(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Flore forestiere de la Cochinchine /par L. Pierre."



FLORE FORESTIERE 



DE LA 



COCHINCHINE 



PAR 

L. PIERRE 

DIRECTEUR DU JARDIN BOTANIQUE DE SAIGON 

OUVRAGE PUBLIE 

SOUS L E S AUSPICES DU MINIS T ERE DES COLONIES 



VINGT ET UNIEME FASCICULE 



JUILLET 1895 



Mo. Bot. Garden 

1898. 



PARIS 

OCTAVE DOIN, EDITEUR 

8, PLACE DE L'ODEON, 8 



SAPINDACEES 



NEPHELIUM COCHINCHINENSE 

Xerospermum cochinchinense in herb. ; Mesonephelium cochinchinense Pierre, in her! 



Habite toute la Basse Cochinchine ct le Cambodge. [Herb. Pierre n°875.] 

Entierement glabre, sauf les jeunes pousses et Finflorescence. Folioles disposees en trois, le plus souvent en 
deux paires, ellliptiques chez les inferieures, oblongues chez les superieures, aigues ou subobtuses a la base, 
attenuees et obtuses au sommet, ondulees, assez minces et coriaces, glabres et a peine glauques, munies de dix a 
onze paires de petites cotes, reliees par des nervures transversales tortueuses et des veines reticulees tres accusees 
sur les deux faces. Cuticule superieure rectiligne epaisse. Epiderme a cellules aussi longues que larges. Palis- 
sades en deux rangees, la seconde plus courte que la premiere et Fensemble occupant un espace egal a celui du 
mesophyll§ inferieur forme de trois rangees de grosses cellules. Epiderme inferieur onduleux et papilleux. 
Caracteristique hemispherique a courbe superieure rectiligne et inferieure formee de six arcs tres accentues. 
Centrostele entierement parenchymateuse. Cristaux prismatiques. Grappes remittees, roses et velues, a peu pres 
de la longueur du rachis. Sepales bientot valvaires lanceoles, au nombre de 5-7. Petales en cuilleron au nombre 
de un a trois, velus. Etamines a longs filets velus et a antheres pubescentes. Ovaire velu, a styles courts. Fruit 
lobe ou non, obove, glabrescent, recouvert de tubercules lineaires peu eleves ou ras. Arille complete adhe- 
rente au tegument. Cotyledons inegaux et superposes, Finferieur, le plus long, obconique. 

Arbre de 15 a 20 metres. Rameaux epais de 3 mm. roux pubescents dans lejeune age. Petiole commun long de 6 a 12 cent. P6tiolule long de 
1 cent. Limbe long de 7 cent, sur 5 cent, chez les folioles inferieures, long de 11 a 15 cent, chez les sup6rieures et large de 5 1/2 cent, a peine, 
plus pale en dessous qu'en dessus. Je rattache avec doute a cette espece des 6ch. d'un jeune arbre, a feuilles beaucoup plus longues 
munies de 7 paires de folioles lineaires oblongues, connu sous le nom annamite de vai a Phu-Quoc. L'intlorescence est longue de 10 a 
22 cent. Ses ramifications inferieures sont longues de 3 a 6 cent. Les p6dicelles sont longs d'un et demi mm., tres velus comme le calice. 
Les s6pales en deux series imbriqu^s dans la jeune fleur deviennent valvaires. Tres variables en nombre, ils ont 1 mm. de longueur. Les 
petales egalement tres variables en nombre n'ont pas plus d'un quart ou d'un demi mm. de longueur. Ils sont longuement pedicules et le limbe 
est presque circulaire. Les filets des etamines sont glabres a leur sommet ; les antheres sont elliptiques. Leur nombre est de huit a dix. Le 
disque est r6gulier, glabre, tres peu eleve" et crene\ L'ovaire est forme" de deux carpelles, libres par leurs styles et trfcs courts. L'ovule est presque 
atrope. Le fruit est long de 2 a 2 1/2 ceat., large de 13 a 16 mm. Son p6ricarpe chartace, un peu rugueux en dehors, est rouge. 
Son endocarpe est mince et brillant. L'arille, ainsi qu'il a ete dit, adhere plus ou moins fortement au tegument externe. Celui-ci est assez 6pais 
et est double en dedans d'un autre plus mince. Les cotyledons amyligeres sont fortement inegaux, le superieur obliquement applique" 
sur l'inferieur est plus petit. L'autre, attenue et subaigu en bas, est tronque en haut. La radicule orbiculaire et marginale est laterale, plus voisine 
du sommet de l'embryon que de sa base. 

Si Ton considere que les fleurs sont imbriquees dans le jeune age, que les cotyledons sont obliquement super- 
poses et que l'arille mince adhere au tegument externe, on comprend que cette plante puisse etre rapportee au 
genre Xerospermum. Mais nous verrons tout a Fheure que dans ce genre, la centrostele est ornee de faisceaux 
libero-ligneux exactement orientes comme chez YEuphoria, tandis que nous n'en trouvons par trace ici. Si on 
se rappelle d'autre part que Tembryon du Nephelium lappaceum L., type du genre, est un peu oblique et 
la radicule entierement supere tandis que chez le Xerospermum elle est dorsale et pres de la base, il y a plus 
de rapports entre le Nephelium cochinchinense et le N. lappaceum qu'avec les Xerospermum. L'absence 
complete de faisceaux libero-ligneux dans la centrostele de cette espece de meme que chez les N. bassacense 
et eriopetalum, et aussi cette conformation de Tembryon, m'ont fait creer pour le iV. cochinchinense une section 
ainsi definie : 

Mesonephelium. Centrostele privee de faisceaux libero-ligneux. Cotyledons superposes et radicule laterale 
non supere. 

Je ne pense pas en effet qu'on puisse sur un seul caractere, a savoir les cotyledons superposes et la radicule 
laterale presque supere, creer un genre suffisamment distinct du Nephelium. La presence de faisceaux libero-ligneux 
chezleiV. lappaceum L., dans la centrostele, indiquerait une section speciale et leur absence chez les N. bassacense 
et eriopetalum une autre. Cependant chez ces dernieres especes, Fembryon se comporte autrement que chez le 
N. lappaceum sans pourtant devier beaucoup, puisque toutes trois ont la radicule supere. Si Fon considere que 
le Litchi chinensis n'offre de reelle difference que sa radicule infere et ses meristeles privees de faisceaux 
libero-ligneux, on concoit qu'on en ait fait un Nephelium. Neanmoins la direction transversale oblongue de sa 
meristele et son arille libre d'adherence avec le tegument sont d'autres raisons pourtenir le L^c/w independant du 
Nephelium. De plus, tous les Nephelium etudies ont la meristele hemispherique, les uns pourvus, les autres non 
pourvus de faisceaux libero-ligneux dans le parenchyme central des meristeles. 



XEROSPERMUM MACROPHYLLUM 

Annam : tru' o' ng 

Habite la province de Tpong au Cambodge. [Herb. Pierre n° 876.] 

Rameaux et feuilles glabres. Folioles au nombre de 1 a 4, opposees, assez longuement petiolulees, aigues et 



un peu asymetriques a la base, acuminees et obtuses, legerement coriaces, munies de 8-10 paires de petites 
cotes distantes plus elevees en dessous qu'en dessus, reliees par une nervation reticulee proeminente sur les deux 
faces. Grappes solitaires ou fasciculees, les unes courtes, les autres aussi longues que les feuilles. Sepales 4 
puberulents et cilies. Petales longuement pedicules, oboves, aussi longs que les sepales interieurs, glabres mais a 
bords ornes de tres longs poils greles, ondules et roussatres. Disque glabre. Ovaire tomenteux et tuberculeux. 
Fruit ovoide, jaunatre, revetu de tubercules oblongs peu eleves mais rugueux. 

Arbre de 15 a 20 metres. Rameaux ultimes epais de 3 mm., glabres noiratres. Petiole commun long de 3 1/2 a 9 1/2 cent. Petiolule 
long de 8-10 mm., epais de 2 mm. glabre. Les folioles le plus souvent au nombre de quatre sont tres inegales en dimension sur les memes 
rameaux; les plus petites, longues de 5 all cent., larges de 2 a 3 cent., lineaires oblongues; les plus grandes longues de 20-26 cent, sur 
9 a 10 cent, toutes tres longuement acuminees et entierement glabres. Les grappes ont de 8 a 40 cent., solitaires ou au nombre de 3-4, avec des 
ramifications basilaires longues de 3-4 cent. Les fleurs sont courtement pedicellees, soit subsessiles, soit a pedicelles longs de 1-2 mm. Les sepales ont 
de2 a 2 1/2 mm. et sont legerement pubescents, arrondis. Les petales pedicules ont 2 1/2 mm. de longueur et sauf les longs cils dubord du limbe 
sont entierement glabres. Les cils sont tres tenus et ferrugineux comme chez le X. microcarpum. Les elamines a filets aplatis et velus sont presque 
deux fois plus courtes que les carpelles. Le disque est glabre et regulier. Les deux carpelles oboves, tuberculeux et velus sont unis par le meme 
style pubescent, un peu plus long qu'eux et ires courtement bilobe au sommet. L'ovule anatrope est situe un peu au-dessus de la base dans chaque 
carpelle et possede deux teguments. Le fruit a 25-30 mm. sur 18-20 mm. Le pericarpe et les teguments sont, sauf la dimension, ceux du 
X. microcarpum, mais il y a une difference dans l'embryon. En effet on ne voit pas sur le cotyledon inferieur de fossette dorsale. 

La caracteristique de cette espece est hemispherique, ondulee en haut et a courbe inferieure formee de cinq arcs unis par leurs extremites. 
La centrostele se presente dans cette region avec 3-4 faisceaux distants disposes en arc avec liber et pericycle fibreux inferieur et bois superieur. 
Plus haut ces faisceaux sont unis en une bande continue a peine concave en haut. Le limbe possede parfois un tres mince hypoderme, moins 
epais que l'epiderme, et deux rangees depalissades plus courtes trois fois au moins que le mesophylle inferieur. 

Du X. Noronhianum Bl. [Rumphia III 100] cette plante parait differer par ses feuilles adultes plus grandes 
et plus longuement acuminees, par ses sepales cilies, par ses petales a pedicule aussi long que le limbe et par 
le cotyledon inferieur plus court que le superieur. Du X. glabralum, elle differe par le nombre des parties de 
la fleur. Je n'ai vu aucune description des especes suivantes mentionnce par M. Radlkofer : X. lanceolatum, 
X. acuminatum , X. muricatum et X. Icevigatum. Du X. glabrum dont il sera question plus loin, elle se 
distingue par des feuilles plus grandes et plus larges, un petiole commun plus court et plus epais, des petales 
longuement pedicules et non cuneifomes, par des sepales puberulents. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 321 

A. Rameaux florifere et fructifere du Nephelium cochinchinense (Xerospermum). 

1. Fleurs a l'etat jeune et adulte. 

2. Calice a 5-7 sepales. 

3. Petales a l'etat jeune (a) et adulte (b). 
4-5. Androcee et antheres. 

6-7. Disque et carpelles entiers et ouverts. 

8-9. Fruits jeunes, Fun entier et l'autre dechire montrant la jeune graine en position. 
10-11. Fruit adulte dechire montrant la graine en position et libre sur les faces dorsale et ventrale. 
12-13. Embryon. 

14. Fruits en coupe longitudinale. 

B. Rameau fructifere du X. macrophyllum Pierre. 

1-2. Fruits, fun entier et l'autre dechire montrant la graine en position. 

3. Tegument de la graine dechire montrant l'embryon en position. 

4. Embryon avec les cotyledons isoles. 



PI. 321 




£yngP> wij isi/ u^y 41 



«?#© 



:,:v., 



Ed.OberlinlitL 



A.^XERpSPEPyMUM COCHINCHINENSE . 
B_. , MACPOPHYLLUM . 



SAPINDACfcES 



XEROSPERMUM GLABRUM 

X. Glabratum. Pierre, in. herb. 



Ilabite la region d'AUopeu sur la rive gauche du Mekong. [Coll. Docteur Harmand. Herb. Pierre w° 3688.] 
Folioles oblongues ou lineaires-oblongues, au nombre de 2 a 4, lanceolees et aigues aux deux extre- 
mites, assez longuement acuminees, coriaces, glabres, munies de 10 paires de petiies cotes bien dis- 
tinctes, tres fines de meme que les veines reticulees sur les deux faces. Grappes a ramifications courtes, 
fasciculees et glabres. Fleurs tetrameres. Sepales oboves, nerves, cilies ; les exterieurs plus petits que 
les petales, glabres en dehors, tres veins en dedans. Filets inegaux et velus. Fruit jeune oblong. 

Arbre del 5 metres. Petiole commun long de a 10 cent. ; petiolule long de 6 mm. Limbelongde 8 a 16 cent., large de 2 a 5 cent.; brillant en 
dessus et enlierement glabre. Grappes longues de 7-8 cent. Sepales decusses, les exterieurs longs de t 1/2 mm., les interieurs de 2 1/4 mm. Les 
petales oboves tres attenucs, concaves, sont aussi an nombre de 4, longs de 2 \ /2 mm. et a peine plus longs que les sepales. Les poils qui les recouvrent 
sont Irfes longs, ondules, aplatis et ponctues. Les etamines de longueur inegale ont des filets charnus et courts. Le disque est in6gal, c'est-a-dire 
plus eleve d'un cote que de 1'autre et glabre. Les deux carpelles inegaux, velus, sont unis par un style tres court a stigmate obtus ou conique. 

Les rapports de cette espece, quant a la forme de la meristele, hemispherique a la caracteristique, sont 
plus voisins du X. macrophyllum que du X. microcarpum, avec cette difference que sa courbe supe- 
rieure est legerement concave et bien moins irreguliere a la courbe inferieure. Dans le centre de la meristele 
on comple six faisceaux libero-ligneux a courbe superieure bombee et disposes en arc de cerclc a concavite 
superieure. Ces faisceaux sont bien espaces, ce qui n'arrive pas chez le X. macrophyllum. Le limbe est aussi plus 
mince que chez cette espece et plus epais que chez YX. microcarpum. II est privc d'hypoderme et ses palissades 
beaucoup plus longues que larges, disposees en une seule rangee, sont plus courtes que le mesophyllc inferieur. 
Les cristaux y sont tres rares. 



ARFEUILLEA gen nov. 

FJeurs inconnues. Grappes fructiferes disposes en panicule terminale. Capsule triloculaire a cloisons completes. 
Graines subcollateralespisiformes, entourees a la base d'une arille d'origine funiculaire et tres petite. Tegument 
double, Texterieur epais et crustace, Tinterieur mince et coriace. Embryon depourvu d'albumen a longue tigelle 
infere et a cotyledons spirales. 

Habite le Siam dans la province de Petchapury [Herb. Pierre 4.124] et le Cambodge [Harmand, n°406]. 

A. ai^borescens. Rameaux, feuilles et inflorescence pubescents. Feuilles imparipennees a folioles petiolulees, au 
nombre de 6-8,, alternes ou opposees, Timpaire toujours subulee, les autres o vales ou obovees, arrondies, subaigues 
et asymetriques a la base, terminees par une pointe courte, large et obtuse, les plus petites situees au bas du 
rachis, entieres, coriaces, pubescentes sur les deux faces sur la nervation principaie et munies de 6 a 
7 petites cotes, de meme que les veines, elevees sur les deux faces. Panicules a rameaux courts. Capsules 
suborbiculaires,, vesiculates, nervees et glabres. Graines velues. 

Arbre de 2 a 10 mMres, a rameaux elanc«5s. Feuilles longues de 7 a 15 cent. Petiole commun long de 2 a 9 cent., anguleux et pubescent. Folioles 
longues de 2 cent, chez les paires inferieures et de 7 cent, et plus chez les plus grandes. Petiolule long de 2 a 6 mm. Grappe longue de 1 5 cent, sur 
14 cent, environ, a l'etat fructifere pourvue de rameaux longs de 2 a 3 cent. Capsule longue de 4-5 cent. Graine longue de 6 mm/ 

Les echantillons de YArfeuillea arborescens ont ete distribues sous le nom de Koalreuteria arborescens Pierre. 
Ce petit arbre n'cst encore connu que par ses fruits. Je l'ai rencontre en 1858 une premiere fois, pres du 
Song phee nong, la riviere qui passe a Petchapury, ville de la province s % iamoise de ce nom ; puis en 1870, 
dans la province cambodgienne de Pusath. En 1877, il a ete retrouve parle docteur Harmand dans la region 
de Bassac. Sans nier le rapport intime de cette espece avec les Koelreuleria connus, en l'absence de fleurs, 
j'ai du tenir compte des differences suivantes. Ses feuilles sont simplement pennees, tandis qu'elles sont bipennees 
en partie chez le K. paniculata Laxm et tout a fail bipennees chez le K. bipennata Franch. Ses folioles sont entieres. 
Son fruit est completement triloculaire tandis que chez le Koelreuteria il est uniloculaire au-dessus de ^insertion 
des graines. Ses graines sont velues, mais ont d'ailleurs la meme organisation que dans le genre Koelreuteria. 
L'Arfeuillea, a moins de differences essentielles dans la fleur, ne sera done qu'une section du Koelreuteria. 
Quoi qu'il en soit, le cylindre central de son jeune bois envoie trois faisceaux libero-ligneux dans le petiole 
commun. On observe dans sa moelle et dans son ecorce contre les faisceaux petiolaires des amas de cellules 
sclereuses. Ses stomates sont oblongues lineaires. Ses poils sont disposes en bouquets presque sessiles. Dans son 
limbe, Tepiderme qui le partage ci et la en deux rangees de cellules, 3 fois plus grosses que celles de Tepiderme 
inferieur, est recouvert d'une mince cuticule. Le mesophylle inferieur reduit a 2-4 rangees de cellules est 4 fois 
au moins plus mince que le superieur forme de 2 longues rangees de palissades. Les cristaux sont prismatiques 
et confines au voisinage de la gaine des meristeles. Celles-ci, hemispheriques ou un peu plus larges que longues, 
aplaties en haut, convexes en bas, sont privees de faisceaux libero-ligneux dans leur partie centrale ou parenchy- 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 322 

A. Rameaux florifere et fructifere du Xerospermum glabrum (X. glabratum). 

1. Boutons. 

2. Sepales. 

3-4. Pelales en position et isole^s. Poils de ces petales. 
5-0. Androc6e en position et examines isolees. 
7-10. Carpelles avec ou sans les sepales etledisque et en coupe longitudinale et transversale. 
11-12. Carpelles plus avances et sepales adultes. 

13. Les memes d6chir6s montrant les ovules noues. 

B. Rameaux de l'Arfeuillea arborescens (Kcelreuteria arborescens). 

1. Fruit. 

2. Le meme dont les valves sont separees. 
3-5. Graines et arille funiculaire. 

6-7. Graines, Tune (6) dechir^e et Faulre (7) en coupe longitudinale. 



E..322 




E.Delpydel. 



Ed.Olierlin.lith. 



A XEI\0SPERMUM GLABRfEUM. 

B ARFEUILLEA ARBORESCEHS . 



SAPINDACEES 



PEDICELLIA LOUREIRI 



Habitc les sommites montagneuses de la province de Tpong. [Herb. Pierre n° 620.] 

Petiole commun anguleux. Folioles au nombre de six assez longuement petiolulees, alternes ou subopposees, 
oblon^ues on elliptiques oblongues, attenuees et aigues a la base, courtement acuminees et obtuses au sommet, 
coriaces et brillantes, munies au moins de onze paires de petites cotes deliees mais bien distinctes sur les deux 
faces de meme que les veines reticulees ou subareolees. Grappes plus longues que les feuilles assez longuement 
ramifiees.a leur base, pubescentes. Calice velu a cinq lobes subaigus. Petales 2-3 ovales acumines plus courts 
que le calice, velus a F extreme base et pourvus de deux squames tres courles et velues. Disque hemispherique 
velu. Filets velus 3 fois plus longs que le calice. Ovaire stipite pubescent surmonte de trois lobes sligmatiques 
reflechis. Fruit obove, stipite, glabre, a peine trilobe, monosperme. Graine globuleuse recouverte d'une arille 
complete et jaunatre. Cotyledons inegaux, charnus, le plus grand recouvrant un peu l'autre. Radicule non 
proeminente. 

Petit arbre de2a6 metres. Petiole commun long de 6 a 10 cent. Fololes longues de 8 a 12 cent, sur 2a 3 1/2 cent., portees par un peliolulelong 
de 8 a 10 mm. Grappes longues de 15 a 20 cent. Les ramifications inferieures ont 6-8 cent, etles superieures sontpresque nulles ou trescourtes. Les 
pedicelles articulees au-dessous du milieu ont 2 1/2 mm. de longueur. Les lobes du calice ont 1 mm.et sont unpeu plus longs que le tube. 
Les p6tales pMicules ont 1/2-3/4 mm. delongueur et tombent de bonne heure. Les squames sont naines et obtuses. Le disque est tronque, entier 
et egal. Les etamines sont longues de3-4mm. Les antheres emargin^es sont ovales. L'ovaire a un pied deux fois plus court que lui etcontient 31oges 
uniovulees. L'ovule presque atrope est entoure a sa base d'une projection placentaire en forme d'urne. Le fruit porte par un pedicelle long 
de 3 mm., est long de 12 mm. sur 9 mm. de diametre. II contient trois loges, mais deux de celles-ci sont rejet^es laleralemenl et sont steriles. 
II est locudicide, l'exocarpe mince est un peu charnu et l'endocarpe plus mince est crustace, blanchatre et brillant. Les deux ovules des 
loges avortees se retrouvent toujours vers la base d'inserlion de la graine, contre la cloison lamellaire de celle-ci. L'arille est de nature 
membraneuse. Le tegument est plus epais que Tarille, un peu rougeatre, de la consistance du papier et nullement dur. Les cotyledons 
globuleux quant a la masse, ont une commissure arqu6e, le plus grand supportant en bas et emboitant en haut quelque peu le plus petit. 
La radicule supere est exactement opposee au hile. Elle est adnee et non allongee comme chez le Mischocarpus pentapetalus Radl [Schlei- 
chera Roxb. ; Cupania W. et. Am.] qui est un Pedicellia. 

Je pense que le Mischocarpus Bl. n'est pas autre chose que le Pedicellia Lour. [Fl. coch. 635] et le 
nom indigene truong truong s'applique a ce genre et a d'autres de cette famille. Le Pedicellia opposi- 
tifolia qu'il faut lire opposit if olio lata pourr ait etre la plante du Tonkin [Balansa n os 3699 et 3700] ou le P. sun- 
daica, ou les feuilles sont souvent oppos6es et ou les petales manquent. Mais les echantillons de Balansa que 
je nomme Pedicellia tonkinensis [n° 3700] ont de 6-3 folioles oblongues longuement acuminees, brillantes, 
munies de 12 paires de petites cotes souvent glanduleuses a leur base, des grappes a ramifications tres courtes, 
ou spiciformes; les sepales (1 4/4 mm.) a peine pubescents, charnus,, ovales lanceoles; le disque glabre et a 
peine plus court que le seul petale rarement present dans les ileurs hermaphrodites ; les styles fendus jusqu'a 
la base et Fovaire presque entierement glabre et longuement stipite. 

Le P. Loureiri differe du P. tonkinensis non seulement par les feuilles et les caracteres de la fleur, mais 
encore par les caracteres anatomiques. En effet Tepiderme se presente beaucoup plus epais chez le P. Ton- 
kinensis et le mesophylle inferieur est plus large que le superieur ou les palissades n'ont qu'une seule 
rangee de cellules tres larges. Ces palissades sont au nombre de deux rangees et oblongues, beaucoup plus 
longues que larges chez le P. Loureiri dont le mesophylle inferieur est plus mince que le superieur. Les 
massifs fibreux des faisceaux libero-ligneux sont plus denses et s'etendent davantage contre Tun et Tautre 
epiderme chez le P. Tonkinensis. Autre caractere bien evident, la caracteristique du P. Loureiri est surmontee 
d'une protuberance bien accentuee et celle-ci est presque nulle chez le P. Tonkinensis, Le liber superieur, dans 
cette meme region, forme un arc presque regulier chez le P. Loureiri et tres ondule ou echancre chez le P. Ton- 
kinensis. La forme generale de la caracteristique est d'ailleurs la meme chez les deux especes, c'est-a-dire 
subhemispherique avec les courbes laterales et inferieure formees d'arcs tres concaves, disposition particuliere a 
tous les Pedicellia, cependant beaucoup moins accentuee chez le P. grandis. Dans toutes les especes de ce genre, 
les stomates sont elliptiques et les cristaux prismatiques. 



PEDICELLIA SUNDAICA 

Mischocarpus simdaicus Blume\ Cupania Lessertiana Camb. Mem. Mus. Par. XV11I 46, t. 3; W. P.Hiern in Hook. fl. Brit. bid. I. 678. 

Habite toutes les parties de Flndo-Chine. [Herb. Pierre n oi 22 et 215.] 

Folioles au nombre de 2-6, oblongues aigues a la base, attenuees, obtuses et emarginees au sommet, glabrcs 
coriaces, munies de douze petites cotes arquees loin du bord, elevees en dessous. Grappes rarement plus longues 
que les feuilles ramifiees a la base, spiciformes en haut. Sepales deltoides pubescents en dehors. Disque glabre. 
Etamines glabres. Ovaire tomenteux. Capsule pedicellee contenant 1 a 2 graines. Cotyledons superposes a radicule 
dorsale descendante et longue. 



Arbre de 1 a 4 metres. Petiole commun long de 4 a 8 cent. P^tiolule long de 7 mm. canalicule. Folioles longues de 7 a 16 cent., larges de 
3 a 6 cent., luisantes, a nervation tertiaire tres distinctement areolee sur les deux faces. Grappes longues de 8 a 14 cent, puberulentes. 
Pedicules longs de 1 a 2 mm. articules a la base. Calice a 5 lobes valvaires, glabres en dedans. Aucune trace de petales. Etamines au nombre 
de 8, longues de 2-3 mm., a antheres elliptiques et a filets longs et greles tout a fait glabres. Le disque qui entoure ces dernieres est cupulaire r 
charnu et glabre. L'ovaire est surmonte d'un style court se partageant en trois branches refiechies correspondant a autant de loges uniovulees, 
La capsule, longue de II mm. sur 17-4 mm., a un pedicule long de 3 mm. et est courounee par les trois lobes stigmatiques reflechis, 
L'organisation du fruit est celle de l'espece prec^dente. Le tegument couleur cinnamomum, est coriace, recouvert par une arille complete 
Les cotyledons exactement superposes et subegaux different en ce que le superieur emet dorsalement un prolongement radiculaire presque aussi 
long que Finferieur. 

La seule difference, on le voit, entre cette graine et celle du P. Loureiri est dans la position des cotyledons 
qui, au lieu d'etre dresses, sont superposees. Chez le P. fuscesceus, on retrouve la longue radicule du P. sundcuca 
mais les cotyledons sont dresses comme chez le P. Loureiri. Autre trait de ressemblance avec le P. fuscesceus, 
on observe la courbe superieure des meristeles particulierement dans la cote, terminee au centre en un dome 
aussi eleve que les sommets lateraux de la courbe. Chez les deux especes le limbe est revetu d'une mince cuticule 
et les palissades ne possedent qu'une seule rangee, mais a cellules plus larges chez le P. sundcuca que que chez 
le P. fuscesceus. Un autre trait qui permettra de les distinguer, c'est que le centre parenchymateux des meri- 
steles est beaucoup plus etroit chez le P. sundcuca et est borde d'une ceinture fibreuse. Chez le P. sumatrana la 
cote en haut est aussi proeminente, mais plus courte, plus aigue. La courbe superieure des meristeles dans cette 
espece est d'ailleurs ouverte sur les cotes et rectiligne et la moelle tres large. Dans le limbe, aussi bien que chez 
le P. Loureiri, le mesophylle inferieur est plus ou moins large que le superieur, pourtant forme de deux rangees 
de palissades, eelles-ci d'ailleurs plus longues que larges. 

Je ne connais pas Tutilite du bois de ces deux especes. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLAiNCHE 323 

A. Rameaux florifere et fructifere du P. Loureiri. 
1 . Fleurs jeune et adulte. 

2-3. Scales et poils. 

4. Disque et androc6e. 

6. Etamines et pollen. 

7. Petales. 

8-9. Ovaire avec ou sans le disque. 

10. Coupe longitudinale du meme. 

11. Le meme plus avance avec une loge ouverte. 

12. Fruits jeune et adulte. 

13. Le meme ouvert en face des deux loges avortees. 

14. Graines, l'arille et le tegument enleves, montrant la commissure ventrale et dorsale des cotyledons. 

B. Rameaux florifere et fructifere du P. sundaica. 

1. Fleurs a differents ages. 

2. Sepales. 

3-6. Disque, androcSe et etamines. 

7-9. Ovaire avec ou sans le disque en coupe longitudinale ou entier. 
10-M. Ovaires beaucoup plus ages avec loges ouvertes. 

12. Fruit dechire montant 3 loges, l'une de face avortee et son ovule, les deux autres avec graines entourees de larille et tegument ou sans 
ces enveloppes. 
14-16. Graine et embryon en position et mis a nu. 



P1.323 




It 



E.Delpydel. 



Ed. "be rim lit 



A PEDICELLIA LOUREIPJ 

B : , SUNDAICA 



SAPINDACEES 



PEDICELLIA GRANDIS 



Habitc la province de Bien hoa pres de Baochiang. [Herb. Pierre w°i800.] 

Foliolcs au nombre de 6, petiolulees, oblongues lanceolees, aigues a la base, obtuses au somraet, coriaces, a 
peine brillantes en dessus, glabres, munies de i4a 24petites c6tes tres fines elevees sur les deux faces de meme 
que la nervation tertiaire areolee. Grappes fasciculees et ramifiees plus courtes que les feuilles, velues. Petales 
lanccoles plus courts que les sepales. Squames velues bilobees. Disque, filets et ovaire hispides. Fruit inconnu. 

Arbre de 15 a 20 metres. Petiole commun long de 10 a 20 cent. Petiolule long de 5 mm. Folioles longues de 12 a 30 cent., larges de 2 1 /2 a 
7 cent. Grappes longues de 8 a 25 cent. Pedicules articul^s aussi longs que la fleur. Calice hispide a 5 lobes valvaires ou subimbriques, ovales- 
lanceoles, longs d'un 1/2 mm. Petales tres petits, longs de un cinquieme de mm., pedicules, munis de quelques rares poils lineaires dorsalement. 
Squames bilobees, glabres, excepte au sommet. Etamines au nombre de huit, a filets courts et a antheres elliptiques, emarginees et pubescentes, 
entourees par un disque entier hispide et deux fois plus court. Ovaire sterile? a styles presque mils. 

Cette espece parait differer du P. pentapetala [Mischocarpus pentapetalus Badl ; Cupania W. et A.] par des 
feuilles plus grandes pourvues de moins de folioles ; par des petales en partie pubescents, des squames hispides 
au sommet, mais s'en rapproche, d'apres la description de Hiern, sous tous les autres rapports. Elle se dis- 
tingue bien anatomiquement des Pedicellia, dont nous venons de parler, par ses meristeles tres elargies a la 
courbe inferieure et pourvues d'arcs beaucoup moins accentues; par sa moelle large, sa courbe superieure 
tronquee et Fetat presque plan de sa cote. Elle differe tres peu par son limbe des autres especes. Son meso- 
phyllc inferieur possede trois rangees de grosses cellules dont Fensemble est a peine plus grand que le supe- 
rieur qui possede deux rangees de palissades a cellules lineaires. Sa cuticule est mince et son epiderme peu 
developpe. 

Les indigenes appellent Letchi souvage cette plante, parce que sa graine et ses feuilles donnent Fidee du Letchi 
sinensis. Son bois est coriace, jaune rougeatre et s'emploic pour balanciers et pour brancards de voitures. 



GUIOA PLEUROPTERIS 

Badl. Ueber Cupania, p. b. 11; — Cupania pleuropteris var. apiculata Hiern. Fl. Brit. bid. 1. 677. 

Espece tres commune dans toutes les parties de la Cochinchine, principalement dans les iles et les lieux 
maritimes. [Herb. Pierre rc°396.] 

Rachis termine par une pointe subulee, plus ou moins dilat6 ou aile vers le haut. Folioles au nombre de 2 a 
6 paires, le plus souvent de3 paires, alternes ouopposees, presque sessiles, les inferieures ovales ou elliptiques, 
les superieures obovees ou oblongues, acuminees, plus ou moins attenuecs et asymetriqucs a la base, pubes- 
centes surtout en dessous et la glauques, munies de 4 a 8 paires de petites cotes quelqucfois legerement 
excavees a leur base. Grappes courtement ramifiees, plus courtes que les feuilles, a fleurs polygames a peine 
pedicellees. Sepales velus en dehors et cilies. P6tales pedicules oboves et cilies munis de 2 squames libres en 
haut, reflechies et velues. Filets tres velus. Disque ineomplet crene glabre. Ovaire velu. Fruit capsulairea31oges, 
obcorde. 

Petit arbre de 3-i metres. Rachis longde 3 a 14 cent. Folioles inferieures longues de 3-4 cent., les superieures de 15 a 18 cent. Grappes longues 
de 2 a 8 cent., pubescentes. Sepales longs de 2 1/2 mm. sur 1 3/4 mm. Petales au nombre de cinq comme les sepales et alternes a ceux-ci, longs 
de 1 3/4 mm. Les squames sont obovees, connees aux bordsinterieurs des petales ou entierement libres et tres att^nuees au sommet, de la moiti6 
de la longueur des petales. Les examines toujours longues dans le sexe male sont glabres vers le haut, 4 fois plus longues que le disque, plus courtes 
quel' ovaire dans la fleur femelle. L'ovaire est termine par un style presque tronque trigone, plus court que lui. L'ovule solitaire par loge est situ6 un 
peu au-dessus de la base ascendant avec le micropyle presque infere et exterieur. Le fruit port6 par un pedicule long de 4-5 mm., trigone, est long 
de 12 a 15 mm. La graine est entouree d'une arille complete, mince, jaunatre et a Fextremite du funicule on voit aussi contre l'arille, deux 
appendices de meme nature, sous forme de lanieres. Le tegument noir, vernisse, est subcrustace en dehors, plus mince et pale en dedans. La graine 
est formee de deux cotyledons charnus superposes, l'un emboitant l'autre et tous deux relics lateralement par une radicule a direction infere. 

A part comme bois de chauffage, je ne connais pas Futilite de ce petit arbre. Comme chez le Guioa diplo- 
petala, le limbe revetu d'une mince cuticule rectiligne, ne contient qu'une seule rangee de cellules epidermiques, 
mais ici plus larges que longues. Les palissades forment une seule rangee. Elles sont formees de cellules 7 fois 
plus longues que larges et sont un peu plus courtes que le mesophylle inferieur dont les cellules forment 
3 rangees. Son epiderme inferieur est legerement ondule et orne de poils simples. (Test dans ce mesophylle 
inferieur que Fon observe le plus les poches secretrices, plus rares et plus espacees aux deux epidermes. Les 
coupes du petiole, a mesure que Fon descend vers sa base, demontrent une cote, surtout en dessous, tres 
ondulee et sinueuse. Elle est tres mamelonnee a la face superieure, mais sauf ce mamelon, elle se pr^sente sans 
angles. Dans la region basse de ce petiole et meme vers la naissance du limbe, les faisceaux qui forment la 
m6ristele sont tres distincts. lis se fusionnent enfin dans la region du limbe, quoique restant ouverts sur les cdt6s. 
Cest ce qui a lieu a la caracteristique, particulierement, qui presente une meristele a peu pres ovale, mais avec 
une echancrure a la courbe inferieure, et un dos d'ane tres prononce en haut. L'ecorce dans ces regions 



contient beaucoup de reservoirs secreteurs, pourtant beaucoup moins qu'en bas. Ces reservoirs ou poches 
secretrices manquent ou paraissent manquer dans le tissu parenchymateux de la meristele. Le limbe dans la 
cdte est recouvert sur Tune et Fautre face de poils simples. Les eristaux sont de forme prismatique. Le 
contenu des glandes est presque blanc. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 32i 

A. Rameau florifere du PediceUla grandis. 

1-2. Boutons et fleurs epanouies et sepales isol6s. 
3-4. P6tales en position et isol6s, vus sur les deux faces. 

5. Etamines isol^es. 

6. Ovaire d'une fleur male. 

B. Rameaux florifere et fructifere du Guioa pleuropteris Radl. 

1. Boutons et fleurs Epanouies des deux sexes. 

2. Sepales, les plus larges situ6s le plus en dehors. 
3-4. Petales en position et isoles et squames. 

5. Etamines. 

6. Ovaire d'une fleur male. 

7. Le meme d'une fleur femelle en coupe longitudinale. 
8-9. Fruits ouverts et graines en position. 

10. Graine isol6e entouree de l'arille. 

11. La meme d6chir£e montrant l'embryon en position. 

12. Embryons isol6s a coty!6dons rapproches ou ecartes. 



PL 3 24. 




E.Delpj del 



Ed.OTDerlinlith. 



A PEDICELLIA GRAND I S . 

B CrUIOA PLEURpPTE^IS.R^dl. 



SAPINDACEES 



ZOLLINGERIA DONGNAIENSIS 

Pierre in Soc. Linn. Par. [A. 1886] p. 633. 
Annam : cue moc. 



Habite la province de Bien hoa, presde la montagne Lu. [Herb. Pierre n° 4.120. ] 

Jeunes rameaux, face inferieure des folioles et inflorescence, gris, puberulents ou velus. Rachis presque rond ou 
un peu anguleux. Foliolesau nombre de 6 a 10, courtement petiolulees, elliptiques, attenuees et asymetriques a la 
base, arrondies et souvent emarginees au sommet, sauf la cote, glabres endessus, pubescentes ou velues en dessous; 
les superieures les plus longues et munies de 8pairesde petites c6tes excavees et tomenteuses aleurbase. Grappes 
ramifiees plus courtes que les feuilles a fleurs polygames assez longuement pedicellees. Sepales inegaux, cilies. 
Petales inegaux, pedicules, velus sur les bords vers la base et depourvus de squames. Disque complet peu eleve 
et glabre. Etamines 7-9 a filets barbus. Antheres elliptiques. Ovaire 3 gone et triloculaire, glabre. Capsule mono- 
sperme obcordee et elliptique munie de trois ailes coriaces et nervees. Graine solitaire, trigone, dressee, a 
tegument membraneux, a cotyledons pedicules, inegaux, Tinferieur rabattu sur la radicule, le superieur, le plus 
grand, 3 gone eta bords divergents. 

Arbre de 20 a 30 metres. Tronc ayant un diametre de 25 a 30 cent. P6tiole commun long de 7 a 10 cent, gris velu. Folioles int6rieures elliptiques 
longues de4 a 6 cent., larges de 4 1/2 cent., munies de 7 cotes a peine plus elevees en dessous qu'en dessus, les superieures longues de 12 a 
13 cent, sur 6 cent. Les panicules ont de 15 a 20 cent, de longueur. Lesbractees sont obovees et tombent de bonne heure. Les pedicelles a l'etat 
fructifere ont 5-6 mm. Le s6pale posterieur, le plus petit, a 1 I /2 mm. et les autres2 1/2 mm. de longueur. Les pelales att6nues ou subpedicul6s velus 
vers la base dorsale, sont depourvus de squames et cilies vers la base ; le plus petit est ovale acumine, les plus grands sont oboves et longs de 
2 1/2 mm. Les etamines alternes aux petales dorsaux manquent ou sont presentes, de meme celle opposee au s6pale 1. Elles sont plus longues dans 
la fleur male que dans la tleur femelle. Le disque qui les entoure est tres peu indiqu6 et glabre. L'ovaire fertile est stipite au fond d'un receptacle 
legerement concave. II a certainement trois loges uniovulees. Les ovules ascendants sont attaches pres de la base de l'axe dans chaque loge. Uneseule 
loge est fertile, le plus souvent. Le fruit est long de 4 1/2 cent, et large de 23 mm. II est termine par le style et entoure a la base par le receptacle. La 
graine est dressee et occupe Taxe un peu au-dessus de la base du fruit. Elle est longue de 12 mm. Son tegument mince est coriace. L'embryon 
trigone comme la graine est priv6 d'albumen. Les cotyledons sont simples ou bilobe"s. La radicule infere est longue et droite. 

Kurz [Fl. Brit. Burm., I. 288] dit les fleurs hermaphrodites et ici elles sont polygames ; les petales pourvus d'une 
squame velue et ici ils sont prives de ce corps ; les etamines au nombre de 8 et ici de 7 a 9, incluses et ici plus 
longues que les petales ; les loges ovariennes pourvues de 1-2 ovules et ici constamment uniovulees. II ne parlc 
pas du disque et du style, ce dernier ici trigone est termine par 3 ponctuations stigmatiques. Sauf ces 
differences, ii y a rapport entre le Zollingeria macrocarpa et le Z. dongnaiensis. II y a particulierement 
concordance pour le fruit et pour la graine, au point de vue generique. C'est ce qui fait que, apres avoir 
appele cette plante Belingia dongnaiensis, j'arrive a penser qu'clle peut etre rattachee au genre Zollingeria. 
En tant qu'espece, le Z. dongnaiensis se distingue par ses feuilles velues, ses folioles obovees et a peine 
acuminees ou arrondies et obtuses ; ses panicules pubescentes ; ses petales sans squames a la base, son ovaire glabre, 
son fruit plus petit et moins large. Son bois blanc et facilement attaque par les insectes, n'est d'aucune utilile. 

Le limbe du Z. dongnaiensis est mince. Revetu d'une cuticule presque nulle, son epiderme comprend unc seule 
rangeede grosses cellules blanches plus larges que longues, ondulees sur les cotes et appliquees en bas contre les 
palissades qui ne forment egalement qu'une seule rangee a diametre 2 fois plus court que long. le mesophylle 
inferieur est 3 fois plus epais et comprenant 3-4 rangees de cellules. Dans cette region, les macles sont tres 
communes. I/epiderme inferieur est moins developpe que le superieur et se trouve tapisse d'une mince cuticule et de 
poils uniceilules. Contre les faisceaux, on trouve des cristaux prismatiques. Cesfaisceaux confment en haut et en 
bas aux epidermes. Le cylindre central vers la base du limbe est plus large que long, presque rectiligne a la courbe 
superieure ou a peine sinueux; il est releve, a la courbe inferieure, de 6-7 angles ou lobes comme chez les Cupaniees. 
La zone centrale a un parenchyme regulier oblong transversal. Cette cdte convexe et ondulee en bas se releve en 
haut en dos d'ane. L'ecorce est mince et contient beaucoup de macles. 



LEPISANTHES TETRAPHYLLA 

Radl. Ueherlkpmd^mi*. «878); - Molinxa canescens Rozb. Cor. 1.43, t. 60 ; - Hemigyrosa canescens Thw. Enum 56 el 408 • - 
Sapwdut tetraphylk, Vahl Symb. 111,34; — S. bijugus Wall. Cat. 8.045. 

Habite la plus grande partie du Cambodge et du delta du Mekong. [Herb. Pierre n° 4 m 1 
A peine pubescent etbienWt glabre, a l'exception de l'mHorescenJe et du fruit. Rachis presque rond muni le 
plus souvent de deux paires de folioles opposees, attenuees vers un gros petiolule, asvmetriques et subakues 
oblongues, acummees a pointe courte et obtuse, legerement coriaces, munies dc 7 a 10 paires de oetite* cotes 
presque aussi elevees et fines sur les deux faces. Grappes fasciculees axil.aires souvent presentes sur .estrone 
lab e i^ r r s .f^^ s L ^tus flu. petits que les trois interieurs, pubescents dorsalement et attenu s a 
la base. Petales pedicules, oboves, lobes et ondulcs au sommet, velus vers la base dorsale, plus grands que es 
sepales. Squames plus courtes que les petales, bi.obees, a pointe reflechie, doublees dor aLent d un cr e 



simple ou bifide et vetoes en dedans. Filets des etamines aussi longs que les petales, velus, excepte a leur 
sommet subule. Antheres elliptiques et glabres. Ovaire trigone, a style entier velu. Baie velue, trigone, a endocarpe 
membraneux hispide. Graines oblommps a tinwmpnu ninh^ao 



membraneux hispide. Graines oblongues a teguments glabres 



Arbre de id metres devenant tortueux dans la vieillesse, a ecorce grise. Petiole commun long de 8-9 centim. Petiolule* longs de 6 mm. Folioles 
mferieures longues de 8-10 cent, sur 3 cent. 1/2, supe>ieures longues de 10-15 cent. sur5cent., obovees ou obtuses lanc^olees. Grappes longues de 
a 9 centim. Bractees lanceolees et velues. Fleurs agglome>6es au sommet de tres courtes ramifications le plus souvent au nombre de cinq. Les 
scales sublanceoles dans la sene exterieure a peu pres deux fois plus courts que les troisintcrieurs. Petales de meme longueur, le plus souvent de 
quatre, rarement au nombre de cinq. Disque glabre hippocrepiforme. Etamines au nombre de 8 et plus courtes que l'ovaire dans la variety qui nous 
occupe. Ovaire triloculaire a style termini par un stigmate a trois ponctuations. L'ovule solitaire attache un peu au-dessus de la base de l'axe est 
incompletement anatrope. Le fruit long de 20-25 mm. est forme d'un endocarpe mince et velu, d'un mesocarpe charnu et d'un endocarpe hispide en 
dedans. 

Cet endocarpe et une partie du mesocarpe se detachent de Texocarpe et simulent un tegument. Quand la graine 
est avortee, l'ovule sterile qu'on voit attache a Taxe de cette loge, et ses teguments prouvent bien que la partie 
externe que nous venons de decrire appartient au pericarpe, non a la graine. Thwaites a bien vu ce fait. 
Les deux teguments de la graine unis et minces forment une enveloppe un peu coriace autour de Tembryon. 
Celui-ci est forme de deux gros cotyledons superposes arrondis aux deux bouts et aplatis vers leur commissure. 
La radiculc marginale, grosse et courte, est laterale et dorsale. 

J'ai suivi M. Radlkofer en rapportant cette plante au genre Lepisanthes BL et je crois que c'est a tort que 
Blume a decrit les cotyledons du L. montana, comme inegaux, verticaux et la radicule infere. D'apres un fruit 
que je dois a Kurz et que je ne puis rapporter a une autre espece, ces cotyledons sont bien superposes et la 
radicule est bien laterale comme chez le L. tetraphylla. 

II y a deux formes dans cette espece. Celle que je viens de decrire et la suivante representee a la planche 326. 

Var. cambodiana [L. cambodiana in distr.]. Feuillcs larges elliptiques arrondies ou emarginees ou obtuses 
acuminees. Fleurs a etamines plus longues que Tovaire. Fruit plus petit, 18 a 20 mm. de longueur. Les 
Kmers appellent cette plante: soc sol. 

Dans cette derniere variete, le cylindre central, depuis la caracteristique en remontant dans la cote, est 
hemispherique avec la face superieure ondulee, Tinferieure tres convexe et tres ondulee mais plus large que 
longue. Le parenchyme central est prive de faisceaux libero-ligneux. Le limbe revetu d'une mince cuticule 
recouvrait une rangee de cellules epidermiques plus larges que longues, mais plus grandes a la face superieure 
qu'a la face inferieure, se presente assez epais. Le mesophylle forme de six rangees de cellules assez uni- 
formes, dont les deux superieures, un peu plus longues que larges, pourraient etre des palissades, contient 
enormement de macles. Les stomates, a la face inferieure, sont elliptiques et formees de deux grosses cellules 
de bordure. Dans cette meme region on observe des cavites, bordees de 7 a 8 cellules, a contenu huileux. 

Si Ton compare cette variete cambodiana a la variete que j'appelle indica, figuree a la page 325, il n'est pas 
possible de les distinguer, a moins de relever un cylindre central moins ondule a la face inferieure et la 
region centrale de ce meme cylindre central beaucoup plus etroite. II n'y a pas positivement de difference a 
etablir dans le limbe qui, neanmoins, se presente un peu plus mince que dans la variete cambodiana. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 325 



A. Rameaux fructifere et florifere du Zollingeria dongnaiensis. 

1 . Portion de la grappe . 

2. Fleurs. 

3. Sepales. 
i. Petales. 

5. Etamines. 

6. Ovaire et disque. 

7. Le meme avec loge ouverte montrant l'ovule en position et isole 

8. Diagramme. (Cette figure fautive estaeffacer.) 

9. Fruit. 

10. Le meme ouvert montrant la graine en position. 

1 1 . Graine. 

2-14. Formes d'embryon. 

B. Rameaux florifere et fructifere du Lepisanthes tetraphylla (L 

1. Bouton et fleur ouverte. 

2. Scales. 
3-4. Petales en position et isoles. 
5-6. Etamines en position et isolees. 

7. Disque et ovaire. 
8-9. Ovaire avec une loge ouverte et diagramme. 
0-11. Jeune fruit entier ou avec loge ouverte. 



PI. -325. 




Ed.Oberlinlitk. 



A ZOLLINGER DONGNAIENS I S . 

B EEPISANTHES CANESCENS . R;ADL 



SAPINDACEES 



LEPISANTHES MEKONGENSIS 



Habite les bords du Me Kong. [Herb. Pierre n° 5669.] 

Glabre, a Texception des jeunes rameaux, du rachis et dc rinflorescencc. Folioles au nombre do six, opposecs, 
tres courtement petiolulees ou sessiles, oblongues lanceolees, a pointe longue et obtuse, attenuees ou aigues en 
bas, a peine coriaces, les inferieures deux fois plus courtes que les superieures, munies de 10 paires de fines 
petites cotes de meme que la nervation tertiaire, elevees sur les deux faces. Grappes tcrminales plus courtes que le 
petiole commun et a ramifications presque sessiles. Pedicelles plus longs que le calice. Petales oboves, denticules, 
velus vers la partie inferieure dorsalement. Squames velues interieurement, a lobes reflechis et a crete bifide. 
Ovaire et style pubescents. Fruit glabre, trilobe, plus large que long. 

Arbre de 3 a 8 metres. Petiole commun long de 15 a 8 centim., auguleux et subcanicule en dessus. P6tiolule long de 4 mm. epais. Folioles de la 
paire inferieure longues de 6 a 9 cent., de la paire superieure longues de 12 a 20 cent, et larges de 3 1/2 a 4 1/2 cent., d'une teinte 
glauque, brillantes en dessus et un peu pales en dessous, ponctuees. La grappe, longue de 3 a 7 cent., a des ramifications longues a 
la base de 8 mm. et au sommet de 2 a 3 mm. Les pedicelles ont 6 mm. de longueur et sont articul6s. lis sont tres presses sur de 
courles ramifications, beaucoup plus longs dans la fleur femelle et toujours munis a la base d'une braclee ovale lanc6olee longue 
de 1 mm. Le calice en forme de coupe tres courte porte cinq sepales inegaux, imbriques, velus en dehors et longs de 2 1/4 mm. a 
2 3/4 mm. Les p6tales au nombre de quatre sont egaux, longs de 3 3/4 mm. et tres longuemenl pedicultis. Les huit elamines, plus 
longues dans la tleur male que dans la fleur femelle, ont des filets tres velus. Les antheres elliptiques et glabres sont basifixes. 
L'ovaire un peu p6dicul6 a trois loges uniovulees dont une regarde le sepale posterieur et les deux autres les p6tales late>aux. Le style 
simple est plus long que l'ovaire. L'ovule est incompletement anatrope et a le micropyle ext6rieur et un peu lateral. Les 6tamines et 
l'ovaire sont entoures d'un disque incomplet du cote anlerieur, un peu sinue et glabre. Le fruit presque lobe est long de 16 mm. et 
large de 26 mm. Son pe>icarpe est charnu et plus epais de beaucoup que son endocarpe fibreux, ligneux et glabre en dedans. La graine 
attachee un peu au-dessous du milieu de la loge est entouree d'nn tegument double, membraneux et assez coriace. L'embryon est 
forme de deux gros cotyledons superposes, charnus et d'une courte radicule marginale regardant l'axe de la loge, ce qui indique que 
l'ovule a evolue de la face externe a la face interne. 

Le trait distinctif de cette espece est d'avoir sa radicule tournee interieurement tandis que chez le Lepisanthes 
tetraphylla elle est exterieure, de meme que chez le Lepisanthes montana BL, s'il estvrai que la graine figuree 
pi. 327 est bien celle de cette derniere espece. II faut encore remarquer que Fendocarpe chez le L. mekongensis ne 
se separe pas du mesocarpe pour fournir autour de la graine une loge tout a fait independante de la partie exte- 
rieure du pericarpe et que cet endocarpe n'estpas hispide ainsi que cela existe chez lesZ. montana et tetraphylla. 
La constitution de Fendocarpe, membraneuse chez ces dernieres especes, est ici plus coriace. Sauf ces differences, je 
ne trouve pas qu'il soit possible de scparer generiquement le L. mekongensis. 11 possede dans sa feuille 
exactement la conformation des Lepisanthes. La coupe de son petiole donne une figure hemisphcrique, moins 
ondulee, il est vrai, a la courbe inferieure du cylindre central et un peu plus petite. Quant au limbe, c'est 
celui du L. cambodiana, mais plus mince et pourvu de 8 rangees de cellules ou mesophylle, dont les deux 
superieures, a peine plus grandes, peuvent etre des palissades. L'epiderme n'a qu'une rangee de cellules 
recouverJes d'une cuticule concave en face de ces cellules plus petites, plus arrondies que chez les L. montana 
et tetraphylla. Les stomates sont elliptiques et les memes cristaux, le plus souvent macles, s'observent dans le 
mesophylle inferieur et dans Tecorce. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 326. 

. Rameaux llorifere et fructifere du Lepisanthes mekongensis. 

1. Bouton et fleur adulte. 

2. Sepales. 

3-4. PStales en position et isoles. 

5-6. Etamines en position et isolees ainsi que poils et pollen. 

7-8. Ovaire en position et disque posterieur. Le meme avec loge d6chir6e montrant l'ovule en position. 
9. Diagramme. Cette figure doit etre retournee, car la partie posterieure a 616 presentee en bas. C'est le contraire qu'i 
10-11. Fruit entier et avec loge ouverte montrant la graine en position. 

12. Graine vue lal6ralement et du cote du hile. 
13-14. Embryon en position et isole. La radicule regarde le hile. 
Rameau du Lepisanthes tetraphylla, var. cambodiana (L. cambodiana). 
1-2. Boutons et fleurs adultes. 

3. S6pales. 

4-5. Petales en position et isoles. 

6. Androcee et gyn6c6e entoures par le disque. 

7. Etamines. 

8. Diagramme. Cette figure a 6te renvers6e. On doit comprendre la partie anlerieure pour la partie post6rieure. 
10. Ovaire entier ou avec loge ouverte. 

11-13. Fruit entier et avec loge ouverte montrant la cavite endocarpique hispide et l'embryon en position. 
14-16. Graines entieres, sans tegument et en coupe longiludinale. 



PL 326 




E.Delpy d 



A._LEPISANTES MEKONGENSIS. 
B : CAMBODIAN A , 



SAPINDACEES 



PARANEPHELIUM XESTOPHYLLUM 

Miq. Flor. Ind. Batav. supplem. sumatr. 509; Kurz Fl. for. 1. 286 
Annam : tu'han 

Habite Tile de Sumatra, la presqu'ile de Malacca et le Cambodge. [Herb, Pierre n° 5900.] 
Feuilles imparipennees, munies de 2-3 paires de folioles opposees ou subopposees, tres inegales, les inferieures 
les plus petites, toutes oblongues attenuees aux deux extremites et subaigues, glabres excepte le petiole court 
et epais, tres coriaces, munies de 12 a 16 paires de petites cotes,, canaliculus en dessus, tres accentuees en 
dessous, reliees par des nervuies fines et reticulees. Fleurs disposees en grappes a ramifications tres courtes, 
pubescentes et tres courtement pedicellees. Sepales pubescents sur les deux faces, plus longs que les petales. 
Squames courtes, barbues. Etamines glabres. Ovaire tomenteux a style sessile. Fruit capsulaire, a peine tri- 
gone, recouvert de pointes ligneuses. 



Petit arbre de 4-6 metres a rameaux grisatres. Petiole commun long de 14 cent. ; petiolule long de 1 cent. Limbe long de 15 a 32 cent., large 
de 4 1/2 a 10 1/2 cent. Grappes longues de 7 cent. Fleurs petites portees par des p6dicelles longs de 2 1/2 mm. Calice forme de cinq sepales 
valvaires triangulares etun peu obtus. Petales glabres longs de 3/4 de mm., charnus, attSnueset obtus aux deux extremites. Squames n'atleignant 
que la moitte de la longueur du petale recouverles de poils tres longs. Ovaire triloculare terminepar 3 petits lobes stigmatiques assez epais, presque 
deux fois plus courts que les petales. L'ovule dans chaque loge, attache al'axe pres de sa base, est enchasse dans une production placentaire de forme 
cupulaire et parait atrope ou incompletement anatrope dans les jeunes boutons. Autour de cet ovaire presque central il y a 7 etamines a filets 
glabres et a antheres elliptiques et plus en dehors un disque complet et velu. Le fruit, que je n'ai pas vu, est decrit par Miquel et autres comme 
presque rond et recouvert de tres forts piquants. 11 serait valvaire et les valves resteraient confluentes en dedans. 

La description que je viens de faire est d'apres un echantillon donne par Kurz, carje n'ai que des echantillons 
depourvus de fleurs et de fruits, que je rapporte a la merae espece. D'apres ces echantillons, le limbe a une 
cuticule epaisse enchassant une seule rangee de cellules polygonales composant Tepiderme. Contre celui-ci 
viennent aboutir les cellules de la gaine fibreuse qui entourent les faisceaux. Le mesophylle inferieur, quatre fois 
plus epais que lesuperieur, contient 6 a 8rangees de cellules, tandis que les palissades lineaires oblongues n'ont 
qu'une seule rangee. Dans la moelle et dans Tecorce du petiole commun on trouve des amas nombreux de 
cellules pierreuses. Ces cellules pierreuses manquent ou sont tres rares dans la moelle du cylindre central de 
la feuille, du moins vers la caracteristique. Ce cylindre central est plus long que large et possede une enveloppe 
sclereuse assez ondulee et tres epaisse. Je n'ai pas vu -de cristaux dans aucune region, excepte contre les faisceaux 
ou ils sont prismatiques. Comme (outes les Sapindacees jusqu'ici etudiees, le cylindre central des petiolules est 
forme de trois faisceaux de meme que le petiole commun. 



LEPISANTHES MONTANA 

Habite Elndo-Chine et la Malaisie dans Pile de Java. [Herb. Pierre n° 6299.] 

Feuilles longuement petiolulees formees de 3 a 7 paires de folioles courtement et fortement petioiulees, attenuees 
aux deux bouts, cordulees et terminees par une pointe assez longue et obtuse, membraneuses, glabres et presque 
toujours oblongues lanceolees, munies de 16 a 17 paires de petites cotes et de nervures transversales espacees, 
elevees sur les 2 faces, surtout en dessous. Grappes axillaires a courtes ramifications quelquefois fasciculees sur les 
rameaux, a pedicelles courts et pubescents de meme que les sepales exterieurs. Petales hispides en dehors 
vers la base, squameux en dedans. Etamines plus courtes que Tovaire, dans la fleur femelle, a filets velus. 
Ovaire velu. Fruit trigone, glabre, a endocarpe hispide en dedans, contenant 2-3 graines. 

Arbre a rameaux glabrescents. Les feuilles que Kurz decrit pourvues de 7 a 11 paires de folioles n'en ont que 3 a 7 d'apres Miquel et l'^chantillon 
provenant des cultures du jardin de Buiterzong, que je tiens de Kurz. Le petiolule a 4 mm. et est pubescent. Le limbe a 26 cent/de longueur 
sur 7 1 /2 cent, de largeur. La grappe a 9-12 cent, et est hispide. Les s6pales au nombre de cinq sont inegaux, les deux exterieurs ont 3 mm. tandis 
que les interieurs ont presque 4 mm. de longueur. Les cinq petales imbriques comme les sepales sont oboves, denticul6s, courtement p6dieul6s, 6pais 
et sont longs de 2 1 /2 mm. , tandis que les squames r6flechies et glabres, sans cretes et indivises, n'ont qu'un mm.Le disque tres court, ondule, presque 
complet, est glabre. Les etamines dans la fleur hermaphrodite fertile sont longues de 2 mm. L'ovaire a 4 mm. 11 est a trois loges et surmonte d'un 
style assez long, epais, velu et recourbedans le bouton. L'ovule est ascendant a l'angle d'une petite cupule et a le micropyle exterieur et lateral. Le 
fruit, d'apres V echantillon de Kurz, a 2 cent, sur 2 1/2 cent. II est pubescent, trigone et son exocarpe charnu est termine en dedans par un 
endocarpe membraneux, un peu carlilagineux et hispide. La grain e est applique^ un peu au-dessous du milieu eta pour enveloppe un tegument 
paraissant simple, membraneux, noiratre et brillant. Les cotyledons sont superposes, charnus, arrondis aux deux extremites, aplatis a leur point 
de jonction avec la radicule incluse courte et dorsale, c'est-a-dire opposeeau hile. 

Blume decrit le Lepisanthes Montana [Rumphia III. 454] avec des cotyledons verticaux et la radicule 
infer e. L'embryon que je viens de decrire est conforme a celui du Lepisanthes tetraphylla Radl. [Hemigyrosa canescens 
Thw.\ espece figuree plus haut t. 325 et 326. II convient d'ajouter que ce fruit pourrait ne pas appartenir au 
L. montana Bl. 9 car je Tai recu de Kurz en sachet, accompagnant un echantillon fleuri de ce meme L. montana 
BL Quoi qtfil en soit, Blume dit du /,. sessiliflora BL [Rumph. III. 353], espece indistincte duZ. montana Bl. 
d'apres M. Radlkofer : « Cotyledonibus maximis longitudinaliter applicativis, crassissimis incequalibus, piano 
» convexis,... radiculd ad seminis extremitatem inferiorem dorsalem locata, reclinatd, inferd. » Dans la meme 



espece, les sepales et petales sont au nombre de 4-5, les squames sont cuculliformes, le disque est regulier ou 
peu s'en faut, les etamines au nombre de huit, Tovaire triloculaire et le style simple, enfin tous les caracteres deja 
relates plus haut. Les especes acceptces par M. Radlkofer sont : L. montana, L. heterolepis, L. augustifolia et 
duZ. burmanica Kurz. [Fl. B. Barm. 1. 291.] Elles forment la section Eulepisanthes de M. Hadlkofer. Les fruits 
du L. montana et du L. burmanica sont seuls connus, Cependant Kurz ne decrit pas Tembryon de la derniere 
espece. Une deuxieme section Scorodendron, comprend le L. pollens Badl. [Scorodendron pallens ; Bl. Burn- 
phia. III. 149] qui a aussi un disque regulier, 5 sepales et petales, les memes squames, dix etamines, deux loges 
a Tovaire et, fait plus grave, un embryon ainsi decrit par Blume : « Embryi curvati, cotyledones crassre, inaequales, 
» oblique superpositce, Radicula dorsalis, descendens. » Enfin, une troisieme section renferme V Anomosanthes 
deficiens Bl. qui a cinq sepales, quatre petales, des squames bilobees ou non lobees, sans crete ou pourvues de cet 
organe, un disque incomplet, un ovaire a trois loges, un style simple. Le fruit n'en est pas connu, mais l'ana- 
logie des fleurs est telle avec les especes indiennes decrites sous le nom R llemigyrosa, qu'il est a prevoir que 
Tembryon de YA. deficiens [Lepisanthes deficiens Badl.] sera celui que nous connaissons deja du L. telraphylla 
Badl., e'est-a-dire forme de deux gros cotyledons superposes, subegaux, a radicule incluse, soit dorsale, et opposee 
au hile, soit ventrale, voisine du hile [L. mekongensis). II y aurait done dans cette section Anomosanthes, les 
Lepisanthes tetraphylla, longifolia, deficiens et mekongensis, toutes de Tlnde et de FIndo- Chine. 

Doit-on comprendre toutes ces plantes dansun seul genre Lepisanthes, ainsi que Ta fait M. Radlkofer ? ou n'est-il 
pas preferable de conserver distincts les genres Scorodendron et Anomosanthes ? J'incline a penser que les 
differences profondes revelees par la conformation de Fembryon, jointes a celles moins essentielles de la fleur, 
commandent leur separation. Aussi F Anomosanthes comprend pour moi les A. deficiens BL, A. longi folia, 
A. telraphylla et A. mekongensis. 

Si Fon considere Fanatomie de la feuille, cette distinction ne semble pas justifiee. Cependant il ne 
faut pas oublier que dans les genres tres homogenes, Fanatomie ne fournit pas ou fournit de tres pauvres 
caracteres distinctifs. En effet le limbe un peu plus epais chez le Lepisanthes montana (d'apres Fechantillon 
de Kurz ici figure) possede une cuticule plus mince, une rangee de cellules epidermiques plus larges, a peu 
pres semblables, e'est-a-dire sans palissades, caracteres differant tres peu de ceux des A. tetraphylla 
et mekongensis. Quant a la coupe du petiole a la caracteristique, sauf des dimensions plus grandes, un cylindre 
central plus allonge que large, nous retrouvons tous les traits des deux especes d' Anomosanthes precitees. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 327 

A. Rameau du Parancp/wlnim restop/ujllum Miq. 

1. Fleurs presque adultes. 

2. Petale vu sur les deux faces. 

3. Etamine. 

4-5. Ovaire. Le meme dechire montrant I'ovule en position. 

B. Rameau fleuri du Lepisanthes montana Bl. 
1. Bouton et fleur adulte. 

2-3. Petales en position ou isoles. 

4. Disque, androcee et gynecee. 

5. Loge d'un ovaire dechiree montrant I'ovule en position. 

6. Diagramme. 

C. Fruit accompagnant l'cchantillon du Lepisanthes montana mais delache et regu en sachet de Kurz, paraissant celui d'un Anomosanthes. 
1-2. Fruit pubescent, a 2-3 loges monospermes. Le meme dechire montrant nne graine en position. 

3-4. Graine vue du cote du hile. La meme en coupe longitudinale. 

5-6. Cotyledons isoles. La partie iiiferieure des cotyledons grossie montrant la radicule incluse. 



P1.327 




E.Delpy del. 



E.OberTnilith. 



A _PAf\ANEPHELIUMXESTOPHYLLUM . MIQ 

B LEPISANTHES MONTANA . BL/ , 

C . • ,_ ?BL. 



SAPINDACEES 



PARANEPHELIUM MURICATUM 

Delpya muricata Pierre in distrib. 

Habitc le Siam, pros de laville de Petchapury, et probablement leCambodge. [Herb, Pierre n° 4113.] 
Jeunes rameaux, petiole commun, feuilles en dessous et inflorescence tres velus. Folioles au nombre de 8 
opposees ou subopposees, ovales ou elliptiques oblongues, asymetriques et arrondies a la base, acuminees et 
obtuses au sommet, sinuees lobees, coriaces, excepte la nervation, glabres en dessus, subhispides en dessous, 
muniesde9a 10 pairesde cotes accentuecs en dessous de meme que la nervation tertiaire, bien moins sur la face 
superieure. Grappcs ramifiees presque aussi longues que les feuilles. Sepaies oblongs lanceoles reflechis velus en 
dehors. Etamines a filets hispides. Fruit 3 loculaire, globuleux, recouvert de longs piquants rigides et roux 
pubescents. 

Pelit arbre de 6 a 10 metres. Rameaux epais de 4 mm., roux tomenteux. Feuilles alternes longues de 30 a 40 centim., a petiole 
commun long de 14-20 cent., velu. Folioles de la base les plus courles, longues de 5-6 cent, sur 3 1/2 a 4 1/2 cent., les superieures 
longues de 8-20 cent., larges de 4-8 cent., Ires irregulierement serrees, denies ou lobees surtout vers les extremites. Grappes longues 
de 30 a 35 cent, a l'etat fructifere. Fruits sessiles longs et larges de 5 cent. Globuleux avant maturity et revetu de forts piquants 
renfles a la base, longs de 2 cent. On trouve dans chacune des loges une jeune graine avortee. Sous le fruit on compte cinq sepaies 
longs de 4 1/2 mm. et les cicatrices de cinq petales. Les examines longues de 3 mm. sont au nombre de 8-10? Les antheres obtuses 
longues de 1 mm. sont elliptiques. 

En comparant cette plante au Paranephelium xestophyllum, Tanatomie revele des differences assez marquees. 
D'abord ni dans Tecorce ni dans la moelle du rachis on ne releve aucune trace de ces amas de cellules pierreuses 
si communes dans le P. xestophyllum; le limbe est deux fois et demie plus mince que dans cette espece, Tepiderme 
forme d'uneseulerangee de cellules y est deux fois plus epais, le mesophylle inferieur ne contientque3 rangees 
de cellules polygonales, mais les palissades lineaires oblongues sont exactement semblables. Les massifs fibreux 
s'etendent d'un epiderme a Tautre comme chez le P. xestophyllum et les cristaux prismatiques dans Tecorce, 
maclesdans le limbe excepte contre les faisceaux, sont aussi abondants que chez cette espece. Si on examine la 
caracterislique, on la trouve plus large que longue, un peu concave et plus ondulee en haut, moins en bas et 
la gainc fibreusc est un peu moins epaisse autour du cylindre central... La moelle large comme chez Tespece 
comparee conlient aussi des traces de liber et de petils faisceaux contre la courbe superieure. Malgrc les 
differences que je viens de relater, principalement I'absenee de cellules pierreuses dans le bois et la forme 
allongee transversale et concave de sa caracterislique, je pense que cette plante est un Paranephelium et 
n'a pas besoin d'etre distinguee, ainsi que je l'avais fait autrefois, en ['appelant Delpya muricata, alors que 
je n'avais pas encore vu les restes de sa fleur caches par le fruit et avant d'cn avoir fait Tanatomie. 



CUSSAMBIUM OLEOSUM 

OKunlze Revisio Gen. I. 143 (1891); - Cussambium Rumph. (1741) t. 57. - Lam (17*7). Diet. II. 230; - Pistacia oleosa Lour (1790) 
pi. coch. 615 ; — Conghas. Herm. Mus. Zeyl. 69 ; — Burm. Zeyl. (1 737) p. 209 : <« Saponaria arbor ceylanica, tri folia, semine Lupini ; — Koon 
Zeylonense, Gaert (1791) t. GLXXX ; Schleichera trijuga W. (1805) sp. pi. IV. 1096. : — Bedd. fl. sylv. t 119 • — Brandis Fl svlv t 20 ■ 
W. P. Hiern. in Kook, fl. Ind. 1,681 ; Kurz. Fl.burm. T. 289. ' ' 

Annam : cay van rao ; cay dean truong. — Kmer : pongro ;. bang hao. 

Habite, spontanee dans les forets les plus reculees ou dans le voisinage des villages, toutes les parties de 
1'Annam et du Cambodge ; se retrouve dans les memes conditions dans Tlnde, les Philippines, en Malaisie, en 
Nouvelle-Guinee et meme dans le nord de J'Australie. 

Jeunes rameaux, petiole commun, feuilles surtout ea dessous et inflorescence tornenteuses ou pubescentes. 
Folioles 6-8 opposees, presque sessiles, graduellement plus longues ou les inferieures plus petites, elliptiques 
ou suboblongues, obovees ou lanceolees, obtuses acuminees, altenuees, obtuses et asymetriques a la base, a 
nervation tres accentuee, surtout en dessous. Grappes le plus souvent fasciculees sur le vieux bois, naissant 
avant les feuilles ou simultanement, a ramifications tres courtes et a fleurs polygames et meme dioiques, 
courtement p^dicellees. Sepaies au nombre de 5-6 velus. Etamines le plus souvent au nombre de 6-7 a' 
filets velus. Ovaire velu triloculaire. Fruit ellipsoide, lisse ou revetu souvent de galles, le plus souvent 
monosperme. 

Arbre de 15 a 20 metres ou plus eleve, a tronc gros, verruqueux, a rameaux epais. Petiole commun long de 6 1/2 a 22 centim. Petiolule Ion" 
de 1-3 mm., epais. Limbe des folioles inferieures long de 3 a 10 cent., des folioles superieures de 12 a 20 centim., large de 6-10 centimetres, plus 
ou moins glabrescent, ondule et coriace, muni de petites cotes fines, de nombre variable suivant les varietes. Grappes longues de 15 a 18 cent tres 
greles, a ramifications nodiformes longues de 1 mm. a 25 mm. Pedicelles longs de 2 1/2 mm. Sepaies longs de 3/4 mm., imbriques triangulares 
obtus. Petales presque toujours manquant ou rarement solitaires. Etamines longues de 3 1/2 mm., plus courtes chez les fleurs femelles. Antheres 
elliptiques subcordees. Disque ondule rSgulier, entourant les etamines, glabre dans la variele externum et hispide dans la variete cambodianum. 
Ovaire sessile et tres hispide tres petit dans la fleur male, ovale lanceole dans la fleur femelle, termine alors par un style un peu allonge glabre en 
haul et termine par trois petits lobes stigmatiques reflechis. Ovule analrope a micropyle inferieur un peu lateral. Fruit bacciforme long de 2 1 a 25 mm 
de longueur sur 1 9 a 24 mm. de largeur dans la variete Cambodianum. Le pericarpe epais de 2 mm. devient souvent epineux par la piqure d'un insecte 
Le mesocarpe charnu .contient Q a et la des cellules sclereuses. L'endocarpe est membraneux, brillant et facilement independant de la partie 



exterieure. La graine, par la penetralion interne du placenta, ligneux et tres epais, devient excentrique et recourse sur elle-meme comme chez 
beaucoup de Memspermac6es, de Tenrslrcemiacees et de Sapindacees. Elle est envelopp^e par une arille complete et succulente. Le tegument est 
double, l'externe epais d'un mm. crustac6, excepte a son point de contact avec l'arille, et l'interne, membraneux, coriace, parcouru en dehors par 
des faisceauxlibero-ligneux. L'embryon en forme de fer a cheval est cylindrique, forme de deux gros cotyledons 6pais, superposes, dememe niveau a 
leurs extr6mit6s ou a peu pres et d'une courte radicule infere. 

Deux varietes existent dans cette espece : 

A. cambodianum. Folioles un peu plus grandes, pours ues de 16-20 petites cotes, beaucoup plus velues que 
dans la suivante, glabrescentes ou subtomenteuses a Tetat adulte. Disque hispide. [Herb. Pierre n° 4148 A 
et B n° 3314.] On observe deux formes dans cette variete cambodiana. La premiere, a feuilles plus larges et 
glabrescentes (n° 41 18), et la seconde a feuilles oblongues ou eiliptiques oblongues velues, meme a Tetat adulte. 

B. externum: Folioles un peu plus petites que dans la variete cambodianum, pourvues de 6-16 petites cotes 
le plus souvent de 9, glabres de bonne heure. Disque glabre. [Herb. Pierre n oi 492 A et B.] 

Cet arbre est tres utile, particulierement aux populations forestieres. Son fruit jeune est accommode avec differents 
mets ou mange en salade. L'arille du fruit mur est aussi comestible et on retire de ses graines une huile 
pour la cuisson ou pour Teclairage, huile qui sert aussi a oindre la tete et le corps et semble utile contre la 
gale si commune chez les Kmers. Son bois rougeatre est de bonne durec et communement usite dans le Cambodge 
pour mortiers, engrenagc de moulin a sucre, roues de voiture et generalement dans toute construction qui 
demande duree et resistance. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 328. 

A. Rameau fruclifere du Paranephelium muricatum [Delpya muricata Pierre]. 

1. Fleur vue dorsalement et reconstruite d'apres les resles persistants sous le fruit. On y voit cinq s6pales valvaires, rellechis, un disque 

et 8, peut-etre 10 etamines. 

2. Etamine isolee. 

3. Diagramme imagine d'apres les restes de la fleur. 

4-5. Poils ou aretes recouvrant le fruit. Coupes longitudinale et transversale du fruit jeune. 

B. Rameaux fruclifere etflorifere du Cassumbium oleosum. 0. Klze. var cambodianum Pierre [Koon oleosus var : eambodianus Pierre in distrib.]. 
1-8. Fleurs males de differents ages avec sepales (2-8) et etamines (4) isoles. 

9-11. Fleurs femelles d'age different montrant le disque velu et l'ovule en position. 
12-14. Jeune fruit entier et ouvert. On voit en cet etatla forme de l'arille encore incomplete (13) et celle de l'embryon (14). 
15-10. Fruit dechire montrant deux loges monospermes, l'une fertile, l'autre avort^e. Le meme en coupe longitudinale (10). 

17. Graine entour^e de son arille et de ses teguments et en partie de son pericarpe. 

18. La meme isolee entouree de son arille et de ses teguments. 
10. Embryon moins l'arille et les teguments. 




E.Delpy del. 



Ed.O"berlinlith. 



A DELPYA MUSCAT A. 

B KOON~ OLEOSUS. 

VAI\.CAMBODIANUS. 



SAPINDACEES 



APHANIA YIRIDIS 



Habite la province de Bien hoa et le Cambodge. [Herb. Pierre n° 4.125.] 

Jeunes rameaux roux pubescents. Petiole commun 4 fois plus long que les petiolules. Folioles au nombre 
de deux, oblongues ou lineaires oblongues, aigues a la base, attenuees et obtuses au sommet, coriaces mais 
6paisses, glabres, pales ou verdatres, munies de 40-45 paires de pelites cotes egalement elevees sur les deux 
faces de meme que la nervation tertiaire. Grappes beaucoup plus longues que les feuilles disposees en pani- 
cule tres large au sommet des rameaux, pubescentes; fleurs a pedicelles articulees, disposees au nombre de 4-3 
au sommet de petits rameaux, munis de bractees. Sepales 5 a peine cilies, inegaux, oboves et concaves. 
Petales 4-5 oboves, concaves, glabres, munis d'une squame bilobee ou de deux squames entierement libres 
un peu velues au sommet. Antheres elliptiques glabres plus courtes que les filets velus a la base. Disque 
incomplet, tres petit. Ovaire stipite obcordd, termine par un style legerement bifide au sommet, forme de 
deux carpelles. 

Petit arbre. Petiole commun long de 15-20 mm. ; petiolule long de 3 mm. Folioles longues de 11-19 cent, sur 3-5 cent. Grappes longues de 
30 cent, el plus ; pedicelles longs de 3 mm. Sepales les plus grands longs de 3 1/2 a 4 mm. Petales le plus souvent au nombre de quatre, longs de 
3 mm. Squames longues de 1/2 mm. Filets des etamines longs de 1 1/2 mm. Anthere oblongue elliptique a peine emargin6e longue de 1 mm. 
L'ovule est anatrope, situe un peu au-dessus de la base et enchass6 a la base par une production cupuliforme du placenta. 



APHANIA PHILASTREANA 

Extremites des rameaux pubescentes. Feuilles bifoliolees, a petiole commun 4-3 fois plus long que le 
petiolule. Folioles lineaires oblongues lanceotees et longuement acuminees, aigues aux deux extremites, un 
peu coriaces, glabres, munies de 44-46 paires de petites cotes egalement elevees de meme que la nervation 
secondaire sur les deux faces. Grappes filiformes plus longues que les folioles solitaires ou en petit nombre au 
sommet des rameaux, a pedicelles articules au nombre de 4-3 fascicules au sommet de tres courts rameaux. 
Sepales inegaux oboves, concaves, cilies, plus grands que les petales. Ceux-ci au nombre de quatre, cilies, 
oboves et concaves, munis a la base d'une squame entiere tres courte et velue. Antheres pubescentes plus 
longues que les filets pubescents. Fruit drupace de 4 a 2 lobes divergents oboves ou subglobuleux, mono- 
spermes. Endocarpe crustace plus epais ou a peine plus epais que Texocarpe charnu. Graine arillee. 

Petit arbre de 1 a 3 metres a rameaux penches. Petiole commun long de 5-10 mm., pubescent. Petiolule long de3 mm. Limbe long de 1 l-20cent., 
large de 2 a 4 cent. Grappe en forme d'epi, longue de 20 a 25 cent. Sepales au nombre de cinq dont les deux inte>ieurs plus grands, longs de 
2 3/4 mm. Petales au nombre de 4, longs de 1 1/2 mm. Squames longues d'un quart demm. Disque hippocrepiforme peu elev6, onduleetglabre. 
Ovaire forme toujours de deuxloges, glabre. II est stipite et termine par un style bilobe, a lobes tres courts. L'ovule ascendant, anatrope avec le 
raphe dorsal etle micropyle infere, est entoure a la base par une production semi-cupulaire d'origine placentaire. Le fruit long d'un centim., le plus 
souvent forme d'un seul lobe, a un exocarpe charnu, tres mince, double en dedans d'un endocarpe a peine plus epais, blanc et crustace. La graine 
solitaire, dressee, est unpeu pSnetree en bas par l'endocarpe et est recouvertepar une arille peu distincte a 1'etat sec du tegument a peine coriace. 
L'embryon est forme de deux gros cotyledons verticaux et plan-convexes. La radicule tr&s petite est infere. 



M. Radlkofer (fJeber Sapindus 239 et Gliederung der Sapindacen 283) dit Tendocarpe cartilagineux. 
Dans cette espece, je le vois mince, mais crustace ou bien tres dur et ligneux. Quoi qtfil en soit de cette 
expression, je pense avec lui qu'on doit distinguer PAphania du Sapindus, par son endocarpe beaucoup plus 
epais chez le Sapindus et par Pembryon a lobes cotyledonaires egaux, dresses, tandis qu'ils sont recourbes 
et inegaux chez le Sapindus. A cela il faut ajouter un facies bien different. Chez YAphania Philastreana, 
je limbe a un epiderme forme de cellules plus larges que longues recouvertes d'une mince couche de 
cuticule, le mesophylle inferieur a cinq rangees de larges cellules allongees transversalement, tandis que le 
superieur n'a qu'une rangee de palissades 2 i/2 fois plus longues que larges. Les faisceaux des nervures ne 
s'etendent pas au dela des palissades et les seuls cristaux vus habitent cette region et sont des hexagones. 
Les stomatcs sont oblongues et attenuees aux deux bouts. La coupe de la cote a la caracteristique donne 
une figure a peine concave plus large que longue, entouree d'un pericycle fibreux epais. Dans la moelle on 
ne voit aucune trace de faisceaux libero-ligneux. Sauf son epaisseur plus grande, le limbe de YAphania 
viridis est ce'ui que nous venons de decrire et la caracteristique a aussi la meme figure, mais un peu plus 
ondulee en bas. II y a done une tres grande affinite entre ces deux especcs qu'on distingue bien pourtant a 
premiere vue, car YA. viridis a des feuilles plus larges, plus obtuses, plus epaisses et un petiole commun 
beaucoup plus long que chez YA. Philastreana. Dans YA. viridis les fleurs sont aussi beaucoup plus 
grandes, les petales ne sont pas cilies, la squame est souvent bilobee ou formee de deux lobes distincts, les 
antheres sont glabres et leurs filets plus longs que chez YA. Philastreana. La cote relevee chez ces deux 
especes Test a peine chez YA. Danura dont la caracteristique est tres ondulee a la courbe inferieure et dont 
Tecorce dans la meme region contient ca et la des amas de cellules pierreuses exactement comme chez le 
Sapindus trifoliatus. Chez ce meme A. Danura, le limbe a de tres courtes palissades et le mesophylle inferieur 
est forme de 9 rangees de cellules allongees transversalement. Les epidermes ont des cellules larges presque 



aussi longues que larges. Si nous examinons le Sapindus trifoliatus nous remarquerons que les faisceaux 
des nervures alteignent Tepiderme, que celui-ci a en haut de larges cellules tubulaires, plus longues que 
Funique rangee du mesophylle superieur et que le mesophylle inferieur ne possede que trois rangees de 
cellules a peine plus larges que longues. Ses stomates sont elliptiques et ses cristaux clinorhombiques. Sa 
caracteristique est plus large que longue, un peu concave en haut, convexe et ondulee ou meme anguleuse en 
bas. La cdte se releve en dos d'ane comme chez les deux Aphania considered plus haute et, comme nous 
Favons dit, Fecorce possede des amas de cellules selereuses, rares a mesure qiFon remonte dans la cote. 
On voit meme quelques-unes de ces cellules pierreuses dans la moelle. Que Fon considere au contraire le 
Sapindus emarginatus Vahl., nous verrons que le limbe y est trois fois plus epais, que sous un epiderme tres 
epais dont les cellules sont separees vers la cloison transversale de lacunes orbiculaires refringentes, y est 
double en dedans d'un hypoderme d'une seule rangee de cellules. Les palissades en deux rangees, la 
seconde plus courte que la premiere, sont plus courtes que le mesophylle inferieur. Les enveloppes fibreuses 
des nervures s'etendent presque contre Fhypodermc. Les stomates sont elliptiques et les cristaux simples. La 
caracteristique ouverte ou peu s'en faut sur les cotes a une direction transversale ou sublosangique. La cdte, 
comme dans Fespece precedents et la suivante, se releve en dos d'ane. Chez le Sapindus Delaveyi de la 
section Dittelasnw, Fepiderme n'a plus qu'une seule rangee de cellules, mais est tres ondulee en haut et en 
bas, Fhypoderme fait defaut, les palissades tres longues, cinq fois plus longues que larges, ont p&r-ci par-la 
une deuxieme rangee tres courte et le mesophylle inferieur n'a que cinq rangees de cellules a peine plus 
larges que longues. On y rencontre des macles, tandis que contre les faisceaux des nervures les cristaux 
clinorhombiques sont frequents. Sa caracteristique plus large que longue, un peu bombee en haut comme 
dans le 5. emarginatus, est tres ondulee en bas. Ses stomates sont suboblongues Men moins grandes que 
chez ks deux precedents Sapindus. Chez ces Sapindus les feuilles ont plusieurs paires de folioles, les poils 
simples sont longs, les caracteristiques sont un peu relevees en haut en dos d'ane, les stomates sont ellip- 
tiques chez les deux premiers et suboblongues chez le S. Delaveyi, mais sauf Fhypoderme present chez 
le seul S. emarginatus, nous retrouvons les caracteres des Aphania. Done si le genre est accuse par la 
conformation du fruit et de la graine, it y a difference suivant les especes, quant aux faits que revele la 
feuille, non seulement entre les Danvra, mais encore entre ces Sapindus. L'anatomie n'apporte done pas de 
criterium certain pour reconnaitre un Sapindus d'un Aphania. Le prolongement des gaines fibreuses des 
nervures contre les epidermes n'est meme pas constant, car ces gaines s'etendent davantage chez le S. 
emarginatus que chez le S. trifoliolatus. Chez YErioglossum rubiginosum, plante tres commune en Indo-Chine, 
il y a- au contraire un trait tres marque dans les coupes de la cote et meme dans le petiole commun, cVst 
la presence d'un faisceau dans la moelle. Quant a son limbe, e'est celui du Sapindus trifoliatus, avec cette 
difference que Fepiderme a des cellules allongees transversalcment beaucoup plus etroites, des palissades plus 
longues et 3 rangees de cellules dans son mesophylle inferieur comme chez le S. trifoliatus. Ses stomates 
sont elliptiques comme chez les S. emarginatus et S. trifoliatus. On sait que cct Erioglossum fait partie d'une 
tribu « Aphaniees » voisine de celle des Sapindees dans les coupes faites par M. Radlkofer dans cette 
famille. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 329 



A. Rameau florifere de V Aphania viridis Pierre. 

1. Bouton etramuscule. 

2. Scales. 

3-4. Petales en position et libres. 

5-6. Androcee et etamines libres. 

7-8. Ovaire entier et dechire montrant les ovules dans chacune des deux loges. 

9. Diagramme. 

B. Rameaux florifere et fructifere de YA. Philastreana. 
1-3. Fleurs et sepales. 

4-5. Ptitales en position et isol6s. 

0-7. Etamines en position et isolees. 

8-9. Ovaire entier et d6chir6 montrant les deux loges et leurs ovules. 

10. Diagramme. 

11. Fruit agrandi deux fois. 

12. Le meme en coupe longitudinale. 




Ed.Oterlmlitli.. 



A APHANIA V.IP\IDIS. 

B . PHILASTF^EANA 



SAPINDACEES 



OTOLEPIS CAMBODIANA 

Otophora cambodiana Pierre in distrib. 



Habite le Cambodge pres de Stung Treng sur le bord du Mekong. [Harmand n° 103, Herb. Pierre n° 4129.] 
Feuilles imparipennees munies de huit paires de folioles, les inferieuivs cordees, sessiles, arrondies, les 
superieures lineaires oblongues subopposees, attenuees aux deux extremites, subaigues a la base, obtuses au 
sommet, verdatres en dessus et un peu brillantes, brunes en dessous, munies de 12 a 14 paires de petites cdtes 
fines, mais, de meme que la nervation tertiaire, bien distinctes sur les deux faces. Grappes naissantsur le vieux 
bois deux fois plus courtes que le raehis commun. Petales un peu plus courts que les sepales, munis a la base 
d'une squame assez petite et velue. Fruit didyme obove un peu aplati. 

Petit de arbre 3 a 4 metres, a tronc recouverl de grosses nodosit^s. Petiole commun strie long de 30 cent., petiolule des folioles superieures 
long de 3 mm. Folioles stipuliformes longues de 15-20 mm. sur 22 a 2o mm. ; folioles superieures longues de 15 1/2 cent, sur 3 cent., d'une 
teinte olivatre en dessus, glabres et un peu brillantes sur les deux faces; l'extreme subulee. Grappes longues de 12 cent., fascicules sur 
d'anciens axes devenus tuberculeux, en forme d'epi. Les fleurs sont groupies au nombre de une a trois sur des nodosit^s tres courtes et sont 
portees par des pedicelles longs de 6-7 mm. Les sepales au nombre de cinq, oblongs, concaves, obov6s, a bords cilies, sont longs de 3 1/4 mm. 
Les p6tales oboves, concaves, ondules, sont longs de 2 mm. Les squames ont 1/3-1/2 mm. de longueur. Ledisque entier, annulaire, glabre, entoure 
les etamines a filets tres courts et pubescents et a antheres longues de 1 3/4 mm. oblongues, obtuses, cordees, de meme longueur que l'ovaire. 
Celui-ci, longde 2 1/2 mm., termine par un style tres court, a stigmate obtus, contient deux loges uniovulees. L'ovule insert a la base de Tangle 
interne est anatrope et non entoure" a la base de production placentaire. Le fruit jeune mais bien forme a 12 mm. de longueur sur une 6paisseur 
de 5 mm. et une longueur de 14 mm. Je n'ai pas vu de graine en bon etat. 



OTOLEPIS FURCATA 

Otophora furcata Pierre in distrib. 

Annam : con chom ; Mo'i : so sang pey han. 

Habite les forets de la province de Bien hoa pres de la montagne Lu. [Herb. Pierre n° 4.127. J 
Feuilles tres longues imparipennees; folioles au nombre de 23, les deux inferieures stipuliformes fourchues, 
F extreme subulee, les plus grandes lineaires oblongues, lanceolees, obliques a la base, aigues aux deux extremites, 
fermes et chartacees, vertes en dessus^ d'un brun rougeatre en dessous, vernissees, munies de 12-14 paires de 
petites cotes, de m6me que la nervation tertiaire, plus elevee en dessous qu'en dessus. Grappes paniculees a 
la base, pendantes, plus courtes que les feuilles, fasciculees sur le tronc, a fleurs assez longuement pedicellees 
groupees au nombre de 3-6 au sommet de tres courts rameaux. Petales elliptiques suburceoles a la base et la 
pubescents ou munis de tres petites squames, de meme longueur que les sepales. Filets des etamines velus plus 
courts que les antheres. Ovaire a 1 -2 loges, glabre. Baie elliptique, comprimee, didyme, deux fois plus longue 
que son pedoncule. 

Arbre de 4 a 10 metres, a rameaux grisatres un peu comprim6s, epais de 12 a 15 mm. Petiole commun, rond, sillonne et nu dans sa partie 
inferieure, longue de 22 cent, dans cette partie nue, anguleuse vers le haut, longue en tout de 55 a 67 cent. Petiolules longs de 4-6 mm. Folioles 
stipuliformes longues de 5-6 cent., larges de 4 cent., presque sessiles, partagSes au-dessus du milieu en deux lobes divergents et lanceoles, les 
plus longues alternes et opposees dans les dernieres paires longues de 16 cent, sur 4 cent., enfin l'impaire longue de 5 mm. Grappes longues 
de 30 cent., a pedicelles longs de 11 mm. Les sepales au nombre de 5, a peine cilies, ont comme les petales, concaves, membraneux, 4 mm. de 
longueur. lis sont imbriques et tombent de bonne heure. Les examines au nombre de huit sont presque sessiles, tandis que les antheres 
terminees par un tr&s court mucron sont oblongues, un peu cordees a la base et longues de plus de 2 mm. Le disque est tres petit et 
regulier. L'ovaire est termini par un tres court style a stigmate discoide dans les fleurs femelles ou fertiles, par deux petits lobes dans les fleurs 
males. L'ovule est attache au fond de la loge contre la cloison et est completement anatrope. La baie longue de 24-28 mm., large de 22 mm, et 
epaisse de 10 mm., est pourpre et comestible. Le pericarpe a une epaisseur de 1/2-2 mm. Son endocarpe est tres mince et membraneux. La 
graine, dressee dans chaque loge, a cloison souvent incomplete, est longue de 15-18 mm. et large de 9-11 mm. Elle est recouverte d'un 
double tegument, l'ext6rieur epais, coriace, lustr6 et noir et l'interieur tres mince. Les cotyledons elliptiques verticaux et plan-convexes sont 
terminus en bas par une tres courte radicule. 

Les coupes du petiole jusqu'a la caracteristique font voir dans cette espece, comme chez YOtolepis cambodiana, 
dans Fecorce et dans la moelle, des ilots de cellules pierreuses. Dans la courbe inferieure d'ailleurs large, 
ondulee chez YO. furcata, les faisceaux sont distincts et sans pericycle refringent, tandis que la courbe superieure 
est aplatie et bordee d'une gaine fibreuse tres reguliere. Plus haut, dans la cote, la courbe inferieure est complete 
chez les deux especes avec cette difference qu'elle devient triangulaire cliez YO. cambodiana avec la courbe 
inferieure non ondulee, tandis que, hemispherique chez YO. furcata, cette meme courbe inferieure est lobee ou 
formee de cinq arcs. Chez YO. furcata, le limbe est aussi plus mince d'un cinquieme que chez YO. cambodiana. 
Sous une cuticule tres mince se trouvent une rangee de cellules epidermiques plus longue que large et deux 
rangees de palissades, la deuxieme deux fois et demie plus courte que la premiere, et cinq rangees de cellules 
allongees transversalement chez YO. cambodiana et six rangees chez YO. furcata. L/epiderme inferieur contient 
un cristal dans chacune de ses cellules chez YO. cambodiana. Sauf ces differences et aussi un nombre de 
folioles plus grand, la forme particuliere de la paire de folioles stipuliformes, si differente chez les deux especes, 
elles sont tres voisines. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 330 

A. Rameau fructifere et bois. 

1. Bouton. 

2. Sepales. 

3. Petales en position. 

4-5. Androcee et etamines isolees. 

6-7. Ovaire entier et en coupe longitudinale. 

8. Fruit dechire montrant les deux graines en position. 

9. Graines isolees. 

10. Fruit en coupe transversale. 

B. Bameaux florifere et fructifere de grandeur naturelle ou r£duils aii cinquieme. 
1-2. Fleur et sepales. 

3-4. Petales en position et isoles. 

5-6. Androcee et etamines isolees. 

7-8. Ovaire entier ; le meme dgchire montrant les ovules en position. 

9. Fruit dechire montrant les deux graines en position. 

10-11. Graine vue du cote du hile et en coupe transversale. 

11-12. Embryon en coupe transversale ou avec les cotyledons isoles ou ecartes. 

13. Coupe transversale du fruit. 



PI. 330. 




E.Delpj^ del. 



Ed. Oberlmlith . 



A OT0PH0I\A CAMBODIANA 

E ._ , FUP\CATA . 



SAPINDACEES 



OTOLEPIS NODOSA 

Otophora nodosa Pierre in distrib. 



Habite les bords du Dongnai pres de Trihuyen. [Herb. Pierre n° 1.283.] 

Feuilles tres longues imparipennees, munies de 12 a 14 paires de folioles et d'une impaire subulee, 
lineaires oblongues, legerement coriaces et epaisses, lanceolees et acuminees mais obtuses, obliques et subaigues 
a la base, munies de 42 a 14 paires de petites cotes, de meme que la nervation tertiaire relativement 
plus elevees en dessous qu'en dessus. Grappes fasciculees sur le tronc, a fleurs pourpres groupees au 
nombre de 3 a 8 sur de tres courtes ramifications. Sepales inegaux a peine cilies. Petales velus a la 
base dorsale. Squames souvent bilobees et velues. Filets velus a peine plus courts que les antheres. 
Ovaire biloculaire. Baie didyme, subobcordee pourpre. 

Petit arbre de 8 a 10 metres, a tronc lisse. Petiole commun tres epaissi ala base, rond, long de 15 cent, dans sa partie nue et en tout 
long de pres de 00 cenl. Petiolule long de 7 mm., road. Folioles stipuliformes entieres lanceolees, aigues ou arrondies, ou en deux parties 
in6gales, longues de un a deux cent. ; les plus grandes longues de 16-18 cent., larges de 3 a 4 cent., entin Timpaire longue de 6 mm. 
Grappes longues de 12 a 18 cent., a pedicelles longs de 10 a 12 mm. Sepales au nombre de cinq, imbriques, oboves, tres concaves, les 
deux exle>ieurs plus courts que les interieurs. Petales au nombre de quatre un peu plus courts que les sepales, pedicul^s, obov6s, cili6s, 
longs de 3 1/2 mm. Squames des deux tiers plus courtes que les petales, a lobes arrondis et velus. Les etamines au nombre de dix, plus 
courtes que le style, a filets longs de 1 mm. Le disque annulaire est regulier. L'ovaire est a deux loges et termine par un style court a 
stigmate pelte\ Le fruit est long de 12 a 15 mm., obcorde\ couronn6 par le style, large de 14 a 16 mm. 



OTOLEPIS AMPLIFOLIA 

Otophora anipli folia Pierre in distrib. 

Habite la province de Bien hoa, pres de Chiao Xhan. [Herb. Pierre n° 4.128.] 

Rameaux tres gros. Feuilles alternes, imparipennees, petiole commun aile. Folioles le plus souvent 
opposees, au nombre de 9 a 11, Fimpaire naine ou aussi grande que les plus grandes; les stipuli- 
formes falciformes ou cordees oblongues lanceolees, les superieures obovees lanceolees attenuees a la base, 
arrondies ou subcordees, souvent lineaires oblongues, glabres, excepte sur le petiolule et le petiole commun, 
chartacees, vertes et brillantes en dessus, pales en dessous ou un peu glauques, munies de 20 et plus 
paires de petites cotes de meme que la nervation tertiaire largement reticulee, plus elevees en dessus 
qu'en dessous. Grappes fasciculees aux axes nus ou munis de feuilles, penchees, a pedicelles le plus souvent 
au nombre de trois au sommet de tres courtes ramifications. Fleurs inconnues. Baies obcordees didymes 
le plus souvent un peu plus larges que longues, pourpres. 



Petit arbre haut de deux a trois metres. Rameaux tres epais, d'un diametre de 15 a 20 mm. Petiole commun long de 50 a 70 cent., ail6 
dans toute sa longueur ; aile large de 2 a 12 mm. de chaque cote. Petiolule epais de 2 H mm., long de 8-10 mm. de meme que les 
jeunes rameaux, le racliis et la cdte glabrescents. Folioles stipuliformes longues de 8-14 cent., sessiles, subcordees ou arrondies a la base; les 
plus grandes longues de 15 a 40 cent., larges de 5-8 cent. Grappes longues de 30 a 40 cent. Pedicelles longs de 8 a 14 mm. Baie longue 
de 16 mm. sur 20 mm., le plus souvent biloculaire. Le pericarpe est £pais de 1 a 1 1/2 mm. L'endocarpe est tres mince et brillant. 
La graine longue de 12-15 mm. est recouverte d'un tegument dur, noir, brillant et £pais avec l'interne de 1/4 de mm. Les colyledons 
verlicaux plan-convexes, elliptiques, sont relies en bas par une radicule courte et 16gerement proeminente. 

L'Otolepis nodosa se presente avec Fensemble des caracteres de YO. furcata, mais en differe principa- 
lement par ses folioles stipuliformes a lobes entierement libres et tres courts, par ses fleurs plus 
nombreuses sur les nodosites de la grappe, ses petales velus en dehors vers la base, ses squames plus 
grandes et bilobees et par son fruit plus petit. Sa caracteristique hemispherique se presente avec une 
courbe inferieure complete meme dans le petiole et forme six arcs bien bombes. Si, comme les quatre 
especes que nous venons d'etudier, son ecorce contient de nombreux ilots de cellules pierreuses, nean- 
moins elle est la seule n'en montrant pas dans la moelle. Son limbe est plus epais que celui de 
YOtolepis furcata, avec des palissades plus longues, surtout dans la deuxieme rangee. Mais ce qui carac- 
terise ce limbe, e'est Fondulation bien prononcee de son epiderme inferieur qui se presente comme 
papilleux. C'est evidemment avec YO. furcata qu'elle a le plus de rapports generaux et peut-etre n'en 
est-ce qu'une forme ou variete. Chez YO. amplifolia, on retrouve dans Fecorce et la moelle les amas sclereux 
des 0. cambodiana et 0. furcata et comme chez ces deux especes la courbe inferieure de la caracteristique, 
a son extreme base, reste privee de pericycle sclereux. Cette caracteristique est plus longue que large et 
on observe a la base des faisceaux de la courbe superieure cinq petits faisceaux libero-ligneux formant 
bande transversale. Son limbe est le plus mince des trois especes considerees et n'offre d'ailleurs aucune 
autre particularity. Comme chez les autres Otolepis de Cochinchine., Fepiderme a une rangee de larges 
cellules un peu plus longues que larges, deux rangees de palissades, la seconde a peine distincte de celles 
du mesophylle inferieur, reduites ici a trois rangees plus larges que longues. I/epiderme inferieur ne 
contient pas de cristaux et, comme le superieur, est recouvert d'une tres mince cuticule, a peine ondulee. Les 



cristaux y sont clinorhombiqiies et rares et les stomates un peu oblongues. Les ponctuations glandiileuses 
sont rondes et entourees comme chez les autres especes de 8-10 cellules rondes. Le contenu de ces glandes 
est suboranse. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 331 



A. Rameaux de l'Otolepis nodosa {Otophora nodosa Pierre). 
1-2. Fleur et sepales isolSs. 

3-4. Petales en position et isoles. 
£-6. Androcee et examines isol^es. 
7-8. Ovaire entier ou d6chir6 montrant les ovules en position. 

B. Rameaux de l'Otolepis amplifolia {Otophora amplifolia Pierre). 
\. Fruit dechire montrant les deux graines en position. 

2. Graine vue du cote du hile et late>alement. 

3. Embryon. 

4. Graine en coupe longitudinale et transversale. 

5. Coupe transversale du fruit. 



PL 331. 




E.Del-py del 



Ld.Ocerlinlith. 



A OTOPHORA NODOSA . 

B -_ . AMPLIFOLIA 



SAPINDACEES 



HARPULLIA COCHINCHINENSIS 



Habite la montagne Dinh, pres de Baria. [Herb. Pierre n° 4.483.] 

Rameaux, petiole commun et nervation principale pubescents, a Fetat adulte. Folioles le plus souvent au 
nombre de 8 a 10, oblongues ou lineaires oblongues, lanceolees, obliques a la base, aigues ou subaigues aux 
deux extremites, membraneuses, munies de 7-14 paires de petites cotes, de meme que la nervation terliaire 
plus elevee en dessous qu'en dessus. Grappes courtement ramifiees aussi longues que le petiole commun, ve- 
lues. Calice persistant a sepales ellipti(jues arrondis, velus sur les deux faces. Petales glabres reflechis. Dis- 
que presque nul. Ovaire tomenteux a style tordu et glabre. Fruit didyme, comprime, elliptique transversal, 
pubescent. 

Arbrede dix metres. Rameaux epais de 4 mm. mi pen comprimes et anguleux. Peliole commun long de 6 a 35 cent., puberulent. Petiolule 
long de 2-3 mm. Folioles infOieures longues de 5-10 1/2 cent, sur 3-4 cent., superieures de 12-20 cent, sur 3 a 6 cent., brillantes sur les deux faces, 
pellucides. Grappes longues de 30 a 35 cent., a rameaux longs de 1 a 4 cent. P6dicelles longs de 5 mm. et a l'etat fructifere deux fois plus 
longs. Sepales imbriqu^s un peu conned a la base, longs de 4 1/2 mm. sur 3 mm., a l'elat fructifere longs de 6 mm. Petales imbriques longs de 
5 1/2 a 7 1/2 mm., un peu 6troits a la base, a bords replies en dedans ou 6lal6s,a pointe aigue et refl^chie, assez epais et tombant de bonne heure. 
Disque nul ou a peine distinct sur le bord d'un receptacle concave. Elamines au nombre de 5-7 a filets attenues aux deux extr6mit6s, longs de 3 mm. 
glabres. Antberes oblongues basifixes, cordees, apointe apicul6e, longues de 2 1/2 mm., a d^hisceuce laterale, a pollen sub-globuleux. Ovaire de la 
tleur male tres petit, a style court, droit et legerement bifide, fertile, long de 3 mm., eta style subul6 presque aussi long mais tordu. Ovules soli- 
taires ou gamines dans chaque loge. Dans ce dernier cas un des ovules a un funicule plus long que l'autre, funicule devenant cbarnu, epais au-dessus 
de lagraine mure. Le fruit long de 15 mm. sur 18 mm. est supports par un p6dicule long de 11/2 mm. et couronne par le style. II s'ouvre en 
deux valves loculicides et coriaces. Lagraine longue de 8 mm. est portee par un funicule long de 2 1 /2 mm. L'arille ondul6e a son sommet et 
ouverte enveloppe la graine presque entierement. Le tegument rouge brun, assez epais, est presque charnu ou a peine coriace. Les cotyledons sont 
inegaux,le sup6rieur plus grand, plus 6pais, enveloppe l'inferieur. La radicule recourb6e le long des cotyledons regarde en liaut et est assez 
longue. 

Le fruit petit, plus petit que celui des especes connues, characterise bien cette espece. La caracteristique est 
plus longue que large et ne presente aucune ondulation a sa courbe inferieure ; la superieure est tout a fait 
rectiligne. Le limbe est mince. Sous line cuticule tres tenue, rectiligne, il y a une rangee de cellules epider- 
miques un peu plus larges que longues. Le mesophylle superieur comprend une seule rangee de palissades 
deux fois plus longues que larges ; Tinferieur se presente avec trois rangees de cellules polyedriques. Contre 
l'epiderme inferieur, a cellules beaucoup plus allongees transversalement que le superieur, il y a un hypo- 
derme a cellules a peu pres semblables ou un peu plus petites. Les cristaux sont hexagonaux. Les sto- 
mates sont lineaires oblongs, avec cinq cellules de bordure. 



HARPULLIA CONDORENSIS 

Habite Tile de Condor et la montagne Dinh, pres de Baria. [Herb. Pierre n° 5.671]. 

Rameaux, petiole commun,, face inferieure des feuilles et inflorescence veius. Folioles au nombre de 
six subopposees, oblongues lanceolces, a pointe obtuse, asymetriques et obtuses a la base, un peu co- 
riaces, verdatres a peine, plus pales en dessous qu'en dessus, munies de 9 a 13 paires de petites cotes, de 
meme que la nervation tertiaire, plus elevees en dessous qu'en dessus. Grappes fructiferes plus cour- 
tes que le petiole commun. Capsules deux fois au moins plus larges que longues, stipitees, comprimees, 
pubescentes et rouges. 

Arbre de 4 a 5 metres. Petiole commun long de 10-12 cent, recouvert de poils stelles fauves de meme que les peTiolules, la nervation primaire 
et secondaire et l'inflorescence. Petiolules longs de 3 mm., epais. Folioles inferieures longues de 7 cent, sur 3 cent, et les supe>ieures longues de 
17 cent, et larges de 8-10 cent., a pedicelles fructiferes greles et longs de 35 mm. Fruit a pedicule long de 5 mm., a style long de 1 mm., a lobes 
longs de 26 mm. sur 45 mm. a 60 mm. 

La feuille prend trois faisceaux au bois qui forment a la caracteristique une figure hemispherique 
aplatie en haut, convexe en bas. Le pericycle n'est pas refringent mais pauvre en fibres. Les faisceaux 
libero-ligneux sont ouverts en haut sur les cotes et a Textreme base de la courbe inferieure. Le limbe 
a un epiderme superieur, recouvert d'une tres mince cuticule, forme d'une rangee de cellules plus lar- 
ges que longues. Le mesophylle superieur tres mince, a cellules a peine plus longues que larges, n'a 
qu'une seule rangee de palissades ; Tinferieur contient cinq rangees de cellules allongees transversalement. 
L'epiderme inferieur est beaucoup plus mince que le superieur, Les faisceaux des nervures sont entoures 
d'une gaine de cristaux prismaliques. Les stomates sont elliptiques. Les glandes orbiculaires petites, a con- 
tenu jaune-brun rougeatre, sont entourees de cristaux tres petits, rayonnants. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 332 



A. Rameaux florifere et fructifere de YHarpullia cochinchinensis Pierre. 
1-2. Fleurs et sepales. 

3-4. Petales en posilion et isoles. 

5. Coupe longitudinale d'une fleur male. 

6. Etamines isolees. 

7-8. Ovaire de la fleur male et femelle. 

9. Loges ovarienues uniovulees ou biovul^es. 
1.0-1 i. Fruits avant et apr&s leur dehiscence. 

12. Graine avec sa base funiculaire et son arille. 

13. Graine ouverte montrant 1'arille, les teguments et l'embryon en position. 

14. Embryon isole presente sur les deux faces. 

B. Rameau fructifere de V Harpulli a condor ensis Pierre. 

1. Fruit non mur. 

2. Graines avortees en position. 

3. Fruit en coupe transversale. 

4-5. Graine non mure en coupe longitudinale et entiere. 



PI. 352. 




E.Delpj, del 



Ed.Oberlmlith. 



A. HARPULLIA COCHINCHINENSIS. 

B s „_ _C0ND0J\ENSIS. 



IYIELIACEES 

MILNEA HARMANDIANA 

Aglaia Harmandiana Pierre in distrib. 



Habite le plateau d'Attopeu sur la rive gauche du Mekong. [Harmand ?i°1213. Herb. Pierre n° 5940.] 
Jeunes rameaux, petiole commun, cdte, face inferieure du limbe et fruits roux stelles tomenteux. Folioles au 
nombre de neuf a onze opposees ou subopposees, elliptiques chez les inferieures, oblongues en haut, terminees 
par une longue pointe aigue, un peu attenuees a la base et cordees, membraneuses, coriaces, munies de dix a 
vingt-cinq petites cotes de chaque cote, assez elevees en dessous, reliees par des nervures transversales ondulees et 
espacees. Grappes fructiferes au moins quatre fois plus courtes que le petiole commun. Fruit sph6rique le plus 
souvent monosperme. 

Petit arbre. Rameaux epais de 5 mm. Petiole commun long de vingt-cinq centim. Petiolule long de 4 mm. Limbe long de 11-14 cent, sur 
5-0 cent, chez la paire inferieure, de 24 cent, sur 6 cent, chez les superieures, terminees par une pointe longue de 2 cent., verdcttres et pavles 
en dessus, d'une teinte rousse en dessous. Grappe tres ramifiee a ramifications rapprochees et epaisses, longue de 7-8 cent. Fruit bacciforme long 
de 14 mm. sur 10 mm., tres velu, contenant trois loges incompletes dont une seule le plus souvent est fertile. Le pericarpe est epais de 1 mm. et 
traverse de canaux laiteux, comme tous les fruits d'ailleurs des especes de ce genre. La graine a 6-10 mm. de longueur. Llle est recouverte d'une 
arille adherente au tegument externe. L'embryon est forme de deux gros cotyledons superposes pressant la tigelle et la gemmule, celle-ci 
centripete et velue, celle-la centrifuge et presque marginale. 

La caracteristique concave a lobes subaigus et un peu divergents en haut est convexe en has. Elle est entouree 
d'un pericycle epais penetrant le liber et le decoupant jusqu'aux faisceaux ligneux. Dans cette region, les 
nodules sclereux sont rares, mais soit dans Fecorce, soit dans la moelle, on en observe quelques-uns. Le 
limbe mince a un epiderme de cellules un peu plus larges que longues, recouvertes par une cuticule trois 
fois plus mince. Le mesophylle superieur n'a qu'une rangee de palissades un peu plus longues que larges 
et Finferieur ne comporte que trois rangees de cellules. L'epiderme infcrieur a des cellules un tiers plus 
petites que le superieur et sa cuticule est aussi tres mince et ondulee. Sur les deux faces, prineipalement' 
contre les nervures, les poils stelles rougealres abondent. On observe des glandes particulierement a la face 
inferieure. Elles ont un contenu orange et sont entourees de sept cellules. Les stomates sont oblongues et 
les cristaux prismatiques tres gros et assez abondants dans la region palissadique. 



HEARNIA AQUATICA 



Habite le delta de la Basse Gochinchinc et la province de Bien Hoa. [Herb. Pierre n° 46.] 
Jeunes rameaux, quelque peu le limbe en dessous et inflorescence squameux ferrugineux. Folioles au 
nombre de cinq, oblongues et lanceolees aux deux extremites, subcordees a la base et aigues au sommet, 
coriaces, glabrescentes, un peu glauques ou pales, ponctuees, munies de 45 paires de petites cotes tres fines et 
a nervation tertiaire indistincte ou obscure. Grappes longuement ramifiees plus longues que le petiole commun, 
a fleurs pedicellees tres petites. Calice, a sepales presque libres, obtus, plus court que les petales. Antheres 
cordees a connectif lanceole. Ovaire squameux a style gros, court, cylindrique, arrondi, presque sans divisions 
stigmatiques, a deux loges uniovulees, incompletes ou completes. Fruit inconnu. 

Arbre de 6 a 15 metres. Rameaux 6pais de 2 a 3 mm. Petiole commun de 10-12 cent, de longueur recouvert de squames ferrugineuses. 
Petiolule long de 5 a 6 mm., canalicule, squameux, epais de 2 1/2 mm. Limbe long de 20 a 24 cent., large de 4-6 cent., a bords 
enroul6s. Grappes longues de 16 a 25 cent, a p6dicelles longs de 1 mm., recouvertes de squames de meme que le calice. Sepales au 
nombre de cinq, imbriqu6s, longs de 1 mm. Petales longs de 1 mm. et trois quarts de mm., alternes aux sepales, imbriques et glabres. 
Etamines au nombre de 5. Antheres cordees, acuminees, inserees a Fextreme sommet d'un tube subglobuleux. Ovaire long de 1 mm. 

La caracteristique a la forme d'un fer a cheval a branches subparalleles et attenuees en haut, a direction 
verticale oblongue. Le pericycle ne devient fibreux ou refringent que bien plus haut dans la cote. II ne fait 
qu'apparaitre au sommet de la courbe superieure, entre les branches. Dans le bois comme dans Fecorce et la 
moelle du petiole, il y a beaucoup de nodules sclereux. Le limbe a un epiderme d'une seule rangee de 
cellules plus larges que longues, bien moins longues encore a la face inferieure et recouvertes d'une cuticule 
ondulee tres mince. Le mesophylle superieur a deux rangees de palissades a cellules lineaires 8 a 9 fois plus 
longues que larges. Le mesophylle inferieur forme de onze rangees de cellules plus larges que longues est 
traverse de meats nombreux. II est deux fois et demie plus large que les palissades. Les cristaux sont tres 
gros et occupent la moitie au moins de l'epaisseur des palissades. Les glandes entourees de sept cellules sont 
frequentes. Les stomates sont elliptiques. 

Ce qui frappe dans cette plante, e'est l'epaisseur de son limbe, les squames, a l'exclusion de tout autre forme de 
poils, qui la recouvrent, la forme de sa caracteristique et enfin les antheres sessiles au bord du tube 
staminal. Par ses poils e'est un Lepiaglaia, par ses antheres acuminees, par sa placentation et son style 
arrondi, e'est un Aglaiopsis ou un Hearnia ; par Fensemble de ses caracteres, e'est un Aglaia. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 833 

A. Rameau fructiiere du Milnea Harmandiana (Aglala Harmandiana Pierre). 
1-2. Fruit entier et ouvert. 

3-4. Graine avec Farille et les teguments ou sans eux. La meme ouverte. 
5-6. Cotyledons en position ou ^cartes. 

B. Rameau florifere de VHearnia aquatica. 

1. Branche de la grappe grossie. 

2. Calice et sepales isol^s avec la forme des poils de cet organe et des autres. 
4-5. Petales en position et isoles. • 

6-7. Tube staminal. Le meme coupe vu du cote interieur. 

8. Antheres et pollen. 

9-10. Ovaire entier ou dechir6 montrant les ovules en position. 

11. Coupe longitudinale d'une fleur. 

12. Coupe transversale de l'ovaire. 



PI. 333. 




E.Delpy del. 



Ed.Oberlinlith. 



A AGLAIA" HAE\MANDIANA 

B HEAT\NIA AQUATICA. 



MELiACtES 



AGLAIA PYRAMIDATA 

Hance. Journ. of. Bot. (1877) 331 ; A. cochinchinensis Pierre in distrib. 



Habite Tile de Phu Quoc et le Cambodge dans la province de Kamput. [Herb. Pierre n° 90.] 
Rameaux, p&ioles, surface inferieure du limbe, inflorescence et fruit recouverts de squames couleur 
de rouille. Folioles au nombre de quinze le plus souvent, alternes ou subopposees, oblongues lanceolees, 
longuement acuminees, arrondies et asymetriques a la base, obtuses aux deux extremites, glabrescentes, coria- 
ces, munies de 17 a 49 paires de petites cotes tres fines mais distinctes sur les deux faces. Grappes axillaires lar- 
gement ramifiees, a fleurs tres petites, globuleuses, presque sessiles. Petales oboves, concaves, un peu agglutines, 
plus longs que le calice. Tube staminal globuleux. Antheres acuminees. Style oblong. Fruit didyme ou globu- 
leux, petit, a une ou deux loges monospermes. 

Arbre de 20 a 25 metres. Rameaux epais de 5 a 6 mm. roux ferrugineux, arrondis et dans le jeune age aplatis. Feuilles alternes, imparipennSes. 
Petiole commun long de 10-35 cent., arrondi mais sillonne. Petiolule long de 4 mm. Folioles inferieures longues de 7-8 cent., superieures longues 
de 13-16 cent, et larges de 3-5 cent., brunes a l'etat sec en dessus, rouges-brunatres en dessous. Grappes longues de 20-26 cent, a ramifications 
longues de 6 a 8 cent., d'une leinte de rouille. Les squames sont presque orbiculaires ou a peine sinuees. Les fleurs sout dioiques. Le calice est 
form6 de cinq lobes obtus, imbriquSs, longs de 1/4 mm., squameux en dehors. Les petales sont au nombre de cinq, enfin libres et hrges de 
1 1/2 mm. Le tube staminal membraneux un peu plus court que les petales est glabre, urc6ole. Les antheres presque sans filets sont au 
nombre de cinq et attachees tout a fait a I'e.xtreme base du tube. Elles s'ouvrent en dedans par deux fentes longitudinales. II n'y pas de 
disque. L'ovaire biloculaire squameux a style court, a peine lobe dans la plante femelle, est oblong sillonn§ dans la plante male. Deux ovules 
superposes dans chaque loge avec le raphe dorsal et le micropyle exterieur sont incompletement anatropes. Le fruit est une baie squa- 
meuse, longue de 5 mm. ou ronde ou didyme. L'arille rougeatre est incomplete el bien distincte de la graine ; elle est entiere en has 
et bilobee en haul. Le tegument est coriace et double. Les cotyledons sont superposes. La plantule a une radicule marginale lineaire et 
une plumule squameuse comprimee par les cotyledons. 

Le bois de cet arbre est rougeatre, assez leger et de bonne duree. II est communement employe par les Kmers 
dans la construction de leurs cases. II a une odeur, peu developpee, il est vrai, resineuse assez agreable quand on 
le brule. II fournit de bonnes planches et pourrait donner de bons meubles. 

Sa feuille prend trois faisceaux au cylindre central de la tige. Sa caracteristique concave en haut, convexe en bas, 
est beaucoup plus longue que large. Elle n'a de gaine fibreuse que vers le milieu du petiole et alors cette gaine 
decoupe fortement en bas le liber. Les faisceaux, a la courbe inferieure tres unis en haut, sont a la carac- 
teristique disjoints. On observe dans le limbe beaucoup de cavites resineuses a contenu jaune orange. Ces 
glandes ont six cellules de bordure. On les trouve soit enfoncees dans les tissus, soit sur Tune et Fautre face du 
limbc. A la face superieure elles s'enfoncent jusqu'au milieu des palissades. Dans le bois elles sont tres nom- 
breuses dans la moelle et l'ecorce. La cuticule est assez epaisse et ondulee. L'epiderme sur les deux faces com - 
prend une seule rangee de cellules plus larges que longues. Les palissades sont en deux et trois rangeesja premiere 
trois fois plus longue que large est bien plus developpee que les deux autres. Le mesophylle inferieur comprend 
onze rangees de cellules allongees transversalement et frequemment interrompues par de larges meats. Les ner- 
vures n'atteignent pas les palissades ou ne les depassent pas. Les stomates sont elliptiques et les cristaux 
prismatiques. 

Cette plante differe des Aglaia par son tissu tres ylanduleux, par ses squames, par ses petales membraneux, 
par son tube staminal globuleux, non etrangle au milieu comme chez les Aglaia, par reinsertion, sur ce tube, 
basilaire de ses antheres et non au milieu comme chez les Aglaia, par la presence autour de sa graine d'une 
arille independante du tegument seminal et incomplet en haut. Si Ton considere ce que le Lansium et YHearnia 
sont par rapport a un Aglaia et meme le Milnea, on admettra les coupes que je propose, qui pour moi sont 
generiques et ne seront pour d'autres que subgeneriques. A la verite, pour ceux qui ne reconnaissent au genre 
que les seuls caracteres tires de la fleur, un Lansium devrait comprendre les Aglaia, les Hearnia et meme les 
Amoora. La, en effet, il nV a de difference que par le nombre des parties. Dix etamines au lieu de cin.q, cinq 
loges ovariennes au lieu de deux a trois, e'est tout ce qui les separe d'apres les auteurs. Mais si on considere 
que le Lansium a un style tronque, subpelte, que son fruit est a cinq loges normalement, et si on y joint les 
caracteres anatomiques, on a vraiment raison de le distinguer des genres precites. II en sera alors de meme 
pour le Milnea, le Lepidaglaia, le Merostela, YHearnia et le Thoreldora. De meme on devra separer les Apha- 
namixis de YAmovra (Test ce que nous ferons et nous allons dire comment nous comprenons ces genres : 

l ,e S6rie. Cotyledons superposes. 

1. Lansium. Sepales et petales 5, imbriques. Antheres au nombre de 40 attachees au sommet du tube mais 
incluses. Ovaire a cinq loges uniovulees. Style gros, 5 gone, termine par un stigmate subpelte. Baie de 4-5 loges 
monospermes. Arille adherente au tegument externe. Poils slelles. 

2. Milnea. Tous les caracteres du Lansium, mais antheres 6-5; ovaire de trois loges incompletes; style mil • 
stigmate discoide. Fruit de trois loges incompletes. Poils squameux et stelles melanges sur tous les or-anes. Ca- 
racteristique concave a lobes amincis. Espece type : M. edulis Roxb. 



3. Merostela. Tous les caracteres du Milnea, mais ovaires a trois loges completes, style oblong ou obove, 3 gone, 
tronque et couvert de poils hispides reflechis, trilobe ou tripartite dans la fleur male. Ovules solitaires de 
Lansium et de Milnea. Fruit de trois loges monospermes. Graines sans arille. Poils stelles. Rameaux tres gros ; 
feuilles tres grandes. Caracteristique presque orbiculaire, echancree en haut et a lobes rapproches. Espece type : 
Merostela grandis [Aglaia grandis Korthals]. 

4. Aglaia. Tous les caracteres du Lansium, mais a cinq examines sessiles attachees au milieu etrangle d'un 
tube campanule en haut et tres charnu. Ovaire de deux loges uniovulees ou biovulees dans la meme fleur. Style 
conique termine par deux lobes tres courts ou simplement sillonne. Fruit de une a deux graines recouvertes d'une 
arille de Milnea on de Lansium, mais peu epaisse. Poils stelles en melange avec des squames lobees ou ciliees. 
Caracteristique concave mais a lobes un peu ecartes. Espece type : Aglaia sinensis {camunium sinense). 

5. Lepiaglaia. Tous les caracteres de Y Aglaia, mais tube staminal globuleux et antheres sessiles a F extreme 
base du tube. Ovaire de deux loges biovulees et ovules munis a la base d'une cupule funiculaire devenant Fa- 
rille, arillle non adherente au tegument de la graine mais libre, bilobee et incomplete en haut comme chez les 
Amoora. Style oblong, sillonne. Fruit petit, squameux, a une ou deux graines. Poils squameux, orbiculaires, 
imbriques. Caracteristique concave lineaire dans le sens transversal. Glandes beaucoup plus nombreuses 
dans toutes les regions que chez les autres genres precites. Espece type : Lepiaglaia pyramidata. 

6. Hearnia. Tous les caracteres de V Aglaia, mais a tube staminal globuleux, mince et portant a son extreme 
sommet cinq antheres pourvues de connectif et exsertes. Ovaire a deux loges biovulees et a cloisons completes 
ou incompletes de Milnea. Stigmate obove sessile ou subbilobe. Fruit monoloculaire de Milnea. Poils squameux 
ou stelles. Caracteristique oblongue verticale hippocrepiforme, a faisceaux disjoints a la base. Ecorce et 
moelle, dans la feuille et le bois, contenant beaucoup plus de nondules sclereux que chez les genres precedents. 

7. Amoora (Andersonid). Calice irregulier le plus souvent a trois dents inegales. Petales au nombre de trois. 
Etamines au nombre de six. Ovaire de trois loges uniovulees ou biovulees. Style a 3 lobes. Capsule coriace de 
trois valves. Arille libre et incomplete. Poils stelles. Caracteristique triangulaire a angles aigus. Limbe pourvu ou 
non d'hypoderme. Espece type : Amoora cucullata Roxb. 

2 e S6rie. Cotyledons verticaux en partie connes ou libres. 

8. Aphanamixis. Calice de 4-5 lobes ou dents. Petales au nombre de trois. Etamines au nombre de 5-6. 
Antheres incluses a connectif apicule. Ovaire a trois loges et a styles & Amoora. Capsule trivalve d' Amoora. 
Arille complete et libre. Hile lateral basilaire. Radicule supere et courte. Poils stelles. Caracteristique non 
echancree a la courbe superieure, bombee r plus longue que large. Espece type : Aphanamixis Rohituka. 

9. Thoreldora. Calice de cinq sepales imbriques. Petales au nombre de trois. Etamines au nombre de six a 
antheres surmontees d'un large connectif tronque, muni au dos d'une grosse glande de Rutacee. Ovaire de une a 
deux loges. Style mil a stigmate lineaire sessile. Baie monosperme ou disperme. Arille adherente au tegument. 
Cotyledons libres. Radicule courte, grosse, supere. Poils stelles. Caracteristique ovale et concave en haut. Es- 
pece type : Thoreldora cochinchinensis. 

II y a chez les plantes qui composent ces genres des differences d'aspect. Ainsi les Aglaia, Monostela, Hearnia 
sont de petits arbres ou des arbres de moyenne grandeur. Les Aglaia et Hearnia ont des feuilles pourvues de 
peu de folioles et relativement petites, tandis que le Merostela est un tout petit arbre sans ramifications et 
pourvu de feuilles et de folioles nombreuses tres grandes. Les Lepiaglaia et Milnea sont de grands arbres par 
rapport a ces derniers et ont un bois rougeatre tres apprecie, de meme que le Lansium. Le Thoreldora atteint 
deux a trois metres au plus et a tout Faspect des Glycosmis au milieu desquels il vit a Tombre de la foret. Les 
Aphanamixis et Amoora surtout, sont de tres grands arbres, mais tandis que les premiers ont un bois mou, 
d'aucune utilite, celui des Amoora est tres estime, autant que celui des Lepiaglaia, et s'emploie a une foule d'u- 
sages. Certains Amoora, ainsi que nous le verrons, sont les geants de la foret primitive. 

Rumphius [Amboine I.] a tres bien rapproche du Lansium domesticum [t. 54] un Lepiaglaia [t. 55], son 
Lansium sylvestre et un Milnea [t. 56], son Lansium montanum que je crois bien distinct de celui de Miquel par 
le nombre de ses folioles et de celui de Jack, qui serait, dit-on, Y Aglaia odorata. Et pourtant il a place cette 
derniere espece dans un tout autre genre, le Camunium, qui, on le sait, est leMurraya exotica L. Loureiro ne s ? y 
est pas trompe et cependant il confond le Lansium avec les Baccaurea et, en efifet, son B. sylvestris [Lour. 
Fl. Coch. 662], ou cay Ion bon, n'est pas autre que le Lansium domesticum. C'est a tort que Muller d'Argovie 
en a fait une espece de Baccaurea de sa section Hedy car pus [D. C. Prod. XV. pars posterior 457], 



MILNEA CAMBODIANA 

Aglaia cambodiana Pinre in distrib. 
Kmer : d'om pong Kom ou Kou 

Habite la montagne de Krewanh dans la province de Pusathau Cambodge. [Herb. Pierre n°879l. 

Jeunes rameaux, petiole commun, petiolules, inflorescence et fruits recouverts de poils squameux, stelles 
ocreux. Folioles pettolulees au nombre de cinq a onze, opposees, les inferieures plus petites elliptiques, les 
superieurcs oblongues lanceolees et aigues aux deux extremites, membraneuses, d'une teinte pale sur les deux 
faces, les plus grandes munies de douze petites cotes tres fines distinctes sur les deux faces. Grappes fructi- 
feres 3-4 fois plus courtes que les feuilles. Baies globuleuses triloculaires. 



Arbre de 8 a 10 metres. Petiole commun long de 14-16 cent. Petiolule long de 4-10 mm. Limbe des folioles inferieures long deo-6 cent, 
sur £5 mm., des superieures long de 13-20 cent, sur 4 a 6 cent., quelquefois asymetriques a la base. Grappe fructifere longue de 5-6 cent. Fruit 
long cl large de 20 a 26 mm. contenant trois loges dont deux sont fertiles. Le pericarpe est epais de 1 mm. Les cloisons sont Ires 
minces, coriaces et completes. La graine comprimee dans le sens ventral est entouree de deux teguments tres minces et d'une arille charnue 
comestible. Les cotyledons superposes, epais, charnus, arrondis a leurs extr<§miles, sont aplatis a leur commissure. La radicule ou tigelle a 
direction ventrale a une gemmule Irks velue. 

Cette espece est excessivement voisinc du Milnea edulis Roxb. On Ten distingue, en l'absence de fleurs, 
par des folioles lanceolees aux deux extremites, par un limbc moins large, par un calice non epaissi en cu- 
pule a la base du fruit et par un fruit ordinairement disperme. Sa caracteristique concave a les lobes de la 
courbe superieure un peu plus ecarles. Elle contient aussi dans son ecorce et sa moelle beaucoup moins de 
nodules sclereux. Dans son limbe un peu plus mince que celui du M. edulis, Tepiderme a une cuticule 
moins epaisse. Les palissades ont deux rangees subegales a peine plus longues que larges, tandis qu'une 
seule rangee se remarque chez le M, edulis. Le mesophylle inferieur comporte six rangees de cellules com- 
primees et allongees transversalement comme chez le M. edulis. L'epider me inferieur de meme que la cuti- 
cule est plus mince que chez le M. edulis. Les cristaux prismatiques tres gros, les glandes sont entourees 
de sept cellules et les stomates sont oblongues chez les deux especes. Quant aux poils, ils se presentent plus 
squameux chez le M. edulis. L'etoile est formee de cellules lineaires le plus souvent libres et divergentes, 
tandis que chez le M. edulis ces cellules sont conn^es a leur base dans une etendue plus ou moins consi- 
derable, et ne sont divergentes que vers le milieu de leur longueur. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 334 

A. Rameaux florifere et fructifere du Lepiaglaia /tyramhlata kyh.ua /n/raiii'idatu Hance et A. cochinchinensis Pierre]. 
1-3. Fleurs grossies et sepales. 

4-5. Petales en position et isol6s. 
6-7. Androc6e et antheres. 

8-9. Ovaire d'une fleur male. La meme en coupe longitudinale. 
Ml. Fruit eutier et d^chire" montrant une ou deux loges monospermes fertiles ou non. 

12. Graine et arille. 

13. La meme dechirSe montrant les cotyledons superposes. 

14. Cotyledons sous l'arille et les teguments. 

15. Cotyledons isoles. 

16. Graine en coupe longitudinale. 

B. Rameau du Milnea cambodiana [Aglaia cambodiana Pierre]. 

1. Fruit. 

2. Le meme d6ehir£ montrant deux graines en position. 

3. Graines entourees de l'arille et des teguments. 

4. Les memes dont les enveloppes sont d£chirees ou enlev6es montrant les cotyledons superposes avec la radicule et la gemmule. 

5. Embryon en coupe longitudinale. 

6. Fruit en coupe transversale. 



PI. 334 




E.Delpj del 



Ed.Oterlmlith 



A,_AGLAIA COCHINCHINENSIS 
B CAMBODIANA . 



MELIACEES 



MILNEA RUGOSA 

Aglaia rugosa Pierre in dhtrib. 



Habite la montagne Krewanh, dans la province de Pusath. [Herb. Pierre n° 880.] 

Rameaux adultes assez greles et glabres. Folioles au nombre dc sept, alternes, longuement petiolulees, oblon- 
gues ou elliptiques oblongues, acuminees et a pointe un peu obtuse, a base asymetrique ou non et aigue, membra- 
neuses, coriaces, peu epaisses, glabres, munies de treize a quinze paires de petites cotes tres espacees, assez ele- 
vees et a nervation tertiaire transversale, fine mais distincte. Grappes ramifiees, axillaires, un peu plus cour- 
tes que le petiole commun. Fleurs inconnues. Fruit baeciforme, triloculaire, trisperme, globuleux et couvert de 
squames substellees et ferrugineuses. 

Arbre de 8-12 metres. Rameaux e^ais de 4 mm. Petiole commun epais de 2 mm., un pen anguleux, glabre, long de 23 cent., nu a la base 
dans une longueur de dix cent. Petiolule long de \ 1/2 a 2 cent., epais de 2 1/2 mm. Limbe long de 20 a 29 cent., large de 9-12 cent., d'une 
teintebrune verdatre en dessuset opaque et subferrugineuse en dessous. Les petites cotes sont, vers le milieu du limbe, espacees de deux cent, et 
vers la base de cinq mm. La grappe a de quinze a vingt cent. Le pedicelle a une epaisseur de 3 mm. et est court. Le fruit a de 2 1/2 a 3 cent 
Son pericarpe est epais de 2 mm. et contient assez de cellules sclereuses pour le rendre bosseJe en dehors et en dedans. L'endocarpe est membra- 
neux etbrillanl. Lescloisons des loges, en parlie incompletes, sont minces. La graine elliplique longue de 15 a 17 mm., large de 12 a 13 mm. 
dans le sens ventral, a un hilelineaire. Elle a de minces teguments recouverls en dehors par une arille blanche et aigrette a peine dislincte de 



Cet arbre a deja ses fruits murs au mois de juillet. 

(Test une des especes de Milnea ayant le limbe large et cela lui donne un aspect d'Amoora. Comme toutes 
les Meliacees, la feuille prend trois faisceaux libero-ligneux au cylindre central. La caracteristique est profonde- 
ment cordee a la courbe superieure. Son pcricycle est en partie fibreux et ne le devient enticement que vers la 
partiesuperieurede la cote. Le bois est bien eonforme et dans la moelle comme dans l'Scorce on observe beau- 
coup dramas pierreux. Le limbe a une cuticule assez epaisse en haut recouvrant, avecondulation, une seule 
rangee de cellules epidermiques beaucoup plus larges que longues et plus grandes qu'a la face inferieure. 
Deux rangces de palissades a peine de moitie plus longues que larges occupent le mesophylle superieur et 
sont trois fois plus courtes que Tinferieur qui se presente avec neuf rangees de cellules coupees ca et la de 
meats. Dans toutes les parties de ce limbe on trouve des cristaux prismatiques (res gros, d'autant plus 
gros qu'ils sont isoles, principalement dans la region palissadique. Aux deux faces du limbe les giandes 
bordees de 7-8 cellules et gorgees de residu jaune orange, nesont pasrares. Les stomates sont subelliptiques. 



MILNEA VERRUCOSA 

Aglaia verrucosa Pierre in dislrib. 

Habite l'une et l'autre rive du Mekong depuis la province de Kamput jusqu'a celle d'Attoneu. \Herb Pierre 
n«> 4.264 e* 3.930; Harmandn" 1.213.] L 

Rameaux, petiole commun, inflorescence et fruit roux pubescents, a poil subsquameux. Folioles au nombre 
de cinq a onze, petiolulees, alternes, elliptiques et oblongues acuminees, a pointe subcaudiforme obtuse si- 
nueuses, coriaces, opaques, munies de 9 a 14 petites cotes assez elevees, sans nervation tertiaire bien 'dis- 
tincte. Grappes fructiferes longuement ramifiees, de la longueur ou plus longues que le petiole commun. Baie 
triloculare et trisperme, sub-spherique, aplalie en haut et recouverte de vermes. 

Petit arbre de 10 a 11 melres. Rameaux epais de 5 mm. Peliole commun long de 23 cent, etloug de 6 a 9 mm. dans sa parlie basilaire privee de 
folioles. Pdbolule longde enq mm. epais d'uu peu plus d'un mm. Limbe des folioles inferieu.es long de 9-12 cent., large de 4-5 cent des folioles 
superieures longues de 12-16 cent., large de 3 a 5. Les petites cotes sont canaliculus en dessus el assez elevees en dessous, avec une'facette sub 
a,gue. A pe me peut-on voir la nervure tertiaire transversale. La grappea 23 cent, el plus de longueur. Ses ramifications basilaires out 6-8 cent de 
longueur, bile esl revetue d une pubescence courte squameuse ou subsquameuse, d'une leinle de rouille de meme 



.._„ r „ w».^ > T .u.™ u U ,uus 4 u«uihisb, u une lenue ue rouille ue meme que le fruit et les jeunes 

l'etatadulle. Le fruit a de 1 i a 22 mm. de longueur et de largeur vers le sommet un pen elaigi. Le pericape mou, charnu et a peine sclX'eux mi 
6pais de 6 mm. en face des cloisons ct n'a que 3-4 mm. entre celles-ci. La graine est attachee dans cbaque loge a une cloison membraneuse et son 
bile est bncan-e. bile a 12 1 /I mm. de longueur, 3 1 /2 dans le sens ventral et 5 mm. dans le sens transversal comme epaisseur. Son arille es mine" 
adherente aux teguments mais nn peu plus epaisse que cenx-ci. Les cotyledons charnu. soul superposes et comprimenl la tigelle el la planlule celle' 
ci centnpete et celle-la cenlrifuge et presque marginale et ventrale. ' 

Cette plante a de grandes affinites avec le Milnea pirifera, decrit plus loin et qui est 1* Aglaia pirifera 
de Hance [Journ. Bot. (1877) p. 3-31]. J'ai pense meme a les unir, cependant on les distingue bien en ce 
que chez le M. pirifera, les folioles sont de neuf, plus longement petiolulees, opposees, terminees par une 
queue plus longue ; ses grappes sont beaucoup plus petites que le petiole commun et ses ramifications 
moins longues, son fruit est plus piriforme et plus petit et souvent hiloculaire. Je puis ajouter que son 
limbe est un peu plus mince. Leur caracteristique a tous deux se presente tres cordee et ouverte en haut 
et peu entouree de pcricycle sclereux. Tout au plus chez le M. verrucosa constate-t-on un plus grand nom- 



bre de nodules sclereux. Quant au limbe, sauf les dimensions il ne differe pas cbez les deux plantes. II faut 
pourtant dire que son epiderme superieur a des cellules presque aussi larges et beaucoup plus grosses que 
celles de Tinferieur. Les palissades sont en deux rangees,, deux fois et demie, plus courtes que les dix rangees 
de cellules du mesophylle inferieur. Comme dans tous les Milnea, les stomates sont elliptiques oblongs et 
les cristaux prismatiques tres gros, particulierement dans la region palissadique. Sur les deux faces du limbe 
on voit beaucoup de glandes a contenujaune orange. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 335 

A. Rameau fructifere du Milnea rugosa [Aglaia rugosa Pierre]. 

1-2. Fruit d£chir£ montrant la graine d'une loge en position et en coupe transversale. 

3. Graines en differentes positions entourees de l'arille et des teguments. 

4. Deux graines rapprochees dans une loge ou la cloison etait d^truite et squames de la plumule. 

5. Embryons,leurs cotyledons unpeu ecart^s pour montrerlatigelle et la plumule. 

B. Rameau fructifere du Milnea verrucosa [Aglaia verrucosa Pierre}. 
1 . Fruit dechire montrant une graine en position. 

2-3. Graines en differentes positions. 

3. Cotyledons sans l'arille et les teguments, 6cart6s pour montrerlatigelle et la plumule. 

4. Coupe longitudinale d'une graine. 



PI. 335. 




Ed.Oberlinlith., 



A AOLAIA J\UG0SA. 

B : , VERUCOSA. 



iyieliacCes 



AGLAIA HOAENSIS 



Habite la province de Bien hoa. [Herb. Pierre n° 2779.] 

Jeunes rameaux, petiole commun, petiolules et inflorescence squameux. Folioles au nombre de 3-7 petiolulees, 
opposees, ovalcs laneeolees ou elliptiques-oblongues, acuminees et a pointe obtuse, egales et aigues a la base, 
coriaces, d'une teinte grise et pale, glabrescentes en dessous, munies de 6-10 paires de petites c6tes tres 
fines et a nervation tertiaire a peine distincte. Grappes ramifiees plus longues que le petiole commun, a fleurs 
tres petites. Calice a sepales arrondis, squameux en dehors et cilies. Petales deux fois au moins plus longs 
que le calice. Antheres subrostrees. Ovaire squameux a style cylindrique gros et court, un peu concave au 
sommet. Fruit inconnu. 

Arbrede8-12 moires. Rameaux ultimes anguleux ou subcomprimes epais de 2 mm., revetus uniformement de squames a branches unies au 
moins jusqu'au milieu et inhales au pourtour. Petiole commun long de 4 1 /2 a 11 cent, a peu pres de moitie moins long que la feuille ou plus long. 
Petiolule long de 4 mm. Limbe long de 5 a 7 cent, sur 3 cent, chez les folioles inferieures, de 8 a 10 cent, sur 3 1/2 cent, chez les supe>ieures. 
Elle est par-ci par-la squameuse sur la nervation principals La grappe est longue de 12 cent, a 20 cent. Elle est tres grele et ses ramifications les 
plus longues ontde 8 a 10 cent. Les pedicelles sont a peu pres de la longueur de la fieur. Le calice a 1/4-1/2 mm. de longueur. Les cinq scales 
tres squameux en dehors, sont deux fois au moins plus courts que les petales. Ceux-ci ont 1 mm. a 1 mm. 1/4 de longueur ; ils sont obov6s, libres 
ou a peine adherents entreeux, glabres el imbriqu6s. Le tube staminal epaissi au milieu et la contracts porte cinq etamines incluses. Le bord de 
ce tube est sinue, du moins dans les jeunes fleurs, tres court, plus court que son style tronque. L'ovaire et son style sont de moitie moins 
longs que le lube staminal. Je n'ai vu qu'un seul ovule dans chacune des deux loges, contrairement ace qui a lieu chez les Aglaia dont une des loges 
en possede deux ordinairement. 

Le limbe est peu epais. Sous une cuticule deux fois plus mince que la rangee unique des cellules de 
1'epiderme, on voit celles-ci allongees dans le sens transversal et a peu pres une fois 1/2 plus larges que 
longues. Les palissades sont courtes et forment deux rangees presque d'egale longueur, 3 a 4 fois plus courtes 
ensemble que le mesophylle inferieur qui possede de 6-8 rangees de cellules peu allongees transversalement 
et souvent separees par des m£ats. L'epiderme inferieur et sa cuticule sont relativement plus minces que le 
superieur. De gros cristaux occupant plus de la hauteur des palissades ne sont pas rares ; ils sont moins 
gros, mais plus nombreux dans le mesophylle inferieur. Les faisceaux des nervures sont petits et n'atteignent 
pas les palissades. Les stomates sont elliptiques et entourees de 4 cellules. Les glandes a contenu orange que 
verdit Tiode sont entourees de six a sept cellules. La nervure ou la cote se releve en dos d'ane en haut 
et est ondulee et meme lobee en bas. Les sclerites nombreux dans Tecorce et la moelle du bois sont 
plus rares dans la feuille. La caracteristique offre une figure concave en haut, convexe en bas et un peu 
ondulee, plus large que longue. Le pericycle ne devient completement sclereux ou brillant que vers le haut 
de la cote. 



AGLAIA ROXBURGHIANA 



Bedd. Flor. Sylv. t. 130. — Miq. Ann. Mus. bot. IV, p. 41 ; — W. P. Hiern. in Hook. Fl. Brit. Ind. I. 555; — C. D. C. Suites Prod. I. 605, 

cum. synom. 

Habite le sud de Tlnde et de Tlndo-Chine. [Herb. Pierre n° 4268.] 

Les jeunes rameaux, Tinflorescence, le calice, Fovaire et le fruit roux ferrugineux, recouverts de squames 
substellees, squames eparpillees, rares sur le petiole commun et la face inferieure des feuilles. Folioles au nombre 
de sept, le plus souvent de cinq, elliptiques ou oblongues acuminees, quelquefois legerement obovees, et le plus 
souvent obtuses, egalement aigues ou cuneiformes a la base, minces, coriaces, grises a Tetat sec et un peu 
plus pales en dessous, munies de dix a quinze paires de petites cotes tres fines mais distinctes ainsi que 
ia nervation tertiaire transversale quasi blanche. Grappes ramifiees plus longues que le petiole commun, mais 
souvent plus courtes a Tetat fructifere, a pedicelles des fleurs fertiles a peu pres de la longueur du calice. 
Calice a sepales arrondis suborbiculaires. Petales deux fois plus longs que les sepales oboves, concaves. 
Antheres obtuses ovales acuminees, incluses et inserees au milieu d'un tube aussi long que les petales et a 
peine dente. Ovaire aussi long que le style arrondi un peu concave contenant deux loges biovulees. Fruit 
pyriforme avant maturite et enfin subglobuleux. 

Arbre de dix a quinze metres. Le peliole commun, long de 8 a 12 cent., est nu a la base dans une longueur de 4-5 cent. Le petiolule est long 
de 3 mm. Le limbe presque entierement glabre avec l'age en dessous, a de 6 a 12 cent, de longueur sur 2 a 3 1/2 mm. de largeur. Les grappes 
ont 14 cent, de longueur etleurs ramifications ont de 2-4 cent. Les pedicelles sont longs de 1 mm. a 1 1/2 mm. Les sSpales ont 1 mm. et les 
cinq p<Hales libres, imbriques, en ont le double. Le tube obconique devient campanule vers le milieu, la ou s'inserent les cinq antheres. Tres epais et 
charnu dans sa moitie inferieure, il s'amincit vers le haut. L'ovaire est de moitie moins long que le tube staminal. Les ovules sont superposes dans 
chaque loge, descendants avec le micropyle superieur et exterieur. lis sont incompletement anatropes. Le fruit biloculaire et disperme, quoique 
tres avance, est pyriforme et, a cet age, il a J 7 mm. sur 14 mm., enfin mur il a 20 mm. sur 18 mm. Son pericarpe squameux et ferrugineux en 
dehors a 2 1/2 mm. d'epaisseur. La graine a 15 mm. de longueur. Elle est entouree d'une arille et de deux teguments. Ses cotyledons sont 
superposes. Sa plumule est velue. 



Sa caracteristique est oblongue transversale, legerement concave en hauL convexe et sinuee en bas. Dans 
Fecorce et la moelle on compte a partir de la caracteristique peu d'amas sclereux. Le pericycle est incom- 
pletement fibreux, mfime assez haut dans la cote. Le limbe possede a chaque face une rangee de cellules 
epidermiques, plus large a la partie superieure, revetue d'une mince cuticule. Ces cellules sont un peu plus 
larges que longues. Le mesophylle superieur comporte deux rangees de palissades une fois plus longues que 
larges et le mesophylle inferieur se presente avec neuf rangees de cellules allongees de haut en bas, de plus 
en plus transversalement. Ce mesophylle inferieur est deux fois plus epais que la region palissadique. Les 
cristaux sont prismatiques, tres gros dans la partie superieure du limbe, plus petits ailleurs. Les glandes sont 
entourees de 6 a 7 cellules cintrees et ont un contenu jaunatre. Les stomates sont elliptiques. 

Beddome represente un fruit beaucoup plus petit (pie celui figure par Wight [Jcones 166]. Dans cette derniere 
figure ia feuille n'a que 6 a 7 paires de petites cotes et les feuilles ont des folioles elliptiques. D'autre part 
C. D. C. (loc. cit.) dit le fruit de 42 mm. de longueur. Cependant Tensemble de ma description se rapporle 
assez a celle des auteurs. Tous ces caracteres sont bien d'un Agiaia. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 336 



A. Rameau florifere de V Agiaia hoaemis. 
1-2. Fleurs grossies. 

3. Sepales. 
4-5. Petales en position et isol6s. 
0-7. Androeee avec tube vu du dehors complet et partie du tube presentee < 

8. Antheres et pollen. 
9-10. Ovaire et fleur en coupe longitudinale. 
B. Rameau florifere et fructifere de Y Agiaia Roxburghiana. 



Petit 



grossi. 



2-3. Scales em position et isoles. 

4-5. Petales en position et isol6s. 

6-7. Tube staminal entier. Lememe, en partie, vu du dedans. 

8. Antheres et pollen. 

9-10. Ovaire entier et avec loge ouverte. 

H. Coupe longitudinale d'une fleur. 

12. Coupe transversale d'un ovaire. 

13. Fruit dechire montrant deux loges. Ce fruit n'est pas enlierement mur. 

14. Jeune graine vue dorsalement et du cote du hile. 

15. Cotyledons ecartes. 

16. Coupe transversale d'un fruit. 



P1.356. 



f&$» ^-; 


mp^^ 


~^^ J ^-- 




/ ^ 


^^ 


' " 






£, 




-^ 


'\ \ ' S *5JN\ 


- ^\r 






— ^e 








"■: \ 


"--'- ^x 


/« 


SP 




- 




E.Delpy del 



Ed.Oberlinlith. 



A AGLAIA HOAENSIS. 

B -. — , J\OXBUi\&HIANA.Miq 



CHATEAUROUX 

TYPOGRAPHY ET STEREOTYPY A. MAJESTE ET L. BOUCHARDEAU. 



FLORE FORESTIERE 



DE LA 



COCHINCHINE 



PAR 

L. PIERRE 

DIRECTEUR DU JARDIN BOTANIQUE DE SAIGON 

OUVRAGE PUBLIE 

OUS LES AUSPICES DU MINISTERS DES COLONIES 



VINGT-DEUXIEME FASCICULE 



JUILLET 1890 



Mo.Bot. Ga rden, 

1898. 



PARIS 

OCTAVE DOIN, EDITEUR 



PLACE DE L'ODEON, 



IYIELIACEES 



LEPIAGLIA? TETRAPETALA 

Aglaia? tetrapetala. Pierre in distrib. 



Ilabitela province deChaudoc vers les montagnes de Day et Bayet aussi Tile de Pulo-Condor. [Herb. Pierre 
n° 284.] 

Jeunes rameaux, petiole commun, pctiolule, inflorescence et fruit squameux. Folioles 5-9 le plus souvent au 
nombre de sept, alternes ou opposees, longuement petiolulees, elliptiques, obtuses acuminees, a base subegale ou 
asymctrique subaigue ou arrondie, legerement squameuses en dessous, coriaces, munies de 7 a 10 paires de petites 
cotes assez elevees en dessous et a nervation tertiaire transversale peu distincte. Grappes ramifiees plus longues ou 
plus courtes que le petiole commun. Sepales squameux subuvalvaires. Petales oboves, deux fois plus longs que le 
calice. Tube staminal globuleux dente. Antheres incluses, cordees, obtuses, inserees au-dessus du milieu du tube. 
Ovaire triloculaire squameux a style court termine par trois petites fentes. Ovules gemines et superposes. Baie 
petite subovoide, contenant 1-3 graines arillees. Arille incomplete et libre. 

Petit arbre de huit a douze metres. Rameaux epais de 3 mm. Petiole commun long de 10 a 20 cent. Petiolule long de 8 a 10 mm.* 
et meme de 15 mm. chez la foliole superieure. Limbe des folioles inferieures long de 6 a 9 cent, sur 2 a 3 cent., des folioles sup6- 
rieures long de 12 a 13 cent, sur 4 a 5 cent. Ce limbe opaque en dessous est plus brun, mais un peu brillant en dessus. Les grappes 
ont de 7 a 15 cent, et leurs ramifications inferieures sont longues de 5 a 6 cent. Les pedicelles ont 2 mm. de longueur. Les sepales 
au nombre de 4 a 5, arrondis, longs de 1/2 a 3/4 de mm., sont de la longueur du tube. Les petales au nombre de quatre, imbriques, concaves 
et glabres, sont longs de 2 mm. Le tube staminal a 1 mm. 3/4 de longueur et porte six etamines sessiles. II n'y a pas de disque. L'ovaire 
pyramidal un peu altenue, a de deux a trois loges. Le fruit non mur a egalement de deux a trois loges, dont une a deux sont fertiles. 
La graine deja formee, quant a 1'arille qui est incomplete du cote dorsal et aux teguments, n'avait encore pas l'embryon bien conformed 
Son hile est lineaire ventral. 

Cette plante differe assez par le facies du genre Lepiaglaia [ Voy. t. 334], mais en a les squames caracteristiques, 
la placentation et Farille incomplete et libre de toute adherence avec le tegument, excepte au bord du hile. Dans 
son bois on releve dans la moelle beaucoup de poches secretrices et, de meme que dans la feuille, il y a tres peu 
de cellules pierreuses, si communes chez les Aglaia, Milnea et Merostela. Par cette pauvrete en sclerites, ses 
affinites sont plulot avec les Aphanamiocis, et Amoora, ou les sclerites font defaut ou sont tres rares. 
Cependant, la forme de son cylindre central dans la feuille denote bien un Lepiaglaia et nous verrons que 
chez le L. Bailloni, les cellules pierreuses manquent dans la feuille de meme que chez le L. pyramidata. Sa 
caracteristique est oblongue transversale ou lineaire oblongue, concave en haut, convexe en bas. Le pericycle n'a 
de fibres refringentes que tres haut dans la c6te. Son limbe a trois rangees de palissades, la seconde manquant 
ci et la. La cuticule plus epaisse en haut qu'en bas recouvre des cellules epidermiques plus larges que longues et 
plusgrandes qu'a la face inferieure. Le mesophylle inferieur est un peu plus epais que les palissades etcontient 
8-9 rangees de cellules a direction transversale. Contre Tepiderme inferieur on voit beaucoup de cristaux prisma- 
tiques, plus rares mais plus gros dans le mesophylle superieur. Les poches secretrices y sont assez rares, surtout a la 
face inferieure. Elles contiennent frequemment un gros cristal et sont entourees de 12 a 22 cellules de bordure. 
Les stomates sont elliptiques. 

Ce petit arbre differe done des Lepiaglaia par le nombre quatre des petales, par les loges ovariennes au 
nombre quelquefois de trois, par ses etamines inserees pres du sommet, quoique incluses, mais en a tous les 
autres caracteres, particulierement Torganisation anatomiquc et Farille incomplet et libre. Le fruit mur pourrait 
donner un bon caractere et confirmer les caracteres anatomiques. 



AGLAIA QUOCENSIS 

Annain : goi oy. 

Habile l'ile de Phu Quoc et la province de Kamput. [Herb. Pierre n° 4.428.] 

Les rameaux, le petiole commun, la cote en dessous, l'inflorescence et le fruit, recouverts a tout a«c d'un 
duvet squameux et ferrugineux. Folioles au nombre de 3 a 7 opposees, longuement petiolulees, elliptiques ou 
oblongues lanceolees, caudiformes obtuses ou cuneiformes a la base, coriaces, brillantes en dessus, a peine 
opaques en dessous, a teinte generale brun-cuivre, glabres moius la cdte, pourvues de 8 a i) petites cdtes 
principales et de 41 a 14 en comptant les plus petites. Grappes axillaires aussi longues que les feuilles 
generalement plus courtes chez la plante femelle, munies de chaque cdte de 6 ramuscules divergents, eux-memes 
ramifies. Pedicelles dela fleur male plus longs que la fleur, tout a fait sessiles et epaissis chez les femelles Sepales 
arrondis plus larges que longs, trois fois plus courts que les petales. Tube staminal tres epais portant a son 
•sommet cinq antheres sessiles, ovales acuminees et incluses. Ovaire velu termine par un style "labre et a 
peine sillonne au sommet arrondi ou subpyramidal. Baie globuleuse ou ovoide, monosperme. 

Arbre de 10 4 20 melres de hauteur, mais n'aiteignant guere plus de 7 a 12 metres le plus souvent. Jeunes rameaux epais de 3 mm et 
compnmes Pefole commun long de 6 a 13 cent, legerement deprime et sillonne en dessus. Petiolules longs de 6 a 10 mm epaissis vm's la 
base. Foboles mfeneures ovales ou elliptiques lanceolees, longues de 6 sur 3 cent. ; les superieure. longues de 1 1 a 13 cent sur 4 a o cent Les 



grappes longues de 5-6 cent, chez la plante femelle ont 6-17 cent, de longueur chez les males. Les ramuscules inferieurs ont de 4-8 cent, et les 
supSrieurs de 1-2 cent, de longueur chez la plante male. lis n'ont guere plus de 2 cent, a la base des grappes femelles et sont en haut 
rCduits a unefleur sessile. Les pedicelles males ont 2 mm. tandis que chez les femelles ils sont reduits a 1 1/2 mm. Les sepales au nombre de5 el 
imbriquGs, pluslarges que longs dans la serie extlrieure, deviennent elliptiques danslase>ieinterieure. Les p6tales egalemeut imbriquCs et au nombre 
decinq ont 1 mm. et3/4de mm. de longueur, lis sont epais, oboves et concaves. L'ovaire recouvert de poils squameux-stelles contient dans chacune 
de sesdeux loges un ou deux ovules rapproches mais non collateraux. Le fruit est une petite baie globuleuse n'ayant pas plus de 4 a 5 mm. de diam. 
et de longueur. 

En comparant cette description a celle de YAglaia Roxburghiana donnee plus haut t. 336, on s'apercoit de 
suite en quoi ces especes different. Elles ont 6te confondues neanmoins, parce que leur dissemblance la plus 
frappante existe dans le fruit, pyriforme chez YA. Roxburghiana et ici globuleux. Mais la plante (t. 336) que 
j'ai nommee A. Roxburghiana n'est-clle pas YA. cinerea King. Mater. F/or. Malay. Penins, n. 7, p. 06? Cela est 
probable, car son fruit comme forme est celle donnee par King et n'en differe que par les dimensions 
un peu plus grosses chez la plante de Cochinchine. Avant de se prononcer il faudrait pouvoir les comparer et 
faire Fanatomie de la plante de King. II se pourrait que les descriptions de Hiern et de C. D. C. relatives a 
Y A. Roxburghiana aient pour but plutot YA. cinerea King que YA. odoratissima BL, car d'apres King (1. c.) 
FA. odoratissima a un fruit long de 12 mm. sur 8 mm. ainsi que le dit C. D. C. de FA. Roxburghiana C. D. C. 
non Miq. Ceci prouve une fois de plus la difflculte de determiner les especes affines sans la comparaison des 
echantillons. Or, je n'ai pu le faire a Paris. Mais en quoi FA. Quocensis differe de YA. odoratissima ainsi que 
,le decrit M. King? D'abord, par un fruit plus de deux fois plus petit, mais encore par des folioles terminees 
"par une longue pointe, par des petiolules beaucoup plus longs, par les antheres incluses, par les pedicelles plus 
longs, par le style pyramidal et non largement ovoi'de et par les poils squameux stelles non caducs. J'avoue 
neanmoins ne pas etre encore bien convaincu que ces differences basees sur la description de Fauteur precite, 
description quoique tres precise et tres bien faite, ne puissent etre attenuees dans un grand nombre d'echantillons. 
II se pourrait done que YA. Quocensis ne fut qu'une forme de YA. odoratissima (Bl.) King. Quoi qu'il en soit, voici 
les caracteres anatomiques de YA. Quocensis, d'apres mes echantillons de Phu Quoc et de Cam chag. Le petiole est 
pourvu de poils squameux sur les deux faces de la cote. Les nodules sclereux sont presents dans l'ecorce et 
dans la moelle du cylindre central petiolaire. Les cristaux manquent dans toutes les regions autres que ceiles 
des faisceaux des nervures. La caracteristique plus large que longue est concave en haut. Elle est entouree 
d'une gaine epaisse et continue. La cuticule ondulee a la face inferieure du limbe est plus mince en haut et la 
presque rectiligne. L'unique rangee des cellules epidermiques plus large que longue est demi-fois plus grande 
a la face superieure qu'a la face inferieure. Les deux rangees de cellules palissadiques du mesophylle superieur, 
unpeu inegales, sont trois fois plus longues que larges et le mesophylle inferieur, pourvu ca et la dememe que les 
epidermes de glandes resineuses, a deux fois la hauteur du superieur. Comparant cette espece a Y A. Roxburghiana = 
A. cinerea? King pi.- 336, nous remarquons que ces deux planles offrent, anatomiquement, une exacte ressem- 
blance, sauf la presence de poils sur les faces de la cote et Fabsence de cristaux dans les parties parenchymateuses 
du limbe, de la moelle et de Fecorce du petiole chez YA. Quocensis, tandis que ces cristaux sont la meme tres abondants 
et tres gros chez FA. Roxburghiana, p. 333. Chez celte derniere, je ne vois pas aussi les sclerites ou nodules 
sclereux signales plus haut chez la premiere. Or, par Fetat des feuilles, la forme et la grosseur du fruit, nous 
savons qu'on ne saurait les confondre. Remarquer cela, e'est constater une fois de plus que dans certains 
genres a especes tres homogenes, les caracteres anatomiques ajoutent peu a la distinction des especes. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 337 

A. Rameaux du Lepiaglia tetrapetala. 

1. Bouton et squames du calice et de l'ovaire. 

2. Calice delache. 

3. Petales en position et detaches. 

5. Tube staminal ouvert et entier. 

6. Le meme en position et dechire. 

7-8. Ovaire entier et dechire montrant les deux loges biovul6es. 
9. Diagramme. 
10-15. Jeune fruit entier, d6chii-6 longitudinalement, en coupe transversale, et jeunes graines isolees. 

B. A. Quocensis represente par les rameaux de la plante femelle (l),de la plante male (2) et fructifere(3). 

1. Portions male (a) et femelle [b) de l'inflorescence. 

2. Fleurs des plantes male (a) et femelle (b) grossies. 

3. Bract^e. 

4. S6pales. 

5. Petales. 

7-8. AndrocGe en position et en coupe longitudinale, 
9-10. Antheres des deux sexes. 
11-12. Ovaires enliers etdechires. 
14-15. Fruits grossis entiers et d6chir6s avec graines isolees et en position. 



PI 337 




E.Delpy del 



Ed.Oberlmlith 



A._AGLAIA? TETRAPETALA 
B_^ QUOCENSIS. 



1YIELIACEES 



THORELDORA COCHINCHINENSIS 

Pierre Flore for. texle pi. 334. 



Habite la rive gauche duDongnai, dans la province de Bien hoa. [Herb. Pierre n° 3.874.] 
Entierement glabre sauf unelegerc pubescence roussatre sur les jeunes rameaux et Finflorescence. Feuilles 
alternes imparipennees munies de 9 folioles ovales ou oblongues lanceolees obtuses ou subaigues a la base, plus ou 
moins longuement acuminees, coriaces, vertes en dessus, rougeatres en dessous ou pales et brillantes. Grappes 
ramifiees 3-4 fois plus courtes que les feuilles. Fleurs sessiles a Taisselle de trois bractees. Sepales ovales acumines et 
obtus, persistants. Petales oboves et concaves. Fruit biloculaire ctsuboblong, rouge. 

Arbre de 3 a 8 metres de hauteur a ecorce sillonnee et un peu rougeatre. Les feuilles sont longues de 25 a 40 cent. Le rachis est nu a sa base 
dans une longueur de 6 a 8 cent. Les p6tiolubes ont 4 mm. de longueur. Les folioles inferieures, souvent elliptiques et toujours plus petites, ont 
8 cent, sur 4 cent., les supe>ieures ont de 14 a 23 cent, sur \ a 7 cent. Le nombre des petites cotes tres variable est de 5 a 12. Elles sont fixes et 
relives par un r6seau dc nervures assez espacees et reliculees. Les grappes ont de 8 a 12 cent, de longueur et leurs rameaux sont courtement rami- 
fies. Les fleurs Ires petites ont 1 1/2 mm. de longueur. Le calice a toujours cinq sepales, mais les petales sont au nombre de trois ou de quatre et les 
etamines varient de 6 a 7. Ces dernieres sont relives par une membrane qui est un disque ou une monadelphie semblable a celle des MeUiacees. 
Les antheres sont oblongues surmontees d'un gros connectif obtus, charnu, et on observe aleur dos, plus bas, deux ou une seule glande qui indiquent 
bien que laplanle est une Rutac6e. L'ovaire biloculaire un peu retr^ci a la base, arrondi en haut, est couroiin6 par un stigmate sessile a 4 branches. 
Les ovules sont descendants et inseres vers le sommet de la loge. Le fruit a 4-0 mm. de longueur. Son pericarpe est charnu. Les graines solitaires 
dans chaque loge sont pendues, isolees par une cloison membraneuse et sont longues de 4 mm. Le tegument externe mince est noiratre. Les cotyle- 
dons, contenant un peu d'huile, sont plan-convexes. La ligelle tres courte, supere, marginale, est un peu plus longue que la gemmule. 

Cette plante placee a tort parmi les Meliacees est bien une Aurantiacee, voisine des Limonia et Glycosmis. Apres 
Tavoir determince Glycosmis, je Tai placee a cote de YAphanamixis avec lequel elle a quelque rapport par le nombre 
trimere de ses petales et par ses etamines reliees, dans les jeunes fleurs, a la base, par un etroit anneau. Ses 
glandes dont jc n'avais pas determine le contenu, bordees par 7-10 cellules, sont tantdt marginales tanlot enfoncees 
dans Fecorce, ainsi que cela a lieu chez beaucoup de Meliacees. Ainsi que dans cette famille d'ailleurs la feuille 
recoit trois faisceaux du bois, faisceaux dont la presence dans l'eeorce est loin d'etre simultanee. En etfet> le 
median sejourne dans Tecorce longtemps avant que les deux lateraux se detachent du cylindre central. Cela n'a 
lieu pour ces derniers qu'a Finitiale etils restent dans le petiole commun, accoles assez longtemps, chacun latera- 
lement, au median,, avant de fusionner avec lui. lis forment la courbe superieure du cylindre central du petiole com- 
mun. Ala caracteristique, dans le foliole, le cylindre central est hemispherique legerement concave en haut. Les 
deuxcourbesdu bois regulieres et superposees sont entourees d'un pericycle epais. Le tout entoure une moelle en 
forme d'arc tres etroit. Les glandes ne sont pas toutes marginales dans Fecorce ainsi que je l'ai dit. Dans le 
limbe, elles sont localiseescontre et sous les epidemics. 



AGLAIA EUPHORIOIDES 

Annam : goi an. 

Habite d'une maniere assez frequente la Basse Cochinchine et les iles de Phu Quoc et de Condor. [Herb. 
Pierre n oi 4.428 et 2.090.] 

Les rameaux, le rachis, les petiolules, la cote et Finflorescence squameux puberulents. Feuilles alternes im- 
paripennees. Folioles subopposees presque aussi longues que le petiole commun, elliptiques ou lineaires oblongues 
longuement peliolulees, aigues a la base, longuement acuminees et a pointe un peu obtuse, coriaces, d'une teiote 
uniforme vert- brim jaunatre, munies de 9 a l w 2 paires de petites cotes tres fines et d'une nervation tertiaire trans- 
versale tortueuse, tres dense et distincte sur les deux faces. Grappes axillaires et terminales tres ramifiees plus 
courtes que le petiole commun. Pedicules un peu plus Jongs que la fleur. Sepales pubescents et cilies, ovules 
acumines, obtus deux fois plus courts que les petales oboves, glabres, presque aussi longs que larges. Tube staminal 
subglobuleux glabre terminepar cinq lobes courts et arrondis. Antheres ovales sessiles et incluses. Ovaire velu se 
prolongeant insensiblement en un style court et tronque, biloculaire et a loges uniovulees. Fruit le plus souvent 
monospermeglobuleux ou ovoide ferrugineux et puberulent. 

Ce petit arbre atteint 15 a 25 metres. Ses rameaux sont gris lenticelles, arrondis et greles. Son petiole commun long de 7-15 cent, est nu a 
la base dans une longueur de 4-5 cent. II est arrondi mais sillonne en dessus. Les folioles de la base sont ovales elliptiques (—cent.) tandis que les su- 
p6"rieures oblongues ou lineairesont 9-10 cent, sur 35 mm. Les petiolules sont tres in^gaux, variant de 10 a 22 mm. de longueur. Les grappes ont 
4-11 cent, cle longueur et leurs rameaux au nombre de 4-5, ont de 4-5 cent, de longueur chez les inferieurs, les plus eleves n'ayant plus que 1 a 2 
cent., ce qui donne a l'ensemble la forme pyramidale. Les p6dicules sont longs de 1 mm. et demi. Les fleurs femelles ont 1 1/4 mm. sur 2 mm. de 
diametre. Les fleurs males sont un peu plus petites. Les sexes, quoique les fleurs soient pseudo-hermaphrodites, appartiennent a des arbres distincts. 
Les sepales sont longs de 3/4 de mm. et les petales de 1 \/i mm. environ. Ceux-ci de meme que les sepales sont imbriques, mais entierement glabres, 
epaissis, concaves. Le tube staminal n'aqu'un mm. de longueur et vers son milieu interne, la ou commence la dilatation, sont inserees cinq antberes 
cordis, biloculaires, introrses et terminees par un tres court connectif. L'ovaire est long d'un 1/2 mm. et se termine dans la fleur male par deux 
courtes dents. Le fruit a de 11 a 14 mm. sur 9 a 11 mm. Le p6ricarpe est tres mince. Les graines toujours solitaires par loge et rarement au nombre 
de deux par fruit, sont longues de 10 mm. sur 7-8 mm. Elles ont un tegument pulpeux, d'un goutacidule, qui est mange par les indigenes. Les deux 
cotyledons sont superposes et eompriment une courte tigelle retiree assez loin du bord, terminee en dedans par une plumule plus grande et tres velue 



Evidemment cette plante n'est pas YA. Roxburghiana, mais die parait voisine de YA. odoratissima Blume, du 
moins d'apres la description qu'en donne King (Mater. PI. Mai. Pennis. n* 7, p. 67). Nous la distinguons de cette 
derniere par des folioles aigues a la base et caudiformes en haut. Les petiolules sont plus grands, le nombre des 
petites cotes est de 9 a 42 non de 6 a 9 ? les antheres sont incluses non exsertes, le stigmate est tronque. Nous 
n'avons pas le moyen de comparer anatomiquement YA. euphorioides de YA. odoratissima et il est tres probable que 
cette comparaison ne fournirait pas de grande difference, car dans ce genre, les especes different peu dans chaque 
groupe. Cependant comparee a YA. Quocensis, espece tres voisine, nous remarquons que la caracteristique du cylindre 
central est moins allongee dans YA. eaphorioides et qu'elle est a peine concave: que dans la moelle et Tecorce 
nous ne voyons pas les cellules pierreuses de YA. Quocensis mais que les cristaux prismatiques y sont assez frequents. 
Dans le limbe, I'unique rangee de cellules epidermiques est plus longue que large, contrairement a ce qui a lieu chez 
YA. Quocensis. Les glandessont semblables dans les deux especes, de meme les relations d'epaisseur des mesophyl- 
les inferieur et superieur. Cependant la deuxieme rangee des palissades est plus courte chez YA. euphorioides que 
chez YA. Quocensis. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 338 

A. Rameaux floriffere etfructifere du Thoreldora cochinchinensis. 

1. Ramule de jeunesfleurs. 

2. Bouton. 

3. Calice. 

4-5. Pelales en position et isol6s. 

6. Ces figures appartiennent a quelque Aglaia etont et6 plac^es ici a tort. 
7-8. Etamines en position etisolees. Elles sont relives a la base par un tube Ires 6troit. 
9-1 0. Ovaire isole et en coupe longitudinale. 

11. Diagramme. Ici les 3 petales inte>ieurs doivent seuls etre comptes. 
12-14. Fruits etgraines. 

15. Les memes en coupe longitudinale. 

B. Rameaux tlorifere et fructifere del'A. euphorioides. 

1. Fleurs. 

2. Bract6e. 

3. Sepales. 

4-5. Petales en position et isoles. 
6-7. Tube staminal enlier etouvert. 
8. Antheres. 
9-10. Ovaire isole et en coupe longitudinale. 
11-13. Fruit entier, dechire, avec graine en position etisol^e. 
14-15. Graine dontle tegument a 6teenleve. 
16-17. Tigelle et gemmule en position et isoles. 



PL 338 




EDelpy del. 



EcLOberlin lith. 



A THORELDORA COCHINCHINENSIS 

B._AGLAIA EUPHORTOIDES . 



MELIACEES 



MILNEA PIRIFERA 

Aglaia pirifera. Hance Journ. Bot (1877) p. 331 ; A. oblonga. Pierre i 
Kmer : dom bang cou. 



Assez frequent dans la province de Kamput au Cambodge. [Herb. Pierre n°* 5.939 et 4.264 bis.] 
Jeunes rameaux, petiole commun et petiolules roux pubescents, squameux. Folioles 9 le plus souvent opposees, 
assez longuement petiolulees, oblongues ou ovales ou oblongues lanceolees, arrondies ou aigues a la base, plus ou moins 
asymetriques, a pointe terminale assez longue et subaigue ; ondulees, tres coriaces et minces, giabrescentes ; munies 
de 14-16 paires depetites cotes assez elevees en dessous et de meme que la nervation tertiaire transversale pales 
oucendrees. Grappes fructiferes ferrugineuses, assez courtes. Fruits oboves, roux pubescents, triloculaires. 

Arbre de 15 a 20 metres de hauteur. Ses jeunes rameaux sont epais de 2 1/2 mm. Ses feuilles longues de 34 cent, ont un petiole commun long 
de21 cent, arrondi etnua la base dans unelong. de 9 a 10 cent. Les petiolules sont longs de8mm. Les folioles opposees a la base, subopposeesenhaut, 
ont 10 cent, sur 4 cent, chez les paires infe>ieures et 15 a 16 cent, sur 4 1/2 cent, chez les superieures. Leur teinte est brune en dessus et grise 
cendree en dessous, caractere qui provient de la nervation elevee, relevee de facettes aigues et brillantes. Les grappes fructiferes ont 6-10 cent, de 
longueur a ramitications courtes, ne dtspassant pas un cenlim. Le calice persistant a de courts lobes aigus, delto'ides. Le fruit a un p6doncule epais 
de 4 mm. et a peu pres aussi long. 11 a 22 mm. sur 1 7 mm. de diam. Son pericarpe est epais de 2 1 /2 mm. et les graines solitaires par loge sont atta- 
ches un peu au-dessous du sommet. Elles sont oblongues, obtuses en hautet subaigues a la base, longues de 15 mm. et larges de 5 mm. Le tegu- 
ment externe est arille. Les cotyledons sont superposes tres epais. La tigelle courte eloigned de la marge se termine par une plumule lomenteuse. 

Les auteurs n'admettent pas le genre Milnea qui se caracterise par des ovaires a 3 loges, des ovules soli- 
taires, une caracteristique plus profondement cordee, une grain e a arille plus developpe, des poils 
squameux, etc. Je pense qu'il vaut mieux le tenir distinct des Aglaia qui n'ont jamais que deux lo- 
ges a Tovaire et un ou deux ovules dans chaque loge. Les Aglaia ont aussi le pericarpe mou, tandis 
qu'il est sec chez les Milnea. Je remarque aussi que leur caracteristique est obcordee. £n somme les 
Milnea sont intermediates entreles Aglaia etles Amoora, dontils ont presque Taspect et lebois. L'espece qui nous 
occupe a la caracteristique obcordee et sans pericycle refringent en bas et sur les cotes. Les sclerites en glomeru- 
les, sont frequents dans Tecorce et lamoelle. L'epiderme a une scule rangee de cellules plus larges que longues. Le 
mesophylle inferieur est une fois et demie plus epais que les deux rangees de palissades, la premiere beaucoup 
plus longue que la seconde.De tres gros cristaux prismatiques se voient dans les palissades dont toute la region se 
trouve ainsi envahie. Les glandes ont 7 cellules de bordure et ontun contenu jaunatre. lies stomates sont oblongs 
avec 4 cellules de bordure. Les affinites de cette espece sont plus dirigees vers le M. verrucosa que vers le 
M. rugosa. Dans tous les Milnea, les gros cristaux prismatiques, les nodules nombreux, la caracteristique profon- 
dement obcordee, les stomates suboblongs, semblent une regie commune. Dans leM.cambodiana, pourtant, outre 
ces caracteres, il faut mentionner un hypoderme. 



AGLAIA CHAUDOCENS1S 

Aglaia odorala,var. chaudocensis Pierre in distrib. 

Habite la Basse Cochinchine, le Cambodge et le Siam. [Herb. Piei^ren** 256 et 4265.] 

Entierement glabre, a F exception de Tovaire recouvert de poils squameux. Feuilles alternes a petiole commun 
aplati etanguleux en haut et sur les bords. Folioles au nombre de trois, le plus souvent de cinq, longuement petiolu- 
lees ovales elliptiques ou obovees oblongues, tres attenuees et aigues a la base, terminees par une pointe generale- 
ment courte, large et obtuse ; minces, chartacees, d'une teinte vert pale ; mimics de 6-10 petitcs cotes accentuees en 
dessous, mais proeminentes de meme que la nervation tertiaire et reticulee, sur les deux faces. Grappes ramifiees de 
la longueur des feuilles dans la plante male, de moitieplus courtes dans la plantefemelle. Pedicelles gros et courts 
dans la fleur femelle, plus longs dans la fleur male. Sepaies arrondiset cilies, au moins une fois plus courts que 
les petales oboves et concaves. Antheres incluses. Ovaire attenue en un style court et obtus. Fruit bacciforme, 
obove rouge, le plus souvent monosperme. 

Petit arbre de deux a cinq metres. Jeunes rameaux epais de 2 mm. gris et glabres, excepte les nouvelles pousses. Feuilles longues de 12 a 
24 cent., a petiole commun long de 31/2 a 9 cent. Petiolules longs de 6-18 mm., les plus longs portantles folioles lerminales. Folioles inf^rieures lon- 
gues de 4-7 cent, sur 2-4 cent., les sup6rieures longues de 9 a 13 cent, sur 4 1/2 a 5 1/2 cent. L'intlorescence femelle a 6 cent, de longueur; male un 
peu plus longue. Les pedicelles de la fleur femelle ont 1 1/4 mm. de longueur et sont epais de 1 mm. ; de la fleur male 1 mm. 1/2 et 2 mm. 
de longueur. L'ovaire ovo'ide, biloculaire, a le style aussi velu excepte au sommet sligmatique attenue, arrondi et a peine sillonne\ 11 y a un a deux 
ovules superposes par loge. lis sont descendants. La baie a 10 mm. sur 8 mm. Le pericarpe lisse, charnu, est att6nu6 a la base. La graine a une ci- 
catrice elliptique s'etendantde la base au milieu. Le tegument pulpeux en dehors est double, coriace et sans adherence avec l'embryon. Les cotvle- 
dons sont epais, superposes, sub egaux. La tigelle eloigned quelque peu du bord se termine par une plumule velue. 

On observe une grande variation dans cette espece et peut-etre les formes suivantes, incompletement connues, pourront etre considerees distinc- 
les : 

Var. robusta. Feuilles longues de 25-28 mm. porlees par un petiole commun long de 16 cent. Folioles 5-7 (petiole 9-18 mm., limbe 6-14 1/2 sur 
i8mm. a 5 cent.) elliptiques ou obloogues lanceolees, aigues a la base, a pointe longue de 10 mm. obtuse, munies de 3-11 paires de petites cotes. 



Grappes au nombre de 1-2 axillaires, longues de 9 cent, dans les fl. males, a pedicelles longs de 2-3 mm. Sepales pulverulents en dehors. Petales 
longs de 2 mm. comme dans l'A. chaudocencis. Antheres au sommet d'un tube tres epais et ne d6passant pasle limbe tres peu dente. Ovaire sterile 
a style columuaire long, recouvert de poils substelles. Plante femelle et fruit inconnus. 

Habite les bords de la riviere Be, dans la province deBien hoa. [Herb. Pierre n° 4266.] 

Var. august? folia. Feuilles longues de 10-20cent. Petiole commun long de 5 a cent. Folioles au nombre de5 (petiol. long de5-12 mm. ;limbe long 
de 3 a 6 cent, sur 12 a23 mm. chez les infe>ieures, long de 7 a 14 cent, sur 2-4 cent, cbez les superieures) ovales ou oblongues lanceolees, cuneiformes 
et aigues a la base, obtuses et longuement acuminees, membraneuses, vertes a la dessiccation, munies de 8-10 paires de petites cotes fines et elevens 
de meme que la nervation tertiaire et reticulee sur les deux faces. Grappes longues de 7-13 cent, a pedicelles des fl. pseudo-hermaphrodites longs 
de 2a 3 1/2 mm. Sepales pulverulents squameux, arrondis et cili6s. Petales oboves 2 1/2 ibis plus longs que les sepales. Tube staminal ires epais 
campanule et ondule en haut, longde 11/2 mm. portant 5 antheres incluses elliptiques etattenuees en haut. Ovaire de l'espece type. Fruit inconnu. 

Habite la province de Tpong au Cambodge. [Herb. Pierre n° 871 B.J 

Ce qui distingue FA. chaudocensis de l'A. odorata, espece voisine dont les fleurs femelleset le fruit sont incon- 
nus, c'est surtout Fetat de son limbe. Comme chez PA. Repceuensiset FA. chaudocensis .la cote en has est plus ou 
moins fortement anguleuse et un peu aussi en haut. Mais on y observe dans Fecorce beaucoup plus de glome- 
rules sclereux chez FA. odorata et YA. Repoeuensis que chez YA. chaudocensis ou ils font defaut ou sont tres rares. 
La forme de la meristele hemispherique chez ces 3 especes est neanmoins un peu plus allongee transversalement 
chez FA. odorata. Chez cette derniere, le limbe est plus epais que chez FA. chaudocensis et se dis- 
tingue par ses cellules epidermiques contenant un depot brun a determiner. Elle a d'ailleurs un 
mesophylle superieur forme de deux rangees de palissades 2 fois plus longues que chez YA. chaudo- 
censis et chez ses varietes et un mesophylle inferieur form£ de 7 rangees de cellules. Les poches secretrices 
sont frequentes dans la region palissadique inferieure et de gros cristaux se remar quent dans la region inferieure 
du mesophylle. Ainsi done, pour abreger, chez TA. chaudocensis et ses varietes il y a conformite avec FA. odorata pour 
Fetat du petiole et du limbe sauf que les nodules sclereux manquent ou se rencontrent rarement, dans la moelle 
de la variete robiista, que le limbe est 1/3 plus mince, que les palissades sont tres courtes, peu distinctes et que le 
mesophylle inferieur ne contient que 4 a 6 rangees de cellules. 

On concoit done que j'aie pu faire de FA. chaudocensis et de FA. repoeuensis des varietes de FA. odorata, avant de 
connaitre leur anatomic Une autre espece paraissant extremement voisine, YA. oligophylla, en differe par ie rachis 
et le petiolule puberuients, mais pourvue de petites cotes moins nombreuses et par le fruit globuleux et brun pu- 
bescent. Cette derniere espece dont jene connais pas Fanatomie se distingue aussi tres mat de FA. odorata et e'est 
uneerreurde croireque celle-cin'a que trois folioles, ainsi que King vient encore de le repeter (Mater, fl. malay 
penins n° 763), car dans une suite d'echantillons de la plante cultivee, on trouve assez souvent cinq folioles. Ce 
nombre des folioles est d'ailleurs assez variable chez YA. chaudocensis et il arrive (Herb. Pierre n° 256) que le nom- 
bre trois y estle cas ordinaire. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 339 

A. Rameau fructifere du Milnea oblonga {Aglaia oblong a). 
1-2. Fruits en coupe longit. et transversale. 

3. Graines en differentes positions avec les teguments et l'arille. 
4-6. La meme sans le tegument. On repr^sente aussi le cotyledon inferieur comprenant latigelle. 

B. Kameau florifere del'A. chaudocensis, quant a la plante femelle. 

1. Ramule. 

2. Boutons. 

3. Sepales. 

4-5. Petales en position etisoltis. 

6. Tube staminal. 
7-8. Le meme ouvert avec antheres en position et isolees. 
9-10. Ovaire isole et en coupe longitudinale. 
11. Diagramme. 
IS ota. Voyez la planche MQfy. C. pour le fruit. 



PI. 339. 




E.Delpy del 



Ed. Oberlin lith 



A.__ AGLAIA OBLONCA 

B , _ODOT?ATA 

VAR.CHAUDOCENSIS' 



iyi£liacees 



LEPIAGALIA ? MONTROUZIERI 

Aglaia Montrouzieri Pierre in distrib. 



Habite la province du Nghe an. Coll. du /?. P. Montrouzier, sans numero et renseignements. \Herb Pierre 
n° 5944 .J 

Les jeunes rameaux, le petiole, les petiolules, la face infer, des feuilles et inflorescence reconverts de noils 
squameux. Feuilles alternes, a petiole common long, grele etrigide. Folioles alternes an nombre de 43 a 4S assez 
longuement petiolulees ovales oblongucs, asymetriques et aiguesa la base, assez longuement acuminees et obtuse* 
onuulees, tres conaces, munies de ponctuations non pellucides, glabres en dessus, possedant 7 a 10 paires de petites 
cotes pen eleve.es non accompagnees de nervation tertiaire bien distincte. Grappes paniculees presque aussi lon- 
gues que lc petiole commun. Fleurs et fruit inconnus. 



de 3 a 7mm. Folioles lon- 



Pelit arbre ? Feuilles non stipulees longues de plus de 30 cent., a petiole commun long de 26 cent. Petiolules lono 

Zl al liTde \\ 71' I^Z ^ U k ^ mm - | nfl0reSCenCe MiIlaire " ue " Ia h ™< I'—e de ramifications °e..es-memes ramifiees, Ion- 
gues, a la base, de 8 a 10 cent. nSduiles au sommet de 1 a 2 cent, de longueur. 

C'est tout ce que je connais de cette plante dont les tres jeunes boutons n'ont pas un 4/4 de mm. d'epaisseur 
Ses feuilles ontquelque rapport a celles de FA. glabriflora Hiern. Elle a des poches secretrices mandnales envahis- 
!!"!.%!? ra i ? g<5es k < ! e P alissa ^ et l'unique rangee de l'epiderme. Dans ces poches on trouve quelquefois un 
cr.stal. La direction oblongue transversale de sa meristele a la caracteristique ressemble assez a celle des Le- 
piaglaia, mats son limbe ne possede que deux rangeesde palissades, la seconde tres courte et souvent absente 
Sir C N? P ' aSlaia ' ^ ^ ^ ran g« esde P aliss ^. La presence de poches formees aux depens de 
epide.me et de la premiere rangee de palissades, frequenle a la face superieure du limbe chez les L Bail- 
loni, pyramidata, et tetropetala, m'a engage a placer ici cette plante. 



AGLAIA REPOEUENSIS 

A. odorata var. Repoeuensis Pierre. 

Habite File de PhuQuoc et les provinces de Pusath et de Tpong au Cambodge. [Herb. Pierre n° 442 1 
En.erement glabre, sauf 1'ovaire pubescent squameux. Feuilles alternes unpen plus longues que inflorescence 
b tlZZZ . ' ° ValeS ° U ° ,,l0ngUeS 3CUmin6eS ' k P ° inte ° btus ' P' us ou moi » l"4i aSTa 

IS 6SS0US de m6me f|ue Enervation tertiaire et reticulee. Pedicelles pin" courts cue la 

fleur Sepa.es plus larges que longs arrondis et cities, deux fois au moins plus courts que les pXs Anth res „ 
cluse, Ova,re ovale on ovoide attenue en un style court, pyramidal et obtus. Baie evol, roug'e et gLt 

a ceiles du genre. 8 ; e 10n ° ue de 8 mm * sur 5 mm - Graines exactement conformes 

EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 340 

A. Rameau du Lepiaglaia? Montrouzieri (Aglaia ? Montrouzieri) 

1. Poils. ; ' 

'^"Rrules" ^" 6 ^ fmCtif ' re ^ FAglaia ReP ™ enSiS (A - ° d ° ma ^ "P—^ 

2. Fleur. 

3. Scales. 

4. Petales en position etisoles. 

5-6. Tube statninalentier et dechire et antheres isolees. 
'-J. Ovaire enfer en coupeslongitudinale et transversale. 
l. Fruit d6ckire\ 
2- Graines avec le tegument. 
3-5. Les memes sans le tegument et en coupe longitudinale el transversale. 



. Rameau fructifere de l'Aglaia chaudocensis (A. odorata, var. chaudocensis). 
\. Fruit dechire. 

2. Graines avec arilleet teguments. 
3.Embryon misanu. 

4. Embryon en coupe longitudinale. 

5. Cotyledon et tigelle. 



PI. 340. 




Delpjy del 



Ed. Goerlm Ikh. 



AGLAIA ? MONTROUZIERI 

ODOR ATA . VAR . REPCEUENSIS. 

_,_. : „__ C.HAUDOCENSIS. 



MELIACEES 



AGLAIA PLEUROPTERIS PIERRE 



Habite la province de Bienhoa dans la region deBao Chianh. [Herb. Pierre n° 4551.] 

Entierement glabre excepte les jeunes pousses, le rachis en dessous et Tovaire pourvu de poils stelles comme dans 
FA. odorata. Petiole commun aile muni de cinq a huit paires de folioles avec impaire, sessiles ou tres courtement 
petiolulees. Ellessontovales ou oblongues, lanceolees, obtuses et attenuees en haut, decurrentes et aigues en bas, 
entieres, chartacees, tres minces, munies de huit a dix paires de petites cotes un peu plus elevees que la nervation 
tertiaire et reticulee. Grappes axillaires plus courtes que les feuilles, a pedicelles plus courts que la fleur. Sepales 
plus larges que longs, arrondis et cilies. Petales oboves, concaves, 3 fois plus grands que les sepales. Tube staminal 
un quart plus court que les petales a base charnue et a gorge tres etroite. Ovaire ovoi'de termine par un style 
entier conique. Baie globuleuse rouge et glabre. 



Petit arbre de 2-6 metres croissant a l'ombre de la fore t, a tronc grele et a bois jaunatre. Rameaux gris, arrondis, bientot glabres. Feuilles longues 
de 7 a 14 cent, bientot presque glabres. Le petiole commun est long de 1 cent, a 12 cent, sensiblement plus aile en haut qu'en bas. Le petiolule est 
entierement recouvert par le limbe decurrent. Le limbe est long de 1 8 mm. a 35 mm. et large de 8 mm. a 1 4 mm. Les grappes sont longues de 4 a 
8 cent. Les pedicelles ont un peu moins d'un mm. Les sepales ont un peu plus d'un mm. et les petales ont 2 mm. de longueur. Le fruit a de 10 a 
1 2 mm. et est un peu moins large que long. Le pericarpe et la graine le plus souvent unique, par fruit, ont exactement l'organisation du genre. 

La cote relevee en dosd'anecn haut, estlobee dentee ou anguleuse en bas. La meristelehemispherique a souvent 
le bois incomplet ou a faisceaux disjoints, a la caracteristique. Le pericycle y est aussi incomplet en bas. Le limbe est 
tres mince sous un epiderme a cellules plus larges que longues ; il n'y a qu'une seule rangee de palissades, compre- 
nant ca et la des poches secretrices s'etendant jusqu'a Pepiderme superieur. Lemesophylle irrferieur ne comprend 
que cinq rangees de cellules. 

Les racines, en infusion, sont preconisees contre la fievre des bois. 



AGLAIA DUPERREANA 

Annam : ca'y ngan. 

Habite les provinces de Saigon et deBien hoa. [Herb. Pierre n° 467.] 

Entierement glabre sauf les nouvelles pousses, le sommet du tube staminal en dedans et Tovaire squameux. 
Petiole commun legerement aile et glabre. Folioles au nombre de trois le plus souvent de cinq et de sept, articu- 
leesala base, obconiques, arrondiesoua peine attenuees en haut, decurrentes sur le petiolule jusqu'a sa base et 
egalement aigues, chartacees ou a peine coriaces, munies de6 a 10 paires de petites cotes elevees sur les deux faces 
dememe que la nervation tertiaire et reticulee. Grappes ou plus courtes ou plus longues que le petiole commun, 
simples ou pourvues a la base de deux ou trois branches triflores, tres courtes. Pedicelles longs de un a deux mm! 
situes a Taisselle d'unebractee lanceolee et ciliee. Sepales arrondis et cilies. Petales oboves et charnus. Tube stami- 
nal pourvu de poils longs et reflechisa la gorge. Ovaire ovoi'de recouvert de poils squameux, termine par deux petits 
lobes obtus. Baie subglobuleuse, rouge, le plus souvent monospermy 

Petitarbrede 10 a 12 metres, a rameaux arrondis et grisatres. Sou bois est jaunatre et propre au tour. Ses jeunes rameaux sont comprim6s et 
anguleux. Les feuilles sont longues de 4 a 10 cent. Elles ont un petiole commun long de 2 a 6 cent., aplati en haut et muni d'un rebord aile plus 
dilate vers l'insertion des folioles qu'en bas. La base est nue dans une longueur de 9 a 27 mm. L'intervalle des paires de folioles est lono- de 9 a 
16 mm. Les folioles les plus petites, et ce sont les inferieures, ont 10 mm. sur 6 mm., les plus grandes ont 37 mm. sur 15 mm. Arrondies ou 
attenuees legerement au sommet, un peu plus pales en dessous qu'en dessus, elles sont reellement sessiles, car le limbe s'etend jusqu'al'extreme 
base. Les grappes sont souvent simples. Les ramifications quand elles existent sont longues de 10 a 15 mm. Les fleurs sout solitaires a l'aisselle 
d'une braclee et les pedicelles epaissis dans ies fleurs ferliles sont plus courts que dans les fleurs pseudo-hermaphrodites ou ils sont greles. Ses 
sepales sont quelque peu squameux dorsalement mais sont bientot glabres. Ils ont un tiers ou un mm. de longueur et sont persistants. Les petales 
ont deux el demi mm. de longueur. Le tube staminal long de deux mm. a peine, est tres charnu, tres etroit jusqu'au milieu et campanula en haut 
avec cinq sinuosites peu marquees. Les antheres sont incluses, ovales acumin^es a pointe obtuse et longues de 3/4 mm. L'ovaire subpyramidal a un 
mm. de longueur. De ses deux loges, l'une seulement est biovulee, l'autre est toujours uniovulee. Les ovules, dans les deux cas, inseres vers le 
milieu de laloge, sont descendants. Leur funicule est court, mais epaissi et subopercuie. Le fruit a de 10 a 12 mm. sur 10 a 11 mm. Son p6ricarpe 
est charnu. Son endocarpeest mince etlisse. Le tegument coriace, mince, brun est revetu d'un arille adne, inseparable. C'estdonc un arille genera- 
lise tandis que cet organeest libre chez les Amoora et Lepiaglaia. 

L'A. Duperreanase presente avec un ensemble de caracteres permeltant de le distinguer del'A. odorata Lour. II se peut pourfant que Loureiro ait 
confondu cette derniere especeavec l'A. Duperreana. Cependant l'A. odorata n'habite pas la Cochinchine, mais la Chine. Elle est trfcs repandue, il 
est vrai, dans les jardins de l'Inde et de la Malaisie, mais n'y fructifie pas. C'est d'ailleurs une espece qui se reconnait par les caracteres suivants. 
Ses feuilles et ses folioles sont plus grandes. Son rachis est un peu pubescent et non aile. Ses folioles sont petiolulees a l'extreme base ; elles sont 
lerminees par une pointe obtuse. Ses grappes sont plus amples et plus ramifiees. Son ovaire au lieu de poils squameux est revetu de poils stelles 
comme chez YA . pleuropleris, fait deja signale par M. C. D. C (S. Prod. 1. 602). Mais il y a aussi le fait anatomique qui exige leur separation ; le petiole 
de l'A. odorata, contient en bas des sclerites espaces, cequi ne se voit pas chez l'A. Duperreana. Sa meristele est un peu plus large que longue, et 
par consequent moins hemispherique que chez l'A. Duperreana. A ces differences, il faut ajouter un limbe plus mince. La rangee epidermique°pour- 
vue dans chaque cellule d'un contenu brun, a determiner, qui devient violace avec les colorants ordinaires, n'offre pas ce caractere chez les A. 
chaudocensis, rcpon,ens,s, phmropterh et Duperreana, especes affines. L'A. odorata sous ses deux rangees de palissades possfede 8 a 9 rangers de 
cellules a peine plus larges que longues. Dans ce meme mSsophylle inferieur il n'y a que 6 rangees de cellules beaucoup plus longues que larges ou 



oblongues transversales chez l'A. Duperreana. A ces caracteres il y a aussi aajouter que les cristaux prismatiques se presentent beaucoup plus nom- 
breux chez l'A . odorata que chez l'A. Duperreana, dans les memes regions considerees. 11 convient d'ajouter que chez l'A . Duperreana le nombre sept 
des folioles, leur forme arrondie, le developpement ail6 du rachis se constatent aussi bien dans la plante cultivee que spontanee, celle-ci assez com- 
mune dans lesforets de la province de Saigon et celle de Bien hoa. 11 y a plus de rapports, quant a la forme et a la dimension des folioles, entre 
les A. chaudocensis, Repceuensis et YA. odorata, mais anatomiquement, on ne peut les confondre. Les fleurs de l'A. Duperreana, tres odorantes, 
servent aux Annamites a parfumer le the. 

EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 341 

A. Rameaux florifere et fructifere de l'A. pleuropleris. 

1. Ramule. 

2. Bouton et fleur epanouis. 

3. Sepales. 

4-5. Petales en position et separes. 

6-8. Tube staminal en position, ou developpe, et antheres isolees. 

0-11. Ovaire entier, a loges ouvertes et en coupe longitudinale. 

12. Diagramme. 

13-14. Fruit entier et ouvert montrant la graine en position. 

15. Graine privee en partie de ses teguments etdel'arille. 

16. Cotyledons isoles. 

B. Rameaux florifere et fructifere de l'A. Duperreana. 

1. Portion degrappe. 

2. Fleur adulte. 

3. Bractee. 

4. Sepales isoles. 

5. Petales en position et isoles. 

7-9. Tube staminal entier ou etale et antheres isolees. 
10. Ovaires des fleurs male et femelle. 
1 1-12. Ovaire a loges dechirees montrant un ou deux ovules en position et en coupe longitudinale. 

13. Fruit. 

1 4. Le meme d(3chire montrant deux loges, Tune monosperme, l'autre avorltJe. 

15. Graine. 

16. La meme dont le tegument a 6t6 dechire pour montrer les cotyledons superposes. 

17. Graine isolee. 

18. Un des cotyledons avec la plantule. 



PI. 341 




-Delpydel 



Ed. Oberlin lith. 



A._ AGLAIA PLEUROPTERIS 
B. — r DUPERREANA 



m£liac£es 



MEROSTELA GRAND1FOLIA PIERRE 

Aglaia grandis? Miq. id distrib.; Merostela grandis Pierre. Voyez texle de la (able 334. 

Annam:caybachia. 



Espece assez frequente dans la vallce du Dongnai. [Herb. Pierre n os \ .812 et 2.012.1 

L'extremite des tiges, le petiole commun, la face inferieure des feuilles et Tinflorescence ferrugineuse tomenteuse, 
a poils steles. Feuilles longues (Tun metre a un metre et demi, pressees au sommet de rameaux epais de 3 cent! 
Petiole commun tres epais a la base et la canalicule, anguleux vers le sommet, Folioles au nombre de 23 a 25 subop- 
poscesetopposees, oblongues lanceolees, arrondies ou corclees a la base, termineespar unepointe assez lon^ue et 
subaigue; minces, tres coriaces, glabres et brillantes en dessus, munies de 2S a 40 petites cotes legerement ascen- 
dantes, reliees par une nervation tertiaire transversale presque parallele distincte sup les deux" faces. Grappes 
pyramidales axillaires, nues inferieurement dans la plus grande longueur, 2 et 3 fois ramifiees, moitie moins lon- 
gues que les feuilles. Fleurs petites, absolument sessiles a Faxe de trois bractees aussi longues qu'elles. Sepales 
ovales arrondis tomenteux en dehors. Petales tres concaves, deux fois et davantage plus longs que les sepales, 
glabres. Tube staminal termine par cinq dents tres courtes, attenue a la base, Antheres a filets courts inseres un 
peu au-dessus de la base et a loges laterales, terminees par un court correctif obtus. Ovaire stelle tomenteux, ter- 
mine, dans la plante male, par 3 lobes stigmatiques oblongs; dans la plante femelle par une colonne stylaire penta- 
goneglabredans sa moitie superieure, hispide et a poils reflechis plus bas, enfin tronquee en haul et partagee en 
3 petits lobes stigmatiques, correspondant a autant de loges. Fruit ovoide ou obove attenue en bas, a pericarpe 
coriace, laiteux, comprenant trois loges monospermes. Graines oblongues 3 gones. Cotyledons superposes. 

Petit arbre de a 12 metres, nonramifie, dout le tronc n'a pas plus de 10 cent, de diametre vers la base el en haul 2-3 cent. Petiole commun 
long de plus d'un metre, epais a la base de 13 mm. a 16 mm. Petiolule long de 4 mm. epais. Folioles inferieures longues de 20 cent, sur 8 cent.' 
les superieures longues de 35-i5 cent, sur 8 a 10 cent. Les grappes naissent en meme temps que les feuilles aux mois de mars et avril Elles ont 60 
a 65 cent, delongueur et leurs premieres ramifications ont 6-9 cent, de longueur. Les sepales, longs de 1 mm., sont les uns ovales arrondis lesautres 
orbiculaires. Les petales ont 2 1/4 mm. de longueur, legerement attenuesa la base ; ils se presented 3 exlerieurs et 2 interieurs. Le tube staminal 
a 1 1/2 a 2 mm. de longueur. II est obove et moins epais que chez les Aglaia. L'insertion des elamines a lieu un peu au-dessus de la base et non au 
milieu, comme chez les Aglaia. Elle n'est pourlant pas basilaire comme chez les Lepiaglaia. Les antheres ont leurs loges plutot laterales qu'inlrorses ■ 
elles sont sub.etragones. L'ova.re Ires vein, sessile, a trois loges uniovulees. Son style 3 lobe dans la fleur male et 3 gone ou pentagone dans la 
fleur femelle, vers le milieu, lerm.ne enfin par 3 petites dents, est tout a fait caracteristique et distingue bien le Merostela des genres voisins 
Amoora, Aphanamixis et Milnea. Son ovule solitaire, insere vers le milieu de la loge, est descendant. Le fruit a 30-40 mm de longueur sur 24 a 
32 mm de diametre. 11a un pericarpe de 3 M mm. d'epaisseur qui tient plutot par sa consistence de celui des Amoora que des Aglaia Milnea el 
Lepiaglaia. 1 est laiteux-ramneux vers l'endocarpe, caractere etranger aux Aglaia, et genres voisins. Les graines ont 2 cent, de lonJueur 8 mm de 
laface ventrale a la dorsale et 13 mm. lateralement. Les graines ont un bile lineaire s'etendant sur toute la longueur de la graine. Elles sont aplaties 

7^^"^^^"' Le t6sument coriace a UD ,iers de mm - d ^- ll est un peu pul - x en deh - *- £ E 

L'ecorceet les racines de ce petit arbre sont utilisees, en infusion, contrela fievre des forets. Son bois est mou 
comme celuide 1' Aphanamixis et n'est vraisemblablement d'aucuneutilile. 

La mcristelea la caracteristique est ovoide mais profondement echancree en baut. Cette echancrure en forme de 
ier a cheval, a branches assez rapprochees, penetre presque tout pres du centre et est remplie de pericycle fibreux 
pencycle fortement developpe aupourtourdu bois. Celui-ci forme une courbe ininterrompue sur tout le pourtour 
suivantenhaut la profonde echancrure envahie parle pericycle. La zone parenchymateuse de la moelle renresente 
aussiunfera cbeval dont les branches sont tournees en haul. Elle contient beaucoup de poches secretrices rares 
dans I'ecorce qui estreduite a une bande assez etroite. Mais il est loin d'en etreainsi dans l'ccorce du bois qui est 
tresepaisse eten est entieremcnt criblee. La aussi on rencontre ca ct la des glomerules de cellules pierreuses Dans 
le bmbe, les poches sont aussi frequentcs et souvent. au milieu, on rencontre un gros cristal. L'epidcrmc n'a qu' une 
sculerangeede cellules plus larges que longues, cellules penetrees entre leurs parois verticales par une culicule 
assez epa.sse. Les pahssades ont bien deux rangees, mais la seconde (res courte et souvent indistincte du mesophvlle 
infeneurquine possede que quatre rangees de cellules plus larges que longues. La face inferieure de ce limbe est 
tres tourmentee ou sinueuse ainsi qu'il arrive necessairement dans une region pourvue de poils abondants 

Ains,, cette plante se caraclerise par un tronc droit, depourvu d'embranchements, par des feuilles excessivement 
gra„des,par des pods exclusivement stelles, par une nervation tertiaire transversale, par une meristele ovale et 
profondement echancre en baut, ce qui donne aux courbes superieure et inferieure du bois ainsi qu'a la m lie 
la bgure de trois fers a cheval emboUes. Elle a aussi de particulier 1c grand nombre de cellules secretrices dont 
a moelle et son ecoree sont criblees ; ce qui ne se voit ni dans .'Aglaia ni dans les genres voisins ou ces cellu e 
secretnees sont beaucoup plus rares. Quant a sa fleur, par le nombre des parties des sepales, des petales et de 
etammes, c est un Aglaia, un Milnea ou un Lepiaglaia ; par son ovaire a 3 loges e'est un Milnea mais ses loges son 
nen completes Pour son style e'estun Amoora, quant a celui de la fleur mafe, mais tout a fait kZ t p ^ Z 
quant celu, de la fleur femelle. Son pericarpe, coriace, laiteux, differe aussi de celui des Aglaia et le ram" S e de 
celui de 1 Amoora : cependantil est indehiscenl. ntpprocne ae 

C'est l'ensemble de ces differences qui m'a engage a faire le genre Merostela dans lequel pourront entrer nrobabl P 
meU,1 7"^ etl'A.,W^ % .,es P eces paraissant voisines du Merolela ^aZTfo ZZ^ dont ie 
nombre de loges ovanennes et la forme du style dans les fleurs male et femelle ne sont pas indiqu^ 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 342 



A.-B. Rameaux florifere et fructifere du Merostela grandifolia (M. grandis). 

1. Portion de grappe. 

2. Fleur et forme des sepales. 

3. Petales. 

4. Tubule campanule. 

5. Le meme ouvert. 

6. Ovaire de la plante femelle (b) et de la plante male (a). 

7. Coupe long, d'une fleur. Poils et ovule grossis. 

8. Diagramme. 

9. Fruit. 

10. Le meme decline montrant les graines en position. 

11. Graines. 

12. Fruit en coupe transversale. 

3-14. Graines entieres et avec tegument dechirc" montrant l'embryon en positi< 

15. Cotyledons ecartes. 

16. Plantule en position. 



?\M2. 




E.Delpy del. 



Ed. Oberlm Mi. 



MEROSTELA GRANDIS. 



iyi£liacees 



AMOORA GIGANTEA 



Habite toute la Basse Cochinchine depuis le Laos jusqu'a la mer; se trouve aussi frequemment dans les iles 
de Pulo Condor et de Phu Quoc. [Herb. Pierre n° 1444. Collect, bois. Phu Quae w° 55; — Bao chianh n° 55.] 

Rameaux ct nouvelles pousses, grappes, calice et ovaire recouverts de poils pubescents et steiles. Folioles au 
nombre de 13 a 15, opposees ou subopposees, oblongues acuminees et cuspides, arrondies et plus ou moins 
asymetriques a la base, un peu coriaces, pales en dessous, munies chez les inferieures plus petites et 
ellipliques de 8 a 12 paires de petites cotes et chez les superieures de 14 a 18 paires incrustees en dessus, 
a facettes anguleuses et elevees en dessous, reliees transversalement par une nervation ondulee, subparallele 
et tres fine. Grappes de moitie environ plus courtes que les feuilles, tres ramifiees, a fleurs polygames sessiles 
globuleuses groupees ea cymules triflores. Calice inegalement lobe, a lobes au nombre de 3-5 arrondis, 
beaucoup plus courts que le tube. Petales oboves, tres concaves, plus de trois fois plus longs que le calice. 
Tube staminal globuleux, glabre. Antheres au nombre de 10 oblongues, ou lineaires oblongues, inserees un 
peu au-dessous du milieu du tube 10 lobe ou denle. Fruit spherique ou a peine obovoide, contenant trois 
loges monospermes, a pericarpe epais, charnu et un peu coriace, roux pubescent en dehors. Graines sub- 
oblongues recouvertes d'un arille complet, epais et rouge ecarlate. 

Arbre de 30 a 45 metres. Le tronc, elev6 de 20 a -30 metres, alteint a la base un diametre de 1 a 3 metres. La. il forme jusqu'a 
2 metres de hauteur des prismes de 1 a 2 metres de largeur sur 25 a 40 centim. d'^paisseur qui lui donnent un aspect tout particulier. 
Dans ces expansions laterales qui ressemblent aux murs adventifs de nos vieilles cath6drales ? les indigenes ont coutume de tailler des quilles 
de bateau de mer et des roues de voiture d'une seule piece. Le diametre du ful au sommet a de 80 cent, a 1 metre de diam. chez les arbres 
de GO a 80 ans. Ce bois est de bonne durtie el propre a toute construction et aussi a l'tibenislerie. II est, parmi les bois durs, un de ceux qui se 
recommandent le plus par sa faible density. II est d'un travail facile et d'une teinte rouge pale. Son aubier, plus pale que le vrai bois, n'est pas 
aussi estime. 11a une 6paisseur de 5 a 6 cent, et est ordinairement neglige dans les oeuvres exigeant une grande dur6e. Ses jeunes rameaux ont 
de 6 a 8 mm. de diam. Le petiole commun, long de 40 cent, chez les feuilles bien d^veloppees, est nu a la base dans une longueur de 
15 cent. 11 est arrondi en bas, un peu canalicuh§ ou anguleux en haut,.ocreux pubescent meme que les petiolules (longs de 1 a 2 cent.) etla cote en 
dessous dans le jeuneage. Les folioles inferieures ont ordinairement 12 cent, de long sur 7 cent. Les superieures ont de 15 a 24 cent, sur 5 1/2 a 6 cent. 
Les panicules ont de 20 a 25 cent, de longueur. Leurs ramifications a la base ont de 6 a 8 cent, et au sommet moins de 1 cent, de longueur. Les ra- 
muscules ont de 2 cent, a moins d'un cent, de longueur. Les lleurs ont 4 mm.de long, sur 3 mm. de largeur. Le calice tres irr6gulieremenl lobe ou dente" 
a 1 1/2 mm. de longueur et a le plus souvent 3 a 4 lobes. Les petales o«t 3 1/4 mm. de longueur, sont au nombre de 3 et tres imbriques. Le tube 
staminal a 2 1/2 mm. de long. Son ouverture tr&s etroite contient jusqu'a 11 dents inegales. Les antheres caren^es sur le dos, a 2 loges introrses, un 
peu laterales, amincies en haut, arrondies en bas, ont 1 1 /2 mm. de longueur. Leur nombre est souvent de 11 . L'ovaire a trois loges et est surmonte 
d'un style tres court, a trois branches stigmatiques treslongues, charnues, anguleuses, un peu unies vers la base et libres au sommet. Ces branches 
stigmatiques ont 1 mm. et 3/4 mm. de longueur. 11 y a dans chaque loge deux ovules sub collateraux ou legerement superposes. lis sont 
descendants avec le raph6 ventral, le micropyle superieur et externe et anatropes. De bonne heure, apres la fecondation, on voit cet ovule beant 
en haut enchass6 dans un arille formant cupule, arille d'origine certainement funiculaire. Un peu plus tard cet arille adn6 autour du funicule 
enveloppe entierement la jeune graine, sans jamais adherer, meme a Fetal adulte, avec le tegument externe. Les teguments sont d'ailleurs 
doubles, bruns, coriaces. Les cotyledons arrondis au bout externe, aplatis a la commissure, ont 2 cent, cliacunde longueur et sont superposes 
comme chez les Aglaia. La tigelle surmontee d'une plumule velue centripete est retiree un peu du bord et regarde le micropyle situe vers le 
milieu central de la graine. Ce fruit a de 5 a 6 cent, de longueur sur 48 a 56 cent, de diam. 

Tous les caracteres que nous venons de donner sont, quant au genre, ceux de 1' Amoora cucullata, l'espeee 
type, sauf le nombre des dents du calice, le nombre des etamines, les stigmates libres en haut, le fruit 
indehiscent et les cotyledons toujours superposes, lis peuvent etre quelquefois verticaux chez YA. cucullata 
ainsi que les figure Roxburgh, mais ils sont aussi superposes. Dans un cas comme dans l'autre, la radicule 
lateralc et centrale mais retiree, annonce un ovule anatrope. D'autre part, il n'y a pas grande difference 
dans la direction de la caracteristique qui, dans les deux plantes, est verticale et obcordee, il est vrai tres 
aigue vers la base chez YA. cucullata et arrondie chez YA. gigantea. C'est dans le limbe que la difference est 
importante, car sous I'epiderme forme d'une rangee, il y a deux rangees palissadiques chez cette derniere; 
tandis que chez YA. cucullata, on compte entre Tepiderme et les palissades, deux rangees de cellules hypo- 
dermiques. Ces differences sont assez importantes pour etablir deux sections dans ce genre : 

Euamoora (non Miquel). Calice 3-4 dente. Etamines 6. Stigmates connes. Fruit dehiscent. Poils squameux. 
Double rangee de cellules a Thypoderme: A. cucullata; A. rubiginosa; A. lanceolata; A. Ridleyi. 

Neoamoora. Calice 3-5 dente, Etamines 10. Stigmates libres en haut. Fruit indehiscent. Poils stelles. Pas 
d'hypoderme: A. gigantea; A. Wallichii; A. spectabilis; A. pubescens. 

Sous le nom de Pseudoguarea, M. C. de Candoile a cree une section, la troisicme, dans le genre Amoora. 
M. Hemsley (Hook. Icon. PI. 1458J a cree" le genre Pseudocarapa pour YA. Championi Hiern., espece de cette 
section. Je propose de comprendre dans un genre nouveau les especes Amoora Balansana et A. Vieillardi C. D. C. 
comprises egalement dans cette section Pseudo-Guarea C. D. C {Suites Prod. 1. 590-592), et je Fappelle 
Anthocarapa. Ce genre se caracterise ainsi : Fleurs polygames. Calice cupuliforme, a lobes subvalvaires, arrondis, 
cilies, plus courts ou de meme longueur que le tube. Petales 5, imbriques, 3 fois au moins plus longs que le calice. 
Tube staminal cylindrique termine par 10-11 petits lobes arrondis ou emargines. Antheres au nombre de 10 
all, alternes aux lobes du tube, elliptiques, incluses. Disque concrescent avec l'ovaire, mais libre au sommet, 
cupulaire, crene. Ovaire enfonce dans le disque, triloculare. Style columnaire epaissi ct cylindrique au som- 
met, tronque et un peu concave dans la region stigmatique, crenele et, au-dessous du stigmate, pourvu d'une 



collerette adnee coramc chez les Dysoxylum. Ovule solitaire [C. D. C] descendant et anatrope. Fruit subligneux, 
dur, rempli de concretions pierreuses, enfin "dehiscent, porte par un pedicule discoide. Graine solitaire par loge, 
attachee a Tangle interne et superieur de la loge. Tegument epais, charnu. Cotyledons plan-convexes, charuus, a 
commissure parallele a l'axe, partages en haut par deux lobes. Plantule tetragone, aplatie, distante du sommet, a 
radicule supere et a gemmule velue. 

Les especes sont V Anthocarapa Balansana (Amoora Balansana C. D. C.) et A. Vieillardi (Amoora Vieillardi 
C. D. C, he. cit.). Peut-etre V Amoora nitidula Benth en devra faire partie. L' Anthocarapa differe du Carapa 
et du Xyltocarpus par le nombre des parties et le nombre des ovules. Mais il en differe surtout par le style non 
pileiforme et par la graine. De FAmoora on le distingue par les petales, par le disque, ^insertion des ovules, la 
forme du style et les graines a cotyledons non superposes. Par ce dernier caractere, il differe egalement des 
Guarea et Pseudo-Carapa. 

Quant aux especes d'Aphanamixis dont on a fait des Amoora, nous avons dit plus haut qu'elles n'en peuvent 
faire partie. Nous avons aussi laisse de cote les Aglaia macrostigma, A. heteroclita, A. andamanica et 
A. Maingayi, qui pourraient former les uns une section de TAmoora, les autres probablement un genre 
distinct et que M. King (Mater. PI. Malay. Plants. n° 7, p. 78-80, A. 1895J vient de comprendre a la suite 
des Aglaia. Je remarque, en effet, que le calice a, d'apres la description, des dents plus courtes que le tube et 
souvent inegales chez les A. macrostigma King, A. audamanica Ilieru (Amoora dysoxy hides Kurz fide King) et 
A. Maingayi King. Ges plantes ne peuvent etre des Aglaia, ni des Milnea, ni des Merostela a cause de leur calice. 
On ne dit pas d'ailleurs comment, chez ces especes, se comportent Farille de la graine et les cotyledons, caracteres 
importants dans cette famille et dans ce groupe. Chez les Aglaia, Milnea et Merostela Tarille est adne au tegu- 
ment ou nul. Chez les Lepiaglia, Aphanamixis, Amoora, Tarille incomplet ou complet est toujours libre d'adherence 
avec le tegument externe. 

APHANAMIXIS COCHINCHINEINSIS 

Annam : cay nang gia. 

Habite la province de Bien hoa et n'a pas ete rencontre ailleurs. [Herb. Pierre n° 4794.] 
Entiercment glabre, excepte les tres jeunes pousses, le calice et l'ovaire puberulents. Rameaux et petiole 
commun, arrondis. Folioles au nombre de 43 a 47, les inferieures subelliptiques, les superieures oblongues, toutes 
petiolulees, asymetriques, tres inegalement arrondies et aigues a la base, acuminees et a pointe subobtuse, tres 
coriaces, d'une teinte verte un peu glauque, brillantes en dessus, coriaces en dessous, munieschez les inferieures 
de 42, chez les superieures de 46 paires de petites cotes elevees sur les deux faces et a arele aigue en dessous, 
reliees par une nervation transversale subparallele et peu distincte. Inflorescence spiciforme chez les femelles 
et paniculee chez les males, un peu plus courte que le petiole commun, a lleurs sessiles, globuleuses. Sepales 
arrondis presque quatre fois plus courts que les petales oboves et concaves. Antheres eliiptiques et subaigues 
incluses. Ovaire globuleux plus court que le stigmate 3 gone et pyramidal. Fruit jeune, globuleux, 3 loculairc 
et a loges monospermes. 

La caracteristique de cette espece est aplatie en haut, attenuee et arrondie en bas. La cote, au raeme point, 
presque plane en haut, se termine en bas par une proeminence assez accentuec. Les cellules pierreuses y sont 
assez rares. Les poches secretrices renferment un cristal prismatique. Le limbe a cuticule reguliere, assez mince, 
n'a qu'une seule rangee de cellules epidermiques. Son mesophylle superieur comporte deuxrangees depalissades, 
la seconde plus courte que la premiere, et Tinferieur 8 rangees de cellules. Dans cette region, ca et la, se 
rencontrent des poches secretrices pourvues de cristaux. 

Arbro de 15 a 30 metres. Son bois est blanc jaunatre, leger et peu estime. On en fait pourtant des roues de voiture. Ses rameaux sont6pais de 
7 a 10 cent. Le petiole commun nu a la base dans une longueur de 10 a 18 cent., est long de 30 a 40 cent. 11 est legerement anguleux a la face 
superieure. Le petiolule long de 6 mm., epais de 4 mm., est inegalement recouvert par le limbe. Les folioles inferieures ont 15 sur 7 1/2 cent. ; 
les superieures ont 22 sur 6-7 cent. L'intlorescence male, longue de40a50 cent., a des epis longs de 15 cent. La fleur a 3 sur 3 mm. environ, quand 
les boutons sont avances. Les sepales, au nombre de 5, tresimbriques, longs de 1 mm., sont plus longs que le pedice lie muni d'une bractee a la base 
et sont 4 a 3 fois plus courts que les petales. Le tube calicinal campanula irregulierement, sinue, un peu plus court que les petales, long de 2 3/4 mm., 
renferme six antheres inserees un peu au-dessus du milieu. L'ovaire de la fleur male, seul connu, a 1 1/2 mm. de long, et est surmonte, le style 
etant nul, de trois gros stigmates connes, sillonnes, longs de 1 1/2 mm. Le fruit jeune, mais assez avance, est long de 12 mm. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANGHE 343 

A. Rameaux florifere et fructifere de V Amoora gigantea. 

1. Boulon de la fleur hermaphrodite. 

2. Calice. 

3-4. Petales en position et isoles. 
5-7. Tube staminal et antheres. 
8-9. Ovaire entier et en coupe longiludinale. 
10. Bouton de la fleur femelle. 
12-13. Petales en position et isol^s. 
14-16. Tube staminal et antheres isolees. 
17-18. Ovaire. 

19. Diagramme. 
20-21. Graines en position et isolees. 
22. Les memes avec l'arille dechire. 
23-27. Graine vue de cote et dechiree pour toutes les parties, arille, tegument et embryon. 
2i. Embryon isole. 



5-26. Le meme. mais reduit au cotyledon inferieur. a la tigelle et a la plumule. 
B. Rameauxfloriferede la plante male (b) et fructifere de l'Aphanamixis cochinchinensis, sp. nov. 

1. Bouton de la plante male. 

2. Galice. 

3. Petales. 

4. Tube de l'androcee. 

5-6. Le meme ouvert, antheres et pollen. 
7-9. Ovaire entier et en coupe longitudinale. 

10. Coupe transversale de I'ovaire. 

11. Jeune fruit. 

12. Le meme d<khire montrant les graines en position. 

13. Graines entourees de Farille. 

5-16. Graines sans 1'arille avec ou sans le tegument dechire. 
8-19. Fruits en coupe transversale. 



PI 343 




E.Delpj 



Ed.Oberlin lith. 



A._ AMOORA GIGANTEA 

B._ APHANAMIXIS COCHINCHINENSIS 



IVIELIACEES 



AMOORA CUCULLATA roxb. 

Corom. PI. III. 54. t. 258 ; King. Mater. Fl. Malay, n° 7 (1895) p. 55 ; Kurz. For. fl. Burma I. 221 ; — C. D. C. Monog. Phan. I. 583; Hiern in 
Hook. f. Fl. B. Ind. I. 560 ; — Miq. Ann. Mus. Lugd. Bat. IV. 37 ; — Andersonia Roxb. Hort. Beng. 82; Sphaerosacme Rohituka Wall Cat 1278 
fide King. 



Habite toutes les parties, le plus souvent inondees, de la Basse Cochinchine, de l'lnde el de la Malaisie. 

Glabre, sauf les jeunes pousses, le calice et l'ovaire recouverts de poiis squameux. Folioles 5 a 9, opposees ou 
subopposees, assez longuement petiolulees, elliptiques on oblongues, toujours tres obliques a la base arrondie, 
attenuees subaigues ou le plus souveut arrondies au sommet, coriaces, epaisses, d'une teinte vert jaunatre ou 
bleuatre, un peu vernissees en dessus, opaques en dessous, munies de 9 a 10 paires de petites ccites chez les 
folioles inferieures et de 1 5 a 48 paires chez les plus longaes, a peine plus elevees en dessous qu'en dessus et reliees 
par une nervation tertiaire parallele-transversale, distincte mais peu eievee sur les deux faces. Grappes un peu 
plus courtes que les feuilles, paniculees chez les fleurs males ou pseudo-hermaphrodites, a fleurs courtement 
pedicellees. Calice deux fois et demie moins long que les petales, a lobes arrondis cilies plus courts que le tube et 
irreguliers, leplus souvent au nombre dc trois. Tube slaminal attenue et epaissi a la base campanulee et irregu- 
lierement sinue en haut. Antheres elliptiques emarginees incluses. Stigmate sessile, obove, trigone. Fruit elliptique 
4-3 loculaire, 2-3 gone, emargine en haut, loculicide, ferrugineux. Graines elliptiques arrondies aux deux bouts, 
recouvertes d'un arille rouge-orange a cotyledons superposes. Tigelle presque marginale et ventrale. 

Arbre de 8 a 12 metres. Son bois est utilise dans la construction el a une teinte brune un peu rougealre. Assez leger, il sert au charronnage a 
la menuiserie. Ses rameaux arrondis, epais de 3-4 mm., sont bientol glabres. Son petiole commun dilate en haut, vers la base, a de 16 a 24 cent 
de longueur. Le peliolule aun cent, de longueur et, sauf un etroil canal en haut, est arrondi. Les folioles inferieures out 7 cent, sur 4 cent" et les 
superieures 10 a 18 cent, sur 4,5 a 8 cent. La derniere, en haut, quelquefois, a les bords soudes a la base et prend la forme d'un sac. Les nappes 
males ont de 18 a 23 cent, de longueur et leurs rameaux de la base environ 4 cent. Les pedicelles ont 1 mm. et la fleur male 2 1/2 mm sur 
3 1/2 mm. Le calice a ordinairement trois lobes arrondis etn'a pas plus d'un mm. de longueur. Les petales toujours au nombre de trois out de 
2 1/2 a 3 mm. de long. Le tube staminal a 2 mm. de long et les antheres, obtuses el lanceolees aux deux bouts, ont 1 mm. de Ion* Le striate 
sessile est forme de trois branches connees, obtuses en haut et 3 gones ; il est long de 1 1/2 mm. L'ovaire a trois loges et reconvert de° poils 
squameux. Le fruit dehiscent par 1 a 3 valves assez epaisses, coriaces, est recouvert de quelques squames ferrugineuses ; ilpeutelre entierement 
glabre, mais avec une teinte jaune ocreuse caracteristique. 11 a le plus souvent une a deux loges monospermes. Dans ce dernier cas el aussi quand 
il a trois loges, il est emargine entre les loges au sommet. II a 5 1/2 cent, de longueur et sa largeur est de 3 1/2 cent, quand il n'a qu'une seule 
graine et environ 6 cent, quand il en a deux a trois. La graine a 5 1/2 cent, sur 3 cent. L'arille n'est pas tres epais, mais complet Roxburgh 
le represente cependant incomplet. Ses teguments sont coriaces. J'ai vu les cotyledons superposes et neanmoins Roxburgh les represente verticaux 
avec la radicule supere, tandis que la radicule est comme chez les Aglaia, ventrale non bien distante clu bord cotyledonaire etpressee par les cotyle- 
dons. Le hile a d'ailleurs une cicatrice occupant presque toute la largeur et la longueur ventrales. 

J'aidit plus haut(texte de la table 343) qu'il paraissait necessairede distinguer cette espece, d'ailleurs type du 
genre, des autres Amoora et j'ai propose pour elle la section Euaglaia. Elle se distingue, en effet, par des poils 
squameux, par un tube staminal epaissi a la base comme chez les Aglaia, par le nombre' six des antheres et parun 
fruit dehiscent. Chez 1' A. gigantea que je prends pour type d'une secoade section, les poils sont stelies, lesetamines 
sont au nombre de dix a onze chez la fleur hermaphrodite et femelle et le fruit non lobe, non trigone, a pericarpe 
beaucoup plus epais etun peu charnu, est certainement indehiscent. J'ai observe aussi que si l'A. cucuData avait 
une caracteristique a direction verticale comme chez la section Neoamoora, sa meristele etait plus cordee en haut 
et ses angles tres aigus en haut et en bas. Je remarquerai encore que les sclerites en glomerules abondent chez 
cette plante, tant dans la moelle que dans I'ecorce. Sous unecuticule assez epaisse, il y a trois rangees de cellules 
a direction transversale, dont les deux interieures peuvent etre considerces comme un hypoderme. \n dessous il y 
a deux rangees de courtes palissades et enfin huit rangees de cellules pour le mesophylle inferieur. Les cristaux 



gros et pnsmatiques sont assez abondants et aussi lespoches secretrices. 



APHANAMIXIS ROHITUKA 

Amoora Kohituka IV el A. Prod. H9;_ Hiern Fl. Brit. Ind. I. 559 ; - C. D. C. Monog. Phan. I. 581. Kurz. For. Fl. Burma I 220 • Trimen Fl 
Zeyl. I. 249 ; - Bedd. Fl. sylv. I. 132; — King. Mat. Fl. Malay, fasc. 7. 54 cum. synom. 

Cette espece est tres rcpandue en Indo-Chine et Malaisie. [Herb. Pierre n" 438.] 

Presque entierement glabre ou legerement puberulent dans les jeunes pousses, puberulence formee de poils sim 
pies. Folioles pctiolulees, les inferieures elliptiques, les superieures oblongues toujours plus ou moins asvmetriques 
a la base, aigues ou arrondies, acuminees ou obovees, acuminees obtuses, minces, tres coriaces un peu pales en 
dessous, munies de 9 paires de petites cotes chez les inferieures etdelS a 18 chez les plus grandes, assez elevees 
en dessous, un peu enfoncees en dessus, reliees par une nervation transversale fine mais distincte et subparallele 
Grappes spiciformes paniculees chez la plante male, simples chez la plante femelle, plus courtes que les feuilles Fleurs 
courtement pedicellees, munies de deux bracleoles etsituees a l'aisselle d'une bractee. Sepales arrondis cilies plus de 
4 lots plus courts que les petales charnusctoboves. Tube staminal a peine plus court que les petales un peu'charnu 



a la base, termine par des sinuosites alternes aux antheres. Ovaire globuleux, pubescent, surmonte d'un gros stigmate 
a peine attenue en bas, trigone et courtement 3-dente en haut. Fruit subovo'ide triloculare, 3-valve. Graines 
arillees. Radicule supere et cotyledons conferrumines. 

Arbre de 20 a 30 metres, trfes repandu,principalement dans les terrains humides ou meme inondes. Boisjaune rougeatre, quoique utilise dans 
lo menuiserie et le charronnage, considere par les indigenes sans grande valeur, ne se conservant pas bien et ne devant pas etre expose aux 
intemperies. Rameaux jeunes 6pais de 4-5 mm., bienlot glabres. Petiole commun nu a la base dans une longueur de 5a" cent., arrondi ou 
un peu dilate en haut, long de 23 a 49 cent, en tout. Petiolule long de 4 a 15 mm. Folioles inferieures souvent elliptiques longues de 6-7 cent, 
sur 3 a 4 cent.; sup^rieures longues de 18 a 20 ceut. sur 5 a 8 cent. Ramifications de la grappe des fleurs males longues de 5 a 18 cent. Pedi- 
celles longs de 1 mm. Calice a tube excessivement court, a sepales longs de 1 mm. Petales longs de 4 1/i mm. Tube staminal long de 4 mm. Antheres 
longues de 2 1/2 mm. L'ovaire long de 3/4 demm., globuleux, pubescent, est surmonte d'un stigmate long de 1/4 mm. II y a deux ovules superposes 
dans chaque loge. Le fruit a 2 cent, sur 3 1/2 cent. L'arille entierement libre et complete est rouge-orange. Les teguments sont coriaces, noiratres. 
Les cotyledons entierement conferrumines sont terminus en haut par une radicelle qui ne se voit bien qu'au moment de la germination. 

Malgre les tres grands rapports de cette plante avec les Amoora, neanmoins on concoit bien la legitimate du genre 
Aphanamixis Bl. que j'ai cru devoir restituer. I/inflorescence en effet presque en epi ramifie chez les 
males, en epi simple chez les femelles ; les sepales plus longs que le tube et imbriques, la graine a radicule supere, 
imposent cette distinction. 

La meristele est plus large que longue dans le petiole, mais vers la caracteristique, elle devient verticale ou 
plus longue que large. Un peu arrondie en haut, tres convexe en bas, elle est entouree d'une gaine epaisse. Son 
bois est regulier et dans la moelle, on ne rencontre plus les nodules sclereux presents plus bas. Cette forme de 
meristele tronquee, ou arrondie en haut, alors qu'elle est en ce point tres concave chez les Amoora, suffit pour 
faire reconnaitre un Aphanamixis. Son limbe est recouvert d'une epaisse cuticule et Fepiderme a des cellules a 
peine plus larges que longues. Le mesophylle superieur forme de deux rangees palissadiques, la seconde un peu 
plus courte que la premiere, est le tiers environ du mesophylle total, Tinferieur se presentant avec six rangees de 
cellules assez pressees et parmi lesquelles on observe des poches secretrices de meme que dans la rangee superieure 
des palissades. Les cristaux sont prismatiques et gros. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 344 

B. Rameauxflorifereetfructifere del'Aphanamixis Rohituka. 
1-2. Boutons et sepales. 
3-4. Petales en position et libres. 
5-7. Tube staminal en tier, ouvert et antheres. 
8-10. Ovaire des deux sexes, isol6 et en coupe longitudinale et transversale. 

11. Fruits a loges coupees ou d6chir6es montrant la graine en position. 

13-18. Graines vues sur toutes les faces, avec ou sans arille, avec ou sans tegument et en coupe transversale. 
A. Rameaux llorifere et fructifere de l'Amooracucullata Roxb. 

1. Fleur. 

2. Calice. 

3-4. Petales en position et isoles. 
5-7. Androcee entier, ouvert, et antheres isolees. 
8-11. Ovaire entier, en coupe transversale et longitudinale, et a loge dechir6e montrant la position de l'ovule. 

12. Fruit, une partie du pericarpe enlevee montrant 3 loges et deux graines en position. 

13. Graines entourees de TariHe. 

14. Graines privees de l'arille et du tegument. 

15. Cotyledons separes montrant la direction et position de la radicule, de la tigelle et de la plumule. 



PL 344 




Ed. Oberiinlith 



A — AMOORA CUCULLATA. ROXB. 
B — APHANAMIXIS ROHITUKA. 



MEUACEES 



AMOORA OLIGOSPERMA 



Habite la province de Bien hoa pres de Chiua Chiang. [Herb. Pierre n° 4303.] 

Jeunes rameaux puberulents. Folioles au nombre de 44 a 47, alternes ou subopposees, asvmetriques a la 
base ct la arrondies ou aigues, lineaires-oblongues ou oblongues, lanceolees, a pointe legerement obtuse, tres 
conaces et minces, brillantes en dessus, un peu opaques en dessous, munies de 40-42 paires de petites cotes 
espacces, reliees par une nervation secondaire et subparallele tres peu accentuee ou distincte. Inflorescence 
fructifere moitie plus courte que les feuilles, a ramifications assez courtes. Fruit le plus souvent monosperme 
paraissanl dehiscent, rarement didyme, obove, portant lateralement les cicatrices ou restes des carpelles avortes' 
Pericarpe un peu coriace, de la nature de celui de l'A. cucullata. Graines recouvertes d'un arille rou^e oran«e 
et complet. Cotyledons ou verticaux ou superposes avec tigelle marginale et ventralc. 

Arbre de vingt metres environ. Bois des congeneres, a leinte rose on rouge pale, mais ayant moins de duree que celui de l'A. gigantea. Feuilles 
alternes e.it.erement glabres excepte dans les Ires jeunes pousses on elles sont puberulenles et a poils stelles. Petiole eommun Ion- de 28 a 37 cent 
avec une base arrondie, un peu anguleuse en haul, longue de 8 cent. Petiolules longs de 8 a 15 mm. Folioles tongues de 13 a 23 cent sur 
3 /2 a5 cent d une leinte jaune verdatre on brun cinnamomnm. Grappes tongues de 24 cent., dont les ramifications basilaires sont tongue's de 

It T:Z P , °. ^ \ ™ m -- emir0 "- F '' Uil l0 " S " e 3 CenL SUr 2 l/2 Cent " glabl ' e ' Un Peu COarh6 en deho '' 3 e < ™ P- ^ncave du cote 

J!v a l n ,1 S qL " SO f nt ° rdlna,rement au nwnb 7 de deux - Le calice est Persistant, cnpnliforme, tehnine par cinq dents tres courtes et semblant 
negales. Ton. les jeunes fruits avortes etaient a trois loges et celles-ci contenaient deux ovules superposes d'Amoora. Le pericarpe dehiscent sur 
le tard (s. J en cro.s de races exemplaires), est assez mince el un peu coriace. L'arille est epais par rapport aux teguments et n'y adhere nullement 
Les cotyledons tres epais, un peu concaves a leur commissure sont ou verticaux ou obliques ou superposes et dans ces trois situations la li-elle est 
loujours m6diane et voisine du bile. ° 

Commc fruit, cette plante a plus de rapport avec l'A. cucullata qu'avec l'A. gigantea et pourtant l'anatomie 
inchque une plus graude affin.tc pour l'A. gigantea. En effet, son epiderme ne contenant qu'une seule raneee 
de cellules est recouvert d'une cuticule epaisse et ses deux rangees de palissades presque aussi tongues l'une 
que 1 autre occupent environ le tiers du mesophylle dont la partie inferieure contient neuf rangees de cellules. 

DYSOXYLUM HARMANDIANUM 

4Iabitc les bords du Mekong. [Harmand, Herb. Pierre ra°6034.] 

Rameaux adultes et inflorescence d'une teinte ocree, paraissant glabres. Folioles longuement petiolulees tres 
obliques e a.gues a la base, terminees en haut par une pointe obtuse, tres coriaces, noiratres en des us 
dun gus brun en dessous, entierement glabres, munies de 42-43 paires de petites cotes tres peu accusees 
surtout en dessus, sur les deux faces. Grappes fructiferes beaucoup plus courtes que les feuilles Tram ' 
fications tres courtes. Capsule presque didyme obcordee, avec ou sans mamelon, d'aillcurs peu accuse cull 
.1 ex.te, un peu attenue a la base, et monosperme ou disperme. Graines elliptiques o„ Uobl^ 
Ancnn renseignement n'accompagne 1'echanlillon unique que je viens de decrire. Les rameaux sont enais de fi mm i „■ , 

dans chaqueloge. Les teguments coriaces sont unis a une sorte d'arille assez mince Les cotyledons J2*»l T 8 ° Ltaire 

au-dessous du sommet, a une tigelle presque cylindrique. * ^ ^ n ~ co ^^ ^nt unis, un peu 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 345 

A. Rameau fructifere de l'Amoora oligosperma. 
1 . Fruit triloculaire en coupe transversale. 

2-3. Fruit biloculaire et monoloculaire. Un d'eux dechire montrant une graine en position 
4-5. Graines avec et sans teguments. 
6. Graines en coupe transversale et longitudinale entourees ou non du pericarpe. 

B. Rameau fructifere du Dysoxylum Harmandianum. 

1. Fruits en coupe transversale et prives d'une partie du pericarpe, montrant la graine en position 
2-3. Graines entieres, et en coupe transversale et longitudinale. 
4. Cotyledon et tigelle. 



PL 345 




.Delpy del 



Ed.Oberhnlith. 



A AMOO.RA OLIGOSPERMA. 

B DYSOXYLUM HARMANDIANUM. 



MELIACEES 



CHISOCHETON CORIACEUS 

Annam : goi torn. 



Habile la vallee des rivieres Saigon ct Be. [Herb. Pierre n° 4.302.] 

Jeunes rameaux pubescents de merae que le petiole commun, la cote et Tinflorescence. Folioles opposees au 
nombre de 8 a 44, le plus souvent au nombre de 8 a 12, tres courtement petiolulees, asymetriqucs et leplus 
souvent arrondies ou subarrondies a la base, elliptiques ou oblongues lanceolees, a pointe obtuse, minces, 
coriaces, glabres exccpte sur les deux faces de la cote et quelquefois des petites cotes; celles-ci au nombre 
de 40 a 12 paires elevees en dessus de meme que la nervation tertiaire transversale et parallele. Grappes 
un peu distantes de Taxe, plus longues que les feuilles, a rameaux reflechis et a ramulcs tres courts. 
Calice sinue, pubescent en dehors. Petales adherents a l'androcee jusque vers le milieu, a lobes courts et 
arrondis, a peine puberulents au sommet. Tube staminal soyeux vers le milieu de la face interieure, termine 
par 7 a 8 lobes. Disque cupulaire glabre. Ovaire et style, jusqu'au milieu, pubescent. 



Arbre de 15 a 25 metres. Petiole commun long de 20 a 40 cent., strie et un peu anguleux, termini par 3-i paires de folioles naines et velues. 
Petiolulelongde 1-3 mm., renfle. Folioles inferieures longues de 8 cent, sur 5 cent., les superieures de 16 a 17 cent, sur 6 cent., d'une teinte un 
peu rougeatre apres dessiccation. Les grappes ont de 30 a 50 cent, et les ramifications secondaires ont 12 cent, a la base et a peine 1 cent, au 
sommet. Les divisions terliaires sont comme ces dernieres. Les pedicelles n'ont pas plus de 1 mm. de longueur. Le calice a 4-5 dents arrondies, tres 
courtes et forme une cupule 4-5 fois plus courte que la corolle. Celle-ci a des lobes longs de 3 mm. environ, cinq fois plus courts que le tube.' Le 
lube staminal a la longueur de celni de la corolle, c'est-a-dire environ 1 2 mm. et ses lobes emargines, glabres, ont 1 mm. a 1 mm. 1 ft. Les antheres 
ont leurs loges pourvues de qualre logettes de cliaque cote. L'ovaire entoure a sa base par un disque 6pais, un peu concave en liaut, est oblong et 
attenuc en un style qui a la longueur de l'androcee. Son stigmate est semi globuleux, tronque et entoure d'une sorte de cupule. Les loges ovariennes 
sont le plus souvent absentes ; rarement on en comptetrois uniovulees. Le fruit etles fleurs femelles sont inconnus. 

Le limbc est borde d'une cuticule assez epaisse et d'une seule rangee de cellules epidermiques un peu plus 
larges que longues. Sous Funique rangee de palissades une ou deux fois plus courte que le mesophylle infe- 
rieur, on compte cinq a six rangees de cellules. La meristele est hemispherique, concave en haut, arrondie en 
bas. Les faisceaux de la courbe inferieure sont assez disjoints. Le pericycle lui-meme, dans cette region, n'cst 
pas complet. En dehors, a une certaine distance dans 1'ecorce, il y a une rangee de nodules sclereux, peu 
espaces et formant comme une premiere gaine a la meristele. Cette rangee de nodules dans l'ecorce, se 
retrouve dans toutes les especes de Chisocheton dont nous parlerons et semble un trait particulier' au 
Chisochelon. Les memes nodules existent dans la moelle. 

A cote de cette cspece, se place la suivante dont nous ne connaissons que le fruit : 



CHISOCHETON THORELII 

Arbre de 20 met. Rameaux epais tie 6 mm., glabres. Petiole commun epais a la base de 4 mm., non sillonne 
en dessus, arrondi et glabre, long de 40 cent. Peliolules longs de 6 mm. Folioles asymetriques en partie 
arrondies a la base ou legerement altenuees, obtuses acuminees, et au nombre de 6 paires, oblongues, tres 
coriaces, a peine pubescentes sur la cdte, muniesde 11 a 12 paires de petites c6tes espacees, eleveel surtout 
en dessous, de meme que la nervation tertiaire parallele et transversale, longues de 8 cent, sur 3 1/2 cent 
chez les inferieures et de 16 cent, sur 6 chez les plus longues. Grappes aussi longues que les feuilles, ramifiees 
seulement au sommet et a ramules tres courts de \ a 2 cent, de longueur. Capsule pediculee, globuleusc 
contenant 3 a 4 loges monospermes, glabre. Pericarpe epais de 1 1/2 a 2 mm., epais, coriace. Graines ellip- 
tiques comprimees larges de 24 mm. sur 19 mm. et epaisses de 17 mm., enlourees a la base d'un arille 
epais, en forme de cupule et rouge, adne au funicule. Tegument coriace, mince, noiratre. L'arillc est parseme de 
cellules secretrices a contenu blanchatre. 

llabite la vallee superieure de la riviere de Saigon. [Herb. Pierre it 6.348.1 



CHISOCHETON COCHINCHINENSIS 

Annam : goi nuoc. 

llabite toutes les parties de la Basse-Cochinchine, le Cambodge et les iles voisincs. [Herb. Pierre n" 1 397 1 
Feuilles velues dans le jeune age et presque entierement glabres a l'etat adulte, excepte le petiole commun le 
petiolule, la cote et l'inflorescence. Folioles au nombre de 6 adl paires, fortement petiolulees, opposees, ine«ales 
ct tres arrondies a la base, terminees par une pointe courte et obtuse, epaisses et un peu coriaces' brunes 
munies de U paires de petites cotes ecartees tres elevees de meme que la nervation tertiaire transversale ondulee 
et subparallele. Grappes munies de courtes ramifications extraaxillaires et plus courtes que les feuilles. Capsules 
pediculees, globuleuses, rouges, contenant 2 a 4 graines arillees. 



Arbre de 30 metres. Bois blancjaunatre de peude dureeet peu utile. Rameaux 6pais de 7 mm. Petiole commun long de 47 cent. Petiolule long de 
4-6 mm., e^ais de 3-4 mm. Folioles inftirieures ovales elliptiqueslongues de 6 cent, sur 4 cent. 1/2; superieures longuesde 17 cent, sur 6 a 7 cent. 
Grappe longue de 28 a 30 cent., a rameaux longs de 2 a 3 cent. Capsule longue de 4 cent, en comprenant le pedicule long d'un cent., large de4 cent. 
La graine longue de 2 cent, sur 16 mm. et 6paisse de 10 mm. Elle estpell6e et entouree a la base d'un arille cupuliforme jaune. Les cotyledons 
charnus sont superposes et la radicule est plac6e au centre, entre les cotyledons et tr&s cloignee du micropyle et du hile. 

La caracteristique se presente un peu plus large que longue, concave en haut, trcs convexe en bas. Le bois 
est regulier ou a faisceaux indistincts. Le pericycle est regulicr, mais la rangee de nodules sclereux envelop- 
pante de Tecorce se presente assez espacee. Le limbe a une cuticule mince et Fepidcrme n'a qu'une seule rangee 
de cellules. Les palissades ne presentent qu'une rangee prenant le tiers environ du mesophylle, lcquel, 
dans sa partie inferieure, comprend huit rangees de cellules. Dans cette region, comme dans Tecorce, les 
cristaux prismatiques sont abondants. II en est de raeme des cellules secretrices qu'on voit aussi dans la 
moelle. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 34G 



A. Rameau florifere du Chisocheton coriaceus. 
1 -2. Fleur et calice. 

4-6. Corolle et androcee. 

7. Ovaire entier et en coupe longitudinale. 

8. Disque. 

B. Rameau fructifere du Chisocheton cochinchii 
1-3. Fruits entiers et en coupe transversale. 

4. Graine en position. 
5-7. Graines avec ou sans l'arille. 
8. Les memes ouvertes et en coupe. 



PL 346. 




Ed Oberlmlith. 



A CHISOCHETON CORIACEUS. 

B , COCHINCHINENSIS. 



IVIELIACEES 



CHISOCHETON GLOBOSUS 



Mo'i : Peu nol. 



Ilabitc la province de Bien hoa, vers Chiao xan et le Binh thuan. [Herb. Pierre n° 1.619.] 
Glabre ou glabrescent, excepte les jeunes pousses et le rachis termine par les folioles naines. Foliolcs asscz 
longueirient petiolulees, opposees, au nombre de cinq a treize paires, legerement attenuees et arrondies, d'une 
maniere symetrique,, a la base ; lanceolees el a pointe obtuse, lineaires oblongues, coriaces, d'une teinte grise et 
un peu rougeatre ; munies de onze a quinze paires de petites cotes fines et blanchatres de meme que la nervation 
tertiaire espacee et transversale. Grappes ramifiees, presque aussi longues que les feuilles ou plus Iongues. Fruit 
globuleux biloculaire, rarement triloculare, roux puberulent. 

Arbre de 20 a 30 metres. L'^corce est grise en dehors, blanche en dedans. Le bois est blanc jaunatre, de peu d'utilite et d'une courle duree, 
d'apres les Moiis. Les jeunes rameaux sont 6pais de 3-4 mm. Le petiole commun, persistant, continue a emettre a son extremit6 des folioles. 11 a plus 
de 30 cent, de longueur; il est rond et a peine aplati en dessus, pubescent au sommet, glabrescent en bas. Le p6tiolule a 7 a 12 mm. de longueur. 
Les folioles unpen pluscourles a la base ont 2-3 cent, de longueur sur 4-5 cent. 1/2 de largeur, d'une teinte cuivreeou un peu rougeatre en dessous. 
Les grappes ont plus de 30 cent, et leurs rameaux, a l'elat fructifere sont longs de 4-5 cent. La capsule, longue de 4-5 cent, et ported par un pedicule 
long de 8 mm., dehiscente Ires tard comme celle de certains Amoora, a un pericarpe entoure en dehors d'une hande sclereuse epaisse de 1 mm. 
environ et un mesocarpe spongieux 6pais de 3 mm. revetu en dedans d'un endocarpe membraneux et lisse. La graine solitaire est longue de 2 cent, 
sur 15 mm., un peu concave en dehors et eriloun§e a sa base par une cupule arillaire etroite et jaune. Les cotyledons superposes, sont adherents. La 
radicule est en retrait vers le centre et sa direction est le micropyle, voisine du hile. Le tegument externe est tres 6pais et renferme enormement 
de cellules secretrices ; l'interne un peu rougeatre est membraneux. 

^ Cette espece, a ne considerer que les descriptions, est voisine du Chisocheion divergens BL qui serait identique, 
d'apres King [Malay. Penins n° 7-35), au C. fragrans Hiern. Sa cuticule est onduleuse et recouvre une rangee 
de cellules epidermiques a peine plus large que longue. Les palissades forment deux rangees, la seconde un 
peu plus courte que Tautre, toutes deux occupant le tiers de Tepaisseur du mesophylle qui se termine par onze 
a douze rangees de cellules. La partie superieure de meme que la seconde de ce mesophylle contient assez 
de pochcs secretrices et de cristaux prismatiques. 



CHISOCHETON HARMANDIANUS 

Ilabitc la region d'Attopeu. [Hurmand n° 1228. Herb. Pierre n" 4278.J 

Folioles au nombre de dix paires, opposees, les inferieures elliptiques, les superieures oblongues, obtuses ou 
arrondies et presque symetriques a la base, assez longuement acuminees et subaigues en haut, legerement 
coriaces, glabres, munies de 6-12 paires de petites cotes assez espacees et elevees, de meme que la nervation tertiaire 
reticulee sur les deux faces. Pedonculesfructiferesarillaires presque aussi longs que les feuilles. Capsules de une 
a trois loges monospermes, globuleuses, pediculees a la base et un peu mamelonnees en haut, glabres. Le pericarpe 
a une dehiscence tardive et un mesocarpe spongieux. Les graines sont entourees d'un arille cupuliforme conte- 
tenant beaucoup de cellules secretrices. 

Arbre de IS a 20 mfetres. Ses rameaux sont epais d'un cent. Le petiole commun, un peu anguleux en haut, est pubescent de meme que la grappe 
et a la longueur de celle-c, so.t 40 a 70 cent. Le petiolule a 3 1/2 mm. Les folioles inferieures ont 7 1/2 sur 4 cent, et les superieures 18 cent sur 
5 cent. Le fru.t est long de 4 a S cent. L'epicarpe contient beaucoup de cellules pierreuses. Le mesocarpe, termine en dedans par un endocarpe 
membraneux, est epa.sde 4 mm. La graine est longue de 26 mm. sur 10 mm. de diam. Son arille l'enloure complelement, excepte au sommet plane et 
un peu concave. Les cotyledons superposes sont, a l'etal sec, inseparables. ° 

La cuticule rectiligne, assez epaisse, recouvre une seule rangee de cellules epidermiques. Les palissades forment 
une seule rangee et le mesophylle inferieur une demi-fois plus large que ces dernieres comprend 7-8 rangees 
de cellules. Les poches secretrices abondent dans cette region. La caracteristique est ovale, cordee ou concave en 
haut, convexe en bas. Elle est entouree d'un pericycle assez epais, mais presque depourvu de fibres en bas La 
rangee des cellules pierreuses de l'ecorce est incomplete en haut ainsi que cela a lieu dans ce genre et a les 
nodules sclereux assez espaces. On retrouve ces dernieres dans la moelle. Plus haut, dans la cdte, la figure de la 
mer.steledevienthemispherique; plane en haut, le pericycle est fibreux et present partout, et les cellules pierreuses 
manquent dans l'ecorce et la moelle. 



Ainsi dans toutes les especes ici examinees la meristele est echancree en haut, et dans l'ecorce il y a une ran-ee 
de nodules sclereux espaces et formant une enveloppe externe et distante du pericycle, du moins sur le plus ^nd 
pour our de a caracteristique, mais interrompue a la faee superieure de celle-ci. Chez les Dysoxvlum nous 



constaterons le meme fail, avec cette difference que ces nodules ne sont pas interrompus et forment' autour de 
la meristele un anneau continu en haut et en bas. Un autre caractere particulier aux Dysoxylum dont nous 
parlerons est d avoir les meristeles aplaties a la face superieure, tandis qu'elles sont toujours concaves chez 
les Chisocheton et I'Epichans. Mais chez ees derniers, qu'il faut tenir distincts absolument des Dysoxylum e 
cerele sclereux de 1 ecorce manque, le pericycle est a peine fibreux et dans la moelle il y a de trois I qualre fais- 
ceaux bbero-ligneux qui font defaut chez les Aglaia, Lepiaglaia, Hearnia, Merostela; Amoora, Apl 



nanamixis, 



Chisocheton, Dasycoleum et Dysoxylum. D'autre part, lesEpicharis ont les ovules superposes, situes vers le milieu 
de l'axe et ils sont anatropes comme chez les Dysoxylum, les cotyledons verticaux chez ces derniers sont super- 
poses chez les premiers, ce qui les rapproche des Chisocheton, Amoora, Aglaia, Lansium, etc. On voit done 
dans quelle erreur les auteurs qui ont place rEpicharis parmi les Dysoxylum, non pas meme a titre de section, 
sont tombes, pour ne pas avoir tenu compte de la position de Fovule et de Torganisation de Tembryon, carac- 
teres importants partout, mais surtout chez les Meliacees. 

Ce genre Chisocheton se presente avec des feuilles, une inflorescence et des fleurs bien dissemblables et 
demandeune etude particuliere. La plante suivante, qui est dans i'herbier general du Museum de Paris, a un 
aspect tout particulier par sa nervation tertiaire fortement accusee, profondement incrustec a la page superieure 
et profondement areolee a Tinferieure. Parle nombre de ses parties sa place est voisine du C. annulatus {King. 
Mater, flor. Malay., w°7-3l). C'est le Mcliacea rugosa Wall cat. 4b91 Penang dont Iliern (Fl. B. Ind. I. 569) 
dit: « Ce n'est pas probablement une Meliacee ». Ad. de Jussieu a analyse cette plante, et au-dessus de son 
analyse conforme d'ailleurs a la mienne, il y a au crayon :gen. nov. Les feuilles appartiennent-elles aux fleurs et 
debris d'epis que renferme le sachet accompagnant cet echantillon? Cela est probable et la coupe du petiole 
permcttrait de s'en rendrc compte. En tout cas, tels sont ses caracteres : 



CHISOCHETON RUGOSUS 

Meliacea rugosa Wall. Cat. 4891. 

Habile la ptminsule malaise, a Penang [Herb. Mus. Par.]. 

Petiole commun epais de 5 mm., arrondi, roux, tomenteux ou presquehispide de meme que la cote en dessus et la nervation inf6rieure. Folioles 
(comprenantplus de quatre paires) opposees, sessiles, Umpires oblongues attenuees etnoduleesa la base, lanceol6es et courtement acumin6es, tres 
coriaces. munies de 28 a 30 paires de petites coles relies par une nervation tertiaire areolee, sculptee en dessus, tres elevee en dessous. Grappes 
spiciformes. Pcdicelles gros et tres courts longde 1 mm. 1/2. Calice a tube sinue, bidenticuhS, hispide en dehors, long de 6 mm. Petales au nombre 
de4 valvaires en deux series, la seconde un peuplus courte qnel'exterieure, hispides en dehors, a bords tronques, longs de 12 a 14mm., unis a leur 
base en un tube conne ou adherent au tube staminal. Celui-ci, libre au sommet seulement, partagS en 10-1 1 lobes bifides, plus court que les petales 
et en partie hispide en dedans. Antheres linSaires au nombre de 10 all, plus longues que les lobes du tube, emargin6es aux deux extremity, bilo- 
culaires, introrses eta loges multiloculees (comme dans YEpicharis), longues de 5 mm. Disque cupuliforme sinue. Ovaire sterile. Style aussi long 
que les petales, hispide, excepte au sommet. Stigmate cylindrique tronque au sommet. 



DYSOXYLUM INSULARE 

Habite la province de Bariaet Tile Condor. [Herb. Pierre n° 4.273.] 

Glabre, excepte les jeunes pousses. Folioles au nombre de 7 opposees, cuneiformes, decurrentes sur le petiole 
canalicule et presque nul, excepte chez Hmpaire : obovees oblongues, cuspides ou rostrees, coriaces, d'une teinte 
brune et verdatre, munies de sept a onze petites cotes asscz espacees, arrondies, vers la marge, reliecs par une 
nervation tertiaire presque indistincte. Grappes axillaires (fructiferes) courtes. Fruit 2-4 loculaire, presque 
spherique, a lobes arrondis et peu prononces. Graines elliptiques depourvues d'arille. 



Arbre de 15 a 20 metres. Bois jaunalre assez estime. Jeunes rameaux 6pais de 4 mm. Petiole commun, aplali en haut, convexe en bas, long de 
15 cent. Folioles longues de 4 a 17 cent., larges de 1 cent. 12 et 5 cent. Grappes ramifiees longues de 3-4 cent. Fruit indehiscent longde 2 cent. 
sur22mm.,apeineattenuealabase, a pericarpe assez 6pais et charnu. L'epicarpe est mince, le m6socarpe a 1 mm. d'epaisseur et l'endocarpe est 
crustace, tres mince. Le tegument est presque membraneux et sans les cellules secretrices qui caracterisent les Dysoxylum. La plantule est un peu 
en retrait versle sommet de deux cotyledons plan-convexes. 

Ainsi, fruit non capsulaire, endocarpe crustace mince, tegument prive de cellules secretrices, plantule non aussi 
profondement retiree que chez les Dysoxylum, tels sont les caracteres qui annoncent que cette plante est un 
Goniocheton. Ce sont aussi ceux que nous avons trouves chez le Dysoxylum arborescens Miq., type du genre 
Goniocheton Bl. On sait que la le calice est quinquelobe, les petales au nombre de cinq et de quaire, que le 
disque est cupulaire et que Tovaire a quatre loges uniovulees. Ces differences dans le fruit, la graine et la fleur 
peuvent necessiter le maintien du Goniocheton, qui pour Miquel est une section du Dysoxylum et qui par M. Casim. 
D. C. a etc complement incorpore a ce genre dans sa section Eudysoxylum. Pour se prononcer, il faudrait pouvoir 
faire Tanalyse de toutes les especes de ce genre, et en cennaitre le fruit et la graine. Si on compare le f). insulare 
aux especes dont il sera question plus loin, on ne releve pas anatomiquement de difference bien profonde, cependant 
il y en a. L/epiderme a des cellules beaucoup plus allongees que larges sous une cuticule tres mince. Le meso- 
phylle superieur ne comporte qu'une seule rangee de palissades, e'est-a-dire exactement le tiers du mesophyllc 
inferieur qui comprend douze rangees de cellules tres allongees tangentiellement et tres comprimees. Lameristele, 
a la caracteristique et, tres haut dans la cote, n'a pas de pericycle refringent. Elle est bordee, comme tous les 
Dysoxylum, d'une bandesclereuse. Le meme fait a lieu dans le bois dont la gaine est tres pauvrement, a peine ci et 
la refringente, tandis que la bande sclereuse corticale est epaisse et bien caracterisee. Quant a la forme de la 
meristele, elle differede ce que nous voyons chez les Dysoxylum en ce qu'elleest un peu plus longue verticalement 
que lateralement et paree quelle n'est pas bombee, mais legerement concave. II y a aussi chez les Dysoxylum de 
Cochinchine assez frequemment de glandes secretrices, surtout a l'epiderme superieur, glandes pleines d'oleoresine, 
cela semble, etenfoncees dans des sortes de puits formes aux depens de Tepiderme et des palissades. Ces glandes 
superficielles contiennent quelquefois un a deux gros cristaux prismatiques. On les voit aux deux epidermes, ce qui 
n'empeche pas la presence depoches secretrices dans le mesophylle. Ces glandes superficielles semblent manquer 



chez le D. insulare. Chez laplupartdesDysoxylum suivants, il y a aussi deux rangees de palissades, sauf pourtant 
chez le D. translucidum et le D. Tpongense. Quoi qu'il ensoitde Tavenir du Goniocheton en tant que genre, on 
devra certainement le conserver comme section, 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 347 

A. Rameau fructifere du Chisocheton globosus. 

1-2. Fruit entier et dechire de fagon a montrer les deuxloges avec leur graine en position. 

3. Graines entieres ou dechirees montranlleurs enveloppes. 
4-5. Les memes en coupe longitudinale et transversale. 

B. Rameau fruclifere du Dysoxylum insularis (Goniocheton insularis). 

1. Fruils. 

2. Les memes dechir^s et en coupe transversale. 

3-4. Embryons egaux ou inSgaux entiers el en coupe transversale. 
o. Cotyledons s6pares et plantule. 



PI 347 




E.Delpy del 



Ed.Oberlmlith. 



A._CHISOCHETON GLOBOSUS 
B._GONIOCHETON INSULARIS 



IYIELIACEES 



DYSOXYLUM RUBROCOSTATUM 



Habite la Basse Cochinchine, principalement les provinces de Tran, de Chaudoc et d'Hatien. \IIerb. Pierre 
»°427i.] 

Les jeunes rameaux, le petiole commun, les petiolules, lmflorescence, recouverts d'un duvet epais et gris. Fo- 
lioles au nombre de 10 a 1 4, presque toujours alternes, inegales, arrondies ou subaigues a la base, lanceolees, a pointe 
assez etroiteet obtuse, coriaces, excepte la cote en dessus entierement glabres. d'une teinte olivatre, pourvues de 
dix a quinze petites cotes rougeatres de meme que des nervures tertiaires paralleles, canaliculees en dessus, elevees 
en dessous. Grappes spiciformes 3 fois plus courtes que le petiole commun, sans ou presque sans ramifications et 
a fleurscourtement pedicellees. Calice cupuliforme pourvu de quatre petits lobes obtus, velu en dehors. Petales ve- 
lus en dehors, obtus. Tube staminal presque aussilong que les petales, puberulent en dehors. Disque tres court a 
lobes tres courts etarrondis, hispide en dedans. Ovaire globuleux, biloculaire, tomenteux. Style plus court que Fo- 
vaire, termine par un stigmate entier et pelte. Capsule obovee, un peu attenuee a la base, loculicide, bivalve, rouge 
et pubescente. Graines solitaires et elliptiques. 

Petit arbre de cinq a dix metres. Bois jaune citrin, propre aux ouvrages de tour et de bonne duree. Le tronc n'atleint guere plus de 3 a 4 metres 
et son diametre est de 7 a 8 cent. Petiole commun long de 22 cent., epais de 2 mm., presque rond, rougeatre avec l'age, mais ne devenant jamais en- 
ticement glabre. Petiolule long de 2 a 4 mm. Folioles longues de 1 & 13 cent, sur 3 a 4 1 /2 cent. Grappes longues de 4 a 6 cent, tres velues Pedi- 
celles longs de 2 mm. Dents du calice delloides, longues d'un quart de mm., plus courtes que le tube, qui a environ 2 mm. Petales valvaires au nom- 
bre de quatre, longs de 5 1/2 mm. Tube staminal portant 8 a 16 antheres sessiles, long de 4 mm. Disque long de 1 1/2 mm. Ovaire Ion- de 
2mm. et3/4mm. Ovules au nombrede deux, par loge, attaches au sommetde la loge et anatropes. Capsule longue de 24 mm. sur 26 mm presque 
arrondie en haul, Ires velue danslejeune age et recouverle de polls espaces a l'etat adulte. Graines longues de 15 mm. toujours solitaires, pen- 
dues. Sa cicatrice laterale est large etson hile arrondi est aussi lateral, mais situe versle sommet ventral. II n'y a pas d'ariUe. Le tegument est rou-e 
bnllant. La couche infeneure est charnue et parcourue par de nombreusespoches secretricesde couleur orangee. Les cotyledons convexes en dehors' 
un peu concaves a la face interieure, sont longs de 12 mm. Laplantule velue, quant a la gemmule, est supere et assez retiree du bord superieur. 

Le limbeest mince. Les cellules epidermiques en une seule rangee, allongee tangentiellement, ont un contenu clair. 
On voitsouselles,alafacesuperieure, une ou deux rangees de tres courtes palissades aussi larges que lon-ues et 
plus petites que repiderme. A la face inferieure, les cellules quibordent repiderme se developpent outre mesure et 
au milieu d'un contenu clair, contiennent un gros cristal prismatique. Ces cristaux sont tellement gros que la face 
infeneure du limbe devient tres sinueuse. Ce limbe a palissades tres courtes et dont le mesophylle inferieur contient 
huit rangees de cellules, les voisinesde repiderme tres grandes et denature secretrice, indique, par sa constitution 
de grands rapports avec les Dysoxijlum tpongeme et cochinchineme . La meristele est elliptique transversale meme 
dans la cote. Ainsi que chez tous les Dysoxylum, le pericyde a peine refringent, mince, est entoure, a une certaine dis- 
tance, par un epais cercle sclereux. Danslamoelle on observe, meme dans la cote, des nodules sclereux. Le bois a 
laisceauxdistanls, a la caracteristique, devient une bande continue dans la cote. 

II y a une varietede cette espece qui habite les memes localites, mais particulierement la province de Chaudoc 
Var. a. Chaudocense. Folioles au nombre de 4 a 6 paires opposees vers le haut, courtement petiolulees, tres obliques 
et arrondies a la base, elliptiques, oblongues, terminees par une pointe courte et obtuse, d'une teinte jaunatre, munies 
de b a 10 paires de petites cotes peu elevees. Les epis tres jeunes sont velus et le fruit est inconnu. [Herb. Pierre 
n. 4. ( 271 B.) VoyezPl. 351. B. 

Cette espece et particulierement cette variete paraissent voisines du />. /?a^^m /fer^. Hook. PL Brit Ind J 
549; King Mater. Flor. maay, n. 7.49. 



EP1CHARIS JUGLANS 

Hance Journ. of. Botany (1877) 330. 
Annam : gdi nuuc. 

Habite le delta du Mekong et les iles. [Herb. Pierre « os 1.397 6w, 4.275 et 4.30-1 ] 

Entierement glabre, excepte Inflorescence. Folioles au nombre de deux a cinq paires, opposees, distantcs, assez 
longuement petiolulees, oblongues ou ob Q vees oblongues, aigues a la base, terminees par une pointe courte et 
obtuse, tres coriaces, opaques, d'une teinte terreuse, munies de huit a onze paires de petites cotes canaliculees en 
aessus, elevees en dessous et reliees par une nervation tertiaire transversale, parallele, tres peudistincte. Grappes 
ramifiees, plus de deux fois plus courtes que le petiole commun. Fleurs epaisses a l'aisselle d'une bractee, munies de 
deux bracteoles et articulees au-dessus du milieu. Calice partage en quatre lobes lanceoles plus longs que le lube 
pubescent. Petales valvaires, un peu coherents a la base, oblongs, un peu oboves, puberulents en dehors. Tube sta- 
minal pubescent en dehors, un peu elargi au sommet et termine par des dents courtes. Antheres au nombre de 
8 legerement debordantes, suboblongues et terminees par un court connectif, a loges pourvues d'une double 
rangee de logettes. Disque pubescent en dehors et en dedans, lobule et cilie. Ovaire velu. Stvle glabre tronqueet 
epa.ssi au sommet. Capsule arrondie et emarginee aux deux extremites, tetragone, 4 loculaire, tetrasperme 
dehiscente sur le tard. Graines elliptiques. Cotyledons obliquement superposes. 



Arbre de 20 a 30 metres. Bois jaunalre assez leger, excellent pour ie charronnage, la menuiserie et meme la construction. Sa densite, un peu faible, 
est a peu pres celle du Lepiaglaia pyramidata ou got hang ; elle est un peu plus elevee que celle du goi nui ou Amoora gigantea. Sa teinte est 
un peu plus foncee que celle du Disoxyion Loureiri ou hu'inh duong. Les indigenes assurent que, dans les ceuvres couvertes, le goi nuoc, 
qu'il ne faut pas confondre avec VAphanamixis Rolutuka, connu sous le meme nom dans la Basse Gocbinchine, a une dur^e de 60 a 80 ans. Ses 
jeunes rameaux sont epais de 3 mm. Son petiole commun a environ 30 cent, de longueur et dans sa partie inferieure nue Tall cent, de long. Les 
feuilles sont paripennees, alternes et ont plus de 45 cent, de long. Les petiolules ont 7 mm. et les folioles 9 cent, chez les inferieures sur 3 1/2 cent, et 
chez les superieures 16 a 18 cent, sur 3 1/2 a 6 1/2 cent, delargeur. Les grappes, naissant aux axesd^pouilles ou feuillus, ont 10 a 20cent. delong. Les 
pedicelles sont longs del mm. 1/2. Le calice a 2 mm. delong. et leurs lobes 1 1/4 mm. Les pelalesont 7 mm. de long. Le tube staminala 5 1/2 mm. 
el les antheres 1 1/2 mm. de long. Le disque a 4 mm. ; il est tout a fait cylindrique ; ses lobules arrondis, inegaux sont au nombre de 8. L'ovaire 
contient 4 loges oblongues et chacune d'elles porte vers le milieu, deux ovules superposes et anatropes, avec le micropyle supere. La capsule 
estlonguede3a4 cent, surplus de 4 cent, de larg. Elle a un pediculelong de8 mm. Ses lobes sont arrondis. Le pericarpe glabre est epais de 2 mm. et 
un peucharnu. La grainea 2 cent, de longueur sur 13 mm. Le tegument a 1/2 mm. d'epaisseur, un peu charnu et rougeatre en dedans, mais on n'y 
voit pas les larges poches secretrices des vrais Dysoxylum. Les cotyledons charnus, un peu obliquement superposes, sont quelque peu inegaux. La 
ligelle est voisine de la marge et regarde le hile lateral et ventral et le micropyle. La plumule est velue. 

Le limbe a un epiderme presque aussi long que large, recouvert (Tune cuticule reguliere et assez epaissc. Le me- 
sophyllc superieur eomprend une seule rangee de palissades, occupant le 1/3 environ de tout le mesophylle. Neuf 
rangees de cellules allongees tangentiellement forment la partie inferieure de cette region. On voit de grosses 
poches secretrices oleoresineuses s'etendant de l'cpidcrme superieur a la base des palissades ; on en rencontre 
aussi, ca et la, dans le mesophylle inferieur. Les meristeles a la caracteristique, mais au-dessous ou au-dessus de cette 
region sont obcordees, a direction verticale et arrondies en bas. Lepericycle est mince ou peu prononce. On ne voit 
pas dansTecoree cette bande sclereuse particuliere aux Dysoxylum formant en dehors du pericycle une deuxieme 
protection de la merislele. Dans la moelle, on observe 3 a 4 faisceaux libero-ligneux, ce qui ne se rencontre jamais 
chez les Dysoxylum. Dans le bois ? qui emet du cylindre central pour la feuille, trois faisceaux libero-ligneux, il y 
a dans la moelle, aussi bien que dans Tecorce, beaucoup de nodules sclereux et de poches secretrices. Dans ces der- 
nieres nous retrouvons les cristaux deja constates dans le limbe. 

En somme, par Pensemble de ses caracteres FEpicharis est un genre bien distinct des Dysoxylum avec lequel 
Miquel, Baillon, Hicrn et autres auteurs recents, Tont confondu. Les vrais Dysoxylum ne devraient comprendre que 
les plantes chez lesquelles Tovulc ou les ovules sont attaches au moment de la loge et qui ont les cotyledons ver- 
ticaux avec la tigelle a direction supere, tres distante du micropyle. .Fai dit aussi que la le limbe etait pourvu de deux 
rangees de palissades, que dans 1'ecorcc, il y avait un anneau sclereux en dehors de la meristele, que le tegument 
externe etait rempli de poches secretrices. L'Epicharis a des poils malpighiaces, une seule rangee de palissades dans 
le limbe, des faisceaux libero-ligneux dans la moelle des meristeles, un calice a tube plus court que ses lobes valvaires, 
des antheres a loges pourvues delogetles; un disque pourvu d'une double rangee de lobules, des ovules superposes, 
des cotyledons superposes, une ligelle presque marginaie, un tegument sans poches secretrices. C'est le cas de notre 
plante et de quelques especes malaisiennes et indiennes, telles que les Epicharis densi flora Bl. ; E, ramiflora (E. 
sericea BL ; Dysoxylum ramiflorum Miq.) ; E. spiciosa A. Juss. (D. speciosum Miq.) ; E. procera (Dysoxylum 
procerum Illern ; Guarea disyphonia Griff, not. V, p. 503). 11 y en a certainement d'autres decrites par les auteurs, 
mais que les descriptions incompletes nepermettentpas de reconnaitre. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANGIIE 348 



A. Kameaux florifere et fructifere du Dysoxylum rubrocostalum. 

1. Bouton et fleur adulte incomplete. 

2. Calice. 

3-4. Pelalejeune et adulte. 

5-6. Tube staminaljeune et adulte en position et ou vert. 

7. Antbereet pollen. 
8-9. Disque et ovaire. 

10. Bouton en coupe longitudinals. 

1 1 . Ovaire en coupe transversale. 

12. Fruit entier etdechire" monlrantles deux graines en position. 

13. Graines isolees. 

14. Une graine d^cbiree montrant l'embryon. 

15. Coupe transversale du fruit et des graines. 

B. Rameau florifere de l'Epicharis juglans. 

1. Fleur et calice. 

2. Pelales en position dont un vu du cote inte>ieur et isole. 

3. Androc6e en position. 

4-5. Le meme ouvert et antheres. 

6. Disque en position et isole vu du coteinterieur. 
7-8. Ovaire entier avec loges dechirees montrant les ovules en position. 



PI 348 




E-Delpy del 



Ed, Ob ep] in hlti. 



A DYSOXYLUM RUBROCOSTATUM 

B EPICHARIS JUGLANS. HANCE. 



MELIAC&ES 



EPICHAMS HOAENSIS 



Uahite la province de Bien Hoa. [Herb. Pierre n° 43(M.] 

Glabre, excepte les tres jeunes pousses. Feuillesau nombrc de 4 a 10, opposees, elliptiques oblongues, asvme- 
triques, obtuses ou aigues a la base, lanccolees et obtuses, tres coriaces, pales et brillantes en dessus, un peu 
rougeatres en dessous, munies de hnit a onze petites cotes tres fines et d'une nervation tertiaire transversale a 
peine distincte. Grappes cxtraaxillaires munies de ramifications tres courtes. Fleurs presque sessiles pourvues de 
bractees ct bracleoles. Sepales deltoides, presque glabres. Capsule longuement pediculee, obovee, tetragonc, 
terminee par un rostre assez prenonce, contenant trois a quatre loges monospermes. 

Arbre de 10 a 15 metres. Bois jaunalre propre a la menuiserie, an lour et meme a la construction, ne se conservant bien qu'a l'abri des 
intempǤries. Jeunes rameaux epais de 2 1/2 mm. Feuilles paripennees longues de 20 a 30 cent. Petiole commun termine quelquefois par une 
gemmule, long de 1 a 26 cent. Petiolule long de 4 mm. Folioles longues de 5-8 sur 3-4 cent, chez les inferieures et de 9 a 18 sur 4 a 6 cent. Grappes 
longues de 15 cent, environ. Leurs ramifications n'ont pas plus de 1 a 2 cent. Les pedicelles ont 11/2 mm. de longueur. Le calice comporte quatre 
lobes aigus plus longs que le tube. Lesp6tales etlesetamines sont inconnus. L'ovaire entoured'un disque court (d'apres quelques restesde fleurs non 
nouees, paraissant glabre), est velu et contient quatre loges biovulees. Le sommetdu style velu a la base, manque. Les poilssont malpighiaces comme 
dans la plante precedents La capsule, dont lepedicule est long de 15 a 20 mm., s'ouvre assez tard. Saparlie globuleuse est longue de 3 a 3 1/2 cent, 
sur 3 a 4 cent. Le rostre est long de 4 a 5 mm. Le pericarpe,legerement sillonne longitudinalement et dont les cotes sont arrondies, apresde2mm. 
d'epaisseur. II est un peu ligneux. II s'ouvre au sommet par quatre valves. Le tegument coriace a 1 mm. d'epaisseur et porte une cicatrice laterale 
oblongue. Les cotyledons superposes plus longs que larg'es, un peu inegaux, charnus, ont 1'un 15 mm. et l'autre 10 mm. de longueur. La tigelle 
regarde la placenta etest marginale. La plumule est pubescente. 

Cctte plante a un limbe un peu plus epais que celui de YE. juglans. Sous une epaisse cuticule on voit une 
rangee de cellules epidermiques plus longue que large. Les palissades quatre fois plus longues que larges n'ont 
qu'une seulc rangee. Le mesophylle inferieur un peu plus large que le superieur comprend neuf rangees de cellules 
allongees tangentiellement. L'epiderme inferieur egalement revetu d'une cuticule epaisse et rectiligne est plus ctroit 
que le superieur. Dans le mesophylle et dans J'epiderme superieur, il y a des poches secretrices. La meristele ovale, 
concave en haut, mais beaucoup plus que chez YE. juglans, comprend dans sa moelleun a deux faisceaux libero- 
ligneux dechaque cote de sa courbe superieure. Le pericycle est tres peu indique. II n> a pas de bande sclereuse 
en dehors de ce dernier, ce qui etablit bien, ainsi que la forme de la meristele, le caractere du genre Epicharis. 



DYSOXYLUM TPONGENSE 

Habitela province de Tpong au Cambodge. [Herb. Pierre n° 878.] 

Jeunes rameaux bruns pubescents. Folioles au nombre de dix, alternes, ovales, oblongues, lanccolees, arrondies 
d'abord et un peu aigues et obliques a la base, a pointe assez longue, obtuse ; tres coriaces, d'une teinte uniforme 
olivatre, munies de 10 a 42 paires de petites cotes, assez distantes, reliees par une nervation tertiaire a peine 
distincte ou indistincte. Grappes fructiferes courtes axillaires ou un peu extraaxillaires. Capsules oblongues 
attenuees aux deux extremites, le plus souvent triloculaires, mais a une seule loge fertile. Cotyledons verticaux, 
rarement superposes, a commissure sinueuse. Plantule verticale retiree vers le centre. 

Arbre de 10 metres. Rameaux epais de 4 a 5 mm., tres anguleux. Bois inconnu. Petiole commun long de 6 a 15 cent. Petiolule long de 5 mm. 
Folioles longues de 6 a 15 cent., larges de 2 a 4 cent. Grappe fructifere de 4 a 5 cent, sans ramifications ou a ramifications tres courtes. Capsule 
longue de 28 cent, sur 25 cent., un peu obovee mais acuminee et attSnuee a la base. Pericarpe epais de 2 a 6 mm. Graine longue de 12 a 15 mm. 
sur 13 mm., elliptique, a cicatrice s'etendant du sommet lateral jusqu'au milieu. Le tegument coriace en dehors, pnlpeux en dedans, et la fourni de 
cavites secretrices a contenu jaune orange, a un peu plus d'un mm. d'epaisseur. Les cotyledons sont tres sinueux et il arrive quelquefois, 
probablement par accident, qu'ils sont superposes. La plantule est dressed verticalement et a une plumule velue. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 349 

A. Rameau fructifere de 1'Epicharis hoaensis. 

1. Restes d'une fleur. 

2. Calice. 

3. Ovaire recouvert de poils malpighiaces. 

4. Fruit d£chir6 montrant une graine en position et des graines isolees. 
5-6. Fruits en coupe longitudinale et transversale. 

7. Cotyledons ecartes et plantule. 

B. Rameau fructifere du Dysoxylum tpongense. 

1. Fruit en coupe longitudinale et graines isolees. 

2. Le meme en coupe longitudinale et transversale, mais a cotyledons superposed. 

3-4. Graine avec une partie du tegument montrant l'embryon superpose et embryon sans le tegument avec plantule isolee et en position. 




A__EPICHARIS HOAEMSIS 
B_DYSOXYLUM TPONGENSE 



MELIACEES 



DYSOXYLUM COCH1NCHINENSE 



Habile la province de Baria. [Herb. Pierre »' 206.] 

Jcunesrameauxgris pubescents. Folioles au nombre le plus souvent de 6 a 10, rare men t de 12 a 14, alternes, 
petiolulees, elliptiques ou elliptiques oblongues, asymetriques et arrondies a la base, lanceolees ou' obovees,' 
termineespar unepointc assez longue obtuse ou aigue, coriaces, olivatreset un peu rougeatres en dessous, munies 
de 6 a 10 paires de petites cotes a peine accusees en dessus, assez clevees en dessous, a nervation tertiaire 
presque indistincte ; ponctuees surlout en dessus. Grappes fructiferes extraaxillaires courtement ramifiees. Capsule 
obovee, mamelonnee, attenuee a la base et a court pedicule, monosperme ou disperme. Cotyledons verticaux. 
Plantule supore peu distante du sommet. 

Petit arbre de 8 a 15 metres. Hameaux grisatres, <5pais de 5 mm. Bois jaimftlre assez utilise pour de menus ouvrages. Petiole commun Ion- de 
JO cent., sdlonneet un peu anguleux. Petiolule long de 4-6 mm. Folioles superieures aigues a la base et presque symetriques, tongues de 
12-15 cent, sur 6 cent.; les inferieures arrondies sur un cote, trfes inegales a la base, tongues de 9 cent, sur 4 a 5 cent, de largeur. Grappes loneues 
de 8 cent. Capsule longue de 25 mm. sur 20 mm. La partie basilaire atlenuee est longue de 4 a 5 mm. La poiute obtuse est lon-ue de 2 a 3 mm 
La grame est enlouree d'un tegument epais de 1 mm. 1/2, coriace en dehors, mou et rempli de cellules secrelrices a confenu resineux jaunalre' 
en dedans. Les cotyledons plan-convexes sont verlicaux, longs de 4 1/2 mm. 

La plante suivante differe de la precedents par des feuillcs un peu plus oblongues, pourvues de petites cotes plus 
nombreuses ct d'une teinte brune caracteristique. 

Var. Quocensis. [Herb. Pierre n° 4.274.] Phu Quoc. Jeunes rameaux gris pubescents. Folioles elliptiques 
oblongues, tres coriaces, obovees acuminees et arrondies a la base, munies de 8 a 12 paires de petites cotes peu 
elevees en dessous, longues de 6 a 131/2 cent, sur 4 a 5 1/2 cent. Grappes axillaires longues de 7 cent., crises 
pubescentes et pourvues de ramifications longues de 2 mm. Pedicelles longs de 1 1/2 mm. Calice cupuliforme 
pourvu dequatre lobes courts et obtus, pubescents. Petales au nombre de quatre, longs de 3 mm sur 2 mm 
pubescents ou puberulents. Tube staminal campanule termine par huit lobes bifides, glabre. Antheres incluses 
ell.pt.ques au nombre de huit. Disque ondule ou pourvu de quatre lobes arrondis, deux fois plus court cue 
ova.ro pubescent en dedans. Ovaire ovoide, vein, termine par un style glabre a stigmate pelte et gros. 
Les ovules inseres au sommet de la loge, sont gemines, pendus dans cbacune des quatre loges. Le fruit 
capsula.ro a 30-35 mm. de long. Son pied est long de 5 mm. et sa pointe a 3 mm. de long. II a deux 1 -e 

ZXrr T*T* ° nt " mm - SUF 5 mm - La P lanU,le relir6e du — l «- en etre tS 

distante a la gemmule velue. 

JiTSS T "Tr Pr " S ^ f ° iS PlUS "' r0ite qUe r6piderme d0nt IeS cellules S01lt P hls l^ges que 
rSer m e P ahsSadeS f f< ; rment dc f et meme l ™ ^urtos rangees de meme longueur que le mesophylle inker 

Lo P s suo iTl' " T ° ndUleUX Ct C ° ntien ; bea " C0UP dC CellU,eS S&M ™> ce » ules assez ^.-ntes aussi 
<Zj n P i ^ staux P" smat '^ssont frequents surtout dans la region superieure. Lameristele est sub 

I eomna;t Un i PeU f ^ ^ ^^ U *** ' ** ^^ d ' M ^"» la base de la <**> ""* delist 

!: mXii ^«r^ Mt doubI6 en dehors par un anneau ^ ™«™ - **• *■« 



DYSOXYLUM TRANSLUCIDUM 

Habite la montagne Krewanh dans la province de Pusath, du Cambodge. [Herb. Pierre rf 881 1 

de valves, obovees, un peu attenuees au sommet et davantage a la base. P 

.ongne de 5 f T cent, sur 38 ^Z^^;^^: Z^^L" llTe's! I V ^ ^ T*" *** 

ccatriee s'etendant du bile apicaljusqu'au milieu ventral. Tegument pai d f mm I', et de 11 I IT " mm " S ° litai '' e ' * 
mdieu. Cotyledons oblongs, sinues, verlicaux. Plantule supere et marginal. P SeCre,nCeS Un P6U r ° Uge(U '' es au 

Le limbe tres mince a sous unc mince cuticule une rangee de cellules eoidermia.iP, ( 1p„v f,; . i 



est trcs mince et a peine distinct. L/enveloppe scle>euse, caractere des Dysoxylum, est reguliere, tres epaisse 
et se termine en bas par une courte pointe. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 350 

A. Rameau fructifere du Dysoxylum cochinchinense et florifere de la varied Quocemis. 
1-2. Fleur et calice. 

3. P6tales. 

4. Tube staminal. 

5-6. Le meme ouvert montrant les antheres en position et isolees. 

7. Disque en position et ouvert. 
8-9. Ovaire entier et en coupe longitudinale. 

10. Fruit dechire" montrant les graines en position. 

11. Graines. 

12. Les memesavec une partie du tegument d£chir6 montrant l'embryon en position. 

3-14. Embryon en coupe transversale et vu du cote int6rieur, iin des cotyledons portant la plantule. 
B. Rameau fructifere du Dysoxylum translucidum. 

1. Fruit deehire montrant une graine en position. 

2. Le meme en coupe transversale. 

3. Graines isol6es. 

4. Une graine en coupe transversale. 

5. Cotyledons. 

6. Les memes, s6par6s, montrant la plantule supere. 



PI. 350 




i.Delpy del 



Ed.Oberlmlith. 



A._DYSOXYLUM COCHINCH1NENSE. 

B— -. TRANSLUCIDUM. 



meliacEes 



DYSOXYLUM? BINECTARIFERUM 

31 Bedd. in Trans. Linn. soc. v. 23, p. 212;- Hien, in Hook. Fl. Brit. Ind. pars 3-oi6 ; - C. D. C. Monogr. Phanerog. Meliac. I. 493. 



Habile 1'Incle et le liaut Mekong. Docteur Massie, ri> U. [Herb. Pierre n° 5961 1 

Jeunes rameaux puberulents jaunatres. Folioles au nombre de trois a quatre paires alternes ou opposees, a 
base egale ou inegale et en partie aigne, oblongues lanceolees, cuspides, tres minces, coriaces, jaunatres 
mun.es dc 9 a 12 paires de petites cotes canaliculus en dessus, fines et peu elevees en dessous, de menie que 
la nervation tertiaire transversale, du moins vers le haut. Grappes extraaxillaires plus cour.es de moitie que Ic 
pet.ole commun a ram.fications courtes. Pedicelles de la longueur du calice cupuliformeettermine par 4 lobes 
tres courts. Petales puberulents sur les deux faces, deux fois plus longs que le calice. Tube staminal presque 
cyl.ndr.que,glabre ou legerement puberulent entre les huit antheres incluses. Disque tubuleux termine par huit 
lobes tardus, un peu renfle vers le milieu et attenue au sommel, garni de polls reflechis et bispides en dedans 
tZl dwTndt °™ re ™ l \ l ™ M > his Pide, trois fois et plus, moins long que le style. Celui-ci capite 
en toure dune collerette glabre dans sa partie superieure et un peu plus long que le tube staminal. Ovules 
collateraux inseres vers le milieu dc la Ioge. Fruit capsulaire snbpyriforme, muni dc quatre cdtes, rouge et 
contcnant quatre loges monospermes. Cotyledons elliptiques plan-convexes, a direction verticale, attaches* au- 
dessus du milieu, a une plantule puberulente. 



lo melres, a tronc courl, 



FVIinlli 



ameaux ecarles. Petiole commun long de 22 cent., nu a la base dans une longueur de 6 a 7 cent 

! long de 5 mm.Lm.be long descent, sur 4 chez les paires inferieures et de 15 cent, sur 3 chez les superieure, <Z£ b»™£ 

,« . H en. e. nues dans une longueur, a la base, de 4 cent, environ, a unifications tongues de 2 a 3 cent L , Lie U on 

;L2s e i a T:J:zzzi^ Les p .r; ° nt9mma io mm - de ,ongueuret ™ i - h ^ Le ^ £££££ 

2 mm Le Zue a environ *V 7 T °, "' * *" P™ "^ e ' ^ ^V 1 *"' Les anthferes 90Dt oblongnes et tongues de 

J. mm. Le cl.sque a env.ron 4 mm. de longueur et s'etend jusque vers le milieu du style. L'ovaire pourvu de quatre coles a 1 l / 2 mm 

sm ^ mm. cle largeur. Elles ont une epaisseur de 17 mm. du hile a la face dorsad r^fi* ma in a „« * . ^iuug. 

D'apres l'cnsemblc dc ccs caracteres, on voit que cette plante difTere des vrais Dysoxvlum par un caliee 
Z?Z S'; ""j," 1 —-!" »* ■*-. I»«" — M vers !, JuJ de fl? £Z 

chez es Ep,chans et es Dydymocheton et pourtant sa plantule est situee au-dessous du sommet conime 
chez les vrais Dysoxylum. Elk demande done a prendre place dans nne section speciale q^ Vappe" 
a servi est si pauvre que je n'ai pu en distraire une partie pour 



I'anatomie 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 351 

A. Rameau florifere du Dysoxylum binectariferum. 

1. fiamule, bouton et calice etale. 

2. Pelales en position et isoles. 

3-4. Tube staminal en position et ouvert montrant la face interne et les antheres en position 

5. Antheres vues en diverses positions. 
0-7. Tube du disque en position et ouvert montrant sa face interieure 
8-9. Ovaire entier, avec une loge ouverle et en coupe longitudinale. En 9 * on voit un ovule grossi 

10. Lememe en coupe transversale. ° 

11. Graines vues du cote du hile, dorsalement et lateralement. 

12. Une graine dont le tegument a ete dechire pour montrer l'embryon en position En 12" n» ™. . .m . * , 

commissure. y position. Ln 12 on voit les cotyledons du cote de leur 

13. Les cotyledons sont represents Partes. La plantule est vue en position et -rossie 13' 

14. Coupe transversale de la graine. 

B Rameau du Dysoxylum rubrocostatum, var. chaudocense (Voyez pour le texle la planche 348) 

1. Tres jeune bouton. l *' 

2. Calice etal6. 

3. Petales en position. Un d'eux isole. Dans la figure 3 b on voit sous les deny nMnlp C w < ■ • , 

dedans le stigmate. P ° taIeS la,SS0S en ^ lli0n ,e lube staminal et plus en 

4. Jeune tube staminal et stigmate. 

5. Jeune ovaire et style. Les memes en coupe longitudinale 5 0. 

6. Diagramme d'un jeune bouton. 



PI 351. 




E.Delpy del 



Ed.Oberlmlifh. 



A DYSOXYLUM BINECTARIFERUM HOOK. F. 

£ : RUBROCOSTATUM . 

VAR. CHAUDOCENSE. 



MELIAC£ES 



DYSOXYLUM LOUREIM 

Epicharis Loureiri Pierre in Bullet. Soc. Linn. (1881) p. 28 ; Santalum album. Lour. Flor. Goch. p. 86. 
Annam : huinh dan ; huinh duong ; bach dan. 



Habile la Basse Cochinchine, principalement les provinces de Tavninh, Saigon et Bienhoa. [Herb. Pierre 
n° 1646. Coll. Boisn.[3bet%00.] 

Jeunes rameaux, face inferieure des feuilles et inflorescence gris pubescents. Feuilles alternes tres pressees au 
sonimet des rameaux. Folioles au nombre de dix a viogt, opposees ou subopposees, petiolulees, arrondies ou sub 
aigues, tres asymetriques a la base, ovalesouelliptiqueschez les paires inferieures, oblongues lanceolees et cuspides 
chez les superieures, tres coriaces, ponctuees, d'une teinte verte tres pale ou jaunatre, munies de douze a seize paires 
de petites cotes canaliculus en dessus, assez elevees en dessous et a nervation tertiaire indistincte. Grappes pres- 
que spiciformes, a ramifications tres courtes. Fleurs tetrameres a peu pres de la longueur des pedicelles, pourvus 
d'une bractee et de deux bracteoles a la base. Sepales, presque entierement libres, ovales, lanceoles et obtus, velus en 
dehors de meme que les petales oblongs et deux fois plus longs. Tube staminal termine par 8 lobes emargines alternant 
avec les antheres. Disque glabre egalcment pourvu de huit lobes arrondis. Ovaire velu ovale tri ou quadriloculaire. 
Style termine par un stigmate entier et pelte. Capsule obovee subpiriforme, velue. Cotyledons verticaux et ellip- 
tiques. 

Arbre de 20 a 35 cent. Ecorce grise et un peu laiteuse. Le bois est jaunatre, un peu rougeatre vers le Cffiur, dur, d'une densile moyenne el de bonne 
conservation. On en fait descercueils et des meubles de prix. On le brule aussi dans les temples et les ceremonies domestiques. II est odorant quand 
il v.ent d'etre coupe et son odeur est quasi celle du Santalum album. En sechant, il devient moins odorant. Du moins il faut le frotter fortemenl ou le 
bruler pour que Fodeurse manifeste. Dans certaines preparations pharmaceutiques, on l'eniploie sous forme de poudre. Les rameaux ultimes sont 
epais de 5 a 8 mm. Le petiole commun est long de 1 7 a 40 cent, et la feuille a une longueur de 30 a 50 cent. Le petiolule est Ion- de 5 mm Les 
folioles des paires inferieures ont 4-5 cent, sur 2 1/2-4 cent. Les superieures ont 10-15 cent, sur 2 1/2-5 cent. La pointe etroite mais un peu obtuse est 
longue de plus d'un centim. La cole en dessus est velue, de meme que la nervation primaire et secondare en dessous . Les grappes sont longues de dix 
a douze cent, etles ramifications les plus longues ontun a deux cent. Les sepales, presque enlierement libres des le jeune age, ont a peine un mm. de 
longueur. Les petales presque adultes sont obtus de meme que les sepales, et sont valvaires. N'ayanl vu que des fleurs jeunes, le tube staminal 
termine par hu.t lobes echancres, pourrait changer de forme avec Tage et devenir plus long que les antheres, ainsi que cela a lieu chez les vrais 
Dysoxylum. L'ovaire vane de 3 a 4 loges. Les ovules, au nombre de deux, sont attaches a l'extreme sommetde la loge et collateraux dans la jeune 
ileur Le fruit jeune a 26 mm. sur 22 mm. mais, d'apres la grainc mure qui a 30 mm. de longueur, le fruit mur pent avoir de 35 a 40 mm. de longueur. 
La plantule est retiree a une certaine distance du sommet. 

La meristele est plus etendue lateralement que verticalcment. Comme chez les vrais Dysoxylum, le pericycle nc de- 
vient fibreux que dans la cote etalors il affecte la forme arrondie. En dehors de ce pericycle il y a une bande de 
cellules pierreuses tres epaisse, aplatieen haut, tout a fait ronde plus haut. Le limbe, forme d'une mince cuticule 
et d'une rangee de cellules a Tepiderme, sur les 2 faces, a un mesophylle forme de deux courtes rangees palissadiques 
etde six rangeesde cellules un peu plus larges que longues. Les ponctuations nombreuses des deux faces de la feuille 
sont les orifices de glandes enfoncees dans Tepiderme et les palissades en haut et en has, dans l'epiderme et le 
mesophylle infeneur. On y voit ordinairement un ou deux cristaux entoures d'un corps gras ou huileux et on 
comptc autour d'elles de 6 a 9 cellules de bordure. 



Le huinh dan sous les noms aussi de huinh duong et de bachdan, le premier signiflant le bois medicinal, le second le produit forestier et 



troisieme 



le produit marchand, se trouve encore asse Z communement dans ceriaines parlies recnlees el pen faciles a exploiter, de la province de Bienhoa Cepen- 
dant les grog et v.eux arbres sont tres rares. Comme e'est nn bois de senleur, forcement, il tend a disparailre. Puisqne apres plus de Irente-cinn ans de 
domination en Indochme, nous n'avons pas encore pris la moindre mesure de conserva.ion et de reproduction forestieres, forcement e'est une essence 
qo. d-sparaitra. e n en conna.s que qnelques arbres sur la montagne de Deonba pres de Tayninh, sur celle de Baria el dans les regions de Tonman et de 
Baochanb dans la parhe onentale de la province de Bienboa. Pour moi e'est un des bois connus dans le commerce sons les noms de sandal blanch citrin. 
Une autre espece don.je „e conna.s m les fleurs, ni le fruit, crott dans 1'ile Pulo-Condor et prodnirait anssi nn bois de senteur, d'apres le capi- 
tainede Perry qui men a envoye plusieurs rameaux et dout voici les caracteres. 



DYSOXYLUM PERRYANUM 

Habite l'ile de Condor danssa region montagneuse. [Herb. Pierre w°4.6i7.1 

Rameaux epais de 8-10 cent., ferrugineux, pubescents. Feuilles alternes ou opposees, tres pressees au <ommet 
desjeunes rameaux, longues de 28 a 40 cent., nues a la base, dans une longueur de 6 a 7 cent. Petiole commun lon« 
de trente-trois cent, arrondi, roux, pubescent. Folioles au nombre de 9 a \\ paires opposees, glauques enaisses" 
tres cor.aces, falciformes ou oblongues lanceolees et cuspides ; les bords, a la base, tres inegaux, le superieur arrondi' 
1 autre aigu ; pubescentes sur la cdteen dessus etsur toutelaface inferieure, d'une teinte brune en dessus munies 
de dix a quinze paires de petites cotes, canaliculus en dessus, elevees en dessous de meme que la nervation'tertiaire 
transversale, espacee mais tres peu accusee ; les inferieures longues de 5 cent. sur. 2 cent., les superieures de 9 a 11 
cent, sura a 4 cent. 

La meristele est, a la caracteristique, a peine plus large que longue, plane en haut, bombeeenbas, ouverte sur 
les cotes de la courbe superieure. La moelle est privee de faisceaux liberoligneux. Le pericycle n'est pas fibreux 
mais, en dehors, une bande reguliere, sclereuse, moins fortement accusee que dans l'espece prccedente,enloure en 



forme de cerclc la meristele. Nous avons vu que cVst un caractere de genre. Lc limbe est plus epais que chez le 
D. Loureiri. Sous une cuticule rectiligne, on voit une rangee de cellules epidermiques plus large que longuc. Le 
mesophylle superieur se presente avec deux rangees de palissades, lasecondeun peu plus courte que la premiere. 
L'infcrieur eomprend cinq a six rangees de cellules tres sinueuses. Sous Tepiderme infericur, la cuticule se presente tres 
ondulee et pubescente. Les poches secretrices sont tres frequentes dans Tune et Tautre rangee de palissades. Elles 
ne sont pas creusees en forme de puits et marginales comme chez le D. Loureiri. 



LEPIAGLAIA BAILLIONI 

Epicharis ? Loureiri. Pierre in Soc. Lin. Par. (1881), p. 292. 
Kmer : Sdauphnom. Annam : So dau 

Habite les provinces cambodgiennes de Tpong etdeKamput. [Herb. Pierre n° i.MO. Collection bois n° 156.] 
Les jeunes rameaux, feuilles et grappes recouvcrts de poils squameux puberulents ou pubescents, bientot gla- 
bres.Folioles au nombre de 9 a 17 epposees ou subopposees, courtement petiolulees, aigues et unpeu inegales a la 
base, lineaires oblongues, lanceolees, a pointe longue, etroite et obtuse; tres coriaces, glabrescentes, d'une teinte noi- 
ratre ou brune,, a peine plus pale en dessous; muniesdelS a 16 paires de petites cotes tres fines, a peine plus distinctes 
que la nervation tertiaire et reticulee. Grappes axillaires presque aussi longues que le petiole commun, a ramifica- 
tions inferieures assez longues ; les superieures courtes et reduiles a une fleur. Calice cupuliforme, a sepales 
arrondis et cilies. Fruit jeune monosperme, globuleux et recouvert de poils squameux grisatres. 

Arbre de 25 a 35 metres. Jeunes rameaux 6pais de5 mm. Ecorcedu tronc grise en dehors, rouge en dedans, epaisse de 5 mm. Le tronc alleint 
20 a 25 metres de hauteur. Au sommet du Cut, son diametre est de cinquante centim. Le bois est rouge palissandre. On estime sa dur6e a cin- 
quante ans dans les oeuvres expos^es aux intemperies. On l'emploie dans toutes les constructions, mais principalement comme colonne de maison. Son 
poids est supeVieura celui du Lepiaglaia pyramidata et a celui deYAnioora gigantea. Comme coloration, il se rapproche de ce dernier, mais avec 
une teinte rougeatre plus foncee et deux fois plus accusee que celle du Lepiaglaia pyramidata. Son grain est intermediate a celui de ces deux 
especes. C'est aussi un bois beaucoup plus estime\ 

Son petiole commun est long de 30 cent, et conserve assez longtemps ses squames. Le petiolule est long de 4 mm. Les feuilles inferieures 
ont 10 cent, sur 2 1/2 cent, et les plus longues ont 14 cent, sur 3 cent. Les grappes sont longues de 20 a 25 cent. Les pedicelles ont 1 1/2 mm. 
de longueur. Le calice a un tube un peu plus long que les cinq sepales donl la longueur est de 3/4 de mm. Les p6tales et l'androc£e ne sont pas 
connus. Le jeune fruit ovo'ide ou sub-globuleux a 3 1/2 mm. de longueur, lis sont toujours a une seule loge. Sous la jeune graine qu'enveloppe 
un arille libre et incomplete il y a un ovule avorte. C'est done la placentation des Aglaia. 

La meristele est en direction transversale 3 fois plus large que longue. Elle est tres ouverte en haut. Le limbe a 
une cuticule reguliere deux fois plus mince que Tunique rangee de cellules de Fepiderme. Le mesophylle superieur 
eomprend trois rangees de palissades graduellement plus courtes de haut en bas. L'inferieur a 7-8 rangees de 
cellules. Dans les poches secretrices bordees de cellules assez petiles et nombreuses, on observe ordinaircment un 
cristal clinorhombique. Comme chez I' A. pyramidata, le pericycle memc, assez haut dans la cote, n'est pas 
refringent. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 352 

A. Rameaux floriferc etfruclifere du Dysoxylum Baillioni. 

1. Boutons jeune (a) et avance(b). 

2. Stipales. 

3. Petales. 

4. Jeune androcee (a) ; le meme, en parlie enleye pour montrer le disque b et c. 
5-6. Coupe longitudinale d'un ovaire et diagramme. 

7-8. Jeunes fruits entiers, en coupe longitudinale et transversale. 
9. Jeunes graines en position. 
10. Graines en germination. 

B. Rameaux fructifere du Lepiaglaia Baillioni. 

1. Calice et sepales. 

2. Jeune fruit dechire montrant la jeune graine entouree de son arille incompMet au-dessous l'ovule avorte. 

3. Coupe transversale d'un jeune fruit. 

4. Jeunes graines. 



PL 352 




EDelpy del 



Ed. Oberlin lith. 



A._DYSOXYLUM LOUREIRI 
B._LEPIAGLAIA BAILLONI 



GHATEAUROUX 

TYPOGRAPHY ET STEREOTYPY A. MAJESTIC ET L. BOUCHARDEAU. 



FLORE FORESTIERE 



DE LA 



COCHINCHINE 



L. PIERRE 

DIRECTEUR DU JARDIN BOTANIQUE DE SAIGON 

OUVRAGE PUBLIE 

SOUS LES AUSPICES DU MINISTERS DES COLONIES 



VINGT-TROISIEME FASCICULE 

ler DECEMBRE 1897 



Mo. Bot. Garden, 

1898. 



PABIS 

OCTAVE DOIN, EDITEUK 



PLACE DE L ODEON, 



m£liac£es 



SANDORICUM INDICIM 



Var. Cochinchinense. 
Annam : Sau chua ; Sau do. 

Habite toute lindo-Chine [Herb. Pierre n°4867. Coll. Bois w°138.] 

Entierement velu a tout age, sauf la face superieure glabrescente en dessus. Folioles ovales elliptiques ou 
obov^es, subaigues a la base, presque sessiles. Drupe globuleuse mamelonnee et velue. 

Arbre de 20 a 30 metres. Le diametre du fronc atteinl de 30 a 60 cent. Le bois, de densite moyenne, est rougeatre. Ses fibres sont is 
Neanmoins, ce bois se conserve bien. II est utilise pour planches et colonnes de maison. Ses jeunes rameaux, epais de 6 a 7 ram. 
polls drus, courts et mous, poils qui recouvrent toutes les partie de la plante, meme le fruit, a tout dge. Les feuilles alternes on 
longueur. Le petiole commun long de 12 a 17 cm. estnu inferieurement dans une longueur de 9 a 12 cm. Les petiolules ontde 3 a \ mm. de 
Les folioles inferieures ont IS cent. sur4,o cm. et la superieure a de 16 a 18 cm. sax 9.5 em. Elles sont an pea iuegalement aigues a la bas< 
et acuminees. Leur face superieure, sauf les nervations primaire et secondaire, devienl glabre. Elles portent, de chaque cote, neuf a treize petites 
cotes, espacees de 1,2 cm. et peu saillantes. Les grappes axillaires, longues de 15 cm., sont nues a la base, et portent decourtes ramifications (longues 
de 1 a 2 cm.) pourvues de 2 a 3 cymes tritlores. Les pedicelles sont presque sessiles, et les bracleoles longues de 4 mm. sont presque de moitie 
plus courtes que les bract6es. Le calice campanule, long de 3 mm., est termine" par cinq dents arrondies, longues de 1 mm. Les petales, 6galement 
aunombrede cinq, sont imbriqu6s, lineaires oblongs, arrondis au sommet etun peu tordus apres l'anthere. Longs de 6 1/2 mm., ils sont glabres en 
dedans, legerement velus en dehors. Le tube staminal est cylindrique, puberuleut sur les deux faces, excepts au sommet ou il se termine par dix 
lobes bidentes et aigus que d6passent legerement le meme nombre d'antberes. Celles-ci, sessiles insCrees au-dessous du sommet sur deux rangees 
rapprochees, sont ovales et apointe obtuse. Le pollen est subtrigone. Le disque entierement glabre, est aussi tubuleux, mais n'a pas plus de 1 1/4 mm. 
de longueur, tandis que le tube staminal en a 5 1/2. II se termine par cinq lobes un peu in6gaux, souvent bidentes. L'ovaire sessile, legerement 
renfle a la base, en facede ses cinq loges biovulees, se termine en une colonne un peu plus courte que le tube staminal, couronnee par cinq lobes 
stigmatiques dresses, et dont le tube est un peu renfle a la base. Saufquelques papilles glanduleuses, il est entierement glabre. Les ovules collate- 
raux, inserts au sommet de chaque loge, sont suspenduspar un droit funicule. Lemicropyle est supere et exterieur. Le fruit, presque globuleux, 
courtement mamelonne, est entierement velu. C'est une drupe a exocarpe charnu et comestible, a endocarpe ligneux, un peu fibrilleux, en dehors, 
se separant finalement en deux valves. Cet endocarpe se detache plus ou moins de l'exocarpe et enveloppe completement la graine, circonstance qui l'a 
fait decrire comme un arille par quelques auteurs. Le tCgument est coriace, assez epais et brun-chocolat. Les cotyledons, un peu sinueux, sont plans 
convexes, epais, et la radicule supere, est presque apicale. On compte ordinairement quatre loges fertiles dans cette drupe. 

Cette espece est tres repandue dans toute la vallee du Mekong au Cambodge et en Basse-Coehinchine. C'est un 
bel arbre ornemental, et les qualitesde son bois le recommandent dans la reconstitution denosforets. 

Malgre ses feuilles subaigues et acuminees, les poils mous qui ornent toutes ses parties a tout age, je ne pense pas 
que cette plante puisse se distinguer du S. Indicum, sice n'est comme une de ses formes. L'anatomie confirme, a 
mon sens, les donnees de l'organographie. Dans la moelle du bois et dans celle de la meristele petiolaire, on trouve 
beaucoup de pelits faisceaux libero-iigneux. Son limbe tres mince, ondule sur les deux faces, surtout en has, n'a 
qu'une seule rangee de cellules a l'epiderme, cellules plus larges que longues, et aussi grandes, si ce n'est plus, que 
la rangee sous-jacente qui estun hypoderme ou la partie superieure du mesophylle, mesophyllemanquant ainsi de 
tissu palissadique. On observe ca et la des poches secretices dans ce meme mesophylle. Tout ce qu'il est permis de 
relcver comme difference entre la plante indienne et celle de Cochinchine, c'est que la meristele est un peu plus 
allongee transversalement dans la plante de Tlnde. 



SANDORICUM HARMANDII 

Habite Pulo-Condor. [Harmand n° 1 41 . Herb. Pierre n° §M§ .] 

Rameaux legerement stelles puberulents. Feuilles unifoliees ou quinquefoliees, et dans ce dernier cas les folioles 
inferieures deux a trois fois plus courtes que les superieures, ovales elliptiques ou elliptiques oblongues, courtement 
petiolulees, attenuees et obtuses a la base, longuement acuminees, membraneuses, glabres, munies de 7 a 12 paires 
de petites cotes bien distinctes et reliees par une nervation tertiaire transversale et fine. Drupe spherique, mamelonnee 
et pubescente. 

Les jeunes rameaux ont 6 a 7 mm. de diametre. Le petiole commun est long de 8,5 a 35 cm. tout a fait arrondi, excepts un lSger sillon a la face 
superieure. Les folioles inferieures ont 8 cm. sur 4,2 cm. et les superieures 21 cm. sur 9,5 cm. Le peliolule a 6 mm. de longueur, mais dans les 
feuilles unifoliees il atteint de 8 a 9 cm. L'inflorescence est inconnue. Le fruit a 4,8 cm. de longueur sur 5,2 cm. de diametre. 11 est legerement 
sillonne verticalement. Son exocarpe charnu, contenant des poches a contenu un peu laiteux, recouvre un endocarpe Cpais et epineux en dehors. II 
conti'ent 3 a 4 loges fertiles. La graine, longue de 3 cm. , est enveloppee entierement par l'endocarpe, qui se de'tache de l'exocarpe et finalement devient 
dehiscent, exactement comme dans l'espece pr6cedente. La graine en a aussi l'organisation. 

Cette espece atteint 35 metres environ de hauteur. Cependant les echantillons des rameaux que nous venons de 
decrire ont ete pris vraisemblablement sur un jeune arbre, croissant pres de celui qui a fourni les fruits. Cette 
circonstance est a noter, car la meristele est oblongue verticaleet cordee dans les feuilles que nous avons decrites. et 
les cellules du mesophylle superieur ne sont guere distinctes comme dimension de celles de Tepiderme. Si le 
caractere du limbe correspond assez a celui du Sandoricum, il n'en est pas de meme de la meristele, qui n'a nullement 
cette forme dans le Sandoricum. Autre fait plus grave, les faisceaux qui ornent la moelle de cette meristele chez le 



Sandoricum, manquent chez noire plante. Et comme par Tensemble de ses caracteres, par le nombre des folioles 
de la feuille, il y a correspondance avec le genre Amoora, il est probable que les feuilles decrites plus haut sont d'une 
tout autre espece que Tarbre qui a fourni le fruit. Le docteur Harmand affirme pourtant que feuilles et fruit 
appartiennent a la meme plante, et c'est ee qui nous a autorise a en faire la description. Tous les Sandoricum ont-ils 
des faisceaux libero-lig neux dans la moelle du bois et de la meristele? C'est ce que nous ne pouvons actuellement 
dire. Cependant il reste acquis que la difference signalee dans la forme de la meristele et dans l'absence de fais- 
ceaux libero-ligneux chez le 5. Harmandii, de meme que le nombre etrange de 4 a 5 folioles de la feuille, sont con- 
traires aux habitudes du genre Sandoricum. Le fruit, neanmoins, indique une espece distincte, par sa forme, ses 
silkdns longitudinaux et les fortes fibres de Tendocarpe. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 353 



A. Rameaux florifere et fruclifere du Saw.hricm/i livlicum car. Cucldnchinense. 
1-2. Boutonet fleur adulte. 

2. Bract6e et bracteoles. 
3-4. Calice entieret ouvert. 

5. Petales pr6sent6s sur les deux faces. 

6. Tube slaminal, antheres et pollen. 

7. Bisque et tube staminal pr6sent6surles deux faces. 

8. Gynectfeetdisque en position. 

10. Loge ovarienne ouverte monlrautles ovules eu position. 

11. Coupe longitudinale de la fleur. 

12. Coupe longitudinale et transversale du fruit. 

13. Graines entour6esde Tendocarpe. 

14. Endocarpe ouvert montrant la graine eu position. 
5-10. Embryon. 

B. Rameaux et fruit du Sandoricum Harmcmdii. 

1. Fruit. 

2. Le meme deebire, montrant les fibres de Tendocarpe et eu coupe transversal 

3. Endocarpe isole. 

4. Le meme decbire\ montrant le tegument et Tembryon de la graine. 
5-6. Graine et embryon. 

7. Embryons grossis separes et en coupe transversale. 



P1.353 




E. Delpy. del 



Ed.Oberlinlith. 



A._ SANDORIGUM INDICUM. Cav. 

VAR. COCHINCHINENSE 
B -— s — — ^ — HARMANDli. 



MELIACEES 



WALSURA VILLOSA WALL. 



Var. Cambodiana. 
Kmer : Cop smoul.-Annam : Ga tray ; Giada trang. 

Habite toutc la Basse-Cochinchine, mais principalement le Cambodge. [Herb, Pierre n 08 517 et 4256.] 
Toutes les parties jeunes pubescentes ou puberulentes. Folioles au nombre de cinq, petiolulees elliptiques on 
oblongues, subaigues ou arrondies a la base, a peine acuminees et toujours obtuses ou arrondies au sommet, excepte 
la ctite, glabrescentes ; coriaces opaques en dessus, pales et un peu glauques en dessous ; munies de 8 a 10 paires de 
petites cotes tres fines,, un peu colorees de meme que la nervation tertiaire. Grappes ramifiees, tres velues, un peu 
plus courtes que les feuilles ; fleurs a pedicelles plus courts que le calice ou Tegalant ; petales lanceoles deux fois 
au moins, plus longs que les sepales etcomme eux glabres en dedans ; filets des etamines ou libres ou unis jusqu'au 
milieu en un tube, et velus en haut ; disque glabre ; ovaire pubescent vers le haut, style attenue a la base, tres elargi 
en haut et la turbine, termine par deux courtes dents ; baie ovoide acuminee et velue. 



Arbre de6 a 12 metres, a rameaux lenticelles. Son tronca un diametrede 15 a 25 cm. Son bois est blanc. II est utilise pour poteaux de cases. Ses 
feuilles ont de 14 a 25 cent. Le petiole commun, nu a la base dans une longueur de 2,5 a 4,5 cm., un peu aplati en haut, devient entierement glabre. 
Les petiolules ont 4 mm. a 1/3 cm. chez les inferieures et quelquefois plus de 3 cm. chezla terminate. Les folioles ont 6 a 12,5 cm. sur 3 a 5,5 cm. 
de largeur. Elles sont, a l'efat sec, quelquefois brunes en dessus. Les grappes ont 5 a 14 cm. de longueur. Elles sont nues a la base dans une 
proportion variant de 3 a 6 cm. Leurs ramifications inferieures, unies aussi a la base, et partagees au sommet en 3 a 4 cymes, sont longues de 1 
a 4 cm. Les pedicelles ont del a 1 1/2 mm. de longueur, et aussi longs sont les sepales. Les petales aigus, velus en dehors, de meme que les sepales, 
ont 3 1/2 sur 1 1/2 mm. Les etamines, a peu pres de meme longueur, sont rarement entierement libres, et les filets larges et aplatis, libres vers le 
milieu, sont legerement attenues sous les antheres. Celles-ci cordees, acuminees, sont quelquefois puberulentes dorsalemenl. L'ovaire a moiti6 
enfonce dans le disque cupuliforme, glabre vers la base, a un style plus court que les etamines et un peu puberulent dans sa partie apicale et turbinee. 
Le fruit a 1,8cm. sur 9 1/2 mm., recouvert du duvet grisatfe particulier a la plupart des especes de ce genre. II est monosperme. Son pericarpe 6pais 
d'un millimetre, mucilagineux et contenant quelques poches a gomme, se termine en dedans par un endocarpe membraneux mais fibreux en dehors. 
Le tegument mince, couleur chocolat, parait adherer quelque peu a l'endocarpe, et s'ilest arille cetarille est inseparable du tegument. Les cotyle- 
dons sont dresses, un peu inegaux, plan-convexes, et termines en haut par une tigellepresque globuleuse et exserte. 

Si Fon considere les caracleres organographiques de bien mince valeur qui separent les W.neurodes, W. Candollei 
W. hypoleuca et W. oxycarpa, la variete que nous venons de decrire sera considered comme une espece, mais 
nous pensons que toutes ces dernieres ne sontqu'une forme de W. villosa Wall. Une autre variete, qui correspond 
assez au W. Candollei King, habite les bords du Dongnai et du fleuve Saigon et aussi le Cambodge. Son fruit, ovoide, 
n'estpasapicule, etses feuilles sont toujours plus petites que dans la variete Cambodiana. 



WALSURA COCHINCHINENSIS 

Heynea cochinchinensis II. Bn. Adansonia. XII. 265. 

Espece commune dans la Basse-Cochinchine et principalement entre le fleuve Saigon et le Bin Thuan [Herb 
Pierre ^° 1280.] 

Feuilles trifoliolees, le plus souvent monofoliolees, oblongues aigues, a la base plus ou moins longuement 
acuminees, glabres, glauques en dessous, un peu coriaces, munies de 10 a 14 paires de petiles cotes de meme que 
la nervation tertiaire, assez elevees en dessous. Grappes puberulentes plus courtes que les feuilles. Sepales ovales 
aigus acumines, et petales trois fois plus grands, oblongs, puberulents ou papilleux. Filets des etamines unis 
jusqu'au milieu, pubescents, emargines en haut. Disque glabre. Ovaire et style pubescentsa stigmate discoide, ter- 
mine par deux petites dents. Baie monosperme ovoide ou didyme etdisperme, puberulente. 

Arbuste de 1 a 3 metres. Jeunes rameaux gris pubescents. Petiole commun long cle 5 mm. a 3 cm. Petiolules longs de 3 mm. a 2 5 Folioles 
inferieures longues de 4,5 cm. sur 1 ,8 cm. ; superieures de 18-22 cm. sur 6 a 8 cm. Grappes longues de 1 a 6,5 cm., a ramifications 'longues de 
5 a 15 mm. Les pedicelles ont 3 1/2 mm. de longueur. Les sepales ont i a 11/2 mm. et les petales 5 mm. de longueur. Le tube staminal et les 
etamines out 2 3/4 mm. de largueur. Les filets sont emargines en haut et les antheres sont ovales acuminees. Le disque entoure la moitie de l'ovaire 
Le style a 2 mm. de longueur et est glabre au sommet. L'ovaire comme dans le genre, conlient deux loges biovulees, a ovules descendants et a 
micropylesuperieurelexterieur. Le fruit a 9 mm. surSmm., et le double de largeur quand il conlient deux graines. 11 est recouvert de poils drus et 
tres courts. Le pencarpe a 1/2 mm. d'epaisseur. En dedans de son endocarpe lisse, il y a des cordons fibreux. Le grain a les cotyledons ine'aux 
comme dans le genre, avec une tigelle capitee exserte, et le tout recouvert d'un tegument mince et revetu en dehors d'un arille. 

Baillon (fee. cit.) n'a pas remarque que ^organisation de lagraine n'etait pas celle de Y Heynea, qui a la tigelle 
retiree entre les cotyledons, caracteres qui, ajoute aux filels bidenteset au fruit dehiscent, marquent la difference 
genenque bien observee par Roxburgh. Cette plante, grace a ses fruits tres recherche* par les oiseaux, devient 
aussi commune que le cam run ou Glycosmis Cochinchinensis (Toluifera Cochinchinensis Lour) dans tous les defriche- 
ments et a la lisiere des bois. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANGHE 354 



A. Rameauxflorifereetfructiferedu Walsura villosavw. Caml 

1. Fleurs a 5 eta 6 petales. 

2. Sepales. 

3. Petales. 

4-6. Androc6e et antheres. 
7-8. Coupe longitudinale d'une fleur et ovaire. 
9-10. Baie entiere et dechiree montrant la graine en position. 
H. Graine vue du cote placentaire et late>alement. 
12. Embryon. 

B. Rameau florifere et fructifere du Walsura Cochinchinensis. 

1. Fleur. 

2. Sepale. 

3. Petale. 

4-6. Androcee, anthere et pollen. 

7. Gynecee. 

8. Coupe longitudinale d'une fleur. 

9. Diagramme. 

10. Graines en position etisol6es. 

11. Graine faisantvoirses trois enveloppes arillaire et tegume 
12-13. Embryon. 



P1.354- 




E.Delpy del 



Ed.Oberlinlith. 



A — WALSURA VILLOSA.Wall. 
B -— COCHINCHINENSIS. 



MtLIACtES 



HEYNEA TRIJUGA hoxb 



Corom. Plants 111. 260 ; — King Flora Malay. Penins. fasc. 7. ;*°86 cumsynom. 

Habite toutes les parties de l'lndo-Chinedepuis le Tonkin jusqu'au Cambodge. Commun dans la province deBien- 
hoa. S'etend dans lindedepuis le Bhotan jusqu'a Ceylan et Sumatra. 

Foliolesleplussouventaunombre de 9, ovales oblongues assez longuementacuminees, tronquees et subinegales 
a la base, opposees et petiolulees, glabres, glauques en dessous et coriaces, munies de 12 a 14 paires de petites cdtes 
a facettes tranchantes. Grappes plus courtes ou pluslongucs que les feuilles, nues dans la plus grande longueur, 
munies de ramifications corymbiformes au sommet. Sepales deltoides acumines, cilies. Petales elliptiques concaves 
et papilleux. Tube stamina! puberulent en dehors, velu vers le sommet en dedans. Disque glabre de meme que 
l'ovaire. Fruit ovoide ou suboblong, a endocarpe ligneuxet dehiscent, toujours monosperme. 

Arbre de 10 a 20 metres, a tronc grele, dont le diametre est de 15 a 20 cm. Jeunes rameaux glabres. Feuilles longues de 20 a 40 cm. a petiole 
commun nu dans une longueur de 6 a 12 cm. 

Petiolule long de 5 a 10 mm. Folioles inferieures ovales acumin6es, longues de 10 sur 5,5 cm. de largeur. L'inflorescence de meme longueur 
ou plus courte ouplus longue que la feuille. Les ramifications ont encore 7 cm. de longueur. Les pedicelles sont longs de 2 1 /4 mm. et articulSs a 
la base. Le calice, pubescent en dehors, a un tube un peu plus court que les lobes ; ceux-ci sont a peine imbriques de meme que les petales, et sont 
5 fois plus petits que ces derniers. Le tube de l'androceea 2 mm. et est de meme longueur que les dix filets. L'anlhere, longue de plus de 1 mm., est 
sessile entre les deux lobes subul6s qui terminent les filets. Le disque est concrescent en partie avec l'ovaire. Celui-ci a 2 et 3 loges biovul6es. Le 
style est obconique plus long que l'ovaire. Une sorte d'anneau entoure les deux ou trois petits lobes stigmatiques . Le fruit a 1 ,5 cm. de longueur sur 
1,15 cm. de diametre. Le pericarpe charnu en dehors a un endocarpe ligneux, brillant en dedans. La graine a 1,25 cm. de longueur. Elle adhere 
late>alement avec le placenta descendant. La couche ext6rieure (arille) mince et jaunatre est intimement unie a la couche subcrustac6e externe du 
tegument, elle-meme bornee en dedans par une couche membraneuse ou subcharnue. Les cotyledons plan convexes sub6gaux sont unis par une 
ligelle globuleuse, distante du sommet et jamais marginale comme chez les Walsura. 

Ainsi, par le tube du calice, par les dents qui terminent les filets, par le nombre 3 des loges de l'ovaire, par le 
fruit dehiscent, par l'endocarpe crustace, par la radicule retiree entre les cotyledons, il est facile de distinguer 
THeynadu Walsura, bien que ces deux genres soient tres voisins. Je dois ajouter que Fanatomie ne justifie pas la 
separation de ces deux genres. On trouve chez tous les deux dans Tecorce et la moelle des poches secretrices ; un 
double faisceau, dans les coupes du petiole, a la courbe supericure, et un limbe exactement semblable, comprenant 
un epiderme, une rangee de palissades sous laquelle on voit souvent des poches secretrices, 9 a 10 rangees de 
cellules a la face inferieure du mesophylle et un epiderme inferieur horde de papilles assez longues. Dans la plante 
de Balansa, n° 4040 du Tonkin, simple forme de YHeyna trijuga, par exception, iln'y a pas de double faisceau a 
la courbe superieure de la meristele et comme la le fruit est sensiblement plus petit de meme que les folioles, tout 
au moins faut-il en faire une variete mieroearpa. Mais si Tanatomie ne justifie pas la separation des deux genres, 
et ce fait est assez commun dans les genres voisins de beaucoup de families, neanmoins les caracteres organographi- 
ques sont suffisants pour les tenir distincts, ainsi que nous Tavons vu. 



WALSURA ELATA 



Kmer-Mois : Choeu tmo. 



Habite la province deBien-hoa vers leBinh-Thuan. [Herb. Pierre n°4259.] 

Jeunes rameaux gris puberulents. Folioles au nombre de cinq, les inferieures elliptiques-oblongues, les supe- 
rieures oblongues ou lineaires-oblongues lanceolecs, aigues aux deux extremites, coriaces, vernissees en dessus, 
glauques et pales en dessous, munies de 11 paires de petites cotes chez les inferieures et de 15 chez les superieures, de 
meme que la nervation tertiaire transversale et parallele, elevees en dessous. Grappes fructiferes aussi longues que 
le petiole commun. Baie ovoide ou oblongue conten«mt3 graines, et le plus souvent monosperme, revetue de poils 
mous, drus courts etgrisatres. 

Arbre de 25 metres. Jeunes rameaux gris puberulents, 6pais de 3 mm. Tronc droit eleve de 15 a 18 metres, dont le diametre est de 15 a 25 cm. 
Bois jaunatre assez estime et utilise par les Mois-Kmers dans la construction de leurs cases. Petiole commun long de 14 a 20 cm., nu a la base 
dans une longueur de 6a 9 cm. Petiolule long de 10-20 mm. Folioles opposes subcun&formes ou arrondies et subilement aigues a la base, longues 
chez les inferieures del 3 cm. sur 5 cm., et chez les superieures de 25 cm. sur 6 cm. Grappes fructiferes longues de 20 a 45 cm. La baie est longue de 
2,7 cm. sur 1 ,8 cm. Elle est privee de pointe au somment. Le duvet qui la recouvre est celui de toutes lesespeces de Walsura. Le pericarpe a 2 mm. 
d'^paisseur. Outre l'enveloppe arillaire, le tegument forme deux couches fort distinctes. Les cotyledons sont un peu inSgaux et la radicule supere est 
marginale comme chez lesautres especes de Walsura. 

Les grandes dimensions des folioles et la grosseur du fruit distinguent bien cette espece de toutes les autres. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 355 



A. Rameaux floriferes et fructiferes de YHeynea trijuga Roxb. 

1. Fleur. 

2. Galice. 

3. Petale. 

4-5. Androcee en position, anthere et pollen. 

6. Ovaire, disqueet stigmate. 
7-8. Coupe longitudinale de la fleur et diagramme. 

B. Rameau fructifere du Walsura elata. 

1. Fruit monosperme. 

2. Le meme dechire montrant la graine en position. 

3. Graine. 

4-5. La meme d6chir6e montrant l'embryon. 
6-7. Embryon entier et en coupe transversale. 



P1.355. 




RDelpy del 



Ed.Oberlmlith. 



HEYNEA TRIJUGA. Roxb. 
WALSURA ELATA. 



iyi£liac£es 
MELIA COMPOSITA willd 



Sp. Plant. II. 558 ; — King. Mater. FI. Malay, fasc. 7, 18. 

Var. Cochinchinensis 

Annam : Sau dau. 

Habite toutes les regions forestieres. [Herb. Pierre n° 1737 et 3366. Coll. Boisn 140.] 

Feuilles bi-tripennees, de meme que ^inflorescence entierement velues dans le jeuneagc. Folioles au nombre,de 
3 a 9 inegales a la base, ovales lanceolees et caudiformes, inegalement aigues a la base, serrees dentees excepte a 
la baseet a lapointe, coriaces, munies de plus de dix paires de petites c6tes elevees en dessous. Grappes ramifiees 
plus courtes que les feuilles. Sepales lanceoles pubescents en dehors, puberulents en dedans. Petales lineaires oblongs 
puberulents en dehors. Tube staminal pubescent en dehors, tomenteux en dedans termine par 10-11 lobes lanceol6s 
bi ou trifides plus courts que les antheres. Celles-ci elliptiques terminees par un connectif globuleux et velues. 
Ovaire stipite entoure par le disque quinquelobe, contenant 6 loges biovulees et termine par un style renfle au 
sommet et partage en six lobes. Drupe ovoide oblongue contenant 2 a 6 loges monospermes. 

Arbre de 25 a 30 metres. Ecorce epaisse de 2 a 3 mm. tres fibreuse. Bois rougeafre, de faible densite, a fibres laches longues et flexibles Use 
conserve trfcs bien et s'emploie dans la construction, principalement sous forme de planches et de madriers. Comme bordage des bateaux de mer il 
est egalement estimd, car il n'est pas atiaque par les tarels. Son ecorce donne de bons liens et ses feuilles sont communemenl employees dans les 
les bams comme fortifiant et sudoriilque. C'est l'iusecticide par excellence des peuplades forestieres, de meme que l'Azadirachta indica Sa crois- 
sance est tres rapide. Un arbre age de dix ans a plus de vingt metres de hauteur et un tronc de 26 cm. de diametre, et comme Faubier a cet ftge a • cm 
d'epaisseur, on peut en retirer des plauches de 20 cm. C'est done un arbre a recommander, pour les plantations forestieres, de meme que le 
Sandoncum mdicum et le Toona febnfuga, ce dernier ayant une croissance a peine plus lente que le Melia composita 

Ses jeunes rameaux out 3-4 mm. d'epaisseur. lis sont, ainsi qu'il a ete dit, velus, d'un gris terreux. Ses poils sont squameux stelles. lis devienneut 
bientot glabres et brun-noiratre. Les stipules, comme beaucoup de plantes de cette famille, ne sont pas evidentes quoique le cylindre central du bois 
envoie a la femlle trots faisceaux . Les feuilles out de 30 a 35 cm. de longueur. Le p6tiole commun est nu a la base dans une longueur de 8 a 12 cm 
Les divisions secondares portent de 3 a9 folioles el sont longues de 9 a 14 cm. Le petiolule al l/2a21/2mm. Le limbe a25 cm de longueur 
sur 10 mm. de largeur chez les plus petites folioles; chez les plusgrandes ila 6,5 cm. sur 2,5 cm. Les grappes depassent 2o' cm. de longueur et 
devienneut aussi glabres. Les pedicelles ont 1 1/2 mm. de longueur. Les petales sont deux a trois fois plus longs que les sepales et n'ont pas 
moms de 8 mm. Les antheres sont de meme longueur meme dans le bouton, et leur nombre s'eleve frequemment a onze. Elles sont longues de 
1 1/4 mm. Le fruit est long de 1,5 sur H mm. ° 

Celte variete se dis.ingue du M. composite par 3 a 9 folioles au lieu de 3 a 5, par des sepales pubescentes en 
dedans, par des petales a peine puberulents, par des antheres velues, par un ovaire a 6 loges, par un fruit plus 
petit et suboblong. Elle differe de la description de King (loc. cit.) par le nombre des folioles, par le nombre des 
dents du tube staminal, dents ici glabres qu'il decrit soyeuses, observation deja faite par MM. Koorders et Valeton 
[Addtm .Fl.Jav.Bijdragen'$,p. 4 2]. Du M. Bogoriensis K. et V. (loc. cit., p. 18) elle difTere par le nombre des 
folioles 9 non 11, par des petiolules plus courts, par des fleurs plus petites, par des antheres non glabres et par le 
fruit qui a 5 a 6 loges, non 5 a 7 loges, et est moitie plus petit. Serait-ce le M. superba Roxb ? qui, pour M. Kins 
(loc. ctt. 19) pourrait etreleJIf. Burmanica. Kurz. (For. Fl. Burmah, I. 213)? Ici les pennes sont au nombre de 
quatre paires et non de cinq et de meme pour les folioles ; les petales sont plus longs et moins ornes de poils, le fruit 
n a jamais tin pouce de diametre et ne contient que 2 a 6 graines et loges et non 5 a 8, ainsi que Kurz decrit 
son M. Burmanica. Par ce nombre des loges de 1'ovaire, par le diametre du fruit, le M. Burmanica aurait de grands 
rapports avec le M Toosendan S. et Z. mais la les pennes sont au nombre de 7 a 8 paires, les antheres sont gfabres 
Ainsi que 1 observe King, ,1 y a de tels rapports entre les M. Toosedan et le M. Azedarach, qu'a mon sens il 
conviendraitden faire une variete de cette derniere espece. Parle nombre des dents du tube staminal par les 
antheres entierement velues, parle nombre des loges de 1'ovaire et du fruit, ma plante a plus de rapports' avec le 
M. composita qu avec le M. Azedarach. Et vu la multiplied des formes dans les especes de ce genre, je pense qu'il 
vaut mieux en faire une variete du M. composita, ne me dissimulant pas que cette derniere espece elle-meme pourrait 
n'etre qu'une forme du M. Azedarach. L. F 

Ce qui m'a empeche de conclure dans ce dernier sens tient a l'absence de materiaux de comparaison et a 1'impos- 
s.bihte de pouvoir comparer anatomiquemenl les donnees relatives a toutes varietes ou especes decrites. 

MELIA AZEDARACH 

L. Sp. PL Ed. 1. 384. 
Var. glandulosa. 
Annam : Sau dau. 

Habite toutes les parties de l'Indo-Chine et pourrait y etre spontanee. [Herb. Pierre if 1499 1 
Feuillesbipennees ou rarement tripennees a petiole commun glanduleux de chaque cdte, a la base, pourvues de 
trms paires de pennes, portant de 3 a 7 folioles oblongues lanceolees, glabres de tres bonne heure, series d en te Set 
attenuces, surtout a la base, aux deux extremites, coriaces, munies de 8 a 10 paires de petites co e Grappefplu 



courtes que les feuilles, recouvertes de poils stelles squameux mais bientdt entierement glabrcs. S6pales ovales 
acumines pubescents en dehors, puberulents en dedans, pres de4fois plus petits que les petales, lineaires oblongs, 
en partie pubescents en dehors, glabres en dedans, et a bords releves et ondules. Tube staminal glabre en dehors 
velu en dedans, fortement cannele, termine par 20 lobes denteles plus courts que les antheres acuminees en partie 
glabres et disposers en deux series. Ovaire stipite, glabre, pourvu de cinq loges biovulees. Fruit ovoide contenant 
4 a S graines. 

Arbre de 20 a 25 metres. Jeunes rameaux epais de 1 mm. Petiole commun, long de 20 a 25 em. nu a la base dans une longueur de 7 a 8 cm. 
Peliolulelong de 2 mm. chez les inferieurs et de 8 mm. chez la foliole terminale. Foliole longue de 2 cm. sur 8 mm. ou de 3,5 cm. sur 1,2 cm. 
dentee jusque vers la base, recouvertede poils floconneux dans le jeune age, mais bientot entierement glabre. Grappe longae de 7 a 18 cm., nue a la 
base dans une longueur de 5 a 10 cm., a ramifications ombellees au sommet, longues de 3 a 4 cm. chez les inferieures. Pedicelles longs de 1 mm. 
Sepales termines au sommet par uneglande rougcdtre, a marge un peu violacee, longs de 1 1/4 mm. Petales longs de 8,5 mm., Wanes, larges de 

2 mm. au-dessus du milieu. Tube staminal violace longde 7,5 mm. pourvu de 10 cannelures, les alternes un peu plus enfoncees et correspondant 
aux cinq antheres dela deuxieme scrie. Ovaire surmonte d'un style un peu plus court quele tube staminal, terming par un anneau etroit et par cinq 
dents lanceolees. Le disque qui termine le pedicule n'est pas lobe. Fruit long de 10 a 12 mm. avant maturite, sur 8 mm. de d.ametre. II contient de 

3 a 4 graines. 

Ainsi, par l'ensemble de ses caracteres, cette plante se rapporte au M. Azedarach. L., mais la feuille ne porte que 
3 paires de pennes, 1 a 3 paires de folioles, et la base du petiole commun, de chaque cote, est ornee d'une glande 
discoide et concave; les sepales sont aussi termines par une glande de couleur rose ou rougeatre ; les 10 lobes 
du tube staminal se presentent sur deux rangees, et leurs 2 petits lobes sont denteles. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 356 



A. Rameaux florifere et fructifere du Melia composita Willd. var. Cochinchinemis. 

1. Bouton. 

2. Sepale. 

3. P6tales en position et isoles. 

4. Tube staminal. . . . . .,;,.,]„ 

5. L'extrtmitfidu mftmevu dorsalement^etle mftme ouverl et montranl »a face interieure. On lc vo.f.nsere au sommet da ped.cule et 4 la 

base du disque quinqu6lobe. 

6. Pollen. 

7. Coupe longitudinale d'un bouton avance. 

8. Coupe transversale du fruit. 

B. Rameaux florifere et fructifere fa Melia Azedarach. L.Var. glandulosa. 

1. Fleurs d'age different. 

2. Sepale. 

3. Petale, vu dorsalement. 

4. Tube staminal. 

5. Le meme ouvert, vu du cot6 interieur et en position (a) et du cote exterieur (l>). 

6. Anthere. 

7. Coupe longitudinale d'une fleur. 

8. Coupe transversale d'un jeune fruit, etle memedechii-6, montrant une jeune graine en position. 

9. Jeune graine. 




E.Delpy del 



Ed.Oberlin.lith. 



A._MELIA COMPOSITAWilld. 

var.a Cochinchinensis 

var.b _ Biglandulosa 



m£liac£es 



CHUKRASIA TABULARIS 



A. Juss. Mem. Mel. p. 99. t. 11. n° 27. — C. D. Cand. Monog. Phanerog. 1. 726. — Kurz. For. Fl. Burnt. 1. 227. — Roxb. Fl. ind. I. 

(ed. Clarke) 370. 

Habite la valleedu Mekong dans la region d'Attopeu. [Harmand. Herb. Pierre n° 3225.] 

Feuilles pennees glabres. Folioles au nombre de 40 a 20, ovales oblongues, un peu falciformes inhales et aigues 
a la base, acuminees, muniesde8 a 42 paires de petites cotes. Grappes un peu plus courtes que les feuilles tres 
ramifiees, puberulentes. Calice a dents obtuses, pubescent en dehors. Petales puberulents en dehors. Tube staminal 
glabre. Ovaire velu ainsi que le style, excepte vers le sommet, contenant 4 a 5 loges. Ovules au nombre de 22-24 
par loge. Capsule triloculaire de la grosseur d'un petit oeuf de poule. 



Feuilles longues de30 cent. Folioles le plus souvent au nombre de 10 a 16, portees par un petiolule de 6 a 9 mm., tres coriaces, longues de 6 a 
lOcm.et larges de3,7 a 4,5 cm., tris rarement velues, glanduleuses a la base axillaire des petites cotes en dessous. Panicules longues de 15 a 18cm. 
PSdicelles longs de 4 mm. Calice long de 1 1/2 mm. Petales longs de 12 1/2 mm. Tube staminal long de 10 mm. Ovaire porte par un p6"dicule 
long de 1 mm. , ovale-oblong et long de 3 mm. Je n'en ai pas vu le fruit, decrit plus haut, d'aprfcs Roxburgh (loc. cit.). 

Cette description correspond a celle de Kurz et de Roxburgh, et differe de celle de King, en ce que les petales sont 
glabres en dedans. Ce sont les caracteres de la plante cultivee dans le jardin botanique de Calcutta en 4864. 
Beddome represente la plante du Sud de l'lnde avec les petales plus velus quejeneles decris, et observe que les 
axes des petites cotes en dessous sont velus, ce qui est assez rare dans les echantillons du Jardin botanique de Calcutta. 
Bedome represente aussi un fruit stipite, dont la capsule est munie de cinq cotes (FLsylv. t. IX) et qui a 4,5 cm. 
sur 4 cm. obtuse oil arrondie aux deux bouts,et il ne la decrit pas. Je remarque aussi que la figure qu'il donne du stigmate 
le represente pubescent. King {Mater. Flor. Malay. Penins.) donne aussi les dimensions du fruit qui aurait environ 
4 cm. de long. Ccpendant il necite pas la provenance des echantillons qu'il decrit, en tant que localite. 

Ces observations sont n^cessaires pour expliquer les caracteres que je donne a la variete suivante, dont les fleurs 
neanmoins correspondent remarquablement bien a la description de Roxburgh et de Kurz. 

Var. Attopenensis. pi. 357. C. 

Jeunes rameaux, petiole commun, et feuilles sur les deux faces puberulents. Folioles au nombre de 42 a 22, inega- 
lement arrondies ou aigues a la base, ovales ou oblongues-acuminees, munies de 7 a 43 paires de petites cotes 
excavees ou glanduleuses, pubescentes a leur base, puberulentes ou subpubescentes sur les deux faces, particuliere- 
ment sur la nervation primaire et secondaire. Grappes longues de 5,5 cm. puberulentes. Petales a peine puberulents 
en dehors, longs de 43 mm. Ovules au nombre de 22 a 28 par loge. Fruit inconnu. 

Ainsi qu'il a ete dit plus haut, cette plante habite la region d'Attopeu, et son fruit malheureusement n'est pas 
connu. Du fait que son ovaire possede a peu preslememe nombre d'ovules que le C. tabularis, il faut la considerer 
comme une de ses formes. Et pourtant par les feuilles puberulentes elle a plus de rapport avec le C. velutina 
[Roemer. synops. fasc. t. 435], espece revendiquee par Kurz et C. D. Cand. (loc. cit.) mais non admise par King. 
S'il est vrai que le nombre des ovules est toujours plus grand, au moins du double chez le C. velutina, que son 
fruit est toujours plus petit, ce que je constate dans les varietes suivantes, cette espece peut etre consideree 
comme legitime. 

CHUKRASIA VELUTINA 

Roem. Syn. fasc. I. 135. — C. D. C. loc. cit. p. 727. — Kurz. Fl. Burm. 1. 227. 

Habite le Cambodge et toute la partie meridionale de lindo-Chine. [Herb. Pierre n°877.] 
Rameaux et feuilles plus ou moins velus, meme a Tetat adulte. Folioles au nombre de 42 a 24, ovales ou 
oblong-lanceolees munies de6 a 42 paires de petites cotes excavees ou tomenteuses a la base. Grappes aussi longues 
que les feuilles noiratres et pubescentes a Tetat fructifere. Capsule ovo'ide terminee par une courtepointe, contenant 
3a4 loges, chacune pourvuede56a 60 graines a direction horizontale et disposees en deux series. 

Arbre de20 a 30 metres. Feuilles alternes. Petiole commun long de 46 cm. pubescent ou tomenteux. P6tiolule long de 3 cm. Folioles longues de 
4 cm. a 11.5 cm. plus velues en dessous qu'en dessus, a base trfcs in^gale, large de 5 cm. arrondie ou subaigue. Capsule longue de 2,5 a 3,5 cm. 
L'endocarpese delaclie de bonne beure. L'endocarpe est lisse. 

La plante ici decrite habite la montagne Knang Repoeu, dans le Cambodge, et me parait bien representer cette 
espece, particulierement par des capsules pourvuesde 3 a 4 loges. C'est la figure A de la planche 357. 
Je rapporte a cette espece les deux formes suivantes : 

Var. Microcarpa. pi. 357 B. 

Habite Pulo-Condor. [Harmand, n° 9317, Herb. Pierre n° 3224.] 

Feuilles longues de 29 cm. portant 44 a 22 folioles ovales acuminees ou rarement un peu oblongues, velues 



comme dans la plante precedente mais principalement sur la nervation primaireet secondaire eta la baseglandu- 
leuse des petites cotes. Grappes fructiferes beaucoup plus courtes, longues de 7 a 8 cm. Capsules ovoides acuminees 
tres ponctuees contenant 3 loges munies de 4i a 48 graines par loges, longues de 2,8 cm. sur 2 cm. a 2,4 cm. 

Var. Dongnaiensis. pi. 357. B'. 

Habitela province deBien-hoa etleBinh-Thuan. [Herb. Pierre n°6487.] 

Feuilles bipennees. Foliolesau nombre de 40 a 23, souvent cordees a la base inegale, longues de 3 a 1 i cm., tres 
veluesal'etat adulte, et tres coriaces. Capsule longue de2,3 a 3,4 cm. triloculaire a peine ponctuee, contenant par 
loge 56 a 60 graines longues de 42-13 cm. 

Le bois de ces plantes est rougeatre, se conserve bien et est employe couramment dans la construction et dans 
rebenisterie. 11 est plus dense et plusestime que celui des Toona. Mais cette essence devient de plus en plus rare 
comme toutes celles quisont demandees par Tindustrie. Ellemerite d'etre largement cultivec. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 357 



A. Rameau fructifere du Chukrasia velutina. 

1 . Fruits priv6s de leur exocarpe. 

2. Le raeme en coupe transversale. 

3. Placenta. 

4. Valves de la capsule. 

B. Rameau fructiferedu C. velutina Var. microcarpa. 

10. Fruit dont une valve a 616 enlevSe pour montrer les graines en position. 

11. Valves. 
12-13. Graines. 

14-15. Graine ouverte etembryon. 
16. Coupe transversale du fruit. 
B\ Feuille de la variety. C. velutina dongnaiensis. 

C. Rameau florifere du Chukrasia tabularis Var. Attopeuensis . 
1-2. Bouton et tleur adulte. 

2. Calice et petale vus du cot6 inte>ieur. 

3. Androcee. 

4. Lememe ouvert. 

5. Anthere et pollen. 

6. Ovaire. 

7. Le meme d6chir6 montrantla placenlation. 

8. Lememe en coupe transversale. 

9. Fleur en coupe longitudinale. 




E.Delpy.del. 



Ed.Oberlin.lith. 



CHUKRASIA TABULARIS .A. Juse 



MELIACEES 



TOONA FEBRIFUGA 



Bom. Syn. fasc. 1. p. 139 ; C. febrifuga Bl. Bi/di., V. 1. p. 180 ; — CD. C. Monog. P/ian. J. 744 ; — King. Mater. Fl. Malay, fasc. 7.89. 
Annam : Xuong mot. — Mois-Kmer : so banne. 

Habitetoute lindo-Chine, mais essence devenue rarepres des centres. [Herb. Pierre n° 1632.] 
Folioles de 8 a!2paires, assez longuement petiolulees, ovales-oblongues lanceolees, caudiformes, arrondies ou 
subaigues, inegales a labase, legerement ondulees, a peine coriaces, glabres et a peine plus pales en dessous, munies 
de 7 a 14 paires de petiles c6tes tres fines. Grappes composees presque aussi longnes que les feuilles. Sepales arrondis, 
cilies, pubescents en dehors, a peine plus longs que le tube. Tetales cilies et puberulents en dedans. Receptacle, filets 
et ovaire subhispides. Ovules aunombrede 7 parloge. Capsule oblongue, legerement obovee, munie de 5 angles 
mousses, a peine ponctueeen dehors. Graines au nombre de 6-7 par loge, ailees aux deux bouts, mais a aile un peu 
plus longueen bas qu'en haut.* * 

Arbrede25 a 35 metres a rameaux tres espaces, lenticellSs, de bonne heure glabres. Feuilles longues de 60 a 70 cm. Peliolules longs de 
10,1,7 cm. Folioles au nombre de 18 a 25, leplus souvent au nombre de 10 a 12 paires, el ioujours alternes, glanduleuses excavees a la base des 
petites cotes, longues de 7 a 8 cm. chez les inferieures et de 10 a 15 cm. chez les superieures, mais surtout chez celles situees vers le milieu du 
rachis. Les grappes sont longues de 30 a 50 cm. Les sepales sont longs del mm. Les petales longs de 4 mm. sont quelquefois enlierement glabres. 
Les filets sont a peine hispides au sommet. Les anlheres sont elliptiques, emarginees aux deux bouts ou presque sans production du connectif en 
haut. Le stigmate tres large, pelte ou subpileiforme porte cinq sillons. La capsule est longue de 2,1 a 2,5 cm. sur 1,0 cm. Les graines, avancees mais 
non mures, sont longues de 1 ,5 a 2,1 cm. 

Cette description est faite surtout d'apres les echantillons de Cochinchine, mais d'autres formes sont particulieres 
a la Malaisie et a la peninsule malaise. Afin de les comparer, nous en donnerons les caracteres succincts : 

Var. 1. glabrior. C. D. C. I. c. Petales glabres en dehors ou presque glabres. 

Cette varicHe habiterait la partie orientale de Java depuis la province de Preanger. 

J'ai recu de Teysmann, en 1876, un echantillon appartenant par Fensemble de ses caracteres a cette espece mais ou 
les antheres sont mucronnees et le nombre des ovules des loges ovariennes est de 10 au lieu de 7. 

Var. 2. Ternatensis. Folioles au nombre de 16 opposees. Sepales arrondis plus longs que le tube, pubescents en 
dehors et cilies. Petales cilies et pubescents sur les 2 faces. Disque, filets et ovaire pubescents. Loges ovariennes 
pourvues de 10 ovules biseries. 

Habite File de Ternate. Teysmann. 

Var 3. Griffithiana. Folioles comme dans la plante precedente. Sepales arrondis, cilies et pubescents en dehors 
Petales au nombre de 5 a 6, a cote tres epaisse a la base, cilies et a peine puberulents en dedans. Ovules au 
nombre de 8-10 par loge. Fruit stipite contenant 7 graines ailees mais dont Faile est plus longue vers le haut 
qu'en bas. 

Tennasserim Griffith. 1030. Kew. distrib. 

Le fruit etant detache, il se peut qu'il n'appartienne pas a cet echantillon. Voyez pi. 358, fig. B. 

Var. 4. Cochinchinensis. Folioles le plus souvent au nombre de 2i, subopposees. Sepales et pelales de la prece- 
dente. Ovules aunombrede 7 par loge. Capsule oblongue, arrondie aux deux extremites. Aile des graines un peu 
plus etendue en bas qu'en haut. 

Habitela partie meridionale deFIndo-Chine. Voyez pl.SdS, fig. A. 

Le bois de la variete Cochinchinensis, quoique leger, est de bonne duree. II est rouge jaunatre vers le cceur chez 
les individus ages. Son ecorce a liege grisatre, quadrille, est epaisse de 2 mm. Les indigenes utilisent les racines 
etFecorce dans lescasde fievre et de dysenteric Lebois sedebite pour planches, madriers. On en fait aussi des 
caisses, des boitesetdes canots. La rapidecroissancede cette essence, les qualites de son bois, la recommandent 
dans les plantations forestieres. 



XYLOCARPUS OBOVATUS 

Jms. Mem. Mel. p. 92, - Coram obovata. Bl. Bidjr V. 1, 179, C. D. C. Monog. Phanerog. 1. 718 ; - King. Mater. Fl. Malay, fasc. 7. 87. 

Annam : Xuong ca. 

Habite le littoral de l'Indo-Chine, de l'lnde, de la Malaisie, des iles de l'Oceanie et de la cote occidental* d P 
l'Afrique. [Herb. Pierre, rc°4305 et 4304.] occioentale de 

Feuilles alternes, plus ou moins rapprochees au sommet des rameaux. Folioles au nombre de 3 paires le plus 
souvent au nombre do \ a 2 paires opposees, courtement petiolulees, elliptiques ou oblongues, courtement acuminees 
ou obovees et alors souvent emarginees, plus ou moins aigues a la base, a peine coriaces, munies de 6 a 9 paires de 
petites cotes, linemen t accentuees, de meme que la nervation tertiaire sur les deux faces. Grappes beaucoun nlus 
courtesque les feuilles a fleurs pedicellees et bracteolees. Lobes du calice arrondis et souvent inegaux Petales oboves 
et souvent auncules vers le haut. Tube staminal termine par 8 lobes arrondis, denteles, entiers ou bifides nlus 
longs que les antheres. Ovules au nombre de 4-5 par loge. Capsule subovoide, arrondie, contenant unedizainede 
graines. 



PI. 358. 




E.Delpy.del. 



Ed.Oberlmlith. 



A. TOONA FEBRIFUGA Roem. vara Cochin chinensis. 

B . ___ var b Griff ithiana. 

C._XYLOCARPUS OBOVATUS.A.Juss. 



MELIACtES 



XYLOCARPUS GRANATUM 

Koenig. Natur. Forschr. V. 22,;;. 2. (fide C. D. C). — Willd S. V. 3,328; — A. Juss. Mem. Mel. p. 92. t. 20 ; — Harms in Engler. P/lanz.- 
fam. Meiiac. 278 ; Granatum littoreum Rumpk. amb. III. 92. /. 61 ; Carapa moluccensis Lam. Diet. V. 1. 621 ; — King. Malay. FL 89. 

Habile tout le littoral de Tlndo-Chine. [Herb. Pierre n° 6033 ; — Harmand n° 782.] 

Folioles au nombre de 6, le plus souvent de 4, presque sessiles ovales acuminees, arrondies ou subaigues a la 
base, obtusesou aiguesau sommet, chartacees, glabres, munies de 8 a lOpaires de petites cotes, de meme que la 
nervation tertiaire, finement elevees sur les deux faces. Grappes laches aussi longues que les feuilles. Calice cupuli- 
forme termine par 4 lobes ou dents, tres courts. Petales 2 fois et davantage plus grands que le calice, oblongs concaves, 
entiers ou un peu emargines. Tube staminal insere sur lepedicule tres court que termine le disqueet l'ovaire. Lobes 
du tube staminal oboves emargines ou bifides, toujours obtus. Ovules au nombre de 3 a 4 par loge. Capsule globu- 
leuse, longue de 12 a 25 cm. 

Arbre de 8 a 12 metres. Petiole commun long de 10 a 15 cm. Folioles, ap£tiolule nul ou a peine long d'un mm., un peu obliques a la base, mais a 
large base et souvent delto'ides, longues de 5 a 13 cm., larges a la base, de 3,5 a 7,5 cm. Les grappes ont de 15 a 18 cm. de longueur. Leurs 
branches ont 3 a 6 cm. de longueur. Les p^dicelles de longueur tres variable ont 3 a 7 mm. Le calice est long de 2 mm. et les pelales 
ont 4,5 mm. Le tube staminal a 4 mm. de longueur. Sa forme est campanula, mais un peu r6tr6cie vers 1'inserlion des antheres. Celles-ci, au 
nombre de 8 a 9,sont elliptiques emargin^es aux deux extremity et plus courtes que les lobes du tube. Le disque est tres 6pais et ondule" au sommet. 
L'ovaire a 4 loges enfoncees quelque peu dans lacupule du disque. Le stigmate termine brusquement un style attenue en haut, pelte et trfcs 6pais. Le 
fruit est presque globuleux. C'esl un des plus gros connus. Son diametre en moyenne est de 15 cent. Ses graines, anguleuses, sont longues de 
8 a 10 cent. 

Le bois de cette espece est employe aux memes usages que celui de Tespece precedents II est rougeatre vers 
le centre. L'ecorce de Tarbre et le pericarpe sont employes principalement pour la teinture des filets de peche. 



XYLOCARPUS MEKONGENSIS 

Annam : Xuong ca. 

Habiteles embouchures du Mekong. [Herb. Pierre n° 460.] 

Folioles au nombre de 8, le plus souvent de 6, opposees, distinctement peliolulees oblongues acuminees et obtuses 
aigues ou subaigues a la base, chartacees, munies de 10 a 42 paires de petites c6tes, de meme que la nervation 
tertiaire, finiment dessinees sur les deux faces. Grappes moins longues que les feuilles ou de meme longueur, pourvues 
de ramifications vers le milieu, a fleurs longuement pedicellees. Calice pourvu de 4 courtes dents, se dechirant irregu- 
lierement en 3 a 4 lobes. Petales 2 1/2 fois plus longs que le calice. Lobes du tube staminal lanceoles entiers, obtus, 
attenues, beaucoup plus longs que les antheres. Disque tres ondule sur le bord apical, pourpre, tres charnu. Ovules 
atropes au nombre de 4 par loge. Capsule jeune ovale acuminee, globuleuse et longue de 12 cm. 

Arbre de 12 metres. Feuilles alternes, longues de 25 a 35 cm. Petiole commun long de 10 a 20 cm. arrondi. Petiolule long de 4 a 5 mm. Folioles 
longues de 9 a 16 cm., larges de 3 k 5,5 cm. prenant une teinte un peu rougeatre apres dessiccalion. Les grappes ont de 10 a 20 cm. de longueur. 
Les divisions inferieures sont longues de 3 a 5 cm. Les pSdicelles articulesa la base et munis d'une bract6e, sont longs de 4 a 5 mm. Le calice a 
1 3/4 mm. de longueur et les petales sont deux fois 1/2 plus longs. Le tube staminal globuleux, attenue sup6rieurement se termine par 8 lobes 
longs de 1 m. 5. Les antheres incluses ont un 1/2 mm. de longueur. L'ovaire un peu enfonce dans la concavite du disque a 4 loges et son style se 
termine par uu stigmate pelte jaunatre tres 6pais de meme que dans les especes precedentes portant 5 fentes linSaires et apicales. Le fruit a 
1 a 1 3 cm. de diametre. II contient 4 a 8 graines allongees, bombees exl6rieurement et organisers exactement comme dans les especes precedentes. 

Le bois, le fruit servent aux memes usages que ceux des X. obovatus et granatum. Les socs de charrue dans les iles 
de Tembouchure du Mekong sont communement faits de son bois. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 359 



A. Rameau florifere du Xylocarpus Granatum. 

1 . Boutons et fleur adulte. 

2. Calice. 

3. Petale. 

4-5. Tube staminal en position etelale\ 

6. Antheres et pollen. 

7. Ovaire entier ou coupe de maniere a faire voir la position de 
8-9. Le meme en coupe longitudinale et transversale. 

B. Rameaux fructifereet florifere du X. Mekongensis. 

1. Bouton et leur adulte. 

2. Calice. 

3. Petales en position et isoles. 

4-5. Tube staminal en position et de>eloppe. 
6. Anthere et pollen. 
7-10. Ovaire entier ou en coupes longitudinale et transversale. 
11-12. Jeune fruit entier ou en coupes transversale et longitudinale. 




E.Delpyd 



Ed.Oberlinlith. 



A XYLO CARPUS GRANATUM. Koen. 

B — , MEKONGENSIS. sp. nov. 



Arbre de 10 a 15 metres. Les feuilles sont longues de 20 cent, et le petiole commun comprend 5 a 10 cent, de longueur. Les petiolules ont de 
2 a 5 mm. Les folioles ont 6 a 1 1 cm. de longueur sur 4 a 5 cm. de largeur. La grappe est longue de 3 cm. environ ; ses rameaux sont triflores et les 
pedicelles articules bibracteoles, sont longs de 3 a 4, 5 mm. Le calice est long de 2 mm. , ses 4 dents etant a peine plus longues que le tube. Les pelales 
sont longs de 6 1/4 mm. et larges de 4 mm. lis sont concaves, pourvus de 5 nervures parallels et quelquefois echancres vers le haut et lateralement. 
Le tube staminal long de4 mm. est porte par un pedicule, de meme que l'ovaire, long de 1 mm. Les antheres sont incluses, reniformes et obluses. 
Ellesalternentavecles huil lobes du tube qui sont on bifides lanceoles ou complement arrondis, dans la varied a feuilles acuminees. L'ovaire 
globuleux se termine par un style plus court que lui, surmonte d'un epais stigmate discoide ou pelte\ Les 4 loges contiennent 4 ou 5 ovules suivant 
lesvarietes. Le fruit a de 15 a 18 cm. de longueur et de diametre. II estapeine sillonne. Son pericarpe, coriace, se separe en 4 lobes. Les graines ont 
un tegument coriace, en partie fibreux, en partie subSreux. L'embryon, a radicule orbiculaire opposee au hile, est completement indivis ou 
conferrumine\ 

D'apres cette description, il y a, on Tapressenti, deux varietes a distinguer dans cette espece : 

Var. A. macrophyllus. Folioles toujours arrondies ou emarginees, coriaces. Dents du tube staminal bifides et sub- 
aigues. Ovules an nombre de 4-5 par loge. [Herb. Pierre n° 4304.] 

Var. B. microphyllus. Folioles le plus souvent obtuses acuminees, chartacees. Dents du tube calicinal arrondies.. 
dentelees. Ovules au nombre de quatre par loge. [Herb. Pierre n° 4305] 

Les indigenes utilisent t'ecorce et le pericarpe du fruit dans la tannerie. Le bois, d'un rouge pale ou brun, est un 
peu lourd. II est utilise pour pilotis, manchesd'outils, etc. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 358 



A. Rameaux florifere et fructifere du Toona febrifaga, var. Cochinchinemis. 
1. Bouton et fleur adulte. 

2-3. Sepale et petale vus du cote superieur. 

4. Androc^e et gynecee. 

5. Anthere el pollen. 

6. Ovaireentier et avec loge d6chiree, montrant les ovules en position. 

7. Coupe longitudinale de la fleur. 

8. Coupe transversale de l'ovaire. 

9. Fruit entier et ouvert. 

10. Grains. 

11. Embryon non adulte. 

B. Fruit du Toona febrifuga. Var. Griffithuma. 

12. Fruit entier et ouvert, montrant 7 graines en position 

13. Graines. 

C Rameaux du Xylocarpus obovatus. 

1. Bouton et fleur adulte. 
2-3. Calice et petale. 
4-5. Androcee en position et ouvert. 

6. Anthere et pollen. 
7-8. Ovaire entier et en coupes longitudinale et transversale. 

9. Fruit reduit montrant les graines en position. 
10-11. Graine entiere et dechiree. 

12. Embryon. 

13. Le meme en coupe transversale. 



SABIACtES 



MELIOSMA CAMBODIANA 



Habite la montagne Knang-Repoeu, dans la province de Tpong, au Cambodge. [Herb. Pierre n° 645.J 
Feuilles lineaires oblongues, lanceolees aigues aux deux extremites, coriaces, pubescentes en dessous et 
tomenteuses sur la coteet le petiole, glauques en dessous; munies de 12 a 48 paires de petites cotes elevees en 
dessous, a nervation tertiaire transversale sub-parallele mais espacee et a nervation ultime tres finemenf reticulee. 
Grappes axillaires et terminales. Drupe presque globuleuse et glabre. 

Arbre de 15a 25 metres d'6l6vation a cime hSmisphSrique. Les rameaux les plus jeunes sont (Spais de 1 a2 mm. et pubescents. Le petiole, aplati 
en dessus, est long de 1,4 a 2 cm. Lelimbe, reduit a 5 cm. dans les feuilles terminales, est long de 15 a 18 cm. chezles feuilles normales, et large de 
4 cm. Les grappes pubescentes sontlongues de 10 cm. et ramifiees. Leurs ramifications les plus longues ont de 4 a 6 cm. el sont fines. Les fleurs 
d'aprfcs les fruits jeunes sont sessiles. Le calice est pubescent en dehors et comporte 3 sepales ovales aigus precedes d'une bractee et de deux 
bracteoles beaucoup plus reduites. Le fruit a 5 mm. de longueur elporte lateralement vers la base son style ella loge avortee. 

J'avais d'abord unicetteespece a la suivante, maisje pense qu'il vaut mieux les tenir distinctes. En effet, ici, ses 
feuilles ne sont pas obovees et sont glauques en dessous, pubescentes et non tomenteuses, et son limbe est 2 fois'plus 
epais. Sous une mince cuticule, les cellules epidermiques aussi larges que longues sont 2 fois plus longues que les 
palissades formees d'une seule rangee de cellules etroites. Le mesophylle inferieur est 6 fois et plus developpe que 
le superieur. Les faisceaux libero-ligneux finissent aux epidermes et forment des bandes assez rapprocbees. Tous 
ces caracteres sont ceux de l'espece suivante, avec cette difference que le mesophylle inferieur est 2 fois 1/2 
plus epaischezleiW. Harmandiana. Les meristeles sont hemispheriqucs et le liber est penetre par le pericycle le 
decoupant en nombreux arcs ou ilots etroits. Chezle M. simplicifolia on retrouve aussi les memes caracteres mais 
la le mesophylle inferieur est seulementmoinsde 2 fois plus epais que les palissades. On voit ca et la dans lelimbe 
des poches secretrices. Quant au bois, il n'emet pour le petiole qu'un seal groupe de faisceaux comprcnant une 
dizaine de faisceaux rapproches, tous quittant le cylindre au meme point et passant dans le petiole. Ce caractere 
est celui d'une division des Monoxylees. Les Sapindacees etant des Trixylees, c'est done loin de cette famille pres de 
laquolle les Sabiacees sont placees par les auteurs recents, que ces dernieres doivent etre cherchees. Au contraire 
les Staphyleacees peuvent, a titre de famille autonome, rester dans le meme groupe que les Sapindacees. A vrai 
dire, jusqu'a present, je nc connais qu'un seul genre, le Lophopetalum, considere par tous les auteurs comme 
membre des Celastracees, offrant avec les Sabiacees, parle mode Remission de faisceaux distincts, naissant au 
meme point, quelques affinites. Les autres Celastracees asiatiques, moins le Kurrimia, type d'une famille indepen- 
dante et voisine des Rhamnacees, sont de vraies Monoxylees, e'est-a-dire n'emettant qu'un seul groupe de 
faisceaux pour le petiole. 

Les Kmersdisentque le bois du M. Cambodiana n'est pasde longueduree, mais convient pour poteaux de cases. 
II est gris-brun, assez leger. Cette espece n'a pas encore ete rencontree a l'est du Dong nai. 



MELIOSMA HARMANDIANA 

Habite la region d'Attopeu. [Docteur Harmand, w°1244; Herb. Pierre n" 2880.] 

Toutes les parties jeunes entierement velues. Feuilles oblongues, obovees, lanceolees aigues au sommel 
et cuneiformes, serrees dentees dans la partie superieure, coriaces glabrescentes en dessus, moins la cote velues en 
dessous, munies de 18 a 20 paires de petites cotes tres elevees en dessous de meme que la nervation tertiaire 
oblique, transversale et a veines finement reticulees. Grappes terminales et axillaires, a ramifications ullimes tres 
courtes chargees de glomerules de fleurs sessiles. Bractee, bracteoles et sepales velus en dehors et cilies Petales 
orbiculaires, concaves, charnus, glabres de meme que la squame. Ovaire glabre. Fruit inconnu. 

Arbre de 4-6 melres Rameaux roux tomenteux. Peliele long de 1,7 a 2,4 em. aplati eo haul. Limbe long de 16 cent, sur 5,5 cm. de largem- 
Pamcules longues de 25 cm. a ram.fications iuferieures longues de 10 a 12 cm. Sepales longs de 1 ,5 mm. deux fois plus grands que les bmZTet 
bracWo.es, ovales-acummes et obtu, Peta.es valvaires longs de 2,5 mm. Squames deux fois plus courtes, emarginees redechies bia cu Le 

e ammes, au nombre de deux, ont un large filet ap.ali, court, curv., portant sur le bord, de cbaque cote, uue squame subulee. Les antes' so 
d,d y mes et sess.les sur un connect.f ovale acumme et dilate. Le pollen est ellipsolde. Un disque cupuliforme court, membraneux et glabre en.oure 
le gyn c6e e se termme par 5 petites dents don. 4 sou, rapprocbees deux a deux. L'ovaire biloculaire presque didyme ovale-lanceo ttV^SZ 
un style subule ,nd,v,s presque auss, long que lui-meme. Dans cbaque loge, il y a deux ovules ascendants Lores vers le milieu de la ite sub 
superposes. lis sont mcomplfetement analropes, le micropyle tourne en bas et un peu distant du funicule. 

Les auteurs decrivent 5 sepales et 5 petales dans ce genre. A la verite, il y a 3 sepales et 3 petales. La bractee ct 
les 2 bracteoles sont comptees comme sepales, a tort ce me semble. Quant aux p6tales supplementaires qui sont 
decnts, il est probable qu'il s'agit des squasmes dont nous avons parle et qu'on voit de chaque c6te des filets des eta 
mines. Pour nous la fleur ne comprend qu'une bractee, 2 bracteoles, 3 sepales, 3 petales, 2 etamines et 1 disaue 
irreguberement loge entourant l'ovaire. 4 

Cette plante differe sensiblement du M. simplicifolia par son tomentum persistant, ses feuilles plus petites nlus 
epaisses dont la cuticule inferieure est tres ondulee, velue et papilleuse, a l'etatadulte. Ses fleurs sont aussi 2 fois 



plus grandes. Par ses feui lies obovees, plus velues, parses sepales obtus, par son limbe moitie moins epais, elle 
se distingue bien aussi du M. Cambodmna, bien que tres voisine de ces especes. Elle est figuree, a tort, sous le nom 
deM. Cambodiana, mais dans la planchc&60, la figure A la represente, tandis que le M. Cambodiana, connu seu- 
lement parson fruit, est la figure A' placee a sa droite. 



SABIA HARMANDIANA 

Glabre excepte les jeunes rameaux et la cote en dessous. Feuilles petiolees elliptiques oblongues, acuminees, 
aigues aux deux extremites, munies de 7 a Spaires depetites cotes tres espacees et relices en arcs assez eloignes 
de la marge. Grappes fiiiformes aussi longues ou plus courtes que les feuilles, a fleurs peu nombreuses et longue- 
ment pedicellees. Sepales lanceoles, a peine pubescents et ciltes. Petales oblongs, attenues et obtus, giabres, 2 fois 
presque plus longs que les sepales. Filets des etamines dilates mais attenues au sommet. Ovaire biloculaire oblong 
lanceole. 

Arbuste grimpant. Rameaux greles. Petiole long de 8 a H mm. Limbe long de 4 a 16 cm. sur 1,8 a 5,5 cm. d'une teinte vert-brun, al'etatsec. 
Les grappes ont 5 a 6 cm. de longueur. Les cymes sont scorpio'ides. Les pedicelles sont longs de 6 a 7 mm. et munis de deux bractSoles au-dessus 
de leur base. Les sepales au nombre de cinq sont aussi imbriques et longs de 1 3/4 mm. Les petales au nombre de 5 mm. sont aussi imbriques, nerves, 
opposes aux sepales et longs de 3,5. Les etamines, egalemenl au nombre de 5 et opposes aux petales, ont des filets longs de 2 mm. Les antheres 
emargines ont 2 loges elliptiques un peu divariquees a la base. Le pollen est ellipsoide. Le disque, court, est fendu en 5 lanieres aigues. Les ovules, au 
nombre de 2 et superposes, sont ceux du Meliosma. Les carpelles ovales lanceoles sont attenues en haut etcompletement unis, excepte dans la 
region stigmatique formee de deux lobes sillonnes et arrondis. 

Le limbe, sous une rangee de cellules epidermiques, comprend un mesophylle superieur forme de deux rangees 
palissadiques, a peine plus courtes que le mesophylle inferieur qui ne comporte que que 5 rangees de cellules. Je n'y 
releve aucun caractere particulier. Les coupes du bois, au noeud, apprennent que 3 a 4 faisceaux tres rapproches par- 
tent du meme point; pour la feuilleexactementce qui se passe chez le Meliosma. Ces faisceaux demeurent isol6s dans 
le petiole et forment une figure, en forme de fer a cheval, ouverte en haut. Plus haut, dans la c6te, ils arrivent 
a s'unir et meme a former une demi-sphere, cordee en haut, en partieprivee de bois ou tout a fait fermee. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 360 



A. Rameau florifere et fructifere du Meliosma Harmandiana. 

1. Portion d'inflorescence et bouton. 

2. BractSe, bracteoles et s6pales. 
3-4. Petale et squame. 

5-6. AndrocSe en position et etamines isolees. 

7-8. Ovaire avec ou sans disque et en coupe longitudinale. 

9. Diagramme. 

A'. Rameau fructifere du Meliosma Cambodiana. 

1. Fruit jeuneentier et en coupe longitudinale. 
3-4. Stigmate et loge avorlee. 

B. Rameau florifere du Sabia Harmandiana. 

1. Bouton et tleuradulte. 

2. Sepales. 

3-4. Ptilales en position el isoles. 
5-6. Androcee et etamines isolees. 
7-9. Ovaire entier ou ouvert ou en coupe longitudinale. 

10. Diagramme. 



P1.360 




E.Delpy del. 



Ed.Oberlinlith. 



A. ___ MELIOSMA CAMBODIANA 
B.__SABIA HARMANDIANA 



ANACARDIACEES 



MANGIFERA INDICA 



Linn. spec. 290 ; — Blume Mus. Lugd. Batav. 1. 193 ; Rheede Malab. IV. t. 1 et 2 ; — Bedd. Sylv. Madr. t. 162 ; — Brandis For. Fl. 125 ; — 
Mangifera Amba. Forsk. Deoc. Plant. Flor. reg. arab. cent. 8 p. 205; — Mangifera domestica Goert. Fruct. II, t. 100; — Manga domestica 
Rumph. Herb. amb. I. 93, t. 25. 

Kmer : svai. Annam : xoai. 

Habitc Flnde, FIndo-Chine, la Malaisie, et se rencontre cultivee ou sponlanee dans toutes les possessions euro- 
peennes des pays chauds. 

Feuilles oblongues lanceolees plus ou moins longuement petiolees, acuminees, aigues a la base, a nervation 
tcrtiaire reticulee et elevee. Grappes terminates, composees,, pubescentes, plus longues que les feuilles. Petales 
munis de3-5 nervures ou davantage, plus ou moins glanduleux. Etamines fertiles ou solitaires ou au nombre de 
deux aussi Jongues que le style. Fruit ovoide ou ovale-oblong subreniforme, a noyau epais sillonne et fibreux. 

Arbre de 20 a 35 metres, a sommite spherique, ponrvu de rameaux presses. Petiole long de 1,5 a 6 cm. Le limbe a 15 a 30 cm. de longueur sur 
3,5 a 6,5 cm. Les grappes ont de 20 a 35 cm. de longueur, et leurs ramifications de 6 a 1 5 cm. Les p^dicelles arlicule's sont munis d'une bractee a 
la base et de deux bracteoles a Farticulation. lis sont longs de 1,5 a 3 mm. suivant les varietes dans la partie suivant l'articulation. Les scales 
plus ou moins pubescents en dehors, sont glabres en dedans. Les p6tales ont de 3,5 a 4 mm. lis sont reflechis jaune-rougeatres et portent 3 a 
5 nervures glanduleuses, unies a la base en une cote plus saillante. Le disque charnu, exterieura FandrocSe, forme une cupule sillonnee. Une, rare- 
ment deux etamines sont fertiles et de meme longueur que le gynScee. Les 3 ou 4 autres sont naines et steriles. L'ovaire ovoide, un peu excen- 
trique, est surmonte d'un style a peine plus long que lui, manifestement lateral. II est glabre, et c'est le cas de toutes les especes connues. L'ovule 
insert, du cote du style, vers la base, a le raph6 dorsal. La drupe a un exocarpe 6pais, charnu, et un endocarpe subligneux et librilleux. Get endo- 
carpe, d'epaisseur variable, devient en partie dehiscent au moment de la germination. Le tegument, mince, friable, brun, est tout a faitlibre. L'em- 
bryon est forme de cotyledons tres inegaux, sinueux et lobes dans quelques varies. 11 contient beaucoup de tannin et est pourtant, apr&s cuisson, 
mange dans les ann6es de diselte. 

Le bois du M. indica est peu apprccie. II est facilement attaque par les xylophages. On Futilise pourtant dans 
certaines circonstances. On en fait des auges, des caisses, meme des planches de peu de duree. 

C'est une des especes cultiveesleplus anciennement, si Fon considere le grand nombre des varietes qu'elle possede. 
La production de ces varietes est vraiment etonnante dans certaines conditions climateriques. A File Bourbon ou les 
varietes du M. indica ont etc introduites au siecle dernier, on rencontre dans toutes les vallees, pres du lit des 
torrents et des rivieres, de nouvelles formes produites de graines jetees au hasard. Les fruits en sont aigres ou doux et 
leur forme en est tres variable. 

L'etude des varietes et des races du M. indica offriraitun grand inter et, caril est probable qu'elles ne proviennent 
pas d'une espece unique. Cependantil parait certain- que le nombre des especes creees, particulierement en Malaisie, 
pourra etre tres deduit. 

II y a des races perpetuant leurs caracteres par le semis, si bien, que la greffe est inutile ou ne saurait produire que 
des arbres plus petits. Je ne sais si ce fait a ete constate ailleurs, en dehors de linde et de FIndo-Chine. A Bourbon, il 
arrive que la variete Auguste, la mcilleure que Fon connaisse, donne par le semis, apres quelques annees, un fruit 
ayant toutes les qualites de la plante greffee, et neanmoins, ce fruit est 3 a 4 fois plus petit. En Cochinchine, les deux 
races que nous allons decrire, se reproduisent par le semis et conservent, sans alterations, les caracteres qui les 
distinguent. Transporters ailleurs et sans recourir a la greffe, se comporteront-elles de la meme maniere? 



MEKONGENSIS 

xoai xang ca. 

Feuilles munies de 16 a 48 petites cotes au moins, termineespar une courtepointe obtuse, a nervation tertiaire, 
un peu pale et assez elevee. Grappes plus longues que les feuilles, assez espacees, pubescentes. Pedicelles longs, au- 
dessus de Farticulation, de 1 a 2 mm. Sepales ovales-obtus. Petales pubescents vers le sommet de la face superieure, 
a nervures glanduleuses, au nombre de trois, unies a la base, et atteignant a peine le milieu de sa longueur. Eta- 
mines fertiles au nombre de 1 a 2. Drupe oblongue longue delOa IS cm., comprimee. Noyau chevelu, oblong, 
aplati, tout a fait comprime au sommet. Cotyledons tres inegaux et sinueux, iron lobes. 

J'avais pense que cette race pouvait se rapporter a la var. compressa de Blume, mais elle en est distincte par son 
lnflorescente beaucoup plus pubescente, par ses petales pubescents dans leur partie superieure, par son fruit de 
moitie moins long. D'autrepart, Blume decrit une variete, tandis que nous avons affaire a une race bien caracte- 
nsee. Blume ne decritpas les cotyledons de la variete compressa. Le xang ca est tres communement cultive en Basse- 
Cochinchine. Sa chair, jaune, est legerement fibrilleuse et a un leger gout de terebenthine. 



CAMBODIANA 

Feuilies longuement acuminees, rigides, mimies de 25 paires de petites cotes clevees de meme que la nervation 
tertiaire. Grappes plus longues que les feuilies, vetoes. Petales a peine puberulents vers le haut, a la partie supe- 
rieure; nervation glanduleuse completement unie a la base, pourvue de 5 a 9 lobes tres courts s'etendant jusqu'au 
milieu. Etamine fertile solitaire. Fruit ovoidelong de 9 a 12 cm. a peine comprime lateralement. Endocarpe a fibnlles 
tres courtes. Cotyledons inegaux et lobes. 

Cette race est plus estimce que la precedenle et s ? en distingue bien par la forme du fruit, par le noyau elliptique 
et presque glabre, par les cotyledons ires lobes. Sa chair, tres sucree, jaune, tres juteuse, n'a pas le moindre gout de 
terebenthine. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 361 

A. Rameaux florifere et fructifere duMangifera indica Mekongensis (var. A. compressa Bl.) 

1. Boutonet fleur adulte. 

2. S6pales. 

3-i. Petales en position et isoles. 
5-6. Etamines et staminodes. 
7-8. Ovaire entier et en coupe longitudinale. 
9. Coupe transversale du fruit. 

10. Noyau. 

11. Embryon. 

B. Rameaux florifere et fructifere du Mangifera indica Cambodiana. 

1. Bouton et fleur adulte. 

2. Sepales. 
3-5. Petales. 

6-7. Androcee et anthere. 

8. Coupe longitudinale de V ovaire. 

9. Coupe transversale du fruit. 
10. Graine en germination. 

1-12. Embryon. 



P1.361 




EDelpy.del. 



Ed.Oberlinlith. 



MANGIFERAINDICA.L. 

Var A._ C ompressa.Bhime. 
, B._ Qambodiana. 



ANACARDIACEES 



MANGIFERA DUPERREANA 



Habite la Basse-Cochinchine et Tile de Phu Quoc. [Herb. Pierre n° 2774 et 4651.] 

Feuilles oblongues, legerement obovees, aigues a la base, abruptement acuminees, a pointe obtuse ou mucronee, 
rigides, legerement ondulees, d'une teinte jaune-rougeatre, munies de 14 a 18 paires de petites cotes, de meme 
que la cote un peu comprimees, a nervation tertiaire tres fine et reticulee. Grappes plus longues que les feuilles 
gris-tomcnteuses, a fleurs tres condensees, 4-5 meres. Petales munis de trois cotes gianduleuses paralleles, n'attei- 
gnant pas le milieu du limbe. Etamines 10 a 12, dont 5 a 6 fertiles, les autres reduites a des eperons. Fruit inconnu. 



Arbre de 30 a 40 melres. Ses jeunes rameaux sonl bruns apres dessiccation el, epais de 6 ram. Les feuilles sont alternes et porters par des p6tiole 
de longueur tres diverse, variant de 1 a 4,5 cm., tres epaissis a la base et aplatis en dessus. Le limbe est long de 13 a 20 cm. et large de 4 a 6 cm. 
Les grappes ont 20 a 25 cm. , et leurs ramifications a la base ont de 7 a 8 cm. Les pedicules sont longs de 1mm. a peine. Les scales, le plus souvent 
aunombredecinq, sont longs de 2 J /4 mm. sur 1 3/4 mm., elliptiques, Ires velussur le dos, glabres en dedans et deux fois plus longs que la bractee. 
Les petales, au nombre de 4 a 6, imbriques, sont longs de 4 a 5 mm. 1/4 et larges de 1 1/2 a 1 3/4. Le disque est fortement papilleux et pourvu de 
10 cotes longues de 1 mm. Les etamines fertiles sont au nombre de cinq a six, a filets longs de 2 mm. Entre chaque lobe du disque, il y a un filet 
indure prive d'anlhere, dresse ou recourbe. Le style est a peine plus long que l'ovaire. L'ovule est ins6re lateralement. 

Les indigenes de File Pliu Quoc utilisent ce bois principalement pour avirons. II est blanc-grisatre et plus dense 
que celui du if. indica. Son ecorce a 6-7 mm. d'epaisseur. lis disent que la duree de ce bois, quoiquc mediocre si on 
la compare a celle des bonnes essences, est assez longue si le bois a ete immerge un certain temps. Son fruit, que je 
ne connais pas, serait plus petit que celui des grosses varietes du M. indica et serait filandreux Men que sa chair 
soit succulente. Les Kmers utilisent aussi ce bois dans la province de Samrongtong, pour planches et madriers. 

Cette espece, malgre ses grands rapports avec les M. pentandra et M. caloneura, dont elle a la nervation tertiaire, 
s'en distingue pourtant aisement, ses filets indures et souvent obliques, ses sepales beaucoup plus velus que ceux du 
31. pentandra, ses petales pourvus de 3 cotes meme a la base tandis que il y en a sept chez cette espece, dont quatre plus 
petites. Elle a plus de rapport avec le M. caloneura, mais la on ne voit pas les 5 a 6 filets rudimentaires et excentriques 
alternant avec les etamines fertiles, et ses fleurs sont beaucoup plus petites que dans ces deux especes. Ses poils tres 
denses, presque arachnoidcs, sont aussi caracterisques. Kurz et Hooker disent qu'il n'y a qu'une a deux etamines 
fertiles chez le M. caloneura, et pourtant, d'apres un echantillon communique par Kurz lui-meme, j'en vois cinq comme 
dans le M. pentandra Hook. /. Chez cette derniere espece les petales ont de 6 a 7 nervures gianduleuses, etpar la on la 
distingue de notre espece et aussi de celle c!e Kurz. Mais la connaissance du fruit et de Fcmbryon s'impose pour ces 
trois especes, tellement voisines qu'on peut se demander si elles ne sont pas les formes d'une meme espece. Mais 
le nombre variable des pieces du perianthe, la presence de 12 etamines dont la moitie est reddle a des filets, 
caracteres inconnus dans ce genre, rn'ont engage a en separer le M. Duperreana. 



MANGIFERA COCHINCHIINENSIS 

Engler. Anarcard. in D. C. Monog. Phaner. IV. 205. 
Annam : xoay nut. 

Habite la rive gauche du fleuve de Saigon dans les provinces de Bien hoa etde Saigon. [Herb. Pierre w°1650 1 
Feuilles obovees arrondies ou emarginees en haut, aigues a la base, vertes en dessus, pales en dessous a nervation 
tertiaire transversale et fine. Grappes ou plus courtes ou plus longues que les feuilles, recouvertes de poils courts et 
serres. Sepales arrondis et velus en dehors, deux fois plus courts que les petales. Cotes gianduleuses au nombre de 
quatre atteignant a peine la moitie du limbe. Etamines au nombre de cinq subegales et toutes fertiles Drupe sub- 
oblongue, legerement comprimee. Noyau a peine fibrilleux, assez mince. Cotyledons conferrumines, excepte a la base. 

Arbre de 35 melres. Rameaux les plus jeunes epais de 7 a 8 mm. Feuilles trfes presses au sommet des rameaux, a petiole ipaissi a la base lon ff de 
a 4,5 cm. L.mbe long de 8 5 a 13 ,5 cm., large de 2,8 a 5,7 cm. Les peliles co.es eu dessus sou. b.auchatr s. Les grappes sou 1 u^ de 9 
5 cm^Les ram,nca ous sou. longues de 3 a 6 cm. Les pedicel.es sou. lougs de 1 ,/, mm., article, a la base. Les sepal s, au uolr de c a son 
longs de 2 1/4 mm., .omenleux dorsalemeu.. Les pe.ales, un peu connesau disque, sontlougs de 4 mm. Le disque epais, charuu, .res gland leu'xe 
term.ne par cuq courts lobes. Les «am,ues ont des filets longs de 2 mm. Les au.heres ovales, in.rorses sont longu s de 12 mm L ovaTre'est 
snrmonte d'un s yle un peu excentnque a peine plus long que lui et snbule. La drupe estlongue de 3,2 mm. sur 1 ,5 e°t 2,1 mm. de dLe.r e L^exo 
carpe a 3mm.d epa.sseur et aungon. assez acerbe. L'endocarpe a 1 mm. euviron de diamMre et ses fibrilles sont tres peu developpees Lagr be 
dressee a 2,8 cm. de longeur sur 1 ,0 et i ,4 cm. Sou .egumeut membraueux est coriace. Laradicule la.erale, iumre, a la forme d'un pelit manchon 

Cette espece est tres distincte. Par ses feuilles elle se rapproche du M. zeglanica, pres de laquelle elle a ete placee 
par M. Engler, et neanmoms par ses fleurs elle se rattache au groupe du M. Duperreana. Le bois de cette esnece est 
auss. peu employe que celui du 31. indica et sert aux memes usages. C'est pres de Thudzaumot, dans la province de 
Saigon, qu elle se trouve ab ondamment. Ses fruits sont recherches par les indigenes, malgre leur srandeinferiorite 
Cette espece n a pas encore ete rencontree dans le Cambodge ou a l'ouest du Mekong. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 362 



A. Rameauxfloriferes du Muni/'ifcni /)///><<rrea?ia. 

1. Bractee. 

2. Bouton. 

3. Sepales du meme. 
4-5. Petales. 

6. Gynecee.. 

7. Etamines et disque. 

9-10. Bractee et fleur adulte 6-mere. 

H. Sepales. 
12-13. P<Males. 
14-15. Androceeetanthere. 

16. Coupe d'un ovaire. 

18. S6pales d'une fleur pen lam ere. 
19-20. Pelale. 

21. Disque etandrocee. 

22. Coupe de l'ovaire. 

B. Rameaux florifere et fructifere du M. cocklnchmemis . 

1. Bouton et fleur adulte. 

2. S6pales. 

3. Petales en position et isoles. 
4-5. Androcee et anthere. 

6-7. Ovaire entieret en coupe longitudinale. 

8. Drupe. 

9. La meme, montrant la graine en position. 
10-12. Graine en coupe transversale et isolee. 



P1.362 




E.Delpy. del. 



Ed.Oberlinlith. 



A.__ MANGIFERA DUPERREANA. 

B — COCHINCHINEN.SIS Engler. 



ANACARDIACEES 



MANGIFERA? CAMPTOSPERMA 



Annam : bui xoai. 



Habite le voisinage des cours (Teau dans les prefectures de Saigon et de Tayninh. [Herb. Pierre n° 1683.] 
Jeunes rameaux anguleux. Feuillcs alternes lineaires-oblongues, attenuees ou aigues aux deux bouts, mucronees, 
coriaces, munies de trente paires de petites cotes environ, elevees sur les deux faces de meme que la nervation ter- 
tiaire fortement reticulee. Fruit elliptique legerement corde du cote ventral; exocarpe fibreux, a epiderme ponctue ; 
endocarpe ligneux. Graine pourvue de deux teguments, Fexterne coriace, luisant, Finterne penetrant les coty- 
ledons multilobes. Radicule ventrale. 

Arbrede 20 k 30 metres. Les jeunes rameaux, epais de 3-4 mm., sont d'un gris-brun. Les feuilles sont espacees de 5 a 10 mm. Le petiole, epaissi a la 
base, est long de 15 a 22 mm. Le limbe est long de 11 a 17 cm., et large de 3 a 4 cm. Les nervures ou petites cotes sont un peu plus elevens en 
dessus qu'en dessous,et espacees de 5 a 8 mm. Les grappes fructiferes, seules connues, sont longues de 10 cm. Le pedoncule est epais de 5 mm., 
eta une longueur a peu pres semblable. La drupe, longuede9 a 10 cm. et large de 7,5 a 8,5 cm., a une epaisseur de 4 a 4,5 cm. Le p6ricarpe, epais 
de 9 mm. , est, en face de la courbure ventrale, large de 2 cm. , de sorte que, en ce point, l'endocarpe, epais de 3 a 4 mm . , devient nettement cord6, tandis 
que l'exocarpe co rrespondant est simplement curve. Les fibres de cet endocarpe atteignent l'epiderme. La graine estnmiforme comme l'endocarpe, 
et remplit toute sa cavite\ Elle est longue de 6,3 a 6,5 cm. et large de 3,6 a 3,8 cm., son epaisseur etant de 2,7 cm. Le tegument externe, mince, 
(1/4 mm.) gris-brun, coriace, est tout a fait independant del'endocarpe et du tegument interne. Celui-ci, couleur chocolat, adhere completement a 
l'embryon et le penetre en mille replis, dans tous les sens. La radicule voisine de la partie cintr6e de l'endocarpe est seule distincte, les cotyledons 
6tant multilobes et Ieurs lobes enroul6s dans les mSandres formed par le deuxieme tegument. 

L'aspect de cet arbre est plutot celui d'un Mangifera que d'un Bouea, mais ce que nous venons de dire de son 
embryon, Feloigne beaucoup des Mangifera et Bouea. En effet, en ces deux genres, le deuxieme tegument, s'il 
existe, ne penetre jamais Fembryon qui peut etre lobe, inegal dans la partie cotyledonaire, mais est toujours distinct 
de la partie tegumentaire. Les coupes du bois apprennent que les canaux secreteurs font defaut au pourtour de la 
moelle, tandis qu'ils sont presents chez les especes de Mangifera dont il est question ici, et particulierement chez le 
M. Reba. Chez les Bouea, Fabsence de canaux secreteurs dans la moelle, se constate egalement et, cependant, par la 
nature de son bois blanc, a fibres larges, le M. ? camptosperma a plus de rapport avec celui des Mangifera. L'absence 
de canaux secreteurs dans la moelle et les cotyledons rumines, sont les deux seuls caracteres separant le M. ? camptos- 
perma des especes de Mangifera. Je propose done pour cette espece la section Marchandora qui, la fleur etant 
connue, pourra etre un genre si celle-ci accuse quelque difference. Le fruit n'est pas comestible. 



MANGIFERA REBA 

Mo'i-kmer : reba. 

Habite la vallee duDongnai, pres dePho Qua. [Herb. Pierre n° 1648.] 

Feuilles alternes, oblongues-lanceolees, aigues ou obtuses a la base, courtement acuminees, a pointe mousse 
ou mucronee, a peine coriaces, rigides, un peu brillantes en dessus, munies de 48 a 22 paires de petites cotes, assez 
fines et un peu plus accentuees en dessus qu'en dessous, reliees par une nervation tertiaire reticulee bien distincte sur 
les deux faces. Grappes fructiferes terminales pubesccntes, longues de deux decimetres etau dela. Jeune fruit pedi- 
cule ou attenue a la base, comprime, recourbe en forme de doioir, ou reniforme et a pointe mousse. Endocarpe du 
fruit adulte elliptique, sillonne, chevelu, et a pointe excentrique et arrondie. 

Arbre de 35 metres. Jeunes rameaux 6pais de 3 mm., gris-brun ou noiratres, anguleux. Petiole long de 10 a 25 mm., epaissi a la base et presque 
rond. Limbe long de 1 2 a 16 cm., large de 3,5 a 5 cm. Grappe recouverte de poils courts, drus et gris, munie de ramifications longues de 6-8 cm. Le 
noyau du fruit adulte est recourbe de facon que Ja pointe est lateralement situee au-dessous de son sommet. II a 8 cm. de longueur sur 7,8 cm. de lar- 
geur et 3,8 cm. de petit diametre. 11 est releve" de fortes nervures, et son epaisseur depasse 2 mm. Le tegument des graines est tres mince, brun et 
friable. 

C'est tout ce que je connais de cet arbre qui n'a ete rencontre que dans une station. Son fruit, d'apres les 
indigenes, est comestible. Par la forme des feuilles et surtout de son noyau, e'est une espece bien distincte. 
Cet arbre a beaucoup de rapports avec le M. ? camptosperma par sa nervation et sa cime elevee, et pourtant la con- 
formation de Tendocarpe les eloigne beaucoup. En effet, droit du c6te ventral, mais a pointe recourbee, onn'yvoit 
pas la figure cordee du M.? camptosperma. La description de ce noyau est faite d'apres des echantillons, gisant sur le 
sol et provenant de Fannee precedente, Farbre neportant en ce moment que des jeunes fruits. 

Le M. Reba a un bois, suivant les indigenes, un peu moins corruptible que celui du M. indica, sans etre mieux 
utilise. Ses fleurs et son fruit sont odorants. De meme que les especes du genre, on voit dans le liber et dans la 
moelle des canaux secreteurs. Son limbe est 1/3 moins epais que celui du M. foetida ou M. indica, et deux fo is moins 
que celui du M. Kebanga Bl. Par la nature de son epiderme qui semble ne comporter qu'une seule rangee de cellules, 
par Fhypoderme tres reduit, ou ecrase/ses rapports sont avec le M. indica, car dans le M. Kebanga Bl. cet epiderme 
forme une bande continue sclerifiee reliant, entre elles, les enveloppes fibreuses des faisceaux des nervures. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 363 

. Rameau fructifere du Mangifera?camptosperma. 

-2. Fruit ouvert monlrant en(l) la graine recouverte de son tegument externe, et en (2) la graine sans le tegument externe. En (2 b) on voit 1( 

noyau en coupe longiludinale. Toutes ces figures sont reduites de moitie. 
-4. Represente l'embryon entier(3j et en coupe longiludinale et Iransversale. Les maculations exteneures et inte>ieures represented les replis 

du deuxieme tegument. La coupe transversale (4), de grandeur naturelle, montre la tigelle regardant la cavite ventrale. 
. Rameau fructifere du M. Reba, porlant des fruits jeunes. 
\ . Fruit jeune pr6sente dans son diamelre le plus etroit. 
2. Noyau adulte represente sur ses deux faces. 



P1.363 




E.Delpy del 



Ed.Oberlinlith. 



A MANGIFERA CAMPTOSPERMA 

B ._ REBA . 



ANACARDIACEES 



EXPLICATION DES FIGURES DES PLANCHES 364 et 365 

Assez d'especes du genre Mangifera sont insuffisamment caracterisecs par leurs feuilles on leurs fleurs, particu- 
lierement dans la section Amba. La connaissance du fruit, du noyau, del'embryon et l'anatomie des feuilles, fourni- 
ront des donnees sans lesquelles leur discussion est impossible. Jusqu'a ce moment aussi, l'arrangement des especes 
ne peut etre fait que par les caracteres de la fleur. Parmi ceux-ci, le nombre des etamines, la maniere d'etre du disque 
et du style me semblentles plus frappants. C'est d'apres eux que je range les especes suivantes qu'il m'a ete possible 
d'etudier, en determinant celles propres a l'lndochine. 

Section I. — Euantherac. Disque court etepais. Etamines 5 a 42 dont dont 5 a 6 fertiles, les autres reduites a des 
filets. 

4. M. Duperreana. [ Voyez t. 362 A], 

2. M. pentandra, Hook. f. Ft. Brit. hid. II. 44; — Engler. Monog. Phanerog. vol. I V. 498. Feuilles oblongues 
acuminees, aigues aux deux extremites, coriaces, munies de 46 a 18 paires depetites cotes plus elevees en dessous 
qu'en dessus, a nervation tertiaire finement reticulee. Panicules plus longues que les feuilles, a fleurs tomenteuses 
presque sessiles et a cymes tres condensees t Sepaies longs de 3 mm. pubescents dorsalement. Petales longs de 
4,5 mm., larges de 2 mm. connes au disque, a la base, munis de septnervures glanduleuses dont3 s'etendant jusque 
vers le milieu. Etamines 5 longues de2 mm. a filets subegaux aplatis a la base. Style presque centrique. 

Espece tres voisine de la precedente et de la suivante, s'cn distingue par les 7 nervures inegales deses petales. 
Son fruit n'est pas deerit, mais ne muritpas naturellement. Dela son no:n malais : Mam. Ploni, suivant Maino-uay 
[Voyez t. Mi. F.] * '■ ' 

3. M. caloneura. J^wr*/' 1 /. Burnt. 4. 305 ; — Hooker. I. c. p. 14 ; — Engler I. c. p. 200. Feuil es oblongues-lanceo- 
lees munies de 46 a 22 paires depetites cotes reliees par une nervation tertiaire fortement reticulee. Panicules velues 
condenseesetpedicellees. Sepaies longs depres de 2 mm. cilies, velus en dehors. Petales longs de pres de 4 mm. 
munis de 3 nervures glanduleuses, tres rapprochees, s'etendant jusqu'au milieu du limbe, sehsiblement plus etroits 
que dans le 31. pentandra. Etamines fertiles au nombre de 5 de meme longueur. Une sixieme etamine, reduite au 
filet, ayant la forme d'un eperonunpeu excentrique existe comme dans le M. pentandra. Style de la longueur des 
etamines un peu lateral. Drupe longue de 5-6 cm. jaune subacide, un peu reniforme et attcnuee en haut. 

Espece largement repandue depuis le Pegu jusqu'a la province de Petchapury, sur la cote orientale du Siam 
[Voyez t. 364. G.] 

4. M. Cochinchinensis. Engler. t. c. 205. [Voyez t. 362. #.] 

5. M. lagenifera. Griff. Notul.1V. 414, t. 567. f. 3; — Hook. I. c. 48 ; — Engler I.e. 214. Feuilles obovees spatutees 
arrondies au sommet, decurrentes sur le petiole, aplati en haut et long de 3 a 4 cm., longues de 7 a 1 7 cm. sur 3 a 4,5 cm. 
munies de 20 paires de petites cotes peu prononcees, de meme que la nervation tertiaire assez obscure. Grappes 
longues de 20 a 25 cm. a axe tres robuste, a fleurs condensees et courtement pedicellees. Sepaies cilies, velus en 
dehors, arrondis, longs de 2 4/4 mm. Petales longs de 7 mm. sur 2,5 mm. oboves, munis de 6 nervures glanduleuses 
reduites le plus souvent a trois depassant un peu le milieu du limbe. Etamines au nombre de cinq fertiles etde cinq 
autres reduites a de courts filets lanceoles. Style plus long que les etamines fertiles. Drupe pyriforme longue d'un 
decim. l/2pourpreet large de 3,7 cm. Eidocarpe fibreux coriace adherent en partie au tegument membraneux. 
Griffith dit que la drupe est verte, lisse, epaisse et fetide, a secretions vernissees, noires, a chair tres fibreuse, a 
endocarpeovale-lanceole, coriace et fibreux. 

Cette espece par ses feuilles a des rapports avec les M. Cochinchinensis et M. Zeylanica. Les cinq filets oupeut- 
etre cinq lobes du disque alternant avec les etamines fertiles, Ten distinguent bien. Par ses fleurs elle a de grands 
rapports ^ avec leM.foetida et le M. odorata. Son disque est hemispherique comme dans le M.fxtidavar. Kaivinii 
Par ses etamines et ses feuilles, quant a la consistance, elle a aussi des rapports avec le M. superba. 

Habite la presqu'ile de Malacca depuis Muong-Pran (c6te est), jusqu'a Malacca. 

[Voyez t.m. C] 

Section II.— Amba Marchand. Disque generalement peu elev6. Une seule etamine fertile, rarement deux, les aulres 
avortees ou privees d'antheres, toujours tres petites quand elles sont presentes. 

6. M.macrocarpa^/. ^y^r.1458 ; -Englerl. c. 210 ; - M. frag rans Hook f. 1. c. 481. Arbre de 15a 20 metres 
Feuilles lineaires, ou lineaires, oblongues, lanceolees, longuement accuminees et mucronecs, aigues et un peu 
decurrentes sur le petiole long de 2,5 a 3,5 cm. et a limbe chartace, long de 1 5 a 30 cm., large de 3,4 cm., muni de 
24 paires de petites cotes fines et elevees sur les deux faces de meme que la nervation reticulee. Grappes longues de 
10 a 25 cm., pourvues de ramifications basilaires longues de 5 a 10 cm. Pedicelles longs de 4 1/2 mm. au-de^sus de 
1'articulation. Bractees et bracteoles longues de 2 mm. Sepaies, les intirieurs longs de 5 mm. plus lon-s que les 
exteneurs, larges de 2,5 mm. attenues, mais obtus. Petales longs de 5 3/4 mm. oblongs, pourvus de 3 nervures 
glanduleuses n'atteignant pas le milieu du limbe et confluentes en bas. Disque lobe assez court. Etamines au nombre 
decinq toutes pourvues d'antheres, mais dont quatre sont moitie plus courtes. Fruit, d'apres Maingay Ion- d'un 
decim., d'apres Blume de la grosseur d'une tete d'enfant, suboblong et un peu oblique, a putamen mince et fibreux. 

Habite Ja Malaisie, le Cambodgeet le peninsule malaise. 

Par le developpement de ses etamines, tient a la fois des Euantherac et des Eudiscus, mais par le facies se rapporte 
bien au grouse Amba. 
[Voyez pi. 364 D.] 

7. M. Zeylanica Hook, f l. c. 46 ; - Engler l. c. 204. Feuilles obovees suboblongues obtuses ou le plus souvent 
arrondies et emarginees, decurrentes sur le petiole long de 1 a 5 cm., longues de 5 a 40 cm., larges de 2 a 3 cm 
munies de 10 a 45 paires de petites cotes aussi elevees sur les deux faces de meme que la nervation tertiaire reticulee' 
Panicules glabres, de beaucoup plus longues que les feuilles, a rachis fort; a pedicelles tres courts dans la partie 
supeneure de 1 articulation. Bractees et bracteoles lanceolees longues de 2 mm.ou de la grandeur des sepaies et ovales 
lanceolees comme ces dermers. Petales longs de 3,5 mm. sur 4,5 mm. oblongs lanceoles, munis de 3 a 7 nervures 



glanduleuses dont deux a quatre atteignent le milieu du limbe. Disque assez eleve. Style plus long que l'eta aiine 
fertile, lateral, raais dresse. Les 4 autres etamines sont de moitie moins longues et a antheres tres petites. 

Les indigenes, pres de Pointede Galles, disenlque le fruit est, commecelui du M. indica, ovale-oblong, quoique 
moins bon. Par ses feuilles, eette espece se rattacbe aux M. lagenifera et M. Cochinchinensis. Par ses etamines, elle 
estbien de la section Amba. 

Habite Tile de Ceylan. 

[Voyezpl. 374/.]. 

8. M. oblongifolia. Hook. f. I. c. 16; — Engler I. c. 204. Feuilles oblongues ou lineaires-oblongues a peine aigues 
aux deux extremites, coriaces, a petiole long de 3-5 cm. et a limbe long de 20 a 25 cm. larges de 4,5 a 5,5 cm. munies 
de 20 a 25 paires de petites cotes peu elevees et d'une nervation tertiaire tres fine en dessus et a peine distincte en 
dessous. Grappes tres developpees et glabres, a ramifications assez longues, a pedicellcs longs de 4 a 6 mm. Sepales 
longs de 2 3/4 mm. sur 2 1/2 mm., arrondis, tres charnus et glabres. Petales longs de 6,5 mm. et larges de 2 mm., 
oblongs, arrondis, charnus, munis de 3-4 petites nervures glanduleuses confluentes en bas et n'atteignant pas le 
milieu du limbe. Disque long de 5 mm. a lobes distincts, Etamines 5 done 4 bien conformees deux fois plus courtes 
que la fertile. Style plus long que les etamines. Fruit long de 4 cm. et ovoided'un vert sombre. 

Cette espece se presente avec tout le facies du M. indica, mais s'en distingue bien par son inflorescence, ses 
sepales et petales charnus, ses antheres bien developpees quoique tres inegales. Le noyau de cette espece merite 
d'etre connu, car il donnerait la filiation de bien des especes cultivees comme varietes du Mangifera indica. 

Habite Malacca et le Siam. 

Voyezpl. SU.fig.L 

9. M. Indica. [Voyezpl. 364]. 

10. M. laurina BL Mus. I. 195. Feuilles oblongues-lanceolees assez longuernent acuminees aigues a la base, 
portees par un petiole long de 5 cm. et plus, a peine coriaces, a limbe un peu ondule long de 15 cm. large de 5 cm., 
munies de 16 a 18 paires de petites cotes et de nervures tertiaires reticulees et assez elevees sur les deux faces. 
Panicules plus longues que les feuilles, presque glabres, a ramifications tres espacees. Pedicellcs long de2 mm. a 
2,5 mm. en dessus de Farticulation. Bractees longues de 1 mm. a cils rigides. Sepales longs de l 3/i mm. a poils 
rarcs en dehors, ovales-acumines, de bonne heurecaducs. Pelales longs de 4 mm. sur 1 1/4 mm. oblongs, munis 
de 4-5 nervures glanduleuse confluentes a la base jusque vers le sommet, et la le plus souvent terminees par 3 petits 
lobes comme dans le M. oblongifolia ou le M. quadrifida. Disque conique pourvu de 5 sillons de 5 petits lobes. 
Une seule etamine fertile longue de 3 mm. les autres a peine evoluees, a antheres tres petites ou reduites a de 
pelits filets depassant a peine les dents du disque. Style plus court que l'ovaire. Drupe de la grosseur d'une prune, 
un peu oblique et ellipsoide. 

Pourrait n'etre qu'une forme du M. Indica, mais se distingue toujours par ses feuilles plus petites, par Tinflores- 
cence presque glabre, par son fruit tres petit. 

Habite Java ou elle est connue sous le nom de MongaParie monjet. Le M. minor' en parait une forme. 

Voyez pi. 364 A. 

11. M. longipes. Griff. Notnl. 7F419 ;—Hook. f.l. c. 15; — Engler L c. 201. Feuilles oblongues lanceolees, acumi- 
nees aigues aux deux bouts, a petiole relativement court long de 2 cm. et a limbe long de 18 a 20 cm., tres coriaces ; 
munies de 14 a 16 petites cotes assez elevees en dessous de meme que la nervation tertiaire. Inflorescence et fleurs 
entierement glabres. Pedicelles longs de 4 mm. Sepales de 1 3/4 mm. lanceoles, obtus. Petales longs de 4,5 sur 
3/4 mm. lineaires-oblongs sessiles subcordes a la base, tres attenuees en haut, a nervures glanduleuses absolument 
confluentes de la base au milieu du limbe, et la courtement 3-lobcs comme chez le M. odorata Griff, et le groupe du 
M. foetida. Etamines steriles 4 sans antheres, a filets depassant a peine un disque quinquelobe, profondement sillonne, 
long de 1 1/2 mm. et emettant a sa base 5 lobes cornus. Style deux et demie fois plus long que le disque. 
Fruit inconnu. 

Suivant Griffith, e'est le Boa Pow des Malais. Par ses feuilles, se rapproche des varietes du M. Indica. Par ses 
petales caracteristiques, s'eloigne du M. odorata, de meme que par ses feuilles et son disque. 

[Voyez pi. 365 A.] 

12. M. Khasiana sp. nov. Feuilles pressees au sommet. des rameaux contre Tinflorescence, lineaires-oblongues, 
longuernent et etroitement acuminees, aigues aux deux extremites, chartacees ou a peine coriaces, a petiole long 
de8mm. a 2 cm. a limbe long de 7,5 sur 1,8 cm. et chez les plusgrandes del3cm. sur 3 cm.; munies de 18 a 22 paires 
de petites cotes un peu plus elevees en dessous qu'en dessus, a nervation tertiaire et reticulee fortement accen- 
tuee en dessous. Grappes entierement glabres fascicidees au sommet des rameaux, longues de 5 a 10 cm. , a ramifica- 
tions inferieures longues de 4 a 5 cm. Pedicelles longs de 5 mm. de 3 mm. seulement au-dessus de Tarticulation. 
Sepales 1 3/4 mm. de longueur ovales-lanceoles et longuernent acumines. Petales ovales lanceoles munis de 5 faibles 
nervures g'anduleuses espacees, paralleles, a peine confluentes a la base, s'etendant jusque vers le milieu du limbe 
Ion 4 * de 5 mm. sur 2 1/4 mm. a la base et 1 mm. au sommet. Disque cylindrique long de 3/4-lmm. portant 5 sillons 
et 5 lobes tres courts et tronques. Etamine fertile longue de 2 3/4 a 3 mm. 3/4 ; les steriies completement avortees 



ou presque sans 



filets. Fruit inconnu. 



Cette description est faite d'apres Techantillon distribue par le Jardin botanique de Calcutta et par Kurz en 1864, 
provenant de la collection indigene faite dans les montagnes de Khasia, par ordre de T. Anderson. Cette espece 
differe de M. sylvatica, ainsi que le decrit Roxburgh, par ses feuilles plus petites, plus etroites, par ses fleurs plus 
petites, dememe que son inflorescence formee de grappes divergentes et fasciculees ; parses petales ovales-lanceoles 
non oblongs, a nervures glanduleuses espacees, non confluentes inferieurement et moins longues ; par le disque non 
papilleux,glanduleuxet sans lobes proeminents. 

[Voyez pL 364 C.J 

13. M. sylvatica. lioxb. Fl. ind. (edit. Clarke) n° 316; — Hook. f. I. c. 15; —Engler. I. c. "200; Kurz. Burm. 
Fl.I. 304. Feuilles oblongues-lanceolees, acuminees et aigues aux deux extiemites, a peine coriaces, portees par 
un petiolelong de 4,5 cm., a limbe long de 15 a 20 cm. sur 4,5 cm. ; munies de 18 paires de petites cotes de meme 
que la nervation tertiaire reticulee, elevees en dessus. Grappes terminales, tres grandes, a ramifications nombreuses 



sublessees. P&licelles longs de 3 mm. au-dessus de ^articulation. Sepales ovales-lanceoles aigus, longs de3 mm, 
larges del,5 mm. a labaseetde un cinquieme de mm. en haut, denticules. Petales longs de 5 a 6,5 mm. ovales- 
lanceoles, adnes a la base du disque, munis de 5 nervures longues de 2,5 mm. confluentcs dans le 4/3 inferieur 
libres en haut el alors seulement au nombre de trois s'etendant jusqu'au 1/3 superieur du limbe. Disque long de 
1 a 1,5 mm.,distinctement quinquelobe ail sommet, a lobes aigus et glanduleuxpapilleux. Etamine fertile solitaire 
longue de 4,5 mm., les sterilesnon evolues. Ovaire long del mm. plus long que le disque et termine par un style 
lateral longde 4 3/4 mm. Drupe, d'apres Roxburgh, aussi grande que celle de M. indica, obliquement conique et a 
pointe laterale. Noyau oblong, moins fibreux que celui du M. indica. Cotyledons egaux. Radicule basilaire et 
rem on tan te. 

Habite depuis le Tilhet jusqu'au Siam et le Cambodge. 

[ Voyez pi. 364. B. Les sillons qui ornent les petales n'ont pas ete rendus par le lithographe.} 

44. M. Reba. [Voyez pi. 363 B.] La position decette espece, les fleurs n'etant pas connues, est incertaine. 
Fleurs le plus souvent tetrameres. 

45. M. Dongnaiensis, sp. nov. Arbre de 20 a 30 metres, entierement glabre. Feuilles lineaires-oblongues aigues aux 
deux extremites lanceolees, coriaces, a petiole long de 3 cm. et a limbe long de 8,5 a 45 cm. sur 2 a 4 cm. munies 
de 18 a 20 paires de petites cotes blanchatres a peine distinctes ou elevees sur les deux faces, surtout en dessous. 
Grappes ramifiees longues de 48 a 20 cm. entierement glabres, a pedicelles longs de4,5 mm. a 4 mm., assez distants, 
a fleurs de 4 a 5 parties. Sepales ovales-acumines, aigus, entierement glabres, longs de 4,5 mm. sur 1 3/4 mm. Petales 
oblongs, a peine attenues au sommet, longs de 3,5 mm. sur 1,5 mm. munis de 5 a 7 nervures glanduleuses dont 
3 s'etendent jusque vers le sommet. Disque hemispherique obscurement lobe, papilleux. Etamines au nombre de 4 a 5 
dont une seule fertile, longue de 2 3/4 mm. Anthere elliptique emarginee aux deux extremites, longue de 3/4 mm. 
Style excentrique a peine plus court que Tetamine fertile. Jeunes fruits ovales unpeu attenues, a la pointe courte, 
obtuse etun peu laterale. 

Habile la rive gauche du Songcai, vers le village de Pho Qua [Herb. Pierre n° 4649]. 

16. M. microphylla Griff, mss., Hook f. 1. c. 7 ; — Engler, I. c. 209. 

Feuilles petites, elliptiques courtement et obtusement acuminees, aigues a la base, chartacees, a petiole long de 
4,4 cm. et a limbe long de 3 a 4,5 cm. ; munies de dix petites cotes environ de chaque cote reliees par une nerva- 
tion reliculee plus accentuee en dessous. Grappes ramifiees courtes. Fleurs petites presque sessiles, tres pressees. 
Sepales rarementau nombre de cinq, ovales, obtuses, concaves, pubescents au dehors, a bords membraneux et cities. 
Petales longs de 3,5 mm. reflechis, oblongs-lanceoles, munis de 4-5 nervures glanduleuses, les deux du milieu pres- 
que entierement confluentes. Etamines au nombre de 5 a 6 dont 4 a 2 fertiles, les autres tres petites et souvent sans 
antheres. Style lateral un peu plus long que Tetamine fertile. Disque glanduleux papilleux. Fruit ove contenant beau- 
coup de terebenthine. 

Habite Malacca. 

[Voyez pi. SUL.] 

17. M. Griffithii. Hook f. 1. c. 11 : — Englerl. c. 203. Feuilles elliptiques-oblongues, presque aussi petites que 
celles du M. microphylla a pointe obtuse, a base aigue, a petiole long de 1,4 cm. et a limbe chartace long de 8 cm. 
a 42 cm. sur 3a 5 cm., muni de44 paires de petites cdtes reliees par une reticulation tres eleveeen dessous. Grap- 
pes ramifiees a poils courts et drus ? a peine plus longues que les feuilles. Fleurs tetrameres tres petites, sessiles. 
Sepales longs de 2 mm. obtus. Petales de 2 et 1/4 de mm. elliptiques-concaves munis de 3 a 5 nervures glanduleuses 
confluentes, excepte au sommet. Etamine fertile solitaire,, les autres tres petites, ou manquant. Disque epais, charnu, 
inegalement et courtement lobe. Style un peu plus long que Tetamine fertile. Fruit inconnu. 

Habite Malacca. 

Cette espece est a peine distincte de la precedente, dont ellepourrait n'etre qu'une forme attenuee. Cependant ses 
sepales sont elliptiques, son disque plus lobe, et ses fleurs toujours tetrameres. 
[Voyez pi. 364. f. K.]. 

48. M. quadrifida. Jack. Hook. f. L c. 26; Englerl c. 206. Feuilles elliptiques oblongues-lanceolees a pointe 
obtuse, attenuees et aigues a la base, coriaces ; a petiole long de 2 a 4 cm. ; a limbe long de 40 a 20 cm. sur 
5 a 6 cm. ; munies de 44 a 24 paires de petites cotes reliees par une reticulation obscure en dessus comme dans 
les especes precedentes, accentuee en dessous. Grappes de 20 a 25 cm. a ramifications pressees vers la base 
comme dans les especes precedentes. Sepales longs de 2 4/4 mm. sur 4,5 mm. arrondis, concaves. Petales longs de 
3 cm , semblables a ceux du M. Griffithii. Etamine fertile plus longue que le style, les autres au nombre de 4 a 5, 
trespetils. Style plus court que l'etamine fertile. 

Espece a peine distincte de la precedente, mais a feuilles plus grandes. J'ai vu les fleurs toujours tetrameres. 
Habite Penang et Sumatra. 
Voyezpl.SU H. 

49. M. Rumphii. sp. nov. M. altissima Blanco. Fl. Filip. 484? — Btume Mus. 1. 499 ; — Rumphius Amb. 1. 
96. t. 26 ! « Manga Sylvestris v. M. Pau » : Arbre tres eleve, a tronc et rameaux tres gros. Feuilles assez courtement 
petiolees, a petiole long de 4 a 3 cm. epaissi a la base, a limbe long de 46 a 24 cm. sur 6,5 cm. ; elliptiques-oblongues, 
lanceolees -obtuses au sommet, aigues a la base, tres coriaces ; munies de 46 a 48 paires de petites cotes assez elevees 
etunies par une nervation tertiaire reticuleeetfinemcnt proeminente sur les deux faces. Grappes ramifiees longues 
de 25 cm. et plus, a ramifications de la base longues de 8 a 40 cm. Fleurs 4,5-meres, petites, a peine pediceflees 
dans les jeunes fleurs, seules connues. Sepales ovales, concaves, arrondis le plus souvent, au nombre de quatre. 
Petalesfe boutons elliptiques longs de 4,5 mm. sur 4 et 4/4 mm., ornes de trois larges nervures glanduleuses con- 
fluentes et a peine libres au sommet. Disque charnu, a lobes courts emargines et arrondis. Etamines au nombre de 
deux, dont une seule fertile plus courte que le style dans le bouton. Fruit long de40cm. sur 6,3 cm. subelliptique, 
fortement concave sur un cote et bombe sur Fautre, a noyau moins fibreux que celui du M. Indica, a chair plus 
epaisse et sans gout de terebenthine {Rumphius). 

Habite les iles deRanda?et les Philippines ! 

[Voyez pi. 364 £.] Description faited>res echantillon de File de Banda et la figure de Rumphius. II n^est pas 



certain que le 31. altissima Blanco soit la meme plante que le Manga Pau de Rumphius, voila pourquoi c'est un syno- 
nymedouteux. Bn effet Blanco dit que les fleurs du M. altissima sont celles du 31. Indica,et que le fruit en est 
beaucoup plus petit. 

Section III. — Eudiscus. Disque ou receptacle plus oumoins developpe. Etamines 5 toutes developpees, inegales et 
plus oumoins fertiles. 

20. M. sup erba Hook. f I.e. 244. Rameaux les plus jeunes epais de 40 a 42 mm. termines par des squames lanceo- 
lees et velues longues de 8 mm. Feuilles grandes, epaisses, brunes et luisantes en dessus, oblongues obovees, acuminees 
decurrentes et attcnuees sensiblement depuis le milieu jusque pres de la base d'un petiole epais de 6 mm. ; a limbe 
long de 20 a 36 cm. sur 6 a 0,8 cm. de largeur, muniesde25a 30petites cotes espacees de 8.5 a IS mm. et reliees 
par une nervation tertiairc plus evidente en dessus qu'en dessous. Grappes longues de 50 a 60 cm., ramifiees, pubes- 
centes, apedicclles gros et courts et a fleurs tres grandes ayant de 45 a 18 mm. environ de longueur. Sepales longs 
de 14 mm. roux-ferrugineux en dehors, lineaires-oblongs. Petales longs de 48 mm. connes avec le receptacle 5-gone 
long de 5 a 6 mm. dans le tiers inferieur,. et la eperonncs, lineaires-oblongs, lanceoles, a nervures pennees ascen- 
darites partant d'une cote tres elevec. Etamines longues de 7 mm., subegales toutes pourvus d'antheres ovales. Style 
plus long que les etamines. Drupe ellipso'ide ou oblongue arrondieaux deuxextremites, longue de 9,5 cm. sur 5 cm. 

Habite la peninsule malaise et Singapour [Herb. Pierre n° 5962.] 

Cette belle espece n'a pas l'aspect d'un Mangifera. El!e est cultivee sous le nom deBeechee a Singapour, et y est aussi 
spontanee, d'apres les indigenes. Les dimensions donnees sont celles d'un fruit non mur. Sa chair est verte ou 
blanchatre etacide. 

Voyezpl. 365 D. 

24. M. foetida. Lour. fl. coch. \60 ; — Hook. f. I.e. 48 ; — Engler, I. c. 242. Feuilles elliptiques ou oblongues-lan- 
ce dees, acuminees, arrondies-aigues a la base, portees sur un petiole long de 4,5 a 3,5 cm. a limbe epais, coriace, 
long de 43 a 47 cm., large de 5 a 6 cm., pourvu de 20 paires de petites cotes environ, de meme que la nervation 
tertiaire reticulee beaucoup plus elevee en dessous qu'en dessus. Fleurs moitie plus petites que celles du M.superba 
portees sur des grappes ramifiees terminates et axillaires longues de 20 cm. environ, presque sessiles. Sepales ovales- 
lanceoles et obtus 2 4/4 fois plus courts que les petales. Ceux-ci munis a la base de nervures glanduleuses connees, 
partagces leplus souventen trois lobes s'etendant jusqu'au milieu ou au dela ou plus bas suivant les varietes, sont 
inserees au sommet d'un disque plus oumoins eleve. Etamines toutes bien conformees egales ou inegales, a antheres 
dont 4 sont le plus souvent plus petites. Fruit de la grosseur du poing, unpeu oblique, a odeur tres forte ou meme 
repoussante. 

Les trois formes suivantes sont observees en Malaisie et en Cochinchine. 

a. Kawinii Blume. Fleurs glabres. Sepales longs de3,5 mm., petales longs de 9,5 cm. a nervation glanduleuse 
s'etendant a peine jusqu'au milieu. Les etamines y sont ou egales ou inegales. Voyez pi. 36 5 F. 

b. Blumii. Les fleurs glabres aussi ont des sepales un peu plus lanceoles, des petales longs de 8,5 cm., a nervation 
glanduleuse atteignant lc4/3 de la longueur du limbe, et manifestement subcordes et plus larges a la base. Voyez 
pi. 365 G. 

c. Cochinchinensis. Fleurs glabres. Sepales longs de 3 mm. Petales longs de 6,7 mm. cordes mais a nervation 
glanduleuse s'etendant au dela du milieu. Voyezpl. 365 E. 

d. odorata (M. odorata. Griff, not. IV. 447; —Hook. f. I. c. 47; — Engler I. c. 240. Fleurs puberulentes. 
Receptacle discoide un peu moins eleve que dans les formes precedentes. Sepales longs de 2,8 mm, Petale comme 
en la forme C, et aussi les antheres. Voyez pi. 365 B (M. odorata). 

Section IV. — Microdiscus. Disque court et a peine lobe. Une seule etamine fertile, les autres reduites a de 
courts filets. 

22. M. caesia. Jack, in Roxb. Fl. hid. ed. Carey II. 444; — Hook. f. I. c. 19; — Engler I. c. 243 ; M. foetida Blume 

Bijdr. n. 4453; M. Kemanga Blume Mm. I. 202. Rameaux epais. Feuilles pressees au sommet des rameaux ter- 

minees par des squames longues de3cm. d'unroux-velu, oblongues-obovales, acuminees et a pointe obtuse, a peine 
coriaces epaisses, decurrentes et aigues en bas : a petiole long de 4 a 3,5 cm. et epais ; a limbe long de 42 a 10 cm., 
large de 5,5 a 10cm., munies de2i a 30 paires de petites coles assez elevees et unies par une nervation tertiaire 
peu prononcee. Grappes ramifiees pubescentes longues de 30 a 60cm. ; les ramifications secondaires longues de 42 a 
45cm., les tertiaires de 3,5 cm. a fleurs subcapitulees et sessiles. Sepales puberulents et cilies, carenes-oblongs, 
charnus, longs de 3 mm. sur 4 mm. Petales longs de 6 4/4 mm. sur 3/4 mm., lineaires, uninerves, aigus a peine 
plus longs que l'unique etamine fertile. Disque tres court, 4/2 a 1 mm. de longueur, conne dans toute sa longueur 
aux petales. Les quatre etamines steriles sont reduites a des filets ties courts, a peine long del mm. Style des flcur3 
femellcsflexueuxou inflechi, plus long que les petales. Drupe ellipso'ide, jaunatre et quelquefois a odeur fetide et a 
chair presque amere. 

Habite la presqu'ile malaise, Sumatra, Batjan, Borneo, Java, etc. 

Le facies de cette espece est celui du 31. superba, dont elle a a peu pres tous les caracteres ; et cependant, par ses 
4 etamines avortees, le long filet de son etamine fertile, son style tres longet son disque tres court, s'en eloigne 
beaucoup. 

Voyezpl. 364 representant deux formes, la premiere de Singapour fig. M. a feuilles plus grandes; la seconded N. 
habitant L'ile de Batjan, a feuilles plus petites et a petites cotes plus nombreuses. Cette derniere est le M. Kemanga 
de Blume. 

Section V. — Section ou genre nouveau Marchandora. Cotyledons reniformes attaches a une tigelle laterale, con- 
ferrumineset penetres par ledeuxieme tegument, ce dernier manquant chez le Mangifera. Absence decanaux secre- 
teurs autour de la moelle. 

23. M. camptosperma.^p.^of. Voyez pL 365 ' f. A. 



PI. 364. 




E.Delpy.del. 

A. 

B. 

C. 

D 

E 

F 

G 



MANGIFERA LAURINA.Blume. 
_SYLVATICA?Roxb. 

KHASIANA. 

MACRO CARPA.Blume. 

ALTISSIMA.Blanco. 

PENTANDRA.Hook.f. 

CALONEURA.Kurz. 



Ed.Oberlialith. 
H._MANGIFERA QUAD R1FIDA. Jack. 

I , OBLONGPFOLIA.Hook.f. 

J , ZEYLANICA.Hookf. 

K , GRIFFITHILHook.f. . 

L . . , MI CROPHYLLA. Griff. 

M CAESIA.Jack. 

N , KEMANGA.Blume. 



PI. 365. 




E.Delpy del. 



A.__MANGIFERA LONGIPES Griff 

B. _ ODORATA Griff 

C._ -. LAGENIFERA Griff 

D. SUPERBAHook.f. 



Ed.Oberlin.lith. 



E._MANGIFERA FGETIDA.Lour. Var.KawiraiBlume 

F r Var.Cochinchinensis 

G Var.Blumei 



ANACARDIACEES 



SWINTONIA PIERREI 

Bance in Trimen Journ. of hot. (1876), 257. 
Kmer : soni ky do. 

Habiteles provinces de Tran, de Kamput et de Samrongtong, au Cambodge. [Herb. Pieire n' 4460.] 

Feuillesoblongues oulineaires, oblongues attenuees et emarginees en haut, cuneiformes inegalement obtuses ou 
subaigues en bas, a peine coriaces, brillantes en dessus, papilleuses et glauques en dessous, a l.mbc deux et demie ou 
trois fois plus long que le petiole, munies de 14 a 21 paires de petites cotes fines mais assez elevees sur les deux faces 
de meme que la nervation tertiaire. Grappes ramifiees puberulentes plus longues que les feuilles, a fleurs presque 
sessiles a cinq et six parties. Sepales arrondis, cilies, puberulents au dehors. Petales elliptiques, oblongs, pubescents, 
deux fois plus longs a 1'etat fructifere. Ovaire pubescent dc meme que le disque ct la base des filets. Drupe ovoide ct 
un peu gibbeuse en bas et lateralement. 

Arbre de 30 a 40 metres. Bois de la nature de celui des Mangifera, a peine utilise par les Kmers. Feuilles pressees au som.net des jeunes rameaux, 
epais de 8 mm., a petiole long de 1.5,5 cm. et a limbe long de 7,5 a 1 ,5 cm. sur 2,5 a 4,5 cm. Grappes longues de 25 cm. et plus a rameaux 
lonos de 8 a 12 cm. Pedicelles longs de 1/3 de mm. Calice a lube cupuliforme plus court que les cinq ou six sepales imbnques, long de 1 1/4 mm. 
Petales lon-s de 2 3/4 a 3 1/4 mm. et de 6-7 mm. a 1'etat Iructilfere, connes par leur pedicule au disque, et imbnques. D IS que velu au sommet, 
subturbine. Etamiaes longues de 2 mm. environ, a filets epaissis a la base, subules en haut, alternes aux petales, et a antheres elliptiques et emar- 
ginees, longues de 1/3 de mm. Ovaire un peu excentrique, sessile dans la concavit6 da disque long de 1 3/4 mm. Style lateral et long de 
1/1 mm. Ovule insere lateralement et ascendant. Drupe a endocarpe ligneux bien moins epais que l'exocarpe cbarnu. Grame rempbssant toute la 
cavito et dressee, a tegument membraneux adherant a l'endocarpe. Radicule basilaire ascendante. Cotyledons elliptiques longs de 2,3 cm., plans- 
convexes, egaux ou un peu inegaux, entiers ou a deux a trois lobes. 

De bien lcgeres differences separent le Swintonia du Mangifera, et l'aspect de cette espece est tel que les Kmers 
l'appellent sodi, de meme que le Mangifera. Cependant ces differences, si petites qu'elles soient, distinguent bien ce 
genre, et parmi les principales il faut citcr le tube du calice, les petales persistants et accrescents. Tous les autres 
caracteres sont d'un Mangifera, d'un Mangifera de la section Euanthera. 



BOUEA BURMANICA 

Griff Plant. Cantor 14;- Engler. inA.D. C.Monog. Phancr. IV. W,-Ilook. f. Ft. Brit. Ind. II. 11 :- Mangifera oppositifolia Roxb. 
1. 640 ; - Bouea oppositifolia. Meisn. in Wal. Report. I. 556 ; - Miguel. Fl. Ind. Batav. I. 635 ; - B. Brandkiana Kurz in Journ. Soc. 
Asiat. Beng. 1871, p. 50. 

Annam : son ok chiung cha. 

Habite toutes les elevations montagneuses de la Basse-Chinchine, de la Birmanie, du Siam, de la peninsule malaise, 
et de la Malaisie. [Herb. Pierre n° 123 ; Coll. Bois n° 129.] 

Entierement glabre. Feuilles le plus souvent elliptiques-lanceolees, apointe obtuse, aigues a la base, cbartacees, 
munies de 14 a 19 paires de petites cotes caniculees sur les deux faces, de meme que la nervation tertiaire. Grappes 
courtes, ramifiees, axillaires et terminales, a pedicelles presque aussi longs que la fleur, a fleurs 4-5-mferes. Sepales 
articules deux fois plus petits que les petales carenes et suboblongs. Antheres elliptiques, cordes et mucrones. Style 
plus court que r ovaire, et glabre. Drupe ovoide un peu gibbeuse, jaune. 

Arbre de 15 a 20 metres. Jeunes rameaux tetragones. Bois gris, 16gerement brim-rose au coeur, de densi!6 moyenne. Les nodosites du tronc, 
quelquefois tres grosses, sont souvent employees pour divers usages, tels que potiches, base ou revetement de meubles. Ceboisa une certaine duree 
et est employe comme planches, madriers, poteaux. Les feuilles sont toujours opposees, rarement subverticellees. Le petiole est long de 1,3 a 
2,0 cm. Le limbe a 8 a 15 cm. de longueur sur 4 a 5,5 cm. de largeur. Les grappes sont longues de 3 a 4 cm., et leurs rameaux opposes, naissant 
pres de la base, ont environ 1 cm. de longueur. Les pedicelles sont de 1 et 1/4 de mm. Les sepales ont 3/4 mm. de largeur, et les petales 
sont longs de let 3/4 de mm. Les antheres, bien apiculees, sont longues de 3/4 mm. et un peu plus longues que leurs filets larges, aplatis et 
enfin subul6s. L'ovaire sessile a 1/2 mm. de long. 11 est ovoide un peu aplati sur un cote, et se termine par un style un peu plus court, pourvu 
de 3 petits lobes stigmatiques, le median un peu plus long que les lateraux. Le rudiment de gyn6cee des fleurs mfiles est tres petit, 2-3 fois plus 
court que les elamines, et ne depasse guere l'orifice du disque cupuliforme et jaunatre, bien qu'il soit souvent a peine distinct et reduit a un tres 
petit cone. La drupe estlonguede 2,5 a 2,8 cm. sur 1,8 cm. L'exocarpe est une chair jaune, a la fois apre et douce. L'endocarpe est exactement celui 
du M. cochmchinensis, avec de courtes fibres. II est tres mince, rempli de canaux secreteurs, vernisse en dedans. Je crois que le tegument manque. 

Kurz [FL Burm. L 306] distingue le B. oppositifolia Meisn du M. burmanica Griff. II est certain que la plante 
cultivee clans le Jardin botanique de Calcutta (en 4864;, a les grappes presque glabres, mais les sepales puberulents, 
que ses feuilles sont un peu plus etroites que celle de Cochinchine que nous venons de decrire , et la pointe plus etroite 
que dans cette derniere. Cependant Tinflorescence est la meme. Notre plante se rapporterait done zxxM. burmanica 
et non au M. oppositifolia Meisn, espece que n'acceptent point MM. Engler et Hook. f. Mais il est possible de distin- 
guer des variety, et je les caracterise ainsi : 

a. Kurzii [B. burmanica sensu Kurz]. Feuilles plus etroitement apiculees, munies dc 14 petites cotes. Sepales 
puberulents. 



b. Roxburghii [M. oppositifolia Roxb. sensu Kurz.]. Feuilles un peuplus larges, a pointe plus courte, plus large 
et plus obtuse. Sepales entierement glabres. 

c. Microphylla Engler [B. microphylla Griff. ; B. myrsinoides Bl. Mm. Lugd. I. 204; — Miq. FL Ind. bat. I. b. 
633. Feuilles plus petites, et a pointe plus etroite et plus courte. Habite Tile de PhuQuoc [Herb. Pierre ri 4560.] 

Dans la var. Roxburghii, quant a la plante de Cochinchine, le diametre du tronc, chez les arbres ages, ne depasse 
pas 30 cm. Le bois est gris pale a Tinterieur, et a peine plus fonce et legerement teinte de rose vers le centre. II produit 
beaucoup de nodosiles ou excroissances qui sont tres recherchees par les indigenes et sont, le plus souvent, exportees 
en Chine et au Japon. Dans le jeune bois, il n'y a pas trace de canaux secreteurs dans la moelle, tandis que le liber 
en contient, a chaque arc forme par le pericycle. On voit beaucoup de cellules sclereuses dans Tccorce. Comme dans 
toutes les Anacardiacees d'aiileurs, le cylindre central emet trois faisceaux pour la feuille, faisceaux sortant, alternati- 
vement, en des points bien distants, le median precedant les lateraux. A la base du petiole on compte une dizainc 
de faisceaux tres distants ou isoies, chacun pourvu d'un liber et d'un canal secreteur, sans pericycle sclereux. A la 
caracteristique, le pericycle dcvient sclereux et les faisceaux du bois forment une courbe presque rectiligne en 
haut, convexe en bas, devenant une figure allongee transversalement, n'offrant aucune interruption entre les fais- 
ceaux ligneux. La encore il n'y a pas de canaux secreteurs dans la moelle. Le limbe epais a un hypoderme aussi 
epais que Tepiderme, mais sclerifie. La partie palissadique du mesophylle superieur a presque toutes ses cellules 
converties en sclerites, scleritestraversant toutlemesophylle inferieur, ramifiees et aboutissantarhypodermeinfe- 
rieur. Les faisceaux des nervures continent egalement aux hypodermes, et contiennent un canal. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 

A. Hameau fruclifere du Swintonia Pierrei, et portion d'inflorescence. 
i. Fleurs. 

2. Calice hexamere. 
3-4. Petales en position el isoies. 

5. Disque, examines et gynecee. 

6. Antheres. 

7. Ovaire dechir6 montrant l'ovule en position. 

8-9. Fruit entier et dechire montrant la graine en position. 

10. Embryon. 

11. Fruit en coupe transversale. 

B. Rameaux florifere et fructifere du Bouea burmanica, var. Roxburghii. 

1. Fleurs adultes. 

2. Calice. 

3. P6tales en position et isoies. 

4. Androcee et gynecee de fleurs hermaphrodite et male. 

5. Antheres. 

6. Loge ovarienne ouverte, avec l'ovule en position. 

7-8. Fruit entier et dechire montrant 1'embryon en position. II n'y a pas de tegument. 
9. Embryon isole. 
10. Coupe transversale du fruit. 




E.Delpy. del. 



Ed.Oberlinlith. 



A._SWINTONIA PIERRE1. HANCE. 
B._BOUEA BURMANICA. Griff 



ANACARDIACfcES 



MELANORRHEA LACCIFERA PIERRE 



In Bullet. Soc. Linn. Paris, n. 68. Dec. 1885. 
Kmer : dom Kru61 ; Annam : cay son ou suong tien. 

Habite tout le Cambodge et les provinces de Saigon et de Bienhoa en Basse-Cochinchine. [Herb. Pierre n 05 915 
et 1653,4654^4230/] 

Feuilles obovees arrondies ou attenuees arrondies, aigues a la base et decurrentes sur lepetiole tres court et aplati, 
entierement glabres, coriaces, munies de!8 a24paires de petites cotes, de meme que la nervation tertiaire, plus 
elevees en dessous qu'en dessus. Grappes plus courtes ou plus longues que les feuilles, nuesalabase, a ramifications 
assez distantes, papilleuses ou puberulentes. Pedicelles plus longs que la fleur. Calice glabre. Petales entierement 
veins en dehors. Etamines au nombre de trente. Pedicule de l'ovaire pubescent. Ovaire glabre. Drupe spherique 
plus longue que son pedicule. 

Arbre de 1 5 a 20 metres. Rameaux epais de 6-8 mm., glabres, mais a jeunes bourgeons velus. P6tiole large de 3 a 6 mm., un peu bombe dessous en 
aplati en dessus et plusou moins aile ou nu. Limbe long de 12 a 20 cm., large au-dessus du milieu de 7,5 a 10 cm., obconique. Grappes longues de 
14 a 20cm.,nuesala base] dans une longueur de 3 a 10 cm. Elles sont axillaires et terminales, et leurs ramifications sont longues de 4 a 8 cm. Les 
pedicelles sont longs de 4 a 5 mm. et velus. Le calice conique ou ovale-lanceole, nerve, est long de 4-5 mm. et tombe d'une seule piece. Les petales 
enroul6s, oblongs, lanc6oles etaigus larges del 1/2 mm. sont longs avant l'anthese de 7-12 mm. II sont un peu 6paissis a la base, en dedans, et la 
pubescents. Les etamines sont au nombre de 30 ordinairement et forment 4 series sur un disque cylindrique long d'un 1,5 mm. Les filets sont longs 
de 2 a 3 /4 mm. et les antheres, dehiscentes bien avant l'anthese, ont 1 /2 a 3/4 de long. Le disque se prolonge au-dessus de l'insertion des etamines ou 
en pedicule long de 1 mm. portant un ovaire ovale oblique long de 3 /4 mm. que termine un style excentrique long de 1 mm. 1/4. L'ovule insere late- 
ralement a la base dela cavile est ascendant, avec un micropyle situ§ au coin interieur et superieur de sa courbure. Le fruit est porte par un pedi- 
cule, long de 1 ,5 cm., et les petales persistants, longs de 9 a 12 mm., forment une couronne a la base dece dernier. Son diametre, de 3 a 4,2 cm., est 
superieur a sa longueur qui n'a que 2,6 a 3 cm. Le pericarpe, un peu fibreux, a une epaisseur d'un peu plus de 2 mm. II est pourvu d'une zone de 
cellules sclereuses contre l'endocarpe assez mince, subspongieux, brillant en dedans. Je n'ai pas vu de tegument. L'embryon est forme de deux gros 
cotyledons dresses, unis en haut et late>alement a une courte tigelle. 

Cet arbre a un sue un peu jaune qui ne tarde pas a se solidifier a l'air et a devenir sec et noiratre. Ce sue rougeatre, que 
les Kmers appellent mairac, est assez abondant et est un vernis d'une tres grande beaute servant a laquer tous les objets 
de pierre et de bois, etc. II est recueilli dans des noeuds de bambou tattles en biseau et enfonces dans l'ecorce et le liber 
apres un battage qui a pour but de faciliter son ecoulement. Ce sue reste liquide pendant dix a quinze jours. Pour 
le conserver tel. sans quoi il deviendrait resineux, on le tient dans des vases dontle plein est fait avec de l'oleoresine, 
produit de Dipterocarprees et principalement des especes D. alatus et D. inlricatus. En cet etat, le vase etant lute, 
le mairac peut servir pendant longtemps, au dela de deux annees. Les huiles de coco, dericin, ont la propriete de 
le durcir. Voila pourquoi ces memes huiles servent a delaquer les objets recouverts de mairac. Ainsi les statues de 
pierre ou deboisqui ont ete laquees avant de recevoir un revetement ou d'or ou d'argent, sontfacilementdelaquees 
par ces huiles. 

Le Melanorrhea laccifera a une croissance rapide, et deja apres deux ans de plantation des incisions peuvent y etre 
faites sans inconvenient. (Test done un arbre a recommander dans les cultures forestieres. Ilmerite encore la culture 
pour son bois dontle coeur, chez un arbre age d'une centaine d'annees, a un diametre de plus de 30 cm., d'un rouge 
intense. A cet age, l'aubier rougeatre a 9 cm. de diametre. L'aubier donne de bonnes planches, des manches d'outils, 
et le coeur est un bois d'ebenisterie de grande valeur commerciale. Ce bois est assez lourd et se conserve bien. En 
Birmanie, d'apres Kurz, on emploie celui du M. usitata Wall pour traverses de chemin de fer, manches d'outils, et 
autrefois il scrvait d'ancre et de refouloir a canon. Un Coccus vit aussi sur cet arbre, et sa gomme laque est estimee, 
d'apres les Kmers. 

La feuille estpourvue d'unhypoderme presque aussi large que 1 epiderme, etle m6sopylle superieur comprend deux et trois ranges de palissades 
formantune bande un peu plus large que le m6sophylleinferieur. Les faisceaux des nervures alteignent l'un et l'aulre epiderme. Le contenu des 
canaux est jaune orange\ Le nombre de ces canaux est considerable en dedans du pe>icyele. lis manquent au pourtour de la moelle. Du cylindre cen- 
tral, ainsi que cela a lieu dans la famille, trois faisceaux bien distants s'echappent pour la feuille. La meristele qui en est formee est oblongue transs 
versale, et sa gaine est formee dune multitude d'arcs fibreux p6n6trant plus ou moins le liber dans lequel on trouve aulant de canaux secreleur- 
correspondants. 

Loureiro [Fl. coch. (1790)337] semble avoir decrit pour son Augia sinensis ou cay son, a la fois le Rhus succe- 
danea L. qui habite le Tonkin et la Chine, et quelque espece de Melanorrhea. Cela n'est pas le M. laccifera puisqu'il 
parle deiOO etamines pour la fleur, et quant au fruit et aux feuilles e'est bien d'un Rhus qu'il s'agit. 



MELANORRHEA USITATA wall 

PL Bar, 1 . 9. 1. 11. 12 ; — J. Hooker fl. Brit. Lid. 11. 25 ; — Knrz. FL Burm. 318 ; — Engler Monog. Phantrog. 237. 

Habite la Birmanie, lapeninsule malaisienne, de Siam jusqu'au Mekong. [Massien. 57.] 

Jeunes rameaux, feuilles et inflorescence velus. Feuilles oblongues obovees attenuees et obluses au sommet, decur- 
rentessurle petiole et aigues enbas, quelque peu chartacees, munies de 28 a 30 paires de petites cotes elevees de 
meme que la nervation tertiaire. Panicules egalant les feuilles ou de nieme longueur qu'elles, a pedicelles aussi longs 
que lesfleurs. Galice velu ovale lanceole. Petales aunombrede 5 a 7 velus sur les deux faces, mais beaucoup moins 
en dedans. Etamines au nombre de 30 a 35. Pedicule de Tovaire velu. Drupe subglobuleuse un peu deprimee, a 
pedicule 4 fois plus court que les petales. 

Arbre de 20 metres environ. Rameaux epais de 6-8 mm. Petiole long de 1 a 3 cm. Limbe long de 20 a 30 cm., large de 7 a 8 cm. au-dessus da 
milieu. Grappes longues de 20 a 30 cm., nue a la base dans sa longueur de 4 a 7 cm., a ramifications longues de 7 a 8 cm. Pedicelles longs de 8 a 
10 mm. Calice long de 9 mm. Petales longs de 8,5 mm. et a Fetat fructifere long de plus de 6 cm. Filets longs de 4,5 mm. Antheres cmarginees, 
elliptiques, longues de 3/4 mm. Receptacle hemispherique long de 1,5 mm. Pedicule long de 2 mm. Ovaire glabre long de 1 mm. surmonte d'un 
style long de 1 ,5 mm. Fruit long de 1 ,6 sur 3 cm. porte par un pedicule long de 1 ,6 cm. 

C'est la plante qui fournit dans la Birmanie et le Siam, la plus grande quantite de mairac. D'apres le docteur 
Massie, elle ne serait pas utilisee sur les bords du Mekong pour son sue. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA BLANCHE 367 



A. Rameaux florifere et fructifere du Melanorrhea laccifera. 
1. Fleur avecle calice. 

2-3. Petales en position et isoles. 

4-5. Etamines en position ; anthere et pollen. 

6. Disqueet gynScee. Une loge ovarienne ouverte. 
7-8. Coupes du fruit etde l'embryon. 

9. Embryon. 

B. Rameaux florifere et fructifere du M. usitata Wall. 
1. Calice. 

2-3. Petales en position et isoles. 

4. Androcee et gynecee. 

5. Anthere et pollen. 

6. Receptacle et ovaire. Ce dernier, ouvert, montrant la direction de 



P1.367 




E.Delpy 



Ed.Oberlinlith. 



A._MELANORRHEA LACCIFERA 
B USITATA. Wall 



ANACARDIACEES 



GLUTA COARCTATA 



Hook f. FL Brit. lnd. II. 22 ; - Engler inD. C. Monog. Pharnerog. IV. 227. 
Annam : xung. 

Habite le long des cours d'eau quelque peu sales dans toute la Basse-Cochinchine, le Siam et la presqu'ile de 
Malacca. [Herb. Pierre n. 4662.] 

Jeunesrameaux et inflorescence gris pubescents. Feuilles oblongues lanceolees a pointe subobtuse, decurrentes 
jusqu'a la base d'un large petiole, et la aigues, chartacees, munies de 20 a 26 paires de petites cotes de meme que 
la nervation tertiaire reticulee, eleveessur les deux faces, surtout en dessous. Grappes ramifiees plus courtes que 
les feuilles a pedicelles plus courts que le calice ondule, dente. Petales connes au receptacle dans toute sa longueur 
et oblongs, emargines, multinerves. Etamines au nombre de cinq a six plus courtes que les petales, plus longues que 
le style. Ovaire verruqueux, plus court quele style. Fruit .globuleux releve a la base de cordons nerviformes tres 
eleves etattenuesau sommet. 

Arbre de 2 a 4 metres, immerge pendant le flot, a jeunes pousses purpurines et comestibles. Ecorce d'un gris rongealre propre a la tannerie. Bois 
gris rougeatre devenant noiratre apres immersion, et propres a divers ouvrages, planches, madriers, caisses d'emballage, etc. Petiole nul on a 
peine long de 5 mm. Limbe long de 7 a 30 cm., large de 2 a 10 cm. Grappes longues de 8 a 10 cm. , nues a la base, ramifiees au sommet. Pedicelles 
longs de 3,5 mm. Bract6e concave, charnue, obov6e, pubescente de meme que le pedicelle et les bracteoles. Calice spalliace, fendu sur un cote, 
obscurement lobule, velu en dehors, long de 3,5 mm. Petales d'abord roses, puis blancs, longs de 7-8 mm. sur 2 3/4 mm. Etamines hypogynes a 
filets longs de 3,5 mm. et a anthere cordee, obtuse, longue de 1 mm. Receptacle long de 2 mm. Ovaire glabre gibbeux, long de 1 3/4 mm. Style 
long de 2 1/5 mm. Ovule insure lafceralement vers la base, ascendant avec le micropyle interieur et superieur. Fruit long de 5 a 7,5 cm. sur 5,5 cm. 
a7cm.,apericarperugueux, subexcave a la base, a exocarpe subferrugineux, a endocarpe subfongueux, epais de 4-6 mm. Tegument coriace, 
rougeatre, mince, un peu adherent al'endocarpe. Cotyledons sinueux epais et un peu adherents, relies a une tigelle courte et laterale. 



GLUTA CAMBODIANA 

Feuilles oblongues-obovees-lanceolecs et a pointe obtuse, decurrentes jusqu'a la base ou pres de la base et la 
aigues, chartacees ou a peine coriaces, brillantes en dessus, munies de42 a 1S paires de petites cotes assez fines mais 
assez elevees de meme que la nervation tertiaire sur les deux faces. Grappes ramifiees des la base et a fleurs en 
corymbe moitie plus courtes que les feuilles, puberulentes ou pubescentes. Calice bilobe, a lobes obscurement dentes, 
puberulent en dehors. Petales sessiles oblongs, arrondis, echancres a la base, inseres tout au sommet du receptacle 
discoide. Etamines aussi longues que les petales. Ovaire pubescent a style lateral aussi long ou plus long que les 
etamines. Fruit inconnu. 

Petit arbre. Rameaux les plus jeunes, epais de 5 mm., pube>ulents. Feuilles pressees au sommet des rameaux a petiole long de 9-15 mm. un peu 
concaves en haut, a limbe long de 9 a 21 cm. sur 3 a 7,5 cm. de large. Grappes longues de 3,5 a 1 2 cm. Pedicelles longs de 3,5 mm. Calice long de 
5,5 mm., a lobes longs de 1,5 mm., de meme que le tube nerve en dedans. Petales au nombre de 4a 5, longs de 10 mm. sur 1,5 mm. trinerves, 
charnus, puberulents en dehors. Etamines au nombre de 4 a 5, a filets glabres, subules, longs de 6 mm. Antheres cordees, arrondies au sommet, 
longues de 1 1/5 mm. Ovaire longde 2 mm. et a style oblique long de 5 mm. Ovule insere lateralement tout pres de la base, ascendant, avec le 
micropyle interieur. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 368 



A. Rameaux tlorifere et fructifere du Gluta coarctata (Griff.) Hiok. f. 

1. Boutonet fleur adulte. 

2. Calice etale. 

3. Petales en position et isoles de meme que l'androcee. 

4. Anthere et pollen. 

5. Gynecee. 

6. Loge ovarienne ouverte. 

7. Fruit entier, en coupe longitudinale ettransversale. 

8. Embryon et cotyledons isol6s. 

B. Rameaux florifere et fructifere du G. Cambodiana. 

1. Fleur. 

2. Calice. 

3-4. Petales en position et isoles. 

4. Androcee et gyn6cee. 

5. Anthere et pollen. 

6. Gynophore discoide et ovaire. 

7. Loge ovarienne ouverte montrant l'insertion de l'ovule. 




E.Delpy del. 



EdOberlinlith. 



A._ GLUTA CO ARC TATA. Hook. 

B CAM BO DIANA 



CHATEAUROUX 
TYPOGRAPHIE ET STEREOTYPY A. MAJESTE ET L. BOUCHARDEAU. 



FLORE FORESTIERE 



DE LA 



COCHINCHINE 



L. PIERRE 

DIRECTEUR DU JARDIN BOTANIQUE DE SAIGON 

OUVRAGE PUBLIE 

50US LES AUSPICES DU MINISTERE DES COLONIES 



VINGT-QUATRIEME FASCICULE 



ler SEPTEMBRE 1898 



PARIS 

OCTAVE DOIN, EDITEUR 

8, PLACE DE L'ODEON, 8 



ANACARDIACtES 



SEMECARPUS THORELII 



Habile le Cambodse et la Basse Cochinchine. Herb. Pierre, n. 6034. 

?e le obovees 3 obtuses ou emarginees Cuneiforms et aigfies, puberu.eates sur la c6 e - dessus t 
nubescentcs en dessous, coriaces, munies (le douze a seize paires de pelites c6tes elevces surtout en dessous. 
P n c es deux fois plus longues que les feuilles, d'un roux tomenteux, a ramifications tres ungues *~*m* 
rannfiees et a fleurs sessiles Sepales ovales obtus et cilies, pubescents aux dehors. Petales ovales laneeoles. 
Rudiment de gynecee roux tomenteux. 

Petit erbredeJ. 10 me.res de hauleur. Jeunes rameaux roux tomenteux. Petiole long de l,6a2,te m . Limbe long de 12. 3 a 21 5 cm. targe 
de' 9 cm L 6S Lta cotes ne son. jamais moins de douze et vers le milieu du limbe dis.an.es de . ,5 cm., ascendan.es e. confluen.es tout p 
d la ma ge. Les euil.es son, ver.es en dessous, e. vernissees ; opaques en dessous et d'un gris brun pale Les pamcules des fleurs males on. 
q re de im. environ e. les premieres ramifications son. longues de 30 cm. Les fleurs formen. des glomeru.es cap.tubformes £tato d. mm. 

Les brac.ees obluses ciliees, sont a peine plus courtes que les sepales. Cenx-ci soul urns en un tube presque auss long qu e x et sont 
leir men pub e n dehors. Les ..ales son. longs de 2 1/4 mm. Les ..amines out des filets longs de 3 mm. enherement glabres. L 
"Zta^son, longues de 3/4 mm. Le disque interieur aux e.amines es. forme de 3 .obes arrond.s e. g.abres, plus eleves que le 
«; c »;iinrla r p* flpiirQ fpmelles et le fruit sont inconnus. . 

' L mbre d s f ^ s eo.es, la teiu.e brun choco.a. de la face inferieure des feuilles, les noils roux tomenteux de son m ores 
cence ne permeUent pas de confondre ce.te plante avec le S. cochinchineusis. Engl, qui a d'adlenrs des feuflles plus pefites et non 
emarginees. Son bois est tout a fait insignifiant. 



SEMECARPUS CAUDATA 

Annam : xiiing. 

Babite les bords du fleuve Dongnai vers la frontiere de Binh Thuan. Herb. Pierre, n. 1679. 

Jeunes pousses puberulentes. Feuilles oblongues, obovees, longuement acuminces, retrecies graduellement a 
paitir du quart superieur et finissant en lame arrondie ou subcordee sur un tres court et tres epais petiole, 
coriaces presque entierement glabres, d 7 une teinte brune uniforme sur les deux faces, pourvues de vingt-six 
paires de petites cotes et de meme que la nervation tertiaire reticulee, un peu plus elevees en dessous qu'en 
dessus. Grappes au moins deux fois plus courtes que les feuilles, a longues ramifications naissant tout pres 
de la base. Fruit ovoidc tres oblique, enveloppe dans son tiers inferieur par le tube accru du calice. 

Arbre de 6 a 8 melres. Jeunes rameaux epais de 3 a \ mm., deux fois plus petits que les adultes. Petiole long de 8 mm., epais de 
7 a 9 m Limbe Ion- de 18 cm. a 7 decim. et larges de 8 a 16 cm. vers le quart superieur. Grappes fructiferes longues de 18 cm. 
environ landis que les ramifications inferieures out de 12 a 15 cm. Fruit entierement sessile, long de 2 cm. sur 1,6 cm. et entoure 
par un hvpocarpe eleve de 7 mm. ; bypocarpe Ires charnu et longiludinalement stiie au dehors, a bords ondules ou lobes. Le 
pe.icarpe esl epais d'un mm., Texocarpe est strie, brillant, le m^socarpe lacuneux, resineux et l'endocarpe mince et crustace. La 
graine obliquement pendue a un tegument membraneux ou coriace, des cotyledons 6gaux, plan convexes, longs 14 mm. La plantule 
marginale, ovoide, a un et demi mm. de longueur. 



apres les indigenes n est pas 



I'ecorce et des fruits on recueillerait une resine noiratre, donnant un 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 369 



A. Rameau florifere du Semecarpus Thorelii. 

1. Bouton. 

2. Calice pr^sente sur les deux faces. 

3. Fleur grossie et petales isol6s. 

4-5. Androcee, ^tamines isolees, pollen et disque. 

6. Rudiment de gynecee et disque. 

7. Coupe du disque. 

B. Rameau fructifere du Semecarpus caudata. 

1. Fruits. 

2. Un fruit dechire monlrant la graine en positic 

3. Graines isolees. 

4. Une graine dont le tegument est dechire\ 

5. Embryons entiers et isol^s. 

7. Coupes longitudinale et transversale du fruit. 



P1.369. 




E.Delpy.del 



Ed.OberlinJith. 



A._ SEME CARPUS THORELII. 

B._ . CAUDATA . 



ANACARDIACEES 



BUCHANIANA PALLIDA 

Kmer : lang chiay (lantk ktiay). 



Habile les petites montagnes de la province de Chaudoc. Herb. Pierre, n. 1675. 

Feuilles oblanceolees, arrondies ou emarginees en haut, decurrentes sur ie petiole jusque pres de sa base et 
aigues, assez epaisses et coriaces, pales et puberulentes en dessous, munies de neuf a quatorze paires de petites 
cotes aplaties reliees par une nervation legerement proeminente. Grappes plus longues que les feuilles et pubes- 
centes. Fleurs pedicellees penlameres. Sepales lanceoles, obtus plus longs que Ie tube et pres de quatre fois plus 
courts que les petales. Disque cupulaire muni de dix sillons, alternant avec autant de lobes arrondis, peu glan- 
duleux. Le carpelle fertile seul pubescent, plus gros mais plus court que les steriles. 

Pelit arbre de 5 a 10 metres. Jeunes rameaux epais de 2 mm., pubescents. Feuilles tres pressees au sommet des rameaux Petiole large de 
5 mm. Limbe long de 3 a 7 cm. et large de 1,2 a 2,2 cm., vernisse et brim en dessus. Grappes longues de 8 a 10 cm. Pedicules longs de 2 mm. 
a bractee lanceolee. Sepales longs de 1 mm. concaves subaiglis, puberulenls dorsalement. Petales longs de pres de 4 mm. att6nu6s, arrondis, 
nerves el oblongs. Etamines au nombre de dix, inseres a la base exierieure du disque et plus courtes que les petales, a filets longs de 2 3/4 mm. 
et aanthere elliptique oblongue, emargin6e, longue de demi mm. Disque long de 3/4 de mm. Les quatre carpelles steriles sont lineaires 
oblongs, presque glabres et un quart plus longs que le fertile. Celui-ci ovale, a style tres court et subhispide. Le jeune fruit est ovale et pubescent. 

Cetle espece parait voisine du B. siamensis. Miq. Elle s'en distingue par la face pale et un peu glauque de ses feuilles, par le nombre des 
petites cotes, par les pedicules beaucoup plus longs. 



BUCHANIANA LATIFOLIA 

Roxb. Fl. ind. II. 385 ; — Bedd. Fl. sylv. t. 165 : Brandis. For. Fl. 127 ; — Hooker f. Flor. Brit. Ind. II. 23 ; — Kurz. For. Dunn. Fl. 1.307. 

Tres commun dans toutes les parties de rindo-Chine, dans l'empire Birman et dans l'lnde. Herb. Pierre, 
n. 4254. 

Rameaux, feuilles en dessous et inflorescence plus ou moins roux tomenteux. Feuilles oblongues et ellipti- 
ques oblongues, arrondies aux deux bouts et subaigues a la base, portees par un petiole large, presque aplati, 
epaisses, coriaces, un peu brillantes en dessus, munies de 10 a 18 paires de petites cotes tres eievees en dessous 
et unies par une nervation transversale tres robuste. Grappes plus courtes que les feuilles, terminates et axil- 
laires, a ramifications courtes excepte a la base, a fleurs sessiles. Sepales ovales lanceoles et obtus, subhispides 
en dehors. Petales au nombre de 5 a 6, oblongs, obtus, nerves, plus de deux fois plus longs que les sepales. 
Etamines plus courtes que les petales. Disque sublobe. Carpettes subegaux, tous velus. Drupe ovoide, pubescente 
a style oblique. 

Arbre de 10 a 20 metres. Rameaux les plus jeunes, epais de pres d'un cm. Petioles longs de 2 a 2,5 cm. large de 6 a 8 mm. plus ou moins velu 
de meme que la cote. Limbe long de 12,5 a 26 cm. large de 8 a 10 cm. Grappes lougues de 2 dcm. les ramifications inferieures longues de 7 a 
8 cm. etles superieures tres courtes. Sepales longs de 1,5 mm. Petales souvent au nombre de six, longs de 3,5 mm. sur 1,5 mm. charnus et 
glabres. Etamines souvent au nombre de douze, longues de 2,5 mm.; antheres elliptiques, longues de 3/4 mm. Disque long de 3/4 mm. charnu. 
Carpelles longs de 1,5 mm. plus longs que les styles. On en compte de cinq a sept, dont un seul est fertile. Drupe longue de 1,4 cm. Exocarpe 
pubescent epais de 3/4 mm. Endocarpe ligneux, epais de 2,5 mm. Tegument membraneux. Cotyledons subreniformes et subegaux. 

Les indigenes disent ce bois sans utilite. 11 est gris, veine de noir, I6ger et mou. Cependant dans l'lnde, son ecorce servirait a tanner. 
On en extrairait une gomme, et son fruit un peu acide serait recherche par les indigenes des provinces centrales ; les cotyledons auraient le 
gout de la pistache et serait l'objet d'un commerce suivi. « Brandis ». Le bois serait d'apres Roxburgh utilise et Brandis dit, qu'on en fait 
des boltes, des porles, des tables, etc. 

LeB. glabra Wall, espece voisine, mais bien distincte du B latifolia, se rencontre a peu pres dans les memes localites que cetle derniere. 
Elle n'atteint pas plus de 10 a 12 metres de hauteur. Ses grappes et ses feuilles sont plus petites et ses fleurs distinctement pedicellees sont 
glabres. Ses carpelles steriles sont lineaires oblongs bien differents du fertile qui est ovoide. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 370. 

. Rameau florifere du Buchaniana pallida. 

1. Fleurs adultes. 

2. Sepales. 

3. Petales. 

4-5. Androcee, antbere et pollen. 

6. Disque et gynecee. 

7. Carpelle fertile dechire" montrant l'ovule en position. 
8-9. Jeunes fruits dont un ouvert. 

. Rameau florifere et fructifere du Buchaniana latifolia Roxb. 

1. Fleurs. 

2. Sepales. 

3-4. P6tales en position et isol6s. 

5-6. Androcee, anthere et pollen. 

7-8. Carpelles entoures du disque ou sans disque, le fertile ouvert montrant l'ovule en position. 

9-10. Fruit entier et ouvert. L'embryon en position est a demi entoure par le tegument. 



PI. 370. 




E.Delpy. del. 



Ed.Oberlin.lith. 



A ._ BUCHANIANA PALLIDA. 

B LATIFOLIA.Roxb. 



ANACARDIACEES 



BUCHANIANA RETICULATA 

Eiance. Journ. of Botany (1877) 332; — Engler. A. D. G. Monog Phaner. IV. 184. 



Habite les provinces de Chaudoc, de Iran, de Kamput et Samrong Tung. Herb. Pierre, n. 914; — Harmand 
n. 352, et aussi toute la vallee du Dougnai jusqu'a Uaria. Herb. Pierre, n. 4671. 

Jeunes rameaux, la cote et la face inferieure des feuilles et l'inflorescence roux pubescents. Feuilles a petiole 
robuste, oblongues, subobovees, arrondies ou emarginees ea haut, legerement attenuees et alors obtuses ou 
cuneiformes, a la base, epaisses et tres coriaces, legerement brillantes en dessus, munies de 12 a 20 paires de 
petites cotes elevees sur les deux faces, ainsi que la nervation tertiaire fortement reticulee surtout en dessus. 
Grappes solitaires ou fascicules axillaires ou naissant sur les nodosites, a ramifications assez courtes, plus tongues 
ou plus courtes que les feuilles, a fleurs du B. lati folia, mais plus petites et courtement pedicellees. Sepales ovales 
attenues, obtus, cilies pubescents au dehors, plus courts que les petales. Anthere elliptique oblongue basifixe 
et a peine cordee. Disque glabre, glanduleux a peine lobe. Carpelles 5, souvent au nombre de 4, velus, au 
moins a Fextreme base, chez les steriles. Drupe obovoide pubescente, a style excentrique. 

Petit arbre de 4 a 8 metres. Rameaux 6pais de 4 mm. Petiole long de 5 mm. a 2,5 cm. aplati en dessus, puberulent. Limbe longde 5,5 a 11,5 cm. 
et large de 2 a 5,3 cm. Grappes tongues de 7 a 13 cm. a ramifications generalement courtes. Pedicelles presque nuls ou longs de 1 mm. Sepales 
longs de 1 mm. plus longs que le tube. Petales longs de 2 a 3 mm. sessiles attenues arrondis, nerves, 2 a 3 fois plus longs que les sepales. 
Elamines, largesde 1 a 1 1/2 mm. plus courtes que les petales, au nombre de 10, inseres a la base du disque, a anthere oblongue obtuse aux deux 
bouts plus longue que les filets. Disque long d'un demi mm. sillonne, glanduleux et a peine lobule. Carpelles Ires velus ou subhispides, quelquefois 
reduits a quatre, dont 4 ou 3 steriles, lineaires oblongs, glabres en haut. L'ovule est ascendant insere tout pres de la base avec le raphe dorsal et le 
micropyle interieur. La drupe longue de 7 mm. et large de 11 a 12 mm. a un endocarpe crustace noir, 3 fois plus epais que l'endocarpe charnu. 
L'unique tegument est mince, brim cbocolat. La radicule est laterale ascendante et les cotyledons tres epais et plan connexes sont en 
direction transversale. 

Je remarque que dans les echantillons de la prefecture de Baria, provenant d'arbres rabougris et croissant 
dans le voisinage de la mer, les fleurs sont un peu plus grandes et les carpelles au nombre de 4 a 5, tous les 
autres caracteres etant semblables a ceux des echantillons de la Basse- Cochinchine et du Cambodge. Cette espece 
a de si grands rapports avec le B. lati folia et surtout avec le B. angustifolia Boxb qu'on peut se demander si on 
ne pourrait pas les reunir. Scs feuilles sont exactement celles du B. angustifolia d'apres les echantillons de 
Thwaites, n° 471. Cependant ses grappes moins ramifiees, ses petales moins oblongs, son fruit velu le distinguent 
suffisamment du B. angustifolia. 

Le bois est generalement peu apprecie des indigenes qui ne Femploient que dans de rares occasions a defaut 
de tout autre. II est gris blanc, susceptible d'avoir des nervures noiratres et de peu de duree. Les amandes de 
son fruit sont comestibles d'apres les Kmers. 



BUCHANIANA FLORIDA 

Scbauer in Nov. act. Acad. Caes. Leop. Carol. XIX, Supplem. 1(1844)481 fide Engler ; — Engler. Monog. Phanerog. IV, 188; 
Annam: xang tao ; Mois-Kmers: Sai koue ho. 

Habite la vallee du Mekong sur Tune et Fautre rive et toute FIndo-Chine, FInde, la Malaisie, les Philippines. 

Jeunes rameaux pubescents ou enlierement glabres. Feuilles oblongues lanceolees ou abovees, a pointe arrondie 
ou obtuse, cuneiformes, coriaces, munies de 15 a 28 petites cotes elevees sur les deux faces de meme que la 
nervation tertiaire. Grappes glabrescentes, ramifiees, plus longues ou plus courtes que les feuilles. Sepales glabres 
cilies. Etamines aussi longues ou plus courtes que les petales. Antheres plus ou moins cordees plus courtes que 
les filets. Carpelles velus ou puberulents. Drupes ovales a style subexcentrique. 

Beaucoup de formes caracterisent cette espece, qu'il faudra probablement reconnaitre comme especes legitimes 
quand elles seront mieux connues. Parmi celles habitant FIndo-Chine nous ne decrirons que les trois suivantes: 

Var. lucida Engler, I. c. ; — Buchaniana lucida BL Mus. I. 783; Feuilles oblanceolees, courtement acuminees 
ou arrondies, a pointe large et obtuse plus ou moins vernissees, munies de 14 a 22 petites cotes, longues de 
8 a 18 cm. larges de 4,5 cm. a 5 cm. et portees par un petiole subaile, aplati, long de 2 a 3 cm. Grappes longues 
de 9 a 14 cm. entierement glabres, a fleurs glabres, a pedicelles longs de 2 mm. Sepales arrondis au nombre 
de 4 a 5, long de 4,5 mm. Petales oblongs attenues et arrondis en haut, longs de 3 mm. sur 2 mm. au nombre 
de 4 a 5. Etamines papilleuses de meme longueur que les petales a antheres hastees plus courtes que les filets 
elargis en bas abruptement sabules en haut. Disque tres glanduleux. Carpelles steriles lineaires oblongs, pube- 
rulents, au nombre de 3 a 4 le fertile ovale lanceole tomenteux. Drupe longue de 7 mm. a style a peine excentrique. 

Nota. La planle de Borneo de Mottley a les feuilles plus petites et plus souvent arrondies. Celle de Beccari, 
n°2./81 scrapprochedavantage de laplante de Cochinchine et son fruit mesurant 10,5 mm. sur 7, 5 mm. est plus gros. 

Assez commune dans File de Phu Quoc et a Kamput. 

Voyez pi. 371. B. Herb. Pierre, n. 1.674. 

Var. Attopenensis. Feuilles oblongues lanceolees amincies, a partir du milieu, aigues a la base et longuement 



petiolees, a poinie obtuse et assez large, brillantes, munies de 28 paires de petites cotes, de meme que la 
nervation tertiaire, elevees sur les deux faces, longues de 8 a 23 cent, et larges de 3 a 4 cent. Grappes 
entierement glabres beaucoup plus courtes que les feuilles longues de k a 7 cm. pourvues de rameaux longs de 
1 a 3 cm. et de pedicelles longs de 4,5 mm. Flours a parties tres variables. Sepales cilies, arrondis au nombre 
de 4 a 6. Petales environ 4 fois plus longs que les sepales ayant 4 m. sur 4,") mm. 4 oblongs, arrondis, un peu 
charnus et variant de 4 a 7. Etamines au nombre de 8 a 40 un peu plus courtes que les petales et a filets plus 
longs que les antheres courtement hastees. Disque tres glanduleux, denticule au sommet. Carpelles au nombre 
de 5 a 7, les steriles glabres et lineaires, le fertile ovale Ianceole, pubescent. Fruit inconnu. 

Cette variete se rapproche de la suivantc par les feuilles mais a Pinflorescence glabre et beaucoup plus courte. 
Elle habite la rive gauche du Mekong dans la region (TAttopeu. Harmand, n. 1.210 ; Herb. Pierre, n. 4.682. 

Voyez pi. 372 B. 

Var. Dongnaiensis. Jeunes rameaux roux pubescents, tres epaissis. Feuilles a petiole long de 4,5 a 2,5 cm. 
moins aplati que dans la variete precedents a limbe oblong ou lineaire oblong, Ianceole et a poinie obtuse et 
large; tres aigu a la base, a bords ondules; tres coriace, a peine vernisse en dessus, muni de 9 a 20 paires de 
petites cotes plus accentuees en dessous qu'en dessus, reliees par une nervation tertiaire elevee. Grappes pubescentes 
tres rapprochees au sommet des rameaux longues de plus de 22 cm. alors que les feuilles n'ont que 8 a 49,5 cm. sur 
3 a G cm. Leurs ramifications ascendantes sont longues de 2 a 10 cm. Les pedicelles ont 4,5 a 2 m. de longueur. 
Les sepales cilies sont presque orbiculaires et arrondis et toujours au nombre de 5. Les petales longs de 3,5 a 4 mm. 
sont presque elliptiques arrondis, charnus, glanduleux et toujours au nombre de cinq. Les etamines au nombre de dix 
a filets lanceoles plus longs que les antheres, celles-ci un peu hastees, sont de meme longueur que les petales. Le 
disque porte dix cotes tres profondes et est tres glanduleux. Les carpelles au nombre de 5, sont legerement pubescents. 
La drupe ovoTde a un style presque centrique. 

Je ne connais pas les fruits murs de cette variete. Elle semblc voisine de celle nommee Arborescens (B. arbor escens 
Bl.) par M. Engler. (Test un arbrc de 20 a 25 metres, assez commun en Basse-Cochinchine. Ses feuilles sont 
souvent obovees et toujours munies d'une pointe large et obtuse. Les Moi's mangenl Tamande de ce fruit. lis 
n'utilisent jamais son bois tres putrescible. 

Voyez planche 372. A. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 374. 

L Rameaux florifere et fructifere du Buchanania reticulata Hance. 

1. Fleurs. 

2. S6pales. 

3-4. Petales en position et isoles. 

5. Androcee et gynecee. 

6. Anthere. 

7. Disque et gyn6c6e. 

8-9. Carpelle fertile entier el ouvert. 

10-11. Fruit entier et ouvert montrant la graine en position. 

11-12. Graine en position priv6e de son tegument membraneux. La meme isolee avec ou saus tegument. 
13. Fruit en coupe verticale et transversale. 
3. Rameaux florifere et fructifere du Buchaniana florida var. lucida. Engler. 

1. Boutons et fleurs 4 et 5 meres. 

2. S6pales. 

3. Pelales. 

4. Androcee et gynecee. 

5. Anthere et pollen. 

6. Disque et carpelles. 

7. Coupe du carpelle fertile. 

8-9. Jeune fruit entier et ouvert avec jeune graine. 



EXPLICATION DE LA PLANCHE 372. 



. Rameaux florifere et fructifere du Buchaniana florida. Schauer. var dong> 

1. Fleurs. 

2. Sepales. 

3-4. Petales en position et isoles. 
5-6. Androcee, anthere et pollen. 

7. Disque et gynec6e. 

8. Carpelles. 

9. Jeunes fruits et jeune graine. 
. Rameau florifere du Bachanania florida var. Attopenensis 

1. Bouton et fleur adulte. 

2 Sepales. 

3-4. P6tales en position et isoles. 

5-6. Androcee, anthere et pollen. 

7. Disque et gynec,6e. 

8-9. Carpelles entiers, en coupe transversale el longitudinale. 



pi. 371 : 




E. Delpy.de 



Ed.Oberlin.lith. 



A._BUCHANIANA RETICULATA. FIANCE. 

B._ , FLORIDA. SCHAUER. 

VAR.LUCIDA.ENGLER. 




WsF 






r A 




E.Delpy.del. 



Ed.Oberlin.lith. 



BUCHANIANA FLORIDA SCHAUER. 

A VAR. DONGNAIENSIS. 

B VAR . ATTO PEVENSIS . 



ANACARDIACEES 



RHUS SUCCEDANEA 

Engler Anacard... 399 ; — Hook. f. Fl. bid. II. 



Uabite le Cambodge au sommet des montagnes Knang Repoeu et Krewanh et tout le nord de I'Annam, particulie- 
rement le Tonkin. Elle s'etend depuis Tlnde jusqu'au Japon. 

Feuilles plus ou moins pressees au sommet de rameaux le plus souvent glabres, assez longuement petiolees et tou- 
jours plus longues que l'inflorescence. Folioles opposees ou subopposees, assez longuement petiolulees ovales ou 
oblongues lanceolees, plus ou moins longuement acuminees, obliques a la base, aigiies aux deux bouts, glabres ou 
pubescentes, glauques ou pales en dessus: munies de 40 a 20 paires de peiites edtes souvent peu ascendantes. 
Grappes paniculees le plus souvent glabres. Pedieelles de meme longueur ou plus longs que les fleurs. Sepales 
toujours obtus, souvent creneles, rarement papilleux. Petales au moins deux fois plus longs que le calice, ellipti- 
ques, pourvues de 3 a 4 paires de nerveures quelquefois obscures. Etamines plus courtcs ou de meme longueur que 
les petales, vers la base. Disque cupuliforme, crene souvent adne aux filets et aux petales, vers la base. Ovaire dresse 
termine par un style couronne par 2 a 4 lobes tres courts et peu distincts. Drupe excentrique le plus souvent un peu 
plus longue que large variant de 5 a 10 mm. de longueur sur 4,5 a 9,5 mm. de largeur. 

Beaucoup de varietes de cette espece sont decrifes dans linde et au Japon. Celles de lTndo-Chine sont les sui- 
vantes : 

Var. japonica. Engler. Feuilles le plus souvent assez glauques, munies dedl a 13 folioles ovales oblongues, plus 
ou moins longuement acuminees munies de 45 a 20 (et plus) petites coles, glabres et assez coriaces. Panicules glabres 
plus courtes de moitie que les feuilles. Petales 2 a 3 fois plus longs que le calice. Drupes longues de 8 a 10 mm. 
sur 7,5 a 9,5 mm. de largeur. 

Des formes intermediates peuvent etre rattachees a celte variete. Telles sont les suivantes : 

\. Dumoutieri. — Folioles le plus souvent au nombre del! ; longuement petiolulees, a pointe tresaccusee, 
brunes au-dessus et a peine glauques, munies de seize paires de petites cdtes. Panicules longues de 24 cm. tres rami- 
fiees, entierement glabres. FJeurs tres petites. Petales (2 mm.) deux fois plus longs que le calice, reflechis, un peu 
papilleux vers le milieu. Drupe longue de 7,5 mm. tres comprimee. C'est la plante cultivee au Tonkin, pour 
Texploitation du vernis, et que les Annamites appellent son cxactement corame le Melanorrhea laccifera. Coll. 
Dumouticr ; 

2. Albopunctata. — Feuilles de 20 cm. environ a folioles petites, nettement ponctuees sur la face superieure, au 
nombre de 11 a 13, petiolulees oblongues ou ovales oblongues, longuement acuminees pourvues de 20 paires de 
petites cotes, longues de 4-7,5 cm. et larges de 1,8-2,5 cm. Panicules moitie plus courtes que les feuilles. Drupes 
petites peu comprimees, longues de 5-6 mm. sur 5-5/2 mm ; 

3. Cambodiana. — Feuilles de la precedente quant aux dimensions, mais pubescentes dans le jeune age, de meme 
que le rameau. Folioles au nombre de 11 a 13 de meme forme que la precedente mais d'une teinte uniforme sur 
les deux faces. Panicules a peine plus courtes que les feuilles, longues de 10 cm. Drupe comprimee longue de 7 a 
8 mm. sur 5-7 mm. 

«Tai remarque pendant cette etude un certain nombre d'echantillons conserves au Museum de Paris, offrant un 
ensemble de caracteres assez bien tranches. lis proviennentde Nankin [Leclancher, n. 4844 ; du Son Kiang (Jfon- 
tigny, n. 158) du Kian si (I' abbe David]. (Test une variete servant de lien entre le R. succedanea Linn, et le R. syl- 
veslris Sieb et Zucc. et differant bien de cette derniere espece et dela variete discolor Hassk de la precedente. 

Varb. fraxinifolia. Rameaux feuilles et inflorescence plus ou moins pubescentes. Folioles 45-49 presque sessiles, 
ovales ou lineaires, oblongues, longuement acuminees, tres aigiies conclores, verdatres, longues de a 7 4/2 cent, 
sur 9 mm. a 2 cm., munies de 40 a 11 paires de petites c6tes. Grappes longues de 10 cm. Drupe presque ovoide 
longue de 5 mm. sur 2,5 mm. non comprimee ou a peine comprimee. 

Je n'ai aucune vue sur ce que pent elre le Rhus javanicum Lour. Fl. coch p. 183. 11 dit les pelales campanulas, les antheres sessiles, et il dem- 
une bale presque ronde. Les antheres sessiles peuvent s'expliquer par ce fait que, chez le R. succedana, (ech. Hance n. 802 de Hong Kong), il 
arrive que les etamines sont dedoublees et en meme temps sessiles. Quant a YAugia sinensis Lour ainsi que nous l'avons dit, e'est probablement en 
partie un Rhus. L'echanlillon Hance n. 802 dont nous venons de parler ne differe pas de R. succedana var. japonica, neanmoins outre le dedou- 
blement des etamines, il est curieux de constater que les sepales y sont reconverts de papilles en dedans. 

Non seulement, plusieurs variety de cette espece au Japon, en Chine, mais d'autres especes telles que les R. sylvestris, Sieb. et Zucc et R. 
vernici fera DC, sont cultivees pour l'extraction du sue ou vernis du Japon. Les formes cultivees au Tonkin meritent done d'etre etudiees avec plus 
de soin que je n'ai pu le faire, car les maleriaux qui m'ont servi etaient assez incomplets. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 373. 



L . Rameau fructifere du Rhus succedanea Linn. var. albopunctata. 
1. Fruit pr6sente de face et laleralement. 
1-2. Le meme d6chir6 montrant la graine en position et isolee. 

4. Graine dechir^e. 

5. Embryon isol6 et entoure de l'endocarpe et des teguments. 
7. Coupe trausversale du fruit. 



B. Rameau fructifere et florifere du Rhus succedanea Linn. var. japonica Engler. 

C. Rameaux fructifere et florifere du Rhus succedanea Linn. var. Dumoutieri. 
1-3. Fleurs jeune et adulte. 

2. Sepales. 

4. Petales. 

5. Androeee el anthere. 

6. Ovaire avec ou sans disque. 

7. Le meme dechir6 monlrant l'ovule. 

8-12. Fruit enlier, dechire et en coupe transversale. 
10. Endocarpe entier et ouvert avec jeune graine. 
D. Rameau fructifere du Rhus succedanea L. var. cambodiana. 

1. Fruit enlier, dechire monlrant l'endocarpe et le meme en coupe transversale. 

2. Endocarpe entier et dechire montrant la jeune graine en position et isolee. 




E.Delpy del. 



Ed.Oterlin.lith, 



RHUS SUCCEDANEA.L. 
A . _VAR . ALBOPUNCTATA 

B JAPONICA 

C DUM0UP1EPI 

D CAMB0D1ANA 



ANACARDIACEES 



DRACONTOMELUM MANGIFERUM 

Bl. Mm. I. 231 fig. 42 ; — Miq. Ft. hid. Bat. I. 639 ; - Hook. f. Fl. hid. or. II. 43 ; — Engler Anacard. 252 ; — Poupartia mangifera Blume ; 
— P. pinnata Blanco. Ft. Filipp. 393 ; .— Pomum Draconum Rumph. Amb. I. 157, t. 58. 



Habite la province de Kampiit et le Cambodge occidental pres de Chantabung. Herb. Pierre, n. 6j42, et se 
rencontre dans toute la Malaisie. 

Jeunes rameaux roux pubescents. Feuilles imparipennees, aiternes, coriaces, presque entierement glabres. Fo- 
Holes au nombre de 7 a M elliptiques ou elliptiques oblongues, un peu inegales a la base et la arrondies, acumi- 
nees a pointe obtuse ou subaigue, munies de 9 a 13 paires de petites c6tes elevees au-dessous et quelquefois glan- 
duleuses, velues a leurbase. Panicules plus courtes que les feuilles pubescentes ou puberulentes de meme que les 
fleurs. Sepales de la longueur du pedicule, plus courts que les petales et puberulents en dehors. Petales presque 
entierement glabres, subaigiis, a pointe reflechie, un peu plus longs que les etamines et les styles. Ovaire a la 
base, ainsi que les styles velus. Drupe un peu deprimee et subpentagone, un peu plus large que longue. 

La variete suivante existe en Cochinchinc. 

Var. puberula Engler. D.puberulum Miq. Ft. Ind. bat. supplem. I. 544. Rameaux, petioles petiolules, cotes et 
nervures secondaires plus ou moins puberulents. Folioles au nombre de 7 a 13 assez ondulees, un peu plus 
etroites que dans le type, assez brillantes au-dessus, munies de 41 a 14 paires de petites cotes glanduleuses et 
pubescentes a la base ou sans glandes. 

Arbre de 25 a 35 metres. Jeunes rameaux epais de 5-10 mm. Feuilles longues de 2,5 a 4, 8 cm. Petiolule long de 2-3 mm. Folioles inferieures 
longues de 4,5 cm. sur 3 cm. ovales acumin^es; supe>ieures longues de 15 cm. sur 5 cm. Grappes longues de 30 cm. Les ramules ont de 5 a 8 cm. 
Les pedicules articules ont de 2,5 a 3,5 mm. Les sepales sont longs de 5 mm. Les petales ont 8 mm. sur 1 3/4 mm. Les etamines ont 5,5 mm. de 
longueur. L'ovaire a 1 m. de longueur et les styles 5 mm. Le fruit a, dit-on, 3 cm. de diam. Celui de la variete puberula n'est pas connu. Les 
indigenes disent qu'il est comestible. 

DRACONTOMELUM DUPERREANUM 

Annam : cay gia trang ; Mo'i : G'da. - 

Habite la province de Bien boa. Herb.^Pierre, n. 1684. Collect. Bois, n. 53. 

Jeunes rameaux epais puberulenls. Feuilles tres rapprochees, a petiole commun long et grele, a peine anguleux, 
puberulent de meme que les petiolules etla cote sur les deux faces. Folioles au nombre de 23 opposees ou aiternes, 
assez longuement petiolulees, oblongues, lanceolees, longuement acuminees et aigues, obliques et arrondies a la base, 
membraneuses, vertes sur les deux faces, munies de 8 a 11 paires de petites cotes tres fines, glanduleuses et velues 
a leur base et d'une nervation tertiaire areolae distincte sur les deux faces. Grappes jeunes, plus courtes que les 
feuilles, puberulentes. Bractees et bracteoles oblongues lanceolees et ciliees. Sepales cilies et obtus. Petales gla- 
bres, a peine plus longs que les etamines dans le boulon. Disque regulier, enlier. 

Arbre de 35 a 40 metres. Jeunes rameaux epais de 1 cm. Feuilles longues de plus de cinqdecim. Petiole commun long de 43 cm. epais a la base 
de 3,5 mm. et au sommet de un mm. environ. Petiolule long de 5 mm. Foliole long de 5,6 cm. sur 2,4 cm. chez les paires inferieures et chez les 
superieures de 10 a 14 cm. sur 3-4,5 cm. Elle est terminer par une pointe longue de 1 a 1,5 cm. tres aigue. 

Malgr6 la connaissance imparfaite de celte espece dont les fleurs adultes et le fruit manquent, il est ais6 de la distinguer du D. sylvestre dont elle 
differe par un plus grand nombre de folioles, par les dimensions plus etroites de ces dernieres, par leurs paires distantes de 2,5 cm. tandis qu'elles 
sont de 5 cm. chez le D. sylvestre. Les folioles du D. sylvestre ont plus de 16 cm. sur 4,5cm. et la cote endessous, surlout vers la base, meme al'etat 
adulte, est hispide, caractere des echanlillons de Blume que je ne vois pas mentionne paries auteurs et que je retrouve chez les ecbanlillons de Kurz 
provenanl des montagnes de Salak ; prfcs de Buitenzorg. C'est aussi ce que nous avons vu chez l'echantillon Mottleij, n. 350 de Borneo rapporte a tort 
au D. mangifcrum. Chez ce dernier echantillon, les sepales ont 4 1/4 mm. sur 2 mm ; les petales ont 5,5 mm. et papilleux a leur extr^mite recour- 
bee. Les etamines sont, de meme l'ovaire un peu plus courtes que les petales. Ces caracteres sont bien du D. sylvestre. 

Le tronc du D. Duperreanum a un diamelre de un metre 50 cm. chez les arbres Ag6s, si bien que les Mo'is y taillent des roues d'une seule piece. 
Son bois est blanc et d'un travail assez difficile. On en fait pourtant des planches et des madriers. Le fruit que je n'ai pas vu est comestible d'apres 
des Mo'is et le nom gia da veut dire figue pierreuse, allusion au noyau Ires dur qu'entoure un pericarde charnu et relativementpeu 6pais. 

11 y a autour de la moelle et dans les arcs de la gatne contre le liber une rangee de canaux secreteurs a contenu jaunatre. Comme toute Trixyl6e, 
comme toute Anacardiactie, il y a trois groupes de faisceaux libe>o-ligneux, assez distants, emis par le cylindre central et destines a la formation de 
la feuille. Les deux late>aux forment la courbe supe"rieure de la meristele tandis que la courbe inferieure, beaucoup plus developpee, est produite par 
le median. C'est le procede ordinaire des families Trixylees, quand les deux lateraux ne demeurent pas isoles comme chez les Rhanmac6es, dans 
toute la longueur du petiole. N6cessairement on constate dans la moelle et dansle liber, au dedans des arcs de la gaine, un certain nombre de canaux 
secreteurs, ce qui fait que le cylindre du petiole est la repetition du cylindre central exactement comme un rameau est une reduction du tronc 
principal. Generalement la figure de la m6ristele differe tres peu quand les especes sont voisines, mais il y a neanmoins quelque petite difference 
denoncxirit l'espece pourvu que la comparison concerne la meme region. Ainsi les especes Dracontomelum mangiferum et Duperreanum sont beau- 
coup plus voisines parce que leur courbe superieure est a peine concave chez la premiere et rectiligne chez la seconde. Chez le D. sylvestre la 
courbe superieure est encore plus concave que chez le D. mangiferum. Cependant si chez ces trois especes la meristele est plus large que longue, 
chezle D. costatum, deja particuliere par sa nervation tertiaire transversale tres serree, elle est aussi longue que large et encore plus obcordee que 
chez les especes precitees. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 37^ 

A. Rameau florifere du D. mangiferum Bl. 

1. Fleursjeune et adulte. 

2. Scales. 

3-4. Petales en position etlibres. 
5-6. Etamines en position et libres. 
7. Disque et ovaire. 

8-9. Le meme en coupe longitudinale et transversale. 
10-11. Jeune fruit entier et en coupe longitudinale. 

B. Rameaux du Dracontomelum Duperreanum. 

1. Jeune inflorescence (a)et bouton (b). 

2. Bractee. 

3-4. Sepales en position et libres. 
5-6. Pelales en position et libres. 

7. Androcee. 

8. Etamines et pollen. 

9. Disque et jeune ovaire. 




E.Delpy de 



Ed.Oberlmlith. 



A JRACONTOMELUM MANGIFERUM. BE. 

B -. DUPERREANUM 



ANACARDIACtES 



CALESIUM GRANDE 



Klze Revis Gen (1891)1 151 • — Engler. Pflanzeafam. HI. 153; — Adans. fam. tl. 446; — Rheede. Hort. Malab. 
Haberlia grandis Deunst ; - Odina Wodier Roxb. Fl. Ind. II. 293; - Hook. fr. PI. Brit. Ind. II. 29; - Kurz. Barm. 
Fl. sylv. t. 123. 



Habite toute rindo-Chine et l'lnde. Herb. Pierre, n. 4234. 

Jeunes rameaux et jeunes feuilles de meme que l'inflorescence plus ou moins recouverts d'un tomentum 
roux. Feuilles pressees au sommet des rameaux paraissant apres les fleurs ou en meme temps. Folioles 
opposees, au nombre de 3 a 43, mais le plus souvent au nombre de 7 a 9, presque sessiles, ovales oblongues, 
longuement acuminees et a pointe obtuse, arrondies et un peu obliques a la base, tout a fait glabres a 
l'etat adulte, coriaces, munies de 9 paires de petites cotes peu prononcees. Grappes simples ou ramifiees 
solitaires ou fasciculees, portant des fleurs assez petiles, pediculees chez les femelles et presque sessiles chez 
les males. Bractee lanceolee, glabrescente. Sepales elliptiques arrondis et glabres. Petales elliptiques, oboves 
et glabres. Etamines inegales plus longues que l'ovaire chez les fleurs males, plus courtes chez les femelles. 
Antheres elliptiques, cordees. Ovaire termine par 4 styles subegaux. Fruit un peu excentrique a noyau gibbeux 
en dedans. Graine curvee a radicule assez longue et plus courte que les cotyledons. 

Arbrede 10 a 20 metres. Ecorce sillonnSe, assez epaisse et rouge, utilisee en teinture. Bois coriace, d'un travail assez difficile, rouge ou 
rougeatre, utilise dans le charronage, l'ameublement, pour manches d'outils et diverses applications n'enlralnant pas l'exposition aux 
intemperies. Jeunes rameaux epais de 8 a 10 mm. Les feuilles u'apparaissent qu'avec les premieres pluies en avril. Elles sont longues 
de20a40 cm. Les folioles sont longues de 9 a H cm. sur 4 a 5,5 cm. Les grappes ont de 10 a 20 cm. de longueur. Les pedicelles des 
fleurs femelles sont longs de 1 1/4 mm. Les sepales ont 1,5 mm. sur 1 mm. et les petales 2 1/4 mm. sur 3/4 mm. Le disque quinquelobe 
est toujours glabre. L'ovule a un funicule ties curve plus long que l'ovule lui-meme. Les fruits bien que tres bien conformes sont souvent, 
de meme que dans les Rhus, prives de graines, du moins bien developpees. Les graines fertiles, sont par Fintrusion laterale de l'endocarpe, 
reniformes. Les cotyledons sont assez huileux. 

Get arbre se multiplie par bouture avec une grande facilile. Malgre Futility de son bois, les indigenes considered cette essence comme 
peu utile. Les arbres, dans les defrichements, sont abattus tandis que, generalement ceux d'espece de grande valeur, sont respectes, 
quand ils ne sont pas trop nombreux pour gener la culture. 



SPONDIAS? LAKONENSIS 

Habite la vallee du Mekong, vers Lakoon. Herb. Pierre, n. 1825 . Coll. Harmand, sans numero. 

Feuilles sans stipute?, imparipennees, a petiole commun, grele et long. Folioles courtement petiolulees opposees 
ou alternes, plus ou moins pubescentes sur les deux faces, au moins dans le jeune age, de meme que les 
rameaux et rinflorescence. Au nombre de 15 a 25, elles sont oblongues, un peu inegales, subaigues ou obtuses 
a la base, assez longuement acuminees et pourvues d'un court mucron. Minces, tres coriaces, un peu plus 
pales en dessous, elles sont pourvues de 8 a 9 paires de petites cotes peu elevees, ciliees de meme que la 
cote et se rejoignant tout pres de la marge apres une courbe tres accentuee. Les grappes ramifiees plus 
courtes que les feuilles, sont termiuees par des cymes de fleurs assez denses, dont les pedicelles greles, 
articules, sont un peu plus courts que la fleur. Le calice subcupuliforme, velu, se termine par 4 a 5 petits 
lobes valvaires. Le< petals valvaires oblongs, naviculaires a pointe recourbee glabres, sont 4 fois plus longs 
que le calice. Les etamines au nombre de 8 a 10 sont un peu plus courtes que les petales. Les filets subules 
en haut sont plus long que les antheres introrses, oblongues, obtuses et atlachees vers leur base dorsale. Le 
disque cupuliforme est termine par 10 crenelures et par autant de cotes saillantes en dehors. L'ovaire forme 
de 5, le plus souvent de 4 corpelles concrescents, est surmonte d'autant de styles un peu plus longs que lui- 
meme, adherents par leurs stigmates reniformes. Un seul ovule, a raphe dorsal est pendu dans chaque loge. 
Le fruit est inconnu. 

Cette description, un peu longue, a pour but de marquer la facies de cette plante qui, par l'espect, par sa nervation secondaire non 
relive en une nervure marginale comme chez les Spondias, par son calice beaucoup moins fendu, ou a peine lobe, entierement 
valvaire, ne sont pas dans la maniere du genre ou nous l'avons plac6e. La connaissance du fruit et celle de la graine diront si elle 
appartient a une forme generique ind6pendante. Tous les autres caracteres de la fleur etla presence de canaux s6creteurs au pourtour de 
la moelle et dans les arcs de la gaine, contre le liber, indiquent certainement un Spondias. Neanmoins les caracteres tir6s de la fleur 6tant 
souvent insuffisants dans cette famille pour preciser le genre, nous proposons de comprendre cette plante dans une section Allospondias, 
qui sera peut-etre un genre distinct, afin de la distinguer des autres especes de Spondias. 

Nous n'avons aucun autre renseignement sur cette plante. Ses rameaux epais de 2 mm. sont plus greles que ceux des Spondias. Ses 
feuilles sont longues de 30 a 35 cm. Le petiole commun a 2 mm. de diametre a la base et a peine 1 mm. au sommet et sa longueur 
est d'environ 30 cm. Les folioles inferieures, les plus petites, out 2 cm. sur 1 cm. et les superieures ont de 3 a 4 cm. de longueur 
sur 1 a 1,4 cm. de largeur. Les grappes ont de 2 a 14 cm. de longueur et leurs rameaux ramifies au sommet ont de 1 a 4 cm. Les 
pedicelles sont long de 3 mm. Le calice est long d'un demi mm. Les 6tamines sont longues de 2 a 2,5 mm. Le disque a 1/4 de mm. et les 
carpelles ont 1 1/2 mm. de longueur. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 375 

\. Rameau florifere du Calcsium grande 0. Ktze. 

1. Fleurs jeune et adultc des deux sexes. 

2. S6pales. 

3-4. Pelales en position et isoles. 

5-6. Fleur male, etamines isolees et pollen. 

7. Disque et ovaire de la fleur male. 

8. Androcee disque et ovaire de la fleur femelle. 

9. Ovaire en coupe longitudinale ou bien loge ovarienne ouverte montrant l'ovule en position. 

10. Jeune fruit. 

11. Le meme ouvert. 

12. Jeune graine et embryon. 

B. Rameau florifere du Spondias? lakonensis. 

1. Bouton et fleur adulte. 

2. Calice. 

3-4. Petales en position et isoles d'un bouton. 

5. Androcee jeune. 

6. Anthere et pollen. 

7. Ovaire jeune (a) sans le disque et avec une partie du disque (b). 

8. Ovaire decbir6 montrant trois ovules en position. 

9. Coupe longitudinale d'une fleur. 




E.Delpy, del 



Ed.Oberlin,lith. 



A. CALESIUM GRANDE. O.KTZE. 

B._SPONDIAS?LAKONENSIS. 



CONNAVACEES 



AGELAEA CAMBODIANA 



Habite les provinces de Tran, Bantung-Meas, Kamput et Tile Phu-Quoc. Herb. Pierre, n. 1391. 

Rameaux et folioles, en dessous, pubescents ou puberulents. Folioles assez longuement petiolulees, elliptiques 
oblongues ou ovales lanceolees, a pointe large et obtuse, attenuees ou arrondies a la base, le plus souvent 2 fois 
plus longues que le petiole commun. Grappes axiilaires tomenteuses ou hispides courtement ramifiees, longues 
de2 a 3 cm. Bractees plus longues que les pedicelles. Sepales oblongs, obtus, hispides en dehors. Petales oboves 
2 fois plus longs que les etamines oppositisepales. Carpelles entierement tomenteux termines par un style tres 
court. Fruit inconnu. 

Liane assez puissante. Jeunes rameaux pub6rulents noiralres, epais de 3 mm. Feuilles alternes sans stipules, longues de 20 a 40 cm. 
Petioles longs de 5 a 9,5 cm. puberulents. Folioles au nombre de trois, les inferieures opposees, longues de 8 a 18 cm. sur 4 a 8 cm. de largeur, 
portees par un petiolule de 5 a 6 mm. Foliole terminale toujoursplus grande, longue de 18 a 22 cm. sur 4 a 10,5 cm. Les petites cotes au 
nombre de 5 a 6 paires sont opposees a la base. Les grappes sont longues de 1,5 a 3 cm., solitaires ou ramifiees. Les pedicelles sont longs de 
1 m. environ. Les sepales a peine imbriques sont longs de 2 m. Les petales sont longs de 2,5 mm. et legerement concaves. Les etamines alternes 
aux petales, les plus longues, ont 1 m. 1/2. Les anlheres obcord6es obtuses, sont longues de moins d'un demi mm. Les cinq carpelles sont egaux 
et de la longueur des etamines opposees aux petales ; ils sont longs de 3/4 de mm. lis sont subovo'ides, presque hispides et 6 fois plus longs que le 
style. Les deux ovules inserts tout pres de la base et atropes, sont d'egale longueur. 

Cette espece a presque les caracteres del' Agelcea Walllchii Hook. f. habitant la peninsule malaise. Son etat pubescent, la base de ses feuilles 
arrondie ou attenuee, un peu inegale, leur petiolule assez long et la dimension du limbe suffisent pour Ten s6parer. Sa meristele plus large que 
longue el formee de faisceaux disjoints, est ouverle et entouree d'une galnc fibreuse, excessivement mince, gaine d'ailleurs ouverle en haut. Dans 
la meme region petiolulaire, l'ecorce contient 2 a 4 rangees de cellules secretrices. Dans le limbe, ces cellules secretrices sont rares et ne se voient 
que dans l'6piderme ou entre celui-ci et la premiere rangee de palissades, palissades dont les deux rangees subsclerifiees sont deux fois plus petites 
que le mesophylle inferieur. Dans le bois, les cellules secretrices colorizes en rose par le carmin sont, quoique nombreuses, en moindre quantite que 
dans l'ecorce. Les trois faisceaux destines a la feuille, quitteat le cylindre central en des points bien distants et pour ne plus y revenir, disons que 
nous avons constate ce fait chez tous les genres de Connaracees, ce qui prouve bien que les vues des auteurs sont exactes quand ils rapprochent 
cette famille des Rutac6es, des Menisperman6s et des Legumineuses qui sont aussi des Trixylees. 



AGELAEA DENSIFLORA 

Habite Tune et l'autre rive du Mekong. Herb. Pierre, 6543 ; Harmand,n. 290. 

Jeunes rameaux gris puberulents. Folioles assez longuement petiolulees, ovales, elliptiques ou oblongues 
lanceolees terminees par une pointe obtuse, inegales et obtuses a la base, epaisses, chartacees, glabres, opaques, 
muuies de 4 a 5 paires de petites cotes accentuees en dessous et tres ascendantes. Grappes fasciculees, cour- 
tement ramifiees, a fleurs sessiles au sommet d'un pedoncule long d'un mm. 1/2 et la articule et muni de 
bractees. Sepales lanceoles, obtus, tres velus en dehors, pubescents en dedans. Petales lineaires oblongs 
reflechis, a la base, en dedans et vers le milieu en dehors, pubescents ou glabres. Etamines en deux series 
inegales, la plus longue 3 fois plus courte que les petales, a filets pubescents vers la base. Carpelles velus 
un peu plus courts ou moitie plus courts que les styles greles et glabres vers le haut. Fruit inconnu. 

Rameaux epais d'un mm. 1/2. Petiole long de 4,5 a 0,5 cm. Petiolule long de 5 mm. Folioles au nombre de trois subegales, les inferieures 
opposees, longues de 10 a 12 cm. et larges de 4,5 a 5,5 cm. ; la terminale longue de 12 a 15,5 cm. sur 4,8 et 6,5 cm. Grappes axiilaires naissant 
le plus souvent sur le vieux bois, longues de 1 a 1,8 cm. Pedicelles presque nuls ou longs de plus d'un mm. quand l'articulation ne porte que des 
bractees. Sepales longs de 1 3/4 mm. cilies ou tres velus au sommet. Petales longs de plus de 4 mm., tres aigiis, de meme que les sepales plus ou 
moins glauduleux. Etamines les plus longues, opposees aux sepales, longues de 1 mm. La serie alterne, souvent courte de moins d'un mm. Carpelles 
longs d'un demi mm. Styles longs de un mm. et plus. 

Par ses feuilles glabres et ses styles (iliformes, est bien distincte de l'A. cambodiana. Par son inflorescence courte, l'etat opaque et glabre de 
ses feuilles, le nombre dix de ses etamines, se distingue aussi de l'A. vestita Hook. f. Sa meristele est un peu plus allongee transversalement que 
dans l'espece precedente et la galne qui l'entoure incompletement est sensiblement plus epaisse. Son limbe est aussi un tiers moins epais. Comme 
chez l'A. cambodiana, l'hypoderme manque. 



CNESTIS RAMIFLORA 

Griff. Not. 1.432 ; 433 ; 434. t. 008 f . 2 ; — Hook. F. Fl. Brit. Ind. II, 54 ; — C, platantha V. Griff. 1. c. ; Kurz Brit. Burm. I, 328 

Habite toute Tlndochine Herb. Pierre, n. 3358. 

Jeunes rameaux, petiole commun, face inferieure des folioles et inflorescence gris pubescents ou tomenteux. 
Folioles le plus souvent de 41 paires, oblongues ou lineaires oblongues, cordees a la base oblique et presque 
sessiles, arrondies au sommet ou obtuses attenuees, membraneuses, plus ou moins glabres, sauf la cote, en 
dessus, munies de 6 a 8 paires de petites cotes confluentes assez loin du bord et peu elevees. Grappes ramifiees 
naissant le plus souvent sur les nodosites du vieux bois. Sepales plus longs ou plus courts d'un quart que les 
petales, velus sur les 2 faces, lineaires oblongs et aigus. Petales attenues et reflechis au sommet, glabres. 
Etamines a peu pres de meme longueur plus courtes que les styles ou aussi longues. Follicules velus ou hispides 
sur les 2 faces, attenues a la base, lanceoles ou rostres, oblongs. Graine suboblongue arillee a la base pediculee, 
a cotyledons elliptiques bien plus longs que la tigelle supere, entoures d'un albumen plus ou moins epais. 



Liane tres elev6e a facies de Glycine. Rameaux, les plus jeunes epais de 3,4 mm. Feuilles longues de 2,5 cm. Petiole long de 4,5 cm. Petiohilc 
Ires court. Folioles longs de 2,4 — 7,3 cm. sur 1,5 — 2,4 cm. Grappes longues de 4 cm. Pedicelles longs de 2 a 3,5 mm. Sepales longs de 
3 1/4 mm. Pelales longs de 4 mm. Etamines longues de 1 1/5 mm. Carpelles longs de 1 1/4 — 2 mm. Follicules longs de 4,5 a 5 cm. Graine 
longue de 1,2 cm. en comprenant son p6dicule arille. 

Cetle plante est tres r^pandue dans l'Annam, le Cambodge, le Siam, la Birmauie, et s'elend en Malaisie, aux Philippines. Avec quelques 
variations dans la longueur des styles, des sCpales, par rapport aux pelales, et bien que ayant quelquefois des folioles subacuminSs quoique obtus, 
on ne saurait meme la distinguer en varieles. Le bois de sa mCristele, quoique largement ouvert en haut en demi lune, est pourtant entoure par 
une gaine convexe en bas, aplatie en haut et tres Cpaisse. Son limbe est pourvu d'un hypoderme ; ses palissades sont presque aussi longues que le 
mesophyle inf6rieur. Les cellules secrelrices sont petiles et peu fr^quentes, excepts dans l'hypoderme. 



menispermacEes 



TELOTIA NODIFLORA 

Pierre Soc. Linn. Par. (1888) 754. 



Habite le Siam pres de Maong Pran, a la cote orientale de la peninsule malaise et la province de Kamput, 
pres de Cam Chay. Herb. Pierre, n. 3799. 

Rameaux puberulents. Feuilles longuemeat petiolees, a petiole epaissi, curve au sommet et puberulent de meme 
que la cote en dessous, oblongues lanceolees, le plus souvent aigues, arrondies a la base, a peine coriaces, brillantes 
en dessus, munies de 8 a 10 petites cotes de chaque cote, unies loin de la marge, tres fines et distinctes sur les 
2 faces. Fleurs males tres petites, globuleuses, a pedoncules greles et longs, fascicules sur les nodosites axillaires 
souvent privees de feuilles. Sepales herbaces, inegaux, lanceoles, pubescents, plus courts que ccux de la deuxieme 
serie et valvaires. Ceux de la deuxieme serie beaucoup plus larges et dissemblables comme ceux de la premiere, 
Tun ovale acumine et obtus, les 2 autres concaves a bords inflechis plus ou moins cocbleiformes. Pelales 1 a 2 
petits, plus larges que longs, concaves, bien plus courts que les 3 a 4 etamines libres dresses au centre de la flcur. 
Antheres tetragonesa logettes arrondies plus larges que longues. Fleurs femelles inconnues. Drupe solitaire sessile 
obovee, legerement curvee a style lateral ou excentrique, monosperme. Epicarpe mince, rouge, quelquc peu 
macule. Mesocarpe sclereux aussi epais que Tendocarpe fibreux-ligneux. Tegument de la graine membra neux. 
Cotyledons dresses occupant loute la cavite, plans connexes, un peu concaves vers la region du style, contenant 
de Famidon. Radicule situee au-dessous du sommet et au-dessus de la courbure des cotyledons, pouctiforme et 
marginale. Pas de traces d'albumen. 

Jeunes rameaux Cpais d'un mm. Petiole long de 1,2 cm. plus ou moins epais et curve en haut, dresse" et grele en bas. Limbe long de 7 a 12 cm. 
sur 2,3 cm. P6doncules longs de 3 1/2 mm. Bract^e sessile et bractCole ovale lanceolSe pubescente, situCe un peu au-dessus de la base. Sepale 
cxte"rieur 1/2 mm. de longueur, le deuxieme long de3/4mm., et troisieme longde 1 mm. 1/6 mm. Ce dernier, tres lanceole et aigii. Les sepales 
interieurs sont l'un de meme longueur que le troisieme de la serie cxlerieure, mais beaucoup plus large et concave. Les deux autres sont longs 
de 1 mm. tres concaves et en forme de capuchon. Les pelales ont a peine un quart de mm. sur 3/4 de mm. de largeur. Les etamines sont longues 
de un mm. Le pollen est elliptique. La drupe dont le pMoncule Cpaissi au sommet, est long de 13 mm. a 2,2 cm, de longueur sur 1,8 cm. 
de largeur et 1 ,4 cm. d'epaisseur. Les cotyledons ont 12 mm. de longueur sur 8 mm. de largeur et l'epaisseur de chacun d'eux est de 5,5 mm. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 376. 



A. Rameau florifere de X Agelaea cambodiana. 

1. Fleurs el sepales. 

2. Pelales. 

3. Etamines en position et isolees. 

4. Anthere et pollen. 

5. Carpelles. 

6. Coupe longitudinale de la fleur. 

7. Carpelles isoles dont un ouvert montrant les ovules en position. 

B. Rameau florifere de Y Agelaea densi flora. 

1. Fleurs adultes et senates. Coupe longitudinale. 

2. Petales. 

3-4. Etamines et pollen. 

5. Carpelles en position et isolCs dont un ouvert montrant les ovules i 
C Rameau florifere du Cnestis rami flora Griff. 

1. Fleur adulte et s6pales. 

2. Pelales. 
3-4. Etamines. 
5. Carpelles. 

G. Grappes de fruits. 

7. Un fruit ouvert avec graine en position, 

8. Graines entieres ou dSchirees. En 3°, on voit l'embryon. 

9. Coupe transversale du fruit. 

D. Rameaux floriferes a* et fruclifere du Telotia nodi flora. 

1. Fleur male. 

2. Calice vu du dehors (a) et d'en haut (b). 
3 a\b>c. Sepales de la premiere serie. 



3 d,e,f. Sepales de la deuxieme serie 
3 r. Pctale. 

4. Etamines, 

5. Antbere et pollen. 

6-7. Drupes dont une ouverle. 

8-9. Drupe en coupe longitudinale et I 

10. Embryon. 

1 1 . Un cotyledon vu du cote intcrieur. 



Pi. 376. 




E. Delpy, del. 



Ed.Oterlin.Iith. 



A AGELEA CAMBODIANA. 

B. AGELvGA DENSIFLORA. 



C C-NESTIS RAMIELORA GRIFF. 

D TELOTIA NODIFLORA. 



CONNARACEES 



CONNARUS QUOCENSIS 



Habitc l'ile de Phu Quoc, le Cambodge et la valine du Dongnai. Herb. Pierre, n. 3360. 

RameauK de meme que le petiole commun les petiolules et la page inferieure des folioles roux pubescents ou pu- 
berulents. Folioles au norabre de trois a cinq, elliptiques a pointe courte et obtuse, arrondies ou attenuecs a la 
base a peine plus brunes en dessous, chartacees, munies de 8 ou de 6 petiles cotes plus grandes que les autres, tres 
fines' mais distinctes en dessous. Grappes terminales et axillaires, composees, a ramifications ultimes courtes et pres- 
que entierenient couvertes defleurs. Sepales veins en dehors, pubescents en dedans, obtus et suboblongs. Petales 
presque enticement glabres deux fois plus longs que les sepales. Ovaire tomenteuxet style glabre dans sa partie 
superieure a peu pres aussi longs que les petales, plus longs que les etamines. Follicule a pedicule de la lon- 
gueur du calice suboblong ou pres de deux fois plus long que large a style apical lateral court, stne en dehors, 
pubescent en dedans. Arille courtement bilobe. 

Grande liane a jeunes rameaux epais de 2,5 mm. a teinte rousse, sans ponctualions sur les adulles. Feuilles a petiole commun, long de 6 a 1 1 cm. 
P6tiolule long de 5 mm. Folioles tongues de 7 a 13,5 cm. sur 4 a 6 cm. Les poils grisalres de sa face inferieure sont tres tenus et peu d.stmcts. 
Les grappes sont longues de 10 a 14 cm. et leurs ramules ont de 8 a 3 mm. Les sepales sont longs de 3 mm. sur un peu plus d'un mm., glanduleux 
en dedans. Les petales sonl roses, longs de 6 mm. sur 1 mm. et dislinclement pedicules. Les etamines sont longues de 3-4 mm. et leurs filets, les 
oppositisepales les plus longs, sont puberulents. Les anlheres sont ovales, cordubSes et terminees par un connect.f trfes court et glanduleux. 
L'ovaire long d'un mm. est termine par un style filiforme excentrique, glabre a l'extr6me sommet et long de 4,5 a 5 mm . La cav.m ovanenne est 
presque enticement glabre. Le fruit, sans le pMicule, est long de 2,5 cm. sur 1,3 cm. La graine a 6 mm. et l'arille 8 mm. de longueur. 

Les folioles finement poilues en dessous et le fruit plus petit distinguent bien le C. quocensis du C. gibbosus. 



CONNARUS HARMANDIANUS 

Habite le Cambodge et la valiee du Mekong. Herb. Pierre, 6337 : Harmand, n. 639. 

Jeunes rameaux, petiolules et cdte en dessous plus ou moins pubescents. Folioles au nombre de cinq a sept 
alternes ou subopposees, elliptiques, a pointe obtuse, arrondies a la base, un peu coriaces, brillantes en dessus, 
munies de 6 a 9 paires de petites c6tes peu elevees. Grappes composees terminales et axillaires plus longues 
que les feuilles, recouvertes d'un tomentum ferrugineux. Sepales plus velus en dedans qu'en dehors legerement 
imbriques, plus de deux fois plus courts que les petales, pedicules, lineaires oblongs et velus en dehors. Ovaire 
presque de meme longueur que le style, tous deux ensemble plus courts que les etamines, le premier velu sur 
les deux faces on tomenteux, le second glabre au sommet. Fruit inconnu. 

Rameaux les plus jeunes epais de 3 mm. Petiolules longs de 4-5 mm. Folioles longues de 8 a 12 cm. sur 3 a 4 cm., a face inferieure glabrescente, 
presque aussi brillante que la superieure. Grappes longues de plus de 20 cm. tandis quele petiole commun n'a que 12 a 15 cm., a ramules longues 
de 1 a 2 cm. presque entierenient couvertes de cymes, grisatres. Sepales longs de 3 mm. Petales longs de 7 mm. dislinclement imbriqu6s. Filets 
des etamines inegaux et presque glabres. Ovaire long de 1 mm. 1/2 a cavite tres velue. 

A cote de ces deux especes, les deux suivantes dont l'une a les sepales tres imbriqu6s et l'autre les a a peine, peuvent prendre place et que nous 
decrivons sans les avoir figures. 



CONNARUS MEKONGENSIS 

Habite toute la valiee du Mekong depuis le delta jusqu'au Laos. Herb. Pierre, n. 6373 ; Harmand, n. 1238. 

Rameaux, inflorescence, petiole commun et cote en dessous plus ou moins roux pubescents. Folioles ovales 
elliptiques ou ovales oblongues, courtement acuminees, obtuses, arrondies a la base, munies de 6 a 8 paires de 
petites cotes, assez elevees en dessus et reliees par des nervures fines, transversales et bien distinctes en des- 
sous. Grappes plus longues que les feuilles ou un peu moins longues qu'elles, a ramules courtes et a fleurs assez 
espacees longues et larges de 6 mm. Sepales legerement imbriques, roux velus en dehors, glabres en dedans et la 
glanduleux. Petales un quart plus longs que les sepales et entierenient glabres. Etamines a filets glanduleux, 
plus courtes que les petales et le gynecee. Ovaire tres velu, glabre en dedans, trois fois et demie plus long que 
le style velu en grande partie et couvert de glandes arrondies jaunes et pediculees. 

Cette espece se distingue bien du C. quocensis, par ses fleurs, ses feuilles et particulierement parses sepales en partie valvaires et son long style. 
Elleprouve bien, par ses sepales, son ovaire glabre en dedans, ses ovules atropes, ses petales imbriques, qu'il ya passage insensible entre les 
Connarus et Tricholobus, genres, a monsens, qu'on ne peut dislinguer puisque chez les deuxle fruit et la graine sont semblables. Le C. mekongensis 
a de grands rapports avec le C. cochinchineusis qui a les sepales entierenient libres, mais en a le style ; style plus court, il est vrai, que les etamines. 



CONNARUS RARIENSIS 

Habite la prefecture de Bariaet le Binh Tuan. Herb. Pierre, n. 6337. 

Jeunes rameaux a peine puberulents. Folioles oblongues lanceolees entierenient glabres, brillantes sur les 
deux faces? arrondies mais attenuees en bas, a pointe obtuse, membraneuses ; pourvues de 6 a 8 petites cotes peu 



elevees eta nervation tertiaire, oblique transversale indistincte a Tceil nu. Grappes axillaires et terminates rami- 
fiees, plus longues que les feuilles. Sepales bien imbriques, velus sur les deux faces, un peu plus courts que les 
petaies, legerement ondutes et puberulents sur les deux faces. Filets des etamines glanduleux. Ovairc tomenteux 
a cavite glabre et a style pubescent. 

Par ses p6tales, son ovaire a cavity glabre, differe principalement du G. Harmandianus ; par ses sepales imbriqutjs et son inflorescence, se distingue 
bien des C. cochinc/iinensis el attopceuensis. 



CONNARUS ATTOPOEUENSIS 

Habite la region d'Attopeu. Harmand, n. 1204. 

Rameaux adultes sillonnes, ponctues, jeunes presque entierement glabres. Folioles entierement glabres atte- 
nuees, arrondies ou subcordulees a la base, longuement acuminees et obtuses en haut, oblongues, lanceolees, mu- 
nies de 6 a 7 petites cotes tres fines. Grappes axillaires plus courtes de moitie que le petiole commun, pubescentes, 
a rameaux de nouveau divises au sommet et pauciflores. Sepales deux fois plus courts que les petaies, oblongs 
lanceoles, imbriques dans le jeune age, bienttit valvaires, a bords inflechis en dedans, velus en dehors. Petaies 
lineaires reflechis vers le quart superieur, pubescents ou puberulents sur les deux faces mais nerves et glabres 
vers la base interieure. Etamine a tube long, a filets oppositisepales glanduleux d'un quart plus courts que les 
petaies et du double plus longs que le gynecee. Ovaire tomenteux glabre en dedans. Style glanduleux, excepte 
a Textreme base, un peu plus long que les etamines oppositipetales. Fruit inconnu. 

Jeunes rameaux tres greles 1,5 m. d'6paisseur. Feuilles longues de 25 cm., a petiole commun a peine epais d'un mm. Petiolule a peine long de 
3 mm. Folioles longues de 5-5 a 15 cm. sur 2 a 4 cm. a nervation tertiaire transversale, espac6e tres fine de meme que les veines areolees. 
Grappes longues de 4 cm. a ramules longues de 1.8 cm. les ultimes ne d^passant pas 3 m. Sepales longs de 4,5 mm. sur 3 mm.; mais a bords infle- 
chis. Pe"tales longs de 4-9 mm. glanduleux, etamines oppositisepales longues de 7 mm. oppositipetales longues de 3 m. Ovaire long de 1 m. et 
style de 3 mm. 

Parl'ensemble de ses caracteres, cette plants correspond bien au groupe a sepales enfin valvaires mais imbriques dans le bouton auquel appar- 
tient le C. cochinchinensis, mais ses feuilles oblongues, ses grappes plus developpees, ses fleurs moins corymbiformes et son style glanduleux non 
velu, Ten distinguent assez bien . 



CONNARUS AMPLIFOIJA 

Habite la Cochinchine, dans la province deBienhoa etle Cambodge. Herb. Pierre, n. 6336 ; Harmand, n. 1335. 

Jeunes rameaux roux pubescents. Folioles excepte la terminate, assez courtement petiolulees, elliptiques, 
abruptement acuminees, arrondies a la base, glabres excepte le petiole commun, le petiolule et la cote dans le 
jeune age, membraneuses, munies 6 a 7 paires de petites cdtes elevees en dessous, deprimees en dessus. reliees par 
une nervation tertiaire transversale, parallele et serree, bien distincte en dessous. Grappes ferrugineuses termina- 
ls, assez laches, a ramules de nouveau ramifiees au sommet et chargees de fleurs longues de 6 mm. sur 6 mm. 
Sepales obtus, imbriques, un peu moins de deux fois plus courts que les petaies velus en dehors, presque glabres 
et 5-7 nerves en dedans. Petaies, contractus vers le milieu, lineaires oblongs presque entierement glabres. Tube 
staminal eleve (4,5 mm) a etamines oppositisepales un peu moins longues que les petaies tandis que les alternes, 
sont scssiles ou presque sessiles. Ovaire plus court de moitie que les etamines ; style pubescent plus de trois 
fois plus long que Tovaire tomenteux et glabre en dedans. 

Rameaux epais de 3 m. Petiole commum long de 17 cm. Petiole long de 3,5 mm. Foliolelong de 8 a 16 cm. sur 4 a 8 cm. Grappes longues de 
25 cm. et larges de 20 cm. Ramules longues de 16 a 8 cm. les ultimes longues de 5 a 15 mm. Stjpales longs de 3,5 mm. sur 1 mm. P6taleslon^s 
de 6 mm. sur 1 mm. Etamines les plus grandes, longues de 5 a 5,5 mm. Ovaire long d'un mm. Style long de 3 1/4 mm. Fruit inconnu. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 377 



A. Rameau florifere du Connarm quocemis. 

1 . Fleur adulte et sepales. 

2. Petale. 

3. Androc6e et gyn6c<5e. 

4. Anthere. 

5-6. Ovaire entier et ouvert. 

7. Fruit. 

8. Moitie d'un follicule avec graine en position et valve velue en deda 

9. Graine du cote de l'arille el avec partie du tegument enlevee. 

10. Embryon. 

11. Coupe transversale d'un fruit. 

B. Rameau florifere du Connarm Harmandianus. 

1. Fleur adulte et sepale. 

2. Petaies. 

3. Androcee et gynecee. 

4. Anthere. 

5. Ovaire. 

6. Coupe longit. d'une fl. adulte. 



C. Rameau florifere du Connarut atopceuensis. 

1. Boutons, fleur adulte etsepale. 

2. Petales sur les deux faces. 

3. Androcee. 

4. Anthere et pollen. 

5. Ovaire. 

6. Coupe longitudinale d'une fleur adulle. 

D. Rameau florifere du Connarus ampiifoiius. 

1. Fleur et s6pale. 

2. Petales. 

3. Androcee. 

6. Anlhere et pollen. 

5-6. Ovaire entier el a loge ouverte. 

7. Coupe longitudinale d'une fleur adulte. 



PI 377 




EJDelpydel. 



A._CONNARUS QUOCENSIS. 

B. HARMANDIANUS. 



C.-CONNARUS ATTOPCEVENSIS. 
D AMPLIFOLIUS. 



CONNARACEES 



CONNARUS COCHINCHINENSIS 

Tricholobus cochinchinensis H '. Bn? Adans. IX. 150. 



Habite toutes les parties de la Basse-Cochinchine. Herb. Pierre, n. 3362. 

Rameaux adultes lenticelles, grisatres, les plus jeunes puberulents ou pubescents. Folioles au nombre de 3 
a 5 rarement de 7, eilipliques ovales lanceolees ou ovales oblongues lanceolees, le plus souvent arrondies et 
egales a la base, terminees par une pointe obtuse, entierement glabres, a peine coriaces, munies de 5 a 7paires 
de petites cotes tres fines. Grappes axillaires ou terminales plus courtes que les feuilles, pubescentes, a ramifica- 
tions courtes subcorymbiformes et pauciflores. Sepales lanceoles valvaires, velus en dehors et en partie en dedans. 
Petales 2 a 3 fois et demie plus longs que les sepales, lineaires oblongs, velus, sur les 2 faces et glanduleux. Etamines 
legerement glanduleuses un peu plus courtes que les petales. Style velu, excepte au sommet glanduleux, un peu 
plus court que les etamines les plus longues. Follicule stipite, elliptique, glabre en dehors et strie obliquement, 
velu en dedans. Graine entouree d'un arille bilobe ou a bord crene. 

Petit arbre a rameaux recourbes, sub. grimpants. Peliolule long de 2 a 3 mm. Folioles longues de 2,5 a 8,5 cm. sur 1,5 a 3,5 cm. Grappes 
longues de 2 a 3 cm. Pedicelles articules, courts. Sepales longs de 3 a 3,5 mm. sur 1 mm. Pelales longs de 5 a 8 mm. sur un peu plusd'un mm. 
Etamines au nombre de 10, a tube long d'un mm. , a filets longs, les plus courts de 2 a 2,5 mm. , les plus longs de 3,5 a 4 mm. Ovaire long d'un mm. , 
glabre en dedans. Style long de 3 a 4 mm. Follicule un peu reniforme a la base, a pedicule de la longueur du calice ou plus long, variant de 2 a 
2,5 cm. sur 1,3 a 1,5 cm. La graine a 1,6 cm. de longueur et Tarille varie entre 2 et 4 mm. de hauteur. 

On observe plusieurs formes dans cette espece. L/une a des feuilles beaucoup plus larges et plus elliptiques. 
Une autre a des feuilles ovales-oblongues. JN'etant pas suffisamment bien representees dans mon herbier, je 
me contente de les indiquer. Elles habitent Baria et Bienhoa, c'est-a-dire la partie orientale du Dongnai. La 
suivante assez commune dans la region de Tay ninh n'est pas connue par son fruit. 

Var a corymbosa. Folioles ovales ou elliptiques. Grappes terminales formant des corymbes tres denses. 
subcapitees. Petales glabres, a la face interieure, vers la base. Filets des etamines de meme que le style 
glanduleux. 

Bien que les sepales soienl nettement valvaires dans cette espece et ses varietes, les P 6tales sont imbriques, non enroules ainsi que le 
ditM. Baillon, et toujours pubescents. lis ne sont certainement pas valvaires ainsi que Blume decrit son genre Tricholobus. Puisque chez les 
especes ici decntes el peu distinctes du C. cochinchinensis, telles que les C. attapamensis et amplifolius, nous avons tous les degres d'imbrication 
du calice et puisque le fru.t chez les deux genres Connarus et Tricholobus, du moins quant a celui du C. cochinchinensis, est le meme, j'ai 
prefere le premier genre au second pour cette espece et pour la suivante. 



CONNARUS RUFULUS 

Habite 1'ile de Phu Qudc. Herb. Pierre, n. 3357. 

Rameaux, petiole commun, de meme que la cote en dessous et l'ioflorescence, plus ou moins roux tomen- 
teux. Folioles au nombre de cinq a neufalternes ou opposees, oblongues, attenuees ou subaigues a la base, longue- 
mentacumineeseta pointe faleiformeet aigue, presque concolores, legerement coriaces, munies de 6 a 40 paires de 
petites cdtes bien distinctes en dessous. Grappes axillaires et terminales, nues dans le tiers inferieur, a cymes 
assez denses terminant les ramules. Sepales en partie imbriques ou valvaires, roux tomenteux sur les deux faces 
un cinquieme plus courts que les petales pubescents en dehors et glanduleux en dedans. Etamines les plus 
longues, legerement plus courtes que les petales et le style et comme ce dernier glanduleuses. 

Trfes grimpant. Jeunes rameaux anguleux epais de 2 1/2 mm. Feuilles longues de 35 cm. Petiolules longs de 5 mm. Folioles lon-ues de 6 a 
12 cm sue 2 a 4 cm. Grappes longues de 10 a 13 cm. Ramifications longues de 2 a 3,5 cm. Sepales oblongs, longs de 3,5 a 4 mm. P6tales 
Jongs de 5 mm Etammes les plus longues, sans le lube long de 1 mm., varian! de 4,5 a 4 3/4 mm., tandis que les plus petites ont 2 mm. 
de longueur. Ovaire Ires velu, long de 1 1/2 mm. et style long de 3 a 4 mm. 



ELLIPANTHUS CINEREUS 

Annam : cay ming gu. 

Habite toutes les parties de l'Indo-Chine meridionale et le Cambodge Herb. Pierre, n 916 et ld3<> 
Rameaux velus a tout age, grisatres ou gris ferrugineux. Folioles oblongues lanceolees obtuses'ou subaigues 
arrond.es ou attenuees et presques aigues a la base, sauf la cole sur les deux faces et les nervures secondares 
en dessous glabrescentes, ma.s presque entierement velues en dessous dans le jeune age, coriaces et d'une 
tcnte cendree a 1 etat fruct.fere, munies de 6 a 9 le plus souvent, de 7 paires dc petites cotes assez fines, reliecs 
par des nervures Iransversales tres espacees, a peine plus elevees que les veines anceolces ne.tement dessinees sur 
les deux faces. Grappes gr.satres, deux fois au moins plus longues que le petiole. Sepales ovales lanceoles obtus ou 
a,gus, g labres en dedans. Petales .mbr.ques, tres velus en dehors, sur la cote et les bords, excepte a la base en dedans 



attenues aux deux bouts, deux fois moins un tiers plus longs que les sepales. Etamines a tube glabre en dehors, 
tres velu en dedans ainsi que la base des filels subules et plus courts que les petales et deux fois plus courts dans 
la deuxieme sene, celle-ci pnvee le plus souvent d'antheres. Ovaire ovoide tres velu de meme que le style, sauf l'ex- 
tremesommet puberulent et plus court que lui. Follicule ovoide, presque cylindrique, a peine curve, a pedicule 
plus long de moitie que le calice et a pointe tres courte et excentrique, entierement velu en dehors, glabre en dedans. 

Petit arbuste de 1 a 3 in. Jeunes rameaux 6pais de 1 a 2 mm. Petiole renfle aa sommet, tres velu, long de 4 a 7 mm. Folioles quelque- 
fois elliptiques et subcordules , longs de 6 a 14 cm. sar 3 a 5 1/2 cm. Grappes longues de 1 a 2 cm. souvent ramifiees des la base, mais a 
ramules panc.flores et le plus souvent tres courtes. Bractees obtuses longues d'un demi mm. et caduques. Fleurs longues de 5 a 6 mm. 
sur 4 a 8 mm. Sepales valvaires a tout age, longs de 3 mm. sur 1 mm. Petales longs de 5 1/4 mm. stir 1 3/4 mm. plus ou moins obtus. 
Etamines longues de 4 mm. avec le tube long d'un mm. Les filets oppositisepales sont longs de 3 mm. Les antheres elliptiques ont 
1 mm. 1/4 de longueur. L'ovaire ovale lanceole a, avec le style, 3 mm. Le follicule, dont le pedicule a 3 mm. et la pointe stylaire 
1 mm. a 2,0 cm. sur 1,1 cm. Son pericarpe a un peu plus d'un mm. d'epaisseur. L'epicarpe est tres mince, de meme 1'endocarpe mem- 
braneux et brillant, tandis que le mesocarpe est forme de cellules ligneuses et scl6reuses a direction concenlrique. La graine longue de 
1,7 cm. subobovee, lisse, noire est entouree a la base exlerieure d'un arille jaune, peu epais, long de 3 mm. et un peu crene au bord superieur. 
Le tegument est bivalve a peine plus 6pais que l'albumen qui recouvre entierement l'embryon oblong forme de 2 cotyledons, plans convexes 
relies en haut a une courte mais proeminente radicule. 

Ilfaut remarquer que 1'endocarpe de ce fruit n'est pas epais, ni spongieux comme dans I'espece suivanle bien que chez loutes deux, 
on constate un albumen mince, bipartite, non relate par les auteurs recents, chez YEllipanthus. Ce caractere que nous n'avons pas le moyen 
de verifier chez les especes indiennes contribue a bien separer ce genre du Tricholobus de Blume duquel, ne l'a pas distingue Baillon 
[Hist. PI. IT. 20.] Et, pourtant par les feuilles reduiles a une foliole, paries pStales imbriqu6s, les etamines oppositipetales reduites a des filets, 
par le style court, le pericarpe glabre en dedans et velu en dehors, enfin par le mince albumen que nous venons de decrire, il y a plus 
d'eloignement entre un Ellipanthus et un Connarus qu'il n'y en a centre ce dernier et un Tricholobus. A la verite, en ne suivant que les 
auteurs, le Tricholobus n'est, a mon sens, qu'une section du Connarus, tandis qu'on ne saurait y faire entrer l'Ellipanlhus. 



ELLIPANTHUS SUBRUFUS 

Rameaux roux tomenteux de meme que les folioles en dessous et l'inflorescence, a tout age. Follicles elliptiques 
ou oblongues lanceolees, attenuees ou subarrondies a la base, assez longuement acuminees obtuses ou aigues, 
coriaces, brillantes et glabres en dessus, excepte la cote ; munies de 6 a 40 petites cotes assez elevees en dessous 
de meme que la nervure tertiaire irreguliere et distante et les veines areolees sur les deux faces. Grappes cour- 
tement ramifiees, trois fois plus longues quele petiole. Sepales lineaires oblongs aigiis ou obtus, deux fois plus 
courts que les petales, oblongs, obtus, velus en dehors, et sur la cote en dedans, vers la base. Etamines a filets 
epais et velus a la base, sabules plus haut, les alternes de neuf fois plus courtes et privecs d'antheres. Ovaire 
oblong plus long que le style, velu comme lui. Follicule a pedicule gros et court, un peu fibreux, a peine 
comprime, a pointe stylaire courte, tres velu en dehors, peu dissemblable de I'espece precedente, mais a 
endocarpe spongieux assez epais. Graine arillee comme dans Fespece precedente, mais a radicule supere un 
peu plus proeminente. 



Jeunes rameaux epais de 2 mm. Petiolule long de 8 a 10 mm. ou pourparler exactement, petiole commun long de 8 mm. et petiolule 
long de 2 mm. car il faut considerer que ce dernier articuhS, est r6duit a la partie epaissie qui termine le petiole commun. Folioles longues 
de 7 a 13 cm. sur 3 a 7 cm. de largeur. Grappes longues de 3 a 5 cm. fasciculees. Sepales long de 2 mm. sur 3/4 dm. Petales longs de 4 mm. sur 

I 3/4 mm. Etamines longues de 2 a 3 mm. L'ovaire, en y comprenant le style, long de 2 1/2 a 3 mm. Follicule long de 2,5 cm. sur 1,3 cm. et 

II mm. de diametre, en comprenant le pedicule long de 4 mm. et la pointe stylaire longue de 1/2 a 1 mm. Pericarpe epais de 2 mm., a 
mesocarpe ligneux et a cellules concentriques comme dans I'espece precedente, mais a endocarpe epaissi et spongieux. Graine longue de 1,8 cm. 
sur 1,1 cm. Tegument coriace, noir, luisant. Albumen mince, complet, bivalve, epais d'un quart de mm. rapproche mais n'adherant pas aux 
cotyledons oblongs plan convexes, lermines par une radicule longue d'un mm. et demi. 

En somme, des poils roux tomenteux persistants ; la face inferieure des petales, sur la cote, vers la base, seulement velus ; un fruit un peu plus 
gros ; un endocarpe spongieux, sont les traits distinctifs de cette espece voisine de la precedente et des E. tomentosus et Griffithii, especes de 
meme que YE. gibbosus King bien differentes par le fruit, chez lesquelles l'albumen n'est pas decrit. 

Cet albumen existe-t-il chez I'espece suivante dont la graine mure manque? Elle n'est certes pas YE. griffitkii Hook f. qui a un fruit dont le 
pedicule embrasse par le calice a, d'apres King [Flor malayana fasc. 9,10] 4 mm. et qui est long de 15 mm. (Hook dit i,8 cm). 



ELLIPANTHUS BECCARII 

Habite la region de Sarawah, dans Tile de Borneo. Beccari, n. 296. Mm. Par., n. 1897. 

Feuilles elliptiques obtuses ou longuement acuminees, arrondies a la base, chartacees, epaisses, munies de 
7 a 8 petites cotes canaliculus en dessus, elevees en dessous, de meme que la nervation tertiaire et les veines 
areolees sur les deux faces, moins la cote glabre en dessus, velues et rousses en dessous, surtout sur les nerva- 
tions primaire et secondaire. Fruit longuement stipite, tres arque, comprime, a pointe presque nulle et obtuse, 
roux tomenteux en dehors, a endocarpe spongieux et glabre. 

La feuillea un limbe long de 9 cm. sur 3,5 cm. et sa pointe quelquefois nulle peut d6passer 1 cm. de longueur. Le fruit long de 2,8 cm. 
avant maturity a un pedicule long de 8 mm. entoure par les sepales velus dans une longueur de 3,5 mm. Lajeune graine a 1 cm. de longueur 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 378 

A. Rameau florifere et grappe fructifere du Connarus cochinchinensls. 
1. Fleur adulte, sepales et pelales. 

2-3. Etamines, anthere et pollen. 

4. Ovaire. 

5. Coupe longiludinale d'une fleur adulte. 

6-7. Fruit ouvert et graine en position et isolee. 
8-9. Graine d6chir6e montrant l'embryon. Ce dernier isole. 
10. Coupe d'un fruit. 

B. Rameau florifere du Connarus rufulus. 

1. Bouton et s6pale. 

2. P6lales en position et isoles, vus du cote inlerieur. 
3-4. Etamines en position et isolees. 

5. Ovaire. 

6. Coupe longitudinale d'une jeune fleur. 

C. Rameau florifere et fructifere de V Ellipanthus cinereus. 

1. Bouton. 

2. Jeune s6pale. 

3-4. Petales en position dont un isole, vu du cote inlerieur. 
5-6. Etamines en position et isolees. 

7. Ovaire. 

8. Coupe longiludinale d'une fleur presque adulte. 

9. Une valve du fruit et graine en position. 

10. Graine avec anile. 

11. Les memes dont le tegument a ete d6chire pour montrer 1'embryon. 

12. Embryon. 

13-14. Coupes longitudinale et transversale du fruit. 

D. Rameaux florifere et fructifere de Y Ellipanthus rufulus. 

1. Fleur etsepale, ce dernier vu du cote inlerieur. 

2. Petales en position. Un d'eux vu du cote inlerieur. 

3. Etamines en position. Anthere et pollen. 

4. Ovaire et style. 

o. Coupe longitudinale d'une fleur. 

6. Valve d'un fruit et graine en position. 

7-8. Graine et arille. Une graine dont le tegument dechire fait voir I'embryon en position. 

9-11. Embryon sansle tegument a cotyledons rapproches et ecartes. 

12. Face interieure d'un cotyledon. 

13. Coupe longitudinale et transversale d'une graine. 




EdOberlinlitli. 



C._ELLIPANTHUS C1NEREUS . 
D._^ SUBRUFUS 



CONNARACEES 



ROUREOPSIS INCUR VA 



Habite la province cambodgienne de Samrong Tong vers la montagne Sral. Herb. Pierre, n. 906. 

Jeuncs rameaux et meme les adultes, petiole commun et cdte, a la page inferieure, gris tomenteux ou pubes- 
oents. Folioles au nombre de 14 a 23, alternes on opposees, pres(|uc sessiles, ovales ou elliptiques, tres obliques 
et quelquefois attenuees a la base arrondie, arrondies et bilobees en haut, bril!antes en dessus, glabres en 
dessous excepte sur la cote, munies de 7 a 8 petites cotes peu elevees, de meme que la nervation tertiaiie. 
Grappes axillaires pubescentes de moitie, (a Fetal fructifere), que les feuilles, a pedicules greles, plus longs que 
le fruit. Sepales elliptiques attenues et obtus, glabrescenls, munis de 7 nervures longitudinales, imbriques mais 
laches ou n'embrassant pas le fruit sessile et moitie plus longs que lui. Follicule dresse, oblong, legerement courbe, 
a pointe repliee en dedans et termine par un style curve assez long et filiforme. Graine obovee entouree a la base 
par un arille sinue, d'un tiers moins long qu'elle. Tegument noir et lisse. Cotyledons oblongs et inegaux, sinues. 
Radicule globuiuse, petite, marginale et supere. 

Grande liane. Rameaux epais d'un mm. souvent tordus. Petiolule long d'un 1 /4 a demi mm. Petiole commun long de 5,5 a 12,5 cm. Folioles ton- 
gues de i,5 a 3,3 cm. sur 9 a 17 mm. Sepales longs de 8 mm. plus courts que le pedicule long de 10 a 12 mm. Follicule long de 1,5 cm. termine 
par un style long de 4-5 mm. 

Si cette plante est un Roureopsis, qu'on decrit avec un fruit droit, tandis que ici la pointe est toujours recourbee 
en dedans, j'avouc que e'est un genre bien mal caracterise et devant plutot former une section du Rourea. 
Sauf cette particulate et des folioles plus nombreuses, leR. incurva ne differe pas du R. pubinervis PL du moins 
quant aux descriptions des auteurs. 



ROUREA SANTALOIDES 

W. et A. Prod. 144 ; — Hook. f. Fl. Brit. hid. II. 47. cum Synom. 

Habite la vallee du Mekong. Herb. Pierre, n. 6370 ; Harmand, n. 4365. 

Var mekongensis. 

Entierement glabre. Folioles au nombre de 3 a 9, oblongues, Ianceolees aux deux extremites, aigues a la base, 
obtuses au sommet, coriaces, un peu pales en dessous, munies de 7 a 8 paires de petites cotes a peine plus elevees 
que la nervation tertiaire. Grappes axillaires plus courtes que les feuilles, a pedicules aussi longs ou plus longs 
que le calice dont les lobes sub-orbiculaires, arrondis, cilies, sont ligneux ou coriaces et d'un tiers plus courts 
que le fruit legerement courbe en dehors. 



epais d'un mm. Petiole commun de 3,5 — II, 5 cm. Petiolule long de 3-4 mm. Folioles tongues de 4-8 cm. sur 1,4-2,4 cm. 
Grappe tongue de 8 cm. Pedicules longs de 4-5 mm. Follicule long de 1 6 cm. Graine tongue de 1 1 ,5 mm. Arille lacing en haut, un peu plus court 
que la graine. Cotyledons plan convexes, egaux. Radicule a peine exserte. 

Cet echantillon correspond assez bien a la plante de Hongkong de la collection Em. Weiss, mais a les folioles 
un peu plus etroites et souvent au nombre de plus de 3,5. 



ROUREA QUOCENSIS 

Habite Tile de Phu Quoc et le Cambodge occidental. Herb. Pierre, n. 3355. 

Rameaux, petiole commun et inflorescence gris pubescents. Folioles au nombre de 20 a 38 presque sessiles, 
oblongues, arrondies aux deux extremhes, bilobes en haut, brillantes en dessus, glauques en dessous. Grappes 
plus courtes que les feuilles a pedicules deux fois plus courts que les sepales arrondis, elliptiques et cilies. Folli- 
cule recourbe, cinq fois au moins plus long que les sepales. Arille complet, acumine. Cotyledons egaux. Radicule 
non proeminente. 

Grimpant. Ramules epais de 2 mm. au sommet. Petiole commun long de 16 cm. et plus. Folioles tongues de 2,0-2,8 cm. sur 1 cm Grappes 
tongues de 8 a 10 cm. Sepales plus larges que longs ayant 3 mm. sur 3,5 mm. Follicule tong de 1,65 cm. Graine tongue de 1 cm. sillonnee sur la 
face vent rale. 

Cette espece est tres voisine du R. parallela PL mais ses sepales sont arrondis et cilies, son fruit plus *ros et 
ses folioles plus giandes. On n'en connait pas les fleurs. 



ROUREA? ACROPETALA 

Habite la region d'Attopeu. Harmand. Herb. Pierre, n. 3292 

J;wS, f0li0leS ^ n °Tf rede 5 , P8ireS Sub °PP° s6es ou alterne -'> * terminal reduit a une petite pointe, ova- 
^Ianceoleesouovalesoblongues lanceolees arrondies ou a peine aUenuees a la base, assez longuement acumi- 
ee et a pointe pourvue d'un mucron, coriaces, un peu glauques, muniesde 5 a 7 petites cotes espaceeset ascen- 
dante , assez elevees en dessous et relices par une nervation tertiaire oblique paral.ele, assez teartee. Grappe 
assez longue grele plus de deux fois plus eourte que le petiole common, a rameaux assez longs et greles, termi- 
nes par que ques fleurs a pedicules plus courts que le calico. Sepa.es souvent au nombre de I imbriques, 
o .us c. bar-bus au somrnet. Petales un peu plus longs que les sepales et de meme longueur que les styles" tre 
at enues aux deux bouts et a pointe abrupte et aigiie. Etamines presque entierement bbres, la serie oppositipe- 
alc de moitie plus eourte que .'autre; antheres elliptiques obtuses et basifixes. Carpel.es egaux au nombre de 
,) oblongs, a peine villeux vers le somrnet, quatre fois plus courts que les styles. 



I.ameaux les plus jeunes epais de 3 mm. Pcliole commun long de plus de 20 cm. Petiolule long de 2,5 mm. Folioles, les infeneures les plus 
peOtes longues de 4,u a 14 cm. sue 3 a 6 cm. Grappes lougues de 14 cm. a ramules longues de 2,5 a 7,5 cm.; les plus courtes, quelquefois a fleurs 
corymbdormes. Ped.cules longs de 2 mm. Sepales longs dei mm. elliptiques, dies. Pelales au nombre de 4 a 5 vers le milieu guelguepeu adherents 
Ires imbnqDte, longs de mm. Elamines au nombre de 10 a filets legerement conn6s a la base comme dans quelques Connarus, longs de 2 m. 
dans la deux.eme scrie et plus de 3 mm. dans la premiere. Carpelles longs de 1 mm. terminees par des styles filiformes curves en haul el a stignale 
rendorme, longs de4 a 5 mm. Fruit inconuu. 

Cette plante, pas sa nervation tertiaire transversale et son fades, denonce plulot le genre Connarus que le Rourea 
Maiseile a les carpelles egaux, les styles longs, les sepales larges et bien imbriques, comme dans ce dernier genre. 
11 faut remarquer l'inconstancedeses sepales etpelales. Ses deux ovules atropes se terminent en pointe filiforme 
et le micropyle n'a pu etre vu bien que le raphe ventral ascendant indique qu'il est supere. 



ROUREA HARMANDIANA 

Habite la vallee du Mekong. Herb. Pierre, n. 627J ; Harmand, n. 1876. 

Entierement glabre. Folioles au nombre de 14 a 22, elliptiques ou oblongues, attenuees, arrondies, obliques 
a la base, et obluses aux deux bouts, legerement glauques en dessous et munies de 6 a 8 paires de petites cotes 
un peu plus elevees que la nervation tertiaire lache et diversement ramifiee mais bien distincte sur les deux faces. 
Grappes simples ou ramifiees, axillaires, fdiformes 3-3 fois plus courtes que les feuilles, excepte lesbractees cadu- 
ques entierement glabres. Pedicules plus longs que les fleurs. Sepales presque orbiculaires legerement cilies. 
Petales oboves, concaves. Filets des famines glabres, libres, plus courts que les styles. Ovaire sauf la face ventrale, 
glabre. 

♦ Grimpanf, a jeunes rameaux a peine 6pais d'un mm. Petiole commun long de 9-12 cm. Petiolule long d'un demi mm. Folioles lon<mes de 
14-3 cm. sur 9-1,2 cm. Sepales longs de 1 3/4 mm. sur 1,5 mm. Petales longs de 2 3/4 mm. sur 1 1/2 mm. Carpelles longs de 2/3 mm. e°l styles 
longs de 1 1/4 mm. Fruit inconnu. 



ROCREA RURELLA 

Habite la vallee du Mekong. 

Jeunes rameaux glabrcsccnts, villeux ferrugineux. Folioles, distinctement petiolulees au nombre de 5-49, inegales 
arrondies a la base, un peu abruptement acuminees et obtuses, elliptiques ou oblongues, glabres, rnunies de 6 a 
8 paires de petites cotes assez elevees de meme que la nervation tertiaire et les veines sur les deux faces. Sepales 
cilies. Carpelles glabres et a style plus court que l'ovaire(rfa^ le bouton). Follicule legerement recourbe. Graine a 
arille complet, attenue au somrnet, 

Grande liane a rameaux ultimes epais de 2 mm. Petiole commun long de 9 a 17 cm. arrondis. Petiolule long de 2 mm. Folioles longues de 
3,5 a G cm. sur 1 ,6 a 2 cm. d'une teinte legerement glauque. Grappes longues de 6 a 10 cm. courtement ramifiees solitaires ou fasciculees a I'aisselle 
des feuilles. Bractees, velues, caduques. Sepales frucliferes longs de 4 m. arrondis, ligneux a peine cilies. Follicules longs de 1,6-2 cm. obtus 
Graines longues de 1,4 cm. 

Cette plante n'est connue que par ses jeunes fleurs. Les elamines forment deux series, plus courtes que les petales recurves et les carpelles 
entierement glabres sont plus longs que les styles, ce qui est assez parliculier dans le genre Rourea. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 379 



Rameau fructifere du Roureopsis inci/rva. 

1. Calice fructifere. 

2. Graine en position etisolee. 

3. La meme en partie s6par6e de son arille et teg 

4. Un cotyledon vu du cote interieur. 

5. Coupe transversale d'un fruit. 



B. Rameau fructifere du Rourea santaloides \V. et A. 

1. Calice fructifere et fruit. 

2. Graine et arille. 

3. Lameme, le tegument enleve\ montrant l'embryon en position et s6pare. 

4. Arille et graine. 

5-6. Follicule en coupe longiludinale et transversale. 
G. Rameau fructifere du Rourea quocensis. 

1 . Fruit et calice. 

2. Graine et partie du pe>icarpe. 

3. Arille. 

4. Graine ouverte monlrant l'embryon en position et un cotyledon. 

5. Coupe transversale du follicule. 

D. Rameau florifere du Rourea acropetala. 
i. Fleuradulte et sepale isole. 

2. PtHales en position dont un isole. 

3. Androcee etgynec6e. Antheres et pollen. 

\. Gynecee. Un des carpelles ouvert montre les ovules en position. 
5. Coupe longiludinale d'unc fleur. 

E. Rameau florifere du Rourea Harmandiana, 

1 . Bouton et sepale. 

2. Pelales en position dont un isole. 

3-4 Androcee et gynecee. Anlhere et pollen. 
5. Carpelles 

F. Rameaux florifere et fruclifere du Rourea rubella. 
\. Bouton et sepale. 

2. P6lales en position dont un isole\ 
3-4. Androcee, anlhere el pollen. 

5. Coupe longitudinale d'une jeune fleur. 

6. Carpelles en position. 

7-H. Fruit, calice, arille, graine et embryon. 



P1.379. 




E.Delpy del. 



Ed.Oberlin,lith. 



A._ROUREOPSIS INCURVA. 

B . _ ROUREA SANTALOIDES.W&A 

C._, QUOCENSIS. 



D._ ROUREA ? ACROPETALA. 

K-, HARMANDIANA. 

F RUBELLA. 



lEguminosees 



DALBERGIA MAMMOSA 

Annam : cam lai. 

Habite la province de Bienhoa. Espece commune dans la cercle de Baria, surtout pres de Cho'ben. Herb. 
Pierre, n. 17 11 bis. 

Entierement glabre. Folioles au nombre de treize, oblongues ou lineaires oblongues distinctement petiolulees, 
aigues a la base, lanceolees, accuminees maisapointe obtuse, coriaces, glauques en dessous, munies de 12 a 14 
paires de petites cotes assez elevees, quoique fines, sur los deux faces de meme que la nervation tertiaire reticulee 
et un peu lache. Panicules terminales beaucoup plus courtes que les fruits linenaires oblongs, monospermes ou 
dispermes et fortement mamelonnes en face des graines. 

Arbre de 15 a 20 metres, dont on dit le bois rougeatre et propre a la menuiserie. Ses jeunes rameaux sont epais de 2 mm., de couleur 
pourpre et noires apres dessiccation. Le petiole commun, presque rond, a plus de 15 cm. de longueur. Le petiolule a de 3 a 4 mm. Les 
folioles out de 3 a 5 cm. de longueur sur 1 cm. environ. La grappe fructifere est longue de 4 a 5 cm. et leurs ramifications ont 
de 1 a 2 cm. de longueur. Le pedicelle est long de 1 a 2 mm. Le fruit de couleur purpurine a un pedicule long de 1 cm. sur 1 mm. 
Tres attenue et aigu a la base, il est arrondi, a peine retreci au sommet et est termine par un court mucron. Long de 11 a 14 cm. sur 
2 cm., 1'aire des graines mesure 1,6 cm. sur 1,1 cm. et sur chaque face, elle a un mamelon eleve de 6 mm. Les graines longues de 1,25 cm. 
sont, dans la region du hile assez concaves. Le tegument epais d'un quart de mm. est subcrustac6 et recouvre un embryon prive 
d'albumen. La radicule supere curvee longue de 5 mm. est beaucoup plus courte que les cotyledons epaissis, elliptiques, plus ou moins 
echancr6s a la base et longue de 9 mm. 

Par droit de priorite, devient 1'Amerimnon mammosum Pierre. 



DALBERGIA BARIENSIS 

Annam : cam lai. 

Habite le cercle de Baria et les provinces de Saigon et de Tayninh. Herb. Pierre n. 137. 

Glabre. Folioles au nombre de 9 a 13 lineaires oblongues, obtuses et un peu emarginees au sommet, legere- 
ment attenuees et aigues a la base, un peu pales en dessous, tres coriaces, munies de 8 a 12 paires de petites 
cotes fines mais elevees de meme que la nervation tertiaire sur 1. s deux faces. Grappes axillaires longuement 
ramifiees plus courtes ou aussi longues que les feuilles. Fruits oblongs longuement pedicules, aigus a la base, 
attenues et obtus au sommet, bombes en face des graines le plus souvent solitaires. 

Arbre d'une vinglaine de metres, dont le bois est a peu pres celui du precedent, d'aprfcs les indigenes et servant au meme usa-e Le 
tronc mesure de 30 a 40 cm. de diametre et l'ecorce grise peu fendillee, a 4 a 5 mm. d'epaisseur. Le p6tiole commun de 15 a 16 cm. 
de longueur est legerement aplati et canalicul6 a la face superieure. Les petioles ont de 3 a 4 mm. Les folioles ont de 2,5 a 4,6 cm. sur 
1,4 a 1,9 cm. Elles sont brillantes en dessus et brunes a la dessiccation. La grappe longue de 8 a 10 cm. a des ramules long's de 4 a 5 cm 
Le fruit long de 11 a 14 cm. a 2 cm. 6 mm. de largeur. Les graines sont celles de l'espece precedente, longues de 1 cm.^ur 7 mm., tres 
comprim^es, noires et a tegument lisse. 

II y a en somme de tres grands rapports entre les D. mammosa et bariemis. Sans en connaitre les fleurs, je 
pense qu'elles appartiennent a la section Dalbergaria si je considere la grande affinite qu'elles ont avec le D. 
dongnaiemn dont il sera question plus loin. On les reconnait a premiere vue par leurs fruits beaucoup plus 
mamelonnes en face des graines et plus etroits chez la premiere que chez la seconde et aussi par les telioles 
de la seconde, plus larges et non glauques. 

Par droit de priorite, devient TAmerimnon bariense. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 380. 

A. Rameau fructifere du Dalbergia mammosa ou Amerimnon mammosum Pierre. 

1. Loge s^minale ouverte. 

2. Graine vue du cote du hile (a). La meme ouverte montrant l'embryon en position. 

3. Coupe transversale de la graine (b) et graine isolee (e). 

B. Kameau fructifere du Dalbergia bariensis ou Amerimnon barienne Pierre 

1. Loge s«3minale ouverte montrant la graine en position. 

2. Embryon en position, le tegument etant dechire (b) et le meme isole. 

3. Graine vue du cote du hile (a) et en coupe transversale (b). 



PI. 380 




E.Delpy.del 



Ed.Oberlin.li1h. 



A._DALBERGIA MAMMOSA. 
B BARIENSIS. 



LEGUMINOSEES 



DALBERGIA FUSCA 



Habite toute la Basse Cochinchine et particulierement les provinces de Bien hoa et de Binh Thuan. Herb. 
Pierre, n. 1706. 

Jeunes rameaux, petiole commun et folioles en dessous gris duveteux, prenant une teinte plus on moins 
foncee apres dessiccation. Folioles au nombre de neuf a onze distinctement petiolulees, obcuneiformes, un peu 
inegales, obtuses ou subaigues a la base, arrondies et emarginees au sommet, tres coriaces, legerement plus 
pales en dessous qu'en dessus, munies de treize paires de petites cotes aussi elevees, sur les deux faces, que 
la nervation intermediate descendante de Fare forme par elles et distant de la marge. Grappes axillaires ou 
terminales assez courtcs et ramifiees. Calice a peine pubescent. Etamines glabres unies dans la plus grande 
longueur de leurs dix filets en une gaioe ouverte en face du vexillum. Petales oboves, pedicules, le vexillaire 
obcorde et sans glande. Fruit 1-2 sperme, pedicule, attenue aux deux extremites, aigu a la base, obtus au som- 
met, legerement nerve, reticule particulierement en face de ses graines peu bombees. 

Tr&s be] arbre dont Je tronc a un diametre de 80 cm. et dont le bois rouge-brun est employe a toules sortes d'applications particulierement en 
ebenisterie. Jeunes rameaux epais de 1,5 a 2 mm. Petiole commun long de 7 a 10 cm. Petiolules longs de 3-4 mm. Folioles longues de 2,5 a 4,3 cm. 
sur 1,7 a 2,2 cm. Grappes longues de 4 a 5 cm., dont les ramules ont de 5 a 10 mm. Pedicules longs de 2,5 mm. Calice long de 2,5 mm. et 
presque entierement glabre a l'etat adulte. Le vexillum un peu plus long que 4 mm. est a peine plus grand que les aulres petales. Le tube staminal, 
d'apres les restes accompagnant le fruit, est certainement ferme en avant et ouvert en arriere. Les anlheres sont didymes. L'ovaire longuement 
stipite est glabre. Le fruit long de 6 a 10 cm. est large de 1 ,7 a 2 cm. Son pedicule est long de 8 mm. 

Le D. fusca est du groupe Sissoo et pourtant, d'apres ses feuilles et son fruit, ses affinites sont avec le D. 
laneeolaria Linn, de la section Dalbergaria dont il a presque le fruit, fruit, il est vrai, quoique avarice, non 
encore arrive a maturite. Observons encore que le petale vexillaire est depourvu de caliosite, que ses folioles 
sont moins nombreuses et plus petites que dans les varietes du D. laneeolaria. Par droit de priorite, elle devient 
rAmerimnon fuscum Pierre. 

Pres du D. fusca, devra prendre place une plante de la meme region, connue aussi sous le nom de cam lai 
par les Annamites et de chhceu lai bon doum par les Mois, et dont le bois, dit-on, est aussi precieux et de meme 
couleur. Entierement glabre, ne se depouillant pas en saison seche, ses feuilles ont un petiole commun long de 
onze cm. et le nombre de ces folioles est de 13. Longues de 2 a 3,6 cm., larges de 1,2 a 1,3 cm., elles sont 
oblongues obtuses et attenuees a la base, arrondies et emarginees en haut mais souvent aussi attenuees et obtuses. 
A peine plus pales en dessous, d'une teinte brune en dessus, elles ont 7 a 8 paires de petites cotes tres fines sur 
les deux faces. 

Tres voisine du D. fusca, cette plante s'en distingue aisement par ses folioles plus nombreuses, plus petites, 
plus oblongues et entierement glabres : Le D. aestivalis est assez commun pres de la montage Lu dans la vallee 
du Dongnai. Par droit de priorite, elle devient Y Amerimnon aestivale Pierre. 

Le D. laneeolaria Linn existe aussi dans toute Flndo-Chine. Les formes suivantes meritent d'etre notees : 

a) Var calycina. — Folioles au nombre de neuf a onze, glabrescentes. Tube du calice nerve, de bonne heure 
entierement glabre aussi long que ses lobes lanceoles, tres cilies, obtus, excepte Fanterieur plus long et aigu. 
Ovaire en partie tomenteux ou presque glabre sur ses faces. Ovules au nombre de quatre a cinq. Habite le Cam- 
bodge Herb. Pierre, n. 368. 

b) Var tonkinensis. — Folioles au nombre de 13 a 15 pubescentes en dessus, puberulentes ou presque glabres 
en dessous, glabrescentes. Arrondies aux deux extremites ou emarginees en haut. Lobes de calice plus courts 
que son tube pubescent, Fanterieur aigu. Ovaire velu contenant quatre ovules. Habite le Tonkin. Balansa 
n. 2289. 

c) Var frondosa. — D. frondosa Roxb. — Folioles de la variete precedente mais un peu attenuees a la base. 
Calice a lobes lateraux et anterieur, aigus et plus longs que les deux posterieurs arrondis, tous plus courts 
que le tube pubescent. Tous les petales £gaux ou ceux de la carene a peine plus petits. Ovaire a faces pres- 
que glabres contenant le plus souvent trois ovules. Habite le Concan. 

d) Var zeylanica. — D. zeijlanica Roxb. — Folioles 11-15 obcuneiformes a peine puberulents, glabrescents. 
Calice a lobes, tous lanceoles et aigus, Fanterieur plus long que le tube pubescent. Les ailes de la corolle plus 
longues que la carene, aussi longues que le vexillum. Ovaire velu contenant quatre ovules. Habite Ceylan. 

A ne considerer que les arbres du groupe Dalbergaria, les deux especes suivantes sont encore a citer . 



D. SAIGONENSIS 

Folioles au nombre de neuf, a petiolule long de 4 mm., longues de 2 a 4 cm. sur 1,5 cm., arrondies 
aux deux extremites, mais toujours emarginees en haut et un peu attenuees a la base, legerement poilues 
en dessus, d'un noir intense a Fetat sec, munies de 8 a 10 petites cotes elevees sur les deux faces. Grappes 



pube entes pres de deux fois plus courtes que les feuilles. Pedieules longs de 2-3 mm., bibraeteoles 
et velus. Calice pubescent, a lobes a.gus sauf les posterieurs arrondis, tous plus courts que le tube. Vexillum 
obcomqoe emargme, a.gu a la base et sans glande, de meme longueur que les ailes falciformes. Les folioles 

ovuts Trnif Z v" n \ T- T- - "" *"*• ^ CmHeS que les aiks ' 0vaire § labre P our ™ de <K"tre 
ovules. Fru, st.p.te (5-7 mm.), hnea.re oblong, glabre, bombe en face des graines et celles-ci au nombre de 

i«2Ewjnr t £ i\ u rois ' Att6nu6 aux deux bouts ou arrondi en haut et aigu en bas ' sa iongueur 

Le bois de cet arbre sert a faire des courbes. II offre cette particular^ que le bois englobe la partie corticale 
ZT'pierZ a ^ ^ qUi ^ rend d ' Un ^^ reStreinL Herb - PiSrre > H - 222 ' ****** Saigo- 



DALBERGIA ANOMALA 

Toutes les parties noiratres sauf l'ecorce grise et les jeunes pousses de meme que l'inflorescence fer- 
rugmeuses pubescentes. Folioles au nombre de 9 a 13 portees par un petiolule long de deux mm., longuesde 
2 a 4 5 cm., larges de 1,5 a 2,2 cm., elliptiques un peu oborees, emarginees, arrondies et a peine attenuees en 
fias, glabrescentes mais assez longtemps pubescentes en dessus, legerement pales en dessous, munies de 8 a 9 
paires de pet.tes cdtes bien nettement dessinees sur les deux faces de meme que la nervation intermediaire 
Grappes ramifiees axillaires ou terminales plus courtes que les feuilles. Calice a lobes plus courts que le tube 
pubescent et plus ou moins oblus. Petales pedieules tous sinues a la base, mais a lobes obtus, le vexillum 
emargine et assez profondement corde, l'aile un peu fulciforme et obove, la carene a sinus assez allonge plus 
courteque les autres. Tube staminal entierement fendu et pourvu de neuf etamines. Ovaire legerement pubescent 
muni de quatre ovules. Fruit lineaire oblong contenant une a quatre graines, bombe en face de celles-ci, glabre 
nmratre, porte par un pedicule long d'un cm., attenue et aigu a la base, arrondi au sommet, long de 6 k 
ll,S cm. avec le pedicule et large de d,6 cm. 

Cette espece aussi repandue que la prccedente au Cambodge et dans toule la Basse Cochinchine y est connue 
sous le nom de xim quat. Elle en a aussi le bois. C'est un arbre a peine plus grand, pouvant atteindre vin»t 
metres de hauteur. Par ses feuilles plus elliptiques, les lobes de son calice obtus, le vexillum corde, l'ovaire 
non glabre et aussi par le fruit un peu plus large, il est possible de le distinguer du D. saigonensis. Herb. 
Pierre, n. iOM. Amerimnon anomalum Pierre. 



DALBERGIA DUPERREANA 



dom Ktnofig ou Tonon 



Habite la montagne Chereev dans le Cambodge. Herb. Pierre, n. 4039. Amerimnon Duperreanum Pierre 
Entierement glabre a l'etat adulte. Folioles au nombre de 9 a 47 assez longuement petiotulees, lineaires, 
oblongues, acuminees et a pointe generalement obtuse, aigues ou arrondies a la base, coriaces, glabres, un peu 
glauques en dessous et d'une teinte legerement jaunatre. Grappes fructiferes aussi longues que les' feuilles. 
Fruits oblongs, dispermes ou monospermes, assez longuement stipites, attenues ou aigus aux deux extremites^ 
bombes en face des graines a nervation tres fine, coriaces et de couleur purpurine. 

Arbre de 10 a 20 metres, dont le tronc a un diametre de 30 a 40 cm. Son bois rouge-brun et aussi estime que eelui du Pilocarpus cambodianm. 
De la son nom Rmer. II est Ires apprecie en ebenisterie. Les jeunes rameaux ainsi que ses feuilles nouvelles sont pourpres. Le petiole commun 
a de 4 a 6 mm. Le limbe a de 7 a 9 cm. sur 2 a 2,6 mm. 11 est pourvu d'une quinzaine de paires de petites cotes assez en relief sur les deux faces 
dememe que la nervation tertiaire. La grappe fructifere est longue de 20 a 25 cm. Le fruit est long de 13 a 16 cm. et atteint 17 cm. avec son 
pedicule. Les graines sont celles du D. fusca, mais un peu plus grosses. 

Cette espece se distingue facilement des precedentes par ses feuilles lineaires et son fruit tres large. Ses plus 
grandes affinites sont avec lesD. bariensis et D. mammosa. {Amerimnon bariense et Amerimnon mammosa. Pierre.) 

EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 384. 



A. Rameau fructifere du Dalbergia fusca ou Amerimnon fuscum. Pierre 

1. Fruit entier et d^chire montrant la graine en position. 

2. Graine et endocarpe. 

3. Graine d^chiree montrant l'embryon. 

4. Coupe transversale d'un fruit en face d'une graine. 

B. Rameau fructifere du Dalbergia Duperreana ou Amerimnon Duperreanum Pierre. 

1 . P6ricarpe dechire montrant la graine en position. 

2. Graine vue du cote du hile. 

3. La meme montrant l'embryon en position (a) et isole (b). 

4. Coupe d'un fruit passant par une de ses loges seminales. 




E.Delpy, del 



Ed.CTbeiiin.lith. 



A._DALBERGIA FUSCA. 

B DUPERREANA. 



LEGUMINOSEES 



DALBERGIA DONGNAIENSIS 



Habite les provinces de Bien hoaet de BinhThuan. Herb. Pierre, n, 4705. 

Toutes les parties entierement glabres et de couleur purpurine, sauf rinflorescence revetue de poils rares et fugaces. 
Folioles au nombre de 9 a 43, a petiole ct petiolules greles, oblongues, lanceolees, obtuses mais mucronees dans 
le jeune age, aigues a la base ou subaigues, membraneuses ou a peine coriaces, d'une teinte jaunatre uni- 
forme et munies de huit a dix paires de petites cdtes, de meme que la nervation tertiaire, quoique fines, nettement 
relevees sur les deux faces. Grappes ramifiees, a peine pubescentes et bientot glabres, plus courtes que les feuilles. 
Calice legerement pubescent, a dents lanceolees et aigues, sauf les posterieures obtuses. Petale vexillaire a limbe 
orbiculaire decurrent en un pedicule assez long pourvu d'une callosite reniforme et plus long que les autres 
petales. Ceux-ci pourvus lateralement d'un appendice obtus. Etamines distributes en deux faisceaux libres. Antheres 
didymes. Pedicule de Fovaire hispide. Ovules au nombre de deux. 

Arbre de 20 a 25 metres dont le bois est dit-on, estime" et propre a l'ebenisterie. Jeunes rameaux 6pais de un mm. Le petiole commun est 
long de 15 cent. Le petiolule est long de 5 mm. Les folioles ont de 4 a 5 mm. de longueur sur 1,5 cm. de largeur. Les grappes sont tongues de 4 a 
6 cm. et a peine pubescentes de meme que les pedicelles deux fois au moins plus courts que le tube calicinal. Celui-ci a 7 mm. sur 3,5 mm. Le 
petale vexillaire a 7,5 a 8 mm., tandis que ceux des ailes ont 7 m. et ceux de la carene, connCs en haut, 6,5 mm. Ges derniers, sur un seul cote, ont 
le limbe prolong6 enun appendice obtus. lis sont d'ailleurs tous longuement p6dicul6s. L'ovaire a un pedicule long de 2 3/4 m. et un style long de 
3 mm. dirige" horizontalement aussi long que lui. 

Le fruit de cet arbre n'est pas connu ou du moins ne peut lui elre rapporte d'une maniere certaine. (Test une 
espece du groupe Dalbergaria, voisine de D. bariensis. Par droit de priorite, elle devient YAmerimnon dongnaieuse 
Pierre. 



DALBERGIA COCHINCHINENSIS 

Annam : Trdc ou Tdc. 

Habite toutes les parties de la Basse Cochinchine, mais principalement les provinces a Test du Mekong. Herb. 
Pierre, n. 4710. Coll. Bois, n.l<M. 

Hors les grappes axillaires ou terminates et legerement pubescentes, entierement glabre. Folioles petiolulees, 
au nombre de 7 a 9 ovales ou elliptiques oblongues, acuminees, a pointe large, pourvue d'un robuste mucron ; 
attenuees legerement a la base obtuse ou arrondie ; coriaces, brillantes en dessus, un peu pales en dessous, munies 
dehuit a dix paires de nervures secondaires assez fines, a peine plus elevees en dessous de meme que la nervation 
tertiaire et le systeme veineux areole. Grappes plus courtes que les feuilles. Pedicelles plus courts que les bracteoles 
qui le terminent. Calice glabre a tube a peine plus long que ses lobes lanceoles et aigus ex cepte les posterieurs peii 
libres et arrondis. Petale vexillaire obove, a peine emargine decurrent en un petiole assez long et epais, plus long 
que les autres petales. Etamines au nombre dedix, unies un faisceau unique ouvert postericurement. Ovaire conte- 
nant cinq ovules, glabre excepte son pedicule. Fruit oblong, aplati, lisse, d'une teinte pale, non releve en face des 
graines, decurrent enbas en un pedicule assez long ; obtus, arrondi ou pointu en haut ; contenant le plus souvent une 
a deux graines. 

Arbre de 25 a 30 metres. Tronc grisatre dont le diametre atteint 70 a 80 cm. Bois rouge fonce, dense, lourd, prenant une teinte d'ebene 
avecl'age ; communement usit6 en eb6nisterie et pouvant s'appliquera toutes les oeuvres de construction, demandant solidite et duree. Incontesta- 
blement, une des essences les plus utiles de la conlree et dont la culture s'impose. Par cela meme qu'elle est precieuse, elle est devenue rare dans 
toutes nos provinces, et les arbres ag6s se trouvent dans les locality les plus recuses et d'exploitation difficile. Son ecorce epaisse de 4 a 5 mm., 
grise, sans crevasses, reticulee au dehors, blanche en dedans est Ires fibreuse. Elle est libriforme c'est-a-dire formed d'une vingtaine de feuillets 
faciles a compter sur le sec. Son aubier est blanc jaunatre, d'un tissu subcorne 6pais de 5 a 6 cm. 11 est gen^ralement rejele dans les oeuvres deman- 
dant une tres longue duree. Toute la partie centrale est d'un rouge brun fonce ainsi qu'il a el6 dit, mais dScoupee de zones ondulees epaisses d'un 
demi a un mm., alternativement d'une teinte plus fonc^e ; indiquant les couches annuelles du bois. Cette bigarrure donne a cette essence un cachet 
propre qui en rel&ve la beaute. 

Lesjeunes rameaux, epaisde2mm., sontgris. Le petiole commun est long de 8-12 cm., et les petiolules de 4-5 mm. sur 1 1/idemm. Les folioles 
inf^rieures ont 3 cm., sur 1,8 a 2,4 cm. et les supe>ieures 7,5 cm. sur 2,8 a 3,2 cm. Le mucron est toujours persistant. Les grappes ont 8-12 cm. 
etles pedicelles 1 3/4 m. de longueur. Les bracteoles sont presque aussi longs que le tube calicinal quia 2 3/4 mm. Les lobes varient entre un mm. 
el un mm. 3/4. Le petale vexillaire, denuS de callosite, a 6 mm., tandis que ceux de l'aile n'ont que 51/4 mm et ceux de la carene 5 mm. de lon- 
gueur. Ces derniers ont un sinus plus ou moins profond a la base de leur limbe et un pedicule plus allonge que celui du vexillum. L'ovaire long de 
2 mm. est plus court que son pedicule legerement pubescent et bientot glabre. Le style curve horizontalement est lermine par un stigmale puncti- 
forme. Sur les cinq ovules, les deux de la region inferieure sont, meme dans le bouton, beaucoup plus petits que les autres. Le fruit n'a commune- 
ment qu'une graine. II est long de 4 a 5 mm. sur un a 1, 3 cm., en comprenant son pedicule de 8 mm. La graine longue de 7 mm. environ, a 
exactement la conformation des especes pr6cedentes. 

Cette plante a presque exactement le fruit du D. Sissoo et appartient au meme groupe d'especes. Sauf des folioles 
de forme bien differente, des sepales non cilies, cinq ovules au lieu de quatre et quelques minimes differences, on 
ne saurait comment les distinguer. Par des folioles plus petites, plus nombreuseset plus allongeeson ne saurait, 



ega ement, en 1 absence de fleurs, la distmguer du C. cambodiana, qui a pourtant aussi les fruits plus etroits et 
plus longuement pedicu es, mais les a aussi presque conformes a ceux du D. Sissoo. Cependant le D. cochinchineusis 
a une stature plus elancee, un tronc moins gros que le C. cambodiana. Par droit, de priorite, il faut l'appeler Anw- 
rmnon cochinchinense Pierre. F 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 382 

A. Rameau florifere du Dalbergm donpiaiensis ou A merimnon dongnaieuse Pierre. 

1. Divers etals dela fleur. 

2. Calice ouverl et entier. 

3. Petale vexillaire [a). Aile (b). Carene (d). 

4. Androc^e et ovaire. 

5. Anlhere et pollen. 

6. Ovaire dechirS montrant les ovules en position. 

B. Rameaux florifere et fruclifcre du Dalbergia cochinchineusis ou Amerimnon cochinchinense Pierre 

1. Fleurs. 

2. Calice. 

3. Petales. Vexillaire (a). Aile (b). Carene (d). 
4-5. Androcee et anthere. 

6-7. Ovaire entier et decbire montrant les ovules en posilion. 

8. Fruit dechire montrant la graine en position. 

9. Graine d6chir£e et embryon en position et isole. 




III/ 



3^ ^3 C 4 



E Delpy. del . 



Ed.Oberim.lith. 



A. _ DALBERGIA DONGNAIENSIS 
B COCHINCHINENSIS 



LCGUMINEUSES 

DALBERGIA CAMBODIANA 



Habite le Cambodge principalement dans les provinces de Banteas Meas, Kamput, Tpong et Samrongtong. Herb. 
Pierre, n. 4709. Collection Bois, n. 158. 

Glabre. Folioles elliptiques ou ovales lanceolees, larges, tronquees ou attenuees a la base le plus souvent arron- 
die, a pointe largo arrondie mais mucron^e, coriaces, un peu noiratres en dessus,d'une teinte plus pale en dessous, 
munies de6a8 paires de petites cotes largement espacees, fines, mais releveessur les deux faces ainsi que la ner- 
vation tertiaire. Panicules terminates et axillaires, entierement glabres a Petat fructifere. Fruit aplati, oblong lon- 
guement pedicule, attenue et aigii en haut, sans elevation en face des graines, d'une teinte grise et pale, contenant 
le plus souvent une seule graine. 

Arbre de 30 a 35 metres. Petiole commun long de 4 a 14 cm. Petiolule long de 4 a 5 mm. Folioles longues de 7,5 11,5 cm. sur 4 a 
6,5 cm., subdeltoides et quelquefois subcordees, mais le plus souvent arrondies a la base. Panicules longues de 6 a 12 cm. Calice fructifere 
glabre un peu plus long que son pedicelle. Fruit long de 5 cm. en comprenant son pedicule long de 1 cm., large de 9 mm. Graine du D. 
Sissoo et du D. Cochinckinensis . 

Le tronc de cet arbre a de 80 cm. a 1 metre 20 cm. Son ecorce grise est celle du D. Cocbinchinensis, epaisse de 6 a 7 mm. el formee de 
couches fibreuses lamelliformes. Son aubier est epais de 6 a 8 cm. Son vieux bois a une teinte plus fonc6e que celui du D. Cochinckinensis, 
mais alternalivement pourvu de bandes d'une teinte plus claire ou plus nuancee d'ebene. Industriellement on ne saurait distinguer le bois 
des deux especes, bois egalement appreci6 et susceptible des memes applications. 

Ainsi qu'il a ete dit plus haut, le nombre des folioles et surtout leur forme et dimension, ne permettent pas 
d'unir les deux especes D. cochinckinensis et D. cambodiana. Le era nhung dont Texploitation est reservee aux be- 
soins du roi, bien que tres abondant autrefois dans les provinces occidentales du Cambodge, y est devenu au- 
jourd'hui assez rare. De la son prix eleve. Sa duree est certainement tres grande, meme dans Teau saumatre. 
J'ai assiste a ^extraction de la riviere passant a Pnom Kan Ian, dans la province de Banteas Meas, de troncs 
enormesde cette essence qui y avaient sejourne plus de cinquanteans ei qu'un industriel faisait retirer. lis etaient 
en parfaite conservation. 

D'apres la loi de priority le, Dalbergia Cochinckinensis devient Amerimnon cochinchinense, Pierre. 



LINGOUM CAMBODIANUM 

Pterocarpus cambodianus. Pierre in distrib. 
Kmer : dom Khtnong. 

Habite les provinces de Tran et de Samrong tdng au Cambodge, Herb. Pierre, n. 516. 

Jeunes rameaux, petiole commun, petiolule, folioles et inflorescence gris puberulents. Folioles au nombre de 7 a 
43, le plus souvent de 9 all, assez longuement petiolulees, ovales ou elliptiques oblongues, courtement acumi- 
nees, obtuses, emarginecs en haut, arrondies a la base, membrancuses, plus puberulentes et pales en dessous 
qu'en dessus, munies de 10 a 14 paires de petites cdtes, de meme que la nervation tertiaire et les veines reticu- 
lees un peu moins elevees a la page superieure qu'a Tinferieure. Grappes axillaires toujours simples, a fleurs ses- 
siles ou longuement pediculees pourvues de deux bracteoles lanceolees. Calice pubescent a tube plus long que 
ses lobes subaigus sauf les posterieurs obtus, parcouru de nervures colorees en rouge ou glanduleuses. Pe^ales on- 
dules deux fois plus longs au moins, le vexillaire emargine plus long que les autres, tous pedicules. Tube staminal 
partage en deux faisceaux. Ovaire biovule, pedicule, gibbeux a Tetat adulte, plus court que son style, tres velu. Fruit 
le plus souvent monosperme semilunaire, fortement echancre sur un c6te, a pointe stylaire plus rapprochee du 
sommet que de la base, tournee en bas et presque glabre a Tetat adulte. 

Arbre de 20 a 25 metres, a tronc rugueux. Bois rougeatre tirant sur le brun, a fibres assez noueuses ou ondulees, bien que senses, 
assez lourd, excellent pour travaux de charronage, moulin a sucre, et propre a l'6b6nisterie. Les jeunes rameaux sont cannel6s, d'un gris- 
fonce, bientol glabres. Le petiole commun est long de 10 a 15 cm. et les petiolules de 5 mm. Les folioles ont 5,5 a 6,5 cm. de longueur sur 
3,5 a 4 cm. delargeur. Les grappes sont longues de 7a 9 cm. Je les d^cris simples, bien que rationnellement il faudrait considerer les pedo- 
cules, comme des ramules de la grappe. En effet, la presence a la base du calice de deux bracteoles caduques longues de 2 a 3 mm. est 
l'indice que ce n'est pas un p^dicelle mais une division du rameau principal aboutissant a une fleur sessile. En effet, on trouve sur l'axe des 
fleurs absolument sessiles et privees de bracteoles. Le calice obconique est long de 6 a 7,5 mm. La p6tale vexillaire a 1,6 a 1,7 cm. de lon- 
gueur tandis que ceux de l'aile et de la carene ont 5 mm. seulement. Ovaire long de 3,5 mm. porte par un pedicule de 2 mm. et termini par 
un style long de 4 m. Avant la chute des p6tales, des la f6condalion, cet ovaire s'etend beaucoup lateralement et le style, presque 
terminal, incurve sur un cote\ est alors plus pres du sommet que chez le Lingoum indicum. Le fruit d'ailleurs offre la meme position stylaire 
et se pr6sente semilunaire, son aile ne s'elendant uniform£ment que d'un cote. II a un pedicule long de 1,5 cm. et un diametre de 4 cm. La 
graine est entour£e d'un arille incomplet. 

Cette espece ne peut etre confondue avec le L. indicum 0. K. parce que ses folioles sont plus petites, que son 
fruit n'est pas echancre profondement a la base, que son aile ne s'etend pas egalement de chaque cdte des graines, 



enfin parce que son ovaire ne contenant que deux ovules, tandis qu'il yen a quatre chez le L. indicum, necessai- 
rement son fruit est monosperme ou rarement disperme tandis que leplus souvent le fruit du Lingoum indicum 
possede3a 4 graines ou loges. Ce caractereest deja indique par Rumphius (Amboine, III, 205) et aussi par Rox- 
burgh [Fl. fnd. edit. Clarke, p. 538]. Ce dernier observe encore exactement que sur les quatre loges du fruit, 2 ou 3 
avortent. 

Jc ne comprends done pas Kurz qui a vu croitre danslejardin botanique de Calcutta le L. dalbergioides (Roxb) 
Pierre remarquable par ses folioles oblongues lanceolees et par son ovaire toujours biovule, cite Bedd sylv. 
t. 23 qui est bien le D. dalbergivides Roxb, sous le P. indicus [Burm. L 349]. D'ailleurs, M. Prain [in King. Flor. 
Malay. Penins, 124, 1897] vient de separer, a juste droit, les deux especes. 

11 yauneautre plante, cultivee a Pondichery et a Madras que nous rapportons au Lingoum Wallichii W. et A. 
Pierre, et dont voici la description : Jeunes rameaux cendres et blancs epais de 2 mm. Folioles (petiolule 4 m. limbe 
de 3,5 a 4,5 cm. de long sur 3 a 3,3 cm.) ovales, abruptement acuminees ou arrondies el alors emarginees, toujours 
arrondies a la base, souvent orbiculaires, glabres excepte quelquefois le petiolule et la cote, luisantes en dessus, 
munies de 5 a 6 paires de petites cotes elevees sur les deux faces, mais fines comme dans la nervation tertiaire. 
Grappe fruclifere a peine ramifiee deux fois plus courte que les feuilles. Fruit a pedicule depassant a peine le 
calice, long de 4 a 6 mm , un peu plus long que large, contenant deux loges dont une seule fertile, le style ascen- 
dant situe lateralement a egale distance du sommet et de la base ; celle-ci arrondie et a peine sinuee ; long de 
4,5 cmm. sur 4,3 cm., legerement roux pubescent, fortement nerve a la surface des loges. Herb. Pierre n. 6CM5. 

Par ses feuilles ovales, souvent orbiculaires par son ovaire biovule, son fruit monosperme non echancre a la base, 
cette plante n'est pas le L. indicum 0. K. Elle n'est pas aussi le L. santalinum 0. K. dont le style fructifere est 
situe plus bas, quoique releve et dont les folioles sont plus grandes. Mais elle a plus de rapports avec cette derniere 
qu'avec la precedente si on considere le fruit biloculaire. Elle se rapproche encore par le meme caractere biovule 
de TovaireduZ. dalbergivides, bien que le tube staminal ouvert seulement d'un cote chez elle et formant deux 
gaines chez le L. dalbergivides, de meme que la forme des feuilles, defendent leur union. Pour toutes ces raisons le 
L. Wallichii (W. et A.) Pierre doit etre tenu legitime. 

D'autres especes a ovaire biovule existent en Rasse Cochinchine que je vaisindiquer brievement. 



LINGOUM GRACILE 

Ptero carpus gracilis Pierre in distrib. 

Jeunes rameaux, feuilles et fruits pubescents. Folioles au nombre de 5 a 41 [pet. 4-5 mm; limbe 3 a 9 cm. de lon- 
gueur sur 2,3 a 3,5 cm. largeur] les inferieures ovales, les superieures oblongues acuminees, chartacees brillantes 
en dessus, pales et puberulentes en dessous, munies de 8 a 43 petites cotes tres fines elevees sur les deux faces de 
meme que la nervation tertiaire. Grappes fructiferes simples longues de 5 cm. Fruit long et large de 7,5 cm, orbi- 
culaire a pointe stylaire au niveau du pedicule etterminant un- sinus ondule ou presque horizontal, roux pubescent, 
muni de deux loges dont une seule le plus souvent est fertile. Pedicule long de 4 cm. 

Habite la province de Tpong pres de la chaine Rancon, Herb. Pierre n. 4043. 

Par ses rameaux ties greles, ses feuilles superieures oblongues lanceol6es et son fruit, tres grand, ne peut etre ni le L. dalbergivides, 
ni le L. macrocarpu, Kurz. 



LINGOUM OBLONGUM PIERRE 

Pterocarpus oblongues Pierre in distrib. 

Folioles au nombre de 9 a 14, oblongues a la base, lineaires oblongues plus haut, lanceolees et a pointe mince 
mais obtuse et mucronee, puberulentes en dessous, brillantes en dessus, d'une teinte verdatre a peine plus pale 
en dessous, longues de 5 a 9,5 cm. sur 2 a 3 cm., munies de 42 a 45 paires de petites cotes tres fines et elevees 
sur les deux faces de meme que la nervation tertiaire et les veines. Grappes longues de 2 a 5 cm. pubesc-ntes. 
Fruits biloculaires, monospermes presque orbiculaires, pubescents, portes par un pedicule long de 8 a 40 mm. 
bombes et nerves vers l'aire seminale, a style tres court situe au niveau inferieur des graines, longs de 5,5 cm. 
sur 5,3 cm. 

Espece bien caracterisee par ses feuilles et ses fruits presque egalement arrondis, a la base, sur les cot6s du 
pedicule, bien que rarement echancres sur un des cdtes. 

Habite la province de Rien hoa pres de Bao Chianh. Herb. Pierre, n. 4847, ou elle est connue sous le nom de 
Giang huong, nom generique du bois de tous les Lingoum. 



LINGOUM PEDATUM 

Pterocarpus pedatus Pierre in Distrib. 

Folioles au nombre de 5 a 7 [pet. 5 mm ; limbe 8,5 cm. sur 4 cm.] ovales acuminees chez les inferieures, elliptiques 
lanceolees ou abruptement acuminees chez les superieures, a pointe obtuse courte mais mucronee, d'une teinte vert 
pale et pubescentes en dessous munies de 10-15 paires de petites cotes elevees, quoique fines, sur l'une et Fautre 
face dememe que la nervation tertiaire. Grappes fructiferes pluscourtes que les feuilles, simples, pubescentes, a 



pedicules longs de 2 mm. Calico obconique a dents courtes et aigiies, tres velu. Ovaire stipite, plus long que son 
style et velu comme lui. Fruit biloculaire monosperme, tres longuement stipite [pedicule long de 2,2 cm.] plus 
large que long [6,8 sur 7,2 cm] a pointe stylaire au niveau du pedicule, abase a peine echancree, d'un roux pubes- 
cent sur toutes les parties. 

Par la forme du fruit se rapproche du L. gracile mais n'en a pas les folioles oblongues, ni le court pedicule. 

Habite Tile de PhuQuoc. Godefroy, n. 298; Herb. Pierre, n. 6547. 



LINGOUM PARYIFOLICM 

Pterocarpus parvifolius Pierre in dist. 

Folioles au nombre de 5 a 9 [pet. 3 mm ; limbe long de 2,5 sur 4,5 cm. large de 2,3 a 3,6 cm.] ovales ou 
suborbiculaires, arrondies a la base, abruptement terminees par une pointe obtuse, glabres ou pourvues de poils 
tres fins, a peine coriaces, munies de 8 a 40 paires de cotes fines mais distinctes sur les deux faces de meme que 
la nervation tertiaire. Grappes plus courtes que les feuilles axillaires et simples? Fruit monosperme ou dis- 
perme, fortcment echancre sur un cote audessus du pedicule, long de 1,3 cm. eleve dans la region seminale et la 
nerve, glabre ou presque glabre, pourvu d'une pointe stylaire tres courte presque recourbee vers Techancrure 
basilaire, long et large de 5,6 cm. 

A presque les folioles du L. Wallkhii mais non le fruit. 

Habite la prefecture de Baria, sur la montagne Dinh, Herb. Pierre n. 125. C'est un arbre de 25 a 30 met. 
dont le bois est gris brun un peu rougeatrc. 



LINGOUM GLAUCINUM 

Pterocarpus glaucinus Pierre in distrib. 

Folioles au nombre de 5 a 9 elliptiques ou suboblongues [pet. 3 mm ; limbe 3,5-5,5 cm. sur 2-2,7 cm.] arrondies 
a la base, lanceolees ou plus ou moins abruptement acuminees, a pointe courte et obtuse, mais mucronee, pu- 
berulentes en dessous a Tetat adulte, mais a poils subtils ou invisibles a l'ceil nu, coriaces, plus ou moins glau- 
ques, munies de 8-15 paires de petites cotes fines mais distinctes sur les deux faces de meme que la nervation ter- 
tiaire. Grappes terminates ou axillaires, ramifiees plus courtes que les feuilles a pedicclles (1 cm.) aussi longs que le 
pedicule des fruits. Ceux-ci fortement echancres, a la base, sur lc cdte stylaire, longs de 5-8 cm. sur 5,2 cm de large, 
munies de trois loges et souvent de deux graines assez bombees, certainement enlourees d'un arille lobe et court, 
a surface presque glabre a Tetat adulte et a style situe au-dessous de Tinsertion seminale, a peine proeminent. 

A de grands rapports avec le L. indicum 0. K. quant aux feuilles, mais elles sont glauques, le style est situe en bas et n'est pas 
releve. 

Habite toute la Basse Cochinchine Herb. Pierre, n. 126. Arbre de 30 a 40 metres, a tronc rugueux, bossele, 
a bois ne differant pas de celui des autres especes. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 383 

A. Rameau fructifere du Dalbergia cambodiana ou Amerimnon cambodianum. Pierre. 
i . Fruit dechire montrant les graines en position (a) et en coupe transversale (b). 
2. Graines. 

3-5. Une graine, a tegument dechir6 montrant l'embryon en position et isole. 

B. Rameaux tlorifere et fructifere du Lingoum cambodianum ou Pterocarpus cambodianus. Pierre. 

1. Fleurs adultes. 

2. Petales vexillaires (a) de la carene (b) et de l'aile (c). 
3-4. Calice. 

5. Androcee et gynec6e. 

6-7. Ovaire entier et d6chir6 montrant les ovules en position. 

8. Jeune fruit. 

9. Fruit adulte. 

10-12. Graine et embryon. La figure 11 (a) montre un arille incomplet a la base de la graine, arille non mention^, dans ce genre, par les 
auteurs. 



PL 383 




E.Delpy, 



Ed.Oberlm.Lith. 



A._DALBERGIA CAMBODIANA 
B._LINGOUM CAMBODIANUM. 



LEGUMINEUSES 



D1ALIUM COCHINCHINENSE 



Kmer : ca lang. 



Habite toutes les parties de la Basse Cochinchine et le Cambodge. Herb. Pierre, n. 423; 4814; 4026: Coll. 
Bois ,n. 97. 

Jeunes rameaux glabrescents, de meme que le petiole commun, les petiolules puberulents dans le jeune age. 
Folioles au nombre de 5 a 9 mais le plus souvent au nombre de cinq a sept, elliptiques arrondies ou aigues a la base, 
obtuses acuminees puberulentes sur les deux faces ou entierement glabres, ponctuees, lucides et un peu verdatres, 
en dessus, opaques en dessous, legerement coriaces, munies de 6 a 40 paires depetites cdtes assez fines distinctes de 
meme que la nervation tertiaire et les veines de chaque cote. Grappes axiilaires et terminates plus longues que les 
feuilles recouvertes de poils un peu roux ou gris. Pedicelles moitie moins longs que les sepales etcomme eux pubes- 
cents, mais ces derniers simplement puberulents en dedans. Etamines a filets aussi longs que les antheres. Connectif 
pubescent dans toute sa longueur dorsale. Ovaire legerement roux tomenteux a style glabre un peu plus long que lui. 
Ovules au nombre de deux. Fruit ovoide, puberulent. Graine elliptique. 

Arbre de vingt-cinq a trente-cinq metres assez commun. Tronc droit. Ecorce lisse epaisse de onze cm. Celte 6corce tres astringente est usit6e 
dans la m6decine indigene ; rouge fonc£e, elle remplace Yarek pour la mastication du betel, quand cette noix manque. Le bois a un aubier de huit cm. 
d'epaisseur chez les arbres ages de 20 a 30 ans. II est dur et est utilise dans les constructions ordinaires. Le coeur rouge, tres brun, est d'une 
densite considerable. C'est le meilleur bois de charronage que Ton connaisse. Comme son grain est tres fin et qu'il a des bandes d'une teinte plus 
foncee alternant avec d'autres d'une nuance plus pale, il est aussi prise en menuiserie et en 6benisterie. Sa duree est considerable. Je n'ai jamais 
rencontre des arbres ayant plus de 40 a 50 cm. de diametre, parce que les plus ages sont exploites a partir de cet age. En resume^ une des meilleures 
essences de la Cochinchine et exigeant sa place dans le reboisement de nos forets. 

Les jeunes rameaux ont 1 a 1,5 mm. de diam. Le petiole commun a 10 cm de longueur et les petiolules 4 mm. Les folioles inferieures souvent 
delto'ides ont 3,5 sur 2,5 cm. el les supe>ieures elliptiques ou meme oblongues ont de 6 a 10 cm. sur 3,5 a 4 cm. Les grappes ont de 8 a 12 cm. el 
leurs ramifications 3,5 a 2 cm. Les p6dicelles ont 2 cm. tandis que les s6pales, tres imbriqu6s, ont 4 mm. sur 2 3/4 mm. Les filets, des deux exa- 
mines, ont 2,5 mm. et les antheres elliptiques 2,5 mm. Le style a 1 3/4 mm. tandis que l'ovaire n'a qu'un mm. de longueur. Le fruit a de 1, 6 a 
2,2mm. sur 8a 12 mm. L'endocarpe de nature spongieuse, tres 6pais, entoure completement la graine; il est d'une teinte brune et d'une saveur 
douce. C'est un fruit estim6 des indigenes. 

Lesespeces de ce genre sont difficiles a distinguer et demandent a etre etudiees de tres pres. Celle que nous venons 
de decrire varie beaucoup par ses feuilles arrondies ou aigues a la base, petites ou grandes ; par son style entiere- 
ment glabre ou ca et la pubescent. Le fruit lui-meme ovoide ou suboblong pourrait faire croire a deux especes dis- 
tinctes. Celles decrites par M. Prain {King Flor. penins-malay, 474) avec lesquelles, notre plante offre le plus de 
rapports, sont les D. Maingayi, D.ambiguum et D. platysepalum Prain. 



APALATOA CHRYSANTHA 

Annam : cay ninh. 

Habite le delta du Mekong, le long des cours d'eau. Herb. Pierre, n. 449. 

Toutes les parties recouvertes de poils gris tres fins. Folioles au nombre de quatre a cinq, alternes, courtement 
petiolulees, le plus souvent arrondies ou tronquees a la base, ovales lanceolees ou elliptiques acuminees, a pointe 
large et obtuse, puberulentes et un peu glauques en dessous a Tetatadulte, coriaces, brillantesen dessus, munies de 
sept a huit paires de petites cotes tres fines reliees par des nervures tertiaires a peine plus elevees que les veines 
lachement reticulees. Grappes simples plus longues que les feuilles a rachis duveteux et a fleurs a peine plus longues 
que leurs pedicelles rapproches ou assez distants. Sepales elliptiques plus ou moins concaves et pubescents en partie, 
en dedans. Etamines au nombre de 8 a 12, le plus souvent de dix, a filets plus longs que les sepales et que les antheres 
elliptiques et versatiles. Ovaire roux tomenteux, a pedicule de la longueur du tube calicinal et glabre, plus long que le 
style glabre et contenant & a 5 ovules. Fruit ellipsoidc arrondi, attenue aux deux extremites, pubescent et strie 
horizontalement, ne contenant qu'une seule graine elliptique et peu bombec. 



Arbre de quinze a vingt meires, a rameaux ascendants plus longs que le tronc dont le diametre est de 30 a 40 cm. L'ecorce est cendree, lisse. Le 
bois est blanc et de peu d'utilit6 suivant les indigenes. Les jeunes rameaux sont epais d'un mm. un quart. Le petiole commun a 3,5 a 8 cm. de 
longueur et un mm. d'epaisseur. Le petiolule a 2 mm. et les folioles de 3,5 a 7,3 cm. sur 2,2 a 3,8 cm. La face superieure devient de bonne heure 
glabrescente et leur teinte d'un brun rougeatre en dessus est un peu glauque et plus pale en dessous. Les grappes sont longues de 5 a 12 cm. Les 
pedicelles ont 3-4 mm. tandis que les quatre sepales ont 4 mm. de longueur. Les p&ales manquent. Les filets des antheres (5 1/4 m.) sont inseres 
au bord glauduleux de la cupule receptaculaire, longue d'un mm. L'ovaire long de 3 mm. plus long que son style caduc, long de 2 3/4 mm. est porte 
par un pedicule long d'un mm. Le fruit long de 2, a 4,8 cm. large de 3 a 3,5 cm. aun pericarpe mince, coriace s'ouvrant en deux valves. La graine 
longue de 3 cm. sur 2,3 cm. est recouverte d'un tegument un peu coriace, mince et brun. Priv6e d'albumen, elle a deux cotyledons cintres vers le 
hile, peu bombes, verdatres et sa tigelle completement incluse longue de 3 mm. est situee a sa partie mediane et ventrale. 

Une variete assez commune habite le Cambodge septentrional. Harmand, n. 229. 

Var. Harmandii. Folioles au nombre de deux a quatre, alternes, longues de 2 a 5 cm. sur 4,4 a 2,8 cm., ellipti- 
ques ou puberulentes en dessous. Etamines au nombre de 8 a 9. Ovules au nombre de deux a trois. Fruit inconnu. 



M. Pram, vient de demre de ir^s interessantes especes [Pram in King Material* fior. penins. malay. 218]. II adopte, a l'exemple de M. Otto 
Kunlze [Beats. Gen. I. 214] le genre Tuchiroa Aublet a la place V Apalatoa Aublet, bien que ce dernier, precedent le premier, dans l'ordre de la 
pagination, dans l'ouvrage d'Aublet, ait ete prefere par M. Baillon [Hist. PL 11. 103] et dans [Adansosia IX] el par Taubert [in Engler Pflanzenf\ 
Nous sommes done oblige pour nous conformer a la nomenclature recue de dire : 

Apalatoa caudata (Prain) Pierre. 

Apalatoa Scorlechini (Prai?i) Pierre. 

Apalatoa Curtisii (Prain) Pierre. 

Apalatoa glauca (Prain) Pierre. 

Apalatoa speciosa (Prain) Pierre. 

Apalatoa gracilis (Prain) Pierre. 

C'est pres de ces trois dernieres especes que doit prendre place Y Apalatoa chrysantha, dont elle differe par le nombre des ovules au nombre de un 
a deux chez ces especes, par son calice en partie pubescent a la face interieure des sepales, et par son etat un peu glauque. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 384. 

A. Rameaux ilorifere et fructifere du Dialium cochmchincnse. 
1. Bouton, fleur adulte et sepales. 

2-3. Etamines en position et isol6es. 

4-5. Carpelle enlier et d6chir6 montrant les ovules en position. 

6-7. Fruit enlier el ouvert montrant la graine. 

8-9. Graines et embryon. 

B. Rameau florifere de Y Apalatoa chrysantha. 

1. Bouton et fleur adulte. 

2. Sepales. 

3. Androc6e d'unejeune fleur. 

4. Etamines et pollen. 

5-6. Ovaire enlier et ouvert montrant les ovules en position . 

7. Fruit entier et ouvert avec graine en position. 

8. Un cotyledon et radicule. 



PI. 384-. 




if* 1 1 

my 



?y 



Ed. Oberlin, Lith. 



A._ DIALIUM COCHINCHINENSE. 
B._APALATOA CHRYSANTHERA. 



CHATEAUROUX 
TYPOGRAPHIC ET STEREOTYPY A. MAJESTE ET L. BOUCHARDEAU. 



FLORE FORESTIERE 



DE LA 



COCHINCHINE 



L. PIERRE 

DIRECTEUR DU JARDIN BOTANIQUE DE SAIGON 



SOUS L 



OUVRAGE PUBLIE 

ES AUSPICES DU MINISTERE DES COLONIES 



VINGT-GINQUIEME FASCICULE 



15 AVRIL 1899 



PARIS 

OCTAVE DOIN, EDITEUR 



PLACE DE LODEON, 



LEGUMINEUSES 



SINDORA COCHINCHINENS1S 

Bail, in Adam, 10.104; — Grandiera cochinchinensis Lefebvre. m 



Espece tres repandue dans toute la Basse Cochinchine et le Cambodge. Herb. Pierre n. 74 et 1489; — Coll. Bois 
n. 46. 

Folioles opposees,au nombre dequatre, le plus souvent de trois paires, elliptiques ou elliptiques oblongues, tou- 
jours emarginees, arrondies aux deux extremites ou attenuees, obtuses ou meme obconiques et alors aigues a la 
base, pubescentes, quelque peu glabrescentes et brillantes en dessus, velues et d'une teinte fauve en dessous, de 
meme que le petiole commun et les petiolules, coriaces, munies de 10 a 15 paires de petites cotes, assez fines, con- 
fluentes pres de la marge, reliees par une nervation tertiaire assez espacee et des veines finement 
areolees. Grappes axillaires solitaires ou geminees simples, ou terminales, dans ce dernier cas largement pani- 
culees, plus longues que les feuilles, a rameaux anguleux entre chaque fleur. Pedoncules bibracteoles alternes. 
Bractees obovees concaves. Bract^oles lanceolees. Sepales oboves ou acumines garnis au sommet de une a six 
pointes, pubescents en dehors, hispides en dedans, glabresvers leur commissure imbriquce. Petales au nombre de 
cinq, le vexillaire lanceole, aigu, concave et a bords rapproches, glabre en dedans, velu, excepte vers le sommet 
en dehors, les autres nains, lanceoles, a pointe ondulee, et tres velus en dehors. Gaine des etamines velue en dehors, 
hispide en dedans. Filets glabres, excepte a la base, le vexillaire sans anthere ou avec un rudiment d'anttiere, plus 
court que les autres. Ovaire stipite velu, plus court que le style circinne et glabre, excepte a la base. Ovules au 
nombre de quatre a six. Fruit le plus souvent monosperme et alors presque orbiculaire ou contenant deux a trois 
graines et alors elliptique, a base excentrique, a style plus ou moins lateral et courbe, comprime, uniformement 
recouvert d'une cinquantaine de pointes coniques, aigues et resineuses. Graines noires et lisses, suborbiculaires, 
comprimees, entourees a leur base d'un arille tres epais, cupuliforme, charnu, jaune et comestible. 

Arbre de 30 a 35 metres de hauteur. Jeunes rameaux entierement velus, bient6t glabres, noiratres, canaliculus et pourvus ca et la de lenticelles 
ovales. Les stipules de bonne heure caduques sont ovales elliptiques velues. Letronc droit, long de 15 a 25 metres, se termine par des branches dont 
le diametre atteint 20 a 30 cm. de diametre. Elles forment unecime assez dense et hemispherique. Le tronc lui-meme, dans un arbre de soixante 
ans, a un diametre de 45 cm., qui comprend une ecorce epaisse de 3 cm., un aubier de 19 cm. etuncoeur de 23 cm. 

Le petiole commun, long de 7a 8 cm., est de meme que toutesles parties, meme les fleurs, resineux. Le petiolulelong de 3 a 4 mm. est articule a 
sa base. Les folioles, les inferieures plus elliptiques et plus petites, sont longues de 3,8 cm. a 10 cm. sur 3 a 6,7 cm. Meme les adultes sont plus ou 
moins puberulentes en dessus et tomenteuses en dessous. Les grappes dCpassent 20 cm de longueur et leurs ramifications [les terminales les plus 
petites] ont de la6cm. Les bractees ont 5 mm. sur 5 1/4 mm. etles bracteoles 5 mm. sur 2,5 mm., tandis que lespedicules ont de 5 a 6 mm. Le tube 
du calice a 1 a 2 1/2 mm. de longueur, etses lobes ont de 8 a 9mm. sur 5 a 7,5 mm. Le petale vexillaire a 8 mm. sur 2,5 mm. et les autres n'ont pas 
plusde 1 1/2 a 2 mm. Le tubestaminal long de 4 mm. etles filets des deux etamines ferliles, 1,65 cm., plus longs que les steriles et que le vexillaire. 
Les antheres des ste>iles plus petites, elliptiques, sont verdatres tandis quecelles des fertiles sont elliptiques oblongues et purpurines. Le pollen est 
jaune. L'ovaire, porte par un p6dicule long de 2 mm., est tres velu. parseme" de glandes apiculees purpurines qui deviennentdes epines dans le fruit. 
11 est terminC par un style toujours enroule mais long de 1,5 a 1,7 cm. Le fruit bien caracterise par ses fortes epines coniques, assez r^gulierement 
espacees, dont le nombre peut varier de 40 a 50, est le plus souvent orbiculaire ou suborbiculaire, long de 4 a 5,5 cm. sur 4 a 5,2 cm. et de 5 a 
9 cm. sur 5 a 5,5 cm. Quand il est elliptique ou suboblong il contient plus d'une graine. Celle-ci longue et large de 1,6 cm. a une 6paisseur de 
8,5 mm. chezles plus grandes. Le tegument, tres dur, 6paisd'environun mm., est forme de trois couches bien distinctes, l'exlerieure la plus epaisse 
et rinte>ieure la plus mince, sont cruslac6es, tandis que l'intermediaire est spongieuse. Les cotyledons plan convexes durs, elliptiques enveloppent 
completementla radicule voisine du hile. Cetle graine a sa base entouree d'un arille funiculaire un peu plus developpe" qu'elle-meme et que les popu- 
lations forestieres prelerent a la noix d'arek pour la mastication du betel. 

Les dimensions du tronc que nous avons donnees plus haut concernent les arbres dont Texploitalion est suffi- 
samment avantageuse, mais elles sont beaucoup plus considerables chez les plus ages, actuellcment distants des 
fleuves ou cours d'eau navigables, ce qui a assure leur conservation. Car le go mat ou tahi est un bois excellent et 
tres recherche pour toutes les constructions necessitant solidite et duree. Les indigenes Temploient comme colonne 
de maison, pilier de pont, bordage de bateaux de mer, etc. Ses branches fournissent d'exeellentes courbes pour les 
constructions navales. Comme bois de charronnage il est egalement tres recherche, Cependant son emploi le plus 
general est Febenisterie, grace a la teinte d'ebene plus ou moins foncee de son cceur et le beau poli qu'il acquiert. 
Les meubles indigenes de prix, les tablettes votives incrustees, sont ordinairement de ce bois ou de trac, ainsi que 
nous Favons dit plus haut. L'aubier lui-meme, bien que de moins longue duree, est employe sous forme de planches 
et de madriers. C'est done une de nos meilleures essences et demandant des mesures de conservation et de multipli- 
cation. Cet arbre se depouillant peu, conviendrait aussi pour la plantation des routes. 

L'ecorce de cet arbre est homogene et s'enleve facilement. Elleest utilisee comme cloison par les Mois-Kmers. 
Elle pourrait etre utile dans la tannerie. Nous avons dit que les jeunes rameaux, meme les fleurs, secretaient de la 
resine. On en rccolte en grande quantite sur letronc et les branches. Elle a une odeur assez agreable. Elle est em- 
ployee, dit-on, comme enduit, pour la conservation des bois et des barques de mer et de riviere. Quand on abat 
un arbre, il s'en ecoule une matiere d'un rouge fonce, qui parait rester tres longtemps, a Tetat liquide. En crcusant 
quelque peu le tronc, comme cela se fait pour les especes de Dipterocarpus, cette matiere pourrait etre recueillie 
avec avantage ou sans dommage pour la vegetation de Tarbre. Les indigenes m'ont assure n'en faire aucun usage. 

Cependant Fodeur fortement resineuse de cette secretion indique que soitseuleavec le temps, soit par quelque pro- 



cede, elledoive se solidifier. Je suis amene a faire cette observation, apres Rumphius, quiditdeson GajuGadelupa 
[Amboin, L. II, p. 59] que sa secretion demeure longtemps liquide, semblable a du gros sirop de canne a sucre 
servant a la fabrication da rhum, et devient enfin une resine dure, noire et visqueuse, vendue dans Tile de Celebes 
ct servant de baseaux divers ingredients qui composent le produitodorant appele Dupa. Ce serait, d'apres cet au- 
teur, toujoursexactementinforme, grace a cette resine que la coagulation des matieres odorantes (Benjoin,bois de 
Calambac, Aquilaria Crasna Pierre, etc.), composant le Dupa, se ferait de facon a en assurer la duree. 

Des deux mots Caju Galedupa, le premier doit probablement signifier cajoe ou arbrc de construction, tandis 
que le second doit elre le nom de l'arbre et de son produit resineux. C'est ce dernier, qui a ete pris (Tabord par 
Lamarck [Encycl. melh. II, 594, 4786J pour designer, a tort, le Pongamia pinnata (Linn) Pierre, e'est-a-dire le 
Pongam (Rheed). Adans (1763). Ainsi que le remarque bien M. Prain [King. Flor. Penim Malay, 9.6 et 202], le 
genre Galedupa Rumpf. Lamarck, qui representc le Sindora Miqu., doitetre prefere par droit de priorite a Cajum 
(Rumpf.) 0. K qui nYst autre que le Malaparius (Rumpf.) Miq.au Galedupa indica Lam, ou Cajum pinnatum 
0. K. ou Pongamia pinnata Pierre. Voila pourquoi le Sindora cochinchinensis//. Bail, devient le Galedupa cochiu- 
chinensis(H. Rail.) Pierre. 

La description de Rumphius, ce qu'il dit du fruit, de la graine et de l'arille funiculaire correspond bien au 
genre Sindora Miqu. Nous venons de voir qu'il y a correspondance entre Pespece Rumphienne et le Galedupa cochin- 
chinensis, par la propriete d'emettre unematiereresineuse fluide. Cependant Rumphius apres avoir dit quelebois 
du Galedupa est dur, solide, ce qui est bien le caractere de celui duG. cochinchinensis, ajoute qu'il est noir en 
dehors ct cendre au centre. II n'y a plus correspondance entre les deux plantes et bien que, dans un meme genre, 
chez le Dalbergia, par exemple, il y ait desespeces a bois dont le coeur est gris (D. Saigonensis), tandis qu'il est 
noir chez d'autres (D. cochinchinensis), neanmoins le coeur cendre de ce Galedupa merite confirmation. 

Chez le G. cochinchinensis, il y a plusieurs formes difficiles a distinguer en Tabsence demateriaux complets. Je 
n'indiquerai que la suivante : 

Var. glabrescem. Foliolesplus elroites, elliptiques oblongues, avec Page, a peine pubescentes en dessous, glabres 
endessus. Fruit inconnu. 

Habite la prefecture de Saigon. Herb. Pierre, n° 6.549. 



SINDORA MARITIMA 

Habite les rivages du Cambodgeetdu Siam. Herb. Pierre, n° 6.048. 

Folioles au nombre de 6 a 8, ovales ou elliptiques obovees, toujours arrondies et emarginees, les inferieures les 
plus petites arrondies a la base, les superieures obconiques ou aigues, pubescentes ou puberulentes sur les deux 
faces, enfin glabres en dessus, d'une teinte brune, uniforme, sur les deux faces, mais plus ou moins brillantes en 
dessus, coriaces, munies de 12al5paires de petites cotes tres fines, a peine plus elevees en dessous qu'en dessus, 
reliees par une nervation tertiaire ascendante ou transversale, tres espac6e, et par un reseau veineux areole tres 
dense. Grappes axillaires et alors au nombre de une a trois ou terminales, et alors paniculees, recouvertes d'un 
tomentum jaunatre, a rameaux alternativement coudes. Rractees elliptiques emarginees. Rracteoles lanceolees et 
oblongues, obtuses. Sepales elliptiques, pubescents au dehors, hispides en dedans, plus ou moins marques en 
dehors, mais surtout au sommet, et partout meme sur le pedoncule, de glandes hemispheriques plus ou 
moins eminentes. Petale vexillaire oblong, lanceole, obtus, glabre en dedans, cilie, velu en dehors, excepte au 
sommet presque glabre. Tube staminal velu ct filets inegaux, presque glabres au sommet. Ovaire stipite, contenant 
cinq, le plus souvent quatre ovules. Style circinne a sligmate reniforme. Fruit le plus souvent monosperme a base 
sensiblement excentrique, terminc par une pointc stylaire robuste, presque droite, elliptique, ou suborbiculaire, 
pubescent et glanduleux, recouvert de tres rares pointes convexes, espacees, dont le nombre varie de une a vingt. 
Graines noires un peu comprimees, plus courtes que son arille funiculaire et cupulaire. 

Arbre de 15 a 20 metres. Rameaux assez tortueux. Tronc de8 a 12 metres environ de longueur et de 35 a 40 cm. de diametre. Jeunes rameaux 
roux, puberulents, mais a poils tr^s denses de meme que sur l'inflorescence et la face exteneure des bractees, bracleoles el sepales. Stipules indis- 
tinctes. Petiole commun long de 12 a 14 cm., pub6rulent ou presque glabre. Petiolule longde 3 mm. Folioles longues de 8 a 13 cm , larges de 6 a 
6,5 cm. Grappes longues de 9 a 30 cm., a ramifications le plus souvent simples et alternativement anguleuses. Bractees concaves, arrondies et 
emarginees, presque glabres en dedans, longues de 4 mm. sur 3 1/4 mm. Pedicelle long de 4-5 mm. Bracleoles g6minees longues de 4-5 mm. sur 
1,5 mm. Lobes ducalice longs de 9 mm. sur 7 mm. ou l'anterieur long de 11 mm. sur 4,5 mm. Petale vexillaire long de 9,5 mm. sur 3,5 mm. Les 
deux examines fertiles ont des filets les plus longs, le sterile est long de 3,4 mm. L'ovaire a un p6dicule long de 2 mm. et un style long de 1,6 cm. 
Le fruit, qui peut contenir jusqu'a 3 graines a de 5 a 7 1/2 cm. de longueur sur 5 et 6 1/2 cm. de largeur. Lours pointes n'ontpas plus de 2 mm. de 
longueur. Elles manquent parfois tout a fait. Neanmoins les glandes non evoluees en Spines sont assez distinctes, mais mousses. La graine est 
longue de \ ,6 cm. sur 1,4 cm. et l'aville a de 1,7 a 2,2 cm. de longueur. Le tegument seminal est 6pais de 1 ,5 mm. Tres dur et a cellules concen- 
triques au dehors, son tissu est beaucoup moins dense en dedans. Les cotyledons plan convexes, durs, enveloppent presque entierement la 
radicule. 

Les caracteres que nous venons de donner placent cette espece dans le voisinage immediat du Galedupa siamen- 
sis (Miq. Teysm.) Pierre. On Ten distingue par Tabsence de stipules, par le nombre des folioles et leur grandeur, 
par la forme des bractees, par le nombre des ovules, par son fruit, un peu plus petit et pourvu de pointes moins 
nombreuses ou manquant tout a fait. Ses feuilles pubescentes ou puberulentes, plus larges et son fruit Teloignent du 
Galedupa cochinchinensis. 

.Pai eu Toccasion d'etudier Tespece suivante dans la collection de Vriese, des plantes conservees dans Talcool a 



Leyden, en 1883, a ^occasion de mes recherchcs sur les Sapotacees. Elle parait voisine du Sindora velutina Bak, 
mais par ses folioles presque lineaires, mucronees, son petale vexillaire glabre en dedans, excepte sur la cote his- 
pide en bas et quelques autres differences, il est permis, en Tabsence dc fruit, de Ten distinguer. Elle habite Tile de 
Sumatra et est connue sous le nom de Kajoe Parie. 



SINDORA MUCRONATA 

Jeunes rameaux, petiole commun (long de 8 cm.) folioles en dessous et inflorescences d'un rouxtomenteux. 
Folioles (petiolule, 5 mm ; limbe, 6,5 cm. sur 2 cm.) au nombre de quatre paires, lineaires, oblongues, subaigues a 
la base ou attenuecs, terminees par une pointe longue de 3 mm., glabres et brillantes en dessus, munies de 45 a 
25 paires de petites cotes confluentes loin de la marge et a peine plus elevees que la nervation tertiaire et le systeme 
veineux fortement areole sur les deux faces. Grappes terminates longues de 16 cm. a ramifications principals lon- 
gues de 3 a 4 cm., portant de 6 a 15 fleurs, dont les pedicules ne sont pas plus longs que d'un mm. Bractees et brac- 
teoles oblongues, arrondies, longues de 3 mm. sur demi mm. Sepales a tube court d'un demi mm. oblongs, aigus, velus 
en dehors, hispides en dedans. Petale vexillaire, seul present, elliptique, long de 5,5 mm., un peu plus court que les 
sepales, glabre en dedans, excepte la cote hispidcvers la base, velu en dehors. Etamines steriles, alternativement 
pluscourtes, a anfheres cordees eta lobes aigus. Ovaire a peine stipite, hispide, contenant cinq ovules, termine par 
un style circinne glabre, excepte a la base, a stigmate epais et reniforme. Fruit inconnu. 

Le Galedupa mucronala n'auraitpas depetales nains, ainsi que cela a cte constate chez les G. cochinchinensis et 
G. maritima. Dans ces especes, c'estun caractere de genre a joindre aux autres et a ceux-ci : Les sepales imbriques 
seulement sur le bord sont toujours hispides en dedans. L'ovaire a 2 a 6 ovules et les glandes rosees ou purpuriaes qui 
le tapissent, s'accroisscnt en epines plus ou moins longues dans le fruit. Le tegument crustace en dehors est spongieux 
ou fongiforme en dedans. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 385 

A. Rameaux florifere et fructifere du Sindora cochinchinensis ou Galedupa cochinchinensis. 

1. Bouton et (leur adulle. 

2. S6pales. 

3. Fleur sans le calice. 

4. P6tale et 6tamines. 

5. Ovaire. 

0. Le meme ouvert montrant4 a 6 ovules. 
7. Fruit ouvert et graine en position. 

8.-10 Graine entiere, en coupe longitudinale et transversale. 

B. Rameaux florifere et fructifere du Sindora maritima ou Galedupa 

1 . Boutons d'age different. 

2. Sepales. 

3. PcHales en position et vu de face. 

4. Androcee en position et ouvert. 

5. Anlhere et pollen. 

6.-7. Ovaire el examine sterile. Loge ovarienne ouverte. 
8.-0. Graine en position, isol£e et en coupe transversale. 

10. Embryon. 



PI. 385 




E.Delpy del. 



Ed. 0"berlin lith. 



A SINDORA COCHINCHINENSIS.H.BN. 

B . MARITIMA. 



LEGUMINEUSES 



PAHUDIA COCHINCHINENSIS 



Habite toutes les parties de la Basse-Cochinchine. Herb. Pierre, n. 497; coll. Bois n. \. 

Rameaux et feuilles entierement glabres. Folioles au nombre de trois a cinq paires, opposees, assez longue- 
ment petiolulees, les inferieures ovales, les superieures elliptiques ou suboblongues, arrondies ou attenuees ou 
aigues a la base, terminees par une pointe courte, obtuse et emarginee, brillantes et brunes en dessus, pales et 
d'un vert glauque en dessous, membraneuses, munies de 8 a 42 paires de petites cotes a peine plus elevees que 
la nervation tertiaire fine et reticulee. Grappes plus courtes que les feuilles terminates, a ramifications pour- 
vues de 8 a 10 fleurs alternes, recouvertes d'une puberulence grise assez dense. Bractees et bracteoles obovees 
plus velues en dedans qu'en dehors, caduques. Sepales oboves concaves, velus sur les deux faces ou puberu- 
lents, les interieurs plus grands. Petale pedicule, obove, sinue, velu vers la base et pourpre. Etamines au nom- 
bre de dix, dont 7 fertiles de longueur inegale, a filets velus a la base, de meme que les antheres de couleur 
purpurine. Ovaire stipite, velu, surtout vers les commissures a style long circine et glabre. Ovules au nombre 
de huit. Fruit fortement ligneux oblong, a peine curve, termine par une pointe, vers le sommet lateral, 
courte et subaigue. Graines obovees, dures, noires. entourees d'un arille funiculaire cupuliforme jaune et 
comestible. 

Ce bel arbre a les mattresses branches tres divariquSes et fort grosses. Son tronc anguleux, a la base, a un diametre de 60 a 1,80 cm. 
et une longueur de 5 a 10 metres. Ses branches principles ont un diametre de 30 a SO cm. Elles fournissent de bonnes courbes et sont, de 
meme que le bois du tronc, employees dans le charronnage, l'6b6nisterie et a toutes les oeuvres de construction. Ce bois a une 6corce relativement 
lisse en dehors ; il a une teinte grise en dedans et une epaisseur de un cm. environ. Son aubier blanc jaunatre a une epaisseur de 6a 7 cm. 
et est employe dans les constructions couvertes. Chez un arbre de soixante-dix ans, le diametre du coeur, vers le sommet du tronc, est de 70 a 
80 cm. Ce bois est rouge avec des bandes alternatives legerement d'une teinte plus pale. Sa densite" est un peu moindre que celle du go tahi et 
sa teinte moins foncee. 

Ses jeunes rameaux sont epais de2,5 a 3 mm. Le petiole commun, entierement rondet lisse a une longueur de 12 a 18 cm. Le peliolule a 5 et6mm. 
de longueur. Le limbe de 6,8 cm. sur 4,5 cm. , chez les inferieures a 9 cm. sur 4,8 cm. chez les superieures. 11 est un peu oblique et toujours aigu a la base, 
chez les superieures. La grappe est longue de 4 a 8 cm. Les p6dicelles sont longs de 8 mm. Les bractees sont longues de 7 mm. et les bracteoles de 6 
a 6,5 mm. Les scales, au nombre de quatre sont d6cuss£s, les deux interieurs, sensiblement plus grands que les exterieurs, sont longs de 9,5 mm. 
sur 6,6 mm. Le pelale posterieur seul present, est longuement p6dicule\ conalicule" et long de 4 a 5 mm. L'etamine posterieure est libre et de meme 
que les deux voisines de la gaine staminale, elles sont reduites a des filets subules et courts. Des sept aulres examines fertiles de la gaine, quatre 
sont plus petites que les autres. Les filets longs de 2,4 cm. sont subules et les antheres longues de 4 mm. sont elliptiques, oblongues, et altachees 
vers leur milieu dorsal. L'ovaire a un pedicule corne a la partie posterieure du tube calicinal dans toute la longueur de ce dernier qui a 
3 mm., mais le depasse de un a deux mm. Chez les e"chantillons du Cambodge, le nombre des ovules est de 7 a 8 et l'ovaire un peu plus velu. 
Le fruit est long de 18 a 20 cm. sur 6,5 a 9 cm. II est legerement cintre a la face ventrale et termine" la tout pres du sommet arrondi par une 
pointe lalerale longue de 2 a 3 mm. Noire, stride obliquement, Spaisse d'un cm., chaque valve a l'endocarpe revetu d'une couche charnue 
blanchatre relevee sous forme de cloison entre les graines. Celles-ci longues de 3 cm. sur des faces de 1,8 a 2,4 cm. d'^paisseur, sont subtetra- 
gones et entourees d'un arille long de 2,2 cm. sur 1 ,6 et 1 ,8 cm. Sgalement t&ragone. Cet arille remplace l'arek et est recherche par les peuplades 
forestieres, pour la mastication du betel. Le tegument Spais de deux mm. est forme de trois parties bien distinctes. L'exterieure a peine 6paisse 
d'un tiers de mm. est cornee et la partie m6diane aussi corned est formed de cellules concentriques plus laches. L'interieure d'un tissu moins 
dense, plus noir, est ligneuse ou quelque peu spongieuse. Les cotyledons sont chacun 6pais de 6 mm. plan convexe et d'un tissu tres homogene 
ou presque come". La radicule voisine du hile est longue de 4 mm. et tout a fait incluse. 

Cette espece par ses folioles acuminees, par son fruit enorme, aplati, legerement curve se distingue aisement 
du P. xylocarpa Kurz qui habite le Siam. Par son bois aussi estime que celui du Galedupa cochinchinensis, 
c'est une de nos meilleures essences forestieres et une de celles meritant le plus la culture. De bonnes reserves 
existent encore au Cambodge dans les forets de Kamput, de Compong torn et de Compong xoai. Celles des pro- 
vinces de Tayninh et de Bien hoa sont un peu plus riches. Partout ailleurs dans le delta du Mekong le Pahudia 
cochinchinensis est devenu tres rare. II y a done un grand interet a le propager, car son bois plus leger que 
celui des Galedupa et Dialium, est d'un emploi plus repandu tandis que sa duree est presque aussi longue. 

SARACA DIVES 

Habite le Tonkin sur la rive droite du fleuve Rouge. Balansa. n, 2142. 

Glabre excepte la nervation et rinflorescence papilleuse. Folioles au nombre de huit, fortement petiolulees, 
oblongues, legerement attenuees a la base, lanceolees et acuminees, ondulees, chartacees, munies de dix paires de 
petites cdtes de meme que la nervation tertiaire reticulee, elevees a la face inferieure. Grappes axillaires naissant 
aux axes prives de feuilles. Bractees oblongues, subpuberulentes, plus longues d J un tiers que les bracteoles et 
jaunes. Tube du calice un peu plus long que les sepales oboves et cili^s. Etamines au nombre de dix dont deux 
un peu plus courtes, stenles ou fertiles. Ovaire glabre, sauf son pedicule pubescent. Ovules au nombre de onze 
a douze. 

Arbre de sept a huit metres de hauteur, « faisant par ses fleurs jaunes de chrome l'ornement de la foret » (Balansa). Jeunes rameaux epais de 4 



a 5 mm. Feuilles longues de 20 a 25 cm. Petiole commun fortement tuntefie" long de 14 cm. PStioluIe long de 8 mm. crevasse\ Folioles longues 
de 2,7 cm. larges de 10 cm. ou beaucoup plus longues ou plus larges, toujours altenuees a la base et plus ou moins longuement acuminSes. Grappes 
ramifiees longues de 14 a 15 cm. Pedicelles longs de 2,2 cm. Bractees longues de 3,3 cm. larges de 1,5 cm. altenuees aux deux extremites, 
courtemenl acuminees. Bracteoles gCmin6es longues de 1,95 cm. sur 6 a 7 mm. presque liiteaires oblongues, aigues aux deux extremites. Tube 
du calice long do 2,1 cm. Sepales 5 ou 4, long de 1,7 cm. imbriques, concaves aigus a la base. Pelales 0. Etamines relives en un tube. Leurs filets 
longs de 11 a 14 cm. dans le bouton sont subules et glabres et leurs anlheres ont 4 mm. de longueur. Les deux steriles privies ou non d'antheres 
onl des filets longs de 7 mm. L'ovaire a pedicule assez court dans le bouton, est oblong termine par un long style circinne couronne par un stigmate 
epaissi et r6niforme. L'ecli. de Balansa elait accompagne de graines sans fruit. Celles-la longues de 3,8 cm. sur 2,2 cm. sont elliptiques, 
arrondies au sommet, altenuees a la base, ties aplaties ou a peine plan convexes. Le tegument double, brun et striS en dehors, noir en dedans, 
est friable ou coriace et mince. Les cotyledons sont epais de 4 mm. et la radicule longue de 4 mm. est enfoncee dans une depression, eloignee 
du micropyle. 

Cctte plante par le nombre de ses sepales variant de 4 a 5, par le nombre de ses etamines difFere quelque peu 
des autres especes de Saraca. Neanmoins elle en a l'ensemble des caracteres. Ce sera ma section Arisaca. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 386. 



A. Rameau florifere et fruit du Pahudia cochinchinensu 

1. Jeune fleur. 

2. SSpale. 

3-4. PCIale en position et isole". 

5. Androcee avant Fanlh^se. 

6. Anthere et Pollen. 

7-8. Ovaire jeune et ovules. 
9. Graine en position. 
10. La meme sans l'arille et en coupe transversale. 

B. Rameau florifere du Saraca (Arisaca) dives. 

1-2. Fleurs a 4 et 5 scales. 

3. Sepale. 

4. Androcee et gyn6c6e. 

5. Anthere et pollen. 

6-7. Ovaire et ovules en position. 

8. Stigmate. 

9. Graine. 

10. La meme moins une partie du tegument 

11. Cotyledon et radicule en position et isoles. 



PI 366. 




E.Delpydel. 



A_PAHUDIA COCHINCHINENSIS 
B SARACA DIVES 



LEGUIYIINEUSES 



SARACA BIGLANDULOSA 



Habite les elevations montagneuscs des provinces de Samrong tong, de Pusath et de Tpong, au Cambodge, Herb. 
Pierre, n° 545. , , „ . , 

Jeunes rameaux glabres. Stipules petites et caduques. Feuilles presque sessiles, pourvucsde 4 a 5 paires de 
folioles petiolulees, oblongues, attenuees et le plus souvent obtuses a la base, lanceolees, a pointe etroite, mu- 
croneeet munie a sa base d'une paire de glandes marginales, glabres, legerement brillantes en dessus, presque 
concolores, coriaces et pourvues de8 a 9 paires de petites cotes tres fines, de merne que la nervation tertiaire et 
transversale. Panicules amples, ramifiees des la base, glabres ou pubescentes de merne que le calice, les bracteoles et 
pedicelles. Sepales oboves, concaves, deux fois plus longs que les bractees, et deux fois plus courts que son tube. 
Etamines au nombre de 3 a 5 de merne longueur que le style. Ovaire stipite presque entierement glabre ou puberu- 
lent. Ovules 6 a 7. Fruit aplati, tordu, termine par une courte pointe. 

Pelil arbre de 8 a 12 metres a rameaux penches. Petiole commun long de 7 a 14 cm. Peliolule long de 2 a 5 mm. Limbe long de 5 a 19 cm large 
de 1 a 3,5 cm. Les grappes sont solitaires on fasciculees aux axes prives de feuilles ; leurs ramifications sent longues de 8 a 8 cm Les ped.celles 
longs de 2,5 cm. ont lenrs bracteoles, longues de 4 a 5 mm., siluees a 5 mm. plus bas que le calice. Les sepales ont 7,5 mm. de longueur sur 
4 mm. de largeur landis que son lube a 1,5 cm. de longueur. Les etamines ont des filets longs de 1,6 cm., tres greles el lordus. Les anlheres elbp- 
tiques, sont inserees un peu au-dessus du milieu dorsal. L'ovaire est porl6 par un pedicule long d'un mm. a 3 mm. et lui-meme a 2,5 a 5 mm. de 
longueur. Le style est long, suivant l'age, de 2,5 a 7 cm. Le fruit entierement glabre, plus ou moins tordu en spirale, avant malunte, est long de 
10 cm. 1/2 sur 4 cm. 1/2. Les jeunes graines horizontales sont port(5es par un court funicule ou sont presque sessiles. 

On observe deux varietes dans cette plante, l'une entierement glabre, a grappes plus developpees et l'autre a 
grappes puberulentes de meme que les pedicelles, les bracteoles, les sepales et l'ovaire. Chez les deux formes, les 
glandes qui sont a la base retrecie de la pointe du limbe sont plus ou moins accusees. Les fleurs ont une teinte orangee 
et uniforme dans les deux formes. 

Cette espece a evidemment de grands rapports avec le S. palembanica, par son inflorescence et par ses fleurs 
petites. On l'en distinguera par le nombre des folioles et par leur forme et dimension, surtout par les deux glandes 
dont sont pourvues celles-ci. L'echantillon type du Ionesia palembanica Miq. de Sumatra, que nous avons etudie, a 
des grappes longues de 7 a 15 cm., des pedicelles longs del8mm., des bractees pubescentes longues de 9 mm., des 
bracteoles longues de 7 sur 4,5 mm., velues sur les deuxfaces, des sepales longs de 6 mm., glabres, moitie plus courts 
que leur tube^a^ etamines fertiles, un ovaire glabre pourvu de quatre ovules. La plante a ovaire velu, dont parle 
M. Prain \ Mater. Fl. Malay Penins, 216] en serait done une forme. 

11 y a, dans mon herbier, des echantillons d'une plante recoltee sur les bords du Mekong (Siam) non loin de Ratpuri. 
Je neme souviens plus, l'etiquette etant perdue, si elle est cultivee. Elleconvient assez au Saraca bijuga Prain. 
Cependant ses folioles inferieures sont arrondies et plus courtes que les superieures attenuees a la base et a peine 
inegales. Elles se terminent par une pointe large et obtuse. Longues de 8 a 23 cm. sur 2 a 6 1/2 cm., elles sont pourvues 
dell a 12 paires de petites c<Hes tres fines. Les grappes longues de 3 a 5 cm. sont pauciflores. Les pedicelles sont a 
peine plus courts que le tube du calice qui a 1 cm. de longueur. Les sepales longs de 8 mm . , oboves, cilies, sont plus 
longs que les bracteoles. Les etamines, au nombre de 6 ou 7 ont des filets plus longs que le style. L'ovaire, pourvu 
de 6 ovules, a sa marge ciliee et son pedicule long de 3 mm., est pubescent. 

Bien que les feuilles soient ici obtuses, que les grappes soient bien plus courtes, que les fleurs soient plus grandes, 
neanmoinsje considere cette plante commeune forme du 5. bijuga Prain. J'y ai constate deux carpelles superpo- 
ses mais a styles plus courts que dans les ovaires normaux. Ses fleurs sont d'un rose fonce. C'est un arbre de 4 a 
8 metres. Herb. Pierre, n° 6013. 

Cette forme, par les fleurs, est tres voisine du S. indica. II en est de merne de la suivante que l'on distingue prin- 
cipalement par ses folioles obtuses, ses grappes longues, a rameaux et ramules tres allonges et pauciflores au som- 
met, par le tube calicinal plus court que les lobes et par le nombre de ses ovules. 



SARACA HARMANDIANA 

Folioles au nombre de 3 a 4 paires, attenuees et inegalement aigues a la base, oblongues lanceolees, tres obtuses 
au sommet, coriaces, munies de 46 a 20 paires de petites cotes, de merne que la nervation tertiaire transversale 
finement elevees sur les deux faces. Grappes terminates fasciculees, a rameaux ecartes et a ramules 
pourvus seulement au sommet de 3 a 6 fleurs. Bractees oblongues, lanceolees et obtuses. Bracteoles plus longues 
que les sepales. Calice a lobes cilies a peu pres deux fois plus longs quele tube. Etamines au nombre de huit. Antheres 
plus de deux fois plus courtes que les filets. Ovaire sessile, moins Textreme base glabre et pourvu de 8 a 
9 ovules. 

Petit arbre de 9 a 10 metres, a rameaux arrondis et grisatres. Petiole comme long de 4 a 11 cm. P6tiolule epais, long de 4 mm. Limbe long de 
5 a 18 cm. sur 1,3 a 3,6 cm. a base in6gale, aigue d'un cote, obtuse de l'autre. Grappes longues de 15 a 20 cm. Pedicelles longs de 2,4 cm. Bracteoles 



longues de 1 ,1 cm., larges de 7 mm. Tube du calice long de 4 mm. et sepales longs de 7 mm. sur 4 mm., tres charnus. Filets des antheres longs de 
4,5 mm. Antheres longues de 2,5 mm. 

Cette plante habite la region deBassac, sur la rive gauche du Mekong. Harmand, n. 1067. Herb. Pierre, 3316. 



EXPLICATIONS DES FIGURES DE LA PLANCHE 



A. Rameaux florifere et fructifere du Saraca biglandulosa. 

1. Bouton et fleur adulte. 

2. S6pales. 

3. Androcee jeune. 

4. Antheres adultes et pollen. 

5.-6. Ovaire entieret d6chire montrant les ovules en position. 
7. Portion du fruit et jeune graine. 

B. Rameau florifere du Saraca Harmandiana . 

1. Bouton. 

2. Bracteoles. 

3-4. Sepales en position et isoles. 

5. Jeune androc6e. 

6. Anthere et pollen. 

7. Ovaire jeune. Le meme ouvert montrant les ovules en position. 



PL 387. 




E.Delpy del. 



Ed OWlin lith. 



A SARACA BIGLANDULOSA. 

B , HARMANDIANA. 



LEGUIYIINEUSES 



INTSIA CAMBODIENSIS 

Afzelia cambodiensis Hance Journ. of. Bot. [1876] 258. 



Habite le long des cours d'eau meme saumatres dans toutes les parties de la Basse Cochinchine et du 
Cambodge. Herb. Pierre n° 1.715. 

Folioles au nombre de deux, rarement trois paires, courtement petiolulees orbiculaires ou ovales elliptiques, 
a base inegale subaigue et la glanduleuse, arrondies ou attenuees et obtuses, emarginees mais pourvues d'un 
court mucron au sommet, presque mcmbraneuses, glabres, excepte les coles de la cote, en dessous soyeux, 
munies de 8 a 12 paires de petites c6tes assez elevees sur les deux faces, de meme que la nervation tertiaire. 
Grappes le plus souvent simples, pourvues de 10 a 14 fleurs subcorymbiformes. Sepales exterieurs glabres 
ou puberulenls, les intericurs pubescents en dehors. Petales pedicules pubescents sur la cote, cordes suborbi- 
culaires et tres ondules au sommet. Etamines au nombre de cinq dont trois fertiles a longs filets bientot glabres. 
Ovaire stipite, long, glabre, excepte sur la face ventrale, termine par un style aussi long que les etamines. 
Ovules au nombre de huit. Fruit ligneux, dehiscent, oblong, comprime, obtus ou arrondi aux deux extremites, 
a endocarpe pulpeux, pourvu de 1 a 8, le plus souvent de 3 a 7 graines elliptiques ou oblongues, separees 
par des cloisons un peu charnues. 

Arbre de 10 ^i 15 metres. Son ecorce est astringente employee dans la medecine indigene conlre la dysenteric Elle tient lieu aussi 
d'arek, en l'absence de cette graine, dans la mastication du betel. Son bois est assez apprecie. Le coeur en est rouge bran. Les indigenes l'utili- 
sent dans leurs constructions et meme comme piliers de pont et de case. Les jeunes rameaux sont entierement glabres et assez torlueux, 
canneles et epais de 2,5 mm. Le petiole commun a 2 a 7 cm. de longueur. Le peliolule a 4 mm. Les folioles sont ou suborbiculaires 
4,5 cm. sur 4 cm. ou 6 a 9,5 cm. sur 4 a 5 cm. Les grappes sont longues de 4 a 7 cm. Les pedicelles ont 7 a 8 mm. tandis que 
le tube calicinal a C a 10 mm. Les sepales ont 9 sur 3,5 mm. Le petale a 11 mm. de longueur et 1,4 mm. de largeur, et son pedicule 
plus de 4 mm. Les filets des etamines fertiles depassent 3 cm. de longueur. Tres velus a leur base, ils sont bientot glabrescents. Le fruit 
bien developpe a plus de 16 cm. de longueur et 4,5 a 5,5 cm. de largeur. 11 est dehiscent meme avant la maturite. Les graines situees aux 
extremites sont plus larges et elleptiques ayant 2,8 a 3 cm. sur 2,4 cm. Celles du milieu ont 1,6 cm. de largeur et sont oblongues, mais 
arrondies aux deux extremites et tronquees lateralement. Leur epaisseur est d'un cm. Elles sont engluees d'une matiere pulpeuse. Le tegument 
epais de 2 tiers de mm. est forme de cellules concentriques, de nature cornee, mais il est de couleur purpurine a l'etat frais en dehors. Le 
funicule a 3 a 4 mm. de longueur et ne se termine pas par un arille. L'albumen manque. Les cotyl6dotis aplatis et a peine bombes exterieurement, 
sont epais de 3,5 mm. La tigelle retiree du bord micropylaire d'un mm. est enfoncee dans une cavite subglobuleuse, large de 2 mm. environ. 

Si on remarque la grande affinite de ce genre pour le Pahudia, on ne peut s'empecher egalement de le considerer 
bien distinct de 1' Afzelia qui a, comme le Pahudia, une graine pourvue d'un arille cupuliforme et dont l'androcee 
est bien different. Voila pourquoi nous avons prefere Intsia a Afzelia, et voila pourquoi aussi nous adoptons pour 
les plantes africaines le genre Afrafzelia, puisque par droit de priorite, Afzelia n'a pas le droit d'exister. 
[0. Ktze. Revis. gen. I. 11)1.] Les caracteres abreges suivants, indiquent plus de rapports entrc le Pahudia 
et r Afrafzelia qu'entre ce dernier et V Intsia : 

I. Pahudia. Petale superieur longuement pedicule. Etamines legerement monadelphes, dont six a sept ferliles, 
les trois exterieures plus grandes que les autres. Ovules au nombre de sept a huit. Fruits ligneux, dehiscent 
a cloisons minces, charnues ou presque nulles. Graines entourees a la base d'un arille cupulaire, tres epais. 

II. Afrafzelia. Petale superieur longuement pedicule. Etamines libres dont six a dix fertiles. Ovules au nom- 
bre de 10 a 12. Fruit dehiscent a cloisons ligneuses. Graines entourees d'un arille cupulaire, mince, sinue ou lobe 
et colore. 

III. Intsia. Petale superieur a peine pedicule. Etamines fertiles, au nombre de trois et libres. Staminodes 
au nombre de 4-5. Ovules au nombre de sept a huit. Fruit dehiscent, pourvu de cloisons charnues. Graines 
exarillees. 

Le genre Intsia ne doit pas comprendre l'J. parlembanica Miq. non Baker. D'apres l'ech. de Teysmann, pro- 
venant de Kebang, dans la province de Palembang de Sumatra, le fruit a 14 a 15 cm. de longueur sur 
4,5 cm. II est fibreux-ligneux indehiscent et contient 6 graines, oblongues, a direction transversale et separees 
par de fortes cloisons ligneuses. Le tegument sauf les parties superflcielles minces et cornees est de nature 
spongieuse. La radicule en partie exserte est grosse. Par ccs caracteres, particulierement par la nature du 
tegument et celle de la radicule, c'est une espece dont la place est peut-etre parmi les Acaciees. Deja M. Prain, 
[1. c. 209] a observe que 1' Afzelia palembanica Baker est une tout autre plante que celle de Miquel. Le genre 
Intsia comprenddonc actuellement les I. madagascariensis Thou; I. Maelilei Vieil.;\. retusa 0. Ktze.; I. Bakeri 
[Prain] Pierre.;], rhomboidea [Vidal] Ottze, puis les deux especes que nous figurons. 

Quant a Y Afrafzelia, ses especes sont: A. africana (Sm.) Pierre; A. bracteata [Vogel] Pierre; A. cuan- 
zensis (Welw.) Pierre; A. Petersiana [Kl.] Pierre ; TA. attenuata [KL] Pierre. 

Le genre Baryxylum Lour. Fl. Coch. 260, parait devoir diparaitre parce qu'il est construit d'apres deux 
plantes differentes. Ses fleurs, en effet, sont celles du Peltophorum dasijrachis Kurz, qui devient ainsi le P. 
rufum (Lour) Pierre, tandis que son fruit que l'auteur decrit subarrondi ne saurait appartenir au Peltophorum. 
Le Baryxylum rafum Lour existe au Bristish Museum de South Kensington, a Loiulres. Je ne comprendrai 
done pas ce synonyme sous l'espece suivante ainsi que font les auteurs. Que Baryxylum prenne la place de 



Peltophorum ou devienne son synonyme, en tout cas, il n'a aucun rapport avec YIntsia et par la fleur et 
par le fruit. Par ce dernier, il n'en a pas plus avec les genres Sindora. Miq. ou Galedupa [Lam.] Prain ni 
avec les Pahudia, Lingoum et Xylia., qui, parmi les Legumineuses connues, fournissent les meilleurs bois 
de la Cochinchine. Si le fruit du Dialum est ovoide ou subarrondi, sa fleur n'offre egalement aucun rapport avec 
celle decrite par Loureiro. 

J'ai dans mon herbier, des cchantillons d'une plante cultivce dans le jardin botanique de Calcutta en 1863, 
dont les feuilles peu diflerentes de celles de YIntsia bijuga ont neanmoins comme celles de Y I. cambodiensis 
la nervure mediane, en dessous, parcourue par de longs poils roux ct soyeux. Mais je n'cn connais pas la 
fleur et le fruit. 



INTSIA BIJUGA 



OKtze. Revis. gen. I. 192; —I. amboinensis Thou. Gen. nov. madag. 22 ; — D. C. Prod. IJ. 509 ; — Miq. Flor. Ind. Bat., 1 .80. pro parte; 
— Afzelia bijuga A. Gray. Bot. Am. Expl. 467, t. 51 ; — Koord. et Valet. Addim. Ad Flor. Jav. II. 31 ; — Prain in King. Mat. Flor. 
Malay. Penins. 208; — Baker, in Rook. Fl. Brit. Ind. II. 274. — Macrolobium bijugum. Coleb. in Trans. Linn. Soc. ill. 359. I. 17; — 
Outea bijuga. D. C. Prod. II. 5H ; — Metrosideros amboinensis Rumph. Amb. III. 21. t. 10. pro parte; — Intsia triandra Roxb. Fl. lad. 
II. 220- 2 ; — I. monopetala Hassk. Reizia, 1. 199; — Pahudia Hasskarliana Miq. Fl. Ind. Bat. I. 1081. 

Habile les eaux saumatres de Tlnde, de la Malaisie, de Tlndochine, de Madagascar et de la Polynesie. 
Herb. Pierre, n. 

Folioles au nombre de deux et raremcnt de trois paires, le plus souvent opposees, ovales elliptiques ou sub- 
oblongues, un peu obliques, subaigues ou arrondics a la base, emarginees et obtuses, acuminees, glabres, 
a peine coriaces, munies de neuf a onze paires de petites cotes de merae que les nervations tertiaire et 
quaternaire elevees sur les deux faces. Grappes simples et ramifiees le plus souvent terminales et puberu- 
lentes. Tube du calice a peu pres de meme longueur que les lobes pubescents surtout en dehors. Petale 
plus long que les sepales, pedicule, ondulc au sommet, attenue a la base, pubescent sur le pedicule et le long 
de la cote, blanc ou un peu rose. Ovaire stipite pubescent contenant 7 a 8 ovules. Style et filets glabrescents, 
ces derniers a peu pres de meme longueur chez les trois etamines fertile?. Fruit subdolabriforme, aigu aux 
deux bouts, oblong obove, contenant le plus souvent 3 a 5 graines elliptiques dans les loges extremes et oblon- 
gues dans les logos intermediates. 

Arbre de 15 a 20 metres, mais qui, dit-on, peut alteindre cO metres et davantage. Je n'ai jamais rencontre que des arbres de 10 a 20 
metres. Le tronc long de 8 a 15 metres, a un diametre de 15 a 25 cm. Ce bois est, sauf les dimensions et les fibres un peu plus sinueuses, 
exactement celui du Pahudia. II est employe au meme usage. Communement on l'emploie comme bordage des bateaux de mer, comme 
pilotis et poteaux de case. II est aussi appreci6 pour le charronnage. Ses jeunes rameaux sont epais de 4 mm. Le petiole commun a 1 ,5 a 
4,5 cm. Le petiolule a 3-4 mm. Le limbe a de 7 a 10 cm. sur 6 cm. Les grappes ont de 4a 8 cm. Le tube du calice a 7 mm. Les sepales ont 
de 7 a 8 mm. Le petale un peu plus long que les sepales a 9-12 mm. Outre les 3 etamines ferliles dont les filets d'abord pubescents surtout 
vers la base ne lardent pas a devenir glabres el qui sont longs de 3 cm. environ, il y a 4 a 5 staminodes r6duits a de courts filets epais a 
la base et subules en haut. Le fruit a de 8 a 20 cm., tantot droit, tantot falciforme, a pointe courle et recourbee. Son endocarpe est pulpeux de 
meme que les cloisons seminales. Les graines ont de 2,5 a 3 cm. de longueur sur 1 ,4 a 2,45 cm. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 



Rameaux florifere et fructifere de 1'Intsia cambodiensis (Hance) Pierre. 
i. Bouton et fleur adulte. 

2. Bractee et bracteoles. 

3. Sepales. 

4-5. Petale jeune et p6tale adulte. 
6-7. Etamines. 

8. Ovaire et staminodes d'une jeune fleur. 

9. Coupe du tube calicinal et de 1'ovaire. 
10-11. Graine enliere et en coupe transversale. 

Rameaux florifere el fructifere. Jeune fruit de 1'Intsia bijuga OKtz. 

1. Bouton et fleur adulte. On y voit les 3 filets des examines fertiles. 

2. Sepales. 

3-4. Jeune petale. 

5-6 Androcee et anthere. 

7-8. Jeune ovaire et sligmate. 




Ed. OWlin lith. 



A INTSIA CAMBODIENSIS 

B , BIJUGA 



lCgumineuses 



CYNOMETRA DONGNAIENSIS 



Habite la vallee du Dongnai ettoute la province de Bien hoa. Herb. Pierre, n. 352 el 6019. 

Jeunes rameaux,, petiole commun et grappes ferrugineux pubescents. Folioles au nombre de six, sessiles, opposees, 
oblongues ou obovees, Ires inegales a la base attenuee et arrondie, le limbc du c6te du rachis pres de trois fois plus 
etroit que l'autre partie, terminepar unepointe large, obtuse et toujours emarginee, glabres et opaques sur les deux 
faces, munies de 7 a 12 paires de petites cdtes tres fines etpeu elevees sur les deux faces, de meme que la nervation 
tertiaire. Grappes axillaires simples, oblongues, a peine plus courtes que les feuilles. Pedicelles bibracteoles plus 
longs que le calice. Sepales elliptiques ou oblongs de largeur tres inegale, attenues, obtus et glabres. Petales 4-5 
dememc nombre que les sepales et a peupres dememe longueur, tres attenues a la base, lanceoles et aigus. Eta- 
mines au nombre de dix, deux fois plus longues que les petales. Ovaire 1-2 ovule, a face ventrale tres eintree, 
tomenteux, de meme longueur que le style dresse et glabre. Fruit inconnu. 

Arbre tie 15-20 metres dont le bois blancoubrun n'est gene>alement pas utilise paries indigenes. Son tronc a une largeur de 10 a 15 cm. Ses 
jeunes rameaux sont epais de 2 mm. Les feuilles longues de G a 9 cm. ont un petiole commun long de 3 a 4 cm., canalicule\ devenanl avec l'age 
entierement glabre. Les folioles sont longues de 2 a 6 cm., larges de 1 a 2 cm. La grappe axillaire, longue de 5 a 6 cm., est enlouree de bractees 
imbriqu^es mais caduques au moment de l'Spanouissement des fleurs, scarieuses, longues et larges de 7 mm. ; elles sontferrugineuses, pubescentes 
en dehors, elliptiques et concaves. Les bracteoles deltoides ont 2 1/2 mm. de longueur et ont la cote velue en dehors. Les scales sont ou ellipti- 
ques et alors larges de 4 mm. sur 2 mm. ou oblongues et alors deux fois plus elroiles. Les pelales sont elliptiques, longs de 4 1 /4 mm. sur 3 1 /4 mm. 
Les elamines ont 8-9 mm. de longueur. Les autheres ovales sont longues d'un mm. L'ovaire a 5 mm. de longueur et son pedicule 1 mm. environ. 

Cctte plante differedu C. inaequalifolia A. Gray parses rameaux velus, ses folioles emarginees, son rachis velu, 
ses grappes oblongues et plus longues, ses sepales de forme dissemblable. 



CYNOMETRA RAMIFLORA 

Linn sp. PI. 382. — Koorders et Valet. Additam. ad cogn. Fl. Javan. II. 19 ; — Prain in King Mat. Fl. Malay. Penins. 199. — Baker in Hook. Fl. 
Brit. Ind. II. 267 ; — Bedd. Fl. sylv. t. 315; — Kurz Fl. Burm : I. 415 ; — G. bijuga Spanoghe in Miq. Fl. Ind. Bat. I. p. 78. 

Habite Ffnde, FIndochine et la Malaisie. Herb. Pierre, 6017. 

Entierement glabre. Folioles le plus souvent au nombre de deux paires, l'inferieure toujours plus courte que la 
terminate, sessiles, opposees, plus ou moins attenuees et obliques a la base, elliptiques ou oblongues, terminees par 
une pointc obtuse, coriaces, concolores, glabres, munies de 8 a 13 paires de petites cotes aussi elevees, de meme que 
les nervations tertiaire et quaternaire sur Tune et Tautre face. Grappes axillaires courtes a bractees ovales et ciliees, 
caduques, a pedicelles plus longs que lepedoncule et subcorymbiformes. Sepales aussitot caducs, ovales, lanceoles', 
de largeur inegale, et subaigus. Petales a peine plus courts que les sapales, oblongs, pedicules ou tres attenues a la 
base, obtus et lanceoles. Etamines au nombre de 40, glabres. Ovaire courtement pedicule, ferrugineux, tomenteux 
termine par un style glabre plus long que lui. Ovule solitaire. Fruit indehiscent; un peu attenue aux deux bouts, 
legerement curve et apicule, rugueux et presque glabre. 

Arbre de 15 a 20 metres. Jeunes rameaux epais de2 mm. Petiole commun long de 2 a 4,5 mm., anguleux, legerement canicule en dessus <§paissi 
a la base. Peliolule long d'un mm. Folioles de la paire inferieure longues de 5 a7cm. sur2 a 3.5 cm., de la paire lerminale longues de 10 a' 12 cm 
sur 3 a 5 cm. PSdoncule de la grappe long de 5 a 3,5 mm. Pedicelles longs de 9 mm. Bractees longues de 4-4,5 mm. Scales longs de 2 a 2 3/4 mm' 
Petales longs de 2,5 mm. et larges de 3/4 mm. vers le sommet. Fruit long de 2,6 cm. sur 1,6 cm. 

La plante que nous venons de decrire convient au C. bijuga Spanoghe qui est considere par M. Prain [1. c. 198] 
comme une sous espece qu'il divise en deux varietes. Ce serait a la premiere heterophylla Prain que correspondrait 
notre plante. Jepense qu'il vaudrait mieux conserver distincte du C. ramiflora Linn le C. bijuga, qui s'etend de 
Tlnde etde Tlndo-Chinea Java, sans perdre de ses caracteres. 

Je n'ai pu prendre d'echantillon de bois de cet arbre. On le dit propre a la construction, au charronnage, dur, de 
bonne duree, mais sujet a la Assure, meme apres une longue dessication. Sa couleur serait d'un brun pile. On en 
retirerait, d'apres Beddome par infusion, une teintured'un brun pourpre. Les indigenes m'ont assure ne faire au- 
cun cas de ce bois et ne Temployer pour la construction de leurs voitures qu'a defaut d'une essence meilleure 
Cette espece est tres rare dans nos possessions ainsi qu'au Cambodge. Je n'en connais que fort peu d'arbres dans la 
prefecture de Baria et celle de Tay ninh, vers Deon ba. Le C. dongnaiensu dont les indigenes disent le bois blanc ou 
brun, pourrait aussi avoir quelques propriety industrielles, en depit des mauvais renseignements qui m'ont ete 
donnes. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 



. Rameau florifere du Cynometra dongnaienm. 

1 . Grappe entour6e de ses bractees scarieuses a el b. 

2. Fleur adulte. 

3. Bracteoles. 

4. S^pale. 

5. Petale. 

6. Etamine. 

7. Ovaire entier et dechire. 

Rameaux florifere et fractifere du Cynometra ramiflora. 

1. Fleur adulte. 

2. Sepale. 

3. Petale. 

4. Androcee. 

o-G. Ovaire eulier et dechire. 

7-8. Fruit entier et en coupe transversale. 



P1.389. 




EMpy del 



Ed.OWlinlith. 



A CYNOMETRA DONGNAIENSIS . 

B_ — z , RAMIFLORA.LINN. 



LEGUMINEUSES 



BARYXYLUM INERME 

Caesalpinia inermis Roxb. Fl. Ind. II. 367 ; - G. ferruginea Dene. Ann. Mus. II. 462 ; - Miq. Fl. J. B. t. I, p. Ill ; - G. arborea Zoll. in Miq. 1. c. 
112 ; — C. Glennei Thw. Enum. 414 ; — Poinciana Roxburghii G. Don. Gen. Syst. 433 ; — Peltophorum ferrugineum Benlh Fl. Aust. II. 279 ; 
Baker in Hook. Fl. B. J. II. 257 ; — Kurz For.Fl. 1.408; — Prain in King Mater. Fl. Malay, 224 ; Koord. et Yalet. Addimenta F. Jav. II. 3 ; — 
Brasilettia ferruginea Oktze. 

Kmer: tasset ; troset. 



Fameaux, petioles communs, inflorescence et sepales reconverts (Tun duvet ferrugineux. Feuilles de meme lon- 
gueur que l'inflorescence, tres distantes, pourvues de 7 a 15 paires de pennes. Folioles au nombre de 40 a 20 
paires, sessiles, oblongues, inegales a la base, arrondies aux deux bouts mais souvent emarginees au sommet, 
pubcrulentes et bientot glabres en dessus, pubescentes etplus pales en dessous, munies de 8 paires de petites cotes, 
de meme que la nervation tertiaire, finement proeminentes sur les deux faces. Grappes terminates, ramifiees. Pedon- 
cules plus courts que lecaliceet un peu plus longs que les bractees. Petales velus sur la cote, sur Tune et l'autre 
face, glabres a la base du superieur, plus longs d'un tiers que les sepales. Ovaire tomenteux pourvu de trois a quatre 
ovules. Fruit contenant 4 a 4 graines, oblong, attenue aux deux extremites, presque entierement glabre, strie Ion- 
gitudinalement. Graines oblongues. 

Arbre de 10 a 20 metres, mais qu'on dit atteindre une trentaine de metres. Le bois est excellent pour planches et tres usite dans le charronnage. 
II aune leinte jaunc brun. Ses fibres sont assez grosses. Sa density est moyenne. Sa dur6e, d'apres les indigenes, serait assez longue, a l'abri des 
inlemperies. Son ecorce a 5 mm. d'epaisseur chez un arbre d'une vingtaine d'ann6es. Son aubier a 2 cm. d'6paisseur et le bon bois, a cet age, est 
environ de40 cm. Ses stipules, de bonne heure caduques, sont lanc^olees. Ses jeunes rameaux ont 7 mm. de diametre, ou deux fois plus gros que 
la base du petiole commun dont la longueur est de 24 a 27 cm. Les pennes de la base ont cm. et celles du sommet ou du milieu 16 cm. Les folioles 
de la base ont 1 ,3 cm. sur 6 mm. et les plus grandes 1,0 cm. sur 7 mm. Les grappes sont longues de 20 a 26 cm. Les plus petites divisions portent 
1 a 3 fleurs, dont les pedoncules sont longs de 4 a 5 mm. Les bractees, longues de 3 a 4 mm. sont tres fugaces, lanceolees et aigues. Le calice a un 
lube long de 3 mm. sur 6-7 mm. delargeuret les sepales ontde 7,5 mm. a 9 mm. sur 6,5 a 7,5 mm. lis sont obtus et glabres en dedans avec un 
bord tres membraneux. Les petales oboves, onduh§s, ivbs att6nues du milieu a la base sont longs de 1,5 cm.; le superieur, ainsi qu'il a 6t6 dit, glabre 
a sabase superieure est entoure d'une sorte d'appendice glanduleux recouvert de longs poils formant demi cercle. Les famines, longues de 10 a 
1 5 mm. , au nombre de 1 0, les alternes un peu plus courles, ont des filets tres 6paissis a leur base et la tomenteux . Les antheres profondement cordees sont 
obtuses. L'ovaire a un pedicule aussi long que la coupe r6ceptaculaire ; il est oblong, long de 5 mm. et le style que termine un stigmate reniforme et 
pelt6 a 1 cm. environ. Le fruit indehiscent, aplati, legerement pubescent a la maturite est longde 5 a 10 cm. et large de 2 cm. environ. Les graines 
ntes sont soutenues par un funicule long de 2 mm. et separ£es par des cloisons de consistance fibroligneuse, de meme que le pencarpe. 



Malgre quelques petites differences avec lesplantesde Javaetde lapeninsule malaise, je crois bien que la plante 
que je viens de decrire dont les rapports sont plus evidents avec celle de cette derniere region, est bien le Caesalpi- 
nia inermis Roxb. Ainsi qu'il arrive pour une espece, dont Faire geographique est considerable, onpeut etablir, outre 
la variete glanduliferum Kord. et Valet. I.e., deja signalee a Java celle que je viens de decrire et une del'ilede 
Sumatra. 

a) Cochinchinense. Feuilles de 7 a 45 paires de pennes et de 6 a 20 paires de folioles souvent emarginees. Petale 
posterieur glabre a la base et la subappendicule. 

Habite toutle Siam et la Basse Cochinchine. Herb. Pierre, n. 6.050. 

b) Sumatranum. Feuilles longues de 16 a 22 cm., 5-8jugees. Folioles au nombre de 5 a 41 paires arrondies au 
sommet et mucronulees. Grappes ou simples ou a peine ramifiees. Pedoncules longs de 5 a 8 mm. Petales uniforme- 
ment velus sur la cote sans epaississement basilaire subappendicule. 

Habite la region de Palembang dans Tile de Sumatra. Herb. Pierre, n. 6.049. Voyez t. fig. B. 

Nota. J'ai decrit cette variete" d'apres un 6ch. que je tiens de Kurz et determine par lui, avec doute, P. dasyrachis ? L'ovaire ayant constamment de 
2 a 4 ovules, les pedoncules elant courts, evidemment cette plante est une forme du B. inerme. La varied sumatranum serait un trks grand arbre, 
d'apr&s Teysmann. 

II y a au British Museum, a Londres, un 6chantillon authentique du Baryxylumrufum Lour. Ayant perdu la note 6crite en 1882 concernant cette 
plante je ne sauraisaffirmer aujourd'huisi elleest distincte ou doit etre rapport^e a l'une des deux esp^ces Peltophorum dasyrachis et ferrugineum. 
Loureiro a tr&s bien d6crit, quant aux fleurs, son genre Baryxylum. Mais il a eu le tort dele rapprocher du Metrosideros amboinensis? Rumph. Amb. 
1. 4. c. 7. tab. 10 qui se rapporte, en partie, au genre Afzelia, et e'est a cette circonstance probablement qu'il faut attribuer la mSconnaissance du 
Baryxylum. 11 est vrai encore que la description du fruit ne correspond pas a celui de son genre et peutetre a-t-il, en cela, suiviBumphius.il est bien 
certain que les fleurs qu'il demerit sont bien celles du Baryxylum et que son genre, confirme par l'ech. type et par le meme nom indigene que porte 
en Basse Cochinchine, le B. inerme ne peutetre mis en doute. Voila pourquoi nous I'avons adopts de preference a Brasilettia P. DC. substitu6 a juste 
droit, par M. Otto Kunlze au genre Peltophorum Vogel, tous deux d'apres ces auteurs, consideres comme une section du genre Caesalpinia. Si la loi 
de priorite doit etre respected, et nous pensons qu'il est avantageux de la suivre toujours, malgre" ses inconv6nients, le genre comprendrales especes 
suivantes : 

1. Baryxylum brasiliense. Brasilletia O. Ktze ; — Caesalpinia L.; — Peltophorum Linnae Bth. 

2. B. dubium ; Caes. Spr ; — Peltophorum Vogelianum Walp; — Brasilettia Vogeliana O. Ktse. 

3. B. dasyrachis Miq.; Peltophorum dasyrachis Kurz; — Brasilettia dasyrachis O. Ktze. 

4. B. adnatum ; Peltophorum adnatum Gris ; — Brasilettia adnata O. Ktze. 

5. B. africanum; Peltophorum africanum. — Brasilettia africana O.Ktze. 

6. B. grande. Peltophorum grande Prain. 
et la pr6sente espece. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANGHE 



A. Rameaux florifere et fructifere du Baryxylum inerme var. cochinchinense . 

1 . Fleurs jeune et adulte. 

2. Sepales. 

3. Pelales. 

4-5. Androcee et anthere. 

6. Coupe du receptacle. 

7. Ovaire dechire. 

8. Fruit et graine. 

B. Rameau florifere du Baryxylum inerme var. cochinchinense. 

1. Fleur jeune et adulte. 

2. S6pales. 

3. Petales. 

5-6. Androc6e, anthere et pollen. 

7. Coupe longitudinale d'une fleur. 

8. Ovaire etstigmate. 

9. Ovules en position. 




E.Delpy de: 



El. OWlin lith. 



BARYXYLUM INERME 

A var c o chin chin ens e. 

B var sumatranuni . 



LEGUIYIINEUSES 



BARYXYLUM DASYRACHIS 



Caesalpinia dasyrachis Miq. Fl. J. B. suppl. 292. - C. FinlaysonianaGrah, in Wall. Cat. 5.971 ; - Pellophorum dasyrachis Rurz i 
257 ; — Brasileltia dasyrachis 0. Ktze. Revis. Gen. I. 164. 



Habite Llndochine, le Siam, la peninsule malaise et Sumatra. Herb. Pierre, n. 219 ; 1813. Coll. Bois, n. 171. 

Rameaux, de meme que les stipules laciniees et persistantes, le petiole commun, les pennes, les folioles et Tin- 
florescence revetus d'un tomentum roux ferrugineux. Feuilles pourvues de 5 all,le plus souvent de 5 a 9 paires 
de pennes. Folioles au nombre de 5 a 17 paires, sessiles, oblongues, obliques a la base, emarginees et mucro- 
nees en haut, rarement glabrescentes, sauf la cote en dessous, munies de 8 a 10 paires de petites cotes assez 
elevees sur les deux faces. Grappes toujours simples, a peu pres de meme longueur que la feuille, a pedicelles 
deux fois et demie a trois fois plus longs que la bractee subulcc et longtemps persistante et que le calice. Sepales 
glabres en dedans; petales velus sur la cote; style pubescent; ovaire tomenteux contenant 4 a 6 ovules. Fruit 
oblong, comprime aile sur les bords, tres lanceole aux extremites et quelque peu falciforme, contenant 4 a 6 
graines. 

Arbre de 15 a 25 metres ou plus eleve Ires repandu dans toutes les parties de la Basse Cochinchine et du Cambodge. Tronc de 30 a 40 cm. de 
diam. Bois rouge jaunatre, assez leger, form6 de fibres assez grosses, d'assez bonne duree et employe aux memes usages que celui de l'espece pr6- 
cedente. Jeunes rameaux epais de 7 mm. termines par des stipules longues de 2,4 cm., etpartagees en 3-4 paires de ramules filiformes. Feuilles 
longues de 15 a 30 cm., donl les divisions, toujours moins longues a la base, sont au milieu longues de 10 a 12 cm. Les folioles sont longues de 
11 a 21 mm. sur 5 a 7 mm. Les pedoncules sont longs de 2,0 a 4 cm. landis que la braclee el le calice n'ont que 1,1 cm. Les sepales ont 5 a 7 mm. 
de largeur. Velus en dehors, ils sont glabres en dedans et plus ou moins membraneux sur les bords. Les petales tres attenues a la base, oboves et 
ondules ont 1,5 cm. de long sur 1,3 cm. danslapartie superieure. Les etamiiies sont sensiblement inegales etleurs filets tres Cpaissis et velus a la 
base sont glabres en haut. La coupe receptaculaire peu profonde est glabre en dedans. L'ovaire est a peine plus court que le style. Le stigmate pelle 
est reniforme. Le fruit a une longueur de 9 a 15 cm. sur 3 a 3,5 cm. II est a peine nerve, non strie et ses graines, dont la direction est presque trans- 
versale, sont longues de 1 ,5 cm. sur pres de 3 mm. 

Cette espece peut comporter deux varietes : 

a) genuinum. Feuilles de 5 a 9 paires de pennes. Folioles au nombre de 5 a 15 paires. Pedoncules longs de 2,5 a 3 cm. C'est ce que represente la 
figure A. 

b) macrocarpum. Feuilles de 5 a 11 paires de pennes. Folioles au nombre de 9 a 17 paires. Fruit long de 15 cm., porte par un pedoncule long de 
3,5-4 cm.Voyezpl.391,f.B. 

Bien que, par la longueur des pedoncules et P ensemble des caracteres il y ait de grands rapports entre le B. dasy- 
rachis et l'espece suivante, neanmoins par les stipules subulees et courtes, les bractees courtes^ les grappes rami- 
fiees, les pedoncules plus courts, les ovaires pourvus de 2 a A ovules seulement, il convient de la tenir distincte. 
Cette espece pourrait etreleB. rufum. Lour. 



BARYXYLUM TOMINENSE 

Habite le Tonkin, sur la rive droite de la riviere Rouge, pres du mont Bavi. Balansa, n. 2,182. 

Rameaux, de meme que les feuilles et rinflorescencc, recouverts d'un tomentum ferrugineux. Feuilles de 5 a 7 
paires de pennes et folioles au nombre de 10 a 15 paires, oblongues, arrondies, emarginees et mucronees. Stipules 
subulees et entieres. Grappes de meme longueur que les feuilles, simples ou pourvues de une a deux ramifications. 
Pedoncules longs del 1/2 cm. a 2 cm., deux fois plus longs que les bractees tres fugaces et que le calice. Sepales 
inegaux, les uns en dedans glabres, les autres en partie pubescents. Petales velus sur la cote, oboves et ondules. 
Style en partie pubescent. Ovaire velu contenant 3 a 4 ovules. Fruit contenant 2 a A graines a direction oblique. 

Arbre de 10 a 15 metres. Jeunes rameaux epais de 4 mm. Feuilles longues de 11 a 12 cm. Folioles jeunes long ues de 5 mm. sur 1 3/4 mm. Stipules 
longues de 8 mm. Grappes longues de 12 a 15 cm. Pedoncules longs de 1 ,5 a 2 cm. Bracl6es longues de 7 ram. Sepales longs de 10 a 11 mm. sur 4 a 
6 mm. de largeur. Petales longs de 1,0 a 1 ,7 cm. sur 1 cm. a 1 ,2 cm. Elamines de longueur inegales. Filets longs de 1 a 1 ,2 cm. Antheres, longues de 
5 mm. a base non cordtecomme dans les cspeces precedentes. Ovaire long de 5 mm. porte par un pedicule longde 2 mm. et pourvu d'un style long 
de 7 mm., pubescent jusqu'au milieu. Fruit long de 9 a 1,2 cm. sur 2,5 cm. a peine pub6rulent. Graines longues de 1.4 cm. sur G mm. Badicule 
exserte et cotyledons cordes. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 



A. Rameaux florifere el fructifere du Baryxylum dasyrachis vt 

1. Bouton et fleur adulte. 

2. Sepales. 

3. Pelales. 

4-5. Androcee, anlhere et pollen. 

6. Ovaire etstigmate. 

7. Loge ovarienne ouverle. 

8-11. Loges seminales, graine et embryon. 

B. Rameau du B. dasyrachis var. macrocarpum. 

C. Rameaux florifere et fructifere du Baryxylum tonkmense. 

1. Fleur jeune et adulte. 

2. Scales. 

3. Petales. 

4-5. Androcee, anthere et pollen. 

6. Ovaire et stigmate. 

7. Ovules en position. 

8. Loge s6minale et graine. 

9. Graine ouverle et embryon. 



PI. 391 




E. Delpy del. 



El Olerlm lith. 



A BARYXYLUM DASYRACHIS. 

B . , var. macrocarpum. 

C . TONKINENSE. 



LEGUIYIINEUSES 



ADENANTHERA TAMARINDIFOLIA 



Habite le littoral tie la prefecture de Baria, dans la province de Bien hoa. Herb. Pierre, n. 6552. 

Jeunes rameaux, de meme que le rachis et ses divisions et Finflorescence, puberulents ou gris pubescents. 
Feuilles pourvues de trois a quatre paires de pennes. Folioles au nombre de cinq a huit paires, courtement 
petiolulees, elliptiques oblongues, obliques et obtuses ou arrondies a la base, legerement emarginees ou arrondies, 
terminees par un mucron tres court, presque entierement glabres en dessous et legeremeut glauqucs, coriaces 
munies de six a sept paires de petites cotes a peine distinctes. Grappes axillaires solitaires, plus courtes que les 
feuilles. Bractees obtuses tres courtes. Pedicelle deux fois au moins plus court que le calice. Petales oblongs, 
attenues aux deux extremites, de couleur rose. Etamines a filets un peu plus longs que les petales. Antheres 
elliptiques terminees par une glande stipitec. Ovaire glabre un peu plus court que son style tordu et contenant 
huit a dix ovules. Fruit circinne. Graines a tegument noir et rouge, pourvues d'un albumen assez epais. 

Peiit arbre de 1 a 4 metres a rameaux greles epais de 1,5 mm. Les feuilles sont longues de 9 a 14 cm. Le rachis nu a la base dans une 
longueur de 2 a 3 cm., est canalicule de meme que les pennes. Le premier est long de 3,5 a 9 cm. et les secondes de 2a 4 cm. Le p6liolule 
est long d'un 1/2 mm. Les folioles sont longues de 5 all mm. 1/2 et larges de 3 a 6 mm. La grappe est longue de 8 cm. Les pedicelles 
longs de 1,5 a 2 mm. sont beaucoup plus longs que la bractee qui a, a peine 1/2 mm. Le calice long de 1/2 mm., est lermine par 5 courtes 
dents obtuses. Les petales unis a l'extreme base au tube staminal long de 1/4 de mm. et lui-meme au disque lobe, sont longs de 3 mm. et 
1/4 de mm. Les filets des etamines greles sont longs de 4 mm. et l'anthere a 3/4 mm. de longueur. L'ovaire pourvu d'un pedicule de 
1/4 de mm. est long de 2 mm. tandis que son style subule aigu est long de 2 1/4 mm. Le fruit dont le sommet se rapproche de son 
pedicule, est long d'environ 8 cm. La graine portee par un funicule ascendant long de 2,5 mm. a 7,5 mm. de diametre. Son tegument est 
subcorne" dans la partie externe et colore et coriace ou subcharnu en dedans. L'albumen gelatineux subcorne, 6puise ga et la et quelquefois 
tres mince, est assez epais en dehors de la commissure des cotyledons. Ceux-ci plan convexes, peu 6pais, sont termines par une radicule legere- 
ment exserte. 

Ce petit arbuste a ete introduit au jardin botanique de Saigon. Ses fleurs roses et tres odorantes, ses feuilles 
un peu glauques et son port gracieux en font une plante tres ornementale. Ses folioles arrondies et plus petites, 
la couleur de ses fleurs,, la longueur de celles-ci 2 fois plus grandes que le pedicelle, etc., la distinguent bien de 
YAdenanthera bicolor Moon et davantage encore de FA. borneensis Brace. [Pi*ain t. c. p. 244]. 



POGOCYBE ENTADOIDES 

Habite la province de Bien hoa pres de Phuoc tanh. Herb. Pierre, n. 3.305. 

Sauf Finflorescence, entierement glabre Feuilles formees de quatre paires de pennes opposees. Folioles au 
nombre de 12 a 14, sauf les extremes, alternes, presque sensibles, elliptiques ou oblongues, tres obliques a la 
base, arrondies et emarginees en haut, crenees, serrees, coriaces, glabres, munies de sept paires de petites cotes 
de meme que la nervation tertiaire, relevees sur les deux faces. Grappes axillaires longues, pubescentes 
munies de trois a quatre ramifications, chargees de fleurs males, courtement pedonculees et pubescentes en dehors. 
Sepales glabres en dedans, a peine plus longs que le tube obconique, barbu en dedans. Petales velus en dedans 
a peu pres de meme longueur que les sepales. Filets des antheres tres velus. Fleur femelle et fruit inconnus. 

Petit arbre subgrimpant ou peut-etre grimpant. Feuilles sans stipules, longues de 20 a 25 cm. Petiole commun long de 11 a 12 cm. Pennes 
longues de 5 a 7,5 cm. Folioles sauflapaire terminale, loujours alternes, portees par un petiolule long d'un mm., longues de 1,7 a 2,4 cm., 
larges de 9 all mm. Grappes longues de 1 1 a 15 cm. ou simples, ou tripartites a 2 cm. de la base. Pedicelles pubescents longs de 3-6 mm. 
Tube du calice long de 1 mm. pube>ulent en dehors, tres barbu en dedans, plus de deux fois plus court que ses cinq sepales valvaires et oblongs 
lanc£oles et pubescents en dehors. Petales legerement imbriques, longs de 2 mm. oblongs, attenes. Etamines au nombre de 10, inserees au sommet 
du tube calicinal, en deux series inegales, les oppositipetales les plus courtes, toutes moins longues que le calice. Filets larges de 3/4 de mm. 
Antheres cordees longues d'un mm. environ, elliptiques, introrses, attachees vers le milieu dorsal. Ovaire inconnu. 

En somme le Pogocybe a les caracteres generiques suivants : 

Arbre subgrimpant. Feuilles bipennees a pennes opposees et a folioles le plus souvent alternes. Grappes sim- 
ples ou paniculees a fleurs dioi'ques. Calice a lube obconique barbu en dedans plus court que ses cinq 
sepales valvaires. Petales a peine imbriques, alternes aux sepales et plus courts qu'eux. Etamines au nombre de 
dix en deux series inserees au sommet du tube, cinq episepales et cinq epipetales plus courtes, a filets reflechis 
dans' le tube. Antheres introrses a insertion mediane, dorsale. Pollen subglobuleux. 

Bien que Fensemble de ces caracteres indiquent un Wagatea, neanmoins Fetat inerme des rameaux, les folioles 
alternes, les sepales aussi longs que les petales et valvaires, le tube calicinal velu ou barbu en dedans et les 
fleurs dioi'ques annoncent davantage un genre autonome. Par son receptacle obconique, Fabsence de glandes 
au sommet du connectif des antheres, a quelque rapport avec PErythrophloeum. Afz. C'est peut-etre, parmi 
les Dimorphandrees que ce genre devra prendre place. 



COROYA DIALOIDES 

Habitc la province de Bien hoa pres de la montagne Lu. Herb. Pierre, n. 5820. 

Jeunes rameaux gris puberulents, bient6t glabres. Feuilles imparipennees alternes, pourvues de 3 a 6 folioles 
alternes ovales, lanceolees, arrondies a la base, terminees le plus souvent par un court mucron, membraneuses, 
glabrescentes, un peuplus pales en dessous qu'en dessus, a 6-10 paires de petites cotes assez elevees de meme 
que la nervation tertiaire et les veines reticulees. Grappes terminales pubescentes, a rameaux tres distants et a 
cymes tres denses formees de fleurs tres pelites. Bractees et bacteoles lanceolees et caduques. Sepales puberu- 
lents, Tanterieur plus developpe que les autres. Petale vexillaire obeorde plus grand que les petales lateraux et 
ceux de la carene, obtus et pedicules. Etamines sauf lc vexillaire, connees, libres au sommet. Anthere elliptique. 
Ovaire stipite, uniovule, pubescent, plus long que le style. Fruit inconnu. 

Petit arbre de o a 10 metres. Stipules caduques qui n'ont pu etre observers. Jeunes rameaux epais de 2 mm. ticorce grise epaisse de 2 a 3 mm. 
Bois brun d'apres les indigenes, bon pour manches d'outils. Feuilles longues de 15 a 25 cm. Petiole commun long de 4,5 a 10 cm. Petiolule 
long de 4 mm. Folioles inferieures et les plus petites, longues de 5,5 et larges de 3 cai.; la terminale plus grande que les autres, ovale ou 
elliptique lanceolee, longue de 13,5, large de 5,5 cm. Elles sont ou egalement arrondies ou un peu obliques a la base ou large, ou legerement 
atlenuee. Les grappes sont longues de 16 cm. et leurs ramifications ont 1 a 2 cm. de longueur. Les fleurs sont Ires condensees, au sommet de 
courtes ramules. Sans en connatlre les adulles, neanmoins par l'avancement des boutons, il est permis de dire qu'elles n'ont guere plus d'un mm. 
de longueur. Le sepale anterieur le plus developpe enveloppe les lateraux et les 2 posterieurs valvaires sont aussi un peu plus grands que les 
lateraux. lis sont plus developpes que le tube au sommet duquel et au meme niveau que les sepales sont inseres les petales. Le posteneur est plus 
large que long et enveloppant. Ceux de l'aile sont obcuneiformes et ceux de la carene entierement libres, sont ellipliques. 

Sauf le vexillaire entierement libre, les neuf autres etamines monadelphes ont des filets plus longs que leur 
gaine, les alternes un peu plus courtes que les autres et toules terminees par des antheres elliptiques, presque 
basifixes et dressees. Le pedicule de l'ovaire est de la longueur du tube staminal et le style, a cet age, plus 
court que Tovaire. 

Le petale vexillaire etant enveloppant, fes folioles etant alternes, Tovule etant solitaire, ce qui se voit souvent 
chez les Dalbergiees, en Tabsence du fruit, c'est la que nous placons le genre Coroya, dedie a un veterinaire qui 
s'est occupe desplantes de rindocbine et qui a ete Directeur du jardin botanique de Saigon. Par le tube du calice 
plus court que ses lobes, par Tetamine vexillaire entierement libre, par Tindependance complete des petales 
anteiieurs, il y a difference entre les genres Dalbergia et Lingoum {Pterocarpus) bien que le Coroya ait plus 
de rapports avec le dernier qu'avec le premier. Commc chez le Lingoum et beaucoup de Dalbergia on' ( observe 
des laliciferes dans la moelle du bois, dans Tecorce et dans le limbe et comme chez toutes les Legumineuses, 
le cylindre central du bois emet pour la feuille, trois faisceaux liberoligneux. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 392. 

Rameau llorifere el fructifere de Y kdenanthera tamarindi folia . 

1 . Boulon et fleur adulle. 

2. Calice. 

3-4. Petales en position et isoles. 

5-6. Androcee, anthere et pollen. 

7-8. Ovaire entier et ouvert. 

9. Partie du fruit avec graine en position et isol6e. 
10-11. Graine en coupe transversale. La meme d^chiree montrant ralbumen. La graine Stantjeune en (a) on voit l'embryon plus petit que 

l'albumen et en (b) le meme embryon isole\ 
Rameau florifere du Pogocybe entadoides. 

1. Bouton et fleur presque adulte. 

2. Sepales. 

3-4. Petales en position et isoles. 
5-6. Androcee, anthere et pollen. 
7. Coupe longitudinale d'une fleur presque adulte. 
Rameau florifere du Coroya dialoides. 

1. Jeune fleur. 

2. Bract6e, bracteoles et sepales. 

3. Petales. 

4. Androcee. 

5. Anthere et pollen. 

6. Ovaire. 

7. Le meme ouvert, montrant l'ovule en position. 



Pi.382. 




.E.Delpy del 



A_ADENANTHERA TAMARIND IF OLIA 

B POGOCYBAENTADOIDES 

C COROYA DIALOIDES 



LEGUMINEUSES 



PARKIA DONGNAIENSIS 



Habite la valine deDongnai, jusqu'au Binh thuan. Herb. Pierre, n. 5817. 

Feuilles pourvues de 24 a 23 paires de pennes pubescentes de meme que le petiole commun orne vers sa 
base de deux glandes geminees et oblongues et entre les 9 paires de pennes superieures. Folioles au nombre de 32 
a 45 paires, glabres avec Fage, excepte vers la marge ciliee, arrondies aux deux bouts mais tronquees et sub 
inegalement auriculees a la base, oblongues, rigides, brillantes en dessus, munies de 8 a 40 paires de petites 
cotes peu elevees. Fleurs sessiles longues de 4,6 cm. environ, tres pressees, au sommet d'un tres long pedoncule 
claviforme plus court ou a peu pres de meme longueur que les feuilles. Bractees, lobes du calice et de la 
corolle, plus ou moins roux tomenteux surtout en dehors. Ovaire puberulent contenant 9 a 42 ovules dans chacune 
des deux series. Fruit inconnu. 

Arbre de 25 a 30 metres, a rameaux divariques, gros et peu nombreux. Bois blanc, puant, peu usite mais servant a faire des caisses el des 
planches. Feuilles longues de 48 cm. Pennes longues de 10 a 16 cm. Folioles longues de 1,25 cm. sur 2,5 mm. de largeur, a poils persistants le 
plus souvent sur la cote au-dessus et a la marge. P6doncule axillaire, long de 24 a 40 cm., epais de 4-5 mm., parser^ de lenlicelles lin6aires- 
oblongues. Sa partie florifere est longue de 5 a cm. dont le sommet (sans les fleurs) est renfle, de forme ovoule et long de 2 cm. environ. Le 
p6dicelle Ires court n'a pas plus d'un 1/2 mm. La bractee obovSe concave au sommet est longue de 1,1 cm., a peu pres de meme longueur que le 
calice et la corolle. Le lube calicinal glabre a 7 mm. et ses lobes 2 1/4 mm. La corolle a un tube long de 4 mm. el des lobes ligules longs de 7 mm. 
Elle est unie au tube elaminal, long de 0,5 mm. dans une longueur de 4 mm. Les filets sonl longs de 6,5 mm. L'anthere oblongue, obtuse, 
cmarginee aux deux extremity est longue de pres de 3 mm. L'ovaire slipite" est long de 5,5 mm. et termine par un style fililorme a peine 
bomb6 au sommet stigmatique et long de 1 1 ,5 mm. 

Par ses glandes geminees a la base du petiole commun et l'ensemble de ses caracteres, cette espece est 
voisine du P. biglandulosa, mais s'en distingue facilement par ses folioles moins nombreuses trois fois plus 
grandes, nonaigues, par son ovaire puberulent, mais surtout par ses fleurs deux fois plus grandes. 

Les pedoncules sont termines quelquefois par deux masses floriferes. 



PARKIA STREPTOCARPA 

Hance. Journ.of. Bot. (1876) p. 258. 



Habite la partie occidentale du Cambodge. Herb. Pierre, n. 4435. 

Jeunes rameaux, ainsi que les feuilles dans le jeune age, roux ferrugineux, tomenteux, bientot glabres ou 
presque glabres a Fexception des 8 a 44 paires de pennes. Glandes elliptiques ou ovales, situees au-dessus de 
la base du petiole commun, a la base des 3 a 4 paires de pennes superieures et entre les 43 a 22 paires de folioles, 
moins les 4 a 8 paires inferieures. Folioles elliptiques ou oblongues tronquees et un peu inegales a la base, 
arrondies au sommet, coriaces, un peu pales en dessous, munies de 8 a 40 paires de petites cotes peu elevees. 
Grappes puberulentes, tres longuement pedonculees, a pedoncules solitaires ou disposes en panicules, munis 
a la base d'une bractee caduque, nus excepte a F extreme sommet renfle, claviforme et multiflore. Fleurs tres 
pressees, a pedicelle beaucoup plus court que la bractee. Calice manifestement bilabie, les sepales posterieurs 
beaucoup plus grands que Fanterieur et surtout que les lateraux, pubescents en dehors de meme que les petales. 
Antheres oblongues obtuses, emarginees aux deux extremites a loges pourvues de deux rangees de pollen. 
Ovaire glabre, pourvu de dix ovules biseries. Fruit stipite tordu en spirale et contenant environ iO graincs 
plongees dans une masse pulpeuse blanche et comestible. 

Arbre de 15 a 25 metres, qu'on dit atteindre une taille plus elev6e. Tronc de 40 cm. de diametre. Ecorce grise. Bois blanc fournissant d'assez 
bonnes planches, mais facilement attaque" par les insectes, d'apres les indigenes. Les jeunes rameaux sont 6pais de 5 mm. Les adultes sont couverts 
de lenticelles ferrugineuses. Les feuilles sont longues de 25 a 40 cm. Le petiole commun est long de 14 a 28 cm. Les pennes sont longues de 8 a 
1 5 cm. Les folioles sont longues de 7 a 13 mm. sur 6 a 7 mm. Le pedoncule commun des grappes a 8 a 25 cm., tandis que les peeondules late>aux 
peuvent dSpasser 50 cm. La partie florifere est longue de 5 a 6 cm. Les fleurs connues sont encore jeunes. Elles offrent ce caractere, que vers la base 
claviforme il y a des fleurs a petales et a examines libres, tandis que celles situees plus haut les ont en partie conn6s, comme dans le genre. Les 
jeunes fleurs ont 8 mm. de longueur et sont de la longueur de la bractee. Ainsi qu'il a ete dit, les sepales sont tres inegaux, surtout les deux 
lateraux subaigus, deux a trois fois plus courts que les posterieurs. Les pelales tres atlenues a la base, oboves et obtus ou arrondis, sont a cet 
age plus courts que le calice et plus longs que les dix examines d'6gale longueur. Le style plus court que l'ovaire p6dicule, oblong et glabre est 
aussi, a cet age, plus court que les examines. Le fruit est subd6hiscent et atteint une longueur de 20 cm. a 35 cm. et davantage. Son p6dicule est 
long de 6 a 8 cm. Glabre, a exocarpe noir vernisse, assez coriace et mince, il est tapisse en dedans, d'une couche charnue, tr^s epaisse, 
blanche, entourant completementles graines et tres recherchie des singes, de l'ours a miel et des oiseaux. La graine a une direction transversale 
et a un funicule filiforme long de 8 mm. Longue de 1,8 a 2 cm. sur 1,1 cm., elle porte une ar6ole elliptique sur l'une et 1' autre face de son tegument 
subcorne, mince et noir. Les cotyledons elliptiques, plan convexes el verdatres enveloppent complelement la tigelle voisine du hile. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 393 



A. Rameau florifere du Parkia dongnaiensis. 

1. Bract6e et fleur adulte. 
2 Vue dorsale de la bractee. 

3. Calice. 

4. Corolle et androcee. 

5-6. Androcee, anthere et pollea. 

7. Coupe longitudirmle d'une fleur. 

8. Ovaire et ovules en position. 

B. Rameaux florifere et fructifere du Parkia streptocarpa Hance. 

1-2. Bouton et bractee. Calice (l a ). 

3-4. Corolle jeune et petales. 

5-6. Androcee jeune, anthere et masse pollinique. 

7. Coupe longitudinale d'une jeune fleur. 

8. Ovaire montrant les ovules en position. 

0. Partie du fruit montrant la graine en position. 

10. Graine. 

11. La meme et embryon. 

12. Tigelle en position. 



PL 333 




.Delpy del 



Ei.OWlinlith. 



A PARKIA DONGNAIENSIS 

B . STREPTOCARPA.HANCE 



LEGUIYIINEUSES 



PITHECOLOBIUM? HARMANDIANUM 

Habile le long du fleuve Mekong pres des cataractes de Kong. Harmand, n. 425 et 77 

Stipules rarement epineuses. Feuilles bipennees, puberulentes. Pinnules un.jugees plus longues que 1 , prt ole 
commun et pourvues d'une g.ande a leur base. Policies au n 0m bre de 5 a 6 paires, presque sessxle a tenu ee s et 
tres obliques a la base, arrondies au sommet, elliptiques, oblongues, chartacees puberulentes, mun.es de« \ij 
paires de petites cdles, de meme que la nervation tertiaire, assez elevees sur les deux laces. Capitu es ^Mleux 
petits, assez longuement pedoneules, disposes en faseicules de 3 a 4, formant une grappe ram.fiee e poM rolente. 
Fleurs sessiles, 4 a 6 meres. Calice tubuleux a lobes courts, obtus et pubescent*. Corolle dun quart plus long 
que le calice infundibuliforme. a lobes ce.tainement imbriques et subaigus, plus courts que le tube. Etam.nes au 
nombre de 10 a 47, a filets presque trois fois plus longs que la corolle, connes a l'extreme baseavec celle-ci ou 
presque entierement libres. Antherc elliptique a connectif large et subglanduleux. Pollen dispose en petites masses 
independantes. Ovaire oblong ou suboblong velu, termine par un style filiforme aussi long que les etamines. Ovules 
au nombre de 10 disposes en deux series. Fruit inconnu. 

Probablementarbre peu «eve. Ses rameaux sont assez presses. Le petiole commun, pubescent, pourvu d'une glande au sommet est long de 9 h 
22 mm. Les pinnules sont longues de 5 a 8 em. Les folioles sont longues de 12 a 33 mm. et targes de 6 a 16 mm. Les grappe, son! longues de la 
20 cm., et le pedoneules des capitate* longs de 8 a 10 mm. lis sonta 2 mm. environ au-dessous du sommet, pourvu, d un .nvolucre de br . ^ 
Le calice est long de 1 mm. et ses dents longues d'un tiers de mm. environ. La corolle, entierement glabre, a 1 mm et It de mm. Se cuts 
sont deux fois plus courtes que le tube et sont manifestement imbriquees dans le bou.on. Les filets des etam.nes sont greles et conlra.rem n. a la 
maniere des pithecolobium, sont presque entierement libres. Lovaire se separe en deux lobes et a 3/4 mm. de longueur, land.sque son style est 
4 1/2 fois plus long. 

Ce que nous venous de dire de cette plante, particulierement quant a sa corolle a lobes imbriques et a ses eta- 
mines presque libres, nous fait hesiter a la placer dans le genre Pithecolobium. Cependant e'est avec ce genre 
qu'clle a le plus de rapports. La connaissance de son fruit dira si elle peut y rester. 



PITHECOLOBIUM ? MALAYANUM 

Habitele Siam, dans la province de Petchapury, vers Muong Pran. Herb. Pierre, n, 5.974. 

Petit arbre epineux. Jeunes rameaux pubescents. Feuilles bipennees a petiole commun pubescent, pourvu d'une 
glande entre chacune de ses 2 paires de pinnules. Folioles au nombre de 10 a 20 paires dont les deux dernieres sont 
pourvues d'une glande a leur base, elliptiques, arrondies aux deux bouts, obliques a la base, coriaces, glabres, 
munies de 4 a 6 paires de petites cdtes fines ainsi que la nervation tertiaire. Capitules pedoneules, a fleurs 
pedicellees et 4 a 5 meres. Calice subcampanule plus de deux fois plus court que la corolle a lobes subaigus, 
obtus et pubescents. Corolle infundibuliforme a lobes obtus pubescents quatre fois plus courts que son tube. 
Etamines au nombre de 24 environ, a tube plus court que celui de la corolle et a filets tres longs. Ovaire courte- 
mentstipite, glabre, termine par un tres long style et contenantl2 ovules bis6ries. 

Arbre de 2 a 8 metres. Ses rameaux adultes sont assez tordus et grisatres. Le petiole commun est long de 35 mm. Ses glandes sont de couleur 
purpurine Les pinnules sont longs de 65 mm. et pubescents. Les folioles ont un petiolule tres court, renQe et pubescent. Elles out de 10 a 18 mm. de 
longueur sur 4 a 8 mm. Elles sontde bonne heuretres glabres. Le pedoncule commun, pubescent, long de 23 mm., nait aux axes recents else ter- 
mine par un capitule de fleurs assez laches, dont les pedicelles sont longs de 2,5 mm. Le calice long de 3 mm. environ a les dents longues de 
1/2 mm. La corolle a plus de 6 mm. de longueur et ses dents sont longues de 1 ,5 mm. Le tube des etamines, tout a fait libre, a 4 mm. de longueur. 
L'ovaire est long de 1 mm. 

D'apres mes notes, le fruit de cet arbre serait falciforme et subindehiscent. Les articles se separeraient entre chaque 
oraine. Je n'ai pas rctrouve, dans mes collections, le seul fruit qui avait ete observe sur place. Son caractereinde- 
hiscent n'annoncepasun Pithecolobium. 

EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 394. 

A. Rameau florifere du Pithecolobium ? Hermandianum. 

1. Capitules. 

2. Fleur adulte et bouton. 

3. Bractee. 

4. Calice. 

5. Corolle et androcee. 

6-7. Etamines, anthere et ovaire. 
8. Ovaire et ovules en position. 

B. Rameau florifere du Pithecolobium? Malay anum. 

1. Capitule. 

2. Bouton et fleur adulte. 

3. Calice. 

4-5. Corolle et androcee. 

6. Etamines d'une jeune fleur. 
8-9. Ovaire et ovules en position. 



PI.33- 




A PITHE COLO BIUM ? HARMANDIANUM 

B ; ?MALAYANUM 



LEGUMINEUSES 



PITHECOLOBIUM CLYPEARIA 

Benth. in Hook. Lond. Journ. Bot. Ill, 209. Pram in King Mater. Flo, Ma!ay. penins. 273. (1897) Baker in Fl. Brit. Ind. II 305 ; - Ben.h. Fl. 
Kong. Kong. I. 103 ; - Miq. Fl. Ind. Bat. 1. 35 ; - Mimosa Irapezifoha. Fl. Ind. I!. 546. 

Habile tous les lieux montagneux dans la Basse-Cochinchine et leCambodge ; S -etendjusqu'a la Chine, l'lnde et 
la Malaisie. Herb. Pierre, n. 5.971. «,..,, • .• - t A ac , a , 

Feuilles, inflorescences de meme que les jeunes rameaux, roux pubescents. Glandes plus ou moms siipttee et 
concaves, situees a quelque distance de la base du petiole cornmun, des paires superieures de pennes et de tolioles. 
Petiole cornmun plus ou moins anguleux, canalicule en-dessus, generalement plus long que ses divisions secon- 
dares formees de quatre a six paires de pennes, les premieres et les plus courtes portant 3 a 4 paires, les supe- 
rieures le plus souvent 10 a \\ paires de folioles. Celles-ci ovales ou elliptiques oblongues, inegales et tronquees a^ la 
base, altenueesoulanceolees,obtuseset plus ou moins mucronees ausommet, toujours moins velues en dcssusquen 
dessous, quelquefois glabrescentes en dessus, coriaces et munies de 6 a 8 paires de petites cdtes arrondies et con- 
fluentes loin de la marge et, de meme que la nervation tertiaire, assez elevees sur les deux faces. Grappes axillaires ou 
terminales, ramifiees, aussi longues ou plus longues que les feuilles. Fleurs ombellees, pedicellees au sommet de 
p6doncules superposes au nombre de un a cinq a l'axe d'une bractee glanduleuse. Calice tubuleux, plus dedcux 
fois plus court que le tube de la corolle, termine par cinq dents obtuses et courtes, de meme que la corolle pubes- 
cent en dehors. Tube staminal plus court que celui de la corolle, termine parune vingtaine de filets deux lots plus 
longs que la corolle. Antheres a loges distantes separees parun large conneclif. Ovaire longuement stipite et velu 
termine parun tres long stvle etcontenant douze ovules biseries. Fruit circinne, etrangle entre les graines s ouvrant 
en deux valves un peu coriaces et d'une teinte orangee. Graines au nombre de 6 a 42 subelliptiques, a tegument come 
mince et d'un noir profond avec l'age. 

Arbre de 10 a 12 metres. Petiole common long de 19 cm. termine par une pointe subuUe. Pennes longues de 2 a 9 cm. ecartfies de 2 a 
4 cm Les folioles sont rarement au nombre de 18 a 22 paires. Leur dimension est Ires variable. Les inferieures sont longues de 8 a 10 mm. sur 7 a 
8 mm el les plus grandes onl 2,5 a 7 cm. sur 1 ,2 a 3 cm. Les grappes sont longues de 5 a 30 cm. Le pedoncule des ombelles est long de 1 a 1 1 /2 cm. 
Les pedicelles sont longs de 3 mm. Le calice est long de 1 3/4 mm. tandis que ses dents n'ont qu'un cinquieme de mm. de longueur. La corolle a 
4,5 mm. de longueur et ses lobes 2,5 mm. Elle est plus ou moins en forme de cornet et glabre dans sa parlie inferieure. L ova.re long de 2,5 mm. 
a un pfidicule aussi long. Le fruit recourb<5 sur lui meme a 5 a 7 cm. de longueur et pres de 2 cm. de largeur. 



PITHECOLOBIUM LUCIDUM 

Benth. in. Lond. Journ. Bot. II 207; — Fl. Hong. Kong. I. 102. 

Habite la montagne Knang Repoeu au Cambodge et la Chine. Herb. Pierre, n. 1.014. 

Pubescent dans le jeune age, enfin glabre. Feuilles alternes, espacees. Glandes larges, sessiles au-dessus de la 
base du petiole cornmun, entre les deux paires de pennes et entre les trois a cinq paires de folioles. Celles-ci assez 
longuement petiolulees ovales ou oblongues, lanceolees, obliques et aigues a la base, terminees par une pointe assez 
longue et obtuse, coriaces, vertes etbrillantes en dessus, un peu rougeatres en dessous, entierement glabres a 1'etat 
adulteou quelquefois puberulentes sur la cote en dessous dememe que le petiolule et le petiole cornmun secondare, 
munies de 6 a 8 paires de petites cotes elevees de meme que la nervation tertiaire en dessous, beaucoup moins 
saillantes en dessus. Grappes paniculces pubescentes. Fleurs ombellees et sessiles. Calice tubuleux velu, deux fois 
environ plus court que la corolle. Fruit ondule entre les graines formant une courbe ou cercle presque complet, a 
valves coriaces tres ecartees et tordues. Graines au nombre de six a sept, portees par un funicule long et grele, 
elliptiques, entourecs d'un tegument mince subcorne, noiraFetat sec. 

Arbre de 10 a 13 metres qu'on decrit un grand arbre. Rameaux manifestement anguleux mais a cotes peu elevees, presque entierement glabres 
a l'etat adulte. Petiole cornmun plus court (4 cm.) ou plus long (15 cm.) que les pennes dont la longueur est de 8 a 12 cm. Petiolule long de 3 a 
4 mm. Folioles longues de 5 a 9,5 cm., larges de 2 a 3 cm. Grappes fructiferes longues de 10 a 20 cm. Pedoncule de l'ombelle long de2,5 cm. Calice 
10 ng de 2 mm. Corolle (d'apres Bentham) longue de 4 mm. Etamines longues de 8 mm. Fruit dont le diametre de la courbe est de 7 cm. a 8 cm. ; il 
est large de 2 cm. et dans les etranglements de 1 cm. Les graines sont longues de 1,3 cm. sur 1,1 cm. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCIIE 395. 

A. Rameaux florifere et fructifere du Pkhecolobium Clypearia Benth. 

1 . Boutons et fleur adulte. 

2. Calice. 

3. Corolle jeune et adulte. 

4-5. AntrocSe avant Tanthere ; anthere et pollen. 
fj-7. Ovaire entier et ouvert. 

B. Rameau fructifere du Prthecolobium lucidum Benth. 

1. Portion d'une valve du fruit et graine en position. 
2-3. Graines avec ou sans tegument. 

4. Cotyledon etligelle. 

5. Coupe transversale d'une graine. 



PI. 355 




E..Delpy del. 



EiOWlinlitL. 



A PI THE COL OBIUM CLYPEARIA .BTH 

B \ . LUCIDUM.BTH 



LEGUMINEUSES 



PITHECOLOBIUM ATTOPEUENSE 



Habite la region d'Attopeu. Harmand n. 4275. Herb. Pierre n. 5983. 

Jeunes rameaux puberulents. Feuilles unijugees a petiole commun 3 a 4 fois plus court queles pennes et pourvu 
(Tune glande a la base decelles-ci. Folioles au nombre de irois leplus souvent deux paires, petiolulees, rarement 
a la base de la paire supeiieure pourvues d'une glande sessile, ovales lanccolees a pointe assez longue et obtuse, 
obliques, arrondies ou obtuses a la base, coriaces, entierement glabrcs sauf dans le tres jeune age, brillantes en 
dessus, munies de 7 a 8 paires de petites cotes peu elevees mais distinctes sur les deux faces, de meme que la 
nervation tertiaire, espacee, tortueuse, transversale et les veines largemcntreliculees et pales. Pedoncules axil- 
laires fascicules au nombre de 3 a 5, plus longs que le petiole commun, pubescents et termines par des bractees 
oblongues et vetoes deux fois au moins plus courtes que le calice et par 10 a 20 fleurs sessiles et ombellees. Calice 
tubulcux, a dents obtuses, veluen dehors, plus dedeux fois plus court que la corolle. Petales lanceoles deux fois 
plus courts que le tube infundibuliforme et velu en dehors. Etamines au nombre de 13 a 2J a tube glabre plus 
long que la corolle, a filets longs et greles dont quelques-uns sans anthere. Ovairc stipite ou attenue a la base, 
oblong, glabre termine par un tres long style et contcnant douze a seize ovules biseries. Fruit inconnu. 



Arbre h rameaux arrondis, tortueux Btieign&ut dh a quinze metres. Le petiole commun long de 7 a 10 mm. est puberulent. Les pennes sont longues 
de trois a sept cent, et demi. Elles sont leg^remeut anguleuses et puberulentes. Le petiolule est long de 3 mm. et puberulent. Le limbe a 4,5 a 6,5 cm. 
de longueur sur 2,6 a 4 cm. Les pedoncules capituliformes toujours simples sont longs de 3,5 cm. Le calice long de 3,5 mm. a les dents longues de 
1/4 mm. La corolle longue de 7,5 mm. a les dents longues de 2,5 a 3 mm. Sur les 20 etamines il y en a quinze fertiles. Les filets sont longs de 
un cm. Les anlheres out les loges locellees tres 6cart6es et separ6es par un large connectif glanduleux. L'ovaire long de 3 mm. est plus de deux 
fois plus court que son style. Le stigmate punctiforme est a peine distinct. 

Bien que le fruit de cette espece soit inconnu, elle se distingue du P. bigeminum assez facilement. Les feuilles ne sont ni obovees ni aigues etsa 
venation est tout a fait caracteristique. Son inflorescence est formed de capitales fascicules et jamais rac6miforme ou paniculee. Ses fleurs sont beau- 
coup plus grandes. Son calice est tubuleux. Ses etamines sont plus plus nombreuses, de meme que ses ovules. On n'en compte qu'une dizaine 
chez le P. bigeminum, du moins dans les echanlillons du Sikkim. 



PITHECOLOBIUM QUOCENSE 



Habite Tile de Phu Quoc. Herb. Pierre, n. 3359. 

Entierement glabre, sauf Finflorescence. Petiole commun termine par une glande sessile, 8 a 10 fois plus court 
queles pennes unijugees eglanduleuses ou pourvues d'une glande a la base de la derniere paire de folioles. Folioles 
au nombre de deux a trois paires, petiolulees oblongues ou ovales oblongues, lanceolees, terminees par une pointe 
obtuse, tres attenuees, un peu obliques et obtuses a la base, membraneuses concolores, glabres, munies de 8 a 
9 paires de petites cotes, de nervures tertiaires et de veines finement areolees, plus elevees en dessous qu'en 
dessus. Pedoncules capituliformes, Ires courts, fascicules a l'aisselle des feuilles formant quelquefois de fausses 
grappes terminates par l'absence des feuilles. Fleurs sessiles ombellees. Calice puberulent moins de deux fois plus 
court que la corolle. Petales a peu pres de meme longueur que leur tube, velus en dehors. Etamines au nombre 
de trente de moilie plus longues que la corolle, a tube plus court que celui de celle-ci et que ses filets. Ovaire 
stipite, glabre, presque aussi long que le style et contenant dix ovules biseries. Fruit inconnu. 



Arbre de 8 a 10 metres, a rameaux arrondis. Petiole commun long de 1,5 a 2 cm. Pennes longues de 8 & 14 cm. Peliolule long de 4 a 5 mm. 
Folioles longues de8 a 15 cm. larges de 3,5 cm. Pedoncules des capitules longs de 8 a 10 mm. Calice long de deux et un quart de mm. Corolle 
longue de 4 mm., a lobes obtus et valvaires. Etamines longues de b mm. dontle tube a 1,5 mm. Les loges des antheres sont separ^es par un large 
connectif. Ovaire long de 3 mm. , port6 par un pedicule long de 1 ,5 mm. 

Cette espece se distingue du P. bigeminum Benth, par ses feuilles concolores membraneuses, non obovees, par son 
inflorescence et des fleurs moins velues et un peu plus grandes. 



PITHECOLOBIUM ? MEKONGENSE 

Habite les rives du Mekong, pres de Sombor. Harmand, n. 58. — Herb. Pierre, n. 5981. 

Entierement glabre. Feuilles bipennees pourvues a leur base de deux petites epines. Petiole commun canalicule 
plus long que ses quatre paires de pennes, termine a la base de la derniere paire par une glande sessile, glande 
manquant ailleurs. Folioles au nombre de 8 a 43 paires, sessiles, oblongues et arrondies aux deux extremites, 
obliques a la base, rigides, glabres, concolores, munies a la base de trois a cinq nervures, dont deux s'etendent 
jusque au-dessus du milieu, parallelement a la marge et a la cote. Fruits lordus lineaires oblongs. 

Les rameaux sont arrondis. Le petiole commun est long de 12 a 13 cm. La glande unique situee a la base de la derniere paire de pennes est ronde 
et concave. Les folioles sont longues de 12 a 20 mm. Les fleurs paraissent disposers en grappes et sont cerlainement capitulees. Celles qui ont ete 
figurees ne peuvent etre donnees certainement comme appartenant a cette plante. Elles elaient detachers et retenues a l'ecbantillon par des fils 
d'araignee. En tout cas,l'analyse figuree indiquerait que cette plante n'est pas un Pithecolobium, ni un Acacia, puisque les sepales y sont libres. 



Quanl au fruit, F absence de cloison enlre les graines, d'ailleurs non arriv6esa maturite, indiquerait tout autre genre que le Pithecolobium. Serait-ce 
un Acacia ?Nous pensons plutot que c'est un Pithecolobium par l'aspect general de la plante. Quoi qu'il en soil, les fruits naissent au nombre de un 
a trois ausommet d'un pMoncule I6gerement renfle en tete. lis sont longs de 8 a 9 cm. subspirales, aplaiis et bombed en face de chaque graine. 
Celle-ci, non arrived a maturite, pourvne d'un long funicule filiforme, est oblongue. L'embryon elliptique a une courte radicule exserte. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 396. 

A. Rameau florifere du Pithecolobium attopeuense. 

1. Bouton et fleur adulte. 

2-3. Fleur sans le calice vue du cole interieur. 

4. Fleur dCchire'e monlrant l'union de la corolle avec letube staminal. 

5-6. Androcee, anthereet pollen. 

7-8. Ovaire entier et ouvert. 

B. Rameau fructifere du Pithecolobium mekongense. 

Les figures 1 a 8 reprCsentent un capitule et le dereloppement d'une fleur ne paraissant pas appartenir a celte plante 
9. Portion de valve d'un fruit non arriv6 a maturite. 

10. Graine entiere, ouverte et en coupe transversale. 

11. Embryon. 



PL 39 6 




E.Delpy del. 



Ed.OberHnlith. 



A P1THECOLOBTUM ATTOPEUENSE 

B — , ? MEKONGENSE 



LEGUIYHNEUSES 



ALBIZZIA ? CAMBODIANA 

Habite la montagne KnangRepceu, dans la province de Tpong an Cambodge. Herb. Pierre, n. 1.030. 

Jeunes rameaux etfeuillespuberulentes ct grisesdans le jeune age. Feuilles bipennees depourvues de glandes 
absolumentglabresaretat adulte. Pennes au nombre de deux atrois paires a peine puberulentes, un pen angu- 
leuses a la face superieure. Folioles au nombre de dix a seize, alternes, petiolulees, ob.iques arrond.es ou subaigues 
a la base, elliptiques oblongues terminees par une courte pointe obtuse quelqucfo.s emarginee, conae.s, glabres, 
de douze a dix-sept paires de petites cdtes, de meme que la nervation tertiaire et les veines egalen.ent elevees 



munies ^ ~ 

sur les deux faces. Fleurs inconnues, d'apres le pedoncule fructifere, disposees en epi. Fruit stipite, oblong, subile- 
ment attenue ou aigu aux deux bouts, comprime, coriace, sans cloison et sans tissu charnu entre les graines, 
paraissant s'ouvrir en deux valves. Graines exalbuminees au nombre de six a huit, elliptiques et portees, a l'etat 
jeune, parun funicule epais et charnu. 

Arbre de trente a quarante metres. Le diametre du tronc est de 80 cent. Le bois est dit rougeatre. Les jeunes rameaux sont epais de 3 mm. Le 
petiole commun est long de 8 a 12 cm. Les pennes sontlongues de 12 a 18 cm. Le petiolule est long de 2 mm. Les folioles sont tongues de 4 a 
8 cm. sur 25 a 36 mm. L'inflorescence est longue, a l'etat fructifere de 5 a 6 cm. Le fruit a un P 6dicule de 6 a 8 mm. ; il est loug de 12 a 15 cm. 
sur 4 cm. de largeur de 3 a 3,5 mm. Le funicule est de 6 mm. beaucoup plus large a la base qu'au sommet. La jeune grame est longue de 14 mm. 
et large de 7 mm. Le tegument est coriace. L'embryon presque orbiculaire a une courte radicule exserte. 

Par son inflorescence cette espece tient des Acacia et Albizzia. ^absence d'epines m'a fait preferer le second 
genre. Cependant l'epaisseur de son funicule n'est pas celle qu'on voit dans ces deux genres. D'apres les restes de 
son calice tubuleux, il est probable que c'est une Mimosee et par son fades, elle a beaucoup de rapports avec 
T Albizzia. 

ALBIZZIA LUCIDA 

Benth. in. Hook. Lond. Journ. Bot. III. 86 ; - Prain. in King. Maler. Flora Malay. Penins. 260; - Baker in Hook. Fl. Brit. Tnd. II. 299; - 
Miq. Fl. Ind. Bat. I. 16 ; — Inga lucida Wall. Cat. 5.267 ex Prain. — Mimosa lucida Hoxb. Fl. Ind. II. 544. 

Tres repandu dans toute la Basse-Cochinchine, s'etend a Java etdans rinde oriental. Herb. Pierre, n. 5.96.J. 

Entierement glabre et sans epines. Petiole commun pourvu d'une grosse glande au-dessus de sa base et rare- 
ment a son sommet. Pennes le plus souvent geminees, rarement au nombre de deux paires, pourvues d'une gbmde 
a son sommet. Folioles au nombre de deux, rarement de trois paires, tres courtement petiolulees, ovales elliptiques 
ou elliptiques oblongues, cuneiformes et obliques a la base, terminees un peu subitement par une pointe obtuse, 
coriaces, d'une teinte verdatre, brillantes, munies dune dizaine de paires de petites cdtes dememe que la nerva- 
tion tertiaire transversale et les veines assez elevees sur les deux faces. Capitules axillaires disposees au 
nombre de un a quatre et disposees en panicule, munis de dix a douze fleurs presque scssiles. Calice campa- 
nula a dents tres courtes velu de meme que la corolle. Etamines au nombre de seize a filets plus longs que le tube 
et a antheres plus larges que longues separees par un large connectif. Ovaire glabre. Fruit lincaire oblong aplati, 
aigu aux deux extremites mais a pointe legerement oblique, contenant quatre a huit graines, orbiculaires et a peine 
bombees. 

Cet arbre est dit eleve et fournit un bois dontle coeur est d'un brun pale qu'on utilise comme planches, madriers et dans le charronnage. Les plus 
grands arbres que j'aie vus, n'avaient pas plus de quinze metres. Il est vrai de dire qu'ils croissaient en plaine et la, gene>alemenl, on ne rencontre 
que ceux dont l'exploitation n'est pas ou n'est pas encore remunerafrice. Quoiqu'il en soit, leur tronc avait un diametre de 30 a 35 cm. Les jeunes 
rameaux sont epais de 3 mm. et entierement glabres. Le petiole commun est long de 5 a 8 cm. Les glandes qu'il porle sont tres grandes et manquent 
au sommet du petiole secondaire quand ce dernier ne porle qu'une seule paire de folioles. Le petiolule est long de 1 a 2 mm. et le limbe est long de 
5 a 12 cm. sur 2 a 5 cm. Les pedoncules sont longs de 1 a 2,2 cm. Le fruit est long de 20 a 25 cm. sur 25 a 35 mm. II est jaune brun, quelque peu 
luisant, avec une nervation presque indistincte quoique plus elevee danslapartie bombeecorrespondante aux graines. Celles-ci sont longues et larges 
de 8 a 10 mm. 

EXPLICATIONS DES FIGURES DE LA PLANCIIE 397 

A. Bameau fructifere de V Albizzia? cambodiana. 

1 . Portion d'une valve du fruit et graines en position. 

2. Graines non mures. 
3-4. Embryon jeune. 

5. Coupe d'une portion de fruit passant par le milieu d'une graine. 

6. Coupe transversale d'une graine. 

B. Bameaux florifere et fructifere de X Albizzia lucida Benth 

4. Capitule et bouton isole. 

2. Calice. 

3-4. Jeune corolle entiere et ouverte. 

5-6. Jeune androc^e, anlhere et pollen. 

7. Ovaire et stigmate. 

8. Ovaire dechire. 

9-10. Portion d'une valve du fruit avec graines en position et isolees. 

11. Graine ouverte et embryon. 

12. Coupe transversale d'un fruit passant par la graine et coupe d'une graine. 



P1.392 




A — ALBTZZIA? CAMBODIANA 
B.___ LUCIDA. BENTH 



LEGUIVilNEUSES 



ALBIZZIA ODORATISSIMA 



Bentl, in Hook. Load. Journ. Bot. III. 88 ; - Prain in King Mater. Malay. Penins. 9. 259 ; - Baker Flor. Bnt Ind II. 299 ; BeddFL Syiv t 54 
-Alb. micrantha Boiv. Eocycl. II. 34 ; _ Miq. Fl. Ind. bat. I. 24 ; - Acaciaodoratissima. - Willd. Sp. Pal. IV, 1083 ;- DC. Prod. U. 4t6, 
-Acacia iomatacarpa D. C. Prod. II. 407 ; -Mimosa odoratissima Linn. f. Suppl. 437 ; Roxb. Coram. PL 11. t. 120 ; - Mimosa marginata 
Lam. Encycl. Meth. I. 12. 



Habite Flndc, la peninsuie malaise et Flndochine. Espece devenue assez rare dans le Cambodge. Herb. Pierre, 
n. 5965. 

Jeunes rameaux pubescents. Peuilles bipennees. Glandes souvent presentes au-dessus de la base du petiole 
commun, a la base de la derniere paire de pennes et des folioles. Pennes au nombre de trois a sept paires. Folioles au 
nombre de douze a quinze paires, loujours naines ou tres reduites dans la premiere paire oblongues arrondies et 
obliques a la base, obovees legerement attenuees et pourvucs d'un court mucron, pubescentes surtout en dessous. 
La cote excentrique plus rapprochec du bord superieur que de Hnferieur est proeminente, de meme que la nerva- 
tion secondaire et tcrtiaire pup les deux faces. Grappes axillaires et terminales velues, generalement plus courtes 
queles feuilles, nues dans les deux tiers de sa partie inferieure, formees a chaque axe bracteiforme de six, le plus 
souvent de trois pedoncules longs et greles . Fleurs sessiles au nombre de dix a quinze, au sommet de chaque capitule. 
Calice campanule, velu en dehors, trois fois au moins plus court que le tube de lacorolleet termine par cinq lobes 
deltoides et aigus. Corolle velue en dehors a lobes lanceoles plus courts que le tube. Ovaire stipite, glabre conte- 
nant douze ovules biseries. Fruit lineaire oblong, aplati legerement attenue aux extremites, pourvu de sept a douze 
graines longuement funiculees. 

Arbre de 25 metres environ qu'on dit alteindre une plus grande hauteur. Son bois rougeatre est tres estime et Irks usite particulierement dans le 
charronnage. Les feuilles sont longues de 20 a ?5 cm. Le petiole commun a 15 a 20 cm. de longueur. Les pennes sontlongues de 8 a 12 cm. La pre- 
miere paire de folioles est souvent subulee, caduque ou du moins sensiblement plus petite que les suivantes. Elle a un mm. sur un mm. ou 5 a 1 mm. 
de longueur. Les plus grandes des paires suivantes out 2,5 cm. sur 8 mm. Les pedoncules capita ont 2 cm. de longueur. Le calice a un mm. tandis 
quela "corolle a 5 mm. Le tube de cette derniere a 3 mm. et les lobes 2 mm. de longueur. Le lube staminal (2 mm.) est plus court que celui de la 
corolle mais les filets tordus ont 9 a 10 mm. de longueur. L'ovaire a un pedicule longde 3/4 mm. tandis que le style est long de 7 mm. Le fruit a 
9 a 18 cm. de longueur sur une largeur de 3 a 3,5 cm. La graine un peu aplatie attenuSe aux deux bouts a 7 a 8 mm. de longueur sur 5 mm. Elle 
est soutenueparun funicule tordu, filiforme, long de 11 mm. 

J'ai vu cette espece cultivee dans le jardin botanique de Calcutta sous le nom de Acacia Sirissa Ham. Les echan- 
tillons deCochinchineontjusqu'a sept paires de pennes. tandis que ceux de 1'Inden'en ont que deux a quatre. La 
premiere paire de folioles toujours plus petite, souvent reduite a des pointes subulees et cylindriques, est figuree 
par Roxburgh, bien que sa description n'en fasse pas mention. Ce caractere permet de faire de suite la distinction 
de FA. odoratissima. 



ALBIZZIA PROCERA 



Benlh. in Hook. London Journ. Bot. III. 89 ; — Prain in King Mefler. Flor. Malay, penins. 260 ; — Baker in Fl. Brit. Ind. 299 ; — Miq. Fl. Ind. Bat. 
I. 21 ; — Bedd. Fl. sylv. 96 ; — Acacia procera Willd ; Sp. pi. IV. 1063 ; etc. ; —Acacia elata Grah. in Wall. cat. 5233 ; Mimosa procera Roxb. 
Cor. PL t. 121. — Fl. Ind. II. 548. 

Espece tres repandue dans toute la Basse Cochinchine, au Siam, dans la peninsule malaise et les iles de la Malaisie 
Herb. Pierre, n. 5968. 

Jeunes rameaux et petiole commun pourvu d'une grosse glande au-dessus de sa base, bientot glabres. Feuilles 
bipennees, pourvues de 2 a 6 paires de pennes pubescentes, privees de glandes. Folioles au nombre de 7 a 12 paires, 
les dernieres pourvues d'une glande. Courtementpetiolulees, elliptiques ou elliptiques oblongues obliques et arron- 
dies a la base, a cote excentrique arrondies et subitement mucronees, membraneuses noiratres en dessus, glauques 
ou plus pales en dessous, pubescentes sur les deux faces, elles ont 8 a 10 paires de petites cotes, fines mais nette- 
ment dessinees, de meme que la nervure tertiaire, sur les deux faces. Les grappes terminales ou axillaires plus 
courtes que les feuilles sont ramifiees et pubescentes. Elles sont formees de un a cinq capitules situes a Faisselle 
de chaque bractee. Les fleurs sont sessiles et groupees au nombre d'une vingtaine par capitule. Le calice est tubu- 
leux, courtement dente et glabre. La corolle puberulente en dehors est environ deux fois plus longue que le calice. 
Le tube des etamines est beaucoup plus court queles filets. I/ovaire est glabre et contient environ 16 ovules. Le 
fruit lineaire oblong tres aplati, stipite, attenue aux deux bouts, se termine par une pointe rigide un peu courbee. 
II contient dix a douze graines oblongues, comprimees, attenuees aux deux bouts et portees par un long funicule 
filiforme et tordu. 

Arbre de vingt-cinq metres el plus : son tronc, qui peut acquerir de grandes proportions, a 60 a 80 cm. de diam. Son bois brun rougeatre est tres 
estim6 et outre le charronnage et l'6benisterie, ou il est le plus souvent utilise^ on l'emploie aussi dans la construction comme colonnes de maison et 
comme planches et madriers. C'est une essence aussi estim^e que laprec6dente. Son ecorce assez epaisse est lisse chez les arbres de 50 a 60 ans, 
mais offre des crevasses chez les arbres plus ag6s. Son tronc est generalement droit et ses branches legerement ascendanles. 

Le petiole commun est cylindrique et long de 20 a 25 cm. Les pennes ont 10a 1 6 cm. de longueur. Les folioles ont 4 a 5 cm. sur 2 cm. Les grappes 



ontde 10 a 16 cm. de longueur. Les ramifications longues del a 6 cm. sontterminees par 5 a 6 axes formes par des feuilles reduites ou des brac- 
tees. Les pedoncules descapitules sont longs de 5 a 12 mm. Le calice est long de 3 mm. et la corolle de 6 mm. Le tube staminal est environ de la 
moitie aussilong que celui de la corolle. L'ovaire lineaire oblong a un mm. et demi de longueur. Le fruit a 16 cm. sur un peu moins de trois cm. Les 
graines 2 fois plus courtes que le funicule ont 8 mm. de longueur sur 5 mm. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 398. 



A. Rameau fLorifere deYAlbizzia odoratissima. Benth. 

1. Capituleisole et fleuradulte. 

2. Calice etale\ 

3. Jeune corolle. 

4. La meme ouverte. 

5-6 . Androcee , an there et pollen . 

7-8. Ovaire entier et ouvert. 

9. Fruit. 

10. Graine en position. 
11-12. La meme en coupe transversale et ouverte monlrant l'embryon en position 

B. Rameaux florifere et fructifere de YAlbizzia procera Benth. 

1 . Capitule bouton et fleur adulte. 

2. Tubecalicinal. 

3. Coupe longitudinale du calice et dela corolle. 
4-5. AndrocSe, anthere et pollen. 

6-7. Ovaire entier et ouvert. 

8. Graine en position. 

9-10. Lam£me isolee d6chir6e et en coupe transversale. 



PI. 398 




RMpy del 



Ed.Oterlinlith. 



A ALBIZZIA ODORATISSIMA. BENTH 

B . PRO CERA. BENTH 



LEGUMINOSEES 



ALBIZZIA VIALEANA 



Annam : Sang rang. 



Habite toutes les parties du Cambodge et de la Basse Cochinchine. Herb. Pierre, n. 5966. 

Rameaux, stipules subulees, persistantes, petiole commun, folioles sur les deux faces, de raeme que leur rachis, 
finement puberulents. Glande presente au-dessous du milieu du petiole commun, rarementa la base de la premiere 
paire de pennes, toujours a la base de la derniere paire de pennes et de folioles. Pennes au nombre de 2 a 7 
paireset terminees par unc pointe subulee. Folioles au nombre dcl5 a 26 paires, oblongues, arrondiesauxdeux 
exlremitcs, tres obliques a la base avec la cote tres excentrique, dune teinte glauque plus ou moins accentuee. 
Capitules solitaires ou au nombre de 2 a 3, souvent tres rapproches ou disposes en corymbe, pourvus de pedoncules 
ou longs ou tres courts et composes de 12 fleurs environ. Calice campanule a dents obtuses, velu en dehors, de 
memequela partie superieure de la corolle. Etamines au nombre de 10 a 12, deux atrois fois plus longuesquela 
corolle, mais a tube plus court que celle-ci. Ovules au nombre de 10 a 12 disposes en deux series. Fruit inconnu. 

Arbre de 15 a 25 metres. Le Ironc a un diametre de 30 a 45 cm., bien que les indigenes le disent avoir une plus grande grosseur. Le bois est 
rougeatre, et utilise pour le charroimage et aussi pour la construction. Sa dur6e, expose aux intempe>ies, serait de 10 a 15 annees. Le rachis long de 
\ 1 a 13 cm. est nu a la base dans une longueur de 4 a 5 cm. Les pennes sont longues de 8 a 10 cm. Les folioles sont longues de 8 a 20 mm. el larges 
de 3 a 5. Les capitules sont longs de 1,5 cm. Le calice est long de 1 mm. landis que la corolle a 5-6,5 et les etamines 1,5 cm. 

A c6te de cetle espece, se place la suivante qui se reconnait de suite en ce que le talon des cicatrices du petiole 
commun deborde quelque peu en unesorte de pointe comme chez YA. amara. Elle s'en distingue par les glandes 
des pennes superieures, par une corolle beaucoup plus longue, par la cote non situee au milieu dulimbedes 
folioles, etc. 



ALBIZZIA THORELII 

Annam : Son trang ou sung rang. 

Habite les provinces de Bien hoa et de Tay ninh. 

Axes foliaires proeminents. Jeunes rameaux lenticelles et puberulents. Petiole commun puberulent pourvu d'une 
glande un peu au-dessus de sa base. Pennes au nombre de9 a 11 paires, pourvues d'une glande a la base des deux 
dernieres paires et a leur sommet, entre la derniere paire de folioles. Celles-ci, au nombre de 18 a 35 paires, oblon- 
gues, terminees par une courte pointe, arrondies et obliques a la base, pourvues d'une c6te tres rapprochee du bord 
superieurdulimbe,glabrescentes. Capitules de 7 a 10 fleurs, disposes au nombre de 1 a 4, a la base d'une bractee 
subulee, au sommet de pedoncules disposes en corymbe au sommet des rameaux. Calice quatre fois plus court que 
la corolle infundibuliforme et pubescent comme elle. Tube des etamines plus court que la corolle et filets quatre fois 
plus longs que celle-ci. Ovaire glabre contenant 16 ovules. Fruit inconnu. 

Arbre de 10 metres. Les stipules sont subulees comme les bracteeset assez persistantes. Le tronc a un diametre de 25 a 30 cm. Le bois est exac- 
lement celui de l'espece prec6dente et utilise" de la meme facon. Les feuilles bipennees sont longues de 10 cm. Les pennes puberulenles sont longues 
de 7 cm. Les p6tiolules sont glanduleux en dessous. Les folioles ciliees, presque glabres, plus petites que chez YA. Vialeana ont 6 a 8 mm. sur 
1,5 mm. Les grappes,disposees en corymbe, nues a la base, sont longues de 4 a 8 cm. Le calice est a peine long de 1 mm. landis que la corolle a 
4,5 mm. de longueur. 

On voit que cette espece, par la base de ses petioles, le nombre de ses pennes et surtout par ses folioles plus petites, 
est bien distincte de Yk. Vialeana. 



ALBIZZIA LEBBEKIOIDES 

Benth. Lond. Journ. Ill, 819; — Acacia lebekkioides Dc. II. 467; — Decaisne, herb. Timor; — Miq. Fl. Ind. Batav. I. 23. 

Kmer : chong riek ; 
Annam : cam dran. 

Rameaux, petiole commun et rachis des pennes puberulents. Glande a la base du rachis, entre les 1 a 4 paires 
superieures de pennes et les 1 a 8 paires superieures de folioles. Pennes le plus souvent au nombre de 2 a 5 paires et 
folioles au nombre de 18 a 22 paires. Ces dernieres oblongues, legerement attenuees et pointues, arrondies et obli- 
ques a la base, a cote excentrique, glabres, glauques et chartacees. Grappes assez longues et velues, garnies des 
la base, de 16 a 20 axes pourvus de capitules formes de 20 fleurs environ. Calice 3 a 4 fois plus court que la corolle 
et comme celle-ci pubescent. Tube des etamines plus long que celui de la corolle. Ovaire glabre. Fruit lineaire, 
oblong, a peine attenue aux deux extremites, mais mucrone en haut et subaigu en bas, a pericarpe mince, strie 
transversalement, brun rougeatre, releve en face de ses 8 a 10, rarement 10 a 13 graines. 

Arbre de 25 metres et plus. Tronc de 40 a 80 cm. Bois blanc, brun vers le centre, assez dur, fournissanl de bonnes planches et madriers, propre 
au charronnage et dont la durde, expose aux intemperies, est de 10 ans suivant les Kmers. 11 est susceptible d'un beau poli et peut etre employe 



aussi en eb6nisterie. Feuilles longues de 25 cm. Pennes longues de 7 a 13 cm. Folioles a petiolule 6paissi, velu, longues de 10 a 23 mm. sur 6 mm. 
Grappes ayant 6 a 11 cm., ramifiees des la base. Les ramifications ont de 2 a 5 cm. Le support des capitules grele a i cm. environ de longueur. Le 
calice a un peu plus de 1 mm. ; il est termine par 5 dents Ires courtes. La corolle a 4,5 mm. et ses lobes 1 ,5 mm. de longueur. Le tube des etamines 
n'est guere plus long que celui dela corolle et les antheres au nombre de 19, pourvues de 4 logettes, plus larges que longues, sont porters par des 
filets longs de6 mm. L'ovaire contient 13 et ordinairement 10 ovules. II est a peine stipite", glabre et long de plus de 1 mm. Le style filiforme a 
10 mm. de longueur. Le fruit a 9 a 11 cm. de longueur sur 1 2 a 2,4 mm. de largeur. Les graines sont tres longuement funiculus et elliptiques. 

Cetteplante n'est pas evidemment \'A. odoratissima par Tabsence de folioles naines a la base des pennes, plus 
petites et plus nombreuses, glabres et d'une teinte glauque beaucoup plus accusee ; par ses glandes plus nom- 
breuscs, par son fruit plus petit et moins large, etc. Je pense qu'elle represente bien l'A. lebekkioides, que les 
auteurs recents ne distinguent pas de YA. odoratissima Benth. La description qu'en donne Miquel, correspond bien 
avec la mienne, ce qui prouve que cette espece est beaucoup plus repandue que YA. odoratissima Benth. Kurz 
signale aussi sa presence dans Tempire birman. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 399 



A. Rameau florilere de XAlbizzia Vialeana. 

1. Capitule et fleurs jeune et adulte. 

2. Calice. 
3-4. Corolle. 

5-6. Androcee et examines. 
7-8. Ovaire et placentation. 

B. Rameau florifere et fructifere de YAlbizzia lebekkioides Benth. 

1 . Capitule, jeune fleur et fleur adulte. 

2. Calice. 
3-4. Corolle. 

5-6. Androcee et anthere. 
7-8. Ovaire et placentation. 

9-10. Portion de fruit avec graine jeune en position et isol6e. 
1 1-13. Embryon avec ou sans le tegument. 



Pi. 399 




E.Delpy del. 



A ALBIZZIA VIALEANA 

B _. LEBEKKIOIDES BENTH. 



LEGUIYIINOSEES 



BAUHINIA MALABARICA 



Roxb. Hort. Beng. 31 : - Fl. lad. U 321 ; - Baker in Hook. PI. Ind. H. 277 ; _ Kurz Forest. Fl. Burm. I. 399 ; - Pileostigmamalabarica Benth 

PI. Jungh. 261. 



Habite l'Inde et toute l'lndochine. Herb. Pierre, 5 998. 

Feuilles proferment lobees aux deux extremites, a lobes arrondis, plus longues que le petiole puberulentet 
glabrescent, coriaces, glauques ou subargentees en dessous et la glabres ou pubesceutes, la cote termmee par une 
courte pointe et chaque lobe pourvu de quatre nervures. Fleurs unisexuees, subcorymbiformes d.sposees en grappes 
axillaires plus longues que le petiole. Pedicules un peu plus longs que la fleur. Calice campanule, termine par cmq 
dents acuminees, vein en dehors et pourvu de polls glanduleux et jaunatres a la partie inter.eure et supeneure du 
tube. Petales oboves, cuneiformes, pourvus dorsalement de polls glanduleux, de meme longueur que le cal.ee. Tube 
staminal termine par un anneau de poils. Etamines d'inegale longueur. Anlheres elliptiques pourvues dun court 
mucron. Ovaire stipite, a peine plus long que ie style termine par un stigmate subglobuleux. Fruit indeh IS cent 
stipite, termine par une longue pointe stylaire, lineaire, oblong, contenant beaucoupdegraines. 

Pelit arbre de 10 4 15 metres ; son Ironc a 15 a 20 cm. de diametre. Son bois est utilise poor pilotis, manches d'oolils. Les feuilles sonl mangees 
par les indigenes. Files ont un petiole long de 2 a 3 cm. tandis que lelimbe a 6 a 7 cm. de longnenr sur Salt cm. Les grappes on de 3 a 4 cm 
et les pedicelles 8 mm. de longueur. Le calice long de plus de 1 ,2 cm., a nn tube de 3 mm. qui se prolonge en un limbe campanula dente au sommet. 
Les petales sont enlieremenllibres du calice, mais quelquefois un peu adherents au tube staminal dans sa partie infeneure. lis sont longs de 7 mm. Les 
etamines ont un tube de la longueur de celui du calice et leurs filets inegaux, les plus grands opposes aux petales, sont plus courts que cesdernieis. 
Les anlheres, au moins dans le boulon, ont Ieur counectif dorsalement convert des polls glanduleux jaunes d'or que Ton relrouve dans toutes es 
pieces de la fleur. L'ovaire (a tort reprtsente sessile dans la planche 400) est souvent sterile, velu et pourvu de pods glanduleux. 11 a un style plus 
court que les etamines opposees aux petales et un stigmate subglobuleux et pourpre. Le fruit est long de 34 cm. a 40 cm., large de 2 cm. bon 
pericarpe forlement fibreux en dehors, est tapisse en dedans d'une couche charnue un peu rougeatre et entourant les grames. Cette couche charnue 
devient subereuse avec 1'age el fournit un amadou ulilis6 par les habitants de la zone foresliere. Les graines au nombre de plus de trenle, sont attaches 
par un funicule de 3 i 4 mm. de longueur qui forme a son sommet une calotte charnue ou arillee. Elles sont elliptiques, longues de 5 mm. pourvues 
d'un tegument epais et dur d'un mince albumen et l'embryon egalement elliptique est pourvu d'une radicule assez courte pointant pres du hde. 

Chez la plante de Cochinchine que nous venons de decrire, il y a deux tonnes qu'il convient de distinguer : 

A. cambodiana. Folioles pubescentes en dessous. Stigmate a peine epaissi. 

B. cochinchinensis. Folioles glabres. Pedicelles longs de 8 mm. Stigmate globuleux. Poils glanduleux jaunes 



BAUHINIA SACCOCALYX 

Habite la vallee du Mekong. Harmand. 

Jeunes rameaux de meme que les petioles, la face inferieure du limbe et Tinflorescence roux pubescents. 
Feuilles cordees, bilobees jusque vers le milieu, arrondics a la base, a lobes acumines assez divergents et a 
pointe acuminee subaigue ou obtuse, membraneuses, pourvues de onze nervures assez accenluees en dessous, 
reliees par une nervation tertiaire transversale, parallele et ondulee. Petiole deux fois plus court que le limbe et 
rinflorescence subcorymbiforme. Pedicelles plus longs que le calice sacciforme, cinq lobe, mais fendu en deux 
parties assez profondes. Petales tres attenues a la base, oboves, deux fois plus longs que le calice. Etamines a 
fdets inegaux, a peu pres de meme longueur que les petales. Ovaire stipite, tomenleux a style presque sessile et 
a stigmate a peine accuse. Ovules au nombre de 3 a 4. 

Petit arbre? Les rameaux sont quelque pen tordus et greles (2 mm). Le petiole est long de 2 a 2,5 cm. Le limbe plus large que long a 4-6 cm. sur 

5 a 7 cm. II n'est pas rare d'y compter 13 nervures au lieu deli. La grappe est longue de 4 cm. et les pedoncules filiformes ont 3,5 a 8 mm. 
Le calice curv6 en bas en forme de sac se partage en deux fentes plus ou moins profondes, chacune pourvue de 2 ou 3 deols. II est long de 

6 mm. tres membraneux et outre sa pubescence ferrugineuse est pourvu de squames ou poils glanduleux oranges. Les petales, excepte a l'extreme 
base, sont entieremenl libres, glabres, sauf quelques poils glanduleux dorsalement et longs de 1,3 cm. Les diamines au nombre de dix, les alternes 
unpeu plus courtes, mais toutes fertiles, ont des filets entierement libres au-dessus du tube. L'ovaire stipite, long de 2 a 3 mm. a un style sessile 
du moins dans la fleur male et la on ne compte que trois ou quatre ovules. 

(Test avec doute que je place cette plante dans la section Pileostigma a laquelle appartient certainement la 
precedente, car sans avoir un calice franchement spatule, celui-ci se fend en deux parties plus ou moins 
profondes. Si on considere que ses fleurs sont petites, elles indiquent plut6t la section ou je la place que la 
section Pauletia. La connaissance du fruit decidera la question. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 400. 

Rameaux florifere et fructifere du Bauhinia malabarica Roxb. 
1-2. Boutons entiers et dechir^s. 
3. Jeunes p&ales. 
4-5. Androcee en position et etamines. 

6. Rudiment d'ovaire. 

7. Coupe longitudiuale d'un bouton et d'une fleuradulte. 

8. Partie de fruit avec graines en position. 

9. Graines grossies. 

10. Les memes en coupe transversale et ouvertes montrant l'embryon en position. 
Rameaux florifere et fructifere du Bauhinia saccocalyx. 

1. Bouton et fleur adulte. 

2.-Jeune calice. 

3-4. Petales jeunes en position et etales ; poils glanduleux des petales. 

5-6. Etamines jeunes et anlheres. 

7. Rudiment d'ovaire. 

8. Coupe longitudinale d'une fleur privee de ses p6lales. 



PI 400 




i<? ^m/l-/ s"'t n 



wm^ w* \ 



E.Delpy del. 



Ed.OWlmlith. 



A BAUHINIA MALABARICA.ROXB. 

B SACCO CALYX 



GHATEAURODX 
TYPOGRAPHY ET STEREOTYPY A. MAJESTE ET L. BOUGHARDEAl