• • •• 

• *. :. • .*. • 

• • • r •• • 

• • • - •• • 

• ••••• ••• 

•_••«•• • • -•• •••• 

•.:..-.. •. •. 

:•• .. •• •;•/.• 

• •• •••• .,• • 

• • ••• .• • ••. . 

•••• . •;••••••.•.•• 

•• • - • 









•• • 



• • • • 1 

• *• • • • / • 

• ••^ • • • 



• "• 



• •• 



• •• '••••• 

•••• ••« • • •*•••-• 

.* • .•• • • •• .• • •• 

• . •••• • * • • • • 

• .••» ••• • • • • 

• " • •• 

• • • 



MISSION PAVIE 

INDO-CHINE 



^879-^895 



GEOGRAPHIE ET VOYAGES 



VOYAGES DANS LE HAUT LAOS 

ET SUR LES FRONTIERES DE CHINE ET DE BIRMANIE 

PAR 

PIERRE LEFEVRE-PONTALIS 

INTRODUCTION PAR AUGUSTE PAVIE. 



AVEC HUIT CARTES, CENT TRENTE-SEPT ILLUSTRATIONS ET UN PORTRAIT DE L'AUTEUR 



OUVRAGE PUBLlfi SOUS LES AUSPICES DU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES, DU MINIST^RE DBS COLONIES 

ET DU MINISTERE DE l'INSTRUCTION PUBLIQUE ET DES BEAUX-ARTS 



PARIS 

ERNEST LEROUX, EDITEUR 

28, RUE BONAPARTE • 

1902 

■''- 1> o 



ONT ETE SIJCCESSIVEMENT ATTACHES A LA MISSION : 



MM. 

*BioT, surveillant des lelegraphes, 

1882-1883. 
*Launey, commis principal des te- 

legraphes, 1884. 
* CoMBALuziER , commis principal 
des telegraphes, 1884. 
Ngin, secretaire cambodgien, 1885 

a 1895. 
Gauthier, 1887-1888*. 
CuPET, capitaine au 3* zouaves, 
1887 k 1892'. 
*NicoLON, capitaine a la legion 

arangfere, 1887 a 1889. 
*Massie, pharmacien-major, 1882a 
1892. 
Pennequin, lieutenant-colonel d'in- 
fanterie de marine, adjoint au 
chefde la Mission, 1889-1890'. 
Messier de Saint-James, capitaine 
d*infanterie de marine, 1888\ 



MM. 

Vacle, 1888 a 189 P. 
*Garanger, 1888, 1889 et 1894. 
*Lerede, capitaine d'armement des 

messageries fluviales du Tonkin, 

1888. 
* Nicole, publiciste, 1888. 
Lefevre-Pontalis, attache d*am- 

bassade , 1889 a 1891; secre- 

taire d'ambassade, commissaire 

adjoint au chef de la Mission, 

1894-1895. 
LuGAN, commis de residence au 

Tonkin, 1889 a 1895'. 
*DuGAST, lieutenant d'infanterie de 

marine, 1889 a 1891. 
Macey, 1889 a 1891 et 1895\ 
Couis'iLLON, professeur, 1889 a 

1892. 
MoLLEUR, commis de comptabilite, 

1889 a 1890". 



* Les noms des niembres de la Mission decedes sonl precedes d'un aslerisque. 

1. Consul de France. 

2. Chef de bataillon au 56* de ligne. 

3. General de brigade d'infanlerie coloniale. Gouverneur general par interim de 
Madagascar. 

4. Chef de bataillon d'infanteric coloniale. 

5. Administrateur en Indo-Chine. 

6. Vice-Consul de France. 

7. Administrateur en Indo-Chine. 

8. Administrateur au Senegal. 



MISSION PAVIE 



MM. 

Le Dantec, docteur es sciences, 

1889 a 1890'. 
De Malglaive, capiiaine d'infan- 

terie de marine, 1889 k 1892*. 
* RiviliuE, capiiaine au 22* d'artille- 

rie, 1889 a 1891, 189i el 1895. 
GoGMARD, capiiaine a la legion 

etrang^re, 1889 h 1891'. 
Friquegnon, capiiaine d'infanterie 

de marine, 1 890 a 1 892 el 1 895^ 
DoNNAT, capiiaine d'infanlerie de 

marine, 1890'. 
De Coulgeans, commis principal 

des t^legraplics, 1890 a 1895*. 
*GuissEz, lieulenanl dc vaisseau, 

1890-1892. 
TosTiviNT, garde principal de mi- 
lice, 1890 a 1892. 
Le Myre de ViLERS, lieulenanl de 

cuirassiers, 1893. 



MM. 

Caillat, chancelier de residence, 
secretaire parliculier du chef de 
la Mission, 1894 1895\ 

OuM, lieulenanl a la legion elran- 
gfere, 1894-1895. 

TouRNiER, chef de balaillon a la 
legion elrangere, 1894-1895". 

Seauve, capiiaine d artillerie de ma- 
rine, 1894-1895. 

Thomassin, lieulenanl a la legion 
elrangere, 1894-1895'. 
*Mailluchet, capiiaine d'infanlerie 
de marine, 1894-1895. 

Sainson, inlerprele, 1894-1895*". 

Sandre, capiiaine d'arlillerie de 
marine, 1894-1895'*. 

LEpfevRE, medecin de 2* classe des 
colonies, 1894-1895". 

Jacob, lieulenanl d'infanlerie de 
marine, 1895'*. 



1. Cliarpe du cours d'Einbryologio j;enorale a la Sorbonnc. 

2. Ciief de balaillon au 1)4" dc lignc. 

3. Chef dc balaillon h la legion elrangere. 

4. Chef de balaillon d*infanlerie colonialc. 

5. Chef de balaillon d'infanlerie colonialc. 

6. Consul dc France. 

7. Adininislraleur en Indo-Chinc. 

8. Resident supt'ricur en Indo-Chinc. 

9. Capiiaine a la legion elrangere. 

10. Vice-Consul de France. 

1 1 . Adniinislraleur en Indo-Chinc. 

12. Medecin de 1^*^ classe des colonics. 

13. Capiiaine au 32* d'infanlerie. 



ERRATA 



P. 


i8. 


16* lignc, 


au lieu de : 


M. Pang, 


lire : 


rencontres, el qui 


p. 


32, 


24* ligne. 


— 


M. nine, ■ 




M. Iling 


p. 


74. 


a® ligne. 




1889, 




1890 


p. 


io4, 


ai« ligne, 




Xieng-Rliong, 




Xieng-Kheng 


p. 


lao, 


dans le litre. 




Sop Ngiin, 




Sop Ngnim 


p. 


i3i. 


a3* ligne. 




, je pus. 




. Je pus 


p. 


1 38, 


14" lignc. 


— 


Laniel, 


— 


Lemet 


p. 


172, 


S^ ligne. 




se met, 




se mil 


p. 


193, 


9' l»gne. 




deux ans. 


— 


trois ans 


p. 


195. 


37* ligne. 




de Deo, 




des Deo 


p. 


a3i, 


a a* ligne. 




eau de riz. 




eau-de-vie 


p. 


a3a, 


1 5* lignc. 


— 


baissanl. 




b^cbant 


p. 


24 1, 


dans Ic litre, 


— 


Khas Khouen, 




Rbas Kouen 


p. 


343. 


a a* ligne. 




M. luong par Kha 


► ~"~ 


M. luong pou Klia 


p. 


243. 


a8* ligne. 




qu*il est, 




qu'il fut 


p. 


25a, 


19' I'g'^e, 




Kas Kouen, 


— 


Kbas Kouen 


p. 


261, 


9' l»gne. 




s'y coudoyaient. 


— 


y coudoyaient 


p. 


264. 


i'* ligne. 




par del^ du. 




par del a le 


p. 


285, 


dans le litre, 


— 


Xieng-Kong, 




Xieng-Kbong 


p. 


288. 


3*^ ligne, 




la Gambodgien, 




le Gambodgien 


p. 


298, 


a a® ligne, 




au Sene, 




S^ne 


p. 


399* 


3 1* ligne. 


-• 


rhospitalile. 




rhostilite 


p. 


3oo, 


a 5® ligne. 




leur village. 




leurs villages 


p. 


3o2, 


aG*' ligne. 


— 


Kiay, 




Sine 



INTRODUCTION 



Le mallre Saint-Saens, promcltant de revcnir, venail de quillcr le 
petit salon dc riiotel de Saxe oii il avait attentivement ecoute les jeunes 
Cambodgiens s'unlr sur les instruments klimers pour qu*il appreciat cc 
que leur musique a, pour eux, de delicat et de seduisant: berceuses, 
melodies et accompagncment de scenes theatrales. Sensible a Timpres- 
sion que leurs accords leur causait a eux-memes, il avait ele touchy de 
lire dans leurs regards combien ils souhailaient de la lui faire partager. 
Captive par leurs languissantes melopees, il avait acceptc qu'un jeune 
musicien, Gombaluzier, fr^re du compagnon de mission que la mort 
venait de m'enlever, lui notiit ces airs qu'il songeait a mettre en lumi^re 
dans quelque composition originale, ou, je Tesperais, les populations de 
notre empire d'Asie seraient rendues plus sympathiques encore par le 
chant, poetise par lui, de Tune de ces ballades, de ces legendes, ou de 
ces epopees, qui les emeuvent sans cessc. 

Revenu de le reconduire, je me demandais deja quel theme serait 
digne d'etre le sujet du chef-d'oeuvre auquelje rfivais de le voir donner 
le jour. Les treize jeunes gens m'avaient attendu anxieux de connaltrc si 
les compliments du maltre etaient vraiment Texpression de son coeur, 
ou les eloges polis de Thomme d'education rafiinee, et quand je leur eus 
dit sa pensee et mon espoir, leur joie eclata bruyamment. 

Je connaissais plusieurs pieces cambodgiennes dont le developpement 
V. a 



XII MISSION PAVIE 



drama llque rcgulier dlait susceptible dc se proler aux exigences de noire 
scene de theatre. J'avais traduit « Vorvong et Saurivong », « Hdackkol », 
« Les douze jeunes fiUes », et « Ncang-Kakey » : je le leur rappelai en leur 
demandant s'ils ne savaient pas quelque autre Icgende propre a seduire 
davantage Tillustre compositeur, el a conlribuer par le charmc du rdcit 
au succ^s pres du public. 

Je les entends encore me r<5pondre que suremcnt rien n'est mieux 
dans ce qu'ils savent, mais que pour me plaire, ils vonl se consultcr 
puis me dire riiistoire la plus curieuse quils trouveront, a joindre a ccUes 
dans lesquelles le clioix pourrail se faire, el comme je m'asseyais, la 
discussion commen^a. 



Elaiont la, parmi les autres, rieurs enire tons, el empresses i^ citer 
les tilrcs de manuscrils lus dans les bonzeries, ou de conies enlendus aux 
veillees dans les cases, klielt, Douitli, Cliann el Takiale, aujourdhui 
di spar us tons les qua Ire. 

Kliett, desespdre de se voir empeclie, par ime maladie grave de suivre 
ses camarades avec moi au Laos, s*est, sur le vapeur qui, du Tonkin, le 
ramenait au pays, frappe au c(rur, et precipile dans les eaux du grand 
fleuve du Cambodge. 

Douilh elTakiftle, emportes par la fievre sonl morts. Tun aux fron- 
tieres de la Birmanie, Tautre a celles de la Chine. 

Chann, le corps troud de balles siamoises a succombd aux suites de 
ses blessures. 



Les gros instruments de musique, laisses ^a et li, encombraient 
Tappartement, quelques cordos vibraient encore sous les ongles de cuivre, 
Khctt parlait en agilant le morceau de bambou, achele rue de la Paix, 
dont il avail fait une fliite excellente, Douith, le plus jeune, tentait 
d'obtenirlc silence avec le timbre qui lui servait a marquer la cadence 
dans le petit orcheslre dont Takiale etait chef. 



INTRODUCTION XIII 



O ce petit hotel de la vieille rue Jacob, oil Ballay et de Brazza se 
trouvaient dans le meme temps que nous, que de souvenirs il evoque en 
moi ! J'y etais desccndu avec ma petite troupe sur Tavis du D' Maurel, 
un ami d'Indo-Chine. II fut ainsi le premier domicile de Tecole cam- 
bodgienne, et nous y resumes les visites de tons les bons amis des Khmers 
qui prenaient interet au debut de sa marche ; Le Myre de Vilers, Har- 
mand, de Lanessan, Pierre... 



Tandis que se discutait sous mcs yeux le merite et Tinteret de divers 
contes, le nom de Tun d'eux, « Mea Yeung », qui reunissait en partie 
les suffrages, attira mon attention. Je me souvins d'en posseder le 
manuscrit orne de dessins, copic deux ans auparavant a Teucthio, au 
Nord de Battambang. Je mis de suite tout le monde d 'accord en deman- 
dant rhistoire de Mea Yeung. 

On entoura Takiate, repute dans le groupe, pour son genre seduisant 
de Ian gage. II voulut le cahier original, disant : <( Je vous montrcrai les 
gravurcs a mesure qu*il le faudra, et je m'aiderai du textc si je m'em- 
brouillc ; » il allait commencer, lorsque quelqu*un entra. 

G'etait un grand gar^on de vingt ans, fort, la moustache naissante. 
II semblait au comble de la joie de nous voir reunis et se presenta sou- 
riant, en me disant qui il etait. J'appris ainsi qu'il s'appelait Pierre 
Lelevre-Ponlalis, qu'il suivait depuis quelque temps les cours de TEcole 
des langucs orientales, et que tres passionne pour lout ce qui concernait 
rindo-Chine, il avail le desir de faire la connaissance de mes jeunes 
Cambodgiens. 

Et comme je Taccueillais charme : 

« Je ne voudrais pas interrompre voire occupation », il regardait les 
instruments, ctranges pourlui, <( je serais, au contraire, tresreconnaissant 
qu'il me fut permis de la suivre.^ » 

(( Eh bien, asseyez-vous, nous venous de faire entendre la musique 
khmere a M. Saint-Saens, il nous reviendra une autre fois — venez-nous 



XIV MISSION PAVIE 

aussi cejoor-la — mainlcnaiil nous clicrolions unc piece camlMHlgiciinc 
pouvant i^lre preseiilee au iiiuitn^ roiiiiiif! sujct d iin poeine iiiiisicul. J'en 
sais dt'jk plusioiir», Tukiiitc, pour plus dc clioix, va nous narrcr I'liistoire 
de Mi.'a Young. » 

Lcsjeunos gens s'ciiiprL'sst'iriil dc lui serror les mains en lui disant 
leurs noms, puis le contcur parla. 

I'cndanl qu'il disait — (^uaiitrcfois, dans nil pavs lulnlain il v avail un 
roi numme Promlot (fig. i), illuslie eiilre Ions, que son t'lKJUse profi-rec 



Fig.. 



clait dune incomparaitle lieaule, el qu rlleelall assislec parde ratissanles 
ji'uneii filleH, que laiincc elail initoinhi'alilc, que les cliefs, Ics pi'etres, 
les aslrologues, el les devins, elaiciil du plus grand nieritc, que grace a 
la puissance du souvcrain la paix regnait parloul, ct que Ic peuple elail 
hcurcux — j'obscrvais le jcune visilcur : 

AUcnlifau recil, dans unc alliludc discrelc el d'cvlreinc salisfaction, 
il mc plaisail inliniment. J'eus, la peiisee qu'il songeail peul-elre a allor 
aussi on Indo-Cliinc, ol Ic senliineiil qu'il oonvieiidrail bien dans un mle 
presdemoi, puis I'obsedanl dcsir dc loul de suilc savoir son idee: Je 
mo penchai pour lui dire doucemenl : 



INTRODUCTION XV 

« Puigque les clioses ct les gens dc notre grande colonie voug inte- 
ressent aulanl, pourquoi ne viendiicz-vous pas, uti jour, avec nous les 
4tudier sur place ? » 

II rcpondit, sericux : 

« C'cst vrainiciit iiion idee, jc me prepare a entrer aux AITaires 
^trangei'cs, el j'ai a subii' c\aincns ct coiicourg ; tout cela termini, 
je serais licureux que voug demandiez qu'oii nie pla^ut parmi ies 
v6trc8? B 



Fig. ... 

Takiate contiiiuait : — Soug le regne de ce bon prince, il y eut un 
homme qui fut comlilc dc ses blenfaits. — 

lieinarquanl que noug causions, il craignil d'avoir commence trop 
t6t el s'arrela iulciTogateur : 

Serranl, en maiii^re d'acrjuiesceinenl, la main au fulur compagnon 
qui s'engageait ainsi, je drs : 

« Reprcnez Ic rccit, nous nc vous Iroublerons plus. » 

C'elail un puvre misereux, sa femme jolie, mais avidc et sans soins, 
n'avait pas reslime de ses voisins (fig. ii). 

Un jour ils allereiil a la peche. Dans leor panier tout trou^, le pois- 
son ne se preuait pas. 



XM MISSI(I> I'AVIE 

Lc mattrc d'un navirc prcs du(|ucl lis (.'(aioiil, \cs regiirdait, sa femme 
lui dil: a Ces pauvrcs gens pcrdonl lour temps avcc lour ciigin defoncu! » 

II rqwiidil l>ru!>({UciiR-iit : « Vu » la place do lu roinine, cl Jc la preii- 
tlrai pour epousc. » 

« Ell lilcn, Ri lu lie cralns piis i\v te deshoiiorer, si je ite to coiiviciis 
[Kis, je le quillcrai ol irai la rcinpkcer ! » 

Aussitut lc naulonnier fuit signe au pt-clicur : « Vcncz, nous causc- 
rons ? » 



Lc pauvrc lioinme approclioorariilivciiieiil incc su fcninie. 

« V»mlc/-vous que iious cliiin^lons (I'ljioiiso, jc voiis doniicla iiiicnnc 
cl jc prcnds la voire ? » 

Lc pcclicur intcrdil lie rcpoiid d'alM)rd pas, puis prcNsc par lc niailrc 
du balcnii : « Jc nc puis m'opiioscr k voire volonle je ne suis <ju'un 
pauvrc gucux ! » 

Le marin sc rejouil, il s'adrcsse h la fcmnic au paiiier dcfonce : « Eh, 
ma cliere, qu'en peiise/-vous? » 

Cclle-ci envic sa richcssc. ellc rcpoiid : « A la forluiic du sort ! » 

En rcnlcnduiit, IVpousc du inariii descend du iiavire, ii'cmporlanl 
que le vfitcmcnt qui la couvrc (fig. in). 



l\'TRODUCriO\ 



Elle s'approclie du pecheur, prend Ic panier, le ncttoie avec soiii, 
diHant : « Avez-vous Jes pareitts, des allies, des amis? Avez-voiis des 
ciifants, des neveux, dites-le-moi? » 

Je n'ai personne, je nc suis qu'un mallicureux sans famitlc! » 

Emue de pili^, ellc se joint & lui pour Talder, sans se soucicr de sa 
pauvrele . 

Bienlot dans la maisoti du 
demandenl oii il a bicn pu trouv 



X lout cliange, el ses voisins sc 
unc pareille epouse. 



Celle-cl lui indique Ics hois de la for3t que les maitrcs dc navires lui 
paieront le plusclier ; il en fait provision, les vend et arrive peu a peu a 
I'aisance (fig. iv). 

Puis, commc il esl excellent coureur, elle I'amene a obtenir d'enticr 
dans le service royal. 

En ce temps, le prince decida une grandc chasse. 

Notre liomme prcvienl sa femine el lui domande des provisions pour 
suivrc Ic souvcrain. 

Elle s'ing6nie a lui preparer unc nourriture excellcnlo, el lui till : « Le 
roi s'ecartera peul-etre de sa cour, attaclie/-vous constammeiil a ses pas, » 



XVIII MrSSION PAVIE 

Parvenu a la for^t d'Emlwiwan, Ic roi cnlrainc par son ardcur i>our- 
suillcglbier sans sc soucicrdc ccux qui Taccompagncnt (fig. v). Lorsque 
la grande chalcur du jour arrive, ii s'arri^le sous un figoier, descend de 
clieval et attend qu'on vicnne le servir. Mais un scul liommc I'a suivi, II 
le voit timidemcnt arrSte a distance rcspcctucusc ; il Ic nommc M6a Ycung 
(noire oncle), linvilc a s'approclier el lui dit : 

« Le jour a'avancc, mes servileurs sonl disperst^s, jc ne saia s'ils me 
retrouveront, et ccpendanl, je meurs dc faim ct de soif I » 



Mda Yeung sc prosterne : 

« J'ai bien du riz, mais quel riz ! le roi ne pourra y goi'iter I » 

— « Bon ou mauvais, sers-lc-moi? » 

— « J'ai bicn aussi de I'cau, mais jc n'ose roffrir ? » 

— « Donne vite? » 

M^a Yeung s'cmprcssedc presenter le riz, les aliments, et I'cau (fig. vi), 
Lc tout ^tait aussi delicat que les mels des cuisines royalcs I 
Le roi s'cxclame : « Oh tout ceci csl succulent, ton epousc est vrai- 
ment habile, on trouvcrail-on quelque chose de meilleur? » 



INTRODUCTION Xl\ 

11 boil (Ic I'eau, clle dtait parfumee el delicieuse. 

« Ta femmc m^nlc des louangcs car clle prepare de bonnes choses 
^ son mari I Jc prcndrais, mainlcnant, Yoloiilicrs de I'arec ct du 
b^lel? » 

M^a Yeunglcs lui sert. Uien ne manque, cardumomc, cire pour les 
levres, elc. 

Le roi dil encore: « Jc tc sais vraiment gr6, do relour au palais, jc 
t'clfjverai aux honncura 1 » El il s'endorl sous le figuier. 



Or cet arbre ctait la relraile prefisrec du plus rcdoulable g6nie de la 
fonH. 

Itlcsse do ce que Ic prince lui manque ainsi dcgards, cclui-ci assem- 
ble lea genies voisins : il Icur dit ; m Kcrasons, on brisant sur lui Ics 
brandies do mon figuier, ce roi profane qui sana m avoir aalue ou piic, 
s'installe ainsi sous son ombrage ! S'il ochappe nous ^bronlcrons son 
palais el rensovelirons sous Ics d«5combres ! Si un genie plus puissant le 
protege de nouveau, sous la forme d'un naga terrible, je m'introduirai 
la nuil pros de sa coucbc el le ferai perir 1 » 



XX MISS10^ PAVIE 

Tous les gciiles approuvent, iU se iiielleiit h t'<riivrp, et dejk les 
branches eiiorincs craquenl (fig. vii). 

Mais Mea ^cu^g a cntendu ; Ic rui rovoillv par lui. saute sur aon 
coursicr, rcntre on liatc au palais, provicnl la rciiic, la cour et tous. 

II sort II peine de I'cnceiiite pour fuir, que tes murailles sV'croulcnl ! 
Alors il dit a sou sauveur de 1c rcjoindrc dos Ic soir |>oui' vcillor sur lui, 
etva habiter unc autre de scs domeures (tig. vni). 

Mea Yeung court a sa inaisori, rucoiite h sa feuinic, la chasse. 



FiK- - 



risolement du roi, Ic rcpas troiive ctrelloiit. et les clogcs pour ellc, la 
colcre (lu genie et la culaslroplie. Puis il mango rapidcriiont, s'arme d'un 
sabi-e, va au palnis, ol, au pied dc la oouclic oii Ic roi repose a cole de b 
reiiie, II so lieiit imiiioblte, attcnlir. 

Tous les chefs et gardes sonl dcbnul pour assurer la seeurilii de leur 
prince. Mais voici qu'au milieu de la nuit, accables par les fatigues du 
jour,* ils s'eiidormcnt profondeincnt- 

Alors un serpent foniilda]>lc apparait, II se ilrcsse, il s'avance, 
effrayant (fig. ix). 



INTRODUCTION 



Fig,. 



Mea Ycung, s'elance, d'un violont coup de sabre il lui abat la idte, 
puis il tranche son corps en morceaux, et Ic poussc sous le lil. 

Lc sang a rejailli dc tous cuUSs jusque sur la poilrine ct la gorge de 
larcine endormie. 



\\n MISSION I'AVIE 

Mea Ycung se (lit: « Le reptile est inort, inais le corps de la reine 
est sali Je son saii;; ! (|uc faii-e ? L'fssujcr ave«- la main, serait inconve- 
iiaiit, il n'y u que iiies IrvrcN qui piiisseiit rapproclior! » 

II se peiielic. De sa laiigiu* il enlove les souillurcs (liff. x). 

Lii rciric s'evcillo. jelle uri f^nirid cii il'etFroi : « Mea Yeiiiif' attenic a 
ma personne, j'ai seiili sur ma gorge le cuiitaci de ses Irvn-s ! » 

Lc rot sursaiitc, il Iioiidit do furcur. It ordoiine atix soldats, aux 
bourreaux de saisir Mea \euiig, ct dc raller sur-lc-cliaiiip inettrc a mort. 



All miliou cle la noil Ics l)ourreaux conduiseiit Iciir prisomiirr vers la 
porte dii Slid et deniiiiuleiit qu'oii onvre (fig. \i). 

Lc gardien Botoniic. line execution la nuil est conliaife aux usages 
et aux lois anciennes. 

« Le roi a ordonne, que fairc, sinon obeir ? » 

— « Ecoulcz ceci : 

« Une fcnunc avait un enfant, elie elcvait aussi une betette a laquelle 
elle elait foil altachee. L'n jour, se ren<laiit an niarelie. eilc depose i'en- 
fant dans son lianiac k la garde dc la bclelte. Survient un allrcux serpent 



INTRODUCTION 



qui lenle de morttrc t'eiifanl. La lielettc se jclle sur lui ct le tue. La mere 
arrive, elle volt la Ijeleltc couvcrlc tie sang, cUc croil qu'ellc a 6gorg^ 
soil enfant, die rassoiiiinc. Atlaiit eiisuile vcr» le liainac elle trouve 



XXIV MISSION PWIE 

renfartt sain et saul, et Ic scrpcnl morl a cote cic lui. Elle coinprend Irop 
tard sa faiite el se dosole en vain (fig. \ii). » 

<< Pour moi, » ajoulc Ic gardicn : « je iie puis nianquer a la loi, 
je n'ouvre pas, allcz a nne autre porte ! » 

Les bourrcaux vonl a la portc Est. 

Le gardicn refuse aussi d'ouvrir «t raconle : 

« Un liommc riche nourrissait des ehicns tres lideles. Uric nuil, des 
voleurs enl&vcnl scs Iresors. Les ciiiens les poursuivenl jusquc dans leur 



repaire et lost'trangleiil (lig. \riiV i'f iiinlin 1p rnalliv trouve ses richesscs 
pillecs. « Comment, s'ecrie-l-il, je nourris des cliieiis et its me laisscnt 
volcr 1 Cju'on les tuc sur-lc-champ ! » llicntot ics cadavres des voleurs en- 
Ircnt en putrefaction. Lc maltre croit epic I odeur vient des cliiens. On lui 
rdpond qu'ils onl ct^ eiifouis an loin dans l;i fon't. Alois il fait cliercher, 
et Ion deeouvre la caverne oii Ics voleurs morts, out, a cole deux, les 
trcsoi-s intacts. I/liomme riclie gcmit et sc dcsole, « mulliciircux j'ai a 
tori fait pdrir les meillcures des betes. » 



INTRODUCTION XXV 

« Nou3 honorons le roi Prom tot ; mois il se peut qu'il se repente 
cotnme ce mattre. La loi est pour nous, nous n'ouvrirons pas ! » 

A U porte Oucst le gnrdicu n'ouvrc pas davanlage. II dil : 

« Prfitez-moi voire attention : » 

« Jadis un roi dlevait un perroquet ; un jour Toiseau s'cnvole vers 
les foreta d'Embopean, il en revlent embelli de couleurs merveiUeuses. 
Le roi saisi d'adiniralion lui demandc d'oii il a cette parurc ravissante : 
« J'al mange dos marigues qui, si vioilli que Ton soit, rendenl la jeu- 
nesse I » 



« Oil cher pcrroqoel, va me cueilllr un de ces fruits ? » 
« Le perroquet prend son essor ct rapportc une tnanguc, 
<( Si je mange ce fruit, je serai le seul a en profiter, » se dit le roi, et 

il le met on lerrc afin d'obtenir un arhre et que tous pulssent rajeunir, 
« Les fleurs et les fruits apparais>ient enfin. Le roi en fait goitter a 

ses gens, ils mcurent empoisonnes ! 

« MistSmble perroquet I » s'eerie-t-il, « i! allait causer ma mort ! » el 

prig decolere, il le tuc (fig. xiv) I 



XXVI MISSION' I'Wie 

« Dans la suite pcrsonnc n'oKC plus toucher aux fruits de cet arbre 
pernicieux, 

« Longlcmps apris, deux miscreux, le mari el la fcmmc, gardJens des 
Elephants royaux, sc dirent : nous soiiiinoR hicn \ieux ct nous souflrons 
sans capoir dc soiilagemenl. Mangcous des mangucs veneiicuscs, ct la 
mort nous d(51ivrera (fig. xv) I » 

« Lc mari mange un fruit. 6 sliipeur, il rclrouvo toulc la force el 
la Leaule dc la jeunessc I La feinme y goikle. la revoici unc jeune fdlc 



eblouissantc ! Etlc s'exlasie : « Ali ! jusqu'ici, pauvre vicille j'avais la 
peau racornic comme les cai'mnuK |ii'i'diis dans les marccagcs ! Vous 
n*aviez plus (pie quclques c!ie\eux blanos ut voire dos courlie faisait 
pilie! Nous r('trou\ons la vcrdeiir dcsjeiines aiis ! I'l fortune (fig. xvi)! » 

« Le roi aper^oil it con pie dc belle prcslnnce ipii garde ses elephants. 
II s'infornur ; 

« Eux raeontent leur lilstoire. « ('e sont les maugues cjui ont fait le 
miracle 1 » 

<( Surpris, il eiivoie chcrchcr des fruits, it cii mange lui-mi^uie, en 
donnc aux sieus, et tous rctleurisscut soudain de jeunessc ! 



IMRODUCTION XXVII 

« On examine alors TarLire cl on d^couvrc qu'un naga avail eu son 
anlrc a son pied ! Le venin du reptile empoisonnail I'arbre et ses fruils ! 
Le naga disparu, les fruits avaient retrouv^ leur vertu. 

« Combicn le roi rcgrclla alors la morl du pauvre perroquot ! » 

Le gardien de la porte nord dit aux bourreaux, « ce que vous 
demandez est le renversemenl de la loi ! Atlendez le jour! » 

Pendant ce temps Ic roi Promtot, marchait agile, dans le palais. 
sc disant : « Ce M»!a Yen ng qui m'a rendu si grand service! » puis 



tout Ji coup : « Oil que je rcgrette cct ordre procipiti', s'il pouvail elre 
lernpsl » II appelle : « Courez vile aux qnatre portes, peiit-etre Mea 
Yeung vil-il encore, ramenez-inoi Mea leungi* » 

Hienlut il le voil arrivcr. Soulage, il cnnlient sa satisfaction. 11 se 
plaint : « Mea Yeung, tu m'avais ele si utile dans la forot, cotnmcnl 
as-tu pu changer ainsi, alors que jc mettais ma eonfiance en loi ? » 

« O roi pendant que je veillais pres de vous, le naga dont vous 
eticz menace vint pour vous fairc perir. Je ladaltis de mon sabre. Son 
sang rejailtit surla reine, je n'aurais jamais vonlu toucher de la main 



XXVHI M1SSI0^ PWIE 

I'^pouse de mon matire, do ma languc, j'cssujai Ic sang ! Jc n'ai pas 
ose r^pondre au rui ordoiinantdo inc (rancher la tt^tc I Mes int.'rilc» ont 
fait que Ics gardicns ont refuse d'ouvrir les jxirics de la villc ((ig. wii) ! » 

— « Mais aloi's, ou est Ic corps du serpent? » 

— « Craignant que la rcine nc fill eflrayec en I'apcrccvanl a son r^- 
veil, je I'ai pousse sous la eouclic rojalo. » 

On court, on s'assurc, le roi fiemit u la vue du reptile, il se tourne 



vers M^a Ycung : « Si jc vis encore je le le dois, pardonne-moi ma 
colirc ct ma precipitation insensoes : ma reconnaissance sera grande ! » 

Aussilot il rclevc au falle dcs honncurs, el romble de dons precieux 
les gardiciis observatcurs serupuleux do la loi. 

Tout cela etait arrive parce que Mea Veung avail unc epouse dcvouee 
cl accomplie. 

Que dcvinl la jolic femme au panier defonce avcc le mailrc du ba- 
teau ? 

EUc a'etail <lil : « .I'ai un mari rielie ! » el on fcmmc sans soins, elle 



INTRODUCTION XXIX 

n'epargna rien. Ellc eul un His, die le laissa aux servanles et ne sen 
occiipa pas. Lc gaspillage dissipa tout Ic }iicii. lis se trouverent sans 
rcssources et pauvrcs a cc point que le rJz inoine fil defaut. Ccia parcc 
que la femme n'avail cu ni attacliemcnt pour son man ct son enfant, 
ni souci dc I'avcnir. Ne pouvant se rosoudre a travaillcr, mendlant de 
porte en poric, ils se trouverent un jour devant la maison de M&i Yeung 



Sa femme les reconnut, clle se rit de leur mallicur pendant qu'lls se reli- 
raient hontcux' (fig. xviii). 



« Celte hisloire, » termina TakiStc souriant dc son bon air persuade, 
« on doit Ic dire quand on I'ach&vc, nous a cte transmise par nos a'ieux 
pour ^tre rapportee d'iigc en age ! » 



I. Voir les testes Cambodgicns Milis par M. Guesdon (environ Ircntc volumes). 
Plon, 8, rue Garanciere. 



XXX MISSION PAVIE 



Tout le monde applaudit Ic conleur. 

Le plus cliarme elail lo nouvoau veiiu. — Pendant que (]hanii, 
voyant que je ne niettais pas, lout de suite, ce reclt au-dessus de ceux 
deja traduits, disait : « si le Uamayaua ifetait pas aussi long, il repon- 
drait bien sur au\ conditions souhaitees. )) — II ne tarissait pas en 
eloges aimables. 

Ayant ensuite demande : a Y at-il done autantqu*on le dit de nagas 
au Gambodgc? 11 en est aussi (|ueslion dans lout ce que j*ai lu du passe 
legcndaire de voire cliere palrie? » il fut surpris d'apprendre par la re- 
ponse des jeunes gens, qu'ils ne connaissaient que Ires peu leur pays. 

(( Ce replile craint cbez nous encore plus que le ligre, sc trouve 
quelquefois dansles regions descries, des voyagours comme MM. Tiranl, 
Pavie, Biol, Ty ont vu, mais aucun de nous ne Ta rencontre. Nous 
sommes enfants de la ville, noire adolescence sVst ecoulee dans 
les pagodes bouddliiques et a Tccole fran^aise de Pnompenh, et nous 
ne connaissons presquc pas les campagnes cambodgiennes '. C*etait, 
pour nioi, Toccasion de leur annoncer, couune une bonne nouvelle, 
rintention de Taini qu'ils allaient comniencer a aimer. 

(( Lorsqne voire inslruclion sera lerminee, je \ous menerai eludier 
les campagnes de rind()-(]liine enliere. J'ai, de plus, Tespoir d'emmener 
avcc vous, M. Pierre Leievre-Ponlalis qui souhaite resolument d'etre 
plus lard des notres ! II m'a, il y a un instant, confie sa pensec et j'en 
ai eprouve un plaisir qui, vos yeux me Ic disent, paSvSe dans tons vos 
c(eurs. 

(( Je suis lieureux, non seiilement par la cerlilude de la collabora- 
tion utile et devouec qu'il pourra alors m'apporter, inais aussi en son- 
geant qu*en vous quiltant bienlot, pour relourner la-bas, travaillcr a 
noire ojuvre commune, je laisscrai, pres de vous, un ami sftr, de plus, 
avec qui, parce qu'il a voire age, vous serez familicrs et conQants, plus 
a Taise, qui sera un confidcnl pour vous el quelquefois un guide, et sans 
elre professeur, conlribueraa voire education. 

1. \oir Eludes cH\erses, vol. 1, p. \\i\. 



INTRODUr/nOiN XXXI 



« Remerciez-le done comme je sens bien que vous voulez le faire, de 
son idee, grande chance pour vous, afin de le convaincre qu'elle est 
bonne, genereuse etvaillante, et qu'il se felicite d'etre venu a vous. » 

Pendant que jc parlais, il leur souriait, emu, approuvanl de la t^te 
inclinee a mes premieres paroles, se defendant aux derniers mots. 

La joie des jeunes gens egalait leur surprise. (( Je serai votre inter- 
prele au Laos, » cria Tchoum. lis lui firent si bien fete, que reste a 
Ti^cart, je men allai sans mot dire, et sans bruit, de crainte de nuire a 
I'elan chaleureux deffusion qui affermissait pour moi la conquete de ce 
futur compagnon. 



Peu apres, le 1 I Janvier 1886, emmenant Ngin, le plus ag^ des Cam- 
bodgiens, je repartais pour Tlndo-Chine, laissant a M. Le Myre de Vi- 
lers la haute direction de leur petit groupe en attendant Torganisation 
definitive de TEcole qui, ensuite, cut pour directeur, M. Parreau, 
depuis resident general en Annam et au Tonkin oil il contribua a 
^tendre notre influence d'une maniere sure en appliquant la methode — 
douceur et droiturc — vis-a-vis des indigenes, et oil il eut Toccasion 
de nous favoriser du meilleur appui. 



La question du poemc musical cambodgien tomba dans le sommeil ! 
Avec Tespoir de la reveiller, j'en ai, plus tard, enlretenu M. Saint-Saens 
qui, dans Tintervalle, avait fait un voyage en Indo-Chine ; des travaux 
importants prenaient alors toutes ses pensees. Sans doute, un jour, ins- 
pire par ses souvenirs, epris par le charme du sujet, il realisera le reve 
depuis si longtemps caresse. 



Lorsqu*au cours des explorations de la deuxieme pt^riode de ma 



WVn MISSION PAVIE 



mission, je rccevais dcs nouvelles des jcuncs khmers de TEcole de Paris, 
elles me disaicntque leur nouvoau camarade, fidele a sa promesse d'etre 
souvent parmi eux, les cnlrelenail loujours de Tesperance, religieuse- 
ment gardec, dedevenirTun de nos compagnons, et je me seniais con- 
tent de Tavoir tout de suite bien jugd. 

Leurs lettres me joignaient a de rares inlervalles. Je les trouvais avec 
les courriers accumules quand apres chacune des phases, parfois dra- 
ma tiques ou perilleuses de ces quatre anndes longues par les dpreuvcs 
subies, j'atteignais un des points, objcctifs de mes peregrinations inin- 
terrompues dans les vallees du Menam, du Mekhong, de la Riviere 
Noire et des gros tributaires du golfe du Tonkin. 

Ces clapes, c'etaient: Xieng-Mai, Paclay, Pilobay, Nan, Lai-Chau, 
Hanoi, Vinh, et presquc entre chacune d'elles, Luang-Prabang, Tanlique 
metropole laotienne, le site incomparable des rives du Mekhong versoii, 
avant de le connaltre allaient mon desir de ralteindre, et mon v6\e 
d'aider a le rendre fran^ais. Ellcs marquaient : Tachevement d'une 
premiere elude du Laos occidental, rechec d'une tentative de passage du 
Mekhong au Tonkin, la retraite avec le vioux roi de Luang-Prabang 
apr^s la destruction de sa capitale par Deo-van-tri, une seconde etude 
dans le Laos occidental, le premier passage du Mekhong au Tonkin et 
la jonction avec les troupes fran^aises du colonel Pernot k travers les 
bandes chinoises, la premiere reconnaissance de la Riviere Noire, le 
deuxieme passage du Mekhong au Tonkin et la soumission des Pa- 
vilions Noirs, Techec de la tentative de navigation a vapeur sur la Ri- 
viere Noire et la perte du (( Leigue », la soumission de Deo-van-tri, la 
retraite des Siamois de la region des Sipsong chau thais, mon premier 
passage du Mekhong en Annam et la retraite des Siamois du pays de 
Kammon. 

Ces lettres, toujours regiiliores quoique je n'y repondissc pas, 
de memc qua beaucoup d'autres, car absorbe par le travail lopographi- 
que, mon journal de marche, et la correspondance oflicielle, je negligeais 
tout ce qui ne se rapportait pas imm^diatement a ma mission, en main- 
tenant ma conviction que le nouvel ami de mes elevcs briilait comme 



INTRODUCTION XXXHI 



eux d'etre avec moi bientot, me renouvelaient le t^moignage de la meme 
affection de tous, et Tassurance que je savais sincere dun devouement 
qui avait Mte de faire ses preuves. 

L'impression que j'eprouvais a leur lecture venait ajouter k la satis- 
faction que me mettaient au coeur les r^sultats opiniatrement poursuivis, 
peniblement acquis, ou assurer davantage encore ma volonte de venir a 
bout des obstacles lorsque, devant unechec, j'etais ramen^ a mon point 
de depart. 

La certitude, qu'avec mes Cambodgiens, celui que j'avais entrevu 
rue Jacob, restait d^sireux de marcher avec moi, me souriait et me flat- 
tait inGniment. Je comprenais que dans le feu de Tardente jeunesse, il 
se vouait a Tlndo-Chine non pas tant par question de carrifere que pour 
ceder a un entrainemcnt naturel, et pour aller servir son pays au milieu 
de populations qui lui ^taient devenues sympatliiques, et je sentais combien 
me serait precieuse la constante presence d*un Ah\e fervemment cpris 
du but que je tentais d*atteindre. 

Pen a peu, Timmensit^ des terres h etudier s'etait precisee, des com- 
pagnons actifs m'avaient ^te adjoints pour y travailler a leur leve topogra- 
phique, ou pour m'y suppleer a d'aulres tifres; mais j'avais par suite, 
en outre de ma propre action, a dinger a assurer la leur, a songer et a 
veiller par-dessus tout a nous amener a nous maintenir le coeur des 
populations vers lesquelles ils allaient, car nous dtions disperses a Tex- 
treme I 

Et je ne doutais pas de voir mon espoir r6alis6 et le disciple attendu 
venir s'initier au labeur et en prendre sa part, r^solu a lui consacrer sa 
bonne volont6, ses aptitudes et ses forces. 

A Tavance, comme s'il allait ressentir Tinfluence mysterieuse de ma 
suggestion lointaine, je cedais a I'imp^rieux besoin de repasser en moi- 
mSme les details de sa future initiation. 

Sa tache, elle etait indiquee: ce serait celle qui, dans le metier d'ex- 
plorateur, m'avait le mieux plu a moi-mSme et qui pouvait le plus tenter 
un jeune voyageur : il fiendrait le journal de nos marches qui, tant je 
m'y attachais, me prenait une partie trop grosse de mon temps. Sa 



XXXIV MISSION PAVIE 



redaction aurail pour guides moseiiscigrieinenls el mes appreciations, nos 
conversations lui donneraient sa forme, avcc ses impressions il y 
mettrait ma pens^e et son cojur ! 

cher journal de marche, mon confident dans Tisolement au milieu 
des populations sympathiques comme a cot^ des gens hosliles ou, seul 
Fran^ais, je passais depuis si longtemps mes jours ! En te laissant a une 
main nouvelle qui, par sa jeunesse, sa foi, son cnthousiasme, vaudrait 
bcaucoup pour convaincre ceux ayant la charge de te parcourir, de 
rinteret avec lequel nos peregrinations voulaienl Hrc suivies, je lui dirais 
combien souvent, dans les instants des lialtes et ^ ceux qui precedent ou 
suivent les repas, j'avais mis mon esprit au repos en te donnant, — avec 
le recit fidele de mes marches, sous le soleil ardent ou sous les grandes 
averses de Tele, dans les senliers et les ravins, dans les forels des plaines 
et des monts du Ijaos, sur ses eaux paisibles et sur ses eaux fougueuses, 
— en des lignes pleines de sensations de mon dive, mes impressions sur 
sa nature et sur ses peuplcs aux nururs douces, les joies de mes reves 
sur leur avenir, et le poids des preoccujialions dues aux progres de mon 
action, et aux resolutions quil me Tallait quelquefois prendre. 

Je lui dirais combien souvent, h la veille ou au cours des journees 
difficiles, j'avais expose^ en les feuilles, comment je comptais m'aflranchir 
des obstacles ou bien les surmonter et ce qu'il faudrait quOn fit, si je 
disparaissais, pour conduire la mission a son but. 

Je lui dirais aussi en quels termes exaltes, aux heures de fievre, jy 
dedarais ma volontd in6branlable daller juscju'a la fin des forces, et en 
quelles phrases assombries je tattristai par Texpression du doute el de 
Taccablemenl en ces moments de douloureux malaise, suite des accesqui 
lerrassent m6me I'indigene, dans les forels seculaires au sol charge 
d'humus aux ellluves troublantos el empoisonnces. 

11 saurait surtout, et ce serai t des la premiere le^on, avec quelle 
incomparable subtiUte du cceur les gens simples des contrees khmeres, 
siamoises ou laotiennes savenl deviner et distinguer dans le voyageur 
celui qui les aime et s'interesse a leur sort, comme ils comprennent dans 
ses regards ce qu'il ne peul leur exprimer ! Avec quelle confiance tou- 



INTRODUCTION XWV 



chante et enfanline ils Tentourent, lui souricnl et, fiil-il fatigud, le con- 
Iraignent souvent a recevoir leurs confidences, maux et espoirs I Avec 
quelle inquietude les gens des peuplades eloignees de la civilisation qui, 
a son approche, ont fait fuir vers les bois leurs femmes et leurs enfants, 
examinent s'il se defie d'eux, s'il porte des armes contre rhomme, s'il 
parle imperieusement, s*il exige brutalement ou s'il passe en ami bien- 
veillant, g^n^reux, demandant avec douceur ce qu'on se fera surement 
une joie de lui procurer ou m^me de lui offrir. 

Je lui dirais sous J 'empire de quelles Amotions douces je I ai si souvent 
confie mes sentiments d'affection et d*amitie non seulement pour les 
peuples et pour leurs chefs qui m'avaient tout de suite accueilli et aid^, 
mais peut-Stre plus encore pour d'aulres qui, regardant les Fran^ais en 
ennemis, avaient tard6 a me connaltre I II saurait ma gratitude pour les 
soins et les services et des uns et des autres. 

Je lui dirais quel role important peuvent avoir, pour la reussite, les 
modestes auxiliaires indigenes lorsque, trouvant aupres du chef une con- 
sideration qui 6le\e et oblige, plut6t que rindiflcrence ou le dedain qui 
rabaissent, ils ont a ccjeur de lui montrer que bien illes juge. 

Qu'il me serait agreable de faire lire dans tes cahiers a celui qui avait 
desir^ ^tre le camarade de mes Cambodgiens de TEcole de Paris, mes 
frequents, sinceres et chaleureux tributs delouanges a leurs compatriotes 
de mon entourage I De lui montrer leur conduite intelHgentc, courageuse, 
resolue et devouee en tant de circonstances ! Keo emportant le vieux roi 
de Luang-Prabang au milieu de la fusillade meurtriere I Lui encore, 
Ngin et Som conduisant le radeau de bambous qui, dans la rctraite vers 
Paclay, entrainait sur le Mekhong le souverain fugitif avec moi I Ngin, 
Palin et son p^re me suivant sous le feu des Pavilions Noirs a la reclierche 
de la colonne Pernot ! Ngin toujours, allant a dix jours de marche en pays 
ennemi, porter mes propositions de paix et d'amitie a Deo-van-tri, au fond 
des bois I 

Ne serait-il pas fier aussi en y trouvant le nom des coUaborateurs 
de merite venus me joindre sur le terrain, et jaloux de les imiter en 
apprenant, par leurs pages, les remarquables Eludes topographiques du 
V. d 



XXXVI MISSION PAVIE 



capitaine Cupet, le role admirable de pacificateur du commandant 
Penncquin I etc. 

EUes ne lui cacheraient pas qu*une mort prematur^^e menace chaque 
explorateur, qu'elle avait d^ja enlev^ au service de la France et a mon 
affection plusieurs de mes plus cliers camarades ; il y verrait toute la 
contribution de ceux-ci a nos travaux, et combien leur perte me fut dou- 
loureuse I II s*unirait de ccrur a mes regrets, et prendrait pour nos disparus, 
donl il eiii 6le le fraternel compagnon, le sentiment de religieuse sympa- 
tliic qui cntoure ceux qui, dans la carriere que Ton poursuit, ont succotnbe 
en rhonorant. 

Comme un dernier cnscignement, ces pages lui diraient ma res|>ec- 
tueusc reconnaissance a ceux qui, nrayant fourni Texemple, m'avaient, au 
debut comme dans la suite, favorist^ dans ma marche, soutenu do leurs 
conseils et de leur aide, II voudrait aussi s'inspirer d'eux et comme moi, 
sa vie durant, vendrerait leurs noms. 

Enfin il comprendrait, en voyant combien je cherissais mon vieux 
journal dc route, le bonheur de rctrouver les impressions anciennes el 
Texacl souvenir des lieures vccues Iranquilles dans le charme des ^glogues 
virgiliennes ou dans les peripcties des explorations aventureuses ; il serait 
ambitieux de revivre aussi plus tard, dans le sien, les joies douces que 
procure le rappel des recits des acles perilleux accomplis pour Taffran- 
cliissement des populations ayant mis leur espoir en lui I Le plaisir 
qu'on ressent de se savoir b6ni lui serait rdvi^ld, el il se vouerait k sa 
mission avec la ferveur de Tadepte entrain^ vers I'apostolat. 

Sa t&che si captivante qu'elle serait, je lui montrerais bienl6l qu*elle 
permet des distractions, qu'elle laisse des loisirs favorables aux passe- 
temps utiles que doit rechercher le voyageur : que la marche par les sen- 
tiers ou le long des cours d'eau, bordes d'une vegetation luxuriante, 6tale 
sous les yeux les dlemonls des plus inleressantes collections d'histoire 
naturelle, qu'on peul, sans changer pour ainsi dire d'allure, recueillir 
plantes curieuscs, coquilles et insecles brillants ; que les indigenes du 
convoi sont habiles a capturer vivants ou morls, oiseaux, poissons, petils 
animaux dc toute sorte ; qu*il n*estaucun moyen de rendre plus agreables 



INTRODUCTION XXXVII 



et plus fructueuses les heures dc halte et les veiilees dans les villages aux 
populations d'origines diverscs, que de conlinuer, en interrogeant les 
vieillards, les recherches commencees paries predecesseurs et qui peuvent 
longtemps encore elre productivcs en documents surle passe, les mceurs, 
les usages, le langage, la folk-lore. Enfin, fiit-il excellent dessinatcur ou 
peintre, je lui recommanderais Temploi de la photographic, desormais 
indispensable au voyageur. Toutes ces occupations, je m'y adonnais moi- 
meme avec ardeur el je serais heureux encore d'etre celui qui Ty 
initierait. 

En Tentrelenant, a Tage ou Ton ecoute et oii Ton croit encore ses 
educateurs, de ce qui elait ma passion et ma vie, je luidonnerais Tacquit 
fruit de mon experience, et il serait ihoins soumis aux erreurs et aux 
hesitations permises a ceux qui, livres a leur inspiration, font, d^s le 
commencement de leur marche, oeuvre personnelle. Suivant son penchant 
et ses gouts, il servirait son pays en se faisant aimer des peuples qu'il 
viendrait a connaitre et j'aurais, par sa conquete puis par sa preparation, 
obtenu ce r^sultat precieux d'avoir attache a la mission a laquelle je 
m'etais consacre un disciple convaincu, done de qualit^s particuheres, au 
point pour les utiliser, qui, a Theure peut-etre proche ou la mort, la ma- 
ladie ou la fatigue m'eloigneraient pour toujours de noire champ d'action, 
y remplacerait, dans la conduite de Toeuvre, le guide qu'il aurait choisi. 

Garessant cettc cxquise esperance, je voyais Tavenir plus sur encore, 
et j'allais devant moi tranquille, joyeux et comme allege, ne sentant 
pas I'inqui^tude I 



Unjourarriva oil les circonstances rendirent de nouveau necessaire 
mon retour en France. Tout fut vite pret pour le depart et bientot je me 
retrouvai a Paris pour Torganisation , sur des bases nouvelles et plus 
larges, de la suite de ma mission. 



Un des premiers que je renconlrai dans les couloirs du minist^re, ce 



XWMII MISSION PWIE 



fut Lcfcvre-Pontalis ; ii m'attendait. Tout dc suite en m'exprimant sa joie 
de me revoir il m'apprit qu*il etait maintenant dipl6me de I'Ecole des 
langues orien tales pour rannamite et Ic malais, liconcic on droit el 
attache au Minislere des aflaires etrangeres, ce qui le mettait en situation 
dc m'accompagner dans d'cxcellentes conditions. Et il me dit: 

« A mon entrdc au Ministore, afin qu'il me fAt donne dc vous suivrc 
dc loin, j*ai ohlcnu d'etre place a la Direction dont vous relevez. Passion- 
nement j'ai lu, j'ai appris Ics journaux de vos marches, vos rapports el 
vos suggestions pour la ligne politique qui dcvrait consacrer vos travaux. 
Je sais done votrc vie depuis voire depart, vos elTorls, les resultats, vos 
pensees et cc que vous croyez qu'il reste encore a fairo ! Par moments, 
entrainc sur vos pas, il me senihlait que c*etait pour moi que vous aviez 
ecrit, ct jc vous rcmerciais ! Si vous ne mavez pas ouhlie, si vous avez 
songe me voir a vos cotes, 80>ez satisfait : je reve d'etre avec vous, je 
suis presse de vous suivre ! Achevez done dc decider mes parents a mon 
depart et ohtenez du ministre ma misc a voire disposition I » 

Je fus vraiment heureux de voir ainsi nos cwurs k Tunisson. 



Je connus alors ses parents. lis savaienl rintense vocation de leur fils. 

La mere, malgre relTorl pour elre accueillante, presenta un abord 
plulot agressif a cc voyagcur de qui Talne de ses enfants semblait dcsircr 
la conduite du prologue de sa vie, et qui, sans meme Tavoir vue, ne 
paraissait pas trouver odieux de Tentralner Ix risquer les chances de ses 
courses dangereuses h travers des pays dont la nature, le climat, les 
habitants inspiraient a lous inquietude ou doute, et lui causaient a elle les 
plus enervants des soucis. 

Je fus louche de son chagrin, mais son attitude n'etait pas pour me 
deconcerter, non plus pour me deplaire. 

J'etais si convaincu par la docilile sincere de mon fulur disciple 
qu'il suivrait en tout ma regie et mes conseils que je n*imaginais pas que, 
gardee par mon experience, sa sanle piit souflTrir du climat. 

Avec rinslinct des meres, sa mere lisait en moi, mon apparence de 



INTRODUCTION XXXIX 



froideur ne lui parut pas dedaigneuse pour ses sentiments que la mani- 
festation de mon contentement eiit peut-elre inquietes ; elle se rassura 
autant qu'elle le pouvait vraiment faire. 

Son pere, quoiqu'il n*eiit jamais reve cette vocation pour lui, la 
jugeait digne d'etre satisfaite. 

II me temoigna une consideration prise dans les epanchemcnts de son 
fils et dans les conversations avec les chefs responsables de ma marche. 

11 etait une de nos personnalites fran^aisesconsiderees. La mort vient 
de Temportcr avant qu'il ait pu lire ces lignes ! Les sentiments de grati- 
tude qu'il m'exprimait toujours pour mes soins a son fds et qu'il appre- 
ciait de plus en plus a mesure que reculait le jour on ils avaient pris fin, 
quelqu'attention que j'eusse dc lui redire combien mon compagnon 
m'avait etc precieux, m'avaient conduit a une rcspectueuse et tres vive 
affection qui m'a rendu sa disparition douloureuse au possible. 



M. Spuller etait ministre des affaires etrangeres, ilmanifesta une sa- 
tisfaction particulifere du dcsir, rare chcz un jeune attache, d aller faire sa 
premiere ^cole diplomatique dans des pays aux peuples simples, en discu- 
tanl des arrangements avec des partisans rebelles ou des chels de bandes 
chinoises ; aussi son acceptation fut-elle accompagnee de ses plus (latteurs 
et de ses plus sympathiques encouragements. 



Sur le paquebot, pendant les premieres heures, mon jeune compa- 
gnon est tout a ses pensees. 

Sans doutc, en perdant de vue les terres de France, il pense a ceux 
qui dans le passe ont grandi sa famille en les quittant aussi ; a cet oncle 
Soulflot, qui, volontaire k 16 ans, va combattre les Anglais en Espagne, 
est sous-lieutenant a 1 8, decorea 1 9 el a qui un avenir rapproche reserve, 
au seuil de sa centieme annee, la croix de commandeur de la Legion 
d'honneur qu'attachera sur sa poitrine le president Carnot I 

Partant pour une mission avant tout scientifique, il se souvicnt sans 



XL MISSION PAVIE 



doute surtout de ce grand<onclc JoUois, qui, dans la celebrc Commission 
d'Egyplc, suivil, avcc tant de savanls illustrcs, Ic general Bonaparte 
sur la terre aux lointaines civilisations ! 

11 me semble qua cole de ses parents, il evoque ces predecesseure 
veneres, qu'il appelle leurs eflluvcs a venir nourrii* son energie, ambiticux 
de servir comme eux son pays. 



Nous avons alors pendant un mois la frecjuente contemplation des 
terres sur la route, et aussi les arrets du vaisseau pour des haltes espa- 
cecs en des lieux que chacun r«^ve de voir ; sujets d'autant de causeries 
el d'etudes formanl comme les intermedes de conversations toujours ine- 
puisees sur rindo-Cliine donl ils rompent la monolonie et font, comme 
dun repos, desirer la reprise. 

Gc sonl sur celle Medilerranec bleue donl la Iraversee courle fait 
songcr aux anciennes lenles navigations, el qui redil, par sos bords, ses 
lies, meme ses flols, taut d'epoques, tant d*actions de noire liisloire hu- 
maine : le delroil de Messine, beau par la nature, par les couleurs de ses 
coles tres peuplees, feeriquemcnt illumine quand la nuit tombe, et oii 
Ton cherclie de tons ycux ou se sonl endormis et (Uiarybdc et Scylla ; 
TElna blanc de neige ; le plateau de Candie, decevante impression de 
falaises nues, sans ports ; les plages sablonneuses, basses, baussees de 
vieux moulins a vent du grand delta du Nil: pour gagner la mer aux 
cotes de sable rouge, le canal oil les vaisseaux de tons peuples se frolent 
et se saluent ; pour sortir de celle mer d'oii s'aper^oit le Sina'i, Aden et 
ses ravins transformes en citerncs ; enfin Tocean Indien, sur qui en celle 
mousson le paquebol glisse sans le lieurt des vagues, elale en des eblouis- 
semenls Ceylan puis Malacca. Finissanl ce voyage comme s'acheve un 
songe, la France se retrouve en quitlant le bateau a Saigon, cette 
perfection des villes coloniales. 

La cesse la theorie, Taction va commencer, Televe va devenir explo- 
raleur. 

Bicntol la pratique repond a son espoir, comble ses voeux. 11 entre 



INTRODUCTION XU 



dans son role de voyageur avec toute la ferveur prevue. Les peuples si 
varies, si differenls de I'Indo-Ghine, Annamiles, Cambodgiens, Siamois, 
Tonkinois, Laotlens, etc., lui plaisent a des litres divers, une sympa- 
thie vive, immense Tenvahit, il s*cprend d'eux plus encore qu'il ne Tavait 
rev^. L'elude de leurs civilisations ddjh dbauch^e, se complete et lui cause 
d'inexprimables contenlements toujours renouveles, cellede leurs usages, 
de leurs moeurs, Tencliante, la geographic de leurs pays lui devient plus 
famili^re dans sa plus grande connaissance il trouve mieux Texplication de 
quelques-unes des causes des difRcult^s historiques ou politiques qui les 
mcllent en conflit ou les s^parenl ; le desir de leur etre utile Tobsede I 

En cours de voyage, il montre les qualites d'endurancc, de courage 
et de volonte, force de Texplorateur. Disciple convaincu, il affrontc avec 
joie les premieres fatigues, va pieds nus dans ses marches, supporte sans 
effort les privations que comporte le sejour dans les contrees sans com- 
munications avec les centres d'approvisionnement, et sans transition 
s'habitue au regime sobrc qui s'enlend du manque de pain, de viande, 
de vin, de tons alcools, celui, dureste, quipermetle mieux a TEuropeen 
de braver le climat. 

Les dangers auxquels il est expose reinvent bien plutot de la nature, 
qu ils ne peuvent provenir de I'attitude des populations g^n^ralement 
douces et accueillantes, et ddsormais le plus souvent au courant, avant 
de nous avoir vu, du but favorable a leur avenir que nous poursuivons 
en nous presentant parmi elles. 



Le compagnon que j'introduis fera le compte rendu des explorations 
dans lesquelles, livre a son initiative, il a fait oeuvre personnelle ; mais 
la narration des voyages que nous avons accomplis ensemble m'appar- 
tenant et ayant sa place ailleurs, il me parait a propos, il me plait d'en 
citer ici un Episode. 

Relatif k un pdril que nous courAmes sur le M^khong, en m^me 
temps qu'il contribue a etablir la personnalite de mon ami, il pr^senle 
le grand fleuve et ses nautonniers. 



XLII MISSION PVVIE 



C*etait en juillet 1890, la mission, sur sept radeaux, descendait le 
Mekhong de Luang-Prabang versle Gambodgo. 

Familiarises depuis radolescencc avec les rapides, les remous et 
les tourbillons dc leur fleuve, les Laotiens de Luang-Prabang sonl tr^s 
hardis sur leurs embarcations, primitives pirogues d*une seule pi^ce sans 
bordages, accouplees en radeau pour la descente du courant, et garnies 
de faisceaux de bambous qui, en cas de submersion, feront FoiBee de 
flotieurs et les reliendront entre deuxeaux sinon a la surface si elles n'ont 
pas un lourd bagage. Supers tilieux, ils assurentleur sang-froid dans les 
rapides par de naives priferes aux genies locaux. 

Lorsque les eaux sont tres hautes, la course oiTre moins de diflfi- 
cultes, les rochers se cacbent, le fleuve se nivelle, les rapides disparais- 
sent. Aux basses et aux moycnncs eaux, au conlraire, le decliargement 
des barques est de regie aux passages dilTiciles, afm qu'allegees, elles 
soient moins expos^esa sombrer. On porle alors, a dos d*bomme, le ba- 
gage d'une extr^mite a Tautre de Tobstacle. 

Le Keng-louong (rapide royal) a un jour de Luang-Prabang, est 
Tendroit le plus traitre de celte partie du Mekbong. La mission de La- 
gree avait constate aux basses eaux sa profondeur de plusde 60 metres. 
D'c5normcs rochers Tencombrent, lorsqu'on sort de leur d6dale, la lar- 
geur du fleuve arrive jusqu'a mille metres. 

A r^poque ou nous nous presentons dans son lit tumultueux, le liaut ni- 
veau n'est pas encore atteint, cependant les piroguiers croient la precaution 
ordinaire inutile, elle leur est d'ailleurs particulit^rement desagreable, et 
puis c'est un retard, ils la negligent et sArs d*eu\ sengagenl dans le keng. 

Le premier radeau porte Lefevre-Pontalis avec moi, et les Cam- 
bodgiens Ngin, Tye et Muong avec tout noire bagage. 

Mon compagnon est occupe a la redaction de son journal de route. 
Je me tiens pres de lui ; a cc moment je lui raconle la catastrophe dont 
en juin 1887, entratne sur mon radeau par un courant de foudre, je fus, 
avec le vieux roi du Laos, le temoin impuissant. 

(( G'etait la retraite du peuple du Haut-Laos vers le Sud apr^s la 
prise de Luang-Prabang. 



INTHODUGTION XLIII 



« Nombre d'embarcations, dcs cenlaincs, non garnics de floUeurs, 
mont^es a la hate par des gens des rizieres sans experience du lleuve, 
fuient, a la protection d*Indra et des esprils celestes. 

« Femmes et enfants agenouilles prient tremblants, lorsque les 
rameurs troubles s'apergoivent qu'on franchit un danger. 

(( Combien de barques au Keng-Louong, sooibrent en s'entreclio- 
quant dans le grossissement des eaux bouillonnantes ? Gonnbien de gens 
perissent ? 

« Quand vertigineusement entraines nous passons entre les ilots que 
rapidement le fleuve aclieve d'envahir, nos regards, fievreusement atta- 
ches a la marche du radeau, se fixent effrayes sur les roches. Des femmes, 
desjeunes fiUes, echappdes pour surcroit de terreurot d'angoissc a Tcn- 
gloutissement de leurs pirogues, parcourent en lous sens le peu que Teau 
laisse encore a couvrir, cherchant une issue. Les cheveux ruisselants, 
elles vont affolees, devetuee de leurs echarpes et de leurs jupes que dans 
rinconscience premifere du p^ril et se croyant sauvees, elles ont elendues 
au sec sur les rochers I 

(( En parlant a mon compagnon, je voyais, j'entendais, oh, aujour- 
d'hui meme, je vois encore ces trois ou quatre corps blancs courant sur 
les roches noiratres lumincuscmciit tachecs dans le declin du jour de 
velements aux eclatantcs couleurs ! J'enlends ces appcls dechirants et 
aux hommes et au ciel I 

(( Et lorsqu ayant arretc nos barques a la berge nous avions lenlement 
pu la remonter jusqu'au rapide, les roches dtaient couverles par unc 
nappe nivelee comme un immense marbre funcbre ; une jeune mere, 
seule (^chappee sur un tronc de bois mort passe a sa portee, demandail 
aux echos son enfant disparu I 

(( Comme j'acheve, nous sommes dans les remous violents. Pierre 
laisse sa plume sur le papier, et tranquilles, car rien ne donnc 
assurance comme le calme des guides, nous admirons Timposante de- 
mence du fleuve dans ce passage fameux. Brusquement Tembarcation 
penche, encre, plume et papier glissent et tombent dans les vagues, Teau 
envahit sourdement les pirogues du radeau. Les rameurs atlerr^s aban- 
V. c 



XLIV MISSION, PAVIE 



donnent la manoeuvre, serrent leurs avirons aux courroies des deux 
bords, reconnaissent eiitre eux qu'ils eussent dd decharger le bagage et 
suivre la rive de plus pr^s, pr^viennent que s6t-on nager mieux que per- 
sonne, il ne faut pas, sous risque de la vie, lacher des mains I'^pave, sa- 
luent le regard r^signe des bras lev<Ss le ciel, recommandent, les uns aux 
autres, leurs enfanis et leurs femmes, et observent la situation pour ta- 
cher d'en sortir. Comment oublier que le chef de la barque avait aupr^s 
de lui ses deux petits gar^ons, et que le souci de chacun 6tait qu'ils fus- 
sent sauv^s I 

En face d'une mort obscure au d^but de sa marche, mon compa* 
gnon garde Tapparence qu'il faut pour qu'Ji leur tour, nos hommes 
soient aflermis et conservent la haute idee pour ceux qu*ils conduisent, 
neccssaire au prestige. 

Quels sentiments en nous, pendant cet instant critique rapide comme 
r^clair, long comme un cauchemar : surprise du p<^ril, admiration pour 
ces rameurs stoiques, desolante pensec d'enlrevoir les resultats de tant 
d'eObrts engloutis avec nous par suite d'une maladresse. 

Le radeau k demi submerge, insufTisamment maintenu par ses flot- 
teurs, court, enfonce ^ un pied entre deux eaux, sans direction, entrafne 
vers un tourbillon qui le prend dans les circonvolutions de son tour- 
noiement. 

Celui de MoUeur, suit a telle vitessc que nous imaginons qu'il va 
culbuter, ddmolir I'cpave sur laquelle nous nous tenons, quatorze, aux 
frc^les montants en bambou de la toiturc de feuilles. Pris lui-meme par le 
tourbillon il nous joint sans choc et tourne avec nous dans le sens du 
goulTre. Lefevre-Pon talis s'aidant de la main de Molleur saute pris de 
lui, au moment oii les radeaux arrivant au centre de rabtme, celui de 
notrc camaradc coule a son tour. 

En possession de Tcncombrante masse, le tourbillon a son action gd- 
nde, il rejette bruyamment les epavcs : ccUc oil sont mes deux compa- 
gnons va a 800 metres s'echouer sur la rive droite. La mienne, empor- 
tee de rapide en rapide, passe en vue de gens dans les champs de Pac-Nun, 
sur le bord gauche du fleuve. Le pavilion fran^ais et nos appels attirent 



INTRODUCTION XLV 



leur attention, ils nous joignent en pirogues, nous tirent vers la rive, le 
cordage casse, le radeau craque en tous sens et menace de se romprc, 
ils nous poursuivent et reussissent a nous faire accoster a la berge six 
kilometres en has du Keng-Louong. 

line demi-heure plus tard mes deux compagnons sont prfes de moi, 
la mission nous entoure. L'embarcation des domes tiques submerg^e 
comme les notres a et6 mise hors de danger par cellc de Pennequin. 

Les piroguiers calmes dans le peril, sont devenus inquiets ; agenouill^s, 
ils attendent nos reprochcs, voyant que nous louons leur sang-froid, que 
nous le declarons digne de recompense, ils se rassurent, ils nous saluent 
les mains au front, nous recommandent aux esprits du ciel en une courte 
priere, puis releves, ils dechargent et reconstruisent les radeaux en quel- 
ques heures. 

Le s^chage du bagage a de grands fcux, sous une pluie fine et per- 
sistante, nous retint deux jours k cet endroit. 



Avcc ces Laotiens tranquilles et bons, avec les Cambodgiens enthou- 
siastes dont j'ai parle, avec aussi les Thais de la haute Riviere Noire et 
leur chef sympathique D^o-van-tri comme intermediaires, mon ami 
connaitra les races obscures timidement effacees devant TEuropeen, re- 
pandues nombreuses a ce point en Indo-Chine que, dans une seulc mar- 
che d'un mois du Tonkin au Mekhong, il pourra noter quinze langages 
differents. 

Par vingt mois de courses k mes cot^s a travers la Cochinchinc, le 
Siam, le Gambodge, le Tonkin et le Laos; par les relations avec les 
chefs et les fonctionnaires de la colonic, avec les princes, les ministrcs, 
les cliefs des pays voisins, avec les princes et les chefs de nos popula- 
tions indigenes, dont il conquicrt Testimc et Tamitie dont il devient par- 
fois le confident; par le contact avec les compagnons distingues qui Tout 
precede dans la mission : Pennequin, Ciipet, Massie, Vacle, ou qui y 
sont entr^s avec lui, anciens d6ja dans la colonic : Cogniard, de Malglaive, 
FdKx Le Dantec, Friquegnon, Riviere, etc., il acquiert pen a pen Texp^- 



\\M MISSION PVVIK 



rieiicc que j*ai souhaitec qu'il eul drs clioses do rindo-Chine, ei a laquellc 
son gout el dc judicicuses etudes ravaiont prepare. 

II renlra avcc inoi en Franee en juillet 1891, ii y fut peu apres at- 
tache au Minislere dcs aflaires etrangeres et en qualitc de secretaire de 
3" classe y resta a la direction politique, iorsqu*au commencement de 
Tannce suivante je me rendis au Siam, nomme minislre resident a Bang- 
kok, pour le reglement des questions dont mes missions avaient eu Telude 
pour but. 

Le traitc du 2 octobre 18().'t ayant place la rive gauche du Mekhong 
sous notre aulorite, et etabli une zone reservee comprenant, outre "27} ki- 
lometres sur la rive droite de ce fleuve, les provinces dc Battambang 
el d'Angkor, le gouvernement de la Republique me designa pour aller, 
comme son commissaire general, organiser les uns et assurer IVxecution 
du traite dans les autres dc ces territoires. En me faisant connaltrc cette 
decision, le ministre des alFaires etrangeres, M. Casimir Perier me de- 
manda quels coUaboraleurs jedesirais. Je lui indiquai en premiere ligne 
Lefevre-Pontidis qui m*avait dit son desir de prendre part a de nouvelles 
marches. 

II me rejoignit en Janvier I89'i, et nos peregrinations recommen- 
cerent. Mais rexperience qu'il a>aitacquise et ses fonclions de commis- 
sairc-adjoint ne me permirent plus de le garder pres de moi comme dans 
sa premiere exploration. Apres un voyage a travers le Laos occidental, 
jusqu'a Luang-Prabang, je le chargeai de remonter le Mekhong en vue 
de veiller a rexecution du traile sur ses rives, puis d'explorer la vallec 
de son adluent de gauche le Nam-Ta, en se dirigeant sur la Hiviere Noire 
oil il devait me retrouver qualre mois plus tard. 11 s'acquitta si complMe- 
ment de cette tache, en pleine saison des pluies, que le ministre des aflaires 
etrangeres a qui je demandai I'etoile de la Legion d'honneur pour lui, la 
lui fit obtenir aussitot. 

Membre de la commission de delimitation de la frontiere avec la 
Chine, du Fleuve Rouge au Mekhong, et de la commission franco- 
anglaise du Ilaut-Mekhong, il explora avec le lieutenant Thomassin el 
le D"" Leftvre la vallee moyenne du Nam-Hou, puis m'ayant rejoinl k 



INTRODUCTION XLVH 



Muong-Sing, il prit part aux travaux de ces deux commissions et lors- 
qu'elles furent dissoutes, renlra en France pendant que je regagnais 
Bangkok. 

Apres celte seconde campagne de dix-sept mois pendant laquelle il 
m'avait fourni la meilleure collaboration, mon compagnon ne restait pas, 
ainsi que jc Favais reve, attache au pays ou je Tavais introduit et que 
j'allais moi-meme bientot ddfinitivemcnt quitter : j'avais du moins la 
confiance en le voyant s'en eloigner, qu'il pourrait par son temoignage, 
lui etre utile au cours de sa carricre, et aussi I'espoir que, vaincu par 
I'obsession que notre magnifique empire d'Asie ne manque pas d'exercer 
sur tous ceux qui le connaissent, il reviendrait un jour servir la France 
dans notre chore Indo-Ghine. 



Nomme secretaire de 2® classe, Lelevre-Pontalis fut, apres quelques 
mois de repos, attache a notre agence au Caire, et il en eut la gerance 
au cours des delicates circonstances qui marquerent le retour de la mis- 
sion Marchand. Attache ensuite a notre poste k Luxembourg il le quitta 
pour aller exercer les fonctions de son grade a Tambassade de France 
a Saint-Petersbourg. 

AUGUSTE PA VIE. 



PREFACE 



C*est une petite partie seulement de mcs peregrinations a travers 
llndo-Chine que je vais raconter dans ce volunic, celle oii je pus dans 
une assez large mesure, faire oDuvre personnelle, tout en contribuant 
a roiuvre generate dont M. Pavie avait assume la direction. En 1889, 
j'eus le rare bonheur, apres plusieurs annees d'etudes specialenient 
consacrees a rindo-Cliine, de voir M. Pavie rentrer en France et orga- 
niser une nouvelle Mission, I'annee meme ou, admis au Ministere des 
affaires etrangeres, je clierchais le moyen pratique dialler travailler 
en Extreme-Orient au developpement de notre nouvelle colonic. 

Je dois exprimer ici ma reconnaissance a M. Nisard et au baron d'Es- 
tournelles, ces chefs bienveillants qui non seulement m'encouragerent 
et facililerent mon entree dans la Mission, mais encore recompenserent 
par la suite mcs efforts et voulurent bien en tirer parti. Quant a M. Pavie, 
quoique depuis 1885 nous nous fussions perdus de vue, d^s la premiere 
heurc, nous nous etions trop bien compris, pour que son accueil, le jour 
oil je le retrouvai, ne comblat pas toutes mes esperances. 

Je fus adjoint a sa Mission dans des conditions singulierement iavo- 

rables. Attache directement a sa personne, ne le quittant en aucunc 

occasion, redigeant le journal de voyage et une partie de la correspon- 

dance ofBcielle, admirablement accueilli par toutes les autoritcs civiles et 

V. 1 



MISSION PAVIE 



militaircs du Siam ct de rindo-Cliine, jc fis pendant toulc Tannee 1890, 
sous les auspices du chef de la Mission, le plus utile des apprentissages. 
Avec lui, je visitai succcssivement Bangkok, llatien, Pnom-penh, Saigon, 
Hanoi, je remonlai la Riviere Noire, gagnai Luang prabang par Dien bien 
phu et le \am Ilou, et descendis ensuite le Mekhong jusqu*u Pnom penh. 
Apres une promenade a Angkor, un sejour d\ine eerlaine duree en 
Cochinchliie el une excursion a Java, je rejoignis M. Pavie a Bangkok 
pour retourner avec lui au Tonkin, on les dernieres semainesde Tannec 
ISliO furcnl consacrees a organiser Texploration des Sipsong-panna. Ce 
voyage, depuis longtemps projele, nie paraissait d autant plus seduisant 
qu*il y avail la une region tout a fait inconnue u visiter et que le voi- 
sinage de la (Hiine et de la itirnianie etail une attraction nouvelle, apres 
les impressions si vives que j*avais deja recueilHes au l^aos. 

Hien que par la suile j'aic encore parcouru une bonne partic de 
rindo-Chine, ce fut ce voyage du commencement de l8tH qui determina 
la part qui devait en quelque sorte me revenir, dans la prise de possession 
des nouvelles dependances de notre colonic. (Vest la que je fis mes pre- 
mieres armes, et phis lard, quand riieurc ful venue, mon experience 
fut peul-ctre de cpiehpie profit, lorscju'il s'agit de reserver a la France la 
partie contestee du lerriloire de Lai-Chau, les bassins du \am Hou, du 
\am Heng et du \am Ta, ainsi que Muong Sing. 

(]'esl ainsi que mon second sejour en lndo-(]hine se relie directement 
au premier et (pi'aNcc les fragments detaches de deux >oyages. je peux 
presenler un lout complel, To^uM-e accomplie en IHO'i et 1895 n'^tant 
que rachevement de celle qui avail etc commencee en 1891 et qu'k Paris 
je fus autorisc a poursuivre, grfice au bienveillant inleret de M. Revoil, 
chefdu cal)inct du Minislre des affaires (5lrang('res el de MM. Jusserand 
et liccomte, cpii dirigeaient alors les affaires de Chine el du Siam au 
Quai d'Orsay. 

Dans le couranldu mois de Janvier 189i, accompagne du lieutenant 
cambodgien Oum, j'arrivai de Paris a Bangkok, pour y rejoindre M. 
Pavie, qui, depuis le retablissementdes relations pacifiques avec leSiam, 
avail repris la direction de la legation. 



PREFACE 



Deux ans etdemi s'elaienl ecoules depuis qu'au mois dejuin [891, 
j*avais quiite une premiere fois rindo-Chine, avec Tesperance au ca?ur 
d'un prochain relour, car la lerrc chantee par Gamoens est une de celles 
auxquelles on s'allaclie pour loujours, lorsqu'on a eu le bonhcur de la 
visiter. Si je n'etais pas venu plus l6t rejoindre mon ancien chef, c'est que 
les circonstances m'avaienl retcnu jusqu'alors a un autre poste. 

J*etais resle auQuai d'Orsay, attache a la direction politique, pendant 
toute la periode oii laiTaire du Siam avait grossi et s'etait peu a peu de- 
veloppee, au point d*aboutir au bombardemenl de Paknain, et par une 
serie d*ultimatum^, au traite signe a Bangkok, le 30 octobre precedent, 
par M. Le My re de Vilers. 

Aulour de moi, on etait trop iinbu des avantages d'une solution 
pacifique et progressive, menageant a la fois tous les interets, pour pouvoir 
approuver sans reserves ra3uvre brusquement accomplic sous Tempire des 
circonstances. 

II n*y avait pas eu moyen, de fairc triompher certains points de 
vue qui nous tenaient parliculicrenient a ca3ur, mais on etait loin den 
meconnaitre la valeur et, dans I'application du traite Le Myre de Vilers, 
on prevoyait deja telles diflicultes, pour la solution desquelles notre pre- 
sence etait jugee necessaire, avant de faire passer les territoires de la rive 
gauche sous Tautorile du Gouvernement general. C'est pour cela que 
Ton venait de deinandcr a M. Pavie de reprendre une fois de plus la 
brousse, en qualite de Commissaire general de la Uepublique fran^aise 
au Laos, et qu'en qualite de Gommissaire adjoint, le Departement m'avait 
detache aupres de lui. 

Un autre motif avait pese sur la decision des ministres compc- 
tenls, c*etait le resultat des recentes negociations avec les dclegues an- 
glais, pour la constitution d*un Etat tampon sur le Ilaut Mekhong. 
Aprcs plusieurs semaines de discussions, ou Ton n*etait parvenu a s'en- 
tendre que sur la neccssite de respecter autant que possible les divisions 
territoriales existantes, la Gommission s'etait trouvec d'accord sur ce point, 
que les limites des territoires discutes etaient trop peu connues pour 
qu'on put proccder \ une delimitation sur le papier, et qu'il importait 



MISSION PAVIE 



avant lout, qu'une commission mixle allt\l examiner, sur le terrain, les 
points conlestes, el en dresser la carle. 

Un protocole avail ele signea eel elTel le 95 novembre par M. Develle 
el Lord DulTerin, en nieme temps qu*un autre porlanl les signatures dc 
MM. Phipps el Austin Lee, commissaires anglais, Jusserand el Revoil, 
commissaires fran<^ais. En vue de la delimitation prcvue entre la Bir- 
manie el le Tonkin, j'elais charge de porter des instnichons a M. Pavie 
a cpii je me trouvais egalemenl adjoint, comme membre de la future 
commission franco-anglaise. 

Sur nn troisieme point, nos attributions ne furent defmies que plus 
lard, mais il elail entendu des le debut en principe, que la delimitation 
de la (]bine el du Tonkin allait etre reprise sur une base nouvelle et con- 
forme auv indications que nous avions recueillies pendant la mission 
de I8y()-SH, qu'il s'agissait niaintenant de completer an con rs de noire 
nouvelle exploration. 

Plusieurs semaines se passerenl, tant a Bangkok qu'a Saigon, a 
combiner noire itin(?raire et a nous entendre a\ec les aulorit^s. Le gou- 
vernement Siamois, pen desireux de faciliter noire lAche, nous opposait 
delais sur delais, pour le reglemenl d affaires urgentes et pour la remise 
de nos passeports. Nous parvinmes toulefois a quitter Bangkok a la fin 
de mars 1894, au moment oil la saison des pluies allait commencer. 

Je n*ai pas a raconler ici Tinteressant voyage que j'accomplis alors, 
en compagnic de M. Pavie el de son secretaire particulier M. Caillat, 
d'abord sur le Menam jusqu'a Outaradit, puis a dos dVlepbanls jusqu'a 
Xieng-Hai, en passant par Muong ISan. (lerlains renseignements, que 
nous fiimes assez heureux pour recueillir a Nan, ayanl toulefois un i^ap- 
porl direct avec les affaires donl j'eus a m'occuper par la suite sur 
le llaut Mekbong, je crois necessaire de les faire connaltre ici. 

Soil qu'il y fiit autorise par son gouvernement, soil qu'il ne vit 
lui-meme aucun inconv(5nient a nous eclairer, le commissaire du 
gouvernement Siamois, bomme fort courtois et agreable nous donna 
les indications suivanles sur les lerritoires qui avaient fail reccmment 
Tobjet des discussions les plus vivcs entre nous el les Anglais. La 




E.6iffiiuit,D«1. 



■n Indo-Chlne par M. Lorivrc-PoDlilii. 



6 MISSION PAVIE 



prinripaulo de \ieng-Khonp, doiit la capilulo cHail alors Miioiig-Sing et 
qu'il avail \isileo liii-nirme ranneo pircedonle, so coinposail. suivant 
liii, d(* deux paiiies dislinctos. siluees sur los deux rives du Mekhong. 

La rive droile avail eie autrefois colonisee par un roi de Xieng-Tong 
qui, pendant une eliasse a relepliaiil s'ctail laisse attirer de ee eole el, 
seduil par la heaule des lieux, y avail coustruil une residenee pour Tune 
de s(\s feinines, souche initiale de la fanulle prineiere de \ieng-Klieng. 

Quant au lerritoire de la rive gauelie situe entre Muong pou klia 
et les Sipsong-panna, il aurait lout dabord dependu dc Nan qui y 
possedait Ics quatre distriets dc M. Sing, de M. Long, de M. Mang 
et de M. Mang. Plus lard, les Birnians ayant, au cours dune inva- 
sion, etendu leur doniinalion sur la pluparl des prineipautes laoliennes 
qu'ils devasterenl, Nan suivit ie sort eomnuui, avec toules ses depen- 
danccs, y eonipris les quatre nuiongs precites. [jes Hirmans furenl par 
la suite repousses par les gens de Nan, qui renlrerent en p«)ssesslon de la 
totalite de Icurs anciens tcrritoires, au eonimcneenient du viV' sieele, sous 
Ic roi (Ihang-plieuk dont les ehroniques loeales eelebrent les hauls fails. 

D'apres Ic eommissaire Sianiois, e'etail pour ees motifs parfailenient 
eonnus que, lors des negoeiations au sujet de la delimitation anglo- 
siauioise, le gouverneinent de Bangkok avail revendique aupres des 
Anglais, les droits de Nan sur la partie rive gauelie de la principaule de 
Xieng-Kheng. Les Vnglais s'etaient inclines el le Siam etail rt^ste 
en possession de ces tcrritoires, jusqu'au jour ou rultimatuni de Paknam 
el le traite Le M>re de Vilers nous avaient tout a coup substilues a ses 
droits et pretentions sur la rive gauche du grand lleuve. 

Le eommissaire Siamois alTectait de eroire que la France se desinteres- 
saitde cette partie eloignee de ses nouveaux domaines, alors que rien ne 
pouvail soUiciter davantagc notre attention que la recherche d'unc frontiere 
nette et avanlageuse, sur le lerritoire de Xieng-Kheng, entre nos possessions 
indo-chinoises el celles de la Grande-Bretagne. 11 ne pouvail nous deplaire 
en aucune fa^on, d'entendre le rcprescntant du Siam nous raconler 
les demeles auxquels avail doiine lieu depuis quelques annees, entre 
les agents Anglais el Sianiois, celle affaire du Xieng-Kheng que I' Angle- 



PREFACE 



terre s'elait loujoiirs efforcee de falre passer a nos yeux, comme le 
gage assure et la preuve la mcilleure de ses cxccUentes relations avec le 
Siam. 

Le commissaire Siamois nous apprit aussi que quclques mois aupa- 
ravant, c'est-a-dire au moment ineme oil une commission franco-anglaise 
operait a Paris pour retablissement d'un Etat tampon, des agents Anglais 
a\aient parcouru le pays ; cerlainsd'enlrc eux ne Tavaienl quilte que tout 
recemment, sansdoute a cause de Tapproche de la saison des pluies. 

C'cst ainsi que nous apprimcs que les derniers eflbrls du colonel 
Woodtliorpe et de M. Stirling s'etaient portes sur le tcrritoire de Xieng- 
Lap, localite de la rive droite du Mdkhong ou se Irouvc un bac des plus 
imporlants, que les Anglais se proposaient de rallacher politiquement a 
Xieng-Tong, alors qu'il etait revendique par Xieng-kheng. Xieng-Tong 
devant, au cas de Tetablissement dun Klat Tampon, resler en dehors 
de la combinaison, les pretentions de TAngleterre sur Xieng-Lap se 
rattachaient a celles qu'avaient produites ses delegues au sein de la 
commission, quand ils avaient tout a coup revendique, au nomde Xieng- 
Tong, toute une serie de villages, recemment etablis sur le tcrritoire de 
Xieng-Sen. 

Rien ne soulignait mieux Tinevi table conflit des Siamois et des Anglais 
sur Icurs frontieres, que la singuliere pretention des Shans du Ilaut 
Mekliong sur un tcrritoire inconteslablement Youne, alors que Younes 
et Shans sc deteslant et ne cessant de se quereller, la presence d'un com- 
missaire Siamois a Meky sur la rive droite du fleuve, avait fini par etre 
jug^e necessaire. 

Les renseignements recueillis aupres du commissaire Siamois, nous 
firent considercr comme indispensable une visite immediate a Xieng- 
Sen et a Xieng-khong. Aussi pendant que M. Caillat gagnait directement 
Xieng-Khong avec une partic du convoi, M. Pa vie et moi nous nous 
rendimes d'abord a Xieng-Hai, avec des elephants recrutes a Nan, puis a 
Xieng-Sen, le W mai, en pirogues sur le Mekliok. 

Aucune autorite Siamoise n'osa se montrer pendant notre sejour a 
Xieng-Sen et nous eiimes toute latitude pour faire connaitre aux autorites 



8 MISSION PWlfi 



locales quiles ignoraient encore, les clauses du traitc franco-siamois qui 
les concernaient. Nous eumes affaire a des gens Ires [)acifiques et Ires 
bien intenlionnes, avec lesquels il fut aise de s'enlendre pour Ic choix 
d'un teriiiin destine a Tagence coinmerciale. Avec M. Pavie, je visitai 
quelques villages dependant de \ieng-Sen sur la rive gauche du Mekhong 
et nous primes ofliciellement possession du lerriloire. 

Pendant plusieurs annees, des commissions anglo-siamoises avaient 
oper^ dans ces parages, mais sansaboutir aaucun resultat s<5rieux, sauf sur 
la rive droite ou les Anglais, en s'altribuanl la frontiere du Nam-Heuok, 
avaient englobe toute une parlio de lerriloire de \ieng-Sen, figurant encore 
comme Siamoise sur les carles de Texpedition de l^grec ; une douane 
fonctionnait, au moment de noire passage, au ccmduent du Xam-lleuok 
pour le comptedu roi de Siam. el a M. Pong, pour celui du roi de \ieng- 
Tong. Sur la rive gauche ou auciin arrangement n'elait encore intervenu, 
il ne cessait, a la faveur de eel elat de choses, de surgir de nouveaux 
villages, peuples d'emigranls venus du nord-ouesi, qui ne prelendaienl pas 
discuter aux Younes la domination du sol, mais qui s'appuyaienl sur le 
roi de Xieng-Tong pour refuser Tiinpol aux auloriles locales. 

En descendant le fleuve pour nous rendre a Xieiig-Khong, il fut facile de 
conslater que ce qui pouvait a la rigueur donner lieu a des malentendus, 
dans le voisinage meme de la frontiere, ne se jusliiiail plus en aucunc 
fa^'on dans des lerritoires (pii n*avaienl cesse a aucunc epo(|ue d'etre 
regis par les auloriles locales. La, les nou\eaux venus n'osaient pas 
s'appuver sur le roi de Xieng Tonjj; el il elait par consequent facile de 
demoiilrer quece prince n a\ait pas le moindre droit a faire valoir, hors 
de son lerriloire. 

Toutefois la presence encore toule recente d*un agent Anglais dans le 
voisinage de Xieiig-Sen, sur le .Nam-Sai, on sous pretexle de poursuivre 
une bande de malfaiteurs, il s'elait monlreavec une troupe armee, nous 
prouvait combien il elait urgenf de prendre des precautions. II con- 
venait aussi de prendre le plus rapidement possible des mesures, pour 
que le voisinage du commissaire Siamois inslalle a Meky n'entravat 
en rien la liberie d'aclion des auloriles locales, seules responsables de la 



PREFACE 



police, suivant les lermes du traite de 1893, dans la zone reservee des 
vingt-cinq kiloni^lres. 

L'installation immediate a Xieng-Sen eta Xieng-khong, d*agences pre- 
vues par le traite, et dont la creation avail eteannoncee aux autorites Sia- 
moises pendant noire sejour a Bangkok, nous parut le moyen le plus effi- 
cace, et il fut aussitot decide que j'accompagnerais M. Pavie jusqu'a 
Luang-prabang, puis tandis qu il poursuivrait sa mission, le long du 
M^khong, jusqu'en Cochinchine, je remonterais moi-meme vers Xieng- 
Khong et Xieng-Sen, pour execnter la parlie la plus urgente de notre 
programme et surveiller la region dite de I'Etat tampon, jusqu'au mo- 
ment de notre rencontre a Muong-Singavec des commissaires Anglais. 

Ce fut la le point de depart de ma seconde mission. 



NOTE 



Avant perdu successivemcnt mes appareils et mes cliches photographiques, dans 
les rapides du Mekhong et dans Tincendie de Luang-Prabang, j*al di^ recourir pour 
rillustration de ce volume, a Tobligeance de M. Pa\ie, du commandant F'riquegnon, 
de M. Macey el du D' Lefevre, qui ont bien \oulu meltre un certain nombre dVpreu\es 
k ma disposition. Le prince Henri d'Orlc^ans m*a ^galemenl autorise h puiser dans 
ses collections, ou } ai pu me procurer de fort precicux documents. 



PREMIERE MISSION 



DU MEKHONG A HANOI 

A TRAVERS LES SIPSONG-PANNA 

ET LES SIPSONG-CHU-THAI 



23 avril - 27 juin 1891 



CHAPITRE PREMIER 
I PANG 

23 a\nl-]l mal IK91 



Je venai? dc visiler avec M. Pavie Xiciig-llung et les Sipsong-panna, 
quand le 23 avril JSUI, coinme nous arriviuns lous deii\ sur le 
MiSkliong, au bac de Pak-Kong, le plus nip|H-ocln; dc la fronlierc do 



14 MISSION PAVIE 



Yunnan, M. Pavie me fit part d'une decision qiril venail de prendre : il 
allait gagner le Tonkin, par une route nouvelle lout enli^re en terri- 
toire chinois, passant par \fuong-Le * el Vlan-llao sur le fleuve Rouge. 
Quant a moi, jc serais cliarge de rainener le convoi jusqu'a Lai-Chau, 
apres quoi je le rejoindrais a Hanoi dans le plus bref delai. 

Tandis que le chef de la mission me communiquait ainsi ses inten- 
tions, je Tecoulais en silence, en proie a des sentimenls tres divers. 
Depuis la lin de Tan nee 1889, oii le Minislere des affaires ^trangeres 
m'avait adjoint a sa mission, en qualile d*altaclie d'ambassade, je n*avais 
pas quilte M. I\ivie ; j'avais parcouru avec lui une grande parlie de 
rindo-Chine, associe de la fa^^m la plus direcle a son ceuvre, puisqu'il 
me faisait part de ses moindres inlenlions el qu*il nravait confie la 
redaction de noire conunun journal de marche. A ses coles j'avais peu 
a peu acquis une cerlaine experience, niais mon iniliativc n'avait pas 
encore on roccasion dc s'cvercer. Aussi la resolulion de M. Pavie me 
causait-elle nalurellenieiit quelcpie inq)rcssion. Je me fcHcilais de celle 
marque de confiance, mais je regrellais en meme lemps. d'elre oblige de 
m'arrcter au scuil de la Tcrre promise, dc cc \unnan donl j'etais si 
proche depuis quelques semaines, mais oii je n'elais point adniis a penelrer. 

(testators que jc priai .\f. Pavie. mon relour devant s'effecluer tout 
enlier a travers un Icrriloire (pie je coimaissais deja, de mautoriser a 
faire, avantde rclourner aLai-dhau. un crochet (hms ladireclicm dlpang. 
Je (Icsirais rcconnaitre ccllc region du ihe qui nous attirait depuis si 
l()nglcnq)s, dont rcxph»ration avail ele un des buls primilirs de noire 
voyage, mais donl les hasards de la roule nous avaicnt tenus jusqu a 
ce jour ecartes. M. Pavie y conscnlil d'autcmt plus volontiers que Deo- 
van-tri, notre conqiagnon, altachait a celte visile d'lpang le plus grand 
interet et que depuis le commencement du voyage il ne cessait de nous 
parler a toute occasion, de sesprojets commerciaux dans la region du the. 

Tout d'abord, il avail ele dans rintention de M. Pavie d'emmener 



1. L'abroviation M dcvaiil uii nom de lieu devra cHre hie Muong. Le Muong est 
une circonscriplion lerritoiialc en usage chez les populations de race thaie. 



avec lui Deo-van-tri au Yunnan. Scs relations avcc Ics autoritos chinoises 
de la Aonticrc, relations cIuch luut autant a la situation ^L-ogruplii(|iic dc 
son lerritoirr. qua des ancicns liens de ramille ct au rote politicpie qu'il 



Pig. 2. ~ Id Ut<!Joa IciiDie a Xleng-tlung. 
M Vide Deo-iDO-lri. M. Piivie. M. Mtuif. M. I^revrs-PoDUll) 

avail joue dans la province, sous le vice-roi Som-Koum-Pao, au temps de 
la guerre fmneo-cliinoise, (out coritribnait u faire de lui un guide ties 
esp^rimcnle dans cette region qu'aucun Franfais n'avait encore viaitec. 



16 MISSION PAVIE 



Deo-van-tri lui-nieme avail paru tout (rabord Ires dispose a accompa- 
gner le chef de la mission, mais depuis quelque temps et a mesure que 
s'approchait le moment devecuter ec plan, le desir du Tliao semblait 
s'affaiblir. II parlait sans oesse de Tobligation on il elait de rentrer chez 
lui, pour les travaux des champs, au commencement de la saison des 
pluies ; au fond il se souciait mediocrement daller au \unnan prendre 
contact avec des mandarins de jrrades divers, qu'il avait connus jadis el 
dont il aurait peul-elre a subir les reproches, a cause de sa recenle 
soumission a lautorile de la France. 

Des qu'il connut la decision de Nf . Pavie, Deo-van-tri manifesta une 
grandejoie et, de soufirant qu'il se pretendail depuis quelques jours, ilde- 
vint tout a coupaussi bien portant quil Tavait ele aux meilleures heures 
du voyage. A ce moment, on vinl nous annoncer la visile d*un oflicier 
Chinois qui demandait a nous parler. (detail im charmant jeune homme, 
envoye au devanl de nous par les autoriles de Sse-\fao et qui nous atten- 
dail au bac de l*ak-Kong depuis vingt jours. Ses manieres Ires polies et 
aflables contrastaient singulierement, au dire de Deo-van-tri, plus expert 
que nous en la matiere, a\ec celles du talayet Thao-vi-van, ce Chinois 
de M. Ilai, dont il avait garde si mau\ais souvenir. « Quoi d'etonnant, 
disait-il avec une nai>ete parfaite. (lelui-ci est un petit olTicier, mais il 
est Chinois, landis que Tautre nest (prun Thai I » 

Le bac de Pak-kong sur le Mekhong. oii nous passames toule la 
journee du 2i avril 1891, esl a quaire jours au nord de \ieng-llung, en 
un endroil on les confluents du Nam-Kong et du Nam-Moun se font face, 
sur la rive droite et sur la rive gauche du grand fleu\e. Deuv villages. 
Tun habile par des Lus, Taulre par des Thais Neua', sur chaque rive du 
fleuve, assurent le transbordement descaravanes fort nombreuses, surtout 
en cette saison. 

Le Mekhong esl en cet endroil, si encaisse entre des montagnes 
couvertes de bambous, que sa largeur ne depasse guerc une centaine 
de metres, el que ses eaux s'ecoulent avec une Ires grande rapidite. 



1 . Liis et Thais \eiia. groupos dilTt'rcnts dc la race tha'ic. 



H faul f'tre habitue, commc Ic soul les baleliere do Pak-Kong, au 
regime du lleuve, pour assurer le transport dcs cinq ou six ipille mules, 
qui Iraversent la Ic Mdkhong sur un unique clialand. Les n6lrcs passcrenl 
sans diflicuU^, dans la journee du S'l avril, mais trop tard pour qu'il 
nous ful possible dc gagner ce jour-la une nouvelle etape. Nous en profi- 
tSmes pour causer avec I'officier cliinois install<j au milieu de ses soldats 
fumeurs d'opiuui, a la pagode de Itan-Nani-Moun, et pour prendre 
quetques dispositions rendues n^cessaires par notre proclialne separation. 

Notre passage sur tous les 
points imporlants des Sipsong 
panna avait ele signaltS a lenvoji? 
de Sse-Mao, qui paraissait egale- 
mont charge dc surveiller les 
demarches des Anglais, arrives 
quclqucs jours avant nous a 
Xieng-llung. Les alltjcs et venues 
de tant d'Europdens divers, dans 
ce petit pajs isold inquletaient 
^videmment les Chinuis, desi- 
reux d'en penetrer les motifs ; 
toutefois a notre dgard leurs dis- 
positions paraissaient d'autant 
plus favorables que nousn'avions 

laisse ^chapper aucune occasion F^- 3. - Kbit da terHloire do Xleng-Hung. 

de reconnaitre I'autorite de la 

Chine dans tous les Sipsong panna et que nous avions montre notre 
passeport du Tsung-li-\amen, m?mc aux fonctionnaires locaux qui 
s'en preoccupaient le moina. 

Au cours de nos enlreticns avec Ic jcune lieutenant de Pak-Kong, 
oil il se livra avec nous a un echange renouvele de politesses et de menus 
cadeaux, il nous promit d'ecrire aux postes chinois de la frontiere, pour 
les prevenir du prochain passage de M. Pavie et pr^i>arer un excellent 
accueil au chef dc la r ' 



Ig MISSION PAVIE 



Le 25, ayanl quilte le Mekhoiifj: dans la matinee, hoiks arrivions vers 
3 heures a Xieng-Neua, Tune des dernieres localiles Iraversees par la Mis- 
sion de Lagree, avant qu'ellc quiltat I'lndo-Cliine, pour enlrer dans la 
province du Yunnan : cetle route ful longtemps la seule voie d'acces connue 
vers la Chine, de ce cote du Mekliong. A Xieng-Neua comme a Xieng- 
Ilung, nous rencontrames des gens qui avaient conserve du passage de 
la Mission fran^aise un souvenir tres net et tres favorable. Le village de 
Xieng-Neua situe dans une assez jolie plaine depend de ce panna de 
Muong-la-lai, que tons les Lus nous avaient decrit comme le plus impor- 
tant des Sipsong panna el dont le chef-lieu, Long-Tlian est tout proche 
de Sse-Mao. Linlluence des auloriles chinoises sur lout ce district est 
considerable, au point que le chef du panna, un Thai decapite sur leur 
ordre buit ans auparavani, n*avait pas encore ete remplace. 

A Xieng-Neua, le fond de la population est Lu, mais il y a dans les 
environs plusieurs villages de ces Thais-Eo-Lai ' que nous avions deja 
rencontres a M. Pang et qui nous avaient frappes par la beaule de leurs 
femmes et Telegance de leur costume. Nous en revlmes encore le lende- 
main, avant d'arriver a M. Pang, ou Tetape se termina dans une pagode 
chinoise, la seule de ce genre que nous eussicms rencontree pendant tout 
notre voyage : « A la bonne heure, dedara Deo-van-tri, peiulant qu'on 
elalait ses nattes pres des statues grimavantes du temple, ici les femmes 
n'entrent pas comme cliez les Lus et ne viennent pas ecarquiller leurs 
yeux sous voire nez. Voila ce qui s'appelle une pagode ». 

' De M. Pang a M. Hing, il nous falhit deux journees de marche, a Ires 
petites etapes, il est vrai, car nos honuues manquaient d'entrain et la 
pluie avail detrempe les sentiers glissants de la montagne. La premiere 
nuil, le campement se lit au village chinois de (Uian-li-ho, el la seconde 
a M. Iling. Nous nous etioiis d'abord arreles au meme endroit que le 
mois precedent. Les mandarins arriverent en foule el se mirenl a causer, 
remarquant I'absence de M. \ acle, (pi'ils avaient vu a Taller et qui nous 
avail quittes a Xieng-IIung, pour rentrer a Luang-Prabang par la rive 



1. Thais-Eo-Lai, autre i?roiipe thai. 



droite du M^khong. Tons paraissaient lipureux dc nous revoir et vou- 
taienl tirer profit dc notre retour sur leqiicl on ira\ait pas compte. 

On nous apportn le Chiio Mome de \l. Hinff en personnc, tin jeune 
hommc dc 21 ans, paral\ti(pie dp naissance, en iioiis dernaiidanl dc le 
giierir. Devaiit cct appel au niiratde, nous cftnics soin do traverser la vallee 
(In Nam Teu et d'aller oceu- 
pcr la pagode de Dan Kang 
Na. La. un incondie s'etant 
declare pendant la niiit, les 
aulorites vinrerit le leiide- 
main nous averlir que Ic (<iol 
avail punt un niaudarln [ion 
scrupuleux, un accaparcur, 
qui s'etait approprir I'argeut 
dc nos achats. On nous de- 
manda hunibleniciit d'assi- 
guerun nouvel emplacement 
au village ainsi abandonne 
paries bons Gfrnios. Commc 
la veille, nous nous en tira- 
mes par de vagues paroles ct 
en nous prcssanl de faire 
seller nos cbevaux. Lesoirdu 
29, quelqucs instants avanl 
qu'cclati'jt I'oragc qiiolidien, 

M. Pavie et moi nous nous Fig. i — Khasdu Urrlloiro do Xierg-Hung 

installions, pour passer en- 
semble imc derniere nuit en nionlagiie, au village chinois de Lao-peu-Kiai. 
Lao-pen-Kiai selrouvant surleclieminleplusdirocld'Ipanga Ssemao, 
a deux jours de M. La tai par le Nam Sai et a trois jours des villages 
a the, ccst la que nons rcsoh^mcs de nous separer. La soiree du 29 et la 
maliuce du ^iO avril se passerent a regler nos comples. Nous n'avions 
plus gucrcd'argent. Comme Vi. Pavie allaitplus loin que moi, il enpritla 



20 MISSION PAYIE 



plus grosse pari et nc me laiftsa que soixante piastres. C*elait peu pour ren- 
trer h Lai-Chau, mais en depit des habitudes depensi^res de mes compa- 
gnons indigenes, j'etais decide h loutes les economies. Voici les instruc- 
tions verbales que me donna M. Pavie, tout en me laissant pour les ac- 
complir la plus grande liberte : <( Visiter rapidement Ipang et les villages 
« a the, en faisant le leve topographique de mon itin^raire. Gagner ensuite 
(( Lai-Chau par la route de Poufang. M'entendre a Ijai-Chau avec le 
(( commandant du poste et le chef de region, pour le paiement de Deo- 
« van-tri, des miliciens et des coolies. Decider lethaoa m'accompa- 
« gner a Hanoi. En tons cas dcscendre an Tonkin par la Riviere 
(( Noire, avec les jeunes gens dc la famille de Deo-van-tri destines k 
« I'Ecole coloniale de Paris. Le premier arrive au Tonkin devait prevenir 
(( Taut re par le telegraphe. » 

Avant de nous s^parer, nous pumes expedier deux courriers, Tun au 
commandant du poste de Lai-Chau el Tautre au consul de France a 
Mong-tze. En quelques lignes, nous prevenions le (iouverneur general, du 
succ^sde noire exploration, et nous avertissions M. Hocherde Tilineraire 
qu'allail suivre M. Pavie, en se dirigeanl par Muong-Le vers Man-Hao. 
Afin d'eviter a I'occasion toute difTicuhe avec les aulorites chinoises, 
M. Pavie me remit la copie du passeport du Tsung-li-Yamen. J'emme- 
nais comme intorprete le jeune (lambcKlgien kiouaup, un ancien eleve 
de TEcole coloniale qui elait arrive avec nous de France en 1889 et qui 
depuis n'avail cesse de faire partie de la Mission. II ne savail pas le chi- 
nois et commen^ait a peine a sVxprimer en thai, mais la bonne volont^ 
ne lui manquait pas. D'ailleurs Deo-van-tri, si fin et si intelligent, n'avait 
depuis longlemps, plus besoin d'intermcdiaire quand il voulait causer 
avec moi. Avec un fond dannamile, quelques mots de thai et de fran^ais 
nous arrivions toujours a nous comprendre, encore plus rapidement a 
nous deviner. Ainsi la conversation ne manquait jamais de piquant et 
d'interct, mais ma tache n'en elait pa« plus facile. 

Nous nous mimes en route, M. Pavie et moi, chacun de noire cote, 
le 30 avril, a 9 heures du matin. Sur les mamelons deboises, oil les 
roseaux brules commen^aient a repousser, nos caravanes purent s'aper- 



IPANG 21 

cevoir pendant longlemps. J'avais devant moi les vallees du Nam-Kang 
et du Nam-Sai qui serpenlent au milieu de collines ondulees, avant 
d*aller se jeter dans le Nam-Bang. Un bain nous arreta sur les bords 
du cours d'eau, puis ii fallut alteindre en grimpant, de nouvelles cretes. 
Au sommet on decouvrit un panorama immense, s'^tendanl d'un c6t6 
vers Ipang et de Tautre vers Sse-Mao. 

Notre premiere nuit se passa au village chinois de Tao-Sse-San, qui 
dominait le versant dlpang. C'est la que jeus un premier entretien ayec 
Deo-van-tri, au sujel de noire plan de voyage. Monlrant du doigt les 
montagnes qui s'etendaienl au loin devant nous, il mindiqua la direc- 
tion d'lpang et me dit que nous avions tout avantage, au lieu de prendre 
la direction du sud, a nous orienter vers Ban-Noi, qui se trouvait a I'ouest 
sur la route direcle de Lai-Chau ; nous aurions ainsi gagne deux ou Irois 
jours. Je m'effor^ai de faire comprendre au Thao, que du moment qu'il 
s'agissait pour moi d'explorer le pays du the, je n'avais pas inleret a 
r^duire les itin^raires. Ban-Noi faisant parlie du pays d' Ipang, visiter 
Ban-Noi c*6tait, suivant Deo-van-tri, connaltre Ipang. — En r^alite il 
^tait plus presse que jamais de rentrer chez lui et quant au commerce du 
thd, il savait depuis quelque temps, grace aux informations qu'il avait 
prises tout le long de la route, que Ban-Noi, le point du panna dlpang 
le plus rapproche de son territoire, etait un centre serieux d'approvision- 
nement, avec d'importantes maisons chinoises dont Tune faisait par an 
pour 300 ou 400 piculs d'affaires, eldeuxautres, pour 200 piculs environ 
chacune. 

Au mois d'avril, alors que les nouvelles pousses commencent a 
peine k se former, le the est rare et cher et atleint a Ipang le prix de 
soixante piastres le picul. Au moment oil nous arrivions, la recolte du 
fameux the de TEmpereur, dont Colqhoun parle dans son rccit de voyage, 
^tait deja faite. On appelle ainsi le the, de qualile tout a fait superieure, 
compose des pousses les plus tendrcs, qu'on reserve chaquc annee pour 
TEmpereur de Chine. Les quantitds recueillies sont toutes petites, tout au 
plus 50 piculs, dont 20 seulemcnt parviendraient, dit-on, a destination, 
le reste etant detourne en route, malgre la surveillance que Ton exerce. 



22 MISSION PAVIE 



Comme ce the est des plus ronommes el no se trouve pas dans Ic com- 
merce, on comprend qu'il fasse prime. Dailleurs il est diflicile de se 
procurer, sur les marches chinois, du llie d*li>ang authentique, car on le 
conlrefait dans plusieurs villes du \unnan. Le veritable Ipang fort 
apprecie se doiiiie en guise de cadeau, aux fetes de famillc el dans les 
grandes occasions. 

Notre route etantune des plus frequentees par les caravanes a the. on 
y trouve facilement des lieux d'etape. A Han-pou-kagnc notammenl, ou 
se (it notre arret du 1" mai, il n y avail que trois cases habitees par des 
Chinois, mais elles conslituaient une sorle dholellerie ; le vivre v etait, 
ilestvrai, plus dilTicile a trouver que le logenient. Dans toutc la region 
du the, on ne cullivepas deriz et Ton n'eleve que Ires pen de volailles. Les 
muletiers vivent du riz que transportent leurs betes, ou des l<»ves qu'ilsse 
sont procurees, avant de quitter le \unnan. Deo-van-tri pretend que dans 
cette partie de la Chine, la (eve entrc pour une grande part dans Tali- 
mentation des indigenes. Nous en avions fait, au bac de Ban-Pak-Khong, 
une petite provision, mais deja ellc etailepuisee et chaquc soir se renou- 
velail la crise du raviUiillement. 

Du Nam-Hang, par des plis successifs, nous etions arrives dans 
la vallee plus importante du Nam-Bane, que nous avions deja traversee 
plus haul, entre \ieng-Tong et Muong-Bang. 11 ful [K>ssible, malgre la 
rapidile du courant et la prolondeur du cours d'eau, de le franchir a gue 
pres du confluent du floue-pou-Kagne, au croisemenl des routes de 
M. fiang et de M. Iline, en un endroit ou la riviere forme la limite des 
territoires d'Ipang et de M. Itang. Plus haul, en mont^uit vers Ban-pou- 
Kagne, le chemin est dalle a la mode chinoise. 

Nous avions rencontre dans la vallee, sur le bord de Teau, une petite 
caravane d'une dizaine de mules, se rendant comme nous a Ipang. Son 
chef etait un marchand de the Chinois, qui arrivait du Yunnan pour 
la saison de la recolte et des achats. Deo-van-tri engagea la conversation 
avec lui et la reprit le soir, quand il vint s'inslaller dans la maison 
chinoise ou nous etions nous-memes canq^es. Toute la nuit, ce fut 
un babillage ininterrompu qui nrenqiecha longtemps de dormir. Jc 



ir 




$ 



>8 

CO 

I 

a 



es 

s 

o 

cu 

I 

o 

o 
u 

'5 

a 



hi 



24 MISSION PAVIE 



laissais faire, sacliaiit que le lendemain le Thao ine raconteralt louies 
les choses intcressanles qu'ii aurait ainsi apprises. 

Le Chlnois en question, liommc intelligent et fort poli, venait 
de Sin-Y, dans le Yunnan. II connaissait Shang-llai ou autrefois il 
s'elait rendu par le \ang-tse-Kiang : il avait egaleinenl visite Pekin et 
rencontre beaucoup d'Europeens dans ses divers voyages. Tres au cou- 
rant du commerce du the, possedanl mt^me une maison a Ipang, il 
raconla au Thao comment il fallail s*y prendre pour Tobtenir a bon 
comple, en observant que ce commerce elail Ires dilTicile. I)e ses expli- 
cations, Deo-van-tri tira celte conclusion que le mois de septembre serail 
le plus favorable pour Tenvoi de ses caravanes, s'il se decidait a etablir un 
courant commercial entre Ipang et Lai-Clhau. 

Nous renconlrames aussi a Han-Pou-Kagne un Cantonnais, portant sous 
sa blouse bleue luniforme de regulier. II venaitdlpang et se rendait a Pou- 
Eurl. Par lui, nous apprlmesque M. Macey avait passe a Muong-Ilouune 
vinglaine de jours auparavant. 11 nous fit voir plusieurs echantillons de 
the, entre autres une poignee de peliles feuilles blanchatres, menues 
comme du tal)ac chinois bienhache, doutlaqualitesemblait se rapproclier 
beaucoup de celle du the imperial. II disait scire procure avec peine 
cetle petite quantile et pretendait que le kilogramme en >alail une piastre 
a Ipang et trois piastres au \unnan. 

Le ''2 mai, comme nous nous acheminions vers Tetape d'Ipang, en 
franchissant successivement plusieurs lignes de cretes el les vallees 
.^troites du ki-ka-ho. du \am-pou-\ene el du Song-Kou-ho, donl les eaux 
descendent louies au Nam-Hane, nous \imes encore, arrele sous un grand 
arbre, noire ami de la veille, le marchand de the. Habitue a tout le con- 
forlable d'un voyage a la chinoise, il voyageail a petites journees, recou- 
rant, entre deux pipes d'opium, h Tindispensable theiere, par laquelle on 
se laisse si facilemenl seduire. Ce fut pour nous Toccasion de reprendre 
rinterminable causerie commencee sur les lits de camp de Ban-pou-Kagne. 
II nous fallut encore bien des lacets, sur la route dall^e ou Ton avan^ait 
lenlement, avant d'alleindre Ipang, dont le voisinage s'annon^ait par 
quelques maigres plantations de th(5, beaucoup plus rares el plus clair- 



IPANG 25 

semees que dans les superbes jardins de la rive droite du Mekhong. A un 
kilometre environ a vol d'oiseau, apparut enfin la petite ville que j'etais 
le premier Europeen a visiter. Perchee sur une arete au centre decollines 
verdoyantes, Ipang n*est pas un de ces villages chinois en pise, comme 
on en rencontre tant dans les montagnes des Sipsong-panna, encore moins 
un ban ou un miiong en paillottcs sur pilotis. De loin, les toits et les 
murs en briquesdc plusieurs pagodes chinoises annoncent quelque chose 
de plus serieux. A tout instant, nous croisions des caravanes de mules, 
chargees de grands paniers a the qui sen allaient agitant leurs clochettes. 

En entrant dans le bourg, tout chinois d'aspect, j'eus bien le sen- 
timent que je penetrais dans la ville du tli^. Devant toutes les maisons, 
des femmes elaient occupees a trier les feuilles etalees sur des vans, a 
separer les vertesdes hrunes, les petites des grandes. Ces femmes ^taient 
des Chinoises boulottes et polelees, aux picds d^formes, auxquelles etaient 
melees quelques-unes de ces Khong-jen qui forment, parait-il, le fond de la 
population indigene dans le panna d'Ipang, el dont il est question, pretend 
Deo-van-tri, dans le roman historique chinois du Tam-Quoc. De meme 
que les Ou-\his tiennentacHre pris pour des Chinois, les Khong-jen^ font 
tout pour etre consideres comme des Lus. Leurs femmes portent le cos- 
tume Lu, mais on sent bien que pour elles, c'est un vetcment d'emprunt. 
Plus fraiches et plus jolies que les Lues, elles n'ont ni la finesse ni la 
nervosite bardie de nos vendeuses d'etofles des grands muongs. 

A cote du the, chaque boutique d'Ipang offre a I'etalage ces menus 
objets du trafic chinois qui r^vclent, memo chez les plus desherites, Thabi- 
lude de la vente et de Tachat: ici la sapeque regne en mattresse, ce qui 
n'est pas la moindre difference entre Ipang et les localiles voisines on 
Targent se coupe et se pese. Pendant que nous nous installions dans 
la grande pagode, nous fumes assaillis par une foule d'hommes etd'en- 
fantsa longue queue. Leur curiosite une fois salisfaife, ils se montrerent 
fort heureusement d'humeur tres bienveillante, me faisant cortege dans 



1. Ou-Nhis et Khong-jea doivcnt (^tre ratlaches aux groupes Khas du nord de 
l*Indo-Ghinc. 

V. k 



26 MISSION PAVIE 



la rue, pour repousser les chiens qui aboyaienl el se cliasser les uns les 
aulres. 

Ipang se compose dune rue unique sur i'art^te vive <le la col- 
line : des deux cotes, la rue esl hordee de uiaisons a la cliinoise. avant 
assez bon air el niunies dc niodestes auvents. Lc bourg possede cinq 
pagodes. Nous occupions le premier elage de la plus importanle, qui 
^lait divisee en cliambres el en comparlimenls : les autels etaienl riclie- 
ment ornes : la cour pelile el garnie de rochers arlificiels el de rosiers, 
elait enlouree de baliinenls ouverts qui servaienl, aux habitants, dedepols 
pour le the. 

Notre compagnon de route elant arri>e, avec ses mules, peu de temps 
apr^s nous, s'installa rapidement. puis s'enipressa de venir nous presenter 
les chefs des principales maisons dipang. (lomme un peu parloul aux 
Sipsong-panna, Deo-van-tri se rej(uiissail de relrouver d*anciennes con- 
naissances ou des gens qui avaient entendu parler de lui dans Tenlou- 
rage du vice-roi dn Yunnan, a propos de la guerre franco-chinoise. 
Avec ses nouveaux amis, Deo-van-tri alTectail de parler surtoul d'affaires 
et dc faire sonner bien haul son intention d'ouvrirdes relations commer- 
ciales entre Ipang el Ijai-Chau, mais ma presence elait assez significative, 
pour faire comprendre a tons ces gros bonnets, que la partie elait desor- 
mais liee entre les autorites fran^aises et le Thao de Lai-Chau. Personne 
bien entendu uy trou\ait a redire, ce qui, au point de vue des resullats 
de noire exploration, me causait un Ires sensible plaisir. 

C'est a cause du the imperial recueilli dans ses environs, qulpang 
possede un grand renom dans le sud de la Chine. En realite la produc- 
tion dn the dans ces parages est i)eaucoup moindre que sur la rive 
droile du Mekhong. D^autres locaht(?s. telles que fliou, Han-Noi, \o-lo- 
Chan, attirent de ce cote les commer^ants, mais Ipang esl le centre oil se 
trouvent representees les maisons les plus importantes el d'oii Ton 
rayonne le plus aux alenlours. Le th^ ordinaire se vend ici courammenl 
de 7 a 10 piastres le picul, mais la qualite immcdiatement inferieure a 
celle du the imperial atleint, nous dit-on, jusqu'Ji 50 piastres el peul 
donner lieu a des operations trfes fructueuses. 



U est diflicile de preciser tous les avantages que les Chinois sont 
habitues a tirer des manipulations successives des thes c]ui circulenl dans 
la region. J'ai pu aussi observer que, lout en se tenant k I'^cart de ces 
operations commerciales auxquetles iU no sont pas prepares, les Lus de 
la rive droile du Mekiiong gagnent bcaucoup d'argenl dans I'exploitation 
de leurs plantations, taiidis <|ue sur la rive gauclie, los Chinois ont tout 
accapare et qu'ils se livrent sur place, aii\ 
melanges et aux triturations, dont ilt> tirent 
une bonne partie de leurs benefices. Quand on 
a sous les jeux une de ces gaieties rondes 
entasB»5es dans des paniers. au nombre de 68 
le picul, qui se debitent a Mong-t/e, a Laokay 
on mcme a Hanoi', I'aclieteur ne sait gutro 
comment elles ont ele composees; les mar- 
cbands cbinois d'Ipang qui coagulcnt les feuJIlcs 
dc tbe a la vapcur d'eau. pour fabriquer ces 
gaieties, sonl h coup sftr mieux renseignes. 

Ajant tire des marcbands d'Ipang les ren- 
seignenients qn'ils ctident disposes k nous 
Tournir, nous n'avions aucune raison de pro- 
longer notre st^jour dans ect endroil. Nous 
partimcs done le Icndemain pour Ban-Noi, 
accompagnes par un Chinois marcband du 
Kouy-Tcheou, qui nous dit ronnaitre fori bicn 

Muong-Lc et qui s'arrt>ta comme nous, le soir, serviieur. do l)l»-*»n-iri 
a Soung-Kiay, village Lolo fort depourvu de 

vivrcs, comme tons ceux dc la region. Cc village est I'un de ceux oii 
Ton recoUe le meilleur the, mais ii nc nous parut point que los planta- 
tions y fussent plus importantes qua Ipang. Nulle part do forots onibra- 
gees comme aux environs de M. Hai, mais, dc loin en loin, quelques 
petits groupes d'arbustes rabougris et mousscux, sur les cotoaux domi- 
nant le cours du Ta-pa-tcha et du Sou-Kouk-ho. 

Les Lolos de Soung-Kiay etaient vC'lus, comme la plupart des autres 



28 MISSION PAVIE 



montagnards, a la mode cliinoise. Quelques-uns avaient pourtant des 
galons bleus a leur vcsle blanche et sur la li*le uii grand turban sombre, 
comme les Yaos. La loilelle des femmes, dun caraclere plus particulier, 
consistail en uii pantalon, une longue lunicpie bleue a galons blancs, un 
lablier bleu a baiides rouges el a boutoiisd'argenl, avec un etui a aiguilles 
en forme de chatelaine garni de perles de verre ; sur la tele, un large 
turban comme les hommes. 

De Soung-Kiav a Ban-Noi, la route continue en montagne, mais, 
quiltant la direction d'l-llou, qui se trouve an sud. h deux journees de 
marche. elle reuionle vers le nord-esl. On suit pendant un certain temps 
la vallee du Nani-Se, on les f^us de Ban-luong cultivent quehpies rizi^res: 
puis, par de fortes coles parsemees de jardins a the, on seleve vers une 
arele assez semblable a celle d'lpang. (I'esl llx que se trouve Ban-Noi. Ce 
bourg chinois, aussi grand que celui dlpang, maisbeaucoup moins anime, 
se compose egaleinent d'une rue unique, au bout de laquelle se dresse 
une grande pagode on se lermina noire elape du 'i mai. 

A mesure que nous avan^ions dans le pavs du the, les vivres se fai- 
saient plus rares ; nous eiimes a Ban-]\oi toute la peine du monde a nous 
ravitailler, et, sans noire ami le (Illinois du Kouv-Tcheou, nous n aurions 
pu nous procurer ni paddy pour nos Indies, ni riz pour nous-meines. 
Deo-van-lri et ses hommes conunen^aient a se ])laindre fortemenl, mais ne 
faisaient rien pour facililer ma tache, dans ce centre (ihinois, oil il leur 
eut ele plus facile qu'a moi de se faire ecouler. Dans la soiree du 5 mai, 
comme il a\ail plu toule la journee, el que, sur les senliers de numtagne 
si glissants, nos mules s'elaient elalees bien des fois, I'elape se termina sur 
un sommel inhabile, au campemenl de Lu-Thang, ou nous eumes a peine 
le lenq)s de dresser quelques abris de feuillages, avanl d'etre surpris par 
un formidable orage qui nous accabia toule la nuil. 

(]e fut le moment assuremenl le plus penible de loul noire voyage, 
et, connne nous etions sans vi\res, je ne pus m'empt^cher de faire sentir 
assez vivemenl a Deo-van-lri que son concours elail insuflisant, alors 
surtout qu'il sagissait du bien-etre de ses hommes. A cela, le Thao 
n'avait rien a dire, sinon que, si je Tavais ecoute, nous serions depuis 



plusieurs jours dans un pays lieaucoup mieux approvlsionne et qu'une 
fois sur son territoire, je verrais tos vivres aflluer de tous les c6t6s. 

En sommc, j'avais realise mon but; la visite du pays du ih^ ^tait 
aclievee el les routes (^talent desormais ouvertes enlre noire territoire et 
celui d'Ipang. Tout )e restc m'iniportait asse/. peu. En quittant Ban- 
Noi, j'avais traverse les dernicrs jardins a the, Leaucoup plus fournis 
que les precedents, el j'avais constate que les pentcs sur Icsquelles ils se 



trouvent, dominent un allluent de la Ilivierc Noire, ce qui met Ban-Noi 
dans notre zone d'aetion commerciale la plus immediate. II ne tenait 
plus qu'a nos compalriotcs du Tonkin de tii'er desormais parti des res- 
sources que nous venions de dccouvrir el qui, placces dans Ic voisinoge 
de nos fronlieres, domient un grand interet a cette partie trop peu appre- 
ciec de nos possessions, qu'arrose la Riviere Noire. 

N'y a-l-il pas quclque raison d'esperer que la production du th^ se 



30 MISSION PAVIE 



multipliera un jour dans ces regions el qu'elle attirera des planteurs 
fran^ais, disposes a appliquer par ici, les procedes perfeclionnes qui font 
la richesse de Ceylan, de TAssam el de Java? On pourrail des a present 
encourager la production du the, parloul ou elle exisle deja, el particu- 
lierement dans les Sipsong-chu-lhai, lerriloire fran^ais, a Muong-Te, au 
Nam-.Mi, a Luan-Chau, dans des endroils on le the vient a merveille, 
mais on les habitants en liinilent la culture, faute de debouches, a leui-s 
seuls besoins, el on il suflRrait peul-elred'encouragenienls, el d*un courant 
commercial bien organise pour altirer rinlelligence el ractivile de nos 
nationanx. 

I)eo-van-tri se rendait bien comple de tout cela. Aussi appreciait-il au 
fond, plus quaucun autre, le petit detour que je I'avais pousse a accom- 
plir. II me parlait sans cesse de ses projets d'avenir, des caravanes qu'il 
comptait envoyer a Han-Noi a la saison suivante el des itineraires quil 
s'agissait maintenant dcludier pour lrou\er les chemins les plus directs. 

Des sommels dominant le Nam-Ping, don nous decou\rions un 
panorama etendu, vers le bassin de la Hiviere Noire et les sources de 
Nam-llou, nous descendlmes, dans la journee du (5 mai, au milieu de 

verilables fondrieres, dans les rlzieres voisines du Nam-llou, au\ envi- 

I 

rons de Kieng-Seo, ou nous avions |>asse le 18 mars precedent. Le vil- 
lage de Han-Nam-Ping, lieu de notre campement, etait habile par des 
Ilan-pa-y, c'esl-a-dire des Thais chinois, qui nous de(*larerenl avoir 
re^u, vingt-qualre jours aupuravant, la visile de M. Macey, arrivant de 
\ieng-IIung par l-llou. Malgre la rarete du grain, qu'a cetle e|)oque de 
I'annee, les habitants pen prevoyanls. sont obliges dallerchercher jusqu'a 
Muong-Le, nous fumes assez hcureux pour Irouver du ri/, (|uclques 
volailles et un toil hospitalier. 

Le lendemain, je lachais la boussole el nous allions coucher a Bo- 
Sao. (^iOmme au premier jour, les sites verdoyanls, fulaies el clairieres 
en terrain plat du haul Nam-llou me seduisirent, et je me dis que ce 
serait pour des Europeens, un lieu de residence sans egal dans cetle 
Indo-Chine du nord, oil la brousse et la monlagne tiennent unc si 
grande place. Unc telle solution ne me paraissait point irrealisable. 



quand jc mc tlisais que nos fiontiercs n'^taiciit pas encore delimitees 
avcc la Chine, et que si nos revendications conlre le Siam ^taicnt ecou- 
tees, nous senons un jour mattros de la toUdile du bassin du Nam-Hou. 
Cominoiil lie ]>as foire, on ofTet, dcs sacrifices pour nous assurer 
la possession du territoire Ic plus enviable de ce haul pays et le voisi- 
nage immediatdc la region du ihe? Noti-e pxploraliou dos Sipsong-panna 
aboutissait a celtc conclusion el, je dois le dire, les conversations que 



Fig, 7. — Femim Lue tluant »u metier. 

j'eus a nion passage a Ho-Sao, avcc la mere du Cliao de M. Hon, qui 
nous avait precedemment si bien revus, ne me decouragerent en aucune 
fa^on. Ellc aussi, comme la plupart des mandarins du pays, appreciait 
noire amilic, qu'elle aurait etc heureuse de voir se transformer en une 
protection plus direcle. 

Comment lous auraient-ils pu oublier le service signale que nous 
vcnions de leur rcndrc, en for^ant h la soumisston, Ngujcn-Cao et 



32 MISSION PAVIE 



la bande de pirates qui, pendanl des annees, les avaient pilles, ran- 
^onnes et forces mfime k s'expalrier ? Ces fails si recenls s'im- 
posaient a leur souvenir el a leur reconnaissance. lis ne pouvaient pas 
non plus oublier que la Chine n'avait rien fait pour les defendre el que 
notre superiorile ^tait a cetle heure si bien rcconnue, que meme leur 
redoutable voisin, le Thao de Lai-Chau, s'honorail dc parailre a nos 
cotes. 11 iniporlail de laisser le temps faire son <i»uvre et developper ces 
heureuses tendances ; mals, me rappelant la demarche faite par les man- 
darins aupres de M. Pavie, pour faciliter le retour a M. llou des trois 
cent soixante families Lues refugiees sur le lerritoire de !VIuong-Nan, je 
leur declarai que nous ne perdrions pas de vue eel objet et quits pou- 
vaient continuer a avoir confiance dans nos bonnes dispositions. 

Les Lus sont de grands bavards: aussi les nouvelles circulenl-elles 
d'un muong a Taulre, avec force amplifications et commentaires. Le 
bruit avail couru a M. IIou que la Mission avail ei^ massacree sur la rive 
droite du Mekhong par les gens de M. llai ou de \f . kie ; c'est a peine 
si le recent passage de M. Macey dans la region etait parvenu a entamer 
cette legende. En revanche, j'eus le plaisir d'apprendre, par des gens 
qui avaient ele porter du sel a M. Le et (|ui en revenaient avec du riz, 
qu'ils avaient rencontre la-bas M. Pavie trois jours auparavanl. Le chef 
de la Mission paraissait en bonne sante et se disposait a poursuivre sa 
route vers le fleuve Houge. 

Le commerce du sel et Televage des banifs sont les principales res- 
sources des Lus de Bo-Sao, que Ton appelle aussi Bo-Kleua, c'est-a-dire 
puits a sel. Par extension, on donne parfois le nomde Ko-la, puitsa thf^ 
a certains villages ou le precieux arbuslo est cultive. Tres contraries 
dans leur exploitation et dans leur commerce par les Chinois, qui leur 
imposent des droits et qui essaient de faire prevaloir les produits de leurs 
propres salines, les Lus se plaignent a qui veut les entendre de la tyran- 
nic chinoise. lis se lamentent aussi el a bon droit sur le sort de leurs 
bestiaux, que les epizootics ravagenl Ires frequemmenl. Au moment de 
noire passage, la pluparl des ba;ufs venaient d'etre enleves, et pour tirer 
au moins parti de leur viande, on avail abattu les plus resistants. 



Lc jour ou i) sera poi^sible Jc fuJre proliter Ics populations de nos m^- 
liiodes europeennes contrcla diflusion dcs llt^aux, les Sipsong-chii-tai en 
profileront aiilant que Ic« Sipsong-panna. car ce torriloire psl acluellc- 
meiil a peu pres depourvu de b^les a comes et par suite Ics moyens de 
transport lui font dofaut : nous avons inter^t a nous procurer, Jusqu'a 
nouvel ordre, dans le bassin du Nam-Hou les boeul's qui nous sont indis- 
pensables et qu'on peut y acbetcr au prix de neuf ou di\ piastres. Ainsi 



8C developpera peu a pen, enfre les deux pays voisins, le commerce 
interrompu par bieii des annees de troubles ct par la politique mesquinc 
des Annamites. Malhcureuseincnt, les llos montagnards, quoique moins 
dilTicultueux que les Lus, ne comprennent guere la valeur de I'argcnt 
qu'ils cmploient presque exclusivcment pour leur parure. En dehors du 
troc, ils n'apprccieiit que 1' opium qui fait [lartout des ravages. 



3'i MISSION PA.VIE 



Dans les villages que nous avions deja visiles a Taller, et oil on nous 
vil revenir avee plaisir, a Han-Vao le 8 inai, a Kouang-liou-line el a Tali- 
Sine les jours suivants, Deo-van-tri averlit les Yaos', les Ounhis el les 
Lolos, que son lerriloire elail desorniais ouverl a lous les hommes de 
bonne volonle el que eeux qui voudraienl venir s'j inslaller, seraienl les 
bienvenus. 

Par une serie de bauleurs deboisees el en parlie cullivees, nous 
elions arrives le 1 1 mai, k la ligne de partage des eaux du Nani-Hou el 
de la Riviere >ioire, qui separe aussi le lerriloire de M. Hou de eelui de 
Lai-Chau. Par une sorle de caprice, assez liabiluel aux proprielaires, 
Deo-van-tri, qui ne se.lenail pas de joie, s'amusail a longer les murs el 
a enlrer par la pelile porle. Deboulinanl plutol que descendanl les flanes 
escarpes du iNam-Ima, nous arrivanies ainsi au fond d*une gorge sau- 
vage, oil noire campemenl s'^lablil, pres des cases abandonnees d'un 
pauvre lianieau Yao. 



1. Los Yaos son! eirangors nupa>s, laiulis quo les Loins v sont fixes depuis long- 
loinps et que les Ounhis jMraissent i^lre la }M>pulation la plus ancienne. 




Fi^. 9. — Bracelet ^maill^ de Lai-Chau. 







C II A PIT RE n 
LAI-CHAU 

13 iii.ii-31 inai 18^11 



il est ditlScile d'oxprimer Iti joie que niani Teste rent Deo-vaii-tri et ses 
compagiioiis, le jour oil its remirent le pied siir Ic sol natai. Du ravin oii 
nous etioiiR campes, nous apercevions aii-dessiis dc nous, do lianlcs mon- 
tagncs et un sentier a pic on iios mules avaient failli sVfTondrer : partout 
a I'entour r»?gnait la broussc depotiivtie de ressoui'ces et d'liabilants. It 
falhit nous contenter cc soir-la d'tui pcu de riz, de racines et de palates, 
<{u'uii honime de I'esrorte avait el(' cherclicr die/ les Yaos dc la uiontagne. 
\Ialgre cela, tout Ic nioiidr ctait content, car il ne fallait plus cpie (picl- 
ques jours d'effort, pour relrouvor la riziere, la maison famitiale et les 
franclies lippecs. donl les Thais blaiics iie se privent gntre, qnand ils peu- 
vent sc les procurer h bon coinptc. D'ailleura, dc ccs forels, dc ces mon- 



36 MISSION PAVIE 



lagnes si peu habitues, I)eo-van-lri, ne saurait-ilpas, s'il le fallait, tirer le 
necessaire el meme le superllu, cominc en lanl de circonslances de 
guerre ou de paix, ou, chef militaire el feodal, il avail si merveilleuse- 
menl maiiifesle son auiorile el son pouvoir? Moi-ni^me je nie laissais 
peu a peu gagner par la joie de nies compagnons, car sur celle terre 
sauvage de Lai-Chau, je nie sentais deja un pou chez moi. 

Apres un jour el quelques heures de uiarclie Ir&s rapide a Iravers un 
pays inhabile, oii nous n'avions renconlre que quelques Ounhis el un 
groupe dhommes de M. liouni, qui allaienl acheler du sel a Bo-Sao, nous 
alteignlmes enfin Poufang le 15 mai. La caravane n'elail pas au com- 
plel : nous avions laisse par derriere quelques Irainards, que la rapidile 
de noire allure faliguail el qui se sentaienl en siirele sur le terriloirc de 
leur mattre. 

Le premier jour, nous avions dcpasse le eainpeinenl du Nam 
Ping, faule de vivres, car pcrsonnc ne nous v atlendait, ol nous avions 
poussc jusqu'au Pang-pouci. clairicre ou jadis les Lus el Ics Thais blancs 
echangeaienl leurs serments solcnnels de bonne ainilie. La nos guer- 
riers avaienl oflerl un sacrifice au\ Gcnics dcs hois el des eaux, sans 
doule pour les renicrcier de leur protection. Je vis pour la circonslance 
immoler un poulel donl je uie serais fort bicn conlentc, car a celle hcure 
la chassc ne nous avail pas encore procure la moindre ressource. Nous 
avions pourtanl rencontre dcs elephants enlre le Nam-Ping el le Nam- 
Kiong-Kong. Comme nous traversions les jeunes herlmges verts de la 
montagne, tout a coup, un magnifique pachydernie pourvu de superbcs 
defenses, s'etait presente a deux cents metres. Nos Thais Tavaicnt vise avec 
leurs fusils (Iras, mais sans succes ; Tanimal s'etail retire majestueusemenl 
dans un fourre, qu'il ne fit que traverser, pour reparaltre ensuite avec 
trois autres compagnons. Aucune ballc malheureusement ne put les 
atteindre. 

A Pou-fang, donl le hameau comple quelques maisons habitees par des 
Yang*, on put consacrer une journee enliere au repos des hommes. On 

1. Les Yang paraisscnt ^trc un croisenicni dc (^hinois el de Thais. 



leur distribua tiu Hz, on tua pour eux un cochon, rt la gaiety ne cessa de 
regner an cumpement jusqu'a la fm du jour. Dco-van-tri congedia en cet 
endroit Ics coolies Ounhis, 
qui nous avflient accompa- 
gn^s pendant lout notre 
voyage et les pa\a avoc du 
sel qn'il s'elait procure a Bo- 
Sao. Le Tliao qui, par ses 
pirogues de la Kiviere Noire, 
communique avcc le Delta, 
alimente en sel marin lout le 
pays situe enlre Quine-Hai 
et Moung-Tong. II aurail 
voulu en transporter Ju^qu en 
Chine, mais les Cliiiiois s'y 
opposaicnt, tcnnnt a mono- 
poliser CO commerce. 

L'importance du com- 
merce du sel dans les tixin- 
sactiuns enlre crs populations 
primitives est Ires grande. 
On pent aiTirmer hardimcnt 
que c'est cette denree qui, 
dans la majeure partic dc 
rindo-dhinc, cxerce la plus 
gi'ande iniluence sur la direc- 
tion des couranls commer- 
ciaux. Jamais les Klias nc 
sortiraieni dc leiirs villages, 
si, a certains moments, le 
besoin du sel ne les poussait 

, ,1 , , ■ , rig 11, -Un Y«ng. 

a alter troquer au lorn tcur 

riz, lours piments et leurs patates. J'appris par la suile que quelques-uns 



38 MISSION PAVIE 



dos trenlo Ouiihis qui nous avaioiil arcoinpaffiies au Sipsong punna, 
s'elaient assoz inal Iromt's de lour loiifrue excursion en pays etranger, 
hien que les vivres leur eussenl ele loujours Ires largement repartis. 
\ous en avons conclu qu*il ne fallail rien negliger, pour suhslituer le 
transport animal a Tusage des coolies, (|ue Tabsence de Ixeufs porteurs 
ou de mules rend souvejil neeessaire dans loule Telendue des Sipsong- 
clm-thai. 

Parnii les Klias les plus aneienneinent etablis dans la region, sont les 
Phanas qui, en qualite de possesseurs primitifs du sol, prelendent ^Ire 
Irailes sur le meme pied que les Thais et ne font pas Toflice de coolies 
reserve aiy^ Asong, aux Ounhis el au\ Lolos. Poulang el Lifang dont 
le nom thai est Muong-Ping, eompteiil en>iron 1500 habitants Khas, 
alors que leurs rizieres pourraieni nourrir 500 families. Ix*s Yaos, les 
Lolos, les Ounhis, les Phanas, les Asong, les Kong, le Quane-Linc et 
les Quane-Anc sont toutefois plus nond)reux cpi'on ne pourrait le penser 
en parcourant le pays, car par (*rainle des pillages el des requisitions, ils 
out pris riiabitude depuis longtem|)s de dissinnder leurs villages. 

Ce sont des elements indispensables, dans un pays de forets el de 
montagnes, on le sol ne so prete gueie aux grandes (exploitations agricoles. 
Ne fiit-ce que pour Tentretien des routes, pour la fourniture des vivres, il 
est neeessaire d'eneourager les Khas et de les soutenir. Deo-van-tri est 
homme a le comprendie, bien cpie les Thais de Lai-C^hau passent pour 
avoir plutot la main dure, a Tegard de ceux de leur lerritoire. Desiranl 
creer, soil a Poiifang soit h Muong-Miie, un centre inq)ortant de transit, 
le Thao proiita de son passage a Poufang, pour sVnIretenir avec les chefs 
des differentes comuumautes Khas et leur recommander de se mettre en 
garde contre les (Illinois deM. Le, trop disposes a accaparer le produil de 
leurs recoltes, au point de les acculer souvent a la disetle. LcThao promit 
d'autre part une subvention de cin(| piastres et dun bullle, pour toute case 
nouvelle qui se construirait, doniiant ainsi un joli exemple de foodalite 
pratique, qui nierite d etre signale. 

Autrefois toute cette partie du bassiii de la Riviere Noire etait ha- 
l)itee par des Lus, qui cultivaienl des rizieres, partout ou Tirrigalion des 



L.\1-C)I\U 39 

valleoR ctait possible. Vers 1800, la region fut ciivaliio par dcs Birinans 
vcnus dc Sipsong paiiiia. sur I'appel dcs Lus. lis s'empart'rcnl do Pou- 
fang et contiiiuorent Iciir marrlie sur |jai-(^liau. An confluent du ^am- 
Mi, ils rt'iiconlrorcnl uiie cciilainc dc Thais blancs. (pii leiir barrerent le 
clieinin pendant di\ jonrs, maiw <[ui furcnt a la fin forces dc rcculer. Les 



Fig. ]■;, - khs de Lal-Chau. 

Hirmans restferent longteinps dans le pays ct essajerenl de descendre la 
Riviere Noire. Lcs chefs de Lai-Cliau dnrent sc i-cfugier a Van-bou. 
Plus tard, ils I'nrent aasez hcurcux pour rcpousscr lcs Birmuns, mais avec 
ceux-ci, les Lus se retirerent des Sipsong-chu-ThaY ; villages et cultures 
disparurent. 



40 MISSION \>\\iK 

AprSs treittc aiis dc trouble, la vie ii'a commence ii revenir que le 
jour oil la famillc ties Deo a fait sa soumission a la Franco, car, jusque- 
la, les Annamites par Icur esprit I'troit. avaient cinpiV'lie ce pays fronlii-re 
dc se rcpeupler. Pour se defeiidre contre leurs voisiiis, ils s'etaiciit 
appliques a roinpre toiites les communications. Le frere aino de Dei>- 
van-Scng fut emprisonne par eu\, pour s't^lre permis d'aller en Chine 
sans autorisation, et ils nii- 
rcnt a mor( le p^re de Kam- 
Doi pour un prete\te ana- 
logue. 

Deo-van-tri setTor^a, des 
qu'il sciitit la securile re- 
naltre, de faire revenir les 
families r«5fugiecs sur le lerri- 
toire dc Luang-Praltang. II 
avait ainsi t^tabli soixante fa- 
milies tliaics & M. Clia, une 
vingtaine a M. Tong el ne 
desespt^rait pas de voir un 
jour n'paraltre des rizieres et 
des jardins, la oii les ancieus 
emplacoiuents de culture se 
rcvclaicnl, au milieu de la 
hrciusse, par la presence d'o- 
rangcrs et dartres fruitiers. 
Un des meilleurs mojcns 
Fig. n. - khi de Ui-ch.u, <le developper la prosperity 

dans ce pajs, consisterait a 
rouvrir les communicaliona. ciitrc les muongs du tcrritoirc de Lai- 
VAiau el oeux de la fronliere cliinoiHc, egalement habites par des Tliais. Par 
des scntiers a peine frequenlcs, Han-Nam-Ile communique avec le Nam- 
Youm, de 1 autre cotedc la Hiviere Noire : Muong-Tongavec Muong-Boum ; 
Poufang avec Muong-Te, point extreme du Icrritoire de Dco-van-lri sur 



la Riviere Noire. Muong-T6 a nourri, a une certaine upocpie, jusqu'a cinq 
mlllc habitants, alors que la piralcrie rcgnaitdans le resle <les Sipsong- 
chu-lliai. Mais Ic retalilisscmeiit de la j>ai\ et la Li'aiiitc du tigro, qui fai- 
sail cliaque aiinec de iiombrcuses victimcs, a reduit la population i qua- 
rante families. 

Cost encore un noyau suflisant. pour que Den-van-tri soil en mesure 
d'cxercor une surveillance efficace sur la rive gauclie de la Riviere 



Noire, a Icxlremite de son terriloirc, niais sur la rive droilc, les centres 
chinois de M, Leo et M. Le, qui par Tali-Sine et Moc-kha, ont acces 
de ce c(jte, meiitoraiont d'etre surveiil6s davantago. II sera done utile de 
reconsliluer le centre aujourd'hui dispuru de M, Ping, au confluent du 
Nam-Ping cl du Nam-Ma, oil sc drcssait autrefois le village dc Ban- 
Mai, prfcs dc cours d'cau poissonneux, au milieu dc terrains facilcs a 



42 MISSION P.VVTE 

cuhiver : de 1^ on communique directoineiit avoc Lai-CI>au par le !Natii- 
Ma et la Riviere Noire, k I'cpoque des liautcs eaiix. 

En attendant qne cc projel pfll se realiscr, Doo-van-tri s'elait deja 
preocciipe d'or(j;ani«er Muoiig-NIni". qui se trouve plus a porlee de Lai- 
Cliau et comtnandc. outre les routes du Yunnan et des Sipsong-panna, 
celle de M. Ilaliine, par le Nam-La, r"est-a-dire du liaut Nam-llou, et dc 
Xieng-Hung, par le (rrriloirc de Luang-Prahang. I^e colonel Pennequin 
commandant de la region, ajaiil visile com parages en \HMi\, avail vive- 



Fl^. 



menl recommandc au Tliao d'inslaller a M. Mile nn poste dc miliciens, 
el signale aux aulorJtes du Delta rinleret de ec posle. II est ecrtain qu'on 
ne pcut trouver dans loutc la n^gion, uii endroit plus favorable que le 
mamelon ou le Tliao tit alors construire son petit fortin, au-desaus des 
rizi^res du Nam-Miic el du Nam-La. 

Nous renconlrSmes, le 14 mai, a M. Nhie. les gens que Kam-Heun 
avail envoyes au-devant de son frere, el qui, des qu'ils I'aperfurenl, se 
precipil^renl rcspectueusemcnl a scs pieds, suivant I'usage du pays, lis 



LAI-CIIAU 



43 



raconterent les exploits de Kam-IIeun, que la nouvelle de noire chasse a 
lelephant, au mois de mars, avail atlire peu apres a M. Tong, oil il avail 
abaltu en quelques jours un ligre, deux elephants et plusieurs chevreuils. 
Les hoinmes de Deo-van-lri essayerent d'en faire autanl; nous eumes 
ainsi du gibier frais el des poissons pechds a la dynamite, de sorle que tout 
le monde se declara heureux ; el il y avail vraiment de quoi, car on ne 
saurail concevoir un genre de vie plus seduisanl que celui-la. 

Deo-van-lri surtout, ravi de se retrouver chez lui, s'eflbr^ail de doubler 



\ 



n 






II 



1 



--.fis, 



.^^ '^ptf^-t- H*:*- ■■4« i— ■ 



>>. 



H 









V- /.v\ 



> i 



* « 






Ki 



>^"- 










Fig. 16. — La maison do Deo a LaUChau avant sa reslauralion^Cdessin^de Tauteur). 



les etapes. Le 15 mai nous campions a Muong-Tong ; le lendemain on ne 
put songer a s'arreter au Kiane-Phung, il fallut pousser jusqu'au Kiane- 
Kie. Jamais la forel n 'avail ete plus belle qu'a ce moment on les orcliidees 
en fleurs ornaienl les haules futaies, de leurs grappes roses et violeltes. 

Au milieu d'une nature si belle et si puissanle, Tliomme se sent en 
quelque sorle subjugue ; la superstition Tobsede. Hant<5s par la crainle 
des Phyes ou mauvais Genies, les nouveaux habitants de M. Nhifc, lout 



4i MISSIO^ I'AVIE 

recemmenl rapatrlc's. voiiait'iit <k' pefdre lour chef, lis siitiagintTcnl que 
ies Phjes leur on voulaiont rt songrrciit a liaiisporter ailleurs leurs cases a 
peine achevees. La craiiite du dcsliii tieiit uiic si giiinde place dans I'estis- 
tence des Tliais, qu'ellc srt-a lunglemps un puissant obslacle au progres. 
Tout n'csl d'aillcurs pas aisc dans la lutle quo I homnic doit ici 
soulenir conlre les fauves, contre la famine el cunli-e la maladie. Pour 
Temigrc de rctouf, qui trou^ e une forot u defiiclirr, la oil elait autrefois le 
YJllagr de av^ iktos. la taolio est dilficile. II Taut d'al>oi'd deeonvrir nn 



endioil favorable, puis assurer ponilant Irs premiers muis, la sulisislanoe 
de ceux qui sont ro\eiuis el <le ee«\ qui rrvieiidronl. \nssi, a eule dos 
riziuix's a peine defrieliees, voit-on de vasles rham]>s de inai's. 

Pcndanlque les uns s'insUillent, les autresaltendeuldaiis leur retraite, 
le moment d'arriver, Mais souvent. quand oc moinent est vi-im, dos obs- 
tacles imprevus surgisscni. Sianiois comme Laotiens clicrclienl a relenir 
ceu\ qu'ils oiil lai^se s'elahiir elicz eux, et qui quelquefois sont leurs debi- 
teurs. Deo-vaii-tri ma souvent fait observer avec quelle peine les ancieiis 



habilanls de DIen-bien-phu arrivaient a renlrer sur ce tcrritoire, en depit 
des cITorts de M. Pavie ct de M. Massie. II me disait (|ue beaucoup des 
Thai's oi'Iginaires de M. NbiJ;, de M. Tong et de M. Tia se trouvaient 
encore an Ijaos. II y en avail a Hahinc el sur ie Nam-Meuk, dans 
I'enclavc dc \I. Seng aiilrefois enlevce a Dion-bicn-pliii par Luang- 
Prabang. C'etait ccu\-la qu'il eUiit lo plus presse dc voir revcuir. 



Nos dernieres inarches, avanl daUcindre Lai-Chau, furnni parliculi^- 
rement peiiibles. II ne se passait j,'ui'rc d'aprt-s-niidi sans oragc : les 
chemins ^laient devenus detrsUdih's, et souvcnt, la nuit, sousdinsuHisanls 
abris CM feuillagcs. nus couchettes etaicnt inondcos. Au dcia dc M. Tia, 
le cheniin devinl pi-esquc imprati cable, a la suite des dcrniercs pluies, Ics 
cotes claient glissantcs et aussi peniblcs a la dcsccnle qu'a la niont(5c ; 
chevaux et mules s'eflbndraicnt sans cessc el on etait projete k tout 



46 MISSION PAVIE 



instant, sur des bambons brises ou laillds en pointc. Le Nam-IIe, tres 
pittoresque, mais tres gros, ^taitplus terrible que jamais, avec ses gues 
si nombreux, remplis de galels. 

Le 18 mai, nous pAmes malgre tous ces obstacles, alteindre assez 
lot les abris de Ban-j\ani-He, pourrenvoyer le soir meme dans la vallee 
du Xani-Lai, un niessager que Kam-lleun venail de nous adresser. Le 
lendemain matin, malgi*e les bauteurs que nous avions encore a fran- 
chir, ce ne fut qu'un jeu d'atleindre d^s 8 heures, le village de M. Toung, 
a Ten tree de la vallee du Mam-Lai. Nous vimes arriver Kam-Heun au 
grand galop, puis rexcellenl Docteur Peltier, medecin du poste de Lai- 
Chau, lout beureux de me revoir sain el sauf. Jappris |>ar lui que pen- 
dant noire absence, la conipagiiie de tirailleurs tonkinois avail etc changee. 
Peu apres noire depart, le vieux l)eo-van-Seng, pere de Deo-van-lri, 
accomplissant sa promesse a M. Pavie, avail quitle le ISam-Youm, pour 
venir s'installer de nou>eau a Lai-Cliau, dans la maison de ses ancetres. 

Le poste avail doime riiospitalite a Lord Laminglon, un Anglais 
fort recommande par son gouvernement, qui traversail en touriste 
rindo-Cihine. Parti de Itangkok on Tavait vu M. Pavie, il etait passe 
de la vallee du M6nam dans celle de la lUviere jNoire, en Iraversanl, 
au nord de Luang-Prabang, le Ixissin du Mekbong. Arrive a Lai-GIiau, 
dans le conuneiicement de mars, il avail eu Irois clievaux enleves par 
le tigre dans la vallee de Nam-Lai. Vpres deux jours passes au poste, 
ou il fut tres aimablement accueilli par les ofliciers, Lord Laminglon 
s'embarqua sur la Iliviere Noire, pour descendre dans le Delta. 

D'autres Anglais etaient egalenient venus dans la region pendant noire 
absence: \l, Scott, Tun deux, Haul Commissaire dans les Etats Shans, 
avail croisc M. Massie vers les sources du Nam-Ta, alors qu'il revenait 
de \ieng-Hung. L'autre etait M. Arcber, consul anglais a Xieng-Mai, qui 
descendit le Nam-llou, apres avoir visile Muong-Sing et une parlie des 
Sipsong panna. (lies voyageurs avaienl pousse jusqu'a Dien-bien-phu : 
apres un enlretien avec le commandant du poste, ils etaient aussilot 
partis pour Luang-Prabang, en exprimant le regret de n avoir pas 
rencontre M. Pavie. 



I 



Apres une brillanlc cavalcade dans la vallce du i\am-Lai, oil nous 
avions ^l^ rejoinls par la foulv dcs frrrcs, dos nevcux cl des seivitcurs de 
Deo-vaii-lri, nous fimeslclOinai, a deux heui'csdcrapres-midi.unc entree 
triomphalc a Lai-Cliau. Je fus lout de suite surpris par le cliangement 
qui s'y elait opere de|iuis iiion depait. Sur ics inurs en hriqucs eii partie 
mines de la vieille maison des Deo, reluisait une belle couverture en 
paillolles. En quelques jours un village s'elait eleve sur la rive droite de 
la Riviere Noii-e, Le posle s'clail relreci, pour fairc place a des cases 








Fig '9 — IniUllnlioa de Dm 



lu Nam Voiim (dMtln de I'aaleur). 



nouvelles, percli(?es sui- les peiites abniptes de la montagnc. el Ton ne 
ccssait d'en conslruirc, partout oil Ic sol escarpe le permctlail. En ni^me 
temps, la riviere s'^taitcouvertede pirogues; laou, trois mois auuaravant, 
il n'y avait eneorc qu'unc broussc informe, on voyait deja verdir dc 
superbes cliamps de maVs. 

C'etait une partie de laclivile du Nam-Youm transportec de nouvcau 
autour du bois sacrc de la famille dcs Deo. Les Genies de la famille 



48 MISSION PWIK 



Tavaient ainsi decide, car le vieux Deo-van-Seng n*avait pas voulu 
mourir, sans c^trc assure qu'il reposcrail au milieu de ses ai'eux. M. Pavie 
et le colonel Pennequin avaient done reussi, car la renlrde de Deo-van- 
Seng elait un progres, el dejk se iraduisait par les resultats les plus 
heureux, roeuvre de paix et de conciliation, qui seule |>ouvail assurer 
la domination de la France dans les regions les plus eloign^es du Delta. 

Dfes le jour de mon arrivee a Lai-Chau, je tins a aller saluer le vieux 
Deo-van-Seng. II me dit combien il ^tait heureux de se retrouver dans 
sa vieille maison, et combien il se f(^licitait que son fils atn^ (hi revenu 
sain et sauf des Sipsong panna, apres nous avoir donne des preuves de 
son devouement. Je presentai le m^me jour Deo-van-tri au comman- 
dant du poste, le capitaine Galle, qui avaitfait la campagne du Tonkin 
et qui s'entretint aniicalement avec lui de Sontay el de Tuyen Quan. 

J'avais trouve, en arrivant Si Lai-Chau, une letlre de M. Pavie, dat^e 
de Muong-Leo 8 mai. II avait a ce moment, gagne trois jours sur ses 
previsions et se felicitiut de Faccueil re^u a Muong-Le, de la part de 
rofRcier Chinois commandant le posle. Je m'empressai de transmettre 
ces nouvelles ainsi que celle de mon arrivee a Lai-Cliau, au Gouver- 
nenient general, mais a ce moment la commuiiicalion lelegraphique 
entre Hanoi et Son La etant interrompue, j eus le regret de ne pouvoir 
entrer en rapport avec M. Pavie. 

Bien que la caisse du posle ne fiit pas Ir&s fournie, je pus heureuse- 
ment regler aussilol une partie des comples de la Mission avec Deo-van- 
tri. LeThao partit le 2 1 mai pour le iSam-Youm, on ses enfants continuaient 
a demeurer. 11 etail decide a y garder son installation particuliere el ane 
venir que de temps k autre a Lai-Chau, laissant ainsi a son fr^re le Quan- 
Chau, kam-IIeun et a son neveu le li-tuong Kam-Kouy, la responsabilit^ 
de Tadministration locale el des rapports journaliers avec les aulorites 
fran^'aises. II se reservail lui-mfime pour les grandes circonstances, afin 
d'etre toujours en niesure de calmer les conflits possibles, se souvenanl 
encore des malentendus de la premiere heure et des difliculles par 
lesquelles il avail passe Tele precedent, au lendemain de sa soumission, 
et apres noire depart pour Luang-Prabang. 



I^i-Ghau esl un endrolt trop rcsscrrc, pour pcrmcUre h un grand 
nombre dc gens d'y vivre cote a cGlc. Du moment que la maison des 
anci^lres etait hahilde et Ic service assurii, Deo-van-lri jiigoait avec raisoii 
qu'il serait hii-mcme beaucoup micux au milieu do scs rizii-res du Nam- 
\oum, pour y survciller scs interi^ts commcrciaux cl agricoles ct ccux de 
son personnel si nombi-eux. Cbaqnc anni'e la provision du riz s'ipuise 
avant la recolto, et alors il faut aller en rlierclicr ti-es loin. Pour son 
ravilaillement et celui du poste de Lni-Clian, Dco-van-tri sc servail cettc 



Fig. !0. — Pinlm da )■ bande da Nguyea-Cio. 

annec pour la premiere fois, des bo-urs porlcurs que le Proleclorat avail 
mis i sa disposition et qui. au moment de son rctour, avaient di^a fait 
plusieurs fols le Irajei entre Lai-Cbau et l>ien-bien-pbu, car le mais 
ne pouvait elre nu*lr avant un mois. 

En jKircil cas, des cbcfs feodaux comme les Deo, onl des devoirs spe- 

ciaux et sont lenus & une prevovance (res grande. Au moment oil, avec la 

saison des pluies, commence I'irrigation des rizii-res, il faut que les 

deii'ichemcnls permellcnt dc livrer h la culture de nouveaux. champs. 

V. 7 



50 MISSION PAVIE 



II faul aussi repartir les bullies ol les charruos entre les cullivaleurs habi- 
tues a compter sur leur maltre. Dans la vallee du Nam-Lai, los paysans 
possedaient 150 buffles, tandis que I)eo-\an-tri en avait pour lui seul 
pres de 100 el son frere Kam-IIeun 70. Les chefs en pn^tent a ceux 
qui n'en ont pas et les cullivateurs se les louent enlre eux, conlre six 
piculs de paddy, payes au moment de la recolte. 

L'inleret que Ic seigneur porte a ses tenanciers est tellement per- 
sonnel et local, qu'il ne s'elend en aucune fa^on h ceux qui echappent 
a son aulorite : envers ceux-ci la malveillance est plulot de regie. Kam- 
lleun avait envoye sur le terriloire voisin de Tuan-(/hau deux pirogues, 
avec sept hommes munis dopium et d'argenl, pour acheler du riz. Au 
bout de quelque temps, ne voyant rien rovenir, le quan-chau de Lai 
apprit que ses hommes etaient en prison el leur cargaison confisquee : 
(( Si les Fran^ais nVHaient pas dans le pays, medisait-il, il ya longtemps 
(( que les gens de Lai-(]hau seraient partis en guerre, pour aller chercher 
(( leurs camarades, et qu*ils les auraient ramenes ». 

II est souvent tres delicat d*inlervenir dans de pareilles querelles et 
ce serait dangereux de le faire, conformcment aux principes dune admi- 
nistration trop rigoureuse. Les Sipsong-cliu thai sont encore en plein 
regime feodal : les usages Annamiles du Delta n'y ont aucun cours et si 
Ton ne veut pas compliquer sa tache a outrance, il est necessaire de 
tenir compte des habitudes speciales de ce pays. 

Les Chinois qui, grace a leur souplesse, exercent une tres grande in- 
fluence dans les coins les plus recules de rindo-(ihine, ont su se plier a 
cette necessite dans tout le bassin de la Riviere Noire, on, dans Tentourage 
des chefs, ils tiennent une place importante. Qu'ils soient commer^ants, 
lettres ou secretaires, ils sont les etres indispensables quoique assez redou- 
tes, en dehors desquels rien ne saurait se faire de bon. (]e sont eux qui 
connaissent les rites, les usages, les caracteres. Kux seuls sont ces inter- 
mediaires utiles qui savent, oil et chez qui, Ton peul acheter et vendre. 
Leurs relations sont celles des chefs. G'est avec eux quils habitent en 
voyage. Ce sont eux qui donnent les lK)ns conseils et qui, lorsqu'on a 
besoin d'argent, ont toujours les piastres nccessaires. Gomme ils se 



tiennent tous entre cux, Ics chefs se gardcnt dc les avoir pour ennemis. 
C'est une influence secrete d'autant plus difficile k atteindre, qu'elle 
echappe a Taction miUtaire. On rencontre souvent ces gens-Ik parmi les 
organisateurs des rebellions et des pirateries. Aussi le Protectorat a-t-il 
8oin d'exercer sur eux un cerUiin conli-Olc, an moyen de permis de sejour 
d^livres en ecliange dune ta\e detcrniincc. Le sjsltme pent etre excellent, 
mais ii demande a ^Ire appliqu6 avec beaucoup de prudence. 



Fig;, 'il. — Femtm Ibals do Lii-Gbtu pllaat Is rli. 

Tout I'cntourage de Deo-van-tri elitit, an moment de mon passage a 
Lai-Chau, tres agite |>ar une recente decision relative aux Cliinois. Parmi 
Ics plus inquicls iiguraieiit les ancieiis pirates de la bandc de iSguycu- 
Cao, que Deo-van-tri avait eus longlcmps a son service, dont il nous 
avail procure la souinission aussitot apivs la sienne, et que Ic Proteclocat 
avait autorisos a se fixer sur certains points de la Riviere Noire, Ces 
gens-la croyaient qu'on voulail absolument les vexcr et rapprochaient 



52 MISSION PAVIE 



coUc niesuro de colle par laquellc on avail livre aiix Chiiiois leur chef 
>igiiyen-(]ao, que ceux-ci avaient laisse inourir de faini dans sa prison. 

Cettc aflaire fut une dc celles que j*invoquai aver le plus de succcs 
aupres de Deo-van-lri, pour le decider a descendre avec nioi a Hanoi. 
Malgre scs proniesses a M. Pavie, il liesitait, car au lendemain dune si 
longue absence, il voyait heaucoup d'inconvenienls a seloigner de nou- 
veau de son inlerieur. En attendant, il prolongeait tant qu'il pouvail son 
sejour au Nani-Youm, sans qne je pusse arriver a fixer le jourdu depart. 
Le 22 mai, j'ecrivls a M. Massie et a M. Vacle venant de Luang-Pra- 
hang. I ne leltre de M. Pa vie, datee de Van pou tene 20 mai, que je 
re^uis le 2i, m'annon^^iit son passage a Muong-La sur le Nani-Na el 
lachevenient prochain de son voyage au Yunnan, quaucune dilliculte 
serieuse n'avait entrave. 

Les jeunes parents dc Deo-van-tri venaient a lout instant me 
trouver, pour me supplier de les emmener a Paris ou tout au moins 

w 

a Hanoi, mais je ne pouvais accepter pour TEcole coloniale que des 
gar^ons de moins dc treize ans. Les lieureux elus Klieu, kagne, Tao 
et Pheuille firent dans la famille, heaucoup de jaloux. Les fri^res de 
Deo-van-tri montraient, de leur cole, un vif desir de m'accompagner 
dans le Delta, mais il ctait impossihle de degarnir ainsi de ses chefs 
indigenes toule la region. Je ne consentis a emmener Kam Doi, quan 
chau de Tuan Oiao, au dela de Van liou, que s*il ohtenait rautorisation 
de ses chefs militaires. 

Deo-van-tri rentra du Nam-Youm le 29 mai. Comme il n'etait pas 
encore pret, il me pria de le devancer de trois jours sur la Riviere Noire 
et de le preceder a Vanhou. Le 31 mai, j'avais fait charger mes pirogues 
et me disposais a quitter le confluent du Nam-Na, quand, de Tautrecote 
de la Hiviere Noire, j'aper^us un Europeen. C*etail W. Massie qui, depuis 
quelques jours, avail double toutes ses etapes pour me rejoindre. Depuis 
le 3 avril, jour de noire separation a Xieng-Hung, M. Massie ne s*etait 
point arrete. Malgre la disette d'argent, de vivres et de chevaux on il se 
trouvait, il avail pu arriver sans enconibre a Xieng-Sen, par la rive droite 
de Mekhong, en compagnie de M. Vacle. La, grace a TobUgeance de 



LAI-CIIAU - 53 



M. Mac Carthy, chef du service lopographique Siarnois, nos deux com- 
palriotes avaient pu se ravitailler leg^rcment et atteindre par eaii quel- 
ques jours apres Luang-Prabang, pour rcpartir immediateiiient apres 
vers Dien-bien-phu. 

Sans altendre M. Vacle qui pouvail se joindre au groupe de Deo- 
van-lri, M. Massie quitta Lai-Chau avec nioi le 31 mai; il desirait 
revoir M. Pavie a Hanoi', avant son depart pour TEurope et s'entendre 
avec le commandant Fouquel, chef de la region des Sipsong-chu 
thai', sur certains points de service, communs aux posies de Vanbou et 
de Luang-Prabang. De plus, les journaux annon^^aient depuis quelques 
jours, Tarrivee de M. de Lanessan en Indo-Ghine et, avant de relourner a 
Luang-Prabang M. Massie lenait a recevoir les instructions du nouveau 
Gouverneur general. 



Kig. Ti. ~ VaA ndo. 



CE1APITHK III 

HANOI 



Au ■nomriit oil jc quillais Liii-Oliuii. pour clcsrcinlrp Iji Ui\u-i(' NoiiT, 
Ics eaiix iiV'taidil [ws chcoit liiiul<-s el I'uii pomuit aKciiidn- Vaii-Bou 
en moins dt- Imis juurs. Mulgri- I'm-ck-iirdu snloil ride fn-igiiciitcsoiidt-cs. 
IK>8 |>ii'ogiii4'rs iKiiiD d<-|ius(Trrit rii cH'ct, duns la inalirnV du 3 juiii. au 
iioiivpau posle iguc I'on ctait cii Iniiii d'inistallcr siir la rive gauche de la 
Hi\ieiv Noire. 

Hicii ii'c'gule la vigueur cl I'liahiU'li' dcs pirnguiers de L<ii-(iliau. 
I )L'o-Mui-lri a laisoii il\Mrc Her de sch Tliais blaiics qui, sur I'eau 
eoiniiie dans la liriiusse, sr iiiunlient iiier\eilleii\ d'ciitraineineirl. 
(.ioniiiie agrieulleui's, iln iiu-rileiil. il est Mill, heaucoiip iiinins tl'ailniira- 
lioii, car la plupurt out ele elcves pour la guerre, heaueoup plus que 
pour la pai\. AussI niatiifeslcnt-its un profoiid niepris poar leurs voisiim 



les Thais noirs de Dien-ljirn-|))iu et dc la mojonne riviere Noire. 
lis rncoiilciit qu'aii niomeiil dc la dciiiiere Invusion liirmane, c'est-a- 
dire vers I860, il y avail environ (iO 000 habitants dans la vastc plaine 
de Dien hien phu: cinq ou six mille d'enti-e eii\ pnrent les armes pour 
repousscr les envahitiseiirs, qui s'ctaieni pr^sentes en tri'S petit nombre ; 
mais les Tha'is noirs n'oserent pas risfpicr Ic combat ct s'cnfuirent. 

Les liirmans.malgi'eleurs grands airs denialamoi'es,ronconlrerent plus 
de resistance cliez les TliaYs hl<incs ct n'(»serent pas depasscr Van-Uou, on ia 



faniiUe dcs Deo avail tilahli un camp relranchc sur la Uiviere Noire. C'est 
sur rernplacenicnt dc ce cauip, inilique par Dco-van-lri, au mois dc 
Janvier precedent, que le commandant Fouquet, chefde la region, avail 
decidf; d'etahlir le nouveau clief-Hen de Sipsong-chu-thai'. Quand j'ar- 
rivai a Van-Hou nne ccntainc de coolies procedaient a {'installation du 
posle, sous la direction du lieutenant Didelot, qui voulut hien nous olTrir 
rhospitalile dans sa propre case. La oii au mois de Janvier il n'y avait 



56 MISSION PAVIE 



encore que brousse el fourr^, s'etendail sur le bord de la riviere, une 
esplanade bien degagee avec des chaussees, dcs ruisseaux endigues, des 
passerelles et des cases, de jour en jour plus nombreuscs. L'emplacemenl 
de Tambulance, des casernes, du lel(^graplie, des magasins, des maisons 
d'officiers, des polagers, avail ele parfaiiemenl determine. 

Au cenlre des Sipsong-chu-lhai, sur un point de la Riviere Noire 
facileinent abordablc par les pirogues, a proximile de routes nom- 
breuscs et importantes, de beaux villages et de grandes rivieres, Van- 
Bou elait plus avantageusement situc que Son-La, Tancien chef-lieu de la 
r^ion. Pour bien sen rendre comple, il faut en eflet renechir k ce que 
fut la Riviere Noire, avant la periode de troubles a laquelle mettait fin 
la soumission de Deo-van-tri. A cetle epoque heureuse il y avail sur le 
Nam-Te un millier de pirogues, dont Irois cents appartenaient a Lai- 
Chau. Ce canton est reste le centre principal de construction des piro- 
gues, mais la reprise du commerce etait si recente, qu'on n'y comptait 
en 1891 que soixante-dix embarcations. 

Avant Farriv6e des Pa>illon8 Noirs il y avail, tant sur le Song-Ma 
que sur la Riviere Noire, de verilables villes commer^antes : Ta-Kiane, 
Ta-IIiang, Muong-llet avaient chacun une centaine de maisons clii- 
noises. Pres du confluent du Nam-Ma el de la Riviere Noire il v avail 
deux cents maisons et le meme nombre a A an-Yen : une centaine a Ta-bou 
et a Iloiig. oil Ton exploilait des mines. Suivant Deo-van-tri, on comptait 
alors 20 000 toils dans le seul canton de Tuan-Chau et 50 000 dans celui 
de Lai-(lhau. Les mines de Muong-Ane et de Mai-Son etaienl exploitees, 
la derniere par 4 000 Chinois cberclieurs d*or, qui consommaienl beau- 
coup d' opium. 

Les invasions des Mos du Yunnan mirent fin a tout cela. Deo-van-tri 
attribuait la formation des premieres bandes de pillards, a la mauvaise 
habitude qu'avaient les autorites chinoises de disloquer leurs troupes 
sur la fronli&re, au lieu de les rapalrier. Les anciens soldals, livres a eux- 
memes et sans ressources, se mettaient alors a piller. II y eut ainsi une 
premiere bandc de 70 malfaileurs, sur lesquels les petils chefs militaires 
chinois de la frontiere n'avaienl aucune aulorite, et qu'on laissa sortir des 



limites du Yunnan. Quand les aulres soldats virent que leurs camarades, 
en menafant les hahilants de moil, pouvaicnt vivre impunemcnt sur le 
pays, its s'y pn?ci|)iteient en masse. 

Cc fut uiie necessite pour les gens de Lai-Chau dc louvoyer au milieu 
de ces difliculltis. Deo-van-Seng, qui etait Quan phu de nion-bicn pour 
les Annamilcs, et son fils Dco-van-lri, pouivu en Chine d'un grade de 



Fig. '24. — D«D-vsD-lrl el ki compignona habilusli. 

mandarin militaire, ne purent faire autrement que de prendre part & la 
guerre centre la France et II cette occasion, durent subir plus d'une com- 
proniission avec les Pavilions Noirs enr^gimentes dans les troupes de la 
resistance. 

Deo-van-tri passa bcaucoup de temps au Yunnan dans I'entourage 



58 MISSION PAVIE 



du vice-roi Som-Koum-Pao (Som Yok jen) avec qui il conserva 
pendant longlemps une correspondance ofiicielle r^guliere. Som- 
Koum-Pao n'elail pas un Chinois mais un aborigene dc race Xa. Lors- 
quc eclala la rebellion musulmane, le fulur vice-roi elail encore 6ludiaiU; 
il prit les armes conlre Ye-pha-Sinb, mais se fit battre, et s'enfuil de 
Tai-ping-pliu au Yunnan. II lulta pendant quinze ans et plusieurs 
fois victorieux, fut successivement promu aux plus liauts grades. II 
avait sous ses ordres une vingtainc d*individus analogues a Luu-\ inli- 
pbuoc, qui elaienl loin de le valoir. Som-Kouni-Pao et Luu-Vinb-pluioc 
ne saimaient pas. Le celebrc clief des Pavilions Noirs s'aliena par ses 
procecies lous ses lieutenants qui passerent au service de Som-Koum-I^ao : 
on ne lui obeissaitque par crainte d'avoirle cou tranche. Som-Koum-Pao 
mourul en 1890 a Fage dc 03 ans, et c'est en grande partie parce qu*il 
perdait en lui un ami etun protecteur, que Deo-van-tri, jusque-la encore 
hesitant, se decida a accomplir sa soumission aux autoriles fran^aises. 

Depuis, leCiouvernemenl (Illinois avait nomme vice-roi du Yunnan le 
mandarin Wang-Kioung-To, inconnu des Deo, mais en relations intimes 
avec un de leurs pires ennemis, le mandarin de Lin-Ngan qui autrefois 
avait fait decapitcr les chefs thais de Muong-Teun el de Muong-La, ?ur le 
Nam-Na, a la famille des(juels l)eo-van-tri se trouvail allie par sa mere. 

Quelles que fussent les sjnq)athies des Deo a I'egard de la Chine, ce 
qui les diflcrenciaitdes vrais (chinois et les mettait souvent en conllit avec 
eux, c'ctait leur quality de seigneurs feodaux Thais, en relation de parente 
avec beaucoup de mandarins locaux du voisinage. lis voulaient bien 
servir les autoritcs chinoises, combattre sous leur drapeau et diriger au 
besoin des expeditions de partisans sur les lerritoires voisins, mais ils ne 
pouvaient admettre que leur propre domaine fAt indeOniment expose aux 
entreprises des pillards et des pirates de profession. 

Aussi, apres la guerre franco-chinoise et le sac de Luang-Prabang, 
quand Deo-van-tri comprit que les efforts des aulorites fran<;'ai8es ten- 
draient a retablir Tordre sur la Riviere Noire, en faisant repasser au 
Yunnan les bandes chinoises, ses preventions a noire egard tomb^rent 
peu k peu. Au debut, et alors qu'il surveillait encore les evenements. 



il maiiilint sur Ic haul Nam-Na la bande qu'il avail a son service, pret 
a I'emplojer au besoin conlre nous, si les circonslances le for^aient a se 
fairc Chinois el u surveiller de Muong-La son lerriloire de Lai-GIiau. 

Apros sa soumission, les autoriles chiiiolses lui creerent des difB- 
cult^s et voulurent inellrc la l)andc en mouvenicnl. Deo-van-tfi se vit 
alors dans la necessile de sentendie iniinediulement avcc les Franfais 



I) iId Lil-Chau dam Id port d'ifnn 



pour la soumission de ccs pirates. G'esl ainsi que dans I'ete de 1890, 
Ngujen-Cao ct ses compagnons fureul desarmes. Les plus inoflensifs 
furent autorises a se ii\cr dans le canton dc Lat-Cbau ; tes autres 
disportes a Poulo-Condore ct Nguycn-Cao lui-inemc livre aux Chinois, 
au grand mecontentcment dc Dco-van-tri, qui avail cru pouvoir garantir 
sa security. 

Jusqua son retour h Hanoi au mois de decenihre 1890, le Thao 



60 MISSION PAVIE 



demeura boudeur au Nam-Youm et ne consentil a venir nous rejoindre, 
que sur les instances de M. Vacle, qui avail reussi a lui inspirer une 
grande confiance. L'accueil qu'il re^ul a Hanoi Tavait completement 
calmc^ mais depuis, Taffaire de ^guyen-Cao cHail restee pour lui une 
de ces questions deiicates, qu'il valait mieux ne pas aborder. Toule- 
fois comme il s'otait absolument compromis avec nous, les pirates 
nepouvaient plus compter sur lui, et son nouveau voyage a Hanoi allail 
permettre au Prolectorat d'aborder avec lui un certain nombre de ques- 
tions, relatives a la protection des frontiferes et k Torganisation, sur son 
territoire, de tout un systeme defensif confie a sa bonne foi. 

Deo-van-tri comprenait tout cela si bien, qu'a defaut des autorit^s 
chinoises sur lesquelles il ne pouvait plus s'appuyer dans la region de 
Ban-Lei ng et de Pbong-Tho, il avait resolu de tenir compte des recom- 
mandations du colonel Pennequin et de M. Pavie, et de retablir sur un 
meilleur pied ses rapports avec le Quan-pbong. mandarin de Laokay, 
dont il se Irouvait separd depuis si longtemps par les sentiments d'une 
violente rancune. Les circonstances permirent que je fusse le temoin el 
en quelque sorte rintermediaire de celte reconciliation. 

Deo-van-tri el Kam-Doi m'ayanl averti a l^ai-Chau, que quelque chose 
se preparait, j'eus soin d'aviser par lettre le chef de la region, qui elait 
alors le capilaine de (Jineste, que le Quan-phong essaierait de rencontrer 
Deo-van-tri a Vanbou. I^e 5 juin, j'appris ([ue le to-lai de Son-La venait 
de deinander deux jours de permission, pour aller voir le Quan-phong 
arrive la veille a llieu-lrai. 

Le 6 juin vers -niidi, Deo-van-tri et Kam-Doi arriverent enfin a 
Van-Bou. Le lieutenant Didelot les re^ut a dejeuner. Pendant le repas, 
le Thao declara qu'il voulait d^sormais vivre en paix avec tout le monde, 
surtout avec ses voisins, s*occuper le moins possible d*administration et 
concentrer toute son attention sur ses operations commerciales. Le 
meine jour, le Quan-phong se presenta au poste. 11 etait accompagn^ 
dune suite nombreuse, equipee comme celle de Deo-van-tri et dont 
faisaient partie le li-tuong d'ltong et le to-lai de Son-La. G'etait un 
petit homme aux yeux intelhgents mais sans franchise, habille a Tanna- 



HANOI 



61 



mile el decore a la fois du dragon d'Annam el de la Legion d'hon- 
neiir. II nous d^clara ^Ire venu pour voir Deo-van-tri. Le lieulenanl 
Didelol lui offril une case, mais il ne Taccepla pas, car il renlrail le soir 
meine a [long. 11 exprima le regrel de ne pas s'elre Irouvd a Laokay au 
momenl du passage de M. Pavie, mais n'accepta pas la proposition que 
je lui fis de descendre avec moi a Hanoi. 

Apres avoir cause quelque temps du Yunnan, des Sipsong panna, el 
de noire voyage, le Quan-phong desira etre conduil a la case deDeo-van- 







**»wy s fa. : ^ ^ t>^::feag 



I. Ll*^ .<U 




Fig. 26. — Vue de Cho'-Bo' (dessin de I'autcur). 



Iri. J'envoyai mon inlerprele Kiouaup assisler a Tenlrevue qui ful courte 
el Ires calme. On ne fil aucune allusion au passe, les deux anciens adver- 
saires cauvserenl surloul du voyage aux Sipsong-panna. Le Quan-phong 
se relira, en laissanl au Ihao un fiel d'ours, cadeau generalement fort appre- 
cie. Apres son d^parl, Deo-van-lri vint me raconler lui-meme ce qui s*elait 
pass^. II me dil que le Quan-phong elail venu pour relablir la paix, que 
mainlenanl Taccord exislail enlrc les chefs de Laokay el de Lai-Ghau el qu*a 



62 MISSION PAVIE 



defaut d'amitic, on allait pouvoir eiilrer a nouveau eii relations d'affaires. 
Deo-van-tri, dans son recil, affectail de trailer le Quan-phong de Ires haul ; 
il faisait pen dc cas du fiel d'ours qu'il lui avail offert : du beau costume 
que porlait le Quan-phong, alors que lui-nienie n'avait fail auoune toilette 
pour recevoir son inferieur, qui s'elait presente comine il le devait, 
disait-il, en frere cadet. En apprenant que les jeunes gens de la famille 
des Deo allaient se rendre en France : <c Comment, se serait eerie le 
Quan-phong, vous allez les envoyer si loin ». 

En realitc Deo-van-tri n'avait pas etc sans remarquer sur la poitrine 
du Quan-phong la decoration de la Legion d'honneur, qui lui valait 
dans le posle nicnie les honneurs niililaires. II se de<'larait en somme 
Ires satisfait de cetle enlrevue, on lui el son ancien ennemi avaient su 
s'eviter loute hlessure d'aniour-propre. A parlir de ce jour, Deo-van-tri 
estiniait que les rapports entre Lao-Kay et I^ii-dliau allaient reprendre 
leur cours normal. <( M. Pavie le desirait vivenieni, me dit-il. Je suis 
heureux pour lui et pour le pays de ce resullal ». 

En arrivant a Aanhou, Deo-van-tri m'avuit transmis les dernieres 
nouvelies arrivees a Ijai-(]liau. Le chef du convoi de M. Pavie 
lavait laissc a Man-IIao, on il s'elail embarque sur le (leuve Houge ; le 
chef de la Mission devait done elre deju depuis quelques jours h Hanoi; 
mais, depuis mon arrivee a \an-Hou, il mavail etc inq)ossiblc de 
communiquer par le telegraphe avec lui. La ligne n'aboutissait pas 
encore an nouveau chef-lieu de la region, et entre Hanoi et Son-La, Ic 
fil etait toujours roinpu. On avail, il est vrai, de grands projets dc 
realisation prochaine: quelques niois auparavant, le Directenr des posies 
et telegraphes avail envoye M. Millot foire une etude surle terrain, pour 
la prolongation du reseau vers Dien-bien-phu et Luang-Prabang : apres 
avoir acheve sa mission, M. Millot etait rentrc recemment a Hanoi. 

iMoncloignementmepesaitfort, carj'ignorais les intentions de M. Pavie 
au sujet de plusieurs individus dont noire caravane venait dc s'enrichir. 
Outre les quatre jeunes gens destines a TEcole coloniale que Deo-van-tri 
avail amenes de Lai-Chau, j'avais etc rejoint a Vanbou par un groupe 
de onze Shans, venus sous la direction de Se Aian el de Mong-Pho, 



deux Birmans qui, <le Saigon, nous avaicnl suivis pr del^ Ic Mcktioiig 
jusqu'ii M. Kie, oii ils avaient prolonge leursi-jour apies notre depart. 
Se Aian clail ce servileur fidt-Ic, que le prince Myngoon nous avail 
indiqu^ en 1890, commc ayanl, Irois ans auparavanl, visits tes 
Sipsong-panna. Lai-Chau etant alors trouble, cet cnvoje n'avalt pu pro- 
filer de la route de Poufang et avail ele oblige de fairc un detour par le 
Yunnan. l\ traversa M. La, 13an Done, Xietig-Mi, le Ki ma pa, Muong- 



Le et vint aboutir a Kouang-tiou-line. II put atlelndre ensuite Xieng-Iliing 
et se mctlre en rapport, tant avec les chefs Lus du Haut-Mekboug qu'avec 
lea princes Shans refiigi^s dans le pays. II revint ensuite vers Hanoi 
par Muong-Seng, Dien-bien-pbu et Tuan-Giao, oii il rencontra M. Pavic 
qui se rendait alors d'Hanoi a Luang-Prabang. Ni Van ni I'aulrc nc 
soup^onnait alors qu'ils auraicnt un jour I'occasion de se retrouver. 



6'f MISSION PAVIE 



Avant de quitter les rives du Mekhong, nous avions prevcnu les chefs 
de la rdgion que la route de la Riviere Noire, fermee pendant si long- 
temps, etait rouverte et qu'elle se pretait aux transactions entre le Tonkin 
et les Sipsong-panna. Quelques Shans s'etaient decides a profiter aussitdt 
de notre indication et avaient r^solu de s*associer a Se-rAian, qui ren- 
trait a Saigon. C'est ainsi qu'iis in'avaient rejoint, au nombre de onze, a 
Van bou et qu'ils reclamaient nia protection pour la suite de leur voyage. 
J'etais fort embarrasse de tout ce nionde et de la suite assez nombreuse 
que Deo-van-lri trainait derriere lui, avec Tarridre-pensee de remniener 
jusqu'a Hanoi. 

J'invitai Deo-van-tri et Kam-Doi a prendre les devants, pendant que 
j*attendais encore a Vanbou M. Aacle. lis se mirent en route le 8 juin. 
et M. Vacle arriva le lendemain soir en compagnie du D'' Peltier. Lo 
lendemain matin, cut lieu le depart general. V Ta-kiane, je rencontrai 
Kam-Doi, qui me remit une lettredu commandant de la region, linvitant 
a rejoindre son canton dans le plus bref delai. II dut se resigner el 
renonccr a Hanoi. Entre Ta-Kiane etTa-Kboa, je rejoignis Deo-van-tri. 
Le lendemain, 11 juin, nous etions a Aan-Yen, ofi im frere du Tbao, 
Kam-Sam, qui remplissait depuis peu les foiictions de Quan-pbu dans 
cettepartie des Sipsong-cbu-lbai, so joignit a son tour a notre convoi. 
Le 12 juin, dans Tapres-midi, nous debarquions a Cbo'-Bo\ La, du 
moins, je trouvai le lelegrapbe que le Direcleur general, M. Brou, 
voulut bien retablir a mon intention. 

J'avais laisse, le i Janvier precedent, Cbo'-Bo' dans un etat dc 
prosperite que le Gouverneur general, M. Piquet, avait lui-meme 
constate, en venant visiter avec nous la Hiviere Noire. Et voila que 
partout ou nous avions admire la vie, je ne rencontrais plus que la 
mort. Un drame terrible s'etait, en eflet, accompli dans la nuit du 
29 Janvier. Le chancelier resident, M. Uougery, qui nous avait faitun 
si bon accucil, fut tout a coup attaque vers minuit. dans sa demeure. 
par la bande du Doc Ngu, qui, apres Fa voir egorge, dispersa les mili- 
ciens, pilla tout et mit le feu au village. La plupart des Europeens reus- 
sirent, non sans peine, a se sauvcr au milieu des tenebres; quelques- 



uns fureni masBacres. Cc d^sastrc, mallieiireusement dil a certaiiies 
imprudences que Ton eflt pu (.'vher, produisit dans lout le Tonkin 
une impression telle que. depuis co temps, Cho'-lio' restail en quclque 
sorte enseveli sous ses cendrcs, pcrsonne ne voulanl i-eprcndre la 
direction des affaires dt'licates qui avaicril cause la mort du mallieureux 
Rougery. 

Comme it fallail punir un coupable, ce fut le mandarin en charge 



Fig. ?8. ~ Village HollDnt >ui la ba^u Riviere Noln. 

Dinh van Vinh que Ion deporta a Poulo Condore, pour n'avoir su iii 
prevoir ni empi'cher. Dans ce pays. MdT dc Clio' Bo", impropreinenl 
appelt^ Muong, si fier de ses privileges seculatres. Dinli van Ainh etait 
consider^ comme un intrus pur les partisans de Dinh T6, le chef feodul 
her^ditaiie. C'est cclui-lu qu'on acousait d 'avoir appeic h Cho' lio', pour 
se vengcr, la bande du Doc Ngu. 

Deo-van-tri etait avec nous en Janvier el voici ce qu'il nous avail 



66 MISSION PAVIE 



dit lors dc son passage a Cho* Bo' : « Lc Dinh-To est un chef tr^s puissant 
respect^ et obei presque a Tdgal d'un roi par tons les MoYs, car il appar- 
tient a la famille des Dinh qui a donn^ autrefois au Tonkin une dynastie 
royale. C'est donc.un personnage important en vers lequel on est tenu a 
des menagements. II a bien accueilli les Fran^ais au debut et paraissait 
dispose a marcher d'accord avec eux : mais, oblige de se servir d'inter- 
pr^tes annamites qui, dans leurs traductions, denaturaient sa pensee et 
celle des residents, il a mieux aime se retirer que de conlinuer Ji vivre 
au milieu de malentendus porpeluels. Quant a I)inh-van-Vinh, ce n'esi 
qu'un petit mandarin annaniite et ses antecedents de pirate sont connus 
de tons. II a beau etre quan-phu de la province, aux yeux de Thabitant 
le vrai chef sera toujours le Dinh-T6. » 

II etait fort malheureux que Ton ehi perdu de vue ces verites. Nous 
ne fiimes, hela '. ! point surpris, quand recho des evenements de Cho- 
Bo' parvint a Lai-tHiau, car nous savions qu*on s'elait trop eirorce d'im- 
poser aux Quan-Ianh, maitres de la terre et des honimes dans le pays 
moi, les principes administratifs ayant cours dans le Delta. Or, on ne 
pent traiter comme des fonctionnaires ordinaires des proprietaires fon- 
ciers, libres de disposer de leurs hommes et de leurs biens comme ils 
Tentendent et habitues a s'appuyer sur lein^s servileurs.. 

M. Vacle qui, par un sejour de plusieurs annees dans cette region, 
avait acquis une grande experience des usages mois el elait en relation 
d'amitie avec tons les chefs, vint avec moi visiter le L)inh-T6, qui 
nous avait re^us Tannee precedenle dans son domaine de Su-Yul. 
Deo-van-tri et Kam Sam nous ayant accompagnes, on sabstint dans la 
conversation d'aborder aucun sujet delicat : mais les Thaos racont^rent 
avec beaucoup de nalurel, de quelle fa^^oii la pai\ s*etait retablie et main- 
tenue depuis trois ans sur la Haute Rivifere Noire, et ils insistf^rent surce 
fait, que les ThaVs vivaient avec les Fran^ais en tres bonne intelligence, 
parce qu'on s*etait efforce des deux. c6tes de se comprendre au lieu de 
se chercher chicane. 

A la suite du drame de Cho' Bo\ la maison de la residence oil avait 
eu lieu le meurtre de Rougery fut abandonnee. La milice et la residence 



HANOI 67 



s'insiallerent provisoirement dans I'ancien poste militaire, le meilleur 
emplacement de Cho' Bo' ; mais les habitants etant a peine revenus, 
on songeait k transporter a Phuong-lam le chef-lieu de la province. 
Aussi negligea-t-on de retablir le bureau tclegraphique jusqu'au jour oil 
notre retour fut annonce. La hausse des eaux facilitant h. ce moment la 
navigation, la chaloupe des messageries fluviales, le Laokay, vint jusqu'k 
Cho' Bo' au devant de nous. Elle ramenait dans sa region le comman- 
dant Fouquet qui, apres une blessure re^ue a la poursuite du Doc-Ngu, 
avait etc prendre quelque repos dans le Delta. 

Le commandant m'apportait des nouvelles de M. Pa vie, arrive le 
5 juin a Hanoi, avec qui il venait de passer unc semaine. Tant a cause 
de notre retard, que pour rencontrer a Saigon le nouveau Gouverneur 
general, le chef de la Mission s'etait decide a quitter le Tonkin avant 
mon arrivee. 

J'eus beaucoup de peine a calmer la deception de Deo-van-tri, qui 
parlait de s'en retourner immediatement a Lai-Ghau et de ramener avec 
lui les quatre jeunes gens. Je lui fis comprendre qu'il avait tout inter^t k 
se presenter a Hanoi aux autorites, et qu'au moyen du telegraphe, il pou- 
vait facilement correspondre avec M. Pavie a Saigon. Le Thao sc rendit a 
mes raisons : mais il fut decide que Kam-Sam remonterait a Van-Yen 
avec le commandant Fouquet. Je profitai aussi du depart de M. Pavie 
pour reduire le nombre par trop considerable de ceux qui voulaient accom- 
pagnerDeo-van-lria Hanoi. Quclques-uns des Shans remonterentaussitot 
a Lai-Ghau. M. Massie communiqua au commandant Fouquet, qui se 
rendait precisement a Dien-bien-phu, tousles renseignements qu'il avait 
pu recueillir en revenant de Luang-Prabang. 

Le 1 4 juin, nous quittames Gho'-Bo' sur le « Laokay », heureux de 
retrouvcr enfin, sur tin bateau a vapeur, la vie et les habitudes franc^aises. 
Plusieurs de mes conipagnons indigenes, qui n'avaient jamais rien vu 
de semblable, n'en revenaient pas. J'arrivai le soir meme a Hanoi, ou 
m'attendaient encore les capitaines Gupet et de Malglaive, membres de 
la Mission. lis travaillaient a la carte, dans les bureaux de TEtat-major, 
depuis la fin de leur campagne de Kratieh, au pays des Sedang, entre le 



68 MISSION PAVIE 



Mekhong et la mer. Deo-van-lri el ses homnies s'inslall^rent dans un 
bailment du pelil lac, qu'ils avaient deja occupe pendant leur precedent 
sejour. lis y relrouverenl le (iamluKlgien Npin et Kani-Kouy, resles a 
Hanoi pour les allendre, apies le depart de M. Pavie. 

Au moment de mon retour au Tonkin, de grands clmngements 
etaient en train de s'accomplir dans le haul personnel du Gouvernement; 
M. de Lanessan elanl sur le point d'arriver et M. Piquet deja de retour 
en France, rinteriin du (louvernement general elail renipli par M. Bideau, 
avec M. Moutlet comiiie direrteur de son rahinet. lis voulurent bien 
s*occuper de la Mission et me faciliter la tache, lant pour le reglement 
des comptes que pour la reception de I)eo-van-tri. Je presentai le Thao 
au resident superieur, M. Hriere, desireux tic recourir Ji ses bons offices, 
pour le retablissement de Tordre sur les limit<?s du Delta, avec le coii- 
cours de M. Vacle, qui restait au Tonkin apres la dispersion de la Mis- 
sion. Pour le moment, Deo-van-tri, tout entier a ses inlerels commer- 
ciaux, fut mis par nous en rapport avec plusieurs negociants, qui 
engagerent des affaires avec lui. 

M. Bideau accorda deux audiences a Deo-van-lri. 11 lui donna, ainsi 
qu'a ses compagnons, des medailles commemora lives de leur expedition 
aux Sipsong-panna et lui annoii<^a le prochain relour du colonel Penne- 
quin sur la Riviere Noire. Deo-van-lri fut adinis a exposcr ses obser- 
vations sur la reccnte application aux Chinois de la taxe de residence. 
Tout le long de la Hiviere Noire, il avail recueilli les plaintes des interesses 
et a. Van-Yen, il avail constate une cerUune fermentation chez les Chinois 
du Phu-Yen. Une etincelle eiit suffi pour mettre le feu aux poudres, dans 
ce canton voisin de (!Iho'-Ho* et de Hung-Hoa, on les bandes de pirates 
(Etaient si puissantes et ou il etait si difficile de se lier aux chefs locaux. 

On tint le plus grand comple des observations de Deo-van-lri et de 
mes indications ; Tetat-major lit aussi au Thao de Lai-Chau le meilleur 
accueil. Deo-van-lri avail ele tout d'aliord un pen elonne, en ne trouvant 
plus a la tele de radminislralion les memes personnes qu'au niois de 
Janvier ; mais quand il vit comment il elail re<^u, il fut complelement 
rassure sur les dispositions des auloriles fran^aises et se prela aussilol a 



la proposition que \m fit M. Pavie par le t^Ugraphe d'attendre k Hanoi 
Tarriv^e de M. de Lanessan. 

Avant de s'emharquer h Haiphong, M. Pavie m'avait invito k le 
rejoindre le plus lAl possible pour reiitrer en France, oil le diparte- 
ment des affaires elrang^rcs nous atlendait. Je faillis 4tre relarde par une 
insolation, que je dus au changement d'hj-giene, aprfrs mes nombreux 
mois de brousse. Mais grace aux bons soins de MM. Morin, Bouyeure et 
Basset, qui m'avaient offert I'hospitalite dans leur maison, je pus me 
tirer assez facilement d'affaire. Les quatre jeunes Thais et Ics Irois Shans, 
donl j'avais la charge, rejoignirenl imnicdialement a Saigon M. Pavie 
pendant que j'allaia visiter Hong-koiig, avanl de rctourner en Europe. 
Aussitut en mer, je fus gueri. 



- Bridolel thai do L>l-CI>ai 



DEUXIEME MISSION 



SUR LES FRONTIERES DU SIAM 

DE LA CHINE 
ET DE LA BIRMANIE 



3 juin 1894-25 mars 1895 



CHAPITRE 1 
LUANG-PRABANG 

SEJOLR A UASO-PRABANG FT NAVIGATION SIR LE MfiKHONC 
3 juin-22 jiiillet 1894 



Luang-Prabang! Que de r^vcs ce nom magique avail fait nailre en 
mon imagination de coilegien, quand, penche sur les recits de voyage 
de Mouhol, de Gamier, d'Harmand et de \eis, j'elais hant^ par I'envie de 
suivre Icurs traces et d'assurer un jour h la France la possession de celle 
capitate du Laos, perdue an loin, sous les cocoliers el arrosee par I'un 
des plus grands fleuves du monde. 



74 MISSION FWVIE 



Plus tard, la Fortune qui favorlse les audacieux avail fait de ines 
souliaits une rfolite ; j'avais eu la joie de visiter, en 1 889, Luang-Prabang, 
et de tons nies rtlves aucun ne s'ctait envole ; mon enthousiasme n'avait 
pas Taibli. 

Aussi fut-ce avec une satisfaction tresgrande quequatre ans plus tard, 
le H juiu I89'i, j'aper^us de nouveau, en descendant le Mekhong, lalleclie 
doree de Tiom Si et le confluent du Nam Kane. Le roi avait envove au- 
devant de nous, pour faire honneur a la Mission, ses pirogues de gala, 
rouge et or, au bee recourbe, avec un equipage de musiciens converts de 
vetements multicolores. Au lieu de descendre, comme quatre ans plus tot 
sur la rivedroite, au delwnradere de TAgence fran^*aise, ce fut sur la rive 
gauche, devant Tescalier royal, cpie notre convoi s'arreta. Et le soir nieme, 
apres avoir revu tons nos anciens amis et ceux de la derniere lieure, nous 
fetions avec M. Vacle, a la table du Commissariat, notre heureuse arrivee 
dans la vieille capitale du Lan-Chhang, enfin devenue fran^aise. 

Une de mes premieres visites fut naturelleinent pour le chef devoue 
du parti fran^'ais, notre ami le Sathouk de \Nat Mai, h qui le president 
de la Hepublique, M. (iarnot, m'avail personnellement confie le soin de 
remettre un pr(5sent de soie jaunc. (^etait non seulement un temoignage 
de la reconnaissance du President, pour les services rendus par le Sathouk 
a la France, mais encore une rcponse a Tappel qu'il lui avait adresse en 
des jours de decouragement et que le pauvre Massie, succombant avant 
riieure, n'avait pu faire parvenir lui-meme jus(pra sa haute destination. 

La pagode de Wat Mai, residence du Phra Bang, el placee sous Tau- 
torite du Sathouk, elait un des endroits de Luang-Prabang oil j'aimais 
le mieux m'arreter dans mes flalneries bien-aimees a travers la ville. Notre 
ami s^interessait a tout ce qui lui parlait de la France, on il souhaitait 
aller un jour et ses questions, enlrecoupees de longs silences, avaient tou- 
jours un nouvel imprevu qui me charmait. Qui pent dire ce qui se passe 
dans Tame d*un bon/e laotien, dispose, par sa doctrine et par les habi- 
tudes de sa race, a toutes les tolerances, et tou jours porle vers la reverie? 
Que faire d'aulrc en elfel que de rever. dans ces cases en bois, isolees du 
sol par les pilotis, on s'insinue le parfum des arequiers et des jasmins et oii 



la lumierc du soleil ne p^nelrc que tamis^e par le feuillage des cocotiers 
ct des grands manguiers ? 

Les pcuples d'Indo-Chine out uii sens proibiid de la poesie de la 
nature, que nous sonnnes bien loin d'egaler. Lc nionde hinnimc qu'ils 
reinplisscnt d'cspnis et de fanluines, fail naili-e a tout Instant dons leurs 
imaginations unc abondaticc de ligurcs ct dc pcnsccs, dont nous nous 



Pig 31. — La pagodD He Wat Mai i Laing-Prabang. 

falsons a peine Idee. AussI n'ont-lls aucun Iwsoin du bniit et du 
mouvement. Inseparables de la vie, pour loute une autre fraction de I'liu- 
manite. Un des grands charmes dc Luang-Prabang, que j'avais d'aiUeurs 
egalenicnt eprouvc a Nan, consisle dans le calmc profond qui ["fegne 
dans les rues ombragees par les grands arbres des jardins; les nom- 
breuscs pagodcs qui ornent la vllle sont (outes adinirablenient encadr^es 
dans la verdure ct, tnalgrc le delabrement des objets du culte, elles 



76 MISSION PAVIE 

attirent toujours par quelque detail d^coratif auquet on ne peut rester 
insensible. C'esl surtout a la lombee du jour qu'il fait bon enlrer dans 
une pagode, au moment oii les femmes r6pan(lent I'eau lustrale, oiTrent 
au Plira Chao des pyramides dc tlotirs et invoquent son secouFS. en frap- 
pant sur leurs petits gonga de bronze. 

Cost I'heure oii les amourcux commencpnt a circuler dans les rues 
pour oiler tcjoindrc Icurs belles, reunics a I'mtree dcs hois, ofi elles 
cliantcnt d'unc fa^on si cu- 
rieuse. C'esl aussi le mo- 
menl on les lemmes rcvien- 
nent de se baigner dans le 
llcuve. Quclquefois a celte 
lieure-la. api-ts avoir passe la 
plus grande partie du jour a 
travailter, j'allais moi-m^me 
prendre un bain reconfortant 
dans le Nam Kane, el je croi- 
saisencbemin runeoul'autre 
dc cos coquettes Laolicnnes, 
qui le matin, a I'heure anl- 
mec du maroli^, jouaienl si 
habilcnicnt do reoharpe , 
quand ijuclqu'un d'entre 
nous se montrait. 

Souvent il y en avail, qui 



Kig. : 



sVnhardissaient h suivre sous 



noire veranda, les matrones 
avis^cs qui venaient nous offrir toules los curiosites de la ville; el alors 
on etait bicn tcnte de marcliander des sourires a ces jolics vendeuses qui, 
a genoux, les mains jointes, ofTraicnt d'unc voi\ chaiilnnle des fleurs, en 
m^nic lemps que des liracelcls. des t^pingles et dos boucles laotiennes. 
Leur ctalage so composail aussi d'otrungos objels, tels que dos comes 
de biMcs cncbassccs, des oursins petrifios, dos liaches en bronze et des 



LUA>G-PR\BANG 77 

Bilex prdhistoricjues, ou bien encore quelque belle piece d'argenterie 
repou3s6e, vendue en cachetic par un prince. 

Nos interpretes, qui suivaicnt regulierement Ics audiences du tribunal 
indigene, nous racontaient des anecdotes ^minemment euggestives, sur 
le compte de certaines dames laotiennes qui, speculant sur la liberte de 
I'amour a Luang -Prabang, Irouvaient le mojcn d'augmenler oulre 
mcsure, avec leurs revenus, le nombrt de leurs caprices. Le divorce 



sevissail a ce moment avec rage, au grand deaespoir des aiicicns du pays 
qui rappelaient volontiers I'^poque, oil. avant I'arrivee des Siamois, les 
vierges ^taient folles, mais les femmes fidfeles. 

En ifite de ccs ancii-ns, vcnait le vieu\ Hoi, dont les facuUes baissaient, 
mais pour qui ce fut encore un plaisir de nous rcvoir. Le pouvoir etait 
regulierement passe aux mains de son (lis Saccharine, dont I'autorit^ 
s'cxer^ait d'une fafon debonnaire, mais consciencieusc, peut-(?tre aussi 



78 MISSION PAVIE 



avec un certain scepticisme assez excusable chez un prince, qui, pen- 
dant plusicurs annees, avait du subir rintervention des Siamois et 
qui voyail la domination fran^aise dchuter par le partage de son lerri- 
toire et de sa capilalo, en deux tron^ons. 

Lors de mon ' premier sejour en 1890, je n'avais vu les princes que 
dans des occasions assez solennelles, oii leur initiative s'effa^ait h lout 
propos devant celle des fonctionnaires siamois dont ils ctaient flanques. 
Cette fois-ci je pus les juger mieux, car il ne sc passait pas de jour, sans 
que Tun d'entre eux vJnt nous trouver. 

Le Iloi mo frappa surlout par sa bonne volonle el son bon sens. 
Fort mal seconde par les mandarins du Senam, gens inoapables et 
frondeurs, domines par leurs interets immedials el parliculiers, il etait 
remarquable par sa simplicile ainsi que par son aptitude a concevoir 
Tulilite de certaines reformes. Sur un point seulemenl il elait irre- 
duclible. Si detaclic? qu'il fAl au fond du pouvoir, il ne pouvait admettre 
que le royaumc de Luang-Prabang, qui avait subsislo a travers les siecles, 
pAt se trouver demembix' par un simple trail de plume. 

Je ne pouvais manquer de constaler Timmense difference existant 
entre les usages laotiens et ceux que javais cu Toccasion d'observer au 
Tonkin. Tandis que le mandarin annamile ne renonce jamais au decorum 
qui s'altacbe a sa charge, ces princes dont rautorile est pourlant here- 
dilaire el s'elend sur de tres vastes lerriloires, se distinguaient a peine, 
dans la vie ordinaire, de tons ceux qui les entouraicnt. En revanche, 
dans certaines circonstances telles (pie les feles publiqucs, ils faisaient 
revivre une parlie des solemnites Iradilionnelles transmises par lesanciens 
rois du Lan-Chhang. Alors ils revetaient de somptueux costumes dores, 
se faisaient porter sur des palanquins a travers les rues de la villc et n'ap- 
paraissaienl partoul qu'avec les divers insignes de la souverainete. 

Nos receptions au palais presenlerenl ce caraclere de solennite, aussi 
bien que la fete de la remise des brevets et d^autres ceremonies politiques 
ou religicuses, auxquelles j'eus par la suite Toccasion d'assister, et qui 
me firent apercevoir la vie laolienne sous un de ses aspects les plus 
curieux. 



H'ANC-PRABANG :o 

La participation de» bonxes <tonnait un caractcrc Iri:^ special a ccr- 
tallies f^tes, car tant a I'int^rictir dcs pagodes lorsqti'ils psalinodiaient, 
qu'au dehors lorsqu'ils rccevaleiU les ofTrandcs cles devotes, ies notes 
ctaires de Icurs costumes, jauiics, verts, orangi-s el pourprcs sc deta- 
chaient sur Ics fonds soinlires, de la fa^on ta plus liannoiiicusc. lis nc 
dedaignaient point parfois dc vciiir nous rcndre visite, en com)HigniG de 
leurs jpunes olives, certains d'etre toujours parraitcmenl accueillis. 

La maison princiere, lout en bois de teck ct de pin, oii ie commissa- 
riat elait alors inslalle, sc Irouvait a quelque distance du fleuve, dc I'autre 



Fig. Ji. - Un deMe da Kit a Loing-PrllMng. 

cole de la coUine du Tiom-Si. completeincnt degagec sur srs pentcs, des 
constructions qui la couvraienl encore en 181)0. 

M. Vucle s'»;iait applique a donner a ectte belle demeure tout le con- 
fortable qu'il s'entendait si bicn a cr^er. Par scs soins, le grand hall du 
milieu, cntour6 de divans, rcmpli de fauteuils, de tables ct de bibelots, 
aer^ par de superbcs pankas, produlsait une impression de surprise. La 
salle a manger Icndue d'etofTes Meo blcues et blanches, avec une table 
toujours garnic de lleurs, bien scrvie, ct cuisine a lavenant, elait mer- 
veilleu.scment reussie. On rclrouvail dans lous les details de I'amt'nage- 



80 MISSION PAME 

ment des ohambres, la tnSmc porreclion cle goikt qui faisait honneur a 
celui qui, en quelques semaiues, avail su Urer du Laos inline tanl de 
ressources. 

Nous elions arrives u Luaug-Prabaiig avrc rinlcnllon de prolonger 
le moins possible iiotre sejour, inuis le roi el le Seiiaui nous fireni 
connattre un si gnmd nombre d'acles Ires graves, eoiiimis volonlaire- 
nieiit par les Siainois. |H>ureluder Ics engagoniciils d'octobre 1893. qu'il 
fallul se livrer a uiie oiiqui'le des plus serioiises et prendre aussitot les 
inesuros les plus urgcnteH. pour r^talilir I'onlre roinpl&lemenl trouble. 



eig. 33. — La Nim-Kioa pris it ton conauenl t Liung-Prabug. 

Notre travail ^tait deja Ires avance, quand i'incendic de la maison 
du comtnissarial oil la Mission ^tait lout eiitiere reunie, s'embrasa un 
beau fioir comnic une boite d'allumettes pendant que je me balgnais 
dans le Nam Kane. Aucun dc nous n elant la, il fut imposssible de rien 
sauver. Les provisions accumulees par M. Vacle furent aneanties et 
nous perdlmcs co que nous avions nous-mi^mes apporte de Bangkok, 
pour loute la duree de notre Mission. Non seulemenl, nos notes, nos 
passeports, nos vivres, nos instruments, nos vt;temenls furent d^truits. 



I.U\N(!.PR\liASG SI 

mais une paHie de notre argent fut rctrouve fonJu dans Ics d&ombres el 
ce fut un grand bonlieur pour nous dc rctrouvcr sous les debris fumants 
de notre demeure, assez de piastres intactcs, pourqu'il fitt encore pcrmis 
d' avoir quclque confiance dans ravenir. Jamais jc n'eus Toccasion dc 
constalcr, commc en cette cirtonstance, combicn I'argent est le veritable 
nerf de la guerre. Apres I'incendic du commissariat de Luang-Prabang 



Fig. 30. — Lot prlDCMXn laollenniB conrectlonnant mea vitemenU. 

il pouvait sembler que pour plusieurs mois an molns, nous allioiis ^tre 
complelemcnt reiiuits a I'impuissance. Mais, ayant brave la saison des 
pluies et les maladies quelle entraine, |>our accomplir loeuvre que nous 
nous etions imposee, nous netions nullement disposes a reculer devant 
le feu, et les dilTicultes que nous reiicuntrions furent pour nous, on 
peut le dire, un nouveau stimulant. 



m MISSION i'.v\ It: 

Kii quclques jours, j'cus vile fail de rcconslilucr mcs prciniei-s jour- 
uau\ dr iiiurchc, pendant ijuc les scribes du roi rctuljlissaicnt d'apres 
Ics origiiiauv. los pii-ccs dc iios dossiers. Ccux de iios compatriotes 
hubilaiil la ville. qui avaleiit I'cliappe a I'liicendic, mircnl uii devuucment 
extreme u nous pourvoir de riiidlspeiisaljlc. MM, Maeoy et\Narlelle, 
quoiquc hieii iiiedittcreiiienl pourvus eux-ni^ines, nic viiirenl tres 
ainicatciiiciit cii uidc, aiiisi ipie le mi et le second roi. Mais eouiine les 
chuussuirs el les velenienis iiie litisiiienl loul a ftiit ilefaut. Je pris le parti 



dc in'liul>illcr eoinriie les iiiili^eiies. La eliose etail t'aeile a eette cpo(|ue 
dc Tannec, si eliaude (|uo Tusajte dc camisoles en indicinic confeclioii- 
iiees par des priiice.ss<'s laoliennes, et de sanqiots en soie sur mcs jaml>cs 
imes, me parnt prestjuc nn liienfiiil. 

Cumme j'avais sauvc un feulrc a largcs liords.de rinccndie, il ni'elait 
possible dc braver en plein inidi le soleil : avcc nnc couverlurc euro- 
pccnnc que inc donna Ic roi, unc inousli<]uaire et un niatelas, j eus la 
Iranquillile des nuits assuree. M. Maccy avail dans son agcncc commcr- 



ciale cle la rive droilo, ({iielqucs tricots iju'il iiic jiassa : tl mc fnuriiit 
aussi les crayons, le papier, Ics plumes el lu boiissole qui rn'olaienl 
indisppnsabtes. Jo colW'lioiinai fur le marclie ties collies cl cles boUes 
laolieiiries pour y rpnferiner mou menu baga^'e ; unc lampe amoncaiiie 
el ilu poliole pour ine servir la nuil dr fanal: el jc niontai lant bien 
cjue nial ma batteric de cuisine avcc quclcpies pieces dejMireillees . 
Ce qui me manquail le plus, c'elail les vivres. Je parvins ii mc 



Fi)!. -18. — U berge du Mekhong h r.uang-Prnhang. 

procurer dii sel el du poivre. mais il ne fallait songer i des provisions 
europeeniies d'aucuiie sorte. Jc n'cti clais pas, il esl vrai, a nics debuls 
dans la vie de lirouNse, car javais connii les privalions avcc Deo-van-Iri, 
sur les fronlieres du Surinam en 1801, mais je »avais que la oil des indi- 
genes vivenl, un Europcen, pourvu d'argeiil el invesli d'une cerlainc 
auloriti?, peut encore se lircr d'alTaire. 

J'insislai done, aupri-sdu roi, pour quilenvoyat des ordres precis dans 



Bi MISSION PAVIE 

ta partie de son (erritoire oil j'allais avoir a circuler. J'oblins entin du 
chef des bonzcR de Wat Mai. notre ami 1p Satliouk, qii'il diVidat son frere 
Done-Tha, liomino experinicnU' el devou*' s'll en fill, a in'accompagner el 
a me servirde guide. Par bonliour, M. Lugan qui partaita ce moment-la 
en mission pour \ ieu Cliano. put mrlirr a ma disposition quclqiies mules 
qu'il avait acquises t'annee preredente de M. Garanger. I^e clief de ce 
convoi. iin liomme de Ijai-Ctiau, avail etc jusqu'a \ieng-Toug et elait par 
consequent lialntue a la rogioii du llaul-Mekhoug. Seulement le.s Itats 
'ajanl disparu dans linreiidie et les fers avant ele lordus par Ic feu, il 
fallut ri.'i>aiTr le degi\t, ce qui nous denianda quelques jours. 



n^. -yj. — La TloiD-»i ot r«ilrM <lu pilaii n Lning-PnUng 

Pour aflronter le fleuve. il faHatt tlailleurs que la crue s*\ pretiUl. 
Nous etions dans les premiers jours de juillel ; le Mekliong monta rapi- 
dement dans la nuit du cinq, cl s'eleva suhilemciil de Irois melres. re 
qui penult a M. Pavic el it M. (iaillat de fl'cml>arquer pour la descenle. 
Mais la montee du lleuve clait impossible ce jour-lu, a cause de la 
violence du couranl et des Ironcs d'arbres qu'il eliarriail. 

Jc profitai de cc retard, pour completer mes renseignements sur la 
region du Nam-Ta, situee sur la limite de Luang-Prabang et Xieng- 
Kliong. Iticn de plus surprenant que I'ignoranee des habitants de la 
capitale; les mandarins du Scnam ne purent me procurer qu'avec peine 



LUA>G PRABAXG 85 

des indications d'aiileura (ort incorrecles sur les fronliferes et sur I'organi- 
sation dc muongs. r^putf^s ausni lointains. Le mieiix etail encore de faire 
mon experience inoi-memr et d'aller !es visiter la boussolc a la main. 

M. Pavie m avail, a cct egard, laisse loutc lalltude, se bornant a me 
donner rcndez-vons, vers la lin de I'annee, a Hanoi ou sur la Haut« 
Riviere Noire : niais pour que ma laclie fAt blen rempUe, il importait 
avant tout d'in.staller dcfinilivenieiil les agcnces de \ieng-Khong el de 
Xieng-Sen. Or aiicun des col labora lours que le Gouvcrnemenl general 



Fig. 40. — l.iiing'I'rabiug ct la riia dtolle du Mekhoog. 

nous avail promis, des le mois de Janvier, et que nous avions espere trou 
ver a noire arrivee a Luang-Prabang, n'avail encore donne signe de vie. 
Peraonne non plus ne s'etait montre sur le Haul Nam llou, oil le Gou- 
veriiement avail decide la creation d'un posle de surveillance a M . Hahin 
sur !a fronticre du Yunnan ; M. Garanger a qui re poslc elail reserve se 
Irouvait encore sur le Moyen Mekliong, au moment oii j'allais moi-meme 
me mettre en route. 

Aussi fus-je extr^mement heureux dc Irouvcr en M. Maccy, agent 



MISSION PAVIE 



commercial de France i Liiang-Praluirig. (jiil a\ail drjji ete notre compa- 
gnoii en 1889, asscz do devoiieiiicnl, pour accv|i(i'r roffre (pic lui fit 



_M. Pavie, de iirat'coin|mginT jiisi|ii'ii Xicnfj-klionf; <-t d'asstimer la 
survcdlaiicf du Haul l''lcuvc. lejouinii jc serais nuti-iiit'inc oblige de 
m'elolgiicr pour rcinonlcr vers le Nord. Scs paqucts furenl vile fails 



I.r\N(;-PR.\ll,\\G 87 

commc les mienH. ct <lvs que I'ulat du Meklioiig le pprmit, nous flines 
Iransportcr le 9 Juillot. nnti'c tniiicc hngagc dims les pirogues qui nous 
atlcndaiont Ic long do la liergp. 

Le roi, Ics princes, Ic Sallioiik viiironl avec M. Vacle et Ics autoritea 
rmii^aisos de Luang-Piabung, nous saluor sur la live, Ce ful un depart 
assoz Impression nan (, car la saison des plules liallalt sou plein, ct de- 
pourvus do lout connnc nous I'etions, drpuis noire terrible ineeiulle, 
nous paralsstons oiilror en lulle axer Ions les eli'ineuls. dans |p [hivs 
du monde on les csjuits <les eaii\ et des liols excroeiil eiu-ore sur les 
liabilants leiir jirestlgr le plus leirli'ianl. 



L'examen des plainlcs. tpie nous avaient adfossees pendant notre 
spjour ii Liiaiig-Prahariff, le roi el le Senam. denionlrait d'uiie manlt-re 
evidente cpie loin de se resignci' au\ obligations du tralli; d'octobre 1893, 
Ic gouvcrnemont <lc Itangkok clicrchalt a les eluder par tons les moyeris. 

Pour me seconder dans ma (Ache, Ic roi m'avalt adjoint un de 
ses servileurs, Ic tlino Norassln, muni d'ini ceitaln nombre dc Icltrcs 
adressees aux autorlles locales dc la rive drolte, et de resumes laollcns 
des prineipales clauses du traitr. Partoul on il lui fut possible de s'ar- 
reler, le Tliao Norassln cutra en relations avec les cliefs de villages et 
lour transmit les ordres du roi. Pi-esipie en tout lieu, il put consliiter 



88 MISSION PWIE 



qu'ils ^taient fidelcs, mais que Ics emissaircs Siamois avaient fait nattre 
dans leurs csprits un trouble profond. J'evitais la plupart du temps 
dlntervenir directement aupres des autorites, pour autre chose que pour 
demander des guides el la seule recommandation du roi de Luang-Pra- 
bang sufiisait, sans qu'il (iii n^cessaire de recourir aux passeports de 
Bangkok, mais les circonstances ue tarderent pas a me mettre en pre- 
sence du Luang-Mani un des agents Siamois les plus actifs. 

Le 15 juillet, j*arrivai a Ban Tamoun. Le thao Norassin, qui m'y 
avail precede, nraverlit aussilot qu*il avail pu donner lecture aux chefs 
du village de la lettrc royale el qu*il avail laiss^ entre leurs mains le 
r^sum^ du traile, mais que le Luang Mani a\ail donne Tordre de n'en 
tenir aucun compte. 

Au mepris des articles vi el vu de rarrangement franco-siamois, 
le Luang Mani avail en outre interdit de fournir aucun guide menie 
retribu^ a noire convoi, Aussilot appele prcs de nioi je lui lis observer 
que son intervention etait irreguliere. 

Je repris alors ma navigation sur le cours fort tounnente du Mekhong 
oil, depuis mon depart de Luang-Prabang, je reiicontrais chaque jour de 
nouvelles diflicultes. La violence du courant ct la presence de nombreux 
rapides rendant necessaire le passage contiiuiol d'une rive a Tautre, les 
pirogues risquenl alors d'etre entrainces ou de chavirer, si elles ne sont 
pas dirigees par des hommes Ires experimenles. 

En depit de la saison, j*avais pu me procurer a Luang-Prabang des 
Equipages de choix, mais ceux-ci auraienl et^ impuissants dans les en- 
droits difBciles, sans le concours passager de guides sp^ciaux fournis 
tout le long du chemin par les chefs du village. 

Comme mon premier voyage en 1890 sur le Mekhong m*avail mis 
au courant de ces necessites, j'avais insiste a Paris, lors de la redaction 
de rultimatum, puis du traile, pour qu'on obUnt les garanties indispen- 
sables k la navigation sur le grand lleuve, la mauvaise volonle des Sia- 
mois pouvant la rendre a Toccasion lout k fait illusoire el paralyser ainsi 
k tout jamais la circulation el le commerce. 

Sans le Mekhong, il n'y a plus en effet de Laotiens. Ces gens-la sont 



LUANG-PRABANG 89 



nes navigaleurs et la pirogue est leur gagne-pain. A la saison des 
Iiautes eaux, ils quiltent leurs villages avec un chargeinent de menues 
marchandises et viennent camper lout le long du fleuve, parliculierement 
aux confluents des rivieres. La se liennent, k ce moment, d'importants 
marches, oii les Laotiensobtienncnt des Khas de la montagne, contre du 
sel et des etoffes, tout le riz dont ils ont besoin ; ils sont incapables de 
se le procurer autrement, ayant horreur du travail des champs. 

Les endroits preferes des Laotiens pour ces echanges, sont Ban- 
lat-Hane et Ban-lat-H^ne, oil pendant la saison des hautes eaux, il 
y a marchd tous les huit jours. Ban-la t-Hane est aussi, a la saison 
sfeche, le point d'arrivee sur le M^khong des cara vanes chinoises qui 
viennent commercer a Luang-Prabang. Des bacs sont a cette epo- 
que, install^s d*une rive k Tautre, pour assurer le passage du fleuve. 
G*est un service public qui ne peut souffrir aucune diflicult^, tant 
que la mSme autorit6 s'exerce des deux cot^s, mais Tintervention sia- 
moisedepuis le traits de 1893, ne s'etait fait sentir que pour Tentraver. 

Avec Ban-lat-hane, Pak-Beng est un des principaux points de transit 
sur la rive gauche du Mekhong. Ghaque annee, au moment du passage 
des caravanes, le roi de Luang-Prabang organise un service de batellerie 
h Done-Thuan, pr^s du confluent du Nam-Beng, et les mandarins qu'il 
delfegue y per^oivent un droit dep^age. Les Siamois s'^tant permis, a la 
suite du traits, de percevoir ce droit pour leur propre compte, nous 
avions ^t^ saisis par le roi de Luang-Prabang de cette irregularity, qui 
n'^tait pour eux qu'un nouveau moyen de substituer leur autorit^ directe 
k la sienne, sur un point parliculierement important du fleuve. 

Tandis que sur la rive gauche, le point de transit commun est 
Done Thuan, les points ou aboutissent les routes de la rive droite sont 
nombreux ; les chemins de cara vane qui arrivent a Pak-Ngim, k 
Pak-Sap, k Pak-Heu et a Pak-Kop, desservent des centres imporlants 
comme Muong-Luoc ou le Luang Yokhabat tenait ses assises au moment 
de noire passage, el Muong Ngin ou les Siamois soutenaient ^nergique- 
ment les pretentions lerritoriales des autorites de Nan contre les droits 
volonlairement meconnus du roi de Luang-Prabang. 

V. 12 



90 MISSION PAVIE 

II parall qu'milrcfuis Ic lorritoiro <lc Luaiig-Praliang s'eteiiilail sur la 
rive (Iroho Jusqu'aii (-onlluciit du >aiii-Koj>: iiiais d'aiiiH''c eii aniieo, ^ 
iiiCNurc quo le pouviiir roval, miiii' par IcNSiaiiiois, H'airail>lisKaitau Laos, 
les Vniiiicsdc Nan on iirolilorciil jxiiir gagiiordii tormiii rt.su bslJtiicr lour 
aiitorito a colics dcs Laolions. (Tost ainsi qu'en 1887, an iiKminil do 
rinvasinn dos Hos h Luang- 
Prabaiig, Nan mil la main sur 
M. ^pin, canlori laolieiion le 
roi Ming Ttiatoulat avail aii- 
Irofois poi'inis ^ quolques Ta- 
niilloK Yciunos d'olablir luur 
domicile. Timle la parlio du 
Imssin du Mekhong, adusKoo 
aux suuroos du Meiiani, subil 
niainlcnant riullui'iuo dc 
Nan, d'autaiil plus que la |>o- 
pulatiini s'osl beauooup devc- 
lopptV dauscolte region, dc- 
puis que los baiides ebiiiiHsos 
forcorent un grand uoinbrc 
do families Lues el Laotiennes 
du nord a cborclier refuge au 
dola du MoLhong. 

Lots de nion rooeni 

voyage do Muoiig - Nan a 

\iong-llai, j'avais pu cons- 

Fie ',3 — Piro'iiiCT laoiicn *'*'*''' '*" "ombrc oonsidcrable 

de i-es rofugios dans la vallee 

du Nam Lao, imporlanl aftliient du Mo-lng. si rappr<>clu! du Naiu-Kop, qui 

est navigable wur une bonne parlie do sou cours. pendant la saison des 

hautos eaux el, dont lo bassin ost Ini aussi Iros pouple. 

Muoiig-Kop a lui tout seul comprend di.t villages. Cbaquc aiin^e, a 
la sai^ioit -seche, on voit arriver au oonfluoul du Nani-Kop de nonibre 



LUANG-PRABANG 91 

caravanes d'^Iephants el de kceufs qui suivcnt ensuile le cours du 
M^khong ju^qu uu bac de Pak-Beng. Ces caravaiic« viennent soil de 
M. Lim situe a qualre *^l^pes de Pak-Kop sur le Menam de Nan, soit 
de Xieng-Kham sur Nam-Lao, qu'on pent atteindre en trois jours ; la 
route passe par douze villages et franchit au Doi-Sang-Kong la ligne de 
separation des bassins du Mckliong ct du Menam. 

Pak-Heng devra sous noire administnition profiler du voisinage de ces 



centres imporlanls, r|iii ne parlicipent qirindirertoineiil au mouvcnienl 
d'aflaircsde Liiang-Prabanjr.Tandis que \ieng-Mai etl«impoun profilent 
du rourant conimcrrial depiiis Iniiglemps elabli enlrc le ^ unnan et le golfe 
du Bcngale, par \ieng-Sen et par \tcnf,'-Hai, il ne lient qn'a nousded^- 
volopper par la route de Muung-Sai a Pak-Beng le trafic entre la Chinn ct 
MuongNan. Ainsi nous exercerons rinnucuce l\ laquellc nous avons droit 
sur Ic regime cconomiqucdu bassindu M<'nam,oii linstallationdu consu- 
lat de Nan pcut d'aillcurs bcaucoup faeiliter la taclic de nos commer^ants. 



92 MISSION PAVIE 



Pak-Beng est situe au centre d'une region aurifere qui m^riterait une 
exploration scicntifique. On trouve de ce c6te de Tor dans tous les 
ruisseaux, au houe Seng, au houe Ngeui, a Done Tham, Done Thet, aux 
houes Tine-ton, Long-long, Halene et Ho. Les Khas rainassent penible- 
ment dans le lit des cours d*eau les sables auriferes quils traitent au 
moyen des procedes les plus priniitifs ; il leur arrive parfois de decouvrir 
d'assez grosses pepites, mais genc^ralement leurs gains sont plutot faibles. 

Enlre Pak-Beng el Pak-Kop. le fleuve est borde sur la rive droite 
par un massif ealcaire appele Plia-ki-ta, oil les Khas prelendent entendre 
parfois au fond des cavernes une niusique sacree. C'est aussi dans cette 
parlie du fleuve que se trouve le terrible rapide du Keng-Le, qui oblige 
les bateliers a de grandes precautions, (^icux-ci raconlent volontiers la 
legende suivante : « \'n bonze ayant entendu dire qu'a eel endroit 
vivaient, au sein de I*onde, sept dragons redoutables, s'efl^or^a de les 
attirer en allant une fois par seinaine se placer sur un rocher on il les 
invoquail. Sa patience ayant iini par se lasser, il sejeta dans le rapide, 
donl il est ainsi devenu le (Icnie. (]'esl pour se reconimander a lui, 
qu'avanl de s'engager dans les passes, les baleliers font a genoux une 
priere. La doctrine bouddbique s'opposanl au culle des Monstres et des 
(Jenies, il est curieux d'observer avec quelle ingeniosile elle a subslituc 
une legende orlhodoxe a I'antique el redoutable croyance. 

Au-dessus du Keng-Le, le Mekbong s'clargit sensibleinent el, au lieu 
des hauteurs inculles dominant jusqu'alors le fleuve, on decouvre des 
defricbements assez nombreux oii les Khas Monk defendenl au mois de 
juillet, leurs recolles de mais contre les sangliers el les maraudeurs. Je 
fus surpris en causant avec un vieillard Kha, de constater combien mieux 
que les Laotiens du bord du fleuve, il avail su se meltre au courant des 
derniers incidents et combien il appreciail Theureux ev^nement qui 
Tavait definitivement souslrail au joug redoute des Siamois et des Ingrit. 

Toute cette partie de la rive gauche nous elait alors encore inconnue ; 
nous savions seulement qu'elle elait principalement peupl^e de Khas et 
qu'elle dependait de Luang-Prabang jusqu'au confluent du Nam-Ta. A la 
Commission de TElal Tampon, les Anglais avaienl essay e de laire reporter 



LUAHG-PRABASG 93 

les iimites dc nos terriloircs, d'abord au Nam-IIou, puis au Nam-Beng, 
mais ils s'etaicnt hourli's h I'indexiblc vuloiite de nos comniissaires do 
faire respecter I'integrile de la principauliS de Luang-Prabang. 

L'experience veiiail de ine deinontrcr combioii nous (flail avantageuse 
la possession dc Ilan lal llaiie et dc Pak-Jtcng. Cclle dc Pak-Ta ne I'etait 
assur^utenl pas muins. Les Laoliens. bien que represcntant I'inlluence 
dominaiite dans loute eelle region, sonl ioin d y clre prcpondcranls par 



. piro^u^ . 



le nonibre. Comme ils ne cullivenl guere le sol, leiir siipcriorite lieiit 
uniquement a ce fail, qu'its (leliciineiit le monopole de la navigation sur 
leurscoursd'euu si encombres de ra|Hdcs. Aussi Pak-Ta, qui n'est qu'iin 
assez mince village, a-t-il uric graiide importance, comme centre dc tran- 
saction avec les pays Younes ct Shans du lleuve sup^ricur, aussi bien 
qu'avec le vasle bassin tres pcupledu Nam-Ta. 

En passant le ?1 juillet a Pak-Ta, je m'enlcndis avecles autoritds 



94 MISSION PAVIE 



locales, pour assurer, pendant mon s^joura Xieng-KIiong, mes commu- 
nications avecLuang-Prabang, le transport de mescourriers et si le besoin 
s'en faisait senlir, mon ravitaillemenl en hommes et en vivres. Je les pr^- 
vinsaussi que j'etais decide a remonter proohainement le Nam-Ta, jusque 
vers ses sources. Pour assurer les preparatifs de ce voyage, je laissai a 
Pak-Ta, le Thao Norassin, qui avail acheve sa mission dans les villages 
de la rive droite, et je le chargeai de faire mettre les chemins en etat, de 
preparer les pirogues et surtout d'avertir les chefs du haut pays, que 
j'etais dans la region et que le moment c^lait venu pour eux d'entrer en 
rapport a vec nous. 

Le 22 juillet, en continuant a remonter le fleuve. je depassais Phaday 
et le Houe Mak, sortant ainsi du territoire Laotien et de la principaute de 
Luang-Prabang, pourpenetrer en territoire Youne. dans les dependances 
de Nan. Cette frontiere est connue de tous les riverains du grand lleuve 
comme ayant ete dans le passe la limite du vieux royaume de Lan Chang. 
Pour faciliter la navigation, les princes laotiens avaient pris des 
mesures d'ordre general et ; a cet effet, ils avaient divise en intervalles 
plus ou moins reguliers appeles manes, tout le cours du Mdkhong, dans 
leurs possessions. 

Diverses legendes se rapportent a cette institution. Suivant les uns 
le mune qui est une mesure de capacite laotienne. equivaudrait ici a 
rintervalle franchi par une pirogue, pendant qu'une jarre contenant une 
certiiinc quantite d'eau se vide gouttc a goutte. Suivant d*aulres, c*est au 
moyen de chandelles de ciredu poids dun mune que le Chao Barikhane, 
roi de Lan-Chang, aurait calcule ces distances. II est une troisieme tra- 
dition qui raconte que le Chao Borikhane, remontant le fleuve en pirogue 
aurait fait charger son embarcation avec di\ millo Cannes a sucre. Quand 
les bateliers les eurenl toutes sucees, on designa sous le nom de mune 
rintervalle franchi. Or la serie des niunes commen^ait a Lipi (Kh6ne), sur 
la fronti^re du Cambodge et se terminait a IMiaday avec la terre laotienne, 
sur la frontiere du pays Youne. 



CHAPITRE II 

XIENG-KHONG 



SCJOUR A L'AGENCK FRAN(.:A1SE DE MENG-KHONG 
23 juillet-2ti aobl I89i 



Peu apres avoir depasse tc confluent dii Nam Ta et I'^peron de Pha- 
day, on pout conslater que le pays a change coinpIMement d'aspect. Au 
lieu ties collines (-IcYecs qui enscrraioiit plus has lo Mekhong, ce sont, 
surtoul sur la rive droite, des bergcsplales, unnonvaiit Ic voisinaged'une 
plaine. A partir du cunllueiit du Me-Ing. on est en efTot dans la terre 
nourricitre, oii avant de descendre vers Nan, Xieng-Mai et Ajuthia, 



XIENG-KHONG 97 



les Thai's passferenl plusieurs siecles, h croUre, se multiplier et prendre 
conscience d'eux-mSmes. A T^poque oil les Younes* dtaient encore nom- 
breux dans cette immense plaine, tout permet de supposer, vu la pro- 
digieuse irrigation du sol arros(5 par le Me Ing, Ic Me Lao, le Me Khok 
et les debordements du Mdkhong, que les rizieres furent abondantes 
el la prospdritd Ires grande, 

Les mines de Xieng-Hai, de Xieng-Sen et de Xieng-Kliong prouvent 
qu'ici comme a Vien-Chane, la race Ihaie trouva le sol qui lui convenait. 
Mais les guerres qui se reiiouvelerent de siecle en siecle, ont depeupl<5 le 
pays, et malgrd Tdlegant aspect du Xieng-Khong moderne, bien bati sur 
la rive droite du Mekhong, on n*est pas long a s*apercevoir que la pros- 
perile n'y est qu'apparente. A moins de se conlenter de grenouilles, de 
cigales, d'herbes aquatiques et de chataignes d'eau, I'etranger meme bien 
poui'vu d argent, risque fortd'y mourir de faim, comme en lant d'aulres 
endroils de Tlndo-Chine, oil TEuropden trouve une hospitaliie insuf- 
fisante. 

J'avais assez circuit, pour me rendre compte qu'k Tinertie des 
indigenes il est indispensable d'opposer la responsabilite des chefs. 
Aussi, lorsqu'en arrivanta Xieng-Khong, je constatai que, non seulemenl 
on n'avait pas tenu le moindre compte des engagements pris quelques 
semaines auparavant, pour Tamdnagement de notre terrain et la con- 
struction de TAgence, mais encore qu'il etait impossible d'obtenir le 
moindre grain de riz a se mettre sous la dent, ni le plus petit mor- 
ceau de bois pour allumer son feu, je compris aussitot que depuis notre 
recent passage, Fesprit general dtait devenu moins bon et que pour venir 
a bout de la population, il fallait commencer par les autoritds. 

Je campai done tant bien que mal, pour debuler, avec tout mon 
monde, dans la sala que nous avions prdcedemment occupde, et qui fort 
heureusement, en vue de la saison des pluies, venait d'etre couverte k 
neuf. Le Chao vint sur le soir me conter des balivernes ; il s'etait naive- 



1. Les Younes, une des branches principalcs de la race thaic, sont fixes dans le 
bassin du Menam et dans une paiiie dc celui du Mekhong. 

V. 13 



98 MISSION PAVIE 



ment imagine que la saison des pluies non moins que Tincendie de 
Luang-Prabang relarderait indefiniment mon arriv^e : Tout est brftl^ ; 
ils se sont enfuis, avaient racont^ quelques bonnes langues. Si la 
maison n'etait pas eonstruitc, eela tenait aux pluies qui avaient dispei'se 
les travailleurs dans leurs rizieres, mais cc travail une fois acheve, c'est- 
a-dire au bout de six semaines, on s'empresserait d'entamer la besogae. 
Quant aux vivres, il n'y avait aucun espoir d'en obtenir, a un moment 
quelconque. 

Etant absolument r^solu k ne pas laisser se prolonger cette situation 
equivoque, je parlai tout de suite sur un ton tres ferme au Chao et aux 
mandarins du Senam. Mais jc n*avais aucune provision et mon per- 
sonnel ^tait nombreux. Les habitants de Xieng-Kliong se tenaient soi- 
gneusement a I'^cart de notre sala, et quand par hasard il en passait un, 
on le h^lait pour lui demander s*il avait quelque denree a vendre, mais 
chaque fois mes gens essuyaient un refus. 11 fallut alors aller aux pro- 
visions dans des villages ^loignes. Encore ne trouva-t-on le necessaire, 
c*est-a-dire du riz, du mais, des l<^gumes, des ceufs et de la volaille, non 
chez les Younes qui restaient sur la plus grande reserve, mais chez des 
Lus, Bx^s depuis quelques annees seulement, sur la rive droite du Me- 
kliong. Au bout de quelques jours, les Lus prirent I'liabitude de venir 
nous trouver a Xieng-Khong : nous acquimes ainsi un peu dindepen- 
dance. 

Je m'etais occupe, d^s notre arrivee, d'entrer en rapport avec les habi- 
tants de la rive gauche. Lors de notre premier s^jour, les chefs des trois 
villages Ngious*, qui forment en face de Xieng-Khong Timportante agglo- 
meration de Bo-K^o, nous avaient donne des preuves manifestes de leur 
bonne volonte, mais comme la plupart de ces Ngious, etrangers au pays 
et chercheurs de saphirs, ne pratiquaient aucune culture, il n'y avait 
pas moyen de s approvisionner aupr^s d'eux. J'appris avec plaisir que 
depuis notre passage aucune diiliculte s^rieuse ne s etait ^lev^e entre nos 
nouveailx sujets et les Younes de la rive droite, leurs anciens maitres; 

1 . Les Ngious appartiennent au groupe Shan de la race tha!e. 



XIENG-KHONG 99 



mais on ne se voyait d'un bon cbU ni d'un c6te ni de Tautre, et j*avais 
tout lieu de penser que les conseils des Siamois, aussi bien que les con- 
ditions nouvelles crepes par le traits avaient mal dispose les Younes k 
notre dgard. 

Le lendemain de mon arriv^e, je me rendis chez le Chao de 
Xieng-Khong et lui presentai M. Macey, comme ^tant Tagent charg^ 
de veiller a Xieng-Khong sur Tex^cution du traite. Afin qu'il se rendlt 
compte du r61e qu'allait remplir aupr^s de lui M. Macey, je lui fis lire 
le texte mdme du traite du 3 octobre et en laissai un r^sum^ entre ses 
mains, aprfes avoir accompagne chaque clause d'un commentaire trfes 
serre. 

Voici quelle fut ma conclusion : « C'est k vous seul et a votre Senam, 
« c'est-a-dire auxautorit^s locales, qu'appartient d^sormais ladministra- 
(( tion du territoire de Xieng-Khong, compris en entier dans la zone 
(( reservee des vingt-cinq kilometres. Les Siamois ne peuvent plus, 
« sous aucun pretexte, se presenter ici en armes, ni intervenir direcle- 
« ment dans Texercice de votre autorite. Vous connaissez main tenant 
(( vos droits et les n6tres. M. Macey est ici poinr les defendre et 
(( pour les faire valoir. » 

Le Chao m'ayant alors demande s'il ^tait tenu de se soumettre aux 
conseils de M. Macey, je lui fis comprendre que M. Macey ne pouvait 
intervenir aupres de lui que pour assurer Fexecution du traits, mais que 
c'etait leur interet a tons deux de rester autant que possible d'accord sur 
tous les points. Je fis alors de vifs reproches au Chao , qui nous laissait 
sanseau, sans bois, sans nattes et sans vivres, dans une sala ouverte k 
tous les vents, alors qu'il s'^tait depuis si longtemps engag^ a nous 
livrer en quelques semaines une installation definitive. 

Fort naivement le pauvre homme essaya de degager en cette affaire 
la responsabiUte des Siamois, dont il n'avait pourtant pas ete question. II 
mit tout sur le compte de la pluic qui avait disperse dans les riziferes tous 
les travailleurs. 

Je le rappelai au respect de ses engagements et Tayant conduit 
d'abord a la maison de bois, qu*il aurait deja dH transplanter sur notre 



659470 



100 MISSION PAVIE 



terrain, puis sur le terrain meme, ou rien n^avait ^te prepare, j'insistai 
pour qu'il repar&t immediatement le temps perdu. Tout ce que je pus 
obtenirce jour-lk, fut qu'on mit un peu d'ordre dans notre sala, ou des 
nattes furent tendues le long des verandas, pour nous preserver des 
rafales de pluie. 

Ne pouvant compter sur un point d'appui serieux h Xieng-Khong, 
il fallait pouvoir trouver des ressources sur la rive gauche. Ma 
premiere conversation avec les trois chefs Ngious de Bo-Kfo, le Chao 
Koun-Kigne, Uoi-Kiang et Salabokapi, eut pour but de leur faire 
comprendre la necessite de creer et de d^velopper cliez eux un march^ 
permanent, en attirant, avec leurs produits, les Khas du voisinage. Par 
nos bateliers qui rentraient chez eux je iis egalement appel aux Laotiens 
de Pak Ta, de Pak Beng et de Luang-Prabang, qui jusqu*alors avaient 
subi beaucoup d'enlraves dans leur commerce, etant obliges de payer, 
tant k Taller qu'au retour, de lourdes taxes a Xieng-Khong, a Xieng- 
Sen et h Ban Seo, quand ils venaient p^cher k Tembouchure du Nam 
Ngao, acheter du tek dans la vallee du Me Ing, ou vendre des ^l^phants 
de Vien Chane en pays Youne. 

Sans le Laotien il ne saurait y avoir aucune vie commerciale sur le 
M^khong, car le Youne ne navigue gu^re et ne poss^de pour ainsi dire 
pas de pirogues. Fort heureusemcnt nous avions conserve pour le service 
du poste, ce qu'il nous fallait de bateaux et de bateliers, car sinon, nous 
nous serious trouves a Xieng-Khong a peu prfes bloques. 

Bien que Bo-Keo et Xieng-Khong soient un point de passage 
important pour les caravanes du Yunnan, il n*existait au moment de 
notre arrivce, qu'un bac tr^s insuilisant, confie aux lepreux de Ban Sato 
sur la rive gauche. II importait de mettre la main sur ce service, afin de 
le reorganiser et de le devclopper. Unc de mes premieres visites fut pour 
les gens de Ban Sato que j'essayai d'arracher a leur torpeur, mais ni la 
Uberalion de Tun d'eux, retenu comme esclave pour dettes, ni Tappat 
du gain, ne purent les tirer de leur apathie. Malgre tons mes efforts, pour 
conserver aux Younes le r61e qu'ils avaient eu jusqu'alors a Tegard des 
Khas, el des Ngious recemment fixes sur leur lerritoire, j'etais oblige de 



XIENG-KHONG lOl 



constater qu'il n'y avait chez eux, ni aptitudes sp^ciales, ni bonne 
volonte, qualit^s qui apparaissaient au contraire comme assez d^velopp^es 
chez les autres. 

Mais il eut ele dangereux de se fier trop completement aux Ngious 
qu*aucun interet definitif ne rattachait en somme au pays. La plupart 
^taient des chercheurs de pierres, celibataires, venus soit de Birmanie, 
soitdes pays Shans, pour fouiller Talluvion de Bo Keo et y ramasser des 
saphirs. Un petit nombre seulement avaient contract^ dans le pays des 
unions ephemferes avec des femmes Younes et, vivant en bonne intel- 
ligence, sous la direction de Salabokapi, avec les gens de la rive droite, 
cultivaient des rizieres et des jardins, autour de Ban houe Muong. 

Roi-Kiang, le chef du village de Ban houe Pakham, habite surtout 
par les chercheurs de pierres, apparaissait, des le premier abord, comme 
un malin et ruse compere. Des histoires fort vilaines de meurlre, oil des 
Khas avaient ete r^cemment les victimes de plusieurs de scs adminis- 
tr^s, pesaient assez lourdement sur sa reputation, et a voir Tempresse- 
ment qu'il avait mis a s'adjuger la recolte de cire des villages voisins, 
on sentait que c'etait un homme a surveiller de tres pr^s. 

Tout autre apparaissait le chef de Ban houe Sai, le Chao-Koun- 
Kigne, homme de grande distinction, de fine intelligence et de bel aspect, 
que les malheurs de sa patrie avaient chasse des confins de la Birmanie 
oil ilpossedait un important territoire. Force de se refugier sur les rives 
du Mekhong, il vivait avec sa femme et sa scimr, des maigres rcssources 
qu'il avait pu sauver et paraissait anxieux de savoir si le maintien de la 
France sur la rive gauche du Mekhong serait pour lui la sauvegai'de 
rcvee contre les progres de Tinvasion Anglaise. 

L'occasion n'allait pas tarder pour moi de mieux apprecier les dis- 
positions encore incertaines des uns et des autres. Le 26 juillet, il 
m'arriva de Luang-Prabang des lettres de M. Pavie et de M. Vacle 
annon^ant la presence de la canonnierc « Massie », a Vien-Chane, a la 
date du ?7 juin. La nouvelle ayant grossi en circulant, les bateliers de 
Pak-Ta raconlcrent dans tout Xicng-Khong, qu'il y avait six canonnieres 
et qu'elles elaient arrivees k Luang-Prabang. L'effet de cette nouvelle fut 



102 MISSION PAVIE 



magique el instantan^. Le Chao, convoque par nioi, se presenta en. 
compagnie de tous les mandarins, et je n*eu$^ qu*a parler de la canon- 
ni^re, pour voir un empressement tr^s sincere succeder a TindilKrence 
et a Tapathie que je subissais depuis quatre jours. 

Le Ghao et le Senam de \ieng-Khong sentaient d*autant plus le 
besoin de se metlre en regie, qu'ii ce moment mome ils etaient en train 
de commetlre uno nouvelle faule. Uoi-kiang, qui lie les aimait pas, et 
qu'k cause de son intelligence eveillee, j'avais charge de me lenir regu- 
lierement au couranl des nouvollos, venait d'entrer dans la serie des 
confidences, en apprenant que son elocjuence pouvaii s'appuyer sur une 
force armee. II me raconta que depuis deux jours, un envoye venant de 
Muong-Sing, dont on nous avail cache la presence, ^tail arrive k Xieng- 
Khong el se proposait de poursuivre sa route vers M . Nan. II ajoutait 
que, d'apr^s ses renseignemenls, des Anglais, venus trois ou quatre 
mois auparavant a Xieng-Tong avec une troupe armee, avaient pousse 
jusqu'k Muong-Sing, mais que la foudre les avail forces a se retirer. 

En rapprochanl cetle information de celles que j'avais recueillies a 
Nan et a Xieng-Sen, Tid^^e me vint que peut-elre les Anglais avaient 
cherche a exercer une pression sur les princes du Hau|-Mekhong, et 
le desir s'accrut en moi d'etre renseign^ sur Timpression qu'ils avaient 
produile. Done-Tha et Roi-Kiang apprirenl en effet de Tenvoye, que les 
Anglais avaient quitte Muong-Sing seulement depuis deux mois, apres 
avoir d^clard que toute la principaute de Xieng-kheng leur appartenait. 
Le prince avail repondu qu*il ne connaissail, en fait de suzerain, que le 
roi de Nan, lui-meme vassal de celui de Bangkok, et quand les Anglais 
furent partis, il s'empressa d'envoyer a Nan, suivant Tusage, un tribul 
de dix chevaux, pour demander aide el protection. Ayant appris depuis 
lors, a la suite de noire passage a Xieng-Sen el a Xieng-Khong, que la 
rive gauche du Mekhong elail devenue fran^aise, il avail de nouveau 
envoye un mandarin a Nan avec des presents el de la cire, pour demander 
s'il devail ajouter foi a cetle nouvelle el quel allail etre le sort de Muong- 
Sing. 

Ges renseignemenls m'inleressanl au plus haul point, je m'apprelai a 



XIENG-KHONG 103 

recevoir le jeune ambassadeur, qu'on me depelgnait sous les couleurs 
les plus bnllantcs. Lorsqu'il se presenta, a cinq heures du soir, dans 
notre sab, acconipagne d'un secretaire, je dus reconnattre qu'il avail 
vraiment bon air. Cetait un jeune seigneur, dans Ic style de ceux que 
j'avais autrefois renconlres a Xieng-IIung, fort brillamment pare d'un 



F[g. i7, — U ChBO-Koiin-KlgiM el set fnminei onlfe M. Lcfc.rc-Ponlalit cl M. Mituy. 

pantalon de velours noir orni- de galona miilticolores, d'un riche turban, 
et d'une veste sans manolics on salln blanc garni de velours noir. 

II coiinaissait Bangkok pour I'avoir visile a I'vpoque du bomborde- 
ment de Paknam. Le Chao-Nan-Pitcliiavong, c'est ainsi qu'il s'appelait, 
avail mis trente jours, Ji cause du mauvals temps, pour arriver jusqu'^ 
Xieug-Khong. II ^tait envoye, me dit-il. par son prince pour savoir h 



104 MISSION PAVIE 



qui des Siarnois, des Anglais ou des Fraii^ais il fallail desormais obeir. 
La pretention des Anglais lui paraissait do toutes la nioins justifiee, 
dcpuis Tabandon ofliciel quils avaient fait, quelques annees auparavant, 
de loule rcvendication sur les lerritoires de la pnncipaute. 

Je m'eflbrvai dc faire comprendre au jeune Chao qu'ii etait sans in- 
ter^t pour lui de poursuivrc sa route jusqu*a Nan, puisque le traite de 
1893 nous avait ti'ansmis tons les droits du Siam sur la rivegauclie et 
je mis asa disposition le texle nit^nie du traite, avec une lettre explicative 
pour le roi de M. Sing. La-dessus il prit conge de moi, el ne vinl me 
relrouver que le lendemain soir. 

J'etais, quand il revint, sous Timpression de la visite du Cliao de 
\ieng-kliong, de ses femnies et de ses mandarins qui avaient defile toute 
la journee dans ma sala, avanl de s*en aller aux rizieres. II etait visible 
que ces gens, tres impressionnes tout dabord par Tannoncede la canon- 
niere, etaienl revenus de leur premier effroi et esperaient encore par de 
bonnes paroles me trainer en longueur. II importait done de ne laisser 
subsister aucun malentendu. 

J'interrogeai le (]hao Pitcliiavong sur ce qui s*^tail pass^ r^cemment 
a M. Sing. 

J*appris que des agents anglais etaient venus et avaient declare que 
tout le territoire de Xieng-Khong faisait desormais partie de TEmpire 
britannique. Sans se soumetlre k cette declaration, le Prince de M. 
Sing s'^tait empresse d'envoyer le Chao-Pitcliiavong a Nan, pour se 
renseigner et pour soUiciter une lettre du roi de Siam, T^clairant sur 
tons ces points delicats. 

Malgre tout Tintert^t queje laissais voir pour son maitre, le Cliao- 
Pitchiavong eiil pense trahir les inlerels de celui-ci, en ne se mettant 
pas sur ses gardes. Je sentis tres bien a ce moment qu'il ^tait necessaire 
de le serrer de plus pres. Lne lettre au prince qu'il me soumit, etail 
redig^e en termes convenables et rendait bien compte de noire premier 
entretien, mais comme elle ne portait aucun cachet, j'affectai de croire 
que c*etait un trompe-roeil a mon intention. « Qui done etes vous, lui 
ft dis-je, si vous voyagez sans cachet, vous qui pr^tendez Hre Tenvoye 



XIENG-KHONG 105 



(( du Chao de Muong-Sing ? Avez-vous seulement des papiers, un 
(( passeport ? » La-dessus il envoya son compagnon chercher a la sala 
ces documents et n'h^sita aucunemcnt a me les remettre. 

J'eus alors pleine conscience de la petite intrigue que les autorit^s de 
Xieng-Khong venaient de nouer demure mon dos. Les papiers qu'on me 
remit ^taienl des ordres aux chefs de village de fournir des vivres et des 
moyens de transport au Chao-Pitchiavong qui se rendait a Muong-Nan, 
et k tous les chefs de grenier, de lui d^livrer le riz gratuitement. Ainsi 
en d^pit du traits et de toutes nos explications, les autorites de Xieng- 
Khong s'etaient permis de faciliter, en me les tenant cach^es, les rela- 
tions politiques de Muong-Sing avec Muong-Nan. 

Un des principaux membres du Senam, le Phyah Luong, arrivant a 
ce moment : « Connaissez-vous ces papiers, lui dis-je ? Connaissez-vous 
(( aussi les articles i et vu du traite du 3 octobre ? De quel droit avez-vous 
« remis ce passeport a un habitant de la rive gauche, qui a traverse le 
« M^khong, sans passeport frangais et sans que nous en fussions avisos?)) 

Le Phya Luong, tout penaud, essaya de s'excuser. « Vous compren- 
(( drez, lui dis-je, que dans ces conditions et le traits ayant et^ plusieurs 
(( fois viole, je ne puis laisser aller a Muong-Nan, le Chao-Pitchiavong, 
« qui n'y a d'ailleurs plus ricn a faire, puisque les liens entre les deux 
« pays sont rompus. II va retourner a Muong-Sing ». 

A ma grande surprise, le Chao-Pitchiavong s'abstint de protester 
et s'informa seulement des conditions dans lesquelles pourrait s'effec- 
tuer son retour . Pourrait-il requisitionner en route des vivres et des coolies ? 
Que deviendraient aussi les objets qu'il devait porter k Muong-Nan ? Je 
r^pondis qu'il devait se d^barrasser a Xieng-Khong des objets qu'il avait 
apportes, et que je donnerais des ordres pour faciliter son retour sur la 
rive gauche. Le soir meme deux mandarins du Senam vinrent prendre 
cong^ de moi, se rendant a M. Nan ; sans doute ils allaient rendre compte 
au Commissaire Siamois de ce qui s'etait passe a Xieng-Khong, mais 
comme en somme cette demarche n'etait pas faite pour me d^plaire, je 
les chargeai de remettre au Phra-prom-Sorine la lettre oflicielle annongant 
rinstallation de M. Macey comme agent commercial a Xieng-Khong. 
V. 14 



106 MISSION PAVIE 

Six jours cependanl a'^taienl ecoules depuis notre amv^e, et notre 

maison ne se construisait pas, malgr^ toules les proteslations de d^vouemen t 

du Chao el du Senam. Je m'en rendis compte, en allaiil visiter moi-m^me 

Templacemenl d^sign^, une superbe tcrrassc, rn dehors des anciens fosses, 

dominant le fleuve au point te plus ^leve de la bergc. La malice populaire 

s'etait plu ti repandre le bruit qu'on altait nous parquer hors de la ville, 

en pleine forfit, la ou personne n*avatl voulu bfttir. Peut-^tre quetque le- 

gende de Phye restait-elle allach^c k cct endroit. En tout cas, c'^tait le 

plus beau qu'on pQt r^ver, le plus conforme u nos besoinset, dans le 

passe, il avail 6le occupe par les chaos de Xieng- 

Khong. a I'epoque la plus florissante du Muong. 

J'ous le legri'l ile cmislaler qu'il y avait bien la 

quolques planches ot quelquOM ouvriers, mais que 

jamais pei'sonno n'y availapporle le moindreoutil. 

Dun bond jr fus cbez le (ihao, couraiil avec 

Tchioum de fondri^re en fondriere, a I'aulre bout 

de la ville oil il demeurail. faisant irruption dans 

sa maisoii et jusque dans sa chambre, pour ^Ire 

Tchioun '"^'' '^^ '* renconti-er. 

Jo m'indignai des prnmesses sans cease 
renouvelees et sans cesse violees et je nie plaigiiis am^^ement de la 
fa^on dont avnient procede les aulonles locales dans lairuire du 
prince de Muong-Sing. Sans laisser au pauvre mandarin le temps de 
rtSpondre et m^me de respirer, je lui allirmai que d'une mani^re ou 
d'une autre, nous aurions raison de son inertie. « Je vous laisse trois 
« jours pleins, lui dis-je, en le quiltant, si dans trois jours, les poteaui 
« de la maison ne sont pas debout, je viens m'installer cbez vous. Si, 
fl dans quinze jours, la maison n'esl pas achevce, vous verrez ce qui 
« vous arrivera », 

Je n'^tais pas plutAt parti, que Ton se mit dans la maison du Chao, 
k Trapper le gong k tour de bras. A midi, trois elephants passaienl devant 
ma sala, avec un cbargement de bois ; les ouvriers se rendaient par 
groupes aun chantiers, et dans tout le bourg, habituellement si endormi, 



XIENG-KHONG 107 



on n'entendait plus que le bruit des pilons mis en branle par les temmes 
pour preparer le riz des travailleurs. 

Le soir meme, le terrain de TAgence etait debroussaille et les trous 
^taient creuses pour les poleaux de la malson. Et, comme partout oil 
les acles d'energie sont necessaires, les bons exemples sent contagieux, 
il n'^tait plus question, sur les deux rives du Mekhong, que du traite 
du 3 oclobre et de la necessite de I'observer. Les chefs des trois villages 
de Bo-Keo se declaraient du coup prels a fournir a la canonniSre tout le 
bois qui lui serait necessaire ; les mandarins renon^aient a rcclamcr aux 
uns el aux autres des dettes imaginaires et les chefs Khas de la rive 
gauche commengant a prendre confiance dans ces Europeens degue- 
nill6s qui, un beau jour, elaient venus se proclamer les maitres de leur 
pays, se decidaient enfin k venir me demander des instructions. 

Je laissai s'ecouler le delai convenu de trois jours, sans reparaitre sur 
le terrain de TAgence, maisa la fin du troisi^me jour,j*allai inspecter les 
lieux en compagnie de M. Macey. C'etaita n'en croire ni ses yeux, ni ses 
oreilles. La oil auparavant il n'y avait encore qu'une brousse confuse, 
trois maisons laotiennes etaient debout, non pas encore completement 
achevees, mais suffisamment avancees pour etre Ires prochainement 
habi tables. Le Chao et les membres du Senam se promenaient affaires 
au milieu des ouvriers, maniant la scie et le marteau. 

Notre triomphe etait complet. Je me gardai d'en rien rabatlre, etpro- 
(itant du respect passager que nous inspirions a Xieng-Khong, j'envoyai 
des emissaires Ik oil il etait utile que la bonne nouvelle se repandit le plus 
rapidement. L'un deux qui se rendaita Xieng-Mai fut charge de rappeler 
a Thao Duong, surveillant des Khas laotiens dans cette principaute, qu'il 
allait etre dorenavant en rapport avec le consulat de Nan et TAgence de 
Xieng-Khong, pour toutes les affaires se referant au sejour des Khas sur 
la rive droite. Un autre qui remontait le Mekhong jusqu'a Tang-Ho fut 
charge de porter dans les villages Ngious de la rive gauche, Tannonce 
de la canonniere, avec I'ordre ecrit de preparer des dep6ts de bois pour 
son usage. Enfin je lis parvenir aux chefs de Muong-pou Kha la 
nouvelle officielle de ma presence a Xieng-Khong. Je leur.annongais 



108 MISSION PAVIE 



ma visite pour la fin de septembre et je les invitais k se r^unir k cette 
occasion. 

Je sentais bien toutefois que les autorit^s de Xieng-Khong ne me fai- 
saient bonne figure, que parce qu'elles ne pouvaient pas faire autrement, 
mais qu*k la premiere occasion, nous nous retrouverions, car les Siamois 
tout en ^vitant de se montrer, restaient en relations suivies avec le Chao, 
au moyen de leur agent des postes. 

L'afiaire suivante, k cause de ses details plaisants, merite d'etre 
racont^e. Un Hindou, Clieik Abdullah de I'espece commun^ment appelee 
Malabar, k la mine piteuse et sordide, et se disant sujet Anglais, vint un 
jour sc presenter a notre sala, prdtendant avoir ete vole et maltraile par 
les Younes de Xieng-Khong; il soUicita notre protection et d^posa entre 
nos mains une plain te ecrite. M. Macey le renvoya au Chao, seule autorit^ 
locale comp^tente pour exercer la police dans la zone des vingt-cinq kilo- 
metres. C*etait, au dire du Chao, un triste sire que ce Malabar, un voleur, 
un forban, qui terrorisait tout le pays, mais auquelon n'osait pas toucher, 
parce qu*il se disait Anglais et qu'il appartenait a une grande nation. 

L*afiaire devenait piquante et le Chao dut s'entendre dire que, si 
nous n'avions pas qualitc pour exercer la police a sa place, nous avions 
tout au moins le droit et le devoir d'exiger qu'il Texer^&t et qu'il devait 
nous debarrasser aussitdt de ce repris de justice. Ce fiit une grande 
Amotion dans tout le haut personnel de Xieng-Khong, car personne 
n'osait mettre la main sur le terrible « Kola dam Ingrit » I'etranger 
noir Anglais, qui, arm^ d*un volumineux gourdin, mena^ait quiconque 
essayait de I'approcher. Ala fin, tout le bourg se mil de la partie, pour 
cerner la sala du Malabar, s'emparer du personnage et le bonder. 

Sans attendre la fin de cette aventure, le Chao avait eprouv6 le besoin 
de disparaitre et d'aller se reposer dans ses rizieres. Je flairai quelque 
machination nouvelle, car seule la crainte de se compromettre pouvait 
lui inspirer d'aussi sages precautions. Le soir j'appris en effet par mon 
fidele Done-tha, qu'un nouvel envoy e de M. Sing etait arriv^ depuis la 
veiUe a Ban houe Sai, oil, sur ma recommandation, le Chao Koun Kigne 
le retenait. 



XIENG-KHONG 109 



Le lendemain matin, le Chao Nan Souriavong se pr^senta chez 
moi. C'^tait un beau-frtre du prince de M. Sing, jeune et de belle 
allure comme le Chao-Pitchiavong. A la nouvelle apport^e a M. Sing par 
des marchands, que les Fran^ais ^taient maitres de Nan et de Xieng- 
Khong, son prince Tavait envoye aux nouvelles, avec la mission de 
rechercher le Chao-Pitchiavong. 11 me confirma, lui aussi, les dernieres 
tentatives des Anglais, pour s'assurer la possession du territoirede Xieng- 
Kheng. 

Mon accueil sembla lui avoir fait une bonne impression, mais, quand 
il revint dans la soiree, en compagnie du premier envoye qu'il avait et^ 
chercher dans sa sala, il n'ouvrit plus la bouche et laissa le Chao-Pitchia- 
vong prendre la parole. Celui-ci le fit avec un tel souci de se derober sur 
tons les points, que je dus lui imposer silence plusieurs fois. 

Le Chao Souriavong me remit alors la lettre qu'il ^tait charg^ d'ap- 
porter aux autorites de Xieng-Khong, et dont voici la traduction : 



Xieng-Kheng, le 7* jour de la lune croissante du 9^ mois de Fannie tl2. 

(( Le premier ministre, chef de tons les chaos etphyas du Ho-Senam 
(( d'or reunis en la demeure royale de Xieng-Kheng, souhaite toute 
« espfece de prosperit^s au doyen du Ho Senam de Xieng-Khong et a 
(( tous ses collogues. 

(( C'est de tout cceur que nous nous adressons k vous. Sa Majesty 
(( notre Auguste Maltre ayant entendu raconter par des commergants 
« que des Fran^ais ^taicnt venus s'installer a Xieng-Khong, nous a 
« charges de nous renseigner aupres de vous. Pourquoi cela a-t-il eu 
(( lieu ? On dit que les Fran^ais ont pris Bangkok. Desirez-vous devenir 
(( vous aussi Fran^ais ? Sa Majeste a ordonn6 d'envoyer des mandarins 
« pour vous interroger sur tout cela. EUe vous prie en consequence de 
« vouloir bien la renseigner le plus tot possible. Le Chao Kanan 
(( Souriavong est charge de vous remettre cette lettre. Mettez-le au 



no MISSION PAVIE 



« courant de tout ce qui coiiceme les Fran^ais et dites-lui si, oui ou non, 
(( Bangkok a eii pris par cux. 

(( Le rol a deja envoye auparavant le Chao-Nai-Nan Pitchiavong, avec 
« une letlre et un tribut comprenanl six charges, destines an roi de 
« Muong-Nan. Si cet envove a pu atteindre son but sans difficulte, tout 
« va bien, niais s'il rencontre par hasard des obstacles et s'il est retenu 
(( a Xieng-khong, veuillez le metlre au courant et lui fournir les vivres 
(( necessaires ». 

Empreinlo du cachet Kroutcha-Latcha. 



Quand le Chao de Xieng-Khong revint des champs, sur mon appel, 
je commensal par lui montrer la lettre'du Senam de Xieng-Kheng h 
celui de Xieng-khong et je m'effor^ai de lui faire entendre que le temps 
des reticences et des resistances 6tait eniin passe. 

Au fond, ce Youne si pacifique ne demandait pas mieux que de le 
comprendre et de se voir la main forcee. Le 7 aoAt, Cheik Abdullah, 
entoure d*une bonne escorte, fut dirig^ sur Nan, pour etre juge par qui 
de droit. Le 9 aoAt, ce fut le tour des deux envoyes de Muong-Sing, que 
j'avais hate de voir rentrer dans leur pays. lis ne firent aucune opposi- 
tion, le jour ou je les priai de repasser sur la rive gauche et se decla- 
rerent m^me tres heureux, quand je leur remis un passeport ou, au nom 
de Tautorite fran^aise, ils etaient recommand^s a tons les chefs de vil- 
lage, sur la route de Xieng-khong k M. Sing. C'^tait pour moi un 
moyen, de beaucoup le meilleur de tons, pour faire connattre aux cen- 
tres les plus ^loign^s, la valeur de cette autorite qu'ils ignoraient encore 
completement. 

Le Chao-Pitchiavong et le Chao-Souriavong me promirent de r^peter 
au prince de M. Sing tout ce que je leur avais dit. Us apportaient une 
reponse du Senam de Xieng-khong, de nature a Tdclairer sur ses incer- 
titudes. Pour prolonger le contact que nous venions d*6tablir, ils 
m'annon^aient que je rencontrerais le moissuivant, lors de mon passage 
a Muong pou kha, de nouveaux envoyes de Muong-Sing. 



XIENR-KHONG 111 

Comme pour completer cesr^suttats sl pr^cieux de notre inslallation 
il Xieng-Khong, nous apprtmes a ce moment que la conslruction de 
I'Ageiice itait achev^. Lea mandarins assouplis s'inclinaicnt devant nos 
moindres d^sirs ; I'agent de la poste siamoise s'avouait vaincu el, pour 
consacrer notre triomphe, les bonzes eux-m^mes ae montraient dans 
notre sala, et les femmes Younes, si avares, nous apportaient des lays, 
k la fafon des Laotiennea de Luang-Prabang. 

Ce fut le 9 aoflt, par une pluie torrentielle, qu'eut lieu, ^ travers les 




Pig. i9. — BlD-haui Sai, in de I'Ageoui <i« Xleng-Khang (deuia de I'aulsur). 

marais el les fondriferes, notre entree dans I'Agence francaise de Xieiig- 
Khong. Le Chao qui avail envoye des hommes pour transporter noire 
bagage, tint a dinger )ui-m^me I'op^ration. 

II est difficile d'expnmer la satisfaclion dc M, Macey el la mienne, 
quand nous nous sentlmes enfin chez nous. Notre installation manquait 
cerlea de confortable, mais combien elle etait prefi^rable k la sala, ouverte 
aux ptuies et aux rafales, ou nous avions dii sojourner trop longtempsl 

Du fleuve, un escalier tailU dans ta berge coriduisait au terrain de 



112 MISSION PAVIE 



TAgence, que traversaii un senlier. Sur ce sen tier, une palissade de pieux 
^quarris avec une porie normande, limitait, du c6i^ du fleuve, la partie 
r^servee de noire domaine, oil les broussailles avaienl ^t^ abattues. Par 
un second escalier, on atteignaii la plate-forme sup^rieure, ou se trou- 
vaient groupies les dlfl(§rentes constructions, k gauche une petite maison 
pour les coolies, a droite le principal corps de logisen forme de T, com- 
post de deux cases, Tune de deux, Tautre de trois pieces. 

Ces deux pavilions, relics ensemble par une veranda, communi- 
quaient, au moyen d'une passerelle couverte, avec la cuisine et le logement 
des boys. Le terrain, rectangulaire et de vastes dimensions, ^tait borde, 
du cote de Xieng-Khong, par les anciens fosses de la ville, sur lesquelson 
venait de jeter un pont en bois, el de Tautre, par un petit ruisseau, au 
delk duquel s'^tendait un faubourg. Impossible d'etre mieux places qu'en 
cet endroit assez ^loign^ du centre, pour echapper k Tobsession des 
curieux et des g^neurs, et assez ^lev^ au-dessus du fleuve pour n avoir 
rien a redouter des inondations. 

Le joli panorama, qui des verandas embrassait tout le M^khong, nous 
permettait de voir flotter au-dessus de Ban hou^ Sai, le pavilion trico- 
lore, dont T^reclion avait coincide avec celle de notre propre drapeau 
dansTenceintede TAgence. L'inauguration de T^tablissement fut celebre, 
suivant Tusage du pays, avec une certaine solennile. Le choum choum 
fut verse au Chao et aux membres du Senam, pendant qu'on cbantait, 
qu'on jouait de la flfkte et qu*une jeune actrice aux ongles d'argent mi- 
naudait devant son amoureux, qui lui oflVait des fleurs. 

La mere, la femmeet les fiUes du Chao en grandes toilettes, assis- 
taient a cette cer^monie tres cordiale, dont le principal attrait coiisista 
dans le versement des especes sonnantcs, quinze cents belles roupies 
que M. Macey voulutbien avancer et dont le paiement immMiat, 
sans la moindre chicane, remplit d*aise et d*admiration toute Tassistance. 
Jamais Younes et Fran^ais tie s'dtaient encore si bien compris ni entendus. 
Des lors, notre tache se trouva singulierement simplifi^e et nous p6mes 
consacrer noire temps a Torganisation de TAgence. 

II fut decide tout d'abord que les bateliers de Ban Sato, proposes 



XIENG-KHONG 



113 



an service du bac, viendraienl aborder sur la rive droitc, au d^bar- 
cad^re de TAgence. Leurs chefs re^urent Tordre de prevonir lous les 
voyageurs, qu*ils avaient a demanderun passeport a M. Macey. C'etait 
la meilleure maniere pour lui de surveiller les rapports entre les habitants 
des deux rives, de dresser la statistique des caravancs chinoises qui se 
rendeiit chaque annee du Yunnan a Xieng-Kliong et a Nan, et surtout de 
se rendre comple de Timportanl exode des Khas de Luang-Prabang et 



^ ,/ 



.; 



t '^ij 






Hb m. ^ V 






J!- /•• 



T 



, r- . 









;*->^ 




--*- ,jr. 



•.try 



Fig. 50. — Le coade dn Me- log, vu de Xieng-Khong (dessin de Tauteur). 



de M. Pou Kha, que Texploilation des for^ts de teck attire, depuis de 
longues ann^es du cotd de Xieng-Mai, sans qu'ils renoncent jamais 
d*ailleurs a Tidee de retourner dans leurs foyers. 

N'y eftt-il eu que ces trois motifs d'installer une agence a Xieng- 
Khong, ils auraient ^te arhplement suffisants; mais en outre les besoins 
de la navigation sur cette partie du fleuve, ou les Younes, les iVgious et 
les Laotiens se renconlrent sans s'enlr'aider, rendaientabsolument n^ces- 



V. 



15 



114* MISSION PAVIE 



saire la presence d'un agent, surtout a la veille du jour oil une canonni^re 
fran^aisc allait se montrer dans ces parages. 

Quant aux relations avec les territoires de la rive gauche, nuUe 
part elles ne pouvaient dtre mieux centralisees qu a Xieng-Khong, ou 
aboutissaient les principales routes de la region. Je ne tardai pas en 
effeta apprendre que par Sop-Ngim sur le Nam-TaetMuong-Sai, Xieng- 
Khong ^tail en relations directes avec Dien-bien-phu , ce point avance 
de nos possessions laotiennes, avant le traits de 1893. D*autre part deux 
routes a treize etapas reliaient Xieng-khong k Muong-Sing, se deta- 
chant, Tune pr^s de Thakat et Tautre a M. Luong-pou-Kha, de la grande 
rotite du Yunnan h M. Nan qui passe par Bo-Tfene. 

Ces diflKrentes voies traversaient une region habitue par des 
Khas, que je mc proposais d'^tudier, avant notre rendez-vous avec les 
Anglais k Muong-Sing. Jc fus, des mon arriv^e k Xieng-Khong, trfes 
surpris de Tignorance ou se trouvaient le Chao et le Senam de toutes 
les questions relatives k la rive gauche du M^khong. A part Timpdt de 
la cire, dont les autorit^s Younes avaient Thabitude de percevoir leur part 
sur les Khas, elles paraissaient tout ignorer de ce pays, dont une bonne 
partie se trouvait pourtant sous leur d^pendance. J'appris toutefois que 
Nan avait divis^ en trois groupcs ob^issant a des pliyas difli^rents, les 
villages Khas de la rive gauche dependant de Xieng-Khong ; un quatri^me 
groupe comprenait les villages habites par des metis de Younes et de 
Khas, qui relevaient chacun directement du chef-lieu. 

Les Khas, dont le nombre est considerable, semblaient avoir ete 
Tobjet d'une exploitation arbitraire mais peu dure, plutdt que soumis a 
un imp6t r^gulier. Les regions inferieure et sup^rieure payaient k Nan 
huit munes de cire chacune, et la moyenne quatre, le poids du mune 
equivalant k douze kilogrammes et sa valeur a vingt roupies. Les Khas 
de la region inf(Srieure etaient tenus de rc^pondre a Tappel de Nan, 
pour le service des corvees, principalement pour le travail des riziferes. 

Dans les trois regions, ils etaient obliges d'assurer sur les routes de 
rinterieur, le service de ratchakan, c'est-i-dire Tentretien des voies et 
les transports officiels. Mais, c'est surtout dans leurs relations commer* 



XIE^G-KHONG 115 

ciales avec les autorit^s Younes, que les Khas paraissateni avoir ^t^ 
exploites, celles-ci nc se g^'nant nullcmenl pour leur extorquer Ji vil 
prix ou centre une poignee de riz, les produits du sol el de la forfil. 

Je ne lardai pas a nie rendre compte que, la comme ailleurs, le Thai 
avail surtout raison du Kha, k cause de son iinprevojance, car les pre- 
mieres requetes que m'adresserenl les chefs de villages furenlpour se pro- 
curer du riz. Cela me parut d'abord etonnant, carle Kha passe ]>our un 
grand producteur de c^r^ales, mais lanl qu'il a du grain, it en dispose sans 
souci du lendemain. de sorte 
qua la (in de la saison, il ne 
lui resle plus rien. La recolte 
de 189)1 avail ^te mauvaise,au 
point que quatre cents Khas 
etaient morls de faim dans les 
seules dependences de Xieng- 
Khong, et nous nous trouvions 
dans le pays, juste au moment 
oil la disettc se faisait sentir, 
alors que nous ^tions assez 
peu prepares h faire face a ces 
charges impr^vues. 

Pour I'avenir, la tlche do 
ladminislration fran9aisc nous rig. ui — Un Kba Mouk. 

paraissait nfenmoins facile. II 

fallail obliger les Khas dans leur propre int^rct. k multiplier dans les 
villages, les greniers de reserve et les empecher ainsi de »e niettre k la 
merci des Thais, aux instincts paresseux qui, au d^but de chaque recolte, 
se faisaienl rembourser en nature, par les precedes les plus usuraires, 
les avances faites aux heures difficiles. 

En attendant I'organisation definitive dc toute celte region, je fis 
entendre aux Khas qu'ils devaient payer d^sormais a I'Agencc de Xieng- 
Khong rimp6t en cire, qu'ils elaicnl habitues i payer a Nan. lis 
continuaient d'etre tcnus aux services dc ralchakan, tels que I'entrelien 



116 MISSION PAVIE 



des routes et les requisitions de Tautorit^ fran^aise ; mais je leur fis 
observer que tout travail accompli par eux sur la rive droite, demeurait 
libre et cessait d'etre gratuit comme par le passe. Je leur expliquai ^gale- 
ment qu'ils pouvaient sengager comme auparavant, dans tout le pays 
Youne, pour Tcxploitation des forets de teck, mais qu'cn vue de les pro- 
teger contre toute exploitation, le consulat de Nan et TAgence de Xieng- 
Khong surveilleraient Texecution de leurs contrats. 

Toutes ces nouvelles firent la meilleure impression sur les chefs de 
villages, qui ne cessaientde se succ^der a TAgence fran^aise. M. Macey 
avait fait construirea Tintention de nos visiteurs, une sala, en dehors de 
Tenceinte du poste. Cettc sala, situee an bord du fleuve, aupres de 
Tescalier, ne cessa plus d'etre remplie, et c'est a cet endroit que les 
bateliers du bac prirent Thabitude d'aborder, faisant deux passages par 
jour, aux hautes eaux, et quatre a la saison s^che. Ces bateliers nous 
apportaient notre provision quotidicnne de bois, tandis que les Lus de 
la rive droite continuaient k nous fournir du pore, de la volaiile, des oeufs 
et des legumes. A(in de rester plus independants pour le riz que nous 
consommions, un grenier construit sur pilotis fut annex^ aux batiments 
de Tagence et Ton eut soin d'y accumuler quelques reserves. C'^tait un 
exemple permanent, oQert aux soUicitations des gens de la rive gauche, 
et notamment des Ngious de Bo-K^o, a qui la recherche des pierres pr^- 
cieuses etait loin de procurer du riz. 

M. Warrington Smith, un Anglais qui visita Bo-Keo, avant la 
prise de possession par la France de la rive gauche du Mekhong, a 
emis des appreciations peu favorables sur ces gisements de matieres 
precieuses, qui, suivant dautres, pourraient faire la richesse du pays. 
Depuis le Nam-Kheuong jusqu'au i\am-Ta, ce sont des saphirs surtout 
qu'on recherche ; au dela c'est de Tor, jusque au dela du Nam-Beng. 

Mon experience personnelle me permet de declarer que si Tor 
recueilli dans les environs du Nam-Beng se vend cher, c'est que, gr&ce 
aux proc^des primitifs des Khas et des Laotiens, on n'en recolte qu'une 
quantite peu considerable. II est permis de penser qu'une exploitation 
reguliere donnerait des resultats plus appr^^ciables. Quant aux pierres 



XIENG-KHONG 117 



recueillies a Bo-K^o, celles que j'ai achelees moi-mfime, examinees et 
taillees hi Paris par des specialistes, ont el^ fori apprdciees. On sail com- 
bien dans toute Tlndo-Chine les Birmans sont adonnes a la recherche 
des pierres precieuses. Aussi n'est-il nuUemenl surprenant qu*ils aienl 
6ie attires a Bo-Keo. 

Afin d'assurer la police dans cette locaht^, je coiifirmai les pouvoirs 
des chefs de villages, en les rendant responsahles de tout ce qui se passait 
chez eux, et j'exigeai quails remissent a M. Macey une liste de tous leurs 
administres : il importait en effet au plus haut degre de distinguer ceux 
quietaient definitivement fixes dans le pays et susceptibles de cultiverdes 
rizieres, de ceux qui ne faisaient que passer et dont les actes anterieurs 
nousetaient inconnus. Si presde la frontiere anglaise, on pouvait craindrc 
en effet que Bo-K^o ne devint le refuge des criminels et des declass^s. 

II ne nous d^plaisait en aucune fagon de voir se r^fugier sur notre 
territoire des exiles politiques de la valeur du Chao-Koun-Kigne, mais nous 
n'avions que faire des espions etdes desoeuvr^s, capables d*invoquer, a un 
moment donn^, une autre autorite que la n6tre. Les trois chefs de Bo-K^o 
entrerent parfaitement dans nos vues, et pour marquer leur loyalisme, 
tinrent a cel^brer eux aussi par une fete, Tinstallation de TAgence fran^aise 
deXieng-Khong. Ce jour-la, il fallait voir le M^khong sillonne de barques, 
puis Tescalier, la cour et la veranda, color^s par les joyeux costumes 
des Shans et des Birmans, au milieu desquels la femme du Chao-Koun- 
Kigne et sa sceur, fines et ^ygantcs, brillaient au premier rang. 

Pour etre autrement simples et modestes, les Khas Mouk et les Khas 
Lemet, qui d^filaient tous les jours a notre agence, n en etaient pas 
moins curieux. Plusieurs d'entre eux avaient des types remarquables, 
d'autant plus interessants que, sur les bords du Mekhong, ils representent 
la race la plus ancienne, la plus completement indo-chinoise. 

A mesure que je les connaissais davantage, j'avais plus grande envie 
d'aller les visiter dans leur centre principal, ce Muong Pou Kha, qui a 
pris leur nom, et que je savais etre devenu leur territoire d'(51cction, 
aprfes que Tinvasion thaie les eut definitivement fixes sur les pentes des 
montagnes. J attendais done avec une certaine impatience que la saison 



418 MISSION PAVIE 



Aes plaies (tki assez avaacee pour me mettre en route, car, sur I'eau comme 
sur ierre, il ^tait impossible de circuler, avant que la premiere baisse du 
Mekhong nous en eCit donn^ le signal. 

Le 20 aoftt, nous vlmes arriver de Xieng-Hai un Laotien, qui ren- 
Irait h Luang-Prabang, lout heureux des facilites qu'il avait rencontr^es 
pour son commerce, k cause de notre presence dans le pays. La baisse 
des eaux ayant commence, il se chargea dc me recruler, a Pak-ta, bateaux 
et baleliers, pour une excursion que je projeiais a Xieng-Sen, avant 
de quitter definitivemenl les rives du Mekhong. 

Les nouvcUes que je recevais du haut fleuve n'etaienl pas pour 
me d^piaire. Je savais que les villages Ngious de la rive gauche avaient 
installs, sur mon ordre, des dep6ls de bois pour la canonniere, mais il 
s*agis8ait de les confirmer dans leurs bonnes dispositions et, pour prendre 
un point d'appuientre Xieng-Khong et le barrage de Tang-Ho, d'inslallcr, 
ainsi que cela avait etc convenu, une agence k Xieng-Sen. 

J'aurais desire cmmener avec moi M. Macey, mais nos succes a 
Xieng-Rhong etaient encore de trop fralche date, pour laisser le Chao 
sans surveillance. Sans doute, les dispositions de cc dernier Etaient tout 
autres qu*a la premiere heure ; je n'avais plus rencontre la moindre diffi- 
culte quand il s*etait agi de faire d<?limiler le terrain de TAgence; j*^tais 
tenu maintenant reguli^rement au courant de toutes les nouvelles qui 
paraissaient de nature a m'inleresser et, pour mieux marquer la reconci- 
liation, la vieille mere du Chao, jadis si rapace, et sa belle-fiUe, venaient 
de temps a autre, nous visiter dans noire maison. Mais il fallail compter 
avec les d^faillances du Senam el Taclion aussi occulte que malveillante, 
qu'exer^ait sur lui Tagent Siamois de la poste, devail sans cesse etre 
combatlue. Pour ces raisons il ful d(5cide que M. Macey ne bougerait pas 
de Xieng-Khong. 

Quand il sut que j'allais me mettre en roule, le Chao vinl, d'une fa^on 
fort touchanle, me trouver. 11 me raconla qu*avant deux mois, il serait 
oblige d'aller preler serment au nouveau roi de Nan, en qualite de Chao 
de Xieng-Khong, el il me demanda de lui dieter sa conduile, dans cetle 
circonstance. Je repondis, qu'etant sous les ordres du roi de Nan, il 



XIENG-KHONG 119 



devait se conform er a son ^gard, aux usages ^tablls, mais que si, dans son 
serment, on introduisait quelque tenne nouveau, ou bien si Ton en main- 
tenait qui fftt en contradiction avec les termes du traits de 1893, son 
devoir elait de s*y opposer ; et, a cet effet je lui assurai le concours de 
Tagent de Xieng-Khong, du consul de France a Nan et de notre ministre 
a Bangkok. 

Je me gardai bien pour ma part de rien reveler au Cbao de mes pro- 
jets de voyage, pour eviter qu'il ne les fit connaltre. Je lui annon^ai 
seulement que j'allais a Xieng-Sen; puis que je descendrais vers Pak-ta, 
pour rentrer peut-^tre ensuite a Luang-Prabang. 



) 



CHAPITRE III 



TANG-HO 



DE TANG-HO A SOP-NGNIM SUR LE MfiKHONG ET LE NAM-TA 

27 ao6i-18 septembre 1894 



Pour se rendre de Xieng-Khong a Xieng-Sen, la voie la plus direcle 
est la route de terre qui, ^vitant Ic coude du Mekhong, suit la corde de 
Tare form^ par le grand fleuve. Si je n'avais paseu un interet de premier 
ordre a visiter les villages de la rive gauche, je me serais empresse de 
suivre celte route, qui traverse les dependances les plus fertiles de Xieng- 
Khong, celles on se trouvent les riziferes du Muong, el qui, comprises 
tout entieres dans la zone des vingt-cinq kilometres, sont soumises a 
notre surveillance. 

Cetle region pourrait ^Ire Tune des plus riches de rindo-Chine et 
dans le passe, lorsqu'elle etait cultivee par une population nombreuse de 
Thais agricoles, elle a d6 atleindre un haut degre de fertilile, car c'est 
une grande plaine, qui ful peut-<)tre a Torigine, submergee. Le sol y est 
sillonn^ par d'importants cours d'eau, dont le d^bit aurait bcsoin d'etre 
aujourd'hui r^gle, pour lui faire produire tout ce qu'il est susceptible de 






TANG -HO 121 



donner. II s'est accompli la le mSme phenomene que sur certains auires 
points de la rive droite du Mekhong, oil le fleuve, longeant des teiTains 
relalivemenl bas, ne les inonde pas directemenl, cai* il est bien rare 
qu'aux plus hautes crues, il depassc ses propres berges; mais I'abon- 
dance de ses eaux Temportant sur celle de ses aflluents, il en reflue une 
partie sur le Me-Ing, le Me-Kbok et le Me-Kham, et alimcnle meme cer- 
tains ^fangs, restes infimes de la grande nappe d'eau permanenle qui a 
dft autrefois couvrir tout ce pays. 

Si la plaine entiere n'est pas inondee, cela ticnt sans doute a ce qu'au 
milieu de la lerre si friable que les eaux entrainent cliaque anndc, les 
rivieres se forment im Hi de jour en jour plus profond, comme du cote de 
Pitcbit et de Pitsanaulok, on les eaux du Menam se trouvent tellement 
cncaisseesdans leurs berges qu*il faut arriver sur les bords du fleuve pour 
se douter de son existence, et que du Menam meme, on n'aper^oit aucun 
coin de la plaine. 

Sur le Me-Ing, le Me-Kbok et le Me-Rham, cet ^lat de cboses est 
moins accentue : aussi serait-il beaucoup moins difficile d'en tirer parti 
pour un systeme g(?neral d'irrigalion, qui enricliirait tout le pays: mais 
aujourd'bui les babitants sont trop peu nombreux pour eiitreprendre 
des travaux exigeant un effort commun. Tout le courant d'emigration 
provoque paries troubles de la frontiire cbinoise, et dont la rive droite 
du Mekbong a dte appelee a bcn^ficier, s'est porte de preference vers 
des endroits oii le travail etait plus facile et ou Tirrigation produite avec 
moins de peine donnait immddiatement des r^sultats plus appreciables. 

G'est dvidemment pour ce motif que la nombrcuse population agglo- 
m<5ree sur le Me-Lao a pref6r6 cet affluent du Mc-Ing aux vastes etendues 
quelle aurait trouv^es plus au nord. A ce motif, on doit en ajouter un 
autre. Le gouvernement siamois, impuissant a proteger contre les Hos 
les populations du Nam IIou et du Nam Ta, ne s*est pas montre beau- 
coup plus beureux quand il s'est agi de mettre les babitants de Xieng- 
Sen el de Xieng-IIai' a Tabri des incursions de Sbans pillards operant 
sur les frontieres de Xieng-Tong. Aussi Timmense plaine du nord a-t-elle 
paru au plus grand nombre, trop d^pourvue de s^curite, et la petite 
V. 16 



122 MISSION PAVIE 



valine du M6 lao, presque aussi rapproch^e du M^nam que du Mdkhong, 
a-t-elle sembld un lieu merveilleusement aple h servir de refuge commun 
a des populations Ir^s varii^es, attendant le moment favorable pour ren- 
trer dans leurs penates et proles, au besoin, u se transplanter aiileurs, si 
la necessite Ics y for^ait. 

A ce point de vue, le bassin du Me Ing a pour nous une grande 
importance, car si les Anglais maltres de Xieng-Tong peuvent s'eslimer 
aussi interesses que nous dans le bassin du Mekhong qui limite leurs pos- 
sessions aussi bicn que la r(^gion de \ieng-\lai, oil leur influence est 
preponderantc, nos inlerets priment tons les autres sur le Me Ing, cet 
aflluent du Mekbong qui est comme un prolongement du bras du 
Menam coulant vers Muong Pre, et ou beaucoup de refugies du Haut 
Nam Hou contribuent h entretenir la prosp(?rit6 par leur travail. 

Ce qui a lieu encore aujourdliui dans ces parages, indique ce qui a 
dft se j)asser precedemment dans le cours des siecles. Suivant toule vrai- 
semblance, repancbement des eaux de la region de Xieng-Sen se produi- 
sait dans la direction du Menam, alors limil(^ vers le sud par la mer, qui 
venait baigner les contreforls du pays aujourd*hui occupe par les You- 
nes. La cliose parait peu douteuse, si Ton tient compte de la petite difle- 
rence de niveau des bassins du Mt^nam et du Mekhong dans le voisinage 
des affluents de ces deux fleuves qui, sur la carte, paraissenl ^Ire les pro- 
longements naturels les uns des autres, 

A Tappui de cette bypothese qui pourrait tenter la curiosite de quelque 
geologue, il convient de signaler Taspect general des lieux, I'exhaus- 
semen t progressif du sol dans le bassin du Menam, qui opposa sans 
doute des diflicultes croissantes a Tecoulement de ce cote des eaux 
superieures, et surtout le cours si tourmente du Mekbong qui ne parait, 
de Xieng-Sen a Pak-IIou, avoir adopte sa direction actuelle que sous 
rinfluence des pbenomenes les plus graves. 

A cet ^gard, rien de plus suggestif que Teperon de montagne que 
le grand fleuve contourne apres le confluent du Me Ing, au sortir de 
la plaine de Xieng-Kbong et surtout la grande fissure de Pak-Hou, oil 
les deux rocs calcaires, qui dominenl a cet endroit le Mekhong, sur 



TANG- HO 123 



chaque rive, paraissent avoir fait partie d'une seule masse, rompue par 
rimmensc torrent qui, se deversant un beau jour dans le Nam Hou, trans- 
forma ce cours d'eau en Fun des fleuves les plus importants du globe. 
Encore devra-t-on tenir comple des fumerolles qui ont ete signalees du 
cole de M. Luoc sur la rive droite du Mckhong et qui semblent indiquer 
qu'a une epoque lointaine, d*importanls bouleversements ont pu avoir 
lieu dans la region. 

Quoi qu'il en soit, a Tepoque prehistorique, les rives actuelles du 
Mckhong, dans les environs de Luang-Prabang et a Bo-Keo, en face de 
Xicng-Khong ont ete habitees, ainsi que le prouvent les instruments de 
pierre decouverts dans ces deux endroits. Que Bo-Keo ait ete a cetle 
epoque un centre important, rien de plus vraisemblable, meme a T^po- 
que oil le grand lac existait encore, car dans tout le voisinage, aucun en- 
droit ne se pretait mieuxa une residence permanente que celui-ci, adosse 
a des hauteurs et silue dans le voisinage des eaux poissonneuses et des 
terres cultivables. 

Quand les Thais, venant du Nord, arriverent dans le pays, ils trou- 
verent done la des habitants, mais, ayant a mettre la plaine en valeur, 
une tache sufBsante, iis ne s'occuperent sans doute qu'accessoirement 
des montagnes de la rive gauche, oii les premiers habitants conserverent 
toute facilite pour s'etendre et se developper. 

Quand les Thais furent devenus noinbreux, ils essaimerent et se re- 
pandirent vers les plaines du Sud, ouvrant, du cote du Menam, ces voies 
de penetration, que les gens de leur race, habitues a la culture des ri- 
zieres, n'ont depuis pas negligees. 

De meme que la montagne, le Mekhong et ses dangereux rapides 
furent delaisses par ces envahisseurs ; au lieu de descendrc jusque vers 
Luang-Prabang ils s'arreterent a Phaday, laissant, dans la pratique, aux 
Thai's du groupe laotien, Tusage du grand fleuve, partout ou le com- 
merce et la peche les attiraient. C'est ainsi que les gens de Luang-Pra- 
bang ont appris a venir pecher au confluent du Me Khok, le phla beuk 
re venant du Nord ou, suivant la l^gende, il a ^te frayer dans le lac de 
Tali, en s*accouplant avec un poisson dore. 



124 MISSION PAVIE 



Pendant mon sejour a Xieng-Khong, je vis venir des Laotiens, qui 
avaient etd avec leurs pirogues commercer du cote de Xieng-Hai, et 
d'aulrcs qui se rejouissaient vivemont a la pensee que nous ne metlrions 
aucun obstacle a leurs peches, au confluent du NainNgao. Plus haut sur 
le M^khong, le barrage de Tang-llo leur apparaissait toutefois comme un 
obstacle rude a Irancbir, la presence des Shans de Xieng-Tong, dans le 
voisinage de ces rapides, etarit unc complication de plus pour leurs tran- 
sactions. 

Tang-IIo elait pour inoi dune attraction d*autant plus grande, que 
lors de mon passage a \ieng-Sen, quelques mois auparavant, en compa- 
gnie de M. Pavie, nous avionsaborde en commun Texamen de plusieurs 
questions relatives a la rive gauche, qui necessitaient une etude plus ap- 
profondie. Malgrc les precedents voyages de MM. Massie et Vacle en 
1891 etdeM. Claranger en 1893, sur la rive droite du Mekhong, nous 
manquions aussi de donnees precises sur les centres de Ong Luk el de 
Meky, que les Anglais et les Siamois semblaient avoir pris comme base de 
leur action dans ces parages, et memc, sur les noms et la position de cer- 
tains cours d'eau, sur lesquels les Iravaux de la Mission de Lagree navaient 
pas projete une suffisanle lumiere. 

Avant de me meltre en route, voici les indications historiques que 
j'etais parvenu a rassembler : Avant Tinvasion du nord de Tlndo-Chine 
par les tribus thai'es, qui formerent dans la suite le peuple Youne, puis le 
peuple Siamois, les bassins du Me-Khok, du Me-I^ao et du Me-Ing, ainsi 
que toute la region avoisinanle, elaient habites par des Lawas. Plus 
tard pendant de longues annees, Xieng-Sen fut le centre d'un grand 
royaume, qui comprenait aussi bien Xieng-Kbeng et les Sipsong-panna 
que Xieng-IIai et Xieng-Kbong. 

Avant la grande invasion Birmane, qui eut pour consequence la 
destruction d'Ajutliia au xvnr siecle, Xieng-Kliong ne dependait point 
deNan, mais de Xieng-Sen. Les Birmans s'etant empares de Xieng-Sen, 
envahirent Xieng-Khong et penelrerent par le Me-Ing sur le terriloire 
de Nan et de la, dans tout le royaume siamois d'Ajuthia. Mais leur 
conqucle ne fut qu'ephcmere. Xan se rcssaisit et aida Xieng-Khong 



TANG -HO 125 



quil s'annexa, a repousser les Birmaiis. Geux-ci resterenl plus long- 
temps maitres de Xieng-Sen et ne se retirerent que devant les efforts 
combines des Younes et des Laotiens au commencement de ce siecle. 

Xieng-Khong se souvient encore aujourd'hui de ce qu'on appela la 
conquetedeXieng-Sen. Ses chefs annexerent une partie de la principaut^ 
et quand les descendants des anciens habitants disperses vinrent, il y a 
pen d'annees, se fixer dans le pays de leurs peres, ils ne purent s'ins taller 
d'abord que dans la partie du territoire de Xieng-Sen, qui 6tait ^chue a 
Xieng-IIai ; Xieng-Khong pretendant conserver la part qui lui ^tait restee. 

II fallut, en 1889, Tintervention des plus hautes autorites siamoises, 
^mues des cmpietements de Xieng-Tong, qui surveillait ces divisions, 
pour mettre fin a un conflit d'autant moins opportun, que les Younes 
de Xieng-Khong, aussi bien que ceux de Xieng-Sen, n'etaient pas en 
nombre sufiisant pour coloniser du jour au lendcmain ces territoires. 

Ces discussions eurent du moins un avantage, celui d'eveiller Fatten- 
tion des autorites de Nan, sur les anciens muongs de la rive gauche, 
autrefois habites par des Younes, qui n'avaient pas et6 repeupl^s depuis 
rinvasion birmane. C'est de la que date sans doute la decision prise par 
les Younes du M^nam, de rendre la vie a Muong Luong et a Muong 
Pou Kha. 

J'^tais installs a Xieng-Khong depuis plus d'un mois, quand, le 
25 aoiit, je vis arriver de Pak-ta les trois pirogues que j'attendais. Les 
eaux baissaient considerablement depuis plusieurs jours, entralnant 
avec elles les grands arbres de la rive, de puissantes masses de terre qui 
s'eboulaient avec fracas, des tlesenlleres qui allaient se reformer plus has, 
en attendant que denouvclles crueslespoussassent jusqii'enCochinchine. 
Le 28 aoAt, de bonne heure, je me mis en route avec Tchioum et 
Done Tha. Pcu de temps apres, je m'arr^tais sur la rive droite du (leuve, 
sous pr^texte d'acheter des vivresau village Lu, qui depuis notre instal- 
lation n'avait cesse de nous ravitailler. C'etait en realitc, pour causer 
avec les chefs, d'une affaire qui me tenait fort au ccx5ur. Ces Lus appar- 
tenaient pr^cisement au groupe des gens de Muong Hou, dont il a ete 
question dansle recit de la premifere mission. Mis en fuite en 1887, par 



126 MISSION PAVIE 



rinvasion deNguyen-Cao, ils etaicnt vcnus se refugier, ainsi que ceux du 
Me Lao, sur le Icmloire dc Muong Nan et c'est unc lieureuse fortune 
qui m'avait fait rencontrcr cos gens, auxquels nous avions promis secours 
en 1891, el qu'une clause du traitc dc 1893 nous permettait de rapatrier, 
selon notre convenance. 

Plusieurs fois, depuis mon arrivec a Xieng-Khong, j'avais fait aux 
Lus mes voisins dcs ouverlures dans ce sens ; je tenais a Icur confirmer 
une fois de plus qu*ils pouvaicnt d^autant mieux compter sur nous, que 
Muong Hou passerait prochainement sous notrc administration. lis me 
dirent qu'ils comptaient plus que jamais rentrer dans leur pays, mais 
quen raison de la distance a paroourir et des moyens d'exislcncc qui 
leur etaienl necessaires, ils procederaicnt par etapes, dc saison en 
saison, de fa^on a n'arrivcr a Muong Hou, que lorsque Icurs penales y 
seraient deja etablis. C'est a Pang-Ngieou sur le Nam Ngao, qu*ils 
devaicnt camper apres la recolte, el culliver leurs premiers rays. 

Le Nam Ngao est un alHuent assez important de la rive gauche du 
Mekhong. Ktant donne le nombre considerable des Khas, qui habitent 
la region, je fus etonnc de ne trouver aucim village au conlluent de celle 
riviere; je ne devais pas tarder a me rcndre comple que les Khas ne 
vivent pas au fond dcs vallces, mais qu'ils se plaisent uniquement sur les 
hauteurs. II y aeu peut-etre autrefois des Younes, aux contluents du Nam 
Ngao, du Nam Yone et du Nam Kheuong, mais ils ont etc chasses par 
les guerres et refoules de Tautre cote du Mekhong. 

11 ne faut pas oublier que si la ville de Xieng-Kliong est toujours 
restec debout, Xieng-Sen a cesse d'exister pendant trois quarts de siecle : 
les Younes y sont rentrc^s il y a peu d'annees, mais en trop petit nombre 
pour pouvoir aussit6t repeuplcr les deux rives. De meme que les Lus de 
Muong llou fuyant Tinvasion des bandes chinoises trouverent un refuge 
dans les parties inhabitees de la rive droite du Mekhong, de m^me la 
region du Haut Mekhong et en particulier la rive gauche, devint un lieu 
de retraite, fort apprecic par les Shans el les Birmans fuyant la domina- 
tion Anglaise. 

Je fus tout etonne de rencontrer, a la hauteur du Hat Luong, un 



TANG -HO 127 



hameau lout nouvellement fond^ par ces refugids, qui me dirent en 
avoir pr^c6demment cr^e deux autres sur le cours du Nam-Kheuong. 
De mSme, au confluent et sur le cours du Hou^ Ho, je constatai Texis- 
tence de deux autres petits villages Shans, dont Tun portait le nom dc 
Muong Ngam. II semble que si ces Strangers sont venus s'^tablir aussi 
loin de leur lieu d'origine, c'est sous la pression du roi de Xieng-Tong, 
desireux de lutter contre Tinfluence des Younes de Xieng-Sen. 

A la nouvellede la prise de possession fran^aise, les autorit(5s de Xieng- 
Tong s'inqui^terent dvidemmenl comme celles de Nan, car a Luang-Pra- 
bang on m'avait racont^ que les Younes reinstall^s depuis peu a Muong 
pou-Kha, en etaient repartis, a I'appel de Nan. A Ban Sop ho, le chef Shan 
Po-Ai-Tieng me rdv^lale recent passage a Xieng-Sen du Chao-Ong-K^o, 
frfere cadet du roi de Xieng-Tong, qui avail inutilement essay^ de faire 
passer sur le lerritoire de Muong Sing, les Shans installes sur le Houe 
Ho et sur le Nam Kheuong, afin de les souslraire a noire autorite. 

Geux-ci, n'ayant nullement envie de se retirer, ^coulerent fort bien 
lout ce que j'avais a leur dire, et j'appris avec plaisir qu'ils avaient lenu 
comple de I'ordre ecrit que je leur avais adresse, pour r^tablissement de 
d^p6ls de bois destines a la canonniere. Voici en effet Tordre que j'avais 
lanc^ quelque temps avant mon depart : (( line canonniere frangaise est 
<( arriv^e a Luang-Prabang, venant de Li-pi (Kh6ne)et remontera le fleuve 
(( jusqu'kTang-H6 et au dela. Comme elle brule beaucoup de bois j'ai 
« fait etablir des depots de bois depuis Phaday jusqu'au Nam Ngao. 
(( Vous aussi, il faul en preparer ». 

Le 28 ao6ldansrapres-midi, j'arrivai h Xieng-Sen, apr^s un voyage 
des plus instructifs. Nagufere encore, toute barque quittant les eaux de 
Xieng-Sen ou de Xieng-Khong, ^tait obligee de s'arrSter a Ban Seo, 
pour y payer un droit de passage. D^sormais les anciennes douanes 
int^rieures disparaissaient forcement, puisque les deux rives du fleuve 
n'^taient plus soumises au mSme regime. 

Les commergants de Luang-Prabang n'avaient pas mis longtemps a 
s'en rendre comple et a s'en feliciter, car ils pouvaient en profiler pour 
venir exploiter les for6ts de leek de la rive droile, sur le Me Ing el le 



128 MISSION PAVIE 



M^khong, sans n^gliger celles qui se prolongent sur la rive gauche et 
dans les lies du Mekhong, a Done-Moune et a Done S^o. 

Nous pouvions d'auiant moins nous desint^resser de Texploitation de 
ces for^ts, que le leek est rare presque parlout ailleurs sur le Mekhong, el 
que le grand fleuve doit forcement beneficier , au point de vue du transport, 
des arbres abattus le long de ses rives. C*est ce qui avail frappe le pauvre 
Massie, lorsqu'en revenant de Xieng-Hung k Luang-Prabang en 1891, il 
arriva dans la region de Xieng-Sen. L'idee lui etait venue de faire aussitot 
exploiter par les gens de Luang-Prabang les for^ts du Haut-fleuve, mais 
la mort tragique vint le surprendre, avant que ses projels eussent pu 
aboutir. Si la France n'avait pas pris possession de la rive gauche en 1 893, 
c'est a des Anglais que serait ^chue rcxploitalion de cette rive. En passant 
a Ban-Seo, jappris qu*un mandarin de la rive droite avail re^u mission 
d'aballre pour un commer^ant de Xieng-Mai plusieurs milliers d'arbres, 
qu'il en avail prepare Irois cents, avant la signature du traite, mais que 
noire prise de possession avail mis fin k ce projel. 

La presence de noire consul a Nan d^terminera peut-etre quelques 
Fran^ais a demander la concession des forets du Me-Ing et du Me-Lao. 
Les environs de Muong Theun soul converts de leeks, qui ne peuvenl 
etre ecoules vers Bangkok. Si les rapides du Mekhong s'opposent a ce 
que le marche de Saigon en profile, Luang-Prabang et Xieng-Khong 
pourront du moins en lirer d'aulanl meilieur parti, pour la consomma- 
lion locale, que la main-d*a'uvre est tout a fail a porlee, les Khas de la 
rive, gauche dtanl dresses a Texploitation des fort^ls, dans la region de 
Xieng-Mai. 

Les autoril^s de Xieng-Sen me firenl des mon arriv^e, le meilieur 
accucil. Trop rapproches de la fronliere de Xieng-Tong, pour avoir a se 
feliciter du voisinage des Ngious et des Kunes', ces Younes avaient vu 
d'un bon oeil la mainmise des Frangais sur une partie de leur pays. Leurs 
inlerets s*accordanl plut6l avcc ceux des gens de Xieng-Khong el de 
Luang-Prabang qu'avec ceux des Thai's du Nord-Ouesl, ils senlaienl fort 

1. Les Runes coinine les Ngious smil des Thais du groupe Shan. 



Carte it U region do Xiepg-Khong. Xlsng-S^a al Muatig-Sinj. 



130 MISSION PAVIE 



bien que si ces derniers cherchaient a s'appuyer coutre eux sur les Anglais, 
eux-memes trouveraient plus facilement en nous des defenseurs de leurs 
droits el de leurs inl^r^ts. Aussi rannonce de la canonniere les avait-elle 
ravis d'aise, et le Chao Luong de Xieng-Sen, son fils le Chao ^ai 
Kaiavong, et son gendre le Chao Kam Tarn, n'arr^taient-ils pas de me 
questionner, sur le compte du (c Massie ». 

Ces mandarins qui avaient entrepris la t&che assez difficile de rendre 
la vie h Tancien Xieng-Scn, n*etaient installes que depuis 1880, sur les 
bords du Mekhong. lis avaient construit leurs cases sur remplacemenl de 
Tancienne ville, oil les debris de Teuceinte el les bouddhas de bronze 
gisant encore de loin en loin, dans les mines des pagodes, demontrent 
la grandeur et I'eclat de la capitale du roi Anout. 

C'est au milieu de ces ruincs que camp^rent, en 1867, nos compa- 
triotes, les niembres de la Mission de Lagree. De Xicng-Scn il ne restait 
plus, depuis le commencement du siecle, que les debris accumules paries 
soldats de Luang-Prabang. Les habitants avaient 6i6 dissemines dans tous 
les coins du Laos et du pays Youne, et le lerritoire d^peuple avail ele 
partag^ par Xicng-Khong etpar \ieng-llai. Les desccndanls des emigres 
de Xieng-Sen etaiont de retour dans leur pays depuis quatre ou cinq ans 
seulement, quand se produisit la conquote de la Birmanicpar les Anglais. 
Jusqu alors, ils avaient eu a hitler contre les Ngious de Xieng-Tong, leurs 
redoulables voisins du Nord: depuis lors il leur fallul aussi compter 
avec les nouveaux venus, ce qui ne faciHlait guere le d^veloppement de 
leur cit6. 

De tous les cotes d*ailleurs, Xieng-Sen se trouvait limile dans son 
expansion, les autorites de Nan elles-memes convoilant une parlie de 
son lerritoire. II resulte en effet d*un document qui me ful communique 
par les auloriles de Xieng-Sen el de \ieng-Khong, quau mois de de- 
cembre 1889, le Haul commissaire siamois du pays Youne, residant a 
Xieng-Mai, fit proccder a une rectification de frontieres, favorable a 
Xieng-Khong. Xieng-Sen avail pretendu, en s*appuyant sur ses annales, 
que son lerritoire s*elendait autrefois jusqu^a Khao-Kieng-Ki. Nan re- 
pondit en rappelant que la conquele de Xicng-Sen lui avail assure, au 



TANG-HO 131 



commencement du siecle, la possession de tons les territoires, entre le 
confluent du Nam-Kheuong et Tang-Ho. Les Siamois ddciderent que le 
Nam-Kheuong separerait d^sormais les deux Muongs. 

Puis vint la delimitation de Xieng-Tong et de Xieng-Sen, a laquelle 
proced^rentsimultanement les Anglais et les Siamois. Xieng-Sen y perdit 
sur la rive droite du Mekhong, tout le bassin du Nam-Heuoc qui sur la 
carte de la Mission de Lagree, figurait encore comme un territoire 
Siamois. 

Lorsque en mai 1891, MM. Vacle et Massie venant de Xieng-Hung 
par la rive droite du Mekhong, arriverent a Xieng-Sen, ils y rencon- 
trerenl M. Mac-Garthy, chef du service topographique siamois, qui 
avait aupres de lui le Luang-Sarasil. Les lopographes Anglais venaient 
d'operer avec cux sur le \am-Heuoc ; mais la delimitation qui donna lieu 
a quelques discussions, fut brusqucment interrompue par le meurire 
d'un topographe siamois, le Nai-That, assassine au dela de Ong-Luk par 
des dacoits Shans. Les commissaires se separerent apres avoir pouss6 
leurs operations jusqu'au Mekhong ; mais les Anglais se partagerent en 
deux groupes pour rentrer en Birmanie ; Tun gagna directement Xieng- 
Tong, par Ong-Luk et Tautre fit un detour par la rive gauche, visitant 
au passage par les sentiers de Tinterieur, Muong Hi, Tang-Ho, puis 
Muong Line. 

Depuis, les Anglais parurent de nouveau dans ces parages, jusqu'a 
la fin de 1893, je pus facilement me rendre compte que la revendication 
de certains villages de la rive gauche par les membres Anglais de la Com- 
mission de TEtat tampon, ne reposait sur aucun fondement serieux, et 
que notre refus de Taccueilhr etait absolument legitime. 

Je resolus done, ainsi que je Tavais fait pour les autres colonies Shans 
situees plus has sur notre rive du Mekhong, de faire savoir aux chefs des 
villages, au-dessus de Xieng-Sen, quels etaient les droits et les devoirs 
nouveaux, qui decoulaient pour eux de nos arrangements avec le 
Siam. 

J'avais d'abord quelques dispositions a prendre avec les autorit^s de 
Xieng-Sen, pour le choix d'un terrain ainsi que pour la construction de 



132 MISSION PAVIE 



TAgcncc. D5s que ces operalions furenl lerminces, je rcpris ines piro- 
gues el eontinuai nion voyage dans la direclion de Tang-Ho. 

In arret sur la rive gauche, cliez les Younes du vieux Thao-I^al, ne fit 
(jue nic conlirmer dans mes premieres impressions, sur Ic complc de ces 
gens passifs, donl Ic seul merile consistait a confirmer par Icur presence 
les droits anciensdes \ounes sur cette rive du Mekhong. Ces droits, a vrai 
dire, pcrsonne nc les contestait, pas memc les Slians de Ban-houe-Nam- 
Nglii el de Ban-Kang-Done, originaires de Muong-Sal, enlre Salouen 
el Mekhong, <|ui oheissaient a un Ngiou, venu de M. Line et fixe depuis 
une dizaine d*annees seulemenl dans ces parages. « Nous savons me 
« dit ce dernier, que le lerriloire ou nous sommes fixes apparlient 
(( a \ieng-Sen, mais si nous refusons oheissance aux autoriles Younes, 
« c est sur Tordre du roi de \ieng-Tong, de qui je dependais quand 
(( jetais a Muong Line. A qui devrons-nous oheir desormais? » 

Je lui fis connaltre la presence de M. Mace\ a \ieng-Khong et le mis 
en garde conlre les menees donl il pouvail elre viclime. 11 m'anirma que 
les agents Anglais n'intervenaient jamais directement aupres de lui, mais 
qu*il nc saurait comment faire, quand les gens de \ieng-Tong passeraient 
dans ses villages pour y recueillir rimpot. 11 ne pouvait, disait-il, servir 
deux maitres a la fois, et si cette situaticm amhigue devail durer, il aimc- 
rait mieux repasser tout de suite sur le lerriloire de \ieng-Tong. Jc 
nfefTor^ai de le rassurer, en disant que non .seulemenl il ne s'agissait 
pas de lui redamer deux fois Timpot, mais nieme qu'il clait libre dc 
ne rien payer du tout a \ieng-Tong. Lanlessus il me demanda un papier 
que je lui octroyai hien volontiers, pour le mellre a Tabri de toule requi- 
sition des gens dc la rive droile. 

Au moment ou mes pirogues se remirent en marche, le chef de Han- 
houe-Nam-Nghi voulut me donner un guide que je refusai polimenl. Je 
savais en eflel a quoi m en tenir sur la moralile de ces ecumcurs du fleuve, 
car Done-Tha m'avait raconle quelques-uns des terribles drames qui se 
sonlderoules enlre Ngious el Laotiens sur cette parlie du Mekhong. Le 
chef de Ban-houe-\am-Nghi lui-meme passait aux yeux de nos hateliers, 
el gcneralemcnt dc tons les Laotiens de Luang-Prabang, comme le chef 



TANG-HO 133 



des pirates Ngious de la region. II avail le don de se faire aimable et 
insinuant auprfes des voyageurs, pour les livrer ensuite plus facilement a 
ses complices. ]\'avait-il pas ose dire a Done-Tha : « Je sais qu'on me 
(c redoute, mais n'ayez pas peur ; vous otes chcz moi, jc suis voire pere ». 

Quelques questions indiscreles sur le contenu de nos pirogues et 
Tendroit de notre campemcnt, me donnerenla reflechir. Je defendis aux 
bateliers de coucher hors des pirogues ; je fis allumer de grands feux et 
je distribuai des cartouches, pour les six fusils Gras que nous avionsdans 
nos bateaux. La meilleure de nos sauvegardes fut encore ma lampe a 
petrole, dontla meche, en s'elevant et en s'abaissanl a volonte, projetait 
des lumieres de phare. Jamais les Ngious n'avaient rien vu de pareil ; 
quand ils conslatercnt que nous dlions sur nos gardes, ils n'hesiterent 
pas a se relirer et notre nuit fut tres tranquille. 

La canonniere, a mon avis, etail appelee a faire merveille sur cette rive 
inhospitaliere, oil elle inspirait deja une telle terreur, qu'on s'^tait empresse 
de se mctlre en regie avec elle, en pr^parant partout des depots de bois. 

Nulle part, la constitution d'un Etat Tampon, entratnant la sup- 
pression de toute police effective, n'efit ete plus prejudiciable, que dans 
cette parlie de rindo-Chine. Quant au Mekhong lui-meme, au point 
de rencontre des fronti^res anglaises, siamoises et fran^aises, il avait suffi 
de quelques annees de situation indecise, pour le transformer en veritable 
coupe-gorge. 

Avant d'arriver a Muong Hi, je m'arretai dans deux autres hameaux 
Shans, Ban-tong-pung et Ban-houe-thang, peu importants et de fonda- 
tion recente. Je fus surpris a Ban-houe-thang, de constater la gene extreme 
du chef de village, qui cherchait tout le temps a se derober. 

« Ce n'est pas dtonnant, me dit Done-Tha. II y a cinq ou six ans, 
(( comme jerevenais deXieng-Tong aLuang-Prabang, avec unchargement 
(( d'opium, je fis route avec cet homme qui, du cot^ de M. Line, prit les 
(( devants, en m'engageanl a m'arretcr chez lui au passage. Comme j*ar- 
(( rivais en pirogue k Done-Sone, ile du fleuve situee en face de Ban- 
(( houe-thang, je fus assailli par une volee de coups de fusils, et plu- 
(( sieurs pirogues se mirent a ma poursuite. Le chef du village de Ban 



134 MISSION PAVIE 



(( houe-Thang me guettait sur sa berge ct s'ecria, en me voyant filer a 
« force d'avirons : Va done, sale Laotien, pour une fois que tu y as 
(( ^chappe )). 

El Done-Tha ajoutait que son cas elait loin d'etre isole. Peu apres, un 
mandarin de Luang-Prabang faillit subir un sort semblable, en cet endroit 
du fleuve oii la presence de plusieurs lies facillte, avec la complicile des 
riverains, les operations des detrousseurs de grands chemins. Fort heu- 
reusement, Tarrivee subite du Cbao de M. Line ful cause de son salul. 
C'esl en souvenir de ces incidents, que lorsqu*on conclut plus tard un 
arrangement avec les Anglais, pour r^gler notre frontiere sur le Haul- 
Mekbong, j'insistai pour que la surveillance des iles nousf&t confiee. 

Le l**" septembre, vingl-quatre heures apres avoir quitte Xieng-Sen, 
j'arrivai k Muong Hi, oii il fallut user de fermete pour ccarler les impor- 
tuns et les indiscrets. Le cbcf du Muong ne se presenta qu*a la fin de la 
journee. C'ctait un petit homme sec, aux yeux per^ants et fidvreux, fort 
inaltre de son langage, qui me raconta comment il etait arrive dans la 
region, onze ans auparavant. 

Pousse par la misere, il avait dii quitter le pays au delade la Salween 
ou il residait. Avec ses compagnons, leurs fenimes et leurs enfants, il 
mit quatre mois entiers pour arriver sur le Mekliong, ou depuis, il a 
etc assez heureux pour constituer cinq villages: Muong Hi et deux autres 
groupes surlc Iloue Hi, Ban-Tong-Pung, Han-houe-Tliang et Ban-Hat- 
Luong sur le Mekhong ; deux villages enfin sur le Nam-Klieuong. 11 me 
declara n'avoir aucunc attache sur la rive droite du lleuve, tons ses inte- 
rets etant concentr(5s sur la partie du terriloirc de \ieng-Scn qu'il savait 
etre devenue fran^aise. II ne redoutait point notre autorite, mais desirait 
seulement savoir comment il devait sc comporter vis-a-vis de Xieng- 
Tong. 

Com me au chef de Ban-houe-Xam-Ngbi, je lui fis connaitre Texistence 
de noire double agence de Xieng-Kliong-Xieng-Sen et je Tinvitai a re- 
courir a M. Macey dans lous ses embarras, 

Un peu au-dessus de Muong-Hi, le lleuve commence h se resserrer. 
C'esl la premiere fois, depuis le conlluent du Nam-Kheuong, qu'on aper- 



TANG-HO 135 



^,oit quelques coUines. II n'y a plus d'lles au milieu du M^khong, plus 
de for^ls de leek sur ses rives; les rapides apparaissent de nouveau et 
annoncent le voisinage de Tang-Ho. Les gens de M. Line, dans Tid^e 
sans doute de surveiller Tentree de la gorge, venaienl d'installer sur la 
rive gauche un petit hameau de Irois cases au confluent du Houd Ho. 

Je fus surpris de trouver a Tang-Ho, au lieu d'un centre important 
et anim^, quelques cases seulcment, emergeant au milieu des grandes 
lierbes. Sur la rive droite, la foret descendait jusqu'au fleuve et cest a 
peine si Ton distinguait un etroit sen tier dans la direction de M. Line. 
Je fus encore mieux fixe sur la fa^on dont les Shans du voisinage envi- 
sageaient ce point de transit, quand le chef du hameau me raconta qu'il 
etait la contrc son gre, sur Tordre du Cliao de M. Line, qui le for^ait 
depuis onze ans a demeurer a Tang-Ho, pour conserver la haute main 
sur le passage des voyageurs. Quelques mois auparavant, il avail voulu 
rentrer a M. Line, mais le Chao Tavail de nouveau oblig6 a retourncr a 
Tang-Ho. 

Au dire de eel homme, dont je ne pouvais qu'approuver rallilude, 
puisqu'il avail etabli sur la rive gauche un dep6t de bois pour la canon- 
nifere, le Mekhong etait navigable au dela de Tang-Ho, pendant la saison 
des hautes eaux. 11 me montra un radeau, qui etait arrive de M. Line par 
le Nam Line el le fameux barrage de Tang-Ho. J*en conclus que si Lagr^e 
et ses compagnons, qui avaient franchi les rapides de Khemaral, s'^taient 
arretes devant ce dernier obstacle, c'^tait que, depuis Xieng-Khong, ils 
longeaient des rives absolument descries. Xieng-Sen elant alors inhabitc, 
et tout secours local faisanl d^faul, il y aurait euprcsque danger pour eux 
a affronter sans guides, une partie du fleuve aussi difficile. 

Le barrage est incontestablcmenl tres serieux, puisqu'un usage inin- 
terrompu veut que la plupart des voyageurs fassentpar terre le detour de 
M. Line, plut6t que de s'exposer k le franchir, mais le lemoignage des 
riverains me prouvail qu'il etait loin d'etre inabordable. Quand je previns 
le Chao de Xieng-Sen et le chef du hameau de Tang-Ho que la canonnifere 
Massie essaieraitde remonterle fleuve au dela du barrage, ni Tun ni Tautre 
ne s'en montra surpris. A force de parcourir les fleuves de ITndo-Chine 



Cho'Bo' sur la Riviere Noire, 
itaicnl infraiichissables pour au- 
s a dcs conditions dc navigation 
I de voir prncliaiiieinciil Hotter 
perieur, 

ct M. Line rappelleiit il lout 

s cl dcs Laotiens unis conlrc les 

is dc rattitiide <lrs liabilants. 

g-lti) tpu' It' <^liao de M. Line. 

fort bien inspire dans ]a cir- 

conslanoc, n'ctait pas dc- 

mciire ctrangcr a t'installa- 

(ion du d^pul de bi'tcbes, ct 

qu'il avail donne I'ordrc de 

convoquorles kbas-Mou Seti 

rcsidant sur la rive gaucbe 

ponr abattre Ic bois iicces- 

saire : Lc cbcf me dit que Ics 

Mou Scu ^taient arrives avec 

Icurs buc'bcs etqua plusieurs 

reprises, ilsavaient manifeslc 

ledusir d'etre provciiusquand 

la canonnii^rc fran^aisc sc 

prescnlerait. 

lis seraient les bienveiins et que 

u Cliao de M. Line, il ne dcvail 

le elait fraiivaisc, que la canun- 

irait bcsoin dc pcrsonne pour sc 

it lc pavilion qui flottait surnos 

Iro (Jeuic a nous. Malbcur ii qui 

r scs vengeances sont Icrribles. » 

ntre aucun Mou Scu, mais en 

du 't scplcinbrc, mes regards so 



TANG-HO 137 



porlaieni sans cesse sur les hauteurs bois^es de la rive gauche, ou la 
presence de toute une population que j'ignorais encore complfetement, 
vcnait de m'Stre revelee. 

Je mis quatre heures et demie environ, pour arriver a Xieng-Sen, 
oil je ne m'arretai que le temps necessaire pour delimiter avcc le Ghao 
Kam-Tane, le terrain de Tagence, r^diger et signer Facte de cession, et 
fixer Templacement dcs cases. Au-dessous de Ban-Done-Theun, la des- 
cente du fleuve devint cxtremcment rapide, car nous atteignions le Hat 
Luong, puis au-dessous de Done-Khi, un (^tranglemcnt du Mekhong dont 
le lit est encombre de rochers. 

Sur la rive gauche, le confluent du Nam-Rhcuong et celui du Iloue- 
Nao, dans son voisinagc immediat, marquaient la limitc des territoires 
de Xieng-Khong et de Xieng-Sen. L'ctroit defile du fleuve se prolonge 
au dela par le hat Kheton *, le hat Tou, le hat Pa-lng, le Pa-Koue, le Pa- 
kantoung, le Pa-Kamtane, jusque vers le confluent du Nam-Ngao, mais 
a cette epoque des hautes eaux, tons ces rapides etaient beaucoup moins 
terribles que lorsque je les avais parcourus, au mois de juin precedent. 
Nous etions dans le pays b^ni de la legende ; de la toute la terreur 
qu*il inspire aux bateliers : a Pa-Seua, on montre un rocher qui a la 
forme d'un tigre ; a Pa-Kantoung, un Bouddha sculptd sur la roche 
indique la sepulture d'un prince de Nan qui, a la suite d*une guerre 
malheureuse contre le Lan-Chang, mourut de la fi^vre, sur les bords 
du Mekhong. Enfin, Pa-Kamtane rappelle le souvenir d'un Bouddha en 
or, enfoui au milieu des rapides et proteg^ par le feu du ciel. 

Pa-Kantoung fut longtemps la frontiere de Xieng-Sen et de Xieng- 
Khong, jusqu'au jour ou les intrigues des gens de Xieng-Khong, la 
firent reporter au Nam-Klieuong. A partir du Nam-Ngao le fleuve 
^tait tranquille. G'est a peine si je m'aper^us de Texistence du Keng- 
Kong-Say et du Keng-Kay. Un jour et dcmi apres avoir quitte Tang-Ho, 
j'^tais de retour a Xieng-Khong, ou rien de saillant ne s'^tait passe 

1 . En laotien keng signifie un gros rapide ; hat un rapide de moindre importance ; 
pa est un promontoire. 

V. 18 



138 MISSION PAVIE 

duranl mon absence, sauf la virile d'uii cobra dans Ic lit de M. Mace)', 

Le Chao s'emprcssa de vcnir me salucr, el j'abordaj aussilAt avcc lui 
les questions qui m'avaient int(5resseau cours dc mon voyage, Au sujet 
des frontieres de Xieng-Kliong et de Xieng-Sen, il m'expliqua que le 
tcrritoirc dc Xieng-Scn nc depassait etTcctivcinenl pas sur la rive gauche 
Tang-Ho et le Nam-Klicuong ; que tout Ic pays situe au nord et tk lest 
de ces deux limJtes etait une depcndance de Xicng-Khong, jusqu'au 
confluent du Nam-Pa, oil commenfait le territoire de Muong Sing. Ce 
temoignagc, conlirmi! par un extrall autlicutique du pong-savadan que le 
Chao deposa cntre mcs mains, precLsail dune maniere irrefutable la 
nature des droits que nous pouvions op|josor aux envahissemcnts dc 
Xieng-Tong. 

Je demandai aussi au Cliao, |>ar qui dtail liabitc ce vastc territoire, 
les Klias Mouk ct Lamet qui s etaicnl presenlus jusqu'it ce joura I'agence, 
demeurant lous en deftk du Nam-\gao. Le Chao me rdpondit qu'i parlir 
de ce COUPS d'cau, les monlagncs de I'interieur etaicnl liabilees par des 
Klias Mou-Seu, sur lesqucls Ic roi de Xieng-Tong essayait d'asseoir 
son autorit^, sous prelexle que s'elant refugi^s pendant une periode 
de troubles, sur la rive droitc du McLliong, ils n'avairnt jamais ccsse 
depuis lors, d'etre sous aa depcndance. 

Je fis hontc au Chao de n'avoir rien fait pour s'opposcr a cetlc preten- 
tion exorbilante. II me declara qu'il avait fait faire le denombrcment des 
habitants ct qu'il leur avait reclame I'impdt, mais qu'il s'ctait lieurte a un 
refus, fonde sur la puissancodu roi dc Xieng-Tong. et cela non seulemcnt 
dans les quator/e villages dc la rive gauche, mais aussi dans deux villages 
dc la rive droitc, siluecs prcsquc aux portes de Xieng-Kliong. 

Ce dernier detail me rempHl de joJe ; car ce n'etait pas un droit reel 
quepouvaicnt invoqucrlcsautoriti'sde Xieng-Tong, sur des villages situes 
au delh dc frontieres rccunnuesetdclimitees. II s'agissait lout siniplement 
d'un pretcndu droit personnel, qui pouvait sc r<!glcr tout autrcment, soil 
par le depart des intdrcsstfs, nouvcllcment fixt^s dans Ic |>ays, soil par leur 
soumission pure ct simple a notre autorilc. Du coup, la presence de villages 
Shans sur notre rive du Mekhung, nc m'inquii^tait plus en aucunefa^un: 



^ 

p^ 



LJ 

> 
< 

Q. 



to 

CO 




o 



I 



■ 






01 

1 



o 
w 

e 

s 






liJ 

Q 

ti 

< 

q 
ui 






i 

■-1 






--■'.; :^\\^ 



''^ 




TANG-HO 139 



ou la soumission ou le depart, telle etait la loi dcs indigenes, a plus forte 
raison celle de tons les nouveaux venus. Or Tcnqu^te que je venais de 
poursuivre jusqu'a Tang-llo, m'avait prouvc quepersonne ne cherchait 
k se souslraire a notre loi, mais que lous desiraient etre fixes surleur sort, 
le plus tot possible. 

Afin de dissiper tousles doutes, je priai M. Macey, avant mon depart, 
de faire parvenir aux Mou-Seu une lettre circulaire leur ordonnant 
d'assurer un senlier praticablepour les chevaux et les mules, entre Tang- 
IIo et le Nam-Ngao. C'elait a la fois renouveler aupres d'eux un acte 
d'autorile, relier leurs villages au reseau des routes dela rive gauche, et 
preparer pour la saison prochaine, I'exploration methodiquedeleurterri- 
toire. 

Le 6 seplembre, je quittai Xieng-Khong. Quelques heures aprSs, 
j'arrivaia Pak-Ta, ou m'altcndait le Chao Kakravat, specialemenl delegu^ 
par le roi de Luang-Prabang, pourm'accompagner surle Nam-Ta. Depuis 
quelques jours, les eaux avaient sensiblement baisse ; on entrait dans la 
saison ou la navigation sur le Nam-Ta devient praticable. 

Quant aux renseignements sur la region que je me proposais 
d' explorer, et que nul Fran^ais avant moi n'avait visitec, il ne fallait pas 
plus songeras'en procurer a Pak-Ta, qu'il n'avaitete possible d'enrecueillir 
a Luang-Prabang. Le Senam avait bien dans la region, un representant 
appele le Phya Lam Nam-Ta, mais, a part la division du bassin du Nam- 
Ta en trois territoires, obeissant k des taseng diflerents, ce mandarin ne 
connaissait absolument rien. Du moins le taseng de Pak-Ta savait-il que 
douze villages Khas se trouvaient places sous ses ordres et que la plupart 
etaient habites par des Lemet. Les Lemet elaient ces hommes a Taspect 
etrange que j'avais remarques sur le bord du fleuve, lors de mon premier 
passage et qui, par Tabsence de lout costume, saufla minuscule echarpe 
passee entre les jambes et roulce autour de la taille, rappelaient si sin- 
gulierement les Khas de la r(5gion situee entre Attopeu et la mer. 

Je commen^ai mon exploration du Nam-Ta, le 7 septembre, les 
autorites locales ayant mis beaucoup de diUgence et de soin a organiser 
mon depart. Installc dans une legcre pirogue, conduile par d'agiles 



140 



MISSION PAVIE 



Laoliens, j'elais en mesure d'affronter tousles rapides, et ils ^taientnom- 
breux, chaquecoudc de la riviere nous reservant une surprise. J'avais 
pris mon carnet, ma montre et ma boussole et je notais consciencieu- 
sement le nombre des coups dc rame et de perche, ainsi que les noms 
des rapides et des rochers. J*dtais surpris de la quantite de villages que 
nous rencontrions dans cellevallcc, en somme fort etroite, et surtout du 
nombre considerable de ceux qu'on me signalait, non loin dans la montagne. 

Le deuxieme jour, au dela de Ban-Mene, nous sortlmes du ter- 
ritoire de Pak-Ta, pour cntrer dans celui du Taseng-Tai, le plus kabite 
de lout le Nam-Ta, et limitrophe de la region Kha de Xieng-Khong. 
Les Klias qui obeissent a Luang-Prabang, sont appeles les Khas 
Lao, tandis que ceux qui etaient jusqu'alors places sous Tautorite des 
Younes portent le nomde Khas Youne: il y a souventdes querelles entre 
eux pour la jouissance de certaines montagnes. 

En passant a Ban-Hal-Nam, oil aboutit la principale route de terre de 
Xieng-Khong vers Luang-Prabang, je pus constater que mes ordres avaient 
etc ponctuellement suivis el que le Thao Norassin n^avait rien neglige pour 
faire meltre les chemins en etat, en vue de faciliter, dans les mois suivants, 
Texamen de la region limitrophe de V a Etat tampon », par les commissai- 
res franco-anglais. 11 regnait d'ailleurs dans tout le pays une r^elleactivite, 
car Tepoque de la moisson approchait, et sur toutes les hauteurs cultivdespar 
les Khas,onapercevaitdesepisjaunissanls, au milieu des rays. CenVstpas 
pour rien, qu'on dit du Nam-Ta, qu'il est le grenier de Luang-Prabang. 
Sans les cultures des Khas, le Laotien n'aurait pas un grain de riz a sc 
meltre sous la dent. 11 est vrai de dire par contre que, sans les Laotiens, le 
Kha vivrait complfetement isol6 et resterait depourvu des objets d'echange 
les plus indispen sables. 

Au-dessus de Ban-Hat-Nam, le Nam-Ta traverse une region cal- 
caire des plus pittoresques. Le Pou Soung et le Pou Kang-Meu domi- 
nent les innombrables sinuosites de la riviere, en cet endroit tres res- 
serree. Devant le rocher de Po Si Lane, les bateliers me raconterent 
I'incesle de Toncle et de la niece, surpris au miheu de leur faute, par 
TelTondrement d'une montagne, qui bouoha Tentree de la grotte oil ils 



s'elaieiit retires. Les piroguiers croient encore d^couvrir sur le roc la 
trace des pieds desamoureux. 

La residence du Taseng-Tai est Ban-Keun, un bourg dc trentc-quatre 
niaisons, donl dependent quarantc-lrois villages Klias, ct qui se trouvc 
directemcnt relie ]>ar des cheinins tres fiequentes, avcc les principaux 
centres du voisinage, Ban-IIoun, en amont et Ban-Ilat-iNani en aval 
du Nam-Ta, par les hauteurs dc la rive droile, Muong Oun el Pak- 
Beng sur le Nam-Beng. Je trouvai unc ruelle bonne volonlc cbez le 
Tascng-Tai ct les mandarins dc son entourage. Tout ce que j'avais a leur 
dire sur I'entretien des routes, les passcports et la protection des Laoliens 
et des khas, sur la rive droitc du Mckhong, fut ecoute avcc la plus 
grande attention. 



Fig. 53. — KidMU Kha (deuin Uotlen). 

Pour me proleger contre les tcrribles ptuies de la saison, le roi de 
Luang-Prabang in 'avail envoj'c sa proprc tente, mais, la plupart du 
temps, j'evilais de la faire dresser, prt^ferant rester dans ma pirogue, 
aupres de laquelle les chefs se rounissaient, chaque fois que j'avais besoin 
de les convoquer. J'avais souvenl beaucoup de peine a leur faire parta- 
gcrl'interSt que j'attachais a la geographic du pajs. Mon enqu^te por- 
lait en particulier, sur les limites des Khas Youne ct des Khas Lao, e'esl- 
a-dirc des terriloires de Nan et de Luang-Prabang, afin de recueillir pour 
la commission franco-anglaisc, des donnecs exactcs sur la frontifere de 
Luang-Prabang, qu'on etait convenu de respecter. 

Les documents Merits, qui m'avaient ^t^ communiques par les auto- 
riles de Luang-Prabang et de Xieng-Khong, n'claienl sur ce point nulle- 



1',2 MISSION PWrE 

mcnt d'accord, mais ta clironiquc Youne remporlait dc beaucoup en 
cxacliludp el en prcciHion siir ccUc dcs Laotiens, car oulre les villages qui 
avaient pu rhaiigor de place, cllo leiiait comptc dcs l>nrnes, dcs salas cons- 
Iruilcs par Ics soins dcchaquc pays, cl m<)mc desgroupesd'arbres.plan- 
t^s pour servir de poinU de rcpere. 

C'est a lian-pou-Kune que les limites dc Xrcng-Kliong el de Muong 
Pou-Kha reii con Iron t ccllcs dc Luang-Prnbang ; mais bicn avant 
d'atleindre ce point, il clait 
facile dcs'aperecvoircombien 
['auloi'ilc dcs Laoticns clait 
affaiblie dans ces parages. Vn 
an environ, avant mon voyage 
sur !c ^am■Ta, Ic roi y avail 
envo\e le Cbao kroinasang 
rccucillir I'imp6l: Ics man- 
darins de Ban-Houn, le Ta- 
seng-Neua en Icle, le refusfe- 
renl, el il s'ensuivil une sorte 
dc rcvolle. Le but du taseng, 
qui s'appuyail sur les kbas de 
Luang-Prabang, ^lait de sc- 
couer rautorit^ du roi el de 
Fig. 51. — Un Kha Ltmet. se cr^cr, a I'cxemple du chao 

de M. Luong, rccemmcnt 
renlre dans son pays, une sorlc de principaute indopcndanle. Le lascng 
n 'osa pourlant pas pousser sa rebellion jusqu'au bout, A 1 epoque du 
serment annuel, il se rendit it Luang-Prabang, oii il dul subir quelqucs 
semaines dc prison, avanl de rctourncr degrade sur le Nam-Ta. 

Le roi lui-meme savail a quoi sen lenir sur les muongs dc la fron- 
ti^rc, puisqu'il m'avait dil: « Un jour les Lus Irouvant qu'^ Luang- 
Prabang I'administration n'olait pas s^rieusc, levcrcnt des troupes, 
envahirenl le royaume et balayerenl les families. » — Cela se passait 
dans la premiere moilic du sifecle. Depuis, Ics invasions des Hos 



TANG-HO 143 



et des Siamois avaient encore reduil les moyens d*aclion du roi et du 
Senam. 

J'arrivais sur le lerritoire du Taseng-Neua, a un moment oil toule 
defaillance nouvelle pouvait avoir Ics plus graves consequences. Je trou- 
vai k Ban-lloun le Thao-Norassin, au milieu de mandarins abrutis, fort 
^mu qu'aucune des lettres, qu'il leur avail confiees pour le Chao-Kakra- 
vat, ne fiit pai*venue k son destinataire. Je fis aussit6l r^unir les manda- 
rins et prescrivis une enqu6le, declarant que si on ne retrouvait pas les 
lettres et le coupable, on verrait comment les Fran^ais entendaient que 
Tautorite du roi ftit respectee. Mes menaces furent couronnees du succfes. 

Ce qui donne le plus d'importance au terriloire du Taseng-Neua, c'est 
qu'il sert de trait d'union a Xieng-Khong, Muong Pou-Kha, Muong Luong 
et Muong Sai; c'est le licude passage obligatoire entrc Luang-Prabang et 
Muong Sing. II etait bien temps de retablir Fordre dans ce canton 
qui, outre ses vingt-trois villages Khas, contenait des centres laotiens 
tels que Ban-Ngouon, lian-Peun, Han-Houn, Ban-Nong, Ban-Wat, Ban- 
Pawi, Ban-Hom et surtout Ban-Lao, residence du mandarin qui passait 
pour le plus apte a remplacer Tancien taseng. 

Tons ces villages embellissent les rives aplaties du Nam-Ta, dont la 
vallee ne cesse de s'elargir, depuis le rapide du Keng-Wak, limite du 
Taseng-Ncua et du Taseng-Tai; mais a parlir de Ban-Houn, la riviere 
manque de fond et Ton cchangeles pirogues de Pak-Ta, contre des enibar- 
cations plus legeres, que forment trois planches relives avec du rotin et 
calfatees avec des fibres de bananier. Ici, les riverains ne sont pas habitues 
h la navigation des rapides, comme les Laotiens du Mekhong. Fortcmcnt 
mdtiss^ds de Khas, ils ont presque tons adopte le costume Lu, a la place 
du sampot de Luang-Prabang ; on sent que les Sipsong-Panna sont proches . 

Aprfes une navigation de dix jours, fort longue a cause de la saison, 
j'atteignis Sop-Ngim le 17 septembre. Le pays est encore beau et fertile 
au dela de Ban-Lao, mais les habitants font defaut, sur les rives du Nam- 
Ta, jusque dans les environs de M. Luong. J'essayai bien avec mes piro- 
guiers, d'aller reconnaitre le Keng-Wak, mais comme ils se montraicnt 
impuissants a le braver, je renon^ai a pousser plus loin mon excursion. 



1« MISSION PAVIE 

Trois cases, habitues par clesChinois, consUtuaieiit Ic hatneau de Sop- 

Ngim, qui m£rite unc mention toule sp^ciale, car c'est un des princi- 

paux croisementa de routes de loute la region. C'esl mt^me pour facilitcr 

le passage des caravanes, que quetques Cliinois se sonl installds au 

confluent du Nam-Ngim, Presque en face, de I'aulre c6t^ du Nam-Ta, se 

trouve le confluent du Nam-Tialeng, avec un \illagc Lu, tout prfes de ia. 

A Sop-Ngim, des cases loutes fralches 

avaient etc installi^cs pour mc recevoir. 

Ma premiere impression fut done e\cel- 

lenle, car U's oi-dres que j'avais envojcs 

uux klias ^oune se trouvalcnt executes. 

La presence prolongee du Thao Norassin 

sur le Nam-Ta, avail i5galcment produJI 

son eflct, car tous les cliefs des villages 

voisins elaient prevenus de uion arrivee cl 

colui (le Itan-Lao avail tenu a organiser lui- 

m?nu' niou voyage vers Muorig Pou-Klia. 

Je tmuvai a Sop-Ngim mes mules ct 

chevaux, venus de \ieng-kJiong j>ar Ics 

chemins klias de linterieur: les mulelicrs 

se relicitaient de laccueil qu'ils avaient re^'u 

dans chaquc village ou les avaient precedes 

mes oi-drcs. I.* niomciU me parut venu de 

repndre le plus loin possible, paries monies 

Fig. 5.> — Huleilen Yaonan.is, mojcns, la uouvellc dc ma prescucc sur 

le Haul Nam-Ta. J'^crivis deux lettres au 

Cliao de M. Luong et aux clicfs Khas Kouen de Muong Pou-Kha cl 

j'expediai, du cote de Muong Sal' et de Muong La, le Cliao Kakraval et 

le Tliao Norassin, qui en qualile de Laoliens, n'avaient aucune autorilc 

dans les tcrriloires Vouiics que jallais visiter. Lcur prC'sence dans Ic 

basgin du Nam-Pak me paraissait utile, pour assurer la raise en ^tal des 

routes conduisant de Sop-Ngim vers le Nam-Hou el vers Dien-Bicn-Phu 

Bur la Biviere Noire. 



THK ^^^ ,■■ VORK 
PUBLIC LI-iH.'.RY 



CHAPITRE IV 



CHEZ LES KHAS KOUEN 



DE SOP-NGIM A B0-T£NE PAR MUONG POU-RHA ET MUONG LUONG 

19 septembre - 1 "•• octobre 1894 



Si habitu6 que je fusse aux agrements de la pirogue, c'est avec un 
certain plaisir que j'enfourchai uiie mule, pour me lancer a la conqu^tc de 
MuongPou-Kha. J'avais hate de savoirce que me r^servait cette fameuse 
region, tant au point de vue de Tethnographie que de la geographic et de la 
politique. Notre bagage avait n^cessitd le rassemblement de quatrc-vingts 
coolies, mais on les Irouva facilement. Quelques-uns etaient des Khas 
Kouen de Muong Pou-Kha ; la plupart appartenaient au Taseng-Neua 
du Nam-Ta et avaient dte rassembles par les soins du chef de Ban-Lao. 

Je ne fus pas long a m'apercevoir, en m'^levant au-dessus du Nam- 
Ta et du petit Nam-Ngim, de I'importance des montagncs que j'avais 
sur ma gauche et, d'oii paraissaicnt s'ecouler de grands afHuents du 
M^khong et beaucoup de cours d'eau allant directement au Nam-Ta. 
C'^tait aussi le point de croisement de nombreux chemins, desservant 
par les crates les ddpendances de Luang-Prabang, de Xieng-Khong et de 
V. 19 



146 MISSION PAVIE 

MuongPou-Kiia, cnr pour vojagcr, It's Indigenes pnil^rent g^neralemenl 
les sommet!!, au fond dcs vallvcs, inondecs pendant la saison des pluies. 

De Ban-pou-Luong. la vuc s't'tendait au loin surlcs hauteurs hoiseesqui 
enserrent le liassln du Nam Ta. C'elait rextremilc du territoire de Luang- 
Prabang, car h lian-Poung commencail cclui de Muong Pou-kha. Nous 
y arrivAmes a trois lieures. Pour une premitrejourn^e de marclie en mon- 
tagnc, l't?tape me parut suflisanic ; Fcndroit etait d'ailleurs engageant. 
Pour nous faire honneur, les Khas Koucn avaient abattu tout un coin 
de for^t, elagud unc clairifrc e( dresse, en guise d'abris, de v^ritables 
salas avec cics ocuries. Lc riz el I'cau fraielic nous oltcndaicnt dans de 
larges tubes de bambou. 

Quand deux dcs prinoipaux chefs Khas de la rdgion, le Phyah- 
Luong-Pallawi et le Phyali-Thaiialak-Sombat se pr^senterent, pour 
m'olTrir le lay d'usage consistant eii a?ufs, cannes a sucrc et petitcs 
bougies de circ jaune, jc ne leur menageai pas les compliments. 
Depuis 1c matin, ma satisfaction elait sans melange : partout Ic chemin 
avail etc mis en li-^s bon etat el Taltilude des khas kouen me paraissait 
tout ^ fait excellente. Les deux chefs ni'apprirent que jc reneoiitrcrais a 
chai|ue elape, dcs salas aussi conforlables que cellc de Itan-Poung cl qu'cn 
beaucoup d'cndroils, je Imuvrrais mi^me des |H)nls sur les rivieres. C'elait 
Icur mani(!re a eux, de eeh'hrer larrivee des Fran^ais dans le pajs, et 
d'cxprimer la confianec qu'ils avaienl duns noire protection. 

Je leur demandai s'il y avail encore des ^ ounes dans la region, lis me 
repOndircntque.sauf ii M. Luorig. je n'cn reneonlrerais nulla part : que le 
Chao dc Muong Lnong, un ^oune reinstalle depuis Ires pcu de temps 
sur lc Haul Nam Ta, avail plusieurs fois essaye de leur imposer son au- 
torite, et encore tout derniercment. en leur ordonnant, sous peine 
d'ameudc, de melire en clat les chemins sur sou territoire. I.cs khas 
kouen aviiicnl refuse, deilarani ()u'a Muong Pou-kha ils ^taienl chcz eux 
et prels h oheir aux ordrcs de qui de droit, mais qu'ils n'avaienl rien k 
faire a Muong Luong. 

« Autrefois, me dil lePhya-luoug-Pattawi, il y avail aussi des bonnes 
« a Muong Pou-kha, mais il cut fallu voir comment ils se sont enfuis. 



CHEZ LES KHVS KOUEN 147 



(( devant uiie invasion des Lus, sans allendre seulcmenl leur arrivee. 
(( Quant aux Khas Kouen, iis sont restes et n*ont pas ea peur des Lus. 
c( Aujourd'hui, ils sont seuls dans ce pays. Quand les aulorites de Nan 
(( nous ont fait savoir que la rive gauche du Mekhong ^tait devenue 
(( fran^aise, elles ont essay e de nous faire passer sur la rive droite, en 
<( disant que les Fran^ais nous prendraient un impot de cinq roupies. Nous 
(( avons repondu que les Fran^ais etaient riches et n'avaient pas hesoin 
(( de notre argent pour vivre. Alors on nous a dil que la France etait 
(( bien loin et Bangkok tout pres, mais nous n'avons pas voulu quitter 
(( notre montagne. » 

Cette maniere de parler, I'attitude si Tranche et si confiante des chefs 
Khas Kouen me paraissaient tout a fait caracterisliques. Autrefois, sans 
exiger des Khas Kouen d'autre impot regulier que dix munes de cire 
c'est-a-dire environ cent quarante kilogrammes, les aulorites de Nan 
avaient Thabilude de s'approprier une partie des produits de la region, 
commele cardamonequ'il etait interdit d'ecouleraLuang-prabang. Quand 
un mandarin passait, il requisitionnait, suivant lacoutume indigene, des 
vivres de toute espece. Chaque annee, les Khas Kouen etaient obliges 
d'acheter le double de leur prix, des marchandises envoyees de Nan. 
qu'on les for^ait a consommer. 

D' autre part, les gens de Muong-Sing et des Sipsong-panna exploi- 
taient les habitants, chaque fois qu'ils passaient, enlevant parfois les 
colliers d'argent aux petits enfants : c*etait une charge serieuse pour les 
Khas, habitant des routes frequentees. 

Des Tabord, le Phyah-luong-Pattawi m'avait plu davantage que le 
Phyah-Tlianalak, que je laissai retourner dans son village a Ban-Thap sur 
la route de M. Luong. Je conservai aupres de moi, Pattawi etcausai toute 
la soiree avec ce mandarin, qui se piquait de beau langage et qui entrete- 
nait des pagodes. Le lendemain, au miheu de Tctape, je m'arr^tai dans 
son village, a Ban-Thio, ou il avait fait pour moi de serieuxpreparatifs. 
Malgretous ses efforts pour me retenir, je continuai ma route, apres avoir 
fait la connaissance de sa femme et de ses enfants, dont le type ouvert et 
distingue me frappa singuherement. 



•-•i 

4 
I 

I 

1 



I'iS MISSION PAVIE 



La race des Khas Mouk, donl les Khas Koucn sont une branche, 
est une des plus interessantes dc rindo-Cliine, quoi qu'en pensent les 
Laoticns, qui uc perdenl aucune oecasion de les denigrer et de les cari- 
calurer. Sans doute ils sont bavards et exuberants comme des enfants ; 
dans leurs f6les ils s'enivrent volontiers avec de Feau-de-vie de riz, mais 
ils ont de bien belles qualitos et sont avant tout dc braves gens. La 
plupart ne pratiquent, en fait de religion, que le eulte des Esprits, mais 
ceux qui ont eu le plus de contact avec les Younes ct les Laotiens, profes- 
sent un vague bouddhisme et savent lire et dcrire le thai, que presque 
tons parlent aussi facilement que Icur propre langue, si rauque et si 
herissce de /?, qu'on est tout a fait surpris de les entendre jaser. 

C'est sans doute le contact avec les Thais, qui Icur a fait connaitre 
Fusage du vclcment. Dans le nord, je n'ai vu que des Lemet, a peupres 
nus comme les Khas du sud de Tlndo-Chine ; les Khas Mouk et les Khas 
Kouen ont adopte le costume Lu, compose dun pantalon indigo et d*une 
petite veste tres courlc qu'ils portent d'aillcurs sans aucune coquetterie, 
jusqu'a complete usure. Leurs seuls signes distinctifs sont le turban 
rouge, que portent volontiers certains chefs, et les pipes d'argenl d'un 
dessin fort elegant, qu'ils fabriquent eux-memes dans leurs villages. 

La oil Ton signale un argentier, on pent etre siir que les Khas sont 
riches, lis le sont souvcnt, etaiment non sculement a preter de Targent 
aux Thais contre interct, mais aussi a fairc liberalcmentles honneurs dc ce 
quils posscdent. Le Phya Patlawi fut lout d'abord fort emu, parce que 
j'avais refuse d'accepter le pore, la chevre et le bufile, qu'il m'offrait en 
guise de present : Si le chef fran^ais, disait-il, a refuse, c'est qu*il nest 
pas content de nous. J'eus de la peine a lui faire comprendre qu'il 
valait mieux ne me procurer des vivres, que dans la mesure ou j'en avais 
besoin, et contre argent comptant. 

En nous dlevant peu h peu de crete en cr6te, nous arrivames au som- 
metdu Pou-Luong, limite du.bassin du Nam-Ta, on notrecampement avait 
^16 inslalle par les soins des Khas de M. Ong. Leur chef le Phya-luong- 
Pouma, un des plus importants du groupe Kha Kouen, etait absent. 
J'appris avec plaisir que, s'il etait retenu au loin, c'etait par I'installation 



CHEZ LES KHAS KOUEN 



d'undeses villages cl (le sapropre residence, sur la route de Muong Pou- 
Klta a M. Sing. C'etait une tniliativc liardie de la part dc cc chef, car 
bicn qu'ils changent souvent dc place leurs villages ct Icurs cultures, les 
Khas Kouen ne sortcnt jamais dc Icur petit rayon. 



Fig. 5G. — Khai Houk en manUgoo (deuln laotien). 

Sur le terriloire dc M. Luong, c'est a peine s'ils possedcnt quelques 
villages. Apart certaincs grottesa mici, doiitils revendiquenl tres vivernent 
lapropri^t^, ilsy ontlaisseles valines aux Younes, qui se sont in»latl<^s dans 
la vallee, etlesmontagnesaux Yaos, C'est a peine s'ils connaissent derepu- 



MISSION PAVIE 



tation leurs voisins Ics Mou-Sou, avcc lesquels lis n'cnircticnncnt a 
relation. El pourtaiit, dans le na'iid de nionlagnes i|u'ils occupent, nom- 
breux sont los villages ci noinhrcux aussi los Imbitanls. fl^nt'rdlcment ils 
se liennciit en dehors dcs chemins Itattus, hien qii'u pelilc distance, mals 
nc Tont rien ponr dissimuler Icurs depots de rlz, oil ils enlassent la reeolte 
dans dcs cases sur pilolis, bien protegees conti-e les rats, l^es abris destines 
aux voyagcursde tnai-que, ees kiaricssisoignesqnejerenconlraisrr^qupin- 
nicnl, siir nion cheiiiln, sont (oiijonrs eonstrnils en deliois des villages. 

IjC 21 septembre. la pliiir qui loinhait a torrents, nous conlraignit a 
nous arr^ter daiis les abris qii'avait prepan-s lo Plivah-Kiouc, sur I'aotre 
versant du Pou-Luong. Nous etions sur le bord d'uii i-taiig cntourc dc 
prairies et de grands arbres, oii venaient se jterdre en on fonds glaiseux, 
les caux du lloue Preborr. La It'gendc raoonte (jn'il y avail aiilrefois eii 
CO lieu un village, mais que los lienies inorontenls IVngloutirenl. 

Le Plijali-Kiouc. residant au village voisin dc Baii-Kanlalong, vint me 
Irouver en mon campement : il mo (it roflel d'un vieillard defiant et 
madre. doiil ratlitiidc, tres inlercssanto d'aillours, eontrasluit ctrangemonl 
avec la francbise el rcxuberanee dos autres cliofs Klias Kouen, nolam- 
nicnt du Pbja-luong-Pattawi. Commc je m'elonnais do son pen d'ein- 
presscmenl a me fournir des vivrcs, j'appris qiic le versant du Pou-Luong 
qu'il habitait, avail ele fort eprouv<^ depuis deux ou trois ans et que la 
derniere rccolle y avail etc Iris mauvaise. 

Les (-tapes t5tanl fort oourlcs dans ces monlagnes, tanl a cause 
du mnuvais tomps qu'a cause do I'usage ofi sont les Khas Kouon do sc 
rclajer a cliaque village, je ne pus arriver le ■??, jusquaMuong Pou- 
Kha el je fus oblige de camper au Kianc-Sapay. 

De la, jedeeouvris.dans mon voisinagciniinodiat, un vastc panorama 
de monlagnes el de vallons, qu'on me dit 5lrc les sources du Nam-Pa. 
Ma surprise futgninde, car le Nam-Pa, tol que nou8!'avaicntfaitconnaitro 
les croquis dc Lord Ijiimington publics par la Societc dc Geographie de 
Londros, avail unc orientation toute diirerenle. Si son confluent marquail 
d'une [>arl la limile dc Xieng-khong el dc \ieng-Scn sur la rive gauche 
du Mckliong el si ses sources elaionl adossccs a notrc bassin du Nam-Ta, 



CHEZ LES KHAS] KOUEN 151 

le bassin de cc cours d'cau se trouvait aiiisi tout entier place dans notre 
ztVne d'influence el je me felicitais de voir Ics Klias Kouen maltres de 
ses sources. 

Jc re^iis au Kiane-Sapay, la visile du quatri^me chef de Muong Pou- 
Klia, le Phja-Luong-Pouma, accouru de Ban-pou-pieng, sur I'annonce 
de moil arriv^c. Si j'avais ete bien impressionn6 par le Phjali-Luong- 
Paltawi, je le fus bien plus encore par celui-l^, car dc maviejen'avais eu 



Fig. 'iT. — Kh« Mauk ■■pinnl da I'alcool (dsnln l*allen). 

alTaire a un liommc <|ui inc comprlt duvantagc, et qui sc senttt plus 
que lui, en union de volonle el d'aclion avcc moi. 

Mes prroccupalions du cote dc la fronlierc de Muoiig-Sing, il Ics de- 
vina du premier coup, sans que j'eussc un mot a lui dire. Comme s'il 
avail eu tc sentiment dc la lacho qui incombail une fois de plus aux 
Klias-Koucn, pour defendre Muong Pou-kha contrc I'invasion dcs Lus, 
des Shans ou des Hirmnns, ii avail cu I'idee d'aller fixer sea p^nates sur 
la route dc Muong-Sing. ^ Ban-pou-pieng. c'cst-a-dire a une i5lape sculc- 
menl du col-fronliore de Kicou-Dang-lIe. Aucun mouvemcnlnepouvait 



152 MISSION PAVIE 

se produire dc ce c6le, sans qu'il filt Ic premier h s'en apercevoir et k 
donner I'cvcil. Avcc lui, je ii'eus besoin ni dc pr^mbule, ni de longs 
discours, pour lui conflcr Ics clefs dc la rdgion. D'unc intelligence peu 
commune, d'une aclivit<! ct d'une Anergic trcs viriles, le Phya-luong- 
Pouma brillait encore par cclte franchise qui m'avatt plu eliez beaucoup 
de ses cong^Dferes ; 

« Lea limites de Muong Pou-Kha, me dil-tl, sent parfaitcmenl 
« connucs de lous et pcri^onnc fort heurcusemcnt nc les discutc. 
« Dcrnifcremcnt, les cnvoyes dc Muong Sing que vous avcz vus a 
tt \icng-Khong, ont passi^ par Itan-pou-pieng. Tout le long de la route, 
« ils ont raconto que Ic pays i^lail ilevonu fran^als, si bicn que deux 
<i emissaires de Nan, le Oiao Tliamavong ct le S6nc-|>ouma-tson, qui 
« revenaicnt de Muong-Sing, onl cte obliges de payer a leur retour, 
« dans cliaquc village, les vivres qu'ils sV'taicnl fail dcUvrcr k Taller ». 

Ainsi, notrc tactique de \ieng-kliong avail donnd les mcilleurs 
rcsultata et, avant mt^me dc paraltrc dans le pays Klia kouen, nous nous 
i:tiuns assurd partoul de prt'cicuscs sympathies. J'<5tais surpris d'eiitendre 
les kbas se raconter cntre cux qu'cntrc les Anglais ct nous, si le choix 
dovait s'imposer, il n'y avail pas a lii'silcr. Commentant une discussion 
que j'avais cue avcc levicux Phyah Kiouc, le Pb^ta-luong-Poumaddclarait, 
nie raconta Done-Tlia, quo j'avais cu parfailenicntraisiHi, carles Fran^ais, 
n'ctaiont pas coinme les Sianinis : avec cux, il ne fallait jamais menlir. 

Du Kiane Sapay a Muong Pou-Kha, je mis trois lieures a dcscendre 
la moutagnc, daOH la matinee du 'i7> scplcndu-c. Au loin, je voyais dans 
la direction dc Muong Sing, la haute cri-te boiscc qui scpure les deux 
tcrriloircs, ct au dcia de laqucllc sc trouve le bassin du Nam-Ma, mais 
j'etais d(!cide a ne pas pi5n<?trer dans la prinoipaut6 dc \ieng-Klieng, avant 
I'epoque fixcc pour la r<!union de la Commission, el du moment que la 
surveillance dc la fronticrc etait assuree, je pouvais cxecuter la suite de 
mon programme, en allant aussitAt recoiinaltre le l/tang-laong ' , dans 
la direction de M. Luung et de Ho-Tene. 

I. Thang luoiig signitic gi'aiiile roulf. Ue ce que Ic thang-luoiig est plus fre- 



CHEZ LES KHAS KOUEN 153 

A onze heures du matin, j'^tais au pied de la montagne, dans 
la vallee du Nam-Youk, tout ^tonn^ de me retrouver en terrain plat, 
au milieu d'anciennes riziferes abandonn^es, oil parmi les hautes 
herbes, serpentait un joli cours d'eau. Une ou deux cases en bois 
non habitees, voila tout ce qui restait de Tancien Muong-pou-Kha. Et 
pourtant, si, au lieu d'ameuter contre nous les gens de Nan, les Siamois 
s'etaient bornes k leur faire connaltre les stipulations du traits, j aurais 
trouv^ la des Younes, descendants dcs anciens habitants, reinstalles depuis 
peu sous la direction de leur Chao. Mais on s'^tait amuse a nous reprd- 
senter comme des monstres, et, depuis quelqucs mois, les Younes etaient 
partis comme ils etaient venus, sans laisser aucune trace de leur Ires 
court passage. 

II valait peut-6lre mieux d*ailleurs qu'il en fAt ainsi, car qu'auraient 
pu faire quelques families Younes, au milieu des fchas du voisinage? 
II est vrai que les rizieres restaient inoccup(5es, car les fchas ne font que 
des rayset sement leur riz seulement au milieu des abatis de bois calcinds 
de la montagne. 

Ta-Khat, une des Stapes principales de la grande route de Xieng- 
Khong, etant dans le voisinage de Muong-pou-Kha, je consacrai a 
sa visite le reste de la matinee. Gette localite se trouve sur les rives du 
Nam-Pa, qui, de meme que son affluent, le Nam-Ngeun, paralt tout k fait 
propre k Tirrigation des rizieres. Je ne vis que des salas a Templacement 
meme de Ta-Khat, mais, tout pres de Ik, le village de Ban-Yang-Neua, 
liabite par des Lus refugies, s'epanouissait au miHeu des champs cultives ; 
c'etait la premifere fois depuis Xieng-Khong que je rencontrais une riziere 
en plein rapport. 

Le Phyah Intavikiay, chef du village, avait reuni pour me les 
presenter, les del(5gues de plusieurs villages Khas Mouk de la rdgion 
sup^rieure de Xieng-Khong. II y avait Ik quelques vieillards, insulTi- 
samment renseignes par les aulorit^s de Xieng-Khong et mal inspires 

quente et generalenient mleux enlrctenu que les autrea sentiers, il n'y a aucune 
assimilation possible m6me avec un chemin vicinal. 

V. 20 



54 MISSION PAVIE 

lar le laseng Neua dii \ain-Ta, qui doulaicnt encore do noire atilorile. 
la visile fut d'aulant moiiis inutile (|uc Ic3 villages en question, Ban- 
'ou-Kune et Buti-Talong notammcnt, vtAicnl de gros centres, inslalles 
lans la partie la plus peuplee du ierriloire. « Pauvrcs Khas Youne, 
disaient tes klias Kouen, ils ne savoiit pas sculeinent roconnatlrc 
: leurs maltres. Quant a nous. Ics Fran^ais nous ont t^crit et tout dc 
: suite nous leur avonsobt^i. » 

Pas plus que les Khas Koueii, les klias Mouk no paraissant en rela- 
ionavcclea Mou Seu, leurs voisins du Nord-Oucst, j'insistai pourqu'oii 
irlt contact avcc ouv el qu'on les prevliit de noire procliaine arrivee. 

Apres une nuit pass^e h Ta-Kliat, je rcpris la direction de M. Pon- 
klia. Presquc sans iii'en apercevoir, je sortis du Itassin du Nani-Pa, ponr 
cntrer dans colui du Nam-Ta, La vnie que nous suivions, se niaiiitoitiiit 
ans cessc en terrain plat : c'etait le lliang-luong. c'est-a-dire la grande 
oute dcXieng-kliong en Ciiinc. a Iravers les Sipsong-panna. 

Tandis que jc laissais sur la droite, la route dc montagne conduisanl 
'crs Sop Ngim el vers le Nam-Ta, jc ne tardai pas a renconlrcr sur nia 
[auclic, i'amorcc du clicmin qui, par lian-Pou-Picng, conduit de Muoiig 
*ou-Klia a Muong-Sing. Hion (pi'aucun village ne fill en vuo, ni sur les 
nonlagnes ni dans la valleedu Nam-Youk. je mVlonnaisde I'cntrctien du 
liang-luong, tout fralcheinont mis en elal, avoc dcs pouts en bainbou sur 
PS cours d'oau, <|ui donnaienl au ]>avsage un aspect lout a fail gracieuv. 
loliiit Tuuivrc des Klias Kouen, qui depuis quinze joui-s n'avaient 
leglige aucun eirort. pourinc preparer un accuell digncdc la France. Jc 
lis cncoi-o liicn plus surpris. lorsqu'en arrivaiit a i'etape dc Ta-llo, je 
rouvai de sii]»orbes salas ' nouvellcmenl conslniites, avec un personiu'l 
loinhreux descendu de la montngno, qui rcspectucusemcnl m'atlcndail. 

C'cst g6 nigral cm cut dans les m^incs ctairicrcs, au milieu des bois, avoc 
le Tcaii a portee. que les voyageurs circiilant en Indo-Clune ont rhai/i- 
udc dc s'arn^tcr. En pays Youne el surlout en pays Lu, ils Irouvcnt Iti 

I . La Si\]i L-st uiie in.than ou un abri, siiivanl les cirronsliinccs, que les autoritt'S 
scales unlretiemient sur les clicinins rrt-ijueiiti's. pour Tusaj^r des vojagcurs. 



CHEZ LES KHAS KOUEN 155 

des abris prepares parlours predceesseurs, quelquefois une sala, presque 
toujours un foyer qui nest pas encore eteinl. Les khas Kouen avaient 
voulu faire mieux et, du premier coup, ils avaient realise Tideal du 
genre, qui, par ces temps de pluie continue, me sembla particuliere- 
ment appreciable. 

Pres de la sala de Ta Ho, je constatai la presence d'anciennes 
riziercs, pouvant donner lieu a un nouveau groupement d'habitants ; quel- 
ques Lus venus des Sipsong-panna par le Nam-Sc, commen^aient a les 
cuUiver. 

Le 25 septembre, pour arriver a la sala de Ta-Kic sur le Nam-Ha, 
aussi bien installee et soigneusement enlrotcnue que celle de Ta-Ho, 
j'eusafranchir dixpontsen bambou: Tun deux mesuraitvingt metres, son 
elegante facture me surprit et me ravit. A un endroitdilTiclle de la route, 
les Khas Kouen ne setaient-ils pas imagine d'abatlre toute une partie de 
forel pour m'eviter un detour. Aussi ne pouvais-je me lasser de com- 
parer leur activite laborieuse avec Tindolence des Younes ou celle des 
Laotiens, qui, sauf sur Teau, sont incapables de tout travail. 

Au dela du Doi Lakbam, commence le territoire de M. Luong. Dans 
le lit embourbe du Nam-Leui, qui servait a partir de la de thang-luung, 
je pus encore me livrer a une comparaison entre les Khas Kouen et les 
Younes, pen Jlattcuse pour ces derniers. Les Younes sont d'ailleursfort pen 
nombreux a M. Luong, la montagnc etant surtout habitee par des Hos, 
c'est-a-dire par des Chinois du Yunnan, et des Yaos emigres depuis pen. 
11 y avait bien du cote du Nam-IIoi, quelques riziercs cultivces par des metis 
de Khas et de Lus, obcissant au Phyah Pek, mais les Hos avaient trouve 
le pays si peu habite, qu'ils donnerent meme des noms chinois aux cours 
d'eau et aux montagnes. 

Je ne m'attendais guere a trouver dans le haut bassin du Nam-Ta, une 
plaine pareille a celle de Muong Luong. Depuis Xieng-Hai etXieng-Sen, 
je n'avais pasquittelamontagne, etcomme sur la rive gauche duMekhong, 
les terrains plats sont extremement rares, je ne pouvais comparer cette 
belle 6tendue qu'a celle de Dien-bien-phu. Gela me fit un effet singulier, 
d'apercevoir au loin, par-dessus les hautes herbes qui cachaient les 



156 MISSION PA.VIE 

ancienncs riziferes, lea lignes dc hauteurs limlUint celtc cuvette oii des 
generations de Thais avaientdA (rouvcr, pendant des si^clcs, I'abondance 
et le bonheur. 

Apres une heurc et deinie de marche accel^rf^e a travers des solitu- 
des, j'arrivai sur Ics bords du Nam-Ngene, allluent du Nam-Ta. De Tautre 
cdte du cours d'eau, sc trou\ait un village Youne. (jue j'atteignis au 
mojen d'un hoc. Un notable, envojo par le Cliao, vlnt rn'oflrir les (Icurs 
et les petltes bougies du lay cl me conduirc aux salas qu'on avait 
am^nagees pour moi sur la rive droite du Nam-Ta. 

Jetais^ Muong Luong, et si sensible, mafoi, a la premiere impression 
de confort et d'agrt^mcut que cause a un habitant des plaines I'aspect des 
lieux qui tui sont chers, que j'aurais voulu m'elablir en eel endroil el 
ecbapper pour quelque temps a la tjraunie dc la montagne. Un courrier 
m'attendait a la sala ; il avait etc apporle de Luang-Prabang par un 
hommc qui ne fut pas moins surpris que moi de mc rclrouver apres trois 
ans dc sdparation, en cc coin perdu dc ITndo-Cliinc et donljc ne pre- 
voyais guerc h ce moment I'inlluence decisive sur Ic sort de Muong 
Sing. 

Get hommc etait le Phyah Kiompou, nudes trois mandarins Shans 
de Muong Kie, aux Sipsong-pauna, qui, pcu aprt-s noire vislte a Xicng- 
Hung, en 1 89 1 . m'avaient rejoinl sur la Rivi^re Noire et accompagn^ jus- 
qu'Ji Hanoi, d'oii lis avaient gagne par mer la Coehlnehlnc. Trois ans 
s'etaienl passes, pendant lesquels ccs mandarins, en se ramlliarisant avcc 
no9 usages, avaicnt pu s'expliqucr le hut gdndral poursuivi par la France 
en Indo-Chine ct la tache deja accomplie, doiit les evenemenls de Paknam 
avaient ^tc le couronnemcnt. 

Us otaienl alors rcpartis pour leur pays par la vole du Mekhong, 
constatant a ohaque pas, Ics progres nouveaux de rinlluence fran^aise, 
mals succombant tour a tour aux difTicultes dc la route. Des trois qui 
^talent partis k la Un dc I81).'l, pour allcr porter en tcur pays la bonne 
nouvelle, un seul restait debout et le liasard voulait qu'll me rencontrSl 
a M. Luong, c'esl-a-dire sur la limite des Sipsong-panna, ou, apres 
Irois ans d'absence commune, nous alUons rcntrer tons les deux. 



CHEZ LES KHAS KOUEN 157 

—u_ . 

On peut etre plus ou moins porte a adinettre rintervention de la Pro- 
vidence dans les affaires humaines. Pour moi, le doule ne fut plus per- 
mis, quand, quelques instants apres ma rencontre avec le Phyah-Kiompou, 
le Chao de M. Luong m'annonga lui-m^me la presence sous le mSme 
toit, du Phyah Kiay, un mandarin envoy^ au devant de moi par le 
prince de Muong Sing. 

Je fis comparaitre aussitot le Phyah Kiay, qui me donna lecture du 
message princier dont il etait charge. Jamais piece de chancellerie ne me 
parut plus habile, plus r^servee que cette entree en matiere du prince de 
Muong Sing avec une autorite fran^aise. Tout en me racontant les faits 
que je connaissais d^ja et qui Tavaient mis tour a tour en presence des 
Siamois et des Anglais, il prenait toutes les precautions possibles pour 
m'dloigner de son pays, oil les Fran^ais, disait-il, n'avaient rien a faire, 
au lieu de m'y attirer, comme j'aurais pu m'y attendre, apres mes enlre- 
tiens avec ceux de ses deleguds que j'avais rencontres a Xieng-Khong. 

Sans me departir de ma dignite et aflectant la plus complete indiffe- 
rence, je declarai au Phyah Kiay que, s'il en ^tait ainsi, je m'etonnais 
que le prince de M. Sing Teutenvoy^, car k M. Luong, j'^tais chez moi 
et n'avais nul besoin de recevoir des communications de ce genre, de la 
part d'un prince h qui je ne demandais ni ne proposais absolument rien ; 
que dans ces conditions, il n'avait qu'k retourner a Muong Sing et h. rap- 
porterason prince cette lettre, queje ne voulais accepter en aucune fa^on. 

A ces mots, je vis le Phyah Kiay se troubler et faire de grands 
gestes, afin d'ecarter les indiscrets et les importuns : (( Cette lettre, me 
(( dit-il, n'est qu'un trompe-rceil pour ^carter la surveillance de nos 
(( adversaires. Si mon prince vous avait ecril en d'autres termes, son 
<( entourage I'aurait d^nonce. Mais il m'a specialement choisi, pour aller 
(( vous dire que si les Fran^ais veulent son pays, il est pret a le leur 
(( offrir. Quand ils viendront, il sera heureux de les recevoir, mais qu'ils 
(( se h&tent, car les Anglais vont revenir, et s*ils sont la les premiers, 
(( mon prince sera dans Tembarras, car il est petit et faible ». 

« Le prince de M. Sing, rdpondis-je, n'a pas a se pr^occuper de tout 
(( cela. Le sort de son pays ne depend point du premier venu. Avant 



MISSION PAVIE 



« qu'il soil d(>rinitivciiieiit fix^, Ics p'raiifais iroiit visitor Muong Sing ; 

« nr, il» no voulorit que du litcn a vt>lrc prinoo, (jiii pout cuiiiplor sur 

« eux. Si KOs ilispusilion!] u 

« notrc ogard, sonl rcltos (|uc 

« vous m<; diU's, vous pouvcz 

« liii annonccr qua \iong- 

« klioiig il y aura dosormais 

« un agent fraii^ais auqiiol il 

" pourra so confior. Sinon, 

« qu'il iious laisso Iranqnil- 

« los, cur ntms n'avons pas 

« bcsuin dc lui ». 

Ia' IMiyali Kiay ino i-aninta 
ousiiilo sa propro liisloiro ct 
nro\pli()tm coininoiit i'l»ut 
originaire do Paloo, siir la 
rivo droito dn Moklioug. il 
avait dA passor au sorvioo du 
prince dc Miioiig Sing, pour 
ooliapper aux quoi-ellos du roi 
do Xii'ug-Tong, avoc to Cliao 
kouno Ki'o, son froro. Apri-s 
avoir vu uia.ssacri>r uno partio 
dos sions. lo I'lijah kiay 
s'olait lixo a Muong Mugno, 
sur lii rivo gauolio du lleuvo. 
on MoliiciljMil la protootion du 
princo de M. Sing; muis il 
n'avail pii souslraiix* sos pa- 
rents ct SOS amis, domouri's ~ 

a M. Line et a Paleo, a Thos- '■■e- ■■•'■ - "" ""'""'" *> """"g sm^ 

tilile do scs adversaires. 

C etait en suininc un dcs episodes los plus dramatiques de la maiomise 



CHEZ LES KHAS KOUEN 159 

des gens de la rive droile sur les territoires de Xieng-Sen et de Xieng- 
Khong. Le Phyah Kiay parut surpris, quand je lui declarai que son nou- 
veau protecteiir n'avait aucune quality pour intervenir a M. Mugne et il 
me supplia de venir moi-memc k son aide. 

Sous le coup de ces premieres impressions, c'esl a peine si, le jour de 
mon arriv^e a M. Luong, j'eus le temps de m'occuper des habitants. Le 
Chao Sitlisane, leur chef, vint me trouver et me raconta son arrivee a 
Muong Luong, Irois ans auparavant, par la voie du Nam-Ta. II n'y avait 
alors aucun habitant dans la plaine, tons s'etant refugi(5s dcpuis de lon- 
gues annees sur la rive droite du Mekhong. Mais les enfants voulant 
relablir leurs penates, la ou avaient ete ceux de leurs percs, un beau jour, 
des families entieres s'elaient miscs en marche pour retourner li M. 
Luong. Le voyage, a travers lesforels et les montagnes, avait ete dur pour 
les vieillards : puis on elait arrive dans un pays sans ressources el sans 
cultures, ou il fallut transformer les abris en maisons et les savanes en 
rizieres. On commen^ait a respirer et dejk Ton songeait a faire venir de 
M. Ngim, pres dTIongsawady, les re tarda taires, quand se produisirent les 
ev^nements de Paknam. Les autoritcs de Nan s'opposerent au depart 
des Younes de M. Ngim et invoquerent le peril fran^ais, pour rappeler 
ceux de M. Luong, mais ceux-ci tinrent bon. Les chemins de Texil 
ne leur souriaient gu&re, et avant de se prononcer, ils desiraient nous 
voir a loeuvre. Mon arrivee les rassurait lous, el ils dlaient heureux de 
me souhaiter la bien venue. 

Le Chao Sitlisane, a qui j'avais demande s'il possddait quelque docu- 
ment historique se rapportant au passe de M. Luong, me presenla une 
feuille d'argent roulee, sur laquelle elail grave en caracteres younes un 
incident fort curieux de Thistoire locale : Dans le courant du xvii*" siecle, 
le roiduPegou ayanlcnvahi les territoires younes, s'empara successivement 
de Xieng-Sen et de Xieng-Rhong, qui furent bient6t repris par le prince de 
Nan. Alors le Chao Southa du Pegou tourna ses armes conlre les Lusdos 
Sipsong-panna et s'empara de M. Kie et de Xieng-Hung. Le pays une fois 
organise, il alia chercher querelle au roi de Lan-Chang qui ratlendait 
a Muong Sai, mais, avant den venir aux mains, les deux princes consul- 



160 MISSION PAYEE 

lerent Bouddha et d^cidJ^renl que celui quiaurait le premier construit utie 
pagode, serait proclam^ vainqucur. Tous deux achev^renlen mSme temps 
leur construction. Us plant^rentalorschacununarbre, tes racineaen I'alr, 
et lea deux arbres pouaaferenl en m^me Icmpa. Le Chao Southa el Ma Let 
TaFaT, le roi dcLan Chang, enconclurentqu'ilsn'avaientpaa&aemesurer 
ensemble el qu'ila devaient rester amia. Us se rendirenl a M. Luong ct, 
apr^s avoir fix^ teurs fronlif^res rcHpeclivcs, dress^renl dans la plaine, 
en commi5moratIon de ccl acte solennel, deux liaules pyramides. 

Lea pyramides n'existaicnt plus, mais je crus comprcndre, & I'em- 
preaaenienl que mil Ic Chao Siltisanc a me raconler cette tradition, que 
ricn ne lui paraissait plus enviable qu'un nouvel accord pacifique, pour 
maintenir la tranquillity dans son pays. Cc qu'il y avail a relenir pour 
moi dans cette histoire, c'^laitque lea Laotiena, aussi bien que lea Younes, 
avaient eu raisun au xvu* si^cle, dcs ambitions p^gouancs, qui n'curcnl 
plus d'autre champ pour s'excrccr, que Ics Sipsong-panna, oil dies se 
beurtirenl sans doute, d^s cette ^po(|ue, aus pretentions de la Chine. 

Le Chao Sittisane me signala Ics exccllents rapports qu'il entretenait 
avec ses voisins de Muong Sing, dont le tcrritoire ^lail de cc c6t^ parfaite- 
menl d^limilc, |>ar la ligne do partage dcs caux du Nam-Ta. Mais il se 
plaignit ameremenl dcs Lus dcs Sipsong-panna, qui, en 1893, avaient 
deplace une Imrne fronticre et s'otaient permia de la transporter jusqu'u 
Nieou Bong, sur le tcrritoire de Muong Luong. II accusait lea aulorites 
de Boluong dc cc m^fait. dont I'auteur ctait un certain Latcha Nama 
kong, qui avail opere avec une liande armee. Ce fail me parut grave ct 
meriler un examen serieux, lorsquc j'irais reconnallre du c6te de Bo- 
TJne, la fi-onti^rcchinoise. 

Le Chao Siltisanc ful encore plus inca|)able que lea Kliaa Kouen, dc 
me renseigner sur les Mou-Seu, avec lesquels il n'enlrctenait pas la 
moindre relation. En revanche, Ic Pliyah kiay put me Tournir sur leur 
compte, des delaila nombreux.ll habitail au milieu d'eux, dans ce canlon 
de Muong Mugne, ou I'element Thai' ne se Irouvait represent^ que par 
lea Shans de Ban-Mi, de Bnn-poung-lo el de Xieng-Lao, dans le voisi- 
nage immediat du M^khong. 



CHEZ LES KHA.S KOLEN 161 

Gomme le Phya Kiay me laissait enlendre que j'aurais beaucoup 
de peine a obtenir Tobeissancc des Mou-Seu, jc declarai que c*etait h. lui 
de Tassurcr ct que je Ten rendais responsable ; au surplus les Mou-Scu 
avaient execute, du cole de Tang-IIo, mcs ordres pour la canonniere el 
j'exigeais uiaintenant qu'ils ouvrissent des communications entre leurs 
villages, Thakat et Xieng-Khong. C'etait Pbrabat-Muong-Kane que le 
Pliyali Kiay me dit etre le centre principal et le noeud de la region xMou- 
Seu. 

Le Phyah Kiay et le Phyah Kiompou demcurant dans la menie sala, 
causaient ensemble des graves questions qui nous preoccupaicnt tons les 
trois. Malgre toule sa jactance et son bavardage, le Pliyah-Kionq)ou etait 
beaucoup plus apte que moi a persuader un liommc de sa race. J'en fus 
absolument convaincu, le jour on j'appris que le sort qui les avait ainsi 
reunis, les avait aussi fait nattre parents. Jens done soin d*cncourager 
leurs enlretiens, mais quand les confidences furent achevees, j'exigcai 
que le Phyah Kiay renlrat aussitot a M. Sing, pour rendre compte de sa 
mission a celui qui Tavait envoye. Quant au Phyah Kiompou, je le retins 
avec moi, decide a ne lui rcndrc sa liberie que sur le territoire des Sip- 
song-panna, car il ne me conveuail nuUcmcnl qu'il allat, soil a M. Sing, 
soil sur le Mekhong, evciller par ses recils ampoules, les curiosites on les 
inquietudes des uns et des aulres. La encore, les combinaisons du sort 
devaient Temporter sur les miennes, ainsi que je pus Tapprendre par la 
suite. 

Je passai prcs de trois jours a Muong Luong. Ce fut un moment de 
repit pour mes hommcs, qui ne goutaient guere les ascensions de mon- 
lagne, sous de rudes averses etqui, dans les cases des Younes, reirouvaient 
leurs habitudes les plus cheres, les chants du poulailler, le bruit cadence 
du pilon a riz et le babillage des femmes. J*etais loin pour ma part, d'etre 
insensible aux bains prolonges dans les meandres du Nam-Ta et au\ 
flaneries sous les futaies, qui ombrageaient le confluent du Nam-Taloung. 
De Tautre cold de la riviere, j'entendais souvent de ma case Tappel du 
coqsauvage, pendant que je recevais des notables du voisinage. 

L'un des premiers que je vis venir, fut le Phyah Pek, le seul chef Kha 
V. 21 



162 MISSION PAVIE 



Koucn qui e6t accept^ de sc placer sous la d^pendance du Chao Sittisanc. 
Sans les Khas group^s dans ses Irois villages, les Younes se seraient difficile- 
ment tires d'affaire, au moment deleurarriv^e dans le pays. Un int^r^lconi- 
mun les avait aussi portes h. se grouper avec des Thais Noirs, originaires de 
Dien-bien-phu, install^s a Ban-Na-Poung, sur les bords du Nam-Taloung. 
Quelques-uns de ces Thais vinrent me trouver et ne me dissimulerentpas 
que, malgr^ tons les avantages qu*ils trouvaicnt k M. Luong, le mal du 
pays les tenait loujours, comme tons leurs cong^n^res disperses sur le 
territoire de Luang-Prabang, maisa vrai dire, j*^taisbeaucoupmoins tenle 
que par le pass^, de les encourager dans le sens de I'exode, lant le sort 
de M. Luong et de sa superbe plaine me paraissait lui-m<^me interessant. 

Le Chao Sittisanc n'arr^tait pas d'exprimer le va*u que son territoire se 
repeuplftt rapidement et me suppliait d*insister aupres des autorit(^s dc 
Nan, pour assurer le retour des Younes r6fugies a M. Ngim. Je mepretai 
d'autant plus volontiers k ce desir que, par sa position extreme sur la 
grande route de Chine au Siam, et au point de croisement de quatre ou 
cinq voies importantes, M. Luong me paraissait m^riter toute notre atten- 
tion. II me semblait indispensable de rendre la vie k ce muong, comme 
nous venions de le faire pour Dien-bicn-phu, et de profiter des avantages 
que nous oflrait la nature du sol, pour constitucr un centre de ravitaillo- 
ment, de defense el d'action, le meilleur peut-elre de toute noire frontiere 
chinoise. 

Aucune communication direcle n'existant entre M. Luong et le 
bassin du Nam-Pak, je recommandai au Chao Sittisanc de veiller au 
retablissement d'une route dans celte direction, afin que par le Nam-Hou, 
M . Luong et M. Sing entrassent en relation direcle avec Dien-bien-phu 
et Lai-Chau. Le Chao me fit observer que ce ne serait pas chose facile, 
cas les IIos, dont il me signala quinze villages dans les monlagnes de son 
territoire, affectaionl de s'appuyer contre lui, sur les Lus des Sipsong- 
panna, cedant peut-elre en cela a une influence chinoise, soucieuse de 
nous ecarler. Je retrouvais done Ik le mSmemanfege que sur les bords du 
Mekhong, oil les Shans s'appuyaient sur le roi de Xieng-Tong pour re- 
fuser obeissance aiix autorites de Xieiig-Kliong et de Xieng-Sen. Bien 



CHEZ LES KHAS KOUEN 163 

qu'elles ne sappliquassent ni aux memes gens ni au m^me pays, les 
difficultes etaient du meme genre qu'a Tang-Ho ou a Muong Hi. 

II me parut alors qu*un reglement de frontieres s'imposail au moins 
autant avec la Chine qu'avec la Birmanie, dans toute cette region oil la fai- 
blesseet rincurie desSiamois nous avaienl menage une succession assez dif- 
ficile. Pendant mon sejour a M. Luong, le Ghao Sittisane ne put me pre- 
senter que trois chefs Hos apparlenant au groupe Yao. J'eus avec eux une 
expUcation tres nelte, et je chargeai le Scne luong Inakhet de faire com- 
prendre a tousles emigres de sa race, que nous ne demandionspas mieux 
que de les voir s'installer et vivre sur noire territoire, mais que nous 
exigions d'eux la meme obeissance que de tons les autres habitants. 

Le 29 septembre, dans la matinee, je quittai M. Luong, avec une 
soixantaine de coolies. Pour me marquer sa bonne volonle, le Chao 
Sittisane avait mis sur pied tons les Younes de son village, mais mal 
habitues a ce service, ils se mirent a tirer la langue, lorsqu'on atteignit 
les premiers contreforts de la montagne. Le thang-luong s'elevait peu a 
peu entre le Nam-Ta et le Nam-Taloung, sur des hauteurs habitues par 
des Yaos, mais j'eus le regret de constater que le chemin etait fort mal 
entretenu. C'est tout au plus si au Pang* Khay, ou je fis etape, il me fut 
possible d'obtehir de minces abris en feuillage. Le lendemain, pour gravir 
la crfite ^levee de Moc-Lok, la tache sembla rude a mon convoi, qui 
s'etait engourdi a M. Luong dans les douceurs de Capoue. 

11 pleuvait a torrent quand, sur le bord du chemin, on me signala, 
gisant au milieu des hautes herbes, la borne frontiere qui, dix mois 
auparavant, avait fait Tobjet du fameux conflit, et qui portait en Lu et 
en Chinois la double inscription : Muong-Luong Bo-Luong. Peu soucieux, 
en raison de Icur petit nombre, d'enlrer en lutte avec les Lus turbulents 
des Sipsong-panna, derriere lesquels ils devinaient Tingerence chinoise, 
les Younes avaient laisse la borne, a I'endroit oil on Tavait d^pos^e, se 
montrant en cela aussi pusillanimes que ceux de Xieng-Khong et de 
Xieng-Sen, a Tegard des empietements de la Birmanie. 

1 . Pang signifie clairi^re. 



I6'i MISSION PAVIE 

Jc donnni I'ordrc nussiuM aiix iiolaliirs qui m'acrom])agnaicnl, de 
fiiirc Iraiisporlcr la borne a M. Lnong. Piiisqup Ics Lus dcs SIpsong-panna 
s'avisaicnt ainsi dc mndifu-r Irs fninli»Tos u lour volonlt-, la nccossiU! 
s'iinpOHaita nous de recourirauxlimilos Iracecspar hi nature ol de rcven- 
diqurr ta lotalilo des bassins du ^lam-Ta ct du Nam-IIou. Tandisquejc 
nu> livrais a cos ivlle^ions. Ic <'r)riv«ii alloignnit sous niio pluie l)atlanle, Ic 
niarais dc Meou-Bong: un faux pas dc ma mule me fil lombor hut nn 
tronc darbre, on plcinc bone. Peu son fallut que I'cxecution dc nion beau 
plan nc A'lt reniis aux calciidrs grccquos, mais, malgrc le choc, jc constalai 
<|ue ma U''k', fort solidc, loiiail encore sur mcs epaules ot jc poiirsuivis 
ma roulo: nia mide rrvut aussitot Ic noin bion nierile de Kieou-llnng. 

Le soir j'anivai loul mouille au village Ilo dc lian-Sonc-Xa, pcniu 
an fond de la forft. Pour ralleindre. j'avais ilu, imn ssuih peine, me fra\er 
un passage a travers la brousse rl les fondrieres. Aussi ful-ee sur un ton 
Ires severe, que jc iloniiai IVirdre d'aller querir Ic Senc kiane ct Ic Than 
Ngun, qui liabil^iml dans Ic voisinage. Je m'inslallai pour la unit dans 
une case Yao, a I'ahri des rafales cl dcs ondees, mais c'esl a peine si je 
fcrmai I'n'il, car j 'interprcUiis comme iii) mauvais signc, le m^pris des 
liabitanls pour mes ordres plusicnrs fois renouvcles. 

Lalumieredes torcliesannnn^ant larriYcc successive des coolies qti'on 
avail eonvoques sur rheure, puis la visile niatinalc des deux mandarins 
qui sc prcsenterenl aver gravilc, munis du lay rcglementaire, modiii^rent 
ma premiere impression, mais je nc cliangcai ricii a mon allitude, car il 
fallait qii'on si^it unc bonne fois que rantorile fran^aisc ne sc laisserait [ws 
diseuter, commc cclle dcs Youncs ou des Laotiens. 

Lcsgens, qucloii appcllc dcs I Ins dans Ic Nord de I'lndo-Chinc, sont 
des emigres du sud dc la (niii'ic, mais il fiuit savoir dislinguer cnlrc Ics 
bandcs dc Cbiiiois armes ou de pirales, qui ont perindiqucmcnl ravag«5 
Ics lerriloires du Haul Laos, dies monlagiiards, Mcosel Yaos, originaires 
dn Yunnan et du Kouy-lcbcou (|ui, fuyanl la domination ehinoise, sont 
venus so refugicr liors des limiles dc rKmpii-c. Ccux-la n'onl mainlcnu 
aucunc relation avee Icur pays d'originc, mais en Indo-(^hine, ou ils sont 
disscmines sur les summcls, la ncccssite Ics oblige a conserver entre eux 



CHEZ LES KHAS KOUEN 165 



des liens, pour echapper le plus possible a Toppression ou memc a la 
simple domination des maJtres du sol. 

II s'est produil, tant sur le lorritoire de Lai-Chau que sur celui de 
Luang-Prabang, plus d'une revolle de Meos el de Yaos, et Ton n'a pu 
en venir a bout qu'avec beaucoup de peine. La plupart du temps, c'est 
a Toecasion d'une perception d'inipots ou d'une corvee de ratcliakan, 
que ces etrangers font la mauvaise tele. Au temps des troubles et quand 
ils obeissent a des meneurs, ils peuvent devenir tout a fait dangereux, 
car leur reseau s'etend au loin et ils sont maitres de toutes les positions 
elevees et des routes de montagne. 

Les Yaos de Ban-Sone-Ya et des environs me declarerentqu'ilsrecon- 
naissaient Tautoritc de M. Luong, mais leur manierc d'etre demontrait 
qu'ilsentendaient profiterdu caractere partrop indecis de la lrontiere,pour 
refuser obeissance a toute aulorile, quelle qu'elle f6t. J'appris d'ailleurs 
que comme les Mou-Seu et les Shans de la rive gaucbe du Mekhong, ils 
avaientduetre travaillesdepuisquelque temps, par des influences hostilcs 
a la n6tre, car, malgre la distance et Tinvraisemblance du fait, ils serdcla- 
maientd'un chef de leur race, installe du cote de Muong Line, sur la rive 
droite du grand fleuve. 

Quoi qu'il en fut, je leur declarai qu'ils etaient desormais places sous 
rautorit(5 fran^alse et qu'ils seraient responsables devant elle du non- 
entretien des routes, aussi bien que des mcurtres et pillages qu'onavait 
trop souvent a leur rcprocher. 

En quittant Ban-Sone-Ya, je continuai ma route a travers bois, dans 
la direction de Bo-Tene, accompagne d'un groupe de Yaos qui elaguaienl 
les branches sur le passage du convoL Les Younes me montr5rent, au 
confluent du Houe Sone et du Houe Tong, I'endroit ou, en 1887, les Lus 
de Bo-Luong avaient transports leur borne frontiere. La prochaine fois, 
avaient-ils dit lors du dernier attentat, nous irons la planter dans la plaine 
de M. Luong, au confluent de Nam-Ta et du Nam-Taloung. 

Cependant la route devenait de plus en plus impraticable, a mesure 
que nous avancions sous bois et mes pauvres porteurs, parmi lesquels 
on comptait beaucoup d*enfants, se plaignaient amerement d'etre ronges 



166 MISSION PAVIE 

de sangsues, dans les aflluents rocheux du haul Nam-La cl du Nam- 
Taloung. Ce fut unc vraiedi-livrancc quand nous alteignlmcs Ics herbages 
dii Nam-Katione, dans la lumierc el Ic plein air. 

Lc pa^s oil nous arrivtons, avail un aspect eirangc, deja rcnconlre, 
il est vrai, aux Pipsong-panna el qui mc rap|)clait la Fi-ance, beaucoup 
plustjue la region que je vcnais dc traverser. Sur de petils coleaux peu 
eleves, on aporcevait des pins, et pres des |N\turages, oil se trouvuieiil 
rcunis des bonifs et des bullies, on distinguait de Jobs villages. 

Tel apparut Bo-Tene, au Icrnie de ccltc dcrnierc elape qui nous avail 
semble si peuiblc. J'eus la satisfaction d'y Iroiivcr Ic Thao Norassin qui, 
depuis Irois Jours, fidele au reiide/.-vous. m'alleiidail avec des ooobes 
taoticns. Les Youiiea de M. Luong etaleiil ravis de voir leur corvee ache- 
vce ct moi jV'lais houreux dc pouvoir moiilrcr aux Lus de Bo Tcne, qui 
obeissaicnt a ce moment aux autorites dc MuongLa, que sur cc lerrlloire, 
Younes et Laolicns se trouvaieni d'accord, pour solliciler notrc appui 
contre Icurs empictcmcnls. 



GHAPITRE V 



DIEN-BIEN-PHU 



DE B0-T£NE a DIEN-BIEN-PHU A TRAVERS LE BASSIN DU NAM-HOU 

2-31 octobre 1894 



Ma presence a Bo-Tfene r^alisait un des buts que je m'e^tais proposes, 
en explorant Ics anciennes dependances de Nan sur la rive gauche du 
Mekliong. J'avais atteint sans encombre le point de jonction des lerri- 
loires Youne, Laotien et Lu ct constate Timportance politique de Bo-Tene 
comme point d'acc^s meridional vers le pays des Sipsong-panna. L'iti- 
neraire que je n'avais cesse de relever depuis mon depart de Xieng- 
Khong, se rattachait, en ce petit village, a la route qu'avaient reconnue 
en 1891 MM. Massie et Macey, lors de leur marche de Luang-Prabang 
vers Xieng-Hung par Muong Sai et Long-Het. 

Les habitants de Bo-Tene avaient conserve un souvenir tres net de 
la visile de nos compatriotes et moi-mcme je retrouvais a chaque pas 
des points de vue qui me rappelaient la region voisine, que j'avais 
parcouruc a la meme ^poque. Je me trouvais a une tr^s petite distance 
de Muong La, un des cantons les plus importanls des Sipsong-panna, 



t68 MISSION PAVIE 

niais coiiinic inoii progrannuc ne picvoyait aucunc exploralion en dehors 
de nos fi-onlieres, jc resolus 
de gagiicr directement le Nam- 
Ilou, on descendant loulc la 
vall6c du Nam-Pak. 

En quitlanl Bo-Tine, jemc 
trouvai prcsquc aussilot dans 
des valloiis c ultiv(?s en riziiTCS 
el bordos de pins clairseincs 
appartenantaubassinduNam- 
I*a. .Ic nc pus cvitcr do passer 
tout ii c6to do Uo-Luung. 
inais coinnie il inVftt eto fort 
desagreablc d'avoir, pour Ic 
nioinenl aucunc discussion 
avoo Ics hubilanlsdece bouig. 
j'cus I'unl suruion personnel 
ct jc bulai le pas, en appro- 
cbaiil des sabnos do Bo-Lao. 

Laissaiit Ito-Luong sur la 
gauclio, jc rejoignis par une 
sorio denianieloiisia lalleedu 
Nain-Ngo, pros du confluent 
du Naiii-Lano. J'attoiguis 
niusi I'iuiportant village Lu 
de Han-Sang- Yang, siluo au 
milieu des prairies et de ri- 
zioros oil [wissaicnt des liou- 
peau\ de bu;ufs, Le Tliao No- 
rassin qui, quelques jours 
auparavant, avail pass6 par 
!a, in'averlit que les autorites. 

Fig. J9. — Cn chef lie p»"odo. ... 

inquietcs en le vojanl veiiir 



DIEN-BIEN-PHU 169 



avec son fort delachement de coolies laotiens, avaient fait battre le gong 
pour rassembler les habitants; aussi avait-il soin de ne pas s'arreter en 
cet endroit. 

Coinme il me fallait du riz pour nourrir tout mon monde, je r^solus, 
nialgre lout, de m'arreter a Ban-Sang- Yang et j'envoyai Done-Tha en 
parlementaire aupres du chef des bonzes, pour obtenir Tautorisation de 
m'installer a la pagode. Les habitants s'etaient groupes en nombre autour 
de nous, et a leur allure grondeuse, je sentais que la chose n'irait pas 
toute seule. 

Recommandant la plus grande prudence a tons les miens, j'affectai 
nne veritable consideration pour les chefs du village et beaucoup d'em- 
pressement pour me plier a leiirs exigences. L'argent fit le reste. Ayant 
sorti une roupie puis deux de mon gousset, je vis tous les regards s'illu- 
miner et ce ful alors a qui viendrait m'offrir du paddy, du riz, des oeufs, 
des etoffes et des bijoux d* argent. 

Je connaissais les Lus de longue date et savais a quoi m'en lenir sur 
leur avidite, leur nervosite et leur hablerie. Toulefois, il importait de 
veiller jusqu'au bout, et je ne me senlis tout a fait tranquille qu'apres 
avoir groupe toutes nos couches dans le meme coin de la pagode, et 
lorsque j'eus ostensiblement confie aux plus solides gaillards de ma 
troupe les carabines dont je disposais, avec des munitions. Comme dans 
les villages Shans de Xieng-Sen, ma lampe a p^lrole fit merveille. En 
voyant que je pouvais a volonte et sur un simple geste, faire la nuit ou le 
jour, les plus mal intentionnes se retirerent et nous laisserent tranquilles. 

Au fond, je n'etais pas fache, apres tant de semaines pass^es au 
milieu de populations apathiques et inertes, de retrouver chez les Lus 
des Sipsong-panna quelques-unes des impressions pittoresques qui 
m'avaient ravi en 1891 et qui avaient donn^ un si vif interet a notre pre- 
miere exploration. II y a chez ces gens-la une verve incontestable ; leur 
allure, leurs veHements, leur physionomie, lebel aspect de leurs cultures 
et de leurs villages ne peuvent laisser le voyageur indifferent. Chez 
ceux-ci, Tinstinct querelleur etait particulierement en eveil, a cause des 
recents incidents sur les frontieres Youne et Laotienne, auxquels ils 
V. 22 



^ 



150 MISSION PAVIE 

avaieiil ^l6 directemeiil int^lcs, el ma venue avail quelquc raison de les 
inqui^ter, car ils savaicnt que leuis cmpiHemonls nc pouvaieiit avoir 
pass^ inapcr^us. 

J'avais cliargtJ Tchioum ct Donc-Tlia de surveiller leurs cnlreliens : 
(( II n'y a pas ii dire, racotilaioiil ces Lus, un Fran^ais lout seul, comine 
« celui'Ci, no sorail pa» Ijioii difliellc ii tuor ; mars ils sonl Ions si inalins 
ft et prennonl si bioii leurs pn'caiilions, que ton aurait pourlant tori 
« de s'y (roller ». 

Ces propos me firent rolli'cliir i-t jo jngeai loul a fait inutile de prolon- 
ger r^preuvc trop longlcmps. Des I'nuhe, je lis lioucler mes paquots el jc 
me mis en route, sans avoir revu personno, et d'autanl plus docidtS a agir 
avec prudence, que j'avais encore loute nne journee a passer liors de 
noire lerriloire. J'etais en outre [irevenu que, sur la fi-onlierede Luang- 
Prabang, il s'elait produil (juolqucs uiois auparavanl, uu incident ana- 
logue Ji celui de M. Luong. 

Signalec au (Jou^crneinent, an)|)lilicc par les racoulars de presse, 
I'afraire du l^oU'ljU-Kiiani a\ail cause tpielque emotion en France, on Ion 
s'etait imagine qu'une arniee cliiiuiise iivail envalii ru)s |)ossossioiis. En 
it'alite, la encore, lesLiisdesSipsong-paunan'aMiient fait que de|)lacerune 
home, mais ils avaient en allaire au\ gensdi- Mnong Day, moinspalienls 
ipie ceux dc M. Luong. Ne n''vanl que plaies ct bosses, ceu\-ci avaienl 
resolu d'aller porter la guerre ehe/ leurs voisins el, pour mot! re fin acetic 
querelie locale, qu'il nous apjiartcnait dc rcgler pacitiqucmenl, le roi de 
Luang-Prabang avail du dcpiacer un des mandarins de M. Hay, qui s'etait 
niontre par trop ardent. Cetait la premiere fois, jc dois I'avouer, que je 
roniftalais cliez nos sujels laoliens nn |>areil /clo pour le bicn public. 

Avanlde quitter le lerriloire des Sipsong-panna, je pris conge du Phya- 
kiompou, que je n'avais plus aucune raison de surveiller, mainlenanl 
:|u'il se Irouvait dans son pays. II allait renlrer, me disail-il, direclemenl 
Jans ses pdnales, a M. Kie, par la route de M. Lael de \ieng-Hung. J'en 
profitai pour I inviler a disposer le mieu\ qu'il pourrall, les autorites du 
[Miys en notre favour el pour le charger de quelques petits souvenirs desti- 
i^s a noire ancien hole le Cbao Fa de Loc-Tiok, a M. \ang. Je ne me 



DIE^-BIE^-PHlI 171 

doulais guerc que tnon compagnon, qui s'^lalt enlendu h Muoag Luong 
avcc son cousin le Phyah-Kia^, allait, avant dc terminer son odyss^e, 
nous reiidrc a M. Sing ni<*me, un si-rvice sigiiale et quil nous aiderail 
puissaninicnl a iiiiplantcr noire intlueiice dans cc petit pays. Mais il etait 



ecrit que nos elTorts de 1891 ne dcineureraient pas sleriles, ct c'^tait 
justice, car dcpuis lors nous n'avions pas peixlu dc vug un seul instant 
noire but principal, qui consistait a ne laisscr entamer sur aucun 
point, la rive gauche du M^khong. 



172 MISSION PAVIE 

On nous avuil signals comnietr^s difficile, la route de Ban-Sang-\ang 
au Pou-Lakam. Elir nous le parut d'aulaiit plus, qu'une pluie lorrenlielle 
sc mel de la partie, au niomenl ou, ayant quille tcs rizitres du Nam-Ngo, 
nous comment-ions , par la forvl el Ics hautcs lierbes, a nous elever sur 
tssflancsde la moulagne. Avcc nos coolies etnoschevaux, m>U!ja^anciolls 
avec beaucoup de peine, iion sans jeter un regard de tristesse sur ces 
Sipsong-panna si llorissants, que nous quitlions pour rentrer dans les 
solitudes du Laos. 

Unc fois le col jtasse, il fallut camper en pleinc montagne pi-es dus 
sources du Nam-Pak, sans trouver, pour nos minces aliris de feulllagi', 
un endroil plus favorable que le I)onl du ctieniin. Nous elions tout prf's 
de rcmplacement oil j'aurais du roncoatrer la borne frontiere, mais quelle 
n'avait pas e(e nion emotion, lursque en passant a eet endroit. je coiista- 
tai que la borne en question, qniy etail encore ravunt-veille, venaitdedis- 
paraiti-c. 

Je crus lout d'alH)rd que los Lus de Muong lia ou de Uan- 
Sang-Yang s'etaienl rendus coupables du mcfail, inais je fus bieii 
autrcmciil contrarie, lorstju'un m'appril que I'auleur respunsabic de 
cetle faeetie t'tait un mandarin Laotien, qui m'avait devance la veillo 
ni^me sur la route de M. Hay. Cot individu Irop zele avail juge a 
propos de rcprendre poor son compte la querelle recente, a laquelle le 
roi de Luang-Prabang eroyait avoir mis fin , en dejtla^ant son ptre. Moi qui 
m'etais si souvenl plaint de I'indi (Terence de nos sujets Laotiens, j'etais 
bien oblig^ ccltc foIs de lour rendrc justice. II est vrai que les Laotiens 
de iVI, Hay ctaienl des descendants de Lus, el qu'entre Lus le moindrc 
pi-etcxte esl excellent pour sc quereller. 

A I'epoque on ils avaient consomme leur attentat sur le territoire de 
M. Luong, les gens de Bo-Luong s'etaienl comportt's de la mt^mc fafon, a 
la frontiere du Pou-Lakam, brisant la lK)rnc qui sc trouvait au sommet 
du col et en planlanl uric nouvelte, a quelques centaines de metres plus 
loin. Les gens de M. Hay avaient riposte, en rapporlanl la borne, la oil 
elle devait etrc, ct en cunstruisant un fort. Les cboses etaicnt depuis en 
suspens, el voila que le nouvel incident risquait dc tout faire renaltrc. 



DIEN-BIEN-PHU 173 

Imiiiediatoiueiit jciivoyai quolqu'uii a M. Hay, pour ordonner que la 
borne fftt rapportee el remise en place. 

En allcndnnt I'execution dc nies ordi'cs, je passai ptut6t une mauvaise 
nuit sous les feiiilles de bananier delrempees qui me servaient d'abri. 

Le lendomain matin je poui'suivis ma route, en descendant vers M. 
Hay. La premiere clairiere que jei-enconlrai, Ic Pang-Yok, surles bordsdu 
!Sam-Kok, sc Irouvait i Irois heures de murcbe du Poula-Kbam. Un pcu 



plus loin, la vallec se degage ot Ton commence u renconlrer quelques 
prairies. Non loin du fortin abandnnnc, je rcncontrai pres du village de 
Ban-Nam-Kok, les gens qui rapportalenl la borne. 

All dela, le scntier di»<paraissanl complclemcnt dans dcs rizieres 
en plcine cultnrc, j'eus beaucoup de peine a passer avcc tout mon monde, 
car les babitants dc Uan-Quaug s'l^taicnt avisos de metlre des barriJrres on 
travers du cbemin. 



'it 








!|| 


Wf 


i| 




u 












n 


Kt 


' H 


m 


in 






* \> 



4\ 



!■* i 



.i*>r 



f» 












IH 






174 



MISSION PAVIE 



Quand j'eus fini de m'expliquer avec Ics chefs de Ban-Quang, et 
de leur rccomniandcr un peu plus de calme qu'ils n*en avaient montr^ 
jusqu'alors, je iii'iiislallai dans leur village, Tun des priiicipaux du 
groiipc do M. Hay. C'elail un gros hourg, habile par des gens un peu 
rudes, de race Lue, fixes conime heaucoup de leurs congeneres, depuis 
longtemps, sur le terriloire de Luang-Prabang. Ceux-ci avaient du fuir 
M. Bonn, dix-sepl ans auparavant, devanl une invai^ion de IIos, inais ils 
n'avaienl pas perdu le souvenir de leur ancienne palrie, siluee a quelques 
journees de niarche vers le nord. dans la direction de M. Hon. 

En comininiicalion directe avec M. Sai, Sop iNgim, les Sipsong-panna, 
M. Bonn el le \ain-lIou, M. Hay nieparul un cnihoil d'avenir, suscep- 
tible, grace a ses salines, de recevoir un important de\eloppement. Loin 
de lui faire du tort, le voisinagc de M. Ngin, un autre bourg Lu, 
pourvu de salines, conlribue a donner de la valeur acette partie du terri- 
toire de Luang-Prabang. J'alteignis M. iVgin en moins de deux heures, 
par un cheinin excellent. 

Apres une retraite de plus d'un denii-siecle a M. Sai, les habitants de 
M. Ngin, des Luscomme leurs voisins deM. Hay, avaient profitedel ordre 
retablipar la presence des Fran<;'ais dans le bassin du ^'ani-Hou, el s elaient 
reinslallcs depuis quatrc ans chezeux : depuis ils nienaientde front IVxploi- 
talion des salines et la cidture des rizicres. Leur village nie parut assez 
Florissant, mais les premiers soucis de rinstallation seniblaient leur avoir 
laisse peu de loisirs, car ils ne s'claicnt nuUenienl inquietes de retablir 
les communications cntre ^L \gin el les localitcs environnantes. 

J'eus heaucoup de peinea me frayer un chemin , dans la monlagne, a tra- 
vers les forets el les torrents, les hasards de la route me ramenant tout a 
coup a travers des defrichemcnls Kha Monk, aux sources du iNam-Se, I'un 
des principaux affluents du IVam-Ta. La pluie ne nous cpargnait gucre, 
mais mon personnel, sufflsammenl entrained, avan<^ait malgre tout, soutenu 
par Tespoir de la prochaine arrivee a Muong La. 

La rencontre du Chao Kakravat, venu au-devant de nous, contribua 
heaucoup a faire supporter a mes gens, noire avant-derniere etape, 
la plus rude de toutes, car pendant huit heures, il fallut subir les sangsues, 



DIEN-BIEN Pini 175 

Vorage et vingl-qualre Iravcrsecs du IVam-Ma. Enfin, a Ban-Sang-Lek, 
village habile par des Khas Koung Sat, (|ui cxploitcnt le ler Jes monla- 
gncs voisincs, nous fiimcs encore henrcnx de trouvcr quctques abris, 
car il n'aurait pas fatlu demaiitlcr un effoit do plus a mcs liommes. 

IjC leiideinain, il faisait beau, de sorlc qu'on put facilcment vcnir 
il boul des diflicull^s de la route, on depit dc treiUc-quatre nouvelles tra- 
vcrsecs du Nam-Ma, qni se jelte dans ie Nam-Pak, a une demi-heure 



au-dcssus dc M. Ija. Los auloritos dc Ijuang-Prabaiig se delacliant par 
trop des centres cloigncs de la capitnle, jc proiitai de la presence du 
Chao Kakravat pour lui signaler Ics ameliorations neccasaiies. Le pays 
en vaut la peine, avec ses montagncs de fer, qui seront sans doute mieux 
exploilees par la suite. Jc me fis montrer quclques cchanlillons du 
minerai qui sert au\ forgerons de Ban-Sang-Lek et du village voisin 
Ban-Pawi; ils me parurcnl tout ^ fait interessants. 



i:6 MISSION PAVIE 

Au sorlir dc la broussc iiigratc que nous venlons de Iraverscr, nous 
fi^nics lous evlrt^meinciil sedults par I'aspcct de Muong La. Quolqucs 
rizii'ics non cuUiv6cs, de jolies cases onilii'agt'cs par des cocoliers sur les 
rives du Nam-PaV, des pirogues nons uttendanl aupres de la sala, il y 
avail de quoi rejouir le cceur dc ines Laolicns, uiais jc ne fus pas inoin^ 
sensible que ines eonipagnons au charme dc ce passage. C'etait le vrai 
Laos que je retrouvais aprcs Iteaucoup de jourri^es pass^es au mUieu 
de populations clraiigiTcs. Plus que tout autre xigne, la presence des 
pirogues me doniiail ia sensation de cette realile, car s'il est vrai de dire 
qu'on nercneonlrc leLaolien, que la oil sa [liroguepeularriver, pareoulre 
on pent <Hre assure qu'au in<)>en ilc eetle nienie pirogue, il est en rela- 
tions Iteaucoup plus conslantes. aver des regions Ires cloigm'cs, que les 
Lus, les Aonnesou les llos, avcc Icurs voisins les plus proclies. 

A M. La, j'eprouvai une grande satlsraclion it laelier monerayon, ina 
Loussotc el nion carnel ite papier indigene, qui no me quillaient plus 
depuis Piili-Ta. Jo vcnais, en offet, dc raccordei' inon Itiiieraire avcc lun 
de ccu\ autrefois Icvos par M. Massic. dans son exploration de Luang- 
Praljang a Muong Sjii. (Ic fut aussi avec uno inevprluiablojouissiince, que 
je lalssiil iKU'tlr pour Dlon-blcn-plui juir la route de lerre. nies mules ol 
mes clievan\, pendant qu'eii oompagnle de Teliioum, je m'ins(allals dans 
les pirogues, oil je retnnnals ce conforlable special, auquel une louguc 
pratiipie ni'avatt depiils longlcmps aocoutunio. IJaiis la vie de brousse, on 
est faerie a satisfairc. 

Je ne quittai pas Muong I^a. sans reiiouveler mes ordres sur rcntrellen 
.et ramcliorallon des routes. II imporlail missi, qu'en prenant Dieii-bicn- 
pliu comme base dc iios procliaines operations sur les fronlieres, nous 
pusslniis compter d'uiie maniere absolue sur la iKHincvolonte des chefs dc 
canton laoticns, eommc cen\ dc Taseng-Neua, dc M. La et dc M. Sai. Sa- 
cliant eonibicn il est diHioile de se procurer du riic cbez les Laotiens qui 
n'en recoUent pas eux-niemcs, jc lis deiiiander au rol dc Luang-Prabang 
de rcnipllr pendant la bonne salson, son greiiier do M. Sai, pour que 
nous fusslons a Tabride toutojireoccupatii>n. L'lmprevojanceelle manque 
de solidarite otant les principau\ defauls des races indo-cliinoises, I'admi- 



100* 



ITINERAIRE 

DE 

MUONG LA A MUONG LAI 



30' 

-1 — 



Echellede 1:1000000 



10 



-t- 





— r- 
20 



SOM. 



Itineraire «uivi par MrLefevpclVnitaKa 

Autres itineraires de la Mission. 




Itinef aires de Muong La k MaoRg Lai. 



V. 



23 



178 MISSION PAVIE 

iiistratlon franfaiso devail s'clUtrcer, avmit tout, de dt'vclopper chez iios 
iiouveaux sujots Ips qualiU's eonti-aires. 

Uiic fois sur Ic Xaiii-Pak, tloiit Ic couranl rsl fort rapido poiidaiil la 
saison des pluics, j'eusle seiitimont dc toucher pour ainsi dire au bul. 
J'atleignis le Nam-Huu cii deux jours et denii, liicii qu'au Kciig Luong du 
Nam-Pali, viiigl-quatrc heures oussenl elc eonsarrpes au dechargenienl 
ol au Iransbordemeiit do iios liuil pii-oguos, qu'il fallut trainer sur des 
nichers. C'etail un vmi plaisir de filer a la dosrenle, eutre deux rhes 
couvertcs dp brousso ^paissc et a lra\prs des rapidp» aussi diffioiles qup lo 
Keiig Queue qui. dans ep sport spi'cial. nierite une niPiilion parlieuliere. 

Lc retouri la vie civilispp se uiariifpsta |>our inoi, le 9 octobif, pour ia 
prpinipre fois dejiuis iiotrc iuceiidip de T>uaiig-Praliaug. par la rpiicouti-e 
audeladu KengLuoiig. d'uiiopirogup vpuucdpM. Koiia. Kllpm'apportail. 
avcc on courripr d'Europe, des \i^teiTien{s et quelqups pro\isiuii8 qui 
ui'avaieiit ett5 expedies d'HaiioT a la noiivolle dc notro desastrp, |»ar les 
capitaiiies Odent et Kriqucgiion, de IKtat-iiiajor. Cp fiit une joie jMJur 
Tcliioum et pour uioi d'ajniitpr un peu de viri pt des vivrps puropppns a 
noire oi'diiiairp laotien. 

I'll telegramnie dp M. Pa\ie date du 10 seplembrp, ni'annoiivail son 
arrivee a Hanui, aprein execution coiupU'te du programme qu'il s'etail 
trace, au moment dc uotre separation a Luang- Prabang. II avait des- 
epndu (out Ip cours du Mekbong. constalant en tout poiril rincxe- 
cution du trailt' rranco-siamois. A Bangkok il avait eu avcc le prince 
Dewa«ongse, ministre des affaires etrangeres. deserieuses conferences, a 
la suite desquelles, on avail decide ^en^ oi sur la rive di'oite de eommis- 
saircs speciaux. pour regler loutes Ips questions en btige. Je me lis aussitol 
preeeder a Dien-bien-pbu par un oourrier, pour annoncer a M. Pavie 
moil arrivpc p( Ips lipureux resnllatn de ma dprniprp campagne. 

Le Ipndeniain matin, j'attpignais )p conlluenl du Nain-Pak, et peu 
apres, sur le >am-Ilou, le canton laotien de M. Koua. oil je me separai 
dn Tliao Norassin, qui rentratt a Luang-Prabang. avcc des letlrcs de moi 
pour le roi et pour M. \acle. 

J'apprls a M. Koua le recent passage sur le Nam-Hou de M. Garanger, 



DIEN-BIEN-PHU 179 



allant de Luang-Prabang a M. llahin, pour y creer sur la frontifere des 
Sipsong panna, le poste d'observalion decide depuis plus d*un an. Ln 
mandarin, detache par le Senam de Luang-Prabang, se Irouvait a M. Koua, 
en route pour M. Houn, oil il allait preter son concours a M. Garanger. 
Je lui confiai une lettre pour noire camarade, oil je le metiais au courant 
de ce que ma visite chez les Lus des Sipsong-panna m'avait permis d'ob- 
server. 

Au dela de M. Koua, le pavilion fran<^ais qui flottait a Tarriere de ma 
pirogue elait familier aux habilanls, nos courriers parcourant reguliere- 
ment depuis 1889, le cours infcrieur du >iam-Hou. \yanl moi-meme ete 
en 1890, de Dien-bien-pbu a Luang-Prabang, Titineraire m'elail des lors 
parfailement connu. Compare au Nam-Ta el au JNam-Pak, le Nam-Hou 
semblail un llcuve majeslueux. En celte saison, oil les Khas apporlent 
dans la vallee le riz de leur recolle, el oil les pirogues circulent facilement 
en toul sens, de nombrcux villages reconstruils depuis peu, semblaienlen 
pleine prosperile. Deux lieures de navigation sur le Nam-Hou, nous ame- 
nerent au confluent du petit \am-Ngoua, qui avail ete jusqu'alors la seule 
voie d'acces pratique du Tonkin vers le Haul Laos. Encore etait-il diffi- 
cile de compter tous les desaslrcs, eprouves sur ce cours d'eau, depuis Tor- 
ganis£iliond'un service regulierde pirogues, entre Luang-Prabang el Dien- 
bien-pliu. 

II me fallul quatre jours pour remonlcr le Nam-Ngoua jusqu*au Keng- 
Kou. C'esl la que s arretent en general les pirogues, car ce rapide est 
difficile el quand on atleinl la plaine dc Dien-bien-phu, la riviere devient 
lellemenl sinueuse, qu'on pcrd un temps precieux a franchir quelques 
kilometres. 

Accompagne de Tcliioum el du Cbao Kakraval, je pris la route de mon- 
tagne, bien que je fusse sans chaussures depuis trois raois. En marchant 
dans les rizieres, j avais eu la plante du pied ecorchce el la plaie se cicatri- 
sait avec peine, mais cqmme j'elais presse d'atteindre le poste de Xieng- 
Kiane, j'accomplis sans hesiler celte derniere elape, a travers les boues 
de la plaine. A la fin de la journee, j'arrivai clopin-clopant, mais le ca»ur 
batlant de joie, sur ce mamelon, oii depuis le matin, j'apercevais les trois 



180 MISSION PWIE 

couleurs el ou je fiis regu par le lieutenant >oire. On s'e\plique le bon- 
heur d'un oxploraleur qui, apros dcs mois enliers d'Isolement complet 
dans la brousse, retrouve cnliii a^ec un sernblant de vie civilisee, iin 
compalriotc trt-s alTeclueux. 

J'avais Irop cxperimenle pour iiia part, au cours de mes precedents 
voyages, la cordialiti" des officiers fran^uis. disperses dans les iniserables 
posies de rititerieur, pour tie pas onconserver un souvenir emu. Pendant 
une quinzainc entierc, jc jouis pleinenient de riiospilalitc du lieutenant 
Noir^, Mes boinmes s'etaient install^s cbe/ le cav-thong de Xieng-Kiane. 
Quanta moi, je residais dans une des cases de ce jiosle bien palissade. 
d'oii i'on decouvrait une vuc snjM-rbc sur toute I'elenduc de la plaine. 



Je paasais la plus graiide parlic de mes journ^os a rediger mes notes 
de voyage, recevant parfois la visite du singe et de I'Durs a mici que 
le lieutenant s'aniusail a clever, el nie rejouissanl du va-et-vient des tirail- 
leurs, qui me rappeluil la vie des cani]>s. .Vu\ lieures des repas. j'allais 
trouvcf M. Noire, suussa v6randal)ien alirilee, dominant un vastcpaysagc, 
et tout en causant, nous faisions lioiinenr a une cuisine d'autanl plus ap- 
preciable, que mes privations avaienl ete plus prolongees. 

Ce n'etail pas sans une joie intime, que de notre observaloire j'aper- 
cevais les nombreuv villages et leurs defriohcnients rccents, comme aulant 
d'oasis au milieu des graades herbes de la plaine. Dcpuis cinqans, Dien- 



DIEN-BIEN-PHU 181 



bien-phu n'avait cesse de se developper et rancien desert relrouvait peu a 
peu Taspect de ce grand jardin oii, suivant la legende, la courge mere 
des Thais s'etail si merveilleiisement developpee. En 1890, lors de mon 
premier sejour a Dien-bien-phu, le poste militaire, compose de tirailleurs 
tonkinois, occupait dans la plaine une partie de Tancien camp annamite 
de Xieng-Le, entoure de remparls en terre. A la suite de notre passage, le 
poste fut transporte sur le mamelon de Xieng-Kiane, oii la tradition fait 
reposer les restes de Koun Borom, IVieul de tons les Thais. Unassez gros 
village s'etait peu a peu forme, au pied de la coUine, sur les bords du 
j\am-Youne, mais Timporlance de la garnison, presque entierement com- 
posee de gens du pays, allait diminuant de jour en jour, a mesure que la 
securite sc developpait. 

Je trouvai, lors de mon arrivee, la construction de la ligne tel^gra- 
phique d'llanoi a Luang-Prabang suiTisamment avancee, pour entrer en 
communication avec M. Pavie. D'llanoi, il m'avisa qu'il se mettait 
precisement en route, pour aller me rcjoindre et il me donna rendez- 
vous a Lai-Chau. J'appris avec plaisir que la delimitation de la fron- 
tifere chinoise, depuis le fleuve Rouge jusqu'au Mt*khong, venait de 
nous etre confiee et que nous allions enfin pouvoir proceder du cot^ de la 
Chine a la rectification des limites de Lai-Chau et de Luang-Prabang, 
conform^ment aux conclusions de notre mission de 1889-91. 

II nous eut ^te d'ailleurs impossible, dans la region de ^L Sing, de 
chercher aucun mode d'arrangement avec les Anglais, sans tenir compte 
du reglemenl des aflaires chinoises. Lors de notre rencontre a Saigon, au 
commencement de Tann^e, M. Gerard; le nouveau ministre dc France a 
Pekin, sen etait fort bien rendu compte et depuis, profitant de la situation 
privilegiee ou notre attitude, pendant la guerre sino-japonaise, nousavait 
places vis-a-vis du Gouvernemenl Chinois, il avait mene rapidement les 
negociations relatives h la fronliere et se sentait sur le point de les faire 
aboutir. Tout allait done pour le mieux, et comme la saison des pluies 
prenait precisement fin, au moment ou nous venions de terminer la 
premiere partie de notre tache, les circonstances se prelaient h Taccom- 
plissemenlimmediat d'un nouveau programme, consistant aallerrejoindre 



182 MISSION PWIE 

les Anglaia & M. Sing, en posanl tout le loog de la route les jalons de !a 

delimitation chiiioise. 

Pour mener & bicn cc double programme, M. Pavie s'l^tail assur^ 

a Hanoi le concours dequelqiies nouveaux collaborateurset notre ancien 
compagiion dc 1890, le capi- 
taiiie (i'artiilerio Riviere, etait 
arrive de France, pour dirigei' 
]cn travaux topograpbiques 
de la nimvelle mission. 

Kii m'invilant a allcr I'at- 
Irndrc a [^ai-Cbau, M. Pa\ie 
me cliargenit de niellre Deo- 
van-tri au eourant des deci- 
sions qui \cnaient d'etre 
juises et de preparer avec lui 
r organisation niaterielte de 
nos divers convois. L'elal de 
iiiuii pied nc me pcrmeltant 
pas <le ine rendre immediatc- 
inciit (I Ifiii-Cbau, Je resotiis 
do prolonger un pen nioii 
sejoiir a \ieiig-kiane, oil je 
me Iroiivais dans des condi- 
tions meilleiiros. pour hi rc- 
dactiiin de ines journaux de 
inarche. Jamais d'ailleurs 
Dieti-bicn-pliu ne m'avait 
Kt(i. i:i. — BoudJha Lj«>ii.-n i Dicn-incn-iiiiu paru plu8 interessanl, car on 

coinmeii^ait a j constater les 

rt^sultals de la sage udininistratinn de» lieutenants (iassouin et Noire, qui 

avaieiit si bien reiissi a gagncr la Cdiitianoe el la s_v in])atliie des babitanls. 
Depuis (pie les Siatnois aviiieiil (piille Dien-bien-pbu, pour ceder la 

place aux troupes francaiscs, les rapports entre Laolicns el Pou-Tliais 



DIEN-niEN-PHU 183 



avaient pris un lour nouveau. Tout en laissantretourner dans leurs foyers 
les Thais de la plaine, disperses dans tout le Haut Laos, les aulorites dc 
Luang-Prabang regrettaienl Tabandon de leur tcrritoire par les excellcnls 
colons agricoles, qui elaient venus s'y fixer. En I89'i, il y avail a Dien- 
bien-phu une cinquanlaine de villages, alors que cinq ans auparavant, la 
plaine n'elait qu*un vaste desert; mais, bien que leprogres filt sericux, il 
restait de la place pour un nombre beaucoup plus considerable d habitants. 

Le cay-thong de Xieng-kiane cx)rniaissait deux cent qualre-vingt-six 
families refugiees sur le territoire de Luang-Prabang, (jui n'etaieni pas 
encore renlrees dans leurs fojers. Maintenant que le territoire Laolien 
etait place sous notre direction, c'etait a nous d'assurer le relour de ces 
families. Afin d'eviler tout malentendu et toute fausse demarche, je 
previns M. Noire qu'on tiendrait compte avant tout, des vciuix des 
interesses, car il etait inutile de d^placer les gens qui ne le desiraient 
pas. J'avais d'aillein*s pu apprccier, par moi-meme, combien les Thais 
Noirs, que les Thais Blancs aussi bien que les Laotiens s'entendent pour 
trailer comme des ^tres inferieurs et negligcables, Veinportcnt sur leurs 
voisins, comme paysans et comme cultivateurs. 

Tandis que les autres sonl d'excellents navigateurs et out la pre- 
tention d'etre des coinmer<;ants, les Thais iNoirs s'enteiulent merveilleu- 
semenla irriguer et acultiver desrizieres. Pendant les annees d'exil qu*ils 
avaient du passer sur le territoire de Luang-Prabang. ils avaienl rendu a la 
culture bien des vallees abandonn^es, et k moins que leurs rizieres ne fus- 
sent reprises par des Lus, il y avail lieu de craindre qu*aprcs leurdepart, 
la brousse n'y r^gnetl bient6t en mailresse. D'aulre part, on ne pouvait 
se dissimuler I'immense interet qui s*attachail a ce que Dien-bien-phu 
regul le plus rapidement possible tout son developpement. Placee entre 
deux pays mal cultives et mediocrement exploites, cette grande plaine 
pouvait devenir comme par le passe, le grenier de tout le Haut Laos, le 
centre d'attraction des commer<^ants du voisinage, le sifege principal de 
noire action politique et economique et, s'il le fallait, le point de concen- 
tration de tons nos efforts dans cette partie de ITndo-Chine. 

C'elail ainsi que je me represenlais Tavenir de Dien-bien-phu, bien 



184 MISSION PAVIE 

qu'a CO moment, aprJs avoir lUc Iongtemj>a noire senlinclle avancce vers 
le Laos, Ic posic inililairc sc vidal tous* les jours davanlage. el qu'uii spul 
oflicier franvuis fM charge do piesidor au <levolo[)|)cmciit do loule la region . 
L'installatlon du lelegraphe que j'eus lo plaisir d'iitaugurer, ot dont le 
lieutenant Noire celebra raelii'%omont [Mir un feu d'arlifice. auquel 
i'urenl coiivies tous los rliefs du village, ullail facilitor la laclio, inais eii 
raison ineuie de la i-iVculo annexion du [>m>s, Dien-bien-pliu paralssail 



avoir peidu de son intori^t dans I'espril des autorltL^s, alors que, suivant 
nioi, son importance aurait dil s'accroltre. 

Jo prolilai de la presence du Cliao Kakravat. qui m'avait acconipagno 
jus(]u'a Xieng-Kiano. jnmr tui faire comprcndro quel marche scrait desor- 
inais l>ien-l>ien-plni, jMtur Ics Liioticus aclieteurs de ri/.. ou d^sireux de 
sc procurer dcs prodnits fran^ais on tonkinois. A mes bateliers de 
M. koua, je fis observer que la navigation sur le Nam-Ngoua, etait 



DIEN-BIEN-PHU 185 



desormais debarrassee de toute entrave douaniere, pulsque Thajfs et 
Laotiens obeissaienl aux menies mattres. 

D'autre part, j'insistai viveinent aupres du lieutenant Noir^ et du 
cay-thong de Xieng-Kiane, pour qu'ils fissenl rcmcttre en ^tat les routes 
conduisant au Laos, que Ton avait negligees depuis tant d'ann^es. II n'y 
avait pas lieu d'attirer leur attention sur celle du Nam Ngoua, puisque 
des equipes telegraphiques la sillonnaient a ce moment, et etaient plus 
int^ressees que qui que ce f&t, k en assurer Fentretien. Mais celle de 
M. Seng et M. Houn, parcourue naguere par le lieutenant Nicolon, 
etait en revanche completement abandonnec, bien que ce fAt la veri- 
table route du Yunnan. Quoique fort mediocre, la route de M. Hia et 
duPou Lao m^ritait aussi d'etre entretenue, car dominant les sources du 
Nam Ma et du Nam Seng, elle pouvait, a defaut de la RiviJire Noire, servir 
aux communications entre Dien-Bien-Phu, Luang-Prabang et le golfe 
du Tonkin. 

II convenait, a tout point de vue, de facililer Faeces de cette region, 
car outre sesproduits agricoles, elle ^tait susceptible d*offrir au commerce 
d'autres attractions. Le benjoin recolte dans les forets, T^levage des vers 
a soie, auquel les Thais s'entendent fort bien, pouvaient attirer des 
etrangers; les mines surtout, car, au dire de Deo-van-tri, elles parais- 
saient ^tre nombreuses. Le thao nous avait signale en particulier celles 
de Ban Sam Meun et de Muong An, comme ^tant fort riches en plomb 
argentifere. 

Malheureusement, les indigenes ayant fort peu de besoins, s*etaient 
depuis longtemps laisse dominer par Tabus de Topium. Les chefs de 
caravane Shans et Chinois connaissaient bien ce vice, puisque la funeste 
drogue etait le seul objet d'echange qu'ils consentissent a importer. D6']k 
tout Targent vers^ par nous dans le pays, soit pour les transports, soit pour 
la construction du telegraphe, commen^ait Ji s*echapper, sans que le vrai 
commerce en tirat aucun profit. Etpourtant pour faire face aux corvees et 
aux transports qu'ils avaientenhorreur, les habitants de Dien-Bien-Phu 
auraient eu le plus grand interet a se procurer des betes de sommc, mais 
de cela ils ne se souciaient guere, et Ton entrevoyait encore bien des 
V. 24 



MISSION PAVIE 



resistances, avant que cc beau pays pilt rclrouver loule son ancienne 
prosp^rite. 

Dans la situation nouvelle dc Dicn-Bien-Phu.ce qui m'avait parlicu- 

li&rernenl frappe. cV-tait I'exclusion ulisoliic des Tliai's Ttlaiics, de loules 

los questions rclalivos a cc torritoirc. It j avail comnic un parli pns de 

los teiiir ti Tccart et, pour se passer deux, Ics coinmunicalinns avcc 

Vanbou se faisaicnt uiti(|ueinciit par Tiian (jiao. On avail retire au tliao 

Deo-van-tri la direction dii[)lni do Dion-Bien cl Kaiu l)oi son beau-friTe, 

di?pos8cde du Cliau de Tuan 

(iiao, n'excrtail plus dans la 

[dainc los fonclions de bam- 

bioii, que sur noire deniande 

on lui avait confitVs en 18110. 

(I'elait ini episode dc la lulle 

dc races. ino>itablc en tout pays 

nouveUenient organise. 

Ija rivalite des gens de Lai- 

('bau el de Dien-Bicn dalait 

de loin ot la famillo des Ooo 

avail loujnurs en beancunp de 

|H-iiie, nii^ine a Icpoquc des 

Annaniiles, quand Deo-vaii- 

.seng etait quan-phu. pour se 

faire acoopler |jar les gens dc la 

Fig, 06. - Up Th«i Doir de Uitn-Bi.n-Phu, plaiiio. Eu vroi guernor qu'il 

^lait, Deo-van-tri faisail pcu 

de cas de ces agriculleurs, de caraol^re torluoiix comnic les eaux du 

Nam Voum, qui fuyaient clovanl le moindre danger cl qui a aucune 

opoque, n'avaient su ni voubi eomlhiUrc a col^ de lui, pour la cause 

commune, contre les khas, les Mcos, Ics Birmans el les Siamois. 

Quand ces derniers sc furent Install^s h Dien-Bien-Pliu, avec In com- 
plicili? dune partle des habitants. Deo-van-tri dut installer un camp clans 
la montagne, pour preserver la route de LaT-Cliau. Je tenais du tbao 



DIEIS-BIEN-PHU 187 

lui-m^me ct de Kam Doi le r^cit trfes imag^ des incidenla qui, k Dien- 
Bieii-Phu, avaicnt mis aux prises Ics Siamois et k famille des Deo, et 
donl les derniercs consequences avaient eu pour le Siam une telle 
gravite : « That was a great mistake », m'avait dit depuis un fonction- 
naire Anglais au service du Siam, fort au courant de ces affaires, un jour 
oil nous parlions ensemble des imprudonte^ tenlatives du Slam contre les 
gens de Lai'-Chau. 

II n'aurait tenu qu'aux Siamois do s'assurei' ie concours des Deo. Au 
lieu de cela, ils s'emparferent par surprise do Kam Doi. do Kam Sam, de 
Kam La et de Kam llouy, qui 
etaient venus les visiter u 
Xieng L^. Le general Siamois 
leur fit tier les mains et les 
cnfcrma dans une cage, puis, 
regardant dans la direction de 
LaT-Chau, il dit en se moquant 
d'eux; « Je viens d'apercevoir 
« vos parents; ils sont en train 
« de pleurer ». — « Hegardez 
« done du cote de Bangkok, 
« lui aurait repondu Kam Doi, 
« vous y vorrez vos parents qui 
« pleurent de honte. » La 
veillc de cc jour. Rain Doi 

prelcndait avoir aper^u en Fig, ot — Unihai bisnc de L»i-Cli«Q, 

lair, planant au-dessus d'unc 

mare, un oiseau dont les pattcs etaient liees et fet augure lui avait paru 
redo u table. 

Pius tard, lorsque I'aventure eut pris fin et que les Siamois evinces 
dureiit se retlrcr de Dien-Blon-Pliu devaiil rinlervenlion franvaisc, 
ils se plalgnircnt de leur niauvals sort, mais cc fut encore Kam Doi (jui 
leur dit : « Mes freres et moi, vous avions prepare un dessert sur 
« une table d'argciit. Vous nen avcz pas voulu. Les Franyais sont venus 



188 MISSION PAVIE 

M et I'ont mang^. Vous auriez voulu avoir voti-e part. Atlciidez done ; 
<( on vous donnera Ics assiettes k laver ». 

A ce momenl-l&, il n'y avail pour ainsi dire plus aucun Thai' Noir a 
Dien-Bien-Phu ; (ous avaient fui devant los Hos, it ne restail plus que la 
famitle de Deo-vaii-tri , |X)ur proleger ce lerriloire. Aussi 6tait-il nature! 
qu'on se till adresse a elle. Depuis, les fujards etatoni revenus el s elaient 
plaints d'avoir a obeir au\ gens de LaY Cliau. Ccu\-ci se sachant impo- 
pulaires, s'etaiont retires, a la demande des autorites fran^aises, sans 
trop de regret, me disalt-on. J'etais diMpiist- a le croire et je m'expliquais 
les causes qui avaient amend ces modilicatioiis dans lorganisation locale, 
mais le concours des ThaYs Blancs el de leurs chefs nous elait si indis- 
pensable, pour le reglement des questions de frontiere, que j'etais 
surpris, malgre tout, qu'on cftt pu prendre a leur egard des decisions 
aussi definitives, avanl que nns aflaircs fussont arrangees. Je n'elais pas. 
pour ma part, sans inquietude, an mnmeni ou je m'apprStais fi gagner 
LaY-Cliau el a rcprendre la vie commune avec le quan-dao Deo-van-tri. 



CHAPITRE VI 

CHEZ DEO-VAN-TRI 



SfiJOUR A LAI-CHAU ET SUR LE TERUITOIRE DES THAIS BLANGS 
1" novcmbre-tl dicembre 1894 



Ce fut dans la matinee du 1" novembre tjue je me d^cidai a quitter 
Dien-Bien-Phu. Le Holeil doralt les molssons dans la plainc et Ton 
eprouvait une sensation de bien-elre au milieu de celle abondance. Trois 
etapcs me si^paraicnt dc Laif-Chau ; jc Lcs |)arcouFiis le plus rapidemciil 



190 MISSION PAV1E 

possible, en suivant la future Itgne du l<^l^graplie. Parlout on distinguait 
sur les hauteurs des d^frichements nouveaux. Dans les vallees, les vil- 
lages uvaicnt grdndi,lcsri/i6rcss'elaienldiveloppees,et leschevauxqu'on 
apercevait dans K-s pDituragos, olfraient un signc Evident de prosp^rite. 
Le second jour, je campai sur le tcrritoirc de Lai-Gliau, au lieu dit 



les « Abris Pavic ». Des abris, il ne i-cstait, a vrai dire, d'autre trace 
qu'un tas dc fuiuier, Deo-van-Iri estimant sans doute que puisqu'on le 
tenait a I'eeart de Dien-Bien-Phu, il convenait de laissoi* aux inleressos le 
soin dc se debrouiller. 

De inauvaise Iiumeur inoi-menie, je ine demandais dans quelles dis- 
positions j'ullais Irouver le thao, i^uaud uii couirier ui'apporla un tele- 



CHEZ DEO-VAN-TRI 191 



gramme de M. Pavie, m'annon^ant son arrivee a Van Yen sur la Riviere 
Noire et me priant de desccndre au-devant de lui, en pirogue. 

Dans la valine du Nam Lai, oii en depit du dragon maltaisanl qui a 
diminu^ le ddbit dela riviere, les irrigations gagnent sans cesse, je ren- 
conlrai le lieutenant Jacob, commandant le cercle annexe dc Lai-Chau, 
qui m'annon^a Tarriv^e toute recente du capitaine Bourguignon, venu 
de Mong-tze, oii le Gouvernement general Tavait charge d'aller acheter 
des mules pour la Mission. Depuis pres de qualre ans sur la frontiere, le 
capitaine Bourguignon avait unc grande experience des Chinois, dont il 
parlait couramment la langue, et dans la region situee entre la Riviere 
Claire et le fleuve Rouge, il avait, au cours de la delimitation, fait preuve 
d*aptiludes speciales, auxquelles son retour prochain en France nous em- 
pechait, a notre grand regret, de faire appel. Le lieutenant Jacob, lui aussi, 
avait pris part ii la precedente campagne de delimitation, mais dans des 
conditions telles qu'il ne pouvait en garder un bien fameux souvenir. 

L'application stricte du traitd de 1887 ne pouvant donner, dans la 
partie de la frontiere situee entre le fleuve Rouge et le Mekhong, que 
des resultats extr^memcnt desavantageux et d'autant moins faciles a 
obtenir, que Tignorance complete des lieux avait force les premiers nego- 
ciateurs a rester dans la plus grande imprecision, il eftt mieiix valu 
s'abstenir pour le moment de tout essai de delimitation. Ce principe 
n'ayant point prevalu, les ofliciers charges dune besogne ingrate, 
s'etaient vus aux prises, des le ddbut, avec les plus graves difficultes, 
que Deo-vau-tri, plus interesse que personne, a empecher leurs opera- 
tions d'aboutir, s'etait bien gard^, pour sa part, d'attenuer. 

II en etait resultc? entre les autorites fran(;aises de la region et le thao 
une certaine tension, qui subsistait encore au moment de mon arrivee, 
Taigreur ressentie par Deo-van-tri se trouvant singulierement accrue par 
tons ses deboires dans les affaires de Dien-Bien-Phu. Qiioique demeure 
fidele a ses engagements en vers le Protectorat, le thao etait dans une de 
ces periodes de bouderie, on il Ini arrivait de desesperer de la France et 
d*oii rintervention de M. Pavie et de ses compagnons avait seule 
jusqu'alors reussi a le tirer. 



192 MISSIOIS PA\ [E 

En raison de noire vieiHc amiU^, des services que je lui avals 
rendus et de I'inl^ret que j'avais porle h certains membres de sa famillc 
eleves kl'Ecole colouiale a Paris, je m'atlendals a recevoir de Deo-van-Iri 
le plus chaleurcux acciieil. II n'en Tut Hen ; sa bouderic s'elendant a moi. 
il aOeola de uc pas me reconiiatire tout d'ahord. Je n'y tins plus ; je lui 



donnai un bon coup de poing sur lepaulc et le foudroyai d'une vio- 
lente catilinairc. Alors mon homme, clignant de I'tBil, se di^rida, et tout 
5 coup se jeta dans lues bras ; la glace etait rompue : « Voila comment 
j'aime qu'on me paric, racontait-il le soir a Tchioum. II ne faut pas ^tre 
gracieux par dovanl et malveillani par derriere. Voire chef ^tait iach^ 



CHEZ DEO-VAN-TRT 193 



centre moi ct il avail raison, inais nous sommes deux vieux amis, et il 
pent compter sur moi » . 

Les grands dc la brousse ainsi que ceux du ddsert soni ainsi fails, 
que les rapports qu'on entrelient avec eux, nont de valeur que s'ils sonl 
fondes sur une confianee reciproque. Des Theure do sa soumission, a 
laqueUe j'avais assisle, au commencemcnl de 1890, Deo-van-lri avail 
senli naltre en lui une >eritable confianco pour quelquos-uns des compa- 
gnons dc M. Pavie, qui depuis, eurent Toccasion de lui prouver qu'il 
Tavait fori hien placee. Quand il se fut assure que deux ans de separa- 
tion n'avaienl en rien aliere mes seiitinienls l\ son egard. la joie du thao 
fut Ires graiide, et dun deeourairemenl profond, il passa tout a coup aux 
plus >ives esperances. 

Nous avions, eu effel, lout un passe commini el il m'avail fait ])lus 
d'une conlidenre ; je savais eouihien il elail (ier, niaisaussi, eonibien il 
tenait a roster on paiv avoc los autoritos fraii<;aises, pour conservor co 
territoire de Lai-(lliau, auquol le rattacliaienl tons ses int^rots. iNe nous 
avail-il pas dit, au momonl de sa soumission : a Nous serous fideles aux 
(( Franoais, comme nous Tavons olo aux Nguyen, car il y a un proverbe 
(( qui dit : Quicoiupio pord la momoire des bionfails re<;us, dovienl mal- 
(( houreux. Nos os perironl et so transfor moron t en poussiore, mais ce qui 
« ne perira jamais, cost le souvenir de vos ogards envors mon pere, qui 
(( rejaillissont sur loule sa famillo. Nos ancotres romontenl a Ireize siecles: 
(( ils vivaient autrefois dans le Kouang-toung et portaiont le nom de La. 
(( Quand les Miny perdirenl le pouvoir qui echut aux Mandchoux, les 
(( La refuserent d'obeir aux usurpateurs et pr^fererenl s'expatrier. lis 
« vinrent alors a Bac Ninb el prirenl le nom de Deo, pour se soustraire 
(( a la vengeance de la nouvelle dynastic. — Soumis aux rois du Tonkin, 
(( voici comment nous fumes attires dans le pays des Sipsong-chu-thai. 
(( Ces cantons s'etaiont souleves conlre rautorite royale. Les Le confie- 
(( rent a un Deo le soin de dompler los rebolles ; il re^ut, apres les avoir 
(( soumis, le commandement bereditaire de la region. — Apres la chute 
(( des Le, les Deo lour demeurerenl fideles pendant longtemps. Mon 
(( grand-pore ful oblige de jeler au feu ses papiers de famille, par crainlc 
Y. 25 



191 MISSION PAVIE 

« des usurpaleurs; sous Tu Due, Icm rapports devinrent dofinitivement 
« meiilcurs. » 

Deo-\an-lri m'avait souvcnl parlt' des inscriptions rcla(<int Ic passe 
dc sa famille ct drs grotlos a rniol (|u'cllc posst'dail sur la Kivif-re Noire, 
dans les environs de Clio' Ito*. On srnlait coinhicn il etait attaclie au\ 
moindrcs coins de co pajs, pour la posiscssion duquel il avail conilmllii 
pies do trenlf aiis. ne nienageani ni se,«! dcplaccnieiils. ni ses deniai-ches. 



II conservait eiu-ore soigwusemeiit son regislre de corrospondance avec 
les hauls fonclioiinaires Cliinois du \ unnan ct d'autre part, il se rappelait 
a\ee t-molion les preinica-s annees de son cnfance, passees dans une 
pagodc de Luang-Prahang, a etudicr les caracteres ct les usages du 
Laos. 

11 avait done dc vastes aperpus sur toutcs les regions environnanles et 



CHEZ DEO-VAN TRI 195 



sur chacune d'elles, il avail loujours quelques renseignemenls, pr^cieux 
a fournier. II se rattachait par sa mere a la famille des chefs ihais de 
M. Tene et dc M* La, sur lo haul Nam-Na, deux petits cantons tr^s habitus 
et fori bien cuUives, qu'il s'ennuyail de voir places sous I'aulorile des 
Chinois. Le voisinage du fori chinois de B. Lieng sur le Nam-Na, cours 
d'eau qui se jette dans la Riviere Noire, au pied du rocher de Lai-Chau, 
n'elail pas non plus, sans lui causer quelque desagremenl, mais il etail 
Irop inlelligenl pour penser qu*au dela du lerriloire propre de Lai-Chau, 
il piil avoir rien a esperer. 

II arrivail parfois que devant ses hommes, Deo-van-lri se laissal 
aller a dcblalerer conlre la France, mais sa mauvaise humeur une fois 
passee, il elail facile de le ramener a de bons sentimenls. Au fond, 
il avail pour nous une r^elle consideration : « Pour avoir de la 
(( graisse, disait-il, afm de nourrir ses gens, on tue le cochon; pour 
« encourager ses hommes, on leur raconte des histoires. II est bon 
(( de se grandir et d'abaisser ses adversaires. Pour ma part, je n'ai 
(( jamais cru a ce que Ton disail conlre les Fran^ais ». 

Je ne fus pas long a m'apcrcevoir que Deo-van-lri etail tout retourne, 
par sa conversation avec moi aussi bien que par ses confidences a Tchioum, 
qui partagea des lors avec lui le gite et le convert. J'avais moi-meme 
acceple avec reconnaissance riiospitalile du lieutenant Jacob, dans le 
poste militiiire, fort reduit de dimensions, depuis qu'a la suite de Deo- 
van-Seng, une partie des anciens habitants etaient rentres a Lai-Chau. Le 
vieux mandarin etail mort et des banderolles flollaienl encore au-dessus 
du bois sacre qui avail servi a sa sepulture. A part cela, aucun change- 
menl ne s'etail produil dans cc nid de vaulours de Lai-Chau, oii il y avail 
a peine assez de place, pour contenir les cases des serviteurs de Deo. 

Avanl que le thao se decidal a preparer l(^s pirogues qui devaient me 
conduire vers M. Pavie, il se passa plusieurs jours, donl je profilai pour 
causer avec le capitaine Bourguignon el le lieutenant Jacob. Ce dernier me 
raconla en detail les deboires de sa campagne de delimitation. 

C'elail au cours de Tele de 1893 qu'on avail enlrepris rabornemenl 
de la section V de la fronliere Sino-Annamilc. Des le debut, Deo-van-lri 



■^ 



MISSION PWIE 



ovitit protesle coiilrc utio (Icliiiiiliitioii qui (Ic\ait coiipi^'r son Ivrritoire en 
dcii\ ct oil placor rIiU(|uo |ini'lic, sous I'autorJU- dcs Fraii^-ais el dos Clii- 
nols. On QVait cm devoir passer oiilrc, ot. seloii la riieUiodo adoptee en 
dernier lieu sur d'anires points dc la frontiere. le c'lloncl oliarge do la 



delimitation avail di'signe dcs nnieieis liM'anv, pour se renoontrer sur le 
terrain aver les delogm's (Illinois. Deux iieiileiianis el uii sous'licntenaitt 
fiiroul aiiisi charges en pleine saisoii des pinies. dans une region des plus 
diflicilc», en presence de !u mauvaise volonte des elicfs ct de la popu- 



CHEZ DEO-VAN-TRl 197 



lation indigenes, craller regler sur place cetle afiaire delicate. lis sepui- 
serent sans resultat appreciable dans des efforts steriles. 

Bien que Deo-van-tri nVut rien fait qui put lui etre reproche, nos 
ofliciers s'^taient parfaitement rendu compte qu'il avail vu d'un fort 
mauvais ceil, cetle nouvelle alleinte portee a ses droits les inoins conies- 
tables, et pour qui le connaissail un pen, il etait clair que, plutol que dc 
laisser parlager en deux son lerritoire, la lenlation lui viendi*ait un jour 
ou Tautrc de livrer le tout a la Chine. 

Les nou voiles que ni avail telegraphiees M. Pa vie, contribuerenl a 
rassurer Deo-van-tri, a qui j'appris que, sur noire deniande, M. Gerard, 
minislre de France a Pekin, avail ele assoz heureux pour obtenir, dans 
ses negociations avec le Tsong-li-Yanien, Tintegralite de son lerritoire. 
Malgre lout, Deo-van-lri deniandait des preuves ct des fails, car le 
Tsong-Ii-Yamen lui paraissait bien eloigne el les autoriles du Yunnan 
bien rapprochdes. Or celles-ci ne sV'taienl-elles pas imagine, encore tout 
recemmenl, de lui adresser une leltre haulaine, Tinvitant a payer Timpot 
du lerritoire de Lai-Cliau, au Gouvernemenl Chinois, alors que cc canton 
n'avail jamais cesse d'etre Annamile el que, depuis seplans, il se Irou- 
vait place sous noire proteclorat le plus direct. 

L'arrivee prochaine dc M. Pavie, la presence a Lai' Chau du capi- 
taine Bourguignon avec ses soixante quatorze mules, nies frequentes 
admonestations lui firenl comprendre qu'on avail cesse de le leurrer. 
II decida de rassembler ses miliciens, fit cliercher partout des mules el des 
chevaux et donna des ordres pour Tamenagement des routes et des 
abris, dans la direction de Muong Le. Enlin, le Ihao m'annon^a qu'il 
allail lui-menie descendre avec moi la Hiviere Noire, au-devant de 
M. Pavie, en compagnie dune escorte. 

Gomme je manifestais ma surprise de voir une troupe arniee s'embar- 
quer sur cetle Riviere Noire, oil le calme n 'avail jamais cesse de regner 
depuis pres de sept ans, Deo-van-lri m'expliqua que les temps n'elaient 
plus les memes qu'en 1890. Depuis quelques mois, des Imndes de pirates 
venues de Lao-Kay, lenaienl le pays voisin de Lai" Chau, aux sources du 
Nam Mu et du Nam Ma, dans le Chieu-Tan, et il importait de garantir 



198 M[SS[0> PAVIE 

le vovagc do la mission, que Ion savail fort bien ajipriivisionn^ en 
argent elcii rt'ssonrt-cs de loutc es|MVe. Ilieii qti'il n'y cutanrun danger 
u rcduuter, Ic tliao Icnuit d'iinlanl plus a prendre ces precautions, epic 
depuis deiix aiis, il elait seul u excreer une snrveillanri' regulierp dans 
lout le haul pays. Ic I'rolccloriit lui ayuiit coidie le soin d'or^aniscr, 
nioycunanl nnc suliM-iilioii nieii^uelle de ntillc piastres, uiie. milicc dont 
il rcpondail. 



Gnicp a sa coiniaiHsant-e du pays, au\ rcnsoignenieiits qu'il 
rceueillait de lout cole ot aux relations qii'il cnd-elenait avec les antorites 
cliinoises de la fronlicre, Doo-van-lri etait parvcnn a assui-er, sur les 
conflns do son terriloirc, unc surveillance bcaucoup plus efficacc, que 



-tnirr- 



CHEZ DEO-VAN-TRI 199 



n'auraienl pu le faire des soldats Annamites, commandos par des officiers 
Europcens. En fin de compte, le Prolectorat retirait de cetle organisation 
de grands avanlages, qui se Iraduisaient par une econouiie tres serieuse. 
Quant aux chefs militaires de la region, ils avaient ele plus d'une fois a 
meme d*apprecier la valeur des renseignements fournis par Deo-van-lri, 
dont ils estimaient le loyalisme, Lien que son devoucment assez mal 
recompense fut souvent soumis a une forte epreuve. 

Personne n'ignorait, en effet, que les chefs des bandes de Lao Kay, 
soudoyees par lancien regent Thuyet, avaient invite Deo-van-tri a se 
joindre a eux, mais qu'au lieu de les ecouter, il les avail defies de venir 
Fattaquer sur son territoire. Ge qu*on savait nioins bien, c'esl que depuis 
quelques annees, Deo-van-lri avail etc a meme d'observer quelques-uns 
de nos points faibles. II avail pu causer avec des refugiesBirmans, hosliles 
a TAngleterre, mais par eux, il avail egalement appris que la domination 
Anglaise se rapprochail chaque jour du Mekhong el que nous ne larde- 
rions pas a Tavoir dans noire voisinage. 

Quant a moi, j'avais su trop bien, en 1891, pour n'en avoir pas 
conserve le souvenir, comment, profitanl de sa presence dans le Delta, 
un agent etranger, s'elait arrange pour faire sa connaissance sur un 
bateau, I'inlerroger sur la solde qu'il louchail, sur ce qu'il avail fail el vu 
aux Sipsongpanna, faisanl en meme temps miroiler a ses yeux une 
connaissance approfondie des usages ihais el de la langue chinoise el lui 
promettant d'aller le voir a Lai-Chau. 

Sans doute, Deo-van-lri elail trop intelligent pour ne point demeu- 
rer a Tecarl de loules les lenlalions, mais il aurail voulu qu'on lui en 
temoignat quelque reconnaissance. Je savais fort bien a quel degre d'elo- 
quence pitloresque il elail capable de s'elever, quand il se lan^ait tout a 
coup sur le ton des dol^ances. « Oui, me disail-il, quand on a besoin de 
(( mes miliciens on sail bien dire ; Quan Dao, porlez vile vos hommes 
(( par ici ou par la. El puis, apres, c'esl aux Thais Noirs que vont loules 
(( les faveurs. Que ne s'adrcsse-l-on pas aux Thais Noirs pour avoir des 
(( soldats, puisqu*ils sonl propres a tout el qu'on les aime lant. On 
(( verrait comment ils sonl capables de defendre le pays. Tout cela, 



300 MISSION PAVIE 

« ajou(ait-ll, ne peut avoir qu'un tetnpH. (Ju'on continue a donncrraisoii 

« aux Thais Noirs : on verra Ics TIiaTs Itlnnrs s'cn allcr en masse du cole 

(( dc la Chine, avcc leiirs feinincs ct [mi's enranls. II n'y anra plus de 

« villages sur le lerriloire <le Lai-Clum. (^)uanla inoi, certes, jc ne devien- 

« drai pas pirate, mais n'avant plus rien a faire dans ce pays ou Ion m'a 



<( nommc Qiian dao, en nie donnant un Iniiteinont Inferieiir a celui que 
<( j'avais en qnalite dc Quaii pliu, jc retournorai dans la hrousse ». 

Et comnic il mo rcgardait du coin de I'tril Pt nie voyail atlriste. — 
« Noil dil-il, jirai en France avcc mcs derntcrs nes. Nous nous ferons 
« Kran^ais cl jc Ironverai hicn (]uel(|n'un, ponr me venir en aide ». 

Celait gracieusrmcnt me rappelcr I'appui (|ue j'avais prele a Paris 
dans loccidcnt loinlnin, h scs ncven\ Kagne. Khcu, Tao ct Pheuille ; 



CHEZ DEO VAN-TRl 201 



c'^tait aussi me rappeler fort habilemenl qu'il coinptait surmoi, au jour 
des ech^ances prochaines. Ce qui paraissait certain, c'est que, quoi qui 
pftt advenir, Deo-van-tri n'elait plus homnie a reprendre la brousse sur 
un simple coup de tete. 

Son pere 6tait mort depuis deux ans et depuis quelques mois, la 
mere du thao avail disparu a son tour. Leurs fundrailles successives 
avaient donne lieu a un immense concours d'amis et a dos fetes magni- 
liques. Deo-van-tri avait tenu a faire grand el y avail, me dit-on, reussi. II 
paraissait vieilli, ses cheveux avaient blanchi, comme il convenait au 
chef de cetle importante famille, et rien n'etait curieux comme de Fob- 
server dans son role de pere mur, se complaisant dans Tadoration de 
Moune et de Mane ses deux derniers nes. II etait devenu grand-pere el 
grand-oncle, car les generations avaient pousse, et les jeuncs gens que 
j'avais connus naguere cclibalaires, etaient maries et peres de famille. Sans 
doule, il y avail la beaucoup de solides appetils a satisfaire, ot la tficlie 
pouvait paraUre un pen lourde a ceux sur qui elle pesait d'une fa^on 
continue, mais il y avait moyen de s'arranger, pourvu que d'un cole 
el de Tautre, on mil un pen de bonne foi el de bonne volonie. 

Le 10 novembre, je quitlai Lai-Chau en pirogue; en memo temps que 
Deo-van-Iri quaranle miliciens lliais nous accompagnaienl, equipes conmie 
des pirates et flanques d*une meule de chasse, au fond des bateaux. La 
Riviere Noire est si sauvage el si piltoresque sur le lerriloire de Lai- 
Chau, qu'on ne saurait rien imaginer de plus curieux que ce deplace- 
menl d'un grand seigneur feodal, se meltanl en route avec sa maison. 
II m'avait offerl rhospitalile la plus afiectueuse et j*en avais profile, sur 
d'etre bien traile et depuis longtemps gagne par les charmes de la cui- 
sine chinoise. 

Nous voyagions a petiles journees, lachanl les chiens dans les 
endroits favorables, pour courir le chevreuil et le sanglier. Nos 
pirogues s'arretaient dans des recoins du Nam-Te, aux heurcs des repas 
et pendant que Teau bouillait pour le the d'Ipang, le cuisinier du thao 
nous preparait des grillades de pore, des creveltes de la Riviere Noire, 
de fins chapons Meos, en guise de roli, el des poissons au foie delical 
V. 26 



202 MISSIO^ PAVIE 

p^clit's au confluent du Nam-Ma. Mouiie el Mniic uiix cftles de !ciir pore, 
egayaieiit [wr leur pr^spiicc ocs feftliiis en jilein air. 

De lonips on (cinps. an milieu dc sps e[ian('hemonls aflecUieu\. Dein 
van-tri rcptciiait son ii)as(|no tragiqne et ses grands airs (|ui me raisaienl 
doucemeiit sourire. « Qtie pourrult llinio'i cnntrc moi, mc dit-il u briMe 
« pourj)oint, s'il me plaisail de jMisser a la (Ihinc, avee inon pays el avec 
(( mesgens? Pourquoi agil-oii conmie de» pirates vis-ii-vis de iiioi et des 



« ntiens !> Kanil)(»i elait alisprit de son eantini deTiian-Oiaci ; niatude il etait 

« ileseeiuin a Hanoi, pour se faire soigner: le Resident superienr I'avait 

« re^ti a>ec distinetinn. Kt pendant ee temps-lfi des tirailleurs enlraieiit 

« dans sa maison de Tuan (jian. fouillaioiit toul, s'eniparaient par ordre 

« dps fusils de sa miliee, alors qu'il ei'it sufii de les lui deniaiider pour 

« Ics avoir. C elail bon pour des Annaniitcs d'agir ainsi, mais pour des 

« Fran^-ats, non. » 



CHEZ DEO-VAN-TRl 20;i 



Sur les Aiiiiaiiiiles Deo-van-tri etait inlarissable. II aimait a racoiiter 
une legende, ou ils etaient tralles d'homnies de papier, depuis le jour ou 
le general chinois Cao-bieii, frappe de leur moUesse, Ics avail tous decla- 
res issus d'un bonhomine en papier qui, vu son peu de consistance, 
n'avail pu vivre qu'un seul jour. 

Par opposition Deo-van-tri appelait les Mdos ou Miao-tze, deshommes 
de bois et racontait une autre legende, d'apres laquelle ces montagnards 
etaient issus dun mannequin en bois, fagonne par un charpentier. Les 
images qu'il fabriquait, resseniblaient tellement a des hommes que la 
femme de Tartisan, venu dans la foret oil il Iravaillait, pour lui appor- 
ter du riz, s'y Irompa et quelle nc dislingua son mari des mannequins, 
qu'en portant la main sur eux tous. Fort heureusement comme il etait 
plus humide que les autres, elle (init par le reconnaitre. Je me suis laisse 
dire que ces sortes de sobriquets nc font Taffaire ni des Annamites ni 
des Meos. 

Pour en rcvcnir a Kam-Doi, la disgrace de son beau-frere et ami pre- 
fere, causait a Deo-van-tri une profonde amertume. II n'insistait pas Irop 
sur Dien-Bien-Phu, bien qu'il lui parutdurde renoncer a cette charge de 
Quan phu, que sou perc avait naguereexercee, pour le comptedes Anna- 
mites, dans les cantons des Thais Noirs, et qu'on lui avait naguere 
offerte a lui-meme au\ heures difliciles. On lui avait, il est vrai, donne 
le litre de Quan dao, superieur dans la hierarchic annamite, a celui de 
Quan phu, mais outre que le territoire soumis a son autorite sc trouvait 
singulicrement reduit, il meprisait trop completementlcs Annamites pour 
fairc le moindre cas dc leurs grades et de leurs distinctions. 

Ce qui Toffusquait le plus, c'etait que Kam Doi cut cesse non seule- 
ment d'etre bambiendc Dien-Bien-Phu, mais meme QuanChau de Tuan 
Giao. II se rappelait que le pore de Kam Doi avait ete tue par les hommes 
du Delta et que les Thais de la moyenne Riviere Noire s'etaient toujours 
montres hostiles a hii-meme et a tous les siens. Quand on a souffert et 
lutte en commun, Tamitie grandit. Or, dans ses luttes contre les Birmans, 
les Chinois, les Siamois et contre nous, Kam Doi avait toujours ete a ses 
cotes. Deux fois prisonnier des IIos, il I'avait deux fois ddlivre et c'etait 



204 MISSION PAYIE 

encore une fois lui qui I'avail sauve, le jour ou dans un eoniljal il etoit 
tomho hiesse. 

Ue»»-vau-lri roeoimaissail hieii que Kam-Doi avail couimis quelques 
fautew, ninis Jl etait aigri |«ir les derniers iuctdviils. C'etail a tous ees 
maleuleiidus qu'il atlribuail IVcliec <Ie divcrses entre|(rises. surlesquelles 
nous avions lieaueoup coniple. pour le developpenient do la n'giou. 
I'inlcrruptiou du serviee ri'gulier dc ravitaillenieul des posies pr les 



pirogues de la Itivifirc Ni)ire, ct par suite, larret des rclalions avcc eer- 
tiiins negoeiants frari^ais d'llanoi, qui, eu i8<)i, au retour dc noire 
exploralioo des Sipsong-paiina, s'cilaieut enleudiis avec le lliao, pour le 
commerro du llie d'Ipaiig. 

Apies avoir suecessiveineul eiivoye a liun Noi trois caravaiies de 
mules, (pii lui avaient procure un eertaiu proiil, Deo-van-lri s etait arrcMe 
tout a coup decourage. La perlc dune partic dc ses mules et les depenses 



CHEZ DEO-VAN-TRI 205 



occasionnees par les lunerailles de son pere, avaienl d'ailleurs paralyse 
ses moyens d'action et mainlenant il soUicitait vivement du Protectorai 
une avance de trois mille piastres, pour reprendre son commerce sur une 
nouvelle base. 

A vrai dire, on ne cr^e pas du jour au lendemain un courant 
commercial et si les subventions de TElat sont parfois utiles, elles 
ne sauraient suppleer, Jl tout un ensemble de mesures economiques, 
dont rimportance pent dchapper a celui qui ne per^oil que le detail, 
mais qui nen sont pas moins indispensables dans une region oil tout est 
a creer. Le regime des transports, les reglements douaniers, Torganisa- 
tion du trafic doivent lendre vers un meme but, au lieu de seconlredire. 
De la, la nccessito d'encourager par tous les moyens possibles, sur la 
Riviere Noire, le developpemenl de la batellerie indigene: de \k aussi 
rinteret d'obliger les cbefs locaux a Tcntretien des routes et des points 
de relai, en les poussant eux-memes a faire du commerce et en leur laci- 
litant les moyens de Fentreprendre. 

Les Annamiles,dans leurdesir de s'isoler, n'avaient jamais rien compris 
a cela, el nous-m6mos, avec noire regime douanier prohibitif, loin d'en- 
courager, nous paralysions les rares efforts individuels, sans pouvoir 
cmpeclier dans les regions monlagneuses de la frontiere, une conlrebandc 
assez active d'opimn frelate, qui empoisonnail nos populations en les 
appauvrissant. 

Deja sur d'aulres points de la frontiere, j'avais ele a meme d'observer 
quelques graves inconvenienls, resultant d*un systfeme beaucoup trop 
theorique et general, qui ne lenait pas un compte suffisant des ressourcos 
el des exigences locales. Nous avions ^te assez heureux pour obtenir 
en 1891 du Gouvernement General, la suppression d'une partie des 
entraves, opposees aux relations commerciales avec le Siam, sur la fron- 
li?;re du Cambodge, maisdepuis, sur le Haul M^khong, j'avais pu voir 
combien les commcr^anls Europeens de Rangoon et de Bangkok avaient, 
jusque dans ces parages, une avance marquee sur ceux de Cochinchine 
el du Tonkin. 

D'autrepart, une des principales ressources de laprincipaute de Luang- 



MISSION I'WIE 



Prabang conststanl dans la regie dp r<>|iiuiii veiiaiit dii Yiinnan e( de 
Xieng-Tong, coiivotiuit-i] d'eiicouragcr ou d'oiitraver les imporlanis 
echarigcs avec Ics pays >oisiiis qtii sc raducliaiciit a cc cummerce? La 



quoslion en loul cas rtait des plus comptevt-s el iiierilail line reglenieit- 
lalioii spi'-eiale, el nun I'apiilieulian d iin ii-ghne gciiei-al, imagine pour 
d'aulrcs iH^sotnij, rar Inule la pn)S|R'ril«' de ii«is nouvelles provinces 
ponvait dependre dcs n-glcs (pii y seraient applitjuees. 

Au point de vue politique n etait-il |ms en tons cas dangereux de 
proct'der jKir a coups, les cliels ndigencs coniprenanl asse/ pen les molits 



^p»— • - 



CHEZ DEO VAN TRI 207 



qui nous font agir et s'expliquant fort mal que nous les emp6chions.de 
tracasser les march.ands elrangers de passage sur leur lerriloire, alors 
que notre regime douanier d'ailleui*s tres difficilement applicable se 
monire a leur egard si rlgouieux. 

A bien des egards, il convient de ne pas oublicr que sur certains 
points de rindo-Chine, on en est encore aux ma^urs du moyen age, et 
que notre tachc est d'ameliorer sans compliquer. Un jour comme des 
marcliands Chinois venus a Lai-Cliau, s'etaient plaints des exigences et 
des vexations de la familledu thao, on avait cru bon d'intervenir, ce qui 
nous avait vain Tapostrophe suivanle : « Puisque vons vous entendez si 
(( bien a proteger les commer^anls chinois, essayez done de distinguer 
(< Fami de rennomi, Tespion du negociant tranquille. Organise/ en un 
« mot une police, preferable a la notre, mais ne comptez plus sur nous, 
(( pour vous renseigner ». 

J'entretenais volontiers avec l)eo-van-tri ces conversations sur le 
commerce, pour lesquelles il avait toujours manifesle un gout tres pro- 
nonc6. Seulement, il fallait sentendre, car il y a commerce et commerce 
et celui de la Riviere Noire a bien des particularites. 

Tout en devisant et en flanant, nous avions fmi par depasser Quine 
Nhai, quand, le 15 novembre, a la tombee du jour, les piroguiers de 
Deo-van-tri signalerent la flottille de la mission. De vigoureux coups 
d'aviron eurent vite raison de la distance. Apres quati'e mois de separa- 
tion, je retrouvais enfin M. Pavie et la soiree se passait gaiement a diner 
dans une de ces installations, si facilement improvisees sur les bancs de 
sable de la rive, en causant avec le chef de la mission et en faisant 
connaissance avec ceux de nos nouveaux collaborateurs qui Taccompa- 
gnaient. 

Outre M. Caillat et le lieutenant Oum, qui faisaient partie de la 
mission depuis le mois de Janvier, j'allais revoir mon excellent ami le 
capitaine Riviere, qui avait ete un de nos compagnons en 1890 et dont 
renvoi sur le Haut Mekhong avait ete decide par le Departement, des 
Tautomne de 1893. 

Pendant le mois qu*il venait de passer a Hanoi ou, d'accord avec 



MISSION PWIE 



M. Chavassieux, le gouvcrncur gonei'al par interim, i) avail decide le 
plan de notrc prochalne campagiie, M. Pavic s'('lait assure Ic eonroiirs 
de plusieur» oHicicrs topograplies, les liouteiiaiils Mailluchci, Scauvc, 
Sandr^ el I'lioniassiii ; il s'f'tail ('galenieiil fait adjoiiidre le U' Leli-vre, 
pour )c service ni/ilical, et Ic coiuuianilaiil Tournirr dc la Li'gion 
6trangerc, pour Aire on mosure 
de faire face a loules les eveii- 
tualites. Mainlenanl en elTel, 
qu'oulrc les afiairps du Haul 
Mt^kliong. nous I'lioiis ofiiciel- 
leiuetil eliargos de la deliuilla- 
lion cliinoise, il fallail prcvoir 
une cerlalue dispersion def- 
forls, rar des cc inoinenl. II 
elail convcnu aioc noire nii- 
nlslre a I'eklii. que des topo- 
graplies cliiitois se it'ncontce- 
raleiil prociiainemenl uvee les 
notres, a Long po el a Muong 
Le. 

II n'elall plus perinis a 
Deo-van-lrl d'emellrc le nioin- 
dre doute surnos Intentions. A u 
surphi.s. Tarrivee de M. Pavie 
luiavaildonn^unsingullercoup 

de fouet et II ne songeall plus ^..^ .^ _ ^^^ ^^^^ j,^^^ ^^ j^,_^^^^ 

qu'k manifesler publlqiieuieni, 

apres deux aris d'incerlitudeft et d'aiigoisses, la conrianO(? que nous lul 
inspirions. Voulanl donncr lihre cours a sa joie, il organisa, Ic lendemaln 
de noire reiiconlre, unc grundc ehasse dans les forets voisines de la 
Riviere Noire. La irompe se mil a resonner dans la monlagne ; les 
piqueurs se gllsscrcnl dans les foorres inipenelraUes. pendant qn'al- 
long^s dans nos pirogues, nous remonlions lenteincnl le couranl. Apres 



CHEZ DEO-VAN-TRI 209 



avoir etc quelque Icmps poursuivi par les chieiis, iiii cerf arriva sur la 
rive, se jela dansla Riviere Noire et, pourchass^ par la meule, vint se faire 
luer sous nos yeux. 

Ce ful une belle occasion pour le Ihao de nous rappelcr Finlrepidite 
des hommes, qu'il destinait a notre convoi. II elait fier de ccs jeuncs 
gens, formes par lui dfes I'enfance, enlratnes dans loules ses entreprisos 
et- destines a faire souclie pour augmenter sa clientele, dans les vil- 
lages du Nam Lai et du Nam Na. Solides, habitues a la vie de brousse 
et-parlant tons les dialectes du pays, aussi hardis dans les rapides que 
debrouillards dans les forets, ils realisaicnt le type parfait de riiominc 
de bande, tel que le comporte la region et lei que Tavaient trop souvent 
rencontre comme ennemi, nos troupes regulieres. 

M. Pavie eslima qu'avec une trentaine de ces gaillards, nous ferions 
face aux dillicultes imprevues et il se borna pour la parade, a conservcr 
quelques Annamites, qui se trouvaient d'ailleurs singulierenient depayses 
dans ces motagnes. Le 1 7 noveml)re, nous ^tions de retour a Lai-Chau et 
procedions aussitot a Torganisation de notre double mission, pendant que 
les officiers retardataires rejoignaient par des chemins differents le con- 
fluent du Nam-Lai. 

D^s que M. Pavie eut pris connaissance de mes journaux de marche 
ainsi que des informations que je rapportais de la region de Xieng-Khong 
et de Muong Sing, il s'empressa de les transmettre au Departement, 
en insistant par t^legrammes speciaux, sur les points les plus saillants. 

Malgr6 notre desir de nous mettre le plus vite possible en route pour 
profiter de la bonne saison, il fallut presque une quinzaine, pour organiser 
nos diildrents convois. Les mules du capitaine Bourguignon ne sullisant 
pas, Deo-van-tri put heureusement s*en procurer a Tafme un assez 
grand nombre, pour permettre au groupe du commandant Tournier charge 
de la fronti^re entre Long-po et Muong Le, de s'organiser. Les nouvelles 
qui arrivaient de cette region n'etaient rien moins que rassurantes. La 
bande du Chieu Tane venait de se signaler a Binh Lu par un nouveau 
guet^apens, ou plusieurs sous-olficiers fran^ais avaient trouvc la mort. 
Cette bande etait, au dire de Deo-van-tri, a la solde dun nomme 
V. 27 



210 MISSION PWIE 

Tioiiping-tliung, rdsidanl a Son pliong, en fare de Lao-Kay, qui avail 
organise son entreprise de piralerie, sous )a forme dune soci^le en 
commandite. 

Le tliao en savait long, sur les oompromissions de cerlains chefs 
i^dig^nes terrorises, iivec con brigands. Quant a lui, poiirvu qu'il ciit les 
ressourees necessaires pour augnienlor de cent hommes leflectif de scs 
miliciens, il sefaisaiL fort d'assiircria securiledes membres de la mission. 



d'autant niicu\ que les dernieres nouvelles re^'ues, permetlaient de garantir 
la bonne volonte des chefs militaires cliinois de la frontierc, 

RioM n't'lait interessant eomme de faire causer Dco-van-lri sur les 
origines potiticjues de la piralerie. A I'epoquc de la prise de Hue, le regenl 
d' Annam Tujel s elail enfui vers Lai-Cliau, on il comptait, sur Deo-van-tri, 
pour organiser la resislanee. II fut I'hote des Deo, dans leur maison de 
briques dc Mnong Lai, mais c'est en vain qu'il essaya'd'cxcrcer sur eux 



CHEZ DEO VAN-TRI 211 



son autorite. 11 etait extreiiieinent violent et menaga plusieurs fois Deo- 
van-tri de lui faire Irancher la lete. Enfin, a bout de ressources, il resolut 
de passer la frontiere et de s'enfuir dans la direction de Canton. 

Jusqu'au dernier moment, il essaya d*entrainer avec lui le thao, mais 
celui-ci refusa, tant il craignait do s'eloigner de son terriloire. Or, a en 
croireDeo-van-tri, dans la province du Quang-toung, oil il s'^tait refugie 
a la suite de ces incidents, Thuyet n'avait jamais renonce a la lutle, et 
c'etait lui qui encourageait et soudoyait les bandes de Son-phong, au 
moyen desquelles il conlinuait a entretenir des relations avec le De-Quan, 
son ancien lieutenant, chef de la rebellion dans le Thanh-Hoa. 

Commed'autre part nous avions acquis I'assurance de relations encore 
toutes recentes enlre les Siamois et les re voltes du Thanh-Iloa, en meme 
temps que d'excitations a Tinsurrection, chez les Meos et les Yaos, dis- 
perses sur tons les sonimets de la rive gauche, nous etions en mesure de 
constater le caraclore politique de la resistance, organisee contre notre 
domination. II elait done facile plus que jamais, de demontrer combien le 
maintien des chefs de la Riviere Noire dans le parti frangais importait a 
la securite de nos possessions laotiennes. 

II ne pouvait etre question pour Deo-van-tri, dans les circonstances 
presentes, de sabsenter lui-meme de son territoire. Aussi vit-il partir, 
non sans regret, le groupe Tournier, le 26 novembre, pour Long-po, 
sans raccompagner. 11 ne nous laissa nous-memes nous engager dans la 
direction de Miiong Le, que lorsque tout parut assure pour le ravitaille- 
ment de nos cent vingt-huit hommes et de nos cent betes. Chacun de 
nous avait deux chevaux de selle a sa disposition. Cent vingt kilogram- 
mes de riz par jour et soixante kilogrammes de sel tons les cinq jours, 
telle etait la consommation prevue par le thao, pour toute la periode on 
nous serious sur son territoire. Au dela, il sen remettait a notre expe- 
rience et h celle des hommes qui nous accompagnaient. 

Deo-van-tri jugea egalement necessaire a ce moment, de se mettre en 
regie avec le Ciel. Le 29 novembre, comme il se sentait mal a Taise, il 
s'imagina qu'il avait offense les mcmbres defunts de sa famiUe. II endossa 
des vetements de dcuil, prescrivit des pricres et des offrandes et (it 



2ia MISSION r.WIE 

frappor te gong a lour do brus. I)e boiHU's iinuveltes, venues de Binh Lu, 
le rassuK'reiit rl liotn' (lo|)ai'l fill decitli' potir le siirloiiddnaiii. 

II ii'y a |>as lien dc dt'crirc let cii driail ritiiicraire que nous 
suivinics en conimun jusijua Muoiig-Nliit. C'olail la troisieine tbis que je 
parcourais celle route, el je dois avouer que, dopuis luon dernier passage 
en 1891, elle n'avait ele en aucnne fa^un anieliorre. Au dehul de noire 
marclie. lorganisation du eonviii se reHiseiilit de I'ahsence de Ueo-van-lrl, 



HH. HI). — CdoIIh daD< la toiH 

Le chef de noire caravane etuit le jeune ot mou Kam-Kouy. qui manqtiait 
d'autorile sur nos mulctiers yunnanals, demoralises par la maladie et par 
la mort dc plusieurs de leurs eamarades. Les caisses mal ajustees sur 
Ics mules, roulaient au fond des precipices el nous arrlvions avec peine 
au tcrme de nos Ires courlcs elapcs. Fori heurcuscnienl, eliaque soir 
nous trouvions des abris asscz conforlables, amenages par les soins de 
Deo-van-tri el les vivrcs nc faisaieiil pas defaul. 



CHEZ DEO-VAN-TRI 213 



Ce n'etait plus cette marche solitaire, mais rapide et precise, qu'en 
compagnie de Tchioum, je venais d'accomplir, en d^pit de la saison des 
pluies, mais celle-ci ne manquait pas de charme, car nous elions la, unc 
hande de jeunes gens, dont plmsieurs faisaient en quelque sorte, leur ap- 
prentissage de la vie de brousse. Le terrain etait singuli^rement favorable, 
la foret regnant en maltrcsse sur une bonne parlie de notre parcours. 

Desireux de me renseigner sur les communications, qui avaient autre- 
fois existe enlre la route que nous suivions et le bassin du Nam Hou, 
j'appris que de M. Kia, un chemin se dirigeait naguere jusqu'au Nam 
Hou, remontant le Nam Bay jusqu'au Pou-luong, descendant ensuite a 
M. Seng par le Nam-Meuk et atteignant facilement M. Koua en six petites 
elapes. En arrivant au Nam-Mi, Kam Heun qui nous accompagnait, me 
signala un autre sentier allant au Nam Po, affluent du Nam Hou qui arrosc 
Ban-Na-hi et Muong Koua. M. Koua, me disait-il, etait aussi en commu- 
nication directe avec Xieng Neua sur le Nam Bane, affluent du Nam Hou. 
Ne pouvant aller reconnallre ces divers points, ecartes de la direction que 
jious suivions, ces renseignements venaient fort utilement completer les 
vides de notre carte. 

Pendant que nous avancions vers M. Nhie, nous crois&mes plusieurs 
courriers, qui nous apportaient des nouvelles de M. Garanger, installe 
depuis peu a M. Hahin, oil il avait cred un poste, et que j'avais tenu 
rdgulierement au courant de nos faits et gestes. 

M. Pavie se disposant k aller en compagnie de MM. Riviere, 
Mailluchet, Caillat et Seauve, reconnaitre la route de M. Le et s'entendre 
avec les Commissaires Chinois sur la frontiire, je lui signalai Tintdret 
qu'il y aurait h. passer par M. Hahin, puis k suivre la frontiere chinoise 
par la route interieure du Laos. Tenant compte de mon desir, M. Pavie 
meconseilla de gagner M. Sing, par la route qui me paraitrail preferable, 
et il m'adjoignit comme collaborateurs le lieutenant Thomassin et le 
D' Lefevre, Tchioum restant naturellcment charge, dans notre groupe, 
des fonctions de secretaire et d'interprete, qu'il remplissait depuis plusieurs 
mois aupres de moi, avec tant d'intelUgence et de devouement. Nous 
gagnions a cette combinaison une grande elasticite dans Torganisation 



211 MISSION PAVIE 

des convois et eii nii'me Icnips, de plus graiidps facilik's pour Ic raii- 
tailleinciit de nos deux groupcii. 

Si les chefs de Lai-Cliau n'avaient pris solu de faire rasseniLler 
au\ etapcs Ics Klias nccrssaires a iiiiire service, il est prolrahle que uous 
n'aurions renroutir (jue Iiicii pen d'olrcs vivanls sur iiolrc route. Pres 
de M. Kia, nous apei\'uiiies Ics premiers klias hlio. desrendus do leurs 
somuiets pour nous voir passer. lis me parurenl I'essembler aux ^aos, 
Qvec lie grands turbans lileus sombres. uiu- courle uatte dans le dos et 
les dents laquoes dc louge. Us avaient de pelites pieces de couleur cousues 
dans ieurs vt^tcments, potir detourner les mauvais esprils. 

A M. Tung, notrc service fnt a.ssm'e par des Meos \oirs, ainsi appeles 
paroo que lours v^tements sunt de couleur sombre. l)cu\ d'ciilre eu\ 




Pl^ 81. _ Boucle:. d'onillf. Meof ct Yaoi 

avaient a I'oreille gaurlie mie bouclc en argent, jiortant certains carac- 
tJ'res, analogues a ceux de Ieurs <'olllers. Jo crus, on men jtrocurant avec 
peine un exemplairc, avuir mis la main sur un 8pi5cinien de lour ecriture, 
niais les caractercs so Irouvaienl Hrc chinois. 

Le 9 decembre, nons arrivioiis a M. Nliie, ou M. Garanger, venu 
d Ilahin, se Irouvait depuls la veille. A la nouvolle de notre arrivee, il 
s'elail porte a la rencontre de la mission el apportait des reuseigncmenls 
fort pri^rieux snrune partiedela region frontiere que nous alliens aboi'der. 

II s'elait mis des son arrivee a \1. Ilaliin en rapport avec le man- 
darin cliinois do Muong-Le, qui avail (ait preuvc d'excellenles dispo- 
sitions a notrc egard et annoncc la procbaine venue des commissaires 
Cliinois cbarges dc la dctiiuilalion. Quant aux Lus dc Muong IIou, ils 



CHEZ D,EO-VAN-TRI ai5 

paraissalent animus dcs moillcurcs intentions, [tuisquc duns un echange 
de lettrcs nvcc M. Garanger, ils avaicnt rappcle leiirs Hens ofliciels 
avec !es cantons laoticns dc M. Haliin, dc M. Oua el de M. Ngay, 
qui avaiciit autrefois forme avec eu\ le gioiipement des Hua panh ha 
tang Iia. II n'esi pas besoin d'insistcr sur I'iinportance qu'avaienl pour 
nous dc tels renseignements, au moment surtout ou nous abordions cette 



Fig. S2. — La Mission a Muoog-Nhli. 

partie de la delimitation ctunoiae, ou la reunion des deux Muong Hou a 
notre teiiitoire etait le but principal que nous poursuivions. 

C'elait par la surlout, qua mes yeu\, cette seconde mission se soudait 
a la premiere, car ayant ete a m6me d'etudier en 1891, les limites sep- 
lentrionales du territoire de M. Hou, j'atlachais un prix particuiier a me 
rendre compte cette fois-ci, des rapports que ses habitants entretenaietit 
avec los cantons plus meridionaux et avec toutc ccttc valli5e du Nam 



216 MISSION PAVIE 

Hou, dont ils commandaieal la vole d'acc^s principale, le chemin hislo- 
rique des invasions laoUenncs. 

Aussi m'^tait-ll particulicremont agr^able. apres avoir reconnu les 
frontieres dc I'ancicn Lan Cliliang, dopiiis le Vlt'kliong jusqu'aux sources 
du Nam Pak, de pouvoir maintcnanl elendre uion cnqu^le et souder nos 
prochains itin^raires a cou\ que j'avais precedemmeiit lev6s. 

Deux journees ciilieres a Muoiig Nliie, avanl la dislocation de noire 
groupe, Turenl consacrees a la I'epartltion des liomnieH et des mules et u 
I'expedition des leltres el des teiegranimes pour i*uris, Hanoi, Pekin et 
Bangkok, car il ne pouvail plus dc loiiglemps, ^tre question d'aucun 
igulier. 



Fig. Hi. — La CtpiUloe TbomUHiD et sa bouuols. 

CHAPITRE VII 
LE BASSIN DU NAM HOU 

DE MUONG NHlfi A MUdNG HAY LE LONG DE LA FRONTlfiRE CHIXOISE 
10-31 dccembre 1894 



D^squenous ef^mes quitt^ le campemcnt tie M. Nhi^, le lieutenant 
Thomassin prit possession dc la houssole, pour ne plus la quitter, jusqu'a 
la fin dc noire campagne. Sauf M. Garangcr, qui venait de la faire metlre 



218 HISSIOS PAVIE 

tant bien i^ue mal en ^tal, pcrsonnc n'avail suivi Jepuis bicii longlcmps 
la route directe de M. Nliie k M, lla-IIin par \es sources du Nam La. 
Aussi, a partir du posle abondonnc do M. NUi(5. oil notre caravaiie rc 
s^para du groupe Pavic qui gagnail M. L6 par Pou-fang, Ics difTicultes 
ne firent-plles (|uc se sucrcder, dans lo lit nrif^me du Nam I^, tout cncom- 
brc dc gros galcts. parmi lesqueU futclabli noire campenienl du 10 de- 
cembre. 



Fig. 84. — Kemmcs Mrw devml une mcule k mtli. 

Les cenlrcs habiles faisani defaut pendant les premieres etapes. 
nous avions dft nous munir de riz pour Irois jours. Notre eonvoi so com- 
posait, outre les chevau\ de selle, de vingt huil mules, sous la garde de 
quatrc muletiors cliiiiois, tout a fait depavses et demoralises, qui ne son- 
goaient qua ^'cnfuir. J'avais une cscortc de liuit milicicns annamites 
dont jeme serais parfaitomenl passe, et M. Garanger qui i-cnlrait avec 
nous a M. Ila-Iliu avait de son cote quelques miliciens laotiens, fort 



PL. HI. 



99»30 

7~ 
Rigs 

^ MUOH© LHJdDH© 

THOMASSIN 



B.Liio 



ourf ^^^ 




LE BASSIN DTI NAM HOU 219 



coquets dans leurs uniformes bleus tout iieufs, mais dont Tintrepidite 
laissait un peu trop a desirer. 

La limite des Sipsong elm thai et du pays de Luang-Prabang se 
trouvait a la ligne de parlage des eaux du bassin du Nam IIou; nous 
la francliirnes aux sources du Nam La, aprfes avoir traAcrse une foret 
epaisse et majestueuse. Au sommet dc la monlagne Thorizon s'elendit 
quelquc peu, grace surloul aux ravages des elephants sauvages qui 
avaient an^anti toutes les baiianeraies des alenlours. On me raconta 
qu'une bande de trenle-cinq pachyderines frcquenlait depuis longtemps 
les environs, ce qui n*elait pas sans causer une profonde emotion aux 
miliciens laotiens de M. Garanger. 

Nous campames un peu plus loin en pleine forel, sans subir le 
moindre incident. Le lendemain matin au premier hameau Mco, M. Ga- 
ranger nous quitta. La marche de notre convoi lui paraissait trop lente, 
et bien qu*il ne fut plus tout jeune, il se faisait fort d'arriver a pied 
beaucoup plus vite que nous a cheval, a M. Ha-Hin, ou il tenait 
d'ailleurs a nous pr^cdder, afin de preparer notre logement. 

Pres d'un deuxieme village Meo, dominant la valine du Nam Boute, 
Taspect des lieux se transforma completement ; nous avions devant nous 
et au dela meme du Nam Hou, dans le lointain, un vaste horizon de 
montagnes denudees, comme celles des Sipsong-panna, mais bien difle- 
rentes de celles du territoire de Lai* Chau. 

Notre troisi^me nuit se passa au village de Ban Tigne, chez des Khas 
Paille fort hospitaliers qui portaient fierement, comme des Thai's, les 
titres nobles de Thao etde Kam. Malgre mes efforts, je nepus me decider 
aaspirer, aumoyen d'unchalumeau, Teau-de-vie de riz dans la jarre com- 
mune, mais j'appreciai comme il le meritait, leur riz rouge fermente, 
dont le gout rappelait celui de la gelee de groseille. Des chevres qui arpen- 
taient les flancs abrupts de la montagne, attirerent Tattention du lieute- 
nant Thomassin, qu*un sejour en Algerie avait initio aux douceurs de 
la cuisine arabe. Faute dun mouton, nous diWes nous contenter d'un 
chevreau dont le ventre rempli d'herbes aromatiques, a lui seul absorba 
toute notre provision de beurre. Le combustible etait difficile a trouver. 



230 MISSION PWIE 

On (it uri g]-aiid feu dc brindilles el bientdt nous pumes d^hiqueler avec 
nosdoigts,en tongues lanieics, lesculescrouslillantes dun succulent rdli. 
De Ban Tigne, il clait asse/ facile de s'cxpliquer la configuration ge- 
nerale du pajs et de dislinguer le cours du Nam Kang et de ses princi- 
paux uHluetit^'. \ers Ic ^o^d, dans In direction du Yunnan, on remar- 
quait les sonimets ussc/ Aleves du Ya mo plio, du Se Mane Kang et du 
Pou long MaY, vers lesqui'ls se dirigeait la route de M. Ila-llin a M. 



»> )«:>. - La |>otl< dc Moong Uahin 

Ilou et a Muong L^, asse/ fri'queniinenl suivie par les caravanes chi- 
noiscs qui vcnaiciit acheler du colon dans les villages Klias Paille. 

Par Kolu iiiuiic ct par lt:u] Tigne. passait autrefois un chcmin reliant 
Muon^ Ilou et Muting l.e a M. Klioii. point encore inexplore du territoiix? 
de Lai Cliau, siir Ic Nam Po ; les klias I'aille m'apprirenl que ce canton 
n'avait pas d'liabiliints dc race lliaie, mais que les klias et les Yaos du 
groupc Tine pane, y ctaicnt assez noinlii'cux. 



LE BASSIN DU NAM HOU 221 

Tres sMuit par Tidee d'aller reconnaitre, au moins jusqu*au Ya-mo- 
pho, limite du terriloire, la route de M. IIou, le Docteur Leftvre m'ex- 
prima le desir de faire cette excursion. II partit de Ban Tigne vers Kotu 
mune, en compagnie de Tchioum, pendant que je gagnais directement 
M. Ha-Hin, avec le lieutenant Thomassin. 

Nous descendtmes peu a peu le Nam Heua, jusqu'a son confluent 
avec le Nam Kang, a partir duquel noire route se confondit avec celle de 
M. Hou a M. Ha-Ilin, qui suivait le Nam Kang jusqu'ik son confluent 
avec le Nam IIou. La vallee nous parut belle et digne de posseder des 
habitants, mais sauf sur les hauteurs oil il y avait des Khas Paille, on 
n'apercevait de villages nuUe part. 

A partir du Nam IIou, il fallut de nouveau grimper a mi-c6te : a tout 
instant, noire marche se trouvait embarrassde par les aflluents du Nam 
Hou dont il fallait traverser les vallons. L'etape nous parut longue et 
penible et ce fut seulement a la nuit tombee, que nous nous trouvames 
de nouveau sur les bords du Nam IIou, assez large et profond en face de 
Muong Ilahin, pour qu'on fut obhge de decharger les mules et de 
transporter les bagages en pirogue. 

M. Garanger elait deja chez lui, dcpuis vingt-quatre heures, ayant 
eu Tenergie de marcher la veille loute la journee, jusqu'k onze heures 
du soir. II se plaignait beaucoup de M. Ila-IIin etde la sorte d'exil qu'il 
y subissait. Les choses sont tellcment relatives, que pour nous, qui 
n'avions qu'a profiler de la peine qu'il s'elait donnee depuis quelques 
semaines, Tcndroit nous parut charmant, avec son terrain plat, ses 
eaux vives et ses cases fraichement reconstruiles, a la suite d'un incen- 
die. Le poste venait d'etre achev^ ; au milieu de ses hautes palanques 
et sous ses hauls toils de chaume il avait fort bon aspect. 

Nous ^tions tons assez depourvus de provisions, mais en unissant 
nos miscres, nous flmes bonne figure, pendant noire court sejour 
a M. Ha-Hin qui nous laissa Timpression la plus agreable. Mais 
M. Garanger, oblige de rester derriere nous, avait d'excellenles raisons de 
se plaindre de son isolement complet, de rincapacile des mandarins, de 
rinsuffisance des habitants, du manque de ressourccs de la localile et 



222 MISSION PAVIE 

des (lifficultcs d'un rDvtIalllcmciil quelconque, soit par Luang-Prabang, 
soil par Lai-Chau. Lcndt'oit, peu sain pur lui-iiirme, cut e(e mul choisi, 
s'il avail du re»tcr le centre dclmilif do iiotrc action dans la liaute val- 
teo du Nam llou, niais la niissinn dc M. (Jaranger ii'elait que lempo- 
raii-e et, malgre lous scs doiites, je pus lui donner I'espei-anee qu'avant 
peu, le poslc de M. lla-IIin scrait Iransfi'i-c a \l'. lloii. 

D'ailleui's. notro oonipagnoii eiilrelcnait deja de (rts bonnes relalions 
avoc ses voisins Lus et erliangeait avoc Ics auti>riles dc M. Hon de fre- 
quenles correspon dances. II avait su par elles que le (iouvernement Clii- 
uois avail (tonne des ordres, pour ccarter do colle |Kirlie dc sa froiilierc 
(nut agent ctraiigcr, mais que notrc Mission pouvait partoul s'alteiidre 
au\ plus grands egards. 

M. Garangcr ctait d'autanL niieux designe pour remplir la mission 
dc confiance qui luj avait etc confiee, qu'il avail eto uii des premiers a 
prendre contact avec Ics Lus des Sipsong-paima. L'annee precedente, 
il avait visile, sur la rive droite du Mekliong. lo faincux centre Slian de 
Xieng-Tong cl sur la rive gauche, il elail connu a \-hou, a Muong Hou 
neua el a Muong llou tal, a^ant reli<^ mes propres itincraires dans la 
region du tlie, a ecus de M. Maccy. 

Micux que personne, M. Garanger avait pu se rendre comple que 
pour amcner dans la vallcefmn^aise du Nam llou, les caravanes chinoises, 
si nombrcuscs sur les eliemins ties Si])song panna, il fallail savoir les 
attirer. Or, en prenanl possession du poslc dc M. Ha-llin, une des pre- 
mieres choses qa'il avait apprises, c'<!tait que, depuls nombre d'ann^es, 
Lus ct Laotiens sc dispulaienl Ics privileges du Kcu Kliay el la perception 
des droits dc douane a la frontl^rc. Dcpuis si\ ans, il est vrai, tes Lao- 
tiens jjaraissaieiit avoir le dessous, car a I'epoque du passage des cara- 
vanes, les Lus arrivaient toujours les premiers aux lieux de peagc et 
aecajiaraient toule la recctle, nc menageant en aucune fafon les coni- 
mcrvants, qui avaicnt tout int6ret a s'ccarter de ces passages dilTiciles. 

Les necessiles tiscales, (|ui soul si souveiit une cntrave aux bonnes re- 
lalions cntre populations voisinos, creaient plus d'un soucia M. Garanger, 
car du cute dc M. llou commc du cole dc \ieng-Kliong Ics douanes de 



LE BASSIN DU NAM HOU 223 

Luang-Prabang g6naienl le commerce du sel, de Topium el du colon, 
qu'on aurait eu si grand interet a encourager el a developper, mais rien 
n'avail encore ete fail dansce sens, depuis que nous etions maltres de la 
rive gauche du Mekhong. 

Jeprofitai de noire sejour a M. Ila-IIin, pour me faire prec^der par 
une circulaire adressc > tous Ics chefs de canton jusqu'a Muong Ngin, 
oil je les invilais h metlre les chemins en etat, a tenir partout une douzaine 
de cooHesa noire disposition et a preparer les vivres, le riz el le paddy 
qui nous etaienl necessaires. Je savais par experience combien celte 
precaution eiait necessaire, Tinsistance administrative etant seule capable 
de surmonter Tapathie des Laotiens. 

II me fut impossible de recueillir aupres des petits mandarins de M. 
Ha-IIin aucun rcnseignement precis sur la region. C'est lout au plus 
s'ils connaissaient les deux routes conduisant a M . Hou, Tune par le 
Iloue Yen et Tautre par le Houe Pang. D'apres cequ'ils me dirent, je 
pus constater que dans cette direction, les villages Khas To et Khas 
Halo etaient assez nombreux. lis connaissaienl, du moins de nom, Ten- 
droit appele Pang-Lu-Tene et indiqu^ dans la chronique de Luang-Pra- 
bang, comme un des points de la frontiere du Nord : « Lu Tene, Lao 
theo )), disaient-ils a ce propos. « Les Lus marchent en zigzag et les 
Laotiens sautenl », en souvenir d*une victoire remportee par les Lao- 
liens, a la suite de laquelle la frontiere avait ^te deplacec. Entre M. Ha- 
Hin et M. Khoa dans le pays de Lai-Chau, ce fut le Pou-Kieou-Young 
qu'on me dit etre la limite des deux lerritoires ; mais bien qu'on eut con- 
serve le souvenir d'une ancienne route a cinq etapes dans celte direction, 
toute relation avait depuis longtemps cesse, avec cette partie si isolee des 
Sipsong-chu-thai. 

Le Docleur Lefevre n'arriva que le 17 decembre a Muong-Ha-IIin, 
apres avoir men6 a bonne fin sa petite enquete. Sans qu'il put jouir du 
moindre repit, il dul passer le jour meme la visite medicale, et notre 
depart fut fixe au lendemain. INous allions nous engager sur le ihang- 
luong du bassin du Nam Hou, route jadis Ires frequentee par les cara- 
vanes du Yunnan, mais que le dcpeuplcment du pays, ravage par des 



LE BVSSIN DU NAM IIOU 225 



mets denudes, surloul apres les quelques journees passees sous le loit 
hospilalicr de M. Garanger. 

Les habitants de irois villages Khas To etablis dans les environs, 
nous apport^rent dcs vivrcs, mais, avec les grandes herbes de la 
montagne, ils ne surent pas nous amenager des abris aussi confor- 
tables que les gens de Lai-Chau avec les branchages de leurs forels. 
Malheureusement les hommes de Deo-van-tri qui nous accompagnaient 
elaient Irop peu nombreux et fort peu a leur affaire ; je dus user de 
rigueur aTegard du doi, quand le lendemain matin, je m*aper<^us qu'un 
de nos muletiers yunnanais manquait a Tappel. C'etait le second qui 
nous faussait ainsi compagnie, depuis M. Nliie. 

Le 19 decembre, notre direction se rnodifia. Laissant par derriere la 
route de M. lIou qui descendail vers le Nam Hou, nous commencions 
a piquer vers le sud, mais en nous maintenant sur les hauteurs, avec un 
brouillard assez tenace. Les montagnes environnantes nous parurent de 
plus en plus cultivees et habilees. Assez frequemment, les guides nous 
signalaient de gros villages de Khas To ou de Khas Halo. L'arret du 
dejeuner eut lieu au village Halo de Lo Si pa, gros de quarante feux, 
dont les habitants fort hospitaliers me semblerent Ires direclement appa- 
rentes aux Ou Nhis et aux Khas To. 

Bien que les Chinois eussent un assez grand prestige a leurs yeux, 
des placards chinois se trouvant afiiches aux portes des maisons, ces 
Halos obeissaient assez exaclemenl aux Laotiens malines de M. Ha-Hin. 
Je pense que comme les Ou Nhis et les Kas To leurs parents, cc sont 
sinon les autochtones, du moins les plus anciens habitants du pays, lis 
se distinguent assez soigneusement dcs llos, qui possedcnt eux aussi 
de gros villages sur toutes ces montagnes. 

Le terme Ho qui dans tout le Laos, s'applique a des gens de race diverse, 
originaires du sud de la Chine, a, sur la frontiere, une signification plus 
precise, car il sert a distinguer les montagnards originaires du Yunnan, 
des Khas au milieu desquels ils vivent. Gencralemenl, ces Hos sont ani- 
mes du meilleur esprit, ainsi que j'avais pu men rendre compte, au cours 
de mon exploration de 1891, oii nous recevions toujours un accueil tres 
V. 29 



226 MISSION P.WIE 

cmpiTSse dans (ous Icurs villages. II ne saurait, en tout cas, y avoir la 
inoindre ooiinMraisoii, ciitro ces gens ciiorgit|uos et Ial)orteux el lea I^n- 
tiens degoiivrt's du haul Nam llou, dont doiih uvions vu dc xi Irlsteij 
ecliaiilillons a Muong lla-llin. 

En arrivant a la fin df relapc, aiix suurct-s du Hout' Poung, noire 

convoi tritversa une baiulo dc llos et dc lluto!4, uccupes Ji nous preparer 

des cahanes, avec les grandcs herbes coupees Kiir les ilaiics de la monlagne. 

Le froid et I'liuuiidilu nous iireiit a|)prefier. rn nuimc temps (|ue ces abris, 

les graniles flambees (pi'on enlre- 

tiiil liiiile la unit. C'est an con- 

Hnenl du (lone Poung etdu Nam 

llou (pie les Laoliens percevaient 

autrefois des droits sur les eara- 

vaiies veiiaiil clii Yunnan, mais 

jwr lU'gligeiiee, ils avaicnt |M'U a 

pen laisse les Lus prendre leur 

place. 

Les sources du Houc Poung, 

I pivs de rciidroitdo notre campc- 

nienl. me furent signatecscoinnie 

te point dc rencoiilrc ties terri- 

loiresde M. llou Tai de M. Ha- 

llin et de M. Ngay. II faisail un 

Fi); h:i — jcun; iioniuic ki» I'.iiiie tcl lirouillunt , au inoiuenl de 

notrc |)as8age, que j'eus (oule la 

peine du monde a dcviner ras|>eet des lienx. A parlir de cet endroil. la 

route continuait en pleiii territi>ire laotien. tout on se mainlenant sur une 

ligne de cn'tes douces a mille melres environ au-dessus de M. Ha-llin. 

Le cliomin rcccmmeni rcpare etait parfait et dominait le Nam \gam el le 

Nam kheu, dcu\ liauts aflluents du Nam Ngay. 

Nous campunies dans ^apr^s-mldi. au milieu d'une rizicre, dont la 
paille scrvil au\ Hos ilu village dc llou Ko Teu c( aux Yaos Lan Tien, 
inslalles tout pres dc la, qui etaient vcnus pour construirc nos abris. Ces 



LE BASSIN DU NAM HOU 227 

Yaos etaient des hommes superbes, avec uii profil Ires accentue, de beaux 
nez, de grands yeux, et une tenue fori soignee qui se caracterisait 
par de grands turbans bleus sombres, des vestes bleues a petits boutons, 
et des bracelets d*argent. lis representaient avec honneur cette belle 
race de montagnards, qui envahit progressivement tout le nord de 
rindo-Chine. La riziere ou nous campions appartenait aux gens de Hou 
Ko Teu, qui cultivaient egalement quelques champs de pavols dans le 
voisinage. 

Un peu au dela de Hou Ko Teu, le ihang luong atteint au col de 
Koun toung la hauteur de 1 040 metres. Au dela de ce col, le 
brouillard etant un peu dissipe, nous pumes aperccvoir un grand 
nombre de villages Halo el Khas Kho, sur les hauteurs dominant les 
affluents du Nam Ngam. Une grande partie de Tetape fut consacree a 
longer sur les cretes, la vallce d'un de ces affluents, le Nam Banc : a tout 
instant, nous croisions de petits convois de bceufs faisant sonner leurs 
clochettes, et des colporteurs chinois portant de lourds fardeaux ; jamais 
il ne nous arriva de croiser un Laotien, tant les montagnes sont odieuses 
a ces habitants des vallees et des plaines. 

Pendant tres longtemps, nous pumes apercevoir derriere nous, le col 
de Koun-toung, tandis qu*cn avant, au milieu des forets le bassin du Nam 
Ngay se precisait ; laissant meme voir sur la rive droite le confluent du 
Nam Peune. Depuis pres de quatre jours, nous avions pris gout a cette 
existence sur les hauts sommets, oil la vue etcndue, le bon air, Texcel- 
lent entretien de la route etaient autant d'avantages appreciables, mais 
du moment que le thang luong, au lieu de suivre la ligne de partage 
des eaux du Nam Hou, serpentait entre ses affluents, il etait clair que 
nous allions avoir a descendre. 

Cette operation nous fit Teffet d'une chute dans un puits et d'une 
degringolade, quand, apres un dernier village Ho, ou les habitants se pres- 
saicnt pour nous voir passer et oil le betail abondait, il fallut gagner au 
fond de son ravin, M. Ngay. Le chemin etait tout a coup devenu exe- 
crable et il semblait qu'il fit presque iiuit, au milieu delepaisse vegetation 
qui couvrait les flancs escarp(5sdelavalleedu Nam Ngay. Au lieu des larges 



228 MrSSIO>" PAVIE 

rlplanluroux villagra dp la iiioiilugii(.>, M. Ngav )<■ cli<>f-lieu du canton 
lacilioii. nuUM u|>|iariit I'omiiip un liamcaii surdidiv ulraiigto (lan.s iin !?ile 
pen liospilalier, en dt'jiit du cliarnic di' loan couranlo qui abondait. 

Malgre luul lour desir dc so fairc jiassor pour des Liis. donl ils afler- 

taient dc jioi'lcr Ir roslumc, los lialiilitiils dc M. Nfiav prrHciilaiciit lous 

Ics canicleros du ini'lissajjc Ic plu« arccntiK;. Dcpuis prt's dim sutIc, 

toutrs l<-s \a]Ii'rs voiiiFiU's a^ili<'tlt t't<- aknidoiuuVs par trurs liabilants, a 

la suilc d'uur jzupiic lorrihle. ft I't'Ienioul tliaV iit-lait plus roprrsrnte a 

M. Nt;a\ (-online i» M. (tu-llin, que par 

mil' rare abalarilit'. abrulle pur I'opiuni 

ot (Ippoiirviic do loute inltialivo. Cos 

gi'iis-la no songeairnl qua exploiter les 

klias lie la niontagnc et vivaioiit dai>H 

uiie lorrcur perpoluellc do lours voisins 

des Sipsong-paniia, contrc Icsquels ils 

avaient aocumulo dos barricades, dans 

les fjorgcs du Nam Nj,'ain el du Nam 

.Ngay, lie jiigoant (las sans doulc sulli- 

saitts les obstacles opposes au\ invasions 

y par les fortMs iiiiponetrablcs dc-s liautes 

^ vallees. 

IjOS seuls points avoc lesquels M. 
Fig. SN — Kha I'aiiir, i Vite mrtr ■^f"'*]' coiisentit a loster en eoinmunica- 
tioii, elaient M. Oiia, situe siir lo Nam 
llou. a doux etapes environ par le Nam Nj^ay. et M. Pou Noi on condui- 
salt le Soulier mal onlreteiiu qui pasNail dans lo pays pour elre Ic tlinng 
luong. Quant ii la ligiic de parlage ties oaiix du Nam Hon, on ne pouvail, 
faute lie cbcinin, soiigor a allor la reconnaitre, <lu moinsdo oe cott- de la 
froniiore, et dc longtenips il ne poiivait otre question de fairc passer par 
la, le clieniin direct de LnT-Ohau aux Sipsong panna. 

Qtiand, aprosunc formidable griinpellesiir la rivedroitedu Nam Ngay, 
nous pomes sorlir de cot entomioir si liigulire. ee fiit naturellcmcnt une 
grando joic pour cbaoimdo noiis.dc retrouvcr leplein air et I'cspacelibre. 



LE BASSIN DU NAM HOU 229 

Je pus, grace au guide recueilli au village Kha Paille de Ban pou phfe, 
me procurer quelques renseignements sur ce bassin du Nam Ngay, que 
nous etions malheureusemenl forces de negliger. J'appris que sur la rive 
gauche et au dela du conlluent du Nam Heu, ce cours d'eau recevait le 
Nam Kem, le hou^ Keune, le houe Kho, le houe Poung, le hou^ Na, 
le houe Kipet, le Nam Ngam, le houe Kho. ct le ho\i6 Hang. Sur la rive 
droite, on me signala le houe Hou, Ic houe Khi, le houe Deng, le Nam 
Pa, le Nam Peune, le Houe Kham donl le confluent ^lait a M. Ngay, ie 
Hou^ Tate, le houe? Hane, le houe Poune et le houe Muong. Le houe 
Tate sur la rive droite et le houe Kho sur la rive gauche, me furent 
signales comme la limile des territoires de M. Ngay et de M. Houn, 
canton laotien oil s'exer^ait Tautorile du phyah Xieng Neua, delegue du 
Senam de Luang-prabang dans le haut bassin du Nam Hou. 

Une fois a la crete qui limitait le bassin du Nam Ngay, ce fut celui 
du Nam Long qui s'etendit sous nos yeux. La route que nous suivions, 
paraissait assez pen frequentee ; toutefois on nous dit qu'une caravane 
chinoise avait passe parla, six jours auparavant, sedirigeant vers M. Pou 
Noi, qui apparaissait a vol d'oiseau, comme un point blanc assez rappro- 
chc, sur un sommet, de I'autre cote du Nam Long. Mais avant d/at- 
teindre nous-memes ce point, que de lacets, que de dclours, que de 
montees et de descentes il fallut subir coup sur coup ! La nuit se 
passa au fond de la vallee, sur les bords du Nam Long tres pur et tres 
frais, mais si encaisse et si perdu dans la verdure, qu'on ne s'y doutait 
guere du voisinage immediat des montagnes pelees. 

Des Khas de M. Pou Noi, prevenus de notre arrivee, descendirent 
au Nam Long pour nous apporter du riz et du paddy, tandis que par la 
voie dTIa-Hin et de M. Ngay, nous parvenait un courrier qui fut le 
bienvenu. M. Pavie nous donnait de ses nouvelles le 13 decembre, en 
route vers M. Le, sur le territoire de M. Hou. Quant a M. Macey, il 
m'envoyait de Xieng-Khong les renseignements les meilleurs, sur Tetat 
d'esprit des Younes, des Khas Kouen et des riverains du Haut-Mekhong. 

Bien que Tetendue de Thorizon fut beaucoup moindre qu'au-dessus 
de M. Ha-Hin, ressoulflement des chevaux et des coolies nous apprit 



230 MISSION PAVIB 

bientdl, en meme temps que le barometre, combien ^lail elev^e la mon- 
tagne de M. Pou-Noi, liaute dc seize cenls metres. Los villages Kbas Pailte 
qui conslitueiit I'important groupemenl de M. Pou Noi nous r^servaient 
plus d'une surprise, car cetle tribu de Khas montugnards est tout a fait 
caracleristique. 

Assez nombreiix et bien groupes pour ecliapper a tout melange, its 
nous elonneieiit par leurs tvpes udmJrables, bcaucoup plus rapprochcs 
de notre bcaulv clas»ique que de I'idoal Mongol, et rappelanl assez 
souvent la silhouette dun Auguste 
ou d'un Brutus. Avec cela, des carac- 
ti-ri's d'une naivete et d'un enlantii- 
lage surprenants : beaucoup d'em- 
presscmcnt, de bonne voloiite, mais 
un vain bavarduge, des ellorls inultles, 
UNO tgnoranee conipleic de lout ce 
qui orbappe a rol>servalion la plus 
inuDediate. Its ne connaissaienl rieii 
des noins, des distances, des limitcs 
et des routes do leur terriloirc et, 
pour rien au inonde. n'auraient ooii- 
seiiti a fairc I'odice de cooHes, au 
Fig. KM. ~ Viciiiard kh* l>>ii]>. dela d'uuc deuii-elape. 

(^es Klius posst-ilenlde fort grands 
villages, uiieux biUis que ceu\ des aulres liabitunts, sur les pcutes dc la 
montagne. Hieu disposes j>our les Ijaolicns du INani Hou, mais aninies 
des mi'nies presentions que leurs voisins de M. Ngaj' conlre les Lus des 
Sipsong panna, ils enlrelienncnt depuis dc longues annees, sur ia route 
du Nam Long, unc sorte de barricade avec feiiobes en bois, porle monu- 
menlalo el corps de gai-de. Nalurellement ils ne font rieu pour enlretenir 
ou relablir les aiiciennes routes du haul Nam Nga^ el du Nam Ltoun. 
mai.s lours cninmuiiicalions aver M, Iloun sur Ic Nam Hou, sonl fre- 
quentcs et facilcs, bicn qu'luibilues a eirculer lentcmenl, ils complcnt 
jusque-li quatrc pctites etapcs. 



LE BASSIN DU NAM IIOU 231 

M. Iloun est un centre de quelque importance, visits par les cara- 
vanes chinoises a la saison seclie. Autrefois relie a Dien-Bien-Phu par 
M. Seng, eta Lai-chau par M. Khoa, ce canton a cesse depuis de longues 
annees d'entretenir des relations avec les Sipsong chu thai, mais il 
communique directement avec les Sipsong panna, par une route tres 
frequent^e qui traverse le tcrritoire de M. pou-Noi et celui de M. Yo, 
avant d'arriver a M. La, sur le Nam La. ^/eut etc a vrai dire, pour nous, 
la meilleure route vers M. Sing, mais il ne nous convenait d'entrer dans 
la principaute de Xieng Kheng, que par notre propre territoire, apres 
avoir aclieve la reconnaissance de tout le bassin du Nam Hou. 

Toulefois, an lieu de suivre le thang luong par le Nam Seng ct Ban 
Sene pliong, dans la direction de M. Bonn tai, nous ne pumes resister 
au desir de visiter M. Yo et de nous rappioclier ainsi autant que possible, 
de la frontiere que nous avions pour mission d'etudier. Ce detour nous 
fit passer par de gros villages Khas-Paille, tels que Ban koun Souk et 
Ban Sene pok, on les occasions ne nous manqucrent pas, d'etudier 
k loisir ces interessants montagnards. 

Habilles a peu pres commc les Hos et portant le chignon des Khas, 
sous un grand turban bleu, les Khas paille ne cesserent de nous temoigner 
la plus grande deference, et quaiid nousarrivionspres d*un de leurs villages 
les chefs etaient sur la route, genou en terre et turban deroule pour nous 
ofFrir le lay d'usage compose de poulets bouillis, d*eau deriz et depetites 
bougies en cire jaune, presentes sur un plateau. Plus reservees que les 
hommes, les femmes portent un costume aussi etrange que disgracieux, 
consistant en deux courts tabliers poses sur les hanches, avec des guStres 
blanches, et la t^te garnie d'un bonnet eleve tombant sur le c6te, avec 
d'dnormes boucles d'argent aux oreilles. 

Ce fut au Ban Sene pok que nous rejoignlmes la route de M. Houn 
aux Sipsong panna. Un peu plus loin sur la gauche, nous dominions le 
cours du Nam Pane et du Nam Phe, affluents du Nam Hou, pendant 
qu'a droite nous continuions h longer le haut bassin du Nam Long. 
Pres du village Ho de Ban Ian Tsin, de tres jolies femmes aux petits pieds 
vinrent nous offrir des legumes, sans faire la moindre manifere, les 



232 MISSION PAVIE 

i'emmcs cliinoisos dc !a iiioiitagnc ne paraissanl pas parlagor lea prejuges 
des ciladiiios. 

It y avail siir la route, iiiio assc/ grandc aflliicncc de pk'loiis, 
preceilaiit la iiilsc on inarrlie <ios caravanes, \,a plu|>art <!laieii( dcs 
Khas Pailio, revonaiil on bandosdcs piiits lio Ho Mang pres de M. ^o, uii 
ils avaienl ole fairc lour provision aiuiuctlc do so!: cliacun porlail snr 
son dos uiie oliargo dc doii/o a qnin/o hritjuos do sol. I ii poii plus loin, 
nous ronton I rainos dosOliinois d'asso/ l>oniie mine, vonus de Talan a 
piod. pour fairc dos aolials de ooton dans la logion. 



Bicu qu'il y eul (|uel(|uos villages llos sur les nionlagnes des environs, 
c'etaicnt surtoul des villages Khas paille que nous apcrcevions. sur les 
hauteurs d'ou dcsoendaicnt tos oau\ du ^am Plie. Les Klias paille de Itan 
Nam Poung s'etaient transportes en masse, le 2 1 decembre, aux sources du 
Iloue Pela, pour y preparer nos abris. En arrivanl a t'elape, nous fi^mes 
surprispar le speclaele do fommes Klias Paille. au singulier costume, bai- 
sanl la terrc en cadence anlour de nos cahutes, ot se sanvant inquietes, d&s 
que nous faisions mine dc les approclier. La bonne volontc de tons ces 



LE BASSIN DU NAM IIOU 233 

braves gens ^lait incontestable, mais ils me paraissaient de plus en plus 
d^pourvus d'esprit pratique, s'attardant et nous retardant en de vaines 
Stapes, et incapables, malgr^ leur nombre, d'exercer une surveillance 
efiicace sur notre convoi, si bien que le tigre s*empara d'un de nos 
chevaux, dont ils ne purent me rapporler que la queue. 

A voir cette population d'aspect florissant, au milieu de scs villages 
nombreux et prosperes, on pourrait se demander comment elle accepte 
b^n^volement Tautorit^ des Laotiens si pusillanimes, si eloignes d'eux et 
menant une vie si diiKrente de la leur. Le Laotien n'est assur^ment pas 
un foudre de guerre, mais des qu'on a un peu frequents les Khas Paille, 
oomme les Khas Mouk et les Khas Kouen, on est oblig^ de constater 
que ces grands gaillards sont trop beaux parleurs, pour ctre eux aussi 
des hommes d'action. Entre eux, comme avec les etrangers, ils n'arrelent 
pasde palabrer : leurs chefs quoique nobles et her^ditaires, n'exercent en 
r^alite aucune autoritd. Ghacun a toujours son mot a dire et le dernier 
mot reste naturellement en ce pays parlemenlaire, i Tdtranger rus6 qui 
profite de leur candeur et de leur bavardage, pour les conduire a sa guise. 
C'est la ce qui explique le succes des Laotiens, dont Tesprit comme celui 
de tons les Thais, est souple et d^li^, ce qui leur permet de dominer ces 
grands enfants indo-chinois qu'on appelle des Khas. 

Telleft furent mes conclusions, pendant la journee de Noel 1894, alors 
qu'attendant un cheval perdu et un muletier enfui, je dus me borner a une 
marche de deux heures, a travers un pays ou les habitants etaient incapables 
de m'indiquer aucun nom de riviere ni de montagne. Du Kiane Ban Tfegne, 
oil il fallut, bon gr^ mal gre, ^tablir notre oampement, k Ay-touk-tfene, 
Tdlape du lendemain fut plus s^rieuse. C'etait avec une certaine satisfac- 
tion, que nous laissions derrifere nous le bassin du Nam-Long, oii les 
lenteurs des guides Khas Paille nous avaient fait perdre trop de temps. 
Nous avions atteint la valine du Nam-Boun, le plus important affluent du 
Nam Hou, et il me tardait d'apprendre ce qu'etaient devenus les anciens 
centres florissants de M. Boun-Neua el de M. Boun-Tai, que Ton disait 
avoir ^t^ complfetement an6antis et abandonn^s. A vrai dire, personne 
dans le pays n'elait en mesure de me renseigner. 

V. 30 



LE BASSIiN DU NAM-HOU 235 

Ceux-ci se presenlferent sous un aspect Ir^s parliculier : une sala per- 
maiiente et une porle fortifiee indiquaient toute Timportance recem- 
ment encore atlribuee par les Laotians a ce poste de douane frontiere, 
alors que M. Yo et M. Bonn Neua elaient sans habitants. Nous ren- 
contrames a cet endroit le phyah Xicng-Neua, ddlegue du Senain de 
Luang-Prabang sur le haut Nani-Ilou, que j'avais convoque avant mon 
depart de M. Ha-Hin. Apres tousles ctres, de cervclle unpen trop de- 
primee, que je venais de frequenter, il me fut agreable de converser 
avec ce fonctionnaire laotien, qui nie parut intelligent et dispose a tenir 
compte de nos instructions. 

J'appris par lui, que les autorites de Dien-bien-pliu s'etaient, confor- 
mement a mes ordres, aboucliees avec lui, pour rouvrir, par M. Seng, 
les anciennes communications entreM. Iloun etM. Theng. II eUiit satisfait 
des nouveaux habitants de M. Yo et de M. Bonn qui, apres avoir quitte 
M. llou, s*etaient d'abord refugies a M. Poung aux Sipsong-panna, mais 
qui depuisquatre ans avaient rcllue vers M. Yo et M. Bonn. Quant aux 
anciens habitants de M. \o, ils vivaient refugies sur le Nam-Beng, depuis 
plus d*un demi-siecle. 

Fort heureusement, le phyah Xieng-Neua fut en mesure de completer 
en parlie les reiiseignements geographiques que nous possedions, 
mais je fus elTraye de constaler combien ce haut fonctionnaire lui-meme 
faisait bon marche des fronlieres, historiques aussi bien que naturelles, 
de Tancienne principautc de Luang-Prabang, pour s'en tenir a I'etat de 
fait qu'une longue periode de negligence et d abandon avait pen a 
pen laiss6 s'dtablir. II elait incontestable que toute delimitation pour- 
suivie, dans de pareilles dispositions, nous eut ete singulierement preju- 
diciable. 

Apres avoir instamment recommande au phyah Xieng-Neua I'entre- 
tien regulier des routes, ainsi que Tabandon de toute vexation douaniere, 
pouvant faire croire aux Chinois et aux Lus des Sipsong-panna, que nous 
voulions ecarter leur commerce du Laos, mais que ce Laos, nous enlen- 
dions le reduire au strict minimum, je Tautorisai a rentrer a M. Iloun, 
pendant que nous nous dirigions nous-mcmes vers M. Yo. 



236 MISSION PAVIE 

A neuf heures et demie du matin, nous arrivions dans cette jolie 
petilr plaine rondo, arrosiM! par le Nam-Hoi. qui couiait doucement 
au milieu des riziires. Nous etions trop presses pour prolonger benu- 
coup noire sejour, dauR cet endroit, si nouveau pour mes compagnons, 
qui n'avaienl encore jamais rcneonlre de veritables Lus, Ceux-ci nous 
seduisirent avec leurs etolTcs. leurs bijoux, tours poignards et par leurs 
usages d'apparcnce civilisee. fort diflt-renls dc ceux des khas. Le 



voisinagc des puits a se! de Bo N[ang expliquail I'attrait excrce sur ces 
Emigres, par les rizieres dc M. Yo, oil ils rclrouvaicnt tous les avanlages 
dc leur pays natal. Ils avaionl remis d'autant plus I'aciloment en culture 
Ics champs rcMtes longtcmps en jachere, que la main-d'oeuvrc etait 
abondantc dans Ic pajs, Ics montagiics onvironnantes regorgeant de 
Kbas Kbo et dc khas Ltit. 

J'appris que M. Yo etait en relations directes non seulement avec 



LE BASSIN DU NAM HOU 237 

M. La, centre important des Sipsong-panna sur le iNam-La, mais aussi 
par Xieng-fa, avec M. Bang autre canton Lu situ^ plus au Nord, sur le 
meme cours d'eau. Dans ces conditions, notre petit centre laotien si 
bien silu^, ne pouvait que voir grandir son importance, pourvu qu'on ne 
d^courageAl point par des mesures intempestives, ceux qui venaienl, k 
leurs risques et perils, de s'y ^tablir. 

J'aurais aime a aller moi-meme reconnaitre lafrontiere, sur les routes 
de M. La et de M. Bang, mais il n'etait que temps d'aller rejoindre a 
M. Boun-Tai, le thang-luong, dont nous nous etions momentanement 
ecarl^s. 

Ignorant complfetement le pays et obliges de nous fier k nos guides, 
nous dumes nous arreter de bonne heure, h peu de distance de M. Yo, 
au confluent du Houe-Kong et du Nam-Hai ; les Lus nous y avaient 
prepare des abris, dans une belle clairifere, oil quelques arbres fruitiers 
rappelaient Fexistence d'un ancien village. Malgr6 I'^paisseur de la 
for^t, k laquelle nous n'6tions plus habitues, nous avions, depuis notre 
descente des hauts sommets, Timpression de vivre en pays civilis^. 
A chaque instant, quelque sentier se ddtachait de notre chemin r^cem- 
ment amenag^ et allait rejoindre des villages Khas Bit, Khas Kho ou Khas 
paille, dont le voisinage se r^velait par des defrichements de culture. 

Du Nam-Hai nous revinmes a la valine du Nam-Boun, beaueoup plus 
evasee, que Ih ou nous I'avions travers^e Tavant-veille, mais dont nous 
ne piimes apprecier tout le charme, qu'aprfes avoir franchi toute une 
serie de ravins alternant avec des paturages. Aussi Tarrivee dans la 
belle plaine de M. Boun-Tai, apres une longue et rude 6tape, nous 
causa-t-elle un vrai plaisir. 

II etait impossible de refuser a nos hommes, assez 6prouves par la 
montagne, la joie fort legitime de savourer un peu les agr^ments de la 
rizi^re et du village. Toute la journee du 29 d^cembre futdonc consacree 
au repos : on tua un boeuf, on fit dans le Nam-Lane une peche fruc- 
tueuse a la dynamite et chacun de nous put se rdgaler des oranges et 
des pamplemousses qui embellissaient les vergers de Ban-Noi. Le bourg 
principal de M. Boun-Tai, appele Ban-Yai, situe au confluent du Nam- 



238 MISSION PAVIE 

Lane el <lu Nam-Bouii, posscdait une sala conforlable, ou Ics chefs et 
Ics habitants nous fircnt le mcilicur accueil. Descendant des ancicns 
habitants Lus de cette luciditv, qui a>ail «fte abandonnee pendant de 
nombreuscs annees, its n'c'taieiit renlres de M. Sai dans leurs foyers, que 
depuis trois ans seulemenl. mais ils se Telicitaient d'y ctre revcnus, car 
au produil de Icurs rizli>i-es, ils ajoutuient maiiitenanl le rendement 
dimportantes salines. 



Fig. Ua. — VlNnge bibile pir dii Thmi nolra. 

Au moment de notre anivee, je conslalai la presence pr^s des salines, 
d'uii convoi de boenfs porteiirs appurtenant a des marchands Lus, venus 
pour s'approvisionncr. Comnie a M. Hou, on fait evaporer I'cau sales dans 
des cuves placees au-dessus de petits fourneau\, mais au lieu de tirer 
I'eau dun puits on la prcnd dans un ruisscau qui s'ecoule sur dc graiides 
roches incllnees. On fait aussi fdtrer I'eau, a travers du sable, dun bassin 
dans un autre, avant de la porter u la ebaudiere. 

Lcs habitants de M. Houn tai nous ccderent asscz volonliers quel- 



LE BASSIN DU NAM HOU 239 

ques-uns des objels curieux qu'ils possedaient el qui consistaient en 
boltes k tabac, en poignards et en etoffcs. Leur chef, le pliyah Souriak, 
me signala un chemin qui, par le Nam-Lane, conduisait directement 
aux Sipsong-panna, Iraversanl Long-tfene, Pang-tong el aboulissanl 
h Bohe. II m'aflirma qu'on ne rcncontrail pas de borne sur celte 
roule, on le colde Kidou-K^o formail la fronlierc, a la ligne de parlage 
des eaux. Un courrier de M. Ha-Hin elanl venu nous rejoindre a M. 
Boun lai, chacun en profila pour meltre au clair sa correspondance que 
le meme porteur se chargea de faire parvenir a M. Garanger. 

Le lendemain, nous nous senlions mieux disposes que jamais, apres 
ce temps de repos : la roule elail d'ailleurs parfailemenl enlrelenue, 
longeanl d'abord le Nam-Lane, dont les anciennes rizieres Iransformdes 
en paturages, nourrissaicnt des boeufs abondanls. Au confluent du Nam- 
Ngene el du Nam-Lane, je fus surpris de rencontrer un village habited par 
des Thais noirs de Dien-bien-phu, reduils eux aussi par les malheurs 
des guerres, a chercher un refuge hors de leur pays, hh oil ils avaienl 
trouve des riziferes abandonn^es, ils s'^taient eux-memes installes, sans 
se soucier des causes qui avaienl mis en fuile les premiers habitants. 

Un peu plus loin, a Na luong et a Na Mak sur les bords du Nain- 
Ngfene, je conslatai que ceux qui habiiaient el cullivaient ces rizieres, 
etaienl des Khas Mouk, en dt'pit de leur preference pour les pays de mon- 
lagnes. Nous passions lour a lour, de Tepaisse forel dans des vallons 
decouverls et autrefois cultives, qui nous firenl aboulir dans une petite 
plaine de forme allongee, au confluent du Nam-Bane et du Nam-Ngene. 
Ce ful la que se lermina noire elape du 30 d^cembre, dans la bonne sala 
du village de Long-Nay, ou les habitants d^filerenl tour a lour, pour 
m'exposer leurs plainles el doleances. 

II y avail dans le nombre quelqiies Laotiens el beaucoup de Thai's 
de Dien-bien-phu. Ceux-ci declarerenl avoir trouve le sol compl^lemenl 
abandonne, quand ils Etaienl arrives. Comme ils Tavaient defrich^ de 
leurs n>ains el comme ils s*y Irouvaienl bien, ils n'avaienl nulle en vie 
de quitter la place el de retourner a Dien-bien-phu. Les anciens habi- 
tants laotiens dlant revcnus au pays, enlendaienl de leur cole rcnlrer en 



240 MISSION PAVIE 

possession de leurs domaincs. A quels chass^s-crols^s n'assistions-nous 
pas tous les jours dans ce singulier bassin du Nam-Hou? Malgr^ tout, 
la fronti^re ^Lait parfaitcment connue et autremenl respecl^e dans ces 
parages, que sur d'autres points de la clialne de partage des eau\: 
entre Long Nay ct Ban Sang Yang, au\ Sipsong-panna, relies ensemble 
par un chemin direct, la limite reconnue ^(ait le col de Ki^ou Not. 

De Long Nay a M. Ngin, I'aspect des lieux no se modifia gu^re. Du 
Nam-NgSne, alllueiit du Nam-Boun, la route gagnait le jNam-Line, 
affluent du Nam-Pak, par une succession d'anciennes rizieres. Pres 
du Nam-Line, les Klias Mouk de Ban Tliam nous avaient pr^par^ de 
superbes abris. Mais je tenais a atlcindrc M. Ngin. pour y (inir le der- 
nier jour de I'ann^e. 

La nuit commenvait a tomber quand nous arnvilmcs a I'^lape. 
on nous n'etions pas allendus, mais oii les habitants el leurs cbefs 
qui me connaissaient deja, nous firent le meilleur accueil. Confor- 
m^menl a mes ordres, its avaient mis en elat les chemins du voisi- 
nage et fait conslruire une sala pr6s de ce fameux Pou-la-Kliam, que 
j'a\'ais et^ rcconnaitrc quclques mois auparavant, et oti la borne fronti^re 
avait ^t^ rcspeclee par tous, depuis les derniers incidents. D'ailleurs 
il ne semblail pasque. dans celte region, la delimitation pAt donner lieu a 
la moindre difliculte. la ligne de parlage des eaux marquee depuis le 
Kieou Toum par le Pou-tenc-Quang, les sources du Nam-Pagne, le Pou- 
Sanc-Pam, Ic Kicou-Pakoul ct le Pou-Lakham, indiquant de la facon la 
plus nette, la separation des territoires Lu et Laotien. 

L'etat des csprits, naguerc encore si trouble, semblait, a ce moment 
parfait, des deux cAles de la fronlicrc sino-Iaolienne. 

L'annec \H^'i s'aobcvaitdonc. rous Ics plus favorables auspices, annon- 
9ant, pour celle qui allait commenccr. d'incontestables succ^s. II ni'etait 
particnlitrcmenl agreable de le ounslalcr, aprcs lous les efforts que j'avais 
accumules depuis un an, el au moment m^nie oii, reliant mes itin^raires 
dans le haul bassin du Nam-Hou. a ceux de ma recente exploration du 
Nam-Pak el du Nani-Ta, je pouvais considercr commc achevee. la pre- 
miere inspection do nolro fronlierc laoliennc. 



Fljj. U4. - M. LeRrrePonL 



CHAPITRE VlII 
MUONG SING 



DE MUONf: ilAY A MUONG SING PAH I.E NAM-T\ ET LE PAYS DES 
KHAS KHOUEN 

I" -21 Janvier 1895 



Le l"jaiivier 1895, deux heures apres avoir quiltc M. Ngin, nous 
nous inslallions pour la journec dans Ics salas de M. Hay. L t:{iipe, donL 



2M MISSI0>.PAV1E 

j'avais dejb parcouru la plus grande pertie, \c long du Nain-Pak, au mois 
d'oclobie pix'cedonl, coiiveiiail blcn a un jour de folc, car ce fut comme 
une pi'onieiiadc dans un grand pare, alfcrnanl avcc dc bcUcs rizieres. II 
ri'gnait uni^ veritable anininlion, sur tons les scnticrs auloiir dc Dan 
Quiing. don nous gagnames en un lemptt de galop la jolic plaine de 
M. May. Je tron\ai les habilanls licaucoup plus provenants que lors de 
mon premier passage. Li'ur rlief arrivnil de Lunng-Prafaang, oii, surma 
domande, il avail re^u des oliservations assc/, vives. 

Mai hcu reuse inent r^lablissement tres Horissant de M. Hay avail ses 
jours conipU's, el I'annee suivante allail niar(|uer I'exode de trente fa- 
milies de Ban Quang. relournant a M. Itoun-Neua, leur lieu d'originr. 
Itien (ju'on dfil sc feliciler dc pareilles migra- 
tions, qui indiquaionl que dans tout Ic bassin 
du Nani-llou, la tranquillity dopuis si long- 
temps li-onblee selait relablie grace ci nous, 
on lie pouvait d'autrc pari que regrottcr la 
diminution de prosperity qui en resultait. du 
joiir au Iciidemain, dans des centres auTtquels 
I'initiativc de quclqucs raniillcs Lues avail 
assure la vie et dans une certaine mesure la 
rielicssc. 

dc M.rt»gp an . . 

vail Lu. .>ous ne pouvions en avoir de prcuve meil- 

leure que I'abondancc des objets dc prix, 
argenterie, armes, soierics cl fourrures que los habitants de M. Hay 
firenl defiler sous nos \eu\. en cctte journee ou chacun de nous tenail a 
(i>ler a sa facon, le jour de IWn. De toules nos acquisiltons, les plus 
ogrcablps furcnt certaincs vcstes de forme indigene doublees de fourrure, 
parliculi^rcmcnt appirciaMes, en cetle saison d'biver qui, sans clrc 
froide, sc faisait parfailement scnlir. 

Les LuB sonl par nature telleincnt ergotcurs ct querellcurs, qu'ils 
n'atlachcnt pas un intcr^t parliculier a la distinction des races. Aux 
Sipsong-panna, ils n'arrctont pas de se chamailler entre eux d'un muong 
a laulre, et ccux qui sont fixes sur le terriloire de Luang-Prabang cher- 



Flg. 9i, 



MUONG SING 243 



chent aussi volonliers querelle a leurs parents, de I'autre cole de la fron- 
tiere, qu'aux Laoliens, au milieu desquels ils vivent. Cela ne lesempeche 
pas d'etre toujours prels a entrer en contact et en commerce avec tous 
leurs Yoisins et de manifester ainsi une certaine aptitude aux transactions, 
qui les fait rcchercher par les negociants chinois. 

Leur plus grande source de revenus, sur les deux versants de la chaine 
fronti^re, consiste dans Texploitation des salines. M. llou, M. Yo, M. 
Bonn tai, M. Ngin, M. Hay doivent leur prosperite aux puits a sel, aussi 
bien que Ban San Yang, Bo-he, Bo-luong et Muong La. Les Chinois, 
gens fort pratiques, le savent depuis longtemps, bien que leurs connais- 
sances geographiques, fort rudimentaires sur la region, se bornent a la 
nomenclature des puits a sel du Pa-fat-Sai, sans savoir exactemcnt oii les 
placer. En recherchant une delimitation geographique et rationnellc, 
nous dtions des lors assures de conserver la jouissance d*une bonne partie 
de ces exploitations lucratives, et la presence de nombreux Lus sur notrc 
territoire, 6tait pour nous une garantie de Tusage qui en serait fait. 

En quittant M. Ilay, nous nous ccartions momentanement de la fron- 
tiere qui, par le Pou La Kham, Tetang de Nong Het et le Pou Keng Det, 
gagnait rapidement les sources du Nam-Trou, affluent du Nam-Ta, 
situees en dehors du territoire de Luang-Prabang. II eut ete agreable de 
trouver de ce cote un chemin, contournant sur le territoire de M. Luong 
par Kha, le haul bassin du Nam-Ta, mais ce chemin n'existant pas, il 
fallut se contenter du thang-luong, qui nous ramenail beaucoup plus au 
sud vers Sop-Ngim. J'y trouvais du moins Tavanlage de relier notre iti- 
n^raire a celui du Nam-Ta, que j'avais precddemment leve et de recon- 
naltre ainsi toute la partie laotienne de la grande route de M . L^ au 
Mekhong et au Menam, que par un instinct digne de Texplorateur de 
marque qu'il est, le prince Henri d'Orleans allait, quelques semaines 
apres, relier, du cote dTsa, a la ligne de penetration du fleuve Uougo. 
D*une extrdmite a I'autre, je me trouvais maintenant avoir parcouru toute 
rindo-Chine. 

Ce fut a peu de distance de M. Ilay que nous quittames le bassin 
du Nam-IIou, pour entrer dans celui du Nam-Ta; entre le Nam-Lao 



2'.4 MISSION PAVIE 

allliient du Nam-Pok et le Noin-Trugne, alTlucnt du Nam-Si, h 
diireience de niveau nous parut iiisignilianle. Le long dc la route 
se Irouvaienl uu I'crlairi iioinbrc di< villages, dont Ics habilants nous 
eloun(TCrit par la varielw dc Icur origiiic: il j- avail la des Klias Phana, 
origiiiaii-cs dc I,ai-Cliau, dcs 'riim:' Nuirs, dcs llus, des Klias Bil et 
dc» Vaos liiii ticii. \(iu.s ciuisi'imeH uii iniportunt convui de klias Mouk 
du (orritoiif dc \lcrig-kliong. chnigcR de vh vl do piments, (|ui allaicnt 
faire leur provision dc sel a M. Ngin. 

Ce fut dans la vallee du \ain-Se, large et parfailement propre a la 
culture, que nous passaincs la pi-cmiere nuit apres M. Hay, a I'endroit 
oil, cu 1S9I , MM. Massie et Marey avaient constate I'exislcurc du village 
de Ltan Peng. Mais Han Peng n'existail plus, scs habitants, originaires 
de M. Hon s'etant transportos plus liaut sur le Nam-S^, dans les rizieecs 
de Long-pflnc. 

Toute la journcc suivante se passa dans la jolie vallee boiBec du Nam- 
Sc, oil j'aurais ^te lieureux de reiiconlrer plus d'babitants, mais, sans 
doute it cause du croisonicut dcs routes iinportantes. allant au Laos vers 
M. Sai et par M. La aux Sipsong-panna. ces passages elaient desert*'s. 
Long-Ilet meinc, si excollemment silui? a quatre pelites stapes de Ito-tfene 
el k six de M. Bcng, n'etait que monienlanement occupe par quelques 
Lus originaires de M. Uoun-Ncua, qui, apres un long cxil a M. Poung, 
sc disposaienl a rejoindre leurs anciens pcuatcs. 

En hido-Cliine les babitanls redoulcul gentSralcnieiit le voisiiiage des 
grandes routes, oil ils so scnlciil plus exposes, mais ici, ce symptomc me 
parut grave, parcc qu'il confirmait ce qui m'avait 6le deja dit sur 
rinsecuriU- de la region. Les pillages des Yaos Lan-lien, en I'absencc 
d'une protection suflisante pour les habitants ct pour les voyngeurs, 
faisaient tort aux transactions, et les routes de penetration etaicnt expo- 
s^es a disparaltre, comme dans Ic liaut bassin du Nani-IIou. 

Fort liciireuscment, la comme allleurs, alors que les Lus et les Lao- 
liens n'avaieiit pas Icnu devant I'ouragan, le Kha Mouk domeureit forme, 
non seulement sur les hauteurs, mais aussi dans le voisinage dcs valines, 
oil il elcvait force belail. Oans la ilirection de Sop-Ngim, sa presence 



MUONG SlISG 245 

se manifestait par TexceUent entretien de la route el par I'^rection loute 
recenle a Kiane Pou Klicu, d'une exceilenle sala, qui nous senit de 
lieu d'elape. 

A une heure environ de Kiane Pou Kheu, se trouvait le village de 
Ban Na lie, habite par des Lus el par des k.has Mouk. A parlir de cet 
endroit, la route s'ecartc du Nam-Sr, pour desci'ndre encore plus au sud, 
vers le Nam-Ta. Commo le l>assin du ^'am-Sfe jusqu'a son conjluenl, elait 



liabit^ par dc nombrcux Khas Mouk, je profilai de mon passage dans la 
region, pour renouveicr I'ordre tjue j'avais donne, dctablir des commu- 
nications plus directes, vers M. Luong et vers M. Sing, en ouvrant une 
route nouvelle. 

De la bonne volonte dcs Kiias Mouk il me scmbla que je pouvais 
lout allendre, car ils etaienl lout aussi empresses que Ics Khas Kouen, 
leurs proches pai'enls el voisins. J'avais plaisir, a mesure que j'avancais 



246 MISSION PWIE 

sur )a route de Sop Ngim, a renconlrer des bandes de plus en plus nom- 
breuses de nies amis Ics Klias de Xieng-Khong el de M. pou-kha, se 
rcndanlu M, Hay el a Bo-be-lio-biong, pour yaelielcidusel, Eux-memes 
eluient lieurcux de nous reiicontrer cl de nous dire que, gn\ce a la 
protection de la France, ils ne craignaient plus ni maraudeurs Ngious 
ni pillards llos et Yaos. 

Au dcla de Ran-Tiouko, oii Ion nous avail prepart; do )>ounes salas, la 
route atteint les allluenis du IVam-Tialeiig qu'on suit ensuilc jusqu'u son 
confluent avec le Nam-Tu. Jc nic rctixiuvais Ki tout a fait en pays connu, 
vu que j'avais rcnioulc la riviere eii pirogue quclqnes niois auparavant 
jusqu'au dela de Sop-Ngiui. Les eau\ elaicnt tcllonieni basses, que nos 
mules cliargees puieiil passer a gue Ic Naiu-Ta, et atlciiidre ainsi sans 
enconibre, Ic liameau de Sop-iNgiui ou, suivaut ma rccouiinandalion, 
on avait coiistruit trois nouveltes cases entources dc {talissades. 

Ou m'annonva des I'arrivee, que di\ jours auparavant, des mandarins 
dc M. Sing, envojes au-devanl de inoi, ^laieiit arrives a Sop-Ngim et 
que, ne me Irouvaut pas, ils avaionlcontinui? Icur route jusqu'a M. Sai, 
decides a pousser s'il le fallait. jusqu'a Luang- Pra bang, poury rcncontrer 
des Franvais. C'elait conime une sorle d'averlissement de hater noire 
marclic vers la principaute, nil les Anglais etaient sans doute arrives. On 
ne put me fournir, sur le coinptc de ccs derniers. aucun renseignement, 
sinon que les messagcrs avaient repandu partout la uouvelle, que pour 
lie pas sc sounictlrc a I'autorile anglaisc, les clicls de M. Sing iraieiil 
[tlulut rcjoindre aux Sipsong-panna, les refugics Slians qui dcja s'y trou- 
vaienl. 

II ne s'agissait pas dc s'attardcr en route, d'aulant plus que la dale 
du I" Janvier, fixec pour Ic rendcz-vous avec les commissaires anglais, 
^tait depassec dcpuis quclques jours, ct qu'aucune obligation spi^ciale ne 
nous retenait dans le pays des kbas Kouen, que j'avais eu )e loisir d'etu- 
Jier precedcrament a fond. Aussi fut-il decide que, jusqu'a M. Sing, 
nous doublerions aulaiit que possible, les clapes, a travers le lerritoire de 
VI. pou-kha, tout en cbercliant partout les votes les plus direcles. 

Le G Janvier, apres avoir cnvojc un eourrier a M. Macey a Xieug- 



MUONG SING 247 

Rhong, nous quitlions Sop-Ngim, par la route de monlagne que j'avaia 
dejii suivie: inais h partir tie Itan Pouiig. la direction fut modiliee et sans 
nous aiT<^tcr a lian Tao ni a Han Tap, nous franchtmes successivemcnl, 
sous un soleil do ploinb, les profondcs vallucs du Nam-Koue-Keue el du 
Nam-Koue-luong, aflluents du Nam-Ta. Le pliyah Sombak, Ic plus rust- 
el le inoins franc des chefs klias Koucn vinl nous rejoindre, au fond 



dc la valine du Nam-Koue-luong, oiides abris furcnl inslalles, pris d'un 
ponl en liancs Ires pilloresque jele sur la riviere. 

Pendant que le Pliyah Sombak m'exposail ses demSles avec le chao 
de M. Luong. au sujel de la possession de certains villages situcs sur le Nam- 
Oune, j'eus le Ires vif plaisir de voir arriver le Phyah luong Paltavfi, 
I'un des meilleurs chefs de la region, qui possedait loute ma confiance cl 
qui vonait preclsemenl de Xieng-Khong, oil il avail etc faire connaissance 



MrSSI(>\ I'.VVIE 

iM.Macey.eiiluiapportant laciredc limput. Jctuidonnai rendez-vous 
i-Ho, oil j'avais convuque tout 1' a rrie re-ban dcs chefs klias Koucn. 
Pcndanl qu'ii s'j rcndail par son village de B. Tdio, j'allai reconnaUrc 
sources du Nain-Ouiie, dans I'ldt'e de faire prolonger de ce cute la 
,e future du Nani-Se. Dans lous les villages, a Itan tang lak, comnie 
in V'ou Wail, nous vtions re^'us a bras ouverts ; ces braves moiilagnards 
lontraient enehanles de nie revoir et c'etail a qui nous reoevrait clicz 

Ce fut pres de Dan Nam-Truine, au sonnnet de ia clialne de 
age des eaux du Nani-Ta et du Nam-Pa. que se [lassa noire seconde 
, aprcs avoir quiite Sop-Ngiin. De loulrs les uuit«, passees dans la 
issc a la belle cloile, aucunc n'aticignit pour nioi le cbarnie pcnetranl 
elle-la. Nous etions sur une cn^te I'lcvt^e, abrit<?e par de grands arbres, 
L les fi^ts Glances protegeaieut la olairiere oi'i nos abris de feuillage 
ent ^tc dresses. O pajsage illumine par la pleinc bine el par les fcu\ 
lotrccampcment, prit I'apparenee d'nn di-cor sublime, lorsque nous 
cs venir de llan Nam-Triiine. des llu'ories dc jeuncs lilies couronnees 
curs, que la beautc de la nuit allirait vers la Toret. 
En causaiit avec le S^nc La tbia Pine, I'un de nos Klias Koucn 
[»lus devoues, j'appris de graves nouvollos : A larriveo des Anglais 
! une troupe armee, le prinee de M. Sing avail quitte sa capilale ct 
lit refugi(5 dans la foriH, don il avail envoye des courriers dans lous 
ens, pour nous faire appel. C'clait I'un d'eux, qui avail passe a Sop- 
n, se rendanl a M. Sai. Un autre avail pris, pcu de jours avant noire 
jc, la direction de \ieng-Kbong,. porteur d'une lellre en caractercs 
»p»Sens, qui ne pouvait a\oir ole ucrile que par M. Scott, lechef de la 
lion anglaise, ou bicn par M. Pavle. Fort emtie de tons ces bruits, les 
s Koucn se montraient plus disposes que jamais h nous pruuver leur 
>ueinent cl nraiuioiicaient que. conformemenl a mes ordres, les 
s Mou-Seu leurs voisins, s'elaieni decides a ouvrir une route d'acces 
e le ibang-liiong de Xieng-Klioiig el Pbrabat Muong Kane, chef-lieu 
;ur region, 
e lendemain de bonne heurc, par une desccntc des plus raides, nous 



MLONT. SWC. 259 

atteignions le tbang luong <lc Xicng-khong ct c'clail pour mes compa- 
gnoits une verilalile surprise, de constalcr Icxcellenl ^lat de cettfi route, 
heaucoup mpillcurc que toulcs cclles que nous avious parcourues ailleurs. 
Des klias Koueii elaicnl occupes a la balayi'r dcvaut iinus. et les ponis on 
bambous. instciUf^ii 3ur les moiudres cnurs d'cau, faisaiciit radmirutiou dc 

tOU8. 



A midi, nous atteignions lea superbes salas de Ta Hq, oii toutc la 
journee fut consacrec a recevoir les visiter des chefs dc la region que 
j'avais convoques. Le premier qui sc pr^senla, fut le S6nc Intavikiay de 
Thakal, qui me remit une lelire du Pbyah Kiay, cet envoye du prince de 
M. Sing, avcc qui j'avais eu dc si curieux entreticns a M. Luong. Depuis 
son relour a M, Sing, il »5tail revenu a M. pou klia, dans i'esp^rance de 
me rencontrer et y avail laiase une Icttre, ou il me suppliail d'arriver le 



MISSION PAVIE 

possible, avec des soldats, pour prot^ger son prince, de 
our plus menact^ par les Anglais. J'appris aussi que, depuis 
lemps, les relations entre M. Sing ct Xieng-Kliong elaient 
npues el qu'un courrier avail encore traverse Thakal, six jours 
il. 

la visile du Sfene Inlavikiay, jc re^us ccHe du Phyali-luong- 
celui des chefs Khas Koucn qui m'inspirait la plus grande 
. II m'amenait un nouveau courrier arriv^ de M, Sing, avec 

de M. Scotl a I'adresse de M. Pavie. Je n'h^silai pas a la de- 
et appris ainsi que la commission anglaise ^lail arrivee au 
us de M. Sing, deux ou Irois jours avanl le I" Janvier. Igno- 
pelle roulc les commissaires franvais dcvaicnl eux-memes sc 
, M. Scoll demandail a M. Pavie de le renseigner, afin d'avoir 
d'aller au-devanl de lui el ilc I'introduire sur Ic lerriloirede 
aul^. 
pondis ausNit<M a M. Scoll, en lui annon^anl ma prochaine 

en m'oxcusanl d'arrivcr aussi lard au rcni)r/.-vous. Ignoranl 
i-ie ^tait deja lui-mi)me h M, Sing, j'^crivis au commissaire 
je nous avions suivi I'un el I'aulre une roulr difTerente. 
pil de mon relard, jc jugeai nt'ecssaire de passer une journee 
Ta-Ilo, afin de bien mcllre los clicfs Khas Kouen au couranl de 
n lopograpliiquc que nous allioiis faire sur Icur terriloire, en 
e des Anglais. II y avail en elTel un inlcr^t de premier ordre h ce 
iC m^prisscnl pas sur le caraclere de cetlc visile, qui en raison 
lies de M. Sing el dc la fuitc du prince dans la for^l, efll pu les 
II iniporlail aussi que. dans loul Ic pays Kha Kouen, les 
le ravilaillemenl fussenl r<^guli&remcnl organises, pendant toutc 
ade. 

les mfines rocommandations aux d^legues que m'avail envoyes 
c Chao de M. Luong. J'appris par cux que, conformement a 
s, la fameuse borne cliinoisc de Moc-Lok avail ele rapporlee Ii 
et que les \aosdu Nam-Peng el du tIaulNam-Taselenaientassez 
([uilles. Lcur chef, le Phyah Kjounc, me ful signals! commc 



MUONG SING 251 



un individu plulot dangcreux qui, non contcnl d'organiser le bri- 
gandage sur la fronliere des Sipsoiig-panna, avail noue du cole de 
Tang-Ho, sur la rive droite du Mekhong, des relations amicales avec les 
pirates Ngious de M. Line. Je rclrouvais done, sur deux points extremes 
de noire nouvelle fronliere, une enlreprise de brigandage, analogue a celle 
qui sevissait sur la fronliere du Tonkin, et je pouvais me demander si, la 
politique ajanl sa part danscetle redoutable organisation, il ne convenait 
pas avant tout, de la rendre desorniais impossible. 

Ce qu'il y avail de certain, c'^tail qu'a part ccs professionnels du 
desordre, la tolalile des populations ^tait satisfaite de nous devoir sa securite 
et qu'elle ne nous dissimulail pas sa satisfaction. Sur ce poinl, la reunion 
des chefs Klias Kouen aux assises de Ta-Ho, ful particulieremenl convain- 
canle, pour ceux d'entre nous qui n'avalenl pas encore eu Toccasion de 
les approclier, car, avec des hommes comme le Pliyali luong PatlaAvi 
et surloul le Phyah luong Pouma, il elail permis d'envisager Tavenir 
avec la plus grande confiance. 

Le soir de la reunion, les chefs se disperserenl et le lendemain de bonne 
heure, nous partlmes a noire lour, sur le Ihang luong, dans la direction 
de Muong Pou Kha. Des cara vanes de mules el des colporteurs chinois 
sillonnaient a ce moment la roule, el ceux qui revenaient deja de Xieng- 
Khong, racontaient qu'ils avaienl vu la-bas M. Macey. Le service du bac 
continuail a fonctionner sous noire surveillance el les marchands chinois 
savaienl maintenant que, dun bout a Tautre de noire terriloire, ils elaienl 
surs de trouver, eux aussi, appui et facilites de toute sorle, pour leiir 
commerce qui ne consislail guere qu'en sel, en plomb, en fer el en mar- 
miles. 

Un pen avant d'arriver a M. Pou-Kha, nous quiltames le ihang luong, 
pour bifurqucr vers la droite el commencer aussitot Tascension de la 
hauteur ou se Irouvait Ban pou pieng, le nouvcau village du Phyah 
luong Pouma. C'clail a Tamorce de la route de M. Sing, que ce chef 
intelUgenl avail eu Theureuse initiative d'aller se fixer el nous pouvions 
nous en feliciler, car personne mieux que lui n'^tail en mesure d'exercer 
une surveillance eflicace sur ce qui se passait de ce cole. 



12 MISSION PAVFE 

Par une ar^le cnlrc le Nam-llo el le Nam-Higiie, nous atleignimes, 
1 une lieure de montcc, le village de Itan pou picng, qui Uominail la 
Elite pluiiic do M, Pou Kha, aiiisi qu'une partie du bassin du Nam-Pa. 
ous fflmes lieurcux de pouvoir nous approviaionner cliez le Phyah 
long pouma, car. au dela, nous ne devious trouver. pendant plusieurs 
mrs, que la fonH el des ravins ahsolumenl deserts. 

La soiree sc passa d'ailleiirs fori agreablenienl dans ce milieu syinpa- 
ilque: tnus les habilanU, y compris Ics fcmmes el les enfants, tinrent a 
^nir nous rendre visile dans la maison commune oil nous etions loges. 
ntour^ de sa fetnme el de sa faniiUe, Ic Phyah nut tout re qu'il avail a 
otre (lisposilion : « Mais poui-quoi done, nie disail-il. rcslez-vous sur une 
telle reserve ? Tout le monde desire el attend les Fran^ats a \luong Sing. 
A TaiTivec des Anglais, les habitants se sont enfuis avec leurs bestiaux 
dans la foret, mais pour vous, ils feront kml sorlir. Partoul on vent 
les Kran^'ais. a M. Sing, a \ieiig-kbong. ii Nan, el les \h»u-Scu eux- 
menics, toujours si sauvages, ne ilemandeiil qu'a uiart^Iier avcc vous ». 
Traiiquillemrnt je latssais dire el j'eeouljiis. .rinterrogcai alors le 
hyah liiong pouma. sur ce qu'il savail du passe dc son |><ivs. II 
10 raconia que les Kas koueu deleslaient les gens d'.Ava, parce qu'a 
n moment domic, ils avaient elierelie a s'empariT dr leurs monta- 
ges. Devanl eette invasion, les \ouiies.qiii ocriipaicnl alors les ri/.ieres 
esvallees, s'eluicnt enfuis, mais les Kbas tiiii'cnt l>on el resterent dans 
I pays, jusqu'iiln relraite des Hirmans. detail seulement de celteepoque 
ue datait le depeupleinent des monlagnes les plus rapprochees de 
I. Sing, les Kbas Koiirn ayant jugf' plus prtident dc grouper sinon leurs 
jitiires, du moins leurs villages, sur Ics hauteurs de I'aulrc cote du 
lang luong. 

C etait pour cctte raison que. dans la direction ou nous marchions, 
ous ne devious pas rcnrontror une amc vivante, bien que Ic chemin fi'it 
)scz eiilrelenu pour que nous nViissions pas erainte de nous egarer, Le 
tiyah nous donna d'ailleurs d'excellents guides ct des vivres en quantite 
iflisante. 

Duranl deux Ires loiigiies etapos. cc ne fut que foret el foret partout. 



MUO>T. STNG 253 

BUT les sommcts coiiime dans les ravins, oil coulaicnl au milieu dcs galels, 
de nombreux nflluenlg du Nam-Pa. La preinifere nuit se passa sur les bords 
du IVatn-Hong, dans on site fort sauvtigc, oii, en d^pit du tigre, chacun 
de nous essays de se faire un nid dans les liautes herbes, 

Toule I'etape du jour suivant fut consacrve a I'asccnsion du Pou- 
Moc-Hat, la chainc de parlage dcs eaux du Nam-Pa et du Nam-Ha, qui 
servaitaussi de liniiteaux icnilnircs de M. pou Kha cl de M. ?^ing. Nous 



nous eie\ames de soplcenis m(*trcs au-dessusdu Nam-[Ioung. avanl d'al- 
leindrele coi de Kieou Hang lie, oil des debris de campemeiit, dcs eti- 
f|uctles de « Old highland whisky » cl des morceaux de jotirnaux du 
2'i octohre, nous signalercrit la reccnte visite dcs commlssairos Anglais. 
De i'autre cote du col, la route de-scendait vers le Nam-Long, afiluent 
du Nam-Ma, aupres duquel on fit elape, sous des abris improvis6s. Au 
dela dc ce point, il fallut environ Irois lieurcs de lente montee, 
pour altcindre enfin le aommet, d'oii il nous fut permis de decouvrir 
la terre promise, ce Aluong Sing, objet de mea preoccupations depuis pros 
dc di\-buit mois, (pii apparaissait au loin, avec les rizicrcs dorecs dc sa 



254 MISSION PAVIE 

iilaine, au dela dcs graiulcM fon'U, Plus prJ-s de nous, le Nam Ma Oun el 
Ic Nam Ma Yeiic doscendaieiil lie leurs sommets, pour aller se confondre 
duns Ic Nam Ma. Le massif sur lequel nous nous Irouvions. allait 
so tcrmlnant par un epcron. dans les rizit-res de M, Nang. au-dessous 
duquel Ic Nam Ma reccvail le Nam Long. 

\ partir de la, les villagos Vans connneiicereiit a aliondcr: a cliaque 
instant on noisait des grimpes de Lan Tien Vao on de Tine pane Yao, 
liien vetus, le fusil sur lepaule, qui eonduisaient des eonvois de boeufs. 
Dans noire hale d'atlcindre le bul, nous poursuivimes ce jour-la noire 
marelie jusqu u cinq lieurcs el deniie, interrogeant a lout propos les ps- 
sanls, pour savoir ee qui se passail a M. Sing. (I'esl ainsi que nous 
a]>primes larrivec du groupe Pavie, sa renconlrc avec los commissaires 
.\nglais. rinslallalion de deux ramps distint'ts et )c fonetionnemeni d'un 
marche abondammenl pourvu. 

Nous ne lardiimes pas a recevoir la confirmation de ccs nouvelles, 
cur, pendant qu'on inslallait dans unc jolic dairi&recn terrain plat, notre 
eampcmcnt, le courrier quej'avais fail parlir de Ta-llo pour M. Sing, 
nous rejoignil. avcc dcs leltres de M. Pavie et du capitaine Uivicre. Nous 
ctions a la fois si lieurcux, et si agitcs ])ar ledcsir d'altelndre M. Sing, que 
la veillcc sc prolongea fort lard aupres dun grand feu, pendant que la 
pleine lune s'elevail dans le ciel. 

Et voila qu'au milieu de ccllc belle iiuil. une bande de Yaos vint a 
descend re dc la niontagne. II y avail Iti des jcuncs gens el des jeunesfillcs, 
qui riaicntetquicbanlaicnt.et leclut delcurs voix retentissaildansla fon'l 
dune favon fort amusante. Quclques inslanls apres, la bande jo^eusc, 
atteignait noire foyer, et s'enliardissant pen a peu, pcnelrait jusqu'a nos 
moustiquairc-s. Elle avail enlcndu dire que nous desirions des ^lolTcs bm- 
dees, ce qui etail un excellent pr^textc, pour venir visiter ees Franvais, 
donl on parlait depuis si longtemps dans la niontagne et pour tesquels la 
tunc, d'ailleurs propice aux amoureux, sc monlrait ce soir-la si favorable. 

11 va sans dire quele lendemain, nousetions sur pied dc bonne heure, 
el que I'arret du dejeuner dans une clairierc, nous parut interminable. 
11 fut d'ailleurs joycusement inlcrrompu par Tarnvee du secretaire de 



MOUNG SIKG 255 

M. Pavie, M. Caillat, qui, parti de M. Sing dans la malin6c, arrivait, h 
bride aballue, i notre rencontre. En pen de mots, il nous raconta le 
vojage de son groupe, de M. hi: \i M. Sing, h travers Ics Sipsong-panna, 
et I'arriv^e de M. Pavie ou rendez-vous Anglais, a la dale du I" Janvier. 
Depuis on nous avail atlendus, en vain, cliaque jour. 

Je n'ai pas i insisler ici sur les ev^nements qu\ prec^derent mon 
arrivee a M. Sing el dont Ic rccit appartienl a M. Pavie, mais il esl 
utile d'indiquer Ic lien (]ui les ratlache direcleinenl aux relations que 



Fiy, 101. — Loi princoa do Muong Sing ot Uur eorlego. 

j'avais eucs precedemment avec le prince, par rentremise de ses 
cnvoy^s. Ce que je m'etais applique a lui faire comprendre, c'etait 
qu'en de'pit des pr^lentions anglaisea, son terriloire ne pouvait ?tre 
annexe a la Birmanie, sans noire consentement, et que sa eapilale, Muong 
Sing, se-trouvail sur une rive du M^khong que nous proclamions notre, 
ce qui le meltait lui-mgme dans I'obligalion de ne compromettre en rien, 
dans ses relations avec les autorites anglaises, les droits que nous enlen- 
dions faire valoir, tout au moins jusqu'au reglemcnt defuiitif de raflaire 
de I'Etat-Tampon. 



MrSSION PAVrE 

!^c ne Tut pas sans Amotion, qu'eii qiiittant la (oret Je d^couvris devani 
la superbe plaine de M. Sing analogue a celle de Dien-bien-phu el 
anciens bassiiis lacustr)>9 drs Sipsong-panna el du Yunnan. Li's 
res s'etalaient dc tons ci*it<^s. limiU'es seiitement par les monlagncs qui 
le asscz grandc distance, cnlouiaienl ronime d'une coiiilure verte. 
mdroit privilegie. 

^n approcbant de lenceinte royale et des detix camps anglais el 
;^ais, qui se trouvaient au milieu des cbamps, j'ous I'agr^blo 
rise de voir venir au-dcvant dc nous, le fils a\n6 du prince dc 
iing, enloure de loul un corlege de porle-sabres el de porte-para- 
fl elail lui-mi''iiie dbloui^^sant, <lans son costume national, oil le satin 
6 et galonne allernait avec la sole de son large pantalnn. de sun 
ml gilol et de son lurlian nuilticolore. Toul, jusqu"au\ parasols dords. 
rageanl son clieval Ires brillommeiil barnacliv, me rappclnit le lu\e 
ilal dc la petite cour de \ieng-llung. 

>i^s que jcus salue M. Pavie, jc in'empressiii d'aller |>orter mcs 
niagcs a M"'* ScoU, qui avail Icnu a suivrc son mari dans celle loin- 
clicvaucliee. I*!llc me fit le plusgracieux accueil, ainsi que le cheT 
I mission anglaise qui avail a scs cotes ses deux adjoints civils. 
Warry et Stirling, ainr^i que le r)"" Lloyd. (Junnt aux officiers lopo- 
lies, ils (.•Iciienl t[vjh cii route, le colonel \Voodtlior]»c el le capilaine 
Lcr, sur I'aulre rive du Mekbong et le lieutenant l\yder. en conipagnie 
ipitaine Kiviere, dans la direction de M. Luong-pou-klia. 
e fis dans rapres-midilaconriaissniiccdu prince de M. Sing, qui vint 
rendro visile, sous le grand abri en toile ou la mission Iran^aise se 
I habituellemenl. Le soir, dans cette m(^mc lenle, au cours d'un diner 
, ii nos collegues Anglais, M. Pavie leva son vcrre en I'bonneur de 
. rimp(5ralrice cl rcine, pend<mt que M. Scott portait un toast en 
neur du President de la lU'pubbque, .\l. Casimir-P^rier. Apres cela, 
: retirai dans la petite maison en paille que le prince avail fail Clever 
M. Pavie et on, dunant toul noire sejour communaM. Sing, jene me 
ai plus du cbef dc la mission, 
appris par lui que. lors de son arrivi'e, nc sacbanl dc la situation 



^HJO^G SING 25? 

a Muong Sing, que ce que j'avais ole ii mi^me de lui racoiitcr k Ijai- 
Chau, il aviiit pris conriaissanrc, avec Ic plus grand interet, d'line lettre 
a moi adiosst'c par M. Maccy, ii la dale du 31 deeeiiibrc, ou iiotre agent 
(le Xicng-Kliong me sigualait lattitudo du prince lora de 1 arrivec dcs 
Anglais. 

Duraril Ics premiers jours, lo prince d Ics mandarins etaient rcstcs 



Fig. 102. — U Cbao Luong d< Muoug Sing, tu fcmina el son darnier fiU. 

sur une grande reserve, mais, pen a peu, ics voiles avalent ele leves ot 
!a lumifere s'etait faite, M. Pavie se mil d'accord avec M. Seoll, sur 
la r^daclion en commun d'un aclc desline a metlre fin a Tincldcnt. 
J'assistai, Ic 16 Janvier dans la matinee, a renlretien qui eul lieu a .ce 
sujet, entre M. Scott ct M. Pavie, uinsi qu'a la redaction de la lettre 
en anglais el en fran^ais, adrcssec au\ deux gouvernenients, pour declarer 
V. 33 



MISSION PWIE 

ison (les eveiiemcnls. \c r^glcmenl de la question de M. Sing 
ail absolumeni reserve. 

ommission mixte tint, le 1 5 Janvier, sa prcmifere reunion; il y 
lut, Irois ri^uniona, on de part ct d'autre, on put faire toutes les 

que comportail la situntion. Non seulemcnt h M. Sing, mais 

villages Slians de la rive gauche du M^khong cl h Xieng-Lap, 
tit a cc r^sultat pratique, que la visite en connmun des anciens 
;9 de Xieng-Klieng (rive droile et rive gauclie), Xieng-Sen et 
e gauclie du Mi^khong) fut d^cid^, et qu'on adressa une leltre 
e de Xicng-IIung, pour lui demander ce qu'il considerail comnie 

meridionalc du territoire des Sipsong-panna . 
Uscussion des proees-verbau\, I'examen des documents tr^s 
IX el tres inti'ressnnts (jue le prince de M. Sing mil u noire dis- 
, la r^daclinii des leUros el des rapporla qu'il imporlait de faire 

le plus rapidemcnt possible a Paris, me prirent beaucoup de 
nais ne m'einp^cii^rent pas toutelois d'examiner avce cunosile 
|ui se passail autour dc mui. II y avail quelque chose de peu 
3 el d'cn tout cas lout nouveau pour nous, dans celtc rencontre 
commissions PraDfuise et ariglaise. sur les confins du Laos el de 
inie. 

2s, nous ne possedions ni les uns ni les aulres, le pouvoir 
nl eu nos pred^cesseurs, birmans et laotiens, reunis jadis dans 
: de M. Luong, de faire pousser des arbres, les racines eo lair, 
resser des pyramidcs en unc seule nuil, mais nous avions 
ns le sentiment de collaliorer a une grande teuvre. digne de 
, dans Ic cours du xvni' sieclc, c&l pu nous assurer I'Empire 
s, sans I'indiflerencc de la Melropole, -Encore unc fois, nous 
s, dans la sjmpathie des indigenes, ce puissant levier, dont la 
I avail pas toujours su profiler comme elle le devait. 
1 un entretien |>articulicr, quej'eusavec le prince de M. Sing 
ande maison dc bois, oil la nole claire des costumes, et le 
nent des armes pendues aux cloisons, faisaient contraste avec 
l6 dca salles, je pus me rendrc comple du profond bon sens 



MUOPiG-SING 259 

de eel hominc qui, tout ignorant qu'il I'At de la situation respective 
de la France et de rAngleterre, avail su conserver jusqu'au bout sa 
dignite, sans faiie un seui faux, pas et sans se laisser ^branlcr par 
aucune menace. Les conseils que je lui avais fait donner, il les avait 
sulvis a la lettre, car il les avait sentis dictes par I'amilie. D'aillcurs, bien 
qu'il eflt souvent traile des affaires politiqucs avec les Anglais et jamais 
encore avcc dps Fran^ais, il 
savait que les premiers Euro- 
peens venus sur le Mekhong 
• etaient nos compatriotes el sc 
rappelait avpc plaisir I'impres- 
sion produite par Lagrec et ses 
compagnons quand, 3ge scule- 
ment dc vingt ans, en 1868, 
il les avait vus sur la rive drollc 
du Mdkliong, a M. You, qui 
^talt alors le chef-lieu de la 
principaul^. 

Si le prince de Xieiig- 
Klieng avait transporlc, en 
1 885, sa capilale dans la plainc 
inliabitec de M. Sing, sur 
laquelle son vuisin de Nan 
emetlail alors des pretentions 

el s'il n'avait rien negligi pour f'g '"* — femmei Thoiei Ncm. 

calmer a cc moment I'opposi- 

lion des Younes, les Anglais ne pouvaienl guferc se faire d'illusions sur 
les mobiles qui I'avaient pousse a agir ainsi. La conqu^le de la Birmanie 
avait eii elTet cause une profonde impression sur la plupart des princes 
Shans Iributaires de la cour d'Ava; quelques-uns avaieril jug^ bon de se 
r«;fugiei- jusqu'k Xieng-Hung, afm de pouvoir au besoin recourir a la 
protection cbinoise. II elail lout nalurel que le prince de Xieng-Kheng 
clierchdt a meltrc le cours du Mekliong entre lui et les eiivahisseurs. 



S60 MISSION P.WTE 

Muong Sing se rcsseiitatt de sa Ires recrntc risiirreclion. Dans la vasle 
enceinte on terrc haltuc, qui autrefois aviiit sans doutc contcnu beaucoup 
d'hnbiluiits, on Il'apc^cc^ait qu'un petit nombie de maisons en bois. 
^parses au milieu de jardins, ct Ics largos rues qui conduisaieul a riiabila- 
tion princioro, etaienl presque toujours vides ; aueuiie pagode interessantc 
n'atlii'ail, coniine a \an ou u Luaug-Prabang, la riiiiusite des passanls. 

Avaiit loul. Ic prince s'elait cITorce de rapier par de bons procedus 
la oonfiance des populations rejiaiuiues sur son Icrritoire. Aussi les Yaos 



ct les Khas Kbo ct^l^braient-ils i I'envi ses loiiauges. Quant aux Shans 
qui I'avaient accompagne dans son exode a Muong Sing, ils trouv&rent 
des le d^but, sur place, toutcs lea ressources n^cessaires pour rcndre 
rapidement la vie a ce Muong privilegie. 

La plaine (-tail superbe et faeilenienl irrigable. Ilien qu'elle fut restee 
inculte pendant de loiigucs annees, il ctait fueile d'y reeonslituer des 
rizieres, et cellos oil nous etions oarnpes, paraissaient justifier toules les 
espt5rances. Si Ton elait plus sur de I'avenir, nous dit un jour le 
prince, la prosperity iic sorait pas longue a rcnaltrc, car uiaintenant que 



MUONG SING 261 



la periode la plus difficile ^tait pass^e, les colons r^pondraient de tout 
cot^ a son appel. 

Tons les cinq jours, il se tenait a Tenlr^e du Vieng, un marche, ou se 
rassemblaient les populations du voisinagc, el le contraste etait frappant 
entre ce centre de commerce si achalande et la misere inexplicable de 
Xieng-Sen et surtout de Xieng-Khong, oil il 6tait impossible de se procurer 
les moindres vivres. Rien de curieux a observer comme la varietd des 
types et des costumes, que Ion pouvait alors remarquer a Muong Sing. 
Les Meos et les Yaos s'y coudoyaient, les Lus et les Thais Neua de la 
plaine, et les Chinois des caravanes exhibaient leurs marchandiscs, a cote 
des marchands Birmans et Slians. La note la plus etrange etait assurement 
celle fournie paries Khas Kho de la montagne, dontlesfemmes portaient 

Fig. 105. — Boucles d'oreillos Yaos. 

un casque garni de graines, de perles et d'ornements en argent, avec des 
bandeaux a la vierge sur le front. 

Tout ce monde se laissait facilement approcher et venait mSme visi- 
ter notre campement, car on ^lait peu habitue dans la region, a une 
pareille affluence d'etrangers. Outre les Fran^ais et les Anglais, il y avait 
en effet des Musulmans du Yunnan, des soldats Gourkhas, des Sikhs et 
des coohes originaires de Tllimalaya ; des Annamitcs, des mafbus de 
Mongtze et des Thais de la Riviere Noire. Au milieu de celle Babel, les 
femrnes Lues de Muong Sing, fideles aux habitudes de leur race, ne sc 
senlaienl nullemenl elTarouchces, et c'etait avec un plaisir peu dissimule, 
qu'on les voyait se glisser, vers les abris de paille, oil grouillait noire 
domeslicite. 

Nos moments de loisir elai^nt consacres a des marchandages de 





MISSION PAVIE 

qui portaient sur les objcis les plus varies : boucles d'oreilles, 
bagucs, ceintiires et plaques de femmes Thai'es ou Yaos ; four- 
renard ou de gal^opjteque, clofTes Lues ou Yaos, donl le carac- 
ia1 nous scduisait. I^e prince apprenant quel inler^t elhnogra- 
)U8 altarliiuiis a ces produils de I'induslrie indigene, s'empressa 
' a M. Pa vie et a moi dcs pantaloiisdc satin, avcc les Jolicsvestes 
1, que nous avions admim-s sur lui ct sur sou fils alne. 
el soir, il s'elovait au-dcssus dcs ri/iijrcs un biouillard epais, 
(luquel il n «(ail pas deplaisaiit dc so mouvoir, mais qui ncces- 
:reticn de grands fcux , aupres dc uoscaiiipements. Le soir, autour 
uouK aimious u nous reunir ct plus dune fois nous primes plat- 
er deviser avcc nos voislns Anglais ct avec M°" Scott, dont 
nous ful loujours L^gnlcmoiil gracieux, 

ommissaires Anglais ctaicnt assc/ presses de se mettrc en route, 
nuvoir rentrer en Rirmanic. avant la saison des plures. Aussi. 
idre la reponse adressee au prince de \ieng-llung, fut-il con- 
lussitol apres avoir arh)t<5 le programme dcs operations, on se 
?n route. 

imi Uivierc a^ant quitt^ M. Sing avant noire arrivde, je m'ap- 
iui procurer par ecril Ions les renscigncrnents qui lui elaienl 
ablcs. dans la region klia knuen el sur la fronticre de Luang- 
dont il avail a fairc le levc lo|M)grapliique, en conipagnie de 
^ue Anglais le lieutenant llyder. 

le pouvoir parer ii (outes leseventualilcs, dans la partiede notre 
qu'aucun agent Fran^ais n'avail encore visitee, le lieutenant 
li Tut adjoint. II partit done de M. Sing par )c col de Kicou- 
, pour aller rejoindre le capllaine. qui avail gagne M. Luong pou 
a route du nurd. Jc nc pouvais me consoler d'avoir manque mon 
re, diint la sanlc nous avail dejadonne quclques inquietudes el 
I que repris de la dysenteric qu'il avail contracl^e en 1890, 
olre premiere mission, n'licsilait pas cependant h aflronter la 
]lus ardue de noire lAclie commune, 
remicrcs conversations avec l(ts topographes Anglais lui avaient 



MUONG SING 263 

demontr^ que nos compagnons, remarquablement outilles e( pif^par^s par 
une s^rie de campagnes anterieurcs dans les regions voisincs, poss^daicnt 
d^ja, sur rensemble des pays que nous avions a examiner, de nomlireux 
documents, dus en partie aux etudes du capitaine Davys, mais surtoul 
aux comniunlcalions du service topographique Siamois, qui sous la direc- 
tion de MM. Mac Carlhy et Collins, avail 6tudicr6ceminenllarive gauche 
du Mekhong et 6tal)li des points de i-epere sur (|uelques sommets. 

Convaincu qu'ii ne pouvait ajoutei- grand'cliose a uii travail aussi 
avance, cet olVicier consciencieux, soigneusement pr^par^ par des etudes 
speciales a la tSche que, des ISD.'t. je I'avais vu reclierclicr avec tantd'ar- 
deur, cliercha du moins a faire oeuvre utile, en allanl explorer sur noire 
terriloire, certains points d'un abord tres difficile, ou personne ne s'etail 
encore montr^. Seduit par ce que je lui avais dit de la region Mou-Seu, 
il sc dirigca de ce ciilt', en faisaiit ouvrir devant lui des sentiers dans la 
foret, L'eu9S^-je vu, avant son depart de M. Sing, cusse-je pu me rendre 
compte de I'etal de sante oil il se trouvail alors, que n'aurais-je pas fait 
pour relcnir cet excellent ami, que su nalurc ardente enlrainait alors au 
dela de ses forces, et que la France ne devail, Iielas, plus revoir. 

Le lieutenant Hyder operant en compagnie du capitaine Uivierc el du 
lieutenant Seauve, il fut coiiveiiu que le lieutenant Tliomassin acconqKi- 
gnerait, del'autre cote, le colonel Woodlhorpe et le capitaine Walker, que 
nous alliens tous ensemble, rejoindrc snr la rive droite du Mekhong, a 
M. He, ofi aussilut apres avoir refu la reponse du prince de Xieng-Hung, 
on procederait a une dislocation nouvelle. 



Fig. lOG. — rl«i]aa de coruga Yw. 



BT 



1^^- ■ - 


— r-i 


1^ M- 


""*"•«•■(■( 

J 


:jjt Ijfev.* 




w^^si 





Fl^-. 1117. — Vur Ju Mrklioo^ ji H.a-U. 

CIIAPITIIE I\ 
BIRMAME, CHINK KT TONKhN 



I)F, MUOMJ Il£ A MLONG LljUXl-i'OL-kllA PAR MUONG I'ULNCl ET 
MUO.NG SING 



22 janvipr - 18 fivricr 1895 



Jo n'ai pas « dvcriro ioi ritinoriiirc de M. Sing i M. He. par tlela du 
M^'kliong, ([uc Ics culuiincs uiiglaisc ut fruiivaiiiC! parcoururcnl ensemble, 



BIRMA.NIE. CHINE ET TONKIN 265 

du 22 au 28 Janvier. J*^tais aux coles de M. Pavie, qui avail repris la 
direclion de noire groupe a M. Sing. Chcmin faisanl, nous pumes cons- 
later que les Anglais, fori documenlds sur loul ce qui concernail la 
principaule de Xicng-Kheng, se souciaienl assez peu de parcourir de 
nouveau en delail loule la partie de ce lerriloire, siluee sur la rive droile 
du Mekhong. 

Quant a nous, comme c'^lail pour cela principalemenl que nous 
etions vcnus sur le Haul- Mekhong, nous devious proceder a celle en- 
quele geographique el politique, aussi serieuseinent que possible ; aus^i 
M. Pavie decida-t-il qu'il la poursuivrail lui-meine en conipagnie de 
M. Caillat, el que pendant ce temps, j'accompagnerais les commissaires 
Anglais a Iravers les terriloires de la rive gauche, qui leur etaienl incon- 
nus, dans la region soumisc a leur exanien ; ce qui constituait en sommc 
pour moi une lache aussi interessante que delicate. 

Sans doule, il m'eul ele forlagreable de pousser Ic plus loin possible, 
mon enquete vers TOuest, dans une region que je ne connaissais pas, mais 
bien que Titineraire des commissaires Anglais di!it forcement me ramener 
vers ce ihang luong de Xieng-Khong, que j'avais dcja plusieurs fois baltu, 
jallais, du cote de la frontiere chinoise el aussi vers Phrabat-MuongKane, 
avoir Toccasion de visiter des pays nouveaux, dans des conditions parti- 
culierement seduisantes pour un diplomate. 

Le 26 Janvier, nous nous arretames a M. He, oii j'eus le plaisir de faire 
la connaissance du colonel Woodlhorpe, chef du service topographique 
anglais, qui s'elait fait depuis longtemps connailre par ses imporlants 
Iravaux en Birmanie el aux Indes. (detail un homme aimable el distin- 
gue, donl nous ne lardames pas a apprecier la sociele, el dont le talent 
d'aquarellisle me parut fort seduisanl. Avec son compagnon le capilaine 
Walker, il s'etait efforce de nous preparer dans la pagode de M. He 
une installation conforlable, dont nous lui fumes d'autanl plus recon- 
naissants qu'il n'avait trouve chez les habitants aucun concours. 

De Taveu m6me des Anglais, il soufflail a M . He, un vent de revolle, 
au moins aussi violent qu'a M. Sing. 11 y avail dans les environs un vil- 
lage de Shans, originaires de M. Lune pres de Theinni en Birmanie, qui 
V. 34 



MISSION PAVIE 

nt ri5rugi»'8 sur le tcrriloire de Xicng-Klieiip, aprvs s iMre soustrails 
oritc anglaisc et (|ui sc faisniciil eiicoiT quelqiies illusiotDi, sur Ics 
;s qui leiir rpstaicnt J'y ecliapper dtTinitivcment. Leurs osperances 
yaicnl sur la proxiniitc de la fronlicro cliinnisc car, le lerritoir-o 
Long, deppndaiil des Sipsoiig-paniia, sp Irouvait ik qiiel(|UPH lieures 
rche seulcinciil de M. 116. 

lUfl »avion» parfailciiionl, dopuls Ic vojage quo nous avtons fail. 
hne e|M)que (|ue M. Scott, dans cps parages, que cctte parti*- des 
ig paniia 6lait remplic dc refu^'it'ii brrnians. exlrt^mcnicnt mal 
i-s a legard des Anglais, et les gens de M. \16 aussi bien que ceux 
Sing ne se faisaicnt pas fautc de declarer qu'ils etaieni en relalions 
1 avec les (Iliao Fa de Loc Tiok et de Mong Nye, que nous avions 
itrcs i M. Yang en IHlH. 

s conimissairos Anglais semblaient beancoup plus preoccupes 
i-econnatlre, vers le Nord, ce (jui sc {lassait au dela dc leurs 
rc9, que de vcnir examiner avec nous sur |>lace les points liti- 
de M. Oua el dc Xieng-Lap, ces deux cantons dp la rive droile 
icng-Tong disputait a Xieng-Kbeng, el ijui dcvaient (aire parlie dc 
Tampon, au ens ou celui-ri serait conslltue. 

land M. Pavie se mil en route le '?9 Janvier, avec M. Caillat, 
dler visiter M. Oua sur le liaut i\ani-Leui, il ne se trouva pas 
i Anglais pour raccompagnor, que le capitaine Walker : la rive 
commenvant a leur peser, au dire de M. Slirling qui I'avait 
irue dans lous les sens. Apres le depart de M. Pavie, nous pas- 
encore Irois jours cntlers a M. He: les Anglais altendaient un 
parti de \ieng-Tong le 8 Janvier el qui leur etail absolument in- 
sabte, car il apportait les vivres neoessaires a leur escorte. C'etail 
rprise dc lous les instants, pour nous et pour nos gens, babitues a 
arii de toutes les ressources locales, de c()nslater coinbien les An- 
-epules si pratiques, compliquaieiit a noire avis inutilement leur 
par ces eonvois de ravilaillement, dana unc region aussi eloignee 
■8 centres d'approvisionnetnenl. 
qui paraissait le plus etonnant, c'etait qu'ils se fussent enloures 



BIRMANIE. CHINE ET TONKIN 267 



de tout un personnel musulman, pour parcourir un pays peuple de 
Bouddhistes, donl ces gens ignoraieiit la langue et Ics usages, et pour 
lesquels ils ne pouvaienl resler que des ctrangers et des ennemis. 
Musulmans, les Gourkhas, ces petils soldats Hindous, alertes et vigou- 
reux, revelus de leurs costumes europeeiis couleur kaki; musulmans 
aussi ces muletiers Yunnanais, retires depuis Tinsurrection de 1867 
en Birmanie, auxquels nos coinpagnons avaient eu Tidee d s'adresser. 
Jusqu*aux Sikhs et aux coolies Iliinalavensdu convoi anglais, tons etaient 
depayses sur ces rives du Mekhong, on la farine et le beurre clarefie 
leur faisaient ddfaut et on ils ne savaienl se contenter ni du riz, ni de 
la viande de pore, dont nous faisions nous-menies, bon gre mal gre, 
notre ordinaire. 

Un jour, pendant notre sejour a Muong He, un Brahme de la 
suite anglaisc setant installe sur la route, pour y faire sa cuisine, Ic 
chef du village vint a passer Irop pres de son foyer: il se rua sur lui, 
inais Ic Lu degaina et il fallut les separer. Chaque jour de pareillcs 
scenes se renouvelaient, en depit de la hienveillance du colonel Wood- 
thorpc qui ne negligeait ricn pour s*assurer le bon vouloir des habi- 
tants. Ceux-ci celebraient, a haute voix, les vols de chcvaux dont les 
Anglais avaient etc plusieurs fois victimes dans la region, et se vantaient 
d'y avoir participe. 

Le docteur Lefevre profita du sejour prolonge que nous ctions obliges 
de faire a Muong lie, pour aller reconnaitredans la direction de M. Long, la 
frontiere des Sipsong-panna. On me signala, presque en mcme temps, le 
passage sur cettc route, d'un courricr envoye par le Chao-fa de Loc Tiok 
et le Ghao de M. Kie au prince de M. Sing. 11 etait clair que nos allees 
et venues ne laissaient pas indifKrents tons ces gens-la et que, suivant 
leur habitude, ils prenaient pour de Taction pratique et efficace, leurs 
palabres, leur correspondance ampoulee et le bruit qu'ils repandaient, 
unpen partout, de la prochainc insurrection de Xieng-Tong et de Tar- 
rivee dune bande chinoise, qui balaierait tout le pays. 

Le 30 Janvier, le convoi de ravitaillemcnt arriva de Xieng-Tong, et 
nos compagnons consacrercnt loute la journce du lendemain a leur cor- 



SB MISSION) PAVIE 

cspondancc, qui pril aiisHitol la dirrrtioii <lc Binnaiiie. Nuus pAtncs 
LOUS mettre en rouU; \f I" ft'^ricr. A\ec iios viiig)-cinq mulcR (|iii sui- 
aieiil I'esrorte el k"s deu\ cents lit'tcs des Angkiis. nous auriuns risque 
e dispamitrc cumpleteiiieiit diiiis Iciir sillii^e, si. des le premier jour, je 
I'avais adople le svsteiue de iii'trislidler dans la |)agode du village, a 
[uelque distance qu'elle se trouvSt du camp anglais. 

I>n IkissIii du Nain-Leui. nous etions onlirs dans relui du \am-N^ii, 
in autre allluent du Mekhoiig. rcncoiilrant (our a tour le Nniii-Ang, k' 
(ani-Nani el le Nniu-Ouii. el traversunl li* village de M. Nam. Apivs 
ine marche de trois lieures, nous eani|)An)es a M. Oun. jM'lit village Lii. 
n'l se croisaieiil Irs routes ile \l. ^ouii, jwr le lioue Tcniv et Han \\a : 
le M. Sing par Itau Lo ; de M. Ilaru au\ Srpsong-paiuia par Ta-Sali 
I \ieiig-lla, el enlin celle (jne nous suitions, par M. 'lane sur le Naui- 
tga et Ban LeL sur le \k-klioiig. 

Cunnne les liabiljmts lie M. lie, een\ de M. Nam et dc M. Ouii 
laieiil lies Lns, des knnes ou des Ngious, attires sur le terriloire dc 
kieng-Klieng par la hoinie rciioniuiec du primx^ <lc M. Sing. II y en 
vait liieii [H'u, [wrnii ees TliaTs, (|ui pussenl se dire indigenes. Quaul au\ 
labitants des niontiigiies. depuis quo nous avious quiUe la plainc dc M. 
^ing, presqne tons etalenl des Klias Klio, apparteriaiit aux Irois groupes 
Ics PouliL. des Kikio et des Mola, difTerents par leur langage. leur 
oilTure etleur costume. Jen avals deja reneontrt- sur le terril<jire de M. 
lou, mais la ils ni'avaioiit paru asse/ seiublabks au\ Klias Ounhi el 
lepourvus de tout signe partieulier. Ici, rien de plus eurleux que les 
I'rnnies KbasKlio. avee leurs jambieres, leurs Jupes courtes laissant iiu 
I' haul des reins, leurs vestes oniees de graines de tonle couleur, et sur- 
i>ul la coifTure pyniniidale qui, s'elageaiil sur des bandeaux k la vicrgo. 
lissalt pendre, au-dessous du eou et sur la poilrine, des cliapelets de 
rains el de verroteries. 

Sales coninie tons les montagnanls d'lndo-(ibine. les Klias Kho de 
Jeng-Kliengliabitentdi'screles,doiiiinanlularoisphisicursliautesvallees. 
t sont obliges d'aller puiser, asse/ loin, avee des tulies en banibou, t'eau 
ont ils ont bcsoin, dans les sources des ravins. Leurs villages sonl en 



BIRMANIE. CHINE ET TONKIN 269 

general |)ircedt>s de porlesinonumeiitali's, eii poulies plus ou inoin» bicii 
oquarries, ornees dc persoiinagos en bois grossierenipnt sculplt's dans do 
singulitTCS postures ; queli|ucfois de grandes gaules, courbecs en arc de 
cercle, figuronl ces porlcs d'enUve indispensables. 

CeTut un Klia Klioqui, penduiit noire arr^t a M. Oun, apporta an clief 
du village la reponsedn prince de \ieng-Ilung a \a Icttre de M, Pavie el 



Fig. IIJH. — Ports d'un lillnge kha Kho. 

de M, Scolt. Nous etions arrives a M. Tane, sur le Nam-]\ga qui 
forme en cet endroil la IVoiitiere du \iciig-Kheng et des Sipsong- 
panna, et tandis que les Anglais carnpaient sur la rivo gauche dans la 
valluc, nous nous clions inslalics dans la pagtwle, en terriloire Cliinois. 
Nous lanvamcs los uns et lesauti'es. dcs cartouches de dynamite dans le 
Nam-Nga et le colonel Woodthorpe eut I'amabilile de venir nous oflrir 
quclqucs poissons. 



70 MISSION PAV[E 

M, Plirliiig me (il [Mirvetiir, on nii'me temps que !a letlra du prince 
!e \ieng-Hurig. I'essai do traduction, qu'il avail lenle avec I'aide dc 
es interprMes, mnis, en cola eiiroie, jc fus oblige dc constalor tjue nous 
vions siir nos cnmpagnons quclqucs avantages. Tandis que les servileurs 
e M. Stirling, rceiutos fort loin du llant Mekliong, avaient grand'peinc 
lire et a comprciidre Ics texlt-s Liis, inoii seoreliiire Tcliioum, aussi 
nstruit qu'inlelligent, et assoiipli par un long sejour a Luang-Pral>ang 
I un fontacl froqueiit avec les [.us, se lira ra|)idomcnl ct briliamment 
I'airttire ct ine mil en mesuri' do controter. nu niovoii dune traduction 
>r(Visc. ce qui dans la peiisee de M. Stirling n'etait d'uilleurs qu'une 
raduction approvitnalive. 

La repoiisc du prince do Xiong-llung etait pteincmcnl salisfaisanle, 
t les instructions qu'il tennit des autorites cliinoises sembtaient 
hsolnmcnl tollcs que nous les jxtuvions dosircr. 

lia frontiorc cliinoisc suivait lo \ani-Ngii jus(|u'aii lloue line Tani et 
nonlait ensnite lo Pa luong jusquii Ho-Sam-Soum. Par te liouc Pou et 
[• lloue MeunoVane, aflluents du Nam-Nga, ellegagnait loMckliongenIre 
3 lloue Lok ol ie llouc Klion, li'avcrsait Ic lioue Klicu et le lioue Sane, 
t apres de rudes desconles venait alioutir au village de Ta lek, dans les 
lancs de sable du Mekliong. 

Comme a Ban Lo, le lleuvc me parut etroit et fort cncai^se enlre 
es montagnes abruptes. aver un courant dime extri'nic rapidile. 
>opuis quolquos jours, le !>' Lefi-^re caressalt I'idee de reronnaitre 
7 coiu's du grand (leuve dans la partic on il traverse la prineipaute 
e \ieng-klieng. Plus liaut. M. Pavic ot nioi cotinais!<ions. aux 
'ipsong-puruia, plusieurs points important)* du Mekliong, mais aueun 
'ran^ais n'avait encore parcouru la partie situoc enlro Tang-Ho et 
ifronticrc tliinoise. Ators que la canonni&rc <( Massie » evoluait deja 
ur le fleuve infrrieur, il y avait un inten't vf-ritable a faire cette enqiiAte. 
lUS.si fiH-ce sans hesitation que jc laissai parlir noti'c I'ompagnon, en 
(•pit des perils ct des dilTicultcs qu'on lui annoncait. 

Aucun Anglais ne jugea interessant dacconipagner le D' LeJevre, 
I. Stirling ajjiiit parcouru I'aiuiec preccdente la partic situee cntrc 



I(IRM.\ME, CHINK KT TONKIN 271 

Ta lek et Itaii Lo et tciiunt pour cerlairics Icm adlniiations fie certains 
Indigenes, ijui avaicnt descendu le tleiive depuis Xieiig-llung et ren- 
contre du cot6 dc \icng Lap des obstacles prctendus liisnrmunl^bles. 
Quant au colonel Woodthorpe, iiui aviii) relevc Ic coiirs du Mt-kliong, 
du haut des soinmels environnantK, il esliinait posseder tousles rensei- 
giieinents indjspctisables. 

Nous elions campes i Ta-lek sur Ic bord du lleuve, dans dcs abris que 



Fig. too. - U Mfkhong i Ban Lek. 

Ics autoriles nous avaient fait preparer ; les chefs du village viureiit nous y 
Irouver et sc cbargerent de la mise en route du D"" Left-vre et dc la cons- 
truction de Mcs radeaux. Le meilleur pilote du liautHeuve conscnlil. sur la 
demande du delegue de M. Sing, a acconipagnerlcdoctcurjusqu'au ferine 
desa navigation, cctjui n'^taltpas a dedaignerdans une region ou les usa- 
ges locaux oliligent a changer d'equipage a cbaque ^tape, Notre coinpagnon 
elail d'aulanl plus seduit par i"expi?ricncc qu'il allalt tenlcr, que du c<lt6 



MISSrON PAVIE 

j-Lap, qui merilaitdc noire part un examcn particulier, i1 avail 
les chances dc renconlrer Ic capitainc Riviere, d^bouchant sur Ic 
s; par le lerriloire Mou-Seu, a qui ses soins pouvaient 6tre dune 
ilitc. G'ctait la-bas que so conccnlrait, pour nons, un des intorcls 
ux de IcxploraLion, landls que la frontierc cliinoise attiraita te) 
i Anglaifl, que le capitaine Walker, compagnon de M. Pavic, rc- 
jrdrc dc vonir Ics rojoindre par la roule dc Ta-Ick. 
tant que Ic D' Lefevre procedait a ses preparalifs. les Anglais fi- 
^er Icnrs mules a la nage. sur la rive gauciio du Mekliong. En 
c la rapidite du rouranl, cc Tul uno aflairc serieuse : un inarou 
poste sur un roclier. appelait les mules, en crianl et en frappanl 
ong de cuivro. (liiiq \tHcs. enlratntVs par le rourant, failiirent 
re el nc prircnt pied quo beaucoup plus bas, en un endroit 
carp^. M. et M"" Srott s'amusiiTnt a passer dans un canol de 
lanl a nous, le bac sullit £i nnlre pelil convoi, quelque pen al- 
io deparl du docleur, qui emportail un certain nombre dc ebar- 
es radeau\. 

> part, nous napprcclAmes davanlage le roncours du Pliyali 
e que le prince de M. Sing nous avail donne comme guide, que 
endroit perdu de Ta-lck, lieu dc refuge d'un grand nombre de 
.■s tetcH, et on les habitants, uiailres du service oflScicl du bac, 
nt une arrogance parliculiere. Les balehers ne taissenl jamais un 
engager sur ic bac, sans s'etre assures du nombre exact des che- 
nules qui le conqioseni, el lis ne se font pas faulc d'exploiter la 
des vovagcuvM Lus, Sliana on Cliiuois, en (aisant appel au\ 
» des caux. Pendant la durcc de obaqac passage ils maintlcn- 
tedelle, sur la rive du Mekliong. uii do leurs comperes, qui pre- 
ofTrandes a ces genies redcmfables ; el ils onl bieu soin d'avertir 
s'apprelenl a descendre le lleuve sur des radeau\, que les 
I Nam-La ajant horreur du rouge, <m doit avoir soin de dissi- 
jt objetde cclle couleur, en [lassant devanlson coniluenl. 
superstition men rappela uneautrequej'avaisobserveea Klidnc. 
iifins du Laos ol du l^ainbodgo, ou, de peur dc inecontenter les 



BIRMANIE. CHINE ET TONKIN 273 

Phyes des calaraclcs, il est interdit dc lirer dcs coups de Tusil. On concolt 
d'ailtcurs qii'cii un pays comme I'lndo-Cliine, Ics Gt-nies dcs Eaux et des 
Ltois aicnt unc influence parliculierc, dans les regions froiitiercs. Afiri dc 
menager les susccptibilites dcs habitants ct de leur enlevcr toule idee d'un 
mauvais coup, je rccommandai au doctcur de dissimuter le pavilion dc 
son radcau, au conlluent du Nam-La, alors qua Tang-Ho, pour tenir en 
respect les Ngious dca deux rives du Mckhong, j'avais cru devoir agir 
lout autremcnt et presenter aux populations le dragicau de la France 
comme un Phyc d'une extreme puissance, qui exigeail le res|>ect et la 
soumission de tons. 



t'ig. no. - Q.1 Mso. 

Tandis que les Anglais prenaient les devants, nous passAtnos la. mati- 
nee du Tj I'evrier i terminer le transljordomenl de nos bagages. auv la nvc 
gaucbe. Apres avoir dejeune avcc le doclour, qui devait retrouver snr la 
route de M. Sing u Xieng-Lap les mules qui lui seraient necessaires, nous 
nous eloignilmes a iiotre tour du Mekliong, j>ar des cbemins fort tlilliciles. 
Sur le fleuve, nous avuit-on di(, la frontiere dc \ieiig-klieng et des 
Sipsong-panna se Irouvait marquee vers le conlluenl du Nam-Nga, j»ar 
le roclicr de Sop Scua, Itoucjie de Tigre. Sur la rive gaucbe, die partail 
du connuent du lioue Lac. 

Le premier jour, nous nous mainttnmcs dans Ic bassin de ce petit 
cours d'eau frontiere et ftnies cLipc au village de Ban houo Ijac, babitc 
par des Lus emigres depuis qnclqiics annecs de \ieng-Tong, localite 



MISSION PAVIE 

r Ic haut Nam-Banc, qucj'avais visit^e en 1891 , et oil la folle du 
long rendail a lous la vie insupportable. L'acliort du prince de 
etanl assez nullc dans cc village froiili^re, nous eftmes quelque 
nous procurer du riz, dcs coolies ct dcs guides. Un dc mes 
ayant dispani, je dus user de menaces pour le retrouver, et 
irendre en main nion personnel de niulcliers et de miliciens. 
men^ait k se demoiiler. 

les sentiers & peine traces, nous avions quitte le village de Ban 
:,ou j'avais pu me loger dans la ]>agode. Pendant toiJte la journee, 
aintint sur des cr^tei^ d'oii les eaus allaient d'un c6te au Nam- 
aflluenl du Mckliong el do I'aiilre.au Nam-V^ne, adluent du Nam- 
is ^tions a lout instant arri'les par des troncs d'arhre a ]>eine 
qui ne paraissaient embarrasser en aucune fa^on les Klias klio du 
s. De loin en loin, dcs portcs Li/arres orn^cs dc sabres en bois, 
sins sur planclicttes destines a ecarter les geiiies, nous revelaient 
loe de ces inontagnards, donl los rajs t'taient garnis de bran- 
ches dans le sol, avec de pctiles polotes d'herbes seehes contenant 
de terre, depuis les ftUcs celelirecs a I'occasion de la recolte. 
des sources du bouc IVang, nous eftmes la satisfaction de ren- 
jn petit liameau compose de quelques maisons Meos et Kbas 
ic du ri/., et une agrcablo recolle etimograpbiquc de costumes, 
de tabliers meos ct de colonnades u dcssins bleu indigo, sur un 
nc reserve avce de la cire. 

uit se passa fort bien. sons des abris, dans un endroit sufli- 
[ abrite ; mais la journee du lendemain tut particulidrement ter- 
rces senlicrs de for^l a peine traces, ou les coolies manquaient. 
rip la voie, et oil il fallait se eontentor d'un guide Kha-Kho Ires 
it. Uii moins, il nous inlcrcssail par scs longs cris gulturaux 
s chansons m<^lancoliques, repondant au\ chants beaucoup plus 
'cnc Aryak, un des mandarins Lus de M. Sing, qui nous accom- 
icbeval. Nous passumes la null dans un campement improvise 
ntier, en pleine forest, u quelque distance d'un petit village, oil 
itasses les Gourkhas, les Cbinois ct les mules. 



BIRMANIE. CHINE ET TONKIN 275 

Nos miseres prirent fort heureusemenl fin, sur la route de M. Le a 
M. Sing, Tune des plus fr^quent^es de la region, et que M . Pavie avait 
recemment suivie, en arrivant de Lai' Chau. 

Le 8 i^vrier, a Muong Pa, dans une pagode confor table, au milieu 
d'une population Lue assez anim^e, il nous sembla retrouver la veritable 
civilisation. J'appris par les autorit^s qu'un mandarin Chinois avait passe 
derniferement a M. La et a M. Poung, et que son retour etait attendu pro- 
chainement ; qu'a Ihou, la ville du th^, on avait fait construire une case 
pour des Europeens ; mais que le lieutenant Mailluchet n'avait point passe 
a M. Pa. 

Je fis partir en avant le lieutenant Thomassin et Tchioum, pour 
M. Poung, avec la mission de preparer les logements et de s'aboucher, 
s'il y avait lieu, avec les commissaires Chinois ou avec leurs gens, pour 
que tout malenlendu fut evite. 

Mes deux compagnons arriverent les premiers dans la grande 
plaine de M. Poung et choisirent la pagode ou avait pr^cedemment 
reside M. Pavie, pour s'y installer. lis ne tarderent pas a apprendre que 
le mandarin Chinois, dont on nous avait signals a M. Pha la visite, etait 
bien Thao-ta-jen, membre de la commission franco-chinoise, mais qu'il 
etait pour le moment absent, du c6te de M. La, ou il allait examiner, sur 
le Pou Lakham, la frontiere des Sipsong-panna et de Luang-Prabang. 

En galopant dans la plaine je ne tai*dai pas a arriver a M. Poung. 
Un courrier con tenant des lettres de M. Pavie et du capitaine Walker 
m'etant parvenu le meme jour, par la route de Ta-lek, j'envoyai le lieu- 
tenant Thomassin aupr^s de M. Scott, a la pagode ou il s'etait lui-meme 
installs. En revenant, il m'avertit que M. Scott desirait s'arreter au 
moins unjour h M. Poung. Cet arret me convenait d'autant mieux, 
que jattendais moi-meme Tarrivee de M. Pavie, que j^avais tenu r^gu- 
liferement au courant de tous les derniers incidents. 

Apres la galopadc de la matinee dans les riziferes parsem^es de 
villages de la vaste plaine, apres Tinstallation dans notre belle pagode, 
qui me rappelait les wats les plus importants des Sipsong-panna, et 
ou une foule de Lus hableurs et pittoresques s'etaicnt succ^de pendant 



MISSION PVVIE 



loute la joiirnvc, c'est aver un reel plaisir que jc m'assis pour diner 
en compa^iiic dc Tliomussiii cl de Tcliiouin, duns le vaste Icinptc ou 
la luuiiiTc sc n-llelait a peine sur riiumoiiso boiiddlia doiT do I'aulel. 
Un in'uniiunva lu visile di.' M. Stilling. Lc coiiiiiilssairc Anglais vcnait 



l-lg |[1. — m.uilillij Juc- Jan* uni- p^olv. 

in'annoiicor, dc la part di- \l, Scntl. qu'il coiiiplait. aprt-s un arriH d'un 
jttur a M. i*oni)g. prondro la direction de M. lia. 

Ce juiyet no ooiieoi-dunt pas avec le profjranimo qni avait etc pri- 
niitivnncnt adopte, je cms di-voir le faire observer le Icndcmain matin 
a M. Scott que j'allai trouver u son camp ; inais le comniissaire Anglais 



BIRMANIE. CHINE ET TONKIN 277 

me pria d'attendre un peu, M. Pavie pouvant arriver d'un moment a 
Taulre. Quelques minutes aprJ^s, en rentrant a la pagode, je re^us en 
eflet un mot de M. Caillat m'annonvant qu'ils avaient couche tous deux 
la veille a Ban-Oua. A deux licures ils arriverenl, apres avoir traverse 
le camp anglais et signale leur presence a M . Scott. 

M. Poung, conimc quatrcans plus tot Xieng-Hung et M. llai, s'eton- 
nait de la pr(?sence de ces Europeens, qui arrivaient ainsi de tous les 
coles. Aussi solennels et pittoresques de costume et d'uttitude, que la 
plupart de leurs compatrioles, les membres du Senam de M. Poung 
elaient vcnus dans la matinee, nrapporler un lay et me gratilier dun 
discours de bien venue, auquel j'avais repondu en celebrant Tamitie de 
la France et de la Chine, aux passeporls de qui, nous devious cet accueil 
si cordial dans un bourg-fronliere. 

Des que M. Pavie fut arrive dans la pagode, il se produisit un de ces 
roups de theatre, si frequents aux Sipsong-panna. Thao-ta-jen, qui 
jusqu'alors s'etait si prudemment dissimule, fit annonccr sa presence 
dans une troisieme pagode, au confluent du Nam-Youne et du Nam-La. 
M. Pavie envoya aussitot le Cambodgien Ngin, pour le salucr, et nous 
s&mes bientot que, parfaitement au courant de I'attitude qu'il devait 
avoir, le conimissaire (Miinois viendrait nous trouver des le lendemain, 
et que c'elait sur son ordre, que les autorites de M. Poung m'avaient 
adresse le matin meme des souhaits de bienvenue. 

Fort salisfait de Tarrivee simultanee de M. Pavie et de Thao-ta- 
jen, j'assistai dans Tapres-midi k un entretien avec M. Scott oii il lut 
convenu que M. Thomassin et moi nous le rejoindrions a M. Luong, 
en passant par la route de M. Sing. 

L'entrevue que nous eumes le 1'2 fevrier, avec Thao-ta-jen, deter- 
mina M. Pavie a prolonger un peu son sejour a M. Poung, en compa- 
gnie de M. Caillat. 

Le mandarin Cliinois n*elait autre que ce Thao-vi-Vane a qui M. Scott, 
M. Pavie et moi avions eu egalement aflaire a Xieng-IIung, en 1891, 
et avec qui nous avions entretenu des cette epoque des rapports sufli- 
sants, pour nous assurer que rien ne pouvait avoir lieu aux Sipsong- 



BIRMANIE, CHINE ET TONKIN 279 



se sentant fatigue, d^sirait Irouver k M. Poung un peu de repos, avant de 
rejoindre Xieng-Khong par le pays Mou-Seu. Le repos, dans un centre 
Lu, est toujours chose relative, car on est sans cesse envahi par les 
intrigants et par les curieux. Nous eumes, comme jadis a M. Ki^, a nous 
debarrasser des facheux, qui profitant d'un incendie imaginaire, cher- 
chaient a nous extorquer des roupies, et de tous ceux qui esperaient se 
monter a nos d^pens en mules ou en chevaux. Comme en 1891, nous 
recourumes h Thao-ta-jen, fort heureux de Toccasion qui lui etait offerte 
de faire etalage de son influence et de se moquer des Lus, en passant 
pour un Chinois bien elev^. 

Malgre mon desir de prolonger un peu le sejour a M. Poung, de fa^on 
a y voir arriver M. Mailluchet et Li ta jen, je dus me metlre en route 
pour M. Sing, le 13 f^vrier, apres dejeuner. J'avais parcouru le marche 
dans la malinee, afin d'y faire quelques emplettes et d'etudier un peu ce 
centre important. Comme en beaucoup d'autres muongs moins consi- 
derables, les villages qui constituent Muong Poung, sont disperses au 
milieu des rizieres,etil est difficile de se rendre compte dela vie publique, 
ailleurs que dans les pagodes, ou dans les marches oil adluent des gens de 
toute sorte, avec des produits indigenes, chinois ou birmans. Le grouil- 
lemcnt tres chatoyant des acheteurs et des vendeurs, me parut plus 
important qu'a Muong Sing, en ce Muong Poung, ou les jardins garnis 
de grands arbres h*uitiers et de belles maisons, denotaient une instal- 
lation ancienne, ainsi qu*une incontestable aisance. 

11 nous fallut deux jours, pour aller de M. Poung a M. Sing, alors que, 
le 31 decembre, M. Pavie, presse d'arriver au rendez-vous, avait 
parcouru la meme dtape, en une seule journee. A la pagodc de 
M. Mang, nous passames notre soiree a marchander des sines ou jupes 
Lues, en soie ancienne, fort curieuses. 

La plaine de M. Mang est comme une prolongation de celle de 
M. Poung, jusqu'aux sources du Nam- Mang, ou prend fin, avec les 
Sipsong-panna, le territoire de TEmpire Chinois. NuUe part mieux que 
sur cette route si frdquentee, il n'^tait possible de se rendre compte de 
rimportance de M. Sing, lieu de passage obligatoire de la plupart des 



MISSION PAVrE 

Pou-Eurl ou dc Muong Li a Xieng-Tong. II y 
nd moiivcmcnl Hur cc llkontjluong, et nous nous 
piivois Lu8 dp Ixrufs [K)rtours, avec leurs doubles 
rncinciils Tronlaux. 

ic bandc de I'ou-llmls, fixes dans la plaine dc 

[iliangcr leur sole grossiire contra du colon, dans 

les villages ^aos dc la inonlagne. Sans 

doute la sole n'esl plus aujourd'liui aussi 

rcrhercln'c dans res parages, (ju'aux 

upoqncs de luxe ct dc richesse, on les 

rciniiies portaient ces sines niulticoloras, 

<|ue Ion conserve encora eommc souve- 

, ' nirs, dans les ramilles Lues; on rie \crra 

"i< plus de loiigtcnips des fenimes de inan- 

' ^ darins cavalcader dans la plaine dc 

M. Sing. I'cvetues d'ania/ones eblouis- 

santes, fcndues sur Ic cOt^ el boixlces de 

fourrura blanclic : innis 11 n'en est pas 

tlaler<|UO la sole brule, fabriquec dans le pays, 

eurs, el qu7< M. Luong eonimc a Dien-blen-pbu, 

i onl la s|>ceiallle d'ilever dcs vers a soic, donl 

te i^tre soil developpee, soil anU^lioree. 

;r a M. Sing, je fus prevenu que Ic prince beri- 

m p&rc. se prcparait a venir avec un corlege. 

is prior dc ne |Kjlnl «c d^rangcr, ct je m'abstins 

iver, pour nc prfiler le flanc a aueune cnlique 

[ires rengagcmeiil rcciproque que nous avions 

dans les aflaircs dc la princlpaute. 

dc maiiitenir ces liens qu'il craignait lanl dc 

; rempla^a aupr^s de inoi le Senc Auriak, 

ans ses foyers, par le Gbao-kanan-Souriavong, 

mg-kbong et u ^an, a I'epoque ou j'essayais 

ec M. Sing. Son compagnon le ^lai■Nan- 



BIRMANIE, CHINE ET TONKIN 281 

Pilchiavong navail pas quille M. Pavie, dcpuis le debut de noire explo- 
ration commune. Quant au Phyah-Nentisene, il nous avail quill^s 
a M. Poung, pour accompagner, jusqu'au terme du voyage, le groupe 
anglais. 

Le Chao Kanan-Souriavong m*appril plus d'unc chose inleressante. 
Dans le chapilre iv, j'ai eu Toccaslon d'indiquer la rencontre forluite 
du Phyah-Kiay el du Phyah-Kiompou a M. Luong, au moment ou j'y 
arrivais moi-meme, ainsi que les precautions que j'avais du prendre, 
pour ecarter de M. Sing le Phyah-Kiompou, dont Tcspril remnant et 
le bavardage vaniteux me semblaient propres a compHquer la situation 
d^ja si embrouill^e. 

Grande fut ma surprise, lorsque j'appris par le Chao Souriavong, 
que mes plans avaienl ^te dejoues el qu'au lieu de renlrer directement 
a M. Kie, comme cela etait convenu, le Phyah-Kiompou, qui s'etail 
entendu en secret a M. Luong avec le Phyah-Kiay, avail gagne 
M. Sing, aussilol apres noire separation de Bo-Tene. Introduit nuitam- 
ment aupres du prince, par le Phyah-Kiay, a Theure ou les fami- 
liers et les mandarins elaienl retires et ou tout espionnage cessail de 
s'exercer, le Phayh-Kiompou passa trois jours a M. Sing, cache dans 
un grenier, le Phyah-Kiay et le Chao Souriavong etant seuls au 
courant de sa presence. Apres avoir eu avec le prince, trois entreliens, 
qui peserent singulieremenl sur ses decisions, le Phayh-Kiompou parlil 
enfin pour M. Ki^, en compagnie du Chao Souriavong que le prince 
avail attache a sa personne. En route, jusqu'k la veiile de Tarrivee a 
M. Kife, personne ne reconnutle Phyah-Kiompou, qui voyageail sous le 
nom de Chao Kanan-Pane. 

Depuis trois ans entiers, qu'il etait parti pour le Tonkin el TOrienl 
inconnu, on avail considere labsent, comme disparu pour loujours ; un 
ami qui lui avail autrefois prele de Targent, avail fait pratiquer des 
fouilles sous sa maison, el cree mille difficull^s a sa famille. Le retour 
de cet Ulysse mil fin a de lels agissemenls: il devinl lout a coup le 
heros du jour, dans ce pays de chevaliers errants el de malamores, et 
les chaos de M. Kie, de M.-Yang et de Xieng-IIung apprirenl, en 
V. 36 



t 



282 MISSION PAVIE 

comptant avcc liii, que le voyage des Fruncais aux Sipsong-paniia. en 
tSlll. allalt cnfiii rc Iradiiirc par dcs resultats dt^linilits. 

Jc pi'olitai iialuielleinenl de la coiitpagiiiedu (;iini> Kanan-Souriavong, 
pour lui parlcr des iiicldeiils 
(Ic \ieng-Kliong. auxqucis 
nous avions etc lous Ics deux. 
nuMes, I'annee pn'cedonlc. II 
Hio parul avoir conserve uii 
ccrlaiii dopit oonlrc le l*il- 
cliiavong. qui avail lenle de sc 
Huh.stilucr a lui dans sa niis- 
siou el lui avail failcomriiellrc 
quelqncs snllises : « J'otais 
charge, uie dll-il, d'allervotis 
inlerrogeriiXieiig-klioiig, el. 
si je ne vous Irouvais pas, de 
poussser plus loin nion voyage 
ju»qu'a M. Pray, Nan ou 
Xieng - Mai , puur laclicr 
d'avoirdrsreiiscigiicmeiiU et 
^ savoir si! t'lait vrai que la 

rive gauclic de Mekhoug cut 
rig in .- L. ri.,.h Nfpii«™ do Muon;.- Sing ^.(^ (.jij^ig ^ux Fraucais ». 

Tout en de\isant, nous 
nous etioiis cloignes ilc M, Sing et en Irois lieures de clievaucliee. a 
Iravers la plainc, nous a\ioi)s rcjoinl, sur le tliang-luong, I'cinbf.in- 
elicincut de !a route de M. Luong. Nous limes elape au Paiig-Kliay. 
sous des abris de brancliages. avanl de eoniriiencer I'ascension de la 
niontagne, qui rornic a eel i-ndroit la froiiticrc ciiiuoisc, Le iendeniain. 
au lioul d'une heure el deniie de inonlec, nous atteiguions un col, donii- 
uant a la fois les plaiiies de M. .Maiig et de M. Siiiget qui nie parul, au 
point de vuo sti'ategi<jue, unc position dc premier ordre. En avant, 
nousvoyions s'cteiulre, sur des pentcs sans fin, unc forfil interminable;' 



BIRM\ME, CHINE ET TONKIN 283 

c'etail le lerritoire dc M. Luong Poii Kha, reconquis par la nature, 
pendant les annees d'abandon. 

II me scmbla que je descendais sous bois dans un puits, car, 
jusqu'a la petite clairiere de Na-Noi, la route se confondait avee le 
lit ombrage du Nam-Dugne. Afin de ne pas epuiser trop rapidement 
nos vivres, nous dumes continuer le premier jour, jusqu'au Pang- 
Sane, clairiere assez vaste pour y dresser des abris et y faire paifre 
nos mules. Le Cbao Souriavong avait suivi ce cheniin, Tete pre- 
cedent, pendant la saison des pluies, el il avait eu toute la peine du 
monde a se lirer d'aflaire, au milieu de celle foret sans cliemins traces, 
oil le Nam-Dugne etait demesuremenl grossi. Nous le traversames 
cent quatre fois, avant d'arriver, le douxieme jour, a son confluent avec 
le Nam-Ta. Une caravane chinoise d*une trenlaine de mules etait campee 
pres de la, pendant que ses maitres cherrhaient du colon dans les villages 
Yaos du voisinage. 

A partir du Nam-Ta, le chemin etait devenu boaucoup meilleur, 
car il desservait plusieurs villages. Nous passames la nuit au Pang-Hoc, 
cliez des Yaos Lan Tien, dont je connaissais deja le chef ot qui m'interes- 
serent vivement par leurs mcrurs et leur altitude si bardie. (]e ful un veri- 
table plaisir de voir renlrer le soir au foyer, les jcunes gens actifs et dc- 
gourdis qui venaient de travailler dans la montagne. Leur aprete au gain 
etait un indice certain des mauvais coups, dont ils eussent etc au besoin 
capables. Parmi les objets qui servaient a leur usage, j'eus la chance de 
metlre la main sur un masque en bois, a figure d'homme, pour 
eflaroucher les genies. 

De Pang Hoc a M. Luong, nous ne mimes que quelques heures. La 
premiere parlie de I'e^tape se poursuivit en un terrain fort accidente, habite 
par un grand nombre de Yaos Lan Tien. Ma joie fut partagee par le 
lieutenant Thomassin qui visitait \L Luong pour la premiere fois, quand 
je me retrouvai dans la belle plaine du Nam-Ta et du Nam-Taloung. 

Apres avoir dejeune, dans un bameau Youne reccinment installe, 
on Ton commen^ait a defricher d'ancieimes rizieres, nous atteignimes 
les hautes futaies, qui ombragent le confluent des deux rivieres. 



MISSION PAVIE 

anis apres, te hourg et la sala coiiforlabte des 
Pa, dont j'avais gard^ si bon souvenir. Les Anglais 
e arrives, j'envojai un mandarin au devant deux, sur 
ne. Commc le chao de \l. Luong etait alors a Nan, ce 
j-Kalak-Vouli qui nous fil Ics honneurs du muong. 



CHAPITRE X 



CHEZ LES MOU-SEU 



DE MUONG LUONG POU KHA A XIENG-KONG PAR LE THANG-LUONG 

ET PHRABAT MUONG KANE 

19 Kvrier-23 mars 1895 



Si amoindri que f6t M uong Luong, qui dans le pass^ avait dfk connattre 
de meilleurs jours, cet endroit nous parut desplus s^duisants, tant a cause 
du* parti que Ton en pouvait lirer, qu'k cause de la poesie des cours d'eau 
qui s'y rencontrent, sous les hautes futaies. Je vis avec plaisir que le 
lieutenant Thomassin partageait ma predilection et qu'il goAtait le 
charme de ces lieux, au point d'y r^ver Tinstallation d'un poste perma- 
nent. 

Le Chao de M. Luong se trouvait absent, suivant les uns, a Xieng-Khong 
oil il s'^tait rendu a Tappel de M. Macey ; suivant d'autres a Nan, oii Tatli- 
raient d'anciennes relations avec les Ghefs Younes et Tesperance de reglcr 
la question depuis longtemps en suspens, du retour des refugies de M. 
Ngim. 

Le conflit existant entre les Younes de M. Luong et les Khas Kouen, 
n'avait fait que s*accentuer, depuis ma premiere visile ct paraissail plus 



MISSION P.WIE 

litre Ic lusr Plijiili Mmij; Kalac Voiillii el le violent 
Somimt. Le premier neeiisiiit le second il'avoir soudove 
liioiig, pour le faire poigiiarder et il me demandait de 
ain sur le lils de s(ni adversaii-e. Tout cela, pour une 
irnprietedeecitaiiiB vi(laj,'es liiihiles par dos Klias Koiien, 
. cxeites eii dessous par le Ph>ali (V-k qu'ils avaienl 
ISC. di'-siraietil deveiiir mallios. (Telait an fond t'elor- 
Tliai ex|>loiUuil les Klias et olierchaiil a se jjrocnrer lour 
iiieilleur romple, daits ee vaiitoti de M. Luong. depuis 
oile. Je reiivuvai lesplaigiiants a noire agence de Xieiif^- 
I'ant anx \oiines (|u on se conforinerail an pongsavadan 
i|ui elait a M. Nan, cl ofi Ion Irouverail signalcos les 
's denx lerriloires. 

■ipM>iig-paiina, aneun invident nuii\eaii iie sVtail pro- 
linoise avail ele, eonrornu-inenl a nies onlres. transporlee 
s la inaiHoii du oliao de M. Luong. 
ayariee ipie j'avais sur le fironpe Anglais, je m'oeeiipai 
s. en attendant M. ScoM. qui arrivait par la rontede Ho- 
laissais deja. Je Ini (is envover ini f;tii<le el du nieine 
I's les disposilicnis neri-s.saiirs pour organiser la snite de 
. l)es eourriers rnreul envoves a Itan Poung el a Tlia- 
'er noire venue aux klias <li' M. poii Klia et de Xiciig- 
in mandarin laotion, <'nvove par M. Vacle sur la fmn- 
raliang. 

's elaieiil aelieves, ipiand, dans la matinee du 10 Tevrier, 
iits par les cominissaires Anglais, dpnt Ic canipemcnt 
de I'aulre eote du Nani-Ngeiie. J'appris qu'ils avaient 
tc, le eonimissaire Ctiinois Li-la-jen, pres do M. La el 
llncliel, un |)cu plus loin, pres de Boluong. 
\nglais furenl installes, j'atlai los trouver, ainsi que le 
issiii. M. Scotl el M. Stirling vinrcnt eux-meines nous 
nildi. Leur vojage, pour venir de M. La, avec Stapes 
ail I'ang Kliaj', avail ele, uutanl qiicjen pouvais juger. 



CHEZ LES MOl-SEU 287 



assez dur ; aussi fut-il convenu qu'on fcrait un petit scjour a M. Luong, 
dont la belle situation seduisait tout Ic rnondc. II y avait dcs coqs sauvagcs 
a lirer dans la plaine, et du poisson a pecher a la dynamite dans la Nam- 
Ta, le Narn-Taloung et le Nam-Ngene. 

Le colonel Woodthorpe jugea Toccasion exccllente pour mettrc en 
mouvement son canot de toile et nous eumes, denotre cote, grand plaisir, 
par les chaudes apres-midi dc fevrier, a nous plonger dans les eau\ 
bienfaisanles du Nani-Ta. Les Younes de M. Luong, qui paraissaient 
satisfaits de notre presence, m'apporterent une grande lorlue qu'ils 
avaient pech6e dans le voisinage. Elle fit notre distraction, pendant 
une matinee que le colonel Woodthorpe voulut bien consacr<^r a fa ire 
mon portrait a Taquarelle. Le pantalon kaki avait, depuis quelque temps, 
remplace pour moi, le sampot des heures de delresse, mais en fait de 
chaussures, je portai^ encore des souliers chinois et a certaines heures 
je ne quiltais gufire la casaquc de satin doublee de renard fauve, que jc 
m'etais procuree a M. Sing. Ma barbe, demesurement allongee, depuij^ 
plus d'un an, me donnait un air de brousse, qu'il eut ele regrettable de 
nc pas transmettre a la postt'rile. 

Les commissaires Anglais semblaient heuroux de se Irouver eiifin 
sur celte partie de la rive gauche du Mekhong, qu'ils ne connaissaient 
pas encore et oil ils rencoritraient des populations nouvelles, telles que 
les Thai's noirs et les \feos. M. Warry, qui s'inleressait particuliere- 
ment a Tethnographie de la region, parut surpris, quand je lui apj)ris 
qu'une grande partie de notre terriloire etail habilee par ces Thais au 
costume analogue a celui des Annamites, dont il apercevait les premiers 
echantillons a M. Luong. Quant aux Meos el aux Yaos emigres dusud-est 
de la Chine, ils se trouvaient accomplir depuis nombre d'annees un 
mouvement d'exode vers le Mekhong, tout a fait comparable a celui 
auquel les Mou-Seu etaient eux-memes entratnes dans les provinces du 
Sud-Ouest. Les uns et les autres, au cours de leurs migrations, avaient 
et^ amenes a depasser le cours du grand fleuve, sans qu'on put leur 
feconnaltre pour cela, un droit de conquete, ni meme un pretexte a 
Toccupation definitive. 



MISSION PAVIE 

[^r daii» I'aprt's-inidi, nousfi^lines rcjoiiits par le capitaiiic 
rrivait par M. La et par Bo-Toiic, dc M. Poung, oij il 

. Pavie el la Cambodgien Ngiii. Siir la route, il s'«?lail 

avcc Ic lictitciiarit Mailluclicl. 

\c de roflicier Anglal», il fut possible d'organiser no8 
pes. Nous convtiinios dc nous r^partir en deux groupes. 
iu colonel Woodlhorpe, du capitainc Walker et du lieu- 
iin, sc dirigcrait sur \lcng-Kliong. en allant reconnattre 
erriloirc dc Luang-Prabang. L'aulrc, compose de M. et 
Warrj, M. Slirling, du D'' Llovd el de inoi, »uivrail Ic 
is(]u'u Ban katane, <i partir d'ou nous bifurquerioiis vers 
Kane et le pays dcs Moii-Spu, avant daller rejoindre 
ieu du rendez-vous general. 

narqiier qu'll n'y avail, h mes veux, aucune diflerenrc 
)ires dc la rive gauche que nous avJons deju parcourus 
ceux que nous devious encore visilcr, j'averlis mes 
e les cliefs de villages avaicnl le^u I'ordre de s'enlendre 
c cux, pour les guides et pour les fournilurcs, et je Fcfusai 
ircndrc la tiHe du coiivoi, qu'ils ii'avaienl cessc de conser- 
rcniicr jour. 

la matinee, nos deux groupes se separ^^c^l, celui du 
assinavanl pourguideunclierKlia Kouen, le Phyah Pck. 
c k Ta-kie. on les jolic^ salas, conslruites dans la elai- 
inous garantir pendant la nuil conlre le premier oragedc 
; passe la soiree en compagnic des coniniissaircs Anglais, 
s arbres dc la fort^t, la lourdeur dc ratmosph^rc ainsi que 
nousliques, nousavaient fail prevoirlinevltable surprise, 
e moment, e'en ^tail fail de la s^curlte des campemenia 

en pleinc foret. Les lieures difTieiles approchaienl et, 
aux touchaient enx-m^mcs a leur Icrme, on se mit a 
?t d'autre les programmes de relour. Les Anglais par- 
par le Tonkin et m'offraient toutes lacilit^s pour renlrer 
la Birmanie, el ce n'etait pas cerlcs I'envie qui me 



CHEZ LES \fOU-SEU 289 



manquait, d'aller visiter cetle partie de rindo-Chine qui m*etait encore 
totalement inconnue. 

J'appris a Ta-IIo, ou nous campames Ic soir suivant, que des salas 
avaient ele construiles h. Ban Nam Trume et au Nam-Oun, surla nou- 
velle route de M. pou Kha a M. Sai. Lc Phyah luong Pattawi et le 
Lalhia Pine me donnerent de bonnes nouvcUes des khas Kouen. La 
mort du Phyah Sombat avait crec une vacanee dans la haute direction 
de cette petite republique, oil nous ne comptions que des amis. Empeche 
de venir me trouver, le Phyah luong Pouma avait tenu a m'envoyer 
deux jolies pipes en argent, ciselees par lui. Les passages successifs du 
capitaine Riviere et du lieutenant Seauve avaient mis en mouvement 
tous nos braves montagnards qui venaient de ddbroussailler de nouveaux 
sentiers, ainsi que des points d'observation sur les sommets. 

Les Anglais s'etonnaient de ne rencontrer aucun village, sur ce thang 
luong si bien entretenu et si bien pourvu de ponts et de salas, mais il 
leur etait impossible de continuer a quahfier ce pays, comme Tavait fait 
un de leurs documents olTiciels, de pays sauvage et inhabite, car, pour Hie 
dissimul^s sur les hauteurs, les villages n'en ^taient pas moins nombreux 
et importants, et quoique la saison fut avancec, les caravanes circulaient 
encore assez nombreuses, sur la route que nous suivions. 

A M. Luong, j'avais rencontre un convoi de vingt bceufs, venus avec 
du sel, qui se disposaient a rentrer aux Sipsong-panna, avec un charge- 
mentde coton recolte chezles Yaos. De Xieng-Khong, nous voyionsaussi 
revenir des caravanes de mules, avec des Chinois, qui rapportaient du coton 
dans leiu' pays. Beaucoupde khas Mouk elde khas Lemet rentraient dans 
leurs villages, avec leur provision de sel, achetee dans la region du Pa fat 
Sai. On croisait aussi parfois des Lus, avec les ba?ufs qu'ils venaient d'a- 
cheter chez les khas kouen dans la montagne. En somme, bien que le 
mouvement commercial du thang luong de Xieng-khong f&t bien inferieur 
a celui de la route de Xieng-Lap par M. Sing, un transit incontestable 
existait, et ce transit dont Tentifere surveillance nous appartenait donnait 
un interet particulier a une region qu'il n*y avait aucun bon motif de 
distraire de notre empire indo-chinois. 

V. 37 



MISSION I'AVIE 

le courricr qui mc rcjoignit a Ta-llo. j'appris I'^lcclioii 
re 11 la prt'sidciicr tie la lU-puLlique. M, Macey m'annon- 
, I'arnvi'e tics lieutenants Seaiivect Ryder ti Xieng-Khonj;, 
rier et le [)' IjcR'vie m'lnformait que sa navigation sur Ic 
icureusenient tonnlneeii \leng-Kap. le I5i)ii iiu'rnemois. 
iiiuitro le conlliient dn N'jiin-Ma : puis, par Xieufr-Kok. 
utg el M. Natig. it el;iil n'nire a M. ^ing. I.e docteur 
ntcoanl ([u'lt gngner lapidetnont \ieng-Kliong. par la 
uittiinM lutns-UK^ines on <-o ruonieiil. 
aussiliM le l'li>ali lumig Pattawl. qui eonlinuait u nous 
|iii lue niiuilralt atec satlslactiou tous lo^ progri's realist's 
ipe. Lesiavs seuiullipliaicnl sur in droiledu ihangluoiig. 
?iiiple (lu I'liyali luoiig Pouma. il venait lui-meme de 
le Yiiislnage de [tan \ang. laiidis qu'une faiuille Lue 
i- (i\ee, II IVnilmuu'licuicut de la n>nle de M. Sing, 
c je I'avais scuiliaile, la inise eu \ideur du Koiieii Cno 
klia koueii, deluisse depuis li-s invasions, avee la pcr- 
iie (Ic irlatlous sui\irs aveo les geiis de M. Sing ct 
til. lout nVenuncut eueore, on sc Irotivail scjwire par des 
l>lcs. Moll jianvrc ami [ti\ierc, tout souU'raiil qu'il lul. 
le premier a cunrir d<-seiiiiimuiuealtons outre Itaii ^aog 
oii-Scu les |dus proclies ? 

»iig l*alla»i. encore toul penetre de ees reeeiits elTorls. 
•oqiic Iniiilaine dii. siiivant la tradition, M. pou Klia et 
ohei a la nieine n>iiie, Les liabltants dc It. ^ang, aiipres 
enu sinstallcr, n'ctalciit iii des Koueu. ni des Mouk, ni 
des Kiorr, dont les aleux, des Klias du pays de Xieug- 
refugies sur le lerritoire dc M, pou Klia, devant unc 
\ Peu noinlneux dans la region, ees klias Kiorr s'enten- 
avee les klias koucn et les Klias Mouk. Je passai uiic 
c niiit dans leur village de Han Yang, oii je eontribuni 
i.'u\ jcuiies epoux. en cnroulant des fila de colon autour 
N el en lour oflranf qiiel(jues piastres en guise de dot. 



CHEZ LES MOU-SEU 2!ll 

Pour celebrer lu iioce, ies parenls iii apportereiit un beau poulol Ixiuilli. 
Avant que la nuit ne lomliAl, nous nc pfimps resialcr aux soUicibitions 
<Ie noti'eami Pallawi, qui avail eiivoyc sa ("ommc nous in viler u vcnir voir 
son nouvcau village. Tanilis ()uc Ich Anglais s'appictaieiit u passer la nuil 
dans la clairiere <Ic M. pou Klia, aupres dcs salas abandonnees, Tcliiouni 
el moi saulions dc nouveuu sur nus seller ct, par un scnlier bieii ombrage, 
nous alleignions- en moins dc dix minutes Ies cases magniriqucs de 



PattaH i, sur un vaslo Icrraln rcceminenl defiiche, qu'anosait nn rulsseau 
descendant an Nain-Lo, aflbicnl du Nam-Pa. 

L'aisunce et la vie scmblaient dtya regner dans oe nouveau centre, 
qui avail pousse comnie un champignon dans la foret, au milieu des rajs 
Klias Koucn. l/accneil parlait du pliyali bmiig. dc sa femnic el do son 
cnlourago me permit d'apprecier encoie davaiiUige lu distinction naturelle 
de celtc race, d'un ideal bien siq)ericur a celui dcs Youncs. Je ne pus 
lontefois m'empeclier de sourire, lorsquc Paflawi me demandaVautorisa- 
lion de jKjssedei' et dc monlcr un clicval, Ics gons dc Nan ajaiil jusqu a 



MISSION PAVIE 

Khas Kouoii, I'lisaj^'e d'uii lol privilege. Lc pays sc 
a I'clcvagc des bu'ufs et de8 liultles qui abondent 
esl pennis de penser qu'il serait facile d'encourager, 
^levage des clievaux. 

lc plaisira me i-etrouver dans ce pays eta penelrer 
■s usages des klias, que je iie Hs aucune difTiculte, 
leudeiuain k ThaLat, localile tr^s rapprochcc de Ban 
t part de son desir d'y faire ^tape et d'y sejourner 
nt. Deux oiages suci'i-ssifs venaienl d'eprouver scs 
eurs vivres liabituels nnanquaient, et il s*agissait 
i cscorte par des soldats Gourklias, qui avail etc 
a a M. Luong. 

lieutenant Hyder arrivuit de \icng-Kliong, pour 
lays Mmi-Sou, en conqKignic de scs coUegucs 
ircouru une parlie de la rive gaurlie. d'abord 
rierc, puis avee le liculcuaiit Seauve et nous ap- 

dc M. Macey, que M. I>upuy vcnait tieulcmcnt 
■kliung. A\ant dc quitter son poste, nion vaillant 
e vanler d'avoir inene a bieu sa tarhe, car la route 
g-llo clait ouverte. Sans qii'ils n'cusscnt jamais vu 
i-Seii ataicnl oIh'i a I'ordre que nouis Icur avions fait 
une voic dc peuetrntion a travcrs leiir terriloire. 
tion.s ctre Ics premiers a li'lrcDncr. 
lions cnln's sur le terriloire de Xieng-Kliong ct Ics 
qui bitbilaicnt eeltc region, seiublaieiil inoins endn- 
\.\tas Koucn lenrs voisins. Les rizi<ires de Thakat et 

Nam-l'a et sou alTluent de Nam-Ngeun, autrefois 
is, se trouvaient maintenant d(5laissces ct les khas 

se souciaient mediocremenl dc voir des ^Iran- 

d'cux. « St nous ne cultivons pas les rizieres, me 
'des Lenict de llan Moc Lahang, c'est que les Phyes 
jrables et que nous nc savons pas les adoucir. » 
s-je, il ne faudra pas vons etonncr, si nous encoura- 



CHEZ LES MOUSEU 293 



geons quelques families Thaies a veivir s'inslaller dans cos vallons 
fertiles. 

Le ihang luong, loujours dgalemeni bien entretenu, et muni de salas 
dans les principales clairi^res, lelles que le Pang Hoc, suivait le Nam- 
Ngeun, puis le Nam-Mi el le Nam-Mate, en s'elevant peu a peu hors du 
bassin du Nam-Pa. Au sommet de Moc Mac Deng, dont le lieutenant 
Ryder s'elail recemmenl servi, comme de point d'observation, on decou- 
vrait une vue etendue sur les affluents du Nam-Pa el du Nam-Ngao, 
jusqu'a la chalne du Pou Boc Ilat, limilc du territoire de M. Sing. 

De Tautre c6te du Moc Mac Deng, le cliemin descendait vers le Nam- 
Kane, ou les Khas Mouk de Ban pou lene et les Khas Lemet de Ban Sole 
avaient dresse cinq abris, dans la clairiere de Pang Boung. Nous etions 
en pleine foret et de loin en loin, un nianguier ou quelque autre arbre 
fruitier rappelait I'existence d'anciennes installations tliai'es, depuis 
longtemps abandonnees. 

Les etapes etaient courtes, comme partout en pays Kha, mais au 
Pang Ngieou, des salas fort bien amenagees, me demontrerent une fois 
de plus les bonnes dispositions des habitants a notre egard. Je m'atten- 
dais a trouver en cet endroit le Phya Kam Lu, chef des Khas de la region 
inferieure dc Xieng-Khong, mais comme il venait de perdrc un de ses fils, 
ce (urent son autre fils Agnom et son frere le Phyah Sali, qui vinrent 
me confirmer son devouement. C'etait cette famille, qui, en depit de 
rinertie traditionnelle des habitants, avait, sur notre ordre, ouvert les 
premieres communications avcc les viUages Mou-Seu. 

Je les felicitai Ires sincerement, car pour se faire une idee des habi- 
tudes routinieres et casanicres de ccs indigenes, il suflfisait de voir des 
points comme le Pang Ngieou et Na Noi, avcc leurs rizieres completement 
abandonnees. A mi-chemin entre le Pang Ngieou et le Pang Luong, le 
thang luong rencontre le confluent du Nam-Kane et du Nam-Nga, au dela 
duquel elle suit le cours du Nam-Nga. Bien que I'etape eut etc fort courte, 
nous campames au Pang Luong , ou vin rent me rejoindre plusieurs courriers . 
Le D"" Lefevre m'annon^ait son arrivee a M. Sing, puis a M. Luong, aprcs 
toute une seried'epreuves. Aprcs avoir en vain essaye de franchirla ligne 



MISSION PAV1E 

■ M, Sing, par Ic Num-Ya ct Ic Nam-Xgriie, il ovait 
:'o8 el Yaos, sc tracer en plelne forel un sontrer vers 
les eaux desoendenl au Nani-La par Ic >am-\Va. 
personnel el des rhevaux erlopes, le doclcur avail 
a alleindre M. Luong. d'nii il s'arlieniinait main- 

it'os vers \ieiig Kliong, puur v prendre un repos 

massin nrunnon^all d'aiilre part sa presence, snr la 
a Itan pou Knno. 

IC mellail <)U couninl dc scs derni^res op^rallons a 
ee du rninniissaire Cliinois Lv-ta-jen accornpagne 
rhel cl Ouni, M. OaJUal ('-lait parliavee lecoininis- 
nissunre vers lo oonllneiil du Nain-La el tin Me- 
iiie fois achevee, los di'-lefnii'-s rihiriols avaieni dil 
c Ssoniao. laiidis ipic pur M. Sai el Dien-bien-pliu 
onnie an T<nikiii. 

de \l. Pavie I'liiil datee dc \l. Nang. en ronic vers 
Ion-Sen. Par un lienroiix eiitu'oin'sdceirconslances. 
(sscr eiK'oro nne fois a M. Sing rl. s'il abnrdail les 
' un point oppose a eeliii i|ue j'allais mi)i-n)euie 
i, sons pen de jours, les pins graiides eliaiices de 
s, de tontes les nomcllos (pie je re^us au Pang 
e ful |>lus agri'ahle (pi'nn coiirl lelegraniine de 
17 Janvier, annon^atit ii M. Pavie iiin rioininalion 
cur. Quelle «pie fnl nta eonlianeo dans la blcnveil- 

■ ne m'allendais pas a nite nian|ue anssi pi-cclcuse 
nioincnl in(^Mie oii, snr Ic Icnain, jc ine Imnvais 
:-. delrcsgca\esdiiricnlles. 

Vnglals llrrnt Ic nieill<'nraecueil a eeltc nouvcllc cl 
ilaisir tie.i gram! de videravce enx les eonpes di' 
lenl hieii vonln rcinptira nion Inleiilioo. I.es Inlaics 
tcnionis. cc soir-la, do Ires aniieanx epaiichenienls. 
bonne hcurc, nous eUuiis dc nouvcau en route 



CHEZ LES MOU-SEU 295 



ie long du Nam-Nga, que nous suivimes jusqu'a son conllucnt avec le 
Nam-Ngao, pros du village abandonne de Han Mone. Malgre Tabon- 
dance de lours arequlers et de leurs arbres fiuitiers, Ics babilanls, 
lourmenles par la crainle des Phyes, avaient quilte ce bel emplacement, 
pour aller s'inslaller un pcu phis loin sur la drpile du thang luong. 8i 
la region avail ele un pen moins boisee, quel parli une population 
plus intellig(vnte n'eut-elle pas tire de ce pays relativement plat, arrose 
par de belles rivieres? Malgre tout, le conlluent du Nam-\ga et du ]Nam- 
Ngao relenail encore Tindigene, car les villages voisins de Ban Mone et 
de Han Poung comptaient parmi les plus inq)orlantes dependances de 
\ieng-lvhong, sur la rive gauche du Mekhong, et ce centre se trouvait 
relic par de nombreuv senliers aux gros villages Khas Mouk du \am-Ta. 

A Han Poung, ofi Ton venait d'edilier quatrc fort belles salas, je trou- 
vai reunis les chefs des neuf villages, qui avaient contribue a les etablir. 
lis me firent observer que ce point de Han Poung tirerail desormais sa 
principale importance de ce fait, qu*il 6tait le point de depart de la route, 
allant par Phrabat xMuong Kane a Tang-Ho, a travers le pays Mou-Seu. 

Aucun des chefs khas rassembles a Han Poung, n'ayant encore par- 
couru cette route, je ne pus recueillird*autres renseignementsque la confir- 
mation du recent passage de M. Seauve revenant de Phrabat Muorig Kane 
a \ieng-Khong. Le paundit du lieutenant Ryder en savait hii-meme un 
pen plus. II venait d'accompagner le capitaine Riviere dansces parages et 
nous apportait la nouvelle que mon nialheureux ami, terrasse par la 
dysenteric, avait du se resigner a quitter brusquement la region et qu'apres 
avoir atteint le Mekliong a Tang-Ho, il s'etait embarque sur le fleuve 
pour rentrer rapidement a Xieng-Khong. 

Suivant les gens de Han Poung, le pays Mou-Seu commen^ail 
a six milles de la, au Kiane Papoun. Ce fut la, que le 2 mars, j'en- 
voyai un Kha Mouk, pour s'aboucher de ma part avec ces fameux, 
Mou-Seu, que je nc connaissais encore que de reputation. 

Avant de quitter le thang luong, je m'etais d'autre part occupe de 
maintenir des communications regulieres avec Xieng-Khong, lant par la 
route de terre, pour la transmission des courriers, que par le fleuve 



MISSION PAVIE 

lUagos revendiqurs par \icng-Toiig, pouvait nousame- 
autre. A eel clTct, j'avais invito M. Dupii^ a so rendre 
Ic [i\us tut possible ^ Xiciig- 
Scn, pouryinstallcrragcnce, 
dans la maison que j'avais fait 
conslniii-c. J'avais t'gatcinenl 
doniand(5qii'on in'eiivojatau 
nioins doux pirogues a Tang 
IIo, oil je savais ne |)as devoir 
en Irouver, pour rendre pos- 
sible la descentedu Mekliong 
a cfiix dcntre nous qui se 
projKtscrdieiitde rarooniplir. 
Le l\ Miars, dans la niati- 
iiee, nous quiltions lian 
I'onng. daiiii la diieetiondu 
ktane I'apoun. 1^ clieniin, 
tout oil s'ecartant du thang 
luong, se rnaintenail dans Ic 
bassin du \aui-Ngao, et Ira- 
versait plusieurs de ses 
alllucnls, le >am-Troung. le 
^anl-Poung el le Mam-Sane, 
le long desqoels s'clalaient 
qiiclques maigrcs villages, 
Itan nam Miie, I3an pang Sa 
e( llan Koung. Ces hameaux 
elaient habiles par d'anoicns 
indigenes de M. Sing, jadis 
oupo de Khai Mou Scu, transpoFli^s cn CBS parages par 

l('8 Younesde Xieng-Khong. 
lesPlijes liuntaitalel point, qu'ds abandonnaient perio- 
irdins pt leursarbi-cs fruitiers, pour conslruire leurs cases 



CHEZ LES MOD SEU 297 



dans des endroils plus favorables. C'etait une vraie piliede voir des gens 
aussi pusillanimes se debattrc centre les pretendues influences malignes 
d'un sol aussi fecond. 

Nous d^passames le confluent du Mam-Nga et du Nam-Ngao, puis 
par le Nam-Ong, le Nam-\fuot, Ic houe Salok et le houe Papoun, 
nous aboutJmes en pleine Ibret, au kiane Papoun, oii deux salas, 
recemment construites, indiquaienl seules le voisinage probable des Mou- 
Seu. Nous nous arrelaincs en eel endroit, niais la plus grande partie de 
la journee s'ecoula, avant que nies ^niissaires, envoyes la veille de Ban 
Poung, fussent de retour. 

lis arriverent enfin, avec plusieurs Mou-Seu charges de riz el de 
vivres. Je lus lout de suite surpris du type de ces etrangers, fort 
different de celui des khas Mouk et des Lemel : ils portaient de grands 
turbans rouges tres pittoresqueinent poses sur le cole ; leurs vestes et 
leurs pantalons elaient ornes de lout pelils galons tres serres et leur 
cou etait encercle de grands colliers de chiens, en perles de couleur. 

Ces Mou-Seu dependaienl du Sene Lasa, dont le village, nie direnl- 
ils, se trouvait a une grande distance, sur des somniets boises inacces- 
sibles. Lapluparl des villages Mou-Seu sontdans une situation analogue, 
ainsi que je pus m'cn rendre conq>teles jours suivants, car, pendant une 
^tape entiere, je n'apercus pas trace dun etre humain. Quelle ne fut 
done pas ma surprise, lorsque en atteignant la premiere crete, apres le 
Kiane Papoim, je me trouvai sur la route la plus admirablement debrous- 
saillee que j'eusse encore rencontree. Des deux c6t^s du chemin, des 
arbres gigantesques fralchement abatlus, gisaient a terre, et cela pendant 
des kilometres sans (in. C'etait une veritable voie triomphale, qui attestait 
enmeme temps la soumission des Mou-Seu de Xieng-Khong etde Xieng- 
Sen aux ordres des autorites fran<;*aises, ainsi que notre ferme intention 
de ne laisser personne se substituer dans cette region aux droits que nous 
tenions des trait^s. 

Du bassin du Nam-Ngao, nous etions entres dans celui du Nam-Pa, 
et dominant les hautes vallees du Nam-Youk et du Nam-Phrabat, nous 
avangions depuis longlemps sur la crete boisee, lorsque, apr^s une 
V. 38 



MISSION PAVIE 

oute, se confondant avcc le lit du Nam-Plirabat, 
un pcti t cirque d^couvort, cnlouri^ de basses collincs, 
ieu des liaules lierbcs, un ruisseau frais et clair. 
rabat Muong kane, duiil on nous parlait dcpuis 
je m'etais iigurc comme un centre d'uno cerlaine 
(art deux ou Irois cases diitsimulees dans les hcrbes. 
So de la vie et ne pouvait lueme faire penser que 
1 serieuscmcu t habite. Scule, la grotte oii dc rarcs 
5rcr les traces sacreesdu pied dcllouddlia, iiidiqualt. 
c sigiio, que re gracieii\ endroit ne serait jamais 

;, en arrivaut a Phrabat Muong Kane, la presence dc 
^iug, availatteiiitle centre de la region Mou-Scu, par 
^p, \ieng-l}ao et Muong Mugne. Malhcurcusemeul . 
puis quclquelcuipsfaligui', eteommeil avaitperson- 
I oxanicit de la n'gion, rieu ne lenipAcliaitplusde 
[. TcDc paraissalt etre cgaleineiit ririteiition de 
ilait encore auparavanl. pourwuivre sou cnquetc en 
usqu'au Itiuipliyali Sine. 

iCz pmelie dc Tang-llo, elait le siege dun des priii- 
i; nous nc tardAines pas a apprciidi'c qu'il v avail 
u Seno Itoun Nam. aiiisi qu'a des mandarins de 
Dr ceux-ci exorvaient ranlorite regnliere du prince 
la rive droite dn Mekliong, mais leur action sur 
ivait en aucune favon, i^lre admisc par nous comme 

;ommc moi qu'au lieu d'accompagner M. Scott dan^ 
ne venart de j>arcourir, il vnlail mieux tjue jc rcstasse 
t Muong kane. 

; Anglais partir senis, dans la matinee du 8 mars. 
X I'assurance qu'ils me rejoindralent, avant tres peu 
Icur faisant absolument dt^faut, j'usai de men in- 
clicfs dc villages pour leur en procurer: puis. 



CHEZ LES MOU-SEU 299 



quand M. Pavie fut, de son cot^, parti avec M. Caillat, dans la direc- 
tion dc Xieng-Khong, je me laissai aller au charme de Phrabat Muong 
Kane. 

Mais si joli que fftt le petit cirque, avec ses eaux couranles, ou Ton 
pechail des crevelles et oil Ton prenait des bains delicieux, c'^lait plutot 
une retraite austere, donl le charme, surtout par la chaleur torride dont 
nous souflVions, ne fut pas long a s'epuiser. II eut fallu elre un bonze fort 
devot, pour se complaire indefinimenl dans la petite grotte oil les pelerins 
avaient coUe des feuilles d'or et d*argent, sur les traces sacrees de 
F^ouddha. Bien peu nombreux elaient ces picux pelerins. Quant aux 
rares habitants dela localite, cVtaientdes Shansoriginaires de M. Long, 
sur la fronti^re de M. Sing et des Sipsong-panna, qui ne cultivaient 
aucun coin de terreet achetaient aux Mou-Seu le riz qui leur etait neces- 
saire. 

Faute de pouvoir nous ravitaillera M. Kane, jc fus oblige de courir 
les villages des environs, dont neuf, me disait-on, dependaient du Phyah 
Sine et treize autros du Phyah Keo. De cctte fai^'on, je pus enfin voir les 
Mou-Seu chez eux. A deux heures environ de notre campement, oil 
j'avais laisse une partie de mes gens et de mes betes, je rencontrai les 
cases du Sfene Inthak, un vieux bonhomme qui me fit le meilleur acoucil. 
II avait aupres de lui quelques femmes de sa famille, dont Tetrange cos- 
tume m'interessa. Par dessus le sine, elles portaient en elTet une longue 
tunique sombre, fendue sur le cote et bordee dc pelils carreaux d'etolTe, 
rouges, blancs et bleus, disposes en damicr. Aprcs avoir dejeune chez 
ces Mc)u-Seu, il fallut avancer sur des sommets decou verts et en partie 
cultives, jusqu'au Nam-Kha, sous-aflluent du Nam-Pa, oil il nous sembla 
bon de retrouver sous boisquelque fralcheur, car la chaleur de mars etait 
tout a fait insupportable. 

Des Thais, dependant de notre ami le Phyah Kiay, avaient construit, 
pres du \am-Kha, deux ou trois cases qui leur servaient de refuge, 
depuis le jour on, fiiyant Thospilalite des mandarins de Xieng-Tong, ils 
etaient passes sur la rive gauche du Mekhong. Mais a Ban pou Meun, sur 
le grand chemin, ils ne se trouvaient pas en sccurite et ils s'appre- 



MISSION PAVIE 

rs pollutes dans la valK'-c plus reliiw tlu ^lam- 
lil a Ban Poii Meiin. mais le Icndemain, apres 
I direction dcM. Miigne.je niedecidai a relouriier 

passa dans Ic \illa(ro du Sene Intliak qui elait 
UPS nous y ravitailirr a n<»lre aiso el oltlonir 
Is sur Irs <-labliss('m<'n1s Mon-Scii des alculours. 
f. ur) senliiTroriduisait dans la liaulc vallec du 
tait Ics \illa^i's dc Ke Ni>i, du Si-ne Pan Mono, 
? Asa. avani daboulir an lian phyah kiay. sur 
desoondant le \aiu-Phral>at. on rcnconlrait le 
Les bassius du Nani-Yonji et du Nani-Klieuoiip 
inilircux Mou-Sen dont les \illa{;ps se Irouvalonl 
lite, par un sonlirr altoulissant a llaii pou Meun. 
Kham, Han Meun long Sf'ne et Han Sene Kliong 
tliang luong qui veriail d't^tie ainc'nagc ^ notre 
lit compter dans toulp cette rogion. sur aucun 
ivaliers ni au\ Indies deoliarge. 
pensrr au\ difTirultes qu'avail di rcnconlrer mon 
1 Ic prcniior. veuail de haltrc lout cc pys. pour 

I qui. inalgre son deplonililc I'lat do sanle. navail 
nit donne son caraclete, |>ar aucun obstacle. 

un goi'it marque pour lisolenient el laissent 
issp epaisse croih-e et se developper aux en»i- 
' lendi'uiain du jour on je fus rcnlri^ h Phrabat 
euncr avec Tcbioum. au village du S^ne Kain 
16 Irrs bien acrueilii. .lauiais iios ohevaux ne 
bles diffieull^s, el nous eumes toule la peine du 

II pas.sage dans le lit vaseux du \am-Yao et u 
Iree. 

flmes nnc petite excursion du memc genre 
donl le village dominail Ics vallees du %arii- 
:>uy. Cliaquc soir, la journee s'achevait par 



CHEZ LES MOU-SEU 301 



un bon bain et par la repartition du riz, que le brave Sene luthak 
apportait de son village. Mais, bien quef Ton eut atteint le 10 mars, date 
indiquee par les Anglais pour leur retour, il n'en etait toujours pas 
question et le sejour a M. Kane coinmen^ait a etre monotone. 

J'appris que M. Scott etait encore au Ban phvah Sine, par deux Thais 
de M. Lin, venus a la grotle de Phrabat Muong Kane pour s'y procurer du 
salpetre. L'idee me vint que les mandarins de la rive droile du Mekhong 
avaient tarde a repondre a la convocation des Anglais et que c'etait pour 
ce motif que je ne les voyaispas revenir. Le Ghao Kanan Souriavong mon 
compagnon, d^legue du prince de M. Sing, m'avertit que le Sene Boung 
Nane, convoque au Ban phyah Sine, etait un mandarin de Xieng-Tong qui 
avait servide guide aux Anglais, lorsqu*ils ^taient venus a M. Sing. Quant 
aux gens de Paleo etde M. Lin, jesavais par experience cequ*ilsvalaienl, 
mais les r^cits du Souriavong ne pouvaient que me confirmer dans mon 
opinion sur ces intrigants, au corps tatou^, coiffesde grands chapeauxde 
paille et vStus de larges pantalons a la zouave, qui, profitant des facilites 
de la zone frontiere, semaient partout la terreur par leurs brigandages. 

Deux annees de suite, le Chao Souriavong avait ^te de M. Sing, vendre 
des chevaux a Xieng-Mai, et en passant k M. Lin, il avait subi mille avanies 
et mille dilTicultes ; on avait essaye de lui voler ses betes et de lui arracher 
la vie. Des Laotiens, venus a M. Lin pour acheler deTopium, avaient ete 
attaques devant lui, a Timproviste paries habitants et plusieurs avaient ete 
massacres. Ces recits ^taient d'accord avec ceux de Done Tha et du 
Phyah Kiay , dont la famille eploree, avait du chercher un refuge sur la rive 
gauche, k M. Mugne et a Ban pou Meun, au milieu des villages Mou-Seu. 
C'^taient aussi des refugies, ces quelques Thais de Phrabat Muong Kane, 
qui avaient fui les troubles de la rive droite du Mekhong, pour trouver 
un pen de securite dans cette region longtemps inhabitee et inexploitee, on 
les installations Mou-Seu etaient la plupart elles-memes de date recenle. 

En somme, aucun des habitants de ce terriloire ne pouvait reven- 
diquer une possession ancienne, et tons au contraire, semblaient etre 
venus se fixer sur la rive gauche, pour echapper aux inconvenients 
qu'ils trouvaient sur la rive droite, ce qui etait un argument trfes sdrieux 



MISSION P.WIE 

ler u leur assurer noire protection. Des la prcmifcre 
■oniise au Pliyah Kiay, lors de noire rencontre h M. 
n echange de cclte promcssc, il nous avalt rendu de 
ipres des Mou-Scu qu'auprcs du prince de M. Sing. 
Hiviore avail parcouru ce (erritoire, il lui avail servi 
I et il I'nvait (inalen)ciit aoronipagnt' jusqu'a \ieng- 
lous rcndre coniptc des dertiiercs intrigues dont lui et les 
times, de la part des gens de \icng-Tonget de M. Lin. 
jrant de ces details, il me parut diilJcile de quitter 
u-Seu, sans avoir pousse jusqu'a Muong Mugne, afm 
nille du Plivali kiay un temoignagc d'interet el une 
[' noire protection. 

ir le Sene Intliak, que le bruit courait chez les Mou- 
evenir a Phrahal Miioiig Kane, les .\iiglais se dispo- 
i'ng-Kliong par Tang-llo et le Mekliong, je resolus 
'. c<)in|)te aujnvs des lialntanl^. de Timpi-ession 
'^lusee les derniers incidents, .le previns aussilol 
nrricr special, ipic rnouarriveea \ieng-kliong serail 
[iiehpies jours, parec que ma laelie n'elinl jias aclievee. 
iu\ el mutes el. en depil de la elialeur et de lelomie- 
les, je pris encore uiic lois la clireclioii du Nam-Kha. 
,e maispenlldc niarcliesur la route pondreuse. je ui'ar- 
aiisdes cases abatidonnees cpie j'avais reniarquees, a 
:le Man j)OU Mcun. I^es Mou-Seu du (lliao Housi ni'y 
■I du paddy et le Si'ne Intliak, que j'avais crivoye aux 

han pliyali Kiay, viiit avant la nuit, mavertir que 
{>our Tang-llo, avec rintentiou de s'enibarquer sur Ic 
nn important convoi de mules et de clievaux allait 
K.liong, pr le lliang luong. Cetle noiivelle ful bientol 
lettre du I'liyali Nenlisene, datee du Ban Pliyali Sine, 

Souriavong au courant de ces projels. 

apporlee par M. Scott a son programme me rendait 
DCtion ; je resolus de gagner le plus rapidement pos- 



CHEZ 1.ES MOU-SEt 303 

sible M. Miignc. Dans la matinde tlu 13 mars, je m'arrStai a Itan Pou 
Meun, pour y dvjcuner. Sur les bords (in Nam-klia, peu d'iiiNLants avant 
(I'atleindrc sur le tliang liiong la biftircation du seiitier do M. Mugne, je 
fus rejoint par un courrier de M. Scott. 

Le comniissaire Anglais m'aveilissait par une Icttre dalcc pu 10 mars 
que la dysenteric I'avait lotcnu plus longlcmps qu'il n'aurait voiilu, clicz 



le Phyali Sine et qu'il se proposait de rentrer a \ieng-Klioiig par Ic 
Mekhong, au cas oil il pourrait se procurer un radcau. 

Arrive le soir asscz tard a M. Mugne, apres une marche assez dilFicile 
en pleine foret, j'cus la satislaction d y etre admirablement accueilli par 
la famille du Piiyah Kiay. Sa femme me raconta en picurant, loutes leiirs 
infortunes, lallaque et le pillage de leur rnaison, le meurlre de leur 
enfant, leur fuile desolee de Paleo a Xieng-Dao, puis a M. Mugne. Jc la 
consolai de mon mieux ct lui donnai le fenue e^poir que la rive gauche 



304 MISSrON PAVIE 

serail bienlut, jiour lous les sicns, un asilc siir. J'apprls fi M. Mugne 
I'abscnce du Phyah Keo, reccmmcntappcU', mcdit-on, sur la rivedroite, 
par un reglenioiit d'alTaircs. 

Je rcstai touto la joiiriioe du I 'i & M. Mugiic, pour pcrmetlrc ii mos 
homines de sc refairc. Dc reU»ur, le IG, a Ban poii Mcun, j'y fus rcjoint 
par un courrier qui avail 6i6 mc cliercher M. Kane ct qui m'apportait 
unc letire dc M. Stirling, datee dc Tang Ho Ic 1 2 mars. Lcs commissaircs 
Anglais ni'avcrlissaicnt 4|uc la doniierc ]>artic du thang luong nvoisinaiit 
Ic Mckliong n'ayant point cl6 acliovt'o, ils avaienl cu grand'pcinc a arrivcr 
jusqu*a la rive du flcuvc. A Tang-lli», so trouvaicrit cinq pirogues que 
je mVtais lait resort or, mais donl nn nie deniaitdait le libre usage, puii^que 
je lion avais pas besoin, pour renli'cr dircctcment do Pbrnbat Muong 
Kane u Xiong-Kliong. 

Jc repondis a M. Stirling que je nietlaix tres lolontiors quatre piro- 
gues a la disposition do \l. Scott, mais que je lui serais oblige dc me 
taissor la ciuqui^me, vn que jelais on route \crs Taiig-llo. Si \ous eles 
press^'s, ajoutais-je, iie pronez point souci dc ni'attondro, Je taoherai de 
vous rejoindre en miile. 

II m'ctail d'aulant plus agreablo de laisser a mes conipagnons la dis- 
position de ces pirogues, (piapres tout, ils olaient nos holes sur la rive 
gauche. L'etat de la route Mou-Seu, exeeutco sur nos ordres, aussi bicn 
que la n^cessite de recourir a noa movens pour la deseente du Mokhong, 
avaient dil leur demontror que nos precautions avaicnl ete prises, et 
qu'il n'ctail pas un seul point de eette region, ou nous no pussions nous 
considerer comme ebez nous. D'aillcurs, de tons lcs cotes, les temoi- 
gnagcs do confianee el dc devouemenl m'arrivaienl ct sp^cialemcnt dc 
Tang-IIo, oil les habitants entretenaient avec soin Ic depot de bois pour 
la canonniere, en attendant impaliemment sa venue. 

Depuis que j'ctais en pays Mou-Sen, mon camp elait devenu le point 
d'altraction dun grand nombre de ccs litres mysti5rieux qui eachaient si 
bien leurs ^illages au fonddcs hols. Que jc fiisse arrt'te sur le bord dune 
riviere ou bien en un lieu d'etapo, je rencontrais toujours quelque indi- 
vidu qui cngageait volonticrs la conversation avec mes gens ou avecmoi. 



CHEZ i.ES MOU-SEi: 305 

TanttM c'c'tait un montagnard sorlant dc la hrousse, la liotte au do8 ; 
tant6t deux Sliaiis detrousseurs de grands clioinins, auxqucis iiotrc nombre 
el riotre arinement en iiiiposaient, en depit dc leurs airs de inalamores, 
de leur large culotte rctrousseesur la cuissc, dc leur immense chapeau de 
paille pendant sur le ciMc et du long fusil sur I'^paulc. 

Une iois je vis arriver un cavalier, le cheval briilamment harnachc, 
et suivi de deu\ servilcurs. C'elail un mandarin dc M. Sing, le Pliyali 



Sourivong, qui courait le pays, au noni de son prince et croyait lui aussi 
avoir quelque droit a remplir une mission chez les Mou-Seu. II denom- 
brait les villages, et apportait au Phjah Kiay I'appui moral du prince, 
avec I'invitation h se refugier h M. Sing, si les assassins envoyes par le roi 
de Xieng-Tong pourle massacrcr, le serraient jamais dc trop pres. Une 
fois dc plus, je me retrouvais en pleinc tragi-comedie, comme aux beaux 
jours dcM. Haietde M. Ki^, en 1891. 

Dans la soiree du 16 mars, je re^us a Ban pou Meun, une letlre de 



MISSION PAVIE 

r*avic, qui m'aiinoncait la conccii Ira lion & Xieng-Khong de tous les 
ibrcs fran^ais de la mission, ainsi que I'arrivee du colonel VVood- 
pe, qui attcndaitM. Scott au premier jour. 

II s'agissait pour nioi dc prendre uu parti d^finitif. Lnc partie de mes 
■^ucs anglais avaieiit dd s einbarqucr a Tang-llo, mais il en ^tait 
; au Ban phyali Sine. Estimant que je devais rentrer le dernier a 
ig-Khong, jc rt'solus dc pousser un pcu plus loin mon enquSlc en 
. Mou-Seu. Le 17 mars, je fus douzc heures a clieval, sur une Crete 
artie Iwist-e, presque parloul depourvuc d'eau. En route, je croisai 
' Lloyd qui. du l3anpliyaliSine, scrcndaitaXicng-Kliongparle thang 
ig avec Irente (jourklias et cent douze mules. II ctail ravi d'en avoir 
ivec ce long si'jour, dans un coin retire de la montagne, ou les vivres 
;nt faildofaut ct oil Ion avail dA entcrrcr un des interpretes Slians 
I mission. La journec etait dt-ja furl avancce quand j'atleignis le cani- 
ei>t que les Anglais venaienl de quitter. De quclque cote quon 
rvut, on lie pouvait apercevoir uucuii endroit liabite ot le Itan pbyah 

lui-lnl^nle demcurail invisible. 

'e coutinuai a avaiicer sur le tliang luong. mais a un beau moment. 
Hut nous arriMer lout court ; le cbemiii cessail brusqucment ct la 

coninieiivait. Nousdilnics camper cette nuit-la sur la route, sansavoir 
n5 moycn de renouveler notre provision de riz. Cbacun se serra le 
re, non sans maugreer, car mes boinines coinmen^aienl a en avoir 
de ces courses sans fin, alors que les autres jouissaient deja, 
is longtemps, d'un ropos bieii merite a Xieng-kbong. Et pourtant, 

aussi, nous toucliions au but. Par de la les bois et le Mekhong. 
rccvais au loin les ri/iercs de M. Lin. Nous elions done tout 
(le Tang-llo, que je connaissais dejJi et oij j'etais st'lr de ne plus 
uver les Anglais. Le D' Llovil avail lui aussi quitte le Ban phyah 
Rien nc me retenait done plus, en ce coin cearlc du pays Mou- 

In avail allume de grands feux pour la vcillee et, apres un maigre 
, j'essayais dc m'endormir. Mais il faisail une lourdeur d'orage et 
4 vivemcnt inipressioiiiic par Tapparilion d'un serpent verl blolti 



CHEZ LE5 MOU-SEU 307 

dans le creux dun bainbou, que la clialeur du i'ojer aviiit fait sortir de 
sa rctraitc. De toule la null je ne pus feimcr rceil. 

A quatre heures dii matin, j'^lais debout et, a la grnndc joie de tous 
me» gens, je donnais le signal de la retraile. Au lieu d'une descento 
conforlable en pirogue sur le Mekliong, j'avais la perspective d'une 
nouvelle marche en pleine elialeur, a travers tout le pays Mou-Seu, mais 
je ne voulais pas laiwscr mon convoi revenir seul a Xieng-Kbong. 



Fig lln. — Lo pwle ffinol) de Mcng-KlKing. 

En passant au campenicnt anglais, jc rencontrai deux Yaos qui 
m'indiquercnl le scnticr qui inenait cliez le Pbyah Sine. Un petit detour 
me permit dailcr prendre laiiguc avcc ce chef important, que je felicitai 
de la maniere dont il avait execute mes ordres, pour le depot dc bois de 
Tang IIo et pour le thang luong. J'eus le sentiment qu'il sc pagscrait 
fori bien cie felicitations, pourvu que les Europecns le laissasscnl desormais 
un peu plus tranquille dane sen montagnes. Jc m'arretai cc jour-la, pour 



MISSION PAViE 

! salas conslruitos pour nous par le Phyah Sine 

non loin d'lm village Yao, situ^ pres dcs sources 
'e pus me ravltaillcr a mon aise et faire une pro- 
leniJemain. 

irs me ramctia uu campement du Chao Bousi. sur 
la, ct lu suiviintc a Plirabat Miiong Kane, oil jere- 
umilieiid'hommesratigues elde mules exred^espar 
I re^-usiincourrierde M. Pa vie qui setonnait demon 
e s'expliquait pas lei^ causes. II iii'apprenail que le 
us eu plus soutlVant. avait d6 quitler \ieng-Khong, 
lenl Luang'Prahang, en cumpagnie du D' Leftvre. 
ittai Plirabat Muong Kane, par une clialeur torride. 
\\ dps mules fralrlies. eniojees de \ieng-Kliong par 
rureul d'aulant plus utiles, que Ics niieniies etalent 
\y Llovd en perdait a re uiomrnt lous les jours, 

<les herbages sullisaiits, nous depassames le kiane 
nper sur les liords du Nam-kba. On me construisil 

deu\ superbes sugoutiers. Mats lielas. Forage qui 
eurs jours, eclata tout a coup dans la nuit, eljus- 
m(lanmi5 ii luttcr, a la lueur des eclairs et au bruit 
s eau\ eiivahissitnles. I,e lendemaiii matin, sous la 
a course vers Ban Kounget vers Han Poung. L'^tal 
liligatoire letapede Ban Poung. dans les belles salas 
. Le D"" Llojd m'appril que \l. Scolt ^tait arrive le 
.ng. 

t I'autre aussi presses d'arriver au but. Auss! notre 
ice du ?3, fut-elle une veritable course au clocher, 
mmenses, que la foudrc avait jetes en Iravers du 
) Keo, a riieurc du dejeuner, alors que mes compa- 

a table, dans la belle pagodc de Ban Hou^ Sai, 
fait amenager a notre intention. M. Scott, installs 
iclie voisin du nutre, vinl aussitut me souhaiter la 



CHEZ LES MOU-SEU 309 



L'exploration deT « Elat Tampon » se trouvait ainsi achev^e, mais 
avanl que la commission technique put se r^unir a nouveau, il importait 
d'achever rapidement la mise au net de nos Iravaux respectifs. Par 
Tepouvantable chaleur dont nous souffrions tous, la iSche ^lait fort dure, 
mais j'etais heureux, pour ma part, de me trouver enfin au port, aprfes 
avoir realise sans encombre mon programme, d'un bout a Tautre. 

G'^tait avec une vraie joie que de la pagode de Ban hou^ Sai, oii je 
savourais la fin demes miseres, [apercevais, de I'aulre cote du Mekhong, 
la longue ligne des cocotiers de \ieng-Kliong et la maison de I'Agence, dont 
la construction avait el^ un si heureux debut, pour Toeuvre que nous 
achevions en ce moment. M. Macev n'etait plus la, mais en la personne 
de M. Dupuy, il avait un rempla<;'ant qui ne pouvait manquer de pro- 
longer notre elTort. 

Et comme par un de ces eflels providentiels, qui avaient ete si fre- 
quents, au cours de la presenle mission, voila que le soir meme de mon 
arrivee a Bo Keo, le bruit se repandit de Tarrivec sur Tautre rive de 
\[. Hardouin notre nouveau consul a Nan. II avait eu Tintuilion du con- 
cours qu'il nous preterait, en poussant sa premiere tournee d'inspection 
jusqu'a Xieng-Khong. Hien ne pouvait etre plus a propos. 

J'accueillis done avec une joie sans melange, la nouvelle deTarrivee 
a Xieng-Khong du consul de France a Nan, mieux qualifie que qui que 
ce fut, pour assurer Texecution permanenle du traile de 1893, sur les 
rives du Mekhong. 



CONCLUSION 



coNSiDKnvTioNS D ensi:mbi.e suh la. region du 

HAUT-MEKHONG 



A parlir du jour ou j'arrivai a Bo-Keo, mon ceuvre personnelle elait 
aclievec. C'est done dans le recit de M. Pavie qu'on Irouvera Texpose 
de la dernirre partic de notre sejour a \ieng-khong: nos confereneos 
finales avec les conunissaires Anglais, leur depart pour la Birmanie 
et noire propre retour au Tonkin, apres de courts arrets a Luang- 
Prabang et a Lai-Cliau. 

Des notre arrivee a Hanoi, nous apprimes, par le gouverneur gene- 
ral M. Rousseau, que le detachemenl anglais de Xieng-Tong, commande 
par le capitaine Caulfield, venait d'occuper Muong Sing. 

11 y avail lieu de le regrelter, mais non de s'en inquieter, car la 
loyaute personnelle de M. Scott etait trop engagee, ses propres im- 
pressions sur le cas de M. Sing et des villages de la rive gauche, nous 
etaient trop connues, pour n'avoir pas la certitude qu'il serait noire 
meilleur avocat, aupres de son gouvernement, et qu'il arriverail facile- 
ment a lui faire coinprendre que la possession par I'xAngleterre d'une 
enclave sur la rive gfiuche du Mekhong, dans un pays dont les habitants 



MISSION PAVIE 

lent hostiles. n'avail potir elle aucune valeur, alors 
cxtremcment prt^judiciablc aux int^r^ts de I'lndo- 
I seule clin»c u fairc, etail done de doiincr le inoins 
le a eel incident ct d'ovitcr dc I'ebruiter, aliii tju'il 
alTaire de pur amour-propre. 

[101IS nous etoignioiiH du Haul-Laos, 1'ceuvre imposee 
dinique franco-anglaise, dont j'avais fail parlie, elait 
joula encore plusicurs niois, avant qu'clle produistt 
i^gociotions enlre le baron de Courcel el le Gouver- 
: nc repriront en elTet si^rieusemenl, qu'a parlir de 
nee. 

es de la delimitation chinoi-se, elles furent expMi^es 
Icmenl. Mcllant a profit les bonnes dispositions qui 
'ekin, M. Gerard put, des le mois de juin, conclurc 
tion qui nous donnait compl6te satisfaction, puisqu'il 
ranee la possession de Muong Sing, de Muong Hou 
re de Lai Cliau. 

er le plus eoinpleteineiit possible notre ministie en 
ata de notre mission, M. Pavie avail, d^s le I9avril, 
lent, par un telegraimne envoye de Luang-Prabang, 
a ce que je passasse par P^kin, avanl de rentrer en 
u\ ayant doniie son approbation a ee projet, je ne 
que le temps n^cessaire, pour le reglement d'affaires 
ssion el pour la redaction des carles, que je devais 

■ M. Pavie de signaler a M. Gerard I'allitude corrccle 
inois, au cours de nos operations communes. II venail 
ent dcmontreque la France et la Cliine, puissances 
\, avaient interet a fairc prcuve d'un esprit amical et 
frontieres, et que ce resullal etait beaucoup plus 
1 ne I'avait cru generalemenl jusqua ce jour. 
;e contraire n'avait pu apporter d'entraves au bon 
laircs Cliinuis qui, s'ils ii'avaient pas qualite pour 



CONCLUISION 313 



trancher definitivement sur place les questions en suspens, s'^taient mis, 
du moins, facilemenl d'accord avec nous, sur tons les points que leurs 
pred^cesseurs avaient ^t^ impuissants a resoudre. A M. Poung notam- 
ment, nous avions eu beaucoup a nous louer de leur attitude et nous 
ne leur imputions en aucune fa^on les bruits etranges qui circulaient 
dans le pays, au moment de notre ddpart, et suivant lesquels M. Sing 
devait (inalemcnt etrc c^d^ a la Chine, tandis que les Anglais retien- 
draient la rive droite de Xieng-Sen et de Xieng-Khong ainsi que les 
ancienncs dependances de Xieng-Sen sur la rive gauche. 

L'acquisition definitive des territoires de Deo-van-tri, de Muong 
Hou et de celles des sources sal6es du Pa-fat-Sai, qui se trouvaient dans le 
bassin du Nam-IIou, allait nous laisser en possession de voies commer- 
ciales importantes, sur Tinterfit desquelles je dus attirer Tattention de 
notre ministre a P6kin. 

J'eus en premiere ligne a insister sur les facilitds nouvelles qui s'of- 
fraient a notre commerce, pour engager des affaires avec les marchands de 
the d'Ipang, d'lhou et des autres centres producteurs des Sipsong-panna. 
Ban Noi, le point commercial le plus rapprochd se trouvait, en effet, h deux 
ou trois jours de marche de Xieng-Seo, localite situee sur le Nam-IIou, et 
directement reliee elle-meme a M. Le, autre village a th^ de la fronti5re 
chinoise. Comme le gouvernement imperial percevait des droits de 
sortie surle the, dans les villages niemes ou on le recueillait, il importait 
d'assurer k notre commerce tons les avantages d'un regime douanier 
favorable. 

A ce point de vue, les limites naturelles que nous nous ^tions efforc(5s 
d*obtenir, etaient trfes bonnes, puisqu'elles nous assuraient une frontiere 
de la plus grande precision et sans contestation possible, avec certains 
cantons des Sipsong-panna, ou la domination chinoise s'affirmait de la 
fagon la plus elTicace. La possession des points de Muong Hou et de 
Bo Tene ne nous s^duisait pas tant, en raison du mince accroisse- 
ment de territoire qu'elle pouvait nous procurer, qu'a cause du caractere 
g^ographique d*une d^Umitation qui nous assurait, outre la libre dispo- 
sition des bassins entiers du Nam-Hou et du Nam-Ta, un contact im- 

V. 40 



MTSSiO\ PAVIE 

'ions plus I'iclius el plus coinincrvanlcs. J'elais iialu- 
I signaler ^ M. Gerard tes contacts nouveaux de 
b Chine, non seulcinciit par M. Lk el par Ban Noi, 
. Hang, M. La ct \l. Poung, localil*'* dcs Si[>eong- 
; marclu's, visik'cs par dc nombrcnscs caravancs clii- 
i grands centres junnanais, (>ar une inrniile dc routes 

notnlireuscs cl moins frcqncntees, Ics voios cominer- 
cnl noire Icrriloire, avaient elles-incmes une recUo 
c lesSipsong Cliu thai cl \c pays dc Luang- Pral>ang 
ement relies par ellcs, aux marches dii ^ unnan el 
el que d'aiilre part, niic gran<lc partiedii transit par 
e ellc Siam, rcntrait, grace u clhia, dans noire sphere 
lonscrvions dclinitivcnienl snr Ic Mekhong Ics hacs 
de I'ak Heng, de \iciig-Khong, de Tang-Ho et de 
laiit iin nsage aussi habile que legitime dcs movens 
que nous procurail la creation d'nn vicc-consulat u 
1 mesnre d'exercer nne inflnence decisive sur le d^vc- 
iquc de la parlie orientale dii bassin dn Menani, 
t plus ou uioiiis lie a ccltii dc nos possessions du 

tre, d'antre pari, dans ravenir, noire role dans la 
du Yunnan, il iniporlait que. pour Ic moment, la 

agents dans cc pavs 8Vxer<,%U snrtout siu- les fron- 
is scrnblait done mii^ux designi: qnc la prerccluro de 
: le siege dun consnlal, doiil Faction s'allirmerail. an 
rindo-Cbinc franvaise, de la Chine eldela Birnianie, 
* Si[)song-pnnna asse/, eloignec de nos principaux 

Laos. Dc Ssc Mao a Nan, a Luang-Prabang, oii 
Uhan, il nousclail |)ermis d'csperer le developpcmeiit 
icrciaux dt'ja cvislanls. el mi^me dc prcvoir I'epoquc 
s de cbemins dc tcr cliercbcraienl a utiliser la vallec 
llou, de preference a celle du Mekhong, avec ses 



CONCLUSION 315 



immonses coudos el ses obstacles nalurels, si eonlraires a uiie naviga- 
tion regiilicre. 

Pour ie monn'nt, il s'agissail d't'lahlir dans un esprit anneal, un con- 
tact facile et permanent avec nos voisins. Si les Siamois s'etaient mon- 
tres mienx inspires, leurs telegraplies auraient ele depuis longlemps 
rattaches aux notres. Mais maintenanl qu'llanoi se trouvait directement 
relic par Dicn-bien plui, a Lai-Chau el a Luang-Prabang, il n'existail 
plus de bonnes raisons pour que les telegraplies siamois du bassin du 
iMekhong restassent plus longtemps isoles. 

Notre prise de possession de la rive gauclie nous ayant mis en 
contact avee les dependances de la Birmanie, nous pouvions egalement 
prevoir le moment on noire reseau indochinois se souderait au sjsteme 
general de Tlndc. Mais pour le moment, c'etait, avec la Chine qu*il etait 
le plus facile de s'entendre, et jc devais insister a Pekin, sur Tinteret 
qu'on attacbait a voir relier le plus tot possible, Sseniao a notre reseau, 
avant meme qu'on procedat h rinstallation du consulat fran^ais. 

Telles etaient les indications que j'elais charge de porter a la connais- 
sancc de M. Gerard, an moment oii prenait fin notre mission sur le 
Haut Mekhong. A ces informations, le gouverneur general M. Rousseau 
voulut bien me prier den joindre quelques aulres, dont Timportance 
Tavait frappe, des sonarrivee en Indo-(Ihine. 

On etait, a ce moment, a Hanoi, fort impressionne par le sort de 
la famille Lvaudet que des pirates chinois avaient eidevee, et depuis 
quelques mois, des negociations etaient engagees avec le Gouvernement 
imperial, pour oblenir la liberation de ces malheureux et la punition 
des coupables. Preoccupe de la frequence de pareils incidents, M. Rous- 
seau avait, des le premier jour, con^u le projet de faire sortir de ces 
negociations un reglement destine a assurer la police de la fronliere, en 
faisant concourir les autoritcs des deux pays limitrophes, a la r(*pres- 
sion de la piraterie. Le moment lui paraissait venu d*elaborer cc regle- 
ment et de preparer sa mise en vigueur. 

A cet effet, apres s'etre entendu avec les commandants des territoires 
militaires du Tonkin, le gouverneur general exprimait le va3U que le 



MISSION PAVIE 

rial ()^lachSt, sur Ics fronliercs de iiolic colonic, un 
onnaires, charges dc donncr dcs instniclions s^vferes 
larins et <le forcer tout le monde ii I'ob^issance. 
ondait micux -a notre fa^on de proccder qui, en 
avait coiisisl<- ii intercsser les autoritcs locales 
ision dc la piratcrie et au inainlien de t'ordrc, au 
r, de parti pris, corame dcs adversaircs natui-cls ot 
. En lout ras, Ic moment paraissait excellemment 
iter les agents places sur les frontieres, de rexcmple 
'; en tiant lieu, ou I'on usait rcciproquemenl dcs 
rs. Tel avail (51c, on elTct, Ic principal resultat de 
la guerre sino-japonaisc, on ta France avait enfin 
'n puissance asiatique, susceptible dc suivre en 
lolilique pcrsonncllc, an lieu de se laisser enlratner, 
ait trop souvciit dans Ic pass6, a des expi5diciil3 

les circonstances. 

^cnu de rccueillir lea avanlagcs auxqucls nous avions 
; ligne, M. Kousscau cntrcvoyait dt^a le developpc- 
'onouiitpies entre la Chine el Ic Tonkin, au mojen 
tntuel, sur Ic tcrritoirc Chinols, dc nos voics ferrees. 
rdcr rapideincnt, sous forme de simples recoii- 
Ics probl^mcs gcograpliiques souleves par cctlc 
!r pour I'automnc suivant, Iroia missions chargces 
ritoire Chinols, les haiites vallecs du Fleuvc Houge, 
t de la Uiviere dc Canton, 

c fois Pixccs, de fa^on a nc laisser subsister aucun 
, de nos pretentions ternlt)riales, nous elions en 

la bonne volonle du Gouvernement Chinois, pour 
un programme, qui consistait a ouvrir des commu- 
Ics entre le Tonkin et le bassin du Yang-tse-Kiang, 
!u h peu Ic role que la France avait le droit et le 
vis de la Cliiiic, en raison de sa situation privilcgiec 
3, et nous pouvions nous f^liciter du tour heureux 



CONCLUSION 317 



des ev^nements qui nous permcttait enfin d*atteindre, par des nioycns 
pacifiques, le but principal que nous avions poursuivi, en nous emparani 
du Tonkin. 

Je sus un gre tout particulier au gouverneur general, dont Tappui 
avail tanl contribue au succts definitif de noire mission, de m'avoir 
associe, dans une certainc mesure, a i*a»uvre nouvelle qu*il entamait, 
et ce ful avec une profonde satisfaction que je quiltai Hanoi dans les 
derniers jours de juin, pour gagncr Pekin par Ilong-Kong, Canton et 
Shang-Hai. 

J'arrivai a Tien-tsin, le jour meme oii y parvenait la nouvelle de la 
signature du traite franco-chinois, relatif a notre frontifere. Tous les 
resultats que nous avions recherches se trouvaient ainsi obtenus, En 
depit d'une erreur de detail sur le trace geographique de notre fronti^re, 
dans la region de M. La el de M. Poung, erreur facilcment reparable, 
grace aux documents que j*apportais, le Gouvernement imperial nous 
reconnaissait, pour sa part, la possession de M. Sing, ce qui ^tait un 
appoint de quelque valeur, pour le r^glement de notre litige avec les 
Anglais. 

Apres quatre jours passes a Pekin, sous le toil de M. Gerard, qui m'of- 
frit la plus bienveillante liospitalite et me fit prendre part a une seance 
du Tsong-li-Yamen, je rentrai rapidement en France, par le Japon et par 
TAmerique. 

Quelques mois plus tard, par ia convention du 15 Janvier 1896, 
M. Sing nous fut rendu, avec la frontiere du Mekhong ; les Anglais 
s'engagerent meme envers nous, a respecter Tintegrite et la neutralilc 
du bassin du Menam. 

En ce qui concernait TAngletcrre, le programme de 1893 se trou- 
vait done entierement accompli, puisque la France entrait enfin en pos- 
session de toule la rive gauche du Mekhong, depuis la frontiere du Cam- 
bodge jusqu'a ccUe de Chine. II n'y avail pas d'Elat-Tampon, entre nos 
possessions et celles de TAngleterre, mais les arrangements conclus entre 
les deux pays, sans aucune defiance reciproque, valaient infiniment 
micux que cetle conception batardc, et il n'etait plus question des con- 



MrSSION' PWIE 

i'uiic o|>inioii mal iVlaiioc s'etail, pendant trop loiig- 
; fairc iiuitrc 

l do CCS inesuies lul, qii'aii lien de laisscr sc former 
n'ciproqiios, uii cenli-e pcrnianonl d'inlrigucH, on Ics 
■s cl les dcli'uussi-ni'K de grand clicmin auraicnl pu 
lurincr tonl a leui* aisc, la police pul clrc dcsonnais 
IX rivcK du llanl McLliong, sons la rcsponsaliilitc de la 
Ictcrre. La France, donl les iiitircls anr le grand ficiivc 
. olifini ini^nic inie silu»lion prtvilegico, puis(]uc la 

In! fut rccoiinne. 

nc canoiinicrc montriiit noire pavilion depuis 
ms CCS cau\. on les riMTairis avaient |)U sc rcndre 
[ir (Ic noji avetiissenienls. Le succcs dc la canonniei-e 

den ma premiere visile a Tang Ilo, cl dont i'impor- 
crable, au point dc vue de notrc prestige cl de noire 
c deinonlrait, tl csl vrai, en aucniie fa^'on, la naviga- 
ig, leltc du nioiiis qu*on la n>vail depnis quelque 

etniclusions dn connnandunl Simon ct dc scs conipa- 
iil (ralTronter tons les rapidcs du Mckliong. 6taiei)t 
lucs a celles que nons avioiia iious-inemes formuiccs 
lung lie [lonvait pas clre considere coinme nlitlsahic, 
fuller dc navigation a vnpcnr, snr tout rcnsend>le dc 
chinnis, inais ses bicfs navigables ctaieni assc/. imjKir- 
icrcliat a en tirer parti. Iticn que la partiedu {lent c qui 
.nang-I*ral}aiigcl la fronticre eliinoisc fill lont cncom- 

batclleric indigene y elait tres developjwc, ct grace u 
les piroguiers laofiens, il n'etail pas, dans lout Ic bas- 
ing, nil point accessible a leurs pirogues, qui nc fAt 
[ue annec. 

i conditions particulierciiicnt lavorables, pour la difTu- 
cncc, cl pcut-Otre un jour de notre commerce, non 

territoire de Luang-I'rabang, niais encore dans ces 



CONCLUSION 319 



regions deXieng-Khong etde Xieng-Sen on Finerlie dcs Youncs laissalt 
beau jeu aux Laotiens. Mais, pour le moment, Tindustric du Laos ^lant 
encore h T^tat rudimentaire el presquc tout restant a order, pour Teta- 
biissement de courants commerciaux entrc la Cochinchine, TAnnam, le 
Tonkin cl le M6khong, Ics objets que les commer^anls de Luang-Prabang 
etaient en mesure de rdpartir dans les muongs les plus rccules, prove- 
naient pour la plupart de Bangkok. 

Si anormale que f&t cettc situation, clle dtait telle, en Vaison dc la 
longue hostilite qui avail rdgnd jusqu'a cc jour cntre les Annamites el 
les Siamois. Le commerce birman lui-meme sc trouvait micux repre- 
soiild a Luang-Prabang que celui de notre Tonkin et, pulsque au lieu 
d\Hre un fleuve exclusivement chinois ct fran^ais, le Mdkbong touchait 
mainlenanl a la Birmanie anglaise, sur une petite partie de son cours, 
il nous fallait plus que jamais compter avcc ce facteur extremement 
actif du commerce d'importation . Mais, apr5s tout, le mouvement 
g(5neral des aflaires 6lait encore trop restreint dans toute cettc region, 
pour qu'on put considerer la situation comme menacee. 

Ge que les Birmans se proposaienl surloiit, comme les Chinois du 
Yunnan, c'clail d'(?coulcr au Laos une bonne partie de leur opium. 
Aussi la drogue funeste empoisonnait et appauvrissait-elle a la fois nos 
nouyeaux sujets, sans qu'ils proiitasscnt veritablemenl des cchanges, que 
les importations etrangeres auraicnt du faire nattre. 11 nous appar- 
tenait, tout en rdglementant Tintroduction de Topium dans nos posses- 
sions, de faciliter le commerce des Laotiens avec les peuplcs voisins, et 
surtout, de leur montrer le Tonkin et les villes du bas Mekhong, comme 
les principaux centres, oii ils pourraient desormais s'alimenter. 

Bien que la richesse du Laos ne fut en aucune fa^on comparable a 
celle de nos colonies annamites, le bassin du haul Mekhong abondait 
[Kiurtant en produits trcs appreciables. Depuis Tang-Ho jusqu'a Luang- 
Prabang, c'etait une succession presque ininlerrompue de ruisseaux ou 
Ion r(5collait des saphirs et de Tor, non pas certes de quoi edificr et orner 
des palais de reves, comme aurait pu le faire croire la legende qui avail 
donne k ce pays le nom M. Soua, Souvanabhumi, la terre de Tor, mais 



MISSION PWIE 

I h m^rilcr un examcn un peu plus attentil el plus pro- 
luxquels on avail pu se livrer jusqu'i ce jour. 
s nttitaux utiles ou pnScicux ne manquoient pas sur 
A Han Sang Lek et ^ Ban Pawi sur le Nam-Pak, 
presence tie gisemcnls dc fer, pcut-(^tre susceptibles 
une exploitation s^rieusc. Le cuivre argenlilere de 
, dans la plainc dc Dicn-bien-phu, Tor d'llong sur 
, bcaucoup d'aulrcs giscnicnts dont on nous avail 
Ion unlericurp par dcs ouvricrs chinois, yalaient mieiix 
cntion et mmtaieiit ta visile de quelque prospccteur 

de profit a cspcrer dc ragriculturc dans Ic Haul Laos. La 
l>itants I'avalt fait n<;gliger depuis Irop d'aniit^es, ct la 
des Laolieiis la .sacrifiait dans Icsptaiiies ct les valines, 
iciancc dc8 Mcos migrnlcurs la conipromcttail lerrible- 
agncs. On voyail trop souvent des rizi&res incultes ou des 
!s, sans le nioindre souci dc la conservation des sources 
I du sol. Parlout oil Ton rcncontrait des Khas, il y 
asscz de riz, pour supplier a rinsuffisance des grains, 
Hcnicnt taoticii, niais nullc part, sauf aux Sipsong- 
i ne pouvait doiiiier lieu a un commerce vraiment 



lit atlirer davanlage les caravanes, c'ctait le colon, la 
'I el lo the. A Tafinc, prcs de Lai-Cliau, ct sur Ic haul 
Ics environs d'lla-llin, j'avais rencontr»S des commer- 
lus ponr Ufhclcr le colon de montagne, cuIUv^ par les 
las. (detail un colon assez court el inMiocrement {ourni, 
pprecie par nos filaleurs europwns, mais qui sufTisait 
MIS du Yunnan. I)u iiioinciit que cette culture cxistail 
»duit en elait rcclicrch*?, rien ne s'opposait h cc qu'on 
us grande extension, dans les villages si nombreux, 
aos. 
I de» Sipsong-panna, j'avais souvent crolse de longs 



CONCLUSION 321 



convoisde mules; charg6esdc ballots de colon, quise rcndaienl, de Xieng- 
Mai ou de Maulmein, au Yunnan, Pourquoi rindo-GIiinc frangaise 
n*aurait-elle pas eu, elle aussi, sa part dans ce commerce? 

Quant k la cire d'abeille, on en trouvait partout sur la rive gauche 
du haut Mdkhong. A T^poque de la floraison des bambous, quand Fair 
^tait embaum^ par le parfum d^licat des pollens, les abeilles butinaient de 
tout c6i6, et la r6colte, chaque annde ^tait telle, que les habitants payaient 
leurs imp6ts sous cette forme, et que les villages se disputaient la posses- 
sion des arbres k ruches. 

La soie 6tait un article plutdt rare, que les Thais Noirs s'cntendaient 
mieux que personne a obtenir. L'^poque n'etait d*aillcurs pas bien loin- 
taine ou Ton voyait encore des Birmans, avec des ^Idphants, venir en 
acheter k Dien-bien-phu. Tout r^cemment des Toung-Su dtaient revenus 
s'en procurer sur les bords du Nam-Yome. Maintenant que la plaine se 
repeuplait, peut-fitre allait-on pouvoir y proceder de nouveau a Televage 
en grand des vers k soie. 

Le sel qu'on trouvait en grande abondance, des deux cot^s de la ligne 
de partage des eaux du Nam-llou, depuis Muong Hou jusqu'au delJi des 
deux Muong La (d*ou le nom de Pa fat Sai donn^ par les Chinois a la 
contr6e) attirait beaucoup de voyageurs et demarchandssurnos frontieres. 
Dans les pays ou le commerce est peu developpe, il n'existe pas de meil- 
leur indice des courants d'dchange permanenls, que ce produit si indis- 
pensable pour tous. G'est aux moyens que possedait Deo-van-tri, de 
se procurer ^ Hanoi du sel de mer, que la Riviere Noire devait d'avoir 
conserve ce qui lui restait de vitalitc commerciale. Si la France avait pu 
obtenir de la Chine des facilites, pour lintroduclion du sel marin au 
Yunnan, le chiffre des affaires entre ce pays et le Tonkin se serait Ires 
rapidement accru, mais, sur le chapitre du sel, les Chinois demeuraient 
paratt-il, in trai tables. 

Au dcla des derniers points atteinls par le sel de mer, il fallait chercher 

dans un autre sens, la direction des courants commerciaux. Or, c'etait 

une grande chance que la Nature cut precis^ment pourvu les deux ver- 

sants de la ligne frontiere sino-laolienne, de gisements de sel, qui attiraient 

V. 41 



322 MISSION PWIE 

(les achcteurs venus sou vent de fort loin, el les metlaient en contact, pour 
le plus grand profit dcs una et des autres. 

Outre le sel, certains cantons dcs Sipsong-panna ^taient r^pul^s pour 
leurs thes. Les jardins les plus famcux elaient tr^s rapprochds dc la 
region du sel, et celle variete de produits pouvait beaucoup contribuer h 
■'accroiascmcnt dcs transactions sur nos frontifcrcs. 

II eQt ete assez ridicule de songcr u substilucr (out ii coup Hanoi on 
m^me Lai-Cliau, oomme centre du commerce du tb^, kdes points comme 
Yuen Kiang, Pou-Eurl ou Mong-tze oti ce tralic ^tait organist depuis tant 
d'anniVs.maisdes le premier jour, ilnous nvaitsembic indispensable d'ap- 
puyer sur des inler^ls conimcrciaux aussi evidcnts, les interfits politiqucs 
que nous avioiis rl«!ja dans la region. Comme tout se tierit, rouvcrturc <le 
relations commcrcialcs entrr I^i-Ciiau et {|)ang devait cntralner la 
crtJalion ct lentrctien de cbemins pralicables, I'organisation de moyent^ 
de transport r^gulicr, caravancs de mules ou de bocufs porteurs sur les 
routes dc tcrre, (lotlillc dc pirogues sur la Riviere Noire. Du coup, 
Lai'Cbau, au lieu de resler le nid d'aigles qu'il avait ct^ dans le pass^, 
devcnail pour tout le lorritoire dc la liaulc Biviere Noire, donl la posses- 
sion nous etait eiifin assor<^c, un veritable ecnirc dc vie et de ralliement, 
en m^me temps qu'une base dc ravitaillcment. 

line petite partie dc ces rcsultats se trouvaient dcja oblenus, mats il 
faut avoiicr qu'il y avail encore beaucoup ^ faire. On pouvail en toul cas, 
se iicr a Dco-van-tri, jmiir faire de Lai-(Hiau une place militaire, impo- 
sant le respect aiix pirates, dos deux cfttvs dc la frontiere, sans que nous 
eussions nous-mt^mes a nous eoinproiiietlre inutilcmcTit dans ces regions 
difliciles, luul herissces de monlagnes et de coupe-gorge.s. 

Non loin de la, l)icii-liien-|>hu, avec sa belle plaine qui convenait si 
bien a la residence des Kumpeens, pouvait d'aulanl plus facilement 
devenir Ic centre principal de ni)tro action dans la region, que. place entre 
lc8 tcrritoires tbaVs et laotiens, it elait. grAce a Lai-fjbau, h I'abri dun 
coup dc main de la part des bandes cliinoises. Pourvu de communica- 
lions directcs avec la Riviere Noire el le Nam-Hou, Dien-bicn-phu pou- 
vait enlretcnir des relations suivies avcc Hanoi et Lai-Cbau, et servir 



CONCLUSION 323 



de point de rencontre et de lieu d'echanges, aux comniergants chinois, 
laotiens et annamites. C'etait la que nos negociants du Tonkin devaient 
s'efforcer d'etablir leur marche, s'ils voulaient s'assurer des debouches, du 
cote des Sipsong-panna et du Laos. 

Trois points dans le bassin du Nam-IIou m^ritaient a mon avis unc 
attention particuliere : c'etaient M. Hou, M. Boun et M. llai, places a 
I'entree du tcrritoire laoticn, sur des routes faciies a frequenter. Le plus 
important etait assurement Muong IIou, qui, par sa position aux sources 
du Nam-IIou, a une faible distance de Sse Mao et de Pou-Eurl, devait 
etre considere comme un poste d'observation de premier ordre. 

M. Houn et M. Ilai tenaient surtout leur importance de ce fait, qu'ils 
dominaient les routes les plus directes du Yunnan vers Dien-bien-phu et 
vers Luang-Prabang. Mais dans ces deuxendroits,il suilisait d'une surveil- 
lance regulierement exerceepar les autorites laotiennes, tandis qu'un pen 
plus loin sur la frontiere, M. Luong et M. Sing exigeaient une attention 
beaucoup plus soutenue, comme lieu de transit des Siamois et des Bir- 
mans vers le Yunnan, sur la rive gauche du Mekhong. 

Si M. Sing pouvait sans inconvenient con tinner a devenir le grand 
centre d'altraction des Shans de la rive droitc, qu'il avait ete durant les 
derniercs annces, il importait que notre action s'y afTIrmat suiHsamment 
tout au moins, pour que la tranquillitc fut assuree dans toutc la region et 
que r ordre ne fut jamais trouble, sur la par tie de la rive gauche du 
Mekhong limitrophe des possessions anglaises, oil notre domination vcnait 
de s'etablir. Nous avions le plus grand inlereta nc diminucr en rienTim- 
portance du trafic sur la route de M. Pounga Xieng-Lap, puisqu'ilfaisait 
participer une bonne partic de notre rive gauche a la vie qui resultait du 
passage des caravancs et de I'arret des commer^ants a M. Sing, mais 
notre action politique dans ce chef-lieu devait surtout s'exercer, de fa^on 
a tenir en respect les elements de troubles et de desordres. 

Peut-ctre eut-il etc imprudent de se meler trop directement a ces grands 
agiles de Shans, fauteurs d'intrigues, a Tecart desquels les mandarins Chi- 
nois s'etaient si habilement places, en se bornant a surveiller de Sse Mao 
les differents muongs des Sipsong-panna. Pour surveiller Muong Sing et 



MISSION PAVIE 

re ofRcacc, aucuii eiidroit nc paraissail done mieux 
;, doiit la Itcllc plaiiic rappclait taut celle dc Dieii- 
inc scmblait-il, Ic memc hut u atleindrc, te iiieine 
r, Sans froisscr aucun interll indigene, on pouvait, 
des leiTitoirt's shan, youno ot laoticn, a'eflorrer 
i^ais, qui develajiperail et repandrail la vie aulour 
, seruit assez jxtissamnienl constituc, pour op|K>ser 
;rieuscs, aux iutriguco ou aux. menaces des pcu- 

du role cconomique que nous avions le 
!■' dans uiic partic du l>assin du Menani, nous ne 
itrer aux Sianiois I'inlt'ri^t veritable quits nous ins- 
i bieu Ic transit cbinois par la route de Bo-Tene,M. 
;, qu'ils finiraient par considerer coinme un bicnfait 
El frontierc si souvent troublec du Yunnan, aiiisi 
i-consutat de Franec i Nan. 

'me temps, qu'apres avoir fortcment assis noire 
u Mekliong, en oxigeaiit la slncte application du 
■Sen eti Xieng-Kliong, Ics Siamois ne conservas- 
: sur nos intentions. Autant pour proteger le terri- 
ig que pour conserver le controlc dc la route du 
!;alion du Mckliong, il fallait que Taction dc la 
afTiriner a Bo-keo, niais il etail completcment 
un sens hostile a nos voisiiis. N'avaienl-ils pas 
ur I'exploilatioii dc Icurs forets de tcck sur la rive 
ans le bassin du Menam? Nos Laoticns n'avaicnt- 
iterets de pecbc el dc commerce dans Ics bassins 
lok et du Me-Ing? 

khong, aTang-Ilo, Pou-Lao, Xieng-Khok, Xieng- 
n Lek, c'elait aux auloritcs locales a monter la 
uicc de nos canonnleres. Du moment que nous 
lage immcdiat de I'Angleterrc, de preference a 
L'ainpon, cc n'ctait pas pour chercher querellc & 



CONCLUSION 325 



nos voisins. Nul ne pouvail elre maintenant assez naif, en dehors des 
indigenes, pour s'imaginer que si jamais un conllit s'^ilevait entre la 
France el TAnglelerre, il dut se regler en des conlrees si lointaines. Les 
inlerets bien entendus des deux pays ne s*y opposaienl-ils pas absolu- 
ment, alors que les distances elaient si grandes, les routes si mauvaises, les 
moyens de transport si rares et si onereux el le ravitailleinenl si difficile ! 

Nous avions les meilleures raisons les uns et les autres d'e viler 
rinstallalion et Tentretien de troupes dans ces parages. Et a vrai dire, 
pour maintenir la securite dans Tinterieur du pays, il n'etait memc 
pas necessaire d'entrelenir des inilices nombreuses. Le Laotien est 
d'humeur pacifique, et a condition que le pays fut bien administre, 
le roide Luang-Prabang eslimait lui-meme qu'il ne s'y produirait jamais 
de desordres. 

' Mais sur la frontiere, que fallait-il penser des invasions de Lus dans 
la vallee du Nam-Hou, et de cette terrible equip^e des Hos de Nguyen 
Cao, donl lafamille royale avail elle-meme etc victime ? 

Je n*6tais, pour ma part, nuUement enclin aadmettre comme incon- 
testable, la bonne administration laotienne, au dedans comme au dehors, 
apres cette longue tournce sur les fronticres, ou j'avais lant de fois 
constate la faiblesse numorique des habitants, rindiflerence et la mol- 
lesse de leurs chefs, mal survcilles et mal soutenus par les mandarins du 
Senam, qui s'occupaienl beaucoup plus de leurs propres inlerets que 
des affaires de rElat. 

Une veritable plaie qui sevissait sur toutle territoire de Luang-Prabang, 
c'etaitla subordination excessive des Khas aux Laotiens, alors que ceux- 
la formaicnt de beaucoup rclement le plus important de la population. 
II n'y aurait eu que demi-mal, si partout les Laotiens avaient 6te en 
mesure d'affirmcr leur civilisation et de Timposer. Mais en combien 
d*endroils n'avais-je rencontre que des Khas, peu habitues a se con- 
duire eux-memes et par trop denues de toule idee generale, pour se 
preoccuper de ce qui se passail en dehors de leurs villages. Tel qu'il 
etait, le pays de Luang-Prabang ne paraissait done pas en mesure de 
se gouvcrner sans controle. 



326 MrSSION PAVIE 



Si la piraterie avail rcgnd sur celtc parlie dc notre fronliere chi- 
noise, nous eussions etc souvent dans Tembarras. Mais fort heureuse- 
menl, a partir do M. llou, le peril chinois n'elail en rien comparable a 
celui qui, pendant Irop d'annees, avait pese sur le Tonkin. Une ecliauf- 
fouree de Lus, do temps a autre, el parfois aussi, uii certain esprit de re- 
>olte suscile chez les Meos ct les Yaos de la montagne, par rintervention 
de quelque chef inslalle en dehors dc nos fronlieres, voila seulement ce 
qu'on pouvait redouter. 

Pour assurer Tordre parlout, jVntrevoyais surlout trois moyens. Le 
premier consistait a reorganiser le Senam de Luang-Prahang et a inspirer 
a tons ses membres le sentiment de leur responsabilile, trop longlemps 
annihile par rintervention Siamoise. Le Senam une fois reconstitue, il 
fallait lui imposer le choix de bons mandarins, pour les muongs de Tinte- 
ricur, et surtout pour ceux dc la frontierc. Enfm, autant pour assurer au 
pays tout entier, ledeveloppementeconomiquequiluietail indispensable, 
que pour attribuer a chacun, la part d*initiative a laquelleilavait droit, il 
importait de donner aux Khas une libert<5 plus grande. Autant il eutete 
imprudent et peu sage d'opposer imc race a I'autre et dc faire perdrc 
aux Laotiens la suprematie qu*ils exervaient depuis plusieurs siecles, 
autant il etait opportun dc detendre des liens de snjetion, qui n*avaient 
plus leur raison d'etre, et qui paralysaient en somme les efforts et la 
bonne volonlc d'unc population active et laborieuse. 

En face des prog res incessants des Meos, des Yaos et des Mou-Seu, 
emigres venus de Tetranger, rien ne paraissait plus legitime et plus 
avantageux que d'interesser les habitants les plus anciens du pays, a sa 
defense et a son amelioration. 

Telles etaient nos conclusions, mais il ne nous appartenait pas de les 
appliquer. Notre (ruvre elant achevec, nous ne pouvions plus que leguer 
a nos succcsscurs avec les conseils de notre experience, le souvenir de 
notre intervention qui, partout, nous pouvions le dire sans vanterie, 
avait etc accueillie avec joic el satisfaction par les populations du Haul 
Laos. 



I 



TABLE DES MATlfillES 



Pages. 

Introduction I 

Preface. . . 1 

PREMIERE MISSION 
Da M^khong a Hanoi a travers les Sipsong-Panna et les Sipsong-Cha-Thai 

23 ovril - 27 juin 1891 

Chapitre 1. — Ipang> 23 avril-lt raai 1891 13 

Chapitrk II. — Lai-Chau. 12 mai-31 mai 1891 35 

Chapitre III. — Hanoi, le"" juin - 27 juin 1891 5'* 

DEUXIftME MISSION 
Sot les frontidres du Siam, de la Chine et de la Birmanie 

3 juin 1894 - 25 mars 1895 

Chapitre I. — Luang- Prabang, 3 juin - 22 juillet 1894 73 

Chapitrk II. — Xieng-Khong, 23 juillet - 26 aoAt 1894 96 

Chapitke HI. — Tang-Ho, 27 aoul- 18 srplenibre 1894 120 

Chapitre IV. — Chez les Klias kouen, 19 septeinbre - l''"" octobre 1894 145 

(iHAPiTRE V. — Dien-bien-phu, 2-31 oclobre 1894 167 

Chapitre VI. — Chez Deovan-tri, l*"" novembre - 9 dcceinbre 1894 189 

Chapitre VII. — Le Bassin du Nam-Uou, 10-31 decembre 1894 217 

Chapitre VIII. — Muong Sing, l«'"-2l Janvier 1895 241 

Chapitre IX. — Birmanie, Chine et Tonkin, 22 Janvier- 18 fevrier 1895. . 264 

Chapitre X. — Chez les Mou-Seu, 19 ftWrier - 23 mars 1895 285 

Conclusion , 311 



CHAKTRE8. IMPRLMEKIE DURAND, RUE FULBEKT. 



viVU 



<f 



il 



WIMK ± iJ ^^'^'^