(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Familles des plantes.Par M. Adanson."

'X.^f 



1 ' 



y. 1 




A 



M 



^. 








f^-. 



i 



r 



D 




S 





AN 






* 



ParM. AnANSON ^ de V Academic des Sciences yd& 



la SocUtTRoiafe de Londres ^ Cenfeur RoiaL 



I. 



P 



ARTIE* 



Contenant une Preface Iftorike fur I'etat ancienJc a^luelde la 

Botanike 5 &: une Teorie de cette Science. 



Tot gtneribus Erbarum , utilltatibus hominum aut ifoluptatlbus genhis 
Ttccnfitis ^ quantb plura rejlant ^ quantb qu€ mirabiliora inv^ntu I Plin, 

Hift, nat. Lib. 2S Proccm, 




t 




PARIS. 

V r 

Chez V I N CENT, tmpri^meur-T ibralre de Ms^ le 

Comte de Provence , rue S. Severin, ; 




Vbi-. 



«>^' 



M 



Dec L X I I L 



Arte APPROBATION^, ET PRIVILEGE VU ROl 

Mo. Dot. Garden, 

1894 



I 



r- ■ 



>^ 



^ 



f" T 



AVERTISSEMANT, 



\ 



^ .. 



O 



N auroit defire pouvoir publler apres la Table 
Chronologilce de la page i ^ une autre Table 
Chronolo£;ike qu'onacomencd, clu nombre des Figu- 
res & efpeces nouveles ^ que chake Auteur a public 
de plus que (es Predec^fleurs ; mais cete recherche 
^ confrontation fontr d'une longeur fi extreme , qu'on 
n'a encore pu Tachever en entier. Cete Table feroit 
neceffaire dans Tlftoire de la Botanike ^ pour faire 
voir d'un coup d'oeil ce que chacun a dorme de neuf. 



de propos de 
X lieu que dep 



II ne fera 

nouveaux , q 

de cet Ouvraje. & oui doivent interefle 

niftes &; les Cul 

Le i*^ de ces faits , eft que le Chionante g 



faits 



depuis pr^s de i ans a Trianon ^ a fort 



fli , 6i fuporte les 8 degres de fro 
qui a ete des plus longs : ii ce 



bien rei 

dernier . 

foutient, ^ fi ele n'eft pas dans le cas de celes qui, 
faites fu 

kefois 2 



bres trop peu analoges^ refiftent quel 
\\ & meurent enfuite , e'e confirmen 
le raport que nous avions foup<^one entre ces z 



3 



Piantes 



eft que la L 



Jard 



ifolia ceruginu colons , femee de graines au 



in 



d 



tes \q% fieurs font devenues femblables a celes du 
P^lora ; mais aucune d'eles n^a done de graines 

mures • non nlnq nwe \e. Pelora 



piufi 



le Pelora vivace de la Linere 

pie ; par M, Linnaeus j depuis 




PLAN DE LA PRfeFACE-ISTORIKE 



DE LA BOTANIKE. 



IrLVant 



\ r- 



propos & dhijian dt ecu Ifioirt^ 

r 

Premiere Pa.Rtie. 



Pagl"j 



^* 



Les metodes &: fyft^mes de Botanike 



Mitodts univerfeles 6* ginerales, 
Mitodcs particulures, . --i, - 

Comvaraijon dts mitodts urAverfeUs 6» ginirales 
Jugcmant des mitodts & fyji^mes. 
%QncluJiQn fur cetc premiere Panic. 



Seconde Parti e. 

Etat a6luel de la Botanike.. 



r 




Ixxx) 
Ixxxix 

xciij 
4 



• ^ 



^fF 



"h ^ 



ClJ 
CXVlj 

cxxii} 
cxxxiv 



Cara&rcf difiiuRifs des Planies. 

Noms des PUntes , frafts & itfcriptions. 

Dicoitvcrus qui out iti Jaites fur Us PUntes* 

Ouvrajcs de Botanike^ 

Caufcs qui ont favonfe Us progrcs de la Botanike^ 

Caufes qui out arete les pt^^ts dt U BoUnike^ 

Conclufwn fur ecu feconde Pur tie. 

Troisieme Parti £. 

.. Nouvciu plan de travail j mes families &: additions. 

Afoun de trauver la mJtn/fp ^,^friraU 



> ft « 



CXXXVUj 

cxlv 
cxlix 



chij 



varlhis. 



juver la mitode naturele. , ' clV 

Moien de fixer les clafes , genres ^ efpcces > individus & 

clix 
Molen de fixer Us caraEleres naturels des PU^tes. clx5f 

clxxj 
clxxxiit 



Mo 



Molen de rendre les figures plus utiles. 

Mes fimUles. ^ Clxxxvij 

Mes additions^ aranjemans fyflematikes & dccouvcrtes^ cclj 



^ ^ 




Ce qui 



ui r 



P A R T I J^- 



efte a faire pour perfeflioner la Botanike. cccxly 

PRJ:F 



\ 








A 




E.* 



VaNT que <J<^ rendre compte du pbn de mon 
Ouvmje, il ne fera pns inutile de dire 2 mot* 
fur la manicre de travailler en Botanike. 
Toutes les manieres de travailler en Hiftcire 
naturele , foit qu'on la traite en. general , iblt qu'on n'en 
traite qu une partie , telle que la Botanike ; fe reduifent a 
6 , favoir , k publier : 

1^ Surun plannouveau, toutes conoifTances nouveles. 




qtielques ^ 

5 ^ '^ ■ des couoiirances anciencs. 

4 Sur un plan conii , toutes ccnoiilances nouveles. 



I 



queique 

des conoiiTances ancienes. 



Prefque tous les Ouvrajes d'Hift. nat. qu'on nows dcn^ 
aujourd'hui , fur - tout les ' Catalogues , font dans ce 6« & 



.1 



denr.er cas ; beaucoup font dans le 5^^ & le 3*^ ; queiques- 
uns font dans le 4^^ , & cela ne regarde guere que les Ou- 
vrajes partkuliers des Voyajeurs ; il y en a encore moins 
dans le 1^ , & nous n'en conoiffons pas qui foient dans 
ie i*^"" , a moins qu'on ne mette dans ce nombre ccux de 
Teofrafte ou de Dioskorlde* 

Ce font ces 6 points qui doivent nous fervir d'echck 
'de comparaifon pour juger ies Ouvrajes d^Hlfl. nat. ' 

Les Auteurs , dont les produ^ions font dans la i^^ cLiub^ 
ii'ont aucun compte a rendre , iinon du plan & de la dif^ 
tnbutlon de leur Ouvraje. C'eft un devoir elTcnticl pour 
ceiix qui font dans la it clalTe , de rendre compte & da 
ce qui a ete fait avant eux , & de ce quails ajoutent aux 

* Cere Preface a he luc dans la Icancc publikc dc TAcademlc a £3 
ic;icrce de la S. Marcin , Ic 14 Novctnbre I7f9 , & les FamilUs dcS 
Piaiu-cs one 6tc confiecs auCfi-toc apres i l^imprcirujii. On nc fcra poir.C 
furpris c^ue ccc Ouvraje aic refit 5 aus fous prfifc , lorf^u on \.ix\x 
!a' dinailrc qu'onc du caufcr les coloncs qui en compofeuE prer^^ifc 
toutes les pajcs. Ccft ccuc longueur ^jui a dcnic Iku a rApcn;ii); (^itI 

eft i la fia. 



\ 



-> 



15 PREFACE. 

conoifTances ancienes ; defaire conoitre les nietodes ou ^'f- 
tcmes cjui ont ete publies , de les comparer enfemble ; d'etabllr 
levirs divers degres de certitude ; d'expofer en quoi ditcre la 
nom^le metode ou le nouveau plan qu'ils propofent; pour- 
quoi ils le propofent , &de prouver fes avantajes, fon dfegre 

do fiiDerioritt: fiir les ancienes . du cotr dp I'utilitp . rlf» la 



r- 



cc 



: fiiperiorite fur les ancienes , du cote de TutUite , de la 
rtitude , de la facilltc , ou de Texecution, Les Auteurs qui 



lajiii ue iLi iiit^ioat a laqueie US donent la preterencc. Ceux 
qui .font dans la 5% font tenus an meme devoir , & a 
rcndre corapte de ce qui a ete public avant eiix & de ce 
c^u'ils ajoutent aux conolfTances ancienes. Enfin les Auteurs 
cjui font dans la 6' & derniere clalTe , n'ont aucun compte 
•a rendre ; tels font les Auteurs , faifeurs de catalogues , qui 
pcur ie mulheur de fHill. nat. ne font que trop multi- 
^Jies aujourd'hui ,_ ainfi que ceux de la y clafle , qui ne 
s'ocu^^ent qu a ranjer les conoiffances ancienes fur de nou- 
veles inetodcs. 

On km facilomcnt par cet expofe que de toutes ces ma- 
meres de travailler la 2' & k 4* font les plus utiles. 

Il fcroit a louhaitcr que tous les Auteurs rendlflent compte 
t.c cette maniere de leurs travaux au public , & le mlf- 
Icnt en ctar de les aprccier , & que Icurs Prefaces , au lieu 
de pcrtcr fur <}.qs idccs giganteskes ou chlmerlkes , qui le 
plus louvent n'ont aucun rapoit direft \ la matiire qu'IIs 
traitcrit , eulTent pour objet de tracer rhiftoirc de leurfcien- 



ce , de ce que leurs pr^d^cefTeurs ont fait & de ce qu'ils y 
^joutcnt : on vcrroit fans doute colore raoins dV^crits. Le public 



vua^uv ^cu.t-, les progres , ion etat aduel , a quel endroit 

on en eft refre , & ce qui refte encore \ faire. Alors le 
' F«W:c fe trouveroit en ctat de porter un jujement fain & 
facil f.;r les Ouvrajes qui paroiffent , & les favans qui ^ ifcnt 
au. ._cccuvertes, faurolent fur quoi dirijcr leurs vues, « 
qud faut ncghger, & ce qu'U faut obfen.er. 

<..clt pour me confornier a ce plan, que mon ouvrajc, 
ie trouvantdans la a. clafTe , c. a d. , ajoutant aux conoit- 



cono 



4 partip 



dii 



* 



PREFACE. iij 

Dans la i"^, je parlerai des Ouvrajes de Botamke qui 
ont eu pour objet de jeter les fondemens & les preceptes 
de la fience > & d'en tracer les diflributions metodikes ; 
j'aflignerai a chacun de ces fyflcmSs leur place » en faifant 
conoitxe leurs divers degres de certitude, d'utilite , ou d^ 
facilite. 



e 



Dans la 2e, je fcrai conoitte a quel point en e?l refle 
la fience , & Ion etat ailuel par les travaux des ancien 
& nles modemes , tant dans la partie filofonke ou dogma- 
tike , que dans la partie metodike ou diflrlbutlve des Plan- 
tes 3 en dalles , genres , efpeces & varietes. 

Dans la 3^ partie , je ferai voir ce que je crois avoir 



ajoutd a cette fience ; les moiens que j'emploie , tant par 
mon nouveau plan pour en afTurer & etendre Ie3 conoif- 
^fanccs 5 que par mes denominations pour en eclaircir, abre- 
jer & faciliter Tetude. 

Dans la 4* , j'indiquerai ce qui reile encor a fair6 pour 
la perfedioner. 




J 



PREMIERE PARTIE. t 

I.esMetodes on Systemes, ^ 

J 

Ou Plan (S- comparaifon des Ouvrajes Js Botanikc. 

E n'entreprends pas ici une Hifloire Cronologtke * de la 
Botanlke, L'il!u{l:re Tourncfort a execute cette partie 



dans Ton Introdu£lion {IJ^g^gc) avec une nobleife j une 
dignite , une Erudition, une enereie que beaucoup de Bo- 
tanifles ont imitee , qu'aucun n'a e^ale , & qu'ou tenteroit 
. en vain de furpaffer. Mon ob:et eii de traiter ia partie que 
ce favant Botanifte a laiffe intat-le, c. a d. , de tracer I3 
plan de tous les Ouvrajes de Botanike qui ont eu en vue 
de doner une conoilTance generale de cette fience , foit en 



dcvelopant les fondemens , foit en ^tablilTant des mitodci 

fyflcmatikes ; & de ceux qui en ont traite quelque partie a**^ 

fucces , & d une raanlere qui pent {ervir dc niodele : d 



^1 



faire la comparaifon de ces fyftemes & de mcttre par-Ki li 
Public en etat de jujer par Li-meme leurs divers degree d*? 
bonte 5 de certitude , d'utilite & de facilitd , pour e^'iter I'iii^ 

* On crouvera apris ccttc Preface uiic TaMc Cionofojike dzi Ouvi*- 

ics de Bo;auikc. 

at; 



%■ 



p n E T A C £. 



"conveniejit qui refulte du jugement que queiques Auteurs 

'en ont porte , ou avec partlalite , on avec trop peu de lu- 

mieres en Botanlke. M. L'mnxus a pubUe en 1738 , dans foil 

Ciaffes 'Planurum , 16 Mctodes ' ' ' 



liez b 



. lur a autres parties -, & en ce que je prcfente fous 

tre face nombre de ces rnetodes , qui Vont cte ni 

len entendues , ni exnoiees avec afler de fidclite , tel- ' 

^squcccHcsde Celalpin, Moriron , Rai , Crillofe Knaiit , 

■Hermann , Boeihaave , qii'on a Jit n'ctre fonddes que far 

la leulc confidcration du fruit , pendant 'qu'elles font vift- 

-fciement fur-torn celles de Morifon, Rai, Knaut , l^oer- 

na;ive , tondees fur la confideration <le prefque toutes ks 

•autres parties des plantes. On peut dire a-peu-pres la meme 



as 



chofo de plufieurs autres. 

Lejuieinant que ie porte de ces Mctodes, n'efl p 
leict dune prevention due au hazard, ni puifee dans le 
n>;emant de mes DredecelTcurs , mais le refultat de la kaure 
ou d ui^cxamen Tuf^n-jnt de pluileurs milliers de volumes Merits 
lur la Botaruke.i3 ou il fuit cpie fans ctre Copifte d<^ Tour- 
nc ort ni de tout *utre , j'ai du prcfenter ces Mctodes 
<^ une fa^on j)lus utile & neuve en mcme terns en Icur 
<lonant p us d'extenfioh que Toumefort, & plus'd'exafti- 



Parnil ies Mctodes qni^orft etd faiie^ llir les Plantes , il 
aut diflmguer celles ^ui lone univeribles, c. >i d. , qui cV 



f. 

braffoient loute 



.v.. ......,^> ,j,,^ ue placer convcnablemeat toutes celles mii 

fon conuos , &^ cet egard les anciens , quoiqu'ils conuf- 

'^-'I'-^^.^^ie Hantes que les modemes, dcvoient trouver 

autant de d.hcult^s a ks clafler , parce qu'ils : 

tie retails fur ceto fience. Amfi lorfou'il s'n^i 



avoient moins 
ira de iuier de 



la vaieur mtnnsece de* Metodes univcrfclcs , ou poura 

V >r ? ^'' ^^^^'' '" ^'^'^' ^'-'^'^ de leurs pikes 
uc comparailcn , & ie bomant a un petit nombre deW: 






PRE FACE. rr 

tes 5 avec les Metodes univerfeles qiil embrafTent toutes le? 

difficultes en s^etendant fur tous les genres conus. Cete cou-- 
riclcration done naturelement lieu a 3 divifions de cete^ 
jore partie, favoir 1"^ les Metodes univerfeles^ 2? les zinc^ 
rales que nous rcunlrons enferable fous le mcine- article ^ 
ea faifant remarquer les diforences de chacune en pcirtiiru- 
lier , ']'^ Its pur iicuUcrcs ^ qui le bornent arexamcad'i feule 
claiTe. ' .,'..:". 

Comrae tous les Auteurs , qu'il eft utile do cGnbitre ^ 
n'ont pas ranjc les Plantes dont ils parlent , iliivant \\n ordro 
nietcdike railonc , on a cru devoir citer k la ^xi de cete 
l^'^partie, dans ime table cronologike ccux qui ont luivi 
Fordre alfabetike , & dans un autre ceux qui ont traire des. 
Plantes hiflorikeinent ou fans ordre. 



Metodes univerfeles & gencrales, 

Le I*"" qui, de memoire d"home, ait parle de Botanike>. 
6m au molns de quelques Plantes , efl: Orfee , Miifa , enfuite, 
Salomon , au raport de Moife , Efiode , Omjcre , Putagor;^ , 
Metrodore , Ippokrate , qui regardoit Krateias- coinme le. 
premier Botanifte de fon temps. Ariflote , le prince des;. 
lilofofes, dont les Ouvrajes ont fait, font, & fercnt Tad-- 
miration de tous les fiecles aufTi eclaires que le notrp , cite^ 
en plufieurs endroits a de fes livres lur les Plantes : mais 
il ne nous en relle que qjelques morceaux desbonores pat 
rineptc remplifTaje d\m Auteur Arabe , trop pen verfe dans 
ta Botanike. Pline nous aprend ( Hid. nat. K 25 , c. a. y 
'rque Cratevas * , Denis & ?4etrodore, publioient desfigur 
3>res de Plantes, au-deflbus dcfqueles ils decrivoient leurs, 
wvertus ; mais !a peinture , ajoute-Vil , eft trompeufe & 
«fujete a chanjer rintenfite & I'exprelTion des couFeurs natu- 
»reles : c*eft encor peu de pelndre cbake Plante dans tous 
«fes ajes , puifqu'elles chanjent de face a cbake iaifon de- 
wTanee. Ces dincukes ont oblije les Auteurs qui otit fui— 
»vi ceux-ci, d'abandoner les figures, & de s'en tenir a 
iides dcfcriptiuns. 

Pajtmi les Auteurs dont nous avons confervc les Ouvra-^ 



, jes , Teofrafte , Dioc>korlde & Pline , font les fe«ls qui ayent 
traite de toutes les Plantes coaues de leur terns , ce qui le- 

* 11 pacoit par cc PaJTijc dc Plinc » que ce Crarevas , qiii attrihue 
a unc Plame liliaccc , \c xiom Mjtrldation ^ du Roi Mirridatc , itoir. 
difrrcnc Ic poilcricut i Kcaiii^ , cju'Ippokiatc cite coumic ton coin* 



tctnpocaii) 



a itf 



TcofiaHc* 



Oicskftridc. 



V 



v^ PREFACE. 

TcdmCo'it h environ 5 a 600 Plantes emploie^s en mcdeclne 
ou dans les arts ; car il paroit qu'on fe bornoit alots a la. 
conoifTance de celles qui font utiles , dont on decrivolt les 
venus & les ufajes. ComentjOns par Texamen des Mdto- 
des de ces Auteurs. 

II y a eu de tout terns des Mctodes en Botanlke , & les 
Auteurs qui ont paru en avoir le moins , Teofraflc lui- 
jneme , difciple d'Ariftote , en avoit une. Dans fon Iiif- 
tcire des Plantes en 9 Hvres , il les dJvife des le y livre. 
en 7 claffes , en ayant cgard a leurs qualites , telles que 

l" Lear g,en4c3uon. 
t Lcur licLi ii.iraL 

^ 

3 Lcur grandeur coiKid'iec come Arbres. 

^ Arbrilfsaux* 

5 Leut ufaje come Irbes potajeres. 



7 



Les fromen:ac?es ou celles dom les graines fe manjcnr. .. 
Cc!!es qui donent des fucs. 



Q 



4 

s natureles , ■ elles ren- 



ferment 48 feaions ou cKap, oh les plantes font raprocKees 

i^"^^ y en a 7 cu i feptieme de natureles. 

. ^^^, Oj^vraje , tout hSftorike cp'il eft , & fans defcrip- 

tions iiim^s , renferme plufieurs conoIlTances qui paroiffenc 

ignorees aujourd'huj. La diftion en efl d belle & fi facile 
4 entendre , qu'on ne fauroit trop en recomander la-Jec- 
ture aux Botaniftes qui entendent la Langue Greke ; ils re- 
conoitront nombre de fautes , meme dans les mellleurs Tra- 
duaeurs , par ceb feu! qu'ils n'etoient pas Botanifles. 

Uioskonde dans nn ftilc tr^s-fimple, trivial mcme , & 
bien dcjenere de celui du temps de Teofralle , qui a paflT^ , 
avec raiion , de fon vivant , pour avoir la plus belle dic- 
tion de la Grcce , divHe les plantes en 4 clalTes , diilritu^es 

«n 5_ hvres , ou elles font ranjees fuivant leurs qualites , 
favoir : * 

J •Les Aromatikcs. 
t I.ts Alimfnteufcs, 



} & 4 Its MediQinales. 
f Les Vinsufes. 



Aucune de ces claffes n'eft naturele ; mais Diosl 
MO avantaje fur Tecfrafte , en ce que nc traitant 



korlde i 



idatiere 



pas 



fa 



de carufteres foini tliaque Plante <ra'il decrit , & qu'U 
self atache a recuellllr tous les noms fous Icfquels eilcs 
etoient comies defbn temps , foit dans la Grece, foit dans 

IGS Dais vr>nm< r^/-k^. «*!--.-. ^N.„^ *-.! i m' • -«. 



dcnajnination d^t^ Plautes, 



PR E F A C E. 



#' 



rn 



CalTiodore & Saumaife confirment le PafTc-jc Je Pline que- 



devant 



caye 



Plantes 



avec beaucoup d'6legance, mais av 
de verite. * 



peu d'exaQitude & 



Pline , cet Infatigable compilateur , a public en i ^ iivrei 
tout ce que Teotralle, Dioskoride Sclears predeceiTcurs o:it 
dit des plantes. Mais il traite cete matiere li hiilorikemcat > 
quoiqu'en langaje fleuri , qu'on pout dire que tout y eil 



rlinc. 



quo 

ans un beau defordre. 



Yepuis Fline , ie dernier des Auteurs Romains cclebres , 
cad., depiils les fonJemens de la Pcdigion cretiene, jiif-- 
qu'a Cuba , dans unefpace deplus de 1400 ans , la Botanike 
n'a ete traitee que relativemeat a la Medccine , & confondiie 
avec elle. Cuba a comence en i486, a publicr 509 nmi- 
res de Plantes , & aiitant de defcriptions , xt la viriti tort 
mauvaifes & laus aucun ordre.' 

Mais Bock ou Le Bouc ( Tragus ) efl: le r^^'des moder- 
nes qui ait diftribue metodikement les Plantes. II diviie les 
^67 efpcces doat a parle, en 3 dalles, relativemcnt ' 






leurs qualites 
iavoir ; 



enfemble 



leur figure & grandeur 



1 s yl •- 
Lc Bouc , 



j^Erbcs faavagcs- a flcars cxJorirjranrcs^ 

z Trcfles , Gramcas , Erbcs pocai^rcs &r rampanrcj. 

3, Arbrcs Sc Arhiiireaux. 

Ces clafles font anffi peu natureles que celles de Diof- 

koride. 

Les defcriptions ea font trop courtes & fouvent obi- 



cures. 



Lonicer (Adam) 



les 879 Plantes 



pane 



en a clafles peu natureles , en aiant egard a leur grandeur 



Loniccc 



qual 

X*' Arbres & ArbiifTeaux. 
2 Planccs Mcdicinalcs. 



Bauhin lui reproche davok cte phj 
figures font celles de fon urcdeceueui 



de- Tragus*- 



on a abord pubhees lous le nom de Rodion , Si auxqueles 

remit enfuite foa nom de Lonicer. 

Dodoens , Dodancus^ a diftribue les 840 plam« 



parle, en 6 pemptades, qui font 30 Hvres ou 29 clalTes, 



I 



DodocDS 



en ics conuderant pai leurs qualites, guelques-unei de leurs 



pa 



leur grandeiu' ^ & leur enfenible. 



It 2V 



i 



VObzU 



viij PREFACE. 

J«f« Pcmptade. Ic i" Livrc c/l de deiinitinns. ' ' 

les 4 3urrts craircin dcs Planies felon Totdre alfabctake* 
Liv- Plcjrs violeres. 



I'cmptadc'. I 

X 

% 

4 
5 



bu\bifer:-s, 
Sauvajes. 

Itbes odoriferances 5c a boukecs* 
Oaibelliferes. 



} temptadc. \ Liv. Racines mediciJ-ialcs, 

Plauccs pui^atives. 



4 



f 



r 



4 

Pcmptade. i 

4 

Fcmpradc. i 

4 

pcmptade, i 

X 

4 



gnn'.pauces- 
Vcnimeufes, 

Toujeres , MuufTcs & Champignon*^ 
Legumes. : 

Pouiajcs de5 bcftiaux. 
Id. 

Aquatikcs. 

Liv. Eibts potajeics. 

Fruits potajers. 

Racines 6c bulbes potajerc^. 

Affaifcnemcns & epices des alimem. 
-Char dons, 

L^v, Afbiiffcaux epineux. 

fans 



^ 

» 



epincs 
Aibres fruiticri. 

fauvajes. 
to'.i)ouis vctds. 






Dc ces 2.9 cUrTes , pas une n'eft naturele. Dodooiis avone 

dans la Preface , qu'outie ks figures nouveles qu'Sl done des 

tromens, des Flcurs , des Boukets & des Plantes pur^iati- 

r'l^ , r" V'i P^"^'^"'' ^" Llbralre Jean Loe , d'aStres 
de l-Eclufe, & dautres de I'Obel , quilui avoit comuniquS 
ies planches a charjc de revanche , d'oii nait la reffem- 

blance qu'on apercoh entre !a pliipart des figures de ces 5 



A 



7 =^ ^ ' 

Uujlratrones ft 



2101 



■yi/-/'^ obftrvatio. 
Plantes dont 



U 



fe 



g- 



i« Ctamcns, 
1 Orchis. 

4 

5 Aibres Sc AibrifTcaux, 
tf Palniiers. 



qualites 



L J 



Fotajetcs 



'-T 



De ces 7 clafles , U y en 

oaturdes , favoir la i*^ &. k 6% 



a 2 J oil pre/(jue f d« 



preface: {^ 

rr?uTc^^'*?'^/.^^°'''^-^^^^^^"^^ P°"^ le terns ob vivolt 

I Ubel. bes defcriptions font trop courtes & d'un flil dur. 

II doit ce qu il y a de mieux dans fes Ouvraies ati fa^■ant 



Peaa 

de la^Gaule Narbonoife. 

Clufu 



'& 




X Fruiis ctranjcrs. 

3 Si/iJces ^^tranj^ 

4 Bois , ecorces ^ racinf ^ , fucj. 

Aroir,aces dc Garclas ah orto & Acojla. * 

PlantfS mdicnes. ' ^^ 

Plantcs de MoaariL 



7 

2.x 



De toutes ces ck/Tes , pas une n'en naturelle ; mais'Ves 

cefcnptions font fort bones , & infiniment fuperieures a eel- 
les de Dodocns '& de VOhol. ' ^ 

Celalpin dlftrlbue les 840 Pkntes qu^U decrlt , en 1 1 claf-. 
les , fur la confideration ) *•" , 

i"* Dc Jcur durce comc Arbres on Irhes. 

1 De la fituarion dc la radiculc dans la grainc. 

S Du noinbre dcs graincs , dcs ftuits ou dc Icur loi-s 
4 Dcs racincs. . ■' 

T I>e I'abfencc d« fleurs ou du fruir. 



^r^Jre^ (S' ArbrljTe 



^ 



C.auc ,erc ^ radiculc forrant du iomci d: la gwlae. ' * 

* de la bafc. 

^a-^ Panic. Les Erbes & fous-ArhnJTeaM^ 

J a I feule grainc. •*' -w 

4 4 fr«K charnu concenant pIuiTcuc* ttaaiK, 
JL "c ou en capfuJc , icf. 

f 4 z graines. Les OmbcIIireres* 



it7«. 



mes intitules : Ranorcs & exonc^ Planta: ; decrk & done L-£c[uic, 

ia figure de 1385 Pkntes , diftribu^es en 10 Livres ou 7 
clslle^ , en les confidcrant relatlvement a leur grandeur 
leurs quahtcs , quelques-unes de leurs parties , & leur en- 

ietrwle. 

V' volume. Rar lores/ ' -■ 

Livrc I Arbres, ArbriiTcaux & fous-ArbtiiTcaux. ■ ' ^^"^'''** 

a Ruibcures, , ,, '■^^ 

5 FJcurs odorifcranrcs, , „ ^^^ 

4 t'ans odjurs ou puanccs. ' 14^ 

5 Plautcs vcnimeufcs, narkotikes &: Seres. " il^ 
tf Lakeufcs, Ombellff^rcs , Foujercs , Gramcns , ^ 

icgomiiieufes , ^cc. 

Champignons- ' , ^^ 

^' volume. Bxotlcis. '^^ ■ 

iivrc I Arbrcs & AtbrifTcaux, 

-1 V 

»04 



X 



Preface. 



Z k I lojcsj non bulbeufcs, ;, 

\. 9 bulbcjfes. ■ 

10 i 4 graiues. 

1 1 i plnllcur5 grafnis nucs , cfonc clucunc faoorcc fa fleur. 

12 id. * 

ij i phificurs graines nucs 4ans chaque flcur. 
''* ' '4 ^ P^^s de } lojes , ciucune polylpcrme, 

15 Sans fleuri & far.s ftuic. 

_ De ces 1 5 clafTes , il n'y en a que i , c'eft la 6c Ou !es 

Fhntes loient afforties ; les autres contienent des Planter 
qu 



v^ 



aiies naturelles. Elles font fous-divifees rehtivement a la dif- 
poiition , fituatlon & figure des fleurs , au fruit ou i I'enve- 
lope des frames , a la fituatlon de la radioole , au nombre 
des cotyledons , a leur fuc comme lalteufes , a la couleur 
des fleurs , aux feuilles & raclnes en 47 feftions , dont il 
ny en a que 9 ou |- a peine de natureles. 

La Metode de Cclalpin n'eft done pas fondee unlquement 
lur Je fruit comme on le difcomunement. II n'-^tablit aucun 



Dalechanip 



feulement 



dont il done les 



Dalechamp confid^re les 2731 Piantes 
■ figures , relativemcnt a leur grandeur , leur figure , leurs 
auahtcs , & leur enfemble, pour les divifer en 18 chffes. 



Fijuics. 

S7 



-— -» ^ WAV 

3 Arbrcs des vcrjca. 

4 Bles , legumes. 



1* Atbtcs dc5 foftts. 

% AibdiFcaux , id. 

5 Plantcs pocajeres & des jardins. ^^^ 

<^ Onibcltif^res. ^- ' 

7 PUaccs i belles fleurs. . -^ 

$ inacccajcufes. 

»5 des licux pKreux^& fabloncux. ^^7 

ombraies &: ruarecaicux. *7o 

^i marines. -^^ 

»4 cpiiicufcs & Char^onj. ^ . 

If bulbeufes & racincs cbarnucs , . j^ 

i^ purgatives. ^ 

'7 venimcufcs. 






II 



If rampanccj. 



i8 



ftranjer 



cs. 



^4 



^ De ces 1 8 clafTes , H n y en 

lecliamp a fait travailler fous Ii 
des Piantes apddc Lu^Juncnfi. 



une 




g^nj 



anii de Rondelet. Ses fieures font affex 



P R E F A C E. 



xj 



feu Met 



fn^^uvaifes , la plupart copiees de Lobel , & 400 font re- 
petees 2 ou 3 fois felon C. Bauhln ; mais cet Ouvraje eft 
moins defeftueux que ne le dit C. Bauhin : on y reconolc 
ime erudition profonde , & on doit cette juftice a Dale- 
champ 5 cju 11 a mleux determine que perfone les Piantes 
decrites par les anciens. ■ 

Porta , dans un Ouvraje intitule , Phytognomia 

nova facilliffia que ^ qua Plantarum ac rerum 

€X i^ faciei infpedione ajfequantur ^ divife les, PJantes en 7 

c\:i(^Qs 5 en les confiderant felon leur lieu natal \ & les ra- 
ports qu'elles out avec les hommes ou les animaux, fait 
par la figure de certalnes parties , foit par leurs moeurs ^ 8c 
eniin par les raport qu^elles ont avec les aflres. 

I ^^*^ claiTe, Piantes confidirees f^lon leur lieu nataL 

i"e SciTtion. Plaatesaquatikes. 
X tcreflccs. 

• dts J climats , le froid j Ic tcmpefc & Ic chaud'. 
montagnardes. 



5 

4 

I 



Jes hommes^ 
I Sc(^. rlaaces fembJabJcs a des cbevcux. 



Jemblahh 



I 

4 



Les Capillaires. 
Le Bufcalmum. 



ladenrairc, Ic Pin. 



7 



» 



leux. 

dents. 

mains oa doigrs. Orchis , LtmoditCs 

Orchis. 

Aatora , Valcrianc^ 
Perfca. 

Fulmonaice, Fuma- 
rla radice cava» 



cccuts. 



poumons 



9 



vcflics. 



Noix, Cocos^ AroTi, 

: Ail. 

Alkekanje > Cotia- 

don , Co!urca» 



femhlatli 



I Sc-Ti. Racmcs 



Flcurs 



3 



des animaux^ 

la queue dc Scorpion, Doronikon - Par^ 

• dallanchcs, 

i,ts mouches 8c papilIons.Orchis , Lcgumi- 

ncufes. 



4 



f 

r 



Tijes 
l*ruks 

fictifs 



Stfm- jdcs Serpens, 
dis cornej. 



^ 



unc crcrc». 
une bcuchc^' 



Dracuncxilus > Arl-* 

farcn. • 

^/-p/z , Scorploides , 

Icnugrcc. 
Ormin , Fumarln- 
Korudatls* 

Acance j Antinnoji, 

PracunculuSm 






4 



\ 



xi} P-RE F^'A'C £. 

Ofiogloflc. 



f J 



t Epines J ^des cpincs. Roncc , Smilay 

Ipinar. 

5 Racines \ Jdi:s tefticaies. Orclusl 

lo Fruits r^^fl"' U queue dc Icorpion. Upckoo/i,CoiO\\l\Cf 

^^^c^rA \ tliottopc. 

J I RatiDcs, ! /U -rjucue dc chcval. , Panes , Alopccuros, 

li Feuilles^ | uii pi6 de cheval, d'oi-Tuflilajc , Ckcnopo- 

fcau ) &€. dioriy Figuier. 

ciavie, i^unus qui ont des partus fcmhlahUs aux maladies 
t ' ' ' dt I homrm, 

1 Sza. Fei>il!es ^ ^caches* Ics tachcs de la p::au. Aron, Arifa- 

^^"^^' -^^^^"'"^"Vecaillcs, les vcrucs de la pcau. Plnajlcr^ 
Racnies j;^,s V -, Scabicufcs, Lis. 

3 Racbcs ^ ^Gcumeaux, Ics varices. Flcarla , Klrfion , 

Sccofulece. 

5^ claiTe, Planus dont les qiiaUtes font relatives a. cdlcs 

des animaux. 

I Sea* Plantes^bellcs rendenc les homes beaux. 

* ft^'c^^'^s , ftcriles. 

4 - ■ de chake faifon font plus coavenabtes « rhonie ians 
.. . CCS faifons, 

6' cleifle. Plantes dont Us maurs font analogues i celUs 

de Vhomme. 



» • 



( 



*. 



iSca.riautes gc^ics ou triftes, rendenc Ics homes gals ou trifles. 
' - * rympacikes ou antipatikcs avec I'homc. 

ye claffe. Plantes qui ont iu rapon avcc Us aflres, 

I Sea. Lc; dorces^ ^c Soteit. 

^Z jaiincs J (Jupiter, 

) blanches I la Lune. ' 

4 . ^ Roujcs I Mars. 

5 , incarnates ^. I Vcnus / Sc favorifent Ics plaiilrt, 
tf Iividcs, I ontduj Sacurne , & KueafTenc la Kate. 

vet CCS , Wort ' ■ 

po'Jtpres p^'^ 
ou blcues 1 

7 , couleurs | * ( Mcrcure. 

vatiees 6c [ 

melanjccs I 

de« flcuts j ^ 

I Les Plantes qui fc roaraeuc da ci^t^ du Soleil , ont wporc au SolcH. 

,^ ' ' * ^* , . ,'dcULunc, ^- ^ i la Lune. 

^ ont la fermc du Soleil. au SolciU 

^ ^ ,, deULune, f i Ia,i.unc. 

TcUcs^que la Lunaire , rofmanda lunaria, fc 
Senc, It Fct ^ cheval. 
^' ■ ■ c^oilTcnt fous !a Zone toiridc , one xaporr au SolcU. 



* 



P R EVA C E. xnj 

De cts 7 clafTes , pas une n'efl nattirelle , elles font divi- 
IQQS en 47 feftions, dont 2 (ont natureles. 

Suiyant Porta les Planfies dont quelque partie reprele^ite 
nn foie , font bones aux maladies du foie; celles qui repre- 
kntQnt des ieux, font bones aux leux; celles qui ont la 
forme des teilicules , font bones aux maladies des tellicu- 
les ; celles qui reprefentent des doigts , font bones a la goute , 
& alnfi des autres. Cette idee &: la Metode qu'il a tondee- 
defTus 5 eft tres4ngenieufe , 8c contient au' moins autant de 
verites que de foulletes. 

Zaluzlan dlvife les 674 Flames, dont II parle , en 22 
claffes ^ - ■• - - '^ 1 ' 

femble. 



en les confiderant par leurs qualites, & kur en- 



Les Champignons, 
i Lc% Mouffcs, Fucus, Liclicn , Bi/T 
J Les Gramciis, Jones, Us, Orchis 
4 Les Lcgunacs. 

J Les Ferulacees , Foujeres , Com 
€ Laiiucs , Scabieufcs, ClUrduiis. 
7 JouLarbcs , A!oc. 



Compofecs , dmbellei 



€ Laiiucs , J 

7 JouLarbcs , A!oc 

S Les Upcrikon , Lins, Lhiairss 

^ Les Ticinialcs. 

T Ncrvcufcs J luchms , Potaroogeton. 
Imortcncs, Bourachcs , Apacincs,.- 



xo Les Planccns , Ncrvcufcs 5 Luchms , 
II Les Velacs , Imortcncs^ Bourachcs , 
iil,es Menccs, Vcroiiikcs , Vcrvcius. 
J 3 Les PotajcLCS. 

14 Les Pavots 5 Solanons , Aner 

If Les Renonculcs > Aeons , Qui; 
16 Les Mauvcs. . 



Anemones. 

-feuilles , Ricins , Fumcterrcs. 



If i-esKenonculcs , Aeons , Quinte-feuilles , Ricins , Fumcterrc: 
16 Les Mauves. . 

^yL^s Sarmcnreufcs s Violetes , Smilax , lAtic, Lifcron^ Per- 

, Vanches. 



, vancues. 

18 Les Concombrcs. 

19 Les Palmicrs , Euforbcs. 

20 Les Conifcrcs, Bruieres , Tamarls, 

21 Les Olivicrs , Rollers , Jujubicrs , Prunicrs, 

^^ Les Cheacs , Lcnt^kcs, Houx , Caifes , TilleuU^ 

T 

M 



Efpcccst 

I 
zt 

40 

3.1. 

4 

77 
31 



<^74 



la 



De ces la clafTes, 11 ny en a que 3 tie naturelles , favoir 
1% la 16^ & i8^ Cctte Metode etolt fort hone pour 
le terns oil vivolt Zakuian. 

Cafpar Bauhin divifcles 6000 Plantes, dont W ne raporte 
que les citations dans fon Pinax , relatlvement a leurs qua- 
htes & leur enfemble , en 1 2 livres ou clafTes dont aucune 

Heft naturele, & chacune de ces claffes ell partaj^ en 



Zaiumn. 



\ 



C. Bauitin** 



\ xtv 



P R E F A C E 



J- 



Ce£.tid. 



* Dupas. 



F 

6 Seftions • qui font en tout 72 , dont 17 ou ^ font na- 
tureles. . 

ClalFc I Gramcns. Jones. Rofcaux. Froniens Asfodclcs. Iris, 

t Bulbcufes. Lis, Orchis. Orobanchc* 
3 Potaj^rcs, Raiponfes CrucUercs. Pcrficaitcs, Pimcns. 
' 4 Ombcllifcrcs. Tanefic. AbiTnic. Nicllcs. Fumecerrcs. 

5 Solanons. favots. Rcnoocules. Arous. Tuffilaje, PocaaJJ- 

getoDs. 
tf Vioktcs, Jiroflecs. Luchnis. Linairc- Vcrtlcit!£cs. 
7 Verooikc. Gecmaudiee. AnagaUis. Bouraci>e. Coni(e. CcQ- 

lauree. Scdon.Aloc. Tiriiralcs. 
S Ljferons. Briones» Vlgoes, Cicmacitc. Apocins. Cyclamen. 

Quince-fcuil!e. Ttcflcs. - ■ 

9 Apaiincs. Rue. Legumes, 
*1Q Foujeres. RoiTolis. Moufles. f ucus. Lcn:i!!:s d'cau. Char- 
dons ♦ 
1 1 LcgiitHineufes. Jafaiins. Lcnciskcs* Arqma:cs. C^i^^^'i'^-"' 

Erablcs. Fufens, Poniifercs. 
iz Nefliers. Figuiers. Garou, Ciftes. Mirtes, Trocns. RonCc. 
CapricTs. Roilers. Piiis. Afperjcs. 

Cet Ouvraje , fruit d\m travail de 40 ans , & imenfe par 
la confrontation que C. Bauhin a faite avec bcaucoup 
d'exaftitude de tomes les d(^nominations ou frafcs latincs 
apliquces aux Plantes depuis Tragus , merite toute notre 
reconoifTance. 

Gerard divlfe les 2842 Plantes dont U done les figiires , 
en 2 clafles feulement , favoir les Arbres & les Erbes. On 

fent bien qu'il ny a guere de divlfion mo:ns naturcle que 

celle-la. 

Cette mcme divifion a hi fulvle en 16^0 par Theodore 

Zwinger , dans ^on Theatrum Botanicum. 
. Dupas , Pappus ^ a diftribu6 les 325 Plantes dont il done 

la figure, felon les 4 faifons de Tanee, ou elles fleuriiTent 
& par leur grandeur & dur6e. 

Figure''. 



x^'Princaniercs. 
Iftivalcs, 
Aaroiriualcs, 
Plantes d^hivcr. 

Aibfcs . 



3 

4 
J 



Aib'tiifcaux ^ tec 



lot 
34 



\ - 



tCt^. 



IH 



Aucune de ces clafles n'efl naturele- 

Guillaume Lauremberg divlfe les Plantes cik li clafles , 



lauuaiberg, gn les confiderant relatiyement 



PREFACE. 

1 ■ 

I* a Icur graDdcur Sc^durcc^ 

X A quclques-uaes de Icurs parties, 

9 Aleuts cjiulitcs. 

4 lieu natal. 

f figure Zfi cnfemblc. 

Lcs Icbcs G^nlldcices pat icuis raciacs doncnt la cUfTc 

fieurs 

fcuilles 

fruits . 

fucs 
commc alimcnreufcf 

farnictiteurcs 

pat Icur lieu na;al 

leur grandeur 

comme avor:cmea$. lcs Champigaoiu 
Lcs ArbrilTcaux formcnc la claflc 
Lcs Arbres 

De CCS 12 claiTes . il 



XV 



rCy en a que i , c'efl la io<^ , 
: ^8 feftions . dont il nV en a 



I 

X 

3 

4 

7 
1% 

de 



4> c- 



a d. 



hErnandes 
1 Mexike d 



•J de natureles. 



lafles , les 691 Plantes 



mats 



peu-pres I'ordre de Dioskoride dans fa diftributlon ; 
Vl confidcre les Plantes , 

i"* par l«urs aualites, 

1 granjeur & durcc. 

Xcs Aromatikcs formcnt la claac 
Atbrc* 

Atbritreaux Sc fous- ArbrilTcaux. 
.Erbcs acres 

ameres , 

douccs 

accrbcs & acidcs. 

Aucune de ces 7 clafTes n*efl nattirele- 

Jean Bauhin, dans fon Hiftoire univerfele des Plantes en 
volumes in-foUo , done les figures de 3428 , & la defcri^ 
tion de 5166 Plantes, diftribuees en 40 Iivres ou clafles , 
en les confidcrant relativement , 

1* i quelques-unes de lenrs parties. 

A leur duree & grandeur. 
i A Ieui"s qualzces. 

Tome L 



X 

% 

I 

4 

7 



3 



<;iairc 



I Posniferes ^ pcpins. Ncflicr. Pomicr. Grenadier. Figuicr. At- 

buaC^r, 
* i ofTcIecs. Pcchcr. Ccrilicr, Mangier, Myrobolaa* 

3 Fruits en noix- Noicr. Coudrier. Piftachicr. Coconicr. Ura« 

Palmier. 

4 Atbrcs aronnatikes, Laurier. Geroflicr. Breflllcc. Faflcc. 

j^ Aibrcs & ArbtijTcaujf baccifeces. Mircc, Bruicrc, Mollj. %i\tm» 



b£iaattdes* 



7. Bauhin. 



^ 



■* ^^itfB- '- -^- 



V 



XV] PREFACE. 

Ckflc ^Aibres Sc AtbrilTcaux bacciferes epincux. Olivier. JujubiciV 

Agialid- Viuciier* 

7 Glandiferes. Chcnc. Houx, Chatenier. Maron d'indc. 

8 Atbccs des Forces. Tilleuls. Etrc. Peuplicr. f renc. Erablc* Vi' 

tex- Alimus. 
5 coniferes & reilncux. Sapin. Ccncvcier, Bdellium. 

Caragagna. Takamaka. Stirax. 
\ le Arbres 5c Arbri/Tcaux a balers. Taniaris. Bruietc. 

IX Atbiiff. he fous-Arbriff, legumincux. Laburnum. Efedra. Ippo- 

fac. "Echiviopus. 
tx Acbres legumineux. Keratia* Mangle. Moiinga. Rokon. 

Tome IL 
I J Arbrcs &: ArbrilL i fleur rofacce,. Ciftc. MirtociAc. Rodo* 

dcndros. Ledum. 
14 Rofiers. Captlers, 

1; ArbrilTeaux grimpans. Vigne. Grofelier. Jafmin. Peiidimcuon. 

Liere. Ckmatirc. Biioiie, Litcron. 
\C Grimpaiites Pomifetes. Lcs Cucuibicacces, 
17 a feuilles dij-itees. Aiicots. Alleluia. Epanke. Epimcdba^ 

fraificr. QuiiKe-feuillc, 
iJGramens. Jones. Bucomus. Sparganjon. 

19 Bulbcufcs. Lis. Iris. Orchis. Aron, Batare, 
2B Campanulcs, Soldanelle. 

%\ Etbcs acres afilike, Cruciferes. Sefanie. Scorpioides. Upckoon. 

Lefimachia. 
21 Erbcs accTs I capfule. CrcfToiK Tiafpi. Pimanc. Poivre, 
2} Emollianccs. Mauves. Blicous. Mercuriale. Pcrficairc. 
Z4 Lairues. After, Conife.' 

''te 'Tomt IIL 

zf Fleurs en tcrc. Scabicufcs. Chardons. Ananas. 

%C. Coriuibilcres. Soucis. Bidens. Tancl"e. Rue. Funictcrrc. Nie!e» 

DcIHnion* 
17 Ombcllifercs. Valeriana 

iS Verricirccs. Mence. Machc, 

29 ricurs dcs fcnccrcs. Luchnis.*Anaga!Iis. Xfilpcrrui^. Po!ugaI.i. 
50 Fleurs dc jardins. Payors. Rcnuncules. Vcrbarvoa. Aauui- 

Don. Lin. Geranion, 
1 Plamcs a fcuiles ncrvcufes. Planten. Gcnriane. £lkborin^ 

^ Mugcr. Eifiortc, Pirolc. 

}i rianres a feuillcB rondes. Violcte- Cabarcr. Cyclamen. Arif- 

toloche. Cacalia. 
J J Bouraches Tournefol. Tkimalc, 

J4 Veuimcufcs. Solanon. Akuuic. Tlrimalcs. 

jf Suculantes. Pourpiers. Cocul^dons, Aloe. KalL Cymbalerc. 

3-? Ecoilccs. Aparincs. Afpcrjc. Preic, ' * 

37 foujeres. Epacikes. MouiTcs. RofTolis, 

%% Aquaiikcs, Ncnufar. Macrc, Pocamogeton. Perficairc. Rc-noa- 

cule. Lemrua. 
3i> Marines, Algc. Fucus. BilTus. 
48 Champignons. 

De ces 40 clafTes , U n'y en a q;ue % de natureles ^ favour 

U 



/ 



\ 



P R S F A C E^ xvij 

la tC^ ^ des Gnmpantes Bacciferes ^ 'qui repond a notre 
ty Famille des Brioncs , & la 40^ des Champignons. 

Cette Metode etoit fort bone pour ce tems-la. II y a darts 
Ic cours de I'Ouvraje plufieurs fautes & tranlpofitlons de 
figures. 

Chabrc, en 1666, a extrait 6c reduit ces 3 volumes en 
i feul vol. in-foL affez mince , ou font tomes ies figures de 

J. Bauhin. 

Xonflon 5 dans fan Ouvraje intitule , Notitia ngni rege* K^r; 
tab His , divife Ies Plantes en 30 clafTes, telativement ^ Jonftcn. 

i^a leuc duLce Sc grandeur* ' - 

X A quclqucs-uncs de Icurs parties. 
3 A Icurs <jualiccs. 

X""* Partie. Les Arbres. 

ClalTe I Pomiferes a pspins. Poraisr. Oranjer. Grenaaicf^ 

% i^ olfclew. Prunier- Jujubier. Cornouiller* 

3 Nucifercs^ Noicr. Aniandier. Piltachier. £raLle. Palm'er. 

4 Aro.matikes. Mufcadicr. Laucier. Gcroflier. 

5 Glandiferes. Chenc. £trc. ^ 

tf Bacciferes. TiUeuI.Grofelicr. Mitce. Caprier. Sabine, If- Frenc* 

7 Lacrimiferes. Lciulske. Pla» ^ ■ 

8 Silikes ( 5r7iy«iif(E. ) Cidfc, Tamatin. Netion. 

5 Rodoflorcs. RoCcr. Ciftc. 
loMclanj«s. Ebcac. Jafmin. Audc, Saule. Tairaris. Santal. 

a* Partie. Lcs Erbes. 

II BuILcufcs. Iris. NarcifTc. Safcan. Ognon. lis. Orchis, 

X 1 Fromens. Ble. Scgle, Panls. S^fanic. 

13 Graminees. Cluendanc. Jonc. Rofcau. Asfodcle* Iris. 
I4afcuillcs ncrveufcs. {NcrvifoU^.) lUcburiue. GcntiaDC. Mu- 

gcc. 
If rondes. Pirole. Ariftolocbe, 

IC ■ fpaiffes. {CraffifolU.) Aloe. Fourpie. 

17 rudcs. { AfperlfoliiZn Bouraches. Pilofcle. 

1% molles, ( Moliifolla:, ) Mauvcs. Quinccfeuil!ey* 

I5 Ecoilccs. (Stdiacie.) Apsidncs, Rue. 
zo Capillaires. Roffolis. Fouje:cs. Lemma. Fucus. 

XI Corymbifires. Tanefie. Abfintc. Conifc. Anemone. 

ax a boukcts, {Coronariie, ) Violcte. Oeillcts, Linairc. Tixii. Sc- 

rctce, Prlmcvcrc. 
1^ Ombelliferes. Cumin. Filipendule. Valcriaiie. Milfcuillc. 
1+ i fleurs en lete. ( Captatx. ) Scabicufc. Chacdons. 
If Silikces. VclTes. Lupins. Erfe. Sainfoin. Fumetere. 
x6 Laiteufes. ^La^aricz.) Ticimale. Ippofa'e. 

X7 Gfirnpaaccs. Liferon. Apocin. Lierc. Erlones. 

x8 Oangctcufcs, ( M>xi^. ) Solanons. Akonit. 

1^ Puujcrcs. ( Oleracca, ) Campauulc. CrefTon. CiioiJ. Ofcillc* 

Bliron. Laicuc. ^ 

50 Mclanjces. Veronike. Coris- Clianipigaons. 

pe CCS 30 claffes, il ny en a pa5 i de naturele. Elle» 



^ 



? 



Rhcetic 



Morjfon; 






P n £ F A C £^ 



font cUvUces en 90 fe^llons , dont 13 , c. a d. ^ & plus 
font naturele*s. 

II y a pGu de diferencc entre ces clafles &: celles de J. 

"Bmihin , que I'Auteur a reftificcs. 

Rheede , Gouverneur du Malabar , publla dcs Tanee 1 678 , 
foas le Titre de Hortus mahharicus . 12 volumes in-foL 



dovx le 
Fhmtes 



llTes 



leuf erandcur & a leur fruit. 

XUlic I Arbres. 

% Aibtes fnidifcres. 

I Arbres 2c Arbrilf. baccifcre?- 

4 filikes. 

•y Arhriireanx, 

^ AibdlTcaiJX gnrapaiis. 

8 Eibes pomif^res 5clcguni5neufcs. 

De ces 8 ciaftes 5 "tiucune n'eft naturele'; niais cela n'cm- 
'peche pas que cet Ouvraje fie fojt le plus parfait dc'tous 
ceux qui avpient para jufqu'alors ,' 6c quant aux dcfcnptions 
^qui font en general bien faites & affez etendues , & quant 
aux figures auxquelles il manque quelquefois des details fur 
les etamines & le fruit. 



Tom. 1. 3 

L 

5- 

6. 

7- 

8. 



lA. 11. 11 



rfalis , /ffii 



Hljl^ 



dijlr'tbutio novc } 
tionls G^ afinitatis , ex /iiro natura obftrvaia 6* dciifia « 

en 3 vol, in folio , dont il puHla les a j^'' en 1680 , & 
dont le ^e ne pamt qu'^apr^s fa tnort en 1699, P^^ Icsfoins 
de Bobaft, done les figures, la defcnption & les fynoni- 
iiies de 3505 Piantes , qu'il divife en 18 clafTes , en confi- 

derant, 

i*^Leur fubfcince ou conlTflancc , ligneufc ou crbacec. 

X Leur grandeur & dtircc. Acbres , Aibriffeaux & fcjiis - Atbnf- 

Teaux. 
J Iciir ri^urc ou leur pott. 
4 Qaeltjiies-uiics dc laurs parries, 

f Arhores, 

X Frutices, 




lej Ligncufes donenc les Claffcs 



3 Stiffrut'iccs* 
t^. Ettac^es confidereci quant i leur figure roulc 

doneut les ClalTcs 4 Scandentes, 



^At ta figure &; fubftaiKedn 
ffuic, 

Far fc nombrc des capfulci 
5c dcs pttafes. 



1 1 CnlmifcrJi, 
I J Capillarcs, 

J Lcgumlnojst* 
6 SillquoJiZ* 
16 Saccifcra:, 

t Tricapfularcs € fctal-x* 

I. I d t cdpfnUns, I a j petal 



/ 



PREFACE. 



3UX 



Pat.ia difpofitlon de^ flcurs. 



5' CorymVifcTiZ* 
1 1 Uvihclhfcrcz. 
1^ GaUatcz & vcrzlcitldtct, 

■m 

par leur fac 5c aigretes, io Lacicjccms 5"- pappofiZ^ 

Par le ;iombrc dcs c^pfules. 13 Tnccccct. 

X J Multifdiqu^ & Multlcapfulaui* 
les Plauccs dificiles a raporter formeni: 

la I S Eceroklitx. 

De ces 18 Clafles il n'y en a que '2, de natureles , favoir 
les 13*^ & 176^ encore la xy n'eft-eUe -—--^-- — J- - 

genres. EUes font fubdiyifces en 
ment." 



compcfee que de 2 
108 Sc&cns , relative- 



1**^ la figure & fubflance de leuc 



fruic. 



au n9mbrc de leurs graines. 

fcuillcs. 

pctalcs. 
a Icurs racines. 

a Icur lieu nara!, ■ 



5 

4 

7 a Icurs vcctus. 



De ces icS Sedlions ^ 11 y en 



a 31 



c^c 



fl le \ de natU' 



r^Ies. 

Cette Metode n'eft dene pas fcndee fur Ic fruit feuL Ella 
cfl peu traraillde 5 tres-dihcilc dans, la pratique, & n'a 
^tc fuivie que par Bobart, qui en publia la 



y partie en 



a 



en 
auyt^ 3 in-foL a Oxford; & par un anonyme dent TCuvrsje 
pa.nit en 17^0, fous le^titre de Hijloncz nat. fcid^rapkia ^ 
Oxonii. 8^* 

Rai & Tournefort Qnt fcproche a Morifon trop de va- 

' rite & de fufifance , Laudibus excl'/undus majoribus ft 
fuis abjlinuijfa ^ Tour. Ifag, 53. Combien de nos moder- 
nes meriteroient plus juftement encore ce reproche , pour 
.avoir youlu fe louer ^ & meme fe mettre , eux & leurs 
Ouvrajcs , au-deffus de ceux de ces '2 gr.Tnds' homes ? 
Des I'an 1682, Rai publia , fous le litre de hUtodus 

naturalis Plantar um , g'^'. Londtni , fa Metode, dont il dona 

Texecution en 1686 dans fon Hiftoire generale des Plantes 

en 3 vol. infoh 

Dans cet Quvraje imnienfe , il che environ JS655 efpe- 
ces cu VAiietes de Rantes qu'il divife en 33clafres en lc> 
confiderant relativement. 

i» a Icur port q\\ cnfcmblc dc routes I^urs parties. 
* - a Icur grandeur U durcc , cprAc Eibcs *c Arbr«s. 

i !eu ■ 

aj I 



4 
1 



€ 



ur dc^re flus ou inoius gr;inJ dc pcrfsiEtion. 
ieu ou cl!es croiiTcnc 

au nombrc dc Uuxj cocylcdocs , dcs p'taIcs , des cnpfules Sc del 

graL^cs. 

i U Ccuation fie difpoilaon dcs flcms, du calicc ou d«. fcuilUf* 



\ 






XX 



PREFACE. 



7* a Tabfcncc cu prefcnce du calice & dc la corole. 
la fuhftance dcs feuilles Sc da fruu. 



8 a 



f 



a 



la dificuhc de clafTtfr cenaincs 'rlantcs- 

I"^ Partie. Lcs Erbes, 



Les impai'faitcs, confiderces celativement 

au lieu ou elles ccoifTcnc doncnc la claflc 
a Icuc enlembic , 



— ■ 

3Lcs diLotylc^^ones coniidcrees rclacivemcnt 

a Tabfencc de la corole , ^ 



la dirp:;fiuoa des flcurs ^ 



/ 




\ 



■a I'aparcncc dcs fleurs , 
ad nombre dcs piulcs , 



^ • 



-5 la dirporuion &: fabflancc des fcuillss. 
d la fubibnce 5c %ure du fcuk , 



au nonibrc dzs graincs oa dcsc;ipfuks. 



'Lens monocotylcdones confldcrces par lcs etaimr.cs , 
Irbcs qui lone dificiks a claffcr , 

2^ Partie* Les Arhus. 

les inonocotylcclons , ' " ^ 

L3S dicotyledons conildcrts par Tabfence d^ lacoiole, 

pat la ficuation du calic: , ^' 



far la fubilaGCc ^ figure du fruit 



Arbrcs difxciks a claiTcff 



I Sulmarlnx* 
1 Fungi, 

3 Mufci. 

4 Capillarcs* 

1 

6 Planlp^^talx, 

7 DifcoidiiZ, 

% CorymhlfcrXt 

■ 5 CaphatiX* 
1 1 Umbellif^ra, 

14 Vcrtivtllat^* 

14 Florifcra- 

1 9 Monopetalx. 

10. a i 5 pctdlix. 
i}. 5 petala. 

1 i Stellate, 

1 5 Afpcrifoli'tm 

1 6 Pom'tfcrJiy 

17 BaccifcrtZm 

a 1 SiUquofc^* 
It LeguminQf^B 
10 MonofpcrfnXm 
19 Poly [permits 
xS MuUifJiqus. 
If S'taminece^ , 
i6 Anornala. 



17 Arundii.iccx-: 
25 Friiclu umhih" 

hUicaccr. 
5 2 Fruclujiico* 
31 SlUquofa^ 
5 3 Anomala» 



^ De ces 33 clafies , 11 y en a 6 ou pres de } de natu- 
relcs . favoir les i'. /^ . 1 1 . t? _ 13 ^ 



22. Elles font divi- 



fees relativemcnt au lieu de leur riaiflance , a la ficrure des 
tijes, a leurs qnalitcs , flics , au nombre fituationliibflaa- 
ce «c divifion des feuiUcs , a b fituation & dlfpofitlon des 
fleurs^ & du calice , au nombre & a la regularlte des p^ta- 
les , a la fubftance & figure du fruit , en 125 fectlons , dont 

43 3 c. i d, ^ pres dc j , font natureles* 



PREFACE. itx^ 

Cette Metode n'eft done pas fondce fur la feiile confi" 
deration da fruit. Elle eft des plus dificiles dans b prati- 
ue , & on ne pouroit y fondre les Arbres avec Ics Erbes, 
ans augmenter le nomhre des claffes des Erbacees. L*idee 
en etoit tres-bone & elle eut mieux reuffi , fi Ral eut ete, 

aufli grand Botanifle qii'il etoit favant Ecrivain &l judicieux 

Compilateur. 

Perfone n'a autant travaille ou recueilU en Botanike. II 
cite ou decrit ,fans aucune figure, dans fon Hlft. gcnurale , en- 
ron 18655 efpeces ou varietes de Plantes [ c[va ne compre- 
nent pas , a beaucoup pres , toutes les varietes conuas des 
fleurs ) dent 3560 dins le i^^ volume ,3310 dans le 2P^ &C 
11775 dans le 3 e volume , qui ne parut qu'cn 1704, Ce . 
volume n'eft qii'un fuplement aux 1 i^^% & ccntient ley"* ' ^ 
additions des Plantes decouvertcs par Tpumefcrt dans le 
Levant, & par Camelli, a Luzon, Tune des lies Filipines, Ce fe--. 
roit nn travail immenfe que dedcmelerles repetitions qui doi- 
vent fe trouver dans toutes ces additions ; & c'eft ce qui 
rend cet Ouvraje dificile 5 quoique neceffaire , comme le 
plus complet qui ait paru en ce genre. 

En 1700 Rai piiblia fa Metode, Metodus Pltntarurfi ^ 
cmendata & aufla ^ corijee & augmentce d'apres la Metode 
de Tournefort , qui avoit paru des Tan 1694, & dont il 
admit les carafleres gcnerikes. Quelqvies Zoiles , pea ver- 
fcs dans la Botanike , entr'autres un certain Colet , taclie- 
rent de brouUler ces 2 grands Kommes qui s'eftimolenf rcci- . 
prokement , comme on en peut jujer par les eloges que 
Tournefort fait do Rai , & par le jugement que Rai porte 
fur Jes Ouvrajes de Tournefort. 

La Metode de Rai a ete fuivie 

En 1707, par Sloane, dans fon Hift. de la Jama'ike. 

En 1713 , par Petiver , dans fon Herbarium Britannicum^. 

En 1724, par Dillen, dans fon Synopjis Jlirvium Brhan^ 

nlcarum , 8^. Londmi. 

^ En 1727, par Martyn ^ dans fen Mctodus PUntarum . 

circa Cantahriganiy %^ . Londini, 

Criftofe Knaut, dans fon Enumcratio Plantararn ctrca^ i&tj^ 
Halam Saxonum &c.fpontc proven! cntium ^ 8^. Lipji^ , divife Knaoc* 

le petit nombrc de Plantes qui croifient aux environs dc^ 
hAll , en 17 clafles 5 confiderees rclativ^ement , 

i»a Icuc grandeur Sf durie, come Etbes ou Arbrcs. 
t i h prcCcnce ou 3h H-nce dc la cocole, t 

3. i la diCpoiition aa Heuts* 



4 a la fubftancc da fruit. 



5 «/ 



V 



/ 






XXJJ 



PREFACE. 



j^^aa nombrc des capfules on ties graincs. 

6 aa nombrc 6c figure des peralcs de la c'>ro1e. 

7 a U prefcnce , ablcace ou figure du calicc. . 

8 au def"Ui: dcs ficurs. 

i"^ Partie. Les Erbes, 

Confldacescome afant une corole, des flcurs 

ftmplcs ^ un Ttuir charnu. doncnc la cbire i Bacclfcr.^. 
& uac capful; , 8c felon k nombrc i MonopetaliZ. 

6f la Tfgularite des pculcs de la 3 Tc:rapctalicrcguUrcs» 
corole , 44 petaliz irrcguL 

6 6 pctaliZ, 

7 Polypetald:^ 

& par !e nombrc dcs capfules on des S MuUlcipfularcf:^ 

graincs , 5 Gymnodifpcrntx* 

Confidcfesi come aianc urte comic , dcs flcurs 



compofces 8c poitir de de calice , 10 Solids. 

& avec r 6aljce aij^rete , ii Pappof^. 

Confidcrscs relati^. a !*abfciice dc la corole , 1 x Apctal<z. 

13 Szamineee* 
a I'abfencc da calice & dc la coro!e , 14 Inconfpicua 

a*^ Partie. Ze-y Arbres. 

r 

Rcbtivemem a Icnr grandcar , donent hs i6 Arlores. 



De ces 17 claffes , il n'y en a que 2 de natureles , fiivoir 

la 4^ & la 1 1*. EUes font fubdivifecs relativement an nom- 
bre des fruits, ou de leurs lojes , ou de leur figure , ou au 
nombre dcs graines & des feuiUes , a la figure des petales 
ou des tijes , & a la fituation des ileurs en 6^ fe<51ions , 
dont 21 , c. ad., J & plus , font natureles. 

Cette Metode gcncrale, mats noa pas univerfele, n'efl 
<Ionc pas fondie ?jr la confideration du fruit. Elle eft des 
plus compofee & des plus dificik. 

II efl fort etonmt qiie depuis Toumefort , cpi n'a ecrk Ton 
Jfazoge qii'en 1694, jufqu'a M. Linn.x'iis, qui a pufelre en 175 S, 
«n Precis des Metodes de Botanike qu'il reduit aa petit 
Rombre Az iS , perfonc n'air cit^ celle de Magnol ijnpri- 

mee en 1689 <3ans fon Prodromus Hijlorlcz generalls Plan- 
tarum , fous 1? titre de Tamil'tx PUntarum. per tahutas dif 

pojitiz', 8«. Monfpdli. Cctte Mitodc tr^s-jxidicieufe , excel- 
lente mcme_ quant an fond de Tidee cj^til fin fait la bafe , 
cuoique moins heureafc duns rex^cimon qui Fa fans doute 
fait tomber dans le m^pris , Itant entierement iguoree , jfe 
vais en extraire mot pour raof I'efprlt , pour mettre !c pu- 

tUc en etat de juger de fa valcur. Je crois devoir a la 



P^R E F A C E, 



ll» , 



j-nemoire d'un Botamfle celebre une juftice que lui cat re- 
fulee tons mes predeceffcurs. 

uApres avoir (dit Magnol dans fa Preface) examine les. 
jjMetodes les plus ufitees , & trouve celle de Morifon infu- 
se fifante & tres-d^feftueufe , celle de Rai trop dificue ; j'ai 
3?cru apercevoir dans les Plantes , x^ une afinltc ^^ lui- 
«vant les degres de laquelle on pourott. les ranjer en di* 
>>verfes Families, comtne on ran] e les anlmaux : ces Fztinif- 
J) les ont des fienes dlftlnftlfs certains : telles Tout les Bui- 
« biferes , les Culmiferes , les Plantes a fleur monopctafe, 
3^1^ ChaJcej Famille de Plantes a des efpeces fubalterne^ 
"qui fe peuvent fous-divirer encore; par ex. la Famille des 
» Culmiferes peut Te diftmguer enFromens & en Gramens^ 
3> ccUes des Papilionacees peut etre divifee,'ou relattvement 
jjuu nombre des feullles, celles qui ont une feuille , celles 
J? qui en ont 3 , & celles qui en ont 5 ; ou par cgard a 

rla figure du fruit, en Siliculeufes , Silikees , V^ficuleufes- 
?>& Cokillees {^Cochleatx. ) II y a auffi des Plantes qui font 
jjvoifines de certaines Families ; telles font celles q\u ont 
«de I'afinite avec les Bulbeufes5-& quelques autres, 3^ 11 
«y a dans ces Families des Plantes illegitimes , telles que 
5)le Nenufar dans la Famille des Pavots. Eniin il paroit des 
jjmpnltres qui ont les caracleres de plufieurs Families, 6C- 
>?des Plantes cjui parollTent naitre fans femence , & ne pro- 
>3 duifent aucune graine fcnfible , telles que la plupart des 
wAIoultes & les Foujeres. 

i>De meme doftc qu^on rcconoit des Families dans les- 
V Animaux » de mcme aulTi nous en propofons dans Tes Flan- 
>nes : nous penfons qu'cn pouroit en etablir davantaj 



e que 



vnows n'avons fait ; & fi nous avans reuni non^re de 
» Plantes qui auroient pu a jufle titre former de ncuveles 
3) Families , ce n*a ete que pour dlminuer le nombre de ces 

» Families ' 

» Cette relation entre les Animaux & les Vejetaux , niV 
wdonc ocafion de reduireles Plantes en certaines Families y 
»par comparaifon aux Families des homes ",& come, il m*a, 
w paru impofTible de tirer les cara£leres de ces Fanfiilles de 
» la feule fruiVification , j'ai choifi les parties des Plantes Oit 
v(^ rencontrcnt les principales notes carafteriflikes , tellfe? 
m que les racines , les tijes , les fleurs & les graine^s. II y 
»a mcfhe dans nombre de Plantes une certaxne fimiliftade^, . 
wune afinlte qui ne confifte pas d^ans les parties conhd'e- 
jir^es feparcment , mais en total ; afinite fenftbie> mais cmi 

»jie peut s'£.xpxlmer, conme on volt dans lesT^an-uiles 




\ 



XKW 



PREFACE. 



>j Aigretnolnes & des Quinte - feuilles , que tout Botanifte 
«)ujera conjencres , quoiqu'ellcs difcrent par les racines , les 
ijfeuillGs , les ficurs & les gralncs ; & je ne doute pas que 
j>les cara£3:eres des Families ne puiflent etre tires aulil des 
f*!""^* feuilles du germe au fortir de la graine. 

«Je ne puis non plus adherer au fentlment de ceux qui 
s^regardent les feuilles come des parties accidenteles. Car 
siennn que deviendroient plufieurs Moufies ou Ton ne trouve 
»>que des feuilles, & la plupart des Foujeres, dont la beaut^ 
>•& Telegance confifle dans les feuilles, AulTi avons-nous 
3>tire de la conHderation des feuilles le caraftere de la 
jiFamille des Mouffes , fans avoir cgard a la fruftification 
»qui eft manifeile dans quelqucs-unes , telles que le Luko^ 
yipodicrn , & le Perce-mouffe. Nous etabliffons aufli come 
»Rai , la Fam. des Culmiferes , en aiant egard a leurs tijes. 
3)Enfin nous penfons que toutes les parties qui ne fervent 
J? pas a la fruftification , ne font pas plus accidenteles que 
wles bras & les jambes ne font des parties accidenteles dans 
»les anlmaux. 

" wNous ne nions cependant pas que Ton pent tirer les 
jjprincipales dlferences des Plantes , de leur fleur & de leurs 
^jgraines, paifque ces parties conflituent leplus grand nom- 
»bre des Families \ maisfans neglfjcr les autres parties qui nous 
»ont done une grande facilite pour tracer cet Ouvraje. 
^ » J*ai done fuivi Tordre que gardent les parties des Plan- 
3>tC5 dans lefqueles fe trouvent les notes princinales & dif- 



3j tie 5 ] en 

»que j'ai 

vncnt les 



ai iouvent conudcre plulieurs enfemme. C'eit ainfi 
^tabli 10 Se£iions , dont les 9 premieres compre- 
Erbes , & la 10- les Arbres & Arbriffeaux. 

la i'^\ / ratines. 

la i { ) tijcs 

la 3 

Xa 4 t \ fieuts tome impatfaltcs , c, a d. fan: corole , ou a cta- 

- f ccnUlc- 1 , , . . ^ . 

13 5 yc ks J dont quelqiics-uncs ne portent ni les fruits ni 

^"■bes 1 les graincs. 

l3 6 Jfg^Jfj ' comt monopetales. 

la? I I aian: 4 pctales, 

ia8 J I ctanc polypccales ou aiant p!us de 4 pc- 

• » talcs. 

^^5 ^ monopetalcs rafTcmblees en tctc. 

IsMo SrAion conucicrft les Atbics £i Arbriflcaux. 

Voila to-t ce que dit Magnol dans fa PrefaceTurte plan 
& la dlflnbuticn de ces Families, auxquelles il done le 
com dt T*^hU co^nitknh 6* affnita:h\ Planurum , comme 



PREFACE. 



Tabic 



XXV 

■ 

:ivoit fait Morifon ; fuivon3-cn tous les details , afin de 
pouvoir en porter un jujement. 

i'' Partie* Lcs Erbcs. 

i^^^ Seftion. Conjzdcrics par Uiirs racincs* 

J Bulho^ei. Lis. Orchis. 

X Bulbojis affines. Iris. Jinjambrc- 

2^ Se£l. Confiiirlts par lairs tijes, 

} Culmifcnz, Tromens. Cramens- 

4 Culmiferis ajffznes. Tufa. Acorus. Sparganioa. Rofcau. Jonc, 

3* Seft. Conjidcrees par Uurs ftuilUs. 

y FungL Champignon. Trufe, Eponje. Alcicn. 

4 MufcL MoufTe. Lichen. lemillc d'eau. 

7 Capillarcs. Foujeres. Prclc- 

ZF^ci, Fiicus. Corallines animales. 

^ Corallia. Les Coraux. Fores. Madrepores, Corallines. 

4'^Se£l, Conjidirics par leiirs fleurs come imparfaUcs ," 

fans corole y c. a d. ^ a itamincs. 

10 Florlhus feminibus adhdircntihus^ k calice permanant ^\gc Ic> 
grajnes. Blicon, Circaea. Erniere. Potaniogecon. 

IT Raccmopt, a fleurs en grape, Ortie. Mercurialc- Ofio^lolTc. 

11 Splcata. d ficuts en epi. Les Planccns. 

13 Flore fem'ini trlquctro adherence, Lcs Pcriicaircs* 

14 Fiorc anomalo filiculofit. RefeJa. Gaude. 

5^ Sei^ Conjidcries par ku^s fleurs ^ dont qutlques-uncs 
r.e portent nljruits ni graines ^ c. ^ d. ^ font males ^ 

If Lacicfccntcs, Lcs Titimales. 

1^ Non LtBcfccntcs, Ricin. Ambrofic. Xancion. 
6^ Seft. Conjidiriespar leurs fleurs come monGpicales* 

17 Folio capilldri. Cufcuce. 

jS Sullares, h feuillcs raionantes en eroile. Apacinc^ ftTferje. 

13 AfpcrlfoliiZ, a feuiUes rudes. Lcs Bourachcs. 

20 Acaulcs, fans rijes. Primevere. RofTolis. 

z I Florlhus campanulath, Campanulc. lizcron. 3a!ap, 

zz Florihus galeans* a flcur en cafquc. les Labiecs a z lcvrc3* 

xj Florlhus lahiails, Lcs Labiees a l Isvre. 

24 Fforihus umhelLatis, Valeriane , Limonium. 

2y SiUculcf^, a fruk en lilike courte- Tabac Grarsole. Gemiane* 

x€ Capfulares. a ftuit en capfule. Verbafcum. Anagallis, Vt- 

.ronikc. Violcte, 
17 SlUquof^* i filikc. Apocm. Lufimachia. 
al Floritus diffhrmihus , fruclifsm , rjJ/Ve tuherofa. AriiloTp- 

che. Cyclamen, Aroo. 

1^ Floribus campanlformlhus haccifcrx, Convallaria- Folu^o- 

na:on. 
:^9 Florlhus monopctaVis iaccifer^ fcandenees, Brionia. Tamau-% 

51 TomlftriX. Melon. CalebafTc, 

}i Pi^mifcrx fcminc comprejfo^ Solanaa. Pads. 



V 



- * 



xXv) 



P R E F A C E. 



"tabk 5 5 Capfulares, Lcs Crucifeics a htiic courc. 

^jf.Sil^xiof(Z, Les Crucitercs a fiuit long, 
3'f Capfulares jlUquofiZ, Pavots. Ncnufar. 
7,6 Ccmd pi umofu fc'ilnlhus infidcntc, Clcinatitc. 

8- Seel. Conjidircts par lews fie urs ^ come cfant 

pctalcs ^ c, a d. ^ ay ant plus dc 4 pctalcs^ 

37 Stmlnc lanu^'inofo. Ancnjonc. I'lilfaclle* 

3K Scmlnt Incipituhm congtjlo, Rcnonculcs. Ttibulusr 



3? 



Fra-yancz 



Roficr. AigrcmoJiie. Coccuta* 



j^o Mill race iZ, Mniive. Gcraaion. 

41 CraJjlfoUc. Potirpicr. SccJon. Aloe. luki, 

ji^xTlors pnpUlonacco y IcgumlnofiC diclx. Fcvc. Veflc. lupb- 

Arikot. 
^l Flore papiLlc^uminlhiis ajflaci. Gcncr. Trcfle, Lotisr. Af* 

tragalc. 

A^^UrnhdVifcrx. OmbclHfcrcs. ' 

4^ UmhcUifcrls af^nes. Filipandulc, Talikcron, 
45" Capfulares, Cifte. Milpcctuis. Saliciiic. Lin. 
4f-; SiLiculofx, les Al/ines. 

4r^ViifculhfcminaHbusfiirrcclis. Nic!e. Pivoinc. Akonit. Rli"' 

Fraxiaele. 
4^ Eacclfer^x. CL'irtoforianc. Morcarclc. 

9^ SeQ. Conjidirics par leu-s Jiairs come monopccaks 

raJJembUes en tiu. 

JO Squ::nofx. a teres ecailleufes. Chardon. Carliiie. Jac6e. Bluer* 

-* Karananke. 

yi Non fi^uamofx. Scabieufc. Panikor. Globulairc. 

Imortcle. Gnafalion. 
Cacalia. Jacobce. AUef. Eupa- 

K Difcoidcx ron papfof<t. SajcL Pakccce. Camomile. 
5^ Corv^Jt/crir. Tancfic. Abfiarc. Mauicaiic. WilfcLiiUc. 



^iDifcoiiUji Elukryl<z dicl^.. \ 

a DifcoUca: pappof<2. Coi^ifc. 



■f 



I 



Arbres 



% 



Confi. 



Arhriffi 



j7 Vcm'-fcr<z cum ftmlmhul, Pomifercs i pcpins. Pomier. SoC- 

- .- ' ^ ^icrr. Miirier. Fi^uier. Oranjcr. 

l^Pomifcr^t cum opculls, Pomifircs i otTclcts. Prunicr. Ncflicr. 

Jujuhier. Cornouiller, Olivier. Palmier. 
5^ Fiorijcrx nuciferx. Amandier, Stirax. Ippokaftanon, 
^oltdifera nuclfenz. Noier, Charcnicr, Cli£nc* 
^ilul'tfcrx ncn fruclifenx. Saulc Pcuplicr. Aune. Bouleaa. 

4^j S:miaiH$ mem5r^nacdf velfoliaccis. Frcnc. liable. Otmf. 
yoPdulifera. Platanc. 

74 Kcfinlfer>z conifero'. lcs Pins. 

Canfidcris come Arbres & Arhriffeaux. 



Baecifera 

lo bdccij 



JafmiiJv 



PREFACE. > xxv-:] 

L 

Tabic €4Flcre polypctalo haccifcfcR, Bourdcnc. Roncc. Sumak. 

6C Flore Ed aceo capfulares, Fufcn. fuftcr. Buis. 
<?7 //or.? monopctalo capfulares &fJlcuIcfi, I-ibc. Viburnum. VN 

rex. Paliurus. S^-^uc3. 

71 LarJgcrl. Ceiba. GofTupion. 
yt F'lorc papUlonacco, C2iT\:i* SiafuIoJendron, 
y I Flore eompofito fdiqucfiZ. Acacia. Sensitive. 
7f P.cfiniftriz hacciferct, Sabine. Tcrcbinte, 
yC Rcftnifcris cff.nes. if. Bruiere. Tamaris. 

Confidiris come Arbr'ijfcaux, 

6^ Flors polypstalo pomifcr't. Rolicr. . . ^ 

6$ Flore polypctalo capfulares. CiHe. Syringa. 'Capri 

De ces 76 Families ou Tables , il ny en a que 11 ou - &: ' , 
ip!us de naturelles , favcir les 3 , 12 , 13 ,14 , 19, 3 r , 44» 
47, 56 , 61 , 74. Elles font lubdiviiees relativemenr a di- 
verges parties , en ::85 feftions, dent 100 , c, a d. y & 
glus, (ont naturelcs. 

L'execution de cettc Mctode ne repond , comme Ton voit, 
nullement au plan que FAutcnr s*en ctoit forme, & le 
pkis grand nombre de fes Families ne font c^ue des demcm- 
breniens ou des feftions les' unes des autres. 

Rumfe dans fon Herbarium anwoirucutn , fini des Tan 1^9^- 
1^590, & imprlme aprcs fa mort en 174T pat les foins de ^^^^^^^^ 
M. Jean Eurmann , diflribue environ 774 Flantes indicncs 
en 13 Livres, qui forment 11 claffes , dont aucnnc n'ell ^, 
naturele. II les confidcrc par raport a Icur durec , lenr 
grandeur & leurs ufa'jes. 

iivrc I Aibrcs 5c AtbiilTcJux qui fe mar.j^nr, 

aronutikcs. 

3 rcHncux oix Uireux. 

4 a bois de charpente. 

5 fauvaje.'^. 

6 Arbri/Teaux domc.likcs &: faavajcs. 

7 Liaiics Sc Arbrilicaux grinipans 

8 Plantes nicdicinales , poiajeus ou d'orncmcnt. 

5 Irbe*: gtiniparres* 
lo & n Erbes f-iuvajeN ". 
12 Plantcs marines. 



1 1 Auciucrtum , ou fuplcmenC- 



b 



Les defcriptions de cet Ouvraje font en general ailez 
ien faites & tres-dctaillees , mais elles tiifent 



ce qui regarde 



"*_* 



les fleurs & le fruit d'un grand nombre de Plantes qu'U 
feroit Important de conoitre. 

La Metode de Paul bErmann a ete publiee d'a|5ord par 1^9%: 
Zumbach , fous le litre de Florae tvgJuno Batavtz fions. h^rmijiiii. 
Z;/gi. Bat\ t6()o. 8^, II y di\ife les 5600 Plantes conues 
alors en 25 claffgs, en les ccnhdifrant relativement t 



. ^ 



\ 



*t 



xxvuj 



PREFACE. 



%Mr tf* 



i^A !cur grandeur &: durcc » come Erbcs 6c Atbres. 
a la prcience ou abfcnce dc la corole 5c du ca!ice. 
au uombic, dcs graini'S , dc5 lojes , du fruit ou des caffules* 
a U {ub/tance des tcuilles Sc du tVuir. 

a !a lituaciou 3c difpo/Jcion des fleurs, du calice 5c dcs feuilks. 
4 la figure du tVuir. 

I-^^ Partie* Ze^ £r^e^. ClalTcs. 

/pluiicui5 giaines nues 5c des fleurs ^Im- i Gymno polyfpcrma 
pies. 

2 graiiies nues Sc des fleurs en ombelle. i 



z 
5 

4 



^ui ont, 
Bne co- 
roUe. 



I grainc nuc t< des flcuis folitaires. 
I graine nue 5: des fleurs compofees, 
I graincs niies 8c des feuiUqs vcukiUecs, 
4gr3inesnues 5c Ics fcuillcs rudes, 

r 

4graines nucs 5c !cs ficiirs verticillces, 

I capfale J i loj?. * 

1 lojcs. 
^ lojes. 

f lojes. 
^ plufieufs capfuiL-s. 
& I ill ike. 
& t goii ife. 

. 5c un fruic en biie. 
^5c ua ftuic en pomc- 



f maj.s un calicc. 
< ni dc calice. 



qui 

n'ont 



1 Gymno dlfpcrmcsi um^ 

bell at X. 
I Gymno inonofpcrmA 

jtmpliccs* 

4 Gymno monofpcrmst 

CO mpojit (Xt . 
J Gymno dlfpcrma 
ficllatx, 

6 Gymno tctrafpcrmX 

afpenfoliiz, 

7 Gymno tctrafpcrmiX 

verticilldtie, 

5 Univafcularcs* 
$ Birafcularcs, 

10 Trivafcularcs» 

1 1 Quadrlvafcularcs, 

1 1 (^uinqiicvafcularts^ 

J J Multicapfulans* 

14 SlUquojiZ, 

1 f Leguminofc. 

1 6 Truapfulares, 

17 BaccifctiZ^ 

1 8 Pomifene, 

1 5 Apetalx^ 
10 Mufcofa. 
21 StaminC(£, 



Ceirx qui n'oar poini de corole. 



c calice. 



<^«u^r3cua ftuic charnu fous 1 

fjtfi ont I 

vne CO-) lur le calice. 

role- ? 5c un fruit fee. 



zz luUfcriz, 

15 Umhiiicat.2» 



5 



14 A''o/i umblUcatx. 

r\ , rr * J f rut^tt /ceo. 

JJe ces 2 5 clafTes , il n > en a que 4 , favoir les % , 

o , 7 , de natureles.. 

EllesfontfuLdiv-iiecs reladvemcnt au nombre des p^tales , 
des pmes des capfulesSc des lojes, a la figure cfes erai- 
nes & de la corole , & a la difpofition des fleurs , en 8 

ic^hons, dont 22 ou i font natureles. 

Cette Metode ne roule done pas uniquement fur la con- 
fid^ration du fruit ; elle eft trcs-compl:kee 

Zumbach a pubUMe i« en i6c?o, fous le titre d^^^FloTZ 



PREFACE. 



xx\x 



Lugduno Batav^ Flores , 8^ , LugA. Bat. cette Metotle d'hEr- 
maim , ^om TAuteur n'avoit encor corije que jufqu'a' la 

1 3« claflc /dans fon Flora altera , Z;y^X ^j/. 8^ , qui parut 

Tance de fa mort en 1695. 

En 1690, Rudbek a fuivx cette Metode dans fon Onvraje inti- 
tule : Dijfcrtatio dcJundamerualiPlantarurn notitia.A^ JTr2]QQ.u 

Rlvin, dans fon Ouvraje intitule: Ordints Plantarum / itf«^«: 
dont il^ ne publia que 3 claffes , favolr la l"^ Flore morio^ ^^viir, 
paalo irregular i en 1690, la z^ Flore tetrapetalo irrtgutari 
en ^ 1691 , & la 3^ Flore pentapaah irregulari en 1699 » 

dlvifele petit nombrede Plantes qu'il conQi^oit en 18 ordres 
ou clafTes relativcmcnt , 

J<?i la %jrc parfaicc ou iixipacfaire dcs ficurs. \ 

1 a la difpofirion dcs Rents, . 

■3 i la regularite ou irtcgulatitc de IS coro!c. 

4 au nombre des pctales. 

Les fleurs parfaitcs flmplcs , ttguhercs , conildetces xJvI&nopeulL 

rclarivcmcnc t D'.pctulL 
auuombrcdes 3 Tripaali. 

p^rales , do- 4 TetrapetalL 
*-*^ nemles/lafles % Pcntaperalh 

^ Exapetali. 

' ■ 7 PoIypet.'jlL 



IX DipctalL 

1 ^ Trlpetalh 

t^ Tarapctalu 

-i^PentapctaVu 
16 ExapctalL 

■ - ^ . 17 Polype tall, 

conipofscs , con(idcrcc« rclativemenc 1 S Compojlziregw 

Icuc regularite &: irregularice , /tfr<r/» 

doiient Its chScs ^ Rcgiilares & 

irregularis. 

. * " ^O Irrcgularei. 

tcs ficurs impatfaices forment la clafTc 18 Imperfeclct. 

De ces 18 clafles, iln'y en a pas une de naturele. Elles 



I^ 



fubrtanc 



pctaJes ; a la figure de la corole & du calice ; a ?a /Itua- 
tion , difpofition , & abfcnce des fleurs, en 91 fe>5iions ^ 

p^ l^ "V ^" ^ qw^ i^ ou ^ de natureles. 

Riym cherchoit plutot une Metode facile que naturele ; 
iufli fon- fiftcme eft-i] dans fa marche le plus regulier que 
nous conoilTions, c'eft-a-dire, qui s^^oigne ie moini> dc 



couiid^ation 



OTit 

fa 



{ 



PREFACE. 



A« 



XXX 

perf€S:ion qu imperfe^Lion , & celle de fa diipofitioil 
Les Auteur? qui ont iliivi cette Mctode font : 
Koenig, AUemand , en 1696, dans fgn Rcgni ve^cU" 

tabilis pars altera j 4^. BdfUt(Z, 

Wellch , en 1.697 , dans fon Bajis Botanica , 8^. LipJi<X9 

' Heucher ell le 1^' qui ait publie cete Mctode en entier 

dans fon Hortus TJ^ittemhcrgenjis ^ \']\\ ^ 4**. If^ittemberga. 
Gemeinhartj Allemand , en 1725 , dans fon Catalogue 

Plantarum circa Ldubam , 8^^. Laubx, 

Kramer, Allemand, en 1728, dans fon Jentamen So^ 
tanicum 5. Me. Jus RlvLno-Tourncfort'una , 8^. Drefdct. 

reimprime en 1744 , fous le titre de Tentamcn Botani- 

cum emendaruTn & aucium ^ joL Vunnct Aufi-'uz. 



Hebenllreit , Allemand , en 173 1 <, dans ton Ouvrajc inti- 
tule : DijJ'tnationes ac definhiones Planuntm ^4^. Z//r/.f. 

Hecker, Allemand, en 1734, dans rOuyraje^ intitule : 

Elnleitun^ in die Botanic. 8"^. Halle, 

. T^-54. De Tareu de tous les Botaniftes , Tournefort a introduit 

.Tourncforc. dans la Botanike i'ordre ., la purete & la precifion , en 

doiiant les princlpes les plus fages & los plus certains pour 
retabUueirijnt des genres & des efpcccs , & en fondant fur 
ces principes la Metode la plus facile & la plus exaSe qui 
ait paru jiifqu'a ce jour. Son objet , comme il le dit , page 
59 de (on Jf^^o^e^ Ouvraje rempli de la plus profoncJe 
Erudition, & quineft cite prefquc nuP.e part ^ n'eft pas de 
faire une Metode univerfelle , chofe qu'il regard olt avec rai- 
fon comme i.iipofTible a tout ce qui sapelelVl6tode fvftcma- 
tique , mais de tracer celle qui lui avoit paru 'la plu> 
comode , en fe pr6tant , autant qu'il etoit pofTible , a la mar- 
che dc la naiure. Pour cela il diftribue les 10146 efpeces 
ou varietes de Plantes qu'il cite, en 698 genres & 22 claf- 
fes, en les confidirant relativement, 

i^'i Icurgraiidcuc 5c 4u!ic cooi.: Erbcs & Arbrcf. 
i i la prefcace on aUfcacc dc la coiole U dc la flciir. 
" } 4 U dirpofition dcsficurs, co^ic fimplcs ou cwmpcfccs. 

4 au nouib:c des p^tales dc la corolc. 

5 a U figure Wgulierc ou irr%idicrc dt c«s mores p-^ulcj- 



er 



l^' Partie. L<s Erb^s £^ fouf-Artrifcarix, 

A corolc fioiplc , aoiiopccale , tcgul^ste. * Eft docbt* 

itregulicrc, } VcrCnv/cc. 

4 Ubiic. 
PoVp^^*Ic , rcgnlicrc, 5 Fn croix. 

7 la ombcIJc. 



V. 



PREFACE. 



XXX) 



A cotole iTmpIe , polypftale, teg.ulicie. 



wrcgpuere. 



coinp off e- 



Sans' corolc. , 

Sans corolc &: fans calicc* 



& fans fctur. 



Clalfcs. 

^ £q iis. 
ic In paplllci]. 
J I Anoinale. 
II A ficiircns. 

13 A <iemi flcurons. 

14 Radicr, 

J 5 Apcrale. 

16 Sans fieur, 

17 Sans fleur & fans fruit. 



Sans corolc. 



a^Partie. 'Zejr Arbres ^ Arbrijfeaux^ 



dc fans calicc oa a cca;I!?s, 



A corole. 



polypftalc tfguliere. 



itr^gulierc. 



j8 Apccalcs. 
1 9 In charon* 
Jo Monopctale- 
ax En rote. 
11 In papillon. 



pres de 

Elles 



De ces ^^ clafTes , il y en a fix , c. a d, , 

'I de natiireles 5 favoir les 4,7, 9, 10 , 13, 14 
font fubdivifces relativement a la fituation du fruit & des 
fleurs , au nombre des lojes & des feuiiles , a la fubflance 
du^ruit 5 a la fgure de la corole & des graines , & a la 
prefence ou abfence du caJice en I2z fefiions , dont il y 
en a 48 , c- a d. , 4- & plus de n^uwrcles. 

II ed facile de voir que ces 20. claffes peuvent fe rcdulre 
a 17, en fondant Ics Arbres avec Ics Erbes";^8c 11 n'eft 
pas douteux que Tournefort , s'U eut vecu davantaje , n'eut 
fait ces changcmens , en r^fondant , comme je'ral fait au- 
trefois pour monufaje, fes iS"" & 19^' claffes dans la 15^ & 
16^ ; la zo^ dans les 4 i"« ; la ii^ dans la 6% & la 22= 
dans la lOe : de forte que fa Metode, quoique la plus fa- 
cile & la plus parfaite de toutes celles qui ont paru jufqu'a 
ce Jour J eut acquis , par ce moien , un degre de plus de 
perfection ^ en confervant plus du tiers des clafles natureles, 
Les Botanifles qui ont fulvi Tournefort font ; , 
En 1689, Sherard , Anglois 3 qui publla la i*^ ebaacbe 
ie la Metode de Tournefort fous le titre de Sckola Bota-- 

rAces ^ feuCatalogus PlantaTum quas in horto Panjino di- 
mo n fir at Tournefortius ^ in -^xi. Amjlelczdamj ^ ou les Plan- 

tes font ranjees fuivant Tordre-du Jardin Rolal de Paris ^ en 
comengant par les Foujcres. 

En 1703 , Plumler dans fon Nova gtnera PUntarum Ante-- 
rlcanarunij 4**. Paris. 

En 1705 , Falugi , Irallen ^ dans un Ouvraje inlltuU , Pro- 
fopopaia Botaniccc ^ ;n-\iFlorcntic: , oil il decrit tous les ^^n-- 

re* ae Tournefort en vers latins^ ;itrez elegans. 



k 



I . 



\ 



\ 



I 



XXXIJ 



PREFACE 



I 



MarcKant / Dodart , NifTcIe , Juffieu , Vailknt dans les 
M^moires de TAcademie, 1700 i 1740* " * 

Pierre Petit en 171c* 
En 1710 5 Johren , AUemand, dans fon Vade mecumBo* 

tanicum yS. Odegus Botanicus ^ //2-12. Colbergcc, 

En 1714 5 Barrelier & Feuille. - , 

En 1715 , Criftofe Valentin , Alkmand, dans fon Touf'^ 
nejoTtius contraElus , in-fol. Francofurtu 

En 17 18 , Ripa , Italian , dans TOuvraje intitule , Hip- 
Ti^ univerfalis Plantarum corjirihcndi propojitum , 4*^. P^' 
tav'iL ' . 

En 1718 a 1721 , Vaiilantdans les Mcmcires de TAca- 
demie Royale des Sciences de Paris , 4^. Paris. 

En 1719 , Michel Valentin , Allemand , dans fon Viridd' 

darium rcformatum j in-foL Francofurti, 

En 1719 , Dillen dans fon Flora Gijfenjis^ 

En 1720 5 Pontedera. 

En 1724 , Monti 5 dans TOuvraJe qui a pour tltrc, //> 
dices Plantarum varli , 4^. Bononice* 

En 1728 5 Lindern. 

En 1729 5 Micheli. 

En 1730 5 Elvebemes , Suedois , dans TOuvraje intitule, 

Grundvald tilL in-12^ UpfaL 

En 1743, Fabricius 5 Allemand 5 dans rOu^Taje intitule * 
Pnm'UKz floral Butishacenfls , fat 6 decades Plantarum ra- 
tiorum^ 8^. Wetilarict. 

En 1745 , Sabbati, dans fon Catalogue Intltuld, Synop^ 
fis Plantarum circa Romam n'afceniium. 

En 1753 , Alfton, Ecoflbis, dans fon Tirocinium E din- 

hirgenfe ^ 8*^. Edinbur^i ^ oil il parle de 601 Plantes me- 

^dicinales. Get Ouvraje ell precede d'une Dinbrtatlon fi- 

vante 8c faje , fur les principes les plus purs de !a Bota- 

nike. 



' \. 



En 1762, M. Quer, dans fon Flora Efpduola. 
17 10- Boerhaave divife les 6000 Plantes qu'll cite , en 34 claf- 

Iccihaare. f^s , en les confiderajit relativement , 

. j«i Icur grandeur come Erbcs & Aibres, 

i Icur dcgre plus ou moins grand dc perfcdian. 

3 a leur port ou cnfembic dc routes ics parties, 

4 au_Uc<J de Icur naiifance. 
J au nombrc dc Icur cotyledons , dcs pcc4cJ > dcs capfuks 8t ^e* 

graloes. 
^ < a la fubftancc du fmit & dcs fcuillc^, 
_ 7 4 b prefcncc ou abfence dc la cotolc. 

t A la figure des fleuis & du fruit, 



^^t 



I 






_ PRE FACE. xxiiy 

. 1^'^ Parti>, Les Erbes. '' ^ ' ' 

Im IfilfaifaUcs «onfid6rees rclativtmcnc -' ^• 

y aulicu o»i cllcs ctoiflTcnc, doncnt Ics claiTcs 

■ t . I SubmarlnttM 



■x* 



/ r! ---i^. ^ Tcrreflrcs^ 

i Icur cnfcmble , \ ICaplllans. 

vci-nent au nombtc dcs graines , tsL^'C Qymno mono^pcrmdt, 
ft la difpefitien des feuillcs , ^ u Gyhmo dlfp. fldiatx. 

'au nombrcdcs graincff z; Gymno tetrafp. AfpirlfoL 
& a !a fubfiancc dcs 

■/ au nombre des graines 1 4 '^ TetrapctaU, 

U des pecalcs , £^ 



V 



* ^ -4* 



au nombre des graines fi , 'Vernclltats: 

& i la difpoliuon 5 Gymnodifp,UmlclUfcr. 
dcs flcurs;^ ^ 7 Gj-;72;jo monofp, pUnipuaU^ 

au nornbres dcs lojcs i^ Manangliz, 
ou dcs capluics , .1^ Vinngix, 

I 8 Tctranglit^ 



crucifonn^s. 



X 



I 3 P^ntiingUv^ 
3.0 Polyangi£, 

1 1 Multljiliqux. 

tn Bombrc &: figure 25 TetrjpetaU 

. dcspccales, ^ 

'1 la figure &fubaaHcc'zi SUlquofa. " 

If Sacdfcr**, 
• ' i« Pomlferx. 

i I'abfcnce de la corolc, 1 7 ^pctaU. 

Les Kfotiocotylidones con/Idec^es rela- i8 Braciiata, 

nvcmaiK i la prefcnce de la corole , " ^ 

'■ i Tabfcncc de la corole, i ^ Apetatce. 

a« Partie. Zej Arbres, 

les MonocotyUdons , tj^ Mo;:oco<y:cio;2^^. . . - 

^cs Dic*tyI6d»ns confidcrcs rclaclve- ji ^;;er^r«, 
Teniciic a Tabfcnce de la corolc , . ^ 

a !a difpofition du ca- ^i Amcnraccx. 
lice , 

a !a prcfcncc dc laco- jj MonopetaU. 

■ ■' ^ role Sc au nombre de 3^ Pa^y/^^r. Rofactx. 
fcs pculcs , 

: ^^ ^«? 34 claffes, U y en a 8 ou prefque i: Je ni- 

lont lubdmf^es relativement a la fubllance des femlles , k la 
faguredes feuilles, du caUce , des graines , de la corole. 



nofflI?i« 



c 



t 



>.f 



'V 



17I?' 



nxxlv. P R E FACE, 

* _ 

fules ; a la fituation des fleurs & de I'ovalre ; &: a leur 
fexe, en 104 feftlons , dont a8 ou ^ & plus font nam-: 



xeles. 



' ■*, 



Metode 



vi.v^ v*...-iiv. , ii cii i^u uiic cumDinaiion de la ^etoae de ner- 
^ mann avec uae partie de celle de Rai "& Tournefort , 8c 
. qu elle ne rouie pas entierement fur il'exao^en du fruit. El!e 
a eu pour fe£t.iteurs : . . ' \ " ' 

En 1748 vM. Ernfling, dans fon Pr'ma principia Sata- 

K.au. ^. H,/^_; dn;fe les PUntea en lydaffes, ^ les confid^ 

T^ant relativement , 



*= ' ■ . ' - . r-. 



- » a la difpolirion dcs fleuri , 

r'-a la rcgularici ou irr6g\i!atitc dcs peul«. 
1^ Monupeulcs foliiaices , cegaUarcs ou irrc-uHer« 



doccacIetcUffcs l unlfortnts. 
rafTcmbiecs , id. ^ - '^ ^ uni formes, 

4 dlffirnics* 

i / . , 5 dijffhrmcs* 

7 ^ . ; - . - " .»© unijormcs. 

-»'/*... . .■ 't \ d'liformcs. 

i - ^/. ,-, >} dlfformcs, 

a plus c^e<S pet. id. ,1 -r 

f V ^L . i«. • l<^ uniform!). 

-, 17 diformes. 

&^ rendu plus facile & plus correft ■ mais 1 ell tronke & 
nioms complet parce qu il en a fuprim^ les Plantes a fleur. 
iniparfaites , qui forment la i8= claffe de Rivin 

do4 22^^uV ^ r^""'" ^" ''^^^'^^*^" »« Sedions, 

i/Tj , diftribue la 1 loo Plan- 



-^»IP'«- tes dom il parle, en 17 dafles . In 



■ iM la figure parfalce o. imparfa.cc.dcs flours,' ' 
j a la difpQiitJoa dcsfi^urf. - . * .„ 



^ 

« 



J> R F F A C ^, ixrcT 

- ' . ' .1 . ^'... ■ doaciii Ics cla/Tcs i Ahnopctalu 






k.4 






3 Tripctdlu 

4 Tetr::pctalu 

5 PcntapctalU 
^ Ey^apetall, . 

^ ■ . J FdiypetalL 

compor^es ,■ 8 CampofitL 

Jrreghilieics > donenc les clalTcs ^ Mono'-ezalU 

10 DlpctaVu 
• 11 Tr'ipctalU 
I z TetrapeulL 
'^iF^atapct.iH^ 



T 



Lc. ficur. imparfaicc,>n=nr Ic^cIaflVf ; - ; ■ JlS^^f' 



1 ; 



' ' .. 



X.6 Cojii^Iomcratu 

de 



X Incertx^ 



Saas coro'.e ou fans calfcc , - • - ' Ylortbycannu,. 

VemciKafafigure, ^ Lahlatl 

6 Campaniforr}2^Ss^i 

7 ffypocraterlformm, 

8 RotatL 

5 l^fiin.V hull formes 

compofee, id. lo Flofcidof. 

II Llngulaiim 

t^FcpU'ionaCiu * 
15 LUiaccL 

1 5" CaryophyJleh 

17 Cru<iform^9* 



I : ' ^ 



y 



^De ces 7 clafl^ n n^ en a que i\ Til T ,, 
ran^ele. EUes font fubdivif/es , comme celles de Rivin', en 
90 Sea,ons, dont 1 n> en a que 17 ou f do natureles..: 
Ce fifteme n efl done qne celui de Rivin, ■am peu moins 
retourne que n a fait, Cretien Knaut ,' un peu abre'-e , & 
tort peu perfe6tion(4. '- •; ': ,—'. * ' } 

PonteJera dansTes ii DifTe'rtations , oti II dkrit 272 .' „>x- 

drToL'.f f '^' " '°^'Ser les imperfeaions de la Metode 
hr. /.^, 2 ' ^' augmentant fes 22 daffes jufqu'au nom- 
Dus ro,f7' ^" confiderant les Plantes de mi'me & de 

Crjons! ""' "''''''^' .^''^ parrabfencecu la prc^fenc* de3 

i"==Partie. les Erbes , ou Planus f^ns lo:cncns. 

Sans fieurs & fans ftuh , . .^^f*'' 



I. 



sxxi] P K E F A C E. 

A corolc palypctalc, Cmplc , confidcrcc rdati- i% Rnfaceu 

vemcntifafigurcj i$ RoJaccI umi 

Ac Partle. Lts Arbres ^ ou PUntcs gtmmipares. 

Sans fleur. 



Sans corolc 



; 



lo rilamentoji 

XI Apctali. 
A corolc moaopcul^, confidecec rclativcmcu: 1 zx Anomall. 

fa figure^ i3 Campanlfon 

' T^RotatL 



ay InfundihuliformtS^ 
polypeuU, id. i^PapilionaccL 

• ■ ■ 17 RofaccU 

tette Mctpde n'eft que celle de Tournefort retournee , 
\in peu plus lubdivilee , & rendue par Ih. mains facile. Elle 
eft aufli moms parfaite , parte que Pontedera a regard^ 
come abfolus fes principes fur lefquels 51 I'a fondee au lieu 
que Tournefort fe pretoit en tout a b marche de la na- 
ture. Pontedera s'eft contente de propofer le plan de cette 
M^tode , fans la metre en execution , & fans en falre I'a- 
•phcatlon fur les divers genres de Plantes , d'oii il fuit que 
nous ne pouvons en porter aucun Jujement 
- Nous avons dans un Ouvraje de Maeno! , Impriiri J 

^^i^d- ^ns apres fa mort , fous le titre de Cara^cr FUntarum no^ 

Xfttc lino i\A •>♦- /-v /-! rt j-vJ". ^nr• Til r . »■/* ... • /• 



1710. 



vus 



^ , . Plantes font diftribuees en i s claf- 

Jes , relativement , ^ 



i«a Icur grandeur & dur^c , come Jrbcs U Arbrcs 
* a U prcfcucc du c.licc cxccvac ou iiucrnc , ou 



^Blemble, 



dc ecus ^cii* 



. 3 i la (ka^aon Ac cecalkc d regard dc b flcur > 

4 a Tabfcnce ou prcfcucc dc la corolc, **^ 

y au noinbrc dcs pecalcs dc U c<uolc.' 

II fuut faire attention que TAuteur nome calice Interne 
le truit ou i envelope des gralnes, * 

\ 1-^ Partle. L,s £rhj. 

A ■calice cxc^rnc ^ul cnvlroac ucc flcur 



ClafTcs. 



nncoaiic. 

X. i ccanuncs* 

5 mouopculc 
4 polypcralc. 

. rt J /Y» - i compofcc* . 

^ui eft dcffbus une fl:ur, ^ * monopculc. 

A calicc Interne fculcment , J polypculc 

A;c»1u-c CACciacSc iuceruc ,ic i fl^-jr , ,'mMOF^ta!;. ^ 

10. itou 5 pcta!c» 
ii,i4pculcs. 

ji polvpaalc. 



/ 



P R E F A C E. 

a* Partie* Lcs Arbrcs. 



XXXVlJ 



A calice esternc feulemcnc, 

interne , 
cxtcrne Ic interne , 



14. 



s --^ 



, ^ De ces 15 ckfles , pas une n^eft naturele. Elles font Tub- 
^Jivifees relativement au lieu oii elles croiffent , a leur Icxe , 
ii la figure du calice , de la corole & des graiiiCs , a la dil- 
pofition des fleurs ^ a la fubftance du fruit , &. au nombre 
des pctales , en 55 Se<5itions> dont 19:, c. a d. j & plus , 
font natureles. 

h 

II paroitra fans doute extraordm^re, que Magnol , qui 
avoit imagine fa Metode ralfonable des Families des Pia^- 
tes , ait, 31 ans apres, compofe celle-ci , qui lui eft fi itife- 
rieure , & 011 il femble meme vouloir eviter les clafTes natu- 
reles , en chercKant un calice partout , & prenant pour lui , 
lorfqu'il manque , Tenvelope des graines. Les feullles , daTiS. 
ce cas, pouroient auili etre regardees, dans nombrade Plan- 
tes, come le calice de la fleur entiere. Queique deference; 
que j'aie pour le jugement de M. Linnaeus, je ne penle pas 
<jue ce fyfteme de Magnol merite ks elojes qu'il lui done ,. 

im-tont en qualifiant les claffes du nom de chffes natu- 
reles. 

• Buxbaum dans TOuvraje intitule , Plantaruni minus cognU 
tarum circa Bifantium & in Oriente ohfcrvatdrurn , centri'- 

riiz s 9 partaje les 57^ Plames dont il done lcs figures, 
«n 3 clafles , favolr : * 

!• Lcs Plaatcs ni nomces , ni dcccLtes , ni figurces. 
. i nomccs oudccritcs allci bicn , raais fans figures. 

I ou figuiees d*unc manfcte inccrcalnc. 

On fent bien que cette maniere de claffer les Plantcs- , 
n'efl guere naturele , mais elle a fa comodite , & merite 
d'etre citee pour cela , & parce qu'elle foumit un exemple 
d*une Metode peu ordinaire. 

M. Ludwig dans {^s Definitiones Planurum ^ a retoume 
le fyfteme de Rivin , en ajoutant une 5^ confidcration , fa- 
voir la prefeuce ou l*abfence de la corole ; confidcration 

qui lui done 2 clafles de plus pour divlfer fes 855 genres^ 

lavorr ; 

lcs flea<5 parfai:cs , i ccrolc. rfgulicrcs > fimplcs , 1 monopetalL 

conddtiies rclacivemcnc x dlpe-Mlu^ 
au nombrc dt% pcca- $ tnpetalL 

lcs , formcnt lcs chf- 4 tctrapetatz, 

fcs 5 pent^pctatU 

6 exiipctalL 

, 7 polypctafU 



\ 



Eujsbaum, 



ludwig. 



xxxvJij P R E F 'A C E. , 

Lcs fleursparfaiccS, a cotole regiiliciesccmpofcci , 

confiderees par leur 8 re^nlnrcs-, 
regiilarice ou irtcg. $ r'c}juL & irrr^uU 
'"' doiient lcs clalTes lo irregularcs, 

- ; itrcguliercs, ' ii mcncpc:all, 

ConlTderecs relative- i % dipetali, 
ir;cnc au nombre dcs 1 5 trlpcralL- 
' petal cs , doaent les ^4 tctra fetalis 

claflcs i^ pcTitapctali* ^ 

' , " j " 1^ €X ape tall* 

f'anscorole ,nnaisavcculjc"c, 17 <f//5;7. 
Lcs flcurs Impatfahcs, donenc ks claiTcs j$/lamineL 

19 amcntacci* 
zo pulverulcntu 

■ De ces 10 daffesv ilny en a pas line denaturele. EUes 
font divifees d aprcs les mcmes confiderations que Rlvin , 
& t de plus J favoir leur lieu natal, en 82 Sections,- dont 
il y en a 18 , c. a d. :|, de naturcles. 

Ce n'eft done que le fyflcme de Rlvm un peu plus re- 
tcurne complike & alonjc que n'avoiciU fait Cretlen Knaut 
& Ruppius^ avcc nne legere perfeftic;n'de plus que Knaut, 

& de moins que Rr.ppius. 

■ Cette Mctoce a ote fuivie par M. \T^edel dans Con Ten- 

tamen Botanicum cum prccfationc Han.hcrger'u hnc:^ 4^. ^7^1* 

" En 1750 par M. Boehnier dans fon Flora Lipfnz indl- 

1^757- ' Siegesbck dans Ton Botanofojis ■^-'lons fci agraphia ^ 4 
Sicgcibck. PciropoU , a retourne les 18 ckiTes de !a Mctode de Ri- 

vin d'une facon encore difercnte de celles de Cretlen Knain , 
Ruppius & Ludwig y en fuivant lcs mcmes confiderations* 

lc5 ilcurs parfaifes fimplc^ , rcgulieres ou irrcf^uHass, 

■conhdcrt;e5 tclaeiyc- i monopctdJi, ' ' 

rucacau noa:bic.dts . % dipftalL 
petales, , doneijt !cs j trlpttatl 
cliiTts - ^utrapxtalt 



■^, 



'il 



I 



y]^cntap4,tclu ' 

f> exap-ctalu ' ■' 

jpvlypetalk 
^ • ^ctr.pdfics %. Flo f cults re^ularlhus vnius generis^ 

Regularize &: ircc^u- 1 • irreguL tinlus generis. 

'^''''^* ' ^ 11 • . . diver/ gen. 

?i rcquL in medio , irrc^uli 

in amhicu, 
/ ., ", ■ IJ irrcgtd. rtguL i^ 

^ imparfafrcs, confi- 14 FUfcuUs ainentrtcch lonfwrlhus. 
rtrecs par !a difp©fi:5oa £c i j ghbof.s. 

Ciuacioa dcs flcucs , x^ muf^Jls conglomerate. 



f 

i 



J 




Pre f a c r. 

IcG fitcurs Imparfaitc^, confiderees par ij FlofculU jildmintojzs fcudr-^ 
la difpoficion & ficuacioa ics flcuis > rcj/Zf. 

doncnt Ics clafTcs i8 granulans & avcrfis 

foUorum latcrlhui afpzrfis^ 

Comme cette Metoc!e n'a pas cu d'execution, 6c qutj 
rAuteur n*en a expofe que le pkn , nous ne pouA^ons juger 
cle fa perfeftlon ni en faire ancune comparaifon, 

Dans le meme Ouvraje , cite ci-defllis , Siegesbek a don?^ 
le plan dune 2*^ Metode, oii il divife les Plantes en lyclaf- 



fes 



confiderees relativement , 



If A rabfence ou prefcncc d'unc envelope ou fiuit aucour desgrai 



nes , 
% au nombrc dcs graines, 
I i U fubftance du fruit. 
4 au nombrc dcs lojes du fruir. 
Ics ^raincs nucs, confidsrccs relativement a kur 

Oombie , doneiit ics claiTcs 



Icsgralncs cnvelopccs d'un frul: mcrnbrancux , 

coa/xdere rclacivcmenc 



1 moncijpcrm^^ 
1 dlfpcrnnZm 

5 trifpcrmtz, 
4 tetrafpcrm^m 
5" polyjpermtt,- 
€ unlc apful ar e s . 
7 bicapfularcs. 



au nQmbrcsdc fes lojcs^ 
doncnc Ics clafTes 



Zette M 

Metode 



8 trlcapfularcs^ 

5 ^Uizdncapfu!ar£j^ 

lo quinciuccapfularc! 

1 i fcxcapfularcs* 
It multicapf til ares, 

1 5 monopyrcnjit 
i^ dlpyrcnix., 

bte dc fes lojes, doneiu i^ tripyrcnx. 
Ics clalTes i6 tetrnpyrcnts^' 

\j polypyrtnct,' 



les graincs cnvclopccs d^un fruit chatnu , 

con/tdcercs par Ic nom- 



titre que routes celles auxqueles on a done ce nom» 

M. Linnaeus, dans un de fes Ouvrajes Intitule, Metodas 

fexualis S. Syjlema a Jiaminibus & piJlilUs ^ 8**. Lugd.Bdt* 

dlvife les 7000 Plantes dont il parle ( en fuprlmant les va- 
rietes ) en 1174 genres & 24 clafles- par la confidcratloa 



1 



etammes rclati 

' i hur nombrc , 



proportion refpeftivc^ 
rcUiiion ou %utc , 
iituation » 



4 

T occuUacion , ou abfcnce*^ 

%t nomttcdes Stamiacs doac Ic* clafles 



2 monand^'la 

% diandric* 

3 trtandrla» 

4 tctrandrimi 

5 gcntand/tA 






xl I" R E F A C B. 

Ic ncmbiC <1« ciamiues done Ics claiTc* ^ exandns* 

7 eptahdrla* 
- - : $ oclandrla^ 

f enneandria^ 
•* -■ jc dccandr'ia 
1 i dodccandria* 
IX icofandria^ 
13 polyundna* 

tear ptoporuon , 14 ^zVj;?^;;^;^, ^ 

_ ' " ■ , , ' . I f tctradynamia* 

Icur figure ou reamott* 16 monaddjia. 

17 diadtlfia, 
1% polyadelfia^ 

• zo gjnandria, 

ti monacia^ 

ti diced a. 

l«ir occulcation on abfcnce , ■ 14 cry;^"^^.:;;.;^. 

^ 11 eft done evident que tous ceux qui ont dit que ce fj-f- 

ttme ne roulok que fur le nombre des etamines , ne I'ont 



pai entendu. 



que M. Linnaeus portc de fa oroore Mcto- 



^ ^ ... v^^^ ^,^, 4-.uiiict;u^ pone ae la propre ivtcw- 

CQ ne nous parok pas tout-a^fak exaft , lorfqu if dit qu el!e 



iyLUJ/tsvelordines naturaks admifit m quot ulla Mctodui 

l^jUa. Clajf PUnt.'p, 440, §. 3. II en efl de m^me du 
jiijemcnt de M Bro^^al , qui dit, pag. aj de Ton Examcn 

±picnjcas Siscsbeklan^T. ^^Syflemafcx^alis tot fi nonvluresha- 

^^bMi.aJJcs naturaks quot ulla alia Mttodus, ut ex generi- 

.*>bus Lirncu churM fain ; imb vd Ipfam Raj a nam , quX 

Xiamen Jo^odajfuim naturalium numero autorhatem fibi con- 

« ctliavu , hoc in punclo fuperat. n Mais on pcut dire avec 

tondement qua peme dans fes 24 clafTes y ai a-t-il 2 de 

r.tureles , favoir les ,^ & 16. Elles font £ibdivifees relati- 

.yement.au npnibrc des ovaires , ou des ftyles & ftigmates , 

a la_%ire du frmt, .« fexe des fleurs, L nombie, a la 

.xeunion 6. fituation des etamines , ^ k figure totale ou a-a 

port des P antes, en 164 Seftions , dont 18 ou prefque \ 

lont natureles. r i » 

Quoi^e !a decouverre du fexe des Pkntes folt due aut 
j^rccs , ec peut-etre plus aaciene que Teofrafte de qui nous 
h tenons , quelle ait et<5 citee par Pline , reconue en 159^ 
parZaluz^nski en 1650 par ). Baulun , prouveeen 1676 
par par Grew & Malplgbi , par Rai en 1682 , par Ca- 



694 , par Waldfchm 



v^uoique 



TT 



^ 

^ 



en 



PREFACE. 3rli 

aiit emplol^ dcs Tan 1710 , la confideration dcs ctammcs 

& des piftils pour caraftcrifer fes genres , commc M» Linna:;i5 

convicnt (Chffl Plant, p. ij8) ; quoique Tidcc d'unc 
w'tode fondce fur.Ie lexe des rlantes foit due a Burkard, 
qui difoit en 1702 , dans fa Lettre a Le-bnitx, (que hEif- 
ter a fait reimprlmer en 1750 fous le titre de Epijlola ad 

V. Leibnitium a B. Burckard , ^^.HtlmJlaJu : ) Hie dijfe- 
rere conjlitui an^ ex partihus IJlis ^ quas ab o£icio gcniiales 
di&wus film J PUntarum comparationes inflhui pojjint ; nian- 

fnoins Texecution de cette Metode eft neuve 8c due a M. 
Linnsus, Ceil irieme de toutes les Metodes que nous co- 
noilTons , celle qui merlte le plus le nom de fyueme » parce 
qu*elle fult plus fbn objet , ne portai^t , dans la diftrlbu- 
tion dcs claiTes, que fur une feule partie , les dtamines, 

Ce fyflane, extremement facile dans (qs 10 i-'" claf-* 
fes , ( mais fujet a induire en crreur, parce qiie nombre de 
genres peuvent fe raporter egalement a la i**^^ , a^ & 3* chiTe , 
ala4*"& c^, a la 7^ &8s ala ;«& 10^ )<^^ de^ plus difi- 
clle dans les autrcs clafTes , au point dc devoir rcbuter les etu- 
dians en Botanike , meme ccux qui Tentendent le tnienT. 

II a eu fes part''*ans & fes cntikes ; nous alons rapeler 
en peu de mots ce qui a ete dit pour & centre , &: ce que 
nous croions qu'on doit en pcnfer^ 

M. Royen , dans fa Preface du Flora LaJenJis , dit , 
drins une efpece d'extafe : Syficma k [txu PUntarum con^ 

diJit Linn^us omnium ftculi fui Botanicorum princcps : hie 



enim non omnibus impar ^ univerfam Botanices do^rinam re- 

formavit ita ut ncc purior ncc fukrior unquant 

$x:iterlty imo. 

Si quid habent vcri , vatis p^^fagia , fions 

StruRa fiip^r lapidtm , non TuU hacct domus. 

£v peu aprcs cct entoufiafme 11 ajoute : Alter a TournefoT^ 

lit qui in gencrlbus all quid prccjiitit full Linnaius, Hie ferior 
aecedens ^ fed doSior^ 

Nous acordons avec pla^Hr , & memc avcc complalfan- 
cc , toute la juftice due a la celebrlte des Ouvrajes de M. 
Linnaeus; mais la verite nous oblije de d:rc que le (yfteme 
iexuel en queftion , ed fort au-delTous dc ce qu*en dit M 



Rcycn , 8c nous conoiHons trop la fupcrlorite de rilluftrc 

Toumefort, pour ne pas defaprouver & le jujement de M. 
Royen , qui eft fi jufte en toute autre occanon , &: les elu- 
jes outres qu'il prodigue Jk M. Linnaeus , aux depens duplut 
grand Bc'v*ifte qui ait encore pa^^, 



rt^ 




iH} P R E F A C E, 

On trouve le contre-poifon de ces elojes dans line favantt 

Critike de Sigesbek, intkulie Epicrijis in clarijjlmi Linnai 
fyjlenia Plantarum JcxuaU.. .. adjcFia Botanofoficc verlorh 
brcvi fcta^rafia. Pitropoli ^ ^737* 4^ j &- clans fon Vani- 
loqiicntiiZ Botanic<z fpccimen^ a D. GUditfch in confidcra^ 
iione Epicrifcos Si^csbckian<z iri fcripta Botdnica Linmzi , 
pro rite obtinenda ftxualijlcz titulo nuper evufgatum , jutt 
verb retorfionis rcfutatuin & dufum , Pctropoli, X741 , 4^. 

^M. Browal en 1739, & Gleditfch en 1741, onttachede 
defendre M. Linnaus j mais on ne trouve dans leur defenfe 



cue 



i& 



ant 



cipes de Tournefort , qu'il a deyelopes &etendus avec beau- 

j_--.' _ _ . T IS un excellent Ouvraje intitule : Z>. ^^- 

ton Tirocinium Edinhurgenft ^ 1753 ,4^. Edinburgi , faitune 

comparaifon du fyflcine fexuel de M. Linnsus avec c^^^ 
de 1 ournefort. Metodus Plantarumfcxualis^ dit-il, omnim 
^uotquot junt ejl maximc involuta ac non naturaVis : nullum 
tnim^ fyfltma datur , ortodoxon fit an eterodoxon , in quo 
flant difimilia conjunguntur ^ & fimilia feparantur ; & cu- 
JUS notitia , ob introduBam diaUdum Gracis aqui ac Lati^ 
nls ignotam,, ob mutatas folate vccum nominumquefamilU- 

dificilius acquiritur. AuxUio cnim Tournefortii inf- 



titunonum , i^^ honi Plantis Metodofud dlgefis bene infiruai 



res ideas 




M. Linnaeus ced 



€n tous pomts a celui de Tournefort, favoir'en bont^, en 
certitude oc en facilite. 



i« 



En borne, pulfqu'il a moms de claffes natureles. 



En 



fe raporter egaktnent a la i"<= , 2^ & 3^ clafl? , ^ la 4^ & 5S 

-a,Ia^4e & 8<= a la 5= & 10% a la aiS ^^<^'&L 23'. 

\ * ^ r^ ' ^""^"^^ le prouvent fa Syneenefie , fa 

Mono^cie, fa Dioecie, fa Polygamie, &:c. M. Imnaius a 
lenti ces in conveniens , par I'aveu qu'U en fait , en dlfant qu'll 
y a ete force par les ptinclpes de fa Metode , Mctodo mt'i 

tojRus , [ecundhm a^umpta prlncipia fyfiematica , &c. 

bi ce fvftcme ne facilitc pas I'^tude de la BotanLke , '1 
I du moms procure a plufieurs Auteurs le moien de falre 



noms 



1 

"I 



P R E F A CM. iliij 

^'Honus ^ qui nc font que des catalogues , des repetitions 
de frafcs de M. Linnaeus , & qui ne concourcnt en rien aux 
progres de la Botanike. 

Lcs Ouvrajes de M. Linnseus , ranjes felon cc fyfteme , font : 

En 1737, Flora Lapponica^ 2^. Amftclodami. 

En 1737, Viridarium Cl^^ortianum ^%^. Amjldod^ 

En 1737, Hortus Cliffonlanus ^ in-fol. Amjldod. 

En 2745, Flora Suecica^ 8S. Holmia. (Stokolm. ) 

En 1747, Flora Zeylanica. , 8^. Holmi<z. I 

En 1748, Hortus UpfdVunfis ^ 8^. HolmliZ, 

En 1749, Materia medka ^ 8*^. Holmiic. 

En 1753 , Species Plantarum i 8^. HolmiiT. 2 vol. 

En >^754 > Genera Plantarum , edit. 5 ^ 8?. Holmix^ 
II05 genres. 

En 1759, Sypma naturiz^ edit, z"" 89, Holmi<z. 3 vol. 



> 



font 



En 1755 



Vir.. 



8°. Lugd. Bat. 338 Plantes. 



//. 



M 



maiKe. 



En Ij6z^ M. Jacquln : Enumeratle Plantarum America- 
narurtty in-iz, Lugdimi Batavorum. 

Les Auteurs, qui n'ont fait que' copier fimplcmeat les 
frafes de ce fyfleme , font : 

En 1749, M. Dalibard. Flora Parifienfis 3 in- 12. Paris* 

En 176 1 , MM. Krafcheninnikow & de Gorter dans le 

Flora Ingrica ex Sckedis Stefanl Krafcheninmkow confers 
& auUa a Daviie de Gorter , 8^. Petropoli. 506 Plantes. 
En 1762 , M. Gouan. //ar/aj Regius Mo nfpelienJis.V Av.- 
teurdonea la pifipartde fes genres des caraifteres qu'il apele 
fecondaires, pour fervir come daditions a ceuxde M. Lin- 
na!us. Ces caraclcres font tires des diverfes parties de la Plante, 



que 



aux 



M. Linnaeus a public, dans fen Claffes Plantarum j 8^«, »7>'- 



Metodits call- Iian«us; 



8 clafTes , en 



1 * La prcfcncc ou abfcncc da calicc 
% fa figure , . ' - 
I fa iTcuanon , 

4 fon r.;,rr.b;r , ou (juan;itJ , 



'^ 



xliV 



P R E F A C E 



5» fa duree t 
^ fa reguldticc , 

7 le nombre At% flcurs qu*i! potrc , 
% la prefencc ou abfcnce de la corolc,- 
9 la figure de la corole. 
Ic calice quaju a fa figure en fparc , done la clafTe 

bale , • 

chaton » . - 

envelope , 
Lc callcc muUiflore , ou contcnanr plufieurs fleurs , 

■^ uniflore ou a i flcur, & qui c/l double, 

fimplc uniSorc , qui porte la corole fur fcs 



i 



I fpataceu 

3 amcntacet^ 
^ umbcllatL 

5 communeSm 

6 dupUcdtL 

7 jloribundu 



8 coronatrlccit* 
jj anomalim 



parois , 
qui coucone Tovaire , 
difctant en nombre & en 

" ' _ figure des pecales de la co- 

role , 

d'une figure diference dan* lo dlformes. 
1 individus. 
^ul rombc avant cu avcc la corolc ^ 1 1 caduc'u 

permanent^ avec unc cofole regulicrc mono- 1 1 aqualcs mono^ 

pccale. pctali. 

poly- 1 5 rf j» polypi"* 
pccalc, tali. 

irregulicrc mono- 14 imtq. moncp^ 

tali. 

r 



pccalc. 

poly- 

pctalc. 



LC ca.icc Tans corolc , cu la corolc fans calice, qui tom- 16 incompUtu 



•abr 



be a vane 

le fruir, 

qui reftc 17 apetalu 

avcc lc 

fruir. 



^ du calicc , quoiqu'il fc rencontre quclnuc- i^ nudu 

tois une coefe , ( cahpna ) done la clalFc 

13e CCS x8 claffes, U y en a a peine i denaturele, Ta- 

f?'!'/*'^ ^'. Ellcs font foudivifees relatlvement au nombre des 



Oivifions du calice & de la corole , ^ la fituatlon du ca- 
Iite , a la difpofition des fleurs , a la ficure du fruit , & 
au port des Plantes , en 89 Sedions , doiit 2^ , c. a d. prh 



J » 



font natureles. 



La y Metode que M. Linnaeus ak puLIIee , parut d'abord 

en 1738 dans Ton CUJfts PUntarum , fous le thre Aq fraS" 
menu Metodi natural'is ; alors il partajoit fes 746 genres en 
65 Seftions , qu'll apelolt des ordres naturels , auxquels il 
^e donoit aucun nom. Mais en 175 1 , dans fon Philofofi'i 
Botamca , il augmenta fes genres au nombre de 1026 , 
& les ordres au nombre de 68 , auxquels il dona des noms. 

11 avertit , a la page i de fon Cl^es PUntarum , que c€S 



PREFACE. 



xlv 



OT^res font oris de la confideratlon de la frnflific ation en- 
, c. ad. de la fleur & du fruit. Pour abrejer , nous ne 

cheronsque les genres 'les plus remarkables de chacun de 
ces ordres. 



trcre 



\ ^ 









* 






4 



Futolacca , Sec. 



* 



Ordres. 

t Plpiritx. Aroiu Saururus. Piper, 

X Palma. Cocos. Coix , &:c. . , 

J Scltamind. Les Jinjambrcs. 

j^Orchidect, Les Orchis. 

J Enfatx, Les Iris." Cemmelina. Eriocaulon, AfuIUmcs. 

€ Tripcialodcm: Butomus. Alifma, Sagitraria, 

y Denudatm, Crocus. Abapus. Colchicum. Ilrau. 

^Spataccit. Acrocotion. NarkiiTos* Pancracion. Hsemantus , «cc. 

5 Coronaria, Antcricon. Scilla. Asfodelus. Uakintos. Polianics, *cc. 
loLilia^ect. Lilium. Ftitillarii. Tulipa, Micridacion. 
11 Muricata. Bromelia. Caraguaca. Burmannla. 
II Coai:ir:dfx. Anona. Magnolia, Champaca. Tfia , &c. 
tj Calamarliz, Sciipus. LinagrofHs. Juncias , ^C, 

14 Gramina, les Gramcns. * 
I J Conifera, Les Pins. 

i€ Amentacex. Piaacio. Gale. Caftanea, Nux, &c; ^- f 

tj Nucarmntacex. Les Ambrofles- Artcmilia. UacfoforoC. Dcnira. 
iS.^.i:frtf£r«fi«. Sraricc. Scabiofa. Ccfalanms. Circia. Boccavia, Ccc. 
x^ Dumofa:, Les Chevrefeuilles. Mautoccna. Rus. Aquifolmm. Cal- 

licarpa, Lawfonia , &.c. 

10 ScalrldM, Ficus. Urcica. Pacictaria. Acnida , fife. 
IX CompoJitL Les Compofces. 

11 Umbellate. Les Ombellifcrcs. ." . " 
13 MuUiJlUqHa. Les Renonculcs. KigcIIa. Garidclla. 
24 Bicorncs. Lcs Aireles- Valikaa. Sanralum. Mclaftoma. 

15 Scplarlx. Lcs Jafmins. Brunsfclfia. Fraxiuus. 
A5 Culmlnlx. Lcs Tillculs. Cacao. Clufia. Sialica. 
xj VaginaUs. Lcs PerGcaires. Laurus. * ^' . 
it Corydalcs. Lcs Pavots, Meliantus, Orobanchoidcs, LcUtibUUtU. 

Cardamindon. * . 

i^ ContortL Lcs Apocius. . ,; "" 

JO Rhoeadcs. Lcs Pavocs. 

It Pucamlnea. Lcs Capricrs. '^ ■ , ■ , . -ir- 1 

31 Campan^ceL Lcs Campanulcs Convolvulus, rolcmonion. Viola. 
^iLurldx. Us Solanons. Uoskuamos. Nicotiana. VccbaTcum. Ct.- 

Ca. Digiulis. _ 

34Cdfi;,'ri.,y^<rn. Lcs Mauvcs. Mclochia. hirmanaia. Ifora. iuiacra. 

^^ Scnticofa. Lcs Roficrs. i 

16 Comofm, Les Rofiers. Filipendula. Aruncus. Spirxa. 
IjPomace^^ Lcs RoGcrs. Panica, GrotTularia. 
|8Z?/-uf^fe« Lcs. Jujubicn. Primus. Amy^dalus. Ccia.as. 
5^ Arbiifiiva, Les Mixtes. Suauga. _ - , 

j^^edycanumu-LQt Onagrcs. Glaux. DamJa. Alifanus, Sahcana. 

Aaimaaala, Chabica. 



&tir 



^« 






Siurax. Magoftan, 



■xlvj 



PREFACE. 



I 

f 



Afp 



44 



Cli- 



/ 






.^ StdUm^ Lcs Aparincs. hOuftonia. Arapataca. Lippia. Cornuyi 
4y CucurbitacciZ. Lcs Briones. Gronovia. GranadilU. 
^6 Succulentdt, Lcs Pourpiers. iScdons. G'cranions. Linum. Fjbagoi 

Neuras , &c. •' ^^•^ 

47 TrUocca, Lcs Tiiimalcs. Koddompulli. Ofuris. Chamelaea. 

. forcia. . 

48 Tnundata, Lcs Arons. Limnopcuce* Potamopitus, Trixts. ^uf^- 
4^ Sarmentacciz. Vicis. Edcra. Afparagus. Janiaia. Mcnirpermon. 

Caapcba. Koa. . ..^^ . 

Trihilata. Ics^Gctanions. Cotindon/ Acer. Ippocaflanon* Sapin- 

dus. Scafulca. Bwgonia, Bcrberis. - 
51 Prtfcr'** Qii^clqucs Anagallis. Rembcrcia. ^\ ^ 

5i Rotaccit. Queiqucs Anagallis. Samolus. CcntianarBxacon. Clii- 

ronia, Svertia. 
^5 OUrace^. Lcs Blitons, Lcs Amajiantcs. lcs Erpargbutcs. Ccrato; 

carpus. Calllttiche. \ _- 

^^F£pr€cuU,lcs Jujubiers. Sidcroxulon. Cainito. Lukion. 

bsea, Tumelaia, 



S» 



eatcf- 



Gcfncra. Ovicja. Krci- 



51 Papilionacc^, Lcs Legumineufcs, 
^^6 Lomentace<z. Lcs CafTcs. 
\j Siliquofc^, 1^^^ Cruciferes, - 
y« VertlcillatfZ, Lcs Labices. . :. 
S^Fcrfonata, Lcs Pctfonees. lcs Vcr 

.-. . .. . <Jek. 

tfo Perforata. Lcs Ciftes. Telcphium. ' -^ 

#1 Siatuminapx. Ulmus. Celtis- Bofea. . K 

€1 Candelarcs, Tupelo. Mangle. Elengi. 
tf J Cyxnofa. Les Apariacs, Lcs Chevrcfeuillcs. 
^■4 f /7:ce5. Lcs Poujeres. • *, .' ' 

^^ Mufcu Lea Mou/Tcs, ■ .'' ' 

tfff Jlgx. Uz Fucus. Lcs Epacikcs; Conferva. Lichca. aara. 
f 7 i;^^^/. l.ts Cbampigiions. BilTus. ' . 

ttiamnum inccrt^ fedis^ 



Pinguicula. 

Collinfonia, 
Buffonia. 

lilrcclla. 
Moniia. 

Farnakeon. 
Sifonancus. 
Favatc, 
Upaca. 

Sarcocolla. 

CIcycra, 

Budlcij. 

Plancago. 

Xrcidck. 

Bclluccia, 
Trapa. 

Usagnus. 

fiubcium^ 



Trilopus. 

Cufcuta. 
Coldcnia. 
Mcnuantcs. 
UdrofuUon. 

J 

Genipa* 

Tcofrafla^ 

Patagonula, 

Plumbago. 
Fonna. 

Rudbekia. 
Jalap a. 
Con's. 
Cupania. 

Diconaiigia. 

CtciTa. 

Nama, 

B^rdla. 



ParnafEa, 

Suriana. 

Narukila. 

Tradcfcantia. 
luca. 

"imerocailis. 
Ricardia. 

Sebcften, 
'Tfiglochia. 
Dodonca. 
GriHea. 
33mbo!ana, 
Mofcacclla, 
Giiaiacum. 

Iripa, 

Acijoi!. 
FraxincIIa, 

Azcdauc. 



4 



Mollc. 

Udrangea# 

Cheilcria. 

Nagicanipo. 

Mamei- 

Calaba. 

Perinkara. 

Safali. 



^ 



% 



Jahotapiti 

Saiiva^ca* 
Panoc, 

Icaco. 
Plinia. 

Numfala. 
Cailigonon* 
Terraccra, 
tocfclia. 

Limoiclla.^ i 



t 



F R E F A C E\ 



x\y\ 



MicaniDC, 
hUgonia. 

Tapomana. ' 
Vclaga. 

Folugala. 
Bandura. 

Koddapail. 

Kunomorion, 

Liqiridambar, 



? 



Pluyialis. ' 

Ofuris.- 

Vifcum. 

Ippofac. 

Beftram.- '*■ ^^ 

ri/baia,, 

Penarvalli. 
Coriaria., 

^Vcracram. ' 



1 



hU 



,.■■ i. ^ * 



w t 



Enipctrum, 

Lcnticula, 

Mailllea, ' 

Ifocres, 

L^virocharis. 

Straiioccs. 

yallifneria, 

Ruta, 

Araiala, 



Sanguifoioa. 



J^ 



i 


Pimpinella* 

RefeJa. 


: i 

M 

1 

1 


DariTca. 

Kcraria. 
Glcditija. 


w 


SeIa£ro. 4 
VormM. ^ 
Muiigos/ 



flfiy- 



^ De ces 68 ordr^ pu Se^Ions , il n'y en a que ao , c. i d. 
a peine y denaturels; ce font ceux qui font precedes dun« 

: Mi Linnseufr-etoJt'^tres-perfuade^ des Ian 1738, de la 
neceffite de decouvrir line Metode naturele , comme il le 
^it dans fon CLJps Plantarum prlmum & ultimum in pan 

fyflsi^^^^^^^ Botahiccs qiictfitum eft MetodUs naturalis . .., ^ 
d Botanicis fari^i^ajlimata licet nondum deteQj. ; mais nous 

ce^ penfons pas cfu'il ait mieux reu{& qu^ fes prcdeceiTeurs , 
quolqu'il le faffe entendre par ces ingts ; ColUHis omnibus ', 

€X omnibus datis fyftcmatibus ^ ordinibus n'aturalibus ecru in. 
pauciorem rediguntiir numerum PUhtcz qnaium prdines dctcHi 
funt y quant quis fficile^credi'ct ^Jktjjot prochmat(zJint Mc'^ 
todi naturalijjima:. Diu & ego circa Mctodum naturaltm invey 
nundam labor avi ^ bene multa qua addcram obti-^ui , perfi-^ 
cere non potui , eondnuaturus dunt vixcro j interim quce noyi 
froponam : qui paucas qiiiz reflan£^ bene abfolvet Plumas ^ 
omnibus magnus erlt Apollo, Nous fommes au contraire fort 
iton^ que depuls Tan 1738, jufqifen 175 i , ce qui fait an 
cfpace de 13 ans, que M. Lmnseus travaille a laperfeftioa 
de ces Sedions ou Ordres naturels , fls foient encore infe-. 
xieurs a ceux de I'illuftre Tournefort , qui , quoique gene par 
fa Metode, a conferVe, come Ton a vu, prcfque j-de claf- 

fes. natureles , & plus de \ de fes Se£iions ou ordres natu- 
rels. 

Les 76 Table.$ bu Ordres ou , Families de Magnol pa- 
^oinent avoir done lieu aux 68 Ordres de M. Linnseus, quoi- 
quaucun ne leur relTemble ; mais il y eri 2.0 qui paroilTenr 
tir^s de divers. Auteurs :,tels font le 2 Palmx^ qui forme 
^ans Boeraye la clafTe 30. Le 4 Orchidea. Voyez lUi ,-Claf- 
fe 24 y Seftion 7 ; 8 Spatacca^ , V. Boerav. clalT, 28 , feft. 
'5 ; 14 Gramina , V. Tournefort, clalT. 15 , fet^l. 3 ; 17 Nik- 
camentacem , V. Tournef. claff. 12, fe£k. I ; 21 Compofiti , 

y. Toumef. clafT. i:^^ 13 , 14 ; 22 UmbelUttt , V. Cefal- 

in, dair. 6 5 27 Faginales^ V, Morif, claflf. a>fea. 8;. 



; 



\ 



xlvir, IP R E F A c i. 



19 Contortl , V, Rivin , clafT. I , f9*S. 6 ; 34 Columnifcril 

V. Tournef. claff. i , feft. 6 ; Afpcnfolict , V. Cerabin >■ 
claff. 10, feft, I ; 44 Stellata , V. Morif. clafT. I2,> loj 
45 Cucurbitacea , V. Rai , claff* 16; 47 Tricocca , V. Boe- 
rav. clafT. 17, fe£l. a ; 55 Leguminojiz^ V. Csfalp. claff. 

5 , fea, I I yj Siliquofiz , V. Tournef. claff. 4 ; 58 V^ni^ 

cillata^ V. Celalp. claff. 10, feft. 2. * 59 Per/onata , V. 
Tour, claff. 3 » fed. 3 , 4 ; 64 F/Vic^^, V. Morif. claff. 17 J 
€7 Fungi ^ V. Rai, claff. i. 

Les Auteurs qui ont fuivi ces ordres , fol-difans naturels > 
fle M, Linnseus , avec de lejers chanjemens , en en fupri- 
mant une partie , & ne confervant que ceux qui fe rapor- 
tent au petit nombre de Plantes dont ils ont parle , font : 

E" ^747 » M. Guettard, dansfon Catalogue des Plan- 
tes des environs d'Etampes , intituM : Obfervations fur lis 
Plantes , 2 voL /Via , Paris , oil , ne parlant que de 1 1 3 1 
Plantes , il n*en\ploie que 41 ordres , dont 16 , c. a d. f & 
plus ^ font naturels. Ces ordres font fubdivifes en 92 (q^' 



tions, dont a3, c. a. d. i, font naturels: I'objet princi 
pal de I'Auteur , dans cet Ouvraje , paroit avoir etc de doner 
la conoifTance des diverfes efpeces de poUs qui fe remar- 
quent fur les Plantes de nos dnpagnes , & de faire voir 
que les Plantes de m^me ordre , ont des polls femblable? , 
&: cme des-poils femblables font une indication d'affinite dans 
• ,"i^U *^^ ^"' ^^ ^^ P^"^ Touvent vrai , mais non pas ton- 

lOUrs. M. Guettard a ptPnrl.i «!,««,.- _:_r_^-.. ^..-. •» Aif 



En 

Carnlo 



M. Scopoli , dans un Ouvraje ii 

xhihcns Plantas dijlributas 'in cUjJ', 

n'emploie que 3 3 ordres de M. Li 



ranjer les 1 200 Plantes dont il parle. De ces 3 3 ordre? il 
en conien-e 15 , c. i d. pr^ de la |, de natuiels , favoir 

^^* ^'3,7, 9.M, 17. »8, ao, 21, 22,14, 15 ,2^, 

^^F ^"^ '/; »l°"^ "" caraftere tres-court de chalce ordre. 
-^n 1761 , M. Gerard, dansfon Catalogue des Plantes de 
la Provence , intitule : Flora G allo-provmcUUs , n'emploie 
que 63 de ces ordres de M. Linnccus , qu'il aplique a 170O 
Plantes. De ces 63 ordres , a s'en trouve 24, c. ^ d.ua 
pcu plus de } de naturels. , 



1 740. 

Ro/cfl. gc*. Z«V^, a trace'fe pTanT'unr'M, 

done le nom de Metodi naluralis *Pra:l 

4700 Plantes qu'il cite , en ag clafle 
wativcmcnt, 



L eidenfi. 



1 
di 



P k M F A C S.i xlk 

\ i'^at! nombre de leyr cotyledons , / ■ 

V I i I'abfence ou prefencc du cilice, de la corol^ oil dc la flcUr* 

\ i la figure du calicc ^ 

4 d la ficuation da calice , de la corole Be des ccammcs > 
y au nombre dcs ^tamines 5c des lojes da fruic, 

tf a la proportion refpedive dcs ^tanaines , 
7 i la reunion dcs ecamines , 

5 a U difpodcion des flcuix > 

5 a la fubftance dt la Plancc # ■ 

t« monocotylcdoaci a calicc'en fpatc , <ifonenc la claite i palmx^ 

fans calice , a lilla. 

. d calice en bales , 3 gramina^ 

Ics polj-'cotylf dones , a calice comun, a fleurs eh chaton> 4 a'mcntaceai^ 

en envelope, d orn- y umbcllifcrcth 
■ belle , 

a aiueres reunies , ? compofit<z^ 

diflincles, 7 aggrcgata^ 
i calice particulier, 4 fruic £l j ^iricocciz. 

iojcs , 
fans caiicc , ou fans corole > 5 incompletc^i^ 

^ callce^corole & ctani. fur le fruic, lofni&tflorte^ 

lecalice>ii caliciflora^ 
k itamlncs laeg. done 2 pins Ion- 1 1 ringentcs. 

gues , 

4 plus long, iifill^uoftt, 

xeunies en i colonc , \^ columnifer<t^ 
V ^ 1 Fnifceaux, I y legnm'inojce^ 

eii nombre moindic i<f ollganurm*, 
ou cgal aux divi- 
fions de la corole , 

en nornbre double de ijalplofanttrjt* 

la corole , 
plufquc double de la 1% poluanur^z^ 
la corole ^ 
A flcur invifiblc, fubftancc ccbacec , i? cruptanurjt^ 

picrcufe, zo Litofuta^ 

M. Royen pone un jujement de cete Metode dans fa 

Preface du jF/c?/*a Leidenfis, h Hinc patct ( dit-il ) cur nul^ 
a Us a quocnn^ue demum autore dans principih adh(Zferim , 
'%'iftd foils naturct legibiis adjlrifius^^ ^ ,* unde faElum ejl ut 
yfcUJf^s 5 quas ante me paiici dcdcrant ^ naturales fcrvavcrim^ 
yyplures introduxerim , & reliquas feorjim exhibuerim j> ; mai? 

il ne paroit pas qu'll alt conferve ni introduit plus de clafTes 
natureles nue fes predecefTeurs , puifciue dans fes 20 clalTes 
11 y en a a peine 4 , ou j de natureles , favolr les 3 , 6 ,' 

13 , 14. A la tete de chake claffe font enonces les carac- 
t^res qui lui font propres , mais Touvent trop courts. 

Ces 20 clafTes font fubdlvifecs relativement a la confidd- 
ration de la fubflance des feuilles ; de rimperfe£Hon de* 
ileurs y de la difpof^tion de* fQuilles & des fleUrs ; de Itur 



' \ Bot Garden, 

1894 



d 



) 



m 



-..^ 



Ler* 



! 



PRE FACE. 



Ifexc ; de Tabfence ou prefenc'e du calice , de la corole , de 
J'envelope des graines ; du nombre des divifions du calice , 
tie la corole , des ovalres , des lojes du fruit ; de la figure 
de la corole , des anteres ; de la fituation , reunion ou dif- 
tinaion des etamines , en 77 ordres ou fedions, dont i6, 
ou j & plus , font naturels. 



M 



# 



FL ra Leydenjis ^ ne repond gucre a \ 

quel il dit dans fa Preface : Nullls enim , quo 
dixerim , laborihus , nuUis unquam fumpubus p 
minus honus noJlerAcademicus, quo cum frujlra dumVi- 
xenm ceriahunt rdiqui , princlpatum teneat ; torn ceux qui 
ont_ fuivi le Jardin Roial des Plantes de Paris, loin de con- 
yenir de cete alTertion , penferont fans doute que M. Royen 
ignoroit alors le Catalogue des Plantes qui s'y demontrent 
annuellement. 

Les Auteurs qui ont fuivl cete Metode font : 

En 1747 , Jean Gmelin dans fon Flora Slbirica. 

hn 1760 , M. Philipe Gmelin dans un Ouvraie intitule : 

Vtia Botanica 4°. Tubingat , oti en traitant de naturele k 

Merodede M. Royen, 11 done une explication de chacune 

defes^cMes& feftions , mais fans aucuns caraft^res. II a 



1 M 
qu'il 



:ve 
en 



H'lc fcr'wr accedens ft 



^c. Les manes pacifikes du prince des Botaniftes fc r^veil- 

iS^ CTn T"" "!? J''"' ^ I'injuffice de tant d'ecrits. 
M. hAiler dans fon Enumeratlo Mahodica flirpium liEU 
veticc indi^cnarum , in-fol. 2 voL Gotdngcs , & dans fon Enw 

l-Go:n.g. . divlfe les 2000 Plantes qu'il decrit, en 13 
clalfes , ccnfiderees relativement , 

I'i Pablcnce ou prcfence des etamines, du calice, dc la corole 



i au nombre des cotyledons. 



,/. 



id. 



J 



id. 



gnons. 
f^d quihus corpufcuU funt fiorum 

& fcminum analoga, No/loc. I-i' 

chen. Upoxulon. 
jcd quH^us corpufcula funt fl ami' 

nam & fcminum analoga. Meuf- 



^ 



I 



P k K F A C £. 

t!a{tct# 

fes, Epatlkcs. Lcnticutd. Filu- 
laiie, 
4 Staminihus carentcs & jlore 3 femlmfenz, EpifullofpermiZ. Fou* 

jerc^. Prele. 
f Seaminc(t , f^mlnlfcm , calicats. , apetaljt , dlcotulcdones & mo* 

nocotuledoncs. Pinsi Chatcniers, Gra* 
mens. Aioijs- 

, ynonocotnlcdoncs. Orchis. Li- 



id. 



pctalode^ 
liacees. 



7 Polujiemoncs dlcotuledones , quarum /lamina ter fuperant numc" 

rum pctalorum, Vcratrum. Pavots* 
RenoncuIes.Rofiers. Cerifiers, Mau- 



des. 
S Dlplojlemones , quarum fiamina duplo funt numero petalorunti 

Geianions. Alflnes. Aitclcs. 
^ tfofiemones , quarum Jlamln a numerum petalorutn aq:/ane. Ja'ju- 

bier:. Onibelliteres. C'lrcxa. Aparincs. Chcvre- 
feailles. CufcutCi Anau,allis. Cimpanulcs. Bcio- 
ncs. Solanons. Bourcicl.cs. ApocinS. 
te M.eioJlemoncs ^ quarum ftamina pauciora numero quam corohjt 

fegmenta* Trocnc Vcronike. 
II MciT^oJIcmones ^ fiamxnihus ad pctala fefqui altcris vet duplo fcp" 

quiterdis id efi plnrlhus qudm petal a , & quorum. 
4 vel J rciiquis longlora^ Ctucifeies Lrgumi- 
ncufcs. Fumetcre. Polugnla. 
li Dimtl\onis * Jlamlnihns j^ quorum 1 longiora. Montid. PerfonJes, 

Labiees. 
13 Gumnomonofpcrm<x. , flore fcmlni injidente, Globulere, 5cab!curc* 

Chardons. Corymbiferes. Radices. Chico- 
t racecs. 

li efl extrcmement dificile de decider le nombre des Claf 



fes de cet Ouvraje , parce que M. hAller a voulu metre 
une Iiaifon entre les Ordres ou Seilions de chake ClafTe qui 
enjambent les unes fur les ^utres , de maniere ou'il n'eft 




guere poffible de les dcmeler. yy Potuif/lrn (dit-IIdans fa 

w Preface) alfabetlce dijlribuere ^ potuiJIem fequi pra^ceptorcnt 
» Bosravhim j aut . . • , Linnctum. Vifurn t'amen ejl has om-» 
f9 nes Mctodos a natiirali paulb lonpHs fecedere ^ ubique Claf- 
iifes naturales diveUi ^ ubiqut Clajfes non naturales con/Ii->- 



yy tul E 



go y qui non univerfakm fthpium kifloriam niolior « 



3> non icncbar perfi&am dare gencum dijlribvtlonem. Sajji-* 
>? cere credidi , Ji qnamlibct famlliam Inter duas fanuVtas dif* 
» ponerem , i quihus proxime diflat , & dificillhs dijTiM^ui- 
M tur. Deiegent forte hoc meum fludiurn rcrum gnari ^ in gra'* 
7^ minibus ^ in tranfitionibiu ^ qnibus Clajfes conjunguniur , 
» &c.^ • . id ubiqut non obtiniii , neque forte licet , curn ajfi- 
7j nitates naturales mlhi non fimpUces ejfe videantur , fed ab 

3F unogencre ad alia multa ex diyerjis nods pcrinde pojfu ^g''* 



/ 



rj f R E F A C E. 

» time tranjire, v De-la vient que M. Linnseus a trouyl dans 

-cete Metade 1 5 Qaffes , tandis que je ny en ai pu deme- 

ier que 13- 

En Tupofant ces 13 Claffes, telles qu'elles m'ont paru 

indikces , il n'y en a pas une de naturele. EUes font dlvi- 

ieesjelativement a leur lieu natal ; a la figure des feuillesy 

dc la corole & des graines ; au nombre des feuilles du ca- 

lice, des petales , des etamines, des capfules des lojes du 

frnk & des graines ; a la fituation des fleurs & de la co- 
role ; au ilile du plftll , & aux* ecailles du calice comun , 
en 4:1 Ordres , dont 14 ou ^ font naturels ; & ces Oreres 
font foudivifees en 90 petltes Sections, dont 35 ou 4 font 
r^atureles- 

Cete Metode eft tres - dificile dans la pratikc ; an refte 
elle paroit bien travaillee ; chake Plante 7 eft acompagnee 
de fa defcriptjon , & chake Clafle ou Ordre principal a fon 
carailere diftinftif. ~ ' 

'T743. M. Sauvages publia , en 1743 , une Metode intitulee : 

Suuv^ges. Projet d*une Metode Jiir les feuilles des Plantes ^ 4°. Mont- 

jftlHer , oil li divifoit les Plantes en 12 QafTes , en confi- 
derant leurs feuilles relativement", 

i« a leur dcfauc, ChfTc 12, 

1 a Icuc fituation, Clalfes 1 i ^. 

3 a Icur figure ^ Clailcs 7,9, 10 , i-t» 

4 a leur nombre , ClafTe 8. 



I 



ere 



Partie. Planfes a fmllk^ fimpUs. 



V'^ Clafle. A feuilles opofecs 2^2. 



1 Section , d tijc roadc. Les _ Apocins. Gcruiancs. Alfincs. Vcro- 

nikcs , 5cc. 
tije angulcufc , le plus fouvcnt cjuarcc ou paialltU- 
P^pecle, Les Labiees. Queli^ues Perfonces- 

■a* Gaffe. A fuilles venlcillies ^ a '^ ^ ou en phis grand 

nombre autour des tijes & rarneaux , come Us 

boheches autour d'un luftre. 
Les Aparlnes- Lc Maicagon. La fr^le, Le Luftrc d'eau, &c. 

3*^ Clafle. A feuilles rajfenihlces en gaion autour de la tije ^ 

& qui nont pas (Tautres feuilles, 
I Se£b. dicocyledoncs. Les Renoiicule?. Les Planccas. Lc Limonion. 

La Maadrngore , &:c. 
% monocotylcdoDCs. Les NaixiiTcs. Tulipcs. Cokhikc Si- 

4c Clafle. A feuilles altemes , monocotylidones. 

I Sect. Les Graniiiices on Ccciaks. 
. % Les Lh, Iris , Sec. 






/ 



PR E F A C E. \m 



J 



5* ClalTe. A feuilU 

1 Scd. Lcs Bdraginces, 
X Ghicoracecs.. 

5 Carduacces. 

-I Bacciferes , &:c.j 



] 



• ClafTe. A feuillcs eparfes fans aucun ordre cpnfldut^ 

Se6l» done lcs nerfs du diske Tone difpofees ca raious. Les Jtfal- 

vacees. Lcs Cucurbicacct'S. 
done les ncrfs fonc ailes ou difpofcs come les baibcsd'unc 



plume. 



■- 

fcuilles compofc 



7« ClafTe. '/"^w/V/tf^ en iventa'd ou en viam ouverte, 

Se«fl. simples, divifees profondcmcnt. Figuicr. Ricin. Alcca. Fil- 
mier 1 balais. Granadile^. 
Composes Cbanvrc. Maronler d'lnde. Vignc vierje, ^cc' 

8^^ Claffe. Fcuilles 3^3. 

Sea, A pedicules nuds. Trcfle, iMcinor. Luferne. Jraifler.. Alle- 
luia, Fagonia , Sec. 
A pedicule avcc i oreilletes. Loticr. Treflc ic monra- 

gue , &c. ' 

5* Claffe. Fcuilles pinnies fur 1 rang de chakc c6U.. 

Pois. Acacia. Pir\iprenele. Rofier. Sorbicr. Ftcne , &c. 

.lOc Claffe.' Feullles pi nnees fur 2 rangs. 

Scnfirivc. Ne coupe- Bignonia. Azcdarac. Anjelike, Chervi, & 
quelques aucrcs OTnbelliferes, 



fols y & a dlsKes f 



i/' 



^ La Ciguc. Le Cerfcuil , Sc ia plupart dcs Ombcllifcrcs ; rArmoifc. 
La Marricairc. La Milfeuille , 6: phi/Ieurs Compofecs* 

3c Partie. PUntes qui nont dcs fcuilUs en aucurt 

urns. 

lie Clafle. Planus qui nont pas de fcuilles mali : 

1 Scd. Dcs articles aplacis ou angulcux. Lcs Tlantcs graffcs. Cier- 

ges , &:c. . , / 

% Des ecailles fcchcs. Orobanchc. Clandeftine. 

J Des )ccs konikes oucilindrikes fcmblablcs aux cljes qui poi- 

renc les flcurs. Les Jones. Aphyllanccs , 5:c. 

De ces 1 2 QaiTes , pas ime n eft naturele , & les 4 , 5 ^ 
6, nen clevroient faire quune, en fuivant le plan de I'Au- 
teur. Elles iont fubdivifees en 23 Scflions ^ dont 5 ou im 
peu moins du quart font natureles. 

Cete Metode etoit fufceptible de perfe6lidn ; aulTi M. 17^1 
Sauvages lui dona -t- it une autre forme en 175 1 , fous le 

titre de Metode pour ccnohre lcs PLintes par Us feullUs , 

8^. A Leide, II y divife les Plantes en 11 Claffes , ent 
confiderant kurs feuilles lektiyemcnt , 



d It 



% 



^ 



/ 



/ 



i 



liv PREFACE^ 

J*** leuc defaiit, ClafTc u 

% ficuatiun & difpoftion , Cla/fcs i , ^ , rf', ' 

4 forme & firuation enfemble , ClafTs 3,4. 

FcuilUs confidcrccs par leur defaut, 

r^^ ChiHe. Ej^uillks. Afull^. ' 

Or3ro s Champignons. Biirus. 

% Hypocifte. ClanJcftiDe* Orobanchc, Sjuamaria. Neottia. 

3 Salicor. Ciecje. 

4 Jones. Ail- Afullantes* 
f Conferva, Cufcucc. 

FeuilUs confidirccs par Uur Jltuatlon & difpoftion 

%^ Claffe. Les Gaions a fcuilks radicates. Cefpititi^, 

Ordcc^i rtimevere, Docoiiic. 

2 Pakcte. Roffolis. Statue^ 

3 Plancen. Aloe. Ail, 
4Jacinte. Fncilere. NarcifTc. 

5 Souchei. Tufa. Jonc. ^ 

^ Languc cie cerf. SagUta. Conferva. 

7 Piaucen. Staticc, 

8 Rubarbe. Cydamea. Aron. 

S Nenufar. Cotylcrion. UdrokotvJe. 
JO Epatikes. Lichen^. Lenullc d'eaii. 

5^ Gaffe. Ofo[ks 2 J 2. Adverfifoi;^/ 

Cfdrc I Corifpcrmon. Mocrin^ia, Fluvialis. 

1 Trocnc, Va[6riane, 

5 Chevrefeuiile. Gratiolc. Valeriana 

4 Lcs Lnbices. 

f Salicaire. Chamatnerion^ Buffonia. # 

€ Laturos, 

7 Bldcns, Dipfacu^. 

<5* Claffe. Venicillies , 0^ m7<?/^Vj X a x ou davantajt. 

Oidce I Picle. Lernma. hOuonla. X 

1 Les Aparincs, Vcronike. Potamophus, Antulllu 

3 Scrofalere. Antlrrhwn, 

4 Ellebore. Paris. Lis. Efpargoute. 

y Bruiere, Jeiicvrier. Nobula. Ncnon. 

Feullhs conjzderics par Uur forme. 

T Claffe. Dighces en ivcmall QU m zrifFcs. 

Oxiic 1 Chanvrc. Piftachier. 3aule. ^ 

a Alleluia. Meniante^ 
3 Frfe:i:. Tcukrion^ 
4Ronce. Fabago. Ciftc* 
f Trcffe, Furaeterrc. Refeda* 
^Iuparo|rc. Curopfis^. Bidens , & qi!c!qiies Compofifcs. • 

©^ Claffe, Patmies en main ouvcrte.. Palmatae, 

pidrc % Alchfrnile. hOublon. figuier. Aron. 

i Brionc. Mauve. Conife, 
I Agripauin'r. Molucca. Teukrjon, 



PREFACE. ir 

Oxdre 4 Rcnoncule, Geranion. 
^ 5 Aconit, Lupin. Trcfle. 

6 Xamlon. 



I 



9^ Lialle. Pinmcs ou conjugics fur %. rangs opofls. .. 

Cidre i Jungcrmania. 

1 Ceterac. Polypodc. Salvinla. 

3 Frene. Piftachier. Sapin, 

4 Solanon, Valeriana Jafmiii. 

5 Scrofulere. Blgnonia, LcnnBularia^ 

6 Caffe , MolU. Ronce. Soibier. 

7 Chanvre. Chiche. 

8 Articho. Scabicufc. 

10^ Clafle. Ailees fur plus de 2 rangs. Decornnofit^* 

Ordre j Ofaiondc. Tclupteris* 

1 Frcne. 1 

3 SoUiion, 

4 Pediculere, Blgnonia-^ 

J Vervcae. Tcucrion, ' . 

€ Poincillade. Azedarac. Clematite, 
7FLimstere, Qi^ielkes Ombcllifeies. 

5 Atcicho- Macrikere, 

II" Qafle. Dcckiktks. Lacimatar. 

Ordre i Cererac. Lichen, Fucus. 

X Ckene. Chenopodion, 

3 Liieron, Valeriana Coronopus^ 

4 Acanre. Vcrvene. Teucrion. 

p- 

J Tlafpi. Paver, Geranion. 

6 SeneiyOn. Acmolfe. Ciiicus^ 

7 Lairue. Scolumos^ 

8 Scne^on. Souci. 

FcuilUs conjidcrics par hur formt & Jitiiatlon ■ 

en mimt tans. 

3^ Clafle. Alternes ou eparfsy etrohcs.. 

©rJrc I Moulfcs. Jungermania. 

1 Gramens. Sparganion* j 

3 ^ris- Fritillere.Lis. Asfodcle. 

4 Pla. Afperj-?. Qi_iclqucs efpeccs de Cific^ 
J Thfpi. Lin, 

4e, Clafle, Alternes ^ larjes* 

Otdrc I MoufTes, Andgallidajirum* 

2 Gcner, Lin. 

3 Mauve. Pcuplicr. • 

4 Tilleul. Populago. Parnajpa^ 
J Titimale. Joubaibc. 

< Tlafpi. Ofcillc. Aron. 

^ Aucune de ces 11 Clafles n'c{\ natiirele. Elks font divi- 
fees relatlvement a la figure des feuilles , ^ leur pedicule ^ 
a leurs divifions , au nombre des cotyledons , & le plus fou- 
vent relativemant a la figure des fleurs , en 74 Ordres ou. 
SevUons , dont -a peine 8 ou | font naturels. 

d iv 



'v 



Ivj ' PREFACE. 

Ainfi cete Metode , quolque fuperieure a la i*'^ dans la 
divifion cles ClalTes , lui eft infcrleure dans celles des Or- 
dres, & elle peche en 3 points ; 1*^ en ce que ce n'eft 
plus une Metode fiir les feuilles , des que les Ordres (qui 
tires de la confideration des fleurs , come font ceux des Claf- 
fes 5 , 6 , 7 ; 2^ en ce qu'elle nVft pas reguliere & uni- 
forme dans fa marche, en combinant leur forme avecleur 
' fltuation 5 come dans les claffes 3 & 4 , qui n'en doivent 

faire qu'une ; 3^ en ce que les exemples des genres ou el* 

peces ne font pas toujours exaftement cites dans les Clafles 

qui teur convienent, 

J744* ^ M. Morandi, dans fon Hifloria Botanlca pra6iica ^ oi- 

Voundic x\(q_ les 538 Plantes medicinales , dont il done les defcriptions 

& les figures , en 3 ^ claffes , en les eonfiderant relativement , 

l« au lieu ou elles croifTent , 

% a leuE figure , " * 

3 au nombie di;s Jetjles des gralues , des capfules, & des lojes du 

fruit. 

4 a la fubftanca du fruic & iz^ feuillcs > 
J a Tabfence ou prefence de la corolc 



€ 



a- la figure de la coiole & dii fruit . 



7 a la difpofition des fleurs & des fcuilles* 

Clafic I Sulmarlnx, Les Coiaux. 

t Tcrrefires fimpHcijJim<z, Champignons. Kunomorion. 
3 TcrrcJIres fimpUclons, Lichens. MoufTes. Lencille d'cau, 
*4 Capillarcs. Foujercs* * , 

J Guvmofiolufpcrtna, Renonculcs. Frcfiers* 
Gumnodifpcrm<z nmdelllfera. Les Ombelllfeccs. 
'5 JlellatiZ, Les Aparines. 

7 Gimnomonofpermct fiore fimpUci. Valetlane. Vlumhago^ 

* compofito^ Les Laitues. 

fdjlorit. 



5 radiate & d 
31 ^^^: . ^..- 



-'P 



Scabtciite. Panicoc 
fquamofat, Chardcns- 



'? . cfpcrlfoll^^ Bouraches. 

'^ Utrapetal<z. Pocamogcron. 

17 Monangiofpcrma, Anagallis. Gefltiane. Leontopetalon. 

:iZ.Diangia polufpermat, SiaKeairc, saxifraie. Veronikc. 



:0^ 



on. 



io tricoccx, Titimalcs. 

Zi Tctr^rrg'ia polufperma. Huc.'Armala. Stramoni 
2.x Pcntafigi^ pcntacocca. Geranion., 
,%l Poluangicz poliifncrma, Mauves. Pirole, Ariftoloche. Lin- 
24 Multifill^UiK polufpermce, Jouharbcs. Pionc. Vcterc. l/lmarla 
X S SiU^iiofi;^.^ Apocin. Sefamr. Alleluia. Coccociu. Furaetetc 



-.*.* 



/ 



PREFACE. XvXj 

tClalTc lif Tetrapetalce cruciformes. Lcs Cruciftres. 
17 Papilionacc£ Icguminofz trlfulLz, Aricots. Lotlcr* 

28 polufull^. Vclfcs. Aiitaga!cs. 

1^ Bacdfcrct^ Brionc. Solanon. Capricr. Aron. Smilax. 
io Pom'iferji, Concombre. Granadilc. Ananas. 
3 X A^ictdl^ Jlorc fru^ui conttguo , gamnofpermiz. Pcr/icaircs. Bli- 

tons.Akhfmilc. 
31 enanglofpermce^ Bcnc.Aniacan- ' 

te. Plaiucn. 

j4faron^ 
3 J a fruUu remoto. Ambrofie. Xantion, 

54 Diolc^. Epinar. hOublon, Mcccuriale. Prele. 

I J Monocctuledones. Liliacees, Orchis. Cyclamen, ' 

Cete Metode eft celle de Boerave avec quclques chan- 
jemans , en fondant les Arbres avec les Erbcs , & y ajou- 
tant line ClafTe de plus. De ces 35 ' ClaiTcs , il y en a 8 
ou prefque ^ de natureles , favoir les 4 , 6, 8 , 12 , 13 , 
15 , 20 , 26. L*Auteur nelesapasfubdivifces en Se<51ion.s. 

M. Seguier , dans TOuvraje intitule , PUntx Veronen- ,7^^; 
fes ^ 3 vol. in-iz. f^eroriiZ ^ 1745 & 1754, oil il cite 120a ScguUr, 

Plantcs , les divife en 21 ClaiTes, en les confiderant relati- 
vemcnt , 

I* a leur grandeur, come Itbes , Arbres , AtbrifTcaux BcTous-ArbrifT, 
t i I'abfcncc ou prcfencc dc !a corole , 
5 a;i nombre des pctalcs de la corole , 
4 a la figure dc la corole, 
y a la difpoficion des fleurs. . 



^dafft 



1^^^ Partie. £rbes & foui'ArbriJfeaux. 

D'unc nature moicnc cntrc lcs coroUcs & les apetales. 

Champignons. AloufTcs. Foujeres. 
Sans corole. Souchcts, Afaron, BUton. Muriofnllon ^ &c- 

3 A corole monopf calc , en cloche » cnenconolr, ou en roue. 

Bclladone, Meniancc. Bourache ^ 
&:c. 

4 anomale. Aron* AriAolochc. Digi- 

talc, 5:c, 

.f labiee. Les Labiecs. 

C i 1 pctaJes. Circca, StclLarla. Lc» Gramen$# 

7 5 pctalcs. Udrocharis, Allfma. Sagitta. 

J 4 petalcs. Lcs Crucif^rcs. Chclidoiuc. Poramo- 

geron, Paris- Clcmatitc. Tormcn- 
lilc. Chamalncnon. 

9 y pctalcs, Pourpier. Scdon. Aliine, Pavor. tlian- 

tJmc, Pirolc. Gciauion. Rcnonculc, 
&c. * 

'^ T pecalcs , flcur en parafol. Les OmbcIIiferes. 

II A ffcuj en lis. Les Lis. Les Iris. 

Il legumineurc, Lcs L^gumineufcs, 

ij poljrp6ralc anoraalc. Balfaminc. Fumetere. V>oIcrcf 

Aconir, OiCliis. 



t 



X7.47 



I 



Ivilj' PREFACE. 

ClaiTc 14 A flcur fleuronce. Chardons. Scablcufes. Globuterc^' 

15 demi flcuron^e. Lcs Laliues, 

iS radice- Carline. Imortele. After , &:c, 

i"" Partte. Arbres & Arhrijfeaux. 

17 Sans corole. Buis. Terebince- diprijicus, 

iS A Heurs cii chaton. Chatcnicrs, Pins* 

15 A coiole monopccale. Chevrefeuilles. Airclcs. Troene. Q^* 

roll. Or me* 

r» a 4 8c 5 petales. Frenc. Micacoulier. Cornouil- 

ler. Fufen. Fufliet. Tilleul. 
Liere. Vigne. Ecable. Juju- 
bier- Rogers , bic. 

II A fieur Ic-gumincufe. Rofiers. Gencr. Citife. Coronilc, b^c. 

Deces ^l ClalTes, 11 y en a 5 ou prefque \ de natu- 
reles , favoir les J , 10 , 11,15,21, encore la ai^ doit- 
elle etre fondue dans la \%^, EUes font fubdlvifces relative- 
ment a. Icur enfemble , a la figure de la corole , & au nombre 
des petales,ea 10 Seclions, dont 3 ou prefque j font natureles. 
. Cete Metode tient beaucoup de celle de Tournefort* 

M. Ludwig , dans fes Definitlones generum auElce. & cmcn" 
lud^vrg. Jatiz^ 8^, Lipfcz., & .dans ks In flhut tones Hijlorico-phy- 

fic<z rcgni vcgctdhills. Edit. Alu 8^. Lipficz ^ a retouche une 
%^ fois le Syftcme :de PJvm, en y joignant une 6^^ confi- 
deratlon de plus qu'll n'av oil fait en 1737, ^^voir celle du 
fexe des fleurs , felon que les males ou a etamines fe trou- 
vent far le menie pie avec les fenfielles , ou fur dif<^rens 
pies, II apelle fleurs envelopees , celles qui out calice & co- 
role en mcme terns , ou Tun ou Tautre feulement ; & fleurs 
nues 5 celles qui nont que Tovaire & les etamines fans envC' 
lope , ne comprenant pas fous ce nom la membrane qui envi- 
rone Torigine du pedlcule des'antcres de certaines Moufles 
^patikes, & autres Planfes femblables. Sa Metode cotn- 
prend 1068 Genres , divifes en 18 Clafies come celSe ce 
Rivm , favoir 

^ ■ Claffes. ^ 

ficurs a envelope, parfaites , a corole i Mono^ctal^z regulares* 

mauopecale rcguliere , . 

irregalicre , 1 Manopctal^ Irrepd^^^^ 
compofee , 3 CompoJitiZ tuhulof<x. 

4 llngrdat^* 

y mixta* 

X pctalcs ,. 6 Dipetala. 

m i 3 pctalcs , . 7 Trlpctdlce, 

i 4 pcrales rfguliercs , S Tctrapctalsz rcgidaftt* 

irreguUcrcs , ^ IrreguUtcs* 

a 5 pecalcs rcguUeres , 10 Pent apctaliz regular^s* 

irrcgulieres, n irregidar^^ 

cfl parafol , xt ' umhll^*^*- 



\ 



T- - 



a 



PREFACE. Hr 

\ CUflcs. 

* Ileurs a envelope, par^nhcs , a coiolc ij Exapetala^ 

a ^ pctales , 

a plus dc 6 petales , i ^ Polupetal^e, 

fans coiole, j j Apetal<z, 
done le fcxe eft fepare i^ Rclatiyit monofutx^ 
fur le mcmc pie, 

fuc diferens pies 9 17 dlfutx. 

rlcurs fans envelope , ou nues fans ca- iS Nud^x. 

Jicc ni corole , 

De ces 18 ClafTes , il y en a 2 de natureles , Hivoir I4 
4^ & la 12^ EUes font divlfees " relativement a leur port 
ou enfemble , au nombre cles feuiUes dii calice , des peta- 
les & des etamines ; a !a figure des etamines & des grai- 
nes ; a la reunion ou liberte des etamines , en 70 Seftions , 
dont 85 cad. pres de -j-, font natureles, D'oii 51 fuit que 
le Syfteme de Rlvin eft plus pcrfeftione dans cette Mctode 
qu'il ne Tavoit ete auparavant par Cretien Knaut, par Rup- 
p:us , & par M. Ludwig meme. 

M. Wachendorf , dans fon Catalogue intitule : Horti '747- 
UltrajcBini index , 8^. Trajeai ad Rhenum , cite environ wachendorf. 
40C0 efpeces de Plantes , avec les frafes runplem^nit de M. » 
Linnceus, raprocbecs en 1047 Genres, qu'il divife en 16 ^ 
Claffes , en les confidcrant relativement , 

1*" a Taparcnce ou occuhatioa des fleurs , 

au nombre des cocylcdons , des coroles dans cliakc cslicc , di% 
Etamines rclativcincnt aux petales ou divisions dc la corolc , 
6c des antercs relacivement aux filets, 

3 a la peifeclioa des fleurs plus ou moins completes ♦ 

4 ^ la prcfence ou abfencc du calicc & dc la coroIe , 
y a la reunion ou Jiberte dzs Etamines, 
f a la proportion refpcdive des ecamincs , 

7 a la /i:uation rerpcdivc des fleurs males & femcles: 

8 a la figure du calice. 

I^ Partie. Fanerant^e , Polucotulcdones ^ Te^ 
' . leiantcE^ diperiamcE ^mbnantoi. A fleurs vifi- 

bles 5 polycotyledones , parfaites, avec 
etamines, piftil , calice & corole, & i 

Teule corole dans cliake calice, 

ScJiefeoJicmonopctalcE. A etamines confiderees relati- 
vement au nombre des petales ou des divifions 

de la corole. 

j«'*^ ClafTe. Ifoflemonopetala. A etamines cgales au nombre 

des petales. 

I Sc^i'on, Cumnofpcrmx. A utaincs nues. 



ix PREFACE. 

I*. Epicarpant<z. A flcurs deiTo^ le fruic. Ombcllifei-cs. Nolu^ 

la, Afperula* Pitconia. Slbaldia. 
i^ UpocarpantJR, A fleurs defibus !e fruit. Jalap. Bourachcr. 
X Scdion. AnglofpermiZ, A gcaines enfcrmees dans un fruic. 

1° Omolo dip e riant at, A nomhre cgal dc divifions au calicc & 

a la corolc. Clrcca, Tillca. Aparines. 
rUnceii. Anagallis. Solanons. Sedons , 

i^ Anomoiodl perianths* A divifions diferenres en nombre dans 

Ic cnlicc Sc la corolc. Tamarin, San- 

m 

giilforba, Meliaiue. Cafe. Coris; Mc 
fenihruon , &c. 

'%t ClaiTe. Pollaplojtemonopetalcc. A etamines fimples , plus, 

nombreufes que les pctales de la ccrole , en nombre 

pair avec eux. 

1 Seft, Diplojlcmoncs. Ecamincs i fols auffi nombreufes que les pc- 
tales. Lapaton. Onagte. Bruierc. Cotindon^ 
Paris. CafTes. Alilnes , &c. 
TriploJIemones, Etamines ? fois auHl nombreufes que les pe- 

calcs. T^'/s. Manglkr, Armala, 

3 Tctraplojlcmoncs, Etamjncs 4 fois audi nombreufes que'Ies pc- 

a ' tales. Tapia, Magoftan, Ellocarpos. Toc- 

rnenrilc, Porcntile. Tomier. AliTier , &c* 

4 Pentaplojlcmoncs. Etannnes ^ fois plus nombreufes que IcS' 

•pctales* Surlngii. 

r 

y Clafle. AfuJ'ojQcmonopetaU. A etamtnes en nombre impair 

avec les pctales de la corole* 

I Scfk, Plcojlcmones. Etamines plus norrbreufcs^iuc lesp^calcs. Pour- 

picr. Mirtes. Cerifieis. Ticrmales. RenoncuFcs. 
Ciflcs. Tilleul. Anoues. Pavots , ^c. 
Oligojlemoncs. Etamines uioins nombreufes que Ics peralet. 

Jafmins, Afo;;nj. Vaferiane. Cainito- 

efcoflcmoncs. A etaniin'es confiderees relativement 

a elles-memes. 

JalTe, Cylindroha/ioflemones^ A etamines reimies par le^ 

filets en \xn cilindre. 

m 

;ea. Callcc JimplicL JFaherla. hErmamia. Melochia. Ccran'iortM 

Abutllort, 



I 



CaJice dupUct, Les Maiives 
CaVice muUipiui. TfubakL 



Claile. EleutcrQmacroJlcmoncs. A etamines llbres , dont 
- quelques-unes font plus longues que les autres. 

I Ssa. Dlmacrofumoncs, A z etamines plus longues, Labiccs* Vcr' 

_ Yenes, Pcrfonccs. 



Ttuc3. rcnonccs. 

1 Tctramacfofumonci. A 4 etamines plus longues* Ciuci- 

(-mrmm 



fcrcs. 



I 



PREFACE. kj 

Schefantcrojicmoncs ^ A aatcres con(ic!erces relative- 

ment au nombre des filets. 

6c Clafle. Difiemonopleanter^. A antcres plus nombreufea 
que les filets qui font au nombre de 2 pour rordinaire. 

1 Sc€t, Exanterx. Fumetere. 

Oclanterc^, Pohigala. hE'ifierlam 
5 Dccanunz, Lcgumineufcs. . 

f " 

2* Partie. Fanerant^ , polucotuledones , tehlanta ,' 
dlpcriantc^ ^ poluantic. A fieurs vifibles , polyco- 
tyledones, parfaites, avec etamines , piflil , calice 
&corole, & plufieurs coroles dans le meine ca- 
lice. 

7e ClafTe. EUutcranterc:. A antcres dl{lin6les. 

I St^» Epicarpanta, A fleur deffas le fruit, .Scabicufes, Ccfalantc* 

Lagacia. Echinofora, Ovilla » S^C, 
Upocarpant(K» A flsut deffous le fruit, j^riocaulon, Globa- 

lere- Conocarpns, Brunia. StJtice. 

8* Cylindrantera A anteres reunles en cilindre. 

I Sed. DlpctuliZ. Lepidocarpos, 

z Monopctalit. Fleuroaees. Radices. Demi fleuronces. 

3* Partie. FancranKz y polucotuUdoms ^ tdciant^l 
monofcriantiZ. A fieurs vifibles , polycotyledones , 
parfaites avec etamines & piftll , &t le calice ou 
la corole feulement. 

9^ Clafle. Monopertantm. Qui n'ont que le calice ou la 

corole feulement. 



a 



Mi 



4 



falpina, 
Dijiemones, Salicor, 
Trificmones^ Trixls, AntuIIis. 

TiCtroJlcmoncs* Dorflcnia, EUagnus^ Ririna. Alchimilla^ 

Potamogcton. 
t Pcntajicmoncs, Rudbekia. Chenopodion, Ulmus, Beta. Far* 

nakeon , &c. 
€ Exajiemones, Petlvcria^ Medeola. Arifloloche. Koddapail- 

7 O^oj2emoncs, Trioptcrls. Carou. Chrufojplcnion* Galenla, 

Perficiiire , 8cc. 

S Enneajlcmoncs, Lauticr. Rubaibe. 

5 Decajhmones, Knavcl. Banijleria, Garidella. Penthoron^ 

Futolacca , Orohanchoidcs , &c. 
1« Doiccaftcm&nes, Aftron, 

11 PoluJlimQms^ Ludolfia. Trlumfctta. Ddfinion. NigclU* 

EiUb^tCt Tullclron^ Ancmoac , &c. 



> 



Ixij P k E F A C E. 

4^ Partie. Fanerantie , p&lucotuledones J ellipantat 
A fleurs vifibles , polycotyledones, defeflueufes , 

c. a d. males feparees d^s femelles. 

10"^ ClafTe. Monofutantce, A etamines feparees des piffils 

fur le mcme pie. 

I Sed:# MonantiZ^ Sagltta, Buis. Brioues. Ricins. Orcic. Muner. 

Ceracofullon , &c. 
Poluant^. Ambrofies. Figuier. Llquidambar, Platane. Noier* 

Chaceniers. Pins, Micacoulier. Paciecairc. Aro- 
che. Begonia , &c. 

11'= ClafTe. Difucant(Z. A etamines feparees des piftils ht 

a pies diferens. 

J ScS, Monanm. Ofurls. Ippofae^ Gui. Epinar. Chanvre. hOiiblon, 

Smilax. Mercuriale. Plfonia. Tupelo. Papaur* 
BonduG , 5cc. 

Poluantx, Saule. Gale. Gledirfia. Genevrier. Piflachier. Frenc- 
^ Empctron ,* Sec. 

5^ Partie. Fanerantcc y monocotuhioncs. A fieUfS 

vlfibles y & I feul cotyledon , confiderees 

relativement au calice, 

12^ Clafle. Acalzces. Sans calice. 

1 Sea. Monopetalai, Potos. AsfodHe. Jacince. Aloe* laca. AcoruU 

% ExapceaU. Tulipe. Afpcrjc, Lis, Scille* Butomus. F^rr 

trum , 6cc. 

13= ClafTe. Calicin(Z. Avec calice. 

a Sea. Jpetalx, Linagtoftis. Scheuieria, Poivre. Jonc. Kunomo- 

rion. Fluvlalis , &c. 
% ' Pctalode^. Almamos. Bromelia. Alifma. RcneatmU^ fri* 

glochin. Tangekolli , Sec, 

14^ ClafTe. Spataccjc. A calice en fpate ou ecaille. ^ 

1 Sea. Euicarpantse. Jinjambrcs. Orchis. Iris. NarcilTes Strario- 

tcs. Valtifneria , Sec* 
1 Upocarpantx. Comeliaa. Ognons. Narukila, Afullanttu 

Arons. Palmiers , &c* 

I5e Gaffe. Glumofce. A calice en bales. 

t Sea. Univalves, Souchets. 

^Bivahcs. Sdrpiis, Kotfjlletti. Gramcns. Carcx. 

^* Partie. CruptantiZ. A fleurs cachees ou invifible?- 

16^ Gaffe* Cruptanta. 

1 Sq{X* Foujcrcs. 
1 Mouflcs. 



n 



nfcrvl 



"^Z 



I Alges. Epatikcx. Lichen?. Chara, lemma. Fucus. d 

4 Champignotis. MuQor, Bilfus. 

J Litcfiies. Eponjes. Marireporcs. Coullinc , &:c. H 

Dc ces 16 Gaffes, il y en a a peine 1 de naturcl^i 

r^yoir la 4^ EUes font divifees relativenaent a la nudit 



r 



PREFACE, 1 



♦ • 



Xllj 



iics graiiies, au fruit , au nombre des etamines , dcs cali- 
ces , des petales , des fleurs , des divifions du calicc , a 
la proportion des etamines , a la fitiiation des fleurs , a la 
preience ou abfence de la corole , & a leur figure totale , 
en 48 Ordres , dont 9 , ou j & moins , font natureles. 

Ces Ordres font encore dlvifes & fous-dlvlfes retative- 
ment au nombre des envelopes , des graines ^ des lojes , 
du fruit J des ftiles apla , Jlilodece , mmojlila, amfibolopla ^ 

a la figure des graines , de la corole , du fruit 5 

a la fituation du callce , calicipctala , thalamopetaU , 

a la fubftance du fruit , ' • 

a la difpofition des fleurs , ^ 

a la prefence ou abfence des etamines , flemonodcz ,' 
aflcmones y en 250 Seftions , dont 50 ou y font natureles. 

Cete Metode n'eft ni pratlcable ni facile a entendre , 
comme on en pcut jujer par la fa^on dont M. Linnazus 
I'a rendue dans fon Filofofia ^Botanica ^ oil il lui done 19 
Clafles. 

hEifler , dans I'Ouvraje intitule , Syjlema Plantar um gene- 174?-' 
rale €X fr unifications ^ 8^. hElmJladii , divife les Plantes h£iilcr, 
en 3 5 Claffes , en les confiderant relatiyement , 

i*i Icur grandeur come Erbes ou Arbrcs, 
% au nombre de Icurs cot/lcdons , 
I a Icuc frudtificacioa c©mc inconuc > 

4 a Id fubflance du fruic » 
f an nombre des graines , 

^ il la figure ou abfence de la corole , 

7 i !a difpoiicion des feuilles Sc des fleurs , 

t d leur pore ou enfemble. 



Clafles, 



l^^« Partie. Les Erbes. 



I Mono cot nle don es vafcuUfenz. A capfules- 

% hacclfcrx, 

3 Polucotuledones gumnomonofpermx, A une graine nuc. 

4 gumnoulfperma JlclUtx. A fcuilUs vcrcicillcaa. 
y umhcllat-x, 

tf gumnotrifperma. 

y gumnotctrafperma.* corolla rcgularu 



t 

9 



labiauz. 



polnpctaliX, 

I o gumnopolijffcrman 

J ' Monofperma flofcnlofiz^ 

II radiate* 

1 5 fimijlojculofx, 

14 ^ capitce^^ 

15 mnglofpcrTn:z, A cnpfulcs. 
i^ leguminofiC, 

« 7 hacafcrtZm 



Ixiv PREFACE; 

Clafles. 

1 8 Folucotutedones pomlferce, i 

J 5 cucumeracex. 

±Q apetaliS. 

ii Monocotuledoncs apetalcc^ Graminees* 
ii Fruclu occulta, filices^ 

a 3 mufcL 

ay fungi . , 

i^ litofuta. 

a« Partie. Z^^ Arhrcs^ 

A7 Monocotuledoncs palmatiZ, Palmicrs. 

z8 Folucotutedones hacclfera, 

a^ pomifem, 

30 yafculifera, A capfule, 

32. iulifera^ A charon, 

3 3 Jlamlnex comferi:c» 

34 ^70/1 conifera* 

5f Fruclu occulta, ' _ 

De ces 35 Clafles , il 1 en a 10 ; ou prefque | , ^« 

natureles , favoir les 4 , 5 , 7 , 8 , 1 1 , 12 , 13 ', 16, 
19 , 35* Elles font divifees relativement au fexe des fleurs, 
leur diTpofition & celle des feuilles , au nombre «ies 



a 



^pctales Si des gralnes , en 93 Ordres ou Seaions , dont 
:2i ou prefque ^ font naturels. 

Cete Metode paroit avoir ete tlrec de celle de R^'' 
Elle n'efl pas des plus dlficiles ; on auroit pu y fondre 
les ArbiGs avec les Erbes. 

Elle a ete fulvie en 1759 , par M. Fabriclus dans Tori 

Enumcratio Maodica Horti Medici ^ hElmfladienp , 8^ 
hElmJladiL 

ei Wu ^' <^Ieditfch a done dans THiilolre de I'Acad^mle Roiale 
wicduich. jes fciences de Berlin , 4^ , pag. 109 6c fuiv. le plan d'un 

Syfteme ou il partaje en 7 ClaiTes les 1066 genres ^^ 
Plantes qu'il cite, en les confidcrant relativement , 

1* a la ptercnce ou occulrarion des fleurs 

2 a la firaaticn des eraniines , 

3 a la dificulcc de fixer & clafTcr certains genres. 1 

,, " , ClafTes. 

ricursaparcntesjccamincs atacWes au receptacle , 1 Fhalamoficmontu 

k la corolc , 3. Petaloftcmonts* . 
au calice > j Calycoftcmones* 

auftildupiftil. 4 Stylojlemones. 
Pcurs cachces, - ^ j F/or.W.r.nr... 

fleurs invifibles par leur pcthclTe, € Flore stnvlfihlU^* 

Gei^cs de Planrcs dificiles i clafTcr , y AnomaU. 

De ces 7 ClafTes , pas une n'efl naturele. Elles font divi- 

lees & fous-divifces 4 f^is de fuite. 

La 



P R M F A C E. 



ixv 



u 



I 



" divifion porte fur la reunion ou llbertd des 
ttamines , & fur la figure ou Venfembk de la Plante , £c 
forme 14 Ordres , dont i feul eft naturel. 

La a' divinon confidere I'abfence ou la pr^fence de la 
corole , le nombre des fleurs , leur regularite , & forma 
ao Sedions , dont ii n*y en a que . i de naturele. 

La 3* divifion porte fur la fituation dela fieur defTus ou 
deflbus le fruit , & forme jijfe^tvons , dont 3 font natureles. 

La 4e divifion forme du tout 105 Sedions fort cour-* 
Xes , dont 49 ou 5 , font natureles* 

II Tiy a gu&re de fyfteme plus fimple & plus aife dans 
Tordre des divlfiohs & fubdiyiiions des Clafes , & il y 
mn a peu de plus dificUe potit ^tudier la Botanike. 
. M. de Bergen , dans fon Flora Franco/urtana > 8^. Fra/^ 
fofurtt f a fuivi la M^tode de Toumefort , mais en fon- 
dant les Arbres dans les Erbes , & en chanjant {^s 8 der- 
fij^res ClafTes. Nous ne r^petcrons point ici les 14 pre* 
mitres cju'il a conferv^es. 






I 



If 



Arhotcs^ 



*7 ' conifer x^ 

1 S Gn^mlma* 



iuUfcntu (Ccft la 1^, AmciUacca^ Toue.) 



\ 



ErhM, 



V 



- l^ Eplphyllofpermit. ( Ctft la i^p Flore canntet. Tour.) 
^%^ (Mufci. I ■ 

A I )AlgiX, iC'cA 1* J7# Flon fruHufuf sarenus. Tour. ) 

^ I>e ces ai Qaffes, il y en a ^, c. i d, | & plus ; 
ce natureles. Elles font aivif^es reladvement au nombre 
des petales , 'k la figure de la corole , au fexe , i la fitua- 
tion 6c difpofition des Hears & du fruit, au nombre des 
^tamines. des lojes & des eralnes 



i 



r 



& a 



la fubftance da 
dont 33 , c. a d. 1 & 



fruit, en 124 Ordres ou Settions 
plus font naturMes, 

Quoique cet Ouvraje ne foit que la r^lmpreffion du Vade 
mecum Batanicum S. Odegus Botanlcus de Johren , fur les 
Plantes des environs de FranCfort , U y a des additions , 
& il merite d'etre lu , k caufe des carafteres que M, Ber- 
gen a mis a la tcte de chake Clafle. ' 

M. Duhamel, dans un Ouvraje intitule 
Arhns & Arhuftes, qui ft culiivcnt tn France en plclnc urrc ^ 
a. voL In-'^ * Paris , divife les 1000 efp^ces ou les 190 

enres de Plantes dont U parle , en 3 ClajPTes , en les con- 

dhant yjclativejneBt , 



Tralic d^s 






^*, 




\ 






J k 



\ 



1" 1 Icur fcxe , 

Z au nombre dc leurs pctalci. 

V^.ClalTe. A Jlcurs males dijllnctes dcs femellts ^ 
& quelquefois milUs avec dcs ermafrodiUs. 

i«" Seftion. A fieurs males & femelks fur des pics dijcnns* 

* A t eumiaes, Saulc. 

A 3 ^ Ofurls. ■ '' 

; A 4 Ippofae Gui, Gale. 

A f Piitachicr. Ceratia. ■ ' 

^ A < Afper jc, Smilax* GUdltJidn Fagdra^ 

At Pcuplier. 

10 Conariam ■ v 

> A iz 5f plus. Rufcus. Genevrier If. Efedra, 

I"" Seftion, A fieurs males 6 femdUs fur k tncme pU^ 

A 4 6ramines. Bouleau. Muricr. Buis. 

^ A iz & plus. Noier, Chcnc. Chateaicr. Coudrier. Charmc^Platanc. 

Liquidambar* " 

A ctamuies reuiiics. Pin. Sapin. Melefc. Ciprcs, T^a^ .' • ■ ' 

3* Seilion, A fieurs males & femelles avec dcs erntajr^dltes- 

jur U meme pu. 
Arochc, Ahternc. Micaioulier, Evabtc. Frene. Empetron. 

2^ Claffe. A Jlcurs crmafrodites monopitales. ^ 

V" Seftion. A fieurs' regular ee. 
A I fcamines. Lib. Jafmia. Ttoene. Olivier. f/J/zV^tf, Chionantc*' 
A 4 aain. fie 1 piail. Call'icarpa. Elca^nus. " r 

4 riftil. hOux- .-^ , "'. 

A f ccam. & I Piftil. Xulojleon. ^umfoncarpos^'Tfuifufi. SUsro- 

xuloh. Nerion. Pcrvanchc. SolanoH. I«- 
kion. 
i J fram. dc i piflil. Perlploca. Orme. ' 

,j ftfgmaies. Fihurnum. Samhucuu 
^ A «■ eram. & 3 lligmares, luca. -- ■ • r ^ \ 

.^ A « eum, & I pifnl. TumeUia, SaHdmnnia. Dofi4. Vacclnium* 

Bruiere. DiofpuroL ■ ' 

. A 10 ^cam, & I ?ia.' Rododendros, Aibaufier. CaultUrd. JrH&f- 

tajulos. 

A plus Ac 10 ftam. Stir ax. 

^'' t^ Seaion. A fieurs irriguUeres. 

A 1 ^ramincj. Romatin. Sauje. . ' 

. A 4 ccara. & 4 graines nucs. Teuknon, Tim. Lavandc. Stecas. Flr 

tnis, Ifopc. ^ 

&: une capfulc. jP'^/jofl/^, ;>^;/f:ir. 
' A f ^tam. & unc baic. Chevrcfcu.Ue. YA^;?:^r^r^/„5. Dicrvilff. 

5^ bechon. ^ /^wrj regulieres oU irregulieres raffcmblies tft 

, . . iite. . 

Etraafrodiccs 'i 4 ctamines. Globulairc, Ccfalancc. 

& fccncllcs Ijctamincs. Abfintc. Armolfc. Marfia* 

'" ^ ' ' ' ArljigteU. 

. i 5 ctaraines. Sanrolinc, . : ; : . • 




J i 



i ^ 



f«^' 






t 



^ 



P R E F-A C E. Ixvij 

P 

MlT«i &: fcmclcs daas une envelope. FigwUc. 

y Claire, A ^curs ermafro.ducs potypccaUs* 

A 3 ccamiDcs & x piiHl, ChamcUia^ 

A 4 ftam/& I piftil. CoVaoulierT^Flifcn. Belluccla^ ' . J 



*^ ^ •.^ 



* A 



X 



»!» 



. > 



A J ecarn. & i piftiU Nccprun, Boa^^^BC Ccanoius. CcUJlrus. 

~ ' Dlconangia, Li^re, Vignc. GrofeJier, 

fliles* ^ilpUuj^Q^* Jajubier. Cbenopodion. 
I ftiles, Paliurus. Counts, Rus. Virnlx^ Stafulca^ 

5- pi/lll$. Aralia, 

A tf ^am. & ? piftil. V'iucrier.- ;,; - . ,. , 

) Menifpermon. . 

A 7 ccam. ^ I pifliL Ippofajlanon* . ' . 
A S ccam. 5c r piflil. Rue. - *. 

A 5 £tafn, 8c I pirtil. Laurlcr. 

A, 10 6ia2i. ^ I piftiL Dulia. Junta. MoHe. Azciarac' 

,1 piftil* Udrangcit*- 
A rz ccam. Jc plus fiit Ic calictf * & i piftiL Mfrte. GrenaJicr- Pru- 

nicc. Ccrificr. Amandjcr* 
- ' ' ' ' ^ ic li S ^*^"- Ncfiier. Alificr. Sor- 

bier- Poiiier, Splrxa* 

& plus cfc J piftils. Roffcr. Roncc. 

Potcntilc. Baftcria. 

ilabafc dupiftil, 8c z PiUil. Stewartia, Grcwla,liU 
-' - IcuL CapT-icr. Cifte. 

8c pIulTcurs piflils. Magnolia^ Tali' 

' .' * ptfera, Anona^ 

. * Clcmarice. 

rcunUt ctt unc colone. Kermla. 

pluficuK corps 5c 1 ftilcs. Androfaimon* ' 

J a f ftilcs. Uperikon^ 

Afcyron • 

a^ Section. j4 fleurs irrigulihres. 

SlUqnaJtrum. Ana^urls, Amorfa^ Genet- Spantum* Cicife. Ajon. 
Bartajoyls, RotinU, Aretcbcuf. Bagnodicr. Tragjcanta. Emtrusm 

,- De ces 3 clafles , pas une n'eft naturele ; elles font 
divif?es rebtivement au fexe des fleurs , h. !eur rc2;uJante 
ouirregularite, & a leur difpofition 5 en 8 Sections , dont 
ancune ncft naturele; & ces Se*51ions font fubdivifces en 
54 autres Sections , dont 10 , ou j & moins , font natu- 

Cete Mctode efl , tome Von volt , une combinalfon d^ 
"telle de M, Llnnseus avec celle de Tournefort. ^ 

' M. DuKamel a done , dans le meme Ouvraje , une 

^c Metods;! w^ il partaje \e$ iQQQ efpeces ou njo gen- 

€ ij 



\ 



f 



tfvnj P R E F A C E 

^rcs d'Arbres ou Arbrifleaux dont U parle » cn 7 Famil- 
ies »' ^n les confiderant relativement ^ 

«• a la fubftaiTCc & figure du fiuic , 

s. i la fubAaacc* figure & nudite dcs grainei* 

^l*^^ Famille. A fruits f€<s icaiUeux , J capfuUs ou i alveoles i 

ou a graints nuts rajfcmblies en maffe^ 

w 

^ Sc£Hon, Ecailleuxcn c6aeB. Fin. Sapin. Mclcfe. Tua. Cipies. Aunc. 

. Boulcau. 
X A capfutei rafTcmblecs en coac* Magnolia, 

« 1 A alveoles covenant les gtames. Liquidamhar* 

4 \k. femcnces nucs come dcs (cailles ra^TcBibl^ei en c&ne* 

Tuliplfera* 
i f A fcmcuca raflcmblccs en tcte. iMatane, Cifalancc. 

2* Famille. A fruits plus ou mains charnus conienani 

des pepins^ 

t Scd. A pcpins cnvclopJi dc bcaucoup d< chair. Poirier. 

* brou. Chaccnier. Ma- 

fOR-d'Iode. 
f ' cncbaffcfi dani le trou. Ch^ne. 

4 renrermct en grand Dombre dam uneou plufiettts 

caviccc. Granadile. Crcnadlcr. Figuiet. 

y Famille. A fruits en noiau, - 

I Sea. Noyau i 1 lojc dan* un fruit charnu, Prunier. Cerifier. 

Pcchcr. 
1 lojei dahi un fruk charnu, Olivier. Elcagnus. 
Jujubicr, CornouUcr. Micacoulier. Lauricr, 
^3 Noji'au recouverc d*un Vr«u_ Noicr. Amandicr, 

*4 cnchaffc dam un btou. Coudiicr, 



• 4« Famille. A fruits en haie.^ 



* > Scft. Baic fuculcnte i i graSnc. Gui. Ip^ofat. Viorne. Slicroxw 

/t)n. Chionante. Fullirta, Garou. FuftcC 
Oxuacanta. Menifpermon. 

■ a I noiau enchaffc dan* la chair. If. 
2 if lojcs. Azcdarac. 

4 Paic fccbe ou pcu charnue , i i fcmcnce. Sumac. MolU> 

Joxkoiendrtm, Piftachier. Gale. Dirca. Pajfenna. 
f , Baic charnue ou fcchc, d z graincB. Afpcrje. 5m/74x. Cbe- 

vrcfcuillc, Xuloficon, Ifica. Stirax* Jafaiin. Eourg^nc. 
Vincticr. Efcdra* ■ ■■ 

* Saic charnue ou fcchc a j fcnicnccs. Rufcus. Ramnus. Ala- 

terne. Suro. Gcncvricr. 

7 4 4 fenicaccs. hOux. Troenc. CaiU" 

carpd, J^texm 

• i J femcnces. Ar^ojlafulos. Aralia. 

Lierc. Vigue. Ncflier. 

> i plus de Y fcmeuccJ. Airele. Arbo^i- 

ucr. Dlofpuroi, Mirce. Butnerta, 
Solanon. Lukion, Belladoac. Grolc^ 

w . lieu Rofici, Caf i4cr» ^ 



X 



PREFACE^ IjcLc' 

5* Famille. A fruits en capfuUtl 

X Stft« I tapfule i I loje 8e » fctnencc. Chatmc* 

mcmbrancufc i i lojc 5c i fcmence. Ormc, J7<f- 

luccia. Renoucc. Arochc, 
f i I lojc & plufieon fcmcnces. Diconangta-,. 

^ X capfulc« r^uaics , chacune 1 1 lojc Sc i fcxncncc. Fagara^ 

& pIuGcuri fcmcjiccs, 

Tamarij. Saulc, Pcuplicr* 
*** X capfulcf 1 1 lojcs, & 1 fcmcnccs. Lilac. Trllopus. 

7 1 capfulc i J lo^ct ,flc i gcaines. Falluruu Chanulaa, 

^ & plus dc € graincs, Junla. luc*. Ce* 

laftrus* Ticiffiale* Uperlkon. Andra4 



•» 



faimon* 



«» 4^5 'ojcs * & 4 1 J graincs. Fufcn. Crtf- 

IS 4 lojes , & plus ic y graincs* Dltrvillam 

Bruicre*. Surlnga. Rue. 
It * J lojes > & I grainc , Ic* 4 auccet avonant^ 

TilkuL . . ■' 

15 fie f grained. Stewartla*- 

14 & plui ic f graincs. Tfucfufi. /?So- 

dodcndrcs* Oaulticr^' Spirxa^Ket' 

mia* Askuron. 
If i plus Je ^ lojcs &' plus dc ^ graincs. CiAc* ^ 

6^ Famille. A fruits jn fil'ihs. 

X Se<fl. A I lojc ^ 8c 1 fcmence. Amorfa. Lt-'gos, Barhajovis, 

J ou 4 graines. Ulex* Tragacanta, 
\ Sans cloifon , comprimcc cnirc cbakc fcmence. Coronile* 

4 * & C^^s pulpc. Pcrvanche. Siltquajlrum, Am^ 

gurls, Gcnijla^ Spartlum- Cytifus, Rchlnia^ 
Anonh* ^ 

f Sans cloifon , & pulpcufcs. ^cacia, Ccrntlc. Boiidtic* ^ 

4 Avcc 1 cloifoa langicudinalc t^ui fotmc i logcs, Sradleam 

BignonJds. 
7 rruks en filikes , mais qui n'en ont pas Ic caraderc. Ntrlon^ 

Ptriploca. Stafuhd, Anona, Colun^ . , 

7* Famille. A fcmtncts nuts^ 

Y Sc£l. Sans envelope. Ciematite. Buplturon^ : 

A I giainc dans uacalicc. Chcnopodion, 

f 4 Tcukrion. Romarin, Stccan t»Ta*i- 

dc. Sauje. Floniis* IfTope. Tixu 
4 5 Redou. 

J Plus dc y graines dans chakc calicc. Sanroline. Abfinre. Aur^ 

lonc. MarfE. ArifioteU. Globulairc. PcntafuUoidcs^ 

If 

. . 

* * C'c/V unc cap fule i une lajc-. 
♦♦ C*cfi unc capfulc i i lojci , cofltcJUDt chacunc rgnim* j ainft 

<ctc Scftioa AC mtit pas dc w 4V 

'Mi . 



^ 
J 



\ 



1h PR^E^F^ACe, 



De ce5 7 Families , aiicune n*eft naturele. Elles font divi-i^ 
fees en 49 Seftioris , dont 2 font natufcles-. . ' 

M. Ouhamel avcrtit u qu'il ne prefcnte pas ces Tables 
3>comme une Metode exafte ^ Ie,,'.nombre des femences 
37 ^tant fujet a. trop de variations ; mais comme des notes , 



icatiofltis 



?»les a ceux qui fe trpuveroient embarafles dans ruflije de' 
37 fa i'^^ Metode • & que c'efl pour cete ralfon qu'il s'eft 
3> contente de prefenter les fruits par Families. : 

Ceil, dans des.^vues iemblables que le meme Auteur a 
done , dans le meme Oiivraje line y Metode fur les feuU- 
1« , afin , dit-il , de fupleer au defaut des 2 Metodes ou 
des Tables preccdentes , -qui devienent Inutiles dans le terns 
ou les Arbres n'onj ni fleurs ni fruits. Cete Metode eft 
d'autant plus necefrair& , que nombre de Plantes conferment 
leurs feuilles tcute I'annee ; que les autres les montrentbien 
avant les fleurs & les fruits -, & les eonfcrvent fouvent bien 
longtems apres leur chute : & quoiqu'il ne ne la regarde 
pas ccmme bien exafte , elle eft neanmoins d'un grand fe- 
cours pour aider a diftingu'er' certains A.rbres les uns "des 
des autres. II divife les 190 Genres d' Arbres dc fon Traite 
en 4 ClafTes , en les confiderant felativement , ■ '■ 

i°a. b figure des feuilles, ■ ' "■ 

i leur durcc. Cere (Toilfidcration donclicii' aux i cofoncs «ju'on 
i,<;matke dins chake Claire , done \i i^ eft pour les feuiUes 
loujours veries ou totijows fubflfjantes , & la ze pour celks 
^ui torr.beiic tons Ics ans. 



ffe. A feuilles fimpU 



y enticres. 



Feuilles^ toujour s rertes, • | Fcullhs cadukes, 

I Seuion. Tres-ctoiics -f 

•;!• Longues. Pin. SapW, Ui\i(^ Grrra-^- Melcfc Occid.- 

tal. If. Romarin. Scccas, Lavande. 
'■ • - Ciftcafcuii:.. dc Romarim . ■ 
Cour:c5 , pik.^nres oir iron-- OJrrrfda. 
Gcnievic. Bf.uiere. GedrCk |^ 
I Trcs-j)eu aparantcs. Cip^ics. Tua- Sa- 
bine. Ccdre* TaiDaiis. Sainolinc 
i_^Sea. Ovales fort lonj;iJc«;;.\ 



» 



^- « . I \ 



dendrcs, Ncrlon, Perjilnca anguf- 

ilf. Gui. OHvicn Tiotnc./uljue. 
anguftif. , . .'* • 

Iternes non icni^jsO furls. Tumc-\Eieagnus. Ippofae. LuVton. 
Uiafcmp. vir. Arijtotela. Chame-\ TurrieUia foL dccid. GcnfCr 

3 OpoCccs dcnicc5. Tfijtfu/, ^ ~ [Aman^icr. Pccher. MkacoU' 

4 Alrcr^ncs dcntcis. I hex. S'^ult, Sphea falidfol' 

r 



r 



PR E F A C E. 



r\ 



\ 



FcuilUs cadukes. 



Ixxj 



Grenadier. Cef.ilaatc. Cornoulicr 



' FeuUUs toujours vertcs* 

I Scdiou. Ovales afTcz laqes. 
1* Opoiccs nori dencees Capri' 

folium fcmp, v-V. Tinus, Tenclumcnon. SumfQricnrpos, Xu* 
Full rea Ixyii^Fervincala- loficon. Chsmaccrdfus, VihurnuJiU 
t'lf, Buis, Ciile. fiijmh, l^^^^ ^ig'^J^^^f^^- Eutncna, 
Teucrton Bxt, Tym, 
Alterries aou dciiict-s. Mitre. [ Stirax- Dlofpuros> Dlrca. Side^ 
Airele. Arctojiafulos. '^n-' roxulon. BdUdona, Dulamura. 
joia. L^iurocer afus^B-^pUu- FrangnU, Chen-^podion. Anona. Co- 
ran. Masnoiia. liciaialc. [ lonajicr. Carrier. Splrea upcrlclfoU. 



» 



Opoflcs dentees. 

Chamaidrus . 



Fullirea. 



4 



Diervilla, Suringa^ Callicarpa 

RamnuSm Euonumos. l/^ra.igsa, >» 
Junta, Paliurus, Ccanotus Jujtl*- 



Alicrncs dcnttfes, Lifge. Tcnfc. 

Dlconangia. hOux. Caffine^hUt. PruLiier, Cerifier. Oimc, Tri 
aquifoL Al^ccne, Gualtie-^.lopus. Poiricr. I'omicr*^ Cojgnicr^ 
ra. hx\>oyA(izt.Grcwia.L3L\x-^Crat^gusarhi^tif. Splrea fol- creni 

Mefptlus laurifo.- Aunc. Coujiicr-. 

Chatenicr. Ecrc. Charrac. Tacama- 



licr* Gale. 



4Se<a. 



-ft ^ 



ca. Yinccicr. 



Arondjci, come en cctur 



X* Opofecs non dentec?. Askuron. 



I 



Altcrnes non dcntecs. Rufcus, 
Alterncs dwncccs. Smilax, 



Lilac. Pcrlploca. Coriarla. Upc-^ 

rikon, Androfaimon, ' 

Gainicr. Menifpcrmon^ 

Cclajlrui. Abikotkr* Pcuplicr*' 
Tillcul. 



_ L 

a< ClaiTe. A feulUcs fimplcs & dicoupies ajfci profondimcnt* 



n 



\ Sc£k. Opoffes non dentees. 

Ahcrnes non denteej. 
Lic^re. Aroche. Sairafras* 
Gianadile. 



3 



4 



Opofecs denizes. 
Alrcrncs dcnt^es. 



] Acer^ 



Bacckarh. A!iGcr. Chenc, rlaca^ 
ne. Li^uidambar. fij^uier. 

I 

Oputus, Accr^ 

Cro(51icr. Neflier. Splrea opuVtf I 
Vjgnc. Kctmia, 



y ClafTe. A fiuiVa compofks ^ empanies ou conjugees, 



% Sea, Opofecs Don dcniccs^ 

Alcernes non dencees. 

• Ceratia, Tragic anta 

Lcntiske- 
I GpoCies dcniets. 



Ldnc lacin* Jafmin. 

J 
% * - 

Tcrcbiutc. ToxUo fcndron* Brad* 
lea, Robinia, Bond'iC. 

Bignonia. StafuUa^ Acertrijida^ 
Frcac. 



>j 



-,^ 



4 



Alccmrs dsatecK 

Mollc. 



Azeaatac 
bier. 



Suro. Fr.gd'-t. Sumac^ 
KoAcr. FtarabjilictrSct- 



C IV 



r 



txxij 



PREFACE. 



4* Clafle. A feuilUs compofies , pclmics on tn ivcntall* 



FeuilUs toujours vertes. 

.1 Seflion. Opofees non dent^ci, 

r 
r 

Aheines non dent^ci. 



J 



4 



Opofcei dcntccj. 



Ahetncs denctcc* 



FtuilUs caJukts^ 

Vittx. 

r 

Toxicodendron glaK Betluceia^ 
Blgnonia caprtoL Anaguris, Kuti* 
[os» Spartiort^ '■ 

^ 

Agnnt ntgunioi Toxlcodeniron 

puhtfc. Stafulea j fulla. 

V 

Ronce. Anonts.TppoeaJliinon» Pa^ 



via. 



-^* 



All ion?. 



' , 
I 



■^, 



1 



lacinicc* atfcz irrcju- 



lieres. 



iees 



figu 



Samhucus lacin, Abfinte.AuroKe. 
Ulex. Rue. Pcmafulloidcs. V'uis 

petrofdinif. 

I'efl naturele, Elles font &rU 



Igurs dentekres & decoupures , en i/Seaions, dont i feule 
eft naturele. La i"« ClafTe a encore ies Seaions fubdivi- 



fees relativement aux memes confideratlons. 



Metod 



en fondant 



1 ^r- r^-*^*^ ^^'^^^^ ^vLt iTficvuuc piu5 exaae, en lonaant 
Ies Claffes fur la difpofition & fituatlon des feullles , & 
Ies Seftions fur leur figure , ftipules , &c. 
^ M, AIHoni a done , dans fon Synopfis MetoiUa hord 
Taurincnfis, 4O. Taurint ^^ xin^ Metode oh H divife I« 

rJanies en 13 Gaffes, en Ies confiderant relativemQut , 

i^ a la perfcaian ou inipcrfcaJon des flcurs , 
1 i la pitfcT.cc ou a'bfcnce At la aoioXt , . ■ 

3 au nombre dt» pc:a!trs de Ja corole ^ 

4 a !a difpofition Azi ficurs , 
jr 4 la Ugurc de la coroU fie de !a Planrc. 
tf i rcnvclopc QU fludite dcs graines. 

ClaiTrs. 

X Monopetala Jimpllces^ 
I Scdion* Monofiemones, 
% Dijlemones, 

3 Trljiemonts. " ; - 

4 Tctrjjl^noncs. 
f Pcniajtcmonfs, * , 

7 OHofiimones, 

8 Er.neaJtcmorf€s» 

lo Folujlcmoncs^ 



^ 



% 



\ 



^ 



i 



y^ R E r 'J C M. JMjl 

Claffcs. 

-X Monopttatx eompofitx. 

% Scdioa. AnurU foluilsm 

t coalieis, * , 

} Dipttala. 

4 Tripctal^p 
J Tctrapetalx* 

.1 Scft. Te tr axeman esi 

3 O^oficmones* 

4 Poluflcmones* 
tf» 4 i f Fttalx y Papilionate^ti * 

% $eci. Tetrapeealitm ' - 

t ' Pentapetala* 

7 Ptntapeiala- gumnodifpertrnt* 

I ScA. I fcminiius plactntx jufXtf^ . 

& placenta €MrintHuS4 

t Perttapetala angiofpermit» * 

s Sc^. Monadelfm^ 
% Filamentis hafi coalltis^ . *■ 

) Staminibus Ubcris% 

> Kxapetala* 

t Scft. Dianura. 

X Trianur^m 

I Exajlcmones, 

4 £/intf afitmonit^ 

I a Poiupetalit, » 

Jx Apetalit non gramlniM, 

I Sc£t. Monndtlft. 

X Staminihus liberCU 

Jl Afttal* grATnlni^* 

I Sc£l. Utjlsmomsm 

) ExaJIcmon€$m 

J } Flore impcrfeSo* 

De ces 13 daffes , U ny eft a pa$ ufl€ de ftatttrd*. Ellei 

font divifees , eu egard au nombre des famines & des p^-». 
tales , a la reunion ou libert^ des ^tamines , au pkcenu de» 
des graines, en 3 a fe£Hons , dont i feule eft naturele. Cette 
Metode ne difere prefque dc celle de Rivin , quant aujc ^ 
clafles , qu'en ce qu*e!Ie ne confidere pas la r^gularit6 & 
rirregularit^ de la corole , .& ks feftions font tirees du iyft 
feme fexuel de M. Linnaeus. 

On peut encore ranjer parml les Metodcs tmiverfelet & Metode fuf 
ginerales , celles qui ont et6 faites fur la confid^rationdes ret- «» ^^^^^^ 
tus medicinales des Plantes. Pour mettre ce fujet dans tout 
fon jour, explikons ce qu'on entend par leurs vertis 01 
i^ic?7 leurs (ju^tss oy prindpes , §C kurs j^jes^ 



I 



I 



r 



m, ft « 



f. 




/ 

r 

- i 



xlv PREFACE. 




nomn^ 



tiire , eniuite pour les arts , enfin pour la guerifon des mala- 
dies, qui eft Tobjet de la medecine, le feul dont ilfoit ici 
queftion. ...,.' 

Quant a leurs vertus , on a remarkc qu'en general chake 
fairon produit celles qui font le plus converiables aux mala- 
dies particuliferes a cos laifcns : ainfi le printems produit des^- 
Erbes anti-fcorbutiques ; I'ete dcs fruits acides , anti-flogifti- 
kes, c. a d. opofes aux maladies aigues & inflamatoires; ' 
Tautomne foumit des Erbes aromatik^s capables d'entrete- 
fiir , pendant fiver , une chaleur fufifante dans notre corps , 
& den ecarter les efets du grand frqid. Ces verfiis "diverfes 
des Flantes depeiident de la diference de leur aftidn. Les 
lines fe portent fur cehaines parties", fans iivoir aucune ac- 
tion fur les autres. 11 y en a qui agiflent fur les os ; d'au- 
tres fur les nerfs ; d'autres fur les mufcles & les chairs ; 
d'autres fur le fang; d^autres fur la limfe, &c. II y a meme 

plus J c*eft que certaines Plantes n aeiffent que fur certaines 
de ces parties , foit ofleufes , folt chartlues , foit herveu- 
fes , &c. C*eft ainfi que les diuretikes agiffent particuUere- 
rement fur les reins , en les iritant ^ de forte qu'il fort du 



^ 



dans les vaifieaux fecretoires des reins, a peu-pres come 
une iritation fur les inteftins , caufe la diarce , come Tirita-- 
tion dans la bouche caufe le crachcmant , come riritatiofl 
fur les ieux caufe les pleurs. Cete vert^i ititantedes dro- 

- , , depend 

non-feulement du poids & de la figure des moleftiles afti- 
yes , mais encore de la ftrufture & de la reaflion duvif- 
<^^i;? ^P^.^^^.^c'^^e les couleur^. dtpei\dent de la denfiti§ des 




form 



■umi 



corps qin renvoie ces molecules. En efet le venitt 



4rp 



un 



flte&I'i^roDifie.r 



F 



to-es-doux & conwfuer^ fittk langue, caufi de'cmelesdou- 
[^'■f ?..Hf?e inflamanon &^la gangr^fie dais le ventrkule & 

les mteltins. C'elt de cette manieie que les Diuretikes n'aeif- 




' .'i'rX"" /":'*='"^ .?n les irntant, ^ augmentant les o 
itions des fibres cjij dcterminent le$ flujdes a defcend 

cans les uVeteres & la vfefTi^. * "" 



V 



/ 



& 



P R E F A C E. Ixxy^ 



qu 



pendent de leurs principes conftitutifs. Les unes contlenent defc' 
prlncipes aqueux, d'autres des principes hulleux, d'autres de& 
principes falins , &c. TouteslesPlantes donentunfelnitreux , 
quoiqu'on les ait eleve avec du fel marin ; mals la bafe du fel 
marin y refte toujours : cela femble prouver que le fel ma- 
rin , ou du morns fon acide chanje de nature en paffant dans 
les Plantes ; mais coment fe fait ce chanjemant I On fait 
que le feu altere confidcrablement & chanje meme les prin- 
cipes des Plantes , qu'il les akalife : ainfi c'efl plus alexp^- 
rience & a Tanalojie botanike qu'a la Chimie, qu'on doit. 
la vraie analife de leurs vertus & qualites. 

Voici ce qu'il y a de plus avere fur ces qualites. 



L'amer, 



ufe 



neral. 



L'amer feul ou joint a I'aromatike, picote* 
Le fale feche eii abforbant. 
L'acre brule & corode. 
L'acide & Tacerbe rafrechiffent. 

L'acerbe eft aftrinjant & acide, come la rafe de r&fm.* 
L'auftere eft aftrinjant & amer, come le pepin de refin. 
' C'eft d'aprcs ces confiderations , fur-tout de I'aftion des 



nab 



riantes qui elt une luite de leurs quahtes ou p 

tituans , que Ton a fait diverfes Metodes. N- 

teurs , meme c61ebres en Medecine , fe font ocupcs de ce 

travail ; ils fe font bornes d'abord a 500 Plantes; il les ont 

porte^enfuite jufqua 1200 , quils ont divifes depuis idl 

jufqu'a 2 1 claftes , dont voici le refultat le plus genSraL 

\ 

i"^'^ Partie. Plantes ivacuanus. 

V^^ Cid^fTe. Purgatives & eme'^ Pruncllcr. ' Titlmale, 

iikeSm Damas noir, Pignon dlnde^ 

Agarjc. Jeblc. Ncrprun. Gome guce. 

Ellcborcblanc. Gratiolff, ' Bouijenc. Ipccacuana.- 

Colchikc. Liferon. '^ Tcchcv. Mannc. 

Aloe, ' Scamon6- ^*'^^- . MiroboUn, ^ 

flambc- Mcchoacan. Tamarln^ ElUborc n©ir# 

Iris lie Florence. Turbir. ' ^ ^^"%, _ . /-^rix. 

Afatom Soldanelc. ' m 2.« Qalle. Aperitives & D^x 



'^^P'^c* Pain dc poutccau. foh^ 

Cartamc. jai^p, Chicudant. Ache, 

Rapontic. Lia fauvajc. Larmc cfc Job, Celcr!. 

Cokuvrfc. Kubarbc. Afpcrje. " TcrG. 

Colokimc. Carou. Petit hOUX. Mafcron."' 

Concombre ClU- Laurcole, Cgnori. - Fcnouil. 

vajc. Rofc pale. Poito. PafTc-pxcrc: 

Suro. ' Rofc Qiufca4f, Ch«vi< Chkotic fauvajc; 



«- 



I 



buvi 



P R E F A C E, 



FifTanlir. 
Cbardon ro!an. 
Chardon ecoil6. 

Eacdanc. 

Garanfc, 
Crcmil. 

Alkckanje.,. 
Saxiftaje. 

Omfrtc, 
Tamarss. 
XrnioTc, 
Oreille. 
yatianfc. . 



Areie-bcuf, 

Po!s chichc. 

Tcrcbince, 

Boi-ileaii. 

Caprice. 

Retort. 

Tavot cornu, 

Ficnc. 

Ancolic, 
Niclc. 



Armoiic. 

Matrlcairc* 

Soufi, 

Valctianc. 

MciifTe. 

Ivr^rubi:. 

Elbe i chat. 
Mcntc. 



Agnus cafim* 

Bo en's.. 
Aroehc puanre 

Rue- 

Giroficc jauoc. 
Ca m fr c . 

Sabine* 



V 



5* Gaffe. Bichikcs ou PtiKtfn 



Salfcparcle, 

Koier. 

Aniclike. 

luipcratocro. 

Chardon bcni, 

Chardon tnarie. 
Salfifi. 

Tctafirc. 
Scabicufc* 



Sapin. 

Diaforitikes 
dorijikes. 

Scordfon. 



Rcinc dci prc5. 

Gaiac» 

Skinc^ 
Ricin, 
Saffafras. 

Jsnicvte. 

Oliban. 

Pcrfcn-ioufTc, 



Capilairc. 
rolitric. 
Cctcrac. 
Rura muraria. 

Pulmoncre* 
Datcj. 
Sucre. 
Auacc. 

Pas dine. 

Fie dc chac. 

Icbe a coton* 

Eourache. 

Bnglofc. 

Vipcriiic. 

ScbeAcs, 

6^ ClafTe. 



rales. 

Liere t^rcftrc* 

RofToIis, 

Amandicr# 

Jujubiec. 

R^glifTc. 

Pome ic renitte* 

FiaaclK. 

Figuc* 

Coton. 
RaifiD* 

Velar, ^ 

Kavec. ' 

Chourouje. 

Cokliko. 



» 



Bcnjoin. 

Errincs ou H 



Souchct. 

Acoruj, 

Glaicu! puant, 

Safran. 

Ariflolochc. 



UJlcrikes. 

Mcon. 



}ffies 



t Claffe, 

AH. 

Rocan^bolc. 

Schcnar.tc. 

Amomc. 
Ccr lamomc. 
Saiurioii, 

Feuillc d^Inde. 

Carline. 

PorcrJc. 
Spic-nar.* .. 

Doroptc YCfiln- 



Galbanon. 

Afafecida. 

Sngapcnon. 
Opopanax. 

1* Partie. Planus altlrantts. 



t at o ires, 

Maftic. 
Euforbc* 
Waron d'ljwic* 
Moutarde. 
Poivte de Guincc.Stafis aigrCi 
Poivrc." Coklouidc. 

Laarier rufc* 



^lajambrc. 

Pirctrc. 

Irbc i ctcruucr. 

Nicotianc 



/fft-j". 



8« Gaffe. StQmachiku: 



yifc^i^f' 



\ 



Agrlpomc. 
Galena* . 

SaDtal. 

Anacardf. 

Citron. 

limon, 

Praxine^r. 
Vermes. 

Contralcrva. 
Alleluia, ' ' 

7arafpic» 



Cachou, 
Abfinte. 
Aiironc. 



Tan cne. 
Iflragon* 



Caf^. 

lupatoirc dc Me-Mentc. 
ftic. Chocola. 

fe. Ccy:2/iArJ 

Potiion.^ 

Bafilic. 

Calamant. 

|*ou!io-Cifn 

Tim. 

Scrpolef- 

KomacLi^ 



Wugct. 
Calanga. 

Gui dc chine. 

Caillc-Iait. 
Storax. 

Bctoinc.' 



/ 



PREFACE, 



Iavanif«' 



Vfouron, 

Wctificr. 
iarieec. TilleuL 

Tfopc. . . ^ Laurlcc* 
Marum. Canclc. . , 

Origan. Caaclc jcroflcc, 

Didamde CtcCc. Mufcade. 
X>ijiralc. Pivoinc/ 

Piimcvcrc. 

JO^ ClafTe. Epadkfs. Spli- 



Ipatike. . 

Toujere* 

Scolopandrc, 

Folipodc. . 

Cerfcuil. 



nikcs. 



Cufcutc, 

> 

Chanvrc. . 
Ouhlou* 



tuparoirc d*Avi- Famercrc* 



cenc. 



Crandc Cenuu- Seipciucre. 
xec. 

Ti« ClalTe. C^rmlnativeSm 

Anis. Panes- 

Cofiaadre, Livcchc» 

Carvi. Sefcli. 

Aoiml, Sifou. 

Ancc. * Camomile, 

Caro:c, MzMloi, 

1 z* Clafle. Oftalmikts. 

Bluet. lufiefe, 

Dipfacus, Ttcfic. 

Btuicre. CJielidoine. 

Orvalf* ■ Sarcocolcp 

Ycivcnc* Pic dc lion. 

\y Gaffe;; Febrifujcs. 

Kinkina, Lu^machia. 

Centianc. BcnoKe. 

PcdrcCcntaurcc. Argentine. 
Ccrmaadrcc. Bourfece. 

14* Claffe. AntifcQrhutiktS. 
Curcuma. Gome lake. 

Coftui indicut. Capu(inc, 
•crle. Coclcaria. 

Tccflc d «y. CrcfTon, 
Bccabuaga. Rokctc. 

Kumtnulaicc. Rcfon lauvajc, 
^atianfe aquatlkc.PafTwcaj*. . 
Cancic Blanche. 

lj« ClafTe. Vulnircr£s ajirin- 
VcfTc dc loup. Sang dragon, 

Sceaadc Salomon. Ufocifi?^ 



Tormantilc* 

Pic de lion. ' 
Coignaflicrv 



Eglaaticr 
Sorbicr, 

Ncflicu 

Acacia. 

Gonac ca 

Ban me. 

Siimac# 
Cheue. ' 

/ • 



Macte. 

MircCi 

Grenadier. 

Sanidc. 

Pcrfe fcuillc. 

Pilofclc. 

Milfcuillc. 

Pakccc. 

Cornouillef, 

Alrclc. 
rirolc. 

Pcrvanchc. Lieje 

Grande Confoude-Orcie. 
Bugle. Noifcticr. 

Brunclc. Tacamaca. 

Plantcn. Gcrahion. 

Orpen. Ipinc vinete^' 

Amarancc.. Ladanum. 

Rcnoucc. TaliCiron* 

Biftorce. Ciprcs. 

Patianfc toujc. Prclc. 

Qiiinccfcuillc. 

16^ C\:ii{i.Vulnirir€s ditirjin 



/ 



Ofiogloffe. 


Savoniere, 


Offuj. 


Soude. 


Licre- 


Pcrficairc. 


Lapfane. 


Honce. 


Jacobcc. 


Gome animf. 


Moaiordica. 


Ccmc 61cinl. 


Viornc. 


Baumc duPcraii* 


ChevrefcuiIIc. 


BdcIIion. 


Eliocropc. 


Irbe fainccBarbe. 


Trocuc^ 




X-]^ ClafTe. 


Vulncrcres aj^tri- 




lives. 


Vcrjc d'or. 


Velvocc. 


Buftalmon. 


rimprcucle» 


Ivccc. 


Mitperruis. 


Mcliif^. 


Colofone. 


Yeroiiike- 


Brai-fi:c. 


i8e 'ClalTe. EmoUanusn 


lis, , 


Bon hcnri. 


Btrfr. 


Lin. 


Scncfoa. 


Paticcairc. 


Acanic, 


Mercurialc. 


Bouillon blao. 


PeupUcr. 


li-tere. 


hOux. 


.Olivier. 


Violtrtc. 


Poicce. 


Mauve. 


Arochc* 


Caim4UYc« 



ipinard. 



/ 



/ . 



Orjc* 

Scglc. 

Avoinc. 
Ma'is. 
Tannus. 
Circea* 
Chardon 
roidal. 

Lamium. 

Stachis. 

Lizeret. 

u 

2oe Claffe. 



P R E F A C E. 



\ 



ifolut 



Grande Scrofu- 
lere. 

Sarafin. 

Veffc. 

Pois, 

Peve, 

©robe. 

cmo- Lencillc. 

Icnugrcc. 
Paftct. 

Petite Scrofulerc* 



LukoperGkon. 
Ma'iene, 



Putolaka* 

Pavor. 



2i« Claffe. Rafdchijfa 



»- 



Ciguc. 

Juskiame* 

Man dra gore 



pijfantes^ 

Morele. 



iJTo 



Belladonc. 

w 

Stramonion. 



Ris. . 

Millet. 

Nenufari 

Laitijc. 

Lait^ron* 

Endive, ■ 

Raiponfc, 

Melon. 

Concombre. 
Cicrouile, 

Courje. * 

Mache. 

Cinoglofe. 
Irbc aux puces 



Pourpier.' 
Grolclier." " 
Joubarbe. 
Nombril de Vc- 

nus. 
Mouron. 
Framboificr. 

Ccrifier. 
Gome airaganti 

Gome arabikc. 
Murier. 

Saulc. 
Lentille d'cau.' 

Pin. 



v/ii icni lauiement qu'aucune de ces 2 1 claffes n'eft natu- 
rele , noa plus que les feflions qu'on auroit pu faire/ Le 
^efaut de cete Metode vient de ce que fes Auteurs / trop 
peu verfcs dans la Botanlke , n ont pas done aflez: d'atten- 
tion aux 3 faits fuivans : 

f^ Q^ ^3 i^eme Plante, blen lorn d'etre bornee a unc 
i«ule vertu , en a fouyent 2 ou 3 dlfcrentes. 

2^ Que les parties diverfes des Plantes , n ont pas tou^ 
tes la meme vertu : les feuilles ies uncs, par ex. feront 

alrriniantes . nend^nnr rr^^(^ l-anrc A^,Ur r^« ^ :_.-r„ .' 



Celafl. 



ant que 



te!5 



>r 



ieront laxatives ou memes purgatives , pendant que leur? 
feuilles & leurs graines feront aftrinj antes : telles font ceUe* 
de la Rubarbe , de la Patianfe , de la Renouie , Sec 

3 ° Que de ces diferentes vertus , il y en a une , foit 
dominante , foit la plus foible , qui" eft comune ' a ceK 
^lante & a toutes les autres de la m^me Famille , qui tii 
diferent entr'eles , a cet ^gard,, que du plus au moias. 
<iu en ce que I'une poflede cete qualltd ou vertu dans ua 

;g_re plus emmant , & que lautre n'en retlent que h pl^i' 

petite qua^tlt^ poffible : cela eft fanfible dans la Famille deJ 
l-abiees dont la vertu aromatlke eft pofledee au plus haut 
degrd dans le Romarin , la Sauje , la Mante , &c. a ^ 
degre mediocre dans le Teukrion ', la Bnmele , & dcvient 
presk infenfible dans le Flomis , le Stachis , &c. II en e^ 
de rrieme des autres qualites , des teintures , par exempie : 
les Apannes , les L^gumineufes donent la plfipart une telnr 

tnre de leur^ rgfiaej ; les feuilles & fleur* des Compofeei < 



I 



( 



.S 



■* 



i *- 



p- n, z M A^ f i^. Uxix 

conent pareillemant urt fuc colorant plus 03 molnsvlf^; da 
forte que lorsk'on deco'uvre une nouvel£plante dans quelk'une 
^e ces Families , I'analojic doit taire tantef 'd'y trouver guel- 
. tune des proprietes reconues dans la" Faraille a laquele elle 
" apartient. C'eitifurce principe qu'eii traitant diteranres cfpe-' 
ces d'lndigo au "Senegal, j'en " decouvris' une dont je tiraj une 
fecule bleu-azur, diterente de ce!Ie d'AmirHte , & peut-etre 



fembl 



a 



jusk'oii peiit conduire , par une analojie blen raifonee , I 
conolfTance de tant de Plantes que le vulgaire meprife on 
regafde come inutiles. Ce n' eft vraifamblablemept que parce 
q-ae les fiaiifes de notre a]e. font encore trop jeunes , que 



qu 



& 



encore plus qui n'ont aucun degre d'utilitc dire£le"» relative- 



mant a Thome. 



II fuit de ces 3 reflexions , fournies.parrexpenanfe , que ce 



qui doit decider Ja verm 



qu 



certe vertu ne feroit pas 'la plus dominante da ceiics qui le 
montrent dans chake efpece. C eft ainfi quj la Fam:I!e ^s 
Jujubiers doit etre regardce comme aiaat Une vertu anti^ 
veneriene avanttout, parce que quoi^ue fe5 t'euilles foient 
• aftrinjantei, fon bols fudorifike , fon ecorce , le5 fieurs & 
fes fruits purgatifs , Taftion du plus grand nombre de ks 
parties fe porte gcneralemenl fur la Bile St'lalimfe v ^^ > 
pour mlcux dire, fur les humeurs quelconkes qui font b 
lieje des maladies venericaes. 11 en etl de cncme de la Fa-. 



rourpiers , qui quoiKe 

terns y xn^rite le nojn 

ertu la plus generale. L 
Rafrechiffan 



que 



n^rcres , & des Febrifujes , & cependant ne doit prendre 
que le nom d'aftrinjante , qui eft fa vertu plus eenerale , 
au lieu d'etre divifee come les Compofees , les Ombeilifc- 
res, les Pourpiers & toutes les autres Families natureles en 
435 clafles de vertus fouvant opofees , come font toutes 



? 



aLus 



ihaiter, pour Thoneur de^ la Medecme OC 
humanjte , . que ces pernicieufes Metodes , 
e xefuhat, fulTent releguees -des ecoles, vu 



C€ux qui ptatikeat U M^d^ciue galcaike , fan' 



f^- 



\ 



-*n 



trx 



PRE 



-ke 



^\ 



&: 



1- 

hi coaiffancc des Plantes , & qu*on voulut leur fubflituer k 

Metode que j'indike & dont jedonerai alUeurs rexecutioh. 

Mfcodci al- L'ordre alfabetike eft encore une efpece de Metode : 

faWiikiH nous allons citer (Implement le nom des Auteurs qui ont 

traYaille fur cc plau , &: I'anee de la i"« edition de leurs 



jOuvrajes. ^ 

VillaBora. 



/- 



X 



1J4I. 
IJI4. 

«i?4J. 
Itf4J. 
1^47. 



Fuchs. Fuchfiu9i 
Egcnolf. 

De Dondis, 

Crcfcemius. 

Doiftcn, 

Gcfncr. ( Conrad ) 

Turner; 
Jarara, 

Stafovino. 
DuraDCcs* 

Cameractus, 

Thalius. 

Richier de Bellcvftl. 

Swcnkfcld. 

Donari. ( Ancpine} 

Olhaf. 

LocfcL 
Paalli. 

Zano&i. 



t6%t. Mcntzcl. (Crecicn) 

1^84. Sibbald. 

Amman. ( Paul } 

Plukncc. 






Commelin._(Jcan) 
Volkamer. (Georjc) 



i7«i. CommcUn. (Cafpar) 

Zannichelli 
Garidcl. 



s^ 



171 1. 

171;. 

171 S. Vaillanc. 

Buchwald, 

Buxbaum. 

TillL 



I7i«. 
1711. 
1713. 

171^. hElvIng, 

Lindetn, 
ErndieL 



t 



■7^8 

1730 



Miller. 

Burmann. { Jean ) 

Lcmcri. , 



Chcnnicz,' 

Ambroiinus. ( H^acime ) 
«^73- Tillands. 
1*74. Brcyn, { Jacjuet ) 
1^7^, Dodarr. 



>73J* 

I73T. Walther, 

J73S. «hav. 

1 741. Mappi. 

17^1. Micheli , par Targlonu 



Ouvrajct 



Lieu lie lucuiKc a tere partie qui expole le plan 
fciftorikcs ou de tous les Ouvrajes g^neraux de Botanike , il eft necef- 
faasordrc. r.:-. jk. 1^1^^^^ ^^ indication de ceux * 



. , qui ont|ete iaits 

iftorikcment ou fans ordre, foit que leurs Auteurs aient 



quun 



qu 



Avant 



I 






Orfec. 

Zfiodci 
Omcrc. 



I 



Pline 



7». 

i4tt. Corblchoni 

1485. Cuba. 

Leonicenuf/ 



iooo« Salomon. 

^'«** ^ Moyfc , MoMps, 

3fO. Ippokrarc. 
?iz. Ariftocc. 

Apr^s Jefus-Chrift. 

hErnandcr dc Oyicd®* 
Bok J Tragus t 
Bclon. 



«4>«» 

IJI7, Cueroulc, ^aUoaJdns; 



Jf4^ 



Thcvcc. 
Du Go^t. 



in 8. Piaor. 



) 



< 



Ii^«i 



PRE F'A C E: 



, Pin i^ US, 
Anguillara. 
Tatri. • 

Rauvo!^. 



• 15^1, Du Pin 

Ij8i. Acofla. 
if88. Tab^tnsemonranus. 
I S9t* Alpin. ( Profpcc ) 
IJ91- Columna. { f abius ) 

PoiU. ' . 



IxXKf 



1 66 J, 
l66j. 



Touloufe. 

Mofcardi, 
Boiuius* 

FUccurC* . 
Urfinus. 






-A 



I 



Rochcforr. 
15<?8. Boccone. 



>599- 



Imperati, 
Linfchor. 



J ^00. Dc Bry, 

Rob ill. 



1^0 1, 

16 :.!. 

161^. 

toil. 



Muiiring. i Abraam ) 

Joirelin. 
Triumfetii. 

Robert. ( Nicolas ) 
Werian, 



Durcc. 

Boct dc noor. 

Rencaume. ( Paul} 

Swerc. 

Margrave Sc Pifo«. 

Langlois &: Ic Clecc, 

Firens. 

Vallec. 

Aldinus* 

De la BrofTc. ( Gui ) 

Paikinfon. 

Lauremberg, ( Pierre } 

Fcrcarius. 

Cornuti. 

Sccrbck^ 
Worm. 



l6yl. 

167X, 
2S8j. 

1700. 

I7OJ. 

1708. Volkjmer. ( Criflofc 

Kcmpfcr* 
Feuille. 

Mai fill. 

Valentin. ( Bernard) 



) 



I7iii 

1714- 
1714. 

171^. 

I71S. 

171?- 
1711- 

1718. 
1731- 

'735- 

J737- 

^759- 
I74S. 

I7p. 
17;^* 



Y 



/ 



Bradley. 

Blair. 

hElving. 

Labar. 

Martin. 

Catejiti* 

hOullon. 

M'cinmaan- 

Ammann. (Jean) 

Ihret. 

Trevv'. 
RulTcI. 



Meiodcs partlculierts. 



Vaillanr." 



f Le plus ancien des Auteurs qui om pubUe des Mctodes 

partlculieres de quelke ClafTe de Plantes ifolce , & qui ne . 

fait corps avec aucune autre Metode univerfele ou generale , Us Com^Q^ 

eft Vaillant. II infera dans les Memoires de FAcademie , Z^''*^. 

pour les anees 1718 jufqu'en 1722 , fa Metode fur la ClalTe 

des Plantes compofees , qu'il divife , relativement a la dif- 

pofition de leurs fleurs , en 4 Seftions , favoir ; 

caions. 

I Cinaroccfalcs. Echinops, Chardons. Xcrantcmon , &:c. 

i Corimbifcres. Sferaneas. Tauetie. Conifc, Jacobcc. Soufi. £1* 

[ dens , Sec. 

9 Chicoracces, Les Lairues. 

4Dfpfacics. Caruofidlon. Ccfalancr. Scabicufc." Vihurnum. Olf- 

vice. Jalap. CoUipa. Cornuti:t. Freoc. Calaba , &:c. 

. Cete ClafTe , telle que Ta compofce Valllant , n'efl pas 
naturele , pmfqu'aucune des Plantes de Ta 4- Seftion ne doit 
i etre compnfe ; & de fes 4 Seaions H n'i a que la 3^ de 

lynwele. Ces Seftions font encore fubdlvifces relatiyexneut ' 



I 



mer 
Bo- 



iKxxJj preface: . 

i la figure 3a caKce comun, du calice particulier de ctiake 
^€ur 5 de leur receptacle comun ; a la divifion des tijes ; 
au nombre, a la figure r^guliere & irreguliere des pcta- 
les , & a la fubftance du fruit j en 23 autres Seftions fu- 
baltemffs^ qui ne font pas plus natureles que les i"^* : d'oix 
H fuit que cete Metode ne merite guere les elojes qu'on en 

La le^ure de tous les Ouvrajes de Valllant fait jiyer 

facllemant qu*il n'eut eu qu'une tr^s-foible exiftanfe en 

tanike , fi Toumefort , centre lequel on avolt exclt^ fes 

Critlkes aufii indecentes que mal fondees , n'eut eu des en- 

Tieux de fa gloire. Ce que Valllant a fait de mteux , eft 

fon Botanlkon Parienfe , dent les figures , deflin^es par Au* 

briet , font excellentes ; mais leurs explications font fi fouvent 

'tranfpofees, que cet Ouvraje meriteroit une ae edition plus 

corecte : les defcriptions en font aflez exaftes. C'efl a-peu- 

pres tout ce qu'on pent dire a la louanje de cet Auteur. 

Son merite reel fe reduifoit a avoir un elprit fin , un coup 

d'oeil affez jufle ; d*ailleurs on yoit dans fes diflributions 

generikes & dans ^s defcriptions fpecifikes , qu'il n'avoit 

iri les conefTances gendrales des Plantes , ni cete efpece de 

genie de^ comparailbn qui fait faifir les raports des ?lan» 

tes y & qui carafterife le Botanifte. 

-»7|>- Dillen publia d*abord en X719 , dans fon Cdtalopis PUn^ 

' 5"* tarum circa Gljfam ^ %^. Francoforti , enfuite en J741 ^^^'^ 

Its Moujfct. p^n hlfioria Mufcorum , 4*^. OxQnii ^ la ClaiTe des Mouf- 

fes , ou'il divifa en 16 Genres. Mais cete Qafle n'eft point 
naturele ,. parce que Tauteur i fait entrer les Biflus , lei Li- 
chens , quelques Fucus , & quelques Epatikes , qui apar- 
txenent a des Families trcs - diferentes ; fes Genres metne 
pouroient etre mieux diftingues , come on pent s*en aiTu- 
rer en confultant nos Families des Bifius , des Champignons , 
des Fucus , des Epatikes & des Mouffes. Neanmoins nous 
devons cete juftice a la memoire de Dillen , que cet Ou- 
vraje nous a procure la conefTance de plus de 100 Plafl- 
tes inconues ayant lui'j qu'il eft de tous les Ouvrajes <3^ 
ce genre , le mieux execute, tant pour les figures que pouf 
les defcriptions , & qu*il doit fervir de modele aux Auteurft 

3ui veulent publier en detail tout ce qui regarde Tiftorikc 
e quelke Famille de Plante. 
^ Lei Cham' Le meme Auteur dona encore , dans fon Catalogus Pl^^^' 
fspgns^ larum circa Gijfam , la Clafle naturele des Champignons » 

qu'il divifa relarivement a la figure de leur pediculc , de 

l^ur chapiteau » de ies lames ^ de fes trou$ & cavites , en 






-Of- ^* • 



l^''.! 
4 ^*-**-^' 



\ 



> 



P R B P A C i.^ 



Genres \ qu 



bcxxii) 



\ 



It 



noiffons aujourdui plus de 500, 

*M, Monti , dans fori Catalogus jlirpium agri Bononhn- 
Jis gramina ac hujufmodi a£inia complcfieni , 4^. Sononiaty 
(divife la ClafTe des Gramens , come ks anciens y Teo- 
frafte & Rai, avoient fait^avant lui , en 3 Sections ^ relatl- w^nj. 
vemant a la difpofition de leurs fleufs, 

.1^ Fleurs ca epi. ' 

, X Fleurs en pajiSculc. ^ 

3 riantes voidncs des Gramens. 

Cete Claffe feroxt naturele , s'il ne faifoit entrer dans la 
3« Se^lion le Jonc, TAcorus & le Triglochin. II cite 306 
efpefes de Gramens ^ quHl raporte aux Genres de Tour- 
Hefort , auxquels U ajoute 3 Genres n<iuveau3f. 

Jean Scheuzer, dans fon Agrojlografiit feu graminumjun^ 
Corum^ Cyperorum ^ & cyperoidum Ufque afinium htfioria^ 

4^, Tiguri , diviie la ClaiTe des Gramens en 5 Seftions peu 
naturelcs, en confiderant la difpofition de leurs fleurs, 

ScLtions. 

t En cpi. Falaiis. Antoxanton* Cynofurus* PaaiSi Fromcnc, &c» 

X Anomalcs. Cornucopiae. Scliccnanius. ' 

I En paDiculc fimple* Calamagroftis. Atundo, Milium ^ &c» 

4 En paniculc compofec. Avena. Poa , &c. 

5 Pbntes voifliics des Gra^cxis- Cypcrus. Scirpus. Linagroflis. JJil- 

cus. ScheujecU- 

■ 

Cete Claffe n'eft paS naturele , parte que le Jonc & la 

Scheuxeria apartienent a la Famille des Liliafees, UAuteui 



Monti. 



\ 



Schcutcffc 



Lcs 

mcrrsn 



Grd' 






Pontcderd* 




raporte environ 400 efpefes j qn'il decrit avec une exac* 
titude qui a peu d'exemple ; & cet excellent Ouvra}e iroit 
<le pair avec celui de Dillen , fi Schemer y avoit joint 
les figures entieres de tous les Gramens dont U parte. 

Pontedera , dans la 5* de fes Diflertations , intxtu- 
Ices DiJJenationes II Botanu{z ^ 4*^. /'^r^jv/i , divife * come 
Toumefort, la Famille des Compofees . qu*il apefe Con- Us Cqp^ 
~^^ees, en 3 Clafles, les demi-fleuronees, fft fleuronces po/Zw* 

les radices , qu'il fubdivife relativement a la figure du 
callce partlculier de cliake fleur^ & a leur receptacle co- 
mun , en 24 SefHons , dont 1 1 , c. a d. ores de la f , font 
natureles ; ce qui proUve la tont^ de la Metode de Tour- 
nefort, & la (uperiorit^ du travail de Pontedera fur celui * 
de Vaillant en cete partie. Ses 3 Gaffes ou i"" divifionj 
leroient natureles , s*U n'avolt introduit dans la aMaSca- 
bicufe , le Dipfacus & U Globulaire , qui font etranjers a 

cete Famille, 



% 



^ 






-> 



:^ 



Ixx'xlr PREFACE. 

1 

T7i9-_ Miclieli, 3ans TOuvraje mtitule , Nova Plantarum gene-^ 

Jdichdi. j.^^ in-joL FlorsntliZ , divife la Clafle des Champignons en 
. Lcs Chant'' 4 Scftions 5 en les confiderant relativemant a la figure 4^ 
i'l^noas. leurs fleurs , & a la fituation des etamines & des graines. 

Sc^ions- 

t Irrcgulieres a un filcc fepate dc la fleur. Agaric. Ceratofpcrmon* 

^ Noftoc. 

•X Rcguliercs , id, _ ♦" ^ Suillus. Polypbrus, Fungus.. 

Fallus. Fallobolctus. Bolecus. 
J A graines a Icur futfacc. Clavaria. Manina. Pucciiiia, BifTus. Bo- 

\ trids. Afpergillus, 

-4 A graines cufcrmees dans leur fubaanfe. Clacrus. Clarroides. Cla- 

troidaflron. Mucor. Lukogala. Lukopcr- 
_ Aon, Carpobolus, Tuber, Cyara. 

; Gete^ Claffe n'efl point uaturele, a caufe du mclanje dii 
■ Noftcc', du Biffus, du Botrite , & de TAfpergillus , qui 
hii font etranjers. II n^ a de meme aucune de les 4 Sec- 
tions de naturele. EUes comprenent environ 800 efpefes^ 
dont la \ font Lien figurees , & reduites fous 30 Genres, 
•dont les details font excellens. Get Auteur eft le I'-^'qul ait 
docouvert , par le moien du microfcope , des etamines dans 
les Cixampienons , & qui ak prouve que ces Plantes fe re- 
produifent de graine. 
Moujfcs. Miclieli a done dans le meme Livre une Metode fur 

les Mouffes , dont II divife la Glaffe en 2 Sections , eu 
■ . egard a la figure & fituation de leurs fleurs. Ces Seflion^ 

comprenent 16 Genres. 

Scvlinus. . 



J A fleurs en dochc f^pac6e du frulc. Marchantla. Epatica. Lunu* 
laria, Marfilea. Jungzrmania. Tarfionia. Sfcrocjrtof. AnP* 

ccros, Elafia^ 

~> A fleur nuc ftnJ pfralc, feparcc du fruir. Rlccla. Sahlnla. V^ 
cMn, Korkir. Valfa, Mnfcus. , 

Ccte Glafle n'efl: point naturele , come f on volt , etant 
compofce de la Famille des Epatikes , melanjee avec les 
Moulfes^pfoprement ditcs , & avec lcs Lichens, qui apar- 
tienent a la Famllle des Champignons. II cite environ 2.00 
cfpefes de MoufTcs, 100 Lichens & autant d'Epatilces. 

Lti 3^ Metode partlele que Micheliait done ou feulement 
*»^'3'- ■ Indikc dans le meme Ouvraje , eft celle des Gramens qu il 

divife en 44 Genres & 6 Se6lions , confiderees relatlvemant 



Lti Crd" 



mbre 



'Seniors. 



$ compofccscrmafrodkcs. Tr/nczim. Zca. Agrojl.irlum. Pf^^ 
dotriilcum, Lollum. Gramen, Fejfuca. Bromos, Arunio, Avcn^i- 
% ?Jcurs Caiplcs cnnaFrodites. Ordcum. Foinix, faUris, Sj>4rdo*^. 



'^ 






P R E F A C E, Ixxxv 

J f leurs (imples , males f?parces dcs ennafioditcs fur Ic nitmc pic, 

A'lgilops. Sorgum. Sckoinantos, '^ 

4 rieurs (imples , males Kparccs d^t femellcs fur le mcme. p;e- 
Aigilopoides, 
. -f f Icurs compofees , itialcs feparces dci fcmcles fur Ic mcmc pi:. 

Sefamum, ScfamaJIrum^ Lacrlma Joh» Mais, 

tf Plarrtcs apetalcs , -voitiiies des Gramens. Panicafirell^. Junctis* 
Juncoldes, Acorns* Juncago, Kuperoi. Mclanofchoinos. Sciryo' 
kupcros. Sc'irpus, Scirpoides, Kuperclla, Linagrofih>, Pfeudo* 
kuperos. Kupcroldcs, Carex. ZannichcUla, Buccafcrrca, 

Cete Qaffe n*eft point naturele , a caufe de quelques Q<in^ 

res , tels qup le Juncus , Juncoides , Jnncago , Acorus y Zan- 
nicheUia ^ Bucca ftrrcj,^ introduits dans la (f Section-, & 

• cete Seftlon ell la feule dont \ficHeIi cite lesefpeies au nom- 
bre de too environ. 

Ces 3 Parties de l-excellent Ouvraje de Micheli, qui 
comprenent 27 Genres nouveaux & 1400 efpeles de Plantes 
obfervces pour la 1"*^ fois au rnicrorcone avec una* finelTe 



; 






& une fagacifd qu*aucun Rotanifle n'a encore egalce , 
doivent nous faire regreter le 2^ volume quil avoit promis 
fur les Foujeres , lesFucus & autres Plantes marines, avec 
' ^e plus erands details fur les MoufTes & les Gramens qu'il 
u'avoit {ait qu'ebaucher dans fon I" volume. 

Artedi avoit trace un Plan de dlvifion dc la Cihfle.des J75S, 
Ombelliferes des Tan 1735 ou il maurut. M. Linnxus'a Arced;., 
public ce plan en 1738 : il.confifte en 3 Sefiions pcu na- j^ts Ombd-^ 
tureles , fondees fur la confidcration de Tabfanfe &. du nona- Ufcrcs* 
bre des envelopes de rOmbelle des fleurs.. 

I Ombelliferes, qui ciTt 1 envelopes. Tune- infcricure S: I'autrc 

fuperieure. 

a OmbstUEeres , <vai n'ont que Tcnvclope fupcricurc. 

3 Ombelliferes , qui n'onc aaci.ins envelope., ^ • 

Klein, dans un Ouvraje allemand iatitul^^, Vcrfuche und »74t-- 

Ahhandlun^en ^ &c. Dan:^i^. ^747 5 P^g- 346 & fuiV-. a Klein. 

^ done une dlvifion metodike des Fucus ou Plantes Marines , Les Fucus^ 
en confidcrant leur port ou- forme extfirieure. ♦ 

M. Donati Examine ks memes Plantes dans POuvraje inti- ', 

tule y Delia Storia naiuraU marina dell Adriatico Sa^po , 4*, Donatu 
in Veneiia. II y etablit 6 Ordres de divifions Sc de Toudivi- ^c^ Fucut^. 

;.iions fubakernes, en les confidcrant relativemant aTabfence 
ou prefence de la fru£l:ification ,. !a nuditc des -graines,'la 
■ fubftance des fruits , leur nombre & fituatlon. ' , , 

^^^ Partie. A fruHificathn inconue. 

I!!cs fonc diftribuccs felon leurs loix dc coi^civarion , 8C faivint 
, Icwr figure cxrernc 8c inctrnc* 



s 



/ 



Jtxvj 



P R E F A C E. 

a* Partie. A frudlfication conue. 



t ClafTc. A femences nues. 
1 Ccnrc. Dans dcs filloDs circulalrcs au dos dc la Plantc* Purugof" 

pcrmon. { C*eft nocre Padina, ) 

X Dans de pctiis vafcs fcrmcs fur Ic dos dc la Plantc. Tdi' 

todes* 

J Sur la circonfcranfc d'u'n ancau clrctibirc qui bordc Ic fonicc 

dc la feuillc, Rodopctalon. 

X ClafTcJ A fruit qui conrlcnc Ics gcaincs. 
I Legion, A fruit fee ou cii capfulc. 

I Coorte. A car^fulcs fefliles fur Ics tij« ou branches: 

1. Otdrc. A capfulcs folicaires. 

1 Genre* A capfulcs altcrnes latcra^cs, Keraulotos, ' * 

% fur X langs du mcmc c6t6. Ang'tftreftcan 

i • 1 & tijc a^ticulee. PoUof^ 

• uon* 

4 A capTuIcs portccs Tunc fur Ic bord dc Tautrc. Eplkiliko- 

dion, 
X Ordre, A cap ules rcunics i leur orijinc. 
I Genre. En cipclies reunies en boukecs. Sir'wgia. 

X Coorte. A capfulcs , done les uncs one un pedlculc qui leur 
fert dc calice, & les aucrcs n'cn oiu paj. 
I Genre. CaHces fciT^lcs au bout dcs branches* D'autrcs callccs pcJ'* 

cu!es le lon^ des branches. Anifocalix. ( C'cft le Murla^ 
fullon pdaglcnm, Zannichclli. ) 
Coorte- A capfales cmboiteei dans des calices. 



? 



1 

1 



s Genie. Eu cloche fur i rang, dentclees. Imucanta. 
1 Lfgtott. A fruits ca baic. 

1 Coorte. A baies felTIIcs fur la tijc, 
] Genre. Ranjccs i i i ou 3 i j autour dc la tijc, VirfoUcu 

Riunics fur route fa Plantc, Onichia* 
1 Coorte. A f>aics port^es fur un pcdkule. 
Genre. Bales difpofccs fur un rang. Caprochctta. 

enrrc t feuilles qui fervent dc calicc. KUcra. 
I Legion. A fiuirs umides. 

I Ccnruric. Atache a ]a furfacc de la tijc fani rcntamcr. ' 

I Coorte. SolitaiTc. 

t Genre. En cupulc, KeramUnumon. (Oft notrc Keramion,\ 

1 Ov©idc acache par Ic cfitc, Ootokon. 

1 Coorte. Rcunis plufleuts enfcmblc. • ' 

a Genre. En grape. SLkoJcefaloforos. 

X Centuric. Tctminant !ci exttemiies dc !a 
I Coorrc. Solitaires. 
I Genre. En cupulc. Qr aur anumoJ^. 

^ i Coorte. RafTcmblcs. 

1 Genre. Silikes raionantcs raprochces en cone. 



Plant 



\ 



CatlopUoforcs. fC^cft 
unc Coralline animalc , ape!£e Androface par Mattiolc* 
} Ccnturic, A fruit cache dans la fuLftance dc la Plance. •■: 

I Coorrc. A flcurs fcmclcs fcu!emani. 
» Ocdrc. Solitaires, 

I Genre. Conikc furmont^ dc filets. Kupanjfolda^ {C*cft Ic ^^^^ 

kupreHinus d'Impcrato. } • ' 



t 

^ 



w 



r 



P R E t A C E. 



Ixxxv 



4 Ordre. RaflTemblces 

I Geacc. Fruit sferike. AroKarpos* ^ 

r Coortc. A fieurs males feulcmcnt , ou i fleurs males & fe- 

meles (epatees fur la mcmc Plaate. 
t Ordrc. Femeles au bouc des branches rcnfUer, & miles au-def- 

fous. 
I Genre, Fruit rond d*ou fortent des filers. Virfoides^ ( N^. Ce nom 

eft deja citfe plus haut. y 
1 Ocdre. Males fur des tumcur* au milieu des branches > femclct 

fur les aufrcs parties non cumifiees de la PlantCi 
1 Genre, f leur & fruit du Virfoides. Futokomos, ( C'eft Ic Gongolara 

rmper. ou Tc Ahies marina, Tcofr. ) 
J Ordre, Femeles fur les branches rondes fuperieutes , males fur Ici 

branches places infcrreurcs. Ces plaucei oat auili dts vci^ 
fics fans fleurs ni fruits. . 

I Genre. Fruit sferike courone de filecs. Acmaria. . 

Cete Clafle , a rexception. peut-etre de VAndroface de 
Mattiole , qui paroit ctre une coralline anlmale , eft tresr- 
naturele ; & Texa^litude de fes fubdivifions nous fak regre- 
ter que M. Donati fe foit borne a publier feulemeat 5- fi*- 
cures de ces Plantes , au lieu de doner celles de tous les 
Oenres & efpefes dont il parle. 

M. Gleditfch y dans I'Ouvraje intitule , Metodus fun^o* 
rum , 8°. Bcrolini , divlfe la Claffe des Champignons en 4 



Glcdkf* 



confid^rant 



a/atf^ 



placees les graines. 

Seaions. 



fignom 



Biffas. 



3 



A graincs difperfces a la futfacc exicrkute de !a Plantc. 

Bocritis. Clavaria. Pezica. 
A graines fur un tczcau , dans d^s tuiaux y ou fur des lamu* 

Fallus. Agaricus. Fungus , Sec. 
A graincs revues dans une cavlte. 
A graines cnfcrmccs dans la fubHancc mcmc de la Pllntc. ZuAo- 

ptrdorin 



\ 



M 



que cete diftnbution ne difere gu 



naturele, & les BifTus , inferes dans la 1^", apartlenent a 
une autre Famllle. UAuteur decrit avec attention environ 
1 000 efpefes ou varietes de ces Plantes , &: done des figu- 
res de chacun cle fes Genres , copiees d'apres celles Je Mi- 
cheli. 



tori Ay 4* 



dans fon Fungorum 



Arlmlnenjis hljTc 



done une diftrlbution un pen moin; 

figures & defcriptions des 260 efpcce: 

gnons qu*il a obferves aux environs de Bjimni 



Bartarra« 



H les divile en 18 Sections en Tes confiderant 

i«! 4 Icui forme ramifi^c. Coralloidcs. 



fi^ 



\ 



Ixxxvn] P R £ FA C £.. 

I 

jff aux trous k!ont ils font pcrccs ou a jour. BoUtu$, Cldtfui , 5:c* 

4 i leur fubftauce merubraneLife. Pc^ica* data > Sec. 

if ^ IcuT chapeau (illone fortani d'unc envelope. Voha* Lehko^ 

fnukes , 5:c. 
^ i Icur colec ou aneau. Fungus , 6cc- 
7 au voile qui borde &: ferme le chapeau cn-dcfTous, Gomfos, 

' ChamaimukcSm Galerikula* " '• 

5 i leur iiombre. Polumukes^ 

9 au nombril du chapeau. OmfalomukeSm 
10 au nombril & i leur nombre. 

J I ^ leur folicude. Monomukes, ■ - 

li a leur nombre forcant d'uiie feulc fouche. Polumukes JimpUx^ 

J I a leur chapeau {illone. Udroforus* 

■ 14 an chapeau en forme de clou. Bulla, 

X^ au chapeau poreux. Tuhcrafier. 

15 a chapeau i grandcs mailles en cellules. Kcriomuka* 
' 1 7 Lukoptrdons. - . ' 

iS Agarics. 

On pouroit reduire ces i8 Seftions a 7, come nous avons 

fait. - ■ ■ ' - 

i 

L'Auteur prouve trcs-bien dans cet Ouvraje , 1^ ^^ 
les Champignons doivent leur naiflance non a la pourlture, 

a^ Que ceux qui croifTent 
res contigues feulement & non 



■ * 



Jnais a des efpefes de graines. 
fur les -vejetaux, ont leurs fibr 



pas continues avec ces Plantes , & qulls ont leurs racines 
particulieres. 3** Que ce ne font pas des jeux de la natu- 
re , mals que leurs efpefes font conftarites & fe reprodui- 
fcnt par des lolx uniformes ; puifque nombre d'efpKes qui 
croiiTent en Italie , croiffent pareillement en France , en 
AUemagne , en Angleterre , en Turkie ; que les memes croif- 
fent fouvant fur des Arbres diferans , & que- fes experien- 
ces , pour avoir des Champignons femblables a ceux qu'il 
avoir femes , lui ont reufll come a Micheli & a M* Gle- 
ditfch. ' ■ '. " . . 

Apres avoir expof^ le plan de'toutes les Metodes cd- 
nues, dont 55 umverfeles ou gcnerales , & 14 particulie- 
res ; apres avoir porte un jujemant fur Texecution de cha- 
cune en particulier, en fixant leur degre de-bonti , il nous 
Tefle a en faire la comparaifon , & a porter un jujemant fur 
3a fuperiorite des unes a Fegard des autres. 

Pour jujer les Syilemes & les Mctoijes .avec equit^ ♦ il 
faut les examiner fous y faces , 1^ relativemant a Tobjet 
cjur; Icurs Autfurs fe font propofes : alnfi les Metodes qui 
ont cte publiccs come plus facUes que les autres , doivent 
.€tre jujees relativcmant a cet objet & par .comparaifon aux 
autres Metodes ; celles qu*on a done come natureles ou 

come plus aprochantes de la Metode naturele , doivent «tre 



t 



P R E F A C £. 



Ixxtix 



p^fees fur ce pnncipe , & conformement a Tldce qu on peut 

l*e faire d*une Mctode parfaite. 2^ Celles qui ont ete pu- 



bliccs fimplement come de nouveles fa(;ons de confidcrer 
les Plantcs fans autre pretenfion , doivent etre jujees relati- 
Vemant a rexccutlon deleurplan, 3? Enfin toutesjces Me- 

etre comparees enfemble 



todes doivent 



come faifant par- 



leurs 



Auteurs en les imajinant , & placees fuivant I'ordre de leur 
plus grand degre de bonte & de perfe£lion ; c eft par oil 
nous alons comencer. 

Comparaifon des MitoJcs univerfeles & ginirales. 

-Pour faciliter la comparalfon de ces Metodes, il fufira 
de les prereater dans une Table fuivant Tordre de leurs 



divers dc 



que 



Come les Ordres ou Se6lions ne font 
fions de Claffes , nous ne les citerons qu'apr^s les Cla/Tes 
dans cete table, parce qu'il eft plus facil de trouver des 
Sections natureles que des Clafles natureles; & nous me- 
trons a la fin les 3 Metodes de Pontedcra & Siegesbek , 
parce que n'aiant pas eu d'executlon , & ces Auteurs n alant 
cite aucun Genre de chacune de. leurs Gaffes, Jl etoit 
"mpolTible de Iqs jn]cr.&: comparer pour leur aftigner une 



place* 



^fdcs ou generates de Sotanlke ^ ranjies felo 



leur divers degres de hontL 



tcurs. [ r^dition 

/ ' I t[e leurs 
Ouvraje*. 



Fondetnens de Icurs 
Me^dcs ou Sjfttir.es, 



Kom* 
brc t!e 
Icurs 

Claf- 
fes. 



Nom.l Nombre des ! Nombre dec 
bre del ClaiTcs narureles I Seciionj nature- 

S«c I Urv^ct. I confenr^es. 

tions. I ,1 



Toume-ji694.1 Grandeur^ difpo- I 22,1122.1 6 , ou ;j 



fort. 



^ 



B 



ergen, 



hEifter. 



1750. 

I74S. 



fition des fleurs , [ ou 
corole, calice, eta- 
mines & fruit, 
td. 



6c plus. 



48, ou I 

Sc plus. 






124 



Id. 



33» ou^ 



1 

^ I 



rObeU 



Enfemble, gran- j 35 

deur, feullles , dlf- 
pofition des fleurs, 
lexe , cotyledons, 

corole y fruit. 

X 5 70. 1 Enfemble , gran- \ 7 



93,1 10, id 



& plus. 

%i , ou 

& plus,' 



I 



V 



I 



O. {2, id. 



i 



O* 



Hj 



t- 



r 



xc 



PREFACE. 



Koms des Att- 



Anees Je F FondtTnens ^e leurs M^ 

Tedition todes ou Syfteme, 

de leurs 

Ouvrajes. 



Nom- I Notn- 
bre de bretle 
leurs leurs 
Cla - See- 
fes. I tlons. 



Boeraave. 11710. 'Enfemble,lieuna- 34 

tal,grandeur,reuil- 

les , parties de la 

fructification. 

Grandeur, coroley' 21, 
difpofition des 
fleurs. . 



Seguler 



745 



f 

Royen. 
( Adrien ) 



174a 



\ 



Morandi. 



I 



744 



Rai* 



1682. 



MagnoL 11689 



hErmann. .1687 



Zaiuzian, 



1 



59a 



Knaut. 
I CrJftofe) 
Morlfon^ 



1687. 
1680. 



Ludwig. 



Cotyledons , call- . oo. 
ce , corole, etami- 
neSjdifpofition des 
fleurSjfubflance, 
Lieu natal , figure, 3 5 
feuilles, corole , 
fmit , diipoflt. des 

fleurs. 

Enfemble, feuU- 
les, corole, fruit, 
graines. ' 

Id. & racines , ti- 
jes , etamines & 

grandeur. 
Grandeur, coro- a J 
k , calico , fruit & 
graines. 

Qualites , ufajes I 22 
& enfemble. 
Corole, calice,! 17 



76. 



^747 
&■ 



fruit & graines. 

Enfemble , gran- 
deur , corole & 
fruit. 

Difpofition des] 18 
fleurs, fexe, co- 



1757. [role, calice. 
Linnseus. 1 1737- Etamines. 



Laurem- Ii6x6* 
berg,* 

( Pierre ) 



Enfemble, quali- 
tes , wfajes y liea 

natal J parties. 



1%. 



10. 



77 



o. 



285. 



o. 



62 



18. 108 



Nombre <!es 

Claffes natureles 
qu'ils out con- 
ic rveet. 



Wombfe ^1 

rcles qu'ili oBt 
conferv*fe5. 



104.; 8 ^, ou| [28, ou ^ 
'& plus, I&: plus.^ 



5 » i^- 



V 



4 , ou J 



9, ouf 

& plus. 



3J. 1 125. 6, 



oui 



& plus. 



IT, OUJ 

& plus. 



82. 1 4 , id. 




& plus. 

2, OU| 

& plus. 
1 , ou |. 



70 



Id. 



14. 1 104 



a»ou 



1 



38. i,ow 



t 



3, id. 



1^, ou J 

6c plus. 



o 



43, our 
& plus. 



1 00 5 ou I 

& plus. 



* 



22, ou ^ 

& plus. 



o. 



ax , ou J 
& plus. 

32,0^5 
& plusr 

8, oui 

& plU5» 

■ft 

18, ou| 

& plus 

4,ou*: 




$ 



P R E F A C E, 



f 



teurs» 



r Edition 
ce lenrs 
ourrajes. 



Fondemens de leurs Meto- 



Ncm- 
brede 

leurs 

CM- 

les. 



brede 
leurs 
iec- 
tions. 



XCJ 

Nomlire dcs 

ClafTet naturcles 
qu'ils ont con- 
iervees. 



NoJnbre des 
Section* nata- 
reles qu'ils unt 



Cefalpin. 1 1583. j Grandeur, raci-i 15. j 47*li,ou^» I 9 , ou j 



.Wachen- 
dorf/ , 



nes, fleurs, fruit 
& eraines. 



»747 




Ruppius. j 1718. 



otyledons , 
fleurs , fexe , call- 
ce , corole , eta- 1 % 



16 



mines. 



Linnaeus. [1738. 



Calice, corole, 1 17 
& difpofition des 
fleurs. 



Id, 



18 



J. Bauhln. J 1650, lEnfemble , quali- 

^ Vs , 



ufaje 



40 



lieu 



Magnol. 

hAIler. 
(Albert.) 



1720 



74 a 



natal, quelques 
parties. 

Grandeur , calice, 
corole. 



I 



5 



Linnseus. [1738. 



CBauhin. ] 1596 

Gleditfch, 1 1749^ 



12 



Ludwig. 



^737 



Sauvage. 1 1743 



Knaut. * 1 1716. 

( Cr^en ) 



Cotyledons , cali- 1 1 3 

ce, corole, etami- 
nes , graines. 

Calice, corole ,1 o 

etamines , piftil , 

fruit &graines. 
Enfemble , quali- 
tes & ufajes. 

Fleurs, fituation 
des etamines. 

Calice, corole, 20 
& dilpofition des 
fleurs. ^ 

Feuilles par leurjia 
defaut , fituation , 
figure , nofftbre. 



TcofraAe. 



Corole & difpofi- 
tion des fleurs. 



I 



&plus* 
48.1 1, ou^. I 9, id. 



90 



I , ou ^. 



89 



I, OU-rr* 



1 



o- P > ou ^. 



p 

55 



4a 



68 



7*. 



7. 105 



*3 



Avant 

J. C. 



O. 



o. 



o. 



o, 



o 



8a. o 



o 



7. lia-l o 



Qualit&j ufajesj 7. | 48. | O, 
& grandeur. 



17, ou, 

& plus. 

& plus. 



?* 



19, OU J 

6c plus. 
14, ouj; 



ao , ou J 
& plus. 

17, ou| 
& plus. 
49 , ou f 
& plus. 

18, id. 



5, id. 



jT 



4t,oa| 

& plus. 

7, OU \ 



4» 



3(C]J 



P R E F A C E. 






Anccs de 

de lours 
Ouvra- 

jes. 



FondfjflJein de leurj M^to 
tic* ou Syflemes, 



Nom« 
bre de 
leurs 
Claf- 



Jonn:on. 



1661. 



Rivin. 



x69o. 



> 



Sauv 



g^ 



I 



75^- 



I 

Duhameh M755 



I 



Porta. 






Enfemble , qualj- 
tes , ufajes , que5- 
ques parties. 

Calice , corole , 
& difpofition des 
fleurs. 

Feuilles par leur 

defaut, fituation, 

& figure. 
Figure des feuil- 
les , & leur du- 

ree. 

1588.J Lieu natal, ref- 

femblance aux ani- 
maux & aux af- 



30 



4 



7 






tres. 



I 



55 



, Allioni 



1762, 



Duhamel 



I 



755 



Subft 



ance 



du 



fruit & graines. * 



7 



^ 



Diolco- 
.' ride. 

Le Bouc. 
Tragus,' 

k 

I^onicer. 



5° 



53^. 



I 



55^ 



Dcdocns, 



c • 



1 

t 



55^- 



Difpofition des 1 13 
fleurs 5 corole , 
graines. 

Sexe, nombre | 3 
des p^ales. 

Qualites & ufajes. I 4 



■^' 



Id. enfemble & | 3 

grandeur. -- 



L*Edufe. I X576. 



CJu/ius» 
^ Dale 

champ. ■ 
Cerard* 



Grandeur & qua- 

tes. 

Qualites , ufajes , J 29 

enfemble & par- 
ties. 

Id. & grandeur. 



1587.1 Id. 



, -; 



1: 



7- 
18. 



1-^ * 



'597 



Grandeur & du- f 1 



re«. 



Nom- 
bre de 
Icurs 
Sec- 

> tions. 



90 



II. 74 



17' 



47 



49 



3a 



8. 



o. 



o. 



a. I o. 



o. 



o^^ 



o. 



o. 



Nombr* Jf f 

CUffcs n.iturelc» 
qu' Is ont con- 



Ot 



18. I 91- o. 



o. 



o. 



o. 



o 



o 



o. 



o. 



o. 



o. 



o* 



o. 



o. 



o 



r 



Scftions nam* 
relcs qu'ilj oot 
conit:rvee5. 



13, OU - 

& plus* 

15, id. 



8,ou^ 

& plu 



s. 



I,OU77. 



2, ou 

6c plus 



24 



& plus. 
I , ou jj. 



tf 



V 



f 



P R E f A C E. 



^c■m^ dci Au- 



cvrf 



Dupas, 
Pajfkusm 

Beller. 



de leurs 

j«^ 

1607. 

1613. 



F«ndmi«ns d< levrs Me 

to<ki ou Syftemc*. 



Icufi j lears 
Claf- jScc. 



Xcnj 

Kombfc de« 

ouMls one con- 
ic rv^e». 



Les 4 faifons &] 5 
leur erandeur. 



o 



hEman- i6a8- 



dez. 



, Q 

I deur. 



Rheede, 1 1678. Grandeur & fruit. 
Rumfe. j 1 690. Grandeur 5 ufajes , 



4- 

7- 

8, 
II. 



PauH. 



1708. 



&c lieu natal 
Les 4 faifons. 



4* 



o 
o 



o. 

o. 



o. 



o. 



O. f o. 



Buxbaum. 1 1728. 1 Selon que les Plan- 1 3 



o. 



d. 



Pontede-|i72o. 



ra. 



Siegef- 
bek. 



^7}7 



Sieeef- 
bek. 



tes font plus ou 
molns conues. 

Grandeur, corole, j 27 
calice, etamines , 
fruit, difpofition 
des fleurs. 

Calice, corole,! 18 

& diipofition des 
fleurs. 



1737. 1 Fruit Sc graines. 



I 



7-1 



'expofe de cette table , qui 



tat a un examen luhlamant retlechi lur ccs Metodes , que 
celle de Toumefort ell la plus conforme a la marche de 
la nature , & par confekant la plus core£ie , la plus favante 
& la mieux entendue , puifqu'ele conferve plus de ClalTes 
natureles qu'aucune autre ; que cellcs de Bergen & hEil^ 
ter , qui ont fuivi a-peu-pres Ics memes principes, vienent 
eafuite ; que celle cfe Boeraave vient la 5* ; celle de M. 
Royen la 7* ; celle de M. Linnseus , fur les etamines , la 
16* ; que fa Metode fur le calice n'eft que la ii^ * enlia 



Mctode 



Metodes ou Syfl^ 



\hr^ 



on 



ces mots. 



ne fait auparavant ce qu*on entcnd par 



Nombre <!?• 

Sections nitu* 

rclcs qu'iU onf 
confcrrccs. 



Fere un Syftcme , c'eft fere un Plan rcfonc d'un objet , SyhtiS^t . 
lin tout dei parties conues qui le compofent;ou bien , un ^^ i^* ^'*^« 



«ft un 



U 



- / 



XGIV 



PREFACE. 



'I 



^parfes ou complikees a une feule notion fimple & gene- 
rale^ fondee fur des principes qui ne font pas demontrei 
abfolus ni vrais , & qui ne peuvent Tetre , mais qa'on fu- 
' pofe tels pour parvenir , par leur moien , a la conefance de 
ce qu*on ignore , & qu*il Importe de conctre* Cete manlere 
de travailler s'apele Syntefe ou Metode de compofition* 
Decompofer au contraire un tout en fes parties les plus 
limples , eft ce qu'on apele analyfe ; la definition eft Tex- 
. plication ou defcription de ces parties fimples. Ce qu'eft la 
regie de faufle pofition dans le calcul , une fupofition ape- 
lee autrement hYpotefe ou Syfteme , Teft en fifike ; elle 
nous decouvre quelquefois le vrai ou quelque clrconftance 
qui s*y raporte , &■ qui pent nous aider un jour a le de- 
couvrir ; & c*eft en cela feul qu'on peut dire que {qs SyC- 
temes nous font utiles : car pour Tordinaire ils ne nous con- 
duifent qu'a des conjefhires, a des paradoxes & &QS ana-» 
lojies dementies par les fens. 
MctoJe J Une Metode eft un aranjemant quelkonke d*obJ€ts .ou de 

ce ^uc c^cft* faits , raproches par des convenanfes ou des reflemblances 

quelkonkes , que Ton exprime par une notion generale & 
aplikable a tous ces objets , fans cepandant regardcr cete 
notion fondamentale ou ce principe come abfolu ni inva- 
riable ni fi general, qu'il ne puifle fouffrir d'exception. 

Ainfi la Metode ne difere au Syftcme que par Tidee que 
TAuteur atacbe a fes principes , en les regatdant come va- 
riables dans la Metode , & come abfolus dans le Syftcme. 
^fkodc na- ^ Les Botaniftes ont diftingue a efpefes de Metodes , la 

turclc. ' naturele & Tartificiele, La naturele eft cele qui confervc , 

dans fadiftribution, toutes les Gaffes natureles , c, ad. des 
Claffes oil il n'entre aucunes Plautes qui ne convlenent en- 
tr'eles, Ceft la 'nature qui prefcrit ici a TAuteur m^todlfe 
la^ marche qu'il doit fuivre , & d'apres ce guide liir , Taii^' 
lojie le conduit a jujer de la poffibilite del'exiftanfe de cer' 
taines Plantes, & de rimpofTibilitc de Texiftanfe de quel-* 
kes autres, & par-la a difcemer fi^rement le vrai davec^ 
le fmx. 

•MctoJc ar- ' La Metode artificiele eft celle dont les Claffes ne (on'i 

liHciclc. - pas natiireles , parce qu'eles raffemblent des Genres de VUj^' 

tes tres-eloignees , & qui n'ont pas le plus grand nombrc 
des raports neceffaires pour les raprocher , quoiqu'ils con- 
viencnt enfemble par la note ou les notes cara^leriftikes 
affiances a cbake Claffe. Une Metode artlficJele eft pl"^ 
- . facile que la naturele , parce que c'eft TAuteur qui pref- 
crit aux Plantes la regie & Tordre qu'il veut fuivre dai« 



i 



X i 



r 



* 




P R^E F A C E, 

lear dlftributicn ; aufli ne peuMl exifler cfu'une (eule Me-. 
tode naturele , au lieu que le nombre des Metodes artifi- 
cieles eft prefqu'inepuifable , pouvant porter fur la combi- 

naifon de plus d'une trentaine de parties toutes diferentes. 

La feule definition d'un Syfteme Tufitpour prouver au^au- ToutSyfifi. 
cun Syfteme ne peut ctrc qu'artificiel , puifqu'il fupofe vrales "^'^ ^^ anifi- 
des chofes qui ne font pas demontrees telles ; mais ces iupo- ^^^ 
fitions peuvent quelquefois ete demontrees vraies par la 
fuite & fe realifer ; alors elles c^S^nt d'etre Syfleme & ren* , 
trent dans Tordre naturel des chofes, c. a d, dans les loix 
harmonikes de la nature ; c'eft ce qui ariva au Syfteme de 
Copemic , des que un nombre funfant d*obfervations eut 
confirme la difpofitlon relative qu'il avoit fupofee dans les 
orbes des Planetes folaires. On fent bien qu'aucune Metode 
anificiele de Botanike ne peut , par fa nature , le trou- 
ver jamais dans cecas j'cependant, en general, elleeil pre- 
ferable au Syfleme. ^ * 

Tout Syfteme eft compofe de Clafles qui font fes i^^" di- CfafTci ; 
Yifions. Les anciens Botaniftes ne conoiflbient ni le terme ^^ i«c c'cft, 
de Metode ou de Syfteme , ni celui de ClafTes ; ils rapro- 
choient par Chapitres ou par Livres les Plantes qui leur 



mbre de 
les autres 



paroiflbient convenir enfemble par le plus grand no 
raports ;'c'efl ainfi que Teofrarte, Dioskoride &1( 
Auteurs, qu'on regarde come Metodiftes, ontranjeles Plan- 
tes , jufqu'a Toumefort, qui actablile i** des ClaiTes, com- 
pofees de genres & d*efpefes. Une Clafle eft , felon Tour- 
nefort & les autres Botaniftes modernes , un amas de plu- 
fieurs genres de Plantes , qui convienent enfemble par une 
feule & meme note cara£leriftike , tiree de telle partie de 
la fru6lification qu'il plait aux Metodiftes. lis fubdivifent ces 
Oafles en Seftions ou Ordres , & ils en diftinguent de na- 
tureles & d'artificieles come les Metodes. Les Families des 
Ombelliferes , des Compolees , des Lablees , des Legumi- 
neufes , des Cruciferes , femblent p'rouver qu'il i a des Claf- 
fes natureles, ( Lin. PhiL Bot. p. too , ) come IcsSeftJons 
des Fromens , des Av^nes, des Souchets , des Jones, del 
Afperjes , des Jaclntes , des Narciffes , des Iris , des Lai- 
tues, des Chardons, des Bidens , des Genets, des Aricots , 
des Vedes , &c. feni)lent prouver qu'il y a des Seftions oil 
Ordres naturels ; de forte qu'Us font fubir aux Ordres le^ 
memes loix que fuivent les ClafTes. 

II y a des Metodes artificieles qui ne confer^^ent aucune 
ClaiTe naturele , & il i en a d autres qui en confervent quel-* 

les-unes, Dh ^e i Pwtie ou Claffe d*une Metode eft de- 



3tCVJ 



y' 



P R E F A C S. 



monttQC fauffe , la Metode ne peut 6tre naturele ; elle eft 
done artificiele. On ne doit pas non pUis regardpr come 
jiaturde une Claffe qu'on fubdivife pour former 2 ou plu- 
fieurs Claffes natureles ; par ex. celle d^s Compofees ne peut 
former 3 Clafles natureles , favoir les Radices , les Fleuro- 

••^ nees & les Demi-fleuronees , puifqu'il y a fouvent des Ra- 

dices qui perdent leurs demi-fleuronees & paroilTent fleu- 
ronccs. II ea eft de meme des Seftions natureles qui, di- 
vifees en a , ne peuvent pafTer pour natureles , & des QaT- 
fes ou Seftions qui ne citent que i genre ou i efpcfe , ou 
qui comienent .1 ou a genres qui ne doivent pas j entrer. 
Tondcmens L'axiome precedent etant bien etabli , que les cara<fteres 

4t% Mecodcs. claiTikes ne devoient fe tirer que d'une Teule des 6 parties 

de la fruftification , les Mctodiftes choifirent , pour {on^Q- 
jnant de leur Syfteme , celle de ces parties qui leur parut 
la plus generale , ou la plus conftante , ou la plus comode. 
Cell ainfi que Toumefort prefera la corole , Magnol le 
calice , Boeraave le fruit, Siegesbek les graines ; enfin M. 
* . Linnaeus fut pour les ctamines : le piftil , quoique plus uni-;^ 

verfel que les 5 autres parties ^ a ete come oublie. Ceux 
<jui fubdivifolent leurs CialTes en Seftions emploioient J 
parties de la fruftification ; ainfi Toumefort , confiderant 
pour fes Clafies la corole, prenoit le fruit pour*ies Sec- 
tions , parce qju'il paroit comunement apres la corole. M. 
Linnseus a eniploie les et^mines pour fes Clafies , & le pif*" 
til pour fes Urdres. • ^ . , 

On abufe prefque toujours des meilleurs principes ; on 
les rend mauvais & meme danjereux , 1orfqu*on veut rafi- 
ner en les rendant trop abfolus. Cela efl iur-tout remar- 
kable dans la Botanike , & c'eft un grand malheur qu'il 
femble qu*a entraine la Metode de Toumefort mal enten- 
due , en limitant lef carafteres claflikes a un petit nombre 
de parties de la fruftification , qu'on a regarde mal-a-pro- 
pos come effentieles exclufivement a toutes les autres. Tour- 
nefort etoit trop faje , & cohoiflbit ttop bicn ce que con:^- 
porte le fond de la Botanike , pour poler ce principe , evi- 
damant faux & trop abfolu : il a demontre le i^% que I^* 
parties de la fructification des Plantes etoient preferable* 
a toutes les autres parties , pour etablir les ClalTcs ; mais 
il n'en a pas cxclu ces dernieres : il les a admis dans 1^ 
befoin ; & il a meme emploie dans fa Metode , outre 1^ 
confideration de la corole des Plantes , celle deleur grandeur 
cu duree , & celle de la difpofition de leurs fleurs. M. Lin- 

weus a pris ce principe dans tout? fa .rieueur ; il a prctentlu 

que 



» 



t 



J 



T>i (Tendon 
es Mecodif- 



tes, 
\ 



»*^k 



w ■ 

PREFACE. xcvij 

que les carafteres clafTikes' ne doivent etre tires que de la 
frudification ; de cet axiome abfolu , combien ne font pas 
fortjs de Syftemes erones ? C'eft aufii par une raifon con^ 
traire que Tournefort , fe pretant davantaje a la marche de 
la nature,, a plus conferve de ClaiTes natureles , ainfi que 
Bergen , hEifler & {qs autres feilateurs. 

De cete diyerfitc d'opinions fur les parties les plus Q^fen- , 

tleles de la Plante oil de la fruilification pout fonder un Z 
Syfteme, vinrent les diiTenfions des Metodiftes , chacun 
vantant la bont^ de fa Metode , & la regardant come la 
plus ■niverfele ou la plus facile ^^ou la plus aprochante de 
la naturele , ou mcme come la feule naturele. La quef- 
tion n'etoit pas dificile a decider. Les Claffes fondees fur ce 
prlncipe n'etant pas toutes natureles , les Metodes ne pou- 
voient etre natureles , & ce principe lui-meme devoit paf- 
fer pour arbitrere & hypotetique ; & coment Tordre qu'on 
croit voir , & exifter dans la nature ne feroit-11 pas hypo- 
tetique , puifqu'il fe perd & s'aneantit infenfiblemant avec 
la partie qui en fait le fondemant & qui nous abandone 
tout -a- coup. En cfet Texperianfe ne nous aprend-elle pas 
que le calice manque dans certaines Plantes , la corole dans 
d^autres , les etamlnes , le piftil , le fruit & les graines dans 
d autres ; de forte qu'il ne nous lefle que le moicn d'exclu- 
fion ou de negatiofi pour rendre fenfible la diferanfe eta- 
blie dans nos Metodes* II eft done fort etonant qu*on ne 
fe foit pas apcr^-u que toutes les exceptions que fouffrent les 
6 parties de la fruftification prifes feparemant, metent tou- 
tes les conefTanfes de la Botanike'en exceptions ; doii il 
faut conclure que les Auteurs fe font trompes en etablifTant 
cet axiome ablolu, qu'il ne faut confiderer que les. parties 
de la fru^iification pour fonder les Clafles dune Metode na- 
turele , tandis que la faine raifon fe joint a Texperianfe , pour 
nous montrer qu*elles dependent de laconfideration de tou- 
tes les parties de la Plante , come il fera prouve 
3* Partie de cete Preface. 

Au refte , foit que les Syftemes ne portent que fur une ia Mcrode 

feule partie , foit qu'ils portent fur 2 ou plufieurs parties , nacurdcnVfl 
come les Metodes artificieles , il i a beaucoup plus de Syf- ^^"P^^rroa. 
temes que de Metodes, & la Metode naturele, qui doit''"* 
^^r^^ AAjt^^^^^^ ^^^ parties, n'eft pas encore trouvee. 

Les Metodes dont \q nlan nnrnrhf^ 1p n1n<: A(* rplni r^'nnP McCodcs 



dan 



en 1682 5 de Morifon 



570 , de „i 



Zaittzian en 1592, de C, B^uhln ea 1556 , & de /. Bau- 



S 



/ 



\ 



xcvli} PREFACE. 



exe(!tition 




Metode 



■ql, 



vement a ce point de vue ; & Ton voit dans cete meme 
table le rang de celles qui ont confidere les Plantes par 
leur enfemble , ou par le plus grand nombre de leurs par- 
ties. 

Syflemcs. Parmi les Syftemes qui iupofent leurs principes come 

abfolus , on peut compter celui de Rivin , celui de Pon- 
, tedera, celui de M. Linpaeus fur les etamines , & ceuxde 
Ja plupart des modemes qui ont fuivi fes principes. 

MctO':?cs ' Les Auteurs qui ont done des Metodes come plus natu- 

reles ou plus aprochantes de la marche de la nature que les 
autres , ou qui ont pretendu avoir trouve le fecret de la 
nature, font Morifon en 1680 , Rai en i68a , Magnol 
dans fes Families en 1689, Cretien Knaut en 1716, M. 
Linnceus dans fes Frazm^nta Metodi naturalis en XT'? 8 . 



-donees come 
catureies. 



M. Wachendorf en 1747 



M. Albert hAller 



/ 



Wetodcs Ceux qui ont public leur Metode come plus facile que 

ks'flcUcr *^' ^''^'^^' ^^"* ^'^'" ^^ '^9^' Tourneforten 1694, Kre- 
|) us au cs, ^j^^ Knaut en 1716 , Ruppius en 1718 , Pontedera en 

_ 1720 , M, LudVig en 1737 ; M. Linnsus , fur les etamines , 
■en 1737 ; & en general les plus faciles ont ete celles qui ont 
€U un plus grand nombre oe Claffes , parce que le nom- 
bre des Genres a ete moindre dans chaque Clalfe ; & c^^"* 
les qui ont confidere la corole ontun avantaje, parce qu'ele 
paroit avant les autres parties. 

Metod« fans Nous fuprimons ici , pour abrejer , les autres Metodu- 

prcienfions. tes cites dans la Table des Metodes , qui ont public les 

leurs come des aranjemans utiles & comodes , lans autres 
pretenfions. 
PfcKranfc . La preieranfe que Ton a donee aux Metodes, dans le 

«utiorisk% cboix des etudes , n'a pas toujours ete en raifon de \^^^ 

bontc ; Tefprit national i a fouvant eu plus de part que 1^ 

.■ defir de trouver la verite : c'eft ainfi que la Metode de R^^ 

a ete fuivie par des Anglois celebres , Sloane , Petiver , 
Martyn , & en parti par Dillen ; le Syfteme de Rivin « 
^te embraffe par les Allemans les plus diftingucs en Beta" 
iiike, Krctien Knaut, Ruppius, M. Ludwig, Slegesbek 



9 



M 



ies difciples. Mais ce aui parle en faveur de la Metode de 
Tournefort, c'eft qu'independamant des Frangois celebres 1 

pjumier. Marchant , Dodart » Niflble, MM. de Juflieu, 



PREFACE, xdx 

■- -H 

Vaiilant qui le fuivirent , elle fut adoptee par les etranjers 
Ui tenoient le i*"^ rang en Botanike ; en Italie par par 
ontedera , M. Monti , Micheli ; en Allemagne , en 
Angleterre & en Ecoffe par plufieurs favans diltingues : 
& ce qui ajoute encore au merite de cete Metode , & qui 
fait en meme terns rcloje de nos Botaniftes Francois , c'ed 
que malgre Taccueil que la frivollte femble faire a la 
nouveaute , le Syfteme de Monfieur Linnaeus ne lui a riea 
ni fait perdre de fon eclat , & que Monfieur de JafHeu , 
dont les vailes conelanfes en Botanike , ne laifTent pas 
fentir a la France la perte du grand Tournefort , en a 
toujours conferv'e les fajes principes que nous nous fai- 
fons gloire d'adopter. Enfin nous voions avec fatisfaftion 
que ces principes fe repandent jufqu en Efpagne , come le 
temoigne rOuvraje tout recent du celebre M. Quer, qui "a • 
cm tres-judicieufement ne pouvoir riea faire de plus utile , 

au renouvellemant de la Botanike dans fon pais , que de tra- 
duire en fa laneue la Metode de Tournefort , pour Tinilruc- 
tion de fes dilclples ; de forte qu'on pcut dire qu'elle a cte 
adoptee par les Nations les plus favantes de TEurope* 
. Au relle ce que nous diions de la Metode de Tourne- 
fort , etablit feulement fa fuperiorite fur toutes celles qui ont 
paru Jufqu'ici , mais non fa perfeftion ; & Ton auroit tort 
de nous taxer ou d'une adulation juftement rcprehenfible , 
ou d'etre imbus d'un prejuje national qui s'opoferoit a ce 
qu'on adoptat d'autres Syfremes. Nous ne fomes d'aucun 
pais 5 quand il s'ajit de decider en matiere de fience. Nous 
balan^ons le merite fans confiderer les perfones , le rang , 
la reputation ou la patrie ; Ttos Rutulufve fuant nulla dij^ 
crimlnc funto. C'efl-la notre regie ; ceux qui nous jujeront 
autremant ne nous auront pas entendu , & vraifemblable- 
mant n'auront pas entendu la matiere. Ainfi quoique nous 
donions a Tournefort la i"* place parmi les Metodiftes en 
Botanike, il ne faut pas croire pour cela que nous mepri- 
fions les travaux des autres ; nous rendons route la julrice 

3ui efl due a leurs Metodes , meme a celles qui tienent le 
emicr rang apres celle de Tournefort. 

^Nous ne dikonvenons pas de Tutilite des Metodes en ge- Ucilit^ dci 
neral ; il eft certain qu'elles faciliteut la conefanfe dos Plan- M^f^^^w 
tes , en i metant un certain ordre qui foulajc la memoire , . 
6c que lorfqu*e!es font fimples &L non complikces , ellcs nous 
foumlfTent de nouveles confidcrations fur ces parties dont 
la combinaifon ^I'enfemble pent condulrc a trouver la Mv'- 

code naturek% 

^ 1} 



X' . 



c P R E F A 



Dcfauts dcs Mais nous ne devons pas cacher que tcutes ces Met<5» 
J^ccodcs. .^^5 ^ fari5 gri excepter celle de Tournefort , ont des defauts 

effentiels & infeparables. i*" Iln'eneft pas une qui ne ren- 

■ ferme plus de Claffes centre nature que de Claues nature- 

les. 2^ On voit clairemant par les Syftemes de Rlvin , Krc- 

"" P)us . de MM. Ludwi^y . Linn^us . &c. Gue 




Claffes natureles. 3*^ Toutes ces Mctodes n'etant fondees 

que far la confideration de i ou 2 parties f font abftrafti* 

\^ " yes, puifqu'elles metent a Tecart toutes les autres parties, 

& par confequant elles ne peuvent jamais ctre gcnerales ni 
natureles. 4*^ Les parties qui leur lervent de ^ndemant , 
foufrent toutes des exceptions , come nous Tavons dit 5 ce qui 
ne fe doit point trouver dans une Metode naturele qui doit 
€tre generale. 5*^ Enfin on doit auffi convenir que toutes 
ces Mctodes s'opofent aux progres de la fcience , en y pot- 
tant ]e trouble & la confufion toutes les fois qu'elles raitem- 
tlent, contrc nature, des Genres tout dlierens , ou qu'eles 
en fcparcnt d'autres qui doivent vifiblement fc trouver en- 
femble^: le plus grand nombre de leurs Claffes eil dans ce 
cas ; c'eft ainii qu'en fuivant le nombre des ^tamines , M* 
Linnreus ranje dans fa i«^^ Gaffe des Plantes a i etamine, 
le Jinjambrc avcc le Boeravia , le Limnopeuke , le Sali- 
cor Ic Morccarpus, & TAbola , qui efl fon Cinna, efpece 
de Gramen , toutes Plantes qui n ont d'autre raport nam- 
rel , fi 9'en eft un que celui de n'avoir que i feule etamine , 
& qui apartJenent chacune a des Families difcrentes. 

H faut une Malgrc rirregularite des Metodes artlficieles il en faut 



ccpendant une , au defaut de la Metode naturele ; & celle 




\ 



^oure ctonaut que la i«^^ Aletode de Botanike qui ait cte 
imaginee & executee fur ce plan & fous ces a points ^^ 
yue , fe foit confexvee fa fuperiorite fur 20 autres qui ont 
cte publices depuis. C eft cependant ce que Tevenement a 
jaAiiie a regard de celle de Tournefort. L'inventlon d'une 
parcille Metode , dans un terns ou la Botanike etoit encore 
dans lenfance, ne pouvoit ctre que I'efort d*une genie vafte 
&. crcateur , & il ne s'efl encore trouve perfone qui- ^^\ 
reflife ces a grandes qualites l Tilluftre Touraefort , q^^ 
s'eft acquis aux plus juftes tltres le nom de Pere des Bota- 
niflcs. Mais cete route des Mctodes fondees fur la confi- 
deration de t ou ^^ parties de la fructification des Plantes 

^tant un€ fois tucce , une ^c, ime y ^ une zo'^ Mcti?<J«» 



■t 



PREFACE. 



<l 




a8 Metocles de Botanikc depuls 



WeciUee fur le meme plan , c. a d. fur la confide rati en 
des autres parties de la fruftification rejetces &. rn-xtes 4 
Tecart 

modes 
{>as be 

rant qu'on ait vu paroitre 

Tournefort jufqu'a ce jour dans Tefpace de pres d'nnfiecle; 
rien de fi facile: moi-meme , en cherchant la Metode na- 
turele , des Tan 1747, aknt a peine ^o ans , 'fen avois 
imagine Sc execute 23 , qui ne le cedoient peut-etre point a 
celles qu'on nous vante come les meilleures. Je les ai aug- 
mente & re<5tifie depuis , & on les trouvera raportees dans- 
!a y Partie de c^t^ Preface , parmi ks 40 que j'ai faites 
fur routes les parties des Plantes, dont les raports fimples 
nous donent des.contfances plus utiles & plus ncceHaires 
que celle des raports confus 6c compliques de toutes les 
Aletodes & Syucmes conus. 

Une Metode une fois etablle & reconue pour la ^ 
fimple, la plus facile, la plus comode & la plus univcr- Aific, 
iele , telle que celle de Tournefort , il efl inutile & mcme 

liiperflu & contraire au bon ordre des conefances , d'en fere 
tie femblables fur cbacune des parties des Plantes , parce 

u'elles ne font 

e comblnaifons 
Jees. 



plus 



UncYcure^ 




I 



Celle ae 
Tojineforc 



31 1 on convient qu 11 ne taut qu une ivietoae pour metre 
de Tordre dans nos conefances en etudiant la Botanikc , - -^---- 
& que de 2 ou plufieurs Aletodes egalcmant bones ^il faut <^^pfef^r*i>ic. 

choifir la plus facile & la plus comode, il n'eft pas dou- 
teux que celle de Tournefort , aiant ces qualites , & ctant 
d ailleurs plus parfaite que toutes les autres , ne merite la 
preferance fur elles. EUe efT plus parfaite fi elle eft plus 
conforme a la nature en confervant plus de OalTes natu-* 
reles , & c'eft ce qu'on a fufifamant demontre. Du degre 
de bonte d'une Metode ne s'en luit pas pour cela un t^dl 
degre de facilite ; cela depend moins de fa perfection que 
de fa fimplicite ; celle de Rivin efl beaucoup plus facile 
que 20 autres , parce qu'elle ed plus fimple dans fon prin- 
cipe. On peut dire la meme chofe de celle de Tournefort j 
clle peut le paffer plus aifement que tome autre de l'uf\]e 
du microfcope , & elle n'exije que la conoiflance de 14 figu- 
res de coroles pour la diftindion de fes 22 Claffes , qu'on 
peut rcduire a ij , come je Pai fait autrefois pour mom 

ufaje. 11 n'apartiem p4s tant au raifgnement de prouver la 



/ 



cq 



p k E F A c e. 



c 



bonte d'une Metccle , qu'a la comodit^ » i la clartl , & 
pcut-etre aufil a un certain agremant qu'on y trouve ; & 
'eft fur CCS principes que le public peat jujer de celle de 
Tournefort. 11 eft vrai qu'elle n'eft pas univerfele , il i a des 
Plantes qui n*ont ni fleurs ni fruits, ou qui les ont inviu- 

yes ; & come dans une Metode il faut des marques fen- 
fibles & manifeftes aux leux , il defigne les Claftes de ces 
Plantes par Tabfence de ces parties ; mais ces Plantes font 
en petit nombre , & ne font qu'une petite brcche a Tuni- 
verfalite de fa Metode , qui fe trouve encore plus univer- 
fele qu'aucune autre n'eut ete , parce que , come nous IV 
vons dit , toutes foufrcnt des exceptions femblables , qui ne' 
diferent que du plus au moins. Tournefort n'a pas pretenuu 
fuivre ou imiter la nature , qui ne paroit pas trop s'ctre mife 
en peine d'un Syfteme, car un Syfteme naturel auroit des 
regies fans exceptions : il s'eft contente d un Syfteme arti- 
ficiel , & d'ctablir un ordre arbitrere le moins defe^e^^ 
qu U fut poffible. 



Tons ces motifs pefes & balances avcc equitc, la Metode 




elle ait conferva une fuperiorite finguliere fur toU' 
tes cellcs qui ont parn depuis : aoii 11 eft aile de jujer com- 
lien ce grand home avoit devance & laifle derriere lul les 
■i'^'^* Botaniftes de fon terns, & qu'il n'y avoit qu'un Bota- 
nifte auftx confome & aufti penetrant qui put prefenter une 
fcience tres-vafte & tres-confufe dans un tableau aufli clair 
6c aufli abreje qu'il a fait. 




II. P A R T I E 




Etat a&id de la Botanikc^ 
Es diverfes Metodes dont nous avons expofe le PI^^ 



d 



ans la i 



1 



Partie , ne font pas , i proprement par* 
ler, des concfanfes reeles , ni des dccouvertes en Botani"ke; 

ce ne font que des molens plus ou moins bons & facile 
tie parvenir aux conefanfes de cete fiance , imajines po^^ 
foulajer la memoire. Entrons afluellemant dans le detau 
abreje de ce qui a ete fait pour fes progres depuis I'anti- 

quite la plus reculce jufqu'4 ngus ; $c pour proceder avc^ 



r'- 



P R E F A C E. cij 

crdre& clartc, dans un champ auffi vafte & aufli emLrouille 
parlaconfufiondesprincipes etabUsparlesmodernes, divifoTis 
cete z* Partie en 6 Seftions , dans le(<^ueles nous paiierons , 

i«? des Genres , Efpefes , Individus &: Varidces, ■ / . ' 

X dcs cara£leres cliftiudifs Acs Plantcs , 
5 dc leurs noms , 

4 des dccouverces qui one etc faitcs fur Ics Plances , ' 

5 des Oavrajes dc Botinikc , " - v 
€ dcs caufcs qui one favorife Ics progres dc ccce fcicncc ^ 

7 dcs cauCcs qui one arecs fes progres. * 

Genres , Efpcces > Individus > Variitis. 
Les Ouvrajes de Teofrafte , de Dioskoride , de Pline 5c conoilTancc*' 



"Galien 



anciens 



i 



con^fanfe des Flames , mats peu etendue & affez luperfi^ 

ciele.* Les fiecles qui fuivirent celui de Pline , n <^arichirent 

guere la Botanike. Enfin toutes les fianfes s'eclipferent , & 

elles ne reparurent qu'au 15*= fiecle. Alors on ne Tonja qo*a- 

entendre les anciens, pour en tirer les lumieres qui avoient 

ete fi longtems enfevelies j les Botanlfles ne chcrcherent les. 

Plantes que dans les Livres des Grecs & des Latins, Enfuit^ 

en fe mit a etudier la nature aufli-blen que les Livres; on 

chercha les Plantes a la Campagne. AuiTi-tot la Botanike 

devint plus etendue , & Pimmenre quantite de Plantes co- 

menfa a acabler les Botaniftes. Quelle memoire ponroit criijinc dw 

fufire a tant de noms ? lis imaginerent done , pour la fou- VLkioizu 

lajer , les Metodes dent nous avons parle. Les Metodes" 

ctoient fubdivlfees en Claffes , les Qaffes en Genres , &. 

les Genres en Efpeces ; ainfi les Genres &C les Efpcces font: 

encore come des aranjemans mctodikes , fondes fur Ics me- 

mes principes que les Clafles des Metodes. 

Les Genres n'ctoient pas plus ccnus aux anciens que Genres Inco-' 

. de la manicre dont I'entendent les moder- "''^ aux an- 



Met ode 

faifoient autant que 

qu'il faut entendre ce que difoit Cefalpin en 1683 



CICIU. 



ifujis s^ncribus omnia confundi necejfc ej^^.^n ignoto gc- 



hfi 



qui ait indike, en 15^9, une' indiWs p« 



diftiftton des Plantcs en Genres & en Efpeces ; en lifant Gefac 
toutes fes Lettres , j'ai trouve J Paflajes tres-clairs a ce 
fujet dans 3 de celles qu'il ecrivoit a Fabricius , & qui font 



infcrees dans le j*^ Livre de fon Recueil. Dans la premiere 



fptcits duit fnnt .., Ni 
Oreofclini fptcits. Exijlimandam efl autcm rmllas 

Eriui ejft 2«<c non genus ali^uod conjihuant, '« 



-> 



(' 



-) 



\ 



tiy 



if^ 



4> P, E F A C I. 

fpec'us diverfas dividendum, \ 



fiore quidcm Doronici , fed ft 



wtiz flint* 
Montana 



ginis ^ radice aromaticd ^ fui ornnino generis eft.... Obkc- 
tavit me etiam rarum iViid PiloJell<z genus. Enfin dans la 
3^ Lettre , p* 94 , il dit ; Rara mihi efi etiam Artriticce 
ilia fpecies . . , , MijTfli cum reliquis fpeciem aquifoHa /?///- 



foliorum fp 



* • « 



Lunariam grczc&m quam Flittcren apellant multam jam hie 



fedfl 



'^fi 



I 



\ 



la meme idee en i6i6.- Jungius, qui mouait en 16^57 , 
dlfoit , come on le volt dans fes Ouvrajes poftumes ^ im- 
primes en 1679 fous le titre d'Ifagoge Phytofcoplca f Planta 
niji certo in genera 6> fpecies confanti ratione ^ non pro lu- 
iitu hujus vd iUiiis redlgantur , infinitum quafi reddetur Phy- 
tofccpi<z Jludium ; hueVcEtus autem kumanus infinitum fu- 
gzr. . •. ordo autem Clajfium gencrum fpecierum , tcrmhium 
infinitis ponit. 

^ Tous Ics Botanizes , depuis FEcIufe en 1557, jufqu'a 
I. Bauhin en 1650, fuivirent cete Do&ine de Conrad 
Gefher & de Columna ; Us ranjoient plufiers efpefes de Plan- 
t^s fous un nacme nom gcnerique , par ex. fous ceux d'l- 
^^s , de NarcifTe , de Saule , &:c. mais fans determiner les 
.Genres & fans prendre aucune. regie pour les llmker. 

Morifon tcnta, en 1655 , detabllr des Genres que Rai 
travailla auffi en i68z dapres les preceptes de Jungius ; 
maisRai ne fcfentaiit pas alfez fort , adopta depuis les Gen- 
res de Tournefort. Pvivin dona encore, en 2690, quel- 
<jue5 cara£tcres gencriques , inais infufifans , pour diftinguer 
Irablls prt les fleurs iregulieres ; de forte que Tournefort eft le 1^" qui 
Tourncfpic, ^k afflgne , en 1694, des carafteres g6neriques fatisfalfans 

comuns a plufieurs efpeces de Plantes , fondes fur les par- 



tantes felon 



don^ 



Metodiftesj pour en fixer 



Lmites. Les Genres font done un Ouvraje des modemes, 
,: * &:> pour ainfi dire , de notre ficcle. L'objet de I etabllffement 

des Genres & Efpeces ^toit de rendre la concfanfe des 
Plantes plus ^facile, en les prcfentant dans des tableaux 
plus raproches. 

Cenr«icc ^ Un Genre de Plantes efl: un afTemblajc de plufieurs efpe- 
^uc c'cft, CCS qui convlenent enfemble par la reifemblance de tou- 

tes les parties d;^ b fru«5iiiIcation ou feulcmenr des plus eiler*; 



PREFACE, 



cr 



tielcs felon Toiirnefort , & par toutcs les G parties de la 
fr iftification , felon M. Llnuceus, 
Outre ces Genres 

I''" crdrc 



que 



du 



nefort apeloit Genres du 
, il en dlftmraoit auffi d autres qu il apeloit Gen* 



mais qu'ii emploioit rarement. II defi- 
niffoit ceux-ci un amas de plufieurs Efpeces qui fe reflem- 
blent non-feulement par les parties de la tru£titication , mais 
encore par quelqu'une Aqs autres parties , telles que les raci- 
nes , les feuilks , &c\ & par'Ieurs qualites. 
. Tournefort , ne regardant point fa Metode come natu- 
rele , mais come artificiele , metoit fes Genres dans le 
meme rang, M. Linnaeus a porte plus loin fes prctenfions : ^>"^*^^- 



Genrc5 nttU- 
rels felon M» 



M 



Phil. Bot. p. ICO 

ventii , ohjervata. 



f/e , conf) 



fP 



Genus omnt ejl naturule 



in primordU 
fccundhm cujujque theoriam 

Je ne fai 



* 



non prottrvc difc'mdcndum aiu conglutinandum. 

coment ni eux ni aucun Botanlfte poura foutenir une Tefe 
aufli generale ; ce qu'il i a de certain , c'efl que jufqu'a 
prcfent perfone n'a pu la prouver , ni doner une definition 
jufte du Genre nature! , mais feulement de rartificiel. 

Ce qui femble parler en faveur de cete affertlon , ce 
font les Genres de la Renoncule , dc TAconit , de la Niele , 
du Claytonia , du Ketmia , de la Granadile , Si plufieurs 
autres qui ont des .carafteres faillans & uniques , qui leur 
font doner, au i" abord , le nom de Genres naturels. Mais 
a cete Preuve unique , on en pent opofer 3 des plus for- . Prcuves d* 
tes. i^ Pour un petit nombre de Genres qui ont des carac- contrairc. 
tores faillans , combien n y en a-t-ll pas , far-tout dans cer- 
taines Families natureles , telles que les Ombelliferes , les 
Lablces , les Legumineufes , les Cruciferes , &c. ou ces 
cara^Sleres font fi peu fenfibles , nuances fi foiblemant , fi 
fondus dans toutes les parties de la Plante , qu*on eft lou- 
vent tente de ne faire qu'un feule Genre de chacune de 
ces Families ? 2^ Vn genre naturel dolt etre conflant & 
invariable ; & s'il efl fujet a chanjer come les Metodcs ^ 
des-lors zl eft artificiel : or les Genres varlent come les Me- 
todes felonrordre des diyifions adopte dans chacune , & (don 
le nombre Seles efpeces de parties dont on eft convcnu de tirer 
les caraftcres de chaque ordre de divifions, Dcvelopons & 
expofons clairement cete idee ; c'eft une des plus eflentieles 

i faifiVj parce' qu'elle eft U bafe de touted les erreurj qui^ . 



^ 



% 



\ 



/ 



I 



I 



tvj PREFACE. 

fame de cet eclairclfTemant , fe' cometent tdus Us jours 

dans retabliiTemant dcs Genres en Botanike. Plus une Me- 
tode a de ClaiTes , moins elle a d'Ordres , de Seftions ou 
de fvibdivifions ; elle n*en a comunement que de 3 fortes , 
favoir des Clafles , des Genres dc des EA^eces ; & moms 
elle en a , plus elle eft parfaltc & facile. Aloiris au contraire 



de divi- 



sions fubaltemes , qui vont quelquefois Jufqu'au nonabre de 
3?, favoir, i« Gaffes ou Parties, 2.^ Legions, 3^ Falan- 
jes , 4^ Centuries ,^ 5^ Cchortes , 6^ Ordres ou Sections, 
7^ Genres , 8*^ Efpeces. De forte que chaque Metodifle, 
prenant pour prindpe que le cara£lcre diftinftif de tel Ordre 
de divifion doit etre tire de telle ou telles parties , come 
nous avcns dit que Toumefort & M. Linnius ont hit 
pour leurs Claffes , Ordres , Genres & Efpeces , il doit ari- 



qu 



M. Linnaeus apelent Efpeces ce que 



^ 



Auteurs apeloient Varietes , 9^"^^^ ce qu'ils apeloient Ef 
pefes., Ordres ce qu'ils apeloient Genres , Cohortes ce qu'ils 
apeloient Ordres ou Seftions , Centuries ce qu'ils apeloient 
Claffes, & qu'ils faffent un choix & une combinefon toute 
diferante des parties qui doivent leur fervir pour caraderi- 
fer leurs Clalles, Legions, Falanjes , &c» C'eft fur-tout la 
deference du nombre & dcs efpeces de parties qu'on choi- 
fit pour tirer le cara*Sere de chaque Ordre de divifion des 



M 



Metodes diferantes , & que 



res de certaines Plantes dont d'autres font des Efpeces ; 



Eufrafii 



ainfl que 



ceux 



lifiSrens de ceux 
ClaiTe 



* 



r^atureles , ou les Genres fe confondent, pourainfi dire, parce 
qu'ils failoient tomber leurs cara£leres principaux fur des par- 
ties toutes diferentes. Par exemple, la Metode de Toumefort , 
en confiderant la fubftance du fruit dans fes Seftions , a exige 
qui! fit 3 Genres diftinas du Caprifolium^ du Periclmc- 
num & du CJiamxcerafus ; & celle d^ M. Linnaus , a caufe 

de k divifion de fes Ordres par les ftiles, a exige qu'il 
ne fit de ces 3. Genres qu'un feul, qu'U apele Lonicera. 
Voment ranjer la Valerlane dans les Syflemes fur la corole 

<?U fur les ttamines , tant ces % parties varient par la fig^^* 



v. 



. ' 



1 



k 



PREFACE. cvij 

fk par le nombre ? MM. Albert liAlIer , WacKendorf & 

nombre d'aiitres Botanlfles ont <3e meme cKanje plufieurt 
Genres ds M. Linnaeus, toujours relatlvement a leur Me- 
tode , come 11 arnvera aux Genres de ces domiers , pla- 
ces dans d'autres Metodes. 3^ Enfin les Genres ne peuvent 
€tre conllans fi les Efpeces chanjent ; or il i a plufieurs 
obfervations qui femblent le prouver ; nous difcuterons cet 

article ci-apres. 

II efl done evident par les faits , que les Genres en gene- 
ral ne peuvent etre tous naturels dans aucune Mctode artifi- 
ciele ou arbitrere ; &. tons les axionics qui ont cte fondes 
pour rctabliffement dcs Genres naturels , Ibnt fenfiblcrnent 
faux , parce que leurs Auteurs n'aiant point une idee Jufte 
de la Metode naturele , les rendoient relatifs aux principes 
abftraftifs des Metodes anlficieles. C'eft ainfi que Tourne- 
fort & la plupart des modernes ont etabli que les Efpeces 
qui fe refrcmblent par les parties de fruftiHcation font do 
meme genre , & que celles qui diferent par quelqu*une de 
ces parties , diferent aufli en Genres ; cepenaant Tourne- 
fort ne regarde pas ce principe come abiolu. M. Linnaeus 
clit, Phil. Bot. p. 123 ', Si fiores convenlunt ^ fruEtus autcra 
differunt , caiteris paribus conjun^enda funt genera. M. Adrieni 
Royen regarde come un paracioxe Infoutenable de fcparet 
de Genre 2 Plantes , parce que Tune aura un plus grand 
nombre de petales que I'autre, fonde fur ce que Ton voit 
des coroles monopetales & polypetales dans la meme Ef* 
pefe naturele , par ex, dans le Savonaria concava Anglican > 

Ces axiomes & nombre d autres lemblables , qui font vrais : 

I'egard de quelques Plantes , ou meme i Tegard de quel- *. 

ques Families de Plantes , ne le font pas pour les autres , ^ 

come cela fera prouve dans la 3*= Partie. C eft pour cela que V 

les Botaniftes , malgretous leurs travaux, malgre la torture |. 

qu'ils ont done a ieur imagination , n*ont encore pu parve- « 

nir a doner des regies (ures & incbranlables pour fixer des 
Genres conftans & invariables , c. a d. 'des Genres natu- 
i^ls ; &. ces Genres naturels , s'il en exifte » ne peuvent etre 
tels que dans la Metode naturele , en confiderant toutcs les 
parties de la Plante , & non dans aucune des Metodes arti- 
ncieles, qui fe boment a la confidcration de quelques-unes 
<!e ces parties. 

De ces axiomes, fondes d'abord par Tournefort , paru- NombwHec 
rent un grand nombre de Genres qui furent ai^mentds peu- P.^?^^^ ?^' 

a-peu par fes fucceiTeurs i en voici la progreiUon : * 



S( 



i 



t 



; 



criij PREFACE. 

Tourncfort , en i'^54, en a ccabli ^^S. 

riuniicr, 1703, ajoute $6, Toral. 794- 

Boeraave, 1710s ' 17. 8ii. 

* VailUiU , 1718, 30. 841, 

Mitheli, 1719-^ i7- 9^S* 

IJoufton, 1735, If- 5J0. 

7e:u , MM. dc JufHcu , Nifl"ol , Marchaiit , Daiiti , 
Kcneaumc, Ruppius , I'ontedeta , Schcuzcr , Buxbaum , 
^mman, M. hAlIer , Gmclin / M. iMonti , Gcono- 

fi 1 

Vius , Mitchell , Cacesbj , Kcmpfer , &c, en one public 
critrc rous yo. ' icoo. 

M, Linnaeus , en 1758 jurqu'en 17^5, 174. '^74. 

ifpeces 3 ce Les anciens conoiiToIent & decrivoient les Efpcces de 
^uc c'cft. Plantes fous le nom de Genres. Les modernes definirtent 

( line Efpefe de Plantes , un amas de plufieurs Individus qui 
fe reffemblent parfaitement , non pas en tout , mais dans les 
parties & qualites les plus effentieles, fans cependantfaire aten- 
iion aux diferences caufces dans ces Individus , foit par le 
fexe , foit par des varietes accidenteles ; c'eft ainfi que plu- 
fieurs Chous, plufieurs Tulipes, qui font des individus, 
forment Tefpefe du Chou & I'efpefe de la Tulipe , & que 
1 pies de Chanvre , dont Tun eft male & Tautre femele , 
re forment que 2 individus de la meme efpefe , diferans* 
feulement par le fexe , come 2 Tulipes, dont Tune eftjaune 

&: I'autre rouje , font 2 Individus de la mcme Efpefe , qui 
ne dif erent que come varietes par la coulcur de leur fleur , 
& qui fe relTemLIent parfaitemant d'aiUeurs dans toutes leurs 
autres parties. 

Rai regardoit come diferanfe fpeclfike dans les Plantes 
celles qui font affcr^ notables 6c fixes ^ qui ne font pas dues 
a la ^culture, & que la culture ne chanje pas. Le moien 
<3e s'en afiurer eft la propagation par les graines : car tou- 



{ 



tes les diferanfes qui fe rencontrent dans les Plantes diver- 
Us, provenues d'une meme 'Efpefe de graine, (ont acci- 
denteles & non fpccifikes , & les diferanfes qui ne pro- 
vjenent pas de la fneme Efpefe de graines , doivent etre 
regardees come fpecifikes. Rai ne fuit pas toujours exafte- 
niant cete regie. 

' Tournefort avoue qu il s^embarafTe fort pen ft les Plan- 
tes qu'il cite, font des Efpcfes ou des Varietes, pourvni 
^'efles diferent par des qualites rcmarquables & fenftbles , 
ce qui nous paroit fufifant & tres-raifonable. Cela revient 

a cete idee vraie , qu'il exifte autant d'Efpefes qu'il y a dc 
formes diferentes de Plantes. 



» 



I 



PREFACE. 



ClX 



Suivant M* Linnaeus, Phil. Bot. p. 99, les Efp^fes de Ef^pefcjconr 
Plantes font natureles & conflantes , parce que leur propa- ^*"'^** ^^loa 
gation , foit par graines , foit par bourjons , n'ell qu'une con- ' '^"*^** 
tinuation de la meme Efpece de Plante ; car qu'une eraine 
ou un bourjon foient mis en terre , ils produiront cnacun 
una Plante femblable a la mere, dont ils .jie font 



quune 



continuation. De-la on a conclu que les Individus meu 
at , mals que I'Efpefe ne meurt pas. 

Mais nous rroion*; devoir faire ici une diftlnftion \ 



qu 




, par 



oourjons, ou , ce qui revient au meme, par 
bouture ou par greffe. La reproduction par bourjons ne 
produit point de Varicte , elle ne fait que continuer Tlndx- 
vidu dont iis ont ete tires , & par-la elle femble s'opofer ^ 
la production de nouveles Efpefes dans les Plantes ; au lieii 
que les graines font la fource d'un nombre prodigieux de 
Varietes , fouvent fi chanjees , qu'elle peuvent paller pour 
de nouveles Efpefes , fur-tout lorfqu'elles fe multiplient par 
la meme voie des graines , come on en a pluiieurs exemples i 
on en peut citer 8 , dont 3 fur-tout bien remarquables , bien 
averes,{& vus par des ieux, botanlftes acoutumes a bien 



vojr. 



Le i*^*" cxemple & le plus ancien fe trouve dans les Me- 
moires de TAcademie pour I'anee 1719, oil FHiftorien de 



« Au mois de Juillet 



'7M 



M 



TAcademie dit, p. 57 

3j Marcliant aper(;ut dans lonjardin une Flante qu'il ne co- 
M noiflbit pas , & qui s'eleva jufqu'a 5 ou 6 pouces. Elle 
» fjbfifta jufqu'a la fin de Decembre, oil elle fe deiTecha & 
yjpcrit. II crut ne la pouvoir raporter qu'au Genre de la 
•-31 Mercuriale ; & come elle etoit toute nouvele , & n'avoit 



/ 



M 



» L'anee faivante 17 16, au mois d'Avril , dans le meme 
» endroit oil avoit ete cete Plante , il en vit paroitre 6 au- 
»tres, dont 4 etoient toutes femblables a Tancicne, & % 
j> autres aflez diferentcs pour faire une autre efpefe de Mer- 

Mcurlale, qu'il noma Alercurialrs foliis in varias & fnajua- 
j> ies lacinias quafi dilaccratis. Elle fabfifta audi jufqu'a la 

>i fin de Decembre^, en quoi ces 2 Efpeces font diferantes 
n de la Mercuriale vulgaire » qui , quolqu'annuele auffi-biea 
37 qu'elles , ne dure pas aiilfi longtems, Ces z Plantes nou- 
» velles fe font mukiplices depuis dans lefpace de 7 ou S 
i> pies de terrain ; & , ce qui eft etonant , jamais M. Mar- 

V chant ne leur a pu decournr aucune aparance de eraine. 



Preuvej du 
couuaice. 



H^ 



/■ 



i 



ts PREFACE. 

I 

3> Cependant la petite eten^ue oti elles renaiflent tous les am,' 
» prouve afTcz qu*elles doivent etre venues de femences qui 
3>i feront tombees des Plantes precedentes. Come on a de- 
Tf couvert les fecrets dont pluheurs Plantes fe fervent pour 
y» cacher leurs graines , il eft plus merveilleux qu'il i en alt 
5> encor qni puilTent reuffir a les derober. 



Le 3^ exemple d'une 



M. Linnseus. La Pebria , 



(lU 



^ - -ois en 174a par M. Zloberg , dans une Me 

lituee en mer , a environ 7 milles d'Upial , vers la Pro- 
vince de Roflagne, fur un terreln graveleux tout couvert 
de Linaires , au milieu defquelles elle etoit en moindre quan- 
tite* On en a trouve depuis dans plufieurs endroits de I^* 
Suede felon M. Llnnceus . & auY pnvimn*; rip Rprlm . aU 



M 



fl^ 



fem.ant de fes fleurs, qu'on n'i pent voir aucune dlference. 
Elle en a le port, la grandeur, Todeur, la couleur , les 
feuilles , le calice, les etamines , le piftil, le fruit & les 
graines ; mais fa corole eft fort diferente. Au lieu du tube 
court de la Linaire , termine par 2 levres irrcgulieres , a 4 



arme 



ria a un tube *fort long , termine par un pavilion prefqii^ 
reguller a 5 crenelures «& entoure en bas de 5 eperons. Ou- 



mblance 



fur 



dans toutes fes autres parties , on a trouve quelquefois 
tine meme tiie des fleurs de la Linere comune . ce q^ 



^ T I 



rouve inconteftablement que cete Plante provlent d'une 
Linere par une fecondation etranjere , fon ftigmate aiant recu 
la poufllere d'une autre Plante de la meme Famille , qu <^^ 
pouroit foup^oner etre la Juskiame ou le Tabac , dont la 
corole a a-peu-pres la forme de celle du Pdoria. Enfin ce 
qui etablit c^t^ Plante pour une nouvele Efpefe, c'eft quelle 
done des gramcs parfaites , par lefquelles elle fe reproduit 
depuis plufieurs generations , ce qui fait penfer a M. Lii^^ 
naeus qu'elle fera une Efpefe conftante. 

Lcs autres exemples que je vats citer peuvcnt fervlr c.^ 
^r.^ar..^.<^\r.» -^ux 3 precedens , dont il n*eft guere permis 

Linnaeus cite encore 2 metamorfofes icni^ 

ire que tous les ans, dans le Jardin d^Upfalf 

du Carinas caput rotundo iomtntofo^ C. B. d::]^^ 

'onent le Carduuus tornentojus pyrenaicus , fi^^'-' 

\s elomuAUs. Tour, U ignore 11 c'eft des femea^ 



de douter. M 



1 

t 



P R E F AC E. , cxj 

€es du diske ou de la courone , ou de ces femences fecon- 

dees par la pouffiere d une autre Plante. 



Gmelin : " J'ai aujourd'hui une E^- 



/o/i/^ angujlis Jli 



mericana altijjl. 
Herm. Par. t. 



. I 



follis inciji. 



une 



ri748) 



^bena comunis cctrulto fiort, C. B. & toutes les autres par- 
ities du Verhena Americana ^ cite ci-devant. Ces 1 Plan* 
^i tes en quefllon ont eu fa meme couche , & je vous Jure 
5> que je vols cete 3^ pour la \^^^ fols , que perfone ne me 
n Ta donee , & qu'on n'd feme dans cete couche aucune 

» autre Plante. " 

Le 6-exemp!e de chanjemans ferablables eft cite parGme* 
lin, qui dit, en 1749 , que M. hAIler luia ecrit que Ton a 
trouve pres de Nuremberg une Plante parellle au Linaria 
fcgetum nummularicc folio aurito & villofo , Tour, mals avec 
une fleur toute femblable a celle du Peloria , & qui paroit 
s'etre transformce de mcme. 
t Le mcme Gmelin cite encore un 7* exemple en 1749: 



M 



Pie d'a- 



» ce pais-Ia que 2 Efpefes diflinfles', & dont j'ai compt^ , 
» dans mon Jardin de Petersbourg , jufqu'a 6 Efpeies. Les prin- 



feranfes 



« plus ou moins profondement , plus ou moins fermes , 
» droites ou pendantes , de couleur plus ou moins foncee ; 
» les fleurs etoient aufH plus ou moins grandes. Ces dife- 
« fences laiflbient rObfervateur incertain fur I'Efpece a la- 
3J quelle 11 faloit raporter ces Plantes : je penfe qu'eles pro* 
^ venolent du melanje des a Efpefes dont je viens de par- 
« ler ; cela eft d'autant plus probable que ces 2 Efpeies , 
^ r^elemant diftlnftes , etoient plantees Tune pres de I'autre. 
En 1751 ,^ M. Linn^us [DiJJirt. de Planus hybridis ) 
a cru pouvolr prouver, par des Obferyations ILres , que 
la PimpindU Agrimonoides , Mor. qui s'eft reproduite de 
grames pendant plufteur anees aUpfal , eft une nouvele efpefe 



puforba 



/' 



1 Aigremome , Agrimonia officinarim , C. B 
cpi'il eft probable , quolqu'on ne foit point ap 

tions li-deflfus , cue plulieurs Plantes out etc 



\ 



CXlj 



t 



PREFACE. 



tfoiies y T. paroit reconoJtre pour pcre le M 



& pour mere le, Nymfc 



pere le Chanvre , & pour mere le Re(eda ; le Tragopogon 



P 



foliis hirfutis a eu pour pere Je Lap/ana ; VHyof- 
nus Phyfalodes , Lin. a eu pour pere TAlkekanje ; la 
ifraga, Fl. Suec. 358, rcconoit pour pere le Pa/naffia^ 
le le Cataria efl le pere du Moldavka Retomcce. folio , 



tufa. Matt, eft le pere du Primula 7 Conufoide^ , Lin. Sp. 
Enfin M. Linnseus patok plus perfuade que jamais de la 
produaion de nouveles Efpefes de Pknte dans fa DilTer- 
tation Defixu Plantarum , 1760 ; 4^. Paropoli, 011 II dit, 
page 28 & 29 , Dukhari nequh quia yeronica fpuria , Del- 
finwn hybridum , Hkraciiim hybridum , Tragopogon hyhn- 

dum , fmt novx fpecies generadone hybridd ^produHct . 

6" GeraniaBotanicos facjll adducent ut crcdaut fpecies ejuf- 
dent generis in vegctabillbus ejfe diverfas PUntas , quo) Iti 
una fpecie forum commixiiones fa^a funt , & vici^m genera. 



bus ortas. 



eJfe 



-A- 



Novus hic aperitur campus Botanlcis , in quo diver faram 

Plantarurn pollinediverfn faminis viduis ft^is Infer nendo , 
novas lenient efficere fpecies vegetabilium. 

^ Ces exemples de chanjemans , caufcs par dos feconda- 
tions etran]eres , fe multiplleront fans doute , a mcfuVe qu'on 
fera plus atentif a les obfervcr, ou qu'on voudra fe les pro- ' 
curer , en fecondant une Plantc fcmelle par une male d'El- 
pefe diierente , par ex. le Chanvre par le hOublon , I'Ortie 
par le Muner , le Saiile par le PeupIIcr , le Rlcln par le 
Titimale , pour favoir ce qui proyiendroit de ces melanjes. 

L 'obfervation & I'expdrience peuvent feules nous Inflruire 
ia-deuL:s. 

L 

^ Mais il fe fart , fans le fecours de la f^condatlon etran- 
gere, dans les Plantes qui fe reproduHent de gralnes, dc$ 
Chanjeir ano femblables , procures , folt par la fecondation red- 
proke^ de 2 Indlvldus diferens en quelque chafe , qnoiqu^ 
dc meiije Efpefes , foit par la culture , le terreln , le cli- 
mat , la fcchereffe , I'umldite , Tombre , le foleil > &c. CeS 
chanjemans font jplus ou molns prompts , plus ou moins 
durables , difparoilTant h. chake generation , ou fe perpctuant 
pendant pluileurs generations, felon le nombre, la force, 
h durce des caufes qui fe rcunlront pour les former, & 
felon la nature , la dlfpofition & les mccurs , pour ain^i 

dire , de chake Plante i car 11 eft de rcmarke que telle Fa- 

- ■ ^ mllle 



■-h^- 



PREFACE. 



*f* 



CXllj 




tnllle de Pkntes ne vane que par les racines, tel(e autre 

par les feuilles , d'autres par la grandeur, le veloute , la cou- 
leur, pendant que d'autres chanjeront plus facilement par 
leurs fleurs & leurs fruits. Enfin ces chanjemans ne fe font 
uere qu'entre les" Individus de meme Efpefe, ou entre a 
Tpefes tres - voifines , telles que le Chou 6c le Navet. II 
n'efl perfone qui ignore qu'en coupant toutes les etamines 
dune Tulipe rouje avant remillion de leur pouffiere , & 
qu'en poudrant le ftigmate de cete meme Plante avec les eta- 
riines d une autre Tulipe blancKe , les graines de cete Tulipe 
rouje produifent des Tulipes , dont les unes font roujes , les 
autres blanches, dautres blanches & roujes, 'de meme que 
a animaux de meme efpcfe tranfmetent leurs couleurs dife- 
rentes aux animaux qu'ils engendrent. Morifon a prouve , 
par nombre d'exemples , que toutes les Varietes de Chou, ' 
etant iemees , dejenerent les unes dans les autres, & paflent 
fucceffivemant dans divers etats. R.nien cite beaucoup d'au- 
tres que nous fuprimons pour abrcjer. On fait jufqu oil peu- 
vent aler ces chanjemans, par la culture, dans les Plantes 

}>otajeres & les Fromens ; telles Plantes tranlportees dans 
es Jardlns ou d'un climat a Tautre , font fi diferentes des 
fylvellres , que le Botanlfte le plus exerce a;peine a les reconoi- 
tre ; c'efl ainfi que le Tabac & le Ricin , qui forment des 
Arbrifleaux vivaces en Afrilce , ne font qu*erbaces & aiinuels 
cu Europe, il en eft de meme de beaucoup d'autres. 

II paroit done fuHfamant prouve, par les faits cites ci- Uslf/cfcs 
defTus, que I'art , la culture & encore plus le hazard ,chanjencdc 
c. a d. certaines circonflances inconues , font naitre , noa- "^^^^c* 
feulemant tons les jours , des varietes dans Ics fleurs curlea- 
fes, telles que les Tulipes, les Anemones, les Renoncu- 
les , &c. qui ne merftent pas de chaiijer les Efpcfes , mais 
meme quclquefois des Efpefes nouveles j au nioinsien a-t-il 
3 ou 4 de telles qui ont ete decouvcrtes depuis 50 ans , & 
qui certamemant n'auroient pas cchape aux rechcrches de 
tous les Botanlfles , fans compter nombre d autres Plantes 
qui pafTent pour des Varietes nouveles , &: qui fe perpe- 
tuent peut-etre & forment autant dTfpcfes. Pourquoi la 
nature^ feroit-elle incapable de nouveautes qui allafTent juf- 

ques-la ? II paroit qu*elle eft moins conftante S: plus diverfe 

dans Ics Plantes que dans les an'maux ; & qui conoit les 



H 7 ^^ ft ^^ 

. bornes de cete diverrttc ? II i a des quadmpidei 
feaux oil raccouplement de 2 Eipefes diferentes 



& des oi- 

ne produit 



rien , i! i en a d^autres oil il done une Efpece batarde , qui 

»e peut fe reproduire &: p^rit des k. i=^^' generation ; les 



A 



cxtv 



P R E F A C E. 



vegetaux Franchiflerit le pas , & forment , au lieu de muletJ ," 
ties Efpeces vraies & franches , qui fe reproduifent fuivant 
4es loix ordinaires a leur generation , jufqu'a ce que de nou- 
velles caufes les faffent ou rentrer dans leur i^^ etat ou 
pafTer dans un y etat , difcrentdes 2 premiers , ce qui pa- 



re It pi 



M 



s V 



raifemblable* 



quels 



i - 



de la creation, quels font ceux qui, par la fucceffion de la 
-reproduftion , ont pu ctre chanjes ou meme produits de nou- 
veau par des caufes accidanteles. C'eft fans doute pour ce!a 
qu'on ne retrouve plus aiijourd'hui nombre de Plantcs decri- 
tcs par les ancicns Botaniflesi ^^Iles auront difparu , foit en 
rentrant dans leur etat prlmitif, foit en chanjant de forme 
pour multiplier les Efpcfes A ce compte les anciens n'au- 
roient pas eu tort de decrire fi peu d'Efpefes d'un meme 
Genre ; i!s ntn conoiffoient pas davantaje , & c'eft le terns 
'Cuienj amcnc de nouveles. Par la meme raifon les Botanifkt 



fiuurs feroient accablcs & oblijes a la fin d'abandoner les 



■ 

Efpcfes chan- 

tciu fuivant 
:csMiiodcs. 



Efpefes , pour fe reduire aux Genres feuls. Mais avant que 
tie prevoir ce qui fera, il faut feblen aflurer-.de ce quieil. 
Non-feulement les Efpefes chanjent de forme i mais s'il 
efi vrai , come Texperianfe le prouve, & come nous Tavons 
demontre plus haut , que les Genres varient come les Meto- 
pes , c. a'd. fuivam les principes des diverfes Metodcs, il 



ces 



aux memos 



Efp 

res, ou qui Ics forment , doivont etre fujete 
chanjemans. Car fi 2 Genres font reunls dans une Metode, 
oufi unfeul efldivife en a, alors les Efpefes chanjent d'or-» 
tire, d'aranjemant & de Genre ; par exemple , fi Yon reunit. 



i 



Ma 



dans ce Genre ; fi au contralre on diftingue , avec moi, !e 
ScUL de VOrnitogalon^ nombre d'Efpefes auront chanje de 
Genre. De forte que , come il ;n a paru jufqu'ici aucune 
Mi^tode naturele,^&: par conf6kant fixe, on peut dire que 

^^ ^?t^^^? ^^^ Genres & les Efpefes n ont pas encore b 
ilabilite quexige cete Science bicn epiiree, quoique les Bo- 
lanifies modernes ne ceflent de fe flater de ravoir porte a 
ijn plus haut point de perfe<^ion que les autres parties de 

i'Hiiloirc naturele. 

Les BotaniTtes, depuis Morlfon jufqu'a M. Linnieus, p^- 
roiflent s'ctre ataches particuherement a etablir des Gcr.rc* 
<le Plantes ; ils ont beaucoup moins travaille fur les Efpe- 
fes, Tournefprt avoir dreiFe un plaa de travail fur cete p^: 



PREFACE. cxv 

tie, come 11 avoit fait pourles Genres ; mais il mourut trop 
jeune pour metre ce projet en execution : M. Linnaeus ell 
le i^' qui alt voulu les caraflerifer plus particuliirement & 
i porter la meme atentlon que Tournefort avoit done a _ 
I'etablilTemant ,de fes Genres. Son travail a des parties uti- 
les , & il en -eut eu davantaje » fi toutes fes frafes ou definitions 
cufient ete fondees far des comparalfons 5c fur Texamen d'uii 
plus grand nombre de parties de chake Efpefe. .* 

On apele Variete la diference qui fe trouve cntre les indi- varietcj -, 
idus de meme Eipele , diference accidentele & peu dura- q^c c'cft* 



ic 



ble : telle eft celle des Tullpes roujes, jaunes, blanches , 
marbrces , &c. Quoique 2 individus de meme Efpefe doi- 
vent fe reflembler en tout parfaitemant , pour ne pas paf^ 
fer pour Varletcs Tun de Tautre , cete reflemblance fifike 
n'exifie cependant pas ; il n'i a pas meme 2 Roles fi parfaite- 
mant lemblables far le meme pie , c. a d. for le meme individu, , 



I'on n'i rcmarke quelque diference , foit dans la grandeur^ 



\ - 




qui eft Variete Nc fgnt pa* 



oit dans [a couleur , le nombre , !a proportion refpeftive de 
toutes les parties qui les compofent ; il en eft de meme de % 
Baiilics 5 de ^ Chenes & de toute autre Plante dent on vou- 
draconfronter fcrupuleufement 2 individus : auffi a-t-on tou- 
jours regarde come tres-dificile deconftater ce qui eft Variete 

& Efpefe dans les Plantes i & c'eft un champ oti chacun erre ^'^^•s* 
en pleine liberte. 

Les anciens nous ont confer\^e, dans leurs ecrits, au molns 
une notice abrejee de toutes les Varietes de Plantes qu'ils 
conoifToient ; C. Bauliin fur-tout les a citees trSis-fcrupulcu-' 
fement dans fon Pinax , Tournefort a continue cet Ouvraje , 
qu'il auroit pouiTe tres-loin , fi une mort prem.aturee ne Tcuc 
enlevd trop tot pour le bien de la Botanike ; & Rai fem- 
ble i avoir mis la demiere main en en ralTemblant plus que 
perione n'avolt fait avant lui & n a fait depuis , quoiqu if 



ait laiiTe a Fecart les varietes de couleurs de nombre de Plan- 
tes qui vont a I'infini , telles que les Tulipes , JacinteSj Ane- 
mones , Renoncules, Oreilles d'ours, ficc. M, Linnaeus , par SuprirtK^c^ p»r 
Mn zele tres-condamnable, quoiqu'il eut en vue d'abrejer ^^> ^'^^•^^'* 
I'etude de la Botanike , a voulu , en 17^5 , funrimer toutes 
les Varietes en les confondant avec leurs Efpefes * mais il 
eft tombe dans le defaut opofe de diminuer trop le nombre 

des Efpefes ^ en les prenant fouvant pour des Varietes ; telles: 
font; 

i" C0UCC6 1m Efpefes dc PitQnia de Tourncforc , 

1 les Scorphides y 
3 la MiiicagQ , 





hij 



^ \ 



ttrj 



P R E F A C Ei 



4.^ Ics Polnprimon cu Valerianella. , 

5 Ic Convolvulus tnaj» alb us ^ C. B. 8c Ic Scamonia Syriacny C. !• 

4 VEvonymus ^t/lg. C. B, & VEvonymus lanfolia* Q, B- 

f Ic Cerafus fylv, fruSu nigra , C- B. & Ic Cerafa aciJa nigri^ 
cantia folidiora , tardius matarefcenna , C. "B. 

5 Ic Raharharum , Tour. & Ic Lapaton folio rot, Alpinum , C. B» 
f I« Lapaton folio acut& ruL C. B. 6c It Lapaton a juaticam folia 

^uhitall , C» B, 
10 Ic Sorhus fativA , C. B. & le Sorhus aucuparia , J. B, & tant 
. |<l'autres done Ie$ cxcirplcs font multiplici dans fon Spccic$ 

Plantarum, 

K«mt>re des Les travaux des Botaniftes modernes & leurs recherches , 
•C^Fctcs CO- ^qJ^ (ja^j^s rEurope, foit dans les autres parties du monde , 
*"^** ont auemente de beaucoup le nombre des Efpefes ou Varie- 

tes de Plantes conues par les anclens ; nous alons en citer la 



I 



que les voiajeurs 



^cofraflc , y»o Efpefes ou Varictei. 

Dioskoridc , tfoo 

riinc , Soo 

ia cj4tf . toniccr , tj^ 

jffi, Dodocns> $84 

Ift7 , Dalcchamp , 1731 

if?^ , C. Bauliin « 6000 

JiCy4 , Tourncfott , 1014^ 

1704 , Rai, '8^yf 

17^1 , M. Linnaus les a icduitcs k tnviroo 70CO Ifpifcs. 

Quolgiie le nombre des Plantes nouveles , decouvertes par 
ies voiajeurs , fe trouvcnt comprires dans la table prec^ 
<3ente , il ne fera pas inutile de raporter feparement ce que 
€hacun d'eux en a dccouvert / en luivant le meme ordrede 
Fancienete, 

Jn if^r , P. A!pin, ^84 Efpefcs dTgiprc, 

i<fi8. Margrave «c Pifon , aoo da BrcfiL 

l<;iS, hHrnandcs> fico du Mexikc. 

16 H» Cornud , ^o du Canada. 

2^7! , Recdc , . too du Malabar, 

i62o , Plumicr , 1000 d*Amcrike* 



\Gty , hErmann , too de Tile ZciUn. 

I70U, Tourncfort^ t\SO du Lcvanu 

«7C7 , S^oanc , 100 dc la Tamaikc, 
i7i*, Kcmpfcr, jo du Iapon« 

1714^ Fcuillc , I40 du rfcrou, 

17JI , Caccsbi , 60 dc U Caroline. 

17 J I , J. Burmann ^ 100 du Cap B. Efpcrance 

'747 f J^' Gmclia, , 100 dc Sibcrie. 

X7f^# Browne* i»o dc la JajDaike. 

*7f7f Adanfo»# joo du Scn^jal. 



y 



PREFACE; 

CaraSiires diJlinSiiJs des Plantest 



€XT§ 



Avant que les Botanilles eufTent fait des Metocles fyf^ 
tematikes , fondees fur des regies de conventions , ils tiroient 

leurs caraflcres di{Hn6lits des Plantes indiferamant de toutes 

^^^ r 

les parties qui s*ofroient a eux ; mais depuis Tinvention des 
Alctodes divifees en ClaiTes , Genres & Eipcfes, dont Tour- 
nefort dona , en 1694 , le i" & le plus parfait modele , 
on fut oblije d'etablir des regies arbitraires , pour fixer quelles 
feroient les parties qu*il faloit preferer pour caraflcrlfer , fans 
confufion , les ClaUes , les Genres & les Efpefes de Plantes , 
afin que les Efpefes ne fulTent pas de meme| nature que les 
Genres, & les Genres de meme nature que les- ClaflTes. Noui 
avons explike ci-defilis ce qifon entend par Clafle> Genre , 
Efpefe ; 11 s'agit aiiuellement de favoir ce que c'ell que c'ell 
que Caradere. .: 

Un Cara^lere en general, fdon Tidee des Metodiiles, efl Cara^crej. 
line note fimple ou compofee, par laquele plufieurs Plantes cc <iuc cjiil^. 
ie reiTemWent. Tournefort & les iucceffeurs n'en faifolent 
aucune diftln^lion. M. Linnaeus eft le 1*^^ qui en ait di{lin-»-' 
gue de 4 fortes ; favoxr , le fa^^ice ou accldentel ou artifi- 

ciel , reflentiel , le naturel & Thabltue!. Ils font tous egakr 

ment aplikables aux QafTes , aux Genres & aux Efpefes, 

Le (Jaraftere fa£Hce , autremant apele accidentel ou artl* i*,": 
ficiel , eft celui qui fe tire indiferamant de telle ou telles Car3i.^r»' 
parties de la Plante , & qui indike plus ou moins de notes "^'^^'^^» 
cara£lcriftikes qu'il n^Qn faut pour diftinguer les Ciailes , les 
Genres & les Efpeces. Telsfont , felon. M; Linnceus, Phi}^ 

Bot. p, 130, les Cara(S:eres generikes de toutes les Metcfr- 
des artificieles , de Tournefort , Rai , Rivin , Boeraave , Sc 
de fes autres predeceflcurs ; a ce compte les. fiens font 
dans le meme cas. II eft arbitraJre , puifqu'on le tire da 
• telles parties que Ton veut. 

_ Le Caracl:ere eftentiel indike une feule note: fi remarr 



CaradJfC 



.kable , fi particuliere a une Plante , qu'elle la diftingue de -5-^^/^ 
toute autre au i^^ coup d'ceil : ainfi if exprime la diterence «^^"cl 
d'une Plante a une autre. II eft trompeur & fu}et a chan- 
cer, Torfqu'on vient a decouvrir denouveaux Genres ou de 
nouveles Efpefes. 

On eft convenu que le Caraflere effentiel des ClafTes & 
des Genres fe tirerolt d'une des 6 parties dc.la fruflifica- 
tion , & celui des Efpefes de toutes les autres parties quijne 
font pascelles de la fructification. II y a cependant des Aiv- 
tears qui tirent quelquefois leurs Cara^eres efrentlels ^^3-: 



h lij 



\ 



'^- 



V 



Crv^iij 



\ 



PRE FACE. 



cifikes de la frudlfication. Tels font ceux-ci cle M. LinnsEUS \ 

' Tamarix pcntdnJra j tamarix dtcandra. Salix z andra ;fd^ 

I'ix 3 andra ; Salix pentandra. Valeriana i andra' ; i a- -^ 

dra i 3 andra ; 4 andra* Verbena 2 andra ; 4 andra, Dri^s 

K petals J S pctala. Tilia ne^arifcra ; tilla ne&ario carens^ 

^ JDelfinion neSIario i ; ncffa/iis i. Ddfinion l capful are ; 

^3 capfulare. Ni^clld 5 gyna ; logyna. Uperikon 1 ^ynum ; 

3 Sy^'""^ J 5 Sy^'^^ 9 ^^* O^ ^^^^ ^^^^ qu'en prcAant ainfi 

les memes parties pour carailerifer les Clalles j leis Genres 

. & ies Efpefes , on tombe dans le dcfaut que Toiimefort 

& M. Linnaeus lui-mcme confeille d'eviter , qui ell: de ne 

pas metre les Efpefes dans le meme rang que les Genres 

& les ClafTes , afin que les Efpefes ne paiTcnt pas pour des 

Genres. 

J. Le,Caraftere naturel efl, felon M. Linnaeus, celui qui 

- caraaere prcfente toutes les notes pofTibles des Plantes : il renfenne 

^u-Tefl'^ done le caraaere faflice & relTentieL 

° ^ ^ * ' Le plus grand embaras des EotaniHes a ete de fixer 

<juelles font les parties dont on dolt tirer ces Cara6leres , 
pour defigner les ClalTcs , les Gem-es & les Efpefes. Quoi- 
u'aucun Botarrirte depuls Gefner, qui le i^*" a diliin<Tue des 

enres , jufqu'a M. Lina^us , n'ait fait la dli1:infl:ion du Ca- 

-raflere en nature!, eflentiel , &c. come les modernes, on 
* ^' peut cependant raporter , fans erreur, au CaratSere natu- 

rel des modernes , te qu'ils ont dlt du Caraftere en general. 
Tour Ics Le Carattefe naturel claflike fe doit tIrer des memes par- 
ClalTcs. ties que celui des Genres , c. a d. de celles de la fruiiifi- 

cation, felon M, Linnaeus. Quod valet de caraSere gencrico 
:vdlet etiam de CL^JJlco licet in hoc latihs fumantur ornn'ta* 

■Phil Bot. p.. 1 3 6. 
Pout Ics - Gefner a dit Ic i^^, en 1560 , dans une de fes Lettres I 
Genics, Zwinger, p. 113, qu'il falolt confiderer la fieur , le frui^ 

. t & Ls gtaines de"s Plantes , pour les diftlnguer en Genres. 

Ex his enim , ( frii£lu fcmlne & /lore ) potius quam foliis 9 
fiirp}umnatitr:z & CQ^natiohes app.arcnt/His notisStafis agriatf^ 
& ConJoUddfh. regalcm rulgo diHam Aconito (rvu<pvX>s<i thaf 
f^L-ia4 ficile diprehcndi. Et dans une autre Lettre a Occon* 

p. 65 : MeliJJa ConJlantinopoUtana ad Lamium vcl Urticai^ 
-n.ortuam qti'Odar^mcdo videmr accedere yfe minis tamen , undi 
'go cognationcs pirplum Indicarc foleo , fi^ufi, dijferi. 

Tournefort a ^tabli en 1694, qu'il faloit tirer les Carac* 
teres gcndrikes de toutes les parties de la fructification dont 

le.riCmbrc vai-ie dcpuIs i jufqu'a 6, ou feulement des plu* 




m 



PREFACE. 



CXiX 



efTentieles ; & que lorfque toutes ces parties ne fuflfoient 

pas , 11 faloit emploier que!ques-unes des autres parties 5c " 

meme leurs qualites ; les Genres amfi formes etoient apo- 

les Genres du 2^ ordre , come on la dlt ci-deiTus a I'arucle 
des Genres. 



generurn curaSferiJlicas non fine necejjlutc muhiplicandas eJJ. 
ncc plures quant quibus opus cji , ad genus ctrto dcUrmin^^ 
.dum ^ coaccrvandas. 



hEifte 



f^ 



impriinee en 173 1 a Elmilad , que les feiulles devpieiit'fer- 
-vir come partie elTentlcle pour caraftorifcr les Genres ^.q 
Plantes. C'eft ce qu'avolt dit Tournefort , Ifagog. pag- 60 : 
Situs numcrufque foliorum plurim^.^m faciunt ad gen^^rum dif- 
tindionem , Fr agarics folia Urna , &c* * 

• M. Linnaeus a pretendu , en 1735 ^ ^^^"^ ^^^o^t tirer ces 
Carafteres de toutes les parties de la fruaificatlon ni plus 
nl moins ; & d'apres cela il a avance que fcs Caraftercs gene- 
rikes etoient naturels. Ego primus , dit-il , PmL Bot. p. 130 , 
Aos Caracieres compofui genera mea promunt Carjflercs natu- 



§ 



/ 



tificatione obvias & communes exklbent ; tales arite me 
thrn novi dedit nullus, ^ 

AppUcabilis ejl ejufmodl CaraBer Metodis omnibus dafis O 

dandis y & fundamentum prahei antiquls £> novh ex fuEli^ 

'Jicationispartibus defumptisyfciUcet calice, corolla, JlaminiBus, 

.pljlillis vd fruBu ; & idem nobis crit CaraElcr naturalls ubi 

idem genus. Si vel mille detegerentu^ nova genera non unicarrt 

.notam ideb generi naturali proximio vel addcre vet aufe^re ne- 

cejfc ejl uti in aliis inevitabile fuit. DifilnHc poufl tradi 

■abjque Metodo hie Caracler feu generis hizc dcfinitio in quo- 

cumque libra pUceret aique perfect tcneri & inteUigi ac d'^m 

fub fud mlucabat CUJfe. Exprimlt earndcm ideam Ji vel no-- 

mina mllUes mutarentur, Plures vides notas quam quibus ne-- 

feffario ab aliis dijllngui debet fulje^um genus ^ h<zc confirm ant 

4t certuui habere genus nee aliud ; an not^ aliquce fuper^ 

fiu(z Jint Ji omnia dete&a ejjent genera ferus determinant 
dies. 

" 'Ancea necejje fuit totcomponere Cara^eres omnium genc'^- 
rum quot prodiere fyjltmata ; kocce autem data non item.. 
: Ces prerogatives du Caraflere nature! font vraies , & 

telles , ^-peu-prcs , que les decrit M, LInnajus ; mais a <e- 



order 



'A 



k ly 



I 



txx P R E F AC i: 

ie i**^ qui ait done de ces Carailieres qu'il npeic nature!*,' 
parce qu'Us portent fur tomes les parties de !a fruftliica* 
tion : or on demande s'il a ajoute quelque chofe a ceux 
de Tournefort fur la Granadile , la Fulfatile , la Pimpre- 
nele , le Saule , le Peuplier , & tant d'autres dont Tour- 
nefort a decrit on figure toutes les parries generales de la 
fruftification , en s'aretant, il eil vrai, moins que M. Lm- 
Jiieus fur certaines parties^ lorfqu'il voioit , en confome 
Botanifle , quV.les etoient moms eiTentieles & mcme fuper' 
flues pour le Caraitere generikc , telles que le nombre des 
■ ctamines dans ces Plantes , le calice , les graines, &c. dans 
d'autres ; aiant toujours pour objet d*abrejer les Carafte- 
Tes pour rend re fa Metode plus facile. Boerave , apres Tour- 
nefort , a fait ^ bien avant M. Linnseus , des Genres fem- 
fclables , dont les Cara6leres etoient tires de toutes les par- 
ties de la fruftification , m3me des etamines* 2^ Quoique 
M, Llnn^us ait decrit, dans tous fes Genres, toutes les 

•parties de la fiu^lification , fur-tout le detail du nombre (ies 
ctamines, des fliles & de quelques autres parties, ce que 
perfone n'avoit fait avant lui , d'une fa^-on aufli generale 
& qui eft fouvent utile & meme ncceflaire ; neanmoins on 

tous naturels 
tous les jours 



pent nier que fes Caraileres gcnerikes foicnt 
coine il le pretend ; les cbanjemens qifil i fait 
en font une preuve aufTi forte que celle qui a et^ allegu^e 
O-defTus du cbanjement des Genres felon les Metodes, ce 
qui ne fera jamais autremant , tant cju'on ne confidcrera pat 
toutes les parties des Plantes. 3*^ Enfin fes Carafteres ne 
font aplicables qu'aux Metodes artificieles , & fculement i 
cclles qui portent fur la confideratlon des parties de la fruc- 
tif cation , mais non a celles cmi portent fur d'autres par- 
ties , ni a la Metode naturcle dont les Caraclefes doivent 



porter fur toutes les parties , puifquHI 1 en a qui font plus 
eiTentieles ^ue cclles de la fruSification pour foumlr les Ca- 
rafteres gcnerikes dans certaines families, telles font k$ 
feuilles dans la Famille des Aparincs & des Legumlneufes, 
& la difpofition des fleurs dans les Lablees , &c. 

Ainfi , quoique M. hAller dife , fur la parole de M Li^" 
nxus , dans la Preface de fon Enumiratio prplum hdvcticf' 
rum , P^ig. 3^ '- CaraHircs kiulcos Tourne forth , laxos Rail $ 
n'lmis partiales Rivini , non femper fiddes Magr.oUi , ^^^ 
uherrimos ha ex ipfj naturd erutos reddiJh ( Linnaus) tU 
perindc cuiv'is fyflcmati condcndo Jidi fint duces futud ; o« 

j)eut encore dire de M. Linnaus ce que M. Linna:us dit dc 

rournefort dans fa Preface du Gengra Plantarum , tdit* P^. 



i 



HJ> 



PREFACE. cxxj 

fif. 1743 : Tournefonianis nihil detraho menus optmis ; 
nego tanitn ejus CaraBcrcs perfeBos ejje , nep ex lis dijTiA" 
gm pojfe genera : fur quoi il faut remarker que M. Linnseus 
entend ici parler des Genres natureles , come le temolgiie 
la fuke de cete meme Preface, tandis que Tournefort dlt 
clairement qu'il etoit tres-eloigne de penfer que fes Gen- 
res puffent etre naturels dans fa Metode qu'il favoit bien 
ne Tetre pas. Tournefort a meme procure a fa Metode en 
abrejant & fuprimant avec conefance de caufe , le fuperflu 
des Carafteres , un avantaje dont M. Linnaeus a cru lui devoir 
faireun crime V ^^^^ ^^ meme Preface, ou il dlt exprefle- 
meat , que fi les Carafteres de Tournefort font preferable^ ^ 
cete preferanfe n'eft due qu'au defiinateur qui a plus inf- 
truit , & qu'auK figures qui en font le plus grand merite ; 

Neque ejus ( Tournefortii ) Carafleres aliis praftnem ^ nifi 
figuras feu icones addidijfet frunijicationum qu<z ejus genera 
magis intelUgibilia rcddidcre , & Ji non plura in his dete- 
scijfct piBor quam autor in dcfinitione , longe pauciores ha" 
bu.Jfet ajpclas. Infigurisejusplurimis elucent plures partes ^ 
plures nota^ fipira fioris ^ &c. quum eX defcnptione^ Qui le 
croiroit ? & qui croira qu'un Artifte, travaillant fous les 
ieux de Tournefort , ait mieux vu , ait plus ru de cbofes 
ue lui 5 parce que fes Carafteres ne comprenent pas des 
etails qifil jujoit inutiles. Enfin les Cara*fteres generikes , 
tir6s de la fcule fruftification , font fi peu lufifans , qu'il m'eft 
arrive dans mes voiajes de raporter le t)odo/iea au Ptdea , 

le Triumfetta un Bartramia, le Mendoni ou fon Ghriofa a 
rErythronium , &c. & ce n'ell que par hazard que j'ai pu 
deviner le Manglier. Tous les Voiajeurs ont eprcuv^^le 
meme embarras dans les Syftemes fondes fur ce feul prin- 

cipe 5 toutes les fois que plufieurs Genres fe relTembloient 
tellement par les parties de la fru^lification , que leur prin- 
cipale difcrence dependoit des feuilles, de la dilpoiitloa 
de leurs fleurs ou de toute autre partie que M. Linnaeus 
recufe pour les Carafiercs generikes. 

Le Carafiere naturel fp^cifike des Plantes dolt fe tirer , Pour Ic» 
felon Tournefort , de toutes les parties qui ne font pas eel- Ifpetcs. 
les de la fruftification , telles que les racines , les tijes , feuil- 
les & de toutes les qualltes fenfibles , come font la couleur, 
Todeur, la faveur, &c» tnals non des 6 parties de la fruc- 
tification 5 favoir le calice , la cotole , les etamines , le 
piftil , le fruit & le^ gralnes. 

M. Linnaeus etablit que ce Caraftere doit fe tirer, non 

pas d^i qualites ou vertu* de$ Plwtes , tellp que kur du-; 




V 



m> 



\ 



4- 



CXXl] 



PREFACE. 



ree , coukur , lieu natal , le terns de leur fleufairort , & ati- 

tres qualitcs femblables qui ne font pas palpables , & qui 



ne fe montrent pas fur la Plante, &:c. mais de toutes leurs 




certain que les qua]itcs font foiivent aiiiTi' elTenticles que 
les autres parties pour carailerifcr les Efpefes ; c'eft ainfi 
que le terns de la fleuraifon & U couleur des fleurs four- 
niffent un moien de diilinguer 2 Efpefes de Safran quon 
ne diftinguerolt pas facilenient fans cela ; plufieurs Eipefes 
cle Fromens n'ont gv.ere de diference notable que par leur 
vie ou duree plus ou moms longue > & ainfi de nombre d'au- 
tres, D OLi il fuit que ces qualites doivent auffi faire par- 
tie des Cara£ieres fpccifikcs , lorfqu'elles font durables pen- 
dant plufieurs generations , & qu'elles n'ctabliflent que k% 
Varietes lorfcuelles fe perdent pour faire place a d'autres 
a chake generation. 

Le Caraftere Iiabkuel efl: , felon Tournefort , celul qui 
exprime la figure totale , ou qqiq conformation generale , 
Tenfemble qui refulte du i" coup d*ceil d une Plante , & qui 
depend de fa fafon de croitre , de la difpofition de fes bran- 
ches , feullles & autres parties , c'eft ce qu on apele le Port 
des Plantes. II eft extrcfiiement dlficUe & prefquimpoiTiW^ 
i rendre en abrcje dans une defcrlptlon, Les plus grands 
Botaniftes, le Bouk, Dodoens , TObel, I'Eclufe , W^' 
champ, les Bauhin , Zaluzlari, Pierre Lauremberg, Mofi- 
fon , Rai Temploioient fres-fouvent , Tournefort quelqtie- 
fols 5 & on Fa abandonne dcpuis i etabliflement des ^i^^^' 
des fyflematikes Nous en faifons ufaje par-tout oil il i^ 
prefente d'une maniere fenfible. 



Conclnffon. 
fcs font nrbi- 



Ueres. 




treres & 'variables , puifqu'ils dependent due 

bre des parties d'oii les Metodifles veulent les tirer. 



&que 



____. ^ — '^^.w^ T^w fc^**i»*.i WJ^^ v*i^i^< ^ h 

, cKacuh d'eiix les a fixes a fa facon , les uns regardant coitie 
accidenteles ou arbritrcres ceux que les autres regardoiect 
come efTentlels ou naturels. Aufli les ax'iomcs fondes lu^ 



-\_ 



ces opinions fe font-ils detruits come ceux qu'on avoit &t 
fur les Genres & les Efpefes , parce qu on n a pas aliez 
leflechi que ce qui fufit jjour conftituer les Genres o.c 
certaincs Families , ne fuht pas pour d*autres Famill^** 
& que ce n efl pas toujours ni les memes parties ni J^ 

incme nombre de ^ce$ parties cjui doitifgunxir ces Caratte: 



9 



/ 



PREFACE. cxKiXy 

res dans chake Famllle. Les Metodiftes regarJent come 

Uie chofe pratlcable , quoique tres-dificile , de reduire les 

Ciafles natureles aux regies des Syftenies ^ de manicre que 

la cle depende d'un feul & mcme prindpe. II eft certaia 

que sll i avoit dans les Plantes une partie fi generale 

.qif elle fe trouvat dans toutes , elle pouroit fervir de bafe a 

un pareil Syftcme ; mais aucune n'eft dans ce cas , pas mcme 

les graines , qui font la partie la plus univerfele. Ainfl un 

femblabie Syfteme efl aufh impoilible que de trouver la Ale- 

tcde naturele , en fuivant les principes de convention les 

plus arbitraires des modernes , qui etabliffent qu'il faut tirer 

^ Les Carafteres des Claffes de i partie de la fniftlhca- 
ticn. 

Ceux des Genres de toutes ou des plus eflcntieles de ce* 

parties de la fnn^Hfication ; 

Ceux des Efpefcs de toutes les autres parties qui ne font 

pas celles de la fruaification » 
principes cvidament faux , a mozns qu'on ne les etende fur 
les autres parties POur les Genres , come Toumefort fai- 
Ibit qilelquefois , & en emploiant aulTi pour les Efpefes les 
parties de la fruftlfication , come a fait quelqueiois M. Lin- 
naeus ; car i^ il i a des Plantes, telles que certains L 
JUS , qiii n'ont aucune e^efe de fru6lification \ par cor 
kant point de Claffe ni de Genre pour elles. a^ II i en 
a qui n*ont ni racincs, ni tijes , ni feuilles , mais feulement 
l^s parties de la fru^fUiication , come certains Lichens de 
la ramille des Champignons ; done point dXfpefcs pour 
ces Plantes, ce qui feroit un paradoxe aufli infoatenable 
que de vouloir releguer ces produ£lions du regne vegetal , 
parce qu' elles ne fe ranjent pas fous nos principes & axio- 
mes arbitraires. H paroit done dcmontr^ que, come il n*i 
a pas de Plante qui ne manque de quelqu'une des parties 
qui fervent de fondement aux Carafteres claflikes , generi- 
kes & fpeclfikes, jl feut confiderer I'enfemble de toutes 
les parties pour en tirer ces divers Carafleres, 

Noms des Plantes , frafes & defcriptions* 

La denomination des Plantes a etc , come retabliiTemeirt 
des Carai^eres , une fulte neceffaire de leur divifion mi- 
todike en Claffes , Genres & Efpefes, Les Plantes , come 
tous les autres objets naturels, peuvent fe dcfigner de j 
manieres, favoir, i<> par un Nom , a*^par une Uefinition, 




o 



une Defcription 



figne funple ou compofc 

e de chake fociet^ ou pal^ 



Nom J ce 



cxxlv PREFACE, 

fenter , foit par un fon qui frape ks orellles , foit par tiff 
Caraftere qui peint aux ieux , & rapeler a I'efprit I'idee 
ou le fouvenir d'une chofe ou d'une fenfation palTee. Alnfi 
les noms rapelent & defiraent en general , foit par la voix , 
foit par I'ecriture , les chofes , fans en faire autune com- 
paraifon & fans en exprimer la nature , ni meme la qua- 
lite h plus effentiele , enfin fans etre fignificatifs ; c'efE ce 
qu'on apele comunement noms populaires ou noms primi- 
tifs. II i en a cependant qui , par la voix ou le fon dans 
la prononciatlon , expriment certains objets ; ce font ceux 
qui ont a defiener des qualites ou des etres dont I'eiTence 
■confifte dans le fon : telles font les noms de Mztfibilus , 
tonerre , tonhru , & les mots fifler , cracher , toner , &c. 
Mais ces noms font en petit nombre & auffi bornes que 
les divers fons. II i a pareillement des Noms qui , par I'e- 
criture , rendent la reffemblance des objets auxquels ils font 
aplikes ; telles font les Carafteres leroglifikes de quelques 
peuples de I'antiquite , dont I'ecriture etoit une elpcfe de 
deflein qui par un fimple trait , rendoit I'enfemble de I'ob- 
jet a peindre aux Icux ; cete ecriture dtoit fans doute la 
plus favante & la plus dificile , & par-la praticable pour pea 
tie perfones ; aujourd'hui toutes les nations diftinguent I'e- 
cnture du defTein. ° 

Les noms fimples en g^>n<:'ral ne fignifient rien par eux- 
memes fls tirent leur autorite & leur autenticit/de I'lJ- 
laje & de leur ancienete feulement , & ne dependent d'au- 



cune rede generate ; ce qui le prouve Inconteftablement , 
celt quils font dif^rens ctiet les dlverfes Nations, & quil 
- s en trouve de femblables pour d^figner des chofes dife- 
. rentes : d ai leurs ces noms chanjent tous les iours dans 
une meme langue ; on abolit les anclens, on en voitnal- 
tre de nouveaux ; de-li la ndcelTite d'dtablir une languc 
univerfele. iNous developerons nos idees fur cet ob'iet utile 

Definition ■■ {rnf ™' a 3^ P'^^^^ ^^ '^' O"^^^)^- 

« n,t.on , La Defanmon eft un recit court , un tableau abr^jl de5 

pnncipaux Caraaeres d'une chofe comparee ou non ^ une 
-autre. El e renferme done le nom primitif, & exprime de 

plus quelque partie ou cualite d'un objet. Telles font les 

trales ,des Botaniftes modemes 

f/SS" ' ,v^"' ^.^^"^^^on eft un detail de toutes les parties & qua- 
«4-ccn. ^^ quelconques d'un objet compare ou non li un aut«. 

_ tile contient done le nom primitif , la d^itinn . & de 

tout ce oui pern fer^'ir I caradcrifer 8i 



cc tjue c'eit. 



objet. 



difUngi 



Jtl 



^* H 



J 



f R E F A C E. 



c:lx^ 



■les 3 manleres de defigner les objets etant amfi bien en- 

tendues , examinons les divers principes de denominations 
ilonees aux Clafles , aux Genres & aux Efpefes des Plantes. 
Les anciens Botaniftes metodikes donoient des noms prl- 
mitifs , c. a d. fans fignification , a quelques-unes de leurs 
Claffes ; Teofrafte apeloit Fromentaccs les Gramens ; Le 
' Bouc , en 1532 , diflinguoit aulli les Gramens ; Dodoens » 
en 1551, les Fouj^res , les Moufles , les Champignons > 
les Chardons ; TObel, en 1570, les Orchis, les Palmiers ; 
ZaluzJan, en 1592, les Laitues , les Mauves, les Con- 

combres ; C. Bauhin, en 1596, les Solanons , les Pavots , 
lesAparines , les Briones ; J. Bauhin , en 1650, les Cam-, 
panufes, les Bouraches ; Magnol, en 1689, ^^^ Fraifiers ; 
M. Linnsus , en 1738 , les Liliacees , les Alges. M. Adrien 
Royen eft le i^-", que je fache , des modemes qui ait dit , & 
avec^raifon , en 1740, a la tete de la i^^^ Clafle de Ton 
Syfteme , que le nom de chaque Clafle devoit etre fimple 
& tire dii nom de quelque Genre de ces Clafles. Pluri^ 

fnis ^ at prcccipuc in Metodo naturali minus vsrfaus ^ para--, 
^oxon forte vijcbitur hoc'nomcn clajjicum i^Palmtz) uni tan- 
turn gcneri , cym a veteris omnibus turn a plerijbue recentio-^ 
ribus affignatum ; in primis chm plures diverfa, adeb fruEiifi'^ 
catlonis Planter fub hoc Ji^^no rnUhcnt ; verum qui illud libtro 
pr^judiciis animo confiderabit . nifi me fallant omnia ^ com^ 
periet hac ratione verum Clajfe quadarn contcntorum gene^ 
rum naturam paucis duntaxat litteris melius exprimi , quam 
fifquipedalibus dajficorum nQtnmum defcriptionibus. 

Les Metodifles modemes , qui avoient pour principe d'a-^ 
brejer Tetude de la Botanike , en fuprimant tous les Carac- 
teres qui leur paroiflbient fuperf us , pour fe borner a i feul 
ou a un petit nombre , ont crix ijull faloit que le nom claC- 
fike exprimat le Caraftere ou les Carai^eres aflignes a chake 
Clafle dans chake Metode , & par confekant qu'il fut une 
vraie definition : de-la les noms claffikes Lcguminofk , Sili^ 

quofa , Baccifera , Corumbifera: , UmteUifer<z , Galeata , 
tncoccLZ , La.lefcentes ^ MiiUifliqua: ^ &c. de Morifon ; les 
Difcoide^s ^ Capitals , Venicillatct , Stellata , AjpcrifoUa ^ 
Monofpermx, &c. de Rai , qui, dcfignant cqs Clafles tan-' 
tot par les feuilles , tantot par les fleurs , les fruits ou lei 
grames, metoient de la conFufion dans l^s idees. Les D<^fi- 
nitions claflUkes de Rivin , de Tournefort , &c. avoient un 
autre defaut , en ce que , au lieu d'un fcuI nom , ellcs rep6- 
toient la de enti^re de leur SyftSme ; telle eft la Defini-- 

tion de U x« OaiTe de Rivia > Fleur$ parf^ites , fimples ^ 

7^ 



Horns claf— 



4 
1 



cxxv] PREFACE. 

reguUeres , monopetales , & celle de la i^^* Clafle de Tour- 
netbrt , Corole ftmple, monopetale , regullere, en cloche ; qui 
tomes 2 font compofees de 5 termes. M. Linnaeus a voulu 
remedier a ces longueurs en etabliffant pour prmcipe que 
ce nom fuc fimple & exprlmat la diferenfe effentiele de 
chaque Claffe & de chaque Ordre. Nomina CUJ/ium & Or-' 
dlnum ( dlt-il, Phil. Bot. p. 201. ) unico vocibuh confta* 
hunt ; (& paje 200) : Nomina ClaJJium 6» Ordinum notaTi c^cn-^ 
tidlcm 6» caraflcrijiicam includant, Mais de ces 2principes, 

il s'enfuivit 2 mconveniens ; le i^"" c'eft qu^en fe bornanta 



lyie 



fufifi 



M 



mines , pulfque nombre de Genres de cete Clafle peuvent 

fe raporter egalement a fa 2= ou a fa 3^ Claflb Diandria^ 
Triandria ; on pouroit citer pareillement fes Clafles 21 » 
12 , 23 , Monxcia , Dixcia , PoLugamia , & cellcs de nom- 
bre de Syftemes. On tombe dans le 2« inconvenient lorf- 
ouon veut eviter le i<=s ^^ emploiant plufieurs notes carac- 
teriftikes dans un feul &: meme nom , qui alors Jcvlenent 
. trop compofes , trop longs , & par-la inintelligibles ; tels 
■ font fur-tout ceuK-ci de M. Wachendorf, Pollaplojlcrno- 

nopnalcR , EUutaomacroJlernones , Dijlemonoplcantcrcc , &c. 

>JomigJnc* Lufaje comun a fait de lui-meme les noms acnerikes 

tikti. (lans quelques Plantes , par exemple dans les Renoncnles , 

dont C- Bauhin, en J 596, caracterifoit les diverfes Efpe- 
fes , fous le nom comun de Ranunculus , quoiqull ne conut 
point encore les Genres. Mais la dificulte etoit plus grancle 
far une infinite de Plantes , dont les diverfes Efpcles nc 
prefentcnt pas fi aifcment aux leux ce qu elles ont de comun 

&ce qui pent femr a ctablirleur Genre. Morifon , en 1680, 
.& Rai en 1682 , raportoient les Efpefes fous leurs Genres , 
mais fans leur doner de nom generike comim. Toumelbrt 
eft le i^^ ^qui , en 1684 . ait pris le nom de I'Efpefe la plus 

le d \m Genre pour en falre le nom generike. 
M. Lmna^us apretendu, en 1735 , d'apres Vaillant, que 

hs noms generikes devoient , come ceux des ClalTes & 
des Ordres ou Seaions , ^tre fimples non prhnitlfs , c. a d. 
exprimer la diference effentiele de chake Genre. Nom'tnuf^ 

CLfuim & Ordinum (dit-il, PhU. Bot. p. 199.)^^^^^'''^ 
ncu par ejl ratio. Conjlahunt verba unico nonprirritlvo^ 

^'•ms ff cci- -Les i^^» Botanifles ont emploie d'abord les noms J^* 

fiic55, Plantes , tels cju'ils \^% gnttrouy^s, c, ^ d. fimples 5c p^- 



<H>mv 



/ 





PREFACE, cxxvl) 

^itils fans rignification , tels que ceux de Dioskorlde , Abjin- 
tion , Ahrotanon , Chamaileon , &c. tant qu'ils n'eurent a 
parler que des Plantes les plus comies 6c nomees par le peu- 
ple ; car c*eft en genera! au peuple & non aux Botaniftes 
que nous devons les i^"^' noms des Plantes. 

Mais des que les Botaniftes eurent a traker de Planter 
non notnees ou inconu^s au peuple , ils vbuturent les defi- 
ner, les uns par un nom propre & primltlf fans figni- 
cation , tel que ceux du vufgere ; les autres pour s'eviter, 
fans dome , la peine de forjer un nom , ou pour defigner 
par voie de comparalfon , prefererent de doner a la nou- 
vele Plante le nom d'une Plante deja conue qui jui refTem-^ 
bloit le plus , en ajoutant a Tune & a Tautre de ces Plan- 
tes une epltete tirce de leurs qualltes j c'efl ainfi que le 
C/^a/77ij/7fo/2 dlpokrate , qui eft notre Carline , fut apelee , 
par Dioskoride , Chamaileon albus , pour la diftinguer de 
XEchinopus , qu'il noma ChamalUon niger, & ainfi de quel- 

ques autres. 

Les tnodemes qui eurent plus de Plantes a nomer que 
Dioskoride, userent de la me me Metode fans diflinguer les 
Genres , mais feulement les Efpefes , en apliquant aux nonis 
conns & anciens i ou pluficurs epitctes , tirees des qualites 
ou parties quelconques des Plantes. Tels furent dabord 
' les noms de Le Bouc , Lomcer, Dodoens , FObel , TE- 

clufe , Dalechamp. Ranunculus aquatUis. Doi. Pcd'icularis 
' Dank a maxima Lob. Lcdon I ^ 2 , 3 , 6^C- Cliif. EfuU 

major, DalccL Tous ces Auteurs femblcnt n avoir eu d'au- 
tre deffeili que de defigner les dlverfcs EA^efes de Plantes 
par ces noms compotes come par autant de titres : car 5b 
«n faifoicnt, outre cela , une defcription auHilongue que 
rexijoient & les conefanfes & la facon de travailler & d'ob- 
ferver de ces tems-la. 

C. Bauhin eft le i^^ qui, en 1696, ait eu en vue, par 
ces noms compofes , de defigner & dlillnguer les diverfes 
Efpefes de Plantes les unes des autres : car il n'on falfoit 

{)as d'autre defcription , ou au molns trcs-raremcnt , come 
e temoigne fon Pinax , ou il avoit raiTemble toutes les cita- 
tions des noms fcmblables , mats un peu molns compofes > 
de tous les Botaniftes depuis Teofrafte, Ces definitions ou 
courtes defcriptions de Cf. Bauhin, cat 6t6 apelees du nom 
de Frafcs , & imitees par tous les Botaniftes qui ont p^rt|E 
depuis lul ]nfq\fa ce jour. Les i*^^-"^ dc ces fralcs n'ont pas 
^td d'abord toutes bien exaitcs , n'etant pas fondees fur de* 

comparefuas ni fur lexamcn des parties les plus elTenuekv 



^ 



• •» 



cxxriij 



PREFACE. 



a obferver , mrce qu'on n'avoit pas encore ufie idee exa*^e 
des Genres. Mais des que la divifion des Piaates prit , par 
les foins de Tournefort , une forme mctodl- 



aflijetie a des 



regies , & qu elles furent dlftribuees en Clalies , Genres & 
Elpefe 5 alors ces Frafes furent fondees far I'exanien de cer- 
taines parties , reconues & admlfes pour elTemielcs , dont 
elles tirerent les Carac^eres diftinftifs des Plantes , &: elles 
devinrent de vraies definitions , & fouvent des defcriptlons 



HyJJ^ 



les Botanifles 



jar,latioribusfoliis ;C. B. Hyffopi folia m, 

/o/ii5 ; C. B. SaUcariaHvlfopi folio latiore ; T 

Hyjfofi folio angujiiore ; T. Be -li I'abus que 

fiient du terme de nom fpecifike , en le tranfportant a leurs 

defiiiltlons ou frafes , & en donant au nom une extenfion 

qui ne lui convient pas. 

Pour rendre ces frafes plus courtes & plus caraacrifli- 



noms 



aux 



memes^ regies qu'll avoit etabli pour les noms claffi- 




tiale, abfohitur ujiico alterove vocahulo ,feu unicS idea. Nomen 
fpccificum Planum ab omnibus congamihus Minguat , 4 



iferiniia. tfft 



intuitu 



ifjlabit , cum difcreniiam ipfi PUnta infcriptatn 
. Nomiti fpccificum ej.miak notam difercmix f 
, fua ve fpuui tantim modo vroprlam . exkihei A 



f 



fF 




les 



nn 

Mai 

com 



ijfimum mvejligarunt caraaenm cjftntialem quo conpm 

1 quelques-uns des examples qu'il cite de fes noms a^e- 
ejTentie Is fpecihques , ( Phil. Bot. p. ^^J. ; PUntago f 

'floro AUnuantcs folds tcmatls. PvroU Ccnno nniH 



fc 



if. 



que 



1 



prefcnt de fe bomcr , & rcutre toujours dans le cas dos 
frafes ; d ailleurs ces noms , qu'il pretend eflbntlels , ne 
parojfibnt guere tels , car qui pout alfurer qu'on ne decou- 
wua pas m jour quelqu'autre Efpefe de Plantain i i Cede 
»ur , par la meme raifon qu'ili en a beaucoup ^ pluf.eurs 
fleurs Tur la meme t^e ? II eft tout au/H probable qu en 
trouveraplus dune Ufck de Menianteli 3 feuilles , de Pl- 

role a i lleur , &c. Des^ors ces npins , felon ks definitions 



PREFACE.' cxxlx 

■ 

memc de M. Linnaeus > ne fcroletit plus eiT^ntlds ; & con- 
fequamant le principe de M. hAlIer , qui eft le mcme que 
celui de M. Linnaeus , feroit faux , qui dit : Specificum 
nomen dccet ejje definitiomm brevcrn & notarum difcriminls 
proximi compendium. Pro'f, p. 14. 

■ M. Linnseus voiant que (qs noms fpeclfiques eflentlels n*c- 
toient praticables que dans un tres-petit nombre de Plan- 



tes qui avoient des Cara<fteres faillans & uniques, revint 
a fes frafes ancienes qui lui tinrent Iicu de defcription , & 



1 



qu'il fit preceder d'un nom fimple , qu'il apele trivial , & Nom trjvia!. 
^'il n'aftujetit pas a des regies auffi leveres que les noms 
claftiques ou gencriques , primitifs ou flgnificatifs. Noms de 
Province, ou tires des qualites les moins pa!pables de ces 
Plantes : tousfont egalement bons* Nomai fpecificum trivlalc 
(dit-il, Phil. Bot. p, 202) conpuhlt vocabulo unico iiberi 
undequaquc defumpto^ Tcis font ceux-ci qu'il cite ; Pyrola 
irregtila ^ halleriana , fccunja , umbillata , unifiijra. Convul^ 
vulus arvenjis , fepium , edcraceits , batatas ^ tomenrcfus , 
paniculatus , aljinoides , tndentatus j rcpsns , fp'jtam.^us , pes 

capre. Ces noms tnviaux revienent , come Ton volt , a ceui 
des Botaniftes les plus anciens , Dioskoride 5 le Bouk , Do- 
doens , Dalechamp , &:c. tels que Chamailcon albiis. Diosk, 
Ranunculus aquatilis. Dod, Ejula major. Dalech. &c» qui 
ne font que des efpefes de titres & non des dcnnitlons fpe- 
cifikes ; ainfi. ces noms triviaux de M. Linna&us ne font pas 
une nouveaute nl une chofe bien utile en Botanike. Quant 
h, fes frafes ou courtes defcriptions , ellcs ne font pas beau- 
coup meilleures que celles de C. Bauhin , de Tournefort & 
desautres; car elles ont les memes defauts^ feulement moius 
• frekament , favoir de n'etre pas comparatives , d'etre trop 
fuccintes , &mcme incertaines & fujetes a trompen i^ Ellcs 
ne font pas comparatives, c. a d. que la meme idee ne regne 
pas dans I'etabliUement de fes diferentes Efpefes & que leur* 
Carafteres ne font pas relatifs ni tires toujours des mcmcs 
parties. Cela fe voi: fenfiblement dans les frafes fjivantes : 

LytruTji folils alcernls llnearihus » florlhus 6 anir'is* 
Lytrum foUis alternis Unearibus , fioribus 4 pctalls. 
Kofa caulc aculcato , foliis f glabris pcrcnnantihu$» 
/ Rofa frucllbus ohlongh ptndidh, 

Rofa jolils J^erratls medio unus intc^crrlmls. 
. Cucubalus foliis obovatis cdrnojis. 

caule dlchotomo , petalis 4 J?i/i. 
foliis 4 nis. 

J 

. II paroit mcme que M, Linn^^us rcjetc par-toi,t la vole 
ie comparaifon dans I'etude de^ Plantes , quand il dit , CnU 



Komi fi^' 



exxr 



PREFACE, 

^ddlfcere unlearn Plantar 



fapkntis Jludium ; & p. 163 , Notcz collatiticc cum allis fp^ 
tichus ejufdtm generis ma/^z junt j de forte qu'il tourne 
ridicule cete defcription comparative de Rai , Vicia _/?< 



'fi 



f^r 



foi 



«c 



r 



Ccranium foUo Malva ; Campanula L'lni-folia ; Ru... 

lus ElUboTi n:gri radice, &:c. ccme s'il ignoroit que des Plan- 

tes , quoique i!e diverle Famille , peuvcnt avoir de la ref- 

femblance dans quelques-unes do leurs parties. On fent aflez 
omhlen ce principe eft erroiie &c eloigni de la faine filo- 
Ibfie , de la droite raifon & de rexperience , qui nous aprend 
^ue nous ne conoifTons les choles que par leurs qualites , 
t[UQ ces qualites font relatives ou entr'elles ou avec nous, 
*' """ '"' relations ne peuvent etre conues que par des 
comparailons , & que par confequant la voie de com- 
iparefon eft la plus lure & la plus courte pour tranfme- 
tre la conoillance des Plantes. a^ Ses fraibs font trop 
ftccmtes & ne confidercnt fouvent pas alTcz de parties de 
chaqne Plante pour en diflinguer fufliamant les Efpefes , 
coine le terao:gnent celled des Rofiers & des Cucubalus cites 
ci-deflus , & tant d'autres , qu'il borne i i z mots : Nume^ 

tus vocahulomm (dit-il, Phil Bot. p. ai8 ) aux in dif- 
Ttmiji adnibemur , nunciuam uhrd 1 2 vocal uL admitut ; 
^uanadinvdum nomina generka 1 2 ^J fi^mmum llturis conf- 
Ubunt.m hmites tandem jUblUantur, ■^'> En?in elles font 

iouvent trompeufes & incertaines , pouvant s'apliquer I 
d autres Plautes qu a celles pour lefqueles elks ont eti 

laites. 



3. 



11 Imt de ce que nous venous de dire , que tous les noms, 
excepts letnvial , dolvent ctre fignificatlts felon M. Linnaeus 
& fes Sedateurs c. a d. qu'ils doivent exprlmer la dif^ 
renfe effcntidc claffique , gencrique & fpkifique ; il ^mtmt 
portc ce prquje au point de vouloir qu'on trouvk que!- 
que refTemdance allcgorique entre les Botaniftes & les Man- 
tes^ auxc^ueles _ on attribuoit leur nom. Cell fur ce principe 
cu ont cte faits les noms g6neriques fuivans : Linnaa , citb 
forts, parce qiie M. Linnaeus a produit, d&s I'iie de \o 
, fon I" Ouvraje ; Bauh'ima, foV,. a;;..,. „L.^ ^,^ 
Bauliins ' ' 



Jes 



etoient 2 freres , 



/?' 



/' 



;;/' P^^'^^.^^^^^^^'^ergravlfToitfacilemcnt furies rochcrs 
^ Linn. Cntjca Bot.^p. j^\ 

- En^ijrA ons'efltrop ^tudie a k'nc des noms fignifi 

^i& &: ctymolojiques , & pa» affez a conoitre le« iy^<^ 



\ 



JP R E y A C £. 



cxx>:; 



I. 

4 



tiymes des artciens, a les emploier a propos, a les rend: a 

plus courts & plus faciles a prononcer fans en alfirer l^ 

fond, Et quels ont ete les avantajes de ces noais figniH- 

catifs ? Pas un de reel ; ils ont ete fujets aux inconv^aiens 

d'etre ou trop compofes, & par-la confus &L iniiiteiligibles , 

on peu jufles & ecjuivoques, oL par confequant fujels a 
chanjer. 

1° lis font {ujets a etre trop compofes; car ils ne peu- '^''<^P coni« 
vent etre fignificatifs que lorfqu'ils font derives , & les derl- 
ves ne peiiveat etre courts lorfqu'on les compofe trop 
de fois , & Ton eft oLlije de les compofer a proportion qu*on 
a plus a defigner de l^Iantes |jiu Ic relTembleat beaucoup , 
ce qui les rend confus , fouvent luintellijibles ou trop diii- 
ciles a retenir ou a prononcer ; tels font ceux-ci : Mono-' 

iropa. Linn. Adenanthcra. Linn. Hypophyllocarpohniruni , 
Boer. T^tra^onocarpos ^ Boer. Corlonagematod^ndros ^ Pluk. 



pofcs 



2 



O 



[fophyllum^ VailL Stachyarpo^^oj. 

a, 



noms fignificatifs tant que nous ne con^trons pas toutes les 
Efpcfes de, Plante. C*e{l ce que remarque tres-judicieufe- 
ment M. hAller dans fa Preface, ou il dit, p. 14: Gene^ 

ricum nomen arbhrarium ejl , & vix unpuam talc paran pouj! , 
ut aliqitid continent ex quo P^ant(Z dignofcantur : fpscifico^um 
longhudlnem accufo ^ftd mdiora. dare non potui , ne pie finit 
tnulutudo fpccicram , (^UiZ cogunt muhipUcare notas diff^rcn^ 

ti(z. AulTi font-ils fouvent equivoques , & donent une idee 
difercnte de ce qui s'ohferve Jans la Plante ; par ex. So^ 
landra^ quoiqu'il foit le nom d'un Botanifle , M. Solan- 
der , paroit dcfigner au i" abord une Plante a i feule fleur 
male ou a i feuTe etamine , pendant que cete Plante a dans 
la meme ombele 5 fleurs malesaurour d'une fleur fetnele. II 
font encore aplicables a diverfes Plantes qui pacticiperoient aux 



€^ 



de 



W, Tcte laineufe 5 Enocauloriy Tije velue, Cahphyl- 

liim i Bellefcuille , &c. en font des exemples ; car combien 
de Plantes qui ont des tetes laineufes^la tije velue, de bel- 
les feuilles , 6cc. Mais quand on accorderoit a M Linnaeus 
que les noms doivent etre fignificatifs , on lui reprochera 
toujours avec raifon la Critique qu'il a faite des noms deri- 
ves de Toumefort , Alyffoidcs , AlaUrnoides , AJiragolol- 
des , Cypcroides ( qui ne font que des imitations Ju Sefa^ 
moldes dlpocrate, du Fakoides d^Oribafe , de VOkumoides^ 



zfaniji, 



:/ 






cxxxij PREFACE. 

''po(Qs Li llo-asfodKlus ^ Lilio^narciJlfus ^ Cytifo-genijla ^ &iO 
qui expriment le raport de ces Plantes par des comparefons 
qui font, fans contreditj le meilleur moien qu'on puifTe 
t^mploier , dans toute forte de defcription ou de denomina- 
tion , pour faire conetre une Plante ; il eft meme etonant 



que , corrvaincu 



noms 



M 



Su]crs 
«haajcr. 



Tic-Eus n'ait pas emploie ces noms derives de Tourncfort , 
qui n'etoient pas aulFi vagues & plus comparatifs que les 

-iiens , Erlocaulon , Calophyllum , &c. 

a _ Le 3'^ inconvenient des noms fignificatifs , cladiques , gene- 
-riques & i'pecifiques , c'eft qu'ils font neceflairement chan- 
•jans , come nous_ avons dit que les Clafles , les Genrej & 
les Efpkes chanjent felon le nombre & le choix des par- 
•ties que diacjue Metode prend pour titer fes Caraaeres dif- 
-tin^its ; voila pourquoi on voit peu de noms gdneriques , 
moins de claffiques , & encore moins de fpccifiques , qui 
- fe reflemblcnt dans z Metodes diferentes. 

jCliarjjeni^ars Avant que M. Linnaus efit etabli pour principe , que touS 

les noms , tant clalfiquos , que generiques & fpecifiques des 
Hantes , devoieat etre fignificatifs , il n y avoit gucre , 
come I'cn a vu , que les noms claffiques de fignificatifs j 
les Eotamftes s'etoient refer^^e !e droit de doner aux Gen- 
res & aux Efpcces le nom qu'ils jujoient a propos ; les 
tins , come Tournefort , conferv-olent les noms anciens (vk- 
cihqucs dom ils trioient & choififToient le plus comun pour 
<er>ir de ncm gendrique ; les autres donoient I Icurs Gen- 
res de nouvcaux noms : c'efl ninfi mi.. U r. 



:US. 



if 



II' 



■ ^%y"Fh^^''' ^e Tournefort ftit apele Tunica par Rup- 
-pms & Di.nthus par M. Linna;i;« , &c. Mais le principe 
<le M. Lmn;Lnis ,_une fois avanc^ co ne vrai , il faloit ne- 
ccdairement chanjer tous les noms claffiques , g^ndricmcs &• 
ipeafiques qu, n ctciem pas fignificatifs ; on comcnca rOu- 
rraje, on chanja le nom primitif de Morina en Dhtotcka . 

cclui de ^..^/, en ^ijo;,W , celui de FalJJ Lzyzo- 
phyllum &c. La djficuW qu'U i eut de doner des noms 
ibmblaLlcs fignificatifs \ nombre de Plantes , eut du , en 
■aparence, opofer un obftacle invincible a ces chamemans ; 
nja:s non: lorfquon eut .^puife le petit nombre de Genres 
pins faciles a defigner par des noms fignificatifs , on pofa 
pour pnncipes d autres motifs pour chalijer la popart des 
-autres jioms anciens ; oxx trouva mauvais ceux 5e Tourne- 



■-^- 



PREFACE. . cxxxIh 

fort , Rlvin, Boeraave, &c, on apela Enophomm leur Z> 

nagrofiis , P/zj(;<3 leur Aflra^aloidts , Anthyllls leur F^//^.-- 
rjrij , Bunium leur Bulbocajldnon , Bunias leur Eruc.jp , 
Atropa leur Belladona , Calendula leur CaUha .^^ &c. 
On rejeta de meme come barbares les noms prlmitifs cle 
Vais emploies par Plumier & par d'autres , eti ilibftituant a 
ieur place des noms grecs fynonymes de Plantcs tres-co- 
^nues i le Sapota fut chaiije en Achr^s , Ylkako en Ory- 
fobalanus , le Caapcba en C[(la7Ppelos ^ le Monhin en < 
ii'/j^ , le Cf//'^ en X^/0/2 , le Kami a en BJbifcus ; h 
.de 5/i^ , fynonyme dii Nenuflir , fat mis all place de celui 
d'AbuuIon; celui de Schlnos^ qui ell fynonyme du Lentif- 
cus^ chafTa Tancien nom de Molh : les noms les plus re^us 
en Medecine fubirent le m3ine fort , le Crijloforiana fut m-ita- 



rortT 

i 

nonl 



A/^ 



enfin par 14 axiomes ,' peu fondcs , (Phil. Bot. p. 160) 
M. Linnaeus a trouve le fecret de bouleverfer & de chau- 
jer la plupart des noms les plus regus en Botanike & en 
Medecine , ce qui auroit fait un tort infini a ces 2 fcien- 
ces ; car coment rcconoitre la Ciguc dans les anciens , ft 
nous tranfportons fon nom latin Cicnta a des Plantes de 
Canada, on leur Bouleau , fi nous donons fon nom grec 
Samyda , on plutot Semude ^ a unc Plantc des liles d^Amor- 
rique ? Coment entendre les comparaifons que les Eotanif- 
tci font de diverfes Plantes par les feuillcs , par excmple.. 



folii 



Ifc 



ladona en Atropa & celui d.c Fagopyrum en Hdxins ? 

S'il n'eft pas pardonable de chanjer des noms fort bon-s 
ou au moins paflables , autorlfes par I'ufaje , rectus en Mede- 
cine , & confacres par les Botaniftes, pour leur^en fubfti- 
tuer d'autres fouvent moins bons ou deja emploies par les 
Grecs come fynonymes, il I'eft encore moins de defigurer 
' les Ouvrajes poftumes des Auteurs , en les publiant avec^ces 

noms impropres, come a fait M. Burmann ( Aiiteur d ail- 
leu rs fort cclebre & tres-eftimable par nombre de bonnes 
figures qiwl a procurees aux Botaniftes ) en metant k fa 
^tete des figures & defcriptions de Plumier le fynonyme grec 



^/ 



Mo 



t, pour !a fta- 
Medccine , les 



Botaniftes les plus fenfes & les plus babiles fe font opofes> ces 

? • iir-A^ 1 /1 . *.:^ ^.«crn,i- 



(iudio 



/ 






^■^ rf" ^=^ 



CXXXIV 



PREFACE. 



kElmJlddn > dans fa Dijfertatio de Syflemau Linn air ^ & d^ns 
fes Rc2ulcc Botamccc de nominihus ^PlantLirum , 1748 , 8 . 

hElmji-idi'i. Le favant M. Ludv/ig s'y eft opofc de mcme 

^ans fes Inftitiuiones hijlo^icc-phyfic^ rcgni vegeiabilis , 8 



L'lffc^, ^757 ? <^^^ i^ dit formellcment, au paragrafe 219 , 
Nomina larhara fi idon.ea fiini & fdciU pronuntianda , «t?^i 
fejidantur ; non tantl'm en'un gnrca & latina nomlna , fi ccr- 
tas Plantas dejignant ^ fed Arabica quoqite & alia ajfumi~ 
/??^-^ v^ g- Marrthrum i Armala ^ Henna ^ AJatoda. Si vo* 
calu!a non ficElipcjJunt 5 indedinabia mantant. v. g". Bonduc,^ 
Kah , ChciTiy Lilac ; fi \'crb minUs apfa & pronunclatu di^-- 
cdlima funt , tunc rejiciantur ut Mail-anjchi ^ Japarandlba& 



'V:^ria nomina ex Hono Maldharko. Enfin m la France , ni 
TAn^rjeterre , ni aucune nation favantcde T'Earope n'a reconii 
• ces clianjemens de M. Linnaeus; i!s n'ont cte adoptes que par 
ui petit nombrc de fes difciples , 6c notamant par ceux 
qui oat fjit des catalogues copies de fes Ouvrajes. 

Decouvcrte^ q:a ont iii faites fur k^ Phimes* 

Nous alons raporter ici, fuivant Tordre des parties des 

Flanies, Ics decouvertes qui y font relatives , en citant Tan- 

cienete de leur date. 

^ Arbtcs ^ La diftinftion des Plantes en Arbres , ArbriflTeauX & Er- 

* ^'-s- tes , a etc d'abord emploiee par les anciens , Ariftote , Teo- 

fraftc, Sec. enfuite par Le Bouc en 1532 ; TEclufe , en 1576, 
les a encore divifes en fous-ArbriUcaux. 
Bourjon?. Fline conoiftbit les bourjons d^s Flames qu'il apelloit Ger- 

men. II paroit qu'il penfoit que les bourjons fe developcn 



t 



come les graines , au moins conic les monocotyledones'; & 
il avortit qu'il ne faut pas confondre avec eux les boutons a 
fleurs qu'il apcHe Gemma. German autevi^ dit-il,c/? id quod 
ex Iff s Arborum furcuUs vrimo vere exit ^ ex quo delnde 
foUuin producltur ; nam gemma proprlc floris. ejl quanqudtn 

urumque confundatur, Afogre cete remarlcc d« Pline, Rai> 
en 16S2, eft tombe duns cete confafion qui a ete fuivie 
jufqu a cc jour , & il a cru pouvoir diftingu^r les Arbr^s 
d'avec les Erbcs par le nioien des bourjons ; il apeloit les 



If"^^ GerrimipMra^ & les dernicres Gemmis carentt.u On voit 




nes pomles (Ger/nfT^a) de la plupart des Arbres des paH 
tres-chauds , nc font pas plus couverts d'ccailles qu? eel- 

k* des Pldut'^s Qrbacccs & do quek|ue3 Arbres touputs 



P R E F A C E. 



C*XXT 



Malpiglu , dans foa Anatome Plantarum ^ foL Londmi ^ FcuUIcj^* 

1686, fig. 68 i 76 5 a obferve le i^"" la manlere dont les 
feuilles des Plantes font pUees ou roulees dans les bourjons 
avant leur developement ; & M. LinnjEUS a etendu les 



en 



oil il dit avoir traite le 



memes recherches fur environ 170 d'peces de Plantes 

1751 , dans fon Phil, Bot. p. io<, 

l^*" ce lujct ; Hitc priZtervifj. antecejforibus^ , 

II a de meme fulvi, des Tan 1737, Tes remarques fur 
Jes ftipules , qui avoient ete bien examinees par Malpighi 
fi^. <:o a 67. . , 

s divers fortes de polls qui forment le Juvet ou Ta pouf^ 

icre repandue fur les Plantes, furent d'abord obfervees par 
Grew* en 1682., par Malpighi en 1686; Sc M. Guettard, 

en 1747, en augmeuta le nombre , ert leur donant Ic nom 
degl 



• Le 

fic 



ndcs. 



Les boutons a fleur ou leux , bnt ete Conus de Piine qui 

Jes apeloit Gemmate 



Pli 



ine 



grands que les pies nriles. 



1*5 92, 



: diflingue trcs-bien le fexe des 



Zaluzianski , ea 
Plantes: il a dit que Us unes avoient les % fexes reunis •, 
que dans les autres les % foxes ctoient diftin£b fur 2 iridi 
vidus , & que la plupart etoient androgynes ; & il expli- 
quoit coment Tovaire du Palmier femele ctoit fccondc par 
la poufTiere du male qui fe repandolt delHis. 

J. Bauhin citeen,i650 les pafTajes de Zaluzianski farte: 
fexe. 

Camerarius dit , dans fon EpiJloU de fixu PUntarum; 



Scipule«; 



Poili-K 



Boutoni^ 



La fituation de la fleur deffus ou deffous Tovaire » nc Ficur 



8^. Tubin^iZ , 1694 , avoir eprouve que 

rier, de U Mercttriaie & du Mais , ne : 



les graines du Mu- 

muriubient pas lort^ 

i iv 



Scxc, 



piiroit pas avoir ete obfervse avant Cefalpin en 1583, &C 
Tournefort en 1694. 

-: Colomna ed le i^"" qin , en 1651 , dans fes Notes ilir Ccytolei 

liErnandes , alt apele du nom de petale Petalon^ la partie 
coloree de la fleur , que M. Linnaeus a apele depuis Corole. 
Les anciens n'ignoroient pas la fecondation &par con- 
fequent le fexe des Plantes, L'exemple des Paliruers femel- 
les fecondes par les fleurs des males, cite par Teofrafte & 

prouve qa*elle etok conue bten avant eux. CeperD- 
dant ces Auteurs apeloient males, dans les Erbes , les fe- 
melies qui avoient les ovalres , & femelles au contraire les 
pies males qui portoicnt les etarnines ; mais c'etoit relatt- 
vemant a leur vertu mtdicinale ou a leur grandeur, fes pies 
femeles etant * come dans le chaavre , comunenfent plus 



\ 



txxxv) 



PREFACE. 



« 



qu'on en avok enlevc {bigueufement tcvues les etamines J^ 
inu\s que cete experience ne !ui avoit pas rculTi liir le Chan- 
vre. II park du nombre des etan^ines dans Ics flenrs , de 
maniere qu'on i reconoit prefque Ics i*"^' principes de la 
Metode fexuele de M. Linn^us. 

t- Ainfi c'efl bien a tort que Vaillant s'efl attribiie en 1717', 
& qa'cn lui a acordc long-terns la deconverte du fexe des 

Plantcs , renoin-elee des Grecs. 

- Les etamines ont ete conues 5 mais d'une fa(^on bien con- 



par les ancien 



4 » 



- vjrew clt ic i^"" gui an examine au microicope la rigure 
Ai leur poumere fecondante , dans I'Ouvraje intitule : Ides 
of a Philological Hlflori of Plants ^ &c. 1682 , foL London^ 

.. Mw!pighi examina auffi cette pcuffiere avec les ftiles de 
Tovaire &i la fa^on de s'ouvrir des anteres au fomet ea 

I .1686 dans fon Anatome Plantarum ^ foL LondinL 

En 1711 Geofroi , dans les Mcmoires de TAcademle > 
.■ I traite de la figure & de la nature de cete poulTiere. 

Ea 1 7 17 Vaillant obfeiva encore la maniere dont s'ou- 
vrcnt les anteres. 

^En 1739 ^^- ^^ lufTieu, dans les Memoires de TAca; 
jdcmie , exanvaia rexplofion &la fac<^n Ae^ «i'nnvrir ^Ipq amins 
de poufiiere des anteres mis fur f 

En 1747, M* Needhanr traita le tnetne fojet dans I'Ouvrage 

intitule : Nouvcllcs dkouvcrus microscopikes ^ m-12. Lelde. 

Quoique Ton eut reconu de tout terns des etamines oa 

parties males dans les Plantes parfaltes , on n'en avoit pas 

mcme rou|)conne dans Ics Plantes apelees imparfaites ; 6l 

.^icheli eit le i^^quj^ en 1729, en ait indique & reconu 

dans les Chanipienons ; mais ?Ia plupart des parties qu'il 

xegarde^come telies, paroiiTent ctre des rejetons. 

: Les etamines des Foujeres ont ete dccouvertes en rj)^ 

par M.de JuHieu, dans les Memoires deFAcademie for le 

PdiiUrU & le lemma lU. Marattl les a indikes en 1760 , 
dans beaucoup d'autres Genres ; mais il nous paroit etre 
dans I'erreur au fujet du Dmopteris , en prenant pour fei 
etammes^ 2 tubercules qu'il dlt avoir aperi^u fur la conve- 
xtte e:itcrieure de rcnvclope de fes flours. . ' ^ 

Reaunjur a decouven, en 171 1 , les etamines des Fu- 
CUs , & M. Grifelini les a confL-me en 1750. 
Kccleicj. M. Linnaeus fe dit , Phil. Bot. p. 125 , le 1^^ Obfervatcur 

des Nec^eres, NcSarium maximifcch natura. Ne^.anum ne no- 
mine notum €rat^ arttccjuant idem detcrmlna\lmus, Mais Tour- 

«efort Ics avoit remarqycs des Pan 169.J dans les ECpefos 



n 



s 



PREFACE. cxxxv^ 

tl'AfclcpJas qiril joint aux Apocins , dans la Granadile & dan* 
dautres Plantes. Vaillant , en 1718, les regardoit come des 
parties dcpendante^ de .a corole , & qui ne meritoient pas de 
nom particulier : M. Linnisus , en 1735 , a cru devoir apeler 
dece nom indiferament toutes les fingularitcs qui fe rcmar- 
quent dans les diverfes parties des fleurs ; de-la la fource - 

de nombre d'abus & d'erreurs dont il fera parle a Tarticle 
des paradoxes qui ont arete les progrcs de la Botanlke, 

Les lojes des fruits & les cloilbns des filikes fiirent d'a- Fruits ;Icur» 
tord diftinguees par Cefalpin en 1583. lojcs. 

Cefalpin obferva encore le i^"^ la fituation de la radicule Radicule it% 
ou racine dans les graines, - graincs. 

Le meme auteur indiqua encore le i^^ le nombre des Cotj-Iedons* 
cotyledons de I'embrion des graines* II diftinguoit les mo- 
nocotyledones & les dicotvledones fous le nom de Scrnina 
univalvia & bivalvia^ 

Les graines des Fucus furent decouvcrtes en 171 1 par Crainw, 
M. de Reaumur. fV. les Memoires de TAcadcmie. ) 

Celles des Mouffes par Dillen en 1719 & 1741- M, Lin- 
naeus s'en dit inventeur, Phil I3ot. p. 88, Si^mi/ia mujco- 
rum ego dcuxr. 

Micheli cfl !c i" qui ait decouvert, en 1729, les grai- 
nes des Champignons , & qui ait prouve , par des expe- 
riences fines , que ces Plantes le reproduifent de graines. 
MM. Gleditfch en 1753, & Battarra en 1775, ont con- 
firme ies curieufl^s dccouvertes. 

Celles de quelques Foujeres furent decouvertes , en 1739 » 
par M« de Juffieu , 8c de plufieurs autres par AL Maratti 
en 1760. 

Une decouvertc des plus InterelTantes en Botanike, eft CoralUucs.' 
celle de M. de -Juflieu fur les Corallines & plufieurs Zoo- 
fites. Il prouva dans les Memoires de rAcadcinie , en ij^^ , 
que ces productions marines qui avoient ete ranjees Juf- 
qu*alors parml les Plantes , n'etoient , alnfi que les Coraux , 
les Madrepores , les Litofites , Ceratofites , &c- que des 

produi^^ions animales , & qu elles faifoient partie d'etres am-* 

ines (^u'll apcia Polipes , dont le corps fe ramifioit & per- 
tolt a chaque extremity ou a fa furface de petlts animaux 
analogues aux hourjons ou aux fleurs des Plantes , parce qu'ils 
avoient la faculte de fe reprodnire de boutures & d'oeufs 
femblables a des gralnes. L'idce de ranimalite de ces pre-* 
tendues Plantes avoit ete cfleuree par In^peratl en 1599 , 
renou\ elee , ea 1727', par Peyflbnel , mais fans preuves cox\'^ 

yaincantes ^ & fans augaa des details decififs que nous Ycnpn^ 



cxxx^^ii 



PREFACE. 



de citer ; ae forte qu*on doit proprement a M. de Juffiett 
la decouverte d'unfait aufTi interefiimt , qui fait rentrerdans 
le reene animal une ClalTe d'ctres dont on avoit furcharjc 
mal-a-propos le regne vegctaL 
Tcrmesnou- Les termes nouveaux & necelTaires en Botaiiike font en- 



TUUX. 



core 

I M 



tf 



jlipida , fi 



/ 



fp 



) 



or oil ^ 
cyma 



rm 



fouventmeme pour defigner d'autres parties des Plantes aux- 
queles il fa!oit les laifier , par ex, Involucrum avoit cte cm- 
ploie par Artedi avaut ranee 1735 , Spata , ou plus exafle- 
ment Spate, par Tcofrafle ; Pline avertit expreiTcment que 
le mot Gcnncn apartient proprement auxbourjons des fenil- 



:fi id qiicd ex ipfi. 



/^ 



.ns 

Brae- 



moins M. Linnaeus Taplique a I'ovaire ; le mot Legumen 
ete emploie de tout terns , celui de Drupa fe trouve da 
le Lexicon deAy^er, 8°. Strasbourg , 1553. Cyma, ' 
Ha^Gldndula font encore anciens ; Ar'dlus & BraEicaio^"^ 
tres-impropres , & on pent fe pafTer de ceux de Scapus & 
Pedunculus ; de forte que de ces 16 termes, cites par M. 
Lmnsus, come nouvcaux & neccffaires , il n'y en a gu^'r« 
que 5 dc tels, favoir Corolla, Anuru , Folic n ^ Stigma , 



Stipula. 



Kombre de« 



Ouvrajcs de Botanike. 



Depuis Orfee jufqu'a ce jour, on compte prcs dc aocO 
Ameursde Botanike, &. environ 4000 volumes , dont loco 
iur les Plantes confiderccs relativement a la Mcdecine , au- 
tant fur rAgricuIture, & 2000 fur la Botanike projrcmeflt , 
dite , de forte que fi far 18 milie efpeces ou varietis de Plan- 
tes citees dans ces Ouvrajes , on fait un choix de celles qwi 
lont fuhlamant conues , "ce qui Ira a peine a 4 miHe , ce 

leroit un volume pour 2 Plantes. 

Tous ks Ouvrajes de Botanike peuvent fe reduire a 7 
ripeces fuivant leur objet , favoir : ' 

I' Us Ouvtaics id ancicns, Icuts Ttaduacuij H Comcnwtcurr. 

X les Mccoucs. # 

5 Lci Dcfcriptions. 

4 Les Synonymcs, 

f Ics Catalogues. 

7 les Dogrncs ou ptliicipes BloCoBktt^ 



f 



PREFACE. cxxxlx 

Noas ne parlerons ici que des Ouvrajes qui tienent le 



I' 



1" rang dans la Botanifcc, ceux qui font faits pour doner Ouvrajcselc* 
la Joi^ & qull faut coiiokre pour ctudier cete Icjence avec ^^^^i^"^* 

fruit. 

' Quoique Teofrafle & Dioskorlde , qui s'efl atache !e plus 
particuli^rement aux Plantes , & qui s efT: fait le plus grand 
nom fur cete maticre , n*aient parle que d'envlron 5 a 600 
Flantes , & les alent dccrit de maniere qu'il efl fouvent difi- 
cile & quelquefois impofilhle de les reconoitre ; on voit 
neanmoins dan^ nombre d'endroits de leurs Ouvrajes , fur- 
tout de ceux d'Ariflote &i de Teofrafle , des traits de lu- 
mlere & des coneflances i\ profondes , dont quelques-unes 
meme paroiflent ignorees anjourd'hui , ^ pouroient etre 
apelees des decouvertes renouvelees des Grecs , qu'on ne 
■ pent s*empecher de convenir ^ malgre le mepris que quel- 
ques Metodlfles modernes afeftent de repandre fur eux , qii« 



ces grands homes , quoiqu'ils n'aient pas fait de Mctodes 
l^'^ftcmatiques , qu'ils ne regardoient que come des Diftio- 
naires trop fuperficlels , avoient come nous des coneflances 
de details dont les ieras ne nous ont conferv-e que les rcful- 
tats gencraux. II eft certain , autant qu'on en pent jujer par 
ce qui nous relle des Ouvrajes d'Ariftote , de Teofrafle fic 
de Pline , qu'ils ignoroient entierement des parties que nous 
conefl'ons & que nous avons aprofondi ; mais il eft plus que 
probable que leurs refultats gcneraux dependoient de conef- 
fances de details dont ces divins Auteurs lalffoient echaper 
par intervalles de Jejcres traces. Ce font de ces faits dont 



ne peut gucre donter tout home qui a ctudic affez a foivJ 



ks fciences naturelcs ; & au lieu de croire que les anciens 
li*ont adopte telle ou telle opinion que parce qu'ils n'avoient 
5:^s etc aufli loin que nous , nous devrions peut-etre plutot 
cnfer que c eft parce qu'ils avoient cte plus loin ; & que 
des experiences , que nous n'avons pas encore faites , leur 
avoir fait fentir rinlufifance des Syftemes dont nous nous 
contentons. 

Ces excellens Ouvrajes ont etetraduits & commentes par ^eurs Xrii 
1-s homes les plus difllngues dans les Belles-Lettres & les ^^^^^^^^ ^ 
Sciences natureks. Ariftote fut traduit en latin , vers Ian Commcou- 
1450, par Gaza, Grec dorigme, nc a Teflalonlke , d*ou ^^^ * 
les guerres des Turcs roblijerent de fe retlrer a Rome ou 

J! mourut en 1478, 

Le meme Gaza traduifit Tiofrafte , qui fut comments 
par Scaliger en 1^6 , & par Stapel en 1644* 

Les plus favans Traduaeurs d« Dioskorid 



e cm 



MctcJ::. 



cxl T JR. E F A C E. 

en 1516, Cornar en 1 5 57 , & Sarrafin en 1 598 ; & le pTuf 
fameux cic fes Commentatcurs a etc Mathiole en 1554: on 
lui reproche de n'avoir pas compare les Flantes que la na- 
t\..z a produites, avec les defcriptions de Dioskoride, mais 
U'uvoir , fur ces defcriptions , imajine des Plantes que la 
nature avcit dA produire, ou qu'elle avoir eu tort de ne 
produire pas. Les chanjemans que les Plantes peuvent fou- 
tnr par un laps do teins de plus de 2000 ans , n'unroient- 
MS pas quelque part a la diference que nous remarquons entre 
quefques-unes des hgures de Mattiole, qui rendent les Plan- 
tes de DickoTide , & entre les Plantes qui en aprochent 

le plus 6^ que nous croions quo ce Commentateur a voulu 
ce/igner ? • 

Les Ccmmentateurs les plus diflingucs de Pline , font 
JJaJcchamp en t6o4 , Saumaife en 16S9, &Harduin , dont 
In nouye e edition de 1741,^ imprlm<le i Bale, &foi- 
d-innt a Par., , pafTe pour la meilleure. 

tn general ces f.ivans Traduftcurs & Commentateurs ont 
rendu ac grands fervices a la Botanike ; mals lis en euffent 
rciu.u flavantaie , sils euffent eu tomes les coneffances qu'on 
« .uijourd hu. lur les Plantes ■ & je puis aiTurer par expe- 
rie-.te , qu un Lotanifle , qui cntend Rifiiainant la Lansue 
ei^qiie gagne heaucoup \ lire le Texte d'Arlftote & de 

dem f 'r' ^ \ "^"^ ''T\ Traduaeurs , qui fouvcnt rcn- 
dem Jes termes & non le fens de leurs Auteurs. 



ki m o>.t n ' '^i''"^''^"^;i '■^'' 'es autres ; il nous refle a dire 
ToTlwTSlf '?''^''-'" P^"^^" Genres font ceux de 

tx^tKi-,,^; „ « 7 , • ^^^' P- ^40 ; Ego omnia autorum. 

unriv^m nova condidt, ^ , 

ae itciuie en 1576, Columna en i<oi . I R.nl^n pn 



irtfo Ri;«. ^' ; >^'^'""'"-* en 1592 J. Bauhin en 
nderablemant en ^68^ ^^^\ £ f/f'''^ ,'" ^n'"'' 'II 



J>L 



PRE FACE. cx]\ 

muhillngiiis ^ foK BeroUni M, hAlIer a travaille avec fucc^ 
Jp meme partie en 1742, & M, Linnaeus, en 1753 , dans 
ton Species Plantarum ;mals Us n'ont pas par-tout la mcme 
cxaftitude , & nous i avons remarque nombrc de fautes. 

L'Auteur qui travailleroit aujourd'hui a la fynonymle it 
tous les Ouvrajes qui ont paru depuis C. Bauhin , auroit 
un Ouvraje auili immcnfe & auflidihcile a debrouiller, qu'il 
feroit inutile & fuperflu : nous nc confeillons a perfone de 
I'entreprendre ; de bones figures doivent i fupleer, 

Les Biblioteques de Botanlke regorjent de Catalogues < 

apeles Flora , Hortus , Botanicon , &:c. qui font Fenume- Catalogue 

ration des Flantes qui croifTent dans chaque Province ou 
dans chaque Jardln. Encore ces deraiers font -lis utiles en - 
ce qu'ils font conoitre Tetat ailuel de la Botanide dans cha- 
que ^Etat : on peut citer pour modele de ces Catalogues 
celu! de Simon Pauli , public en 1652, ^o^^ le titre de 
Virldariurn , in- 12. H^iffhia: ; il contient tous les Jardins 

publics de Botanikc de fon terns , au nombre de 13 , & ell 

remarquable par fa bricvctc. Ceft un grand abus que la 
multiplicite de ces Catalogues; abus qu*entrama le Pinax 
de C. Bauhin , en faifant des Nom jurs de Plantes ; qu on 
me pafTi ce terme , qui me paroit meilleur que ceux de 
Nomcnclateur , Nominateur ou Dcnominateur. Cet Oavrajc 
Qona lieu a 300 volumes de Catalogues qui parurent depuii 
Fan 1^96 jufquen 1753 , dans un efpace d'environ 150 ans. 
Cete pernicieufe Metode de frafes qui font de la Botani!:e 
une fcience valne de noms , au lieu d'en faire une fcicnce 
folide de faits , reprend une nouvele faveur a Papui da 
Species Pianrarum de M. Linnaeus. Des que cet Ouvraje . 
parut, les gens les molns verf^s dans la Botanike fe cm- 
rent Botaniltes , avant meme de favoir les prlncipes de cete 
uence ; chacun dans fa Province voulut faire le Catalogue 
des Plantes qui s y trouvent ; &c quels Catalogues 1 Les uns 
en copiant mot pour niot les frafes de M. Linn^us , les 
iutres en y faifant de lejers chanjcmens, fondes fur des re- 
marques minutleufes qui les rendoient encore moins exac- 
tes ; dc forte qu*on vit paroltre en moins de 10 ans une 
centame de Catalogues , aui ne font que des copies des fra- 
fes de M. Linnaeus , & des citations toutcs aulfi inutiles & 
louvent entafTees fans choix & fans conefifaaces , tant il etoic 
facile oe tner X2 ou 1500 frafes , dont on avoit befoin 
pour chaque Province , d\m Livre qui contenoit ccllcs de 
a 7 mille Efpkes. Cete manie des Catalogues ga^ne en- ^ 
core au pomt de fiire craindre que la Botanike ne igit ^nfl* 



\ 



/ 



y 



txll] PREFACE. 

acabUefous le poids 
come une ecorcc gang 



inutile de ces frafss , qui ne font qne 

jrcnce de la fcience ; mais il faut efpe-* 

rer que le nombre dcs Provinces de TEurope n etant pas 

incpuifable , la fource des Catalogues tarira lorfqu'on en 

aura fait i ou 2 mille. 

€^, Sur environ 70 mille figures de Plantes que nous poffe- 

Figurcs, clons depuis Corbichon ea 1482 jufqu'a ce jour, te qui fait 



un efpace de presde 300 ans , on compte a peine 10 mill 
Efpeces diferentes , tout le refle n eft que repetition des 
memes Plantes ; & fur ces ic mille figures , il n'i en a guere 
que 1 500 ou 2000 au plus de parfaites ou completes , aux- 
queles il n y ait rlen a defirer pour les details ^ tcUes que 
la plupart de celles de Dodart de TAcademie , de Tourne- 
fort, Plumior, Vaillant, Dillcn , Micheli, MM. Ehret & 
Trew i car je ne crois pas qu'on puilTe citer , come elle 
k merite , cete collection unique de 5000 Plantes que Gaf- 
ton d'Orleans , rctirs a Blois , fit peindre des Tan 1653 fur 
velin , in-folio , avec toute la magnificence poffible , par 
K. Robert , peintre , graveur & deffmateur le plus habile 
de fon terns ; collection que nos Rois ont fait continuer 
depuis par les peintres & deftinateurs les plus fameux ert 
cete partie , Joubert , Aubrict , Mademoifelle Balleporte , 
&L dont il i a aftuelement 50 volumes au Cabinet roial des 
Eftampes, chaque volume contenant environ ico Plantes 

xes de Plantes ne foit pas confiee a la giavure &: mife en 



avoit etc CO 
anches exccutees 



in-folio font & feront toujours I'admlration de tousles 
conoifleurs Si fur-tout des Botanilles. 

On renurque , en general , que ceux qui ont done les meil- 
leures figures ^toient des Botaniftes qui deffinoient & gra- 
voient eux-m^mes leurs Plantes , tels que Columna en 1 5^1 , 
& DiUen en 1719 ; ou blen des delTinateurs par etat, qui 
par gout fcc par un long ufajc , font devenus Botaniftes , 
xels quAubriet, Ehret, &c. 

• Les meilleures figures en bols fans ombre , ont et6 celle* 
de Brunstels en 1530, Fuchs en 1542, TEcIufe en 157^ ^ 
&avec des ombres celles du Mattiole de Val^rife en i\^^* 
de Bok en .552 Dodoens en .552, Lobel en 1570. 

Lei meiUeures figures en etain ombr6es font celles de 

JDillen. 

Les meilleures figures en cuivre fans ombres , font celles de 

i^lum.er en 1693 ; 5t avec desotdbres. cdles de Columna 



Preface. 



cxiiij 



ai 1^91; Dodart en 1676 ; I'Academie dcs I'an 1676 ; 
Rheede en 1678; Toumefort en 1694 ; Vailiant en 1718; 
Micheli en 1729; M. liAUer en 1742, 

Les meilleures figures enluminees font celles de Martyn 
en 1728, Catesbi en 173 1 , M. Ehret en 1748, M. Trew 



en I 



750 



. Les Filofofcs Botanifles qui ont done des regies pour I'eta- 7V" 
Bliflemant des Mctodes ou Syftemes , des Genres & Efn^- Cogm« it 
ces de Plantes , & de leur denomination , font : Boianikc, 

Jungius, qui mourut en 1657, & dont les OirvTajes fu- 
rent imprimes en 1679 ^^us le titre de Ifagogt Phytofco^ 
Vp^ > 4 ■ Hamburgu M. hAIIer fait voir, en' homme veri*' 
dike & plein de fon objet , que cet Auteur qu aucun Bota- 
illfle ne cite, excepte Rai , a fourni a M Linn.^us la plQ- 
part de fes principes. Voici ce qu'il en dit , p. 21 de fa Pre- 
face \ Poftumct jchcdct funt { Jungii) cum autor anno 1657 
ehicritn Habcntur hoc libra c!e Plantis fragmenta fads lucu^ 
Itnta , uhi pajfirn leges fanch Linnceanis Jimiltimas , deindi 
fitrpcs ad genera naturaUa revocat ^ & A confueds familus 
f^parat^fuas edam obfcrvadones interponlt ^j^pc tamcn ab ico* 

defumptas , plcrumque J folns .... incrcdibile ejl ^ quam 



^fundt in minudas (I 




diifinidones primus fi. 



ip 



/ 






Rai avolt beaucoup plus de bonne fol , il citoit tous Ie$ 

Paffajes qu'il raportoit de Jungius en 1682, & un trait pa- 
rcil fait toujours beaucoup d^honeur a un favant de fon 
ordrc , »Sc prouve qu'il fe coneflToit & qu'il avoit alTez de 
quoi fe faire honeur dans fes propres lumicres , fans fe parer 
du bien d*autrui. - 

Paul Amman , dans fon CaraFlcr Pluntarurn naturalis , 
S. Metodus genuina cognofccndl PUntas ^ in -12. Lipjict ^ 

J685; rdimprime en 1700, i/z-12 , Francfort , avec les 

Notes de Nebel , done une Fllofofie botanike tres -ludi- 
cicufe. 

Llntrodu^ion a la Botanike de Toumefort , publlee en 
5694 , contient les priacipes les plus (urs & les plus fajes 
que nous aions fur cete fclence. Ce morceau , rempll d'e- 
rudition, eftle mieux touche & le plus eloquent que la 
Botanike anciene & modeme ait encore produit. 

hEifler, dans TOuvraje intitule , De ftudio rel Erbarix 
emendando, 4O. Elmjladd ^ 1730 ; & hEbenflrelt dans fe» 
nefinitiones Plantarum ^ 4^ Lipfice ^ 1 731, oat done dcs 

leglcs pour etablir Ics Genres dc Plantes, 



wllv PREFACE, 



M 



^fojia Botanica . a etendu les do 



mes de Botanike plus qu'aucun de fes piedecelleuis ; ot 
meme Ton peut dire qu'il les a jportc.fur prefque tous les 
cbjets dc Botanike qui en font fiifceptibles ; mais ce qu'il 
i a de meilieur dans fes principes eft tire de Jungius & de 
Tournefort, & on lui a fait le jufte rcproche de nel.s pas 
fuivre toujours , d'etre fouvent en contradiaion avec lui- 
meme , & d'avoir rempli fes axiomes de paradoxes ; c'eft 
ce que dit clairement M. hAller dans fa Preface , p. 14 : 

Non ubique tamen {Linnctum ') fcquenJum duxi , cum fpeci- 
fica quidem nomina mutandum v'ldeati.r <r.r,.r;r-, „„,t.,,e fv 



tadiofum fn 



\ 



tji videre dulinantem a rigore legum Juarum artifi- 



ciallum & ad genera naturalia rtdeuntem 

M. Ludyig, en 1737 & en 1757, dans fes Inflitmones 

rc^nive.etab:lu -S^eg^shck, en 1737 , dans fon EpLyi, ■ & 
M. Alfton dans fon Thodnium EdinhurgenU /^n 17/3 , 

cm done des regies auffi fajes & aufli pures que celles de 

Ie° M £ nn.?s. " ""' ^' ^^^P"^ ^" P^^^P" ^^"^ 

C«ncMon De tousles B otanlftes clt^s jufqu'Ici , Gefner & Rai ont 
fur les ou- puLhe un plus grand nombre des meiUeurs Ouvrai« On 

-"c '°' arnt^o'e^M t^'^'' -- Auteur^ ^L tr^i 'p-" 

a i en f ^^ ,'? '"' prefentant fous dif^rentes faces, & 






L Livrt J,^r / '""'?'^=i™ • q-^'il itoit obi™ de faire 

mTrd^n fa r/r t ^'•"" ' "t "'"^ P»» e«ra„r Jinuire i 



\ P R E F A C k. . cxU 

«ous dtons avec (Jloje ceux d'Ariflote, de T^ofrafle , de 
i>ioskonde & de- Pline , on ckera de meme la Mc^tod^ de 
fournefort come la plus parfaite & la plus facile de cel- 
jes qui ont paru ; fes Genres & ceux de MM. Lmnsus & 
hAlIer ; les defcriptions Ipecifiques de Columna , de Rai 



/ 



de Plumier , de Jean 



& quel- 



ques-imes de celles dc M. Linnaeus ; la iynonym'ie de C. 
Bauhm, les figures de Dodart, Tbiimcfort , Aiibriet Dll* 
len , MM. Eliret & Trew ; enria la filolofie de Jungius & 
de Tournefort come les plus fajcs. 

Ciiifcs qui out fdvorifc les progrh dc la Botanike. 

_ ParmI les caufes qui ont concouru aux progres de b Bota- 
nike, on peat en citer 4 principales , lavoir; 

JO L* protcdioa dcs Soavctaiias & dss Graiids, 

i Lc& Voiajcs f^voriies. ^ 

3 L^ctabliircmeat dcs Jardins deBDtanikc, 

■^ les Evbiers. - - 

Rkn ne prouve plus T^clat de la grandeur & la puiiTance »•* 
CGS Rois , que la magnificence avec laqnde ils ont favorife Pr'^^^^^I^^-o 
ies fclcnces utiles, fur- tout I'Hifloire naturcle & la Bota^ ^^' ^"^^^'^^ 



On fait ce que FHipe Rol dc M.icddolne ftt pour elles 

loifqu'apres avoir reuiji I3 Grcce ^ fes Etats , i! en tira Arif- 

tote de fa petite vllle de Staghe , pour le charjer de I'cdu- 
cation de Ton fils Alexandre , qui , apres avoir conquis TA- 
lie, configna , par reconeltance , a ce grand Fnofofe, une 
^omme immenfe pour 6crire Ton Hilloire natu'rele , en co- 
mandant a plufieurs milllers dlioinracs de diverfes conditions 
relatives a la chaffe & h la p^che , d'ob^ir i' fes ordrcs & 
Ue lui aportertoutes fortes d'animaux, quadrupedes, oifeaux 
poiflons , infeftes , Plantcs , cnfin tout ce qui pourolt favo- 
riler !a produ^ion de cette grande & belie Hifloire dont 
ies terns nous ont confervc 2 grands volumes irMo en 
nous laiffant re^reter la perte de la plus grands partie de 
*cs 2 excellcns Livres fur les Riantes. 

Plufieurs Monaraues de nos tems nni- fu^'^' A^ r. „„r.t-- 
exeraples 



En Ads, 




/ 



quele Voiajc* fi- 



Filinp. r\ P ~- jTrr ° -.ag.iiu.cuLc avec laquele Voiaj 

de7 .Vm' - ^Etene? envoia fon i- Meciecio liEman- voHCesl 
tiez au Mex.quc : ce Voiaje , poUr lequel il lui fit compter *^^^^ 

60 mille ducats . nul rr-XM^n.^n. \ Ar^rs rJ.r. K,,... J vi.ipier 



3^au 



„ . ' ^"' "-V itiit-iu a uuijjouo iivres de notre mo- 

Jo.e , nous a vafu VHiftoire de prb io yea PIujuos ^ue 



k 



^tvxcc^ 



4 



cxlvj 



PREFACE. 



core a fa gloire , en ordonant des Volajes dans les diverfes 
parties dti monde ; a Plumier aiix lies de rAmerique, en 
1689-511 Tournefort dans le Levant, en 1700, accompa- 
gne d'un autre Botanifte Gundelsheimer , & du plus fameux 
delTinateur & peintre en cete partie , Aubriet ;, a Feuillc 
au Perou en 1709: ce grand Monarke , non content de 
fournir en Roi aiix dopenfes de ces voiajes , voulut que le 
monde favant profitat des decouvertes de ces grands hom- 

^5 leurs Ouvrajes au 



mes 



& fit imp rimer , a cet efet 



Lonvre. • 

M. Jofef de JulTieu,' frere cadet du celebre M* Bernard 
de Juilleu , fut du nombre des 4 Academicicns qui partirent 

^^ ^735 1 V'^l ordre du Roi regnant Louis XV , pour me- 
furer \m degre du'Meridien au Perou; fa miffion avoitpour 
objet des recherches iiotanik^s, qui nous »nt valu nombre 
de Plantcs nouveles , qu'on cultive dans divers Jardins de 
I'Europe ; & fbn rctour , qu'on nous fait efperer comme 
jprochain , nous doit procurer beaucoup de conoiflances 
cchapees au P. Feuille. ■ ■ 

EiiAllana- ^ LTmpereur envoia, il y a quelques anees , aux iles An- 
gn^. tilles de I'Amerique, M. Jacquin , qui , a fun retour a 

, Vicnne*ea 1762 , publia le Catalogue des Plantes obfer- 
vees dans fon Voiaje, fous le titre de Enum^rath PUnW 
rum Amtncanarum ^ in-12. Lii^d, Batav, 
i- Le Roi de Sardaigne a envoie , il n1 a pas lon^-tems , eh 
Egipte , M. Donati , ProfelTeur de fon Jardin 3e Turin , 
pour 1 taire des decouvertes & fur les Plantes & fur Icspro- 
duaions marines analogues au corail , dont la Mer rouje 
ell fi abondamant fournie. 



In Sarda 



C1-.C 



En Dane 
tnaik. 



^nfin [e Roi de Danemark a envoie , en 1761 , 9 favans 
en Egipte ; M. ForskhoU- pour des recherches Botamkes, 
Cc les autres pour ce qui regarde laFifique, FAftronomie, 
les Anticuites & rHiftolre. 

Voiajes des Peu ^^ Botanlftes ont voia)e a leurs frais, & par 7>Ae. 

-— ^. U n'ofe prefque me citer /je partis, \ la fin c!e 1748, ■ 



{^tiKUacis 



onei- 

oitt 

Je 



pour le Senegal , ou ]e demeurai jnfqu'en xjka. Les coi 
iunces nouve!es^& utiles , aqulfes dansun pa'Jsl igno r6 , n 
pas cte , jufqu a prcfent , avama]eures I ma fortune, 
ny aunu pent de regret fi le public en retire lavantajequi 
eut rc!ul:cr de I'Hiftoire naturde de ce' pa'is , doat j'ai P«- 
hc le icr volume en 1757, & dont la fultc n'a itc luf- 
pendue que faute dc fecours. 

M. Browne , Anglois , a voiaje d? m^me a la JamaTque 

, C5: a re*;^nTence un 2; voiaje dans la mcine He 




en 17 



PREFACE. 



CXiViJ 



verfes puLTances <3e TEurope , ont aufii contribue 



J^ 



en 1760, aprl'S avoir rendu compte du i^"" en 1756. 
Les Jardins de Botanike, fondes fucceflivement par di- 

pt-Q. Jardins 

gres de cete fcience, foit en procurant rinftruftion des jeu- ^®^*^''^*' 
nes etudians en MedeCine & en Botanike par des demonf- 
trations qui sV font annuelemaut , foit en favorifant aiix 
Botaniftes conlomes letude des Plantes , dont la conapare-. 
(on fait le principal merite de leurs Ouvrajes. 

Le Catalogue des anciens ProfeHeurs & Dcmonftrateurs 
de ces Jardins fe trouve prcfque par-tbut ; ainfi nous nous 
contenteroiis de nomer ici ceux qui font a<fluelenient en place , 
& dont le comerce reciproque peur etendre la coneflance 
des Plantes , par la comunlcation des graines de celles qui ' 
font cultivees dans chacun de ces Jardins, 

Profejfeurs de Botanike Jans hs Jardins d'UnlverJitis 

vu Academies de V Europe , p^ fi f^^^^ 



it 



des Lecons publikcs 

En France. 



■^ t 



Pan's. Fonde en i^is'- 

■ 

Monpelier, ij^S. 

Touloufc. 

Bordeaux. 

Bcfan^on, 

PoiuamoufTon/ 

Mantes, • , 

Anjcr$- 
Knen. 

Reims. 

Nanci, (Lojamc*) 

Strasbourg, (Alfacc) 



ProfeflVur , 
■Pcnionftrat. 

Demonftr. 



MM. te Monnicr en 1756. 

Dc JuiHcu , en lyxj, 
Imbcrt, 

Du Bcrnar* 
Catlct > 

Rognon. ( par interim. J 

* • ■ « 

Beiielo du Patl, 
De Moueux* 

Pinar. 

Jofncr, 



En Erpagne- 



Papid.. 
Spilniaun 



Mftddd. 

Cadiz. 



Qucr. 
Miauatt, 



En Savoie. Sabaudia* 



Turin. Han^ Tdurlnenfis* 



Donati, 

AHioni. (par interim. ) 



Padouc , t J40- . 

florc'iicc 

Boulogne, !J47« 

Komc. 

Milan. 

McrEnc. (Sicilc.) 



En Italie. 



Marfili. 

i 

Maiictci. 

Monri, 

Klaratti. 



/ 



kij 



cxivii] \ P R E F A C Ei 

En AllemagnQ, Gcrmania. 

Fife, Fonie en 1 547. ( Tofcanc. ) Prof. MM. Tilli* 

Vienne. ( Aucrichc. ) , 

Ausbourg. Augujla Vlndelicorum^ ' 
rraguc. ( Boeme, ) 
Camlo!. 

Wicrhiiberg. Id. 

Mucemberg. (Funconie.J Norlmhergcnfis 
Itlang* Id. 
Aitorf. Id. 

Kdmftad. (Brunfvik.) 
llcffem. Id, 
leiic ( Tmingc. ) 
Tubinge. 

Racisbonc. ( Bavicrc. ) 
GifTcn. 

Hall. ( Madbourg. ) 
tiford, Erfurtum, 
francfort fur I'Oder. 
Wuttzbourg. JFlcehurgcnJis, 
Ulme. ( Suabe. ) Suevia, 
Heidelberg. ( I'alaunat, ) 

r 

Oxford, 1^83. Oxomenfis. 

Chclfca. 

IdinboBre;. ( IcoffcJ 

£ct!in. 
<'oecciitg, 

■Konijberg. Id, Rc^iomontanus. ■ 



Laugicr- 

Jacquin ? 
Boadfch? 

Scopoli. 

Ludwig* 

Boehmcr# 

Cafimir Schmlcdcl* 



> 



Filipc Gi^ficlin; 

Schcrffer. 
Voigt. 

Kniphof, 

Cartheufcr. 

Dcrcum. 



En Angletere. 



En Pruffe. 



Sibthorp, i-^%. 

Watfon, 

Hoppc, 

Glcdicfch. 
Buuncr. 



En HoUande. Batavla. 



\ 

4 



Amdetdam. i6Stf. 

Ucrccht. 161%. Ultrajimnuu 
la Haie. 

iironing. 
Matlcm. 

llnrdfiiovich. 

Brcda. ( BiaLaat. ) 



F 

David Roy en , ly^t. 
. J can Burmann , i-^il. 

^ft^achcndorf, 
Schwcnke. 



\ 



En Daaemark. Danla^ 



Kopcnhaguc. ( SccUnd. ) Hafrienfis. 



RoiboII. 






En Suede, Suecia. 



V^::^\, i^-j-. {Uplandc. ) 

lund. (ScaHfe.) Lmdcnfis. 



Licdbck. 



\ 



■m ^ 



\ 



\ 



HC^atfovie* FonJc c» 



J> R E F A C El 

- X 

En Pologne. 

Prufcir. MM. 



tx]H 



+' 



Demonft 



r. 



En Ruflle. Ratenia. 

Pecersbourg. ( Ingrie. ) PctropoUtanus^ Solandcr. 

Outre ces Jardins de Botanike , fondes pour rinflruclion dii 
public , il i en a de particuliers , tels que celui de Trianon ^ 
conllruit par la magnificence de Louis XV ; ceux de Carllruh. 
dans la Marche de Bade-Urlac , & de Cliflbrd prcs de Hurlem.. 
. On demontre tous les ans au Jardin roial de Paris., en-^ 
viron 3500 Efpeces on Varietes de Plantes*. 

. Dans cclui dc L^idc , 



y - 



Amflerdara , 
Utrecht , 
Pa done, 
Kaen, 

Berlin. 
Kopenhaguc , 
Vicnnc, 
Upfal, 

leipfik , 
Moapclier, 

Les Erblers fourninent 



2700* 

1090. 
2000. 

2000. 
If 90. 
1100. 

loco. 

lOCO. 

looo. 

700* 



\ 



un moien tres - comode-^ 



ou 12,000 Varicccs, 
io>ooo 




Au lardin 
Roi, 



du 



Sloaiie , 

Shcrard > 



8,000 



Caufes qui ont arcti tes progrcs de ta BotaniTce^ 

Trois caufes prificipales fe font opofces aux progjes dfe 
Botanike , favoir : 

1^ La vaoicc dcs Botaniflcs., 

% Lcurs paradoxes y 

I Leur fajon dc travailler. 

^ L'^efprit de vanit^ a fait un grand tort a la fcience , en 

•livifant les Botaniilcs^ les ims'voulant cclebrcr _ leurs d^- 

kiij 



4*- 



encore 
d*ctudier la Botanike , ou de fe rapeler d'ancienes conoif-. Xibkts*. 

iances ; ce font des Jardins vivans meme pendant Thyver , 

qu*on pcut confulter a toute heure , & qui Tacilitent Vor 

romparefon du plus grand nombre de Plantes qvi'il eft pof-^ 
fible. ' ' ^ 

- - ^ 

Les Erbiers les plus conus & les plus confiderables font- 
en France ceux de ' . 

k - 

Toutiieforc , -4,0*0 Efpcccs. 
Vaillanc 5 9,000 
De Juflieu , 8,000 
Adanfon , Sjooo 

En Aneleterre ceux de 



jM 



Vanitc iti 

Doiauiftes^ 



i 



f - 






PREFACE. 



7 ' 

ccuvertes au-defTus dc celles des acitres, on meme s*aprr2 

pricr les !eurs» Lcs exemples n en font qr.e' trop frequans ; 
on voit ft pen de perfonesdu mcme talent s*alier pour tn- 
vailler de concert , que leurs travaux n'out fouvent pour ob- 



t 



ict 



que la critique 



P 



Autant les Critiques font utiles , lorfqu'elcs ont pour but . 
I'eclaircilTcmer.t dc certains faits ou la coniirrhation des au- 
ties 5 & qu*elles font menajees avec Tequitc , la bone foi , 
la moderation &une eftime rcciproque des perfones , telles' 
que celle de Rai contre Tournefort ;' autant elles font per- 
nicicufcs lorfqu'ellcs font dlftees par Tamour-* propre , la 
jaloufie ou les prejujes, & qu'elles tombent fur la perfone 
des Auteurs & non fur leurs ecrits , qui en devroient etre 
le feul objet. C'eft ce qu'ont malheureufement eprouvc lcs plus 

grands Botaniftcs. 

Lorfqaie la Metode de Tournefort panit , combien ne 
s'eleverent pas de difputes &- de critiques , plufieurs contef- 
tant la poflibiHte ou I'utilite d\ine Metode , tant il eft natu- 
'■el que les progres des fcicnces foient Icnts & traverfes par 
Tes lavans memes. Vailiant , fon eleve i^ fon facceffcur , 
fut un de ceux qui fe livrerent a cete bafle jaloufie ; il en 
critiqua aulTi les Ouvrajcs , & s*il le fit avec tant de fufi-, 
fance &c fi pea de fonderaant , ce ne fut que 8 ans apres 
la mort de xre grand home. 

_ Rivln repondit avec colere & fans reflexion , en 172O , 
2l la'tete de ion ht'odufiio generalis' act rem Erbariam , 

i/:'Z2. Lipfix ^ a la fajc Critique que Dillen fit de fa Me- 
tode dans fon Catdhfus Plants GilfiC , in- ii. Francofurti ^ 
& il le traita come un jeune homme ; mais il ignoroit qu'il 
avoit afaire a un jcune homme tres-favant & peut-etre phis 

profond Botanlftc que lul , come femblent le prouvcr fes 

excellens Ouvrajcs. « , , r 

. On fait affez , fans que je les nome , quels font le? Bota- 
niiles vivans auxquels on pent reproclier de femblables du- 
rctes, ou meme encore plus de vanite & de fuiifance. 
Si la Bctanike a eu de terns en terns des traits de lumiere 



qu 



teur , mcme c6Iebre , qui n'cn ait avance queiqu'un. Parni^J 



ciue 



5ar 
xcu 



fcs , les Genres , les Efpeces & les Noms , on peut encore 
citer les faivans fur les autres parties de la Botanike. . 
!cs C.n- Kr^tien Knaut, en 1716, reconeiToit autant de Genres 

de VhYiX^% qu'il i' avoit dTfpkes cm diferoicnt nicir.e p^^ 



^ 

I 



P R E F A C E, 



^ » 



t^j 



la plus petite partie , telle que le nombre des p6tales , des 
lojcs , du fruit , &c. 

M, Linnseus dit, en 175 1 , contre le fentiment de Rai , Sur la (Ttua- 
Tournfifort , Rivin , Boeraave , Kcucher , Knaut , Kra- ^^^^ ^^^ 
mer , que la fituation &: dirpofitlon des fleurs fur la Plaiite , *^^^' 
ne peut fournir une note caraiilerillique gencriquc. Infl^- 
refcentia notant cara^crijlicam non dubit^ Phil, Bot. p. 131, " 

En 172.0 Pontedera nia le fexe des Plantes & la fecon- 
dation des ovaircs par les etamines , malgre les preuves eyi- 
dentes fournies par Grew & Malpighi dans Tanatomie de 
ces parties , & par les experianfes de Camerarius & de 
Vaillant. 



Su. le fcx*- 



-\. 



M. LmnsEus a public, en 17^ dans fon Phihfophla 
Botanica , un paradoxe au moins auffi finguUer en difant ^ 
p. 86 : Initio rerum ex omni fpecie vlventhtm iinkiun fexih 
par creatum fuijfc contendimus. Ce n'efl certainement pias 
le Polipe parmi les Animaux ^ ce ne font pas les Biffas , 

les Champignons & tant d'autres Plantes qui lui fourni* 
rent des preuves pour foutenir cet axiome trop general* 
11 en eft de meme de cet autre axiome qu'Il etablit pour 
doner du poids a fon Sylleme fur les etamines , en difant 
que toute generation des Plantes ne fe fait que par les eta- 
mines & les piftils 3 & que fans eux point de fruit. Omnis 

fpecics vcgetabiliumflore (_^ friiflu inflruUur^ etiam ubi vifuseof^ 

i^m non ajfcquitur y PhiLBot.p. 89. Flos nil ejl nifi aU'us. 
S^nerationi^ Plantarum : gencratio hctc abjolvitar JoUs Jla-^ 



^inum aniens , pijlillorumquc Jligmatlhus 



aJeo 



que Jinc his 



^ullus fruBus. Clajf, Plant, p, 42. Mais M. Linnaeus igno- 
re-t-il qu'il i a dans certaines Plantes , comme dans les Ani- 
"^aux, des Families enticres ou il n'i a point de fexe dii^" 
™ft nl ienfible , oii tous les individus le multiplient ou 
fe perpetuent degraines, ou de bourjons , cude rejetons fans 
aucune fecondation. Toutes les confequances qu'il tire de 
cet axiome faux font neceffairement fauffes , par ex, que la 
<^oncfrance des etamines eft fi eflentieletnant ncceftaire , que 
y^n% elle , on ne peut determiner fTircment aucnn Genre de 
1 lante. Tanti eft ftaminnm notitia in generibus determinant 
dis y ut ca dejiitutus nullus certo & tuto genera dejlgnarc- 
qneat, licet pUnc nlhilo antehahita. Chjf. Plant, p. 442. 

Krctien^ Knaut, en 17 16, ne reconeftbit que la corole 
pour partie eficmiele de la fleur , ne voulam pas recone-^ole. 
tre pour teles le calice , les etamines 5c le piftiL 

M. Linnaeus a apele indiftinacment du com c?e Ne*ftcre sur Ic Nrc- 



Suf t& ca-^ 



k iy 



tcrcu 






I 



\ 



$iir lei grai- 
5tlc lei Egti* 

res. 



iiil P R E P A C E, 

toutes les irrcgukritcs qui fe remarquent clans les cliverle^* 
parties des fleurs , telles que " ■ , ■ 

Le calice c^e TOrchis , la Capufine , h Balfamine. 

la corole dc U Lincie , du Lis , du Luchnis > de I'AncoHe , TA- 
conit, TEllehore , la Renonculc , &c, 

les filers des ccnmincs de i'Afclepias , du Jalap , &c. ' 

Lc receptacle qui fuporce , foits la forme d'un dif;:juc , Ics ctami- 
ncs ou Tovaite , come dans Li Fraxiusic , lc Fahago , le Rcfcda , le 

Ctcvia , Ics T.shi^es, ftcc. 

Mais un r.om fi general , pour defigner tant de chofes 
diferentes , entraine nombre d'abus & une conllifion , en 
donant une idee de raport cnixe des chofes qui n'cii ont 
aucun reel. 



Kretien Knaut prctendoit encore qu*il n y avolt point de 
iemcnces nues fans capiide ou envelope quelcon^'i^ 

^ \ mcpris fingulier de M. Linnaeus pour les f 
a fait imprimcr un paradoxe remarquable dans la Preface de 
fonGi.'/2tYj PUnurum^ edit. Paris 1743 , ou il dit : hones 



V 




CIO , 

haben 



unanais gcncnbus non commendo fed ai 
fftcar has maps gratas efje pueris , iif 
vit'is qu.iin cerebri ; fateor has idiotls [ 



liquid 



fonere. ... ab rcone enint quis pciejl unquam al 
inentum fixnrn dcfumerc ^ fed a fcriptis facillimc. Nous con- 
fentons volontiers a etre des idiots a ce prix ; mais quel- 
<fues Botaniftes de bon fens nous ont fait remarquer que 
M. Liunxus n'a encore public aucune Plante nouvele qu'il ' 
■ n'en ait joint la figure a fa defcription. / 
Sut 1c mi- * M. Rai a prctendu qu'il ne faloit , dans les Metodes indi- 



Ciofcope. 



que 



nam cum 



pium 



//J/, manifijia;, & cuUibet facile cbfirvabilei 
ctodi ufus praclpuus fit aides & tirones in fi 
oncm compendia abfque tczdio & diffcidtate ina 



■'I 



folltcitum rsquirum fpt&atorem , culque ut microfcopiumfccum 
Jerat tiectffe efl. Ma5s on eft revcnu de cete erreur aujour- 
dhuique Ton fak par experienfe , qu'il i a dans les Plante s 
come dans les Anmiaux , prefqif antant , &: peut-etre plus de 
Fames inlenfibies , qu'il n I en a de grandes ou de remar- 
quables. 

^V ^ , La Methode pernlclcure des Botaniftes modernes. de faire 
M^n.cre it cliacun fon Syllcme , dunt aucun ,4:e prcjtend le ceder a un 
ui aijer. ^ufre , met un ^rand obftacle a I'avancemcnt de" cete fcience. 

On eft rebiite d'avoir a fe charier la memoir'e d'un grand 



nombre de noms 6^: dc frafcs d'une mcme Pi 



ante 3 que 



P R E F A C E. 



/ 



ell5 




r> 



C|n^ Autenr a notnce a fa fantaifie : on la prend quelquefois 
pour difcrentes Plantes ,'& quelquefois au contraire ,on prend 
diferentes Plantes pour la meme. On ne fait pas ateatlon 
' ue ces Meiodes ne font pas la fcience , mais des efp^ces 
e Diftionalres, des echafaudajes pour parvcnir a la fcience^ 
qu'elles la bornent, en chanjant feulement les defauts des 
ancienes , & en la rendant plus volumineufe , & par-la plui 
confufe. 

L'ctude de la Botanike, come 'celle de THiftoire natu-- 

relle , autrefois bornee a un petit nombre de perfones nees 
pour en foutenlr Teclat, & pour en etendre les progr^s ; je 
veux dire , de ces genles createurs , dont les fiecles font fi 
avares , ell aujourd'hui de^^c^ue familiere , par le moiea 
de ces Metodes artificieles , au point qu*elie s'efl repandue 
dans tons les efprits&dans tons les etats ^ mais a-t-elle 
Jbeaucoup gagne a cete propagation ? Je crois pouvoir aiTu- 
rer que non ; qu'au contraire ce gout general a gate les 
genies falts pour aprofondir , & les a entralne au penchant 
le plus comun , qui porte a n*efleurer que la furface des^ 
cbofcs ; enforte qu'a peine peut-on diftinguer aujourdui 
Ihome profond , Thome favant , de celui qui n'en a que 
Tecorce & Taparance. Oui, difons la v^ritc; quoiquc Ton 
compte , dcpuis M. Linnaeus , plus d'Ouvrajes en Botanike , 
qu'il n'en a paru, depuis Tournefort jufqu'a lui , il ne faut 
^as croire qu'il ait fait plus de Botaniftcs , POur avoir done 
lieu a des Catalogues qui ont ete fairs iur fes principes- 

M. Ludw'ig I'avoit panfe , Inflitut. p. Sj. Linn^us , ut vera 
fiitcamur , n'wiium procejjit y & nonriuUis locum inter JBoia- 
ntcos concijjit ^ quern ex mcrito nondum occuparunt, 

\ 

, Conclujlon ^iniralc fur cm 2* Panic* 

Si Ton fait un refume de tout ce qui z ete dit dans 'cete 
^- Partie 5 on conclvira facilement par le tableau fmcere &. 
^dele 5 que nous i avons fait de Tetat aftuel de la Botanike , 
que fes j>rlnclpcs ilir les Methodes, les ClafTes, les Genres 
& les Efpcces , ne font que conjeflurals Sc arbltreres , puif- 




u*on les a y\\ fe detruire fuccemvement ; ceux de Morlfor^ 
Rai en; ete detruits par ceux de Tournefort ; les fiens 
1 ont ete par ceux de Cretien Knaut ; ceux de Knaut , par 
ceux de Magnol; ceux-ci , par ceux de M, Linnaeus; ceux 
de M. Linnaeus , par ceux de M. Adrien, Royen; ceux 
de M. Roycn, par ceux de M. hAller; ainfi chaque Syf- 
tcme ^moderne a detruit les anclcns, precifemantVome I 

fclofofie de Pwtagore a fait place a cellc de Socratc; celle-ci , 



/ 



cuvr ^PREFACE. 

& ccllc cic riaton ; cel]c de Platon , a telle d'Anflote : celTe 
dTAriftote^ a difparu dcvant celle de Defcartes , fur laqiiele 
cel'c dc Newton a aujourd'huila prcfcrance- Le peu de fofi- 
dcmenr, rincertitude & le chanjemant de ccs opinions lite- 
taircs, vient de ce que chacun des Filofofes & des Bota- 
fiiHe^s cites ci-defTus, a voulu raportcr routes les conefTan- 
^ a^ un pnncipe fimple , ou a un trcs-petit noinbre de 
^nncipes : par tr. Newton a voulu rapeler toute la fillke 
aratr^rtion ; M. Linnaeus , toutes les Plantes a la coneflance 
des 6tamine3 ou de la frui^iification feule, tandis qii'il faut 
confiddrer Tcnfemble de toutes les Parties en Botanike , 
pour avoir les vrais Principes ou le vrai Syfteme de cete 
fcTOTce; de mcmc qiril faut confiderer, non une feule qua- 
Iite, telle que Tatraftion ou la pcfanteur , come la bafe de 




r^exion me pcrfuadc que 



antqu 



eft unlv 



h 



qu'on adoptcra Ics Families que je propofe fur les Plantcs , 
come renfermant rcnfcmblc de toutes les coneffances ■' 



qu 



ucs 



i"r cere fcicnce , & qui vont faire !e fujet dc la y Pa. u.. ... 
c«e Preface. ' 

J'ai perdu beaucoup de tcms a etudler a fond , & a com- 
r-:cr les divers Syft^mcs de Botanike, pour conoltre par 
moi-meme, & non par le raport d'autrui, le mcrite de cha- 



cune 

rant 



aux 



quer les meilleurcs , enfin I montrer , & par la teorie & par 
i experience, celle qu^U faut fuivre pour par/enlr , par la 
voielaplus coune, a la verite que Ion cherche. 




III. P A R T I E. 

-I- 

Nc'^vuu plan de tr avail ; mcs FamilUs & 



^£S Aiiiitions* 




•A I cxDof^ dans les r i"cs p.^tles , ^tat & les progrcs 
de la Botandve , lorfque j'ai entrepris cet Ouvra e. On 



a vu, 

»• (paietcvjj) q-itout« I„ M6tod« publUcs Tone dffeclucu- 

fuVircVr"'"' T "^^"^^.'« ' P^^" qu'eles nc font fond«5 que 

fuc la confid^iauon dc , p«uc ou dun petit nopbic dc. patties dc 



'r* 



J^ R E F A C g. cTr 

■' »• (paj/cv & cxiv ) que Ics Genres dt riances nc Ton pas encore! 

fix^s % x\on plus <joc leurs Efpeccs. 

3* Tp^j- cxAij J que cc quon a c!one pour Cata£lercs natuceU ttc 
rctoic point. 
' 4*' (paj", cv. ) que les Noms ne doivcnt pas crrc fignificatift. 

$• ( paj. cxiiij &: cliij ) que Ics Figures font nccelTaires- 

11 nous refte a dire comcnt on doit traiter ces 5 articles 
<jue nous gallons detailler. 

Nous expolerons enfuite le Plan de nos Families , 5c 

nous i joindrons nos decouvertes ou additions, 

I^ Article. Molcn de trouver la Maodc naturch. 

Puifqueles Metodes de Botanike qui ne confidcrent que 
t Partle , ou feulement nn petit nombre de parties des 
Plantes , font arbitrcres , hypotetiques & abflra^ives , & ne 
pcuvent ctre natureles , come il a etc prouvc , pag- xcvij ; 
pulfque la Mctode naturele dolt etre unique, univerfele on Mcrodc ra- 
jtentlrale ; c. a. d. nc foufrlr aucune exception, 6c ^tre ^"'''^Z ;>.^^ 
mdcpendante de nctre volonte , mais le rcgler lur la nature * 
des etres , qui confide dans Tenfemble de Icurs Parties & 
de leurs qualitcs ; il n'efl pas douteux qu'il ne pent i avoir 
de Mctode naturele en Botanike , que celle qui confidere- 
I'enfemblc de tputes !es parties des Plantes. 11 faut done Moicndcb 
confidercr les racines , les tljes , les feuilles , les fleurs & "ouvcr- 
les fruits, enfin toutes les parties & qualltes, ou proprictcs 
& facultes des Plantes. C'eu du nombre de la figure , fituu- 
tion & Proportion refpei^ive de ces parties , c'eftde leur l^'inc- 
trle,c*eft de la comparalfon de leurs raports ou reffeir*- 
blance, &de leurs diferenfes , & de celle de leurs qualitcs ; 
c*efl de cet enfemWe que nait la convenance , cete afinite 
qui raproche les Plantes & les diftingue en Qafies ou 
families. 

La vraic fifique des Plantes eft done celle qui confidcre* 
'es reports de toutes leurs parties & qualitcs , fans en exceptor' 
»ne fcule ; elle r^unit toutes les Plantes en Families natu- 
re!? & invariables , fondees fur tons les raports poiTibles , 
& elle facilite Tctude dc la Botanike , en prefentant les 
conelTanccs fous des points de vue plus generaux , fans les 
bomer. Telle eft Picfee qu'on doit fe faire de la Metode 
naturele ; il n'l en a & nc pent 1 en avoir d^autre, puifqu'ele 

renferme tous les objets fur kfquels on peut porter fon 
atention. 

^ Perfone , que je fache , n'a dk , av.mt M. de Buffon , qua Icdike i'x. 
c'itoit de la confideration de renferable des parties des etres , ^^^ F" M. 

qj'il faloit dcdulrc Ics FamlUcs , ou, ce c^ui eft la meme chofe , **' ^"^^^ 



. ^ 



cir] ^ P R E F A C Ei 

!a Metcde naturele. « II me paroit , ( dit-il ,en 17505) * que 
3>le ieul moien de faire une Metode inllruftive & naturele ," 
jjc'eftde mettre enfemble les chofes cjui fe reflemblent , & 

w de feparer celles qui diterent Ics unes des autres . 

3>Voila Fordre metodique qu'on doit fuivre dans I'aranje- 
3>ment des produ^Uons natureles, bien entendu qiie les 
>?reffamblances&le5 diferences feront prifes, non feulement 
3?d'une partie, mais du tout enfcmble, & que cete M^todc 
5J dmfpeftlon fe portera fur la tbrme , fur la grandeur , fur 
3?le port exterieur, fur les diferentes parties, fur leur nom- 
5>bre, fur leur pofition, fur la fubftance meme de la cho- 
3> fe , & qu'on fe fervira de ces elemens en petit ou en 
37 grand nombre, a mefure qu'on en aura befoin. )> Magnol a 
dit, en 16S9, q^-'il ^^'^it confiderer I'enfemble des parties, 
inais il n'avoit point d'idee de la Metode naturele. M. Lin- 
nx'us[dit, en 1738, a la tete de fes Fragmenta Mctodi 
t^ : naturalis ^ que pour trouver la Metode naturele , il faloit 

confiderer toutes les parties de la fruftification ; mais il en 
excluoit toutes les autres : JStilla ^ ( dit-il , ) hic vaUt reguls 

d priori^ nee una vcl altera pars fruclificationis ^ fed fol^^ 
Jimplex fymmurla omnium partium{^fru6lificatLonis^ ) quaifi^ 

; ■ notx fapc propria indicant. M* HAller ne confiddroit pareil- 

lement <jue les parties de la fru£liiication, lorfqu'il dit, en 
1742,^ a la pag. xiv de fa Preface : Id tamcn fundamcnturn- 
jcci cui fell Maodus naturalis potefl fupcrflnii , ut vicinO- 
fintjlirpes quj: notis plurimis Jihi fimiUs funt , etiamfi aliqu^ ' 
' ^^*^^- longiJJImc d'fcrant ^ ea PUntcz fint di£imiUs qu<t plu- 

^ rimis notis diverfcc funt ^ etiamfi una nota quarn vicinijfimit 

fuerint : negtcBus hujus axiomatis omncs metodos non natu-. 
rales genuit. Inter notas kabituni pofui quern excludlt qiiidem 
ex legiiin Linn^zus ^ inpraxi verb ubiquer&vocat'juifquc Ugl-_ 
ins prarfert , exemplo ConvallariczJuJJliaginis , &c. M. Ludwig 

dit, en 1757 , en meme terns que moi , *^ la meme chofe , 
rnais dans unfens un pen diferant, au Paragraf 190 de fes 
Inltituts. Naiurakm & ptrfccl\Jfimam Metodutn in qua null^ 
anomaliic occurrunt ^ deprehendi vix poff'e' opinamiir ^ P*^ 
varietas caraBcrum nimia fit ^ & ex confenfu omnium figno- 
rum caraSercs verb naturales exfiurgant , hinc una fig^'^^. 
variantevera difpofitionis ratio turbatur. 

A ^""'^l^'Z o ^^ ^''' ^"^ S^'^^S^^ *^" ^750, que, p6ndtre de cete idee,; 
SfiSs. ^^^''^^'''"^'^ ^^ Imfufifance des Syftemes de Toumefort &. 

* Hift. nacur. gcncralc , Tom. 1 , pa), ir. ' 

** Voycz ma TiKacc dc niifi. aacur. des Cokillajcs ilu Scn^jal , 



paj . xj 



/ 



P R E F ACE. 



Monfi 



moi dans ce voiaie am m'embaraffoient fort 



civi} 

avec 

quand 



ce voiaje qui 

a s'aglflpit d'i ranjer la plupart des Plantes particuliercs a 
ce climat brulant qui ne pouvoient fe raporter a aucune 
de leurs Clafles , & qu'aufli peu content de plus de 2 j Syfte- 
mes que ]*avois Imag^ine fur le meme plan , je comenyai a 
abandoner cete faufle route capable de rebuter les voiajeurs 
mcme les plils inftruits. En efet , la Botamke femble cbanjer 
cntierement de face , des qu'on quite nos paVs temp eres pour 
entrer dans la Zone torride : ce font toujours des Plantes ; 
mais elles font fi fingulieres dans leur forme , elles on: des 
atributs fi nouveaux , qu'ils eludent la plupart de nos Syfte- 



mes 



dont les limites ne s^etendent guere au-dela des Plan- 



tes de nos climats. Pour en convaincre ceux qui en pou— 
roient douter, il fuffira de leur falre remarqirer, qu'il i a 
entre les tropiques des pais immanfes , ou Ton ne trouve 
aucune Plante de certaines Families qui femblent rcfervees 
k TEurope; &qu'au contrere , il 1 a , dans ces mcmes pais, 
des Families entieres , dont TEurope n'a pas un feul Indl- 
vidu. C'cH ainfi, qu*en parcourant I'Afrlque, je n'ai pa* 
trouver une feule Ombellifere. Plumier , dans tous fes 
voiajes de TAmerique chaude ; Sloane & beaucoup d'autres 
Botanlftes n'en ont dccouvert que 2 Efpeces ; favoir , l 
Vdrokotulc & un Erungron, Je n'ai rencontre , au Scne-- 
gal , aucune Moufle , aucune Plante de la Famille des Re- 
noncules nl de celle des ^Orchis ; pas une Elpece de Gera^ 
nion , dont le nombre eft fi confiderable dans TAfrique 
iitu^e auKlela des Tropiques : ]e n'i ai rencontre que i 
Crucifere, a demi-FIeuronees & a Foujcres. En Europe, 
J^pus n'avons pas une Plant« de la Famllle des Acacras , 
pas un Palmier; car les 2 Efpeces qui femblent aujourd'hui 
natureles a TEfpagneSca I'ltalie, i ont ete aportees ancie- 
iiement de PAtrique ; aulli cete Famille n'eft-elle pas bien 
<onue aux Botaniftes de PEurope. II en eft de meme de 
plufieurs autres Families ctranieres. aue I'ai eu lieu de 



decouvrir au Senc2aL 



ctranjeres, que 



^. 



r- K 




J 



I 



Ces diverfes remarques , en me demcntrant Putilite des Comcntr4 
voiajcs , me prouvoient de plus en plus la ncceffite de con- cherche^ U 
iidcrer les Plantes d'une fa^on toute nouvele. Je crus done ^^todc n«- 
^u'il falolt me dcpouiller de I'ancicn prejuje en faveur des ^""^^» 
yftemes Scdes idees qui en font la bafe&qui bornent no% 
conefTances, & qu'il faloit chercher dans la nature elle- 
meme fon SyftC^me , s'il etoit vrai qu'ele en eut un : dans cete 



examuioi 



clviij 



P R E F A C E. 



. en exccpter aucune , depuis les racines jufqu a rembrion , 
le roulement des feuilies dans le bourjon, leur maniere de 
s'engamer , leur developeinent , la fituation &: renroule-r 
mant de rembnon & de fa radicule dans la grame , relati- 
yemjnt au fruit; Qn?m nombre de particularites auxqueles 
1 ' peu de Botaniftes font atention, Je faifois d'abord une def- 

er ription entiere de chaque Pfante, en metant dans autant 
d articles fepares , chacune de fes parties , dans tous fes 
details; &amefure qu'il fe prefentoit de nouveles Efpeces 
qui avoient du raport a celles deja decrites , je les decri- 
vois a cote , en fuprimant toutes les refTemblances , & en 
Naiflancc d« notant feulement leurs diferences. Ce fut par I'enfemble de 
ramillcs. ces defcriptlons Gomparees, que je m'apergus que les Plan- 

tes fe ranjolent naturelement d'elles-memesifous des Clafles 
OU Families . aui wp- nnnvm*an+ A**-^ Ciij^Z.^^'. ' — u:_ 



treres , n'etant 



fondees fur 



, _ - . P^ tondees lur i ou quelques parties qui 

dufient chanjer a de certalnes llmites , mais fur toutes les 
parties ; de forte que la difparate d'une de ces parties etoit 
remplacee & balancee par Tadition d une autre partie qui 

du^ptaaretabliiToit Fequilibre. Ce^ plan ainfx con^u, & qui ^'^pl^' 

qnoit avec les memes avantajes aux autres branches de 
1 Hilt, nat. me rendoit ft familicres un nombre prodicrieux 
de coneflances en cere partie , & , en les gen^ralifant'', les 
abrejoit, ft multipliees qu'eles fuiTent^' qu'il me fut ficlle, 



It 

it ccc Oa 
vrajc 



en 1/54, d'i ajouter 



/ 



a mon retour du Senegal en France 

celles qui me manquoient :fur les Plantes d'Europe &des 
Fais etranjcrs , dont le Jardin du Roi eft fi bicn mcuble , 
& d 1 raporter encor celles qui font repandues dans nom- 
bre d oxcellens Ouvra;es des Voiajeurs , tels 



tortus 



que Kempfer, 



con- 



apris , article 6. 



\ 



Plan ci- 



•le fixer les Claffes , Genres, 
Individus 6* Varlites. 



Efp 



tame de la Botamke & de I'Hift. nat. favolr ce qu'on doit 
^.ra^dre par Claffe pu Famille , Genre , Efpke ^ndlvidu 
Vancres; queW que leurs Auteurs ont^raitde fur d. 
Fincipes arbitraires. & nnn fon^Ac n.. i 1. ._, 



lei 



\ 



Rr^ -1 ^—."^77;' ""-^ aAiomes mr ces Uciires. Efpeces, 
^.cilsauroientidfi, ce me femble , prouver qu-U en cxifte 
dans la nature: c'eft cp rm? ;« ^ i^'^Juycr quu tn c.^ 
iV,t n„ ' • ^ ' ' '® *^'"°'=^ > li a pas cncor etc 

U^t , quoique nous aions en HiH. naturele pks de x miUe 



'i 



\ 



\ 



PREFACE. 



cllr 



._ ^ 



volumes traites fuivant ce principe. . Nous alons tacher de 
developer cete idee, de Texpofer dans tout fon jour, de 
inontrer la route & les moiens qu'll faut fuivre pour 
fixer enfin ce qu'on doit entendre deformals fur cet article* 
Ce principe fondamental une fois fixe , nous pourons mar- 
cher dans lordre le plus convenable en Hiftoire natu- 
rele & nos conelTances en auront plus de certi;ude&de 
clarte. 

Tout corps naturel confidcre en lui-mcme , fans aucun ffrc 
taport , fans aucune comparaifon avec les autres corps c'^^- 
x'apele un etre en general^ tel eft un Chlen, une Rofe, un 
Diamant, 



Nous avous defini dans la a^ Partie , pajes xcv , >iv , cviij , Exiflc-t-il 
ce qu'on entend par Clafles , Genres & Efpeces. II s'agit d« £fpeccs> 
a^laclcmant d'cxaminer s'il en exifte; 6c pour s'en afTurer 
pleinemant, comen^ons par les Efpeces; elles fufiront pour 
decider la queflion. -,...' 

L^s definitions les plus autentiques de TEfpece en general,' 
fe reduifent a ce qui fiiit. Tous les Botaniftes pretendent 
que ce qui conftitue une Efpece, e/l la relTemblance de Ccqiuconf. 
piufieurs Individus dans les parties jujees les plus efTen- ncuc rifpccc 
tieles. M, de BuiTun a cru devoir rcftreindre cete defini- ^^^1*^^ *^- ^« 
tion. a Un Indivldu , dit-il ( Hift. nat. gen. vol 4 , p. 385 ) ^"^^'^^^ 
'> eft un gtre a part , ilble , detach^ , qui n*a rien de co- 
t) muri avec Ics autres etres , fmon qu'ii leur reflemble ou bien 
5> qu'il en ditere- Tous les Individus femblables qui exlf-^ 
5» tent fur la fiirface de la terre , font regardes comme com-. 
w pofant I'efpcce de ccs Individus. Cependant ce n'eft , 1^ nl 



/ 



5>Ie nombre 
>^ I'Efp^ 



ece 



ni la colle^Sion des Individus qui 
2*^ mais la fucceffion conftante & 



conftitue 



non inter- 



rompue des Individus qui fc reproduifent ; 3*^ carun Etre 
■'> qui dureroit tou]ours ne fcroit pas une Efpcce , 4** non 
"'>plus qu*un milian d'etres qui dureroient toujours. 5** L'El- 
» pece eft done un mot abftrait & general , dont la chofe 
^> n'exifte qu'en confiderant la nature dans la fucceffion des 
^ terns , 6*^ & dans la deftru(51:ion conftante & le renou- 
«vellemant tout auffi conftant des Etres.- 70 Ceftencom- 
3> parant la nature d'aujourd'ui a celle des autres terns, & 
w les Individus aftuels aux Individus pades , que nous avons 
« pns une idee nete de ce qu on apele Efpece ; S'^ & la 
i> comparcfon du nombre ou de la relTomblance des Indl- 
3; vidus , n'efl quune idee acceflbire & fouvent Indepen- 
" dante de la 1^- ; ( c. i d. de la fucceffiun des genora- 

'KionsJ car TAne refTemble au Clieval phis que Ic Bar- 



1 



/• 



-Pih--^ 






clx PREFACE. 

r 

3> bet au Levner , & cependant le Barbet & le Levrlef 
51 ne font qu'une mcme Efpece , puifqu'Us produifent des 



Individus qui peuvent eux-mcmes en produire d'autres > 
-yy au Ueu que le Cheval & I'Ane font certainemant de dife- 
3> rantes Elpeces , puifqu'ils ne produifent enfamble que des 
iy Individus vicies & inteconds ^^ De la ( faculte qu'ont de 
3j fe reproduire les Individus nes d'Animaux de meme Ef- 

^> pece ) depand la divifion exa^Jle des Efpeces Ce 

3) Caraflere feul conftitue la r^alite &: I'unite de' ce qu on 
3> doit apeler Efbece , tant dans les Animau< que dans les 
3> Vcgetaux. 10^ II eft clair que c'eft par un abus des ter- 
3> tnes ou des idees, que les Nomenclateurs ont emploie cete 
5> idee , pour defigner les dlferantes fortes de Mineraux ; 
3) on ne doit done pas regarder le Fer come une Efpece & 
3) le Plomb come une autre Efpece , mais feulemant come 
3) 2 Metaux diferans. 

. Ces ID parties de la definition de TEfpece en general, 
foitdes anmiaux, foit des vegetaux ou des mineraux, rea- 
ferment 6 idces generales , favoir : ' 

i« Qaccc qui conftLcue rjEfpacc , c'efl la fucccffion des Individus, 
par la dellruaion Sc Ic renouvellemcnt , f , 7. . -j 

1^ Succefiion conftanrc & non inurrompuc , 1 ,%» 
3^ Opcrce par la gcncratioA , au moicn da concoius dqs t Ccycs , 9* 

4** Que ripece nc confillc pas dans la coaipaieron du nombtc dcS 
Individus , 1 , S, 

5"* Ni de leur reiTcmblancc / 8. 
6^ Ni dc leur duree , 5 , 4 / la, * 

D OU JI fuit que les 3 i^res y^es renfermees dans lespartic* 
^ '.T' ^y 7^ 9 ^e cete dehnition dos Efpeces, ne re^ardent 
abidumant que les animaux qui ont les z fexes partajes entre 

a Individus, en etablilTant que VE/pcce confifi, dans unt 
fuccjjlon conjlante & non Interompuc d' Individus ^ par la seni- 
les ^ 




& de la duree des Individus. 



T-i-amcn de J'ctois tcntc de pciifer come M. deBuffon, &d'adopter 
cete dchi.i- cete definition •, mais , en examinant a fond cet obiet , & 
Aioi?. voulant faire concourir mes obfen-atlons k fes principes , jVi 

en lieu de remarquer qu'elles ne s'i acordoient pas univer- 
lelement ; & que par, confekant fa definition n'ctoit pas aflex 



lomniQsCur les 3 idees qui la compofent. 
i" I 'Efpece efl une fuccejjlon di dcjhui 

0unt d' Individus., Cela efi yrai il'egard 



!gctaiui 



N ^ 



\ 



P -R E F J C E. 



_L 

clxj 



qu 



muisce moien de comparefon n a plus lieu a 1 egard de nom^ 
bre d'ecres naturals ^ tels que les pieres ou mineraux, dont 
la duree fiirpa.{re nombre de generi,dons d'homes qui , par 
conrequent,nepeuyent voir leurs chanjemans qui n'enlont pas 
nioms reels pour avoir des pcriodcs plus eloignes. A'L de Btlftba 
elude cete dihculte, en nadmctant, point d'Elpete dans les 
xnineraux ; mais ileflBicn difcile dechanjer les idees regues 
^ue 2. Criftaux ^ par ex, i Amianies , 2. Ametiftes , 6cc. qui f^ 
refTemblent , Tout 2 Individus de* la meme Elpcce, quoiqu'il 
n'i.ait dans ces etres ni fexe ni generation anaIo<>ue a i:clle 



es animaux. 



L \ 



ell 




em 

a 



eti2 dlt, p, cix; &. les jinimaux nous eafourniffent queJques- 
uns.^ Plufieurs Obfcrv^teurs , entr'autres ^.M. Spreng^l , qui a 
luivi foigneufenientj &. dans ces vues ^^44 niultiplicationdes 
batards nes de Facouplemant des Serins avec les Chardone- 
^efs,^^iTure que les Mulets provenus de ces oilcaux , out 
i».ulriplie entr'eux/ &ayec leurs races paternelcs Scinatct^ 
^neles ; & fes obrervationsTont a^compagnces de remarques 
qui ne laiiTent aucun doute. fur Icur certitude! C^s .fortes 
d'exemples font 'plus tares dans les animau'x plus comppjcs^ 
apeliJs animaux plu$ parfaits, parce qu'jis lont plus fents, 
& qu'ils ne s'operent que <l.ins des efpaces de Itecles plux 
eloignes que ceuji^ dont rHilloire fait mQntion ; fera-ce mo. 
railon de les rejeter' pour ce!a feul^? Anflote nous aprend., 

.en Syne, 
qui tous cng 
formoiVnt 



de fo 



n tenis 



des Mulcts 'provenus du, .Cheval avec TAneffe , 
ngend^oient . leurs fcniblables 1 /& par corilej^ant 



cipes 



Eip 



ufir 



e 



** ►*--*», 



pais fi voifin d^i^fien,: v^oment , parcefque i Ane acoupie 
avec la Jumant , oii' le Taurcau 'avec rAnelTe , n'ont encor 

.frpduit, de memoirs d'hcxne , c. a. d^ depuis 3TiecIes 
au plus , que -nous obfer\'ons plus atentiY^riient la natur^., 

^que des Mulets qu^des Junxars llerils , nous en conclurbn^ 
quil nen proviendra/ jamais de fecons.j tandis que nous 
avonsdcvant les leux'des exemples dWres animaux, dont 
les batards font fecons, tels que ceux provenus dn Se- 

.rui avec leChardoneret; S^comeil arive dans les Ooiens 



eux 



■w 



/ 



? 



iv 



1^^ 



I 



cWf P M. E F A C e. 

CTievjl , s'acouplent tependant , 6c font cles Mulcts fp^ci- 

fiquement fccons en eux-metnes , & dans leur poflerite ? 
On pourolt pcut-ctre etendre encor ces exemple$ fur nom- 
bre dlnfcftes , de Cokillajes & de Vers , qui ferviroicnt 
dc preuvcs ^ la poflibiiite de ccs mutations ou de ces crea* 
tions de nouveles Efpkes dans Jes animaux, come ilfem- 

ble prouyc qu'il * *" ' - — - --^- 



rme 



pece n eft pas imuablc. W eft done conforme a Texperiance 
&ala rallon, de penier que TEfpece de Mulet fecond, 

conu & cite par Ariftotc, a exifte reelement; quele s'eft 
perdue aufti facilcment peut-^tre qu ele s'etoit formee , & 
que le nonibre des ccmbinefons qui dolvent la faire repa- 
roitre, ne s'eft pas encor rencontre^ depuis le terns oil 
Tfvoit Ariftote; c. a. d. depuis ao fiecles environ, parce 
ij'-iM cxije probablement un laps de terns plus long. 

Les gens a Syftcmes & a Regies generales , lur-tout les 
FctuHiites modernes , ne conviennent pas de ccs chanjemans , 
qni ccpenclant ne font , I proprement parler \ que des varictcs 
iculcment plus marquees , quoique fouvant auffi pen conf-- 
rantes que celies qu% admetent ; ils jujent de la wz'kk 

des etres par un petit nombre dlndividus: ils tirenr dei 



! 



^les generales, avant que 



articuliers : ils 6tabliflen 



I 



qu lis lupolcnt gratuitement leur etre foumls , fans admetrt 

que 1 Hilt nat. n eft encor que dans I'enfonce : que fur des 
tnilions de foits qu'II faut conoltre pour eh d^eviner le. 
pnncipaux fecrets nou« n'encon^ons qu'un trb-petit nom- 
bre, & feulement Ie» plus aparaiM , & certainement pas 
ceux qui Jeroient les plus dkififs. S'ils euflent fait ces r^Se- 

Xions . lis nVnfliant WT-,;/^.— Vi-L! . • . . - 



vrai 



trop general; les Individus meurent, mais I'Efp^ce ne 
cieurt pas; car nombre de kokiUes foffiles font des Eipoce* 
ancennes mones pour nous; & il paroit que le nonihrede* 
d^aut^s ^"^^"'^ ^^ certains pais . tandi. qu'U diminue.dan* 

i fcx 

tnent 

rcprodailcnt 




ncn; mais, en admetant ce 1* bri 
I'Efpke en gi^n^ral , & qui fe be 



Individus femblable* 





hzux nlus compofds, apel^s impr"opre"manrpour , 

P«ratts, on deraandera que devicaorodt 



1 



/ 



>r .1 



-.-. f 



PREFACE. clxui 

- ^nc d'aatre^ Elpices moins compof^es , & peut-?tre plui 
parfajtes, quoiqu*on leur done comun^ment le nom d'irn-* 
^arfaites, dont chaque Indivzdu reproduit foa femblable paf 
la generation , fans aucun a6le cxterieur de copulation ou 
de fecondation , &: que j'apele pour cete railbii Afrodites ^ 
tels cue quelques Pucerons , les Konkes , la plupart de$ 
Vers fans fexe , & cercaines Pjantes ? que deviendront les Afro- 
^itzs qui r^produifent leuri femblables , non par la genera-* 
tion, mais par la feSion d'une partie de leur corps, c. lu d, 

par bouture , come les Pollpes 8c la plupart des Plaa- 
tes ? Seront-ce des Individus r mals des Individus dont lar 
^gure eft conftante , & dont plufieurs fe reffemblent & ie 
miiltiplient par fuceffion conftante, font r6putees former una 

Efpece.^ Quand on acorderoit encor que les Afrodites qui 

fe miiltipljent ^ foit par la vole de generation , foit par li 
roie de fedion ou de bouture , conftituent des Efpeces ; 
que feront ceux^dont chaque Indlyidu produira des Varietes' 
qui chanjeront a chaque generation , ou qui fe fixeront pen^ 
cant plufieurs generations ? Si ces Varlctes chanjent , des-* 
iors plus d'Efpe<es, puifqu*eles exijent de la conftance; fi 
dies leperpetuent, ce feront done de nouveles produ6tion» 
ou de nouveles Efpeces. Que' feront cncor ces Efpeces d'a- 
nimaux ou vegetaux , Afrodites ou non , que Ton grefe , & 
dont on fait i feul etre de 2 , de 3 , de zo ? que feront au 
contraire les Individus que Ton partaje , & du corps def- 
quels on fait , en le fendant , a , 5 , ou 20 c orps fur le meme 
pJ^ , & qui multiplicront chacun de leur cote ? Sera-ce t 
*eul Individu , ou a , 3 ^ 10 Individus ? enfin , quel nom 
donera - 1 - on aux etres intermediaires entre % Efpeces 
amfi apelees , & qui ^ fans etre parfaitement femblables 
a Tune ou a Tautre , participeront cependant moins de celle 
qtii les aura produit, que de Tautre ? n'auroiu-ils pas droit 
*u nom de nouvele Efpece ? 

voila blendes dificultcs & des irregularites , qulfemblent C;tc difinJ- 
prouver que les 3 propofitions conteaues dans la detinition «'o-i nva^w 
« TEfpece, oar M. de Buffon , ne fufifent pas pour la t=ocralc* 
readre generafe ou aplicable a tous les etres , pas meme 
* tous l^s animaux ou^a tous les vegetaux , ik qu'elef * 
*-^ciue entieremcnt les mineraiix; de forte qu*ele parok indi- 
quer qu'il n'exifte, a proprement parler, point d'Efpecci 
ojnsla nature, mais leulemant des Individus, come le dit 
M. de BafFon , « t Hlft. Nat. Gen. T. i , p. 38 , ) i^ n exifte « parott 
»» reelemant dans fa nature , que des Individus &: les Genres, n'cxiftcr que 
*'** Ordres Seles Clafles oVxiftent que dius notre' imagina- clcsliiiiiviius| 



I 



iii 



\ 



\ 



^ ^ 



\ 

/ 



clxiv PREFACE, 

»j tlon ■ j[ & ail; curs , T. 4 , p. 385 , ) b nature ne conet pa$ 
jjccspreteudues Families , & ne contient que des Individ'-i5. 
En efct , s'il eft f rai , come I'indiquent les exemples cites 
ci-dcffus , ( po.g.- cix & clxi : ) que dans les etres meme 



<urac 



k mokn 



luj v.yiupui(i.s , ii:.ipece ciianje , 5C quele nelt bien 
tcafee , qiie lorfque la nature a partaje les 2 fexes , & 
Jkn de.h multiplication qntre 2 Indivldus , il s'enfui- 



via neceffaircn-.ent aue ]cs ClaiTes & les Genres n exiilent 
p.15 p]ns que les Hphces.Sc mi'il ii'i a rUhment dans la 
oauire que cles Indlvidus quife fuivent, en fe fondant, pour 
^inii diroyks uus dans les autres, par !e mo'ien des Varld- 
t06 , & ea pa.aant iurcnfibleraent dcs mlneraux dans les 



anunaux 



llgne 



reparation 
entrc les 



toer ^que des parties integrantes d'un feul tout : d'ou I'on 
cor.clura quq la nature na pas etabU cete divlfion qu'on 
liipofe des 3.,Rcgne5 , non plus que les Claffes , les Genres 
C.:iesfeipeces, qui n'exiflent que dans notre Imaeination. 
- - Ma:s , quoique les Individus paroifTent devoir ^tre intime- 

mant h« les uns aa:c autres , dc maniere que leur enfemble 



^ iorine qu un Tail tout , un feul ^tre univerfe]*, dont Us 
5 dc leroient les parties ; cependant cet^ idee de I'unite difparoK 




r^ous voicns que chacune de fes parties, que chaeun des 



|embl 



s^ 



(jiie ceux qu 



jt ^ 



( 



e^x park hgure , la f-.tlon; la proportion, le notnbre 
<leleux^.parues,_par lesmccurs, les inclinations, les facitl- 

frnml «: 1 ' T'l r' P^"^ ^onipoies ont entr eux un plus 
& domk ; n " A 'r ^'^ P^"^ ^" ^"^="^ fenllJ^lement , 

conf.rve conftament dans le total cu i'enfemble des etrcs , 
quoJceles luicnt peut-5tre muables & chanjaiues a l\lard de 
chaque ctre en particulier. ^ ■ ^ 



anmiau 



i-fc 



■Icsdiverfes panics qui compofent fes 6tres d 
taux, vcgetacx 6. min(>raux , ctoient les ani " 



iiicnies 



s mcmes , & ne 



chanjo.ent de forme &de qualiti,; que par Wadanon de» 



'4 



PR E F A C E: cx¥ 

ormant une Clafle pour chacune de ces parties S^ qualitcs^^ 
en fuivant la gradation de chacune d'elles , depuis fon /hja;/- 
rrn/m , jufqu'a Ion minimum ; mais come ces parties clranjent 
de nature , ou meme difparoiflent enti^rement , en paitant 
des animaiix aux vcgetaux ou aiix mincraux , & fouvent irJine 
dun Tndividu a un autre Individu tres-voifm , c. a. d^ tres- 
lemblable d'ailleurs ^ ce moien devient impraticable. 

II ne nous refte done d'autre moien pour diilinguer les Mokn (f^* 
etres, que de fuivre ces ligncs de feparation , & a en fixer fixer lencn:- 
le nombre 5 ce qui, malare leurs varfations , ne fera pas bre. 
impoflible ; i^ en ranjantala place qui leur convient, tons ' 
les etres qui ont chacun leur ligne de feparation*; i^ en 
confiderant tous les rapcrts ou rcfTemblances , & tomes les 
diferances qui exiften 



t entre leurs parties. Alors nous v 
liferances aui fe trouveilt entre 2 



erons: 



par le nombre des diferances qui fe trouveilt entre 2 etres-, 
combienilia de lignes de feparation a ramplir, &par cci>- 
•fequent , combien d'etres. intermediaires manquent a nos 
coneflances ou dans la nature ; car il n'efl guere douteux 
que les etres ont ete ou peuvent etre auffi varies & auili 
multiplies, que la liaifon de ces lignes de feparation le peut 
permettre; & il eft auffi certain que plufieurs de ces Hgne* 
de feparation qui font les plus marquees, ont pour caufe, 
foit Tignorance ou nous fomes des etres intermediaires qui 
en font la liaifon, foit la perte m^me de ces Individus dans 
lafuccefTion des terns, & par les revolutioios du globe tereftre, 
come le tcmoignent les ofTemans de monftrueux Quadra- _^ 
pedes, l6s skeletes ou imprefTions de PoiiTons & dePlantes, 
^ un nombre prodijieux de Kokillajes foffiles , fi diferans 
de ceux qui vivent aujourdliui daus les niers* 

En fuivant ainfi Tordre que gardent entreles ces Kgnes indifcent dt^ 
de feparation que la nature a lailie dans Tenfemble de toii- ClaOcs, <ie*- 
tes les parties & qualltes des etres comparees en total , & ^^enrcs & iC- 
non quelkune de celles qu'elle a repandu ga & la dans ^^^^*' 
chacune de ces parties ou qualltes , en fuivroit ncceffaire- 
ment la marcKedela nature, ou, ce qui revientau mcme, 
"la Mctode naturele. Les plus grands vuides ou les. interup- 
tions les plus marquees formeroicnt les 3 Pvegnes qui font 
j^^^^^g^i^eralemant reconus , favoir TAnima! , ie Vegetal & 
le Mineral; les lignes de feparation un peu moindres, done- 
roient -les Claflfes, dont le nom peut etre apliqiie aux 
Mineraux , & doit etre cbanje' en cclui de Families pour 
les Animaux &les Vejetaux ; des vuides encor moindres for- 
xneroient les Genres j & d'autres encor moladi^s diftlngut?- 

' roient les Efpeccs,& enfin les plus petitcs bdikeroient les Yari^>- 



m. 



liij 



e!tv^ f R E r A e E. 

tes les plus dificiles a faifir. M. de Buffon a pt<5pclS 4 gra^ 
dations d« divifion afTez fembkbles a celles des Metodifte» 
modcrncs. u Si les Individus , ( dit-il , Hift. nat, Qzn. T. i >• 

3j pag. a I 5)onf une rcfTemblance parfete ou des difcrance* 
rfipetites, qu'oa ne puilTe les aperccvoir qu'avec peine ^ 
3? ces Individus feront de la treme Elp^ce ; (i les diferance* 
3>comanfent a etre fenfibles, & Qu'en meme terns, ili ait 
» toujours beaucoup plus de rellemblance , que de dlfe-* 
»> ranee, les Individus feront d'une autre Efp^ce , maiS d« 
35 meme Genre que les i«^^* J &» ^i ces diftrances font encore 
»» plus markces , fans cependant exceder les reflemblances^ 
>» alorsles Individus feront non feulement d'une autre Efp^- 
^ >3 ce , mais meme d'un autre Genre que les i*'^* & les a^% & 
.» cependant Us feront encor de la meme Clafle , parce qu^ilt 
^ fe reflemblcnt plus qu'ils ne diferent ; mais fi au contraire le 
jinombre des diferances excede telui des reffemblances , 
w alors les Individus ne font pas meme de la meme Claffe. 
-»> Voilii Fordre metodike que Ton doit fuivre dans laranje- 
» ment des produtJlions natureles ; m mais ce moien de divi- 
fion, quoique tres-metodike , n'eft pas apltcable par-tout, 
parce qu'il eft plus reguHer que la nature ne Teft dans U 
marche & dans les lignes de feparation , qui ne font pa» 
toutes cgalemant markces entre les etres ; d'ailleurs il ne 
prefcrit aucunemant Tordre qu'il faut fuivre dans laranje- 
mantdes ctrcs ainfi divifes en ClalTes , Genres &Efpkes. 
rt cxlftc (^onc Q^iand meme il n'cxifteroit ni Clafles, m Genres , ni Efp^- 

uDc Mecodc ces d^ ns h nature, dans le fens dont Tentendent les Meto- 
cacurclc. difles mcderncs, onpouroit done en admettre , ou au moin* 

la nature nous fourniroit nccolfairemant des dlvifions ana- 
logues a eles , & c^ui en pouroient prendre le nom dans une 
Metode naturele; 6c 51 neft pas douteux que s'il exifte unC 
. Metode naturcle, c'eft celequi eft fondee fur ces a princi- 
pes , favoir , qu'il faut fuivre ces lignes de feparation , & 
dans lordrc qu elcs gardent entr'eles , & dans I'enfemble de 
toutes les^ parties & qualites 011 ces lignes fe rencontrent: 
quand meme il n'i aurolt pas d'Efpece fixe , cete Metode 
;unfi cntenduc , n'en feroit pas moins naturele, ni moin* 
rertaine , par la raifon ci-defTus explikce , ( pag. clxv , ) que 
nous faurions par le nombre des diferances qui fe trouvent 
eptre 2 ctres ou Efpcces voifmes, comLien il nous mankc 
d'ctres intcrmediaires. 

La Metcde naturele n'eft done pas une chimere , come fe 
•prerendent quelkes Auteurs ^ qui coafondent fan!^ doute avec 
■ellttla Metode perfttc; &n ellc txilc la coneffancc d'ufl 



«'l 



CCK 



T R E F A C E. clxy^ 

plus gran J nombre d*etres , que nous n'en poffedons , elle ' 

»*exljc Das , come on le croit , la coneffance de tous. On 

ne r^umra pas , tant qu'on cherchera a defunir les etres , en 

ne confiderant que i ou un petit nombre de parties ; mals 

•lie ne fera pas chim^rike » dis qu'on voudra les unir , en 

.fai^flant dans toutes leurs parties tous les raports polfibles , 

come a paroit fufifamant prouvc. Nous diions plus : c'eft 111* fcule 

'que s'il exiile des ClaiTes , aes Genres & des Eipeces , ce ne ptu«_fijter U% 

peut ctre que dans la Met 

filer , & par confekant doner cete perfe^on que Ton cher- "1 ^ *'^ 

cKedans la Botanike & i'Hiil. nat. £nfin nous pofons comp 

un fait y que tant qu*on n'aura pas trouve la Metode naturele ^ 

on ne /aura pas precifemant ce qu^on peut & doit apeler 

Clafle, Genre & Efpece ; qucles font les parties comunes 

aux unes , refufees aux autrcs ; celes qu'il faut obfervcr plus 

particulieremam dant chakc ^tre pour en tirer les Caraftere* 

claHikes , gen^rikes & fpecifikes , & ce qu'il en faut negliger, 

come des minuties ou cara^eres {uperflus qui (urcharjent 

inutilemant la m^moire : car quoiqu'il n*i ait, pour ainfi dirc^ 

pas un objet dans la nature , qui ne puifTe feul ocuper ur» 

Kome pendant toute fa vie , fans qu'il en ^puife toutes les 

propriet^s ^ il ne s'enfuit pas que nous devions pour ceU 

ipuifer toutes les conifTances fur chake objet. Ceft faute 

d'avoir trouvi cete M^tode naturele , que les Genres n'ont 

pas encor itk fixes , & quails varient plus ou moins dans cha- 

que Metode ; voila la Solution de cete queftion , que font 

tous les jours les Etudians en Botanlke, pourquoi chaque 

Auteur a un nouveau Syfteme fait des Clafl"es , des Genre* 

fit des Efpeces oudes Frafes fpicifiques , diferantes de celles 

dc fes prMcceiTeurs } Ceft que ces Genres dependent niScef- 

fairemant du petit nombre de parties qui one fer\ i de divl- 

fion a la Metode, parties toujours faillantes, raremant gen^rales 

oufans exception, & par-la peu conftantes. 

En admetant des Eip^ces, il faudra n^ceffairement adme- Ctqi^coaf- 
trc , que ce qui conftitue PEfpece dans un rcgne , ne la confti- t«wl'Efpi«* 
tue pas dans un autre ; & que ce qui fufit pour la decider dan$ 
Ic Regnc mineral , nc funt pas pour cela dans les a autres 
Regnes ; car TEfpice eft un terme abftrait , dont la chofe 
n*exifte cu^en confiderant , dans certains etres , la dur^e oit 
la fuccenton des terns; dans d*autre$^ la conftancc dans la 
generation; dans les autres, le nombre oula coUeftion, la 
reflremblance,&c.de5lndividu$: c'eftainfi que-lafuccefliondansH 
la multiplication conftituera TEfpece dans les anlmaux conf- 

tans qui ont les deux fexcs • tandii qii'ele: deviendra imitil«. 




9 
\ 



f 



'/ 



% ^ 



? 



CT 



',._'* 



*> 



:xv 



*•• 



PR E F A C E. 



dans ceux dont TEipece chanje, ' ou dans les Afrodites qdi 
'tl'cnt pas de fexe, Sedans lefquels elle eil decidee 'par le 
iiombrcf on la reflemblancc de figure , come ces % cniali't^ 
5es decident , avec la duree. dans les niprf*^ nh In (u:'c-(u\ 



pas lieu. 



piere 



ion n^a 



* • 



< Pour conftituer une Eipece, il ne faut done "pas toujours 

?u*ele foit conflante , puifqu'il i en a plufleurs qui clianjent, 
p.cix'&ccxxxiij; ) il fufit , dans la plupart, que les Indi- 
"vidus'fe reproduifent pendant plufieurs generations ; &il efl 
j>lus que vraifemblatle qu il sen trouvera beaucoup ou ce 
xanfterc deviendrainutil , dcs qu*on aura lufifamant prouve 



;^qu ii exirte devraies Efpeces qui chanjent a chaque genera- 
tion , & par confcquent ou chaqiie individu forme une Efpece 

r&des variet;§s qui fe fixent aviHi a cbaque generation ^ come 
je Tai Temarque , encultiyarit , pendant plufieurs ances , urie 

■prcdigieufe quantitc de Laitues &: de Bafilic, La definition 

de rEuDCCe fonder ilir' rtiTplrrnAc-nnnc Ar, ^^., ^..^lU.^c nV/V 




i^rencre generale, il {aut qu'ele s ctende fur tomes les qua- 
litcs : ainhcle coiiuflera non feulement dans la fucceffion 
conliantc ou non , par generation ou non, mais encor dans 
la comp^.raifon du nombre , de la reflemblance , de la duree 
des individus ; enfm dans toutes les auties qualites quclkonkes, 
telles que Li ' ' ' ' ^ 



grandeur , 
moins 'durables "^* 



del- 



la couleur , 8cc. qualites plus ou 
_, . P^'^is ou moins enbntielcs dans certaines 

l^amilles que dans d'autres', & dont par conf^ant le nombre 
ne doit pas etre toujours le mc^me, ni le cholx indiferant. 



Ainfi 



I 



§ 






objet de i'Hift. nat. on pouroit dire afTez "^exaftemaiit qu'il 

exiile aiitantd'Efpcces, qn^ili adlndlvidus diterans entr'euX , 
d une ou dc plufieurs dtfcrances quelkonkes , conftantes ou 



It ffc la Va 



title. 



, pourvii qii'eks foient tr^s-fenflbles , & t'lrces des par- 
(xi quahtes ou ces diferances jiaroUTent plus naturele- 
nient placees , felon le genie ou'les hfoeurs propres a chaque 
Famille; de mcme aulli la Varieteyarokdiftinaudede r£f- 
„P^'5 ' J'^;: Jf «'^^^e"ce quelkonke, conftante ou non, mai* 
momsfenfiDle tiree des parties ou qualitds, ou les diferances 



■ , --■■■■'- " •"^I'-'h"^ aj^aiueui cere Varietc. s^itonb- 

en un exemple : le cara^^efe fpiclfique & celui de variation fe 

trouvent a-peu-pr^s egalement p1ac(^& clans lesfeuiUcs dansle 



T-^ 



4 _ 




R E 



"5 

F A 



C E. 



:Ixix 



^ 



Barilic& IaLajtue:voii5 femez les graines d'un Baillic a feuilles 
roncles & entieres ; il vous done plufieurs individus, dont les 
ims a feuilles rondes chanjent tousles ans,& dont les autrc> 
a feuilles decoupees , fe perpetueront pendant z ou 3 ou un 
plus grand nombre de generations; les i^^» pafTeront pour 
ties Varietes, tandis que ces derniers feront regardes come 
de vraies Efpeces. Parmi ces Varietes meme les moins conC- 
J^antes, il en paroit aufli quelquefois de fi fenfibles , queles 
laiilent douter fi Ton doit les regarder come des Efpeces ou 
come des Varietes. 

■. Ilfiiit de-la & des chanjemens.d'Efpeces, qu'il eft indif- NecefficcJt 
genfablement necelTaire de citer les Varietes , en les placant ^'\^] ^" ^a- 
lous leurs Eipeces , plutot que de les confondre avec eles. "^^•^* 
■ Ce n'eft pas I'ldce de M. Linnreus , ( p. cxv ; ) mais il eft 
evident que fon idee n'eft pas la ^lus conforme a la nature 
. des chofes , nl la plus avantajcule a nos coneftances : ea 
confondant ainft les Varietes avec leurs Efpeces , on rifqae 
^3 inconveniens; le i^% de ne les pas reconoitre , lorfqu'eles 
'^le prefentent;le 2^, d'ignorer les chanjemens qu'une Efpcct; ' 

peutfubir; le3^de fc priver d'autant de conclTances qu on 
« ^F^inie de varietes. En citant au contaire ces varietes fous leurs 
. Eipeces , il en refulte 3 avantajes ; i^ elles nous indiquent tou- 
• tes les nuances exiftantes ou poftibles entre 2. Efpeces tres- 
voifmes ; 2.^ elks nous aprenent queles font les part:e.i les 
plus fujetes a varier dans chaque Famille , ^. par confckant 
queles font les Efpeces les plus faciles a chanier en d'autres 
.Efpeces; ce qui n'eft pas une mMiocre conolfTancc, fur- 
tout en Botanike; 3*^ enfin, eles nous procurent par-la des 
conoiiTances de plus ; &ron fait alTez de quele utilite font 
les conoiflances mukipliees en Hift. naturele. 

3« Article. Moicn de fixer les CaraElbes naturcls 

'des Plantes. 

Ees Claftes, les Genres, les Efpeces &L Varietes etant CaraaJre<k 

fixces , come nous vcnons de le dire , par la Metode natu- I'cufcmblc* 
rele; les carafteres qui les diftinguent le^ uns des autres, 
^ trouvent auffi par-la fixes , etant aufTi naturcls. Dans les 
■ Metodes artificicles ou Ton n'avoit en vue que de rendre 
plus faclle^ la coneflaace des Plantes , en la debaraftant de 



Stores , on ne confiderolt que i ou 

ou plufieurs parties des plus generales ou des plus falllantes 
ce la fruQification ; mais dans une Metode naturele , 
carafteres, tant claffikes que gencrikesSc fpecifikcs, doiv 

etre pris de toutes les parties (juelkoukes, plus ou mi 




X 



/ 



r 



tUx P R £ K J C £, 



fenfibles, dc la Plante. De-la, naiffent ccs caraflcrcs rptc 
Vapele Carafteres de TEnfemble , & qui rcv'ienent affez a 



kahitus Plantit. 



/' 



en 



/ 



Nombre <Ie» Ces cara^leres ne peuvent ctre ni les memes , n; 
Cariairei nombre pour toutes les Plantes ; ils feront plus nombreui 
TJcitblci. dans certaines Families, dont les Plantes font plus compo- 

fces , c. a. d. ont un plus grand nombre de parties , & 
molns nombreux dans celles oia les Plantes font moins com- 
pofees : dans les lines , ce feront teles parties qui foumiront 
ces carafteres ; dans d'autres , ce feront d'autres parties ; 
c'eft ainfi que dans les Families qui n'ont pas de fleur ou de 
fructification , ou qui les ont infenfibles , & qui n'ont que 
peu de parties affez fimples , come font les Biflus Famille I , 
les Champignons , Fam. 2 , les Fucus 3 , las Epatikcs 4 , 

les Foujeres 5 , les MoufiesFam. 58 ; les Carafteres genirikei 
doivent etre pris de la figure & fubftance de totnes ccs parties ', 
& les Carafteres fpecifikes doivent etre tires de la proportion , 
fitu.-ition , du nombre refpet^^if , &c. de ces parties ou de leurs 
divifions. Dans les Families qui ont les fleurs & fruits bien 

diftinfts , mais oil certaines parties feront femblables , ou a- 

. peu-pres , dans tous les Genres , ou dans le plus grand nombrf 

des Genres , les Carafteres gen^rikes feront pris de toutes les 

autres parties qui ne font pas femblables ; car ces parties qui 

font femblables dans tous les Genres d'urie meme Famille, font 
entr'eles , & par raport a nous , come fi eles n'exiftoient pas ; 

•,'", ^ r i^^^ H^'' ^^ reifemblent parfaitement , n'ont pas de 
diforanfe, &par confekant point de Caraftere dlftlnaif: le« 
Garaderes fpecifikes de ces Families feront pris du nombft 
de la ^tuation & divifion refpeaives de chacune des parties 
de la Plante, felon que le comportera chake FamUIe. 
u^ylliZ A^ Parties qui font affez femblables dans toutes les Plantes 
cSr/ar^U. ^ ""' "^^^^ ^^™"^' ^«"^ a-peu-pres les fuivantes. 

,c. j;.,..ZZ«.LesAircIcs, Pe.ficiucs, TilleuU, Waavei, 

Tlcurs. Les Cruciferci. * ' ' ; 

Calicc. Us Palmicrs Ombcllircrei . Briones , Apocins, Cer«n5on/. 
CoroU, Les OmbelLifires. ' ^ 

Ftamlncu Ui Grameni , LilUfces , Compofia. 
inUi , i Let Grimcns , Btioncs , Labile, , SolanoM , SalikitO , 
«( Sti^maus. f Legumineufes, Anonej , Capritri. 
Fruir. Liliaf:ts. Joul)arti(;j. 

Crulncs. Us Cramtns , Compofc« , Campanulcs , Scabicufei , Bot- 

laches , Anajjallis, Ahlncs, Jalaps, GaroB , ReDoncule'- 

U^radnts , hfcxe, &c.^tam peudiiferans en general daW 

Cnake Famille . ne meritcnt nac n,iV« ^„ „:»,. :.: j„ ir„^«,n!#». 



\ "• 



/ 



) 



P It i F A C E: chx| 



Enfin ces Carafteres doivcnttoujoursetrc comparatlfs, & Cartftcrat 
pris dc la mcme partie , ou des mcmes parties dans routes les *^^'^*"^ ^^^^ 
plantes de la meme Famille, ou qui fe raprochent beaucoup ; ^ 
car ce n'cft pas les faire conoitre , ni les diftinguer , que de 
prendre les diferances de a Plantes voifines , T'une par les 
feuilles,par ex, fie Tautre par les fruits, dcfaut comua a la 
plupart des defcriptions generikcs & des frafes fpecifikes de 
tpus les Botaniftes : lorfqu on a comanfe a etablir la comparaifon 
dune Famille, d*ua Genre ou d*une Efpece fur les t'euilles, 
fur la fleur , ou le fruit , &c» il faut continuer cete compa- 
wifon fur ces memes parties, en parcourant ainu toutesles 
Families , tous les Genres & tomes les Efpeces. t 

4« Article. MoUn dt fixer Us Noms des Plantes, 

S'il n exiftoit ni Genres, ni Efpeces dans la nature, mais ^^^'"^ ^^ 
feulement des individus qui fc fuivlflent fans interruption par c^Xi'^^a- 
des nuanfes infanfibles , on ne pouroit doner des noms a ^^^ ^^i^X*. 
cKacun de ces individus , mais leulement en fatre des def- 
criptions ; & ces defcriptions ne pouroient etre que voluml- 
neufes , n'i aiant point de Genre qui format de petites divifi 



cci, 



.«infi fans Genres , on ne pouroit faire de diftinflion des Ef- 
pices , come fans Families ou Claffes , on ne pourroit faire 
aucune diftinftion des Genres , & toute THift. nat. feroit un 
■^^hos forme par I'aflemblaje d'une immanfe qu;imLd de 
defcriptions, dont la comparaifon feroit impratlkable. 

Jamais on n*a fenti les dlficultes qui naiflcnt de la multl- 
plicitc des noms , tant que le nomore des Plantes conues 
* etc bom^ : aujourd'hui que leur nombre eft beaucoup 
^ugmente, ces dificultcs font plus fenfibles. Comeat pouvoir 
'^ reconoitre dans un fi grand nombre d*inJividus fans un 

^rdre ou une Metode , fans une dlvifion qui raprocbe !es 
^^ofes femblables, & fepare les dilTomblables I Si quelque 
fcience exige une Metode , c'eft la Botanike ; & quelle cfl la 
J^emoire qui put, fans ce fecours , retenir tons les divers 
noms que les Botaniftes ont donnes a ces Plantes ? 

La diftribution des Plantes on Claifes , Genres & Efpeces , Norai Fi&j 
done done une grande facllite de les nomer ; mais fi ces Claffes, P^'^ '^ ^i'^io- 
<^cs Genres 6c ces Efpeces nc font pas fixes come dans "*• °^^^f^'^* 
Routes les Metpdes artificieles , f pag. xcvij , cv , cxiv, ) Icurs 
^nis ne le peuvent etre non plus. U n i a done qec U 
Metode naturele (pag- civ , J qui, en fixant les Claffes » 
les Genres & les Efpeces , puiftc par-la fixer leurs noms. 

Perfonne 



*%. 



/ 



n Ignore que les langues nc font pas natureles ,' 

« qu« c« n'tft que par J'aplicatioa de conrentioji^ que 






\ 






t\xx\] * P k Jt F I CE^ 

les mots prenerit une fignification ; par confekant, les nomf J 

cjiianJ meme ils feroient figmficatifs en ccfens , quand mcme 
ils exprimeroieiit le Caraftere natxirel des chofes , ce que nous 



■0 



naturols. 

Regies fur la Nous nous difoanferioiis de parler dava; 

Bominanon apres ce que nous en avons dit { pa^:. cxxih a cxxxiv ) u 

une pemicieme Metode , luivie lans autre, Lxamen par nom- 
bre de Botaniftes , ne donoit lieu de cralndre que la Botanike, 
cette fclence aufli agreable qu'utile , replonjee par ce moien 
dans unebarbariepire que cele ouelle etoit pendant les ftecles. 
<f ignorance, & expofec par-la au ridicule & au mepris de 
tous les geiis fcnfes , ne nous invitoit a donncr ici en pen de 
mots nos reflexions fur la meilleure maniere de nomer les- 
Plantes. Ces reflexions portent fur 17 points; favoir ; 

m 

r i** La confervation dcs noms ancicns , * . 

" I Ic rccablifTemant des noms chanjes » 

5 Temploi dcs noms dt pais , 
' 4 Icur tcrminaifon , 
y Ic cboix dcs plus facilcs , 

4 la fuprcfllon des noius uop longs ou rudcs j , , 

7 2c dcs Omortymcs, . - , ' 

. S & dcs Iv]irivoques , . 

, 5 Teiriploi dcs noms compararifs , 
JO les noms dcs Families • ■' 

- 

J I les noms dcs Genres , 

II les noms dcs Efpeces , 

I } los r.oms dcs Variites , ^ 

14 les Synonymcs , 

» . 3^ li-'s Citaiio:;s - * 

1 

3 (J Ics noms noiiveaux a fairc , r 

17 la fuprcHlon dcs Letrcs nori fonanres , !a reunion del fcmbla- 
bks i 5c rincroduclion dc nouvcllejs lecfcs qui manqncnt. 

Confcrvcr 1 ^^' ^^"' ^^^^ ' ^ Tonne faurolt trop prouver rimportanfe 
les noms an- ^^ ^^, ^'' P^^"^ ' ^^ confifle a confer^'er les noms des Plantes 
cicnj. «<^nt 1^*5 anciens Grccs & Latins , Omere , Ipokrate , Arii- 

tote 5 Teofrafle , Dioskoride , Pline , Galien , &c. ont vante 



«> 



!• 



■»H 



les vertus. Ces noms font une tradition precieufe qu'il "^ 
faut pas laifTer interompre. D'ailleurs fi I'on done aux Plantes 



mji i^r ♦-'^♦-fc-i-iU^nr ii 13 



1-. Wo 

^ojpscjianjej, 



campagne , les Erboriftes , & les Droguiftes a qui ils les por- 
tent , & les M^dccins qui les ordonent , ne s'entendront plus 
les uns les autres , & cete confufion des langues aura de 
facheafes fuites. 

les 



(/«/7/'r.§.2i3,) qiieies 
Medecine & en Botaiiiite 



\ 



P R £ E A C E^ ckxlit 

tie doivent pas etre chanjes pour leiir fubflituer un autre fy- 

nonymc Grec ou Latin, meme auffi bon, parce qivil faut doner, 

. autant qu'on peut , de la ftabilite aux conelTauces : ainfi 

Akrokorion doit reuer au lieu de Galantus ; Crlftoforiana ^ 
au lieu A'Altca ; Jalapa , au lieu de Mirabilis ^ &c. A plus 
forte ralfon encor dolvent fubfifter l^s noms anciens , aux- 
^uels en vcut doner d*autres noms grecs , qui font fynonymes 
de Plantes toutes diferantcs, tels que Salicaria , au lieu de 
Lutron on Lythrum , qui apartient au Lufimachia; ^A!}finus , 

2" lieu de Rexia , qui eft le nom de VAnckufa felori Pline ,. 
& tant d'autres queje me difpanfe de citer , parce qu*on les 
vera rctablis a leui' place dans ma table des fynonymes. 3*- 

A I'egard des noms de pais , que quelques Botanilles mo- ^"^P^*j>»=f les 
dcrnes apelent Barbares , il faut en doner ici Texnlication . "°"^^^^P^^s. 
liS entendent , par ce terme , tous les noms Etrangers , Tn-_ 
* diens , Afrikens , Amerikens ,, & meme ceiix de quelques 
rations Europeenes. Mais fi ces Auteurs Dogmatikes euflent 
Voyaje, lis euflent reconu que dans ces divers paisontralte - 
pareillement de Barbares nos noms Europecns ; iis font tels - • 
lelativement a leur facon de prononcer, come les leurs le 
font a la notre. Jujons done autrement de racceptatlon d'ua 
terme auffi impropre , & convenons que tons ces noms mis 
dims la balance equivalent les uns au;: autres , & qu'ils 
<loivent etre adoptes tout^es les fois qu'ils ne font ni trop 
longs, ni trop rudes ou trop dificUcs a prononfer. C'eft fur 
^^ principe que nous retablilfons au:c Genres ^ decouverts 
par les Voiajeurs 5 leurs noms de pais, tels que cclui de 
Sialita H. 'M. a la Phnte que M. Linna2us a apele Dillcnia^' 
*^^^\\i ^ U p at a a la Plante qu'il a nonie ^vi^^/z/2/^5 celui de 
Piinoe a fon P^auria ^ & beaucoup d'autres* Ces Auteurs qui 
<>nt bien merite de la Botanike , ne perdront rien a ces re-- 
*ormes, on poura doner leurs noms a des Plantes qui n'en 
<^nt aucun; & a cet egard, on me permettra une reflexion, 
*", , que ces noms devienent fl comuns & fi triviaux , qu'on 
riique fort d'avilir La Botanike , fi I'on ne reftreint cet honeur 
^ux corj'fcs de cete fcience. 

On parle le langaje de la Botanike en Frangois, en An- 
g^ois , en Alleman'cl , en Italien , &c. comme en Grec & en Tcrminefo* 
■Latin ; & pourquoi. les noms des Plantes ne feroient-i!s pas ^^^ "oiut. 



4' 



f?!^^. ^^ ^^^ diverfes langues & de toute autre-, come il& 
fetoient autrefois du Grec& du Latin? I a-t-ilplus dmcon- 




M 



I 



tlixif f R M f A C E* 

unc terminaifon en tf , en la ^ en urn , ou Cit us excKifive- 
tnent a toute autre ? Ne voit-on pas aufli dans cete langue 
fles exemples de toutes les autrcs terminefons dans ^ cef 
moms de Plantes, par ex; enasNeuras Roias AfhUplas ^ 
tn ax Sm'dax Donax y en aux Glaux , en he Krambc , err 
he Elatine Elxinc , en en Gramen Been , en er Cicer Piper ^ 

en i Sinapi , en |;(? Borrago Plumbago , en o/i Goffupion 
Sifumbrion » en oj Anakampferos Kejalotos , Qnu Fu , &c- 
Ces divers exemples prouvent aflez que toutes les terrm- 
naifons etoient indiferantes chez les Latins & les Grecs ,^ ii 
faudroit ignorer entierement ces langues pour en dirconvemr, 
& etre d*une blen mauvaife humeur pour vouloir reftrem- 
dre tous les noms d'Hiftoire naturele aux feules termin;u- 
ibns en ia , en j^m , ou en us , qui font precifemant les plus 
fudes du latin , & qui ne fervent fouvent qu*a doner ua 
faux air de fciance. Nous fomesdonc tres-perfuades que toUtes 
le% termlnaifons font abfolumant indiferantes ; aum emploi- 
rbns-nous pout defigner les Plantes nouveles , indiferament 
les noms Francois , Anglois , Alemans , Afrikens , Ameri- 
kens , Indiens, Scc. qui ieur auront etedones, & lorfquil* 
ftront trop longs , nous les abrcjerons fans en changer 1*2 
fond. A regard des noms modemes , dont toutes les termlnai- 
fons faites en la , pouroient etre abr^jees &c adoucies en 
fuppnmant Vi , tels que Rivinia , Petiveria , Ckerleria , &c. 
nous penfons qu'on doit retrancher cet i , en dlfant Rivtna » 
Petlvcra , CherUra , quoique nous ne Taions encore ex6cut4 
que fur quelques-uns d» nos noms nouveaux , tels que 

Daycna , Monicra , Ju£la , au lieu de dire Dayenia^^ 
Monnieria , Juffievia , ndws en raportant la - dellus a 

la v®ix comune des Botaniftes ; il eft mcme ctonant que 
ie nom de M. de JulTieu ait paru fi dificile a latinifer , tan- 
dis que leremple des mots Dieu , Pieux , qui font Deus 
Dea , Piuf , Pia , demontrent qu'on peut dir« fuffcus 
Jujfea , ou Jujfius Jujfia , & ainU des noms femblables. 
Enfm nous remarquerons , qu*en general, il n'i a que les- 
^ noms terminus en i, tels que Micheli , Monti, Manettl, 

Targioni ^ &c. qui doivcnt fe terminer en ia , MichcHa , 

' Mjntia , AijnctUa , Targionia. 

^^, Ce n^eft pas chanjer, que de trier & choifir entre t nom» 

Tticr 1« fynonymes , egalement uUtes , celui qui eft le plus court & 

•omsU.plu. ic plus facile i prononfer : c*efl fur ce principc , quau Heu 

'•^""* du nom Malabar , nous avons quelquefois emploie le nom 

Bramc des Plantes iigurees dans V Harms Malabarlcus ; 

emploi iQtxt pij 9QHt reprgghcyoit ifcs r»ifon, 4e naroif 



PREFACE. clxxr 

pal fait plus fouvent ufaje , fur-tout a Tegard des Palmiers » 
n les f/nonymes Brames n'euflent ete ^-peu-pres aufTi longs 
auifi dificiles qu6 les Malabares qui leur corefpondent , 
qui nous a oblige de nous en tenir k ceux-ci , faute d'; 
tres fynonymes autantikes. 



om 



laut 



rmi ies noms nouveaux, hgnihcatits, ttres du grec u 49; 



Ericcr fes 



Que S tacky arpagophora ^ Tegfagonothika ^ Lepidokarpod^n- ^^^^ "**P 
dron^ Hypophyllokarpodcndron^ &c. dont rexprelTion n*e- ^^^S^^^^^^? 



Carafte 



rudci. 



▼ans 



kiYlte 



■> 



ont qu'eloigner & rebuter de I'etude de la Botanlke , au lieu 

flela rendre agreable par fa facilite^ ^ '• 

li faut eviter pareillement les"^ Omonymes , tels que 7**^ 
Jppouris qui eft rOmonyme grec de VEquiJtton^ Krinon de ^^^"'^ '^* 
Lilium , Dafri de Laurus , Achras de Pyrus , & autres *>"**>^y°^*- 
famblables, qui font le fcandale de la Botanike , & que 
nous avons rapele come fynonymes a leurs Genres & Efpe- 
^es. Nous aurions retabli de meme le nom de Muriojullon ^ 
4 celui de MilUfolium , ii nous euflions trouv^ un autre 
Jynonyme a la Plante aquatike a laquele nous avons ete. 
forces de le laifler. 

Nous aurions voulu etre egalement les maitres de fu- ••• 
primer tous les noms Equivoques , tels que les derives ful- ^"P^>"?^^ J«« 

ans , Fraxindla , qui eft le derivi de Fraxinus , Alliaria ^^^' ^^' 
-Allium^ Ulmaria d'C/lmusy Salt carta de Salix , Pyrola 

^e Pyrus , Ficaria de/'/c///, Ltikopodlon de LukopuSj &c* 
«nais Tanriquit^ de ces noms conlacr^s par un long ufaje ^ 
iious a^ retenu , & nous n'entreprendrons ces chanjcmans 
•^^^^ffaires , que lorfque nous ferons flirs d*UAe CQnventioa 
Kcnerale a cet Egard , & du confentemant unanime des 
Bptaniftes qui tienent le i'' rang. 

. Ce n'eft encore que pour ne pas trop changer ^ & faute .1 
«c lynonymes , que nous avons confcrve les noms compa* ^°" 

^atifs McliJfofuUon , Polugonifolia , ElUboroldes ; car tous "^'"' 

ces noms & femblables , tels que Strpullifjlia , Poliifolia , ^*'*' 
Abrotanoidts , Lychnidta , &c. ne peuvent etre emploies 
^e dans des defcriptions , & non pas pour des noms gen<l- 
™es ou fp^cifikes ; parte qu'Etant fignificatifs , ils feroient 
fujets a chanjer , 4 moins qu'on ne Tes emploiat pour des 
«ivifions de Genres , ou poux des Planter tres-voifmes ou 
I \ nieme FamiUe que celles auxqueles on les compare; 
tels font ceux de M<liJfofullon\ Polugonifolia , Carvifolia . 
AgrtrnQnaidfi^ »0rr0gin0idc$ . Urdc9idt$^ 



coaa* 



clixrj 



PREFACE. 



re 



ciillcs. 



1 



•i 



tl 



Noms^tHc- etre tires 



Les noms des Plantes ne derant, & ne pouvant.ctre 

Koms dcs Fi- fignificatifs , comme il a ete prouve ( pag, cxxxj ,) les noms 
*"' " les plus natiirels & les plus comodes qu'on pulfle doner aux 

Families , font ceux qui feront empruntes du nom de la 
Plante la plus comune , ou la mieux conue de chake Fa- 
mille ; parce que fans charjer la memoire d'un nouveau nom ,* 
lis !ui rapeleront Tidee des raports gcneraux de cete Famille, 
raports dont rEnfemble eft come reuni dans la Plante, dont 
on emprante le nom : Tels font les noms fuivans de nos 
Families , les Champignons , les Palmiers , les Gramens , les" 
Apocins, les Tilleuls , les Mauves , les Pavots , &c. .; 

Les noms generikes doiyent , come ceux des Families, 

du nom de TEfpece la plus comune ou la mieux 
conue fuivant le faje principe de Tournefort , qui a etabli le 
i^les Genres fuivans y4bies , Pinus , Akdkia.^ Acer^- 
Allium ^Malva ^&ic, C'eft fur-tout dans ces nom^ -generikes 
qu'on reconoit fenfiblement Tabus des noms figntiicatits , 
tds que les noms fuivans de pais Armeniaca ^Molduvica i'' 
&c. quelle ridicule contradidion n'eprouvera-t-ton pas , 
lorfqu'on viendra a raporter fous ces Genres les Efpecesqui' 
croilTent dans divers pa'is , teles que les fuivante:? , Armc- 

ni-ica Armena, ArmerJaca Slbirica , Moldavica Moldjvi(t i 
Moldavica Americana^ j'aimerois aurant dire Americana , 
Planta America; & fi je naipas encore clianje le nom d^' 
Moldavica , c eft parce que je ne lui ai pas trouv^ de fyno- 
nyme convenable. , ■" ^ 

^^o\^ ^-^^ 4fa?ons de defigner lesEfpeces. ^ ' .' ' 

I Par des frafes ; or on a vu ci-devant ( pag. cxxviij ) 

que ces frafes font de vraies definitions , &- par coiif^q^ant 



m 



w 



IX'. ^ 

T^oms fpcci- 

£kcs. 
Frafes, 

Chifrcs. 



ne peut les emploierpour des noms propres.- 
:t^ Par des chifres. . : , ^^ . 




f 



3 



Koms ticri- , i ^^^ ^^^ "oms derives du nom gencriice', en ajdutant 
rh da gene. ledcmBnt a ce nom une ^nale compofee de I'li 
rikc. voieles 'umplement , & enfuite combiree fiicceflWement aveC 

chacune d.^s confones de I'alfabet , fuivant I'ordre de cei 



iuiQ des J 



y 




Efp 



apck 



^^orina fimple ou augmcnte de la V- voiele a ce qui feroit 
Fonna a la 2^ Efpecc feroit augment^e de la 2* voiele ^ > 

teroit Fo/ir. 




neroit 



/ 



P R E F A C ii cWjj 

felon leur orJre , & Ton apelerolt la 6^ Efpece Ponna-ba * 
la 7^ Fonna-be^ la 8*^ Fonna-hi^ la 9'' Fonnwbo , la xo^ 



FonnaFu » la ii« FoAna^ka\ la I2« Fonna-k< , la 13^ For.- 
/z^-/^/ , la 14'' Fonna-ko , la i'^'' Fonna-ku , enfin la f 6- Fonna- 
da ; on pourolt nomer ainfi 80 Efpices , en emploiant de 
meme les 14 confones les mieux carafterifees de Tallabet 
European, fans ajoutcr an nom primitif de tel Genre quece- 
foit 5 rien de plus que x voiele ou i {t\A^ fyllabe com- 
pcfce come Ton a vu de 2 letres , qui ri'alonjent pas fanfi- 
blemant le nom , & il y a peu , ou peut-etre point de 
Genre de Plante conu qui comprene plus de 80 Efpeces, 

Cete Idee , que j'ai mis eh execution dans qiielques-uns 
de mes munufcrits , fe raporte afTez a cele de Tournefort , 

qui dit ( Ifdgo^e , pag. 64. ) Si Planta nominiaus cart^ 
rent , vel Ji ex omnium cjonjcnju nova iis impantrcntur ^ 
tamm cognitio longd faiiHor cvadtrct , utcndo vocabuUs 
quorum fonus & JyUaharum ntimtrus ac or do difcrimen, in^ 
dicaret quod inter Genera^ C'ltjps & Species innrccdit^ • 

Ces 3 I""" nianieres de nomer les Plantej , fupofent que ■ ^ ^ . 
toutes les Efpefes font adhielemant ccnues, ce quin'ellpas, ^'^^^^ dc ccj 
& qui eft meme impolfible, & elles font fujetes a 2 incon- noms. 
Vi^niens.Le premier , c'eft que fi malheurcufem.ent le Genre eft 
taal etabli , & demande a etre change , 51 entraine nccefTai* 
rement le chanjcment de la frafe , da chlfre ou dii nom de- 
rive fpccifike* Le 2^ inconveniant confifte en ce cue, lorf- 
qu'on viendra a decouvrit une nouvele Efpcce plus voifine 

de la Y par excmple , que cclle-ci ne I'eft de la 4* , il faudra 
pareillement chanjer la frafe, Sc tranfpofer le chiiVi* ou le 

nom derive a chake nouvele decouverte. 

Il eft bien etonant que les Botaniftes modernes n^aient 
pas luivi dans leurs axiomes fur les non-is Fanalogie qui fe 
trouve entre les ClafTes , les Genres & les Elpcfcs , & 
-^^julls aicnt voulu doner a celles-ci des frvifes ou defcriptions 
quVis refufoient aux autres. 

La meme raifon qui oblige a ne donner qifun feul nom Momyp!*- 
fimple a chaque Clalfe ou Famille , & a cliaque Genre , P»^^*- 
fubfifte auffi. pour les Efpcces E'les doivent avoir chacune 
nil nom proprc ou primitif fimple fans figniucatlop ; & 
lorfqu'cn youdra les defigner , on ajoutera feulemeut ce 

tiom a celui dii Genre ; ainfi en prenant pour- example le 
Genre du Grateron Apurlne , la i^« Efp^fe s'apeleroit. f m- 
plcment Jparhe , la i'^ Efpcfe , qui en aproche le plus , 

ttant fupofee , la Garanfe s'apeleroit Jparinc-Rubia , la 

3 Aparim-MQllu^o , la 4^ Aparine-Gahon , la 5^* Apa^ 



m 



■ti 



•< 



XXVli) 



PR E F A C E. 



fine- Galie^icn , la 6* Aparin^^ Galction , & ainfi <^e' 

autrcs- 

r^tuniffcnt ■ Cete Mctcde de doner m\ nom a chaque Efp^ce, rcu- 

tous Im wt tcus Ics avantajes pofflbles , & fauve toutes Iss diffi- 

avaata^ei. cultes ; car i^ qiiand nieme uu Genre chanjeroit de nota 

*t>u de caraftere , les Efpeces feroient tranfportces avec leurs 
ncnis fous dViurres Genres , fins aucun autre chanjcmant ; 
2rO ta mcmc chofe arrlveroit fi Ics Efpeccs etant mal decri- 
tes , dcmandoientu etre placces dans d'autres Genres ; 3^ ce 
feroit encore la meme chofe fi TEfpece venoit a chanjer de 
cara^^cre ^ 4*^* fi une Efpece venoit a chanjer aflez de carac- 



tere pcur former im nouveau Genre, fon nom fubrideroit 

de mcme pour etre cite come nouveau Genre ; 5^ fi. cette 

Eipece diiparoilToit entierexnant , on laifleroit fubfifler (on 

roni a la place qu'ele ocupok dans fon Genre avecfes carac- 

teres, en nount Tanee ou elle a difpanj. 

- De ces divejs avantajes il fuit que Tufaje des noms pro- 

ptes Gu piimkifs fpecifiques dolt etre prcfere a tous les 

•autres mo:cns conus & peut-etre imajinables. 

13, 11 parcit alTez indiferant que les Varietcs alent oil n'alent 

Koms dc3 pas dc noms propres ; neanmoins il faut toujours les con- 

Yaii^cj. ferv^er a celes qui en ont , far-tout aux Va.'ietes qui font 

les plus reiTiarqiuiblcs". 

»4- ' Nous regardons come une chofe elTcnt'ielcmnnt neceffaire' 

nT^l.i^ '•'^^^'^^'^^^ ' ^^^^ ^^^e Table alfabctike, tous les noins 

fynonjines diicrans fous chaque Efpece & Genre dont ils 

dcpandent; en placant les plus anciens les 1"* , & confer- 

Vant a chac^n le nom de la Nation ou de I'Auteur qui a 

me ou dccouvert le r^ ces Genres & Efpcces. Lc5 nonis, 



«onj 



fiom 



fimpies &: primkifs populaires , & dcs BotanlUcs tnnt an- 
Ciens que modemes auifi ranortcs 6c fixes a leurs Planees , 
rempliroient Tobjet du travail que M. Linnaeus dk , dans fon 







dccouvcrte : cet Ovivraje fe trouve cxlcut^ Jci dans notre 
I able alfabetiquc I I'^garcl des Genres & des 600 Eipcces 
conues par les anciens, & en cotiiultant notre I'able cro- • 
iioiogique des Auteurs , on faura dcpuis quel terns chaque 
PJante eft conue. 

Nous ne comprenons pas ^ans le rane dcs noms fyna- 
njrmcs fimp es les frafcs , qui font de vraies ddHnitions on , 

meme des defcrlutioni fnf^rifil-Ac T^ ^ia ^ j,. A„^Pllrs 



ui ont ecn 



delcnphons foccifikes. La plupart dcs Auteurs 

it dcpuis C. Kauhin, auroicyjt cni n'avoir rie« 



PR B P A C E. tlxxljt 



fi 



des citations de ces frafes acumulees les unes fur.les autres; 
cependant ces citations n'ont pour objet que de faciliter auK ~ 
gens qui n'ont pas tous Ics Livres de Botanike le moien 
de rcconetre tes Plantes dans TAuteur qu'ils poffedent ; bien 
foible avantagc , fi on le compare avec la coiifufion & 
I'inutllitfJ qiu en refultent ; c'eft ce qui a fait dire avec raifon 
a M de Buffon , que Tetude de la nomination ou nomencla- 
ture moderne de la Botanike , eft plus longuc que la co- 
nelTance des Plantes en elle-meme^ Ainfi nou5 regardoss 
come fupetflu de cirer autre chofe que le nom primitif le 
plus ancicn 6u le meilleur , avec la figure la moilleure ou la 
plus complete du Genre ou de TEfpcce de Plaare qu'on veut 
defi^ner ; & fi ces Plantes n ont pas encore eu de noms oU ^ 
de figures , il faut leur en faire. 

Ifed done neccflalre , pour pouvclr citer les Plantes , de ^^^ 
^oner des noms a ccles qui n'en ont pas ; cete nccedlt^ Noms nou- 



ctolt reconue da terns d^iOrace , & il etablit que chaque veau^ i fi«. 
Auteur , dans fa fianie , a le droit de doner des noms , 
lorfqu'il dit Art Poetike ; 

Et nova ficlaquc nupcr hahehunt verha flem t fi 
Grxco fonu cadant^ parcc\ihtorta. Quii ailtcm 
CacUio Plautoque dalh Romanui , adcmptum 
Vlr^ilio var usque ? Ego cur , acquirere pauca 
Si pojfum , Invidcor , cum I'm^na CatoniS & Enni 
Sermonem p atrium ditavcrh ^ & nova rerum ^ 
No:nlna promlerit? Licult ^ fcmpcrque licchit 
Signatum prxfi:nt€ nota producers nomcn* 

Mais ces noms doivent etre fimplcs Sc primmfs , c. a d* 
fans fignlficatlon , pour Ics raifons expliquees ci-devant , 

(pag,cxxxj.) 

SHI nous efl permls , en {^u(ant des noms nouvcaiix , ij. 



d'ecrire come Pon prononfe, de mprimer des letres qui ne 
fonent pas , de reunir celes qui one le m^me fon , & d'exi 
introduire donouveles; pourquoi ne feroit-il pas egalcmant 
permls de faire les memes reformes dans les noms anciens ? 
Cete queftion ^pineufe & delicate , dont nous ne voulons 
toucher ici que la partie q:ii regarde imediatemcnt Porto- 
grafe la plus comode & la plus tacile , qu il feroit avanta- 

^euxd'introdulreen Hiftaire naturele , & peat-ctre dans toutes 
cs fianfes , mlrite que nous la traitions meccdikemant. 

Le langagc a precede Pdcritare ch^i tous les Peuples ; 
alnfi celle-ci a dii s'i conformcr , & emploier toujours les . 
mimes letres ou cara^Sleres pour exprimer les mcmes Tons ; 
c'eft pour cete raifon qu*oa a imagine autant de lerres ftm- 

m ij 



.R6forrae 

dans I'orto* 



thTK 



/ 



PREFACE. 



pics qu'on ^ rccomi de fons bien diferens , on ^flcz marK'i 

dans 

gaae 



les noms ou termes proferes par la voix dans le laa- 
.^.. Doii il fuit 1^ que Ton doit ecrire come Ton pro- 
ponce ; z^ que fi recriture , pour exprimer certains noms , 
emploie des letres qui ne fonent pas , cesletres doivent ctre 
iiipiirriees ; 3° que les letres qui ont le meme fon doivent 
etre reunles Si rapelees a i feule ; 4*^ que I'on introduife de 
nouvoles letres fimples, pour exprimer dcs fons qui n'cn ont 
pas 5 ou qui ont des letres doubles. 

Le i*^f de ces 4 articles ne nous paroit pas avoir befoin 
<3e prcuves , nous ullons examiner feulement les trcis der- 
niers, Quand il s'ajit de reforme aufli generate que cele des 
Ja^igues , pour en abrejer les noms , & pour les rendre pH^ 
fcciies a prononfer ou a ecrire a un chacun, il faut prendre 
le bon de chaque'pais , & en lailTer le defe£lueux qui tient 
fbuvent moins au climat, qu'a la i"^^ inftitution de ces Ian- 
g'jes , & a Ti^norance de ceux qui ont les i**^* fait ufaje 
de 1 ccriturc. Chake nation eft a cet ^gard un grand pu- 
blic qui doit fere la loi. Examinons fur ce principe les fu- 
prellions qu'il eft avantajeux de fere. 

„.-j z^ 'L'h eft une letre qui n'en devroit pas etre une, puif- 

^rt letres non cuele n'a pas un fon partlculier , & qu'cle n'etace point Ic 
fouaaics. f*^^^ ^\^^ voieles qu ele prclede ou qu'elc fuit. C'eft une afpi- 

ration qui ajoute aux voieles un degre de force plus ou moins 
grand felon le genie des Peuoles, "tete afpiration n'cft guere 
d'ufaje dans le langaje Franks , qui eft naturelement fort 
deux, & fa douceur paret permetre & autorifer la fupref- 
iion de cete letre, a fexamplcdes Italiens qui la fuprimcnt 
par-tout, fans i fuplcerpar aucun accent, & qui dlfent. 

litoria J au lieu de Hijtorla. 



SuprCillon 



H. 



Irba , 

IcrabotanJ , 
lofciamo , 
Ippo-ioifo, 
liTopo , 



Hero a, 
Hicrahotani, 



Hyofcyamus, 
BippogloJJon, 
Hyffopus, 
Hernlarla , &c. 

Jo ral iuprimc de meme par-tout ou j'en ai ete le ma'itrej 
mais a Te^'ard des nnmt; nomroiMv ^i, ,pa.,*. :'^; mi 

devoir 

ces noms fous la letre de Talfabet fcmblableTi 'la "voTele qui 
fuit 17;. J'en ai laiffc quelquefois d'autres qui ne parlent 
qu*aux yeux , etant — — -i-— -'*--- 

Quant aux noms 



i*u.ju^jiuiic uc meme par-tout ou jen ai ete le maitre> 

a regard des noms nouveaux ou d'Auteurs, j'ai cru 

ir Temploier, mais en plus petit caraftere , en raporrant 



au milieu d*un mot , tels que Th-^ 



^_ 



"PREFACE. 



\ 



cbccjc) 



rokle 



\ on pouroit , au lieu d'emploier Vh ^ me^e- fiir ces >. ' 
voieles Taccent rude c , come faifoient les Grccs. . 

3*^ II eft eflentiel de reunlr enfemble toiues les letres qiii ,./ ^- 

I'A /• /*,, /- i»t ^i?^n Reunion 

cm le mcme ion, ii ion vent eviter lembaras ou Ion eir d^-s lectcs de 
foiivant de trouver le nomd'une Plante qu*on n*a jamais lu, meme Ton. 
qn'on emend nommer pour la V ibis , & qui peuts'ccrire 
de 2 ou 3 fa^ons diferuntes. 



Les Grecs 



} 



c , mais feuleaient le k. Les C* ^^ ^* 



n avoieat pas ae 
Latins ont adopte le A dcs Grccs , & fait de plus laletrec, 
mais il paroit qu ils la prouonfolent cornmc le k. Les Fran- 
cois emploient le * & le c des Latins , & prononfent le c, 
tantot come le k , tantot come. IV. Ainfi le c cfl une 
letre a fuprimer , & dans le Latin & dans le Franfes* 
En atandant ciue cete fuoroflion necefTaire foit admlfe 



gencralement, j'ai raporte a la Ictre k tous les mots dont 

le c fone come le A , & a la letre s tons cc^x oil il a le 
fon de Vs. 

J'aurois du , par la meme raifon , confondre , quoiquc Q^auK;, 
je ne i'aie pas encore fait , le q avec le k , parcc k'il fone 
parfaitemcnt come lui , foit qu'il foit feul , foit qu'il fe 
joigne a Mu pour faire ^« , ou £/;^, &c. o^^i a le m^me Ion 
que ku ou ka^ &c* 

La letre x 



come nous 



\f 



X. auK; 



5 quoique rcprefentante des a letres k s y merlte- 
roit peut-titre d'etre confervce en la raportant au k a fon rang 
come nous avons fait , parce qu ele abrcje au coutralre de 
la letre double ph , qui alonge fa reprcfantante _/! Mais 
nous en aurons befoin pour remplacer le ch , 
le dirons bientot. 

Les Grecs & les Latins prononfoient toujours le ^ avec g i 1*1, 
rudeffe, come dans ces mots zammd ^ S'^^'*"*^> &c^Kous le 
prononfons fouvent de mcme dans les mots tires de ces 
2 Ungues , tels que gamme , grace , 6ic. mais quclkefois 
iiuni nous le prononfons avec douceur, precifement come 
1;; par ex 5 dans ces mots genet gentiane r q,"- nous rerr- 
.dons ainfi , [Jenet Jantiane , quoique nous ccrivions Gentiane: 
;<^enet; c^eft done une reforme a faire , non dans la fac^oa 
d'ecrire ces mots , mais dans la fa^on de les. prononcer ». 
comme font les Allemans. A Tegard des noms originaire;- 
ment Francois, & non derives du Latin, qui fe prononfent 
come ly , quoiqu'ils s*ecrivent par un ^ , il me fe^nble tout 
naturel de chanjer la letre g en j. 

Ly des Latins que nous avons adopte ^ &. ({Ue nous F-ilt" 
prpnonfons come Ti , eft Vu des Grecs ; car lis n'avoient 

pas d'autre u ^ 6c ils avolent VL U faut done avix^ ncms 



• •' PREFACE. 



CIXXXI] 



tires du Qttc , qui ont iin u , retablir cet u avec fa pi^V 



jicnfiafion , a la place de Vy que nous i metons ordintre- 

irent ; & ponr ce qui eft des norns origineremcnt Franfes , 

que nous ecrivcns avec Yy , il faiit i remetre Vi , puifquc 

cet y Tone come notre /. C'eft ce que j'ai fait dans ma 

table, en rapelant Yy Franfes a la letre i , & ly Latin ou 

Grec h Yu , qui eft fa pronoaifiafion. 

Dlfcor^Ecs Les diftonges ou letres doublcs^, qui exprimcnt un fen 

conioiiautts fembiable a quelques voieles, doiverit etre remp!acees par 

avcclcs voic- les voieles dent eles ont le fon , par example , ai ei oi <t 

1^*» ct i'e , dcivent etre fuplees parl'i, quandeles en ont le fon, 

ta par Ya , a<\ eo par Yo , eu par Yu , &c. Sur ce principe ^ les 

Italiens difent Enante ^ au lieu A'Qlnante ; mais en ne peuc 

, faire ufage de cet example, parce que les Romains auroient 

du ecrire O'mar.te ^ come les Grecs , au lieu d'iEnante. 

SubAinition 4** II paret en general que toutes les nations ont eu en 

dcsli^cjcsiim- vuc de n'exprimer chaque fon que par des letres fimples > 

P^"^^ j'^^u/^^ *^'^'^ '^ ^^^^^ T*^^ ^'^^ ^^^ defaut d'exprlraer par a letres un 



ues doiib!;:s. 



fon qu'on pouroit rendre par un feule. 



Ditfop^cs Les diftonges , quife prononfent diferamant des 5 voieles, 
iJ",iToiianus on plus cxactemant , qui expriment des fons diferens de 
4s voiclcs. ^^^^ ^^5 ^ voides, dcivent etre fupleees par des letres 

fimples J je propoferois done les fuiv antes ; pour Yai un a, 
avec un point au-deiTus , pour Yau un a terminc par un 
crochet , pour ei un e avec un point au-deffus , pour eu un 
e termine par un crochet , pour oi un o avec un point au- 
defFus, pour ouY-^ des Grecs. Le double tf des Hollandois 

& des Alemans qui fe proncnce come Vt , doit etre rem- 
place par 1'^ des Grecs. 

rh. r-m- Sur ce principe , la letre double ph doit etre fuprlmce & 
pl«c6 par F. remplacee Dar ^. aui r^nond h Ia ]f>tro fimn!.^ ^> fles Grecs. 



Cb. rem-. 



remplacee par/, qui r^pond a la letre fimple ^> de 

Nous avons done ehanje ou raporte fous la letre/ tons les 

noms qui comenfent par pfi, 

Sur fe meme principe , la double letre ch qui fe pro- 
jljLc par X. nonfe a pen pres come Yj ^ mais un peu plus forcce , pour^ 

'etre raportee a la letre x des Grecs , qui en eft rexpreiTiori, 

& a laquele on fupleeroit par notre letre x , qui , come Ton 

'a dit ci-delTus, eft fuperfiuc. 

Gn. rem- La double letre gn prononfee , come font les Latins en 

' P^i A. for^ant le g , doit liibfifler : mais fi I'on moWt fur fe g , 

en ne prononfant prefque cjue Yn , elle demande i etre rem- 
lacee par une letre fimple ; or cete letre fe trouve chez le» 
■fpagnols dont il f^uit Temprunter; c'eft 1 n funnonte d'un 

circonflexei or come lb ccrivent Efpaua k noin de I'B"- 




i- 




PREFACE. 

pagne , nous ecririons de meme Efpane Efpanols , cha- 
tener, &c. au lieu d'Efpagne Efpagriols , chategner, &cc. ' 
Je ne m'etendrai pas davantage fur cet article important 
de Ja maniere de proncnfer & d'ecrire les noms ; il me 
funra d'avoir indUce les princrpales reformes qui! faudrolc. 
faire a Talfabet Europeen pour Ic perfe^^lioner. Je ta:s , pour* 
aorcjer beaucoup d'autres idces qui m*ont paru bones , re-. 
lativement a cet objet, & au perieftionnement des lan^ues,' 
niais qui font moiiis direfles a la reforme des noins de*. 
plantes qui i ont done lieu, . ' 

. ^ Je fens bien qu'on noe fera n ombre d'obje-^lions plus fpe— 
cieufes que vraies au fujet de ces reformss , & que le*^ 
Ecumologiftes auront de !a peine a convenir de lear neccP- 
me J fondes fur I'lnconvemant qui en refultera pour ceux 
qui veulent faire la comparaifon des langues. Mais quel cil:. 
i objet le plus util & le plus immediat de cete comparaifon, 
iinon la perfe^ion meme de notre langue, & s'il i a ua 
chemln plus court, n'ell-il pas nature! de le fuivr^ ? Or il 
€ll certainemant plus court de reformer dabord I'ortografe ^ 
que de comencer par les. emmologies, & finir par Torto- 
grafe. On juge comunemant qu'uii Auteur qui ne fuit pas 
Tortografe ordinaire , peche par un defaut d'etudedes Belles- 

Lettres : 'on ne me fera pas , Je Tefpcre ^ ce reprochc , 
puifque c*efl: une etude particuliere du Grec & du Latin » 
^ui m'a mens naturelcmant a cete reforme de I'alfabet Eu- 
ropeen dans les terns oii je travaillois a \\n Drflionaire uni- 
verfcl de tons les noms ou tcrmcs fimples emploies dans 
toutes les fciences en langue Greke, Latine & Franfefe ; 
Di^lionaire dont je fentois, & done je fens encore touie la 
nece/Tite pour faire eviter la rcpi^tition & le double emploi 
des noms dans la denomination des objets d'Kift. nat. & 
t{ue je n'abandonai que lorfque je reflechis que le travail 
^ontlnuel de plus de 6 mois qu'exigeoit chaque letre ferolt, 
J^ieux emploie a^fuivre mes occupations ordinaires en Hiil:. 
naturele, . < 

4 

5^ Article. Moh»^ dc nndre Us figures plus utltc^^ 

Les figures en general ^ou leurs delTeins jpeuvent ctre regar- ^Sf^f^ * ^* 
■des come de Letres ou Carafteres qui pegnent & expriment l^«c clt. 
aux leux Tcnfamble des diferanfes des objets, come les noms 
les expriment en quelque forte aux oreilles , & fi lecriture 
^toit alnfi icroglufikc , c. a d. , ii au lieu de tracer le nonx 
des chofes, ele deirmolt le contour de leur figure; quj^- 
que pltts difLlIe k aprandre , elle ierok blen plus coarce , 



m IV 



cTxxxTv 



T R E r A C E. 



• J 



prcflr 



\ 



IfViT 



8 & plus inflruSive. Ces fortes cfe ffgures 
icroglufikes , etant fombUibles pour les memcs oLjets^ par 
touti? la tcrc , pouroicnt ctre regardes come line langue 
univcrfele, parce -que Ics mcmes traits, faifant Ics memes 
fenlations fur tous les ieux , rcprefanterolent toujours les 
mcmes idees; au lieu que Iccriiure comane , qui eft auili 
varice oue Iw Peuples , nous reprcfantant nar un nom 
tout axiffi 

gbjet , 

*a luiuupuciie ces ngures eoipGcheroit de porter a un cer- 
tain point recriture icrogluSoue en queftion , qui d ailleurs 

T^ s'etendroit que fur les obicts naturels ou artificids. & 
ucn 



m varie , la valeur d*un fon , pour riou5 rapcler un 
ocupe plus la mcmoire , qu\m fimple trait qui def- 



ncceflite 



MoJeni it 



, il eft facile de ju]er de I'utllite & mcme de la 
dcs figures en Hiftoire nature!c , & cotrJjien leur 
defeut tart de ton a la Botanike. C/eft une femblable r6- 
jlexion qui a talt dire a Schcuzer & a Buxbaum , que toutes 
Ics Hantes , dont nous n'avons que dcs noms ou des def- 
cnpnons trop fuccintes ou confufes fans figures , doivent 
11 ^?'^'"^^** ^*^""'^ inconues ou come non avenues. 
Ifs icnd^e !cs , f ^°°^ ^^"'■^'" ^"^^e^ ^^s Plarites qui diftrent a<Tez 
j»iu» utiles. 2^'' '^ V*'i"= extericure , & il i a <> moiens de rendre ces 

figures le plus utiles qu'd eft polTiWe ; favoir , 

i^de Ics imir aux defcnj^rions , 

» de les f uvet pluiot que de Ics pcindrc , 

9 Icj graver fans online, '/ 

4 danj tous Ic5 details, 

f dans leor fituation naturclc , 

< dar.s unc grandeur o-.oicnc. 



Unit lc5 
X>crcripik>ns 

fax Figuies 



Quoiqu 



ome impofTible amiter par 
Plantes , k " 



dans une feule figure les diverfes fcrmes par lefqueles de* 
ftaflent dans tous l^urs ajes \ chalie faifon de I'an^ , come 
Wine Javoit reconu , ce qui, dit-i! , avolt fait de fon terns 
abandoner ces figures pour s'en tcrjr a des defcriptlons ; 
quoique la gravure ne rende nl les couleurs , nl les faveurs , 
til les odeurs , ni les autres qnalitcs taftiles , teles que le 

?r'"^5 ^^^!" ,";^"!f! ^* P^*^ ^« «^^^ Plantes, Icur figure » 

toutes chofes pl'^i' 

eft le 



difp 



. - - ^. --- parties , 

ejfcn^j^eles que ics qualhcs ci-deflTus enonfties ,& qu^il 

unpofiible de rendre affez precifemant dans 



we 




^' 



P R E F 'A C E. clxxxv 

Ics defcriptions aux figures , & reciprokemant les figures 
aux defcriptions , parce qu'eles fg pretent un fecours mutuel , 
& gu'e!es ne neuvent marcher les unes fam les autres. Les 
clelcriptions dolvent ctre courtes , & porter princlpalemant 



fiir Ics circonftanfes que le defTen ne pOut exprlmer,- teles 



!•• 



^tie les couleurs , le poll , le velu , le doux & le rude des 

urfaccs , la fubflance , la folldite , le lieu ou climat natal , les 

vertusj enfin toutes les autrcs afgdtions ou qualitesfamblables. 

Des 4 moiens les plus ufites de figurer les Plantes , fi- 
vcir, la peinture qui, fur un fimple trait en creion ,imite /^^"^ja^ 
les couleurs natureles, rimprcfTion en couleur , renlumimire ^|(. ^^^ " " , 
qui confifle dans une gravure lejere a lacjuele on ajouje 
des couleurs, & la gravure ; la plus avanta;eufe efl !a gra- 
vure : car toutes les peintures & enluminures , en general , 
Tie lont pas praticablcs en grande quantite , les plus parfiites 
ne rendcnt jamais 'exaftemcnt les vraies nuances du colori 
naturel , & la plupart dfacent , & font difparoltre ou n'cx- 
priment pas le veloute , le poli, les nen-ures , nombre dc 
traits & depetites parties des Plantes , qui font plus efTcn- 
tieJes \ conoitre que la couleur. La gravure , qiloiqu*cte ne 
reade ni les couleurs , comme les peintures , ctaut ordinai- 
remant en noir , ni le poli , ni le veloute , &c. i moins 
■quM ne^foit aife groliier , a , fur les peintures, nombre 
d'avantajes, dont les principaux font d'etre plus evpeditive , 
& plus fufceptible de detailler netement les parties ics plus 
fines^; fiir-tout la gravure en cuivre qui efl autant prefcra- 
b'C a letaln pour la nctete des traits , que celui-ci Tern- 
porte fur le bois a cet egard. 

Les ombres font dans la gravure ce que Ics couleurs font j*.' 
dans la peinture des Plantes; lorfqu'eles font un peu for- Suptimci 
c^'es, cics cachentSc confondentla plupart de leurs nei-\'ures , '" ombics^ 
^■^ leurs lincamens cu des plus petites parties ; alnfi il efl 
n-'ceffaire , ou ^tn diminuer beaucoup Tintenfite , ' ou de 
J-iiuprimer cmieremcnt, en marquant par un fimple trait 
le contour de la Plante qui en rend netemant le port ou 
1 enfemble , comme font les figures de Fuchs & de Plumicr 
^1 pafTent avec raifon pour etre des mcilleures ; on pourer 
encore \q^ fnprimer feulemant dans les parties plates ^ teles 
^ue les feuilles, & les emploier avec menajemant a re- 
gard des parties rondcs ou faillantes qui en ont befqin, come 
iont les ^tlges , les fruits , &c. 

La plupan des figures , que nous pofTcdons , ne donent les 4*' 
"^es qu un rameau de cbaque Plante , les autrcs la plante fans ''^^^^^ 

^c:n«5 5c fans floyrs, d'autres des fleurs & des fmlts ki^ '^"^'' '^ 



\ 



c1xxx\] PREFACE, 

Icmant fans branches ; cle forte qu'il faut fouvant raflamblef 
ao defTens difcrans pour avoir touces les parties de }a Plante 
qu'on veut examiner; & q»>elkefois malgre ce loin , on n*a 
pas encore la figure aulli complete qu'on pouroit la defirer. 
Pour prevenir cet inconvenient , il faut defliner chake Phnte 
dans tous fes details, depuis fa racine jnfqira fes graincs, 
la maniere memc dont cllc germe & fort dc tcrre , & toutes 
ies plus pctites flipulcs ou glandes qui font fenfibles. 
j». La Plante & toutes fes parties doivent etre reprefentees 

Dans Icur dans !eur fituation naturele i rampantes ou couchees , lorf- 

fituacion n:- qu*eles rampent ; tovtillces . lorfqu'eles s'entortillent , meme 

dans leau, loriqueles i croiilent conltamcnt. 

Ceux qui demandent qu'cn reprefente toutes Ies Plantes 
ou toutes Icurs pai'tics dai;s leur grandeur naturele , come 

gran tut ^^^^ - veulent qu'on les reduiie a une echele comune ^ 

piCme fupofee molcne , exijent la chofe inipolTible. 11 i a 
dcs Plantes dont chaquc feuille a plus de 6 pies , 6c excede 
toutes les grcindeurs de papier conucs ^ & il i en a d'autrcs 
fi petites , qu*ou ne peut les bicn voir & delfiner qu'en les 
grofliilant au mikroskope, Ainfi ccs deux molens lont ega- 
nit Impraticables. 



D'UDC 



nioicuc. 




En general de trop grandes figures , teles que celes de 

XHortus Elfletenfis , ou de YHortus MuUbaricus , emba- 
raffent , cblouiflent la vue , & nc fe faififlent pas plus facl- 
lemant que des ligures trop petites qui devienent infanfibles. 
11 faut done choifr un milieu , & fixer uue grandeur 

jnoicne entre les a extremes. Le format de Vin-^^ eft celui 
dont la grandeur parolt s'acorder le plus gcncralemant a la 
j^ortee de la vue ordinerc dcs homes ; il fufiroit pour def- 
liner diftinftemant toutes les Plantes , meme les plus gran- 
des , en faifant une cchele diferantc pour chake ordre de 
qrandeur. 



Pour les plus grandes Plantes , on reprefenteroit ua 




petit 



pour en montrer la figure & le port , la facon dont la grene 
comcnce a lever dc tere & a poufler 'k$ i^" feuilles ; ' 
mctodc que pratique comunemant M. Ehrct , audi fameux 
Peintre en cete partie , que digue Eleve d'Aubriet- 

Les Phntes moienes pouroient fe reprefanter en enticr 

dan> la plancKe fans branchp fepaiee. 

Enfin les plus petites feroicnt d abord deflinees dans leur 
grandeur raturele, & eofuite grajidics au microfcopc d'unfi 



^'*- 



r ^ 



PREFACE. 



cT; 



XXXVlJ 



fi^on proportionee a leur'taille , & qui ocuperolt ou Ic 
^ ou la I de la planclie propofee. 



* 



i-r 

6^ Article, Mcs F^zmllUs. 

J- 

On jujera facilemant , par ce qui vient d'etre dit 



dans rbii At 



foit Botanike , foit 



les 5 articles prefcdans , quel doit etre le plan de mes Fa- mcs Families/ 
milles; il doit refulter neceffairemant* 

Da I" & du z^ article ( pag. civ & clviij ) & qu'eles 
feront Ifmltees par les lignes de Icparatlon marquees par 
la nature dans la fuite des plantes raprochees dabord dans 
rordre continu qu'elcs femblent garder en pafTant d*une 

Efpece a I'autre , & enluite divilces en Faniiiles lelon ccs 

lignes de feparation. 

Du z^ article ( pag. clxvj,) il doit iiiivre qucj'ai adopte 
des Families ou -Claiies , des Genres & des Efpeces. 

Du 3c article ( pag. clxix,) que j'ai emploic routes les 
parties quelconques des Plantes pour les caraflerifer & en 
ti*"er les diferanies fpefinkcs, generikes & clalTikes. 

Du 4*= article (jpag, clxx],) il fuit que j'ai du doner des 
noms fimples primitifs aux CiafTes , Genres & Elp' 
en prcfcrant toujours le plus anclen , 
Populaire. 

Enrin en pent jujer par Ic 5^ article (pag. clxxxiijw) que ft 
jeufTe public des figures , j'aarois tkhc de les faire com- 
pletes dans toutes les parties ; mais ne donant que des 
Genres , je me fuis born6 a citer les meilleures figures , qui 
ont ete publices Air les Genres , & fur quelques-unes de 
leurs principales Efpcces. / 

- Sans m'areter davantaje fur ces 5 articles dont les details 
Jn'ont paru fiififans pour expofer tome I'ldee du plan de njes 
Families, 11 me refte a prouve- id , ** 

1** que CCS F-nnilies nc foiu pas fyflcinariqucj , 

1 que Ic plan en eJl nct-if, aiiifi que rextcution , ' 

J a en mnncriif Ics avanuges » 

4 & les injpcrfcftions , 

f i en conclurc que U Boraaikc eft unc fianfc dc f-iirs- 

Tout aranjemant m^todike oil Ton n'admet pas de (yd^- 
^e , n*eft-il pas I'aranjemant dc la nature , c. a d. , la 

^etode naturele? On donera le nom qu'on voud'-a a mes '" 

Famiiles; mais il n'en fera pas moins vrai qu'elesne peuvent^^^^. -^ * 
etre lyflematiques , puifqu'eles n'ont pas d'autrcs fonc^emant 
que les vuides ou Interuptions que la nature nous montre ^ 

«ans la fcriedes plantes raprochees par tous les raports de 
reffamblanfe , & que fi eles ne font pas ces Oaffes natu- 

Jclcs que 1 gn cherche , eles en ont bica I'al- , $c i rcffirm 



Ccs Famit 
Ics DC font 



clx\'x\ li) PREFACE 

blent fort. Au rcfte jc ne leur donerai pas ce faflucux nom 
^: Families naturelcs, chacun les qiialifiera come il jujera 

i pro!:>os. 




line progr^ffion qui lie & unit enfemSIc 

. - - ^es plus grands Philofofes Tont aflure ,- 

€ntrai2tres Ariftote au Livre 8 , Chao, 'i de fon Hiftoire 



'i! i a dans la nature 
tous Ics ctres , come ie 



dit 



des animaux, & come il ell evident par ce qui a ete 
ci-devant ( pag. clxv ) ; il paroit prouve par ces Efpeces" 
de fauts qui ctablilTent entre les Plantes ces lignes de fepa- 
ration que nous apdona Claffes, Genres & Efpeces , que 



la nature cherche autant a unir les ctres qua les fcparer : 
alnfi aprl>s avoir marque & conflate ces Uo-nes de lepara- 



tion , il coiivient de t'alre voir leur fuccellion en rapro- 
chant dans i:ne fuitc continue les Families qui fe refTamblent 
Ie plus , & dans chako Famille , les Genres qui ont le plus 
CC raports generaux en pla^ant les i"> ceux qui ont plus 
ce raport avec les Genres de la Famille precedente , & les 
demiers cenx qui aprochent Ie plus de la Famille quifuiti 
par-la les Genres qui fe trouveront au milieu de 2 Families 
voifir.es fcront les plus faillans & plus diferans cntr eux que 
ceux qui ieront aux z extremes de ces deux Families. Nous 
avons mis ce principe' en execution du mieux qu'il a ete 
poffible , par-tout oil la furete des concilances aftueles des 
Genres a pu le permetrc , en fuivant ces nuanfes dans toutes 
les fcihons ou dlvilions de FamUlcs , quand m^me il Te 
Icroit preljntc des divifions mctodilies plus faciles , toujour^ 
dans la vue d'imitcr la marche gradude de la nature dar^ 
ies operations & dans b liaifon & i'enchenemant des FamilieH 
car c'eft de cet enchenemant des Families que doit refalter 
1 enfbmble , c. a d. la Metode naturele desFlantes , come chak 
tamiilc namrele depend de la Metode naturele. Neanmoins 
mal^re !es foms que nous avons pris de trouver les raports de 
ces i-am.lles , & do les raprocher par leurs dtWs de relTam- 
blance_ il 1 en a encore plufieurs qui ne fe fuivent pas.Sc 
qui laillc-nt entr'eles des vuldes qui Indiquent qu'll nous 
manque encore des Families qui nous font inconues , & 
qu il taudra creer , par exemple entre les Mirtes , les Onv 
fcelliftres , les Compofces , les Campanules , les Briones & 



■«ft 



les Aparines. 

^1*311 en j.'^Jf r^inilles n'ont rien de coman que Ie nom avec celeJ 

on execution diforent 



I 



o » -- j^.^i. , tiijiii v^uu luu execution uu'-ici"- 

de tout ce qui a ^te public ou mcme propofd jufqu'ici frx 



les Plantes. 



Mon plan, come je I'al dcja dit» confifte en. 2 points. 



PREFACE. ckxxlx 

t^ a raprocherles Plantes ^ & i Ics ranjer dans uii ordre 

continu , dans une ferie on gradation fondee iiir tous les 
raports poiTibles dc rcfTanriblanfe ; cct cnfamble de raports 
a etc indicjue par Magn'ol dihs Fan 1689 , & depuis en 
1750 , par M. de Buffcn ; inais m Tun ni Tautre ne dit 
cju il faut fuivre la ferle Sc Tordre que garden: entr'eles les 
Plantes , lis prefcrivent feulemant de raprocher les Plantes 
qui fe rclTamblent ^ & fcparer celles qui diferent ; a*' a 
mars^uer les vuides on lignes de feparation qui fe trouvent 
entre les Plantes ainfi ranjces ; ccs lignes de feparation au 
nombre de 58, donent 58 Families : or ces 58 Families 
font tres diferantes par le nombre , par la relTamblance , & 
parleur aranjementde toutesles Metodes fyft(^matikes conues,. 
11 parok dabord naturel de penfer que , dans la maniere de ra- 



procher les Families des Plantes , lesMonocotuledones, les iMo- 
nopctales , les Polupetales, coles qui ont lafleurdeflus le fruit, 
celes qui ont un grand nombre d'etainines , &c. doivent fe 
trouver toutcs de fuite fur une meme ligne ; c'eft la le de- 
faut de5 metodes & des fyftcmcs qui ne confiderent que 1 

feule partic. Mais en les emploiaut toutes ^ on volt que 



cete hiite dans chake partie ell: impoflible ., & que toutes 
les Monopetales , par ex. , ne peuvent fe trouver cnfem- 
ble; la Famjile des Liliafees , ou il i a des Monopetales 
8<des Polupctales, des fleurs pofccs fur le fruit & lous le. 
I^uit , 3 ou 6 ctamines , en efl une preuve j les Aireles & le& 
Pourpiers font dansle meme cas. 

Soit done que les Botaniftes qui ont cherche la Metode Ainu qa^ 
naturele fuHent trop imbus du principe errone qif il ne faut Vexecucion, 
confiderer que les parties de la frudification , foit quT.s • • 
ignoraflcnt les conelfanfes de details neceffaircs pour faifir 
I'enfamble de toiis les raports , ce qui diftingue le vrai 
Eotaniile du fimple Nomenclatcur ; il eil certain c|ue per- 
fone na execute ce plan avant moi. Cete execution, ainfi 
^e le plan, confifle en 2 points; i^ a plafer a la tete 
e^chaque Famille les Carafceres qui lui" font propres , & 
qui la diflinguent'de toutes les autre^i Cara^lcres tires de 
toutes les parties , meme des qualitcs, venus , &c. & de- 
crits dans autant d'articles fepards ; a^ a doner enfuite les 
varaftcres des Genres dans 3 ou 8 colones , plus ou moins. 
lelon le nombre des parties ou qualites que poiTede ou 
qu'exjjechaque Famille- parties qu'aucun Autc,ur.na emploie 
«e meme , ni dans les mcmes vues , ni avec le meme choix , 




«^chan]ant les unes , & fuprimant les autres , felon que 

S^ic ou lej m«vus de chuke Famille Pexijont , pour 



le 
nc 



\ 



» . 




PREPACK. 

faire i^age que de celes que rcxperiance nous aprend cotl* 
tenlr feules ou plus comunement les Cara6teres gcnerikes; 
<!e forte que j'cmploie fouvant toutes les parties de la 
Plante , pour caraiterifer certaines Families , teles que les 
BifTus , &c. ( pag. clxx,) ou les Metodiftes n'en em- 
ploicnt que i feule , & que j'en examine 8 ou ils n'en 
confiderent que 6 de la fruaification , dont fouvant i ou -J , 
& meme 3 , font abfolumant inutiles pour le Cara*5lere ge- 
nerike, come le prouvent la Famille des Compofees, les' 
Bi zones 5 les Aparlnes , les Labices , &c. 

De-la , nombre de Genres auront du necffairement etre 
chanjcs ou multiplies , & les autres auront ete fixes par un 
" plus grand nombre de Cara51eres tires d' autres parties moins 
.arbitralres , puifque ce font celes que Texperiance ademontre 
^tre les plus conftantes , & qui contienentie plus de diferanfes 
on de Cara^^eres <ienerikes felon Ic eenie de choice Famille. 



o . "' t> 



II eft certain que dans le grand nombre des parties des 
Plantes , il i en a qui font comunes a une plus granJe 
quantite , & qui par-!a peuvent fournir des Carai^eres plus 
g^neraux ; par ex , 11 i a plus de Piantcs qui ont des grenCJ 
qu il n'i en a qui ont des des feuilles ; plus qui ont des 
feuilles , qu'il n*y en a qui ont des etamlncs ou un calice , 
6c ^ cet egard , voici Tordre que fuivcnt ces parties* Les 
graines vlenent les i^'« , le pilUl ^nfuite , les tijes , les ra- 
cines , les feuilles, les ctamines^ le calice , enfin la corole. 
Ncanmoins il ne faut pas croire que les parties les plus 
g^ncrales doivent fervir preferablemeat aux autres pour 
ranier les Plantcs ; ce font celes qui fourniiTcnt les fitua- 
tions les plus variees , qui doivent etce preferies. La 
corole & les etamines en fourniflent plus que toutes 
]e> autres , parce quetant au centre de la fleur , & 
repor.uant a toutes les autres parties qin les environent, 
cc:e fituation done lieu a un plus grand nombre de raports; 
&..CC qui rend la Metode cie Tournefort beaucoup fupe- 
Ticure a celle de M. Linnaeus tiree des etamines , ce n'eft 
pas tant parce qu'il a clioifi la corole , que parce qu'il s'ert 
jnoins atache au nombre qu'aux autres raports de cete partie* 

Cete pofitlon > non pas de I fcule partie , mais de toutes 
les parties reciprokes de la fleur , eft tres-avantajeufe pt>ur 
raprocher les Families des Plantes: c'eft ainfi, que , quoique 1^5 
Spirea n'aient pas le calice atache a Tovere , come les 
Poiriers , j'ai du raprocher ces 2 feftions , parce que 1^ 
corole & les etamines font attachees de mcme a<i calice , 

& que toutes leurs autres parties font d'aiileurs tri-s^fem?. 



* 



^ ' 



PREFACE. cxcj 

b*aL!cs; an licu queflj'eufle ruivi la confideration feulc du 
calice attache au fruit , j'aurois place cete 3- leftion de la 
Famille des Roficrs aupres des Mirtes , pendant que la 2e 
ieSion ou font les Spirea fe icroit trom^ee aupres des 
Sallkeres ; & je dois dire a ce fujet que les Salikeres ferolent 



i legard des Mirtes , ce que les Spirea font a Tegard des 
Poiricrs, fi cles n'avoient pas un diske fous I'overe. Ainfr 
lordre dafinite qi^e j'ai fuivi en raprochant ces Families , 
ne dolt pas furprendre ; s'il efl irregulier, ce n'eft qu'en 
parance, & j'en donerai le nceud ua jour. 

J'ai remarque que les Plantes les plus dificlles a raporter 
aleurs Families natureles font, i*^ celes qui ont uh diske fous 
rovere , ou ce qu'on apele improprement des glandes qui 
nen font que les bords fur leique's ou autour defqucis les 
ttamines placees ferment des cchancrures, 2^ Les Plantes 
a fleur polypdtale , qui n'ont pas de corole , ou qui en 
aiant une , ont une certaine difpohtion d'etamines q,Ui n'a point 
6te determlnee , & qu'on ne determine prefque jamais daa« 
}cs defcriptions. Ces obfer\^ations fines & fcrupuleufes exi- 
jent , je Tavouc, un pen plus de terns & d'atention qu'on 
^'en done comuncment aux recherches de cete efpcce qu'oij 
faittrop a la hate, ce qui les rend la plupart infruftueufes ; 
cependant cete grande atention el^ abfolument ncccfTaire , 
"Ton veut fmcerement augmenter nos concffanfes , & fa- 
crifier la petite gloire d*ecrire beaucoup , a cele de n'ccrire 
^^ des chofes ncuves & utiles. 

JV*ie- Avancaccj 

(anaee 171B , pag. 46) i^ a nc deteraVmer les C!alTes,lcs. 
'es Genres & les Elpeces, que par des Cara6leres tres-fnn- 
pies & tres-aifes a rcconoitre. 2? A n'etablir que le moin- 
^re nombre pofuble de Ciaffes , de Genres & d'Efpeces. 
3 A conferver aux Plantes leurs anciens noms & leurs 



' L'idee qu*on peut fe former de la pcrfcvlion d'un fyfl^! 
niede Botanike , confifteroit felon rHiftorien de TAcademi 



^oms populaircs. 4° A ne doner a celes quil faut nomer 

^e nouveau que des noms tres-courts Mais cos 4 

points ne peuvent etre tons enfemble dans !eur perfection 

ilferoit done a fouhaiter que les Bo^aniftes convinlTenr enfin 
d adopter un f^'-flcmc , ne lut-il pas le meilleur, & de sy tcnir; 
inais comantefperer cela ? On voit fi pen de perfones du meme 
talent fe reunir 8c travailler dc concert pour le perfeftloner 1 
Cete perfe'£lion abfoiue eft un etre chimerikc ; elle eft 
dans le rang des cnofes demontrces introuvables , teles que 
'a^ pierre filofofale , la quadrature da cercle , la diftance 

'cele des etoiles fixes , la mefure d'un degre fur la terre , 



cxaj PRE P^A C k. 

parcc que tous lesmoiens hymains, & tous nos inllnimcni 
font trop groflficrs & trop imparfaits pour pouvoir nous 
conduire a I'exafHtude ncceffaire , qui caraftcrife ce qu'on 
apcle la perfcftion inatcmatlkQ , cx\\ vraifemblablcinent 

' n cxifte pas mcme dans aucun Ouvrajc de la nature. Nean- 

inoins on peut nprocher beaucoup de ce point par Ic 
molen de ces Fartiilles , qui paroiUcnt remplir plus d'ob- 
jets ncceflraire:> pour i parvenir , & fi eles n*ont pas encord 
toute la perteftion qu'on peut atandre dc leur execu- 
rion, du mcrinfi procureront-eles a la Botanike ; i^ toute 
k ccnitude & la llabilitc ; a° toute Fetcndue & Tunlver- 
falite; 3® toute la bricvetd; 4*^ toute la facilite dont e!e 
eftliifceptible; j^ enhn des vues utiles & plus gencrales fur 
Ics vestus des Plantes. 

tJlc$ font I** Ces Families doncront a la Botanike toute la certi^ 
£ies. titude & toutt3 la ftabilite dont cete fianle eft lufceptible , 

puifquc Icur liaifon eft fondee fur tous Icurs raports , & qii^ 
tous ces raports font tir^s de toutcs Ics parties des Phntes , 



crcecticns . dc 



P 

que CCS 



m 



qu cii 



examine mums de parties ; dela 

fondcs fur Tcxamen de i feule partie ; Cycles dilpareuem, 
Idrfque les obfeivations portent fur routes ces parties. Ainfi 
de quclque inaniere qu*on voulijt combiner ces divcrt'c^ 
Families, on n'cn chanjeroit, on n'en altcreroit jamais le 
• fond ,^ parce que les Flantes qui i font raportees , ne peu- 
vent etre ^loignees les wnes des autres qu'en faiiant viojar/s 
a la nature. 

It unlvct. 2** Cc:e Mctode eft come univerfele , 5c etend les co- 
«^«. ncftanccs aatant qu'il eft poftible , en cmbrafTant toutes Ie» 

Plantes . non-f^ 




lafia! 



mais 



parcc que sll fe trouvolt encore quclqucs Families dt?P!an- 
te$ o^n nct)s iui^Cnt inconucs, come il eft trcs-probable* 
on s il ctoit poftible qiie la nature vint a varicr un jour 
dans la produaion de nouvellcs Families vcjetaleS , on les i 
raporteroit aufti facilem.cnt que toutes les autres dccouvertes dc 
Genres ou d'Efpcces nouvclcs , fans le rcndre <^i{oni\t. 

On s eft toujours plaint jufqu'ici de ce qu'aucune Mc- 
tode de Botanike ne donoit le moicn dc rcconoitre 1<^* 
Plames que dans le terns oil cl^s font en flcur ou en fruit , 
& nullement lorfqu'eles n'ofrent que des feuilles. Mon p'^^i^* 
en confiderant toutes les parties des Plantcs r^unit <^ 



vantaje , patce qu on peut i reconoitre ou au moins rapro 

che« 



N 



\:- 



t^er de leur 



P H £ r A C ^: 



•*= 



I; 



.ou:« ,es r,a„es , dans ,d ?.;. qj^/te . ^uv^J^ftn; 



nioien efl 
matLtes ne 



fyi):^ 



^rranjeres qui ne fleurilTent pas dans nos climats, & qu'on 

oui^n"' ^T ^"' ?^'}' ,^«"^^^^"^i<^" de toutes les pities, 
qui ne .ont pas celes de la fleur ou da fmit. Les A&ode«n 

qu. ontete faites fur les feuilles , font , come je I'ai iit W 
« I partie, les unes trop courtes , les autres troo com- 
P^uees , & aucune d'eles^ne faifit cete partie duTstd qui " 

eft le plus capable de faire conokre une PJante ^ 

f-, ^ . T ^^''"''"" ^hr^m connddrablement k travail de' Abr"^{.tit I 

le^Syftemes qu, ontete faits& de tous ceux qui reftoienti 
aire, &en cequ'eies fimpMent autant qu'il eft pofllble 
• la man:ere de CaliW I'enfemble de to.s les rlpom g^Scs 
On peut m.me afTurer qu'on f era plus de proeris en^ an^ 
>ar jeur moien , qu'on n'en fait com„n^n,.n.t, k J. 1 



5 lecours de toutes les Me 



^nidiecs cnfamble ou feparemant ; & qu'eles font le feul 

conto- r ^^"^|ii^^„furemant & en peu de terns aux vaftes 
coneffanies de la Botanlke. , 

de^hBoll '"^^ qu'on fe plaint des dificuWs de Pctude - 
oe a Bo.amLe , a caufe de la quantity immenfe des Plantes ,■ 
In on ff-- C-/ficukesn)naifrent .que deiatr^nSr: '""' 

tZ -V^' f'"^-f ^^''' ^" M6todes ordinaires, & elles 
dUparoineru dans les Families que j. pfopofe. 



'V 



Ft Jc Yacf-' 



^«te Metode fera d'autant plus facile qu'on pourra de- 



lorma 



dans to--; r^ ' • ^ ''^''"^"^ "" ^'^"'^ ' <^- ^ ^- » 

Famil e r ' ^Y'^"' •' ' ""' " ^"^ 3 Genres de chaqu^ 

S K" ' ^r ' ^'^^ *" ^'^ ^' '^"^'^^ '^^ ^ived-es form" 
iQcew'-'r P"""' '-'^'^ ^" '^^^^ ^« difllnguer les nouvelles 

e S.r &T'? ^'^"'. '^ !f^T''.^" j"5era faciLLt '^* 
^e m'me jf JpT [°"' ,^'> "^'""^^ F^"^'"« i '1 en lira 

Kc o^rfquoa conetra i ou z Plantes de ces Famfll.. ' 



aiUeurs , e^ fuivAnt b lisifp^ 



^ > 



1 qu il 1 a 



/ 



h 



t^C 



PRE f'A C £. 



entre ces Families , on pafTera par degfes cles chofes conue* 

^uxinconues, & d'une verite a cellos qui en depandcnt: 

SiXon trouve une Metode , un SylKmc plus facile, & oh 

il i ait une liaifon aulli marquee entre les Claffes ou Fa- 

irillcs \ il fa;!t liii ddii^r la prcfcranfe. - ^ 

n(On deinandc rhnpoffible, lorlqu'on exije qu'une Metode 

tie BoMni':e, ilea ell; de mcme des autres parties de rHlH:. 

HilJEl., ic palib de Tulage dil microfcope pour la conoiffance 

ties petits objets. De mcrne que la nature a fait paffer par 

tous les dcgrcs deforme, de fituatlcn, de nombre , de cou- 

leurs , &c. toutes les parties des plantes , de fneme aufTi 

el!e les a Ciit paffer par tous les degrcs de grandeur ; ea- 

forte qu'il i a dans les vejetaux , come dans les animaux ,- 

-zj^tisEfpeces fi petites , que Fceil ne les appercoit fouvant 

■qne par les mafies qu'elos torment par leur ailamblaje , & 

leurs figures & leurs parties ne fe diftlnguent bien que 

par le lecours cles veres Icnticuleres. Alnfi ces diiicultes fe 

-trouveront dans toutes les Metcd^a , foit qu*on ne confidere . 

I partie J fott qu'on les confidcre toutes j mais elles 
<ieyiendrent plus rarcs ^ & feront -^planies autant qu'il eft 
poflible dans une Mctodc c[ui confi-dere toutes les parties , 
^arce que fi Tune de cCs parties vient a difparoitre , oU 



^^ 



cue 



rievicnt infanfible par fa petiteffe , on i fuplcc par rexanieii 
des autres parties plus rcmarkables. 

Chaqiie Metode a fes avantajcs. II ed certain que lei 
Mctodes ordinaires , dont les principes font abfolus , & qui 
sie portent que -(\Mt Vqx?.'V.2\\ de I purhc , font plus {implcs 



cetes 



P 



f- 



arties , 
les 



j)Our cela ? Difons la vcr'te ; cene facilitc depand uni- 
<j;i6ment de Fcbjet qu'onfe propofc dans i etude des Flantes : 
cr 1 fortes de perfonnes etudicnt la- Bctaaikc; i^ les uns 
ne veulent que des concUahces generales cu lizperticielcs ; 
n^ les autres veulent aprofondir cette iianfe autant qu'il 
eft poirible. Nous conieillcns aux i=" une des Mctodes 
ordinaires , mais les i* nc peuvent fe pafTer de la Metode 
des Families naturelles ou de leurs ckivalentes. Et a cet egard , 
voici ce qui afriveroit a % perfonncs cgalement zelces & 
inftmites , qui defirant aprofondir Tetude de la Botanikc, 
& conoiffant empirikcmant une loo^^ de PlanteS , come 



il eft abfolumant neceftaire avant Tufacre d*aucune M6tode, 
-comcnfcroient a etudier ; le i'' dans une des Metodes ordi- 
naires, par ex. cele de Toumcfdrt ou de M. Linnaius , & 
ie a^ avcc lei FamiUa* aue je propofv\ Le arsniierfera eij 



/ 



y k £ P J ' c "El ' fcx2y 

i 

letat dcsll'icre annee ds didiiiguer quelques Cerii'Ss > tancfis 

'que le' 2."^ nc" le fera cgalement qu'a la 2eanee ; mais d^ss 

Ii 3^ ann^e", le 2^ laiflera bien loin dericre lui le i'^'' , ii 

fauvera toiites les dificultc5'& les exceptions, il faifira les 

raports feels Vab^lndonera les Carafleres iaperflas , fixera 

des Genres St des Epeces; tandis que le i^r , ^vec fa Me-^ 

tode abf olue & fes Clafles artificicles , vacillera toujours incer- 

tain 3 tant fur ce qui doit cnraftcrifer les Genres & les Efpeces , 

que fur le lieu ou il doit enfinles fixer ; il les balotera ca & la 

en chanpnt fes Caraderes a chaqiie inftant ; de forte qu'il * 

n*aura pas plus de certitude dans fes coneflances Botanikes 

au bout de 60 ans de travail continual qu'il n'en avoit d^s 

la i^'^^ anee. 

5° Un autre avantaje qu*on pent rctlrer de retuae des t>oiieht(!tfJ 
Flantcs ainfi ranjtes par Families , c'eft une conefTance fa- vucs nouvc- 
cUe & tres etendue des vertus des Plantes , & la diflinftion ^^^ ^^^ U* 
de celes qui leur font propresi, d'avec celes qui ne font v"^^** 
fiiCceiToires , come Ton verra ci-apr^s dans men 12^ Syflcme 
ir les vertus ,& dans ma Table des Vertus ( pj^ 621. ) On 
fait que le feu en alt^re les principes, que les pnncipes qu'on 
en retire varient fuivant I'aje de la plante , fuiyant le terrein ^ 

Ou ele cfoit , felon la faifon ou T^tat aftuel de Tatmofphcre 
"oh on remploie , &:c» au point qu'il faudrct doner autant 
d'analyles difcrentes qu'il i a d'etats diferens par lefquels 
■chaquc riante palTe a chaque fefon , ce qui n'efl: pas pratiqua-* 
ble. C'eft done plus a I'analogie botanike , qu'a I'analyfe 
cbimique , qu'il faut s'en ri^porter pour conflater ces vertus* 
Xoutes les Flantes d'une m^me Famille alantla meme ou les 
mcmes vertus qui ne diforent que du plus au moins ^ come 
n a cte prouve pag. Ixxviij , II eu evident que lorfqu'on faura 




I'pporter une Plante a fa Famille naturele, on faura dcs-lors 
fa vertu , & cpuW poura avec des plantes diferentes daas 
ties climats diferans, gutirir des maladies femblables. 

Alnfi qiiciqu'on n'ait pas en Afrique , en AHe , & en Aiti^-* 
"tique les efpeces d'Ofcille & d'Oxus de TEurope , on en a 
c autres Efptces qui ont la mcme vertu pour les Fievrds 
ardantes ou putridcs; ces pays ont d'autres Efpeces de Life- 
tons &:de Titimales auffi purgatives ; ils ont des Efpeces de 
Rcfeil , des Sebeftes & des iicuraches aullx bcchiques que 
les notres ; des Alkekanjes & des Chardons auffi aperitifs ; 
des Mauves & des Blltons auffi emolientes ; des Briones , des 
Letues 3 desPourpiers, des Nenufar aufii rafrcchiflans. Enfin 
on pent affurcr d'apres I'expcriance que quoique rAfricma 

to'ait pas i feule plante de I'Europe ^ fi 1*pti en excepts I« 



^ y 



I 



/ 



*?fcvj PRE F A C g. 



/ 



i 



-Tourpier & Ic T;in:iaris , 'on trouve dans Us climats !es pIiis 

chauds de cete partie du monde des plantes analogues, dont 

4es vertus font auiH varices que les maladies de fes habitans 

s-uxqucles ele.9 femblent apropriees , & qulls i exercent la 

.Medecine Galenique avec autant d'avantagc que nous avec 

-^nos places en Europe, 8c certainemant avec plus de fucccs 

.qu'avec nos medicamans conipofes. ; 

^^ Apres avoir ocpofe les avantajes de mes Families , je 

Impccfcc-ne Qols pas lalfTer ignorer les imperfe^iions inseparables 

tion dc mes de leur I"*" execvuion. Je ne fuis pas affez prevenu en leur 

families, . f^veur, pourles croire exemptes de defauts ; & je Ics Indiquerai 

, d'autant plus volohtiers que le carailere de verlte , qui me 

^ fert de guide , m'i porte raturellemant y & que tous les 

Botanifies impartiels doivi:nt ctre anfTi interefles que moi 

. ,a leur pcrfc^lion , s'ils convienen: que ce plan eft le feul 

qui puiiFe ccnduire furemcnt , & en peu de terns , aux plus 

valles conefTances de la Botanikc. 



tnes 




pent 

•apartienent aux Auteurs que j'ai ililvi ; a*^ les miens. 
Dcfjtttj dus 1^ Les defauts des Auteurs , dont j'ai ete oblije d'emprun- 
1|ux Auccurs. tcr, ne peuvcnt regarder qne les carafteres generiques. Sur 

les 1 200 Genre? au plus qu'ils ont etabli , dont la ^ d*£u- 
^pe, & rautrc ^ des Pays etranjcrs, j'ai verlfie ou^corije, 




en Fcuillesj Fieurs, Fruits j^&c. Pour ce qui ell: des autres 
Genres^que je terns & locaiion ne m'ont pas encor permis 
de verilie'r , j^ai fuivi les descriptions & les figures des Autcurs 
xeconnus pour les plus exafts ou les plus etendus, tels que 
Tournefort & M. Linnaeus, Ainu jefpere qu'on ne mlm* 
putera pas des defauts qui n'apartiendront qu'a ces Auteurs 
^oui ceux dontils aurontpuife. Voici en quoi confiftentprin- 
C!paI<:Tient ces defauts. 

Une recberche tres-penible & fouvent Infru6lueure ^ pcur 
raporter les Plantes du Senegal aux Genres tonus ^ m*a 
. apris 5 par une^perte de temps confiderable , qu'il a n'i prefque 
a icun funds a faire fur les Genres etranjers publies par 
M. Linnaeus , d'apr^s Panatomie des Fieurs delTechces , 
^ d'apres les Figures & les Defcriptions des Voiajeurs 
mcme les plus inftruits , tels que Reede , Rumfe , Flumier , 

jiOufton 6c ^lelque* autres ^ ^axce *<jue fouve.nt cet Autenj 



ou 

A 



^ 



) 



r 




P R r. E A C E. 

fur unc renemblanc^e aparantc de-la figure de 2 PIantcs,.prenct 
parrie dc la defcription dc Tune a\ecune parde de la def- 
cription de I'autre , & fait ainfi de. % ou 3 Plantes diferen-- 
tes des Genres qui n'exlftcnt pas dans la. nature. Tel efl celuL 
de Samyda qui eix le Guidona de Piuinier zTcleft le Thecbromx, 
:u'il forme de raflemblaje finguUer du Kakao & du Guaiuma^ 
aillcurs la plupart des ces Plantes etranjeres tleurlirent , 01 
Ices , cu tort chanjecs dans ncs climats frolds , en i per 
dant quelques-unbs de ieiirs parties ; les Plantes du Senegal 



oii> 



muti 



lont extrcmemcnt chanjees dasis les Terres meme les mieux 
cntreterlues , cclles d'Arnc^rique & des Indes i foufrent beau- 
coiip , Sc parmi cellcs qui fleuriffeiit il i en a. pea dont le* 
fruits vieneqt a parfaite maturite, Ces variatio:>s caufent dans- 
les defcriptions , &: dans les caraileres qu'on en extralt , des. 
iregularites etonantes qui rendent les Plantes meconnoillables. 
i ceux qui les obfer\'ent daas leur pays natal, fur-tout lorf- 

qu'on s'atache moins a la utuation des panies , qua leur 

bre , come a fait M, Linnxus. 



ncm- 



Les Carac^eres ^eneriques , publics par M. Linnsus , font 
en eux-mcmes aflez boas en cc qu'ils remplifTent Tobjet 
^u'il s'etoit propofe reladvement au ncmbre des etainines 5 
inais il ne remplit que tres-rarement , ou meme prefque nulle 
P^rr , Fobjet qu'un Botanifte doit fe p;-opofer en dcnant' 
i^ne metode , qui eft de raprocher les Plantes qui ont la 
plus de raports ; c'cft pour cela que les defcriptions gene- 
Tiques de cet Auteur, & celles dc ics Eleves , qui travaillenfi 
^^^ le meme modele , nous devic/iettt prefqu'imitiles. II efb 
*^chcux^ par cs. que tousles foins qiies'eftdoncM. Loefilng^ 
pour nous faire Qcuokrc quclques Plantes nouveles d'Ameri- 
*{ue , fe reduifent a nous en trafer des Efquiffcs aufli courtes- 
^ue celes que M. Linnseus vient d'en publier, & Ton ne fau-r 
^oit trop exorter les Voiajeurs zeles & fuiifamant inftruits^ 
d etendre leurs vues beaucoup plus loin , & d'ajouter a cete 
^otife trop legere des cara;Steres plus gcneraux. II ne 



me 



^^onvient pas de c'iter , pour exemple de defcription , cele 
Spe j'ai mife a la tete de la Famille de Mauves ; el!e m& 
parolt ai^z Complete, parce que j^ai vu avec foin prefque. 

la ccmpofent^ 

qu'on pent fufr 

^ meme principe cara^terifcr non-feulement toute forte det 

farnille, mais meme toute forte de Genie de Plantes. 



^ous ics Genres & Efpcces de Plantes qui 
come je n'i ai rlen omis d*effantiel , jc crois 



- Quelque facilite que m*alt procurd mon voiaje en.Afrlque ; ' 
pour prendre une idee jufte de la Botaswke des Tropiques , ' 

^ pouT' raporter i leurt Families naturd^s la plupart de% 



nuj 



< 






PREFACE. 



Plautcs fingiilieres , obfen^ecs dans ccs climats par Reede ^ 
plumier , & nombre ci'autre^ Voiajeurs ; ii s en trou'v^era vrai- 
femblabkmant pluucurs qui, parce que les Stipules dcs Tijes 
n'ont ete exprimees , ni dans ]es aeicnptzons , m dans las 
figures , auroat etc raportces a \d Famille dc5 Chevre-feuil- 
les , & que ties obiervations plus exa 
apartemr/a celle des Aparin 






exafles nous aprandront 
Des omiluons femblablcs 



dans bcaucoup d'autres Genres decrits fi briJivcmenty fi mauiTa- 
demant , qu on n'i vok aucun Caraftere faiii par main de. 
Maitrc , fcront caufe que ces Genres ue feront pas tout-a- 
fait raportcs a Icurs Families naturelles : on fent blen, par 
ecemple , que le difque qui fe trouve tantot fous Fovere , 
tantot ibus les etamines , tantot Ibus la corok , ou meme 
fous Ic calice dans nombre des Families oil il fert prefque ieul 
de caraftcre , aiaut echape jufqu'ici a Tatantion des Bota- 






«pe 62: que jVz raporte pour cete raifon a la Famille des Ciftcs , 
pouroient b;en apartenir a des Families diferantes , foit a 

cele des P;ivots , foit a cele des Piftachiers ou des Titi- 

males. 

J'ai laifTe en blanc toutes les coneiTances douteufes ou 



uc les Autears nous oat lalde iguorer fur chaque Genre , 
ans Tefpdrance dc remplir un jour ces vui !es , en partle par 



mes proprcs obfcn-ations , en partie par celes qu'on voudra, 
me communiquer. Jai indique i la page 51G les Genres re- 
connus pour nouveaux , mais decrits &c caraileriles trop 
Brievement pour pouvofr etre places dans Icurs Families 
natureles. 




^xa 



' AiaCi quoique les caracleres gencriques , que Je public dans 
ces Families, ne foJcnt pas rou3 egaSement complets , quoi- 
ja'il i en ait pres du y a corijer, quoiqu'il i en ait beaucoup 
^urlefquels il nous manque quelques coneffances eficntieles, 
& quelques-uns done nous n'avons que les noms , leurs* Au- 
teurs nous en aiant laifle defirer les defcriptions ; ces carac- 
teres jncomplet- feront cependunt utiles en ce qu'etant u 
Tcfultat de tout ce qui a ete publie jufqu'ici de meilleur & 
d€ pius averc en cete partie , ils feront conetre le terme ok 
en font nos conelLnces fur les Genres , ce qui refte a ob- 
server, & ferviront de guide aux Voiajeurs , pour decider ce 
<ju'il y aura de nouveau dans leurs dkouvertes, ' 
Difautsqui' 2.^ A regard d^s defauts qui m'apartiennent ils peuvent 
T"'afatci£- rduler , i^ fur les cara^leres generiques , 2^ fur ceux deines 
»»nr, f;xmi\\es, 3^ {uv Vardn^etnznt & la Jialfon <te ces Familles- 

> hnQ prct^ads pas avoir don^ ^a cet Ouvr^e ^oute la per-; 







P R E F A C It. 

J^£^ion dont il eft fufceptible ; on vera , par e\^emp!e , dans 

VApendix & <lans VErrac.i que le nona de Celeri s'eft glifEo 
2U lieu de Selin'jn^ cehil de Scctanum , au lieu de Ficaria_^ 

celul ^'Adiifaon , au lieu de /C(;/3^ , & rcciproquemciit.^, U 
poura arriver auin que qaelques Genres nouveaux , que j'at 
laifle en blanc , ie trauveut decrits fufifamant dans Icurs 



oavrajcs trop rccens ne iont pa} 



Auteurs , mais dont Ics 

encor parvenus icl. ' - ' 

Duns le nonibre de mes Families il i en a 3 dont je ne 
fais pas tout-a-fa't conter.t, ce font Ics Aireles, les Arons> 
& les Ciftes , dont je'n'ai pas vu alTex de Genres par moi* 

meme. 

Si rOfobanche la Cufrnte . & plufieurs autres PlanteS. , 
raportees a des Families de Planter dicotuledx^nes, iont mono- 
cotiiledones 5 come il i a beaucouvj d'aparanfe, & come j'ai 
eu lieu de le conftater dans la Cuicute & TOrobanche , celal 
ne prouvera pas que ces Plantes iont mal placecs & doiyeni: 
etre mifes uaturelemeut dans des Families monocotuledo- 
nes , muis feulement que cete partle de la fruffincation eft 
dans le cas de tomes les autres qui ,. confidcrees folitcrc- 
mant, ne peuvent fervir pour fbacer des fyftemes generaux i 
parce qu'elcs foutrent toutes des exceptions , come je Tai 
deja dit. Quand je fais de5 exceptions dans quelques carac- 
reres generaux de chaquc FaniiUe , c'eil une iuite de ce. 
principe ; c'eft au/ll quelquctbis un indice que les Plantes , 
qui d.onQr.t Hen a ces exceptions , font douteufes ou trop peu^^ 
conues pour ctre raportics avec certitude a leurs Families 

natureles. 

On remarqucra cncor dans mes Families x autres defaut$- 

qui ne font pas reels &. qui ue font tels quen aparaufe, L^ 

X'' cqnfifte dans la liefoa qui manque entre les 6 Famiile? 

fuivantes ; fcavoir ^ le:; Mirtes , les Ombeiliferes , les Compo- 

fees , les Campanules , les Briones & les Aparines : ce defaut 

de liaifon , qui ne piouve nuilemant que ces Farniiles u^r.. 

foient pas plaeoes a leur rang , nous indique feulemeni , 

come il a ete dit pag- 149 , qu'il i a d autres Families ijv 

termcdieres qui nous font incoaucs & qui m.a:iquent peut-*^ 

Ctre dans la nature. La 2.^ imperfection a[:arante qui fe ren 



eft 



fa 



raporteroat a 2 Families voifmes , fans qu'aucun caraftere^ 
fcien fer.fiLle , les decide plus pour Tunc que pour i'autre ^ xa?\% 
ce cas fera tres--rare. Je remcdicrai' im lour a ce^e itpper* 



autre 



fans rien chanier a cdui-ci , le contiend 



* V 



t 

\ 



niv 



\. 



Ve - ^ P n E F 'A C E, 

rlan nou- en entier. Ce plan dont j'at ebauchc allleurs Tidee , eml)rafrtj 
-▼eao fur ic tout le fyftemcde la nature & contrlbueroit a le developer : 
fyHcaie dc la il ne redeniblc en ricn a tout ce qu'on a public jufqu'ici dans 
iwturc. ce Gj:irc , & quoiqu'il femblc promettre a THift. nat. & a 

la I'ifique le degrc de perfeftion le plus haut auquel ces % 

fiances puifTent pr^tandre , j'efpcre que le pnblic ne me faura 

pas mauvais gr6 de le tenir cncor cache ]ufqu*a ce que j'aie 

fuit toutes les obfervations que je crois neceileres pour lui 

fervir de preuves & le rendre inebranlable. Je n'en parle 

rinome aujourd'hui que pour en rendre la date plus autan- 

■t?que 5 je Tavois drefle entieremant lorfque j'en ccrivis au 

Senegal en 17^0 a M. de Juffieu, qui m'exorta fort a conti- 

^Lier ce grand Ouvrage- Je travaille , depuis ce temps , h 

'letendro 6c a le perfe£lIoner, -pour en mettre le Public en 

en pollenion , dos que des circonftances favorables me per- 

xnettront de foumlr aux depanfes confidcrables que fon exe-t 

cution cxige. 

^* * L'air impofant & fcientifique qu'cn veut fe doner en ctu- 
ta Botanflce diant un certain nombre de frafes , & ces frafos memes qui 

S ?^"*f*^*^«^ fii^^ confifler toutes les coneffances de laBotamke 

-en une funple nomenclature, ont fait croire a des perfones peu 
inllruites , & qui jujent fans aprofondir , que cete fianfe n'etoit 
quunc fiance dc noms. Les details qu'on a pu lire prou- 
\eront affe- que cete fiance, dont Icbjet eft devoir, d'cxa- 
miner toutes les parties des plantes, de comparer & com- 
biner leurs divers raports , de porter un jujemant fur leurs 
. rwlTemblanfes ou dirleranfes, enfin de decider & conclure fur 
leur nature , eft une fianfe de falts. Nous croions meme lui 
t:^..ver un raport imedjat avec la Geometrie : ele a cela 
de comun avec elle , qu'elle ne diftingue les Piantes que 
par leuKS^ raports de quantitc , foit numerique ou difcrete , 
lb:t continue, qui nous done Tetendue de leur furface ou leur 

frandeur , leur figure , leur folidite ; elle aprofondlt meme 
avantage fen objet en i cxaminant un plus f rand nombre* 
Sufceptlblc lie qualites. II i a plus ; il me feroit facil de prouver que des 
* . ^^ BotanJftes , j'entends parler de ces Savans profoads S: 

confomes, tels queToumefort& M. deJuflieu , qu*on pent 
apeler les Defcartes 6c les Newton de la Botanike , pou- 
tt>ient pronofer fur cete fianfe des problemes tout aum fa- 
¥ans , aufli inftru£llfs dans leur genre , & auffi dificiles ^ 
refoudre, que ceux de la. Gcometrie la plus fublime. On en 
poura jujer, par 4 des plus fmiples & des plus aifts que je 
vais ha/arder , en laiflant au jck des Botamftes h fatis-; 

fe'Rlon de ki refoudre. , 



uci. 



PREFACE. ' cc; 



X. 



Trouver le point le plus fenfible qui etablit la Iigire de Proble . 
reparation ou de dcfunion entrc la Famille des Scabieufes & ^^^ 1« ^^ 
cele des Chevrefeuiiles. R "^^i'"- 

Trouver le point d'annite 6u d'analogie le plus aparant *. 

qui lie la Famille des Blitons a cele des Alfrnes. P.. ..• • . ^ 

^Trouver un Genre de Plante conu , fnaturel ou artihcicl, pro'bl^m, 
n'importe ,) qui tienne un jufte milieu entre la Famille des fut I« Gca^ 
Apocins & cele des Bouraches. R. . . . . . ' . res. 

^Trouver les Genres de Plante qui aiant la corole polu- »• 

petale pofee iur le callce , & plufieurs ftiles portent leurs 
graines elevees , c. a d. atachecs au fruit par le bas. R, - . 
Ces problemes & autres fembhbles , dont la rdution fera 
facile a ceux qui obferveront avec le plus grand fcrupule tons 
les raports de reiTamblanfe ou de diferanle des diverfes par- 
. ties des Plantes , feroient tr^s-capables d'exercer& d mftruire 
i fond les Etudians en Botanique qui comencent a travailler 
feuls , fans fccours ; & de mcme qu'on apliqueroit ces pro- 
blemes a des chofes ccnues pour I'ufage des Etudians , on 
pouroit ^ pour les Botanlllcs les plus forts , les propofer fur 
des chofes inccnucs , teles que les raports des % Families 
©u de 2 Genres de Flame trcs-cloigncs , par ex. les Campa- 
nules, les Bricnes , &c. come je Tai deja dit. On parvien- 
Groit, par ce moyen,a des conclufions fur des pollibilitcs 
aufTi evldentes, auffi-bicn dcmontrees que les veritcs de la 
geometrie la plus 6clairee ^ 6c Ton pouroit par-la deviner aflei 
jufte combien il nous manque de Families ou de Genres entre 
a Families ou i Genres eloi^nes , dont les intermedieres 
t)ous lont inconus , prefomptions qui , quand eiles n'auroient 
pas toute la pricifion matheinatique , doneroient cependant de 
grandes vues , & fourniroient de nouveaux moiens d'eten- 
«e DOS coneflonces en Botanique- ) 

7" Artie. Mcs adJhior.s , aranjcmens fyjlimatiques 

& dccouvtrus. 

L'amour propre n'a aucune part a ce que je va:s dire," 

€n parlant de mcs travaux. Je n'ai pour objet que de 

doner^une fuite de THifloire des progrcs de la Botanike , 

dont j'ai rendu compte dans les % i"" parties dc cet© 
Preface. 



Far lexpofc que j*ai fait du plan de mes Families danj 
larticfe preccdant , on voit afTez de quele utilite c!es pou- 
nnt etre pour la perfeaion de la Botanikc. II me refte at . 
^ire , en pou de mots , ce que je crois avoir ajoute a l-» 
paafe, qui confifte ea 6 pgiijts , fjayoir^ 



ccy 



PR E F A C E. 



r 

l« ks Genres douccux que j'ai ccrtifie ou corijc; 
1 ks Genres noavcaurc cjue j*ai ajoucc. 
3 lefi noais anciciis retablis a Icur place. 



? 



mcs aranjcmens fyllematikes , ou fyfr^mcs fimptes* 



ftcfircsdou- *o5eat iucertaines dans tbutes les autres metodes oiifyilemes- 



UujL £jkes. 



»Z 



denes come nature's ; te!s font les 1 16 Genres que M. Linnaeus 

aj^ele Plants va^ce , ohfcur^c & inccrtcz Jcdis , a !a fjn de les 
rrugm^nta metodi natiiralis. PhiL Eot. pag. 35 , & beaucoup 

d'autres Genres etranjers repandus dans les Ouyrajes des 
Voiajeurs. Enfiii j'ai corige 900 Genres, ce qui fait envi- 
ron 165 ^ des 1 174 Genres etablls jufquici, & publics dan$ 
les derniers Ouvrajes de M. Linnaeus , & j'i ai fait des 
additions confidorables ,' de forte que je pourois peut-etre 
dire come cet Auteur^ PhiL Bou pag. 146. Ego cxaminjvi 
hi^c omnia genera ad leges artis , " 

tanquam nova condidL 

Aux 1 174 Genres raportes jufqu'ici , nous ea ajoutons 



caracUrcs rcf^ 



Gcnucsnou- 44T , ce qui fait 



▼ea.ix 



en tout 1615. 



ajou- Nous avons retabli ^ a leur place , dans la table 



II 



es 



800 



' tons les fyaonymes anciens / Grecs & Latins , di 
Nonis anr ^*P^^^^ ^^^ Plantes , citees par Teofrafle Dioskoride & 
dcr.srctablis. -^^^^^5 ^ ^"-^^^ '^s avons fixe par des rechercbes & une 

etude fufifrLiUe de ces Auteurs. 

Difiiniftion 
nouvcltf du 




$•. 



vera le detail ci-apres a la tete de notre 30 Syfteme 
Je r*invoie parcillement a mon 64 fyfteme far le Difque ; 
ue je dis de cete partie que i'ai recor.u 



le I" pour 



Fie 



ur 



Diskc Efpi- ^g 

wc!c. ^ £^^^ ^^^^ tlpece de receptacle d^s diverfes parties de la 

, quoiquon I'ait confondu jufqu'ici avcc le Net^erc 

toiites les fois quon Ta apercu. 

tf-. J'entens ici par le met Se Syfleme , im arranjemant de- 

Mesjs tyt- toutcs Ics Plantes , fonde far la confideration fimple & nou 

cmcs, cpmpLiquee de chacune de leurs parties ou' qualites feloa 

line dc fe? 6 fa^ons d'etre , favoir, fa fituation , fa %ure^ 
le nombre, fa proportion, fa durce & fa fubftance. V oict 

riftorlque des 65 fyflemes que je vais publier. 



tcm 



que ] 



Ceux 

^e 14 ans , je cojmnen^a 

Jardin Roial , furcnt les 30 , 43 & 5 1 fur le fexe , le nomt 

bre des ctamines & des fUles* Ce qui i dona lieu . ce tu^ 



en 1 741 , ou , ^^ 
cours de Botanique aa 



$ 



1 ^ 



■^ 



/ 



P R E F A C E. 



ccnj 



le -fyfleme^ de M» Linnceus , fence principalement flir le^ 

etamines , qui vcnoit de paroitrc j j'en augmentai Ic nom- 

bre 



que 



tous ks ans , & j'cn avois fait plus de 25 en 1747 , lorf^ 
ks trouvant tout aufli dcfectueux & aulTi peu gene-" 



peu g 



raux que ks fyftcmes les plus fuJvis , je ne ks emploii 
que pour la recherche "de la ?vIetode naturek, a laquele 
kur enfamble m'aida beaucoiip. Jc les augnientai dans 
ccte vue en 1750 , jufqu'au pombrc de 48 , & jc les ai 
multiplie &L pcrfeftlone depuis, Ovioique chacua de ces 
fy Hemes ne foit pas en lui-ineTne un mokn plus lur & plus 
etendu que ks iyfteiTiCS prdinaires , pour peifcftionuer la 
Botaniqtie ^ ils out cepaiidaat fur eux un grand nombre 



d 



avantajes 



x° Chacun decesfyflcmes cnpartkulkr , eftplus regulier teu 
dans fa marche qu'aucun des fyftemes publies , n'ctant iond^ "j«s^ 

que fiir ia confideration de i leule partie des Plantes , rela- 

tivement aunedefes6 facons d'etre enonfies ci-dediis. 



Leuts ava!% 



2*^ li efc plus fimpk , &L cece fzinplkite pcrmet devoir 

d'uii coup d'oeil , tous ks raporcs de chaque partk dans 
toutes ks Families Sl dans kurs Genres j raports qu'on ne 

sfii facikmem dans ks fyflcn-ics ccmpliciucs. 



iaifit pas ^gfi; 



3^ Leiir enkinbk done tous ks raports exiftans ou 
pbferves ent;-e touies ks partks des plantes , raports d'ou 



k font forinees nos 58 Farrulks. 




parties qui ne loufre des exceptioiis £: qui ne manque dans 
quelques Plantes. En efet , quoique toutes les partks 

qu'on a remarque^& nome dans ks Flantcs , nc ^ trou- 

ant aucune 
& il i en a' 



vent que uuns k R*^gne vegetal , 1I n'i a cepend 

Plante qui pofiede toutei ces nartles enknible, 

meme aui n en oat cue i on 2 : ce» parties lent au 



meme qui n en oat cue i ou 



mb 



e» parties icnt aa noinore 
22; ks racines , les boiirjons , \ts lijes & branches , les 
ks feuilks , ks flipuks, ks vri'ks , les epines, ks polls, 
ks fleurs , k fe^^e, k ca^ke , la corole^ les etamin^s , 
Tcvere, kilil, kftiginate, kimit, ksgraines, rembrion, 
lie receptacle , le difquc , auxquckson peut joindre 8 de kurs 
proprietes ou qualites principaks , teles que la figure totak , 
oti k port de la Plante, fa hauteur. Ton diametre ^ fa duree 
"cu vie, fa fubftanfe , fesHics^, {es telntures , fes vertus, &c. 
I Quelques - unes de ces parties ou qualites out ^te -trai-» 
tees fyft^rnatiquemant , come on a vu, pag. vjjmais elks' 

ViQViX p4S ^c aufli ttenduei, lU 3.ycc la aiciuc fimplkitiii 



^ 



(ECit 



P R E P 'A C E: 



\ 



& la plupart des autres ne I'ont ete nullemeat : tellcs lent 
les 1 8 iuivantes ; la figure, la hauteur, le diametre , la 
duree, la fubflance, les fucs , les teintures , les racines , les 
bourjonsj les tijes, les epines , les ftipules , les vrilles , la 
poumere des etamines, Tembrlon , le receptacle des gre- 
nes , le receptacle de la fleiir, & le diiCj[ue. •■ " 

Ce font CCS raifons , jolntes aux divers avantajes cu'on 
peat rctirer de ces fyilcmes fimples , qui m'engajent a les 
publier come une partie neuve qui n*a point etc executee^ 
au moins de ccte manlere , & qui demandoit a Tetre. 
- On fent bien que ceux de ces fyftemes qui portent' vat 
la figire , la hauteur , le diametre , la duree , la fubftanfe 

des Piantes , ne donent que des a-peii-pres ; mais cet a-peu- 
pres efl fufiiunt ; une plus grande precifion a ces egards ,' 
ef^ aufli inutile qu'impolTiblc. 

Je ranje ces fyflemes felon Tordre de leurs parties & 
cualites ^ fans luivre la date des anees ou je les ai execu- 
tees, parce que cela doit paroitre afTez indiferent ; je les 
raporterai a la tin , dans une Table , felon Tordre ou je 
expofe avec leurs divers degres de bonte , come j'ai fait ,' 
pag. Ixxxix , pour les 56 Metodes univerfeles des autres Au- 
teurs. Je me contenterai de citer mes Families fous les Claffes 
de chake Syftcme pour eviter les longueurs fupeiflues des 
citations de chake Genre en particulier. 

_ H 

I. Syftcme. Figure des Plantes^ . 

La figure, ou cete difpofitlon extcrieure , dont renfambla 

forme ce qu'on appelle le Port des Plante5 , depand de la 
hauteur & grofleur des tijes , de la proportion & diverf© 
'Situation des branches pour les Arbres , & des feuilles pour 
ks Plantes erbacees. II i en a qui fe roulent & s'emortiUent 
autour des autres Plantes , en fuivant le mouvement diurne 
du Soleil , cad. de puche a droite , en regardant le Sud , 
gcpaffanr dePEft a rOueft. & il i en a d autres qui voaS 



^ -les 



en fens conticie. 



ll^-« CtASSE. 



%^ Clas^z. 



3* CLA?Tsr. 



4* Classe* 



Suns branches' tn ^^^^ hranches j Sans branches; en Sans branches ; 



lame rampante 
cu couchic. 



z 



i-i 



Champignons. 
1 Fucu5. 



J' 

4* % Ipacikcs. 



vo'ides ou sfi* 
rikes J ou ho- 
nikesfans tije. 

1. 17 Champignons. 
a. 1 i=ucufi. 



pome avtc vje 

nne, 

1. Z4 Champignons. 
tf. La plup. dcj 

Fa!micrs. 

J* jJcnjaubccu 



en cilindre^ 
%, Piiip Liliafcefi* 

io. 5 Orchis. ^ 

II. II Afi!tolochc«- 



%^ 



J 



^P- R E-FA C E 



X7# 4Campanu!cs." 
u. I Aireic, 

ij. I Apocin. ^ 
iy.Qiielk. i-'erfoneeit 

-ap. \ Jafrncn. ,. 

52- 2. Pourpicrs. 

5J. 5 Jouharbes. 

35- 1 Perfikerc. 

yy. 1 Rcnoncules. 



5^ Classe. 

Grimpantcs. 



\ 



t Fam. I Palmicr- 
' y.QiicIk. Gramcns- 

>. I Jenjambrc, 
lo, t Orchis. 

J). I Oii^belliferc. 
I7, 1 J Briones. 

18 I S-oIanon. 

I 

ij. I Jafmen. 



3^. 1 

4W I 



Pourpicrs. 
Jalap, 

Amaranrc. 
Rofier. 



58. I Tilleul* 

45- V Ccranions. 

V* 4 Capriers. 

n. I Pavoc. 

S5« ? Rcnoncules. 

I^' I Aron. 



LASSE. 



6^- C 

7 ow Hies felon U 
dlurnc du So- 

Ull 



* Fam. 5 LiliafCes. 
'!• 4 Ariiloloches. 

^^ 1 ChevrcfcuilL 

M- I Blicon. 

3>« 1 Pcrfikeres. 
4f. 4 Tilleals. 

47» I Chatcnsr. 



7* Classe. 



It mouvemant 

diurne du So* 
lelL 



i4- 



1 Compofce. 
1 Apo(ins. 

I Bourijches- 

1 Pevtonecs. 



^7- 

^o. I Gdrou. 

4;^. lyLeguinincufcS. 
46". X Amarancc, 

8^ Classe, 



.>?, 



chi 



€s 5 r*jm- 



pantes^. 

I Fam. 4 BifTus. 

X* 4 Chainpignons. 

4. ^ Epacikcs. 

7.Qiijlk. Gramcns. 
?. Qiicik. LilialVcs. 

5. Qli, Jenjanbrci. 
11. I Lleai^nus. 

I}. 1 Oijagrcs. 
If. 1 Ombellifercs. 

1?- i Aparinc-s. 

1-. rluf, Perfon^cs. 
18. i Solanons. 

31, 1 Salikcrcs. 
3i, X Poufpicts. 
34. X Al fines. 
37. ) Amaraiircs. 
j8. 10 Lfpargouccs." 

4 Pcriikeccs. 
J Roiicrs. 
t Jujuhiers. 

I Tirimalc. 
J Mauvcs- 

5 Crucifcrcs, 

I Rcnonculc. 



41 

43 
4f 

T4 

}8 



21 Arons. 
7 MouCct. 



9« Classb. 



Tortillccs coniTt Ra 



' /• ' 



mijiees at 
fan des h 

:. ds 



'f 



La 



^u 



c* 



ij 



i5 



^7. 
iS. 



3?- 
34- 

3^- 



Anagallis. 



7 Salikerc;. 
jj Poiirpitrs. 

51 Aldncs. 

£4 Blicons. 

5 Jalaps- 
57. 1 1 Armranrcs. 
3ii. a ETpargoutcj, 

39. 4 Pcitikcres. 

40. \ Gaion 

4 f . 19 Rollers. 

41. 1 1 Jujubiers. 
4j. 7oLegvimint:uC 
44. Piltachicrs, 
4Y. 1 5 Titinules. 
4^. iz. Anoncs. 

47, y Chaccncrj. 

48. 7 Tillcu's. 

^^. ^ Gcraiiions. 

50- I i Mauvcs, 
yi, 7 Gapricrs. 

51. 4^ CcuciHrct. 



2.1 ?xenoncu!c5» 
ID Arons. 



58 



i Pins. 
MoulTes. 



J Fam. 6 EifTji. 
i. J Chnmpignons. 
3. 7 J-itcus, 

J, Foujercs. 
7. La pi. dci Grain. 
1 1. Piup. £lcagaus. • 

16. Pi. Conipv>Ues. 

17. 4 Carppaiiules. 

18. I Brionc. 
x^' 6^ Aparines. 

io. Scjnieulcs- 

li. 10 ChevceEculU, 
21. Quclk. Aircles* 
.1 Apo^Ins. 

Labiees. 
%6, Plup. Vcrvenes. 
Plup, Pet fences. 
Solanons. 

itf Jafmcns. 



i 



lO'CLAsse. 



Ramifiies en pa* 



me , ^t' 



VC tlj 



nue. 



40 

4» 

41 



I Fam, t ISIfTus; 
3, r fiicus- ' 

«. Qtielk. Palinicrj*' 
11. 1 Elcagnus, 

13- 11 Onagrcs. 
J4. Mirrcs. 

I J. 4 OmbcHifjrcf; 

»9. 10 Aparincs, 
11. 5- Chcvrcfeui!!,' 
16, Q'jeL Vcrvenes. 
27. Qiiel, Perfonfa^ 
a^. 4 Jafmcns. 

1 Joubai'bcj* 
I 5 CaroU. 

5 Roflers- 
I4 JujubirrsJ 

4J. 10 Legumincuf^' 

4V. ^4 Titirrales. 

47. I J Charcners. 

4^\ M Tiliculs^ 

yo. 7 Mauvcs. 

h^Classe; 

Ramljiics en corzjL, 
avec tijt nuc. 

If. La plup. OmbeN 

iifcrcs. 
11. rlup. AirciCf. 
35.8 Apofins, 
I Amaranrei 

I Perfikerc. 



}7' 

J7 



1 Chaccficr* 

% Pins. 



\ 



ccvt PR £ F^ ACE. 



/ 



^ 



■ 



\ 







WTtcmo, H, 



La difilniflion ordinaire dcs Plantes en Arbres , ArbxiHeMs:^ 
Sous- ArbriiTeaux & Erbes j, n'cft point fondec fur une con- 
fideratioa fimple , ■ mais compoCSe de leut grandeur & de 
leur duree ; c efl pourquoi nous ne faifons point d'aranje- 
inant fyfrematike fiir cere divifion , qui nei\ d'ailleujs ni 
exafte* ni filofofike ; car i^ il i a des Plantes, qui font*dou- 
teufes , & qui tienent un milieu cntre 2 de ces diyifions , de 
forte qu'il parok alTei indlfcrant a laquele des a les plater ; 
tele eftla vigne que T^^ofrafte ranjoiVpanni les Arbres, & 
que les Botanlftes modernes metent avec les Arbriffeaux ; a^ 
la grandeur dune meme Plante a certalnes limites , fouvant 
afl^iz etendues , & qui depafldent du terrain , du climat , ou da 
traitement qu^on leur fait. Le Souci qui , dans un terrain 
gras & utnide , s elere jufqu'a deu^ p^^s de hauteur , n'a pas 
I ou 2 pouces dans une tcre fJche & graveleufe. Certains 
Arbre5 reflent Ai-brifleaux , lorsk'cn en coupe & recoupe 
les tetes'V tels que TOrme , le Bni , le Genicvre , VJUx 



.' 



coccifera , ou loriqu'on leur laiire poufler beaucoup de rc- 
jetons au pie , come a 1' Arbouuer , aa Mirte & au Grenadier j 
au contraire ii on les kuTe allcr fans les taillsr , & fi i'on 
ote foigneufemGnt les rejerons qui croiffent an pi6 du Gre- 
nadier, du Mhte & de rArboivfi-r , Us s'cleveront a la 
hauteur des grands Arbres. Cert-ilnes Plantes qui forment 
des Arbres dans les climats chauds, nc font aue des Arbrlf- 
fcaux dans les p::is frokls ou temperes ; tel eft le Ricin ,' fe 
nododmdro, ^ rArboufier , dont on fait des poutres ert 
Crete , font fort peiits ailleurs ; le Cornoul'.ler femele oU 
Sai:guen , & la Rue , form«nt de meme -des Arbres dan* 
ces pais chauds. -f Mn.dans le meme Genre de Plants, 
on vo!t des A-bres , des Arbrifleaux ou mame des Erbesj 
tcis font le Suro , la yyHmofe ou Senfitlve , le Saule , quellce? 
Scabienles , certaines Mauves , &c. 

Nous confiderons done ici fimplerrxent la bauteur ce? 
Plantes ou le^ar grandeur , dont !a Metode efl a la Vcnte 
falceptib'e de qiiekjues-'ans des dcfauts cites cI-defTus. 
^ Ily a des Fi antes qui nont pas^de licrne de grandeur j 
cc qui refTcnjblent a une fine pouffiere , &^11 y en a d'autrCJ 
qui s'clevent , ou qui s'ctendent jufqu'a -joo pics de longueur, 
tn genera! les plus grands Arbres ne fe trouvent pas com- 
munement dans les pals les plus frolds ou les mleux cuitiv^ 

©a les plus peuples , mals pour I'ordlnalre dans les cUma» 



f 



PR M F A C E. 



«^ 



les plu5 cKdliJs ou 5 



. . • ccrtj 

les teres en friche Sc citandonees » 
x)u fdf les montagftes. 

Les Iftonens nous ont conf^gne cans leurs ecritS la c6^ 

JiefTance de 7 .Efpeces d'Arbrcs (^es plils remarqiubles pir 



* . _ 



i 



Mine tm Liv 1 6 , Chap. 40 , 



grancie natiteur, 
■ Le 1" excmpleeil rapcrt5 pa?? 

^e fon Hifloire Nat. c'eil celul «'un Sapin "de 7 pie5 de 
diametre , qui ferv'it de mat au plus grand Vaifieati que les 

Romains eufTent encore vu en Mer , 5^ qui avoit ete 

-1 



Sapin. 



COfif- 



truit pour transporter d'Egj'pte rob6Iiske deilin^ au cirke 

cu Vatican* Abus ^ dit-il, admirat'tonis prcccipucz vifa c'fl 
in Navi qttcc fx j^zypto ^ Call Frincipls hijju ^ OhdifcvM 
ii^ yattcano circo jtatutum , ^uatuor.^ue truncos iividis 
ijuficm ai fitjlincndum cum aiduxit. Qui Nave nil adm'ira^ 

certum cjt ; izo^oco mod':um Units 
pro fahurrd ei fuert , longitudo [patium cht'inuit ma-gnd ex 
parte Ofcicnfis partus latere lava , ibi namque dcmerfx ejl 

^J^laudio Principe ^cu7n 3 mclibus turrium altitudine , in ed 
^x tzdificdtis obiter Puteolano vidvcre^ advc^ifque^A^torls ejus 



■1 



V-'» 



-> k 



iiiihs vifum in. Mart 




implcbat 



vul^h 



Qci 



re 

• / 



M 



crajjitudo 4 kominuni iilnas corftph^entium 

que auditur^o nummcriim & pluris malos vcnundari ad eos 

^fi*^ ^ rates verb conr.e&t 40 fcpcrrirs plc^afque. 

Pline Cite dans Ic mCmc Chapitre un mat de Codrc de 
150 pics'de long, fur ^ pic^s & plus de diametre. At in ^5o pics d^ 
^gypto &Syrid, continuc-t-i!, Rcges inopid Abictis Cedro^''^'^^^ 

^d Clajfes feritniur itji. Maxima ea in Cypro trnditur ad * 

^^ucciremem Denietrii fuccija 1^0 pedum y crajjztndinis verb 

Rai raportc dans fon 



LTc. 



Ger 



des Flantcs QX\cn 



Voioit de ion terns en Yerdalie des Ch-3nes de 130 pies de 130 p'u's. 
^anteur. 
Et qu'on vendoit en Angl 



^.eterre des Frcnes de 132 



Frcnes do 



L(^ 5*excmple cite par Pline , d'apres Sebouis, Volajcur '- A<hr« 
^^ fon tcms , regarde ceriiains Arbres des Lies Canaries ape- H4 P^"' 
l^es alors Ifles Fortun^es ; Arbomn 

v-hap. 32.^ ibi proceritatem ad 144 pedes adolcfccre prodidit 

Mattiole dlt de merae , qu'il i a dins I'lfle ds Cbypre , 
«es Arbres de 144 pids de tile. - . 






dit - il , Live 6 , 



de 



, . Phne 
Arbres 

(omet. 



raporte encore ^ue Ton trouvc dan5 les Indes des 

u elevcs, quaucune fli^chc nc pent en atteindre le 



cevii) 



P R E F A C t 



\At\h(i 



JLZO pics 

tuurcur. 



dfi Le meme Auteiir parle, au Liv. i6, Chap/ 40 ; d'ufK 

^*^ Melcfe de no pies de tije de z pies de diametre par- 
tout 3 fans compter le fake garni de fes brandies , qui avoit 
encore 100 pies de longueur far \ pie de diametre. Ant" 
plijjlma j4rborum _, ad hoc ccvi cxijlimatur Rome?, vifa , quaih 
fopter mhacidum Tiberius Cctfar in tod^m Ponte nauma^ 

chiarlo expojuerat , adveclam ciim rcUqiis materic , durd%dt^ 
^ue ad Ntronis Principis amphitcatriim : fuit autem trats c 
lance longa pedes 120 , bipedali crajjiludinc ctquaVs ^ quo 
intelll^ebuiur v'lx credlh'dis reliqua altitudo f^fiigium ad 
cacumtn ccjl'mantlhiis. Fuh mcmorid noflri & in porticihus 
feptorum a M, Agrippd rell6la ccqne miracuU catifd qucz delibl'^ 
torio pjpcrfuerai 20 pedilus brevier ^ ftjquipeci all crajjitudtne^ 

Talmiftcde ^^ 8^ exemple eft cite par P.ai , d'aprcs Ligon, & d'au- 
)|ocpifs- tres Voiajeurs, & furpaffe tous les prodijes raportes en ce 

Genre; il regarde le Palmier", apele Palmlfte Roial aux Antllex 
de I'Amerike , dont le tronc qui a a peine 7 pie de diametre , a 
jiifqu'a 300 pies de longueur, CesVoiajeurs veulentfans doute 

_ ^ , en ferpentant , entrelalTe tous les 
Arbres d'une Forct ; car les plus grands Palmiftes que j'aie 
vu en Afrike, ne paflent guere 100 pics , quoi qu'iis aient 
plus de deux pies de diainetre. - ■ . . 



parler da Rotan , qui 



^^^^^"^ Classe. 



e.i ■ 



Tlantes de \ de 
ligne a i Ugne 
dd haut'.ur, ' 



, r Fam, i Eiifus. 
'1^. 1 Aron. 

a* Classe. 

T)e 2. Ii^ncs a 6 



3. 5 FuciJs. 

4. Qucik. Lparikes. 
\. 3 fuujercs^ 

jw Quclk.Gramcns, 

g. Q'.ielk. Liliaftcs, 

iC, Quelk. Compof. 

ij. I Apoiin. 

Qi)e!k% Lsbices. 



■IlS^i es. 

Fam, 4 BilfLj?. 
. Q. Churnjilnons. 
• Quclk. Epatikc.s. 
. Quclk. Labi^cs, 
. I Mouffi'S. 

3* Classe. 

De I a %pvuces. 

X Tarn, j BifTu?. 

&. rl. Champign» 



2 
' 4 



1? 
50. 

54- 

57- 

45- 

54' 



1 

I 



7. Qu. Pcrfoiicc'S. • 

Anngalll?, 

Salikcre. 

roiKpiers. 

3 Joiibaihcs. 
X Alfir.er. 

I Amaranre. 
5 Efpar^ourcs, 
I Ticimale, 
1 Gcranion. 

4 Crucifcrcs. 
I Ciflc. 

z Rcnoncutcs, 
J MoulTca, 



4? Classe. 

De J a 6 ponces. 

I Faai, 1 Biifiis. 

Z. Laplilp. desCh. 

J* Qtieik. Fucus. 

4. rhip.'Epatikes- 

liQuelk. Foujercs. 

7. Quclk, Cr^niens, 

8- Qiielk. Liiiafecs. 

p. I Jctijmnbcc. 
10* I Orchis. 
J K Y Arifioloches. 
la. 3 Elcsgnus, 
1 3- 1 Onagres, 
Jj.Qn. Ombel lifer. 
1^. Qu. Ccmpofces, 

27* I Cainpanulcs, 
X Aparincs. 
4 Scabicufcs* 
1 Chcvrcfeuill. 

% Airclcs. 

1 Apofins. 
1 Souraches. 

x;- Quelk, Labiccs. 



2^. Qii.Veivencf. 
Qu. PerfoJic«» 
Jafiiicns. 



»5- 

20. 

IN 
21. 

3.4- 



17- 
30. 

33- 

3V- 
57- 

40. 
41. 

45- 

47* 
4^- 
45- 

JO, 

54- 



Anagatlis- 
Salikercs. 



3 



4 
1 

6 

z 
1 



z 
i I 

3 
1 1 Potirpi-TS. 

Joubarbcs. 

i 3 A!tir1cs. 

I3!i:ons. 

Amaranres. 

Efpari^oaccs, 

Per/lkirei. 

Garou. 

z Rollers. 
5 LcguaiiDCufcW 

I TillcjL 

I Chatericr. 
I Tiilcul. 
I Geraniou. 
1 Mauvcs. 
CaprierSw 

Crucifcrcs*^ 
Pavots. 

Rcnonculc«» 



1 

10 

4 

4 



'-. 



\ 



/ 



fff. y Arons. 

J7. I Pin, 
jS.fi MoulTes, 

' 5^ Classe. 

De la 1 plis, 

1 fain. 1 Biirus. 
X. 1 Champjj^aons. 

4. Qaclk. Iputikcs. 
J* Plup. loujercs* 
*. X Palir.icrs, 
7. PTup. Graiiicns. 

». Plup, LiUafces. 

5- PI. JeDJanbrcs. 
ic. J- Orchis, 
»i. 4 Atiflolochcs. 
It. 4 EUagnus. 

If. P!.Ombclliferc5. 
itf. Pi. Compofees. 
17. y Campanulcs# 
xS. I Brionc, 
»:>♦ J Ap.itines. 
2o, 4 Scnbieufcs, 
11. 3 Chevrc fcuill. 
It. ^ Aitcles, 
X3. 1 ^ ApoSns. 
i^. 11 Bourachcs. 
Is. Plup. Labiccs. 
i6. Pldp. Vcivencs. 
i?. Plup. rerfonces. 
13. J Solanoiis. 
i9. y Jafmens. 
50- 3 Anagallis* 
31. 4 Saliketes. 
Jt. 15 Pcurpicrs- 
33. 8 Joubarbcs. 
34* 3.1 Alines* 
5$. 15 Blitoas- 
35. J JaUps. 

37. 8 Aniaranres. 

38. 4 Efpargoutcs. 
59. 8 PerdWrcs. . 

40. 1 Garou. 

41. 14 Rofiers, 
4^. 1 Jujubicrs, 

44. 4 Piflachicrs. 
4j. 6^ Tiiimalcf. 
47. 1 Chaceners* 

45. 1 TiUculs. 



P Jl £ r A C E 

49. 1 Gcranions, 
yo. 6 Mauves, 
yi- t Captiers. 
ji, JO Cruciferes, 

^4. 1 5 Cltlzs. 
5 y. 1 1 Renonculcs. 
f 6". I ^ Arons. 
58. 14 MoufTcs. 



6'' CtASSE. 

j Fam* Qii. Fucui. 
f, Quelk. foujercs. 
7.Quelk. Granicas. 
t-Quelk. Liliafees- 
9. Qu. Jcnjanbres. 

10. I Orchis. 

1 1, tf Ariftoloches. 
li. 4^1cagnus. 
13,5 Onagtcs, 
14. Q^jclk. Mirres. 
X J Q. Ombellifercs. 

16, Q'». CompofceS. 

17, 1 Campai\ulcs. 
iS. J Briones. 

19, tf Ararines, 
lO. 1 Scabloufcs, 
it. 10 ChcvrcfcuilL 
li. 8 Aircles» 
ij. 6 Apofius. 
24* f Bourachcs. 
ij, 4 Labicc*. 
iS". Plup. Vc^vcncs, 
27. Qu. Pcrfoiiecs, 
2,3. J Solnnons. 
1^. 1 3 Jafiuciis, 
jO. 1 Anagallis. 
J r. 1 Saliketcs, 
*t, 4 Pourpicrs. 

.?. 1 Joubarbes. 

i4. I Alfinc, 
^Y. i Bliconi. 
j<f. 1 Jalaps. 
a7- ? Amaratites. 
j9. tf Perfikcccs. 

4.0, li daron. 
^^. 3 Rogers* 

4.1. 1 Jujubiers. 
4.5. 10 Lcgumineuf, 

44% ^ Pillachiccsi 



4^, 10 Titima!es. 

4<?. 1 Anones. 

47. z Chateners. 

48. e Tillcals. 
4^. 5 Geranions. 
yo. ^ Alauves. 
51.1 Capiiers. 
J t, 10 Gcuciferes« 
J J. 1 Pavocs. 

54. lo Ciitcs. 

jf, y Kenoncules. 
J^. X Avons. 

7^ Classe. 

I 

Dc loa zo pics, 

5 Fam.Q;Foujeres. 

tf. 4 Palmiers. 
7. Qit. Gramens. 
S. 3 Liliafces, 
5. I Jenjanbrcs. 
11.1 Ariuolochcs, 

11.3 Eleagniis. 
13- Plup.OnaL^rcs. 
34. Plup- Miacs. 

1 y. I Ombollifeics, 
18. 1 Briones. 
1^. 10 Aparincs. 

ii. g ChevrefcuilL 
11, 14 Aitel:rs. 
14. J Bot-iracbes. 
iC Qd. Vcrvenes. 
17* Qj. Perfonecs. 
18. I Solaiion. 
10. tvjafmt^ns. 
^1. 2 Pcurpicrs. 
37. I Amaraace* 
39. 1 Peifikercs. 

41.4 Rollers. 
42.. 17 Jujubiers. 
4j. joLcgimuncuf. 
44. 12. Viftachicrs. 

4j- X J Tidmales. 
4^, 4 Anones. 
47. C Chatcncts* 
4J?. i Tilieuls. 

49. 4 Gcrjnions, 

50. y Mauvcs. 
51.1 Capricis. 

j4. I J Cirtes. 



CCIX 

yy.' 3 Rcnonculrtr 
j7. 1 Pins. 

S= Classe: 

De aj i 50 ptcsi 

7 Fam. I Grrmca. 

8. I Lilufi^e, 
jz. I Eleagnus. 

13. Quclk. Oiiagrcs* 

14. Qjelk. Mirtes* 
iZ' 6 Eriones. 

J9. 4 Apaiiiics. 
ai.fi Chevrefcuilles*" 
11, 8 Aircles. 
2.3. 8 Apoffiis. 
14. 1 Bouraches, 
ifi. Qu. Vcrvenes. 
1.7. Qu. Pcrfoiices. 
29. 2 Jafmcns. 
5x2. Pourpicrs, 
41. X Rofiers; 
41- 7 Ju)ubieis. 

43. i^Lc^uminciifes^ 
44*15 Piftachlcrs, 
45-. I Titimales, 
■4tff 7 Anones. 

47. 6 Chatctiers. 

48. tf Tilkuls. 
45. X Geranions^ 
yr, 1 Capriers, 

^ i. I Pavoc. 
f4, 10 Ciltcfi* 
57. J Pius. 

f 

9* Classe; 



1 * 



^ Fam. 4 Palmlcrc. 

5. I Jcujaabrc. 
I ^ I OinbcUifcrc. 
iS. 4 Briones. 

43, tf L'^gumineufej, 

44. 6 PiUachiets. 
4j, 1 Titimilr. 
47 J Chacen.rs. 

48. 1 TillcuL 
yo. X Nfauves. 
ji. I C.Tprier. 
^4 10 CiAcx, 
J 7, 1 Pins, 



% 



># 



> 



r 



r 



1 



fccf ^ PREFACE. 

vo^Classe. " 44- 4 rlfcachicrs. ^j. x Pins. tz/ farmanlcu^ 

'Be lOO i 140 47. i ChateScrs. 1 1« ClASSE, /f^. 

*' to- * Mauve* n * » ^ ^ 

^ Fim* 3 Palmiers. p:es dc long , 4J, i Lcgumincafc, 

Jc Syileme. Diamctrc ou gfojfeur da Tronc^ 



I 



-■ 

Ce que nous avoas de plus averc Tur la prodigieufe 

rofTeur de certains Arbres , fe lit dans les Ouvrajes de 



ine , dans le Sylva d'Evelln , dans rHiftoire Generale 



dc5 Pkntes de Rai , & dans quelkes Voiajeurs celebres : Les 

20 Exemples que nous allons citer , regardenc 11 Efpeces 

d'Arbres tres-connus^ & 4 inconnus. 
^oicicr Ic I^e premier eft lur ce fameiix Poirler d'Erford en Angle- 
%'plesdcdu- terre, qui, au raport d'Evelin , avolt 18 pics de tour, c. a 
•«Hcuc. d, plus .de 6 pies de dianietre ^ & qui rendoit annuelement 

7 muids 5 Doliu majora , de Poire. 

Sauls dz 9 On a vu des Saules creux de 2,7 pi6s de circonfcrance 
fi^fi- - -au tronc, qui avoit|, par confequeut , au moins 9 pies de 

diametre. 
fcufcdcii piine cite au Llr. 16, Chap, 44, de fon Hifloire Na- 
^^^ turele , un leufe ou Ch'^ne vert , qui, dun feule fouche, 

avolt prodult 10 tijes , chacune de 12 pies de diametre. 
Vkkaluco (Diin^) cjl Jkx & Ipfa No bills y 35 pedum 
cmbilu c audi CIS ^ 10 A r bora mituns Jingalos magnitudtnis 
vlfend^ , Sylvamque Cola (^ 



Lc mcme Ameur , dit an Chap. 40 , qn'il y avoit en 
Alemagne desi Arbres , qall ne nome pas , fi gros ^ que leur 

^ it des canots du port de 30 hommes. 

JinguUs Arborihui cavatis navJ^ant ^qud- 



tro 



fcrimt. Mais que font ces Arbre= 



kz ticu ^^ compar^fan des S^iha ou Beaten de la cote d'Afrikie , de- 

puls le Senegal jufqu'a Kongo , dont on fait des Piroges 

^^ S "^ iz pies de large, fur 50 a 60 pies de long , capa- 

■bles de porter aoo hommes , & du port ordlnere de'i') 



*nilcul dc 



toneaux de 2 railliers , qui font 5omille pefant. 
. .^ I^^i parle dapres Evelin , dua Txlleul mcfure en Angle- 

kfsiH. tcrre^^ qui, fur 30 pics de tije , avoit 16 aunes ou envjron 

48 pies de circonferance , c. a d, , au moins 16 pies dc 
•diametre , & qui furpaffoit infinimant le fameux Tilleul du 
Duche de Virtemberg , qui avoit fait donner a la Ville de 
Keuftat, le nom^ de Nieujlat ander grojen Lin^ern. ( 

dernier avoit 27 pies j de circonfcrance, ce qui fait environ 

f.Q pi6$ de diametre ^ le tour de la pome ou tete avolt 



t 



V. * • . *• 



P K. E F A C -S. ccfj 

\ 

1^03 pies , fiirune largeur de 145 pl^s du NordT au Sud, Sc 

de 119 pies mefure de rETl: a I'Ouefl:, 

Rai dit avoir wx en Angleterre plufieurs Ormes de 3 pies Ormc ^ 

de diametre fur ime longueur de plus de 40 pies. II raporte »7 F^ 

encore qu'un Orme a feuilles IiiTes , de 17 pies de diametre 

au tronc , ftir 40 aunes ou environ 120 pies de diametre k 

fa pome, aiant ^te debite, fa tete feule produifit 48 €ha- 

riots de hS\s a bruler, & que fon tronc , outre 16 billots, 

fournit 8,660 pies de planc;hes ; toute fa mafTe ou maiiere 

fut evaluee a 97 tones. On a vu dans le meme pays ua 

Onnc cieus^ a pen pres de meme taille ^ qni fervit long- " ■ ' -* 

terns d'habitation a une pauvre temme qui s'y retira pour 

faire fcs couches. 

Le meme Auteur cite ir Ifs tres-^jes , dont Tun avoit 12 7^ <^* *^ 

aunes de tour , c, ad., plus de 30 pies , & I'autre de 59 pies f"^** 

de circonferance au tronc qui font au moiios ao pies de dia 

metre.' . . 



) 



Harlei raporte que , dans le Comte d'Oxford en Angle- chln«3C 
terre , un Chene ^ dont le tronc avoit 5 pies quarcs dans une - 
longueur de 40 pies , aiant ete debite , ce tronc produifit 20 
tones de maticre , & que fes branches rendircm 2.5 cordes 
de bois a bruler. ... . . . ^ / 

. Plot , dans fon Hiftoire Namrele' d^Oxford , fait iricntlort 
d*un Chene, Jont Ics branches de 54 pies de longueiir \ 
mefurces-dcpuis le tronc, pouvoient ombrajer 304 Cavaliers 
0124,374 pietons. ' 

. Au raport de Rai, on a \ai en Veftfalie ptufieurs Chenes d^ jcfiw^ 
monflrueux , dont Ttin fen'oit de. Citadele , & dont Tautre 
avoit 30 pics de diametre, fur 130 pies de hauteur. jQn peut 
jujer de la grclTeur prodlgicufe de ces Arbres , par ce- que 

dit le meme Auteur de celui dont fiirent tirees les poutres 
tranfverfales du fameiix VailTeau apde le iRoial Dovereigrt 



conflruit par Charles I. Roi d'Anglererre : ce chene fournit 
4 poutres , chacune de 44 pieds de longueur far 4 pieds 

9 pouces de diametre ; il falolt que cet Arbre etit au moins 

10 pics de diametre fur une longueur de 44 pieds* L'Ariire, 
continue Rai , qui fervit de mat a ce Vaifleau, m^rite d'etra 
citd, quoique d'un autre genre ; '^ avoit , dit^il , 99 pie* 
de lon^, ^^r 3^ pies de diametre : mais cette grofleur nou* 
paroit bien difproportionnec a la hauteur de 99 pics , & a la 
iargcUr des plus grands Navires qu'il foit pofllble de coaf-- 
iruirc 

Les plus gmnds Baobab que j'aie' eu occafion de mefurUr aii 

^encg4 , avoieilt 78 pi^* dij circonferance . c, a rf^ , enviroa 



■* 

:# 



B80&1& ^ 



. c, a rfw , enviroa J7 V-^. 



i^m 



PREFACE! 



\ 



5.7 pies^de diametre, fur 70 de hauteur , & iSo pies^de 
<liametre a leiir pome ou tetc* Mais d'autres Vokjeiirs ea 
ont vu de plus gros dans ce meme pals ; Rai dit , qu'entre le 
Niger & le Gamble , on en a mefure de fi monftrueux , que 
17 homes avoient bien de la peine a les embraffer , en 
joignant les uns aux autres leurs bras etendus, ce qui don- 
neroit a ces Arbres environ 85 pies de circonferance , ou 
pres de 30 pies de diametre. Jule Scaliger dit qu'oil en a vu 
qui avoient. jufqu'a 37 pies. 



•fct P»^s» 



^rbfrt de Rai cite encore le raport des Voiajeurs, qui ont vu au 



Brefil un Arbre , quil.ne nome pas , de 1.20 pies de to^-Jr , 
c. a d, de 45 pies de diametre , & qu'on conferve religieufe- 
ment , a caule de fon anclenete. 






«i 



J*- 



( 



de 



A 



que 



de circonferance , ce qui fait environ 18 p^es de diametre. 
Mais Piine en cite dc beaucoup plus gros. II dit, Liv. 12, 
Chap. 5 , que la conqucte des Indes par Alexandre , en 
fit connoltre, qui avoient pour Tordinaire 60 pies de diame- 
tre. .Flcuf iki €xilia poma hahct ; ipfa je . fcmptr fcrens 
vajlis dfffunditur ramis , quorum imi adc.o in tenant cur* 

vantur . ut annua 



, ut annuo Jpjtio infigantur novamque Jibi propagincfi 
ficiant circa parentem in orbcm\ quoiam open topiario : 
intra, fep tarn earn, (zjlivant pajlores opacam paritcr & munitam 
$^allo Arborls^ decora fpccu fubter intucntlprocul ve fornicate 

sambitu ; Juperiores ejus rami in excelfum emicant fyh'>[^ 

inuhitudine ^vajlo tnatris-corvore 



:W«ane de 

%l pics. 



:orpore y ut 60 pedes pUraque orbe 
<olligant..^ imird verb bina Jiadia operiant xfoliorum latitude 
pelta .efig'em AmaionUce habei ; cd caufd fruBam integens 
<:refcere pr^Aiba, rarus.qui ejl necfibcz magnitudinem excedens^ 
ftd per folia folibus co^us , pnzdulci fapore , dignus miracuh 
Arboris rglgnltur circi Accfmsm prxchue amnem. 

Pline , au Ch. i ^u meme Livre , parfe d un Platane de plus 
de 80 pies diametre , dans la cavite daquel Af^/ij ;7/// foupa& 
concha avec ai ^perforiei. Platani , dit-il, cdebramfunt pri- 
jniimin ambulatione Academic Atenis ^ cnbitomm 36 uniut 
radice ramos antccedcate. Nunc ejl dara in Lycid gelidi fon* 

appofh 



fpecu , ncmorofo vertice , & fe va(l 
ifi ' ' 



id dfjit fpeluncce imagini , f 
ifcofos amplexa pumices : tarn 



Mutianus ter Conh 



is corona 

Luciniui 



)Jl€ris pMtdrit , cpuUtum intra iom f^ ^^ 



preface; 






Chate£er 



'iuddevicejimo comite ^ iarge ivfd tores prahenfe fr6nde-^ aff^ 

cmni affiatu jecurum , optantem imbrium per folia crepitus ^ 
I&tiorem qudm mamoruni nitore piElurct varictaU , laqu'ta^ 
finm auTo , cuhuijj<i in fddem. 

Pline continue, en citant un autre exemple d'un Phtane 
/ur lequel le Prince CaiusTcupa avcc 15 perfones cnviro- 
nees de toute fa fuite. Aliud cxcmplum Caii Principis in 
Veliterno rure mirad j imius ( Platani ) tabuUta laxifque 
ramorum trabibus fcamna patula y & in €4 epulati ^ cum ipjc 
pars ejjet umbra: ^ i$ convivarum atone mlnijlerii capace tri-^ 
clinic , quam cce.nam apptUavit ille nidum, 

Kirker , dans fa Chine illuftree , cite un Chattner du' 
Mont -Etna , qiii eroit (I gros , que fon ecorce fervoit de 
Pare pour enfermcr pendant la nuit un troupeau entler de 
Moutons , pccorum, 

- Nous ne devons pas paffer fous filence , ces Arbres mervel!- . , *. 
Jeux , dont il efl: fait mention dans les dernieres Iftoires de la ^^^ -^^ ^^ 
Chine , quoique nous n'en aions pas beaucoup de details. Le i^ diamcuc, 
ces Arbres fe trouve dans la Province de Suchu , prJs de la 
Ville de Kien ; il s'appelle Sier.nich , c. a d. , Arbre de mil ansj . 
il eft fi vafte , qu'unc feule de fes branches pent metre ^ 
couvert 200 moutons. On ne dit pas le nom du %^ , il croic 
dans la Province de Chekiang ; il i en a de fi gros , que 
80 homes peuvent a peine en embrafTer le tronc , qui a , 
par confequent , environ 400 pies de circonferance , ou 130 ^ . 

pies de diametre. 



• . Quand mcme ces divers faits , dont on aurolt peine 
clterun plu5 grand nombre d'exemples aufli averes, n'auroie 



\ 



pas une exafte precifion , ils ne peuvent neanmoiiis laifler 
3ucun doute fur Texiftance de certains Arbres d'une grofleur 
'qui paroit fi difproportionee a celle des Arbres a6hielemant 
cxiftans en Europe ; & ces Baobab de 27 pies de diametre 
que jai vu au Senegal, & cenx de 30 a 37 pies qui. ont 
et^ vus par tant d'autrcs Voiajeurs en Afrike, fufifcnt , ce^ 
me femble , pour conftater la poflibiHte de I'cxiftance des^ 
Platanes de 81 pies cites par Pline ,& peut-etre des Arbres. 

. de 130 pies vns ea Chine, 



X* Classe. 

Platites fans tije 
hi branches » 

1 Fair, y BilTuf. 

1.1 J Champignons. 

3. 4 Fucm, 



a- Classe. 



J. ^ Champignont. 
3. J Fucus. 
4* £paiikc9. 
J, 3 Foujercs* 
7, 4 Graaicn$. 

ifr. 1 Orchis- 



A tije ou branches 
da ^ ligne s ^ 
X ligne de dia" 
metre. 



J 3, J Onagres- ^ 
itf. lyCompofecs 

>5. 1 Briones. 
ff. t A purines. 



r>- 



J 

A*- 




CC3V 

XI. 1 Chevrefcuillc* 
i- s Airclc 

X4* -< EoiirachcR. 
a . Quclk* Labiees, 

a^.Qucik, V'crvenes, 

»7-Qiielk.Perronccs. 

at* i Jafmc:is/ 

3 (, 3 Salikeres* 
3":, 1 5 r«urpicn. 
5 3, I Joubarbcs* 
54* t AlfiLies* 
^V, $ Blirons. 
1 Jalaps. 

i7- ^ Aiiiaunrei. 
3'8^ 3 1 trpargourcs, 
35». 4 i^crfikeres* 
40, 1 Gdiou. 
41- tf RolTcrs* 
41^ ijujubiers. 

4f- 5 Titimales. 
48* i li!lcul. 

4$, 4'^crai)fony* 
5-0. 1 Mauvcs. 
51- z Capri rs. 

^z. *o Crucifetcs. 

J 3. 4 Favors, 
f 4. I© Ciftes. 

'5'^ o AroiiS- 
5&, 15 MouiTcs, 

3*^ Classe* 

dt diametre^ 
a Tam. ly Cham- 

f- 4 Fuctis. 
f ^ 7 foujeres. 
T". 14 Gramcnj. 
!R. -^ J I.iliaftes. 

*^ 5 jc'ijsnbicJ* 
mo. f Ore bis, 

5:i« 5, ArillolQchcf- 

a3U 1 Ilcagnus. 

flij. 4 Onagrcs. 

■ S- Jo Omb(^Ilif?rc«, 

a'fl^ #5" C o aip o fe cs- 



PREFACE. 



if. 1 1 "Rtiones. 

19- 4 Aparincs. 

20- 4 Scahiciifcs. 

ii.4,C!vcvrcteuiI!cs. 
11- Pliir. Airclcs^ 
X). i(J Apocins. 
i4. r 1. Baur.iclies. 
If. Plup. La! iecb- 
ifi.Qut-lk. Veivcncs. 
a7,.PK'ip. Perfonees. 
18. 7 So!anoiis. 
*5). 4 Jafmens. 
Jo. 8 AnagalUs. 
3 I. 6 Salikercs. 

ji. 15 Pou piers* 

3^. S Joubaibcs, 
■34, ^ I A! fines, 

J 5. 18 Blitons, 
jr>, J Lilaps. 

37. 11 Amarance-s. 

38. 1 E'pargoures, 
^5. 6 Fcifik^ics. 
40. X Gaol?. 

41- tf RofiL-rj. 
42. I Jiijubiers. 

45.i5lAi;umiiieures> 
44. 4 *'iiucbici5^ 
4y. tf TirvmaK-s. 

47. 3 Charencrs. 

48. 1 Tillculs. 
4?» f Geranioi.s, 

J- 1- 1 Capiiers, 

ji. 50 Cnicifei«, 
53. 5 Pavors, 
54* '^ Cilles, 
■f f* 2S Rcnoaculci, 

5 7. i Pins. 

4<^ Classe. 

I poucc, 

1 Farn. iz Cham' 

pignons, 
3.4 I Fucus. 

5^ 3 foujeres. 
7^ 10 Gramcns. 

1« 24 liliafecs. 



9, y Jenjsnbres. 

10. I OixhJs. 

12. i Ariiloluches. 
n. i Elcagnus. 

13. ^ Unagrcs, 

14. i Miius. 

I f . iftOmbclIiferej. 

17,4 Can.panules. 
18. 3 Brioncs. 
1?. 6^ Aparincs- 
%Q, ? Srabieiifej. 

r 

1 1 . ^ Chcvrcfcuillcs. 
It. Pluf, Aucles. 
13-4 Apocins, 

ip Qiielk. LabicM, 
a«. Pluf, Vcrvenes. 
27- Piuf. Perfuncxs. 

tS, I Solanom, 

^^ r 

2-5- ^Jafmcns. 
31. 4 Pourpicrs. 
3 >. I Joubaibc. 
34- I Alfine. 
3^.1 Bticoiis, 

39* 5 PcrfiHcrcsr 
40. 4 Garou, 

4» 4 Kofiers, 

43'i^LcguiTjinculVs* 
44- 6, Piliachicis. 
4V- 4 "titimales. 
4S. 4Tineah. 

49' i Gcraiiions. 

51-1 Capilefs. - 
yt. 10 Cnicifercs, 
T5* lo Pavots, 
J4- 5- Ciftes. 

y<?. 6 Arons. 

Tijcdeza^pouca 

t Fam. I Champi. 
gnons. 

6. A Palmicrj. 

7- 1 Gramcu. 
S. 4 liliafjcs. 

^ 3 JcRJanbixs, 



X5. 4 OnaL;r^j. 

14. 3 MifCc5. 

I :, 4 OiTibclIifercJ. 
16". xo Compof^cs. 

15. S Aparinc.s. 
zi. S ChevrcfcuillcJ* 

21. PJapr Airclcs. 
ij. 6 Apocins. 

If. Quclk. Labiew. 
x6. Piup. Vcrvencs. 

li, z Solanons. 
1^. II Jafmens. 
31. 4 Pourpicrfi* 
5 y. 1 Blitoas. 
1^. i Periikerc 
40 loGaroii* 
41. 3 Rofierf* 
42.. 3 Jujubiers. 
43-30 Legumiacuu 
44, ro Piftachicrs. 
V. 6^ Tiumnles. 



47. 5 CbaccSctJ. ^ 

48. I Tilleuh* 

49. 1 Gcranion* 
fOr ^ Mauves. 
5I- z C.ipricrs. 
514 Crucifcics. 

53.x Pavocs. 
f4. ro Ciiles. 

6^ Classe. 

Tijedc^axopou^. 
ces diametre, 

5 Fam. 1 Fo'ijerey* 
^. 1 Palmitrrs. 
J. I Liliafec. 
9. SJcnjanbres. 

71. z Eleagaus. 
li, 4 OnagreJ* 
i4r 3 Mirccs* 
19. to Aparin". 

z<T.Q'je'k.Vcrvcnrt. 
X7,Qucik.Fcrfon^cs. 

19, 8 Jafmens. 
31. I Pourpier* 
40- X Garou. 
41. i Rofie". 

4),l&Lr^uimncu^^ 



^-■ 



I 



PR E F A C E, 



4^P« i<?Piftachicrs. 
4V- 8Tirimal«s. 
4tf. 4 Anoncs, 
47. 5 CiiaccH^r?. 
43, i Tilleu'.s. 
t Geranrons* 



4? 



1 Capricrs. - 
ly Ciftes. 
I Pin. 

7^ Classe* 



Zyc de 1 a2 pies- 
diamctre. 

^Fam. 4 Pafmicrs. 
5- i Jcnjajibccs. 

1^.4 On4-rcs# 

14. 3 Mines. 

15. J Aparincs. 

ii.^Chevrcfcuillcs* 
X 5. 1 Apocins. 

14.4 Bourachcs. 

x/.Quclk.Pcrfou^cs. 
I5- 3 Jafmens, 

17* & Aauiante. 



41- 

4i 

4? 

4? 

4> 

4« 

47 

4»^ 



I Rollers, 

10 Jiij'ibicrs. 

I I Legniiiineuf, 
T f Piitachicrs. 
6 Tiiimiiles. 

8 Anoncs. 
1 Cluuinefs. 

z Gcranioss. 
X C^pricr. 
I Pavot. 
10 Ciiles* 



5 Jujubicrj* 
S Leguniincures. 
tf Piitachicrs. 
I TiEiinale. 
I Chateners, 
5 trileuls, 
I Mauve, 



>4' 

J7»z Pins. 

8' Classe. 

diamctre. 

€ Faro, 3 Palmicrs. 

14.1 Mirtes. 

zi. Qucik- Airclcs. 

Z3. 4 Apocins. 

z f . Quclk. Vcr vencs, 

17 .Quelk. PerfoneeSr 

41. 1 Roiicci* 



41 

41 

44- 
4f 

4-7' 

4«. 

JO. 

j7. z Pins. 

9* Classe. 

pics diamitrc^ 

4 1 Fajn. 1 Roiicr* 

44. 4 Piftachicrs, 
47, 4ChaceSers, 

45. 1 TilicuL 
f 4. 1 Ciftes. 
j7. z Pins. 

I o^ Classe* 



48. 1 Til!cu?j 
50^ 1 Mauve» 
57* 1 Pin. 

11^ Classe. 

p/Vi diametre* 

47. Fam. I Chateaeri 
5U. i Mauve» 

ia*= Classe* 

F 

Tije d€ 50 ii 7C> 
pies dianutre. 



47 Fam. I ChatenefiJ 

13*^ Classe* 

I 

' Tije de 80 J I3CI 
Tije de 12 a ao pUs d^ diamctre^ 

pus diametre, 
47 Fam. 3Chaccacts. 47 Fam. iChaccuet^ 



mois 

A 



4^ Syflcme. j4ji ou duree dcs Planus^ 

II 1 a des Plantes dont la durec aft trcs-coiirte , & feUr 
lement de quelkes jours, ou peut-ctre de quelkes heures ;. 
tels lont la plupart des Plantes iinparfaites comme les BilTus , 
les Champignons ; d'autres plus compofees , vivent quelkes 
is* II i en a qui fe femcnt tous les ans , & penUent de 
meme ; on les apele Plantes anueles. D'autres vivent 2 ans ^ 
& s'apelent bifanueles ; mais parmi celes auxqueles on done 
ce nom , parce qu'eles paflent un iver en terre , il i en a, 
beaucoup qui n'i reftent que 8 a lomois , come le Perfil^ 
rimperatoire ou Anjclike de Boheme , le ble ou froment 
^iver, qui ne fubfifte que depuis Octobre jufqu'en Aout^ 
ce qui nous indique qu^il faut compter par mois la duree dcr 
i aje de ces fortes de Plantes, D'autres vivent 3 a 6 ans j 
enfin les Arbres vivent bien davantaje ^ 

de fi^cles. 

Le climat entre pour beaucoup dans les caufes de la durcS 
^es Plantes, c'eft pour cela que le Bafilic, le Tabac, !e 

^cin> &c. qui font des Plantes vivaces de ^ ou 3 ans^o* 

if 



3 

& mesne nombre 



icxY] PREFACE. 

.,- meme des Arbres de longue duree dans Ifiur pais nafal^ 

fj devienent anueles ^tant tranfpkntees dans nos pa'is fepten- 

t trionaux , inconftance qui rend defeftueufes ks Metodes qui 

X ■'• divifent ies Plantes en anueles , binmueles & vlvaces. 
f On ne peut s'affurcr de Taje des Plantes que par 5 

f moiens. 



t 



I** L'experiance ou robfervation imediate , Ies mfcriptions 

ou la tradition. 

^ Par la progreflion de leur grofleur. ' ■ 

^ 3^ Par le nombre de leurs cerclcs concentrikes. 

BftimLnar . ^^ ^"^"^^ ^^^ moyens , Texpefiance ou Tobfervation ime- 
robfetva-* ^'^^^^ "'^^ praticable qu'a Tegard des Plantes qui ne durent 
uoa- pas plus que la vie de Thome , cad., depuis i an , jusk'a 

60 ou 100 ans; mais pour celes qui vivent davantaje, on 
^ ne peut s*en alTurer que par Ies infcriptlons creufees tres-- 

profondemant dans Tecorce, jufquau bois meme% en mar- 

Parlcsinf. ^"^^^5 ^"^^^^ ^^^^^ '^ groffeur de leur dlametre pendant I'anee 

cripcions. ^- rinicription. C'eft par ce moien que je puis doner quelkes 

Baobah, probabilites fur la duree dt% Baobab. Ceux que je vis en 

1749 , aux Ifles de la Madelene , pr^s du Cap-Verd avec 

des infcriptions de noms Hollandois , tels que Rew & autres 

ncms Francois , dont Ies uns datoient du 14^ & Ies autras 

% du 15 fiecle, infcriptions que jerenouvelai, en ajoutant fim- 

plement au-deflbus Renouveli en 1749 , avolent alors environ 
© pies de diametre : ces memes Arbres ayoient ct^ vus en 
-•1^55 , c, a d*, il i a 200 ans, par Tevet qui Ies cite dans 
la Relation de fon Voiage aux Teres Antarktikes , en Ies 
traitant fimplement de beaux Arbres fans en doner la grof- 
feur qui devoit etre au moins de 3 ou 4 pies , a en )uger 
par le peu d'efpace qu'ocupoient Ies cara6leres des inlcrip- 
tions; ils avoicnt done groffi. de 1 ou 3 pies environ da^* 
\xn efpace de 200 ans. Outre ces termes d obferv'ation,j'e« 



£1 tro!s autres imediats & affez cercains ; favoir , 

Diametre en i an • . i a 2 l pence. Hauteur 5 pi^' 

10 I pi^ 15 

30 2 ■ 2.2 

., .^'^^ P^^ ^^ moien dc ces 5 termes d*obfervations quC 
j'ai calcule la Table fuivante qui doit doner une idee de la 
duree de ces Arbres monftrucux. 

, Diametre du Tranc. Hauteur dc rjrbrc. Son Ajci 

I pcuce ^ pics 1 Aa 

X pi^ ^5 10 • 



i. 



^i 



\ 



P R E F A C E. 



ecxT^ 



P 



e da Tronc. Hi 



r 



3 pics 

4 

7 
8 

9 
II 

14 

HI 

24 

27 

28 
29 

50 



» 



\ 



25 pies 
29 

34 

40 

43 

46 

48 1 

53 

5? 

57 

60 i 

62 

63 T 

64 i 

66 

67 
68 

68-^ 

70 
70 

72 

7^i 
73 

731 



? 



5ort -^yV, 

60 Ans. 

loa 
150 
210 

280 
360 
45a 

660 

780 

910 
1,050 
1,200 
1,360 

2,410 
2,600 
2,800 
3,010 
3,230 
3,460 
3,500 

3^750 
4,010 

4,280 

4,560 

4,850 

5>»5^ 



V 



Te ne done pas ces calculs , come dune exaftltnde geo- 




nietrike , j^ j. . . 

fement des Arbres , changeant au bout d\m certain nombre 

d'ances , exije plus de 4 ou 5 termes pour etre determin^e^ 

On fait en general qu une courbe du i«^ ordre eft determi- 

nee par a points , celle du %^ ordre par 5 ; mais une da 

y en exr]e 9 , une du 4^ , en exije 14 ; ainfi pour que le$ 

5 points obferves pufTent determiner la Loi de Tacroiffe* 

menz ou la courbe dont les ordonees exprimerolent les 

diametres de TArbre , en fupofant les terns pour abfciffes ^ 

ai faudroit que cette courbe fut une des 3 fetlions conikes , 

ce qui n'eft pas probable , la vegetation n'etant pas ren- 

fermee dans des limites fi etroites. Neanmoins cete Tabl^ 

fiifira pour metre fur I4 vole, Scpour doper une idee del* 




vifj P R E r A C E, 



r 



durce de ces Arbres , dont j'ai vii un ^and nombrc qu? 

avoient depuis 25 , jufqu'a 27 pics dc diametre, & quine 

paroiflbient pas vieux. 

Par la tra- ^'^ tradition efl encore un moien , mais molns fur que les 

Wition. infcriptions pour fayoir a-peu-pres la'durcedes Arbres. Les 

conelfances les plus autentikes , que nous aions a cet egard. 



F!gUr, 



fe reduifent a ce qui fuit : 



M 



Province de Cochin , pres du Temple Bcika , un Figier 
de TEfpece apelee Atti-mcer'alou , qui vit depuis a,0Q0 ans. 
SUnnicft, L'Arbre apele en Chine Sunnich ^ c. a d.^Arbre de mil 

ans, prouve affez qu*on conoitdans ce pais des Arbres d'une 
duree qui pafle Timagination ; auffi c'eft dans ce pais,~dont 
les^PeupIes paroifTent les plus anciens du monde connu, & 
^^i ; par confequent , peuvent avoir plus de notes fur I'an- 
tiquite , que croiflent les plus gros Arbres cites jufqu ici , 

tels que celui de 130 pies de diametre. 
Poiricr, Laufon , au raport de Rai , s'efl eforce de prouver que 
romier. ^^ Pokier & le Pomier , qui ne font dans leur vigueur qu' a 

300 ans , doivent en vivre 900- 
Chcne. ^ L^s Chenes ne font dans Jeur 'force que vers zoo ans,' 

& J on fait que les Arbres en general fe confervent dans Ic 
mcme etat , au moins aufR long-tems qu'ils ont ete a prendre 
leur^ entler acroiiTemant , & qu'ils demeurent encore autant 

a deperir , en forte que le Chcne doit durer au moins 

000 ans. 

Voici ce que Pline dit a ce fujet, Liv. 16 , Chap. 44- 

r^ita Arhorum quorumdam immenja crcdi potcjl , / ^-«^^ P^^^ 
funda mundi & faltus intccejfos cachet. , 

Urbem autem Quercus in Hi tumula tunc fat(t ^* 



€U7.tur cum caph J Hum vocari. 



fi 



ibidcmque qu.rcvs a ab Erculcfc.^- 
Eouvre. , ■'« C'idcin Sipiencriondi plaga Hercinis filvtZ Ro^°' 

rum vajUtas inufla svh , e^'' congenita mundo , pro?'- 

all forte miracula excedit. Ut alia omhtanturfide a- 



niura. 



ijlat attolU colles occurfaniium inter ft 



lepcrcufu^ , aut ubl fecuta tcllns non fit areas ad ramos 
u/^ue & ipfos intsr/e rixantes ^ curvari portarum patentiUJ» 
modo , ut turmas Equitum tranfmittaat ( ibid. CMP. S- ) , 
Jeufc,' y^tufior autcm Vrbe in Vaticano Ilex in qui tituhH 



Etrufi 






fio^ut orisin^K muUo ante Vrhm Romif* ^' 



P R E T A C i. 



ttxhi 



itnt. Apud 40S exunl llices 3 etiam Tiburto conditore corum 
vciufligres , apud quas inau^uratus traditur. Fttijje auttm eum 
iradunt fiimm Apfiarai <jid apud Thebas ob'urit una estate 
iintc Uiaciim bdlum. 

Sunt Autores & {Tihurtcs) Delficam PUtanum Agamcm^ Plaae; 
nonis manu fitam , & alteram in Caphyis Arcadi<t luco^ 

Stint hodie ex advcrfo llunfium UrbU ^pxta Ellefpontum , 
In Protejilai fepulcro » Arbores qui^ omnibus ephibis ejus , 
cum in tantum accreverc ut Ilium afpiciant inarefcunt , rur^ 

fufque adolefcunt. 

Reglontm Aulocrencn diximus , per quam ab Ap 
P/irygiam itur : Jbi Platanus oft^nditur , ex qua pep^ndit 
Marfya vi^us ab Apolimc , quiZ jam thm magnitudine 



, qux jam 

tlcHa efl. 

EJl in fuburbano TufaiUni agri colle , qui Corne appella- 
tur y Lucus antiqua Religio/ie Dianee facratus a Latio ^vdut 
arte tonfiU cowd^Fagsl ntmoris. In hcc Arborem cximiam 
mate no/lrd a'damavh PaJJicnus Crijpus , bis Conjul Orator ; 
Agrippincc matrimonio & Nerone privigno clarior pojlea ^ ofcu- 
lari tompleElique cam folitus ^ non modo cuharc fuh ed vinum- 

que illi afiindere, 

Rom(C Vi:rd Lotos in Lucinct are*a j 



IrrcJ 



V 



anno qui fust jitik MicacouUcrt 



Magifiratibus 369 Urbis cede conditd ^ incertumipfa quantb 
raujiior. EJJe quidem vetuftiorem non tfl dubium ^ cum ab ea 
luco Lucina nominetur. Hcec nunc circiter annum ^<^0 hahct. 
Antiqidor ilia ejl , fed incerta ejus iztas ; qux capllUta dichur\, 
quoniam Vcjlalium Firginu/n capiUus ad earn defertur, 

Vctum altera Lotos in FulcanAli , quod Rarnulus confii- 
tiiit ex viBorid de Decumis^ cequ.xva Urbi intelligitur , tit 
alitor efl Majfurlus. Radices ejus in forum ufquc C^faris ■ 
per flatioTKS mnnicipiorum penetrants 

Fuit cum cd CupreJJus ccqualis , circa fuprcmd Ncronis Prin* CipiW 

(ipis prolapfa at que negUfia. 

Nee non Palma Deli ai cjufdcm Del { ApolUnis) atate 

^onfpicitur. 

Gra:cinus autor ejl fcxagenis annis durajfe Vites^ 
In eodem traBu ( circa Eracleam') partus ejl Amyco Be^ 

lege interfcSlo clarus. Ems tumulus a fupremo die 



Palmier/ 



Vigae^ 



try cum Reg 



Lauro tegitur , quam infanam vacant y quoniam ft quid ex 
td deccrptum inferaiur navibus > jurgia Jiant donsc ahjt^ 



tiatur. 



Olympi<z Oleajier ( cbnjpicitur ) ex quo primus ErcuUs 

i ^ 

Atinis ^uoque Olea durare tradimr in certumine edit4 .<# 



■coronatus ejl , 6- nunc cujtoditur religio/i. 



Oliripj^ 



r 



^ac3C P R E F j4 C Ei 

Minerva * Z. FirmiJ/znue ergo ad vivendum Olea ut fuM 
durare annis %00 inter Autores conveniM* ^^ 

A^ps Olea nunc etium durare dicitur ad quam lo in vaccam 

m2itat£m Argus alligaverit* ' ^ 

: Vtrum ex his quas memoria homlnum cujiodlt, durantu 
Linurnino Africani Prioris manufa(<z Olivct^ 
Mirtc. ' ^ hem Mynus e^dem loco conjpicua magnitudinis. Suhejl 

Jpecus in quo manus ejus cuflodire draco traditur. 
Tcicbimhcv Jofefraporte au Liv. 5 , Chap. 31 de la guerre des Juifs, 

quel'on voioit,de (on tems a 6 ftades dela Ville Ebron , 
un Terebinte qui exiftoit depuis la creation. 

II feroit dificil d'eftimer au jufte la duree des Arbres , dont 

- ^ Pline p?.rle avec tant d'elegance & de fleurs ; neanmoins iis 

meritent d'etre cites , parce que nous n'avons pas de fots 

plus averes , & qu'il feroit dificil , & meme come impomW^ 

cl'efperer rien de plus precis fur cete matiere par le moien de 



la tradition. 



1*^ 



nne 



trofflu - vraifemblable , mais non pas aflez certain lur leur durce , 

_ parce que les uns croifTent d'abord tr^s-vite , en&ite tres- 
lentemant; d'autres fuivent une progreflion contraire ; enfin 
le plus grand nombre , aprfes avoir pris pendant un tem$ 
done une certaine groffeur , femble refter autant de tems a 
ce point , jufqu'a (on deperiffemant , qui ne s*acheve encore 
"ue dans un femblable eipace de tems , ce qui divife la duree 




ue aans un lemoiaoie eipace de tems , ce qui aivuc i.* ^^'^- 

_es Arbres en 3 tems a-peu-pres egaux. J'ignore que pe* 

fone ait fait a cet egard d'autres ob^rvations que ce^es cn^ 

j'ai done fur le Baobab, dont j'ai calcule la duree, & *^^ 

des infcriptions , &fvir fa grofleur obfervee. 

j# ^ Le nombre des Couches ligneufes ou des Cercles coH' 

Tat Ic nom. centrikes aparans fur le tronc des Arbres coupes en travers, 

bre dc Icu!s eft , a ce qu'il m'a paru jufqu'ici 5 le moien le plus {ur pour 

c uches li- favoir laje des Arbres , parce qu'il fe forme tons les ans 

^"^"V une couche ligneufe-qul s'applique fur Tancien bois pendant. 

qu'il fe forme parelllement une couche corticale fous i'^'^" 
ciene ecorce , dont Texterieure tombe par ecaiiles dans le* 
..uns, come TOrme , le Plane, &c. oii {e roule en feuillets, 
comele Bouleau, le Chevrefeuille , &c. On rifque fort pea 
de fe trdmper ^ parce que les Arbres qui ont 2 (^"^^^ ^^^* 
^rance , ne forment pas pour cela a couches , & q^''^^ !^ ^^ 



que 



tr anfv erfal emant 



A* 



aufli que ce moko qui eft tres-facile da»>l«^ 



^^ 



r R E F A <: £. 



CCXXf 



V p 

til les couches font tres-epaifles , deyient tres-dificU dans le$ 
dernieres oii elles font fi minces , que les fibres & trachees 
qui fervent ordlnairemant a les faire diftinguer , fe confondent 
alors ; il en eft de meme des Arbres oii ces cercles font peu 
diftinfts come dans les bois extremement compafts , fur-tout 
ceux des pais chauds ou la feve eft toujours en mouyemant , 
ou au moins dans un mouvemant plus ^gal. 

Si Ton veut avoir exaftemant le nombre des anees ou des 
couches d*un Arbre d*une certalne grofieur , il faut compter let 
cercles after pres de fon pie ; car plus on s'en cloignera , plus 
grand ferale nombre des anees dont onpoura fe tromper, par 
5^ que les couches anueles de racrolftemant etant des cones' 
anfcrits , ou qui se'mboetent les uns dans les autres , il e4 
tft evidant que i' Arbre qui n'a que 5 pies de hauteur & j" 
<:ouches a 3 ans , n'a pas encore les 30 couches qu*il aura 
a 30 pies de hauteur* 

Le diametre d'un arbre etant forme par la revolutioa 
tntiere de chake couche , chake couche eft repetee 2 fois 
lorfquon prend le diametre de FArbre ; c'eft pourcela qu'on- 
ne compte que le deml diametre, ou le raionpour avoir le 



i^ombre reel de fes couches. 
De toutes les obiervations que 



jai 



Eipeces d'Arbrds, je me contentera: de raporter ici celes 
S^e j'ai eu avec le plus de precifion fur I'Orme dont j'ai 
*^atnine avec foin plufieurs centaines de pies qui ont ete 
<^oupes demieremant au Cour - la -Reine. Ces Arbres qui 
^voient environ 100 ans depuis leur i^" plantation, avoienc 
^uiTi depuis 94 , jufqu'a 100 cercles ligneux. 

Voici les refultats moiens de mes obfer\'ation$ reduits en 
Table. 
J pouce.de ralon ou de demi diametre avoit 5 ^ 7 couch» 



1 

5 

7 

8 

9 



10 
17 

ao 

30 
40 

55 




a 


12 


a 


16 


a 


i3 


a 


22 


V 

a 


a6 


a 


31 


a 


4* 

57 


a 
a 


87 



100 



I 



lOi 



Ces couches n*ont pas toute la mSme larjeur , les 30 5 

\% V'** I Cj i d, lej plus proghes du ceatxe oat depuis 2 



% 



1 



fait fur plufteurs Ormc^ 



/ 



icxxij 



PREFACE. 



jufqu'a 6 Ugnes de larjeur, les 70 a 100 autres n*ont que 
-5 a -^ ligne , & la meme couche varie d'epaifTeor , fulvanC 
la fituation des racines & les ci^verfes expofitions oii I'Arbre 
avoit ete plante, Le cote du f^. eft en general plus ctrolt 
4ans les climats froids ou temperes ; carer^re les tropikes, 
!gs couches font concentrlkes , parce que chake couche a la 
meme epaiffeur par -tout : Les couches font plus larjet 
du cote d'ou il fort plus ou de plus fortes racines ou 
branches. Les larjes couches markent encore la jeunefie 
de^ I'Arbre ; & parini celles-Ia , les phis larjes markent les 
anees d*abondancQ ou de grandes chaleurs ; les plus miaces 
fiiarkent les anees de vieilleffe , celes des grands froids , de 
fechereffe ou de fterilite. La qualite du terrem caufe encor 
de grandes irregularites dans ces proportions. En general, 
les couches font plus epailTes dans un terrein gras & fer- 
ile : j*ai vu des Orm?s dont le tronc de i v de 



tl 



ras 

raion aroit 



\^^ Classe. 



jufqu'a 50 couches centrales plus larjes que les autres, ce 
qui femile temoigner que ces Arbres auroient du vivre 
davantaje que ceux du Cour-la-Reine qui etislent dans un 
terrein plus fteril , & oil ils vieilllffoient plus vite. 
^ II eft de remarke que raccroiffcment de 3 anees du Chenc 
cgale celui de 5 anees de rOrint , ce qui prouve que Ta- 
croiffemant du Chene eft plus prompt. 

On peut tirer de ces obfcrx-ations & d^autres femblables 

rombre d^induftions toutes aufli curleufes & utiles fur Uc(^. 
nomie veietale. 

4« CCASSE^ 



f^lanus quivivent 
X tf I 5 jours. 

Jt. Pi, Champinons. 

2.* Classe, 

1^3 mois^ 

%. Q^iclk. BilTus. 
i.Qu. Chamf inons. 
4. Quelk. Epatikcs. -»• 5 Chcvrefcuillcs. 
•^. t Aparincs, 11. 8 Apoims. 

14. 7 Bourachcs, 

i^.QucIk.Vcrvencs. 

i/.Quelk.Perfoncc*, 
i8» S SolaDons. ^ 

iy* I Jifmcns. 

.icu XQ Anacallls* 



J. Qf?e!k. FoujJrfs. 

7. Quclk, GrameiiS. 

8. J. Lilialees. 
II. } Ariaolochcs. 
It. I Eleagnus. 
X 5. ^ Onagrcs. 

ly. Quelk. Ouibcll. 
1^* Qa. Compofccs. 
17. J Campanulcs. 
iS. II Brionc*. 
I;?. ) Apariijcs, 
10. 3 Scjliicufes, 



ji 

n 

5^ 



XQ. iScabicufcs^ 

3- Classe* 

5^6- mois. 

)« Plup. des FucCis. 
^PIu£. ££3rikcs* 



4 Salikercs. 
10 Pourpier^^ 
Z Joubarbes, 
lo Alfincs. 
If Blitons, 
I Jalap, 

57- 10 AiTiarantcs. 
3S- 10 Elpargourcs. 

41* t Ro(rfrs. 
41-1 Jujubicrs, 

45- 38 LcgtimincuC 
4V* 8 Titimajes. 
47" 1 Chatcners, 
4»- 1 Tillculs. 
49* f Gramcns. 
yo. ^ Mauvcs. 
$!• X €apricrs» 
yi« jff Crucifcrcs. 
n- II Pavors." 
H» 4P€ironccs, 



1^3 



ans 



. Quelk. Foujeres 

. Plup. Gram:iK- 

P!,ip. Liliarecs. 

^. Quelk. JcnjanbT' 

i^.Pl.OnibclUfef^; 



3 
7 

8 



1*. Pliip 



^ Campaaulcs. 

J scabicufcs. 
6 Apocins. 
5 BourachcS' 

%\. Plup. Mbi\'^' 
t^.QucLVcrviti^^' 



»7- 
19. 

xo. 



PREFACE. 



*^» 3 Jafmens, 

30. j Anagallts. 
|I« f Salikeres. 

31. 13 Poufpicrs* 
3?. a Joubarbcs^ 
H'^ Alfincs. 

)j. 4 Blitonj, 

Jfi".^ a Jalaps- 

J7' 3 Amaranrcs, 

18. J Efpargouccs, 
■40. 1 Garou. 

4'» ^ Rofiers, 
4*. I Jujubicf- 
45» i; Legumineuf. 
44' 1 ?iflachiers. 
4f- 6 Ticimales. 
47* 1 Chaceners. 
45» J Geranions- 
fo, 4 Mauves- 

Ti. lo Crucifercs, 
T5- 1 Parois. 

J4- lo Ciftcs. 

5^* 15 Rcnoaculcs. 

i*. 8 Arons. 

ft. J J Moulfcs. 

5* Classe. 



4a 8 



ans. 



j.PIup. dcsFoujcr. 

7.Que!k. Gramcns. 

'S.Quelk.Liliafeei. 

J.Plup, Jcnjanbrcs. 

»o. Plilp. Orchis. 

'I. Quck. Elcagnus. 
J<". Qu. Compolccs. 
'7- ^ Campanulas. 
iS. 4 Brioncs. 
Jj. tf Aparines^ 
^•. 1 Scabicufcs, 

iK 10 ChcvrefcuUU 
It- ^ Aircl^s. 
*}• 4 Apoflns. 
I4. t Bourachcs. 

»$• Quclk. Labiccs* 



i7. Plup* Pcrfonccs, 
iS. 1 Solanotis. 
15. y Jafmcns. 
50. 4 Anagallis. 

31. 5 Pouipicrs. 

33, f Joubarbes* 

34. S Aliines. 
?f. 4 Blitons. . 
}f. 1 Jalaps. 

37. 4 Amarances. 

39. J Pcrfikcrcs. 

40. 4 Garou. 
41- II Rollers. 

41. 3 jLijubicrs, 
43.31 Legumincufcs. 
44. 6 Pidachicrs* 
4y. 3 Tilieuls, 

4.^. 1 Anonc* 

47. 2. Chaieners. 

48. 3 Tilieuls. 

49. 3 Gcranions, 

yo. 3 Mauves. 
p. 3 Capriers. 
ji. 4 Crucifcrcs. 
yj. 3 Pavots. 
54. 1 5 Giftcs. 

fV* 4 Renoncules. 
5^. 5 Arons. 
J 8. 3 Mouflcs. 

6* Classe. 

y.Quelk. FoujJrcs. 

tf. 3 Palmicrs. 

7. 1 Gramcii. 
i J, II Arirtoloches, 
ix.Quelk. Ileagaus. 
1 3. Qaelk. Onagrcs. 
14 Qaelk, Mirccs. - 
1 J, Qa. Oiwbellifer. 
itf. Qa. Compofecs. 
i^. Id Apatturs. 
XI. 7 Chevrefeuin* 
zi. 11 Aircics. 



X3'» J Apofins." 
24* I BoLuaches. 
ly. I Labiee. 

itf. Flup. Vcrvencs. 
17. PI. Perfonccs. 
%t, % 5o!anons. 
1^. zo Jafircns. 

31.10 Pdirpicrs. 
33. 1 Joubirbcs, 
3 J. 1 Blitons. 
3^. 5 Pertikires< 

40. 1 3 Garoa. 

41, 4 Roiicis. 

41. 10 Jujubicfs. 
45- ly Legumineuf. 
44. If Piflachi;!rs. 
4^. STicimalcs, 
45"» 4 Anoncs. 

47. 3 Chaceners, 

4$. 4 Tilieuls. 

4^. 3 Geranious. 

yo. f Mauves. 

5i. 4 CapiicrSt 

j^, ] Pavot. 

S4. j; Cifles. 

fy* ^ Renoncules. 

J7. 1 Pins. 

7* Classe, 

30 i 100 ^/z-f. 

S. QueIk.Li!iaiecs« 

iz. 3 £Ieaguus. 

I ;. Plup. Onagrcs. 

14. Plup. Mints. 

xp 1 Omb: Hi teres. 

19. 4 Apaiuics. 

11. y Chevrcfcuill. 

zi- 10 Aircics. 
zj. C Apo(i:is. 

14. t Bourachcs. 
!<?. Qu, Ycrvcnes5 

Z7« Pliif. PcrfoiiLCS.' 
2^. 3 Jafmcns. 
1 Amaraatt. 



37- 

4t, 1 Roficrs. 



ccxxiij ■ 

4z. 10 Jujuhi(n-f.' ^ 

4J. 8 LcgumincufT 

44' 10 Pii^achicrs, 
45" , 5 Tirimijcs. 

46. S Aaones. 

47. t Chacc&crs. 
4?. tf Tilieuls. 
4?. 1 Gcranion* 
yr. 1 Capriers, 
53. r Pavot,\ 

S't- AJ Ciflcs. 
J 7. J Pins, 

8- Classe; 



lio a 40Q 




<. Piup. PaloiicE* 

y, I Jciijanbrc 
12. I Eleagnus. 

41* 3 Jujubicrs* 

45. ^ Lcgumincufcj; 

44. 10 Piftachicrs, 

4[- 3 Ticimales. 

4-^. 3 Chaceners. 

4lJ- 3 Tilleals. ' 

JO. I Mauve. 

•U- 4 Ciftcs, 

f 7. a Pins. 

9* Classe. 

500 <i 1000 <2;2^^ 

tf. Quclk. Pa!nucr<# 
47- 4 Chateriecs* 
48. iTilUaU 

50. I Mauve. 
57- i Pias. 

10. Classe: 

2.000 a 4000 ani 



47 
J7 



6* au-dela* 

3 Chatericrs. 

1 Mauves* 
I Piu. 



5* Syfleme. Climatou lieu natal des Planus. 



te lieu ob croiflent les Plantes , rcgarde principalemant 
* le climatou la latitude ; a la temperature ou eleyatio 
F terrain i J**, la oualitij du terrain. 



^ 



CCXXlV 



p K^ s r 'J c z. 



V 



tliJUat ou 



iatu 



i^ On remarte, en general, que les Efpeces de Planted 
qui croifTent depuis le Pole N. jufqu a I'Equateur confidcrees 
en detail , ne diferent les unes des autres qae par des degr^s 
peu fanfibles ; mais que celles des Zones glaciales prifcs ea 
total jdiferent du tout au tout da celles qui naifTent entre 
les Tropikes. C'eft ainfi qu'on voit dans la Zone torride 
des Families entieres de Plantes qui ne I'e trouvent pas dans, 
les Zones temperees & glaciales , & reciproquement. 

Les lieux fitues par des latitudes femblables dans le mcme 

emisfere , produifent comunement des Plantes femblables; 

mais ces Plantes diferent ordinerement dans les 2 emisferes 

opofes 5 quoique fous les mcmes latitudes. 

Tempera- ^^ ^^ paroit que la diferance qu'on rencontre entre les 

•ture ou clc- Plantes de la Zone toride , & celles des Zones temperees & 

fationduccr- glaciales, vient particulierement de la diferance detemp-i'^- 

ture de ces climats ; car lorfque dans la Zone torride, on 

Montagues elevces d'une temperature fembla- 
ble"a celle des Zones temperees ou glaciales , on i voit 
aufli les memes , ou au moins une partie des memes Plantes : 
c*efl: ainir que les Plantes des Montagnes de Laponie , de 
SuilTe, des Pirenees , de TArarat , du Eiefd & du Perou 
font a-peu-pres les memes. Et a cret e^ard , on obfervera 
que TEmisfere Meridional a moins de chaleur p:r les memes 
latitudes que I'Emisfere Boreal , fans doute parce que I2 

Soleil refte 8 jours de plus fur' celui-ci. 

^ Enfin come Teau a une certaine profondeur , a une tem- 
perature a-peU-pres egale par-tout les climats , la plup^^^^ ^fj 



raiA 



trouve des 



aquati 



Qualiti du 



^riain 



f t 



peu-prcs les memes entre les climats temperes , & ceux des 
tropikes. 

^ '3** Chake Efpece de Plante afefte comunement une qi^^- 
lite de Terre particuliere , un terrain marque, teles font les 
Parafites ; ncanmoins on en volt beaucoup qui naifTent dans 
toute forte de Terre , & la meme Plante croit tantot dans uo 
terrain {^c , tantot dans Teau , ou d'abord dans Tcau , enf^iite 
dans un terrain fee. 

Paurois pCi faire 3 fyftemes ou aranjemans metodikes , 
relativemant aux 3 confiderations precedentes, mais j'ai pre- 
fer^ de les reunir , pour eviter la multiplicitc des divifions , 
d'autant plus qu on pourra les feparer aufli-bien idcalemanr, 

fur-tout les 3 i«« Claffes qui confiderent les Plautes fulvant 
les ^ climats. 



f 



erc 



Cl^55| 



^ R E F A C E, 



«"* Classe; 

Planus qui croif^ 

fznt dansUsclU 
inatsfroids% 

J Fam* PL BliTus. 
a- Qu. Champiga* 
3. Quelk, Fucus. 
i* Qaelk. Epatikcs. 
J.QLielk. Foujcrcs, 
7- Qucik.Gramcns. 
J.Quelk. Liliaftes. 
lo. Q. Orchis. 

'». Q. Ariftolochcs. 
U, Q. Elcagnus. 

*}. Q. Onagrcs, 
Ij. CL-Ombcllifercf. 
'^» Q. Compofees- 
^7« Q; Campanulcs, 
»8. Q. Brionct. 
'>. Ci- Aparinci. 

10. Q,, Scabicufw. 
ii.Q.ChevrefcuiU. 

11. PI. Aireles, 
^J* Q. Apofins. 
H* Q; Baurachci. 
M- Q. Labiecs. 
*5. Q.. Vcrvencs* 
*7-Q<Pcrron6c5. 
^5- Q. Solanons, 
*5«Q. Jaftnens. 
3o. PI. Aaagallis. 

^"'Q. Salikercs. 
^^' Q^ Poutpicrs. 
5^ Vi. Jujubicrs, 

*4. Q. AlHncs. 

5f*Q. Blitons. 
5^* Q. Efpargoaccs. 

3»-Q,Pcrfikercs. 

^•Pl.Garou. 
^I' Q. Roficrs. 

^1- Q. Jujubicrs. 

44- Q- PilUchicrs, 
4), Q, Titimalcs. 
47. PI. Chacericrs. 




4^. Q. Gcrani 
Jo, Q. Mauvcs. 

*^' Q. CapricrJ. 

J\•^. Ctucifcrcc. 



53. Q. Pavots. 

54, Q, Ciftes. 

y f. PI, RcnoncuIcJ. 
jtf, Q; Arons. 
57. Plup> Pins. 
J 8. PL MoulTes. 

F 

a« Classe. 

Dans Us climats 
tempcris. 

I Fam. Pi. Biffus. 

2. Pi. Champinons- 
j, PI, Fucii5, 

4. I-I. Epatikes. 
^y. PL foujeres. 

* €h Qiiclk. Palmicri. 
^ 7. PL Gramens. 

5. Pldp. Liliafccs. 

10. PL Orchis. 

11. PL Ariftolochci, 
II. PI. Eleagnus, 
15. Q. Onagrcs, 

J4. Q; Mines, 

ly. PLOmbellifcr. 

liS* PL Cotnpolecs- 

17. PL Campanulci. 

18. Qu. Brioncs. 
15. Q. Aparincs. 
!•• PL Scabieufes. 
ii. Q. ChevrefcuilL 
%i, Q. Airclcj. 

13, PL Apofiiis. 

14. PL Bouraches. 
1^. PL Labiecs. 
%€' Qu, Vcrvencs* 

1 7 . Qiielk. Pcrfon6e5. 

18, Q. Solanons. 
i^» PL Jafmens* 

30, Qu. Anagallis. 
jx. PL Salikerc. 

31. pL Pourpicrs. 
3?« PL Joubatbcs. 

34. PL Alfines* 

3f. (L Blitons* 

35. Q. Jalaps. 
97. Q. Amarances. 
38 PL Efpargouces. 

J>. PLPcrfikcrcs, 

40. Q. Garou. 

41 1 Pl|K,oacrH 



41 

43 
44 

4f 
4^ 

47< 



Q. 
Q. 

Q- 
Q. 
Q. 
Q. 



47-0.- 
4>Q- 

Q. 



54 



Q- 

PL 
11. 



Q. 
Q- 

yS.PL 



Jujubiert: 

Lcgumineur. 
Piftachicrs. 
Titimalcs, 
Anoncs, 
Charc£erf* 
Till cu Is 
Gcranions* 
Mauves. 
Capriers. 
Cruci feres. 
Pavots, 
. Ciflcs. 
Rctionculcs, 
Arons. 
Pins. 

Moulfcs. 



3* Classe. 

Dans les climats 

' chauds* 



I Fam. Q. Biffus. 
X. Q. Champiga* 
3. Q. Fucus. 
y. Q, Foujeres, 
€, PI. Palmicrs. 
7. Q. Gramcns. 
t. Q. Liliafecs. 
^. Jcnjanbrcs. 

10. Q. Orchis. 

11, Q. AriAolochcs. 
II. Q,. Elcagnus. 

2 J Pi. Onagrcs. 

14. PL Mittij. 

15. Q, Gmbcllifcrct. 

i5. Q. Compofees. 
17. Q. Campanulcs, 
iS. iL Brioncs, 
15, PL Aparincs. > 
II, PL ChevrefcuilL 
ij. Q. Apofins. 

14. Q. Bouraches. 

15. Q. Labiecs. 
%€. PL Vcrvincf. 
xy. PL Pcrfonccs, 
xi. PL Solanons. 
15. Q. Jafmcns. 

50. Q; Anagallii* 

51. Q. Salikercs» 

|&«Q* Pouificfi 



33. xJoutartctC 

34. I Alfinc. 
3^, Q. Blitons, 
16. PL Jalaps. 

37. PL Amarantes; 

3«. Q^ Efpargoutes. 
. 55. Q- Pcrfikerps. 
40- O^ Garou. 
41. PL Jujubiers. 
43r PL Legumincuf* 

44. PLPil'Khiers. 
4^. PL Titimalcs. 
41^. PL Anoncs. 
47. Q. Chatcncrs. 

45. PL Tillculs. 

45. PL Geranioni,^ 
yo, PL Mauves. 
yi. PL Capriers, 
yi. Q. Crucifcrcs. 
f 3. Q. Pavots. 
54. PL Ciftcs,. 
^6. PL Arons. 
yy. 1 Pin. 
yS.Q^MoufTcy. 

4e ClASSEJ 

Dans la. mtr oM 



eau 



falie. 



5. Fam. PL FucuiJ 

5* Classe, 

r 

- Dans t{s JentaU 
ncs detail coh^ 
rante , froide A 
fondpUreux^ 

I Fam, Q. PilTut, 
If, X Ombclliferci." 
X7. I Pcrfonec. 

30. I Anagallis, 

jfi^. I Aron. 

yS. Q; Mouflcs. 

G" Classe. 

Dans Us ruif-^ 

feaux a fond 

vafcux^ 



ccxxvj 

7e ClaSSE, 

^Dans les fieuves y 



PRE FA C E. 



h^Classe. 



D 



ans 



Us 



marC' 



rivieres. 



II Fam. Q. AriRol. 
5^. Q. RcuonLules. 
5^. z. Acuns. 

8« Classe. 



itan^s d'eau 
claire , a fond 

pic- 



eux Qu 



cajes oii Veau 
fourciVe entre 

les Gramcns. 

( Cefpitofa 3 
uliginora* ) 

7, Qoeik. Gmmcns. 

8. Q. Uliafies. 

Vans ies lacs OU li,Q. Orchis. 

II, Q^ Eleagniis, 

ly. Q. OinbeiUf. 

'i^, Q. Aparincs- 
ii. Q Airelcs. 
15. <^, L^biecs- 

-J I. PI, SalikcrcK. " 
^1, Q^. Poi?Tpiers. 
J7. 1 AiiiaraiKe« 
35. PI. Pcriik6r«. 
41, Q; Roficvs. 
4^, Q. Pi.kachicrs. 

'Dans les itangs a 51. Q. Crucifeics. 

54-Q. Cil\es. 
5^, Q Renoncules, 
^6, Q^. Arons. 
jS.PLMoiiires. 



{ah r 



rsux* 



y Fam. Q. Gramcns. 
II. Q- Atidoluchcs. 
17. I Campaaalc. 
J 5". 1 Acons^ 

-J 

9" Classe. 



Jond yajeux» 



4. Quelk. Ipatnces. 

«j. 1 0;nbclliter€S, 



r ^ 



a.j I Apo.m. 
j^#Q* Arons, 



I4=Classe. 

Dans les pris 
umides ( Prata 
' rigua. ) 

7. Quelk. Gramcns. 
If. Q. Oir-bollit'er. 

16. Q. Con^pofees. 
34. Q, AUiucs. 
yi. Q. Cruciferes. 

f J, Q, Kenonculcs. 
58. Q. MoufTcs. 

i^'^Classe. 

Dans les pres fees 

(Paicua.) 

7. Q'Tclk Cramens. 
itf. O. Coinpoiees. 

17. Q- i^crfonffcs, 
37. Q,. Amaranrcs, 
^ I. Q. PvoUert, 

y y. Q. Kenonculcs. 

16- Classe. 

Dans les ^randes 



'la*CLASSE. - foret^ (NqxtiO' 



10« K^LAS&l. 



'Dans les marais ^ 



Sur les rockers ot* 
r call four cille. 

( Crepidincs. ) 



f^Jfis , a fond 4, PKlp. Epaukcs, 



Vcau croupiu 

1. Flup. ^ifTui. 
x.Qiiclk. foujcres* 

y, Quelk, Gr<>ineas, 

2^. Qj Onagres. 

xj.Q. Ombelliftres. 

xc. Q. Scabicufes. 
ij. Q. Labiccs.. 
17, Q. Perfoarcs^ 

j«. t AoagalUs* ^^ 



13* Classe. 

Dans les eavernes 
SpelunccC , 

ochlaces.) 

I Qaclk.Bifluf, 
I4. Q. Epaiikcs, 
J, Q, Foujcccs. 




ra , lUvae. ) 

i,PL Champignons. 

4. Q, Epatik^:s. 
y, PL Foujeres. 
7. PL Gramens, 
8- Q- Liliaftes. 

5. PL Jenjaiibrc5# 
lo* Orchis, 

xy.Q. Bourachcs. 

47. PLChaccncrs. 

i7=Classe. 

Dans Us hois. 

\ (Luci.) 

7. Q«e!k. Gramcns. 
II* C^. Axiftoloches* 



Ti.PLElesgnuj. 
15.Q: Ona^iss. 

14. M. Miites. 
18. IL BrioncS. 
i^, PL AparineS. 
xo. Q, Sc bicufcj. 
II. Q. ChevrcfeuilU 
ij. PL Aparincj. 
ly. P. Labices* 

16. W Vcrvencs» 

18. P. Sol.inons. 
4,.. P. Jujubiets. 
4:?. P. Legumineuf» 
4+. P. Piftachicrs, 
4V.P. TitimaUs. 
4S. P. Tillculs. 
49* Q. Gcranions. 
50, P. M^Jves. 
y r, P* Capiicrs. 
yj, P. Pavots. 

y4. P. CJftcS. 
yy.Q. Renoncules. 

y^. Q, Arons- 
yg. Q. Mourtcs. 

18 CtASSE. 

Dans lesboisdeS 

monta^nes. 

( Saltus. ) 

itf. Q. Compof^e?. 

17. PLCampaaulcs. 

II. Q. CbcvrefcuiU. 
i^. P. Jafmens. 
30. P. /Vnagallis. 
41, Q- Rofiecs. 

y7. P. Pins- 
^S. P. Moullel. 



^9 



Classe 



Surlesmontap^^ 

es , Juga, • ; 



<"^ 



vales.) 



7. Quclk. Cramens. 
20. Q. Scabieufew 



P R' E F A C E. 



kclx^Tt 



aa. Plijp Airelcs. 

ly. Qu. *Labi6es. 
t . Q^ Perfonecs. 

J I. PU Pouipiers. 

3 ?* Q.* Jdubarbes, 

54- P- Alfiiics. 
40, P. Garou. 

41- Q,. Roficri. 

A9* Q: Getanions, 

y S^. Q; Renonculcs* 

57- Pi. Pins. 

20^ Classe. 

Siir les coUincs 



(CoIIes 5 Celfa.) 

7. Qtielk. Gramcn*. 
16, Q_, Conipofces, 

19. Qj Apiiints. 
If < Q^ Labiecs. 
16. Q. Vcrvenes. 
3 J. Q^ Joubarbcs, 
37. Q. Amarantes. 
45. Q. Legumincuf. 
fi. Q^. Crucitercs. 
J4. Q. Ciftcs. 

I 

21*^ Classe. 

Dans hs vallees 
& les fonds. 

(Valles.) 

;• I Fucus. 
»^. Qj Compofees. 

z^^Glasse. 

^'T^j /e^ plains s 
(Apnea.) 

7.Qlie5k. Gramcns. 
iC. Q^ Gompofscs. 
24. ,0; Rnuiachcs. 
3<. Q. Jalaps. 
39. Q. Petllkerex. 
4T- Qi Titimalci. 
4*?. Q; Tillculs. 
Ji. Q* CapricfJ. 

5 f . Q; Renonculcs* 



0. 3 « Classe. 



2.7^ Classe 



45- Q: LegliSincufJ 

51. 2 Caprirts: 



Sz/r /e5 rockers. Dans les tefrem^ ji. 5 fcruuferci. 



( Rnpes 5 cau-- 
tes , fcopuli y 
confragola.) 

a Q. Champignons. 

^, Quclk-Giariiluis. 
S. Q_. Liliafecs, 
If. Q; Oaibeliiferci. 

27. Q, Perfoneea. 
Q- Poi!!piers. 
Joubatbcs. 



32- 

53 

34 
40 

4» 

49 



Plup 



Q; AUines, 
Pi. Garou. 
Q^ Rohers* 
Q. Gciaiiions. 




gravekuxm 

(Arenofa.) 

7. Q.' Gramcns. 
15. Qj Jafmcns. 



3a^CLASSE# 

Sur hs fumici 



\ * 



rFimeta. ) 



1 



} 



28= Classe. / i/oudk. Biflus. 



Dans Us terrelns 



fablon 



) 



^C, <Xz Arons* 

24^ Classe. 

Sur Us mafures, 

Rudera , ru* 
efla , Vetera* 
ta , parietina , 
fubgrundia.) 

27. Q.. Pcrfonecs. 

J 5* Q» Joubarbcs. 
34. Q; Allines, 
3 y. (^ Blicons, 
fi- Q. Crucifercs. 

25^ Classe. 

Sur Us chcmins* 

(Vi^.) 

7. Qj Gramcns. 

26* CLA:Ssi:. 



7. Plup, Gramcns. 
8- Q; Liliafecj. 
] y. Q. Ombeljifer. 

3i. Q. Pourpiers. 
J 5. PL Joubarbes, 
4^. PL Lcg'jmiacuf. 
48- Q.Tf!lcaIs. 
4^, Q. Gcrauions. 

a^e Classe. 

Dans Us terrelns 
a'-giUux, 

( Argillofa.) 

7.Quclk. dtamcus. 

11. I Elcagnus. 

If I OmbcUifcrc. 
j6, 1 Coinpofees- 

35. I Perlikdrc. 

30- Clause. 



i.C^Champignoaxi 
l^. Q. Blirons. 
47. Q; Cbatericrs. 

33* Classe; „ 

gnes en frictu^ 

\ Campiyarvijfc 
e6ta. ) -* 

' 7. Quelle* Gramen?^ 
2f. Q^ Boutaches. 
xS. Q; Solaiions.' 
3j. PI. Erpar>:ourcsi 

5"!. PL Ciucifeics^ 



Dans Us terrelns 



pjaifeux. 



( 



7. QAi-lk. Gtamcni 



34<;GlasS£, 

Dans Us champs 
lahonres.{Agxi^ 

culta', cerealiajj 
fegetalil^fege- 

. tes , verfursmt 

agro(-urn, ) 

15. Q^. Ombdliftr* 

1^. Q. Compofccs. 
ij. Q. Bodraches* 
jl, Q. Capriers, 
<i Q. Crucit?rcw 



Z>^n/ /e^ terrelns J)^ns U craie^ 



3i^Classe.' . 3^=CtASSE. '^ 



pUrrchx mobiUs. 

( Saxofa. ) 
7< Qyclkt SrarUtm.. 



( Crecofa. ) 

J7. X Catnpanu! 



ijtf/j/ Us jardinsl 
(Horci.) 

y. Quclk.C;aac:^' 



•I-' 



«XXV1^ 



P R E T A C Z. 



V*^. Q- Compofecj. 
54* J Allines, 
If, Q- Bliconj. 
47. Q: Chacenots. 

36= Classe." 



38^Cla5se. 

Dans les haus 



(Sep 



) 



1> 



!<• Qc Bouraches. 
17, Q.. Pcrfonces. 

fo. Q^. Mauvcs. 



/ Viridaria. ) 



30. I Anagallis. 

31. Q_. Pourpicrs. 
34* I. Alflac. 
jf, Q^. Blicons. 
41. Q^. Jujubicrs, 
f 1. Q^. Crucifetes. 

j6^. I Aeon, 

40= CtASSE-. 



39c Classe. Auborddes nvh-^ 



VT. Q. RcEionculcs; ^"^ ^^ ^/f^ ^^ '^ 



37^ Cl-ASSE* 



:!? 



(Fruteaa.) 



7* Qttclk. Gcamcus. 
Hl.Q. Biiions, ■ 



; 



^. Pi. Palmicrs. 

7* Qiiclk, Gramcns. 
li, I Elcagnus, 
I J. I Ombelfifefc. ' 
l<>* Q. Compofce?, 
ii. Q. Chevicfcuill, 
13.0^. Apariiics, 



( 



iffiaux^ 



^♦•% Fucui 
tC^.-Q^ Compofces. 

15. Q^ ApoUns* 

17. I Pcrfoncc. 
\o, I Anagallis. 

3i,»P. S alike res. 

38. C^. Efpargourcs. 



6e "Syflemc. Suhjlcncc des Plantts 



t"*= Classe. 

ncuft imltant 
uneglairc^ ' 

% Fam. X BifTus. 

f Champ igao'ns 
1 Fuctrs. 



3. 4 Fucus. 

4« Classe, 

Subjlance c'kar^ 



nuc 



ft 



>/i^r. 



^^-# 



%t Classe, 



^uhflancc akeufc 
cu tnucldc qui 
fe dcfftcht \it€ 
J TaiT. 

a Tarn. 7 Bilfas. 
«• a Champignons. 

y Cxasse. 

^uhjlance coriajc^ 
fongueufe & 

fpongieufe d% 
liigft. 

- \ 



A* T}< Champijiii 

' J. 1 Fucus. 

4. Epacikcs. 
t. PI. lliiafc-j. 

5- PL Jcnjanbrc*. 
10. Orchis. 

n. > Ariftolochej. 
31. 10 Pourpicri. 
3V- J Hiicons. 
3^. X Talaps. 
45^ a Tiiimales. 
49« 3 GeranionE. 

J I. a Capdcr, ^ 



5« Classe. 

Suhjlanc< trbafce 

tenant U milieu 

entre U charnu 

&U ligncux^fc 

fichant fuciU- 
munt. 









1. I Bifluj. 

7. PL Craincns» 
II. tf. Aniioloches. 
11^ f ilcagmis. 

13. «; Ona^rcs. 
1^ Pi. OmbclHfer. 
K"-?. Composes. 
17. Campanulcs. 
iS. Bcioncs. 

15- II Aparincf. 
ao. S Scabicufcj. 
IX- 3 Clicvrcfcuill. 
a^. 1 Airclcs. 
a J. ly Apoflns. 

14. 4 Bourachcu 
4^ PK Labile J. 



/ 



41, Q,. Rofierf.' 

47. Q. ChatencK. 
58. Q. MouflTcs. 

4i^Classe» 

Parafitc. 
vtntfut d'au- 

tr€s Planus* 

i.QiicIk. BifliK. 

a. (X: Champign. 

f.Q. Foujeres. 
JO. 5 Orchis. 
II. I Ariftoloche. 
II. I Elcagnus- 
ai. 1 Chcvrcfeaillc 
17 1 Perfonecs. 

J4 
5^ 



I Poiirpiers. 
t^. Ciftcs, 

Q^ Aeons, 



28. 8 Solanons. 
19, 3 JafiTicui. 

30. Anagallis. 
3 J. 6 Salikercs. 

31. roPourpicrr- 
5 J. ^ Joiibarbcii 

34. Alfincs. 
jy. 18 BHcoas. 
3^. I Jalap. 

37. 14 AraaranrcJ. 

35, Efpargoucct. 

'55. 8 Perfikircf. 

41. 18 Rollers. 
41, 3 Jajubicri. 
4 J. f<f LegumfneuU 
44. 1 PilUcbicrs. 

4f , 8 Xinn^a^"; 

• 4$". 1 Anonc. 

47. 3 Chat&Hcn* 

48. jTillculs. 
4^, tf Gcrantofls. 

jO. J Mauvcs. 
51. X Capricrs. 
•yt. 47 Crucifcccs. 
p. l7Pavors. 

y4. SCiflcs. 

jy. i^RcfiOttCulcS.. 



P R E F A € Mi 



^S, Aronf, 

57- 1 Pins. 

$^ Classe.. 

Suhfiance ficht 



7^ Classe. 

Suhjlance U^neu-^ 

1. 1 Champignons, 
fk. Foujetes* 
6m Falmiers. 
7, Qu. Gramcns*, 

^ Qti- Jcnjanbres.- 
XXo II Elcagiius. 
15. i& Onagrei^ 



i4# Mures; 

15* 3 Ombellifcrcs. 
16. Qj Compofces- 

19. r6 Aparines. 

20. 1 Scabicufcs. 

2i> i<5" Chevrefeuill. 
11. 34 Airelcs*. . 

15,14 Apofins* . 

14- 8 Bourachcs. 
if. Q^Labices. 
x£. Pi. Vervencs. 
17. Qii. Ferfonccs, 

31* 4 Saliker'es* 



33. a Joubarbcs.. 

35. 1 Blicons,. 
3^.. \ Jalap, 

37, I Amaranrc. 
!<»» 3 Pcriikcrci* 
41* 7^ Rollers^ 
4t,if Jujubiers, 
4^»^^XI.cgutnincufi 
44. .ff Pillftchicrs. 

It Titimalcs* 




45- 

47- 

4^- 

4^» 



Ti Anoncs. 
17 Charcnccs^ 



L 
J 

7"^ Syfteme. Sues , iJdy7rt^j fi. 5^/^. 

r 

r 

Le mucilage eft un fuc gomeux etendu dans beaucouft 
d'eau. - ■ 



L 



a 



deffi 



.«he. ETie fe- diffout entierement a I*6au, & ne fond ni ne 

s'enflame au feu , mais i crepke. 

n eft une huile coagul^e & durcie par un i^ft 



1 
■1 
■J 



alkali fixe. 



^ tf 



r 

font 




exception 



prenent 



-- ^ 



- ^ - * 



wde, tnais non caiTante a ion certain degr^ de troid naturel 
de Tair libre. 

Le Baume eft une liqueur grafle aflei epaiffe, coulantC|J 
pendant les chaleurs de I'Ete , 8c fe fij,ant au froid come une: 
refine • fouvant caflante. 11' contient beaucoup d'huile' & 



tres-peu d'eau , auffi ne fe difrout-t-il pas a r 



F 



eau - mais 



feulement a refprlt-de-vin & aux huHes eiTentieies , &:s'en-*, 

^ame au feu. - • 



feu. 



»K » 



qu 



- -- e,.mcmela plusgrande* 

Le Brai^ fee fait cependant excegtion a cete regie ; au S6r- 
»egal , U devient llquide & coulant eome un Baunie. 

Le fuc lalteux s'epaiffit comunemant en Refme ou- e»> 
Gome Refine. 

La Gome R^fme eft un fuc concret' mele prefqu'i parties 

l?f^D 'r ^"'^ ^'^"ile , auffi tient-elle le milieu entra la Gome 

fi la Refine , 5t eile fe diffout ep gartie dans I'eau , en paxtlc^ 



/ 



S^^esjpr T U E F J a E. 

dajis I'huile, C'eft de leur melange que nak la conTeur lai"- 
■teufe de certamsfucs vej6ta;ix & Sa hit anima! , quoique ces 



9 



ff- 



n!"< 



a matjeres fcparees I'hlale & I'eaa i'oient diafaiies. C'eft pour 
c,ela , que dans la diftilation dc la ranele on de 1 anis , I'eTprit 
qui tnonte le i^^ etant aqueux , eft limpide & diafanc : tandis 
que ce.ui qui relle au fond de I'alambi't dtant huileux & 
aqueux , forme une liqueur trouble & iaiteuie. 



C 



'planus , qui fou^ 
pies ^ ne rm^ 
dent aucun fu<;^ 

Biffuj, 

». PI. Champfgn. 
%» Fucus. 



44- PI. Piftachicrs. ' 

4r'Qj>- ricimalcs. 
4^. An^ncs. 

47-T*l. Chacencrs. 
48. Pl.Tilleuts. ■ 

1 

49-'Qu- Geranicns- 
fo. PI. Mauves. 

ji- Pjf Caprfcrs* 
fi. H. Cruciferes. 
J J. P[. Pavot^. . 



I^Foujeres. yj. Renoncules. 

f 5". Aron^. 
?57. Piiis. _ ^ f , 

J 8. MoulTes. 



7. Gramens._ - • - 

5. Q- JcnjaiitreE- 

10. Orchis 

a I. Arifloloches. ^*** 

11. Eleagnus. 

XI' O.ingrcs. • 

jy. PI. Omberiifcrcf. 
16". PI- Compofccs. ,, 

M$- Pi. Apnfinc^;^^ 

io. ocabicufcl,' 

ii.-<:hcvrefcuilles, 
xy. Labices* e ■ ' 
itf. Vtrrvencs* ,. ,.^, 

a 7. Pi. Perroiiejes, . 
a8, Solanons."^/ ~ 

31. Salikeret. 

16. Jalaps. *, 
37. Amaranccs. - - 
|8. Efpairgourc5. 

3^. P], rcrfilqfeai.'- > 

40. Carou* 

41* Roficrs, ^ • 

41. PI, Jujubi^rs. 

4J< Pi« UguromeUf* 



f»-Qn. Jcnj.inbres. 
24. Boatadies- 
3-1. PI. PourpicfS. 
3 J. Vl. Joubarbe*. 
M- PI- Aliines. 
Jf.pK Blitons. 
4i.Qu. Jujubiers. 

■ 4* Classe. 

Plantes qui donent 



/ 



4 

! 



/r^. 



■*»it*fc- 



a* ClASSE. ' "^3-1 Apolins. 



Plantes qui ren-^ 

denfu^fucd'ejo 
Us - mcmes au 

It. i-vEJeagnus, 

47. ? Chaieucrs, * 

Boulequ , t'AdTr, 
nzfi ) Saule, " 

48. 1 TjlleuK^itf/-. 
5«. I Captier, 



3^ CLASSE.,tf<^* 

43 



5e ClaSSE. 

Plantes , ^ai ct?:;- 
f fVj- , donent un 
fuc laheux ou 

blanc de Ult. 

"r 

+ H ^ 

^ i. Q.^'.C|i5n^.pign. 
6". Palmiers 
if. 2 Onibeliitercs. 

K. !• Coinporccs. 

17« Campaauks. 
IJ.PI. Apofins. 

Z7. I PcKoifcc. 
I Pourpicr. 
I Lcgumincufc* 



Plantes , ^ui roi^- 44' Q- Plftacjifcrs. 

JUCaqutuxfans 48. 1 Tilleul.' 

couUut,' 



6« Classe. 

8. r Liliafec. 
VJ. Pi. Pavoc. . 

54. I Cifte. 

8^ Classe* 



^9 
43 



Sue rouge. 

I Pctfikerc. 



1 Leg!JmincufcS# 

8^ Classf. 

SucmncilagineuXm 

i6. Qii. CompofeCJ. 
24. Bourachcs. 
17. PL Perfonccs. • 
34. Pi. Aliines. 

ij, Aiiiaran:cs. 
4^. Fl. Lcgumincuf. 
4f. Qii. Ticimalcs. 
48. Qii. Tiiiciils. 

50. PL Maiivcs- 
j I . Qa CaprierS- 
y6. Qa. Arons. 



r 

9s Classe 



Plantes 



do* 



qui 
nent un fuc qui 



m 



me. 



I 



^* 1 P^voc. 



i. PI. lihafeen 



18. Brioncf. 
41, PL Jajubicrs# 
4?. Pi. Legiiniinc^ 
JO. J Mauvc- 

10^ Classe-. ' 

Plantes favoneuf. 

% Qiiclk. Bcloncj/ 



PREFACE. 



« 



ODO^ 



j4. PL Alfliies. 
44. Qu. Piaachieri. 

ii^Classe. 

Planus qui ren* 
dent un fuc qui 
s*ipaijjit en go* 

' mcrejinem 

If» OmbellifercJ. 
KT- PK Compofecs. 
17. Campanulas* 
a 5. Apoltns 
4^. Pi. Ticimales, 
J4. Quelle. Ciibs. 

r 

' I2*Classe. 

r J 

Plantcs qui d&~ 

^ nent un fuc qui 

'epaljjit 
Jincn 



en re- 



3- Jcnjnnbres. 

44- Qc iirtachicrs. 
\\* Pavois. 
f4-Qyelk. Ciftcs* 

17. PL Pins. 

13^ Class£ 

i 

Baumes. 

44. Q. Piftachlcrs. 



47. 1 Chacencrs. 
57. Quielk. Pins. 

14e ClASSE. 

Huiles graffes^ 

iz. I Elcagnus. 

17. I Pcrfoncc- 

29. I Jafmen* 

17. I Atnarantc- 

4-.. 1 Chateriers.. 

yi. Q^ Ctucif<^ie£. 
5I» Pavots. 
5^7» Pins. 

jj'Classe, 

Huiies eJfentuUs 



7. pL Gramens. 
a 5. Q. Apofiiis, 

*5j. 1 Bliton. 
43.0; Legumincuf*. 
48, TiUculs. 

54. Q. Ci(U$. 
57. Pi, Pins. 

17*^ Classe.' 



2.0s Ci-asse; 



fi 



felalkulifi. 



3.FUCUS. 

<?, Pahnicrs. 
ff,Rcnoncu!es» 

ai^CLASSs, 

Glauber. 



ouqul endonent 

par ihulU Lion ^ 17* i Air.arantc, 



combii 



tion 



T4- 
16. 

10, 

44- 



Jenji'nbtcs. 

Mittes. 
OmbelUfcrc5. 

PL Conipotees* 

Aparincs* 
Scabicufcs. 

PK Labiecs- 
PI. Piftathicrs. 
Qiiclk. Pavots. 
Quclk. Cifles. 



5, FoujSrcs. 
jt. Fourpiers^ 
^5. Joubarbcs.. 

94. AlQues. 
55-. Blicons. 
Ij, Q. Rcnonculcs 

iS^Classe. 

^/^^/i volatiL 



Dontlefucdipofe j^^ Classe* 

^ej crijlaux dc 

Sel alumineuXm. 



ai^CLASSE* 

S^l n itreux^ 

1^. PL Compofecs* 

17. Camp^nuliK 
aj- Apofins. 

14, Rourachcs. 
3^. Pourpicrs, 

5T« tty« Biiionn 
^j. Titimalcs. 

5 ^, Qu. Payors* 
S J . RcnoacuUs-. 



yj^cre 



c. PL Palmicrs. 



J 5. Rcnoncules. 



\ - 



8^ Syfteme. Teintures tiries de^ Plantesl 



1 "• Classe* 



«. Palmicrs.. 



JPiZX. 



Planter qui ft en 
donent 

L 

i. BifTus. 

2. PL Charapign* 

3- PL Fucus* 
4. Epacikes* 



■7. Gramens. • 
S. PL Lilia(?cs* 
5. Pi. Jenjanbi€S» 

10- Orchis. 
1 1, ATiIloloche&* 
11. Elcagnus.' 
I J. Qii, Onagrcs. 
14* Mic(cs* 

*j.Qu. OmbcUifcr* 



itf. Qu. Compofecs. 

17. Cainpanules. 

18. Briones* 

2^, Qu, Aparincs* 
ao, Scabicufcs. 
is.Chevrefcuillcs. 

if. AitcUs* 
a J. Apouas. 

:;4. Bourachcs* 
ij, Labiccs, 



1^. Vcrverwr; 

17. FccCoaeeS* 
i8, Solanons^ 

a^. Jafmcns.. 

|g, AnagalliS* 

ji.S.alikercs. 
jt. Pourpicrs* 
J J. Joubarbes, 

3>;Airincs* 



F 



tw 



44- 

4r- 

45. 

45- 

55- 
54. 



tcxicxl) 

7a1ap. 
Atnatahccs. 

PI. Perllksrcs. 

Roficrs- 

PU Jujubiers- 

FU Piftachicrs. 
rl. TitiraaUs. 
Anoncs. 
VI. Cliatcners. 
PI. Tillculs. 
Pl^ Geranions. 

Mauvcs. 
PL Capriers, " 
pi. Crucifcces, 
PU Pavots." 
PL Ciilcs. 

RcDouculeip 

Aroos* 

Pins- 

MoufTcs. 



r ft E F A c ^^ 

** ClASSE. f4- i Ciftc. 



Tcinture rouge* 



5 



Quclk. Fucus. 
I Jenjanbce. 

1 Ombcliiftrc, 
Pi, Aparincs, 

X Bliions. 

I Jujubicr, 

I Lfgumineuf. 

I Piliachicf. 
1 TiUeul. 

I Cillc. 

y Classe. 

i.Qu. Champinons 

4^ Classe, 

De Rouillc* 



5 

4i' 

43' 

44 
4S. 

J4 



Classe 

Jaunt* 



45 

45 
Si 



J 



lfgam!n«afcl| 



5* I Jenjanbrc, 
i(J, Pi. Compofcej. 
44* X Piftachicr, 
47. I Charcncr, 
J I. r Capricr. 
yj. Qu. Pavots, 

6^ Classe. 

41* I Jufubicn 
4^. I Legumineuf. 

7* Classe* 

BUue. 



t Ticimates, 
I Ciucifercs* 

8^ Classe* 

Violctc. 



49. I Gerauion« 



M 



I Pavot^ 



9* Classe; 

Noire. 



45. X Lcgumineufe* ^^^ i Fetiikeic 



J). 

45« 

44* 

47- 

f4- 



I- Lili3(cc. 

I Onagrc* 
1 Apatinc. 
I Iegumtacufc# 

I i-idachier. 

1 Cha:encf»« 
I Ciftc. 



^9« Syfteme. Coukur dt la, Corote. 



6e 



< 



La couleur n*eft pas la memc dans toutes les parties 
la Plante , teles que les racines , les feuilles , les fleurs , &c 
On en rem ar que fouvent 3 ou 4 diferantes (iir la mettie 
feuille ou la nieme fleur , come dans le Bliton apele Tri- 
koloFy la Tulipe^ Y Oreille dVurs ^ 8lc. Elle varie pareil- 

lement dans les divers individus de la memc Efpke > & 
dans des parties femBIables fur le meme pie. 

Nous n'examinerons ici que les couleurs des fleurs , parcO^ 
qu'eles font les parties qui , en general , font les plus fou- 
vent colorees , ou les plus remarquables par la varlete de 
leurs couleurs. EUes font fujetes a chanjer, foit par la char 
leur , le climat , le terrain , la culture , &c. 

Le blanc change facilement en pourpre. 

Lejaune en blanc. 

Le rouge en Wane & en bleu. 

Le bleu en jaune. 

Le blanc eft plus comun dans les Coroles du Printems 5j| 
les bales deuces. 

L aqueux dans les filets & ftiles, 

Le rouge dans les Coroles d'Ete & les fruits acides* 

Le jaune dans les Anteres &' la Corole, 

ie yerd dans les Feuilles & le Caiice. 



^ -. 



/ 



P R E F A C E. 



CCXKXUj 



te bleu dans les Coroles. 
Le Violet, id. 

Le noir dans les Racjnes & les Graines , rarement daus 
les fruits & la Corole. . 



Plantes fans co 



role^ 



} 



t * Biffus. 

!• Champignons. 
)>• Pucus, 
4. Epatikcs. 

f* foujJrcs# 
<• Palmtcts. 

7. Gramens. 

«• Liliafees. 

■9* Qii. Jcnjanbres. 

10. Orchis. 

1 1. Arillolochcs, 
II- Eleagnus. 

J I. Op. SaltkJccs. 
3^. Qu. Pourpicrs. 
3^. Blitons, 

37- Oil. Amaranccs. 
jS. Q. Efpargoutcs. 

J^. Pcrdkercs. 
4o* Gacou. 

41. Qpclk. Roficrs. 
42-. Qu. Jujubicrs. 

4?» Q;i.cguM]ineufes. 

4y. Q^. Ticimale^. 
^^* Q^ Anones. 
47- Chatcriers. 
48. Q,TiIIcii1s. 
n* Q^, Capticrs- 
yi.Q^.Crucifeces. 
T4- q. Ciflcs. 

f7- Pins, 
fS. McuiTcs. 

. a* Classe. 

r 

€oroU hlanchtm 

^* Qu. JcnjanbrcK 
-14% Wup. Mirccf, 



1^ Pi, Ombelliferes, 
l^» Q^. Compofccs. 
^ 17- Q.» Campanulcs. 
1^. Q. Brioiics- 

i^. PL Apatincs. 
10, P. Scabkufcs. 
ii* P. Chevrcfeuill. 
ii- Q: Auelcs. 
a}. PI. Apocins, 
14. PI. Bourachcs. 

ij. Pi. Labices. 

!<?• Pi. Vcrvencs. 
17. Pi. PcrfonecJ. 
zS. PI. Solancns. 
!:?• P. Jafmens. 

30. Q^. Anagallis. 
5 i- Q; Salikercs. 

31. PI. Poiirpicrs* 
35. PU Joiibarbcs. 
34. PU Alfines, 

l^' Q^ Jalaps, 
?7. PI. Amarances. 

^8. rl. Efpaigoures. 
41. Quclk. Rogers, 
41. Pi Jujubicr. 
4?. Q^-Lcgumincufcs, 
44. Pi. Piftachicrs. 
4f. Q. Tichnalcs. 
46". Pi. Anones, 
4^.0.. Tillculs. 
49. FI. Gcranions, 

JO- Pi. Mauvcs. 
y I. PI. Capriers- 
jt. Q^ CrLicifercs, 
f J. Q. Pa vols. 

J4' Q^ CUtes, 

J5, Q.. Rcnonculcs. 

3* Classe. 

CoroU rougc^ 

5- Qu. Jenjanbics. 
14.0^. Mirrcj. 



tfi". Q. Compofccs* 
1 8. PI. Brioucs. 
J J. Q. Aparines. 
ao. Q. StMhicufcs. 
ii.Q^ Chevrcfeuill 
zi- Plup. Aireles, 
15. Q^ Apocins, 

24. Q. Bourachcs. 
ij. Q- Labices. 

i^. Q. Vervencs, 

*7- Q* Pcrfoaees. 
zS. Q. Solauons. 

^9* Q; Jafmens. 

30. PI. Anagallis. 

3 !• Pi. Salikercs* 

31. Qj Fourpicrs. 

3|. Q. Joubaibes. 

34. Q; AliUKS. 

Jtf. PI. Jalaps. 
37. Q^. Amarnnrcs. 

3S, Q. Efparguucci. 
41. Q^^ Kolicrs. 
41- Q. Jiijubiers. 
4^, Q^. Lcgumineiif. 

44. Q^. Piihchicrs. 
4J-. Q. Titimalcs. 

46'. Q^ Aroncs. 

45. Q,. Tillculs. 
4j3, Q^. Gcranions, 

yu. Q. Matjvos. 
5I, Q. Capricr^. 
ft. Q^. Crucifercs. 
13. Q^. Pavots. 

4^ Classe. 

CoroU jaune. 

w 

f. PL Jetijatibres. 
I J. Quclk, Ombcll, 

tC* PI. Compofcei, 
iS. P. Brioncs. 

19- Q* Aparinei. 
1©. Q^. Scabteufes. 

11. C^- ClicTiffcuill, 



IX- Q: Alreleu 

a 3. Q_. Apoiins# 

14* Q. Bourache^ 

If- Q. Labiecs. 

1^. Q. Vcrvencs. 

17. Q. Pcrfonccs. 

z8. Q^ Solanons, 

15. Q; Jafmens. 

30- Q^.Anagallit; 
' 31. Q. Pourpicrs** 

55. Q. Joubarbcs^ 

34, Q. Al/ine5. 
41. PI. Rollers* 
41. Qj Jujubicrf* 
4). PI. I^gumlnciif^ 

44.^0. Piftachicn, 
4f.Q« Ticiniales« 

46". Q. Anones. 
48.P1-Tillculs. 
4^. Q. Geranwnf 4 
fo. Q.. Mauvci. 
5 1. Q. Capricrt^ 
Si.PUCrucifcrct; 
5 J. Pi. Pavow. 
f4. PI. Ciftcf. 
5f , Pi. RcnoBcuIci4 

5* Classe, 

m 

CoroU verte. 

a.3.Quelk. Apo(uxff| 
31. Q. PourpicK. 
41- Q; Jujubiers.. 
44' Qj Pillacfaici:<« 
4T- Q. Ticimalct* 

6* Classed 

CoroU hUuCm 

Iff. Q'j. Conipo£ccf4 
17, PI. Campanulc»4 
t^. Q, Apatiuci. 

17* Q* PcrCeoccaW 



\ 



,ccxxxV 

xt. Q. Sobnons. 
37. Qc Amarantcs. 

4|. Q. Legumincuf. 
§u Q* Caprices. 
f4, Q Cilles. 



P R E P J C E. 



7^ Classe. 

Lorole vioUfe. ' 34. q. Aiilncs. 



27. Q^, Perfonecs, 
2iJ. Qj Solanons. 



jj^Qj Rcnoncules. 



'\ 



.4 n> 



^. Qti. Jjnjanbrcs. 
16. Q. Compofecs. 
J7- Q^ Cainpanulcs. 
15. Q. Apatines, 



jJi. Q- Efpar^outes. 
41. Q. Rollers. 
41. Q^. Jujubiers. 
4i- Q. Leguiuineuf. 
4J- Q; Titimalcs, 



J4. Ci-Ciflcs. 

J5» Q. Rcnonculcs, 

8* Classe. 

Co role noire, 
i3»Quclk. Apocinit 



10^ Syfteme. Saycur. 



La 



pendant du fens , du gout j eft un 



inconltant felon I'aje , I'etat ou de fante ou de maladie oil 
ie trom-e cclui qui goute les Plantes. 

Le dimat , le terrain , la culture font tres-fujets \ chanjet 

la favour des Plantes. 

Le dimat ; I'Ail enGrece ne Tent rlen. 

Le terrain ; le Seleri fauvage eft defagreable. 
Xa culjure ; les Pomes &Poires fauvages font tres-.apres& 
auftcres a la Campagne , les Laitues fauvages font trb» 
ameres : la culture les rend trb-douces. 

Chaque partie de la Plante n'a pas le meme gout : dans 

les unes , 1q fruit a un gout aclde & agr^able , tandis que les 

■ Feuillcs ou les Racines font ameres ou defagreables ; dans 

d autres , c'eft tout le contraire. Les Modernes diftinguent 

.ao Saveurs , dont 5 font opofees aux 5 autres ; favoir , 

i^LWipide ou aqueux 6 Sal^ aclde ou alkali. 

4 Doux 



3 Gras 

4 Viskeux 

5 Acide 



7 Acrc- 

8 Aufl^re. 

9 Acerbe* 
10 Amer. 



^Les Saveurs dif^rent par 4 manieres j 
i'' Leur degr6 de force ou intenfite* 
a Leur duree. 
3 Lear augmentation. 



4 



i"" On a diftingue 



aux parties qu'eles afeflent 



o degres diferens d'amertume , dotit 



la Racine de Kurkunu ocupe , ^ ^.„^.v 

tite blenele io« ' """ " ■ 

2° Qimnt a leur duree , il i en a qin , quoique de Rioin 

dre mtenfite qued'autres, affefteat plutot la fenfation, pa 

exemple. 

Les Acides & les Amers , come le Vinalgre & TAbfinthe 

fe font fentir d'abord & durent peu. 

Les Acres durent plus long - t^ms ; ainfi I'acret^ ^ 



PR E F AC e, ccxxxv 

X 

Craines de Klematite , qui eft de dix degres , ne f^ 
fait pas fentir aulTi-tot que Tamertume des Rofes qui n'eft 
qu*au %^ ddgre. 

Les Saveurs chaudes fe font fentir plus lentement & plutard 
que les autres. Ainfi I'amertume des Racines d'Ellebore noir, 
qui eft au 2d degre , fe fait fentir au i ^^ contaft ; mais fa chaleur > 

Juoiqu'au 3 ou4!rdcgr^ , ne fefait fentir qu*apres a minutes ; 
e memo Tamertume de TAunee, qui n'eft qu'au 4 degre , ei| 
plutot ftntle que fa chaleur-qui eft au 8-. 

Tientation qui fe fait dans la fenfation des Sa- 
veurs pendant toute fa duree , eft diferante felon les Ef- 
peces. 

La chaleur du Galanga caufe d'abord une legere fenfation ^ 
mais^ce n'eft qu'au bout d'une minute que la plus grande 
force fe fait fentir. L'ElIebore noir ne parvient a la plus 
grande fenfation que 4 minutes apres fon i^*^ contaft. 

Le terns que dure la plus grande force de la fenfation eft 
auffi diferent felon les fubftances ; ainfi la chaleur de I'EUc- 
bore noire vient a fa plus grande intenfite , & diminue en 
1 minute. Celle de la racine du Kreffbn alenois en 1 
celle de la racine de I'Afaron en 2 minutes. 

Le terns que fe foutient la plus grande force de la Saveur 
jufqu'a fon exnnflion , ditere pareillement ; ainfi les feuillea 
de la millefeuille , qui font ameres au 4^ degre , &: chaudes 
^^..1" , perdent d'abord leur amertume , tandis que leur 
chaleur dure encore. La chaleur de TAkorus eft au premier 
degre , fon aromat au 3^ , fon amertume au 4^ ; cependant fon 
amertume s'etemt auffi-tot, fa chaleur dure 2 minutes, & 
fon aromat 7 a 8. La chaleur du Creffon alenois dure 7 a 
8 '; I'amertume de I'Elaterion ~ d'heure ; la chaleur de I'Eu- 
forbe & de TEllebore noir dure f heure ; Tacrete de la ra- 
cine d'Aron dure fouvent 1 2 hcures. 
. Enforte que I'augmentation de fenfation , depuis le 
contaft , va jufqu'a 4 a 6 minutes au plus , aulieu que fon 
^ecroiftement va jufqu'a 50 on 40' & au-dela. 

4^ Les Saveurs confiderees relativement aux parties 
qu'eles afeftent, font fixes & locales, ou s'etendent & fe 

propajent. . 1 

La Saveur fixe fe contlent dans le lieu qu'ele a d'abord 
afefte. . . - ^ 



minute 



I 



«c 



{. 



quiter 



dans les parties voifines 



u 



/ 



\ 






X 



> 



.f- 



-* 



XHXV) 



^ R E r Zl 



<ff. 




ue a ion milieu ^ cele des feuilles de rElatenon s*efen J dt^ 



langu 



; d'une partie 
anlporte auffi 



cniliea en quitant le bout. 

Les Saveurs afeftent diferamant les parties cju^eles atta- 

quent come les levres , la kngue , le palais , la gorge , le 

gofier. 

pendant o a lo' par lachaleur de k 



afe6b5es 



pen 



parties le font moms. 

La langue eft afeftee au bout par la plupart. La Gentianfi 
& la Kolokinte afe^lent plus fon milieu , & fa racirie ed 
plus afe6lee par les feuilles d'Elaterion. 

Le palais eft plus afefte par h racine du Sotanon IctaU 
dont rimpreffion dure 4*. 

La gorge eft plus afeftee que les autres parties par Ic« 
feuilles de Pakete, & les racines de M^rcuriale, d'Afperje, 
dc Jalap , &c» 

Le gofier ou cfofage eft afe^e partkuKirement de chaleur 
par la racine d'Abfmtl^ , ce que ne font pas les feuilles 
de cete piante ^ qui ne font pas un ft bon ftomachike pour 
cete railbn. 

La plupart de ces notions font extraJtes de Fcmel & dc 

vjrew. 



t"« Classe. 

Infipiic ou akcux. 



so. 



BiiTus. 
PL Fucui. 

C^ LUiafccs. 
PI. Orchw. 

I J. P. Arifloloches, 
14. Q. Bourachcs. 

Solanons/ 

AaJgaUis. 

Pi. Pourpicrs, 
^3* Pi. Joubarbcs. 
P]. Lcjumincuf. 



7 

8. 



Q. Patmlcrj, 

Q. Gramens. 
Q.I-i!iar6«s. 



JO 

3- 



41 



a« Classe* 



.ri 



Doux, 



3^ Class£. 

Gras^ 

6, Qu. PalmicM. 

9. Qj Jeiijanbrci. 
10. Q. Orcliis, 

J7- Q' Pins. 

w 

4*Classe. 

Vuheux ou muci- 
lagineux^ 

S. Qpelk. liliafics. 



* |,<^c!k. Jucui, li. Q. ilcagnus 



H- PI. AWntu 

48. Tillculs. 
45. Gcranion#» 

#' 

50. Mauvcs, 

5* Classe, 

4t.Quc!k. Roficrs.. 
41. Q. Jujiibiecs. 
44. Q. Piftachicrs. 

6* Classe, 

Sali. 

L 

*• Quclk. Palmicrs. 
' 7- Q**clk. Gramens. 

14. PI. Boui«(^t« 



7* Classe, 

4. Quclk, Epatikcl. 

t PIup- Liliatccs- 
^. Plup.Jcnjanbr- 

II. Q; AriAolochcf. 
If. Plup. OrabeUif. 

17. PI. Campanula* 
>8. PI. Brioncs, ^ 
i|, Quelk. Labi«^» 

j^. Jalap. 

40. Pi. Garou* 
4Y.pLTUima!tU 

4tf. PI. AnoDCS^ 
ji. Capricrs.. 
jt. Crucifcrcn 
J 3. PU Pa^o". 
jy^ Rcnoncdltfi 

)tf, PU AsoA^ 



PRE F A C £. 



ccxxxrif 




Classi, 

Auficrc* 



X Pl.Champignont. 
5. PI. Foujercs* 
C. PL Palmier. 

It. PL Elea^nus. 
I J. PL Onagrcs, 
1^. PL Mittcs. 
I7.Q. Campanulcs. 
15. PL Aparincs. 
»x.PLChcvrcfcuilL 



37- 

3S. 

45 

47 

57 

5« 



PL Airelcs, 
Q, Jafmcns. 
PL Salikcrcs. 
PL Aniarances* 

Etpargoutcs. 
Pctfiketcs. 
, Rollers. 

PL Jujubicrs. 

, PL Legumincuf, 
, Chaceners* 
. PL Ciftes. 
. PL Fins. 
. PL MoufTcj. 



9« Classe, 

Acerbe^ 



3i 

4^ 



Quclk. Mirtcs. 
Q. Pourpicrs. 
Q. Jujubicrs. 
ji. Q. Capriers, 

10. Classe. 

Amcr^ 

t;. Q. Ombellifcres. 



i<f. PL 

iS.Q. 

10. PL 

zj. PI. 
15. PI 

X6, Q. 

17- PI- 
41, Q. 

4^Q• 
44- Q- 

4^Q; 

f4.Q- 



Compofceri 

Brtoncs. 
ScabicwfcJ, 
ChevfcFeuiUfl 

. Apocins. 
. Labiees. 
Vervencj. 
Pcrfoafci. 
Jujubicrs. 
Legumincuf^ 
Piflachicrs. 
Titimalec* 

Pavou. 



II* Syfteme. Odeur. 



X'odorat efl un des plus obfcur des fens , parce queTo- 
deur difere dans prefque tous les objets , & qu'ele varie dan& 
cliacun d'eux ; c'eft ce que prouve la facilite avec laquelle 
les chlens trouvent leurs maitres dans certains terns , 8c cele 
avec laquele ils le perdent dans d'autres. 



limites 



peuvent guece etre d<^finies. 
tes anciens . felon Ariflote 



ne 



que_ 7 



Odeurs primitives , come ils n'admetoient que 7 Saveurs. Ce$ 
Odeurs 



, dit-il , ( Cap 4 de ft 



quee avec les Saveurs, qu'on les a defignees par les memes 

*oms ; favoir , 

i^Le doux. 
a Le 



3 

4 

5 



gras. 

L*acide. 
L'acre. 

L'auftere. 
L'acerbe 



7 Le fetide , Iv^HfCos , P'utldusp qui repond aux Saveurs 



toieres 



»• Classe, 

Sans odiur. 



t BKfus. 
}• Kclk. Fucuu 
f* Foujcrcs. 
7* l^- Gramcns. 
!• K. Lilialccs. 



10. PL Orchil, 
ij. PLOnagrcs. 
27- PL Campanulcs 
15. K. Aparincs. 

11. K. Chcvrcfeuill 

»7- PL Pcrfonccs. 

30. PL Anagallis. 

31. Salikercs. 
11. PL Pourpicn, 
3 3- Joubarbcs, 



3?. PL Blicons. 
|tf. Jalaps. 
57. PL Amaraatcs, 
J 2. EfpargouccSf 
5?. PL Pavot. 
54. PL Ciftcs. 
yg, P. MoufTcs. 

2^ Classe. 

\0 dear foible. 
|. Kcljk. Facus. 



4. Epacikef.' 

€. PL Palmien; 

7. PL Gramcnf* 

8. Kclk. LiliafecsJ 
XI. PL Ariftoloch, 

II. PL Elcagniis. 

1$, PL Compoftcs. 
17. K. Campanulcg; 
iS. K. Brioncs, 
16, K. Vcrvjnc*^ 

1^, PL AUIfi»« 



) 



ccxxxvuj 



PR E f A C E, 



Girou. 
K. Rollers. 



4° 
4" 

41. Pi. jLijubicrs. 
45. PI. Legumincuf* 
4^, PLTiumales. 
47 Chatetiers. 

4S.PLT1IICUIS. 
45. Geranions. 

JO. Pi. Mauves. 
y I, K. Capricrs. 
yi Pi. Crucifercs. 
^7. K. Pins, 

5^ Classe. 

F 

0deur fuave ou 



agriable. 



I 



tf. Kelk. Palmiers. 
K. Liliafees. 

so. K. Orchis. 

K. ATiftoloches. 



S. 



YI 



15. K. OmbelUfercs, 
l^. K. Compofees. 
18. K. Brions, 
l^« K. Apacincs. 



IX. 

14. 
4J- 

44- 

4tf. 

4S. 

J4- 

57. 



P.I. Scabicufes. 

P. Chevrefeuil^ 
PI Airc!c5. 

K. Apoliiis, 
K. Boiitaclics. 

K. Labiecs. 
K. Jafmens, 
K. Pourpiers. 
K. Alfincs, 
I Amatancc. 
PI, Roflcrs. 
K, Jujubiers. 
K, Legumiiiciif. 
K. Piitachicrs. 
K, Anones. 
K. Tilleuls. 
K. Mauves. 
PI. Capricrs. 
K, CruciFeres. 
JC. Cilhs. 
K. Renonculcs. 
K. Arons, 
PI. Pius. 



4« Classe. 



■ 

6- Classe. 



"* 



Aromatlkc forte, ^"f'^^'. '"^ f'''^'' 



5. Pi. Jenjanbres. 
14. PIup, Mirces. 
I ', K. Oinbelliferes 
i^, PL Compofecs- 
10. K. Scabteufes. 
If. PI. Labiecs. 
x6> K. Vetvenes, 
27. K. Pecfoaees. 
5y. K. Blicons. 
44^ K. Piflacliiers, 
4^. PI, AnoDcs. 
53. K. Pavocs. 

5« Classe. 



Odeur forte ^ ni 

puantey ni aro^ 
matique^ 

t. Kelk. Liliaf^cs. 
44. Pi. Piilachiers. 



1. Kclk. Ciaampig, 
lo. K. Orchis. 
i y. K. Oinbelliferes, . 
, i(f. K. Compofees. 
X7. K. Perfouecs, 
4^. K. Piilachiers. 
4y. K. Ticimales. 
45". K. Aiioiies. 

ji. K. CcucifercJ. 

J 6". Pi. Arons. 

72 Classe. 

Fads* * 

I). Quclk. Onagrcii 
I J. PI. Ombellifcrcs. 
18. fl. Briones. 
ij. Q. Apofins. 

PI. Bouraches, 



14. 

zS. 
53. 



Solaiions. 
Q. Pavocs. 
PI. RciioiicuiCS* 

Q. MoLilTes. 



I2« Syfteme. Vatus. 



A 

felon 



^ 



leur vertu la plus torte , ce qui n'a ete execute qu* 
I'egard d'un petit nombre , il faut les didinguer come il Tnit 
felon la vertu la plus generale a la Familie a laquele eles 
apartienent. 

Les maladies opofees reconoiffent une caufe opofee. 

Les qualites contraires ont des eflbts contraires. 

C'eft fur ce double principe que roule la gugrifon des mi- 
ladies en leur apliquant des remedes qui caufent des effcts , 
& pour ainfi dire des maladies contraires. 



efi d'experiencc que les Plantes 



aveiir , ou la meme odeur , ou la 
la m^me vertu , & 



mem 



couleur , ont 
des .Saveurs ou 

il 



que celes qui ont 
des odeurs Mifcrcntes , ont auffi des vertus difcrentes , 
faut conclure.qu on ne fauroit trop examiner les Plantes par 
ces qualites , d*autant plus qu'Il eft reconnu que nombre de 
Plantes ont des vertus fpecifikes fimples ou composes , pour 
les maladies fimples ou compofees de certaines parties du 
corps j & ce qui apuie cete Idee , c'eft que tele Plante ia^^ 



pamedu corps fans 



i 



J 



' 1 



P R E F A C jr. ' ccxxxJijf 

1R faut done confulter I'aftion des Plantes fur nos (^ns , 
par leur Saveur fur-tout ; c'eft par ele que les malades , 
ainfi que les anlmaUx diflinguent comunement ce qui leur 
convlent le mieux. 

Toutes les Plantes agiflent ou par leurodeur fur les nerfa 
ou par les Saveurs fur les fibres mufculeres , ou par tous 
deux fur les fluides. 

Les Savoureufcs n'aglffent jamais lur les nerfs ni les Odo- 
rantes fur les fibres mufculeres. 

Les Savoureufes odorantes evacuent les fluides. 

Les Plantes favoureufes agiffent fur les fluides & les folides," 
& chanjent les fluides. 

II i a divers dcgres de Saveur & d'Odeur dans les Plantes ,' 
& par confequent d'lntenfite de vertus ; c*eft de-la que fonf 
venus les termes anciens de cliaud , froid , fee & humide au 
V'\ 2^, y ou 4^ degre. On a diflingue jufqu'a lo degr^^ 
diferens de ces qualites ; c'eft ainfi que Ton a dit que la 
racine de Kurkuma eft amere au i«^ degre , celle de la 

Gentiane au lo^; que la racine de Chardon bini eft chaude 
au I" degre, & les gralnes de la KUmatite bUue , au io® 
degre , &c. 

Les ve:tus & qualites des Plantes font ihdlquees comu- 
iiement come nous Tavons dit par leur Couleur ^ leur Saveut 
& leur Odeur* 

1^ Pat la Couleur en general, 

Le roux ou brun , indique Un apre aftnngent. 
Le rouee. * Un acido. 




Le verd. Un alkali crud. 

Le jaune. Un amcr. 

Le pale. L'infipide. 

Le blanc. Le doux. 

Le noir. ^ L'ingrat. 

a* Par la Saveur. 

Les infipides ont rarement une vertu medicinale. 

Les favoureufes & tres-odorantes ont une grande vertu ; 
car otez la Saveur & TOdeur des Plantes , vous leur ealevez 
leur vertu. Teles font les fccules & extralts de TAron , de 
TElaterion , &c* 

. Les anciens, felon AHftote , {de fcnfu c. 4.) ne reco- 
ftoiffolent que 7 Saveurs. Teofrafte furtout dit exprclTcment 
{De caufis Plant. Lib. 6 . Cap. 36-4) qu'il i a 7 Genres 
Je Saveurs , come ili a 7 Odeurs & 7 Couleurs. Ces Saveurs 

^i?Ledoux, ^;,,^jp 



/ 



/ 



ml T R E r A C M. 

L 

J ' 3 L'acide* i|if 

4 L'acre. <5^^r^yf 

5 L'auftere. •eyfnfVr 
o L'acerbe. rpve^M? 



( 



/ 



s-^ 



o 



7 Le fale* "^ « uAfcvpU 

II confond Tamer 'x-i^.^^^ avec le fal^. 



leaucoup d'autres mtermedlaires , & il en eft de meme des 
Odeurs & des Couleurs. Ces aChapitres de Teofrafte 
meritent d'etre lus ; on 1 vera qu'il remarke expreffemant 
quele nombre de 7 eft trcs-comun dans la nature, & qn^il 
reconoiffoit les 7 Couleurs primitives dont on atribue la de- 
couverte aux modernes. 

Pline admetoit 1 3 Saveurs , c. a d, 6 de plus qu'Ariftot^ 
& Teofrafte ; favoir , 

8*^L'agreable. Suavis. 

9 Le Pikant. ' Acutus , diferant de Taclde. 

10 L'amer Amarus* 

11 Levineux, qui eft compoft felon lui du Dulcts^ 

du Suavis , de V Acutus , itVAuflcrus. 
la La Savcur du lalt, qui eft coinpofeedu Suavis Qi 

du Pinguis. 

13 Celle de Teau, qui eft come infipide. 
L'EcoIe de Salerne diftinguoit autrefois 9 Saveurs indicci 
trois fortes de temperamans ; favoir, 
3 Chaudes , Tacre , Tamer & le fale alkali, 
3 Temperees , Takeux ou infipide , le doux & le g^^a^- 
3 Froides , Tacide , Tauftere ou acerbe , & le fale acide. 
Aujourd^hui on diftingue Tacerbe de Tauftere , ce q^ 
Jone 10 Saveurs dontvoici Taftion fur nos fens. 

^•Akcuxou infipide jHumcc-\ / /Acide ou nitrcux; At* 

tc , adoucit. j , I forbc , fcchc . ne wic , 

6 SalKrafraTchic- 

Aikali, lixivicl; 
,Ecluufe ,pikotc- 
Doux J Adoucit , cngrairtc. j I 7 Acrc'jO'ivrc, iucifccorodCi 

I \ ichaufc. 

9 Gr«;Amolu. imouA'c ,1^'^Zt^';: \z AuAerc v Scchc , tclTcrf » 

envelope* j rafralchic. 

4 Vh!ccux , mucilagincuxil |^. Acctbcild. maisdavanrajf* 

f Acidci Icnctr« » aucnue.I I lAmcr aromatikc V P"'* » 

. fiirakhir. I _ r^'Vcnd. tchaufc, cftbaK^ 



4 







i 



% 



?4 



y 



PREFACE; 

3* Par Tcdetin 

Celles a maiivaife odeur font malfalnes , vemmeufes* 
Les Fades font vomitives , naufeeufes* 
Les Aromatikes font tonikes & nervines. 



CC3^ 



Les Agriabhs font excitantes. 



E V A C U A NS. 



I*'" C^A^SSE. J 8. MoufTcs. 



Purgatifs^. 

7» Gramcns. 
?• Liliafees. 

II. Arifloloches. 
ii» Eleagntij, 

itf. Compotees. 
1 8. Briones. 

10. Scabicufes. 

ij. Apodns. 

14. Bourachcj. 
iy. Perfonecs. 

15. Jalaps. 

18. Amarantcs, 
4G. Garou. 
41. Jujubieri. 
4?-I-egumincufci, 
44. Pidachiers. . 
4r- Titimales* 
fy* Rcnonculcs. 
J^- Arons. 

J 

a* Classe. 

^mi tikes ou VQ- 

mitifs. 

Quclk. Liliaf?cs. 

* Ariiloloche.- 

» Coraporcc. 
Briones. 
1 Aparinc, 
Apocins. 

I Pcrfoncc, 

Solanons. 
Jalaps» 

Garou. 

Jujubicrs. 

1 Legumincufc, 
I rifcachicr. 



J?. 

iS. 

40, 
41- 
4J. 

44- 



Tiumaks. 



3= Classe. 

Bichiques & pec 
torales. 



y. FoujSrcs, 

le, 4Cornpo(ces. 
Bouraches. 
Labices. 

I Pcrfonce- 
I Cfuciferc. 
Pavocs. 



14 

17 



4^ Classe. 



Errines ouJlcrnU'- 



tatoireSm 



1 1 • Arifloloches.' 

ly. J Ombelliferef. 
i^, 4 Compofccs, 
19. Apatiiies. 
14. Bouraches. 
Zf« Labiees. 
xj, Perfoncc*. 

43. Legumineufet. 

44. Pillachicrs, 

f j. Payors. 
f7. Pins. 

5B. MoufTcs* 

7* Classe, 

Diuritlqucs^ 

%• Chauds, 



4«. 



I Liliafee. 

I Compon?cs, 

I Apocin. 
I Labile* 
] Perfon^c. 

I Solanon. 
I Bliton. 
I Tillcul, 

} Ccuciferes* 



ly. ? OmbcIIifercs, 
If. I Compofde. 

10. Scabicufes, 
ly. J Lal>iccs. 

44. Piilachiers. 
4^. Anones. 
57. Pins. 

^ 

2* Frolds^ 



5* Classe, 

Salivans^ 



J4 



I Mlrce. 

I Ombeilifcrc. 
&lcs Errines. 

6* Classe. 



Emmenagoges ou 

ufliriques. 



S. ^ Lma^es 



T 
7- 

jr. 

14. 

4^- 
j8. 



Foujcrcs. 
Gramens. 
Lilia(ecs- 
Ariflolochcs, 
Aireles. 
Bouraches. 

Solanons. 

Blirons. 

Jalaps. 
Roficrs. 
Capricrs. 
Cruciferes. 

Mouses. 



Se Glass! ; 

Sudorifiques^ 





I ** Chauds. ^ 


I^ 


OmbellifSrcs; 


i^. 


I Compoffc* 


Z7. 


I Perfonec. 


44- 


Piftachiers. 


4f* 


Tirimales. 


4^. 


Anones. 



X"" Froids, 

1?- Apofins. 
41. I lujubicr." 
4y.T Tirimalc* 
45. I Gcranion^' | 
5|. 1 Pavots. 

y^. Arons. 

57. Pins. 
J 8. MoufTcc, 

9^ Classe; 

F 

Diaforitiijues oU, 
fudorlfiques 
mo dirts ^ 



\ 



\ 



K 



10. Scabicufes. 
ay. Labiees, 

10^ Classe J 

Difobjlruaifs otk 
aperitifs, 

5. Jenjanbres; 



\ 



■f tf. Arons. 

^ £t les acceuuani* 



xi^Ciasse; 

qucs. 

■Contccpoilbns. . 
1° Des poifons cor- 

rojifs, 

a** Des poifcns 

froids pajfes dans 
U fang. 

jLcs Sudorifiques. 
Lcs Sromachitjucs* 
7. Le Sucre. 
9, Jenjanbrcli 
J I. Eleagnus. 
1 $• Onas'res. 

f 1. L'AlknIi vo!ariL 
54. I Cute. 

lcs Acid*s, 

i3^Classe, 

mquhs^dificatifs 

, yulnircres. 

Chaniplgnonti- 

s). Onagrec* 
44. Mirces, 

1 J. I Ombellrfirt. 
24. Bqarach^s, 

59. Jafmens, 



^i- Salikcxes* 

w - s ■ ■ 

PcurpicM. 
Joubarbcs. 

Alfiaes. 



Si- 

34- 



P i? JT F :^ C £; 

TIcClassE, i^. Compofee^ 

Attinuans , f//- '5- Aparines. 

Uians. /J^-Cruciferes. 

A L t E R A N S. 



Etlcsdlfobftiufttt 
aperitifs. 



Anjarances.' 



40. Garou, 

41. Rollers. 

45. Le^ufninfufes, 
47- Cba:erier5. 
45f Gcranions. 
54« Ciftcs. 

5^' Arons. 
^7* Pins. 

»• Chauds* 

ii. Chcvrcfeiiilles. 
^^• Alreles. 
ly. Labices. 

2.^. Vcrvenes. 

iy. p£rfonees, 
44. Piilachicrs. 

14= Classe. 

Eckaufans* 

^. Jcnjanbrcs. 
10. Orchis. 

if.Om'belliferci. 
J^.Compofecs 
20. Scabieiires. 
It* Labi^es. 
44. Piftachierff, 

46. Anones, 

J 7. PlDt. 

1 5' Classe. 

Rafraichljfans 

incrajjans. 
ii. Ariftoloches. 

aS. Biiones. 
jf, Blitons* 
3^. Pcrfikercs* 
4 1 . Koiter s. 

4). Legumineufin, 
50* Mauytfi, 



J 3. Pavo's.- , , 
j5. Arons. 

-P 

16^ Classe. 



4S. Tilleulf 
J 7. Pins. 



19^ Classe 



EmoUians 
lack arts , 

tansm 



9 t 



\ 



^^" Narcotiques ou 

ajfoupijjans 

&fomn!Jirts^- 



43. 

49- 

JO, 



Blicons. 

Legumincufes 
Tillcals. 

Gcranions. 
Mauves. 



1 7^^ Classe. 

Rifolutifs ou 
jonddns^^ 

4. Epacikcs. 

8. Liliafecs. 
I J. Ombelliftres* 
itf- Compofics, 
27. Pcrfonecs. 
iS. Solanons, 
34. AlGacs. 

45. Legumineufcs, 

46. Auoncs. 
4S. TilleuU. 
49. Geranions. 
JO- Mauvcs, 

1 8^ Classe. , 

Anodins ou cal- 

I 
1 

|. Pucus. 
ao. Scabtcufes. 

14. Bourache«, 

27. Perfon6cs. 

xS« Solanons. 
X9. Jafmens. 

30. Anagallis. 
3|, Blitons- 

47* Ciiatcftcft, 



^4- 

4^* 
47. 

54- 



8. z Liiiafec. 
Bouraches. 
5oIanons. 
. Jafmens- 
, Anagallis. 

. Tititnales. 
. Cbatencts. 
. 1 Pavoc. 
I Cifte. 

20* Classe* 

Fib rifajcs^ 

if Chauds» 

%6* Compofcci. 
19. Apariues. 
a^. Labices. 
^7, Pins* 

i* Froids » 

, Apofins. 
. Pourpicr*. 
, Roficrs. 
, I ChaceBcr, 
. Gcranions* 
» Mauves. 
. Ciftes. 

* 

ai« Classe. 



14 
41 

47- 

49 



Antiscorbuti^ufffi 



4 

27 

3> 



Epatikcs. 
I PcrTonic 

Pcrfikeres« 



f 2. Crucifercs.: 

'^ntifeptiques ou 
antiputridts 

Chauds„ 

A J. labiccs, 
Froids^. 

r 

5,1 Pourpiers^ 
f$* I Pcrfikero. 

i 

Caufliques ^ efca.-^ 
rotiqucs^ coro- 
fifs ou inflam^ 
^ matoires^ 

^A* Apoflns. 
*!• Joubarbes, 
'^' Jalaps, 

35- Pcrfikercf* 
4P» Garou. 

4J- LfgumincufcJ. 
44. Piftachicrs. 
4f. Ticimalcs. 
47 Cluccncrs, 
H' Pavocs. 
fv- Rcnoiicults:. 
J-S^. Aeons. 

J 

Dcitrfifs^ -vulni^ 

rites. 

i?* Jafmcnj.. 
*o, Anagallis. 
!*• Pourpiers* 



P R E F :4 C E. 



i 



fi, Capriers* 
ji« CrucifercJ. 

• £c Ics Cauflitjues 

sj^Classe. 

Cofmetiques^ 

i 

S. Liliafecs. 
JO, Anagallis^ 
jz. Pourpicrs. 
3^, Joubarbes- 
j4. Alones, 

yi, Cruciferes, 
yj. Payors. 

26'' Classe. 

Abforbans, 

1. Champignons,, 
7. Gram, farineux. 
24. Bouraches*. 

a7« Classe. 

Adoucijfans 
idulcorans ou 

imuljifs^ 

» 

f .. I Foujercj* 
18. Sclones. 
21. I Airelc,, 
42. I Jujubier. 
4). I Lcguminciife 
47. I Chateficr.. 



a8= Classe. 

Afrodifiaques^ 
lo. Orchis- 

3S, I Am^rantc- 
JJt* J Grucifercs^ 
Lcs Echaufans ^ 



a^e Classe. 

Tonlques^ 

Chauds^ 

i^. Compofecs> 
if, Labices* 



Froids^ ] 



JO. I Aragallis^ 
41. Rollers. 

J J. RcnonculM, 

30* Classe 

Naivins^ 



y5. Pavocs,. 

31*^ Classe. 

Irrltans ou pi 
quans*, 

5. Jcnjanbrcsi 
2S. 1 Soiauoa; 
5f- I Bliton. 
4^. Anones. 



Carmlnat'ifsm^ 

ly-. Ombellifercs-. 



33^ Classe. 



Stomackiques^. 



ccxilif 

34e Clas'se* 

Epatiques^ 

4. Bpatikes.. 

5-. Foujercs* 
tj*. Apocius.. 
41. 1 Roficts.; , 

5J. I Renonculffil 
£t lcs Aperiiifr J 
dcfobrunaifi^ 

3 5e Classed 

SpUniqucs^ 

f, Foujercs^ 
If. OmbellilercsJ 

3 5*^ Classe* 

Cardiaques ouf 

cordiaUs^ 



5. Jenjanbrcs* 
IG. Orchis* 

15. Apaaines. 
14. Bouraches* 
1^. Labiees; 
44. Piflachicrs. 

37eCLASS£4 

Kifaliquesmt. 



4 



* 

t 



3 2"^ Classe. 2 j . labiccs. 



8; I Litiaf^c. 
I J* OmbcIIifirw.. 
16, X Compofccs.. 
1 V . Labiccfc 

44. iPifbchlcu 
^(S'. Anones, 
fj^ Ciftes* 



3 8e Classe; 

Ofialmique^^ 

Chauds^. 



y. lenjanbrcfc. 
If, 1 Labile* 
2^., Vcrvcbesv 
19. Jafmciis. 

j^M. EfpargoutcJw 

Froidi* 

27. J Pcrfonic^ 

j;^ AIUUCS-.. 

4j-.. Xuimalcs^ 



t 






Tu 



«cxKv P R E F A C E, 



h 



) 



I3g Syfteme. Eacincs^ 

QuoiqueTufageait prevalu pourdonerle nomde racmeaut 
■tulbes des Liliafees , on peut alTurer quece font des efpeces de 
Boui^ons formes par la bazedes feuilles charnues raprochees 
en ecailles ou en envelopes qui s'emboctent les unes dans les 
-autres ; car on trouve au-delFous d*eux des racines qui font 
des fibres , la pliipart funplcs &: charnus , & ces Plantes ont 
outre ces bulbes des tijes qui portent les fleurs. Chake bulbe 
feprolonge annueletneot par ia partie fupcrleureou par fes 
cotes t3ne kiivent les racines , pendant que fa partie inferleure 
ou laterals .anc^c fe pourit , des que la plante a porte 
■flcnrs. 

L^s tiibercule'^ charnys qu'on confond fouvent mal-a-pro- 
■ ,pos avec les bu*^:s o% oignons, font de vraies racines qui 
tracent un peu en produifant un tubercule nouveau , lequei 
parolt 5 foit au-delTus du premier , dis qu'il a porte fes fl^^j"^,* 
come dans la Tabereufe Potos , le Glaieul , le Safran ; jbit 
.a cate du f" Tubercule , come dans le Mendoni & les Or- 
chis. Ces Tubercules fcmblent tenir un milieu eiitre les bulbes 
de la Tulipe , de la Jacinte , des NarcilTes ^ &c. & entre les 
xacines chaxnues de Tlris 8c des Jcnjanbrcs. 

Les racines fibreufes desautres Plantes vivaces , mais dont 
les tijes Je renouvelent "ous les ans , fe reproduifent pareu- 
lement a cote des anciencs qui meurent. 

La plupart des Plantes portent leurs racines a la partie 
infcrieure de la tlje qui s'.eleve droit vers le cicl ; mais^il en 
^ pliifieurs qui offrent des fingularitos remarquables a cet 

Les unes , en partant du tronc , .s'6Went fort au-dellLis 
de la terre en forme de Koutreforts , apeles Akoves ou Ar- 
Jcabas , come dans quelkes efpeces de Figuiers. 

D'autres fortent au-defTous de cbake neud des branches 
qui rampent, come !a plupart des Gramens; ou quis'elevent 
•de forte qu'eles forment alors des Arkboutans ou des Ar- 
■Jcades, come dansle Manglier & quelkes Figuiers. 

D'autres ennn en jetent de, I'extremite dc leurs feuilles J 
teles font quelkes efpeces de Liliafees & d'Arons. 

t* ClaSSE, 3-1 Fiicus. tn cloche ou en it- ^ Etcagnus, 

Sansracincr.: *^ Classe. /u,.ir. ^^^ 1'^%^ 

.. Hiff-us. ^ €omeunttame,un ^, q. Champignons. 4*» ' G«^«- 
*• i*U ChampinoB*. gmpatemcnt^ ou j, 7'FuciK, » 



\ 



• 3* ClASSE. 

Fibres fimplcs cl 
» llndrikesm 



€^ Palmiers. 

8. Plup. Liliafccs- 

4« Classe. 

Fibres rameufes 
- ou en re:i^eau* 

1* Q. Champign. 

4. Epatikci. 

5. Foujercs. 
7- GtamcDS. 
$»♦ Jenjanbrcs. 

10. Orchis. 

jti. 10 Atiftotochci^ 
Xi. Eleagnus. 
X J . 1 y Onagrcs* 

3U.« Mirtes, 

1^. PI. Compofecs. 

*7' Pi* Campanulcs. 
iS. It Brioiics, 
"ig* Apaiines. 
10. 8 Scabieufe. 
*i. Chevrcfcuilles. 



J 8. 



/^ /? ETA C B. 

I 

zi. Arreles, 

13, Plup. Apollns* 

Z4. Bourach.*i. 

15. Labices. 

itfr- Vcrve:ies. 

27, Pliip- Pcrfonces* 

18, 10 Solanorts. 

x^. Jafmcns, 
JO. itf Anagallis. 
jr, Sa!iketcs. 
ji. 5} Pompiers. 
5 )- 10 Joubarbes. 
54. Alfincs. 

3<?. j Jalaps* 
37. Amarantc-^, 
38- Efpatgmircs. 
59. Q. Petiikeres- 

40. P. Gsrou. 

41 . 14 P.oflers. 
i^z. Jujubkrs. 
4$. PJ. Lcguinincu£ 
44* Piftachicrs. 
4^. Titimalcs, 
4^- Anones. 

47. Chaterictf^ 

48. Tillculs. 
45» liGcunions* 

ft 

50. Mauvcs. 



toPavotJ. 

10 Rcroncuks 

i^ Atons« 

Fins, 
Mouflci. 



5* Classe, 

Sfirihe^ 



fi. Capriers.' 
fi* 4*5 Cruciferes, 



S. Quc.k. Liiiafdcs, 
9m Qii, Jeiijanbres* 
10- z-Oichis 
J J. <f Aiifialochey^ 
1 1, I Elcagnus. 
I J. I Ombclliferc, 
16^^ 4 Comporce*. 

fS, I Solanon. 
y-y^ I A:>a£al!is- 
ji. i Pourpiers* 
15, I Joubaibcs. 
41.1^ Roficr. 
45 Q. Lcgtimincafes. 

49. 1 Gcraiuoiis# 
5 J. 9 Pavors. 

5f. X Renonculas. 
5^, 8 Arons, 



ccxiv' 

6^ CLAs5r; 

Simple en navef 
ou enfuieau, 

ij.PlOmbellifercv 

1^. Qu. Compolees, 

ij, Q^. Campanulas. 
iS. 4 Bticmes* . 
10. 1 Scabicufefi. 
ij. Qu. Apofins. 

3 f . J Llicon* 
j^. I Jalap, 

' 55. PI. Pecfikctes. 
4c. Qii. Garou. 
fo. i Mauves* 
f4. 3 Ciucifcrcs. 

7= Cl-ASSE." 

Grurr^eUe ou raf^ 

femblce en pa-^ . 
queu 

8. Quelk, Liliafecsu 
Jti, 3 Orchis. 

jf- i OinbelUiercib 
17, Qu- Pcrfonces* 
42«. I Roficr* 

^5.4 Rcaonculcs* 



1 



14^ Sjrfteme. Bourjons & Boutons a flea 



une 



une petite Plame , qui feparee de fa mere,. & mife en tere 

^bb -^ — — _T-^ M M . ■■■■ V ^ % V 4 ^^^ ^ ■ h ^ ^ 



prcKl 



en 



potion 



mes par le raprochement des feuilles , come font ceux des 
Arbres, & non pas des racines , come le difent la plupart 
des Auteurs ; car leurs bulbes ont en deffous des racu^ves fim- 
pies. U n'l a , h proprement parJer de bulbes , que ceax a 
tumkes monofblss , les autres font de vrais Bourjons. 

1 taut diftmguer les Bourjons 6cailleux , c. ^ d. dont les 
leui es lont couvertes ou envelop^ d'ecailfes dlk^rentes des 
teuilles., de cenx qui font nus , c. a d. dont les feuilles^e 
lont recouvertes par aucune 6caille. 



» * 



i"j 



\ 



*C3tIv| 



P REPACK 



Les Boutons u ficur , apdes aufli ceil ( Okulus gcmntd^ 
Plin. ) diferent des Bourjoas en ce que rarement Us contie- 
■nent des fcuillcs , fi ce n'eft au-deiFous des fleurs qu'eles 
.xecouvrent ; ils font aiiili pour I'ordinaire recouverts d'^cailles, 
& la plupart fe developcnt avant les feuilles ; cell de ces 
Boutons qu'on fait la grefe eii oeil apelce incculatioia. 



Sans Bourjons.' 

^ 

■3, Fucus-. 

jPourjons nusfans 
icailles.^ 



^-. Poujercs. 
m^ Eleagnus. 
53.. Onagces. 
J 4, Mines. 

;^5. Oinbtllifetes. 
j.^ Q. Compofecs. 

B7^ Campaaules. 
18., Briones. 

:a'0. Scabicufcs. 
ai. X7 Chevrefeuil!* 
iz. Plup. Airclcs, 
-2,5. Apocins, 

17, Pcrfonees. 
a.*8^ SoUnons* 
^o. Anagdlis. 
.31.. Salikeies, 
^1.. 3 ? Pourpicrs, 
3^, Joiibarbc*. 
34^ Al fines, 
3.5^ Blitons. 
jjff- Jalaps. 



57. Amarantes, 
-^0, 6 Garou, 
4i. I Jujubicr. 
43- Legamincufcs, 
44-« f I'iftackiecs, 
45. Tuimalcs. 

47. Chaceriers. 
50. Mauvcs. 
.f I. Capriers. 
ji Crucifeces. 

H- CiJlcJ. 
jfi". Arous. 
57. 7 Pins. ^ 
J 8. MoulTes. 



4e ClaSSE. 



ji, X Pourpicrs/ 
44. J i Piftachict** 



£our}ons a ecail^ 6^\ ClAS5E. 
/^^ qui nc font 
que de vraies 
plpules. 



33. Ifpargoiircs, 
59, Pccfiketcs. 
41- 10 Ro/iers. 
41- Jujubiers. 
4^. Pi, L^gumincuf. 
45. 17 Tkimales. 
4<!r. \ Anoncs. 
48. If TiilcuU. 
4^. Gpanions. 

5« Classe. 



3« Classs. 

Bourjons J cV^2/- 

lesfimples ^ dU Bourjous a ccarU J "^ /«/2/^^^ ?«'' 



Bourjons en hul^ 
hcs i icaiiks 
qui ne font que 
des feuilles ou 
des pidicuUs 
dcfcuilUs. 

^.Quelk. Palmierw 
7 PL Gramcits- 
8, V\. Liliaiees. 
5, PL Jcnjaiibres: 

ye ClASSE. 
Bourjons hulhUX 



fcrcntss des 
feuilles 6» des 

fl'ipuUi • 



/^ 



/^ 



II. Arifloloches. 
11. 1 Chcvcefcuille 

ii^Quclk. Airdcs. 

40. 10 Garou. 

41. \% Rofieri. 

41. 17 Jujubiers* 
48. 3 Tilletils, 

jy* Rcnoncules. 
J7- J Pius. 



plus peiites ou 
peu miiamor- 

fofees^ 

^* Plup, Palmier* 
.y, Qyclk, Gramcns. 

8. Ct- Liliafecs. 
■^. Qli- Jcajanbres* 
lo. Orchis 

itf". Pi. CompofZcu 

If. Labiecs. 

ztf. VcrvSncf* 



;ze /2?//r q^ie la 
hafe desfeitilUs 

monofulUs* 

y.Qnclk.Gtamcas. 

8. PL LiUa(5cs. 
5, t Jenjaubrcs^ 
yj, I Pavoc* 

ft 

8= Classe. 

Boutons a p^^ 
ecailleux. 

w 

41. Rofifrs*^ 
41. 3 jujubicrts* 



» 



«5' Syfteme. Tije. Sa Figure. 



la tlje des Plante 

^ H ^ 



clepuis ceiui de 



ntes pafTe par dif^rens dcgres de for«"^,^ 

nc , jui'^u 4 celul de <:haume , &: xJifp^^^ 



PREFACE. 



ic^h^ 



come dansles Foujajres, de maniere qa ele paroit n'etre qu'une 

produdion comune des feuilles qui fe ramifient corns iwe 
tije. 



i"^Classe. 

i 

Sans Tije. 

!• f BilTus, 

i 1 J Champignons. 
?. tf Fiicits. 
S-Quclk. Foujcres. 
^S. J Solanon. 



ae ClASSE. 

h 

77/tf cilindrike^ 

i, 14 Champ ign. 

j, 5 Fucus. 

5. Qtielk. Fouj^tcs 

^. Palmiers, 

8. Pi. Liliafees 

5. PL Jenjanbrcs. 

»o. Orcliis. 

I 

>i. Ariftoloches. 

!]• Quclk. Onagrcs. 
X4^ PI. Mirrcs. 

"^ Otnbclliftres. 
i^. n. Compofecs. 
'7* Campaniilcs. 
J5. Q^Briones. 
*5» PI, Aparines. 
10. Scabieufes. 
ii^PUChcvrcfcuill, 

iz. Aireles. 



IJ* j8 Apodns. 
24. Bourachcs. 
16, Q- Vctvenes. 
zy, PJ* Peifoncc-^. 

zS. 10 Solanons. 
15. 51 Jafmens. 
30. Anagallis. 
32. 3 J Pourpicrs. 
35, Joubaibes, 

34. 35 Alfines. 
3 5. Biicons. 

iy. Amaiaincs. 
38. Efpargoutes. 

35. Perfikercs. 

40. Garou. 

41. PL RoiTerj. 
4a. i I Jujubicis* 
4i. Legumineufes, 
44. 54 PiiUchiers* 
4(. 31 Thimaks. 
4^. Anoncs- 

47. PL Chareiicrs. 
4*^. TiHeuIs. 

49. Gcranlons. 

fo. 14 MAuves, 

51,^ Capricrs 

ji. Crucifetcs. 

53. Pavors. 
f4. 70 Cillcs. 
jf. Rcnonculcs* 
yS"* ti Arons. 

jS. MoufTes. 



3^Classe, 

T//V aplatie* 

%• Q. LiliafecSr 

ji. I'Pourpicr. 

4eCLASSE. 

T// f i 3 angles. 

y.Qiielk. Gramrtjs. 
8. Q=:Ik. Liliafees. 

5 e ClASSE* 

ri/V i 4 an git s. 

8.' I Liliafce, 
1 J . Q^. Onagrcs. 

14. Qii* Mji^cj* 

1 5. Q. Aparincs. 

11. I Chcvrcfcaillc; 
1 J. I Apolui. 
if. L.ibi:ci. 

1^. PL Vcrvincs* 
17. 1 Perfonec^ 

i^.' E Jafmen* 
}l. Salikercff. 

34. I AlUnc. 

41. 7 Jujubiers. 
4S. I TiHeuL 
%\^x Capriers. 



6=Cla55je; 

& au^dejfus^ 

i^. I Coaipofcp, ^ 
17, I Campamilc, 

18- PL Bilunes. 
J 1 . 1 Safikerc. 
31. 2 rourfier:<^ 
41. Q^- Rofieis. 
44. 5 Piflachiers,^ 

47- Q: Chacencis* 
JO. Mauves, ^ 

7^ Classe; 

8^ ^ LRiafcc. 

8^ Classe. 

Ti/e antlculU Oif 
nvsc dcs nauds 



7- 
8. 



4 BiCTus. 

PLlp. Grarrr^nffw 
Q: Liliafees. 

Q- Jcnianbrer,. 

Q\ OmbcUifcu 

X Apofiu. 
GciiEia;ie. ^ 



16^ Syfteme. Branches j, Itur difpqfition & Jituatwn 



comurtement 



les feuilles , quoiqu'il i en ait fouvent d"alternes pendant que 
les feuilles font opofees come il arivd '^-^''^ ^^ tTi^hu j^^* 
Cifles , des Apofins , &c. 



dans ia Famille 



i^^ Classe/ 

Sans Branches^ 



^. yo Champignons* 
3. 1 Fucus. 

4' 1 Epaiikes, 

>*r QijeU Palmici:»» 



7. Qyclk. Gramcns. 
8-PLLHi3lccs. 
5. Pl. Jenianbrcf* 
10. FU Oiclin. 



IT. 7 Ariliotochtf^ 
II. I Ilcagnus, 
xj, Q. Labiecs. 

ic;.Qaclk.VciyJncl5> 



f /v 



M «*« 



CCliVllJ 

J4. Q^.Ciftes. 

jj. Q.. Kciionculcs. 

ae Classe, 

Brdnchesalurnes. 



3. 

a. 



€ BiiTus* 
y Champign, 
J, 7 fucus. 

^, ^ Epacikes* 

J. Foujercs- 
tf. Pi. Palmicfs. 
7. PI. Gramcns, 
«. Q. LiliaCees. 
5?, Q- Jcnjanbccs. 

!•« Q. Orchis. 

11. 8 Ariitolochcs. 
Ix. 14 Eleagnus. 

J4. Q. Miires- 

ly. Ombellifercs- 
iff. PK CompoKes. 
17, Pl.^Campanulca. 
i8» Btioncs. ^ 

i5, Q. Aparines. 

ai.Q. Cbevrcfcuill. 
11. PI. Alleles. 

4|- QuEik. Apocins. 

^4. PI. ^Qurachcs, 



30. 

31- 

35- 
36- 

37- 

35- 
4©. 

44' 
45. 

47. 
48. 

49- 

54- 
5 5' 



Q, Vervenes. 
Pi- Pcrfoaees, 
Q. Jafmens. 
Anagallis. ' 
Q. Salikercs. 
Poiupiers. 
Joubarbi.s, 
Aldnes. 

PI. Blhons. 

Jalaps, 

PL Amarantes. 
PL Efpargoutes. 

PerGkeres* 
Garou. 

Ro/ierf, 

PL Jujubiers. 

LegumineuXcs. 

Piftacbiers. 

PL Ticimales. 
Anones* 

PL Chateners. 
PL Tilleuls. 

PL Geranions. 
Mauves, 

Capriers. 

Crucifercs. 

Pavocs. 

PL Ciftes. 

PL Renuflculcs. 
Atoas. 



P n £ F j4 C M 



57. PL, rins. 
J 8. p. Mouir^s. 

3^ Classe.' ' 

Branches opafies^ 

IX, I Eleagnus. 
15,12 Ojjagres, 
14. PL Mirces. 
itf". Q. Compofccs. 
17. I Campanule. 
i^, PL Aparines, 
20. Scabicufes. 
az. P. ChevrcCeuil. 
ii. Q. Aireles. 
2$. PL Apofius, 

^4- Q; Bouraches- 
aj.P* Labi^es. 
z5. PI. Vervenes. 
27. Q; Pcrfonees. 
2^. P. Jafmens. 
ju P. Salikcres. 
3f. Q; Blicous. 
5 7. Q. Amarantes. 
38. Q.Efpafgoutcs. 
42,Ct.. Jujubicrs. 
4f.Qii. Tiu'malcs. 
47. Q- Chateners, 
48- Q4 TillcuIs. 



54- 
j8. 



Q. Gcranions. 

Q^. Renoncules. 
Q; Aroiis. 
Q. Pins. 
Q. Mouffes. 

4^ Classe. 



Branches veTtl^_ 
ciUceSm 



12. I Eleagnus. 
16^. Q. Compofe«» 
i^. Q. Aparincs- 
11. Q. Aireles, 
5^. Q. Arons. 
57- Q. Pins. 
J 8. Q. MoufTs, 

i 

5eCLASSE. 

Branches lors dcs 

aiJJlUs des 

feuillesl 

15. I Aparine. 
24, Q. Bouracbcs- 

28, Q; Solanons. 



i/e Syfleme. Feuflles. Ltur Figure. 



5c- 



^ 
^ 



ne pas prendre les tijes ou les rameaux des Plantes pour 
des pedicules de feuilles , il faut favoir que les p^dicules des 
feuilles font fmon creufes , du moins aplatis dans Tangle , 
qu'ils forment h leur fortie des tljes & des branches ; de 
forte qu on i peut diflinnuer un deffus & un deflous , ce qui 



I 



avec leurs pedicules. 



i 7 "^ 

pendant qiie 



Feuilles pavoifecs : on nome feuilles pavolfees fol'ia pcltata 
celes qui font atachces au pedicule par leur centre ou a cota 
de leur centre , & non par les bords ; teles font celes de la 
Capucine , du Rlcin , &c. 

ralmies : les feuilles palmees ou en palme ., en ^ventail , 
cn parafolj/c^/i^ Palmata^ fiahdliformU '(QutQi^lQ^cm OTt 



V 



PREFACE. 



ccxlix 



ies divifions prcfondes , mais reunies a Icur baze , teles 
que celes du Latanier , du Manok ; du Rkin ^ &c. 

Digitccs (folia Dig'nata JungUySa^Qh de ce tiotn celes 

qiii font raflemblees en ra'ions au fomet du meme pedicule , 

dont eles fe feparent d'eles-memes , come dans le Maronier, 

le Baobab 5 le Seiba , le Lupin , &c. 

Allies : les feuilles ailees ^ Folia alata , font celes dontles 

decoupures en ailerons font partie de la cote on de leur 
pedicule , come celes de la Benoite; de la Rokete, de la 



plupart des Ombelliferes , &c. 
^inn€€s , les Pinnees , empennees ou 



anees , folia 



ftnnata y Pinnata , font celes dont les diviuons forment 
autant de petites feuilles diftinftes & atachees a une cote 
comune avec laquele eles ne font pas corps ; teles font celes 
de la plupart des Legumineufes entr'autres des Akakies. En 
general , ce nom efl: defline aux Legumineufes 5 quand ineme 

ces Folioles ne fe detacheroient pas de la cote de la feuille 
come font les vefTes. ^ 

Conjugees : folia conjugata , font des cfpcces de feuilles 
pinnees , mais au nombre de z feulement fur le meme pedi- 
cule comun ^ come dans le Kourbari , le Bauhinia , ie 
Fabago &c. 



1^^' Class£» 

I 

Sans Feuilles. 

X. BiiTus. 
. !• champignons. 

J. Fucus. 

4» Plup. Epatikcs. 

2^Classe, 

EntUres ou peu 
denties^ 



It- 

15- 



5. y Foujercs, 
7# Graraciis. 
8." PI, Lilufces. 
J. Jcnjaiibrcs. 
'o. Orchis. 

»i. PhAriftoloches; 

li. i^ Elcagnus. 
'J* Onagics, 

M. Mines.- 41.Q. Roficfs. 

*«. 14. Com^ofccs, 4;. pl, Jiijubicri, 



17, Campanules. 
ig. Pi- Brioac. 
I5. Aparincs- 
lo. Pl. SCrtbieufcs- 

P!. Chevtcfcuill. 

Aireles. 

Apofins. 

Bouraches. 

V\ Labve.s. 
16". FI. Vervenes. 
17, Pl.Pcrfonecs. 

i5. P. Solanons. 
15. P. Jafmcus. 
}o. Anagallis. 
J 1. Salikcrcs. 
ji. PI, Pourpiers. 

)}. Pklp. Joubarbcs. 
34. Alfincs. 
5f. Blicous. 
37. Amaraures. 
3^. Efpargouccs. 
J^.'Perfikeres. 

40. Pl. Gatou. 



43 Q. LcgumincuC 

4.4. Q^PifUchicrs. 
4j. Ph Titimalcs. 
4^. Pl. Anones. 

47- Pl. Chaccners. 
48.Pl.Tilkuls. 
49. P!. Gcranioiis. 

T4 



4r 

5^ 



33 



Fl. Mauvcs. 
PL Capriers. 
Q. Cruciferes- 
Qu. pavers. 
P. Cifccs. 
P. Retionculcs. 

PL Arons. 
Pins. 

MoulTes. 

3* Classe. 

Pavoifies* . 

■ 

t Arifloiochr, 
I Ombcllifcrc* 

I Joubaibct 



QiK Titimalcs, 

I Geranioui. 

Q. Arons, 

4^ Classe. 

Palmies^ 



tf. 4 Palmicrs* 

'f" Q-* Ombellifer. 
xc, Q. Compoftcs, 
18. Qc BrJoncs. 
1^. Q. Labices. 
iy. Q. Pcrfonecr» 

45-, Q. Tirimales- 

49. Q^- Gctanions^ 
yo. Q; Mauv«. 
p. Q. Capricrs. 
jj. Ci- RcuoncuIcJ. 

J'?. Q» Atons, 



/ 



ccl 

5' ClASS£. 



PREFACE. 



Dijitits. 



ji. Q. Capriers. 

I 

6^ Classe. 



if.Q,OmbeUiftrcs, 
x6. Q^ Vcrvenes. 
Xj, Q. Perfoiiccs. 
41, Q. Roflers. 

44 Q. Pifuchitrs. 
4j- Q. Ticioialcs. 

47* Q. Chatencrs. 
49. Q. Geranioas. 



Alices. 



I 



x^'^ Classe. 

PUntes fans 



Feuilk 



r. 



t 

3 

4 



Fucus. 

Pi- Epacikes. 

a^ Classe. 



ffuiUes aliernes. 

f. Foiijercs, 
fi. ralniiers, 
7. Gramcns. 
j; PI. Li!iaf^«. 
•>. Jenjaiibtes. 
JO. Occhii, 

11. Ariflolcches. 
iz. PL Eleagnas. 
J ^. II Onagres- 
I4r 3 Mines. 
j6, PL Compo{ccs* 
27. PL Campauulcs, 

Zi. 1 Chcvrefcuilles, 
11. PL Aireles, 
a$. ^ Apocins. 



f. loFoujcres, 
tf. 7 Palniicrs. 
Ji» 1 Blcagnus. 

if-PLOaibcIIifcrcs. 
16. Q^ Compofecs. 

io* Q. Scabicufes, 

ii-Q,. ChevreFcuilL 

itf, Q^ Vcrvenes. 



27- Q. Perfon^cs. 
2-S. Q, Solanons, 

i5- Q* Jafniens. 
3i- Q.- Pourpicrs. 
3?. Q^. Joubarbcs. 

41 • P- Rofiers. 
41- Q. Jii)Libiers. 
44. PL PifUchiers, 
4^- Q. Tillculs. 
45?- Q. Gcranions. 
n* Q^. Capricrs* 
Ji- PL Cruciferes* 
U' PL Pavots. 
H. Q.. Cilbs. 
^J'Qj Rcnoncules. 






!■?• 2 Vervenes. 

i7- i t PcrfbnefiS. 
iS. SoL^nons* 
29. S Jafmens. 
Jo. 1 1 Anagallis. 
?i. IX Pourpiers. 
3^4 Joubarbcs, 
3 5- i^Blitons. 
3<5. I Jalap. 

J7' 7 Amarantcs, 
5S. 1 Efpargouccs. 
39. Pcrfikeres. 
4o« II Garou. 
41. 14 Roficrs. 
41. 16 Jujubiers. 
43* ^eguminetifcff. 

44- I'L Piftachicrs. 
4) • ii Titimalcs. 
4^ Anoiics. 

-1*7' i"^ Chireners. 

45- 11 Tillculs. 

49* 5 Gcranions. 
JO. Mauvcs. 

f f. Capricis. 
Jt.'PL Crucifercs. 

JI- 16 Pavou. 

K- 33 Ciitcs, 

U' 1? Rcnoncalcs 
5^. 17 Arom. 

J 7. 4 Pi^i^ 

J?. i7Moufrcg', 



es; leur Situation. 

3= Classe. 

Altemes 6» o^o/I 

8- I Liliafce. 
ij- t Onagre. 
M- i Mines. 
1^. Q Compofces, 
17. t Cauipanules* 
iJ. 5 ChevrefcuilL 
21. 1 Aireles. 
1?. ^ Apocins. 

24- 3 Boiirachcs. 
i€, ^ VVrvencs, 

i7- »8 Perfonces. 
25. 1 Jafmens. 

30. 5 Anagallis. 

5^. I Salikcrc, 
3^- ^ Poiupicry, 

3 3-5 ioubatbes. 
34- J. A!!Iiic. 
3T- y Blitoris. 
Jtf. X Jalap. 

37' 2 Amarantcs. 
40. y Garou. 

4«. » Roficr. 

4z. z Jujubiers, 

44, X PiUacbicrs. 

4y* fe Titimales, 

4^. J Chacciiers. 



J<>. Q. Arons. 

7* Classe. 

Conjugus. 

4i. Qu- Jujubiers. 

p 

8« Classe* . 



Pinnies^ 

4t. Qu. Jujubicff* 
4 J, PL Lcgumineaf, 

4^. X Anoae. 



yt, 1 Crucifercs« 
i Pavots. 
1 Ciftes* 



54- 

fiS^. J Aron. 

58. I MoulTc^ 



4*^ Classic 

Opofics s i 2f 

4, I Epacikc. 

g, I Liliafcc. 
It. :$ Elcajr,nus. 
13.11 Oaagrcs. 

14. 4 Mines. 
16. Q^. Compo(cC$* 

19, 11 Apariacs. 

10. 5 Scabieufes.- 
zr. iSChevrefeuh*' 

11. 1 Aireles. 
13.1^ Apocins. 
z^, Labiees. 

27. 17 PetroiKes. 

15. 10 Jafmens. 
^o. I Anagallis* 

31. gSalikeres- 

32, ,f Pourpit^rs. 
3 J. 4 Joubarbcs. 
34. z7Alfinc5* 



4^t i Gcunionsp ^j. 4 llirozwr 



I^ R E F A C E. 



37- 
40. 

-44- 
4^ 

54- 



I jalaps* 
€ Amaranrfs. 
6 Efpargouccf, 

I Garcu. 

8 Jujubicts. 

3 Pihadiiers. 

4 Ticimalcs. 
tfTiUeuIs, 

5 Gcianions. 
z8 Ciftes. . 

5 RenoncuIcS. 
X Aron. 



17, } Pins. 

5eCLASSE. 

vantaje^ 

t. y lilialecs. 
It. J Elcagaus. 



Z4. t Mirt^. 
\6.Q^ Cowpofccs. 
%$» II Ap.iHnes. 

lo. X Scabieufe. 

IX. 2 Chevrcfcuill. 

XX. I Allele* 

ij. f Apocins, 

i4. I Bourachc. 
i^. 1 Vcrvenes. 

i7. ^ Pcrfonces, 
19. 5- Jafnieiis. 

30. 3 A.nagallis. 



CClJ 
31. 1 



Joubatbe, 
Aliines. 
ELicoa. 



35- 1 
34- 3 

J 8. 4 Efpargoucei* 



40. 

44< 

4^ 

57- 

58. 



Garcu, 
J rUUchicru 
J Titimalc* 

% Ciftcs. 
4 Aroas. 
4 Pins. 



lipe Syfleme. FcuUks ; leur enroulement & divtiopemenu 



i^. PL Compofecs. 
17. PI. Campanulcs. 
1 3- Btioncs. 
38. Q^ Ifpargoutes, 
4T. Q. Tiiimalcs. 
4^. I Anonc. 
49. Q. Geranions. 
ft. 1 Capricrs. 
f 1- PL Cruciferes. 
58. PLMouircs. 



i"« Classe. 

F 

Planus fans 
i Feuilles^ 

\ X . Biflus. 
X* Champignons, 

3- Fucus. 

4^ PU JEpatiTces. 

ae Classe. 

Cuveries > ^/j/i- 

o/^ davantaje. Concaves tntrian- 

angle , opofces 
€n face QU de 
cofi J la der- 
niere nenvelc 
pampas t antes 

its autrcs* 
5«^. 1 Aron. 

r 

,5c Classe. 

Concaves en ha* 
teau , apliquies 
Concaves en ha^ tnface %a a ou 



4* I Epatilce. 
&. Q; Llliarccs. 
T^. P. Mirtcs, 

*5. Aparines. 
^■i. Qli. Aicclcs. 
31. Salikcrcs. 
38 PI. Efpargoutci. 
40- PJ. Garou. 
47* « Charener* 
J^. PI. Arons. 
57- Pins. 

3e ClA:SSE. 



^featt^ apliquies 
€n toll Us uncs 
fur Icsautres* 



davantajc* 

8. Qu. tiliafeo*. 

ii.Q* Anftolochrt, 



ij. Pi up. Onagres, 
15. Fl, Apocins. 
1^4 Qu. Vervencs, 
S7. PJ. perfonecs. 
x^. P}. Jafmens. ' ' 
31. Q. Pouvpiers. 

35. PI, Joiibaibcs. 
34. Pi. Alfines. . 
3y» Pi. Blirons. 

36. 1 Jalaps. 

37. Pi. Amarantrt. 

47. I Ciiarcners, 
54, PL Ciftcs. 

4<^ Classe. 

^ lords routes en 
dedans fur le 
ventre , ^pli^ 
quie en face 2 
-a z ou davan^ 
iaje. 



^* Pl» Elc^aus, XI. lU Elcagaus. 



f, Q. Liliafccs. 
^6, 1 Jalap. 
4i*Q- Rollers, 

41. Q. Jujubicrs, 
4;, PL Titimales. 

47. 1 C^af^n««- > 
49. 1 CcranioD. -^ 

51.0^ Ctucifercs, 

f f, PI. RcnoncuLc«» 

{^.1 Aconu 



7^ Classe; 

^ hords routes eii 

'dehors fur U 

dos , apliquecs 

en face x a % 

ou davantaje* ■ 

13. I Onagre. 
16. Qu. CompofJct; 
21. PL ChevrcfcuHU 
i:» Q, Aireles* 

2 5 . Q. Labiccs. _ 
30. X AnagaUi«» • 
3^. I Blitons. 
^5 [Pcrlikerc$. 
41. 1 Rofier. 
44* I Piftachier. 
47. 1 ChauScts^ 
$4* 2 Ciftes. 

8e Classe,' 



Roulies en corrtet 

ou enfplralefur 

xfiulcote^ la 

iderniere enve* 

hpant tonus 
Us autres* 



7. Gramefix. 
t. PL tiliafcei. 



> 



cell] 

10. Pi. Orchis. 

11, >Ari/lo!oche. 
Itf. Q* Compofees. 

24* PL Boucachcs* 
5f. I Reitoncutc. 
5^. J Aeons. 

9* Classe. 

Roulies des 2 c^- 
/£j e;z dedans 
tn ccrcU ou en 

cUlndrey la der- 
nitre envdo- 
jpant tonus Us 
autr€s. 

.i««/Q. Orchis. 
II. 1 AciAoIocbc* 

II* I Elcagnus. 
ij.Qii. Ombellifcr. 

XX, Pi. Airclcs. 

aS. Solanons. 

a.^- I JafmcD. 

gc.Qu. Anagallis. 

§x. Pi, Pourpieri. 

3 j- Q; Joubarbcs. 
^c. Q^ Garou. 

4i» Q. Rollers. 
4*- Q- Jwjubicrs. 

47' 8 Ctucecers. 



P R E F A C E. 



ji. PL Cruciferes. 
J 3- Pavots. 

10* Classe. 

Roulies en dedans 
en entier , ^n 
[fir ale fur des- 
mimes ou fur 
leurpcdicule du 
haul en has en 
crojfe. 



f. Foujeres. 

30. 

y^ I Pavor. 



X 

I 



AnagalUs. 
Pourpier. 
Anone. 



I Rcnouculc. 

1 1^ Classz. 



PUies em^ apli- 
quies par les 
cotes. 



4i.PLJujubiers; 
4^, I Anonc. 

47. I Chatcricr. 
ji» 4 Capricrs, 



1 2^ Classe. 

Pliees em J apli- 
quies par le 
tranchant en 



ace^ 



14. 1 Mirre, 

11. Q. Aircle*. 

13. Q; Apofins. 
itf. PL Vervenes- 

17- Qi^- Perfonees. 
41* PL RoiicES. 

43. Lcgumineufes. 

44. P. PLftachiets. 
4«'. PL Anones, 

47. f Chatefiers. 

48. P. TillcLils. 
JO, PL Mauves, 

13^ Classe. 

PZ/VVj en 7, ,' /tf 

ctJre' ir(7ir de 

tune , embraf- 

fant le cote gau' 

che de V autre. 



IJ.Q. Onagres. 
20. Scabicufcs. 



20' Syfteme. Feuilles ; leur duree. 



XI. Q. Chevrcfcuilfi 
If. PL Labiccs. 
30. PL Anagallis. 
34. PL Alfincs. 
57. Q. Amarantcs. 
41. Q. Jujubiers. 
4f ' QcTirirnaIe«, 
54. Q. Cifles. 

i4« Classe 

P/ieVj f/2 2 ^ Vex* 

tirieure envelop 
pant toutes Ics 
autres. 

S. Qu. Liliafccs. 
ifi PL Ombcllifec 
14. Q, Bouracbes. 
46". 1 Anone. 

15c Classe. 

PUies en plus it 



2 



doiAi 



r 



ies 



€, Palmicrs. 
41. Q. Hofiers. 
45. 4 Titinialcs; 
43, I TilieuL 
45. PL GeranlotiJ. 

50. PL Mauvcs- 
ji. J Capticcs. 



2 "'Classe. 

^Plantes qui nen 
\ out pas, 

t 

1, BifTus. 
' i. Champignons. 
J. pucus* 

4. Pi. Epauikcs, 



2« Classe » 

r 

PI antes qui qui- 

temUurs feuil' 
hs 



en 



mime 



terns Sous les 
ans. 



r* * 



5. Foujcrcs, 

7. PL Gramcni* 

8. P. Liliafics. 

5. PL Jcnjanbres. 
JO. Orchis. 

J I. AciAolochcSa 



Xi* Elesgnus. 

13. Onagres. 

X 4. Q. Mirtcs. 
If. Ombelliferes, 
i€' P. Compofees. 
17. Campanules. 
iS. Btiones. 
1^. PL Aparincs* 

10. Scabieufes. 

11. p. Chcvrcfcuill 
iz. PL Aireles. 
ij. PI. Apocins. 

14. Bouraches. 
2f, PLLabiees. 

If. PU Vcrvencs, 



17- 

xa. 

30. 

33- 
34- 

3^ 

3«;. 

y7. 

4« 



PL Pcrfon^cs. 
PL Solanons. 

X 

n. Jafmens. 
Anagallis. 
Salikeres. 
PL Poiirpicts- 
Q. Joubarbes. 

PL Alfiucs. 
Blicons. 

Jalaps. , 

PL Amaranccl* 

Efpargoutcs. 
PL PcriikeccSn 
PL Gacou. 
Rcficrs, / 



i 



^ 



/ 



I 



PREFACE. 



41. Pi, Jojubiers. 

43. PL Legumineuf, 

44. yi Piaachiers. 
4 J- 1-? Tici males. 
4^' Q. Anvones. 

48- Tiilculs. 

49* 1 3 Geianions. 

Jo. 15 ^iauves. 
yx. PI. Opricrs. 

51.4J Crucifercs. 
yj- i^ Pavots. 
54 «?4 Ciftes. 
5y. Rcnonculcs. 
J*- Afoiis. 



57- 5 Pini. 

^ 3* Classe. 

Plantes qui font 
toujours cou~ 
'vertex desfmil^ 
les» 



€m Palmiers* 
7« Qj Gramens. 
8, Ci. Liliafees. 
^* Qu. Jenjanbrcs, 
14. P), Mittcs, 



16. Q.Compofccs. 
15. Qj. Apariucs. 

J I. Q. Chevrcfcuill. 
X2. Q. AiiL'ics. 
25. Q. Apoilus. 
ly- Q,. Labiecs. 
1^. Q,. Vervcnes. 
27. Q^. Perfonccs. 
iS. Q- Su!anons. 
1^. Q- Jafmens. 
32. Q. Pourpicrs* 

J5* Qo Joubarbcs. 
34. Q< Alfiiies. 

37. Q. Amarantes. 
3^. Q. Pciiikercs. 



40, Q. Garoti. 

41. Q. JujubiCTj." 

45* Q- t-eguminruC 
44. 5 riAachic!!. 
4f. Q,. Titimalcs* 
A.^' PL Anoi3e«, 
47* I Chaccner. 
4?. 1 Geranion* 
5c- 2 Mauvcs. 
5X. Q. Oprien. 

ji. tf Crucifere*# 
^5, I Pavot. 

S4- 10 Cifle*. 
f7. ^ Pins- 

$S« MouiTcj, 




ai€ Syfteme. Fcuillage ; fa figuri & dlfpofuion. 

Tapele du nom de feuUlaje fronies les branches cfearjces 
le leurs feuilies. On a befoin de ce terme ponr exprimer la 
teure qu'eles prenent ; c*eft ainfi qu'on pent dire que dans 
Orine , le Tilleul , le Grevia , &c. le feulllaje eft aplati , 
aice que leurs feuilies epanouies s'eteudent orifontalemant 
es unes d*un cote , les autres d'un autre cote fur un meme 
plan. 

^ Le feuillaje eft rond ou clUndrlke dans le Pin , parce que 
*cs feuilies s'erendent circulairemant autour des branches. 

II eft croife dans la plupart des Plantes qui ont les feuilies 
opoftes , cad,, qu une paire de feuilies , par exemple ctant 
dirij^^e de TEft a I'O , la paire la plus voillne eft dans la di- 
reflion du N, au S. en croifant la i"a angles droits ;la 3« 
paire croife la 2« , & ainft de fuite toujours aiternativemant; 

teles font les feuilies des Mlrtes, des Jafmens, &d. 

Le feuillaje eft verticille , lorfque plus de 2 feuilies opofees 
raionent autour de la tije ou eles fonnent come autant d'e- 

pies. 

C'eft cete diverfe difpofition des feuilies qui fait le plus 
au port des Plantes crbatces , come la difpofition des branches 
iait le port des Arbres. 



Famille 



i*"Classe, 



5 



ans 



« 

Feuillaje 



9. 1 Fucus 

4. Epaiikcs* 



ki ou difpofi 

circuUircmcnU 






BifTus. ^_ 
ChaiDfiuoQi, 



2.C ClaSSE. j^ j Fucus, 

ri .*, . 7- P5' Grameni. 

i'euillajc cilindri'^ %. PI, Liliaftcs, 



5. Pi. Jcnjanbrcs. 

10. Orchis. 

11. 1 4 Aridoloches^' 
II. 1^ Eleagnus, 
1;. Onagrcs. 

14* loMuic&V 



Itf. 

18. 

15. 
10. 



ccKr 

Ombellifercs. 
Compofccs. 
Campanules. 

Briones. 

Aparines. 

Scabieufes. 

ii.Chevrcfcuilles. 
48. 



r 



PREFACE. 



Akelcs. 
Pi. Apocins. 
Bouraches. 
Labiecs. 

Vervencs. 

Pccfonces* 
Solanons. 
I J Jafmens. 

Anagallis. 
jt. li Pourpierx. 
j). 4 Joubacbes. 
1 4* X Al/inc. 
jf. Blitons. 
«^. Jalaps. 
-7. 7 Amarantcs; 
«8* £rpargpuces. 



39- 
40. 

4J- 

4V' 
4^. 

4"- 

48. 

49. 

57- 
S8- 



Perfikcrcs, 

1 3 Garou. 
Rofiers.j 

10 Jujubiers. 

LcguinineufeSi 
Piitachicrs. 

51 Ticiraales. 

1 Anone. 

14 Chaccn^rs. 

IX Tillciils. 

Gcranions. 
Mauvcs. 

9 Capricrs, 

Crucifcres* 
Pavotj. 

41 Ciftes. 

RenoncLiles. 

15 Arons. ' 

9 Pins. 

2 3 MoufTes. 



3eCLASSE, 

Fiuillaje aplati^ 

hU fur unmi^ 
me plan 

3. 4 Fucus. 
y- Foujcies,. 
tf. Palmicrs. 

7. Q; Grain ens. 

8. Q, Liliafees. 

Qu. Jeiijaabres. 

I Ariftoloche* 

I Eleagnus. 
I Mirce. 



4e ClasseJ 

FeuiUaje en crolx^ 



9- 
11. 

14. 

41. 

4J- 
4^- 

47- 

ftf. 4 Axons. 



2^ 

34 

37 



zi Jafmeps. 

Salikeres. 
15 Pourpier»» 

7 Joubacbes* 
54. Alfincs. 

8 AmaramcSft 
^ Garou. 



Q. Apocins. 
i Jujubiers. 
I Tiumale. 
li Anones. 
7 Chaceners. 
1 Caprices. 
<fCiAcs. 



4.S, S Tillculs. 
54. Z7 Ciftcs. ^ 

f^ Classe. 

FeuiUaje triangu^, 

laire* 



a 2c Syfteme. Stipules ; leur Situation. 



fc* 



Les ftlpules font des efp^ces de petites feuilles qui acompa* 
gnent le pedkule des feuilles. II n'i a de vra5es ftipulcs quft 
celes qui font atacKees aux tijes , come dans les Onagres , 
les Au-eles , les Apocins , les Jujubiers , les Titimales , les 

Anones , les Chateners , les Tiileuls , les Mairves , les Ca- 
pners. 

^ Celes qui font atachees aux tijes des Aparines doivent 
etre regardees come de vraies feuilles , eles en tienent liea 
dans les Plantes qui ne les ont pas verticUlees. 

Uans les Legumineufes , les Geranions & les Jujubiers , 
^1 a des ftipules qui font corps avec le pedicule des feuilles 
& d autres ^x\i ne font pas corps avec lui , ou qui font ata- 
chees aux tijes. . 

. Celes qui font corps avec le pedicule , come Jans les- 
itofiers , ne font pas de vraies ftipules , mais feulemant uft 

prolonjemant de la feuille , ou une extenfion de fon Pedi- 
cule. 

Les flJpules membraneufes des Efpargoutes" les Gaines 
en tuiau des Perfikeres , les Gaines fendues de Quelke*. 

Arons , font encore dune efpece fort diferentes des 2.'^^k 
cedentes. . 



\ 



V 



H"^ Classe. 

Tlantts qui n^oni 
fas dc JlipuUs^ 

I. Riffus. 

z- Gbampignoni. 

3. Facus. 

4. Epaci<jues. 

J. Foujcres. 
tf« Palmiers^ * 
?♦ Qi«- Gramcns. 

5- PI. Jcnjanbres. 
Jo. Orchis. 
si- Ariftofoches. 
^i. Eleagnus* 
J$ PL Oiiagres. 
I4. 1 1 Mirres, 

1,5. Pl.Ombcllifircs, 

liT. PI. Compofecs. 

l>. Campanulcs. 
'8. Briones, 

^?* Q. Aparincs. 

10. Scabieufes. 

4J- P. ChcvrefeuiII. 

*i. PJup. Aireles. ' 



x«^ Classe. 

^Isntes qui nen 



ont 



pas, 



Voycz le Syfteme 
Ptcccdcnt. 



a* Classe, 



H 



antes qui nen 
ont qu*une. 



)*• I Paurpicr. 



P R E F A C E 



Ij. PI. ApOCillS. 

14- Bouraches. 
ly. Labiees. 

2 6". PL Vervcnex. 

27. Perfonecs, 
xS. Solanons. 
I?. Jafmens. 

3 a. Anagallis. 
3 1. Salikeres, 
jz, PI. Pourpies. 

3 3. Joubarbes* 
34. AKines, 
3^* Blicons. 
3^, Jalaps. 

37. Amaranccs. 

41. 1 Rofiers. 

^j. 11 Lcgumineuf. 

44. PI. Pircachicrs. 

4f, 4 Tirimalcs. 

4^- ^ Anoncs. 

45. <t Tilleuls. 

Ji, 1 Capricrs. 
yi« Crucifercs, 
^3. 17 Pavots, 

54- Pi' CiAcs. 

n- ly RenoncuIcJ* 

j^- 3 Arons. 



a'^CjiAssE. 



\ 



r 

Stipules fur Us 

tijes. 

T3- 4 Onagres. 

14. 1 Aiiires, 

itf- I Compofec. 
1^- Pi. Aparines. 
iK t CUevrtfcuiU. 
ii. I Aifclc. 

15. 4 Apocins, 
%S> I Vcrveiie. 
^8. PI. Efpargoutes. 
4^- Jujnbicrs. 

43' Q. Ltgumincuf. 
4J' 18 Ticimaks. 

4*^- 3 Anones. 

47- zS Chaicrierf. 
48. li "tilleuls. 
4?' II Geranionx. 
ja- Mauvcs* 
5 1* Capticrs. 



cciv 
3^ Classe. 

Stipules fur U pi^ 
dicuU dts 
fcuilUr, 

ly. 1 Ombcllifcrc* 
^2, 3 Pourpict*. 
JL'. J Efpaigoutcs, 
39- Pcrfikeres. 

41.13 Roficrs. 
43- Pi. Legumincaft 

44. I Piftachieu 
47. I Chatcneu 

45. i Gcraaions- 
n* » Pavot. 

5j:- I Rcnonttttff. 

4^ Class £. 

Gains du pedi^ 



desf 
ntt€ 



fi 



zy Syfteme. Stipules ; Uur nomhrd, 



7* PL Gramcns. 

«- Q, Ljtia{c«. 
5. PI. Jcnjanbrer. 

f J. Pi. Pvcnonculcs^' 

J 6» i<7 Atom. 



35. Perfikercs. 

4f. i Ticimalc. 
47. z Chateners. 
45. I. Geraaions. 
j^. 1 7 Arons. 

3* Classe, 

Plan Its qui en 



ont a. 



Is. 



4 Onagres. 
X OmbclliFetc. 
1 Compofee. 
PL Aparinc. 



a I. ft ChcvcefcuilL 
XI. z Aireles, 
J 3-4 Apofliis. 

itf* t Vcrvenc* 

3Z. L Pourpiers. . 
^S* Efpargoutcj. 
41- 13 Rofiers. 
41- Jujubiers. 
4J. PL Lcgumineuf. 

44. 1 Piltachfcr. 
4f. i7TidmaIes. 
46". 3 Anoncs- 

47. 17 Chaccncrs. 

45. Tilleuls. 

4^. II Gcranions. 



JO. 



Mauve?,' 

5 Caprier««' 
I Pavot, 

^ Ciftes. 
I Renonculc 



42 Classe. 



Plantes quienont 
plus dc 2. 



19. Qti. Apatincs^ 
15. £ Apocias. 



i-^Classe* 

^Untts qui nont 
P^s dc FrilUs. 



^4*= Syfteme. VrllUs ; /«r Situation. 



1. Champignons. 
). Pucus, 

.4. Epatikes. 



7. PI. Gramcns. 
f Plup* Liliafces. 
^. Plup. Jcnjanbr» 

10. Orchis. 

11. ArUloIochcs* 



It. Eleagnus. 
X}. Onagres. 

14. Mirtc*^ 

15. Otnbellifercu' 
jtf. ConipoIcp«* 



/- 



cclvj 



«7' 

17. 

1« 



30. 

35- 

40. 



Campanulcs. 
Aparincs. 

Scabicufcs. 
Chevrefcuill. 

Aircles. 
ApocinSp 
Bouraches. 
Labiees, 

Vcrvencs- 

PL Perfoaecs. 

Solanons, 
Jafm ens. 
Anagallis. 
Salikercs. 

Pour piers, 
Joubarbcs. 
AlHncs. 
Blitons. 
Jalap. 

Amarances* 

Efpargoures. 

lo Perfikeccs. 
Garou. 

Ro/iers. 

. Jujubiers* 



PREFACE. 



4j. Pt. Icgumincuf- 

44, Piftachiers, 
4f- Tidmalcs. 

46. Anoiies. 

47. Chacencrs, 
43. Tilleuls. 

49. ^L Geranions. 
f6. Mauvcs, 
J I. PL Capriers. 
yi. Ctucifetes. 
5 }. i« Pavors. 
f4. Ciftcs. 

Jf- i4^cnGhcuIe«. 
56. Aron^. 

J7. Pins.- 

yS. MoufTcs. 

%^ Classe. 



3e ClASSE. 



fl X Tcnjantrer 
1 1 • X Arifloloche* 



VrilUs aux aif^ 55. 1 Pavou 



felUs des 
fiuilks. 

18. Briones. 

3?. r Pet/Ikere. 
5 I. I Caprier. 

4^ ClASSE- 

Vrilles fur le pe^ 

dicule des 

feuUles^ 

i. 1 Liliafec. 

5^ Classe, 



6^ Classe.' 



^ri//^^ aa lout Ju 
pedlcule 



»7 

43 



comua 
des fcuilks. 

1 perfonec* 
1 1 Legumiflcuf* 

2 Pavots, 

1 Rcnonculcs. 



Vrilhs fur les FrilUs 



aa 



bout 



ifjes 



opofccs 



aux fcuillcs^ 



yi. 1 Cipricr- 



dcs feuilles^ 

7» I Grameu, 
S. I Li!ia(ce. ' 



7^ Clause, 

VrilUs fur U pi- 
dicuU desficurs. 



4^ 



Geram«a< 



a^e Syfleme. Epines ou piquans ; Uur fuuation. 

On di'ftingue 2 fortes d'Epines : celes qui font corps avec 

la partle ligneufe des Plantes , & qui fubfiftent auffi long- 
terns qu^'eles , s'apelent Epines Spin<z ; les autres qui ne tie- 
nent qua lecorcc , & qui font fujetes a tomber, s'apelent 

Pikans Akule'u 



4- 

7- 

8. 

SO* 



i^ Classe. 

Plantes fans 
Epines* 

BilTus. 

. 47 Champign, 

Fucus, 

Epatikcil 

Foiijerts. 

PI. Palmicrs. 
PI. Cxstmcus. 

PU Liliafecs. 
PI. Jenjanbres. 

Orchis. 

Aciiloloches. 



>3' 11 Onagres. 

14. Mirtes* 

»t- ll.OmbeHifcr. 

i!?. PL.Compof^cs. 

17. Cam;p*inu]cs. 

18. Briones. 

>9' l^K Aparincs, 
iQ. Scabicuft:s» 

»i. PI. Chevrefcuill. 
11. Aircles. 

H- Apofins. 

14. i<> Bourachci. 
ij, Labiccs, 

!(?. Vprvines. 
17. Pcrfonccs. 



i8, 19 Solanons. 
ly. Jafmens. 
jo. Anagallis. 

31. Salikercs. 
jl, 33 Poucpiers. 
54. 5 J Alfiaes. 
3^.13 Blitons, 
}^. ) Jalaps. 

j7. Ari:jarantcs^ 
3S. Efpargoutes. 
39. JO Perfikercs, 

40- Garou. 
41. Pi- RofTcrs. 
41. PL Jujubicrs. 
43. PL Lfgurameuf» 

44- joPiftacbictl* 



4^, j» Tidmalrt* 

4^. 2Z A»0IiC5» 

47. 17 Chatencts. 
4S. ^ Til!cu!s. 

49. Gcranions- 
j-©, li Mauvcs. 

^i. PLCruciR^*' 
y J. 18 Pavots. 

yy. Rcnouculcs. 
y^. ij Arons. 

57' ^ ^'"'V 



^« Ct AS^^' 



P R E r A C £. 



a* Classe. 



E 



\pines It 



da tijeA 



long 



€. Q. Palmiers* 
S. Q. Linages. 
ij. I Onagrc. 

If- I Ombellifcrc. 
17* 1 Campaaulc* 
4^* I Anonc. 
JO, ^ Mauves. 

yi. I Caprier. 

3^ Classe. 

Epines au bout 
d€s branches* 



44. z Piflachiers, 

5^ Classe. 

Epines au bord 
des feuilles. 

7. Quelle. Gramens. 
B. QUelk. LfliafcdS. 

9* Q. Jciijanbres. 

i^. Q* Compofees. 
3.1. I Airelc. 



yj. I Pavot.' 
f^. X Aron« 

■ 

8« Classe. 

Epine terminant 
U bout du pcdi'- 
cule comun des 
feuillss. 



fcc!v5 

lOeClASS^; 

E pines hors del 



aijfellcs 



det 



feuilles a leaf 



c6te. 



ij. I Apocln; 

4y. 1 Ticimale; 

1 1« Classe.^ 



6^ Classe. ^j. ^ Lcgumincufc. -S/'^^^-f f^r lei 



41- 
41- 

43- 

54* 



I Onagre. 

1 Compo{ec5. 

1 

I 



Eplnes terminant 

le bout des 

feuilles* 

€. Quelk. Palmiers. 

7. Quelk. Gramcus. 
8-Q. Liliafe^cj. 
j.Q- Jcnjanbres. 
I (5, Q< Compoftes. 

it, I Airele. 
34. I Alilnc. 
f7. 4 Pins. 

7* ClassEi^. 

Epines fur le pi-- 
Epines fur Us' dicule des feuil^ 
feuilles. 

2$. 1 Solanon. 



. 9"Classe. 



fleurs GufruitS' 



I 



28. 

Epines fortant des ^f* 

41. 

4»- 



Solanon. 

Fcrfikerc. 
3 Roficrs. 
3 Jujubiers. 

Legumincufes 
Cruciferc. 
I Ciftc. 



X 



4« Classe* 



/ 



es^ 



a. Qu. Palmlcrs. 



aijfelles des 
f utiles^ 

t 

1 5. 1 Aparlncs. 
3L5. 1 Apocins. 
iS. I Solanoil. 
21. a PoiJrpiers» 
5 y. i Rlitons. 
3^. 1 Jalap. 

41- 5 Jujubiers. 

43. I L^gumineuft. 
44» 3 Piliachiccj. 
y I. 1 Capricrs. 
yi. 1 Cruciferc. 
J4« I Cifte. 



1 OnagrC, 
2 Sotanons* 
r Blicon* 
1 Jujubicr. 
1 Tillculs, 



la^ Classe; 

Epines fur toutS 

-' la Plante, 

i. 5 ChaitipignonJ* 
n. .■ Chcvrcfcuille. 
-14. 3 Eoutachcs. 

4f. i Rofiers* 

4J. 1 L^gumiiicaf, 

44- 1 Pillachiers^ 
4y. I Ticimale. 
47* I ChaccHcr. 



26*^ Sjfteme. Polls & Glandesj leur figure 



1* Classe.? i »• p'- Anfto'oches. 



/>/ 



ant^s 



polls ^ 



fans 



I BiiTua. 

1. Cbanipignous. 
). Fucus. 

4* Epatik's. 
y. FoujJrcs. 
€. PI. Palmiers. 
7. Qu. Gramcnj. 
«. PL Liliafecs. 
5. PI. Jcnjanbres. 
!•. PI. Orchil* 



IX. Pi. Elcagnus. 
1 5. PI. Onagrcs. 
14. PL Mirccs. 

ly. q.OmbeIIifercs. 
1^. P. Apariiics. 
zo. PI. Scabietifes- 
ir- Q. Chevrcfeuill. 

IX. PI. Airelcs. 
13. PI, Apocins. 

%^> Q^ Bouraches. 
ly. Q. Labiccs. 
ztf. Q. Vervcncs* 
X7-^I'l. Pcrfonfcs- 
18.. Pl.Solanons. 

*>. PI. JaCncns* 



30. PI. Anagallis. 
3 I. PL Salikares. 
}t- P. Pourpicrs. 
53. Pi. Joubarbcs. 
34. PL Alilnes* 
jy. Pi. Blitons. 
3^. PL Jalaps. 

57- PL Amarantes. 
^3* PL Efpargouces. 

40. Pi. Garou. 

41. PL Roficr5. 
41. Pi. Jujuburs. " 

4;. PL L^gumioeuf. 
44. PL Pillachicrs. 

4y. Q« Ticimales. 
4^. PL Anoacs. 



47- 
4^ 

yo. 

yj- 
y^* 

y^. 

f7* 

5«- 



Q: ChatencrS.' 
Q; Tilleuls. 

Q. Geranions. 
Q^ Mauvcs. 
PL Capricrs. 
Q. CrucifJrcf. 
PL Pavots. 
PL Ciftcs. 

Pi. Rcnor2cuIef« 
Arons. 

Pins. ' 

Mouirci. 



r 



u- 



r-^ 



cclvaj 



PREFACE. 



^*Classe. 



i 



¥ 4 . 



^lantes a polls 

\. non. articuUs 

Jimples^ courts , 

lenticuleres , 



tff. Pr. Compofcci)- 

j^/Q. Aparincs/ .^ 
a.5, IH. Labiees. 
zfi* Pj. Vervencs- 
a.7- QvPerfoacej. 
3f. 2: Blitons, ' ■ 

F 

3* Class's* ■* 



'Planus 



a polls 

s articuUs 



nqn 

Jimphs.^ lcrnss\ 
conikes ou ci- 
XindrikeS', 



II. 
If 

J 5-. 

ao. 



Qu. Palmicts 
Pi- GramcDs- 



Q-Liliafe 

Q; Jcnjanbrcs. 

C^f Orchis/ 

Q; Adiloloches. 

Q; Elcagnus. 

Q; Oaagrcs, 

Q. Mi tecs. 

PL Ombellifern, 

PJ» CompofctfS- 

Ci- Apatincs, 
Q, Scabieufes. 

PL Chcvrcfeuill 

Q. Aircles- 

P. Apocia;. 

pi. Boiirachcs. 
Q, Vervencs. 



%j. Q- Pcrfuncts. 



i«, Q. ijafmens; 

30. Q: Anagallis. 
3 I. Q. Salikeres, 

31. Q; Poui'piers. 
3 }. Q. Joubarbes. 

34. Q. Arfines^. 

3 f . Q. Blirons, 
-^'7, Q^, Jalaps, 
17, Qa. Amar 
38. Q_. Efpargouces. 

,9. 4 Perfi^cres. 
J -^ - -I . .. , . j^ 

^o. Qu. Gatou. 
^i. Q. Rollers. 

^}. Q. LeguaiineMf. 

44. Q^ Pilbchiersl 

4S* Q^ Tiiiniales. 
4^. Q. Anones. 
47- Ou Cliarch'eri. 

45. Q.TiIlculs. 
49. Pt Ge^anions. 

fo, Q. Mauvcs. 
fi. Q. Capricrs 
fi-'Pl. Ciuciferes, 
f J. Q. Pavots. 
54. Q. Ciftcs. 
y J. Q. Rsnoacules. 

4* Classe. 



5 



^ Classe. 



^Plantes i /jo/'/j 
«07i articulcs 
Jimplcs 5 f /z cro- 



14 



17 



V ^ 



fan. 



1^, I Vervenc. 
I Tlicon. • 

i 

I Amarante, 



H 



I Chcvrcfeuilt* 

I Aitcle. 

I Bourache* 
!<?. I Vcrvenc. 

I Perfonee* 
iJ?. I Sotanoa. 

I Jafmco- 
X Al/inc. 
£ Bl irons. 
I Piftachicr* '. 

Pi. Titimalcs, 



1? 
34 

44 



3 • 

4 • Q. Rollers. 

6^ Classe. 

P [antes a polls 
non articuUs , 



4^ 

48. PI. Titlculs. 
JO. Plr Maavcf. 
51.3 Cruciferc-*. 

cf Classe. 



rameux a % pi^nta a 
branch ts en 



crochets , 6^^. 

iC, Q. Compofees. 

7^ Classe. 

Plantes a polls 

non articuUs , 
tfi % tranches 
en fui 
en navete, 

Plantes a 'polls i^- ' .ChevrcfouilU 
won articulcs ^' ^ ^^ . 

i Ofranions. 



polls 

articulcs fi^'' 
pies , conikes. 



m 

iS. p. Briones. 

I J. Quclk. Labiccs* 

16^ Classk. 



eau ou 



Plantes 



a 



polls 

articulcs Jl^' 



pi 



es 



■cillj^dri- 



kes. 



JimpUs , long. 



en majfue 
termincs 
une majfe^ 



ou 
par 



16, Qj. Cotnpofees. 
4t. Q. Ropers* 



50. Q. Mauves. 
ji. 3 Ctucitercs. 

8^ Classe. 

Plantes a poil^ 
nan articuUs ' 
a pins de 2 
branches en 



i^. Qu. Composes. 

18. Qu. Biioncs- 



II 



Classe 



Plantes i p 



oils 



articuUs » ^^ 



meux> 



etoiU y 



en ai^ 



itf.Qu, Conip 



ofecJb 



grete ou en Aou^ , . j. pavots. 



M 



. 1 Ombcllifcre; 



27' Syfteme"; Flcurs ;leur Situation. 



I 



L'idee de Cefalpin , Jur la nature des fleurs , eft afiez Cm^^ 
guIieK pour raeriter d'etre raportee ici.Il regardoit le Calice des 



\ 



■v 



PREFACE. 



tci; 



IX 



Plarttes jparfaites come une expanGon de 1 ecorce extenelire 
& gro/Tiere des branches ; la Corole come rexpanfion d^ 
Tecorce interieure ; les Etamines come une expanfion des 
fibres da bois; le Piflil come une expanfion de la moele de 
la Plante, On verra par ce qui /era ditci-apres de rorganifa- 
tion de ces parties que ceteidee n'efl pas tout-a-fait exa^le* 



1 



J 



V 

Sans FUurs* 
'i.Bjlfiis. 

2. Champignons* 
). fucus* 



a^CcAssE. 

Fleurs ripandues 
fans ordre fur 
la. Plante 



h 



des 



long 

branches ou du 
ironc. 



Ji. I Elcagnus. 
li. X Airele. 
41- 4 Jujubicrs, 
4^ I Legumineufe, 
44- 4 Piftachiers. 
45. I Tirimalc. 
45"' G Anoncs* 
fo. i Maiivrs* 

t !• J Capricrs. 
T4. 4 Ciiles, 

5^. 4. Arous* 

y7- i Pin. 

3* Classe. 

5«r les fadlle^ 

on fur hur pi- 

dlcule. 



M 

JO 



, I Onagre, 
. 1 Mine. 
. I Pour[;ier* 
. I Mauve. 

4^ Classe. 



^ux a'^jfck's dis 

feuillcs. 

7 I Gramcn, 
1 1. 10 Aiitlolochcs. 

1%^ y Eleagiujs* 

14. 4 Mirces. 

j^. II Com^ofccs* 

■ 

17. 8 Campanules. 

18. Brion<rs. 

19. %! Aparinc*. 
II, 19 ChevrcfcuiK* 
11, I f Aireles. 
23. 15 Apocins, 

2«t- J Bourjchc. 
ic. <QLahv:«. 
t6m %t Vcrvcne», 
27, ^7 Peribnces. 
18. 8 Sotanons. 
i5» t ^ Jafmrns 

J I. 4 Satilcircs. 
1 1. 2 J Poui piers. 
3^,4 Joubarhc-B. 
J4. i3 AlGnes, 
3^, It BlitonSf 
^€, t Jalaps* 
J7. % Amaran 



4- IBparikcj, 
J* Fovijeres. 
9* I Palmier* 



j8. 7 BrpargnuceS 

4^5* S Garou. 
41- 3 Ro*icrs. 

4X* 2f Jujubicn« 



45. i^tf LfgrjfiiJneur. 
44.. 2(r Pi/lachicrs. 

45* ii Tiiimalcs. 
4^. 4 Anones, 
4"- IX Chatencrs* 
4S. 10 Tillculs- 
45. 1 1 Geranipos* 
^o. Lo Mauvcs. 
y r. 2 C^prfery, 
yi 4 Crucfferes. 

14. 30 Cifte?. 

j^, xS Arons- 
y-, 3 Pins. 

5^ CtASSE* 

>^/Zjt aijfeles dcS 

branches. 

g. r^up.Palinkrs* 
17. 1 Campanule. 
ao. I Scabieufe. 
1?. ? Apocins* 
54. S Alfincs. 

j7< 2 AmaranCeSt 
jg. J EfpargoLircs. 

6'^ ClASSH. 

on a coti des 
feuilles^ 

If 

II. 1 Chevrcfcui!!?. 

2j. 2 Apociiis. 
24. ^ BouracheJ- 
iS. 3 SoUnons. 
15. t JaHnen* 
31.1 Salikortfj 
41. A Jujubicif. 



7^ Classk; 



^<^. 



? 



dt 



'H^ 



fi 



24- Q; BouracheS* 

4f. i R<^{ier. 

42* Q. JuJubJcrj* 

8*" Classe* 

f 

)p€S dUX 



fi 



les. 



Jf. JT Ombellifefeff; 

24. 10 Bou caches'. 

35,2 Blitons* 

42. 2 Jujubiefs. 
4j, I Legumineu/fi, 

44. 1 Piftachier. 

4^* i Tilleull. 

49. I Gecanion* 

jr. I Caprier, 

y3, ^ Payors* 

54. I Cifte* 

5^.4 Renoncutes* 

j^. I Aron. 

9^Class£* 

Terminales^C-d a* 
auboutdcstijci 

oubfznches^ 



7 Pi. Grarfleftf* 
8. P}. Liliafcff-. 
^. PlAp, Jenjnibf*' 
10* Qrchis- 
jf^ f Art/loIochcJ# 
li. S Eleagnus. 



V 



cdx 

■ 5. 7 Ouagrss. 

14. g Miites, 

I f. 57 Ombellifcr. 
Z6, it^ Compof^cs, 
15?. 16 Apaiines, 

10- 9 Scabieufcs, 
ai. 17 Chcvrcf*:uill. 
ti. 18 Aircfej. 

4j. itf Apocins. 
14, 5 Boutachcs. 
a. 5. Labiecs. 



PREFACE. 



itf, 19 Vervencs. 

17. 8 Pctfonccs. 

18. 1 Solanons. 

19. jH jACmens. 
50. 10 An.igallts. 

?!• 19 roiirpiers, 

H- *^ /oubarbes. 
34. Jt A]njjes» 

J6, 1 3alaps- 

37. 11. Aiiidcaiucs 



jS, tf Effargourrs. 

9 Pctfikcres* 



48. 9 Tilleiit^. 



J9. 
40. 

41. 

44' 

4S- 
4^. 

4 • 



14 Garoii. 
II RoricTs* 
S Jujubiers. 
47 Lcguniincuf. 
Jo rilbchicr^ 

9 Titinulcj. 
? Adoiics. 

8 Chaicncrs. 



7 Gcranions. 
5 Maiivcs, 



49< 
p. 

f I. f Capricfs. 
ft, 45 Criicifercs. 

I J Favots. 

41 Ctfles. 

ir Rcnonculcs 
S Tins, 



5J 



58. 8 Mouius. 



^ 






^t 



/^ 



18^ Syftemc. FUurs ; hur difpojinon. 

II i a dans la difpofition des flcurs dcs dificultes qui ne 
It pas bicn ecjaircies , fur-tont a Tegard des Epis, Pani- 



Ombdl 



L'Epi elt un amas de fieurs toutes diflinciles les unes des 
autres , c. a d. poriees diacime fur un pedicule particvilier & 
ilifpofties fur un axe afTezlong , de Ibrte que c'eft leur aflem- 
blaje qvu fonue ce qu'on apele un Epi ; tel eft I'Epi de U 
Jacinte Uakintos , du Futolakka , 5cc. 

La Panicule & U Grape ne diftrent de TEpx qu'cn ce 

que les flcurs , qui les compofent » quoiquc difpofces liir i'" 

axe affez long, font portces pluficurs enlemble fur un meme 

pcdicule qui s atachc fur cet axe ; la panicule eA plus ou 

snoins Ikchc , fdon qi7e les p::dicules comuns dcs fieurs font 

plusou moms courts. I! i en a qui ,'de loin , imitent des Episi 

tele eft Ja Panicule du Panis Pamkon-, d'autrcs font laches, 

compofees de rameaux , difpofces fimctrikemant come dans 

le Lilak 5 ou formces des rameiux etaies , come I'Avoinc, 
n:i rVF,>:c r-r^^^ 1^ c ,tr.L „.. ^.i_ ,„ ^..^« fans 



ou d"Epis 
ordre. 



hf 



de rameaux cpars 



Lorfque 1 axe d'un Epi ou d'une Panicule pend en h{^ 
ail lieu de s'elever vers Ic ciel, on lui done alors le notn t^ 
'<^rapc ; tel eft I'Epi du Grofeillcr , tele eft la Panicule cc 



la Vir;ne. 



dent 



ine? 



tre ou du memc point de 
P 



tije 



our 



former en deiTus une elpece de 



Omb 



teles ^ont les ftcurs de la piui>art des Cmbcllirercs. 

Lorfqu'il i a plufieurs tlcurs raffcmblccs de meme i^'f 
unc AilTelc dcs feuilles , leur aftemblaje aproche pHi* "^ 
rOmbellq qu€ dc toute autre , ainfi il eft naturel de H r^' 
porter, *^ • . 



P R E F J C Er 



cdx 



knbe 



^lul forme , ne partem pas dn interne centre comun , mai' 
a diverres liauteurs. Panr.i ces pcdiciiles , les uns font lim*- 
ples come dans cjuelkes OmitogMans; d'^autres font ramifies 
diverfemant, quoiqu'lls forment une efpece d'Ombelie err 
deifus ; tels font ceux du Suro de YJerakion , &£. 






i""'^ ClAsse 



Sans Fleurs* 

i. Chatnpign. 

2^ ClA5SE. 

FUurs foUtaircs^ 

7» I Granien^ 
8. 1 1 Liliafccs. 

11.5 Ariikolochcs. 

Ji- ^ Elcagnus. 

1 5« xo Oha^-rcs. 

24. 4 Mitt£S. 

itf. 6S CoinpofccE, 
17-5 Cnmpanutffs^ 
18. 10 Briunc*. 
^9-8 Aparincs. 

^»- 3 Chcvicfcuillcs. 
ti. <5 Airclt*. 
53. H Apocius. 
14. J Bouiaches, 

1^. J Vcrvencs. 

^^» 5*^ Pctfouces. 
18- lo Solaaoas. 

30- 10 Anagallis. 

3^-19 Pouipiers- 
iU t Joubarbcs. 

^1-4 Saiikeres^ 
JJ-^ 7 Blitoas. 
37- 5 Amatantes. 
jS. 10 Hrpari;outcs» 

59' 2 Tcffifetrcs. 
40. y Garou. 

4 J . 1 1 .RofKri, 
4^. tf Jujubicrs. ' 

41- 1 7 i-^gunimcuC 



44. 

4(r. 
47. 

57- 

5S. 



<f fiftichicrs* 
5" Titiaialcs. 
8 Aiioncs. 

^ Geiauions. 
I J Mauv'es, 
1 Cdpricrs. 
S" i'avors. 
17 Ciftes. 
1^ Rtnonciiles 
J A roar. 
^ Pins. 



17 



y CiAssr. 



FUurs en thc.^ 

7. i Giamen^ 

I f, 2 Ombcllifcrct* 
i^. Coiupofccs. 

17. 1 Campanufe. 

1 9* 4 Apaiincs. 
2a- ^ Scabicuif, 

zi. 1 Chcvrcfcuill. 
i'f.. X I-abicc. 
17. I Pcrfonfci 

3*. 5 rourjncfff, 
Ir* 9 Bliions. 
37. 1 Amarantc- 

3!^. I tfpargoutc. 

40. $» Garou, 

4 1. 1 Rollers. 
41. r Jujubicn 

4 i - 1 ^Legumineufcs. 
44. I Piitachict, 
4(. I Tkltnate* 
47- 4 Chatericrs* 
54. I Ciftc, 
5^. I Aron» 

57. 4PuU, 



4^ Classe. 

FUurs tn Ort> 

hdU. 



1 1. 

11, 

17- 
30. 

38. 

44' 
4i- 

47- 

48. 

If* 



s Jcnjanbrc. 

I AriiloIocliC. 
1 Elcagnus. 

PIup^-OmbelHf. 
8 Aparincs. 

t Chcvrcfeiiill* 

3 Airclc5. 

6 Apocins, 
ji Ferfonces. 
5 Jafmcns- 
5 Anagallis^ 
I PourpieN 

4 Alfuics. 

1 Blicons. 

I J.ilap. 

t Efpargoutes, 

5 Perfikcrcs. 

X Garru- 
S Juiubicrx. 

II LcguinincuC 
1 I iftachicrs* 
8 Tuimalcs. 

5^ Aiioncs. 

1 Cbatencn. 
t Titlculs. 
i Gcranioni, 
J- Mao vet* 
I Capricr. 
I Pavoc, 
3 Ciftes. 

r Aron. 



5 * Classe* 

FUurs en Cot 

rimbc, 

S. 4 Liliafees* 



« < 



15- 
14- 

iS. 

£1. 

a4- 

X7» 

18. 

30. 

4<y- 

41- 

44' 

4r- 

47- 
48. 

49- 
50. 



8> Mittw, 

3 I Compofeei* 

X Campanide. 

6 Brioncs- 

3- Scabicufcft 
[4 Chevrefcaicl 

tj Airelej. 

I? Apocins, 
I 3 Bouraches« 
I Labiec. 

X Vcrvencs. 

8 Pcrfon^cJv 

4 Solanons* 

7 ^afmeiw,. 
I Anagalli5« 

3 Salikcces* 

J I Pourpicrs*. 

7 Joubacbcs. 

t Jalaps* 

J Efpargoureg* 

I PcifiJketc* 
4" GaTom 

17 Roflcts*. 

9 Jujubicrs. 

9 Piftachicri, 

^ TitimaicJ*. 

t Anoao.' 

II Tilleuls. 

ft^ CcranioDC^ 

5 Mauves. 

4 CapcicH* 

I Ciuciferc*. 
3 Pavots. 
19 Cirtcs. 

7 Rcacuciilc5^ 



r 17 



■^^ 



cclxij 



PR E F ACE 



V 



6e ClASSE. 

Vcrticillas^ 



l^, i Aparincs. 
lo. I Scabieufc, 
ti. 4 Chevtefcuill 

t4, I Bourachc. 
j.^. 4^ Labiec:, 

i^". I Vervene, 
S.7. 4 PcrfoLiees. 

50. J AnagalUs, 

51. I Salikerc. 

J J. 3 Renonculcs. 

7« Classe, 

Er% Epiu 

i 

5", J Foujeres. ^ 

7, 2^ Cramens. 

S. zS Liliafecs. 

^. 7 JcDJanbres. 
30. t OrchiSt 
JT, 4AriAoloche5. 
12.. 4 Elcagnus. 
13. tf Onagrcs. 
J 4.. * Milte, . 

J^# 7 Compofecs. 

i Caiiipanulss* 

y Bricncs* 

4 Apatines/ 
i Chevrcfeuine. 



^7- 

15- 



2.x. lo Aitclcs. 
35.1 Apocins. 
Z4. 8 Bouraches. 

Z5 . 10 Labiees. 

y,€, 17 Vcrveiics. 

27. } y Pcrfojites. 

15. 5 Jafmens. 

30, 2 An^gallis. 

31.1 Saiikcrcs. 
)a, -5 Pouipiers. 

J 3. 3 Joubaibes, 
j4. 5 AllizieSb 

3 J. 13 B.lico!iS, 
j«;. I Jaldp, 

37 ? Am^irantfs- 
35, S Perfikeres. 
40, f Garou, 
4t. f Rofiers. 
4Z. f Jijjubiers. 
4j. ^f Ic^umineuf. 

44. 8 FiitacbJers. 
4y . 1 1 Ticimales, 

45, 1 Anoiie. 

47< 12 Ghatcncrs. 
4??, 2 Tjllculs. 

45. x Ccranions. 
51- y Capriers. 
ji. 4S Crucifeies. 
J 5. 9 Pavocs. 

f4. J 3 Ciftes. 

15.4 Renonculcs. 

y^. 1 1 Arons. 

y7. S Pins. 



8^ ClAS3£. 



En PanicuU. 



f. f Foujerc. 
6' Palmicrs, 
7* i? Gramenj/ 
8- 10 Liliafew. 
5. 8 Jcnjaiibrcs, 

10. 2 Orchis* 

1 1. I Aiiftoloche. 
li. I E!eJgnus. 
1}. 1 Oiagre. 
14* I Miue. 

i?. I Oaibcllifcrc- 
^^. 8 Compofecs. 
li» I Chcvfefcuill 
11* I Aircic, 
2.'?- 7 Verveiic5. 

i^. y Jafaieus. 
}i- 4 Pourpicrs. 
35.5 Joubaibes, 
H- } Aifincs. 

Jy- ^ Blirons. 

3^. I Jalap. 

57- 7 Amatantes. 
^8, I Erpargoutc. 
J?. 4 PcrCketcs. 

+ 

40. J Garoii. 
41-5 Roficrs. 
4-« 3 JiJJubiccs. 



! 



29^ S/fteme. /7fi2/-j .* /cz^r^ ^Vij/Z/e/. 



•t 



1^'^Classe. 

Planres fans 
fUurs* 

3, BifTus. 

3., Champignons. 

3.- Pucus. 

a^ Ceasse. 

rl 
* - - 

FUurs ijul nonl 
pas d'icailUs 
dejfous. 

a|. Ipatiqucs, 



y, Foujeres. 
7. PI. Gran-n*as. 
S. Q, Liliallts, 

II. PLAtiflolochcs. 
1 1. PI. EleJgiiUs* 

15. Onagres. 

H, P. Mirtcs. 

ij.Q, OmbcUifer. 

jy, Campanu!es. 

18. Brioncs. 

1 9. Aparincs. 
ii.q. Chevrefeui!J. 
22, Qy. Airclcs. 
XJ. Apocins, 

14, Bcurac2)t$« 



27. Q, FcLfouccs. _, 

iS. Solaiuins. 

31. Salikeies. 
J2, Q. PourpJcts, 

35. Qj Joubatbes. 

34. Aifincs- 
3<f. 2 Jalaps, 

37. Q. Amaranus. 
38 Pi, Efpafgomcs. 

40. Q^ Gafou. 

41. Q. Pujfirrs. 

42. Q, Jujubiers. 

43- Q^ Lrgumiacuf, 



J.J. ly EJffumliieunp 
4^- 8 Piftacbieis. 
4y. 6 Tivinialcs, 
4^. I Anone. 

47- 3 Chaceriers. 
4'i. 5 Tilleuls. 

4^^' 1 Geraaion. 
yj. 3 Pavots. 

;4- 7 Cifles. 

y i . ff Rcnoneules* 

J^. I Arou. 



4 

9^ Classe. 

F 

En Grape^ 

iz. 3 Eleagnus- 

1 3. I Oaagre. 

14. I Mirtc. 

r3. I Brionc* 
2^, 2 Aparincs. 
11. 2 Airclcs. 
2£j. I Vecveuc* 

29. X Jafincii- 
31. J Salikere. 
3^, I Jalap. 
37. I Ajnaiantc- 
44. I Pirtachicr. 

4S t Anonc- 

48. I Tillcul- 
y I, I Caprict. 

54. y Cilks* 



44, Piflachicrs. 
41?. Pi. AnoDcs. 
49. Q. G'-canions- 
yo. Pl. Maavcs. 
y I. Q. C^pricrs- 
yi. PI, Ctuciferes. 



y J . Q. Pavots. 
y4. Q. Cilles. 
yy.Q^. Renonculcs- 

y5. Arons. 

y Classe* 

Hears qui ont * 

icaitU fotis 

chdcune. 

4* Palmicts- 



PREFACE. 



I 



7, ^elk. GramcHS. 

"8 Plup. LiHafccs. 
9. Jesijanbres. 
10. Orcliis. 
J 1. Q. Eleagnu5. 

J4* Fl. Ombellifcrcs 
itf. Pi. Compoiecs. 
15. Qu. Apacines. 
ic, Scabieufes, 
21, PI, Cheviefcuill 
21. Pi, Aireles. 
i>.Pl. Labiecs- 
if>- Vervenes. 
27. PJ. Pcrfonees- 
i^« Fl. Jafmeiis. 



59, 

57 

4 

4^ 
4^ 



PI. Anagallis. 
PI. Pouipies- 
PL Joubarbes, 
liiitons* 
1 Jalaj-s. 
PL Arr.arantes, 
Q^ Erpargautes- 
Pcrhkeics. 
PL Garou. 
P. Roficrs. 
PL Jujabiers. 
PL Lfjumineuf. 

PL Tiiinu!e&. 
Q. Anones, 

Ciiateiiers. 



48. P. Tilleuls; 
4y. PL Geranions* 
fo.Q. Mftiivcs. 

PL Capriers. 

z Crucifeies. 

Fl. Favors. 

PL Cifles, 

PL Rcnoncules-- 



S4 

57 



ij.Q. AriAoIochesj 

14. Q^. Mirtcs. 
4y. Q.TiiimaleSfc 
57. Q. Pins. 



PL Fias, 



46 Classe. 



Fleurs ^ui out 2 
ccailles fous'dUs* 

m 

S. Q. Llliafecs, 



5« Classe; ' 

Fleurs qui ont % 
QU plus dUcail^, 
les fous elUs^ 



r 



If. Q. Lahiccu 



30e Syftcme- Scxe iis Plantes. 



} 



On induit trop fowvent en erreur les Botanlfles , fur-tout 
les commanfans , loriqu on leur dit que nombre de Plantes ^ 
teles que le Mufa , la plupart des Genres de la Famille des 
Jujublers ^ &c. ont des fleurs males melees avec des femelles. 
Toutes leurs fleurs font Ermatrodites ; mais une partie avor- 
te, etio'ce par les autres qui en abforbent les fucs , & ces 
Plantes n'ont pas plus de fleurs males que les Abricotlers ,' 
les Pechers , & tant d'autres Arbres qui laiflent tombet toutes 
celes qu'ils ne peuvent nourir. 

On doit regarder come fleurs males celes qui ont quelkes 
parties du fexe malculin , teles que les^anteres ou les filets 
des Etamines ; come fcmelles celes qui ont quelkes parties* 
du fexe feminin , teles que VOvere , le Stil ou Stigmate ; 
tome Ermafrodites celes qui ont quelkes portions de ces 2 
parties ; come neutres celes qui n'ont abfolumant que la Co- 
role oul_ . 
ou femlnins. 

Nous ne coneflbns aucunes fteurs neutres que dan« l^s 
Plantes qui n'cnt pas dc fexe , teles que quelkes BilTus & 
quelkes Champignons. 



rs 



aparance 



qu 



meles 5 peuvent etre ftcrlles; 8c il ne faut pas confondre les 
fleurs ft^riles avec les neutres. Une fleur ftcrile doit avoir 
au molns une des deux parties fexueles , foit male , foit 
femelle , & peut les poflcder toutes 2 enfemble , au Ue« 
que la fleur neutre ne peut & ne dolt avoli: ni toutes 2 ^ 
ni "une des 2» 

Lorfque les fleurs Erma&odites font fertiles , on ne Lent 

r iy 



r 



cclxi^ PREFACE 

done pas d^autte nom qu'Ermafrodites {Implement ;&IoH^ 
qu'cles avortent , eles ne peuveht prendre pour ccla d'au- 
tre nom qtie celui ^ Ermafrodius ueriles ; un home n en 
eft pas moins home , une femme n'en eft pas moins yxnt 
femme pour etre fterilei il en eft de memc du fexe de5 
Plantes , tout en cela n'eft qu'analojie. 

D'apr^s ces diverfes reflexions , j'ai cru qu'on pouvoit 
faire une diftinftion du fexe toute nouvele & plus exa»^e 

-^,« 1» \\ '^-1 . _^f_ 11 _ • __ o_ ^- ' 



jetadx , en le divifant en 3 
%^ en uniftx^s ; 3** ^tz ^i/^ 



'f^ 



ifexes ou neutres font les vejetaux qu 




partie fexuele , fenfible , ou qui fe reproduifent ou fe multi- 

plient par caieux ou boutures fans aucune fecondation ni 

eneration , come font quelkes Vers , le Polipe & quelkes 
i/Tus. 

2^ Les untfexcs font ceux dont chake individu eft ou 
male feulemant , ou femelle feulemant. 

^Parmi eux, il i en a qui produifent feuls & toujours par 
generation fans le concours dun autre individu , foit qu'ils 
foient vivipares ,,foit qu'ils foient ovipares ; teles font les 
Konkes parmi les cokillajes ; tcl eft quelquefois le Polipe , 
lel le Puceron parmi les infe£les ; tels la pliipart des Biflus 
& des Champignons : on pent les apeler Monoikes avec 
M* Linnseus , ou mleux encore Afrodhes , come qui diroit 
;^nimaux femelles , parce qu'en efFet 11 femble n'exifter dan» 
leur cfpece que le fexe feminln. 

, D'autres ne peuvent produire ieuls fans le concours d'un 
a^ individu de fexe diferent ; tels font la plupart des ani- 
tnaux parfalts , come les Quadrupedes , les PolJlons , le$ 
Amphibies , la plupart des Infe£ies , &nombre de Plantes: 
on peut avec M. Linnaeus les ape]er Dioikes. 
' 3 Les bifexes raffemblent le fexe matculin & le feminifl 
fiir le meme individu. 

On apele Ermafrodites ceux dont les 1 fexes font reunis 
4ans une meme envelope , & peuvent fe feconder reci- 
proquement; tels font la plupart des vejctaux. On n'a pas 
encore vu d'ammaux qui puiffent porter ce nom. Les Lari'^'' 
fins , par exemple , quoiqu lis reuniflent les a fexes dans 
une ouverture comune , ne peuvent feafeconder eux-memc5> 
& font une efpece partlculiere d'Ermafrodites. 

Ceux qui portent les 2 fexes fur le meme individu , ni^^' 



f^pares Tun 



me envelope parncu* 



PREFACE. 



cclxv 



r --. 



liere , s'apelent Androgtmcs , on n en a encore vu que dan^ 
les Plantes, 

Parmi les Ennafrodi 
v^nt Tun <!es 2 fexcs ilcrile: quclquefois aulTi Ton voit des 
Ermafrodites meles 



Androgun 



ayec des males & des femelles parmi 
apele ces derniers Ubridcs & Polu^ 



games. 



/ 



De cete didin^lon naifTcnt les 7 ClalTes fuivantes; 



1*'^ Classi. 

Plan us fans fexc 
ou n€Utr<s. 

I. PL Biffuf. 
i.Qu. Cbampinons. 
3, Q. Fucus. 

2c ClASSE. 

VrAfcxes^ afrodl- 
us ou monoi' 



57. Q. Amarames. 

41. (i; Roiiers. 
44 Q. PiiUchicrs. 

45' Q^Titinialcs. 

46, Q. Aiioiics. 

47. Q. Chatericis. ' 
4S. Q- Tillculs. 
54. Q, Ciftcs- 
\6, Q. Atons. 

^7. Q. l'ins._ 
J 8. Q; Moulfes. 

4* Classe. 



kfs , ou fcurs 
fcmeles fans Bifxes ^ermafro- 
mdlts* ditcs , fcrtiUs, 



I.Q. BilTus. 

X. P. Champignons. 

J, Pi. fucus. 

3e ClASSE. 

Unifcxes Dioikcs 

oufleurs males 
feparecs des ft'- 
mcles fur des 
pus difcrcns^ 

3- Quelk. Fucus. 

4. Q. Epacikcs. 
y-Q^iclk. Foujercs. 

tf. QucL Palmicrs. 

5. Q. Llliafees. 

ji. Q- Elcagnus. 
18* Q^ Btioncs. 
xj, Q. Jafmcns, 
}i. Q. Pourpiers, 
5^ Q. BlilOJU. 



%, Q. foujffics. 

7, Q^ Gr-^nicns. 

8, Q^ Liluitcs. 
5. Jcnjaiibics. 

Jo- OrchiS. 

J I, Ai:illolochcs- 

si. Q. Ilsa^uus. 

14. MirtcS. 

I^.n. Ombellifercs, 

ic. Pi, Cctnpolees. 
J 7. Campanules, 
18. Q. bfioiics. 
ij^. Aparines. 

xo. PI. Scabieufcs. 
li. Chcvrcfcuillcs. 

XI. Airclcs. 
%l, Apocins. 
>4. Bourachcs. 

i^# Vcrvencs. 

*7» P«rfoaetf«. 



iS, Solanons. 

to 

Jo. Anagallis. 
31. SahkJics. 
Ji. Ci; Pourpiers. 

35. ri. Joubaibcs. 
54. Fl. AIluiC5. 

3 f- Q- Blitons. 
jA, Jalaps, 

57. Q. Annararircs. 
jS". Efpargotitcs- 
3i3'Qj PcrlJketcs. 
4a. Oarou. 
4?. Q,. RuficTS. 
4'. Q. Jujubicrs. 
4^. Q^ LeguiTiineiif. 
44. CX- Piftachicrs. 
4i . <^. Tiiimalcs* 
4^i Q^ Ai^o^K'S. . 
4"?. Q^ Ciiatir.tfrs. 
48. Ci.. TillcuU- 
49- Gcranions, 

5I, C.Tpii^rs 

55. Pavo:*:. 
54, Q. CiTtcs. 

5;-Q. Rcnoi.cules. 
5^* Q^. Aroas. 

^c Clas5E. 

Plantes bifexes , 
ermafrodites j 



10, Q. 

51- Q. 

41, Q. 

45' Q 

44. 0.- 

4g. Q; 

51. Q.. 



Scabicofes-' 
Poutpicti- 

R I irons. 

JujAbicrs- 

Lcgumincut 

Piiiacbici*. 
Chatcncis. 

Tillculs. 
Crucifcfci. 



6* Classe. 

Pifexes , ^rm^* 
frodltes , </ont 
/<f5 fliriUs font 
fur d€S pies di^ 

prens des feri 
tiles. 

ic/Ql, CompoCcs. 
zo. Q. Scabicufcs. 
15.0.' Labiccs. 
} J . Q, Joubacbcu 
54. Q. AHincs. 
4.. Q. Jujubicrs; 
4W Q. t-^guniiucuf. 

4V- Q- PiiUchicrs.^ 
47 Q. Chatencis. 

4R.Ci. Tillculs. 
SO. Q: Mauvct. 
54. Q^Ciftcs. 

y- ClASSE. 

S'lfxcs androgi^' 
res , c. a d,y 



pleurs 



unesfon tjlcriks pparies 
furlemcmepie. fentcUs fur 



males 
det 



if.Qu. Ombcllifcr 
x^,Q. CompoCe*. 



meme ptc 

j.Q-Fucw 



cclxv] 



PREFACE. 



4* Q. Epatikcs. 
J* Quclk. Foujercs 

7- Q- Grame*i5» 
8. Qu, Liliafees. 



II. Q.' Eleagnus. 

iS. <i; lUioncs. 

jr- Q^- Bliions. 
J7- Q. Amaranccs. 



41- Q. Roficrs. 
4y. Q. Ticimales. 
47. Q^ Charenrrs, 
54' Q- Ciftes. 



p 

jy. Q,. Renonculcs 
jf^". Q. Arons. 



J 

31= Sylleme. Calice.jSa Situation a Vizard de I'ovtre. 



'S: 






a aiiffi dont le Calice fe metamorfofc peu-a-peu en feuilles 
<le la Plante , & recJproquemant il i en a dont les feuilles de 
la Plante fe mctamorfofent en Calice ; c'eft ce qui fe vort 
lenfiblemant dans quelkes Genres de la FamlUe d^s Renon- 



De 



J/hpu 



:ieme que la nature n'a point fixe de limites entre 
les Feuilles & le Calice de certalnes Phntes , de meme 
auffi , ele n'en a pas fixe entre le Calice & la Corole. Ce 
cu'on a prls jufqu'ici pour la Corole dans les Palmjers , les 



iliafecs , quelkes Arlftoloches , les OrcWs 



rou,- les Perfikeres 

la natlirn nr>nc t Ii 



les 



&c. (emble Tindiquer. Neanmoins 



s 



ueftion 



<iificile,par lafituatlon des Etammes , qui feiile fuht pour 
prouver que ccs pretendues Coroles ne font que de vrais 
Cahces ; car , en general , nous voions que dans les Plantes 
oui ont une Corole , les Etamines font opofees aux feuilles 
du Calice : or c'eH ce qu'on remarque dans toutcs les Fa- 
milies citees ci-dcfTus , & on ne conoit pas de Plante par- 
faite, dont la Corole fafiepartie de I'Overe ; mals an con- 
traire beaucoup de Calices qui font dans ce cas , & c'eft 
fur cela que le Ligtu nous fournjt une preuve complete; car 
cete Liliafce porte fur I'Overe fa fleur qu'on regarde come 
une Corole , j^arce qu'ele eft coloree d'un beau rouje , & 
fes Etamiiies lont opofees a chaqiie divifion de ce <'alice, 
.- dont les 6 cotes ou nervures prolonjees fur TOvire fubfi^ent, 
& font corps avec lui jufqu'a famaturitd. 

Quoique la fuuition dcs Etamines ne puiiTe fervir de mc.T^e 
de preuve pour les Gramens, parce que leur nombre e* 
irrcralier; on peut^ cependantaiTurcr, par la feule coniiftance 

de la Corole de ces Plantes qu'ele ne dole nullemait etre 
diftinguce du Calice. 



x*'7 Classe. 

Sans Calice. 
a. Bifilis, 



z. ChampJnoni. 
3. 6 Fucus 

4. z Epatikcs. 

1^, 33 Compofcca. 



4^- I Anone. 

47- I Charener. 

J4. I Ciftc. 

J J, 7 Rcnoncul^ 



jtf. ^ Arons* 
58, MouflcSr 



t 



P R E F A C E. 



a*^ Classe. 

j4 Calice autour 



f . Foujercs, 
ۥ Palmicrs, 
7. Gramtns. 
?. Q. Liliaftes. 
12* Q. Aiiclcs. 
15- Apocins, 
3.4. Bouraches* 
IS- Labiccs, 
itf. Vcrvencs. 
' 27. Perfonccs* 
i3. Solanons* 
19. Q.. Jafmcns* 

30. Anagallis. 
51. Salikercs. 

31. Q. Pourpiers, 
35. Q.. Joubatbcs. 

34* Q. Alfincs, 
JS- Q.. Blitous. 
)(• Jalap. 

J7* Q- Atnarantcs 

38. Efpargoutcs. 

35- Qc Pcifikcres 
40. Garou, 

4t-Q. Rofiers. 
41- Jujubicts. 



pr^c^ 



t^^ Classe. 

Plantts fans 
Voyez au Syftcme 



tfcnt. 



2! Classe, 

Calict TtguUer , 

monofute ^ ci- 
lindrike 



4 j. Ljgumincufcs. 

44. Q, Piftachiers. 
4y. Qu. Titimalcs. 

46. Q. Anones. 

47. Q_. Chatencrs. 

48. Tilleuls. 

45. Geranious, 
JO. Q; Mauvcs. 
yi. Capriers. 

yr. Crucifercs. 
J J. Pavos. 

14. Q. Ciflcs. 

yy. Q^ Rcnonculcs. 

y^. Q. Arons. 

yj.Q-Pias. 

3^ Classe. 

Calice fur Vovlrc* 

8. Qclk. Li!ian5«. 

^- Jenjanbccs. 

10. Orchis* 

11. Ariftoloches. 
11. Q^ Elcagnus, 
1 J- Oaagies. 

14. Micccs. 

1$. Q. Ombellifcr.^ 

16. CL. Compofccs. . 

17. Can^panalcs. 



18, C^. Bnoncs. 

19. Apatincs. 
ao. Q. Scibiculcs. 
2K. Clicvccrcuillcs 
It. Q. Aiiclcs. 
31. Q. fourpicts. 

4e Classe. 



Calice loin de Vo- 
vire fur U mc' 
me pie\ 



ۥ Q. Palmicrs- 

7. Q. Gramcns. 
1 1. Q. Eleagiuj5. 

If. Q^. Ombtllifcf- 
iS. Q, Brionc?. 
20. Q. Scabicufcs. 
19. Q. Jafmcns. 
32.. Q. Pojrpicrs. 
3 J. Q. Blitons- 
37»Ci. Araaranus. 
3 9' Q; Pcffikercs. 
41. Q. Roficis. 
4f. Qu. Titimalcs. 
47. Q^. Chatentis. 

f4. Q; Ciitcs. ■ 

yj. Q: Rcuoncules. 



JHT 
XV l) 

yf. Q; Aronj*' 

j7- Q. Pini. 



5* Classe. 

Calice loin de To^ 
vere fur des 
pies diferensm 

y. Q; loujctcs. 
tf. Q. Palmieti. 

la. Q; Eleagnus, 
18. Q. Btioncs. 
icQ-Scabitufcs. 
15. Q. Jafmcns. 
31. Q. Pourpicrs. 
35. Q. Joubatbcs. 
34. Q. Alfincs. 
3y. Q_, Blitoni. 
37. Q^. Amaranrcj, 

15- Q; Pcrfikcrcj. 
41. Q,. Rollers. 
44* Q: Piftachicrs. 
45. Q^, Ticimalcs, 
4.^. Q, Anones. 
47. Q, ChatJncrS- 
yo. Q,. M^uvcs. 
5 4- Q. Cilles. 
y(5. Q^. AroQS. 

57. Qj Piiis* 



32* Syfleme. C^^/i^t ; fa figure. 



4- 7 Epatikct. 
7.2 Gtamens, 



8. iSIiliafees. 

5- y Jcnjanbrcs- 
I J- 4 Onagrci. 
15. 5 Apocins. 
zy. 1 5 Labiccs. 

18. J Solanon. 

19. X Jafmcns. 
}C. 1 An3^al!is. 
3 I. 7Sahkcrcs. 
31. y Pourpicrs. 
34. 16 Alfincs. 
y6, 3 Jalaps. 

4». *^ Carou. 

4). 18 L^gumincuf* 

4{* I Ticimale. 



3^ Classe. 

Cal'ice re fuller , 
monofulU en 
cloche cu gre- 

lot sfirique. 

3- J Fucus. 
4. 1 Epatikcs^ 

y. 14 Foujercs. 
8. x) Liliafcc;. 
18. Brfoncs. 

11. Aitclci. 

3.3. ifApocinf. 

24> Bourachcs. 



18. 
40. 

4'- 
4T- 

57- 



9 SoUnons. 
15 Jafmcns. 
ly Anagallis. 
2 Salikcrcs* 
30 Pourpicrs* 
3 AlUncs. 

9 Garou. 

8 Roficrs. 
1 1 jujubicrs. 
to IcgunnincuC 

14 Titimalcs. 

1 Pins. 



^ cclrviij 



P R E F A C E 



' ^ 4«Classe. 

Calice regulier 
'monofullc 
pucoupc ou 
etoiU* 



9 

en 
en 



f. Tj Li!iafcffs. 

I I . Atilloloches. 

It. Elcagnus. 

I J, 11 Onagres. 

I.-. Mirtes. 

15, Oiiibellifert's. 

iC^ If Compofees 

17. Campanulas. 

Ic. Apariues. 

io- tf Scabieufes. 

XI. ChevtcfcuilL 

34- li Alflnes. 
3^. Blicons. 

jS. Efpargoutcs. 

■J 5* Peifikeies. 



4^- 
45- 

44' 

47- 
4«. 

49. 

JO. 

'54- 
S6. 



17 Rofiets. 
i^ Jujubiers. 

1 1 Lcgumineuf* 
15 Ptitachiers. 
i z. Anones* 



1 - 



9 Chareners. 

f Tillculs. 

Gcranions. 
, Mauvcs, 

5 Capricrs* 
. 17 Cirtcs. 

, ) Aions. 

5^ Classx. 



Cdllce reguVur 
polufulU* 

6, Paliiitcrs. 

7. ^o GtaniJiM. 
%. zx Lilialecs* 



f. 9 Jcnjanbrcs. 

I^. 74 Compolccs, 
Joubaibes, 
I Jalap. 

Amaramcs. 

J7 Piftachicrs. 
14 Ticimales. 
i« Chareaers. 



n 

57 
44 

4r 



47- 

48, ji Tillculs* 

5 Capriers. 

Crucifercs. 

Pavots. 



f4 



f f Ciftej. 

14 Rcneuculcs. 
5^. II Atons. 
57. 8 Pins. 



6" C^LASSE. 

Calice irreguHer , 

monofullc. 

S. 1 Liliafces* 



zy. 14 Labices. 
ztf. Veivenes. 
Z7, PcrfonecJ* 
J I, I Captier. 
j<?- I Aron. 



7= Classe. 



/" 



I 

C^/ir^ irripilUr , 
polufule-m 

t. I tiliafee. 



10. 

4f- 

5^ 



1 Jcnjanbrcs. 

Orchis- 

1 Titimalcs. 

5 Caprices. 

X Rcnoacujcj 



3 J* Syfleme* Calice i fen nomire. 

J'apele dii nom de Godet , ces doubles Calices qin lont 

que celui qui eft fous Tovt^rc 



^lojgnes Tun de Tautre, tela 
des Scabieufes ou du Jalap , 



&c. 



2^^ Classe, 

Plantes fans 
Calice^ 

VoyezIejifSyftcme. 

2e Classe. 

A I Calice. 



^ 4. Q, Epatikw. 

J* Foujercs, 

^* Palmicrs. 

7. Craincns. 

S. PL Liliafccs. 

5. Jcnjanbrcs. 
Jo. Ojchis 
n- Arillolochcs» 



1 5, Onagrcs, 

1^. Mtrtei. 

If, OmbelUfcrcs. 

J(?. Pl.ConipofeeS 

17. Campanules. 

18. Brioiies. 

10- FL Scabieufes. 
ClievrefeuiL 

PL Aircles, 

Apociiis. 

Boacaciics. 

Labiec*. 
X6, Vcrvenes. 
17. Pcrfonccs- 
28. Solauous. 



II. 



31 
34 



PL Poiirpiers. 

ioubacbttc. 
Allincs. 

BUcous. 



jfi. PL Jalaps. ■ 

J7. Araaiaatci. 



38. Efpargoutes. 

39. PL Perfikeccs. 

40. PL Garou, 

41. PL Roficfs. 
41. Jujubiers. 

4}. Lcgamiueures. 
44. Pil^acbicis. 

4^. Ticimalcs. 
4^. PL Aiiincs- 

47, Chatclicrs. 
48.TillcuIs. 
49. Gcrauions. 
50. 

5^ 



Capriers. 

Crucifftcs* 

Pavots. 

P. Ciftes. 

P. RcDonculcS. 

PL Aroas. 

PL Pins. 



j8. Q. Moulfcs. 



y Classi. 

J 2 Callca , ^i* 

/^j divlfionsfor^ 

^«£ /^ culture 
jdit douhUr. 

la.d.EleagniJS. 

10, Q, Scabit^fo* 

11. Q. AiteUs. 

ly. Q: Jafmeiis. 
51. Q. PourpicrJ. 

i6. I I^Sap. 

35.Q^PcnIRerc*. 
40. Q,- G«^^' 



\ 



\ 




PREFACE. ccbdJx 

4T. Q. Ro(icrs. 45. i Gctanion. 54. Q. Ciflrs. 5^. Q- Atoos 

4S', J Anone. jo. Pl-Maavcs- 55. Q. Renoficulcs, ^7. Q. Pin«. 

34^ Sjfteme. Calico; nomhrc de fes fcutlks ou iivifions^ 

-f - 

Yaillant a introduit en Botanllce fur la maniere de diflin- 

guer les CalicesMonofules d'avec les Polufules ,2 erreurs 

u'il eft bien etonant , qui aient ete revues & adoptees come 

es Axiomes. La i^^ confifte a avancer que dans toutcs hs 

fiiurs completes , lorfque le Calice eft de plufteurs pieces , 

Id fleur ep. auj/i de plufieiirs piiccs 5* reciproqucment : Or it 

ine fufira de citer les Legumincufes , notT\bre de Titimales ^ 
les Mauves , &c- qui ont leur Calice d'une feule piece , 

quoique leur Corole foit Polupetale. J'etablirois au contraire 
le principe fuivant , qui eft que lorfque la Corole' eft Mc- 
nopetale , le Calice eft toujours Monofiile , quoiqu'il paroifle 
fouvent compofe de plufieurs feuilles ; car les leuilles font 
ad^ierantes entr'elles , & tombent toures enfemble , lorfqu'on 
veut les detacher ; c'eft ce qui fe volt dans les Apocins ^ 
leS Bourachefi, les Labices , les Verv^nes, les Solanons , 
les Perfonees , les Jafmens , les Anagallis , &c. 

Le 2<i Axiome' errone de Valllant etablit que tous les 
Calices cjui perftftent jufqu'a la maturite du fruit , font dune 
feule piece, ou peuvent etre confideres come tels , parce 
. qu'ils tent corps avec le pedicule qui les fuporte , & dont 
lis ne font qu'un prolonjement ; mais ces Calices font tous 
Polufules , parce que leurs feuilles ne tombent pas toutes. 
Enfemble , lorfqu'on veut les arracher , ce qui eft la vraie ■ 
preuve du Calice Polufule , come Tavoit remarque Tourne- 
fort, & la permanence du Calice ne Tetablit pas plus Mo 
fule , que fa caduclce ne I'etablit Polufule dans le B':gnona , 
^ nombre de Legumineufes & de Mauves que perfonne 
n'a nie , pour cete raifon, qu'ik ne fuffent Monofules. 

Au refte, il i a des Families qui , come les Bouraches , 
ont le Calice ft profondement decoupe , quoique Mpno- 
fule , qu*il paroit compolc de plufieurs feuilles ; ]'en ai averti 
a la tete de chaque Famille , quoique je me fois fouvent 
fejvi du terme de Polufule, lorfque le tube de ces Calices 

ji^ctolt pas fenfible. 



Ceft par la meme 



que 



Calices des fleurs pofees furTovere , lorfqu'ils font decoupcs 
jufqu'a I'overe fans former de tube au-deftiis de lui , quoi- 
qu'il foit tres-cei-taln que tous ces Calices font Monofules , 
K>it qu'ils faffent corps avec la oartie inferieure de rorere . 



. i 



ri ^ 



\ 



\ 



cdxx. 



PREFACE 



foit qu'ils en embraffent la f, foit enfin qu'lls renvelopent 

en entier ou qu'ils le furmontent de beaucoup. ' 

J'ai remarque que lorfque les feuilles ou divifions du Ca- 

lice font ea nombre egal aux valves ou batans du fruit, ele* 

leur font cooxunemant opofees come dans les Alfines , les 
Mauves . &c. 



Plantes fans 
Calice. 

,Voycz le ?ie Gileme, 

a^CLASSE. 

Calice monofulle 

ou de I feule 

piece J formant 

un tube. 



4. Q. Epacikes. 
). Foiijcrcs. 

7. Qtielk. Gramcns. 
r Pliip. Liliafccs. 

5, Jcnjaubccs. 
10. Orchis- 

Jl. Arilioloche3. 
ji. Bleagnus. 

13. Onagres, ■ 

14. Mirccs. 

ly. Ombellifercs, 
i^. Q. Compofees. 
ij. Campaauies. 
18. Briones. 
J 9. Aparincs, 
2.0- Pl« ScabicnT'is. 
a I* Chcvrefeuilief. 
ii. PU Aireles. 
a?. Q* Apocins- 
14. PL Bouraches. 
1 y. Labiccs. 
2^. PI. Vervencs, 
i/. PI. Perfoaccs- . 
a8 Sobnons. 
15- Pt. Jafmens. 
|o. Q. Anaga!!i«« 
31. Salikcrcs. 
31. PU Pourjjicrs. 



34. Pi. Alfines. 
}T* Ci; Elitons, 
J<f. PI, Jalaps, 

35. Q. Efpargoures, 
^^. Perfikercs, 

40. P. Garou, 

* 

41. Rollers. 

42. PI. Jujabicrs. 

4J- Pi. Lcgummcuf. 
44. Pi- Pilhchiers. 

4^. Pl.Titimalcs. 
^6 Q, Anoncs- 

4~.Q, Cliaren^rs. 
4^- Q; TitleuU. 
yo. Pi. Mauves. 

J I. Ci- Capriers. 
54. Q. Ct/ics. 
5^. Ci. Arons. 
57- Q. Pins. 

3^ Classe. 

Calice monofulle 

dicoupi fi pro- 

Jondemantquil 

paroit polufule 

ou compofi de 

plufieurs feuil- 
les. 



4, I Epatikei, 

^- Pahniers. 



i6-C2^Cori3pofc«. 
10. Q. Scabicufcs. 

ai. Q- AircIcs. 
ij- PL Apocins. 
14. Q. Bouiaches. 

16, Q. Vervcnes. 

17. Q, Perfonf cs. 
30. Qii. Anagalljs. 

34- PI. Alfiaes. 



5^. PL Efpargoutes. 

40, Q^ Garou. 

41. Q- Jajubicrs. 

^5 Q; Legumineuf. 
4^. PL Anoucs. 
49, Geranions. 
yo. Q, Mauves. 

4^ Classe. 



Calice 



a I 



feullle 



ou icaiUe fans 
former de tube. 

7. Quclk-G'-aTicns. 
If- Q. bliroas. 
41, I Jujubicr. 

4f, Q- Titimilcs- 
47. Q^Chateriers. 
j^. Q- Arous* 

57. Q; Pins. 

5 e Classe. 

Calice i a 
feuilles* 

7-Quelk. Cramcns. 

3f- Q, Blicons. 
40- I GaroTj. 

44- Ct PiAachiers. 
4T- Q." Ticimales. 
47. Q., ChaLcncrs. 
f o. Q^ Mauvcs« 
53. PL Pavots, 

M" Q: Ciftcs. 

J7. Q^ Pins. 



6^ Classs. 

Calice a J 
fcuilUs. 

7*QaeIk. Gramens* 
3;. Q. Joubarbcs. 
3 J. Q;Blicoas. 
44. Q. Pilbchiers* 
4y. Q. Tiunialcs. 
4^. r Anonc, 
47. Q. Chatencrs, 
yo.Q. Mauves. 
yj. PL Pavacs. 

f4. Q. Ciftes. 
f J Q. RgiiohcuIm. 

j7.Ci,Pia5. 

7^ CCASSS. 



feuilUs* 

7. Qjelk. GraminJ- 

8. q. LiJia&s- 

57. Q. Amaranw^ 
40. Q^ Garoti. 
44. q, Piibchic"- 
4c. q. Titimalcs. 
4^:. Q. Anonc^. 

47. Q. Cbacchcfi* 

48. q,Tillei^s- 

f ,.qii. PaV'i«. 

f4.Q,Ciftes- 



^ 



p. Q. Pins* 

8^ Classe. 



P R E F A C E 

9^ ClaSSE- 4J- Q* Tinmaks. 



cclxxj 



13^ Classe. 



Calice a 
feuilles^ 



6 



Calice a 5 
feuilUs* 

%9* Q. Jafmens- 
^3>. P. Joubarbes* 
jf. Q. Blitons. 
j«?. I Jalap, 

■37- PI* Amarantes. 
40. C^. Garou. 

44-PLPiftachiers- 

4J- Q^. Titimalcs* 

4^. Ci- Anones, 

47. Q. Chaceners* 

4S. Q, Tillculs. 
50. Q^ Mauves. 

5 I. Q. Cnpriers* 
T4- P. Ciflcs. 
f r Q. Renoncules 
y<^. Q. Arons. 



1 



8. Q^. Liliafces, 
5 5- Q. Joubarbes- 

57. Q^ Amaranres, 

44. Q^ Piftachiffrs, 

45, Ql Tiiimalcs, 
4^". Qi Anones. 
47, ij. Chatcners^ 

JO. Q. Maiives. 

T5* Q." Pivots. 
^4. Q. Ciftes. 
jj. Ci- Reiioncules. 
y^» QL: Arons. 

57* Q^. Pins, 

io^Classe. 



Calice a 
fmillcs. 



7 



^%. Q. ?ourpicrs< 
^7.0.. Amarantes 



46^. I Anonc. 

47. Q,. Charcners- 

48. Q. Tilleuls, 
j-4. Q. Ciftes. 

lI^CtASSE. 

CaV'cc a 8 
fcu'dhs. 

2^. Q. Jafmens, 
; }- Q. Jo'ibarhc5. 
35, Q. Elitons, 

47. Q,. Titjmalcs. 

4(7. I Anone, 
50. Q.. Mauvcs. 
^4. Q. Ciftes. 
jd, Q. Arons. 
j7. Q. Pics. 

Calice a 9 
fcuillcs* 

4^. 1 Aaonc- 



.Cali 



ice 



a. 



10 



^9 

45 

SO 

f4 



■ fcuilles. 

Q. Jafmcnj* 
Qi Joubarbcs- 
Q. Titinsalcs- 
Q. Mauvcs- 

14^ CtASS? 



CcUce a plus de 

10 feuilUs^ 

35. Qi Joubarb«s» 
yo- Q. Mauv«, 

57* Q; Pifls. 



35^ Syfleme. Dunt on -permanence du Cdice ^ relativement a roverc^ 



i'^^Classe. 

Planus fans 
Calice^ 



3z. 4 Pourpicrs. 
4X.Q. Jujubiers, 
4 J. PI, LegumiacuC. 

3c Classe. 



itf. Q. Compofees.: 

Z9. 1 J^r. SarcocoL 
ji. I PowcTa/irton. 
40. 1 Gar. Tumelaia* 



Voyez Ic SjRcmt 3 1 Calice tomb ant an 



2« Classe. 



C<:/xc 



rtf rom- 



moment de fon 
epanouijfemant 
avant la fieur* 



ianiquenpar- 5 J- ^I. Piyocs. 

4* Classe. 



tie^ c- a d, ^ 

feulemtnt les 
diviJions^S^non 

tout le tube. 
ZL. I I,Icagnu3. 

I$.Q. Onagrcs. 
>S. firiones* 

^7- I VtxLBignonia^ 

*^* 1 S. Siramgniant 



Calice tombant 
avec la flcur ^ 
eu pen apris 
eh , bicn avant 

S.iLiliaftfc^^ 



41. Q. juj'-ihiers, 

44. PL Piftacbiers, ' 

45. J Tit wales. 

4^;. PI. Anones, 

4S.PLTi!leul5, 

50. 3 Mauvcs. 
5-1. PL Capriers, 

51. PI. CtucUeics, 
^5. Q. Pavors. 
y4. Q. Cilics* 

5f. PI- RcPoncLilrt* 
56- 1 hx. Triglochin 

L 

t 

^^Classe. 

Calice rejlant 
dvec Vovlre. 

1 

4. 6 £pari^es. 



y. Foujeres. 

6, Palmicrs, 

7. Gramcns, 

S. PK Lilia(?c4. 
5>, Jcnjanbrcj. 

10. Orchis. 

11. Ariftolochcs. 
Ji. PL Elcagnus, 
15 PL Onagrcs* 
14. Mirrcs, 

K. Omhcllifer«# 
1^. PL CompoGts- 
17- Campanulcfi., 
?^. Aparincs. 

IQ. Scabicufes, 

II. Chevtcreuilles#' 
11, Aitelcs, 
1 ?, Apocins, 
14. Boiirachcs» 
ij. Labifcs. 
X6, Vcrver.cs. 
i7, PL Pcrfonces^ 

zU P. Solaauns, 



'^ 



/ 



\ 



\ 



Cclxxij 



; 



PREFACE 



%9. 

30. 

34. 

3J- 



P1, Jafmens, 
Anagallis. 
Saliketes. 
Pi. Pourpicrs 
Joubarbes. 
AUmes. 

Blirons. 



j-i?. Jalaps. ' 
Amar antes 



37 

59 
40 

4» 
4^ 



Efpargoutcs. 

Pcrfik^res. 

Pi Garou. 

Rcficrs. 
Pi. Jujiibicrs 



45. 

44- 
4y- 

47 
48. 

49- 



1 Leg. Akakla, 
5 Piftachicrs. 
PI.Ticimaies. 
1 Anoncs. 

Chaceriers. 
I Till. Erahle 

Gcranions. 



JO. 

57 



Pi. Mfluvrs.' 
I Cap- Rtfeid* 
J Crucif. Konign 

PL Ciftes, 

Y RcnoDculcs. 

PI. Atons. 
Pins'. 



36^ Syilcme. CoroU ; fa Jituatinn refpefllvemant an Calice^ 



aux Etamines &• a I'Ovcre. 



ae 



Lorfque le Catlce fait panic de I'ov^re , H eft jmpoffiHe 



\aie auauel des deux du Calice ou de 



ue decider par la »...w ^^^..^-.^ .— -^ — — . 

rovere , la Corole eft atachde ; c'eft alors I'analojie qui doit 
nous guider. Puifqu'il n'i a que les Corcles polupetales qui 
foient atachces au Calice , il faut croire que dans toutes 
les Families oh le Calice devient fruit , la Corole eft ata- 
cHee fur le Calice , lorfqu'ele eft Polupetale , come dans 
ks Mirtes , les Ombelliferes , les Onagres , les Rofiers , Ccc. 
& qu'au contraire ele eft atachce fur Tov^re , Torfqu ele eit 
Monopetale , come dans les Jenjanbres , les Compolees , les 
Campanules , les Briones , les Chevrefeuilles & les Aireles. 
Ccpendam cele des Pourpiers qui paroit Monopetale , e 
fenfiblemant atachee aux parois de Calice dans le Manem . 
YOpuntia , &c. ce qui joint a la fituation des Etamines, 
«n opofition avec fes divifions doit faire penfer que ces LO- 
roles ne font pas de vraies Monopdtales , mais q^*^'^',,, 
raprochent des Polupetales , teles que celes de la tanui 



des Alfmes. 



leCtASSE. 

Sans Cor ok. 

X. BifTus. 

i» Champignons. 

3, Fucus. 
^, Ipatikes. 

J. FOUJCTCS- 

4, Pahiaicrs. 
,-«, Gramcns. 

X. Liliar6es. 

5, 3 Jenjanbres, 

10. Orchis, 

a I. Ariflolochcs. 

Ji.£!c3gnus- 



r 

30. X Aiiagallis* 
31.1 Saiiketcs. 
J I. 7 Pourpieis. 

3 J. Blitons. 
^7.11 Amaramcs. 

38- 4 I'pargoutcs. 
fcrlikeics* 
Garou. 



57 
S3, 



I Cruciferc. 
9 CKtcs, 
Arons: 

Pins. 
MouiTct. 



40- 
4I' 

4V 
44 
4? 
4^ 
•47 
48 
J' 



a* Classe 



4 Roficrs- 

3 Jujubicrs, 

1 Lfgumincuf. 

5 PiftJchicrs. 
xoTiiimalcs. 
I Anonc. 
CbaceacES. 

4 Tiltculs. 

i Capricr. 



A Corole autour 
de rovcrf U 

touchanu 



IX. Q. Airclcs. 

15. Apocins, 
15. Jafmens. 
jo. Anagallis. 



,1. Q- Pourp>:r«* 

f Classy- 

dc rovers [''' 
it toucUr , «« 

par I diski- 

labiccs. 



4 



»f 



z^. Ve^ven... ^,^ 



17 



rer: 



\ 



T R E F "A C E. 



%7' VtxConku 

tS> Solanons. 



3?- 

34 
35 

37 



Q. Pourpiers, 

Q. Joubarbes. 
Q. Alfines, 

Q. Elicons. 
Q^ Jalaps* 

Q- Amarantes. 
58. Q; Erpargoutes- 
41. Qii. Jujubicrs, 
45. Q- Lcgumineufes 
44» Pi/tachicrs. 
4^, Q. Ticimales. 
4^' Q. Aaones. 
4S, Q. Tillculs. 
4^. Q. Geranions, 
J I. Capriers- 
5 1. Crucifercs. -. 



4^ Classe. 

-^ Carole autour 



cclxxii} 



f^ 



jr. Salikere^ 

h toucher, en ^,^ qu. jajubiets. 
itantfeparec par ^j. q, L^guminct 
Us Etamines^ ^ 

6* Classe. 



Calice^ loindc i^.Q. J^nnefln 

' 4j. Q. TitimaleJ 
- 54. Q^. Ciftes. 
jf, Q; Renoncules^ 



/a 1 
ovcre 



8' Classe. 



la. Q; Aircles. 
Q. Pourpiers. 
Q- Joubarbcs. 

Ci; Gertanions. 
Pavors- 



32 

35 
49 



3^ 



loroUfar I'ovirt 

^. Qu.Jcnjanbres. 



A Corak loin dt ' 

Vovtre^fur dei 
pies difcrensm 



ex. Ciftes. 
Q. Renonculey 

r 

5,^ Classe* 



7^ Classe'. 



A Corole 



le mime pie. 



loin 

fur 



A 



■i T 



37"= Syftenie, 



fur U 18- Q.Briones 

Corole ; fa figure* 



1%. 

41, 

44. 
45- 

f4- 



Q; Brioncs. 
Q. JaCmcns. 

Hftachiers. 
Q. Tiiimalcs^ 
{X. Mauvcf. 



\j3l figure de la Corole peut ^tre confideree; i* come 
rcguliere en cloche ^ en entonoir , en rofe , en foucoupe ; 
a^ come Irreguliere en gueule > en entonoir, &c. 

Elle cfttournee dans le fens comraire au mouvemant^diurne 
du Soleil darts la Pediculaire ; au lieu que dans les Apoclns, 
fes divifions font tourndes , & dans le Convolvulus ^ Ion tube eu 
tortille dans le fens meme de cc mouvemant* 



<■ 



1^^^ Classe. 

Sans Corole* 

4 

Voycz le Syfteme 
prec6dcnc. 

L 

le Classe, 

Corole regulicre 
en cilindre oil 
en entonoir^ 

lb 

1^- 5 5 CompofceS. 
z8. ) Bciones. 

ij* Xf Aparincs. 

21. 8 ChevrcfcuilU 
21- I? Airelcs- 
il. ij Apocins. 



18. 

JO. 

43- 
45- 



ay Vcrvencs* 

4 Solanons. 

i^ Jafmens* 

4 Anagallis* 
j Joubatbey, 

3 Jalaps. 

1 Lcgumineufes 

i Tuimale* 



3« Classe» 

Corole rigulierea 
• 1 pitale en clo^ 
the ou en f r<- 
" lot s fir ike. 



ii 



17. ^ Campanulcs. 
i8, IX Briones, 
&x. 5 Ancles. 



24. Id BouracheSk 

a^. } Vcrvenes, 

32, If Pourpicrs. 

4*" Classe. 

Rcguliere i pitali 
en foucoupem 

J 74 I Campanula. 

ai. 8 Chcvtefeuill* 

50. 1 1 Auagallis. 
IC» I Jalap. 

M 

5* Classe. 

Reguliere i Petale 
en itoiU*_^ 



If. 8 AparlncjJ 

6^ ClasseJ 

ReguHcre Polu^ 



] 



pitale^ 

) Jcnjanbrcss 
Onagres. 

Mines. 
Satiketcs. 
15 Pourpjers.' 
$ Joubarbcs* 

34. Alfines. 

57- 4 Avnaramcs. 

41* ip koCers. 
4i* 2< Tfijubicrsr 

43. y Lcgumineufes; 

44. 4^ Piftacbicts^ 

i 



9- 

M 
3!' 






P R E F A C E. 



\ 



H^. x^ Titimales. 
^^S IX Anones. 
^S, ?7Till€Uls* 

jj. It Pivots. 

if* 64 Oilt S. 

j[* ix Rcnonculcs, 



f "^ 



a« Classe. 



i ■ 

a*= Classe. 

^ - 

ijrf 1 /ez/tV CoroUn 



15. Onagrcs* 
"^4. Mines. 
35. Ombellifercs. 
a^. PL Compoffjcs. 
37. Campanules* 

18, Brioiies. 

ao, Scabieufes. 
%i» ChcyrcfcuilL 



y 



7« Classe. 



CoroU 

i Pctale ci^ 



irreguUerc 



lindrik 



€. 



5. ff Jenjanbres. 

16". 7y Compofees, 
17. 1 Campanules* 

10. 8 Scabieufes. 

11. II Chevrefeuill. 

I 

38e Syfleme. d 



17 



21. Pi. Aire!es.- 
Fl. Apocins, 

Bouraches* 
Labiees. 

Vervenes. 

Pcrfonees. 
x3. Solanons. 

29. PL Jafmcns. 

30. Anagallis. 

31. Salikeres. 
3i. PI, Pourpiers. 
J 3. Joubarbcs, 

34, PL Alfiaes. 
36"* Jalaps. 

3 7. Q. Amarantcs. 

35. PL Efpargouccs. 
41. PL Rofiers. 

4?. PL Jujubicrs. 
43. PL -Leguminciif. 



X^m Labiees. 
%jm 4^ Pctfonecs, 
z8, I Solanon. 
45* 4 Ticimales. 

8*= Classe, 

IrriguUtre 1 Pe- 
/j/e £/z cloche^ 

■ * * 

zo. 1 Scabieufes. 
17, 1 7 Pecfonccs. 



; fon nomhrc 

PL Pifiachicfs. 
PL Ticimales, 

PL Anones. 

PLTilleuIs. 

Gsranions. 

Mauves. 

PL Capriers. 

PL Crdciferes. 
Pavocs. 
PL Cilks. 
PL Renoncules. 

3^ Classe. 



9* Classe. 

Corolc irrigulkre 
^ PolupctaU* 

i^. Ombelliferes. 

45. loi Lcgumineuf. 
4?. f Gcranions. 
51, 4 Capriers. 

53. 5 Payors. 
jy. J Rcnonculcs. 



44- 

4^ 
4eJ. 

48. 

49- 
50. 

T5- 



ture fait </»?«- 
bUr. 

11. 7 Airclcs. 
13. ^ Apocins. 
25. 2 Jafmcns. 
32. ^ Poarpiea. 
4j. I Tidmalc. 
4^. 8 Anones. 
4S. I TiUcuL 



T4 



^ 2. Corolcs Qu a U 



X Capriers. 
PL Crucifeccs* 

\ Pavoii. 
Q. Ciftcs. 



fies (i 



difpo 



r n 



"^(f Syfteme. Corol 



rangf, 

ou que la ciil- 



fcs div'ifii 



fis PitaUs ou 



it 



J- 

Dans toutes les Plantes ou Tov^re eft fepare du Calke ^ 
t* a d, ou le Calice ne fait aucunement partie de Tovere, 
la Corole n*efl jamais Monopetale , mais Polupetale , Ion-- 
xju'ele eft atachee au Calice , & alors le Calice efttoujours 
MonoTule , c. a d., d'une feule piece. La Famille des Sah- 
keres , cele des Perfikeres , des Rofiers , des Jujubiers , &^* 
en font la preuve. 

^ La pofition de la Corole monopetale de certains Genres 
de la Famille des Pourpiers fur les parois du Calice joince 
a la fituation des Etamines , en opofition \ fes divifions , 
doit faire foupfoner ^ come nous Tavons dit ci-deiTus, p^^* 

(Cckxij 5 que ces Cordes ne font pas des vraies Monop^' 



\ 



i 



/ 



PREFACE. 



cclixv 



tales , mais qu'eles fe raprochent des Polupctales , teles que 
celes de la Famille d^s Alfines, 



i^'Classe. 

Planus fans 



' 2.*^ ClASSE. 
) 

Cor oh monophc^ 

U formant I 

tube* 



5. Pi. Jenjanbres. 
16% Pl. CoQipofces* 
17. CaropanuUs- 
«8. Brioncs. 
»^. Pi. Aparincs. 

20. Scabicufcs, 
a.1. P» ChcvrctcuilU 

ii. rl. Aircle*. 

3.4. Bouraches, 
i^, Labiees, 
ifj". Vcrvencs* 
27. Perfonees. 
Sl8. Solanon5« 

30^ PL AnagalHs, 
31. PI. Pompiers. 
S?. Q. Joubacbcs. 

5 4- J Alimc. 
5^- 3alap. 

*^if- i Lcgumincofes;* 

3« Cl-ASSE. 

CoroU monopetaU 
df Coupee Ji prO' 

fonJcmantqu^c 
le paroit polu^ 

pitaU. 



19* I Apaririff. 
ii. X ChcvrcfcuiU. 



2i,j2 Auelcs* 

4eCLASSI, 

J 

Corole qui a Va-^ 
parcnce mono^ 
pitaU y mal 



qui ne I'ejlpas* 

45. 4 Tidmales, 
50. Mauvcs. 

5eCLASSE. 

A I feuU Pitalc^ 
ne formanipas 

i tuhe^ 



45 



I Anagallis^ 
1 legumineure 
\ Capricr. 
I Rcaoncule. 

6^ Classe. 

A % Pitalcs* 



II • Qj'Onagrcs. 

y^. I Pavor. 

5 J, I Renoiicule. 

7^ Class£» 

9. Qa. Jcnjanbres. 
H. Q. Onagrcs« 
i4.Qv>. Mirtcs. 

3 5-0; Joubarbes. 
34. 1 Al/Iiies. 
41. 1 Jiijubier* 

45- J Legumincufcs 
44. 4 PilUclJcts, 

4;* 2 Ticimalcs- 



4^. 2 Anoncff. 

f5. I Pavor- 
f4- 4 Ciiles, 

i 

8^ Classe. 

^ 4 Petala. ' 

I J, Quelk- Oaagrcw 
J4. Q. iMirres, 

5/. PI Salikercs. 
31. Q. Pourpicrs. 
55, Q. Joubaibcs. 
J14. 5 Aljtnes. 
57, J Amarante, 
41. X Rofiers. 
41. 5 Jujv^biers. 
4j. PI, Lefi^umlneUf*, 
44. 14 Piftachicrs. 
4f- Q. Tirimales. 
43. y TiHeuls. 
49* 2 Ccranions. 
yi. 7 Cjpriers. 
yz. PI, Crucifcres. 
yj. J 2 PavoK. 

■9'Cl.ASSE. 

L 

A s P^taUs. 



\ 



13. K. Onagrcs. 

14. K» Mirtes, 



If- Pl.OmbcIiifer. 

11. 2 Airelcs. 

51. PL SaUkcres. 
32. K. Pourpievs 
5). K. Jn'ibaibes. 
H PL Altincs- * 
J7. 3 Ama^antcJ, 
3S. PL ■Efp^rgoutcs. 
41* PL P.odcrs. 
41. PL Jujubicrs/ 
4}. PL Lfgumincuf. 
4A. PL Pjllacbicrs, 
45, K. Tiiimaks- 
46". z Anones* 
48, I J Tillculs, 



49. PL Geranioni. 
yo. PL,Mauvcs. 

y I. 5 Capriers# 
y4. 41. Clftcs, 
jy* 10 Rcnonculci* 

10^ Classe. 



>tf 6 PitaUs^ 



13. 

14. 

42- 

4^« 
48, 
yo. 

55- 



Q. Onagrcs* 

Q. Mirtes, 

I OmbeJIiferc' 
PLsalikeres^ 
Q^ Joubarbes. 
1 AHlnc. 
I Jujubier, 
} Pifbchicrs. 
% Titimales* 

7 Anones. 
TilleuL 

Mauve. 

Caprier. 
% Pavots. 
4 Cirtes. 

7 Rcnoncukn 



1 

I 
I 



11^ Classe. 

A 7 Petaks, 

^ r 

t^, K^ Onagres.j 

14. K- ^<ircc•s, 

t^}, K. Jujubiers. 
54. I Miinc* 
ya. 1 Mjuvc^ ^ 
yy. 4 Kcaoncalc9^ 



tr 



la*^ Classe. 
^ 8 Pf/^/c^y.* 



^?. IC. Joubatbcs. 
34* I A\Cmic* 
41. I Roller. ^ 

y, A Ticimalcs; 
yj. 2 Pavocs. 



\ 



7 



<:clxxvj 



P n £ F A C E, 



V4- 5 Ciftes. 4^, T Anonc. 

55-4 Rcnoncules- fj* i Pavoc, 

yj. J Rcnonculej. 



ij'Classe. 

ji 9 'Petalcs^ 

pi. I Alfiac, 



rj. K, Onagfes. 



35. K, Joubatbcs, 
34. I Al/ine. 
4?. 1 Tillsul. 

I5^ClAS5E. 



Pitahs-^ 



33 
5J- 



K. JoubarbcsJ 
I Ticimalc. 
i A nones. 

1 Cifte. 

1 -Hcnoncules* 



40c Syftemc. Durie de la CoroU. 



a'^^ Classe. 

Sans Corole. 

Voyezle j^^Syflcaie. 
"a^CLASSE. 

'C-oroU qui tomhe 
aujfi'tot qude 

•^epanouiu 

'5 uV\. Capriers. 
^3. Pi. Pavots. 
^5* K. Rcnoncules. 

3e Classe. 

CoraU qui tomhe 
long- 1 ems apris 
's'ctreipanouic^ 



14, Mirres. 

1 J, Oinbeilifcres, 

1^. Coinpofees 

19, Q^ Aparincs. 

20. Scabicufes. 
Chevrcfeuilles. 
Q. Airelcs. 
Apocins. 
Bourachcs, 
Lahices. 
Vcrvenes. 

17, Perfontcs. 
iS. Solanon?. 

ip- Jafmcns, 
30, PI. Anagalli*-. 

3 u PI. Salikcres. 
S2r> K. Poiupicrs. 
3 ^. K, Joubarbcs. 
34. Aldiics. 



II. 

2i, 

24, 

if- 

^6. 



4U PI. Ro^crr. 

41. PI. Jujubicrs 

44' ri. Piflachicrs. 
4?* K. Ticimalcs. 
45". FL Anoiics. 
4''-t>L Tilleuls. 
49* Geranious. 
■-5o, M.uvcs* 

52- 



/ 

.4^Class5:-. 

Corp/e qui rep & 
acompagne l^ 

fruit fans torn". 

btr^ 



K, Capr c s. 

PL Crucitctcs. 
PI. Cidcs. 



J4. 

yy. PI. Rcaoiicules. 




3<>. Jjlap. 



■ 5. i^ Jenjanbrcf. 

17. Campanulcs. 

jS. Bfiones. 
i^, PI. Aparines. 

»2- Pi. Airclcs. 
-51. PI. PourpierJ, 
?J. PL Joiibarbcs* 
37- K. Amai-^ntes. 
yZ- PL Efpargoucrt. 
4i- PL lcj;umineuf. 
J 4. K. CiUiS. 



' J 



4i« Sjfteinc. Etamirrcs ; lc4ir fituatior.. 

I 

' La fituation des Etamines eft fort rariee dans tontcs les 
Plantes a Calice Polufuk regaller, dlftina de rovcre&^ans 
Corole , ou le nombre des Etamines eft 6gat a celui des 
feuilles du Calice ; eles font opofees a fes feuilles fans Icur 
ctre atad'hees come dans les Blltons & les ChateasfS,.^" 
bien eles leurfont atacKees come dans les Palmiers & q^ei^^ 
liiJiafees. 

Lorfqu'eles font atachces au Calke & en nombre cgal ^ 
fes^divifions, eles font quelkefois opofees a ces divifions; 
maispourrordinaire, eles font alternes avec eles , du mo'*"* 
dans les Plantes , dont le Calice eft fepare de I'ov^re , co; 
im font les Salikcres & guelques Jujubicrs. Si le Calice tait 

corps avec lovere , eles font opoftes \ fes divifions , comC 



pM 



/ 



PRE F A C E. 



CCiXSCVft' 



/ 



clans les Arlflojoches , la plupart desEleagnur, les Onagre^ 

^ les OmbGllIteres. , ■ 

II eft ordinaire que lorfque la Corole Cik Monopetale ^ 
ele port-e les Etainmes;& lorfciii elcs font enaombre egal a 
les divlnons , & en alternative avec eles , eles font opoices 
aux divifions du Calice;" ce qui fait voir que la fituation la 
plus :aature!e aux Etamines eft d'etre opofce aux feuilles da- 
Calice , come cela le voit dans les Campanules , les Apa- 
nnes , les Chevrefemlles , les Aireles ^ les Apocins , les 
Bouraches , la plupart des Perfonees , les Solanons , les- 
Jafmens & les Anagallis; mals ccte regie n'eft ni fi generale 
ni auffi abfofue que Ta dlt M. Lumaeus ( PliiL Bot. p. 57* 
§• 90 ) ; car il i a des Coroles monopetales qui ne portent, 
pas les Etamines ; teles font plufieurs Alreles , i^Akakia, le 
Ivfimcfa 5. ce qui feroit foupfoner que ces Coroles ne font pas. 
Monopetales , ou au moins qu*eles font d'uiie efpece difc-- 
rente des Coroles ordinaircs, 

Lorfqu'on f^^ait qu en gincral fes Coroles monopetales 
portent les Etamines , on dolt etre etone de voir des Polu- 
petales les porter auftii c'efl: ce qui arrive a la plupart de^ 
Alfines , & qui les raproche des Coroles monopetales , fur- 

tout de cclcs des Pourplers qui ont, come eles, les Eta— 
mines ou au moins les plus grandes Etamines opofees aux 

divifiorfs de la Corole. 

En general, les Coroles polupctales qui out un nombre 
egal de feuilles au Calice , de Pctales a la Corole & d'Eta- 
foines , ont toutes ces parties atachces au mcme receptacle; 
les Petales font alternes avec les feuilles du Calice &C avec 
los Etamines, les Etamines font opofces aux feuilles du Ca- 
lice & aux valves ou batans du fruit, lorfqueles font en nom- 
bre egal a eles, comeil arrive dans qudques Alfmes. Alnfl 
files 



.tammes , 



orst- 
Co- 



role , on peut en infcver qu'eles font pofees fur le receptacle 
comun de la (leur; ft au contralre eles (ont alternes avec 
fes valves, c'eft un Indice que ces Planter fejaprochent de. 
la Famille de celes qui ont les Etamines pofees fur le Ca- 
lice, 

De toutes les Plantes conues , il n*i a que la Famlllc dels 
Jenjanbres, cele des Orchis & des Ariftoloches dont on 
pulfTe dire que les Etamines font pofees fur quelques parties 
du Piftil, Toutes les autres Plantes que M. Linnaeus a ra- 



& le Crma r* ont i\%n qui porte cc caradere. 



/A 



/ 



^ 

J 



( 



^ 



cclxxviij 



PR E FA C E 



r^'' CiAssE, 



5* Classe. 



t 



FUntesfjns Eta.' 



min^s. 



I, EiiTug. 

%, champignons, 

J. 6 Fucus. 



Etamims fur It 
riccptdcU^ ton- 
chant rOvere 
& la CoroU. 



fo, Mauves- 
yi. Cruciferes. 

. 9''Cl.ASSE. 



4V* '1 Tuim^tc?, 
51. I Caprier. 

I3eCLASSE. 



fT,^*r,-^ r^ Etaminss fur un 
tLtamincs jar un ^ t - j 



a^CiAssE. 



ii. Q. Aireles. 
55. Pavo s. 

Jj. Renoncules, 

6^ CtASSE. 



Diske ^ tou- 
chantVOvere , 
loin de la Co- 
role &> ^ 
lies. 



Ca- 



Etaminesfans re-- 

ceptacUj c. a d^ ^ , 

fans Calice fur ^^^^^nes fur li 



la Plante ^ loin 
des ovhres^ 



I 

4 
58 



3 Fucus. 
% Epacikcs 

McufTcs. 



receptacle y loin 
de I Ovcre , 

touchanth Ca* 
lice. 



4^* Tilleufs. 
4j?. Geraaions, 
JK z Caprkrs. 

' io^Classe, 



Dlshe^ loin dc 
I'Overe & loin 
de la Co role* 

51,8 Capricrs. 

14^ Classe. 

Etamincs fur le 

Calice , loin de 
I'Overe & de 
la Corole , o]i 
fans Corole* 



Etamincs fur un S. Pi. Liliafee** 



3^ Classe. 



Etamines fans re- 



4 ^Epacjlcc5. 

J 6". 6 Aions. 

7^ Classe. * 



Diske i, tou- 
chant rOvcre 

&UCaHcefans 
CoroU, 



ceptachy c. a d. Eta; 



fur I 



fans Calice , 

touchant VO- 
vtre. 

5'?, 7 Arons. 

4* Classe* 



receptacle^ loin 

de I'Overe . 



J7. 1 1 Amatanres. 
38. 9 Efpargoutes. 

11*^ Ceasse. 



toiichantUCo' Etamincs fur un 



iole. 



3i, Q. Tourpiers. 

33* Qj Joubarbes. 
34. PI. Alfincs. 



Diske , loin de 
VOvere , tou^ 

chant le Calice. 



I 

Examines fur le 
receptacle^ tou- 
chant r Overt 
& U Calice. 



8^ Ceasse- 



44 

4f 

57. 



JO Pirtacliicrs 
Pins. 



y* rl. Foujercs* 
y, Cramens, 
S. Q^Ik- Liliafces 
4-- Chatcncrs, 

\6^ 10 Aroiis, 



Etamincs fur un 
Diske , tou-- 
chant t Overt 

& la CoroU. 



1 2= Classe. 



31, 1 Salikeres. 

32,, } Pompiers. 

39. Pctfikeres. 

40- Garou.t 

41. 6 Rogers, 

4t, 3 Jujubiers. 

43. z Le^umineuf. 

1 5^ Classe. 

Etamines fur l^ 
Calice ,loindt 
r Overt &i02i- 
chant la Co^- 
rolc^ 

F 

31. P. SalikJrcs. 
^z. PI. Pourpicrs.- 
4!. P-. Rohers. 
41, P. Jujjbiurs. 
4j. i>U Leguiniflcur. 



1 



6" Classe 



^'^,!"/r' -C^' '':' Etamines fur Ic 



36-. 

37- 

3S. 



Jalap* 

4 Amaranrey. 

Anoncs« 



Diske y loin de 
I'Overe , /(^i^- 

chant la Caro^ 
le. 

41. PI. Jujubicrs. 
4V 47 PiAachicis, 



chant rOvc^^ 

par le ^as fcu-i 
lement* 



PRE FA CE. 



•cclxxk' 



jy. BUcons. 

Eta mines fur It 
Cilice & fur 
I'Overc enfcra- 
ble. 



/ 



I 

>i. Elcagnus, 

ij, Onagies. 

14. Mirces. 

I J, Oiiibellifcres. 

XI, 1 Chcvrefcuille. 



jz- Q. Pourpicrs. 
41. Q. Rogers. 

i8<-' Classe. 

Etamines fur 
rOvere. 

5. $ Jcnjanbres, 
II, iz Ariftoloches. 

i^c Classe. 

Etamines fur Ic 
pi de VOvcre. 



JO. Orchis. 

1 1' 5 Arillolochw, 

20^ Classe^ 

EtamlntSr ' fur la 

CoroU^ 

5. 10 Jcnj^nbres.' 

16. Compofces. 
ty. Campanules, 
iS. Bfioncs. 
19- Apatines. 
lo. ScabiL-ufes, 



XI. P* Chevtcfcuiai 
XI, PL Airclcs, 
ij. Apocins. 

24. Bouraches* 
1^. Labiecs. 

%6m Vcrvenes. ] 

2.3. Solanons. 
15, Jaftnctis. 
30. Anagallis. 

31! Q. Poiirpicrj^ 

3 3^ Q. Joubarbes* 
34. Q_. Alfincs* 



42e Syftcme. Etamines / Icur figure refpcHivc^ 



I "=^ Classe. 



Planus fans Eta- 



mincs^ 



i> BifTus. 

2. Champignons 

3* tf Fucus. 



a« Classe. 



Etamines dijlinc- 
tes Us uncs its 
autres* 



4. Ipatikes. 

/ y. Foujeres. 
7. Gramcns* 
S. 7t Liliafees. 

^. Jenjanbres. 

10, Otchis, 

11. 1 1 An'flolochcs. 

IX, Elcagnus. 
ij. Onagrcs. 
14. Mictes. 
If. Ombcllifcrcfi, 
ifi". 6 Compofces. 

17. tf Campanulcs* 

18. 1 Briofles. 
I^. Aparincs, 

ao. Scabicufc:*. 



II. Chevrcfeuilles* 
iZ. Airclcs. 

23. z 5 Apocins* 

24. Bouraches. 
I5. Labiees- 

2^. Vecvencs, 
27. Pcrfonces. 

18. > Solauoas." 
1^, Jafinens 

30. Anagalli5» 

51. Salikeccs, 

31. Poufpier. 
3 3 . Jouharbes. 

34* Allines, 
35, BUtons. 
55, Perfikeres.. 

40- Garou. 
4I. Rollers. 

41*^ Jujubiers. 
4?. 21 LcgumincuC 
44. ^(JPiftachicrs- 
4f. II Titimalcs- 
4^ A nones. 
47* ChatCRcrs. 

48. Tillculs. 

52. 48 Crucifcrci. 
j^j. 1^ Pavots. 

54. 6'4 Ciftes. 
yy. Rcnonculcs» 

J 8*. MouiTes. 



3.* Classe* 



jc Classe; 



Etamines riunies Etamines riuniesr 
toutes enfcmblc par Us filets er^ 
par Us filets en plus de 2 corps m: 



un faijceau. 
3. 3PUCUS.- 

4* PaliTiiers. 

t. 2 Liliafces- 

II. 4 Arinolochec*. 

fg. Jalaps, 

37. Amarantcs. 

58. Efpargouccs. 
4 5-1^ Lcgumineuf, 

44. 16 Piftachicis. 

47. ; I Tici males. ■ 
49» Gcranions* 

JO. Mauves. 

J I. Capriers, 

J7. Pins. 

^ 

4^ Classe. 

Etamines riunies 



43. I Lc^uir.inctifcW- 
51.1 Cruciferc* 
54, 7 Ciftes. 

6« Classe; 

Etamines riunies- 
par les antcresr 
feuUmentm 

itf. 122 Compofces.' 

1 7, 3 Campanulcsn 
3 8. 1 5 Bridles. 

2 J. 2 Apocins* 

28. X Solanon* 

J 3*, I Pavor. 

76 Classe; 



* ^^'y^- . ' par le. 

fcmbU, 



filets 6* 



v* 



ij. I Apocia; 



/^ 



^v 



y 



y 



cc!xxi 



PR E F A c e: 



I 



43 e Syfleme. Etamines j leur nomhre. 



V^^ Classe. 

Plantes a \ Eta- 
. mine, 

4. Qn. Epatikes. 
7. Quclk. Gramens. 
^. Q. 3cnjanbres, 

11. Q^ Ekagnus. - 
io X icabieufes. 
3 y, Q^ Blkons. 

47. Q,. Chacetiers. 

J 6^. Q. Arons; 

_j8.Pl,MQulTes. 

A a Etamines. 

7;Quelk. Gramens- 

II. Qi Ariftolochcs. 
3i. <i; Ilcaguus, 

13. Q.Onagrcs. 
20. 3 Scaoieufcs* 

7. Q.. Pcrfenecs. 
a$. Q. Jafmens. 
3 1. Q, Salikeres. 

35. Qj Blitons. 
3^. I Jalap. 

45. Q^ Legumfneuf. 

44. Q. Piflachiers. 

45-. Qii. Ticimales. 

47. Q.Cha:eners. 
51. Q. CapricTs. - 
51. J Crucifere. , 
54- Q. Ciftes. 

5^. Q* Arons. 

3^ Classe. 

^A 3 Etamines. 

7. Q. GramedS. 

84 Qj Liliafecs* 
5. QiK Jcnjanbres 



II. Q^. Eleagnus. 
1 5 Q. Onagrcs. 
i^. Q^ Compofees, 
18. pL Brioncs. « 
x^.Q. Aparincs* 

10. 3 Scabieufes. 

11. 1 Aircle, 

14. I Bourache. 
1^. Q- Jafmens. 
}o. Q. AnagalHs. 
3 J. I Joubarbc. 
54. Q. Alfines. 

5j. Q. Blitons. 
3^; I Jalap* - 

37. Q. Amaranrcs. 

38. Q. Efpargoutes* 
J5. Q. Perfikeres. 

40. Q; Garou. 

41. Q. Jujubiers- 

44. Q.. PilLichicrs. 
4y, Q.. Ticimales, 

47, Q. Chateners, 

45. Q. Tilleuls. 
ji. I Crucifere, 
5 5- Qtu Pavots, 
j6^. Q. Arons. 
57* Q: Pins. 



4* Classe. 



A 4 Etamines^ 

!!♦ Q. Ariftoiochqs. 
i.i- Q.Ele3gnu5, 

13. Q. Onagres. 

i^- Qj Compofecs. 

17. Q. Campanulex. 

^ 8. t Brione. 

19. PI. Aparincs, 

ao. Pi. Scabieufes* 

21- Q^Chevrcfcuill. 

ai« Q.. Aircl^s. 
a?. Q. Apocins. 

a4» Q. Bouraches, 

ly. Labiees. 

Iff. P!. Vervencs, 



29. 
30. 

31- 

41. 

45- 

44- 

47- 
48. 

45- 
T4. 



1 1. Q. Ariftolochei, z;, C^. Pcrfonees^ 



Q. Jafinens. 
Qj Ana^allis. 
Q. Salikeres, 

Q; Pourpicci- 
Q. Jujabicrs. 
Q. Legumineuf. 
Q^ Piflachiers. 
O^ Chateh'cts.'' 
Q. Tilleuls. 
Q; Gcranions. 
Q. Capriers. 
1 Crucifere. 
Q. Pavots. 
Q. Ciftes. 
Q, Arons. 

i 

5^ Classe. 

^ 5 Etamines^ 

^. Q. Jcnjanbres, 
II. Q. Ariftolochcs. 

11, Q^. Elcagnus. 

J^- Q^. Onagres. 
1^. n.OmbelUfer. 
I*". Pi. Compofecs. 

17. Campanulcs. 

18. 1 Briones, 

15- Q. Apai'ines. 

10. 1 Scabieufcs. 

21. Pi Chcvrcfftuill. 

11. Q. Aireles. 

23. Q.Apocins. 

24. PI, Bcurachcs. 

16". Q. Vervenes. 
27. Qj Peifoiices, 
18. Solaoons. 
1?. Q; Jafin?ns: 

30. PI. Anagallis* 

31, Q^. Salikercs* 
31. Q. Pourpiers. 
35. Q. Joubarbcs. 
34- Q^Alfincs- 
3f. Pi. Blirons. " 
16. Pi. Jalaps. 

37. Pi. Amaranrcs. 
}8. Q. Efpargoutes. 

3>. Qc li'crfikercs. 



40. QtJ. Garou* 

41. Q, Rollers^ 
4i. Q,. Jujubiers. 
4J. Q. Legumincuf- 
44.Q^Piftachiers. 
4y. Q. Titimales. 
4^- Q, Anones. 

48. Q.. Tilleuls. 

49. Q. Gcranions. 
%o. Q. Mauves. 
ji, Q. Capriers. 
n- Q- Pavots. 
54,0^. Ciflcs. 

5f, Q. Renonculcs; 

j6. Q. Arons. 

6^ Classe. 
A 6 Etamines. 

6*, ralmicrs. 
7,Quelk. Gramcm* 
8. Q. Liliafccs. 
5, Qtj. JenjanbrcJ. 
U.Q^ Ariaoloch:5* 

ii.Q. Ele^igi^^s- 

17. Q. Campanulcs. 
19. Q.I. Aparines. 
ii,Q,ChcvrefcuiU. 

22. Q. Aireles. 
24. Q^ Bonrachcs. 
3i.Ci.Salikeres. 
,2.Q. PourpicrSp 

34. Q.- Atffnes. 

3^. I Bliton. 

35, Q. Perfikeres. 

44. Q: Piftnchiers • 

^r.Q. TicimalcJ* 

46. Q. Ariones. 

47. Q.. Chatcners. 
ti.Q, Capriers. 

, ji. PI. Crucitetcs. 
j3, Q; Pavots. 
54, Q. Ciftes. 
Jy, Q, Reuoncurc** 

}7. Q; f'ios- 



P R E F 'A C E. 



7^ Classe. 



\ 



A 7 Etamina. 

3 2,Q; Eleagnus. 
2 J. Q. Aparincs. 

33* I Anagallis, 
3 J, I Joubarbe* 
34- Q. Al/Incs. 
35. Q_. BUtons, 

37-Q^ Amarautes. 
3S, Q; Efpargoutes. 

3^. Q: PerJikercs. 
4©, Q^. Garou. 

4J. Q^. Legu^iuaeuC. 
44. Q. Piftachici5, 
47, Q^ Chaccners, 
4S.Q. Tiliculs. 
Jtf. Q, Arons, 

J7- Q- Pius. 

8^ Classe. 

A 8 Eiamincs* 



li' Q. Eleagnus, 
^3. Q. Onagrcs. 
^3< Q. Aparincs. 
11- Q Chevtet'^uill. 
**• Q. Airelcs. 
li' Quelle, Ap^cins. 
5** Q; Salikercs, 
32.. Q. Pourpies, 

3>' Q: Joubarbes, 
34. Q. Alfines- 
IS* Q.. Blicons. 

40* Q, Garou. 
4^' Q Jujubiers, 

43- Q* Legumineuf. 



44. Q. 

47. Q, 

45. Q.. 

49" Q- 

54- Q- 



Fiftachjers, 

Ticimales. 

Cbateners. 

Gcraiiions- 
Capriets. 
Ci[ies. 

Arons- 



9^ Class£. 
j4 9 Et amines 



I T 

40 

43 

4f 



K. Ariftoloches. 
K. Peilikcres. 

K. Legiimineuf. 

K, Tirimalcs- 
47. K: Chaccners* 
y I- K. Capikvs. 
^ 5. K. Pavors, 
J J-. K. Renonculcs* 

y^. K. Atons. 

10^ Classe. 

j4 lO Et amines. 



ir. Q. Chcvtefcuill- 
11- PI. Airelc5- 
)i. Q, S.ilikercs. 
3z. Q. Pourpicrs- 

?4- PI- Aniries. 

57. I Amaraare- 
3^* Q. ETpari^oureS. 

40. Q. Carou. 

41. Q. Roficts. 

4^' Q:' Jujubiers- 



45. PL Icgumincuf, 

44. Ci- PiltachicTS. 
4f. Q. Ticimales- 
4^. CU Anones. 

48.<ir Tilleuls- 
4^. Pi. Geranions. 
50. Q. Maiives. 
yi# Q- Capriers. 
5'4. Qj Ciiies. 
5 j.Q^. Renoncules. 

y^. Q, Arous* 
J 7. Q. Pins. 

11^ Classe. 

>^ II Etamines. 



cclxxxj 

" ly Classe* 

A \^ Etamines ^ 



4T 



, 1 Titimales* 
, 1 Capriers, 
, 1 Keaoncules. 

I a^ Classe. 



i3 
3^ 




au Catice* 



A 1% Etamines. 

II. Q. Ariftoloches, 
ji. Q. Llcagous. 
jS. Q^ Kriones- 
zi. Q.. Chevrefcuill. 

Q^ Apocins. 

Q, SaUkcics- 

Ci- PoLirpiers. 

Q^ Joubarbcs- 
5 7. Q. Blitons. 
41. Pi' jujubiers. 

44. Q.- Pitiachiecs. 
4f, Q. Tirimales- 
47, Q. Cbarencrs. 

45. Q.Tilleuls. 
5 I. Q^Caprias- 

54, Q. Ciflcs, 

y7. Q. Pins. 

€ refpcRif a la C 



Fucus. 



Q* Epatikey. 



3^ 



4. 

5-. Foujcres. 

tt.K. Ariftoloches, 

It. K. Eleagnus. 

14. Mirces. 

Qvt. Aitelcs. 
Q. Paurpiea. 

Q. Joiibarbes* 
I Alfine. ' 
Q. Blitons. 

4(, P. Rogers. 

4t. PL Jujiibiers." 

44- 

4^ 

4<?. Pi. Anotics. 
47, K. Charcners. 
4g. P. Tillcuh, 
49. K. Geranions, 
yo. Pi. Maavcs. 
yi, PL Capriers^ 
jj, PL Pavocs. 
^4. PL Ciilcs. 

^y.PLRenonCttUs* 
^6-. PL Aeons, 

J 7. PL Pins. 



K. Pirtachicrs; 
K. Titivnaks. 



M 



Classe 



Plantes fans Etm\ 



mines ^ 



I . Biffas. 

jZ. ChamplgnonSfc 
3, < Fucus* 




cclxxxi] 



PREFACE. 



qu 



r 

i 



font pas de vraies Monopetales. 

Dans la plupart des fleurs Polupetales , le nombre des 
Etamines furpaiTe de beaucoiip celui des Petales , & meme^ 
fans obferver auciine proportion numerike reTpeftive^ 

Come il i a des Plantes qui n'ont pas de Culice , d*autres 
qui n'ont pas de Corole , d'autres qui ont Tun & Tautre , 
jnais fouvent dificiles a diftinguer ; pour fauver les dificultes , 
je confidere le nombre des ie^llles du Calice & de la Co- 
role enfemble , lorfqu'ele efl Polupetale ; mais lorfqu'ele e|t 
Monopetale , je ne compare que le nombre feul de fes divi- 
fions aux Etamines. 



I^'''^Cl.ASSE. 

S*ins Etamines^ 

z- Champignons, 
3. 6 fucus, 

i 

2.6 ClaSSE. 



Etamines main- 
drcs en nombre 
gneU Calice ou 
la Corole , ou 

tousxenfemllc. 



4. g Epatikes. 

y. 44 Gramens* 

5. 17 Liliafecs. 

9 Jenjaubrcs. 
Orchis, 



5- 
jo. 
Xi. 4EIeagnus. 

31. 



>5- 

JO- 



1 1 Ona;;res. 

Ombellifcccs. 
II Btioncs, 
^ Scabicufes. 
5 Chevrcfeuillcs 
C Airclcs, 
^ Apocins. 
4 BoiiracUcs.. 
i5 Vcrvcucs-^ 
18 Pcrfonccs. 
1 1 Jafmens. 
I Anagallis* 



34. 10 Aliines^ 

jy, I Blicon* 
iC I jAlap. 

57. 14 Amaranrcs* 
j8. 5 Efpargoutes, 
43. 5 Garou. 
41. 4 Rollers. 
41. i4Ju}ubiers. 

43, 3 L^gumineuf. 

44. II Pirtachiers* 
4^, I } Titiirialcs. 
4(5". 1 Anones, 

47. X Chatencr. 

48. 7 Tilleuls. 
4^. ff Geranions* 
50. 4 MauTtjs. 

^ r. J Capricrs, 

ji- Crucifercs. 
f J. 5 Pavocs. 
54. 11 Ciftcs. 
f \, I Rcnoncutc. 
0^ 4 Arons* 
^;. i Pins. 

3« Cx^SSE. 



Etamines i gales 
an nombre du 
Calice ou de la 



Cot oh 



ou de 



tons % enfem* 
ble. 



ji.. J Potirgicrs 



tf. Palmifrs. 
t^ j2 Liliafeei. 



«). ^ Jcnjanbrcs, 

1 J. tf Ariiloloches. 
11. ^Eleagnus. 
154 i f Ouagres. 
14. I Mirce. 

2 6*. Conipor<^cs- 
17, Campanules. 
iS. z Brioncs. 
19. Aparines. 
i<5. 5 ;>c.ibieafes» 
If. i^Chevrcfcuill. 

XI, y Aircks. 
2 J. 10 Apocins. 
14, 18 Rourachcs,' 
1?, f8 Labiccs.. 
2.^. 10 Vctvencs* 
17. J 5 Pcrfonees. 
-S. Solanons, 

Jo. X 5 AnagalUs» 
5u 4SaIikcres- 
Ji. Il Pourpicrs. 

53. ^ Joubacbcs. 

54. 25 Alfines. 

55. 15 Blitons, 
3^, 3 Jalaps. 

37. z Amarantes. 

38. f Efpargouccs* 
5^, 3 Pcrlikcrcs. 

40. 9 Garou. 

41. 6 Rnfiers. 

41. JO Jujubiers. 

43. 56" Lcgumincuf*. 

44. i4Pi[lachiers. 
4f« iiTitimalcs. 

4^. % Anones. 

47, 24 Chaceiicit. 



4S. f Tillculs. 
4^. (f Gccanious^ 
JO. I Mauve. 
^1. 5 Captiecs, 
fj. I Pavoc. 
54. If Ciftcs. 
jy. 5 Renoncuks# 

j5. 6 Arons. 
57- X Pins. 



1 



4c Classe. 

r 

Etamines p^^^ 
nombreufes que 

le Calice ou U 
Corole fcpari- 
manty ou q^^ 
tons % enfcm!?l^^ 



5. 3 Fucus. 

4. 3 Epariqucs. 
y, Foujcies. 

! 7* 18 Giamens- 

5. J Jenjanbres. 

I I. 5 ArifloIochcJ* 
li. 7 Ilcagau*. 
13*1 Onagcc. 
14. iz Mines. 
iu ^ChcvccFeuiii' 
li. 11 Airdes. 
1 J. 3 Labiecs. 
17. ^ Pcrfonccs- 
30. X AnagaUis* 
3l.^SaIikafe5. 
3Xv i;* roui£icr3» 



t 



\ 



PREFACE. 



3^ f Joubarbes. 

34. Ahhics. 

3U 9 BlitoKs, 

39. ^ Perfikercs. 

40. 8 GarolU 

4'- i^ Rollers. 



41" ^ Jujubicrs. 
4J. i4LcgumineuC. 
44- i» Piilachiers. 
4^« i5 Titimalcs, 
46". 10 Anones. 
47,7Chareners. 



cclxxxiij 



48. ir Tilleuls. 

45, 2 Gcrauions. 
JO. zi Mauves. 
5 !• ^ Caprices, 
n- 5 Pavots. 



f ^^4 Renonculrtij 

j^- 11 Arons. 
57, 8 Pins, 
58^ Mouffcs. 



T 

45= Syftcme. Etamines ; leur proportion refpeaive'. 



ere 



Cla 



SSE» 



Plantesfans Eu- 

mines ^ 

1 BitTus. 

J. Champlnons, 
3- 6'Fucus, 

I 

a^ Classe. 

Etamines a~veu^ 
pres e^alcs en- 
tree lies. 



5. 5 Fucus. 
4. Epatikcr, 
5- Foujcrcs. 
^. Palmicr- 



7. Gtamcns. 
8.14 Liliafccs. 
5* Jt^iijanbrcs. 
>o. Orchis, 

II. Ariftolochcs., 
ix. Eleagnus. 

14. Mirtes. 

If. Onibellifcres. 

J 6^. Conipoftes, 

17* Campanules. 
J5. Brioncs. 



15. Aparines. 

10. ScabicLifes. 
Zl. Chcvrercuilles, 
21. 5 Aireles, 
I5. Apocins. 
2.4. Bouraches. 

Z7. 8 PcrfonceSt 
18. Solanons. 
z^, Jafmens. 

30. Aiiajiallis. 

31. 4Sa!ikeres. 

3 1. 1^ Poufpiers, 
53.5 Joubarbcs. 
54. !o AllTncs. 
3f, Bl;tons. 

^6, Jalaps. 

37. Amaranrcs. 

38. Efpar^ouics. 

39. Pcr/ikcrcs- 

41. JujuHcrs. 

4?, 6 LegumincuC 
44. 33 Pillachicrs. 

4y. z8 Ticimales. 
4^, Anoncs. 

47. Chatcners. 

48. Tilleii!!;, 

49. 4Getanions, 

50. 1 4 Alau vcs, 
5" I. Captiers. 
yi. V Crucifctes. 
53. Pavots. 

f4- Cifies. 



34. If Aliloej; 

40. 7 Garou, 

43. 104 Lrgumlneuti 
44- 13 Piiiachicrs. 
45". f Ticimalcs. 

45. 7 Geranlons. 



5;. Rcnoncules. 
56". Arons- 
J7. Piiis. 
yS. Moufles. 

3^ Classe. 

Etamines , dont 

\ font fenfible- 5* ClASSE. 
77ie/?r ^/z/^ /t?;7- 

giies que les au- Etamines ^ dont 

' ^ I de plus 
font fenjible^ 

ment plus lon^ 
gucs que Us aU", 



tres. 

4^. I GeranloH. 
JO. 1 Mauve. 



i^ 



4* Classe. 

Etamines , dont 

\ f^^^ fcnfible- 
ment plus Ion' 
gues que Us an- 
tres. 

8. 55 Liliafccs. 
13. I J Onagri. 

li. 17 Aireles. 
1^, Labiecs. 

i*. Z5 Vcrvencs. 
Z7. 34 Perfonces. 

31. fiSalikercs. 
51. 7 Pourpiers. 
33.1 Joubarbes. 



rr^J", 



i^. 4 Vcrvencs. 

xy, XI Perfonces. 
43- I LegumincufcJ 

L 

6* Classe. 

Etamines , ^/2/ 
/tf^ jfontfenji^ 

bkment plus 

longues que les. 
autres. 

^i. 48 Crucifcrex* 



46^ Syfleme. Anteres ; leur fuuation & difpofiiton. 

On peut confiderer les anteres fous 7 points de vue diffc- 
rensj favoir. 



!• Leur coulcur. 

X Leur nombre fur cliake filer. 

3 le nombre dc Icurs lojes. * 

4 la manicrc doac cks s ttuvicnt^ 



\ 



Couleur. 



Nombre 



>l 



logcs^ 



cclxxxii^ 



P R E F A C E. 



5 
f 

7 



Le nombre dc leurs valves on batans, 
Lcur ficuation & connexion. 
Icur figure. 



r 

Les antcres ^ont jaunes dans le plus grand nombre des Plair- 
tes; il ien a beauconp de blanches , come daris quelkes Qm^- 
belliferes, & quelkes-unesde roiijcs come dans !es Jujubiers , 
les LcaumineuleSy&c. 

C'eft une erreurquede dire que le Brionla ait 5 anteres fur 
3 filets , come de dire que , dans la Famille des Perlonnees qui 
n'a que des amires \z lojes , U i a des filets qui portent 2 an- 
teres , chacune a i lojc , parce ke ces 2 lojes fe trouvent unpea 
ecartees I'une de Tautre, come dans I'Adatoda , le Barliera, le 
Stemodia,Ie Mercurialis,&c. L'eloignemant de leurs lojes ne doit 
I^asles faire regardercomc autant d^anteres diflinftes , lorskeles' 
font corps avec les filets , pas plus que leiir lejere reunion ire 
doit les faire rerardercome unefeule antere, lorskeles ationt 
pas corps avec les filets , come dans les Compofees , & meme 
quand eles feroient corps avec les filets come dans les Campa- 



nu'-^ 



fur fa face anterieure. 



dl 



fur 



que 



ticaonos , 3 dans le Fumaria. 

Parmi ccs anteres il i en a de fteriles on md confornees: 
on^en compte i dans le Kamara , le Citaraixulon , Ic Durauta , 
e jcrofularia, &c. z dans le Zizlfora , le Kemptera 'le Blairla, 
k Sherardia , le Gleditfia , &c. 3 dans le Gratiola & quelkes 
O-eranions; 4 dans le Tiunarin; < dansqiielkesLcc^umlneufo 
&qijelkesGeranions. . ° 

C'efl encore une erreur que de dire que les anteres de la mer^ 
curiale n'ont quQ 1 lo]e , que celes des Orchis en ont 3, & celes 



fin<nil 



fe 



.cyuic u-pea-pres a ce que celes du plus grand nonibre ont 1 
lojes, qu'il i en a 2,& 4 dans le Zannichellia ; 4 dans le Fluvialis ; 
depuis 4 jufqu'a 10 dans Ic Tua , le Taxus & I'EquIfeton ; ^ 
qu il n'l en a que i dans quelques Briones , dans le Caapeba , fe 



Mouffes 

Q 



akuncul 



Maniere - 

<tonc c!c3 beaucoup de variutes. 

I'ouyrciU. 



Le plus grand nombre s'ouvre longitudlnalement 
•e , dans unkns parallele aleur longueur* 

Quelkes-une5 s'ouvrent traaiyerfalement come cck 



•eft4 



> 



y 



/ 



ns. 



-* iP R E F A C E. ccxxxv 

pefea ; & parml celes-ci , il i en a qui ont un couvercle , come 
TAbies , fa plupart des Moufles, 

D'amres s'ouvrentparim feul paneau quife feparedehaut 
en bas ; teles font celesduManglier. 

D'autres , par deux paneaux quifelevent debasen haut; 
come dans la plupart desApocins, le Rombut , leTrilopus, 
I'Epimedion, le Leontopetalon , le Berberis , leLaurus. 

D'autres s'ouvrent*par le fomet , cad. en-defTus , come le 
Rufcus , le Lukoperfikon , la Cafle , le Polugala , le Bukafer, 
le Drakunkulus & quelkes Mouffes. 

D autres par-deflbus , come le Tua , le Taxus & TEquife- 
ton. 

II n'l a point de valves ou batans dans celes qui s'ouvrent Valves a^ 
par en-haut ; eles forment un godet , ou une bourfe plus ou ^^^^'" 

moinsalonjee. 

Il n'i a que i valve dans celes qui s'ouvrent en-defTjus ou avec 
1 paneau ; ^ valves dans celes qui ont 2 paneaux ou qui 
«'ouvrent, foit longitudinalemant , foit tranfverfalemantpar un 

fdlon ; 3 dans le Zannlchellia ; 4 d? 

Sc le Jungermania ; 4 a 5 dans I'Epatika & le Fluvialis. 

Il i a des antercs fans filets , & qni font atachees imme- 
dktemant par leur bafe ou par le cote a quelques-unes des 
parties de la fleur • & de celes qui font portees fur des 
filets , les unes font ' corps avec ces filets, & les autrcs ne 
leur font atachees que tres-Iegeremant. Parmi ces dernieres ^ 
la plupart font portees fur leur extremite inferleure dans 
laquele le filet s'enfonce fouvent tr^s-profondemant , & fe 
foutienent droites ; quelques-unes font atachees par leur fomet 
Come le Colchike ; les autres font atachees par le cote ou 
parle milieu de leur longueur, ce qui fait qu'eles font pen- 
mantes ou coucbees come un balanner en ekilibre. 



le Lunularia , le Marfilea 



Slcuarioo^ 



> 



1^^^ Classe. 

Sans Anurcs. 
_ I . Biffus. 

I. Champignons, 

3. Fucus. 

4, X Epaiikcs. 

ae Classe. 

Anures ou droi- 
tes ^ oufaifant 
corps avec Us 

- fiUts. 

5* Foujercs. 



6. falmicTS, 
S. i Liliafec, 
9. Jcnjanbres* 

10. Orchis. 

!!• Atiftolochcs, 

11. Elcagaus* ^ 

14. Mirres. 

ij. Orabellifercs. 
i6» Compofecs. 
J 7. Campanules. 
18. Briones, 

15. Aparincs. 

zx, ClicvicfcwiU 



13. Apocms. 

24, Bouraches. 
ij. Labices. 
iC. Vcrvcnes, 
27. Pcrfonecs. 
18, Solauons. 



15. 

JO. 

34- 



Q. Jafmens. 
Anagaliis. 
Pi. Alfincs. 
PL BUtons. 
Amaranccs. 



57- 

j8. Efpargouccs- 

40<jP!- Garon. 

44. PL riftachicis. 



4^. Ticimaleg^ 

^^, Anonc?, 

47. PL CbaterlcrsJ 
4^, Q. Til!cu!s. 

Gcranions. 

PL Caprictfi, 

Crucifcccs. 



4?- 
55- 



Pavocs- 
Ciftcs. 
lUnoncuIrt. 
Arons, 

Mouifcs, 



A 



cclxxxvj 

^^ Classe. 

^nteres couchies , 

febalan^ant en 
i^uilibre. 



P R E F A C E: 



h^^ Classb. 

^Plantes fans 
Anurcs 

'3, Biflus. 

a. Champignons* 

3. Fucus. 

i|. 2 Epatikes* 

ae Classe. 

ylnteres sfirikes 

ou ovoidcs 

courus. 

F 

^. 7 Epatikcs. 

^. Foujercs. 
JO. Orchis 
a I. Ariftoloches, 
li. Pi. Elcagims. 

14. Mirccs. 
3y. Ombellifetcs, 
ao. ScabieoCes- 
a^. PL Labiees. 



8. Plup.LiliaKcs, 

xo. Scabieufes. 
XX. Aircles. ' 

x?. PL Jafmcns. 
31. Salikeres. 
?t. Pourpiers. 
?3. Joubacbes^ 



Q. Alfintts, 
Q. Blitoiis. 



34- 

36". Jalaps. 

Pcffikeres* 
Q, Garou. 
Rollers. 



3^ 
40 

41 



4J. LegumineufeS, 

44. Q. Pillachiers. 
4T. Q. Chatericts* 

Mauvesr 



/ 



Jujubicrs. 



5^ 



Q, Capricrs, 



47^ Syfteme. Anthes ; leur figure. 



%i, Sa!ikJrej. 
31. Pourpiers. 
3 J. Joubarbes. 
J4. PLAlilnes. 
3P PL Blirons. 
41. Rollers, 
41. Jujubicrs. 
45. PL Legumineuf. 
4f. Tirimales. 
46". Q. Anones. 
47. Q^ Chacencrs. 
4?. P. Tilleuls. 
Mauves, 

Q. Ciftes. 

Arons. 
Pins. 
P. MoufTcJ. 



IX. 



Jenjanbres. 

Q.. Eleagnus. 
On 3 



^res. 



f4' 



xtf. 



3^ Classe. 



Anteres lon^ues. 

4. 5 Epatikes, 

6. Palmicrs. 

7. Gramens. 

8. Liiiaftcs. 



15. 

ifi. Compofces. 
17- Campanulcs. 
2 8, Erioaes. 
15. Aparines* 
XI. ChevrefeuilL 

XI. PLAirelcs. 
xj. Apocins. 

X4. Bouraches. 
Labiees, 

Vcivenes. 

Peifonees. 
x8. Solanons. 
15. PL Jafmcns. 
30. PL Anagallis, 
54. Q. Altmcs. 

5f. Q. Blicons. 

35. JalapsI 
37. Amarances. 
38- Efpargoutcs. 
3^. Pcriikeces* 
40- Garou. 
4i. Q. L^gumineuf. 
44. Piltachiers. 
4^' PL Aiioiies. 



47 

4^ 
49 

54 



p. CharencrJ* 

Geranions* 
Capriers. 

Ctucifercs. 

Pavots** 
PL Ciftes. 
Renoncules; 
Q. Mouifes. 



4* Classe. 



Antcnsfourchues 
vu a z corms. 



11. 10 kitc\cs>. 
30. I AnagaUis. 



5 



Classe 



Anteres fplrdtu 



ij 



Apocins 



48' Syilame. Poujfieres des Etamlms ; hur figure. 

La pouffiere des antl^res de la plApart des Plantes ape'^'^J 
parraites , joue fur I'eau , cad., ouvre & fend fon decree ou 
envelope d'oti fort avec force ufte matiere filamenteuTe en 
aparance , & fouvent melee de petits grams verdatres. C-ete 
fubftance ne fe mele point a I'eau non plus que la circ , i"^^ '* 
difTout facilemant a I'efprlt de vin ; c'eft ele que les abelHes re- 
cueUIent pouj faire la cire de leurs ralons. La poufTiere de» 
Plantes aoelees I'mparfakes , come cele des Foujeres & ^"^ '^°^ 

cele des AloufTes, ne fe creye pas de meme a I'eau i cele en pa^^ 



\ 



\ 



PREFACE. 



»• 



ccixxxnj 



ticulier du Lukopodion ne fe fond pas a Teau , meme bouiUante; 
Jetee fur la flamme d'une boujie , ele brule come une refme 
pulv^rifce, & paroit tenir de la nature clu foufre , d'ouluieft 
vehu fon nom de foufre vegetal. La poulfiere des etamines da 
Pin eft ^?[tz femblable a cele du Lukopcdion , & c'efl a ele 
<ju'on doit ces pluies de foufre qui tombent dans le voifmaje 



des montagnes "qui font couvertes de ces arbres , & que les 
vents portent fouvent jufqu'a 15 lieues- Ce fcnom^ne, qui 
n*etone que ceux qui en ignorent la caufe auffi fimple , arive 
fouvent a la ville de Bordeaux ^ pendant le mois d'Avril, terns 
4DuIes Pins font en fleur. 



Plantes fans 
poujjieres^ 

\ 

I. Biflas, 

1. PL Champinons, 

J. Fucus. 



5.* Class 



x:* 



TouJJicrcs sfirU 
kes , HJfes. 

!• Q. Champign* 
4- Eparikcs. 
J» Foujercs. 
7* Gramens. 
«• Q.. UliafeeJ- 
9- Jenjanbrcs- 

J7» PL Campanules. 
'^•5 Brioncs. 
15». PL Aparines. 

"ij» I ApociH. 

1^. Q. Vervenes, 
15. PL Jafmens. 
30. PLAuagallis. 
3i, PL Pourpicrs, 
3 J. PLJoubarbcs, 
H« Q* AKihes. 
3f. PL Flkons. 
|9. Pcrfikercs. 
40. Garou. 

45- Q. Lcguniineuf. 

H4' Q,» Piilachicts, 



48. I TilleuL 
Q. Pavors. 
Iverioncules. 
PL Arons. 



f5' 
j8. 



PL Pins. 
3 Mouffcs. 

3e ClASSE. 



PouJJiercs 



ovoi-- 



lljfts. 



S, Palmicrs. 

8- PL LffTafees, 
1 1. Ariftoloches. 
It. Elca'j;na£. 
I}. P. Onagres. 
If. PL Ornbellifercs. 
J 6, Q. CompoCecs, 

iS. Btiones. 
19. P. Aparines. 
10- Scnbieufcs- 
11. PL ChevrcfcuilL 
It. Aitcks- 

13. PU Apocins, 

14. PL Bourachcs. 

15. PL Labiccs, 
17. PL Perfoneei. 

x8, Solaiions. 



^9 

34 
3V' 

3« 



Q. Jafmcn?. 
Q. Anagallis* 
Salikcrcs* 
Q.. Pourpiers. 
Q. Joubatbes* 
PL Alfines. 

Jalaps, 



^ 



Amatantes. 




5S. Efpargoutcs, 
Rofiers. 



4» 
41 
45 

44 

4^ 



Jiijubicrs. 

PL L6guniineuf. 

PL Pillachiers. 

Ticimalea. 

PL AnoneS. 

Chatencrs. 



6^ Classe. 

Poujfieres de % 



s 



lobes reunis* 



A7* 

4S, PLTilleuls. 
PL Geranions. 

Capricrs. 
Cruciferes. 

PLPavots. 

Ciflds. 

Q- Arons. 

P, Mouircs. 



4^ 

53 
T4 



14, X Bouraclic. 

7* Classe; 

PouJJleres parc^ 



«3 

49 



lelipipedes^ 

. I Onagre. 
L Oeianion* 

8^ Classe; 



4^ Classe. 






PouJJieres cllin 
drikes^ 

27. Q. Perfonfcs. 

h 

5e Classe. 



Anguleufes , /'c?^ 
luedrcs oupyrai 
ml dales* 



10. Ordus 
4«, Q; Anones* 



Poujfieres 
drikes 



srlcss au milieu^ 



9^ Classe. 

fVr^/z- Poujficrtssfirikes 

avec pikans ou 



14 
17- 



1 OnibeUifcrc. 
I Boutachs. 
X Pcrrou^e. 



ckagrinees. 
i^. PL Cdmpof£cs«» 

15. t Aparine. 
%^, I Labiee. 

x6. FLVcEYenes; 



I • 



ccIxxxvUj 

^71 1 Pctfonee, 
4^. z Geranions. 
JO. Mauves. 

lOeCtASSE. 

r 

Poujffieres en Y ou 



preface: 



itolUes a 3 
branches* 



ii^Classe. 



ii« Classe, 



ir. I ChevrcfeuIIU 
x6> X Vcrvene* 



En croix ou a 4 En globules aveC 

4 fiUts en pate. 



branches^ 
4S. X TillcuL 



d'araignl 
f 7. I Pin. 



49^ Syfteme. 



fajli 



Dans certalnes Plantei , I'Overe ou le' Piftll n'eft autre 

chofe que la graine , come dans quelkes Rofiers quelkes 
Renoncules , &c. - 

Les Overes de Filipendula & de I'lfora font toumes m 
Spirale du cote opofe au mouvemant diurne du Soleil. 



■fl«"CLASSE. 

Plantes fany 

i 

i.Q. BifTus. 
' f # Q. Liluf^cs qui 

n'onc jamais de 

flcur. 

* 

ae Ci-ASSE. 

'Overe fans fleur , 

r. a d.fans Ca^ 

lice , Carole &* 
Mtamlnes. 



4. Epadkes. 
jS. Q. MoulFcs. 

4* Classe. 



SolanoDS. 
Jafmens. 



Overe 



loin de 



\ 



I 

X. 



3 



BiiTus. 
Champignons, 
.< Fucus. 



3 



^ Classe. 



Overe loin de 
lafleur^fur di^ 
fir ens f lis* 



la fiear fur le 
mime piL 

3 

'3. Q^ Fucus. 
4. Q. Epacikes. 
yS. Q, Mouffes. 

5^ Classe. 

Oyhe dans la 
fleur. 

y, Foujeres. 

^, Palmiers. 
1^7. Granicns- 

8, Qielk. Lillaf^ci. 
Ill, PL Airelcs. 

14. Bourachcs. 

If. Labiecs. 
i(i. Vcrvencs, 



18. 

30. Anagallis. 

31. Salikeres. 

32. Pcurpfcrs. 

)3, Joubarbes, 
J4. Alflncs, 
5 j, Blitoiis. 
jfi"* Jalaps. 

37, Amaranrcs* 

38. Efpargourcs. 
3^* Perliketcs, 

Garoii. 



40 

45 

44 



j7. Pins. 

6*^ Classe.' 

fleur. 

8. z<f LiliatSes. 
5. Jenjanbres. 

10. Orchis. 



Eleaj-nus 



3ujubiers. 

Lcgumineuf, 
Piftachicrs. 



Ticfmalus. 
Anones, 



4T. 

4^- 

47. Chatehers, 

48,TUlcuIs. 

49. Geranious. 

Mauves. 



14. 

17* 



J. Quclk. Fucus. 27, Pcrfoaccs. 



jO, 



Capriers. 
Crucifeics- 
Pavots, 

Renoncules. 
Arons, 



Oiiagtc 

Miues. 

OmbcIIiftfc'* 
Compofees* 

Campanula. 

18. Briones. 
l^. Aparinss. 

10. Scabieufes* 

11. ChevtcfeuiIicJ* 

11. 3 Airelcs- 
31. ifiPourpiw** 
4 1 . Q. Roller*. 



50€ Syflcme. 



Overes j; leur nomhre) 



jCe Syftcme tient lieu de celui qu'oH pour»i^ 






^ ^ 



t 



Pre f^a € E. 



Cclxxxix 



r k nombre des fruits , parcc que Tovere devenant fruit 
par la fuite , le nombre des fruits eft le meme que celui 
dcs overes^ 



l^« Classe* 

Planus qui n^ont 
point a ovires , 
itiais qui deta" 
chcnt des por- 
tions d'eles-me- 
Mis qui en tie- 
nent tieu^ 

t, <^ BiiTus. 

t. Q. Liliafctis qui 
ja'oac jamais de 
fleurs. 

1^ Classe. 

Plantes qui Ont 
un feul overe. 

*• riiip. Palmicrs, 

^. Grameus* 
Z% Liliarecs* 
^* Jcnjanbces. 

'Ov Orchis. 

Ji. Arilloloches. 

^i.Eleagnus. 
>5. Onagres. 
H. Mirccs, 
3 J. Ombcllifcres. 

>?• Campanules* 
*8. Bricnes. 

'5' Aparines. 
lo. Scabicufes. 



I 



It. Chevrefeuillcs. 
11. AireleSi 
i3» Plup. Apocins* 
14. 5> Bouraches* 
Iff* Vervenes* 
iji Perfonees* 
zJ* Solanons, 
JafmeJ^s, 

m 

Anagallis. 
Salik^res. 



^5- 

40. 



PoiirpierSk 
Alfiacs. 
Blitons. 
Jalaps. 
AmaranceSi 

Efpargoutes 
Pedikires* 
Garou. 
1 Ro/iers* 



41. z 

41, jujubicrs. 

4j.Leginnincurei» 

Piftacliiers. 

Titimale^- 



4^' 

4J- 

47. 17 Chaceriers* 

4S. Tilleuls. 
Geranions* 

Mauves* 



49- 
50, 

ji. Caprier*, 

Ji Cruciferes* 
yj. Pavots* 

IX Arons. 



54. 

57- 



3 Pins, 



3 e Classe* 

I 

plantes a % 
overes* 

jfc J F. Palmafilix 
15.9 Apocins, 
14. iBoUfi iCm«/tf» 
J Joubarbe* 



3?- 

4^. 

47- 

57- 



7 Rofiers.' 
I A none. 

> 

I Charener* 
i Renoncuici 

6 Pins. 



4^ ClASSfi. 

Plantes a 3 



overci 



4^. 

47- 



i Foil). Letnmd, 

2, Patniicrs. 
1 Jojbarbe. 

z Ansnfs, 

I Cbacener* 
^ RenonculeSi 

5 e Classe, 



3 5 » 4 Joubatbci^ 
41- 4 Rofiers. 
4^* j Anones, 
47# I Chat^iicr* 
5 J. 3 Renonculcs; 

6e Classed 



Plantes i J 



OvereSm 



41.7 Roficts. 
46". J Anones* 

H- 4 Renonculcs* 
|^» I Aron. 

7* Classe; 

Plantes i ^/z^j; 
^^ 5 overes^ 

uQ. BiiTus. 

2. Champignons; 
I* Fucus. 

4* PL Epacikcn 
5. PL Foujercs, 



Plantes a 4 ^' ^ P^Chamairopsi 



overes» 



4' 
14. 



I Ep. Antokcros^ 

I I Coutaches. 
Labi^eS, 



33. I Joubarbe. 
4i- II Rollers. 
45. II Anoncs. 

i^ Renoncules* 

5 Arons, 



S7 



1 Pin. 



f>/rO* 



5i«Syfteme. Stiles dc Vovhc ; hiir nomhn. 



qu 



flile 5 come dans les Mirtes , les Compofees , les Chevre- 
feuilles, les Aparines , les Aireles, les Jafmens , Its Ana 




ik^res ^ 
plufi 



&c. 



} 



chaq 



/ 



\ 



9CXC 



J 



T^ 



« 



PR E FACE. 




pamcuHer, come dans les Rofiersjies Anones, les Re* 

ncncuies, &c. 

Cependant il i a des Plantes qui ont plufieurs fllles pour 
un feul overe , teles font les Ombelllteres , quelkes Pourpicrs', 
les Alfines , les Blitons , les Perfikeres , qiielkcs Piftachiers , 
&CJ cela indique dans les Ombellifcres 6i les Pillachiers 
-mbnt le fniit a plufieurs lojes , que ces Families aprpchent 
e celes qui^ont plufieurs overes : dautres Plantes au con- 
^raife n'cnt qu'un feul ftile pour plufieurs overes ; teleS font 
les Bpuraches , les Labiccs & les Apocins/ 

II i a encore d'autres Families qui tienent le milieu entre 
celles-ci , & qui ont leur ftile fimple a fon origine , mais 
cnfuite dmfe en autantde branches ou de ftigmates qu'il i a 
de divmons ou de lojes dans I'overe ; de forte qu'on ne pcut 
pas dire precifement fi ce font plufieurs overes dlftinfls , 
ou fi ce n'en efl qu'un feul diviie en plufieurs lojes j tels 
font les Geranions , les xMauvcs & quelkes Cifies. 
- LQi Mes {ont tournes dans un feus contraire au mouvemant 
diunie du foleil , dans le Cucubaliis & le Silene. 

Quant a fa fituation, le ftil ell place au fomet de I'overe dans 
Icpius erand nombre des Plantes : fir \<- chth Jm-Prn^ An fo-- 



origine 



ou bafe ds I'overe dans le Suriana , I'AlchimiUa , I'Ato , 
1 Ikako , rlrtella , Sec. 



ont , il 



PI 



^ / 

rite. 



acoiiipagne le plus fouvent I'overe jiiiqu'ala matu- 
II efl angnleux, fouvent trianguldire dans les Lillafees; & ci- 

cinzve. Oil en forme de foie 3ans les autres. 

11 eft 



'dantes 
tnate p 




^*ClAS5E, 



Plant 



es qui n^ont 



1. EifTiis, 

t. Champignons, 

4* Eparilces. 
^* FoujSrcs. 
II. z Ari2oIochc5» 

X£« I Airelc. 



5 J. PL Pavocs. 
54- QiCifles. 
^^. Qt Arons. 

ac CtASSE. 



\ 



fi 



6, Palmiers, 

7. Qii. Gramcns, 
g, PI. Lilialt-cf. 



9, Jenjanbres. 

10. Orcliisw 

11. PL Anfbotochcs. 
iz* Etcagnas. 

14* Mirres. 

I J. 1 Ombcllifercs. 

16, PLCompofdcs, 

J 7. Canjpanulcs. 
18. Biioucs. 

i^. P. Aparincs, 

zo. Scabicufcs, 



II. Chevrefcuillc^. 

IX, PL Airelcs. 
1$. Apocias. 

14. Bourachcs. 

25-. Labices. 

z5, Vcrvencs. 

17. Perfonecs- 

tS. Solanons^ 
JnfiTicns* 
Aungallis. 






J I. Sahkercs* 




P k E F A'C S, 



\ 



^^» Joubarbes. 
54. Q,. Alfincs* 

5f. Q^. E^Iirons. 
3<f, Jalaps. 

37» Q." Amarantcs. 

jS* Q, Efpargouces. 

40, P, Garou. 

41. PI. Roder?. 
43^' Q.. Jujuhiers, 

44' PI- Piftachiers, 
4r- PI. Tidmalcs. 
4^^- Anoncs. 

4». Qj Tilleuls. 

49. Pi- Gcranious, 
yo. Majves. 

J I. Pi, Capriers. 
ji. Cnicifercs*. 
5 J. Q. P.1VOCS* 
^54- PI. Ciaej. 

5^' PI. Aroiis, 
J7- Pins. 

3eCLASSE. 



19. I Apnrine, 

31: Q. Pourpiers* 

34. Q; Alliucs. 

3f- Q. Bl icons. 

J7. Q^. Amarantcs, 

^5 Q^ Perfikeres. 

41. Q. Rofiers, 
41, Q. Jjjubiers* 

44. Q. Piftachicxs, 

47. Q. Chateneis* 
4S- Q.. Tilieiils. 
4y. Q. Geraoions. 
54. Q.;Cilles, 
j^, Q. Arons* 

4e Classe. 



Planics 



qui 

3 yzi/^j, 



O/JX 



g, ^ Liliifces. 

ii» Q- ArifloIochcS. 
I Airclc. 



li 



Q^ Pouipicrs* 

Q. Alluies. 

Q^BIicons. 

Q. Amarantcs. 

J 8. Q. Efpargoutcs. 
3^, Q^. i^cinketcs. 



3^ 



40* 1 GaroU« 

41* Q. Roficrs, 

r 

41, Q, Jujubicrs, 

44. Q. i^iitachicrs, 

4j. Q;TirimjIes. 

4'/- Q. ChaceHers. 

4^. O, Gcranions, 

p. Q. Capriers* 
54. Q. Cilbs. 

56^-0; Aroiis* 

5^ Classe, 

Plantes a ^Jliles 

31. Q, PQUrpicrs. 
34 Q. Atnnes. 
3 J. Q^|BlicoDS. 
37. Q. Amaiantcs. 
41, Q.. Rollerf. 
41 . Q* Jtijabicrs. 
44. Q, i*iltacf!iers. 

47. Q^. ChatcSeis. 
J r. Q. Capiicrs,. 

f4. Q-Ciflcs. 

jfi", Q. nroiis. 

6^ Classe. 

P lances qui ont 5 

If. t Omb* Ardlia* 



ccxq 

31. Q. Pour|;ie»# 

34. Q. Alfincs. 

35. Q.. Bhtons, 
57. Q. Araarmrcs* 
j8. Q, Elpat^outes 

40. 2 Garou. 

41.0. Rollers. 

41. Q. JujubiersJ 
44. Q. Piftachiers. 
49. 2. Get anions. 
5 I. Q, Capriers* 
J4. Q. Ciltcs. 



\ 



t 

4 



7c Classe* 

Plantcs qui ont 

■ 6ples. 

. ly. K. OmbcI'Jffr* 
}i* K. Poiirpicts. 
^4* K. Ciiles.^ 

8* Classe. 



P lames 



3» 
3? 
54 



Planus a 2 y?/7f5. 

^. Q^. Gramcns, 
»^P1.0mbeUifcrcs. 

*^*Q^ Co»ipofecs* 

5 2e "Syfteme. Svgmates dufilh ou JeTovere; leur ncmlru 

Le Stigmate eft droit & ^levc dans la plupart des Plantes ; 
il fe roule en delTous en cercle dans quelques-unes , come les 
Corapofees ; ou en fpirale de cotb ,^ come dans le Safran j 
ou bienil rampe , tome dansle Nenufar, le Pavot, &c^ 

Lorfqirili en a plufieurs, il ri'eft pas etonant cjuih Ibient 
difpoles fymetrlkemant fur los c5tcs du ftil, come dans la 
plupart des Lillafces , dans le Coton , &c. mais il eft rare de 
le voir place fur le cot^ lorfqu'il eft feul , come dans le Ka- 
mara , I'Oftia , le Petrea , le Lippia , &c j pour I'ordin^re U 
termine I'extremite du ftil. 

II refTemble a un filet conique , ou en foie dans les La- 

biees. 



plus de tjl 



qui ont 
Hcs^ 



Qj Pourpicri* 

I Bill on. 



Auncilindre dans nombred'Aire^es. 

A uii demi-cUindre a d^s la plupart 






m ^ 



/ 



r 



«CXCi] 



PREFACE. 



\ 



A un fillon veIout(i , dans la pklpart des Titlmales. , 

V^\rZ%T^^ """ chapiteau anguleux, dans le Chupaloii; 
1 Airele & la plupart des Apoclns. ^ 

A line sf^re , dans la plupart des Perfon^esSi des Mau- 

A un ^mlsfere dans la popart des Salikbes. 
A un f3eiif , dans le Convolvulus. 
A un Dlske ou orbe , daiis !e Grevia. 
A un parafol , dans le Sarr.icena. 
A une demi-lune , dans Ics Briones. 
A unc lame ou feuillet , dans I'Iris , I'Abies , &c. -, 
A 2 levres dans quelques Perfonnees & Jafmem 
^ A un pmceau ougoupillon , dans la plCipart des Gramens , 

Pave s^^^ ^ "'''"'^'^ ''.'"' ^'^'^"^'^^ > ^°^e Je Nenufar , le« 
-i'avots , le barraccna, &c. 



Sa72S Sugmate. 

3. Fuctis- 

4. Epacikcs. 
5 Foujercs. 

•58. Mouffls.. 

2« ClA5SE. 

'A I Stigmau. 

€. Palmiers. 

7. QljcIJc. Gramens 

'8 Piup. LiHafecs. 

Zc« Occhis. 

If. PJ. Aiiiloloches. 

Eleagnus. 

PL Oaagres. 
Mirccs. 



14. 

-15.1 Ombclfifcres. 

jf?. Q. Cpmpofccs. 
I Brionc. 
7 Aparincj, 
Q. Scabieufcs. 

zi. Pl.Chcvfcreuill. 
»i. ?1« Aiielcs. 



18. 

15, 

14& 



25- Qu. Apocins. 

14- Q; Bouraches. 
z6, PL Vervcncj, 
PL Pcrfoii^cs* 
iS, PL Solanons. 
i?. I L Jafmciis, 

30. PL Aaagaliis. 
Salikercs. 



Q. pQUrpi^rs 
Joubarbcs. 



3i- 

ij. Q; Blicons: 
3^. P- Jalaps. 

37»Qj- AmaraiKcj. 
j8 Q.. Efpargoutcs, 
40* PL Gaiou. 
41. PI.Roficrs. 
4t. Q. Jujabicrs, " 
4^ Lcginninculcs. 
44- M, Pilbchiers- 
4f. Q^ Tiumalcs, 
4^- Anones, 

47- ^h Charencrs. 

48- I'l Tilleuls. 

4?» Q. <^cranioiis. 
Q. Mauvcs- 
PL Capricrs. 

PL Crucifercs, 



JO 



PL Pavor. 
PL Ciftcs. 

RcAoncules* 



J^. PL Arons, 
57. Pins, 

S"* ClA5S£. 

A 2 Sthmaies. 



7. Quelk. Gramens 
13- > Ona^jrc, 

ly. PLOmbclIiferes 
!(?. PL Compofces, 
17. PL CampajiuJes 
i8. I Brionc. 
1^. PL Aparines, 

ai.Q^ Chcvrcfeuill 
ii. Q. Aire!es, 
1^. P. Apocins. 
24. PL Bouraches. 

16^- Q. Vcivenes, 
17. PLPerfonics. 
18- I Solanon. 
19. PL Jafmens* 
?i. Ci; Ppurpiers. 
34- Q- Allincs. 
3 J. Q;EIicoas. 

37- Q* Amarantes. 

3^vQj Perfijccfw, 



40. 1 Garou- 

41. Q» Rolieis- 

41. Q. Jujubiers. 
44. Qc Pi/bchicrs. 
45". Q, Tirimaics. 

47. Q. Chacencis. 

48. Q. TillcuIs. 
y I. Q^ Capriers. 
yi- Q^ Criidfercs, 
13. Q^, Pavocs, 
54. Q. Cirtes. 
yjf, Q. Arons- 

4^ Classe. 

^ 3 Stigmates. 



Q. Grainens. 
Qii. Lilialecs. 
Q- Jci) janbres. 
Q. Aiiftolochct. 
Q^. Canipanuks. 



7* 

2. 

XI. 

18. PL Briones. 



19. 
21 

2.7 

30 

31 



Q. Scabieur«.^ 
Q. Chcvrcfcuill' 

Q. Aireles, 
I Pcrfonecs. 
I Anagallis. 

Q. PuurpictSl 



H-" 



> 



Pre 



J4- Q. Aldncs. 
3^- Q Blicons. 
37- Q; Amatantes. 
3l^«Q. Efpar^ouccs 

39" Q. rcifikercs. 

40. I Garou, 

41. Q. Rod.'is. 

4-- Q. Jojubiers, 
44- Q« Piiiachicrs. 
4f- Oil- Titim^lcs. 
4^* Q; Chateners. 

4^- ri. Gcranions. 
50, Q, Mauvcs* 

5 '• Q. Opriccs- 
f 1. Q, Crucifcres. 
53. Q,. Pavots. 
54- Qc Ciftes. 

j^. Q. Arons. 

5'^ Classe. 

V 

1(4 4 Sti^rnattSm 

— M 

7- 1 Gramea. 



A c E: 



L . 



1 Onagres. 
• I Caaipanule* 



'3 

^7 

i^. I Aparioe. 

2i- 1 Airelci. 

2.?. 1 Apocin, 

14. 3 Boatachcs. 

32.. Q. Pourpieis, 

34. Q, Alfiaes. 

3 f. Q. lilitons, 
37. Qu. Amarantcs^ 

4 I. Q. Roliers*^ 
41- Q. JujubicTS. 
44. Q^ Pidachiers. 

Q Tiiimales. 

Q. Clutencts. 
Q. C.ipriers, 
Q;. Pavoti. 
CL-' CidcsS 



6^ Classe. 

^/ Sti^mates. 



I 



If 

57 

31 

34 
3y 
3^ 



4r 

47 

^4 



5^, Q* Aeons. 



I Ombelliferc. 

I Campanulc. 
I Allele, 
Q. Poiirpicrs, 
Ci.. Alfiaes. 
<i. Bluons. 
1 Jal;ip» 

37. Q^. AniarantcS. 

38. li; EfpargoLitcs 

40. 2 Garou* 

41 , Q. Roliets^. 
41. Q. Jujubiers, 

44. Q.. Piilachiecj, 

45. Q^Titimales. 
47, Q^. Chateaers. 
4S. I Tillcul, 

4y. Q. Geranions, 
JO. Qj Mauvcs, 
51 . Q< Capriets^ 
yj. Q^. Pavocs, 
14. Q.. Ciftes.. 



CCxclI/ 

7^ ClASSFi 

^ 6 Stigmausm. 

^« I Jenjanbrc. 
1 1^ Q. Aiiiloloclxcf* 
17. 1 Campainile* 
51* Q. PoLirpiers, 
4j. Q^. Tirimalcs* 
47. Qj Chatenc^ 
jj. Q. Pavors. 
54, Q. Ciflcs. 

8« Classe* 



A ■ plus de 'i^ 



3^ 

^3 



Stigmates^ 

Q. Pourpicfs. 
I Blicoii. 
Q. Titimalcs* 
PU Mauvcs^. 
Q. Pavocs. 



y4. Q. Ciflcs» 



53 



A ^¥- 



II n'i a prcfque pas de I'lmltes entre la baie du Pcclier, ' 
la Pome , le grain de Raifm ou de Grofeille Adnus ; &c 

fouvent le mome fruit eft d'abord charnu eh baie , & enfuite 
devientune ecorce ou une capfule , come dans quelkes Bno- 
nes , &dans certaines Vervenes. ^ 

La figure du fruit, varie beaucoup , J! eft comunemant sfenke.- 
ou ovo'ide come dans les Briones ; mals ill en a d'ailes , come, 
I'Qrme ; d'anguleux , come le Fabago , kFagonia, &c-; d-en- 
Aes , come le Stjfulea , le C ardifpermon , &c ; d'articules ; 
come lesKoroniles , quelques Reforts , 1 Upekoon > Sec. 

On ne regarde pas come fruit les ecailles ou feudles 
du calice ou le diske , ni aucune. autre partie.de la fleur , mai^ 
feulemant celea de I'overe.. 



t 



i^'^ Classe. 

Plantes fans fruity 
ۥ a d. a grai" 

nes nues^ 



1, Champignons. 
4« I Epacike. 

7. Gramens. 
16- 150 Compofccs 
2^- €0 Labi6es. 
3S. I Efpargouce. 

47t ^ Cbatcucis* 



57. Pins, 

5S. I J MoufTcs. 

ae Classe. 

k 

Plantes a fnih 



ncux ou conacii 
apdi iapfuU ^ 



/'^ 



J . Fouj^rwf 



'"/. 



I 



8. 6i Liliafees. 

5- Ti Jenjjnbres. 
Jo. Orchis. 
jr. 14 Ariftoloches- 
Ii. 10 Eieagnus. 
15.13 Onagrcs. 

I'f . ^o OmbclliFeres. 
1; . Campanules. 

tc. Scabieufes. 
11,7 Cfaevrefsuillcs. 
2r. 10 Airelcs. 
3t;- 13 Apotins, 
24' 15 BoaiaLhes, 
x6, 6 Vervenes. 
i7. J 8 Perlbnees. 
I3. 18 Jafmcns- 

30. Anagallij. 
JT* Sahkeres, 

31. 2? Pourpicrs. 
3?. Joubatbes. 
34. 31 AlSucs* 

3 ?. 19 Blitons, 

36. Jalaps. 

37. Amarantes, 

?S. 1 1 Ifpargoutes. 

3^. !o Perfikercs. 

40. It Garou. 
5f, loRofiers. 

41. le Jujubiers, 
4J. 107 L6gumineur. 
44* 14 PiAachicrs. 
4y» ii Ticimalcs, 
4^» 6 Aiiones. 



47. 7 Cli3tJhciS. 

48. IT tiUciils. 
4 9» li Geraaious. 
yo. 1 1 Mauves, 
J K 1 Capiiers. 
jl. Crucifeics. 

y 3. 14 Pavots, 
54 17 Cillcs. 
yj; Renoncules. 
^6, 15 Arans. 
y8. J Moulfes. 

3'' Classe. 

Fruh d^ahord 
charnu , enfuiu 

fee come um 

icorce apcli 
Brou. 



P R B F A C E. 

- 4^ Classe. 

Fruit charnu ejt 
entier J en bayc 



I 



li. I Eleagnus, 

14. 4 Mitus. 
18. i Biiones. 
!<?. & V'"ervenes, 
i8. 1 Solanon. 

15. 1 Jafnicn. 
40. t GiJrou. 

4t, 3 Jujubiers. 

44- ^ PilUchicrs. 
48. 1 TilleuU 

54. ^ CifKS. 



ou pome, 
5. Fucus. 

4- 10 Epatikcj. 
8. ^ Lilialccs. 
^. 7 Jenjnnbres- 

II' I Anltolochc. 
ii> 6 Eleagnus* 
I J. 11 Onagres. 
14. 7 Mircts. 
ly. 3 Ombclliferes. 
l^. J Compofec* 
it 7. I z BrionfS. 
X5. 16 Aparines. 
II. zo Cheviefeuitl. 
11. 'li Airelcs, 
ij- ^ Apocins. 
14. 7 Bnuraches, 

if. I Labiee, 
2^- 1 1 Vervenes. 

^7' 5 Perfonees. 
28. ^ Solauons. 
2.9» 13 JaTmeus. 
31 6 Pompiers. 

34- I Alfinc. 
3f. 4 "Blicoiis. 

3?. I Perfikere. 
-iC. 2 Garou. 

4»» f Rofiers. 

4*' M Jujiibicrs. 

44- 11 I'iftackien. 



47. tf Titlmale*. 

40. 7 Anoncs. 
47. ^ Chaceneis* 
4R. y Tilleiits. 
49 t Geranions. 
"jb. X Mauve. 
J I. 5 CapriciS* 
yj. 3 Pavocs. 
J4. iS Ciftcs- 

5^* 7 Arons. 

5^ Classe- 

Fruit charnu en 
dedans , & ex- 

tirieurementrc^ 

convert d line 

icorce ou crou-* 
tc ^ ou ojfekty 

oufubjlance 11* 

gaeufe, 

6". Palmiers. 
It. 2 Elcaguus. 
27. I Pcrfonee. 
45' '9 Lcgumineiif* 
JO. I Mauve. 

6' Classe. 



Fruit 



en ojfdet 
Jans chair. 

tf. I Chevrefcuilh 
47- 1 Chacetiets. 



lojcJ. 



ft' 



54* Syfttmc. Fruit ; nomhre de fes lojcs. 

n eft plus efientiel de confiderer le nombre des Idje^ dans 
j'overe , que dans le fruit meme , parce que ce nombre n'eft 
jamais plus grand dans le fruit, que dans I'ovcre; au lien 
que fouvaut il diminue & devient moindre qu'il n'^oit d'a- 
, bord dans fon ^tat d'overe , les graines ou autre caiife fai- 
fant obliterer , efacer & difparoitre quelques lojes ? C'eft 
arnli que dans le Sezame , le Convolvulus , le Stramonioa 
& nombre d'Alfines , les cloifons des lojes fd fcparent dit 
■haut du frliit bien avant fa maturite , & etabliffent par-la 
ime Lomunication entre tuutes les lojes qui n'en font alors 
«pi'une 



Pour s affure 



noinbre naturel des \o\e^s Ae^ chaaue fruJ^ 



/ 



i 



y 



T R E F A C E. 



ccx^orf 



a faut coitper en travers I'ovcre dans fa jeuhefTe; fans ce: 
moien , on ne peut^rlen ftatuer cle certain fur nombre de 
Genres des Chevrefeuilles. Ce n'eft que par ce inolen que 
) ai vu les 3 lojes du Maranta. On retire un autre avantaje. 
de cete oblcrvation, c'efi: que lorfqifon ne trouve pas le- 
fruit d une Plante , on n'en manque au moins que !a fabf- 
tance qui n'efl pas aufii effentiele a conoitre quele nombre 
des lojes & des graincs , & la fituation de ces memes grai- 
nes , toutes chofes gul fe volent comun^mant dans I'overe, 

Lorfqu'ili a plulieurs overes a' i loje dans chaquefleur,' 
chacun de fes "ovcres pout ctre cojifidere come autant de 
lojes fcparees d'un mcme fruit. 



\ 



fiq 



aranjemant 



chofe que les overes qui ne font que clianjer de nom. 

^ La plupart des fruits tharnus, en baie , en pome, ouen 

ecorce , ne souvrent pas; mais tousceux qui font tant foit ^'°"v^^^ 

peu fees , s'ouvrent* 



Fa90r.fi d9f. 



come 



grand nombre des Fkntes. 

D autres par la bafe , come quclques Airelcs , leTriglochin ,. 
&c, 

. i^'autres par des trous ou des panneaux qui s*enlevent fur 
T^f*^*^^' come dans les Oixhis , les Campanules , &c. 
D autres 5 tranfverfalemant en. aEmistercs, comelajuf- 

^am42 , le Plantain , le Pourpier , f Anagallis , PAmarante 

, come plufieurs 
^ot, &c. 



D autres tranfverfalem_ent par articulations 

PfTnmTrl£3n^-ir' «,,^1 /^ ' i"^ __ _ fS _ 



Les fruits en s'ouvrant fe- 
ces apelees Valves ou Batans. 

Kamelli apeloit A for a (P^r. 
en aucune mcuiiere. * 



:n I ou pluiieurs 'pie- 
cenx qui ne s'ouvrent 



Valres ctf 
bacans«. 



Ceux qui s ouvrent a 

1 Valve , font la plupart des Apocms , des Joubarbes , des 

^c. /ir.//nt^//i les apeloit L/nVora^ 



Jvenoncules , tic 



2 Valves 5 foai 

apeloit Bifc 



desPavots, &c 

3 \ alves , font la plupart des Liliafees , quelaues Titimale 
&c. Kamelli les apeloit Vwf.ra. 

le Convohoilus , Ic Sibtorpia , &c.jKameIU 
'a. 

t 

VOttona y le Samolus , &c. Kaiuelli leS 



ft 



fcpeloit Peatafora^ 



f IV 



tcxcvj 



PREFACE. 



\ 



. Cloifons, 



^ 



■ 

6 Valves , font la plupart des Titimales , &c. Kamelliles 

apeloit Exafora. . 

Ceux qui s'ouvent a plus de 6 Valves , font quelques Titi- 
males , quelques Ciftes , &c. 

Les cloifons des certains fruits font placees ou au milieu de 
leurs Valves , i lur chacune , come dans les Liliafces ; ou ^ 
leursbords, Icur adherantes 2 fur chacune, come dans quelques 
Malvacees,quelqiies Ciftes , &c. ce qui raproche ces Flantes de 
celcs qui ont plulieurs overes diftinfts ; ou bien ces cloifons font 
en grand nombre adherantes tranfverfalemant aux Valves, 
come dans la plupart des Legumineufes ; ou bien enfin eles 
font placees entre les Valves fans leur adherer , come dans les 
Campanules , la pjupart des Cruciferes , &c. 



1^*^ Classe. 

Craines nuesfans 
lojes ni fruits 

3, BifTus. 

X p. champignons. 

7- Gramens. 

itf, Compofecs, 
ay» Labiecs. 
%6^ 6 Vcrvencs. 

3|?. I Efpargoutc, 

J 9- i« Pcifikcrcs, 

57. Pins. 

jS. 35 MoufTcs. 

a« CtASSE. 



'fruh 



a z 



loj 



Q. Champirions, 
Fucus. 

P. Epatikcs. 
P« Foujcrcj, 

Palmiecs. 

Orchis. 

Q. Ariftolochcs* 

Eleagnus. 

PI. Onagrci^ 

p. Mirtcs. 

I OmbelUfii:?, 

I Brioncs- 
f Aparincs» 
8 Scabieufcs, 

xi\ ij Cbcvrcfcuill. 



3- 

J- 

10. 

II. 

II- 



zi. ^ Aircles, 

ij. 1^ Apocins. 

14, 8 BoLiraches, 
2-^» 15 Vcrvenes. 
Xy, 14 Pcrfonccs. 
I9- 10 Jafmcns. 
Jo. Anaj^allis. 
31. 3 Salikercs. 
31. 17 Poiirpicrs, 
34, ^€ Alfines. 
3 J. zi Bliioiis. 
3<5. Jalaps. 
37- 11 Amaranr?s. 

38. 10 Erpargouccs. 
3 9-1 Perfikcre, 
40. G^rou. 
4T. 1 Koficrs. 
4i. 13 Jiijubicrs. 

4 J- 5y LeguinincuC 

44. 30 Piflachiers. 
4^. ( Titimales. 
46". I Anonc. 

47. '3 Cbareners. 
43. 3 Ti!lcu!s. 

45. 1 Gcranions. 
50. I Mauve* 
yi. Caprier. 

f I, 3 Crucifercs, 

^4- }8 CiAcs. 
^6, ^ Arons. 

J 8, 1 WouiTc, 



r 



3*= Classh. 



Fruit a % lojes^ 



9. 3 Liliafces. 

13. J Onagics. 

1 4. 1 Mitces, 

ij.Pl.O:3ibclIireres 
17. 4 Campanules. 
X5. 1 ^ Aparincs. 
10. t Scabicufes, 
11-4 ChevrefeuilK 
13. 10 Apocins. 
2.4» i Bouraches. 
t€, 4 Vcrvenes. 
17- 41 Pcrfonccs, 

iS. ySoIanons. 

19- 18 Jafmens. 
5 J» 1 Salikeres. 
3ii ^ Poarpiers. 
3>. I Joubarbc. 
57- 1 Amarance. 
4*^ ;^ Rofiers. 
4t* < Jtijubiers. 
43. II Legaminetif. 
44' 9 Piftachicts. 
4f- 3 Ticimales- 
4^' J Anone. 
47. V Cbatciicts. 
4*. 7Tilleuls. 
fi. 43 CruciGrcs. 
J 5. I Pavot. 
54' y Ciftes, 

5y. 1 Rccdncules, 



jtf. 1 Arous» 

4^ Classe, 



Fruit 



3 /cT/^i"- 



S, Flip. Liliafces. 

5. Jciijanbrcs, 
II- Q. AciiloloGhcs. 

13. 1 Onagrc. ' 

14, I Mitcc. 

17. 5 Campanulei. 

J 8. 5 Bfioncs, 

zo. 2 Scibieufcs. 
H.4ChevrefeLiillcs< 

It. 4 Airclcs. 
*7. 3 rcrfonecS. 
18 I Solanon. 
I5. I Jafmcn. 
31. i Pourpiers. 

33. 1 Joubarbc. 

34. <f AilTncs. 
38. I Ef^'aj-goutc. 
41. 9 Roiiers- 
4^. *; Jujobicrs. 
45- 10 Leg'-iniliKuf. 

44. M Pifi:^chicrs» ' 

4^. If Tliimales. 
4^. 4 Anoncs, 

47. z Cbatcricrs. 

45. £ Tillculs. 

49. 4 Geranionf* 

50. 4 Mauves. 
ji, i CrucifcrcS. 



P R E F A d E. 



55- 



7 Ciftes. 

6" Reaonculcs 
Aion, 



1 



i McuITcs. 



5^ Classe. 



Fruit a 4 /o/Vi". 

5- I Foiijere* 

1 !• I Arirtoloche. 
I J. I Onagres. 

14- 1 Mirte, 

15- 4 Aparmes. 
11. 4ChevrefeuilI. 

ii. 5 Aireles. 
24. iL Bouraches, 
a^. I Vervcne. 
Z7# t Ferfonees. 
2.8, I Sdlancn. 
2.9- i Jafmens. 
3 !• 4 Salikercs, 
31. y Fourpiers, 
3 3*4 Joubatbes. 
3 4-1 Alfine. 
37- 1 Amacancc. 
jS. I Efpargoucc. 

4 J' 3 Rollers. 

U. 4 Jujubicrs. 

♦ 3« i^LegUTnincuf. 
'M' 4 PilUchiers. 



4f- 
46. 

47- 
4S. 

50. 



E 

3 

1 

f 



« 4# 



54- 5 

58* X 



Ticimale. 
I Anoncs. 

Chatcners. 

Tillculs. 
Geranion. 

Mauves. 

Crucifcres. 

CiRes. 

Rcnoncules 
Arons. 

Mouifes- 



6^ Classe. 

Fruit a 5 lojts. 

II, I Arifloloche, 



41. 7 Jujubicrs, 
4J. 21 L^gamincuf. 

44. 7 Fiflachicrs. 
4f. i Tkimales. 
4^. 3 Anoncs, 
47. 1 Chareners. 
45.^ J Tillculs- 

45. 7 Geianions. 
JO. 1 5 Maiivcs. 

;2. I Cruciferc. 

V4. 7 Cifles. 

jf . 4 Renonculcs* 

y(j. 5 Arons. 



ccxcrij 

47, t Cbateticr*» 

48. I Tillcul. 
Jo, 1 Mauvcs^ 
51. J Crucifirc. 

54. 4 Cift;S- 

J ^.4 Rcnoncolcsi 
jS. z Atons, 
jg. X MoulTc. 

8e ClASSE- 

A plus dt 6 lojesi 



I 



'-^ 



7<^ Classe. 



14. 


i Onagrcs. 
I Mirte, 


irz/// a 6 lojes. 


M- 


1 Ombellifer. 




>7- 


I Carr.panule. 


,11. Q. Arirtolochcs, 


V9- 


X Aparinc, 


If, z Onagres- 


21. 


IX Aireles* 


14. 1 Micce* 


14, 


1 Bourachcs. 


17- I Campanulc. 


iS. 


I Solanous. 


iS. 3 Brioaes. 


z^. 


1 Jafmen, 


XI. 1 Aircle. 


?i. 


y Poiirpicrs. 


34, I AlUnc* 


33- 


j-J Joubarbcs. 


45, 14 Lcgiimincuf, 


34- 


4 Aldncs, 


44. 1 Piflachicrs. 


37- 


X Amarancc. 


4J', I Ticimale* 


41. 


7 Rollers. 


46', 3 Anoncs, 



y. I Foujerc^ 
ir,Ct: Arijiolodbcti 

1 5 . I Onagrc. 
14. Q^. Mirtes. 
i^. I Apariae. 
2 1-3 Airclcs, 
5f, I Bliton. 
4 1 . 1 1 RoficfS. 

43, 37 LcgumincuCi 

44, 1 Piftachicrs. ' 

45, 1 Tiumalcs* 
4^, 8 Aooncs, 
YO, 8 Mauvcs. 

55.1 Favor, 
^4. 4 Ciftcs. 

5^, iS Rcoonculcs^^ 
j!7. to Aioas. 



55' Syftcme. Grenes ; leur Jituatlon dans h fruity 

On remarque qiie les graines contienent plus d'huile que 
les autres parties de la Plantc- 

Ce ne font pas les plus grands Arbrcs qui portent les 
plus grofTes graines ;le Arico & le Melon les ont plus grofTes 
que le Platane , le Saule & le Figler. 

En general , les animaux qui vivcnt le plus , font ceux 
qui portent le plus long-tems leurs petits , mais il n*en eft 
pas de meme dans les Arbres. L'Orme vit long-tems , & fa 
graine murit en molns de trois mois , fouvant meme avant 
qu'iUit reprls fes feuilles. 

C'eft faute de favoir que toutes les Plantes n'ont pas des 
grames qu'on a dit depuis HaWey , que tous les etres vi- 
vans naiifent d un oeuf , & que les graines des Plantes ne 

font que des efpeces d'oeufs. La conoiflanco du Police 8c 



i 



\ 



I 



J.^ 



CGXCVllj 



PREFACE. 



I de quelqu'autros anj'maiix analogues , auroit du faire ouvrS- 
les yeux fur uiie femblable erreur, ' 

4 






f. Fotijercs, 
ly, Campatiiifes, 
PLintcs qui nant i*^- -Anagaiiis. 

|i. Salikercs. 
48. Tilleiils. 
45). Gcranions. 
Mauve?. 



potnt de Grcnts 

1. 1 BilTus. 



2*^ Classe. 



jr. Capricis 
54. CiUes. 



tuation pricife^ 

hs unes droitcs Grenes 

elevics Jcs an- 

trcs conchies , 

i^autres pen- 
dantcs en tous 
fens. 



3* Classe. 



It. Aircles. 

ij» Labices. 
16". Vcivencs. 
27. Pcrfonees. 
i8- Solauoas- 
Q.. Pourpierj 

Joubarbcs, 
Alfines. 

Rlitons. 
Jalaps. 

AmatantcJ* : 



I 5 BJfTuj. 

1.- Champignons, 

4» -Epatikcs. 



iUvces 

/ drones^ 

tf. Paltriiers. 

7, Granieiis. 

8. Liliafces. 

5- Jcnjanbies. 
JO. Orchis. 

1 1- Ariftolochcs. 
leT. Covnpofccs. 

I?, Apatincs. 



V- 
-'5 
34 

37 

?8- Efpargoutes. 
39. Per/ikeres. 

4i. Q. Jujubicrs 
46". Anones. 
yj. Favors. 
f 6". Arons. 
^7. Pins. 

j8. MouOTes, 



4^ Classe. 

O-renes pendantes 

& couchics. 

11, Elcagnus. 
1 }• Onagrcs. 

14. Miues. 
if.iOmbelUfefcs* 

15. Brioiics, 
10- Scabicufes* 

a J. Chevrcfcviill* 
ij. Apocins. 
14. Boiirachcs. 

2.5. Jafaicns. 
32. Q. Pourpicr*. 

40. Garou. 
4t.Q, Rofier*. 

41. Q. Jujubicrs. 

44. Piliacliicrs, 
45- Tinmales. 
47. Chatencrs* 
51. Crucifires. 

5 J, Rcnoncules-"' 



56*^ Sydeme. Gr^/z^y j' leur nomhrc dans cha^ue fruit ou pun 

r 

La feconditc des Plantes ofre quelque chofe de remarq}^^- 
fcle. On a compte jufqu a 3 a 4,000 graines dans un leul 



Vofakan , 40,000 dans un epi du Tw/^ 



:!i 



Maire ; mais tout cela n'eft que le produit d*un pareii nom- 
bre d overes ou de fleurs. II efl bien plus extraordinaire d^ 

voir QU un fpTll frnit nn rvxrf»ro Ac^ T^iKi^ f-it-^.-ir-t/^ t nnn <^ra2* 



«es , celui du Pnvot blanc & du Nenufar blanc apele \olan 
8,000. Rai raporte qu'aiant pefe &: compte do la grainede 
Tabac , 1} avoic trouve que 1,01 2 cquivaloient au poids d'un 
grain ; & quViant retire d'un feul pie de Tabac 6 gros de 
.ces graines, U avoit conclu que ce pie avoit produit pl^* 



emant 



§^ 



aiae*f 



i\ 



P R E F A C E. 



l*^« ClASfE. 

Planus quinont 

point de Grc- 

neSy ou desque- 

les life detache 

des portions 

^ui en tienent 
lieu. 



47 



^ /^ 



lo Chateners. 
1 TiUeu!. 

I Gcranion. 
1 Ciprier. 

3 Cruciferes. 
J Favois. 
lo Cifies. 
(f Arons, 



X. 4 Biflus. 

1. Q^. Champinons. 

5- Q. Liliafets qui 

n'ont jamais de 
fleurs. 



S7* 3 Pins. 

y8, 1 1 MouiTes. 

y Classe. 

-^ 2. Grenes* 



) 



a^CLASSE. 



chaqve fruit 

du fleur. 



, A' t Epatiqucs. 

€, Pl. Palnitcrs. 

1 J. P. Onagies, 

14. 3 Miites. 

is* I OmbcIIifcrc/ 
lo* 8 Scabicufc?. 
Zl. 7 Chevrefcuilt. 
2i. 7 Airclc^* 
13-^5 Apncins. 

15, R Vcrvents. 
t9* \ jafmcns. 
31. z Pourpicis. 
34- I Alfine, 
3^. li BHtons. 
36". Jalap. 

37* S Ama-ante5. 
J8. 8 Efpargoutcs. 

39- Perfikeics* 

40- Garou. 
4f . 1 Rpfiers* 
41. 8 Jujnbiers. 

43. II Ifgumincuf, 

44. 5iriftachiers. 
4;- 4 Titimalcs, 

4^ I Ancr.c. 



4- 

8. 



'J 



A I Grenc dans " 






2I> 
21. 



5 Iratike. 

I Fcuicrc, 
Q; Pvilmicrs* 
Quelk. Lijiaftes. 

I Oi'.agres. 

Pl.Ombclliferes, 

2 Scabicufcs. 

6 ChcvrtTeuilL 

1 Alrcles- 
1 Apociiis. 

X I Vervenes, 

1 FciTorcv. 

9 Jafmcrs 

31. 1 PovKpior- 

35.1 Joohaibe. 

41. < Rjliers. 
-^2. 4 Jiijitbirrs, 
4^. 28 l.c[;umineur, 
44. 8 PiUachiers. 
4^. I Titimalcs, 
4cr I Anopc- 
47. 5 Chatenrrs* 

4^, 6 Tillc^ds. 
5" I. I Caprifr. 

f 2. 1 1 Crucifeies- 
f }. I Pavot. 
J4. 4 Ciftcs. 
?(?. 3 Arons. 

J 7. 6 Pins. 

4* Classe. 



'A 3 Grencs. 

4. t Ipatike. 
f.Qiiclk. foujcrcs. 



8. 
10. 

21< 

3"- 

4'- 
4^- 

44. 

4T- 

4^ 

47. 

4.9. 

45^. 

5S. 



Q. Palmlers. , 
Q^. Liliafces. 

X Scabieufcs. 

1 Chevrefeuill, 

^ AireleS. 
I Vcrvene, 
1 JaiaKn. 

1 Pourpiers. 

I Jcubdrbc, 
f Roilers, 
10 Jujubiers. 

30 Le^,urniue«r. 

I I Piftachicrs. 

1 C Tirimalcs. 
5 Anonfs, 

2 Cha:eriers- 
? Tilleuls. 

4 Geranions, 
I Csprier, 

5 Ciucifcrcs, 
1 Pavor. 

J cifies, 

1 Aron. 
; Pin. 

2 MoulTcrs. 



CCXCiX 

49- I Geranjon# 

■ J !• I Caprier. 
52* 1 1 Crucifercl^ 
^4. 4 Ciftes- 
ytf* ^ Atons. 
j7. I PirJ. 
J 8. I Mouffe* 



5e ClASSE. 

w^4 Grenes. 



4- 

8. 

14- 

21. 

2i. 

2J- 

IT. 
26. 

4'- 
41. 

43- 

44. 

4J- 

47* 
4S. 



I Epari!:e. 
Queik. Foujercs 
Q^ Liliafces, 
I Miicc 
i CbcvTcfcuill* 

4 Aircle^. 

1 ^ TiourocIicS. 
Labifcs. 

5 Vcrvencs. 

2 retff>net-s. 

7 3 a fm {.- :■» s , 
4 Pourpifrs. 

% Joubaibcs, 

2 P.oficis. 
tf Jujubicrs. 
x6 Icoumincuf. 

8 Piilachicrj, 

1 Tiumalc- 

2 A nones. 

2 Cliacciacis, 



6^Cla5Se; 

A 5 Grenes^ 



8. Q. Liliafces- 

1^.2 OmbellifircS* 
22. 1 AircICft 
2}. I Apocin. 

24 2 Bourachcs, 

27- X Pcrfon^c- 
51, I Pourpier. 

l\, I Juubaibe* 

41.3 Roficrs* 

42, 7 Jujubjcr.^. 
45. 39 Icgumincuf, 

44, 4 Pirachicrs. 
4j. 1 Titiraalc* 
4*^. 2 A nones. 

47- 2 ChateKcrs* 

45. 3 Tilleuls. 

45. 4 Gcranioni. 

f I. 2 Caprieis. 

j4. 3 Ciftes, 
^4* % Arons,. 
j7. 1 Pin. 

■ 

7^ Classe, 

A 6 Grencs2 



A Tilleuls. 



5. Q, Foujcres. 
S, Q. Liliafecs. 
2t- 2 ChcvrcfcuilU 

22. I Airclc. 

23. 1 Apocin*. 
29. I Jafmcn^ 

41. 4 lloficrs. 

42. 3 Jujubiers. 
4}. 4S LcgumiQcufc 
44. 8 Piftachicrs*, 
4j. j Tiiittales.. 



^ ■ 



/ 



tec 

^s. 1 Anones. 

47. i Chaceiicrs. 

5i. 7 Criicifeces. 
V5- i Pavoc. 
S4- t Ciflcs. 
jf- 1 Renonculc. 
56. J Arons, 
$7. I Pia. 

8e Classe. 

>< plus de 6 Gre- 
9tes dans cha- 
^uc fruity oufur 

chai^ue Plante 



PREFACE. 



lorfquel 



e n a 

pas d^ fruit. 

1, Pi, Champign, 

^. Fl|CU!l. 

4. Pi. lipatikes* 
J. M. Foujercs. 
%. Pi. Liliafccft 
V- JcnjnnStcj. 

10. Orchis. 

11. AriftolochcJ. 
14. Q. Onagrcs. 

14. PL Mit:cs. 
17. Campanules. 
zi. 1 1 Chcvrcfeuill 



xt^ 16 Airclcs. 
ij. i4Apocins. 
24, i Bourache, 
i*i\ I Vervenc, 
17« J 8 Pcrfoiiccs, 
x;i. Solauons. 
t>. i4Jafmcns. 
30. Anigallis. 
3U Salikercs. 

32.. 17 rourpiefs. 

3 J- 7 Joubarbcs* 

34. >( Al/Iaes. 

3?» I Bliron. 

J7. 7 Aaiaianrcs. 
38. 5 tfpargoiucs. 
4i. 1(7 Roficrs. 



42. 5" Jujublerff- 

4 J. 6 3 L^gumineuC 
44. II Pirtachicrs- 
47. 4 Tirimalcs, 
45". S Anones* 

47. 5 Chacencrs*. 

48. 7 Tillculs. 
4^» 5" Gcranions. 
5». ^ Captki:s« 
jt. 3 J Crucificcs* 
5;. It Pavots. 

54. 31 Ciftcs, 

55. II Arons. 

J7. I Pin, 
5f^. 4 Mou^Tcs* 



57c Syfleine. Grcncs ; nombre de leurs loges. 



i'^'^Classe. 

Plantes qui n'ont 
pas de Grenes* 

1- 1 Biffus, 



2- Classe. 



Crenes a 1 Lojc 
1. BilTus. 

a. Champignons. 
J. Fucus. 

4. Epatikss. 

5. Foujeres. 
tf. Patmicrs. 

7. Granwns. 
ff. Lilrafccs, 
5. ly Jenjanbrcs. 
JO. Orchis. 

XX, AriHoIoches. 
»i. Elcagnuj. 
a J. Onagrcs. 
14. Mirccs. 

i{» OoibcIUf^rcs. 



16". Compofjcj, 
1 7. Campanulcs. 
i8. Prioncs. 
i^. Aparincs. 
10. Scabicufes, 
n. 16 ChevrcfeuiU. 
!%• Aircles. 
15. iS Apocins- 
14. If Bourachcs. 
IV- Lnbiccs. 
i<r. 15 Vervencs. 
17. jSo. Pcrfoutes. 
iS. *^ Solanons. 
19. 3 1 Jafmcns, 
30. Aaagallis. 
jr. Salikeres. 
51, Pourpicrs- 

3 5. Joubaibcs, 
34. AUlncs. 

)5^. Blicons. 
3^. Jalaps- 
37. Aiiiaraiucs, 
^8. Efpargoiues. 
3^, Pcrfikercs. 

40. Carou. 

41. Rollers. 
41. X4 Jujubicts. 

43. i^i^umii^cur. 



44- 

47- 
4^. 

49- 

SO. 

J?- 



JO Piftachicrs 

Titimalcs. 

Anones. 

Chateriers* 

Tilielils. 

Gcranions. 

Mauvcs. 

Capriers. 

Crucifcrcs. 

Pavocs. 

Ciftcs. 

Rcnonculcs. 

Pi as. 

MoulTcj, 



41. I Jujubler^ 
44, i Piftachicr 



3^ ClASSE. 



u4 



Lojcs. 



1 1 . 1 chcvrcfeuill 
13.1 Apocin. 
14. Y Bouraches. 
!«• 7 Vervencs. 

17. 1 Pcrfoncc. 

18. t SoIanoD. 

%^^ 1 Jafcncos* 



4*^ Classf. 

5. t Jenjanbrc. 
14. 1 Bourachcs* 

41, a Jujubicrs. 

44. i Piftachicrs* 

5^ Classed 

24. 1 BourachcJ* 
X6. I Vcrvcnc. 
44. 1 Piftachicrs- 

6« Classed 

44. I Pift»clii«i»' 



\ 



^, 



^ 



PREFACE, 

58' Sjfteme. Grcnes j Uur fubjlance. 



ttt) 



5"* Classe. 



J 

Plant es qui nont 
point de Greats. 



2.^ Classe, 

Grenes moles ^ co- 
ffte akeufes ou 

gilat'ineiijes^ou 
charnucs. 



1. BifTus- 

a. Champignons. 
' 3. Fucus, 

4. Iparikes. 

li- I Chevrcfcuille. 
'S-« 1 Poufpier. 

3' Classe. 

Grenes dures , /?- 

C^^j" ) recouver- 

tes d*une peau 
ou membrane 
Jimple c/2 aman- 
de^ ou pepins* 

5» Foujercs. 

7, Gramcns. 

8. 71 Liliafces. 



9. 14 Jenianbrcs. 

10. Orchis. 

11. Armolodies. 

12. 10 Eleagntis, 
13- i5 0nagrcs. 
S4. X Miices. 

16^. 130 Compofces. 
17- CaiijpauLilcs. 
iS, Briones* 
10. Scabieufes. 

tj. 10 ChcvccfeuiIU 
12. 1 5" Aireles. 
ij. 14 Apocins. 
14. 1 5 Eourachcs. 
IS» Lablees. 

t^. 17 Vervencs. 

17. ^4Peironees, 
i8» 8 Solanons. 
1% i^ Jafmens. 

30. Anagallis* 
$ I. Salikeres. 

31. 34 Fourpiers. 

)5. Joubatbcs. 

54. Al/Incs. 

?5. Blicons. 

J 6". Jalaps. 

57- Aniarantes. 
J 8. Efpacgouces, 

3?' »o Peciiketcs. 
40. 13 Garoii» 

42.. I 5 Jujubicrs. 
4J. I 14 Lfgumiacuf. 

44, 5 J Piftachieis- 

45"- zy Ticimales, 

45. 5 Anones, 

47.* I ^ Ch3Ce!iers, 
48. MTilkuls. 



V 



45* 11 Gcranions 
JO. Mauves. 
^ !• Caprices. 

i2. Crucifercs. 
55. Pavots. 

f4. fi Cillcs, 

55. Rcnoncules. 
jfi". Arons. 

J 7- I Pin* 



4e Classe. 

Grenes dures come 
•de fubjlance de 

corne en enrier. 



8. 6" Lilialecs. 
3. I 7enjanbie. 

i^. Aparines, 
46^. 5 Anones, 

48. X TilicaK 



JcClASSEi. 



}renes en ojjelet ^ 
. on dont I'enve- 

lope eflUirneufe ,. , 

£^j -^ ^ •' pendanic dit 

O' dure come un v . 



15. y Onagres. 

14. 5 Mirces. 

I J. 1 Ombcllifcrcs* 
i6* I Con.pafec, 

21. 7 Chcvfefcuillcj. 
11. ij> Alleles* 

1 5. 5" Apocins. 
i4< 7 Boutdches," 

1^- ? Vcrvenes, 
17. Perfonees- 
iS* 1 Solanonf* 
19, 6^ Jafmcns. 
35- r Perlikcres- 

40. f Garou. 

41. I Roficr. 

41. 1 3 Jujubiets. - 

43. 1 LegLirninair«E« 

44, zo Piftacliiccs. 
4f. 3 Titimalcs. 

4^. 1 Anones. 
47. 1 Chatcners. 

48. 2 Tilleuls. 

49. 1 Gerauioiisf 
54. T J Ciftes. 
57. 3 Tills. 

6^ Classe/ 

Grenes enveloped 
de chair inde* 



os^ 



fr 



ۥ Patinicrs. 



9* 



I 



Jcnjanbre, 

6 Eleagcius. 



14. I Mirte. 

41. Q, JujnbierT* 

45. Q. Lc^uniineuC 
44. Q. Pi]jtachicvs, 



59* Syfteme. Grenes ^ leur receptacle 



Tl eft eflentlel d'obferrer dans les fruits quels font les en- 
drmts ou les graines font atachees. 

Dans certaines Pbntes , les fomences font nues & ata- 
chees fur le receptacle ; teles font le. Labiees. 

Dans les autres , elcs font enfermees dans une capfule , 

«n olielst ou u»e baie ) & atachees ou aux parois de ce 



* • 



CCCl) 



PREFACE. 



fruit , come dans les Orchis , les Briones , les Capner s , les 
Pavots , les Cruciferes , les Apocins , les Legumineufes , &c. 
ou i un Placenta qui eft llbre de tons cotes , excepte par 
le bas oil 'il eft atacW au fruit, come dans les AnagdUs^ 
hs Aljines \ ou a un Placenta atache au bas & au haut du 
fruit, & fguvent a fes cloifons , come dans les Perfon^es, 
les Solanans, les Salikeres, ou a I'ansle interieur des cldi- 
fons, come dans la'plupart des Lilia^es , ou enfin a une 
colone ou un axe vertical , dont Textremite ou la tete en- 
tre dans les lojes du fruit , come dans les Titimales , les 
Rues , tkc. 



ii«*« Classe. 

'P Unites fans 



t« X 



GreneSm 

BilTus. 



0.^ Classe, 

'Irenes dans la 
fubjlance mime 
dc la Ptantc. 



5. 5 Fucui, 

y, Foujeres. 

7. Gr.imsns. 
1 1 . I Arirco'oche. 
ty. Labiees. 

3^. 10 I*erfikcies. 

57. Pins. 

J 8. PL Mouffcs. 

F 

6* Classe. 



i.^Ch^mpigaons. j^^ns un fruit i 



3« Classe. 



1 hje atackee 
au has de ce 



^Jflipandues fur la fruit a fan ccn- 



Plante. 

1. I Biflu5. 
%• 16 Cbampignons, 
4* I Epacike. 

4* Classe. 

*J)ans touts la 
fubflance d^un 

fruit charnu. 

)• ^ Fucus. 

5 Classe, 



trc. 



'Ds.ns des cavites 

J 

ouvcrtcs ou 
dans i Calice, 



i, %f Champignons 



V 



4- I Epacikc. 

6, Palmiers. 

11.4 Ariiloloche^. 
1 J. 4 Mirces. 
\6. Compolccrs. 
ii< 5 Alrcles. 
16, P. Veive.'ics. 

3^4 3oubaibc5. 
34. I Alfinc. 

3y.Pl. Blitons, 

37. II Amauncfs. 

38. Erpargotucs. 

39. I PcrGkerc. 
41. Roficrs. 

4^. 12 Anones. 
48. z TilUuIs. 

JO. I Mauve. 

J I, 2 Capricr* 



j^. 17 Arons. 
j8» 1 Moulfe. 

7^ Classe. 

w 

Dans un fruit a 



54- 



II Alfincj. 
Q, Pavots* 

9^ Classe 



( 



I loje, atachets ^^^^ ^^ fi^^^ ^ 
au haut a fan ^ iojc , & ata- 

chees aux p^" 
roii du fruit oU 

a fes hords* 

13. Orchis. 

ir. 4 Ari:lo!oches« 

21. I Chevccfcuil. 
a J. PI. Apocins. 
ay. 3 PciToaees. 
3 1. '7 Pourt'i^rs. 
33. P[. Joub.irb:5. 
37. z Amaiaacc- 
4?. PI. Ug^niincuU 

4^. I Tini"^^c» 
47. X Cbjreriers. 

4^, I TillcuL 
49. i Gcranioiis. 

51. Capriers. 
Y3. PL i^ivors. 
54. 10 Cidcs* 
yf. ti Rcnotic 
56. 1 AroLis. 



13. 10 Onagrcs. 
18. 1 Drioric. 
10. S Scabieufcs. 
11- 3 Airelcs. 

14. Pl.Boucachcs. 

15. Q Jafmens. 

40. Garou 

41, Q Jujubicrs 

44. Q^ Piftachicrs. 
4;. Q. Titimales. 
47, 9 Charencrs. 
ji. Q^ Ctucifercs. 
^y. i4 Rcnoncules. 

8^ Classe. 

Dans un fruit a 
I loje^ atachees 

a I PldCtnta 

central hbre^ 



ules. 



5. X Fucus. 

4. 3 Epatikcff. 
17, II Perftinees* 
30 Anagallis. 
31. ^ SaUk^res. 
jz. J Ppurpicrs, 



io^Classe* ^ 

Dans un fruity ^ 
plufieurs hl^^ 
atachics f% 
parois dufrutt^ 



\ 



i 



ji. rl. CtUGifetcs. 

II* Classe, 

X)ans un fruit a 

■ plujieurs tojes , 
atachies a un 

Placenta cen-- 

iraL 
\ 



PREFACE. 



! 



f 



14. CMirtes. 
a7* Campanulcs. 
19. Apaiines, 

Ir.Pl, ChevrefeuilU 
ii. ri. Airelcs. 

17- i*U Pecfonees. 
a 8. Solanons. 
3.$. PI, Jafm^ns; 
1 1, if Salikercs. 

|t. PI. Pourpiets. 
H' »o Aliincs. 
44. ri. riflachiers. 
4^ PI. Tiu'malcs. 
54. PI. Ciiles. 



i2e Classe. 

Dans un fruit a 

I loje^ atachies 
a I Placenta la- 
ic raL 

15. I Apocin. 

1 3^ Classe. 

Fruit a plujieurs 

lojes , atachies 
an haut a fon 
C€ntre, 

i^. Ombelliferes. 

20. 1 Scabieufes. 

14. Q, Bcuraches. 
47«,5 Chatcnets, 

i4e Classe. 

A plujieurs lojes 
atachies an has 
du fruits 

Aparincs, 



2cr. Q.. Vcrven«. 

57. 5 Amaranths. 
4i. I'l. Jujiibicrs. 
46^. I Aoone. 

1 5* Classe. 



fluf.. 



fr 



hif:urs lojes ^ 
atachies vers le 
centre aux an- 
gles des lojes 
* an bord des 
cloifons^ 

8. Lt^iafc'cs* 

5. Jenjanbres. 
jj. i4 0n3grtfs. 
48.i4Ti[leu!s. 

49. 1% Gcranions. 

50. 24 Mauvcs. 



J5 



ccenj 

1 6^ Classe, 

/Vziifi kflufieurt 
lojes ; grenes 

atAchies aux 
angles da dos 
des lojes on deS 
cloijons. 

iS. Pi. Brion?*. 

?2. PL Crudiercj; 
'f J- I Pavoc, 

1 7e Classe, 

■ 

Fruit 'i plujieurs 
lojes ; grenes 
atachies fur 
to us les paroif 

des cloi/ons de^ 
ces lojes. 

IX. I Ar'iftolochc^' 



60 



«^" Classe. m. Armolocha. 



Plantes [am 
Embrion. 

♦. PI. BifTuj. 

a* Classe. 

Emhrion droit, 
K Q, BilTus. 

». Champignons. 
}• Fucus. 

,4- Fpaclkes. 

y. Foujercs. 
^. Palmiers. 
7< Gcamcus. 
t. LiUaticJ. 
^» PI. Jcajaabres, 
.*»t Orchis- 



1*. £!c3gnus. 
I 5 PL Onagres, 
14. 1 Mircc. 
If- Ombellifercs. 
\€, Compofees 
ly, Caiupanules. 
iS, Briones, 
19- Aparines. 

20. Scabicufcs. 

II. Chevrefcuilles. 

■ y 

21, Aireles. 

xj. Apocins. 

24. Eouraches, 

2V* Labiees. 
26^. Vcrvencs. 

17- PL Pcrfoiiees. 
If. Jaiiiiens. 
jo. Aaagallis. 

Ji. Salikeres. 
-3 J. JoiibJarbcs^ 



ion ; fon enroulen 

16. I Jo lap. 

3 p. Perllkerw. 

40. Garou- 

4>* Rollers. 

4;, Jujubiers. 

43- Q. Legumineuf. 

4;|, PL Piltachiers, 

45, PL Ticiuialcs. 

46^, PI. Anoncs. 

47. PL Chatencrs. 

48. PL Tlllruls. 
5 5. Pavo's. 

54. Ciftes. 

f f. PL Rcnoncules. 
J if. PL Arons. 
57- Pins. 
J 8, Moulfes. 



5« Classe; 

Embrlon un pcu 

c^urbe en por^^ 
lion de ccrcUm^ 

5. I Jcnjan!>rc 

14. PL Mirtey. 

27, .1 PcrToaec, 

28. Q. Solauons. 
51. Q- Pourpicrs, 
43. PL Leg'jnnneuf, 

4^. Q. Tiumalcs* 
46", Q. Anoncs 

47. ?, Charchca, 

48. 2 Tiliculs. 

JO. PL MilUVCT. 

yi. Q. Capricrs, 
j2. P. Crudicrcs* 
5f. I Renoncalc, 
{^, z Aioa. 



S 



I 



/ 



tcdv PR £ P A C E. 



4*ClASSE- i8. n.Solanons. $8. Efpargoutes. . ^eClASSF^ 



'£mhriun rouli en 5^- P}- Jourpicrs. 44- Q; Pi't^^hk"' 



I tour OU plus JJ_ pi.Blicons. . ^ 

de cercle y OU .g. PI. Jalaps. ,j, Q, Ouagtes. 

<nfpirale. J7. Amaramcs. ^i. Pi. Ciuciftres. 

61*^ Syfleme, Cotulidons dc Vcmhrion j^^Uur nomhre. 

F 
/ 

Toutes les Plantes (e reproduifetit par des graines oil 

' ' Les articulations detachees 

5es tlies *& des branches tienent lieu de ces graines , fui- 



quelq 



vant mes oblervations dans le Conferva; une hue p 
fiere en fait les fonftions dans les Champignons. 

On ffait que dans la 1'^ vegetation des Plantes , les grai- 
;ies des unes ne pouffent d'abord qu'une feule feuille, « 
que les autres en deploicnt a qui fubfiftent quelque terns , « 
qui dlferent comunemant des autres feuilles ; c'eft pour ceja 
qvi'on leur a done le nom de Lobes ou Cotulidons , ou tie 
feuilles feminales ; Cefalpin & Jungius apeloient ces lortes 
tie graines Semcnces univalves & bilvalves ; on les nome 
Comunemant Monocotuledones & Dicotulcdones. 

Dans le terns de la vegetation , les Cotuledons salonjent 
d'un cotd, tandis que la radicule s'ctcnd de I'autre , en s e- 
cartant reciproquemant & a I'opofe du point central qui ^'^ 

leur jonftion. 

Dans les Plantes monocotuledones , il faut diftin^'Sr ce- 
les dont le Lobe forme une efpece de gaine d'oii lO" to ^ 



le corps dela Plantc , come dans les Palmicfs, les v« 
mens , les Liliafces , d'avec celes dont le Lobe s'alonje leu- 
lemant pour former une tije qui fe ramifie come dans 

Cufcute. ^0 

On n'a pas encore defini ce qu'il faut regarder coj^^ 

Cotuledons dans les graines des Plantes JinP'i''^^^!5^ ' .. J" 
<|ue les Biffiis» les Chainpignons , les Fucus ,les EpatiKe*. 

jes Foujeres & les Moufles^ Ces graines n'ont «' ^^^'^"^fj 
ni Cotuledons , ni Plantule centrale come les parfetes , p^^^ 
ce qu'eles n'ont pas de feuilles come eles ; mais eles P''^ ^ 
leur acroiffement par une fimple extenfion de leur ^"^^^j 
fans aucun developemant. Cela pofe , on pent difC ^1"^^^;^^ 
le Conferva meme , qui n'a point de graines , 1'^*^'^" j^i^- 
qui en tient lieu , eft analogue aux Embrions 0»°"?'j-g^^ ^ig 
dons , puifqu'ele vegcte d'abord par une extremite ^^\, '^^ 

raclne , en s'apliquant a divers corps , & eofuite pa*" 

ijiiti opofee qui forme des tijes, ' 



* 



P R E F A C E. 



i 



cccf 



Ibn^flpas encore blendedde que toutesles Plantes de la 
Fan:>iUe des Ariftolo^^iies foient Monocotiiledones , ni que 
tomes celesde la Famille des Aror.s folent Dkotuiedones, 

Dans les Families de Dicotulcdones ^onvoitauflides Mo- 
nocotiiledones ; i'Orobanche & la Cufciite en foumiflent des 
exemples , come le jonc eii fournit un de Dicotuledons , 
dans cele des Liliafees qui efl: en general coznpofee de Mo- 
nocotulcdones ; & le Pin qu'on regarde come Polucotule- 
don Ti3i reellement que ^ Cotuledons qui iont divifcs cha* 
cun en 6. Lobes jufqu'a leur bafe. 

La difcranfe qu'il i a entre une graine & un re)eton , 
c'eft que la graine , avant que de refTembler a fa mere , 
pouffe I ou 2 Cotuledons , au lieu que le rejeton n'a au-* 
cun Cotuledon , & reffemble en petit a fa mere des le 
x^' Inftant. * ' 



V. 



I 

i«"^ Class£. 

Plantes- fans Co- 
tuledons 



9 

nont 



on 
ni 



qui 

iohes , ni fiuil- 

Us. 

I f 

K BiiTus. 

z. Champignon!. 

5. Fucns. 
4. Ipatikcs* 
f. Fuujcrcs. 
58. MouiTes. 

2^ Classe. 

ifeul CotuUdon. 



€, Palmiers« 



I Ouagrc, 



7. Gramcns, 

8. P. Liliafecs. 

^% 3en)anbres- 

10. Orchis. 

ii« Aridoiochcs. 

i7. I Perfonec. 
^1. I Poutpvcr. 

y^" PI. Arons. 
y8. Mouffcs. 

. 3 e Classe* 

2 Cotuledons. 



1 1. 

IX- 



I Lilia(ec. 
I Ariftoloche* 
Ekagniis. 
PI* Onagrcs. 
Wrrces. 

OmbelUfeccs* 



$6* Comporeei. 

17. Campaaules. 

iS. Brioaes. 
Apacuies, 
Scabieufes. 

Chcvrcfcuill 
Akeles- 



xf 



ij. Apodns. 
1^. Bou caches* 

I abices, 
16^* Vcrvcncs, 

SoUnoiis. 
Jafmcns. 
Auagallis. 
SaUkeres. 



17* 
x8. 

50. 



3»- 

j^i^Plv Pourpicrt* 

jj, JoubJtlxrs. 
34. Al/Jnes. 
jy. BHrons* 
3^. Jalaps. 



37- 

40. 
41. 

44. 

4f 
4^. 

47- 
4S. 

49' 

JO- 

Si- 



Amarantffv* 

Pcifikeies. 
Gatou^ 

Rofiers, 
Jiijirbiery- 
Legumkicufe«» 
Piftachicts.. 
Ticimales* 
Anoi>e5. 
Chatefiers, 

Gcrauions. 
Jvfauvcs, 

C.ipricrs. 

Crucifetes.' 
P.IVOCS. 

Renoncttl 

J Arons. 
Pins. 



■ 

6a*^ Syfteme. Cotuledons ; leur f^ure. 



le Classe, 



a* Classe, 



Plantes qui n*ont A Cotuledons en 



pas de Cotule^ 
dons. 



tiers , conikes 

ou cilindrikis. 



Voycx Ic SylUmc tf. Palmlers. 



8. LHuIces. 

p. Jciijanbrcs, 

10. Oichis 

11, Aciftolochcs 
li. 1 Elcagnus^ 
»7. s PcKforrfc* 



J* CtASSE^" 

A Cotuledons Cff 
tiers , e Hip tikes 
ou dtm^cilin^ 

drikes tres^, 
longs. 
tx, PL tlcaguai^ 



• 



/ 



cccvj 

J5.Pl,Onagres. 

14. Mirtes. 

If. l^l.Ombellifeces- 

t^^ CorvipoKcs* 
20. Scabieufes, 
i. PL Airelcs. 

r 

iS. PI. Solanpiij. 
ji. Pi. Pourpics, 

3^. Joubavbes, 
A I fines* 
Blitons.' 
PL Amartntcj. 
PL Piftachicrs. 
I TillcuL* 



PREFACE. 



34' 

57- 

44- 

48- 

F7- 



PL Capriers. 
Q^. Pavots» 
Q^, Cilks. 
PL Pias. 

r 

4« CiAssr* 



x8. Biioncs. 

15. Q. Aparines. 
ii.pLChcvicfcuilL 

ti. PL Aireles. 

23. Apoc/ns. 

14» PL Bouraches, 
IS- Pi. Labices. 

16. PL Vcivencs, 
z8. Q, Solanoas, 

Ja fine us. 
Jalaps. 

Ci; Amarantcs- 
Erpnrgoutes. 
P. Rollers. 



17. 

41- 

4^ 



PL Jujubicrs, 
PL Leguraineuf. 
44. PL Piftachiers. 
PL Titimalcs. 
Q,. Anones. 

P. Chatcncrs. 



w4 CotuUdons en-' 
tiers ^eitiptikts 

midiocrcmant 

longs. 
jj.Ci.Ombcli;rer, 



4^ 

47 
49 



Q^. Geranions. 
<^. Mauves. 
PL Pavors. 



JO, 

y T* Q; Renonculcs. 
5^- Qi Arons* 



5* Classe. 

CotuUdons enticrs 
orbiculaires, 

17. Campnnules, 
i$- Q. Apaiines, 

ii.Q.ChevrcfeuiIL 
If. Q. Labices. 

16"- Q. Vci venes. 

iS. Q. Soianons. 

30. Ariae;aUjs. 

^i. Sa'ikcres. 

5?. Pcrfikercs, 

40. Garou, 

4»- Q. RofTers. 

41. Q^ Jujnbiers. 

4i- Q' LcgumlncuT. 
4f- Q^.Tiriniales. 
46". PL Anopes. 

47* Q: Chariners. 
4i^PLTiIIcuIs. 

45?. PL Geranions. 
fo. PL Mauves. 

y?. Q. Pavots. 

H-Pi- Cidcs. ^ . 
f f< PL Rcnoncu'ey. 



6^ Classe* 

CotuUdons dicou* 
\ pes en 2 lohts 

ou avec ichan^ 

crurc* 

xy, I Pcrfoncc. 
5i, PL Crucifercs. 



7* Classe. 



CotuUdons dicou" 

pis en 3 /a^« 
ouplusy ou den* 
teUs. 



14. Q. Bourache^. 

44. I PiAnthJcr, 

48. 1 TilleuL 

5 i. I Caprief* 
J 2. 1 Cruciferc. 

57. 1 Vhi. 



^h 



€3*^ Syfltme. Receptacle de la fleur ^ confidiri relatlvcmant 

a tomes les parties de la fieur. 

L 

^^ _r 

On apele comuncmeat receptacle de la fleur, le point 
central du Calice qui repond en deffus au pedicule qui le 
fuporte. Dans les neurs poliipetales , & qui tombent , co- 
me font les Piftachiers , les Pavots , les Renoncules , &c. 
ce receptacle n'eft autre ciiofe que le pedicule merae de la 
fleur auquel font atacWs !e Calice , la Corole , les Etamlnes 
& le Piftil ; & il feroit plus exaft de dire que les Plantes 
de ces Families ont toutes les parties de la fleur placees 
immediatemant fur le pedicule du Calice. 

A regard des Plantes qui ont un Calice monofule qui n« 
tombe pas , & qui fait corps avec le pedicule de la fleu«"» 
on peut dire que la Corole , les Etamines & le Piftil ^^f 
atachees , non pas au Cajice , mais au centre du receptacle 

4e la fleqr , come dans les Jalaps \ les Geranions , !«« 



* 



X 



t 



^ Ian Us fans Ri^ 
ctptacU^ n^aiant 

nifleur ni fruit. 
I. ^ Eiffus. 



P\ R £ F A e E. 



6^ Classe. 

A Receptacle fim'- 
blabU pour 
rOvkre & les 

Grenes feulc'- 
mant ; & difi- 
Tent pour les 



<cctlj 



ferent pour Us .i2« Classe. 



Etamines. 



40, 



JLtamines, 



!e 



A Receptac 
pour les grenes 
feulement. 

1. y BiiTus. 

i. Champignons. 

3^ Class; 

A Receptacle fern' 
hlable pour To" 
vere & les gre- 
nes^ 

3. tf Fucus. 

4^ Classe. 

A Receptacle fern- 

blable pour U 
€a!ice^les E(j- 



5 

^ 



5 Fucus, 
J F.pacikes, 

7e Classe. 



A Receptacle fin- 



10 Palmicrs. 
5 Eleagnus. 
I Perflkerc. 
Garou. 

w 

10^ Classe. 



Receptacle fem^^ 
blable pour le 

Callce^lesEta- 
mines , VOvcre 
6* le fruit ; & 
difirtnt pour 



blable pour le u^ G.cncs. 
Calicey rOvere 



& les Grenes i 

&di ferent pour 
les Etamines. 



4. 6 Epacikes. 
6 Arons. 



5* 



8*^ Classe* 



Receptacle feni" 
blable pour U 
mines , VOvhe CaliceyVOvere 
^ Us Grenes. 



t, 41 Liliafces. 

1 q 

5f. r^ Blicon?. 
^7. u Aoiaianrci. 
;?. 4 Efp^ir^oiKcs. 
47. X Chareiiers. 
54. S Ci^u^. 

Jtf. 5 Arons. 

F 

lie Classe. 

RilceptacU fem- 
blabU pour U 



f. 14 Foujercs. 

7- i 1 Granicns. 

.58- I Eipar^oucc. 

5"= Classe. 

Plantcs dont It 
RJceptacU ejl 

le mime pour U 



6* Us G'^ms y 

& difercnt pour 
les Etami/us^ 



f 

7 



I Foaj^rc. 

] 4 Graiiietis. 
Perfikcfcs. 



Calice ^VOvcre 

& le Fruit; & 
dfcrcntpciUrUs 
Etamines & Us 
Grenes. 



10 i*ins. 



9<^ Classe. 



CaliceJesEta- R^cptacUfcmbla^ 



mines, I'Overe, 
le fruit & Us 

Grines^ 
^t Palmier, 



ble pour le. Ca^ 

lice , VOvhi , 
U Fruit , & Us 
Grenes ; 6- di^ 



8. f* LiUafecs. 
50. I Ana^allis, 

} 1. 1 Sahkitjs. 
41. 6 Rollers, 
4i, 3 Jlijubiers. 

4V J- LegiunivunC 

47. 18 Cha.e:! 



Receptacle fim" 

blabU pour Us 

Calice & Us 

^Etamines ; & 



• j^ 



dijtrcnt pour 
rOvere ^ le 

Fruit, & les_ 

Grenes, 

8. ii^LiIiafees, 
5V 5 Jenjanbres.- 
jo. Orchis, 
1 1. AciUoloches. 
It. 8 Eleagnus. 
J I, 4 Pourpicr5» 
44. 6 Fiflachicr5, 
45", 18 Ticimaks. 

1 3e Classe. 

Receptacle fern* 
blable pour U 

Calice. CoroU 
& Etamines ; 
€' diferent pciir 
rOvereJeFruii 

& tes GrtneSm 
^. 3 Jcnjinbres. 

15. Onagres. 
14.. Micccs. 
I J. OmbelUferes. 
iS. 14 Briones. 
44, 5 1 Piftacbicrs. 
4 J. II Titimalcs. 

I4^Class£» 

Receptacle fern- 

blable pour U 
Calice & la CO'' 
role y 6^ diferent 
pour Us Etami' 
nes, rOvcrey Ic 
■ Fruit & les 



Qrenes, 



I 



^.10 Jcnjaabr«# 

u ij 



CCCVllj 

Itf. CompofScs. 

I7. Campanulei. 
is, X Brione. 
27. Aparines, 
20. Scabieufe** 
•xz. ChevrefeuiHts 
ax. I Airctcs* 
3i. ti PourpiV«« 
53* ^ Joubatbcs. 
^4* AUuics. ' ' 
8. 1^ Tillcuh. 

I. lo Capricrt. 
Ji* 4S Crucifetc^* 

iccClasse. 



PREFACE 



4f. i^ RoHecs. 
41. tS JujulMcrs. 
4$. xl2.Lcgumiacuf« 

jj« I Rcnonculc* 

16' Classe* 

ReccptjcU /cm" 
hlable pour Ca- 
lice * 



-F 



lice^ Overe 6* aOe Classe. 

rent pour Coro' Dont le Ricepta^ 
h, Etamines & cU efl U mime 



Grenes^ 

5 1. Salikercs. 

18^ Classe* 

RiceptacU fcmr- 
E famine , Ovc- bUble pour Ca- 
re & Fruit ; 6» li^e , Overe & 



Corol 



pourlaCoroIe 
les Etamines , 

rOvere;& d/c" 

rent pour Us 

Grenes, 



15* 7 



RenonculcJ. 



Receptacle fem» 
blabU pour U 
CalicCy Carole^ 
Overe & Fruity, 
& dijirentpour 
ies Etamines 
6- Grenes. 

ftu iS Airclcf. 



Apocins, 
Bourache»# 



1?- 

1,5, Labices* 
%^m Vcrvenes, 
27. Pcrfonecs. 
a?. Solanons. 
x^m Jafmens. 
50. 15 Anaga!1is 
%u *Pourpiers, 



di fire fit pour 
^ Us Grenes^ 

11. 4 Alleles. 

U- 3 Pourpicrs- 
^;. 8 Joubarbes* 
J 5. Jalaps. 

57. 4 Amaranrci. 
3s. 5 trpargoutcs. 

45^^. 11 Anoncs. 
4^. Geranlon$. 
JO, Mauvcs.. 

53- Favors, 

54. (f^ CiRcs- 

J J- i' Renoaculci, 

ijcClasse. 

Riceptacle fem^ 
bUklepour Ca- 



Fruit ; & difc" 
rent pour Eta^^ 

mines &GreneSM 

jz. \ Pourpiers. 
3^.3 Joubaibes, 
35. S Bliions* 

IpeCLASSE. 

Receptacle Jem" 



ii^Classe 

Receptacle /^a*-* 
blable pour 
Etamines^ 0- 
vere & Fruit; 
fy difirent pour. 

les Grcnesm 



blable pour Ca- ^^^ ^ ^^^^,^ 



lice i & difirent 

pour Etamines, 

- Overe , Fruit 

& Grenesm 

48. j Tillculs. 
yi. I Caprjefp 
ji. 1 Cnicifecct 
5^. 5 Aeons. 



5 



a>* Classe/ 

Uceptacle , ^//?- 

Etamines ^ l^^ 
GreneSp 

r 

S. MoufTcx, 



64* Syfteme. Diske ; fa Jituation. 

Outre le receptacle de la fleur & des grenes , il 1 ^'^^ 
tine 3tf efpece qui fe montre comunemant fous la forme duft 
Diske ou petit Placenta chamu ^ ou d*une colonne plus ou 
unoins alonjee. ^ 

Cete partie a itk en general ignor^e avant moi, on m 
Sl pas fait d*atention ; ou fi on Ta remarqu6 dans quelkes 
Planres oJi ele dtoit trop faillante pour n'etre pas aper^uc, 
on Ta confondu avec la partie de la Corole apelee Kefter^ > 
c-cft ce qu'a fait M. Linnseus, Ce qu'il i a de certain ,^ c eit 
qiie cete efp&ce de receptacle n a pas et^ obferv^^e g*^^f, ^ 
mant , m reconue pour tele arant moi , ni emp^ojee 6^ 
tfonfidcree ayec h% memes particularit^s & daa» 1^* mei^^ 



/ 



/ 



; 



p n E f A c 



Ei 



ecefi^. 



\ 



vues. Ce diske efl tantot fous Tovere feul , avec lequel i^ 

fait corps , come dans les Labiees , les Perfonees & les 
Solanons , ou avec lequel il ne fait pas corps , come dans 
les Bouraches, les Apocins , les Joubarbes, &c; tantotilefl 
fous les Etamines feules , falfant corps avec eles, come dans 
les Jalaps , les Amarantes & les Eipargoutes ; tantot 3 eft 
fous les Overes & les Etamines , qui en (e piquant dedans , 
ocafionent fur fes bords des crenelures , ou le font paroitre 
come de petkes glandes pofees entr'eles ; tantot enhn , il fe 
trouve fous la Corole & le Calice & toutes les autres par- 
ties enfemble , ce qui fait paroitre la fleurpofce fur Tovere, 
come dans les Onagres , les Mirtes , &c. 

Ce Diske qui fait prefque le feul caraftere de nombre d« 
Families , eft aufti enentiel a obferver que le receptacle des 
autres T>arties de la fleur , parce qu'il indique une fituation 
qu'il eft important de conoJtre , & il m'a ete d un grand 
lecours pour ramener a leurs Families la plupart des Plantes 
les plus dificiles a determiner. 



i"« Classe. 

Planus fans 



1 ^ 



Disk 



e. 



1. Champignons 
J- 



Fucus. 

Eparikes, 

Foujercs* 

Palmiets, 
7. Gran:cns. 

tf Liliafees« 
5. Jcnjanbres, 
Jo. Orchis. 

Ariftolochcs. 



vs. 

11. 

'7- 



Eleagnus. 

Onagres. 
Mirccs. 
Ombelliferej. 
Compofces, 

Campanules, 



]S. Crjones. 



15- 

10. 

39. 

40. 

4»- 
41. 

44- 

4f- 

4^. 

47- 
50. 

57- 

j8. 



Aparlncs. 
Scabicufcs, . 
Q^ Aircles. 
Q_ Apoclns. 
Jafnicns. 
AiiMgallii. 

Pourpicrs. ' 
Ci.. Blitous, 
Periikercs. 

Garou. 

Roficts. 

Q, Jujohiers. 

Q, Piftachiers, 
Q. Titimalcs, 

Q. Anones. 
Q. Cha^cncES- 
Mauves* 
PavoEs, 

Ciftes. 

Rcnonculcs. 

Arons. 
Pins. 

Mouffes. 



2e Classe, 
Diske fous Us 

Etamines feu* 
lemanu 



3^ 

37 
38 



Jalaps. 

Amarantes. 

Efpargouccs. 



3*^ Classe. 



41, Q; Jujubicff,* 

45. Lc^umincufes. 

44. Q; riltachrers, 

4s» Q- Titimalcs. 
46^. Q^ Aaoncs. 

{I. Q. Caprices. 

4^ Classe, 

Dhhe fous ra- 

vcre & les Eta-* 



Diske fous I'Qve- mines tnjem.-. 



re feulemani. 

14. Bouracbu. 

itf, Vcrvenes. 
17, Pcrfonecs. 

iS. Solanons.. 



He. 



33- 

34. 

48. 



Jo«barbc». 
Al/ines. 

Tilleuls* 

Gcianions. 

Ciuciferc*. 



JP3« Sy ft erne. Overt ; fa fttuation a Vegard dt toutes les 

parties de la fleiir. 

Le Syfteme fonde fur Tov^re , confider^ par toutes fes 

gelations, come abfen«e ou preience » nombre , i^^ure , fitua- 



« 



\ 



cccx 



crue 



P R E F A C E. 

tton & proportion, eft le plus unlverfel ; parce uu. .- 
manque , _il prend la forme de grene ; & que s'il n'i a ni 
gr^aes , ^ m overe , il n1 a aucune autre partie de la fieur,- 
(exccpte dans les fleurs males fdparees cies femelles; ) au 
heu ^qiie fouvant il i' a Gr^^ne ou Ovcie , fans Calke 
Conoie & Etammes : d ou il fuit que c'eft la partie la plus 
umvenele des Plantes ; car il i en a plus qui manquent"^ de 
Kacines. de Femiles . CalirP Ft.rr,;„oc L. ^„':i „':.«, 



thanq 



teuiiles^; Calice, Etamines , &cc, qu'il n'i en 



i^''^ Classs. 



f 



Plantes fans 
I* Q. BifTus. 

S. Q. Li Ha fees qui 

n*onc jamais de 
fleuis* 

-^ t Overe. 



I 



■ 4^ Classe. 

Overe fans Co- 
role ; avec Ca-- 
lice & Elami' 
nes y loin d'eles 

'fur le rrJme ou 
liferents pies. 



47* 

4S. 
j8. 




. V 



ans 



4- 9 



_ ^ 

Fparikes. 
Foiijece. 



17 Charencrs 
4 Tilleuls. 
1 Capricr. 

I Crticiferc. 
9 Ciftes. 

II Arons, 
J Pins, 
MoufTcs. 

J 

6* Classe. 



- ^ 



f^* 



. fieur s y c, i^, 
yiri^ Calice ^ 

- Corbie ni Eta- 
mines^ 



». Champignons. 

3. 6 Fucus» 

3 ■ Classi:. 

Calice ni Co- 
roU i avec des 



5- Classe. 

I Overe fa/fs Co^ 
fole^ avecCa^ 
lice & Etaml- 



I Overe fans Co- 
role ^ avec Eta" 
ivincs placics 
fur lui. 

8* If. Liliaf^'cs. 

^-•5 Jenjanbres.. 
lo^ ©rchis. 



. 5i- i Pourpiccs. 

£ t ami ne s ^ loin jy.Biiions. - 
d'eUs fur U 37- H Amaranres. 

38. 4 EfpargoiKei, 



ties placies au~ '-* Atiftoloches, 

/our ^^//zj. '^- E^eagnus. ^ 

'16". 1 Compodes- 

31- f Pourpicis. 

• 7^ Classe, 

I Overe avec Ca- 
lice , CoroU & 

Etamines pla~ 
cies far lui. 



€l Palmifffs. 
•7. Gramens. 

8. 47i-iliarccs. 
30 I Anaj^aIlJ5, 
Jt. t Salik^ies. 



meme pi'' ^ ou 
fur di fir ens 
pies, 

5. ^Fucus. 
4* t Epatikcs, 





j5. Perfikercs, 

4p» Garou. 
j^i, 6 Rogers. 
41. 3 Juiabiers. - 
4). r LcJumineuC 
44* 8 Pillachicrs. 

4 J. loTitimalCs, 
45". X Anona* 



^. 15 Jcnjanbrcs. 
15. Onagres. 

14. Mir res. 

If. Ombcllifercfi, 

1^-, Ho Compofecs. 

17, Gampanules, 

18. Briones. 

1^. AfauQcit 



4^ 



Scabieiifes. 
Chevrefeuill 

3 Aireles. 
i^ Pourplcrs. 

4 PvoderJ. 



8^ Classe. 



I Overe avec Ca» 
lice , Carole & 
Etamines pU" 
cces autour dt 

lui. 



11, U Aifcles- 
15. C^. Apocins. 
14. Bouraches. 
itf. Vcrvenes. . 

27, Perfoiiees. 

28. St>l aiions. 
x^, Jjfinens. 
SO. I f Anagalltf. 
3 1. Salikeres. 
31, 7 Pourpicrf. 
14. Alfincs. 

36. Jalaps. 
3^. 4 Amaranrci- 
3 Si 9 £(pargoaKSp 
41- I J Rofiefs. 
41. 15 Ju)l»bicr^^ 
45. loSLegumiBCU- 
44. 4tf Piftachie"- 
4f. .. f Tirimaic** 
4^. 11 Axionci. 
4^, 17 Tilleuls- 
4^, Gecauion*. 

p. 10 C:ifiicrs. 



P R E F A C E. 



f 1. 4? Crucifcrci. 
%\, Pa vols. i 

f4. ^4 Ciftes. 

9e ClASSE. 

Plujieurs Overes 



tcyjf 



fans Carole ; 

avcc Calicc & 

.Etamtncs^ 
f. FoiijcrtfE, 

6, 1 Paimicrs* 

47. 3 Chaceners. 

ff>. 4 Arons. 



^7 tf Pins; 

Pluficurs verts I 
avec Cailct y 
CoroU & Eta* 
mines. 



14, 

41 

46 

5j 



5 Apocfiw* 
X I Bourachc 
LabiJcs. 
Joubarb^s. 
1 8 PvoHers. 
Anoiies. 

Kenoncules. 




Table de mes 65 Syjlcmes generanx dc Botanike ^ ranjis felon Vordre 
oh je Us ai expofe ci-devant , & avec Icurs divers degres de bonti. 



Attics oh 
j*3i cam- 

Je ces 

fjAemes. 



Fon^lcmcns de cluque Syftsiiic, 



Noin- I Nom- 
bre de bre de 



leurs 

Ciaf- 



leurj 
Sec- 
tions. 



753 



^754- 



»755 



175! 
1752 



175 1 

»749 

1750 



i*Sy(lerne. Figure totalc ou port 

des Plantes, 
a. La hauteur ou grandeur. 

3. GrofTeur ou diametre. 

4. Durce ou aje. 

5. Climat ou lieu natal. 
0. Subflance. 
7* Sues. 
8- Teintures. 
9. Couleur des fiCurs, 

o. Saveur. 
i.Odeur. 

2. Vertus & ufajes, 

3. Racmes. 

4. Bourjons. 

5. Tije ; fa figure. 
o* Branches ; leur fituation* 

7. Feuilles ; leur figure. 

8. fituation. 

9- 

21. 



II. 



II. 



10. I 224 



ID. 



developemant. 

duree^ 
difpofition 5 ou feuillaje 

1749. j 22. Stipules ^ leur fituation, 

^750. 1 23. nombre, 

24. Vrilles ; leur fituation, 

25. Epines;leur fituation. 
JI748. j 26. Polls & glandes ; leur figure. 

27. Fleurs ) leur fituation. 



IT. 



Kombre <Jei SefliomrA- 
turcles qu'Uk coruerveit 



\ 



9 » o" IT ^ plus^ 



17, ou.. 



I 



*8. 



difpofuion* 



o. 

7 , ou ^ & plus; 
59, ou i &: piujrf 

37 , ou i & pbs, 

& plus. 

12, oa^ &:plu5. 
I o , ou -^V & plus. 
229, ou-| & plus. 
3 1 , ou ^ & plus. 
44 5 ou 7 & plus. 
29 , ou I & plus. 
20, ou ^ & plus. 

21 , OU^& plus. 

17, OU J & plus. 
1 4 , ou ^ & plu's* 
23 , ou i & plus. 
34, 0U7& plus^ 

28, ou J. 
30, ou J & plus* 
48, oux & plus.. 
24, ou ^ & plus.- 

8 5 ou ^ & plus^ 
8, ou -j^&plus.. 
3 5 ou ^ & plus* 






CCCXlj 



P RX F A C i. 



F9ndt:mcni dc c}ia^e Syfttmc* 



Nom- 
biccie 

ru- 
les. 



1 



7SO. 



r^ 



»747-. 
i746. 

*744- 

174^. 

.1748. 

1746. 

»744. 

>743. 

I/40. 

»747- 

i74f'>. 
1741 



29.rJeurs; ecailles qui 

pagnent. 
30. Sexc; fa fituation. 
3 I . Calice J fa fituation. 

figure. 
fon nombre 



5 



32. 
33. 

34' 
35- 



7' 

5 

7' 

3 



Corole 



fa duri^e 



figure, 
fon nombre. 

nombre de fesP^tales. 
fa duree. 



37. 
38. 

39- 

40- 

41. Etamines ; leur fituation. 
42. 

43- 



figure refpe6llve. 
nombre. 



>749- 44- nombre re?, au cal. & a la corole. 



*747- 
.J 746. 



1747- 

.J 744- 
,3741. 

3742. 

1749- 

»745- 

»747- 

»743. 
3750. 

1749. 

1750. 



45- Proportion relative entr'eles. 

4^. Anteres ; leur fit. & difpofition. 

47* figure. 

48. PoufTieres ; leur fig-are. 

49. Overes; leur fituation en <»eneral. 



50 



nombre. 



5 T. Stiles ;Ieur nombre. 
p.'Stigmates ; lenrnombre. 



\ 



54 



nombre de fes lojes. 



^74S' 
J746 



55 . Grenes ; leur fituation. 



56. 

58. 
59 



nombre. 
nombre de leurs lojes. 
leur fubftance. 
leur reteptacic. 



60. Embrion , fon enroulemant. 



61. 
62. 



nombre de fes Cotuii^dons. 
figure de fes Cotuledons. 



1750- 1 J3. Receptacle de la fleur. 

Diske ; fa fituation relativemant 
a toutes les parties de la fleu 



9- 
3- 

4- 

20. 



7- 
14. 

4- 

6. 

n 

.5- 

6. 



7- 

8. 
8. 
6. 
8. 

4- 

8. 
6. 

6. 

IT- 
S' 

7. 

22. 

4- 



Nom. 

brc tie 

kurs 

Sec 

tions, 



turc-e:; qu'ils confcrrent. 



^^_ 



V ' 



93. j ai , ou j & plus. 



124. 

106. 
109. 
80. 



nombre de fes feuilles. 14, jiSj, 



It 

26 

36 

13 

89. 33 



90. 
105. 

85. 

164, 

83. 



32 

^5 

37 

30 

36 



86.537 



75" 
283. 

131. 

76. 

67. 

74- 

93- 
68. 

93. 

130. 

174. 
113. 
218. 

6 



44 
8 

40 
48 

45 
28 

53 
45 
33 

17 

13 

54 

211. il2 

85.148 



2. 



92 
116 

76 

65 

9^ 
101 

63 



65. Overe; fa fituation a I'egard de 10. I 93 



toutes les parties de la Atxa. 



28 
20 

37 

55 

^9 
24 
48 



ou ^ & plus. 

ou J & plus, 
ou f & plus. 

ou I & plus. 

ou 

ou 



i 

9 

i 
i 



& plus 
& plus. 

OH 'j Si. plus. 

ou y & plus- 

ou J & plus. 
ou i & plus, 
ou f & plus. 
ou I & plus, 
ou -f & pli-s. 

ou~8i pl"s« 
ou n- & pl"s. 

ou { & plus. 
ou i & plus. 
ou I & plus. 

ou i & plus* 
ou i & pluJ. 

ou j & plus, 
ou 1 & plus. 

ou ^ & pi"** 

ou :;• & plus- 

ou -jV & P^"^- 

ou i- & plus. 

ou fV & pi"*' 
oui &plus. 

ou 4 & plus. 

ou 1 & plus. 

ou j & plus* 
ou 1 & plus* 

ou i & plu** 
ou f & plus- 
ou i & plus* 



35,oui&P^^ 



-^ 



/ 



^ 



PR E T A C E. 



CCCxHf 

S'il cxifte des Claffes ou Families natureles dans les Plan- 
tes , ou an molns , fi I'on admet pour teles celes qui font' 
fondces fur Tenfen^ble de toutes leurs parties ; il n'eft pas 



UX 



nues , tout fyfteme cu'on ima^inera apres cela , fonde fur la 
confideration de i i^ule partie ou d'un nombre de parties 
moindre que le total ou leurenfemble , en prenant ces Fa- 
milies pour Seftions , ne poura avoir de Claffes natureles\^ 
& que ce qu'on apeleroit alors du nom de ClafTe , neferoit 
a proprement parler que des Seftions de ces Families : c'efl: 
pour cela que mes Families etant etablies come les plus apro- 
chantes de la Metode naturele , il n'a pu ni dii le trouver 



dans les fyftemes precedans aucune Claffe naturele; de forte 
que nous en avons fuprime la colone dans cete Table ; Sl que 
cele des Sections natureles confervces indlque des Families 
cmieres qui n*ont foufert aucun deranjemant dans ces confi- 
derations lyftematikes fur chacune des parties ou qualites 
ifolees des Plantes. Ainfi pour etablir une^ balance exafte 

" " • D. Ixxxix . 



entre ces fyftemes & ceux de mes Predecefle 
il faudroit en comparer le nombre des Sections natureles k 
celul des Claftes nat. de ces Auteurs , & non ^ celui de leurs 
Seftions, qui, dans des Clafles peu natureles pour la phlpart 
n'ont pu qu'etre dcmembrees & fubdivifees plufieurs fois , 
& faire par-la fouvent 3 ou 6 Sections natureles en aparance 
pendant qu*eles auroient du etre reunles pour n'en faire que 

I feule. 

De ces 65 fyftemes il fiilt; 



I 



Q 



tous les fyftemes fondcs fur Texamen de I 



feule partie , tele qu'ele foit , ne peuvent embraffer toutes 
les Plantes, puifque ( come il aete dit, pages xcvij , cxc, 
& cciij ) il n'i en a aucune qui reuniffe toutes cts parties 
enfemble , & qull i en a meme qui n'en ont que 2 ou 3 , 
come font Ja plupart des BifTus & des Champignons. 

Que chacune de ces parties pent aufli-bien fervir pour 
ranjer les Plantes felon un ordre iyftematike \ il n'i a que 

du plus au moins dans leur diferent dcgre de bonte qui de- 
pend de leur univerfalite plus ou moins grande ; enforte que 
teljyftcme , par exemple , mon 17* fur les feuilles , iera 
aufli-bon que celui que Ruppius a public fur le Calice , 
p. xxxiv , & mon 22^ fur les ftipules, furpaflera en bont6 
celui dc Cretien Knaut fijr la Corole , pag. xxxiv. Cela ne 

Saroitra pas auffi etonant , qu'ila paru julqu'iclaux Botaniftes 
e Topinion modeme en h 



finj^iiicitlon " exdufivQipant 



eur des feules parties de la 

autres, lorfcju' 



\ 



t 



I 



CCCXIV 



PREFACE. 

Lcre J)ar experience & p 



3 




ufage 

amilles 



nil i a, ( come no 

e Plantes oii Ics ftipules fourniffent le principal caraflere 
<!e Famile , come dans les Aparines , les Elpargoutes & 
les Legumineufes ; les feuilles dans d'autres , come dans les 
Labiees , les Piftachiers ; la difpofition des fleiirs dans d'autres , 
come les Labiees ; le Calice dans d'autres , come les Li- 
liafees ; les Etamlnes ou le Piflil dans d autres , come les 

Mauves . les Renoncules . &c. 




I'onc die les 

Modecnes. 



IV P A R T I E. 

F 

Ce qui rejle a faire pour perfe&ioner la Botanih, 

I 

4 

la Botanike II eft facll de voir par ce qui a ete dit dans la i*^^ p^*^^^ 
B^«!cpas auffides^Mctodes & Syftcmes de Botanike , & dans la ae lut 

f '?/'":, TJ ^'^^^^ ^^'^^^ ^^ ^^'^ '"^^^"^^ ' ^ I'^g^^^ ^^5 Genres-Efpeces & 

Varietes , qu'ele n'eH pas aufli avancee que Tont pretendu 
quelkes Botanizes modernes un peu trop entoufiaunes <^^ 
leurs travaux , Si trop prevenus en leur faveur. Les Syft^nies 
fur les diverfes parties de la fru£lification qu'ils ont regarde 
•come les feules parties eflentieles , les feulcs neceffaires , et^^* 
cpuifes^les -^de Plantes que nous polTedons, alant ete decrite 
ou figurees , tant bien que mal, ils ont cru avoir touttait; 
lis ont mcme ofe afllirer que cete fcience ctoit portee ^ ^ 
dcgre de perfeftion infinimant fuperieur a toutes les autres 
fciences , au point qu'a les entendre , il ne refteroit pl^* 
que la coneflance de quelques Plantes etranjeres a aquenr. 
Mais bien loin que Ton ait dit jufqu'a ce jour *°^^ 5 
qu'il i a d'effentiel a favoir en Botanike , & q^^ P^'- 
coretftions fufifantes , on ait done k nos conoifTances en ce ^ 
fiance toute la certitude necefTaire , come s'en font van 
.ceux des modernes qui ont pris le nom de rcformateurs , 
qui, a latetc de Metodes artificlcles tout aufli deie^lneue 
cue celes de leurs predeceffeurs ont abufe du titre ^*^.^f j 
ae Syfteme de la Nature ; ces Auteurs nous ont lai*^^ 
plupart des incertitudes ancienes , & ont le P^^^, -^'jg 

envelope les conoiflances nouveles dans le voile cpais 
quelques idees particulieres tfop generalifces , auxqueles 
ont voulu ramener toute la nature, -^ 

II i auroit certainemant de rinjuftice a blamer ces Aute 
4'avoir laiff^ tant de chofes utUes ^ faire ^ leurs ^^rcendans^ 

noos ferons YXftifemblablemant dans ce cas a Vcg^^^ 



PR E F A C E. cccxv 

- V 

hotres : c'eft: beaucoup qu'il nous alent aide a reconoitre 6 
a 7,000 Plantes* Mais ce feroit une'erreur que de croire , 
come on veut nous le perfuader , que les diverfes parties 
de la Botanike foient fort avancees ou prefqne finles par 
ces Ouvrajes fyftematiques. L alfabet lui-meme de la fcience, 
tout fimplc qu'il eft , i eft , come Ton a vu , a peine limite , la 
Nomenclature i vacille dans fes principes , les | des Genres 
i font imparfaits dans leurs carad^eres; enfintous cesfyftemes 
fur I feule partie font infufifans- De forte que cet Ouvraje^ 
Tqui nous "eft anonce par les Auteurs les plus modernes ^ 
come touchant au point de fa perfeflion , & qui a para 
come fini a quelques-uns , n*etoit encore qu'a fon comen- 
cemant , & demandoit a etre travaille fur un plan tout di- 
ferant , lorfque j'i ai mis la main. 

La route nouvele que Vai tracee par mes Families , en 

donant de la certitude , ou au moins toute la certitude qu*oii 
peut fe promettre dans les Clafles Genres Efpeces & 
Varictes , eft peut-ctre un grand pas vers la perfection ; 
mais malgre les coreftlons que nous avons fait aux ^ des 
' conefTances ancienes , combien ne refte-il pas encore de doutes 
a lever , de negligences a verifier ? Malgre nos additions , que 
d'omiftions a remplir' , que d'obfervations nouveles a faire ? 
D'ailleurs toutes les parties d'une fiance auffi etendue ne 



font-eles pas fufceptibles d\me grande perfeftion ? je n'en 



dome nulemant ; j'en fuis mcmeu convaincu , qu'apris avoir 
iexpofe aux ieux du Public dans les deux parties precedences 
les imperfeftlons de mon travail , & celes de mes Prcdecef- 
feurs , je ne roujirai point d'indiquer dans celle-ci le moien 
de les re6Hfier , & de les faire difparoitre. 

Ce feroit fans doute un Oavraje tres-util a faire dans cba- 

cune des fiances , qui font audi vaftes que la Botanike , que 

de montrer queles font les chofes a obferver , & celes qu'il 

faut neeliger come minuties pour ne pas rendre , felon 

Texpremon de Boerave , la Botanike ni fete ni ridicule. On ver^ 

par mes Families , come il a ete dit, p. clxvij, ce qu'ilfaut obfer- 

■ ver plus particulieremant , & ce qu'il faut negliger dans cha-- 

. cune d'eles ; il me fufira done d'indiquer ici ce qui refte 

encore a faire pour perfeflioner la fiance , il foule fur 6 

. points diferans ; favoir , 

i» Les Families ou ClafTes nouveles a' deconvrir. 

1 Les Genres anciens % certtHec & les nouvcaur i (Ilcouvrtr« 

5 Les Efpeces , id. , ' ; .^^ 

4 Les Figures ancicties a completer ou nouveles a faire. . 

5 Sur un Ouvrajc neccfTaitc a compofct,. 

^ Sur lc« Vbiajcs (ju'il fctoir uxij d'invicprcnirt. 



( 



ctcxvj PREFACE, 

t 

i P ... En fuppofant que ks Families que je publie aujourdui 
nouveleT i"^°'^"' ^^ Metode naturele , ou la Metode qui en aproche 
<:c9uvrir. ^^ P^^^ ' '-^'ifgre tous les foins quq je me fuls done , ele eft 

encor fufceptible d'une grande perfe6lion. Le peu de lialfon 



u'on remarque entre 2 Families de Plantes , il en eft de meme 
es Genres Efpeces & Varletcs , indique affez qu'il i a , 



come nous Tavons dit pag. clxxxvlij & cxclx , d'autrei 
Families intermedi^res qui manquent peut-etre dans la na- 
ture , ou au moins qui nous font inconues , & qui reftent 
a decouvrir dans les pais etranjers , & a ranjer a leur place. 
Au nombrePar exemple , il paroit qu'il en manque i entre les Mines 
*= 4 M . & les Ombelliferes ; t ou a entre celes-ci & les Compofees ; 

I entre les Compofees & les Campanules; i entre les Cam- 
panules & les Briones : c'eft ce que le terns & I'obfervation 

peuvent feuls nous aprendre. 
AJdiiion* ^ I'egard des obfervations generales fur les Families co- 
A faire aux ""^s , voici les additions qu'il faut/i faire. 
fam.llej ce- i"= Famille. II faudrolt prouver par I'obfervation ou par 
»«». des experiances, que I'^pona , le Pulina , le Gadal , le Bifus , 

le Kama & le Retlcula fe reproduifent de grenes ou d» 
rejetons ; & dans ce dernier cas , montrer de quele maniere 
le fait cete reproduftion , fi ele a quelque analogic avec 
cele du Regne animal. 

2.C Famine. 11 n'eft pas encore bien decide fi ce qu'on 
apele Etamines dans les Champignons en eft reelemant , fur- 
tout dans la feaion des Lichens , ou fi ce ne font pas plutot 
des rejetons. 

Y Fam. II ferolt curleux de favoir fi les 6 i'" Genres 
des Fucus n'oht reelemant pas d'Etamines. 

42 Fam. Certifier fi le Junker mania, n'a pas des capfule* 
ou cupnies qui contienent des grenes , come dans les autres 

Oenres de cete Famille. 

5= Fam. Trouver dans VOfioglaJfon des Etamines qui 
environent des Overes dans chacun de fes Calices ou en- 
velopes en godet ; come ilsfont dans le Lemma, dansle f'llw 
lana; & come M. Maratti A\i I'avmr t,„ A.r.. U nruaateris 

& autres. 



8. Fam 

r 

leurs grenes 



4 

. Si toutes les efpeces de Jonc ont 1 cotuledons a 
s , come je I'ai obferve dans I'efpece du Senegal. 



cotuledons come le Nelumha 



Famille 



I 



figure de la pouiTiere de leurs EtamyieSi 



14. Fam. la figure de la poufiiere des Etamines, 

f 7. fam. la fituation & figure de rembrioiu 



P H E F A C E. 



S» 



!? 



r 

On avoit'etabli avant moi 1174 Genres de Plantes; j*en i«Gcnt«t 

ai augmente le nombre juska 161 5 environ, & il paret qu*on dccouvnr. 



luivantes, 

Foujercj, 
Palmicrs. 
Gramens- 
Xiirces. 

Bcioncs* 
Aparincs. 



mUl 



Airclcs. 

Apocins. 

Pcrlbnces* 

JaUps. 

AiTiarantcS* 
Ifpargoutcs, 



Jujiibiers. 

Legumincufet. 

FiiUchicrs. 

Ticimalej. 

^ 

Anones. 
Chaceners. 



Tillculs. 
Geraaionr 

Mauvcs. 

Pavots. 

Ciftcs. 



All nombre 
de 4 ou ^Qo^ 



^ I 

Outre ces decouvettes ^ il i a des coreftions a fere dans le ^ cociicr' 
\ des Genres qui parefTent les mieux conus, fur -tout dans 
les Genres etranjers , & il i a des additions a fere dans un 
grand nombre tels que les iuivans. 

/e Famille. Savoir coment eft la galne &courone des feuilles Additions \ 

faircauxCeO'' 



era^ 



M 



8c Fam. Les raclnes , feuilles , fleurs , fpate & calice du res coaucs 



ko/e 



- 11^ Fam. Certifier fi le fiandura a fa fleur fur Tovere. 
Si les 3 Icjes du fruit du Tnxis ne font pas 3 capfules dii^ 

tinftes , chacune a i grcne. 

ia« Fam. Le nombre des Etamines du Tsjerukaniram. Le 
Zw^z^/uzVfj du Jardin Roialm*a paru d'apres les fleurs feches 
de mon Erbier - - ^ . . 

dan 



scetc 



Famill^. 



devoir faire un nouveau Genre a placer 



Fam 



de la grene du Valikaa ; le nombre des lojes de la kapfule 



jufqu 



MduJI 



14c Fam. Le nombre des lojes & des gr^nes de la bale du 

Nani & du Eobu. 



II 



Hortus 



diftinfts qui ont la Corole polupctale pofee fur le Calice come 
dans les Salikeres , mals dont on ne ditpas fi eles ont le Kalice 
pofe fur Tovere come dans les Mirtes , de forte qu'on a befoin 

de nouveles obfervations pour decider a laquele de ces a Fa- 
milies ces Genres apartienent. 

15c Fam, Nous ignorons la figure des feuilles & de Tonv 
toele des fleurs du Solandra. 

i6c Fam. La fituation des fleurs du Bartolina^ 

i8c Fam. Les vrilies du Choc ho. , 

tf Fam* Si k Pavata de Btowne . Ic Kaufha , I'O/^ 



A 



/ 



tccxvUj T R E F A C E: 

xulon &i\e, Fuchfia ont desfllpules aux tijes; & le nombre des 

ftlgmates du Tula^ 

sae Fam* Le nombre des ftils & ftiemates du Mokof; la 
fituation des grenes & de rembrion ^Q,VEnka , du Rododcn" 
dros^ & la nature du fruit de VOlax. Certifier {\VErutroxulon 
a 3 fliles & 3 fligmates. : . 

23e F. Si !e Sideroxulon epineux a un dlske fous Tov^re. hi 
iituation des feuilles & fleurs^&Ia figure des grenes &\xSabatiap 

2*5 c Fam. Certifier fi les fleurs du Alejosferon n'ont pas 
des ecailles. en deflbus. 

2.6e Fam. Obferver le non:ibre des Etammes & des Stig- 
mates de VAlgelagcn. Le nombre des ftigmates & le fruit du 
Leptoflackua^ La fituation des feuilles &. fleurs^ le nombre 
des Etamines , le fruit 8c les grenes du Michelia* 

.a/e Fam. La fituation des feuilles du Diaracra. La fitua- 
tion des grenes dans la baie du Columnea, 

29e Fam. Le fruit & les grenes du Pigafetta, La fituation 
des feuilles & fleurs du Petuia & de VAquartid. Ce^demier 
Genre pouroit bien etre de la Famille des Solanons s'il avoit 
les fleurs placees come eux hors des Aiffeiles des Famill^^- 



Le Comodadla de Browne ne me paroit pas diferer du Do- 
donca de Plumler. Certifier 11 I'Clivier n'auroit pas 2 lojjs 
dans I'overe, chacune avec i ofielet a % lojes. Si la baie du 
CaUlcarpa n'auroit pas 4 a 6 lojes au lieu dc i qu*on W^ 
atribue comunement. Savoir la fituation des fleurs d\i M'^^p^ 
fiillon. La figure des fligmates du Bijldla , du Plou & ^^ 
Marurangn 

3oe Fam. Le nombre des valves de la capfule du Tcofrap* 

de VAretia , du TrienUiUs & du Septus, 

3ie Fam. Le nombre des valves de la kapfale du Gnf^^' 

du Parfonfia, du Kufca ^ du SdLihiru, du Chdbrcafii^^ 
VAmmania. 

3 2e Fam. La nature du fruit du Skiodaful'cn , avec le nom- 
^bre de fes lojes & de fes grenes. Si la kapfule de rhEuchera 

n eH: pas a 2 lojes a fa bafe. 

33= Fam. Verifier fi le Tetraktra n'a pas une Corole- ^ 

34c Fam. Si le Drufis n'a reelemen: que i grene dans foyere. 

37c Fam. S'affurer fi le Mlnuarta a des ftipules auX tijes; 
alors il viendroit dans la Famille des Efpargoutes , come J^ 
lieu de le foup^oner. j 

40c Fam. Les fleurs de VErlokauhn, du -^^^.^^^"^^V^je 
Konokarpos y du Lepidokarpos & du Brunta ^ meritent d^ 

examinees tout de nouveau & fcrupuleufement. . 1^ 

43e Fam. Le nombre des Etamines du Mantodd^f 

ToulUAU'u & du Mdbomia, Si le Boota ^ k G alam^^ 



*^ 



PREFACE. 



cccxir 



fJeante & le Skaligera ont des ftipules aux feuilles ou a la 
tije. Les fruits & grenes du Niante. 

44e Famille. \st Gale Sc le Bofea pouroient meriterun 
nouvel examen. Savoir , la fituation des fleurs du BaroU. Le 
nombre des Petales 5c des Etamlnes du Komahon. Le fruit 
& les grenes du KalaveL Le fruit du Kakao. Les grcnes 
de VhArtogj. Le Triopteris paroit renfermer plufieurs Gen- 
res ; & le Bergena viendra dans la Famille des Mirtes , s'll 
a la fleur fur le fruit , come j'ai lieu de le foupgoner. 

45 « Fam. VhEmanda^ le Plukncta & VErteU meritent 
un examen fcrupuleux. Nous ignorons la fituation des fleurs 

de VErtela. 

r 

46eF. Sav'oir fi le Xulopikronna pas plufieurs overes avant 
la maturite de ion fruit. La fituation des fleurs de VUdraJlis^ 

49c Fam. Le Baniflera paret renfermer plufieurs Genres, 
dont le hlrca.Jacq, efl peut-etre un. 

5oe Fam. Le nombre des ftigmates du Durio, Le fruit & 
les grenes du Tijinhin. 

'5 1 Fam, Le A-a^gravta ^ autant que les fleurs deffecKees ont 
pu m'en inftrulre , me paret avoir une baie a 10 lojes , & venir 
dans la Famille des Giles; j'en conois une Efpcce a fleur en 
epi & a 5 Petales dillinils^ 

52c Fam. La couleur des fleurs & le nombre des tuber- 

cules du diske du Vefika^ia. 

54c Fam. VO/}erdikia, h Plinia , k Kodd^m-puill Silc 
Ka^pia font des Genres a certifier. Savoir la fituation des 
feuilles &. des fleurs du Kuratella. Le nombre des grenes 
^xi^orflia. Le nombre des ftiles & ftigmates A\x RakUta. 
le fruit & les grenes de Villa, du Fantis , de VAllofilus & 

du Barrtra. Le flil , le fruit & les grenes de XEmh'dla , du 
^ Ptla & du Gcfcmbilla. Le Koa me paroit venir dans la Fa- 
mille de Tilleuls pres deTErable. Si les Etaminesdu Sauvagta. 
font rcunres fans aderer a la Corole , il viendra dans la Fa- 
mille des Geranions pres de la Violete. J'ai une nouvelq 
certitude pour placer le Manelier dans la Famlile des Ona^res . 
come )e 1 avois foup^one. Si 1 on trouvoit quelke efpece de Fre- 
ne a fleur dont les etamines fuflent aderantes , il faudroit rapor- 
ter ce genre a la Famille des Jafmens pres du Chionamui , avec 
lequelilatant d'autres raports , & dont je ne Tai fepare que 
faute d une femblable obfervation, 

56c Fam. Savoir, le nombre des Etamines & des ftiles du 

Subuluria. 



ks 



une vrale decouverte que 



£' 



les fruits 3c les grenes de 



\ 



^ 



kccxs 



PREFACE. 



ifeton y qu 



t 






!es Botanifles j & a celes que j*ai fait en toutes falfons pen- 
dant nombre d'anees fans avoir pu reuflir ; ce qui feroit foup* 
^oner que cete Plante n'a que des embrions de rameaux qui 
tienent lieu d'overes & de gr^nes. 

58c Fam. Trouver les fleurs males ou les Etamines da 
Lukopodioides, Les fleurs femeles & les greneS du Porella, 
du BUnkara , du Dorkadion & du Buxbomia. 

Les^ Genres nouveaux trop fuccintement decrlts , &. dont 
il feroit important d'avoir des details fufifans pour les placer 
dans leurs Families, feront raportes au nombre de 65 dans 
la 2e partie de cet Ouvrage, a I'Errata & a la fin de TAp- 
pendix , page 5 10 , c'eft pourquoi je me difpenfe de les 
citer ici. , 

II i a encpre plus de correilions & d additions a faire dans 
lesEfpeces de Plantes conues , que dans les Genres , pour les 

come on n t^ 



ramener a ceux auxquels eles apartienent ^ 
conok paffablemant bien que 3 a 4,000 au plus fur le nom- 
bre de 18,000 qui font indiquees dans les Catalogues, & 
ralTemblees dans TOuvrate deRai , il i en a au moins 14-^00 
. t*! '!?.'!1 lu ^ ^^"^^^ & ^ carafterifer de nouveau. Voici quelques re- 






/ 



flexions generates \ cet egard. 

2e Famille. 11 n*eft pas encore blen determine ce qu 

qui 



ieff 



3^ Fam. II en eft de meme de la Famille des Fncus. 
Fam, id. dans certains Genres de Gramcns , tels <^^ 



7 



Fejluka 



i6e Fam, id. dans quelques Compofees , fur-tout le Xjf 

tura , le Doria & VAJIer. 

ai'Fam. Hi a une fmgularite a fuivre dans le tube de 
la Corole du yaleriana ; iavoir, s'il eft fouvanta ^W^ 
dans toutes fes Efpeces , come je I'ai obfeivS dans cele 

apelee Valeriana rubra Utifolia. -^ 

25^ Fam. On n'a pas encore bien decide ce qui eftt-'' 
pece ou Variete dans quelques Genres des Labiees , tels f^^ 

VOkumon , le Menta , le Lamlon. , 

31' Fam. S'affurer du nombre des dents du Calice & °-^ 

etamines de toutes les Efpeces de Salikanj. 
. 38* Fam. Du nombre des etamines , des ftils , des lop 
^ valves de toutes les Efpeces d'Efpargoutes. , >, 

/ 4ie Fam. Si les gr^ncs de I'Elpece de Mefpilus apeie*: 

^Amelanfier font des noiaux ou des pepins. Determiner ^^ 

ca Efp^ce SC Variete dans les Genres du RoJ'i ^ 



qui 



P 



43' 



IM 



P RE FA C E. 



tCCXX] 



43 « Fam, Si le 



Bonduc de Canada nefl pas d'un Genre 
;s Tropikes ; c'eft ce que j*ai lieu d^ 



diferanit de celui des 

fonpgoner. S'il n'J a pas pfufieurs Efpeces d'Akakia a eta- 
mines diftin<Ses , come je les ai vu dans cele d'-Amerike fans 
tpincs & a fleurs blanches ramaffees en tete. 

58^ Fam. Decider ce qui eft Efpece & Variete dans la 

plmjart des MoulTes. ^ ' 

Lorfqu'on aura certifid les 18,000 Efpcces ou Varietes ^ lesEfpeccs 
de Plantes indiquees julqu'ici> i! reftera encore a en decou- ^ "^ecouvrir; 
Vnr un nombre a-peu-pres eeal dans les pais etranjcrs. B-ai ^i^}^^^ <^'^^^^* 
I avoit penfe 4 1 a pres de 80 ans , en diiant a la paje 113 de la ^^^^^^ 
Preface du i""" Volume de fon Iftoire gcnerale des Plantes im- 
primee en 1686. Longijjlme tumcn abcfl ut me pcrfcBam Plan- 
tarum omnium IJloriam cornpofuijfeyaut aliuni quemvis camponer 
pojje exijlimeniy cum ^ ne dimididm quldein parum PUnurum 
toio terrarumOrbe nafcentium Europels hadenus cognit.im aui ob-^ 
ftrvatam ejje , certijjimum f:u Primum etenim vaft'tjjirn.i urrarum 



fpatia divcrjo miindi carJini fubjeBa nondiim d^uEla , at ne 
. fizndo quidtm audita, latere plufquam verifimlU ejl : Quin^ 
tarum rcponum qnarum aliqiiakm nothiamhubcmus , p::rs Lnge 
maxima y Sotanicis inacccjfj y nondum crrte lujlrata cjl. Tan* 
dem in its ctiant quiz omnium dUl^cntifJime pcrjcrutattzfuiit , non. 
pauca Botanicorum induflriam eluferunt & etiamnum inobfet* 
vat(^ latitant : ut hujufmodi IJloriam vlx dhm inchoatum ^ non. 
ante abfolvendam put cm. 

Exiiio terras quarn dabit una dies*, 

M. Linna?us a avance le contraire , fans le prouver, darts fa 
.Preface du Species PUntarum ^ Edition de ij^4i oil il dit : 
Numcrum Plantarum totius Orbis longc pauciorem tjfc quim 
vulgb crsdifur , fatU ccrto calculo iTitdUxi , nt pore qui vix 
ac ne vix lo 030 attr ng.it ; mais TErbler condd'erable que 
nous poffddons, celuide M. de Juffieu , ceux de Tourncfort 
& de Vaillant que Ton conferve au Jardin Roial de Paris ; 
nos propres obfervations dans nos Voiajes au Senegal , auK 



lies Canaries & aux Afores; Texamen des Plantes figurcc 

dans les Voiajeurs les plus celebres , tels que Ptumier , 

Reede , Margrave^ Rumje , Ernandc^ ^ &:c. nods conHf- 

jnent de plus en plus dans I'idee du Sarant & profond Rai , 
"ce digne^emule de rilluftre Touniefort. Cere idee qui pout 
fe fontenlr encore aujourd'hui eft facile a verifier, en salTif- 
rant du nombre des Plantes que cliacun des pais qje nous 
conoiflons a fourni , &. en comparant a c^s pais coax q;fi 
nous font encore inconus. 






I 



\ 



cccxxi} Pre r a c e. 



\ 



tfpeccs CO- Un feul Roiaume de I'Europe , tel que la France o\; TAn^ 
hues, vont i gig^gjre prodult 3,000 Efpeces de Plantes toutes diferan- 



3,003 



N 



L'Efpagne , Tltalie & les Pais du N. de I'Europe , 

en ont fourni de plus 

Le Levant & autres Pais Orientaux. ' 2,000 

L*Amerike , depuis le Canada , jufqu'au Miffiffipi 1,000 

La Tetre ferme de TAmenke , depuis le Mifliflipi , 

jufqu'a Surinam ^?oc6 

Les lies de I'Amerike ^ooo 

Le Breill & le Perou ' ' ifioo 

La cote de Barbarie & une partie de I'Egypte h^^^ 

Le Cap de Bone-Efperance. 1,000 

L'lle Zeilan & la c6te Malabar h^^^ 



Les lies Molakes 



1,000 



Les lies Filipplnes & la Chine h<^^^ 



Ajoutons 2,000 Varietes a tout ce nombre d'Efpe- 
Ces bien diftinftes 



a,ooo 



4 

I 

J'ai mJs les chofes au plus bas dans ce calcul , en iupn- 
mant toujours les repetitions des Plantes qui fe rencontrenc 
dans des climati femblables ; de forte qu'on ne peut ^uere 




contefter que nous ne poiTedions aftuelemant au moins 18,000^ 
£fpeces ou Vanetes bien diftinftes de Plantes. De plus, p^r- 
Jni les divers Pais cites ci-deffus, ili en a de moins conus^ 
tels que la Provence , le Portugal , TEfpagne , lltalie , ij 
Pyrenees , les Alpes , & qui ptoduifent encore nombre 
Plantes cchapees aux recherches des Botaniftes ; il ^^ ^^ 
bcaucoup a dccouvrir dans les lies de rAmerike, nialgre 



\ 



. _ MM 

beaucoup dans le Canada, la Virginie, le Miffiffipi ? ^^^^^ 
rou , le Brefxl ; beaucoup fur la cote de Barbarie , en Egyp*^> 
au Cap de Bone-Efperance , a Zeilan ^ au Malabar , aux 
Molukes , aux Filipp nes & a la Chine ; ce qui augmentero^ 
pnrnr^ 8r nf»iif.Ptr^ Aa | le nombre des Plantes fournies p 

Ifpeccside- A com^'arer la petite etendue des pais parcourus par ^ 
couvrii, vonc BotanJfles , a Timmanfe etendue de ceux qui nous relte^Jt 
mllC^ *" conoltre , n^eft-on pas en droit de foupfoner que la mo^^^^^ 

qui refle afaire , pent egaler ou meme furpafTer le^ richf"^ %^^ 
nous poffedons en ce Genre? Permetons a im Entouualine . 



^ le calcul precedant. 



\ 



\ 



PREFACE. 



*/ 



»** 



cccxxnj 



Tout Hnterieur inconu ae rAfrike peut fournir au molns 



y^ooo Plantes nouveles. 
L'interieur de TAfie. 
La grande & belle He de Madagaskar 
Les lies de France , Rodrige & adjacentes. 
Les montagnes du Perbu 
Surinam & Caiene 

, L'Amerike Meridionale , depuis le Brefil v jufqu'a 
la Terre de Feu 

Les lies de la Mer du Sud 

Enfin les Terres Auftrales qui reft^nt a decouvrir , & 
qui egaleront vrai-iemblablexnant une des 4 parties 

ou monde conu 



5,000 
3,000 
4,000 

ijOOO 

a, 006 

2.,O0O 



4,000 
I5OOO 



3,000 



55,000 

Nous poffedons , come 11 a ete dit , pag* cxli] , environ ^o Ffgiifcs i 
70,000 figures , qui reprefentent a peine x 0,000 Eipeces corijer , i 
de Plantes , les autres 60,000 n etant que des repetitions completer «k 
ou memedies copies plus ou moiiis exaiftes. Sur ces 10,000 ^ ^'*"^' 
figures , il n'i en a que 1,500 ou 1,000 au plus de bicn 
reflemblantes ou completes , c. it d, 011 il ne manque au- 
cun des details ncceflaires pour les faire conoitre parfaitemant, 
& de maniere a ne les pas confondre avec cellcir qui en apro- 
chent le plus; pour alierjufqu'a 18,000 Efpeces, en nous 
bomant a celes qui font conues , ou que nous pofTcdons , 
c'eft done encore environ i6,ooo figures a corijer, a com- 
pleter , ou a faire de nouveau* 

Il eft naturel de conclure de ce qui vient d'etre dit dans ^p Grand 
les 4 articles precedans , qu'il refte a faire un grand Ouvraje Ouvrajcafal- 
qui , en perfeflionant les conoiffances aqiufes en Botanike , ^«* 
ajoute aux 58 Families que nous conoiflbns les 4 ou 5 Fa- 
milies qu'on peut raifonablemant croire qui nous manquent ; 
3UX 1,600 Genres , les 4 a 600 qui reflent a decouvrir ; aux 

18,000 Efpeces trouvces , les 25 a 30,000 qui nous font in- 
conues ^* • * • ' ^ ' t r . . 



& des figures completes ou aufii entieres 



, & qui joignit en meme terns des defcriptions cour- 

tes , mais funfantes 

qu'il ferdit poffible de toutes^les Plantes. 

II ferolt a fouhaitcr qu'un Botanifle profond , & en memd 
terns affes rlche , fit ccte entreprife . aui lui feroit moins 



q^. 



onereufe en publiant , en forme d'Ouvraje periodike an^e 
par anee, ou en Journal mois par nvois , les Genres & Ef- 
peces de Plantes Families par Families , le Public fe pretant 
a des foufcriptions* Mais il eft rare de voir les richeftes 
alliees aux grands talens j & ceux qui poaroient etre frapen 

X ij 



* 



«ccxxiv P R E F A C M. 

de rutilite qui en refulteroit , ne fortent de I'obfeurite t!^ 
leuf cabinet que pour prendre un repos abfolument necel- 
faire a la reparation des forces abatues par un travail con-» 
^tmiiel. II eft probable que le Public fainiTant Tavantaje qui 
pent refulter d'un plan le mieux con^u fur ce qui interefle les 
fcj^nces natureles , fe prcteroit a le faVorifer. Je m'en fuis 
toujburs occupe; c*eft celui dont ]'ai parle ci-devant, p. cc, 
qui eft come la cle de THiftolre nat. de la Fifike & de 
toutes les fiances , & qui difere totalemant de cete preten- 
due echele & filiation ou fucceflion des etres confideres co- 
me une degradation d'un mcme Genre luivant une Hgne 
droite ; idee dans laquele les Fllofofes Modernes fe complai- 
fent tant , & dont je demontrerai le pen de fondemant. 

jEn confequence de ce plan ,^ j'ai du publier ces Families 
qui font des^ portions fixes & ftables du fyfteme geniral de 
la nature , s'll i ea a un. Si le Public convient que ces Fa- 
milies font reelemant les Families natureles , ou au moins 
qu'eles en font aufli aprochantes que les conoiffances aftueles 
en Botanike le peuvent permetre ; je pourai doner dans ce 
meme ordre toutes les Efpeces conues , decrites ou figurees , 



& celes memes qui demeurent encore ignorees dans les Er- 




€♦ Voujes M 
tt.ilcs ifuirc, OU 



biers nnmcnfes de nos Botaniftes, en les raportant chacune . 
dans des colones aux Genres que je public aujourd'hui , avec 
la citation fitnple du nom de fear i" Inventeur ou de lameil- 
leur figure , & avec des Carafleres fufifans , mais abrcjes^J 
c^r on ne lit ^uere de lon^ues defcriptions , & on n*en fai- 
iit pas les diferances , les 

i ces longueurs. Get Ouvraje , d'une ^utilke effentiele', & 
dont la neceflite eft abfolue pour fixer eiifin nos conoilTances 
& nos richefFes Botanlkes , fera d'une longue haleinej 
neanmoins, come il eft deja tres-avance du cote des defcrip- 
tions , on pouroit les porter en peu d^anees a fon entiere 
execution , ft les circonftances favorables i concourolent : il 
iefoit tres-diipendleuxpour un Particulicr dont la fortune ell 
bornee , car il faudroit i joindre les figures de toutes Ie$ 
Efpeces & des Varietes afiez notables , travaillees avec toute 
rexaditude & les details neceftaires pour les rendre com- 
pletes, & teles a-peu-pribs qu*il faut pour etre aulfi parfaites 
ou aufti utiles qu'on peut les defirer. 



fication de nos con jilFances a<5iuele?, & ne nous procureroit 
aucunemant l^s conoiflances Botanikes qui re^^CQnt a aquerir. 

De quele utilite ne feroient pas a cer efet des Voiajcs or- 



P R E F A C E: 



ifcxxr 



^oncs par des Souverains , avec tous les enconrajemans nc- 
cefTaires , a des Botaniftes confomes qui iroient dans toutes 
les parties du monde a la decouverte de tant de produftions 
nouveles donr nous n*avons pas la moindre idee , & qui 
raporteroient tant de richefTes dans leur patrie : Prcjet vafte, 
avantajeux a la Societe , digne de la grandeur des Princes ~ ' 
qui Tordoneroient , des Miniitres qui en favorileroient Texe- 
cution ^ honorable pour les Savans qui en feroient I'entreprife ; 
cnfin ecrit a jamais dans les faftes des fiances qui en reti- 
reroient tant de conoiffances dont Tutilite auroit tot ou tard. 
(on aplication. 

Re mark e. 

M 

Je dels avertir ici que fi quelkes Botaniftes /e trouvent dio-' 
kes de Topinion que j*ai cm devoir enibraff^r fur leurs Ou-» 
vrajes , mon intention n*a ete ni d*ataquer leur perfone , ni 
de diminuer en aucune maniere la reputation dont ils jouilTent^ 
Je n'ai eu en vue que la recherche de la verite , & je dcfire 
fort qu'on veullle bien me faire ccnoitre , avec les mcmes 
egards & la meme franchife-, ce qui paroitra de defeftueux 
ou de fufceptible d'explication dans cet Ouvraje , fruit de a^ 
de veilles ou du travail le plus affidu,& que Je ne pu- 
blie que dans le deffein de montrer la route qui m'a le mieux 
reulli , & qui m'a paru la plus propre a faire parvenir , en peu 
de terns.,, la Botanike au point de perfection dont ele eft 
fufceptible. 

Fin de I4 Preface ijiorlhe de la, Botanike^ 



T 




W^T 

«# 



( 




.5 * 



♦ ♦ » • ^ i tl 



4* A^^<^J''^J0k.JkJ'^J0k.JkJI'c^A':^ M 



''/ 






TABLE CRONOLOGIKE 

^ 

PES AUTEURS DE BOTANIZE. 




O N Objet n'eft pas <k do;ier dans cete Ta- 
ble une notice de tous les Ouvrajes des Auteurs 
en Botanike , ni de tomes les editions , ni des 
meilleurs editions de ces Ouvrajes g mais feule- 
mant de citer U i^"^* & la derniere edition de 
ceux des prlnclpaux Auteurs dont la conoifTan- 

ce eft neceffaire , folt parce quails ont done les ^l^mens de 

cete Tiancg dans des Metodes , foit parce qu'ils ont public 

des figures que nous regardons come une partie eflentiele. 

Dans la i^« colone - on trouv^era le nom des Auteurs; 
leur patrie dans la 2^; le titre de leurs Ouvrajes dans la 3= ; 
dans la 4^ le nombre des Plantes dont Us ont parle , & des 
figures qu'ils ont public, avec le dcgre de bonte de ces figures 
en les diftinguant en 4 Clafles , les mauvaifes , les medio- 
cres , les bones & les parfaites. Les mauvaifes font celes qu^ 
pechent du cote de I'exa^litude ou de la relTemblance. Les 
mediocres font celes qui reprefentent afiez bien I'Enfemble 



cu le Port de la Plante, mals avec des dcfauts dans les 
proportions d^s parties , ou dans les details. Les bones ou 
incompletes font celes qui reprefentent exaftemant la Plante , 
mais qui fupriment quelques parties , come les racines , les 
tijes , les fruits, &c. Les parfaites ou completes font celes^ 
qui joignent a Texadlitude le detail de toutes les parties de 
la Plante , de maniere qu'il n*i ait rien a defirer ; U i en a 
fort peu dans ce cas. Dans la 5^ colone font les anees de 
la i^'"«& derniere edition des Ouvrajes cites, leur fonnat,^ 

le nombre A^s volumes, & le lieu de leur impreffion. La 
DC colone done I'anee de la naifTance des Auteurs autant 
qu'on a pu les recueillir. La 7* cele de leur mort , & la 8« 

la duree de leur vie. 

Par Ic moien de ces 8 colpnes , on pent voir d'un coup. 
dqpil; x^ queles font les nations qui ont fourni le plus de. 
Botaniftes ( utiles s'entend a la fiance I ) z^ Quels font ceux^ 



/ 



/ 



£ 



Table cronologfke 



\ 



V 



qui ant pu etre Copiftos les uns des autres ? 3° Ceux qui otit 
le plus tiavaillc relativemant a la duree de leur vie. 

On a laiffe en blanc la naiiTance , la mort , &c. de nombre 
d'Autcnrs fur Icfqucls on n'a pas aflez de certitude. 

A legard des Auteurs anciens qui ont vccu avant Jefus- 
Chrift dont nous n'avons ni figures, ni les ouvrajes complets , 
mais qu'il f^ut conoitre a caufe des noms anciens qui i font 
fites, on ne s'aflujetira point a la meme regie qu'on s'eft 
prtsfcrit pour les Ouvrajes Modernes, 



■i 



J^cms da 



ZoroaAe- 



^ 



Orf^ 



:c 



Moufaios* 



Moufcs^ 
Salomon 



Cmcrc. 



Solon, 



Pacajiorc 



Ktaccl^s. 



Paint. 



'eurs Ow 



I 



ont dlcnt gu 



.Jennies &ii 
Uurs Ou.vruf€.i 
ont jjaru* 



Annita 
de leur 

naijpinct^ 



^ 



Pqrfan. 



Auteurs avant Jefus-Chrift. 



De fatione 

Plantarunin 
De PUntis 



Gr^'k. 



V * 



Id. 



Ehrcu, 



Id, 



.-t 



map as, 

De -Agri- 
cidtura» 

Dc Polio. 



Genejls, 



Gi€k 



Id- 



Id 



u. 



I opera & 

Dies. 
J?e Polio. 



0.tfyff?c. 

lliade. 

De Atru 

pllce* 

Vires Er- 

barum. 



\ 



i<i 



Rllptoml 

kon^ 



Ex Plin, 

Lib. 18 . C. 
14. 

Ex Plln. 

I* 

Ex Plin. 

I. 



Ex Bib I id 

s 



acru. 



1491. EoL 

Vcnetiis. 
LipfliZ. 



Ex Plin, 

t 

Z. 10 , c. 

to. 
Ex Plin. 

L, 10, c. to. 

Z. 14 , c» 

Ex Ipocra- 



6^>50© 



i,tfzo 



i,5?o 



i,jS8 



^41 



S«f 



48J 



dc lour 
mortt 



dt lear 






455 



^oi 



Nomt det 



Ipocratc* 



Androcides. 



Ariflotc. 



Androtion. 



T£ofrafte. 



Callima- 
chus, 

Archilo- 

chuj. 

Tcmifon. 
Bicuchcs, 
Glaukias. 



Glaukon. 
Cratcvas. 

iyax. 



des 'Au'teurs de Botanlkcl 

1 

Ztur \leurs Ouvrajc^A Nombre tfes i jimilci 6u 
'"■'•'- ■ • Plantcs d^nt Us \Uurs Ouvraja 

out parte, I ontparu. 



Airi c. 



Mecrodore. I Grek 



Id 



Id 



Id. 



Id 



Id 



Id 

Id 



Id 
Id 



Id. 



Id. 



Id. 



Roi 

d'Arab. 



3 

jinncts 
dt Uur 

naijjiiiice. 



Auteurs avant Jelus-Chrift* 



Epitome 
Riiotomou- 
menon. 

Piciura: 

Plantarum, 
De Erbisi 



De B raffle a , 



Hifforla 
Plantarum^ 

Dc Murto 
& Olca. 

Hljloria 
Plantarum^ 

Lib* i^« 



DeTrifolio^ 

De Kutlfo, 

De Plan 
tagine^ 

DeEraJJic^n 



Id. \De Carduisn 



Mil fa. 



Ro- 



De Bupleu- 

ro oleraceo, 

Piciunt 

Plantarum^ 
Id. 

De SmpU- 

bus, 

De BctO' 



^ntoni^, I main. I nica. 



Ex Plln 



i. 



ic 



Z34. Plane. 



500 



f 



zo. 

L, ly i c. 3,. 

145 J • FoU 

V^nedis. 
Ex Plln. 

• n t . Fol . 

LipfitZ, 

1619, FoL 

PariJIis. 

Ex Tco- 

fraflc. L. I, 
c, S. 

1483. FoZ. 

TarviJrL 

1644, FoL 

A mflc lo da ■ 



mi. 



L, LI , C, )• 

tx Era do to. 
Ex Plin. 

Ex Plln. 
Z. 10 , c, 9. 

Ex Plln. 
Lib, ;o } c. 

£jc Galena, 

T. %. P. u 

Ex PI in. 

Ex Plln. 
L* i^ $ c, I, 

Ex Plln. 

I f 18- Fol, 
14^9. FoL 

^afdcct. 



■ 

4S0. 



4^^ 



400 



J 84. 



550 



310 



Ex Plin, I ly J 



87 
S3 




tkurU 

Uur 



574 a 






)Z£. 



tfl» 



iif 



81 



J 



^ 






V 



^ 



» 



4 



. Koms dci 



Itur 



leur$ Ou' 



vrajts* 



■ 

TahU crano^oglke 

NoTTihre dts I Vrtmhrt St 
planus dont Us I dcrniirc iditlon 
ent parte, j dc leurs Ourra.- 



d*. Uuf I 



Auteurs apres Jefus-Chrift. 



pioskorid 



Grck. 



i^linlus X. 



main. 



Defcrlpt'.o- 
nes Planta 

rum. Lib, ;. 

Kijioria 
mundi. Lib, 
11. ad, 17, 



tfOO. 



30Q. 



Corbichos 



Fran- 



cois 



Tc P'roprie 
taire. 



Cuba. 



Allc 
mand. 



Hortus Sa- 



nitaus. 



Iconiccnut, iltalicn.I De Herhh 



■A 



Villanaya. 



EQ>a 



gno. 



De Vtrtuti 
bus Plania- 



rum. 



Cucroulr, 
Gueroaldus 



Fraa 



501S, 



JBrunsfc!*, 



Allcm, 



/ 



Igcnotfl 



Id. 



laterpreta 
tio in j^mil 

Mxcrurn» 
Herbarium, 



Ruclllus^ 



Franj 



> 



Pt Oon(fjt. Ilcalicfl. 



Imagin0s 

Herb arum. 
Effigies Ar- 
horuTTi. 

Comment a- 
rii in Dlos- 
koridem, 
De natura 

fiirplum, 
Erboiario. 



I^igures 8 
en bois mau- 

vaifes. 

Fig. f 09 
cnboi& mail 
vaifcs. 

Figures II J 
en bois me- 
diocrcs. 

Fig. lyo 
en bois mau- 
vaifcs- 

t)ois mau- 
vaifcs. 

fig- 138 
en bois bo* 

nes,{ansom- 
brcs. 

Fi^. ?oo en 
bois mcdioc. 



bois medioc. 



Plant. 



7^7 



bois mau- 
vaifcs* 

Copic dcVil- 
lanova. 



1478 

Co lie. 



Fol. 



FoL 



1614 

Francofiirti, 
1468. FoL 
Ke-roniz. 

i44(. FoL 

Parifiis, 
(Bile) 

1481, -FoZ. 

a Lion. 

(Bibl, de M. 

Bombatde.) 

148^. FoL 
Moguntlce, 

FrancofurtL 
149' ' 4* 

M19 ,4*" 

EajiUce, 

jjo^, 4» 

Ke net lis, 

i(SZ6, FoU 

Lugduni, 

Pari fits, 
(BibU de M. 
de Judlcu. 

in7? 5V0I, 
Argentorati* 

r 

xf^i , 4» 
Francofurtim 

Paris. 

Lugdu/iL 



Vinagiit, 



8. 



»350 



I4ZS 



I 3 GO 



H74 



mart, I ''^^ 



10 



700UJ 75 

7^* 



V 



i;i-*-| 5^' 



X4(i. 



ou 



15:34 



T 



f»7-p} 



ijSf 






its Juteurs it Botanlktl 






Itur 
Patru, 



i 

J 

I 



■ 

lews Ou' 



vrsjci 



P'antet Jont its 



dtrnurt idhlon 
i/it Uurs Ouvra- 

its. 



Auteurs apres Je/us-Chrift 



Crcfccntius. I Iralicn 



Dorftcn. 



Allcm. 



Cefncr. 
(Conrad.) 



W. 



Fuchs. 
Fuchfus. 



Id. 



Hernandez 
(dcOvicdo.) 



Efpagn, 



Koeflin, 

Rodion^ 



Allem. 



Mactkiolc. I Icallcn. 



^oniccr. 



Allem. 



Turner. 



Bock. 

Dodoncus. 
Bc!on. 



An- 

gloii. 

Allcm. 



Id. 



Dt PUnta- 
rum natura. 



Botanicon* 



Plant arum 
H'lftoria, 
Dc Luna~ 



riis. 



Opera Bo- 
tanic a* 

Hijioria 
Jlirpium, 



Hiftoria 
general de 

las Indias. 

Botartlcon 

Fancofur' 

tcnfc* 

Commtnta- 

rla in Dies- 

\oridcm, 

Botanlcon 
Hijl. not, 

Hlfi, Plan- 
tarum \An^ 
glU. 

Hiftorla 

Stirplum, 



Fran; 



Stir plum 

Pentptades 6 
feuLihrl jo, 

Voiajc au 

Levant. 

De Arbori' 

^us ionife- 
ris. 



Fig. ijS, 
en bois mau- 
vaifcs, 

Fig. 19 U 
bois mau- 

vaifcs. 

Fig. 400 , 
bois Sc cuiv. 
medioc. & 
bones. 

rlantcs 800. 

Fig- 51^, 

bois medioc. 
& bones fans 
ombres. 

Fig. ti , 
bois mau- 
vaifes. 

Fig. felon 
M.i.inn£us. 

Fig- iM. 

bois medioc. 

Sc bones* 

fig. 875 , 
bois niau- 

vaifes. 

bois niau- 
vaifes. 

Fig. yfi-7, 

bois medioc. 
& bones , 
Plane. Soo. 

I Fig.^«84, 
bois medioc, 

1 

&: bones. 

Fig. 10 , 
bois medioc. 

ic bones. 



if>8,4* 

Bajilcit, 
1 f 7 1 . FoL 
Cracovla, 

i;40- FoL 
Fran t ofu rd . 

if4i. Jl 
Parifiis, 

TigurL 

i7n» FoL 

Norimbcrg£C 

1^41. Foi' 
B aJlU X ♦ 

Lugdunl* 

1^4^. FoL 

Salamanca,. 

(Bibl. dcM. 
de Juilicu.) 

I \4s» FoL 

FrancofurtL 

1^4^ FoL 
1^74. FoL 

Bafilex, 
Fran cofurti . 

ij68. FoL 
London. 

ftfjo. FoL 

Argentina. 



4". 

FoL 



FoL 
FoL 



1M4 

Antucrplx^ 

Paris. 

1 tf o f . FoL • 

Raphcl. 



T 



*4fUlltS 

^t h ur 
nMiJfarzce, 



J JOI 



MM 



1500 



lyiS 



de Uur \dt Uu.0 

mort. i v«. 



iP? 



145? 



J 41 



'H^ 



lyltf. l;^j 



xySj. 



\ 



4> 



Iftf*. I ^f 



15^4. I SO. 



I J 77. I 77. 



fS«^. I J« 



I 



M^S- I iJH» I ^"^ 



£f. 



iftf4- ^^ 



X 



Nams its 



6 



leaf 
Fa trie. 



Tabic cronologikz 



Ltun Ou- 

vr aj cs , 



Nambrc dts | Prcmltrt Cf dcr* } jinncti 
Flantts dont Us ! niere- id'.tioii de i dc Uur , 
ont furle, | Ictus Ouvrajes* Inaijpuicc, 



Annta 
dc Uur 
mort. 



Dtru 
vie. 



Thevcc. 



Amatus. 



Dugort 



Duclioul. 
Gdilaudin 



Herrcia. 

Jarava. 



I 

PiSoriu 

Valerias. 
Cordus. 



Dupin. 
Pinaus, 



T««u 



Fran- 



901s 



^ 



Portug 



Ftan^ 



Id. 



Pruf- 
fien- 



Efpagn. 
Id. 



Auteurs apres Jefus-Chrlft. 



Cofmogra- \ 

ne. 

Siagularices 
de la France 
anrardike. 

Comment a. 
ria in Dlos- 
korldem, 

Le Benefice 
comua. 



Fig. II 

bo is mau^ 

vaifcs. 



boismcdioc. 



SuifTc. 



Allem. 



Fran 5 



Anguillara. I Italicn 



Id 



Que reus 
Hijloria* 

Dt Stir- 
plum aliquot 
nominibus, 
De Piipyro, 

De A§ri- 

culturd, 

Hlfi-oria dc 
las Yervas 

dc Diosco- 
tidc. 

In Poem a 
JEmiliL Ma* 
cri» 

Hi fieri a 
Stlrpium^ 
Lib, 4. 

Hijloria 
Plantarum 

Dioskoridis, 

Dc Simpli'- 
cibus. 



Agricpl- 



tuta. 



boismediuc. 



ifH> 4* 



Lion. 
Paris* 



4^ 



Fig- ^14 > 
bois mjdioc. 

Figure 4 , 

cuivrc bon. 



bbfs mcdioc. 
Fig, ?io, 
bois bones. 



ijr4> 4* 

Argentorati. 

Lug d unit 

IT5S . ^^ 

Rouen. 

(Bib, dc M. 
dc Juificu. ) 

Lugduni* 

1^7. li; 
FrancofurtL 

Amberg. | 

'5^7.4^ 
Venetiis* 

1757 * II* 

Anvers. 



bois mauv. 



Fig. zSo , 
bois maud 
vaifcs , CO 
pies dc Pok. 

Fig. 6 6 , 

boismcd'oc. 






1^81 , 4» 

Bafdcdi, 

lyfii. FoL 

ArgentiTiiZ* 



Figur. 2 
bois mail- 
vaifes, 
Plane. 71 y. 

Fig 143 , 
bois mcdioc. 



Xf^I y IL 

Lei da, 

J^ugduni. 

Venctlis. 

Bafilea. 

Vcnctia. 
( Bib. dcM. 
dc JuiTIeu, ) 



I J50 



IflO 



IJ50 



. 7«' 



ipJ 



IJ44- 1^' 



If 70 



I 






/ 



i 



/ 



/ 






Sanfovino* 



Jonghc. 

Adrien. 
Junius* 



MoHardes- 
I'ObcI 

Lohetius. 

Zc Pena 
Gohori. " 



Clujius. 



Acofta. 



J^auvolf. 



4 



(Caftor,) 
^iaocier. 



dts Autcurs dc Botdnlki* 



tear 
Patrie. 



ieurj Ou- 



luHcn. 



Hol- 
land. 



Efpag 

Flam, 



Frang 
Id. 



Id. 



Efpagn 



Allcm. 



^atfalpSn, j Icalicn 



Id. 



f ran^ 



^mctatius, I Allcm 



NomBre des^ 
Phntcs dont its 



Prtmitri & 
dcrn'-crc edit an 

dc Iturt Ouvra.- 



Auteurs apres Jeliis-Chrift. 



Eibolaxio. 



bolsmedioc. 



Figiir, I , 
bois medioc. 



Phallus in 

Hollandia, 
NoTJ^cf^cla- 
tor multl'- 
linguis. 

Dc Rofis 

& Citris, 

Hyiorla 
Stirpiiim, 

Adverjarla 
Stlrpium. 

Inflrudion Figur. z 
fur Ic Pciun. cuiv. bones. 



Figur. 2 , 
bois mcdioc- 

Fig. xi?i , 
bois bones. 



R a riorum 
Fiantarum 
Hift. 

Tra»ftado de 



bois bones 
fans ombre. 



bois mauv. 



las Drogas 

Orientales, 
It'inerarhim\ Fig. 41 > 
Orientate. \ bois mauv. 



Dc Planus, I Plane. S40 , 
Lib* 16, fig Of 



Erbarlum, 



Fliftoirc 
dcs Fiances. 

Hortus 

Medic us. 



fig- S57 , 
bois bones. 






Fig. 69 r , 
bois mcdicc. 
& hones. 

FJg' 47 » 
bois bones. 



15^1 > 4* 
Veneiia- 

Eib. de M. 
dcnufiJicu.) 

F 

Delphis. 
Parijiis, 

Antuerpii:^, 
JJ70. FoU 
Londini, 

AntucrpliZ. 

Palis. 

(Bibl. dc M. 
Boinbardc, ) 

M7«?, 8*. 

\6\\, Fol, 
1 Vol. 
Antucrpla, 

1581 , 
15:88 , 4* 
en Burgos 

ifSt , 4" 
Francofurtl. 

\\l\\ 4"* 

Lavin^ce, 

(Bibl. dc M. 
dc Juffieu. ) 

iV-^J ,4** 
Florentia, 

Roma* 

1^84. FcL 
1684 FoL 

Venstih, 

' MS4 , 1^ 
Tans* 



mS6 

Francofurti 

16%% , 4*' 

Norimhcrg* 



7 



Anuiti 

dc Uur 
naljfiuice. 



Anniei 
de Uur 
Tv0rt, 



lyitf 



fa/. ^n4 



ifii. Jf7; 



k H 



157^ 



If 90 



I 



i 



DarU 

df.Uur 



S4 



IJ78. 



I^©^. 8j- 



»n^» »j^^-i ^0 



*P^' 1 Uo}. 14. 



'f^-S (f^^ 



/ 



\ 



\ 



i 



k 



tirtZM 



a 



jiuuurj. 



K 



Ticmblay. 



Tabcrnaa. 
>loucanus, 



Thalius 



* 



Porca, 



frofpcr 

Alpia. 



i 



take crondloglke 



Lear 

Patr'u, 



tsun Ou 



vrajcs. 



Non^hre Jcs 

Plan'.cs dontlU 
ont parli^ 



Fr&rmtrc ^ 
dcrnUri edition. 
dt Uurs Ouvra' 
jes* 



dt Uur 
naijfance^ 



» JmUs 

de Uur 

mart* 



Jiark 
dtUv 



I 

Dalechamp. ] Franj 



Auteurs apres Jefus-Chrift. 



Fona. 



CerarJ. 



Id. 



Hijiorla 
gene rails 
pLantarum, 

Les Fleua 
de Macer. 



boisnledioc. 
Plane, 1751. 
Figur. 7 , 

bo!s medloc. 



Allcm, 



Hijiorla 
plantar unit 



bois medioc. 
Plant. i.z^6. 



Id. 



lulien. 



Catalog, 
Sylv£t Hcr^ 
cin'nz, 

Phytogno 
mica. 



Id, 




bois bones , 
Plane. ^10. 

Fig. 5^ , 

* bois medioc. 



Columna. > id. 



Albert I Allcm. 

(Ic Grand, ) 

Zaiuzimski. I Poloji. 



Iralien. 



De Planth 

^gyptl. 

De Rapon- 

tiko. 

De Balfamo 

Phytoba- 
fanos, 
Ecfrafis, 

De Sccretls 
muUcrum^ 

Metodus 

herbaria* 
Lib, 3. 

Plants Bal' 
di montis. 



Fig. 1S4 , 
cuiv, med. 






cuiv. bones. 



Fig. 11 , 
bois m^dioc. 
dc Gefncr. 

Figur. o. 

Plant. ^74. 



C.Bauhii3. Isuiflc. 



bois medioc. 



Aa 

glois. 



P^yto Pin ax 
Pinax. 

Theatrum 

botanicum* 

Hijioria 
G ene rails - 

Plantarum, 



Fig. 4«o , 

bois medioc. 

Plan:. <>ooo. 



2f»7. FoL 

Lugdunu 

15S8, S** 
Rouen. 
f Bib. dc M. 
Bombardc. ) 

1588. FoL 

Francofurti, 

1 f J I FoL 

I Vol. 

BafiUctu 
1588, 4«, 

r^74 4'' 
Francofurti. 

1^88. FoL 
Neapoli, 

16:08.8*" 

FrancofureL 

Venetiis, 

1^40 t 4^ 
Pat a vii^ 



NeapolL 

Rom<z^ 
iy5i 4' 

1608 , ao 
FrancofurtL 

Pragx, 
i^e»4» 4* 

Francofurti, 

^y9f ,4* 

Veronx^ 

1^17,4'' 

Venetiis}, 

I9?6', 4*- 
I'f?* » 4*^ 

Bdjllex^ 



iyij. J lySS.j 7f 



Fig. t!?4Z , 

bois bones. 



1^97- ^0/. 
LondinL 



t 



15^0 



M53-I itfi^.l ^4' 



\ 



M^'7 



ou 

IIOJ* 



itSo- 



7f 

«7- 



H a 



\ 



mtturs . 



Hichicr de 

Bcllcval. 

tmpctati. 



linfchoc. 



t)c6ry. 



Kobii], 



C, Durct. 



De Paj. 



lOCt dc 

fiooc. 



SpcccbiJ. 



iwcrt. 



/ 






Franj. 



Italiea 



Hoi 

land. ' 



AUcm. 



Fran; 



Martinclli. hwlicn. 



Franj 



Allem. 



Flafii* 



Clavenna* I Icalicn 



Jes Auteurs A Bofanikei 



i 



Ittin Ou* 



Premiere & 



^nnitM 



Nomhrt dts i Premiere * t ^nm 
PUntes d«nt fU ' derniere idition i de Uur 
cm parlL dt Uurs Ouvr*- naijfanec. 



jinnies 
de Uur 

m^rt. 



DurA 
deUur 
vie. 




Auteurs apres Jefus-Chrift. 



Id. 



Kenffaume. } Frang 
< Paul ) 



Onomafli- 
kon^ 

Hlfioria 
Naturalise 



Hoi 

laad. 






Voiajcs 
aux In.es 
Occidenta* 

les. 

Flori Lef^lum 
rcnovatum. 

Lc Jardin 
d'Hcnti 4, 

Dc Amomo 

& Calamo 

aromatiko. 

Hiftoirc 

admirable 

dcs Plan:cs. 

Hon us 
floridut^ 



Fig. fi., I ^f'S » 8* 
cuiv. mauv J -W<t;2_^c/«. 

Plane. 700. 

fig- 57, '^5 V 

J ^ cap oil* 

Colonict* 
La Haye- 
Amllcidam. 

1^1^, t Vol, 

FrancofurtL 

Paris. 
1604 »4* 

Venctiis. 
Mantua n 
Paris. 



}7 y 

CLiiY, mcd. 
Plane. $0. 

Fig. Iff , 

culv. med» 
Plant, ji. 

cuiv- bones. 

cuiv.med^ 

Figur, t , 
cuiv. bones. 



Fig. 14 » 
cnbois mcd* 

Sc niauvaif. 

Fig. iiff » 
mauvaifcs 
£c bones* 



Plant arum 

vires & Ico- 
nes. 

De Ahjlntio 
umhellifero 
feu Ptarmi- 

Ant'AhJin- 
tiurh CI a - 
vcnna* 

Specimen 

hifioriiZ 

pLintarum, 

F lor lie' 
glum. 



Fig. S<i 

cuiv. mcd. 



. Figure i ^ 
bols bone. 



1^07 , 4« 

Arnhcim. 
Am ft clod, 

l6fej^, 4*. 
1^40,40 

Srugis, 
1610 , 4^ 

Ver^tiit. 



Id. 



I 
l^ix » 4 

Venctiis, 



fig- 4^ , 
cuiv. bones. 

Plant. 144. 
Tab. JIG. 

Fig. 4i»» 

cuiv. m£d. 



itfii ,4^ 

Paris. 

Iff 11. /oZ. 

Francofurtl* 

Uj^, iVol. 
AmJleloiA' 



/^ 



jtf4.| i<?i7.| ji; 



J17* I Xyttf. 



r^ 



n/. 



/ 



\ 






10 

Fatrit, 



Table crwoiosikc 



Leura Oii 

vrajcs. 



• NoiTtBre (/« 



Premicrt & ? 



Plantes dont iU dernier ecdltionl 



ont parUt 



[ at itun Ouvra»\ 

}t5, ' 



j4nnee» 

dc Uur 
naiffancc* 



'^nniis . Vtifii 



dc Uur 

mort' 



de law 

viit 



Auteurs aprcs Jerus-Chrift. 



Ecfler. 



Kcltander 



Margrave. 
-^ Pifon. 

lan^lols 

Leclerc, 



Alien, 



Sued. 



& 



Allem. 

Hol- 
land, 

Ftan^. 

r 

Hol- 
Jaiid. 



Vallec, 
Brodeiir 

Aldinus. 



Hon us ^ 
Eyfietenfis* 
Mufcum, 

Riibus ku- 
mills , &c, 

Hijforia 
naturalis 

BrafiltiZ, 
Livre dc 

Flcurs, 
Tabacolo- 

gia. 



Fran9. 



Italien 



Isuremberg, 
(Cuillaumc) 



AUem. 



Hernandez. I Efpag. 



Gui dc U 



franj. 



Paikinfon, 1 Ang'. 



Ttalien. 



AmVrofiniis. 
{ Eartl.olQ- 

Donatu 

( Anroinc ) Jcicn. 



Vcni- 



lauretr.bcrg 



Allcin. 



^ 



Lc Jardin 
de Louis ij, 

Hortus 
Farntf.anus* 

Botanothe- 
cat 

Hrjlor'id 

naturalis 

Mexicaria. 
De la Na- 
ture dcs 

' Planus. 
j ParadlfiiS 
* terrejlns^ 
Theatrum 
botanicum* 
H'tjlor'ia 
Capjicorum, 

TratMfo dc 
Scniplici. 



HonicultU' 

f 

Appdratus 
plantarius. 



I 



Tab. 3f(r. 

Fig MH . 
cuiv, nu'd. 

& bones. 

Fig. 1 fe- 
lon M. Liii* 
ntPus. 

Fig. 1Z4, 
bois nianv. 
ac medioc. 

Fig. loo , 
cuiv, nied. 

Fig. felon 
M,Linpaeus,! Leida. 



^orimherg. 

Up [alia* 

Atnftdod, 

i6io. foZ. 
Paris. 



Tab. ^i. 

cuiv, bones. 

Tab, zS. 

Figur. 

cuiv. 



mcd. 



Figur 



Vltrajccli* 

Paris. 



o. 



Fig- ^9 1 , 
bois maiiv. 

Plant. 6^1, 

Fig. CO * 
ctfTf. bones. 



i705, 4» 
FrancofurtK 

I Roma, 

1^40, Fo/- 

Paris. 



I 



F»g- M47. 
bois mauv. 



FFg. 7. mcd. 



FoL 



itf^^o, Fo/. 
London, 



BononiiZ* 



cuiv. niauv. Venczia, 



Fig. ,8 

cuiv^ nicd. 



FrancofurtL 



15^1 



y 



I 



»^*7 



s(^i9 



< > 



Pir:c« 







Fitcns. ^ 



Ferrari. 
Fcrrarius^ 

it 

CornutL 
Cornutus. 






VcHing. 
Vcjlln^ius 



4 
^ 






Pauli 



Olhaf. 



Scapcl, 



locfcl. 



Palmberg, 



des Auteurs dt Botanlkc^, 



Ttr 



PatrU, 



Iturs Ca- ^ Noviire dcs 
VM;ej. ( fUnUi dont Us 



Premi'tre & 



Jfhnl 



^nttit 






dtrniert edition ' dc Uur \ dc Uur 
dt Iturs Ouvra" naijjantt, I mon, 
I Us. i 




Auteurs apres Jefus-Chrift. 



Franj 



Th 



Icali 



icn 



Frang, 



Flortz* 

i 

i 

Cuhura 
t lor urn. 



catrum Fig. if/ » 



cuiv. mid. 



cuiv, bones. 



A! I em. 



Enchiri-' I Fig. 78 
dion Pan- I cuiv. m d. 
fienfe. Plane. 87. 

/f//, PUnt. 
Canndca^ 
Jium, 

Ohfcrviitlo-\ Fig. It 
nc5 ^c Plan- I cuiv* med. 

Catalog us 
Horn Pata- 



Paris. 

(Bibl. de M. 
Jufficu. ) 

Roma, 

1^3 f ,4° 
Paris. 



1^44, 11. 
PataviL 



Danols. 



Polo- 
no is. 



1? 



Hol- 
land. 



Pfiif- 
fien. 



Sue- 
dois. 



J.Bauhin, IsuifTc. 



Quadripar- 
titnm Bota- 
nic um, 

Virldaria 

varia, 

Elcnchus 
Plantarum 
circa Dan- 
tifcum, 

t 

Hijlorla 
Plantarum 
TcofraJIi, 

PI an tit in 
Borujjia , 

Fh ra Pruf- 

fie a. 

S'Tta Flo- 
rcasuecana. 



Fig. jS^^ 
cuiv, bones. 



1^39, 4 

Roflochii^ 



i-o8 



4' 



Figur. 3 > 
cuiv. med, 
Pianr. 3S4. 



Fig. ^24, 
bois bones. 

Fig. 7^1 , 
cuiv. ined. 
Plane. Soo. 

Fig. mauv. 
felon M. 



2anoni. 



Italicn.! 



H'ifioria 

plantarum 
universalis. 
Stirpes Al 
pinx, 
iiloria del- 

Icfianu. 






Linnxus. 

bois mcdioc. 

PI- T>i^^* 
Fig. 1S7 , 

cuiv* mauv* 






Fr ancofu7-ti ^ 

r 

■ 

1^4? , 4». 

Dantifci. 

Gcdani, 

Amftcloda- 
mi. • 

170? 40 

Regiomomi. 

Scrcgn. 

+ 

; 6 y t , 3 V. 

Ebroduni. 

I74X. FoL 
Bologna. 



1^00. 1 i^jo. j ya^ 



1 
■V 



1^03 



i<f8o. I 77« 



1 



1^07 



4 % 



1^41 



i<Si J. I 7i* 



n^8i. 

> 



:k 



/ 






PatrUm 



tturi Ou- 



Chemnlti, 



Ailem. 






/ 



N. Robert 

Joiiberc 
Aubriec 

Baffeporce 
Sterbekd 



Franj. 



P im 






'K 



Fancovius 



I 



Ambrofinus 1 Icalien 
(Hyacinths: ) 






Ecof- 






4 



VTorm. 
Vormlus. 



Hoi 
laisd* 



Touloufe* 



Fran?. 



« 



j«k. 



Wofcardi. 



Icalicn 



Boym 



Id. 



Rofer 



Allcm, 



fonciut 



Hol- 

laad. 



ZijW^ cronologike 

Planus dont ill \ dcrnicrt edition dc Uur I dc Uur '■ ' — 
ontpirli, \dt Uurs Ouvra* ruuJfanccJTnjrt* 



dcUuf 

vie. 



Auteurs aprcs Jefus-Chrift. 



Index 
Plant, circa 
Brunfwi- 

Plantes dc 
!a Bibliore- 

ke Roialc. 



The at rum 
fungorum . 

Citri cultu- 
ra. 

Herbarium 
Portatile. 

Hortus Bo- 
nonlenjis, 
Phytologia. 

Hortus 

Reg. BU' 

fenfis. 

Hifloria 

ptantarum 

ttniv erf alls. 
Mupzum 
Wormia- 
num. 

Livre de 
Boukets. 



Mufrum» 



Flora 
Sincnfis, 

Plants 
mont'is 
Bruclerim 

Rift. nat. 
I^diaOrun, 



Figur. % , 
cuiv, tntd. 
Plane. 8 ID. 

1 

Fig. y,oGO, 
peinzcs bon. 

Sc parfaires. 



Fig. lyl , 

cujv. xncd* 
& bones. 
Plant. 3 Qo. 

Pig- iH^i, 
bois medioc. 

6c mauv. 

boisn>edioc. 
Plane, ^oec. 

caiv. med. 

Pi. ?jjoy. 



bois mauv. 

copiecs dc 

Margrave, 

Fig. 

cuiv. bones. 



o- 50 y 



cuiv. mauv. 



- F«g. to , 

cuiv. mauv. 

Fig. felon 
M. Scjjuicr. 

cuiv. mauv. 

Stxncdioc. 



Brunfwlglt, 



JO Vol.i^o/. 



4 

O 



Antuerpia, 



i^f4,4^ 

Berlin. 



Bonoma, 

Paris. 

I 6%o. FoL 

OxoniL 
Zii^. Batav, 



Paris. 

(Bibl.dcM. 
JulTieu. ) 

PadoA* 

( Bib. dc M. 

JulGeu.) 

\6^6,FoL 

Vicnnce. 
i<fj8, 4' 

Brunf%¥i£a, 
16 ^%. FoL 

Amjiilgda-- 



1 



i^io-I 158;. I ^5 



1 



xn.. 'f^?'r** 



4* 

^ a tears m 



Hacoarr 



JonHon 



ties Auteurs de Sotanlkcm 



teur 



tews 



o«. 



Nomhre des 
Plantci dent ils 

9lUfarU, 



PremUri & 
demure iditlon 
de Iturs Ouvra- 
J£S» 



Auteurs apres Jefus-Chrift. 



Montalban, iltalien. 



Fran 9 



Pol on 



Hortus Bo- 

tanografi' 
cus, 

Hiftoirc 
de Mada- 
gafcar. 



Fig. bones 
felon M. 
Linnaeus. 

Fig- » n , 

cuiv. mauv. 



i<?tfo , «• 
Bar. 



Notitia 



Fig.ijZoo. 



regni vege- jcuiv. mauv 



tab ills* 
Dendrolo- 



gy. 



JC61 , 4<> 

Paris. 



I66t^ IS 

L Ipjiiz . 
1^61. FoL 

Francofunu 



^ 



Annies t Jnnle 

dt Uur \de leur 
naijpziice, I mart. 




J^oi^ 



tejs 



Dufca 

deUup 



vie. 



sr* 



■ 7'.' 



Majot 
(Dauicl.) 



Pruf- 

fien. 



Dc Plantd 



Figure 



monJlrofL I cuiv. med. 



SchLcfwigx, 



Chabrc, 

Chahrcus 






Urfinus, 



f 



* 
\ 



I 



Aldrovandc 



Fran^. 



Allem 






Rochcfort. jFrang 



Italien. 



BoccoD 



I 



Sicilien 



Sciagrafia. 



I 



bois medioc. 



De TuVipL 

Arboretum 
Blhllcum^ 



Fig. 16 , 

cuiv.mcd. 



Hift. nac.l Fig. jt , 

des Anullcs. jcuiv. mauv. 



DendrolQ^\ Fig. \6\ ^ 
gia. £Z^. i.jbois mau- 

vaifes. 



1" 



E 






1 



ftkr. 



Saxon. 



Dc ahro- 
£4no. 

Plants ra~ 
nor. Sicilict, 
Mufzum, 



Tab. ft 

I fig' Sfo, 
I cuiv. med. 



lera picra^ Flgiir. 5 
feu Ah fin- I cuiv. med. 



16S6. Fol 
r<J77 FoL 

Geneva* 



1 6Sj , 40 

Ltpjia^ 
Norlmberg^z 

Paris, 

1 6:3 1 , 4». 

Roterdam. 

Bononia. 
167 1, fo/, 

Fiancfort, 



itfiSS, 4<^ 
Venetiis* 



Lipfix^ 



S 



1^07 



V 

i 



I'^JJ 



r. 'I 



166-^ 



i^oy 



1704 



71. 



* 






■ 



Ttitu 



Vr«pfcr 



Kylandc. 



Munting.- 
(Abiaham) 



Joffclirt. 



14 



Tablt 'cronologike 



Icar 

Patrie* 



lews Ou^ 



, Nerzbre dts 
Pla/ius dentils 



Premiere 6* 
derniere idithn 

dt Uurs Ouvra- 
jes. 



dt Uur 
naiffancc. 



AntiUs I DurUt 

dc Uur \dtltw 
mort, ' I vi«» 



Auteurs apres Jefus-Chrift. 



Allem- ] Afylumlan 

^uentlum j 

feu Carduus 

fanSuSm 



Id 



Id. 



Hol- 



land* 



An 

glois. 



De Cicuta 
aquatic a». 



Ncderlan- 
dcn hctba- 
rius, 

Phytograjia 

curio fa. 
Aloedarltim, 
Dt Britan 



nicdm 



t-n 



New En- 
gland 

HCS* 



Figur. I, 
cuiv. mcd. 



Figur. T » 
cuiv. bone. 



bois medioc. 



Plane. 



jco 



fig. 501 ,' 
cuivre nied. 
Plane. 4p. 



Fig. II 

rari- * bois nuu- 

vaifes. 



Lrpjix* 

BaJilctZ. 
Leldx, 



iC-jo , 4^ 
t'Amfcerd. 



17x1. FoL 

Amficloda- 
mim 



\6y\ , Tl 

London, 



1^1^. 1 i^si. 



jtf. 



TilUnd 



S::y'.i* 
(Jac^jucs) 



P«rivcr» 



2>oiait 



Snc- 
Jois* 



Catrichccr. I Allcm 



s 



Braban- 
cin ou 
Polon. 



Angl. 






4 



Caialogus 
plantarum 
Abox. 



Herbarium 
magnum, 

Centurla, 

Prodromus 

Mufxum, 
Ga^ophyla^ 
cium, 

Pterigrafia. 
Hcrbi-rium 

BrU^nnl' 
cum^ 



Fig. 1^0 , 
bois medioc. 
& bones. 



Abott* 



Frang 



Kcrtaoircs 
poi»i Thif- 
coirc dcs 
PlanLcs. 



Fig. felon I 1^7 J , 4» 
M. Linnaeus, I FrancofurtL 



F'g- 1745 

cuiv. bones. 

Plant, 700. 

Fjg. 1,115 > 
cuiv. manv. 
medioc. Cc 
boncs« 



1(^74. 
i^S^ 4 
Gcdanu 



FolA «^Jr 



P>g- 4} * 
cuiv. boues. 

Sc parfaius. 



1^75, 89 

1711. foZ. 
1715, fo/. 

LondinU 



1^7^. F(?/. 

«7Ji >4** 
Paris, 



I^p7»[ tfo» 



1718 



I(r}4-I ^7^7* 7J» 






i 



"^cs Autcurs it Boiahiku 



*J! uteurs. 



H 



Leur 



vrajcs . 




' Nomhrc des , PrcmUre ^ i ySiinic^t ^Annies 
Planus djnt Us dcrnlcrc edition ' dt Itur \ de Uur 
fint parti, ] de Icurs Ouvra- niAJJance* I i/idrt. 



rurU 

dcUur 



Caufe. 






Moellc&fok. 



^ 
i 



I 

CommeliD 

(Jeanj 



S 



faber* 



RbeccJe. 



4 

t 



Ameurs apres Jefus-Chrift, 



Honus 



regius, 



-i 



Hoi 
land. 



Allem 



4 
ft 



Hol- 



land. 



Cochlear I a 
curiofc^ 



He fpc rides 

Honus 
Amjle to da' 



Strychno 
mania. 



Horttis 

Malabari- 



Fig. cxcell. 
felon M, 
Liun^eus. 
An? id. que 

Dodart. 

Figur. X , 
felon M. 
Linnseus. 



16^6, FoL 

Amftelod, 



^ig- '»i.» 



1^7^. So 



LlpfiiZ, 



*1676. FoL 



cuiv. bones. ^^97' FoL 

Amfielod^ 



mT 



Fig. f!u- 



i677>4'^ 



ficurs felon ' A'ugujlx, 
M. Linnseus. i Vindclicor* 



cuiv- boucs. 



»i Vol. 
Amjhlod, 



\ 






» 
4 



* 

I 



^ 
A 



« 



r 



» 



' t 



i 
I 



r 

€- 



Tilling. 



1 



bV 



Jungius^ 



N. Robert 

CbatiUoa 

BoiTc. 



r' 






, [Chrljllanns) 



r 



Allem. 



i 



Id 



Fran^ 



i 



tlunervolP. I Allen: 



Pruf- 



Rkaharha- 
rofopa^ ' 



It 



Ifagoge 
Pkytofcopi 



rlantcs de 
rAcademrc. 



Fig. f o , 
cuiv. med. 



Figur, o 



Anatomla 
Pitoniix* 

Pugillus 

rariortirt 
Plant. 

Pinax mill' 

ti Unguis 



cuiv. bones. 

!&: parfai:ffs» 



Figur.^ V J 
cuiv, med. 



Tab* 114 

Fig- 5 S y 

CUIV. mcdr 



»^75 ^4' 

Francofurtl. 

I 

^^75 4* 
Hamhurgl^ 



1 i So fo/, 
Patis. 



Amjlilod^ 

BcrollM'm 



k 



ff 



«<ff7 



y 



1^11. 1 1701..1 .^-^ 



f 



V • 



y I'J 



tutsan 



dcs 



1 



Raj, 



'. 



i 

> 



r 



• 



} 






^ ^ 
^ 



Sibbald 



^ 

t 



V6r 



leur 
Patric, 



glois. 



t 



Xi^/f cronologike 



lews Ou 

V raj&s « 



Nomhrc du 
Planus dont iU 
ontparU, 



VrtmUrt & 

dtrnurc ididon 
dt Uurs Ouvra- 
jcs. 



dt Uur 

naiJfoJicc. 



dt Uur 

mort. 



Dutli 

vie* 




Auteurs aprfes Jefus-Chrift, 



An- 



! Ecof- 
fols. 



, . Metodus 
naturalls 

plant, 

Hiftorla 
generalis 
plant, 
Synopjts - 
fiirp, Brit. 
Catalog us 

plantar, 

: Scotia 
Ulujlrata. 



Fig. 70 , 
cuiv. bones. 

PI. iS,<Jn- 



I- 1 



cniv, med. 
Plane. ^00. 



1704. Fol^ 
Londinu 



i<?S4. Fol 
Edtmburgi* 



i^iS. I ijoy.i 77* 



i4 
1. 



TriuiTifctti. Iltalicn 



f 












Wagnol 






Hermann. 

(Paul) 



^ 

A 





^' 



Myllcr. 



1 



Fran^ 



Pe Vegcta 

tlone^ 

Ptizlufiones 

hotanicx, 

Vindicict 

yeritatis^ 

■■ Botanuon 
Monfpelicn* 

Prodromns 

hlfi, gen* 
plant, 
Caracter • 
plant, 

Saxon. ( Catalog. 

hortl 
Batavi, 

T lores Lugd^ 

BataviZ,. I 
Prodromns | 
Parad, Bat, * 

Miifdum 
Zcllanicum, 
^ade mt- 
cum botanic 
cum* 



4 



Lugd, 



J 

Fig- 10 , 
cuiv, bones 




Fig. 11 , 
cuiv. ni6d, 

Planr.2,000. 



Fig. 



HI , 

mcd. 



CUIV» 

Plan. f,6"yo. 



Allcni 



van 



Fig. mau- 
s felon 



M.linnaius, 



x-oo ,4^ 
1703 > 4^ 

RomiZ, 



^ 



1^8^,8*- 

1710. S"*. 
MonfpeliL 



i«?87. 8«. 

171^ * 8. 
Lugd. Bat, 



1^87 ,8*. 

Francofurti, 



t 



1707 



''^*' I7M. 77- 



1^40 



1^9^ 



U 



^ 



Ktmt Jet 
[//uteurs. 



Vnaur. 
{Crifioph:) 



BI 



gny 



I 



Rivixj; 






Marchanc. 



Rumfc* 
Rumphius, 



2 winger, 
(TcodoTc) 



f 

^ 






Pluknet 






Kumicr, 



? 



<iVi Ziuteurs it Sot'aniket 



LiUf 

Pctrie, 



Saxon 



Frang 



Saxon. 



Fran- 



cois 



Hol- 
land. 






Sui^c. 



Angl. 



Franj 



tewi Ou- 
vrajcs* 



T^ombre dts 
Planus dont its 

ont far Urn 



Prcmltrt & 
dernicre iSit'on 
dt Uurs Ouvra' 
jcs. 



Auteurs apres Jefus-Chrift. 



Enumer* 
plantarum 
Hallcnfium ^ 

Le bon ufa- 
gc du Te , 
Cafe& Cho- 
colar. 

Or do pi art' 

tarum. nat, 

Refponjio 

ad DilUnii 

ohjcctiones^ 



Figures o 



Figur. 3. 
cuiv* mauv. 



Lip fix m 



P'g- 474 J 

cuiv. bones. 



I'fgS , 12, 
Lion, 
(BibL deM. 

de Juffieu.) 

172.0 , 11. 

L ipfix^ 



MemoiresI Figur. cuiv. 



de i'Acadc- 



auc. 



Hcrharium 

Amboini-^ 



bon. & par- 

faircs. 

Plane, ICO. 



cum^ 



i 



The a tr urn 

bocanlcum* 



T'S- 774 , 
cuivrc bon. 



1^90 

^7^^j 4* 
Paris. 



\ 
a 



z 



Phytografia . 
Almjgefium, 

Opera om- 
nia. 



riantes 
d'Amcrike. 
Nova gene- 
ra AtTKrik, 
Foujercs 
d'Amcnke. 
I cones , per 
BurmAnn, 



Fig.i.tfZ, 
* bois mau- 
vaifds. 
Copiecs dc 
J. B. 

Tab. 4^4. 
Fig. 1,700 , 

nicdiocres. 
Plan. 8j7C0. 

CUIV. bon. 

Sc parfaices 
fans ombre. 



i6^o 

7 Vol. 
Amftclod^ 



17 



/i««€i 



ji^e /rur 

naijfance. 



Atiniii 
de Uur 
m»rt. 



SvrU 
vie* 



Itfjtf. 



Ifi'ji 



itf^4 



J« 



1711 



70. 



^ r 



4 



'■ / 

^ 



'■ ^ 



-J 



1^59. fo/. J xtfyS.j '^'^'|^£'* 



Bafilex* 



**^94 > 4* 
1710, 4V0I. 

Londlni, ' 



1^41 



1^93. FoL 

170} , 4*^ 

i70f. FoL 
Pans. 

Amjldlod* 



t€^6. 



i7c^'I tfo# 



fo/. 



*-v 



iS 



Tahle cronolo^ite 



^uUurs. 



leur 
ratrU, 



Lean Ou 



Nombrt de.s . Premiere & t A/lTths 
Planus dont Us ' dernier zedid&n \ dc leur 



DeTournc- JFcanj 
fort. 

Pucon, ) 



I 



Brcyn. 
(Jean) 



Polon. 



Volkamer. 
( Gcorjc ) 



maiid. 



Camdlus 



Id 



N. Robert. Fcan^. 



Ru&ek. 



Sue- 
dois. 



* . 



Commelin. 
(Cafpar ; 



Hoi- 
land. 



I 



Holrzbom. 



dois. 



gnt farli. 



I dc Iturs Ouvra- 



naiJfMtcc 



dc Uur dt Uar 
mort, ' I vi*. 



Auteurs a^pres Jefus-Chrirt. 



Elemcns dc 
Boranikc. 
Inftltutiones 
reikerharl(Z. i pietes- 
Voiaj.s aa * 
Lcvaai* 



Ginfen. 



Flora No- 
rlmhergcn- 
fis. • , 

Tranfaa. 

Philofof. 

Dc faba 

Ignatli Jivc 
vomica, 

m 

rum fpecles 

Campus 
Elyfius, l.i. 



1 

Hor^ us 
AmJIclod, 
Vol. 1, • 

Pmlmdia 
hot ante a, 
PlantiZ ra- 
rlor^s. 

Planae exo 
ticx. 



Dt Man- 



Fig. xx ,1 
cuiv. patfai- 
tcs & incom- 



170Q , 4' 
n^9 f 4* 



Pi. io^i4<j. I raiis. 



dra 



Sord. 



Schc'iier. 
O. Jacques) 



SuirTtf 



Iter atp!'- 



nrm. 



Phyfica fa' 
era. 



Figur. 3 , 
cuiv. mau* 



p « 



varies. 



1700, 4 

I7?i » 4*^ 
GedanU 



cuiv, bones , 
Plan/i,5oo. 



1700 , 4* 
I7r8 , 4^ 
j^'orimherg. 



Fjgur 
cuiv. 



I. 



1700 , 4 

Londinu 



cuiv. bones. 

Fig. bones 
fcloD M, 




1700, 4« 
Paris.. 



1701. Fol 
lyoi, FoL 



Linnnaeus. I Upfaiia, 



Fig. 100 , 
cuiv.. bones 
&c incompie- 

CCS. 



1701- FoL 

170} .4** 
/70^ , 40 



^ fc- 



i-oi. g* 



r»g. 

Ion M. LiU'lUffalU^ 
n£us. 



c\uv. boacs. 170S , ^^^ 



l*lanc. 700* 



1^5^.1 1708*1 $i 



Ifi"!^.! I5'?^f 77* 



J. 



i6'3o.f J7«2 



7* 



i^tf7.|- ijV'l ^3 



> * 



1^71.1 ijii 



^U 



I 



its Ziutturs dt Botani^ei 



/ . -^K 



^9 






tear 



tears Ouvraja. 



Nombrc dis 
Planfcs dent Us 

ont parli. 



Pftm'icn & 
dtrnierc edittcri 
dc Icurs Ouvra- 
jes. 



tunnies 

de Itur 
r.aiJfcncCt 



Ac Uur IdeUur 
niortm 1 v«. 






Auteurs apr^s Jefus-Chrift. 



Toizi, 



Tralicn. 



MetUn 

(Sibilc; 



* 
^ 



Siriijus 



HoU 

aiidoi- 

Allem. 



Catalog. Fig, 'it , 

plant. Tof' cuiv, med^ 



canix. 



Plantiz St4' 
rlnamenfes. 



ValimhrofiZ 



Dt Aloe 



) 



cuiv. med* 



Figur. I , 
felon M* 
Linnaeus* 



Spon. 



Fran^ . 



Crulmaan 



Allcm. 



A 



Sloane. 



An. 
glois. 



Volkamer. 1 Allcm 
tCriftophc ) 



Sevan da 
afiatica^ 

Specimen 
de hernia' 
ria contra 
caliglnem* 

Voyage ro 
Jamaica. 



Fig. felon 
M. Lmn£u$« 



170 f, FqL 
Amjielod, 

Slefwlga* 



^^47-l 1717A 7"»i 



^70f , 4^ 
Confiantino- 

polu 

Figure i j 170*?, 4*' 

felon M. j Jena, 
Linnaeus. 



1^47.1 I62y 



f^^fperldis 

Norimbcr- 



1707. Fol 

^ Vol. 
London. 



gicx. 



Schcuzcr, 
iJcaaj 



Suiffc. 



^cc*aj3. 



Prodromus 
agroflogra- 

Agrofiogra* 
fia, 

Angl. (Advice, 5cc. 



Bocrhaate* 



Hol- 
land, 



Tab. i 74. 
Figur. 545 , 
cuiv, med. 

& bones- 
Plant. Soo. 

CUIV. bones 171 J, 1 Vol. 
^'^^^^.li9y\Norimherg. 



17^0* 



fig- 68 , 
cuiv, bones. 

Plane, 4Q0. 



1708. Fol 
'715 3 40 

itguru 



Figure 8 ,* 
niedioc. 



■^i^i/e* horti 
i-^gd. Bat. 



Petit. 



(runjoii) ^01$, 



Fran 



3 Lcttrcs 
Ua. 



1708 , 8^ 
London. 
(Bibl. dt M.. 
Bombardc. ) 



1758. 



I 



cuiv. med. 
Plan. tf-,coo. 

f 'S^r. 8 , 
cuiv, boQes. 



1710, S«. 

i Vol. 
^ugd. Bat. 

1710 ,4<> 

Namuc, 



i^fs^S- 



I<?ff4. 



; 



)« 



'«J7-1 17^1.1 5j: 



V 



I 



1758. 7^ 



I741. 87. 






I 



\ 






20 

Itur 



. Zeuft Ou- 



Tabic cro/iologlk 



'•^cucher 



Marchinr, 
( Nicolas ) 



KifToIc. 



Keaumuc. 



l^cmpfcr. 



7uflieu« 

( Aatoine ) 



l3 Hire. 
( J. Njcolai) 



C^tDcrl* 



Satrelier. 



ff ombre dt$ ^ Prcmurt & dcr- } Annhi 
Fiances doat Us j nicrc iditi^n 
ontfOrU* I Uurs Ouvmjtim I nai'lanct 



dc / dc ieur 
i . J naijanc 



Auteurs apr&s Jefus-Chrift. 



Zanoichelli. ( lullen 



r 

lAoria j Fig. ui"* 
dcllc Piante. [cuiv. mauv- 

& medioc. 



AUem 



Fra nq. 



Icf. 



De vegetal^ 

magic is • 

Index hortl 
Wittembcrg* 

Memoices 
de I'Acad^ 
mic. 
Hy poxy Ion* 

Id. 



1 7 1 1 , FoL 
Venezia. 



Planc. 



f04 



cuiv, mauv. 



1711 ,4" 



Figun ff , 
cuiv. boae 
& parfaicc. 



1711 i 

Paris. 



Fig. 9 , id. 



Id. 



All 



em 



franj. 



Id 



Id 



Id. I Fig, I J, id. 

Fucus , Nof- 
tok , ice, 

Amanitausl Fig. 35 , 
exotica, jcuiv. med. 

Memoircs 
de I'Acade- 

mfe, 

Corifpcr- 

nio^n , Cafe , 

Id. 

La Figue , 

Drakokefd" 
Ion* 



lyii i 
1730,4^ 

Paris. 

1711 i 

1711 , V 

Paris. 



*7it« 4* 
LemgoviiZ* 



Figur, 7 , 
boacs&:par- 



1711 

1718 , 

Pacis. 



a 



4» 






cuiv, bones 



& parfaices. 



DiiSlionnaire 

dcs Drogues, 



Id 



FlantA per 
Gall I am 

Hifp. IcaL 



1711, 4' 

Paris. 



Fig. 304 , 
cuiv. mauv. 




Tab. I, 5 14. 

cuiv. mcd. 
&: bo:ics. 



1714. 4 

'7M M** 

Paris- 



17U 
Paris. 




itf^i. 1 x/iS'I ^7' 



j 



i^8j. I I7f7 



1^77 



i^4? 



F0/-I '^^^ 



7<J 



i«f3i. I >r^^{ *f 



i^Stf. 175^-1 >^* 






171? 



4^ 



1715. ?•• 



i(^7i 



^7 



^des Autcurs de Boianiket 



Koms ^ts I Ltur 
iim^urs, I Patnc, 



I 



Tt\xillL 



Matfili. 



Catidel 



Knauc. 
(Chtcticn) 



Danti. 

id'Ifnard) 



laRoquc. 



Vale-.itin. 
(Ccrnaid) 



lochncr. 



Bradfcy 



Blair. 



Iturs Ou» 



Nomhrt dcs 
Pla/iics d^nt Us 
cnt parlcm 



Premiere & 

dcrnUrt edition 
de Iturs Ouvra- 



F 

de Icur 
naijjanct. 



dt Uur. 1 de Uur 
morU I vie. 



Auteurs avant Jefus-Chrift. 



frang 



Ital'en 



Plantesdu 
Pcrou 6c du 
Chili. 



i 



Fig. 14^ , 

cuiv. mcd. 
&: bones. 



Degenerate 
fun go rum. 
Hill, dc la 
Mcr. 



Fran 



S 



Saxon 



Ffanj 



Id. 



Allcm. 



Hift. des 
Plantes dc 
Provence, 

Mctodus 

plantarum 

gcnuina. 

Memoircs 

'cfc TAcad^- 
Kie. 

Voiajc de 
I'Arabic 

Ineurcufc. 



India lit' 

tcrata» 



cuiv. mcd. 



cuiv. 
Plant. 



1714 *4 

Vol. 



171? 

Paris, 



3 V. 



1714- FoL 

Amfierdam. 



xoo . 

med. 

1400 



171 J. Fol 
Aix. 



Figure o. 
Lipfiiz . 

Fig. io , 
cuiv. bones 

& parfaites. 

Figure I , 
cuiv. bone. 



171^ i 

^714 > 4 
Paris. 



Id. 



Eftas. 



Figur. 8, 
cuiv. mcd. 

Copiccs dc 
Rumfe, 

cuiv. med. 



1716" ,11 
Paris. 



^7^€. FoL 

FrancofurtU 



* 



Angl 



Id. 



Plant, fuc. 

cuUntm , 

Decades y. 

Obfcrva- 
tlons. 

^ouaik 



cuiv. bones. 



171^, 4* 

^715 >4* 
Norlmbcrg, 

171'S-, 4*> 
"7^4, 4« 

LondlnU 



cuiv. med. 






1718, 8^^ 

^72-3 ,4^ 
1-ondon. 



*^^y8. 1730 I 7i« 



16^^ 



6yi 



166 






■"'• "f 



'745* 8j.^ 



'730. ^S^ 



\ 




/ 



\ 



1 



/ 






yalllanr 



V- 



l^flUU, 



li 

fteuT 
fatrie* 






Fran;, 



Id. 



vrajes . 



TahU cronologike 

Nomhre dcs f Prcmiert & a jtnitits 
planUi Joai Hi ' dtniUrt iditiQii \dc I ' 
ont parti, ^ ' ^ I -^ 



dt Uurs Ouvr^i^ f naijfanct, 
;'". 1 



Auteurs apres Jefus-Chrift. 



Hg. 300 ,1 1718 , 4 

cuiv. parf. 17x7. FoL 
6c incompLl Amftcrdara 



' Structure 
des Flcurs. 
Memoir, dc 

VAdadGOiic, 

Botanicon 
Parljienfe, 

, Mcmoirc j Figurei,! 1718,12 
fur le Gill* [cuiv. bone, I Paris, 
fen. 



%4nnU 
dt leur 



Vuru 
diUar 

vie. 



i^tf^. 1 1711.1 ji 



Ruppius. I Allem, 



J 
^ 



iPaatedcjca 



Monti, 



Helvlnj, 
( George ) 



DiUcn 



Franciis- 
(Jcan) 



,*• 



Buxtaum, 



Italicn 



Id. 



Flora Jc 



Ailcm, 



Id. 



Id. 



Id 



Compendium 

t^hularum, 

Anthologia. 

Dljferutio' 
nes. 

m 

Prodromus 
fiirp. agrl 

Bononicnjis. 

p 

I>£ Pulfa- 
tilla. 

Supplement, 
[JloraPruJJic. 

Flora 
Gljfcnjis. 
Hortus El- 

thamenfii, 

HiJi.Mufco* 

rum* 

Dt Momor- 

died & 
5cordio» 

Enum^ PI. 

\HalhnJium, 
CcnturiiZ f, 

pL Orient, 



Figur. 9, 

cuiv. mcd. 
Han, 1,100. 

Fig, 1 1 , 
cuiv. bones. 






i7^» t S» 

Francofurtl. 

I 

r7Zo, 4» 

Patavii^ 



Figur. 4 , 
cuiv, bones. 
Plane. JOS. \5o/2om<*. 



'7191 4 
17M, 4^ 



Pig, II , 

cuiv. mcd. 



Fig, r,o2o, 
ecain. bones 

&: parfaitcs. 
PI. 1,310, 



Lipfiiz. 

»7i6:,.4<> 

Gedani, 



?h 



Figur. 1 , 

cuiv. m6d. 



1719, 8» 
Francofurti. 
17^ X. iso/, 
Z Vol. 
LondinL 

i74i»^4'* 
1710 J 11. 

Ulrrnz* 



i^"icdioc. 



X 



27Z1 , S'* 

MalU. 

172^ » 4** 
»740, 3 V-i 

Pctropoiu I 



Vi- 

vant. 



1747 



715 



X 



/ 



t 






Hciilcr. 



Hcnkel. 



labat. 



liUi. 



Trant. 



SIccIius. 



Bou^las. 



des AuttuTs de Botanikel 



ZtlLt 

fatrU. 



f LtuTs oa- 



Nombrt des 
planus dont its 




PnmUn ^ \ 'Annies 

dcrn.lt re edition de U ur 
dt Uurs ouvra- naijfjnct, 
jes, i 



de leur 



DurU 
dtUm 



VIC, 



Br^Icmann 



Martin. 
(Jean) 



liodcrn, 



Ailetn 



Auteurs apres Jefus-Chrlft. 



s 



Id, 



J?e Studio 
rei herharicB. 
^mendando^ 
Dc folio rum 
militate^ 
Syjiema PL 
Brunfvigia, 

Tlom Sa 

turnifans* 



rigur-3,| I7ix,4»j 1^83.117^8 



Enlum.med'. 
& bones. 



7J 



1753^ > 4* 
1 748, 8- 

HclmjUd. 
Brunfy'ig^. 



Fran^ 



Voiajc 

d'Afrike & 

d'Amecike. 



Figur. 10 , 
(don M. 

Linnaeus. 

^'g- 44, 
cuiv. mcd. 



^711, 8» 

Lipfiiz^ 



1712., II 

Paris. 



Italicn, 



Catalog, j Fig. go, 1 ir^l^ FoU 

Planc,4,^^i, 



Fcang. I Memoires dc 



1 Academic, f cuiv. bone. 



Allcm. I Bclladona, 



Paris. 



figure!,, i7Z4,go 
CUIV. m^d. I /c/2«. 



Anjl. 



Allem 



An 
glois. 



Allcm 



Bcfcript. 

Guernfay 
Lilli. 

Specimen 
dc Pinu^ 

tro. 

Hijt* plant. 
Decades 4. 

Lectio I a 

botanic a» 

Tournefor 
^ius Alfati- 
cus. 



Figure i 
cuiv. bone. 



ly^S'FoL 
1715. 

London. 






cuiv. enlum. 
bones* 



CUIV. mcd, 
Plan, 1,500 



^7^7,4^ 
Br?fnfvigtz, 

ijit'FoL 

Volfcnbuccl 

Londlni, 



1718, 12. 

^747- Ji. 



i€6iA X7}8. 7T.' 



l«5jj 



I74«J ^7» 






Vi- 



:^ 



vauc. 



^-^ 



/ 



Noms dii 



BMuncr. 



Duhanicl 



Kramer* 



Micheli. 



Lang! ey. 



Sptekclkn 



IBcuafwig. 



14 



TahU cronologik 



Ltar 



Lturs #» 
vrajtt. 



%• Nomhre des 

j oni parti. 



I Premiere & I 



Jnnies \ .Annies > Dt;rU 

dtrmcrt edition, dc Uur ■ de Uur ^ delm 
dt leurs ouvra- naijTance, \ moru 



v». 



Auteurs apres Jefus-Chrift. 



Altcm. 



Frau;. 



Thefaurus 
fanitatis* 



Mem. de 

I'Academie. 
Arbres 5c 
Arbuftes. 



Fig. mauv. j 
felon M. 



1718,8''. 



Allcm. 



Icalien. 



Tentamen 
botanicum^ 
Idem emen- 
date & auB, 

Nova gen ^ 

Catalogus 

hortl Fiorcn' 
tinim 



Fig. z?o, 
cuiv. & bois 
med. &:boii. 

Pi. i,ooo« 

Fig, felon 
M. Ludwig. 



1718 ,4^ 
1740,4^ 

Paris. 



AngU 



Pomona 



nis folio* 

!"• ' Apotheca 

vulgi. 



Tab 108- 

cuiv. bones 
6c patfaices. 
Plan. 4,017. 

Figur. }oo, 

cuiv. med, 

5c bone. 



1718, S« 
Drefd<x^ 

1 744 Fol, 

Vienna^ 

171^. FoL 
1748. FoL 
Florentines 



1719. FoL 

London, 
f Bib. de M. 

Bombardc. ) 



Figure 1 ,j ,y.^^,f^i 



Fig. mauv. 

felon M, 
Linnaeus. 



171^ 



2 



an J 



I J 151 



Vi- 

vanr. 



1^19 



I7>7* f*' 



Klein 



SarCn. 



Polon. 



Dcfmarchaii I ^ranj. 



Figure i 



An. Tity- 1 in^uic 1,1 1730 t 4" 
maloidcs. I cuiv. bone. I Q^danh 



Tranfaa. 

philofophic* 

Oxyotdes* 

Voiaje en 
Quinee 5c 

Kaiennc, 



CUIV. bones. £o„^,-^;. 



cuiv. mcd. 



1710, II 
} Vol. 
Patis. 



« 



9fpmt JUt 



Catcibi, 



Miller. 



Burmann. 



Hourton 



Linn«u:. 



KaWel. 



^Alcher 



^HCct, 






'Jes Auteurs ie Botanlktl 



itur 



2? 



vr ajts. 



Namhrt dts 

planus dont Us 
; cm parli^ ' 




TTtmltft & 

dtrnicrc edition 
dt leurs ouvra- 
hi. 



Jtnnies 

de £eur 

naijjpmcc^ 







v«. 



I 



Angl 



Auteurs apr^s Jefus- Chrlft. 




> Natural 
hiftori Ca- 
rolina* 



Id 



Gardeners 
DiiSlionari. 



Hoi 
land. 



Angl. 



Sued 



Thcfaurus 
Zellanlcus, 
Decades lo 

plant, Afric. 



Nova 



nera^ 



S^' 



Aa- 



(Eli&bcchJ gloife. 



Syflema 

natunz* 

Honus Cl'if- 

fortianus. 

Flora lappa- 
nlca^ 

Flora Zei' 

lanica^ 

Materia me- 
dic a, 

Amanitatcs. 

A curious 
herbal. 



) 



Allcm. 1 JJortus 

JFalthcr'u 



dctDrogiics 



All 



cm 



' I ^^fnitlones 

pUntarum. 

g<^tahiUum. 



Fig. itfy , 
cnlum. 5c 
parfaitcs &: 
incompler. 

Fig. 509 , 
cnluni" nied, 
5c bones. 

cuiv. bones, 
2c iacompL 



I7U- Fol 
5 Vol. 

London. 



London, 



Flgur. I y , 
cuiv, bones. 

cuiv. bones, 
& incompl. 
^I.^^ioo. 



»73t .4 

Amjl^lod^ 



^m 



17H- ^o/. 
»7J^. /'o/. 

«747»». 
'749,»- 

Amjlclod. 



^'g- foo, 
cuiv. med. 

& bones en- 

iutninecs. 

^l- *,ooo^ 
cuiv- tnauv. 



«7lT.roZ. 

I Vol. 

London. 






Figures 0, 



i VoL 

Paris. 



, »737.8 
Jt757. «» 



Vi- 

vanr. 



Viv 



733 



1 707 J ViY. 



^j8. 1 itf^^.l^jj 









26 . 

leur 



Tabic cronologike 



LtOfi QU' 



I 



i 



r 



Sicgefbck 






llakftonc' 



Shaw* 



-^ 



Dela Con 
famine. 



loffieu, 
^ Bernard) 



jft.mmann, 
(Jean) 






fr 



(Adrien ) 



Scguicr 



I ? 



"3" 



J 



trailer. ' 



f.i 



Jfombri dts 
planus dont iU 
ent parity . 



Premiere & 



Annus 



I frzmiere ty | 
d&rnicre idltionl^t Uur 
dc Icurs ouvra- \ naijpuice, 
jcs. 



Auteurs apres Jefus-Chrift* 



Weinmann- 1 Allcm 



Ruffe 



Phytantofa 
icknograjica 



Botanofofia . 
Flora Pe- 
i tropolitana. 



AngI 



Id 



Fran^. 



Id* 



Ruffe 



Hel- 
laud, 

Fran^, 



Suiffc, 



Tab. i,oOo, 
Fig. }»ooo , 
cnium. med, 
5c bones. 

Figure o. 



17^7. Fol, 

10 Vol. 

Ratisbona, 



'757 '4 
PetropolU 

174,0, S'' 



BcroUni. 



Plantx ra- 
riores An' 
glia. 






Volajes, 



Mem. dc 
l*Academie. 



Q 



uinquina. 



Mem, de 

I'Acadcmic. 

Pilularia, 
Plant ago 
monantos. 

L ^ 

Stirpes ra- 
riorcs Rule- 
niciz^ 

FUra. 
Lcidenjls, 

Bihllotcca 
botanic a^ 

Plantx Jfe- 
ronenfcs^ 

her m- 

vcticum* 

Enumer* 

fiirp.Hclvc' 



Figur, z , 
cuiv. bones. 



8* 



Figur. J t , 
cuiv. mauv. 
& medioc- 
riant. $jr. 

Figure i , 
cuiv. bone. 



»737> 
Londlnh 

(BibL de M. 
Bombatdc.) 

1758. Fol. 
Oxford. 



1738,4' 
Pails, 



Figur. 1,1 itj^'m'^i i^o- 

cuiv.parfai- J 1740, 4^ 
CCS. I Paris. 



Figur. 41 ,j i-,jp^ ^9 
cuiv. bones, p^f^opo/i. 



P!» 1j7oo. 



Tab. 17. 

I^ig- TO, 
cuiv. bones. 

Pi- XtlOO. 



1740 * 8 
Lelda^ 



Fig- 10^ , 

ci^iv. bones. 
i*U 1,000. 



^740, 4 
HagiCf 

3 Vol. 
Veronct^ 

1 740 , 4 
1741. fo/. 

1 Vol. 

Cottingit, 



jinnUs 

dc Uur 
moru 



DsrH 

dtUtt 



vx. 



I7J4 



I 

1 



I 



I7P 



Viv- 



Viv. 



ViV 



Viv 



ViV 



u^n^ 



\ 



'des^Autenrs de Botdnikel 



Tf 



uceursw 




Zeuf 



tears Oil- 

vrajts. 



Wappi 



Sauvages, 



Morandu 



Guettatd. 



Charlevoix 



Sabbati. 



Cmelin. 
( Jean ) 



yactcndorf 



thcct. 



Glcditfch. 



Trcv> 



Kcmbrs dts 
Flantzi doni its 
ont parlc. 



Pi 



rem'- re 



& 



chrnicre idltion 
de Uurs Ouvrd- 



^nK its 

At Uur 



nnici 



.Jf. 



naiUanct. 



Auteurs apres Jefus-Chrlft. 



Allcm. I Hlfi. plant. 

■ I Alfaticarum 



Figur, 5,1 1741 , 4 
cuiv. bones. | Argcntorati 

ri. 1,400. 



Fran- 



cois 



luUca. 



Projetd'unc 
Mccode fur 

les feuilleSfc 
M^code fur 

les feuilles, 

n\fi. hot, 
praclica. 



Figur. o , 
PI. z,72yv 



174? » 4 

Montpelicr, 

a La Haye. 



Fcan^. 



Id. 



Icalien. 



Allcm. 



Obfervar. 

fur les riaa- 
tcs. 

Hiftoirc de 
la nouvcle 
France- ^ 

Synopjzs 

plantarum 
Ronnz, 

_ Flora Si- 



^'6- n«,} 1744. ■F'o/. 

Hanc. 55*. 

bon, Scparf.'i* 1747 > iz 



PI 



" i>t5J- 



Figur. 98 , 
cuiv. med. 



1 Vol. 
Paris- 

'744> II 

r Vol. 

Paris- 



Fi>r,a I i74r , 4<» 

cuiv. med»,l/'^r/-jri*<. 



Hol- 
land* 



HonlUltra- 

je3inl index 
five fyjlema 



Tab, 148. 
Fig, zo8. , 
cuiv* bones. 

Figure q. 
PI. 4,000. 



^47 , 4' 

2 Vol. 

fitropolh 

- 1747 * S' 

Trajccli^ 



Allcm, I Plantx ra- 



riorcs. 



Id. 



Id. 



Hi'ft. Acad. 

de Berlin, 

Metoius 
fuiigorum. 

Plantx Ce- 

ri<M 4, 



tig. 16 , 
cnlum, bon. 

& parfaiccs. 

I 

Fig* 8^ > 
cuiv, bones, 
PI. 1,000. 



1748. FoL 

i^0mdini^ 



^745>. 4* 



%► 4 J > 

cnlum. bon. 

^ pacfaitcs. 



1750 a 

Norimherg^ 






vant. 



VLy. 



Viv. 



Viv. 



Viv. 



YiY. 



Durli 
deUur 



vcc 



KijfM da 



Donati. 

(ViuUen) 



Ctifelini. 

J 

t 

i 

I 

Hill. » 



I 



'i 



GcCher, 
( Jean ) 






AUionL 

X 



Cinanal. 



£attarra 



Rufil-I. 



liowne< 



Xeur 

patrie. 



Tahle cronologike 



zeurt eu- 

vrajcs. 



Nomhre des 
plantcs dont Us 
ont parli. 



\ Trtmltrt & 
d&rnurc ididon 
dt Uurs ouvra- 



Annla 
de leur 

fudffanct. 



Armies'^ 3tirli 

de Uur idthat 
mortm I vie. 



Auteurs apres Jefus-Chrill:. 



italien.l Delia Storia 

nat. mar. 
dclPAdriaci- 



f 

4 



Figur. f ,i i7fo^, 4 
cuiv. bones. iVcnezia. 



Id. 



AngI 



Id. 



CO. 

Qbfervation 
fur le Bail 
louviana^ 

Natural 
liiftori of 

Barbados. 

A hiflori 
of Planes. 



PlgUCC !• ] I7P , II 

cuiv. bone, Vcaife. 



Fig. 1^ , j i7yo. FoL 
cuiv, bones. iLondon. 



Figures 



i7?i. 

1 Vol. 

London, 



Fol 



Suiffi 



Ualien 



Id. 



Id. 



De Ranun- 
culo Bdlidl 
fioro^ ' 

* 

Rariorc^ Pe 
demontii 
flirpes. 
Synopfis mc- 
todica korti 
Taurinenfis, 

Opcrc 
pnftume, 

PI an tit 
Adrlatlcx, 



. Figur; J 
cuiv. bone. 



.i7>3 ^4 

Tiguri, 



jj% 



Fig. 

cuiv. bones 
5c incompl. 



»7n > 4 

1761 , 4^ 

TaurinL 



f 'g- 45 , 

cuiv. med. 



I7fy. Fo/. 

in Venezia. 



Fungonim 
agri Arlml 
nenjis com- 
pUatlo, 



An« 
glois. 



Id. 



The natural 
hiflori of 

Alcpo. 

The civil 
and, natural 
hifiori of 

Jamaica. 



Tab. 40. 
Fig. i6o , 
CU3V, bones 
& incompl, 
Plant. 2^0, 

Fig. ro , 
cuiv. bones. 



lyn J 4 

Faventia, 



i7r^.4^ 

London, 



Fig. 107, 

cuiv. bones. 
& incompl. 



tTfff. FoL 

Loudon, 



r 




Vi- 

vanc. 



Viv. 



1 * 1 



Viv. 



Viv. 



Viv. 



Viv^." 



Viv 



Viv. 



\ 



Koms dc$ 



des Auteurs ie Sotdtiiktl 



^^f 



Adanfon* 



\- 



I 



KnJpfiof. 



Cajlus, 



Schmidel. 
( Caflmic) 



4 



Arduiii 



Burmann. 
(Nicolaj ) 



Maracti. 

Schemer 
(Jcaa) 



<Edcu 



Cerard, 



I ttUT 

patrte. 






( 



Nombrt des 
flaiuts dont lis 



[ prtmlen & | \Annits # ^nni 

dcriilcrc idition dc Uur I de Uur 




^nnltf Durlt 
1 de UuTi ouvra' naijjaacc^ , mort. 









Franj 



Auteurs apres Jefus-Chrift. 



Voiaje au 'Plant. loo 

Figur? I , 



Allem 



Senegal. 
M^raoires de 
I'Academic ■> 

fur les 
Families des 
Plantes, 

Baohah, 

Ccnturicz ^ 
plantarum^ 

r 



cuiv 



^7S7>4' 

1761. 

Paiis. 



i>pr. en 

couleurmed. 
5c mauvaif. 



I7f7- fo/. 
i/a/^ Ma- 

dcburgu 



Fran^ 



Mem. fur I Fjgur. 1 , 

It Papyrus. |cuiv. bones. 



^758, 4» 
Parij. 



Id. 






Buxhaumia, 
Blafia, 

Jungcrman. 



Figur. 7 , 

cuiv.parfait. 
Plane. 7, 



Itali 



len 



Anlmadver. 
/tones hotan. 



Hoi- 
landt 



Specimen 
de gcranlis. 



Fig. 11 , 

cuiv. parf, 

& incompl. 
Plan. li. 

CUIV. bones 
5c incompl. 
Plane, 74, 



J7jS,4'* 

17^0 , 49 
Erlanga. 

i '7f9 > 4** 



'7f»,4^ 



Icalicn. j De florlhus 






SuifTc 



Z^e atlmen- 
tis farina* 
eels. 



Fi 



gur. 1 



Danois, jr/o^.^ p^ 



«^CiX. 



Fcan^, 



Flora Gallo 
Provincial. 



I 



cuiv, bone. 
Plan:, i. 

Fig. cuiv. 
bones & in- 
completes. 

cuiv. mcd. 
5c boaes, 
H. 1,700, 



17^0 • 4** 
Lugd, Sat. 



'7^\ Fol 
fiaf/jia. 



Pans. 



7^7 



<- 



Viv. 



; IV. 



Viv. 



Viv. 



Viv. 



Viv. 



Viv. 



Viv. 



Viv 



X 



V 






^ 1 



30 






Oyer 



Couan* 



Schseffl 
pacob) 



Patr'u, 



£fpa- 
gnoK 



Fran5 



Ssxon 



TahU 

feurs 

vrajts. 



cron&logike des Ziuteurs de Boianikel 



Oil 



Nomhre des 
Flcnus dent its 
ontjffarli. 



Premiere & 

demitrt Ictltlon 
de Uurs Ouvra- 
jes. 




Hortus Reg. 

Monfpclien- 
\fism 



Fungorum 

Bavariit 



iconcs 



Figur. 4 , 

cuiv. mauv. 
& mcdioc* 

Fig. 100 , 
cuiv.enlum* 
bones & par- 
faices. 
Plane. 100* 



Lugdunii 



B 



77^1 , 4* 
Ratisbona.* 
Tome X* 



.Annici 
de leur 
naijfanc:. 



de Itur 
mort^ 



dcUm 



vu. 



Auteurs apres Jefus-Chrift, 



Flora Ef" I Fig. 4^ , J ij^z » 4^ 

patiola. I cuiv, incd. | t ie*"s Vol. 

Madrid. 



Vi- 
vane. 



ViT. 



Viv. 



|ac<iuin. 



Enumeratlo 
Jlirp^Vindo- 
bonct , 6'c. 

Enumeratlo 
plants AmC' 

ric* &c* 



Fig. II , 

cuiv. bones 
Cc incompl. 

Plane. 42^. 



Vindobona* 



Viv 






4 



\ 



^'^ 

^•^ 
"^z 



''^;»OnNS*' 




•'^^ 






-^' 



s 

*. 



i 




I 



f e©o0e0000O©0€> § 









UL T A 

Dcs cxpirUnces hs plus modernesfur rorgamfation 

Vanztomu & Us facultes dcs Planus^ 




E ne m'areterai point a repeter ici les definitions generales 
des parties & qualitesdes Plantes ; on les trouve preske par- 
tout , lur-tout dans Jvingms , Rai , Tournefort &: dans la piu- 
part des Auteurs qui les ont fuivis. Je me bornerai feulement 
a raportet avec ordre & brievete les r^mltats des no^iveles 
experiances des Modernes fur divers points anatormkes de 
rcconomic & des facultes de certaines parties des Vegetaux 
dont je n*ai pu parler ailleurs , & dont la coneuance eft 
abfolument necefscre au Botanifte qui veut aprofondir la 

Science. Ces refukats porteront fur les points fuivans , 
iavoi 



oir : 

1^ Planr-j ; !cur dennitiort. 
Lcurs parties en genital. 
I Lcuc ^me. 
4 Lcur ocganifation &: ftru^urc 

imcrnc. 

J Lcur acroiffcmaHu 
* Lear nairkion. 

t Lcur crarifpiration Zc imbibi- 
cioti. 

5 Lcurs maladies. 

lo Lcur abondance. 

Lcur mouvcmaat. 



IK 



Lcur propagation. 



I j^ Lcuc germination. 

14 Lcur feuillaifou & efeuil- 
laifon. 

15 Leut fleuraifon 2c cficu- 
raifon, 

i^ La maturation dcleurs fi'uici 

17 Lcurs monftroiues, 

\% Lcuc ficoiidation. 

i^ Manlccc de conCctvcr let 

Plantes viyantes. 
&o Maniece dc Ics dcflcchec 

en Etbicc* 
Xi Maiiierc dc les analifer. 



f/7. 



Les Planres, felon la definition la plus comune, : 
•rps vigitatifs , fans fentimcnt , qui tienent le mil" 



\ 



Corps 

rAulmar& le Mmeral7& q 
a la tere dont Us tlrem les i\ 



font des Scion U$ 



eu cntre modcracs, 

fouvant 



nourlture 



rErbe ^""^ ^ ^ ^°"" ' ^'^'''"■^ ' rArbrilTeaa , 



6e 



atacb 






m 



« 



32 ^ 

dit pas aflez , noil plus qii*a cele de Jungius qiii n'eft paJ 

entierement exafte, & a cele de Tournefort qui p^che en 
ce qu'il ne faifoit pas atention qu'il i a nombre de Plantes 
qui ti'ont pas de racines : void cele qu'on pouroit leur 
lubftituer. ^ . " 

JeJoamoi. ^"^^ PUnte eft un corps organlke vivanty qui fe nourit 

& croit par intuffurception ; anime d'un mouvement fpon- 
tane , non pas tranflatif , mais local ; qui a la faculte de fe 
reprodulre , mais fans copulation ; enfin qui paroit ne diterer 
dc la nature des Animaux qu'en ce qu'il n'a pas le fentiment, 
& des Mineraux en ce qu'il a une organifation & une cir- 
culation ou mouvement altematif inierne de likeurs conte- 
Dues dans^ des vaifTeaux particuliers* 

2. Ame des Plantes. 



animce 



, quoike fans fentiment, a 

une ame , qui n'eft pas une , ni fixee a une feule de fes par- 
ties , mais repandue egalemant dans toutes , & divifible » 
puiske chacune de ces parties integrantes qui participent a 
line vie comune , pofsede en ele-meme une vitalite ifok^^ 
ind^pandante desautres,& que ,-detachce & fepareed'ela> 
cle croit & fru£iifie , enfin joult de toutes les proprietes & 
ikcultes qu'ele poffedoit avant fa feparation. 

3. Panics des Planus en general. 

Les Parties des Plantes font diftinguees come celes des 

Animaux en fimiJaires & diffiinilaires. 

Les fimilaires font celes qui font formees de parties omo- 
g^nes , du moins en aparence ; tels que la moele , les tra- 
chees , les fibres , les vaifTeaux , les fucs. 

Les difllmllaires font celes qui font compofees de X^'^^^' 
blaje de parties diferentes en nature & eri fon^ions ; ^eies 



que les racines , le bois , les tijes , les feuiUes , fnjits , c 
qui font compofes d'ccorce , de fibres , de tracbees , &c. 

Farmi ces diverfcs parties, foit fimilaires, foit difrimitaire*' 
51 i en a qui ont des fon£lions particulieres , relatives aitf 
autres parties , ^oinede nourlr, mouvoir , contenirles fuc^, 
I'air , &c. on les apele organikes. 

4. Orgawfition & StruSiure inurnc des Plantes. 

L organifation 5c la ftru^hire interne des parties difli^T 



I 



) 



3? 



laircs i teles qiie les tijes ou brtnclies , les feuilles , le calice, 

la corole , le fruit & les graines , n'eft pas exaftemant la mcme; 
mais eles font formees les unes de 2 ou 3 , les autres de toutes 
les 5 parties fimilaires fimples organikes qui font contenues dans . 
Tccorce & le bois des tijes , c'eft pourquoi je vais comenger 
par Texpofition anatomike de ces deux matieres. 



•/^ 



les, dont deux fimilaires , f^avoir TEpiderme & le Paren- dcl'ecorce 
chime , ou tiffu cellulaire , & une 3^ qui eft diffimilaire , 
f^avoir , les couches corticales. Mais con^e le parenchime ne 
ie trouve pas former une couche feparee dans toutes , nous 
peafons qu il feroit plus exaft de dire que I'ecorce eft com- 
pofee de 4 parties fimilaires, f^j^avoir, i^ rEplderme qui 
envelope les couches corticales ; a= les fibres ligneufes , Ion- 
gitudinales & feveufes a mailles ; 3^ les tubes droits lonoi- 



ou 



parenchymateux , ou moelleux. 



EpidcrmeJ 



1. LEpiderme eft: une membrane tres-fine , toujours trani^ 
parante , fans couleur , elaftike , fans aucune organifation 
fenfible , fmon qu'on y decouvre quelquelx)is des pores tres- 
peu fenfibles qui fervent a la tranlpiration & a rimbibition 
des fucs. 11 ne dolt fa couleur qu aux mamelons , ou aux 
likeurs du parenchime qu'il touche. 

a. Les Fibres Ijgneufes longltudinales , font des vaifTeaux Fibres fc-; 
creux , mais dune fincffe prefqu'infenfible , dans lefquels ^«^^«5* 
coule la feve. lis font funples , lans ramifications , ie colan; 
les'uns contre les autres, fans anaftomofes, demanierequ'ils 
torment un tiffu de petlts faifceaux en rezcau , dont les mailles 
lont plus longues que larges. Ces petits faifceaux font les 
niufcles des vegetaux , & ils diterent par leur figure de ceux 
des ammaux qui font formes de groffes maffes de fibres 
accumulees les unes fur les auti .u. 

3 . Les Vaiffeaux propres,c^u'on pouroit apeler auffi vaiffeaux v.;rr . 
fangums , ^^ caufe de leur uf^je, font des tuLx longitudinaux^ faal """ 
droits , coles contre les fibres feveufes, beaucoup plus erands 
& en ^^^^^dre nombre qu'eles , & remplis du fiic prupre qui 



ms. 



, a propremaat parler , le fang de la Plante , tel que 
6cZv7 ^t^'^''\ ^ '' '^'T''^^ ' ^^ ^^^^"^ d.ns les Pins 

I. 1 1\^'^" ^Aixl^re eft un affemblaje de vdficules iomtes 
^Ues des fibr^ feveufes , en coupant leur direaion a angles 



TilTu ccllu- 
lairc ou Pa- 



oit 



droits , & traverfant entlerement fecorce & le bols dopuis 

la ^ maele de fon centre dont il n'cft qu'une prolongation , 
jufqu a I'epidcrme de J ccorce : leur bout ell plus menu de cc 
cote , que vers le centre du bols. 

Ce Tiflli cellulaire , ainfi apele lorfqu'il eft enferme dans 
les mallles des fibres , prend le nom de Parenchime , lorf- 
cu'il eft raflemble dans de plus grands vuides lalffcs par des 
mailles plus ccartees come dans les feuilles. 

On I'apele , Envelope cellulaire , lorfqu'il forme une cou- 
che fous I'epiderme , entr ele & les couches corticales , come 
JI arive dans I'ecorce des Erbes & des jcunes branches des 
Arbres. Dans ccs a derniers etats de Parenchime & d'En- 

x-elope cellulaire , chake veficr.Ie eft verte foncee , d'une 

fubftance erbacee , fuculente , qui , bouillie , fe reduit en pate 
&: eft friable en fechant. 

La moelp n'pfl- nntrr. fV,r>Cn /^l,a 1.-. ^!\^^ *:rn, n.,i«;..a 




lulaire , c. a. d. 



paroit d'abord dans I'etat du tUTu cel- 
d'utricules ovoides vertes & fuculanteJ, 



c eft ce qui fe voit fenfiblement dans toutes les produftions 
ronvcllcs des Plantes anueles ou des Arbres ; & ce n'eft 
q\i'au bout dun ou deux ans , plus ou moins , que ces vefi- 
Clues fe vuident , fe defechent , deviencnt sferikes ou polue- 
dres , enfm prenent la confiftance & la couleur de moele 
m eft blanche dans la plupart , jaunatre ou couleur de rouille 

brune dans d'aiitr^ 




M 



come Jc Noier, & rou^e dans d'autres. 



qui 



- --r—-"" ^">" Ji- uuis tx i ecorce , on en devrou *"" 
preique par-tout; mais ellc n'eft guere fenfible que lorskele 

rafemble ainh , que dans 




I iiiaucTb , ex. euc ne le raiemble amii , que ud»j 

Sc fny; ement dans les plus tendres ou dans leur 
les Plantes comencent par en avoir dans 



raflcmb! 
peu de bois, 
aubier. Toutes 

leur jeuncfle : ion fieje principal dan' celes qui en ont 
beaucouj> , eft dans I'ame du. corps hgneux oij elle tS. 
renfermee , come dans un tuiau d'oii elle fe repand dans It 
iubftance du bois & de I'ecorce. Les Erbes & ArbriiTeaux 
en ont en general plus que les Arbres. Les Plantes ix^ I''^" 
en a vu le moins , font TOrme , le Ciiene , le Noifetier , 
Je Poirier & Pomicr; il n'i en a point du-tout dansTEbene, 
le Gaiac , le Bois de Fer , les racines du Tabac & du5r^^- 
monion ; Jc Noier , le Houx , Ic Frene & le Pin en ont 
inediocrement; & il i en a beaucoup dansle5«r(J, I'Oxu-- 

<anta , !« Figier , Ic Sumac , lAbfinte , &c. Malgre ic?a 



/ 



3? 



^paiHeuf , cctctnocledirparoitmrenfiblcment clans les Arbres; 
le canal qui la contient te retrecit pen - a - pen & fe remplit 
par IVpaiufiement de5 fibres feveufes &des vaifleaux fanguins 




TrachecfJ 



I en parcoiirent la longueur c?c qui lont moins leaunies aans . 
on etat de moele : ce lont fans doute ces fibres & ces vaif- 
feaux, Infcnfibles d'abord , qui fournilTent la Terebentine qu'on 
voit fortir de la moele du Pin & du Sapin. 

Les veficules de la moele font plus grandes a fon centre 

que vers le corps llgneux , & on remarque en general que 

les Erbcs qui ont plus de moele , come le Chardon , ont 

aufli les vcliculcs plus grandes que les Arbres qui en ont moins : 

mais ce n'eft pas la mcme chofe dans les Arbres ; le Suro , 

par exemple , a beaucoup de moele &des veficules tr^s-pe- 
tites. ' • 

• Les couches de I'ecorce les plus interieures ou les plus pro- t^tti 
ches du bois , s'apelent du nom de Liber parce qu'eles repre- 
f^ntent les feuillets d'un livre. 

Le bois n'a pas d'epiderme , come I'ecorce qui lui en tient Organifc 
lieu i mais il a , en revanche avec les 3 autres parties de I'e- du hh,' 
corce, une 4^ oartie qu'elen'a pas; ce font des Trachees ou 

des organes deftin^s a la refpiratiou ou au moins a contenir 
de I'air. 

Les Trachees font des tuiaux drois formds d'une lame ela- 
*ike tournee en fpirale , come un relTort a boudin dans un 
fens contraire au mouvement diume du Soleil felon la remarke 
de Hales : ces tuiaux cm plus de diametre que tous les autres 
vaiffeaux qui fe remarquent dans le bois ou I'ecorce , meme 
les^vaifTeaux fanguins ; i!s font plus grands dans les racines 
"u au tronc , ielon Malpigi , & paroiffent enfermes dans 
es hbresparticulieres en tiiiau. 

Les couches ligneufes comencent d'abord par ^tre moles r, ■ 
5c tendres avant que d'acqu^rir !a folidlte qu'eles ne prenent que 
peu-a-peu ; & come eles s'apliquent exterieurement? les unes 
fur les autres , c eft pour cela que les interieures , dans un Ar- 
bre bien fam font plus dures & plus colordes que les ext^- 
neures : ce font ces couches interieures qu'on Ipele Bois • 

fer'd"' ^^"r'-f Pl"/ t^^nclres , & f^uvent d'une cou- 
leur diterante s'apelent Aubier : ainf, I'Aubier n'eft qu'un 

nc feti:::^" ^" 5'^ Pf r °- ^^- ^-"^e fa folidi?^. Tl 
GranadirTrr ^^^^ '«^>«i%durs , come I'Ebene, la 

Uouleau, &c. d ni ^ pasd'Aubier, ou pour iieux dire 





Aublcr* 



■ft 



I 




S n*i a pas debois,patceque le corps Ilgneux refte toujours ^aii*' 

fon i^'" etat d'Aubier , fans jamais fe durcinCeft cet Aubier 
u'ataquent & rongent les Chenilles & les Larves de Falene, 
aplllons , Scarabees & autres infe^les qui s'i lojent ou s'en 

jaourifent. 

Les Arbres vigoureux ont plus d'aubier , mais en moindre 
nombre de couches que ceux qui languifTent. Le Chene a 
comunement , depuis 7 jufqu'a 25 de ces couches qulfere- 
jetent pour les travaux. Le raport de I'epaifleur de I'aubler a 
cele du bois. d un Chene de 6 pouces de diametre eft a-peu- 
pres a Tegalite ; dans un tronc de i pie de diametre ele eft 
corne 1 a 3 |; dans un tronc de 2 a 3 pies, come i a 4t- 
mais ces proportions varient felon la conftitution des Arbres. 
Organlfatlon ^ confidere les feuilles , come des tijes ou branches qui 
desfcuilUs. feroient aplaties ; en efet eles ont les memes parties , un epi- 

derme & une ecorcedes deux cotes, & un corps ligncux au 
centre. Eles en diferent f^ulement en ce que, i^ leur epi- 
derme a des mamelons ou glandcs corticales a la furface in- 
ferieure &fuperieuredans lesErbes , & ala furface inferieure 
feulement dans les Arbres. 2^ Le tiffu cellulaire ou paren- 
chyme i eft plus confiderable que dans les tijes , & toujours 
dans fon etat de verdeur,& fuculent,fans pafTer a celui de moele. 
Le calice ou Tenvelope exterieure & comunemant verte 

des fleurs , ne difere pas fenfiblement, parTorganifation ,c}e» 
feuilles , fi ce n'eft peut-etre que fouvent il n'a point de corps 
Ilgneux, mais feulement des fibres moins fenfibles. 

La Corole ou les Petales des fleurs diferent des calices & 
autres parties de la Pknte felon M. de Sauffure ( Obf >J 
I'dcorce d€sPeuilUs& 4es PitaUs\ Geneve I76a,m-i2.,p-9^v 
ence que leur epidermen*aaucuneglandecorticaIe. Elepaw^^ 
prefqu'entierement compofee de Trachees. 



Du calUu 



De la corole* 



$• Acroijfement des Plantes^ 



tn loniueur. 



L'acroIfTement des Plantes fe fait en longueur & en larjeur. 

II paroitra fans doute etonant que les racines ne s'alonjeflt 
que par leur extremite, (^V. Duhamel Phyfik.des Arhrcs t. 
a. p* 14 , ) tandis que les tijes croiffent & s'etendent fur toutc 
leur longueur , mais plus vers I'extrcmite du jet de I'an^e qut 
eft encortendre, que vers lebas qui eft durci. Les branches 
ainfi durcies de Tannee prccedente ne s'etendent plus en Ion- 



gueur , mais feulemant en larjcur. 



d- 



tances 




favorab 



vegetation 



fr 



fine pluJe aflez abondante , il furvient un terns couvert acorn- 

pagnc d'un air chaud & dilpole a Forage , de cet air qu'on 
apele lourd, pefant , parce qu'on fuporte dificilement le tra- 
vail , & par lequel les vapeurs s'elevent de la tere en fi crande 



quantite , qu'ele femble fumer come les couches chaudes, II 



a obferve dans ces circonflances , qu'un brin de Fromant eple 
s'etoit alonje de plus de i pouce en 24 heures ; un brin de 
fegle de 2 pouces ; & un farmant de vigne , de pres de 8 
pouces , dans le meme efpace de terns* 

. On fcait depuis long-tems que les Arbres grofiiffent par ^^ larjcuri 
Taddition annuele d'un cone exterleur ligneux , qui s'apllque 
fuj" hs cones interieurs ligneux des anees precedantes en 
les emboetant , & par une addition analogue , mais en fens. . 
contraire , d'un cone cortical qui s'aplique a la furface interne 
de I'ccorce dans laquele ele eft emboetee par les couches an- 
cienes dont les plus exterieures fe fendent en long & en travers , 
& tombent fucceflivement par bandes , par rouleaux ou par 
ccailles. Ces couches annueles font eles-memes formees d'uii 
rand nombre de petites couches ou lames qui femblent etre 
formees & ajoutees les unes fur les autres , pour ainfi dire , 
jour par jour. 

Mais les Fificiens cm ete fouvent partajes & fur le lieu , & 
fur la mati^re , & fur la manlere de la formation de ces % 
fortes de couches, la ligneufe & la cortlcale : on con^oitfa- 
cilement qu'eles peuvent fe formed- de Tune des 4 manieres 
fuivantes, f^avoir , i^ toutes 2 du bois , 2^ toutes 2 de 
1 ccorce , foit , felon Grew , par I'emanation d \m fuc parti- 
cuher , foit par la converfion reciproke des lames , come le 
penfoit Malpigi ; 30 toutes 2 entre Tecorce & le bois par le 
moien dune matiere mucilagineufe & organifee qu'on i trouve 
dans letems^de la feve & qu'on apele Cambium parcequ'ele 

ux qui le cicatnlent 



c eft le fentiment le plus ancien , & celui des Cultivateurs 
qui a ete combattu par Grew ; 4Q enfin la couche lieneufe 
Peut produire du bols , & la cortjcale de I'ecorce : c'eft le 
fentiment de Hales. 

cete'anlT' ^'m ^^^¥'^''^^' "l"'' «« ^'^ f^tes pour decider 

cete quelhon , il paroxt, 

bois"" ?r/ i?^^-^ V ?^''^ "^^'^ ' ^'^^^^"^^^ eft ^^P^r^e du 

prodmt une couche cort.cale & une ligneuS 

^te produOiou eft nouvde daas ces deux cas x car es 



\ 



5« 

couches corticales reftent toujours corticales, come les cou-» 

ches ligneufes reftent toujours Hgneufes , fansfe metamorfofer; 
ce qui eft d'ailleurs alTez prouve parladlference quife trouve 
entre I'organifation clu bois & cele de Fecorce* 

De-la on peut conclureque , dans I'etat nature! deTAr- 
Jbre recouvert de fon decree qui empeche de voir ce qui fe 
pafle a cet egard , le bois fournit aufli-bien que I'ecorce > 
chacun par ion tiffu cellulaire , la matiere d'abord mucilagi- 
neufe , mais organifee qui doit former la couche corticale & 
la ligneufe annuele. L'ecorce contribue peut-etre davantaje a 
cete produftion nouvele , Tourniflant plus abondamant de cete 
ieve qui i defcend , come le prouve le bourlet qui fe funne 
^ la levre fuperieure des entailles qu'on i fait. 

6. Nutrition dcs Planus^ 

Par les operationg cbymiques on retire des Plantes de lair , 
de I'eau , de I'huile , de la terre , & diferens fels ; & il feniB!^ 
naturel d'en conclure que ces Plantes ont tire ces principe* 
de la terre : cependant les plus habiles Chymiftes n'ont encor 
pu tirer toutes ces fubftances des terres meme les plus fer- 
tiles ; & il eft certain que nombre de Plantes elevees avec k 
lean fcule & meme avec de i'eau diftllee , rendent ces memes 

principes , & que ,fans la participation d'aucun alimant terei^i 
eles ontpris de la folidite & leur fubftance lit^neufe qui , <1^ 
Ji'Analife chimike,parokprefque enticrement compofee de tere- 
Les Plantes qui s'elev^ent le plus facilement avec de [e^^ 
feule, font , felon les obfervations , laplupart des Liliafees, 
des Compofees & des Labiees , la Nummulaire , la Renouee> 
les Mauyes & les Renoncules. 



7, Likcursdis Plantes. 

' On diftinge en general 2 fortes de likeurs dans les Pl^** 
tes, fgavoir , 1^ la Llmfe'ou Seve , ^^ le Sang oule 5>uc 



propre 



An ana J 



la Limfc ou 



oautres UKcurs ; car dans un leul truit tel que i^"*»- ' 
rOranje , la Fraife , Todeur & la faveur en font dii^inguOr j 
ou 4 dont on ne voit pas , ou au moms dont on nc voit<J^ 
de foibles vcftijes dans les autres parties de ces Plantes. 




^ 



5S» 

ctre comparees aux velnes laflees des Anlmaux : elle 

qii une depuration a fubir , come le fang des Animaux , 
fa tranfpiration* 



P 

(ur Vufa^t its htuilUs , art. 90,) que la feve ne 

nbres ligneufes , & qu'ele ne s'eleve jair 

corce , ji'ou il conclut qu '" 
£bres. 



cine 



par le 

En effet cete likeur elevee par les fibres ligneufes paroit 

ledefcendre jufqu'aux racines entre Tecorce & le bois", ( Du-- 

hamel Phyj, % Part. p. 312., ) ou au moins par les fibres 

corticales les plus voiunes du bois : ce qui femble prouvc par 

fon ecoulemant de lalevre fuperieure d'une entaille faite tranf- 

vcrfalement au tronc , & par le bourlet qui fe forme prefe- 

rablement a cete levre* Neanmoins lorfqu'on fait 2 entailles 

femblables , Tune au haut de TArbre , 1 autre pres de la ra- 

— ^ , cele d'en-bas rend plus de limfe que cele d*en-haut* 

C'eft la feve afcendante qui neurit les branches & les bour- 

Jons , & c'eft cele qui defcend , qui nourit & dcvelope les 
racines. 

Le retour de la feve du baut des branches aux racines ^ 
itant bien prouve & du a une force diferante de la pefanteur 
&de la dilatation qui eleve les Hkeurs dans le term ometre , il 
cfl vraifemblable qu ele clrcule d'une manicre analoge a la cir- 
culation du fang dans les Animaux : pour la prouver d une 
maniere complete , il faudroit s'aflurer , ce que Von ne f^ait 
pas encor , fx la liqueur qui defcend des branches par Tecorco 
clt la memc que cele qui monte des racines par le bois , fi 
loutes a fortent des mcmes vaiffeaux ; enfin il faudrolt dc- 
couvnr labouchemant &la comunlcation des fibres corticales 
avec les fibres ligneufes, chofe qui fera fans doute tres-difi- 
cile , puifque avec le fecours des injeaions on n'a encor pu 
vou- bien clairement I'abouchemant des vaiffeaux velneux 
avec les arteriels dans les Animaux. 

LaSeve eft plus abondante au Printems, & alors Tecorce 
^e detache aifemant du bois : au contraire Vl^a^rr^ ^(V ^r.\\\.:... 
amfediaten 



L 

vemem de cete feve 



lorfqu 



abondance 



; car fi on efeuille un jeune Arbre 
r^«Z ^'^^^^*"? *^^^ » ^" ^^<^u^e quelques jours apr 

fcn ecorce auitl aderante au bois qu^en iven - 



couleur, fon odeur & fa fubftance 

|»arler , le fan ' 

«i4itf 1 verte dans l«s uues 



I 




e , lenlible par fa LeSingo^ 

c'eft 3i propremant Sue proprc. 



des Plantes. Ele eft analoge au fane des Ani- 



- J 



dans d'autres J come le Tltlmale ; le Flgier ; Sfc' 



janfl^ 



dans d'autres , come la Chclidoine ; rouje dans d'autres 
come le Campeche , le San-Dragon , &c. mucllagmeufe ou 

"j dans quelques-unes , come les Mauves & les Juju- 
iers : refmeiiie dans d'autres , come les Piftachlers, les 




Pins , &c» De-la on conclut que chaque efpece de Plante 



contient un Sue" qui lui eft propre , un Sang qui eft fort (li- 
ferent de la feve* 

Ceft dans ce Sang que refide Todeur , la faveur & la verlu 
cles Plantes ; car on reconoit peu de vertu dans celes ou 
la Limfe abonde, ou dont le Sang eft peu diferant de u 
!imfe ; & ce n'eft que la liqueur qui coule du Pavot qui ioit 
jiarkotike , cele du Titimale & cfe la Chelidoinequi foitco- 
rofive ; la vertu purgative du Jalap refide dans fa refine. Les 
ecorces ont plus de vertu que les bois , parce que leurs vad- 
feaux fanguins font plus gros que ceux du bois. 

Ce Sang eft contenu dans des tuiaux droits , plus conlide- 
rables que les fibres limfatiques , & repandus dans toute la 
fubftance de la Plante , mais diferament , felon les diverles 
efpeces , & toujours plus abondamant dans Tecorce. i^^ 

la terebantine s'amafTe dans des veficules fous I fi- 



le Sapin , 



rkorce & le bois, Dans 



iTemble 



^JI< 



lemant entre le bois & Tecorce. Dans le Melefe 



princi^a 



il 



lemant entre le oois cc i ecorce. udns le ivxciciu 5 — . 
bantine s'acumule dans le corps meme du bois. D^^^ 
Pin , la refme tranffude de Tccorce , entre le bois & Tecorce , 
du bois meme & de la moele. 

Lorfqu'on fait une entaille traniVerfale dans le tronc 

fuinte come la limfe, bien.davantaje de la partie ^f.^^j*^^^^ 
de cete entaille que de Imferleure , ce quiprouvequil ' 
cend plutot du baut des branches qu il ne monte ainfi tortn^ 
& prepare des racines vers les branches ; & il fuinte de tou^ 
Petenduedela plaie', mais principalemant entre 1^^^°^^^^^ 
Fecorce , quoique ce ne foit pas en cet endroit qu'on ap 
^oit les plus gros vailfeaux fanguins. II coule pjus abon ^ 
xnant dans les grandes chaleurs que par un air Irais , 



fang 



feft 



animaux 



mais leulemant par les lecretions ; car loriqu u ^ caw ^^^ 
il ne forme ni ecorce , ni bois , mais un depot ^^"!Z . jj 
tel qu'un amas de gome , de refme ou autre ^^^/f^yl^c 
menie chofe arive dans les Animaux , lorfque le fang l^^ 

fesyaiffeaux propresj alors il ne/grme ni chair ; nio5> 



des d(5p6ts • ou des tumeuts "J come it fera dk J cWptb<|' 

dans ks maladies , k rarticle des Depots. ' 

8. Tranfpiration & Imbibition Jes Planus^ 



1 



j_- 



LesAn 

les autres voles excretoires. Les vejeta 



Tranfp 

O/im 



tranfpiration paroit leur etre plus abondante & plus effentiele 
qu'aux Animaux , parce qu'Us n*ont pas d'autres excretions 



groflieres, 

Les feuilles font les princ 
des Piantes ; eles tranfpirem 
leurs fleurs & fruits. 



Pat IcJ feuil 



jeunes 



proportionele aux liir- Sa quan^iiei 



faces tranfpirantes , & a la chaleur •, de forte qu'une Plante 
tranfpire davantaje lorfqu'ele a plus de feuilles , & lorfqu^il 
fait plus chaud j auili ies feuilles fe fanent-eles dans les jours 
trop chauds , lorfque la tere trop defechee ne fournit pas afler 
d^umidite pour balancer fa deperdition par la tranfpiration. M. 
Hales a prouvd par des experiences , qu'un pie de foleil , f^o^ 
fikan , a mafles egales & dans des terns egaux , tranfpire 
17 fois plus qu'un borne. , 

La tranfpiration dimlnue par le froid & par rumjdlte : c'eft 
par cete demiere que les Piantes fous cloche ne fe fanent pas, 
quelque chaleur naturele qu'eles eprouvent , aulieu que, dccou* 
vertes , eles fe fanent aufli-tot par la grande tranfpiration. 

On a remarke que les Arbres qui quitent 
trahfpirent plus que ceux qui les confervent toute i'anee , &: 
que les Piantes graffes tranfpirent moini cjue les autres. 

La liqueur de la tranfpiration n eft que de I'eau , cepen- 

^ant ele fe corompt plutot que i'eau comune ; ele eft fans 

©deur, mais fe charje quelquefois lejerement de I'odeur de la 

Plante, qu'ele ne doit qu'a la maniere dont on la retire. 

La grande tranfpiration augmente la faveur des fruits , come 

•a diminution rafolhlif. (^Vn ain/i rmV« rnitT^ront loc PU«*,^« 



itStf 



qu 



qu 



le <^ard6n , le Celeri , &:c. on les rend plus fuculentes & 
plus douces. 

Les Piantes fucem , abforbent , imblLent , infplrent I'eau Infplrauon 
oe la tere par le moien de leurs racines pendant le [our & ^mhHitlon^ 
par leurs feuilles Tumiditd de I'air pendant la nuit. Les r^- 
ultats les plus g^neraux des exp&ences de M. Bonet fur 
hmb,b.t,on des teuilles font, que les Erbespompent ^-peu- 

prb egalemwit par leurs % furf*(;es , & que ies aibres abfor- : 



r 

{ 



5** 

fcent daratanje par la furface mferleure la feule ou lis alenfi 
&es mamelons ou glandes corticales, felon M. de Sauffure, 

9. Maladies des Planus. 

Les maladies les plus ordineres des Plantes peuvent fedif- 
linger come les caufes qui les produifent , en externes & eti 
internes. On en reconoit 23 efpeces dont 15 externes &i^ 
internes , f^avoir. 

Maladies dues a des caufesextcrnes* Maladies dues a des caufes Internes* 
j^ La brulurc , ou Ic Wane* x^ La decurtacion Sc Ic couroacmaac 
1 Lc jivrs ou givre. ou branches mortes. 

3 U rouille. lyLafuIIomanic- 

4 ta nielc. ig Lc depor. 

f Le charbon. 15 Les cxoftofes ou cxcroifTancct. 

* L'crgot ou le clou. xo LapouiUurc. 

7 LamoufTe* ii La carie ou moifi{furc/ 

a Les jerfesou lc kadrafl. 21 Les chancres ouulcecesCDulaji«i 

5 La roulurc. ij La moct fubite. 
JO La jelivurc. / 

J I La champlutc &: Ic jelis, 
11 L'exfbliacion. 
33 Les galc5, 

*+ La jauniffc ou chuce prcmaturec des fcuilles. 
15 L'euolcmant. 

La brulure ou le blanc ( Candor ) eft cete blancheur qu'ort 

mladus volt quelquefois par taches fur les feuiUes des Plantes , f ' 

ZlWcxur^^^ ^^'^ paroitre vuldes & come tranfparentes- Ele n'amf 

ncsi 5""^^ lorfqu'aprcs une pluie ou une forte rofee , le Solell vi«nt * 

, . doner vivementfiir rf*<; fpnil?Ac iinn*. «,,'^u .,;*«,n. 1^ tpms de 



lure 



t qu'eleaiteut le terns 
atakees . la Plante p 



ordinairemant peu de jours apres. ^ . 

La plupart des Auteursont pretendu que cete brulure etoit 

due a laftion des raions du Soieil raflemblcs au foyer des 



gouteletes d'eau repandues fur ces feuilles, Mais , i** ^^ 
gouteletes font aplaties en deffous & ont par confekant leur 



Foier plus loin que lafurfacc de la feullle. 2.® Quandmeme 
on les fupoferolt sferikes , & leur foier toucTiant la feuille , 

lenr aAir»n Ce^rn^^ r-^^^ -,,,1^ i r. J_ 1 .:^^(V.r> 1^ V^ 



leur a£^ion feroit come nule , acaufe deleurpetlteffe. 3^/^ 
xemarke que la brulure arlve egalament, &memeplusfo^ 
▼ant, lorfque i'eau eft etandue , come un vernls fur les feinlle^t 
que lorfqu'ele eft difperfce en gouteletes. D'ovi Ton p^^ 
conclure que cete maladie vient , ou d'une efpcce <1'^R^^^^^ 
jnant caule par la grande evaporation de la feve , ou i ^^^ 
<leftru6lion des pores de la tranfplration trop dilates, o^ 

^fin par une putrefa6Uo^ ocafxonee daas les iucs du ^f^^] 



-tliymCjOu (Je la feve par leiir melanjc avec I'eau. ' ■' 
Cete maladie eft plus comiine dans les pays trcs - chauds 
fitucs entre les Tropikes , par exemple an Senegal , que 
tfaps nos climats temperes : le moien de la prevenir , ferolt 
«! a]:tcr les Plantes pour en faire tomber I'limidite avant que 
Je Soleil piit doner defp-is , ou de les prtferver de fon aftion 
en les couvrant de pail'airons. , 

La Panachure reconok a-peu-pres la meme caufe , mats La Panachura 
agiffant plus foiblemant ; & ele le rencontre plus fouvant 
dans les Plantes languinantes ^ ' 

. Le Jivre ou Givre eft cete blancheur qui couvre la furface i. Lc Jirre 
fuperieure des fe\iilies ; de maniere qu'elcs en paroiffefit plus 
epaifles , plus pehmtes , plus opakes , & come Tales. Le 
Houblon fur-tout , & le Melon , i font tres-fujets. 

II eft facile dedcviner la caufe de cete maladie, en faifan't 
atcntion qu'on ne la remarque que fur les Plarxtes qui croilTent 
dans les valons , dans les lieux bas SI toiijours couverts de 
vapeiirs umides & froidcs , oh Pair n'eft ni renouvele , m 
ajite ; ou dans des terns couverts , umides & calmes en meme 
tems ; au lieu qu'on ne la voit point dans Ics lieux eleves & 
ventes. Elle paroit vcnir d'un defaut de tranfpiration qui , en 
obftruant les vaifleaux des feuilles , i fait amafter la (qvq re- ■ 
pandued'abord a leur furface extcrieure, oueleeftreftce fans 
s'evaporer , faute de fccherefle ou d'etre expofce a I'aaion 
du SoleiL Les Plantes qui en font atakces produifent rare- 
mam du iruit , ou ils font mal formes , raboueris , & d une 
erudite defagreable. ^ u une - 

• Cete maladie paroit direaeraant opofee , Sedans fa carf> 
& dans fa nature , a la brulure qui vient de la chaleur • on 
pouroit confekamant la prevenir par les remedes contraires 

i ^ fT i^"'.' ''^-'"n"" '''''' '"^ '^'^^' ' fur-tout du 

Koiier & du Titima'c a teuilles de^Cipres. 

Elle reconolt la m^me caufe que le Jivre , & pouroit ^tre 
icartee par les m^mes moiens. , ! 

La ^'iele eft cc vice qui rcduk en une poumere noire UJ t m- i 

fleursdes Bl s ; les PlaLs dans lefquelesL i'a "bfavfiuf! '' "^ 
qu Ki , font a-peu-prts les fuivante, : ^ 

LcFromenc. Larcrhkcrc x^ c. ■ 



I'Avene, 



/> 



Dansces deux derai^res , I'cfeillet fauva^e & le Mais le^ 



aa 



-*4 

mal comence par les anteres , & povfoit bien etre une mah- 

die diferante ; dans les autres , il coir.encepar le receptacle 



rme 



peu-a-peu les autres parties de la fleur , la corole , & les 
etamines , fans ataker aucunemant le piftil qui avorte cepen- 
dant pour i'ordinaire. 

II eft bon de faire remarquer que les Plantes citees ci- 
deflus , croiiTent la plupart dans les bols ou dans les pres , 
c- a* d. daos des lleux umides , & que les autres tels que 
les Bles , croiffent tres^ferres & ne font gueres atakes de la 
I^iele que dans les anees froides & umides , & lorskon feme 
trop tard ou apr^s des pluies trop abondantes ; de forte que 
la caufe de cete maladie patoit etre la meme que celle du 



M 



if 



dit avoir obferve que tous les grains qui avoient a Texterieuf 
des taches de moififlure , perpetuoient cete maladie en donaflt 
des epis nieles. Mais cete caufe n'eil ni la i*'''* , ni meme la caufe 
a*^^ de cete maladie qu'on peut dire encor ignoree , car C' 
experiences de M. Tillet nous affurent qn'ele ne fe comu- 
nike nulemant, meme en faupoudrant les grains avec ctto. po^' 
iiere noire , & qu'ele eft due a un vice interne que la blan- 
cheur du calice ou de I'envelope exterieure de la fleur nous 

indike exifler avant fon developemant. 

Les moiens de prevenir la caufe i*^" de cete maladie t 
doivent etre les memes que pour le Jivre. 

II arive aux tljes du Mais une Niele femblable,qui ne ^ 
f omunJke pas & qui les fait renfler^ extraordlaairemant, en le$ 
contoumant de diverles manleres. ^ « 

Le Charbon {Uflilago)nt diferede laNlele qu'en ce qu*3^^^ 
i'^^* contagieux & fe perpctue en n atakant abfolumant que 1^5 

grains qu'il reduit interleuremant en une poufliere noire i 
come celle des Vefles de Loup , de la nature de laquele eie 
ne paroit pas difdrer fenfiblement ; & (on examen au micro - 
cope me fait foupconer qu ele eft due a une vejetatlon ana- 
logue aux Plantes de cete Famille : M. Aymen aflure avoir 
procure cete maladie par la pouffiere de Vene-de-Loup. ^, 
nouvelcs obfcrvations a cot cgard pouroient doner He^* 
une decouverte tres -Jmportante, dautant mieux q^^ *^^'^ 
maladie fe comunique nux grains d'autres Plantes , c^"\ 
riyroie , & reciproqueniant : on la obferve juskici dans 1^ 
memes efpeces de Cramens que la Niele,& de plus fur le ^^^^ ' 
a regard des Plantes d'autres Families , on ne Ta enco 



f • ^c Char- 



a 



iiper^u 



'4r 



que 



Cere maladle , qui reconoit k meme caufe i"^ 
Niele peut etre garantle par les memes moiens* Quant a la 
caufc 2'*^ , c. a. d. a la pouffiere noire qui la perpetue lorf- 
qu'ele eft rcpanduc fur le grain , on la previendra en chotaiit 
ce grain avant de le femer, c. a. d. en le lavant dans une 
forte leftive de ccndre mcIce d'un peu de chaux. M. Aymen 
( Mem. prifentis a VAcad , t. 4, p. 3^50 atribue cete maladie 
a un vice interne de la feve qui chanje la couleur & la noircit 
■come dans la Niele \ mais u ele etoit feulemant diie a une 
caufe interne , ele ne fe comunikeroit pas a volontc , come 



^ 



\ 



le prouve I'experience 



) 



en une longue corne de fubftance fongeufe , affez dure , & 
come cartilagineufe ; on en a vu de plus de a pouces de 
long. II eft particulicr aux grains des Gramens, lur-toutdu 
Segle , & caufe des maladies aux perfones qui manjent du 
pain ou il sen trouve , meme une petite quantite. On la 



tf. L'Ergor; 



Souchet. 



/ 



II eft plus comiin dans les anees umldes & de terns cou- 

vert , ce qui fait foup^onner qu'il a la meme caufe i*" que 
le Jivre , & qu'on pouroit le prevenir de meme : on atribue 
fa cau(e i'''^ au dcfaut de fi^condation. 

La moufTe eft one maladie qui prend aux Arbres pbntes , La Moutfc 
dans des valons & dans des lieux fujets aux brouillards St 
autres vapeurs umides. 

Elle confifte en ce que I'ecorce de ces Arbres eft couverte 
de Mouftes , de Lichens , d'Agarik & autres Champitlons qui 
croilTent aux dcpens de I'umidite qu'ils en tirent ; ces Plantes. 
parafites , pas meme les agarics qui tlenent imediatemant a I'in- 
t^rieur de I'ecorce & a I'aubier , ne paroiflent pas leur fairs 
d'autre mal que de boucber les pores de la tranfplratlon , 
lorfc^u'eles font en trop grande quantite ; I'Agarik meme 
ne 5 atache a I'aubier que lorfqu'il eft mort , & n'eft nulemant 
la caufe de fon deperiffemcnt , come I'ont ecrit quelques Ob- 



fervateurs. 

Le meilleur remede eft de les enlever en raclant 1' ' 



ecorce ; 



c eit ce que j ai vu pratiker gendralement a I'^gard des 
Poiners_& Pomicrs en ^Jormandie , pendamles terns umides 

fl.i^i^rr'' '■ '?• ^'i"^ ^" ^"-^^^ ^^"^ trcs-icunes & out Vc- 



qu 



en leur enleve cete mouOb en le^'fi-otant avec de gros lin.e 

OU (iran. c? o 



Grap 



Les Jerfcs font ces femes longltudinales qui, fulvent la S.UsJ.tfc. 



ij 



dire£llon des fibres du bois , & qui fans fe reunir , reltent 

enfermees dans rinterleur des Arhres , on on les diftmgue 



exteneurement par une arete ou exoftofe de la couche llgneule 
qui seft aplikee deflus. 

Le froid eft une des caufes qui ocafione ces fentes qui 
^clatent mume avec bruit , c'cft ce qiii les fait apeler aum 
Jelivures ; mais eles arivent egalement par une trop grande 
abondance de feye. 

Dans le i*^^ cas , il n'i a point de remede ; on previent 
le zd par des fantes longitudinales dans I'ecorce , ou par un 
retranchemant de racines* 
Ic kadran. On apele bois kadranes ceux dont le coeut en fe aeile- 

chant, forme des fantes qui raionent au centre, come les 
lignes horaires d'un kadran. C'efl un figne de la mauvaile 
qualite du bois du' coeur. 

>,LaRoulurc La Roulure eft un vuide , une feparation entre les couches 

Ugneufes. Ce defaut deprecie beaucoup le bois, 

■ Sa caufe eft due a Tenlevemant de I'ecorce de deifus le 
bois , ou a fon ecartemant , pendant le terns de la feve. Alor* 
le bois ne fe prctant pas toujours a la formation de la con- 
che ligneufe , c'eft lecorce qui fournit le nouveau bois 
qui n'eft pas aplike cxaftement a Tancicn , entre lequel il 
laifTo un intcr\'ale. Ce bois fe nome Bois route ^ ou J^^^ 



rcul'u 



fait 



lo.Lajeli- La JcHvure , OU JelilTure , eft un aubler oubois Impana 
*"^^- qui fe tronve entre 2 couches de bon bois.; on I'apele Jeli- 

vure entre - lardee , lorfque I'aubier fe trouve enfertne 
avec une portion d'ccorce dans de nouveau bois qui 1^^* 
enierme dans Tinterieur de I'Arbre 



fol 

eel 



Ce qui empeche cet aubier de fe durcir & de prendre ^ 
Idlte du bois , c'eftla rigueurdes grands froids , ^^^^/^ 
ui de 1709 ; & on remarke qu'il eft plus comun aux Arbre 



plantes dans des terres maigres , Icgeres& ifolees 
des klarictes, qua ceux qui croiffent dans les teres fortes^t 
ou dans des bois epais. Les racines font exemptes de <^^ 
maladie , parce k'eles font a I'abri des grandes gelees* ^ 
ii.IiClum- La Champlure n'atake guere que les Plantes d^]ica^^^ 
f lure- tardives qui font dc climats plus chauds que le notre , ^^^^ 

que la Vignc. Elle confifte en ce que Ics farmans fe '^'P^ 
Vent prefque d'cux-menies , come les Epiphyfcs fe l^P^^^^^, 
du corps des os dans les jeuncs Animaux; les ^^^*",^.^^ ^^^^ 
font kelkcfois diminucs au point qu'lI ne reftepasfuW^^ 
dc bois pour la taille fuivante- wf- 

Cetc maladie eft enticremant due au froid^Si n arrive que l ^ ■ 



47 

qu'apres un autotnne umi^e & froid , k gelee furprehd les far- 
mans de I'anee , avant quails foient devenu ligneux , & pen- 
dant qu'ils font encor erbafes. 

Le Jelis efl cete mortalite qui arive aux Plantes ou a leurs .Le Jclisi, 
diverfes parties encor tendres , parTaftionde la gelee ; ainfi 
ele ne difere de !a Champlure , finon qu'en ce que les Plantes 
qui en font atakees ne fefeparent pas par articulations , come 
Vigne. Ele n'arive point aux racmes qui font a I'abri de la gelee* 
- En general les froids trcs-vifs lutifent feuls pour faire mourii: 
nombre de Plantes; mais il i a des frcids memes xncderes 
qiii , a caufe des circonftances qui les acompagnent , font 
mourirdes Plantes quii auroient relifte fans Icur concours. Te!s 
font les froids precedes ou fuivis d'une cbalcur ou d'une iimi- 
dite trop grande. La raifon en eft fenfible : la gdee etend 
ie volume des likeurs qu'elc glace ; fi apres une chaleur fu- 
fifante qui met les Plantes en pleine f^ve ^ ou fi , apres une 
pluie abondante ou des brouillards'qui les imbibent d'umidlte , 
la gelee furvient , ces likeurs en fe conjelant , dilatent les vaif- 
feaux de la J:lante & les crcvent : de-la elle perit. L'efet efl 

le " 



meme 



c'eft 

aux 



fi apres une forte gelee , le dejel eft trop vlf : 
pour ce!a que les grands rnaux de la gelee ai:ivenr plui ^ 
Plantes expofees au Midi ou dans des iieux uniides 



tot 



fujets aux brouillards , qu*a celes qui font expofees au Novd 
ou au Cqc; & la glace des Arbres qui fe fond avant ration 
imediate du Soleil ne les endomaje nulennant. C'eft fur ce 
principe que les habiians du Nord , lorfqu'ils ont un mcmbre 
jele , le frotent d'abord dans la nqe , ou ne I'e^pofent que peu- 
a-peu a la chaleur ; & que lorfcjn ils I'exnofent fubitemant au 




L'exfoliatlon eft un delTechemant de recorce & du bo!S. ' 



- Eile eft^ une fuitc des meurtrilTures, ou des contufions caufeej liacion, 
par la ^rcle oU pas des coups feniblables. 

Le feul remede eft deretrancher les branches qui en font 
afeaees, • 



ti. LTxfo- 



w 

Les Gales font des excrolffances fihguUeres caufees dans 
les tijes , les feaiiles , les fleurs & les fruits des Plantes , 
par !cs pjkures des infeftes qui si logent , ou qui i lojcnt 
Icursoeuts, dont les vers dctruifant les vailTcaux &: les fibres 



J 5. Les Gaiety 



ocafionent des vcjctations extraordin-'res , parrextravafatioii 
de leurs lues. On apelc bois moullnes ou vennoulus , ceux 
c[ui lont perces des vers. 

On ne dttrult les Puceroas que dificilemant , en frotant 

aaiij 



i 



s 



74. La Jau- 



If. L"£tio' 
lemaui. 



2tS 

les brancKes avec de la chaux vive detrempee. Les coupe* 

bourjons 6c autres vers ne fe detnilfent qu'en coupant jufqu'au 
vif les branches qui en font atakees. 

La JaunifTe 011 la chute prcmaturce des feuUles reccnoit 
pour caufe la pUis ordinere un terein maigre ou fee & frop 
lejer : c'eft ainfi que le Lupin acoututne aux teres les plu& 
fortes & les pkis umides , ou expofees aux vapeurs , ja^init 
dans les teres lejeres oil on le cultive par curiofitc , fur-tout 
lorskeles grandes chaleurs de Juillet comencent'^ ajir & ame- 
|icr de la fecherefle dans Fair, Les feuilles tombent auffi aux 
Plantes trop abreuvees d'eau, ou qui ont les raclnes dans 
Veau. * 

On previent cete maladie ou Ton en arete les fuites dans 
le i"^' cas , en donant , dhs quon s*en aperfoit, an pie des 
Piantes qui en fout atakees , un^ tere forte, conpafte& 
nioins poreufe , qyl reti^ntun peu plus I'eau , & quilaUiffe 
echaper moins promptemant. Dans le 2^^ cas , on fait dans 
la terre , des tranchees pour procurer lecoulemant ijuxeaux, 
ou bien on mele du fable aux terres trop fortes pour leur 
doner de la lejerete. 

L'EtioIemant eft cet etat de maifrreur. nendant Icquel. 



fieur, 



.-_ ._. — de maigreur, pendant 
les Piantes pouftent beaucoup en hauteur , peu en 
& perlflent orJinairemant avant que d'avoir produitfcui'fr"'^' 
On le reinarke comuncmunt dans ccles qui font plantces trop 
^"-ees y ou dans des lieux prives du courant de Tair. 
Sa ca'ufQ eft due principalemant a la privation de la lumierc 
c^i^rf c, a d. du jour qui determined courant desva- 



fe 



du Soleil 



cea 
toui 



de 
corps, de forte qu'il gagne en peu de terns* la hauteur de 

ironent ; alors fes feuilles cxnofees a Ta^^" 



1 



peurs nouricieres & la tranfpJration qui eft arotee dans 
Piantes. Car on volt qu'un jcunc Arbre entour6 de 
cotes de grands Arbres qui ne lui laiffent de Tair qu'en deffus, 
pouff'Q tout droit, toujours en s'elevant & prenant pen 
corps, de forte qu'il ' " ' '"■ 

ceux qui Tenvironent 

de I'air fuperleur , exercent la tranfpirauoa'& fimbibitioi 
qui en lui procurant plus de fuc , le font croltrc beaucoup/^ 
groireur,& fon accroilTemant en hauteur feralentit a proportion. 

Le moien de prevenir fEtiolemcnt , eft clone de procurer 
aux feuilles des Plantqs la tranfpiration 6c un courant d air par 
ration de la luiniere. 

La decurtatiou dans les epis des Fromens , dans les bran- 
ches de notnbre d'Arbres qiii Teprouvent quclqucfois danS 

emjes inter- leurs rameaux , tels que Iq tilleul , l'Orme,le MurierriJ»f/ 

j'Oranjer , le Citronier , le Pecher & quelkefois dans le NoJ- 

ietier & le Prunier ou duas les vieux Arbres qu'on apele po^ 



fAalaiU% 



na 



I 



J 



'49 



tela , courones ou d^entree ou en retour , eft un retranche- j^, j^^ ^f, 
mam qui fe fait naturellementpar une ceflation d'acroiflemant curtaticml 
dans lapartie fuperieure du nouveau jet encor erbacee ; cete couronew 
partie jaunlt bientot , meurt & fe detache de la partie infe- jnaau 
rieure qui isefte vlve & faine. 

Cete Decurtation eft fouveni ^ 

coups de Soleil ou par la fecherefle, ou par la gelee , fur 



ocafionee ou hatee oar kelkes 



que 



repcennent 



de nouveles en Aout & Septembre; ces nouveles branches 
de la 2^^ feve font encore expofees a la decurtation paries jelees 



emant 



au defaut de nouriture ou de lues , qui , pour lors , fe trouvent 



P 



maturite des 



pince ies Vignes en Mai , ou Juin , en les acolant aux echalas ; 

decurtation- axu fn^t mi^ l^* ;*:.*-* ,r;.^ -. „i,.„ r„_._ c, _i„.^^ 



^ 



& qui 
Plan- 



leb vigoureules ont auih pour caufe , rextravafation , du fuc 
propre dans Ies valffcaux f^veux ou limfatikes. 

La Decurtation' des epis diminuant la quantlte des ^rains' 
on peut la preveniren fourniiTant au Froment plus de?Uc par 



le moien dun labour fait.avaiit que les (5p'ls fortent des eaines 
ces teuaies , afin d'aijgmanter leur longueur & leur grofteur. 



La tuUomanle eft une abondance prodi^leufe cie feuillps , t > f 
fJiS*-?'™ -i^fl-'- - Plan./ s'abidone « ti l™-?^ 



enSr llrTff 'r '"^^^^^^"* ^*^,S^?^« taclnes , ou mleut 
■ ZZn ^'"' -^"^ ^^'"/'^"^ ^^ ^^'«i« de branches plus 
^enu,s &moms vigoureufes , lesfeules , felon I'expcrience 
qm fourn^n-ent des fleurs & fruits , fan's doute pa^ektla 

ies conouit plutot a leur maturite. 

gome^fona^^^^^^ ou du fang vdjdtal, fok .t.UD^pot; 

.,''»'°^^^elme qui ocafionc la mort des branches oil ilfc fait ■ < 

poduite dans 1 , ^^^^^^^"^^^^^'^.analosues aux inflamations 



remedie a ce mal en 



I 

4 

Mo. Bot. Garden 



aa ly 






1894 



\ 



\ 



5^ 



ff- > 



l9.L'Exof- 



tofc 



, ^^ droit oil s*efl fait le depot, ou bien en rillonani & hcifant 

Icngituclinaleinant !enr ccorce , ce qui procluit une eruption 
anaiogue a lemoragie des Animaux , une evacuation need- 
laire d'un flic furabondaut qui fouvcnt nous eft util ; tele efl 
la gome du Cerifier , du Prunier, de TAmandier , du Pecher; 
tels font les Baumes , les Vernis & RcHncs des, Plilachiers 
ou Tqrebintes , des Pins, &c- ■ . 

L'Exoftpfe des Animaux ell analoge.aux excroiiirances 
locales qui arivent au bois des vegetaux & qui forment des 
loupes, des tumeurs fouvent tres-grolTes, de 2 a 4 pi^s d^ dia- 
letre , rccouvertes d'ecorce qui eft come galeiife , plus ridce, 
lus relevee qu'ailJeurs. Ces exoftofes s apelent Bois tranche, 
Eois a rebour, B,ois noueux , parce que fes fibres nctatit 
pas droitcs , mais ondces , il eft tres-dificile a fendre. Le bois 
qui recouvre ccs exoftofes eft ordineremant de bone qualite 





s 



aja. LaPouf 

irurc. ,* 



pointe q 

nei-rant un pen dans le bois , en altere les couches nouvel- 
lemaat formees , Si deranjc fes fibres. J*ai remarkc que les 
Arbres des grands chcmins ctoient fujets a ces exoftofes, 
iur-tout du cote ou leurs racines avoient etc ecorchces, ufees 
& endomarces confiderablement , dc manicre a devenir elles- 
mcrnes renflces & come exouofees. 

La Pouriture eft cete diftblution. qui arrive au bois da 



:an 



w^ 



Onl 



jus 



\ la reniarke principalement dans les Arhres qui ont eu 



le faitaje ou cjuolque groft 



/^ 



branche caiTee ou coup'^'^ > 

rJent 



parcequ'alors les couches ligneufes du tronc qui i repondent 
reltent en aubier &. come mortes , etant privees des fn" 
que les feuilles de certe branche i faifoient auparavant moater, 
*f a^ moms du monvement de circulation de ce fuc , dont 
ele faifoit evaporer une partie , & dont ele ramenolt le refte 

Kll "^°^^" ^^ lecorcc aux racines. Le cblcot mdurt in- 
. lailhblement ; Si s'il n'cft pas recouvert enficrement d'ecorce, 
1 eau £ 1 infinuc , & jointe a la feve ralentie cui y fejoume , 



.1 



dans les cou 
eft la tete 



ehe Jepount, & la putrefaaion fe prolonie dan 
ches I-neufe du tronc qui lui font opofces. SI c'-.- - 
de lAwtQ qui eft coupce, alors la oouriture prend au centre 
da tronc &L en '"• '^-"•"— ' •> '-^ ''- —.^•^vf^ 

creufc en p- 



gn^ le promptemont , de manicre qa'i 
eu de terns ; c'cil ce qii'on voit arri 



II ie troiive 



arriver a tous 



ies Saules qu'on etete anuelemcnt apres avoir rcduit le troiic 



■^ 



1 



a la hauteur ^6538 pies. Les trous qui fe ferment dans 

ie bois poun des chicots s*apelentj Abr^uvoirs ou Gcutlcres , 
parce qu'ils retiennent Teau des pluies. Goucleres . 

Le molen de prevenir cet accident eft , l^ lorfqu'ort a des abreuvcits. * 
branches a couper , de n'en pas couper de plus grofles que 
Fecorce du tronc ne peut fe preter , pour recouvrir la plaie , 
avant que Feau des pknes puiffe endomtxjer le bols ; or les 
plus grofTes branches qu'on puUTe couper en general pour 
rempJir cere conditlcn , ne doivent pas pafTcr a pouces. im- 

2.*^ Soit que les branches foient caflees , foit qu'on les coupe , 
il ne faut jamais leur laiffer de chicot , parce que ne fe ^ - 



recouvrant jamais d'ecorce , il doneroit Heu a Teau de pou- 
rir le bois ; mais il faut les couper au niveau du tronc , dont 
Tecorce recouvru-a facilement la plaie , fi elle ne paiTe pas 
a a trois pouces, 3*^ Enlin fi Ton a un faitage ou un tronc 
a couper , il ne faut pas faire la coupe orizontalement , 
parce que quoique dans le terns de la feve Tecorce pulITe fe 
detacher du bols pour laiffer fortir entre % de nouveaux 
bourjons qui s'epanoulffent par le bas fur Taire de la coupe, 
cela ne fufit pas pour recouvrir entierement la plaie qiiand 
le tronc eft nn peu gros , les couches ligneufcs an- 
ciennemant formees ne donant aucune nouvele produc- 
tion. II faudra faire cete coupe tre5-oblikement a rorifoa 
& prefque verticale ; alors Feau ne pouvant fcjourner llir la 
plaie ,^ }e vjeux bois fera molns fu^et a pourir , & les cotes 
de la plaie aprochant d'etre verticaux fe couvriront phis ■ 
prcmpcement & plus facilement d'ecorce , dont la produc- ' 
tion tend plutot a monter ou defcendre verticalenient qua 
sctcndre orifontalement. 

. P^, remedi.e. fouvent aux Goi^iihes en cernant le bois ■ 
jufqu'au vit , pour donner lieu a I'ecoTce de le recouvrir. 

La Carie , eft cette efjpece de moifilTuTe du bois , qui le n.LaOrie 
Tend mou & dune condftance peu diferante de la mocle o^ raojfiiruta 
_ ordinaiie des arbies , fans changer la dlfpofition de fes fibres. 

^ette maladle reconok 3 caufes externes , favolv le grand 

, ' ^?. g^^"^ froid, & la pourrituredes raclnes , caufee 

par e fcjour de leau ou par I'ccorchement , & for-tout 

pr les a dermbes , qui font tres comunes aux plantes 

^ racmes en pavot , & h celles qu'on eieve dans des pots 

9nt fouvent ecorchces. La carie eft come opofee a la pouri- 

cue a Ion pnnc-.pe dans les racines , enfuite au bas du tronc , 
ce qu, fau que 1 Arbre fe creufe rareraent , a moins que les 



Fourmis , les Vagv 
s'l introduifent en-d' 



ammaux 



communes dans les Arbres , fur-tout dans le Baobab en 
Afrike ou Ton fufpend les cadavres des Giriots apeles Geoul 
qu'on juge indignes des honneurs de la fepulture : ces gens 
peuvent etre compares a nos anciens Jongleurs ; ils^font 
Poetes-Muficlens , & entreprenent la cpnduite des fetes , 
des bals & des danfes. 
i;£chaufuie* Lorfque la carle eft due au grand chaud , on I'apele aufli 

Echaufure , come on dlt du hois ichaufi. Pour la prevenir 
dans les plantes pivotantes , il faut les femer daus des ter- 
reins ou le pivot ne puiffe etre enJomaje ; a I'egard de ccles 
qui, trop reiTerees dans des pots , rifquent d'i etre egratignees 
& ecorchees , W fufira de les metre plus 4U larje dans ce> 
caifles ou en pleine terre. 
2t.Lcs Chan- Les Chancres ou Ulceres coulans , font ces ouverturespius 
crcsou Ulce- OU moins *grandes , repandues 9a & la fur les Arbres, dont 

I'ecorce laifle fuinter de fes fentes , meme dans les teins de 
fecherelTe , la feve fous la forme d'une eau roufle corompue 
& tres-acre ; cete fanie corofive endomaje les parties voiunes , 
. & fait que le mal le communike de proche en proche. 
ne faut pas confondre ces Chancres ou ulceres corofus avec 
les Abreuvoirs oiX Gout'ures , avec ces trous formes par w 
pouriture des cbicots ou des branches coupees ; celies 
tendent quelquefois aufli de I'eau , mais feulemcnt dans le 

terns de pluie & ce n'eft que de Teau de pluis & "^" 
la feve corompue. 

Ce mal depend de I'eau putride & infe£le des terres 
recajeufes ou des cloacks , & des fumiers trop abondans. ^ 
cau vicie dabord les racines des plantes qui 1 croiilent;^ 
en altere la feve qui etant tres-acre & tres-abondante , fomP 
le tiflu cellulaire, s*extravafe entre le bois & Tecorce que 



ccf couUns. 



ma- 



fepare Tun de Tautre , & fe corompant de plus en plus p 
un long fejour , fait perir les Arbres ; ce qui ^^^^'^ .^? ^ 
mundment apres 3 ou 4 ans de fuintement, Les ^',| 
vigoureux qui font atakes de cete maladie dans des la 

meurent fubitement , confervant leurs feuilles lau 




^ deflechees , fans avoir jamais done aucune marque de ui^ 
ment ; mais en les coupant , on voit que Tecorce eft en i^- 

^' ' ^ ^ ' par une seve acre & corrompue. 

,ue local , on i remedie fadeg^; 



mant feparee du bois , 

Lorske le mal n eft gi _ , ^ ^j^,,, 

ouen coupant la branche, ft elle eft petite , ^^^1^ ^.^tu- 
une incifion jusk'au vif tout autour de Tulcere, & 1^ ^^A^\^ 

vrant de bouze de vache ou de haillons affujettis ar^c 



{ 



\ 



5? 

paille , ou par des Hens d'ofien Lorske le mal eft general 
&:repanclu dans toutc la P]ante , il n*i a gvicre de reniede, 
linon peut-etre la tranfpIantatiQn dans un terrein molns gras 
& moins umide , & des incifions longhudinales faites dans 
iecorce jufqu'au bois. A Tegard des marais trop gras , trop 
froids 5c umides, deftines aux erbes potajcres , les jardiniers 
confeillent de les metre de terns en terns en fainfoin ou en 
luzerne , afin , difent-lls , de les degraiffer ; il feroit fans doute 
plus court d'i repandre des cencfres & autres teres legcres, 
seches, & pour 'ainfi dire chaudes & abforbantes. 

LaMort fublte n'eft gu^re produite que par un coup de ij.LaMoit 
Soleil fur les Erbes annueles & delicates , & par les plus fubitc, . ' 
grands froids , & le tonerre fur les Arbres & autres Plantes 
vigoureufes. J^ai vu en Juillet & Aout des Arbres tres-vi-- 
goureux de 1 5 pies de haut fur 4 pouces de diametre au 

tronc , perdre en une rnatinee toutes leurs branches par Tac- 
tion du Solei! reflprli; n^r 1pc -'- ■»' '•' ' ' • 



vitraux 



diflante de 20 pies ; d autres en font morts prefque fublte- 

mant , ces Titraux formant une efpece de grand miroir 
ardant, 

10* Abondancc des Plantes^ 

Je remarque en general que plus on aprocKe des climats 
froids , n:ioins on trouve d'efpeces diferantes de Plantes , 6c 
moms la totalite eft abondante ; 

Que plus on aproche de 1 equateur ou de la liene eki- 
noxiale , plus on trouve d'efpeces diferantes , plus il i a d'Ar- 
bres ou de Plantes vivaces que d'Erbes annueles , & moins 
ue la meme efpece ; 

J' 9"*^ ^'^j,^^?"^^ temperees produlfent a-peu-pres autant 
a elpcces d Erbes annueles que d'Arbres ©u Plantes vivaces . 
& beaucop de la tr^eme efpke ; auffi i obferve-t-on beau! 
coup plus de varietes qu'allleurs. 

La Zone Glaciale du N. ou de TEmisfere boreal compre- 
^nt 23 ^ dcg. depuis le Cercle Polaire 66 i deg. jufqu'au 
Pole a 90 d6^. produit environ 3,aoo efpkes. ^ ^ ^ ^^ 

prenanr r ' '''^' '^^^ ?: ^^ ^^ rEmisfcre auftral , com- 

de furface , qu, produifent environ 6,000 efp^ces. 

La £one temperee de I'Emisfere boreal , comprenant 
4Weg. depu,s zj 1 de.. jufquk 66, produit 9^00 ef- 

•UZon^ temp^^reede rEmisPere auflrol. orodult d.ns un 



\ 



« 



\ 



^ - 



lemblable efpace un pare'il nombre de Plantes. C/eft i^^^ 
pour Ics 1 Zones enleinble 86 deg. de furface , qui prodai- 
fent environ i8,ooo elpeces, 

Le Tropike du Capricorne dans TEmisfere boreal, depms 
a3 ~ deg. jufqu'a TEquatcurodeg. , produit environ 9,000 el- 

peces. } A 

■ . Le Tropike du Cancer dans une etendue femblable de 
rEmisfere auftral , en produit autant. C'eft pour les 1 Tro- 
pike , enfemble , c. a d. , pour la Zone torrrlde 47 deg. g2 
furface , qui produifent environ 18,000 efpeces. 

Ainfi la Zone torride , quoique pres d'une fois plus pe- 
tite que les 2 Zones temperees , prifes enfemble , produit au- 
tant de Plantes ,& prefque i fois davantaje quele5,a pro^ 
portion de Tetendue du terrem ; elle eft done la plus vane- 
dans fes productions vegetales , & les temperees paroillent 
' etre les plus fertiles & Tes plus abondantes par la loin-^- 
totale de ces memes produftions. 

r 

■ 

L 

II. Mouvanant dcs Pliintes. 
On remarque 4 fortes de mouvcmans dans les m^^ ' 

favoir ^ 



1- 

3 

4 

5 



n ! cation* 

plication & d'cpanouIfTomaar. 

charnirrc ou d^ gcnou. 



(Ti 



rciiorc. 



>• Moure- 
^nc dc di« 



lemii^^ 

excepte celles de ^^P^^ 
■ au ;:>ene^ai qui jetent des" produtticns qui ^^^^ 
alemant (i'environ 1 .i)ic au-deffus de !a terre , ^ 4 



Les racines de toutes les Plantes tendent g^nf^^ 
en bas ou horlzontalemant , 



le fl 



srqueiqueiois. ^ t,^^ 

Les tijes & branches , au contraire dcs ^^<^|"^*' ^.^Vu 
toujours vers le Gel , s'elevant perpendiculairemani 

terre , ou s'etendent orizontalemant a fa furface , ^^\ ^j. 
lent de I'Eft \ I'Oueft ,en palTant par le Sud , fuivant ie f^-^ 



vemant journalicr du Soleil 



ou 



bien dans le lens 



traire. 



/ 



Toiites les caufes qui 



concourem a racrolffeinant g 



Plantes , paroifTent concourir auffi a leur dlreciiou , ^ 
f^mt Fair , le foleil , la lumierc & les vapeurs humi^^^ 



les ra 
vef- 



& chaudes qui s'elevent de la terre, II paroit q^^^ 
cines penetrent la terre plu^ ou moins P^'^*'-^^ ^^^^^^''/.J^attt 

tiwkmaat ou Qrizontalemant ^ a proportion deieurpt 




I 



a cliercliGr riiumidite ou la fralcheur. Les Plantes s'elevent 
par la direftion des vapeurs qii'clles contienent , & encore 
plus par celes qui s'clevent de la terre oil eles croiffent ; & 
la chaleur, le foleil ou la lumiere du jour, ne paroiflent i 
contribuer qu'en ce qu'ils augmentent ou dirigent le courant 
de ces vapeurs nouricieres , caufes de leur prompte vegeta- 
tion : c'eft pour cela que lorfqu'eles agifTent orizontalemant , 
les Flames s'etendent orizontalemant ; telles font fur-tout 
leurs branches inferleures , & que lorfqu'on a gene leur di- 
re*^ion naturele , elles s'i t'2metent conflamant, ainfi que 
leurs Feuilles & Fleurs. C'eft par ce moien qu'on cxpli- 
que le paralleUrme des branches des Arbres a la furface 
dune coUine fur laquele ils font plantes , & relth-ation 
verticale des tijes vers !e ciel ; mais il i a nombre de Plantes 
dont les tijes rampent ccnftament fur la tore, ainfi que leurs 
branches. 

Les tijes ne font pas les feules parties des plantes qui fe t" Mouvc- 
dirijent vers Tair & la lumiere du Soleib II i a des fleurs "'ant dc nu-r 
ui fe panchent du cote du Soleil en qultant leur perpen-"^*^'"^** 
icularite , & en s'inclinant vers cet aftre , de fa^on qif eles 
lui prefentent direftement leur diske , en fuivant fa fituation 
dans fon cours journaller. Cete forte de mouvement s'apele 
nutation , & les plantes qui i font fujetes fe noment plantes 
eliotropes ; tel eft le Vofakan , plufieurs Plantes demi-fleu- 
ronees , le Refeda , la Gau^e , &c. 
■ Ce mouvement ne fe fait pas par unc torfion de la tije , 
mais 5 felon M. la Hire , par^un racourciflement des fibres de 
la tije du cote de Taftre , racourciflement caufe par une plus 
grande tranfpiratjon de ce cote. 

Les cpis de ble , qui penchent par leur poids , ne pen- 
chent pareillement que du cote du Soleil. 

La tije du Gansblon & du Trientalis fe penchent eu- 
bas pendant la nuit. 

Les feuilles de quelques Blitons, des Mauves , du Treflc , &c. 
uiivent la direftion du Soleil ^ de mcme que les fleurs 
cliotropes , &:c. 

Dans r^at de I'air le plus favorable a la vegetation , 3. Mouvc- 
Cad. dune chaleur umide^& vaporeufe , come dans les tnan: de pl^- 

erts difpofes a Toraje , les feuilles pinnees de phi- c^tiod. 
lieurs plamcs , teles que les legumineufes , s^^tendent fjr le 
meme plan que leur pidiculc comun. La m^me chofe arive 
ala lenlitive tenue plufieurs jours dans une cave, 

i-orlque le foleil donne^ vivemeat deflUs , eles fe 



terns Converts 



I 



■5^ 

redreffent & fe relevent vertkalement en - defius , en 

formant un angle droit avec leur pedicule comun , & 
€11 s'apliquant par leur face fupcrieure centre celes qui 
leur font opofees. La furface fuperieure de plufieurs feuil- 
les fimples etant expofee pareillement a un foleil ardent, 
deviennent de meme concaves , ce qui fait voir leur analogie 
avec les feuilles pinnees ; cela fe remarke dans le Sigcsbekia , 
rUrena , &c. La chaleur artificiele d'un fer rouje ou tres- 
chaud , fait le meme effet fur les unes & les autres ; mais 
la plante en foufre. J'ai remarque que plufieurs efpcces de 
Chenopodion elevoient ainfi leurs feuilles tous les foirs apres 
le foleil couche , & les ctendolent tous les matins apres ibn 
l^ver , fans qu'ii agit Imedlatement defliis. ^ 

Des que le foleil eft couche , & pendant la fraicheur de 
la rofee , eles s'incllnent & pendent verticalement en-bas , 
en formant un angle droit avec leur pedicule comun , & 
en s'aprochant par leur face inferieure de celles qui leur font 
opofees. Une rofee artificiele produit le' meme efet. Ce 
mouvement a ete remarque non-feulement dans les legumi- 
ncufes , mais encore dans VUfieroforus , le Balfamlna'mfi' 

tiens, 

■It d'^pa- L'epanouiffement des fleurs reconoit u-peu-pr^s la m^"^^ 
Bouuicmant. caufe : nous en parlerons ci-apr^s k Tarticle 5 , de la Ae-^ 

raifon. 

4. Mouve- Outre le mouvement de plication des folioles pinnees , la 
mantdechar-Sanfitivea un mouvement de charniere ou de genou aux 
"'"«• . jcunes branches , au pedicule comun de fes feuilles pinned' , 

& a la nervure fur laquele font attachees les pinnules ou 
-. folioles ; & tous ces mouvemens font iiidependans les uns 
des autres , & ocafiones de meme que celui de plicattofl 
& de direftion , par Taftion des vapeurs nutritives chaudes , 
& par Tatouchement. II i a d'autres plantes que la Sanfitive, 
. qui ont ce mouvement de charniere a leurs folioles. 

M. Duhamel ( Phy/Ike des Arhres , 2 Part. p. 161 ) aia"^ 

obferve exaftement vers le 15 Septcnibre , par un tenis 
mcdiocrement beau, le mouvement naturel d'un rameau 
de Sanfitive , a remarque que , 

A 9 h. du matin il faifoit avec la tije un angle de lOO deg- 

A 1 2 h. ou midi 

A 3 h. apres midi 

Aiant touche ce rameau , il a fait un angle de 9° ^^^^ 

~ d'heures apres 



112 
100 



A 8 h. du foir 



112 
90 



Lc lendemain , par un plus beau terns ,le meme ram 
A 8 h. du matin, faiW avec la tije un angle de 135 
Apr^s avoir etetouche 80 

A 10 h. , c, a d. 1 h. apres 1 3 5 

Etant touchcune a* fois , ^ 10 h* 80 



Tr 



A n h. & midi 



145 deg. 



Etant toiiche une 3^ fois ^ 135 

Alnfi Ic rameau ne fe raprocha de la tije que de lo deg. 
& refta dans cete pofition ; il n'i eut que les feuilles qui 



s ouvnrent. 




Etant touche une 4^ fois , a 5 h. du folr , i lO deg* 

Avec quelque corps qu on irrite la Senfitive , on remarque 

^ e la fenfibilite relidc particulierement dans Tarticulation , 

oit des branches , foit du pedicule commun de fes pinules , 

foit du pedicule particulier dc chacunc de fes folioles , fur-tout 

a la partic blanche de cete articulation. 

Le terns nccefsere g une branche touchee pour fe retablir, 
rarie felon la vigueur de la plante , Theure du jour , la faifon , 
la chaleur & d'autres circonftances de Tatmosfcre, 

L'ordre dans lekel les parties fe retabliffent , varie pareil- . 
lemant ; tantot c'eft le pedicule commun , tantut c eft la 
cote pinnee , tantot ce font les folioles qui s epanouilTent 
avant que les autres parties aient fait aucun mouvement 
pour fe retablir. 

Si , fans ocafioner la moindre fecouflfe aux folioles , on 
coupe la ^ d'une foliole de la dernlere paire de I'extremite 
dune pinnule, la foliole coupee & fon opofee, c. a d. la 
l""^ paire comence a fe plier , enfuite la 2« paire , & les 
autres fucceflivemant , jufqu'a ce que toutes les folioles d'une 
cote ou pinnule foient pliees. Souvant apres la ou 15 fe- 
condes , le pedicule & fes pinnules ou cotes feuillees fe 
retabllfTent, en coman^ant par les folioles !es plus voifines 
du pedicule , & les folioles des autres cptes fe ferment, 

Si au lieu de couper une des folioles de Textremite on 
en coupe une de la paire la plus proche du pedicule fon 
antagonifte fe ferme & les autres paires ruccelfivement en 
nniflam par cele de Pextremitc. * 

Si Ton coupe toutes les folioles d'un cotd de la pinnule 

leurs oDofees s'ouvrent. , , r » 

II elt podible , avec un peu d'adrclTe , de couper ur 

fans que les feuilles fe plient. 

Le pedicule comun des feuilles pinnees , ^tant coupe aux 5. 

-de Ion dianietre , toutes les parties ddpandames fe plientt 

inais le redreiTent aulli-tOt , fans que les folioles paroilTent 



rameau 




\ 



Lorfqu*on parvient I couper jufqu^a la ^ 3e fon diametra 
line des principales branches fans caufer d'ebranletnent , les 
ramcaux comprls clepuls la feftion julqu'ala racine fe plient; 
mais les rameaux & folioles au-defliis de rincifion reftent 
ouverts ; i\ alors on coupe une foliole de ccte extremity, 
tout fe plie dans I'ordre explikc ci-deffus, ^ • ^ ^ 

Si Ton coupe a^ec precaution une pinnule ou cote feui'Iee 
pres de fon infertion fur le pedicule comun , il n'arive rien 
aux autres pinnules, & fes folioles ne fe ferment pas. H ne 
fc fait de mcrne aucun mouvemant ea per^ant une branciie 
a\ec une eguiUe, 

Des cxperiances precedantes & de toutes celes qui ont 
lit multipliees fur la Senfitive , & que nous fuprimons ici 
pour abrejer , il refulte ; 

i^ Que quand la plante eft dans fa plus grande for*^^ 
regctative, fes mouvemens font plus grands & plus fenfibles. 

2^ Que quand le ciel eft ferein & le Soleil pur pendant 
tout le jour , toutes les plantes font plus fenfibles le tnatm 

que i'apres-midi. ^ 

3/^ Que dans les circonftances ou eles font moins fe^btcs, 
leiirs feuilles continuent a fe plier, quoique leurs pc«t:ul^ 
aient perdu leur mouvement par la vieilleiTe qui les a rendu 

ligr.eux &. roldes. 

4*^ Qu une fecoufte ou une irrritation produit plus d'etet 
qu une incifion ou fe£Hon entiere. 

5^^ Qu une lejere irritation n ajit que fur les parties voifi^^^, 
& qu ele s'etend d autant plus loin, qu'ele a plus de force.^ 

6^ Qu une iritation determinee ajit plus fur certainespar"^ 
que fur d'autres. 

7*^ Que tout ce qui pent produire quelque cfet ftr 
organes des animaux , ajit fur la Sanfitive : une fecoulie » 
une cgratignure, le grand chaud , le grand frcid, lavapeu 
de^leau bouillantc , cele du foufrc & des efprits voljtils , 
rodeur forte des liqueurs volatiles , tout cela ajit fur eHe* 

8^ La fubmerfinn c]:^n^ 1 Vnn ninl^ nnP 1p ^nikle. ne fcmbl^^ 






arties 



b La lubmerfion dans lean, ainfx que le vuide, 
ajir qn'en alterant fa vigueur. 

9° On ne voit pas qu'il i ait une comunication plus in^^^^.^ 
entre les feuiiles cpolees des pinnules qu*entrc les autres p"'"' 
de la Fiante. 

^lo^ Son mouvement de charniere n'cft pas du '^ ^,^ 
defaillance , mais a une contraftion tort fenfible ; car alors e 
fe roidit a un tel point, qu'on la romproit, fi Ton vou 
la rctabiir dans fon premier etat. 



Vne Icjere Irnntlon alabafe dcs etammes du Berberis ; s^Mouve-^ 
de rOpuntia & de FEIianteme , leur caufe un mouvement J^^J^^ *^^ "^" 
convuliif oil de trepidation tres-firigulier par lequel eles fe 
contra6lent & fe raprochent du Piftil , fans le retablir dans leur; 
1" ctat. Les fruits charnus de la Balfatnine , de TElaterion & de, 
rAlleluia 5 fe contrailent avec force & lan^ent au loin leurs 
femences. Lcs fruits fees , come les capfules de la plupart des 
Renoncules,rAconit,leDelfimon, &c. cellcsdes Liliaiees, des 
Legumineufesjde la Fraxinele, &c. s;ouvrent pareillement avec 
force. Les aretes des lojes de la capfules du Geranioii, . ^ .. 
celes de TAvoine, la plante entiere appelee impropremant ' . 
Rofe de Jerico , prenent fucceifivement un mouvemant '' ' 

d'extenfion & de contraction , lorfqu on les expofe a rumi- , 

dite & a la fecherelTe. 

Ces divers mouvemans ne font que des mouvemans de. 
refTort, dus a une dirciftion & uri aranjemant particuller de 
ralTamblage des fibres , de manierc qu'en diminuant de volume 
en tout fens , par une contraftion ou par I'exficcation , eles 
font ajir certaines parties d'une" fa^on detemainee , come 
ks mufcles des animaux font ajir leurs membres , avec cete 
difera||ce cepcndant que la contraction, des fibres mufculerei 
dans lcs animaux , parolt depandre d un likide ou d'un fluide 
qui les remplit ; mais ce point n'efl pas encor bien decide. 

II i a des Plantes , qui loin d*avoir ce mouvemant nature! 
on fpontane de reilort , n'ont pas mcme celui qui tend a . 
les renjietre dans leur i^'« fituation , lorfqu'on les en a une 
fois deranje ; teles font lcs fieurs du Drakokefalcn de Vir- 
ginle , que Ton a apele Kataleptike , parce que de tel cote 
que Ton tourne ou' retourne fes fieurs , eles i reftent , come 
ii leur pedicule etoit articule a deffein de fe preter a ces 
pofitions peu natureles. 

^ , La caufe de ces 5 fortes de tnouvemans , les feuls aoercus Ces niouvsw 
jufqu'icl dans les Plantes , eft , come Ton voit , exterieure ; & "^^^ins nc Tone 
confekament ils ne font pas fpontanes , come dans les ani- ?^^ tponu- 
maux parfalts qui out cete caufe interieuremant & dcpan-^"' 
dante de leur choix & voloat^, Mais ccmbien d'animaux * 
imparfaits , tels que ceux des intufions animates & veae- 
tales, les molecules fpermatikes , les Polipes , &c. dont 
certains mouvemans ne font dus , come ceux de la Saniltive 
des Legummeufes , &c. qu'a des caufes cxtcrieures , teles que 
b chaleur , la lumiere du jour , &c. Ccmbien , qui , come les 
Wlmfeaes , le Lepas , I'Ujfre , &:c. n'ont pas un mouve- 
mant auffi ienfible que celui de k Sanfuive i 



ib 






r 

r 



r 




J 



w 



Pargrl 



ii« Propagation its Plantest 

Toutes les manieres dont les Plantes fe multlpllent otl 
propagent naturellement ou artificielemant , fe reduifent a 5, 

Ikvoir : 



i'*Par grincs, 

a Pat bourjons 011 kaicux. 

3 Par les feulllcs. 

4 Par Ics branches. 
y Par la ^rcfc. 



Mis en terre* 



Sr levent etant 



qm 



qui produifent un fi grand nombre de varietes dont que'ques- 
unes font affez diferantes & affez conflaiites pour merlter le 
pom d'efpeces. 

Mais parmi les Plantes qui portent des grenes , il i en a 

^ ne les amenent jamais jufqu*aune maturite parfete, come 

ont les fleurs ermafrodites a Plflil fteril , & la plupart des 

fleurs doubles ou triples ou multipliees , apelces femi-aoubles , 

qui confervent au moins une partie des etamines ou des Fiftils, 



tels 



Mirt 



que le Mirte , le Grenadier , quelques Campanules , 
le Pomier , le Poirier , la Mauve , la Guimauve , rAnkoHe , la 
Niele & quelques efpeces de Renoncules ; il i a encor des 
raines qui ne Invent jamais ., quoique fecondees , quoious 
ien conditionnees en apparence , teles font celes de nomBre 
de Liliafees , des^ Orchis , de quelques Arifloloches . &c. 




BifTus, quelques plantes etranjeres 



ne 



dans 



.wii^^ luuLxa ^.Mpartde* 
de la Zone torride qui 

_ temper^es ou gl^^^Hj/ 
& les fleurs plelnes , c. ^ d. dont les etamines & les pift}* 

font metamorfofes en petales , teles que le Lis ^ le f^" 
lere , la Tulipe, le NarcifFe , la Tubereufe , le Colchike, 
le Safran , I'CEillet , le Luchnis , le Silene , le Coronaria , e 
Rofier, le Frefier, le Cerifier, le Prunier , rAmandier, le 
Pecher . la Violete . U Cc,^^^^^\ry^ u Tirrifl^P^ \i Juliane , 



'Anem 



n^es i 



Popufago , &c. 

Enfin dans d'autres , les grenes font plufieurs annees • 
Jever , ou bien les plantes qu'ils produifent font tres-long^ 
terns a croltre & a oorter flours & fruits : tels font le Saule, 



porter fleurs & fruits ; tel 
le Peuplier, le Figier, le Tillcul, la Vigne, &c 
La diifemination des '^^ . - -. 



jremarquables , q 



Plantes pr<^fente des parti 



cularit^ 



difperfees 9a & la , foit par les eaux courantes, ibit pa^ 



fofl 

19 



1^ >^ 



1 



^ 2nt ^ folt par les animaux I ou par une force elaftike qui 

leiir eft propre. 

Les grenes que ies eaux courantes des torrens & des 
flcuves cntrainenc font fouvent portees a plufieurs centaines 
de lieues de leur pais originere, & repandues fur les terres 
de climats plus chauds ou plus froids , meme fur les cotes 
maritimes ou cles s'acoutument peu-a-peu. 

Celes que le vent emporte font; i*^ ou ailees come dans 
plufieurs Liliafees , nombre d'Orchis & d'Ombelliferes , 
quelques Compofces, quelques Apocins , quelquesPerfonees 
come le Bienona , la Linere , f Efpargoute , le Tulipier', le 
Bouleau , le Likidambar , le Cheiri , le Pin , le Sapin , 
le Meleze, Ic Tua , &c. ; ou aigretees , ou cotoneufes & 
veloutees, come plufieurs Compofees , plufieurs Apocms , 
le Saule , le Peuplier, la Pulfatile , TAnemone, le Colon ^ 



quelques 



Gramens , le Kielboul , le Lagurus , I'Arundo , le Fragmkes , 
le Saccaron , le Tufa , plufieurs Compofees , plufieurs Sea- 
bieufes , le Laeoikia ; ou aile , come dans la plupart des 
Perfikeres , le Lapatpn , le Statice , le Limonlon ; ou enfle , 
come dans rAlkekeno'i , le Cucubalus , le Vulneraria, le 
Trifolium; ou en ccaille , come le Oublon : 3° ou dans' un 
fmit aile , come dans le Dioskorea , le Janraia , le Begona , 
le Kampeche , le Beltuccia , le Spatela , le Triopteris *, 
I'Aker, le Baniflera, I'Orme, le Paftel, le Frene , &c. ; ou 
enfle , come dans le Staflilea , le Colutea , le Cicer , le Car- 
difpermen , !' Aluffoides , le Veficaria , &c. 

Nombre d'Oifeaux avalent les grenes de I'Avene, du Mil- 
let, & d'autres efpeces de Gramens, de la VanUle, du Gui 
du Jenievre , &c. qu'ils rendent entieres , & qu'ils 'difperfent 
Sa& la , meme furies Arbres. L'Ecureuil, le Rat , le Pe- 
roquet , & d'autres Animaux emportent & ouvrent nombre 
de fruits pour en manjerles grenes , dont Us laiiTent echaper 
quelques-imes qui font iemees par cc moien. Le Eriflbn , la 
1 aupc , la Fourmi , le ver de terre , &.c. en creufant la 
lerre , donent li^u aux grenes qui 1 tombent de germer. Les 
grenes que les Animaux emportent involontalremant font 
celes qu-on apele Cou/in , parce qu'eles s'atachent a eux par 
*^es efpeces de hame^ons , de crochets , ou de polls qui {£nt 

SamkuU , le Ridens , le Seala , le Kunoglodon , le Muofotis , 
Lappa leSigesbekia,leLinn^a,l'Afpen.go,lePHva,I'AHfanus, 

l4 Panetaue , le Piu;„bago , quelques P^eres , rAigre.n9i! 

i b ij 



^ 



s/ 



jie, le Neural ^ &c. 3^ Sar.lear fruit, come le KirkakJ 

rApraduSj TAparine , le Cruciata , le Petlvera , le Glukurlza, 
I'Edufaron , le Meibomia , le Skorpioides , TEIiokarpos , le 
Triumfetta , le Kamktera , &c. 

Les grenes qui fe difperfent d'eles-mcmes par une force elaftike 
ont cete/orce refidentc, foit i^ dans leur aigrete come le 
Krupina ; 2^ dans leurcalice, come la plupart desFoujeres> 
TAvene , &c. ; 3*^ dans leur capliile , come I'Arete de la 
Benoite , cele du Gcranion ; ou le cartilage de leur parol 
interne qui les lance, come dans le Diofma., laFraxinele, 
la plupart des Titimales , la Balfamlne , rAlleluia , &c.;ou 
un p^tit crochet , come dans le Diantera , I'Adatoda , le 
Batiicra, le Ruellia, i'Acante, la Clandeftine, &c ; dupar 
des Fibres , come le Momordica , rElaterlon , le Cardanu- 

ne , &c. 

yParhour- ^ La plupart des Plantes qui ne fe multiplient pas de grenes 
jons ou portent des bourjons ou ka'ieux {SohoIes)qm , mis en tere 
■ ^^^^^* croiiTent & fe developent come leur mere^ Ce moien leur 

eft comun avec d'autres planter qui portent de trcs bones 
grenes. Ces bourjons qui ne font que des tijes ou des bran- 
ches en racourci , fe trouvent places fur 6 parties ou de 
manieres diferantes , far les Plantes , favoir : 

^ Sous terre pres de la racine , hors de raifTcle des feuilles, 



ccone 
Gramens 



; 5 de cele des Jenjambres , des Compofees des La- 
biees, &c. ou a TailTele des teullles, come dans la TuHpSf 
I'Ail , la Tubereufe & la plupart des Liliafces; on apele ces 
derniers des ka'ieux, fans doute parce qu'ils fe. confervent 
long-tems hors de tere , pour i etre repiques quand ori 
veut. 

2^ Hors de tere , le long des rijeshors de Taiflele des feuiUes j 
<rome dans la plupart des Lichens , ou a TailTelle meme des 
feuilles, come dans le Lis rouge , le Dioskorea, rOmito- 
galon & quelques autres liliafees , la Saxifrage , la Biftorte , 1^ 
Dentaire , &c. Les produftions des Lichens & autres Plantes im- 
parfetes , ne font dues a aucune efpece de generation ; ^e 
font des portions detachees de leur propre fubftance, q^^> 
par une fimple extenfion& fans aucun developement, devien- 



nent en 



grandiflant parfaitement femblables a leur mere* 
lextremite des feuilles come dans quelques Lili^^^ 



3^ Al 
6c quelques Arons 



r 



4^^ A Torigine de i'ombele des fleurs entre leurs pedicules, 
come dans quelques Ails & quelques Ognons. , 

5<^ Dans la fleur meme, come dans a ou 3 efpeces ac 



foil 



IS 



anpifl 



our cete ralfon vlvipares, dans VAvena perennls 

i liratis fupernh afferrir?ns Adanf. &c. Les 
overes vegetent ainli dans ces Plantes , fans le fecours or- 
dinaire de la fecondation & de la generation. 

6^ Dans le fruit meme , come dans le Tangekolll du 
Senegal , dont les grenes germent & forment des ka'ieux , 
avant meme que la capfule qui les renferme foit parvenue a 
fa maturite. 



extremite 



Plufieurs Liliafecs a feuilles cKarnues & folides , fe repro- $ 
duifent par leurs feuilles ; mals ce font de vrais bourjons fi^^^l^^ 
qui fortent cu de leur aiilele ou bafe oupedicule^ come 
dans TAloe & la Skille maritime , ou de leur 
come dans quelques Arons. Ces bourjons s'elevent de la par- 
tie fuperieure de la feuille , tandis qu'il fort des racines de 
la partie inferieure^ ou opofee au bourjon, Ccte derniere 
obfervation revient a cele de M. Bonet , qui a vu fortir des 
racines , des nervures & des pedicules de certaines feuilles 
de MelilTe , de Bele-de-nuit , d'Ariko & de Chou , plonjees 



<> Par ICB 



terns 



opofe. 



branche 



J _ ^ — — ^ ^-^ ^--»- 

du cote des racines , nl du cote 



Drajons.' 



Vivcs-ract* 



Lqs branches qui fe propagcnt etant mlfes en tere , ont 4* Par hi 
des racines ou n en ont pas. On les apele aflez gencrale- branches, 
ment du nom de boutures. . -r 

, Celes qui ont des racines prenent plm facilement que les 
autres. On en dlftingue de 2 fortes, felon le lieu qu'eles 

ocupent fur la plante, favoir : 

-es Drajons ( Stolones , Plin, ) font des branches enra- 
onees.qui ticnnent au pie ou au tronc , dont on ne peut 
les aracher fans I'eclater. ; 

2^ Les Vives racines {Vlvl radices V\\n.) ou Plants en- 
racines ^ qui fortent d'une racinc , mais loin du tronc , de 
forte ^ qu an peut les enlever avec cete racine , fans 'en- 
domajer Ic tronc. Les Ormes & autres arbres des brands 
chemins dont les racines out ete ^crufees , foulees mt en- 

domaiees , produifent ccnfiderablement de ces fortes de bran- 
ches. 

Quant^ aux branches qui n'ont pas de racines , tout Tart 
conhite a leur en procurer le plutot qu'il eft' poffible & 
avant que_ leur partie qui eft en tere contrafte de la pou- 
nture , foit aubois , foit a I'korce , foit a tous a , ou bieit 

r^Ti'^''^-.^'''' "^idi^^ ou' fcve foit eatierement delTechce^ 
V eit des ditcrentes metodes ou precautions qu'onfuit pourlcuE 



u 



Provins* 



favoif : 

7^,Plin.) 



procurer des racines , qu'on les diftlnge en 6 fortes , 

1° Nombrede Plantes dont les branches ( FlageUu , v n^. , 
•fe couchent & rampent fur la tere, prenent naturelemant 
des racines , fans etre couvertes de tere , ou le hazard les 
recouvrant come il arive au Fraifier , a la Renoncule , &c. 



racines , on leur en procure en les enfon^ant dans la terre , 
& les i retenant par une efpece de fourche , apres avoir 
done un coup de canifdans un des|noeuds coudes , c'eftce 
qu'on apele faire des provins , ou provigner ( Submerfio , 
Plin.j parce que la vigne eft une des plantes que Ton 
multiplie plus comunemant de cete maniere. On traite quei- 
quetois de meme I'oeillet , & cepandant on dit qu'on le mar- 
cote , fans doute parce qu'il ne produit pas de farmens. 
Markotes. 2 La marcote ( Circumpofitio , Plin.) fe fait , foit enpaffant 

une branche dans un vafe , une caiffe ou un manekin rempli 
de tere , lorfque la Plante n'a point de branches au bas de 
la tije ; foit en butant la tije lorfqu'ele eft bien gamie de 
jeunes branches ou furjons (Surculi) c. a d. en eievant de 
la tere de maniere que les lurjons en foient recouverts fu- 
fifamant pour produire des racines , c'eft ce qu'on pratique 
ordinairemant a I'egard de rocillet, 

Lorfqu'on veut avoir beaucoup de markotes d'un arbre 
de tije, on fait ce que les jardiniers apelent des meres. On 
coupe avant la feve , & fort prcs de tere le tronc d'un gros 
arbre qui , au terns de la feve , poufTe quantitc de branches 
dont on bute la naift"ance ainfi que la fouche a la i' anee , 
c. a d. lorfqu'eles font en bois. A la je anee , eles ont pro- 
duit fuhfament^de racines , & font en etat d'etre feparees de 
la mere, & d'etre tranfplantees enpepinierci ce (ont alors 
> de vrais Drajons artiticiels. Une mere blen menajee peut 
• toumir ainfitous les 2 ans du plant aftez abondamatit pen- 
dant 1 2 ou 1 5 ans , & fes nouveaux jets s'enracinent d'autant 
plus facilemant , qu'ele fe trouve dans un lieu plus enfonce 
bii Ton peut acumuler aflez de tere pour i entretenir fufi- 
famant d'umidlte. On hate la produdion des racines fur ces 
nouveaux jets , en les eclatant ou en les incifant lejcremaflt 

pour ocafionerdes bourlets a I ecorce. 

3<> Le Maillet (Malleolus , Plin. Columell. ) confifte en U^e 
Maillcr. branche de Tanee a laquele on laifTe 2 chicots du bois de 

2 ans , faillans des 2 cotes , come un marteau a a tei^ 
On ne prr.tique gncre cete forte de bouture qua i'egard de 

la vigne , & meme rarcmant , parce que les chicots de viei^ 



fcois x^cnant a pourlr I cofompent aufli Ics raclnes du bois 

de Tanee. Columele dit qu*on ne laiflbit de fon terns que 8 



farment defline a faire le Maillet 



que 



1 pie , lorfqu^ils etoienL laches ; le bout du farmant qu*oii 
rejetoit come fteril ou inutil , parce qu'il ne produit de gra- 
pes qu'entre le 4^ & le 6^ boui^on , s*apeloit SagitU ^ par-* 
^e qu*ele imite la branche d*uue fleche ; c'eft ce qu'on apele 
encore aujourd'hui Courfon, al'egarddes branches vigoureu- 



les aes Arores truitiers qu on tame tres-iong , ou qu on laille 
courir entieres pour remplir un vuide ; & on apele Sou-Courfon 
la partie du farmant de vigne ou d'une branche qui refte fur 
TArbre apres avoir ete taillee & racourcie a 3 ou 4 leux. 

4*^ La MafTue ou CrofTete, ( Clava^ Clavola. Pallad. ) Croffetc ot 

eft une branche de I'anee qu*on eclate de I'Arbre , de ma- Mafluc, 
niere qu'il refte a fon origine ce petit renflement qui i forme 
une efp^ce de bourlet en Maffue , ou un coude en forme 
de Croflete, d'ou ele tire fon nom. Cette branche qui doit 
avoir environ i pie de long , s'enfonce presk'entieremant en 
tere , a Texception de fon dernier bourjon ; c'eft de fon bourlet 

que doivent lortir les racines. 

5® Pline & les Anciens metoient une difHnftion, entre Bcanchcsl 
la maniere de multiplier les Plantes de branches ( Rami ) & 
celle de les multiplier de bouture ( Talea. ) Le Figier, dit-il, 
( Hift. Nat. 1. I, c. 17, ) vient bien detele maniere qu'on le 
plante , excepte de bouture i mais il reulTit mieux de branches ; 
le Mirte & le Grenadier pareiUemant. On fepare du tronc 
une branche entiere longue de 3 pies , fur i | pouce au plus 
de diametre ; on en ^pointe le bout inferieur come celui 
d'un pieu, & apres avoir difpofe auparavant un trou pour ne 
pas en endomager Tecorce, ou I'i plonje en entier , ne laifTant 
au-deffus de tere que le bourjon qui termine la branche, 
qu'on recouvre de fablon pour la preferver de Texficcation. 
^ En general , les Plantes qui reprenent facllement des ra- 
<^ines, en produifent aufli-bien., au lieu de branches, 8c ' 

produifent egalement des branches aulieu de racines , lorf- 
, k on les met en tere dans une fitwation renverfee , par exemple 
les racines ou le gros bout en haut , & les branches ou le petit 
bout en bas dans la tere ; alors les bourjons des branches en- 
terees p^rifTent , & 11 fort au-deffous d^eux & des renflemens 
qui ler\'ent de fuport aux feuilles, des racines qui d^abord 
prenent une direftion come pour gagner I'air , & qui en- 
Imte fe recourbent en bas : il en eft de meme des racines , ft 



fans 



tb iv 



que le gro 



ros 



0* 



produreat des branches qui d'abofd tenderit un peu vers 13 
*'tere, & qui enfuite fe recourbent pour monter vers leciel: 
les nouveles raclnes font plus groffcs que n'etoient les bran- 
ches qu'eies remplacent, &eles forment fur le petit bout de 
la'tije des cotes pour la falre groffir davantaje , 
bout qui a etc mts en haut; & les branches nouveles de celui- 
ci font pkis petites que n'etoient les ancienes. Les branches 
dont on fiche les denx extremitcs en tere, en les. courbaiti 
en portion de cercle , produifent egalement des racines de ces 
a extremltes", &c des branches deia paitie qui eft horsdetere» 
Jouture. , 6^ La Bouture propremant dite ' Talca. Plin. ) eftune 

jeune branche vigoureufe , d'un hois bien forme , garnie de 
bourjons bien conditiones ^ longue de z'a 3 pies, de ^ a 1 1 
i pouce- au pkis de diametre , & tronk^e aux 2 extreniites* 

La reuffite des boutures depend de leur facilite a produire 

des racines ; mais cete facilite ne depend pas de rabonaance 

ide la moele des branches, come on le penfe vutgairement; 

' rear FOranjer , le Buis , le Saule , Vh\ & Ja Sabine qui en 

ont pen, reprenent facilemant de bouture. On remarque qu ^'^ 

-en prenent en general plus facilement, lorfqu'on a occalione 

fur leur ecorce un bourlet eidvalant a celui de la Croilete, 

'il faut done s'etudier a leur procurer ce bourlet pendant qu^' 

Jes font encore fur V Arbre , ce qui fe peut falre ainfi. 



■^ » 



^■>«¥ 



-tr 



on 



ou 



Si la branclic efc menuc , il ne faut pas entaillcr lecorc 
de crainte de la faire perir;U fafiia do la ferrer forternant 
^vec de la xic^He ciree, ou avcc un fil de Icton recuit:^^ 
la branche eft trop'groffe ou a plus de i poucede diametre, 
'on i enlevera lin aneau decofce de la larjeur de J lignei 
jccouvrira le bois de plufieurs tours d(* fil cire, & on re- 
ccuvrira ccte incifion ou doit fi? formet le bourlet , avec e 
Ja tere & de la ;T)6ufre aflujetie pj:r un rcfeau de fifell^ ? 
|>ar des drapcailx qu on mouillera Ac terns en terns, en la de-^ 

fandant du foleir& de la grande fcchereffe , au moien dune 
envelope ou poupee ^paiiTe de pailie. 

Le terns propre a faire cete incifion, eft celul 011 les Arbr 
font prets i entrer en feve , & a developer leurs boutjotis. 
ho bouilet eft comunement forme 1 an apres, vers lenioi 
de Mars i cependant il i a certains Arbres ob il ne fe torme 
bien qu'au bout 'de 2 ans. Si le bourlet eft charje de mamelonS 
.on memo de racines, comcil r.rive cjuelkefois , on peut coup^ 
les bouturcri au-deiTous du bourlet , pour les metre en ter 
fans under , & toujours un peu avant le terns ou les Arbre 
fe difpofent a developer leurs bourjons* 

nSi Ton n'a pu fe procurer de bourlet ni de racines i^^ ^ 



i3e tems ou autretYiani: , on fer a Ken de projiter ^t tout ce 

<jul en pent tcnir lieu , en enlevant avec la oranche la Croffete 
qui fe trouve a fon origme , en coupant les petites bran- 
ches qui i feront, de maniere quil refte de chacune un cki- 
cot del a 2 lignes , en arachant les bourjons fur la partie 

-qui doit entrer en tere ^ de maniere qu'on menaje les petites 

^eminences qui les fuportent , & qui fuportoient autrefois le 
pedicule des feuilles ; car ces eminences ont beaucoup de 
diipofition a produire des racines. Eniin fi les boutures qu'oxt 
re9oit n'ont pas ere coupees avec toutes ces precautions , 
il fera bon de faire de petites entailles tranfverfes a i'ecorce , 
avant que de les metre en tere. * 

Quant a la partie de la bouture qui doit refter a Fair hors 
de tere , & qui ne doit pas ctre plus longue que 334 pou- 
ces , on menaje les boutons & les petites branches , fur-tout 
auxefpeces qui ont peine a percer Tecorce pour former de 
nouveaux bourjons, en ne leur en laiffant neanmoins pas plus 
de 3 a 6; car en pouffant par 'tous les bourjons , elescon- 
fomeroient trop de feve , & cpuiferoient la bouture. 

Les boutures ainfi choifies & taillees , il s*agit de les em- 
pecher de pourir ou de fe deflecher avant d avoir produit 
' des racines. Pour les empecher de pourir, oft^peut , avant 
defies metre en tere, enduire leur partie infcrieure dun em- 
platre compofe de' 1 partie de Tcrebentine , i de cire, & 
a de refme apelee Poix de Bourgogne. Cell fait, on' les 

met dans une tranchee profonde , au moins de 3 pies , dirijee 

*^^J'-^^, ^^'^."?^ ^'^^^ y^^"^ remplit de bone tere franche 

cdiocremant umide 



paffee k ja claie 



& qu'on prcfle 



Juhlamant pour les toucher imediatemant par-tout. Ces bou- 
tures ne doivent fortir que de 3 ou 4 pouces au-deffus de 
tere.^ Pour les empecher de fe deflecher, il faut les preferver 
de FaAon im.ediate du foleil , & empecher la tere de fe 
fendre, en la couvrant a la hauteur des boutures d une ecu- 
Che de paille ou de moufle de 3 a 4 pouces d^epaiiTeur 
placee entr'eles , en i faifantde frdkans , mais petits arofe' 
mans, en forme de plules pour les entretenir dans une at- 
mosfere umide , enfin en formant du c&td du midi un petit 
murdepaillaffons qu'on enl^vera 15 jours ou i mois apres. 
celt-a-dire des qu'eles auront comencd h developer kl 
bounons & par confckant ^ produire des racines. En au- 
Su mrl'"'"' ^f ^'^^Si^^ . on laiffe les paillafTons du ' 
au Word pour les en preferver. 



>^ 



* » 






IBS 



» 



-/ 



f • Par la ^^ grefe en general eft Tunion ^une Plante ou d'une pof* 

Crife. tion de Plante fur ime autre", avec laquele ele fait corps & 

Cc ^ueVcIL continue de vivre. On apele du nom de grefe la portion 

qui s'unit, 6cfi/jei la Plante fur lakele ele s'unit. 
Nc chanjc Cete nianiere de multiplier les Plantes ne chanje m le iu- 
pas-lcs efpc- jet, nl la grefe, & par confekant ne produit pas de nou- 
f^u veies efpeces. Ele opere feulemant la deftruftion de Tune, 

qui eft le //ye/ pour en deriver tous les fucs au profit de 
Tautre efpece qui eft la grefe qu'on veut continuer a faire 
vivre, & a multiplier a (es depens, de maniere qu'ele icroit 
ious la meme fonne, & fouvant avec plus de vigeur qu e!e 
auroit pu faire ftir la Plante dont ele a etc tire. Cepenclanton 
a remarke qu'une branche feparee d'un Arbre , & g^eSe fc 
ce meme Arbre done des fruits un peu meilleurs qu'au- 
paravant, & qu*on perfe£lione le fruit dune grefe, en I'i^- 
ferant fur un Arbre cultive plutot que fur un fiuvajon , c'eft 
ainfi qu'une meme branche de Poirier bon cretlen grefee to 
on Coignler & fur un Poirier fauvajon, done des fruits «»» 
peu diferens ; ceux fur Coignier ont la peau plus fine , p'^ 
coloree , la chair plus delicate , plus fine & plus fuculente 
^e ceux grefes fur Poirier fauvajon ; d'oii il fuit q^^ I« 
choix du fu]et n'eft pas indiferent ; mais ces varietes ne v^"^ 
pas au point de chanjer les efpeces ; car le Prunier Rei"^' 
Claude grefe fur le Prunier Damas, fur TAmandier & ^^ 
Pecher ne done que la meme efpece de Prune , quoike 1^ 
- feve de ces 3 Arbres foit diferante; par la meme raifon 0^ 
a vu un pii de Prunier fauvajon porter des Pruneles, ^ 
Prunes de Damas, de Mqnficur, de Mirabel, & de R^^^ 
Claude grefees fur lui ; un Amandier porter des AmandeS) 
des Peches & des Prunes : c*eft pour cela qu'un Poirier lau; 
vajon qui ne produit que de petites poires acres, ^^^"^p^^^., 
dune branche de Beure , produit de belles & grofles roi^ 
de Beure; que cete meme branche de Beure ecuflonee^^^ 
l>ranche de fauvajon , ne done que de petites poires acres^j 
& alnfi de fuite : c'eft encor pour cela qu'un (Citron nou^- 
lemant noue , grefe par aproche , par une queue^ Ipi^g^^ 
feulemant de kelkes lignes , lur un Oranjer , parvient a (a tn^^ 
turitd fans participer de rOrange.ll eft t«conu faux ?^^^^'^^ 
periance que le Coignier fur lequelon a grefe un Prun'^^ j^ 
contient qu un feul pepin, comeTavoit dit Lcbcn dans 

Memoires de TAcademie en 1704, & que le ■^^^^^^^' ^^^es 
fur lakel on a grefe urn Jafmin jaune , produit des fleers ja^j.^ ^ 
fur les branches qui partent du fujet au-delTous^ de ja g ^ 

come Hales I avoit cru trop lejeremant. D'ou il 1^'^ ^ 



quelkef^ 



f - 





au point de chanjer les efpeces ; qu'ele contribue au contraire 
h, conferver les particularites qui fe montrent fouyant fur 
kelkes branches, come des fleurs doubles ou panachees , &c* 
lefqueles fe perdroient , fi on les laiffoit fur leur pie , & que 
Ion conferve en coupant ces brandies pour les grefer, c'eft- 
k-dire pour les unif a un Arbre diierant , &c capa^ble^de les bien 
nourir. 

Cete union fe fait ou naturelemant ou artlficielemant. 
On x^cAt ttiu«v les iours dans les bois des reiets tron ferres 



Grefcs Wtu-^ 



dicule* 



Des fcUitl- 



d'une mcme fouche d'Arbre , ou des branches qui fe tou- rdcs. 

chent & fe preflent fortetnant, s'unir cnfin a la longue , p^r aptochc; 

leur <Jcorce ne profitant plus a I'endroit de la preffion , &L Pcs tijcs. 

formant tout autour dans chacun une nouvele production de 

bois & d'ecorce par lefquels fe fait la reunion. 

Beaucoup de feuilles fe grefent par aproche les unes avec Des fcuillej; 

les autres dans les bourjons. , 

" On a vu une feuille de Conconbre fe grefer par fon p^- De leur Pe- 
icule lur un Conconbre, 
De meme on a vu un ]eune Conconbre fe grefer par fon 
pedicule a un Concombre affez gfos. Le Conconbre, le 
Melon , la Pome , & beaucoup d'autres fruits qui font fur* 
anont(5s par lafleur, fe grefent hors de leur calice pendant ' 

"u'ils font encor tendrcs & erbaccs ; ceux qui ont le calice 
ous la fleur, come le Cerifier, le Prunier, I'Abricotler, . ^ 

& quelques autres, fe grefent dans le bouton meme de la fleur 
avant que d*etre noues , & s'uniflent par Tepanchemant de 
leur fubftance parencbymateufe. - 

Cete grefe naturele en aproche , la feule ' dont la nature Gtcfcs arti 
nous ait done Texemple , a ete imitee par Vart des qu*ele a ficidcs, 
etc aper^uejSc ele en a fait tenter 4 de plus, qui ont ega-< 
lemant bien reuffi , de forte qu'il i a 5 fortes de grefes ar- 

tificieles ; favoir : 

1* La gtefc par aproche, 
% en fciuc. 





} cu cou 

4 en fcuifon, 

5 en Bute. 



Ces 

ni^rc 



1 5 fortes de grefes , qui dlf^rent reelemant par la ma- 
dont elcs s'opercnt, Sc auxqueles il ne feroit pas di- 
ncile d'cn ajoutcr encor 2 ou 3 autres, pouroient fe reduire 
k a , en ne faifant atention tju Ji la fa^on dont la nature ajit 
dans leur union qui ne fe fait que de ^ manleres. 

i*^ Par I'aplication latcrale de la partle mii eft entre Te- tcartnoIcA 

x:orce & le bois de la grefe , & du (ujet ; telle eft la grefe en d'^^^ion. 






*■ 



L ' 




J 



/ 



,£^itude de la retf 

centre de cet entre-deux que, depend la reuffite de ces grete. 

■ :2^ Par raplication de Tecorce de Tun fur le bois de I'aiitre; 

tele eft la grefe en courone, ce!e en ecuflbn, & cele en flute. 

Lorfque les grefes en feme & en eourone comencenta poufTcr, 

c'eft-a-dire environ 20 jours apres I'operation , tous les vm- 

aes qui font reftes entre la grefe & le fujet , font remplls de 

ia matiere verdatre , erbacee , grenue 8c paranchymateule qui 

s'eftepanchced'entrclebois&recorce, en formant un bour- 

let pour recouvrir le defTus de Taire de la coupe. Le bois de 

la grefe fe defleche & meurt fans s unir au bois du uijetj 

pendant que Tecorce de la grefe produit fur fon bois deiie- 

che des couches Hgneufes & corticales qui s'uniflTent & si- 

dentifient avec celes que le fujet produit en meme terns , 

car la grefe en produit come une bouture produit des racmes 

fournies par fa propre fubftance. Enfin les fibres longitudmaJes 

du fujet s'inclinent vers la grefe come eles font pour prodmre 

des bourjoris dans les Arbres ctetes ; &la grete qui tientla 

• ■ place d'un de ces bourjons naturels podfFe aufii de meme. 

Dans la grefe a ^cuffon, Tccorce de recuffon produit une 
couche lleneufe qui n'adere d abord que par des petits poin 
au bord du fujet, mais qui par la fuite ne fait qu'un cor^^ 
continu avec lui ; & lorlque la couleur du bois de ^^o'^. 
eft diferente de cele du fajet, come par ex. dans l'^^^'^.^^-^ 
qui Ta jaune , & dans le Prunier oii il eft rouje , 0^ ^ , 
clairemant que tous 2 ont contribue a la producho^^ 

. ^ * ,, . 4 t . « « /<• >. 1 • .1., (iiir^t. 

points qui tont 1 union du 
ChoJx des ' Quant aux parties que . ^.. ^.... , ..«. ^.-^- . ^^^^ 
<ircfci. Tobjet d'agremant ou d'utilite qu'on fe propoie cian> 

operation. On erefe comunemant. 

i» Pour avoir des Atbrcs dc belle cije , proprcsa tornicr om^ 
& des Vcrjers.' 

z*' Pour conferver unebele efpecede flciir. *) q^\q^ tknt ordin* "*^° * 
3» Pour pcrpecucr des fruics de bone qualicc* j 

On grefe 3 fortes de parties des Plantes. j;>5 

i^ Un Rameau ou Surjon Surculus j come dans les g 

en aproche , en fente & en courone ; pgtit 

Un Bourjon Gemma, qui n eft qu'une branche cr f 



an 



• - »* 



come cians les grefes en eculTon & en flute ; ^^urs, 

30 Un Bouton ou un ceil Qculus , qui ne done que dc 
come dans les grefes en ecuilon & en flute ; , . £jue 

. 40 Des Racines (ur des Racines , & 11 eft probaD_ 
la grefe des Branches fur des Racines rculTircit ^^f^f"' tijc 
Les grefes qu'on defline a fliire des Arbres de ^^^^^^^ 

pour d«s avenues ou pour des fruits de plcin-veat, 



71? 



qu 



cote torment r^remant de beles tijes. Un pretere celes qui 
font les mieux nouries a ccorce plus unie , & luifante. Si 
I'on grefe.des branches , Pline & les Anciens confeillent de 
JaifTer a ces branches i pouce du bois de 2 ans, & 2 a 5 
du boisde I'anee avec i ou 2 bourjons. Les modernesprefcri- 
vent la meme chofe , mais de leur laifler 4 bourjons; iiir-tout 
les plus gros qui font au milieu ouvers Textremitedc la branche. 
rour faire des deml-vent , ou des Arbuftes en eventail 
ou en entonoir, la branche doit etre longue de 4 a 5 pou- 




ces, &grefee dans une fituation renverfee, felon Pline, afia 
''ue les branches s'etendent en larjeur , & non en hauteur, 
es modernes ne leur lalffent que 3 bourjons. 
Pour faire des Arbres nains a fruit , oil choifit des bran- 
ches a fruit fur des Arbres qui ont deja porte du fruit plu- 
tot que fur des Arbres trop jeunes , dout la plupart des 
branches font trop grofTes & gourmandes , & ne fe metent 
que raremant ou trop tard a fruit. Les branches a fruit font 
comunement plus foibles ou plus menues que les autres : on 
prefere^ celes dont les boutons font plus feres. Les boutons 
du milieu & du bout de la branche font les plus gros , & 
re donent que du bois ; ceux du has de la branche font plus 
petits , & donent du fruit ; ce font ceux qu'on prefere ; 
on n'en laiffe que a. A Tegard des Pechers c'eft le contrere^ 
on prefere les boutons plus eleves , parce que les plus 
bas ne produifent rien. 

Lorfqu'on grefe des branches, on proportxone leur groC- 
feur & ce!e de leur ecorce a cele du fujet, donant les plus 
grofTes aux 'plus gros fujets ; & lorfque le fujet eft fort 
menu , on choifit une grefe auffi grolTe que lui ; & alors 
dans la grefe en fante la moelle du bois & I'ecorce de la 
;rcfe repondent a celes du fujet : cete pratike reuffit pour 
es Poiriers & Pomlers ; & c'efl ainfi que les Genois ere- 
lent, les Jafmins d'Efpagne. - - ^ 

On a remarque que les branches qu'on defline a la grefe ; 

en fente en courone'ou en ecufTon , s'unifTcnt mieux m 

ujet, lorfqu^on les a gardes pendant 15 ^ 20 jours, que 

lorfou on les^ tire im^diatemant de I'Arbre pour les sreter 
aulh-tot loit qu'alors ils fe font refTui^s d'une umi- 



due luperflue , fo,t qu'cles pompent plus avidemant la 
leve du fujet : qiiand on veut grefer dans le mois d'AoCit 
on lepare de 1 Arbre les branches de I'an.^e dcftin<:-es aux 
gretcs on en tronke rextrcmite , & on coupe fur Ic 
fh«np les femiles au mUleude ia queue . afin cue ces oar- 



2 J» 






ties qui tranfpirent Beaucoup ne leuf enlevent pas leur fevc'; 

auffi-tot aprls on les envelope d'Erbe verte , ou d'lin linge 
umide. Pour les conferver fans qu'eles fe delTechcnt trop, 
on les lie en bottes qu'on enterre par le bas de 2 pouces 
environ , ou qu'on recouvre enticremant de terre ou de iable 
fee ; ou bien on entoure le bas de glalfe , & le haut de moufle 
qu'on ume6le legerement ; ou bien on les tient dans des vafes 
bas & pleins d'eau qu'on renouvele tous les 8 jours ; mais 
3 fuffit de les tenir dans un lieu frais , a Fombre , & aere 
cntre deux couches de moufle lejerement ume6tee , dont on 
re les tire qu'au momant ou Ton veut grefer. Lorlqu'on veut 
tranfporter au loin ces branches , Pline confeille d'en en- 
foncer le bas dans une racine charnue , telle que cele de la 
Rave 5 du Navet Scfemblables ; d'autres les confervent dans une 
Pome ouun Conconbre, les envelopant dans dela moufle umi- 
de ; d'autresles plonjent dansun pot plein de miel. Avant d'e- 



Ckoix des 



cuflbne 
quelquefo 



iTuTent 



Ckoixdcs Les fujets deftines a faire des Arbres vigoureuxde longuc 
•»J«w» duree ou de tije pour des avenues ou pour des vergers depleii^ 

vent, doiventetre grefes a 9 ou 10 pouces au-delTusdetere. 
Les fujets qu'on veut avoir nains , s'ecuflbnent a 5 ou 6 
pouces au-defliis de tere. On ne grefe jamais plus bas , afo 
que les grefes ne foient pas recouvertes de tere, ce cfxi 
leur feroit pouffer des racines come il arive au bouriet des 



boutures, & ces racines font perir celes da fauvajon 



dans 



anees 



feches , k mpins qu'on ne les enfonce en tere ; pour lors 
Cn n'a plus une grefe , mais une vraie bouture qui ne tien- 
dra plus de la qualite naine du fujet fur lequel on I'avoit 

J;ref6e , parce que lorfqu'il i a 2 plans de racines , le pl^ 
up^rieur s'aproprie tous les fucs. 

Xes Arbres fruitiers qui pouflent avec trop de vigueur 
donent pen de fruit , & lorfqu'on veut qu'ils en done^t 
beaucoup, on diminue leur force & I'abondance de k^ 
feye. Pour cela on les grefe fur des Arbres nains , foit qu'''* 
foient de la meme efpece come le Pomier fur le Pomier Pa- 
radis , foit qu'ils foient d'efpeces diferentes come le Poiner 
fur le Coignier , ou fur le Neflier , ou fur I'Aubepine , o\i 
le Cormier ou I'Alifier, qui font plus nains que le Corner 
fauvaje , & qui fe metent plus aifemant a fruit. Ce ^eroit 
hnQ decouverte utile en jardinaje que de trouver dans \'si' 
pece des Poiriers un fujct qui fut aulTi nain que I'eft le P^' 

radis dans Tefpece des Pomlers nnnr avoir nromptemaflt 






& bcaucoup <3e teaux fruits : TAublpme aproche plus de ce 

point que le Colgnier, etant plus nain; mais ele ne fe plait 
pas dans les tereins fees ; la Poire de livre , & la virgouleufe 
gretees fur ele font un joll demi-vent. 

On fait encor des nalns de ti]e en les femant de grenes," 
en leur coupant une portion des lobes, en les afoiblilTant , 
en les tailladant fouvant , en les tranfplantant la racinc ea 



branched 



au-deflus 



exem^ 



pie , ou de Coinier entr un fujet & une grefe de Pomer. 
Pour que la grefe reuffiiTe & s'unifTe au futet 



Qu u 1 ait entre Tun & Tautre une 



[•peeiki 



nombre de raports dont les plus eflentiels font ; * ^ Snjet, 

i** Que tous a foient au moins de la meme Famaie , & 
fouvent de m6me Genre , d'Efpeces tr^s-voifines , ou des 
Vanetes de meme efpece ; qu'il i alt une refTemblance fufi- 
lante entre le grain de leur bols, leur pefanteur relative , 
leur durete , leur force , leur facilke a fe nlier ou i caff^ 



net 



aiteux 



iineux , occ;«ntre leurs baveurs & Odeurs , infipldes , douces, 
luaves , acides , acres , cauftikes , am^res , aromat5kes , f^tides » 
&c c eft pourcela que les Plantes fuivantes reuffiftffem, favoin 
f Le Biearotier qui , ecuflbne au Prlntems fur le Merifier 
done au bout de 1 5 jours une branche longue de < a 6 pott- 
ces ; ce qui prouve leur intime raport. 

Le Prunier Reine-Claude fur Amandier , & rdciproque* 
ip^t ; mais ils durent peu , & meurent fouvent ^ 

Le Prunier Reine-Claude fur le Pccher de Noiau qui ne 
Qure pas long -terns. ^ 

Le Prunier Reine-Claude fur le Prunier de Damas ' 



>. 



le Pccher fur Amandier. 

Prunier. 

Le Poirier fur Coinier ; n 

NefHer. 

, ^ Aub^pine. 

te Nefller , id. 



en 




wit 



jets , le plus p 

cond, mais q 
Le Pavia f; 



qui eft le plus nain des fit- 



1^ i^avia fur le Maronier d'lnde. 

t " O n^l.^ ^^^" ^''''^^' ^°'^^"* ^e meme nature. 

U maturation 'a"^] ^^ ^T ^'^^ ' ^^ ^^"^ ^''^'^^<^^ & **« 

H nwturauon d% leuxj fruits foient le* mcmes. C'eft Iknn 



y 



.•^ 



f 



■^ 



4, 



n_ 



« 



*, 



dans 



doute pour celafeul que le Prumer ne reuflit pas furrAman- 

dier; celui-ci etant plus hatif, fournit a la grefe de Prumer 
plus de fucs qu'ele n'en peut pomper & tranfpirer , de-la 
nait un depot de Goine qui s'i amaffe & qui la fait perir. 
Reciproquemant 5 rAmandier grefe fur Prunier, perit par 
la raifon contraire ; parce qu'etant plus hatif & plus gourmand 
de fucs , il afame le Prunier. 

C'eft encore la diferance du terns de la poulTe qui em- 
peche le Cerifier de reuflir fur le Laurier-Cerife , quoiqu'ils 

foient de meme Genre. 

^^ Que la vegetation foit a-peu-pres egale en vigueur 
le fujet & la grefe. 

Le Saule pouffe plus en i an , que le Buis en 7 ^ ^* . 

Le Poirier confome plus de feye que le Coinier , qtu 
r'eft qu*une efpece de Poire velue , ne lui en peut foumir. 

Le Pomier eft de meme , h I'egard du Pomier- Paradis; 
c*eft pour cela que ces grefes epuiient leur fujet qui pcriuent 
en peu d'anees , amoins qu'ils ne foient plantes dans unte- 
rein frais & umide , & qu on ne diminue la confomation de 
la ieve en taillant la grefe alTez court. 

5 ° Que la grandeur loit a-peu-pres la menrie , ou au moi"^ 
proportionee dans la grefe & le fujet ^ de-la depend leur 
duree autant que de leur egallte dans la force de la vegetation. 

Le Coiriier , qui eft un Arbre nain , vit tres-long-ter'^* 
dans les tereins fees ; mais lorfqu'on grefe fur lui le roinef 
qui eft un grand Arbre , il fubfifte peu d'anees ; au lieu q^^^ 
ce meme Poirier grefe fur fon Sauvajon qui eft ^^ ^^^^^ 
plus grand que le Coinier dure tres-long-tcms. 

On a remarke que la plupart des Arbres grefes, ^^^. 
fur leur efpece , nedurent pas aufli long-terns que ^^^^T 

ne Tout pas ete. Neanmoins il i en a qui fubfiftent p 
long-tems grefes , que lorfqu'ils ne le font pas; c'eft ^^ T^ 

CertainP^ Crrpfp*; pnlirrnpPQ f\^r rlp<; -filiPtc fnililpS reflltent P 



' certaines grefes apliquees fur des fujets foibles re ,, . 
long-terns que fur des fujets plus vigoureux ; mais cela "^P\ 
moins duraport reciproque de la grefe & du fujet, <^^ 
caufes particulieres. 



aoiir- 



Le Pccher eft fort delicat , & poufle plus de brins ^ ^^ 
mans qu'il n'en peut nourir; de-la il arive qu'en nos ci 
> ceux qui font en plcin vent font remplis de bois inort - ' 

'^ pour cela qu'on les met en Efpalier , & qu'on ne leur ^^ 

,debols que ce qu'ils pcuvent en nourir. Le ^^^^"^^^ ^uparr 
plus grand Arbre que le Pccher, & ne P'^^^^. ^^el^ 

ches que ce qu'il en peut nourir ; c'eft pour cela q^ ^ 
jPecher grefe fur Prunier i conferye tout (on bois : ^^^^ 



J 



\ 



i 

i 



1 



ra?fofl contralre , le Prunlet Rci^e-Clawde grefe fur un Pe- 
cher de noiau feme dans une tere gruff^ ^ done peu de bois, 
& beaucoup de bon fruit. 

Ce font les autres diferances d*atialogte qui etnpecKent 
la reufTite de ces grefes extraordinaires que V'oti crolt pofll- 
blcs , & devoir prcduire des fruits finguliers ^ lur la foi des 
Livres d^agriculture ; tellcs font les fuivantes, 
' LePolrierfur Prunier , Chene , Charme , Orme, Erable, Sec, 
- Le Pccher fur Noier , Saule, &c.^^ 
^ Le Murier fur Coinier , Orme, Figler, &:c. 

La Vigne fur Noier , Cerifier, & nom^re d'autres de CQtte 
nature , quivivent qudkeibis 2 a 3 ans, fic'^erifrenteniuitef 

Lorfque les gretes pouffent avec force ,\& aquierent en Som dcs 

e anee ^ a a me^ de loncmpvir . fir nn'pW frtn^- />TinriAac Gtefcs 



une anee 3 

de larjes feuilles , ele 

la pluie, a fe decole 

4 ^ M ^B 



longueur , & qu'eles 
mt fujetes ^u moindr^ 



xa ^jxuic J a It; uc*.uit;i uu lu^cL iiu^^u'^ii ^ics TIC \i^ent gj^^pur 
une couche ligneufe qui n'a pas «ncote aquisr.^%.*:!coup de 
folidite : pour prevenir cot accident , ovi -li«^fouticnt avec 
des echalas ou des baguetes, ou bien en laiffant au Savivujou* 
unlohg chicctquifertde tuteurjauquel on les lie avec du Jonc^ 

Les Suj^ts pouflent fouvant des Jets qu*on retranche lori-- 
que cesSujet$ font foibles, ou dont on laifTe i ou 2 pour confo^. 
mer one parue de la Seve , lorfqu'ils font trop vigoureux. 

Pour les garantir des Chenilles qui roment Jeurs feuilles ; 
& des Fournils qui les endomajent en lugant la Seve qut 
coule autour de lent pVale , il faut entourer la tije du fujet 
pres de tere avcc du vieux oin, on avec une ceinture larje 
de quatre doigts , ou de cOtde de crin ou de laine imbibee 
d'ulle, ou repandre au pied de la fiure debois , ou de la fuSe 
de cheminee. On fe dcbar^ffe encore des Foutmis en atacbant 
au Sujet des bouteilles pleines dc miel oud'eau mlilee ; lorf- 
que les Fourmisi font entrees , onlestait mourlrcn txempant 
dans Teau chaude ces bouteilies qu'on remet de nouveau fur 
TArbre, 

La Grefe par aprocbe eft la plus certalne de toutes ks C/'7> pat 
gretes , parce que la branche gri^fee , tenant encore a fon aproAJ 
p:-^ , en tire toujours de la nourimre jufqu a ce que fon union 
;ivec le fujet foit parfalte. 

Elle a encore un avantaje fur les autres , en ce quon Gufc. 
pent grefer par^lk de plus groffes branches, & avoir en moiJis de 
terns des Arbres plus grqs. On ne la met eu^re en ufaie 
^e pour multiplier des Arbres rares , cultives en pot ou en * 

pfi' T'''' P^""^ %cilemant aprocher du fujet. 

*Jie oe k Pratinue que p^ad'^Tlt la Sqyo, & particulicre- Tcms. 



>^ 



/ 



c c 



7^ 

, ^ mant au Pnntems, avant que les toui^ons folent ouvertk^ 

/Jpcration. ii i a 4 hqons de grefer par aproche , favoir i 

. f" En cnfourchcmanr, 

% En entaille. 

3 En ccuflon. 

4 En bcc de flute. 

Infourchc' L'EnrourcKemant ell la maniere la plus fimple & !a pluf 
paaau ufit^e. Ele confifte a couper le tronc du Sujet , a le tailler 

en forme de coin , & a fendre de bas en haut la grefe 9 
c, a d. la tije de I'Arbre cju'on veut multiplier, de fagon que 
les a lev res de fa fente resolvent exaflemant le coin du 
Sujet , & que I'entre-i de leur bois & de leur ecorce coin- 
cide. Quand la grcfe 5 qu'on veut multiplier ainfi , a de la 
ilifpofition a prendre de bouture , on peut la feparer de fon 
AiL-e.,^ en iicher le bas en tere , & en grefer le haut fui* le 
Sujet ; pourl^rs , ele preml des racines en bas pendant qu ele 
s'unit au Sujet ; on fi ele ne prend pas de racines , ele tire 
de la tere aflez de fubftance pour falre reprendre la grefe 
plus facUemant avant qu*ele fe defleche. 

|;italllc, La 2« maniere , prefqu'aufTi ufitee , confifte a eteter le 

Sujet , en le coupant orizontalemant , & a creufer fur Tangle 
de cete coupe , jufqu'au centre de la tije , & non au-dela , 
une entaille triangulaire dans laquele on fait entrer le cote 
d'une branche dela grefe taillde en coin faillant, de maniere 
qu'il la remplilTe exa6temant , & qbe Tentre-a de leur ecorce 
& de leur bois coincident. On les aflujetit avec un lien , & 
on coupe le deflbus de la grefe apres fa reunion, 

Au lieu de faire Tentaille dans le Sujet , on la fait quelketois 
<Jans la grefe, de maniere que la partie fup^rieure decete entaille 
ipit coupee orizontalemant , &que Tinferieure lefoit oblique- 
mant , pour recevoir la tije du Sujet tronkce en bee ^ 
flute ; les Anglois apelent cete maniere Shoulder - Gr^" 



tcuffoa; 



la 3*^ maniere , qui n'cft plus en ufaje , & qu*on empl<>^o*^ 
pour la Vigne du terns de Pline qui Tapeloit Ahld^^t^^ j 
confifte a enlever un dcuffbn d'ecorce & de bois de * 
branches d'Arbres voifms, & a apliquer exailemant l^^ 
^ fur Tautre ces plaies qui doivent ctre 6gales , de maniere 
que I'entre-i de leurs ecorces coincident. Lorfque la g^^ 
a repris , fi Ton en coupe le ironc , le Sujet nourira ^ ^^ 
difcrantes fur une feule tije. . ■ 

Eabcc dc La 4* maniere apelee en bee de flute ou ea de PJ^^J 

«^^^- . ff^hip- Gracing par ks Andgis , cqnAft^ 4 ^Q^?^^ ^ "^ 



i 



^ 77 

^ a 1 aDlimier exafl:emant con-. 



un 



etant faite on a une tete a z troncs & a racines, Cete 
maniere de grefer par aproche , n'eftpas plus ea ufaje 

3ue la 3*, a caufe de la dificulte qu'il i a dan* Tune & 
ans I'autre de couper les % plaies d^une grandeur aflez 



^gale. 



r/ziio in fijjura , ne s*execute que Grlfi 



/ 



lotfque recorcetient beaucoup aubois, come avant ou apres/i^^^ 
la feve , mais fur-tout avant , dans les mois de Jaiivier ou de Xems. 
Fovrler en Europe* EUe eft peu en ufage. 

On la pratique fur des Arbres de toute groffeut , depuis ^^J*^"^* 
I pouce^ jufqu'a i pi6 de diametrc ^ & particuUeremant fur 
ceux a pfpins , come Pomiers , Poirlers^ Ncfliers , &c. 
. La grefe efl une branche courte , troakee par les % extre- Gccfc< 
xnites , & fur laquelle on ne lailfe que x k 4 bourjons, Oa 
rejete toutes celes dont T^corce fe d^tache du bois. 

On grefe en feme de 3 manieres ; 

1^ En fence proprcmant Jitc« 
X En enfourclKH^aot. 

De ces 3 mameres , la t^f* eft la plus ufitee ; mais la 
mellleure eft cele qui fatigue molns le Sujet , come eft cele 
en fill on, 

Dans la grefe eh fente \ on aplique la grefe ou a la ^OpScataoa, 

naiflance des branches ou au haut de la tije , ou plus co-* 
mun^mant au has de la tije qu*on fie pres de tere ^ dans 
un endroit ou il n'i a point de noeuds ; on pare & unit cete 
coupe avec un couteau tranchant ; enfuite on fend cete tij 
^e longueur avec une ferpe, fi TArbre eft rfienu ; mats s'il 
eft gros, on force la fente avec un coin emmanche qu'on 
enfonce a coups de maillet. La fcnte etant falte , fi Ton i 
aper^oit des nlamans de bois , on les coupe avec la fer-« 
pete , & on pare fur les bords les bavures de Tecorce , afia 



que la grefe s'i uniiTe mieux. 



Aux Sujets fnmces , de 1 pouce environ , o» ne place <\m^ 
I gr^fe, taillee en bas au-delTous des bourjons en forms 
de coin , qui confer\'e fon dcorce des a cotes lorfqu'ele eft 
auffi grofle que Ic Sujet ^ enlaiffant a petk2s retrakes au- ^ ^ 

defflis de la tete du coin : & lorfqu'ele n*cft pas aufli groife 
que le Sujet, Sc qiiele%i'en remplic pas exafteoient to^te 
■a feate ^ ou qu'il n'en pent pas recevoir a , on le coupe 

obliquemant W l?e«; d« flute du coie opofe a la grefe , afia 

ccij 



/ 



que la plale fe ferme p^utot ; alors on ne lalffe de T^corce 
qu*a un des cotes du coin , & on amenuife & rend tranchant 
Taiitre cote , qui doit entrer vers le coeur du Sujet. 
: Aux Sujets moiens de a pouces environ, on en place i 
opofeesaux extremites de la {cnte, tailldes come la prece- 
dante , n'aiant de Tecorce qu'a un des cotes du coin, ^ 

Aux Sujets gros de 3 a 4 pouces & au-delTus , il eft ne- 
cefTaire de faire 2 fentes en croix , & d'i metre 4 g^^tes . 
afin que W plale fe ferme plus facilemant ; mais ils reuiW- 
fent moins bien que les petits- ^ - 

Pour placer la grefe dans un fujet menu , on ecarte a 
fente avec la polnte de la ferpete ; & Ton i enfonce la 
grefe , dont I'ecorce doit coincider avec la dene , de ma- 
niere qu'ele folt exterieurement a fon niveau , en fupoiant 
qu'on I'ait choifi d'une epaiffeur egalea la fiene^; celafait, 
on foutlent la fente avec un lien d'ofier fendu en ^ 3 7^ ^" 
recouvre la plaie avec un melanje de cire & de tereben* 
tine. Si le Su)et eft gros , on entrouvre fa fente avec un coin, 
& roniintroduit les grefes , de maniere que I'entte-aeux ^ 
leur ecorce & du bois corefponde a Tentre-deux de I'ecorce 
du bois du fujet ; alors on retire le coin , & fi Ton craint que ie 
Sujet par fon relTort ne reflere trop les grefes , on le lai* 
"poMT diminuer la trop grande prellion : enfin on recouvre 
fente verticale du Sujet avec un copeau de bois, & ^^^ 
de la coupe avec un melanje d'argile & de bouze de Va- 
che dont on forme une poupee qu'on affuietit avec des ctra- 



peaux ou du vieux J 
dinaire par Teau qu 



Infourch 



pas menajee , 
mant. 



ae- 



«3anc. 



ou qu'on ne la pas recouverte aUei e^^ 

La a* maniere de grefer en fente ^ fe nome Enfourc ^ 
-mant , lorfqu'au lieu de tailler la grefe en coin , ^ el 
i'extremite du Sujet qu'on done cete forme; dans ^^^.^! 
c'eft la grefe qu'on fend , & qui revolt Textrcmite du J>")^ 
il faut que tons 2 fpient de meme groffeur , pour que 1 en^^ 
deux de leur ecorce & du bois coincident. ^ . i^ 

In Sil!on# La 3* maniere de grefer en fente , confifte a faire 1^^ 



Crift en 

£ouronc» 
Terns, 



ijii 



aill^ 
neft 



tije du Sujet un fillon dans lequel on infere une grefe t 

obliqucmant en coin. 
La grefe en couroi 

pas beaucoup en ufaj„ 

Elle ne fe pratique que dans le ferns de U pleine s^vc- ^ 
On la fait principalemant fur de tX€S-gro5 Arbres ^ 

pie de diajnetre Sc au-dtiTus. 



f 



\ 



'V^ 



On taiUcIe Bas cles gtefes ccime le tout 3*un'"curedant, Grefcj 

I confervant un peu de bois & d'ecorce , & aiant atentio^ 

e lecorce ne fe detacKe pas du bois j come il artve qiielker 

fois dans le terns meme qu'on les met en place ; & dans 

•ce cas il faut ]es rejeter, ^ '^-. 

Pour operer cete grefe, on fie la tije du iujet pres delete Opecatiojw 
come pour la grefe en fente ; eniuite , avec un petit coin 
^e bois dur , taille en demi canal , ou come le gros bout ^ 

d'un curedant, on detache Tecorce du bois fans I'enlever 
& fans la feparer ailleurs que dans les endroits oil on veut 
placer les grefes, c. a d. a des diftances de 3 en 3 pouces» 
Cela fait, on infmue les grefes entre Tecorce & le bois, 
a la place du petit coin , tout autour de I'Arbre , au noni- ' 
bre de 8 a 11 , ou meme davantaje : quelkefois on eft 
oblije de fendre Tecorce en long avec la ferpete pour les , 

introduire. La plaie fe recouvre en poupee come a la grefe 
en fente. 

Lorfqu'on aplique cete grefe fur des jeunes fujets , fans 
en ^ rctrancher entieremant toutes ]cs branches , on en fend 
Tecorce en forme de T qu'on detache du bois pour inferer 
entre 2 la grefe taillee come ci-deifus ; on raflujetit en liant 
Tccorce avec un fil de laine. - ; 

• La reuffite de cete grefe depand de Taplication exafle de 
la face interne du bois, & fur-tout des bords de I'ecorce 
de la grefe fur le bois du fujet ; car ce n'eft pas le bois de 
la grefe qui s'unit au bois du fujet , & il paroit qu'on n*i 



en laiiTe dans cete operation que pour lui lers^ir de foutien , 



ou pour empecher qu'on n'erafle cu'nn n egratigne & ecorche 
fon ecorce en Tinferant dans le fujet ; on feroit fans doute 
mieux d'enlever tout le bois de la partie inferieure de la 
grefe taillee en curedant , puifque c'eft I'ecorce feale qai 
fait fon union avec le bois du mjet iorfqu'eie le touche ime- 
diatemant. ' - . 

Ces grefes pouffent ordineremant avec une force furpre- 
nante des jets qu'il faut alTujetir. 

La grefe en ecuflbn ou a emportc-piece apelee par Pluie ^^^J- ^* 
& les ^nciens EmpLz/lrauo c. a d. grefe en empiatre, eft la «^"/<"'- 
plus ufitee aujourd'iun , & on la prefere a toutes les autres 
dans les p6piniercs , pour les raifons fuivantes. 

I EUe fe fait dans une faifon plus agreable ; elle eft 
plus^ficile , plus courte , & plus sure. 

^o }f a'^^^ ^. P^*^^^^ davantaje, & prend plus de vigeur* 
3 11 eft moins endomaje . & la plaie fe recouvre plus 

fccilemaut. - . ^ *^ 

w HI 



'\ 



( lU . 



/ 



»d 



SI recuflToil vient a manqnfi 



& on peutTccuflbner de nouveau ; avantaje qu'on n'a pas dans 
la grefe en fente, en coiirone ou en flute , oil on etcte le fujet 



avant que de le grefer 
Tcftis. EUe n*eft pradkable que dans le terns de la seve , c. 



a 



tant que Tecorce peut fe detacher du bois ; mais quoique U 
seve dure en Europe depuis le mois de Mars julqu'en Sep- 

:tembre ^ on n'ecuflone qu'au Printems & en Autone. On 
choifit le matin ou le foir pour eviter le deffechemant des 

'ifecuffons; & toujours par un beau terns ; car ils font fujets* 
a perir lorfqu'ils ont ete mouilles. 
L'ecuiTonemant du Printems s'apele a oeil pouffant ou 3 

-la pouffe , parce que le bourjon ou ceil de recuflbn s'ouvre 
iur le champ 5 & fournit une branche ou une fleur. On Texe- 
cute au i^' momant oil le fujet comence a entrer en seve, 

•ce qu'on reconoit lorfque fon ecorce fe detache du bois, 

.cu lorfqu'en la fendant on en voit fuinter la seve;quand le 
terns eft fee, ces indices ne r^pondent pas toujours, mais 
ils ne manquent pas de fe montrer quelques jours apres quil 
a tombe de I'eau. II i a un inconveniant a atendre le decHn 
de la seve du Printems, c. a d. le mois de Juin pour ecuf- 
foner; car alors la branche erbacee que produit recuflbn, ti^ 
pas le terns de devenir ligneufe avant^ Fiver : lorfqu'on re- 
volt des grefes dans une faifon audi tardive, il fautlesecuf- 
foner fur des branches gourmandes qui les hatent, & i^* 

enveloper de mouffe pendant fiver pour les preferver de la 
gelee. 

^ Pour les fruits a noiau il eft dangereux que les Arbres 
aient trop de feve, c'eft pour cela quon ks ecuffone co- 
munemant vers la fin de Juin qui eft le terns du folihce ac 

L'ecuflbnemant de TAutone sVpele a ce3 d'ormant , pa^c^ 
que le bourjon ou le bouton refte ferme pendant tout rlvei;, 
tc ne s ouvre qu'au Printems fulyant ; il s'execute 
15 Aout & le 15 Septembre. 

Les grefes , dans tel terns que Ton ^cufTone , dolvent etrc 
levees de defius les branches de la dcrniere poulTe, avatit 
que les bourjons s'ouvrent, Elles confiftent en un morceai? 
d ecorfe a peu-pres triangulere qui porte un bouton. P<?^ 
lever ce morceau d ecorce de delfus la jeune branche, ^^ 



entre 



Ifi 



icwi 



I 



pomtu d un curedant qu'on infere au-deftbus de i'ecorce CSK 
nee, oa la d-tache du bois avec fon bourjon* 



\ 



"^^en Autone, parce que les petices branches des grefes 
^ui ont cte d^tacWes cles Arbres- depuis plufieurs mois pour 
'es conferver, come il a ctd dit ci-delTus p. jt , jusk'au mo- 
nient de grefer , n'ont pas ordineremant beaucoup de feve- 
J;;^ans ce cas , on emploie. upe autre metode : on enleve 
lur la branche de la grefe un copeau qui la penkre a j de 
Ion epaiiTeur; enfuite tenant d'une main ce copeau par foit 
fcourjon , on detache avec la pointe du grefoir tout le bois 
^'il eft poflible d'enlever de delTus Tecorce qui doit en 
etre blen netoiee & bien unle ; cepandant lorske les grefeS 
ont peu de s^ve il vaut mieux laiffer dans leur interieur un 

qui elt le 
tel terns qu'on ecuflbne , on ne leve les ecuffons 



germ( 
En 



qu'au momant oil Ton veut grefer , afin qu'ils n'aient pas le 
terns d.e fe defTecher a I'air. 

Le iujet fur lequel on ecuflbne doit etre jeune de i a 2 
ans au plus , & a ecorce mince, luifante & bien unle ; la 
grefe reulnt mal lorfqu'il a Tecorce trop cpaifle. C eft pour 
cela qu'on n'ecufibne jamais fur le bois de 2 ans , mais feu- 
lemant fur celui de I'anee. L'Amandier eft fouvant affez fort 
pour etre ecuflbne des I'anee meme qu'on Ta feme. 
_ On retranche au fujet pendant Tiver toutes les branches fu- 
perf]ues;car ft Ton faifoit ce retranchemant quelkes jours 
avant Tecuflbnemant , il perdroit fa feve , & par-la fon dcorce 
ferolt aderante au bois. 

II 13 2 manieres de falre cete grefe, qui ne diferent que 

ar le lieu ou on la place fur le fujet , ou par le choix qu on 

ait dun bourjon ou d'un bouton. Lorfqu on place recuflbn 

entre 2 bourjons , cela s*apele ftmplemant ecuffoner ; lorlqu'on 

la place dans le bourjon, meme cela s'apele inoculcn 

Pour ecuffoner , on fait a \ pie ou i pid au-deffus de 
terre , ftir Tecorce du tronc du fujet entre 2 bourjons , une 
mcifton en forme de T ou en X , ou meme en quarc long , 




que 

avec Tongle ou avec le manche'du grefoir 



foulevc 



^ • ^ ?w «■ ^ — ft.w.v/,i cete ecorce, 

on insere 1 ecuflbn entr'ele & le bois de manl^re , que fon 

}n ailujetit le 



.ml 



filaffi 



fit 



de iaine qui fe prete \ fon gonflemant. Pour les prefener de 

la pluxe ec du defftghewwit par I'ardeur du foleil , oa les 



Sujcr:^ 



Opetatloa 



"^ 



Ecuffoncc,' 



\, 



CC IV 



€i 



^■ecouvre d'un cornet ie papier qu'on 6te des qu'ils ont 

pouffe. . " 

Dans recuflbnemant du Printems a la poufle, des que 

4a grefe eft faite, on etete fur le champ |e fujet a i ou 2 

pouces.au-deffus de Fecuffon ; mais il yaut nileux ne I'eteter 

que 8 jours apres , pour la laifler circuler la feve & faci- 

Yiter par-la luniori de la grefe qui fe fait presk^auffitot au 

iujet , & qui produit bientot apres une branche. Dans I'e- 

V ^ufTonemant d'Autone a ceil dormant, on n'etete le fujet 

qu'apres I'lver , afin que Tecuffon ne poufTe pas avant cete 

iaifon un fujet tendre & erbace qui pcriroit par le froid ou 
les gslees. 

jljioculcr. . L'jnoculation de la grefe en ecufTon n'cft guere ufitce au- 

jourd'hui. On la pratikoit du terns de Pline qui I'apeloit ino-- 
culatlo \ parce qu'oa plaijoit recuiTori dans le bourjon meme 
qu on fendoit en 2 : on preferoi; fouvant un oeil , c. a d. 
un bouton a fleurs pour y inferer cete grefe ; mais on n i 
» gagnoit ^pas daVantage que dans Toperation moderne'qu'on 

a'preferee pour de bones raifons. On grefoit encor plus fou- 
vant des ieux ou boutons a fleurs pour avoir du fruit dans la 
faifpn meme oil Ton avoit grefe , ce qui etoit toujours une 
yraie inoculation. Cete metodeefttres pratica^le, a Tegard 
du P^cher, de I'Amandier, duPrunier, du Cerifier , duPo- 
mier , & autres Arbres fruitlers qui fleuriffent avant le dc- 



emant 



con- 



lerver des unes & des autres fur chake ecuffon ; mais il faut 
obfeiver que les boutons a fi-uit ne reuffilTcnt pas, & 
tombent lorfqu'ils ne font pas acomnagnes d un bourjon a 



bois & a feuilles. 



Crcfc en . La 
fiute. ufate. 



Fijlula^ n'eft guere 



Tcms. , 9" ^^ '^ pratike que dans le tems de la feve oii recorfe 

' n'eft pas aderante au bois. 

Sujet. Le fujet dolt etre jeune , & de 2 ou 3 ans auplus, & ori 

ne le grefe que fur la pouffe de I'ance. 
Ciefc. On choifit pour grefe une branche de I'anee de meine 

, grofieur q„o le fujet qu'on veut grcfer , on la fcpare nete- 
Jiant de I'Arbre par une fe^ion tranfverfale , & apres avoir 

fait a environ i pouce de fon extremite coupee une incifion 

Circulaire avec la ferpete , on en enlevc , en la tordant le- 

g^rernant, un petit tuiau d'ecorce garni d'un bouton feule- 
In^nt. 

Operation. - On coupe orifontalemant la tire du furet fur la poaflb 



\ 



•>A 



^ 

^ 



Vigneufe de Tanee , & on enleve a fon extremlte ufl aneaii ou 

un tuiau d'ecorce d'environ i pouce de longueur ; ou bien , 
ce qui revient au meme , on fend fon ecorce en a ou 3 la^ 
nieres. On met a la place du tuiau d'ecftrce enleve au fujet^ 
celus de la grefe qui doit s'apliker exaftemant fur le bois ; 



mais il n'eft pas toujours facil de trouver une branche de 
meme grofleur que le fujet ; voici come on i remedle. Si 



raneau cortical de la grefe eft trop ^rand ppur s'apllker 
exa^emant au bois du fiijet , on le fend a Topofe du bourjon, 
& on retranche Texcedent de Tccorfe. Si Taneau eft troj> 
pefit, on enleve un petit copeau du bois du fujet fans le 
ratlffer , &: on place le bougon de la grefe du cote ou on 
n'a pas diminuele bois. Si au lieu d'un tuiau d'ecorce, on a 
fendu cele du fujet en lanlere , on recouvre la grefe avec ces 
lanieres , & on met par-deffus tout un melanje de cire & de 
terebamine. Le bouton de la grefe ne tarde pas a fournlr une 



branche." 



13. Germination des Planus^ 



Parmi les graines qui levent, il i en a qui demandent a 
6tre femees prefqu*aufli-t6t qu'eles font mures ; teles font 
celes du Cafe ; d'autres confervent leur faculte germmative 
jufqu'a 30 & meme 40 ans, teles font la plupart -des Lcgu- 
mineufes , fur-tout la Sanfitive. 

Il paroit que les graines fe confervent tres-long-tems en- 
fonccs dans la terre a de grandes profondeurs , car on a 
remarque que des teralns , ou , de memoire d'home , on n'a- 
voit jamais vu de moutarde , en fiirent tout converts lorf- 
qu^on eut creufe de grands trous. Ce feroit fans doute un 
moien de falre reparoitre certaines cfpeces de Plantes que 
nous regardons come perdues, ou meme qui ne font ja- 
mais venues a la conoiflance des Botaniftes , & qui , faute 
de cete atention » ppuroient paroitre dues a une creation 

nouvele. 

Les Grenes cnfouies a ces grandes profondeurs font fans 
doute dans le cas de celles qui ne levent pas , ou qui levent 
tres-rareniant oii tres-dificilemant dans le vuide f faute d'uni^ 
tjuantite fufifante d'air : les experiitnces nous aprerient qu'il 
i en a qui en exijent une plus grande quantite que d'autres ; 
carle Pourpicr qui ne leve qu'apresla Laitue , a Tair libre,. 
leve avant ele dans le vuide, & routes 2 meurent ou ne pro- 
fitem pas , pendant que le CreiTon i vegete ; enfin elles meu- 
rent toutes , les unes plutot , les autres plus tard , foit qu*on. 

1^5 Uiffe dans k vuide , foit qu'on leur rende couiunicatioq 



L 



S4 - 

avec l*air \ihte : le CerfeuU & le Pourplet tte levent point] 

A regard de Tefpace de terns que metent les gtaines a le- 
ver a Fair Ibre , il i en a de tres-promptes , & qui ne ref- 
tent pas plus d'un jour a lever ; d'autres i reftent des mols 
ou des anees entieres, Cet efpace n'eft pas fi'fixe, qu'il ne 
foufre des variations; il fuit exaftemant les circonftances des 
climats & des terns plus ou moins chauds , plus ou moins 
' umides , plus ou moins favorables a la vegetation, qui les 
avancent ou les retardent. J'ai remarke qu'en general , toutes 
chofes d'ailleurs egales , le climat du Senegal les avance de 
1 a 3 jours : c'eft ainfi que le Melon qui refle au moins 
5 jours a lever en France , n'en refte fouvant que 4 au Sene- 
gal. Cela depend uniquement de la fome totale des degres 
de chalcur convenable a la temperature de chake Plante, 
come il fera prouve a Particle fuivant. Voici les reililtats de 
guelkes obiervations faites en France fur le terns le plus court 
que reftent quelkes Plantes potajeres, par leslj-cles on peut 
juger que les plus hatives font celes de la famille des Gra- 
mens, enfuite les Cruciferes, les Legumineufes , les Briones, 
les Labiees, les Ombelliferes, &c. & que les Jujubiers Si 
les Rofiers font celes qu'on conoit jufqu'ici pour les pl^ 
tardives. 

Plantes qui levent en 1 jour. Le Millet , le Fromant. 

3 . Le Bliton , I'Epinar , la Feve , 

rAricot,leNavet,laRave, 

la Moutarde, laRokete,&c. 

4 ■ La Laitue , rAnet,&c. 

5 Le Creflbn, le Melon, I^ Con- 

conbre,laCalba{re,&c. 

6— — Le Refort , la Poiree. 
7^ L'Orje. 

8 — •— L^Aroche 

9 ^ III Pourpie 

10 ■ - Le Chou, 
30— riflbpe , 

40 a ^oj.lePerfiU , , 

I I an le Melanpuron , I'Amandler , 

le Pccber, le Chatcner, la Pione, le Ranunculus falc^^ 
tus , &c. 

En 2 ans le CornoulUer, le Rofier, TAubepine > le >o^' 
fetier A^ellnler, &c. 

14. Ftuillaifon & Efeuillaifon, . 

f cuillaifon. Toutes les Plantes produifent de nouveles feuilles tous le 

an? ; c*€fl ce qu on apeh la Feuilkifon FoliatiQ ; mais toute* 



f 



fee ks fenouvelcnt pas datis le mMe terns ; la plupart des 

Moufles par ex. & des Plantes de la Famille des Pins fe 
couvrent de feuilles pendant I'iver ; celes de la Famille des 
Gramens & des Lilia^ees au Printems ; nombre d'Arbres , 
fur-tout etranjers , en Ete ; d'autres Plantes font en vigueur 
■ principalemant ^ Autone , come quelkes Champignons , I^ 
plupart desFoujcres, kelkes MoufTes, &c. Cete diference 
markee femble indiker que chake efpece de Plante a une 
temperature' qui lui ellpropre, c. a d, , qui exije un certain 
degre de cKaleur pour operer ce developemant. 

Cete temperature n'eft cependant pas une chofe fixe, 
Parmi les Pantes de la meme efpece , il i en a de plus hatives 
les unes que les autres ; foit que cela depende de leur propre 
nature qu>en ei^ la caufe la plus ordinaire; foit que cela viene 
de la chaleur, de Texpofition ou de la qualite du tereln oii 
eles croIfTent ; & en general, parmi les Arbres, les plus 
petits ou les plus jeunes font plus hatifs que les grands ou 
les vieux. La feuillaifoa ell encore avancee ou retardee felon 
que le terns ou la faifon , cad. felon que le Soleil amene 
plutot ou plutard le degre de chaleur convenable a chake efpece. 
Perfone jufqu'ici n'a confiderd le terns de la feuillaifon des 
Plantes , que come un tcrme abfolu , qui arive tous les ans , 
a peu-pres, dans le meme terns dans chake climat. M. Lin- 
nnaus ell le feul que je fache, qui ait done quelke chofe de 
fuivi a ce llijet. Son deffein , en publiant ( Am^M. Acad. 
vol. 3, p. 363, Vcrnatio arborum ) les obfervations faites 
pendant les 3 anees confecutives 1750, 1^751, ^75^., dans 
18 Provinces de la Suede, entre Upfal par le 6oe, & la La- 
ponie par le 70 degre de latitude Boreale, a ete unike- 
mant de faire conoitre quels font les Arbres qui comencent 
a ouvrir leurs bourjons , & a developer leurs feuilles dans 
le terns le plus convenable a femer I'orje. Le Bouleau lui a 
paru le plus propre a cete indication , & il en conclut qu'on 
pouroit trouver dans chake Province de I'Europe des Ar- 
bres qui fupleroient au Bouleau pour indiker le terns propre 
a femer les Grains & Legumes. Mais ces obfervations ne 
repondent pas parfaitemant a cete vue , puiske le Bouleau , 
ou tout autre Arbre femblable, ij^mdikeroit que le pafle 
le prcfcnt, & non Tavenir , qvii eft la f^ule chofe qui! 
importe au laboureur de favoir pour lui doner le terns de 
preparer fa tcre , & d y femer fes Grains : d'ailleurs Tefpece 
du Bouleau , come la plupart des autres Arbres , a des in- 
dividus qui comencent leur developemant i mois plus tarj 

que dVatres; fi celui quon obfen^e eft ifpl^^ oa ne peut^ 



■ou 



^- 



\ 



86 ■ 

deviner fi c'efl: le plus hatif ou'Ie plus tardlf defon efpece; 

autre inconv^nlant qui peut doner i mois de diferance entre 
la bone indication ; & il paroit que M. Linnaeus a neglige de 
tirer des refultats moiens entre toutes les obfervations qu'il 
■» publiees come abfolues. - 

Pour pouvoir conclure quelque chofe de pofitif fur le 
terns de la feuillaifon de chaque Plante dans chaque climat , 
& r^duire leurs variations aparentes a des regies certaines , 
il faudroit remplir les 4 objets fuivans , favoir ; 

i^ Suivre les devclopemans de divers individus de h 
fneme efpece , & tirer un refultat moien entre les plus ha- 
tifs & les plus tardifs* 

x^ Obferver la diferance entre les anees le plus hatives 
'& les plus tardives , noter au termometre les plfts chaudes 
' & les plus froides. 

3^ Tirer des refultats moiens des degres de thaleursob- 
ierves chaque mois & chaque jour , pendant un nombre dV 
jiees fiififant^ 

4^ Obferver les jours oil il comence a ne plus geler, & 
ceux oil il fait au moins lo degres dechaleur, meme pea- 
dantla nuit^ - ^ J ^- --- ^ ' ' '■ ■" - -"^^ ^ 

falre des pro 

niptlon pour le climat &*pour les efpeces de Plantes cp 
font I'objet de ces recherches ; enfin tirer des refultats moiens 
entre les produits extremes de chacune de ces obfervations. _ 
^ Je vais doner 4 Tables de refultats de celles que j'ai ^^^^ 
«ce fujet pendant 10 ansa Paris & de quelqu autres qui out 

^e faites k 20 Heues a la ronde oii la temperature ne difere 
pas fenfiblemant de cele des environs de cete Vilie. T^ ^^ 



J c, a d. , les terns oti la vegetation conience a 
>gres, an'etre plus aretee, a continuer fans Inter- 



egard , dans ces refultats , a la diferance de i | 



d<ig. q«« 



!es obfervations faites au centre de Paris donent de plus que 
les obfervations corefpondantes faites a la camoagne. L'^",^^ 
175 3 n'eft pas de moi ; j'^tois alors au Senegal : ele a etc 
tiree entieremant , alnfi que les . premiers mois de l'^^* 
''754 » des obfervations meteorologlkes faites par M. ^f' 
bamel a Pitiviers dans le G^tinois , a 20 Heues au S. de Pa"^- 
Ces obfervations & leurs refultats ne peuvent concW'^ 
^bfolumant que pour le. climat de Paris. Le termometre iur 
lequel eles ont ete faites , eft celui de Reaumur dont le jer- 
me o marque la conir^lation de I'eau , & dont la cha.e'J'" 
'de I'eau bouillantc eit 100 dcg. egaux au-defTus. L« rc^' 
tats ne font tires que far les degres de chaleur , & '^;''"^ 
Wiant fur les, plus hauts , obferves cliaque jour a la nie^^ 

heure , c. a d. a mldi en Iver , ^ i heure da foir au l^^"^' 



/ 

i 




terns 5c^ en Autone ^ & cntre a a 3 heures en Ete : Je plus ■ 

grand troid ou la moindre chaleurdeia nuit arive comune- 
niant un peu avant le lever du Soleil en Ete, lorfquele terns 
eft fee, & quelque terns apres fon lever dans les jours 
umides, SC en Autone, en Iver , & an Prmtems. 

■■ " — > -■ 

X^^ Table du ccms oii Ics Plantes Ics plus comuncs prennenc Icurs fcuillcs dans It 

climat de Paris y par 45 deg. latitude Borealc* 



\ 



FoiDS <te»PlaBte5i 



I. 



Suro aoir, 

Chcvrcfcui!lc. 
Tulipe jaunc* 
Safian. 



jf- 



Degre's ^e cKAleufmi fcJ^e- 
lopenc les Flaatcs* 



Les plus 
hdtlvcs 



Fointcnt , Ho deg. 
leuts fcuillcs 
par 



J^ife- X.ts plus 

ranees tardives. 



Tcrme 

deU 

cTialeur 

neceflai- 

re k la 

feuilUi- 

fon. 



Moij 
moien* 

auxqueli ) 
repon- 
dent ccm 
chaletr*, 
moiencs 



170 d, zSo d. I I5J d. 1 16 F^v^^ 



t^ 



Gtofcillcr fpincux» 
Lila. 

Aubcpinc, 

Grofeiller fans tpinci 
Ccrificr Puticr» 
Fufain. 
Suroroujc, 

Ttoeus. 

Cochenc Sorbus aucuparla* 



Id. 



Id 



I So 



zoi 



iSy 



io« 



J^y 



401 



^ 



171 



302 



I Mar», 



^ 



t^v 






Saule, 

Aune. 

Obicr. Oputus^ 

Boulo. 

Coudricr. 

Ceriiier, 

I*oniicr. 



Decalorenc 
leurs Bour- 

J'ons , & 
cuilleni* 



ii4 



204 



42,0 



517 



7i 



Tillcu!. 

Maronier. Ippokajianon. 

Irable roujc* 

Otmc. 

Charmc. 



Decalotcntj 2.14 
Jcurs Bour- 

jons. 




L'Amandicr pointc fcs fcuillcs. 

^'"f^- Fcuillcnc, 

Pruiucr. 

Abricoticr. 

I^cchcr pleia vcnc. I 

Et la lerc Yccducc g^aScalc du Maroiuet | 
5c TUlcuI. • * 



300 




X3tf 



4^0 



340 



xa: 






*«y 



5'J 



4«J 



iO 



\ 



J 



'88 

Ifoms del PUnt^^A 



A 



ittinelicr. 

jferprun, Ramnus CatartiK 
liourjcne* Frangula. 



Itrc. 

Peuplier Tremble. 

Xcable plane. 

Cratitgus folt rot* dcntato. 

Charmc. 

Cumc 

ligier. 
Noicr. 
Ircnc» 

F 
K 



fcuiilenc* 




Id. 



I a. 



Afpsrje poinre. 



D^gT^s dtf clialeur'oi fe J^vc- 

lopent le» Plantej, 



Let plu$ 
hadvh. 



4OS 



4^^ 



6C0 



ii€ 



600 



ranees. 



10 



3 



104 



zoo 



1^4 



600 



Lti plus 

tardives. 



tfoo 



^^O 



Soo 



590 



', 



't'enrie 

moien de 

ia chaleuf 
n^ceffaire 

a la feuil- 
lalTvA. 



J04 



sH 



7^0 



908 



i,tfjo ji^ii; 



' Moll 

auxquelf 
repon- 
dent cea 

chaleuri 

moicnrt* 



I 



AmU 



f 



18 



X 



Mil- 



If 



ie Tabic des degres dc froid & dc chaud obfervcs pendant lo ans autout c'e Pins.' 



tdois^ 



Mars 
Avri 

Juin 

Juillet 
Aout 

Sepwmbre 

Cdobre 

Kovcnibre 
Z><fcembre 






"754. 






m. 17 

17* 141 

379 

309 

597 

6. 137 

14. 1^9 'JO 






de 

77 

'07 

114 



ToTAtfx/ 4,i9j 4,377 



grc gre 

dc dc 
Fr. Ci. 

36. 101 

497 

4T2 
645 

S^7 

48^ 
4 $39 

9 "87 

9 «44 



»7f<^4 I7f7. 



dc dt 
Fr. Ch. 



7' 177^6- 
4. 146 25- 
!• a49l 10. 

30$ 

44« 

5oS 

TS4 

447 
3T0 



la 135 
40 51 



dc dt 

Fr. Ch. 

64 

ijr 

211 

38-- 
4S0 

P4I 

604 

470 

a 264 
2j 10$ 



I75SI 


Dc- 


Z?^- 


%ri 


^ri 


dc 


dt 


Fr. 


Ck, 


51- 


100 


6. 


n^! 


5- 


270 




33 a 




581 




607 




533 




^^7 




46^ 




305 


,t5 


171 


1 


104 



17^1. j 17^^* 



41^7^ 3i97i 4>^99 4r*** 




^ 



xk 



^r 



3 



y Tabic dcs d^^rfs moicnsde chalcur mcridlene pour chdque raois 5c chaqut jour cUftE 

♦ k climac de ^aris. 



\ 



extremes dela chaleur dc chaque mois en to ans | Chaleur 

|moJene de 

ChaUiwU I^fi' Chaleur la .chAt^ue 
moinfirt, rancc. flus grande mois. 



Janvier 

Fevrier 

Mars 

Avril 

Mai 

Juin 

Juillec 
Aouc 



Novcmbrc 

Ccccmbrc 

* 



17 d, I JO d. I77 d. 



lOI 

143 

45f 

508 

533 

^8 



Scpccnire L^y 



151 



JO 



108 
131 

137 

Ho 



^ij ^iZ 



I4« 



20^ 

497 
581 

^4f 
741 

471 

178 



101 d. 

401 
508 



S7^ 


7 


^37 




do^ 


1- 


54« 




38i 




15J 


t 
2 



104 



Dlff^rance de 
chaque mois 
moien a ion 
prec^dant. 



I Totauxdes 

jmoismoiens 
[avec leurs 
'precedens. 



moicne il< 

chaqxa 

jour. 



Total, 0>yoj i,8j4 ^,3^7 J^^ ^.^ 



13 ou I de plus. 
65 ou i. 

J77 ou X 

107 ou jr 

68 ou 1 

7 

^i OU L 

31 OU -I-dcmoins 

^f OU -i- 

f 1 o ■ 

I ^O OU X 

188 OU i 

8^ OU i. 

a OU -L: 
$0 



101 

^^7 
401 -i 



3 



21 7 

I, 5>o i. i^ 

i> 5^7 l^ 

1 



>^04 



xo 



3' 7n J ig 



4, jitf 



3 



T 




I r 

T 

T 




Sx 

IT 

9 

> 

Id 
I K 



? 



± 

4c Table dcs jours ou il coincnce & ccfTc de nc plus geler, & de faJre au moiflS 
Ao dcgres de chaleur, mcmc pendant la nuic au Princems &c en Aucone dans I^ 

climat dc Paris. 



Anntes 



Jours ob. let gel^c* 



Joutt oi 10 d^g. de chaleur* 



i 



Out ceiti au 
Prkitems. 



^7y3l 

»7J4 
5755 

»757 
17^8 

J7fi:o 
I76I 

i7iri 



I Mars, 
X Avril. 
3 Mars 

x? Avril 
II Mars 
i4 Avril 

2.* fevriec 
i^ Mars 

1 1 F^vricr 
14 Mars 



Ann6c 
^)i re. 



»i Mars 



Ont comenc^ J Ont comenc< 
en Aurone. I au Printems. 



7 

i7 
28 

*7 
3 

18 




Novembrc. 

Novembre, 
0£tobrc- 

Novcmbrc, 
Oaobre. 

Novembrc* 

Nov. 

Nov, 

Odobrc, 
Ock. 



7 Novembrc. 
4, i>«d. 



I 



^4 

12. 

8 

5 

30 

^4 
1 



Mai 
Mai 
Mai 

Juin 

Mai 

Jiiiu 

Juin 
Mai 
Mai 

JuIn 



I9 300 d. 



Ontceff<£ «( 

Autone. 



i8 Scptembrc. 

z Sepcembrc. 

7 Sepcembrc. 

x4 Seprembrc. 

30 Aoui- 

30 iepccmbre* 
xo Scptcmbrc* 

4 oaobre. 

1 9 Scpcembrc» 
I i Scpcembrc» 



J 7 Septcmbre^ 



/ 



»» Taile. 



90 

Xe developemant des Plantes vivaces Pnntanl^res ie 

fait avec une fome tptale de degres de chaleur ,- moin- 
-dre dans les anees hatives que dans les ances tardives; ce 
qui femble venir de ce que la tere n*alant pas ete gelce pen- 
dant I'lver de ces anees , fournit a-pcu-pres autant de degres 

niiis 7 mfau'a 7 aes. 



a 



d . d 



li^n Yes« 



Anees plusde chaleur que TAtmosfere, c. „. _._^ ^ ;— -i- f u 

qui font la chaleur moiene des mois de Janvier, Fevrier & 
Mars, ou il eele comunemant, & lesfeuls^ ou, par cete 
raifon, la chaleur re ft ante de I'anee precedente dans latere, 
puifTe avoir lieu , & fe manifefter fenfiblemant dans la ve- 
getation. Cete diference eft affez parfaitemant egale a eel 
qu'on obferve entre les individus les plus.hatifs, & entre 

dans la mema 



f 



e 



:e 



c= TahU. 



■^^ 



les plus tardifs de la meme efpcce de Plant 
anee : c'eft pour cete raifon qu'ele fait une compenfation 
exafte de la fouftraftion qu'il faudroit faire , fans cela ,^<5^ 
degres de froid arives aux anees tardives. Eafin les refult^^s 
de pres de 15 anees dobfervations m'ont aprls que , toutes 
chofes egales 5 le nombre des degres de chaleur qu'il faut 
pour bperer le developemant des feuilles , des fleurs &^ des 
fruits dune Plante eft le meme, folt que Tanee foit hative, 
folt qu'ele foit tardive , il n'i a de diferance que dans la 
repartition des degres. de chaleur qui convienent a la tem- 
perature propre a chake individu ; & c*eft-la ce qui cauie 
la variation du terns , oli une meme Plante develope fes feuil- 
les & fes fleurs chake anee. Ces % caufes reunies eu- 
bliffcnt entre les individus qui fe developent le plutot dans 
les^ anees les plus hatives, & entre les plus tardifs dansjes 
anees les plus tardives, une diference de 170 a 230 degres» 
au moins depuis le mois de Janvier jufqu'au mqis de Mai* 
Cete diference repond a i mois ou 30 jours environ de 
chaleur moiene du climat de Paris, pour les Plantes q^ 
fe developent en Fevrier ou Mars ; elle rdoond a 1 5 P^ 
du mois d'Avril, & a 10 jours du mojs de Mai: de iorte 
que la feuillaifon , par exemple , n ariv^era au terme nioien 
que j'ai fixe dans la Table i que dans les anees moie^^' 
tandis que dans les anees hatives ou dans les anees tardive* 
ele arivera 1 5 jours plutot ou plutard que ce terme dan^ 
le mois de Mars , 8 jours en Avril , & 5 feulemant en M^' 
11 rcfulte de la Table 2 , que la chaleur de I'anee moiene , 
entre la plus frpide ( 17^6 ) des 10 anees dobfervati^^^ 



done 4, 616 dcg. eft de 4 , 294 deg. & con 
'Temperature anees 1757 & 1762, cut etc deS anees moienes 

fcoienc dc ' ^ 



^ r4amant If 



L'an^ 



-ii«.v.j '■/■)/ *-*- i/oz,unr etc aes anees iiiwiciic^. -^ ,, 

la plus chaude a done furpafle la plus froide de 64 J ^»* 



9^^ 

t> a d. de ^ & un peu plus. II eft: motile d*avoir egard aux 
degres de froid que j'ai mis a cote des degres de chaud , 
puiske la vegetation ne va que par les degres de chaleur; 
mais fi I'on veut en faire ufaje pour quelkes circonftances 
de la vegetation , il fera plus exa£l de compter les degres 
des mois de Novembre & Decembre de Tance prece* 
dante,' avec ceux de Janvier ^ Fevrier & Mars, afin qu'ils 
ne foientpas partajes : leurfbmetotale compofee des extremes 
des Ivers les moins froids , come 1756 de 34 d^g. & des plus 
froids come 1763 de 229 deg. ira a 263 deg. dont la 131 ^ 
n*eft guere plus grande que la chaleur moiene de Tun des 
mois les moins chauds de I'lver , come Decembre & Jan- 
vier, & done encore I mois de diferance entre les Plantes 



^ r 



faifon. 



dans 



On voit encore par cete Table que ^e ne font pas les 



anees 



1756, quia ete en total la plus froide des 10 anees d'Ob- 



ation 



par cela feul qu'ele a ete tres-chaude dans fon commence- 
niant. 

La Table 3 fait voir dans les colones 2 & 4 les ex- a^r M ^ 
tremes des cbaleurs de cbake mois pendant 10 ans , dont Tp nti^!-.ruT^ 

s lomes totales 3,503 deg. & 5,3 57 , donent pour la fome tnoicnc de 
moiene 4^430 deg. ^gale a la fome totale des degres de d^acun des 
chaleurs moienes markees dans la Colone 5. La Colone 3 ** ^^^*» 
done la diference qui eft entre le mois le moins chaud , 
& entre le moisje. plus chaud de 10 anees , diference 
oui va de 97 a 108 deg. dont le milieu eft 152. La 
Colone 6 expofe la -diferance qu*il i a entre la chaleur 
moiene d'un mois & cele de fon precedant , diferance qui 
eft additive , c, a d, qui va en augmentant depuis le mois 
de Janvier jufqu'en Juillet inclufivemant , & qui eft fouf- 
Uaf^Iye , ou^^ivaen diminuant depuis le'mois d'Aout 
jufqu*€n Janvier fuivant inclufivemant. 

La Colone 7 done les Totaux ou Additions des degres de 
temp^ature moiene de chaque mois. 

En divifant par le nombre des jours du mois la temp^- ^ , 

.,. ^ moiene 

1 L 1 o "" — .-»-j,^...vv.*v moiene dun jour des jours dc 

dans chacun de ces mois. Ces degres font mark^s dans la cha^u, moi*, 
^olone 8. La diferance qui eft entre le jour moien le moins 

«iaud 3 aeg* h en Janyiw , &' «ntre le plus chaud de ao di^. 



Tature 



^,« — . ^c*t xc iiuuiuic uc:> jours au mois la tempe- « 

moiene expof^e pour chacun dans la Colone < /on tuJ 
ombre des deores Af^ t^mnUntnr^ ^^;^^^ j».,i :* ..- ^ . 



dd 



r 



9 



p- en Juillet, eft de | &un peu plus ; ce qui s*acor<Ie 



diaude 



2 



avec les refultats 



foumis par le calcul des 2 caufes genirales & conftantes de 
la chaleur , favoir la hauteur du Soleil , & la longueur des 
jours : car le finus de la hauteur meridiene du Soleil au 
iolftice d'lver 6tant au finus de fa haut. meridiene au fol- 
ftice d'ete , come 1 a 3 , & la longueur des jours, ou ce qui 
€ft la meme chofe , la propriete qu'a la tere de conferver 
^s^ degres de chaleur comunikes par le Soleil , & de leJ 
ajoute. a ceux qu'ele en rejoit , ^tant une fois moindre au 
loliticG diver qu'au folftice d'Etc , c. ad. dans le raport 
de I a i ; ces 1 nombres multiplies I'un par I'autre donent 
le raport de i a 6 entre la chaleur moiene meridiene de 
I Iver & cele de I'ete. 

La vegetation de la plupart des Arbres Printaniers ne 

comence & ne continue dans le ciimat de Paris , que lorske 

la temperature eft au 10 degre & au-deffus , & ele s'arete 

tput-a-coup d^s que la chaleur defcend a ce terme , ou taat 

^it peu au-deflbus , & qu'eie s'i fixe pendant quelke terns. 

Temperature f"^**["' trb-fenfible en I'anee 1756, ou les Maroniers& 

du Maronicr ^^s Tilleuls qui avoient decalote & develope 2 a 4 de leurs 

k du TUlcul. feuiUes db le v^ Mars, s'ari^t^rent tout-i-coup par une 

teinperature qui fe foutint entre 3 & 6 deg. a midi, pendant 
6 femaines ; leur d4velopemant refta dans cet etat d'inaaion 
juf^i au 15 Avril , oU le Termometre comen^a k monter k 
2 1 & ra deg. pendant plufieurs jours de fuite : la meme choie 



4c Tabic. 



anve 



feuilles eft fuiri en 
defcend au-deflbus de 



1 



niid 



develop 

: temperature 



ver par-la , que le Maronier & le Tilieul exijent une tem- 
p^rature xjui paiTe un peu 10 deg., come feroit, par exeffl- 

ple II d6g. qui etablit le terns moien de leur developemani 
ou leur "" - • ' ' - - "^ • - 

Et 

io^e dt 

Plante 




ele 



tois comence, eft le degr4 moien journalier du mois oil 
comence a veg^ter : ce deg. eft 10 a ii pour le Maronier, 
parce qu il comence i v^^glter vers le x 5 Mars qui done lO 
deg. pour moien terme entre les 7 deg. de Mars , & les > } 
deg. d'Avrii ; ainfi en ne comptant que les dee. de chaleur 
qui excedent 7 d^. terra© moieij de Mars . gn ver» q"''* 



/ 



n 



que ^4 3i 30 deg 
'^ develoDemant d' 



93 



pemant 



Le Fromant ne vegete pareiUemant que lorfqu'K fait pin- * ^"I'P^^^turi 



Ceurs jours de fuite^de 8 a 10 deg/L'Oqe * TAvene &deroTjr"d» 
la plupart des Bles apcles Mars font dans le meme cas* TAvenc, ' 

II i a , come nous I'avons dit , d'autres Plantes qui ont Du Qhia,e ^ 
befoin d'une plus grande chaleur pour vejeter , tels foat le ^^* 
Chene parrfii les Arbrds d^ notre climat , & les Plantes de$ 
Tropikes qui ne fe dcvelopent que dans le mois de Mai , 
ou dans notre Et6. D'autres n'ont pas befoin de tant ^e 

chaleur , & vejhent a cele qui s'etend entre le terme o de 

la congelation & le 6 ou 7 deg. 

C'eft pour cela que nous avons done la Table 4 qui expofe J^"'^* ^ U 
dans les 3 i*'^* Colones les extremes de 10 anees d'Obfer- <^oii^cIaaoa 
vations fur les chaleurs des jours oil 11 comence a ne plus ^*^^'^*"' 
^eler la nuit au Printems , & de ceux oii il recomence a 

{eler en Autonone ; les 2 dernieres Colones donent de meme 
es extremes des jours oil U a comence a faire plus de 10 deer. ^""' ^ ^ 
d.e chaleur la nuit au Printems , & de ceux oil il a ceffe 5e 
faire ces 10 deg. pareiUemant pendant la nuit en Autone; 
enfin on a mis au-deflbus de chaque Colone les terme& 
moiens de ces jours, & au-deflbus de ceux-ci le nombre des 
deg. de chaleur auxquelsilscorefpondent. 



Icur, 



ch» 



Q 



le climat de Paris des anees telei 



<iue 1755 5 175^ 5 1760, & 1762 , oil il arive des nuits plus 
froides que 10 deg. par exemple, de 8 a 9 deg. en Juin , 

illet & Aoiit qui font les 3 mois les plws chauds de Tanee ; 



I ^ ^^ ^_ 

Cependant , come ces froids ne fe font fentir que raremant 
& feulemant i ou a fois dans ces mois , fans continuer 6c 
fans interompre fenfiblemant la vegetation , on n'i a point 
eu e^ard, ne faifant atention qu'au refultat de I'enfenxble 
4es Obfervations. 

On peut tirer de ces Obfervations & des 4 Tables prec^- Uti"t' d 
dantes divers avantajes relatifs a la culture des Plantes qui ces Obf/tvat 
fouroient reuffir dans le climat de Paris. tions. 

Le I" de ces avantajes confifte a prevoir ft le Prlntetns ., „ 

fera hat.f ou tardif , ce que I'on faura facilemant en ob- pr/voirTi 
lervant au Termometre les deg. de chaleur qu'il fait cjiake Priarcms hi. 
***"^» ^ comparant les refultats du mois de Janvier , & de tif'» 
celui de Fevrier , s'il eft nkelTaire; fi leur fome totale fur- 
pafle cele qu, eft mark<^e dans la 7c Colone de la Table 1 . 
le Prmteins fera hatif ; ft ele eft dgale , U fera come dans lej 

«l6esnioienesifi ele eft moindre, U fera tardif. 

dd!j 



^1 

river. 



argumtnt 



Jt'Lafcuil- *^" poura encore prevoir aufli precKemant qu'il eft pof- 
imfon, fible , c. 4 d. 15 jours davance en Fevrier & Mars, 8jour» 

en Avril , & 5 jours en Mai , le momant ou dolvenc fe de- 
veloper les feuillcs des Pkntes indikces dans la Table i^'. 
P.our cela il fufit de prendre la fbme de tous les deg. de 
chaleur obfervee au Termometre depuis le mois de Janvier, 
ibuftraire cete fome de cele de la temperature moiene c!e 
chike Plante dans la 6c Colone , & divifer lexcedant par 
le nombredes degres qui markent la chaleur moiene du mois 
oil fe faitle developemant qu'on cherche; le produit de cete 
divifion exprimcra le nombre des jours oii comencera U 
feuiUaifon, en aiant egard a la diferance qui eft indikee en- 
tre les individus les plus hitifs & les plus tardifs. 

Par le meme moien , on faura le terns de la fleuraifon , en 
confultant la Table de Tartlcle 15. 

On faura encore, fur le meme principc, avec la Table de 
Tarticle 16, en quel terns arivera la maturation des grain* 
& des fruits; & Ton poura m^me par le terns oil la fleu- 
raifon fera arivee, con}e£lurer afTezplaufiblemant fur leTuc- 
ces de la r^colte prochaine , fur-tout a I egard des Piantes 
anueles, teles que la plupartdes grains qui, comerOrje & 
le Fromant, murlffcnt i a 2 mois apres la fleuraifon, & 
dans les mois de Juillet *>- * '^ ^ - ^ • — 



I^U flcu- 

XAiToa. 

4* La ma- 

turicioQ des 

fruits. 



augmencant. 



Pour celes 



} 



& Aofit oii les chaleurs vont efl 
^ -- ,- qui murilTent dans les mois ^e 

5eptembre & Oftobre, oil la chaleur va en diminuant, on 
ne peut elperer d'avoir la meme precifion , parce que le 
terme moien qu on tireroit des extremes d'Obfer\-ation, me- 
trou leur maturation moiene fouvant 15 jours plus hative 
ail ele ne Teft par experience ; c'eft a quoi nous avons rcm^- 
dK- dans la Table dc larticle 15 & 16, en metant a la fleu- 
raifon du Safran , & a la maturation des fruits du RaifmSc dc 



^' ts tcmi 
de fcmcc Ic 
Wraiai.- 



moien 

terns 



, . - -1 w « .-.v.. .vM»w. i„ Plantes dont 

on conou la temperature, teles que les grains, & la plu- 
part des Plantes potajtres qui exijentSa 10 deg. de chaleur 
i)our entrer en v^g^ation, on confukera la Taible4, iont 
les 3 i«« Colones indikent qu'eles ne doivent pas etre fe- 
tnces plutot que le 1 2 Mars , terns moien , dans le climat de 

e lesgraiitf 



qui doivent p after riv 



ei 



Segl 



went , gc c f.e doivent pas etre iemci plus tard a 



f-CmW; fc!fl$ oil la terd t(5rtei^antafe geler pour plufieurs 
mois, lis ne pourolent plus eermer. Cet intervale entre le 
7 Novemtre & le la Mars eft de 126 jours, ou de 4 mois 
& 5 jours , pendant lefquels U fait un froid continuel au molns 

de o d^g. pendant les nuits. 

Le refte de Tanee eft de 240 jours oUr 7 mols & 25 jours ; 
ou il fait au moins ^ dee. de chaleur au-deflus de la con- 
Illation de Teau dans le terns le plus frold de la nuit , 
- oil Ton peut abfolumant femer les Plantes, chacune, felon 
le deg. de chaleur qui lui convient. Lcs nuits de o i lO 
deg. entre le 11 Mars & le 25 Mai, qui font 74 jours, 
& enue le 17 Septembre & le 7 Novembre qui font 51 
Jours, font ces nuits apclces comunemant nuits de fcVyNofles 
ftrrcm , non feulemant parce qu eles nuifent \ la vegcta- 




quelkes Plantes des climats froids , mais encore 
parce qu'eles font p^rir la plfipart des Plantes anueles des 
Fais chauds , & mSmc quelkes-unes des plus comunes de 
notre climat , dont il fera queftion a Tarticle 19. 

Par les a demieres Colones de la meme Table 4 , on volt 
qu'il n'i a a Paris entre le 25 Mai & le 17 Septembre que 
1 2 2 jours de fuite ou 3 m©is \ de terns moien oil il fade 
au moins 10 deg, de chaleur la nuit, c. a d. pendant lef- 
quels la vegetation puilTe continuer fans interruption pour la 
plupart de nos Plantes potajcres , & des grains cnqueftionj 
Ces III jours qui donent chacun depuis 16 deg. jufqu'a 2a 
d6g, de chaleur meridienc , rendent en total a Paris a,ooo d, 
moiens , ou i,coo deg. au-deffus de 10. 

Ainfi en fupofant que tous les individus d'une meme ef^ 
pcce de graine qu'on feme , ne foient pas plus tardits les 
uns que les autres , on peut conclure de ces deux refultats , 
que toute Plante qui comence a veg^ter a 10 deg, de cha- 
leur , & qui ne vit ou ne refte fur tere que 1 12 jours , ou plus 
exaftemant qui parvient a maturite en 112 jours qui doucut 
a,ooo deg. de chaleur meridiene, peut rcuUir dans le climat 
de Paris, etant femee entre' le 12 Mars & le 25 Mai ^ 

Dourvu au'on ait atention a la difdrance des lO iours qui. 



come nous I'avons dit , eft entre les anees ks plus hatives 
& les plus tardives pour le mois de Mai. 

C'eft fans doute un grand point que d*avoir pu trouvcr ^^^j^.,, jg 
lan moien sur de determiner le terns le plus favorable pour rencfrc cc» 
femer les Plantes qui nous font le plus utiles ; mais Obfcivanoas 
jgour titer tout Tavantaje poflible des 4 Tables pre- p!«s utiles, 

f edantes , il now refte bien des cbofes a favoir 6c \ ob- 

ddiil 



/ 



\ 



ferver fut eft fujet cjui ^oit mtlreffer Igaleitiant torn tes peti* 

pies par I'avantaje qui refulteroit de la conoiflance de la 
temperature propre a chaque efpece de Plante , de la duree 
de ia vie , c. ^ d. du terns qu'ele refte fur tere , ou mieut 
encore, cot-nbien 11 faut de deg. de chaleur pour la condnif^ 
^ maturite, depuis le momant ouelecomence agermer;^car 
c*e{l pcu de chofe que de favoir le nombre de jours qu'uni 
Plante kH^ fur tere dans un climat dlferant de celui oti on veut 
acultiver, puiske Texperience nous aprend que cele qui * 
efoin de'200 deg- de chaleur, par ex, pour germer, ne 

'm 20 jours dans un climat qui ne done que 10 deg. 
ur lournaliere , tandis au'ele leve en 10 lours dans 



1; 



qu 



tin climat plus chaud , qui done 20 deg de chaleur moiene par 

1'our.C'eftpour cetefeuie raifon que nombre de Plantes annue- 
es vivent plus long-terns que d'autres , &que la meme Plante 
vit a ou 3 fois plus long-tems en France qu'au Senegal* 
Voila ce me femble la folution de cete dificulte propof<5e par 



M 



60 ou meme 163 jours 



^n tere en Weftmanle & en Laponie , tandis quil n^ 
refte aue 72 en Scanie , ou les jours ne font pas plus longs 
cju'en Laponie. 

Le poirtt le plus important feroit done de favoir commeit 
H faut de degr^s de chaleur pour conduire a parfaite tn^" 
iurit^ chacune^ des Plantes les plus utiles , OC d*un ufaje 
pjus general & journalier dans chake climat , foit pour la nou- 
ritire, foit pour les autres befoins de la vie. Pour cet efet, 
il feroit neceflaire que Ton eut des refultats d'Obfervations 
relatives aux objets des 4 Tables precedentes, faites fous 1^ 
mcme mendien de 10 en 10 degres, depuis le Pole N juiq^'^ 
aux Tropikes , ou jufqu'a i'Equateur. II n'eft pas doateut 



clufions prccifes fur le terns le plus convenable a fen^^^ 
chake efpece de Plante felon fon naturel & fon temper^- 
maat , &. nous doneroient des vues fur la culture des Piantes 
des Tropikes de courte duree , que Ton pouroit introduirc 
Svec avantaje dans nos climats ; cnfm par leur moien , les ciu- 
tivateurs auroient un guide sur, au heu des conjeftures aux- 
cuelles les plus intelligens & les plus atentlfs font forces de 
le llvrer. 10 Anees d'Obfervations fufifent abfolumant pour 
fourair des refultats moiens aflez bons ; mais il n'eft pas dou- 
te-ix que 20 a 30 anees auroient done quelle chofe de 
plus precis que ceux que je publie aujourd'hui. Nous n'^vo^ 

encore auwuiie^ experiences tentees fous ces divers ^<^^^ 



9t 

€« vne ; fur un fujet aufli mtereflant p6Uf I'agricuTtarc ; eles ' 

ne peuvent etre bien faltes que par des favans tres-exerces i 
pblerver & a bien voir ; & c*eft d'eux que le Public doit 
atendre un fervice aufli important a Thumanitii. 

Par la comparaifon de ces diverfes obfervations , on pou- Comparairba 
roit voir facilemant quele eft la diferance d'un climat a Fau- du climat 
tre pour le tems de la vegetation, & de combien de jours ^^^^^p^ ^.^^' 
3 eft plus hatif ou plus tardif. Les feules que je fache qui "^ ^ *"^' 
aient ete faites avec quelque raport a cet objet , font celes 
de M. Linnaetis; mais come elcs^font bomees a 3 anees , on 
n'en peut rien conclure de pofitlf. Si cependant on veut en 
tlrer quelke parti , il en refultera que la diferance du terns 
de la feuillailon entre Tanee 1750 qui a ete des plus^ha- 
tives en Suede, & entre les 2 fuivantes 175 t & 1752 , eft ^^^ '^ ^^'^i^* 
de 36 a 40 jours pour les Plantes qui fe developent en Mars , **"'^"» 
de 18 a 10 pour celes qui fe developent en Avril , & de 
10 a 12 en Mai, diferance qui fuit la mcme progrefTion i 
qu'en France, ^tant feulemant de pres de | plus grande : 
or en prenant au milieu entre ces extremes pour avoir TaniJe 
moiene de la feuillaifon , & en fuivant les jours ou ele 4 
comence dans ces 3 ances, & de plus dans les anees 1748 & 
1749, ^ Upfal, il paroit que cete Vile qui eft par 60 dcg. 
de latitude, c. a d. de 11 deg. plus N. que Paris, eft plus 

tardive de i mols , & meme davantaje en Mars , de 20 
lours en Avril , & de 10 jours en Mai. On voit encore par 
les memes Obfervations . aue le centre des tpres df^ la 




ponie & de la Norvege'par 70 dcg. de latit. font pareille- 
mant i mois plus tardives qu'aUpfal ; il n'en eft pas de meme 
des teres de Laponie qui bordent la mer; eles font pref-' ' 
qu'aufTi chaudes & aum hatlves que cete Ville. 

Nous pouvons encore comparer le climat de Suede a 
celui de Paris , par la durce de la vie de TOrge , & par 
le tems ou arivent les nuits de fer. 

Par les Obfervations faites pendant 6 a la ans en divers p^r h <iurf 

cndroits de la Suede, come Upfal, Pitoa, Nafmge dans la dcrorje. 

Norvege , Korn dans ille Bahus , fur le tems que TOqe 

refte fur tere depuis le moment ou on le feme jufqu'a ce- 

lUii de fa maturitd, & ou on le recueille. il paroit que cctc 
Piante vit , 

iUpfa|pattfod.<UUt.dcpuisc,i jufqu'a I yy jours, c.i iij L moicfin 
iPuoa ^4 79 $S 87. 

U vit ]ufqu a 163 jour$ en Obtrobotnie. 

dd iv 

■t 




Ces r^fdtats sVcordenc afTez a tevtx qiie donem les fl*tl« 

tnoiens pris entre les extremes des jours oil les femailles' 
& les moiflbns ont ete faites , come on le vera par la Table 
fuivante. 



Joi:n on i'Orj« Ajt (tmi. 



Jours o& VOr'e fiit raolfTonrf 



E* pluttu \ le ftm x&rd. f 7our moUn | tcplut$t. 



Itfhits^d, I fours mcUns [ P^le on durie 

dm MoiffQTiSm ' moiencdt 

I'Or/c, 



APitoa 19 Mai. 
\ NaJio^ 3S Avril 



*• 



^ 



6 Mai. 

4 Juin. 
13 Juin. 
ii Juin, 



26 Avril. 
a 5 Mai. 
16 Mai. 
27lVUi. 



31 Juillet. 
u Aout. 
7 Aoa:. 
15 Aoic, 



50 Aout. I ry Aout, 
I Senicmb. ' ao. 
aj Aout. I r6. 
14 Sepc * X Sept. 



Ill jours* 
96. 



Les fomes moienes prifes ainfi eutre les femailles les plus 
hatives & les plus tardives , & pareiilemant entre les moif^ 
fons qui les ont fuivies . femblent indiquer par les refultats 
de la Colone 8, qu*en prenant pour terme rrtoien des fe- 
mailles ceuxde la Colone 4, on abrejeroit la vie de I'Orje 
d'autant de jours qu'il i a de diferance entre les refultats 
moiens de la Colone 8 , & ceux qu'ont done les termes 



^es 



(on 

lui 



xuitj^iun. cii^wic iti Vie, l: 

ofophia botanica p. 275 ) 

que 58 jours de duree en 



1 i 

\l il eft probable 
!e I ou le 5 Mai \ 

M. Linneus cite 



Mai 1732, & molflfonele 28 Juillet. 



tx 



Si ces demiires Obfervations , qui font extraites de la diA 

tation de M. Linna?us_ mfimlpp I/'^rn^tJn ^,k^r„.„ ;nr^ree 



dans le \^ voL dp \c^ Amrvn'f^tue J^^^^,^',^^ nas. -i"!* 

le climat 



363 



& 



font exailes , il parokra fans doute etonant que 

de la Suede qui paiTe en general pour plus froid que celui 
<Ie Paris , i m^ne plus promptemant rOrJe a fa maturite ; 
-"' a Paris oil on le feme fouvent aux i^" jours de Mars, 
ou on ne le moiflbne que vers la fin de Juillet , il ref- 
teroit en tere,aunioins 127 jours, en fupofant pour termes 
rioiens , qu'il leve au 1 5 Mars , & qu'on le moiflbne au %0 
Juillet, Cela ne femble-t-il pas indiker qu'on le feme trop 
tot a Paris , & qu'on le recuellleroit egaiemant vers le 20 

le femant que vers les i '* jours d' Avril ; car 
il i a entre le i" Avril & le 20 Juillet iia jours qui fufi- 
fent bien a la vie de I'Orje dans le climat de Paris , puif- 



Juillet 5 en ne 



tfl vrai qu'en le feman 



pendant 



\ 



a 



I 



V -. 



abondante. 



& epier davantajei ce qui rend 



, 



i 



Les ObferVatlons de 6 an^es que. M. Linnsus a pubU^es ^l%l''^^'^ 
8epuis 1746 jufqu'en 1752, & qui donent pour extremes 
le 17 Aout & le I Novembre dont le moien terme eft le 
25 Aout , jour ou comencent les nults de fer , NcSes ferrety 
en Autone a Upfal, tembignent une diferance de pres de 
I mois , ou au molns de 2.3 jours , entre la temperature 
^e ce climat & celui de Paris en Autone. 11 eft probable 
q^e la diferance entre nos nuits de fer, & celes d'Upfal,au 
Printems doit etre beaucoup plus grande , & egaler cele 
qui eft entre la feuillaifon de ces 1 climats ; mais nous ne 



^gard, M 

du Ternn 



.inna^us nous 

omen- 



cent & finiffent ces nuits de fer dont il a dccrit les efets. 
La plupart des Plantes des climats temperes & froids , EfeuiUalfi 

OUitent Imirc foinni/jc t^iic Iac anc • r'p{l- cc Hu'on aoele Efeuil- 



dans 



laifon Defoliatio ou chute des feuilles , qui a fes limites 
b feuillaifon ; car ele arlve plutot dans des anees que _ 
•J'autres. 11 i a i mois de diferance en Oflobre , & 15 jours 
«n Novembre , foit entre le depouillemant des individus les 
plus hatifs & des plus tardifs de la meme efpece , foit en- 



1 



^e les anees les plus hatives & les plus tardives.^ 

On remarque une grande varicte dans la maniere dont ^ 
plupart des Flames quitent leurs feuilles j car 

^ " II i en a qui les laiffent tcmber routes a la fois tons 
ks ans ; 

i" Sur d'autres elcs meurent & fe delTechent feulemant 
*n reftant fur I'Arbre fans tomber jufqu'au renouvelemant 
'^es feuilles au Printems fuivant. Tels font le Chene & le 
Charme ; ce qui femble indiker que ces Arbres tienent un 
Peu des Arbres touiours verds , & que leurs feuilles ne pe- 
^ifient que par le froid , & qu'eles ne tombent que par la 
force de la feve du Printems jointe a I'umidite. 

3° D'autres confervent vertes leurs feuilles jufqu'au Prin- 
ters dans les Ivers doux & fees , come le Jafmin jaune des 
*^ois , le Troene , le Lila , I'Erable de Crete , &c. & eles 
^e tombent qu'au momant ou il comence a en repoufie.r 
je nouveles. Le Figier eft dans ce cas , ainfi que nombre 
«autres Arbres entre les Tropikes. » l 

4^ D'autres enfin les confervent conflamant toute 1 anee ; 



.pel 



Tropikes que dans les climats 



^/ 



».> 



i 



^66 

temp^rcs. Ce n^efl: pas tjue te$ Athtes fie <jui«flt auffl leur* 

feuilles ; mais Us ne faiflent tomber les anclenes que bien aprear 
que les nouveles qu'ils out produites ont pris leur entier ac- 
croifTemaat. - 

Vne particutarite qui m6rite d*etre remarquee , c*eft que 
H Arbre toujours verd , grefc fur un autre , qui quite fes feuil- 
les , les lui fait conferver ; rexperiance a apris ce fait en gre- 
fant le Lauricr-Cerife fur le Nlerifier , & lleufe fur le Chene. 

Le Noler eft un des Arbres qui prenent le plus tard leurs 
feuilles , & qui les quitent le plus tot. 

La temperature de Tair a beaucoup de part a rEfeuillaifon, 
Un Soleil ardant contribue audi beaucoup a la hater ; c'eft 

?our cela que dans certains Etes chauds & iecs les feuilles du 
'illeul & du Maronier jaunifTent des le i" Septembre , au 
lieu que, dans dautres anees, lajauniffene comence qu'au i*' 
Oi^obre 5 mais rien ne contribue davantaje 4 leiir chute 
que le froidou Tumidite en Autone, come la fecherefle tend 
« la retarder ; c*eft ce qu*on vit en 1759 a Paris , ou I'Au- 
tone qui fut tres-fec, laifla fubfifter jufqu'au 10 Decembre 
les feuilles de TOrme, qui tombent, anee moiene, vers le aj 
Novembre. Voici quelkcs refultats moiens que m'ont fourni 
ks Obfervations. 



Irable. 

Coudcicr. 

Marfo* 

Potricr. 

Vxgne. 
Murier, 

TtgHt* 

Orme* 
Abricotict 




Crofeiller blan> 



Noicr. 

Trciic. 

Amandicr, 
Tillcul. 





Fcuplictfioir, 
Tremble. 

Plane. 

Robhia. 

Ponaier. 

Sumac* 

At all Am 

Afpcfjc. 





Arlona. 






Quiccnt Icurs feuillec 
le I O&obre, 



»r 



to. 



*f 



1 Novcmbret 



!•* 



IT 



i#« 



/ 



/ 



939 



* r— ^ 



X 



15 J^Uuraifon & Dtfieuraifdn, 



laFlcuraifon Floratio , & la Defleuralfon Deforampm^ 
nnx Itre confid^rees fous 2 point, de vue diferans^, favoir, 

p Relatlvemant au terns ou a la faifon de 1 anee ou eles 
fe font , ce qiii s'apele fimplemant Fleuraifon ou tloraiioO 

annuele. / ' . , « . , 

2" Par raport a ITieure du jour oh les fleurs s ouvrent , 

ce qui s'apele Epanoulffemant , ou Fleuraifon joumahere. 

Certaines Plantes qui ileuriflent conftamant pendaiit tele 

faifon ou tel mols de I'an^e dans leur climat chaud ou irmd , 

«tant tranfportees dans d'autres cllmats ou les faifonS & la 

temperature font diferantes , chanjent le terns de leur l-leu- 

nifon , pour ne doner des fleurs que dans les mois ou la 

temperature eft analogue a cJe qpi les fait fleunr dans leur 

climat natal 



aouitelftl 



ais. en 



mais , en gln^ral , les Plantes des cUmats les plus frolds ,' 
& celes des montagnes fleurilTent au Prlntems de 1 Europe. 



v-cies Qes irop 
pendant notre Ete. 



emper^s, fleurifTent 



"uant notre tte. ^ ^ <- 1 111^ 

Les Plantes des cllmats temp^r^s , fitnes fous le parallel 

I'Europe, mais beaucoup a notre Occident, come le 

mada.fa Vlmlnle . le Miffimpl , fur-tout celes qui font 



tie rEu_ 

Canada , 



, mais beaucoup a notre 

— -Ma, la Virgmle, le Mifl""r-' " " ,. ,, •, 

vivaces , & les anueles qui fe sement & Invent d eles-me- 

"1" , ne fleuriffent qu en Autone. ^ 

Celes des Pais temp^r^s de rEmisfere aufjral, come du 
Cap Bonne-Efperance,fleuri{rent pendant notre Iver qui elt leur 

Etc. 

Ce n'eft qu'en fulvant ces diverfes confideratlons que nou» 
Pouvons entretenir nos jardlns toujours fleuris de Plantes vi- 
"-- , dont la fleuraifon ne depend pas de nous, come cele 
f-Iantes anueles que nous pouvons avancer ou retarder 

' Jes femant plutot ou plutard. -■ * . i 

Les fleurs fuivent dans leur dpanouifTemant a-peu-pres les 

Atv»^„ I * t rt Ml-- J^^r- !«,!*. /^^irplnnpmant. VoiCI 



\ 



vaces 



>itoiu d€ Paris. 



anees d'Obfervations aux 



> 



I 



J' 



V 



tof 



fftbl 






Cent lei Flantefc 



hdtivis , ranttt tardivts. 



Tctmc 

dela 

chaleur 

n^ccflai- 

rt \U 

fleurai. 

Con, 



Mots 
moien* 
auxqueU 
ripon- 
dent ce« 

nioienes. 






Feuplier bUnC fleutic pac 
Carou , Bais Jenci , Me^ercon 

Coudricr , Ncifeacr* 
If. 

Jctce-ncje. 
£lUooroldcSm 
Uleborc notr. 

Violcce. 



141 dc§. ^54^* 'iy ^' ) >^^ ^* I 1^ ^^^ 



lie 



Garou > Laureole* 
AUrcrne. 

fCocaouillcc male. 



/ 



Ipatike- 

Safun jaune* 

Prime vcrc. 

Tuifilaje. 
Narciffc, Aio. 
Fie an Am 
Ranu nculusfragmites- 



i9o 
114 



©rme. . 




Amandiet. 




Croreilter« 




FruBicr. 


> 


Abricocicr. 




Pecher plein-vent,^ 




Ccrifier. 

m 


■ 


Sore, 


1 

Jiroflcc jauue 


Womicu 
7oiriec« , 


Tulipc jaunc. 
Imperialc, 


Jrcnc. 


Morillc. 


Charme* 


f 


Boulo. 




Sabine. - 

1 ^ 




Trczicr. 


* 


Scuci dc vigile« 




lila. 


- 


Karonier^ 




Noter, 




Ncflief. ^ 




Coignicr* 


\ 


Spirea. 


^ 


^ainicr^ 


> 


riooe^ 


y 

* 



I^O 



300 



4if 



^13 



170 



i8y 
l«4 






"y 



leo 



ii» 



180 i9i 



410P37 



440 3 JO 



T'y|4Jr 



^'ns^s 



ti9 



7ijr 



itf. 



I Marl* 

7* 



T_ 



ir 



ifr 



Avril. 



It 



9 



I 



ioj" 



\ 



Ktfmi 4«i i%u^ 



D^gr^s & cliakur oi fleimf- 

fent fe$ Plantes. 

dela 

clialeuf 

I re i la 
es plot TAfl' l£splas ' fleurad- 

halLVti , rancts tArdiva, * fon. 



Termc • MaSi 
moien moien* 






I £ uxquelf 
r^pon- 
dent ce< 

chaIouT» 
moiencf. 



Sain-foin. 
Orjc. 

Blcs Mars. / 

Stglc. 

Orje d'Autone oil Ercourjon, 
Avene. 

Fromanc* 

TillcuU ' 

Oranjer. 



deg. 






d. 

1,400] 1,100 t |a» Mau' 
i>5<>\ i#40o J X Juia. 



\ 



i,4jo 11© 



X j^'oj l.^S"© I g. 



I,JOO 

3,480 



lOO 

100 

140 



1^700 

ifSoo 



1,^00 
i,7©o 

X>770 



JO« 

2,0* 



SOOoU 



les dlferences entre les Individus les plus hatifs & les^plus 
tardifs a fleurir , font , come Ton voit, a-peu-pr^s les piemes 
tpe pour le developemant de leurs feuilles , c. a d. de i mois 
environ pour celes qui fleuriffent en Fevrier ou Mars , de 15 
jours pour celes d'Avrll, & 8 jours pour celes de Mai & 
Juin. Mais cela n*eil aflez exaft que pour les Arbre 
RantesvivnrM. A I'ranrH des Plantes anueles, come les 



Mars 



en fent 



p 



fctot ou plutard;'& il parolt qu'il eft plus avantajeux pour 
'e climat de Paris de les femer de manl^re qu'ils fleurilTent 



aui 



er 



Jui^, 



c. 



a d. entre le i & le 15 Avril, fi Ton veut 




'Voir les recoltes les plus certaines. 

En Suede, dont le climat eft a-peu-pn^s uc * mwio j/*"* 
^dif que celui de Paris , la Chlcoree , la Laitue de mon- 
le , les Chardons , la Balfamine Noli me tangcre , ne fleil- 

fi'ient qu'apres le 2 1 de Juin , & les Paifans favent come 
P^r un Calendrier que le folftice eft pafle , lorfqu'ils voient 

tes Plantes comencer a fleurir. 

t)e meme que toutes les Plantes ns fleuriftent pas dans 
•3 meme faifon & le mCnne mois, de meme aulii toutes 
teles qui fleuriffent le meme jour dans un meme lieu, ne 
' ^PanoulfTent & ne fe ferment pas a la meme heure. Les 
Jnes s ouvrentle matin , telles , que les Laitues & les Labides : 
° autres a midi , telles que les Mauves ; les autres le foir ou la 
'^t acres le SoIpII cnnch^ ■ tels font aualaues Geranioas > 



% ' Epatiout^ 

fcmaut. - 



I 



des Cierges , &c. & parmi cetes qm 



2 i en a qui fe 
ne Te ferment a 



mt aulu le tnatin , tandis que 
foir. 



II i a a cet egard une grande varicte. li paroit qiie cet 
tpanouiiTemant elt oaere par Televatibn dos facs qui gonfleat 
lies vaiffeaux de ces fleurs, les force a fe redreiTer 6l a s'epa- 
nouir ; mais cete elevation des fucs eilene-meine caafee par 



la chaieur, la lumiere & beaacoap d auti'es circonftances de Tat- 
mosfere qu'on ne peai: foumetre au calcul. Icles que la delica- 
tefTe rend trop fufceptSbles des impreilions du So^eil ou de h 
chaieur, ne s*ouvreat que la nuit ; celes qui ont befoin d'une 
chaleur mediocre pour fai.e elever ces fucs , ou dont les fucs 
ne s'elevent que le matin ou le foir , ne s'epanouiflent qu'a- 
lors ; & celes qui ont befoin d'une chaleur plus vive ne s'ou- 
Yrent que vers midi, C'eft fans doute pour cete raifon^ que 
la chaleur de Tair ctant plus grande entre les Tropikes qu'iil-^ 
leurs, les Plantes que Ton tranfporte de ces climats dans 
les Pais temperes ou froids de 1' Europe s'i epanouiffent beau- 
coup plus tard : c*eft ainfi que telle Plante qui s'ouvre a 6 
heures du matin en Ete au Senegal, ne souvre qa'a S 
ou 9 h. dans la meme faifon en France, & a lo heures en 
?uede : cele qui s ouvre a 8 h. au Senegal . s'ouvre a xo h. 
en France'. & a 12 h. en Suede: cele 



q 



h. 



a 



ou au momsperd fa corole, & fouvan; ne fruftifie pas en 
Suede; enfm, cele qui s'ouvre a 1 2 h. ou a i ou 2 h. du foir au 
Senegal ne fleurit & ne fruaifie , ni en France , ni en Suede : 
a en efl de m^me de la plupart des Plajites de tios climats 
temperes, tranfportees au Senegal. 

Ainfi tomes les remarques qu'on pouroit faire a cet egard , 
ne font bones que pour le chmat ou eles ont ete faites , 
& le Tableau que M. Linn^us en a publie fous le nom d'Or- 
loiie Botanike , n'eft exaft que pour le climat d'Upfal ; il 
«n faudroit faire autant qu'il i a de climats fur la tere , ou au 
moins de 10 en 10 degres qui m'ont paru doner une diic- 
xance de i heure- Le Tableau que je vais doner ici, efl celui 

de M, Linnaeus qui ne difere g " 

^'on pouroit faire pour le d 

3 claffes les fleurs folaires, c. a d, qui s'epanouiflen't pen- 

ilant le^jour, favoir 1** les Mcteorikes ; a° les Tropikes 

3 




e Paris. II diftingue en 



J? Les fleurs Mcteorikes font celes 



*' 



^ouiffemant eft d^f an]^ par Tetat de ratmosfSrd , & qui 

lie s'ouvrent pas lorfqu'll eu n^buleux, ou qui fe ferment lorC* 
qu'apres leur epanouiflemant il vient a paroitre un gran<I 
nuaje qui menace de la pluie. C'eft ainfi que le fouci du Cap' 
Bonne Efperance qui s'ouvre comun^mant a 7 h. du matin , 6c 
fe ferme a 4h» du folr dans les jours fereins, anonce la pluit 
lorfqu'il ne s'ouvre pas a 7 heures. 



2% Les fleurs Tropikes font celes qui s'ouvrent le matin ; 
8c fe ferment le foir tous les jours 



mais dont I'heure de V& 



panouiffemant avance ou retarde felon que la longueur du jour 
croit ou diminue ; de forte qu'eles fuivent les heures Baby* 
lonlques ou inegales, 

3^ Les fleurs Equinoxiales s'ouvrent a une certaine heur« 
fixe du jour, & fe ferment fouvant ^ une heure markee : 
eiles fuivent les heures Europ6enes ou ^gales* 

T 

Ctloge Bocanike^ 6u Tableau de Theure de rEpaneuifTemant de certatuei flen^ 

i Upfal > par ^o deg. dc laiicudc Bor£alc« 



RettTMduleyer, 
Matin. 



Nomi (le$ Plantej Qhkrritu 



Heures Ai coucher^ 

c. ^ d. ou fe fiexmcca 

cei memej fleurf. 



Matia. 



S<>ir. 



3 i S heures 



4Uk 



JU 



€ 



^h 



tit 

7 



Tragopogon lutcumm 

Dens leonisfoliis irfutis & afperis» 

Icrakion Echioldcs capitutis Cardui BencdicU 

majus & minus. Diosk* 
Chikorion^ 
Sonchus Tingitanus Papaveris folio 

letvis. 
Papaver cauU afullo \ floro follisjimplicilusfinuatls* 
Emtrokallis Asfodcli radicc. 
Tragopogon foli'is gramineis irfutis* 
Dens leonls latiore folio. 

Icrakion annuum Endiviafoli0 , capiu magnom 
Lapfana Ragadiolus^ 
Kondrilla vtfcofa annua* 

Icrakion fruticof urn an gu fit folium umhilUtum 

latifolium* 

murorum pllofum* 

flora fuavc rubcnte, 

Entimo , fiorc atro purpurcom 

magnum* DaUch. 
Sonchus rcpens multis icrakion majus* 

a/her arborefccMSt 
Aluffoides. lour^ 
Falangion* 

^Huca fatty a* 

montantk laclniatafion curidc^i 



^i]«Iu 



II ou 

to i XI 



3h 



21^ 11. 

■ \ 



7. 



II. 

II. 

10 i 

19* 



111 



tin 

t. 
4- 



4« 



to 

It. 



/ 



Vo6 



Hetxn du Icfer , 

It des fleufs. 
Maan. 



Nomi del PlaAtei obCerv^fift 




7 



7i« 



fh. 






10 ill h. 



Soir. 



5 heures. 



Hnite«3ucoucJifc; 

c. i d. oil (e fcrmcrtt 
ce» memes flcurs. 



\ 



Matia. 



Soir. 



JC^/^^ afrlcana pediculisjlorum cilindricis^ 
Numfala alba* 
lerakion hmdrilldi folio •, radtce fucclsa, 

intubacdum latifolium caphulU ijpldt 
Miifc nhruon foliis aplce barhatis* 
( Vojfia ) Ficoides linguiformis* 
Anagallis c^nileo fiort 

rubra flore^ 

Tunica fyCveJirisprolifera* 

lerjklon f i to fella major repens irfutam 

C^ha arvenjis, 

Mefem bruon Plantaginls folio crijiallino^ 

Ponulaca hortenfis. 

{ Ti{f<x ) Alfine fpergut^ f^^i^ miMr^ 

Maiva repens flore ehulo, 

( Gafoul] Flkoidcs kali folio* 



J a 4 

i 



ti i II 



/ 



I, 



Bcllc dc nuit. 

Geranlon trifled 

Silent no3:i flora, 

Cerens % gonus tenuis gran diflor us. 



It hi 



Mais ces heures de la fleuraifon ne ^oni pa^ un terme bieii 
fi:!Ce ; ce terme varle dans chake faifon felon fa temperature , 

6 a-peu-prb dans la meme raifon que dilerent entr'eux les 
cUmats de la Zonetorride, des Zones temperees& glaciales; 
€n forte qu'au Printems & en Autone ou il fait i fois molns 
chaud qu'en Ete , les memes fleurs s'ouvrent & fe ferment i 
ou a heures plus tafd : c'eft pour cela qu'on a mis fouvant dans 
la I*"* colone 2 chifres, come 5 a 7, 6 37, qui indlquent 
que la mcme Plante s*ouvre a 5 h» du matin en ete , & a 6 ou 

7 heures au Printems & en Autone j il en eft de meme pour le 
terns oil eles fe ferment. 

X _ 

16. Maturation des Fruits • 

Les Plantes qui fleurHTent au Printems fru£lifient comu-^ 
nemant en Ete. . ' , ' 

Celes qui fleuriffent en Ete fruftlfient en Autone* 



Celes qui donent leurs fleurs en 

font 



Autone fruftifient eti 

*; pcrir, ou qu'on les 



tient dans des ferres : ce font ces gelees qui brulent , avant 
qu'eles aientpumontrer leurs fruits, laplupart des Plan'''-*= -^i- 
racesde Virginie & du Miffiffipi, qu'on cukivc en F 



tes Vi- 
France , 



tes Plantes qui fleuriflent pendant notre Iver , come 



celes 



1 



e 



cdes du Cap-Bone-Erperance , fhiSi{i.ent au f^rmtemg dans 

«osferres: ( V. ci-apres artic. 19. ) .' 

Le terme de la maturation des fruits' avec celui de la 
feuillairon ou de la germination des Plantes , donent Tef- 
p3ce ou la durt^e de Jeur vie , qui qR d'autant plus courte 
four Ja m^me efpece que le climat 'ou on relcve eft plus 
cn^d ; &