(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "New etymological French grammar: giving for the first time the history of ..."

This is a digital copy of a book that was preserved for generations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 
to make the world's books discoverable online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 
to copyright or whose legal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 
are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other marginalia present in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journey from the 
publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we have taken steps to 
prevent abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automated querying. 

We also ask that you: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use these files for 
personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort to Google's system: If you are conducting research on machine 
translation, optical character recognition or other areas where access to a large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for these purposes and may be able to help. 

+ Maintain attribution The Google "watermark" you see on each file is essential for informing people about this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it legal Whatever your use, remember that you are responsible for ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can't offer guidance on whether any specific use of 
any specific book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liability can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full text of this book on the web 

at http : //books . google . com/| 



y Google 




Digitized by VjOOQIC 

i 



^^^ 



Digitized by VjOOQIC 



y Google 



y Google 



y Google 






NEW ETYMOLOGICAL 

FREIGH GRAMMAR 



RFP 






vGoogle 



Les exemplaires noii revdtua do la double signature de Huiteur" 
et des editeurs ^eront r^put^s contrefalts. 




OUVRAGES DU MEME AUTEUR 
Sur la Langue franpajise 

EN VENTE A LA MEME LIBBAIRIE 

NOUVELLE Gbammaiee franqaise {cours e'lementaire), 2«edit. 
cartonnee , 1 fr. 

NouvELLE Grammaiuk FBANgAiSE [couvs moyen)^ avec der. 
notions de gram rnaire historique. 4* edition, cartonuee. I I'r. 5o 

NouvELLE GRAMMAiRE FRANgAiSE [cours supeHeur), avec des 
notions sur Tliistoire de la langue et en particulier sur les va- 
riations de la syntaxe du xvi« au xix' si6c'e. 4** edition. 3 fr. 50 

EXEECICES ET QUESTIONNAIRE SUR LA NOUVELLE GARMMAIRE 

franqaISE de M, Ghassang- (cours e'lementaire), par M. Hum- 
bert, agrege de TUuiversite, professeur au lycee Henri IV, 
2« ed., 1 vol. in-12 cart * . . . . 1 fr. 25 

EXERCICES E'BrQUESTIONNAIRE SUR LA NOUVELLE GRAMMAIRE 

PRANgAiSB de M. Ghassang [cours moyen), par M. Humbert, 
2' edit. 1 vol. in-12 cartonne 2 fr. 

(EUVBES DB La BruyAre, avec introduction, variantes, notes et 
lexique, par M. A. Ghassang, 2 vol. in-8'^ 15 fr. 

Vaugelas. — Remarques sur la langue pranQaise, nouvelle 
edition avec les notes des comm^mateurs du xvii' si6cle, pur 
M. A. Ghassang. 2 vol. in-8° 15 fr. 



2S3. — PABXS. — TYP. TOLMEB ET C^*, 3, BUE I) li MADAME, 



y Google 



NEW ETYMOLOGICAL 

FRENCH GRAMMAR 



GIVING FOR THE FIRST TIME 

THE HISTORY OF THE FRENCH SYNTAX 
BY -, t 

A. CHASSAN& 

I 
Laur6at de 1' Academic franC'aise, 
Inspec^ur general de rinstruction pnblique 



WITH INTRODUCTORY REMARKS 

FOR THE USB OP ENGLISH SCHOOLS AKD COLLEGES 
BY (^ t ■ 

L. Paul BLOUET, B. A. 

French Master, St-Paurs School. Examiner at Christ's Hospital 
LONDON 



f 



Ouvrage adopte 

pour Iq^ Ecoles de la Villa 

• de Paris ' ' * " 



D 



SPECIAL EDITION 



LONDON 



' HACHETTE ET C*« 

18, KING WILLIAM STREET, 18 

w. c. 



DULAU ET 0« 

37, SOHO SQUARE, 37 

w. c. 



PARIS 
GARNIER FRERES, LIBRAIRES-EDITEURS 

6, RUE DES SAINTS-PERES, 6 



'.^' 



y Google 



• « • t • • 



THE NEW vof>K 



y Google 



PREFACE 



Up to this time historical French grammars have only 
given the rules of lexicology and the history of these rules. 
This grammar, besides, gives for the first time the history 
of the French syntax. 

M. Darmesteter, the learned professor of the Sorbonne 
and one of the greatest authorities in France on philology, 
• says of this grammar : *^ The syntax is the developed part 
of this work... It is new, original, and will be found most 
interesting both by teachers and students. The changes 
that usage has admitted into the syntactical constructions 
will make students understand the true character of 
grammatical laws. The New French Grammar is a real 
improvement upon the classical works of this kind in 
France. M. Chassang forwards the study of syntax and 
greatly contributes to spread a great number of just ideas 
and new facts. " 

fO \ ^® ^^^^ ^^^ nothing of our own, as the main part of our 
modest share in this work, is its introduction into 
d England, where we sincerely trust it wiW be welcomed as 
t* it has been in France. 

^ Besides the syntax, which is the main feature in this 
^grammar, we particularly recommend to students, pre- 
paring for examinations, the chapters on the plural and 
feminine of nouns and adjectives, and the chapters on verbs, 
the irregularities of which are all explained. 

Digitized by VjOOQIC 



^ VI — 

As this grammar is only intended for advanced students, 
it has been kept in French, and in its entirety. At the 
same time, introductory remarks have been added with 
TcTerence to the passages of the French syntax which 
require modifications, explanations or additions, in order 
to be used with advantage in English schools and colleges. 

L. Paul Bloubt. 



y Google 



INTEODUCTION 



GENERAL REMARKS. 



ArapJjre says: « The French language is a Latin lan- 
;riiage ; CeUic words have remained in it ; Germanic 
words have been added to it ; but the Latin words are 
ilie language itself. » 

The universality of the Latin language was already 
acknowledged in the second century by Plutarch : 

(Platonic Questions, X, 3, 3.) 

This universality of the Latin language, St. Augus- 
tine says, is in conformity with the designs of divine 
Providence: « Opera data est ut imperiosa civitas non 
solum jugum, verum etiam linguam suam domitis gen- 
ii bus per pacem societatis iraponeret. » (De Civitate 
Dei, XIX, 7.) 

Not only are French words of Latin origin, but the 
syntax is Latin. 

Tirneo nb hoc j^ropalam fiat (Plautus), je crains 
que cela ne se ddcouvre (I fear this may be discovered). 

Hand multum abfuit QUrN inter fic&i^etur (Livius), 
peti s'enfallut Qv'il i^Efut tue' (he was very near being 
killed). 



y Google 



— VIIJ — 

Inde implevi hirneam (PLAUTUS),y'EN at rempli le 
vase (I filled the vase with it). 

Quid Novi? quoi DE nouveaut (what news?) 

Nihil BONI, rien DE hon (nothing good). 

The same idioms appear, but sometimes with a change 
of meaning. 

Ibi sum (Terentius), I attend to '\i\fY suis, I have it, 
lam ready. 

In aurem utramvis otiose ut dormzas (TEREN*rius), 
afiji que tu dormes paisiblement sur LES deux oreilles^ 
(in order that you may sleep peacefully without any 
anxiety). The idiom would have been exactly the same, 
but for the change of sur Vune ou V autre oreille into 
sur les deux oreilles^ a change for the worse, it should 
be added. 

But the French language does not come from the clas- 
sical Latin, from the Latin of Cicero and Virgil; it comes 
from the sermo pleheius, from the Latin that was spoken 
by the soldiers aud husbandmen who followed Caesar 
into Gaul; by men who no longer understood the delicate 
inflexions of Latin, but simply used tw^o cases: the nomi- 
native and the accusative; by men who declined tern- 
plum like dominus^ and studia, the plural of studium^ 
like mensa. 

So complete was the conquest of Gaul, so superior 
was the civilisation of the Romans to that of the 
vainquished, that the Celtic language soon disappeared 
little by little ; and we may understand how complete 
this conquest must have been, when we consider that 
only very few Celtic words are now to be found in 
French. 

In the fifth century the invasion of the Germanic tribes 
brought a new element into the language. But, whilst 
the Romans imposed their tongue on the Gauls, the 
Germans, on the contrary, had to adopt that of the people 
they had conquered, simply because they found in Gaul 

Digitized by VjOOQ IC 



— IX — 

a nation much more civilised than they were themselves. 
The French language has not retained much more than 
five hundred Germanic words, mostly war and hunting 
expressions. The language remained Latin, and the 
syntax continued to be Latin. 

After many modifications, the language of the Gauls 
became, in the eleventh century, a new language, called 
the langue d*oil (1), and spoken in all that part of 
Frince hituated north of the Loire. This language was 
destined to be the French language. 

in the south of France, the langue d'oc (2) gave birth 
to four distinct dialects, viz. the Limousin^ the Lan- 
guedocien^ the Gascon and the Provencal. 

The langue d'oil comprised four dialects, viz. the 
No7*man, the Picard, the Burgundian and the French 
or dialect of the Ile-de- France. 

The French dialect of the langue d'oil took precedence 
of the others, from the fourteenth century, that is, from 
the time when Normandy, Picardy, Touraine, Berry, 
were annexed to the Royal domain, the nucleus of 
which was the Ile-de-France, Later on Burgundy was 
united to this Royal domain, which soon extended to 
the Pyrenees and the Alps, and the langue d'oc became 
a mere patois, making room everywhere for the langue 
d'oily now the French language. So that, properly 
speaking, the French language really began to exist in 
the fourteenth century. 

The main difference between the langue d'oU and 
the French language is that the former used two cases, 
viz. the nominative and the accusative, whereas the 
accusative was the only case^ retained in the latter (3). 

(1) Langue d^oil, thus called because the sign of affirmation was 
oil (Latin hoc I'Uud) . 

(2) Langue d*0Cy thus called because the sign of affirmation 
was oc (Latin hoc), 

. (3) There are a few nominatives still to be fonnd in French, snch 

a. 

Digitized by VjOOQIC . 



The disappearance of the nominative case gives 
to the French language that analytical character which 
distinguishes raodern languages from the synthetic 
languages of antiquity. 

To understand the formation of the French language, 
we must therefore study its Latin origin, and the history 
of the transformations which it has undergone up to the 
present time. 

To proceed according to dates, we must, to begin with, 
mention the Celtic words which are still remaining in 
French, such as : 

Solde, p2iy; soldat, soldier; soudard, soldier (with the 
pejorative termination ard) — cum sexcentis devotis, 
quos illi soldurios vocant. (Cajsar.) 

Bee (beak) — cui Tolosae nato cognomen in pueritia 
Beccn fuerat; id valet gall inacei rostrum. (Suetonius.) 

Lieue (league) — Non. millenis passibus, sed leucis 
itinera metiuntur. (Ammianus Marcellinus.) 

Dune (down) and the suffix dun ( Verdun, Chdteaudun, 
Verodunum, Castellodunum). 

jGlaSy knell. 

Crty shout, scream. 

Etc. 

Then came with the conquest of Gaul by the Romans 
all the Latin words, which really form the language. 
It will have to be said, further on, how these words were 
formed ; these same words will also have to be compared to 
other words that were formed from the Latin at a later pe- 
riod, and the formation of which is altogether different. 

The fifth century, with the invasion of the Barbarians, 
brought a few hundred Germanic words, such as: guerre 

as fils^ soeur. Sometimes the two cases are slill both in existence, 
but with different meanings : maire (major), mayor ; majeur (ma- 
jorem), of age; sire (senior), sire; sieur, seigneur (seniorem), 
lord; pdtre (pastor), shepherd; pasteur (pastorem), pastor; 
chantre (cantor), chorister; chanteur (cantorem), singer. 

^^^ Digitized by VjOOQ IC 



— XI — 

(werra), war; heaume (helm), helmet; houquin (buch), 
book; ro55e (ross), jade; etc. These words must not be 
confounded with words of modern German origin, 
which were introduced in the seventeenth century. 

The twelfth and thirteenth centuries, with the cru- 
sades, witnessed the appearance of a few Arabic words, 
such as : amiral, caravane^ derviche, sultan, and scien- 
tific words used in astronomy, as : nadir, zenith; or in 
chemistry and mathematics, as : alcaliy alchimie, eli- 
xir, algebre, z^ro, chiffre. But these words had no in- 
fluence on the popular language, as they were only used 
in the scientific works of the middle ages. 

In the sixteenth century the wars in Italy were the 
cause of the introduction of many Italian words, such as: 
aquarelle (acquerello), w^ater-colour ; escorte (scorta), 
escort; Jawg'we(banca), bank; Ja/con (balcone), balcony; 
earnaval (carnevale), carnival. 

In the sixteenth century, one of the mostimportantfacts 
in the formation of the French language occurred, that is, 
the introduction of words of Greek and Latin origin. 

At the end of the sixteenth century and at the beginning 
of the seventeenth, when Malherbe, the great and wise 
reformer, had succeeded in calming the ardour of the 
unbridled latinists, and in restoring to the language 
the old words that such men as Du Bellay, Ronsard 
and others, had replaced by words directly copied 
from the Latin, another foreign element was added. 
The seventeenth century took Spain as a model. The 
wirs of the Ligue and the accession of Henry IV caused 
a great many Spanish words to be added to the Frencfi 
vocabulary, such as : duigne (dueiia), duenna,; hdbler 
(liablar) to boast; n^gre (negro), negro. 

In the seventeenth century, the modern German lan- 
guage supplied a few words, most of which are, as in 
the case of Germanic words, war expressions, such as : 
vaguemestre (wagenmeister), baggage-master; bitfouac 

' Digitized by VjOOQIC 



— XII — 

(beiwache), bivouac; schlague (schlagen), flogging. 

Now we come to the end of the eighteenth century 
and to the nineteenth century, the age of scientific 
discoveries ; neology will be hard at work. A name will 
have to be given to every neiy discovery : dlectri- 
cztd, t^l^ffraphe, photographies oxyg^e^ hydr^ogine. 
Besides these words which are ail formed from the 
Greek, the French language borrowed many expressions, 
from the English, all commercial, political, naval expres- 
sions, such as : paquehot (packet boat), steamer; coke^ 
express, rail^ wagon, budget, jury, fashion, turf, jockey, 
club, tunnel, etc. 

Some of these English words were at first taken from 
the French. Fashion is fagon (factio); budget, in 
English, comes from the old French bougette (King's 
privy purse) ; tunnel is the same as tonneau, in old 
Trench tonnel. 

We have now to study more minutely the words of 
Latin origin. In this view, we must divide them into 
two classes : 

Words of popular formation; 

Words of modern or learned formation. 

The loords of popular formationyfevQ spelt as they 
were pronounced, and were formed according to rules 
which we will estabhsh a little further on. 

The words of modern formation were introduced by 
ihe savants and the poets of the sixteenth century, and 
exactly copied from the Latin, in defiance of all the laws 
by which words of popular origin were formed. The 
spelling»of the former words is phoneiic, the spelling 
of the latter is etymological. In old French, for instance, 
we see the word edicion; this word is now spelt Edition ^ 
though the t is still sounded like a c. The consequence 
is that we have two words, editions (editions) and nous 
Editions (we were publishing), which are spelt exactly 

K. Digitized by VjOOQ IC 



— XIII — 

ihe same, but are sounded differently : the t is sounded 
like a c in the first case, like a Mn the second. 

In old French, again, we find 'pois (weight), from 
pensum^ like mois (month), from mensem. But the 
etymologists of the sixteenth century derived it from 
pondus, and spelt the word poids, with a rf, to recall 
its etymology. 

The same men spelt Itvrey libvre; chevaux^ che- 
vaulxy forgetting in the first case that the labial v had 
taken the place of the labial b; in the second instance 
that the I had already been softened into u. 

The same grammarians also tried to restore to 
French words the genders they had in Latin. Thus, tbey 
tried to make masculine all the abstract nouns in ew 
which were feminine in French, but masculine in Latin. 
They succeeded in the case of two ; from that time hon- 
neur 2Lnd labeur have been masculine; so has amoiiVy 
in the singular, but it is still feminine in the plural. 

From an etymological point of view, all the words 
which the grammarians of the sixteenth century 
borrowed from the Latin are far from being interesting : 
all the laws, according to which French words were 
formed from the Latin are violated. The tonic syllables 
are no longer the same, for these new words are sounded 
in the same manner as the old ones, that is, have the 
last syllable accented, except those ending in e mute, 
which have the last but one. 

The Latin porticus^ for instance, had given porche ; 
the grammarians of the sixteenth century made porti- 
que. From the Latin organum we have the old word 
orgue\ from the sixteenth century we have organe. 
These words ^or^e^M^, or^«^^, adapt themselves easily 
to the French language, but the great law of formation, 
that the tonic syllable in Latin remains the tonic syllable 
in French, is violated. 

The following words, which are called doublets^ 

Digitized by VjOOQ IC 



XIV — 



because they were derived from the same Latin words, 
will show the different processes of formation. 





OLD 




MODERN 




LATIN. FORMATION. 


FORMATION 




acrem. 


aigre, 


sour. 


ftcre. 


acrid, slmrp ; 


advocalum. 


avou6, 


solicitor, 


avocat. 


barrister; 


articxdum. 


orteil, 


toe. 


article, 


article : 


augustwn. 


aoftt. 


August, 


auguste, 


august; 


ausciUtare, 


ecouter, 


to listen, 


ausculter, 


to auscultate ; 


blasphemare. 


blamer, 


to blame, 


blasphemer. 


to blaspheme ; 


capilale. 


cheptel, 


lease of cattle, 


capital, 


capital ; 


cattsam. 


chose. 


thing, 




cause; 


cttmulare. 


combler, 


to fill up, 


cumuler, 


to cumulate ; 


decimam. 


dime, 


tithe. 


decime , 


penny (tenth of a franc); 


doiare. 


douer, 


to endow, to gift 


, doter, 


to endow, to portion ; 


eocamen. 


cssaim, 


swarm, 


exnnien, 


examination ; 


fragilem. 


fr^le, 


frail, weak, 


fraj^ile, 


frail, brittle; 


hospUalem. 


hdtel, 


hotel, 


hOpital, 


hospital ; 


integrum. 


en tier, 


whole, entire, 


intfegre, 


upright; 


jualiliam. 


justesse, 


justness. 


justice, 


justice ; 


lib&i'are. 


. livrer, 


to give up, 


lib6rer. 


to liberate; 


laborem. 


labour, 


tillage. 


labeur, 


labour; 


legoHem, 


loyal. 


loyal. 


16gal, 


legal, lawful ; 


minislerium. 


m6tier. 


trade. 


minist6re, 


ministry ; 


mobilem. 


meublo, 


furniture. 


mobUe, 


movable; 


nativvm. 


naTif, 


simple, innocent 


, natif. 


native ; 


navigare. 


nager, 


to swim, 


naviguer, 


to navigate ; 


parabolam. 


parole, 


word. 


parabolo. 


parabola, parable; 


pensare. 


peser, 


to weigh. 


penser, 


to think ; 


pietatem. 


pltl6, ' 


pity, 


pi6t6. 


piety ; 


porlicivm. 


porche, 


portal, 


portique, 


portico, porch 


potionem. 


poison, 


poison. 


potion, 


draught ; 


quadragesimam, carGme, 


Lent, 




ralionem. 


raison, 


reason. 


ration, 


allowance, ration ; 


rigidum. 


roide. 


stiff, 


rigide. 


rigid, <!trict ; 


sae)'amentimi. 




. oath, 


sacrement, 


sacrament ; 


securitatem. 


stbret^, 


safety. 


8<knirit^ 


security; 


sepware. 


sevrer, 


to wean, 


s^parer. 


to separate. 


etc., 


etc. 




etc. 





There are also doublets of another kind. More than 



y Google 



— XV -- 

once the same Latin word gave two words to tlie popular 
language. Ex. : 

capsanty chdsse, shrine ; caisse, box ; 

cupam^ cuvey vat, tub ; coupe, cup ; 

credentiam {\)f cr^ance, credit; croyance, belief; 

laxare, Idcher, to let go; laisser, to let. 

Sometimes the doublet came from the Latin, but was 
only introduced into French through a foreign lan- 
guage. Ex. : 

Nige7\ noir, black; Spanish negroy negre, negro. 
locare, loner, to hire; Italian loggiare, loger, to lodge. 

Although the words of old formation bear, in appearance, 
less resemblance to the corresponding Latin words than 
those of learned formation do, we shall see that they w^ere 
formed by invariable, though unconscious, rules. These 
rules are fixed, and areall dependent on the tonic accent 
of the Latin word. 

The general rule is this : 

The tonic accent of the latin word remains 
the tonic accent in the french word. 

In Latin, the tonic accent is on the penultimate if this 
syllable is long, or on the antepenultimate, if the penul- 
tinaate is shoi*t. 

In French the tonic accent is always on the last syllable, 
except in words ending in e mute, when the tonic accent 
is on the last but one. 



cantorem. 


chant&ur. 


singer; 


amdre. 


a%m4r, 


to love ; 


porticum, 


porcke. 


portal ; 


organum. 


orgue. 


organ; 


imdginem, 


imdge. 


image, picture, 



(1) The grammarians of the sixteenth century introduced, besi- 
des, cr^dencey credence, buttery. 



y Google 



— XVI 



This rule has no exception. 

We see, for instance, in old French, the imperfect 
of the subjunctive of verbs of the first conjugation con- 
jugated in the following manner : 



amdvissem 


qne 


faimajise 


amdvisse.'i 


» 


tu aim asses 


amdvisset 


)> 


il aimast 


amavissemiis 


» 


nous aimissions 


amavissetis 


» 


vous aimissies 


amdvissent 


» 


Us aimassent 



It was only from the fourteenth century that, by 
assimilation, the first and second persons of the plural 
became aimassions and aimassiez. 

Let us see by what rules the people managed to retain 
the Latin tonic accent. 

Firstly. — By suppressing the atonic or unaccented vowel 
preceding or following the tonic vowel. Ex . : 



bon(i)iatem, hont^, 

pos{\)turam, posture, 
christian(i)tatemy chr^tient^^ 

cum(\i)larey combler, 

corp[\x)s, corps 

temp(\i)s, temps, 

spectac{u)liim, spectacle^ 

epist{o)lamy ^pitre. 



kindness ; 
posture; 
Christendom ;* 
to fill up ; 
body; 
time ; 
spectacle ; 
epistle. 



The long syllable, which precedes the tonic vowel, 
generally remains in French. Ex. : 



hondrdre^ 

vestlm.4ntum,j 

peregrinum, 



honor er, 

v^tementf 

pelerin, 



to honour ; 

garment; 

pilgrim. 



Ex. 



But sometimes we see this long syllable suppressed. 



castigHmentunt, chdiiment, 

sacrTlm&ntuyn, s^rmcnt, 

latrZcinium, larcin, 

matutinum, matin, 



chastisement ; 
oath ; 
thellfc ; 
morn in i^. 



y Google 



XVII 



Remark. — When the atonic vowel, preceding the 
tonic, occurs at the beginning of the word, it is gene- 
rally retained in French. Ex. : 



Ferocem, favouclie. 


wild, 


f&roce, ferocious ; 


fidMem, feal, 




liege, 


fideley faithflil. 


Secondly. — By 


often suppressing the median or mida 


nsonant, between two 


vowels. Ex 




ma{g)istrum, 




maitre^ 


master ; 


se(Q)urum, 




sur. 


sure; 


ma{i)urum, 




miir, 


ripe ; 


au{g)iistumy 




aoutf 


August ; 


li{g)are, 




Iter, 


to tie ; 


lau{^)are 




louer, 


to praise ; 


lo{Q)arey 




louer, 


to hire ; 


pU(c)are, 




plier. 


to fold ; 


cait)enam. 




chaine, 


chain ; 


ro(l)unditm^ 




rond, 


round ; 


pa{\)6remy 




peur. 


fear; 


etc. 




etc. 


etc. 



We see that sometimes the suppression of the median 
consonant involves that of the first syllable. 

The first syllable is often suppressed, when it is 
atonic, and comes before the tonic, although the median 
consonant remains. Ex, : 

illorunif leur^ their ; 

amXnculum, oncle^ uncle; 

Apdlianiy Pouilley Puglia. 

Such are the rules, unconscious, spontaneous, yet 
perfectly fixed, according to which French words were 
formed. 

The fundamental rule is the preservation of the tonic 
vowel in Latin ; all the other rules are consequences of 
it. This tonic syllable always remains, and the others 
gravitate round it : thence a system of mutilation which 
applies both to consonants and vowels, and which 

Digitized by VjOOQIC 



— XVIII — 

always has a tendency to make the Latin tonic syllable 
the last, the only accented syllable in French. 

When the atonic vowel, following the tonic, is ndt 
suppressed, it becomes mute in French (see § 24). 

Thus we have : 



Bosam^ 


rose^ 


rose; 


Hospitemy 


hdte, 


host; 


Spectaculiim, 


spectacle, 


spectacle; 


Legere, 


lire. 


to read ; 


Lupantf 


louve^ 


she -wolf; 


Molere, 


moudre, 


to grind; 


Catenam, 


chaine, 


chain. 


etc. 


etc. 





Remark. — In the case of a few words we see that, 
contrary to the rule, the atonic vowel, preceding the 
tonic, has been preserved, on account of the difficulty 
that would have been experienced in sounding the 
word syncopated according to the rule. Ex. : 



Asperitdtem, 


dpret4, 


roughness ; 


Castitdtem, 


chastet^, 


chastity; 


Sanctitdtem, 


saintet^. 


sanctity, holiness; 


AbstinMtiamy 


abstinence, 


abstinence; 


Inimicum, 


ennemif 


enemy. 


etc. 


etc. 





In the word soucier (solllcitdre), the atonic syllable 
ci was preserved, but, as a compensation, the other 
atonic syllable It was suppressed. 

We have seen what became in French of the classi- 
cal Latin words used in it ; but whenever the lingua rus^ 
tica had a word of its own, the French always adapted 
it, and never made use of the corresponding classical 
word. Ex. : 



y Google 



— XIX'— 



CLAaaiCAl. LATIN 


POPULAR LATIN 


FRENCH 




EquuSy 


cahallus, 


cheval. 


horse; 


Felis, 


catics. 


chat. 


cat; 


Pxigna, 


battalia, 


bataille, 


battle ; 


Hehdomas, 


septimana^ 


semaine. 


week; 


Iter, 


viaticum, ^ 


voyage. 


voyage 


Urbs, 


villa, 


ville, 


town; 


Jus, 


directits. 


' droit. 


law; 


Ignis, 


focus. 


feu. 


lire; 


LuduSy 


jocus. 


jeu, 


play; 


Os, 


bucca. 


bouche. 


mouth; 


etc. 


etc. 


etc. 





After the invasion of the Germanic tribes, the language 
became still more vulgar, for these conquerors could 
not impose their language in Gaul, and had, on the con- 
trary, to adopt that which was spoken in the country 
tliey had invaded ; the consequence was that many 
Germanic words got latinized ; such as alod^ hann^ ma- 
rahscalh, siniscalh^ which became alodium^ bannum, 
mariscallus, simscallus, and later on alleu (hereditary 
estate), J«ij(ban), mar^cAa/ (marshal), sdn^chal (senes- 
chal). 

The following is an extract from the « Glossary of 
Reichenau », the first monument in French. The date 
is 768, the year in which Charlemagne ascended the 
throne. This glossary was compiled to explain the 
most difficult passages in the Bible. 



TKXT OP THE 
BIBLB 



FRENCH THANS- 

LATION OF THE 

Vni CENTURY 



MODBRN FRENCH 



rive, shore ; 

coupdble, guilty; 

merci, thanks ; 

prater, to lend; 

Mutuo acce- impruntatum favais emprunt^, I had bor- 

peram, habebdm, rowed; 

Pallium, drapum^ drap, sheet ; 

h 



Litus, ripa, 

Reus, culpabilis. 

Gratia, merces, 

Mutuum dare,prestare. 



y Google 



— XX - 



Galea, 


JietmOj . 


heaume, 


helmet; 


Sindones, 


lincioloy 


linceul. 


shroud; 


Sagma, 


soma vel sella 


, somme or selle. 


saddle ; 


Da. 


dona, 


donne^ 


give; 


Rerunij 


caitsarum, 


des choses, 


of things; 


Dense, 


spisse. 


^pais. 


thick ; 


Singularite^' 


solamente, 


seulement. 


only; 


Tugurium, 


cahanna, 


cabane, 


hut; 


Mutuare, 


impruntare^ 


emprunter. 


to borrow; 


Colafis, 


colpiSj 


coups, 


blows ; 


Pruina, 


gelata, 


geUe, 


frost ; 


Sublatum, 


subportaturriy 


supports, 


lifted; 


Minas, 


manatees, 


menaces, 


threats ; 


Fex, 


lias, 


lie. 


sediment; 


Novaculay 


rasarium. 


rasoir, 


razor ; 


Scuipare, 


intaliare, 


tailler, 


to cut ; 


Coementariiy 


macioni, 


magons, 


masons. 


etc. 


etc. 


etc. 





From this glossary we see that in the time of Charle- 
magne the Latin language was not the language of the 
people. 

We see such a form as: impruntatum hdbeham^ 
T avals emprunt^. 

Cicero had said eight hundred years before : De Co^ 
save satis dictum habeo (instead of dixi) ; and Caesar : 
Vectigalia parvo pretio redempta habet (instead of 
re demit). 

By the side of the synthetic forms dixi, redemit, we 
notice the analytical iovms dictum habeo, redempta habet 
already in the Augustan age. 

These are not the only analytical forms to be found in 
the same age. Cicero wrote ; Habeo etiam dicere, habeo 
ad te scribere. Under the Roman empire tliese forms 
were used as well as the regular future of dicere and 
scribere; but in tlie sixth century the analytical form is 
the only one remaining : 



y Google 



— XXI — 

X Ego amare habeo 

J' aimer ai 
Literally : I have to love. 

The regular future had to be abandoned in the 
lingua rustica. How could the lower classes have dis- 
guished amaho from amaham'i 

Professor MaxMiiller says : ** The Latin future was des- 
troyed by means of phonetic corruption. When the final 
letters lost their distinct pronunciation, it became im- 
possible to keep the imperfect amaham separate from 
the future amaho. The future w^as then replaced by 
dialectical regeneration, for the use of haheo^ with an 
infinitive, is found in Latin, in such expressions as haheo 
dicere, I have to say ; which would imperceptibly glide 
into ^^ I shall say ". In fact, wherever we look, we see 
that the future is expressed by means of composition. We 
have in English / shall and thou loilty which mean otx-- 
ginMy I am bound SiUd thou in te7idest 

" The French /evaesc^ere is alniost a future, 

though originally it is vado dicere, I go to say. " 

What finally gave to the French language the analy- 
tical character which so much distinguishes it from the 
Latin was the suppression of the cases, and the use of 
prepositions instead. 

Whilst the classical Latin said : Dabo equum Petro, 
I shall give a horse to Peter ; the vulgar language said : 

Ego donare habeo unum caballum ad Petrum, 

Je donner - ai un cheval d Pierre. 

The adverbs of manner were replaced by two words, 
VIZ the ablative mente (manner) and an adjective. 

Instead of singulariter, solamente was used, as we 
have seen in the glossary of Reichenaii. 

The following sentences extracted from the Joca Mc- 
nachorum (1) will illustrate these last remarks : 

(1) Fifth century, 

Digitized byVjOOQlC 



— XXII — 

Quid de hominibus fait ad portas paradesi qiiaudo 
rnoriebatur Adam'i 

Quis videt iscalam suspioyita ad cehmit — Jacob. 
Quis de celo ploit extra aquaml — Mana et coturnioc. 

Quis de Nocb visit 1 — Filius ejus. 

The following extracts will show that the nominative 
singular and the accusative plural of the second declen- 
sion were used indifferently, in the time of the Merovin- 
gians. 

Quis primus clericos fact us est ? — Petrus. 
Quantus filius habuit (Adam) exseptis Kam (sic) et 
HabeU—Et sunt XXX filius et XXXX filias. 

Again we find in the same sentence taken from a peni- 
tential of the fifth century : 

Si quis CLERICOS humicidium fecerit et proximuni 
suum occiderit, X ANNUS exsol peniteat : post hos reci^ 
piatur in patriam cui conmisit, satisfaciat parentibus 
ejus quern occidit. 

In bringing these general remarks to a close, let us 
say that languages are not made or changed at the will 
of grammarians, who only act as witnesses, never as 
legislators. When the grammarians of the sixtee,nth' 
century wished to reform the language, in order, as 
it was said about Ronsard, to speak Greek and Latin in 
French, they simply br6ught confusion into it. 

Like societies, languages change every day, and the 
work of the grammarians consists in recording these 
constant transformations. 

The history of the various transformations of the 
French syntax is for the first time given inM. Chassang's 
grammar, and this new feature will, we sincerely hope, 
be sufficient to recommend it to both teachers and stu- 
dents in England. 

NoTA. — The following numbered paragraphs corres- 
pond to those of the French syntax and should be read 
simultaneouslv wit|^ 'hem. 



y Google 



REMARKS ON SOME PARAGRAPHS OF THE 
FRENCH SYNTAX. 

§ 170. — Contrary to what happens in Latin and Greek, 
the words, in d French sentence, always come in a uni- 
form manner. 

The Latin could say either : 

Petrus amat Paulum, 
or : 

Paulum amat Petrus, 

The following is the accidence of a French sentence : 

Firstly : The subject w ith the adjectives qualifying it. 

Secondly : The verb, closely followed by the adverb. 

Thirdly : The objects : generally the direct object 
first and the indirect objects after. 

In translating an English sentence into French, clearness . 
should always be the aim of the translator, who should 
never lose sight of Arago's saying : « Cela n'est pas 
clair; done, cela n' est pas frangais; » this is not clear, 
therefore this is not French. 

Remark L — In a French sentence the objects are 
placed after the verb, and if they are of equal length, 
the direct object should come first. 

Ex. ; I give my ifather a book. — Je donne un livre 
d monpire. 

But, of two objects of different length, the shoi'ter 
should come first. 

Ex. : The pupils receive magnificent prizes. -^ On 
donne aux ^Uves des prix magnifiques. 

Remark II. — Adverbs and adverbial expressions fol- 
low the verb immediately, if they are not placed at the 
beginning of the sentence. 

Ex. : I often think of you. — Je pense souvent d vous. 



y Google 



— XXIV — 

I like your father very much. — Taime beaucoup 
voire p^re. 

In a subordinate sentence, after the relatives que^ dont, 
oil, the subject can be placed after the verb. 

Ex. : The town where my mother lives. — Za ville 
ou demeure ma mire. 

. But this cannot be done if the verb has a direct object. 
Therefore Corneille's sentence given at the end of page 
190, would not be written now. 

Ex. : The town where my mother spends the summer. 
— La ville ou ma mire passe ViU. 

If the adverbs aussi, d peine, toujours, encore, peut- 
etre are placed at the beginning of the phrase, the subject 
must follow the verb. 

Ex. : Perhaps he will come. — Peut-^t^^e viendra-t-il. 

Still you must do it ; Encore fauUil que vous le 
ffissiez, 

. But of course these adverbs can be placed after the 
*verb : Ilviendra peut-itre ; il faut encore que vov^ le 
fassiez. 

The French also say : Peut-Stre qu^il viendra, Peut- 
itre quil est chez les sauvages, (Mme de Girardin.) 
Perhaps he is with the savages. 

Remark. — The use of que is in the genius of the 
French language. The lower classes continually use it 
rather than place a subject after the verb. Instead of 
saying : Combien vous doisje? they will say : Com- 
Men que je vous dois? Instead of ouest-il? they will 
say : OHquil est? 

They go further than that. Being evidently struck by 
the use of ^^7 (sounded ^2), after verbs in the interroga- 
tive and ending with a vowel, they use this sound after 
the verb in the affirmative to make it either interro- 
tjativeor exclamative. They will say : combien je vous 

■ Digitized by VjOOQIC 



^ XXV — 



dois Ti? How much do I owe you? — Cest-ih drole 
(Beaumarchais) : Is it not funny ? 

For further remarks on the use of que, see § 416-419, 



§ 181. — (6) Enfant is, in the singular, masculine if 
meaning a boy, feminine if meaning a girl ; but it always 
is masculine in the plural, whether it means boys or 
girls. Thus a person will say, even'if all his children 
are girls : 

I went for a walk with all my children : Je suis all^ 
me promener avec tons mes en funis. 

(8) Remark III. — Gens, followed by de and another 
noun in the plural, is masculine, the three words thus 
forming a compound noun. 

Ex. : Toutce qui s^ attache d la peau des malheureux 
gens de lettres (Beaumarchais) : All that sticks to the 
skin of unhappy men of letters. 



§ 194. — The definite article is always used : 

(1) Before abstract nouns. Ex. : Hypocrisy is a sort 
of homage paid to virtue by vice : Vht/pocrisie est un 
hommage que LB vice rend a la vertu (La Rochefou* 
cauld). 

(2) Before words taken in a general sense. 
Ex. : I like flowers : Yaime \M%fieurs. 
Wine is dear ; Le vin est clier. 

(3) Before names of things, 

Ex. : I learn chemistry : Vapprends la chimie. 

(4) Before part of a body, of a tree, etc. 

Ex. : This man has a large head : Cet homme a la tete 
grosse. (This is the Greek form.) 

h 

Digitized by VjOOQIC 



— XXVI — 

Donkeys have long ears : Les dnes ont lesoreilles Ion- 
gues. 

Oak-trees have dark leaves : Leschenes ont lesfeuiiles 
d'un vert sombre. (Jussieu.) 

(5) Before names of titles, professions, and when there 
is an adjective placed before the noun. 

Ex, : King Charles II : Le roi Charles Deux. 
Doctor Johnson : Le doeteur Johnson. 
Cardinal Richelieu : Le cardinal Richelieu. 
Little Emily : La petite Emilie. 

(6) Before the names of some Italian painters and 
poets, as : Le Corr^ge^ le Tasse. 

Before the naibes of illustrious lady-singers, as : La 
Malibran, VAlhoni^ la Patti. 

Before the names of country-women, it is also very 
often used, as : La Gervaise. 

Remarks. — In enumerations, the article is often 
omitted, to make the sentence more emphatic. 

Ex. : II a tout vendu : chdteau, pare, chevaux, 
chiens. 

— If a noun is used in English as an adjective before a 
noun, it is placed second and preceded by de, and the 
article is again omitted. 

Ex,. ; A country-house : Une maison de campagne. 

A wooden table : Une table de bois. 

If, in English, the noun used as an adjective desi- 
gnates, for instance, the name of a particular place, 
the article is used. Ex. ; 

(( A country omnibus » is un omnibus de campagne ^ but 
the French will say : U omnibus de la Citd, meaning the 
omnibus that goes to that particular part of London 
which is called the City. 

— The article is again omitted before numbers follo- 
wing names of sovereigns, chapters, etc. 

Ex. : Napoleon the First : Napoldon Premier. 
Henry the Fourth : Henri Qtmtre. 



y Google 



. — XXVII — 

Sixth chapter, second paragraph : Chapitre six^ para- 
graphe deux. 

The indetinite article is left out before words in appo- 
sitioih because the noun in apposition has the force of 
an adjective : it gives a quality to the fii*st noun. For the 
same reason, this article is omitted after itre, devenir^ 
paraUrCy raster ^ etc. ; also after as and without. 

Ex.: Madame de Stael, a celebrated French authoress : 
MadaiYie de Stael, c^Ubre auteur flran^ais. 

He is an officer : 11 est officier. 

I will remain an Englishman : Je resterai Anglais. 

He will become a minister ; II deviendra ministre. 

As a Frenchman : Comme Frangais, 

Without a father or mother : Sans pere ni mdre. 

The indefinite article is not used after quel^ iu an 
exclamative sentence. 

Fx, : What a splendid house ! : Quelle magnifique 
maison! 

Sometimes this article is omitted to make tlie sentence 
more emphatic and more elegant. 

Ex. : Never was a woman so kind : Jamais femme 
nefutplus aimable. 



§ 197.— The partitive article is only expressed by de^ 
when the noun is preceded by an adjective or when the 
sentence is negative. 

Ex. : These are fine apples : Voici de belles pommes. 

I have no friends : Je n'aipas d'amis. 

But if the adjective forms a compound noun with 
the substantive following, des is used, and not de. 

Ex. : Little children : Depetits enfants; but, 

Grand children : Des petits-enfants. 

When a noun, taken in a partitive sense, occurs in the 
genitive case, the partitive article is left out altogether. 



y Google 



— XXVJII — 

This is of course done to avoid placing c?«*, de, la, or des, 
after the preposition de, , 

Ex. : A bottle of wine : Vne houteille devzn. 

Many friends : Beaucoup d'amis, 

I want books : J'ai hesoin de livres. 

His breast was covered with orders : II avatt la poi- 
trine couverte de decorations, 

— There is an exception : Men takes rfw, de la or des 
and not de. 

We had much trouble : Nous avons eu bien du mal, 
biende la peine. 

Many a man ; Bien deshommes. 

Remark. — The partitive article, which is very often 
understood in English, must always be expressed in 
French, and repeated before each noun. 

Ecc. : We had wine, mutton, bread, cheese and butter: 
Nous avons eu du vin, du mouton^ du pain, dufromage 
et du heurre. 

We have seen above that the partitive article is 
expressed by de in a negative sentence. Sometimes the 
sentence is negative only in the form, and does not imply 
any negative idea. Then the partitive article is du, de 
la, or des. 

Ex. : Why are you despairing? Have you not any 
friends ? : Pourquoi vous d^sesperez-vous ? N'avez vous 
pas des amis? (1 know you have). 

Thus again : Navez-vous pas de Vargent pour payer? 
(K 1 know you have money). 



§ 201. Place of adjectives. — The adjectives gene- 
rally follow the noun ; it is logical to name a thing 
before qualifying it. 

Adjectives tliat always follow the noun are : 



y Google 



■— XXIX — 

(1) Adjectives of colour, taste and shape : a blue coat; 
un habit blew; sweet grapes : des raisins doux ; a round 
table : une table ronde. 

(2) Adjectives of nations, religions, sciences : French 
poj. fashions ; les modes frangaises. 

(3) Past and present participles used as adjectives : an 
amusing book : un livre amusant ; the elevated style : 

r d^-^ le style soutenu. 

(4) Long adjectives qualifying short nouns : 

mV' An excellent sight : une vue excellente ; a magnificent 
park, unparc magnifique. 

(5) Adjectives ending in al^ ible^ able, ique^ eur^ if^ 
, e'rieur, ^rieuXy aire. 

'^" ' Remark L— The adjectives bon^ beau, jeune^ grand, 
and the adjectives whose meanings are synonymous or 
>utt^' opposite always precede the noun. 

Remark II. — Many adjectives have different meanings 

•pjg laccording as they are placed before or after the noun. 

^ tl^When the adjective follows the noun, it has its literal 

jjppilorce; when it precedes it, it often has a figurative 

^^^^ .meaning. . 



. ar. FIGURATIVE 

'Z ^'^'J)e tendres affections : tender 

affections. 
Qaf^n pro fond salut : a low bow. 

Un triste livre : a worthless 

book. 

Un grand homnie , a great 
S^' man. 
. tbi'^iire reflexion : mature con 
sideration. 
De noires pens4es : gloomy 
thoughts. 



. LITER.U. 
Bu pain tendre : new bread. 

Une riviere profonde ; a deep 

river, 
Un livre triste : a sad book. 

Un homme grand : a tall man. 

Un fruit m<Lr : a ripe fruit. 

Une robe noire : a black 

dress. 

c 



Digitized by 



Google 



— XXX — 

This last rule is not without exceptions. For instance, 
un petit homme means. « a short man x), and un homme 
petit means « a mean man )). In these examples the 
adjective used literally precedes the noun, and follows it 
when used figuratively. 

—Adjectives, used after the noun in the familiar style, 
often precede it in the elevated style (see&[i& of page 230). 

REMARK III. — To lay more emphasis on the quality 
of a thing, the adjective is sometimes placed before tlie 
noun. This occurs very often in poetry, it also does in 
prose. 

Voild d'excellent vin is more emphatic than Voild 
du vin excellent, 

Laveaux observes that Orgon, finding out the villany 
of Tartufe, exclaims, on coming out from under the 
table : 

Voildjje vous Vavoue, un abominable homme; he 
does not say ; Voild un homme abominable. 



% 202, Remark II. — Extreme ^wA supreme are super- 
latives. This may perhaps explain why there is a circum • 
flex accent on the last ^butone. As there is no s left out 
[extremus, superl. of exterus; supremus)^ a grave, and 
not a circumflex accent, should be used ; but, on account 
of the meaning of the two adjectives, a circumflex may 
perhaps have been placed by analogy with such adjec- 
tives as meme, dme being taken for a contraction of 
issimus. 



§ 202. Additional remarks, — If the adjective in the 
superlative must follow the noun, the article must be 
re[)eaied before the adjective. 

Ex, : The tallest man : V homme le plus grand, 
/ 

Digitized byVjOOQlC 



— XXXI — 

The most remarkable part of tlie book : La ^ariie la 
plus remarquable du livre. 

— After a possessive adjective, the article is not used 
before the adjective in the superlative. Ex.: My best 
friend : Mon meilleur ami, 

— The superlative absolute most is rendered by des 
'plus. 

Ex. : A most ingenious idea : line id^e des plus mgf^- 
metres. 

— if an adjective or an adverb expresses in itself a 
superlative, the words tris^ le plus, etc., must not be 
used. 

Ex. : Very much : heaucoiip, 

A most excellent book : Un livre excellent. 

— The comparative of petit is plus petit or moindre^ 
hm plus petit alone can be used in reference to size. 

^^. : This table is smaller than that one : Gette table- 
ci est plus petite que celle-ld. 

In the other casesboth comparatives can be used indis- 
criminately. 

— A comparison must always be complete in French ; 
if not, the superlative has to be used. 

Ew. : The oetter of the two: Le meilleur des deux. 

— Sooner or later is translated by tdi ou tard, 

SUPPLEMENTARY REMARK ON ADJECTIVES EN EUR, 

— It is generally easy to find whether an adjective en- 
ding in teur has the feminine in teuse or in trice. 

If the t belongs to the stem of the corresponding verb, 

the feminine ends in teuse. 

Ex, : acheter, to buy ; acheteur, acheteuse. 

If the t can be traced to the i of the termination of the 

supine of the corresponding verb in Latin, the feminine 

ends in trice. 

Digitized by VjOOQ IC 



• — Xxxii — 

Em,: accusare (to accuse), accusatum; accusateur^ 
accusatrice. 

Liber are (to set free), liheratum ; lih^rateuvy lih&a- 
trice. 

Birigere (to direct), directum ; directeur^ directrice. 

Therefore the feminine of chanteur will be chantetcse^ 
from chanter (cantare). 

The word cantatrice^ applied to celebrated lady singers, 
is of learned formation, from cantatum^ and the cor- 
responding cantateur does not exist for the masculine. 

Remark. — Some nouns in teur^ noting the profes- 
sions of men rather than of women, remain the same in 
the feminine. 

Ex. : An authoress : Une femme auteur. 



§ 904. — It has been seen (§ 62) that vingt and cent 
take an s, when they are multiplied by a number and 
not foUoAVed by another. 

When these numbers are used instead of the ordinal 
numbers, they remain invariable. 

Ex. : Eightieth chapter : Chapitre q^uatre-mngt. 

— Mille never takes an «. It is spelt mil in dates, be- 
cause mil (mille) is the singular of mille (millia). It will 
be for the Academic frangaise to decide, in the year 2000, 
whether mille shall be still spelt mil^ according to a 
custom two thousand years old, or whether it shall then 
be spelt mille, according to its etymology. 



§ 205. — (3) When the article is used instead of the? 
possessive adjective, it must be remarked tLat the per- 
sonal pronoun is in the accusative, if the name of the 
part of the body is in the dative, and vice versa, and 

Digitized by VjOOQIC 



^ XXXIIl — 

care should be taken to distinguish between the two 
expressions : 

On lui a coup4 la Ule; 
And on Va coup^ d la i^e. 

The first of which means that his head was cut oft, 
the second that some one cut his head, t. e. cut him 
somewhere in the head. 

/ have cut my finger should therefore be translated 
by : je me suis coupd au doigt ; and his finger had to he 
cut off : II a fallu lui couper le doigt. 

The part of the body possessed must be in the singu- 
lar, if only one belongs to each possessor. 

Ex,: The Arabs cut oif the heads of their prisoners: Les 
Arahes coupirent la tSte a leurs prisonniera. La tSte 
is in the singular because each prisoner had only one 
head. Bears have short tails: Les ours out la quet^ 
eourte. 

The sufferer of the action expressed by the verb is put 
in the dative. 

Ex. : I cut his hair : Je lui coupe les cheveuo) 

— The part of the body possessed is put in the plural, 
if more than one belongs to the possessors, 

Ex. : Donkeys have long ears : Lesdnes ont les oreilles 
longues. 

— Ui the case of two parts of the body perfectly alike, 
such as eyes, arms, etc., the singular can be used instead 
of the plural; but very often, with the singular, the 
expression is idiomatic, 

Ex, : His arms are long : II a les bras longs. 

II a le bras long would mean : " He is influential, 
powerful. " 

She has very pretty ears : Elle a les oreilles tres- fines. 

Elle a Voreille tris-fine would mean : '* Her hearing 
is very acute. " 

Digitized by VjOOQ IC 



^ xxxiy — 



The above rules do not apply only to the names of the 
parts of the body, they are general. 

Ex. : II suivait son rdgiment comme les chiens sui- 
vent leur mattre (E. About) : He followed his regiment 
as dogs follow their masters. 



L/JCjO 



— (History). These rules were not observed in old French, 
E^. : Be noz ostages ferat trenchier les testes (Chanson de 

Roland) : He will have the heads of our hostages cut off. 
The French would say now : II fera trancher la t4te de 

nos otages or d nos otages. 



§ 208. — Autres is joined to the pronouns of the 
tirst and second person plural, to establish a distinction. 
Such must always be the case, when these pronouns are 
followed in English by a noun or by an adjective used as 
a substantive. 

Ex, : We French : Nous autres Frangais, 

You ladies: Vous autres dames. 

— Tout^ referring to a personal pronoun subject, is 
placed after the verb, not after the pronoun, as in English. 

Ex, : They all go out : lis sortent torn. 
In compound tenses, it is placed between the auxiliary 
and the past participle. 
Ex. : They have all gone out : lis sonttous sortis. 

— Tout^ referring to a personal pronoun object, is also 
placed after the verb, and, in compound tenses, between 
the auxiliary and the past participle. 

Ex, : I like them all : Je les aime tous, I have eaten 
it (an apple) all : Je Vai toute mangle, 

— Remark V (page 247). — The two following expres- 
sions must not be confounded : 

Toute bonne qu'elle est; 

Quelque bonne qu'elle soit ! 

The first is affirmative and means : Good as she is. 



y Google 



XXXV 



The second expresses doubt and means : However 
good she may be. 



§ 220. — Personal pronouns subjects were often 
omitted in old French. The impersonal pronoun i7, 
which was seldom used, is still omitted in the expres- 
sions wVmpor^^, it does not matter; qu'importef what 
does it matter? autant vaudrait, one might as well. 

The lower classes very often use impersonal verbs 
without il. They say faut, faut pas, y «, tant y a, 
suffit for il faut, il ne faut pas^ il y a, tant il y a, il 
suffit. 

Ex. : En fin suffit (Beaumarcnals} : However... 

that's enough. 

Faut hien que ga soit vrai (Beaumarchais) : I am sure 
it must be true. 



I 224. — Personal pronouns objects, either in the 
dative or in the accusative, are placed before the verb, 
except in the imperative affirmative, when they are 
placed after, and me and te are replaced by moi and 
toi. 

Ex. : I see you : Je vous vois. 

Give me some bread : Donnez-moi du pain. 

Do not give me any bread ; Ne me dcnnez pas de 
KHiin, 

iliJ?and te, although from the Latin me and te, are used 
as datives as well as accusatives, before the verb ; and 
moi and toi, although from the Latin mihi and tihi, are 
used as accusatives as well as datives, after the verb 
in the imperative aflTirmative. 

If there are two pronouns objects, they both precede 
the verb, the dative being placed first. Lui and leur 
are the only exceptions. 

Digitized by VjOOQIC 



— XXXVI — 

In the imperative affirmative, both pronouns follow 
the verb, the accusative being always placed first. 
Ex : I give it to you : Je vons le donne, 
I give it to him : Je le lui donne. 
Give it to me, to him : Donnez-le-moi, donnez-le-lui. 
Do not give it to me : ]^e me le donnez pas. 

— (History.) In old French the pronoun accusative was 
placed first in all cases. 

Ex. : Ferut vus at; Kar le me pardunez : I struck 
you, but forgive me. (^Chanson de Roland.) 

Ne m'fesis mal, ne jo Vie forsfls : You never did me 
any harm, and I never did you any. (Chanson de Roland,) 

It le m'a cousU^ sur ceste dme : It cost me that, on 
my faith. {Farce de Pathelin.) 

After reflexive verbs and a few neuter verbs, such 
as ; A Her, venir, penser, songer, tenir, the personal 
pronouns in the dative are placed after the verb. 

Ex, : I apply to you : Je m'adresse d vous. 

Come to me : Venez dmoi. 

I often think of him : Je pense souvent d lui. 



If two or more personal pronouns are subjects of one 
verb, they are all used disjunctively, and the verb is 
written in the person which has the priority, preceded 
by a conjunctive pronoun, 

Ex. : He and I like study : Lui et moi nous aimons 
r^tiide. 

You and she are going to France : Vous et elle, vous 
allez en France. 

You and I like : Vous et moi, nous aimons (tu et ego 
aniamus). 

We have seen that the personal pronouns objects are 
placed immediately before the verb. In compound 
tenses they are placed before the auxiliary. 

Digitized by VjOOQIC 



— XXXVII — 

Ex. : I have given it to you : Je vous Vai donn€. 
Have vou told him so? : Ze lui avez-vous ditf 



Remark. — if, in order to lay some emphasis, the 
subject or the object is placed at the beginning of the 
sentence, in a conspicuous manner, a personal pronoun 
conjunctive must replace it with the verb. 

Ex, : I will do it : Moi, je le ferai. 

That I know : Cela, je le sais, 

I don't like that one : Celle-ldj jene I'atmepas, 

Vf ho dXt thou? : Toi^ qui es-tuf 

These forms arc constantly met with in conversa- 
tion. 



§ 229. — Tlie personal pronouoB mot, me^ te^ novt^, 
vous, are used redundantly. Compare : 

Villain^ I say, knock me at this gate, ^ 

i^nd rap me well, or Til knock your knave^s pale. 

(SHAKESPEAfiE*) 



I 235. — The impersonal il generally corresponds 
to the English there. 

There is: Ily a. 

There exist : 11 existe. 

Three boys are wanting.: II manque trots Olives. 

The authors of the xvi*^ and xvii*^ centuries used t7, 
instead of ce, which is now used, when the pronoun 
refers to a proposition that has gone before. 

The French would say now : J*ai hien souptr^ de ne 
point aller d Vichy; mats c'etait impossible. And not 
il dtait, as M™« de S6vign6 wrote. 

Important remark. — All personal pronouns of 
the third person : He, she, it, this, they, these, used 

t*. 

Digitized by VjOOQ IC 



— XXXVIII —• 

with the verb etre^ are translated by the indeclinable 
pronoun ee, 
. Firstly, when the attribute of 4tre is a noun : 

Ex. : She is my sister : C'est ma soeur. 

Is it your book? : Est-ce voire livre? 

Are they Englishmen? Sont-ce des Anglais? 

In the last sentence I could use an adjective and say : 
Are they English? : Sont-ils Anglais? 

Secondly, when the attribute of Stre is a possessive 
pronoun : 

Ex. : It is not your pen, It is mine : Ce n'est pas 
voire plume, o'esi la mienne, I could also say ; Ceiie 
plume n'esi pas d vous, elle esi a moi. This pen does 
not belong to you, it belongs to me. 

What houses are these? Are they yours? Quelles 
soni ces maisdns f Sont-ce les voires ? 

Thirdly, when the attribute of Sire is a demons- 
trative pronoun : 

Ex, : 1 have found a purse ; it is that which Henry 
had lost : J'ai irouv^ une bourse ; c*est celle que Henry 
avail perdue. 

Are they your friends? No, they are my brother's : 
Soni'Ce Id vos amis ? Non, ce soni ceux de mon fr^re. 



Note. — It is is to be translated by tl est or by c'est, 
according as it is impersonal or refers to a proposition 
expressed before. 

Ex, : It is certain that you will not succeed vithout work- 
ing : II est certain que vous ne r&ussirez pas sans travailUr. 

You will not succeed without working ; it is certain : 
Vous ne r&ussirez pas sans travailler, c*est certain. 

It is to be regretted that :... II est d, regretter que,,, (An 
infinitive used in a passive sense is always preceded by d). 

It is easy to say that :,,. II est facile de dire qite, . . It 
(something expressed before) is easy to be said : jC'est facile 
d dire. 



y Google 



' — XXXIX — 

§ 338. — The pronouns of the third person, lui, eUe, 
eux, elles^ are not used after prepositions, except when 
speaking of persons, 

Ex. : Les enfants jouaient devant elle, devant eux. 
He was speaking of him ! II parlait de lui. 

Of it, of them y about it^ about them, for ity for them, 
tcith it, with them, are expressions generally translated 
by en^ which is placed immediately before the verb. 
{En^ from vnde.) 

Ex. : I am sorry for it : J' en suis fdcM. 

I will speak to him of it : Je lui en parlerai. 

We were talking about it : Nous en parlions. He 
was satisiied with them (things) : II en dtait content. 

At or to it, to themy in it, it them^ there (referring 
to a place mentioned before) are expressions rendered 
l>y y> which is placed immediately before the verb 
( F, from ibi.) 

Ex. : I will think of it : J'y penserai. 

Is the book on the table? — No, it is not (there),: Le 
livre est'il sur la table P — Non, il n'y est pas. 

Remark. — Some and any, not- followed in English 
by any noun, are rendered by en. 

Ex. : I have some : J'en ai. 

We have not any : Nous n'en avons pas. 

En must be used with numeral adjectives and adverbs 
of quantity, not followed in fnglish by the noun. 

Ex. : You have three sisters and 1 have five : Vous 
avez ti*ois sosurs etj'en ai cinq. 

You have but a few friends ; but I have many y Vous 
n'^vez que quelques amis; mais moi, fen ai beaucoup. 

Give me more : Donnez-m'en davantage. 

When y and en are used together, y comes first, and 
both pronouns are placed before the verb. 

Ex. : There are' many in the neighbourhood : II ^ en 
a beatccoup dans le voisinage. 



y Google 



— XL — 

Lui^ elle, euon, elles cannot be used after preposition, 
if they only refer to things. 

The expressions on U, on them, over it, ox^er them, 
behind it, behind them, etc., must be replaced by adverbs 
of place. 

Ecc, : They folded up their cloaks and sat upon them : 
lis plierent leurs manteaux et s'assirent dessus. 

Thus over it, over them will be rendered by par- 
dessics ; above it, above them, by au-dessus ; under it, 
under them, by au-dessotcs. 

The personal pronouns lui, elle, eux, elles can of 
course be used after prepositions, when they stand for 
nouns of things or animals personified, as is the case in 
sentences, proverbs, fables, etc. 



§ 243. — (History.) Beaumarchais did not respect this 
rule, when he wrote in the end of the xviii *^ century : 
Out, le rang doit ^tre id sans force ; mais ce qui en a heau- 
coup, est la prSf^rence que mademoiselle vient de nx'accorder 
sur vouSy en se dormant d> moi volontairement. 

Sans force is a sort 'of adverb, and the following en can 
hardly refer to the noun force^ used without the definite 
article. 



§ 246. — Mon, ton, son, etc, are adjectives that agree 
with the noun following. 

In English mi/, thy, his, are often called pronouns 
because they agree with the possessor, and not with the 
object possessed as in French ; they occupy the place 6f 
the possessor. 



I 252. — The interrogative pronoun qui translates 
both icho and whom. 



y Google 



— XLI — 

Ex. : Who likes you ? Qui vous aime f 

Whom do you like ? Qm aimez-vous ? 

Que, interrogative pronoun, likewise translates v)hich, 
either nominative or accusative. 

Ex, : What is going on ? Que sepasse-t-il ? 

What do you say I'Que dites-vours ? 

Qui 9 relative pronoun, must relate to a noun of person 
to be used after a preposition, and que is never used 
after a preposition. 

Ex. : Whom are you speaking to ? A qui parlez-vous ? 

Which (book) do you speak of ? Duquel parlez-vov^ ? 

Quoi (what) indefinite, is used disjunctively and after 
a preposition. 

Ex. : What are you speaking otl De quoi parlez-votcs ^ 

• Remark. — Dont is never used at the beginning of 
a sentence. In other words, dont is always a relative 
pronoun, and is never used as an interrogative pronoun. 

Ex. : Whom are you speaking (»f ? De quiparles-vousf 
Which are you speaking of ? Buquel parlez-vous f 
What are you speaking of? Le quoi parlez-^ousf 



§ 254. Remark X. — What^ meaning that which, 
is rendered by ce qui (subject), and by ce que (attribute 
oC etre or object). 

Ex.: What pleases me much : Cequime plait beaucoup. 
Jasmin is to the south of France what Burns is to the 
south of Scotland (Longfellow) : Jasmin est au midi de 
la France ce qu'est Burns au midide VEcosse. 

Relate what you have to say : Racontez ce que vous 
avez d dire. 

If which refers to a whole proposition, not to a parti- 
cular noun, it is again rendered by ce qui or ce que. 

Digitized by VjOOQIC 



— XLII — 



Ex. : 1 told him to go, which seemed to vex him ; Je 
lui at dit de s^en allevy ce quia 'paru le vexer. 



§ 258. — Dont must be immediately followed by the 
subject of the dependent clause. 

Ex. : The lady whose children -we admire : La dame 
dont nous admirons les en f ants. 



§ 259. — La maison d'ou il sort : The house he 
comes out of. 

La maison dont il sort : The house from which he 
descends. 

Remark. — OH is used referring to time instead of 
quand. 

Ex.: At the time when : A I'^poque ou. 

At the moment when ; Au moment ou, au moment que. 

Ex. : 1 shall be at home next week, when I hope you 
wdll come and see me ; Je serai chez moi la semaine 
prochaine etj'esp^e qu'alors vous viendrez me voir. 



% 261. — For the sake of euphony Von is used in- 
stead of on, after et, si, que, ou, pourquoi, d^jd^ etc. 

It was quite natural to choose the article, as on is a 
noun, which was spelt om in old French, and comes 
from homo. 

The expression Von should, however, be avoided 
before either le, la, lui, les or leur. 

Ex. : The house they were made to enter : La maison 
ou on les fit entrer, and not ow Von. 

If it were given to him : Si on le lui donnait, and not 
si Von. 

The reason of euphony is obvious. 



y Google 



-r- XLIII — 

§ 276. Passive verbs, — If the agent of the passive is 
n6t known, the passive form is avoided, and an active 
form with on is used. 

Ex, : It is said : On dit. 

He was put to bed at eight o'clock ; On le couchait d 
huit heures. 

Under the same circumstances, the reflexive form is 
often used. 

Ex, : This book is to be found nowhere in London : 
Ce livre ne se trouve nulle part d Londres, 

Corn is sold very dear this year : Lehl^ se vend tris- 
cher cette ann^e-ci. 

The difference between the two expressions 0^ ouvra 
la porte and la porte s' ouvre is, that in the first mstance 
it is implied that some one is opening the door, whereas 
in the second nothing of the sort is implied : a spring, 
the wind, anything, may be the cause of its opening. 

Remark. — By^ after a passive, is translated by de^ if 
the action is one wholly of the mind. 

Ex. : He is loved, cherished, haled by every body : II 
est avm4^ cheri^ dSiest^ de tous. 

If the bodily faculties participate in the action, by is 
translated by par. 

Ex, : Pompey was conquered by Caesar : Pomp^e a did 
vaincu par Cdsar. 

Important. — Par^ after a passive, can only be used 
on condition that the noun or pronoun following it is the 
real agent of the verb. If there is no real and direct 
agent of the passive, de again must be used, and \\oipar. 
Two examples will make this remark easily understood. 

Ex, : The queen was crowned by the archbishop of 
Canterbuty : La reine a dtd couronnde par Varchevdque 
de Cantorbdry, 

Par is used because the archbishop did place a crown 
on the queen's head, and was the real agent. 

Digitized by VjOOQIC 



.— XLIV — 

The hill was crowned by an old castle (Dickens) : La 
colline dtatt couronn^e d*un vieux chateau. 

Be is used here because the old castle is not the real 
agent of the passive. 

The French carry this rule very far. 

Ex. : He was killed by a gunshot : II a 6U tu4 d'un 
coup de furuL 

Be is used because, although the gunshot was the 
cause of death, the real agent of the passive was the 
person who fired the gun. 

The French would say : II fat tu6 par le mldat d^un 
coup de fusil. 



% 279. (Test is often used to make the phrase more 
emphatic. 

In the sentence : 

C'est d vous queje parle, ma sceur^ 

C'est is used to call the sister's attention, who \z not 
listening. 

Louis XIV said : VJ&taty cestmoi : I am fhe State, a 
far more emphatic sentence than ; Je mis r^tat. 



§ 280. Remark III. — Causative voice. 

1. The verb faire placed before the infinitive of a 
neuter verb gives it an active sense. 

JEx. ■: Have you warmed the water : Ave^-vous fait 
chauffer Veau? 

We do not boil the meat, we roast it ; Nous ne faisons 
pas houillir la viande, notes la faisons rdtir. 

2. If the infinitive which follows /a«V^ is a neuter verb 
or a transitive verb used intransitively, the object foI-» 
lowing is the direct object of faire^ as in English. 

Ex. : 1 will make the child obey : Je ferai oh^ir 
V enfant. 

Digitized by VjOOQIC 



The master \vill make the pupil read : Le professeur 
fera lire V4Uve. 

The dh^ect object of faire may be a personal pronoun 
placed before faire, 

Ex. : Je vous ferai oh^ir; je le ferai lire. 

3. If the infinitive which follows faire is an active 
verb having a direct object, the object of faire must be 
preceded by d. 

JSx. : The master will make the pupil read ten lines 
of Virgil : Le professeur fera lire d l' enfant dix lignes 
de Virgile. 

4. In the causati^^e voice reflexive verbs cease to be 
reflexive. To rise : Se lever; to go to bed : Se coucher. 

Ex. : We make our children rise early, and make 
them go to bed at eight o'clock in the evening : Nous 
faisons lever nos enfants de bonne heure^ et nous les fai- 
sons coucher d huit heures d,u soir. 

5. The infinitive following faire may have a passive 
meaning. It forms an expression corresponding to the 
English To have, to get something done, 

Ex. : Have the window shut : Faites fermer la fe^ 
n^tre. 

Remark. — From the above it will be seen that the 
causative voice must be used when the action expressed 
by the verb is not performed, but only caused to be per- 
formed, by the subject. 

Ex, : Peter the Great said be would hang the two 
lawyers : Pierre le Grand dit qu'il ferait pendre les 
deux hommes de loi. Peter would not hang the lawyers 
himself, sjid ihereiore faire pendre and notpendre must 

be used. 

« 

§ 282. — Promener : to take for a walk. 
Sepromener : to have, to take a walk. 

Digitized by VjOOQIC 



— XLVI — 

An lOea of pleasure is always implied in Pr.omeneri 
Thus : 

To walk : marcher^ aller d pied. 

To have a w^alk : se promener. 

To drive : aller en voiture. 

To have a drive : se promener en voiture. 

To ride . aller d cheval. 

To have a ride : se promene^^ d cheval. 

To go in a boat, on the sea : aller en bateau^ en m^r. 

To liave a trip on the water, on the sea : se promener 
en bateau^ en mer. 

To go in a train : aller en chemin de fer. In this last 
instance, the second expression with se promener^ 
does not of course exist. 



§ 283. — We have seen (276) that the passive is 
turned into the active form with on, when the agent of 
the passive is not known. The passive, under the same 
circumstances, can often be turned into a reflexive form. 

Ex. : He is called Heni^ : II s'appelle Henri, 

This is done everyday : Cela sefait tons les jours. 

This is understood easily : Cela se comprend fact" 
lement. 

The cojnediy was acted two hundred nights consecuti- 
vely : Cette comedie s'estjou^e deux cents fois de suite. 

But, Henry is called : On appelle Henri^ because here 
it is sufficiently implied that someone (particular) is cal- 
ling Henri. 

Transitive verbs used intransitively in English are 
used reflexively in French. 

Ex, : I meet him every day : Je le rencontre ious les 
jours, • 

We meet every day : Nous nous rencontrons tous let 
joun. 



y Google 



— XLVII — 



Some one opens the door : On oiivre la porte. 
The door is opening : La porte s'ouvre. 



% 284. — The present of the indicative is often used 
instead of the future, if the action is to take place soon. 

We start in an hour : JSous partons dans une heure. 
In a narrative the present is used instead of the past or 
the future to make the phrase more impressive. See 
the example, page 329. 

'' But yesterday he came to me, and holding out his hand 
to me, he said ; Ah ! sir, I shall expect you to-morrow. '' 

The present is used to express that the action is going 
on at the time you speak. 

Ex. : 1 have been ill two months (f am still ill) : Je 
suis malade depuis deux mots. 

How long have you been in England ? : Depuis quand 
etes-vous en Angleterret • 



I 286. — As the past indefinite is used referring to time 
entirely gone by as well as to time still going on, it is the 
most universally used tense. Indeed the French use no 
other in c6nversation, in letters, etc. 

Bx. : We went to the play last week : Nous avons ^U 
au thddtre la semaine derni^re 

I saw him two years ago : Je Vai vu il y a deux ans. 

I was ill a month (I am well now) : Tai 4U malade 
un mois. 

The perfect tense is the tense used in narratives, 
memoirs, anecdotes. 

Moli^re was born in 1622 : Moli^re naquit en 1622. 
But in conversation a person would say : 
I was born, in 1840 : Je suis nd en 1840. 

The nast anterior is used after quand, aprds que^ 

J Digitized by VjOOQ IC 



— XL VIII — 

orsqu£^ aussitot que, to express that an action has just 
taken place. 
JSx, : As soon as I had finished : Aussitot qne feus 

Remarks. — Very often two preterites are to be met 
with in English, although one of the verbs refers to an 
action anterior to that expressed by the other. The 
tenses are in French used more strictly than they are 
in English. 

JSx. : He died on the following monday. He was ill a 
fortnight (SmoUet) : II mourut le lundi iuivant II avait 
^td malade quinze jours. 

When two preterites depend on each other, the first is 
generally expressed in French by the present, 

Ex. : It was he that said it : C'est lui ^i a dit cela. 

The preterite is always used in quotations. 

Ex. : I have not seen him, he answered : Je ne Vat 
pas vu, rdpondit'tl. 

I don't care in the least, i retorted (Dickens) : CeJa 
taest tout d fait dgal, r^pHqtuii-je. 



§ 288. — If in English, emphasis is laid on the word 
toill^ the verb vouloir must be used. 

Ex. : He will not hold his tongue. II ne veut pa9 ^e 
taire. I will not have you go ; Je ne veux pas que vou^ 
y alliez. 

If the future action takes place at once, the verb aller 
is used. 

Ex. : Wait a moment, I will speak to him : Attendee 
un moment, je vais lui par lev. 

W^here is he? — I will see : Ou est-il? — Je vais voir. 

The future is always used in French when the action is 
to take nlace at some future time. 



y Google 



Hx. : 1 shall be very sad when you are here no longer : 
Je serai bien triste quand vous ne serez plus Id-. 

You will hear from me as soon as I get home : Je 
vous donnerai de mes nouvelles aussitot que je serai de 
retour a la maison. 

Do as you like : Faites ce qu'il vous plaira. 

The future perfect is often used instead of the past 
' indefinite, and expresses that the action probably took 
place ; it translates the English must have. 

Ex, : He must have lost his way, i, e. He probably 
lost his way : II aura perdu son chemin, or II se sera 
4gar^^ that is to say : II s'^est probablement ^gar€. 

The future perfect is of course used instead of the 
past indefinite after when, as soon as, etc* 

Ex. : When I have finished : Qurand faurai fini. 

Note. — If when means whenever (habitual action) , the 
past indefinite is used, or the present, as the case may be. 

Ex. : When ve go to France, we generally alight at the 
Grand Hotel : Qtcand nous allons en France, nous descendons 
g4n4ralement au Grand-Hdtel, When my boys have finished 
their lessons, they play : Quand mes 4l^^s mt fini leurs 
devoirs y its jouent. 



§ 290-208. SUPPLBMEKtARY REMARKS. 

1. We have seen (| 294) that after a negative the sub- 
junctive is to be used. The expressions ne... que (only), 
ne...guire (hardly), d peine (scarcely) are considered as 
negatives. 

2. Sometimes the sentence is interrogative, though im- 
plying no real question. The indicative then has to be 
used. 

Ex. : Madame, ouhlics-'&ous 

Que Th^se'e est man pdre^ et qtCil est voire epoux? 

(RAClTtB.) 
Digitized byVjOOQlC 



3. After sucli verbs are ordonner, etc. (§ 293) the indi- 
cative is used to express that no doubt is entertained 
about the execution of the order. 

In a decree, for instance, a king would say : 
Nous ordonnons qu'il se7*a fait. 

4. The relatives qui^ que, dont^ ou, preceded by a 
superlative, by le seul, le premier ^ le dernier^ pas dcy 
pen de, require the verb following to be in the subjunc- 
tive, unless this verb has to express an affirmation. 

8. (Important). If in English the verb in the subor- 
dinate sentence is written in the same person as the verb 
in the principal sentence, neither the indicative nor the 
subjunctive, as the case may be, is used ; the verb in the 
subordinate sentence is written in the infinitive. 

Bx. : I am glad you have come : Je suis heureux que 
vous soyez venu. 

But, I am glad I have come : Je suis heureux d'etre 
venu, 

I hope you will be able : J'espere que vous pourrez, 

I hope I shall be able : Tespire pouvoir. 



§ 302.— The conditional having replaced the imperfect 
subjunctive of the Latin, it is not to be wondered at that 
we find each of these tenses used for the other, up to the 
seventeenth century. 

The imperfect of the subjunctive is still used in the 
expressions : 

Duss^-je : Quundje devrais : Were I to. 

Eussd'je : Quandfaurais : Had I, etc. 

When etre and avoir are used as auxiliaries, the im- 
perfect subjunctive may be used instead of the conditio- 
nal, and also after si (§ 312) instead of the imperTect 
indicative. 

Digitized by VjOOQIC 



— LI — 

Ex. : II aurait manquis quelque chose d sa gloire^ s'il 
neiu fait quelques envieiix (| 312) : Something would 
have been wanting to his glory, if he had not created 
envy. 

The sentence, might have begun : II eut manqud... 

But the imperfect of the subjunctive is not to be used, 
if eti^e and avoir are not used as auxiliaries. 

Bx. : I would buy this house if 1 had money : J'achi- 
terais cette maison sifavais de V argent. 

Remark. — iSAowifc^, meaning ought to. is rendered by 
the conditional of devoir, 

Ex. : You should not speak in this manner : Vous ne 
devriez pas j)arler de la sorte, 

\i should occurs after if, it must always be rendered 
by the imperfect of the indicative. 

Ex, : If I should see him : Sije le voyais. 



I 343. — A past participle, conjugated with the auxi- 
liary etre, or used by itself, is an adjective, and should 
always be treated as such. Accordingly it agrees in 
number and gender with the noun or pronoun which it 
qualifies, and such expressions as icelly so well, mucky 
so much^ should never be used before it. These expres- 
sions must be replaced by tr^s^ si, etc., which are used 
before adjectives. 
Ex,: Wounded soldiers : Bes soldats blesses. 
The town was taken : La viile fut prise. 
He was so well satisfied : // fat si satis fait. 
She was much loved : Elle etait ires aim^e. 



I 352. — When a past participle conjugated with 
avoir is followed by an infinitive, the participle agiccs 
with its accusative preceding; but if the accusative h 

Digitized by VjOOQ IC 



— LII — 

that of the infinitive, the past participle remains inva- 
riable. 

Ex, : The lady whom I heard sing : La dame que fat 
entendue chanter {que is the accusative of entendue). 

The song which 1 heard sung : La romgbnce quej'aien- 
tendu chanter {que is the accusative of chanter). 

The men whom I saw building: Les ouvriers que fat 
vus hdtir {que is the accusative of vus). 

The house which I saw being built : La maison que 
fai vu hdtir {que is the accusative of hdtir). 

The only exception is with/ai^, which always remains 
invariable, before an infinitive. 

Ex. : He made them fall : II les a fait tomher. 



' § 354-355. — If the past participle, used with avoir ^ 
is followed by que and a subordinate clause, or preceded 
by the neuter pronoun le, standing itself for a subordi- 
date proposition, it remains invariable. See examples 
given, page 386. 



§ 363. — Ld can often be ti'anslated by here. 
Ex. : Is this your room ? Est-ce Id votre chamhre ? 
Was your father present ? Votre p^re dtait-il Id ? 
Your father is here (at home) ; Mon p^reest Id ? 
The adverb y often stands for at home. 
Ex. : My father is not at home : Mon pere n'y est 
pas. 

§ 365. — Ld is used in reference to a place pointed 
out ; y in reference to a place mentioned before. 

Ex. : Where is ray book? — It is there, on the mantle- 
piece : Ou est mon livre ? — II est la ^ sur la cheminee. 

Is qiy book on the mantle-piece ? — Yes, it is there : 
Mon livre est-il surla cheminde ? — Out, il y est. 

Digitized by VjOOQIC 



— Xilll — 

Rbmabk. — The verb ailer must always be preceded 
by y, except in the future for reason of euphony. 

Moo. : When are you going to London? — We are going 
to morrow: Quand allez-vousd Londresf — Nous y 
allon9 demain* 

When shall you go to London ? — We shall go next 
week : Quand irez-vous d Londres f — Nous irons la 
semaine prochaine, 

§ 367. — We have seen (§ 359) that quand cannot 
be used, like when in English, as a relative. 

§ 368. — Late, adverb, is translated by tard ; but 
late, adjectivei is translated by en retard. 

Esc, : It is getting late : II se fait tard. 

It is late : II est tard. 

You oome very late : Fou* arrivez bien tard. 

You are late : Vous 6tes en retard. 



% 373. — How^ followed by an adjective, is rendered 
by combten, and in exclamative sentences, by qtie. In 
^both cases the subject of the verb must follow combien 
or que^ 

Ex. : Tell him how. happy I was to hear that... : 
DiteS'lui combien j'ai 4t^ heureuoo d^apprendre que... 

How happy I am ! Que je suis heureux I 



I 374. — Aussi^ at the beginning of the sentence, 
means accordingly^ thei^efore. 

Ex. : He has a slanderous tongue, and is therefore 
detested by everybody : II est mauvatse langue, aussi 
tout le monde le detesie. 

Aussi, conjunction, is often expletive. 

Ex. : But why on earth do you go ? Mais aussi pour ^ 
quoi y allez-vous ? 



y Google 



— LIV — 

§ 376. — De heaucoup : by far. 

listen faut de heaucoup : A great deal is wanted. 

II sen est peu fallu que : Viery little was wanted 
that : non maltum abfuit quin. 

In these expressions the verb following is in the 
subjunctive preceded by ne, (Cf. que..... ne and quin.) 



% 3*77. — More used absolutely is rendered by da- 
vantage^ not by plus. 

Ex. : You astonished me, but I will astonish you still 
more : Vous m'avez dtonne', maisje vais vous ^tanner 
encore davaniage. 

Than is de, and not que, before a numeral. 

Ex. : More than ten : Plus de dix ; less than a hun- 
dred : Moins de cent. ' 



§ 382. — Si is used instead of oui^ in answer to a 
negative question. 4 

Ex. : Are you not English? Yes, I am : Keies-vous 
pas Anglais? Si, je le suis. 

Yes indeed : Si fait or si vraiment. 

Si comes from sic, and is not to be confounded with 
the conjunction si from the Latin si. 



I 383. The negations are : 

Ne,.. pas : Not. 

Ne.,. point : Not (more emphatic). 

Ne. , . guere : Hardly. 

No. . . jamais : Never. 

Nc. . . ^ylus : No more, no longer. 

Ne. , . HI : Neither, nor. 



y Google. 



— LV -^• 

Ne.,, aueun : Not any, none. 
Ne. . , aiicunement : By no means. 
Ne,.. goutte : Not (in some expressions). 
Ne, . , per Sonne : Nobody. 
Nc. , . rien : Nothing. 

In the sentence, ne is placed before the verb and the 
second negation after it. 

If there is no verb, there is no ne used. 

Ex. : Why not? Pour quoi pas? • 

Am I disturbing you? Not at all : Est-ce queje vous 
ddrange? Pas or point du tout. 

Has any body come? No one : Est-ce qu'il est venu 
quelquun? Personne. 

Will you take any more? No more : En voulez-vous 
encore? Pas davantage. 

No more hope : Plus d'espoir. Such a sentence is 
elliptical, it stands for il n'y a plus d'espoir, 

NoTA. — Goutie is never used without ne. It only 
occurs in the two gallicisms : 

Ne voir goutte, n'' entendre goutte. 

In old French pa^ (passum), a step; point (punctum), 
a i^o\\\i; goutte (guttam), a drop; mie (micam), a crumb, 
were used almost indiscriminately, 

Ex. iCe sont six aulnes,,. ne sont mie, (Farce de 
Pathelin.) — That makes six ells... no, it doesn't. 

Somme toute, *** 

Par le sang bieu ! je n'y voy goutte. (Ibid.) 

— On the whole, I swear, I cannot make anything 
out of all that. 

La Fontaine used mie, but the word has been obso- 
lete eversince. 

Goutte Remains in the two gallicisms mentioned 
above. 



§ 387. —^ Ni can never in French, like^orin English, 

Digitized by VjOOQIC 



^ LVI — 

or nee iti Latin, connect two sentences together, even 
when the two sentences are negative. 

£Jx. : I do not say this, nor do I say that : Je ne 
dispas cecty et je ne dU pas cela nonplus, 

(History.) In old French ni was used as nor is in 
EngHsh, or nee in Latin. 

Ex. : Ne m' fesis mal, NE Jo .ne Vie forsfisy you 
never did any harm to me, nor did I ever do any to you. 

*The French would say now ; Tu ne m^ as jamais fait 
de mal, et je ne fen ai Jamais fait nonplus, 



§ 409 bis. — Apris is seldom followed by the present 
of the infinitive; the infinitive past is the tense gene- 
rally used. 

Ecs. : We will go for a walk after paying our visits : 
Nous irons noiM promener aprds avoir fait nos visites. 

The tense used in French is logical, as the action of 
paying the visits took place before that of going for a 
walk. 

The same tense is again used after pour to express 
that an action took place before another. 

Eoo. : The culprit v^as hanged for killing his father : 
Le condamn^ a 4td pertdu pour avoir assassin^ son 
p^re. 

But if both verbs express two actions that take place at 
the same time, the present of the infinitive is used after 
pour. In this case pour generally has the meaning of 
in order to, 

Ex. : In order to translate well, it is necessary to 
possess, not imperfectly, but thoroughly, two languages, 
the original, and that into which the translation is made : 
Pour bien traduire^ il faut poss^der, non pas impar^ 
faitementy mais d fondy deux langues : celle de Vorigi- 
nal, et celle dans laquelle on traduit. (Andrieux.) 



y Google 



— LTII — 

§ 410 bis. — Dans is used before a noun preceded bj 
the definite article : Dans la vtlle, dans les affaires. 

En is used before a noun preceded by the indefinite 
article or by no article at all : En ville^ en affaires : 
in town, in business. — I was in a safe place : T^tais en 
un lieu sur. (La Fontaine.) 

Usage, however, has sanctioned the following expres- 
sions : En la presence, en Vabsence de^ en Vhonneur de, 
en fair. 

En fair, upwards, at random, to be distinguished 
from dans fair, in the air. 

Ex. : Regarder en Vair : To look up. 

Propos en Vair : Idle talk. 

Eny and not dans, is used before personal pronouns. 
Ex. : In him ; En lui. 



Dans notes connection "between the container and tlie 
contained. 

Ex. : He had a half-penny in bis band illavait tm sou 
dans la main. 

If the half-penny, instead of being inside the band, 
were held between the fingers, the French would say : 
II avail un sou d la main. 

Thus again d is used instead of dans before the names 
of places, towns, etc. 

Ex. : In the country : A la campagne. 

In the house : A la mmson. 

In London : A Londres. 

• On'the contrary, en is used before the names of coun- 
tries: Ex. : In England : En Angleterre. 

Referring to time, dans expresses the time when some 
thing will be done, whereas en expresses how long it w 
lake to do it. 

Digitized by VjOOQ IC 



— LVITI — 

Ex. : I shall go to Paris iu ten hours (hence) : J'irai 
a Paris dans dix heures. 

I shall go to Paris in ten hours (it will take me ten 
hours to go) : J'irai a Paris en dix heures. 

Notice also : 

1 shall go to Paris at ten o'clock : Tirai a Paris d dix 
heures. 

Dans notEiS a state of being : 
JEx. : To live in idleness : Vivre dans laparesse. 
To live in profound retirement : Vivre dans une pro- 
fonde solitude. 

En marks the change of state. 
Ex. : To turn into smoke : S'en alter en fum€e. 
To resolve into rain : Se r^soudre en pluie. 
They were metamorphosed into flowers : lis furent 
metamorphoses en fleurs. 

En notes the end, the motiye : 
Ex. : In my name : En mon nom. 

En notes the manner of an action : 

Ex. : To travel by train : Voyager en chemin de fer. 

To walk silently : Marcher en silence 

To act like a king : Agir en roi. 

En notes the language, the sort of writing used : 
Ex. : The sentence was written in golden letters : La 
phrase etait ecrite en lettres d'or. 
To write in Latin : ^crire en latin. 
To translate into prose : Traduire en prose. 

En notes the shape, the costume. 
Eoo. : To terminate in a point : Se terminer en pointe. 
A woman dressed in man's clothes : Unefemme kabil- 
Ue en homme. 



y Google 



He was disguised as a Turk : II ^ait d^guise efh Turc* 
She was in white : Elle ^tait en hlmic. 

En notes the mode of division : 
The cake was cut into four pieces : On coupa le gateau 
en quatre morceaux. 

En expresses made of. 

Ex. : A table made of wood : Une table en hois. 

En, before a present participle, expresses the English 
hyy whilst. 

Ex. : He concluded by saying : II conclut en disant. 

The feminine is formed by adding an e mute : on 
forme le feminin en ajoutant un e muet. 

He smoked whilst reading : II fumaii en lisant. 

She came in laughing : Elle entra en riant. 

The king answered with a frown : Le roi repondit en 
frongant le sourciL 

Remark. — /w, after a superlative, is rendered by de. 
Ex. : The finest house in the town : La plus belle 
tnaison de la ville. 



§ 410 ter. — Devant refers to place; avant refers to 
time and order. 

Ex. ': The garden before the house : Lejardin devant 
la maison. 

George IV comes before William IV : Georges Quatre 
vient avant Guillaume Quatre. 

§411. — In the examples given, jusqu'd has the 
meaning of even. 



§ 412 fer. — On is left out before the names of the 
week and dates : 

Ex, : On Friday : vendredi. 

Digitized by VjOOQ IC 



— LX — 



On Fridays : le vendredi. 

On the third of May : le trots mai. 

On. that day : cejow-ld. 



% 412 quater. Additional Remark. — With is left 
ont at the beginning of an ablative absolute : 

Uoo. : Columbus landed with a naked sword in his 
hand (Robertson) ; Colomb dSbarqua^ une ^pde nue d la 
mam. 

With is translated by par or de after a passive, ac- 
cording as the action is one of the body or the mind. 
See § 276. 

JEx. : Hurt with the same weapons (Shakespeare) : 
Bless^par les m^mes armes. 

I was struck with the beauty of the picture ; J'ai ^td 
frappd de la beautd de ce tableau. 

Fed with the sajae food (Shak.) : Nourri dea m4mes 
aliments. 

For the use of de > in this last instance, see the 
Remark, § 276. 

With is traofilated by d before a noun attribute : Ex. : 
A white haired man : Un homme d cheveuoo blanos, 
A cravat with loDg« ends : Une oravate d Umgs bouts. 

With is translated by de, when noting the cause : 
Ex. : I am satisfied with my servant : Je sms content 

de mon domestique. 
His breast was covered with orders : Sa poitrine dtait 

couverte de decorations. 

In general de is used instead of avec, when the English 
preposition loith cannot be turned into with the help 
of or in company with. 

Ex. : He spoke with emotion : Ilparla AVEC emotion^ 

Digitized by VjOOQIC 



— LXI 1— 

because you could speak without emotion ; but, He spoke 
with a clear voice : II par la n'une voiw clairt^ because 
be could not speak without hifl voice. 

You can see the star with a telescope : Fot« pouvez 
voir Vitoile AVBC im telescope. Help is required ; but« 

You can see it with your own eyes : Votis pqicvez la 
voir DE vos propres yeux. No help is required, 

Avec notes conjunction or connexion : 
Ex. : Je mourrai avec vous : I vnll die with you. 
II est fiancdavec elle : He is engaged to her. 
II s'est ntarid avec elle : He married her. 

Avec notes concomitance (together with) : 
Ex. : II est si beau, l' enfant, avec son doux sourirz- 
(Hugo) : The child is so lovely with its sweet smile. 

y ..... . J'^esp^e 

Que nous saureJf venger Vamant avec le p^e (cornbillk.) 

I hope you will avenge the lover and the father. 

Avec notes the instrument, the help : 

Ex. : Cela disparaUra avec le temps : That will 
disappear with the time. 

Ecrire avec une plume : To write with a pen, 

Avec de V argent on fait hien des choses : With 
money you can do many things. 

Je I'ai enfoncdavec un marteau : I drove it in with a 
hammer. 

Avec notes the means (through, by). 

Ex. : Je ne verrai qu'avec vos yeuoo (M^ry) : I shall 
see but through your eyes. 

Avec son courage^ il est sur de r^tMsir : Courageous 
as he is, he is bound to succeed. 

Digitized by VjOOQIC 



— LXII — 

When the noun following avec forms with this pre- 
position an adverbial expression, the article is not used. 

Ex, : With emotion :kv^c emotion. 

Vehemently : Avec v^hdmence. 

The same can be said of sansy without, comme^ as. 

Ux. ': Without a father : Sansp^e(hiheTless) ; jvithout 
difficulty : Sans difficult^. 

I do not like him as a man : Comme homme^ il ne me 
plaft pas. 

He will settle as a hatter : Jl s'etablira comme chape- 
Her, 

As has here the meaning of in the quality of. 

This can be applied -to almost every preposition. 

Rule. — If a preposition forms an adverbial locution 
with the noun following, the article is omitted. 

Ex, : 

Luckily : Par bonheur; 

By chance : Par hasard : 

By night : ' De nuit ; 

From nature : B^apres nature; 
Secretly (with the doors closed) : A huts clos ; 

Under shelter : A convert; 

Without ceremony: Sans g^ne; 

On peace : E71 paix ; 

In foot : A pied-; 

On horseback : A chemt. 



§ 419 (5°). — Que is used after attendre^ with the 
subjunctive instead oijusqu'd ce que. 

Ex, : Lotus wait until the rain slops : Attendons que 
la pluie ait cessd, 

Quey with the subjonctive, may stand for afin que. 

Ex, : Come, that I may speak to you : Venez^ que je 
vous parle. 

Digitized byVjOOQlC 



— Lxin — 

Remark. — In French a conjunction is expi*esscdonce, 
and then, qv^ must be used as many times as the con- 
junction is again expressed or understood in English. 

Que, thus used, takes the same mood as the conjunc- 
tion which it replaces. There is, however, one exception. 
Although si requires the indicative, when que replaces 
si J it takes the subjunctive. 

Ex, : As I spoke and you heard me ; Comme fai 
parte et que vous m'avez entendu. 

If you say one thing and you mean another : Si t^ous 

dites une chose et que vov^s en pensiez une autre. 

* 

(6°) Quels expletive in the two {rallicisms : 

Sif^dtais quede vous : If I were you. 
Ce que c'est que de nous : flow frail mankind is! 
Maetzner ascribes these forms to the Latin genitive of 
price. 

7° Mais un Basile! il m^dirait qu'on ne le croirait 
pas (Beaumarcbais) : But Basile ! if he were to utter 
calumnies, nobody would believe him. 



1 420. — Distinction must be made between si condi- 
tional {si in Latin, if in English), and si dubitative 
(uirum^ an in Latin, whether in English). 

Afters/, conditional, the French use the present instead 
of the future, and the imperfect of the indicative instead 
of the conditional. 

Ex. : If it should rain : S'il pleuvait or s^il venait a 
pleiivoir. 

After si, dubitative, the future can be used. 
Ex, : I do not know whether he will deserve a reward : 
Je ne sais s' il meritera mie recomriense. . 

Digitized by VjOOQIC 



LXIV 

Remark I. — ^i, dubiiative, is often replaced by que^ 
with the subjunctive. 

£00. : 1 doubt whether he will come : Je doute qu'il 
vienne. 

I will do it, whether you like it or not : Je le ferai^ que 
dela voVfS plaise ou non. 

Remark IL — Contrary to what often occurs in 
English, after si, quand and quoique, the French sen- 
tence can never be elliptical, it must be complete. 
• Ex. : He will do nothing, if left to himself : II ne 
fera rten, si on Vabandonne d lui-mSme, 

Although a child, he can already speak several lan- 
guages : Bien que ce ne soit quun enfant y il suit d^jd 
parler plusieurs langues, 

I am always busy, when at home : Je suis toujours 
occup^y quand je suis d la maison. 



y Google 



PREFACE 



n existe d6\k en France plasienrs Grammaires qui dounent, 
k o6t^ des regies de la lexicologie, Thistoire de ces regies. La 
presente Gramraaire est la premiere oil soit abord^e rhietoire 
de la Syntaxe fraii9aiBe. 

Les esprits serieux s'accordent aujourd'hui k consid^rer 
comme n^cessaire T^tude historique de la langne. II nV a plus 
de discussion que sur la mesura a garder, sur la part qui doit 
^Ire faite aux notions historiques dans une Grammbire de la 
langne usuelle. Ceux qui s'obstinent k n'y voir que des curio- 
sites erudites ne sauraient nier que, sans ces notions, la Gram- 
maire fran9aise est un amas de regies qui ne disent rien k 
Tesprit et d'exceptions qui ne se comprennent pas. L histoire 
de J a langne expliqoe la plupart des faits grammaticaux, soit 
par les origines latinos du langage, soit par ses variations suc- 
cessives; k la place de notions incoh^rentes elle met un enchat- 
nement logique de causes et d'effets. 

Ces explications sont& lafois une satisfaction pour Tesprit et 
un secours pour la m^moire. On retient mieux, par excmple, la 
regie des mots en al qui font lenr pluriel en aux, quand on sait 
avec quelle facility la lettre { s'est vocaliseeen u dans la langne 
fran9ai8e (Voy. § 37). On comprend comment on a pu dire 
grand^w^e et mire grand (§ 46). On s'explique les f^minins ea 
eresse ei trice (§ 34) . Les difEerents genres d'un mdme mot ne 
semblent plus une serie d'^nigmes ind^chiffrables, quand on sait 
comment se sont introduitefe dans la langue ces vari^t^s (§ iS^* 
On se rend compte des formes irreguli^res des verbes, on con- 
ceit que le fntur du verbe envoy er soit yenverrai (§ 133 bis), 
celni de courir, je courrai (§ i34 bis); comment, plusieurs radi- 
canx s'ltant reunis en un m^me verbe, on a pu avoir etreje fuSf 
feiais (§ 116) ; aller, je vais,firai (§ 133 bis), etc., etc.; les 
lettres, dites aujourd*hui euphoniques, s'expliquent par un 4tat 
anteritur de Fbrthographe (§§ 2l ; 104; 116; 136; 160). 

L'utilit^ des notions historiques est encore plus grande poor 



y Google 



n PBtiFAOS^ 

la syntaxe. Tant qae, dans I'^tude de )a Grammaire fran^aise^ 
on ne s^est pas avisd ou 9oilci^ da pokd; dd vue historique, on 
a era qae la langae s^est constitute et pent se reformer par le 
raisonnement On a diesert^ 4 parte de vue sur les regies, sans 
tenir compte de la tradition et de Tusage. Mais les langues ne 
>8ont pas un ensemble de r^les immuables, qu'il appartienne 
auz grammairiens de fixer au gre de leurs systemes. Au cou- 
traire, ellfS sont essentiellement mobiles, et en voie de irans- 
formation perpetuelle. Ausst y a-t-il lieu de distinguer dans 
les langues vivantes Tusage actuel et les formes ou construc- 
tions qui se scat succed^ dans Thistoire de la langne. Pour 
Tusage actuel, les grammairiens, comme Ta parfaitement com- 
pris Vaui^elas, ne sont pas les I4g%$lateur$, fnais les tHnoins de 
la langne. La Grammaire qui ne cimnatt pas les formes on 
constractioos qui ont eu cours autrefois, est amenee k les 
signaler comme des singularit^s et m6me comme des incorrec- 
tions. 

Faute de s'^tre plac6 k oe point de vue, Voltaire, avec tout 
son esprit, fait les remarques les moins judicieuses sur U 
langae de Corneille; il reproche k I'auteur du Cid et de 
Po/ycwc^ c'est-i-dire 4 Tun des mattres de la langue fran- 
^aise, des expressions qu*il qualiiie de barbarismeSy et des tour- 
nures quMl traite de soUcistnes, Nos modernes grammairiens 
n*ont pas crai^t de relever aussi des soUcismes chez Rnoine, on 
bien des < negligences » chez les auteurs les plus etudi^s qu*il 
y ait, Buff on et J.-J. Rousseau. 

Les Lexiques spSidaux des grands ecrivains de la France, 
publics dans les dernieres anneci^, et cites dans la Bitliogra" 
phie qui termine cette Grammaire, ju-tifient toates ces anoma- 
lies apparentes, qui faisaient Tetonnement et quelquefois le 
scandale des lectetirs d^autrefois. Pour aider a ce mouvement 
de saine et. jutliciense ^tude de nos grands Ecrivains, il man- 
qnait une Grimmaire qui pres* ntllt nne vue d^enseinblef et 
donn&t une exposition methodique des variations de la Syn- 
taxe. C'est cetto. lacnne «iue j'ai entrepri* de rombler. 

Quede diflE^rences, en eflet, enbe la syntaxe d'aujourd'hui et 
celle du xvi« et do xvii* eiecle ! Ce sont, par exemple, des verbes 
dont Temploi a varie, et qui ont M successivempnt actifs, 
neutres ou r^flecliis (§ 282) ; c'cst une mani^re differente de 
eonstruire les modes (§§ 291. 302), ou d'entendre la concor- 



y Google 



PREFACE. Ill 

danee des temps (§ 312) ; ce Bont des regies quelquef ois oppo- 
B^es aux ndtres, pour I'aocord dee participes, tant du participe 
present (§ 342 bis) que da participe pass^ (§ 348)^ etc., etc. 

C'est naturellement ]e xvii* si^cle^ qui fait Tithjet principal de 
ces Etudes comparatives, parce que ce Bont lea cfaefs-Hl^oeuyre 
de oette ^poque qui commandent le plus TattentioD. Si meme 
j*ai era devoir quelquefois jeter im regard en arriere, et en 
particulier sur le xvi* siMe, ce n'est pas pour ^tudier la langue 
de cette ^poque, qui prend d^ le xvi* si^cle un caractere un 
peu archaique (et cet archaisme est rendu sensible dans cette 
Grammaire par le maintien de Torthographe du temps) ; o'est 
pour 6clairer, par le rapprochement, certains points de la langue 
du XVII* si^cle ou des si^cles suivants. 

L'^tude de Thistoire de la Syntaxe fran^aise est ce qui dis- 
tingue prindpalement le cours supMeur du cours^ moyen ; maia 
des develop pements plus considerables y eont aussi donn^ soit 
k la lexicologie usuelle ou historique, soit k la syntaxe ueuelle, 
dans VIntroduction et dans le SuppUment : ces diverses additions 
sent not^es d'un ai^terisiiue plac^ en tdte de I'alinea. 

Du reste, la methode est la mSme, et la pr^nente Grammaire 
est con9ue dans le m^me esprit que le cours eUmerUaire et le 
cours moyen, qui ont M d^j4 pnblies. 

J^ai, dans ce coiirs comme dans les pr^c^dents, conserve de 
la grammaire traditionnelle tout ce qui n^est pas contraire k 
une saine doctrine grammaticale. Aint^i j'ai maintenu les an- 
ciennes denominations de verbes adifny vtrbes neutres et verbes 
passifs, etc. J'ai gard^ la divinion consacr^e en adjectifs qua- 
lificatifs at adjectifs d^erminatifs, bien qu*on ait fait observer 
avec raison que tous les adjectifs sont d4terminatifs ; mais je 
n'attache pas grande importance k ce qu^on pent appeler la 
m^taphysique grammaticale. 

Moins bardi que quelques anteurs d'ouvrages ^l^mentaires 
r^cemment publics, je n'ai eu garde de supprimer Varticle 
etd'en faire un adjectif dimonstratif. C'est \k un exc^s de doc- 
trine qui ne me paraitnullementjustifie.L^articleestune espece 
particuiiere de mot, qui n*existe pas dans toutes les langues, 
mais qui, dans celles ou elle existe, joue un r61e k part et 
tout k fait distinct de Tadjectif . II est vrai que je ne recon- 
nais ce r61e distinct qn'& Particle defini (le, les). Quant 
k ce qu'on a appele article indifini (un, une, au pluriel des). 



y Google 



IT PElfePAOE. 

cen*est, en r6alit4, pas autre chose qu'uh adjectif • ind^fini. Led 
grammairiens du xvi** Bi^cle ne reconnaissaient d^autre article 
que ISf et il ne leur est pas plus venu k Tid^e de mettre. un 
parmi les articles, qu'aux grammairiens grecs d'y ranger Tad- 
jectif ind^fioi rt?. 

Mais si j*ai prouV)6, par ce respect de la tradition gl'ammati- 
cale, mon pen de goftt pour la nouveaut^, je ne pouvais aller. 
jusqu'a respecter ce qui est en contradiction avec la logique. 

Je ne pouvais, par exemple, garder les mots de nominatif et 
de rSgime, qui sont des restes de Tancienne grammaire fran- 
9ai8e, toute calqu^e sur la grammaire latine, qui h'ont rien k 
f aire avec notre langue, et qu'il faut absolument remplacerpar 
les mots de sujet et de corrvpl&ment, 

- Je ne pouvais davantage maintenir, comme une des pa?'- 
ties du discourgj le participe ; car le parti cipe n'est qu*un 
jnode du verbs, et 11 est range au milieu des modes mdme par 
les grammairiens qui, par une contradiction flagrante, en font 
une espece distincte parmi les mots. 

II m'^tait encore moins possible de conserver la trop fa- 
meuse r^gle de la formation des* temps d'apr^s cinq temps 
primitifa, C'eflt 6t6 consacrer la regrettable confusion des 
temps et des modes, confusion qui est par \k introduite dans 
I'esprit des enfants, et qu'il est si difficile de d^raciner plus 
tard. Mais, comme ii ne faut rien d^truire sans le remplacer 
je me suis attache a retrouver les avantages didactiques des 
anciens temps primitifs [present de Vinfinitif, present de Vin- 
dicatif, parfait difini, participe pr^senty participe pass€) par 
une division nouvelle, qui a I'avantage de ne pas soulever 
d'objections au point de vue logique et grammatical. A la 
division en pr^tendus temps primitifs^ oil temps et modes 
sont bizarrement enchevdtres, et qui n'est qu'un proc6d6 
mnemonique pour apprendre la formation des temps, je 
Bubstitue cinq temps reels. Je les appelle temps principaux^ 
et j'y sjoute seulement Vinfinitif, non comme un temps, mais 
comme la forme par laquelle il est d'usage en fran9aiB de desi- 
gner le verbe, et qui sert ainsi de point de repere. 

Pour peu qu'on veuille bien examiner sane parti pris la clas- 
sification que je propose des temps principaux, on s'apercevra 
que, tout en 6vitant les inconvenients de la division tradi- 
licnnelle, j'en ai gard^, j*en ai m@me augments les avantages, • 



y Google 



PRiFAOB. Y 

Danfs ces kmps principauXf pi^^sentes tons an mode indicatiff 
sont classes les quatre temps siinplea (present y impar fait j par fait 
defini, futur), et un temps compost (le parfait indefini), Auesi 
bien que les anciens temps primitifSy ces temps principaux 
donnent la clef de tous les autres, parce que leurs formes s'y 
retrouvent. Ainsi, de rindicatif present on peut tirer TimpS- 
ratif et le subjonctif present; de Timparfait, le participe pre- 
sent; du parfait defini, rimparfait du subjonctif; du futur 
(form6 lui-meme de Tinfinitif), le conditionnel ; quant au parfait 
indefini, non-seulement il contient le participe pass^, mais 
encore il offre Pavantage de fournir un exemple de temps 
composes, et (pour ce qui est des verbes neutres) un exemple de 
leur formation avec Tauxiliaire avoir ou avec Tauxiliaire dire. 

Je me suis encore attache 4 preciser des notions qui sont 
recemment entrees dans Tenseignement de la grammaire fran^ 
9aise, mais qui trop souvent y sont presentees d'une maniere 
confuse ou tout k fait erron^e. Je veux parler du radical^ de la 
terminaison et des d^sinences^ des racineSy des prefixes et des 
suffixes, J'y insiste pen, m^me dans le cours sup&rieur : je me 
borne k donner des idees justes. Par exemple, je me garde 
bien de r6 peter, avec iios modem es docteurs, que le radical est 
la partie du mot qui ne change jamais : il n'y a rien de plus 
faux en fraL9ais, comme dans les autres langues. Sans doute, 
en general, le radical change pen ; mais c'est autre chose que 
la partie invariable du mot, k moins de supposer que les verbes 
comme pouvoir, savoir, tenir, vouloir, boire, etc., n'ont. pas do 
radical, ou bien que leur radical se borne a la premiere lettre. 

Dans la th^orie de Particle, de Padjectif et du pronom, j*ai 
introduit, apres plusieurs grammairiens, du reste, le genre 
neutrey que ne veulent pas reconnattre en f ran9ais les partisans 
de la grammaire mecanique, sous pretext e que c*est un embairras 
pour Tanalyse grammaticale ; comme si ce n*etait pas fausser 
absolument les id^es d'un enfant capable de reflexion que de lui 
dire que le est du m^me genre, k savoir le genre masculin, dans 
ces trois phrases : void votre pcre, je lb rots arrivvr; voire 
mere e>t souffrante^je lb vois; au moment ou lea Etats sont lb 
plus florissants ; et comme si les enfants ne devaient pas eux- 
m^mes rectifier cette erreur, quand, traduisant ces phrases en 
latin, en anglais^ en allemand, il leur f aut mettre pour k pre-, 
miere, le masculin ; pour les deux autres, le neatre. 

Digitized by VjOOQIC 



m pr]6faob. 

J'ai reagi contre cette sorte d'^miettement de la doctrine 
grammaticale qui se prodnit sons f onne de remarques pariicu^ 
lieres. Autant que possible, je gronpe ces remarques en les rat 
tachant a nne idee gdn6rale. 

J'ai multiplid les tableaux syruiptiques qui font ressortir lA# 
faits grammaticaux, anssi bien que les faits historiques. J'en 
ai nsl m^me dans la Syntaxe, mettant sur deux colonnes lea 
regies en quelque sorte parall^les. Mais c^est surtout pour les 
Yerbes que j'en ai fait ud large emploi. Je ne suis pus le pre- 
mier k qui soit venue Tid^e de mettre les verbes dans les 
tableaux, oh Ton voit les temps tmr des colonnes verticales, et 
les modes dans des cases horizontales ; tableaux qui permettent 
d^embrasser d'un m^me coup d^oeil nn verbe entier present^ snr 
une seule page : neanmoms, Tarrangement de ces tableaux 
m'est personnel, non-seulement par la disposition des modes 
(oil je rapproche le subjnnctif de Timp^ratif , et le conditionnel 
de rinfinitif, pour mieux montrer la parente de ces divers 
modes), mais par la separation rendue sensible k Toeil et k 
Teeprit entre les temps nmples et les temps composis. 

Tout en f aisant k Thistoire de la langue fran^aiee nne large 
part, je n*ai en garde de sacrifier k cette ^tnde la grammaire de 
I'usage actuel, « le bon usage d, comme disait Vaugelas, celur 
dont TAcad^mie fran9aise est cbez nous Tinterprete, si non 
infaillible, du moins le plus antoris^. 

II y a un € bon usage », qui changera, comme il a d6j4 
change, mais d^apr^s lequel on doit 6crire et parler. Les gram- 
mairiens n*ont pas k le discuter, a prendre parti pour ou contre; 
ils n*ont qu*& le coustater, 4 en §tre < les t^moins », comme 
disait encore si juslicieusement 'Vaugelas. Je ne mets done pas 
tiur la mftme ligne les regies de la langue pr^sente et les par- 
ticularit^s de la lans^ue d'autrefois. Pour rendre sensible en 
quelque sorte aux yens la difference entre ces regies e^ les 
notions bistoriqnes destinees a les expliquer, j^ai distingue ces 
demieres du reste du texte par des caract^res plus fins : j'ai mis 
ce petit texie entre crochets, et, en t^te de cbaque alioea oon- 
sacre k ces notions, j'ai plac^ des titree qui en indiquent par 
avauce le contenu : Originbs latimbs, Histoirb, etc. Ce petit 
iexte^ n'est, pour ainsi dire, qu^nn commentaire de la mram- 
maire proprement dite, commentaire qui pourra 6tre D^giig6 
par quelques lecteurs, mais qui, an contrairOi sera peat-6tre 
recherche de preference par quelques autres 

^ rA. CHA88AVO. 

Digitized by Vj = 



INTRODUCTION 



COUP D (Blh SUR LBS OBIGINBS LATINES 
ET SUB L'BISTOIRE BE LA LAN6UE FBANgAISE. 

De tous les elements qui sont entres dans la for*- 
mation de la langue frangaise, le principal est le latin; 
mais c'est moins le latin classique, le latin de Ciceroh 
et de Virgile, que le latin populaire, celui des cultiva- 
teurs et des soldats. Transporte en Gaule par les 
soldats de C^sar et par les colons qui les suivirent, 
ce latin prit place a c6te de Tidiome des Gaulois. le 
celtiqite. Peu a peu la langue des Romains s'imposa 
aux vaincus par la superiorite de la civilisation des 
vainqneurs, par les relations qui s'etablirent aveceux 
pendant une occupation de plusieurs sifecles, enfm 
par la diffusion du christianisme, dont les apdtres 
se servaient en Occident de la langue latine. 

Cette universality de la langue latine etait deja 
reconnue, au ir sifecle de I'fere chretienne, par Plu- 
tarque (1). Elle est signalee par saint Augustin comme 
conforme aux desseins de la divine Providence (2). 

Cependant il subsista, dans la langue parlee par 
les habitants de la Gaule, des restes de Tancien cel- 
tique, d'ou vient le bas-breton d'aujourd'hui; etl'on 

(1) *0 P(i)[ji.a((«)v XoYO? ^vuv b\t.oij ravTe^ avOpwTcctxpwvTat; 

{Questions platomqueSj X, 3, 3.) 

(2) « Opera data est ut imperiosa ci vitas noQ solum jugnm^ 
rerum etiam linguam suam domitis gentibus per pacem socie* 
tatis imponeret. » (De Civitate Dei^ XIX, 7.) 



y Google 



VIII INTRODUCTION. 

en rencontre encore quelques traces dans la langue 
frangaise. 

Au ¥• sifecle, rinvasion des tribiis germaniques en 
Gaule fournit k la langue un Element nouveau. Mais, 
tandis que les Romains avaient fait accepter leur 
langue, du droit du plus fort et du plus avauc6 en 
civilisation, les Barbares durent adopter en grande 
partie celle des vaincus, etils n'apport^rent a Tidiome 
gallo-romain qu'un contingent d'environ 500 mots 
germaniques, qui sont surtout des mots de guerre, de 
chasse ou de dignites f^odales. Le reste du vocabu- 
laire demeura presque exclusivement latin, et la syn- 
taxe continua d'etre toute latine. 

Ainsi se forma, en Gaule, une langue romane, 
c'est-i-dire un debris du latin vulgaire m^le a des 
^l^ments celtiques et germaniques. II en fut de meme 
dans les pays mdridionaux de TEuropo, ou le latin po- 
pulaire forma aussi Vitalien, Vespagnol et le valaque. 

La langue romane de la Gaule subit k son tour 
une suite de modifications lentes, insensiblcs, mais 
continues, qui, vers le xi« si^cle, en flrent un idiome 
nouveau, la langue rf'oi/.Cette derni^re langue n'etait 
plus le latin, et n'etait pas encore le frangais, mais 
pouvait le devenir, k la difference de la langue d*oc^ 
langue du midji de la France, qui devait former seule- 
ment quatre dialectes distincts, le limousin, le Ian- 
guedocien^ le gascon et le provengaL La langue d'oil 
aussi comprenait quatre dialectes^ parlfe par les po- 
pulations de rOuest, du Nord, de I'Est et du Centre : 
le normand, l^picard^X^ bourguignon et le frangais 
ou dialecte de TIle-de-France. Ges deux langues {d'oil 
et d*oc) etaient ainsi designees par la maniere dont 
chacune pronongait le signe de Tafflrmation. On disait 

Digitized by VjOOQIC 



INTRODUCTION. IX 

o'tl^ mot qui est devenu owe, au nord de la Loire; 
on disait oc au sud de la Loire, et le nom de Lan- 
guedoc resta longtemps k une des provinces de I'an- 
cienne France. 

Le dialecte frangais de la langue d*oil prit le 
pas sur les autres k partir du xiv« sifecle, c'est-Mire 
a partir du moment ou la Normandie, la Picardie, la 
Touraine, le Berry, la Champagne, en attendant la 
Bourgogne, furent reunies au domaine royal, dont le 
noyau primitif ^tait I'lle-de-France. La defaite des 
Albigeois, et plus tard les derniers accroissemenls du 
domaine royal, qui s'etendit jusqu'aux Pyrenees et aux 
Alpes, etablirent dans toute la France, avec Tauto- 
rite du roi, la suprematie de la langue des hommes du 
Nord; la langue d'oc, illustree par les troubadours, 
tomba d6s lors k I'dtat de patois^ comme les dia*- 
lectes de la langue d'oi'l autres que celui de Plle-de- 
France, qui avaient, eux aussi, eu leur p^riod'a bril- 
lante au temps des trouv6res. 

Bien que Ton appelle vieuco frangais la langue des 
trouvferes, la langue frangaise n'existe veritable- 
ment qu'^ dater du xiv® sifecle. II lui reste sans doute 
bien des modifications a subir pour devenir la langue 
d'aujourd'hui ; mais ce qui, d6s ce moment, ^tablit 
entre elle et la langue d'ozl une difference profonde, 
c'est la suppression de I'ancienne declinaison latine, 
qui s'etait en partie maintenue dans la langue d'oi'l 
par la distinction d'un cas sujet et d'un cas regime. 
Toute distinction de ce genre est abolie, et le cas 
regime subsiste seul ou a pen prfes seul dans la 
langue. La disparition des derniers souvenirs de la 
declinaison ach^ve de donner k la langue frangaise 
ce caractfere analylique qui distingue les idiomes 

Digitized by VjOOQIC 



X INTRODUCTION. 

modernes, et qui s'oppose au caractfere syntheiique 
des idiomes de Tantiquite. 

Pour bien connattre la langue francaise, fl y a done 
a teriir compte de deux fails : 

l'^ De ses origines latines ; 

2" De son histoire, c'est-^-dire des transformations 
qu'elle a subies depuis les premiers begayements de 
la langue romane, jusqu'au jour ou I'Acaderaie de 
Berlin mit au concours une dissertation sur les causes 
de Vuniversalite de la langue frangaise (1784). 

Le fond de la langue est dans ses origines latines ; 
toutefois. si Ton veut tenir compte de tons les autres 
elements, il faut y joindre, non-seulement Tidiome 
celtique et le vieil idiome germanique^ qui nous 
reportent k son premier Age (1 ). mais les idiomes qui, 
depuis le xiv® sieele, ont ajoute au vocabulaire de la 
langue d'oil ; ces additions sont surlout des termes 
de guerre, de commerce oud'art. Ainsi Ton voit s'in- 
troduire dans la langue, au temps des croisades, des 
mots d'origine arabe {amiral^ caravane, derviche, 
imir^ sequin^ soudan, sultan^ etc.); an xvi® sifecle 
des mots italiens {brave ^ gabion, parapet, spa- 
dassin^ aquarelle^ costume, fresque^ galbe^ etc.) ; au 
xvii® sitele, des mots allemands (bivoimc, blockhaus. 

(1) Mots obltiqubs : Bee ( Coi ToIossb nato cognomen in 
pueritia Beceo fuerat ; id valet gallinacei rostrum, SoAtone) ; 
lieup. ( Non miHenis passibns, Bed leiida itinera metiuntur, 
Ammien Marcellin); dune et le suffixe dun (Chiteaudun, Lou- 
dun, Verdun; en latin Castellodunum, Laudunum, Vero- 
dunum); cri, 6roc, etc. 

Mots gebmaniques : Rosse, de ross, bouquin, de buch, etc. 
— Ces mots, tir^s dn vieil allemand. nedo'Ventpas §tre con^ 
fondus avec ceux quivienn«^nt de Vallemand modeme, et qBi 
ne remontent pas au deli du xvi« ou du xvii* si^le. 

Digitized by LjOOQ IC 



IirTBODirOTION. XI 

schlaffue, vaguemestre^ etc.) ou espagnols (duegne^ 
hdbler^ mantiile, matamore, etc.) ; au xix« sifecle, des 
mots anglais {coke, express, rail, tunnel, wa- 
gon; btuiget. Jury; fashionable, sport, spleen j 
tohtst,e\c.). 

De plus, mSme parmi les mots qui ne sont pas 
d'origine etrangfere et moderne, ii faut distinguer : 

^^ Les mots de formation populaire; 

3^ Les mots de formation savanie. Ces derniers 
sont ceux que les ^rudits ont empruntes aux langues 
classiques, au grec et au latin, en tenant un comple 
plus exact de I'^tymologie que n'avait fait le peuple 
dans les mots qu'il avait prdc^demment tires de la 
langue latine. 

C'est surtout au xvi® sifecle, dans le premier feu 
de la Renaissance, que les erudits et quelquefois les 
pofetes entreprirent de faire entrer dans la langue 
frangaise des mots d'origine grecque et latine. Mais 
un petit nombre des mots ainsi formes s'introdui- 
sirent dans la langue litt^raire ; seul le vocabulaire des 
sciences a continue depuis k s'enrichir de mots lir^s 
dugrec. 

Les emprunts faits au latin par le peuple et par les 
savants le sont d'aprfes des proc^des tenement diffe- 
rents, que souvenl le mdme mot latin donne au fran- 
cais deux mots, Tun de formation populaire, Tautre 
de formation savante : c'est ce que Ton a nomme 
des derivations divergentes (1) ou des doublets. Dfes 
1683, Catherinot publiait les Doublets de la langue 
(Bourges). Ainsi sont venus les mots suivants : 

(1) C'est le Dom que lear donne Botet dans son Abrig4 (Tun 
cours complet de Lexicologie (180i). 

Digitized by VjOOQ IC 



XII 


INTEODUCTION. 


' 


DU MOT hUnS PAR FOBHATION POFUTATR1B 


PAB FORMATION SAYAIA 


acrem, 


ai-gre, 


Sucre; 


advocatum. 


avou^, 


avocat ; 


articulum, 


orteil, 


article ; 


augustum. 


aoflt, 


anguste ; 


auscuUare, 


6couter, 


ausculter ; 


hiasphemarey 


bl&mer, 


blasphemer 


capitale, 


cheptel, 


capital ; 


causam, 


chose, 


cause ; 


cumulare, 


combler. 


cumuler ; 


decimam^ 


dime. 


ddcime ^ 


dotare. 


doner, 


doter; 


examen. 


eBsaim, 


examen ; 


fragilem, 


frSlo, 


fragile ; 


hospitakf 


hfitel. 


hdpital ; 


integrum, 


entier. 


integre 


jusHHam, 


justesBO, 


justice; 


Hberare, 


labenr, 


livrer ; 


laborem, 


labour. 


liberer ; 


legalem, 


loyal, 


16gal; 


ministerium, 


metier, 


minisiere ; 


mobilem, 


meuble, 


mobile ; 


nativtim, 


naif, 


natif; 


navigare, 


nager. 


naviguer; 


parabolam, 


parole. 


parabole 


pensare. 


peser, 


penser ; 


pietatem, 


piti^, 


piet6; 


porticum, 


porche. 


portique 


potionem, 


poison. 


potion ; 


qmdragesimam, 


car^me. 


quadragesime ; 


rationem. 


raison^ 


ration ; 


rigidum. 


roide, 


rigide ; 


sacramerUum, 


serment. 


sacrement ; 


securitatemj 


s^curite. 


sflret6 ; 


separare, 


sevrer, 


B^parer ; 


surgerey 


sourdrOy 


Burgir ; 


seandalunif 


esclandre, 


scandale ; 


iraditionem, 


trahison, 


tradition, 


etc., 


etc., 


etc. 

Digitized by GoOQle 



INTRODUCTION. XIII 

II y a du reste des doublets qui ont une autre ori- 
gine. 

II est arrive plus d'une fois que le m6me mot latin 
a donn^ k la langue populaire deux ddriv^s, par 
cxemple : 

Capsam a donn^ chdsse et caisse; 

Cupam — cuve coupe; 

Credentiam — creance croyance; 

Laxare — Idcher laisser. 

Quelquefois le doublet est venu du latin, mais par 
rintermediaire d'une langue ^trangfere. Ainsi : niger 
a donne noir^ et (par Tintermediaire de I'espagnol 
negro) ndgre; locare a donne louer^ et (par I'in- 
termddiaire de Titalien loggiare) loger. 

On le voit, les mots de formation savante sont cai- 
ques sur les mots d'ou ils derivent. Si les mots de 
formation populaire s'ecartent plus de leur type latin, 
c'est d'aprfes des regies presque invariables. Les 
principales de ces regies, d'autant plus fixes qu'clles 
sont inconscientes, sont les suivantes. EUes sont de- 
termindes par Tinfluence de Vaccent tonique des 
mots latins (Voy. % 23). . . 

II y a d'abord une rfegle generate, qui est celle-ci : 

Maintien des voyelles accentuSes en latin. Or, 
en latin, raccent tonique est toujours ou sur Tavant- 
derniSre syllabe, quand cette syllabe est longue, ou 
sur I'antepenultifeme, quand la penulti^me etait brfeve. 
Ex. : 



can^oVem, chantewr; 
amdre, a.imer; 
porticum, porche; 



organum, orgae; 
mdginem, image. 



y Google 



XIV INTKODUCTION. 

Gette r^gle a deux applicalions particuli6res : 

1* Suppt ession de la voyelle atone et breve qui pre- 
cMe ou suit la voyelle accenttcSedes mots lathis. Ex. : 



Premier: cas : 
bon(i)Utem, bontd; 
pos(i)luram, posture. 
christian(i)tAtem5 chrd- 

tient^; 
(jum(u)Idre, combler. 



Deuxidme cas: 
corp(/,)s, corps; 
temp(Li)s, temps; 
ap6st(6)lum, ap6tre; 
c6mp(u)tum, compte ; 
epist(o)Iam, epttre ; 
orac(u)lum, oracle. 

La syiiabe longue qui precMe la tonique subsiste, 
en g^n^ral, dans le passage du latin au frangais. Ex. : 

honorare, honorer ; I perrgrinum, pfekrin ; 
vestimdntum, v^tement; I etc. 

Gependant elle est aussi elle-m^me souvent sup- 
primee. Ex. : 



latrocinium, larcin; 
matutinum, matin; 
etc. 



castigiimentum , ch(iti- 

ihent ; 
sacramentum, serment; 

li y a, cependant, souvent exception pour la voyelle 
atone' precedant la tonique, quand cette voyelle com- 
mence le mot. Ex. : 

Ferocem, farouche; fid^lem, fidfele, etc. 

2** Suppression friquente de la consonne placie 
entre deux voyelles, ou consonne mSdiane. Ex.: 

ma(g)istrum, maltre (primitivement maistre) ; 
se(c)urum, sflr ( — seur) ; 

. ma(t)urum, mdr. ( — meur); 

au(g)ustum, aoAt ( — aoust); 

Digitized by VjOOQIC 



INTRODUCTION. XT 

Ii(g)are, lier; 
pli(c)are, plier; 
ca(t)enam, cbaine; 
ro(t)undum, rond; 
pa(v)6rem, peur; 
etc., etc. 

Cette suppression de la consonne medtane en- 
traine,onle voit,quelquefois celle de la syllabe initiate. 

Cette syllabe initiate, quand elle est atone, est du 
reste supprim^e aussi quelquefois devant la tonique, 
m^me sans suppression de la consonne mediane.iS'a?.; 

illorum, leur; 

avunculum, oncle; 

Apiiliam, Pouille; etc. 

Ainsi, le maintien de la voyelle accentu^e en latin 
est la grande rfegle, d'oCi decoulent les deux autres. 
Non-seulement la syllabe tonique latine subsiste tou- 
jours, mais c'est autour d'elle que grayitent toutes 
les autres : de Ik un syst^me de mutilation qui s'ap- 
plique aux consonnes comme aux voyelles, et qui tend 
k faire de la syllabe tonique latine la dernifere syl- 
labe, la seule syllabe accentu^e du mot frangais. 

Quand la voyelle atone, plac^e k la suite de la 
tonique, n'est pas supprimee, elle est assourdie, 
c'est-^-dire changee en mt«^«^, et, par consequent, ne 
compte pas pour la prononciation et pour Taccent 
(Voy I 24). Ainsi de hds/ntem vient hdte, par la 
suppression de Vi bref qui suit la tonique, et par 
Tassourdissement de la finale em. 

Nous avons dit que les mots d'origine populaire se 
sent formes ainsi d'aprfes des regies presque inva- 
riables. Les exceptions que Ton pent citer s'expli- 

Digitized by VjOOQIC 



XVI INTEODUOTION. 

qaent presque toutes par quelque difficulte de pronon- 
ciation qui s'est opposee k la syncope, comme dans 
les mots dpreiS(cisperttdtem), chastetS (castildtem), 
sainietd {sancMdtem), abstinence (abstmenttam), 
ennemi (inimicum), etc. Dans soiicier^ primitive- 
ment solder {sollicitdre)^ la syllabec^ estrest^e; 
mais, en revanche, laprecedenle {li) a et6 supprim^e. 
A ces rfegles, 11 faut en ajouter d'autres, qui con- 
cernent la permutation des lettres dans leur passage 
du latin au frangais. Comme ces regies s'appliquent 
k des lettres maintenues en frangais, elles seront indi- 
qu^es dans le chapitre qui traite de I'alphabet frangais 
(1 21 bis). Elles ach^veront de mettre en lumi^re un 
fait aujourd'hui parfaitement etabli : k part quelques 
particularites qui semblent trahir le caprice ou qui, 
du moins, ne sont pas encore expliquees,il n'y a rien 
de fortuit dans la transformation frangaise des mots 
latins ; au contraire, elle s'est faite d'aprfes des lois 
qui, pour elre instinctives^ n'en ont pas moins uae 
remarquable flxite. 



by Google 



NOTIONS PRflLIIINAIEES 

D£ rAlPHABET, DBS SI6NES ORTHOGRAPHIQUES 
DE TACCENT TONIQUE. 



CHAPITRE I. 

DES LETTRES. 

§ 1. La grammaire est nne science qui a pour objet 
i'etnde des regies du langage, soit ^crit, soit parl& 

On appelle orthographe Tensemble des regies da langage 
^crit. 

{^TTMOLOGiE. — Grammaire yient du mot latin grammotica, 
qui est lui-m6me tir^ du mot grec Ypa(Ji.[ji.aTaT^^, science des lettres* 
— Orthographe vient du mot grec opOoYpafCa, Venture correcte. 

§ 2. Le langage se compose de mots, 
Les mots se composent de lettres. 

ALPHABET. 

§ 3. On appelle alphabet Tensemble des lettres qui sont 
en nsage dans une langne. 

L'alphabet fran5ais se compose de 25 lettres, qn'il est 
d usage de ranger dans Tordre suiyant : a, b^ c, dy e^ f^ 
g, A, hjy K iy »», n, 0, pfqy r, s, t, u, v, x, y, z. 

fiiTYMOLOGiB. — Le mot alphabet vient des deux premi6reL 
ettres grecgues {cc}^<px^ gfjia). L'alphabet fran9ais s'appeUe 

c, s. 1 

Digitized by VjOOQIC 



2 QRAMMAIRE FRAN^AISE. 

aussi quelquefois PA B C^ du nom des trois premieres lettree 
fran9ai8es. Lettre vient du latin littera.] 

§ 4, On appelle voyelles les lettresqui, m^ine prouonc^es 
senles, forment nne voix, c'est-a-dire un son. 
II y a, en fran5ais, six voyelles simples, qui sont : a, «, t\ 

0, u et y, qui a le son d'un i ou de deux t. 

On verra plus loin(§ 11) ce qu'on entend par voyelles 
composees. 

§ 5. On appelle consonnes les lettres qui ne forment nn 
son distinct que si on les prononce avec des voyelles. 
II y a dix-neuf consonnes qui sont : h, c, d, f, g, h,jy k^ 

1, m,n,p,q, r, s,t, v, XjZ. 

[Etymologie. — Vbye/Ze vient du mot latin vocalem, vocal, qui 
tmet une voix ou un son; consonne, de consonam, qui a le m^me 
sens et yient de cum sonarSy sonner avec] 

8YLLABES. 

§ 6. On appelle syllabe une Toyelle ou une reunion de 
consonnes et de voyelles qui se prononcent par une seule 
Amission de voix. Ex. : a, e^ i, o, u ; ba^ be^ bi, bo^ 
bu, etc. 

On appelle : 

V monosylldbes, les mots d'une seule syllabe, par exemple 
tons les mots qui composent ce vers de Eacine : 

Le jour n'est pas plus pur que le fond de mon coBur. 

2° polysylladesy les mots de plusieurs syllabes, par 
exemple : for-ti-fi-er (4 syllabes), o-ri-gi-naji-t^ (6 byi- 
labes); 

8** dissylldbes, les mots de denx syllabes (6-t6, hi-ver) ; 
trissyllahes, les mots de trois syHabes (pa-ren-t6, v6-ri-te). 

(Etymologie. — Tous ces mots viennent de mots grecs : 
CTJA/vaS"^ (en latin syllaba), rdunion de lettres^, parce que, en gene- 



y Google 



VOTBLLES. — § 7. 3 

ral, nne syllabe se compose de pkisieurs lettres ; (jLOvoauXXaSo^, 
7coXuffi5XXa6o(;, 8taffuXXa66^, TptdoriiXXaSog.] 

* Remarque;— Pour decomposer les mots en syllabes, il 
fant observer la rtgle suivante : Une syllabe ne pent com- 
mencer que par une voyelle, par une consonne simple ou 
par la reunion des consonnes th, ch;cr, gr, br, frj tr;cly gl^ 
pi, bl^ fl (Voy, § 18). Ex. : r^-e/, e-thevy por-che, es-poir, 
d^-^ruire^ ef-froiy fa-ble, ex-ploity es-pie-gky cer-cley etc. 

II n'y a d'ezceptiou k cette r^gle que pour les mots 
composes qui se diyisent d'apr^s leurs elements. Ex. : 
tn-spirer, a^spirery in*scr%re, in-strmrey abs-tratt, obscene^ 
d^S'Ordre, etc. 

[* Obiginss latines. — Ces mots sont pour la plupart latins : 
in-spirare, ad'Spirare, in-scribere y in-itruerey abs-tractum, 
ob-scenum. — L^s-ordre est un compos6 tout franjais, form^ 
du pr^fize d4s (§ 433) et du mot ordre,] 



CHAPITRE IL 

VOYELLES. 

§ 7. Les Toyelles se distinguent, selon la dur^e de ia 
prononciation^ en brhves et en longues. 

On appelle breves les Toyelles dont la prononeiation est 
rapide ; longues celles dont le son s'allonge davantage. Par 
example : 

a est bref dans patie et long dans pdte; 
e — irompette — jpretre; 

i — lime — gite; 

o — robe — roU; 

u — CTiLche - — btkhe. 

. L'usage apprendra les voyelles longnes et les brfeves 
Mais on pent faire ici deux remarques : 
10 En fran^aiSy les voyelles suivies d'une eonsonue 



y Google 



4 GBAMHAIBE FBAH^AISE. 

redoublte Bont ordinairement braves ; Ex. : adresse^ 
marmotte^ ombrelle, etc. On ezcepte les Toyelles qai 
pr^cfedent deux r; Ex. : ve/re, terre. lia et Yo sont anssi 
longs devant deox s dans les mots loi^, fosse. 

2^ La Yoyelle de ravant^derniere syllabe est en g^n^ral 
br^ve quand elle est en position^ c- est-i-dire suiyie de 
denx et mdme de trois consonnes differentes^ et que la der- 
nifere syllabe est muette (Voy. §§ 9, 10) ; Ex. : barbe» 
herbe, peste; arbre, ordre, etc. 

§ 8. Les Tariet^s de prononciation des yoyelleSi surtont 
de i'tf, sont marques par des signes places an-dessus de 
ces Yoyelles dans T^critnre et nomm^s accents. 

II y a trois accents : Yaigu ('), le grave ('), le circon- 
flexe C). 

[*Oriqines latines et Histoibe. — Le mot accent vient du 
latin accentus {kV&cc. accentum)j qui signifie intonation; circon' 
flexe, du mot latin circumflexum, toum^ autour, parce qu'il 
entoure en quelque sorte le haut de la lettre qui en est marquee 
(Voy. plus loin § 22). 

Les accents ^taient inconnus au vieux fran9ais. Us ont ^U 
introduits dans Torthographe fran9ai86 par les grammairiens 
du xvi*^ si^cle, k Timitation des accents grecs, qui etaient aussi 
des signes destines k noter Pintensit^ de la prononciation. 

L'accent circonflexe indique en ^6n6ral une syllabe de- 
venne longue par suite de la suppression d'une lettre, qui ^tait 
le plus convent une s, Ex. : 

Fdte s'^criyait autrefois feste (Vs subsiste dans les derives : 

festin, festoyer, festival); 
Ydtexnent — vestement {Vs subsiste dans le mot 

veste); - 
cote — coste {Vs subsiste dans les composes 

accoster, intercostal^ ; 
bdte — beste (I's subsiste dans Tadjectif hes- 

A--Q tial^ dans le substantif hestialiU) ; 

7^^ — anme (d'oti le derive animi) ; 

&ge — aage (ici Taccent circonflexe indique 

la contraction). 

Les iettres supprim4es dans ces mots et dans d'aatres mots 



y Google 



VOYELLBS. — § 8. 5 

semblables apparaissent dans les mots latins dont ils sont 
formes; Ex. : 



Fite de festum; 

v^temeni, de vestimentum 

{veste vient de vestem); 
cdte de costam; 
b4te de bestiam; 



dme de animam; 

dge de f wtaticum (d6riv6 

de setatem); 
apotre de f apostolum; 
rdle de f rotulum; 
abime de f abyssum. 



L'accent circonflexe se met encore sur dee voyellea longues 
en grec et en latin. Ex. : ddme (5w[i,a, mcUson)'^ gnome (yvwiAYj, 
esprit, pensee); extreme (eastremum). C'est par erreur que Ton a 
dit pdle (en grec ir6Xog). 

* JjS ^tymologique ne comptait, au ziv« si^cle, dans la 
prononciation, que comme allongeant la voyelle qui la pr^- 
c6dait. Quelques essais ont ^t6 faits, des la fin du xvii* si^cle, 
pour remplacer cette s par Taccent circonfiexe. Ainsi, dans la 
4« edition du Quinte'Curce de Vaugelas, faite « sur une nou- 
velle copie de rauteur, qui a ete trouv^e depuis la premiere et 
la seconde impression » (Lyon 1692), on lit : paroitrey connoitre^ 
eilt, se d^fidt; cependant Vs ^tymologique se maintint jusqu^au 
milieu du xviii^ siecle, et se trouve jusque dans le Dictionnaire 
de FAcad^mie de 1740. 

* Les dMv^s ne gardent pas toujours Taccent circonfleze 
des mots simples. Ex, : 

ACCENT OIRCONFLEXB 



DANS LE SOfPUB 

Acre [ctcrem).. . • • . . 
chftsee {mp$am). , , . 
cdne {cotMtn). . . . . . 



gaiae (vagiTia) 

giioe (ffratia) 

jetne (Jejunum) 

p&le {jpallidum) 

pdle (malgr^ la br^ve de 
wM^ et de poltu) . . 



GARDl^ DANS LB*D]br7^ 



enchAaaer ; . 



extr§me {extremum). 
inf&me (infamem). , 



disgr&ce . 



pdlir, p&Ieor. 



S 



BVPPBmi DANS LEDinivi 
acrimonie; 

ooniqne ; 
eztr^mitd; 
Infamie, diflamer; 
ddgainer ; 

gracienx, disgiacieaz, 
grader ; 
d^euner; 

polaire. 
suprtoiatie. 



supine {mptemum). , . 

N. B. Les noms latins, snrtout ceux de la 2^ et de k 3^ ddcli- 
naison, sont in<MquSs a Taccusatif , parce que c'est de ce cas 



y Google 



6 GBAMMAIBE FBANgAISB. 

que BODt venuB en general les BubstaDtifs et les adjectifs fran- 
^ais. Les doiub precedes d^une croix (•]*) appartiennent a la 
basse latinite.] 

Eemaequb I. — Les accents ne servent souvent, dans 
Tecritnre, qa'^ distingner les mots qni se composent des 
m^mes lettres. Par exemple : 

On n'accentne pas ou^ conjonct; on accentne oii, adverhe; 

— la^ art. fern. — 16,, adverse; 

— a. Supers, sing. — ^ preposiL; 

du verhe avoir. 

— deSy adjectif — d6s , prepo- 

indefiniplur. sition. 

* Remarque IL — Les voyelles marquees d'un accent 
circonflexe sont en g(5n6ral longues. Cependant elles ne le 
sent qu'autant qu'il se rencontre sur la mSme syllabe 
que I'accent tonique, dont on yerra plus loin les regies 
(§23-24). Quand Taccent circonflexe, tenant la place 
d'une 5, tombe sur la* syllabe accentn^e, cette syllabe 
est longue. Ex. : a.ne, bdte, f§te, cloltre {elaustrum)^ etc. 
Mais qnand il lombe snr nne syllabe atone, cette syllabe 
reste brive, malgr6 Taccent circonflexe. Ex. : diner 
( f disnare) ; cloltrer ( f claustrare) ; brtller ( -j^perustu- 
tare) , dont on prononce Yt et Vu brefs ; hdpital (hospitale), 
qu'on prononce hopital. 

I 9. On distingne trois sortes d'e : Ve mnet, IV fermtf, 
r^ onvert. 

V lue mnet est ainsi appel^ parce qn'il a un son sonrd 
et k peine sensible, par exemple dans je ferai, table, 
pluie, etc. II ne porte pas d'accent. Les sylkbes dans les- 
quelles se tronve un e muet s'appellent syllabes mnettes. 

Ite mnet final ne se prononce pas devant les mots com- 
menjant par una voyelle. Ex. : II aime h lire et k 6crire. 
Quelquefois il s'^lide (§ 14). 



y Google 



VOYELLES. — § 9. 7 

2" LV ferm6 esfc ainsi appel6 parce qu'il se prononce la 
bouche presque fermee, par exemple dans 6quit6, t6m6- 
rlt^. lie ferme est marqu6 de Taccent aigu (e'), except^ 
quand sa prononciation est d^terminee par une consonne, 
comme dans pied, nez, rocher, verger, aimer. 

3° L'^ ouvert est ainsi appeM parce qu'il se prononce la 
bouche presque ouverte, par exemple dans : pere, m^re. 
II est marque de I'accent grave (<?), excepts quand sa pro- 
jionciation est termin^e par une ou deux consonnes, pa^ 
exemple dans chef, net, ver, amer, peste, reste. 
On dit cependant acc6s, exc^s, proems, succ6s, etc* 

* Remaeque I. — On pent croire qu'il y a une quatriime 
espfece dV dans Ye marqu^ d'un accent circonflexe ; mais 
cet e se prononce comme Ve ouvert ; et d'ailleurs 11 n'est 
pas, en r6alit4, un e simple, mais repr^sente en g6n6ral un 
e suivi d'une 5 (Voy. § 8, Origines latines et Histoieb). 

* Remarque II. — L'e, suivi de r finale, a toujours 
le son d'e ferm6 h, I'infinitif de la 1'^*' conjugaison. Ex. : 
aimer, se fier. Dans les autres mots, il a tant6t le son d'^ 
ferm6 (particulierement dans les mots terminus en ier, 
Ex. : clavier, gomer^ boucUer, se fter), tantdt le son d'e 
onyert. Ex. : fier (adjectif), fer, enfer, etc. 

* Remaeque III. — On met en g^n^ral un e ouvert k Ta- 
vant-demi^re syllabe, quand la demifere est muette. Ex. : 
pere, mere, frere, priere, fie v re, espi^gle, fidele. II faut 
excepter : I'' les e marqu6s de I'accent circonflexe, fete, 
tempete, etc. (pour feste, tempeste, etc.) ; 2^ le mot orfevre. 

[HiSTOiRE. — Jusqu'a la demi^re Edition du Dictionnaire de 
VAcademie franqaise (1878), on exceptait aussi les mots termi- 
nes en tge, qu'on ^crivait ige^ et qui doivent s'ecrire ige 
(coll^(/e, piegfe, sieflre, etc.)] 

* Remarque IV. — De la premiere partie de la Re- 
maeque III il r^sulte : V que Yi ferm6 de I'avanl-der-- 
ni^re syllabe se change en e ouvert, si la demi^re devienfc 
muette, ce qui est une rfegle dans les verbes (Voy. § 120) ; 
2? que Ye ouvert devient e ferm6, si la derni^re devient 
BOBore. Ex. : fievre, fievreux ; negre, n^gresse, etc. 

Digitized by VjOOQIC 



8 GBAHHAIBE FRAN9AISE. 

* Bemabqtte V, — Dans la composition des mots, il 
feut observer : V que, lorsque deux syllabes primitive- 
ment mnettes yiennent k se sniyre. Fane d'eiles change 
son e mnet en e ferm^ (ainsi da pr^fixe re et da yerbe 
cekr se forme le yerbe rec^ler); 2° que le pr^fixe re prend 
na e termi ou perd son e mnet deyant un mot commen^ant 
par une voyelle. Ex. : r^-agir, re-unir ; r-emplir, r-essnyer 
(pour re-emplir, re-essnyer), etc. 

* Bemabque VI. — On met un e onvert k la derni^re 
syllabe, quand Ve est suiyi d'une s, excepts quand cette 
B est le signe du pluriel. £Jx. : abc^s, aprds, cypres, d^s 
(proposition). Mais on Ocrit : des hommes, les d^s. 

[* HiSTOiRE. — Au XVII® si^cle, on ^crivaitd^s (preposition), 
apr^s, comme on ecrivait c6t homme, etc.] 

* Remarque VII. — L'e suivi d'un x ne prend jamais 
d'accent. Ex. : ^xameu. 

* Remarque VIII.— Une senl,soit ferm^, soitmuet,suffit 
pour former une syllabe. Ex.: a-e-rien; ilcr6-e; il ni-e. 

* Remarque IX. — Ve nasalis6 de vient en ( Voy. §11,4). 

§ 10. L'^ se prononce comme un i on comme deux i, 
V* II se prononce comme un i au commencement et k la 
fin des mots ou des syllabes. Ex. : yacht, hymne, yeux, 
martyr, physique, style, jury, dey, presbyt^re. 
2^ II se prononce comme deux i quand 11 a un son 
double, portant sur deux syllabes. ^^ar. .• pays, payer, 
noyau, royaume. — On prononce pai-is, pai-ier, noi-tau, 
rm-iaume, etc. 

[Obioines greoqubs et LATINK8. — L*y s'appelle y grec^ parce 
que la plupart des mots dans Icsquels il entre sent tir^s du grec, 
ou ils ont un u. Cet u se pronon9ait autrefois et se prononcu 
encore aujourd'hui comme un i, — 1/y repr^sente aussi quel- 
quefois un g latin. Ex. : legaUm^ loyal; regalem, royal. 

HiSTOiBB. -^ Qnelques mots, autrefois Merits par un y, s*6cri- 
yent anjourd'hui par un i marque d*un treroa (i). 



y Google 



VOYELLES. — § 11. 9 

Ainsi I'on ^crit : 

Baionnette an lien de Bayonnette ^bien que le mot vienne 
de Bayonney ville oil cette arme a M^ dit-on, invent^e) ; 

Naiade au lieu de Nayade (d'une mani^re plus conforme k 
r^tymologie grecque, NatiBe?) ; 

Faience au lieu de Fayence, de la ville de Fainza (Italie)^ 
oil a M f abriqu^e pour la premiere f ois la poterie de terre ver- 
niss^e ; 

Faien au lieu de Fayen (du latin paganum,] 

§ 11. !• Les six voyelles a, e, t, o, w, y sont figur^ 
par une seule lettre. Mais des sons igalement simples 
penrent 6tre repr^sent^s par denx et inline par trois let- 
tresy et nSanmoins s'appeler anssi voyelles, 

Ces derni^res voyellesy qu'oD pent appeler voyelks com- 
posies, se distinguent des diphtongues, qa'on verra pins 
loin (§ 13), en ce qu'elles reprt^sentent an son unique, 
tandis qne les diphtongnes repr^sentent nn son double. 

On compte comme voyelles composees : 

au, qui ^quiyaut k o; Ex. : maux (qui se prononce 
eomme mots); 

eau, qui ^quivaut ko; Ex. : bateau ;_ 

ai, ei, qui 6quiyalent le pins sonvent k e onvert (Ex. : 
faibUy peine) 'y mais il fant remarqner que ai a anssi le son 
de 6 ferm^ (J'ai) et mdme celui de e mnet (falsant, bien- 
faisant) ; 

eUy ou, qui se prononcent ^galement par nne senle 
Amission de Yoix ; Ex. : feu, fou. 

I* HiSTOiBE.— Les voyelles composees representent tellement 
un son unique, que eu a longtemps figur^ dans quelques mots 
le son M. Au xvi« et au xvii® si^cle on ecriyait : J'ai vcw, pew, 
8ceu; meur, sewr, etc. ; et Ton pronon^ait comme on ecrit au- 
jourd'hui /ai vu^pUj su; mur, stir, etc] 

2. Gomme les voyelles simples^ ces voyelles composees de 
plusieurs leltres peuvent ^tre braves ou longues. Exemple ; 

eu est bref dansyewne et long daDsye^ne; 

ou — doute — voUte; 

ai — vous faites — faite. 

0. SUP. 1. 



y Google 



10 GRAMMAIBB FEAK^AISE. 

3. Quelqnefois les m^mes sods simples se tronveni 
figure par la rencontre de denx voyelles r^nnies d'nne 
maniere nn pea Strange. Par exemple : 

ao ^quivant ii nn a seul dans /hon, paon^ toon, Laon 
(prononcez fan, pan, tan, Lan); 
— & nn seul dans aout, saoul^ toast (pro- 
noncez out^ soul, tdst) ; 
ae — ^ nn a dans Caen (prononcez Kan) ; 
oS — oua dans kakatoes (on prononce et Ton 
pent 6crire cacatois) ; 
eui, uei — & nn son simple dans deuil, accueil, cercueil. 

4, D'autres fois des voyelles s'nnissent anx consonnes n 
on m ponr fignrer nn son simple, qni semble s*^mettre dn 
nez, et qni, ponr cette raison, s'appelle son nasal (Voy. 
§ 18, 4). On nomme voyelles nasales\e» voyelles ainsicom* 
bin6es avec n on m, c'est-i-dire nasalisees. Par exemple ; 
an dans les mots ban, anchois; • 
en — encan, entre-prendre, vrament; 
in,aim^ain,ein — tnstinct,tngrat/aimypam, serein; 
on — onze, ban; 

un, eun, um — chacun, emprunt, kjeun,parfum; 

am ] devant [ — ambition, ampoule; 

em I xmb \ — embalkur, emploi; 

im ( on j — imbiber, importer; 

cm] un^. f — ombre, plomb; prompt, compte. 

[Oriqines latdjbs. — Dans faim , parfum, I'm repr^eente uno 
n latine : famem, fumum,] 

Ebmarque. — Les voyelles snivies d*nne n on d'nne m 
ne figurent pas nn son nasal : 1** qnand ces consonnes font 
partie d'nne antre syllabe, Ex. : e-mouvoir, e-meute, pa- 
naiSj me-ner^ fi-nir, mo-narque, u-nir {en-ivrer, en-ivre- 
ment ont le son nasal) ; 2° quand Vn est redoubl^e, Ex . : 
ennemi, tonner (except^ ennui, ennuyer, ennuyeux). 

II n'en est pas de m^me de Ym redonbl6e, qui garde son- 



y Google 



VOYELLES. — § 13. 11 

vent le son nasal. Ex. : emmener, emmancher (excepte 
femme, flamme, pemme, dilemmey etc.). 

§ 12. Les voyelles o, e se reunissent quelqnefois en 
une lettre double (a?), qui le pins souvent correspond k 
nn e mnet {Ex, : boeuf, oeuvre, soeur), on i un ^ ferm^ 
{Ex. : GBdipe, oesophage), mais qui a le son eu dans 
ceil et ses derives : ceilladey ceillet^ etc. 

DIPHTONGUKS. 

§ 13. La reunion de plnsienrs voyelles forraant, en une 
senle syllabe, nn son compost, s'appelle diphtongue. 

P' gronpe. Ex.: la dans piano, 

— iai, ■— biais, 

— 16, led, 16 — piti6, pied, lumi6re, 

— leu — Dieu, pieu, 

— lo — pioche, 

— iou — cbiourme, 
2« — oe — moelle, 

— oi — loi, roi, 

— oua — douane^ 

— ou6 (ouet) — f9uet, mouette, 
3« — uel — 6cuelle, 

— ui — huile, lui, 

— ua — equateur, 

— oui — louis, fouine. / 

Remabque. — De mSme qn'il y a (Voy. § 11, 4) dea 
voyelles nasales, il y a des diphtongues nasales. Ex. : 

lam, Ian dans iamhey viande, 

ien (prononc^ em) — Men, rien^ lien, chien^ 

ion — liony 

ouan, ouen — louange, Rouen^ 

oin — soin, 

ouln — baragouin, 

uln — juin. 



y Google 



•12 GRAMMAIBE FBAN9AISE. 

[Atymoloqib. — Lemot diphtongue esttir^ dugrec ii<f^of{oq.^ 
qui est form^ des mots 8t^ {deuxfois) et ^6rf(oq (son), 

[* HiSTOiBB. — La diphtongue oi 86pronon9ait autrefois occ 
ou ou4* De 14 ces rimes de Racine : 

Quel plaislr d'6lever un enfant qu*on voit croiire, 
Non plus comme un esclave 6\Gvt pour son maitrc, 

{Andromaque,) 
Mais, dans mon d^sespoir, je cherche k les accroitre, 
Madame, par piti^, faites-les-moi confiottre, 

iMithridate.) 
Ma colore revient, et je me reconnois; 
ImmoloDS, en partant, trols ingrats & la fois. {Ibid,) 
D^truisons ces honneurs et fat sons disparoitre 
La honte do cent rois et la mienne peut-4ti*e, {Ibid.) 

. . . Je venais peut-^tre 
Pour me chercher moi-mdme et pour me reconnoitre, 

' (Bdr^tce.) 

. . . Pour f aire connoitre 
Qu'il a tort en effet de me uommer un traitre, 

(Th4baide.) 

. . . Va, je t'ach^terai le Praticien frangois, 

Mais, diamtre ! 11 ne f aut pas d^chirer les exploits. 

(Les Plaideurs.) 

Boileau a fait 2 fois rimer francois et Ms (Art po^tiquej I, II). 

Dans les passages cit^s plus haut, on voit que la langue 
modeme a donn^ le son ai a connoitre, reparoitre, francois ^ 
mais a gar J 6 le son oi a croitre, fois, exploit, loi. 

Du xiv« au xviii« siecle, la langue a h^site , pour plusieurs 
mots en oi, entre les sons oi, oe, cue, ouai, oua, 

Monnoie, foible, francois, anglois, par exemple se sonttoujonrs 
prononces et s'^crivent aujourd'hui monnaie, faible', francais, 
anglais, tandis que le son oi est reste a bourgeois, court' ds. 
danois, etc. Vaugelas a une "Remarque intitulee Quand la diph- 
Oiongue oi doit ^tre prononc^e comme elle est icrite, ou bien ai: 
Encore aujourd'hui Ton ^crit roide, et Ton prononce raide. 

[Pour Tot, ou Tat de Timparf ait et du conditionnel, V. § 108. \ 

§ 14. Quand a, e, t, u se rencontrent k la fin d'un mot 
^ et au commencement d'un autre^ il se produit souvent Cf 



y Google 



VOYELLBS. — § 18. iZ 

qn'on appelle une elision : la voyelle finale da premier mot 
est elidee, c'est-^-dire sopprimee, et remplac6e par un eigne 
Bf^tU apostrophe. Ex.: Fame, lage, rusage, Tunit^^ s'il 
vient, quil vienne {pour la ame, le age, le usage, la unit6, 
si il vient , etc.) L'usage apprendra les diiferents cas d'^lision. 
Eemarque. It a et Vi ne s'elident ^ la fin des mots que 
dans la et si. L'e ne s'elide pas tou jours a la fin des mots, 
m^me de ceux qui souffrent Telision : ainsi Ve de quoique 
ne s'elide que lorsqu'il est suivi de eV, ilsy eliCy elks, on, un, 
une (Ex.: quoiqu'il parte; quoique eti anger). 

[ETrMOLOGHB. — ilUion vient da latin elisionem, ^crasement; 
iltder, deelidere, ecraser. — Apostrophe vient de Tudjectif grec 
OTcdcTTpo^Jog, detourne, retourn6, qui indique la forme du eigne.] 

CHAPITRE III. 

CONSONNES 

§ 15. On a vu (§ 5) qu'il y a 19 consonnes. 

On pent ajouter k ce nombre quelques consonnes com- 
pos^es, par exemple : 

V chy qui a une articulation sp^ciale : chambre, chien^ 
ckapeau, chose, etc.; 

2^ ph, qui se prononce comme f, et th, qui se prononce 
comaje t, dans des mots d'origine grecque : philosopkie, 
phrase, sphhe; thorax, ether, epithalame; 

3*> IV (double v), qu'on rencontre dans quelques mots 
d'origine etrangere. — Dans ceux qui viennent de Tanglais, 
il se prononce en general ou, Ex. : ivhist, ^whig, tram- 
"way (prononcez ouiste, ouigue, tramouay). — Dans ceux 
qui viennent de Pallemand, il se piononce comme un v sim- 
ple. Ex.: Westphalie, Weimar. On prononce de m6me 
Norw6ge, wagon (qui s ecrit m^me quelquefois vagon). 

§ 16. Plusienrs consonnes, dans certains cas, varient 
leur prononciation, ou bien out une prononciation qui leur 
est commune avec d'autres consonnes. Par exemple : 

— c s'articule comme k devant les voyelles a, o, u (cavalier, 
comp/ignon, cultiver), k moins qu'il n'y ait au-dessous de 
cette lettre une c^dille {Voy.§22). Ex.'.fapade, fapon, repu; 

Digitized by VjOOQIC 



14 i:^fiAMMAIR£: FEANgAISE. 

— ch s'articale ^galement comme Je dans qnelques mots 
d'origine grecqne ou h^bral'que, Ex. : ehritim, chronique, 
archange, arcMohgie, archiepiscopal, catechumeps^ chaos, 
chrysalide, chrysantheme, iechmqve, Charybda; GhaUee, 
MeUMsedech, Michel-Ange, etc.; 

— s a tant6t une articulation sifflante, pareille & §elle 
du c devant b et {(serviette, service), tantdt^ et snrtont entre 
deux voyelles, Tarticulation du z (maison, disert). En g6- 
n6ral,quand s entre deux yoyelles doifc s'articuler comme r, 
on le double; Ex. : tesson, moissm. II y a exception pour 
quelqnes mots d'origine grecque ou latine : monosyUabe, 
dismiude, vraisemblable ; 

— ^ a Tarticulation du/ devant e et i {gelie, gibier). II 
prend Tarticulation dure (gue) devant a, o, u (gdteau, 
gomme, Ghistave) ; mais il s'articule comme^, qnand un e 
s'intercale entre le g et les lettres a, o, u. Ex. : geai,ge6lier, 
mangeoire, gageure (qui se prononce gajure) ; 

— Z a tant6t Tarticulation qui lui estpropre (par exem- 
ple, dans le, la. Us), tantdt une articulation mouilUe; 

On appelle I mouillee, une I simple ou double pr6c^d6e 
d'un i, et formant une syllabe oil le son de IV est tr^s- 
marqu^. Ex. : bail, travail, sonimetl, vermeil, fille, sillon, 
paille, brtller, ctceilUr, pirilUux, grenouille; 

Ordinairement deux II qui se suivent out le son mouill^ 
quandelles8ontpr6c6d6e8d'un«.Ex.:$t^*7/e^ bille, camomille, 
famille. Cependant ces lettres ne sont pas mouill^es dans 
les mots milU, tranquille, ville, Gille, osciller, scin tiller, 
vaciller, iitiller, etc.). 

[Origines latinbs. — C'est sans doute poureviter rarfciculatiou 
mouillee que, malgr6 Tetjanologie latine (imbecillum), on ^crit 
imbecile. Mais on ^crit imb^cilliUy de imbecillitatem]> 

— ^ se prononce comme le i quand il est & la fin d'un 
mot et devant un autre mot commen9ant par une voyelle 
on une h muette. Ex. : grand ami, grand homme. 



y Google 



OONSONNBS. — § 17. 15 

§ 17. Rbmaequb I. — Sou vent kg conBonnes ne Be pro- 
noncenfc pas ^ la fin des mots. Ex. : nerfie boeuf, eerf; 
persil^ chentl, fusil; pai'x, chotXy bfjoux; ceufs, bceufs (an 
pluriel). 

Bemabque II. — La lettre q est toujonrs suivie d*nnu, 
excepts ^ la fin des mots : quality, equate ur; coq. On 6crit 
piqUre (pour piqu-ure), 

Bemabque III. — Les eonsonnes finales autres que s 
et nt, signes du plariel (§ 24, Bem. Ill), donnent toujours 
ii Ye qui les precede le son d'un e ferm^ ou d'un e ouverU 
Ex. : dangler, ber^er, aiwer, re^-de-chaussee, siiBff, fou£^, 
cAe/-d'oeuvre, etc. (On prononce dangi^ berge, aim4, rp-de- 
cliauss6e; siffle, fotci, che-d^tBuvre.) — V. § 24, HiSTOlRB, 

Bemabque IY. — La consonne s finale ne se prononce 
pas dans certains mots comme amas^ trcpas, tamtSy amiSf 
avis^ etc., mais donne k la voyelle prec^dente le son d'nne 
Toyelle longue. Dans Jes terminaisons des verbes de la 
1*^ conjugaisoD, elle ne se prononce pas. (Ex. : tu s,imes). 
Dans la liaison des mots entre eux, elle se prononce comme 
un 2. (Ex, : les grands hommes.) 

Bemabque V. — • La consonne ty suiyie d'un i et d'une 
autre voyelle, se prononce tant6t ti (amitiiy pi(i4, entier, 
par tie, gestian, immixtion, chr^tieriy bestial, etc.), tantdt e» 
\ patience y saliete, ration, minutie, inertie, partial, ambition, 
Domitien, patient, partial, etc.). 

L'usage apprendra a quels mots convient Vune ou Tantre 
prononciation. Cependant il est bon de remarquer que, 
dans certaines formes identiques, la prononciation c« s'ap- 
plique aux substantifs, la prononciation ^^ aux verbes-ffa?.; 



PRONONCEZ Cl : 

Dps exceptions, 

— affections, 

— contractions, 

— exemptions, 
-- in8i)ection8, 

— notions, 

— portions, 

— inventions, etc. 



PRONOKCEZ ti : 

Nous exceptions, 

— affections, 

— contractions, 
_ exemptions, 

— inspections, 

— notions, 

— portions, 

— inventions, etc. 



y Google 



16 GBAMMAIBE F&ANGAISE. 

§ 18. Les consonnes penrent, selon Torgane qui les 
articnle, se distingaer en guttu/rdleSfdmtaUs, lahiales, na- 
mles, auzqaelles s'ajoatent des liguidesy des sifflantes et 

1. Les guUurales sont particali^rement articnl^es dr 
gosier (en latin guttur). Oe sont les consonnes c, k, q, g, j, 
et la consonne compost ch (camarade, kakatoh, guartier^ 
gobeletf jocrisse, charrm). 

Bemabqub. — Les gnttnrales c^ig fignrent, on Ta tq 
(§ 16), nne donble articulation : cette articulation est 
douce deyant les yoyelles e et i (cmdre, gendre; cimier, 
gibter) ; eile est dure deyant les yoyelles a, o, u [camarade, 
garfon; corridor, gosier; culbute, Gustave). 

2. Les dentales se prononcent en appuyant la langue 
centre les dents. Oe sont les consonnes d, t (dent, dentition, 
theatre). 

3. Les labiates sont articul^es surtoat par les l^yres 
(en latin labia). Oe sont : b, p, /", v (bon, pere, frere^ vieil- 
lard). 

4. Les nasalea se prononcent un pen du nez (en latin 
nasus). Ge sont n et m (Voy. § 11, 4). Ex. : vin, pain^ 
faim; en, emmener, emporter. 

5. Les liquides sont ainsi appel^es parce qu'elles cou- 
lent, en quelque sorte, dans la prononciation ; pour 
cette raison, elles se joignent plus facilement aux autres 
consonnes (surtout an by au p, au c, au g, k Vf). Ge sont 

17 et IV. Ex, : blanchir, broncher; pleurer, premier; clametxr^ 
cri; gloire, grandeur; fleurir, frire, etc. 

6. Les sifflantes sont Vs et le z. Ex. : serpent, zebre.Xe 
siifiement de Vs a foumi k Racine un bel effet d'harmonie 
imitatiye : 

Pour qui ?ont ccs serpents qui sifflent sur voa tStes? 



y Google 



CONSONNBS. — § 18. 17 

* La lettre x est nne consonne double) participant des 
labiales et des sifBantes (elle est pour cs^ gs, cz, gz). Bile 
se prononce tantdt comme cs {extreme, Alexandre, sphinx), 
tantdt comme gs {exercise, Xavier, Xinophon). Elle s'arti- 
cnle, da reste, qnelquefois anssi comme nne «,par exemple 
k la fin des mots siXy dix; comme c (excepter^ excellent), 
on comme ss {Bruxelles^ Auxerre^ soixante); d'antres 
fois comme nn z, par exemple dans dix'huit, dtxieme et 
it la fin des mots quand le mot sniyant commence par nne 
voyelle. Ex. : ffeureux est-ill,, Pnx mestimable... Oiseaux 
aquatiques. 

7. Enfia la consonne h, qn'on pent ajouter anx guttu- 
rales, est tantot muette^ tantdt aspi7*^e. 

Elle est dite muette quand elle ne se fait pas sentir dans 
la prononciation, soit an commencement, soit an milieu 
des mots. Ainsi Vhomme, Yhirondelle, adherent, inherent se 
prononcent conime s*il y avait Vomme, Ytrondelle, addrent, 
indent. 

Quand Vh est muette, elle n*empdclie pas raisioUi comme 
on yient de le yoir (yhonime^ Yhirondelle). 

Elle est dite aspiree, quand elle se prononce avec une 
Borte d'aspiration qui emp^che T^lision de se produire entre 
deux mots dont Tun finit par une yoyelle et Tautre com- 
mence par cette h suiyie d*une yoyelle. Ainsi on dit la 
haine, le hasard, le heros. 

Behabque I. — TJh n*^tant pas aspir^ dans les d^riy^s 
de ce dernier mot, on dit : Yhiroi&me, Y heroine, 

[ * HiSTOiBE, — Cette observation se trouve d6j4 dans Vau- 
geias. Mais longtemps 11 y a ea donte sur la uature de Vh ini- 
tiale de qnelques mots. Ainsi Patru ne se prononce pas sur Vh 
du mot h^roisme ; et, en 1704, rAcad^mie f ran^aise declare que 
Yh est aspiree dans hisiter (Voyez notre Edition de Vangelas, 
I, p. 51-64). ] 



y Google 



18 



GHA^IMAIRE FIIAN9AISE. 



Eemarqub II'. — L'aspiration peutse produire an milieu 
comme au commencement des mots. Ex. : ahurty cohue^ 
dehors. 

Remaeque III. — Aprts les consonnes r et t, Vh repre - 
sente, dans les mots tires da grec, nne aspiration qui 
n'est plus sensible dans la prononciation fran5aise, Ex. : 
rketeur^ rhume, Atkbnes, 

Remarque IV. — On a vu plus haut (§ 15) Tarticulation 
sp6ciale des consonnes compos6esjoA, ch. On pent ajouter 
que, dans quelques mots d'origine anglaise, sh se prononce 
avee le son doux de ch. Ex. : Shakespeare (prononcez 
CheTcspire)^ sA^n/ (prononcez ch4rif\ les lies Shetland (pro- 
noncez Chetland)y etc. 

§ 19. Les labiates, les gutturales et lesdentales peuvent 
6tre classees, selon Tintensite de leur prononciation^ en 
douces et en fortes, comme on le voit dans le tableau sui- 
yant : 



- 


LABIALES. 


GUTTURALES. 


DEKTALES. 


Donees. 


b 


V 


c pronono6 s 


g,3 


d 


Fortes. 


P 


f 


c prononcd k 
k 

2 

■c] 


gproiionc6grMtf 

(qu). 
aspirie, 
1. 


t 



§ 20. Les consonnes du m§me ordre (labiales, guttu- 
rales) peuvent changer de degr^ dans la formation des 
mots, c*est-^-dire de fortes deyenir douces, ou de douces 
deyenir fortes. Ex. : 

Labi ALBS : veuf, veuve; naif, naive. 
Gutturales : public, publicite. 



y Google 



CONSONNES. — § 21 ter. 19 

* § 21, OoNSONNES EUPHONiQUBS. — La langue fran- 
paise a deux consonnes euphomques qui Be mettent entre 
deux mots par euphonie, pour reudre la prononciation 
plus douce (etKpwvia), et pour 6viter un hiatus. Ces deux 
lettres sont I's et le t, par exemple dans vas-y, va-t-on ? 
(Voy. § 115, Rem. II et IH.) 

[ * HiSTOiRE. — Le vieux fran9ai8, au moins le fran^ais 
populaire, admettait anssi un z euphonique ; ainsi Pen a, dans 
la Chanson dc Marlborough, 

II fut port6 en terre 
Par quatre-z-officiers, 

- Et le peuple dit encore entre quatre-z-yeux, M. Littr6, dana 
BonDicUormaire (au mot obiQ, pretend qu'il faut prononcer ainsi, 
et qu'<3:iln'y aaucune raison derepousser celte lettre euphoni- 
que. 3> Nous croyons que Topposition des grammairiens est ici 
d^accbrd avec le bon usage^ comme dirait Vaugelas.] 

§ 21 bis. Le nnm des six voyelles est du masculiu, ainsi 
•que celul de la plupart des consonnes. Mais, d'aprte TAca- 
cLemie, sept consonnes, dont le nom usuel se termine par 
un e muet, sont du ftminin : f (e/fe), h (ache), I {elle)^ 
m {emme), n (enne), r (erre), s{esse). 

I^Qaelqnes grammairienB, dont rautorit^ n'est pas encore 
c<mBacr^ par Tusage, font toutes les consonnes du genre mas- 
cnlin. lis disent : Un f, un h^ un I, etc.] 



*§ 21 ter. Origines latines de I'alphabet franjais, 

OOBEBSPONDANCE ENTRE LES LETTRES LATINBS 
ET LES LETTRES FRANgAISES. 

I. — VOYELLES ET DIPHTONGUES. 

Dans le passage du latin au fran9ai8, les voyelles n'ont pas 
toujonrs et4 conserv^es intactes ; un grand nombre ont 4t6 ou 



y Google 



20 



GBAMMAIBE FRAK9ATSE. 



BapprimeeB d*apr^s les regloB expos^es dans VIntrodudion, « a 
alter^es d'une maniere qui n^est pas moins reguliere. Cetle 
transformation fran^aise des voyelles latines peat 6tre, dans 
ses traits prinoipaux, determinee de la maniere suivante : 



VOYBLLES 




-i*^ — -^ 


— ■ 


EXEMPLER £T OBSEBYATIONB. 


FRAKQAISES. 








/ loa.... 


/abulam, /able; cuperumy dpre; 




\2-e.... 


dans quelques mots oomme pety pars remumy 


1. a repr^sente 


) 


rame; 




( 30 0... 


dominant^ dame. 


ai . — 


a 


alam, aile;/amemy/aim;granum,grain;ittnmnf 
sain; amare^ aimer; racemum, rairin. 


au — 


al 


par suite de la vocalisatioQ de I en u (V07. u). 




P e.... 


cervum, cerf; servumj serf; Jterbam, herbe; ob- 
jectum, objet; querelamf querelle; erudelem, 






a-uel; arenanij arkne; 




2» a.... 


talemy tel; mortalem, mortel; canuilem, char- 
net; amaruniy amer; caballumy cheval; 




a* i.... 


ciHstam, crite; subinde, souverU; dneremyCendre; 


2. e* — 




firmumyferme; trittitiam, triitesie; trifolhm^ 
trhfle; intray etUre; 
De oette transformation de i en e.et de la pro- 
nonciation identique en fran^ais des syllabes 
nasales enet an sont venus des mots comme 
linguamy langue; Hncamy tanche; 




i°o.... 






\ »•»•••• 


suecurrerey seoovrir; •(• /unicem, giniue; Junt- 




« 


peruniy genUvre. 


e,ea,e — 


a 


ntuumy net; raaumy rez; gratutny gri; pratttmy 
pri; elavemy d^; navemy nef; faibam, fhve; 


• 


l»ac,ag 


par suite de la transformation de a«, ogren <dy et 


S — 




deal en t; Ex. igraeUemygrile (primitivemfiat 
graHe); JragUemyfrOe (/raile); 




20 es . . . 





y Google 



VOYELLES fiT BIPHTONGtJES. — § 21 ter, 21 



VOYBLLES 

PBAN9AISES. LATENBS. 



6i repir6seiite 



eoil 



3.i 



ie 
ieu 



4.0 



!• e. 



< 40 



2° i. 



1« u.. 

2« O.. 



oU.. 

lot..., 
2« 8..., 
et quel< 
qnefois 
e 
I 3o ec... 

4« C... 
et quel- 
qnefois 



10 e... 



2« 8. 
3<>fleetoe 
eu — 
l* o.... 
2<» a.... 
3« au... 

I 40 u.... 



EXEMPLES ET OBSBUVATIONS. 



tredeeim, tteize; sedecim, tete; anhelareMMne; 
frenum^ frein; plenvtn, plein; renet, reins; 
aerenum, serein; wnom, veine; vcrbenanty ver- 
veine; 
dans les syllabes nasateg : Hngere, Uindre; pin- 
gere^ peindre; cingerey eeindre; et dans les 
terminaisons en iculum, ieulam : •!- solictaum, 
soleil; artieulum, orteil; apieulam^ abeUU; 
aurieulaniy oreille; uniorem^ seigneur; melio- 
remy meiUeur. 

gukm, guetOe ; juveTiem, jeune ; 

florem, flew ; horam, heure ; mobilem, meuble ; ne- 
potem, neveu; mores, moeurs; nodvm, nmud; 
votum, fxeu; ovum, ceuf; bovem, bceuf; eho- 
rum^ choeur; novem^ net^f, etc. 

folium, feuUle; solium, seuil. 

prineipem, prince ; simplicem, simple; ilium, il; 

eeram, eire; mercedem, merci; tapetum, tapis; 
pretium, prix ; implere, emplir ; i^bolere, Molir ; 
flarere, fleurir; venenum, venin; ■}- sarraee- 
num, sarrasin; seeare, seier; precari, prier ; 

dans qaelques mots, comine tectum, lit; pro- 
feehim, profit; confecttm, conflt; 

vocalisation fr^qnente de ces gutturales en i, 
surtout da c. Ex. : factum, fait; tractum, 
trait; lac (t), lait;fructum, fruit; instructum, 
instntU; condvetum, conduit; octo, huit (pri- 
mitivement oit) ; noctem, nuit (noit) ;placere, 
plaire; nocere, nuire; — sagum, sMe;plagam, 
plaie; plangere, plaindre; majorem, maitv, 

ferum, fler; heri, hier; pedem, pied; febrem, 
fikvre; bene, bien; rem, rien; venit, vient; 
tenet, tient; leporem, likvre ; materiam^ matih-e; 

mel, miel;cereum, cierge; 

SfBculum, siicle; oetom, del, 

deum, dieu; leucam, lieue. 

mcntem, mont; mollem, mot; eomu, eome; 

avticulUm, orteil; natalem, noSl; 

aurvm, or; auriculam, oreille; audere, oser; 
claudere, clore; 

devant m et n : colwn^bOm, eolombe, eolum* 
nam, eolonne; cumulum, eomble; fitndum, 
fond} uTidam, onde; urticam, ortie. 



y Google 



22 



GRAMMAIRE FRANfAISE. 



VOYBLLBS 
FRANQAISES. LATINES. 



Oi reprSsente 



•i.. 



oin 
oir 



1 2» u... 



5. u 



\^l. 



8*b. 



ui 



«.y 



I 8"» uc... 

I'^y.... 



Il*u. 



BXBMPLES ET OBSERVATIONS. 



tectum, toU; directum, droit; 
me, moi; ft?, toi; legem, lot; regem, roi; telam, 
taile; velum, voile; ftellam, etoile; avenam, 
avoine; tres, troU; setam, soie; habere, avoir; 
frigidum,/roid; rigidum,roide; digitum, doigt; 
strietum, itroU; franciscum,franfoU; bibere, 
boire; vidnum, voisin; 
dans quelques mots comme gaudium, joie; 
clauttrum, eUAtre; •{• Sahaudia, Savoie; voca- 
lem, voyelle; potionem, poiton. 
dans quelques mots comme ungere, oindre; 

pungere, poindre. 
par trausposition de Vi : hUtoriam, hUtoire; 

dormitorium, dorioir, 
not, nous; totum,ti>nt; Tolotam, Toulouse; rotani, 

roue; probat, (il) prouve; 
ampullam, ampoule; buccam, bouche; crmtam, 
croUte; curtum, cours; curtum, court; curvum, 
courbe,' dulcem^ doux; furnum, four; ursum, 
ours; 
par suite de la yocalisation de 17 en u (Yoy. u). 
fustem,fiU;umam, ume;justum. Juste; suceum, 
sue; aeutum, aigu; natur am, -nature ;figuram, 
Jigure; rudem, rude; durum, dur. 
vocalisation fr^quente de VI latin : mollem, 
mou; collum, eou; albam, aube; calidum, 
chdud, etc. — Ce fait se retrouve au plniiel 
des noms en al (Voy. § 37). 
vocalist dans quelques mots comme tabuUim, 
taule, Fabricam a donn6 d'abard/aurge, puis 
forge, 
qui, qui; illi huic, lui; 

surtout dans les mots oti Vo se trouve Tolsin 
d'un i : modium, muid; •{• podium, puy- 
oleum, Tiuile; osHum, huis; ostteam, kuitre] 
postea, puis;hodie, hui {atijourd'hui) ; -i- spo- 
Hum, dipouille; coctionem, cuisson; 
par suite de la vocalisation du c en i (Voy. i) ; 

fructun^fruit, etc. 
Ipram, lyre; martyrem, martyr ;~~ce sont des 
mots tir6s du grec, et qui en greo ont nn 
(Xof ov, jtdprupa) ; mais ils sont venus dn grec 
par le latin ; 
.1 Lugdunum, Lyon; 



y Google 



f:0N80NNBS — § 21 ier. 23 

II. CONSONNES. 

Noukt avons vu (Introduction) que la consonne mddiane est 
Bouvent Bupprim^e en f ran9ais. Ge n^est pas tout : quand le mot 
ktin.pr^sente plnsienrs consonnes de suite, le £ran9ai8 supprime 
les premieres, k moins qn^elles ne puissent se redoubler et 
qu'elles ne pr^c^dent une liquide ou nne nasale, comme dans 
annum, ann^e; tmpiere, emplir; intra, entre; agnumt agneau, etc. 
— Mais on a malade de mal{e)aptum; juger de jud{i)care; 
c6hUf de ca(p)tivum: avenir de a{d)venire; douter de dub{i)tare; 
Madeleine do Ma{g)dalenam, etc. Quelquefoia mdme deux con- 
sonnes sont supprimees par euphonic. Ex. : semaine de f seipti)- 
manam; timoin de te{sti)monium ; bldmer de f blasphemare. 

Quand les consonnes latines ne sont pas supprimdes, elles 
peuvent Stre modifi^es : 

l* par mitathise ou transposition (Ex.: f wenjtcem, brebis; 
f formatirum, fromage; tre/iorcm, meilleur ; nngultum, sanglot; 
piignum, poing; longe, loin, etc.); 

2<» par affaiblissement ou changement d'une labiale ou guttu- 
rale forte en douce (Ex. : acutumy aigu; rapaniy rave; habere, 
avoir)\ 

3<> par assimilation ou accommodation, c'est-i-dire par cette 
loi d'euphonie qui veut que, sous Tinfluence d*une consonne, la 
pr^cedente s'assimile k la suivante ou s'y accommode le plus 
possible (Ex. : cognoscere, connaitre; adporiarey apporter; 
adcrescere, accroitre; ad retro, arrUre) ; 

4« par simple substitution (Ex. : mappam, nappe; apostolum, 
apdtre, primi tivement apos^re; comes stabuli, conn^table; levc^ 
men, levain; rem, rien; meum, mon), 

De plus, le fran^ais intercale quelquefois, a Tinterieur des 
mots, des lettres euphoniques : 

10 b, Ex. : numerum, nom{b)re; simulare, sem(b)ler; tremu- 
lare, trem{b)ler; 

%o d, Ex. : absolvere, absou{d)re; generum^ gen{d)re; tenerum, 
ten{d)re; 

30 r, Ex. : fundam, f(r)onde ; perdicem, perd(r)ix; cannabem, 
chanv(r)e; thesaurum, t(r)6so-r, 
4p t, Ex. : antecessorem, anci{t)re; accrescere, accroi{t)re; 

A ces observations g^nerales nous ajouterons quelques re- 
marques particulieres : 



y Google 



24 



GBAMICAIBE FBAKGAISE., 



CONSONNES 

FRANgAISE& LATIKES. 



1. b xeprSaente 



2. o 



SM«.ch 



«.f 



*.ir 



s.h 



6.J — 



2« cc... 




EXEMPLES ET OBSERVATIONS. 



bonum^ bon; laborem^ laheur;plumbum,pUnnbi 

*t* vervicem^ hitbis; VeKnticnem, Besangon; 

collumy cou; eohrem, eouleur; 

^ qvadrumy cadre; •{• quadrantem, eadran; 
quadragenmam^ cartme; quart, car; qufnque, 
cinq; quemque unum^ chacun; 

+ mergunit marcotte ; pergamenum, parehendn, 

dans la plupart des mots od le e est snivi 
d*an a, Ex. : cabaUuniy eheval; campunif 
champ; calvuMy chauve; cameluniy chameau; 
aroam, arche; manicamy mOnche; perticanif 
perche. — De m§ine qoand le c pr^cMe un 
«, ou m^ine an «, Ex. : Itucuniy louche; ^ 
lascum (pour laxum), Idche {laache) ; mancumy 
manehot; porticum, porche; ferocemy fa- 
rouche; 

dans les mote od ces deux lettres sont suivies 
d'nn a. Ex. : vaccamj vaehe; buccaniy bouche; 
pecc(^um,p4chd; siccare^ ticher. 

fabaitiy five; febreniy fihvre; 

Dans plusienrs mots venus da greo par le 
latin, /a ^t^ mis k la place de ph, qui est 
la replantation ordinaire du f gpeo (^ iXo- 
ffo^o;, phUosophe). Ex. : pharUatmay fan- 
t6me; phaiianuniy faUan; phiaXam, Jtolel 
+ phlegmayflegme; "^-pHrenuimyfHnMe; 

vicem,fois; breveiUy brrf; nervum, nerf; novem, 
neuf. 

ffustum, ffoAt; 

vadum, gud; vaginamygOSne; Vatconem, Oateon; 
vastare, gdter; vetpamy gtiipe; vUcum, gui; 

•{• leviariumy liger; -J* aJbreviare, abr^ger; 

habUare, habUer; cohorteniy cokorte. Qnelqacfois 
I'h a ^t6 supprimte au commencement des 
mots {habercy avoir; homOy on; horriduniy 
ord (d'od ordure) ; hortulanum, ortolan], — 
D'autres fois, mais assez rarement, Vh a ^t^ 
ajout^ au commencement d'un mot, bion 
qu'il n'y ait pas d'A en latin ; Bx. : altum, 
haul; octOy huit; ottreaniy huttre; "^ eremttamy 
herrnUe; ulularCy hurler; 

judUsemy juge; jurare, jurer; 

diurnum, Jour; 

dans les mots latins oil le ^r est soiyi de a on 
de «. Ex. : *]' galbfnum, jaune; *{■ gambam, 
Jambe; gaudereyjowir- gemeUum, jumeoM, 



Dipized by VjOOQ iC 



SIGNBS OETHOGEAPHIQUES. — § 22. 



25 



CONSONNBS 



PKAXgAlSES. 



7. 8 repr^sente 



( 1« 8. 
] 2« c. 



8. V < 8* p.. 



EXEMPLBS ET OBSERVATIONS. 



risum, rU; ^ 

& la fin du radical latin ; Ex. : toric-em^ tourU ; 

vie-emtfoU; 
vocenit voix; validum, talide; 
ab ante, avant; tubinde, iouvent; cubAreyCOUver; 

debere, devoir; fabam, /ive; gvbemoref ffou- 



Le Pj qtii s'adoncit, Boit en b {perustularef 5H}- 
ler; tgHcttlamt abHlle)^ goit en/ [caput, ehif/), 
s'adouoit plus ordinairement en v (fic^lum, 
cheveu; coopertum, convert; crepare, cretfer; 
eupam, cuve; nepotem^ neveu; rapere, ravir)^ 

& la fin da radical latin; Ex. : pae-em, paix ; 
ctUe-em, chaux; nue-enif noix; voe-em, wHx; 
cruc-etn, croix. 



CHAPITRE IV. 

SIGNES ORTHOGRAPHIQUES ET PONCTUATION. 
ACCENT TONIQUE. 

I. SIGNES ORTHOOilAPHlQUBS. 

§ 22. On appelle stgnes orthographtques lea di verses 
notations employees dans le langage 4crit, soit ponr indi- 
qner la prononciation, soit ponr s^parer lea mots et les 
phrases. 

Les signes orthographiqnes nsites en fran^ais sont an 
nombre de cinq : les accents, Vapostrophe, la cedille, le 
trcm::, le trait (Tunion. 

V Les accents (aiguy grave, circonfiexe) marquent cer- 
taines yari^t^s de prononciation des voyelles^ mais servent 
c. s. 2 



y Google 



26 , . GRAMMAIRE FRANgATSB. 

ftussi k ^tablir dcs difPiSrences d'orthographe entre des 
mots dont le son est le mSme (Voy. plus haut, §§ 8 et 9). 
. 2** li apostrophe (') est le signe de Yelmon des voyelles 
a, e, I (Vdj. plus hant, § 14). 

3° La cedille ( ) se place sous le c devant a, o, u, pour lui 
donner rarticulation de Vs {Ex, : facade, fa^on, ^^S^i) 
au lieu de Tarticulation semblable k celle du k {camarade^ 
comediej cure). 

[!^TYM0L0GiE. — C^dUle vient du mot z^diglia, par lequel les 
imprimeurs italiens, qui inventerent ce eigne, designaient un 
petit crochet en forme de z qu'on pla^ait sous le c pour lui 
donner le son de Vs ou du z, Ce eigne et le mot qui Findique 
ont et6 r^pandus en France au commencement du xvi* siecle.] 

4® Le trema (**) se met sur les voyelles e, «, u, placdes 
apr^s uue autre, pour iudiquer que la seconde Toyelle doll 
dtre detachee de la premiere dans la prononciation. ^ffar. .• 
palen, na]tf, SaM. 

[Etymologib. — Tr6ma vient du mot grec Tp^jJta, trou, 
point, Le Mma fut pour la premiere f ois employ^ au xvi® siecle.] 

5** Le trait d' union (-) sert k r^unir en un seul deux on 
plnsieurs mots, dits mots composes (Ex, : Pays-Bas, 
arc-en-ciel; dites-moi, croyez-vous ?) ou i joindre 
6troitement certains mots {Ex,: c'est-4-dire, non- 
seulement, peut-Stre, est-il vrai ? dit-il^ etc.). 

n. ACCENT TONIQUB. 

§ 23. II ne faut pas confondre avec les accents, qui 
viennent d'etre classes parmi les signes ortkographiques 
{accent aigu, accent grave, accent circonflexe), Vaccent 
tonique, lequel consiste dans Tintensit^ d*6mis8ion de la 
voix sur une des syllabes d'un mot. La syllabe sur 
laquelle la voix se porte avec intensity est dite accentuee : 
il n'y a jamais quune syllabe accentuee dans un mot 
toutes les autres syllabes sont dites atones ou nan accen- 
tides. 



y Google 



ACCENT TONIQUE. — § 24. 27 

[^Itymologie. — Tonique et atone viennent des mots grecs : 
Tovwo?, tonique^ forme de Tovog, accent; aTOvo^, inaccentue. 
Accent tonique forme done une sorte de tautologie.] 

§ 24. Eemarque I. — En fran^ais, Vaccent tonique tombe 
toujours Bur la derni^re sjUabe dn mot, excepts quand 
cette syllabe est mmtte (Voy. § 9). Dans ce dernier cas, 
c'est ravant-demi^re syllabe qui estaccmttceB. Par exemple, 
dans sensihle, aimable, la syllabe accmftiee est si, ma; les 
denx antres {sen et ile, ai et iU\ sont atones. Dans mar-- 
chonSf Vaccent est snr la derni^re ; dans marche^ il est snr 
la premiere. 

RsMABQUE II. — Tin mot fran^ais ne pent jamais se 
terminer par denx syllabes mnettes consecntiyes. 

Eemarque III. — Qnand Vaccent tonique est snr la der- 
nifere syllabe d'nn mot et qne Tavant-derni^re syllabe est 
muette, rayant-dernifere ne compte ponr ainsi dire pas dans 
la prononciation; an moins dans la prononciation rapide de 
la conversation. Ainsi charretier se prononce charr'tier ; 
pelerin, pfel'rin ; eperon, ^p'ron; halleharde, halFbarde ; hotel- 
lerie, lidteU'rie; palefrenier, paVfrenier, etc. Dans halle- 
harde, hotelUrie, Taccent toniqne est snr ravant-demi6re 
syllabe; mais la syllabe finale, 4tant mnette, ne compte 
pas ponr la prononciation^ et Taccent doit recaler snr la 
syllabe prec6dente. 

Ebmaequb IV.—Le signe dn plnriel, dans les snbstan- 
tifs et adjectifs {s) et dans les verbes {nt), n'empdche pas 
les syllabes finales d'etre mnettes, et par consequent 
atones. Ainsi, dans cette phrase : Les roses sentent ton, les 
syllabes qui terminent les mots roses et sentent sont 
mnettes. II en est de mdme de 1'^ & la 2*^ personne dn 
singnlier dans qnelqnes temps de verbes. Ex. : tu aimes. 

* Remarque V. — Les mots firanjais compotes de pins de 
denx syllabes ont, snr la premiere, nne sorte d'accent de 



y Google 



28 GBAMMAIEE f^HANgAISE. 

surcrott, qui vient s'ajouter a Taccent de la voyelle finale. 
Ainsi Ton prononce (en accentnant les syllabes marquees 
ici de caractkes pins forts) : cavalier, cavalerie, an- 
thropophage, bellig^rant. 

* Remarque VI. — Qnand plusieurs monosyllabes 8e 
snivent/ils se prononceraient difficilement s'ils ^taient 
tons atones ou tons accentues; les mots atones ont besoin 
d'etre soutenus par des mots accentues; et des mots qni, 
pris isol^menty seraient accentn^s^ se sondent ^troitement 
an mot snivant, qni prend senl I'accent. G'esi ce melange 
de mots atones et accentues qni fait Thairmonie de ces yers 
<de Racine : 

Le jour n^est pas plus pur que le fond de men coenr. 
Au seul son de sa voix^ la mer fuit, le del tremble. 

* Eemarque VII. — II ne fant pas confondre Y accent 
tonique, c'est-i-dire Tintensil^ de remission de la voix 
snr les syllabes accentuees, avec ce qui fait que les syllabes 
sont breves ou tongues, c'est-i-dire avec la quantity. En 
g^neral^ cependant, riufluence de Yaccent tonique se fait 
sentir snr la quanttte. Ainsi la p6nnlti^me, qui se trouve 
accento4e parce qu'elle est suivie d'une syllabe muette^ est 
le plus sonvent longae (Ex. : rose, zone, p61e, vue, 
vie, etc., excepts barbare, rare), k moins que la voyelle 
de la p^nnltifeme ne soit suivie de deux consonnes ( Voy . § 7), 
Les syllabes atones sont ordinairement br6ves {Ex. : re- 
gulier, r^lement), et une syllabe ne pent gu^re dtre 
longne que si elle est accentu^ ; cependant il y a des ex- 
ceptions, Fx. : fftter, arroser, eujftler, etc. Du reste, I'ao* 
cent pent porter sur des syllabes braves (Ex. : bont6, 
otQet, habit, soldat, etc.). 

De cette influence de Yaccent sur la quanttte il r^sulte 
que des syllabes, qui sont longues qnand elles sont accen- 
tues, deviennent br&ves en devenant atones. Ex. : 



y Google 



PONCTDATION. — § 26. 29 



1® accenttiies et longues: 

je loue, 

j'erre, 

foule^ 

ruse, 
DQ homme brave, 
Ge livre est nfttre, 



2° atones et breves : 

louer; 

errer, 

fouler; 

rus^: 
nn brave homme ; 
c'est notre liyre. 



[* fliSTOiRE. — Dans Tancien fran^ais, qui ne coDnaissait pas 
nos accents cdgu^ grave, circonfLexe^ la syllabe finale accentuee 
etait toujonrs termin^e par nne consonne, dent la presence 
s'expliquait par r^tymologie. Ainsi Ton 6crivait bled (de f 6to- 
dum, abladum) et bontet (de banitatem), aveo supprjession de 
la voyelle finale, qui est atone dans les denx mots racines. 
Aujourd*hui m^me Tusage est hesitant entre cli et clef {clavem), 
din& et diner^ soupS et souper^ etc. On lit dans Lamartine : 

En passant but mon corps ^crase-moi da pid (ponr pied), 
Idaudis-moi sans remords, franchis-moi sans pitl6. 

* Origines latines. — Voyez k la fin de YIntroduction 
ce qui est dit de I'lnfluence de Taccent latin sur Taccent fran- 
9ais.] 

III. PONOTUATION. 

§ 25. On appelle jphrase one r^anion de mots formant 
on sens complet ; les phrases penvent se diviser en mem' 
bres de phrase, 

Les phrases et les membres de phrase sont 8^par6s par 
des stgnes de ponctuation, 

§ 26. On distingne dix signes de ponctnation : la rtr- 
gule, le point et virgule, les deux points, le point, le point 
d interrogation, le point d' exclamation, les points de sws- 
pension, le tiret, les guillemets, la parenthese. 

l"" La virgule {,) marque une l^g^re suspension. 

EUe s^pare les mots de mdme nature qui ne sont pas 

2. 

Digitized by VjOOQ IC 



hO GRAMMAIRE FRAN5AISE. 

unis par une conjonction, les mots mis en apostrophe et 
en apposition, les verbes ayant un m^me sujet, les com- 
plements circonstanciels nn pen ^tendus el les comple- 
ments indirects mis par inversion ayant le verbe. Qaand 
il y a plnsieurs noms faisant fonction de sujet, elle ne se 
met pas entre le dernier et le verbe. Ex, : 

La fraude, le parjare, les proceB, les guerres ne font jamais 
entendre leurs voix dans ce s^jour cheri des dieux. (f^Kelon.) 

Les Tyriens sent industrieux, patients, laborieux. (Id.) 
vouB, qui que vous soyez, mortelle ou ddesse... (Id.) 
L'attelage suait, soufflait, ^tait rendu. (la Fontaine.) 

Huit ans dijk passes, une impie etrang^re... (racine.) 

[^TTMOLOGiE. — Virguk vlent du latin virgula^ petite vei'ge,] 

2* Le point et virgule (;) marqne une pause plus 
forte. II s^pare certaines propositions qui sont li6es 
entre elles par le sens, celles qui sont comprises dans une 
enumeration et les propositions subordonnees qui se sui- 
vent (Voy. § 158, 172-3). Ex, : 

Vous avez bien sujet d* accuser la nature ; 
Un roitelet, pour vous, est un pesant f ardeau. 

(la FONTAINE.) 

H faut qu'en cent famous, pour plaire, il se replie ; 
Que tant6t il s^ei^ve et tantdt s'humilie ; 
Qu^en nobles sentiments il soit partout f econd ; 
Qu'il soit aise, solide, agreable, profond. (boileau.) 

3* Les deux points (:) s'emploient devant une citation 
ou devant une proposition qui explique, developpe on 
resume ce qui precede. Ex, : 

Jupiter dit un jour : Que tout ce qui respire 

S'en vienne comparaitre aux pieds de ma grandeur. 

Venez, singe ; parlez le premier, et pour cause : 

Voyez ces animauir, faites comparaison 

De leurs beautes avec les vdtres. (la Fontaine.) 



y Google 



PONCTUATION. — § 26. 31 

H faut autant qu'on peut obliger tout le monde : 
On a Bouvent besoin d'un plus petit qae soi. (la Fontaine.) 
Alexandre lit deux mauvaises actions : il brMa Pers^polia et 

tuaClitUS. (MONTESQUIEU,) 

II y a lieu de noter ici que la majuscule (qui se met au 
commencemeut d'une phrase ou apr^s un point) se met 
aprte deux points quand on commence une citation, comme 
dans le premier exemple de La Fontaine, mais non quand 
on commence une proposition explicative, comme dans 
Texemple de Montesquieu. 

4^ Lepoint (.) se met k la fin des phrases distinctes les 
unes des autres. Bx. : 

n La paix fut donnee a Ti^glise. Constantin la combla d'hon- 
neurs et de biens. La victoire le suivit partout. 3> (bossuet.) 

[ * foYMOLOGiE. — Point vient du latin punctumy qui a le 
m^me sens, et qui vient de pungere, poindre^ piquer. ] 

5" Le point ^interrogation (?) se met k la fin des phra- 
ses interrogatives. Fx. : 

Que faisiez-vous au temps cbaud? (la fontainb.) 
Ebmarque. — Le point d'interrogation ne se met pas 
aprSs les interrogations indirectes, c'est-^-dire dans les 
constructions ou le mot interrogatif sert k joindre une pro- 
position k une autre. Ex. : On rtCa demandi qtcelk itatt 
voire position. 

6* Le^m^ d'exclamation (!) se met aprte les interjec- 
tions et k la fin des phrases oh se trouvent exprim^es la 
surprise, Tadmiration, une vive Amotion. Ex. : 

Que le Seigneur est bon I que son joug est aimable ! 
Heureux qui des I'enfance en connait la douceur I 

(eacinb.) 
7** Les points de suspension ( ) indiquent la suppres- 
sion d'un ou de plusieurs mots feciles k supplier. Ex. : 
Je devrais sur Tautel o^ ta main sacrifie 
Te... Mais du prix qu'on m'offre il me faut con tenter. 

(RACINE.^ 



y Google 



32 GRAMMAIRE FRANJAISE. 

(Vest Athalie qui parle au grand-pr^tre Joad, La pena^e com- 
plete serait : Je aevrais fimmoter sur CauteL,,, 

8** Le tiret (— ) sert, dans un dialogue, k indiquer un 
changement d'interlocuteur. Ux. : 

Est-ce assez? dites-moi. N*y suis-je point encore? 
— Nenni.— M'y voici done?— Point dti tout,— M*y voil4? 
— Vous n'en approchez point. (la Fontaine.) 

[ HiSTOiRE. — Le tiret est anssi quelquef ois employe aujour- 
d'hui au milieu des phrases, pour insister sur certains membres 
de phrase et m§me sur certains mots. Mais cet emploi 6tf.it 
i^'noie des auteurs classiques.] 

90 Les guillemets (« d) se mettent an commencement efc 
k la fin d'une citation, et quelquefois devant chaqne ligne 
du passage eit6. Ex, : 

Le renard s'en saisit, et dit : « Mon bon monsieur, 
« Apprenez que tout flatteur 
« Vit aux depens de celui qui I'ecoute ; 
« Cette le9on vaut bien un fromage, sans doute. » 

(la FONTAINE.) 

[ • Etymologib. — Le mot guillemet vient du nom d*un im- 
primeur du xvi® siecle ( Guillemet ou Guillaumet), qui inventa 
ce signe.] 

l(y La parenthese consiste en deux crochets ( ) entre 
lesquels on renferme les mots qui se detachent du reste 
de ]a phrase. Ex. : 

A ces mots, Tanimal pcrvers 
(C'est le serpent que je veux dire, 
Et non rhomme, on pourrait aisement s'y tromper)... 

(la FONTAINE.) 

1 

[•Etymoloqie. — Le mot parenthese vient du grec icapivOsJi^, 
action d'intercaler.] 



y Google 



PEEMlilEE PAETIE. 

tTUDE DES HOTS G0NSD£II£S S£PAR£HENT. 

* ' .11 I ■■ I ,1,1 III' 

CHAPITRE L 

DES DIFFERENTES ESPECES DE MOTS. 

§ 27. II y a en frangais neuf especes de mois on parties 
du discourse dont cinq sont variables, c'est-i-dire snjettes 
a des modifications^ et qnatre mvarMles : 

V le nom ou substantify \ 

2^ Vartide, I 

S"" Vadjecttf, \ VARIABLES. 

4" h pronom, I 

5° le verbey J 

6® radverbe, \ 

rhpriposUion, f invariablbs. 

8® la conjoncttan, i 

9° rintetyectwn, ) 

Rbmarqub, — XJn grand nombre de grammairiens dis- 
tingnent une dizi^me partie dn disconrs^ le parttcipe : 
c'est en r^alit^ nn des modes du yerbe^ comme on le verra 
plus loin. 



y Google 



84 GRAMMAIRE FRANfAISE. 

CHAPITRE II. 

LE NOM OU SUBSTANTIA 

§ 28. On appelle nom ou sudstanttf un mot qni sert k 
designer les personnes et les choses, c'est-i-dire les dtres 
animus on inanim^s^ abstraits on concrets. (On entend 
par etres concrets cenx qni tombent sons les sens, par etres 
abstraits cenx qni n'ont pas de reality mat^rielle. Ex. : lion, 
ioup;pierrej arbre^ chaise, table; — prudence, amitie,) 

P6tymologib. — Les Latins appelaieBt le substantif « nomcn 
substantivum », c'est-i-dire Dom qui designe une substance*] 

On distingne les noms communs et les noms propres : 
Les noms commnns conyiennent k tons les 6tres de la 

mdme esp^ce. Ex. : ville, maison, homme^ femme. 
Les noms propres designent en particnlier certains 

6tres, soit des individus, soit des collections d'indiyidns. 

Ex. : Plferre, Paul, Paris, la France. 

§ 29. Eemarque I. — Les noms de families, de 
peaples, de flenves, de montagnes sont des noms propres : 
les Bourbons, les Franjais, le Rli6ne, les Alpes. 

Remarque II. — La premiere lettre des noms propres 
doit tonjonrs 6tre nne majuscule on grande lettre, 
' § 30. Parmi les noms commnns, on distingne les noms 
collectifs, les noms composes, les mots employes mbstanti- 
vement : 

I. Les noma collectifs sont cenx qui expriment nne reu- 
nion de personnes on de choses. Ex. : multitude, troupe, 
flotte, arm6e, etc. 

lis se snbdivisent en collectifs gen^raux, qni embrassent 
la g^n^ralite on nne partie d^termin^e des personnes on 

Digitized by VjOOQ IC 



LB NOM OU SUBSTANTIF. — § 31. 35 

' des choses indiqu^es, comme le peuple, la foule^ la tnoiite, 
le tiers, etc., et collectifs partitifs, qui d^sigaent une partie 
indetermin^e, comine une quantity, une espece, une sorte, etc. 

II. Les noms composes sont ceux qui sont formes* de 
plnsieurs mots le plus souyent joints euBemble par des 
traits d'union, mais ne d6signant qu'une personne ou 
qu'une chose. Ex, : chef-d'ceuvre, arc*en-<siel. 

III. Les mots employes substantivement sont des mots 
autres que le uom qui sont employes accidentellement 
comme substantifs ; par exemple, des adjectifs : le rtche^ 
lepauvre, lamalade; le beau, le laid;un sage^ unesavante; 
des verbes : le bowe^ le manger^ le va et vient; des adyerbes : 
le oui^le non, etc. 

[ * IIiSTOiBE. — L'emploi des diverses parties du discours 
avec la fonction du substantif etait beaucoup plus ^tendu dans 
TaiuDienne laDgue que dans la langue actuelle. II est particuli^ 
rement frequent, par Bouyenir du latin et surtoat du grec, chez 
les ecriyains du xvi* siecle.] 

•• .. GENRES. 

§ 31. Les substantifs sont du genre masculin ou da 
genre f^mtnin, . 

Les noms d'hommes et d'animaux males sont du mas- 
culin. Ex. : un p6re, un lion. 

Les noms de femmes et de femelles sont du fSminin. 
Ex. : une m^re, une lionne. 

Par extension, Tusage a, dans quelques langues,. et sp^ 
cialement en fran9ais, attribu^ soit le genre masculin, 
soit le genre feminin aux mots qui designent des fitrea 
inanimes. Ex. : 

du masculin : le monde^ le soleil, un astre. 

du feminin : la terre, la lune, une ^toile. 

Remarque I. — Sont masculins 1** les noms de monta- 
gnes^ excepts les Alpes, les Pyrenees, les Cordilieres, ki 
Ccvennes^ les Vosges, les Andes. 



y Google 



86 GBAMUAIBE 1<BAN9AISE. 

2® La plupart des noms de yilles, k Texception des villes / 
dontlenom commence par un article feminin (La Jlo-i 
chelle. La Ferte, etc.), on se termine par un e mnet (Rome, 
Venise; qnand il y a donte snr le genre d'nn de ces 
nomB^on y ajonte le mot ville (la ville de Londres^ la vilie 
de BruxelleSy etc.) ; v 

3"* Les noms de contr^es, excepte qnand ils se terminent 
par nn e mnet (le Pi4mont^ le Portugal j le P&ou, la 
France, rAngleterre, la Russie, etc. 

EEiLiBQUE II. — Le nom des fieuyes est tantdt mas* 
cnlin, tantdt fiiminin. On dit : le Bhdne, le Tibre, le Volga, 
h Seine, la Tanme, la Vtstule, la Plata, etc. 

§ 32. L'usage senl pent apprendre k qnel genre appar- 
tiennent les noms de choses. II est bon cependant de noter 
le genre des snbstantifs sniyants^ snr leqnel ont lien qnel- 
qnefois des errenrs : 

Oemre mascuUn 



Age. 


^quilibre, 


ivoire, 


orifice, 


antipode, 


6qninoxe, 


legume, 


ouvrage, 


apologue, 


^rysipele, 


m&nee. 


paraphe, 
p^tale. 


ast^risque, 


esclandre. 


ob^lisque, 


atome, 


6tage, 


obstacle, 


pleur, 


aaspice, 


exorde, 


obus, 


rel&che, 


centime, 


h^misph^re, 


omnibus, 


ulcere. 


d^combres. 


hospice, 


ongle, 


ustensile^ 


^piderme. 


hatel, 


orage, 


vivres. 


Epilogue, 
Episode, 


incendie. 


orchestre, 




indice. 


organe. 






Genre fiminin 




alArme, 


atmosphere, 


fibre. 


once, 


^Icfi^?; . 


avanf-Bc6ne, 


horloge^ 


outre, 


amorce^ 


dinde, 


huile. 


paroi. 


ancre, 


eb^ne, 


idole. 


patere, 


•ntichambre, 


6critoire, 


immondice, 


pedale. 


ApCstrophe, 


epigramme. 


insulte. 


redite, 


aryile, ' 


epigraphe, 
^pitapne, 


intrigue^ 


sentineUe, 


armoire, 


nacre, 


stalle. 


arrhes, 


^pith^te, 


offre. 


ten^bres. 


ariih*, 


^ouivoque. 


omoplatet 








Digitized by 


GoOQle 



LE NOM OTT SUBSTANTIP. -— § 32. 81 

On pent noter anssi que les noms abstraits en ion, en 
te et en mr sont fSminins, tandis que les noms en aire, en 
age et en iste sont presqne tons mascnlins. Ex. : une 
action J une iegeret^y une erreur; nn notaire, nn plumage, 
nn eh4mste. 

[^Obigines LATiNES. — Ls dlfE^rence dfts genres en fran^ais 
est venae, en grande partie, do latin. Mais le fran^.ais n*a pas 
garii6 de trace du genre neutre dans le sobstantif ; et si, en 
^en^ral, les mots d*origine latine ont gard^ leur genre, cette 
regie est loin d*§tre sans exception. 

Ainsi, V* les noms abslraits en or, mascnlins en latin> sont 
tons devenns itoinins en f ran^ais (erreur, foret/r, grandetir) ; et 
rinfluence d'nn e mnet final, sigoe ordinaire dn feminin^ a fait 
mettre an feminin en fran^ais plusienrs mots qni sont mas- 
cnlins en latin (auge, de alveum; puce,de pulicem, etc.) ; 2^ les 
noms f^minins du latin qui sont termiues en us, signe ordinaire 
du masculin, ont et^ mis en fran9ais an masculin (un orme, de 
ulmum, accusatif de ulmus ; un platans, de platanum ; un porche, 
de porticumj etc.), et la suppression d'un e final, qui avait primi- 
tivement remplace \'a latin, signe du feminin, a eu le mime 
retsultat but certains mots (par ex. : un ^pi, de sincam). 

Quant aux noms neutres, ils sont en general devenus mascn- 
lins (Ex. : un si4cle, de sasculum; un incendie, de incendium). 
Oependant la terminaison a du pluriel neutre ay ant M souvent 
con fondue dans le latin vulgaire avec celle des noms f^minins, 
un grand nombre de noms neutre a en latin sont devenus f^mi- 
nins en f ran9ais. Ainsi folia a dpnn6 une feuille ; grana, une 
grcUne; labra, une livre; vela, une voile; poma, une pomme,etc. 

[ * HiSTOiBB. — II s'en f aut que les noms, une f ois entr^s 
dans la langue, aient eu un genre fix^ une f ois pour toutes. Au 
contraire, ii y a eu sur le genre de nooibreuses indecisions : 
la trace en est restde dans les noms k double genre, dont il sera 
traits plus loin (Syntaxe, § i8l). On trouve, avec un genre dil- 
f^rent de celui que I'usage leur a attribue, les mots snivants 
cbez Malherbe, qui est un po^te grammairien : abime, absinthe, 
dge, aide, aise, archev4chij automne,carrossef dialecte, dot, doute, 
dudii, 6change, iclipse, ^igme, epithete, erreur, 6tude, fourmi, 
guide, idole, mensonge, navire, offre, poison, potxhe, reproche, 
risque, salve, etc. W^^ de Sevignd met ^vangile et orage an fe- 
minin (Voy. le Lexique de Tedition Monmerqu^). Racine met 
aassi au feminin empldtre, &rysip4le^ et au masculin hydre,idol0, 
offre, etc. Boileaa met imidie aa masculin. Le mot Franche^Co'mni 



y Google 



38 



GRAMMAIRE FRANCAISB. 



prouve le changement de geiyre de comt^. Au x vi* si^cle, affaire 6ta it 
du masculin, val du f 6minin, etc. Vaugelas est un t^moin de Tindc- 
cision de la langue sur le genre de certains substantifs dans sps 
Remarques aux mots automne, ^pigramme, ^pitaphe, ^i- 
thalame,4pithite, Equivoque, horoscope^ mensonge, cmvre, perioae, 
poison, pourprej nldche^reproche, etc, — Anciennement le genre 
etait plus conforme qu'aujourd'hui k retymologie ; par ex. : 
dialecte etait feminin (-}] S'.aXe/,TO?) ; erreur, masc. (errorem); 
idole, masc. (to etSwXov) ; pofson, fem. {potionem);porchej fem. 
l-porticum) ; etc. Sphinx, qui etait du feminin, est aujourd'hui 
inaacidinparconfusiondesetresfabuleuxde Beotie etd'Egypte.^ 

FORMATION DU FEMININ. 

§ 33. En g^n^ral oa forme le feminin des noms en 
ajoutant nn e muet au masculin. Ex. : 



MASC. 

ours, 

cousin^ 

serin. 



FEM. 

curse; 

cousine; 

serine; 



MASC. 



FEM. 



marquis, marquise ; 
marchand, marchande ; 
fabricant, fabricante. 
muet vient d*an a latin, et, 



[Origines latines. — Get e 
comme Va latin, il est devenu le signe ordinaire du feminin ; il 
Test mime pour les mots noa derives du latio.) 

§ 34. Le plus son vent la formation da f6minin am^ne 
diverses modifications du mot. Par exemple : 

1® Les substantifs terminus par I, n, t redoublent cette 
consonne devant \e du feminin. Ex, : 

MASC. FEM. 

chien, chienne ; 



lion, 
paysan, 



lionne ; 
paysanne ; 



MASC. 

Gabriel, 

linot, 

chat, 



vtv, 
Gabrielle ; 
linotte ; 
chatte ; 



2® La plupart des substantifs terminus en teur ont leur 
f(4minin en trice. Ex. : 



MASa 

acteur, 

imitateur, 

adnlateur. 



Fi.M. 

actrice ; 
imitatrice ; 
adnlatrice ; 



MASC. F^M. 

observateur, observatrice ; 

pers6cuteur, pers6cutrice ; 

tuteur, tutrice. 



y Google 



FORMATION DU FISmININ. — § 34. 89 

Par analogies le mot ambassadeur fait an feminin ambas- 
sadrtce. 

[Originbs latines, — Les terminaisons teur, trice, viqnnent 
des termiDaisons latines toremy tricem. Ex. : imitatorem, imita- 
tricem. 

[* HiSTOiRB. — Le feminin (Vamateur n'est gaere usite ; mais 
cin trouve des exemples d'amatrice au xvi® siecle (Amyot) et 
m^me au xviii« (J.-J. Roussead).] 

3"* Les snbstantifs d^riv^s de verbes et terminus en 
eur forment leur feminin de denx fajons : 

1. On bien ils changent eur en eresse : la syllabe eur, 
qui etait frappte de Vaccent toniqtie, s'aflFaiblit en er et 
devient atone; Vaccent passe snr la terminaison du f^minin^ 
esse. Ex. : ' 

MASO. ¥±U, MASO. F^M. 

demandenr, demanderesse ; 
d^fendenr, d^fenderesse ; 



vengeur, yengeresse ; 
p^chenr, p^cheresse ; 
chasseur, chasseresse ; 



etc. etc. 



Le substantif ^n(;Aan/^t^r forme son f4§minin de la m^me 
fa9on : enchanferesse. 

[* HiSTOiBE. — Cette forme de feminin est la plus ancienne 
pour les noms en eur. Esse est un suffixe feminin qu'on retrou- 
vera plus loin, au numero 4°.] 

2. Ou bien ils changent eur en euse (ce qui arrive le 
plus souYent); I'accent reste sur la mdme syllabCy au mas- 
culin et au feminin. Ex, : 



MASO. 


FEM. 


MASO. 


Fl^M. 


chanteur^ 


chanteuse ; 


marcheur, 


marcheuse ; 


buveur. 


bnveuse ; 


danseur, 


danseuse ; 


etc. 


etc. 


etc. 


etc. 



[Obiqikbs latinbs. — La terminaison euse vient du saffixe 
latin osa, — Le mot chanteur a un autre feminin, cantatrice; 
de m^me, le feminin d'empereur est imp^ratrice. C'est que, 
dans ces mots, le masculin ne vient pas du masculin latin {can- 



y Google 



40 



GRAMMAIRE FKANgAISB. 



tatorem, imperaiortm) , maia est de formation populaire; aa 
oontraire, le feminin est de formation savante et vient du f6- 
minin latin {cantatricem, imperatricem).] 

4^ La plnpart des snbstaDtifs terminus an mascalin en 
e muet ont an fSmlniti la terminaison ease, et dans ces mots 
Taccent change de place comme dans la premiere s^rie des 
noms en mr. Ex. : 



tigre, 


tigresse ; 


proph^te, 


proph^tesse; 


h6te, 


hdtesse ; 


pr^tre, 


pr^tresse ; 


panvre, 


panvresse ; 


n6gre, 


n^gresse ; 


prince, 


princesse ; 


comte, 


comtesse ; 


mattre, 


maitresse ; 


etc. 


etc. 



On tronve encore la terminaison esse dans le feminin de 
qnelqaes noms isoles, comme : . 

abW, abbesse; I devin, devineresse; 

dnc, dnchease ; | dien, deesse ; etc. 

[Oeiginbs LATiNES. — La terminaison esse vient de la termi- 
naison latine issa. Ex. : t Prophetii>sa, propMiesne. 

[* HiSTOiRE. — On trouve cLez La Fontaine devineresse^ 
devineuse et devine.] 

Remarque. — Qnelques noms en e ne cnangent pas de 
forme an feminin. Ex. : locataire, proprietaire. 

5« Le snbstantif e>ow2? fait au fSminin ipome, d'apris la 
rfegle des adjectifs en mx et en oux (jahux, jalouse). — 
Voj. § 57. 

6° Dans les snbstantifs snivants le ftminin s'eloigne plus 
on moins dn mascnlin : 

chevrean, chevrette ; 
fils, fille; 

gouverneur, goarernante; 
h^ros, Wroine; 

levrier, levrette ; 
joup, louve ; 



neven. 


ni^; 


roi, 


reine; . 


serviteur, 


seryante i 


venf, 


ven?e; 


etc. 


etc. 



y Google 



FORMATION DU FEMININ. 



34. 



41 



I Ruabque: — Lcup fait natnrellement hme; Juif, 
Jum; vmfy veuve; leg labiaks fortes p et /*se changent 
derant i'e mnet en la labiale dotice v (Yoj. § 19). 

[Obiqikes LATINE8. — On reconnatt dans fils la trace du latio 
/l/ttts ; dans fUle celle da latin f,l%a ; dans reiney regina. 

[* HiSTOiRE. — On trouve dans Malberbe le feminin gouver- 
•neuse. — Anciennement on ajoutait ve au masculin des mots 
terminus par / (veufve, maladifoe), — Le mot apprenti se disait 
autrefois apprmtif, d'oii le feminin appreniive. Boileau avait 
d'abord 4crit apprentive, dans ce vers t*^ 

Vais-je Sponger ici qnelque apprtnOe auteur?] 

7° QnelqnefoiSy par suite de la perte d'anciens snbBtan* 
tifs mascnlins on par le fait de Taddition an masculin de 
qnelqne suffixe^lef^mininestplnscourtquelemascnlin. JS'a?. / 



MASC. 


pAm. 


MASC. 


vtM. 


dindon. 


dinde ; 


manteau, 


mante ; 


compagnon, 
chiflfon, 


compagne; 
chiffe ; 


mulct, 
vieiUard, 


mule; 
yieille ; 


canard. 


cane; 


etc. 


etc. 



[HiSTOiBE. — Compagnon est Tancien cas regime de compain . 
Muht est un diminutif da yieuz, mot mul, comme sachet de 
5ac, jeunet dejeune, etc.] 

8^ II 7 a quelqnefois des mots tout k fiut diffiSrents 
pour le masculin et le feminiii. Mc. .• 



HASO. 


F^M. 


MASC. 


fAm. 


homme. 


femme; 


cheval. 


jument ; 


pfere. 


mfere; 


coq, 


poule; 


papa, 


maman; 


tanreau, 


Yache ; 


fr^re, 


sceur; 


b^lier. 


brebis ; 


oncle. 


tante; 


bouc. 


chfevre ; 


parrain, 


marraine ; 


cerf, 


biche ; 


gendre, 


bru; 


pore, 


tri^ic; 


nevem, 


ni^ce; 


sanglier, 


laie; 


gar9on, 


fille; 


etc. 


etc. 



y Google 



42 GRAMMAIEB FRANC AISE. ' 

Enfin, dans d'adtres cas, le mdme mot sert pour le 
mascnlin et le f^minin ; aussi, ponr designer les sexes, 
ajonte-t-on les mots nza/e, femelle. Ex : 

oiseau iwafe, oiseau femelle; 

papillon ma/e, papillon femelle. 

NOMBEES. 

§ 35. II y a, en fTan9ais^ deux nombres, le stngulier et 
le pluriel, 

Le singuUer indiqne une seale personne ou nne seule 
chose. Ex : un homme, un livre. 

Le pluriel indiqne plnsieurs personnes on plnsienrs 
choses. Ex, : des hommes, des livres. 

FORMATION DU PLURIEL. . 

§ 36. Regie generale. On forme le pluriel en ajoutant 
une s an singulier. Ex : un homme, des hommes ; 
un lion, des lions. 

Quelqnes grammairiens admettent que les subsiantifs 
terminus par ant on ent, du moins ceux qui out plus d'une 
syllabe (et non les monosyllabes comme dent, gant, etc.), 
conservent ou perdent le t an plnriel. On doit main- 
4enir too jours le t, et TAcad^mie ne reconnait pas d'autre 
orthographe : des enfants, des presents, des dtamants, des 
appartements. Toutefois le mot gent fait an pluriel gens. 

[* HiSTOiBE. — Des -1705, Regnier Desmarais {Gramm.y 
Traite des noms) bl^mait cette suppression du t, qui ayait oours 
de son temps ; il la blimait corame € e£Pa9ant pea k peu les 
traces de Torigine des noms ». 

*Origines latines. — Cette s, qui est le signe du pluriel, 
vient de Vs qui marquait au moyen Sge le cos regime du pluriel, 
et en laiin Taccusatif pluriel ; Ex. : muros, des niurs; ar bores, 
des arbres, etc. Ainsi, pour le pluriel comme pour le singulier, 
le cas regime a subsist^ dans les noms plutdt que le cas sujet.] 

§ 37. A cette r^gle g6n^rale de la formation du pluriel 
par Taddition d'une 5 il n'y a qu'une exception, plus 
apparente que r^elle : c'est que certains noms prennent 



y Google 



FOBMATION DU PLUBIEL. — § 37. 43 

an plariel, non nne 8, mais nn ^qniyalent de 1*5, k savoir 
un X. Ainsi : 
1® On iorit ayec un x sept noms termines en on : 

des bijoux, des choDX, deshibjux, des poux. \ 

— cailloux, — genoux, — joujoux. 

Maifi tons les autres noms en ou suivent la r^gle gene- 
rate. Ex. : des licous, des clous, des verrous, des sous, etc. 

2^ On ecrit ^galement avec un x tous les noms terminus 
en au, eau, eu : 

des bojaux, des chateaux, des cheveux, 

— etaux, — chevreaux, — feux, 

— noyaux, — peaux, — jenx, 

— tuyaux, — vaisseaux, — lieux. 

Un mot d'origine 6trang6re, landau, s'^crit au pluriel 
des landaus, 

3^ Dans presqae tous les noms terminus au singulier 
en al, la consonne finale (/) se change en u au pluriel ; 
d'ou 11 resulte la terminaison aux. Ex, : 

Singulier: Pluriel: Eingulier: Pluriel: 

an amiral, des amiraux; un boeal, des boeaux, 

— cheval, — chevaux; — mal, — maux. 
Mais quelques noms en al suivent la rfegle g^nerale, 

c'est-a-dire forment le pluViel par I'addition d'une s an 
singulier. Ainsi Ton dit : 

des bals, des cals, des carnavals, 

— chacals, — pals, — r6gals. 

4° Sept noms termines en ail changent de mfime cette 
terminaison, au pluriel, en la torminaison aux : 

Singrulier : Pluriel : Singrulier : Pluriel : 

un bail, des baux ; un travail, des travaux ; 

— corail, — coraux; — vantail, — vantaux; 

— email, — ^maux; — vitrail, — vitraux. 

— soupirail, — soupiraux; 



y Google 



4L * GRAMMAIBE FRAN9AI8B 

La r^gle g^n^rale est observ^e pour les mots saivants : 
des CamailB, des details, des ^pouvantailSi 
— goavernails, — portails, — mails, 
R>aiARQTJES. I. — Bercail n'a pas de pluriel. 

II. — Le pluriel de bdtail est irr^gulier : bestiaux. 

III. — Le pluriel d'aiY est en g^n^ral aulx (V.§ 182 bis). 
[Obiginbs LATiNES BT HiSTOiRE. — La vocalisation de 17, 

au pluriel des mots termines en al ciail {aux), a lieu par suite 
de radoucissement de I en u, fait qu'on retrouve dans plusieurs 
mots de la laiigue. Ainsi : 

A«^'€ (primitivement a/^re\ vient de alter, D'otl alt^-ation. 



Aube 


— 


albe. 


— 


alba . D'oti albumine . 


Beau 


— 


bel, 


— 


bellum (accus. de bel- 
lus), D'oti embellir. 


Cou 


... 


colj 


— 


collum. D'oti collier. 


Paumb 


— ^ 


palme, 


— 


jialma. B' oh palmipede. 


Sauf 


— 


salve, 


— - 


salvum. 



Dans Tancien fran^ais, de m^me qu'on disait altre, albe, bel, 
col, palmcy on disait des amirals, des bocals, des chevals. Mais 
la vocalisation do / en u a commence des la fin da xin* siecle. 

Le mot compose chevan-Uger (au pluriel : des chevau-l^gers)^ 
es^ un autre exemple de Tadoucissement de / en u; car la pre- 
miere partie de ce mot est au singulier (Voy. § 189, Bem. I). 

Le pluriel bestiaux \ieut de bestial, qui s'employait au- 
trefois comme nom et comme adjectif. 4C Bestail, bestial Tons 
deux sontbons, mais bestail est bien meilleur. > (Vaugelas.)] 

§ 38. Plusieurs substantifs n'ont que le nombre pluriel. 
Ex. : alentours, annates, armoiries, arrhes, atours, besides, 
broussailles, catacombes, confins, d^combres^ depenSy en- 
trailles, entraves, environs, fiangailles, frais, furUrailles, 
mdnes,materiaux, mceurs, mot^hettes, obseques, pr^mices, 
tinebres, vSpres. 

D'autres ne soot gn^re usit^s qu'k ee nombre, comme 
ancetres, pleurs; ou bien ils n'ont pas tout k fait le meme 
sens au singulier et au pluriel. Ex. : ciseauy ciseaux; 
lunette, lunettes; etc. 

[ * HiSTOiBK. — Le mot debris (reste d^une chose bris^) n'est 



y Google 



OMISSION DU SIGNB DTJ PLTJIIIEL. — § 39. 45 

plus usite qu*au pinriel, du molDS en prose. An X7ii* siecle il 
b'fmployait ail singulier en prose comme en poesie; Ex, : « Lea 
royaumes sortis du dibris de ce premier empire. :» (bossust.) 
Dont le dSbfvis est mSme an empire puissant, (bacinb.} 

Mais rien n'antorisait M. de Lamartine a ecrire un d4bri, 
oomme il Ta fait dans les Harmonies, pour les besoina de la 
rime. Debris est f orm6 du pr6f. d^ et du mot bris (de briser),] 

BE L'OMIBSION du BIGNE DU PLUBIEL. 

§ 39. Le signe da pinriel (s) ne Be met pas dans les 
trois cas sniyants : 

1® On ne le met pas k la fin des noms termini an sin- 
gnlier par nne s, un x on nn z, parce que, en frangais, on 
ne met jamais deux s & la fin d'nn mot, et qne les lettres 
X et z ^qniyalent a nne s ; on 6crira done : 

nn fits, des fils ; I nne noix, des noix ; 

nn nez, — nez; | une perdLrix, — perdrix. 

[* Obigines LATiNKS. — Les mots terminus au singuJier par 
une 5, un x ou un z, viennent He mots latins au nominatif, 
contrairement k la rMe g^nerale, d'apr^s laquell« tons les 
Bubstantifs et adjectifs fran^ais derivent de raccusatif latin 
( Voy. Y Introduction^ et § 8, Obigines latines) ; Ex. : 



f,ls de 


tavas; 


noix de nux; 


puits — 


puteus; 


voix — vox; 


nez — 


nasus ; 


perdt^ — perdix, etc 



Si Ton trouve une s k legs et k lis, c'est que ces mots ne 
viennent pas des mots classiques legatumy /iZtwm, mais des 
barbarismes f legatuSf lilius, 

[*HiSToiBB. — L'ancienne langue disait^galement im/bMrmtSt 
de -{* formicus. La Fontaine a m^le Tancien usage et le nouveau^ 
qnand il a dit : 

Quand sur Teau se penchant une fourmis j tombe... 
Ce fnt nn promontoire oti la fourmts arrive. 

De Fancien usage il a pris Torlhographe, pour les besoins 
du vers ; mais il a gard6 le genre feminin.] 

2* On ne met pas non plus le signe du pinriel k la fin 
des mots pris snbstantivement et inyariables de leur na- 



y Google 



46 



.GBAMMAIBE FBAN9AISE. 



ture on qui sont le si^ne d'un objet nniqne, par exemple : 
les out, les non; les a, les e; plusieurs un, plusieurs quatre; 
des sol, des me, des fa, etc. 

Les 5t, les car, les pburqnoi sont la porte 

Par oil la noise entre dans runivers. (la Fontaine.) 

S® Bnfin on ne met pas le signe dn plnriel k la fin des 
mots d^origine 6trang6re qui ne sont pas consid^res comme 
devenns tout a fait fran9ais. Par exemple^ on ^crira : 



des adagio {italien), 

— allegro {itaL), 

— allelnia [itat), 

— andante {itaL), 

— ave (latin) ^ 

— carbonari {itaL) , 

— ciceroni {itaL), 

— credo (lat.), 

— dilettanti (itaL), 

— ecce homo {lat,), 

— ex voto (lat,), 

— fac-8imil6 [lat,), 



des kyrie (grec), . 

— lazzaroni (Hal.), 

— miserere (lat,), 

— nota bene (lat,), 

— pater (lat.), 

— post-scriptnm (lat,)^ 

— qnintetti (ital,), 

— soprani (ital.), 

— statu qno (lat.)^ 

— te deum (lat.), 

— vade mecnm (lat.), 

— yeto (lat.)f 



— interim (lat.), 

§ 40. Ces rfegles snr Tomissiondn signe dn plnriel, dans 
les noms d'origine 6trang6re, sont dn reste snjettes k 
contestation. L'Acad^mie, dans la derni^re Edition de son 
Dictionnaire, 6crit : 



des accessits> 

— alibis, 

— alin^as, 

— altos, 

— apart^s, 

— autodafSs, 

— biftecks^ 

— brayos, 

— budgets, 

— deficits, 

— dominos, 

— duos, 



des factotums, 

— factums, 

— folios, 

— imbroglios, 

— impromptus, 

— ladys, 

— macaronis, 

— operas, 

— panoramas, 

— pensums, 

— placets, 
•» quidams, 



des quiproquos, 

— quolibets, 

— rec^pisses, 

— reliquats, 

— solos, 

— specimens, 

— tilburys, 

— torys, 

— trios, 

— viyats, 

— z^ros. 



y Google 



OMISSION D(J SIGNE DU PLURIBL. — § 42. 47 

On ecrira de mSme avec une s le pluriel des mots sai- 
vants, qui n'est pas iridiqu^ par rAcad^mie : 

des agendas, des f raters, des quatuors, 

•— Wn^dicit^s, — magisters, — rectos, 

— concertos, — mementos, — versos, 

— d^bets, — museums, — tenors, 

— dioramas, — oratorios, — tibias. 

— exeats, — pianos, 

Remarque. — Sur qnelques-nns de ces mots la langne 
frangaise a pour ainsi dire mis sa marque, en alterant la 
forme latine par quelqae detail d'orthographe, ne fUt-ce 
que par Taddition d'an accent. 

§ 41. Enfin, on Ecrira encore avec une 5 le pluriel des 
mots sniyants, dans lesquels Torigine latine ou italienne 
a tellement dispara qn'on les emploie an singulier, bien 
que ce soient eu latin et en italien des mots au pluriel : 

un concetti, des concettis ; 

— duplicata, — duplicatas; 
«— errata, — erratas; 

— lazzi, — lazzis. 

§ 42. II n'en est pas de m^me des mots italiens dont la 
langne fran^aise a ^galement adopts le singulier et le 
pluriel, et dont, pour cette raison, nous avons indiqu^ le 
plnriel comme devant ^tre sans s. 

Ex. : Un carbonaro, des carbonari; 
Un dilettante, des dilettanti^ etc 



y Google 



48 GBAMMAIBE FBAN9AISE. 

CHAPITRE III. 

L'ARTICLE. 

§ 43. L'article est nn mot qui se met deyant les Boms, 
en prend le genre et le nombre, et indique qu'ils sont pris 
dans un sens determine. 

Livrey cheval sont pris dans nn sens inditermM, e'est-k- 
dire vague; le livre, le cheval out un sens determtrd, c'est- 
i-dire precis. 

Les noms propres de personnes sont les seuls qui, 6tant 
sufl&samment detei^mines par eux-m6mes, ne prennent pas 
d'article en fran9ais. Ex. : Dieu, J^sus-Chinst; PwrSf 
Paul, etc. 

[6tymologib. — Article vient du mot latin articulus, traduc- 
tion du mot grec apflpov, jointure, articulation, 

IGbammairB comparative. — En frangais, commeen grec, en 
allemand et dans les langues form^es du latin, Farticle r^sulte 
d'une extension de Tadjectif demonstratif . 

Origines LATiNES. — L'article fran^ais vient de Tadjectif de- 
monstratif latin ilUy qui a commence a s'employer en ce sens 
vers le iv« si^cle : Ilium a donn6 le; illam^ la; illos, les,] 

§ 44. L'article est : 
an singulier, le pour le masoulin ; la pour le fSminin ; 
an pluriel, les pour les deux genres. Ux. : 

Singulier : Pluriel : 

le mur^ la maison ; les murs, les maisons. 

[* HiSTOiRB. — Dans Fancien fran^ais, Farticle avaitles formes 
snivantes : 

MASO. FEM. 

siNGULiBR. Gas sujet 11 la 

Gas regime le la 

PLURIBL. Gas sujct 11 li, les 

Gas regime les les 

On le volt, le cas regim3a seul subsiste — Voy. § 39, 1°, Grig. 

LATINE6.] 



y Google 



T/ARTIO^iB. — § 4%. 49 

Remabque I.— Quand Farticle h ou la se trouve devant 
an nom commengant par nne voyelle ou nne h muettej 
on supprime la voyelle qui le termine, pour faciliter la 
prononciation. Cette suppression s'appelle elision; elle est 
marqaee par I'apostrophe, comme on I'a vu (§ 14). Ex. : 
Le — I'oiseau, Thomme. 
La — I'alouette, I'herbe. 

Remarque II. — L*article, pr^ced6 des propositions de 
et a, s'unit quelquefois k ces propositions pour former un 
seul mot. Cette reunion s'appelle contraction. 

Au siogulier, de le se contracte en du, a le se contracte 
en au devant les noms masculins qui commencent par une 
consonne ou une h aspirOe, Ex. : du peuple, du roi, du 
bameau ; au peuple^ au roi, au hameau. 

Au plnriel, de les se contracte en des, a les se contracte 
en aux devant tons les noms masculins ou fOminins. Fx. : 
la lOg^retO des enfants ; la tendresse des m^res ; on doit 
obOir aux maitres, aux lois. 

[HiSTOiRfi. — Par suite de la vocalisation de la consoDue 2, 
qui se change en u (fait d^ja observe plus h»ut, Voy. § 37, 
Hist.), la combinaison de Tarticle masculin avec les proposi- 
tions det de & donne successivement les formes suivantes : 

1** au singulier al, au ; au pliiriel aJs, aox; 

2^ au singulier del, deu, du (au pluriel, dels, des). 

Quant au changement de deu en du c'ef>t un fait frOquent : 
Tancien eu e^est trOs-souvent change en u, £x. : meu, mu; 
bleuet, bluet; beuvant, buvant.] 

Kemarqub III. — Les formes du, de la, des se prennent 
dans un sens partitif, c'est-a-dire pour marquer une partie 
des personnes ou des choses indiquees. Ex. : Prenez du 
pain, de Teau, des fruits. (7est ce qu'on pent appeler 
Vai^ticle partitif, 

Remabque IV. — La combinaison de Farticle pluriel 
les avec la preposition en, a donnO Vancienne locution es 
(pour en les, els, ens), qui s'est conservOe dans quelques 
mots : bachelier es leltres, ^5 sciences, maib*e es arts, etc. 



y Google 



50 GBAMMAIEE FEANgAISE. 

CHAPITRE IV. 

L'ADJECTIF. 

§ 45. On appelle adjectifxxvL mot qui s'ajoute an subs- 
tantif pour marquer la quality d'une personne ou d'une 
chose^ ou Bimplement pour le determiner d'une maniere 
plus on moins precise. 

De J^, deux esptees d'adjectife :les adjectifs qualificatifs 
et les adjectifs simplement detefminatifs, 

Exemples d' adjectifs qualificatifs : bon, m^chant; 
docile, rebelle; gai, triste, etc. 

Exewples d'adjectifs determinatifs : Cent, centi^me ; 
mon, ton, son; ce, eet; quel, tout, aucun, chaque^ 
plusieurs, etc. 

[foYMOLOGlE. — Les Latins appelaient Vadjeciif cc nomen ad- 
jectivum, un nom qui s'ajoute au tubstantif ». C'etait ]a traduc- 
tion du mot grec eiciflsTOV, d'ou est venu le mot fran9ai8 cpi- 
thke,] 

On peut faire rentrer dans la classe des adjectifs qiiali- 
ficatifs Vadjectif verbal f dont il sera parle dans la Syntaxe, 
et qui est distinct du parttcipe present, 

L'adjectif s'accorde en genre et en nombre avec le sub- 
stantif. Nous alloos voir comment il forme son fiiminin et 
son pluriel. 

FOEMATION DU FBMININ DANS LES ADJECTIFS. 

§ 46. Regie generale. Quand les adjectifs ne sont pas 
termines par un e muet au masculin, ils en prennent un 
au f(6minin. Ex, : 

grand, grande ; 

petite petite. 

Un seul ad jectif pr^sente une exception k la regie g^ni- 



y Google 



rfMIHIN DES ADJECTIFS. — § 4'?. 51 

rale de Ve mnet, employ^ comme signe dn fi§minin : c'est 
Tadjectif ^ranrf, dans les locutions grand'mere, grand^route, 
grancfmesse, grarKTpeur, gramT peine, grand' chose, etc. 

[Oeigines latinbs kt Histoibb. — Nous avons deji vu (§ 33) 
qoe r^ miiet, signe du feminin en fran9ais, vient de Ta, signe 
da feminin en latin. Ex. : sancta^ sainte; divinay divine, . 

Pn'mitivement le fran9ais ne inettait Ve, signe du feminin, 
qa'aux adjectifs qui prenaient a en latin au feminin, et avaient 
ce genre distinct du masculin. Grandem, n'ayant qu^une termi- 
iiaison pour les deux genres, a donnd grand au feminin comme 
au masculin. Plus tard, quand Tusage eut soumis ce mot k la 
regie commune, les grammairiens crurent voir dans Tabseuce de 
Ye la trace d'une Elision, qu4Is marqa^rent par une apostrophe. 
L'erreur est ^vidente : car il n'y a elision que lorsque deux 
voyellea se rencontrent, et la locution m^re grand se trouve 
dans les Conies de Perrault. 11 f audrait done supprimer Tapes- 
trophe, si Tusage ne devait dtre respecte, et si le souvenir de 
rancienne r^gle n*6tait tout k fait effac6 aujourd'hui. II Tetait 
d6j& au temps de Vaugelas (Voyez sa Remarque sur grand'). 

* D'autres traces de Tancien usage se trouvent dans le nom 
de ville HocAe/brt (Roche-forte), dans TexpreBsion fonts baptis- 
maux (fontaines baptismales), dans les noms Ckaude-font, La- 
Font, ct dans la locution de Tancienne jurisprudence que Racine 
nous a coDserv^e : c J^obtins lettres royatix » {les Plaideurs), 
On disait aussi prisons royaux.] 

La rtgle gin^rale de la formation du fiminia donne 
lien k quelqnes antres remarques, pour lesquelles 11 y a 
lien de distinguer les adjectifs terminus par une Toyelle 
et les adjectifs termiii6s par une consonne. 

1" Femtnin des adjectifs termines au masculin 

par une voyelle. 

^ § 47. Remarque 1 (gu). — Les adjectifs terminus eng^w 

mettent nn tr6ma sur I'e dn f<^minin. Ex. : aigu^ aigu@; 

exigu, exigu6 ; contigu, contigud. 

Le tr^ma a ici ponr objet de faire proDoncer separ^meut 
Yu, dont le son se perdrait dans la syllabe gue sans tr^ma 
(Ex. : hng^ tongue). 

Remarque II (ou et eau). — Plusieurs ad jeeti&en ou et 



y Google 



52 GBAMMAIRE FBAN^AISE. 

en eau(to}i, mou; beau,nouveau)ont, an mascniin, nne 
seconde forme, qui s'emploie devant les substantifs com- 
ineD9ant par nne voyelle ou une h muette. Ex. : fol es- 
poir ; mol ^dredon ; bel homme ; nouvel essai. lis tirent 
leur f6minin de cette seconde furrae, en redoublant la 
consonne. Ex. : folle esp^rance ; molle existence ; belle 
enfant ; nouvelle annee. 

Par analogic, ywmeaw fait an Uxmrnn jumelle. 

On retrouve ici le fait dej^ plusieurs fois signale de 
Talternance de Yu et de 17 ( Voy. § 37, S** ; § 44, Rem. II). 

[Obigines latines et Histoire. — Dans la vieille langne 
fraD9ai8e, ces sortes d'adjectifs se terminaient toujonrs par I aa 
masculin, m^me devant une consonne. On disait mol^hel,nouoe^ 
jumel, par souvenir des adjectifs latins mollem, bellunij f novel- 
lum^ gemellam, Ces mots s'ecrivaient encore ainsi a.u xvii« siecle; 
mais ol se pronon^ait ou (Voy. Vaugelas, t. I, p. 68). 

Eebiabque III. — Favor i, cot font an feminin favorite, 

coite* 

[Origines latines et italiennes. — Le t du feminin de 
ces deux adjectifs apparait dans Titalien favorite, dans le de- 
rive fraD9ais favoritisme^ et dans le mot latin quietum,] 

Remarque IV. — Hibreu ne pent se mettre an feminin ; 
on se sert dn mot hdbraique. Ex. : les livres h^breux^ la 
langue hibratque. 

J* Obigines latines. — Hehreu vient du latin hebraBum ; hS- 
braique du latin hebraicumJ] 

Remarque V. — Les adjectifs qni sont iijk terming 
par nn e mnet an mascnlin ne changent pas an feminin, 
excepts Tadjectif /rai^re, qui fait an feminin tratiresse; ce 
mot, qni est k la fois adjectif et snbstantif, sait la r^gle 
des snbstantifs termini par nn e mnet (Voy. § 34, 4^). 

2" Feminin des adjectifs terminus au masculin 
par une consonne. 

§ 48. Oes adjectifs ne forment pas tonjonrs lenr feminin 



y Google 



FJfiMlNIN DBJS ADJBCTTTS. — § 50. 53 

par la simple addition d'nn e. On Terra dans les remar- 
qnes sniyantes qne les nns redonblent la consonne finale, 
et qne les antres modifient pins on moins lenr terminaijon. 

§ 49. Bemabque I (ely eil, ol, ul; — en, on; — et, 
ot ; as, ^Sy ais, os). — On redouble an f^minin la consonne 
finale de la plupart des adjectifs qui sont terminus an mas- 
cnlin par el, eil^ ol, ul; — en, on, — et, ot , — as, es, ais, os, 

Ex. : cmel, cmelle ; pareil, pareiUe ; fol, folle ( Voy. 
§ 47) ; nnl, nnlle ; ancien, ancienne ; bon, bonne; mnet^ 
mnette; sot, sotte ; gras, grasse ; profte, professe; 
^paiS; ^paisse; gros, grosse. 

De pins, gentil fait an fiminin gmtille. 

Exceptions: VLe tne se double pas tonjonrsaprfes later- 
minaison ot (Ex. : devote, manchote)\ non pins qn'aprte la 
terminaison et : en effet qnelqnes adjectifs terminus an 
mascnlin en et, an lien de doubler le i, marqnent d'nn 
accent grave Ye qni pr^cfede cette consonne. Ex. ? 

Complet, incomplet, completey incomplete; concret, can* 
Crete; discret, indiscret, discrete, indiscrete; inqniet, m- 
quiete; replet, replete; secret, secrbte. 

[Griginbs latinbs et Histoirb. - Gesdemiere sont des mots 
formes par left savants, qui ont voulu repr^senter par V4 ouvert 
Ye long des Latins (comptSta, concretaj discreta, etc.)* Les mots 
d'origine populaire, comme nette, coquette, fluette, sujelte, don- 
blent tous la consonne t, qui se trouve encore doublee pour le 
mot complette dans les textes du xvi« et du xvii® si^cle.] 

2*^ La consonne s ne se donble pas tonjonrs apr^s les ter- 
minaisons as, es on ais et os (Ex. : ras, rase; anglais, an- 
glaise ; iclos, iclose), 

3® Ahsous, dissous font an fSminin absoute, iissouk. 

4® 2>is^(75 n'a pas de f(§minin. 

§ 50. Remarque II (eur, teur). — Les adjectifs ter- 
minus' en eur on teur font lenr feminin de qnatre mani^res 



y Google 



54 GBAMMAIBE FBAK9AISE. 

1* Les Tins suivenfc la rtgle g^n^rale, c'est-i-dire ajon- 
tent nn e au mascnlin; ce sont les adjectifs qni sont ter- 
minus en ieur (ext^rieur, extx^rieure ; ant^rieur, ante- 
rieure^ etc.), et les adjectifs majeur, majeure; mineur, 
mineure; meilleur, meilleure ; 

2** D'autres changent eur en etiae (trompeur, trom- 
peuse; bondeur, bondeuse). Cette formation dnfeminin 
6st propre aux adjectifs ou substantifs d6riv6s de yerbes : 
la tenninaison eur j remplace celle du participe present 
ant. Ex. : mentant; menteur, menteuse; 

3** D'autres changent eure en eresse (vengeur, venge- 
resse ; enchanteuTy enchanteresse); 

4** D'antres enfin changent teur en trice (corrupteur, 

corrnptrice). 

[Obiginbs latinks. — On a deja va (§ 3i, 3°) Torigine de 
ces terminaisons ewse, eresse, trice, Cette derniere terrain aison 
(trice) est particuliere aux substantifs ou adjectifs termines en 
teur et venus de mots latins en tor, trix.] 

§ 51. Remarque III (r finale). --Les antres adjectifs 
termines par nne r snivent la regie g^n^rale ( addition 
d'nn e au f^minin). Senlement, si cette consonne est pr^- 
cid^e d'nn e au mascnlin, I'e prend nn accent grave au 
f^minin. Fx. : altier, alti6re; iier, fi^re; Stranger, 
6trangtoe. 

§ 52. Eemabque IV (c final). —Lee final d'un adjectif 
mascnlin prodnit au f^minin pinsieurs terminaisons : 

1<> la terminaison che.Ex. :sec, s^che; blanc, blanche; 
franc, franche; 

2** la terminaison que. Ex. : caduc, caduque; public, 
publique; turc, turque ; franc (quand il d^signc nne na- 
tion, et non nne quality), franque; 

B"* la terminaison cque dans nn seni mot : grec, grecque. 

[Origines LATiNES. — Si le c final donne au feminin les deux 
terminaisons che et que^ c^est que la tenninaison latine ca de- 
vient, en £ran9ai8, tantdt che^ tant6t que : 



y Google 



FISMININ DBS AUJECTIFS. — § 56. 55 

Elle devient en ginirel che, quand elle est pr^c^d^e en latin 
d'une consonne. Ex. : area, arcJie; furca, fourche: mvsca, mou 
che; bucca, louche; sicca, siche; 

Elle devient plat6t que. lorsqu'elle est prec^dee d'une voyelle, 
et dans lea adjectifs comme juridica, juridiquie; publicaypu- 
tlique ; veridica, vMdique, La terminaison que devait ^tre pref^- 
ree a la terminaison ce, comme conservant le son dur qu*a le c 
final du masculin public (qui se prononce publique). 

Quant au root grec, le c du mascnlin 8*y est mamtenn pour 
donner k Ve un son ouvert, et a cause de sa parents avec le q.] 

§ 53. Bemabque y [t finale), — lif finale des adjecti& 
mascalins se change en v devant Ve, signedn f^minin; ce 
qui donne la terminaison ve. Ex. : nenf, neuve; ftigitif, 
Ingitive; captif, captive; vif, Tive; bref, breve. 

[Obigines latines. — Dans les mots neuf, captif ^ fugitify vif^ 
bref, la consonne f vient de ce que le v latin s'est durci par 
suite de la chute de la voyelle finale qui n'^tait pas accentu^e, 
novuniy captivum, fugitivum, vivum, brevem. Mais le « latin re- 
parait au feminia parce qu^il est suivi d'une voyelle. II en est 
de m^me dans le substantif nerf, d'oti viwit I'adjectif ner- 
veux, etc.] 

§ 64. Remarque VI (g final), — Leg final des adjectifd 
maBcnlins prend nn u devant Ve dn fi&minin ; ce qni donne 
la terminaison gue. Ex. : long, longue. 

[* Obigines latines. — Cette addition de Vu a pour effet de 
conserver au g le son guttural du g latin (longus, longa)^ et 
d*6viter le sonj qua, par exemple, le g dans le substantif Zow^.] 

§ 55. Eemaequb VII fn finale). — L'n finale donne gne 
dans maligne> b^nigne (de malin, b^nin). 

[Obigines latines. — I/irregularit^ de la formation des fe- 
minins benigne, maligne n^est qu^apparente. Elle s'explique par 
Tetymologie latine : b^in, mOrlin viennent de benignum, mali- 
gnunif par la chute de la desineoce wmet du g; benigfie, mali- 
gne viennent regulierement de benignam, malignam.] 

§ 56. Remabque VIII (s finale). — Us finale donne ce 
dans fierce, feminin de tiers ; che dans fraiche, fdminin 
de frais. 



y Google 



56 GBAMHATBE! FRAN9AI8E. 

[Obigines latines et Histoirb. — - La terminaison latine tia 
deyient en fraD9ai8 ce : tertitty tierce; infardia^ enfance. Frais 
vient de la forme germaniqoe flresc latinisee en frescum; le fe- 
ininin fresca a donn^ d'abord flresche^ puis fratche,] 

§ 57. Bemarque IX (x final), — L'x fiDal des adjectifa 
mascalins se change ordinairement en s devant Ye da fSmi- 
nin ; ce qui donne la terminaison se, Ex. : enyienx, en- 
yiense; jaloax, jalonse. — Quelquefois Y$ se redouble. 
Ex. : rouxy rousse ; faux, fansse. 

Doux, fait an f&minin douce, P%ux, qui fiiit viell au 
mascnlin devant une Toyelle on une h mnette, fait au 
feminin vieille. 

Cette substitution, qui a lieu au fiiminin, de Vs double k 
Vx du mascnlin^ parattra naturelle, si Ton songe k Viqai- 
valence d^ji observ^e de Vs ei de Yx (Voy. § 37). 

[ ^HiSTOiRe. — De pins, dans PancieDne langne, on mettait a 
pen pres indifE6remment s, x on z. On dcrivait, par exemple, 
fin nes ; une vois (aujourd'hui, un neZy une voix). YieU 6tait la 
seule forme masculine de cet adjectif. ] 

FORMATION DU PLUBIEL DANS LES ADJECTIFS. 

§ 58. Regie gen^rale. On forme le pluriel des adjectift, 
comme celni des noms, en ajoutaat une s au singulier. 

II n'y a pas d'exception pour le pluriel du fiminin. 

Pour le pluriel du mascnlin^ il fautexcepter seulement: 

1** Tadjectif tout^ qui devient torn ; 

2^ les adjectifs terminus par une s on un a?, lesquels, 
comme les substantifs, ne subissent aucun changement. 
Ex. : dpais^ jaloux. 

Bemabque I. — Les adjectifs terminus en eau prennent 
un :r au pluriel. Ex. : beaux, noureaux. 
W en est de m6me de Tad jectif hihreu (les livres Mbreva). 
.Mais on ^crit bleus d'apr^s la r^gle g^n^rale. 

RESfABQUE II. — Les adjectifs terminus en al font leur 
pluriel en aux. Ex. : ^gal, egaux ; brutal, brutaux. 



y Google 



PLUKIBL DBS ADJEOTIFS. — § 59. 57 

L*Acad^mie n'admet qu'une exception, c'est le pluriel 
fataky qui n'est gu^re usit^. 

On peut citer comme n'ayant pas de pluriel masculin 
les adjectifs amical, colossal, filial, frugal, glacial, jovial^ 
maUnal, nasal, natal, naval, penal, etc. 

Eemaeque III. —• Comme pour les Bubstantife (§ 36), 
on a propose de supprimer devant Vs du plariel masculin 
le ^ final des adjectifs terminus par ent et an/. Rien n'aulo- 
rise cette suppression . On doit ^crire : prudents, constants, 

POSITIF, COMPAfiATIF ET SUPEELATIF. 

§ 59. Les adjectifs qnalificatifs peurent avoir plusienrs 
degr^s de signification : 

V le positif, qui indique la quality sans comparaison ; 

2* le comparatif, qui indique la superiority, Tinferio- 
rit6 on T^galite ; Z"" le superlatif, qui indique une quality 
port^e an plus haut degr6 ou h uu tr^s-haut degr-^. 

Les langues anciennesmarquaient le plus souvent le com- 
paratif de sup^riorite et le superlatif par un suffixe parti- 
colier. Le fran9ais marque ces degr^s de signification en 
mettant certains adverbes devant le positif. Ex.: ^ 

i<> Positif: saint (en latin sanctus); 

i*" Comparatif : Plus saint (en latin sanctior) ; moins 
saint; aussi saint; 

3** Superlatif: Le plus saint, TRis saint (en lat, sanc- 
tissimus). 

[Obiqines latines et Histoire. — Ces mots de positif, com- 
paratif et superlatif viennent de la graminaire latine {positivum^ 
comparativum, superlativum); ils s'appliquaient aux adjectiftt 
latins et grecs. La langue fran9aiKe ne possede en r^alite que 
trois comparatifs d'adjectifs, qui lui viennent tout formes du 
latin, et qui sont : 

Meilleur {meliorem)^ qui sert de comparatif k ban ; 

Five ipejor), pis (pejus), — a mauvais; 

Moindre (minor), — k petit, 

Le sens du comparatif est presqae efface dans les adjectifs 
Buivants; mais ils ne peuvent Itre precedes deplus: 



y Google 



58 GRAMHAIRE FRAN^AISE. 

MajeuTj mineury qui viennent des comparatif s latins majorentj 
minor em; 
Ant^ieur, post&rieur; du latin anteriorem^ posteriorem; 
CiterieuTf ulUrieur; — exterior em, ulteriorem; ! 

InUrieur, ext^ieur; — inte^Horem, exteriorem; 
InfMeuTf sup^rieur; — inferior em, superiorem; 
Plusiaurs; — f pluriores^ d6riv6 de plures, 

HiSTOiBE. — Autrefois, TAcademie f ran 98186 mettait un trait 
d'union entre Tadverbe tres et Tadjectif au superlatif . EUe Ta 
supprime dans son Edition de 1878.] 

Beharque. — La langae fran9ai8e aform6 qnelqneB sn- 
perlatifs en isstme. Ces adjectifisne sont nsit^s qne dans cer- 
tjsiines formnles de c6r^monie {amplissime, emtnentisstmey 
illu8trt8$tme,seremsstme)y on, an contraire, dans le Ian gage 
familier (richt8sime,ranssime, savantissimeytgnorantisstmey 

On a form^ de m^me le substantif ginef^alissime. 

[* Originbs latines bt Histoire. — Le suffixe issime est 
venu au fran^ais de Titalien, qui Ta emprunt^ du latin issimum, 
Ce suffixe 6tait plus usite dans Tancien f ran9ais qu*aujourd'hui: 
il est tr^s frequent dans les premiers monaments de la langue. 
D'ordinaire il est contracts en isme : santisme (tr^s saint, son- 
ctissimum), grandisme, etc. Malherbe, dans une de ses Lettres, 
dit ; « un grandissime », et Perrot d'Ablancourt : « II y avait 
un grandissime nombre de villes 2>. 

Mascarille est un fourbe, et fourbe fourbmime, (moliAre.) 
C'est k la fin du xyi<> siecle, quand la langue fran9ai8e. com- 
men9a k s^affranchir de rinfluence latine, que paraissent les 
premieres reclamations contre les superlatifs amsi formes : Le 
P. Bouhours, dans ses Entretiens d'Arisie et oEugine^ d^are 
ces superlatifs contraires au g^nie de notre langue. ] 

ADJECTIFS DfiTERMINATlFS. 

§ 60. II y a cinq espfeces d'adjectifs d^terminaUfs, c'est- 
&-dire d'adjectifs qni donnent anx snbstantifs an sens diter- 
mini (on a vn^ § 48, ce qu'on entend par sens determine) : 

!• Les adjectifs numiratix on noms de nombre; 

2® — poasessifs ; 

8® — dimomtraiife : 



y Google 



ADJECTIFS NUMISRAUX. — § 61. , 59 

4® Les adjeciifs interrogatifs et conjonctifs ; 
5® — indefinis. . 

1** ADJEOTIFS NtJM^EAUX OU NOMS DB NOMBRE. 

§ 61. On appelle noms de nomhre cardinaux ceux qui 
expriment la qnantit^ sans marqner Tordre (un, deux, 
dix^ cent/ mille^ etcj ; noms de nomhre ordinaux cenx 
qui indiquent , non la quantit^^ mais Tordre et le raog 
(premier, deuzi^me on second; dizi^me, centi^me, 
milli^me). 

[E TYMOLoaiE. — Le mot de nom de nomhre^ qui est rest^ aux 
adjectifs num^raux, vient de ce que les anciens grammairiens 
rangeaient Tadjectif lui-m^me parmi les noms : homen adjecti* 
vum. Les noms de nombre cardinaux [numeri cardinales) sont 
ceux sur lesquels la numeration tourne, en quelque 8orte,comme 
&ur des gonds (car dines). Les noms de nombre ordinaux sont 
ceux qui marquent Tordre, le rang (ordinem),] 

[ *Origines LATIN ES ET HiSTOiRE. — Lcs noms de nombre car- 
dinaux fran^ais, jusqu'a seize, viennent dee mots latins corres- 
pondants, la plupart fort contractus : 



uDy unum, 
deux, duoy 
trois. ti*es, 
quatre, quatuor^ 
cinq, quinque, 
six, sex. 



douze, duodecim, . 
treize, tredecvm^ 
quatorze, quatuor- 

decim, 
quinzO) quindedm^ 
seize, sedecim. 



sept, septem, 

huit (anciennement 

oit), octo , 
neuf , noverriy 
dix, decern, 
onze, undecim, 

Les trois derniers noms de nombre de la premiere dizaine 
sont des composes tout fran9ais : dix-septy dix-huit, diayneuf, 
Depuis vingt jusqu' ksoixante, les nombres oardinauxd^signant 
des dizaines s^expriment par un seul mot, qui vient du latin : 
vingt, vigintij I cinquante, quinquagintaf 

trente, triginta, soixante, sexaginta, 

quarante, quadragintay » 

Jusqu'^ la fin du xviii« si^cle on disait aussi : 

septante (septuaginta), aujourd'hui soixante-dix; 
ocisitite (octaginta), aujourd'hui quatre-vingts ; 
nonante (nonagintd), aujourd'hui quatre-vingt-dix. 
On dit encore aajourd*liui les Septanie (les soixante-dix tra- 



y Google 



no • ORAMMAIRB FEANgAISB. 

(iucteurB grecs de la Bible) et qiielquea provinces ont oonsenrd 
les mots septanie, octantey nonante,] 

§ 62. Les noms de nombre cardinanx sent en general 
invariabks. On ^rit les onze^ les dix mille, etc. 

Bemabque I. — Un prendle feminin (Fx. . unepersonne). 

Kehabque II. — Vingt et cent prennent le signe du 
plnriel quand ils sent pr6c6de8 d'un nombre qui les multi- 
pile; maisils ne le prennent pas quand lis sent suiTisd'un 
autre nombre^ ou lorsqu'ils ne sent pas multipli^ par le 
nombre qui les pr^cfede. Ainsi Ton ^crit : quatre-ving^s 
ans; quatre-vingt-deux ans; denx cents hommes;.deux 
centyingt bommes; nous partimes cinq cents... 

Cent prend encore le signe du pluriel quand il est em- 
ploy^ pour cen^ame.Cen'est plus un adjectif numeral, mais 
un substantif. Ex. : un cent d'oeufs ; deux cents de paille. 

Remarque III. — Mtlle^ adjectif numeral invariable, 
est distinct de mille, substantif, d^signant une mesure 
itin^raire. Ex, : trois milles d'Angleterre font k peu pr^s 
cinq kilometres. 

On ^crit mil, au lieu de mtlie, pour designer le mille- 
sime, c'est-4-dire la date de Fannie, quand la date com- 
mence par ce mot. Ex. : L'an mil huit cent soixante-seize. 

[• Origines latines kt HiSTOiRE. — Mil vient du latin mille; 
mUle du latin millia. Dans rancien £rai)9ai8, conform^ment k 
Tetymologie, on disait : mil hooiujes, et deux mille hommes.] 

Bemabque IY. — Million^ milliard, ne sont pas dea 
adjectifs uum^raux, mais des substantifs derives de mille. 
On dit un million, deux mi lizards ^ comme une huitaine^ 
deux dizaines, trois milliemes, etc. 

* Rbmabque V. — Onze^ onzieme se prononcent comme 
si ces mots ^taient precedes d'une h aspir^e : le onze du 
mois, la onzieme heure. 

[*Hi8T0iBE. — II n'en etait pas de mdme au xvii* si^ole. Van- 
gelas bl&mait ceux qui mettaient nne aspiration 4 oe^ moU tt( 
Corneille disait daiis Cinna : 

Feut-§tre que Votizieme est pi&te d*6clater.J 



y Google 



ADJECTIFS NUM]^EAIXX. — § 63. 61 

§ 63. Les noms de nombre ordinaux 8'accordent, comme 
tons les adjectifs, en genre et en nombre avec les snbstan- 
tifs auxquels lis se rapportent. Ex.: la premiere fois; les 
premiers hommes. 

Remarque I, — On forme les noms de nombre ordinaux 
en ajontant au nom de nombre cardinal correspondant la ' 
terminaison ieme, II y a exception pour un et deux, aaxqnels 
correspondent les noms de nombre ordinaux premier et «e- 
cond. On dit aussi deuxieme; mais second se dit de preference 
quand il est question seulement de deux personnes on de 
deux choseS; deuxieme se dit geulement quand il 7 en a plus. 

[Obiginss latines et Histoirb. — Cette terminaison (Ume), 
qui s'ecrivait primitivement iesme, vient du suffixe latin esi- 
mum, Ex. : Centesimumj centiesme (aujourd'hui centieme), 

* Premier et second viennent des mots latins f primarium, se- 
cundum; mais tons les nombres ordinaux qui suivent sont for- 
mes par Taddition du suffize ieme au nom de nombre cardinal 
fran^ais (trois-i^/we, quatr-i^me, dix-iime, etc.). L'ancien f ran- 
9ais avait gard^ du latin quelques autres noms dei nombre or- 
dinaux, par exemple : 
Tiers (de tertium)qm est restd dans les expressions suivantes : le - 

tiers Etai^ k tiers parti, un tiers {pom une traisi^e personne, 

une tierce personne, ou pour la 3* partie d'on tout); 
Quart (de quartum), qui est encore employ 6 par La Fontaine : 

« un quart voleur survint » ; et qui est Beste dans le mot un 

quart (la 4" partie d'un tout), et dans fievre quarte; 
Quint (de quintum), qu'on retrouve dans Charles-Qtim^, Sixte- 

Quint; 
Sixte (de sextum), none (de nonum), d^cime (de decimum), d'ou 

viennent les mots sixte musicahy nones, d^cime, dime* 
Le vieux fran9ais, au lieu de preww'e?', disait prime {de pri- 

mum), qui est reste dans les expressions iprime, de pi ime abord^ 

primesautier, de p/nme saut^ etc.] 

Remabque II. — Dans les nombres composes, les mots 
premie^^ second sont remplaces par unieme, deuxieme 
(vmgt'Jiai^me, vingt-devLXi^me); et la terminaison ieme 
ne porte que sur le dernier des adjectifs ^nonces. Ex,: 
cent quatre-yingt-dixi^me. 

Rekarque III.-- Cinq jjmte un u devant la termi- 
c. s. 4 

Digitized byVjOOQlC 



62 GBAMMAIBE FBAK9AISE. 

naison ieme (ciaqui^me), parce que la consonne q est 
toujours separee d*une vojelle par un u (§ 17). 

* Remarque IV. — JView/'donne le nom denombre ordinal 
neuviemej comme Tadjectif neufMi au fiSminin neuve (§ 53). 

* § 63 bis, Aax noms de nombre ordinanx se rattacbent 
les adjectifs nnmeraux qni snivent : 

1** Ge sont d'abord ceux qui indiquent les fractions de 
runit^, k savoir : demi, tiers , quart, cinquieme, sixieme, etc. 

[OttiGiNES LATIN ES. — Les trois premiers viennent du latin: 
dimidium, tertium, quartum ; les autres se f orment, comme les 
noms de nombre ordinanx, par I'addition dn suffize i^e au nom 
de nombre cardinal (§ 63^. ~ Les mots latins decimum, cente- 
simum ont donn^ des suostantifs indiquant des sous-multiples 
de l\init6 : cfecime, centime.] 

2*" Ge sont ensnite cenx qui indiquent les multiplica- 
tions de Tunite : double, triple, quadruple, etc. 

[Oriqines LATiNES. — Ces derniers adjectifs viennent tous 
du latin : double^ de duplicem; triple^ de triplicem; quadruple, 
de quadruplum; quintuple^ de quintuplum; sextuple, de sextu- 
plum; decuple, de decupliim; centuple, de centuplum^ 

2** ADJECTIFS POSSESSIFS. 

§ 64. Les adjectifs possessifs d^terminent les subs- 
tantifs en 7 ajoutant une id^e de possession. 

llscorrespondent aux pronoms personnels : moi, toi^ soion 
lui, elles; nous, vous, ils ou eux,e(les (Voy. plus loin, § 69). 

Les adjeetife possessifs sont : 

!• an singolier 3* an ploriel 

masculin, f4minin. des deux genres, 
pour la 1'® pers, du sing, mon ma mes 

— 2* — ton ta tes 

— 8* — son sa ses 

— V* pers, du plur. notre nos 

— 2* — Totre vos 

— 8^ — \t^nT leurs. 



y Google 



ADJECTIFS P0SSESSIF8. — § 64. 63 

[OBiaiNKs LATiNES ET HisToiRB. — Tous ces adjectdfis sont 
tires des adjectifs latins correspondants : 

Meum, meam; meos^ meas. 

Tuum^ tuam; tuos, tuas, 

Suum,suam; suos^suas. 

Nostrum, nostram; nosit*oSj nostras. 

Vostrurriy vostram; vostros, vosiras (formes arohaiqaes de 
vcstrum, vestram; vestros^ vestras). 

Leur vient du genitif pluriel illorum; aussi, dans Tancicn 
f ran^ais, ^tait-il invariable. On .disait : leur freres, leur enfantSy 
c*est-a-dire freres, enfants d'eux,] ' 

Bemabque I. — Bevant les noma et adjectifs f^minins 
commen^ant par une voyelle on une h muette, on se sert 
de mon^ ton, sow, au lieu de ma, ta, sa, pour ^viter Vhiatus, 
c est-k-dire la difficult^ de prononciation produite par la 
rencontre de deux voy^Ues. Ainsi Ton dit : mon ^toile, 
mon &me^ mon hnmeur, mon hnmble position. 

[ *HiST0iRE. — Get emploi de mon avec un eubstantif f^minin, 
amen^ par I'euphonie, forme un vrai soUcisme, que ne commet- 
tait pas Tancien fran^ais. Devant une voyelle, de m^me que 
nous elidons Va de l^article feminin (Vami^, Tancien fran9ais 
6Iidait Va de Tadjectif feminin possessif : m'amie, famie, s'amie, 
G'est par ignorance de cette regie qu'on a ecrit ma mie, ce que 
n'autorise I'orthographe d'aucune epoque. Amour etant aussi 
feminin, dans I'ancienne laogue, mime au singulier, on ecrivait 
m' amour (ma amour), Vaugelas {Remarque sur won, ton^ son) 
ecrit m*amfe, m' amour, et Moliere : « Allez, m'amour,,, » {Malade 
imaginaire),] 

EEMAEQtJE II. — On emploie I'adjectif vo^re an lien de 
ton, ta, en parlant k une seule personnC; ponr lui temoi- 
gner dn respect (Voy. § 69, Rem. VI). 

Bemarque III. — II y a d'antres adjectifs possessifs 
moins usit^s, qui sont : 

1« au singolier : S* an pinriel : 

Pour la 1'* pers, du sing, mien, mienne ; miens, miennes; 

— 2® — — tien, tienne; tiens, tiennes; 

— 3* — — sien, sienne; siens, siennes; 

7. 



y Google 



64 GBAMMAIR13 FBAN9AISE. 

3° ADJBOTIFS DEMONSTBATIPS. 

§ 65. Les adjectifs d^monstratifs d^terminent les sub- 
stantifs avec une id6e d'indication, soit qu'on montre des 
objets presents, soit qu'on rappelle cenx dont on a parle. 
Ce sont les sniyants : 

1« singnlier 2« plnriel 

masculin : f^inin : des deux genres : 

ce, cet ; oette ; ces. 

Rbmabqub. — Devant les noms et adjectifs masculins 
commen9ant par une voyelle ou une h muetle, on met cet 
au lieu de ce. Ex. : cet enfant, cet heureux ^v^nement. 

Devant les autres on met ce. Ex. : ce soldat, ce Wros. 

[ * Originks LATiNES ET HiSTOiRE. — L'adjectif d^monstratif 
etait au xi« siecle icest, qui s'est abrege plus tard en cest (comme 
id s'est abrege en ci); et cest est devenu c6t (orthographe^de 
Vaugelas), puis cety qui s'est encore affaibli en ce devant les 
consonnes, mais otl le t est 6tymoiogique, non euphonique. 

Icest venait du latin f ecdstum {ecce istum).] 

4** ADJECTIFS INTERROGATIFS ET CONJONCTIPS. 

§ 66. Le seul adjectif interrogatiY efit quel : 

1<* an masculin 2** an fdminin 

Singulier : quel, quelle. 

Pluriel : quels, quelles. 

Ex. : Quel chemin, quelle route dois-je prendre? 
Eemaeque I. — L'adjectif inlerrogatif devient con- 
joncttf qusLnd il est entre deux propositions : Ex. : Dftes- 
moi quelle route je dot's prendre, Mais il est facile de voir 
que cette phrase contient une interrogation indirecte, et 
r^pond k ces deux-ci : Qi^lle route dois-je prendre ? Dites- 
le-moi. 

Remarque II. — L'adjectif interrogatif est aussi excla- 
matif. Ex. : Quel beau spectacle I 
[*HiST0iRE. — L'ancienne Inngue avait nn autre adjectif 



y Google 



ADJECTIFS IND^F^NIS. — § 67. 65 

interrogatif, quantUme (c'est-4-dire k quel ordre numeriqt/e). II 
fi'est conserve jiisqu'a la fin du xvii« eiecle : « Je re sais k 
la quantUme visite ce fut» (Furetiere, Romafi hour geois),Ce mot 
ne s'emploie plus aujourd'hui que comme substantif : On dit le 
quantieme du mois.] 

5° ADJECTIFS INDEFINIS. 

§ 67. Lea adjectifs ind^finis d^terminent encore les 
snbstantifs, mais d'une manifere moins precise que les 
autres adjectife, 

Ces adjectifs sont : nn {masc), une {/em.) ; 

— an plur. des {pour les 2 genres) ; 

— aucun, nul ; 

— ^ m^me, autre; 

— certain, tel; 

— plueieurs, chaque; 

— quelque, quelconque; 

— tout. 

Remarque. — II ne faut pas confondre Tadjectif ind^- 
fini un avec le nora de nombre un, ni son pluriel des avec 
I'artlcle contracts fifes (pourcfe les). — Voy. § 44, Rem. II. 

Oriqines latines et HiSTOiRE. — I. L'adjectif indefini un, 
unCy vient du latin ununiy unarriy qui, dans la basse latinit^,* 
etait devenm synonyme de quemdam^ quamdam, 

II. On verra, dans la Syntaxes retymologie et le sens pri- 
mitif de I'adjectif aucun. 

III. M&me, qui a passe successivement par les formes me- 
dismBy medesme, meesme^ mesme, et qui n*est arriv6 k sa forme 
actuelle qu'apres une serie de contractions amen^es par la chute 
de la consonne mediane, vient du bas latin metipsimum, forme 
contractee elle-meme de f meiipsissimum. 

IV. Autre se disait, en vieux fran9ai8, altre (du latin alter, 
qu'on retrouve dans le verbe alUrer), — II a forme autrviy 
qui etait un cas regime et signifiait de cet autrBy a cet autre^ 
alteri huic); on disait autrefois Valtrui cheval (le cheval a un 
autre), De m^me celui etait le cas regime de ct7, nullui de nu/, 
cettui de cet (d'oii cettuici dans le sens de eelui-ci). Autrui est 
aujourd'hui un pronom qui ne s'emploie que comme comple- 
ment ; le bien d^ autrui (c.-a-d. d'un autre), — Voy. § 266. 

4. 



y Google 



6& 6RAMMAIBE FBAN^AISE. 

V. Ctrtain vient du latin cerium avec addition du suffixe ain; 
tel de talem ; maint a une origine celtique ou germanique. Plu- 
sieurs vient de f pluriores pour plures^ qui a perdu son sens 
de comparatif. Quelque est forme de quel {qualem) et de que 
{quern on quod) ;quelconque de qualemcumque ou quakcumque, 

VL L'adjectif chaqne ( anciennement chasque), vient de 
quisqve, qui a donne quesqne^ pais chesque, ehasque. Par Taddi- 
tion de Fadjectif un, il a forme le pronom c/iacun (ancienne- 
ment chasqu'wif quisque unus)j qui etait autrefois adjectif.] 



CHAPITRE V. . 

LE PRONOM. 

§ 68. Le pronom est nn mot qui tient la place du nom. 

[6ttmologie. — Le sens du mot pronom est donn6 par son 
ttymologie (pronomerij compose de pro, pour, et de nomen, nam).] 

II y a cinq espices de pronoms : 
V les pronoms personnels; 
2** — possessifs ; 

3^ — d^monstratifs ; 

4® — interrogatifs et conjonctifs ; 

5" — ind^finis. 

Remarque I. — II y a une 6troite parents, et, par 
suite, une grande similitude de formes entre la plupart 
des adjectifs d^terminatifs et des pronoms. On a m^me 
souvent confondu les quatre demiferes esp^ces {possessifs, 
demonstrati'fs, interrogatifsy conjonctifs), qui sont en r&silit6 
des adjectifs'pronoms^ c'est-i-dire, pour la plupart, des 
adjectifs devenus pronoms. 

Bemabque II. — II y a entre les adjectifs et les pro- 
noms cette diff(§rence essentielle que Tadjectif est toujours 
accompagn^ d'un substantif et que le pronom en tient 
lieu et n'y pent jamais Stre joint. 



y Google 



PRONOMS PERSONNELS. ~ § 69. 



67 



Ainsi, Ton distingnera I'fidjectif mon, et le pronom le 
mien. Ex. : 
C est mon livre (adjectif). 
A qui ce livre? — C'est le mien (pronom). 

r PBONOMS PERSONNELS. 

§ 69. Les pronoms personnels marqnent on la per- 
sonne qni parle (premiere personne), on celle k qui Ton 
parle (deuxieme personne)^ on bien la personne on la chose 
dont on parle (trotsieme personne). Ce sont les enivants : 



SingoUer. 

( je» 
1" personne : masc. et fim J moi, 

( me, 
( tu, 

2* personne : masc. et f^ } toi, 

( te, 



masculin, 
fhntnin,. 



il, 



3® personne., 



neutre. 



\ elle, 
-\ la, 

masc. et fem...\ ^!' 

' ( SOI, 

masc, fim. et \ 
neutre / 



Plurlel. 



nons. 



Tons. 

ils, 
eux. 

elles. 

(sans 
plwnel.) 
les, 
leur. 



se 
en 



Remarque I. — Les pronoms je, we, te, se, le, la ^lident 
lenr voyelle qnand ils sont suivis d*nn verbe commen9ant 
par une Toyelle, on des pronoms on adverbes en et y. Ex. : 
yatme, il m^aime, je t'aime, il Vappelle, il s'aime, il s'en 
va,yy vais. 

Remarque II. — Les pronoms fe, la, les se distinguent 



y Google 



68 GRAMMAIRE FBANgAISE. 

de I'article en ce que, an lien de preceder un nom, ils 
accompagnent nn verbe et representent nn nom dej.i 
enooc^. Ex, : Voici le (aiHicle) pere de votre ami. Je le 
(pronom) Tois. 

IIemarqub III. — II n'a pas encore ete question du 
neutre (c'est-^-dire dn genre qui n'est ni masculin ni f^mi- 
nio), parce que ce genro n'existe pas ea fran9aia pour 
les substantifs. On le retronvera plus d'une fois daus la 
suite de cette grammaire, surtout daus la Syntax e. 

Rbmaeque IV. — Leur signifie a eux, a elles; il se dis- 
tingue de Tadjectif possessif fewr en ce qu'il n'accompagne 
pas nn substantif et ne prend jamais le signe dn plnriel. 
Ex. : Voici des malheureux, il faut leur porter secours. 

Remarque V. — En signifie de Im, d'elle; deux^ d'elles; 
de ceiaet quelquefois de moi, de foz\ etc. F signifie a lut, a 
elle; a eux, a elles; a cela, etc. Ex, : J'aime cet enfant et 
j'en suis aime. II n'aime pas le jeu an point d*y donner 
tout son temps. 

Rebiarque VI. — On emploie vous pour tu an singnlier 
en signe de respect (Voy. § 64, Rem. II). 

Remarque VII. — Se, sot^ sont des pronoms r^fl^chis. 

[* Origines LATINES ET HiSToiRE. — Ego a donn^ d'abord 
eo, qu'on trouve dans les Serrnents de Strasbourg (842), puis to, 
jo J qui s'est afEaibli en je. 

Me, te, se; nos, vos [k I'accusatif) ont donne me, te, se, et 
moi, toiy sot; nous, vous, 

II, masculin, est venu de ille ou ilium; il, neutro, de illud ; elle 
de ilia ou iHam; la de iilam, 

Le pi Uriel masculin illi avait donne au vieux frangais t7/ 
mais la langue modeme a emprnnte ils a Taccusatif illos, qui 
a ausei donne deux autres formes : 1® els, qui a vocalise son I 
(eux) ; 2° los, dont I'o s'est affaibli en c (les), 

Lui derive de illuij qui est pour illi huic, et qu'on trouve 
deja dans une inscription romaine; leur de illorum; y, de ibi; 
en (qui dans le vieux frangais s'6crivait ent) de inde, comme 
sow>ent de subinde,] 



y Google 



PRONOMS D^MONSTRATIFS. — § 71. 69 

2^ PBONOHS POSSESSIFS. 

§ 70. Les pronoms posBessifs sont : 

l"" qnand il s'agit d'nne seule personne : 

SingDUer Plnrlel 

masculin, feminin. masculin, fimimn. 

Vipers, le mien, la mienne, les miens, les miennes, 

2® — le tien, la tienne, les tiens, les tiennes, 

3« — le sien, lasienne; les siens, les siennes; 

2^ qnand il s'agit de plnsienrs personnes : 

1 '** pers. le n6tre, la notre, les ndtres, 

2e — le T6tre, la vdtre, les v6tres, 

3« — le lenr, la lenr ; les lemrs. 

Bemabque. — On emploie le pronom le vdtre, an lieu de 
U tien, en parlant a nne seule personne, pour lui t^moigner 
du respect (Voy. § 64, Eem. II; § 69, Rem. VI). 

[* Origines latines etHistoirb. — J/ ten, tien^ sien viennent 
de nieum, tuum^ suum^ comme les adjectifs mon, ton, son^ dont 
ils sont des formes adoucies. 

Quant k vdirSy ndtre, ils viennent de nostrum^ vostrunif 
comme les adjectifs notre^ votre : les uns et les autres se sont 
Merits, pendant tout le xvii* siecle^ nostre, vostre. S'il y a au- 
jourd'hui une difference d'orthographe en Ire Padjectif et le 
pronom, c^est pour marquor la difference de place de l^accent 
tonique : quand notre est adjectif, I'intensite de la voix se porte 
8ur le mot suivant (Ex. : notre pays, notre teirey etc.); c'est tout 
leeontraire, quand notre est pronom {Ex» : ce pays est le ndtre; 
cette terre est la notre , etc.).] 

3** PRONOMS DEMONSTBATIFS. 

§ 71. II n'y a, en realite, qu'un pronom demonstratif, 
qui est : 

An singalier An pinriel 

celui, celle, ce; ceuz, celles. 

Digitized byLjOOQlC 



70 GBAMMAIBE FBAN^AISE. 

MaiSy par I'addition des particnles ci et M, on forme de 
nouyeanz pronoms d^monstratifs. 

Singnlicr Flnriel 

celui-ci, celle-ci, ceci; ceux-ci, celles-ci, 

celui-1^, celle-1^, cela; ceux-la, cellea-lii. 

Les pronoms auxqnels on adjoint ci indiqnent des per- 
'^onni'S on des choses rapproch^es ; eeux anxquels on 
adjoint Id, indiqnent des personnes on des choses eloignees. 

Kemarque. — Ces deux particnles s'nnissent par on trait 
d'linion anx pronoms masculins et f^minins celui^ celle, etc. 
{celui-ci, celle-ld), et forment denx mots simples avec le 
pronom nentre ce (ceci, cela). II en resulte qne, dans ce 
dernier mot; la particnle la perd son accent. 

[ * Obigines latin es et Hjstoire. — Ce, pronom neutre, est 
distinct par retymologie de Tadjectif demonstratif masculin ce 
(§ 65) ; ce, neutre, vient de ecce hoc, qui a doune succeesivement, 
i(^o, go, ce, — Celui, icelui etait, dans le vieux fran9ai8, le cas 
regime de cil (plus anciennement icel), de m^me que autrui 
etait le cas regime de alb^e (Voy. § 67). Icel, icelle viennent de 
f ecciVum, ecdllam; iceux, plus anciennement icels, de f eccillos 
(ecce ilium, illam, iUos). Racine, parodiant le langage de la 
vieille procedure, a dit dans les Haideurs : 

De ma cause et des f aits reoferm^s en icelle,} 

4** PBONOMS CONJONCTIFS OU RELATIFS 
ET PBONOMS INTBRROGATIFS. 

§ 72. Les pronoms conjonctifs servent k joindre nn 
membre de phrase k un antre. On les appelle d^um pronoms 
relatifs, parce qu'ils ont rapport a nn nom ou pronom plac6 
devantet appele antecedent. Ex. : L'homme on ce/wa qui... 

[Ettmolooie. — Le sens de ces deux mots est donn^par leur 
(Jtymologie : Conjondi/ vient de conjunclwum,^Myk de con- 
jungere, jungere cvm, joindre avec;. re/af//, de relativum, 
d6riv6 de relatunij supin de referre, rapporter; antMdent de 
ariecedentem, qu^ va devant.] 



y Google 



PRONOMS CONJONCTIFS. — § 73. 71 

Les pronoms conjonctifs on relatifs sont : 
1* Pour les trois genres et les denx nombres : 

qni, qne, ou. 

dont, quoi^ 

[Origines latines et Histoire. — Qui vient du latin gut; 
iequel^ de ilium qualem; que, de quam; quoif de quid; ou de 
ubi (outj dans Fancien fran9ais. Ex. : o: Le chemin par out je 
venais »). Dont vient de de vnde (Voy. § 259, Hist.).] 

2'' Ayec diverses modiiications^ selon les genres et 1^ 
nombres : 

Singnlier Pluriel 

masc. fern, masc. fern. 

leqnel, laqnelle^ lesqnels, lesqnelles, 

duquely de laqnelle, desqnels, desqnelles^ 

anqneli k laqnelle, aaxquels, , auxqnelles. 

Ebmabque I. — Dont j^'emploie pour de qui, duquel, de 
laquelie; desquels, desquelks; de quoi. Ex, : 

Voici rhomme dont je vous ai parle. 
Yoici la femme dont je yous ai parle. 
Bappelez-Yons ce dont je toqs ai parle. 

Remarque II. — Ou est nn adverbe qui s'emploie 
comme pronom dans le sens de dans lequel^ vera lequelj ou 
dans laquelie, vers laquelie, etc. Fx. : La maison d'oii je 
sons; le lieu oti je suis; le but oti je tends. 

§ 73. La plupart des pronom<* conjonctifs ow, relatifs 
s'emploient aussi comme pronoms interi^ogatifs. Ex. : 

Qui yient? Voici deux pommes : laquelie 

Que dites-Yous? choisissez-Yous? 

A quoi pensez-YOus? 

Dont ne s'emploie jamais interrogatiYement. Son syno- 
nyme, de qui, s'emploie moins souYent que dont comme 
conjonctif, mais le remplace comme interrogatif^ et ne se 
dit que des personnes. 



y Google 



72 GRAMMAIBE FRAK9AISE. 

[* HiSTOiRB. — Dans Tancienne langue, dont s'employait 
interrogativement dans son sens etymologique {d^oii), Ex. : 
« Dont vient si bele dame V Dont estes-vous nee ? > [Roman de 
Berte, xiii» siecle).] 

5® PRONOMS IN;)^FINII. 

§ 74w Les pronoms ind^finis sont : 
Autrui; Quiconque; 

Chacnn; Rien; 

On; L'dd, Tautre; et, 

Personne; au pluriel : les uns, 

Qnelqn'un; les antres. 

Eemarqub I. — Personne, employ^ comme substantif, 
est f(§minin et pent avoir un plariel {Ex. : ce sont des 
personnel parfaites). Comme pronom ind^fini, il est tou- 
joors du masculin singulier {Ex. : personne n'est parfait), 

Remarque IF. — Un ne s'emploie qu'au singulier comme 
adjectif numeral (Voy. § 67, Rem.); comme pronom, 11 a 
un pluriel. On dit : les uns, les autres; quelques-uns. 

[Origines latin es et Histoire. — 1. Fersonne vient de per- 
sona, r6Ie, personnage. / 

2. On vient de homo. II s'est ^crit successivement Vhoms, 
Vhomy 1 om, Von, comme il s ecrit encore aujourd'hui apr^s una 
voyelle, pour ^viter un hiatus (§261, Rem. I). Ce mot 6tait done 
& Torigine un substantif . 

3. II en estde mtoe de nen, qui vient de rem^ et qui s'em- 
ploie encore substanlivement dans la locution u/i rien (on disait 
autrefois, en souvenir du genre du mot latin, une rien). Mais 
«vec le temps le rdle de ce mot a change dans la langue, comme 
celui de on et de personne ; il est devenu pronom indefini. 

4. On a vu, atuc adjectifs ind^finis (§ 67), Tetymologie de 
chaque, guelque^ autre , dVii viennent chacun, gwdgu'Mn, autrui,] 



y Google 



LE VERBE. — § 77. , 73 

CHAPITRE VI. 

LE VERBE. 
r*' Section. — du verbe et db bes dipfebentes espiSices. 

§ 75. Le verbe exprime I'^tat on Taction : 
1^ L'^tat dans leqnel se tronve la personne on la chose 
que designe le sujet (nom on pronom). 
Ex.: II 6.v^malade. 
2® L'action. Ex. : Je pars. 

[6tymologib. — Verhe vientdu latin verfeww, mot^ "parole; 
c'est, en quelque eorte, le mot par excellence.] 

§ 76. On appelle verles actifs ou transitifs cenx qui 
expriment nne. action s'exergant directement sur nne autre 
I)ersonne ou nne autre chose que le sujet ; et le mot qui 
designe cette personne ou cette chose s*appelle comjpUment 
direct. Ex. : Pierre aime Paul. — {Pien^e, sujet; aime, 
verbe; Pauly complement direct.) 

[Etymologie. — Actif vient du latin activum, qui agit ; tran- 
sitif, de transitwuvi,^ qui passe d'un endroit k un autre, c'est-ii- 
dire dont Paction passe du sujet sur le complement.] 

Quand Taction retombe sur le sujet lui-m^me, le verbe 
s'appelle verhe reflechi, Ex. : il se loue. — {II, sujet; se, 
complement direct; fow^p, verbe.) ^ 

Qnandle sujet, aulieu d'exercer Taction,la supporte, le 
verbe est dit verbe passif. Ex.: Paul est lou6 par Pierre. 
— {Pauly sujet; est lauS, verbe; par Pierre, complement.) 

La plupart des verbes actifs peuvent devenir reflec/n'set 
passifs. 

§ 77. On appelle verbes neutres ou intransitifs ceux qui 

OOURS SUP, 5 

Digitized by VjOOQIC 



74 GRAMHAIRE FEAN9AI6E. 

expritnent un 6tat, ou bien une action qui ne s'exerce pas 
directement sur un objet. Ex, : le cheval part. — {Le 
cheval, sujet; part, verbe nentre.) 

Les Terbes neutres ne peuvent ayoir de complement 
direct; mais ils ont sonvent an complement indirect, qui 
est g6n6ralement nni an verbe par une proposition. Kv, : 
Get enfletnt oMit 4 ses parents. 

Les verbes neutres. n'ont pas de passif. Qnelques-nns 
l)euvent devenir refl4chis. Ex. : Se nuire^ se plaire. 

ffiTyMOLOGiB. — Keutre vient de neutrum^ m Vun ni Vaiilre^ 
c'est-^dire qui n'est ni actif ni passif.] 

§ 78. Adx verbes neutres se rattachent les verbes imper- 
sonneli, c'est-i-dire cenx qui^ en g^nOral; n'ont pas poor 
Bujet le nom d'un ^tre determine, et ne s'empbient qu'a 
la troisieme personne dii siagolier avec le pronom neutre 
et ind6termin6 »V(§69). Ex,: il pleut, il tonne, il 
importe, etc. 

Les autres verbes ont trois personnes pour le singulier, 
trois poor le pluriel. Ces personnes sont marquc^es au sin- 
gulier par les pronoms suivants : 

Singulier. Pluriel. 

V^ personne : je, nous, 

2* — tu, vous, 

d« — il, elle, ils, elles. 

La 8® pei%onne est aussi marqu6e par un nom , comme sujet. 

§ 79. En rOsumO^ il j a deux esp^ces de verbes : 
V les verbes actifs ou transitt'fs, qui peuvent en g6n0ral 
devenir verbes passif s et verbes reflichis; 

2* les verbes neutres ou intransitifs, auxquels se rat- 
tachent les verbes impersonnels. 

§ 80. Dans ces deux grandes classes rentrent deux 
verbes qui ont une importance particulifere : etre et avoif\ 

En effet etre est un verbe neutre, avoir un verbe actif, et 
ils ont chacun un sens propre {exister^ possider). Oes deux 
verbes ont de plus, en fran9ais comme dans plusieurs lan- 



y Google 



KAinCAL ET TERMiNAISON». — § 81. 75 

gues moderneSy la propri^te de servir k la conjugaison 
des autres verbes et d'entrer dans la formation de certains 
temps. De 1^ lenr nom de ve7^bes auxiliaires ei la n^cessite 
de les 6tndier s6par6ment et ayant tons les antrea (Voy. 
§§ 92 et 93). lis ne sont anxiliaires qne lorsqn'ils sont 
accompagn6s dn participe pa8s6 d'nn autre verbe. Lors- 
qn'ils sont employes eomme anxiliaires, c'est-^-dire lors- 
qn'ils servent k la conjugaison d'un autre rerbe, avoir et 
etre perdent leur signification propre (posseder, exister)-, 
ce ne sont plus que des signes qui indiquent un temps. 

Aux verbes etre et avoir il faut adjoindre, comme anxi- 
liaires : 

1* Les Terbes aller et devoir qui, joints k un infinitif, 
perdent lenr sigoiiication ordinaire et forment de y^rita- 
bles futurs (je vais,fallats partir; je dois, je devais partir 
demain) ; lis donnent k notre langue sa seule forme d'infi- 
nitif et de participe futurs : aller partir, devoir partir; allant 
partir, devant partir ; 

2^ Le yerbe venir, qui, suivi de la proposition de et d'un 
infinitif, forme une sorte ie par fait ind/fini, ayec la nuance 
d*un accomplissement tout recent de Taction indiquOe par 
le yerbe. Ex. : Je viens de renfrer. 



BADICAL ET TEBMINAISONS. 

§ 81. Le radical est la partie essentielle du mot, celle 
qui en indique le sens ; 11 est en ginivil inyariable dans 
les diflKrentes formes que prend le yerbe selon les temps, 
les modes, les personnes, etc. 

Le radical est inyariable dans les yerbes rOguliers des 
conjugaisons en er, en «r et en re. II est sujet k quelqnes 
modifications, qui seront expliqnOes plus loin, dans les 
yerbes en oir et dans les yerbes irrOguliers. 

Les terminaisons, au contraire, sont essentiellement ya- 



y Google 



76 OBAHUAIBE FBANgAXSE. 

riables : leurs variations indiquent \eBtemps,leB modes, Xa^ 
nombresy les genres^ les personnes. Ex, : 

![tadical Terminaisons 

(J*) aim e (1" personne du singulier), 

(Tu) aim es (2« — — ). 

(Il,elle) aim e (3« — — ). 

(Nous) aim ens (1'® personm du pluriel). 

(Vous) aim ez (2® — — ). 

(lis, elles) aim ent (3® — — )• 

TEMPS ET MODES. 

§ 82. Les temps marqnent les ^poqnes auxqnelles se rap- 
porte r^tat on Paction qu'exprime le verbe. 

11 y a trois temps principanx : 

V Le prisent, qui indique qu'une chose est on qu'un 
fait s'accomplit. Ex. : Je lis ; 

2^ Le passe, qui indiqae qu'un fait a iti accompli. 
Ex.:ielus; 

3° Le fuhcr, qui indique qu'une chose sera ou qu'un 
fait s'accomplira. Ex, .* Je lirai. 

§ 83. Mais deux de ces temps principanx (le passi et le 
futur) admettent des subdivisions ou temps secondaires. 

II y en a cinq pour le passe, savoir : 

1. Yimparfait (Je lisais); 

2. le par fait defini (Je lus) ; 

3. le par fait indefini (j'ai lu) ; 

4. le par fait anterieur (J'eus lu) ; 

5. le plics-que-parfait (J 'avals lu). 

II y en a deux pour le futur, savoir : 

1. le futur proprement dit (Je lirai) ; 

2. le futur anterieur (j'aurai lu). 



y Google 



TEMPS. — § 85. 77 

§ 84. Touted ces snbdiyisions indiqnent des nuances 
qu'il est bon de preciser ; 

1, li'imparfait indiqne nne action pass^e, 
mais qui ne Tetait pas an moment ou 
nne autre s'accomplissait. Ex. : Je lisais^ 
onfetais absent quandvom etes venu. 

2. Le parfcut defint indiqne nne action 
accomplie k un moment d^termin^. 
Ex. : // revint hier; nous fime$ alors 
de grands efforts. 

8. Le parfait indefint indiqne nne action 
accomplie k nn moment ind^termine. 
1* Passe. ( Ex. : J'ai perdu ma montre; qui a ou- 
ve7't la fenetre? 

4. Le parfait anterieur indiqne nne ac- 
. tion non-senlement accomplie, mais 
encore qui en a pr^ced6 nne autre. 
Ex. : Quand feus contemple ce spec- 
tacle, je nCUoignai. 

6. Le plus-que-parfait indiqne nne ac- 
tion passee^et qui I'^tait dej4 quand 
nne autre s*est accomplie. Ex. : J'etais 
dija parti quand il est venu. 

L Le futur indiqne simplement une ac- 
tion k venir. Ex. : Je partirai demain, 
2* FUTUR. ) 2. Le futur anterieur indique une action 
k Tenir, mais qui en precc^dera une 
autre 6galement k venir. Ex. : Je 
serai parti quand il arrivera. 

§ 86. De ces huit temps, quatre sont des temps simples 
(le prdsent, Vimparfatt, le parfait d6fim\ le futur); les 
quatre antres (le parfait indefini, le parfait anterieur, le 
plus-que-parfait et le futur anterieur) sont des temps com- 
posdSy c'est-^-dire dans lesquels entre un auxiliaire {avoir 
poor les verbes actifs, avoir ou etre pour les yerbes 
neutres). 

Digitized by VjOOQIC 



78 GRAMMAIRB FRAN5AISB. 

§ 86. Les modes sont les diffiSrentes mani^res {modiea, 
latin) de presenter Taction indiqn^e par les temps dn verbe. 

II y a en frangais six modes : 

1® IVn^ica/e/s'emploie pour. dire qu'une chose se fidt, 
s'est faite^ on se fera ; on bien an contraire qn'elle ne se 
fait pas, n'a pas ^t^ faite on ne se fera pas. Ex. : je lis; Je 
las; je lirai; je ne lis pas; Je ne lus pas, etc.; 

2** Yimperatif s'emploie qnand on commande on qn'on 
prie de la faire on de ne pas la faire. Ex. : lisez; ne 
lisez pas; 

3" le suhjonctif%^Gavp\o\Q qnand on vent montrer qne 
cette action depend d'nne autre^ exprimee en g^n^ral par 
nn autre verbe ; ie subjonctif est uni h. ce verbe par la 
coDJonction que (conjonction qui ne fait pas partie inte- 
grante dn subjonctif, et peut ne pas I'accompagner, comma 
on le yerra dans la sjntaxe, § 298). '^or..* je donte que 
vous lisiez; je yenx que vous lisiez; 

4° le conditionnel s'emploie qnand on vent indiquer qne 
I'accomplissement d'une action est ou 6tait sonmis k qnelque 
condition. Ex. : Je lirais, si j'avais de la bmi^re; 

5** Yinfinitif exprime T^tat on Taction d'ane maniire 
vague, sans designation de nombre ni de personne. Ex.: lire ; 

6*^ le participe, comme son nom Tindiqne, tient ^ la fois 
du Terbe et de Tadjectif. 

§ 87. Ce dernier mode tient dn verbe, en ce qu'il indi- 
que Tetat ou Taction, marque le temps et peut avoir nn 
complement direct ; il tient de Tadjectif, en ce qn'il qua- 
lifie ou determine nn substantif et sonvent s'accorde avec 
Ini, en genre et en nombre. 

On distingue le participe present (ft*appant) et le pai;- 
cicipe pass6 (f!rapp6, ayant f!rapp6). 

II n'y a pas, en fran5ais, de forme sp^ciale pour le joar- 
iicipefutur. Pour rendre cette id^e, on se sert deTinfinitif 
du verbe precede du participe present des verbes aller et 
devoir {ailant frapper^ devant frapper). — Voy. § 80. 



y Google 



TABLEAUX DES CONJUGAISONS. — § 91. 79 

§ 88. Les quatre premiers modes s'appellent modes 
personnels, parce qn'ils admettent la distinction des per- 
sonnes. Les denx antres, Yinfinitif et \% particvpe^ s'ap- 
pellent modes impersonnels, 

2® Section. — tableaux dbs oohjugaisons. 

§ 89. Exciter ou ecrire de suite les diff^rents temps et 
les diflKreiits modes, avec les personnes et les nombres des 
modes personnels, cela s'appelle conjugmr, 

II y a en fran^ais quatre conjagaisons differentes, qne 
Ton distingue par la terminaison de Yinfinitif prisent. 

La l""* a rinfinitif termini en er, comme aimer; 

La 2® a i*infinitif termini en ir, comme finir; 

La 3* a Tinfinitif termini en oir, comme recevoir; 

La 4** a Tinfinitif termini en re, comme rendre. 

§ 90. La plus usltie est la 1''% qui comprend environ 
les quatre cinqui^mes des verbes fran9ais et qui sert en- 
core aujourd'hui k former des verbes nouveaux. 

La conjugaisonen ir compte environ 350 verbes^ dont 
le nombre est encore sujet k s'accroitre. 

II n'j a qu'une trentaine de verbes dans la conjugaison 
en oir^ et une soixantaine dans la conjugaison en re. 

A la diff(§rence des autres conjugaisons, qui vivent 
encore et poussent des rejetons, les deux derni^res peuvent 
^tre considiries comme des conjtigaisons mortes. 

§ 91. Nous aliens donner successivement les modWes 
des verbes reguliers des quatre conjagaisons, en les faisant 
preceder des auxiliaires avoir et etre, qui entrent dans la 
formation de quelques temps des autres verbes. 

Ges modeles seront suivis des remarques auxquelles 
donne lieu chacune de ces conjugaisons. 

N. B. Dans ces tableaux, les temps sont presentis vbrti- 

CALT5MBNT, et ks MODES sur UUS ligm HORIZONTALE. 



y Google 



80 



GRAMMAIRE, FRANfAISB, 



§92. 



Verbe 



I* TEMPS 



Mode indicatif 



Present. 



J'ai. 
Tuas. 
II ou elle a. 
I Nous avons. 
Vous avez. 
lis ou elles ont. 



Imparfait. 



J'avais. 

Tu avals. 

II ou elle avait. 

Nous avioDS. 

Vous aviez. , 

lis ou elles ayaient. 



Parfait 
d^fini. 



J'eus. 

Tu eus. 

II ou elle eut. 

Nous etlmes. 

Vous efttes. 

Us ou elles eureut. 



Futur. 






aurai. 
Tu auras. 

ou elle aura. 
Nous aurons. 
Vous aurez. 
lis ou elles auront. 



Mode imperatif 



Aie.. 

Ayons. 
Ayez. 



Mode snbjonctif 



Que jaie. 

Que ta aies. 

Qu'il ou qu'elle ait. 

Que nous ayons. 

Que vous ayez. 

Qu'ils ou qu'elles aient. 



Que j'eusse. 

Que tu eusses. 

Qu'il ou qu'elie eti. 

Que nous eussions. 

Que vous eussiez. 

Qu'ils ou qn'ellfts eussent. 



2° TEMPS 



Mode indicatif 



Parfait 
ind^fini. 



J'ai eu. 

Tu as eu. 

II ou elle a eu. 

Nous arons eu. 

Vous avez eu. 

lis ou elles ont eu. 



Parfait 
antirieur. 



J'eus eu. 

Tu eus eu. 

II ou elle eut eu. 

Nous eftmes eu. 

Vous cfttes eu. 

lis ou elles eurent eu. 



Plus-qu8- 
parfait. 



J'arais cu. 

Tu avnis ou. 

II ou eJle jivait eu. 

Nous avions eu. 

Vous aviez eu. 

lis ou elles avaient eu. 



Fulur 
anliTJeiir. 



J'aurni eu. 

Tu aui-as en. 
I II OM elle aura eu. 
I Nous aurons eu. 

Vous aurez eu. 
\ lis ou elles auront eu. 



Mode imperatif 



Aieen. 

Ayons eu. 
Ayez eu. 



Mode subjonctlf 



Que j'aie en. 

Que tu aies en. 

Qn'il ou qu'elle ait eu. 

Que nous ayons eu. 

Que vous ayez eu. 

Qu'ils ou qu'elles aient eu. 



Que jeiisso eu. 
Que tu eiisses eu. ' 
Qu'il ou qu'elle efit eu. 
Que nous eussions eu. 
Que vous cussicz eu. 
Qu'ils ou qu'elles eussent en. 



yGoOgi 



VEEBE ADXILIAIEB AVOIR. — § 92. 

auxiliaire AVOIR. 



81 



— 


SIMPLES. ll 




Mode coQditionnel 


Mode inflnitif 


Mode partlcipe 




J'aurais. 

Tu anrais. 

11 ou elle aiirait. 

Nous auriong. 

Voas auriez. 

Ilfl on elles auraient. 


Avoir. 


Ayant. 






• 






















COMPOSES. II 




Mode conditionnel 


Mode innnitif 


Mode partlcipe 




J'aurais en ou j'eusse eu. 
Ta aurais en ou tu eosses eu. 
11 ou elle aurait en ou ett eu. 
Nous anrions en ou enssions eu. 
Vous anriez eu ou eussiez en. 
lis ou eHes auraient eu ou enssent eu. 


Avoir eu. 


Ayant eu. 



























y Google 



82 



GRAHMAIRE FBAN9AISE. 



§ 93. — Verbe 



I* TEMPS 



Mode iac'icitif 



PresGDt 



Je snis. 

Tues. 
I II ou elle est. 
I Nous sommes. 

V0U8 etes. 

Us ou elles sont. 



Imparfait. 



J'^tais. 

Til 6tai8. 

II ou elle etait. 

Nona ^tions. 

V0U8 6tiez. 

lis ou elles ^t»i>nt. 



Parfail 
defini. 



Je fns. 
, Tu fus. 
) H ou elle fat. 
j Noiis fdmes. 
' Vous f fttes. 
, lis ou elles fnrent. 



Fulur. 



Je serai. 
. Tu seras. 
I II ou elle sera. 
) Noas serons. 

Vous serez. 

lis ou elles seron^. 



Mode imperatif 



Sois. 

Soyons. 
Poyez. 



Mode snbjonctif 



Que je sois. 

Que tu sois. 

Qu'il ou qn'eUe soit. 

Que nous soyons. 

Que vous soyez. 

QuMls ou qu'eUes soient. 



Que je fusse. 

Que tu fusses. 

Qu'il ou qu'elle fdit. 

Que nous f nssions. 

Que vous fussiez. 

Qu'ils ou qu'elles fussent. 



2» TEMPS 



Mode indicatif 



Parfait 
indeflni. 



J'ai 6te. 

Tu as 6U. 
I II ou elle a et^. 
I Nous avons €t6. 

Vous avez 6td. 

lis ou elles ont ^t6. 



Parfait 
anlerieur. 



J'eus et6. 

Tu eus 6t6. 
I II ou elle eut et^. 
I Nous efUmes 6t6. 

Vous edtes ^. 

lis ou elles eurent 6t6. 



Mode imperatif 



Mode snbjonctif 



Que j'aie §t^. 

Qne tu ales 6t^. 

Qu'il ou qu'elle ait ^t^. 

Que nous ayons 6t6, 

Que vous ayez dt6. 

Qu'ils ott qu'elles aient 6te. 



Plus-que- 
parfait. 



J'avais ^t^. 

Tu avais 6t^. 

II ou elle avait ete. 

Nous avions 6t4. 

Vous aviez ct6. 

Us ou elles avaient 6te. 



Que j'eusse et^. 
Que tu eusses et^. 
Qu'il ou qu'elle eftt 6t^. 
Que nous eussions it6. 
Que vous eussiez m, 
Qu'ils ou q u'elles eussent 6t^. 



FiiUir 
anlerieur. 



J'aurai 6t6. 

Tu auras etd. 
I II ou elle aura ete. 

Nous aurons et6. 

Vous anrez ^t^. 
, lis ou elles auront i'U'\ 



Aie dt^. 

Ayons etc. 
Ayez et<i. 



T5igi!ize§T7v!5^ 



VERBB AUXILIAIBE ETRB. 

auziliaire £trE. 



§ 93. 



SIMBLES. 



Mode conditionnel 


Mode infiniUf 


Mode participe 


Je serais. 

Tn serais. 

11 ou eUe serait. 

Nons serious. 

Vous seriez. 

IlB ou elles seiraient. 


fitie. 


itant. 






• 















COMPOSES. 



Mode conditionnel 


Mode innnitif 


Mode participe 


J'aurais 6t6 ou f eusse 6t6. 
Tu aurais 6t6 ou tu eiisses 6t6, 
n ou elle aorait 4sb& ou ett 4sbe, 
Nons aurions 6t6 ou cusalons ^t6. 
Vous aniiez ^ ou eussiez ^. 
lis <w elles aniaient etd o« euflsent et^. 


Avoir 6t6 


Ayant 6t6. 






• 






1 

i 







y Google 



84 



GRAMMAIRE FRAN9AISE. 



§ 94. — V conjugaison. 



i« 



Mode indicatif 



Present. 



(3* 

Itu 

111 ou elle 

jNous 

fVous 



aim e. 
aim es. 
aim e. 
aim ons. 

aim ez. 



^ lis ou elles aim ent. 



J* 

Ta 

II ou elle 



Imparfait.ffi- 
fVous 



aim ais. 
aim ais. 
aim ait. 
aim ions, 
aim iez. 



\IIs ou elles aim aient. 



Parfait 
d^fini. 



iJ' 
Tu 
II ou elle 
Nous 
Vous 



aim ai. 
aim as. 
aim a. 
aim &mes. 
aim &tes. 



vHs <m elles aim 6rent. 



Fulur. 



ITi 

III 



Tu 

ou elle 
J Nous 
fVous 



aim er ai. 
aim er as. 
aim er a. 
aim er ons. 
aim er < 



\ lie ou elles aim er ont. 



Mode imp6ratif 



Aim e. 



Aim ons. 
Aim ez. 



Mode subjoniiif 



Que j' Jiini e. 

Que tu aim cs. 

Qu'il ou qu'elle aim v. 
Que nous aim ious. 

Que vous aim iss. 

Qu*ilso«qu'elles aim ent. 



Que j' aim osso. 

Que tu aim asses. 

Qu'il ou qu'elle aim &t. 
Que nous aim assious. 

Que vous aim assiez. 

Qu'ilsottqu'elles aim assent. 



2<» TEMP8 



Mode indicatif 



Mode imperatif 



Mode subjonctif 



Parfait 
ind^fini. 



(J'ui 

ITu as 

)I1 ou elle a 

JNous avons 

f Vous avez 

\Ils ou elles ont 



>aim6. 



Que j'aie 

Que tn aies 

Qu'il ou qu'elle ait 

Que nous ayons 

Que vous ayez 

Qu'ils ou qu'elles aient 



J'eus 
Ti p -. |Tu eufl 
1 ariail Wj ^^ elle eut 

anl6rieur.)^^*'"S6^°^^s 
Vous etltes 
II 3 ou ellei eurent, 



aim^. 



J'avais 
,-.» \Tu avals 

L^lus-qiie- )n ou elle avait 
Nous avions 
Vous avicz 
lis ou elles avaient 



parfait. 



aim^. 



Que j'e 
Que tu eusscs J 

Qu'il ou qu'elle eftt f^ 
Quo nous eussions l 
Que vous eussiez \ 

Qu'ils ou qu'elles enasent j 



. 



utiir 



J'aurai 
Tu a iras 
III ou elle aura 
anlerieur.)^'*'"^ »"^'0"s \ 
[Vous auvez 
Ills ou ••lie-; auront 



l 



Aie ) 
^y^'^^ aim^. 

Ayes ) 



PREMIERE CONJUGAISON. — § 94. 

ou coDjugaison en ER. 



SIMPLES. 



Mode conditionnel 


Mode infinitif 


.lifode participe 


J' aim er ais. 
Ta aim er ais. 
U ou elle aim er nit. 
NoQS aim er ions. 
Vous aim er iez. 
lis &u eUes aim er aient. 


Aim er. 


Aim ant. 








. 













COMPOSES. 





Mode conditionnel 


Mode iunnitlf 


Mode papticipe 




J'aurais ou j'eusse \ 
Tu aui-ais ou tu eusses J 
n, elkj aurait ou il, eUe ett . (^^a 
^oas aurions ou nous euseions C 
Vous Ruriez ou vous eussiez \ 
lis, elles auraient ou ils, elles eussent j 


Avoir aim6. 


Ayant aim6. 



























y Google 



GEAMMAIRE FEAN9AISE. 

§ 95, — 2® conjugaison. 









10 TEMPS 


TEMPS, 


Mode indicatif 


Mode Imperatif 


Mode subjonctlf i 


/ 


Je fin is. 




Que je fin is^j e. 


1 


Ta fin is. 


Fin is. 


Que tu fin itis es. 


\ 

^resent. 


11 ou eUe fin ib. 




Qu'il ou qu'elle fin iss e. 


Nous fin iss ous. 


Fin iss ons. 


Que nous fin iss ions. 


1 


' Vou3 fin iss ez. 


Fin ies ez. 


Que v^us fin iss iez. 


\ 


^ lis ou ellea fin Iss ent. 




Qu'ilsoMqu'cllesfin iss ent. 




Je fin iss aia. 




Que je fin iss e. 




Tu fin iss ais. 




Que tu fiu iss es. 


mparfait. 


11 ou elle fin iss ait. 




Qu'il ou qu'eUe fin it. 


Nous fin iss ions. 




Que nous fin iss ions. 




Voiis fin iss iez. 




Que Tous fin iss iez. 




lis ou elles fin iss aient. 





Qu'ilswqtfelleB fin iss ent. 


/ 


Je fin is. 




' . 


Tu fin is. 






Parfait ' 


11 ou eUe fin it. 






defmi. 


Nous fin Imes. 






Vous fin Ites. 








^ lis ou elles fin irent. 








Je fin ir ai. 




^ 




I Tu fin ir as. 






Futur. 


1 11 ou die fin ir a. 






1 Nous fin ir one. 








' Vous fin ir ez. 








^ lis ou elles fin ir ont. 







2» TEMPS 



Mode indicatif 



Parfait 
indefini. 



J'ai 

Tu as 

II ou elle a 

Nous avons 

Vous avez 

lis ou elles ont 



Vfini. 



Parfait 
int^rieur. 



J'eus 
Tu ens 
II ou elle eut 
, Nous eiiines 
Vous etites 
lis ou ellea eurent 



fini. 



'lus-que- 
parfait. 



J'avais 
/ Tu avais 
V n ou elle ayait 
I Nous avions 
/ Vous aviez 
\. lis ou elles avaient, 



fini. 



Futur 



/ J'l 
( Ti 
) II 



J'aurai 
Tu auras 
ou elle aura 



mterieur.) Nousaurons 
f Vous aurez 
lis ou elles auront 



Vfini. 



Mode imperatif 



Aie ) 
^y«"* [fini. 

A V07. ! 



Mode subjonctif 



Que j'aie 

Que tu aies 

Qu'il ou qu'elle ait 

Que nous ayons 

Que vous ayez 

Qu'ils ou qu'elles aient 



fini. 



Que j''eusse 
Que tu eusses 
Qu'il ou qu'elle efit 
Que nous eussions 
Que vous eussiez 
Qn'ilsoti qnelles enssent 



fini. 



7e= 





DEUXIBME CONJUGAISON. — § 95. 

ou conlugaison en IR. 


87 


SIMPLES. '1 




Mode conditionnel 


Modeinflnltif 


Aiodc partioipe 




Je fin ir ais. 
Tu fin ir ais. 
11 ou elle fin ir ait. 
Nous fin ir Ions. 
Voua fin ir iez. 
Ds on eUes fin ir aient. 


Fin ir. 


Fin iss ant. 












* 












COBfPOSES. 1 




Mode conditionnel 


Mode inflnltif 


Mode participe 




J'aorals ou j'eusse \ 
Tu anrais ou ta ensses J 
H, eJIe aurait ou il, elle eftt f ^ . 
Nona anrions ou nons enssions ^ 
Vous anriez ou vous enssiez \ 
lis, elles auraient ou ils, ellcs cussent ) 


Avoir flni. 


Ayant fini. 


























y Google 



GRAJIfUAIBE FBAN9AI8E. 



§ 96. ~ 3« conjugaison^ 



!• t:^mps 



Mod6 indicatif 



Present. 



(Je 

ITu 

III ou elle 

JNons 

fVoug 



169 ois. 
req ois. 
re9 oit. 
rec ev ons. 
rec ev ez. 



\Ils ou elles re? oiv ent. 



Imparfait. 



iJe rec ev ajs 

Tu rec ev ais. 

II ou elle rec ev ait. 
Nous rec ev ions. 

Vons rec ev iez. 

lis ou elles rec ev aient, 



Parfait 



iJe 
Tu 
II ou elle 
Nous 
Vous 
lis ou elles 



re9 nil 
re? us. 
re? ut. 
leq times. 
re9 iites. 
nxf urent. 



Futur. 



iJe 
Tu 
II ou elle 
Nous 
Vous 
lis ou elles 



rec evr ai. 
rec evr as. 
rec evr a. 
rec evr ons. 
rec evr ez. 
rec evr ont. 



Mode imperatif 



Be? ois. 

Bee ev ons. 
Rec ev ez. 



Mode sobjonctif 



Que je 
Que tu 

Qu'il ou (^u'eUe 
Que nous 
Que vous 



re? oiv e. 
re? oiv es. 
re9 oiv e, 
rec ev ions, 
rec ev iez. 



Qu'ils ou qu'elles -e? oiv ^it. 



^_eje re? usse. 

Que tu re? nsses. 

Qu'il ou qu'elle re? tit. 

Que nous re? ussions. 

Que vous re? nssiez. 

Qu'ils ou qu'eUes re? nssent. 



20 TEMPS 



Mode indicatif 



Parfait 
indefini. 



ij'fti 
Tuas r, 

II ou elle a 
Nous avons 
Vous avez 
lis ou elles ont 



Parfait 
anterieur. 



ij'eus 
Tu eus 
II ou elle eut 
Nous efhnes 
Vous efttes 
lis ou elles enrent 



re9u. 



?lus-que- 
parfait. 



/ J'avais 

ITu avals 

ul ou elle avait 

jNous avions 

f Vous aviez 

Ills ou elles avaient 



re?u. 



Futur 
aat^rieur. 



IJ'aurai \ 

Tu auras J 

II ou elle aura ( 
Nous aurons i 
Vous aurez y 

lis ou elles auront ' 



Mode imperatif 



Me 

Ayons J"?"' 
Ayez 



Mode sobjonctif 



Que j'aie 

Que tu aies 

Qu'il ait 

Que nous ayons 

Que vous ayez 

Qu'ils ou qu'elles aient 



re?u. 



Que j'eusse 

Que tu eusses 

Qu'il ou qu'elle eftt 

Que nous eussions 

Que vous eussiez 

Qu'ils ou qu'elles eussent j 



re?u. 



y Google 



THOISlllME OONJUGAISON. — § 96. 

on conjneraison en OIR. 



89 



'€= 


SIMPLES. 








Mode conditionnel 


Mode infiiitif 


Mode pariicipe 




Je TOO evr ais. 
Tu roc BYT ais. 
11 ou elle rec evr ait. 
Nous rec evr ions. 
Vons rec evr lez. 
lis ou elles rec evr aient. 


Rec ev oir. 


Rec ev ant. 




























COMPOSES. 








Mode conditioniiel 


Modelnflnitif 


Mode parUdpe 




J'amais ou j'enssc \ 
Ttt aurais ou tu euaaes J 
11. elle aurait ou il, elle eftt f 
Nous aurions ou nous eussions t ^ * 
Vons anriez ou vous eussiez \ 
lis, elles auraient <m ila, elles euesent j 


Avoir re^u. 


Ayaut rc^n. 










i 


\ 















y Google 



90 



GRAMMAIRE FRA2CgAI»]S. 



§ 97. — 4* coDjugalson, 



10 TEMPS 



Mode iadicatif. 



Present. 



iJe 
Tu 
II ou efle 
Nors 
Vous 



rend b. 
rend s. 
rend, 
rend ons. 
rend ez. 



Ills ott elles rend cut. 



rend iiis. 
rend aie. 
rend ait. 
rend ions, 
rend lez. 
\lls ou elles rend aienfc. 



IJe 
iTu 
r p^^ jll ou elle 

fVous 



Parfait 
(leGni. 



(Je 
iTu 
illo 



__ ou elle 
JNons 
fVoiw 



rend is. 
rend is. 
rend it. 
rend tmcs. 
rend it€8. 



\Ils ou elles rend irent. 



Futur. 



iJe 
Tu 
II ou elle 
Nous 
Vous 



rend r ai. 
rend r as. 
rend r a. 
rend r ons. 
rend r ez. 



Vila ou elles rend r ont. 



Mode imperatif 



Rend s. 



Rend ons. 
Rend ez. 



Mode SubJODCtif 



Quo je 
Que til 

Qu'il ou qu'elle 
Qae nous 
Que vous 



raid e. 
rend es. 
rend e. 
rend ions, 
rend icz. 



Qu'ils ou qu'elles rend cnt. 



Que jo 
Que tu 

Qu'il ou qu'elle 
Que nous 
Que vous 



rend issc. 
rend isaes. 
rend It. 
rend iasions. 
rend issies. 



Qu'ils 0*1 qn'elles rend issent. 



2» TEMPS 



Mode indicatif Mode imperatif 



Parfait 
iDdeOoi. 



J'ai 

Tu as 

II ou elle a 

Nous avons 

Vous avez 

lis ou elles ont 



> rendu. 



Parfait 
aiilerieur. 



/ J'eus 

ITu eus 

)ll ou elle eat 

iXons eftmes 

f Vous elites 

Ills ou elles eurent 



rendu. 



[J 'avals 
p,, ITu avais 

Plus-que-^Il^^elleftvait 
parfait. )Nou3aviona 
'^ r Vous aviez 

I lis ou elles avaient I 



> rendu. 



I J'aurai 
„ ITu auras 

rutur Ul o« elle aui-a 

anlerieur.)^'^"«»^^'"^ 
r Vous aurez 

Vila ou elles aurunt 



rendu. 



Aie 

Ayons 
Ayez 



Mode sobjonctit 



Quo j'aie 

Que tu aies 

(^u'il ou qu'elle ait 

Que nous ayons 

Que vous ayez 

QuUs ou qu'elle-8 aient 



rendu. 



Quo j'eusse 
Qce tu eussc-s 
Qu'il ou qu'ello eftt 
Que nous eussions 
Que vous eussiez \ 

Qu'ils, qu'elles eusseut i 



) rendu. 



yLiOOgle 



QUATRlftMB CONJUGAISON. — § 97. 

on conjugraison en RE. 


91 


SIMPLES. {| 


Mode eonditioanel 


Mode Inflnitlf 


Mode participe 


Je reud r ais. 
Tu rend r ais. 
n ou elle rend r ait. 
Nous rend r ions. 
Vous rend r iez. 
Bb ou eDes rend r aicnt. 


Bend re. 


Rend ant. 




















COMPOSES. 11 


Mode eonditionnel 


Mode inflnitif 


Mode participe 


J'aurais ou j'ensse \ 
Tu anrais au tu ensses J 
11, elle aurait ou il, eUe eUt fwrndir 
Nous aurious ou nous eussions >rBnatt. 
Yoas auriez ou tous eussiez \ 


Avoir rendn. 


Ayant rendu. 





















J 



92 



GBAHMAIBE FBANgAIBfi. 



PASSIF DBS QUATRB CONJUGAISONB. 

§ 98. Le passif de tons les yerbes est form6 de lam^me 
maniere, c'est-k-dire par une circonlocution : ils joignenfc 
leur participe pass^ aux divers temps et modes du yerbe 









Module de la 




1° TEMPS 


TKMFs Mode indicatif 


Mode Imperatif 


Mode subjonctif 




^ (aime ou aim6e. 
) ( rendu oarendue 


( aimd 
Sois { ou aimte. 
^ Etc. 


Que je sois | ain^^ o«^aim6e. 




[niparfait. jjetais jaiin6^«^aim6e. 




Que { aime ou aimte. 
jefusse ; Etc. 




Parfail J, . taime owaimde. 
dafini. r'"^ I Etc. 








Fulur. jje serai jaime^aimte. 






2» TEMPS 




TUMI'S 


Mode indicatif 


Mode imperatif 


Mode subjcnctif 




Parfait u..... Uime om aim6e. 
indeHni. Y""^'' \ Etc. 




Que j'aie ^ aimd ou aimee. 
m \ Etc. 


Parlait ly,^^... iaim6 om aimde. 
anWrieur. r^'*" \ Etc. 






Plus-que-i J'avaia taim6oM aimee. 
parfait. \. ^^ i Etc. ^ 




Que j'euBse^ aim6 ou aimec. 
6t6 ) Etc. 


Fulur J J'anrai Uiin6 ov aimte. 
ar.terieur.^ 6t6 j Etc. 






§ 99. 

de celle i 
V lis 


YEBBES 

La conjngaison de 
es verbes acUfs qu 
peuyent se conja^ 


Bl^FLl^CHIS. 

J8 verbes ref 
'en denx poin 
juer avec.den 

Digitiz 


echis ne differe 

ts: 

X pronomB de la 

ed by Google 





VERBES REFLEOHIS. — § 99. 



93 



itre^ efc ce parlicipe s'accorde en genre et en nombre ayec 
le Bujet du verbe (elle est aim4e, ils sont aimes). 

[* Gbammaire COMPARATIVE,— Des exemples de cette maniere 
analytiqae d^exprimer le passif se trouvent dej^ en grec et en 
latin pour certains temps on modes; Ex,: ?:e9iXY;[/.ivog o), £17)7, 
amatus sum, essem, etc.] 

conjngaison passive. 



SniPLES. 



Mode conditionnel 



Je serais 



aim6 ou 
Etc, 



Mode innnitlf 



^^ (aim^ ou aim6e. 



Mode partMpe 



itant jaiine^*^«»"ee. 



COMPOSES. 



Mode conditionnel 



J'aurais 6t& 
ou J'ensse iMt 



aim6 ou aim^ 
, Etc. 



Mode inflnitif 



Avoir \aim6 ou aha^. 
«t^ Etc. 



Mode partlcipe 



Ayant ^aim6 ott nim^e. 
*6t6 ( Etc. 



m^ine personne, Tan qui est le sujet et se met le premier, 
I'autre qni est le complement et se met imm^diatemeut 
apr^s le sujet. Ex, :Je me loue. 

2** lis ferment leurs temps composes avec Tauxiliaire 
itre^ et non avec Tauxiliaire avoir. 



y Google 



94 



GRAMMAinE FEANfAISE. 



Modele de verbe r^fldchi: 



Mode indicaUr 



•2 

a. 



Tn tc 

II ou die 86 
Nous nous 
Vous vons 
Us ou elles se 



repen s. 
repen 8. 
repent, 
repent ons. 
repent ez. 
repent ent. 



iJe me 
Tnte 
n ou elle ae 
Nons nous 
Vona vous 
lis ou elles se 



repent ais. 
repent ais. 
repent ait. 
repent ions, 
repent iez. 
repent aient. 



iJe me 
Tu te 
II ou elle so 
Nous nous 
Vons vous 
lis ou elles « 



repent is. 
repent is. 
repent it. 
repent !mes. 
repent !tes. 
repent irent. 



(Je me 
lTnt« 
in ou elle ae 
JNous nous 
f Vous vous 



repent ir ai. 
repent ir as. 
txspent ir a. 
repent ir ons. 
repent ir cz. 



\Ils ou elles se repent ir ont. 



imperatif 



Repens-toi. 
Bepentons. 

nous. 
Ilepentes!- 

VOUB. 



Que je me 
Que tu te 
Qu'il ou quelle se 
Que nous nous 

Que vous YOTOB 

Qn'ils ou qu'elles i 



Mode SUbjOnctif 



repent e. 
repent es. 
repent e. 
repent ions, 
repent ies. 
i repent ent. 



Que je me 
Que tu te 
Qu'il ou qu'elle si 
Que nous nous 
Que vous vons 
Qu'ils ou qu'elles 



repent iaae. 

repent isaes. 
3 repent !t. 

repent issions. 

repent issiez. 
se repent iasent. 



2* TBMPS 



Mode indicatif 



iJe me suis 
Tnt'ea 
n ou elle B'est 
Nous nous sommcs ) repentis 
Vous vous etes J ou 
Us ou elles so sont ircpenties. 



irepenti 
ou 
repentie. 



CU e 



iJe me fus j repenti 

Tu te fus I ou 

II ou elle se fut ) repentie. 
Nous nous ffUmes J repentis 
Vous vous Ifltes J ou 
Us ou elles se fnrent Irepenties 



* • - \ 



Je m'etais 1 i-epenti 

Tu t'etais [ ou 

,^ II ou elle s'^tait ) repentie. 
s *fe J Nous nous 6tions j repentis 
^ S.fVo«s vous 6tlez > ou 

lis ou elles s*6taicnt Irepenties, 



imperatif 



Mode subjonctlf 



Que je me sois » repenti 

Que tu te sols ! on 

Qu'il ou qu'elle se soit ^repentie. 1 
Que nous nous suyons 1 repentis } 
Que vous vous soyez . ott 

Qu'ils ou qu'elles sc 8oient*rc)x?ntics | 



J reix^nti f 



Que je me fusse 

Que tu te fusses . ^.. . 

Qu'il ou qu'elle se f&t )reroiit>. ! 
Que nous nous fussions . rc'iiei.tis \ 
Que vous vous fussiest f ou ' 
Qu'ils ou qu'elles sc f assent ^repenties. 






^ Je me sfjrai 
I Tu te seras ] 

in ou elle se sera 
JNous nous serons 
F Vous vous serea | 
ins ou elles se aeront 



repenti 

ou 
repentie. 
repentis 

ou 



y Google 



YERBES BEVL^CUIS. 

Le verbe SE REPENTIR. 



§89. 



95 





SIMPLES. 1 




Mode conditionnel 


ModeinfiBitif 


Mode participe 




Je me repent Ir ais. 

Ta te repent ir ais. 

n ou die se repent ir ait. 

Nous nous repent ir ions. 
. Vona vona repent ir iez. 
\ lis on elles se repent ir aient. 


Se repent ir. 


Se repent ant. 


























COMPOSES. 1 




Mode conditionnel 


Mode inflnitif 


Mode participe 




Je lue serais ott je me fuBse 1 repenti 
Tu te serais o« tu te fusses > ou 
n, elle se serait ou il, elle se itt repentie. 
Nous nous serions ou nous nous fnasions repentis 
Yous voos scilez ou vous vous f assies [ ou 
Us, elles se seraient ou ils, elles se fusaent) repenties. 


S'etre repenti 
ou repentie, 
repentis ou 
repenties. 


S'dtant repenti 
ou repentie. 
repcntid on 
repentie?. 












• 






s= 









y Google 



J 



96 GBAHKAIBE FBAN^AISS. 

Eemarqub I. — Les verbes riflicTiis sont quelqtiefois 
appeles verhes pronominaux, parce qn'ils se conjugnetit 
ordinairement avec deux pronoms, dont run est sujet et 
I'autre compliment, Ex.ije me repms. 

Cependant, k rinfinitif, au participe present et k Tim- 
peratif, un seul pronom est exprim^ (le pronom comple- 
ment). Ex. : se repentir, se repentant, repens-toi. 

Da plus, ils peuvent se conjuguer avec un seul pronom 
(le pronom compliment)^ quand le sujet est exprime par 
un substantif, Ex. : Fierre se repent. 

Remabqxje II. — La plnpart des verbes actifs et quelques 
verbes neutres peuvent devenir riflicMs (§ 77). Ex. : II 
repose sa t^te (actif) ; il se repose (riflechi). II plait (neutre) ; 
il se plait k... {f^flicht). Ce sont des verbes accidentellemmt 
rifiechis. 

Mais 11 y a des verbes qui sont essenttellement reflechisy 
e'est-i-dire qui n'existent que comme verbes rifiechis. Ex.: 



s'abstenir^ 


B'enfuir, 


s'arroger, 


s'enqu6rir. 


s'ecrier. 


se r^crier. 


se d^dire^ 


se r^fugier, 


se lamenter. 


se repentir, 


s'emparer. 


s'ivader. 


s en aller, 


etc. 



S* HiSTOiBE. — Dans Tancienne langue (comme on le fait encore 
ourd'hui parmi les gens ignorants et les enfants), on conju- 
guait quelquefois les verbes reflechis avec Tauxiliaire avoir. Ex, : 
Mais Conan s'a bien d^fendu (Roman de Brut). 
Trois fois Ic list, lors s'a pasm6 (Flot're et Blanche flor). 

Mais de bonne heure la conjugaison avec Tauxiliaire tVre 
devint pr6ponderante et s*imposa conmie une regie.] 



y Google 



VERBBS NEUTRES. — § 100. 97 

Eemarque III. , — Si les verbes r^fl^chis prennent 
Tanxiliaire elre, an lieu de Vauxiliaire avoi9\ aux temps 
composes^ c'est *qu'ils sont en qnelqne sorte k la fois 
verbes passifs et yerbes actifs : lenr sujet fait et subit 
Taction. — Voyez § 106. 

VERBES NEUTRBS. 

§ 100. Les ve7*bes neutres se conjugnent comme les verbes 
actifs, et se rangent, d'apres lenr infinitif, dans Tune des 
quatre conjugaisons. II faut cependant remarquer que 
quatorze d'entre eax prennent Tanxiliaire etre, au lieu de 
Tauxiliaire avoky aux temps composes. Ge sont les verbes : 



aller. 


Colore, 


rester, 


arriver. 


entrer, 


sortir, 


choir. 


mourir, 


tomber, 


d^ceder. 


nattre. 


venir. 


6choir, 


partir. 





Dans ces verbes, le participe s'accorde en genre et en 
nombre avec le sujet du verbe, comme dans les verbes 
passifs. Ex, : 

Elle est tomb^e, ils sont tomb^s. 

Nous prendrons pour modMe. le verbe tomher^ d'ont nous 
ne donnerons que les temps composes ; les autres temps se 
conjuguent sur aimer. 

Eemarqtje. — Selon le Dictionnaire de VAcademie 
(Editions de 1835 et de 1878), on pourrait dire : il a sorti, 
il a monte, il a deseendu, 2 1 a partly il a tombe, pour indi- 
quer Taction ; et il faadrait dire : il est sorti, il est monte, 
il est deseendu, il est parti, il est tombe, pour indiquer T^tat 
(Voy. § 289). L'auxiliaire ett^e est le seul usite aux temps 
composes de ces verbes comme des neuf autres qui ont^td 
dnumer^s plus haut. 

OOURS SUP. Q 

Digitized by VjOOQ IC 



98 



Module de verbe neutre 



Mode indicatif 



Parfait 
ind^fini. 



Je Buis i tombd 

Tu es )ou tomb6e. 

n est tomM 

ot( elle est toinbte. 
Nous sommesi tombte 
Yous gtes \ou tomb^. 
Ds sont tomb^s 

ou elles 8ont tomb^. 



Parfait 
ant^rieur. 



iJe fas i tomb^ 

Tu fas \ou tomb^e. 

II fat tomb6 
ou elle fat tombee. 
Noos ftlmes ) tomb^ 
Yoas f fttes \ou tombtos. 
Us forent tomb^ 
ou elles foient tombde& 



Ta ^ais \ou tombte. 
r,, |I16taittomb6 

Flus-que-) ou eUe 6taittombde. 

iNous^tions i tonibte 

Yous dtiez Sou tomb^. 

lis ^aient tomb^ 
ou elles ^talent tomb^es. 



parfait. 



) tomb6 
\ou tombte. 

Futur 

•int^ripiir ^Nous serons ) tomb^s 
.inierieur. ^^^ ^^^ ^^^ tombdes. 

I lis sei'ont tombte 
ou elles seront tomb^es. 



/ Je serai 

I Tu seras 

III sera tombe 

1 ou elle sera tomb^. 



Mode imperatif 



) tombe 
Sois [ ou 
) tomb^. 
Soyons J tomb^a 

ou 
Soyez jtombdes. 



Mode sobjnnctif 



Que je sois i tomb^ 
Que tu sois )ou tombte. 
Qu'il soit tombe 

ou qu'elle soit tombfe. 
Que nous soyons J tomb^ 
Que vons soyez \ou tomb^es. 
Qu'ils soient tombea 

ou qu'elles soient tomb^es. 



Que je fusse i tomb^ 
Qne ta fusses \ou tombte. 
Qa*U fiit tombd 

ou qu'elle fdt tomb^. 
Que nous fussions^ tomMs 
Que Tons fusdez toutomb^es. 
Qa'ils f assent tomb^ 

<m qu'elles fussent tomb^es. 



YERBES IMPEBSOKNELS. 

§ ICl. Les verbes dits impersonmUy qn'il serait plus 
juste d'appeler unipersonnek, ne s'emploient qa'4 la 
8* pei*soime da sin^alier, et aYec le pronom nentre 11; 
ces Yerbes se conjugaent^ da reste, comme les aatres. 

Certains verbes neutres deYiennent accidentellemmt im^ 
pet'sonneh. Ex. : il convient, il arrive, il risulte. 

Des verbes actifs m^me, comme faire et avoir, peufent 
devenir impersonnels. Ex. : il fait beau ; il y a des nuages. 

[Origines latines. — On disait de m§me en.liitin : B^ne 
habet, eel a Ya bien.] 



d by Google 



VEftBBS IMPBRSONNELS. — § 102. 

Le verbe TOMBBR (temps oompos^s). 



99 



s 


Mode conditionnel 


Modeinflnitif 


Mode partlclpe 




Je serais ) tomM \ \Je fusae \ tomM 
Tu serais W tomb^ y ( Tn fusses \ou tombte. 
11 serait tomM ou 11 fat temM. 

ou elle serait tombde, ou eUe fftt tomMe. 
Noosserions) tomb^ ) ^^Konsfossions) tomb^ 
Vons series Wtombteir'*/Vou8 fossiea Uwtomb^ 
Bb sermient tombes ou lis fnssent tomb^. 

ouelles seiaient torab^, ouelles fnssent tomb6es. 


£tre tomb6 
<nt tombte, 
Hre tornb^ 
ou tomb^. 


iStant tomb^ 
ou tomb^, 

dtant tomb^ 
ou tombf^es. 



























§ 102. La plnpartdes verbes impersonnels forment lenrs 
temps composes avec ranziliaire avoir. Ex. : il a tonnd. 

Qaelqaes-nns les forment avec le yerbe €(7*e. De ee 
nombre sont tons les verbes impersonnels reflechts. Ex. : 11 
est arrive, 11 est rdsultd; 11 s'est agl de voas, 1] 
s'est pass6 des fails yraves^ 11 s'en est fallu depeu. 

fiEHABQUB I. — Les verbes impersonnels, n'^tant em- 
ployes qu'^ la 8^ personne, n'ont ni impiratif ni particip^ 



fiEMABQUE IL— L'infinitif parfait ne s'emploie qn'apr^s 
nne antre forme impersonnelle. Ex. : iJdoil avoir greleceti^ 
ftnit; '/ doit efre advmu bien des accidents. 

.TV .-^ Dinitizedby VjOOQIC 



100 



GBAMMAIBE FRAN9AISE. 

Modules de verbe impersonnel 



TEMPS 


Mode indicatlf 


Mode imperatif 


Mode subjonctlf 




Parfait i ll a gr^W. 
indefini. ( Ilestadvenu. 


Inusite. 


Qu'il ait grele. 
Qu'il soit advenu. 




Parfait \ IleatgrSle. 
anterieurj Hfutadvenu. 








Plus-que- 
parfait. 


11 avait grS16. 
11 etait advenu. 




Qu'il eftt grel6. 
Qu'il fftt advenu. 




Fulur \ 11 aura grele. 
anterieur. ) ^^ «^^* ^'^^^^«- 













§ 103. 


Modele de verbe 






1« TEMPS 




TEMPS 


Mode indicatif 


Mode imperatif 


Mode subjonctif 




Present. 


Je n'aime pas. 


N'aimepas. 


Que je n'aime pas. 




Imparfait. j Je n'aimais pas. 




Que je u'aimasse pas. 




Parfait I Je ^.^i^al pas. 
deiiui. f 








Futur. j Je n'aimerai pas. 










20 TELEPS 




TEMPS 


Mode indicatif 


■ Mode imperatif 


Mode subjonctif 




Parfait I j^ ^,^ ^^ aim^. 
indefini. f 




Que je n'ale pas aiine. 




Parfait \ jen'eu8pasaim6. 
anterieur. f 








Plus-que4 Jen'avai8pasaim6. 
parfait. ( 




Que je n'eusse pas aime. 




^"*"r ) Je n'aurai pas aluic. 
anterieur. f 









y Google 



VBRBBS COJTJUaUES AVEC N:eGATION. — § 103. 101 

aux temps composes (GR^ILER, ADVENIH). 



^ 


Mode conditionnel 


Mode inflnltif 


Mode panic ipe 




11 aurait grel6. 
11 serait advenu. 


Avoir gr616. 
litre advenu. 


Inuiitt. 



























conjugu^ avec une negation (aimer). 





SIMPLES. 


Mode conditionnel 


Mode Innnitif 


Mode participe 


.Tc n'aimerais pas. 


Ne pas aimer. 


N'aimaut pas. 
























COMPOSES. 




Mode conditionnel , 


Mode infmitif 


Mode participe 




Je n'aunus pasairae ou je n'easse pas aime. 


N'avoir pas aiin6. 


Ifayant pas aime. 



























yGofegle 



102 GRAMMAIHE FHANfAISB. ' 

BEICABQUES SUB LES YERDES CONJUGyiSs 
AVBC UNE NlfiGATIOl^. 

Rbmabqub I. — Quand un verbe est conjugae avecune 
ii6gatioD^ la premiere partie de la negation (ne) se met 
avant le verbe dans les temps simples^ oa a?ant Tauxiliaire 
dans les temps composes ; la seconde partie (pas, pointy 
jamaiSi etc.) se met apr^s le verbe on ranxiliaire. Ex. : 

Je ne mens pas; je ne mens Jamais ; 

Ne mentez pas; ne mentez Jamais; 

Je n'ai pas menti; je n'ai Jamais menti. 

Rbmabqub II. — II y a exception pour I'infinitif present. 
A ce mode, les deox parties de la negation se mettent avant 
le verbe. Ex. : ne pas mentir. 

VEBBBS G0NJT7GUBS SOUS LA FOBME INT BBBOGATIYE. 

§ 104. Dans les verbes conjagn^s sous la forme inter- 
rogative, le pronom ne se met pas avant le. verbe, mais il 
se place : 1** aprfes le verbe, dans les temps simples ; Ex, : 
entendez-vous? 2"" entre Tanxiliaire et le participe, dans 
les temps sompos^s. Ex. : avez-vous ent^ndu? 

Bemabqus I. — II 7 a tonjonrs nn trait d'nnion entre le 
verbe on ranxiliaire et le pronom snjet, rejet^ apres ce verbe. 

Remarque II. — Si le verbe conjngne sons la forme 
interrogative se termine par nn e mnet k la premiere 
personnedn singnlier (indicatif present), on remplace cet 
e mnet par nn e ferm^. Ex. : aim6-Je? 

II en est de mSme k la l^*" personne du parfait indefini 
du conditionnel : euss6-Je aim6. 

Rbmabqub III. — Si ce verbe se termine a la troisieme 
personne dn singnlier {indkatifdu present, du par fait defitii 
et du futur) par les voyelles $ on a, on met un t entre le 



y Google 



VERBES AVEC INTERROGATION. — § 105. 103 

verbe et le pronom, avec denx traits d' anion. Ex.: pense- 
t-il? pensa-t-elle? pensera-t-il? 

jHiSTOiRB ET ORIGINES LATINE8. — Ce ^ paratt aujourd'hui un i 
euphonique, et Test en e£Eet devenu.Mai8 primitivement 11 faisait 
partie du verbe : c^etait un reste de rancienne desinence latino : 
il aimet {amat)^ il aimat (amavit). — Voy. § 116. Rbm. III.] 

Remarque IV. — Quand le verbe conjugu6 interrogaiti- 
yement est un monosyllabe d'un son sonrd, on se termine 
par nne syllabe sonrde (ou^ on, en, etc.), 11 est d'nsage de 
prendre nne antre tonmnre pour ^viter un son d^sagr^Eible. 

Ainsi Tonne dit pas : que rends- je? oh cours-je? que 
r^ponds'je? mais : qiiest-ce que je rends? ou est-ce que je 
cows ? qu'est'Ce que je riponds ? 

Mais on dit trte-bien : ai-je, auis-je, fais-je, puis-je, 
sais-je, vots-je? 

Remarque V. — Les verbes penvent se conjugner inter- 
rogativement 4 tons les temps, mais aenlementikdenx mo- 
deSy Vindicati/ et le conditionnel, 

Remarque VI. — Dans les verbes r^fl^chis conjugues 
interrogativementy le pronom snjet se met aprte le verbe, 
comme dans les auti^es verbes interrogatifs, mais le pronom 
complement reste plac^ avant. Ex. : se repent-41 f 

Remarque VII. — Tontes les regies de la conjugaison 
interrogative s^appliqnent k certaines formes exclama- 
tives, par exemple : puissi-je vous revdr ! puisse-Uilriussir I 

§ 105. Dans les verbes conjugues k la fois sousja forme 
inkrrogative et sous la forme negative^ le pronom se met 
avant la seconde partie de la negation. Ex. : ne plat- 
santeZ'VovLS pas? N'auez-vovts pas piaisante? 



y Google 



104 



GRAMMAliwly FRAN5AISE. 



Module de verbe conJugu6 
l*" Sous la forme interrogative. 



10 TEMPS SIMPLES. || 


Temps. 


Mode indicatif. 


Mode conditionnel. 




Aim6-je? 

Aimes-tu? 
1 Aime-t-U? ou aime-t-eUe? 
1 Aimons-noTis? 

Aimez-Tous? 

Aiment-ils? ot* aiment-elles? 

Aimais-je? elxx 

Aimaije? etc. 

Aimerai-je, etc. 


Aimerais-je, etc. 


tirp A BPAIT 


Parfait J)±Fim 

FCTUR 




2» TEMPS COMPOSES. || 


Parfait vhnm . 

Parpait antbrzeur. . . . 

Plus-qub-parfait 

futur ant^rieur 


Ai-je aim6? 

Eus-je aim^? 
Avais-je aim6? 
Aurai-je aiin6? 


Aurais-je aimd? ou 
eu8s6-je aim* ? 



2** Sous la forme interrogative et negative. 



10 TEMPS SIMPLES. 11 


Temps. 


Mode indicatif. 


Mode conditionnel. 


Prkpttot. ■,,,*.,,.,, 


N'aim6-je pas? 
N'aimais-je pas? 
N'aimai-je pas ? 
N'aimerai-je pas ? 


N'aimerais-je pas? 


Imparpait 


Parfatt defini 

FUTUR 




20 TEMPS COMPOSES. 


Parfait dbfini. ...... 

Parfait anterieur . . . 
Plus-qub-parfait 


N'ai-3e,pasaim6? 
N 'eus-je pas aim6 ? 
N'avais-je pas aiin6? 
N'aurai-je pas aiin6 ? 


N'aurais-je pas aime ? 1 
ou n'eusse-Je pas aime ?!] 



y Google 



RBMARQUKS QENERALES SUE LES VERBES. — § 106. 105 
3« SECTION. 

Remarques gdnerales sur les verbes. 

DB LA CLASSIFICATION DES VERBES. 

§ 106. *Par respect pour Pusage, on a maintenu dans 
cette Grammaire les vieilles denominations de verbes 
actifs et neutres, mais en avertissant qu'on appelle aussi 
les premiers transitifs, les seconds tntransitifs (§ 79). Ces 
derni^res denominations sont incomparablement pins justes 
qne les pr^c^dentes. 

En effet Temploi du mot actif, qni indique a la fois 
la forme de la conjugaison et Tidee exprimee par le radi- 
cal dn verbe, produit nne confnsion des pins facheuses; 
car les verbes neutres snivent la conjngaison active. 

D'un antre c6te le mot neutre ( neut7*um ), qui signifie 
ni Vun ni rautre, est deoD^ de sens on dn moins inexact, 
s'il vent dire ni actif, ni passif; car il y a encore a distin- 
guer les verdcs reflechiSy les verles impersonnels, les verbes 
auxiliaires, 

Ponr classer les verbes d'nne maniere tont ik fait rigon- 
rense, pent-^tre conviendrait-il de distinguer : 

1** Les verbes a conjugaison active, c'est-^-dire cenx qni, 
dans lenrs temps simples, s'expriment en nn seul mot, et 
qni, dans leurs temps composes, joignentlenrparticipe passe 
anx temps de Tauxiliaire avoir (ce sont les verbes transitifs 
et nn certain nombre de verbes intransitifs) ; 
* ' S"* Les verbes a conjugaison passive, cenx qui, dans tons 
j leurs temps, empruntent les formes de Tauxiliaire. etre, 
auxqaels ils joignent lenr participe passe (ce sont les 
Yerhe&passifs); 

3° Les verbes a conjugaison mixte, c'est-Ji-dire cenx 
qni sttivent^ponr lenrs temps simples, la conjngaison active, 

Digitized by VjOOQIC 



106 GRAMMAIRB PBAN9AI8E. 

et, pour lenrs temps composes, la coiijngaisoii passive (ce 
8ont plasieurs verges intransittfs et tons It^verbes Hflechis). 

FORMATION BES TEMPS ET DES MODES. 

§ 106 lis. Nous avons distingu^ (§ 85) quatre temps 
simples et quatre temps composes. 

On forme les temps simples en ajoutant an radical du 
verbe certaines terminaisons. 



V Temps simples. 

§ 107. Modes du present. — Itinfinitif presnnt est le 
mode oil le radical est le mienx conserve : on le forme en 
ajoutant au radical les terminaisons ei*, ir, oir, re, qni 
sout les signes des quatre conjugaisons. Ex. : aim-er, 
fin-ir, recev-oir, rend-re. 

Jjindicatif present se forme en ajoutant an radical: 
e pour la l^'^ conjngaison. Ex.: j'aim-e. 



is — 


2« 


— 


je fin -is. 


ois — 


8° 




(avec alteration du radical 
du verbe, qui perd les 
lettres ev) je re9'0is. 


8 — 


4* 


— 


je rend-s. 



Les formes de Yimpiratif sont en general semblables 
& celles de Vindicatif prisent : seulement ce mode ne prend 
pas de pronom, el, dans la premiere conjngaison^ il n'a pas 
i's k la deuxi^me personne du singulier. 

On forme le participe present en ajoutant au radical la 
syllabe ant. Ex. : aim-ant, reoev-ant, rend-ant. De plnF, 
dans les verbes r^guliers de la 2* conjngaison, le parti- 
cipe present ajonte la syllabe iss entre le radical et h 
terminaison. Ex. : fin-iss-ant. 

On forme le subjonctif present en ajoutant an radical 
la voyelle e. Ex. : que j'aim-e, que je rend-e. 



y Google 



r.EMAEQUES GENlllRALES SUE LBB VBRBES. — § 107. 107 

Dfi plus, dans les verbes reguliers de la 2* conjugaison, 
on ajoate la sjllabe iss entre le radical et la terminamn, 
Ex.: qn'il fiD-iss-e. 

Le subjonctif de la 3* conjugaison se forme irrfguliire- 
ment (queje regoive). 

Le conditionnel present se forme de Vinfinitif, auquel on 
ajoute ais, etc. Ex, : j'aimer-als. G'est pour cela que 
dans tous les Tableaux des verbes, ce mode a iti rapproch^ 
deVtnfiaitiY, 

Dans la qnatri^me conjugaison^ Ye final s'elide. Ex. : je 
rendr-ais. Dans la troisi^me^ la diphtongne oi disparatt. 
Ex. : je recevr-ais . 

[Originbs latinbs et Histoirb. — Les diff^rents modes du 
present; k TexceptioQ da conditionnel, sent form^ des modes 
correspondants da latin, par diverses alterations. Ex. : 

INDICATIF. Amo, faime. Inpinit. AmarCf aimer, 
Imf^batif. Amoj aime. Pabtig. Amantem, aimant. 

Subjonctif. Amemy que f aime, 

Reddamj que je rende, 

Le conditionnel est, en r^alite, un mode compost .-il est forrn^ 
de rinfinitiC da verbe et d'ane alteration dePimparfait du yerbe 
avoir J comme le futur (Voy. plus bas § liO) est form6 da pre- 
sent de ce verbe. Ex. : J'aimer-ai, faimer-ais, Seulement, dans 
le conditionnel, le verba avoir a compl^tement perdu son sens 
et n*estplus qu'une simple caracteristique da mode.] 

Bemabque I. — La syllabe iss s' ajoute anx trois per- 
sonnes da pluriel de Tindicatif pr^sent^ dans la denxi^me 
conjugaison^ comme au participe present et k Vimparfait 
(Voy. § 108; : nous fin-iss-ons, vons fin-lss-ez, ils 
fin-iss-ent. 

[Obigines latines. — Cette syllabe iss sera expliqu^e dans ies 
I Uemarques particulieres sur /rt2« conjugaison [^ i;^.6).] 



Digitized by VjOOQIC 



108 GRAMMAIRE FRAN5AISE. 

* Remarque II. — L'imperatif est derive, non de Tindi- 
cafcif, mais du subjonctif dans les verbes etre, avoir ^ savoir ; 
sots, soyons, soyez; ate, ayons, ayez ; sache, sachons, sachez. 

II en est distinct dans le verbe vouloir; car on dit k 
rimp^ratif : veuille, veutllons, veuillez; et an Bnbjonctif : 
(qne) tu veuilles, (que) nous vouJwns, (qne) vons voultez, 

§108. L'imparfait se forme, h Tindicatif, de la m^me 
mani^re qne le participe present, avec cette senle diffe- 
rence qu'on met la sjllabe ais an lien de la sjllabe anL 
Ex. : i'aim-ais, je recev-ais, je rend-ais, je finiss-als. 

[Oriqines latines et Histoire. — L'imparfait de Tindicatif 
fran9ais vient de l'imparfait latin, par le changement de a6am, 
ebam en ais, Ex. : amabam,faimais; legebam, je licais, 

* Mais, avant de s'arr^tpr ^ la forme actuelle (ais), cette termi- 
naison a passe par les suivantes : 1° eve; 2° oie, et plus tard ois, 
quand, vers le xiv* siecle, s*est introduit Tusage de Vs aux pre- 
mieres personnes. 

On se rappelle ce qui a ete dit (§ 13) du son ou^^ cue, de la 
diphtoDgue oi. Racine pouvait f aire rimer eocploit avec lisoit : 

Tenez, voil4 le cas qu*dn fait de votre exploit. 
— Quoi ! c'6tait un exploit que ma fiUe Itsoit. 

{Les P/aideurs.) 

Des le xvii® si^cle, le grammairien de Lesclache (1668) pro- 
posa de conformer Torthographe k la prononciation, et d'ecrire 
ii l'imparfait ais au lieu de ois. Cette tentative fut renouvel^e 
en 1675 par Berain,avocat au Parlement. Mais Tautorit^ de ces 
obscurs graramairiens ne pouvait prevaloir centre rusage;c'e8t 
Voltaire qui fit adopter cette r^forme orlhographique.] 

§ 109. On forme le par fait difini en ajontant an radical: 
ai ponr la V^ conjngaison. Ex. : j*aim-aL 
^ la2^ — je fin-is. 

*^ ] etla 4* — (sauf diverses exeep^ 

' iions) je rend-is. 

tw — la 3* ~- (avec alteration dura-- 

dical du verbe) 
je reg-us. 

Digitized by VjOOQIC 



REMARQUES CxENiJrALES SUR LBS VERBES. — § 110. 109 

Eemarque. — Quelques verbes de la 4® conjngaison se 
termineiit en us an parfait d^fini. Ex. : lire, je lus; r6- 
soudre, je resolus. 

[Obigines LATINE8. — Le parfait d^fini fran9ais qui, primitiye- 
ment, n^avait jamais d's a la premiere personne du siiigulier, 
vient da parfait defini latin : cantavi, je chantai; finii^ je finis 
(primitivement je fi>ni); cantasti, tu chantas; cantastts^ vous 
chantdtes; cantarunt. Us chanUrent] 

G'est da parfait defini que se forme Vimparfait du sub* 
•jonctify et cela par le changement de 

flfien asse pour la r® conjngaison. Ex. : que j'aim-asse; 

t^eni... - 2«etla4«- - jj^ejerend-isse; 
tistnvsse — 3* — — quejere9-usse. 

[Orioines latines. — La terminaison mse appartient au fran- 
cai8. £lle a et6 form^e, par analogie, d^ terminaisoDB asse, issij 
IcBquelles vieDnent des terminaisons du plus-que-parfait laiiil 
dssem, issem. Ex. : amdssem, que j'aimasse; reddidissem, que 
je rendisse.] 

§ 110. Le futur se forme de Vinfinittf present, Bjxqnel on 
ajonte ai: la formation dufdtur est la mSme que celle da 
conditionnel, k part la lettre s que n'a pas le futur. Ex, . 
i'aimer-ai, je finir-ai, je recevr-al, je rendr-al. 

[HiSTOiRE. — Le futur est, en realite, un temps eompos6; il 
est form^ de Tinfinitif du verbe et de I'indicatif present de 
PauxiHaire avoir, dont les deux premieres lettres (av) disparais- 
sent aux deux premieres personnes du pluriel, pour la rapidite 
de la prononciation, Ex. : Taimer-ai, tu aimer-as, ilMfner^a, 
nous aimei'-ons, vous aimer'-ez. Us aimer-ont. On trouve deja en 
latin des tournures comme celle-ci : habeo ad te scrtbere, j'ai a 
vous iCTirey et, par suite : je vous 6crir-ai.\ 

(* Grammaire COMPARATIVE. — II est k remarquer que Ic 
futur est marque aussi par un auxiliaire en allemand {werde:ii) 
et en anglais (shall et wUl). Do m^me il se rend en grec mo- 
deme par OiXo) et Tinfinitif : en grec ancien, on le rendait sou- 
vent aussi par uleXao) et Tinfinitif .] 

oorss 8ur. 7 



y Google 



110 



GBAHMAIBE FBANgAISE. 



2® Tew/pB composls. 



§ 111. On forme les temps composes en ajoutant 
I'anxiliaire etre on I'auxiliaire avoir Kaparticipe passe. On 
forme le participe passS lui-m^me en ajoutant an radical : 

Ex. : aim-6. 
fin-i. 
{avec alteration du radical 
duverle) reg-u. 
( savf diverses except 
tions) rend-u. 



6 pour la 1" conjugaison. 
« — 2« — 

u — S^ — 



Exemple de temps 



Parfail 



Plus-que- \ 
parfait. 



Fulur 



Mode indicatif 



J'ai eu fini. 



ind6fini. ) (J>^ que fai en fini, 
je suia parti.) 



Parfail \ ^'"^ ''' ^' 

anterieur. i <^^ qaefem eufmi, 
je partis.) 



3'e.yvAa eu fini. 

(Si favais m fini, 
je serais parti.; 



J'auxai eu fini. 



anl6rieurj (Qnand/«ttrai eufini, 
[ je serai parti.) 



Mode imperatif 



Mode subjonctif 



Qne j*aieeu fini. 

(Avant que faie eufini^ tout 
le monde sera parti.) 



Que j'eusae eu fini. 

(Arant quefetisseeufiniyttixA 
le monde ^tait parti.) 



y Google 



TEMPS SURdOMPOSES. — § 112L 



111 



Les antres terminaisons da participe passd de la 4* oon^ 
jngaison sont : 

is Ex. : mis (de mett-re) ; 

s — clos {de ch-re) ; 

t — fait {de fai-^e)\eori%irmi{deeon8hnii're), 

3** Tem^s surcomposes : 

§ 112. Les imps composes enx-m^mespenyent, en mul- 
tipliant les anxiliaires, former des tenips surcomposis, qui 
rendent des nuances diyerBes dii pass^j mais sont en g^n^- 
ral peu usites. 



surcomposto. (Yerbe Finir.) 



Mode conditionnel 



J'atirais eu fini. 
(TauraU eufini, si Ton ne m'etkt retard^.) 



Mode inflnitif 



Ayoir eu fini. 

(Aprte avoir eu 
fini, je Buis 
parti.) 



Mode participe 



Ajant eu flni. 

(Ayant eu JinU 
je Btus parti.) 



y Google 



112 GRAHHAIRR FBAKgAISE. 

Terminaisom et desinences. 

§ 113. On appelle terminaisons les lettres oa leaityllabes 
qai s'ajoutent an radical ponr former les temps et les 
modes (Voy, § i06). 

Tous les modes out des terminaisons. Ex. : 

iindicatif : j'aim-e. 

imp^ratif: aim-e. 

subjonctif: (que) j'aim-e. 
conditionnel : j'aim-erai-s. 

Modes impersonnelB \ ^°^*'?f= *!""-»'• 

^ ( partieipe : aim-ant. 

§ 114. Oq appelle plas specialement disinences les ter- 
minaisons des modes personnels, qui indiquent les per- 
sonnes. Ainsi : 

s indique g^n^ralemenl la 2^ personne dn singulier; 
Ex. : tu aime-s, 
tn rend-s; 
ons et mes la V^ da plariel ; 
Ex. : nous aim-ons, 
nous aim4-mes ; 
ez et tes la 2'' dn plnriel ; 
Ex. : vous aim-eZy 
vous aim^-tes ; 
ent, pnt, rent la 3 dn plnrieK; 
Ex. : ils aim-ent, 
lis aim-er-onty 
ils aim-^-rent 



y Google 



TABLEAU D£;S DESINENCES. f § 115. 113 



!« SINGULIEB. 



V persanne : pas de dMnenee k rindicatif da pr^nt et da parf ait d^fini 
dans la 1*^ conjogaison Ifctime, fainuH), Demonic : fat; 
id. au pr^nt de rindicatif de qndqnes verbes irreguUera 

en ir (Je cueUUj je tresxMlet etc.) ; 
id. an futar de tootes les oonjugaisons {fauraitfaimey'ai, etc.) ; 
id. au present et k rimparfait du snbjonotif {que fmme, que 
faimcuse^ que Je refoive) ; 
— 8 & rindicatif dn present et da paifait ddfini dans les 2«, 8* 

et 4* conjugaiaons ijefinii; je refoUf Je regus; Je rends, je 
rendu) ; z poor s dan8>« veux, etc. 
id. k I'imparfait ifavais, faimait) ; 
id. an conditionnel Ifauraii, faimerais). 

2* peraonne : B k tons les temps et k tons les modes, excepts k Timp^. des 
verbes de la 1^* ooDJug., et de qnelques antres verbes : 
atm«, aie, va, aaehe, eueilte, treuaillej etc. 



Z* pereonne : p<u de ddsinenee k rindicatif present dans la l^" conjogaison 
{il aime) et dans le verbe aivoir {il a) ; 
id. k rindicatif pr^ent dans les verbes de la 4« conjugalson 

dont le radical est termini par an d {il rend, il nwrd)\ 
id. au parf ait d^fini de la l'* conjugalson (il aima) ; 
id. au sabjonctif pr^nt {fu^U aime, quHl ^nUse, quil re- 

foive, qu'il rende) ; 
id. an fatar {il aimera, ilflnira, il recevra, il rendra). 
— t k rindicatif present dans la 2* et la 3« oonjugaison, et 

dans les verbes de la 4* dont le radical ne se termine pas 

par un d {il Jlnit, U regoit, U rompt) ; 
id. au parfait dMoi des 2«, 8* et 4« conjugalBons {il Jlnit, il 

refuty U rendu) ; ct des verbes iire et avoir (il fut, il eut) ; 
id, an subjonctif pi^teent des verbes itre et awHr {quil soit, 

qu'il ait), 
id. k rindicatif et au snlqonctif de I'imparftdt {il avait, il 

cdmaUt qu'il aimdi) ; 
id. an conditionnel {U oMrait, il almerait). 



2<> PLUBIEL. 



lr« personne : ons, k rindicatif present et k rimp^ratif {aimonst nous aimons); 
id. an futur inous aurons). 
— ionSi k rimparfait de rindicatif (notM avione, nous aindons) ; 
id. au conditionnel {nous aurions, nous aimerions) ; 
id. au subjonctif da present et de rimparfait {qtte nous ai- 
ndonSy que nous aimassions) ; 
I, an parf. d^ni {nousfCmeSy nous eAmes, nous aimdntes, wus 
ree^meSy etc.) et au present du verbe 4tre : nous sommes. 



2* personne : ez, aux temps et modes oil la I'* penonne se termine en <ms 

— iez, aux temps et modes oix la V* personne se termine en ions. 

— tea, au parfait d^fini, quand la I'* personne se termioe en mes ; 

et au present du verbe itre : vous ties. 



8* personne : ent, au prteent de rindic. et du subj. {ils aimenty quHls rendent), 
excepts dans qnelques verbes : ijs sont, ils onty ils votity 
ils font; 

— id. k rimparfait et au conditionnel (ils avaient, Us aimaient, 

ils auraient), 
— - ont, au futur de tons les verbes (ils seront, ils auront, ils ai- 

meront, etc.). 

— Mat, au parfait d^flnl {its ewmU, Us /urentt Ut altnirent, etc.). 



114 GBAXMAIBE FBAN9AISE. 

Bkkabque I. — Premih*e personne du singtilter. 

[HiSTOiBS. — Dans Torthographe aciuelle, il y a une s a la 
premiere perBonne da singolier des temps simples de rindioa- 
tif et da coDditionnel de toutes les conjugaisons, sanf aii futur : 
il n'y ad'exception que pour Tindicatif present de la premiere 
conjugaison (nous ne parlous id que des yerbes t^jftUiers). 
Dans la vieille langue fran9aiBe, il u'y avait jamais d'« a La 
premiere personne; on ^crivait, je regoi, je rend. JjS s'est in« 
troduite sans doute par analogie avec la denxi^me personne. 
C^est dans la premiere partie du xvii* siecle que s^est etabli 
Tusage de mettre une s a la premiere personne du singulier: 
Dans son Dictionnaire (1603), Niood ecrivaitje fai. En 1647, Vau- 
gelas, dans sa Preface, dit : « Je fais et tu fais se ressemblent » 
(pour r^criture). Malherbe ecrit tantdt avec une s, tantdt sans 5. 
L^usage de ne pas mettre d^$ k la premiere personne s'est 
longtemps conserve en po^sie, non par licence, mais par sou- 
venir de Tancienne langue. Ex. : 

Elvire, oh sommes-nous 7 Et qu^est-ce que je voi ? 

Bodrigue en ma maison 1 Bodrigue devant moi 1 

(COBKBILLE, ic Cid.) 

Grftce au ciel, j'cn/rcuoi. . . 

Dieux ! quels ruisseanx de sang coulent autour de moi 1 

(bagine, AndromaqueJ) 

Ce discours te surprend, docteur, je Vapercoi, 
LlKKBune de la nature est le chef et le roi. 

(BOILBATJ, Satire VIII.) 

La mort a respects les jours que je te doi, 
Pour me donner le temps de m'acquitter vers toi. 

(VOLTAIBB, Benriade.) 

Orioines latinss. — Si le vieux fran^ais ne mettait pas d'« 
a la premiere personne du singulier, c^est qu^il n*y en avait paa 
en latin : De credo venait je croi, de prendo (pour prekendo) je 
prend, De cantabam venait je ekantoie. Siy au contraire^ il y a 
one s kl& deuxieme personne, c'est qu^il y en a une en latin : 
erediSy tu crais; prendis, tu prmds. ] 

BeiiabquI! II. — Deuxieme personne du singulier. 
On a vn qa'il 7 a une a kin deaxi&me personne da 8in« 
gnlier^ ponr tons les temps et ponr tons les modes, excepts 
^ k rimp^ratifde la premiere oonjngaison. Mais cette 9 repa- 



y Google 



DBS DESINENCES. — § 115. 115 

jait, m^me h, ce mode, pour cause d'euphonie, quand le verK 
est suivi des mots en et y. Ex. : Tii m entmdti U commm- | 
cement de cette histoire : ecoides-en la fin- Vas-y toi-meme. 
Void des fleurs; cueilles-en. , 

[* Originks latines et Histoire. — II n*y a pas d's a la 
deuxieme personne de Timperatif fran9ai8, a la premiere con- 
jugaison, parce qu'il n'y eu a pas en latin : ama, aime; il ne 
devraitpas y en avoir non plus aux autres (lege, lis, etc.). Mais, 
par analogie avec les autres secondes personnes, Temploi s'eu 
est generalise. On trouve, dans Tancienoe langue, de nombreux 
exeraples d'imperatifs de verbes en er ou du verbe savoir avec 
une s dans les textes da xii® au xiv** siecle ; Ex, : 

Sachet se Hector vait au tornoi, (Benoist de sainte-mobe.) 
Porte* houneur aux renomm^es. (Christine de pis an.) 

Des le xvi*' siecle, c'etait un usage oompletement abandonne, 
et reduit aux verbes qui precedent «n et y. Cependant on trouve 
une s en dehors de cette circonstance dans ces vers de Voltaire •• 

Retranches, 6 mon Dieu, des jours de ce grand rpi, 
Ces jours infortun<5s qui Teloignent de toi. 

Au contraire, Racine n'en a pas mis a la deuxieme personne 
du fiingulier de Timperatif du verbe venir : 

Fais donner le signal, cours, ordonne et revten 

Me d^livrer bientot d*un f^cheux entretien. (Phedre,)] 

Eemarque III. — Troisieme pey^sonne du singidier, 

[ * Histoire. — A la troisieme personne du singulier, il y a un 
t au present de Tindicatif dans toutes les conjugaisons, excepte 
dans la premiere. Dans la vieille langue fran9aise, il y en avait 
partout, m^me au present de I'indicatif de cette conjugaison, 
et m^me au futur de toutes les conjugaisons. C'est primiti- 
vement pour cette cause, et plus tard par raison d'euphonie, 
qu'un t a ete mis a la troisieme personne des verbes conjuguea 
interrogativement, devant les pronoms commen9ant par une 
voyelle ; mais aujourd'hui ce <est separe du verbe et du prononi 
par un trait d'union (Voy. § 104, Rem. Ill, ObigiNes latines). 

Le * a disparu apr^s les radicaux termines par un d, parce 
qu'il devenait inutile et difficile a prononcer (il rewd, il mordi 
au lieu de il rendt, il mtYi'dt), 

A la troisieme personne du singulier de I'imparfait du sub- 



y Google 



116 GBAMMATRE FRAN5AISB. 

jonctif y il y a un accent circonflexe snr la terminaison, par suite 
d^nne contraction. Ainsi : 
Qu'il fitt s'ecrivait autrefois qu'il fust; 

— eiLit — — eust; 

— aimdt — — aimxxst ; 

— finit — — finisty etc. 

Les formes en st etaient elles-m^mes contractees de formes 
plus anciennes, qui venaient du plus- que-parf ait du subjonctif 
latin ; fuissety habuisset^ amdsset, finissety etc.] 

Remarque IV. — Personnes du pluriel. 

[* Obiqines LATtNES. — Les desinences des troJs personnes 
du pluriel ons, ez, ent sont d^rivees des desinences latines amuSy 
at is, ant {Ex.: amamus, nous aimows; amafts, vous aimez; 
aman^, ils aiment lonSy iez viennent des desinences emus, etis 
(Ex. : amernus, que nous aimwns; ametis, que vous aimiez). 
Etymologiqueraent, les premieres ne convenaient qu'i Tindi- 
catif present, les secondes au subjonctif present des verbes 
derives de la premiere conjugaison latine. Les unes comme 
les autres se sont ^tendues a d*autres temps et k des verbes 
derives d' autres conjugaisons.] 

II y a un accent cir«onflexe sur Tavant-derniere syllabe 
de la terminaison du parfait defini, anx deux premieres 
personnes du pluriel, dans toutes les conjugaisons, Fx. : 

nous aimames, vous aim^tes ; 

nous finimes, vousfinites; 

nous re9umes, vousre9fttes; 

nous rendimes, vous rendites. 

^ [Origines latines et Histoirb. — Get accent circonflexe pro- 
vient d'une contraction produite par la suppression du v latin 
dans les verbes de la l'« et de la 4® conjugaison. Ex. ; amammus, 
nous aimdmes ; finivimus, nous finimes. L*usage n'a pas adopte 
I'accent circonflexe pour la 3° personne du pluriel, bien que la 
m6me contraction s*y soit produite ; mais il Ta ^tendu a la 3*^ con- 
jugaison, oil d^autres contractions ont eu lieu : recepimus, 
nous vermes; rece^istis^ vous recutes; reddidimus, nous ren- 
dimes ; reddidistis, vous rendites. Dans Tancienne langue f ran- 
9ai8e, jusqu'au xvii® siecle, on ecrivait : nous aimasmes, vous 
aimastes; nous finismes, vous finistes, etc.] 



y Google 



VKEBE8 AUXILIAIEBS. — § 116. 117 

4« SECTION. 
Remarques particuli^res sur les verbes. 

Verbes auxiliaires. 

% 1 16. [* OBiomis LATiNBS BT HisToiRB. -^ Ces dooz verbes, 
en latin (e^ae, habere) ODt presque toujours leur sens propre, 
celai diexkter, et de possMer. Cependant deja, an temps de la 
bonne latinite, on trouve dea locutions oil le verbe habeo semble 
perdre son sens pour n^^tre plus qu'un auziliaire. G^est ainsi 
que C^sar a dit ; Vectigalia parvo pretio redempta habet Et 
Gic^ron : De Cassare satis dictum hdbeo, 

* Le verbe avoir vient de habere : habeo donne fai; habeam^ 
{que)faie, 

Le verbe etre se rapporte k trois verbes latins : 

i^ esse, qui a donne Tinfinitif 4tre {estre, de f essere), Tindi- 
catif et le subjonctif present, je suis, tu es^ il est^ nous 
sommes, etc. (5um, es, etc.) ; que je sois (sim) ; le futur, je serai 
(f essere habeo); 

2^ Tancien verbe fuere, dont 11 est rest^ dans les auteurs clas- 
eiques le subjonctif present fuam et le parf ait fuiy et d'otl sont 
venus le paiiait d^fiiii je fus, et Timparfait du subjonctif {que) 
je fusse; 

3® le verbe starBy qui a donne Timparfait j'4tais {j'^estoiSy 
stabam)y le participe present 4tant (estanty stantem) et le parti- 
cipe pass^ it^ {est6y statum)*] 

REBffARQUE L — La seconde forme du parfait indefini du 
verbe avoir y au conditionnel (j'eusse eu), est la meme 
que la forme du plus-que-parfatt du subjonctif y moins la 
conjonction que, laquelle da reste ne fait pas^ en realite, 
partie da sabjonctif. 

[Origines latinms BT HiSTOiRE. — C'est une imitation de la 
forme latine habuissemy qui est un plus-que-parfait du sub- 
jonctif et s*emploie dans le sens du conditionnel. 

^Remarque II. — Le participe afjant se forme, non 

90W tUF, 7 



y Google 



118 



GEAMMAIBE ITBAN^AISS 



dn radical av, mais de la premiere personne da present^ 
addition du snffixe a7iL 

Remarque III. — Au|)arfaifc difini du verba avoir, le 
radical av disparate, da moias pour la prononciation : I'a 
Be change en e et le i; se suppnme : yem. 

* Remarque IV. — Dans le futar j'at^w, Tw represent 
li^t^ dn radical. 

[* HiBTOiBis. "^ Dans rancienne langue, on disait j*aver~uiy 
favr^iy comme on dit je recevr-oi (Voy. plus loin § 128). 

L^avant-derniere edition du Diciionnaire de V Acad&mU fran- 
gaise n835) autorisait a ritup^ratif et au subjonctif da verbe 
avoir 168 formes anciennes : ayCj que faye^ que ta ayes, quHls 
ayent, Mais cette forme est condamn^e par la demiere Edition 
(1878) comme hors d' usage : du reste elle n*apas de raison d'etre ; 
car Vy ny represente ni uae etymologie grecque, ni le doable 
son de Vi qui ne se produit gu4re devant un e (excepte quelque- 
f 018 dans paye, essaye, etc.).] 

V° Conjugaison (en B&). 

§ 1 17. [Originbs latxnes. — La conjugaison en er vient : 
1® De la !*« conjogaison latine en are : amare, aimer; 
7P I)e la 2« et de la 3e conjugaisons latines en ire, Hre : absor- 
>bere, absorber; imprimSref itnprimer.] 

§ 118. Remarque I. — (Verbes en cer.) Les yerbes 
tenxuii^s h, Tiafinitif present par cer prennent ane cedilie 
MOB le c deyant a et o, afin de garaer la prononciation 
douce de I'infinitif. Ex. : Placer, il pla9a, nous plagons. 

Principaux verbes en cer : 



avancer, 


forcer, 


percer, 


amercer, 


gercer, 


pincer. 


balancer, 


glacer, 


prononcer, 


deplacer, 


influencer, 


renoncer, 


enfoncer, 


lancer, 


sucer, 


ensemoncer, 


menacer, 


tracer. 



y Google 



PRINCIPAUX VERGES EN geP. — § 120. 119 

§ 1 19. Remarque II.-— ( Verbes en ger.) Les verbes ter- 
mines & rinfiaitif par ger ont un e muet apr^s le g devant 
a et 0, ponr garder la prononciation doaoe du ^ ik Tlnfi* 
nitif, efc n'en oat pas devant i ni deyant e, parce que cette 
addition n'eBt pas. neeessaire. Fx. : Manger, nous man- 
geames, nous mangious^ nous avona mang^. 





Principaux ve^^bes m 


ger : 


affliger. 


h^berger, 


ranger. 


all^ger, 


interroger. 


ravager. 


allonger, 


juger. 


ronger, 


arranger. 


manager, 


saccager. 


changer. 


nager. 


songer. 


charger. 


,partager. 


venger. 


corriger. 


plonger. 


Toyager, 


d^dommage 


r, prot6ger. 


etc. 



§ 120. Remarque III. — {Verbes qui ont un 6 fennd a 
Vavanirdernih-e syllabe,) Les verbes qui, k Tinfinitif, ont 
un e ferme k Tavant-derni^re syllabe, changent cet e fenn6 
en € ouyert qnand la syllabe qui suit est muette, et ter- 
mine le verbe. Ex, : esp^rer, j'esptoe. 



Vefi'bes ayant un 


6 ferm4 a Vavant'd&rniere syllabe 


ace^Wrer, 
all6cher. 


empieter, 
exceder, 


r6p6ter, 
r^it^rer, 


all6guer, 
c6der. 


inquieter, 
liberer. 


rec^ler, 
rivfler. 


cel^brer, 


mod^rer, 


s^cher. 


consid^rer, 
d^c^der, 
decr^ter, 
dig^rer, 


op^rer, 
pers^v^rer, 
pr^Krer, 
regner. 


temperer, 
tol^rer, 
v^g^ter, 
etc. 

Digitized by GoOQle 



120 GRAMMAIRE PRAN5AISB. 

Oette regie da chaagement de Ye termi en e onyert ne 
s'applique qn'aux formes da verbe oil la terminaison esfc 
maette : Taccent aiga se conserve an fdtar et aa condi- 
tionnel present. Ex. : je vegeterai, falUgicerai,je cederai, 
fe8pirera% nous reglerons. 

La raison de ce fait est qae 1'^ maet, se troayant entre 
an e ferme et une syllabe accentu^e, ne compte pas dans 
la prononciation, tandis qae la derni^re syllabe compte 
(on prononce je vegefrai, je cecHrai^ etc.). II en r^salte 
qa'il n'est pas n^cessaire de donner a la syllabe pr^e6- 
dente un son plus fort en changeant Yi ferme en e ouvert. 

( • HiSTOiRE. — Jusqu'a la derniere Edition du IHdionnaire 
de VAcad^mie francaise (1878), il ^tait de regie que les verbes 
termines'en iger conservaient Taccent aign dans toiite leur 
conjugal son, et que Ton devait ecrire : j'aW^cyc, yabr^ge, fas" 
sUge, je protege, comme on ecrivait pi^ge, si^ge, college. L'Aca- 
demie, ee conformant a la prononciation usuelle, qui met sur 
ces mots bien plut6t Taccent grave que Taccent aigu, ecrit : 
f allege, fabr^e, jc protege, oomme elle ^crit pt6ge, si^ge, 
college.] 

§ 121. Remarque IV, — (Verbes qui ontun e muet a 
Tavant-demiere syllabe.) — Les verbes qui, arinfinitif,ont 
an e maet k Tavant-derni^re syllabe, changent cet e mnet 
en € ouvert devant une syllabe muette. ^a:. .* achever, 
J'aoh^ve, j'ach^verai. 

La raison de ce changement est que I'oreille serait 
choquee par la succession de deux syllabes muettes. 0*est 
pour la m6me raison que le verbe celer devient receler. 

Autres verbes ayant un e mu>et a Vavant-demiere syllabe : 



mener, 


amener, 


ramener. 


promener. 


lever, 


enlever. 


relever, 


soulever, 


peser. 


semer, 


d^pecer. 


etc 



§ 122. Remarque V. -^{Verbes en eler, eter.) Larigle 

Digitized by VjOOQIC 



VERBBS EN eler, eter. — § 122. 121 

prec^dente s'appliqae k quelques vertos en eler, eUr, Ex. : 
acheter, rauheter, geler, d^geler. 



becqueter. 


harceler^ 


lx)urreler. 


marteler, 


celer, d^celer. 


modeler, 


coUeter, d^lleter, 


peler. 



On icrira done xfachht^yje decile, je gile, je harcile, 
je module, je pile, etc. 

Mais, le pins g^n^ralement, les verbes en eler, eter don* 
blent leur I et leur t devant une syllabe muette. Ex.: 
Appeler, j*appelle, j'appellerai; jeter^ je jette, je 
letterai. Cette r^gle est celle des verbes suivants: 



Verbes en 


elep: 


Verbes en 


eter : 


amonceler, 


ipeler, 


cacheter. 


fureter. 


appeler, 


etinceler. 


caqneter^ 


fenilleter, 


atteler. 


ficeler, 


crocheter, 


jeter^ 


carreler, 


niveler, 


d^cacheter. 


rejeter, . 


chanceler. 


rappeler, 


empaqueter, 


projeter. 


ciseler. 


etc. 


^ponsseter^ 


sonfHeter, 


ensorceler^ 




^tiqneter. 


etc. 



On le Yoit, il 7 a denic manieres de marqner Taccentoa- 
tion d'nne syllabe : 1^ changer Ye muet en e ouvert ; 2^ re- 
donbler la consonne qni snit cet e. 

Ces rfegles, qni sont snivies par les verbes en eler, eter, 
ne s'appliquent pas anx verbes qni ont nn e ferme k Tavant- 
derni^re syllabe, et qni changent cet e ferme en e onvert 
(Voy. § 120). Ex. : reviler,je rivele; repeter,je ripete. 

[OBiaiNte LATiNBS. — Dans les verbes en c/cr, eter, Taccent 
tombe tant6t sur la detni^re, tant6t sur ravant-demiere syllabe. 
n occape en fran9ais la m^me place qa'il a dans ^eurs pnmitifs 



y Google 



122 



OBAtfMAIBB FRANgAISE. 



latins : appelldrey appeler; appelldmuSy nous appel(ms; appMlo, 
fappelle ; appdlat, il appelle ; jdcto^ je jette ; jactdmuSy nous 
jetonSf etc.] 

I § 123. Remarque VI. — (Verhes en 6er, ier.) Dans les 
verbes en eer, ier, les voyelles e, i font partie du radical, 
et Ton doit y ajonter toates les terminaisons n^cessaires 
a la eonjugaison. En consequence i 

V Les verbes en eer ont un e ferme et nn e mnet par- 
tout ou la terminaison commence par nn e mnet. Ex. : 
Cr^-er, je cre-e, je cr6-erai ; et ils ont, an partictpe passe 
du feminin, trois e de suite, dont deux fermes et nn mnet. 
Ex. : Gr6-^e, agr6-6e ; 



Autres verhes en 6er : 



d^sagreer, 
procr^er. 



r^crfer, 
supplier, etc. 



2** Les verbes en ier ont deux % de suite k la V^ et k la 
2® personne du pluriel de Vimparfait de Yindicatif et du 
mhjonctifprisenL Ex. : pri-er, nouspri-ions, vouspri-iez, 
que nous pri-ions, etc. 

Autres verhes en* ier : 



allier, 


expier. 


rectifier. 


amplifier, 


gratifier, 


remercier, 


appr^cier, 


initier, 


sacrifier, 


associer. 


lier, 


simplifier, 


bonifier, 


manier, 


supplier, 


colorier. 


n^gocier. 


terrifier. 


dfcrier, 


nier, 


varier, 


d^dier, 


parier, 


verifier, 


^tudier, 


plier, 


vicier. 



§ 124. Remarque VII. — (Verhes en yer.) Parmi les 



y Google 



VERBES EN Oyer ET EN uyer. — § 124. 128 

verbes en yer^ il fant distinguer les verbes en ayer^ eyer et 
les verbes en oyer, uyer: 

V Les verbes en ayer, eyer gardenii partout I^r y. 
Ex.: payer, jepaye, je.payerai; grasseyer, je gras- 
seye^ je grasseyerai. 

Autres verbes en ayer : 

balayer, delayer, 

b^gayer, efitayer, 

deblayer, essayer. 
defrayer, 

(Cfrasseyer est le seal verba nsiti en eyef\) 

2° Les verbes en oyer, uyer changent Yy en * devanfc 
une syllabe muette. Ex, : employer, j'emploie, j'em- 
ploierai; essuyer, j'essuie, j'essuierai. 

Autres verbes en oyer, uyer : 



aboyer, 


condoyer, 


noyer. 


tntoyer. 


apitoyer. 


d^ployer, 


octroyer. 


— 


choyer, 


louvoyer, 


ployer, 


appuyer, 


c6toyer. 


nettoyer, 


rudoyer. 


ennnyer; 



Oette diffiSrenee entre les verbes en ayer, eyer et les 
verbes en oyer, uyer, tient k nne difference dans la pronon- 
ciation. Le son mouill^ de Yy grec ne se maintient pas 
devant nne syllabe mnette dans les verbes en oyer et en 
nyer. Au contraire, il reste, en g^n^ral, dans les. verbes en 
ayer. Gependant I'Academie admet qne, an fatnr et an con- 
ditionnel, c'est-&-dire lorsqne la syllabe muette se trouve 
finivie d'nne autre qui est accentu^e, on pent 6crir6 
anssi : jepaierai, je paierais; fessaierai, fessaierais. Cela 
tient k ce que Ye muet disparatt entre deux syllabes so- 



y Google 



124 GRAMMAIRE FRANCAISE. 

nores ; et le Dictionnaire de rAcademie (1878) admet aussi la 
fonne contracttey^ patrat, qu'on trouve dans La Fontaine : 
Je vous pairatj lui dit-elle: ainsi que les formes monosylla* 
biques du present ;ytfi>aytf, ilpaye; ou je paie, ilpaie^ etc. 

S 124 dts. Dans les verbes en yer, Vy fait partie du 
radical; il faut y ajoutp.r les terminaisons. En cons^- 
que ce, Vy est suivi d'un t aux denx premieres personnes 
du pluriel de Yimparfait de Vindicatifet du subjonclif pi^e- 
sent. Ex.: nous essayioas, yous essayiez; que nous em- 
ployions, que vous employiez. 

§ 125. Rem AEQUE VIII. ---{yerhes en uer el en ouer.) 
Parmi les verbes en tier, c'est-i-dire les verbes dont le radi- 
cal est termine par un u, il faut faire une distinction : 

V Les verbes en quer et ceux oil Vu, place aprte un g, 
ne se prononce pas^ mais modifie simpletnent la pronon- 
ciation de cette consonne (par exemple : pratiquer, remar- 
qtier; alUgic&r, distinguer\ suivent le module de la premiere 
conjugaison, aimer) i 

2* Les verbes dont Vu se prononce avec une valeur 
propre, ou forme avec un o la voyelle compos^e ou (par 
exemple : conlrtbuer, distribuer ; avouer, jouer, secouer), 
offrent la particularity suivante : lorsque, dans les termi- 
naisons de ces verbes, Vu est suivi d'un », oet % prend un 
tr^ma, de mani^re k ne pas former avec Vu les diphton- 
gues ui^ (?u«. Ainsi Ton ecrira : nous distribulms, vousjouiez, 

Dans le verbe arguer, Vu a le son qui lui est propre. 
Aussi ce verbe suit-il la seconde des regies pr^c^dentes. On 
ecrifc : nous argutons, vous arguiez. De plus, ce verbe preod 
un tr^ma sur Ve muet precede d'un u, de mani^re k faire 
prononcer Yu: farguJiiy farguerai. 

2® Conjugaison {en re). 

^ 126. Le module de la 2® conjugaison (le verbe finvr) a 
la syllabe iss aux trois personnes du pluriel de Tindicatif 



y Google 



OONJUGAISON EN Ir. — § 127. 125 

pr^nt^ an snbjonctif present, an participe present ei a 
rimparfait de rindicatif ; mais il y a, dans la 2® conjngai- 
son, des verbes qui n'ont pas cette syllabe et qni sont dits 
irreguliers, Nons les verrons plus loin. 

[Origines latines. — La syllabe iss, qui s'intercale entre le 
radical et les terminaisons a differents modes, vient des formes 
esco, isco, que presentent les verbes inchoatifs latins, et qui se 
sont gen^ralisees dans le passage de la langue latine au fran- 
9ais. Ex.: 

floreo, florescOf fl6rissanU 

gemo, gemisco, g&missant. 

La deuzi^me conjugaison fran9ai8e a, du reste, diverses origines : 
1* les verbes en c5co, isco ; 

2* les verbes latins en to, comme finio {finire, finir) ; 
3" quelques verbes de la troisi^me conjugaison latine : cuHrTe 
courir; ou de la deuzi^me : ahoCere, abolir, 

§ 127. Trois verbes de la 2® conjngaison donnent lieu k 
des remarqnes particnli^res : benir^ haif\ fleurir. 

1" Binir a deux participes passes qui different par I'or- 
thographe et par le sens : le premier (bent) est conforme 
an module de la 2« conjugaison {fini) : il signifie qui est Pob- 
jet de benedictions, Ex. : Que son nom soit b^ni ! maison 
benie dn ciel. Le second (benit) signifie consacr4 par une 
c^r^monie religieuse; mais le participe b^nit , b^ntte 
n'est nsit6 qne lorsqu'il est employ^ comme adjectif. 

Ex. : de I'ean b^nite, dn pain btoit. 

[ORiomES LATINES ET HiSTOiRE. — Le participe pass6 de bmir 
B'^rivait primitivement benii (benedictum) dans tous les sens, 
cotnme on ^crit dit (jAictum), Ce n^est qu'a une epoque assez 
r^cente de la langue qu'on a ecrit 6^m, V* parce que la conju- 
gaison du verbe bHiir s'est assimilee en fran9ais a celle du verbe 
piir , bien que leur origine f At differente {benedicere, finire) ; 
2** pour mieux distinguer les deux sens du verbe. 

* Mais on lit dans Bossuet : <l Cette montagne ^tait b^nite de 
Dieu. — On nous montre une semence b4nite, — Dieu promil^ 
que toutes les nations seraient Ignites, c*est4-dire rappelees a 
sa connaissGince. » Cependant Vaugelas avait deja (1647) ^tabli • 
entre bini et b^nit, florissant et fleurissant, la distinction qn' 
€8t admise aujourdiiui.] 



y Google 



126 GBAMMAIRE FRAK5AISB. 

2** Hair conserre ]e trema sur Yi dans toute sa con jugai- 
son, excepts anx trois personnes du singulier de Tindicatif 
present (je hais, tu hats, il hait) et k la 2® personne du sin- 
gulier de rimperatif Qiais), . 

3® Flmrvr est regnlier lorsqu'il est employ^ an sens 
propre {^tre mi flmrs), Quand il est pris au sens figure 
iprosperer), il a pour participe present florissant devenu 
adjectif verbal, et pour imparfait je florissais. Ex, : Le 
uommerce est florissant. 

[ Obigines LATiNES ET HiSTOiBE. — Cette anomalie n*est qu'ap- 
parente. II y avait primitivement deux verbes qui out fini par 
se fondre en un seul : 1° florir, le plus ancien des deux, venait 
du latin florerCj et n'a garde que son participe present et son 
imparfait; 2^ fieurir, verbe d'origine plus recente, est derive 
du mot fleur. — L'usage a donne a chacun de ces verbes un sens 
special. 

* Mais cette distinction n'etait pas encore f aite au xvu* siecle, 
comnie on le voit par les exemples suivants : « Notre siecle me 
semblait aussi fleurissant qu'ait et6 aucun des precedents. ]» 
(DESCARTES.) (L Hesiode fleurissait trente ans avant Horoere. » 
(BOssuET.) Ailleurs Bossnet dit : « La philosophie fiortssait 
dans la Grece. 3>] 

§ 127 bis. On conjague sur finir les verbes appUmdir^ 
choisify agh\ amoUiry eclaircir, empUr, enfouir^ munr. 

3® G<mjugais(yii (m oir), 

§ 128. [OBiomBS LATINES. — La coDJugaison en oir vient de la 
deuxiemeconjugaison latine (en ere); la syllabe finale, qui n'^tait 
pas accentu^e) a disparu en fratiyais, et Ve long de Tavant-demiere 
aete remplac^ par le son oi, dont la prononciation primitive (owe) 
rappelait Ve latin. Ex. ; debere, devoir; habere, avoir. De m^me, 
legenif telam, ont donne loi, toile, etc. II s'y est joint (probable- 
ment par confusion entre la deuxieme et la troisi^me conju- 
gaisons latines) quelques verbes de la conjugaison en ^re. Ex. : 
recipere^ recevoir; perdpere^ percevoir, etc.] 

• Recevoir, percevoiry concevoir viennent de recipere,perciperey 
conciperef composes de capere, qui n'a pas de correspondant en 
franQois. — Le parfait je reciis {recepi) r^sulte du changement 



y Google 



CONJUGAISON EN OiP. — § 129, 127 

de lalabiale forte p en la douce Vf et de la vocalisation da v en 
u. Do m^me, au parfait du verbe devoir, il y a eu changemeni 
du 6 latin (debere) en v, puis vocalisation du u en u (Je dus),] 

Leg seuls verbes de la 3® conjngaisoDqnisnivent le mo- 
dele recevotr, et qui^ par cons^qnept, soient dits reguliers, 
sont les verbes terminus en evoir; par exemple : 

Percevoir, apercevolr, Deeevolr, 
Concevoir, Devoiry-redevoir, etc. 

LeB caracteres commnns k ces verbes sont les snivants : 

V lis snppriment partont les lettres ev devant la diph- 
tongue 01, excepte k Tinfinitif {Ex, : je rebels, que je 
re90ive), et devant t^ (Hx. : re9U, jere9US9 qne je re9usse) ; 

2* lis snppriment la diphtongue oi dans la jonction de 
rinfinitJf avec les termiifaisons ai^ais, pour former le futur 
et le conditionnel, Ex. : reeev-oir, je recev-r-ai, je re- 
cev-p-ais; dev-oir, je dev-p-ai, je dev-p-als. 

Parmi ces verbes, ceux qui se terminent en cevoir pren- 
nent une c^dille sous le c, quand il est suivi de o ou de u, 
pour que le f ne s'articule pas comme un k (Voy. § 16). 
Ex. : recevoip, je rebels, je regus. 

Les verbes devoir et redevoir prennentun accent circon- 
flexe au masculin singulier du participepass^ : dtk, pedtk. 
II en est de m^me du verbe irr6gulier mouvoir (mtk). 

4® Conjuffaism (en ee). 

§ 129. [Originbs latj^eb, — La conjugaison en re vient de la 
troisieme copjugaison latine (en ere); Vaccent est reste sur lasyl- 
labe accentuee, qui etait en latin rantep^nultieme, et Tavant- 
demiere syllabe a ete supprimee. Ainsi defend&re (contracte en 
defeni'r'e) a donn6 defendre; ^rdere (perd're), p&*dre, etc.]- 

Le verbe rendre est adopts par I'usage comme modele 
de la 4^ conjngaison, parce que c'est sur ce verbe que so 



y Google 



128 GRAMMAIRB' FRAKCAISE. 

conjaguent la plapart des verbes reguliers de la 4" cou- 
jugaison (terminus en mdre, aridrey ondrsy ordre) . 

1. attendre, 8. fondre, 
d^fendre, confondre, 
entendre^ r^pondre, 
eteDdre, tondre ; 
suspendre, 4. mordre, 
vendre ; tordre, 

2. repandre; etc. 

Nons avons remarque(§ 115, Rem. Ill) que ces verbes^ 
^ I'indicatif present, perdent la desinence de la 3* personne 
dasiDgiilier(^), qni neponrrait seprononceraprisle/^ final 
du radical. Le verbe romp-re, et les verbes dont le radical 
est termine par nne voyelle (/M*-r^, relui^e, ^eV^, etc.), 
n'ofPrent pas cette irr^gularite. On ecrit : il ramp-t, illuirt^ 
il relui-ty U plai-ty etc. 

Se conjngnent snr rend-re, k la plapart des temps, les 
rerbes : 

batt-re et ses composes : abattre,combattre, debattre, 

rabattre ; 
mett-re — commettre, d^mettre, com- 

promettre, promettre, re- 

mettre, permettre. 

II y a cependant nne difference k noter : c'est qne le 2^ / 

disparait anx trois premieres personnes du slDgnlier : 

je metSj tu mets, il met; je bats, tu bats, il bat; et & Timp^ 

ratif : bats. 

§ 130. Dans les verbes terminus en elndre, ain- 
dre, oindre, le d qni termine le radical se snpprime, 
k Vindicatif present, devant la desinence de la 1" et de la 
2* personne {s) et devant celle de la 3® personne dn singa- 
lier (0- Ex. : peind-re, je pein-s, tu pein-s, il pein-t; 
craind-re, je crain-s, tu crain-s, il crain-t; joind-re, je 
join-s, tu join-s, il join-t. 



y Google 



VERBBS IBREaULlERS ET Dl^FECTIPS. — § 132. 129 

An oontraire, dans les yerbes en endre, ondre, 1e t est 
snpprime : 37 rend, il ripond. 

Parmi les verbes en oudre, les nns (cenx en soud-re) 
snivent la premiere rtgle (Ei. : resoud-re, je r^sou-s^ tu 
resous, il resou-t) ; les autres snivent la seconde r^gle 
(Ex. : coud-re, il covd, il moud). 

§ 131. Les verbes en altre, oltre, comme paraitre, 
croitre, le verbe plaire et ses composes prennent Taccent 
circonflexe snr Yiy qnand il est snivi d'nn t : il connsilty 
il crolt, il plait. 

II faubnoter qne, dans les yerbes en altre et en oltre, 
le t de la desinence est sapprim^, parce qn'il ne ponrrait , 
se prononcer apr^s le t qui termine ^galement le radical 
(Voy. § 115, Rem. III). 



5e SECTION. 

§ 132* Verbes irrdffullers et verbes ddfectifis* 

On appelle verbes r^guliers cenx qui sont conformes 
aux modeles des quatre eonjugaisoDS, dont il est bon de 
recapituler ici les formes principales : 



r — 


TEMPS SIMPLES 


PABFAIT 
IKDiPINL 


PRiSKNT. 


IMPARPAIT. 


PARF. DiF. 


PUTOB. 


I. AIMEB. . . 
II. FINIE . . . 
ni. RECEVOm . 
IV. BBNDBB. . . 


J'aimo. 
Je finis. 
Jere^oia. 
Je rends. 


J'aimais. 
Jefinissais. 
JereoevaiB. 
Jerendais. 


J'aimai. 
Je finis. 
Je re^ns. 
Je rendis. 


J'aimerai. 
Je flnirai. 
Jerecevrai. 
Je rendrai. 


J'al aim6. 
J'ai fini. 
J'ai re^u. 
J'alrendn. 



On appelle verbes imguliers cenx qui s'^artent de ceg 
modules ; verbes defeclifs ceux qui manquent de plusienrs 
temps, de plasieurs modes on de plusienrs personnes. 

Mais qnelques-uns des verbes dits irreguliers sont^ 
comme nous le verrons, sonmis k des regies fixes et 
constantes. 

Digitized by VjOOQIC 



130 GEAMMAIRE PRAN9AISE. 

TABLEAUX DB 

N, B, Ces tableanz presentent une autre disposition c|iie cenx des Teib« 
r^galiers (§ 94 et saiv.). Ponr chaque verbe irregnlier (d^slg^d, sdo 
I'usage, par son infinitif present)^!! y trouve : P 4 la page gauche, U 
qaati'e temps simples ei le parf ait indelini, qui contient le participepassi, i 



VKRBBS 


PR]£SENT. 


TEMPS S 

mPARPATT. 


IMPLBS 


PARPAir 
iNDiFna. 


PARF. DKF. 


FUTCR. 


§ 133. Verhes irreguM 


1. AU«r 


Je vais. 


J'allaig. 

« 


J'aUal. 


J'iral 


Je sois all^. 


2. Envoyer. . . 


J'envole. 


J'enToyais. 


J'enyqyai. 


J'enveirai. 


J'ai enyoy*. 


§ 134. Verles irregtdm 


1. Aoquerir.. . 


J'acquien. 


J'acqu^rais. 


J'acquis. 


J'acquerrai. 


J'aiaoqai& 


1 a. S'enqu^rir. 
1 h, Gonqu^rir. 
Ic. Requ^rir. . 


Je 

m'enquiers. 

Je 
oonqniers. 
Je requiers. 


Je m'en- 

qu6rais. 

Je 

conqn^rais. 

Je 
requ^rais. 


Je 
m'enquis. 
Je conquls. 

Je requiB. 


Je m'en- 

querrai. 

Je 

Je 
requerrai. 


Je me suit 

enquis. 

J'ai Gooquii. 

J'ai leqnis. 


2. AsaaJOlir. . . 


J'aasaille. 


J'assaiUais. 


J'assaillis. 


J'asaailU- 
rai. 


J'aiaasaOU. 


2a.Tre88aiUir. 
3. Bouillir 


Je 
treasaille. 
Je boas. 


Je 
tressaillais. 
Je bonillaig. 


Je 
tressaillis. 
Je bonillJs. 


Je tres- 

saUlirai. 

Je 

bouiUirai. 


J^aitresoAi 
J'aibonilH. 



y Google 



* VERBES IBBAguIiIERS. — § 134. 131 

VERBES IRRSgULIERS. 

qui suf fit pour repr^senter les temps composes ; 2© i la page droite, ceux 
^des modes qui offrent des formes irr6guli6res. — Ces formes iir^guli^res 
sont distinguees des autres par des lettres italiques. 



IRREGULARITIES DES DIVERS MODES. 



,de la 1" conjugaison {en er). 



1. PRESENT iNSic. : /if voif (et dans le style familier : je mu), fu «ai, <i to, nout 
olloDB, Toos allez, iU vont, — impAbatif : Va, allons, allea. — subj. : Quej'aiUe, 
que tu aiUes,qu'il attUy que nous allioiu, que vons alliez, qu'Ht aiUent, — oomdi- 
TIONNKL : TiraiSt tu iraU, etc. — pabticipib : Allaat. — IMPARP. ikdic. : J'aUais. 
— SDBJ. : Que yallasse, que tu aUasses, etc. — PARFAIT Dinxi : /'allal. — 
PDTUR : J'irai. 

2. FDTUR : J'enverrai, etc — qpNorr. : Tenrerrais, etc. — Ainsi se conjugue le com- 
post Bexyoter. 



)de la2^ conjugaison {mi ir). 



1. PRESENT INDIC. : Tacquiers, tu acquiers^ il aequiert, nous acquerons, vous acqui- 
reZj etc. — impbr. : AcquierSy aequironsy acquirex. — bubj. : Que facquierey que 
tu aequUreSyquHl acquxhre, que nous acquirionSy que vous acquSrieZy quHla Mquierent. 
— OONDIT. : J'acquerrais, etc. — pabtic. : Acqmirant, — IMPARP. indic. : Tac- 
quiraiSy etc — subj. : Que facquissey etc. — PARPAIT Dimsi : J'acqmSy tu ae- 
quiSy etc — - PABnc. : Acquis. — pdtur : J*acquerrai. 



( layby e. 



Se oonjugaent comme ACQtT^RIR (anquel ils se rattabhent par lenr 
raedne, qui est le verbe d^fectlf QniEOR. Voy. plus loin). 



2, 2 a. Le verbe ASSAiLLm, comme le verbe de m&me origine trsssaillir, n'est irr^ 
golier qu*& I'indicatif , & Timp^ratif, an subjonctif , an paKicipe present et a I'im- 
parfait indicatif : — PR]^S. indic. : J^assmOe, je tressaiUe. — iMPibt. : AssaUky 
tressaille. — subj. : Que fassaiUey que je tressailU.— PABTIC. : AssaxUanty tres- " 
sailkmt. — IMPARP. indic. : J'assailktiSy je tressaillaU. 

3. PR:^. indic. : Je bousy tu bousy il bouty nous bouUUmSy vous bouittezy ils bottillent, 
— DfPBR. : Bous, bouillonsy bouillez. — subj. : Queje brntilUy etc. — oondit. : Je 
bouilliraia. — part. : BouHlant, — IMPARP. indic. : Je bouillals. — subj. : 
Que je bouillisae. — PARP. di^fini : Je bomllis. — PTJTUR : Je bouillirai. 



y Google 



]ft2 



GRAMMAIRE FRANfAISE. 



VEBBES 
A L'raFnnnF. 



4. Gourir. 



5. GouTxir. . . 



5 a. Ouvrir.. . 
s ft, Offinr.. . . 
5 c. Souffrir. . 



Je oours. 



Je couvre. 



J*ouvre. 
J'oflre. 
Je Bonflre. 



TEMPS SIMPLES 



PARF. Dlb. 



Jeoourais. 



Je oonvniB. 



J'ouTTais. 

J'offraia. 

Jesonffnds. 



6. Gueillir. . . . Je cneille. Jecueillais. Je cueillls. Je 

coeillerai. 



6 a. Dormir. . 



7. Faillir. 



8. Fuir. 



. Mentir.. 



9 a. Partir. . . . 
9 b, Sentir. . 
9 c. Sortir. . 
9 d. Servir. . 

10. Mourir. . . . 



Je dors. 



Je fanx. 
ilmum,) 



Je fills. 



Je mens. 



Je pars. 
Je sens. 
Je sors. 
Je seis. 

Je meais. 



Je conrus. 



Je couTiis. 



J'onyris. 
J'ofhis. 
Je Bouibis. 



Jedormais. 



Jefaillais. 



Je fuyais. 



Je mentais. 



Je pariais. 
Je sentais. 
Je Bortaui. 
Je seryais. 

Je monrais. 



Je oonnai. 



Je 
couvrirai. 



J'oarrirai. 
J'oifrirai. 

Je 
8oa£Erirai. 



Je donuis. 



Jefalllis. 



Je fols. 



Je mentis. 



Je partis. 
Je sentis. 
Je sortis. 
Je serris. 

Je monrOB. 



JedonniraL 



Je f ailliiai 

ou 
Je faudiai. 



Jefoirai. 



Je mentirai. 



Je partirai. 
Je sentirai. 
Je sortiraL 
Je servirai. 

Jemouirai. 



PABFAIT 

IND^FLVL 



J'ai Gonni. 



J'ai convert. 



J'ai ouTert. 
J'ai oifert. 
J'ai souflert 

J'ai cueilli. 



J'ai dormi. 



J'ai faaii. 



J'aifni. 



J'ai menti. 



Je 8Qis partL 
J'ai sentL 
Je snis sorti. 
J'ai servi. 

Je snls mort 



y Google 



VERBBS IRESGUUBBS. — § 134. 



138 



IRREGULARIT^S DBS DIVERS HODBS. 



4. PRlSs. iNDic. iJe eoursy tu eaurst il court, nous couroruy vou* courtz, ih courent, 
— IHP^R. : Court, couroM, courez. — SUBJ, ; Que je coure. — oondit. : Je cour- 
raU, etc. — partic. : Goarant. — IMFARF. imdic. : /* courau, etc — suBJ. : Que 
je oottruase, etc - PARF. dbp. : Je oonnis. -^ futur : Je courrai. 

Sur GOURIR se conjngnent lea Terbes stiiTants : accourir, oongoubib, dis- 

OOURIR, PARCOURIB, BSCOUBIR, SBCOURIR. 

5. PR^S. iMDic. : Je couvfe, tu couvres, il eouvre^ nou* couvrons, etc. — nip^. : 
Oouvre. — subj. : Queje eouvre, etc, — condit. : Je convriraig. — partic. : Cou- 
vrant, — IMPARP. ETOic. : Je eoumraii, — SXJBJ. : Que je couTriBse. — par- 
'nciPE FASsk : Couvert, 



5 a, 6, c. OUVRIR, OFFRIR, SOUFPRIR se conjugiient comme COUVRIR (de 
m^e que le compost de ce dernier verbe : dwouybir). 

6. Ce Terbe, ainsi que son d^riy^ rbcubhur, qui se oonjugne de xndme, est 
plus irr^gnlier que les yerbes assailur, tressaillir. II a les mdmes Irr^solA" 
rit^ pour le pr^nt ije cueiUe; cueUle; que Je cueille; cueiUant) et pour I'impar- 
fait (je eueiUaU) ; de plus, il fait au futur je cueillerai, et au conditionnel je 
cueiUetxtu. — De m6me :je recueiUe, je recueillaU, recueUkmt, etc. 

6 a. PRiS. IN0IC. : Je dors, tu dors, il dort, nous dormons, vous dormez, ils dorment. 

— nspisu : Dors, donnons, donnez. — subj. : Que je dorme, que tu dormes, que nous 
domOons, etc. — OONDiT. : Je dormirais. — parhc. : Dormant. — IMPARF. 
nroic. : Je domutis. — subj. : Que je dormisse. — PARF. dbp. : Je dermis. 

7. Oe Terbe, et son compost di^paillir, qui se oonjugue de mgme, est inusit^ k la 
plupart de ses formes. — PRBS. indic. : Jefaux, tu faux, il faut {ces trols per- 
sonnes sont innsit^es), nous faiUons, vous faillez, ils faillent. — subj. : Que je 
faille, etc — partic. : FaiUant. — IMPARP, indic. : Je/aillais, etc. — subj. : 
Que je faiUisse. — futur : Je faUlirai ou je faudrai. 

8. FR^. DTDic. : Je fnis, tu fuis^ il fnit, nous fuyons, vous/uffes, Us fuimL — 
DiPiR. : Fuis, fvfons, fuyet. -^ subj. : Que je fuie, etc, que nous fujfions, que 
vous/uyiez, qu*ils fuient, — partio. : Fu^nt. — IMPARF. indic. : Je/ufftOs, 

— subj. : Que je J^dsse (ino8it6). 

Snr FUIBse con]ugue son derive s'bnfuir; seulement, comme verbe r^fUcM, il 
fait an parfoit ind^ni : Je me suit er^fut, 

9. PRl&S. INDIC. : Je mens, tu mens, il ment, nous menions, etc. ~ subj. : Que je 
mente, etc. — partic. : Mentant. — IMPARF. indic. : Je mentals, etc. — subj, : 
Que' je mentisse. — PARF. : Je mentis, etc. ; nous mentlmes, etc 

9 a, &, c,<f.PARTIR, SENTIR, SORTIR, SERVIR se conjugnent comme DORMIR, 
dem§meque le compost de ce verbe : endormir ; ceux de MENTIR : d:&M£NTib, 
de SENTIR : consbntir, pressentir, ressbntir ; de SORTIR : ressortir, et de 
SBRYIR : dessbrvir ; de plus les verbes rbpartir, d^partir. 

10. PRlSS. indic. : Je meurs, tu meurs, il meurt, nous mourons, vous mourez, ils meu- 
rent. ■*- XMP^R. : Meurs, mourons, mourez, — subj. : Que je meure, que tu mevres, 
qu'il meure, que nous mourions, que vous mouriez, quHls meurent — condit. : Je 
mourraU, etc. — PAirnc. : MouranL — IMPARP. indic. : Je mourais, etc. — 
f^UBJ. : Que je mourusse. — PARF. dAf. : Je tnouruSf etc -^ PUTUR : Je mourrai, 

— PARF. indef. : Je suis mort. 



OOUU ■!»>« 



y Google 



134 



GRAMMAIRE FRANgAISE. 











YERBES 




T1SUFS SIMPLES 


PABFAIT 




PBliaKNT. 


MPABFAIT. 


PABF. Di!P. 




IND^FIKI. 


11. T«nir.' 


Je tiens. 


Jetenais. 


Jetins. 


Je tiendral. 


J'ai tena. 


11 a. Veriir.. . . 


Je viens. 


Je venais. 


Je Tins. 


Je viendrai. 


Je 8uis vena. 


12. Vdtir 


Je v6t8. 


Jev&tais. 


Je vt'tis. 


Jo v&tirai. 


Jai vfttu. 


JHfiCtifk: 












1. Fteip 












2 Issir 












3. Ou^rir 












4. Gesir 


11 git. 


Je gisais. 








5. OuXr 


/ 






• • • 


Jai onY. 








§ 135 


. Verbes 


itt^f'giiiiet 




J'aasois 


J'aseoyais . 


J'assis. 


J'assoirai. 


Jai assis. 




ou mxeux 


ou mieux 




oumienx 






j'assieds. 


j'asseyals. 




J'assi^rai. 





y Google 



VERBBS irrMulibrs. — § 136. 185 




11. PR^S. iNDic. : Je tiens, tu Hem, il tient, nous tenons, vow te»«, Us tiennent. — 
DiPER. : Tieru, tenons, tenez. — SUBJ. : Que je tienne, que tu tiennes, quHl tiennef 
que nous tenions, que vous teniez, qu'ils tiennent. — condit. : Je tiendrais, etc. — 
PABTic. : Tenant.— IMPARF. indic. : Je tenais, etc.— subj. : Queje tinsse, etc. — 
PAHF. : Je tins, tu tins, it tint, nous tinnus, vous tUttes, its tinrent. — fot. : Je tien- 
dfoi, etc. — PAimciPB PASSife : Tenu. 

11 a. YENIB seconjagae sur TENIR, ainsi que aes oompos^ (ookvenir, devekib, 

DISCONVEMR, INTERVENIR, PRAvKNIR, REVENIR, SB SOUVENIR, OtC.), et ICS COm- 

poses de TENIR (appaktbnir, s' abstenir, coirrENiR, d^fenir, entretenir, etc, ) , 

12. PRfiS. MDic. : Je v^U, tu vits, il vH, nous vitons, vous vitez, ils vitent. — imper. : 
Vtts, vttxms, vttez. — subj. : Queje v6te; que nous vttions, etc. — coNDrr. : Je v6ti- 
lais. — PABTIC. : Vfetant. — IMPARF. iNDic. : Je vitttis, etc.— subj. : Que je vfe- 
tisse, etc. — pariic. passe : Viiu. 

Alnsi se conjugue le compost de ce verbe, RSvftnR. 

1 . Fl^RIR n'est pins usitd qu'4 rinfinitif prteent, dans cette locntiou : sans coujk 
ferir (sans frapper un seal eoup, sans se battre). 

3 . ISSIR n'est plus ositc qu'an participe passd : /mk, issue, 

3 . QUERIR n'est plus usltd qu'& llnflnitif present et dans ses d^v^s ( Vvy, 
plus haut AGQU^RIR, etc.). 

4. GESIR n'est plus usit^ que dans les formes snivantes : PRlSs. mDic. : 11 ^ mus 
ffisons, vous gisezy ils gisent.—TA«nc. : QisanU — IMPARF. ISDIC. : Je gisaxs^ etc 

5. OUIR n'est plosusit^ qu'i I'infinitif et anz temps composes : Tai ovi, fcnetis 
out dire. 



f^ laZ"^ conjugaison {en oir). 



X . PR^* iNDiC. : Teusois, tu assoiSj U (usoit, nous assoyons, vous assoyez. Us assoient; 

on mieux : fassieds, tu assieds, il tuned, nous asseyons, vous asseyez, ils asseyent.^^ 

niP^R. : Assois, assoyons, cutsoyez, ou mieux : Assieds, caseyons, asseyez. — subj. : 

Que fassoie, que nous assoyions, etc. ; ou mieux : quefasseye, que nous asseyions, etc. 

— coxDrr. : Tassoirais, ou mieux : J^asseyerair. — partic. : Assoyant, ou mieux : 

/useyant. — IMPARF. indic. : J'assoyais, ou mieux : fasseyais, etc. — subj. : 

Que j'assisse. — PARF. : J'assis. — FUTUR ; J'assoirai, ou mieux : fassiet'oi, 

ou encore ifaiseyerai, 

^^ji,JitA se conjnguent : s'abseoir, qui, ^tant r^/tdchi, fait au parfait d^fini : Je me suis 

^xMis, et SURSBOIR. Mais surseoir n'a pas les formes en ied (je m'assieds, etc.), et, 

^»a fntor et au conditionnel, il garde Xe deTinfinitif : Je surseotrai,je surseoirais. 

(EOIR est un d^riY6 de SBOIR. Ce dernier verbe a deux sens. 1<* Dans le sens 
'asseoir, il n'est usit^ qu'au participo present, s4ant, an participe pass^, sis, sise, 
i-t & rimp^ratif, siedstoi. 2*> Dans le sens de ^tre convencMe,i\ ne s'emploie aussi 
l^u'a oertaines formes : il sied^ ils siient ; il seyait; U sidfa ; U sidrait; seyant. 



y Google 



136 



GBAMMAIBE FUANyAISE. 



VEBBBS 




TEMPS SIMPLES 


PUTUB. 


PAKFAIT 


PWfeBNT. 


IMPARFAIT. 


PABF. D^. 


2. Avoir 


J»al. 


J'avaiB. 


J'eus. 


J'aural. 


J'ai eu. 


3. D^choir.. .. 


Je dechois. 


Je ddchoyais 


Je d^chns. 


Jed6cberrai. 


J'ai d^chn 

ou 

Je suis d^hn. 


4. FaUoir 


n faut. 


11 fallait. 


niaUut. 


n f andra. 


na&nu. 


6. Mottvoir. . . 


Je meus. 


Je mouvais. 


Je mus. 


Je mouTrai. 


J'aimA. 


6. Pleuvoir. . . 


n pleut. 


n pleuYait. 


11 plut. 


11 pleuvia. 


naplu. 


7. PouToir.. . . 


Je peux 
jepute. 


Je pouvais. 


Je pus. 


Je pourrai. 


J'ai pa. 


8. Savoir 


Jesais. 


Je sayais. 


Jesus. 


Je saurai. 


Taisn. 


9. Valoir 


JeTanz. 

• 


Je valais. 


Je Talus. 


Je yaudsai. 


J»ai valu. 



y Google 



VERBES IBB^GULIEBS. — § 135. 137 



IRB]£aULABIT^S DBS DIVEBS MODES. 



2. Voyez lea tableaux des Verbis auxUiaires, — Da verbe AYOIB vient le compost 
BAVOIB (avoir dt nwveau), qui n'est nsit^ qu'& Tinfinitif. 

3. PBlSs. INDIC. : Je tUchais, tu dichois, il dechoU, new dichoyonty vaui d^ekoyez, its 
dichoient. — SUBJ. : Que je ddc/uHe; que nous dichoyions, etc. — CX)ND1t. : Je 
dieherraiM, — IMPABF. bubj. : Que je dtehnsae. -> FABF. : Je dtehus. — 
PUTUB : Je dicherrai, — pabtzc. PASBii : D^cha. 

L'imp^ratif, le participe present et Pindicatif imparfait de oe vexbe sent inustt^. 
J^HOIB ae conjugue comme DEGHOIB; il a en plus le participe present : efMant, 

et il n'a que la forme du parfait ind^flni arec I'auxiliaire 6tre : il est 4ehu, 
L'nn et I'antre de oee yerbes viennent da yerbe CHOIB, qui n'est usitd qu'i 

rinfinitif et & Tindicatif pr^nt : je chois. On disait aassi autrefois, au f utur : 

je eherrai. 

4. Ce verbe, outre les formdli indiqudes d-oontre, a encore oelles-ci : condit. : n 
faudrait. — PBB8. 80BJ. : Qi«'« /at«fc. — IMPABF. SUBJ. : Qu'U fallftt. — 
PAunc. PASSE : Fallu. 

5. PB^S. ismc. : Je tneuSy tu meus, il meuty nous mouTons, tous mouves, iU meuv^, 

— iMi^B. : MeuSf mouvons, mouvez. — subj. : Que je meuve, etc ; que nous 
mouvions, quevous mouylez, qu*ils meuvent. — condit. : Je monvrais. — partic. : 
Mouvant. — IMPABF. nn>ic. : Je mouvais. -^ subj. : Que je musse. — 
PABF. Dip. : Je mus, tu mns, ilmut, nous mUlmes, yous mtltes, ils murent. 

— FUTUB : Je mouvrai. — partic. passe ; Mft. 

- Ainsi se oonjuguent les compost de ce verbe : emouyoir, promouyoib ; mais, dans 
les compost, le participe pass6 ne prend pas Tacoent droonfleze : 4mUy promu. 

6. TK&a, SUBJ. : Qu'il pleuTe. — condit. : II pleuvrait. — partic. : Pleuvant.— 
IMPABFi SUBJ. : Qu'il pltlt. — pabtic. passb : Plu. 

7. FB &S. iiiDic. : Je peux ou Je puis ; tu peux, il petU, nous pouvons, tous pouyez, ils 
peuvent. — subj. : Queje puisse^ etc. — condit. ; Je pourrais, — partic. : 
Fouvant.— IMPABF. iNDia : Je pouvais, etc. — subj. : Que Je pusse^ etc. — 
FABF. dAfini : Je pus, tu pus, il put, nous pdmes, rous pttes, ils purent. 

— FUTDB ; Je pourrai, — partio. vabbA : Fu. 

8. FB^S. nnnc. : Je sais, tu sots, il saity nous savons, tous saves, ils savent. — 
IHF^. : Sache, saehonSf sachet, -^ subj. : QueJe sachet etc. ; que nous sacMons. 

— condit. : Je saurais, etc. — partic : Sachant. -^ IMPABF. indki. : Je 
' saTais, etc. — subj. : QueJe susse, — PABF. Dip. : Je «im, etc.; nous sAmeSt 

vans siUeSf ils svrent. — FUTUB : Je saurai. — pabtic. passA : 8u, 

9. FB£s. indic. : JevauXy tu vauXt il vaut^ nous yakms, tous yalez, Us valent. <— 
iMpiR. : Vaux, Talons, Tales. — subj. : QueJe vaille, que tu vaillesy qu'il vaiMe, 
que nous yaUons, que tous Taliez, quHls vaillent. — condit. : Je vaudrais^ etc. 

— PABnc. : Yalant. — IMPABF. indic. : Je Talais. — subj. : Que je Talnsse. 

— FABF. Dir. : Je Talus, tu Talus, il Talut ; twus valUmes, vous vaMtes, ils 
valurent, — FUTUB : Je yaudrai. — partic. PASSifc : Vain. 

Ainsi se oonjuguent les composte de ce Terbe : iQunrALont, bevaloir, piirALQiR. 
Mais il 7 a une exception pour le subjonctif prte«it de ce dernier Terbe qui est : 
« Que je pr^rale, que tu pr^Tales, qu'il pr^yale, que nous pr^TaUons, que tous 
prdraliez, qu'ils pr^Talent. » 



c. SUP. 8. 

Digitized by VjOOQIC 



GRAMMAIRB FRAX^AISE. 



VEBBES 

A L'iNFINrnF. 


TEMPS SIMPLES 


PARFAIT 

INDiCFIKI. 


PRESENT. 


IMPAllFAIT. 


PARF. DEF. 


FCTUR. 


10. Voir 

11. Vouloir. . . 


Je vois. 
Je veux. 


Je voyais. 
Je voulais. 


Jevis. 
Je Yonlus. 


Je ven-ai. 
Je voudrai. 


J'ai vu. 
J'ai Touln. 



§ 136. Verbes irreguliers 



et oitre. 



1. Gonnaitre. 



Jc connais. 



*i. Nailre.. 



, 3. Croitre. . . . 



Jc imis. 



Je crois. 



Je 
connoissuis. 



Je nuii^sais. 



Jo croissais. 



Je connus. 



Je naquis. 



Je 
connaitrai. 



Je naitrai. 



Je croltrai. 



J'ai connu. 



Je sois nL 



raicrfi. 



y Google 



VERBES lERiGULlEES. — § 136. 13l 



IRRBGULABIT1B8 DBS DIVERS MODES. 



10. PR^S. INWC. : Je voig, tn vols, il voit, nous voyona, vous voyez, ils roient. — 
IMPER. : Vols, voyons, voyez. — subj. : Qae je voie ; que nous voyions, que tous 
voyiez, qu'ils yoient. — cokimt. : Ji pertxiU. — PAR'nc. : Voyant. — IMPARF. 
ixDic. ; Je royais; nou? voyions, vous voyiez, ils voyalent. — subj. : Que je 
vitse. — ^' ;.F. DKF. : Je vis, tu vis, il vit, nous vimes, vous vites, ils vifent. — 
FUTUR ; w ; verrai. — PAHTic. PASsi: : Vu. 

De mdme se conjugaent les composes de ce verbe : emtrevoir et revoib. 

PRl&VOIR fait an futnr ijeprewirai; an oonditionnel : je pf-4voirais. 

FOURVOIR forme son futur et son oonditionnel comme prbvoir (je pourtoifxtiy 
jepourvoirais); 11 forme son parfait d6fini autrement que voir et FBivoiR : Je 
pourvus, et, par suite, au subjonctif imparfait : Que je pourvutse. 

11. FR^S. INDIC. iJe veux, tu veux, U veuty nons vonlons, vous voulez, iU teuknt. — 
IMPEB. : VeuiUey veuillonsy veuilles.— subj. : Queje veuille, etc. ; quo nous voulions, 
que vous vouliez, qu'ils veuillent, - condit. : Je voudrais. — partic. : Voulant.— : 
IMPARF. KDic. : Je voulais. — subj. : Que j« voulusse. — FARF. DiF. : Je 
voulus, — FUTUR : Je voudrai. — PARnc. passe : Voulu. 



d^ la 4*^ co)iju(jaison {en be). 



1. PRlte. INDIC. ; Je connais, tu oonnais, if oonnaH, noiu eMtno^cMiu, vom 
eonnaistez, its emnaUsent, -^ impbb. : Connais, eonnaUnru, conmtUstx, — subj. : 
Queje eonnaissey etc. — CONDIT. : Je oonnattrais. — PABno. : CotuMistaut. — 
IMPARF. INDIC. : Je connaisttUsy etc. — subj. ; Qite je conntf^e, etc. -- PARF. 
D^F. : Je connus — FUTUR : Je connaltrai. 

De m^e se conjugaent les compost de connaItre : uiooNNAlTRE, itECONNAiTRE, 
ainsi que le verbe paraItre, ses compost comparaItre, disparaItke, et le 
verbe paItke, ainsi que son compost kbpaItre. Settlement le pacfait d^flni du 
verbe paItrb, fai pH , est aujourd'hui inusite. 

2. Le verbe kaItrb s'^carte des formes communes aux autres vtrbes en aitre 
par son parfait d^flni C/e naquis)^ sou subjonctif imparfait («tf* >« naquUse), et 
son participe passd (ni, nee). 

3. PRES. INDIC. : Je crota,ta crois. il croit, nous eroissons, vous eroissez, ils croissent. 
— iMfBR. : Crois, eroissons, croissez. — subj. ; Quejectvisse, etc. — condit. : Je 
croitrais.— partic : CroisMnt. — IMPARF. INDIC. : /«? croissais. — subj. : Que 
j€ entsse. — PARP. Dip. : Je crUs. — FUTUR : Je croltrai. — partic. passe : OrtL 

Ainsi fe conjugaent les composes de ce verbe .* DicROtTUB, aocroItbb. 



y Google 



140 



GRAMMAIRS FRAN9AI8E. 



VERBES 
A L'lNFlNITIF. 



2** Verbet en 

aindre. 

Craindre.. . . 



30 Fw*e» m ire. 
1. Instruire. . . 



2. Dire.. 



3. Ecrire. . 



4. Lix^. 



5. Nulre. 

6. Rire. . 



7. Sufflre.. 



TEMPS SIMPLES 



PRESENT. IMPARPAIT. PARF. D^F. FUTUB. 



Je Grains. 



J'instroifl. 



Je dis. 

J'6cri8. 

Je lis. 

Je nuis. 
Je lis. 

Je snffls. 



Je craignais. 



J'inBtmisafa 



Je disais. 

J'terivais. 

Je lisais. 

Je nnisais. 
Je riais. 

Je suffisais. 



Jecnignifl. 



J'instrnisis. 



Je dis. 

J'^criyig. 

Je lus. 

Je nnisis. 
Je ris. 

Je suffis. 



Jeomindrai. 



J'inBtrnirai. 



Je dirai. 

J'^rirai. 

Je lirai. 

Je nuirai. 
Je rirai. 

Je BuffiTai. 



PARPAIT 



J'ai craint. 



J*ai instrnJt. 



J'ai dit. 

J'ai terit. 

J'ai lu. 

J'ai nni. 
J'aiii. 

J'ai suffl. 



y Google 



VEllBES IRREGULIERS. -- § 136. 14 



IRB^ULABIT^ DBS DIYERB HODES. 



PRBS. iNDic. : Je crains, tu orains, il craint, nous eraiffnons, wu* eraiffnett "« 
eraWnent, — IMP^R. : Craiiu, erafffnons, craigruz. — 8UBJ. : Queje eraigne, etc — 
COKD[T. : Je craindrals. — partic. : Craignant, — IMPAPtF. INDIO. : Je craignais, 
etc., now craiflwfon*, etc. —8UBJ. : Queje enUgniue, — PARF. Dir. : JeeraignU. 
— FUTUB : Je craliidral. — PARTia fassA : Cndnt. 

Alnsi 86 conjuguent les verbea CONTRAINDRB, PLAINDRB ; A^TRBINDRB, 
ATTBINDRB, CBINDRB , EMPREINDRB, ETBINDRB, BTRBINDRB, 
FEINDRB,6BINDRB,PBINDRE(et son oompoe4D^ElNDB]B),RESTREINDRB; 
OINDRE, JOINDRE, et sea composes : aimoindbe, disjoindbb, bejoindbb. 



Jf. PR^S. INDIC. : J*mstruiB, to Instruis, il instruit, nous instruisons, vous instrulseZf Us 
instintisent, — mPBR. : Instrnls, instruisonSi instruisez,—suBJ. : Quefinstnslse^ etc. 

— OONDIT. : J'instruirals. — partic. : Instroisant. -— IMPAR F. isd ic; J'instrui- 
sais, SUBJ. : Quefinstruisisse.-^TAS.V, DBF. : Tinstruisis, -.-FTJIXTR : J'instniirai. 
PARTIC. PASS^ : Jnstfuit. 

Ainsi se conjugnent les Terbes en nts qni ont ^alement le parfait dMni en «i« et le 
partidpe passd en it : cuire; oonduire, DiouiBB, enduibb, pboduirb, BkouiBE; 

OONSTRUIBE, DETRUIBB. 

2. TB,1&8. INDIC : Je dis, tn dis, il dit, nous disons, vous dUes, ils disent — impAr. : 
Dis, disonsj dites. — suBJ. : Que Je dise. — condit..: Je dirais. — partic. : JW- 
sant. — I MPAR F. INDIC. : Je dUats. — subj. : Queje disss, — PARF. D^. : Je 
dis, — FUTUR : Je dirai. — partic. passob : Dit. 

Qnelqnes compost da yerbe DIRE forment autrement qne ce verbe la deozitaie 
personne dn pluriel de I'indicatif present : Vous contrtdisez, MdUez^ interdiseZf 
nUdiseZt pridisez, 

8. T'Rl&S. INDIC. : J'^cris, tu ^cris, il ^crit, nous ierivons^vous ierivez^ ils icrivent.^ 
jMPisBL. : :6cris, «{onr<»M, iciivez. — subj. : Qu« /derive, etc — CONDIT. : J'^crinds. 

— PARTIC. : Ecrivant. — IMPARF. indic. : fierivals, — 8UBJ. : Que fieri- 
visse. — PARF. dAf. : JCecrivis. — FTJTUR : J'^crirai. — partic. passA : iScrit. 

Ainsi se oonjnguent les compost de ce verbe : circonscrirb, di^cbibb, inbcbire, 

PBB8CBIBB, PROSCRIRE, SOUSCRIRB, TRANSCRIRE. 

4. Ce verbe et ses compost rslire. i^libe se s^parent de la conjngaison des antres 
verbes en ire par leur parfait d^ni : Je lus, Je reluSf fHuSj et lear partidpe 
passd 1 lUy relUf ilUy qni se lattachent anx formes de la troisi^e conjngaison. 

5. Ce verbe se conjugue comine iNffiRuiBE, sanf au partidpe pasad, qui ne prend 
pas de<. 

9. FB&3. INDIC. : Je lis, ta ria, il rit, nons rions, vons ries, ik lient. — iMFifcR. : Rig, 
riona, ries. - bubj. : Qne je rid ; qne nona riions, qne vooa liies, qa*ila rient. — 
coNDrr. : Je riraia. — pabtic. : Riant. — IMP ARF. nroia : Je riaia. ^ subj. : 
QueJe risse. — PARF. dAf. iJeris.— FUTUR : Je rirai* — pabtic. PAsffife : Hi. 

Le compear soxtbibb se oonjngne d« mttme. 

7. Ce verbe ae conjngae comine INSTRUIRB, aanf an paif. d^flni et an partidpe 



Ainsi ae oonjnguent LUIRE et RELUIRE; xnaia oes deuz demien verbea sont 
ini»it6i an parfait d^flnL 



y Google 



'U2 



GRAMMAIKK FBAX9AISE. 



VBRBES 

A L*INFINITIF. 


TEMPS SIMPLES 


PARFAIT 

INDKFINL 


PRlfesENT. 


IMFARFAIT. 


PAKF. DBF. 


FLTUR. 


4« Ker6« de ter- 
ihinaisons diverm. 
1. Boire 


Je bois. 


Je buraia. 


Je bus. 


Jc boirai. 


J'ai bu. 


2. Braire 


11 brait. 


Jnmitii. 


InusUe. 


11 braira. 


Inusiti. 


3. Clore 


Je clos. 


Inusiid. 


InusiU. 


Je clorai. 


J'ai clos. 


4. Conclure. . . 


Je conclus. 


Je 
concluais. 


Je conclus. 


Jeconclurai. 


J'ai conclu. 


5. Coudre. . . . 


Je couds. 


Je cousais. 


Je cousis. 


Je coudrai. 


J'ai ooosu. 


6. Croire 


Je crois. 


Je croyais. 


Jo cms. 


Je croirai. 


J'ai cru. 


7. Faire 


Je fais. 


Je faisais. 


Je fis. 


Je feral. 


J'ai fait. 


8. Frire 


Jefiis. 


JtiMitd. 


InusiU. 


Je frirai. 


J'ai frit. 


9. Moudre. . . . 


Je monds. 


Je moulais. 


Je moulus. 


Je moudial. 


J'ai mouln. 



Digitized by VjOOQIC 



VERBES IRUEGULIERS. — § 136. 14:3 




1 . FR^S. iNDic. : Je bois, tn boia, il boit, nous buwms, votu buvfz, ils boi vent . — impisr.: 
Bois, burons,buvez. — SURJ. : Que je boive ; que nous buvions, que vous buviez, qu'ila 
boivent. — condit. : Je boirais. — partic. : Buvant. — lAlPARF. indic. : Je 
buvais. — SUBJ. : Que je basse. — PARF. dbp. : Je bus. — FUTUR : Je boirai. 
— PAR'no. PASsfc : Bu. 

2. Ce verbe est plutot d4fectif qa'irrdgulier, et n'est gu6re iwit^ qu'& I'infinitif 
et anx troisi^mes personnes de Tindicatif da present, du f utur et du oondition- 

' nel : II brait ; il braira, ils brairont ; il bralrait. 

3. Verbe d^/ectt/y usit^ senlement aux trois preraiferes personnes du singulier de 
rindicatif pr^nt : « Je cloe, tu dos, il clot », a tontes les personnes du fntur 
et du condition r.el (je clorai, je clorais) et k celles des temps composes. 

Son compost, iiCLORE, est nsit^ anssi k la troisi6me personns dn plnriel de Tin* 
dicatif pr^ent : lU 6elosentf aux troisi^mes personnes du snbjonctif : Quit 
iclose^ qu'ils 4clos«nt. 

4. ?R]6s. INDIC. : Je oonclus, tu conclus, il conclut, nous concluons. vous concluez, 
lis concluent. — . impi&r. : Conclus, concluons, concluez. — subj. : Que je conclue, 
etc. — CQNDrr. : Je conclurais. — partic. : Concluant. — IMPARF.indk;.: Je 
concluais. — subj. : Queje conclusse. — PARF. dep. : Je conclus; nous conchtmfs, 
vouseonciatest ils conclurent. — FT7TUR : Je conclurai.— partic. passe : Conclu. 

Ainsi se conjugue le verbe de m^me origine : excluhk. 

.O, PRES. indic. : Je conds, tu couds, il coud, nous cousons, vous cousez, ils cousent. — 
imfrr. : Couds, cousons, cousez. — subj. : Que je couse. — coNDrr. : Je coudrais. 

— partic. : Cousant. — IMPARF. indic. : Je cousais. — subj. : Queje cousisse.— . 
PARF. d6p. : Je couHs. — FUTUR : Je coudrai. — partic. passes : Cousu. 

Ainsi se conjugueut les compost de oe verbe : decoudre, recoudre. 

G . PBES. indic. : Je crois, tu crois, il croit, nous croyons, vous croyez, ils croient. — 
IMPER. : Crois, croyons, croyez. — subj. : Que je croie ; que nous croyions^ que 
vous croyiez. — CONDIT. : Je croirais. — partic. : Croyant. — IMPARF. indic. : 
Je croyais; nous croyions, vous croyiez, ils croyaient. — subj. : Q^e je crusse. 

— PARF. dAf. : Je cms. — FUTUR : Je croirai. — partic. passA : Cm. 

7. PR:6s. indic. : Je fais, tu fais, il fait, nousfaisons, vousfaites, ils /ont.—itspA^. : 
Fais,faisons,/aites. — subj. : Que je fosse, etc. — condit. : Je/erais. — partic. : 
FaisarU. — IMPARF. iip)ic. : Jefaisais. — subj. : Quejefisse. — PARF. '.Jefis. 
PTJTUR : Je ferai. — partic. pass* : Fait. 

Ainsi se conjuguent les compost de ce verbe : contrefaire, d^airi; kefaire, 

SATISFAIRE, SURFAIRE. 

8 . Ce verbe n'est usite qu'aux trois personnes du singulier de Tindicatif pr^nt ( je 
fris, tu fris, il frit), an futur (je frirai),auconditlonnel (je frirais), &,la deuxi^me 
personne du singulier de Timp^ratif (fris), et aux temps compo»&s (j'ai frit, 
j 'avals frit, etc.). 

9 . PR£S. INDIC. : Je mouds, tu mouds, ilmoud, nous Tnoulons, vous moulez, ils mou- 
ienP. — IMPER. : Mouds, moulons, moulez. — subj. : Quejemoule. — condit. :'Je 
moadzius. — partic. : Moulwit. — IMPARF. indic. : Je moulais. — subj. : Que 

; je moulusse. — Parp. dep. : Je moulus. — FUTUR : Je moudrai. — partic. passe : 

Monln. 
Ainsi se conjuguent les compost de ce verbe : ^oudre, re&ioudre. 



y Google 



144 



GBAMMAIRE FRANgAISE. 



VSBBES 
A L'mFIMITlF. 



.JPS SIMPLES 



10. Plaire. . . 



111. Prendre . 



12. Msoudre. 



18. Siiivre. . . . Je suis. 



Je plais. 



Je prends. 



Je r^ous. 



Je plaisais. 



PART. DEP. 



Je idus. 



Je prenais. Je pris. 



14. Traire. . 



16. Vaincre. 



J« trals. 



Je Tainos. 



Je r^lTais. 



Je snivais. 



Je trayais. 



Je x^olus. 



Je Buiyis. 



IntuiU. 



PARFAIT 

INDBFINL 



Je plairai. 



Je prendral. 



Jer^MMidrai. 



Je saiyrai. 



Je trairai. 



J'ai plu. 



J'ai pris. 



J'ai rtaoliL 



Jo Je yainqois. 

rainquaifi. 



16. Vivre.. 



17. S^urdre . . 



Je Tis. 



(Les eanx) 
soiirdent. 



Je Tivais. 



J*ai snivL 



J'ai trait. 



Je vaincrai. J'ai ▼aincn. 



Je vteos. 



sourdalent. sourdirent. 



ieyvmk*. 



sonrdront. 



J'ai T^cn. 



y Google 



VEBBES lEHliGULIERS. — § 186. 145 



nuuiauLAEiTifis des divers modes. 



10. PR:^. indic. : Je plais, tu plais, il plait, nous pkdsonsy vousplaisezy iUpUUsmt. 
— liiPER. : Plais, pUtLsomy plaiser.—SGBZ.i QueJeplaise.—coNDTr. : Je plaixaia. 
— IMPARP. iNDic. : Jeplaisais. — sub J. : Que Je plum, — PARF. JxtoF, : Je 
plus. — PUTUR : Je plairai. — partic. passb : Plu. 

Ainsi se conjagaent : 1^ les compost complaibe, dj^plaire ; 2^ le verbe TAIRE. 

11 . PR^S. INDTC. : Je prends, tu prends, il prend, nous prenons, vaus prenex, ils pren- 
neni. — iMPii:u. : Prends, prenans, prenez. — subj. : Q»e>« prenne; que nous pre- 
nUmSf que vous preniezy qu'ils prennent. — CONDir. : Je prendrais. — partic. : Pre- 
nan^— IMPARP. indic. : Jeprenais, — subj. : Quejeprisse.— PARE. d4f. : Je 
pris. — FtJTUR : Je prendrai. — partic. passA : Pris. 

Aiosi se conjngaent les compost de ce verbe : appbendre, compbendbe, DiFRSNDBX. 

REPBENDRE, SUBPRENDRE. 

12 . FRlSs. INDIC. : Je r^ous, tu r^us, il r&out, nous r^lvons, vous r^solvex^ ils in- 
solvent. — IMP^. : R^sons, risolvons^ resolvez. — subj. : Q^eje risolve. — condit. 
Je r6sondrai8. — partic. : Risolvant, — IMPARF. indic. : Je risolvaU. — 
subj. : Qfieje risolusse. — PARF. D^. : Je risolus. — FUTUR : Je rteoudrai. — 
partic. VAsek : Bisolu. 

Les yerbes de mSme origine : absoudre, dissoudre, se conjuguent de mime ; seu- 
lement lenr parfait d^flni et leur subjonctif imparfait sont inusit^, et ils font au 
participe pa3s6 : ahsous^ absotOe ; dissousy dissoute. 

13. PRl^S. indic. : Je suiSy tu suisy il suUy nous snivons, vous snivez, ils suirent. — 
JMPkR. : SuiSy suivons, suivez. — subj. : Que je suive. — condit. : Je suiTrais.-7- 
PABTic. : Suivant. — IMPARF. indic. : Je siiivais. — subj. : Que je suivisse.— 
PARF. DiBP. : Je suivis. — FUTUR : Je suivrai. — partic. passA. : Suivi, 

Ainsi se conjugue le compost poursuiyre. De meme s'ensuivbe. Mais ce dernier 
n'est osit^ qu'ik la troisi^me personne de ses difE^rents temps et modes. 

14. PR:6s. indic. : Je trais, tu trais, il trait, nous trayonsy vous trapez, ils traient. — 
IHPBB. : Trais, trayonSy trayez. -r subj. : Que je traie, que nous trayio}is, qu'ils 
traient. — condit. : Je trairais. — partic. : Trayant. — IMPARF. indic. : Je 
trayais, — PUTUR : Je trairai. — partic. passe : Trait. 

Ainsi se conjuguent les rerbes ABgrratAiRE, distraire, sxtraire, soustraire. 

16. VAINCRE et son compost convaincrb se conjuguent r6guli6rement sur 
RENDRE : leur seule zrr6gulaiit6 consiste dans le changepient de c en qu devant 
les Toyelles (excepts devant «). 

PR]£s. CfDic. : Je vaincs, tu vaincs, il vainc, nous vainquonsy vous vainquezy ils 
vainquent. — ucpiR. : Vaincs, vmnquons, vainquez. — subj. : Que Je vainqne. — 
CONDIT. : Je vaincrais. — pabtic. : Vainquant. — IMPARF. indic. : Je vain- 
quais. — SUBJ. : Que Je vainquisse, — PARF. D^F. : Je vainquis. — FUTUR : Je 
vaincrai. — pabtic. pass^ : Vaincu. 

16, PRl^S. indic. ; Je viSy tu viSy it vity nous vivons, vous vivez, ils vivent.— iMPBB.r r 
Vis, vivons, vivez. — subj. : Que je vive. — condit. : Je vivrais. — pabtic. : 
Vivant. — IMPARF. iNDic. : Je vivais. — subj. : Queje vecusse. — PARF. dAf. : 
Je vicus, — FUTUR : Je vivrai. —-pabtic. passA : F«fc«. 

Ainsi se conjuguent les composes de oe verbe : BEViyBE et subvivbe. 

17. On pent dire aussi : FR]^S. subj. : Que lee eauz sourdent; IMPARF. subj.: 
Que les eaux sourdissent. 



y Google 



146 GEAMMAIEE FRAN5AISE. 

§ 133-136 bis. Remabques 

SUB LES VEEBES IBBl^GULIEBS. 

N. B. Ces remarques correspondent, paragraphe pour para- 
;,Taphe et num^ro pour num^ro, aux verbes irreguliers contenus 
dans les Tableaux qui precedent. 

Verlies iriiesiiliers de la V conjairaisoii. 

§ 133 his. 1. Aller. Les irr^gulariWs du verbe aller 
yiennent de ce qn'il a trois radicanx : 

le premier se tronve aux trois personnes du singalier 
de Pindicatif pr^sent^ et k la 3^ personne dn plnriel du 
m^ine temps (je vats, tu vas, il va, Us vont) ; 

le deuxi^me est au fatur et au conditionnel (Jirai,j'irais) ; 

le troisi^me apparatt aux deux l'^ personnes du pluriel 
deTindic. present (nous allons, votes allez), ^Tinfinitif et an 
participe present (aller, a//a/iO, au parfait defini (fallai). 

[Obiqines latinks. •— Dans les denx premiers de ces radicaux 
onreconnait ceuxdes yerbes latins qui ont le m^me sens (vaderey 
ire), — L'origine du Iroisieme de ces radicaux paratt dtre 
4: adnare^ nager vers, comme arriver vient de 4 adriparcy 
aborder.] 

2. Envoyer. 

[•Origines latineset Histoire. — La forme reguliere du futur 
du verbe envoyer serait j' envoy er-ai^ et cette forme du futur se 
trouve cbez les ^crivains du xyii« si^cle les plus soucieux de la 
langue^ chez Vaugelas, par exemple (au mot promener)^ et chez 
liacine ( Voy. le Lexique de Marty- La veaux). Le futu' fenverrei 
est une forme du dialecte normand qui, par exception, a pre- 
valu sur la forme du dialecte de Tile 4/b France. On disait en 
Normandie, au lieu d' envoy er, env6ier; d'oil le futur /env^e^'ai, 
et, par suite, j'enverrai. — Enveier, plus anciennement entveier^ 
venait du latin inde f viare.] 



y Google 



VEEBES IRRlfiGULIEES. — § 134 blS. 



Ul 



Verlies Irreffuliers de la 9« coujiiffalsom. 

§ 134 tis. Remarque generale. — Les vertes irrigu' 
Hers dela2^ conjugaison sont les yerbes en ir qui n'ont pas 
la syllabe ks anx trois personnes da plariel de Tindicatif 
present, au subjonctif present, an participe present et k 
rimparfait de lindicatif. Une vingtaine seulement (^na- 
m^res au Tableau des verhes irregulters, § 134), n'ont pas 
cette syllabe. Ce sont les plus anciens delalangue. 

La veritable irr^gularite des verbes en ir sans la syllabe 
iss n'est pas d'etre depourvus de cette syllabe, c'est de 
n'offrir aucun modele commun de conjugaisoD, et de for- 
mer d'une mani^re un pen capricieuse leur parfait d^fini 
et leur participe pass^. 

I. Ainsil'on pent ranger dans Tmfi premikre classe ceux 
qni ont le parfait d^fini en is; mais parmi ceux-l& 

1"* il y en a qui ont leur participe en i. Ex. : 



boullUr, 

cueillir, 

dormir, 

faillir, 

fair, 

mentir, 

ou£r, 

partir, 

repentir (se), 

servir, 

sortir, 

tressaillir, 



je bouillis, 
je cueillis, 
je dermis, 
je faillis, 
je fuis, 
je mentis, 
j'ouis, 
je partis, 
je me repentis, 
je servis, 
je sortis, 
je tressaillis^ 



bouilli ; 
cueilli ; 
dormi ; 
failli ; 

fui; 

menti ; 
oui; 
parti ; 
repenti ; 
servi ; 
sorti ; 
tressailli ; 



2"* il y en a qui ont leur participe en w, Ex. : 

vfetir, je v^tis, v6tu ; 

fdrir, [inusifel, fern {mot vi€tlh)i 



y Google 



148 GBAMMAIRE FRANgAlSB. 

3® II 7 en a dont le participc passe se forme en alterant 
de diverses mani^res le radical du verbe. Ex. : 

acqu^rir, j'acquis, acquis; 

conqu^rir^ je conquis, conqnis; 

requ^rir, je requis, requis; 

offrir, j'offrjs, offert; 

j souffl:'ir, je souffipis, souffert. 

[Obigines latines. — La plupart de cea participes 8*expli- 
qaent par lea formes latines d'oii ile d^rivent ou parune analo- 
gie de formation : acquisitum^ conq\mitum, apertum, etc.] 

Eemabque. — Plusieurs des verbes de la I" classe ont 
leur indicatif present et leur imp^ratif semblables k celui 
de la l** conjugaison (sans s) ; cueille^ offre^ aouffi^, ouvre, 
cauvre. 

II. Une seconde classe se compose des verbes en ir qui 
ont le parfait d^fini en us. Mais tantdt ils gardent Yu an 
parlicipe pass6. Ex. : 

courir, je courusy couru; 

tantAt ces yerbes forment ce mode par une alteration da 
radical du yerbe franjais. Ex. : 

moarir, je mourns, mort. 

[ Qriqines latines. — Cette derni^re forme s'explique par le 
participe latin, mortuum,] 

III. Enfin, dans la B"" classe se rangent deux yerbes dont 
le radical est alt^r^ an parfait d^fini et dont le participe 
pass^ est en u. Ex. : 

tenir, je tins, tenu; 

venir, je yins, venu, 

Bemaequfs partiouli:^res. — Quelques-uns de ces 
verbes demandent k dtre Studies s^par^ment : 

1 b. Conquer ir. — Ce yerbe n'est gu^re usit^ qu'i 
rinfinitif present (conquerir), an parfait d^fini (Je conquis) 
etaux temps composes (fat, feus, faoats,f"aurat conquis). 
— Voyez le simple, querir, aux verbes defectifs de la 
£• conjugaison, n* 3 (p. 152). 

2. * Assaillir, tressaillir. — L'origine commune k ces verbes 
est lo verbe saVlir (du latin salire)^ lequel a deux sens et deux 
formes : !<> Sati/tr, Hre en sailiie^ sauter, n'est isuere usit^ qu*ii 
Finfinitif et au participe present (saillir, saillani) ; cependant 
les Dictionnaires citent encore les formes t7 saiUe^ U saillait^ 
il sailleraf 2^ Sa<//tr, dans 1p. sens de jaiUir^ so conjugue sor 

Digitized by VjOOQ IC 



YEBBES IBIUSaULlBBS. — § 1S4 bis. 149 

finir : il saiUit^ il saUliraf etc. On trouve dans plasienrs ^crivains 
du xviii« aiecle la forme je tressailliSt tu tiessaiUis, etc., au 
piesent de rindicatif ; par centre^ le Dictionnaire de T Academie 
de 1798 donnait la forme : je treSiailleiai. L'ancienne forme du 
present etait : je tressaus : 

Yoyant an president, le coeur ne me tressaut, 
Et la pear d*aa pr6vdt ne m'^Veille en sarsaat. (bAohiib, Sat. F.) 

3. * Bouillir. [Obigines latines. —Bouillir vient de hullire,] 

4. Gounr. [Histoibe. — Les irregnlarites du verbe courir 
et de ses derives tiennent k ce que ses formes ne se rattachent 
pas k Tinfiuitif courir^ qui n'est pas tr^s-ancien dans la lan^^ue, 
mais au vieux verbe courre (du latin currere). Ce vorbe, qui est 
reste dans la locution chassed courre j etait de la 4<'conjugai8on 
{cour-re), et donnait r^guli^rement au present jecoMr5, que je 
courCy couranty etc., 4 Timparfait^e couraiSy au futur j'e coun'aiy 
au conditionnel je courrais^ etc. On lit dans les Remarquei do 
Vaugelaa (1647) ; « courir, courre. Tous deux sont b«ns, mais 
on ne s'en sert pas toujours indifferemment. On dit : courre le 
cerf, courre le H4vre, courre la poste; et : il ne fait que courir^ 
fait courir le bruit. » Le verbe courre representait micux que le 
verbe courir I'accentuation dii mot latin currere.] 

5. * GouvTir. [Origin Bs latines et Histoire. — - Couvrir vient 
de cooperire. Le compose recouvrir a ete souvent, jusqu'au 
XVII® siecle, confondu avec recouvrer. Vaugelas accepte qu'on 
dise reconvert^ au lieu de recouor6 ; mais il n'accepte pas re^ 
couvrir en ce seos. Patru admet les deux. Cette confusion se 
trouve dans une Lettre de Racine (Lexiqiie de Marty-Laveaux, 
p. GVii). Ce n'est qu'en 1704 que, dans ses Observations sur les 
Remarques de Vaugelas, I'Acad^mie a condamn^ recouvrir et 
ri convert pris dans le sens de rtcouvrer et recouvri. 

5 * a. Ouvrir. [Origines latines. — Ouvrir vient de dperire, 
1" par Tassourdissement de Va initial en o (on a d'abord dit ovrir), 
puis en ou ; 2^ par le changement de p en v (comme dans cooperire, 
couvriTy etc.); 3" par la suppression de Ve atone devant la 
tonique i.] 

5 6. *Ofifrir. [Origines latines. — Offnr vient de f offercre, 
<ldrive du verbe classique offerre. De m^me souffnr vient 
de •{• suffei^erCj derive du verbe claFsique sufferre. II y a en 
d'abord suppression du premier e atone (pffrerey suffrere), 
puis changement du second e en i, enfin chute de Ve fin^l.) 

6. * GueilUr. [Origines latines et Histoire. — Cueillir vient 
de colligere, qui donne aussi cueiller, forme usit^e dans 
quelques provinces, et dont il reste des traces dans diverses 



y Google 



150 GRAMMAIBE FBASgAIBE. ' 

formes du verbe (je cueilley je cueillerai, etc.), et dans le subs- 
tantif cueillette. Neanmoins, la forme cueiller I'ayant de honne 
heure emporte dans le dialecte de Tile de France, il y a en de 
Tind^cision entre le f utur je cueillirai et le f utur je cueUlerai 
Le premier se trouve dans Comeille (Voy. Lexique de Cor- 
neilU) ; et Vaugelas se prononce en f aveur de ce fntur, comma 
Maigret an xvi« siecle, et comme Port- Royal au xvn*. € Mais, 
dit M6nage dans ses Observations sur la langue frangaise (1672), 
nonobstaat toutes ces autorites, je soutiens positivement qu'il 
f aut dire je cueiller ai i>, et il cite a Tappui de son opinion des 
exemples des pontes Cretin (xvi® siecle) et Kacan (xvii« siecle). 
L^usage, cette fois, a donne raison a Menage centre Vaugelas. J 
6 a. * Dormir. [Obiqines latines. — Dormir vient regulie- 
rement de dormire,] 

7. Faillir. [Histoibb et obigines latines. — Le present Je 
faux setrouve dans La Fontaine et dans le vieux proverbe : Au 
b(mt de Vaune faut le drap (le drap manque, finit au bout de 
Taune, en d'autres termes : Toute chose a sa fin). Quant au 
futur, le seul adopts par le Dictionnaire de I'Acad^mie (1835) 
estije faudrai (et pour dAfaillib : je d^faudrai), Le futur je 
failliraiyje d^faillirai ne manque pas de partisans parmi lee 
grammairiens, et il semble que Ton pent dire : II ne faillira 
tMw d son devoir^ plut6t que il faudra, qui se confondrait avec 
le futur du verbe falloir, — Faillir vient de fallere.] 

8. * Fuir. [Obiqines latines. — Dans /Yiir, Ft remplace le g 
du latin fugere ; on lui substitue un y quand la desinence est 
accentuee : fuyaiitf fuyons, fnyez, etc.] 

9. * Mentir. [Obiqines latines. -- Mentir vient de mentiri.] 
9 a. Repartir. — II £int distinguer repartir et re- 

partir. Le premier signifie partir de nouveau, et se con- 
jngue comma partir : je repars, je repartais. Le second 
signifie distribvsr^ et se conjugue comme finir :je ripar- 
lis, je repartissais, 

[Obiqines latines et Histoibe. — Ces deux verbes, qui 
ont un sens si different, ont une etymologic commune iparUri, 
partager. Dans Tancienne langue, c'^tait le seul sens du mot 
partir; ainsi la Housse partie (titre d'un fabliau), signifiait la 
fumsse partagie; puis on a dit se partir d'un lieu, aest-^-dire 
«'en s^rer, s'en iloignet*, et enfin partir,] 
9 6. * Sentir. [Obiqines latines. — Sentir vient cle sentire.] 
9 6- * Servir. [Obiqines latines. — Servir vient de servire.] 



y Google 



VBRBES IRR^GULlBfiS. — § 134 Ois. 151 

9 c. Ressortlr. — II faut disiingaer deux verbes 
ressortir. L'un signifie sortir de nouveati; c'est celui qui 
se conjugue comme sortir : il ressort, il xessortait. L*au- 
tre signifie etre du ressort de {ressortir a), et se conjugue 
comme flnir : il ressortit, il ressorti^sait 

Le verbe assortir se conjugue egalement comme 
flnir : il assortit, il assortissait, 

* S'il y a deux verbes ressortir^ il y a Egalement deux 
verbes soi^tir. Le premier et leplus usit6 signifie alkr de de' 
dans dehors ; il est neutre. Le second est actif et signifie avoir ^ 
obtenir. Ex. : « Cette sentence sortira son enlier effet. 3> 

[ * Omgines latines. — Cette difference de sens s'explique 
par la difference d'etymologie : — 1° Sortir, verbe nfeutre, 
\ient, selon les nns, de f surrectire, derive de f sttrrec^us, ^tti 
sest leve; selon les autres, c'estun doublet de sourdrel' derive 
de surgerc, — 2° Sortir, verbe actif, vient de sortiri, obtenir 
par le sort, — De ces deux verbes sortir sont venus les 
deux verbes ressortir; seulement le second ne se prend plus 
que dans le sens intransitif; quant au verbe assortir, il vient du 
deuxieme verbe sortiry derive de sortiri. — Voyez 9 a, partir-] 

9 d, Asservir. — Malgre Tidentit^ du radical, le . 
verbe asservir ne se conjugue pas comme servir^ mais 
comme flnir : fasservis, fasservissais. 

10. * Mourir. — La difference des formes : je meurs^ 
nous mourons, ils meurent, tient k une r^gle qui sera ex- 
posee plus loin, au sujet des verbes mouvoiry pouvoir^ 
vouloir (§ 135 bis, Rem. gener. II). II y a encore & re- 
marquer que ce verbe supprime aa futur et au condition- 
nel la vojelle de Tinfinitif : mourir, je mourrai.] 

[ * Origines latines. — Mourir vient du verbe moririy qui est 
une forme archaique de moriy et qui se trouve dans Plaute. 
Le participe passe derive regulierement de mortuum, ] 

1 1 et 1 1 a. Tenlr et venir . — II faut remarquer, dans les 
verbes tenir et venir, le d euphonique qui s'intercale, au 
fatnr et anconditionnel, entre le radical et la terminaison. 



y Google 



152 GRAMICAIRB FRAK9AISE. 

[Gbammaire oohparativb. — De m§me le mot latin gener, 
generi, a donn6, en franQais, le mot gendre ; et teneTf teneri^ a 
donnS tendre.] 

*II faut noter encore que, dans ces denxverbes, la voyelle 
da radical e est modifi^e en ie k toutes les formes ou la 
desinence est mnette on se r^dnit k nne lettre (je tien-«; 
qne je tienn-e, je vien-5, que je vienn-e). O'est par analo- 
gic que Ton a dit an fntnr et an conditionnel : je tiendr-ai, 
je viendr-flt; je tiendr-ai>, je viendr-ais. 

[*Obigines LATiNES ET HisTOiRE. — Tenif vient de tenerey 
venir de venire. Dans Fancienne langae on disait : je tendrai, 
on je tenrai; je vendrcd ou je venrai] 

12. VStir. — Le verbe vStir a nne tendance k sortir de 
la conjugaison sans iss on conjugazson morte^ pour entrer 
dans la conjugaison avec iss on conjugaison vivante, Mais, 
malgr^ Tautorit^ de qnelqnes ^crivains dn xyiii* et dn 
xix^' si^cle (Yoltaire, Montesquieu, Lamartine), qui out 
employe ce verbe avec la syllabe issy I'nsage a maintenn les 
formes anciennes, c'est-^-dire sans tss, a v6tir et k son 
compost rev^tir. Quant an verbe inveslir, dont I'^tymo- 
logieestlamdme, ilsnit la conjugaison en iss. La m6me 
difference se tronve dans les noms diriv^s de ces Terbes : 
vetementy revetement; investissement. 

[^HiSToiRE ET Obiqines latimes. — Vaugelas soutenait 
ddji, an xvii« si6cle,j'la cod jugaison des verbes vitir et revitir 
Sana Ja syllabe isSf Cdmme senle correcte. V^tir vient de vestire.} 

Verbes defectifs de la 2"« conjugaison. 

1. F6rir. [Obigines latines et Histoibb. — On reconnatib 
dans ce verbe le latin ferire. La 3* personne du singolier de 
''indicatif present 6tait il fiert (ferit) ; on la trouve dans le pro- 
verbe : Tel fiert qui ne tue paSy et dans le nom compo<i(e /ier-d- 
bras. — Ce verbe avait encore le participe pass^ f^.] 

2. Issir. * [Obiqines latines et Histoibb. — Issir vient de 
^xire {eissir, essir, issir). On le trouve dans le Roman de la 
Rose : n Tost porroit issir de la voie. » Dn participe est venu le 
sabstantif issue.] 

3. * Qu^rlr. — Ce verbe, qui a form^ les verbes acquMr, 
conquMr, s'enquMr, requenr, est pen nsit^ aajonrd'hui 



y Google 



YEBBES IBB^GULIEBS. — § 135 bis. 158 

en dehors de rinfinitif. XJn vieux proverbs dit : t Gens de 
bien ayment le jonr, et les m^chants quiermt ten^bres. n 
Ce yerbe, comme ses composes, n'appartient a la 2^ eon- 
jngaison qne par son infinitif; ses antres temps viennent 
dn yieox yerbe qtierre ( pins exactement d^riv^ dn latin 
qucerere)yetBQ rattachent k la 4®eonjugaison.L*e du radi- 
cal s'y change en le dans les mSmes circonstances que 
pour tenir et venir ( Voy. plus haut). 

4. 66sir. [HiSTOiBB. — C'est de ce verbe que vient le vieux 
mot g^sine. Ex. : Une laie 6tant en gesine... (la Fontaine.) 

[ Origines LATiNBS. — G^sir vient du latin Jacere,'} 

5. Ouir. [Origines latines et Histoire. — Ouir vient de 
aiidire. I/es formes suivantes ont vieilli, mais qaelques-unes se 
trouvent mSme chez les auteurs classiques : 

PrAs. IND. : J'ois, tu oiSf il oit, nous oyons^ vous oyez, \h oient. — 
Impbr. : OiSy oynn<y oyez. Ex, : 

Oyezy peuple, ojez tous. (corneillb.) 

SuBJ. : Que foie ou que foye, etc. — Pabtic. : Oyant. — 
Imparf. : J'oyais, etc. — Parf. : Touts. — FuT. : J'orrai; Ex. : 

Son sang criera vengeance, et je ne Vorrai past (cobneille.)] 



Verbes irregatierm de la 8« coDjviratsoii. 

§ 135 bis. Remabques geniSbales.— I. Parmi les verbes 
irr^guliers de cette conjagaisoUy la plupart ont^ an parfait 
defini et an participe pass^, les mdmes terminaisons usf 
u que le modfele de cette conjugaison (je reguLs, repu). Ex. : 
f$ vouluSy feus, Je dickies, je miis,je pus,je sus, etc. Deux 
out le parfait d^fiai termini en is, comme les verbes de 
la 4"® conjugaison : voir, je vis; asseoir^fassis. Tin seul, 
le verbe asseoir, a le participe pass^ termini en is, assis; 
le simple seoir a les mSmes formes qne asseoir, 

IL Les trois verbes mouvoir^ pouvoir, vouloir ont 
la vojelle compos^e ou quand la sjllabe suivante est so- 

COURS SUP, 9. 



y Google 



154 



GRAMMAIBE FBANgAISE. 



Dore. lis ont la yoyelle eu qaand la desinence est mnette 
ou se r^duit k une lettre. Ex. : 



Ou 
Mouvoir. Nous monvonSy 
vous mouvez ; 
qne nons mouyionSy 
que vous mouviez ; 



Eu 

Je meus^ tu meus^ il ment, 
ils meuYeut. 

Que je meuve^ que in men- 
ves, qu'il meuve, qu'ils meu- 
vent. 

Je peux, tu peux, il pent, 
ils peuvent. 

Je veux, tu veux, il veut, 
ils veulent. 

Que je yeuille, que tu 
veuilles, qu*il veuille, qu'ils 
veuillent. 



Pouvoir. Nous pouvons, 

vous pouvez ; 
Vouloir. Nous voulons, 

vous voulez ; 

que nous voulions, 

que vous vouliez; 

je voulus, etc. 

Cette rigle s'appliqne anssi an futur et an conditionnel, 
parce qne le futur et le conditionnel sout formis de Tinfi- 
nitif ; mais ils se forment irr^guli^rement de I'infinitif dans 
ces trois verbes. JSx. : 
Mouvoir. — Je monvrai, je monvrais (suppression 
de la diphtongue ot, comme dans jc 
recevr-ai) ; 
Pouvoir. — Je ponrrai, je pourrais (suppression dela 
diphtongue oi et changement de vr en rr) ; 
Vouloir. — Je voudrai (suppression dn son o«et chan- 
gement de I en a, par euphonie). 

On retrouve la mfime regie appliqu6e dans un verbe de 
la 2* conjugaison, le verbe mourir. 



Ou 

Nous mourons, 
vous mourez ; 
que nous mourions, 
que vous mouriez. 



Eu 

Je meurs, tu meurs, il 
meurt, ils meurent. 

Que je meure, que tn men- 
res, qu'il meure, qn'ils men- 
rent. 



y Google 



VERBES lEBEGULIEBS. — § 135 btS. 155 

III. * Toas les verbes en otr onfc leur parfait d^fini ea tts, 
except^ voir efc asseoir qui Toiit en ts (je vis, yassis). 

REMABQUES PARTIGULI&RES. 

1. Seoir. — La forme set/ant est seule passte au participe 
present dans les compos6s s'asseoir, se rasseoir. 
Dans le simple, seant s'emploie comme adjectif verbal, 
dans le sens de etre convenable ; bim seant, mal seant. 
[*0riginb8 latin es. — Seoir vient de sedere.] 

2. * Avoir (Voy. § 116). 

3. Choir, d^choir. — On ne met pas indifferemment: fat 
dechu etje suis dechu. L'an indique Faction de dechoir qui 
B'accomplit ; I'antre, Vetat de aScheance. Ex, : Depnis ce 
temps u a dechu de jour en jour. U est au jonrd'hui fort 
d^chu de sa reputation. 

[* Origines latines. — Choir vient de codere^ 
[* HiSTOiRE. — Le verba choir se cpnjuguait tout entier dans 
rancienne langne, etron en trouve des formes isol^es chez pla- 
siears ^crivains du xvii"^ siecle : 

«Tirez la chevillette, et la bobinette cherra»i> (Perrault.) 
a Get insolent chut da ciel en terre.» (Bossuet.) 

Un raonde pr^s de nous a pass6 tout du long, 
.....Est chu tout au travers de notre tourbillon. (MoLiisRE.) 

4. * Falloir. [Origines latines. — FaUoir vient de falkre^ 
comrae faillir ; c'est le m^rae verbe sous deux formes, et avec 
une deviation du sens latin : 1® fallere, c'est tromper, et par 
suite manquer (faillir) ; 2° oe qui manque fait besoin, n6ces8it6, 
il le faut (falloir),] 

6. 6. *Mouvoir. Pleuvoir. [ORioiNESLATiNES.—JIfowvoir vient 
de movere ; pleuvoir de pluere,] 

7. Pouvoir. — Ce verbe n'a pas d'impiratif. 
* L'indicatif present de ce verbe .a nne double forme k la 
premiere personne da ^in^xi\ieT,je puis et je peux. La 
premiere de ces formes a donn^ Vskdjectif puissant ;msiB 
le participe present a 6t6 tir6, d'apr6s la rfegle g6n6rale, 
du radical : pouv-ant. 

[* Origines latines et Histoire. — Pouvoir vient, non de 
posse, mais de f potere, qui a d'abord donn6 pooir^ powoir, puis, 
par 1 attraction de Vu et du v, pouvoir, Le f atur s^est form^ par 
assimilation du u i Vr : je pourrai (primitivement/« pouvrat). 
— Le subjonctif present que jie puisse vient du latiu possmi] 
COD88 sajF ixuauf 

Digitized by VjOOQ IC 



156 GBAMMAIBE FBAK9AISE. 

8. Savoir. Le subjonctif present de ce rerbe s'emploio 
aa sens de rindicatif, avecune naasce de donte, dans la 
locution suivante, qui n'estgufere neit^e qu'i la l'* per- 
Bonne du singulier \jene sachepas, queje sache. 

[Obigines latines et HiSTOiRfi.— Savoir vient du latin sapere^ 
qui a donn^ d'abord saver; d*oilllefutursaver-at,et, par contrac- 
tion, savr-aif saur-aij avec vocalisation d'u v enw, comme Tan- 
cienne forme d' avoir, aver, a donne at-er-at , puis avi ai, aurai, 

— * Le subjonctif sache vient de saptam, qui a d'abord donn^ 
sapje; le participe present (sachant) derive de m^me de sapieth 
tern. La forme deriv6e directement du radical, satyantf est de- 
venue un adjectif.) 

9. Valoir. — Ce verbe et ses composes font an participe 
pr^sentt;a/an/.On dit aussi vailiant dans certaines locn- 
tioDS relatives ^Targent: c N 'avoir pas un sou vailiant. it 
(• Obigines latines. — Valoir vient de valere,] 
[**HiSTOiRB. — Vailiant 6tait la forme du participe present dans 

le dialecte de Tile de France, valant dans celni de quelques 

Srovinces^ et en particulier du Poitou . e: Selon la raison, il f au- 
rait dire valant... Mais Tusage, plus fort que la raison dans 
les Ungues, fait dire 41a cour et ^crire k tous les bons auteurs 
vaillanty et non pas va'ant. j> (Vaugelas.)] 

10. Voir. — Pt^evotr fait son parfait d^fini comme voir : 
je vis, jepi^evis, Mais pourvoir suit lar^gle g^n^rale des 
verbes en air : je pourvus. 

J*Origines latines et Histoire. — Voir vient devidere, qui 
onn4 d'abord veoir (par le chan^ement de Tt en e et la chute 
du d). De veoir est venu le futur, J3 verrai, par suppression du 
son oi et par redoublement de IV.] 

11. Vouloir. — L'Acad^mie reconnatt aussi, mais comme 
pen usitees, les formes suivantes de Timp^ratif : veux, 
vonlons, voulez. Elles sont au moins douteuses. 

(* Origines latines. — Vouloir vient, non de veUe, mais de 
f volere,] 

Le futur de vouloir, falloir, valoir, se forme par Tinsertion 
d'nn rfeophonique entre 17 du radical, vocalist en t/,et ri- 
de la desinence infinitive : je voudrai, il faudra, je vaudrai. 

On a d^j^ vu ce d euphonique au futur des verbes tmir 
et r:enir (p. 151). 



y Google 



VERBES IRRI&GULIBRS. — § 136 bis, 157 

Ces yerbes, comme aller, mouillent 17 de leur radical au. 
present du subjonctif : que je veuille, qu'il faille, queje 
vaille, Mais cetfce / ne se moaille pas dans le compost pr^^ 
valoir : que je prdvale. 

[ * HiSTOiRB. — Ootre le participe voulcmt^ le verbe vouhir 
en av^ait autrefois un second, veuHlanty qui a laisee sa trace 
dans les adjectifs bienveillantf malveillant] 

12. * Apparoir. — A ces verbes on pent ajonter le verbe 
apparoir, qui n'est gnfere nsiti qn'i la troisi6me personne 
da present de Tindicatif, tl appert, terme jnridiqne. 

Verbes Irresollers de la 4fi coDjusateon. 

§ 136 bts. Remarque gi^niKrale. — Les yerbes reguliers 
de la 4® conjugaison ont tons le parfait d^fini en is et le 
participe pass(S en u. Ex. : Je rendis, rendu. Dans les verbes 
irregnliers^ on distingne deux classes, d'apr^s la, formation 
da parfait d^fini : cenx qui ont le parfait d^fini en is 
(1^ classe);et cenx qui lont en us (2® classe). 

I. Dans presque tons ceux de la premiere classe, on forme 
le participe pass4 enfrappant de Taccent tonique le radical 
du yerbe, sans ajonter aucune terminaison. Ex. : 

tire, ri ; craindre, craint ; 

conduire, conduit ; ^crire, ecrit ; 

faire, fait; oindre, oint ; 

sufOre, sufg ; nattre, ne ; 

conflre, confit ; prendre, pris ; 

joindre, joint ; mettre, mis; 
dire, dit ; etc. 

Un seal, le yerbe suivre, ajoute un i au radical pour 
former son participe pass^ : suiv-re, sciy-i. 



y Google 



158 GRAMMAIRE FRANfAISE. 

If. Oeux de la seconde classe ont lous leur participe pass^ 
en w, comme leur parfait d^fini en us. Ex, : 
boire, je bus, bu ; lire, je lus, lu ; 

conclure, jeconcluSjConclu; plaire, je plus, plu; 
oonnaltre,je connus,connu ; r^soudre, je r6solus,resolu ; 
croire, je crus, cni ; taire, je tus, tu ; 

croltre, je crtis, cni; vivre, je v^cus, v6cu. 

Rkmabques PARTicuLii&RBS. — A d'autres points de rue, 
il y a lieu d'etablir d'autres divisions parmi les yerbea 
irreguliers de la 4* conjugaison et de distinguer : 

1** les yerbes en altre et en oltre; 

2® — en indre ; 

3<* — en ire; 

4** d'aotres yerbes de terminaisons diverses. 

I. Verles en attre et en ottre. 

Les caraot^res communs k ces yerbes sont les sui- 
yants : 

l"" Leur parfait defini (excepts celui de nattre) se 
termine en us, comme celui de la 3* conjugaison. 

2** Le t qui precede la terminaison re est une lettre eu- 
phonique; cette lettre ne se rencontre que dans les formes 
de ces yerbes ou se trouve la lettre r (infinitif, et temps 
ou modes qui en sont formes : fatur et conditionnel). 

Remarque. — Le ^ euphonique des yerbes connaltre, 
paraitre, naltre, croltre, se retrouve dans le yerbe 
auxiliaire 6tre, dont les irregularit^s sont si nombreuaes 
qu'il ne pent se placer dans aucune des subdiyisiohs dep 
yerbes de la 4® conjugaison (Voy. § 116). 

[ * Origines latines et Histoire. — II etait de regie que ce t 
86 pla9ait dans ces verbes entre s (pour ss ou sc) et r. Ex. : 
naistre, connoistre^ croistre, etc., de nasci, cognoscere, cres- 



y Google 



YEBBES iBBtiaxTLifiss EK re. — § 136 bts. 159 

cere, etc. Cette s a 6te remplacee par Taccent circonflexe de- 
vant le t; devant une voyelle, elle reparait et se double : nous 
connaissons, nous paraissons^ etc.] 

Groltre. — Oererbe prendun accent circonflexe, non-senle- 
mentdanslecas general de contraction, an plnrieldnpar- 
fait d^fini (nous crumes, vous cruteSj etc.), mais dans tons 
les cas ou la lettre Sy qni appartenait primitiyement an 
radical (croist-re) a disparn devant le t, Cet -accent cir- 
conflexe sert sonvent anssi k distinguer des formes qni, 
sans cela, se confondraient avec certaines formes ana- 
logues da verbe croire, par exemple : 



Groltre : 
Pr^s. indie, je crots, tn 

crois, il crolt. 
Parf . d6f., je crlis, tn crAs, 

il crut. 
Parf. ind^f.> j'ai crfi. 
Imparf. subj. qne jecriisse, 

etc. 



Groire : 

Je crois, tn ciwis, il croit. 

Je cms, tn cms, il cmt. 

J'ai cm. 

Qne je cmsse, etc. 



II. Verbes en indre. 

Les caract^res commnns k ces verbes sont les sni- 
vants : 

1° Leur parfait dSfini es!t en w : jfe craignis, je plaignis. 

2** Leur participe pass6 se termine par un t, qui rem- 
place le d dn radical : craind-re, craint; joind-re, joint. 

3^ Le d dn radical disparait kh, 1'^ et ^ la 2^ personne 
du singulier de I'indicatif present ; et, a la 8% il est rem- 
plac6 par t (je crains, tu crains, il crainf). 

4:° Les denx demi^res lettres dn radical nd se changent 
en gn devant tontes les terminaisons commen9ant par nne 
voyelle, ce qui donne it ces formes du verbe nn son adouci 
et mouill6 : craindrre^ craign-ant, craign-ons, etc. 



y Google 



160 GBAMMAIBE FBAN9AISE. 

/*Obiginbs LATiNES BT HiSTOiRE. — Cratnrfrc (prim itivement 
crainre) vient de tremere, trembler : tr s'est change en cr, 
emere en eindre comme dans gemere, geindrCj imprimere, 
empreindre.] 

A la liste des verbes en indre , donn^e au tableau des 
verbes irr6guliers,*il faut ajouter le verbe poindre : 

1** Comme verbe actif, il a le sens de ptqtcer (du latin 
pungere), mais n'est plus usite aujourd'hui que comme 
adjectif verbal : chagrin poignant, peine poignante. On le 
ti'ouve dans un vieux proverbe : « Oignez vilain, il vous 
poindra;poigne2 vilain, il votes oindra, » 

2* Comme verbe neutre, et avec une signification qui 
paratt assez 61oign6e de I'^tymologie, avec le sens de 
ccmmmcer h parattre, il- n'est gu^re usit6 qn'k Finfinitif 
et au fatur : « Lejour va poindre, Des qtce lejourpoindra. » 

III. Verbes en ire. 

Le caract^re commun k ces verbes est celui-ci : comme 
leur radical se termine par Ja voyelle 1, on insure une 5 
eupkonique enire ce radical et les desinences, quand c* s 
desinences commencent par un« YojeWc. Ex.: instruire; 
instrm'S-anty-mstrui'S-ons, quefinstrui-s-e^ e*c. 

Sont except^s de cette r^gle les verbes suivants : 

1** rire ft son compost sourire, qui unissent directe- 
ment le radical anx desinences, Ex. : n-re, ri-ant, ri-ons, 
que je rie, etc. — A Vimparfait et au subjonctif i resent^ on 
a nous ri'ionsy vous ri-iez; que nous 7i-tons, que vous ri-iez; 

2^ le vieux verbe bruire, qui n'est plus guere usil6 qu'4 
rinfinitif et a la3®personne dn singulier de Tindicatif pre- 
sent et imparfait : il bruit; il bruissait L'ancien imparfait, 
il bruyait, a disparu de la langue, et le participe present 
n'est plus employ^ que comme adjectif verbal : bruyant^ 
bruyante. 

EBMABQDES PABTICTTLlfeRES SUR LES VEBBES EN iPe I 

I. • Instruire. [ Okiginbs latinbs. — Instruire vient d% 



y Google 



YEBBES iBBi^ouLiEBS EN Ire. — § 136 bts. 161 

instruerey munir ; instruit de wstructumf par le chaneement de 
ceni. (Voy. §21^er,p. 21.)] 

2. Dire. Le verbe dire et ses composes pr&entent di- 
rerses particularit^s : 

1* lis suppriment an parfait difini Vs euphonique, 
qn'on troure dauBfinsfrui-S'is. De lit r^sulte une contrac- 
tion ijedis. 

[^HiSTOiBB. — Cette s se retrouvedansle subjonctif qne je dise. 
Mais, comme elle n'appartient pas au radical, on a dit lone- 
temps que je die, forme qui se trouve encore au xvii* si^de 
concurremmeDt avec rantre : € quoi que Von die est fort en 
usage, bien que quoi que Von dise ne soit pas mal dit ; mais 
quoi qu'ils dient, au pluriel, ne semble pas si bon k plusieurs 
que quoi qu'ils disent i^ (vaugblas.) Que je die a M employ^ 
cinq fois par Racine. (Voy, le Lexique de Marty-Laveaux.) 

2"* Le yerbe dire et son compo6^ redire ont ies pour 
desinence de la 2® personne dn pluriel k Tindicatif present, 
k rimp^ratif^ comme an parfait d^fini (ou cela est de r^gle). 
Ex. : vousdites, vousredites; dites, redites(ou retronrera cette 
desinence dans le verbe irregulier faire). Mais les antres 
composes de ce verbe^ contredire, d^dire, interdire^ 
rnddireyprddire, ont k ces modes la desinence ordinaire ; 
Ex. : V0U8 contrediseZy vms didiaez, vom interdisez, vous 
medtsez, vouspredisez. 

[HiSTOiBB. —^L'usagea consacr^ oes irr^gnlarit^s ; mais on ne 
s'^tonnera pas qu'il y ait eu, & ce sujet, ^uelque indecision 
dans les differents ^gesdelalangue. Ainsi Moli^ro dit : c: Ne m'en 
didltes pas. » (Tartufe, Til, 4.)] 

[*0bigine8 latinbs. — Vou9 dites repr^sente exactement di- 
dtis, comme vous faiteSj facitis,'] 

3° Un des composes de ce verbe (qui a ^galement la 
desinence sez) redouble partout Vs euphonique : nous mate- 
dfssons, vom maudissez, ils maudissent; maudissons, mau- 
dksez; jueje maudisse ;je mmidissais; maudissant 



y Google 



162 GRAMMAIRE FRANgAISE. 

Sur dire se conjuguenfc les deux verbes suirants : 

Confire (parf. dif,: je confis; partic, passe: confit); 
seulement la 2™® personne du pluriel de I'mdicaiif prt^seot 
est : vaus cmifisez; 

Girconcire; ce verba a une s au lieu d'un t au participe 
.passe : circoncis. 

3. il^crire ; ce verbe se distingue des precedents par 
son parfait ;/emv»s. 

[Obigines latines. — Cette difference e'expliqueparretymolo- 
gie. J^crire etses composes ne sont pas formes comme conduire, et 
autres verbes qui viennent de ducere et d© ses composes, ou bien 
comme cuire (de coquere), comme construire ou detruire fvenant 
de 8tru-ere). Dans ces deux demiers, le radical est termme par 
une voyelle, en fran9ais comme en latin; dans les autres, il a 
perdu la gutturale qui teniiinait le radical en latin ducere, 
coqu-ere. — Dans ^crire^ et autres derives de acrihere, le h du radi- 
cal est supprime aux 3 personnes du singulier de I'indicatif 
present, a la 2« du singulier de I'imperatif , k I'infinitif et aux 
temps ou modes qui en derivent (futur et conditionnel), ainsi 
qu'au participe passe ; mais dans les autres formes du verbe il est 
remplac6 par une labiale douce, le v.) 

4. 5. 6. 7. Lire, nuire, rire, suffire. [* Origines latines. — 
Lire vient de legere (comme cueillir de colUgere) ;nuire denocere 
(comme cuire de coquere) ; rire de ridere; suffire de sufficere] 

IV. Ve9*bes de te^^minaisons diverses. 

* Remarque o^n^ralb. — Parmi ces verbes, les una 
ajoutent directement les desinences au radical (comme 
nous Tavons vu plus haut, § 124 lis efc § 136 his^ III, 1°). Ex. : 
Nous conclusions, que nous conclu-ions; nous croy-tons, 
que nous croy-ions. 

[ * HiSToiRE. — Au xvii« siecle on omettait d'ordinaire Tiapres 
rt/» et Ton ecrivait vous croyez pour vows croyiez (Voy. Kacine, 
6dit. Mesnard, aux v. 704 et 1004 de Mithridate; aux v. 323 
et 406 d^Iphig^nie.] 

Les autres, comme coudre, faire, plaire^ ajoutent entro 



y Google 



VERBES lEEifeGULiERS EN ire. — § 136 bis, 163 

le radical et les desinences une s euphonique, ainsi que 
nous Tavons vu pour les verbes en ire ( § 136 Ms, III). Ex, : 
nous coU'S'tons, nous fai-s-ions, nous plats-ions. 

[* \. Boire. Origines latines et Histgibe. — Boire vient do 
hihere {bib're), par changement de Vi en oi (de m^me quid, 
quoi; sit, soit, etc.) et par suppression du b devant Vr (de 
mdme palpebra, paupi^e), — Quelques dialectes ont change 
Vi en e et le 6 latin en v; ce qui a donne la forme bevre, d oil 
Bont venus le participe buvant et le parfait Je 6ms {je beus). 
Le b latin, change en v, se retrouve encore dans la 3® per- 
sonne du pluriel : its boivent, bibunt, ] 

2. Braire. — On disait dans Tancien fran5ai8, et ron 
peut dire encore a Timparfeit • tl hrayait; au parfait 
d^fini : %l a IraiL 

[* 3. Clore. Origines latines. — Clcyre vient de claudere.] 

4. Gonclure^ exdure. 

[HiSTOiRB ET Origines latines. — Ces deux verbes font, au 
participe pass6, conclu, exclu. Priraitivement on ^crivait exclus, 
excluse, du latin exclusum (de excludere), comme on ecrit encore 
inclus, incluse, adjectif qui a ete a I'origine \m participe passe, 
qui venait du verbe inclure, comme inclusum, de includere. ] 

— II faut remarquer de plus que, dans la conjugaison, 
les verbes conclure, exdure perdeut le d latin : 
Je conclus {conclud-o)^ nous concluons (conciud-imus), 
J'exclus (exclud'O), nous excluons (exclud-imus). 

l" 5. Goudre. Origines latines et Histoire. — Coudre vient 
de consuere : on est devenu ou, comme dans conventum, cou • 

■ vent; Vs a ete supprimee,etun d euphonique ajout6; ce qui 
a donn^ cousdre, puis coudre, ] 

6. Croire. — Le compost de ce verbe : accroire, n'est usite 
qu'k rinfinitif, et seulement dans la locntion faire ac- 
croire. 

[ * Origines latines. — Croire vient de credere,] 

.7. Faire. — Les deux comi^osespar faire et for faire ne sent 
gu^re usites qu'^ rinfinitif et anx temps compos^B : il a 
for fait a Vhonneur; fai parfait la aomme. 



y Google 



164 aBAMMAIBE FBANgAISE. 

II est it remarquer que, dans le yerbe faire, ainsi qne dans 
ses composes, on prononee autrement qu'on n'^crit la pre- 
miere personne da pluriel de Tindicatif present {nous fat- 
«?na), rimparfait indicatif (je faisais), \e participe {fat- 
sunt), comme cela a lieu pour les adjectifs et substantia 
d^riv^s : bien/aisant, malfaisant; himfaisancBy etc.,c*est-ji- 
dire partout ou la syllabe suivante est accentu^e. Dans ces 
diyers mots, ai se prononee comme un e muet, et Yol- 
taire a propose d'^crire comme on prononee. L'Academie 
et la plupart des grammairiens sont contraires k cette r^ 
forme, que Tusage n'a pas consacr^e. Mais au futur et au 
conditionnel on ^cviije ferai^ je ferais. 

[* Origines latines et HisToiBB. — Faire vient de facere, 
Le fiubjonctif est aujourd'hui que je fosse. Au xvii« siecle, on 
dorivait, d'unemaniere plus con formo 4 retymologie latine, que 
je face (fadam). Les formes du pluriel n^etaieut pas arr^t^es 
comuae aujourd^hoi ( que noiis fassionSy etc). Ou trouve p<u> 
sieurs foisjdans lesoeuvres en prose de.Raoine : que nous fai- 
sions, que Yousfaisiez (Voy. leLfXtque deMarty-Laveaux^ p.cvii). 

8. Frire. — On suppl^e aux temps et aux modes dout 
manque le verbe frwe, en employant la locution faire 
frire : « Notis faisom frire, faisant frire, etc. ». Ce yerbe 
n'est du reste usit^ qu'^ Tinfinitif (sens neutre) et an 
participe passif frit. 

[ * Obigines latines. — Frtr« vient de fngm,] 

9. Moudre. — Les formes de ce yerbe qui out une I se con- 
fondent pour I'orthographe ayec celles du yerbe mouler. 
Mais elles s'en distinguent pour la prononciation : 
celles du yerbe tnoudre sont br6yes, celles du yerbe 
mouler sont longues. 

[ Origines latines. — L^etymologie latine donne la raison de 
cette similitude d*orthographe ot de cptte difference de pronon- 
ciation. Les formes du verbe moudre qui cnt la lettre I sont 
celles qui sont le plus pres de Tetymologie : car, tandis que 
moudre vient de molere, mouler vient de modulare. ] 

10. Plaire. [* Oriqjnes latines. — Plaire vient do Tf^lacere.] 



y Google 



VERBES IBBl^GULIEBS EK re. -^ § 136 bis. 165 

[HiSTOiRE. — L^aDcienne forme de coverbe ^tait p/aistr • il 
est rest^ one trace de cet ancien verbe dans la contraction de 
la 3* personne du singulier : il jtlaU . ] 

11. Prendre a nne faosse analogie ayec rendre. Lea 
seules formes qui ressemblent h celles da yerbe rendre 
sont les trois personnes du singaiier da present de Tin- 
dicatif, le fataret le conditionnel. 

[Origikes latides. — L'^tymologie de ces deux verbes n'est 
pas la mdme : prendre vient de prehendere (contracts en pren- 
dere) ; rendre de reddere. Dans le premier {prendere) le d da 
radical est tomb^ en f ran9ais ; c*est ce qui a produit les irr^gu- 
larit^s de ce verbe.] 

12. R6soudre. 

[Origines latinbs. — Les formes nous r^olvonSfVOus risokfez^ 
ne sont irr^gnlieres qn*en apparence. Elles s'expliqnent par 
r^tyraologie latioe (resolvimusy resolvitU), dont elles se rappro- 
cfaent plus que les autras formes.] 

Le participe pass^ rholu ne s'emploie que lorsque ce 
verbe signifie determiner, decider. Ex. : Je suis risolu A faire 
telle chose, fat risolu de faire telle chose. La chose est risolue, 

Mais le verbe risoudre a aussi un sens aualogue & ce« 
Ini de dissoudre. Employ^ dansce dernier sens, il a un autre 
participe pass^ : risous (sans fi^minin), comme on dit diS' 
90U8. Ex.: Brouillard risous enpluie, 

[Origines latines. — Ji^ola vient du latin resolutum; riscm 
est deformation fran^aise. Le participe pass^ de abscudre eide 
dissoudre est absous, absoute ; dissous,diss<mtey formes qui s'dd- 
gnent de T^tymologie laiine ; mais de s participes passes latins 
absolutum, disscZutum, sont venus les adjectifs absolu, dissolu.} 

13. Suivre. 

[* Origines latinbs. — Suivre vient de f sequeref pour sequi,] 

14. Traire. 

[Origines LATINES. — Les verbes extraire, sousTRAiRE,etc., 
^loign^B par le sens du verbe traire, sont en r6alit6 des com* 
pos^s de ce verbe, dont le sens propre est tirer {trahere). De 14 
aussi viennent a6<^ratVe^ distraireiabstrahere, disirahere)feio*\ 



y Google 



166 OBAMHAIBE FBAN^AISE. 

15. VaiDcre II faut noter k rindicatif present la chute 

du f, desinence de la 3*"* personno du singDlier : il vainc. 

16. Vivre. 

[* Obigines latines et Histoire. — Viwe vient de vivere . 
Autrefois, et jusqu'au xvii* si We, il y avait un autre parfait 
d^fini : je vequis, nous v^quimes ; et un autre subjouctif impar- 
fait : que je vequisse.] 

17. Soordre. [* Obigines latines. — Sourdre yient desurgere,] 



CHAPITRE VIL 

DE UADVERBE. 

§ 137. Ik'adverhe est un mot, ouquelquefoisune reunion 
de mots, qui se place avant on apr^s le yerbe, avant Tad- 
jectif ou un autre adverbe, et quelquefois avant un snbs- 
tantif, pour y ajouter une idee de maniere, de quantife, de 
temps, de lieu, etc. 

§ 138. On appelle locutions adverhiaUs les adverbes qui 
s'expriment par plusieurs mots, par ex. : tout a fait. 

§ 139. On divise les adverbes, d'aprSs leur sens, 
en cinq especes : 

1** Adverbes de lieu; 

2** Adverbes de temps ; 

W" Adverbes de mani6re et de quality ; 

4*' Adverbes de quantity ; 

5^ Adverbes d'affirmation, de negation ou de doute. 



y Google 



DE l'advbebb. — § 141. 167 

1"* ADVERBES DE LIEU. 

§ 140. Les principaux adrerbes de li6u sont : 

ici, li, y, en, oil, loin, aupr^s, alentour, 

dedans, dehors, ailleurs, partout, 

dessos, dessons, en haut, en bas, 

devant, derri^re, 9a, de 9^, de li, 
avant,*apr^s, depuis, etc. 

II y a un adverbe de lieu interrogatif, qni est : oit? 

[*Origines latines et Histoire. — Parmi les adverbes d« 
lieu, qnelques-uns (le plus petit nombre) sont des mots simples, 
an moiDs en fraii9ai8. Ce sont : iciy deecce hie; ca, de ecce hac; 
Id, de iliac ; y, de ibi; en, de inde ; ou, do uU ; avant,de ab ante; 
devant, dedeab ante; derri^e, de de retro; ailleurs, de aliorsum; 
loin, de longe, Les autres sont composes de deux mots frangais 
et quelquefois de trois dej4 formes. Ex. ; de-dans, de-hors, 
a-priSf de-puis, par-tout, d-V-entour, etc. La plupart sont des 
prepositions, dont on verra plus loin I'^tymologie. 

L'adverbe nagu^e (en vieux fran9ai8 n'aguires) represente 
une phrase tout entiere : il n'y a guere, c'est-4-dire il n'y a pas 
beaucoup (Voy. gudre, § 385}.| 

2** ADVERBES DE TEMPS. 

§ 141. Les principaux adverbes de temps sont : 
hier^ aujourd'hui, demain, maintenant, autrefois, jadis, 
t6t> toujours, jamais, 

bientot, tant6t, aussitdt, lors, alors, d^sormais, dor6- 
quelquefois, souvent, navant, 

longtemps, puis, depuis, 

deja, ensuite, enfin, anparayant, 

tard, encore, etc. 

II y a un adverbe de temps interrogatif, qui est : qmndf 

[*Origines latines et Histoire. — Sont simples en fran9ais 
les adverbes de temps qui suivent : hier de heri; demain de 
de mane; souvent de subinde; tdt de tot cito; tard de tardum; 
encore de hanc horam (acette heure), jadis dejam dies; lors de 
lih's horis; puis de post; quand de quando. 



y Google 



168 GBAMHAIBE FBAN^AISB. 

Les aatres sont compoB^s de deux, trois et mSme quatre mots 
f rau9ai8 dijk f onn^ : main-tenant, bien-tdt^ aussi-tdtj ^uelque- 
foiSj autre-foiSf en-suittfj en-fn^ d^s-or-maiSy etc. Tantot est 
pour tant'tot D^jd est pour de-ja. Ja est un ancien adverbd de 
lieu, d^riy^ dejam^ et qu'on retrouve dsmsjadis et jamais. Pe 
m^me a-lors est compost de d et de lors, qui existe encore 
separement dans les locutions d4i lors, pour lors, lorsque^ et qui 
se trouve dans VHistoire Universelle de Bossuet. Le mot hora 
qui eotre dans sa composition (lors eat pour Vores) reparait 
dans d^sormais (dc8-or-wa*s), dans doNnavant {d\*re8 en avant)^ 
dans la locution d'ores et d^jd, et dans encore (ham horam), 
Au xvii« si^cle, le souvenir de Tetymologie latine n^etait pas 
tout 4 fait effac6 ; car^ dans sa Remarque hur ce mot, Vaugelas 
bl&me comme « bien basse » la locution d Vh'iure, qui se disait 
encore pour alors. Toujours s'^crivait autrefois tous jour§. Main^ 
tenant est le partlcipe present de maintenir, pris adverbialemeat. 

Aujourd'hui est f orm6 de quatre mots et renf erme un pleo- 
nasme : car hui seul {Uodie) sigoifie aujourd'huL La langue 
populaire aggrave encore le pl^onasme, en disant au jour d'aU" 
jourd'hui, — Au-par-avant est fonn6 de trois mots. 

Le mot fois, qui entre dans la composition des adverbes aw- 
trefoiSy queiquefois, parfois, vient de vice, — Longtemps, qui est 
aujourd'hui un nom adverbial, s'ecrivait jusqu'au xvii* siecle 
ea deux mots, un substantif et un adjectif. Ex, : 

€ J'esp^re obtenir de Votre Majesty pardon du long temps 
que j'ai attendu 41ui rendre ceite sorte d'hommage. » 

(CORKEILLE.) 

Avoir tin 8% long temps des sentiments si vains (Id.) 

Son p6re pent venir, quelque long temps quHl tarde. {Id.) 

3° ADYEBBES DE MANlilBE. 

§ 142. LeB adverbes de manifere sont fort nombreux ; 
lis comprennent d'abord des adverbiBS formes d'adjectifa et 
qui sont presque tous terminus en mmt {sagemmt, polimmf^ 
courageu8mmt)y puis quelques adverbes particuliers 

comme : . , 

bien, mieux, mal, pis, gratis, 

ainsi, ensemble, i Tenvi, 

de m§me, i dessein, 

plutdt, qiiasi, 



expr^s, 



etc. 



y Google 



DE L'ADVSBBE. — § 143. 169 

[* Originbs latines kt Histoire. — Sont simples en fran- 
^ais les adverbes de manure suivants ; bien de bene^ mieux de 
vielius^ mal de male, ainsi de in sic, ensemble do in simuU 

Plutot est pour plus tdt^ qui est reste dans la langue avec un 
sens distinct, mais qui'ne Tavait pas au xvii« siecle, et s'em- 
ployait 6galement dans le sens de plus vite et de pref^ra* 
blement. On lit dans Racan : « Je choisirai plustdt d*epouser le 
tr^pas, 3> et dans Pascal :« que ne le declariez-vous plus tdt? Vous 
vous seriez ^pargn^ bien de la peine. » 

Expr^s vient de expressum; c'est un ancien adjectif neutre 
devenu adverbe. Gratis est tout latin. A Venvi vient de ad in- 
vitum (contre un opposant, un concurrent). 

— Le mot quasi est un mot transports, du latin en fran9ai8. 
Avant Vfiugelas, ce mot s'employait dans le style noble. Ex, : 

« II n'y a aucune place dans la JudSe qui n'ait (kU contrainte 
de recevoir garnison romaine, et quasi toutes apr^s un long 
si^ge. » (bossuet.) II se trouve dans Pascal, Voiture, SaintEvre- 
mond, et Moliere Ta employe dans la com^die : 

C'est une rille, en v6rit6, 

Aussi grande quasi que Thebes. (Amphitryon.) 

Vaugelas juge ce mot c bos y^^ c'est-^-dire familier. li a du 
moins un pen vieilli.] 

II y a deax adverbes de mani^re interrogatifis^ qni sont : 
pourquoi? comment f 

[*Obigines latines et HisroiRE. — II y avait autrefois un 
troisieme adverbe inte^ogatif de mani^re : comme, employ^ 
dans le sens comment, sens qu'il n*a plus que dans les interro- 
gations indirectes (§ 373). Ex. : 

Fabian, eomme est-il mort ? (oobnsillb.) 

Comme vient de quomodo, et comment de quomodo inde.] 

§ 143. Remarque I. — Les adverbes de mani6re diriv^s 
d'adjectifs sont en g^n^ral tirte de Tadjectif f(iminin auqnel 
on ajoute le sniBBixe meni. Ex. : cauroffeusement, divoiement. 

[ Obiqines LATINES. — Ces adverbes ont Stefournis&la langue 
fran9ai8e par une locution qn*on trouve d^j& en latin cbezles 6cri- 
vains dePEmpire {bona mente faciunt, Quintilien; devota mente 
tuentur, Claudien), et qui a prevalu dans la basse latinit^ pour la 
formation d'expressions adverbiales. Elle se composait du sub- 
stantif mens k Tablatif (mente), et d'un adjectif k I'ablatif U- 
nnnin, honesta mente, ditlci mente, forti mente ; locution qui a 

iO 



y Google 



170 GBAMHAIBE FBAN9AISE. 

donn6 a Pitalien les adverbes onestamente, fortemente, dolce' 
mente^ et au fran^ais honnitement, fortement, doucement Mids 
le sens primitif da mot mejite s'est compl^temente&c^dansces 
adverbea, comme on le voit dans premi^remenl; , in&oitablement, 
incontestablement, etc.] 

Qaelquefois la forme feminine a dispara, par exemple : 
1^ Elle a dispara dans les adyerbes formes d'adjectifs 
terminus en e on i, en i et en u : commodemenU aishnent, 
hardiment, jolment, polimmt, iperdumenU resohmmt. On 
voit, par Torthographe de ces divers adverbes, que laplupart 
ont perdu Vaccent circonflexe qui indique une contraction. 

[ * HiSTOiRK. — Au XVII® si^cle on ^cnvsAt joliment; poUment, 
^perditment, inginiiment. Voyez la Bemarque de Vaugelas sur 
les adverbes en ment,] 

2° La forme feminine a ^galement disparu dans les ad* 
verbes formes d'adjectifs tenmn^s en ent ou ant; dans ces 
demiers, le t final de I'adjeotit a ^t^ supprimd devant le 
suffixe ment, et Vn s'est change en m, par assimilation 
avec la lettre initiale de ce suffixe. Ex. : ptudmt, pru* 
demmmt; savant, savammmt; iligant, eUgammmt; abon- 
danty aiondamment, 

[*HiSTOiRB. -— C'est \k une trace de Tancienne formation 
des adverbes derives d'adjectifs ayant la m^me terminaison au 
masculin et au femioin : prudente, elegante, abundante mente 
(savamment a 6te formd par analogie). II faut y ajouter qenti' 
ment (autrefois gentUment, gentili mente). On a vu que les ad- 
jectifs qui n'avaient qu'une terminaison en latin pour le mas- 
culin et le femioin n'en avaient qa'une ^galement dans Tancien 
fran9ais (grand mire^ etc. Voy. § 46). De meme, dans Tancien 
fraD^ais, ces adjectifs se meltaient sans e muet devant le suf- 
fixe ment : fortmentj grandment, loyalment. Ve muet n*a etA 
ajout^ qu*a la fin du xiv® si^cle^ alors qu'on a cherch^ 4 mettre 
de la regularite dans les formes grammaticales.] 

On excepte lentemmt, presmtement, vehimmUmmt, qui 
rentrent dans la rfegle g^n^rale des adverbes formes de 
Tadjectif fSminin. 

Les adverbes nuitamment, notamment, sciemmentj sont 
formes d'adjectifs qui sont aujourd'hui hors d'nsage: 



y Google 



DB l'advbrbb. — § 146. 171 

tratiremement vienl de Tancienadjectif ^rat^et^, qu'on 
lit encore chez SaiDt-Simon ; on bien ils ont 6t^ formes par 
analogie, sans que les adjectifs correspondants aient exists. 
Par exception, impunement se forme de l*ad jectif mp wni", 
§ 144. Bbmarqub II. — Ue muet de Tadjectif, soit fiS- 
minin, soit masculin, se change tr^s-sonvent en i ferm^. 
Ex. : aveugUment^ commodementy conformemmt, inorme- 
mmty opinidtremmt, uniformemmt, ol?8curement,pri€isitnmt, 
profon^emenL Mais on dit terriblemmty longuemmt, folle- 
mmty nov/oellemmty etc. 

[* HiSTOiBK. — Les adverbes en meat sont moins nombreux 
aujourd'hui qu'autref ois. On trouve chez Bossuet diligemment, 
dextrementy droitement^ disordonrUment (Voy. le vocabnlaire, a 
la suite des Etudes de Tabbe Vaillant bur les Sermons de Bossuet). ] 

§ 145. Bemaeque III. — II y a aussi en fran9ais des 
adverbes demani^re formes d'adjectifs employes an nentre. 
Ex. iparler das, voir clair, cJuznter juste, etc. 

[Grammaibe oomparative. — Ges sortes d'adverbes correspon- 
dent aux adjectifs neutres employes abverbialement en latin et 
en grecEx. : 8axpu6ev '^t'ki(j(X(7(x (B.om.). Dulce ridentem, duke 
loquentem (Hob.).] 

[* Obiqinks latinbs, — Plus les langues romanes se sont 
eloign^es de Tepoqne de la langae latine classique, plus le 
neu^xe a tendu k s^effacer. Cest de Toubli du neutre que soDt 
venuB certains substantifs mis au masculin dans la basse 
latinit^, et d^oil sont d^riv^s des mots fran^ais masculins ter- 
mines au siugulier par une s. Cest encore cet oubli qui a 
donne au fran^ais plusieurs substantifs du genre femioin (folia^ 
feuille ; arma, armey etc. (Voy. § 32, Obig. lat.). Mais, si le 
neutre s'est efface en fran^ais, il n'y a pas disparu, pas plus 
qu^en anglais et en allemand. Seulement il n'a pas en £ran9ais 
de signe distinct, et ses formes se confondent en g^n^ral aveo 
celles du masculin. Ce n'est pas une raison pour le meconnaitre ; 
car le fran9ai8 n'apas toujonrs des formes distinctes pour le mas* 
culin et le feminin,par exemple dans les adjectifs 6rave, mobile, 
etc . , et il en a pour le neutre qui sont evidemment distinctes dans 
le pronom (Voy. § 69, Rem. 1X1,235, 244, 246, 265). Nous revien- 
drons, au § 213, a propos des regies d'accord, ear les adjectifs 
neutres en fran^ais, qri sont pris a^lverbialement.j 



y Google 



172 GBAMMAIBE FRAN9AISE. 

[* HiSTOiRE. — Quelques adjectifs, en fran9ai8, deviennent 
ad^erbes en devenant nentres; par exemple fort, vite. On dit 
aujourd hui fort et fortement efusqu'au xvii® siecle on a dit 
vfteijicnt : aujourd'hui on dit viYe, comme adverbe, parce 
que vite n'est plus usite comme adjectif ; mais il 6tait fort en 
usage au xvii* si^cle : « Plus vites que les aigles^ plus coura- 
gfcux que les lions. » (bossuet.)] 

§ 146. BEMABQ0E lY. — Comme les adjectifs qualifi- 
catifs (Voj. § 59 bis), les adverbes de mani^re peuyent 
avoir trois degres de sigaification^ qai semarquent comme 
ceux de ces adjectifs, aaxquels ils correspondent : 

1** Lepositiff Ex, : longtemps ; 

2"* Le comparatif, Ex. : plus longtemps ; 

3° Lesuperlatif, Ex. : le plus longtempsow trfes-longtemps. 

Deux adverbes seulement ont, pour le comparatif et le 
superlati^ une forme sp^ciale qui repond au comparatif et 
au superlatif des adjectifede m^me origine. Cesont*: 

V Bien ;compB,T Ail fmimx; superlatiffomtipwajet/m bim. 

2° L'adverbe mal; comparatif j7w (ou plm mal) ; super- 
latif /^ pis (on leplus mal) et tres mal, 

[Origines latines. — Bien vient de bene; mieux de melius; 
mal de male; pis de pejus.] 

4^ ADVERBES DE QUANTIT*. 

§ 147. Les principaux adverbes de quantity sont : 

assezy trop, tr^s, le plus, 

pen, beaucoup, si, tant, tellement, 

plus, moins, encore, 

autant, davantage, presque, tout k fait, etc. 
II y a un adverbe de quantity interrogatif : combienf 
[* Origines latines et Histoirb. — Adverbes de quantite 
qui sont simples en fran^ais : Assez^ qui vient de ad satis^ 
peu de paucum, plus de plus, moins de minufty tout de tantum, 
autant (pour altaint) de aliud tantum, tres de tranSj si de sic, 
tenement de tali mente. .-r- Trop est un substantif pris adver- 
6ialement : e'est le m^me mot que troupe j et primitivement il 
iudiquait plutdt grande qnantite qu'exces. Anjourd'hui encore, 



y Google 



DE L' ADVERSE. — § 149, 173 

on 8C sert f amilierement de cet adverbe en ce sens : Get enfant 
est trop gentil ; cette petite fille e»t trop inignonne. 

Adverbes . composes de mots frAD9ais dej4 formes : — Beau- 
eovp est un mot qui ne remonte pas au del4 du xiv^ siecle : on 
disait autrefois moult (de multvm), un des mots regrettes par 
La Bruyere (Chap. De quelques usages). Coup ^tait colp en vieuz 
f ran9ai8 (de colaphurriy coup de poing, et, par suite, coup en 
general). — Davantage est pour d'avantage. — Presque vient 
de la preposition pres et de la conjonction que], 

§ 148. Remarque. ~ Deux adverbes de quantity ont pln- 
sieurs degr^s de signification : Beaucmp a pour conjparatif 
pluset pour superlAtif le plus ;peu a pour comparatif m(?t?2« 
et pour superlatif U mains. Ce sont en r^alit^ des mots 
differentSy dont les radicaux sont distincts^ comme leur 
^tymologie est diffSrente. 

(* Grahmaibb comparative. — De m6me en latin plus sert 
de comparatif a multum, minus a paulum.] 

§ 148 bis, ' Aux adverbes de quantity on peut ajouter 
le mot force, substantif qui s'emploie adverbialement avec 
le sens de beaucoup dans des locutions du style familier, 
comme force coups, force gens. 

Force reliefs de toutes les f a^ons. (la Fontaine.) 

5® ADVERBES D'AFFIRMATION, DB NEGATION 
ET DE DOUTE. 

§ 149. Les adverbes d'affirmation sont : 
oui, si, certes, assur^ment, sans doutCi 

vraiment, voire, volontiers, d' accord, 
memo, aussi, sartout. 
Lea adverbes de negation sont : 

non, ne, pas, point, guere, 
nullement, aucunement, etc. 
lies adverbes de doute sont : 

peut-Stre, probablement, 

apparemment, k pen pr^. 

00UB8 SUP. iO, 



y Google 



^74 GBAMMAIUE FRANgAISB. 

Oes divers adverbes peuvent s'employer presque tons 
interrogativement. Bxj : oui ou non? vraimentf peut-etre? 

* [Origineb latines et Histoirb. — Oui est le vieux mot oi/ 
( Voy. V Introduction) y qui vient de hoc illudy et qui, d'abord 
aesoardi en ouil, est devenu oui par la perte de 17. Dans Tan- 
cien fran^ais, oil avait pour correspondant nen-il (non iUud\, 
qui est devenu plus tard nenni, et qui signifie non. 

Si vient de sic, et a donne le compost aussi {aliud sic), comme 
)ant a donn6 autant. Ce^'tes vient du latin certis. Volontiers, de 
coluntariis, Vraimenty assur^ment sent formes des adjectife vrai, 
as$ur4 et du suf fixe m«nt. — Fotre vient du latin vere, vraiment ; 
h ue s'emploie plus gu^re que dans la locution voire m^we, qui 
signifie et mSme, Au xvi« siecle, il a son sens etymologique 
(vimmenty oui), Ex. : « Voire mais (ouiy mais.,,) comment se- 
rait-il possible de trouver un taureau si grand? » (amyot.) 

Au xvii« siecle, il a le sens de m4me. Ex, : « Je puis fairs 
arriver en six jours, voire en six heures, ce qui s'est passS en 
six ans. j> (corneille.) 

Chapltres, non de rats, mais chapitres de moines, 

Voire chapitres de chanomes. (la pontaink.) 

Ce mot commence a disparaitre du bel usage a la fin du 
XVII® siecle. <c Ce mot a fort vieilli, dit le P. Bouhours; ceux 
qui ^crivent purement n*en usent jamais. » Selon Furetiere, 
€ c'est un terme popnlaire et ironique. » 

-Non vient du latin non; ne de Tancien fran^ais nen (abreg^ 
de nenni) ; nullementy aucunementy sont formes des adjecti^ nul, 
aucuHy et du suffixe ment, Les mots pas et point ne sont des 
negations que par suite de leur place dans la phrase; aussi 
seront-ils studies dans la syntaxe (§ 383). — L'ltymologie de 
guire est encore pen ^claircie. 

— Apparemmenty probablement sont formes des adjectifs 
apparent, probable et du' suffixe ment PeviMre est une phrase 
abr^g^e : il pent itrey comme on dit : il se pent 4tre. A peu pres 
equivaut a ]a locution a peu de chose pris, 

— On a pu remarquer dans les adverbes, et Ton remarquera 
dans les prepositions et conjonctions )a frequence de Ys finale. 
II y a, dans toutes les langues romanes, une tendance k munir 
les particules (adverbes, propositions et conjonctions), soit d^ri- 
vees du latin, soit creees par les nbuvelles langues, d^un signe 
caract^ristique, qui est i en italien, s en fran9ais. Cet i et cette 
s s'expliquent suffieamment par des formes adjectives qui sont 
devenues adverbiales; Ex.mimis (pournimtis), gratis (ce der- 
nier mot a 6t^ transporte en francs). Ainsi voluntariis a donne 



y Google 



DE LA pbSposition. — § 151. 176 

k ritalien volentieHj au fran^ais volmiiers, De m^me eertes est 
venu de certis. Plusieurs autres s'expliquent par des formes 
latines qni se tenninent par nne s; Ex.: assez {ad satis) y lors 
primitivement I'ores {illam horis), jadis (jam dies), tamdis (tarn 
dies), kors (foris), etc. . 

C'est Panalogie, fait si pnissant pour le d^veloppement des 
langues, qui a etendu Vs k d'autres mots, oh cette consonne ne 
8'explique pas par Tetymologie, par example dans gueresJusqueSy 
encoreSy mesmeSy etc. Telle ^tait eneffet Torthographe de cespar- 
ticules au xvi® siecle et au commencement du xvii^. Or il ne 
faut pas croire que ce soit toujours par euphonic : car l[s se 
trouve aussi bien devant les consonnes ou s^par6ment que devant 
les Yoyelles. Ex. : a Jmques lorsque ce passage me tomba 
entre les mains. » (montaigne.) € Encores que mon feu p^re 
Grandgousier y eust adonn6 tout son estude. » (babel Ais.) 
« Tout cela ne nous profite de gueres. » (pALViN.)] 



CHAPITRE VIIL 

DE LA PROPOSITION. 

§ 150. LskpreposiHon est nn mot on nne reunion de mots 
qn'on place devant nn nom, nn pronom on un infinitif, et 
qni marqne le complement d'nn autre nom, d'un adjectif on 
d'nn verbe (Voy. la Syntaxe), 

Le livre de Pierre; pre firer rhonnSte d. rutile; contmtde 
8oi; iltravaille pour vivre, 

[ Etymologie. — Le sens du mot pr^osifton est donn4 par 
celui du mot latin d'oii il vient {^ss-positimein) ; de ^Xy de- 
vant, et pmere, placer.C'est un mot qui se met devant un autre.] 

§ 151. On distingne : 

V Les prepositions qni sont formfes d*nn senl mot, ou 
prepositions simples; 

2** Les prepositions formfes de plusienrs mots, on pre- 
positions composies, heBpreposiiions composies penvent aussi 
s'appeler locutions preposiiives. 



y Google 



176 



GBAHMAIBB FBAN^AISE. 



§ 152. Les propositions simples sont les sniyantes 



k, 


avec, 


dans, 


deli, 


aprfes, 


chez. 


de, 


depuis, 


avanty 


• contre, 


de9i, 


derrifere, 


devant) 


excepts, 


par, 


sons, 


deyevs (peuusiti), 


horniis, 


parmi. 


suivant. 


des, 


hors, 


pendant, 


snr. 


durant, 


jusqne, 


pour. 


vers. 


en, 


malgrO, 


sans, 


yoici, 


entre, 


moyennant, 


sanf. 


yoili. 


envers. 


outre. 


selon, 





[* Originbs latines bt Histoibe. — La plupart de ces pre- 
positioDS vieDnent de propositions latines : d (ad), avant (ab 
ante), avec (ab hoc), contre {contra}, dans (de intus), de (de), 
depuis (de post), derriere (de retro), devant (de ab ante), dis 
(de ex), en (tn), entre (intra), hors (foris), outre (anciennement 
oultre, ultra), par (per), pour (pro), sans (sine), sous (ancienne- 
ment soubz, subtus), sur (super), vers (versus). 

D'autres, bien que simples en apparence, c^est-i-dire expri- 
niees en un seul mot, prOsentent des composes de mots fran9ai8 
d6j4 formes, comme de-gd, de-Id (Voy. les adverbes ^d. Id), de- 
vers, en-vers, par-mi (per medium), mal-grL 

Apr4s et selon sont formes de locutions latines oil entrent, 
comme pour pa»*mt, une proposition et un adjectif (adpressum, 
sub longum). Chez vient du substantif casa; aussi ne se dit-il 
que des personnes. Chez quelqu'un signifie : dans la maison de 
quelqu^un. Au xiij* siOcle, chcz- avait encore son sens de subs- 
tantif. On disait : en chez quelqu'un (in casa alicujus). 

Plusieurs prepositions francaises viennent de quelque autre 
partie du discours, a savoir du substantif, de Tadjectif ou du 
verbe : 

I. Le substantif a donne malgri, qui, k Torigine, Otait un mot 
compose (mal, adjectif, signifiant mauvais, — ct gr^» 

II. Ij adjectif a donnO : 

!<* Sauf : quand on dit sauf meilleur avis, c'est comme si 
Ton disait : un meilleur avis itant sauf, ^ant rdservi, 

2« Parmi, composO de la preposition par et do I'adjectif 
neutre mi. Dans I'ancien fraogais on disait en mi Us fleurs. 
On dit de mdme pw mi les fleurs (mi etant invariable, comme 



y Google 



DB LA PROPOSITION. — § 152. 177 

Tadjectif demidevantsou substantif ; Voy. § 213/2^RBtf. II). 
La Fontaine, d'apres cette origine du mot, a pa Templojer 
comme adverbe : 

Mais je Toudrais parmt' 
Qnelque deux et disc ret ami. 

III. Le vei^be a fonn6 des prepositions par trois de sea mo- 
des : rimperatif , le participe preseot et le paiiicipe passi. 

1» LMmperatif a formd vcdci, voild. Ces propositions, qui se 
prOsenteiit comme des mots simples, sent en realfte composOes 
chacane de deux mots, Timperatif du verbe voir (d^apr^s son an- 
cienne orthographe : voy) et les adverbes ci, Id. C'est comme si 
I'ondisait ivois iciy vois Id, Dans Tancienne langne, et jusqu'an 
XTi* si^cle, ces deux elements etaient separables. On disait : 
voy me Id (me voila) ; voy me ci pr4t (me voici pret). 

2o Le participe present a form6 les prepositions durant, peri' 
dant, suivant, touchant, mcyennant, nonobstavt Ce\& vieut de 
ce que, dans Tancienne langue, par souvenir de la construction 
latine, on mettait sou vent le participe present avant le subs- 
tantif : voy ant le roi, pendant le proces {vidente regCy pepdenti 
causa); quand le sentiment de la construction latine a disparu, 
on s^est mepris sur la f onction de ces participes, qui sont de- 
venus dee propositions. 

Durant est le participe present du verbe durer. Nous disons 
aujourd'hui : sa vie durant. On disait autrefois : durant sa vie. 

Pendant est le participe present du verbe pendre^ dansle sens 
de 4tre suspendu ou en suspens. 

Suivan* est le participe present du verbe suivre. Suivant la 
rigle equivaut a en suivant la r4gle. 

Touchant est le participe present du verbe toucher. Touckant 
vos intMts equivaut k en toijichant vos int^ets. 

Moyennant est le participe present du vieux verbe moyenner, 
qui etait encore en usage au xvii® siecle, et qui signifiait four^ 
nir un moyen, une aide, un secours, Ex. : il s'est tir^ d'affaire, 
moyennant beaucoup d'argent. On dit encore dans le langage 
f amilier : il n'y a point moyen de moyenne)\ 

Nonobstant {malgr^, proprement n'emp4chant pas) est une 
forme transportee du latin en fran9ais {non obstante). 

3° Le participe passe a f ormO attendu, excepte^ ci-joint, vu, etc. 
Ainsi Ton dit : Attendu ou vu cette decision. Dans cette locution, 
attendu n'a pas le sens du verbe fran^ais attendre, mais du 
verbe latin attendere, faire attention d, 'm'endre en consid^ation. 



y Google 



178 



GBAMMAIBE FBANgAISE. 



Attendu ceiie dimsion equivaut a cette decision ^ni prise en 
consid^ation. 

La preposition hormis etait a I'origine un mot compose dans 
lequel entrait un participe passe Qiors mis, c'est-a-dire : mis 
en dehors), Jusqu'au xv« siecle, mis etait considere comma par- 
ticipe, at, comme tel, etait variable. On ^crivait an xvii* siecle : 
hors mis, et Ton dit encore dans la langue de la, procedure : 
kors mise la clameur de propriety. Hors est une alteration du vieux 
mot fors (Tout est perdu, /brs I'honneur), qui vient du latin foris, 
et dont on retnpive une trace dans forcen6 {for-sene), hors desens.] 

§ 153. Les j)repositions composees on locutions preposir 
tives sont formees k Taide de snbstantifs, d'adyerbes et 
de propositions simples. 

Les principales sont : 



k canse de, 
k c6t0 de, 
afin de, 
k force de, 
an-dessns de, 
an-dessons de, 
an devaht de, 
k la faveur de, 
k regard de, 
an lien de, 
an mi lien de^ 
anpr^s de, 
aa prix de, 
autour de, 
an travers de, 
d'apr6s, 
d'aupr^s, 



d'avec, 
de chez, 
de crainte de, 
de devant, 
d'entre, 
de fa9on k, 
de par, 
de penr de, 
en deg^ de, 
en d6pii de, 
en dehors de. 
en face de, 
faute de, 
gr4ce ^, 
hors de, 
jnsqn'^, 
jnsqne dans. 



jusqne snr, 
le long de, 
loin de, 
par chez, 
par de9*, 
par deli, 
par-dessns, 
par-dessons, 
par devant, 
par devers, 
par en has, 
par rapport kj 
pr^s de, 
proche de, 
qnant k, 
sanf a, 
yis k'V\% de. 



(* Origines LATINE8 ET HisTOiRE. — Vis-d-ms signifie face 
a face, Yis est un ancien mot qui, avec addition d'un tufSxe, 
a form6 visage; il vient du latin f visum (accusalif de visus), 
pris dans le sens de vulium,] 



y Google 



&B LA CONJONCTION. — § 156. )7^ 

CHAPITRE IX. 

DE lA CONJONCTION. 



§ 154. La conjoncUon est, nn mot on nne reunion de 
mots servant kjoindre, k Iter ensemble plnsienrs mots on 
plnsienrs propositions. Ex. : 

Pierre et Panl jonent. II pleure et il rit m meme temps. 

[^iTYMOLoaiB. — Le sens du mot conjonction est donn^ par le 
^ mot latin dont il vient : conjunetionem, liaison^ jonction ; de cum^ 
* avec, et jungere, ioindre.] 

§ 155. On distingne, d'apr^s lenr nsage, diffiirentes 
sortes de conjonctions, dont les principales sont les sni- 
yantes : 

1* Ponr marqner la liaison : et, ni, aussiy que; 

2® Ponr marqner opposition : mais, cependant, pourtant, 
toutefoiSj nianmoms, au lieu que, loin que; 

8® Ponr marqner division : ou, ou lien, soit, soit que; 

4® Ponr marqner exception : sinon, qtwiqm, Men que, 
CL condition que, a moins que, si ce n'est que, du moins ; 

5° Pour comparer : comme, de meme qice, ainsi que; 

6® Ponr ajonter : deplus, d'ailleurs, outre que, encore; 

7** Ponr expliqner et rendre raison : car, parce que, 
puisque, vu que, atiendu que, selon que, c'est pourquoi, 
c^est-a-dire ; 

8** Ponr marqner Tintention : a fin que, pour que; 

9** Ponr conclnre : or, done, ainsi, partant, de sorte que 
de maniere qice, d^uis qm; 
lO"" Ponr marqner le temps : quand, brsgm, comme, dis 

Digitized by VjOOQIC 



ISO GBAMMAIRE FRANCAISE. 

qm, tandis qite, pendant que, qpres que, aussitSt que, avani 
quejusqu'd ceque; 

IV Pour marquer le doute on lacrainte: si,8Uj)pose 
que, soil que,pourvu que, en cos que, depeurque. 

[ * Oriqines LATINE8 ET HiSTOiRE. — Sont simplcs les con- 
jonctions BaivaDtes, qai derivent de coDJonctions latines: ainsi 
de in sic; car de quare; done de tunc; et de et; ni de nee; on 
de aut; quand de quando; comme de quomodo; si de sic; que 
de quod et de quam, — Mais vient de magis; or du snbstantif 
hora (d cette heure^ maintenafit), aussi de aliud sic, 

Sont compos^es les conjonctions lors-que, par-tant (per tan- 
tUTi), pour -tant {pro iantum, pourautant), n^an-moins {nihilo-mi- 
ntis), ce-pendant (pour pendant ce temps, Ex, : Voua vons amn- 
sez, et cependant la nuit vient ). II faut noter que le compost 
toute-fois n'a pas la m6me elymologie (vice) que quelque-fbis, 
par-fois : 11 se disait en vieux fran9ais toutesvoies. 

Car, au xiii* ei^cle, avait^ encore son sens ^tymologique 
(quare), on disait : « ne savoir ni car, ni comment t» — Mats 
a gard^ le sien dans la locution n'en pouvoir-mais (n^en pou- 
voir pas davantage). — Au lieu de m, on disait autrefois ne 
(qui est plus pres de r^tymologie, neque) ; de lA une locution 
que Vaugelas declare vieillie et que Moliere met dans la bouche 
de Thomas Diafoirus : neplus ne moins que.,, — Si a fortn6 le 
compost si-non ; ces deux mots ^taient autrefois distiiicts. On di- 
sait : « St lui non (sinon ]ui ), du moins son fr^re. d — Les locutions 
lorsque, puisque sont encore t^parables aujourd'hui : Lors done 
que.„i puis done que,,, Au lieu de si, on emploie quelquefoia 
que si, au commpnceraent des phrases, pour marquer une oppo- 
sition avec ce qui pr^c^de. C'est im latinisme, quod si, ,, 

La oonjonction compos^e aftn que [a fin que) devient quelque- 
fois dans le langag© populaire, d sei/le fin que ; c'est comme 
si Ton disait : d cette fin pour laquelle, en latin ad hunc fknem 
quo,... ou secundum quern,..] 

§ 155 bis. Parmi les conjoDctionSy les nnes sont em- 
ployees daos les proposition'' coof*donn^s, les antres dace 
hB propositions subof^donnees (Voy. ^ 172 et 178). 



y Google 



DE l'interjeotion. — § 156^ 181 

CHAPITRE X. 

DE LINTERJECTION. 

§ 156. 1a interjection est nn mot oa nne r^nnlon de 
mots servant ^ exprimer un moayement de T&me, par 
exemple : 

1* La joie : ah ! ban : 

2* La douleur : ah! ate ! hilas ! ouf! 

S'* La surprise: ha! hi! hah! eh lien! ehquoi! pests! 
aiiais ! comment ! grand Bieu ! jtcste ciel ! misericorde ! 

4** La crainte, raversion : oh! fi! ah fi! fi done ! foin! 

5® Le d^sir d'enconrager, d'exciter : allons! ms! ms 
do7ic! ferme ! patience ! alerte! preste! zest! ch! <yr fa'! 
courage! 

TB" Le d^sir d'arr^ter ou de faire taire : la, la ! tou4 doux! 
tout beau! halte-la! grace ! chut!paix! silence! dame! 
V L'intention de faire une concession : soil ! 

8° L'action d'appeler. dlnterroger : he! hem! ho! 
hola! 6lst^ st! hein ? 

9** L'action de saluer : salut! lonjour! honsoir ! adieu! 
servitmr I 
10® L'action d'applaudir : bmvo! vivat! 

[ * Etymologie. — Interjection "vient de interjectiomm^ et si* 
gnifie un wvoi jete an milieu du discours {jacere inter), 

[* Hisi'OiRE. — L^interjection hilas est compos^e de deux 
autreSf dont la seconde etait tr^s usitee dans Tancien fran9ai8 : 
ias! Cette derniere vient du participe lassurn. lU-tas! signifiait 
queje suis fatigue, malheureiix!] 



C0UR8 SUP. 



y Google 



182 GRAMMAIRE FRANCAISE. 

* Remarque I. — La plnpart des interjections, on Ta 
va, viennent de substantifd dont le sens est assez clair. II 
faut noter seulement que dame! vient du latin domtne et 
signifiait seigneur; on disait : dame Dieu! c'est-a-dire sei- 
gneur Dieu! ah! dame! e'est-i-dire ah! seigneur! 

* Remarque II. — Ce sont en general des propositions 
clliptiques. Par exemple les interjections : Courage! Pa 
tience! Silence! sont pour : Ayez courage! Premz patience! 
Faites silence!... S^it n'est antre chose que la troisieme 
personne du subjonctif present du Terbe €t7*e, et ^quivaut 
k que cela soil! Supposons que cela soit! Ce subjonctii 
B'emploie aussi comme conjonction (Voy. § 155, 3°). 

* Remarque III. — L'interjection 6 sert k marquer le 
Tocatifet s'emploie toujours devant un subsiantif : 

rnge, 6 d^sespoir, 6 vieillesse enneraie! (oorkeille.) 



y Google 



SECONDE PAETIE 

SYNTAXE 

ou 

iTUDE DES HOTS R^UNIS EN PHRASES 

1" SECTION. 



SYNTAXE GENERALE 



SYNTAXT5 DES PROPOSITIONS ET RAGLES COMMUNES 
AUX DIFFERENTES ESPfeCES »B MOTS. 



CHAPITRE I. 

DE LA PROPOSITION ET DE SES ELEMENTS. 

§ 157. TJne phrase est une reunion de mots formant un 
«ens complet : sa forme la plus simple e'st la proposition, 
qui est T^nonciation d'un fait ou d'un jugement. 



[* Etymologie. — Phrase vient du mot'grec ©paat<;, par 
rintennediaire du latin phrasim, expression (Tune pensie; pro- 

mettre ma 

y Google 



position vient du latin propositionenij action de mettre en avant 
(une idee) .] 



184 GRAMMAIRE FRANgAISE.. 

§ 158. TJne phrase peat se composer de plnsieurs prop<h 
sitions, 

II 7 a, dans une phrase^ aatant de propositions qn'il s'y 
trouve de verbes k un mode personnel exprimes ou sons- 
entendns. 

Les phrases soot separ^es entre elles par nn point on 
par denx points; les propositions , par la virgnle on le 
point et yirgnle (Voy. § 25), k moins qn'elles ne soient 
li^es par nne conjonction on nn pronom conjonctif. 

§ 159. Tonte proposition se compose de trois teimes : 

siijet, verhSy attribut. 

On entend par mjet le mot indiqnant la personne on la 
chose qui est dans I'^tat on qni fait Facte exprim^ par le 
verbe. Le sujet est exprim6 par nn nom ou un pronom, 
ou quelquefois par un infinitif. 

L'attribut est le mot indiqnant la quality qui est jug^e 
appartenir ou ne pas appartenirau sujet.O'est toujours un 
adjectif,un substantif pris adjectivement, ouun participe. 

Le verhe affirme que la quality representee par Tattri- 
but appartient an sujet. Cette affirmation est exprimde 
par le verbe efre, Ce verbe est ton jours contenu, avec 
Vattribut, dsjia les autres verbes, qui sont, pour cette 
raisoUy appeles verdes attrihutifs; par exemple ije dors, est 
un verbe qui equivaut k •• suis (verbe) dormant (attribut). 

EXEMPLES BE PROPOSITIONS : 



Dieu 


est 


grand. 


Ce livre 


est 


le mien. 


La vertu 


est 


honor^e. 


David 


etait 


berger. 



§ 160. Remarque I. — Tout verbe k un mode personnel 
coDstitue xme proposition distincte. 

Digitized by VjOOQIC 



DE LA PBOPOSITION. — § 163. 185 

Anssi il J a trois propositions dans ce yers : 
Apres qu'il eut broute, trotte^ fait tous ses tours. 

(LA FONTAINE.) 

1^ proposition : apres qu'il eut broute; 2® apres qu'il eut 
trotte; 3® apres qu'il eut fait tous ses tours. 

n n'est mSme pas necessaire qne le snjet soit exprime ; 
«t ilne saurait 6tre exprime k certains modes, par exemple 
k rimperatif. En consequence, il y a qnatre propositions 
dans cette finde vers de Gomeille : 

Va, cours, vole at nous venge. 

§ 161. Rbmahque II. — Nous avons dit qu'il y a, dans 
une phrase, antant de propositions qu'il s'y tronve de yerbes 
t un mode personnel (§ 158). Les verbes k un mode imper- 
Bonnel peuvent anssi former des propositions : ainsi Ton 
distingue Isk proposition infinitive (§ 321 et suiv.) et la, pro- 
position parOcipe (§ 331 et suiv.). 

' § 162. Du snjet et de Tattribnt dependent le plus sou- 
vent certains mots qui encompl^tent le sens, ec que, pour 
cette raison, on appelle des complements. Ex, : 

Sivet' ^^^^ ^«''^- ^^^>^buL CampUmentdeVatttibut, 

Unami delav^rit^ est anhomme sans parti pris. ^ 

Ler^cit decet accident tira des larmes de tous les yeuz, 

(/W tiranf) 

Dans ce dernier exemple : tira des larmes de torn les 
1/eux, le verbe a deux complements : 

1° un compliment direct, qui indique la personne on la 
chose sur laquelle s'exerce Faction du snjet ; le comple- 
me7it direct est ici des larmes ; 

2** un complemmt indirect, qui indique sur qui et comment 
s'exerce Taction, et qui, en gte^ral, est marqu^ par une 
preposition ; le complement indirect est ici : de tous les yeux, 

§ 163. Kemarque I. — Le mSme verbe pent avoir 

Digitized by VjOOQIC 



Ic36 GRAMHAIBE FBAN^AISE. 

plasieurp complements directs et indirects. Ex. : J'ecrirai 
au noiatre, demain, au sujet de cette affaire. 

€ La mer irritee s'elfere vers le ciel, — et vient enmnr- 
marant. se briser centre des digues inebranlables, — qu'a- 
vec tons ses eflfbrts elle ne pent d^trnire ni Burmonter. p 

(bupfon.) 

II 7 a, dans cette derni^re phrase, trois propositions, 
que nous avons s^parees par des tirets. 

Dans la 1^, le complement indirect du y^rbe est vers i^ 
ciel. Dans la 2% vimt a deux complements : V en murmu" 
rant;''!'* 8e hriser, etc. Dans la 3% ^^/ a deux comple- 
ments : 1" avec tons ses effoiHs; 2® deiruire, surmonter. 

Bemaeque II. — Des complements indirects on dis- 
tingue les complements ctrconstanciels, c'est-&-dire ceux 
qui marquent quelque circonstance de temps, de lieu, de 
mani^re, etc. Ex, : 

Tu veux m^assassiner demain, au Capitole, 

Pendant le sacrifice (gorneille, (Jtnna.) 

§ 164. On appelle sujet logique, aUribtU logique, complex 
ment hgique tout ce qui se rattache au sujet^ k Tattribut 
ou au complement. Ex. : 

Sujet hgique y verhe, attribut logiqm, 

La bonte de Dieu est adorable dans toutes ses 

manifestations. 
Sujety verbe attributif^ compUment logiquCy 

La mem se brise en murmurant — conlre les 

rochers. 



CHAPITRE II. 

DE CERTAINES PARTICULA^RITfiS DES PROPOSITIONS. 

§ 165. Au sujety a Y attribut ^i aux complements on joint 
quelquefois un mot on une reunion de mots qui s'en pen- 
Digitized by VjOOQ IC 



PARTICULAKITES DBS PROPOSITIONS. — § 166. 187- 

vent detacher : c'est ce qu'on appelle une apposition. Ex.: 
Alexandre, roi de Macedoine, yainquit Darins^ roi des Perses, 
Quittez-moi cette serpe, iiutrument de dommage. 

(la rONTAINE.)' 

[Etymologib, — Apposition vient de + appositionem, action 
de placer a c6te, qui vient de ponere ad, placer a c6te.] 

Les mots mis en apposition peuVent n'^tre pas du m^me 
genre et du m6me nombre que le terme qu'ils modifient. 
Ex. : Les Bbmains^ nation belliqueuse, firent la conqu^te 
du monde. 

§ 166. Quand les mots ainsi ajontes sont on semblent su* 

perflus, lis forment ce qu'on appelle napleonasme. Lo plto- 

nasme n'est acceptable qu'autant qu'il ajoute quelque 

chose, sinon a la pensee^ du moins au sentiment, k Tex- 

pression. Ex. : 

.... Je Tai vu, dis-je, VM, 

Ce qu'on appelle vu, de mes propres yeux vu, (molibre.) 

Et que m'a fait, a moiy cette Troie oii je cours ? (racine.) 

Trois sceptres k son trone attaches par mon bras 

Parleront au lieu cTelle, et ne se tairont pas, (cobneille.) 

Dans ce dernier cas,. il n'y a pas de r^p^tition. La 
pens6e est renforc^e : non-seulement ces sceptres parte- 
ronty dit Nicomfede, mais ils ne cesserontpas deparler. 

* L'nsage admet les locutions : descendre en bos, monier 
en haul ( Academic), bien qu'elles forment pleonasme. A 
plus forte raison Bacine a-t-il pu dire, en pr^cisant Ten- 
droit : 
Qu'on ne laisse monier ancuoe &me Idrhaut. (lbs plaideurs.) 

( *Hi8T0iRE. — Voyez §§ 233, 234, 333 3o, pour les pleo- 
nasmes dans I'emploi du pronom sujet et du pronom comple- 
ment, surtout au xvi« et au xvii« siecle . — Ce qui ne serait 
nullement admis aujourd'hui, c'est le pleonasme produit par 
la repetition de la conjonction que dans la m^me propoiiition, 
pleonasnie tres frequent chez les ecrivains du xvi« siecle. Ex, i 
c II lui jura </t<e, si, dans trois jours, il ne changeoit de lau- 



y Google 



188 GRAMMAIRE jTlANgAISB. 

gage, gu'il le feroit estrangler. d (d'aubign^.) Ce genre de 
pleonasme est bl&me par Yaugelas, qui a oontribue a y faire 
renoBcer. Voyez sa Remarque ; Que conjonctive r^petee deux 
fois dans un m^me membre de periode. ] 

[^TYMOLOGiB. — Pleo^psme vient de -rcXsovajfxog, surabon- 
dance,] 

§ 167. Quelqnefois, an confcraire, nn des termes neces 
saires ^ la construction regnliere de la proposition se 
trouve snpprim^ ; c'est ce qn'on appelle nne ellipse, Ex. : 
Aimez votre prochain comme vous-meme. — La proposi- 
tion complete serait : comme vous vous aimez vous-msms, 

§ 167 bis, L'ellipse est d'un nsage tres frequent dans les 
r^ponses^ nne question. Ex. : c Vous yondriez done des 
citoyens ennemis de Toisivete, et qui tendissent toujours 
an bien public? — Oui, sans doute. » (fenelon.) — La 
proposition complete serait : Oui, je le voudrais. 
Oil le conduisez-vous? — A lainort. — A la gloire. (oornkillb.) 

Les propositions completes seraient : « Je le conduis k 
lamort. — On me conduit k la gloire. » 

§ 168. \j ellipse est encore tr^s frequente dans les locu- 
tions populaires qn'on appelle proverbee, Ex. : 

A bon entendeur demim^t — A bon chat bon rat. — 
Apres lapluie le beau temps, etc, 

§ 169. II y a quelqnefois ellipse d'an verbe k un mode 
personnel, constituant nne proposition (Voy. §§ 158 et 
161), dans les exclamations, et surtout dans les tournures 
par rinfinitif exprimant Tindignation. Ex. : Moi, Im cederl 
Moi, me rfec/arer vaincu! (La proposition complete pour- 
rait ^tre : moi, je poujrais lui ceder, me declarer vainm!), 

« Heureux le peuple qui est conduit par un sage roi ! ^ 
(FENELON.) II y a ellipse du verbe etre : ce peuple est heu- 
reux qui,.. 

« Le moyen de ^'en taire, k moins que d'avoir sa vertu ? » 
(bossuet.) c.'dd, quel est le moyen de...? 

[Etymologie. — Ellipse vient de eXXst'J/t?, manque, omission.] 

Digitized by VjOOQ IC 



PARTICULARIT^S l>Eci PBOPOSITIONS. r- § 1 70. 1 89 

[* H18TOIBE. — L^ellipse ^tait beaucoup plus freqnente dans 
Ja langue da xvii% et surtout da xvi" siecle, que dans la 
langae actaelle, ou le besoin de clarte fait en gi^n^ral espri- 
mer tons les mots n^cessaires a Texpression complete de la 

Fensee. On verra an grand nombre d'exemples d'ellipse de 
article (194-196), des pronoms personnels (§ 220) et con- 
jonctifs (260 6w), etc. L'ellipse du verbe 4tre ^tait particaliere- 
ment freqnente, m^me quand ca verbe ne joaait pas le r6Ie 
d'anxiliaire, pour pen qu'ii ait ^t6 d6ja exprime dans la phrase. 
Ex, : c Ayant montr6 en premier lieu quelles sont les meschan- 
veUs de nostre sieckj et combien es^ran^es^ comparaison de celles 
du precedent... » (h. estienne.) a. La remission des p6cbes gra- 
tuite est si dairement expos^e en I'Ecriture^ que Hen plus. » 
(CALVIN.) La phrase complete serait : que rien n'est plus clair 
rement expose, 

Quelquefois, quand un mdme verbe doit dtre rep6t^, 11 est 
omis la seconde f ois, mSme alors qu'il devrait ^tre a un autre 
temps, 4 un autre mode, ou k une autre personne ique la pre- 
miere fois. Ex. : « NoQ qu'il oust envie de gratifier au people, 
ni qu'il se fiastk la commune d'Athenes, mats aux nobles [c-d d. 
.mais il se fiait...] et dux gens de bien et d*honneur. s> (amyot.) 
« Ce n'est done que pour nostre devoir afin qu^on puisse dtVe, et 
vous quelque jour [c.-d-d, et que vouspuissiez dire aussi... ] que 
c'est nous qui avonsdefendu la liberte decette cit6. i> (montluc.) 
o Lea reines sont id depuis hier, et Monsieur deux jours aupa- 
ravant. ]> (malheb^e.) c-d-d, et Monsieur y a M deux jours 
auparavant. 

Mais bientdt reprenant son visage s^v^, 
Tel que (fun empereur qui consulte sa mere. (baGINE.) 
Je Taimais inconstant; qu'eu$s4-je fait, fiddle? {Id,) 

Sans parents, sans amis, sans espoir que sur moi, , . (W.) 

Rien de pins frequent que Tellipse chez M™^ de Sevigne : 
c'est un des caracteres de son style.] 

§ ItO. * A la difference des langues grecque et latine, 
ou I'ordre des mots, tout en ^tant sonmis k de certaines 
regies, oiFre cependant une grande liberty et de nom- 
breoses combinaisons, la langue frangaise range en gene- 
ral les mots d'une manifere nniforme : I^ en premier lieu 
tient le nom sujet, accompagni de Tadjectif qui le suit 
ou le pr6c^de ; 2'* apres Je sujet vient le verbe ; S"* le 
verbe est snivi de sea complements, d'abord (en general) 
du complement direct, puis des complements indirects. 

COURS SUP, \^. 



y Google 



190 6AAMUAIRE FRANgAISE. 

Get ordre est impost k la langae fraii9aise par TabseDce 
des flexions^ c'est-a-dire ies desinences casuelks qui, dans 
les langnes anciennes, distiDgnaient le snjet et les dirers 
complements. Mais, s'il a rinconv^nient d'etre monotone 




pourresprit, ^ ^0..^.*^ 

et de Tanalyse grammaticale. D'ailleurs, la langue fran- 
(aise elle-mSme admet qnelques derogations k Tordre 
habituel des mots : ces derogations sont appelees des in- 
versions. 

[* ETrMOLOGiB. — Inversion vient de im&rsiotum, action de 
reioumerj mot qui vient de in vertere, toumer sur, retottmer.] 

Les inversions les plus fr^quentes en frangais sont les 
Buiyante^ : 

1* Snjet mis aprte le rerbe^ et quelquefois ro^me aprds 
Tattribut Ex. : quand viendra le pfintemps,.. Les TiUes. 
qu'a ravagies lefleau.,, Grande fut ma surprise. 

De quoi ee m61e Rome? Et d*oijL prend h s^nat, 

Moi vivant, moi regnant, le soin de mon 6tat? (cobnkille.) 

Du creux de leurs tombeaux sortira une voix qui fondroie 

routes les grandeurs. » (bossuet.) « Aux pieds du trdne 6taii 

!a Mort^ pllle et devorante. > (f^nelon.) 

2* Complement indirect mis avant le snjet et le verbe ; 
Ex. : De Id vient le mal ? Sur M retombe toute la respon- 
sabilite. 

* Ebmarqub I. — L'inversion est surtout fWquente en 
po^sie et dans le style oratoire. On consid^re comme une 
liardiesse poetique cette construction de Malherbe : 
Et tombent avec eux d'une chute commune 

Tons ceux que leur fortune . . 

Faisait leurs serviteurs. 

La po^sie admet m6me que le complement direct se 
inette avant le verbe et le snjet ; Ex. : 
.... Aliens briser ce foudre ridicule, 
Dont arme tm bois pouM ce neuple trop cr6dule. (cobnsills.) 



y Google 



PAirnCUhAHlTES DES PROPOSITIONS. — § 170 blS. 191 

Remarque II. — L'inversion est friquente, mdme en 
{irose, apr^s les adjectifs ou adverbes qui rappellent ce qui 
f)recede. Ex. : « Telles sont les vicissitudes du raonde. » 
(FiiECHiER.) « Amsj' s'ecoule la yie. » (pascal.) 

Eemarque III. — Le style familier admet que de deux 
sujetsetde deux complements, Tun soitavant, Taut re apres 
le yerbe. Ex. : <k Ma chere enfant, Dieu le veut^ et nos af- 
faires, » (m™* de SEyiGNE.) « Je vous einbrasso et voire 
fripon de frh^e, » (/e/.) « II a des vapeurs qui roccupent 
et toutes ses amies. » (Id.) 

Quant a la place des complements, directs et indirects, 
c'est le sens general de la phrase, le goflt et quelquefoid 
Toreille qui indiquent lequel doit ^tre place le premier. 
/^x. : Verser V son sang 2" poor la patrie. <r 11 leur donne 
l^pour recompense 2^ Tempire du monde. » (bossuet.) 

( * HiSToiRK. — L'inverBion etait plus f reqiiente dans la 
langue du xvi« siecle et du xvii« si^cle que dans la laiigue ac- 
tiielle. Voyez sur ce sujet A. Benoist, la Syntaxe frangaise entre 
Palsgrave et Vaugelas, p. 63-54 ; 158 ; 178 ; le Lexique de Hacine 
par Marty-Laveaux, p. cxxxiv ; celui de Sevign6, p. LXiV, etc.] 

§ 170 bis. Enfin quelques phrases pr^sentent un sens iu- 
ierrompu par suite d'un changement de construction qtii 
substitue un sujet k un autre : c*est ce qu'on appelle une 
anacoluthe ou phrase brisee, Ex. : 

Captive^ toujours tnstey importune a moi-meme, 
Pouvez-vouB Bouhaiter qu'Andromaque vous aime? (uacike.) 

Un noble orgueil m'apprend qn'dant fille du roi, 

Tout autre qu'un monarqueest indigne de moi. (corneille.) 

Indomptable taureau, dragon impetueuxy 

Sa croupe se recourbe en replis tortueux. (racine.) 

oc Issue de cette racCy fUle de Henri le Grand, son grand coeur 
a surpass^ sa naissance. j> (bossuet.^ 

a: Ami infidilCy I'amitie n'est plus rien pour lui des qn^elle in- 
Iresse sa fortune, j^ (massillon.) 

Toujours exposes aux plus aff reuses vengeances, la Constance 
et la valeur leur deviurent uecessaires. » (Montebquied.) 



y Google 



192 GBAHMAIRE FBAK9AISE. 

[ * Origines latines. — Toutes ces toumures sont tin souve- 
nir de phrases grecques et latines, oti, gr4ce aux flexions ou 
eas, Jes incises pouvaient Stre ainsi jetees facilement an coiu- 
m ncement de la phrase et s*^ rapporter aux divers comple- 
ments, sans produire une anacoluthe. — Pour la demiere, voir 
la proposition partidpe, § 333.] 



CHAPITRE III. 

DES DIVERSES ESPECES DE PROPOSITIONS. 

§ 171. Leg propositions sont simples ou composees. 
. On appelle propositions simples celles qui n'ont qu'nn 
8u jet, un verbe et un attribut, ces trois termes etant ou 
n'^tant pas accofnpagnes de complements. Ex. : * 

« Ce temple est mon pays. » (racine.) — « Les efforts de la 
violence ne pen vent affaiblir la verite. >» (pascal.) 

On appelle propositions composees, celles qui ont plus 
d'un sujefc, d'un verbe et d'un attribut. Fx. : 

« La jalousie et T^mulation s'exercent sur le xn6me 
objet. )) (LA BRUYERB.) Deux sujets, deux propositions: 
1® La jalousie s'exerce...; 2^ L' emulation s'exerce... 

« Charles I*' 6tait juste, mod^r6, magnanime, trfes-ins- 
truit de ses affaires et des moyens de regner. » (bossuet.) 
Quatre attributs, quatr^ propositions : 1** Charles etait juste; 
2** Charles etait modere;etc, 

§ 172. On distingue encore les propositions coordonmes 
et ]es prepositions subordonnees : 

1® Ou bien les propositions sont mises Tune apres 
Tautre, jointes ou non jointes entre elles par des conjonc- 
tiohs (et, ou, ni, mais, or, done, car, en effet, d'ailleurs, etc.), 
de mani^re a rester independantes : ce sont des proposi- 
lions coordonnees ; Ex. : 

L'urbre ti**nt bon, le roseau plie, 

Le vent redouble ses efforts. (la FONTAINE.) 

<r L'homme s'agite, mais Dieu le mene. y> (fbnblon.) 

Digitized by VjOOQIC 



DIVERSES ESirLCES DE PROPOSITIONS. — § 173. 193 

2'' Oa bi£n nne des propositions est d^pendante de 
rautre : la proposition dependante est dite suhordmnie, et 
'autre B'a.ipjpe\\e proposition principale. 

§ 173. Itespropositions subordonnies les plus fr^quentes 
iont celles qui commencent, soit par les conjonctions que^ 
si, hrsque, soit par un pronom ou par un adjectif interro- 
gatif ou conjonctif {qui, quel, quelle). Ex. : 

Propositions principales : Propontions subordonnies : 
Je ne crois pas qu'«7 soit wi. 

Gette maison est plus haute que vov^ ne aroyez* 
Je ne sais pas s^il viendra. 

Jemconnaupas taper Sonne €iai est venue. 
tPignore quelle personne est venue, 

Remaeqtte I. — Le vrai caractfere de la proposition su- 
bordonnee, c'est de ne presenter un sens complet que par 
son union avee ]b, proposition principale. 

Eemaeque II. — Une proposition subordonn^e pent 
dependre d'une autre proposition subordonn^e. 

Eemaeque III. — On distingue trois espfeces de proposi- 
tions subordonnees : 

V On ap^elle propositions completives, celles qui sont 
indispensables pour completer le sens de la proposition 
principale, et qui lui sont rattach^es par la conjonction^i^e, 
dependant d'un yerbe pr6c^dent, ou par un mot interro- 
gatif. Exi : je ne crois pas quHl soit de retour; je yeux 
qiCil obeidse; je ne sais que dire, comment repondre; etc. 

2° On appelle propositions circonstancielles, celles qui 
ne font que modifier la proposition principale en y ajou- 
tant des circonstances de cause, de temps, de lieu, etc. 
Elles sont rattachees a la principale par les conjonctions 
quand, lorsque, si, etc. Ex, : je viendrai quand je pourrai 

3° On appelle propositions incidentes, celles qui sont 
jointes h. la principale par un pronom conjonctif, et qu^ 



y Google 



194 GRAMMAIRE FRANfAlSK, 

par confl^quent, lui sont moins 6troitement unies que les 
completives, Ex, : 

« Celui V qui regne dans les cteux, — 2^ et de gut re- 
levent totts les empires; — 3° a qui seul appartient la 
gloire, la mnjeste et rindependnnce , est aussi le seul — 
4* qui se glorifie de faire la loi aux rois..., » (bossuet.) 

* Remarque. — On appelle incise une petite proposition, 
formant un sens complet, qui est intercalee dans une pro- 
position plus etendue, et qui est mise soit entre paren- 
thdses (Voy. § 26, 10**), soit entre deux yirgules. Ex. : 
<i Mais, dira-t'On, cela n'est pas vraisemblable. » 

II ne faut pas confondre une incise avec \me proposition 
incidente. La phrase suivante donne un exemple de Tune 
et de Tautre: « Cet art de donner agreablement, — quelle 
avait si bien pratique durant sa vie (proposition inci- 
dente)^ — I'd suivie, — Je le sats (incise), — jusqu'entre 
les bras de la mort. » (bossuet.) 



CHAPITRE IV. 

i\EGLES COMMUNES AUX DIVERSES ESPECES DE MOTS. 

§ 174. Avant de passer en revue les regies de syntaxe 
particulieres k chaque esp^ce de mots, il est bon de noier 
celles qui leur sont communes. 

Les mots, dans les rapports qu'ils out les uns avec les 
autres, sont soumis k deux sortes de regies : les regies 
d'accord, et les regies de dependance ou de complement. 

Remarque. — Les mots invariables ne sont pas soumis 
aux regies d' accord, 

V Regies d'accord, 

§ 175. Les adjectifs et les participes passes, seuls ou ac- 
compagnes de Tauxiliaire etre, s'accordent en genre et en 
nombre avec les substantifti et pronoms dont ils sont les al- 
trihuts ou qu*ils modifient j les verbes a ud mode personnel 



y Google 



^ REGIiKS COAlMUNJfid. — § 176. 195 

s'aQCordent en nombre et en personne avec les substautifs 
oapronoms qui sont leurs sujets, Ex. : 

Qa^un ami veritable est nns douce chose! (la fontaike.) 

{Douce est an fiiminin, parce qu'il modifie chose^ qui est 
dn feminin.) 

La vertu est aim^e. {Aimee est an feminin^ parce que le 
sujet vertu est dn feminin.) 

Je suis content ou contente. (On met le maeculin ccn^ 
tent, Aje repr^sente un homme; le feminin contente^ si je 
repr^sente une femme.) 

J'aime les enfants qui sont ob^issants. (Oleissants est au 
plnriel masculin, parce qu'il se rapporte k qui, represen- 
tant^ ^n/bn^^c'est-^-direun substantifmasculin plnriel.) 

Nous sommes tons mortiels. {Sommes est k la premiere 
personne du plnriel, parce que son sujet nous est le pro- 
nom de la premiere personne du plnriel ; tous et mortels 
sont au plnriel masculin^ parce que nous represente le 
plnriel masculin.) 

§ 176. Bemabque. — Quelquefois les mots sont mis en 
rapport ensemble, non d'apr6s les regies de la grammaire, 
mais d'aprfes la pensee, c'est-a-dire qu'un adjectif, un 
pronom ou un verbe, au lieu de s'accorder en genre et en 
nombre avec le substantif auquel il se rapporte gramma- 
ticalement, s'accorde avec un autre dont la pens^e est 
^veill^^par ce substantif. C'est* ce qu'on appelle une syl- 
lepse. Ex. : 
En Ire le pauvre et vous, voub prendrez Dieu pom juge, 
Vous souvenant, mon fils, que, cach^ sous ce lin^ 
Comme eux vous fiites pauvre, et comme eux orphelin. 

(racinb.) 

« Les personnes d'espnt out en eux les semences de tous les 

sentiments. » (la bbuy^re.) — « Quand le peuple Hbreu entra 

dans la terre promise, tout y cel6brait leurs ancUres. » (bossukt.) 

[ETyMOLOGiE. — Syllepse vient de ayXXirjtl'ig, comprehension.] 

\ * HiSTOiRE. — Vaugelas cite un autre exemple de syllepse^ 

qu il emprunte k MalherLe : « J'ay eu cette consolation en mes 

enuais, qu'une infinite de personnra qualifiees oat pris la 



y Google 



196 GRAMMAIBB JTBAKgAIBS. 

peine de me tesmoigner le d^plaisir qu'ils ea ont en. > H jage 
quHl$ « plus elegant que ne serfiit gu'elles, > Mais tel ne fat 
pas I'avis de rAcademie fraD9ai8e, qui, daos ses ObservaiioM 
sur les Remarques de Vaugelas (1704], d^sapprouva cette syl- 
lepse, paroe que le mot persormes est ici accompagn^ d'an ad> 
jectif i^minin ; mais elle Taurait admise, s'il y avail eu des 
personnes de ^cUiUy ou bien des personnes consid^ables , ou 
tout autre adjectif qui fftt des deux genres (Vaugelas, t. I, 
p. 60-63). On 4tait devenu alors plus severe sur la syllepse 
qu'on ne Tavait et6 jusque-l^, par exemple an xvi« si^cle : 
€ II n'estoit point en la liberty du clerg6 de choisir 4 leuf 
plcmir. ]> (oALVm.) « Camillus demanda au demeurant de 
fexercite (arm^e) qu'ils le suivissent en ordonnasce le petit 
pas. » (amyot.) 0*e6t un souvenir du latin, etle dernier exemple 
est tout latin de tour et d'expression. 

Bacine construit le collectif la plupart du monde avec le 
pluriel : € La plupart du monde n ayant entendu parler de 
cette tragedie que sous le nom d*Athalie, je n'ai pas jug^ 4 
propos de la leur presenter sous un autre titre. ]» On lit dans 
Hamilton (Mem. de Grammont) : a: Lhabitude de se laisser voler 
par ses domestiqnes^ jointe a la viailance du coupable a qui 
son maitre ne pouvait reprocber d^ avoir dormi dans son ser- 
vice, le porterent k la cl6mence. » ] 

2® Regies de d^pendance ou de compUment. 

§ 177. Le snjet, le verbe et Pattribut sont sonyent accom- 
pagn^s de mots qni en dependent, et que Ton appelle des 
complements ( Voy. § 162). Les complements sont en g^n^ral 
joints anx diff(§rents mots dont lis dependent par des 
propositions. Fx, : 

1. Complement du sujet : Le livre de Pierre est perdu. 

2. — du verbe : La gelOe nuit aux flears . 

3. — rfefa/^niw^'Lejardinestpleinde fruits. 
Mais le complement direct da verbe se joint au verbe 

sans proposition. Ex. : J'aime les fleurs. 



OHAPITRE V- 

ANALYSE GRAMMATICALE. 

§ 178. li analyse grammaticale a pour objet de faire 
distinguer les diverses espices de mots, d'en faire connaitre 

Digitized by^LjOOQlC 



ANALYSE GRAMMATICALE. — § 178. 197 

les formes et de faire eaisir les rapports qui les unis- 
sent les uns anx autres dans une mdme phrase. 

MODELB B'ANALYSE GRAMMATICALE^ 

Analyse de la phrase suivante : 

Le dernier des Stuarts, depouill^ de ses Etats, s'enfuit 
d'Angleterre et vint chercher un asile a la cour de 
Louis XIV. 



Le 

dettder 

des 
Stuarts, 

dip<milU 



enfmi 

d' 

Angleterve 
et 
vint 

chercher 

un 
asile 



la 

cour 



de 
Louis XIV. 



article mascnlin ginguUer, se rapporte k dernier des Stueu'ts, 

adjectif qualificatif masculin singnlier, se rappocte & nn 
siibstantif sous-entendu (Stitart). 

article mascnlin pluriel (pour de les), se rapporte k Stuarts. 

nom propre indiquantune famille de rois, masculin pluriel ; 
formant avec la pr^p.dele complement de dernier. 

participe passe au singulier masculin, du verbe dipouiUer: 
je d^pouilUJe d^povillais, Je d^pouiUaiJe depouillerai, 
fai d^pouille; se rapporte k dernier des Stuarts. 

proposition, qui sert k marquer le compl. ind. de dipouilU. 

adjectif possessif, masculin pluriel, se rapporte k Etats. ■ 

nom commun, masculin pluriel, formant avec la proposi- 
tion de le complement indirect de ddpouilU. 

(Olision pour se), pronom personnel, complement direct du 
verbe qui suit. 

3« personne du singulier du parf ait dOfini, k I'indicatif, du 
verbe r6fl6chi s'enfuir, je m" enfuyais, je m'en/uis, je 
m*en/uirai, je me suis enfui ; a poui* sujet le dernier 
des Stuarts. 

(elision pour de), preposition, qui sert k marquer le comple- 
ment indirect du verbe s'enfuit. 

nom propre de pays, feminin singulier, formant avec la 
proposition de le complement indirect de s'en/uit. 

conjonction, unit les deux membres de phrase, s'enfuit 
d^ Angleterre, vint chercher, etc. 

troisi^e personne du singulier du parfait dOflni, k I'indi- 
catif du verbe neutre venir,je viens, je venais, je vins, 
je viendrai, je mis venu ; a pour sujet le dernier des 
Stuarts. 

infinitif present da verbe actif chercfier : je cherche, je 
♦ cherchais, jecherchaije chercfierai,j'ai cherchi; marque 
une proposition subordonnOe. 

adjectif indOfini, masculin singulier, se rapportant a asile. 

nom commun masculin singnlier, complement direct de 
chercher. 

preposition, servant k marquer le complement indirect de 
chercher. 

article feminin singulier, se rapiwrtant k cour, 

nom commun f Ominln singulier, formant avec la pi-Oposi- 
tion a le complement ciroonstantiel de chercher. 

preposition, servant k marquer le complement de cour. 

nom propre de personne, masculin singulier, formant avec 
la preposition de le complement de cour. — C'est un 
nomde roi : les rois se dOsignent parleur nom de bap- 
t§me suivid'un numOro d'ordre. On ^t Louis quatorse^ 
pour Louis quatorzikme. 



y Google 



lOS GUAJIMAIUE FUANCAISB. 

CHAPITRE VI. 

ANALYSE LOGIQDB. 

§ 179. Ij analyse l6giqu6 a pour objet de distinguer Irs 
propositions et leurs rapports^ et de marquer dans chacnn' 
ies trois termes essentiels {sujety verbe, attnhut) ayec leurs 
complements, 

Rbmarque I. —On a vu (§ 159) quo le verbe mdique si 
la quality est jug^e appartenir au sujet. Si elle est jug^e ne 
pas lui appartenir, le verbe est accompagne d*une negation 
qui, dans Tanalyse grammaticale, parait jointe au verbe, 
et qui est en realite, dans Tanalyse logique, jointe a Tat- 
tribufc. Ex. : // ne dort pas. — Sujet : //. — Verbe : est. — 
Attribut et negation : Non dormant. 

Bekabque II. — Les adverbes, quimodifient Ies verbes 
on les adjectifs, et les adjectifs qui modifient les substan- 
tifs ne sont pas non plus consid^res k part dans Tanalyse 
logique. Ex. : Sujet (aveo adjectif) : L'honnite homme. — 
Verbe (avec ad verbe) : Est toujours. — Attribut (avec ad- 
verbe) : Honore partout. 

Bekabque III. — Outre les trois /^m^^ essentiels, ily a 
quelquefois dans une proposition uu on plusieurs mots qui 
servent k appeler Tattention des auditeurs; e'est ce qu'on 
nomme vocatif^ formule vocative ou apostrophe; ces mots ne 
font pas partie de la proposition, pas plus que les excla- 
nuitions ou interjections qui s'j trouvent m^l6es' : aussi 
peut-on les mettre au commencement^ au milieu, a la fin, 
on mSme les snpprimer, sans alt^rer le sens de la proposi- 
tion. Ex, : « Dieu seul est grand, mes freres. (massillon.) 
Ici Dieu seul est le svjet ; est le verbe; grand, V attribut. 
Mes freres est une formule vocative ou plus simplement un 
vocatif, par lequel I'orateur s'adresse k ses auditeurs pour 
obtenir leur attention; si on le supprimait, il rester ait Z>i^i 
^eul est grand; et la proposition serait complete comme 
auparavant. 

Digitized by VjOOQIC 



ANALYSE LOGIQUi. — § 179. 199 

Rbmabque IV. — Qaelqnefois anseiilentre dans la pro- 
position nne congonctum; la conjonction servant k lier deux 
propositions entre elles ne fait, k parler rigonrensement^ 
partie ni de Tana ni de I'antre; on la place dans Tanalyse 
an commencement de la proposition qn'elle precede, en 
6non9ant qne c'est nne conjonction, et apr^ elle on met 
les trois termes necessaires. On fait de m^me pour les inter- 
jections, qui restent aussi en dehors des termes essentiels 
de la jHTopoBition. 

Ezemples d'analyse logique. 

1" BXBMPLE 

indiquant les propositions principales^ coordonnees^ sub^ 
ordonnees : 

€ La Gaule ^tait deyenue, depuis la conqu^te de Jules 
Cesar, nne province de I'empire remain; deux penples bar; 
bares, les Wisigoths et les fiourguignons, en avaient dijk 
enleve une partie considerable aux empereurs, lorsque les 
Francs, autres barbares sortis de la Oermanie, leur enle- 
T^rent le reste^ et j fond^rent le royaume de France sous 
Olovis. » 

II y a dans ce passage quatre propositions : 

ISujet : La Ganle 
Verbe : 4tait 
Attribut (avec complements) : devenne, 
depuis la conqu^te de Gdsar, 
une province, etc. ; 

iSojet : deux penples barbares, les Wisigoths 
et les Bourguignons, 
/ avaient enlev6 (potir ^taient 
Verbe et \ ayantenlev6).Cowp/<fmc«f5r/e 
attribut : i Vattribut : une partie consid^- 
( rabled'elle(c«)auxempereurp, 

/ Sujet : les Francs, — apposition au suiet.; 
3« proposition (suborA autres barbares sortis de la Ger- 

donn^e, jointe auxi manie, 

pr^cedentes par laj vepbe «+ I enlev^rent {pour furent enle- 
conjoaction^fgue)./ -.♦♦-iKn*. < vant),— Compldments de Vat- 

\ a^^riDut. J ^^,.f^^^ . ^ eux (/«ir>, le teste. 

Digitized by VjOOQIC 



200 



GRAMMAIRE FEAKCAISE. 



4** proposition (coor- 
donnee, unie h la] 
pr6cedente par la] 
.conjonction et). 



Sujet (sous-entendu) : ils 

Ifonderent (pour fnrent fon- 
dant). — Complements de Vat' 
tribut : la (y) le royaume de 
France, sous Cloyis, 



2« EXEMPLE 
distinguant, parmi \es propositions subm'donnees , les cotn- 
pUtives et les incidentes : 

Celui qui met un frein a la fureur des flote, 

Bait anssi des m^chants arr^ter les complots. 

Soumis avec respect 4 sa volonte sainte, 

Je craias Dieu, cher Abner, et n^ai poiot d^ autre crainte. 

Cependant je rends grSce au zele officieux 

Qui sur tous mes perils vous fait onvrir les yeux. 

Je vois que I'injustioe en secret vous irrite, 

Que vous avez encor le coeur Israelite* 

Le ciel en soit b^ni ! (racine, Athalie.) 

^ II 7 a dans ce morceau dix propositions : 
SuJet:Oelui. 
1" proposition \ ^ , A salt (pour est sachant).— Com; 



(pfincipale). ) J^tribuf : 



pigments de Vaitribut : anssi 
arr^ter les complots des me- 
chants. 



2« proposition 
(inciaente). 



Sujet : qui 
I •tr^j.ijg g* ( met (/)OMr est mettant) 

attribut : 



_— ^ ,- Com- 

pUments deC attribut: un frein 
a la fureur des flots. 



Verba et 
attribut : 



Sujet : je. — Compliment du sujet : soumis 
avec respect a sa volenti sainte. 
Ce complement contient en rea- 
lity une proposition subbrdonnee 
incidente, si Ton change soumis 
3« propnositfon ) en sou equivalent : <7mi{ sujet) suis 

(pnncipale). \ (verbe) soumis (attribut), etc. 

crains (pour suis craif^nant).— 
Complement de ratlribui : 
Dieu. 
— Cher A 6wer estun vocatif qui reste 
en dehors de la proposition. 

(Sujet (sous-entendu) : je* 
v*.f.bP Pf (n'ai pas (powr suis u*ayant pas). 
. x^ . , . attribut • -CcmpUment de rattribut: 

prec6dente par \s,\^^^riouj. . i^ d'autre crainte. 
conjonction et), I - ^a conjonction cependant unit 

la 4« & la 5* proposition. 

Digitized by VjOOQIC 



ANALYSE L0<5HQUE. — § 179. 



201 



5« propKMBition 
(principale). 



3e proposition 
(inciaente). 



7* proposition 
(principale). 



Snjet : je. 

I Verbeet 
attribttt : 



rends (pour suis rendant). - 
Compi4ments de Vattribut 
gr&ce au z^le officieux. 



f Sujet : qui. 

( attPiDut : f Jgg ygjj^ g^j. tons mes perils. 

k Sujet : je. 

f lUt^mt^' 1 ^*^^ ^^ ^^ voyant). 



8« proposition (com« 
pletive) anie k U 
pr6c6dente par que^ 

9« proposition (coor-/ Sujet : vous. 
donn6e, unie i lal -w-^pije g* 
»>r6c6dentesan8Con-{^;r;.tri. . 
Jonction,6galement/^**^^**^* • 
tompl^tiTe). \ 



'( Snjet : Tinjastice. 
^"\ -wr^^r^^ «+ I irrite (pour est irritant).— Com- 



avez (pour Stes ayant). — Cwi- 
nUments de Vattribut : encore 
le coBur isra^lite. 



30« jjroposition 
(principale). 



( Sujet r le ciel. 
\ Verbe : soit. 
i Attribttt :b^ni.- 



- Compliment: de cela,pour 
cela Cen\ 



y Google 



a02 GRAM^AIRE FRAN5AISE. 

2« SECTION. 



SYNTAXE PARTIGULIERE 



RBMARQUES SUR LES DIVERSBS BSPECES DE MOTS 

Goiuiidirees dans lenra rapports avec les autrea mots 
et dans la construction des phrases. 



CHAPITRE I. 

SYNTAXE DU SUBSTANTIF. 

1** RAGLES d'aCCORD 

ET PARTICULARIT^S RELATIVES AUX GENRES 

ET AUX NOMBRES. 

I. Accord du siibstantif. 

§ 180. Le substaatif employ^ adjectiyement s'accorde 
le plus souyent, comme radjectif, en genre et ea nombre 
avec Fautre substantif. Ex, : la reine mere ; les soldats 
Juh(niA*eurs. Dunois etait un Mros, Jeanne d' Arc une heroine. 

Remarque I. — Cependant, si le substantif n'est em- 
ploye qu'au masculin, il pent seryir de qualificatif m^me 
k nn nom feminin. Ex. : une f emme poete^ une femme aw- 
teuvy M™® de Seyign^ est un grand ecrivain. — Cette femme 
est un temoin irrecusable. 

[ * HiSTOiRE. — Cette adjonction de mots d'un rfeul genre a 
des sabstantifs feminins etait plus fr^quente au xvii* siecle 
qu*aujoard'hui. Racine construit ainsi les mots juge, ministre, 
vainqueur{Yoy. le Lexique de Racine, par Marty-Laveaux) ; 
et 11 a dit, dans Phedre : 

La mort est le seul dieu que j'osais implorer.] 

Seiiarque II. — Tdinoin ne prend pas la marque do 

Digitized by VjOOQIC 



RYNTAXE DU SUBSTAKTIF. — § ISl. 203 

plariel qnand il est an commencement d'une phrase et dans 
la locution adverbiale a temovn. Ex. : temoin Us vtctoires 
qu'il a remportees; je yous prends totes a temoin. 
Mais on dirait : Vous m'^tes tons temoms que.... 

Rehabque III. — Certains substantifs indiquantdescou- 
leurs s'ajoutent a d'autres comme des adjectifs qualificatifs, 
et restent inirariables comme des adverbes. Ex. : 

Des rubans couleur de feu, des nceuds cerise, des robes 
feuiUemorte, des tentures yowyuiVfe, des etoflfes'^rewa^, une 

" redingote matron^ des souliers orange, des gants joaeVfo. 

II. Norms a double genre. 

§ 181. Quelques substantifs changentde genre en chan- 
^eantdesensou denombre, oumdme seulement par suite de 
diyerses circonstances grammaticales. Ce sont les suirants : 

— 1. Aig^le est masculindans le sens A'uiseaude proie; 
feminin dans le sens dUenseigne militaire. Ex. : uh aigle 
des Pyr6n6es; les aigles romaines. — On dit encore, an 
masculin, en parlant de certaines decorations : le grand 
aigle^ r aigle noir. 

jori ' D^Iiee ) ®^^^ ^" masculin au singnlier et du 

inbi« ^ / feminin au pluriel. 

^ Orgue ( . 

-^ Ex. : l/n fol amour, de foUes am eurs. — Un grand d^lice, 

de grandes d^lices. — Un bon orgue, de bonnes orgues. 
f^' * Cependant amour reste masculin au pluriel quand il 
'^* d^signe des ^tres mythologiques. Ex. : 

^ Et vous, petits Amours^ et vous, jeunes Zephirs. (Coenktlle.) 

[Oriqines latines et Histoire. — Cette diversite de genres 
n'est pas sane explication ; 

if^J r^ Amour, dans rancienne langue fran^aise, n'avait qu'un 
. geare, le feminin, par analogie avcc les autres substantifs 
^^^■, f orm6s de noms latins en or et devenus feminins {dolor^ la 
'^' dotUeur; color, la couleur, etc.). Les grammairiens du seizieme 
siecle essayerent de r^agir contre ce dementi donne k r^tymo- 
logie, et amen^rent I'usage de tnettre tiwo?/?' au masculin, du 



y Google 



204 GRAMMAIRB FRANCAISE. 

raoins au singalier. Mais ce mot, m^me au singulier, est quel- 
qnefois feminin en po6sie. Hacine a dit : ' 

Payer sa folle amour da plus pur de moo sang. 
. . . Uamour la plus tendre et la plus malheureuse. 

2<* D^lice, — Le latin ne connaissait au singulier que le nom 
neutre delicium (de Ik notre masculin singulier), et au pluriel 
que le nom feminin deliciae (de la notre feminia pluriel). 

Dans Tancien frangais, ddice etait tou jours du feminin. 

30 Orgue, — Organum est toujours neutre en latin, et devrait 
donner en francais le masculin. Mais, dans la basse latinit^Je 
pluriel neutre a 6t6 confondu avecle feminin k cause de I'iden- 
1it6 de la termiriaison (a), et le pluriel neutre ortjana a donne 
orgue au feminin, 

De m^me, pomo,plur. du neutre pomwn^ a donne lefem. pomm*' ; 

— folia, — folium, — feuiile, 
Dans Tancien francais, orgue est toujours du feminin. 
Voyez ce qui a et6 dit plus haut, § 32, des variations du 

genre dans les substantifs frangais. ] 

— 3. Automne est des deux genres, selon rA^caddmie ; 
mais I'nsage Ini donne plutot Ic genre masculin. Ex. : un 
bel automne ; un automne pluvieux. 

[HiSTOiBE. — « Automne est toujours f6minin.» (Vaugelas).] 

— 4. Chose. La locution qicelque chose, employee d'une 
mani^re indefiuie, est une sorte de pronom neutre. JUx. : 

« J'ai appris quelque chose de facheux. Pour savoir quelque 
chose, 11 faut Vuvoir appris. » Mais, si le mot chose garde 
toute sa valeur dans cette locution, 11 est da genre feminin. 
Ex. : Quelque chosequeje luiaiedile^ je n'ai pu le convaincre. 

[*HiSTOiRE. — Cette regie n'etait pas encore etablie au com- 
mencement du xvii® siecle. On lit chez Malherbe : « Si quelque 
chose vous accrocbe, coupez-/a. — Quelque chose plus gHi^raie, » 
Mais Vaugelas a fixe la regie : « Ces deux mots sont comnio 
un neutre selon leur signification, quoique chose, selon son 
genre, soit feminin. » (Remarques sur la langue francaise.) 

— 5. Couple est du feminin quand il indique simplemen . 
le nombre deux (une couple d'oeufs). Couple est du masculin 
quand il indique, chez les animaux, le male et la femelle, 
ohez les hommes, deux personnes unies par le mariage, 



y Google 



SYNTAXE DU SUBSTANTIF. — § 181. 205 

par la sympathies etc. Ex. : un couple de chiens, de tonr- 
fcerelles ; un couple d'amis, de fripons*; un heurevx couple} 

— 6. Enfant est da masculin quand ce nom d^sigDO nn 
petit gar90D; dn f^minin quand il d^signe une petite 
fille. Ex. : un hel enfant, une belle enfant. 

— 7. Foudre est du fiminin'dans le sens de tonnerre, 
quand il est employ^ an propre. Ex. : II est mort frappe 
de la foudre. II est da masculin en poesie et an figur^ : 
un foudre de guerre^ un foudre d" eloquence. 

II est encore masculin dans le sens de grande tonne. 

[ * HiSTOiBB. — Au xvii* siecle, iUtait masculin dans le sens 

de tonnerre. Ex. : € Anastase mourut frappe du /bt/dre. ]dbos6UET.] 

— 8. Gens, substantif plnriel, est en g^n^ral fiSminin 
quand il est pr6c^d6 imm^diatement de Tadjectif ; mas- 
culin quand il en est suivi. Ex. : Les mdchantes gens; les 
gens senses. Quelks gens 6tes-vons? 

Certaines gens, faisant les empress4ft^ 

S^introduisent dans les affaii*es ; 
* * lis font partout les n^cessaires, 

Et, partout tmpor^w«?, devraient 6tre c/wM5e'5. (LA Fontaine.) 

Rbmabque I. — Le substantif gens^ employ^ avec 
tout^ est dn masculin, quand cet adjectif est seul, ef ce^a 
m6me lorsqu'il est mis avant le mot gens, Ex. : Tous les 
gem de bien ; ces honn^tes gens sont tous ennuyeux, 

Remarque II. — Mais quani le substantif gens est 
pr^c^de de tout et d'nn autre ajdectif, il redeyient femi- 
nin, d'apres la r^gle g^n^rale. Ex. : Toutes les bcnnes gens. 

Si cependant le second adjectif a le feminin semblable 
au masculin, gens rentre dans Texception qu'il pr(^8ente 
ayecTadjectif totU : il est masculin. Ex. : Tous les braves 
gens. Tous les honnites gens. 

Remarque III. — Le substantif ^ens, sniyi d'un com- 
plement, est toujours masculin. Ex. .nombreux gens de 
guerre ; certains gens d'^tude. 

[ Orioines LATiNES ET HiSTOiBE. — Dans rancienne langue, 
fiilelo k retymologie latine {gentem)^ ce substantif avait gaid^ 
sa signification de race, ^t ait toujours feminiD,et s'employait 
au Fingnlier comme au pluriel. Ex. : La gent trottemenn (la 

POURS SUP. 12 

Digitized by LjOOQ IC 



206 GEAMMAIRE FRANCAISE 

FONTAiNB), la gmt qui porte h tMr6an (malherbe). Malherbe 
bl&me Desportes d'avoir dit tous mes gens (Ad. Regnier fils, 
Leocique de Malherbe). 

Plus tard, le mot gens a pris le sens d'hommes, et, par syl- 
iepse (Voy. § 176, Rem.), il est devenu masculin. Alorsii s'est 
produit dans la langue, au sujet de ce mot, une certaine 
hesitation entre le genre mascalin etle genre f^minin; et ce sent 
Burtout des raisons d^euphonie qui ont amene les regies, en 
apparence contradictoires^ qui viennent d'etre exposees.] 

— 9. Hymne est mascnlin dans le sens general de 
chant: f4§minin dans le sens special de chant d'egh'se. Ex. : 
Un hymne national ; les belles hymnes de I'Eglise, 

[Origines latines et Histoire. — Hymne devrait ^tre mas- 
culin d*apres son ^tymologie (en grec, uiJi.vc<; ; en latin, hymnus). 
L'usage a ^tabli pour ce mot une difference de genre, afin de 
marquer des nuances de sens.] 

— 10. M^moire est da fSminin dans le sens de la &- 
cnlt^ qui rappelle les id^es on les objets ; 11 est mascalin 
dans le sens d'^crit sommaire, d'expos^, etc. < 

— 11. Org^e est un substantif f(§minin. dependant 
Tusage, consacr^ par TAcad^miey le fait du genre masculin 
dans les locutions suivantes : orge perle, orge monde. 

— 12. CEuvre est en g^n^ral du f^minin , mais s'em- 
ploie au masculin en po^sie et dans le style soutenn. Ex : 

Donnez a ce grand osuvre une heure d' abstinence, (boileau.) 

II £e prend aussi au masculin pour designer le recaeil 

des compositions d'un musicien {VcBuvre de Mozart^ etc.). 

on encore dans la langue de Palchimie : le grand ceuvre 

(la recherche de la pierre philosophale). 

[ Orig. lat. et Histoirk, — Pour auvre, comme pour hymne 
et la pluparl des mots qui suivent, la difference de genre marque 
des nuances de sens. D*apr6s Tetymologie, ceuwe [opera] est dr 
f^minin, (t Tetait toujours dans I'ancienne langue.] 

— 13. Pftque, f(§te religieuse des Juifs, et P&ques, ftte 
religieuse des Chretiens, sont du feminin. Ex. : La Pdque 
des Juifs ; Pdquesfleuries (les Eameatix). Quand il indiqae 
une ^poque de l'ann^e,ce mot est masculin Ex.: A F&ques 
prochain; quandP^ues sera ?'/'??u. 

Digitized by VjOOQIC 



STNTAXE DU SUBSTANTIF. — § 182. 207 

— 14. P^riode est du ftminin comme terine de chro- 
nologic, dc m^decine, de grammaire et d'astronomie. Ex. : 
La periode du moyeu £lge ; la maladie est arrivee k sa der- 
niere periode; une periode k deux, & trois membres; la 
periode solaire. 

Ce mot est du masculin, quand il indique le plus haut 
point ou puisse parvenir une personne ou une chose. Ex,: 
Les arts ont 6te portes par les Grecs k leurplus hautperiode. 

— 15. Reld,che est en general masculin {Ex. : il n'a 
pris aucun relache) ; mais il est feminin en terme de ma- 
rine {Ex, : Nous avons fait une reldche k Majorque). 

— 16. Les substantifs aide, g^arde, mancBuvre, etc., 
sont du feminin quand ils designent Vaction d'aider^ de 
garder, de maruBuvrer, etc.; trompette est du feminin 
quand il d^signe un instrument de musique. Ces mots 
sont du masculin quand 11 designent un homme qui aide, 
qui garde, quimanoBUvre, quijoue de la tf^ompeite. Ex. : 



2° Un aide puissant. 
.Avoir de bans gardes, 
C'est un manoeuvre. 



V Une aide piiissante ; 
Paire bonne garde; 
La manmuvre des troupes ; 

Mais si la personne qui aide, qui garde^ etc., est une 
femme, ces substantife sont naturellement du feminin. 
Ex.: la cuisinifere a une aide; une garde-malade. 

— 17* Merci est ordinairement du fSminin (Etre k la 
merciie quelqu'un). Mais on dit : U7i grand merci. 

[ Origikes latines et Histoire. — Merci vient de mercedem ; 
il u'est au mascalia qae par suite d^une errear . On ne s^eRt pas 
aper9a que Ton disait grand'merd comme on dit grand'mere 
(§46), etc.] 

III. Noms au singulier dans le sens dupluriel. 

§ 182. • Souvent en po^sie, et dans le style soutenu, ^e 
singulier est employ^ dans le sens du pluriel. Ex,: 
Les filles mSme du Parthe et du Scythe indompte. (racine.) 
£t Valtier Philistin, par d^^ternels ravages... (Id,) 

Digitized by VjOOQIC 



206 GRAMMAIRE FEANCAISE. 

IV. Noms d double plurieL 
§ 182 bis. Les substantifs suivants ont an plnriel denx 
formes, qui chacane ont un sens different : 

IV A'ieuls pour designer les deux grands 
pferes (paternel et maternel). Ex. ; Beau- 
coup ont le bonkeur de conserve?* leurs 
aieuls, mats peu voient leurs bisaieuh; 
2® A'ieux, dans le sens d'ancetres. Ex. : 
// est Men fier de ses aieux. 
V Ciels, dans le mot compost dels de lit; 
dans le sens de climat, (Ex. : La Pro- 
vence est sous un des plus beaux dels de 
rEurope),et en termes de peinture. (Ex. : 
2. Ciel ] Ce peintre fait bien les dels) ; 
fait aupluriel ^ 2** Cieux^ dans le sens du sejour celeste, 
(Ex. : Notre Fere qui etes aux deux) 
ou po^tiquement pour CieL Ex. : 
Les deux instruisent la terra 
I A r^verer leur auteur. 

* (j.-B. KOUSSEAU.) 

il** (Eils^ qnand il est suivi d'unnom d'etre 
anime, mais est pris an figure : ceils-de- 
bceuf (sorte de lucarnes), oeils-de-bouc 
(coquillage),etc.; 
2** Yeux, dans tons les autres cas : des yevx 
noirs, les yeux du pain, du bouillon, du 
fromage ; les yeux de la vigne, etc. ; 
iV Travails dans les sens spiciaux de rap- 
port officiel et de machine pour maintenir 
des chevaux vicieux ; 
2^ Travaux daus tons les autres sens : dit 
grands travaux, de longs travaux, 
5. Ail { V Ails, en botanique ; 
fait au pluriel \ 2° Aulx^ dans le sens de plante potagm. 

Bemarqus. — L'AcadSmie ecrit au/u7 le pluriel da mot 

Digitized by VjOOQIC 



SYNTAXE DU SUBSTANTIF. — § 183 209 

ail Qnelqaes grammairiens yeulent qn'on derive aux ; ce 
jerait en effet pins r^galier (car ux remplace /s, et il ne 
devrait pas y avoir ulx)\ mais anssi il j anrait confasion 
avec aux (pour a les). 

f*Hi6ToiRB. — Pour les formes aieux, deux, yeuXy trnvaux^ 
aulx Voy. § 37, Hist., sur la vocalisation de I en m).] 

V. Pluriel des noms propres. 

§ 183. Lorsqne les noms propres d^signent des indiyi-' 
dns, ils De prennent pas le signe da plnriel. Ex. : les deux 
Tarquiriy les deux Comeille; le r^gne de Louis XIV a 6t6 
illustre -psiT les Bossuet, les H acme ^ les Boileau, ete. 

Mais les noms propres prennent le signe du pluriel 
quand ils ^veillent dans Tesprit Tidee de plurality. Ex»: 

V Quand ils sont consid^r^s moins comme individud 
que comme membres d'une &mille; Ex.: les Pharaons, 
les Horaces^ les Curiaces, les Gracques, les Antonins, les 
^ourbonsy les Gond^s, les Stuarts, etc. 

2^ Quand ils repr^sentent, non les personnes qui ont 
port6 ces noms, mais leur caract^re et lenr genre d'esprit. 
lis cessent alors d^^tre des noms propresy pour devenir de 
Y^ritables noms communs; Ex. : 

Un Angus te ais^ment pent faire des Virgiles. (boileau.) 

{Des VirgileSy c'est-i-dire des pontes comme Virgile.) 

* On trouve Tapplication de la r^gle g6D^rale et de 

Texception dans l*exemple suiyant : € les Boileau et les 

Gilbert furent les Juvenals de leur sitele; c.-d-rf. Boileau 

et Gilbert furent lespoetes satiriques de leur temps. » 

[ * HiSTOiBE. — Cette distinction entre les noms proprei 
d^signant des individus, et ceuz qui designent en quelque 
sorte des especes, appartient aux grammaires du xViii" siecle. 
Au XYii* siecle, on mettait toujours le signe du pluriel aux 
noms propres. Racine, par exemple, ecrivait : « Comeille com- 
parable aux Eschyles, aux Sophocles^ aux Euripides. » {Lexique 
de Racine, par Marty-Lavaux, p. lxxviii).] 

90 Quand le nom propre est employ^ pour designer des 



y Google* 



210 GRAMMAIRE FRAKfAISB. 

Di'vres oa des produits do la personne ainsi iiomm6e 
(aKistes, ^criyains, imprimenrs^ etc.), il prend encore le 
pluriel ; Ex. : des Raphaels, des Pous^inSy des VirgileSy des 
Elzevirs; 

4^ II prend aussi le plariel qnand on d^signe des pays 
distincts sons nn m^me nom ; Ex. : les Gaules, les deux 
Amcriques, les ChiyaneSy etc. 

Remarque. — Avec les noms d&ignant des liyres, on 
met le plariel pour designer des editions diflKrentes {Ex, : 
J'ai trots Virgiles, dont chacnn a Ees m^rites) ; on met le 
singulier, s'il s*agit seulement d'exemplaires de la m6me 
Edition (Ex, : II n'y a que deux Virgile pour trois el^yes). 

VI. Pluriel des noms abstraits, 

§ 183 bis. * Parmi les noms abstraits, les noms (Taction 
Bont les seuls qui, r^guli^rement, puissent se mettre au 
pluriel, Ex. : des C7ns, des sons, des regards, etc. 

Quant aux noms d'etat ou de quality, lis ne penvent se 
mettre au pluriel qu'en changeant de signification, on 
du moins qu'en designant qnelque chose de particulier. 
Ex. : gouter les douceurs de Tamiti^ ; avoir des bontes 
pour qnelqu'un; faire des bassesses; dire des pauvre- 
ies; ce sont des miseres. Mais, en po6sie et dans le style 
Boutenu,ce8 mots peuvent se mettre au pluriel m^me avec 
lem* sens propre. Ex. : 

Le vers se sent toujours des bassesses du coeur. (boileaq.) 
Presse de toute part des coleres celestes. (cobneille.) 

Le sang de Polyeucte a satisf ait leurs rages. (Id.) 

c On le vit presque aussitot... calmer les courages emus. » 
(nossuET.) « Les Romaius ont subjague les Gaulois plus encore 
p&T lea adresses deTart militaire queparleur valeur. » (Id.) « 1/ 
^olairo la eagesse humaine, il etend ses vues, puis il I'aban- 
douue ii ses ignorances. » (Id.) 

\ * HiSTOiRE, — Au xvii« feiecle on mettait gouvent au pluriel 

Digitized by VjOOQIC 



SYNTAXB DU SUBSTASTIF. — § 186. 211 

lea termes abstraits, snrtout en po^sie. <ic II est & remarquer^ 
dit Menage, que, comme la poesie est hyperboliquC) elle aime 
les pluriers (sic), et que les pluriers ne contribaent pas pen 
a la sublimite de roraison. » (Observ. Bur la Umgue fr., 1672.) 
Voltaire a done tort de bMmer ces vers de Corneille : 

Pour r^serrer sa tSte aux hontes du supplice. 
l^'oseraient Tezposer aux hontes d'un mn^pris. 

« On no dit point /es hontes », affirme-t-il faussement. ffonte 
s'est toQJours dit au pluriel, depuia le xiii« siecle jusqi)*^ nos 
jours, comrae le d^montre par une foule d'ezemples M. Gode- 
froy, qui en prend occasion pour donner d'autres ezemples, en 
grand nombre, de Temploi des termes abstraits mis au ploriel 
chez les auteura du xvi* et du xvii« siecle {Lexique de la langue 
de C(nmeille, I, p. 360-366.).] 

(VII. — Pluriel des noms composes. 

§ 184. Parmi les noms compos^Sy on pent distiogner. : 
l^' Cenx qui s'^crivent en nn seul mot ; 
2^ Genx dont les diiS§rentes parties sont jointes par des 
traits d'anion. 

§ 185. 1. — Les noms composes qui sMcrivent en nn 
senl mot^ c^st-ii-dire cenx dont les diffiirentes parties ne 
sont plus distinctes, doivent ^tre eonsid^r^s comme des 
snbstantifs simples et suiyre la r^gle commune. Ex, / des 
becfigues, des cojitredanses, des contrevents, ieB porte/emlleSf 
des portemanteaux, des pourparlers, des pourboires, etc. 

On excepte les mots gentilhomme et bonhomme qui, au 
pluriel, s'^crivent comme s'ils ^talent formes de deux 
mots distincts : des gmtikhommesy des bonshommes, 

§ 186. II. — Dans les noms composes dont les diife- 
reutes parties sont jointes par des traits d'union^ le signe 
du pluriel ne pent se mettre qu apr^s les snbstantifs et 
apr^s les adjectifs qui entrent dans la composition de ce 
mot; tout autre mot (verbe, adverbe, preposition) reste 
invariable. Les regies qui suivent ne sent que la conse- 
quence de cette regie generale. 

Digitized by VjOOQIC 



212 GRAMMAIBE FRANfALSE. 

§ 187. 1* On mefctra au pluriel les deux parties du 
mot, si ce sont deux snbstantifs oa un substaotif accom- 
pagne d'uo adjectif. Ex, : 

des basses-tailles, des coffi*es-forts, 

des basses-cours, des malles-postes, 

des beaux-p^res, des pies-grieches, 

des cerfs-yolantSy des plates-bandes, 

des chauves-sourls^ des reines-margaerites^ 

des ehefs-lieux, des reyenants-bons. 
des ehoux-fleurs, 

* Remaeqtje. — II y a dissentiment entre les grammai- 
riens sur le pluriel de reineclaude, de messire-jean, etc. 
Quelques-uns sont d'ayis de laisser ces mots invariables 
sons pr6texte que les noms de ces fruits rappellent des 
personnes ; mais commei dans Tusage, on ne pense qu'k 
des prunes et k des poires, il faut ecrire des retnes-claudes, 
des messires-jeans, etc. 

§ 188. 2^ On mettra au pluriel le premier subg- 
tantif seul, dans les mots composes de deux substantifg 
dont le second est le compli^ment de I'autre et precede 
d'une proposition. Ex. : Des chefs-d'oeuvre, des pots-de- 
Yin, des arcs-en -ciel (/'s du mot arcs ne sonne pas dans la 
prononciation), 

[* HiSTOiRB. — Au XVII® siecle, on 6crivait des chefs-d'ceuvres 
(Vaugelas, Preface, xv, edit, de 1647).J 

Remarque I. — II en est de m^me des mots Edtels-Dmi, 
FeteS'Dieu, baihs-Mane, qui sont pour Hotels de Dieu, 
fetes de Dteu, etc., c'est-^-dire oil le second substantif est 
le complement du premier. 

[HiSTOiRE. — Dans I'ancienne langue fran9aise, Dieu etait le 
cas Hgime de Diex, qui 6tait le cas sujet. II equivaiait au 
genitif latiu Dei.\ 

Remarque II. — On excepte des tete-a-tete, des coq:d- 
Vdne, des pied-d-terre^ des pot-au-feu, par<ie que, dans ces 
locutions, aucun de ces snbstantifs n'exprime par lui-m^me 

Digitized by VjOOQIC 



SYNTAXB DU SDBSTANTIF. — § 189. 213 

ane id6e de plaralit^. Tons ces mots snpposenfc des ellipses, 
par exemple : des mtretiens t6te k tite, des propos qui 
vont du coq k Tana, etc. Des vol-avrvent (pour des vole au 
vent) rentre dans la troisi^me r^gle (§ 189). 

Remarqttb III. — Le nom complement pent, du reste, 
6tre au pluriel. Ex. : un char-a-bancs^ des chars-Manes, ^ 

Bemabque IY. — Dans les noms composes d'un mot ou 
d'une partie de mot etranger et d^un substantif fran9ais^ 
ce dernier seal se met au pluriel. Ex. : 

des vice-rois; des Galio-Romains. 

[Oriqines IiATINEs. — Dans vice-rot et dans les composes du 
m§me genre, vice est un prefixe qui vient du mot latin vice^ 
d la place de. Quant k Gallo-RomainSf Anglo-Saxons, Austro- 
HongroUy etc.^ ce sont des mots doot la premiere partie est 
form^e avec des mots latins ou latinises.] 

§ 189. 3^ On mettra encore au pluriel, en g6neral^ 
le substantif seul, dans les mots composes arec un yerbp, 
un adverbe ou une preposition. Ex. : 

Un passe-port, des passe-ports {ou mieuz, en un mot, 
des passeports). 

des quasi-d^lits, des avant-gardes, 

des ex-gen^raux, des arri^re-gardes, 

des contre-coups, des contre-6preuves. 
des ayant-coureurs, 

Bemabque I. — Mais si le substantif est r^gi par la 
proposition, il ne prend pas le signe du pluriel. Ex. : 

des contre-j!?owon, des entre-5o/, 

des apr^s-mirft, des hors-d'oeuvre, etc. 

Beharque II. — Quelquefois I'idOe de plurality est 
tenement indiquOe par le substantif, complement d'un 
verbe, qu'il se met toujours au plurieL Ex. : 

un ou des couvre-pieds, un ou des essuie-mains, 
— - cure-dents, — serre-papiers. 

— entre-cdtes, — casse-noisettes. 

— gobe-mouches. — va-nu-pieds. 

Digitized by VjOOQIC 



214 



GRAMMAIRE FRANOAlSE. 



Aa Gontraire, le substantif se met au singnlier, s'il est 

Fris dans un sens general at nlndique pas, par lui-mdme, 
id6e de pluralite. Ex. : 



des abat-jour^ 
des boute- en- train, 
des coupe-gm^ge^ 
des couvre-feUf 
des couvre-chef, 
des creve-cosur, 
des gagne-patn, 
des garde- feu, 



des garde-manger, 
des grippe-sou, 
des perce-neige, 
des p'iHe-Dieu, 
des reveille mating 
des serre-tete, 
des serre-file. 



§ 189 Sis. II faut noter Torthoffraphe du pliiriel de 
quelques mots composes. — I. Parexemple, oa dit : 



i4u singulier : 
un blanc-seing; 

un chevau-Uger (on appelait 
aui&i autrefois un soldat de 
cavalerie l^gere. Dans ce 
compose, chevaii est au sin- 
guiier pour cheval : la lettre 
I s'est changee en u) ; 

un fesse-niathieu (I etymologie 
parait etre : qui feste Saint- 
Mathieu). 

unpique-nii^ue (mot forme de 
deux mots anglais : to pick, 
saisir, et 7nckj instant) ; 

un fier-a-bras (ce mot est une 
alteration de fiert-d-bras. 
Voy. § 134 bis, p. 162.) 

une grand'mere, une grand'- 
messei 



Aw plariel : 

des blanc-seings (c.-d-rf. des 

signatures en blanc); 
des chevau-legers; 



des fesse-mathieu; 
des pique-nique; 
des fier-a-brab. 



des grand^meres, des grand'- 
messes (radjectif reste in- 
variable au p] Uriel conmic 
au singulier; Voy. § 46). 



y Google 



SYNTAXE DU SUBSTANTIF. — § 189 bin. 21.J 



Xu singulfer 

un haut-le-corps (c.-d-d. un 
mouvement qui porte le 
corps en haut); 

nn terre-plein ; 

[ On ecrivait au xvii« siecle 
ten^e-pldin. Etymologie : ter- 
rae planum, un plan de terre.] 

un nouveau-n6 ; 



Au pluriel 

des haut-le-corps (location 
dans laquelle haut f stem- 
ploy^ adverbialement) 

dea terre-pleins ; 



s nouveau-n^B e.-d-d, nou- 
vellement n6a. Voy. § 214). 



Bemarque. Havresac, qui 
s'ecrivait autrefois /laor^-^ac, 
des haw*e-sacs, est ecrit en un 
seal mot par I'Academie (der- 
niSre Edition du Dictionnaire). 
Oe mot signifiait primiti ce- 
ment an sac d awinBy des 
deux mots allemands haher 
et sa^k, 

II. Dans les noma composes arec le mot garde^ les 
grammairiens disbingaent les mots ou ce mot d^signe nne 
personne, et cenx ou il designe une chose. 

Dans les premiers, le mot garde est consid^r^ comme 
r^quivalentde gardien ; il est snbstantif et prend la mar- 
que du pluriel. Ex, : des gardes-chasse, des gardes-malade. 

Dans les seconds, ilparatt se rap porter au verbe garder, 
et reste invariable. Ex. : des garde-fouy des garde-meu- 
hies, des garde-manger^ des garde-robes. 

[ H18TOIBE. — Cette distinction n'est guere fondee en rai- 
son : dans Tiin et dans i'autre ca?, le premier des mots qui for- 
raent le compose est en realite le verbe garder, Mais Tusageest 
etabli, il estconsacr^par TAcademiefrancaise, jusque danslader- 
niere ^ditiondeson Dictionnaire (1878), etla distinction etablie 
par les grammairiens n*a pour bat que d^essayerde le justitier.] 

III. 11 y a contestation entre les grammairiens sar les 
formes suivantes : Des appui-rnam, des appui-mains 
ou des apputs-mains ; des sauf-conduit^ des sauf-conduits 
oudes saufS'Conduits, II semble pr6f6rable d'ecriredes 
appuis-maiuy (des appuis pour la main), et, au contraire, 
des sauf" conduits, parce que sat^/'est ici employ^ adver-» 
bialemcut, et signifieen sdrete. 



y Google 



216 GRAMMAIRE FRANGAISE. 

[HiSTOiRB. - On disait, dans Tancienne langue, un conduit, 
nn bon eonduit. — Un sauf-conduit signifie un laisser passer en 
siifeU, 

% 190. 4o Enfio, Ton ne met.tra an pluriel ancane des 
parties du mot compost, s'llnerenferme ni snbstantif ni 
adjectif. Ex, : 

des gagne-petit {petit est em- I des on-ditf 

ployi ici pout pen), — passe-partoutf 

— oui-dire, \ — pince-sans-rire, 

2* REGLES DE. COMPLEMENT. 

§ 191. Les complements des snbstantifs lenr sont, en 
general, uais par les pr^positioas de, a, par, pow\ envets. 
Ex. : r amour de Dieu; robeissance aux iois ; le zcle pour 
la verM;un voyage par eau; les deooirs envers Dieu. 

Remarque I. — Les substantifrf verbaux, c'est-a-dire 
derives d*nn verbe garden t souvent les complements du 
Terbe d'ou lis scat tires. Ex. : 

€ Sa vie a «t6 une preparation d bien mourir ; et sa mort est 
pour vous une exhortation d bien vivre. > (fl^chier) 

« lis peuvent toujoars se flatter de cette vaine persuasion 
que la nature a M injuste de les faire naitre dans Tobscarit^. » 

(massillon) 

Mais on dit : traltre d la patrie. 

Remarque II. — L'emploi de ces substantifs avec la 
pr6posftioii de donae quelqaefuis lieu k un double sens: 
le complement pent indiqner I'objet de Taction ou le su- 
jet Qui Taccomplit. Le vrai sens est marque par rensem- 
ble ae la phrase. Ex. : 

Complements indiquant 



1* I'objet de Paction: 
Tamour de la famille, 

la conquSte de TAsie par 

Alexandre, 
roubli du devoir, 
le mepris de soi-m§mei 



2^ le sujet qui Vaccomplit : 

1'amour c^'une mere pour sea 

enf ants ; 
les conqu^tes d' Alexandre en 

Asie; 
Foubli des hommes ; 
le morris c^es autres hommes ; 



y Google 



SYNTAXE DU SUBSTANTIF. — § 191. 



1' entree d'un port, 

le passage d'wne riviere, 
avoir Tesperance du sncces, 
la crainte du danger, 



217 

Tentree d*an bateau dans le 

port; 
le passage des troupes ; 
Itre IVsperance de s& f amille ; 
la crainte des laches en face 

du danger. 

Eemaeque hi. — Le substantif employ^ comme 
complement se met au singulier quand 11 est pris dans 
nn sens g^niral, an pluriel qnand il est pris dans nn sens 
particulier. Fx, : 

Compliment indtquant 



1° un sens gm&ral : 
des habits de femme, 
des marchands de soie, de 
papier f de musique, 

un baril d'huile ; 
un homme perdu sans res- 
source ; 
une entrevue sans Umoin; 

Quelquefois, on pentmettre indiflKremment le singnlier 
ou le plariel, Ex. : 

des hommes de toutes sortes ; 
des marchandises de toutes es- 
p^ceSy 



2° un sens particulier: 
des reunions de femmes ; 
des marchands de chdles, de 

dentelles, de peaux, de four- 

rure ; 
un baril d'olives\ 
un homme sans ressources 

(c.-d-d. sans argent); 
une entrevue sans t^oins. 



des hommes de toute soi te ; 
des marchandises de toute 
espice. 



On trouve, dans le Dictionnaire de VAcademte, des 
exemples qui prouvent que cette double orthographe est 
facultative en bien des cas. lUx. : 

de la pfite d'amandes ,* 
dxisirop de groseilles ; 
du Bucre de pommes. 

On dit : d'arbre en arbre, de fleur en fleur^ de mer en 
mer. Mais Buffon a pu dire : « volant de /fewrs en fleursyi\ 

00UB8 BUP. 28 



du lait d'amande ; 

de la gel6e de groseille ; 

du Sucre de betterave ; 



y Google 



218 GRAMMAIRE FRANfAlSE. 

Et Bacine : 

Trainer de mers en mers ma chaiae et mes ennais. 

[* HiSTOiRE. — Quelques substantifs s'etnployaient au 
xvii« aiecle avec des comple meats qu*ils n'admettent plus 
aujourd'hui. Ex, : « Uii chdtiment de rigueur sur les Chaldeens; 
un chdtiment paternel sur les Juifs. d (bossdet.) cc La noyance 
de la creation, de la Providence. » (Id.) <l La foi du Messie et 
de ses merveilles. » [Id.) La foi de la Providence. ».(I'i.). 

[Qui] Pourrait aneantir la foi de see oracles? (racine.) 

§ 192. Quand deux substantifs demandent aprfes eux la 
m^me preposition, ils peuvent avoir le m^me complement. 
Ex. : If amour et V adoration de Dieu; son ardeur et son 
oppUcation au traoail; son zele et son devouement pour la 
veritc, 

Mais, quand plusieurs substantifs se suivent et deman- 
dent des prepositions differentes, chacun d'eux doit avoir 
le complement qui lui convient. IJx, : J'estime son amour 
pour ses parents et son ob^issance euvers eux. 

3* DIVERS EMPLOIS DU SUBSTANTIF. 

§ 193. Le substantfi s'emploie de diverses muniferes : 
1*» II s'emploie comme sujet des propositions, avec et 
qaelquefois sans article. Ex. : 
Le travail est nn tresor. — Contentement passe richesse. 

2"* II s'emploie comme complement direct sans proposi- 
tion, et comme complement circonstanciel avecou quelque- 
fois sans preposition. Fx. : il est parti avec la rage dans 
le ccsur, ou : 11 est parti la rage au co&ur; 

Je Tai vu cette nuit, ce walheureux S^irCj 
La vengeance a la main, VcbH ardent de colore. 

(coRNEiLLK, Polyeucte.) 

3° Quelquefois il sert de qualificatif, et, comme tel, 
accompagne un autre substantif, avec ou sans virgale, 
avec ou sans trait d'union, ou se met apres les verbes etre, 
d&vmir^ rester^ etc. Ex. : un maiire magon, les monts Pyri' 

' Digitized by VjOOQ IC 



STNTAXE DE L'AETICLE. — § 194. 21^ 

nees; le peuple-roi; le Volga, fleuve de Bttssie; rempereut 
Auguste; David devint rou 

Je suis Gros-Jean comme devant. (la Fontaine.) 

4** II s'emploie pour marquer Vapostrophe, Yexclamation 
on Yinterrogaiion, Dans le premier cas, il est, en general, , 
accompagn6 de Tinterjection 6. Dans le deuxieme et le 
troisi^me^ la phrase se termine par un point d'exclamation 
ou nn point d'interrogation. Ex. : 

1. Apostrophe : 

rage, 6 d^sespoir^ 6 vieUlesse ennemie! (corneille.) 

2. Exclamation : « Malheur k nons^ si nous louons ce 
que Dieu n'a pas approuv6 1 » (fleohier.) 

3. Interrogation (avec ellipse) : « II faut en revenir k la 
Providence ; et le moyen de vivre sans eefcte divine doc- 
trine? (M"® DE SlSVIGNi.) 



CHAPITRE II 

SYNTAXE DE L'ARTICLE. 
I. EMPLOI OU OMISSION DE L'ARTICLB. 

§ 194. On a vu (§ 43) que Tarticle indiqne un substan- 
tif pris dans un sens d^termin^. 

L'article s'emploie : 1** pour designer un objet pt^sent 
aux sens ou k Tesprit. Ex. ; marchons d Cennemi; Vilcriture; 
I'Evangile; les deux tie7*s; Vun des sept sages; 2® pour 
marquer revaluation. Ex. : ce drap vaut trots francs le 
metre; vers les cinq heures, etc. 

Eemarqub I. — L'article s'omet lorsqu'on vent donner 
aux substantifs un sens plus general, et s'exprime quand 
on veut leur donner un sens plus determine. £x, : 

Digitized by VjOOQIC 



220 GRAMMAIRE FRAN9AI8E. 

Sens determine Sens aiiin^RAL on htd^ebuike 
VAprh les prepositions, lesadverbes dequantite et lesverbes : 



La Tie de thomme, 
la rtpnblique des lettres, 
Tean de la mer, 
Yons reste-t-il beaucoup de 
I'argent qjjJonTOJiBtk donnS? 
par le chagrin qn'il me cause, ' 
rendre la justice ^ 

je Ini ai demand^ la raison 

de sa condnite, 
il entend la raillerie {c.-d-d. 

ilsait plaisanter), 



une vie d'homme; 

les gens de lettres; 

de Teau de mer; 

vous reste-t-il beaucoup d'ar- 

gent? 
j*ai trop de chagrin; 
faire justice, faire prompts 

justice; 
je lai ai demands raison de 

Toffense qn'il m'avait faite; 
il entend raillerie {cM-d. il 

ne s'offense pas d'une plai- 

santerie); 
cet homme a fait fortune 

dans ce pays; 
il est tombe a genoux; 
en ville. 



cet homme a fait la fortune 

de ce pays, 
il est tomb^ sur les genoux^ 
dans la ville, 

2* Avec les substantifs mis en apposition: 

Attila, le fleau de Dieu. l Qette serpe, instrument de 

I dommage. (la Fontaine.) 

3** Dans les ^numirations : 



Les devoirs de la societe, 
les fonctions d'une charge, 
les soins domestiques, tout 
lasse, tout devient insi- 

pide. » (HASSILLON.) 



(c Orands et petits, riches et 
pauvres, tout paryenait 
jusqu'ik saint Louis. > 
(fl^chier.) 

Adieu, veau, vache, cochon, 

COUVie! (LA FONTAINE.) 

*• Dans les proverbes et sentences : 

Voisiveti est la m^re de tons I Noblesse oblige, 
les vices. IPlns fait douceur que vio- 

\ knee. 



y Google 



BYNTAXE DE L'AETIOLB. — g 194. 

6"" Dans les apostrophes : 



Passez Totre chemin, la fille... 

■ (LA FONTAINE.) 

Que dites-vouB, tami? 



€ Priez, justes; priez, pi- 
cheurs; prions tons ensem- 
ble. » (bossubt,) 



L'article s'omet encore : 

l"" Dans certaines locutions ou le substantif forme en 
quelque sorte un seul mot avec le verbe : avoir faim^ soif^ 
ckaud; avoir honte ; prendre feu; rendre gr&ce; perdre con- 
naissance; a dire vrai, 

2"" Dans quelques autres locutions toutes faites : de part 
et cP autre; par maniere de renter ciment ; en guise de re- 
compense; de main de maitre; n'avoir garde de, etc. 

[* HiSTOiBB. — Pour les apostrophes, on se servait de I'ar- 
ticle, dans rancienne langue et jusqu'au xviv siecle, beancoup 
plus soavent qu'aujourd'hui. Ex, : 
Allez, fleaux de la France, et /espestes dtt monde. (malhbrbb.)] 

Beuaeque II. — L'article se met devant I'adjectif, 
quand Tadjectif pr^cMe le substantif, Ex. : les grands 
hommes. II y a exception pour I'adjectif toutj qui precede 
l'article. Ex. : Tom les hommes. 

Behabque III. — Les titres de politesse ou de c6r^monie 
sont pr^ced^s de Tarticle. Les mots Monsieur et Monsei" 
gneur, qaand ils accompagnent un autre substantif, se 
mettent avant Varticle et le substantif. Ex. : Monsieur le 
Prifety Monsieur le Maire, Monsieur le premier President ^ 
Monseigneur Pjtveque de.,., le comte X,., le Due X... 

Dans les sumoms, Particle se met apr^s le substantif et 
deyant le qualificatif : Louis le Grand, Robert le Diable. 

Ebmaequb IV. — En g^n^ral, Tarticle ne se met pas 
en fran9ais devant les noms propres de personnes ou de 
villes (Mblibre, Paris). 

II y a exception : i^ pour certains noms traduits de Pita* 
lien : h Correge, le Titien, VArioste, le Tasse; 2* pour les 

Digitized by VjOOQIC 



222 



GRAHMAIBE FBAN9ATSE. 



noms propres Beryant de qnalificatife et employes en 
quelqne sorte comme noms commnns. Ex. : tEschyle d'An- 
gleterre (Shakespeare), le Demosthene de la Prance {Mira-- 
beau) J 3® pour certains noms de villes : Le Havre, Le 
Mans, La Ferte, Le Puy, etc.; 4? ponr les noms propres 
accompagnes d'un adjectif : le grand Co7metUe, la Jeru- 
salem celeste, la modeme Baby lone, etc.; on snivis d'un 
determinatif ; Ex. : Le Paris du xv' siecle; ce n'est plus 
le CorneiUe qu'on admire dans le Cid, 

Remarque V. — L'article se met devant les noms de 
contrees, de fleuves et de montagnes : VAsie, VAfrtque ; 
la Seine, la Tamise; les Alpes, les Pyrenees. Cependant 
Particle pent s*omettre avec ces noms dans quelques locu- 
tions. Ex. : les peuples d' Occident ; le royaume d'Fspagne; 
les guerres d^ Italic; du vin d'Espagne; une carte d'Alle- 
magne, de Teau de Seine, etc. 

* L'usage veut qu'on dise : 



Les rois de la Ohine, du Ja- 
pon, du Perou ; 



Les rois de France, d'Es- 
pagne, d'Angleteire, de 
Prusse, de Perse; 

Les vins de France ; 

Les laines d'Espagne ; 

La noblesse de France, etc 

Revenir d'Espagne; 

A son retour dltalie^ etc. 



L'or du Perou ; 

La porcelaiiie de la Ohine ; 

Les limites de la France ; 

Revenir de la Chine; 

A son retour du Japon ; 

U permet de dire egalement : 
Les peuples de I'Asie, et les peuples d'Asie ; 

Les villes de TAfrique, — les villes d'Afrique. 

• Remarque VI. — L'article s'emploie toujours aprte la 
proposition a et s'omet apres la preposition en. Ex. : 



AUer k la Ohine ; 
Aborder an POrou; 
Arriver an Mexique; 
A rhiver prochain; 



Aller en Chine; 
Aborder en Afriqne; 
Arriver en France; 
En etiC; en hiver^ eta 



y Google 



BYNTAXB DB L'lRTICLB. — § 194. 223 

* Bbmarqub VII. — L'article s'omet dansles locBtions 
sniyantes ou les substantifs Bont pris dans nn sens ind6- 
tennine : 

Avoir tme chose a cceur; bati a chaux et d pldtre; boire 
a bouche que veux-tu; parler d'affaires; sortir de prison; 
trembler de froid; agir de tonne g7*uce, de bonne foi; 6tre 
accable de douleurs, de matix, etc.; apprendre /?ar coeur, 
ceci est pour memoire. 

[* HiSTOiRE, — Toutes ces regies sur Temploi ou romission 
de Tarticle sont loin d' avoir ete tou jours aussi airetees qu'au- 
jourd'hui. Aa xvi* siecle et meme au xvii« on tronve souvent 
Tarticle omis oii nous rexprimerione, exprime ou nous Tomet- 
trions. 

I. Exemples du premier fait : « Tons fideles sentent combien 
cette fa9on d'enseigner nous est propre. d (calvin.) « Sous le 
joug de peche. » (Id.) « Ce fut lui qui ircmier edifia un temple 
a la Foi. » (amtot.) « Je fus hier ouir messe aux Jacobins. » 
(malherbe.) « L'ennemi tous droits viol ant. » [Id.) « Ou par 
armes ou par amour, » {Id,) « Le vicomte de Tarenne lui coupa 
chemin, » (racine.) 

II vous assure et vie et gloire et liberti, (cobnkillb.) 
« Les chines d'Ej^ire; le dieu de Seine^ aux hords de Cha- 
rente, > (malherbe.) 

C'est Vaugelas qui, le premier (1647), a fait une regie de la 
repetition de rarlicle devant chaque substantif. L'omission 
del'article eetfr^queote dansles auteurs qui usent d'archaismes 
et daas certains genres de poesie, comme Tepigramme. Ex» : 

Ainsi dit le renard ; et ftatteurs d'applaudir. (la Fontaine.) 

Gens poiur Pradon voulurent parier... 
Pommes sur lui volferent largement; 
Or quand sifflets prirent commencement.., (BACINE.) 

II. Exemples du second fait : <r De dix mille bommes qui 
demeur^rent morts en cette bataille, les trois mille estoient 
naturels bourgeois de Carthage. 3> (amyot.) « Des huit seigneurs 
de la guerre, les quatre demeurerent tousjours avec moy. d 
(montluc.) « Nous serons les premiers a vous en faire la justice, d 
(MOLifeRE.) « A dire le vrai. » (racine.) 

a Elleest fort belle et de /a main de maitre. i» (styriGTSdL) 

Digitized by VjOOQIC 



224 GHAHUAIBE FBANGAISE. 

M"»« de S^vigne emploie -frequemment Tarticle avec les 
noma propres : « J'ai entendu la Passion du Mascaron,., J*en 
demande pardon au Bourdaloue et au Mascaron. » 

III, L'article se mettait aussi quelquefois meme avec un mot 
indetermin^, dans des cas ou nous mettrions I'adjectif indefini 
un. Ex. : « Qu'il soit le premier de sa race et n*ait pas le Hard 
en sa bourse. » (malhebbb.) <l La dauphine ne put tenir long- 
temps les Eclats de rire. » (s^vigxe).] 

' § 195. Qaand plasienrs sabstantife se sniyent, Tarticle 
doit se r^p^ter devant ehacun d'eux. Ex. : le pire.et la 
mhve ; les officiers et les soldats. 

Cependant Tarticle ne se r^p^te pas dans qnelqnes locu- 
tions indivisibles, eomme les arts et metiers, les tenants et 
aboutissantSy les ponts et chaussees, les freres et sceurs, les 
officiers, sous-officiers et soldats, etc. 

II ne se repete pas non plus devant la conjonction ou 
suivie d'un substantif expliquant le premier. Ex. : fe Bos- 
phore ou canal de Constantinople, le lynxou loup-cervier, etc. 

[* HiSTOiBE. — Au XVI® siecle et jusqu'au milieu du xvii*, on 
ne repetaitpas Tarticle quand plosieurs substantif s se sui7aient, 
et cela, m^me quand ils ^taient de genres differents. Ex. : 
e: L^autoiit^ de la parole est an^antie par le m&pris et basse 
condition des ministres qui Tannoncent. jt (calvin.) <c Moustier 
est le s^jour et habitation des moines. » (e. pasquier). < Quant d 
la hardiesse et coura^ey quant d la Constance et resolution. » 
(MONTAIGNE.) « La justicCj probiti, pmdence, valeur et tempi- 
rancCf sont toutes qualites qui sa peuvent trouver en une fteule 
4me. D (malherbe ) 

Les querelles, pi^oces, faim, soif et maladie, 
Troublent-ils pas assez le reposde sa vie? (molterb.)] 

§ 196. Quand deux adjectifs unis par et modifient le 
m^me substantif, mais ne se rapportent pas au m^ine 
objet, Tarticle doit se r6p6ter. Ex. : le premier et le second 
^tage; ^histoire ancienne et la moderne. 

S'll s'agit du m§me objet, I'article ne se r^pfete pas, en 
g^n^ral, Ex. : rien n'est plus pr^cieux que la vrate et solids 
amiti^. 



y Google 



SYNTAXB DE L' ARTICLE. — ^ l97, 225 

Bemabque. — L'article pent cependant 6tre omis dans 
le premier eas, snrtout avec des 8abstaDti& an pluriel^ et 
r^p6t6 dans le second. Ex. : 

Les lois divines et hnmai- Z^ donee etfinnocenteproie. 

nes. (LA FONTAINE.) 

Les historiens gre6s et ro- £e donx et /*hnmble saint 
mains. Angnstin. (boubdaloue.) 

§ 196 bis. • L'article, accompagn6 d'nn adjectif, pent 
s'emplojer avec ellipse d'nn snbstantif, mais senlement 
d'nn snbstantif pris dans nn sens determine. Ex. : « Voiei 
plusieurs journaux ; maisjene voispasfe defmier. » (Voy., 
§ 243, une r^glQ analogue pour les pronoms personnels.) 

[* HiSTOiRE. — Au xvii« siecle, on n'observait pas tree ezacte- 
ment cette difference entre un nom determine ou ind^termin^. 
M"** de S6vigne a pu 6crire : « C'est une chose bien dure pour 
moi que de vous dire adieu : je sais ce que m'a coiite le demitr. »] 

II. EMPLOI DE l'article PARTITIP. 

§ 197. On a vu (§ 44, Eem. Ill) que Ton emploie les 
articles du^ de la, des avec les noms pris dans nn sens par- 
tilif. Ex. : Yoici du pain, des plumes, des maisons. De 
mSme avec les mots abstraits : II a de la fermete, du calme, 
de la risolutmij etc. 

Mais qnand nn nom ainsi employ^ est pr^c6d6 d'un ad- 
jectif, on met de^ et non rfw, de la, des, devant cet adjectif. 
EsS. : voici de" bon pam, de bonnes plumes, de belles 
maisons. 

* Gbammaibe comparative. — L'article s'emploie de m^me 
en grec : euflis'.v Tot3 apTou, manger du pain,] 

[* HlSTOiBE. -^ Cette regie, d*apres laqnelle, »ivec un subs- 

tftntif employ^ dans ua sens partitif, on oinet l'article quandle 

Bubstantif tst precede dun adjectif, et on Texprime quand il en 

est suivi, cette r^gle n'etait pas bien 6tablie au xvii« si6cle. Ex.: 

N'accnse point le ciel qui le laisse outrager 

St des indignes fils qui n*osent le venger ? (RAdiTB. 

COUBB SUP. , . .. 



Digitized by 



Google 



226 ORAMMAIRE FBAN9ATSIS. 

L'inBtinct populaire reagit mSme encore aujourd'hui contre 
cette distinction subtile, 6tabliepar les grammairiens ; et Ton 
dit quelqnefois davis le langage familier : Void du hon v(n, de 
rexcellentviuy de la bonne musique. 

Cepeiidant cette difE6rence de syntaxe se trouva dejk ap- 
pliquee par Bossuet: 



« Les rois de Baby lone traitaient 
inhutuainement des penples en- 
tiers, aiissi bien que des prind- 
' J le 



« Les doctes font de diffirentes 
supputations pour faiie cadrer ce 
temps au juste. » 

paux seigneurs de leur empire. »] 

Eemarqije I.-^Toutefois Tarticle reparait quand Tad- 
jectif s'anit au anbstantif de maniire k former nne sorte^ 
de mot compose (Ex. : des bans motSy des jeunes genSj des 
grands hommesy au meme bats, etc.); ou tout au moins de 
maniere k lui donner un seus determine (Ex.: duvrai 
marbrCy du gros parckemin; void du ban vin que tous 
avez goftt^ bier). L'article se met tout naturellement avec 
les substantifs composes : des bas-relmfsy des belles-meres. 

Remarque TI. — Dauu les phrases negatives, on met de 
avec les noms pris dans nn sens partitif, quand la negation 
est absolue; on exprime Tarticle, et Ton met rfw, de la, des, 
quand la negation est limit^e ou d^truite par le reste de la 
phrase. Ex. : 

DEUXliME CAS : 

n* ne pent parler sans faire des 



PBEMIEB CAS: 

II parle sans faire de f antes; 
Je n'ai pas d'argent; 
II n'ayait pas d' out Us; 
Je ne f ais pas de vers. 



f antes gros (teres. 
Je n'ai pas de C argent pour le 

d6penser foUement. 
(L 11 n'avait pas des outils k re* 

vendre. » (la pontainb.) 

a Je ne f ais pas des vers ni m^me 

de la prose quand je veux. » 

(BOILEAU.) 

« Je ne vous ferai p3int des nf- 
proches friooles. » (BACINB.) 



oc Ne me fais point ici de contet 
euperflus. » (moligbb.) 

Au premier cas appartient une tournure, ou de est suivi 
de que dans le sens de sice n' est. Ex. : Je n'ai de volenti 
que la vdtre. 

Non, vous n'avez ici cTennemi que vous-m&me. (cobneille.) 

• Eemarqub hi. — L'article partitif rfw, de la, des 
B'omet apies la proposition de. Ex. : une corbeille de ce- 
rises, une bouteille de vin^ deux aunes de drap, une plume 

Digitized by VjOOQIC 



STNTAXE BE L'AETIOLB. — § 198. 227 

Racier, aiie donzaine d'ceufs, beancoup cTarbres^ il a bean- 
coup de bon vin, k la vue de belles montagnes. 

[* HiSTOiRE. — Ces regies de Tarticle employ^ dans le sens 
partitif n'etaient pas encore fix^es au xvii« siecle. Ex. : « De$ 
grosses laimes lui tombent des yeux. » (sfcviGNfi.) « Vous aurez 
pa8s6 sur des petits ponts, » (H ) « Ce sont ici des petiies bran- 
ches de cadets qui n'ont pas des souliers, « (Id.) <c Cette mere est 
d'une exactitude sur les heures qui ne oonvient pas 4 de jeunes 
gens, » (Id.) cOes ti4deshwers;de jeunes gens, ^(malherbe.) 

L'article partitif s'employait quelquefois au xvii* siecle, 
m^me nvec des mots qui ne nous semblent pas eusceptiblos de 
cet emploi. Ex.: « endurer de V outrage; s'il y a dc V obstacle; 
esp^rer du salaire, etc. » (malherbe.) 

On trouve encore Tarlicle omis oil nous mettrions Tarticle 
partitif : 

J'ai tendresse pour toi, j'ai passion pour elle. (cobneilljs.; 
A-t-elle monMjoie? En paralt-elle 6mue? (Id.) 

La verta trouve appui contre la tyrannic. (Jd*) 

§ 197 bis. On verra plus loin rarticle employe k la 
place de Tadjectif possesBif (§ 205). 

III. ACCORD DE L* ARTICLE. 

§ 198. L'article s'accorde en genre et en nombre avec le 
substantif auquel il se rapporte. Ex. : le jour, la nutt 
les nuages, du tonnefre. 

Dans nn sens emphatique, il se met quelquefois au plii- 
riel avec un nom singulier. Ex. : l^s Homers, les Virgik, 

L'usage admeb Tarticle au pluriel avec deux mots au sin- 
gulier qui sont nnis dans la pensee^ et auxquels Tarticle 
se rapporte egalement. Ex. : les pere et mere; les fi^ere et 
soeur. 

L'usage admet encore que Tarticle, suivi de deuxadjec- 
tifs au singulier, soit mis auplariel ainsi que le substantif. 
Ex. : les langues grecque et latiney les deuxieme et trot- 
sieme chapitres. Mais plus ordinairement on r6p6te I'arti- 
de et on le laisse au singulier. Ex. : la langue grec- 
que et la lanmie latins; le deuxieme chapitre et le troisieme. 

Digitized by VjOOQIC 



228 GRAliMAIBE FRAN9AI8E. 

199. L'article, snivi de p/ws, moins, mieuXy forme le 
saperlatif relatif (§ 202, £em. II), et ae construit de deux 
mani^res : 

V II est yariable et s'accorde en genre et en nombre 
avec le snbstantif, qaand un objet est compar6 k d'antres. 
Ex, : le printemps est la plies belle saison de Fannie. 

Entre nos eonemis, 
Les plus a craindre sont souvent les plus petite, (la Fontaine.) 

2^ L'article forme avec plus, moms, mteux une locntion 
adverbiale qui indique le degre sup6rieur d'un objet com- 
part i lui-m6me. L'article est alors du genre neutre, et 
par consequent invariable (Voy. § 200). Ex. : C'est an 
printemps que la terre est le plus belle. 
Le roi dent la memoire est le plus v^nMe, (voltaibb.) 

Une mdme phrase pent, selon le sens, se construire des 
deux mani^res : 



Superlatif relatif: 
Les rois qui sont les plus 
respecUs (c*est-^-dire qui 
sont les plus respectes 
d'entre les rois). 



Superlatif absolu : 
Dans les temps ou les rois 
sont leplus respectes (c'est- 
4-dire au moment ou ils 
sontl'objet desplus grands 
respects). 

[* HiSToiRE. — Oette regie n'^tait pas encore bien 4tablie au 
xvii® siecle. On lit dans Bossuet : « II est venu sarprendre la 
reine dans le temps qa^elle se trouvait la plus heureuse. :» 

De plus, au xyii<> siecle, le substantif accompago6 d'un ad- 
jectif au superlatif relatif n'etait pas toujonrs, comme aujour- 
d'hui, pr^c^de lui-mlme de rarticle; au lieu de Tarlicle, on 
mettait souvent Tadjectif indefini un. Ex, : « Georges Dandin, 
V0U8 faites une sottise, la plus grande du monde, 7> (MOLiftaE.) 
c Elle se preud d'un air le plus ckarmatit du monde aux choses 
qu'elle fait. {Id,) 

De la reunion de Particle partitif et du superlatif relatif est 
venue la locution des mieux^ fort usitee au xvii* siecle, mais 
bl&mee comme « tris-basse » par Vaugelas. On la trouvo ce- 
pendant jusque dans la prose de Racine : « lis cansent des 
mieux, :»] 

* Remarque. — Quand plusieurs adjectife au super- 



y Google 



SYNTAXB DE LADJEOTIF. — § 201. 229 

latif relatif se suivent, on r^pete chaqne foisrarticle; Ex.: 
ce sont les plus peti'ts et lesplus redoutables. 

[* Hi8Tf)iBB. — Au XVI* et au xvii« siecle, la repetition de 
Tarticle n^^tait pas de r^gle en ce cas. Ex. : « La pluis riche et 
belle partie du monde, boulevers^e pour la negociation des 
perles et dupoivre. » (montaigne). « Les plus croels et plus dure 
jentiments. i) (moliere.) o: O'est la plus belle et agr^able 
maison. » (s&vign^.) ]. 

§ 199 bis. * Par suite d'une ellipse, nn article f^minin 
je met qnelqnefois devant nn substantif masculin, et nn 
article masculin devant un substantif feminin. Ex. : Une 
peintnre d la Rembrandt (c'est-^-dire d la mamere de 
Rembrandt); un oiivrage fait a la diable {cesUd-dire a la 
fagon du diable): la Samt-Jean, la Saint-Martin (la fete 
de,.,), du champagne {du vin de,„), 

IV. DE l'aetiglb nbutre. 

§ 200. L'article le sert pour le masculin et pour le 
neutre. Comme nentre, jl est invariable et s*emploie : 

1** Avec les adjectifs et les verbes pris substantivement. 
Ex. : Ze beau, le vrai, le sublime, le manger, le boire ; 

2* Avec quelques locutions et avec les adverbes pris 
substantivement. Ex. : le quant k sol ; le qu'en dira-t-on ; 
sur le tard ; le mieux, le pis ; le plus, U moins ; le pen, U 
trop ; le dedans, le dehors ; le dessus, le dessous ; le oui, le 
son, Is pourquoi, le comment, le combien. 

CHAPITRE III. 

SYNTAXE DE L'ADJECTIF. 
I. Emploi des divers a^ectifs. 

V ADJECTIFS QUALIFICATIFS. 

§ 201. Les adjectifs qualificatifs ne peuvent 6tre places 
h. la suite Tun de Tautre sans une conjouction ou saus une 
?irgule. Ex, : un homme vertuev^ et bon; un homme ver- 
iueuXf bon, charitable. 



y Google 



230 ORAMM^IBE FBAN9AISE. 

Mais ils peuvent s'uiiir directement aax adjectifs deter- 
mioatifs. Ex. : son excellent pere, cet excellent homme, quel 
excellent homme! etc. 

U y a des adjectife qualificatifs qni se placent de prefe- 
rence avant, d'autres qui se placent aprds le substantif. 
On dit : un beaujardm, un grand arbre; un habit bleu, 
une table ronde. 

Quelques-uns changent de signification en changeant 
de place, par exemple : 



bomme bon, c.-d-d. plein de 

bont^ ; 
homme grand, c.-d-d. de 

haute taille; 

homme brave, c.-d-d. plein 
de bravoure; 

homme galant, cM-d. qui a 

de la galanterie ; 
homme honnete, c.-d-rf. poli ; 



homme pauvre, c-d-d. qui 

n'est pas riche ; 
air faux, c.-d-d. dissimule ; 
lirre triste, c.-d-d. qui porle 

k la tristesse ; 
etc. 



et bon homme, c.-a-d. un 
homme un peu naif; 

—grand homme, c.-fl-d. tres 
sup^riear aux autres 
hommes ; 

— brave homme, c.-d-rf. un 

homme bon et obli- 
geant ; 

— ghlant homme, c.-a d. 

d'une gr.uide probity ; 

— honnete homme, c-d-d, 

plein d'honneur, de 
probity ; 

— pauvre homme, c-d-d. 

qui fiit pitie ; 

— faux air, c,-d-d, apparent; 

— triste livre, c-d-d, sans 

m6rite ; 
etc. 



La plupart des adjectifs se placent apres les substantifs 
dans le style familier ; mais ils peuvent, dans le style re- 
lev6, se placer avant. Ainsi Ton dira : 



une action criminelle, 
un projet audacieux, 
des pensees sinistres. 



et une criminelle action, 

— un audacieux projet, 

— de sinistres pensees. 



y Google 



8YNTAXB DB L'ADJECTIF. — § 202. 281 

Vinfaillible refuge et Vassure secours, (malhbrbe.) 
Ge public ennemi, cette peste dn monde. (Id.) 
Par un contraire chotx,.. Par dejalousesiarmes. (racinbJ 
<r C'est asBur^ment la plus belle, la pins surprenante, la 

plus enchantie nouveaute qui se puisse imaginer. » (sevigne.) 
Ebmarque. — Quelquefois, de deux adjectifs, Tun est 

plac^avant, I'autre aprSsle substantif, Ex. /« II vons dira 

bMI j ei un plus honnete homme a la cour, et moins cor- 

rompu. » (SBViGNiS.) 
§ 201 bis, Commele substantif, I'adjectif peut se mettre 

avec ellipse aa commencement d'une phrase, dans leg 

exclamations. Ex. : 

JLdc/ie qui veut mourir, courageux qui peut vivre ! (l. racine.) 
La phrase complete serai t : celui qui veut mourir est 

l&che..., etc, 

Heweux qui, satisfait de son humble fortune, 

Libre du joug superbe o^ je suis attache, 

Vit dans I'etat obscur ou les dieux rent cach6! (j. BACINE.) 

§ 201 ter. * Les adjectifs qualificatifs s'emploient quel- 
quefois substantivement (§ 30), mais surtout an masculin; 
Ex, : le sage^ Yinsense; le juste, Vinjuste ; les bons, les me- 
chants ;\&A vertueux, les vicieux; les predestines, les damnes. 
L'adjectif feminin, pris substantivement, est plus rare. 
Cependant on dit une mariee, une prude, une coquette, 
nne devote, etc. 

[* HiSTOiRE. — L'adjectif employ^ substantivement 4tait, an 
XVII* siecle, d'un usage plus ordinaire qu*aujourd*hui. Ex. : « Ces 
opimd^restrouv^renten lui un impitoyable vengeur. t> (bossuet.) 
« On attirait ces grosHers par les biens temporels. » (IL) « II 
mena des troupes au vietorieux (Alexandre) pendant le siege 
de Tyr. » {Id,) 

Je suis ce tSm&aire, ou plutdt ce vailtant, (coenbillb.) 

Positif, comparatif et superlatif. 

§ 202. Les adjectifs qualificatifs peuveni avoir trois de- 
gr^s de signification' le positif, le comparatif q\, le super- 
Utif (§ 59). 

Digitized by VjOOQIC 



282 aBAlOtAIBE FRAXgAISB. 

Rbmarqub I. — Les adjectifs meilleurj ptre, moindre 
peavent dtre BniylB, comme tons le8comparati&, de la con- 
jonction que, prec^dant le second terme de la comparaison 
(§ 416, 5"). Ayec les comparatifs anterieur, posteneur^ SU" 
perieur^ inferieur^ etc., le second terme de la comparaison 
est marque par la preposition a. 

Les comparatifs majmr et mineur ne penyenjt ni dtre 
precedes de Tadyerbe plus, ni dtre sniyis de que on de a. 

* Sbmabque II. — L'adjectif extreme est nn y^ritable 
snperlatif : ce n'est qne par emphase qn'il admet des 
degres de comparaison. Ex, : 

c Le pech^ est le plus grand et le plus extrime de tons les 
manz. > (bossuet.) « Le retour plus extreme qu'auparayant 
dans le yice. » (massillon.) « Le peuple s'imaginait que la li" 
berte doit ^tre aussi extreme que pent Itre resclavage. » 

(MONTESQUIEU.) 

[* Obigines latines.— ExtrHne vient de extr^mum^ superlatif de 
exterum ^^ont le comparatif est exteriorem^ en fraD9ai8 esct^rieter.] 

Eekabque III. —Les comparatifs meilleur, pire, mom" 
dre, deyiennent des superlati& quand ils sent pr^c6d^s de 
I'article. Ex. : le meilleur homme du monde. On a de mfime^ 
an comparatif : plus sage ; an snperlatif : k plus sage. 

Eemaequb IV. — Le plus, la plus, marquent le super- 
lah'f relatif. Ex. : le plus sage des hommes (Voy. § 199). 
Le superlatif absolu est marque par les adyerbes tres, fort, 
bien^ extremement, etc. Ex. : tres-sage, fort sage, etc, 

[* HiSTOiRE. — Le snperlatif relatif n'a pas tonjonrs ^t& dis- 
tingue, en fran9ai8, du comparatif, dont il ne se distingue que 
parce qu*il est precede de Tarticle. Parmi ]es gramnudriens da 
XVI* siecle, Palsgrave et Ramus sont les seuls qui le signalent. 
Les auteurs du mSme si^cVe paraissent mettre indiff^reinment 
le comparatif et le superlatif relatif. Ex,: c Alcibiade se de- 
guisoit du masque et du manteau plus convenable aux moeuis 
de ceux avec lesquels 11 fr^quentait, et prenait la mine et la 
conienance plus approchante de leur naturel. ]> (amyot.) c Lea 
supplices plus hidevx a voir ne sont pas tou jours les plus forts k 



y Google 



BYKTAXB DB L'ADJECTIF. — § 204. 288 

BOufErir. » (MONTAIGNE.) Ce n'eBt qu'k partir du xvii« siecle que 
le Buperlatif relatif commence a ^tre nettement distingue du 
comparatif. Malherbe bl^ine, cbez Desportes, plusieurs vers oik 
est faite la confusion de Tun avec Tautre, par exemple : 
£t les dernlers eafants sont toujours mieux aimis, 

Vaugelas fait de cette distinction une regie qu'il declare 
<L importanto et neceseaire » dans sa Remarque : Quand Vadjec- 
tif veut un article a part, outre celui du substantif. Cependant 
on trouve encore cette construction tres frequemment chez 
Bossuet et chez Racine. Ex, : 

Chargeant de mon debris les reliques plus cMres. 
Per9ant du ciel les voiles plus obscurs. (RACINB.) 

De mSme cbez La Bruyere : € C'est le succes que Ton doit 
mains se promettre. » 

Eemarque v. — Ptre s'emploie ayec les substantifs 
masculins et feminine ;^t$ est nn nentre qui s*emploie iso- 
l^ment on comme attribat. Ex. : Le pis c'est que...; qui 
pzs est. 

[ Orioines latines. — On reconnait ici la difference des ad- 
jectifs latins pejorem et pejus.] 

2** ADJECTIPS D^TERMINATIFS. 

I. Adjectifs numiraux. 

§ 203. Les adjectifs ordinaaxs'emploientsonyent^soit 
an nentre^ soit ayec ellipse de quelqne substantif. Ex. : 
payer U dixieme^ le vingtieme de son reyenu (ici Tadjectif 
est an nentre); il^tait le premier, le second surlaliste 
(on souB-entend ileve on tout autre mot); habiter an se- 
cond (on sons-entend etage) ; cet ^lier est en seconde 
(crd'd. dans la seconde classe). 

§ 204. Les adjectife cardinaux s'emploient pour les ordi- 
nanx dans trois cas : 

V Pour designer une heure, une date. Ex.: il est une 
heure ; deux heures; Tan mil huit cent soixante-seize; le 
6fet^ Janvier, le^ro/s, etc.; nous partirons le deicx, le troisy 
le dix, etc. ; 

2'' Pour d^gner la page, le livre, le chapitre d'un 
onvrage. Ex. : k la page vingt; k la pagn ^cent; an livre 
quatre; an chapitre cinq. 

Digitized by VjOOQ iC 



284 GRAMMAIBE FBANCAISE. 

S"* On se Bert encore da nom de nombre cardinal pour 
indiquer le rang d'nn sonverain dans one dynastie 
(excepts pour le premier). Ex, : Louis qtmtorze^ Louis 
qumze, Louis seize. 

Remabqub L — Employes ainsi, vingt et cent sont ton- 
jours inyariables. Ex. : k la page cinq cent. 

Rbmabqub II. — L'adjectif ordinal premier n'est jamais 
remplac6 par Tadjectif cardinal un. On dit : page pre- 
miere, Frangois premier, le premier du mois, etc. 

[* HiSTOiRE. — I/emploi des adjectifs cardinaux pour les 
adjectifs ordinaux est ud veritable solecisme, qui s^est peu k peu 
introduit dans la langue depuis le xvii« siecle, par rinfluence 
de Tusage populaire. Vaugelas protestait contre cette maniire 
de parler : « Quelle grammaire et quel menage de syllabes est 
cela? » Selon lui, la regie etait de dire : Louis XIV*', le 13*^ mai, 
le 20* juin. Mais il reconnalt que d6ja « le grand usage sem- 
blait de son temps autoriser » Temploi des adjectifs cardinaux 
dans ces sortes de phrases.] 

II. Adjectifs possessifs. 

§ 205, L'adjectif possessif n'a pas besoin, en fran^ais, 
d'etre accompagn^ de Tarticle. Mais il est soumis k quel- 
ques-unes des regies de rarticle,qaiqneIquefoiBleremplace. 

1** Comme Tarticle (Voy. § 195), Tadjectif possessif 5on, 
saj ses, leur, leurs doit se rep^ter devant chaque substantif. 
Ex.: leur bonne on leur mau^aise fortune. 

2*'0omme Tarticle (Voy.§ 196), cet adjectif doit se repe- 
ter derant deux adjectifs unis par et, quand ils modifient 
le m6me substantif, mais ne se rapportent pas au m^me 
objet. Ex. : les nouveaux maries doiyent aimer hur an- 
cienne et leur nouvelle famille. 

3° L'article s'emploie k la place de Tadjectif possessif, 
d'abord quand on I'accompagne d'un pronom personnel 
employ6 comme complement direct on indirect (Ex.: II 
m'abless6 a la tete, 7ous7»'avez fait mal au bras) ; en second 
lieu, quand le rapport de possession est assez clairement 
^tabli par le sens g6n6ral de la phrase ; ce qui arrive 



y Google 



8YNTAXE DE L'ADJSOTIF. — § 205. 385 

aprfes les yerbes refl^chis, et lorsque le sa jet de la phrase 
represente le possesseur. Par exemple on dira : 

il s'est cass6 la jambe, 
j'ai mal k la tele, 
j'ai les yenx malades, 
il y a perdu la vie. 



et non: sa jambe; 

— k ma t^te ; 

— mes yeux ; 

— $a vie. 



Cette r^gle n'est cependant pas absolue. Ainsi Ton dit : 

ie passe mes jours ) , , ... 
•:, ^ .'' J dans la retraite. 

il passe ses jours ) 

Quand on veut insister sur le rapport de possession, on 
exprimer une sen«ation habitnelle du sujet, on doit em- 
ployer Tadjectif possessif. Fx. : Je I'ai yu de mes yeux. 
— Elle a sa migraine. — II est incommode de son bras. 

{* HiSTOiRE. — On trouve, au xvii* siecle, {'article employe 
tres frequemment pour Tadjectif posse sRit Ex. : 

Peuples, qu'on mette ear la t^te 

Tout ce que la terre a de fleurs. (malhbbbe.) 

Toutes les fois que j'arrSte les yeux 

A voir les ornements dont tu pares les cienx. (Id.) 

Mais on rencontre aussi Tadjectif possessif dans des endroits 
0^ noiis mettrions plutdt Tarticle. Ex.: 

Qui voudrait Clever sa voix? (bacike.) 

€ n re9ut sur sa t^te on coup de sabre. » {Id.) 

Remaeque I. — Les adjeetifs possessifs mien, tien, sien 
ne s'emploient deyant un nom que dans le langage familier. 
Ex. : un mien parent, un sten ami. Encore n'emploie-t-on 
guere ainsi que mien et sien. 

An contraire, ces adjectift s'emploient apres un subs 
tantif ou un pronom dans le style soutenu. £x. .* 
Vous oerez toute ndtre- (cobkeille.) 

Recevant comme siens Tencens et les cantiques. (la Fontaine.) 

Je donne cette raison non comme bonne, mais comme 
mienne. (Diet, Acad.) 

Remarque II. — Quand on parle d'une chose, d'un objet 
inanime, on remplace, en general, duns le complement 



y Google 



286 GBAMMAIBB FRAXgAISF.. 

direct, Tadjectif possessif par le pronom en et Tarticle. jEu. : 
J'ai vn cette ville, et yen ai admiri la beauty. 

Toatefois, dans le style Bontenn, et quand les choses 
sont consid^rfes comme personnifi6es, on pent employer 
Tadjectif possessif. Ex. : 

«[ Nous anticipons TaTenir comme pom: biter son cours. ]» 

(pascal.) 

c Oe plan n'est pas encore le style, mais il en est la base ; il 
le soutient, il le dirige, il r^gle son mouvement. ]> (buffon.) 

De plus, quand il fait partie du complement indirect, 
i'adjectif son, sa, ses s'emploie m6me avec les noma de 
vhoses. Ex. : j'ai vu cette yille, et j'ai admire la beaute 
ie ses monuments. 

On emploie encore son, sa, ses, quand cet adjectif fait 
partie du sujet de la proposition ou s'y rapporte. Fx. : 
vous rappelez-vous cette ville? Ses promenades sont admi- 
rables. — Cette yille a ses agrements. 

III. Adjectifs demonstratifs. 

§ 206. Pour indiquer la proximity ou Teloignement de 
h personne on de la chose que d^signe I'adjectif demons- 
tratif ce, on ajoute souvent k cet adjectif les adverbes ci 
et la, qu'on place apr^s le substantif en I'y joignant par 
un trait d'union. Ex. : 

cet arbre-c* (pour indiquer un arbre tr^s-rapproch^) ; 

cet arbre -Za (pour indiquer un arbre un pen ^loigne). 

IV. Adjectifs interrogatifs et conjonctifs. 

§ 207. On a vu (§ 66) que le m^me adjectif pent 6tre, 
oelon la construction, conjonctif, interrogatif ou exclamatif. 

Eemarque I. — Quel est conjonctif seulement dans la 
locution quel que. Ex. : quel qu il soit. 
Venez maintenant, pecbeurs, quels que vous soyez. (bossuet.) 

[* HiSTOiRB. — Au XVII® siecle, on employait le pronom qui 
au lieu de Tadjectif quel, et Ton dieait : qui qu'il eoit. Ex.: 
Qui gu'U soit, znSme prix est acquis k sa peine, (cobheille.)] 

Digitized by LjOOQ IC 



SYNTAXE DE L*ADJECTir. — § 208. 237 

Rbmaeque IL— L'usage fl'e&fc etabli en fran^ais de rem- 
placer par le pronom neutre que Tadjectif interrogatif 
quel, quand il sert d'attribat k an nom on & un pronom 
personnel employ^ comme snjet. Ex. : Que deviendrai-je ? 
Que deviendrez-Yons? Que deviendront-ils? 

[* HiSTOiBE BT Orioines latines. — La langue da xvii^ ei^cle 
^tait pins fidele i Tetymologie latine. Elle employait quel 
(qualem) dans des locutions oti nous le remplaceiions par quij 
ce quCf etc. Ex. : 

...Et quel devins-je, Areas, 
Quand j'entendis oes mots prononc^s par Calchas? (racine.) 

Quel il m*a vu jadis, et quel il me retrouve 1 {Id.) 

Ah ! Yons ne savez ga^re quelle je sois ! (la Fontaine.) 

[Gbammaibb comparative. — Etymologiquement, quel se 
rattache k qualem; mais, pour le sens et Temploi, il represente 
aussi quantum et quotum. Ex. : quelle trreur; quantus error? 
quelle hiure est-il? quota hora eU?] 

V, Adjectifs indi finis. 
Aucun. 
§ 208. 1. — Aucun. — Voy. un, ci-dessous, an n** 11. 

Autre. 
1 bis. — Autre e'emploie s^par^ment on en oppoaitior 
ayec Tadjectif ind^fini un. 

1. S^parement, aw^reale sens contraire k celuidemme. 
II pent s'employer d'nne manifere absolue, avec ellipse des 
snbstantifs homme, femme. Ex. : un autre, une autre, i'au- 
t7*es ; V autre, les autres. 

On apprend a burler, dit Vautre, avec les loups. (racineJ 
Comme Tadjectif meme, il pent 6tre suivi de que. Ex. : 

c II n'a S! autre r^gle que ses passions^ d! autre mattre 
que ses d^sirs^ A*autre dien que lui-mSme. » (hassillok.) 

II se joint aux pronoms de la 1" et de la 2^ personne du 
pluriely pour ^tablir une distinction. Ex.: nous autres^ 
vous autru* 

y Digitized by VjOOQ IC 



238 GBAMMAIRE FRAN9AISE. 

II forme plusienrs idiotismes et des phrases elliptiques; 
Ex. : k A'autresI (c.-d-rf. allez dire ces sottises a d'autres 
qu*^ moi) ; il n'en fait jamais Hautres {c.d-d. il ne fait 
jamais d'antres sottises, d*antres maladresses, etc.)* 

II peut se r^p6ter pour marquer une opposition entre 
deux objets. Ex. : « Autres sont les temps de Moi'se, atUres 
ceux des rois. » (bossuet.) 

II entre dans quelques locutions elliptiques et prover- 
biales. Ex. : autres temps, autres moeurs; iCautres temps, 
d'autres soins. 

II. Pr6c6d6 de Tarticle, il s'emploie d'une manifere ab- 
solue, c'est-i-dire sans substantif, et a'oppose k Tadjectif 
ind^fini un, employ^ de la m6me mani^re et plac6 dans 
une autre proposition. Ex.: 
Uun ne veut pas de mattre, et Vautre pas d^^gal. (corneille.) 

Uni, dans la m^me ^oposition, k Tadjectif un, il peut 
se constrnire de deux fayons diffi^rentes : 

1** II forme la locution fun et f autre, dans laquelle la 
conjonction et unit les adjectifs ind^finis un, autre, pour 
en faire bn adjectifindefiniqai signifie tousles deux. Ex.: 
Betenez yds larmes I'un et Vautre. (bacine.) 

Bemabque I. — Dans cette locution, toute proposition 
placOe devant Vun doit ^tre r6p6tee devant Vautre, lorsque 
les deux objets sont considOrOs comme distincts. Ex.tJ'ski- 
merais Ogalement k habiter dans tune et dans Vautre ville. 

Mais la proposition peut n'Otre pas rOpetOe, si les denx 
objets sont rOunis par la pensOe en une sorte d'idOe col- 
lective. Ex.: 

Bans fune et Vautre armOe. (oorneillk.) 

Remaeque II. — DemOmeque Ton dit Vun et Yautre^ on 
dit niCun ni Vautre. Avec cette derniOre locution, la pre- 
position doit toujours Otre r0p6t6e. Ex, : m dans Tune td 
dans Vautre armee. 

2° La locution Vun.., Vautre est un pronom indefini qui 
exprime la rteiprocitO^ et dans lequel Vun est Bttj9$, Vautre 

Digitized by VjOOQIC 



SYNTAXB DE L'ADJECTIF. — § 20& 233 

est complement. Aussi les propositions portent-elles nni- 

qnement snr F autre. Ex.: lis se reposent Tan swr Tautre. 

Certain. 

2. Certain^ employe comme adjectif indOfini, prOc^de 
ton jours le substantif. An contraire, certain, employ^ 
comme adjectif qualificatif^ le suit ton jours. Ex. : 

Indefini: I ' Qualificatif : 

De certaines choses. | Des choses certaines. 

Ghaque. 

3. Chaque est un adjectif qui s'emploie pour le mas- 
culin et pour le feminin (au singulier), et qui aocompagne 
toD jours un substantif. Ex.: chaque personne, chaque chose. 

M5me. 

4. Meme a deux sens : 

1** S'il est pr6c6d6 de Tarticle, il indique FidentitO on la 
comparaison. Ex,: ce sont ton j ours les mimes hommes; 
ces hommes sont toujours les memes. 

2"* S*il est sans article, il dOsigne plus expressOment les 
personnes et les choses. En ce sens, il se place apr^s les 
noma ou les pronoms, et se rattache aux pronoms par un 
trait d'union. Ex. : La vertu meme;moi'm€me, eux-memes, 

[* HiSTOiBE. — Au xvii« siecle on pla^ait m^me indiff6rem- 
mentavantou apr^ les substantifs. Ex.: 

Sais-tu que ce yieillard fat la mime vertu? (cobnbille.) 

Mais cet adjectif, place ainei, prOsentait nne ambignitS de 
sens, qa'on evite en le pla9ant quelquef ois apr^ le substantif 
m6me^ place avant le sobstantif, correspond au latin idem; 
apres le substantif, il correspond k ipse.\ 

Remarque I. — Meme, pr6c6d6 de Tarticle et suiyi de 
que, sert k marquer : l"" la comparaison, 2'' Fidentitd. 



1^ comparaison : 
« Notre nation n'est point ex- 
cit6e k faire les m^mes efforts 
que les Grecs. » 

(fAnelon.) 
(II y a comparaison entre 
noire ntHian et les Grecs,) 



2o identiti: \ 

u Les arbres portent les mi- 
mes fruits gu'ils portaientily a 
deux mille ans. » 

(F^mELON.) 

(H y a identity entre lea 
&uitB d'anjourd'hui et ceux 
d'll y a deux milla am.) 

Digitizfed byCjOOQlC 



f 40 GRAMHAIBE FBAN9AISE. 

[* Grammaibe C50MPARATIVE. — Cette difference de sens est 
rendue en latin par une difference de conetraction : idem ac ou 
atqtie marque la comparaison, et idem qui marque Tidentite.] 

Bemabque II. — Meme, employ^ sans article, se dit 
qnelquefois adyerbialement dans le sens de encore, aussi, 
deplus; 11 est alors neutre efc reste invariable. Fx. : 

L'illustre maison de la Tour-d*Auvergne, qui a donne des 
mattres k l^Aquitaine, des princesses ^.toutes les cours de TEa- 
rope, des reines m^me k la France. (bossuet.) 

On pent qnelqnefois mettre indiffi&remment mSme 
adjectif (avec accord), et mhie adrerbe (sans accord), jKp,. • 

...Votre front prSte 4 men diad^me 

Un ^clat qui le rend respectable aux dieux mime, (kaoinb.) 

Le sens admettrait ^galement : l** aux dieux mSme 
(mdme anxdienx); 2^ anx dieux memes (anx dienx enx- 
m^mes). 

[* HiSToiRE. — La difference entre mime adjectif (avec 
accord) et mime adverbe (sans accord) n'^tait pas encore tres 
bien ^tablie au commencement du xvii« si^cle. Cost Vaugelas 
qui en a fait une r^gle : a: Un de nos meilleurs poetes, dit-il, a 
Mlli quand il a dit : 

Les immortels ettx-mime en sent persecutes. 

^ II n'y a point de licence poetique qui puisse dispenser de 
mettre des 8 au pluriel. ]» En general, au xvii^ siecle (comme au 
xn*), on mettait une s k mimes employe adyerbialement. Ex. : 

Ici dispensez-moi du recit des blasphemes 

Qa'ils ont Tomis tons deux contre Jupiter mimes. (COBNEILLE.) 

Et m^mes k mes yeux cent sujets d'en avoir (du chagrin) 
S*offrent le plus sourent, que je ne veux pas yoir. (MouisttE.) 

Que si mimes un jour le lecteur gracieux... (boileau.) 

NuL 

5. Nulf pris comme adjectif indefini, se met avant le 
dnbstantif on s'emploie sans snbstantif ; 11 doit toujonrs 
Atre accompagn^ d'nn adverbe n^gatif. Ex. : nul homme 
n'est content de son sort. — Nul n'est content de son sort. 

Mais, lorsqne nul est pris comme adiectif qnalificatifi 

Digitized by VjOOQ iC 



SYNTAXE DE L^ADJECTIP. — § 208. 241 

il 86 met aprte le substantif et s'emploie sans adyerbe de 
negation. Ex, : testament nuly mariage nuL 

Plusieurs. 

6. Plusieurs est nn adjectif pluriel, qui se prend pour 
le masculinet le fi^minin. II pent s'employer d'une mani^re 
absolue, avee ellipse des substantifs Aommes, femmes.Ex.: 

K VoiiB 6tes ^tabli pour la perte comme pour le salut de 
plusieurs. -» (massillon.) 

* Rehabqxje, — Dans le m^me sens, on pent employer, 
an singnlier et an plnriel^ Tadjeetif matnt, 

{* HiSTOiRE. — L'adjectif maint commence k vieillir, et no 
s'emploie plus gu^re que dans le style f amilier. Au xvii* si^cle, il 
s'employait f requemment en p^^sie^ m6me dans le style le plus 
relev^. Ex.: 

Maint po^te aveugl^ d^ane telle manie. (boilbau.) 

Dans maints et maints combats sa valeur ^prouv^e. (cobneille.) 

C'est un des mots que La Bruyere regrettait de voir dispa- 
raitre du bel usa^e : « maint est un root qa'on ne devrait jamais 
abandonner. » (Chap. Be quelques usages*)] 

Quelconque. 

7. Quelconque s'emploie ponr le mascnlin et le fiSminin 
efe pour les denx nombres. Ex. : denx points quekonques 
^tant donnes. 

[♦Origines latinks.— Cette orthographe est d'autant plus k 
noter qu'clle est contraire a Tetymologie latine, d'apres laquelle 
raccord devrait se faire non k la fin du mot, mais au milieu. 
Ex. : qualemcunque, qualescunque.] 

Quelque, quel que. 

8. 1. Quelque s'emploie pour le mascnlin et le fi§minin 
et pour les deux nombres : 
Quclques crimes ton jours precedent les grands crimes, (racinb.) 

Remabque. — Quelque s'emploie au nentre adverbia- 
lement dans le sens de environ, devant nn adjectif nu- 
meral. Ex. : 

a J'ai quelque soixantfi ans. » (racikb.) 

OODBf »UF. 14 

Digitized by VjOOQ IC 



242 aBAMMAIBE FBAN^AISE. 

II. L'adjectif quelque, saivi d'un sabstaatif et de gue^ 
forme nne proposition sabordonn^e ^qnivalant k quelle que 
sott la personne on la chose que, dont, a qui Ex. : 

Quelque sujet qu*on traite, ou plaisant ou sublime, 

Que toajours la raison s'accorde avec la rime. (Boilbau.) 

« De quelque superbe distinction que fc flattent les hommes, 
ils ont touB une m4me engine, et cette origine est petite. :» 

(BOSSDET,) 

Quelque s'accorde alorsavecle substantif qui le bvliLEx. : 
Prince, quelques raisons que vous me puissiez dire, (racine.) 

Remarque I. — II ne faut pas confondre^we/^^we, adjectif 
ind^fini, avec quel que, adjectif conjonctif, qu'on a yu 
plus bant (§ 207, Rem. I) ei qni est toajours suiyi des 
Ycrbes elre, paraitrcy sembler, etc. ( au subjonctif ). Ex. : 
quelle que soil la l^g^ret^ des enfants^ ils ne sont pas inca- 
pables d'application. Qt^elle queparazsse etre sa science^ 
elle est fort linxit^e. 

Remarque IL^Quelque, suivi d'un adjectif et de que, 
est tantdt adjectif, tant6t adverbe : 

1^ Quelque est eu general adjectif, et, par consequent, 
sujet k Taccord, quand I'adjectif qui le suit est lui-m6me 
imm^diatement suivi d'un nom; ce second adjectif semble 
alors de pen d'importance, et si 6troitement uni au sub- 
stantif qulls ne forment ensemble qu'un seul et m6me 
nom, d6tormin6 par quelque. Ex. : 

Mais, quelques vains lauriers que promette la guerre, 
On peut 6tre h^ros sans ravager la terre. (Boileau.) 

< Quelques grands avantages que la nature donne, ce 
a'est pas elle seule, mais la fortune ayec elle qui fait les 

h^ros. » (la ROCHEFOUCAULD.) 

C'est comme si Ton disait : quotque la guerre |»:omette 
de vains lauriers; — quotque la naissance donne de grands 
avantages.., » 

2*" Quelque est toujours adverbe ou neutre^ et reste in- 



y Google 



SYNTAXE DB L'ADJECTIP, — § 208. 243 

variable, quand Tadjectif qui le suit esfc lui-m^me suivi 
d'un verbe comme Stre, paraitre, etc. (an subjonetif). Ex,: 

« Quelque m^chants que soient les hommes, ils n'oseraient 
parattre ennemis de ]a verta. » (la Rochefoucauld.) 

— Quelque est adverbe, a plus forte raisoD, quand il precede 
un adverbe. Ex. ; a Les mechants trouvent Dieu partout, 
quelque maiin qu'ils se levent; quelque loin quils s'ecartent, 
sa main est sur eux. ]> (Bossuet.) 

— Quelque est ^galement adverbe, quand il est suivi 
d'uu adjectif et d'un nom formant ensemble un seul et 
m^me qualificatif, et qu'il est construit avec le verbe 
elre. Ex. z Quelque braves soldats qu'ils soient ; quelque 
bons ecrivains qn'aient ^t6Eacine et Boileau. C'est comme 
si Ton disait : « Quoiqu'ils soient heaves soldats ; quoiqui\s 
aient M bom ecrivains » ; ce n'est pas comme si Ton di- 
sait, ainsi que dans la r^gle pr6cedente (1*^) : cc quoiqu'ils 
soient soldats, ecrivains... » 

Ebmabqub III. — ^we/j-we, adverbe, correspond k la lo- 
cution conjonctive si... que. Ex. : St mechants que soient 
les hommes... Si braves soldats ^t^'ils soient. 

[Grammaire comparative. — Quelque y adjectif , repond aux 
adjectifslatinsgwwgMw, quicunque, qualisamque ; quelque, ad- 
Terbe, 4 quantumvis ou quamvis. — Etymologiquement, il est 
form6 de quel et de que,] 

Tel. 

9. Tel a plusieurs sens et s^emploie aveo diverses cons- 
tructions : 

I. Tel indiqne la similitude. En ce sens, on le trouve 
reul ou Tip6t^. Ex. : 

Telle est la vie de la plupart des hommes. — Tel p^re, 
tel fils. 

a Tous sent connaissenrs on passent pour tels. ib (la bruyIire.) 

II. Suivi de la conjonction que, tel exprime soit la simi- 
litude, soit le degr^ de force ou de valeur. 

Digitized by VjOOQ IC 



244 GEAMICAIBE FBAN9AISE. 

l"" Tel ezpnme la similitude, et, dans ce cas, le que in- 
diqne nne comparsison. Ex, : 

« La voili telle que la mort nous Ta faite. » (BossuetJ 

Cette location est trSs nsii^e dans les comparaisons 
poitiques. Tel y est ordinairement repet^. Ex. : 

Telle qu' ane bergere, aux plus beaux jours de fSte, 

De superbes rubis ne charge pas sa tSte, 

TelUf aimable en son air, mais humble dans son style, 

Doit eclater sans pompe une Elegante idylle. (Boilbad.) 

^ [* Obigines latines et Histoirb. — Tel ywc, indiquant simi- 
lilude, correspond au latin qucUiSy et, d'apres quelques gram- 
mairiens, devrait s'accorder, non avec le premier terme de la 
comparaison, mais avec le second ; ainsi il faudrait ecrire : 
c Tek que des loups ravissaDts s'elancent dans Tombre, telle 
s'avan^ait la troupe des Troyens. » Cette coDStruction serait en 
opposition avec Tusage actuel, mais conformo a celui dn xvii* 
siecle. Ex, : 

Un jeune enfant, convert d'une robe 6clatante, 

Tels qu'on volt des Hdbreux les pr4tres rev^tus. (BACINJ5.)] 

2^ Tel marqne le degr6 de force, de valeur, et, dans ce 

cas, le que indique une consequence. Ex, : 

Sa bonte est telle gu'il se fait aimer de tons. 

Ou : 

Telle est sa bonte qu'il se fait aimer de tous. 

[* Histoirb. — Tel que s'est aussi employe pour Tadjectif 
conjonctif quel que (§ 208, Rem. I), qui indique toujours une 
supposition. Ex, : 

Oe grand choix, telqu'il soit,peut n'offenserqnemoi. (VOLTAIBB.) 

cc On prouve tr^s bien k cet enfant que cette religion , telle 
qu'eUe soit, est la seule veritable. » (j.-j. roussbau^ L'osage 
n'a pas consacr^ cette locution, et TAcademie la condamne.] 

HI. Tel quel eat une locution elliptique qui tient lieu de 
I'adjectif tel que, employ^ dans son sen^ comparatif et 
suivi du verbe etre. Ex. : 

JeyouBvendsTotreliYTe tel queU , . i j- * i ^-izl -x 
yai ei6cut6 le marcW telquelf *'***^"^* telqutU\»xi 

Digitized by VjOOQIC 



SYNTAXE DE L-AUJECTIP. — § 208. 245 

c Ce reste tel quel va disparaitre ]» (bossuet), — o'est-li-dire 
ce reste tel qu'il est. 

[ * Origines latines et Histoibe. — On retrouve dans oette 
locution la forme latine d^otl elle est tiree : talem qualem. EUe 
est la mSme que la locution tel que exprimant la similitude^ et 
e'employait autrefois dans tous les cas oh Ton emploie aujour- 
d'hui cette demi^re. On disait, non : « Ce livre tel qu*i\ ^tait, » 
mais : <i tel quel il ^tait » — Quant a tel que, iodiquant le deffr6 
de force et la conseqaence, c'est le talem,,, ut des latins. J 

4^ Pris absolament, sans sabstantif, il a nn sens tout k 
fait ind^termin^, et signifie un homme. Ex. : 

Tel qui rit vendredi, dimanche pleurera. (racine.) 

Tout. 

10. — I. Tout est un adjectif qui se place avant Tar- 
ticle on avant nn autre adjectif, mais apres les pronoms 
personnels. Ex. : totis les hommes ; ioutes vos bonnes re- 
solutions ; vous tous, eux tous, 

11. Employ^ sans article^ il donne au substantif on sens 
plus vague. Ex. : 

Tout animal n'a pas toutes propriet^s. ( la Fontaine.) 

( Oe qui signifie : nn animal quelconque n*a pas des pro- 
priet^s quelconques,) 

En toute chose, il faut considerer la fin. (la Fontaine.) 
a La sotte gloire est de tout pays. > (m°^« de sAviqnA.) 

Remarque. — L'emploi on Tomission de I'article a le 
mdme effet dans les locutions tous deux et tous les deux, etc. 
Seionlaplupartdesgrammairiens, tous deux, tous trois,etc,, 
indiquerait lasimultan^ite ; tous les deux, tous les trois, etc., 
marqnerait Taction s^paree. L'usage et I'antorit^ des bons 
ecrivains ne justifient pas tout k fait cette distinction. Ce 
qui est vrai, c'est que celles de ces locations ou entre 
Tarticle ont un sens plus precis. Ex. : 

a Cette clemence, dont on fait une vertu, se pratique tantdt 
par vanity, quelquefois par paresse, souvent par crainte, et 
quelquefnig par tous les trois ensemble^ » (la Rochefoucauld.) 

COURS SUP. 14. 

Digitized by VjOOQIC 



2i6 GRAMMAIRE FRANfAlSE. 

« C'etait iin homme furieuz^ par zele ou par esprit de parti, 
oa par tons hs deux ensemble. » (voltaire.) 

c Tons trois (Galba, Vitellias, Othon) perirent dans les 
guerres civiles. » (boileau . ) 

III. Qaand tout est accompagn^ de plnsienrs snbstantifs, 
on pent ne mettre Tarticle que devant le premier. Ex. : 

« Tom les documents et materiaux doDt j'aurais besoin » 

(J.-J. ROUSSEAU.) 

Mais si Ton veut appnyer d'ayantage sur chaqne mot, on 
r^p^te I'article, surtout quand les noms sontde genres 
dilferents. 

« H ^tait au-dessns de louB ces vains objets qui forment tous 
(es deeirs et toutes les esperances des hommes. ]> (massillon.) 

IV. L'adjectif tout peat s'employer d'une raani^re ab- 
Eolue, sans substantif : 

1* An pluriel masculin, et plus rarement au pluriel 
ftminin. Ex. : il est affable pour tous et pour toutes; 

2<* Au singulier neutre. Ex. : le tout est plus grand 
qu'une de ses parties ; c'est un homme k tout faire ; ces 
deux choses different du tout au tout; Hen du tout, 
* V. Tout pent aussi etre employe comme substantif; son 
pluriel est alors distinct de celui de Tadjectif masculin 
(tous). On 6crit : « Plusieurs touts distincts les uns des 
autres. » (Did. Acad. ) 

"VI. Tout, au genre neutre, s'emploie comme adverbe, 
et se place devant un adjectif ou un autre adverbe, ou 
une locution adverbiale. Ex. : Des femmes tout eplor^es, 
tout ei larmes ; la piece est tombee tout k'pls.t. (Diet. Acad.) 

Remarque I. — R^gulierement, tout, employ^ adver- 
bialement, devrait rester invariable. Mais, par euphonie, 
/ s'accorde avec le substantif, quand il est suivi d'un 
adjectif feminin commen9ant par une consonne ou une A 
aspiree. Ex. : Elle est toute malade, toute honteuse. 

Remarque II. — D'ailleurs, tout, plac6 devant un adjec- 
tif ou une locution adverbiale, n'est pas ton jours adverbe. 



y Google 



SYNTAXB DE L'ADJBCTIF. -- § 208. 247 

, II est adverbe, lorsqu'il signifie tout a fait, II est adjec- 
fcif, efc, comme tel, soumis k Tacord, lorsqu'il indique la 
tofcalit6. Ex. : € la forSt lai parat toute enftamm^o. La 
maison 6tait toute en feu; une armare (oute d*acier. » 

(Diet. Acad,) 

Nos oiseaux sont tout en vie n'a pas le m^me sens qut 
nos oiseaux sont tons en vie, 

L'Academie fait observer qu'une femme pent ^crire 
« je snis tout k yons, » et « je sais toute k vons. i> Dang 
le premier cas^ c'est nne formule de politesse, dans le se- 
cond, une protestation de denouement. 

Rbmahque III. — Devant Tadjectif Au^re, tout signi- 
fiant tout a fait est adverbe, et par consequent invariable. 
Ex.: 
a Vous meritez sans doute une tout autre dcE^tin^e. » (molijebe.) 

Mais, devant autf^e^ il pent aussi avoir le sens ind^ter- 
min6 qu'il a, comme on I'a vu plus haut (II), devant les 
Bubstantifs non pr^c^d^s de Tarticle. II signifie un autre^ 
nimporte lequel. Alors il reste adjectif et variable. Ex. : 
c Toute^ autre place qu'un tr6ne eflt 6le indigned'elle. i (bosbdbt.) 

Remarque IV. — Tout pent encore s'employer adver- 
bialement devant les substantifs pris comme qualificatifs 
et tenant lieu d'adjectifs. Ex. : 
« Le cbien est tout z^le, tout ardeur, tout obeissance. ]> (buffon ) 

Mais il est aussi sujet k I'exception enoncSe k la Re- 
marque I. Ex. : Dieu est toute bont^. 
Oependant on dit : une 6tofie tout laim, tout soie. 

Remarque V. — Tout, pris adverbialement, est son- 
vent suivi de la conjonction que, dans le sens de juelque,., 
que. Mais, k la difference de quelque, ils'emploie aveoZ'in- 
dicatif, parce qu'il a un sens plus affirmatif, Ex. : 

« II me semble que je vois ce coenr, tout insensible quHl est, 
so i*eveiller et s'attendrir a cette parole I » (FLiksHlER.) 

Digitized by VjOOQIC 



248 G&AMHAIBE FBAN9AISE. 

UlL 

11. f/n, pris conune adjectif inddfid, et pr6cW6 de I'ar- 
liole, s'oppose souvent k autre. (Voy. plus haut, 1 biSy II.) 

Un g'emploie avec pas et ne dans le sens negatif. Ex. : 
II nj a pas une &me. 

RBiiARQUE I. — Pas uTif sans I'adverbe negatif ne, peufc 
devenir synonyme de quelquun, un seuL Ex. : 

Si j'en connais pas un^ je veux ^tre etrangle. (racike.) 

Mais^ dans lei reponses, il a tonjonrs le sens negatif. 
Ex. : reste-t-il quelques fusils ? — Pas un. 

BsMABQUE II. —Le plnriel deTadjectif indefini un, qui 
esi iesj se sapprime apres la preposition de. Ainsi Ton dit 
an singulier : il a la reputation d'un homme sage; et, an 
plaridl : ils ont la reputation d'hommes sages. 

(* HifiTOiBfi. — De m^me que pour Particle (Voy. § 194X 
il y'a Gu^ au zvi* et au xvii" siecle, indecision sur ies regies 
de I'emploi ou de romission de Tadjectif ind^fini un. 

Ezemples de cet adjectif ezprim^ o^ nous romettrions : c Par 

une mani^re de remercirnent. >: (A-MYOT.) ^ Pius, unepeau d'un 

d^atti de trois pieds et demi, remplie de foin. y> (holierb.) 

Et Von sait cequeVest qa*wncourroaz d'un amant. {Id.) 

Ezemples de Tadjectif iadefini omis oh. nous Ies mettrions : 

Piiisqu'*^ si beau dessein mon d^sir me con vie. . . (halhebbs.) 

u Les Tices se font guerre pei^pituelle. » [Id.) 

« Homfereaappel^unedes Gr&ces Pasithee, etlui a donn4mart\j>(Id.) 

if^e icia me r^arde. (cobneille.) 

Tu vols si c^est mensonge, et si j'en suis ravie. (molibbe.) 

Daus rancienne langue, et jusqu'au milieu du xvii* si^le, 
'm s^employaic aussi comme pronom ind^fini. Ainsi on lit dans 
Amyot : c Un qui confesbo rinjarier y^^ et dans Malherbe : c Je 
ne 89ay point de gre a un qui tieut hotellerie de m'avoir log6. » 
^ AiMsi ne f ais-je a un qui, donnant a manger a toute une yiIlC| 
m^a mis en un rang d'ou il n*a excepts personne. ]» 

On lit mSme dans l^s oeuvres en prose de B^"^ *^ : c Un qol 
n^avalt jamais sorti de Gorinthe... 3>J 

Digitized by VjOOQIC 



SY^'TAXE DE L'ADJECTIF. — § 208. 249 

11 bis. L'adjectif iudefini aucun, forrn^ du precedent, ale 
sens de quelquuriy lorsqu'il n'est pas accompagn6 d'un ad- 
verbenegatif ;mai8il ne s'emploie plusgufere en ce sens que 
dans les phrases interrogatives on dubitatives. Ex. : de 
tons ceux qui se disent mes amis, aucun m'a-t-il secouru? 
— Je doufce qu'awcMn de ces arrogants fasse ce qull dit. 

Ont-ilsdans notre arm^e aucun comman dement ? (coriieille.) 

(Originesiatinesbt Histoire. — Amcmu, anciennement o/gwn, 
a/cMW,vientdeaZigMew unum (quelqv'un^, et par consequent, n'a- 
vait nullemeut,^ l*origine, le seDS negatif. — Dans Tancien fran- 
^ais on dieait aucans et quelquefois d'aucuns, pour quelques-uns, 

Ex. : « Aucuns disent » (montaignb.) Oa trouve encore 

en ce sens chez La Fontaine : * 

PhMre etait si sttccinct qn^ aucuns Ten ont blto6.] 
Aucun est, du reste, plus ordinairement employe avec 
ane negatiofl ou une locution restrictive comme sans. Ex. : 
Que chacun se retire, et qu'«wcun n'entre ici. (oorneille.) 
Sans me nommer pourtant en auGom f a9on. (MOLiicRE.) 

Dans les reponses, la negation pent 6tre sous-entendue. 
Ex. : Apercevez-vous quelque vaisseau ? — Aucun (c.-a-d. 
je n'en aperjois aucun). 

Remarque. — Aucun, dans le sens Aepas un, se met 
rarement au pluriel, excepte avec les substantifs qui ne 
s'emploientqu'aupluriel, soiten general, soit dans unsens 
determine. Ex. : « lis ne donnent aucunes homes a leurs 
attentats. 3> (bossuet.) ' 

Jamais sans doute aucunes larmes 

N'obscurciront pour eux le ciel. (lamartine.) 

I * Histdire. — Au xvii« si^ole et au xviii® siicle on mettait 
plus frequemment qu'aujourd'hui aucun blvl pluriel, m^meavec 
un substantif qui avait un singulier ou dont le sens n'^tait pas 
chaug^ par le nombre. Ex. : 

J'ai vu beaucoup d'hymens : aucuns d*eux ne me tentent. 

(LA PONTAIIW.) 

Aucuns monstres, par moi dompt^s jusqu'aujourd'hui, . 

Ne m'ont acquis le droit de faiilir comme lui. (bacinb.> 
« Bome n'imposait aucunes lois g^n^rales, T> (montesquieu.) 
« Je n'oM faire aucuns pro jets. Cvoltaibe ).] 

Digitized by VjOOQ IC 



250 GRAJniAIEB FRANCAISE. 

II. Ragles d'accord da radjectif* 

§ 209. On a YU (§ 175) que Tadjectif et le parfcicipe 
pass6, Beulsouaccompagnes de Tauxiliaire etrey s'accordent 
en genre et en nombre avec les noms on prohoms anxquels 
lis se rapportent. 

A cette regie g6n6rale il faut ajouter : 

1^ Qne, si Tadjectif et le participe se rapportent a plu- 
sieurs noms on pronoms da singalier, ils se mettent an 
plnriel, surtout quand ces noms on pronoms sont nnis par 
la conjonction ei; Ex, : le pere et le fils sont tres untSy 
ires estimes; 

2"* Qae, si les snbstantifs sont de genres differents, Tad- 
jectif et le participe se mettent an plnriel mascnlin; Ex. : 
le p6re et la mfere sont bans. 

Behabque L — Qnan4plnsienrs snbstantifs se sniyent, 
sans conjonction, Tadjectif pent ne s'accorder qu'avec le 
dernier. Er, : 

Mais le fer, le flambeau, la flamme est toute pr4te. 

(RACINE, Iphig^nie.) 

Eemarqub II. — Quand deux snbstantifs soot nnis par 
la conjonction ou, I'adjectif et le participe s'accordent avec 
le dernier, si Tun des snbstantifs exclut I'antre; avec les 
deux, s'il n'y a pas exclusion. Ex. : 



1* Accord avec le dernier : 
Cet homme est d'nne simpli- 
city ou d'une dissimula- 
tion incroyable. 



2° Accord avec les deux: 
Je crois cet homme ou son- 
fils exposes k de gi-ands 
dangers. 



Remarque III. — Quand les snbstantifs sont de genres 
differents, le substantif mascnlin s'6nonce en general le der- 
nier, surtout lorsque Tad jectif n'est pas attribut, c'est-k-dirc 
n'est pas joint an substantif par le verbe etj^e^ et qu'il 
n'a pas la m6me terminaison an feminin qu'au mascnlin. 
Ex. : lis ont Thumeur et le gout differents. 
* Cette regie n'est pas absolue, Racine a pu dire ; 
II me semble deja que ces murs, que ces voittes^ 
Vont prendre la parole, et 2^rets a rrCaccmer... 

Digitized by VjOOQIC 



SYNTAXE DE L'ADJECTIF. — § 209. 251 

[* HiSTOiBE. — Ju8qu*au xvii« siecle, la regie la plus g^n^ra- 
lement adoptee etait que I'accord de Tadjectif avail lieu avec le 
dernier substantif seulement. Palsgrave, qui la donne le pre 
mier, dans son Esclaircissement de la langue francoise (1530)^ 
cite les exemples suivants : par consentement et deiib^ation yc- 
n&rale; par la persuasion et enhortement fraudulent. CVst en- 
core la regie pos^e par Vaugelas dans la Remarque Bur un ad- 
jectif avec deux substantifsde differehts genres : «Ondemande s'il 
faut dire : Ce peuple a le roenr et la bouche ouverte ou ouverts 
k vos louanges . M. de Malherbe dieoit, qu*il f alloit evitef cela 
comme un escueil... Mais il n'est pas question pourtant de gau- 
chir tousjours aux difficultez, 11 les faut vaincre et establir use 
reigle certaine pour la perfection de nostre langue... Comment 
dirons-nous done? II faudroit dire ouverts ^ scion la grammaire 
latine qui en use ainsi... Mais Toreille a de )a peine 4 s*y ac- 
commoder. . . Je voudrais done dire ouverte, parce qu'ordinaire 
ment on parle ainsi, qui est la raison decisive. i>] 

Bemabque IV. — Quand les snbstantifs sont des noms 
dechoses, Taccordde Tad jectif peut se feire avecle dernier 
substantif seulement, surtout si Ton vent appeler sp^iale- 
ment I'attention sur ce dernier. Ex. : 

Armez-vous d'un courage et d*une f oi nouvelle. (bacine.) 

Remarque V. — Dans les adjectife composes de deux 
adjectife, ou d'unadjectif et d'un participe, les deux parties 
s'accordent. Ex. : des poires aigres-douces ; des enfante 
premiers-nis ; des fiUes aveugles-n^es. 

II n'y a exception que lorsqu'un des deux adjecti& ou 
m^me les deux sont an neutre et pris adverbialement. 
(Voy. § 213, 4% et § 214.) 

Remabque VI.— L'adjectif resteau singulier,m6me avec 
un verbe au pluriel, aprfes les pronoms nous, vous, quand 
ces pronoms d^signent une seule personne. Ex. : vous Stes 
bien jeune, mon ami. — Aliens, mon ami, soyons raisonnable, 

Eemaeque VI r, — L'adjectif tout, plac6 sans article 
devant les noms de villes pour designer, non les yilles 
m^mes^ mais le peuple de ces villes, se met au masculin 
(ou au neutre) et reste invariable. Ex. : 

c To^it Smyme ne parlait que d'elle. » ( la BBT^yiBfiE.) 
« Tout Rome est oonsterne. » (v&BTOT.| 

Digitized by VjOOQIC 



252 GRAMMAIRE FRANCAISE. 

§ 210. Quand Tadjectif se trouve avec un substantil 
collect! f, il pent s'accorder de deux manures : 

l"* II s'accorde avec le nom collectif, si la pens^e s'ar- 
r6te aur ce nom ; 2** il s'accorde avec le complement de ce 
eoUectif, si la pensee se porte sur le complement. Ex. : 



V ACCORD 

avQC le nom collectif: 
J'ai vu une multitude de 
poissons prodtgieuse. 



2® ACCORD 

avec le complement du collectif: 
J'aivu une multitude de 
poissons pris d'un coup de 
filet. 



t* HiSTOiRE. — Racine applique cette r^glc a la locution 
ective tant de : Ex. : 

Tant de coups imprevus m^accabhnt k la fois. (Phedre,) 
Jamais tant de beauU fut-elle couronn^e? {Esthef\') 

Je sals que tant d^amour n'en pent fetre eflfac^, (B^^nice.^ 

^On a vu plus haut qu'amour, an singulier, etait reste f emioin 
en poesie, § 181^ 2). 

Racine applique mSme cette regie dans la phrase suivante : 
V. II y a peu d'auteurs que le ciel ait regards aussi f avora- 
blement p Aojourd'hui, apres la locution peu de^ Taccord a lieu 
tantCt avec le mot peu, tant6t avec son complement (Voy. 
§273, Rem. II, et 357, Rem.), et il aurait lieu ici avec le com- 
plement.] 

Remarque. — L'adjectif s'accorde toujours avec le 
complement des locutions collectives beaucoup de, assez 
de, peu de, bien des, la plupart des, la plus grande partie 
des, etc. Ex. : Beaucoup de personnes, peu de personnes 
aont venues ici. 

§ 210 bis. La rfegle est la m^me quand Tadjectif se cons- 
^rait apres deux substantifs dont Tun est le complement 
de Tautre. Ex. : 

Des peaux de renards 
bleus. 



Des peaua^ de renards 
lannees. 
TJne table d'acajou massive. 



Une table (Yacajou massif. 



§ 211. liorsque la locution avoir Vair est suivie d'an 

Digitized by VjOOQIC 



SYNTAXE DE l'aojectif. — § 213 258 

adjecfcifs, Taccord pent se faire de deux maniftres : 1* Tad- 
jectif s*accorde avec le mot mV, quand ce mofc a tonte sa 
signification (mine, expression de la phystonomte); 2** il 
pent s'accorder avec le sujet du verbe, quand avoir Fair 
fiignifie seulement paraitre, sembler, etc, Ex, : 



EUe a Tair spirituel, railleur^ 
majestmux, hautain. 



Elle a Fair dotice, genereusBf 
embarrassee; fdchee de ce 
qu'elle vient d*apprendre. 

Dans le second ca9,on dira plus explicitement et plus 
r6gali6rement : elle a I'air d'etre doucBj, gen^reuse, ei«>. 
Exceptions aux regies d! accord, 

§ 212. Les locutions grand^mere^ grand'route^ grand!- 
messe^ pas grand'chose, dijk vues (§ 46), forment des mots 
composes, dont la premiere partie reste invariable au plu- 
riel comme au singulier. On dit : des gratid'meres, des 
grand'routes, des grand'messes. 

§ 212 bi8. • Certains adjectifs ne s'emploient qu'au mas- 
eulin ; Ex. : (nez) aquiline (pied) bot, (homme) fat, (papier) 
velin. 

D'uutres sont usit^s seulement au £§minin ; Ex. : (faim) 
canine, (pri^re) mentale. 

Quelques-uns n'ont pas au ferainin de forme distincte 
du masculin ; Ex. : (homme ou femme) dispos, grognon. 

§ 212 ier. 'De mtoe que Tarticle ( § 199 bis), et anssi 
par suite d'une ellipse, Tadjectif fSminin se met quelquefois 
avec un nom mnscuiin, et Tadjectif masculin avec un nom 
f(§minin {un garde-frangaise, c'eat-^-dire un Boldat de la 
garde franjaise ; un grand' c?'oix , un dignitaire decore de 
la grand'croix; fin courant, fin du mois courant). 
Adjectifs etparticipes passes au neutre, invariables. 

§ 213 Quelques adjectifs et quelques participes passes 
peuvent s'employer au neutre ; en consequence, ils restent 
invariables. Nous avons deji remarque cette particularite 
pour les adjectifs memey quelque et tout (§ 208, n*** 4, 8 
et 10). II faut y ajouter les suivant** : 

' l*" Les participes passes approuvd, attendu, oi- 

OOUSB SUP. 15 

Digitized byVjOOQlC 



254 a&AMMAIBE FBAN9AISE. 

Indus, ci-Joint, excepts, non compris, pass6, sup- 
pos6^ vu, restent invariables qaand ils Bont places de- 
yant le snbstantif et aa commencement de la phrase. £x. : 

Approuv^ r^criture ci-deesus. Non compris la somme 
ie....Ci'joint les pitees. Excepte les enfants. Au contraire 
on dit : la somme de... non comprise^ les enfants excepteSy 
les pieces ci-jointesy la copie ci-jointe, la maison non com- 
prise. (Voy. la Syntaxe du participe pass^.) 

Remaeque.' — Si ces participes sont places an miliea 
d'nne phrase avec un snbstantif employ^ sans article, ils 
sont 6galement invariables. Ex. : vons tronverez ci-joint 
copie dn proems. 

Mais si le snbstantif est pr^c^d^ de I'article, le participe 
prend Taccord. Ex. : vons tronverez ci-jomle on cUincluse 
la copie de sa lettre. 

2® Les adjectifs nu et demi restent invariables qnand 
ils sont plac^e devant les snbstantifs. Ex« : nti-pied^s, nu- 
tate, 

Bemabque I. — Qnand nu et demi precedent ainsi les 
snbstantifs, ils y sont joints par nn trait d'nnion. 

Demi^ plac6 aprfes nn nom an pluriel, reste an singulier, 
parce qn'il est bien Evident qne c'est le singnlier dn snb- 
stantif qni est sous-entendu. Ex. : deux heures et demie. 

Ainsi Ton 6crira : nne rfcme-henre, — nne henre et 
demie. 

On 6crira de mfime : nne demi-recolte. Demi s'emploie 
encore adverbialement devant nn adjectif on un participe 
(Ex. : demi-morte)^ et dans la locution a demi (& demi 
morte.) 

[ * HiSTOiRE. — Cette regie eur Padjectif demi est poste- 
rieure au xvi« eieole. On la irouve pour la premiere fois dans 
les Remarques de Vaugelas. Elle n'^tait pas encore bien eta- 
blie k la fin da xvu^ si^cle ; car on lit dans Fenelon : u La 
raison qui se borne k s*accommoder des choses raisonnablcs 
n'est qu'une demie-raison ») 

Digitized by VjOOQIC 



SYNTAXE DE L'ADJECTIF. — § 213. 265 

Ebmarqub II, — Mi et semi sont des adverbes on des 
prefixes, par consequent sont ton jours invariablesj mi est 
toujours joint au mot suivant parun trait d'union. Ex, : 
La mi'Careme, la mi-aout, la mi:octobre, k mi-jambe, etc. ; 
les opinions 6taient mi-parties, c.-i-d. partagees par la 
moiti4; des fieurs semi-doubles, nn recueil semi-p^fiodique ; 
mi se retrouve dsmsmidi, mimdt. milieu etparmi (| 152). 

[•Qriqines latines. — Demivient de dimidium, mi de medium; 
semi du prefixe semi, qui a donne semiplenus, semirutus, etc. 
— Midi est pour medium diem^ minuit pour medium noctem, 
milieu pour medium locum,] 

Eemarque III.— Quand Tadjectif nw est prdc6d6 de I'ar- 
ticle ou mis sans article apr^s le snbstantif, il est soumis 
aux regies d'accord, par exemple dans la locution : aller 
kspieds nus; aller jo/erf^ nm; la nue propriety (c'est-i-dire 
la propri6te d'un immeuble sans les revenus). 

Eemarque IV. — On dit demfime : haut la main et la 
main haute, — Vous recevrez franc de portlo, leltre que je 
vous envoie ; et vous recevrez cette lettre fj^anche de port. 

Eemarque V. — C'est par suite de la m^me rdgle qu'on 
dit : plein la cave, et que I'adjectif saw/ est devenu une pre- 
position, comme les participes passes altendu, excepte, etc. 

[HiSTOiRB. — II en est de m^me de hormis, qui s^ecrivait 
primitivement hors mis (Voy. § 152).] 

Eemarque VI.,— L'ancienadjectif/ew, signifiantrf^c^rf^, 

suit k pen pr^ la m^me regie que Tadjectif nu; il reste 

, mvariable quand il est mis avant Tarticle et le substantif^ 

mais varie quand il se place entre ces deux mots, Ex. : 

feu la reine, la feue reine, 

[• Origines latines et Histoire. — Feu vient de functam^ 
abrdviation de defunetum, qui a donne difunt; mais ce dernier 
mot est de formation savante, et ne se trouve guere' avant le 
XV* si^cle. Feu est au contraire des premiers temps de la lan- 
gue frangaise ; dans le patois berrichon^ on a fund, qui est 
plus conforme k Tetymologie. 

Les regies de nu et de feu sont post^rieures au xvii* si^cle. 
Bacine 4crivait nus 'pieds, L'Acad^mie ^crivait feue la reine f en 
^ 1694| et a'a ^crit fau la reine que dans T^dition de 1762.] 

Digitized by VjOOQ IC 



*256 - GRAMMAIRE FRAJ^CAISE. 

Aux adjectifs precedemment cit^s on doit joindreVadjectif 
pis, employe au neutre au xvii« et au xviii® siecle : « La prose est 
jpis encore que les vers. » (Moliere). « Des choses inuliles et 
m%me pis, » (Montesquieu.) Pis, c'est-adire quelque chose depis. 

[Grammairb comparative* — Plusieurs de ces tours sont dea 
latinismes ou des hellenismes. Ainsi nu-pieds, nu-Ute, haut la 
main rappellent nudus pedem, TUfAvo^ t^ xcya/^v, etc.] 

S"" L'adjectif possible reste invariable dans les 'locu- 
tions superlatives : le plus, le mieux, le motrts. Ex, : il ne 
faut pas lire le plus de livres possible, mais les meilleurs 
possible. 

En dehors de ces locutions, cet adjectif reste soumis k 
Taccord. Ux, : il a eprouv6 tons les malheurs pos5*6/es. 
- [* HiSTOiRB. — Possible s'est pris adverbialement avec le sens 
de peut'itre, dans Tancien frah9ais et dans La Fontaine : 

... Votre mort, 
Au moins de vos enfants (car c'est tout un aux m6res), 
Ke tardera possible gudres.] 

4** Les adjecti& composes qui d^signent la couleur restent 
invariables. Ex. : des cheveux chatain-clair, des yeux bku- 
fonce, une barbe blond-cendri, de la sole gros bleu, une robe 
gris perle, des souliers f'ose tendre, etc. Ce sont en quel- 
qne sorte des locutions adverbiales, comme les substantifk 
qui ont la m^me signification (§ 180, Rem. III). 

§ 214. II faut voir aussi des adjectifs nentres dans la 
premiere partie des adjectifs composes comme nu-pro^ 
pri^taires, nouveau-ne (on dit des enfants nouveau-nis. 
c'est-^-dire nouvellement nis) ; c/aeV-sem^ (de Therbe clair- 
semee, c'est-i-dire semee claiy*) ; cowrZ-v^tu, etc. De m6me 
dans la seconde partie des adjectifs composes conuue 
gagne-pelit^ trotte-menu, etc. 

Quelquefois, Taccord a lieu pour les deux parties des 
adjectifs composes : V parce que le deuxieme adjectif ou 
le participe est pris substantivement. Ex. : une nouvelle 
mariee, de&nouveaux venus, des nouveaux d6barquis; 2** par 
uneraisond'euphonie.jKc. ; den roses frakhes cueillies, etc. 

SeloQ TAcadimie, il faudrait torire : des enfanta moi't^ 

Digitized by VjOOQ IC 



SYNTAXB DB L'ADJBOTIF. — § 214 M. 267 

n^s. II semble plus logique d'6crire morts-nds, comme, pre- 
miers-nds, etc. (Voy. § 209, Rem. V). 

§ 214 bis, II faut encore yoir des adjecti& neutres on 
des adjectifs pris adverbialement : 

1** Dans las locutions comme celles-ci : il fait beau, 11 
fait daux, il fait sec, il fait noi7* comme dans un four; 
ayoir beau dire et beau faire ; parler clair, nety haut, bas; 
chanter /tts^e; dire bien haut; crier foi*t; marcher ferme ei 
droit; cette fleur sent bon; cette 6toflfe se Tend cher; les 
balles pleuvaient dru comme gr^le; tous serez hach^s 
'menu; plusieurs harangueurs sont demeur& court; bel et 
bieriy tout doux ; Sler doux ; faire pis; manger tout son 
saoul; en avoir son content; tout beau/ etc. 

2° Dans d'autres locutions, oil Tadjectif jouelerdle d*un 
substantif et ne pent 4tre qu'au genre .neutre : le beau^ le * 
vrai, le grand, le sublime, le general, le particulier, etc. 
Fromettre est un, et tenir est un autre. 

3« Dans lemot bref, qui Bigni&G pour parler bnevement, 
et (comme on disait autrefois) pour le faire court. 

Remarque I. — Peut-^tre faut-il voir aussi un neutre 
dans Temploi d'autres adjectifs accompagnes de Tarticle: 
le latin, le grec, le frangais, t anglais, etc. AUez par le plus 
court. Faites ce que je vous dis, c'est le plus st2r, etc. II est 
vrai qu'on peut aussi supposer ici Tellipse des sij^stantifs 
masculins langagcj chemin, partt, etc. Mais il est difficile de 
Yoir I'ellipse d'un substantif dans la locution c'est tout un. 

Remarque II. — La locution se faire fort a Hi fort 
discut^e. Selon la plupart des grammairiens, fort serait 
adverbe et invariable; mais cette decision est contest6c 
et parait tr^s contestable. (Yoj. Histoire.) 

[Origines latines et Histoire. — La plupart de ces emploia 
de VBdjectit neutre sont des latinismes. En effet, on disait, en 
latin, non-seulement pulchrum, verur/if magnum, mais encore, 
k rimitation du grec, torvum tueriy duke ridentem, duke lo- 
quentem, etc. (Voy. § 145.) 

L'imitatioQ des premiers de ces latinismes est frequente an 

' Digitized by VjOOQIC 



258 GHAMHAIBE FBAN9AISE. 

XVI* et mdme au xvii*' si^cle : c Quand on vit le umblabte ad- 
venir... 1 (amyot.) « A plus forte raison doit-on faire le sem- 
bfable.,,1^ (PASQUiER.) <i lis requierent deux choses de nous... 
Quant au premier, je confesse... » (oalvin.) c On voit bien 
que le gros de T^pitre est tres-serieux. » (f^nelon.) « L'autre, 
a I'op^osi^e, est d'un naturel crael et malin. d (bossuet). » Pour 
vous le faire court, void la sentence quMl leur prononce. ]& (Id,), 

II est difficile de ne pas voir egaiement une trace da 
genre neutre dans Tadjectif invariable de deux phrases de 
M°*® de S6vign6 : a Je trouve bien plaisant la petite course 
dont les deux jambons de M. de Luxembourg font le prix. ^ 
(C'est comme s'il 7 avait : cfwse bien plaisante), « Quoique 
rexperience de notre bon abbe fiit tout chaud, » C'-M. chose 
toute r^cente. 

M. Littre (^Dictionnaire) pense et, selon nous, aveo raison, que 
dans la locution se faire fort, fort est adjectif et par conse- 
quent doit ^tre snjet k raccord. Ce qui a induit en erreur 
les grammairiens, c'est qiu nne femme pouvait dire autrefois 
*je me fais forty par la raison qui a fait dire mere grand et 
grand mere (§ 46, Obig. lat.) Mais il ne s'ensuit pas que fort soit 
adverbe ; car cette locution n'est explicable qn'autant que fort 
est entendu comme adjectif: d'ailleurs on le trouve consi- 
der6 comme tel, et avec accord, dans les ecrivains ant^rieara 
au xvu^ siecle. Ex, : « lis se faisoient forti de cenx de 
Rhodes. >> (bouoicaut.) 

L'effet re^u de tes premiers efforts 

De tes hautsfaits ad venir nous fait forts, (OL. MABOT.)] 

Emploi particuUer de I adjectif f^mimn. 

§ 215. Qaelques adjectifs s*emploient an fdminin 
dans diverses locutions adverbiales, par suite d'une ellipse 
de quelque nom f^minin. Ex. : 

Habit a la frangaise (c'est-d-dtre k la mode fran9aise) ; 
Attendez-vous a lapareille {c.-d-d, k une pareille manifere 

d'agir) ; 
II m'en a conte de bonnes (c.-a-d. de bonnes histoires); 
J'en ai appris de belles (c-d-d. de belles histoires); 
II a recommence de plus belle (c.-d-d. d'une plus belle 

manifere) ; 
II a fait des siennes (c-d-d. de ses fantaisies, de ses folies) ; 
Nous ayons fait des ndty^es (c.-d-d. de nos fantaisies) 5 
En YoMhien d'une autre (c.'d-d. une chose surprenante) ; 

Digitized by VjOOQIC 



SYNTAXE DB L'ADJECTIF. — § 216. 259 

Vons me la baillez belle; vons me la baillez Jonwe (c.-d-d 
une belle, une bonne histoire) ; 

Vous Tarez belle {c.-d-d. une be'fe occasion) ; 

Vous Tavez manqn6, 6chapp6 br lie {c.-d-d. une circons- 
tance favorable ou perilleuse) 

III. Complements de I'adjectif. 

§ 216. Les principales prepositions qui peuvent unirles 
adjectifs a leur complement sont de,d, pou9\ sur, €nvers,etc. 
La proposition qui doit 6tre employee pour chaque ad jec- 
tif est reglee par Tusage. Ex. : 

Plein de bontO ; utile d tous ihonpovr ou envers tons, etc, 

Ebmarqub I. — Un certain nombre d'adjectlfs, ayant 
un sens prteis et complet, ne prennent pas de comple- 
ment. Ex. : a/fable^ temeraii^e, ttmde, etc. 

Eemarque II. — Quelques-uns prennent, en po6sie et 
dans le style soutenu, des complements qui les detournent 
de leur sens ordinaire. Ex. : affamO de glowe, ivre d'or* 
gueil, muet de te)Tew\ sourd aux prieres, aveugle SMr ses 
defauts, etc. 

Muet a mes soupirs, tranquille d mes alai^mes, (racine.) 

Eemarque III. ~ L'adjectif j^rojoreest uni, en gOnOral, 
ison complement par la proposition d. Ex. : prop^e d di- 
ters usages. 

Quelquefois il est snivi de la proposition de; mais 
seulement quand il a le sens de particulkr, special, 
exclusif. Ex. : Ce sable est le terrain propre de cett6 plante. 
\dict. ACAD.) En realitO, de marque alors le complement 
dusubstantif plut6t que celai de I'adjectif ;?ro/}re. 

Eemarque IV. — Divers complements d'adjectife soni 
marqnOs par les prepositions d et de suiyies d'un infinitil. 
Ex. . enclin a medire ; assure de vaincre. 

Digitized by VjOOQ IC 



960 



aBAHKAIBC FBAV^AIBS. 



Avec la proposition d, cet infinitif a tantAt le Ben^i 
actif, tant6t le sens passif. Ejl. : 



r Sens actif: 
Homme su jet a <?^an^er d'avis; 
facile a recevoir des 
impressions ^ 
Plenr belle a rmnr. 



2** Avec de 

Paresseux de : 
Un spectateur toujours pares- 
seux d'applaudir. 

(boileau.) 



2° Sens passif: 
Chose ivhted dire yd penser^ 

— difficile a croire; 
Homme facile a tromper; 

— fou a her. 
Ebmarqtje V. — Quelquefois les prepositions a et de 

s'emploient apr^s le m^me adjectif, avec des sens differents 
QU des nuances da m6me sens. Ex, * 
1" Avec ti 

— Paresseux a . 
II est paresseux k se lever, 
{Paresseux a semble plu 

t6t indiqner une disposition 
gOnOrale; paresseux de, une 
disposition particulifere.) 

- Prita: 
Plus prH a tenir sa parole 

qu'd la jdonner. 

(PLUCKIER.) Pret de, qui est tombO en 

{Pret a indique une dispo- desuetude, indiquait une dis ■ 
Bition gOnOrale-) position particuii^re. 

Pret d s'oppose plutdt anjourd'hui i la locution pf*es de, 
dont le sens est fort different : pret a signifie dispose a; 
pres de signifie sur le point de. Ex, : 

Ce malade est pret d mou- 1 Ce malade est pres demoM- 
rir. 1 rir. 

[* HiSTOiRE. — La difference entre prSt d et pr4S de n'etait 
pas encore etaMie au xvii*» ni m^me au xviii® siecle. On con- 
naissait la locution pres de. Ex, : 

Si baign6 de son sang et si pres de mourir. (corneille.) 

Mais on disait aussi et mSme plas souvent prSt df pr4t de, 
tiaoB le sens de pres de. Ex, : 

2.— TJn grand destin commence, un grand destin s*ach6ve: 

L'Erapire est pr^t h choir et la France s*61^ve. (goRNBiiiLE..^ 



y Google 



SYNTAXE DU PRONOM. — § 219. 261 

« La victoire demeura longtemps douteuse, et les Romains 
furent pr^ts a c^der; mais ih r^parerent leur flotte. » (bossuet.) 
« Numerius fut pr^t k perdre les yeux. » (Id,) « Rome, pr4te 
d succomber, se soutient principalement par la Constance et 
par la sagesse du Senat. » (Id,) 
2. — Peut-Stre que Tonzi^me est pr^te d'^clater. (corneille.) 
tf II n*y avait point ,de services que les peuples et les rois ne 
f uBsent pretts de rendre pour obtenir le titre d'allies de Rome. » 

(MONTESQUIEU.) 

Du reste, plusieurs adjectif s ont marque autrefois leurs com- 
plements par des prepositions differentes de celles qui les^ mar- 
quent aujourd'hui. Ainsi Vaugelas disait : « La cour n'est pas 
suffisante toute seule de servir de r^gle. » On dit aujourd'hui suf- 
fisant pour, Et La Fontaine : 

Gelui de qui la t^ au del dtait voisine. 

(Voy. le chapitre des prepositions, § 402 et suiv.)] 

§ 217. Qaaed deux adjectife admettent apres eux la 

m^me preposition, ils peuvent avoir le mdme complement. 

Ex. : ce ma! tre est utile et c?i€7* a ses 616ves. 
Mais quand plnsienrs adjectifs se suivent et demandent 

des propositions differentes, chacnn d'eux doit avoir le 

complement qui lui convient. Ex. : ce maitre est severe 

pour ses Olives et cependant cher a tous. 



CHAPITRE IV. 

SYNTAXE DU PRONOM. 

§ 218. •— En gOnOral lepronom est simplement, comme 
son nom Tindique, mis k la place du nom dans la phrase. 

Mais quelquefois sa signification est plus Otendue et 
resume toute une proposition. Ex, : 

Centre tant d'ennemis que vous reste-t-il ? — Mot, 

Ce moi de la Medee de Corneille signifie '. je reste, d moi 
seule, contre tant d'ennemis, 

C'est surtout le pronom neutre le qui tient la place d'une pr^ 
position (Voy. § 244). 

§ 219. II y a correlation entre la plupart des pro 
nomsetdeg adjectifs d^terminatifs; par exemple entre : 

C0UR8 SUP. . ^ . . P 1« 

Digitized by Vj' AUt 



262 ' GBAMMAIRE FBAN^AISE. 

Les adjectifs possessifs {mon, ton, son^ etc.) et les pro- 
noms possessifs {le mien, le tien, le sien) ; 

De m^me entre les adjectifs d^monstratife {ce, cet) efe 
les pronoms demonstratifs (celut\ celle, ce) ; 

Be ni6me entre les adjectifs interrogatifs et conjonctifa 
(quel, quelle) et les pronoms interrogati& et conjonctifs 
\quiy que, quoi) ; 

De m6me encore entre les adjectifs ind^finis (un, aucuvif 
cAaj!^, etc.) et les pronoms ind^finis {on, personne, rien,etc.). 

Mais les pronoms se distingaent tonjonrs des adjectifs 
en ce qu'ils tiennent lien d'on nom, et n'en peuvent dtre 
accompagn^s, tandisqne les adjectifs doivent tonjonrs 6tre 
snivis d'nn nom on snpposent Tellipse d'nn nom. 

V DES PRONOMS PERSONNELS. 

'I. Les pronoms personnels, sujets ou complements. 

§ 220. Les pronoms personnels remplissent dans la 
proposition les fonctions de snjet, de complement direct 
on de complement indirect. 

Qnelqnes-nns ont des formes sp^ciales ponr chacnne de 
ces fonctions. Ainsi,ye, tu, il, ils sont exclnsivement em- 
ployes ponr marqner le snjet ; me, te, le, les, lui, leur, pour 
marqner les complements (direct ou indirect). 

Mot, tot, lui, eux s'emploient ordinairement comme com. 
piements indirects, et cela m^me qnelquefois sans prepo« 
sition. (Ex. : repondez-moj. — Je lut dirai. — C'est k eux 
quejeparle.) 

Mais ils s'emploient anssi comme complements directs 
et comme sujets dans les propositions interrogatives, ex- 
clamatives, elliptiqnes, dans les r6ponses, on ponr redon- 
bler les sujets Je, tu, il, et les complements directs me, te. 
Ex, : qui accuse- t-on ? — Eux et tou — Bst-ce luioM mot? 
— Mot, qne/aille trahir la foi jnree ! -- Je pense ainsi, mais 
lui pense antrement. — S^' Yons^pensez-yons comme mot'? 



y Google 



SYNTAXB DU PRONOM. •— § 220. 26 J 

— Je vous le die, mou — Voulez-votis me perdre, mot, 
voire alli6 ? — II s'aime et n'aime que lui. 

* line m^me phrase montrera le pronom lui employe 
comme complement indirect et comme sujet : « II se fait 
peine a lui-meme, lui qui s'etait tant aime. » (bossuet.) 

[ * HiSToiRE. — Aujourd'hui le pronom personne], sujet oi 
complement, ddittoujours ^tre exprime. Dans Tancienne langue, 
et jusqu'aux premieres annees du xvii® siecle, il etait souvent 
omis, par souvenir du latin. Ex, : 

Et rCeusse point langui pour une autre beauts, (dbspobtbs.) 
Et plus Youa criez haut, plus estes gens de bien. (roksard.) 

« Le courage leur crut aussi, et d^iwrent hommes asseurez 
et hardiz. » (amyot.) On trouve encore chez Malherbe .* « N'ai- 
je jamais vu personne qui...? Si aL » « Veuille ou non, t/est 
contraint de le f aire. » 

Le pronom neutre il pouvait aussi ^tre supprim^ devant 
les verbes impersonnels ou employes impersonnellement. Ex, : 
« Et ne 86 faut pas esme)'veilltr de I'incertitude de sa mort. » 
(amyot.) 

Et ne vous doit chaloir ni de qui ni combien, (bonsabd.') 

« Trois jours yavoit, » (montaignb.) « Faui, mon coeur, que 
vous ayez I'amertume. » (malherbe.) 

Dans le langage populaire ces suppressions se font encore : 
a faut pas fairs cela... Tant y a que... » 

L'omission du pronom de la 3® personne, complement direct^ 
etait frequent e au xvi® siecle et au commencement 4^ xvii*. Ex. : 
« Le consul lui octroy a, » (amyot.) — « Et tirant de son bras 
le bracelet qu'il y portait, lui jeta, et son escu apres. » (Id,) 
Rien de plus frequent dans les lettres de ce temps : <K Je le 
garde pour lui montrer quelque jour. » (voiture.) <c Dieu veut 
notrecoBur, nous ne voulons pas lui donner. » (s^viGNfi.) wElle 
m*avait fait uae collation ; je lui rendis, » (Id.) Cette omission 
6tait e.ncore de mise au temps de Vaugelas, qui la condamna 
d*une maniere absolue (t. I, p. 95) et contribua sans doute 4 
etablir la regie, qui est ae toujours exprimer les pronoms per-- 
aonnels, qu'ils fassent fonction de sujet ou de complement.] 

* Remarque I. — Les pronoms personnels ne peuvent, 
pas. plus que les autres pronoms (Voy. § 247), Stre accom- 
pagnes d'un adjectif. 



y Google 



26 i aRAHMAIBB F&AK9AISE. 

[* HiSTOiRK. — Cette r6gle n'exJstait pas dans rancienne 
lanfTue, an moins d^une mani^re absolue^ comme le proave une 
vieille formule, que I'usage a conservee jusqu*ti nous : « Je, sous-' 
sign^.^ Tandis que le pronom de la premiere personne, moiy est 
le seul qui ee construise anjourd'hui avec un gwi, au xvi« si^ 
cle, on construisait auesi le pronom conjoncl if directement apres 
le pronom personnel je, Ex. : « Je suis le tiers qui cioyais ^tre 
le premier. » (Heptam^ron.) On trouve encore dans Malberbe : 
€ Comment le supporterais-je, qui ne puis pas supporter- le 
Tin? T> 

Je, qui chantai jadis Typhon, 

D'un style qu*on trouva bouffon. (SCABBON.)] 

Rbmaeque II. — Les pronoms moi, tozne sont employes 
comme gnjets, en dehors' des phrases interrogatives, quo 
lorsqu lis sonfc redoubles par quelqne autre pronom de la 
m^me personne. 11 en est de m6me, en g^n6ral, de lui 
et eux. EXtf : 

Mot, des bienfaits de Dieu, je perdrais lam^moirel (racike.) 

. Bt mot, qui Tamenai triompbante, ador^e, 
Je m'en retournerais eeule et desesperee I (Id.) 

[* HiSTOiBE. — Cette r^gle de rep^ter parje, tu, il les pronoms 
mot, tot, lui, etc., n'^tait pas absolne au xvH« siecle. Ex,: 
«c Peat-4tre mot qui existe, n'existe ainsi que par la force d*une 
nature universelle. d (la bruyebe.)] 

Remabque III. — Quand le pronom de la 1'* p^- 
Sonne da siogulier doit dtre accompagn^, soit d'on 
adjectify soit d'nn conjonctif^ soit d'nne apposition, il 
ne pent ^tre exprim6 qne par moiy excepts dans la for- 
mule signal6e plus haut^ je soussigne. On dit : Moi, son 
amiy son conseilier,,. Mot, qui vous park... 

[Obigivbs latines. — Les origines latines des diff^rentes 
formes des pronoms personnels fran9ais rendent compte des 
fonctions qu'ils remplissent, comme sajets ou comme com- 
plements directs ou indirects ; il faut noter toulefois que, le cos 
sujet de Tancien fran9ais ayant presque entierement disparu 
pour faire place au cos r^gime^ le pronom sujet s'est, pour la 
3* personne du pluriel, confondu avec le pronom complement 
direct. Si, comme complements indirects, lui, leur.j et quelque- 



y Google 



SYNTAXB DU PBOWOM. — § 223. 265 

f*is mot, toi, s'emploient sans preposition (fia?..; je lui parle, 
reponds-rwoi), c'est qu*ils representent, en latin, des cas ohli 
ques. Ex. : 



1" KUJET 


20 COMPLEMENT DIRECT 


3° COMPL. INDIRKCT 


{'•personne: je, er/o 
nous, nos 


me, me 
nous, nos 


moi^ mihi 
nous, nobis 


2^ personne : tu , tu 

vous, vos 


te, te 
vous, vos ' 


toi, <86t 
vouB, vobis 


r 

3<> personne : il, ille^ illud 
elle, ilia 
ils, elles 
iUi, iUas 


le, iUum, illud 

la, illam 
les,eux, elles 
illos, illas 
se, se 


illi huic 
leur 
illorum 
sibi 8oi,. 



§ 221. — La place et Teinploi des pronoms personnels 
donnent lien k plnsiears remarques. 

II: Place des pronoms personnels dans la phrase. 

§ 222. Bemabque I. — Les pronoms personnels faisant 
fonction de snjet se mettent ayant le verbe, except^ : 
V Dans les interrogations ( § 104). Ex. r YenGZ'Vous7 
2" Dans les phrases exclamatives. Ex, : 
Dieux ! que ne suis-je assise k Tombre des for^ts! (ragiiue.) 

3° Dans certaines formnles employees pour citer des 
paroles prononc^es par nne autre personne. Ex. : dit-ilf 
repondit'il, reprit'il, s'ecria-t-iU etc. 

4° Dans les propositions suppositives eomme eusse-je, 
dusse-je, etc* ( Voy § 302, Rem,) 

§ 223. Remarque II. — Dans certaines formnles inter- 
rogatives, le pronom personnel snjet pent rester avant le 
rerbe. Ex, : ainsi, vous venez? (ce qui ^quiyaut k : n'est-ce 
pas que vous venez?). 



y Google 



266 GRAMMA IRE FRAN9AISE. 

On pent placer le pronom personnel snjet, soit apr^s, 
Boit avant le verbe, qnand il y a dans la phrase les con- 
jonctions on adverbes suivants : ausst^ en vain^ peut-elre, 
toujours^ a peine, encore, etc. Ex. : k peine etiez-vous ne. 

A peine notes sortions des portes de Trezene. (racine, Phedre.^ 

§ 224. Bemarque III. — Pour les pronoms personnels 
faisant fonction de complements directs on indirects, il 
fant distingner I'emploi et la place de ces deux espices 
de complements dans les propositions imperatives on non 
imperatives. 

l^ Dans les propositions non imperatives, avec on sans 
negation, les pronoms servant de complement direct ou 
indirect se mettent toujours avant le yerbe. £x. : 

Je f estime. Je ne /'estime pas. — Je le IuibI dit. 

dependant ces pronoms doivent se placer aprfes le verbe, 
s'ils sont accompagnes d'nn autre complement. Ex, : 

J'estime sonpere et lui. — Je Tai dit a son pere et a lut. 

On met, comme comple- 
ments directs : 

Avant le verbe : 



me, te, se ; le, la, les. 
Apres le verbe : 
moi, toi, soi. 



Qn met, comme compl6* 
ments indirects : 

Avant le verbe : 
me, te, se ; Ini, lenr. 

Apres le verbe : 
moi, toi, soi; eux, elles. 



Certains verbes venlent etre precedes, d'autres snivis 
des pronoms complements indirects. Ex. : 

Vous me parlerez. | Vous songerez a moi. 

L'nsage decide de ces constructions ; la seconde peut, 
du reste, toujours s'employer pour la premiere, qnand on 
veut insister -da vantage sur Tidee de la personne. ^or. ; 
Ayez-vous oublie que vous parlez d moi. (corneille.) 

€ n fant que chacun de vos auditeurs 8*imagine que vous par- 
lez d lui en particulier. i> (f^kblon.) 

Digitized by VjOOQIC 



SYISTAXE JOU PRONOM. — § 225. 267 

[ * HiSTOiRE. — Cette derni^re conetruction du pronom per- 
Bonnel, employe comme complement indirect, est moins ordi- 
naire aujourd^hui qu^autref ois ; mais elle etait la plus usitee 
au XVII® siecle. Ex. : « Je parle d vous comme k mon ami. » 
(malherbe.) « Void comme il faut parler a eux, » (Id.) <l II 
parle d elle en tierce personne. » {Id ) « Nous avons des amis 
qui pourront parler d lui. » (s6vign6.) cc Voyant que Monsieur 
pr^ferait un petit secretaire d lui, » (Id.)] 

2^ Dans les propositions imperatiyes, les pronoms s'em- 
ploient et se placent diflFeremment, selon qu'ils sent com- 
plements directs on indirects^ avec on sans negation : 

S'il J a negation, les pronoms se placent ton jonrs avant 
le verbe ; et Ton emploie me, te, m^me comme complements 
indirects. Ex. : 

Ne me trompez pas. — Ne me refnsez pas cela. 

S*il n'y a pas negation, les pronoms se placent ton jonrs 
apr6s le verbe, avec nn trait d'union; et Ton emploie : 
I*' comme complements directs, m^oi, tot, le, la^ les; 2"" comme 
complements indirects, moi, toiy lui^ leur. Ex, : 

V* Condnisez-moi; condnisez-?^; condnisez-fes. 

2® Repondez-mo«; repondez-?W2*; repondez-/ewr. 

[ * HiSTOiBE. — Dans les phrases oil deux verbes a rimp^ratif 
se suivent, et oil le second est accompagn^ d*un pronom com- 
plement, les ecrivains du xvii« et du xviii' siecle ont souvent 
mis ces pronoms avant ce verbe, pour donner plus de preci- 
sion k la phrase. Ex. : 

Quittez cette chini^re, et m'aimez. (cobneillb.) 

Va, cours, vole et nous venge. Qd.) 

Polissez-le sans cesse et le repollssez, (boilbau.) 

<i. Taisez-vous et m'admirez plut6t que de me gronder. » 

(sfeviGN^.) « Cherchez cette lettre et me demandez pardon. » 

(Id.) « Faites done ces choses, et en faites les marches en 

hommes de bien. » {fd.) 

Soldats, saivez leurs pas et me repondez d'eux. (volt aire.)] 

§ 225. Remarque IV. — Qnand denx pronoms se snivent, 
faisantfonction,rnn de complement direct, Tantre de com- 
plement indirect, ils se mettent tonjoars tons les denx avant 

Digitized by VjOOQ IC 



Hb GRAMMAIBE FRAN9AISE. 

ie yerbe au mode indicatif (ayec ou sans n^gationy. Bas. : 
je le lui 2k\ difc ; — je ne le lui ai pas dit. 

lis se mettent : l^^avant le verbe dans les propositions 
imperatives avec negation ; 2° apres le verbe, et avec denx 
traits d'nnion, dans les propositions imperatives sans ne- 
gation. Ex, : 

1° Ne fe lui dites pas. — 2* Donnez-nows-fes. 

De ces deux pronoms qui se suivent, c'est en g^n^ral le 
pronom complement indirect qui se met le premier ; mais luif 
leur, en, y se mettent toujours apres le complement direct. 
Ex.: 



On me 
On te 
On nox 
On vous 



^^^ Uadit 
On nous 



On le lui ) ,.. 
On leleur \ 

TV.. I 'le-lut. 

^'^^ \ .le-leur. 
Je vous en ramenerai. 
Je vous y conduirai. 



§ 226. Remarque V. — Quand les pronoms personnels 
sent complements d'nn infinitif dependant d'un antre 
verbe, ils se placent de preference inmiediatement ayant 
cet infinitif. Ex, : 

De quelle trahison pouvez-vous done vous plaindre ? 

(mou&re.) 

f * HiSTOiRE. — Au xvii« si^cle on le mettait le plus sonvent 
avant le premier de deux verbes, dent Tun joue le rdle d'anzi- 
liaire. Ex. : 
C'est peu d'aUer au ciel, je vous y veux conduh'e* (cobkeillb.) 
Est-il nn seal moment 
Qui vous puisse assurer d'un second seuiement? (LA fontaine.\ 
Et votre heureux larcin ne se pent plus celer, (racinb.) 
Quel profane, en ces lieux, s^ose avancer ven moi? (Id,) 
Soleil, je tc viens voir pour la demifere f ois. (W,) 

III. Emplai des pronoms personnels, 

§ 227. Lorsqne le pronom moi est avec un antre pro- 
nom on un substanttf; c'est une regie de politeesep en 



y Google 



STNTAXE DU PRONOM. — g 230. 869 

frani^ais, qu'il s*6noiice le dernier. Ex. : vous,et mot ; cette 
personne et moi\ 

§ 228. Les pronoms je, me, le, se, le, la ^lidenfc lenr 
Toyelle qnand ils sont Buiyis d'an verbe dont ils sont sujet 
ou complement, et qui commence par une Toyelle,'ou des 
pronoms en, y. Ex. : /appelle, je ^*appelle, il /*appelle, il 
«'aime, 11 «'en va, il s'y promfene, donnez-m'en. 

* Ebmarqub, — An contraire, quand.ces pronoms sui- 
vent le verbe, me, te, le ne s'^lident pas, et leur e mnet 
se tronve exceptionnellement frappe de Taccent tonique. 
OnprononceerwiVe-Ze, faites-k, envoyez-le chercher, comme 
si Ton ^crivait imite-leu, faites-leu, etc, 

[ * HiSTOiBE. — Cependant quelques pontes ont era pouvoif 
considerer cet e muet comme s'elidant on du moins ne se pro- 
non^ant pas devant une voyelle; ainsi Voltaire a dit : « Ren- 
des le a mon amour, a men vain desespoir. » — « Betoamez 
yers le peuple, instruisez-/e en mon nom. )>] 

§ 229. Les pronoms personnels mo% me, te, nous, vans 
Be mettent quelqnefois avec nn verbe, par une formule 
expletive qui ne sert souvent qu*k donner du monvement 
Il la phrase. Ex. : Je te le fustigerai bel et Men. Je vous 
f ai fastig^ de la belle fagon. On nous a tout gdt^. 

« Qu'cm me F^gorge lout a Theure ; qu'on me lui fasse 
griller les pieds ; qu'on me le mette dans Teau bouillante, 
et qu*on me le pende an plancher. » (MOLiiiRE> l^Avare,) 

Prends*mot Id bon parti, laisso 14 tons tes livres. (boileau.) 

[Grammairb oompabativb. — La m^me tournure se trouve en 
grec et en latin. Ex, : 

Qui metueins vivet, liber mihi non erit unquam. (Horace.)] 

§ 230. Le pronom nous s'emploie pour je ou mot, soit 
par modestie (quand ce sont des auteurs qui parlent), soit 
par emphase (quand ce sont de grands personnages). Ex. : 
Nous sommes persuade,,. Nous ordonnons,,, 

Dans le langage familier, il tient quelqnefois lieu m6me 
d'un pronom de la 2^ personne. Ex. : il parait que nous 
Bi'avons pas et^ sage. 

Digitized by VjOOQ IC 



270 GBAHMAIRE FSAN9AISE. 

231. Le pronom voits 8*empIoie pour ^u^par respect; 
ainsi, dans Racine, Iphig^nie dit k son pere : 

Quand vous cemmanderez, vous serez obei. 

Le tutoiement qni, dans le langage nsuel, est nn signe 
de f< imiliarit^, a an contraire nne certaine solennit^ en 
po^sie. iSr. : 

Va, je ne te hais point... (oobneilu:, le Cid). 

mon sonverain roi, 
Me voici dooc tremblante et senle devant toi. (ragine.) 

[Obigines latines. — Ce nous et ce vous, au singtdier, vien- 
nent d^un usage qui s'eat introduit vers la fin de Tempire 
remain : lea empereurs disaient nos, en parlant d^eux-m lines ; 
et, pour leur temoigner du respect, on diieait vos en leur parlant 
ou en leur ecrivant. 

[ * HiSTOiRE. — - Begnier Desmarais, dans sa Crrammaire (1 705), 
tout en reconnaissant qu'on pent se servir de tu pour vous 
€ dans la noble poesie d, fait remarquer que <t on ne. se sort 
gu6re du nombre singulier du pronom de la 2* personne, en 
parlant k qui que ce soit, k moins d'une tres grandefamiliarite, 
on k moins que ce ne soit une personne de tres basse condi- 
tion ». C'est seulement depuis la revolution de 1789 que Tusage 
du tutoiement s'est repandu dans la societe fraii9ai8e, et, par 
suite, dans la litt6rature.] 

§ 232. Les pronoms de la premiere et de la denxieaie 
personne, au singulier et au pluriel, out les deux genres; 
je, tu; vous, nous, servent pour le masculin et le feminin. 

Les pronoms do la 3® personne {I'l, elle; iky elles) pren- 
nent le mime genre et le mime nombre que le nom dent 
lis tiennent la place. Ex, : voyez cette maison; elle est 
grande. — Vojez ces Jai^dins; iU sont beaux. 

§ 233. Dans les phrases interrogatives, les pronoms 
de la 3® personne {il, elle; Us, elles) se placent apres le 
verbe, et cela mime quand le sujet du yerbe est exprime. 
Ex. : voire pere est-eV arriv^? 

Oes pronoms ferment un plSonasme avec le snjet ; mais 

Digitized by VjOOQIC 



SYNTAXE DV PEONOM. — § 284. 271 

ce pltonasme est n^cessalre pour marqner rinterrogation, 
qni, en frangais, est g6n^ralement indiqn^e par la posi- 
tion du pronom personnel snjet aprte le verbe. 
' Ce pMonasme se rencontre encore dans les diverses 
tonrnares qni exigent ou admettent le snjet plac^ apr^s le 
verbe (Foyez plus haut, § 223.) Ex. : Rome dut-elk p6rir ! 
A peine rnniyers eut-tl 6te cr^e... 

[* HiSTOiBE. — L'usage de ce pleonasme date du xvii* siecle. 
Mais on trouve encore ehez Malherbe : « A quel propos le soleU 
chasse la nuit ? i^ Cependant, dans ses notes sur Desportes, il 
le bifime deux fois d'avoir omis de r6p4ter le sujet.] 

§ 234. Le pronom de la iroisi^me personne forme en- 
core pleonasme dans certains tonrs de phrase rapides et 
expressifs. Ainsi : 

V II pent ^tre en qneique sorte Jete an commencement 
de la phrase, ponr annoncer le snjet. Ex. : 

<t Le voil^ done mort, ce grand ministre, cet homme si consi- 
^derable, qui tenait une si grande place ! d (m°^® de s^viONd.) 

2^ II pent Tenir apres nn complement mis an commence- 
ment de la phrase par inversion, ponr le rappeler et former 
le complement r^gnlier an point de vne grammatical. Ex. : 
Le Men, nous le f aisons ; le mal, c'est la Fortune, (la fontaine.) 

<L Cettejusticey qui nous est refusee par nos contemporains, la 
posterity saura nous la rendre. » (la bbuyAbe.) 

[* HiSTOiBE, — Dans la langue du xvi« et du xvii« siecle, il 
y avait souvent pleonasme dans Texpression du sujet ou du 
complement, un pronom venant repeter un nom ou m^me un 
autre pronom. Ex. : « PhilopcBmen^ voyant que ses citoyens 
estoient fort joyeux de cette nouvelle, et que chacun s'appres- 
toit pour s'y en retoumer k grand haste, il les en ditouma 
par les remontrances qu'il leur fit. d (amyot.) « Une bonne in- 
stitution, elk change le jugement et les moeurs. » (montaignb.) 
« Qui vous ecoute, il m'ecoute; etquivous rejette, il me re- 
jette. » (cALviN.) « Be nos lois et usanceSy il y en a plusieurs bar- 
bares et monstrueuses. i> (montaigne.) ^ Entre lesquels Camillus 
en fut un. j> (amyot.) « Mais de cela, cliacun en parle divers©- 
ment. » (malherbe.) « Dieu ayant resolu de former son peuple 
ii la vertu par l«s lois les plus expresses et en plus grand 

Digitized by VjOOQ IC 



S7S ORAMHAntE FBAKQAIBE. 

Dombre, tV r^solut en mdme tempb de les donner par ^crit. » (bo8- 
euET.) « Les Juifs qui, de deux fr^res qu'ils avaient vns rois, 
eti virent I'un prisonnier «t Tautre ne retenir plus qu*mi vain 
litre d'auioritc, :» (Id,) « Les Juifs demandant des miracles par 
lesquels Dteu, en remuant toute la nature, comme il fit a la 
sortie d'Egypte, il les mette visiblement au-dessus de leurs 
ennemis. » {Id.) € Qui interroge, il cherche; qui cherche, t7 
ignore » (Id.) 

Dans presque toutes ces phrases le pl^nasme s*ezplique : on 
bien la phrase est un pen longae, et Ton a voulu rappeler le 
Bujet on le complement, ou bien il y a eu une inyersion, oa 
bien encore I'auteur a voulu f aire ressortir davantage sa pensee 
etproduire quelque ejffet de style. A ce dernier point de vue, le 
pleonasme qui multiplie les sujets et les complements est encore 
admissible aujourd'hui. Ex. : <r Cet homme, je le hais, j'en ai hor- 
reur,* cet homme, t7 est la cause de tout le mal. » Mais c'est une 
exception, tandis que, au xyi« siecle surtout, e'etait an nsage 
des plus r6paDduB.| 

§ 235. Le pronom '{/, qni s'emploie an nentre 
(§ 69, Rem. Ill) avec les verbes impersonnels (il faui, il 
pleut, il neige, il tonne, il y va de aon honneur, il nest pas 
que....), forme soovent un pleonasme d'un autre genre : il 
Bert de snjet grammatical ou apparent a des verbes dont 
le sujet logique ou r6el est quelquefois au feminin on an 
pluriel. Ex. : 

J I pleut des balks; il est trots heures; il fait beau; il 

m'est venu une idee ; «7 y a peu de personnes; il se trouvait 

Ih gueig-iss personnes, 

II est des muds secrets, il est des sympathies. (cjorneille.) 

Souvent le sujet est un verbe k rinfinitif, soit seul, 

Boit pr6c6d6 de la preposition de, Ex. : // fatt bean voir,,, 

il en coAle de dire 

II est beau de mourir maltre de I'Hnivers. fCOBHBiLLE.) 
De murmnrer contre elle et perdre patience 

// est mal k propos. (malhbrbe.) 

Par ma barbe 1 // est bon (la fontaine.) 

// n*est qite de jouer d'adresse en ce monde. (molikre.) 

[Origines latines. — La plupart de ces verbes, prisimper- 
sonnellement avec il au neutre {illud), correspondent 4 des ver- 
bes latins, soit impersonnels (pZm7, etc.), soit pris imporsonnel- 
lement {est puhhrumy fit periculosum fete,),] 

Digitized by VjOOQIC 



SYNTAXE DU PRONOM^ - g 238. 273 

[•niSTOiRK. — Sous rinfluence de 1 'imitation du latin et du 
grec, les autenrs du xvi* et du xvn* eiecle multipliaient Tem- 
ploidupronom neutre. Ex. : « 1/ va bien. » (amyot.) « line 
Beroit^oint supportable. D (calvin.) c: // peut grandement 
servir... (coeffeteau.) 

li 86 connatt bien, h, la voir si par^e, 

Que tu vas triompher. (malhkrbe.) 

// est done vrai^ madame?... (RACiNfu.) 

€ J'ai bien soupiie de ne point aller k Vichy ; mais il 6Mi 
impossible. » (s^vign^.) (l II n'est pas croyable, ce que la pa- 
role 6tait capable de faire. d (bossubt.) 

// sert d'etre calomni^. (BACINB.) 

. . . // viendra me demander peut-6tre, 

Un grand homme sec, Ik, qui me sert de t6moin. (Id.) 

§ 236. Dans Temploi des pronoms de la 3^ personne, il 
&at ^vitor avec Boin les ^quivoqaes auzqnelles ils penvent 
donnerliea. La r^gle nniqae est la clart^; pour Tobtenir, 
on doit qnelqnefois r^p6ter le snbstantif. Ex. : 

a. Hyperide a imite D^mostbene en tout ce que D^mosthene 
ade bean. » (boileau.) — //, mis au lieu dunom de Dimosthine 
repete, eftt produit une amphibologie. 

§ 237. On emploie le, la, les dans les propositions 
subordonn^es, ponr designer le snjet de la t)roposition 
principale, quand le verbe n'est pas r^fiichi. Ex. : 

Qai pardonne ais^ment invite k TofEenser. (oobneille.) 

§ 238. Les pronoms de la 3® personne, lut, elle, eux, 
elks, accompagn6s des prepositions a et de, ne s'emploient 
gufere qu'en parlant des personnes. 

En general; lorsqu'on parle des choses on des animaux, 
on se sert des pronoms en (pour de lm\ d'eUe;d'eux, d'ellei) 
et y (pour a lui, a elle ; a eux, a elles). Ex. : ee cheval est 
mechant : n'en approchez pas^n*^ touchez pas. 

Les choses de la terre ne valent pas qn'on s'y attache, (nicolb.) 

Cependanty si Ton consid^re comme des personnes les 
animaux et si Ton personnifiie les choses, on se sert des pro 

Digitized by VjOOQIC 



274 GEAMMAIRE FBAVCAISE. 

noma ordinaires {lui, kur, etc.). Ex. : ces animanx ont 
faim : donnez-Zewr k manger. Aimez le travail : vous lui 
derrez I'aisance et la consideration. ^ 

Cetter^gle est k rapprocher d'une autre; d'apr^s laqnelle 
on remplace Tadjectif possessif par le pronom en. (§ 205, 
Beh.IL) 

Ebmaeque I. — Les pronoms en, y, s'appliquent bup- 
tout aux choses, et rarement aux personnes. 

[* HiSTOiRE. — Telle est la regie aujourd'hui gen^ralement 
aiopt^e. Mais les pronoms en, y, appliques aux personnes. 
sont d'un usage constant au xvii® siecle. Ex. : 

1. En. — « Tout le monde benit I'^lection que Votre Ma- 
jesty en a faite (du garde des eceauz). (malhebbe.) c Ce ca- 
binet est digne de vous, ma fille ; la promenade en serait 
digne aussi. » (s^vign^.) 

J*ai voulu par des mers en Stre s^paite. (sacinb.) 

c Un sujet ne pent se revolter centre son prince^ quand m^me 
il en serait injustement opprime. J> (racinb.) 

c lis adoraient le Dieu dlsrael, mais lis en joignaient le 

culte a celui de leurs faux dieux. » (bossuet.) « Si la conduite 

du mort avait ^te mauvaiee, on en condamnait la memoire. :» (Id.) 

II comialt NicomMe, il connalt sa mar&tre, 

II en aait, il en Toit i& haine opini&tre. (cobneille.) 

(Jn yieillard amoareux m^rite qu'on en rici (oobnbiIjLK.) 
« Les Perses 6taient liberaux envers les toangers et savaient 
8*611 servir. » (bossuet.) h Les senateurs les plus illustres, k n'en 
ragarder que Texterieur, difE^raient pen des pay sans. » (Id.) 
c lis adoraient le Dieu d'Israel, quoiqu^ils en joignissent le 
culte k celui de leurs faux dieux. j> (Id.) « Celui dont il lui 
6chnpperait de dire ce qu'il en pense. i> (la bbuyebb.] 

2. Y. — c: Le peuple ingrat oublia Dieu, et Jes desordres s'y 
multiplierent. » (Id,) « L'esprit de verite n'est plus parmi eux; 
la prophetic y est eteinte. » (Id,) 

Qu'il se donne 4 Mandane, il n'aura plus de crime. 
— Qu'il s'y donne, madame,et ne m'en dise rien. (corneille.) 
« On ne pent le connaitre sans s'y attacher. j> (s^vignk.) 
<c Quoi, ecouter impudemment Tamour d'un damoisean, et y 
promettre de la correspondance I » (moliere.) 

Oui, oui, je te renvoie 4 1'auteur des Satires. 

— Je i*y renvoie aassi... OfOi<liuiB.) 



Digitized by 



Google 



SYNTAXE DU PBONOM. — § 239. 275 

Est-cepeu de Camille? rjoignez-vousmascQur. (oobnsille.) 

« Quoique je parlo beauconp de vous,, j'y pense encore da- 
vantage. » (m™* de s6vign6.) « On me dit tant de mal de cet 
homme, et j'y en vois si peu. d (la brut^ee.) 

— « Cependant Regnier Desmarais, dans sa Grammaire frcm- 
gaise (1705), 6tablit une difference entre ces deux pronoms. II 
ne fait pas de difficulte de dire que <i: en se dit par rapport aux 
personnes et aux choses y> ; mais pour y^ il dit que <t cette parti- 
cule n^est point relative ordinairement des personnes. »] 

[Origines latines. — Le mot en est une sorte die genitif ou 
d'ablatif du pronom is; il vient de inde, adverbe d^riv^ de 
is, — Y est une sorte de datif du m§me pronom is; il vient de 
ibij csalocatif, qui a ^te employe par Virgile comme datif de{$: 

Ter conatus ibi collo dare brnchia circum. 

De mSme inde fait quelquefois en latin fonction de pronom 
k Tablatif . Ex. : inde vescitur ; inde seel era gignuntur, etc. 

Gette origine adverbiale des pron(»n8 en , y, explique pour- 
quoi ces deux pronoms s'em^oient plut6t pour les choses 
que pour les personnes : ce sent surtout des pronoms neutres.j 

Eemabque il — En ety s'emploient m^rne poor les 
pronoms de la 1^ et de la 2* personne. Ex. : 

Parlerez-vous de moi? — J'^parlerai. 
Penserez-vous a moi ? — J*y penserai. 

§ 239. Les pronoms en, y^ employes comme nentres, 
signifient de cela, a cela, et peuvent repr^senter des propo- 
sitions. Ex. : 

II a ete clement jusqu'4 s'ew repentir. (bossubt.) — La sen- 
tence en est prononc^e. {Id,) 
II n'en faut point douter, Auguste a tout- appris. (cobneille. 
II mouruh Mille bruits en courent k ma honte. (Id.) 

Je vois qu'on m'a trahi. Vous m'y voyez rfiver. (Id.) 

Eemaiiqub. — Les pronoms en et y entrent aussi dans 
plnsieurs idiotismes ou ils paraissent expletifs. Ex. : 

i. En croirai-je mes yeux?- — A en croire les apparences. — 
En venir aux mains. — S'en tenir k. — En imposer k. — En 
vouloir k quelqu'un. — N*en pouvoir plus. — S'cn aller. — Ne 

Digitized by VjOOQIC 



276 ' OBAMUAIBB FBAN9AI8B. 

pas savoir oh Ton w est. — En user bien on mal avec qael- 
. qu un. — O'en est assez, trop. — Cen est fait, etc. 

Bat I'air qui nen peut mais. (la foniai^ie.) 

2. 11 y va dela vie. — Je vous y prends. — Vous n-ypenses 
pau. — Je n'y vois goutte. — Y regarder a deux fois, etc. 

§ 240. En s'emploie dans les phrases doDt le sens est 
parti tif, surtout ayec les adverbes de qaaatifce et les adjec 
tifs numeraux non suivis d'un substantif. £x, : a-t-il de« 
protecteurs ? II en a beaucoup. 

Au lieu de deux, j'en ai rencontre tiois. (la fontaixk. 

§ 240 bis. * En s'emploie encore pour de Id^ de celie 
vilie^ de ce pays. Ex, : Vous allez a Paris ; j'en reviens. 
a Un de nos voyageurs a connu TOrient, et nous en a 
rapports le texte samaritain du Pentakuque. » (bossuet.) 

[Obiqinks latines. — C'est ici remploi tout a fait ^tymo- 
logique du mot en. (Voy. § 238, Rkm. I, Oeig. lat.)] 

§ 241. Les pronoms se, soi sont employes, en general, 
comme pronoms personnels reflechisy e'est-i-dire indiqnant 
nne action qui retoume sur le sujet ; par consequent ils 
marquent un complement (direct ou indirect). Ex. : il 
s'aime; il se nuit ; trop souvent on ne pense qu'^ coe. 

[ * Obigines latines et niSTOiBE. — Le pronom refl^chi 
soi, par sa nature m^me, ne peut ^tre le sujet d'une proposition. 
Aussi n'avait-il pas de nominatif en latin, ni de cas sujet dans 
i'ancienne langue. (Yoyet plus haut, § 220, tableau.)] 

Bemabque. — Le pronon soi peut n^anmoins (tre sojet 

dans certaines phrases indefinies. Ex. : 
On a soQvent besoin d'un plus petit que sot (la Fontaine.) 
Que soi ^quiyaut ici a : que soi (pour on) nest; c'est-^- 

dire : que Von rCest soi-meme, 

§ 242. Le pronom soi ne s'emploie gu^re, quand on 
parle des personnes, qu'apr^s les adjectifs ou pronoms 
ind^finis on, ckacun, quiconque, nul, personne, on apres 
un infioitif employ^ d'une mani^re ind^teimin^e. Ex, : On 



y Google 



BYNTAXE DTT PEONOM. — § 242. 277 

doit^viter de parler de soi. — Dire « chacun pom soi -» et 
« n'aimer que sot d, c'est de I'^goisme. 

[HiSTOiRE. — Aujourd'hui, au lieu de soi, on emploie /mi*- 
mime, dln'mdme: eux-m^mes, elles-mimeSy ou simplement /mi, 
elU, euXj elles, comme pronoms refiechis, quand ie sujet est de- 
termini. Ex, : cet bomme ne pense qu'a lui. 

Tel H'^tait pas I'usage de I'ancienne langue fran^aise, qui, 
plus voisine de son origine latine, et plus fiddle k Tetymologie 
comme a la logique, employait toujours en ce sens le pronom 
reflechi soi(mij sibi). Cet usage a subsiste jusqu'au xvu*si6cle; 

Le courtisan n'eut plus de sentiments k soi. (boileau.) 

Charmant, jeune, tratnant tons les coeurs apres soi. (racinb.) 

« Idomdnee, revenant k soi, remercia ses amis. »> (f6n6lon.J 
— « Dieux immortelsj dit-elle en soi-meme, est-ce done ainsi 
que sont fails les monstres? » (la Fontaine.) — o 11 a dit de 
soi : J'ai de Tesprit, j'ai du courage. » (la brdyere.) — « U 
appelle a soi toute L'autorite de la table. » (Id.) ~ « II leur 
sauve la peine de faire des contrats, de former des cof&es, 
de porter des clefe sur soi, » (Id.) 

La malpropre snr soi, de peu d*appr6ts charg6e. 

Est mise sous le nom de beauts n^glig^e. {^ohitvM,} 

L*u8age de mettre lui-mime, lui, elle-mime, elle, a la. place 
de soi, a commence a s^introduire d^s le milieu du itvii^ siecle). 
On trouve des exemples de cet emploi dans La Bruyere. Ex, : 
a Le diplomate laisse voir en lui quelque sensibilite pour sa for- 
tune. » Bossuet emploie Tun et Tautre de ces pronoms: « La 
stabilite de cet ordre ne servait plus qu'4 persuader que cet 
ordre avait toujours 6te et qu'il etait de soi-mime. » (spssuET.) 
« Si la nature est d'elle-m^me, elle n*a pas d<i attendre sa per- 
fection d'une maia 6trang6re. » (Id.) On lit dans les Notes de 
Th. Comeille sor les Remarques de Vaugelas : « Le P. Bouhours 
fait observer que, quand on parle en general, sans marquer 
une personne particuli^re qui soit le nominatif du verbe, 11 
faut toujours se servir de sot; mais que, quand il s'agit de 
quelqu'un en particulier, on met lui au lieu de soi, Elx. : « Cest 
im homme qui parle de'lui sans cesse. » — Vaugelas ne se pro- 
nonce pas aussi nettement ; mais il incline dans le m^me sens, 
et cela d^s 1647, date de la premiere Edition de see Eemarques, 
qui ne font que constater le bon usage. 

L'emploi du pronom soi, en ce sens, est d'autant plus 4regret- 
ter qu'il marquait, bieu mieux que lui, elle, ie rapport avec le 
eujet. JSoj. ; 

OOURt tup. IQ 

Digitized by VjOOQIC 



278 aRAMMAIRE FBAN9AISE. 

Qa'il fasse aatant pour soi comme je fais pour lui. (oorneillb.) 
Ou mon amour me trompe, on Zaire aujourd'hui, 
Pour Telever a soi, descendrait jasqu'^ lui. (voltairb.) 

« Celui qui croit pouvoir trouver en soi-m^me de quoi se 
passer de tout le monde, se trompe fort; mais celui qui croit 
qu*on ne peut se passer de lui, se trompe encore davantage. » 

(la bochefoucauld.)[ 

Bemarque. — Le pronomsoes'emploie aprfesles nomsde 
choseSy mats rarement qnand ces noma sont an pluriel. Ex. : 
tonte faiit« entratne aprte sot le repentir. On dit uTec le 
pluriel : tdptes lea faates enk'aineut apres elles le repentir. 

( * HiSTOiBE. — La rkgle qui interdit Temploi da pronom 
soi avec un nom de choses au pluriel, n'existait pas an xvii« 
siecle, non plus qu'au xviu® si^le. « Les profanations que lea 
guerres trainent apres soi. » (massillon.) — Condillac, qui ecri- 
vait avec soin, a dit : « des corps subtils en soi, » — On lit encore 
dans Chateaubriand : « II 7 a un certain travail du temps qui 
donne aux choses humaines le principe d'existence qu'elles 
n'ont point en soi, » 

§ 243. Les pronoms de la 3° personnene peavent rem- 
plaoer nn nom pris dans nn sens ind^termin^. 

Ainsi, Ton ne dira pas : J'ai demand^ pardon; t7m'a 6ti 
accord^. J'ai demand^ ^rdce; c/fe m'a 6te accordee. 

Mais on dira, en employant les noms dans un sens de* 
termini: J'ai demand^ mon pardon; it m'a ^te accorde. 
J'ai demand^ ma grace; elle m'a 6t6 accordee. 

On a vu (§ 196 bis) une rfegle analogue pour Tarticle. 

[ * HiSTOiRE. — Cependant les meilleurs 6crivains da 
XVII® siecle^ pr^f^rant la precision du style k la stricte correc- 
tion, et aussi parce que la r^gle n^^tait pas encore bien etablie, 
s^en sont qaelquefois affranchis, m^me en prose. Ex, i 

Je disais viriU, — Quand un menteur la dit, 

En passant par sa bouche, elle perd son credit. (CORNEIi«i«s.) 

NuUe paix pour Timpie : il la cherche, elle f uit. (racine.) 

Qoand je me fais justice, il faut qu'on qu'on se la fasse. (Id.) 

« Voulez-vous avoir grdce? Faites-la. » (malhhbbe.) « D 

pleut rarement en ^gypte; mais ce fleuve qui Varrose toute 

par ses d^bordements regUs, lui apporte les pluies et les neigee 

des autres pays. » (bossust.) « Un retour 4 la volont^ de 

Dieu fait prendre patience; prenez-/a done. » (iu >* db sivtQsL) 



yGoogk 



SYNTAXB DU PEONOM. — § 245. * 279 

« Quelques interpreles veulent que ce fftt un jour de f4ie. J'ai 
choisi celle de la Pentec6te. » (racine.) « II ne snffit pas d'avoir 
raison : c'est ki gSter, /a dishonorer, que de la soutenir d'une 
inaniere brusque et hautaine. » (f^kelon.) « II faut moins de 
joie au dehors a celui qui la porte deja dans le coeur. » (mas- 
siLLON.) « Vous dites que ce n'est pas votre f aute que de man- 
quer de foi, puisqu'e/Ze ne depend pas'de rhomme. » (M.) « L'un 
a raison, et Tautre ne Va pas. » (la bbut^rs). « Si celui qui 
est en faveur ose s'en prevaloir avant qu'elle lui 6chappe. » {Id,)] 

§ 244. Lorsqne le' pronom de la 3^ personne, pria 
comme attribute represente un nom pris dans un sens de- 
termine, il s'accorde avec ce nom en genre et en nombre; 
on emploie alors le, la, les. Ex, : lltes-vous la mfere de 
cet enfant? Je la suis. £ltes-Tous les t^moins? Nous les 
sommes. 

Mais lorsque ce pronom represente un adjectif, un 
nom pris dans un sens indetermiD^^ un verbe ou une pro- 
position^ il se met au neutre^ et reste invariable. Ex. : 
Madame, dtes-vous malade? — Je le suis. — Serez- 
vous attentifs? — Nous fe serous. — 11 faut aider les 
autres, autant qu*on le peut. — Si j'ai r^ussi, je vous le 
doJs. — Je fo veux, je le dois, il le faut. — « Les fourbes 
croient aisement que les autres le sont. » (la bbuyerb.) 
[HiSTOiBB. — C'est Vaugelas qui a le premier 6tabli cette 
regie (Voy» la Remarque sur la pour le, t. I, p. 87). Mais elle 
ne s'est etablie que lentement. Ni Comeille ni mime Racine ne 
Font observee. Ex,: 

Vous Stes satisfaite et je ne fa suis pas. (OOBNBILXjB.) 

Monsieur, je ne veax point tee lifie. — A I'autre ! 

— Je ne la serai point. (BACINB.) 

§ 245. On a dej4 vu divers emplois du pronom neutre 
de la S'^personne (§§ 235 et 244). Ce ne sont pas les seuls. 
Le pronom neutre le s'emploie comme synonyme de cela, 
et comme complement de verbes actifset m^me de verbes 
neutres, dans oertaines locutions. Ex. : Je me le tiens pour 
dit. — Vous le prenez sur un singulier ton. — Je vous le 
passe pour cette fois. — II ne le cede en rien k personne. 
Ainsi vous Temportez ! (oobneille.) 

^ Digitized by LjOOQIC 



280 ' GBAHHAIBB FBAN^AISS. 

* Rbmabqub. — Undes emplois les plus notables dapro- 
nomtieutre /e^c'est qnandil est exprimeavec le verbe etre^ 
ponr rappeler un participe pass^ passif qni pr^cMe et ea 
tient la place. Ex. : li est aime comme il m^rite de Tdtre. 

Par un abus qui tend k passer dans Pusage, an moins 
du langage familier, on emploie aussi quelqnefois le pour 
rappeler, non un participe, mais un verbe kun autre mode* 

[ * HiSTOiBE. — Les exemples , de ce dernier emploi du pronom 
le sont tres-fr^quents au xvii* et an xviii® siecle. Ex. : <r Vous 
n'avez pas besoin qu'on vous echauffe plus que vous ne V^tes. » 
(sifcviaN^.) « Rien n'est capable de nous consoler; pour moi, je 
serais tres-f^che de /'^tre. » (Id.) cll n'a rien ecrit qui nemeritit 
de r^tre. » (fleurt.) ^l Le boeilf remplit ses premiers estomacs 
autant qu'ils peuvent T^tre. » (bossukt.) « On ne pent vous es- 
limer etvoas aimer plus que vous ne /'§tes da vieuz solitaire. )> 
(VOLTAIRE,) <L Les hommes ne haissent rien tant que- de i'^tre. 3> 
(VADVENARGUES.) Regnier Desmaiais soutientque cette constnic- 
tion est parf aitement conf orme a aux principes et aux regl( s des 
pronoms relatif s,i> o'est-i-dire d6monstratifs (Gfrawim./Vaw^.lTOS, 
Traitedes pronoms), et il pretend qu'on pent dire : JeTaime comme 
\\ m^rite de /'Stre, puisqu'on pent dire : Je Taime comme il le 
m^rite. M. Leraaire, dans ses notes sur la Grammairedes Gram- 
moires, de G-irault-Duvivier (p. 1011), n'ose pas condamncr une 
construction qui lui semble « avoir pour elle Tautorit^ de Tnsage 
et qui ne presente aucune obscurite. » Cependant il est pr6- 
f Arable de I'eviter. On ne eaurait nier que, en general, les grands 
6crivains n'aiment roieux r^peter le verbe que d' employer ainsi 
le pronom, et que cette construction ne soit preferable. Ex. : a On 
ne loue d'ordinaire que pour 6tre loui, :p (la Rochefoucauld.) 
€ Laissez-moi pleurer men pere ' vous gavez <5ombien il merite 
d'etre pleur^, i> {f^nelon.)] 

§245^1*5. * Qnand la locution pronominale Pun,,, 
r autre, les uns... les autres, indique reciprocity, la premiere 
partie de cette locution est sujet et Taute'e complement, 
et Ton emploie en m^me temps le pronom refl6chi. Ex. : 
lis se lonent run V autre, les uns les autres, Ce pronom r6- 
flechi sert ici k mieuz marqner le complement. 

[*HiBTOiRE. — Ce pl^onasme n'existait pas en latin,' oft les 
cas suffisaient pour marquer le sujet et le complement. H- n'exis- 
tait pas davantage dans la langne du xvi« siecle, fiddle k la 

« Digitized by LjOOQ IC 



SYNTAXE DXT PftONOM. — § 247. 281 

syntax e Ifetine : « Les ev^ques ont eucced^ les uns aux mitres.., » 
(CALVIN.) « Us commencerent a dire les uns aux autres,.. » 
(amyot.) « Us se prirent a encourager Vun Vautrc. » (Id.) Mais 
le besoin de clarte fit ajouter le pronom r^flechi a Vun Vautre^ 
et cela d^s le xvii® siecle. Ex. : 

En ce monde, il se faut Vun Vautre secourir. (LA Fontaine.)] 
§ 245 ter. * On met nn trait d'union : 1** entre les pronams 
personnels et le mot meme {moi'ineme^ vom-meme, etc.); 
2*" entre I'imperatjf des rerbes et les pronoms personnels 
mot, tot) nous, vous, le, la, lut\ les, leur, en,y;Ex.:Farlez- 
Im, rends'la-lut, flattons-nous-en, transportez tjous-y ;d>'* en- 
tre les verbes, employes interrogativement, et le pronom 
personnel sujet (g^m dites-vous? quat-il ditf) 

2* DBS PRONOMS POSSESSIFS. 

§ 246. II y a entre les adjeotifs et les pronoms posses- 
sifs cette difference essentielle, que les premiers ( moa, 
ton, son, etc.) accompagnent nn snbstantif, tandis que les 
seconds (le mien, le tien, le sien) en tiennent la place , comme 
c'est le r61e des pronoms. Fx. : C*est mon livre. {Ad^^ 
possessif.) — Non, c'est le mien. {Pronom possessif.) 

Ebmarque. — Le pronom possessif pent s'employer 
d'une maniere absolue : 

1* An neutre et an singulier, pour indiqner le bien de 
chacun {de moi, de tot, de lui, etc.). Ex. : 

Et le tien et le mien^ deux freres pointilleux. (boileau.) 

[Origines latines. — Le tien, le mien, le ndtre, le vdtre, 
correspondent a tuum, meum, nostrum, vestrum, etc.) 

2^* Au plnriel, pour designer les parents de chacun. 
Ex. .• « On ne trouve de bien dit et de bien fait que ce 
qui part des siens. » (la BRUYiRE.) 

S** DES PRONOMS DIEMONSTRATIFS. 

§ 247. Bien que le pronom tienne la place du nom, ii 
ne pent Itre, comme le nom, suivi d'un adjectif. C'est 
done une faute grave, en fran9ais, que de faire suivre d'un 

COtTBS StJP. Jg^ 

Digitized by VjOOQIC 



^C52 GBAHMAIBE FBAK9AISE. 

adjectif on d'un participe les pronoms celui^ celk, cetix, 
celles. II faut r6p6ter le substantif ou prendre une autre 
tonrnure, par exemple, employer le pronomconjonctifavec 
le verbe etre. 

Ainsi Ton ne dira pas : ces personnes sont venues joindre 
celles deja nommees; mais : les personnes de/dnommees; ou 
bien : celles qui ont ete deja nommees, 

Bemabque I. — Celui ne*B'emploie que lorsquHl est 
suivides conjonctifs quiy que, dont, etc. Ex. : Celui qui 2l 
parM ; celui dont on a parl6. 

Rejiarque II. — Suiyi de la proposition rfe, le pronom 
celui a quelquefois le sens partitif. Ex, : Ceux de vous qui 
voudront me suivre. 

[* HiSTOiBE. — Le pronom d^monetratif celui^ nni au con- 
jonctif qui, formait, au xvi* siecle, deux locutions toutes la- 
tines^ qui avaient dejk disparu au temps de Vaugelas (1647). 
M. A. Benoist en cite de nombreux examples (De laSyntaaee 
francaise entre Palsgrave et Vaugelas^-p, 99 etsuiv.): 

10 Avec le verbe due et une double negation (le verbe suivant 
au Bubjonctif), il a le sens de nullus est quin [dicat ou faciat\, 
Ex. : « Wy eut ce.luy du conseil qui n'en fust marri. » (amyot.) 
<c II n'y a cekiy qui ne voie combien est n^ceesaire ce second 

poinct. » (CALVIN.) 

2° Avec la conjonction comme et riD:Mcatif, il a le sens de* 
ut qui, utpote qui. Ex, : « Lycurgue mesme fut bon capitaine 
comme celuy qui s'estoit trouvt en plusieurs batailles. > (amtot.) 
« Cicero sMnforma a ua de ses gens, qui lui dit son nom ; mais, 
comme celuy qui songeoit ailleurs, 11 le lui redemanda eocore 
depuis deux ou trois fois. » Cette demiere ton mure ay ant 6te 
abandonnOe, on en avait ebdayd une autre dans les premieres 
annees du xvii** siecle : « H s'informait si Alexandre, et commie 
vainqueur et comme jeune prince quHlestoit, n'avaitrien attent^ 
centre les princesses. >> Vaugelas accepte cette derniere locu- ^ 
tion, mais juge « encore plus elegant de snpprimer gu*i7 estoit.n 
II indique, comme « fort Elegante », une autre toumure qui a le 
m§me sens, et qui seule est restee dans la langue : « le mal- 
heureux quHl est, n'a pas seulement, etc. » [Ibid.j 

§ 248. Le pronom d^monatratif ce, au neutre^ est d'un 
usage trts-^tendu : 

Digitized by VjOOQIC 



SYNTAXB DTT PRONOM. -^ § 249. , 283 

1** Ce s'emploie tris fr^qnemment avec le verbe elrc^ 
surtout dan8 les interrogations. Ex, : 
Est-ee convenu ? C'est moi, cest T0ii8» cest 

N'est-ce rien ? lui qui,.. 

Etait-ce s6rieux ? Cesont et^a: qui {Voyez le 

Que sera-ce? § 272, Rem. II.) 

2° Ce entre dans un grand nombre de constructions et 
de gallicismes. Ex, : 

Ce qui..., ce que... Cest aflPaire k lui. 

Ce semble, ce me semble. Cest a savoir. 
Pour ce faire... en ce faisant... C'es^-i-dire. 
Sur ce, partons I Est-ce a dire que... ? 

C*est a qui fera telle chose. Qu est-ce k dire ? 
Cest a qui mieux mieux. 

3° Cfe doit n6cessairement s'employer devant le verbe 
eire quand le vrai sujet est apr6s Tattribut, surtout quand 
Tattribut est marqu^ par celui qai, celle qui, ce qui , etc. Ex, : 
Ce que je sais le mieux, c'est men commencement. (eacinb.) 

« Bien ecrire, c'est tout k la f ois bien penser, bien sentir et 
bien rendre. » (buffon.) 

Cependant, s'il y aune negation, ce pent 6tre omis. Ex. : 

• « fitre libra n'sst pas ne rien faire ; c'est 6tre seul arbitre de 
ce qu'on fai* ^a brdyerb.) 

§ 249. t , ^ jint au verbe etre au commencement d'une 

phrase, et suivi de la conjonction que, donne de la vivacity 

au style. Ex. : 

Cest le serpent qtce je veux dire, 
Et non rhomme (on ponrrait ais^ment d^y tromper). 

• (LA FONTAIKB.) 

iiC*estmBLYie,c^estmon imeque votre amitie. »(m»«de siviGNi.) 
Cette phrase est ^videmment plus vive que ne serait 
oelle-ci : « Votre amitie est ma vie, mon S.me. » 
On dit aussi sous forme interrogative : 
« Est'Ce ainei que vous vous jouez des hommes? » (fAnelon.) 
Phrase plus vive que celle ci ; < Vous jouez- vous ainsi ? • 

Digitized by VjOOQIC 



284 GRAMMATRE FRANyAlSlS: 

§ 250. Ce^ joint an verbe etre^ donne encore la formule 
explicative c'est que, et, avec negation^ ce n*est pas que, 
avec interrogation, est-ce que, Ex. : 

u Pourquoi les ouvrages de la nature sont-ils si parfaits? 
C'est que chaque ouvrage est-un toot, et qn^elle traTailiesur 
UQ plan ^tejmel. » (buffon ) « Ce n'est pas qu'ellese criit rede 
vable aux hommes. » (fl^chier.) 

§ 251. — Ce a forme les composes ceci, cela (§ 71, Rejl), 
qni ont un sens plus d6termin6. Ex. : on m'a dit cece", 
i'ai Tti cela. II y a ceci de remarquable. Cela s'emploie 
dans qnelqnes expressions famili^res, par exemple : c'est 
celal — Vojez ces enfents : cela ne fait que joner. 

* Remarque T. — Dans les interrogations, ceci et cela re- 
paraissent s^par^s; Ex.: Qu est-ce ci? Quels gens sont-ce Id? 

Quel maraud est-ce ci? (beqnabd.) 

Qa^estce Id que je vols? (la Fontaine.) 

i* HiSTOiBE. — Vaugelas ecrivait ceci, cela, en un sen! mot, 
me dans les interrogations. Ex. : « Quel manage de syllabes 
est cela? dJ 

* Remarque II. — Dans le langage familier, on dit son- 
vent ga pour cela. Ex. : Donnez-moi pa. 

II ne faut pasconfondrepa, sans accent, avecpd, ad verbe 
de lieu (de94, del4), ni avec ga! or gal interjection : Ex, : 

Or ga, sire Gregoire, 

Que gagnez-vous par an? (la fontaine.) 

(?a, messieurs les chevaux, payez-moi de ma peine. (Id.) 

4** DES PRONOMS INTERROGATIFS ET CONJONCTIFS. 

§ 252. II existe entre les pronoms interrogatife et'les 
•conjonctifs une telle parents que Ton a voulu voir dans 
les uns et dans les autres les m^mes^ pronoms, k savoir des 
pronoms conjonctifs. Qui vous accuse? sapposerait Tante- 
cedent lapersonne (dites-moi la personne qui vous accuse), 
Oela est inexact ; car le pronom dont n'est que conjonctif, 
et Von Terra (§ 253 et 254) que la forme de ces deux pro^ 

Digitized by LjOOQ IC 



STirrAXB ou promom. -^ § 258 285 

nom8(interrogatif of. conjonctif) eat distinofce en plnsienrs 
cas/ 

[* Obiginbs latinbs. — Les protioms interrogatifs fran^ais 
r^pondent aux pronoms interrogatifs latins : 

imasc. ( quis j .« 

] quern i ^ 

f6m. ( quae, quam ) que? 

neutre quid que ? quci ? 

lis se confondent, en general, avec les pronoms conjonctifs, 
qui ^taient distincts en latin an nominatif : masculin et ucntre 
gut, quod, 

De plus, la trace des anolens cas a dispam, et ia forme doni 
vient de de unde. Cependant on peut remarquer que les fonmes 
que et quoi s'emploient surtout comme complements. 

Que represente quern et quid, Comme representant dn nentre 
quidy le pronom interrogatif que se prend adverbialement dans 
le sens depourquoi. Ex. : « Que pariez-vous, Lucile, de la lune, 
et a quel propos ? » (la bbut^re.) 

Dieux 1 que ne suis-je assise & Tombre des forlts I (baoine.)] 

§ 253. Comme pronoms interrogatifs, qut^ que peuYenfc 
servir de sujet ou de complement. 

Le premier ne s'emploie qne ponr les personnes. Ex. : 
Qui est 1^ ? Qui cberchez-vous ? De qui parlez-TOus ? 

Le second ne s'emploie, en general (Voy, Rem. Ill), que 
pour les choses. Ex. : Que se passe-t-il ici ? 

Quand il est complement, il n'est d'ordinaire que com- 
plement direct. Ex. : Que dites-vous ? 

* Remarque I. — Qui s'emploie au neutre dans les 
locutions : qui pis est, qui plus est 

' [* HiSTOiBB. — Qui s'est employe pour les choses, dans le sens 
neutre, jusqu'au xvii<* si^cle : 11 etait alors plus voisin de son 
etymologic, quid, Ex. : 

Qui fait I'oiseaa? c'est le plumage. (LA fontaine.1 

Qui des deux dois-je sui\rre et duquel m'^loigner ? 

Ou laissez-moi p^rir, ou laissez-moi r^gner. (COBNBILLE.) 

Je ne sais qui m'arrSte. (bacine.) Dans le sens de : quelle raisorL] 

Remarque II. — Ges deux pronoms se placent entre 

, Digitized by VjOOQ IC 



286 GBAMUAIBE FBAN9AISE. 

deux propositions, pour exprimer nne interrogfttion indi- 
recte. Ex. : Jo ne sais qui est tcdu (ce qui repond a : Qui 
est yenu? Je ne le sais). Je ne sais que faire (ce qui re- 
pond a : Que faire ? Je ne le sais). 

EemarqueIII. — L'interrogation indirecte i qui forixie 

une locution elliptique assez fr^quente. Ex. : 

S'empresser ardemment 
A gut d6vorerait ce regne d'un moment. (cobneille.) 

Remarque IV. — Le pronom interrogatif qui, grue, 
peut ^tre non-seulement sujet, mais attribut. (Voy. § 207, 
Rem. II.) Ex. : Qui ^tes-Yous? Que sont-ils devenus? 

Remarque. V. — On dit interrogativement : 

Qui... et : qui est-ce qui.,.? Ex. : qui a parle ? qui est-oe 

qui ja parle ? De qui est-ce que vous parlez? d qui est-ce 

que Yous pensez ? 
Que... et : qu' est-ce que,..? Ex. : qu'avez-vous dit? 

qa*est-ce que vous avez dit ? 

Remarque VI. — Qui, interrogatif, s'est sonvent employe 

et s'emploie encore avec que, ayanL le sens de si ce rCest. Ex. : 

Que vois-je autour de moi, que des amis vendus? (BAeiNB.) 

Qui le sait, que lui seul? (la foktaine.) 

. Remarque VII, — Que, employ^ interrogativement 

comme complement indirect neutre ou comme adverbe, 

entre dans quelques locutions qui sont anoter. Ex. : ^M'im- 

porto? 0Me tardez-vous? Que ne faites-vous ce que je dis? 

Que vous sert-il qu'nn jour I'univers vous estime? (boilead.) 

Remarque VIII. — Entre deux verbes, le pronom in- 
terrogatif devient conjonctif (comme Tadjectif interro- 
gatif, § 207), et, au lieu de que, on dit ce que. Ex. : « Je ne 
sais ce que vous dites », c'est-a-dire : Que dites-vous ? 3e 
ne sais ce ou cela. 

[* HiSTOiRE. — La langue du xvi*^ siecle se tenait plus pres 
que la n6tre de la construction latine (nescio quid dicas), et, au 

Digitized by VjOOQ IC 



SYNTAXB DU PRONOM. — § 254. 287 

lieu d'un pronom conjonctif (ce que), elle gardait rinterrogatif 
que {quid). « Von ne sut jamais quHl devint. » (amyot.) « Le 
peuple se mit d demander qu'il estoit devenu. » (Id.) Encore au- 
jonrd'hni on dit (mais seulement avec rinfinitif : Je ne sais que 
dire, que penser, que reeoudre. — On trouve chez Oorneille: 
Le roi ne sait que c'est d'honorer k demi. ^— • Et^ chez Racine: 
Je ne sais qu'est devenu son fils. 

Au XYi® siecle on employait m^me le pronom que an lien de 
ce que pour le simple conjonctif quod, (Voy. § 254, Rem. X.) 

Les Icrivains du xvi« siecle ont m^me essaye d'introduire 
dans la langue une tournure toute latine, que c''est de {quid sit 
de). Ex : « Apprendre que c'est d* humility, (oalvin.) » lis ne 
savent pas m§me que c'est que de lajpaix. » (coeffeteau.) Mais 
de cette tournure, qui a disparu, en est venue une autre, ce 
que c'est que. On la trouve deji en germe dans Amyot : « On ne 
savoit anciennement en la ville de Sparte que c'^estoit qu'adul- 
tere. » C'est une des toumures regrett^es par La Bruy^re. 
(Chap. De quelques usages.)] 

§ 254. Qut,eji tant qne pronom conjonctif, s'emploie d'op 
dinaire comma sujet, et, avec une proposition^ comjne com* 
pigment indirect ; le pronom conjonctif que n'est employ^ 
qne comme complement direct. Ces pronoms sont toujou' 
de la m^me personne, du m^me genre et da mSme nombre 
que lenr antecedents qui est un nom on nn pronom. Ex. : 

C'est moi qui commande. C'est toi qui obOis. C'est nous 
qui commandons. C'est vous qui obOissez. C'est moi qui 
suis le maitre (si cest un homme qui park).. C'est moi qui 
snis la maitresse (si cest une femme). L'homme pour qui 
je me snis devout. 

[ * HiSTOiRE. — Cette r^gle n'a pas toujours ete observee au 
xvii« siecle. Ex. ;«I1 n'y a que vov^ qui vous pMisse donner cette 
liberty. » (malherbe.) « Je vous conjure d*6ter de votre esprit 
que ce soit moi qui ait tart. >> (s^vignA.) « II n*y a que moi 
qui passe sa vie k 6tre occupee du souvenir de la personne 
aimee. » (Id.) Moliere, qui n'ignorait pas cette regie et qui 
i'observe en general, semble y manquer qnelquef ois. Ex, : <c Eh 
ce cas, c'est moi qui se nomme Sganarelle. d 

Ce ne seralt pas moi qui se ferait prier. 

Nous chercherons partout & trouver k rediie, 
Et ne veirons que nous qui sachent Men 4crir$* 

Digitized by VjOOQ IC 



28S aEAMMAIRE FRAN5AISE. 

Peul-^tre y a-t-il quelque intention comique dans ces B0I6- 
dsmes pr^t^s k un Sganarelle, et surtout. Ruxfemmes savantes, 
qui se piquent de e: trouver k redire d au langage des autres.J 

Remabqub I. — Tout pronom conjonctif suppose un 
aot^c^dent, exprimi ou sous entendu. Ex. : Aimez qui 
rous aime (c*estr-i-dire celut qui). flauTe qui pent I — O'est 
en quol vous vous trompez (c'est-4-dire ce en quoi). 

Remaeque II.— Quelquefois il peut y avoir incertitude 
8Qr rant(§c^dent du conjonctif; c'est lorsque Tantdo^deut 
est suivi d'une apposition ou d'uu attribut. Si Ton vent 
attirer spteialement Tattention sur I'apposition 07: sur 
rattribut,on peutfaire de cette apposition ou de cet attri- 
but Tant^c^dent du conjonctif. Ex, 



1. Conjonctif rapporti au sujet : 
St je serai le seal qui ne pour- 
rat rien dire. (boileau.) 



'i.Conjonctif rapporti h V attribut: 
On pourrait dire aussi en oto- 

dtfiant le sens : Et je serai le 

seul qui ne pourra. 
Je suis Diom^de, le roi d'Bto- 

lie qui blessa,,. 



« Je suit DiomMe, roi d'ito- 
Ue^qui blessai V6nus au si^ge de 

TlOie. » (F^NELON.) 

[*HiST0iBB. — Au xvii« etau xviii* si^cle, le con jonctif 6tait 
le plus sou vent rapport6 an sujet, non k Tattribut. kx, : 

c Je ne euis pas le seul qui I'ai remarque. x> (vauoelas.) h Aucun 
de ceux qui est repris, mort ou viv^ant, n'est nomme dans ces 
Bemarques.i> (Id.) « Une des choses qui fait que Ton trouve si 
peu de gens agrdables en conyersation...)) (la Rochefoucauld.) 
c C est une despersonnes du monde qui a le plus de bonnes quali- 
t^s. 3> (s^viQN^.) C'est une des raisons qui fait inurmurer. » (Id.) 
cM. Chateauvillain est un de^ hommes de I'armee le plus estime. » 
CraoiNe.) « L'une des plus saiotes communaut^s qui fut dans 
r^glise.^ (Id.) c Une des choses qui peut-etre a attire plus de 
jalousie k cette maison.i> (Jd.) Ily a li sans doute un souvenir 
de la construction latiae : Justissimus unus Qui fuit in Teucris, 
(viroile.) Mais, dans la construction latine, il n'y avait pas de 
complement au pluriel. auquel diit naturellement se rapporter 
le conjonctif. Souvent le pronom conjonctif est mis k une autre 
personne quelesujet^par suite de Tellipse de quelque attribut £!a;..* 

Ellipse pour : 



II ne voit k son sort que moi 
qui s'int^resse. (Raoine.) 

Bt je ne vols que vous qui le 
puisse arrSter. (cornrille.) 

Ge ne serait pas moi qui se fe- 
rait prier. (MOLiiiRE.] 



II ne voit nul autre que moi 
qui ^ 

Je ne vols nul autre que vous 
qui 

Je ne serais pas ce^ui qui se 
ferait prier. 



D^s la fin da xv\i* eiiole cependant,on voit s^etablir, mdme cbez 

Digitized by VjOOQIC 



SYNTAXB DU PBONOM. — § 254. 289 

Eaeine, la conBtruction qui a prevala : « Ce dessein m*a fourni 
line des scenes, gut ont le plus reussi dans mti tragedie.9 (Pr^f. 
de Mithridaie.) — c Le passage da Rhin est une des plus mer- 
veiUeuses actions gut aient jamais etefaites. j> (boileau.) « L^eui- 
pereur Antonin est regarde comme un des plus grands princes 
qui aient regne. » (bollin.)<]: M. de Tarenne a eu tout ce qu'il 
fallait pour faire un des plus grands capitaines qui furent 
jamais. ]» (mascabon.) 

Gependaot on retrouTe encore Tautre construction au xviii* 
siecle. Ex,: « C'est une des pieces de Plaute qui a eu ]e plus de 
Bucces. » (VOLTAIRE.) m C'est un des hommes qui a fait \e plus 
de bien k sa patrie. J> (d'alembebt.)] 

Ebmaequb III. — Le pronom con jonctif ytie*, employ* 
sans Tant^o^dent celui,€k le sens de quiconque, est en g*n*« 
ral mascnlin, et peut Stre snjet oa complement. Ex. : 

1*^ Qui, snjet: <c Qui pent tont, doit tonfc craindre. » 

(COBNEILLB,) 

2* Qui, complement direct on indirect : Vous trouverez 
& qui parler. c Je le mets entre les mains de quiil m& 

platt. » (BOSSUET.) 

Choisis qui tu voudras, Chimene, et choisis bien. (cornbills.) 
A qui venge son pere, il n*est rien impossible. (Id,) 

Bemabque IV. — Qui pent aussi s'emplojer ayeo 
ellipse de Tantec^dent neutre quelque chose. Ex. : Yoili 
qui est bean; yoil& qui ya bien. 

[* HiSToiBB. — Au XVI* et au xvii* siecle on trouve souvent 
le pronom conjonctif qui^ sans autre antecedent qu'un groupe 
de mots ; il ^quivaut a ce qui, et vient sans doute du con- 
jonctif neutre latin quod, Ex. : a: II ne prit pan la ville, qui 
fut I'une des premieres charges et imputations que see mal- 
veillans lui mi rent bus depuis. }) (amyot.) u U faut encore 
savoir escrire, qui est une seconde science. :» (balzag ) a L'au- 
torite des'ephores, qui vaut autantddiie comme contrdleurs. » 
(AMTOT.) tt II a la permission de ne pas venir, gut est une grande 
depense epargn^e. » (s^vio^i^.) « £lle fut admonestee, gut est 
uoe tr^s legere peine. 2> (Id,) m Les rois de France ont m^rit*^ 
d'etre appeies les fils aines de 1 Eglise, gut est sans doule l& 
plus glorieux de tous leurs titres, » {bossubt.) 

Cette construction est un Jatiuisme. Ea latin le conjonctif 

C. 8UP. 17 

Digitized by VjOOQ IC 



290 GBAMMAIRE J^HAX^AISE. 

peat ' Be rapporter par attraction au nom suivant (animal 
quern vocamus leonem,)] 

RBaiARQUB V. — Qui, rip^ti, s'emploie dans le sens de 
les tin*..,, les auti^es. Ex.: lis se saisirent g^m* d'une ep^e, 
qui d'une piqne. a Chacun y est en action et en exercice, 
qui i b&tir, qui k faire remuer la terre, qui k ragricnl- 
mre, qui dans le jardin. » Cbossuet.) 

Remakque VI. — Qui, suivi de que et du verbe eh^e au 
subjonctif, forme la locution elliptique qui qm ce soil 
(e'est-i-dire quelque personne que ce soit), 

Beuabque VII. — Oil emploie encore qui avec di- 
yerses ellipses apparentes oureelles. Ex, : II tient celade 
je ne sais plusyw/. — (Ici il n'y a pas ellipse, inais inver- 
sion : < Je ne sais plas de qui il tient cela, )) ) On est entre 
secr^tement : devinez qui, (11 y a ellipse : devinez qui est 
entre.) A qui mieux mieux, 

[* HiSToiRE. — Au XVI® et au xvii® siecle, le conjonctif qui 
s'einployait souvent dans lo sens de si quelquun (en latin si 
quis). Ex, d La borne, qui la veut justement garder, est un 
bien qui bride la puissance, et qui ne la veut garder, est une 
preuve et tosmoigaage qui argue I'injustice. » (amyot.) « Qui 
parle du loup on en voit la queue. » (Proverbe cite par 
PASQUiaa.) «Halte-14,<?ui vive! (si quis vivat!) » <t Qui in'aurait 
fait voir tout d'une vua tout ce que j'ai souffert, je n'aurais ja- 
mais era y resister. » (sfiviGNi^.) 

Qui pourrait toutefijis en d^toumer Lysandre, 

Ce feerait le plus sdr. (cobnbille.) 

Remarque VIII. — Que entre, dans diverses autres lo- 
cutions elliptiques, comme neutre et avec le sens : 

1* de quoi; Ex. : je ne sais quo faire ni que dire,- je 
n'en ai que faire ; 

2* De ce qui, ce que ; Ex. : advienne que ponrra ; coute 
que coute; vaille que vaille; 

8* de quoi que ce soit qui on que; Ex. : fais ce que dois, 
advienne que pourra. 

I* Origines LATiNBS. — Daus le Lreinier cas, o'est quid. Daub 
le second gtiWgMia.] 

Digitized by VjOOQIC 



SYNTAXE DU PBONOM. — § 255. 291 

Rbmaeque X. — Ce qui, ce que forment des locntiona 
conjonctiyes du genre nentre. Dans ce quU le qui faitfonc- 
tion de snjet ; dans ce que, employe avec le yerbe etre et 
quelquesverbes pris impersonnellement, le j'tie joue le idle 
tant6t d'attribut, tantdt de complement. Ex. : 

V attribut : 

Vous fites au/jourd'hui ce gw'autrefois ie f us. (corneille.) 

2® complement (avec ellipse) : 

Croyez-en ce quHl vous plaira [sous-entendu : de croire). 

Et rose elle a v6cu ce que vivent les roses : 

L'espace d'un matin. (malhebbe.) 

I* HiSTOiRB. — De m^me que Ton employait autrefois que au 
lieu de ce que (pour quid) dans les interrogations indirectes 
(Voy. §253, Rem. VII, Hist.) ;de mtoe onmettaitgue au lif u de 
ce que (pour quod) . Ex. ; « Je vouslaisse de pewser* qu'\\ diroit. » 
(h. estiennb.) « 11 8*esmerveille que ce pouvoit ettre. » (amyot.) 

Ctt emploi de que conjonotif sans ant^c^dent, est rest^ 
dans quelques locutions ; £j:. : cc Fais ce que dois, edvienne 
que pourra. t> (Proverbe.) « Je n^ai gue faire de vos dons. » 
(MOLiiEBK.) La Fontaine a dit de m^ne, mais avec un tour qu'on 
n*emploierait plus aujourd'bui : e: II ne pouvait que dire sann 
odorat. d Malherbe : cc Qni n'avait jamais ^prouv6 que peut 
un visage d'Alcide :s>, quid 'possiU..\ 

§ 255. Quoi est nn pronom nentre, qni est Interrogatil 
dans le sens de quelle chose, et conjonotif dans le sens de 
laquelle chose. 

V Dans les interrogations directes on indirectes^ quot 
est ordinairement complement. Ex. : De quoi est-ce qne 
Yons parlez? A quoi est-ce que yons pensez? Dites-moi en 
^Moi je puis vousservir. ^ 

II n'est snjet qne dans certaines phrases elliptiques. Ex.: 
Quoi de nouveau? (qu'y a-t-il de nouveau?) 

Remabqub I. — Quoi entre, avec le verbe savoir, dans 
nne locution fr^quente, qui peut s'employer substantive- 
men t :je ne sais quoi. Ex, : « II devient unje ne sais quoi 
qui n'a de nom dans aucune langue. 2> (bossuet.) 

Bemarque II. — II e'emploie isol^ment comma inter- 

Digitized by VjOOQ IC 



292 - aEAMMAIRE B:RAN5AISB. 

rogation on exclamation. Ex,: Quoi? (Qn'y art-il?). Qwnf 

Eh quoi I Quoi done I 
2^ Comme conjonctif, quoi est toujours complement. Ex. : 
Voili ce sur quoi Ton a tanfc dispute. {Diet. Acad,) 

* Remarque I. — Quoi conjonctif se met» soit avec des 

noms de choses, ,soit ayec les expressions indefinies ce. 

Hen, Ex, : 

« Est-ce un sujet powr gwot vous fassiez sonner vos mantes ? » 
(la FONTAINE.) « On voit ici la raison ^^our quoi,,. » (bossuet.) 
« Voili ce d quoi le monde consacre des 6loges, » (massillon.) 
« Parmi les faiblesses extremes a quoi je sens que men esprit 
est sujet. » (boubdaloue.) M. Fouquet ne veut pas qu*on juge 
son proces sur des chefs sur quoi il n'aura pas dit sea raisons. » 
(siviGNE.) On voit par ces deux dernieres phrases, que le con- 
jonctif quoi se rapportait quelquef ois k des substantifs au plu- 
riel. L'interi'ogatif quoi s'employait dans un latinisme trans- 
porte en fran^ais, quid plura? « Quoi plus? ce peuple, dit 
Moi'se, t'assi^gera dans toutes tes places. » (bossoet.) 

Remarque IT. — Quoi s'emploie quelquefois avec ellipse 
d'nn substantif on d'un pronom neutre qui devrait lui ser- 
vir d'ant^c^dent. Ex,: Voici k quoije pense. Dites-moi en 
quoi je puis vous servir. Donnez-moi de quoi 6crire. Avoir 
de quoi viyre, el (avec ellipse du verbe : avoir de quoi). 

Une telle imposture a de quoi me surprendre. (moli6re.) 

Remarque III. — Enfin, suivi de que, il ^quivaut k 
quelque chose que. Ex. : quoi que vous disiez. 11 s'^crit alors 
en deux mots et ne doit pas ^tre confondu avec la conjonc- 
tion quoique (Ex. : quoique vous disiez de bonnes choses), 

§ 256. II faut 6viter les Equivoques dans Temploi des 
pronoms conjonctifs qui, que, dent, etc. 

1** Pour cela,on doit rapprocher ces pronoms autantqne 
possible de leur antEc6dent. Ex, : il y a dans Vhistoire des 
faits qu'on ne doit pas oublier {ei non . il y a des fails dans 
Vhistoire qu'on ne doit pas oublier). 

Mais s'il n'y a pas d'ambiguitE k craindre, I'ant^dent 
pent ^tre Eloign^ du conjonctif, surtout en poesie. Ex. : 

Un loup Burvint & jeun, qUA cherchait aventure, (la fontainb.) 

Digitized by VjOOQIC . 



STNTAXE DU PRONOM. — § 266. 29S 

[* HlSToiRB. — Aujourd'hui, la preoccupatioQ de la clart6 fait 
mettreleplus ordinairement leconjonctif atissit6t apr^s 8on ante- 
cedent. Au XVII' siecle, Tantecedent se pla^ait tr^s souvent a 
quelqae distance du conjonctif, ce qui donnait aux phrases 
plus de vivacite. C'est Ires frequent surtout chez M°^« de Se- 
vigne. Ex. : d Je vis hier une chose cbez Mademoiselle qui me 
fit plaisir, d « On fit un bal le jour de la saint Hubert qui dura 
une demi-heure, » Etc., etc. 

Et j'ai desgens en main que femphierai pour vous. (moliebe.) 

Tandis que Celimene en ses liens s'amuse, 

De qui I'humeur coquette et I'espvit m6di8ant... etc. (WOl 

2** On pent encore, pour ^viter les equivoques,. on pour 
insister da vantage sur le conjonctif, remplacer qui, dont^ 
a qui, par lequel, duquel, auqueU laquelle, lesquels, etc. £x, : 
Au lieu de : la femme du voisin a qui fai parle hier, il 
faut dire, selon le sens : auquel fai parle, ou a laquelle j'ai 
parl6. 

( * HiSTOiRE. — Les ecrivains du xvi* siecle usaient souvent 
de ce conjonctif pour lier ensemble les deux parties d'une 
phrase. On le trouve encore au xvii* siecle. £05. • « Ce qui est 
necessaire pour discemcr les verites, lesquelUs j^ai deesein de 
donner entieres. » (pascal.) 

...Car, gotitez'bien, de gr&ce, 
Ce raisonnement'Ci. lequei est le plus fort. (moli^re.) 

Remarque I. — Les conjonctifs qui et lequei se met- 
tent toujours en tdte des propositions incidentes; k moins 
qu'ils ne servent de complement k un substantif pr6ced6 
d'une preposition; dans ce dernier cas, ils se mettent apres 
la preposition et le substantif. Ex. : 

Le general sous les ordres de qui (ou duquel) vous servezo 

Remarque IL — • Lequei, comme qui, est k la fois in- 
fcerrogalif et conjonctif. Employti interrogativement, lequei 
se prend comme sujet, comme complement direct et comme 
complement indirect (apres les prepositions dans, pour, 
vers, sur, etc.). Ex. : Lequei est venu? Leqwl avez-vous vu? 
Pcur lequei s'est-il prononce ? 

Remarque III. — Comme conjonctif, lequei fait plus 
souvent fonctionde complement indirect (avec les preposi- 

Digitized byVjOOQlC 



294 GRAMMAIBE FBAVgAISE. 

tioM qui Tiennent d'etre indiqn^es) que de sujet et gur- 
tout de complement direct. II s'emploie comme sujet dans 
le style eoutenu. Ex. : 

L'^loqnence est un don de T&me, leqyiel nous rend maitre 
du coeur et de Tesprit des autres. (la bruyere.) 

[* HiSTOiRB ET Origines LAT1NE8. — En grec, et snrtout 
en latin, une phrase etait souvent unie a la precedenle par un 
adjectif ou pronom conjonctif ( c^ ou qui), II en ^tait de m^nn 
dans I'ancienne langue fran9ai8e; cette construction est fie- 
quente au xvi® siecle et jusqu'au xvii® siecle. Ex. : « Suivant 
lequel propoSy Timocr^on, po^te rhodien. le pique bien ai<;re- 
ment. » (amtot.) « Quoi entendu, Marcellus ordonna ses gens 
en bataille. » ild,) a: Pour a quoi parvenlr, il fit assembler tout 
le peuple. » (Id,) a Four d- laquelle satisfaire, il avait eu plu- 
sieurs jours. 3)(montaiqne.) — A.u xvii* siecle, par souvenir des 
constructions latines, on employait lequel sans difficulte m^me 
comme coorplement direct. Ex, : « Toutes lesquelles choaes si 
VOM.S n'avez connues en moy, vous en devez au moins avoir vu 
les semences des ma premiere jeunesse. » (voiture.) a II n'a- 
cheta que des langues, lesquelles il fit accommoder a toutes les 
sauces. » (la Fontaine.)! 

§ 257. Qui, employ^ comme complement indirect et 
prec6d6 d'une proposition (a qui, pour qui, en qui, etc.), 
ne se dit que despersonnes. Ex. : j'ai vu Phomme a^ut vous 
avez parll. 

Qaand on parle des animaux ou des choses {h moins 
qu'elles ne soient personnifiOes), on emploie les pronoms 
lequel, laquelle, etc., pr0c6d6s d'une proposition. Ex. : les 
travaux auxquels vous Otes adonnO. Mais on pent aussi 
employer ces pronoms quand on parle des personnes. Ex. : 
les maitres auxquels est confine votre education. 

[* HiSToiRE. — Cette difference n*a pas toujours ete observee, 
m^me au xvii® siecle. Ex. : « Quelque magnifique palais sem- 
blable a ces cbS.teaux de qui nous entretiennent les poetes. » 
(bossuet.) « He pacifique, oti se doivent terminer les differeuds 
de deux grands empires d qui tu sers de limite. » (Id,) 

Un faix sous qui "Rome succombe. (OORNBILLB.) 

Un prix a qui tout c6de. (BACINB.) 

Je triomphe aujourd'hui du plus juste courroux 
De qui le souvenir puisse aller jusqu'4 vous. fCOBKEILLE.1 

Digitized by VjOOQIC 



BYNTAXE DU PBONOM. — § 250. 2»5 

..; Oe fatal Bommeil, par qui r&me chanb^e 

Dojten repos sur le bord des enfera. (BACINF.y 

« Une de ces injures pour gm' un honn^te homme doit p^rir. » 

(moliere.) 

On trouve encore, mais plus rarement, le pronom qui ainsi 
employ^ au xviii® siecle. Ex. ; « Ce petit ouvrage pour qui j'ai 
tant de seneibilite. » (voltaire.) « La main par qui Dieu m*a 
frappe. » {Id,)\ 

§ 258. Dont marque le cornpl^ment qu'exprime la pro- 
position de, pr6c6dant les pronoms qui, kquel, laquelie, 
quoi, etc. (i tous les genres et a tons les nombres). Mais^, 
h la difference des locutions dequi, duquel, de quoi, etc., ii 
est exclnsivement conjonctif. Ex. : 

(L Les maux dont la vie humaine n'eet jamais exempte. i» 

(B08SUET.) 

Lasse enfin des horreurs dont j'etais poursuivie... 

(RACINE.) 

Dont est tou jonrs le premier mot de la proposition inci- 
dente formee par ce pronom. Fx. : nn homme dont la des* 
time est enviable, dont on pent envier la destinie, 

* Quand dont est le complement d'nn nom, ce nom no 
pent dtre que sujet on complement direct, comme on le 
Toit par les exemples qui precedent. 

[* HiSTOiRE. — Au XVI* siecle et au commencement du xvii«, 
par souyenir des constructions latines, dont pouvait dependre 
aussi d'un complement indirect. Ex, : 

Allez k la male heure, allez, Hmes tragiques, 

Dont par les noirs complots (mALHEBBB.)] 

§ 259. Apres les verbes qui indiquent extraction^ des- 
cendanccj on bien sortie, on emploie les conjonctife dont 
oa d'l^ii : 

V On met dont pour marqner Yextraction, la descen* 
dance. Fx. : les ancetres dont il est descendu; le sang dont 
il sort (sang a ici le sens de famille), 

2° On emploie d'ow pour indiquer Taction. de sortir. 
Ex, : la Yille d'ou je viens ; la maison d'ow je sors. 

Digitized by VjOOQ IC 



29^ aHAHMAIBB FBAK^AIBE. 

EftMABQUE. — On pourrait dire ; « la maison doni je 
sorsi>, si le mot maison ^tait prifi an sens figtire {race, 
famille). 

(* Oriqines latines et Histoire. — Cette nuance de signifi- 
cation entre dont et d'oii est deja indiquee par Vaugelas dans 
ses Bemarques sur la langue francaise et precisee par Th. Cor- 
neille dans ses notes sar ce livre. La difference entre dont et 
d'oii derait^tie moins sensible dans Tancienne langue francaise 
qn'aujourd'hui. Le sens de ce pronom etait reste plus pres de 
son etymologic {vnde, § 72) ; par exemple, dans ce vers de 
Desportes, blS,m6 du reste par Malherbe : 

Se remet au chemin dont il ^tait yeniu 

et dans ceux-ci, de Corneille (Nicomede) : 

Le S6nat n*^pargnait promesse ni menace, 
Et rappelait par Ik son escadrou mutin, 
Et da mont Qairinal et du mont Aventin, 
Doht il I'avait vu faira une horrible descente. 

On trouve encore dans Racine (Bajazet) : 

Bentre dans le n^ant dont je t'ai fait sortir. 

et dans Voltaire : 

Ma Tie est dans les camps dont vous m avez tir^. 

Au xvi« siecle, dont s'employait dans son sens ^tymologique, 
et Rabelais T^crivait tantdt donty tant6t d'ond. Ex. : D'^ond ea-iu? 
On a dit aussi en ce sens : dont il advint ; Ex. : 

Dont il advint que par faute de soins, 

S'il yalait pea, ses nls ralarent moins. (andriettx.)] 

§ 260. La locntion d'ou n'est pas la senie dans laquelle 
Tadverbe ou (comme on Ta vu § 72, Rem. II) fasse office 
de pronom conjonctif^ et remplace lequel, laquelle, les- 
quels, lesquelles, precedes d'une preposition. Ex. : L'hon- 
neur ou j'aspire, pour auqueL. 

[*Bistoire. — Au XVII® siecle, Tadverbe oil s*employait sou- 
vent comme pronom accompagn6 d'unc preposition, surtout 
de la proposition dans (dans lequd, auquel^ chez lequel),eic.]Ex,, 

Les soins cruels oil j'allais m'engager. (hacine.) 

L'hymen oil j*6tais destinOe. (Id | 

« Cette loi universelle oil nous sommea condamnes.i> (sifiviGNi,) 

Cost oil je mets aussi ma gloire la plus haute, {moli^re.) 

Digitized by VjOOQIC 



SYOTAXS DU PRONOM. — § 260 bis. 29 r 

€ Vons ne sanriez rien m'ordonner oii je ne r^ponde aussitdt 
par one ob^issance aveugle. t^ (Id,) 

Le y^tablc Amphitryon est rAmphitiyon oit Ton dtne* 

(MOLIEBE.) 

<[ Les choses oil il a le plus d'affection. ]» (pascal.) a Pensez oil 
vous vous engagez. i> (Id.) cc Les JSgyptiens sont les premiers 
oil Ton aitsu les regies dn gonvemement. i> (bossuet.) <i Le pre- 
mier de, tous les peoples oil on voie des bibliohteques est 
celui d'Egypte. 3 (Id.) <r Un dessein oil des vieillards expe- 
rimentes ne purent atteindre. i> [Id,) a Quel que chose ou il 
n'a nnlle part, d (la BBUYisRE.) c Un engagement oil il n'est 
pas propre. > (Id,) 

On lit* 4 ce sujet dans Vaugelas, Remarques siir la langue 
francaise : « OA, adverbe, pour le pronom relatif. — L'usage 
en est Elegant et commode. Par exemple, le mauvais 6tat oil je 
vous ai laiss^ est incomparablement mieux dit que le mauvais 
4tdt auquel je vous ai laiss6. Le pronom lequel est d'ordinaire 
«i rude en tous ses cas, que notre langue semble y avoir 
pourvu, en nous donnant de certains mots plus doux et plus 
courts pour substituer en sa place, comme oti en cet ezemple, 
et donty quoi, en une infinite de rencontres. j> Vaugelas n'a pas 
ces86 d*avoir raison, et il est a regretter que Temploi de oA, dans 
Id sens qu'il signale, soit un pen tomb^ en desuetude.] 

§ 260 bts. * Dans les propositians coordonn6e8, ou 
entre un pronom conjonctif, ce pronom s'exprime en 
gto^ral devant le verbe de chacune de ces propositions, 
dependant il peut etro remplae6 par la conjonction et, 
cm par nne simple virgule. Ex. : « L'homme qui conlem- 
ple la nature, qni T^tudie... » (buffon.) On pourrait dire: 
qui la centemple et I'^fcudie. Mais le pronom conjonctif 
doit toujonrs Stre exprimd, quand il est taat6t snjet, 
taut6t complement. Ex, : c Celai qui r^gne dans les cieux 
eide qmrelbrent tous les empires... » (bossuet.) 

}* HiSTOiRE. — Cette r^gle n'est presque jamais observee an 
XVI® si^cle, et ne Test pas toujouro au xvii*. Ex, • « Quant d 
I'autre sorte d'inceste, que la superstition rCa point fait term 
pour incestCy mais la loi de Dicu a express&ment condamn^, ne 
voit-oa pas comme il est commun? t> (h. EstxpNNE.) — On 
trouTe Bouvent un ^eul pronom, meme quand il f^ot marquei 

GOl Its 8UF. 17 

Digitized by VjOOQ IC 



298 GRAMMAIRB FRANfAISE. 

le sujet fet le complement. Ex. : « Vou's avez ce que tous ha- 
mains app^tent natureUementj et a peu d'iceux n'est octroy^. » 
(RABELAIS.) « Nous avotis accoustume de nous esmerveiller de 
ce que nous trouvons estre vray et toutefois ne nous eust semble 
vraisemblable, « (h. estienne.) — D'autres fois, le pronom 
relatif, au lieu d'etre orais dans la seconde proposition, est rcm- 
plac6 par un pronom demonstratif . Ex, : « II f nt accorde que 
les Sabins et les Romains babiteroient ensemble dans la ville, 
laquelle seroit appeUe Rome, et les habitants en seroient appeles 
Quirites, » (amyot.) « Le dniide Adautas, d qui les bergeres du 
Lignon ftUaient conter leurs infortunes, et en recevaiettt une 
grande consolation. » (s6vigne.) Cette. derniere construction 
est toute grecque et toute latine. Cicenm dit, dans VOrator : 
species pulcbritudinis eximia quaedam, quam intuenSj in ea 
que defixus*., i> 

I* HiSTOiRE. — L'emploi des pronoms conjonctifs donne 
encore lieu 4 plusieurs remarques dans la langue du xvii® siecle; 

1° P^mploi du pronom conjonclif avec un pronom personnel 
dans des phrases oil nous mettrions ua pronom conjonctif et 
un pronom possessif . Ex. : a J'6tais comma ces gens dont 
I'applipation les emp^che de reprendre leur haleine. y> (s^vign^.) 
(c Je reviens i mon pauvre cousin, dont la sante ne lui a pas 
pormia de venir cet hiver a Paris. » (Id.) On dirait atrjourd'hui : 
que leur application emp4che...; a quisa sant^n'apas permis.., 

2° Emploi de deux pronoms conjonctifs Tun apres Tautre 
apres les verbes dire, mafider, assurer, croire, estimer, vouloir^ 
craindre, etc., dans des phrases que Ton couperait aujourd'hui 
par une incise ou que Ton continuerait par une proposition 
inBnitive (§ 172, 1<> Rem.). Ex. : « EUe chante victoire d'un ton 
andacieux que je crains qui n'attire quelque punition. 3 
(s^viGNi^.) € II me loua fort d'ane lettre quHl m'a assure qui 
etait fort bien ecrite. y> {Id.). On dirait aujourd'hui : un ton 
gut, je le crains, peut attirer quelque punition; une lettre qui, 
ma-t-il assure, est bien ecrite, ou quHl m'a assure itre bien 
Ecrite. La construction du xvu® siecle venait de constructions 
latines : quern timeo ne...; quam affirmavit esse.., 

3^ Emploi du pronom conjonctif avec la cnnjonction que, 
apres les m^mes verbes, construction repondant a la proposition 
infinitive des Latins, et qu'on remplacerait aussi aujourd'hui 
par une incise ou par une proposition infinitive ; Ex. : « MM. de 
Bouillon ont repondu par un ecrit que je crois qu'on vous a 
envoys aussi. » (s^vign^); quod credo tibi missum esse; qui,je 
le crois, vous a 6t^ envoys. 

Cet enfant sans parents gw'elle dit g^u'elle a vu. (baoinjc.) 

Digitized by VjOO^IC 



SYKTAXE Dn PHONOK. — § 262. 299 

<c Voire regne que le ciel a voola quHl ftt on si^de de mer- 
veillee. » (bacine.)] 



5" DES PRONOMS INDEFINIS. 

§ 261. Le pronom indefioi on est dn mascnliu^ k moins 

qu'il ne d^signe une femme. Ex. : on n'est pas pins insolent 

que cet homme ; on n'est pas plus pieuse que cette femme. 

On est toujours du singulier, bien qu'il puisse Fe rapporter 

a plnsieurs personnes et avoir un attribut au pluriel. Ex. : 

Vous, Narcise, approchez, et vous, qu'onte retire, (bacine.) 

De tous V08 fa9onnier8 on n'est pas les esdaves, (moi^i^be.) 

m On n'est pas plus occup^ que nous le sommes. :» (s^viGNii.) 

Remarque I. — Par enphonie on dit Pon^ et -t-on. 
Ex. : SiVoUy dirat'on, au lieu de on, apr^s une Toyelle, 

1^* HisToiBE. — Ces regies d'enphonie ont et6 pour la pre- 
miere fois fixees par Vaugelas (t. I, p. 64-66) ; mais cela n'a pas 
ete sans reclamation. En 1704, TAcademie fran^aise jngeait 
qo'il y avait e: quelque chose de trop affecte k dire si Von. » 
Elle 6tait d'avis de dire simplement aion, comme disait Amyot. 
Dans Tancienne laDgue on trouve s'ouy pour si on, 

Du reste, Von se rencontre tr^s fr^quemment au xvu' siecle, 
au commencement des phrases, par exemple chez La Bruyere ; 
ce qui s'explique par I'etymologie da mot (Voy. § 74, ObiQ, 
LAT. 2). Cette etymologie est deja donn^e par Vaugelas (I, 65^, 
qui remarqae que on et VOn se mettent avant le verbe, jamais 
apres, tandis que-t-^m se met apres les verbes terminus par une 
voyeJle. Cette demiere forme date du xvii® si^cle. Jasqu a la fin 
du xvi° siecle, on employ ait concurremment les deux formes 
Von et -t-on. L'une et Tautre se trouvent cities dans lu Gram- 
maire francaise de Ramus (1571). ] 

Remarque II. — Ce pronom entre dans la formation 
des substaatifs composes : fe qu'en dira-ton, les on-diU 

§ 262. On a vu (§ 208, 3) que chaque est un adjeotif, 
et qu'ildoit toujours^tre suiTi d'on nom. Qnand on vent 
omettre ce nom, Vadjectif chaque doit *tre remplac^ par le 
pronom chacun, form^ de chaque et de un. Ex.: ces 
volumes content cinq francs chrcun. 



y Google 



300 6BAMMAIBE AANgAIBE. 

§ 263. Lorsqne le pronom chacun est snjet de la 
phrase, et qne le verbe est an singnlier, il est sniyi de 
Tadjectif possessif 5on, sa, ses. Ex. : chacun a son gout. 

II en est de m^me lorsqne le pronom chacun suit le 
complement direct du verbe et s'y rattache. Ex. : il fiaut 
mettre ces livres chacun a sa place. 

§ 264. Mais lorsque ce pronom vient, comme apposi- 
tion, apres un sujet et nn verbe an plnriel, il pent 6tre 
snivi dn pronom posseesif leur on de son, sa, ses : 

V II est snivi de Tadjectif possessif plnriel (leur), 
qnand la premiere partie de la phrase n'offre pas nn sens 
complet, ce qni arrive qnand chacun precede nn comple- 
ment direct. Fx. : ils ont apporte chacun leur offrande. 

« Les langues ont chacune leurs bizarrerieR. > (boileau.) € Les 
abeilles b^tissent chacune leurs cellules, (buffon.) 

2° 11 est snivi de Tadjectif possessif singnlier (ses), 
qnand la premiere partie de la phrase oflre nn sens com- 
plet, ce qui arrive qnand chacun pr^c^de nn complement 
indirect. £x, : ■ ' ' , 

<c Le vainqueur et le vaincu se retiraient chacun dans sa 
villa. 1^ (MONTESQUIEU.) € LcB peuples marchaient chacun en sa 

VOie, » (BOSSUET.) 

§ 265. Chacun devient un snbstantif dans la locntion 
famili^re et anjonrd'hui pen nsitee un chacun . 

( * HiSTOiBE. — Un chacun etait encore tres usit^ an com- 
mencement du xvir* siecle. Ex, : 

Encore qu't/ri chacun yaille ici-bas son prix. (BEaNiEB.)] 

§ 266. II fant noter la correlation de qnelqnes adjectift 
et de qnelqnes pronoms indefinis. Fx. : 

ADJBCTIFS PRONOMS 



INDEFINIS. 

Quelque. — Fo^. [Quelqu'un^ plnriel : quelques-uns. 
§ 208, 8. 



y Google 



SYNTIXB DU PRONOM. — § 266. 



301 



ADJECTIFS 



PRONOMS 



Autre. — Voy. 
§ 208, 1 bis. 



Quelconque. — 

Voy. § 208, 9. 



L'un 



1 bis. 



et rautre 

Voy, § 208, 



INDEFINIS. 

Autrai. Autrui n'est jamais em- 
ploye que comme compWmenfc. £x^ : 

[ Manger Therbe cTautrui! (la pontaine.) 
Pour consumer autrui le monstre se con- 
sume. (BOILEAU.) 
[*OrIGINES LATINK8 BT HiSTOlRB. — Au" 

trui^ on Ta tu, etait origin airement le cas 
regime de I'adjectif autre (§ 67). Le Dic- 
tionnaire de VAcadSmie cite cette vieille 
formule de chancellerie ; sauf noire droit 
et Vaulrui (nous dirions : celui d'autrui). 
Quiconque, pronom indefini qni peut 
^tre le sujet de deux propositions on 
le complement de Tune et le sujet de 
Tautre. Ex. : 
Quiconque est loup agisse en loup. 

(la FONTAINE.) 

n C'^tait une ancienne coutume des Re- 
mains d*accorder toujours leurs secours d 
quiconque venait les implorer. » 

(MONTESQUIEU.) 
[* OrIQINES LATINES et HiSTOlRE. — 

Cette confusion du sujet et du comple- 
ment est contraire k la construction latine 
de quicunqueyd^oh vient quiconque. Mais, 
jusqu'au xvii« siecle, on remployait sou- 
vent en lui donnant un antecedent, comme 
en Isiiin {quicumque,...y illi...) Ex. : 
// passe pour tyran quiconque s'y fait maitre. 

(GORNBILLE.) 

Quiconque ne sait pas d^vorer un affront. 
Loin de Paspect desrois qu'i78'6carte,qu'i7fuiel 

(RACINE ) 

« Quiconque s^eloigne de la sagesse, il 
s'eloigne du seul bonheur oil ITiomme 
puisse esperersur la terre. » (masbillon.) 

L'un,rautre. 



y Google 



S02 GBAMHAIRB FRAN9AISE. 

§ 266 bis, * On a vu (§ 74, Rem. I) que le mot per- 
«onne, employ^ comme 8ub8tantif,e8tfcrainm et peut avoir 
un pluriel, mais que, employe comme pronom indefini, il 
est du masculin et n'a pas de plariel. 

[ * HiSTOiBK. — Cette difference dans Temploi du mot pcr- 
wnne a pour la premiere fois ^te pos^e en regie par Vaugelas, 
qui donne en exemple : je ne vols personne si heureux que. 
vom; personne n'est venu, II ajoute cette remarque : « L'usage 
de persorme pour nemo irest proprement que pour les choses 
qui regardent Tun et Tautre sexe conjointement, comme : per- 
sonne n'a estifascMde sa mort, » (T. I, p. 58.)] 

* Remarque I. — Personne, employe comme pronom, 
ne doit se mettre qu'avec uae negation ou une interroga- 
tion, ou apres la conjonction si ou I'adverbe trop, Ex.: 
Personne n est plus a vous que moi. Y at-il personne an 
monde qui vous honore plus queje fats? Que je metsre si 
fai vu Ih personne. II est trop hardi pour craindre personne, 

§ 267. 1. Rien est nn pronom indefini qui signifie 
ptoprement quelque chose ( Voy. § 74). Fx, : 
Sans vovLBrien demander, sans new oser pretendre. (racine) 

e: J'aurais lieu de me plaindre,8i vous alliez me deguiser rien, » 
(HOLii^RE.) (( La gloire des conqu^tes at-elle rien qui egale ce 
plaisir? » (massillon.) 

2. Avec une negation, ?'ien equivaut a nulte chose. Ex. : 
Cela ne sert a rien, ne sert cfe rien. 

« Dans le siecle oil nous sommes, on ne donne rien pour 
rien, » (MOLifeRE.) 

Rien n'est beau quele vrai. (boileau.) 

En ce sens, ce pronom ne s'emploie sans negation qu'apres 
une interrogation ; mais il y a ellipse d'ane negation. Ex. : 
Qu'avez-vous k r^pondre ? — Rien {je nai rien a ..) 

3. G'est un veritable substantif quand il a le sens de 
peu de ckose, chose de nul prix. Ex, :A\ vit content dc 
rien; il a eu cela pour rien. 

L^amour de ce rien qu'on nomme renommee. (boilkau.) 

Digitized by VjOOQIC 



SYNTAXB DU VERBE. — § 289. 303 

4. Aux locutions deji signalees, il faut joindre celles-ci, 
ou 7'ien a encore le sens n^gatif : Get hpmme ne m'est 
rien (n'est ni mon parent ni mon ami). Get homme ne m'est . 
de rien (je ne m'interesse pas k Ini). Gomme si de rten 
n'etait. 

COMPLEMENTS DBS PRONOMS. 

§ 26B. Comme le nom dont il tient la place, lepronom 
pent avoir des complements. Ex, : qnelqn'un de nous. Qui 
de nous n'a pas de d^fauts? chacun de nous doit chercher 
& corriger les siens et pardonner a ceux i'autj'ui (de nous 
est complement de qui et de chacun ; d'auti'ui est comple- 
ment de ceux). 



CHAPITRE V. 

SYNTAXE DU VERBE. 



1° DU VERBE, DU SUJET ET DE L'ATTRIBUT. 

1. Du verbe et du sujet. 

§ 269. Tout yerbe k un mode personnel, excepts an 
mode imp^ratif, a nn sujet (nom on pronom) exprim^ 
on sons-entendn. 

Remarque I. — Le mSme sujet pent, par ellipse, ser- 
vir pour pjusienrs verbes. Ex. : « L'impertinent rebute, 
aigrit, irrite, oflfense. » (la biiuyAre.) 

Remarque II. — Le verbe pent ^tre omis, par el- 
lipse, dans une proposition subordonnee. Ex, : aimez 
"votre prochain comme vous-m^me. c'est-d-dire comme 
vons vous aimez Yous-m^me. 

Remarque III. — Le sujet se met g^n^ralement avant 

Digitized by VjOOQ IC 



304 OBAHMAIBB FBANgAISS. 

le verbe ; mais, par mvernon (Voy. § 170), il ee met qnel- 
quefoig apr^s. 

L'inyersion est de regie, mSme en prose, dans les 
phrases interrogatives et aprte une citation. Ex. : Parti- 
rons-nous bient6t? demanda-t-il. 

Dans les interrogations, le snjet se met qnelqnefois 
avant le yerbe: mais ce snjet est repet^ par nn pronom 
plac6 aprfes (Voy. § 233). 

2. Du vcrhe et de VatiriiuL 

270. Noils avons distingn^ (§ 159) le verbe etre et les 
verbes attrihutifs, c'est-i-dire ceux qui contiennent le 
verbe etre et Vattrthut, 

II faut remarqner que quelques verbefi attributifs pen- 
vent, comme le verbe etre, uoir Tattribut an snjet. De ce 
nombre sont les verbes paraitre, sembler, devenir, demeurer^ 
rester, vivre, Ex. : il me par ait (on il me semhle) plus 
grand que son frere; il est devenu trfes raisonnable, il de- 
denieure (ou il reste) libre de ses actions ; il a vecu pauvre. 

2** BiiaLES d'accobd du verbe aveo son sujet. 

§ 271. Tout verbe prend le nombre et la personne de 
son sujet. 

Bemabque I. — Cette r^gle est absolne et ne pent 
Bonffrir que des derogations apparentes. 

II semblCy en efFet, qu'elle ne soit pas respect^e dans 
des phrases comme les suivantes. Fx, : 

« Sa maladie sont des vapeurg. » (m™« de b^vioni*.) jbl Tout oe 
qu'il dit sont autant d'impostures. » (BOiLEAU.ja Ce que je voiu 
die 1^ ne sont pas des chansons. > (holiere.) 

Mais Tanalyse logique fait voir que, dans ces phrases, 
Fattribut precede le verbe et qu'il y a inversion^ Du reste, 
dans les phrases ou Tattribut est ain:,i separ^ do son snjet 
par le verbe etre, on fait en general pr^ceder le verbe da 
pronom neutre ce (Voy. § 272). 

Digitized by VjOOQ iC 



SYOTAXB DU VERBB. - § 271. 305 

[ * HiSTOiBE. — On trouve quelquefois au xvii« siede .que, 
par attraction, le verbe s^accorde non avec le sujet qui eet au 
pluriel, mais avec Tattribut qui est au singulier. Ex. : « Cin- 
qnante domestiques est une Strange cbose. y> (s^vign^.^ — 
« Ces deux bouts de la terre oh. eous eommes est une cnose 
qui fait fremir. » (Id,) C'est 1^ une construction toute latine, 
une attraction : Tattribut attire en quel que sorts a lui le verbe, 
qui cesse ainsi de s'accorder avec le sujel.] 

Remarque IL — Quand plusieurs sujets au singnlier 
se Buivent sans conjonction, le verbe peut se metire au 
pluriel ou au singnlier : 

i"" II se met an pluriel, quand tons les sujets sont en- 
visages collectivement. £Jx. : 

L^ambition^ ramour, Tavarice, la haine 

Tiennenty comme un for9at, notre esprit a la chaine. (boilead.) 

2® II se met au singulier, lorsqu'il y a entre les divers 
Bubstantift une sorte de gradation ou de synonymie, et 
que chacun est en quelque sorte consider^ s^par^ment. 
Mc. : a une seule parole, un sourire gracieux, un seul re- 
gard suffiL » 

Le singulier peut se mettre mSme apr^s plusieurs sub- 
stantifs au pluriel, quand ils sont en quelque sorte r6su- 
m^s par les mots : tout, rien, personne, chacun^ nul^ 
aucun. Ex, : 

Dignites^ cbarges, postes, benefices, pensions, honneun^ 
tout leur convient et ne convient qu'a eux. » (la bbut^be.) 
Remords, crai^te, perils, rien ne m'a retenue. (bacine,) 

Eemarque III, — Quand plusieurs sujets au singulier 
Bont unis par la conjonction ety le verbe se met au pluriel 
Ex. : Pierre et Paul jouent. 

Cependant on doit mettre le verbe au singulier quand 
les deux substantifs unis par et designent une m6me per- 
Bonne ou un m^me obj^. Ex, : 

« Quand le prince des pasteurs et le pontife eternel appa- 
raitra. » (BonuET.) « C'est un ministre et un envoye de son 
pere qui rend temoignage par son sang a la verity de sa rrM- 

eion. i (MAS3ILL0N.) 



y Google 



306 0SAHMAIBE 7BAN9AIS15. 

[* HiSTOlBX. — Ces*: la meme riglo d^accord qae pour ]o6 
adjectl^ 86 rapportant k deux substantifs unis par et. (§ 209, 
Rem. IV.) 

Mais, de m^me que pour leg adjectifs il ^tait adniis par la 
grammaire du xvi* si^cle et des premieres anoees du xvji* 
si^cle, que I'accord du verbe ne se ftt qu*avec le dernier subs- 
tantif servant de sujet. Ex. : 

La joie et le plaisir de tous les convi^s 

Attend pour eclater que voas voas embrasslez. (racine.) 

« Yotre mire et touts la petite f amille vous fait ses compli- 
ments. » {Id. J Letires.) « Uautoril^ de tnnt de siecles et la foi 
publiqtie ne lui seroira plus de rien. » (bossuet.) 

II en r^sultait que le verbe pouvait se trouver au pingulier 
mime quand le premier substantif 6tait au pluriel. Ex. : 

<i Les dilices et laparesse lui ote le mouvement. 3» (malherbe.) 
«; De si sensibles obligations et une si iongue habitude fait souf- 
frir une eruelle peine. » (siviGNi.) « Leurs maisons et leur vilk 
va ^tre deserte. :f> (bossuet.) « Les Septante et tout le Nouveau 
Testament est icrit en ce langage. » (Id,) 

Que pent servir ici VAgypte et ses faux dieux? (boileau.) 

— D'un autre c6te, au xvii^ et au xvni* siecle, les conjonc- 
tions ainsi que et comme, et mime la prepOHition aveCy prise 
dans un sens purement conjonctif, se construisaient quelque- 
fois avec le verbe au pluriel. Ex. : 

Voire pere, en mourant, ainsi que voire mere^ 

Vous laisserent de bien une somme l^g^re. (regnabd.) 

^ Bacchus ainsi quHercule etaient reconnus comme demi- 
dieux. 3) (VOLTAIRE.) flc La verite aiiisi que la reconnaissance 
m'obligent a vous dire. y> (bebnardin de saint-pierre ) Mais 
le mime ^crivain dit ailleurs : <3C Le caractere primitif d'une 
nation, ainsi que celui d'un homme, est shuvent altM par le 
commerce de ses voisins. » — « La Fanle comme la fortune reti- 
rent leurs faveurs a ceux qui en abusent. » (sAiKT-iivREHOND.J 
Berirand avec Raton, Tun singe et Pautre cbat, 
Commensauj, d'un log is. av/zt>A^ancommun maitre. (laFONTAIKE). 
Vaigle, reine des mers, avec Margot la pie. 
Diffirenies d'humeur, de langage et d'esprit, 

Traversaient un bout de prairie. {Id,) 

Le singe avec le /6opard, 

Gagnaient de Fargent k la foire. {fd,) 

« Une absence continuolle, avec la tendrrsse que j'ai pour 
vous, ne composent pas une paix bien prof«>nde. » ie6viGN6.) 
' Vaugelas approuve cette phrase de d'Ablaocourt : 
« Laissant sa mere avec sa feoime ct se.s enfants prisfmniers, » 

- Digitized by VjOOQ IC 



STlffTAXB DU VBBBB. — § 871. S07 

« Le ccmte Viper miec quelques ofpners 4taient sortis du camp. » 

(VOLTAIRE.) 

VertTHnne arec Pomone ont embelli ces lieux. (saint-lambbbt.)] 
Remabque IY. — Qaand les snjets indiquent des per- 
sonnes diff<§rentes, le yerbe se met an plnriel et & la 
!'• personne, si un pronomde la !'• personne fait partie du 
sujet.^:i:.: son p^re^sa m^re et moi sommes dnm^me ayis. 
11 se jnet aa plariel et k la 2:^ personne, si nn pronom 
de la 2« personne fait partie du su jet (except^ s'il y en a 
nn de la 1*«). £x. : vons efc lui m'en repondrez. Vousou Ivi 
vous vous trompez. 

Remabque V. — En g^niral, quand les sujets indi- 
quent des personnes differentes^ on exprime, pour plus de 
precision, un pronom qui les resume et qui determine 
Taccord. £x. : son p^re, sa m^re et moi, nous sommes du 
m^me avis. Yous et lui, vous m'en repondrez. 

Remabque VI. — Quand les sujets sont unis par une 
des deux conjonctions ou et ni, on pent mettre le Verbe 
an plnriel ou an singulier : on met le pluriel, si les deux 
sujets concourent ou peuvent concourir k la m§me action ; 
on met le singulier, s'il est question d'actions consid^rees 
comme s6par6es ou s'excluant Tune I'autre. O'est la m^me 
r^gle que pour Faccord de Tadjectif aprfes deux substan- 
tifs unis par ou. (Voy. § 209, Rem. II.) Fx, : 



V ACTION commune 
(yerbe aa pluriel) 

Ni Tor ni la grandeur ne nous 
rendent heureux. 

(LA FONTAINE.) 

« Le bonbeur ou la t6merit4 
Qnt pu faire des heros. :» 

(MASSILLON.) 

€ La peur ou lo besoin font 
lous ses mouvements. J> 

(buffon.) 

d Le temps ou la mort sont 
nosreoD^des. » (j.-j.bousseau.) 



2'* ACTION 8EPARBE 
(verbe an gingulier) 
Ni mongjeniernimon armoire , 
ne Be rempHt a babiller. 

(la FONTAINE.) 

« Noire perte ou notre salut 
nest plus une aflEaire qui vous 
interesse. » (massillon.) 

« La vivacite ou la laoguear 
des yeux fait un des caraoteres 
de la phyeionomie. 3> (buffon.) 

n En quelque endroit 6cart6 
du monde qu« la corruption ou 
le basard les jette, » (bossfet.) 



y Google 



308 



GBAIIHATEE FBAN9AISK. 



[* HxSTOiRK. — An xvii^ et au xviii* siecle le pluriel et le 
singulier semblent ^tre mis un peu indiSeremment. apres la 
conjonction ni. Ainsi Ton trouve chez les m^mes ecrivainB, 
sans raison bien appreciable: 



1* le pluiiel : 
Ni cet asile m^me oh, je la fais 

garder, 
Ni mon juste courroux li'ont 

pu m'intitoider. (racike.) 
La vertu ni Je temps ne I'ont 

point effacee. (volt aire.) 

« Ni mon jugement ni ma 
volonte ne me dicterent cette 
reponse. » (j.-j. rousseau.) 



2*> le singulier : 
Ni crainte ni respect ne m en 

pent detacher. (bacinb.) 

<c Ni Tune ni U autre toumuie 

n'est elegante. s> (voltairb.) 



« Ni Grimm ni personne ne 
m'a parl6 de cet air. » 

(j.-J. ROUSSEAU.)] 



Bemabque VII. — Une distinction analogue pent 
6tre Stabile pour les verbes qui suiyent run et Vautre, m 
Vun ni tautre, qui se mettent tant6t au singulier, tantdt 
au pluriel. Ainsi I'on dit : « Ni Tun ni Tatitre ne viendra 
on ne viendront. — L'un et Tautre se dit ou se disent. » Le 
pluriel est en general pr^fSrable. 

L*un ou Vautre ne peut se construire qu'avec le singa^ 
lier. Ex. : 

Jjxm ou Taut re ftt-il une tragique fin? (boileau.) 

§ 272. Quand le yerbe etre est pr^c^dd du pronom ce 
et suivi d'un sujet k la 3* personne du pluriel, il se met 
lui-m^me k la 3® personne du pluriel. Ex. : ce sont eux qui 
se sont trompfe. Ce sont les Espagnols qui les premiers 
ont colonist TAmerique. 

• Avec tout autre sujet, le verbe etre, precede du proDom 
ce. se met au singulier. Ex. : c'est nous qui devons partir. 
Cest vo^is qui Tavez dit. 

Ebmaeque I. — On trouve aussi le singulier e^esi 
devant un substantif au pluriel, quaod ce substantif est 
suivi du pronom que^ lequel aiinonce un complement 
direct, 

Dans ce cas/le substantif est consider^ comme compK- 



y Google 



SYNTAXE DU VERBE. — § 273. 309 

ment direct, non comme sujet : le verbe etre a pour snjeb 
la proposifcion oil se trouve le verbe suivant. Ex. ; 
Ce rCest pas les Troyens^ c'est Hector qu'on poursuit. (racink.; 

On ne dirait pas : Ce n'est pas, les Troy ens qui sont k 
craindre. 

Remaeque II. — Ce peut 6tre attribut ou sujet. Quand 
il est sujet, le verbe reste au singulier. Er. :" 



Ce, sujet. 
« C en' est plus cespromptes 
saillies qu'il savait si vite et 
si agr6ablement r^parer, t> 
(bossuet.) 
C'est-i-dire : ce (qu'on re- 
marque dans le prince de 
Cond6) n* est plus ces saillieB. 



Ce, attribut. 
Ce m sont que festons^ ce 
ne sont qu'astragales. 

(BOILEAU.) 

C'est-i-dire i festons et 
astragales sont seulement ce 
(qu'on voit). 

[* HiSTOiBB. — Cette distinction estposterieure au xvii« si^cle, 
ou le plus souvent on faisait dependre le verbe du pronom ce. 
M™* de S^vigne^ par exemple, ecrit : « On pensait que ce 
fut des boh^mes. » — « C'est eux qui en demeurent d*accord. » 
Elle faisait mSme accorder lo verbe Mre, non avec le sujet, mais 
avec Tattribut, sans mettre le pronom ce. Ex, : « Ces deux 
bouts de la terra oil nous sommes est une chose qui fait fremir. 
« Cinquante domestiques est une strange chose. » 

Au xvi« si^cle, on ne mettait, pas le prOnom ce; et le verbe 
etre, mis ^galement au commencement de la phrase, s*accordait 
naturellement avec son sujet. Ex. : « Et toutefois sont ceux-ld 
(jui mettent incontinent la main 4 la plume. « (h. sstienne.) 
« Ains furent les bons et sages capitaines qui les surent bien 
nibttre devant leurs ennemis. » (amyot.) 

Vaugelas ne regarde comme « beau et tout a fait fran^ais > 
que Tusage du pluriel dans les toumures comme : « Les plus 
grands capitaines de i*antiquite, ce furent Alexandre, C^sar, 
Hannibal, » c Je crois n^anmoins, dit-il, que furent^ sans ce, 
ne serait pas mauvais ; mais avec ce, il est incomparablemeut 
meilleur. ]» Vaugelas n'osait condamner une construction qui 
venait en droite ligne du latin ; mais il devait pref^rer une 
construction formant galhcisme:] 

§ 273. Quand le verbe a pour sn jet un nom coUectifi il 

Digitized by VjOOQ IC 



810 GBAMMAIRE FEAN9AISE. 

peut, comme. nous avons vq pour I'adjectif (§ 210), se 
coustruire de deux manieres : 

V II s'accorde avec le nom collectif, si la pensee e'ar- 
rote sur ce collectif (ce qui a lieu lorsque le collectif est 
considere comme general, et que ce nom est accompagne 
de Tar tide le, la, les, oil d'un adjectif). Ex. : Une foule 
considerable de personnes assistait a cette seance. « Cette 
foule d'adulateurs qui Tenvironnait se dissipe comme un 
nuage. i> (massillon.) 

2° Le verbe s'accorde avec le complement du collectif, 
si la pensee se porte sur le complement (ce qui a lieu lorsque 
le collectif est partitif et que ce nom est ind6termin6 ou 
accompagn6 de I'adjectif ind6fini ww, une). Ex. : Une nuee 
d*oiseaux se sont abattus dans ce bois. 

Force gens font du bruit en France. (la Fontaine.) 

a Un nombre infini d'oiseaux faisaient r^sonner les bocage? 
de leurs chants. » (f^nei^on.) 

Remarque I. — Le verbe s'accorde toujours avec le 
complement des locutions collectives beaucoup de, assez 
de,peu de, bien des, la plupart des, la plus grande partie 
des, etc. Ex. : la plus grande partie des bommes ne can- 
natssent que leur inter^k. 

Le verbe se met an pluriel, m^me aprfes un collectif 
dont le complement an pluriel n'est pas exprime, quand ce 
complement est en quelque sorte necessaire k suppieer. Ex. • 

ci La plupart portent sur leur front Torgueil de leur origin e. j» 
(massillon.) « Un petit nombre ^chapp^ent, i> (j.-j.-bousseau.) 

Combien k cet ecueil se sont dejd brisks! (corneille.) 

[* HiSTOiBB. — C'est une regie que donne deja Vaugelas, a 
roocasion de la locution une infinite de, Mais il fait observer 
que ai le complement de cette derniere locution est au singulier, 
le verbe doit 6tre au singulier. Ex. ; Une infinite de monde se 
jeta Id-dedans. II ajoute : « La pluspart regit toujoure le plu- 
riel... La plus grand part i^git tousjours le singuJier. i> Ii;veut 
parler de ces deux locutions non euivies de complement : Mais 
si la pluspart a un complement au singulier, il fait observer 
qu'il regit le singulier. Ea?. : oc La plus part du monde fait, » 
(T, I, p. 108.)] 

Digitized by VjOOQ IC 



SYNTAXB DU VERBE. — § 274, 811 

Remarque If. — Apr^s le peu de, suivi d'un comple- 
ment aa pluriel,le verbe suit la rfegle des coUectifs (§ 273) : 

1** II 89 met au siogulier, si la pensee porte sur & peu^ 
qui signifie alors quantite imuffisanie, manque, Ex. : le 
peu de connaissances qu'ii a lui nuit, 

2° II se met au pluriel, si la peas6e porte Bur le comple- 
ment de le peu, qui signifie alors simplement^e/iVe quan* 
tite. Ex. : lepeu de connaissances qu*il a Im suffisenL 

Remarque III. — On met le verbe au singulier apr^s 
plus d^urif au pluriel apr^s moins de deux, de trois, etc, Ex. : 
plus dun t^moin a eie entendu ; moins de deux ans se soni 
^coul^s. 

dependant si le terme coUectif jt^/t^ d'un est accom- 

pagn6 de quelqne mot indiqnant la pluralite^ il doit etre 

^suivi du plurieL Ex. / « A Paris^ on voit plus dun fripon 

qui se dupent Vun F autre. » (mahmontel.) O'est la locution 

Vun Vaut7*e qui entratne le pluriel. 

[* HiSTOiRE. — On trouve au xvii" siecle de nombreux exem- 
ples du pluriel apres des coUectifs qui, pour nous^ n'entratne- 
raient pas le pluriel. Bx. : a: Tout ce que nous connaissons de 
courtisans nous parurent indigues de vous ^tre compares. i> 
(sfiviGNE ) « Ln noblesse de Reime§ et de Vitre Tow^eln malgr6 
lui. 3) {Id,) « U>i si grand nombre de victoires devaient.., » 
(BACINE.) a La guerre engendre beaucoup de maux, eatre les- 
quels sont le grand nombre des historien^. i> (Id.) OependaDt 
ailleurs Racine met : <r La plus grande par He des religieuses 
ayant et6 transferee, » II dit encore ; « U/te partie des princes 
sontrevenus de Tarmee... » <r Tout ce qu'ii y avait de prdtres ec 
de levites se retirerent aupres d^eux^. » 

Tout ce qui reste encore de fideles Hebreux 

Lui viendronf aujoiu'd'hui renouveler leurs voeux. 

Ailleurs Kacine uSle le singulier et le pluriel apr^s un col- 
lectif : a: Une armea de Francbds anim4e par la presence de 
leur roi. » 

IjC reste^ confondus dans la fonle oil nous sommes, 
Jouissaient des travaux de leurs sages aj'cux. < j.-b. BOXTSSEAU.)] 

§ 274. Les verbes impersonnels ontpour sujet le pro- 
nom neutre il {il plenty il importe). Mais quelques-uns 

Digitized by VjOOQIC 



312 GBAMHAIRE FBANgAISE. 

d'cutre enx peuvent^ en prenant nn sujet d^termin^, deve* 
nir simplement neutres ou tntransitifs. Ex> : qvCimporienl 
de vaines menaces? Les hslles pleuvaimt de tonfce part. 

[ *HiSTOiRE. — La plupart des verbes impereonnels pouvaient 
autrefois lire employes k d'autres personnes, ou tout au nioifis 
k un autre nombre que la S^ personne du eingulier. Ex. : 

Oe est il air qui pieut et tonne, {Homan de la Rose.) 

...Contrat pass^, notre homme 
Tranche du roi des airs, plenty ventei et fait en somme 
Un cUmat pour lui seul... (la font a ink.) 

«c Dieu fait luire son soleil ^ur les bons et sur les mauvais, et 
pleui sur le champ du juste comme sur celui du pecheur. •]> 

(BOSSUET.) 

IGbammaibe oghpabativb. — Aristophane dit de m^me: 
2k^q uei, et Gic^ron : sanguinem pluisse nuntiatum est.] 

Bemabque I. - Qnand les verbes impersonnels sont 
ainsi employes avec un sujet d^termin^, lis peuvent avoir 
un imp^ratif et un participe present (modes inusit^s dans 
les vet'bes impersonnels; Voy. le Tableau du § 102). Ex. : 
TonneZj foudres de Jupiter! Pleuvez,imsige&l etc. 

Les diadimes vont sur ma tete pleuvant. (la fontaink.1 

Bemabque II. — Un grand nombre de verbes attributife 
peuvent devenir accidentellement impersonnels; Ex. : il 
paraity il semble, etc. Ex. : 

€ II s'd&oe dans tous les temps certaines kaies bienf aisantes. » 
(fl^ohieb.) <i II sort de ses yeux mourants je ne sais qaoi de 
sombre et de farouche. » (massillon,) 

Bemabque III. — Le pronom il n'est du reste pas le sujet 
r6el, comme on Ta vu (§ 235); aussi peut-ilse sous-entendre 
avec certains verbes impersonnels. Ex. : resie a savoir sL.. 
— Suffit qu'on vous ait entendu. 

§ 274 bis. * Kn po^sie, et dans le style soutenu, la 

3® personne est mise emphatiquement pour la I'**. Ex. ; 

Oqi, o'est Agamemnon, c'est ton roi qui t'6veille. (bacine.) 

Digitized by VjOOQIC 



SYNTAXE DU VERBE. — § 276. 313 

La vivacity da langage permet mfime de passer, dans 
une m^me phrase, d*une personne k 1-autre. Sx. : 

Captive, toujours triste, importune a moi-m^e, 
Pouvear-vous souhaiter qn'Andrdmaque vous aime ? (bacine.) 

3° RIIGLES DE COMPLEMENT. 

I. Complement direct. 

§ 275. On appelle verbes actifs on transitifs les verbes 
qni peuvent avoir nn complement direct. (Voy. § 76.) Le 
complement pent se composer de plusieurs snbstantifs. Ex, : 

All^guez la beauts, la vertUj la jeimesse. (la fqntaine.) 

Remarque I. — Qnand le complement direct d'un verba 
est nn snbstantif, il se met apr^s le verbe, sans preposi- 
tion. Fx, : Dieu a cr6e I'univers, 

Cependant si le complement a nn sens partitif, il est 
precede de la preposition de et de Tarticle. Ex. : boire du 
Tin ;avoir de I'argent. {Voy. % 44, Rem. III. 

Remarque II. — Qaand le complement direct d'un 
verbe est nn pronom, il se met en general avant le yerbe. 
Ex.:]q t;ows vois; vous m'entendez; vons ^'we j'entends. 
II y a exception pour moiy tot, soi. (Voy. § 224.) 

II. Complements indirect et circonstanciel. 

§ 276. Le complement indirect des verbes actifs se mar- 
que en general par les prepositions d,, sur, vers, contre 
(iudiquant le hut), et par les prepositions de, de la part de, 
par (indiquant \q point de depart, la maniere). Ex.: j'en- 
voie une le£tre d mon ami. J*ai re9u une lettre de mon ami. 

Remarque. — Les verbes neutres et les verbes passifs 
n'ont que des complements indirects. 

Les verbes neutres prennent devant leur complement 
les m^mes prepositions que les verbes actifs. Les verbes 
passifs prennent devant leur complement laprepositionpar, 
et quelQues-uns la preposition de; ces derniers sont aur- 

C0UR8 SL'P. ]8 

Digitized by LjOOQ IC 



814 GBAMBfAIBE FRANgAISE. 

tout les yerbes qal iadiqnent un sentiment. Ex. : Pomp^e 
a ete vainca par Cesar. — Le peaple dlsrael a ^te choisi 
de Diea, beni de Dieu. II est aim6, cheri, deteste de tons. 

[ * Oriqines latinbs et histoirb. — Les fr^sitions qui 
marquent le complement indirect correspondent a des preposi- 
tions latines, dont I'emploi n^est pas toujours reste conforme a 
la latioite classjqae. Ainsi Ton a dit : victics per Cxsnrem; 
electus deDeo; etc. La basse latioite a^raitmultiplieie^ preposi- 
tions, h mesure qaela signification des desinences casuelles tendait 
a s*effacer. Ainsi, a\i liea de dare aJicuiy on a dit dare a4 ali- 
quern {donner 4 quelqu'un). 

En general, la preposition d repond an datif latin, et la de- 
position de au g^nitif ou ^Tablatif. C'est ainsi qu*on troave de 
aprte les verbes accuser, absoudre, convaincrey etc., parce que 
Ton mettait au gSnitif le complement indirect d'acctt.sare. ab^ 
sdtere, convincere, etc. II en etait de meme, autrefois, apres le 
verbe condarnner, parce que le complement indirect de damnare 
se mettait au g^nitif ou 4 Tablatif . Ex, : a Julien I'Apostat 
condamnait les apdtres de legerete et de trop de credulity. » 

(BOUBDALOUB.) 

Peu s'enfaut que mon coeur penchant de son cdt6, 

Ne me condamne encore de trop de craaate. (baciite.) 

Les complements des verbes ont du reste vari6 depuis le 
XVII* siecle. Ex, : « II y avait en ^gypte une especa de juge- 
ment tout k fait extraordinaire, dont personne n'ichappait. » 
(bossubt.) Aujourd'hui on distingue ^ehapper a et ^chapper de. 
On dirait ici ^chappei' d. — M°^« de Seville disait indiflferein- 
ment oublier d. et oublier de : a Vous n^avez pas oublie d re- 
mercier Dieu. — Vous .n'avez pas oublU dicrire, » Daos les 
oeavres de la jeunesse de Bossaet (Sermons)^ on trouve se 
plaire de : « Je me plais de m'occuper.dans cette pensee. r> 
« J^sus-Christ se plait d'aasister les hommes. » a J -C. se plai- 
sait de toucher aux propheties... d (Id,) Dans les oeuvres de sa 
vieillesse, on trouve « se plaire a, » ( V, Tabbe Vaillant, Voca- 
bulaire a la suite de ses Etudes sur les Sei^mons de Bof^suet,) 

On disait fuir de (aujourd'hui, eviter de), Ex. ; a Dans la 
conduite de ma vie, j'ai plut6t fui qu*autrement cTenjam- 
ber par dessus le degre de fortune auquel Dieu loaea ma 
naissance. t^ (montaignb.) a La veritable vertu ne fuit pas 
toujours de se faire voir, » (bossubt.) 

Si votre ftme les suit, et fuit d'etre coquette, (molibrb.) 

On disait riduire de, apprendre de ^aujourd'hui r^uire d, op* 



y Google 



STNTAXE DTJ VBAbE, — g 278. 315 

prendre a). Ex, : « La crainte me riduit d'applardir a ce que 
mon &me d^teste. d (moli^be.) 

Ah! je vons apprendrai de me traiter ainsi. (/rf.) 

Au xvii« Biecle, le complement indirect du verbe passif etait, 
plus son vent qu'aujourd*hui, marque par la preposition de. Ex. i 
<r Plus lis se sentaient presses rfw jou^ des Gentils. d (bossuet.) 
« Pret^se de ce glaive vengeur. t> (id.) « Tout est, pour ainsi 
dire, eclaire de la loi et de Tesprit de MoYse. » {Id.) 

Je crois voir Annibal qni, press6 des Romains. (la Fontaine.)] 

§ 277. Le complement circonstaQciel ne prend pas tou- 
jours de preposition, quand c'est un nom marquant la 
duree, le prix, le poids, la maniere, etc. Ex. : 

lis rest^rent qvelque temps immobiles. J'ai achet^ ce 
livre cinq francs, Cela ne p^se pas une once, 11 a de Tesprit 
argejit comptant. II est parti grand train, II va ventre a 
tmre, J'ai courn iouie la ville, 

[Origines la^ines. — En latin, le complement circonstanciel 
est en general mnrqu^ simplement par des desinences casuelles, 
sans preposition. Ex. : Vixit wim/^os amos. Multo sanguine vic- 
toria stetit on constitit {a couin leaucoup de snng)."] 

§ 278. Quand le complement indirect doit ^tre marqu^ 
par la proposition d. et un pronom, la proposition se sup- 
prime, et le pronom se met avant le verbe. Ex. : je votes 
enverrai une lettre; vous m'env^rrez, vousZt/ienverrezune 
lettre, etc. (pour j'enverrai a vous, vous enverrez a moi, a 
lui, etc.), 

Remarque I. — Laplace qu'occupent dans la phrase les 
pronoms personnels faisant fonction de complements donne 
lieu a plusieurs regies OtudiOes plus haut (§ 225). 

Kemarqub II. — Les pronoms conjonctifsetinterrogatifs, 
faisant fonction de complements directs on indirects, peu- 
vent prOcOder deux verbes et dependre du second, em- 
ploye soit & I'infinitif, soit k un mode personnel dans une 
pioposition subordonnee commen9ant par qtie. Ex, : 
Get enfant sans parents gw'elle dit qu'elle a vu. (racine.) 
On jDOurrait dire anssi : qu*elh dit avoir vu. 

Digitized by VjOOQIC 



316 GRAM^AIRB FRAK9AISE. 

[ * IIiSTOiRP. — Sonvfciit, au xvii® et au xviii* siecle, on met- 
tail un second conjonctif entre les deux verbes, pour servir de 
fiujet au secoud verbe. Ex. : 

« C*e8t un Bujet que je suis assure qui vous tient au coeur, » 
e'est'd-dire je suis assure que c*est unsujet quL,, (la bbuyere.) 

Nous verrons si c'est moi que vous voudrez qui sorte. (holissre.) 

c'est'd'dire vous voudrez peut-^tre que ce soit moi qui sorte : 
nous le verrons. 

Sur les^loges que renvie 

Doit avouer qui vous sont dus. (LA FONTAINE.) 

c Uno lettre que je voudrais qui vous fftt connue. » (voltairk.)I 

§ 279. Dans les locutions commen9ant par c'est, le pro- 
nom faisant fonction de complement indirect est precede 
d'une proposition et snivi de la conjonction que. Ex. : 
C'est a vous que je parle, ma soeur. (moli^re.) 

En se servant d'une autre tournure, on. pourrait dire : 
c'est vous a qui je parle. 

Mais on ne dira pas : c'est a vous a qui je parle, paroe 

que le m^me complement ne pent etre exprime deux fois. 

Par la m^me raison, Ton dira : c'est id que je dois aller 

(et non : c'est id ou..,). 

I * HiSTOiRE. — Cetter^gle etail d^jasuivieau xvii* siecle. Ex, : 

« Cest sur eux ^w'il rejette son crime. » .BOiLKAa 

Cest d RomCf mes ills, que je pretends marcher. cracine.) 

C'est sur foi que le fardeau tombe. (LA fontaine.) 

« C'est Id que Dieu Tattendait po«r foudroyer son orgueil. » 

(bossuet.) 

Ce n'est pas le bo7ihew apres quoi je sonpire. (Molierk.) 

Cependant on trouve cette r^gle viol^e dans les exemplcs 
suivants : 

C'est d vouSf mon esprit, A qui je veux parler. (BOILBAU.) 

« Ce rCest pas de ces sortes de respects dont je vous parle. 3 

(moliere.) 
* ... Etait-ce dans mon dme 

Oti devait s'allumer cette coupable flamme? (rACINr;^ 

Ce pleonasme est tres frequent chez M"« de Sevign^ ; voici 
d'olle plusieurs phrases qui se suivent, et dans lesquelles elJe met 

Digitized by VjOOQIC 



SYNTAXB DU VBRBB. — § 280. 817 

tantdt un seul complement, tantdt deux : <c Cest done vous d gut 
j'ai donn^ taut de maledictions, et vous auprds de qui j'ai chercb6 
des protections... C*c8t d Jf. d'Argouges a qui j*ai TobligatioR 
d'avoir appris... G*est a M. de Monceaux a qui s'adresse cette. 
citation. '»] 

§ 280. Deax verbes peuvent avoir un mfime complement, 
s'ils ne demandent pas un complement different, ou si leur 
complement indirect se marque par la mSme preposition. 
Ex, : ce general assiegea, prit et saccagea cette ville. Un 
bon citoyen obeit et se conforme a la hC 

Mais s'ils ont des complements differents, ou s'ilg 
marqueut leur complement indirect par des prepositions 
differentes, chacun d'enx doit avoir le complement qui 
lui convient. Fx. : ce general assiegea cette ville^ s'en 
empara et la saccagea. Un bon citoyen respecte ia lot et 
s'y conforme. 

Bemabqub I. — Oette r^gle est la mSme que celle des 
complements des ad jectifs. ( Voy. plus haut, § 217.) 

[ * HiSTOiRB. — Elle n'est pas toujoura observee par les ecri- 
vams du xvii* siecle. Ex, : « II ne se donne pas le plaisir de 
voir et de parler a Thomme du monde qui serait le plus capable 
de le divertir. » (s^viONti.) « II a pense perir en altant tl en 
revenant de la Trousse. » (Id.) « II n'avait jamais vu ni entendu 
parler d'une pleine vidoire sur mer. d (Id,) « Les vers lyriqaes 
accompagnent ou r^ondent a la flAte. » (racine.) 

Cette regie ^tait si pen etablie alofs, que Va^^gelas Ini-m^me 
ne r impose pas corome une loi absolue. 11 la pref^re : mais ii 
admet qu*on puisse dire : a Ayant embrass6 et dorm^ la b^n6' 
diction a son fits . -» II n*ose condamner Amyot, le cardinal da 
Perron etCoeffeteau, qui n'ont pas observe cette regie. L'Acade* 
inie, dans ses Observations sur les Remarques de M. de Vaugeias, 
le declare oc trop indulgent :», et condamne cette phrase 
« comme unefaute qu'il n^est pas permis depardonnei. )] 

Remarque II. — En general, apres un m^me verbe, leg 
complements doivent etre de m^me nature : les substantifs 
vont avec les substantifs, les verbes avec les verbes, etc. 
Gette regie n'est cependant pas absolue : 

1** L'infinitif, ayant une grande parente avec le sub- 

00UR8 SUP, 18. 

Digitized by VjOOQIC 



US GBAHMAIRE FRANgAISE. 

Btantif, et pouvant cons6quemment servir de complement 
4 un yerbe (Yoy. § 213), se joint qnelquefois a nn nom 
pour former le complement d'un m6me verbe. ijx. .- 
c Cela est &imi& pour la variete, pour delasser I'esprit. » 

(LA BEUYEBB.) 

2"" Aprfes un complement direct, on pent mettre cer- 
tames propositions subordonnties completives. Ex. : « Elle 
compritfoM^ te mMie de la penitence, etcombien Us hommes 
sont insenses de disputer a Dieu uq instant de contrainte. » 

. (MASSILLON.) 

[* HiSTOiRE. — Ces sortes de constructions sont moins fre- 
foentes aujourd'hui qu'au xvii« si^cle; mais elles se trouveBt 
frequemment chez les ecrivains de cette ^poque. Ex.: « lis 
doraandent a hoire et du tabac. d (s6viGNfe.) « On ne parleplos 
de guerre et de partir.T> (Id.) « Elle eentit sonceeur se dechirer^ 
et que aa fermetecommengait da' ehra,n\er » (bacine.) 

VoDS voulez que ce Dieu vous comble de bieiifaitSy 

Bt ne V aimer jamais? (Id.) 

Eh bien I vous le pouvezj et prendre votre temps, (molikre.) 

« On lui reproche un sembhble outrage, et que Tinjure faite 

iVimage retombait sur I'original .» (bossuet. j « Les gens de guerre 

veulent un chef perp6tuel et que leur chef soit le maitre. » (Id.)'] 

(Voyez § 318, Kem. X.) 

Ebmarqub III. — Leyerbe fai7*e s'emploie quelquefois 
pour 6viter la repetition d*un autre verbe dont il prend 
le complement, surtout quand c'est un verbe neutre. Ex. : 

« On ne pent s'inleresser plus tendrement que je fats a ce 
qui vous touche. » (m"* de sevignA.) 

[HisToiRE. — Get emploi du verbe faire etait tres frequent et 
tr^s ^tendu au xvii« siecle. On Temployait mfime avec les 
verbes actifs. Ex. : 

« Dieu vous comptera plus un verre d'eau donne en son nom 
que les rois nc/'eronf jamais ix)Ut votre sany r^pandu. » (bossuet.) 

II Tappelie son fr^re, et Taime dans son tme 

Cent fois plus qu'il ne fatt m^re, fils, fiUe et femme. (moli&rk.) 

* Remarque IV. - Le verbe fairs s'emploie frequem- 
ment avec un pronom qui le precede et un infinitif qui 
le suit. Ce pronom est complement direct, quand Tinfinitif 
est suivi d*un complement indirect ; il est complement in- 

Digitized by VjOOQIC 



STNTAXB DU VBBBE. — § 281. 319 

direct, quand rinfinitif est suiri d'un complement di- 
rect. Ex. : 

OnVa fait renoncer a sesi On lui a fait dire autre chose 
pretentions. I que ce qull voulait dire. 

[ * HiSTOiRE. — Cette distinction n'existait pas au xvii* si^de^ 
oii le pronom etait toujours complement direct. Ex* ; On ne la 
fera point dire ce qu'elie ne dit pas. » (sJiViGNE.)J 

III. Verbes tantdt actifs, tantdt neutres, 
tantdt refiechis. 
§ 281. Un certain nombre de verbes peuvent, ordi- 
nairement, en modifiant plus on moins lear sens, s'em- 
ployer tantdt comme verbes actife (avec complement direct), 
tant6t comme verbes neutres (avec on sans complement 
indirect) ; par ezemple : 



I® Comme verbes actifs : 

AiDKB. AiJer quelqa'un (lui 
donner une aide durable). 

Atteindre. Atteindre un 
certain ^ge (se dit d'un resul- 
tat obtenu sans effort) . 

Changer. Changer une cho- 
se pour une autre. 

CoURiR. Courir un lievre, 
un cerf, etc. 

Insulter. Insulter quel- 
qu'un (I'outrager en paroles 
ou en actes). 

Croire. Croire une chose 
(la tenir pour vraie) ; croire 
quelqu'uu (le tenir pour 
veridique). 

Manger. Manger du pain. 

Pbnsbr. Que pensez-vous 
decela? 

Begarder. Regarder quel- 
qu'uu. 

Suppleer. Suppleer quel- 
qu'un (le remplacer) . 



2** Comme verbes neutres : 

Aider k quelqu'un (lui pre- 
ter une aide momentan^e). 

Atteindre a la perfection [he 
dit d'un resultat obtenu avec 
difficulte, avec effort). 

Changer de resolution, de 
parti. 

Courir apres un liivre, apres 
un cerf, etc. 

Insulter an malheur de quel- 
qu'un (manquer aux egards dus 
a ce malheur). 

Croire k quelque chose (y 
avoir confiance); croire en Dieu 
(croire a son existence). 

Bien manger, mal manger, 
d Je pense, done je suis. )> 

(nESCARTES.) 

R'^garder a c6te, de traverF. 

cc L'orgueil pent, pour uu 
temps, supplier k la vertu ». 
(Massillon); cest-d-dire tenir 
la place de la vertu .^^^j^ 



820 



ORAUlfAIBS FBAN9AI6E 



Toucher. Tohcher une 
chose (mettre la main sur une 
chose pour la pal per.) 

TouRNER, Rbtoubner. Tonr- 
ner les voiles au vent, Retour- 
ner un tapis. 

Traiter. Traiter nne ques- 
tion (s'ea occuper serieuse- 
ment^ longuement) ; traiter 
ime maladit (la soigner). 



Toucher k une chose ^ y 
porter legerement la main , 
Fef fleurer) . 

Tourner a droite, k gauche. 
Retoumer chez soi. 

Traiter d*une choefe - (en 
parler ou en ecrire) ; traiter 
d'une charge (n^gocier pour 
la vendre ou Tacheter), 



On pent ajoater a cetie liste les verbes applaudir, 

OOMMANDEE, COUCHER, DESCENDRE, DRESSER, MANQUER, 
RBMUER, SERVIR, SORTIR, PASSER, etC. 

On Terra plus loin (§ 289) qne ces verbes, en changeant 
d'emploi, changent en g^n^ral d'anxiliaire. 

♦Ebmarqub. — II ne fant pas confondre avec les verbes 
cit^s pins haat, qui sent k la fois actifs et neutres, des 
verbes homonymes, mals diffi^rents par leur racine comme 
par leur sens^ par exemple le verbe voter. 

[Origines latines. — l® Voler^ neutre, vient de volore, ee 
mouvoir en I'air. — 2^ Volefj actif, vient de vola^ paumo de )a 
main, qui a donne f volaref derober. ] 

§ 282. Quelques verbes s'emploient k la fois comme 
verbes actifs, comme Terbes neutres et comme yerbes re- 
flechis. Ex. : 
Prombnbir. Promener Tin cheYsl ; aller s« promener. 
{ AccroUre sa fortvne ; sa fortune %accroiL 
Et le desir s'accroit, quand Teffet se recule, 

(CORNEILLB.) 

Monter sur le tr6ne. 

La depense se monte k une forte somme. 

[ * HiSTOiRE. — Presquc tons les verbes fran^ais ont ete 
primitivement employes tout a la fois comme actifs, neutres et 
r^flechis. C*est plus tard que Tun ou I'autre emploi a prevalu et 
que rusage Pa impose a Tezclusion des avtres. 



AoCROtTRE. 



MONTBB. 



y Google 



SYNTAXB DU VBEBB. — § 282. 821 

C'est ainsi qu'on ne dit plus se rcculer^ commo a fait Cor- 
neille dans I'exemple cit6 plus haut, mais on dit au fcns actif i 
reculer les 6orwes;et, au sens neutre : au lieu d'avancer, U re- 
cule. — Promener s'emploie comine actif et comma refl^chi ; il 
ne s'emploift pas comme neutre Mais jusqu*au xvii« si6cle, on 
a dit, allei' 'promener. C'est una locution qu'accepte ancbre 
Vaugelas (1647), mais qui eet condamnee par Menage (1672) 
et par I'Academie fran9aise (1704) Cepeiidant Racine 6crit, 
dans une de ses lettres : « J'ai ete promener cette apres-din6e», 
et cetto locution se trouve encore chez J. -J Rousseau. (Voy. 
le Dictionnaire LitM.) 

Nous donnerons ici une liste d'un certain nombre de verbea 
dont Tempi oi a ainsi varid, etquiseconBtniisaient.au xvjifisi^cle, 
autrement qu'aujourd'hui. On remarquera en general une 
etroite parente antra I'usaga latin et Tusage du xvii« si^cle. 

I. Sont employes comme actifs^ 
10 des verbes qui sont aujourd'hui ncvtres ; 
Attenter; comme en latin attentare aliquid: 
C'estun d6sesp6re qui peut taut attenter. (GORNfil?.LK.) 

Bouger : « Vingt-deux chariots ne I'anraient jamais pu 
bovger de la. d (racine.) Avant da devenir neutre, comme il 
Testaujourd'hui, ce verba a ete, au xvii® siecle, verbe reflechi! 
Et personnc, monsieur^ qui se yeoille bouger, (MOLliiRE.) 

Germer, comme sou vent germinare an latin : 

Et c*e8t une semence illustre, vive et forte 

Qui, denouveaux martyrs, genne une ample moisson. (COBNEILLE.) 

Penetrer, employe activement dans un sens ou il ne s'era- 
ploie plus que comme neutre ; « II traverse TEuropa, p^netre 
I'Espagne et porta ees armes jusqu*aux colonnes d'Hercule, » 
(bossuet.) « Les Sarrasins pin4trent VEmpire^ occupant TAs- 
syrie, etc. » [Id,] 

Plaider, qui n'est plus actif que dans le sens de plaider 
une causa, I'etait au xvii« siecle, m^me dans le sens de plaider 
quelqu'un (contra quelqu'un). Ex, : 

put na platde-t'il point? (bacinb.' 

... C'est un grand hasard s'il conclut votre affair© 
Sans plaider le cur6, le gendre et le notaira. (IJ,^ 

Pr6tendre, employe activement: « l3on fr^re Florien pr^- 
tendit VEmpire, » (bossuet.) 
Comme le plus vaillant, je prHends la troisieme . (LA fontaivb^ 



y Google 



822 GRAMMAIlils: FEAK9AISE. 

Bans vons demander rieo, sans oser rien pr^tendre, (hacink. 

Sans prdtenire une plus haute gloire, (/c/.) 

Be vit exclus dn rang vamement pritendu. [Id.) 

Accordez-lai ce prix qu^il en a pritendu. {Id,) 

Le Dictionnaire de VAcadcmie (1835) distingne frHendrt 
dans le Fens de recfamer, revendiqner comme nn droit (actif) 
ct pr^tendre dans le sens de aspirer a (neutre). C'est en ce der- 
nier sens que Corneille dit dans le Cid : 

A de plas kauts partis Rodrigue pent pr^tendre, 

Le premier emploi est vieilli. La langue a garde seulement 
Taetif avec le pronom neutre que, par exemple : 

Et que pr6tendai8-tu...? (corneille.) 

Que pr6tendez-vous done ? (BACINB.) 

Consentir, avec complement direct : 
Le consentiras-tu, cet effort sur ma ilamme? (cobneille.) 

Cet emploi est contre Tanalogie latine; car consentire est 
neutre en latin. Aussi la langue a-t-elle liesite, pour ce verbe, 
entre Tactif et le neutre. Corneille, d'accord avec les vieux au- 
leurs (Voy. le Ijfxique de Godefroy, I, p. 137), le fait toujours 
actif ; mais Malherbe le fait neutre: « Consentir a nature. » 
Nicot U fait ^galement neutre dans eon Dictionnaire (1603). 
CestTusage qui a prevalu; mais cjnsentir est reete quelquefois 
actif dans la langue du Palais. 

Contribuer, employ^ activement, comme en latin (contri- 
buere aliquid.) 

Et ce quUl coninbue & notre renommde. (COBKSILLE.) 

« Contribuei' quel que chose a la gloire d'un si grand prince. » 

(RACINE.) 

Courir, qui n'est plus aciif que dans untrcs-petitnombre de lo- 
cutions (courirun lievre^ etc.) , etait, au xvii* siecle, aussi f r^quem- 
ment employe co aome actif que comme neutre, en divers sens .Ex. : 
Ma vie et mon amour tous deux cowent basard. (racine.) 
J'ai couru les deux mers que s^pare Corinthe. {Id.) 

Courir le bal la nuit, et le jour les brelans. [Id.) 

« Les soldats des deux camps courant et ravageant la cam- 
pagne. » {Id.) « Ces belles qualites qui le faisaient courir de 
tout le monde. j> {Id.) « L*on court les mtdheureux pour les en- 
vjsager. » (la brut^re.3 

Digitized by VjOOQIC 



STOTAXE DV VERBE. — § 282. 323 

Croitre : 

Que ce nouvel honneur va croitie son audace! (BACIKE. 

Mais Tetymologie latine donnant im verbe tieutre {cresce7'e)f 

croitre s'employait aussi, aa xvii* eiecle, comiiie verbe neutre : 

Je vols mes hoimeurs croitre et tomber mou credit. (BAGI2I£.) 

Repondre : 

MoQ coBur youB r4pondait tons vos mimes discours, (bacikb.) 
«Iis avaient emp^cbe toutes ies requ^tea d*4trer^ponducs, {Id,) 

Ruer (de mSme en latin mere (spumas salis mre ruebaut)* 
a Vu jeune gar9on qui ruait des pierres, j» (bacikb.) 

2^ Sont encore employed eomme actifs des verbes qui sent 
aujourd^hui refl^cbis : 

DepouiUer, dans le sens ou nous disons se d^pomller de. 
J'ai dipouilU thomme^ et Dieu m'asecoura. (gobn£ILLB.) 

Avez-vous dipouilU cette haine si vive? (bacikb.) 

J'admirais si Mathan, d^pottUlant I'artifice. ' ild.) 

II. Sont employes comme neutres: 

lo des yerbes qui sont aujourd*hui actifs. 

Entreprendre : 

£t lorsque contre yous il m*a fait entreprendre, (cobnbille.) 

Frequenter : 
Des lieuz ou friquentait rautenr. (boileau.) 

Sans doate, et je le vois qui fr4quente chez nou^. (moli^b.) 

Mais, comme frequentare en latin etait actif, frequenter 
8*empIoyait aussi activement (Nicot donne les deux), et c'est 
Tactif qui a prevalu. 

Inondep : « Tout ceU vient inonder $ur J^sus-Christ. » 
(bossukt.) Traiuit de rtcriture : inundaverunt aqux super 
caput meum, — « C^est son sang qui les fait inonder sur les 
hommes. h (Id.) « Son coeur ebranle faisait inonder par ses 
yeux un torrent de larmes ameres. » (Id,) « Cette boucbe divine^ 
de laquelle inondaient des fleurs de vie t teruelle. j> (Id,) 

Contredire. — Employe comme neutre (de memo qu'en 
latin, contradicere alicui) : « Je n'avais pas la bardiesse de 
contredire a des gens qui font tant les v^nerables. » (PBBBpT 
d'ablancoubt.) 

Les dleux ont prononc^. Loin de ieur cotUredire, (BAOorB.) 

Digitized by VjOOQIC 



324. QBAMMAIRB I^BAKgAIBB. 

Pr^o^derCcomme prdceaere en latin) : « Un autre envoys 
prMde et lai prepare les voies. » (bossdet.) 

Satisfaire k (satisfacere (dicui), ne se dit plas aujourd'hui 
que dant) le sens special de « faire ce qu*on doit par rapport 
a quelque chose i (Acad^mie), mais ^tait au xvii« siecle d^m 
emploi tres general et tres etendu. Ex, : 

En vain pour satisfaire d nos l&ches envies... (malhbbbs.) 

C'est maintenant d toi que je viens sati^aire* (cn)BNBILLE.) 

<i Qu'an pr^alable il ait satin fait d la m^decine. x> (holi^rs.) 

On tronve cette toumure dans lea Sermons de Bossuet ^ « Tout 

ce qui nous environne nous presse de satisfaire d nos desirs, » 

Dans les oeuvres de sa vieillesse, Bossuet emploie ce verbe Iran* 

sitivement : « Satisfaire notre ambition et nos passions dereglees. » 

Servir k {setvire ahcui) ; aujourd'hui, servir a ne s'emploie 
plus que dans le sens de prodesse, 

« C5ette liberte glorieuse de oe plus set'vir au p6ch6. » 
(B088UBT.) li ne fait que traduir» les mots de saint Paul, yt 
ultra non serviamus peccato. a Quelle est notre brutality, si nous 
servonB aux desirs terrestres. ;» (Id,) Cette construction ne se 
trouve pas dans les Dictionn aires du xvii* siecle. 

20 Sont encore employes comme neutres des verbes qui soui 
aujourd'hui refl^chis, Ex. t 

Affaiblir: 
J'a/faibUs, ou du moins ils se le persuadent. (oaSKEiLLB.) 

On ne dit plus aujoard'hui que s'affaiblir; mais le simple 
faiblir est neutre, conform^ment & 1 etymologie (foible^ de 
flehilem), 

Arrdter : 

Arr^tons un moment. (bacinr.) 

On dit aujourd'hui, en ce sens, s*arriter, Cependant le neutre 
est reste dans la locution : arritezi {faites arr^ty f adrestate)* 

D^sister, employ^ comme neutre^ dans le sens oh il est 
aujourd'hui verbe r6fl6chi (c'est le desistere latin). « Je no dS- 
8isf£ pas, » (malhfrbf:.) « Va-t'en done, et d^siste. » (cornkillb.) 
« lis avaient port6 parole qu'ils diststeraierit. » (racinb.) 

Disputer, employ^, sinon dans le sens ob. il est aujourd'hui 
verbe r^flechi, du moins plut6t dans le nens de dhcvder^ contester 
(o'est le disputare latin) ; v( Elle ne dispute point que son esprit 
ne lui fasse da mal. » (s^vign^.) On ne difipute pas que tout 
rAncien Testament ne soit 6crit devan* Jc Nouveau . » (bossitbt.) 



y Google 



SYNTAXE DU VERBS. — § 282. 326 

Je dtsputai longtemps, je fis parlcr mes yeux. (eacikb.) 

Vous senle pour Pyrrhns disputez aujoiird'hui. {Id,) 

« lis disputaient tous les jours sur cent badineries, comme k 
qui escrimerait le mieux. » {Id,) 

ETader (c*est le evadere latin) : 

Nous nous amnsons trop; il est temps d^4vader. (cobnbille.) 

Facher, employe comme impersonnel. « II leur fdchait seo- 
lement qu'il ne declarait pas assez tdt sa puissance, d (bossuet.) 
» 11 fdchait fort au due de Guise de d^poser les armes. » 
(PER^FIXE.) c[ Avez-yous quelque chose qu*t7 vous fdche de per- 

dre? » (BIALHEBBE.) 

De mSme, au lieu de je me souviens^ on dit plut6t, au 
XVII** siecle, il me soitvient (de T^tymologie latine, suhvenit), — 
Voy. les Lexiques de MalherbCf de Racine^ etc. 

Lamenter (en latin lamentari), 

D'un cr^pe noir H^cube emb6g»in6e 

Lamenie^ pleure et grimace toujours. (bacikb.) 

Plaindre, ^q plangere ('pectm), 

Mais, d nouveau sujet de pleurer et de plaindre! (00BNEILLB«} 

Prononcer : 

Faites-le prononcer, (BAOINB.) 

Vous commencez, madame, & prononcer peur lui. (/</.) 

« ]6tre reserve 4 ^ononcer centre plusieurs personnes inno- 
centes. » (Id.) 

III. Sont employes comme rifUchis, 

i^ desverbes qui sont aujourd'hui neutreSf dumoins en ce sens. 

Apparaitre (s*) et disparaitre (so) : 

Je pense en tout moment qu'il s'apparalt k moi. (baOINE.) 
« Les plaisirs se sont per. k peu disparus, ]» (malhbbbe.) 

Augmenter (s^). — «: La terre commence k se remplir, lea 
erimes s'^augmentent, 3> (bossuet.) <e Pendant que Timpi^te ^'aug- 
mentait dans le royaume de Juda... » (Id.) 

Gomxnencer (se). — « Le couplet qui se commence^ 6 mort... > 

(VIALHERBE.) 

Crouler (se). — < Tantdt elles penchent| tant^. elles se 
croulent. 3> (Id«) 

Digitized by VjOOQIC 



326 GRAMMAIRE FRAN^AISE, 

Diminuer (se). — a La yie humaine, qui se poussait | 



4 pres de milie ans, se diminua peu a pen. n (bossuet.) 

iclater (s') : 
Le premier qui les vit de rire s'^clata . (la Fontaine.) 

Edore (s*). — « Enfin s'^clormt des guerres civiles oil toutts 
choses seront vioUes. y> (malherbe.) 

Tourbillonner (se). — a Une caveme oh la poudre se tow- 
billonne en soi-mSme. :» (malherbe.) 

2^ Sent encore employes comme r^flechis des verbes qui sont 
anjourd'hni actifs : 

Ooblier (s*) de. — Dans le sens oii nods employons sim- 
plement Va.ctit oublier, le verbe r^Mchis'oublier ne prend plnsaa- 
iourd'hui de complement indirect. Cette demiere toumure se 
Irouve plusieurs f ois dans lea Sermons de Bossuet. Ex. : « Le 
p^heur, s*oubliant de ce qu'il est en lui-m§me... y> « Les sciences 
fiumaines s'oublient de leur dignity... :» Elle n'est pas dans la 
V* Edition du Dictiormaire de I'Academie (1694). Elle est con- 
damnde par le P. Bouhours : « C'est tr^s mal parler que de dire 
s*oubHer de faire cela, 11 f aut aire : j'ai oubJii de faire cela, J 
(Nouvelles Remarques, 1676.) 

Taire (se) de. — « Nous ne pouvonff pas nous taire deschoses 
dontnous sommes t^moins oculaires. 3> (bossubt.) 
On parle d'eauz, du Tibre, et Ton se tait du reste. (cobnsillb.)] 

IV. Des pronoms compliments de verbes r^fl^chis, 

§ 283. En g^n^ral, dans les verbes essentiellement refle- 
chis (§ 62, Rem. II), le pronom qui pr6c6de imm6diate- 
hient le yerbe est complement direct. II y a exception pour 
le verbe s'arroger. 

Qaantanx verbes accidentellement r^fldchis, le pronom 
qui les pr^cMe imm^diatement est tantdt complement 
direct, tant6t complement indirect. II est toujonrs comple- 
ment Indirect avec les verbes neutres qui deviennent acci- 
dentellement refl^chis. Ex. : 

1* Pronom complement direct : 
8*attacher k ; se familiariser avec ; se ralentir ; 

se oonfondre ; se lasser ; se taire ; 

B'iloigner; se loner de; se troubler. 

•'ennuyer de ; se quereller; 

Digitized by VjOOQIC 



SYNTAXE DU VERBE. - § 283. 327 

[* HiSTOiEE. — Au xvii« siecle, en conformity avecretymo- 
logie latine (familiaris), on dieait : se famUiariser quelque 
choBe. <E II faudrait qae vous eussiez pu mous familiariser ces 
lettres. » (racine.) 

2° Pronom complement indirect : 



s'attacher quelquun; 

86 donner \ 

86 disputerf un droit; 

se r^server ) 

senuire, s'entre-nuire ; 

86 parler ; 



86 plaire ; se d^plaire ; se 

complaire ; 
se rappeler une chose; 
se rire de quelque chose; 
sesncceder; 
s'imaginer. 



Gette difP(§r6nceest importante k noter^ particuli^rement 
pour les regies d'accord dn participe pass^. 

Ebmarque I. — Le verbe disputerne s'emploie correc- 
t6inentquededenxmani6res:l°comme?erbe neutre. Ex.: 
disputer d'une chose; 2** comme verbe r^flechi, avec le pro- 
nom faisanb fonction de complement indirect. Ex. : se dis- 
puter nne chose. Tons les grammairiens condamnent la lo- 
cation se disputer, dans le sens de avoir une querelle: cette 
locution n'a pour elle ni Tautorit^ des ^crivains ni celle 
de la conversation d'une soci^t^ choisie. 

Remabqub II. — Les verbes actifs, devenant verbes ri- 
fldchis^ prennent quelquefois la signification passive. Ex. : 
rela se voit, s'entend^ se lit, se remarque^ etc. (c'est-^-dire 
fst vUf entendu, lu, remarque) ; il ne se parlera plus de lui 
(i;*est-i-dire il ne sera plus parle) ; la parte se referme, 

[*HiSTOlRB. — Get emploi des verbes reflechip avec sigDifi- 
cation passive it&h tres-^tendu au xvii« siecle. On les trouve 
mdme, comme les verbes passifs, avec nn complement indirect 
que marque la preposition par. Ex, : d Les contraintes qui s^ex^- 
cutaient pour dettes par les riches centre les pauvres* » (bos- 

»UET.) 

Quelques restes d: fea, sous la cendre epandtis, 

D*un souffle haletant yar Baucis s'allumdreitt, (LA FONTAINE.) 

Bemabque hi. — D'autres fois lis prennent un sens 

Digitized by VjOCQIC 



328 GRAMMAIRE FRAK9AISB. 

special, un pen ditoumi de leur signification ordi- 
naire. Ex, : 



attaqner, 
attendre, 
aviser, 


8'attaqnerit; 
8*attendre k ; 
8'aTiserde; 


^tonner, 
^tudier, 
loner. 


s'^tonnerde; 
s'^tndier ^; 
se loner de ; 


apercevoir, 
connaitre, 


8'apercev6irde; 
se connaitre a 

OMCn; 


servir, 

tromper, 

taire. 


seserrirde; 
se tromper de; 
se taire deottsnr. 



II en est de m^me des verbes nentres plaire^ tire (s^ 
plaire <i, se rire de\ etc. 

[* HiSTOiRB. — S'attaquer a est une locution venne de la 
prononciation picar^^e de s' attacker a. La plupart des aotres 
verbes r^flechis du rn^me genre ne pr^sentent pas d 'explication 
satisfaisante : € Ce sbnt, dit Vaugelas, de ces phrases qui no 
veulent pas 6tre ^pluch^es ni prises au pied de la lettre. 9 (fie- 
marque sur s'attaquer a quelqu'un,)] 

Remarque IV. — En fin, qnelqnes verbes neutres sem- 
blent derenir actifs^ en devenant Hfiechu; on da moins 
lenr complement, an lien d'etre indirect comme daos^e 
plaire, se rire^ se pr^sente sous forme de compl^meDt 
direct. Ex. : 

aller, ^ s'en aller (Us s'en sont alles) ; 

yenir, revenir, s'en venir, s'en revenir (Us s*en sont 

verms) ; 
pr^valoiry se pr^valoir {ils se sont privahs)\ 

monrir, se monrir (ce Terbe r^fl^chi n'est gniw 

nsite qn'an present : je me meurs). 
* Eemarqub v. — On verra pins loin (§ 329) que les 
verbes r^fl^chis, k I'infinitif, penvent perdre lenr comple- 
ment apr^s le verbe faire. 

3* OBSERVATIONS SUR L'EHPLOI DES TEICPS 

(consideres au mode indiccUif). 
I. Present. 
§ 284. Le prisent s'emploie qnelquefois ponr le pa^i 
et pour le futur; ce qui donne plna de vivacity k la phraae. 



y Google 



SYMTAXE DU VEllBE. — % 286, 329 

L^s vers snivaDts foarntssent un exemple de ce double 
emploi du present pour le passe et pour le futur : 
Mais hier il m'aborde, ct, mo tendant la main : 
Ah! monsieur, m'a-t^ii dit, je vous attends demain. (Boileau.) 

II. Imparfait. 
I 285 • Uimparfait s'cmploie pour le conditionnel 'pre- 
sent aprfts la conjonction $i. Ex, ; « La terre, zi elk etati 
bien cultivie, nourrirait cent fois plus d'hommes qu'eJle 
n'en nourrit. » (p^nelon.) — C'est comme s'il y avait : 
dans le cos ou elk serait bien cuUivee.,, 

[♦ HiSTOiRK. — Au xvii« si^cle on trouve 1© conditionnel 
maintenu apr^s si, mais par suite d'une ellipse. Ex» 
Si ta haine m'envie uu suppb'ce trop doux, 
On jff (Tun aang trop Til tft main serait tretnp4e, 
Au d^faut de ton bras, pr§te-moi ton ^pee. (kacine.) 

, Ph^dre veut dire k Hippolyte : Si tu penses que ton (^4e serait 
irem^ d^tm sang trop vU. De m^me Mariane, dans VAvare de 
Moliere, dit a Cleonte : € J*ai a vous dire que si votis avriez 
(c'e8t-4-dire, s*il est vrai gue vous auriez) de la repugnance k 
me voir votre belle-mire, je n'en aurais pas moins k vous voir 
non bean-fils. 2»] 

§ 285 bis. li imparfait s'emploie quelquefois pour le 
conditionnel passe, apr^s une propopition indiquant une 
supposition et uu verbe au plns-que-parfait ; ce qui donne 
pios de yiyacit^ k la phrase. Ex. : 

Si j 'avals dit un mot, on vous donnait la mort. (voltaibe.) 
Pyrrhus vioait heureuXf s'il eftt pu Fecouter. (boileau.) 

e'est-^-dire : On vous eut donne la mort; Pyrrhus aurait 
i^cu heureux. 

III. Par fait difini ei parfait indefini. 

§ 286. Le par fait indifini est le temps le plus nsit6 
parmi les subdivisions du parfait, parce qu'il indiqueindif- 
f($remmentun temps enti^rement^coal^ et une p^riode de 
lemps qui dure encore ; tandis que le par fait difini indi- 

Digitized by VjOOQIC 



880 GBAMMAIBE FBAN^AISE. 

que seulemeofc nn temps entiirement ^eonl^ et des cir. 
Constances d6lermin6e8. Par exemple, on pent dire : 



1^ Temps entierement ^coule : 

je Vai vu hier, 
— la semaine derni^re ; 



2® Temps qui dwe encore : 

je Vaivu aujourd'hui, 
— cette semaine* 



Ou, sans primer une ipoque : je Vai vu; 

tAndis que Ton dira seulement : je le v» hier, je le vis la 
semaine dernifere. 

§ 287. Le parfait indifini s'emploie pour le futur an- 
terieuvy quand on vent indiqner nne action qni sera tr6s 
prochainement termio^e. Ex. : 

encore une minute, et fai fini (au lieu de ifaurai fini). 

IV. Fulur et futu?* anterieur, 

§ 288. Le futur est quelquefois une formule adoucie du 
mode impiratif (k la 2® personne). Ex. : Vous irez en tel 
endroiL — Vous ne cesserez pas de m'importaner? 

11 s'emploie surtout pour les prescriptions, pour leB 
rfegles de conduite. Ex. : 

Entrele pau^re et vous. vous aorendrez Diea pour juge. 

(RACINE, Athaiie,) 

Le futur antmeur s'emploie pour le parfait indifini, 
quand on vent indiqaer un fait d'une fa9onmoins affirma- 
tive. Ex, : Si vous n'avez pas compris, c'est que vous aurez 
mal 4coutd(s,xi lieu de : c'est que vous avez mal ecoute). 

[* HiSTOiBE. — Au zvu* siecle, on met souveDt, dans les 
phrases subordonnees : 

lo Le futur oil nous mettrions le present. Ex, : (n Je reviendrai 
voir sur le soir en quel ^tat elle sera, d (moli&rg.) 

2o Le futur anterieur ou nous mettrions le parfait Indefioi : 
Ex. : « Lorsqu^on me trouvera morte, il n*y aura personne qui 
mette en doute que ce ne soit vous qui m'aurez tu^e. ]»(moli^re.) 

Et je eonnnitrai bien si vous Vaurez instraite. (Id.) 

Digitized by VjOOQIC 



STIYTAXE DU YEBBE. — § 9B9. 331 

V. Des auxiliaires dam les temps composes, 

§ 289. Aux temps composes, les diffi^reiits verbes 
piennent Tanxiliaire avoir pour indiquer Taction^ Tanxi* 
liaire i^e poor indiquer T^tat. En consequence, le passif, 
indiqnant tonjoars un ^tat, se forme avec le yerbe itre 
snivi dn participe pass^. 

II n'y a d'exception que pour les verbes r^fl4chis, qui 
prennent Tauxiliaire etre k leurs temps composes : encore 
pent on dire que ces verbes ont en quelque sorte un rdle 
actif et passif, puisque le snjet fait et subit Taction en 
mSme temps (§ 106); au reste nous avons yu (§ 288, 
Rem. II) que quelquefois un verbe j^flechi 6quivaut k un 
verbe passif. Ex, : cela s'est dit, c'est-S,-dire : cela a ite diU 

G'est surtout aux verbes neutres que s'applique le prin* 
cipe enonc^ plus haut. De ces verbes, les nns se conju- 
guent toujours, soit avec Tauxiliaire avoir ^ soit avec Tauxi- 
liaire etre; les autres prennent tantdt Tun, tantdt Tautre de 
ces auxiliaires. C'estune regie presque absolue que, pour les 
uns comme pour les autres, les temps qui ont Tauxiliaire 
avoir indiquent Taction, les t emps qui ont Tauxiliaire etre 
indiquent Tetat. (Voy. § 100.) 

Ainsi, bien que les verbes alter y arriver, venir, etc., 
expriment Taction, c'est T^tat qu'indiqnent tenrs temps 
composes, qui prennent Tauxiliaire itre. Ex. : 

ilest \ 

^ fc t 1 ^^®' arrive, venu, revenu, parvenu, 
il sera J 

(L*acte est accompli ; il n*y a plus qu'un etat.) 
Pour les verbes qui admettent les deux auxiliaires avoir et 
etre, les temps conjugues avec Tauxiliaire avoir indiquent 
Trtc/2on;ceuxqui oat Tauxiliaire e/re indiquent Teto/, le r^- 
&i(ttat ou le fait accompli, Ex. : 

Digitized by VjOOQIC 



832 



j^BAMMAIBE FBANfAISE. 



1" Avec avoir : 
Oesseb. € Les chants avaient 

cesse. » (baynouabd.) 
Demeubeb. € 5'ai demeure 
capfcif en Egypte. » 

(f^nelon.) 

DiBPABAiTBB. t Ils Ont pftTU 

nn senl instant et dtsparu 
pour toujours. » 

(massillon.) 
^HAPPBR. . « L'un des cou- 
pables a echappe k la gen- 
darmerie. » (DICT. ACAD.) 
Passeb. < Madame apassedn 
matinausoir, ainsi querher- 
be des champs. » (bossuet.) 
Etc. 



2** avec &tre: 
<L Et dn Dieu dlsrael les f(§tes 

sont cessees, (eacine.) > 
« II ne Ini est pas demeure 

de qnoi se faire enfcerrer. » 

(la BBUYiSBE.) 

< La foi de tons les coenrs est 
pour moi dtsparue. :» 

(BACINE.) 

« Ce voleor est echappe de 
prison. » ^, 

(DICT. ACAD.) 

« II y a nne henre que la voi- 
tnre est pass^e, Cela est 
passe de mode. » 

Etc. 



Eemabque I. — Qnelqnefois la difference d'anxiliaire 
indiqne nne difference de sens encore plus marqu^ ; par 
exemple pour le verbe convenir: 



cette maison rna convenu 
(C'd-d, m'a pin). 



c'est une chose qui^s^ conve- 
nue ic.'d'd. conclne) entre 
nous. 

Bbmabque II. — Les yerbes qui s'emploient comme 
actifs et comme neutres, prennent TauxiHaire avoir dans 
le premier sens^ rauxiliaire etre dans le second. Ex. : 



on a descendu les tableaux; 
il a ichoui sa barque; 
on a sorti les orangers; 



les tableaux sont descendus; 
la barque etait echouie; 
les orangers sont-iis sortis? 



Remarque III. — On a vu plus haut que le parfait inde- 
fini du verbe aller, ayant Vauxiliaire etre, indiqne Vetat et 
non Yaction. II est ^ remarquer que, tout an contraire, le 
verbe etre, ayant k son parfait ind6fini Tauxiliaire avoir, 
devient k ce temps presque synonyme dn verbe aller. Ex.: 

« Lui-mdme, il avait 6ti reconnattre les rivieres et les mon- 



y Google 



STNTIXE DU VEBBE. — § 299. 383 

tagnes qui servirent k oe grand desseio. :» (bossubt.) < H croit 
n'ao&ir pas ^te plus loin que les autres f ois. » (kassillon. 

n 7 a cependant cetie diffiirence enireje suis alU ttfai 
ite, que je suis alU indiqae plutdt^ en g^n^ral^ nn ^tat 
rtsnltant d'nn moayementy ^tj'ai ^te, nne sitnation pasaee. 

Rbmabque IV. — Le verbe^^re s'emploieaussi qnelqne- 
fois an parfait d^fini dans le sens dn verbe aller. Ex. : 
n fut jusques 4 Borne implorer le S^nat. (oobnbillb.) ^ 

Oetie tonmnre a yieilli^ mais elle est encore admise par 
FAcad^mie. 

* BsKABQUE y. — Oomme la plupart des verbes qni 
penvent se construire ayec denx anxiliaireB, le verbe 
MugopeVf oonstrnit avec avoir^ marqne snrtont Tac- 
tioQ, ayec le verbe etre, T^tat. Cependant, qnand on yent 
parler d'une omission, d'un onbli, on emploie ickapper 
ayec Tanxiliaire avair^ et, qnand il s'agit d'nn mot dit par 
m^garde, on Temploie ayec Tanziliaire etre. Ex, : 



1© aveo avoir 
J'ai retenu le chant ; les y era 

(Jv-B. B0US8EAU.) 

c Leurs vices, obscure oomme 
lenra nome, ont 6chapp4 k 
I'Eistoire. > (massillon.) 



2* avec 4tre 
Peut-^tre, si la yoiz ne .m'eitt 
^t^ couple, 
L'afEreuse yerite me serait 
^chapp4e. ^racinb.) 

a BstM ^happi ^uelque in- 
discretion a sa jeunesse? » 
(fl^hibb.) 

[* HiSTOiRE. — II y a eu longtemps indecision sur Femploi de 
Taiixiliaire avoir ou etre avec quelques verbes neutres. Voiei 
quelques ezemples dn xvu« siecle, qui ne s'ezpliqnent pas tons 
par la distinction entre Vaction et V4M : 



rai reUmrrU depuis a Ver- 
sailles, (l^ DE SliVIGNi.) 



M. de Montmoron est couru ici. 

(m"»* db sAviGNi.) 

Elle est pa8s4e ce matin devant 

cette porte. (Id.) 
Les troupes sontcUoampies. {Id, ) 
Elle est expirie en trois jours. 
(Id.) 

19. 

Digitized by VjOOQIC 



384 



GBAMHAIBE FRANgAISE. 



J'ai wuru ohez la Reine. 

(RACINE.) 

Ma langue dans ma bouohe vingt 
fois a demeurS glacee. {Id.) 

11 etjU entre lui m^me dans ce 
sentiment s'il Vett pu. 

(bossuet.) 

lis ont entr^ en societe avec 
les autears et les pontes . 

(la BRUYfeRE). 

Jamais les grands n'ont enM 

dans ces motifs. (racine.) 

Je n*ai perc^ qn'k peine ime 

foule inconnne. (Id.) 
II rCavait jamais sorti de Go- 
rinthe. (Id,) 



n en ^tait sorti lorsqae j*y suis 
eourn. (raoine.) 

Dardanns etait ahordi an mont 
Ida. (Id.) 



II y serait eowM sans manger 

et sans boire. (Id.) 

Son livre est demeuri chez le 

libraire. (Id.) 

Depuis que le sommeil n^esi 

entr^ dans vosyeux. (Id J) 
Denx grosses^ dents lui sont 

perches. (Id.) 

n fC4tait jamais sorti de Rome. 
(Id.)] 

4* OBSBBVATIONS SUR L'BMPLOI DBS MODES PBBSONNIBLS. 

I. Indicatif et mbjoncUf. 

§ 290, h^indicatif 6nonce un fait ou un jugement d'une 
mani^re positive et formelle, le subjonctif Texprime d*une 
maniere plus vague, et en g^a^ral avec nne id^ de doDte 
Ex, : il peut venir (indicatif) ', je doute qu'il jowme yenir 
{$ubjoncUf). 

En cons^qaence^ le subjonctif ne s'emploie pas, d'ordi- 
naire^ dans les propositions principales. 

§ 291. Dans les propositions snbordonn^es, on n*em- 
ploie rindicatif qu'autant que le fait ou le jugement 
exprim6 par le verbe est 6nonce d'une maniere positive : 
dans le cas contraire^ on met le subjonctif. Ex. : 

V /wrficaft/ dans les propo- 
sitions subordonn^es : 



je crois 
je sais 
je suppose 
je me doute 
je pretends 
je dis 
11 est certain 



qu'il 
[ viendra. 



2° Subjonctif dm^l^ pro- 
positions subordonn^es : 

je ne crois pas \ 
je ne suppose pas 1 
je ne pretends pas/ 
je doute <1^ '1 

il est douteux (w«»»»«. 
il n'est pas certain] 
je suis ^tonn^ / 



y Google 



SYNTAXE DU VEEBE, — § 2.91. 835 

Selon qu'il y a affirmation ou doute, on met Tindicatif 
oale subjonctif apres le m^me verba ou le m§me adjectif. 
Ex. : 



il est vrai qui'l s^est bien 
battu; 

il se plaint de ce que vous 
I'avez trompe (on. affirme 
que rinterlocuteur a trom- 

pe); 

il pr6tend quon obdtra; 

je suppose quV/ en est amsi; 

il dit quY/se d^pechera; 

je suis d'avis qu'a/ doit par- 
tir{on affirme ou Ton croit 
que la chose est ou sera) ; 



8*]] est vrai quV/ se soit bien 

battu; 
il se plaint que vous tayez 

tromp6 (on n'affirme pas 

que rinterlocuteur ait 

tromp6) ; 
je pretends que Von ob^isse; 
supposez qu'// en soit ainsi; 
j'ai dit qu'on se dipechdt; 
je suis d'avis oi^Hl parte (on 

ne sait an juste si la chose 

est ou sera). 



On trouve ces deux modes altemativement dans una 
meme phrase : « Les soldats criaient qu'ow les menat an 
combat ; opHls voulaient venger la mort de leur p6re, de 
leur g6n6ral; cfn'on lea laissdt (aire; quails Staient fti- 
rieux. » (M""® de s^vigne.) Dans cette phrase, ce que les 
soldaf« affirment est mis k Tindicatif ; ce qu'ils demandent, 
ne sachant si cela leur sera accord^, par consequent avec 
doute, est an subjonctif. 

[* tliSTOiRE. — L'emploi de Tindicatif et da subjonctif est nne 
des ditficaltes de la langue f ran9aiBe, comme de la langne latine. 
Aussi I'emploi de ces deux modes nous ^fonne-t-il -souvent chez 
les ^crivains du xn^ si^le, du xvii<> et mdmedu xviii" sidcle. 

I. Exemples de I'indicatif oil nous mettrions le subjonctif : 
(L II est possible que Taction de la vue s*estoit h^b^tee. r> (mon- 

TAIGNE.) 

... Je suis tout effraye 
Que miUe fois le jour leur chef 7i'est foudroye. (B0N6ABD.) 

€ J'appr6hende qu*il sera plus difficile. y> (balzao.) c 11 se 
peut faire qu'il est deja venu. d (malhebbk.) « J'ai peur que 
cette grande furie ne durera pas. j> (Id.) a II semble qu'il est 
eu vie et qu'il s'en va parler. d (mo;li£BE.) 

Seigneur, qu'a doncce bruit qui vous doit 4tomier?(BA0ii!ri.) 
Ne vous suffitril pas que je fat condamn^? C/irf.) 

Digitized by VjOOQIC 



336 ORAMMAIBE FBAN^AISB. 

Je n« vcw nierai pointy Seigneur, que ties sonpin 

Wont daigni quelquefois expliquer ses d^sirs. (bacins.) 

OrdonrU qu'il sera fait rapport &la coor. Id, 

n suffit que ton est con tenia du detour. (molibre.) 

c Ce n'est vas qu'il faut qaelqnef ois pardonner k celni. . . . ]» 
(la BBUYiBB.) (L Ce n'est pas que, depuis quelques ann^es, lee 
acteurB ont enfin hasard^ d'etre ce qu'ils doivent dtre, dee pein- 
tures vivanteB; auparavant ils d^clamaient. » (yoltaire.) 

Vons que rAmoui prend toujours pour sa m^re, 

QuoiqWil saithiea que Mars estyotre dpouz. (yoltaire.) 

II. Exemples dn subjonctif oil nous raettrions Tindicatif : 
Pensant que cefust une conjuration. t> ( amyot. ) « J'estime 
que oe desordre ait plus port6 de nuisance aux lettres que tons 
]e8 feux des Barbaras. (montAignb.) ^ Je 8987 at^sez que vous 
n*ayez pas peur. » (clement marot.) « Qui est celui qui neprenne 
plaisir qu'on l*estime liberal ? :» (montaionb.) <r Je crois que ce 
soit une demeure bonne pour toutes les saisons. » (malhbbbb.) 

Je crois qu'il soit fou. J> (Id). 

n croit que mes regards soient son propre h^tage. (oornbuj^b.) 
La plus belle des deux, je crois que ce soit P autre. (MS) 
Tous pr^sument qiCil ait un grand sujet d*ennui. {Id,) 
Cette lettre, monsieur, qu'avecque cette bolte 
^ On prdtend qiCait regue Isabella de tous. (MOLlteB.) 

Je pensais qu*& Tamour son coeur toujours ferm^ 
Fiit centre tout mon seze ^galement ann6. (racink.) 

On dirait que, pour plalre, instruit par la nature, 
Hom^ ait & v^nus d^rob^ sa cainture. (boileau.) 

On dirait que le ciel^ qui se fond tout en eau, 
Veuille inonder ces lieux d'un deluge nouyeau. Id, 

< Vous diriea qu'il ait Toreille du prince. » (la bbuyere.) 
« On dirait que les temples f assent autant d'hdtelleries.D (baoine.) 
c Qui croirait que Gyaxare fut le m^me nom qu'Assu^rus? » 
(BO88UBT.) c On dirait que le liyre des decrets diyins ait ^t^ 
ouvert k Zaoharie. i> {Id.) 

An lieu de dire qu'Esdras ait fait tout d'un coup paraitre 
tant de livres, on dira. . . (Id.) 

En 6tudiant tous ces passages, peut-^tre trouvera-t-on que 
06 qtu a d^id6 les ^crivains en fayeur d*un mode plutdt qne 
d'un autre, ce gont certaines nuances de la pens^e : ils ont mis 
l*indicatif qnand ils ont voulu 6noncer un fait precis, et le 
Bubjonctif qaand ils ont Yonlu indiquer un doute. Cependant 
Tusage ne paratt pas avoir consacre toutes ces constructions.] 



y Google 



SYNTAXB DU VERBB. — § 293. S37 

§292. Remabque I. — Lesnl^'onctif semcitira done 
apres la conjonction que et lea yerbes«exprimant le donte 
on la crainte, soit par enx-m^miBS, soit par saite d'nne n^ga* 
tion ou d'un tour interrogatif, par exemple : niery douter, 
craindre, apprehender, trembler, efcc. (Voy.RE]tt.V.) 

Mais la negation et rinterrogation n'entrainent le snb- 
jonctifqa'antant qn'elles expriment nne id^ de donte, 
d'inoertitnde. Ainsi Ton dit : 



2* Avec le subjonctif: 
on ne me persna- J quilen 

dera pas 
neyonsfignrezpas ' 




1* Avec Vindicatif: 

il ne r6fl6chit pas qu'il se 

perd; 

r6flechit-il qu Use perd? 

n'est-il pas vrai 1 ... 

^ I cfutl en 

necroyez-vouspas f ^ croyez-vons 

croyez - von s vrai- i . .^ pouvez-vous esp^rer 

ment ] * ponvezvons croire 

D*nn antre c6te, il y a de certaines formes, affirmatives 
en apparence, qui supposent en reality un donte on tout 
au moins nne simple supposition, et qui, par suite, entrai- 
nent le subjonctif. Ex.: 

i'ai peine i croire ) ^^^ ^ ^^^ ^^^^ 

je n'ai guere de raison pour esperer ) ^ 

§ 293. Remarque II. — Le subjonctif se met apris 
qm et les yerbes on les adjectifs exprimant un ordre, nne 
defense, nn desir, un mouvement de I'Sme, nne obligation, 
nne cause, etc., parce que ces verbes et ces adjectifs in^i- 
quent en general des choses k venir, par consequent ton- 
jours peu certaines ; par exemple : 

1** Les verbes vouhw, ordonner, difendre, consentir, per^ 
mettre, souffrtr, attendre, mertter, se rijouir, rougir; 

2** La plupart des verbes impersonnels, comme il coH" 
mmf, ilfauty il importe, il est temps, c'est assez, eest beau- 
coup, il est juste, il est bon, il est possible^ tant s*en fimi 
que, etc. : 

Digitized by VjOOQIC 



338 aBAHUAIBE FBAN9AISE. 

8® Les fwijectifs content, mtisfait, heureux, ravi, mecan- 
tent, fdchSy afflig4, desole, honteux^ confus. Ion, joyeux, 
convmable, fdcheux, nicessairey possible, etc. 

Ainsi Ton dit : je veux, je desire, j'entends, je pretends 
qtce Von ohmse; je ne veux pas, je defends qm Fon sorte; 
je suis ravi qu'«/ reussisse, 

Avec les verbes impersonnels, Tidee de doute am^ne, 
seule le subjonctif, Ainsi Ton dit : // faut qtCil peruse 
(parce qu'il pent ne pas perir malgr^ Tobligation qni a ete 
d^claree) ; mais on dira : il est vrai, il est certuiny il est evi- 
dent quHlap^i (parce que c'est an fait qu'on rapporte et 
qu'on affirme). Dem^me on dit :U est possible quUperisse; 
mais on dira : il est probable qvUlperira, On dit fespere, 
je pense qt^il ne pMra pas, parce qu'on ne Teut indiquer 
aucun doute ;et Ton dira :y« ne pense pas quit p4risse, pour 
marquer un moindre degre de certitude. Apres il semble^ 
on met Tindicatif on le subjonctif, selon qu'on yeut indi- 
quer une affirmation att^nu^s ou exprimer un doute. Ex. : 

., , I \ quV/ a oubh'4 son rang ; 
1 sem e ^ g^,^.^ ^^^ oubli^ son rang. 

§ 294. Remarque III. — Le subjonctif se met encore 
dans les propositions subordonn^es form^es par les con- 
jonctions, locutions conjonctives et pronoms conjonctifs 
qui suiTent : 

& condition que, jusqu'Jt ce que, quoique, 
h, moins que, loin que, sans que, 

afin que, non que, si pen que, 

au cas que, pour pen que, si... que {signifiant 

avantque, pour que, quelque... que), 

bien que, pourvu que, si tant est que, 

de crainte que, quel que, soit que, 

de peur que, quelque... que, suppose que, 

en cas que, qui que, etc. 

encore que, quoi que, 

* La difference desens entre Tindicatifet le subjonctif ee 

Digitized by VjOOQIC 



SYNTAXE DU VBRBE. — § 295. 330 

retrouve dans la diflF^rence de construction des adjectife 
<m adverbesconjonctifsg'Me/yi^e que et tout.,, que (§ 209, 10, 
Rem. V) : la premiere, exprimant un donte on nne id6e 
vague, se met aveo le subjonctif ; la seconde, indiquant nne 
affirmation et marquant un fait precis, yeut I'indicatif. Ex. : 



1* avec le suhjonctif: 
Quelque puissant que soit nn 



homme, ilest sous la main 
de Dien. 
Quelque eloquent qjie soit 
nn orateur, 11 n'est ^cont^ 
que s'il est estim^. 



2^ avec I'indicatif: 
Tout puissant c^est un roi, 



11 est S0U9 la main de 
Dien. 
yiott^ Eloquent quVs/ cet ora- 
teur, 11 n'est pas ^cont^ 
parce qu'il n'est pas es- 
time. (Si Ton disait : Quel- 
que eloquent que soit cet 
orateur,.. on insinuerait 
un doute sur la Taleur 
/ m^'ne de son eloquence. 

§ 296. Eemaeqtte IV. — On met tantdt Tindicatif, 
tantdt le subjonctif avec les conjonctions suivantes : 
de manlfere que, en sorte que, si ce n'est que, 

de sorte que, jusqu'i ce que, tellement que. 

1** On met Tindicatif pour indiquer quelque chose de 
positif on un fait accompli. Ex. : il a fait en sorte qu'on 
a 4te content de lui. « Le sang enivre le soldat, jus- 
qu'a ce que ce grand prince, qui ne put voir egorger 
ces lions comme de timides brebis, calma les courages 
6mu8..,3> (bossuet.) 

2** On met le subjonctif pour exprimer quelque donte; 
eb 11 y a presque toujours doute, s'il s'agit d'un fait & 
venir. Fx. : faites en sorte qu^on soit content de vous ; 
pers^T^rez jusqua ce que vous ayez reussi. 

On met encore le subjonctif apres la locution ce nest 
pas que, parce qu'elle indiqne un doute. Ex. : ce n'est pas 
que je veuille vous faire des reproches. 



y Google 



SIC GBAMMAIBE FKAN9AISE. 

Bbxabqub Y. — O'est pour lea mdmes raiaons que Ton 
met tantdt le sabjonctif, tantdt rindicatif arec I'adjectif 
cx)iijonctif tel que. Ex : 



ayez nne condnite telle 
qu*on vous applaudisse (fait 
i Tenir, incertain); 



sa condnite a &iA telle que 
tout le monde Fa applaudi 
(affirmation d'nn fait). 



Bemabqite YI. — Dans certaines propositions snbor- 
donntes, ou le verbe indiqne nne canse^ oe verbe pent dtre 
nni 4 la phrase principale par la conjonction que ou la 
conjonction de ce que. Aprfes quej le verbe de la propod- 
tion snbordonn^e se met an subjonctif^ parce qn'il y a dans 
Tesprit nne id^e de donte^ on dn moins parce qn'on 
6nonoe nn avis snr nn &it plntdt qn'on ne I'affirme ; aprte 
de ce que, le verbe se met k I'indicatif, parce qne cette 
ionmnre marqne Taffirmation positive d'nn fait. £x. : 



il se plaint de ce quon fa 
insulte ; 

je snis henrenx de ce quU 
a r^ussi. 



il se plaint quon Fait in- 
finite; 

je snis henrenx qu'U ait 
r^ufisi; 

§ 296. Remabque YII. — Le snbjonctif se met apres les 
pronoms et adverbes conjoncti& comme aprte les conjone- 
t^ns, qnand la phrase exprime nn donte^ nne crainte, nn 
sonhait, nne tendance vers nn bnt. Ex.: indiqnez-moi nn 
endroit ou je putsse me reposer (si Ton voolait parler 
d'nne mani^re affirmative, on dirait : je connais nn en- 
droit ou je puis me reposer). « Content de remarqner dea 
actions de vertn dont les sages anditeurs puissent pro- 
fiter... » (BOSSUET.) 

Pour la m6me raison, la negation et Tinterrogation en- 
trainent ordinairement le snbjonctif apris les pronoms 
conjonctife. Ex, : « Le public n'est pas nn jnge qu*(m 
puisse corrompre. » (boileaij.) « S'il y a pen d'ora- 
teurs, y a-t-il bien des gens qui puissent les entendre? » 

(LA BBUTilBE.) 

[ Oriqinbs latines. — C'est la construction latine de qui aveo 

Digitized by VjOOQIC 



snrrAXB du vbbbe. — § 398. 341 

1ft snbjonotif^ ^quivalant k ut is. Ex. : RancB regem pe^'ere..., 
(}ui dissolutos mores vi compesceret. (phedre.) Les grenouilles 
demanderent un roi qui reprimdt par la force le d^sordre des 
moeurs.] 

§ 297. Rbmabque VIII. — Apr^s les superlatifs suivis 
de qtd et les locutions le seul qui, le premier qui, le dernier 
qtu^ on met le snbjonctif si I'on enonce un simple juge- 
ment soumis k doute on k contestation, Tindicatif, si Ton 
enonce un fait positif et formel. Ex, : 

V Indicatif : 2*» Suhjmciif : 

€ C*est peut-6tre la seule « Trajan, le prince le plus 

chose que V argent seul ne accompli dont thistoire ait 

peut pas faire. » jamais parl^. » 

(MONTESQUIEU.) (MONTESQUIEU.) 

§ 298. Bemabque IX. — Le snbjonctif s'emploie mdmi 
dans quelques propositions principales. 

1® On le trouTe arec que, dans les prieres on dans les 
exclamations (il ne s'emploie, an premier cas, qu'& la 3* per- 
Sonne du singulier). Ex. : que votre volenti sett faite. 

Moi, que fose opprimer et noircir rinnocence 1 (raoinb.) 

2"^ II s'emploie sans que, dans les formules de souhait, 
d^mpr^cation, de concession, d'indigoation. Ex. : Fasse 
le ciel, Dieu veuille que... Puisse ce voeu s'accomplir! 
A Dieu ne plaise que... Dieu soit hue/ Dieu vous garde/ 
Qui m'aime me suive. Comprenne qui pourra. Vaille que 
vaille. Le croie qui voudra. Advienne que pourra. 

« Le ciel en soit b^nil y> (racine.) 

€ VMsse le Troyen anteur de uos alarmes ! i> (Id.) 
Qniconqne est lonp cugisse en lonp. (la fontaire.^ 

Pour toutes ces phrases, on peut, il est yrai, supposer 
una proposition principale sous-entendue, k laquelle 
celles-ci seraient subordonn^s xje demande que.., je di- 
Hire que.., etc. Quoil vouh supposez que fose noircir I'inno- 
cence, etc. Non-seulementii n'est pas n^cessaire ^^ <«ous- 

Digitized by VjOOQ IC 



348 GRABIMAIKE FRAK^AISE. 

entendre nne autre proposition principale; mais cela n'est 
mime pas tonjours possible. 

Ainsi le verbe savoir se met an sub jonctif dans lea loca- 
tions suivantes, qui forment incontestablement des pro- 
positions pn'ncipales : je ne sache ptzs que...., je ne sache 
personne ou rien qui... Dans oes locutions^ le subjonctif est 
employ^ pour exprimer la pensee d'nne mani^re moins 
affirmative que Tindicatif : Je ne satspas. Bu reste, cette 
location n*est usitee qp!h la premiere personne du singalier. 

Le subjonctif du verbe savoir s*emploie aussi avec que, 
apr^s une nation, et marque la mime nuance d'4non- 
ciation alt^nuee. Ex. : 

11 n*06t point de destin plus cruel, que je sache. (holt^re.) 

n Aacun voyageur, queje sachCy n*en a fait mention. » 

(J.-J. ROUSSBAU.) 

[* Origines latines et Histoire. — Cette construction di- 
recte du subjonctif, sans la conjounction que^ est un souvenir 
du latio. Ex. : Sextius non venit, quod sciam, (cioiRON.) Elle 
est fort commune aux xvi' et xvii* siecles : 

Les cienz de leur faveur ne vous soient point avares! (RONSABD.) 

€ Son exercitation suive Vusage ; qu*il puisse faire toates 
choses, et n'aime 4 faire que les bonnes. » (montaigne.) 
Les dienx daignent surtoat prendre soin de vos jours 1 (bacinb.) 
..... Qui voudra mordre y morde. (fd.)'\ 

II. Impiratif. 
§ 299. L'imp^ratif n'est usit^ qu'i deux temps, an pre- 
sent et an parfait ind^fini, et k trois personnes (la 2« du 
singulier et du pluriel^ la 1" du pluriel). Ex. : finiSy finis- 
sez ceci ; ayom fini quand il reviendra. 

Ebmarque I. — Dans les monologues, celui qui parle 
peut employer soit la 2' personne du singulier, soit la 
!'• du.pluriel. Ex. : 

Rentre en toi-m^me, Octavey et cesse de te plaindre. (oobnbillb.) 
Soyans indigne soeur d'un si g^nSreux fr^re. (Id.) 

Kemabqub II. — L'imp^ratif s'emploie quelquefois 

Digitized by VjOOQ IC 



STKTAZE DU YEBBS. — § 302. Zi6 

IK)iir indiqaer, non na commandementy mak nne SnppoBi- 
tion. Ex. : 

Prenez femme, abbaje, emplo}, gouvemement : 

Les gens en parleront, n*en doutez nullement. (la fontaiks.) 

III. Conditionnel. 

§ 300. — Le conditionnel accompagne en g^nfeal on 
sappese qnelqae condition exprim^e on sons-eDtendue. 
II 86 met d'ordinaire avant on apr6s nne incidente form^ 
par nn s« conditionnel. Ex. : si Je pouvais, firais; ftrats^ 
si je pouvais ; je voudrais etre ecoute; je ne saurais nier. 

La peneee complete serait, ponr ces denx demiires 
phrases : je voudrais, sije le pouvais.,. je ne saurais^ quand 
je le voudrais.^ II y a da reste lieu de remarqner qne/e 
ne satirawest synonymede^e ne puis^ et qne ces tonrnnres : 
je voudrais, je ne saurais, sont des ^nonciations att^nn^es 
de I'id^e exprim^e par le verbe. 

§ 301. — Le conditionnel s*emploie encore, comme le 
snbjonctif accompagn^ de que (§ 298), dans certaines 
phrases exclamatives exprimant Tetonnement, Tindigna- 
tion. Ex. : 

Moi, je m^arriterais k de vaines menaces 1 (bacike.) 

« Eh quoi ! Seigneur, il y aurait done de la gloire A senrir 
les rois de la terre, et ce serait bassesse et lAchet^ de yuub ^tre 
fidele! :» (massillon.) 

§ 302. Dans certaines propositions indiqnant nne sup- 
position, on met, comme dans la conjngaison interrogatire, 
le sujet apr6s le verbe. Ex. : eela serait-H on fUt-il yrai, ce 
n'est pas bon k dire; devrais-je on dusse^je monrir, je par- 
tirai. 

Semabque. — Dans ces propositions, qn'on pent appeler 
suppositiveSf on se sert de I'imparfait dn snbjonctif, sans 
que; mais cette tonmnre ne convient qu'an style soutenn. 
Ex. : fusse-je, eussd-je, dusse-je^ vint-il, folUU-il. On dit 

Digitized by VjOOQIC 



344 gram^uihe fran9Aisb. 

pins ordinaiFementy en se Bervant dn conditionnel : quani 
je serais, quandfaurats, quandje devraisy etc. 

Di^t le ciel 6galer le sapplice k Toffense. (COBin5iLi<B.) 

fVeut-il que d*un moment readi sa d^faite. 
Borne efLt ^t6 du moins un pen plus tard sujette. (COBNEliiLE.) 
« Fu5siez-vous au fond des obimes, la main de Jupiter pour- 
rait vous en tirer. » (f^nelon.) 

[* HiSTOiRE. — L'imparl'ait du subjonctif, ainsi construit 
sans quBy et precedant son sujet, est en realite une seconde 
forme de conditionnel. Nous n'avons aujourd'hui de seconde 
forme du conditionnel que pour le parfait ind^fini (fevsse aimei. 
Jusqu*aa milieu du xvii^ siecle, il y en ayait une seconde ausai 
pour le present, comme en latin (facerem, deberem). Ex. : 
€ Mon p^re et ma mere me cuid^rent marier a lui ; mais ja- 
mais je ne le fisse, » (Les quinze joies de mariage,) 

Si j'eusse aide, je vous liasse, {Farce de Patelin.) 

Si je trouvasse un bon sergent, te fisse prendre. {Ibid,) 

Bien eust le coeur rempli d*inimiti^, 

Si ma douleur ne Teust meu & piti^. (c. mabot.) 

Un mot seul, nn souhait dut Tavoir emport^. (COBKBILLB.) 

Mais puisque son dMaln, au lieu de te gu^rir, 

Banime ton amour, qu'll diet faire mourir... (Id,) 

Et toutes vous dussiez prendre en un jeu si doux, 

Comme m^me plaisir, m^me int^r^t que vous. {Id.) 

Vous dussiez avoir honte... (boisrobebt.)] 

§ 303. Le conditionnel s'emploie surtont dang leg pro- 
positions principales ; mais il pent anssi se mettre dans les 
propositions snbordonn^es^ surtont apr^s les verbes indi- 
quant supposition. Ex. : on dit que les choses se seraient 
f assies ainsi, D'autres pr^tendent ^'elles se seraient possess 
tout autrement. 

Lequel Hi^rome, apres plnsieurs rebellions, 

Aurait atteint, frappe, moi sergent a la joue. (bacike.) 

[* HiSTOIRE ET ORIGINES LATINKS. — Au XVII* Siecle, UU 

conditionnel pouvait dependre d'un autre conditionnel. Ex.: 
<r J^aurais assez d'adresse pour faire accroire k votre p^re que 
ce serait une personne ricne, qu'elle serait eperd&ment amou- 
reuse de lui. et souhaiterait de se voir sa femme. ]& (MOLiftRB.) 
« Je dirais hautement que tu en aurais menti. » {Id.) € Je 
croirais que la eonqulte aun tel coeur ne serait pas une vic- 



y Google 



8YNTAXB DU VEEBE. •—' § 305. 3^5 

toire ii dedaigner. Tb (Id,) « Je dirais que ce serait quelqae petit 
frere qu^elle m'anrwt donD^ depuis le trepas de mon p^re. :» 
(Id.) c Taurais dit que c^eilt 6te quel que impie qui auraii fait 
cette peinture. (pascal.) Aujourd'hui, a la place de tous ces con- 
ditionnels, on inettrait lindicatif present, dans les propositions 
Bubordonnees. 

Le conditionnel, qui represente, en fran9ais, I'imparffiit du 
subjonctif latin, se mettait souTent aussi, au xvii^ t^iecle, dans 
des conbtructions oil se serait mis cet imparfait. Ex, ; « Je ne 
vous ecrivais point, attendant que ce messager 'partirait, » 
(malherbe.) cc Vous ne nous etonneriez pas c^iie la diverslte de 
lieux ne vous aurait de rien servi. » (Id.) « S'il s'en troifvait 
qui crusseut que ]'aurais bless^ la charlte que je vous dois. 3» 
(pascal.) « U attendatt a se rejouir quand il venmt les moeurs 
corrigees. » (bossuet.) 

On trouve meme, au xvii® si^cle. le conditionnel avec quoique, 
qui est aujourd'hui tou jours suivi du subjonctif (§294) i^Quoique 
quelques-uns seraient d'avis... » (vaugelas.) « QuoiquHl nV 
aurait rien desurprenant... » (bossuet.) — Voy. § 312, Hist. Ill, 
pour le confttionnei avec si.] 

5* CORRESPONDANCE ENTRE LES TEMPS ET LBS MODES. 

§ 304. Dans \q% proppsitions subordonn^es, les verbesqm 
dependent les nns des autres sont assnjettis k une certaine 
coirespondance, ^tablie par la logiqae on par Tusage^ entre 
lenrs temps et lenrs modes. C'est le verbe de la proposi- 
tioii principale qni determine le temps des antres. 

I. Cmrespondance des temps de I'indicatif. 

§ 305. Lavari^t^des combinaisons qa'admet la corresh 
pondance des temps de I'iililicatif entre enx est trop grande 
j)our pouvoir 6tre indiqute d*une maniire precise. Ces 
combinaisons dependent desid^esaccessoires d'anteriorit6, 
de posteriorite, de simultaneity, qui modifient les id^es 
g^n^rales dn present, du pass^ et du futur. On se bornera., 
fiur ce snjet, aux remarques principales : 

Lorsqu'un des verbes ^nonciatifs dire, croire, a f firmer..., 
suivi de la conjonction que et d*un autre verbe, se trouve 
u un des temps du pass6, deux cas se pr^sentent : 

1^ Quand le second verbe exprime une action ^galement 



y Google 



3i6 GRAMHAIRE FKANgAISiil, 

raBS^e et qui se rapporte au m^me temps que inaction ez« 
prim^e parle premier, on metce second verbe a timparfaii 
oa au plus-que-parfaiU Ex, : 

onm'affirmait j ^^^^ yom travailUez, 
onmaffirma ^^^^ ^^^ .^^^ enferm^ 

onmaaffirm6 pour traTaiUer; 

onmavaitamrme | 

2"* Quand le second Terbe exprime une chose Sgale- 
ment yraie dans tons les temps^ ou bien une action pr^ 
sente, on met le second verbe au present. Ex, : 

j'affirmais 1 q^e Dim voit tout, mtmd taut ; 

]'afBrmai f ^ ' 

J ai aprme i content&ment passe rickesse. 

j'avais affirme ] ^ -^ 

§ 306. Bemabque. — Cette r^gle, toutefois^ n'est pas 
absolue; et souvent le verbe de la proposition subor- 
donn^e pent se mettre k un temps passe, comme celui de 
la proposition principale. Ex. : 

c AntoDin avait appris a son filn Marc-Aurele qu'il vaiait 
mieux sauver an seul citoyen que de defaire miUe ennemis. » 
(bossuet.) « Je t'ai dej4 dit que fetais gentilhomme. » (la Fon- 
taine.) « J'ai trouve que la liberte vaiait encore mieux que la 

8ant6. » (VOLTAIRE.) 

Ce n'est pas seulement par une sorte d^attraction qu*on 
pent mettre ainsi le second vei^ k I'imparfait^ quand le 
premier est k un des temps du passe : c'est aussi lorsque, 
au lien de considerer I'id^e exprim^e par le second verbe 
dans ce qu'^lle a de g^n^ral, on vent indiquer ce qui a 6te 
dit, pens^ ou sent! k un certain moment. Ainsi, pour ne 
prendrequele dernier des exemplescit^s plushaut. il estvrai 
de tout temps que la liberte vaut mieux que la santi; mais, 
en exprimant cette id6e, Voltaire n'a pas pr6tendu ^mettre 
un axiome, qui n'aurait rien que de banal, maisindiqiier 
un sentiment qu'il a ^prouv^ k tel moment de sa via. 



y Google 



STNTAXE I)U VEBBE. — § 308. 347 

II. Can^espondance des temps du subjonctif avec 
eeux de VindicaUf. 

§ 307. Pour la correspoadance des temps du subjouctit 
avec ceux de Imdicatif, les regies g^n^rales Bont les sui- 
Tautes : 

1^ Si le premier verbe est au present ou au futur, le se- 
cond se met au present du subjonctif. Ex. : je vettx, je 
voudrai; (quand)/at*rai «;ow/tt qu'il obiisse. 

Cependant, lorsque Taction du second verbe est consi- 
d^r^e comme pass^ relativement k celle du premier, 
le second verbe doit se mettre au pass6, bien que le pre- 
mier Boit au present ou au futur. Ex. : je ne pense pas 
qutl ait obei sans y avoir ite contraint ; quand je voudrai 
quil ait obeiy il aura obei ;je desire quit soil arrivi heureu- 
sement ;ye crains quilne soit parti ;j' attends qu'il aitfini. 

2° Si le |»emier verbe est k un des temps du pass^ ou 
bien an conditionnel (mode qui est assimil^ au temps pass^), 
le second se met k I'imparfait du subjonctif; il se met an 
pluB-que-parfait da subjonctif quand Faction du second 
verbe a dft pr^c^der celle du premier. Ex. : 

y . \ je voulais \ 

jevoulus ., .^^^ ; ,., 

,3mvoulu Uua l^^^iyyeusmulul eAt 

jevoudrau \ ]evoudrais 

jauratsvauluj jW«s t-ott/« I 

§ 308. Bemabque I. — Dans les propositions subordon- 
n^s qui demandent un subjonctif et qui dependent d'une 
proposition principale dont le verbe est an prdsent^ on met 
le subjonctif present : 

1* Pour le temps correspondant de rindicatif. Ex.: je' 
necrois pas que ce soit lui {est-ce lui? Je ne le crois pas); 

2* Pour le futur. Ex. : je ne crois pas qu'il sorte (sor^^ 
Ura^t-il? Je ne le crois pas). Croyez-vons quil vienne? 



y Google 



348 GRAMMAIRB 'PIIAN9AISE. 

§ 309. Ebmabque II. — Le present da subjonctif pent 

se mettre apr^s nn des temps da pass6^ s'il s'agit d'expri- 

• mer dans la proposition snboidonn^ nne pens^ g^n^ 

^ rale onenvisagee ind^pendamment de toute id^e de temps. 

( Voy. § 805, 2**). Ex. : « Je n'ai employ^ aucune fiction 

qui ne soil nne image sensible de la T^rite. » (voltaibb.) 

§ 310. Ebmarque III. — Aprfes nn verbe an futur, on 
. pent mettre an pass6 le verbe de la proposition snbor- 
donn^e, si Ton veut indiquer, en m^me temps qu'une idee 
de fntur, nne id^ de pass6. Ex. : 

(qnand) j'aurai vonlu) ,^^t^^ ii ^^^ ,^^,.. 
(qnand) je vondrai ) ^ ' 

§ 311. Bemabque IY. — Dans la correspondance des 
temps passes, on met : 

1*^ Ij imparfait dn snbjonctif, si Taction exprim^ par 
le second verbe est passive, pr^sente on future. Ex. : il 
s'en est fallu de pen qmje partisse (action pass^e) ; vons 
avez voulu queje fusse pres de votes (action pr^sente) ; je 
desirais que Von travailiat da vantage (action future) ; 

2* Le plus-queparfait du subjonctif, seolement si Tac- 
iion est pass^e par rapport & Taction du verbe principal, 
dijk pass^e elle-mdme. Ex.: je ne savais pas qm votis 
eussiez eti trompe 

§ 312. Bemabque V. — Le conditionnel est un mode, 
et non un temps; mais il a nne grande parent^ avec le 
futur et avec Timparfait : il se forme comme le fdtnr 
(Voy. § 110), il a les desinences de Timparfait (Voy.§ 116), 
et il emprunte an plus-que-parfait du snbjonctif sa se- 
conde forme : femse aimi (synonyme de faurais aim^). 

V Le conditionnel se met pour le futur dans les propo- 
sitions subordonn^es, quand le verbe de la proposition 
prinoipale est k un des temps du pass^, et quand il 7 a 
qnelquedoute dansTesprit, Ex.: 



yGpogle 



SYNTAXB DU VERBE. 



§312. 



340 



je \roulaipvoir 
j'ai voulu voir 
j'avaisvouluToir 



drait. 



je croyais qu'il viendrait. 



Si le verbe de la proposition 
principale ^tait an present, 
oelui de la proposition snbor- 
donn^e serait an fntur. Ex. : 
je venx voir sHl viendra. 
Je crols qu*il viendra. 



On m*a fait esp^rer qu'il viendrait. (Si Ton ne vent pas 
exprimer de donte, on met le fntnr. Ex. : ces enfants ont 
promis qn'ils travailleront d^sonnais.) 

2** Si le verbe de la proposition snbordonn^e doit 6tre 
an conditionnel, d'apr^ la r^gle preo^dente, et qnela pro- 
position principale soit interrogative on negative et rat- 
tacMe par que a la principale, le conditionnel est remplaci 
par Vimparfait on le plus-que-parfait du subjonctif. Ex. : 
je ne croyais pas I ,.^„,.„^g.^jy 

aviez-vons crn ) ^ 
Mais, s'il n'j a ni negation ni interrogation, le condi- 
tionnel pent se mettfe dans la proposition snbordonnte, 
mdme apr^s nn verbe k nn temps pass^. Ex. : 

je croyais J 

je cms > qu'il viendrait. 

j'avais cm ) 
3^ Apr^s la conjonction si^ I'impar&it de Tindicatif se 
met k la place da conditionnel pr^nt en oorrespondanoe 
avec nn antre conditionnel, excepte qnand la conjonction si 
marqne une interrogation indirecte (commean§dl2,10).De 
pins, laseconde forme dn conditionnel parfaitpeutsemettre 
apr^ sij en correspondance avec un antre conditionnel 



V Si avec timparfait : 

« La terre, si elle itaithieu 
cnltivtey nourrirait cent fois 
plus d'hommes qn*elle n'en 
noorrit. ^(FiNSLON.) C.-d-d. 
k la condition qu*elU serait 
blen onltivte. 



2® Si avec la 2* forme du con* 
ditionnel par fait : 
<c II anrait manqn^ qnel- 
qne chose k sa gloire, si, 
tronvant partont des admi- 
ratenrs, il n^etlt fait qnelqnes 
envienz. » (FLBCitiER.) 

Digitized by VjOOQIC 



350 GfiAMMAIRE FRAl^gAISE. 

[* H18TOIBE. — IiE concordance des te^lps et des modes est 
un des pointa de la Syntaie fran9ai8e qui se sont fixes le plus 
tard, et les regies aujourd^hui en vigueur n'ont guere ete bien 
etablies qu*i la fin du xviii* et au commencement du xix® sieole. 
* On trouve, chez les meilleurs auteurs duxvii* siecle, des construc- 
tions qui nous paraissent irregulieres aujourd'hui. 

I. Ces irrSgularit^s portent surtoat sur la correlation, jug^e 
anjourd^hui necessaire (sauf la reserve de la Rem. Ill), entre 
Timparf ait du subjonctif et Tindicatif d*un des temps du passe. 
Ex. : ^lla falla qu'il se soit oblige k eux. » (malhbrbe.) 

Mais ce n'est que Teffet d'une sage conduite, 
Dont C^sar a voulu que vous soyez instruite. (B acine.^ 

Taidit qu'onVavertisse. (Id.) 

... N'avez-votis ms 
Ordormi^ d^s tantot, qwon observe ses pas ? {Id,) 

« L*oracle a command^ que la mort de La'ius soit expiee. o (iJ. 

II. Des singularites se presentent aussi quelquefois dans la 
correlation des temps entre eux. Ex, : 

Alcippe souptrait pr§t & s'^vanouir ; 

On fauratt console : mais il ferine Toreille. (malhbbbb.) 

... Si leur courage, i leur fortune joint, 

Avait assujetti Tun et Taatre hemisphere, 

Yotre gloire est si grande en la bouche de tous, 

Que toujours on dira qu'ils ne pouvaieni moins faire. {Id.) 

« Quand vous mourrez, vous avez eu le temps que vons de- 
viez avoir. > (malherbe.) « De quoi nous avons d'autant plus 
de besoin que nous aurons 6U plus noy^s dans les delices. :» {Id,) 
« Vous penseriez vous faire tort, si vous les aviez compt^s pour 
un bienfait. ]» {Id.) 

J'allais bdtir uu temple etemel en dur^e, 

81 la deioyaute ne Vavait abattu. {Id,) 

III. La concordance des temps et des.modes s'entendait du 
reste au xvii* bi^cle autrement qu'aujourd'bui ; ce n'^tait pas 
rimparfait du subjonctif qui etait mis en correlation avec tous 
les temps du passe ; on mettait le subjonctii du parfait ind^fini 
ou du plus-que-parfait avec Tindicatif des mSmes temps. Ex, : 

c Elle n'a jamais voulu qu'il ait 6ti saigr)6, t> (si^vionA.) c Le 
roi n*a pas voulu que la reine soit alMe k Poissy. » {Id,) « II a 
fallu pourtant qv^il soit revenu au quinquina. ^ (Id. ) € lis n^ont 
pas voulu que nous soynns partis plustdt. d (Id.) « Si Babylone 
eiit pu oroire qn'elle eHit tt6 periseabie comme toutes les choMi 
humaines... » (bossubt.) 



y Google 



SYNTAXB DU VERBE. — § 312. 851 

Qaelqnefois le second verbe est mis au passe, bien que le 
premier soit au present ; mais c'est parce que ce present re- 
presente un passe (§ 284). .Void plusieurs exemples tires des 
oeuvres en prose de Racine : « Brute suit le parti de Pompee, 
quoiqu'il exit fait mourir son pere... Ulysse est regu en roi, sana 
qii*on le conndt., II gouverne adroitement le timon, sans souf- 
t'rir que le sommeil lux fermdt les yeux... Sa mere lui donne de 
rhuile afin quHl se frottdt. » 

Tandis qae nous raettons aujourd'hui Timparfait de I'indica- 
tif ' apres la con jonction si, en correspondance avec un condi- 
tionnel (§ 312, 30), on mettait au xvii* siecle avec si le condi- 
tionnel, qui raarquait mieux Tidee de supposition, et qui dtait 
un souvenir de I'imparfait du subjonctif latin. Ex, : « Je meure, 
Gijesatarais vous dire! » (malherbe.) « Pourmoi,/aitra« toutes 
ies hontes du monde, s'il fallait me demander si faurais vu 
quclque chose de nouveau que je n'aurais pas \u. i>(moli6re.) 
« J*ai a vous dire que, si vous auriez de la repugnance k me 
voir votre belle-mere, je n'en aurais pas moins 4 vous voir 
mon beau-fils. d (moliere.) 

Si ta haine m'envie un supplice trop doux, 

Ou si d'un sang trop vil ta main serait tremp^e, 

Au d6faut de ton bras, pr§te-moi ton epee. (racine.) 

IV. La particularite la plus remarquable qu'offre la syntaxe 
du XVII* siecle pour la concordance des temps et des modes, 
c'est que I'imparfait du subjonctif se met souvent, avec le 
sens du conditionnel, dans la proposition subordonnee, non- 
«eulement quand le verbe de la proposition principale est a 
I'imparfait, mais mSme quand il esl au present ou au futur. 

On n'est pas surpris de lire dans M"*" de Sevigne : cc Je pen^ 
sais qn'elle vint seule. » C'est la regie ^ qui vient d'toe 
enoncee (§ 3i2, 2^). Mais la construction de Timparfait du sab* 
jonctif en correlation avec le present et le futur, aujourd'hui 
hors d'usage, etait frequente au xvii<* siecle. L'imparfait du 
subjonctif vient ici de ce qu'il y a dans la phrase une idee de 
eonditionnel : cette idee se d^gage nettement de cet imparfait 
du subjonctif, si Ton retourne la phrase, et que le verbe de la 
proposition subordonnee soit mis dans une proposition princi- 
pale. Ainsi s'explique un vers de VAndromaque de Bacine 
dont la correction a ete fort discutee : 

On craint qu*tl rCessuydt les larmes de sa m^re. 

Cest comme s'il y avait : « II essuierait les larmes de sa 
mere ; c'est ce que Ton craint. » Cette construction n'est pas, 
comme on I'a cru, une hardiesse poetique ; car on la retrouve 



y Google 



352 OBAHMAIBE FBAKQAISE. 

absolument semblable !<> dans one lettre de M"^" de S6vign^ : 
€ J'ecrirai»4 T^v^quo d*Aiitun ; mais je crains quHl ne me remit 
k son retour. » {Lexique de Tedition de Monmerque dans leg 
Grande ^crwains de la France, t. I, p . xxviii) ; 2<> dans iine 
lettre de RadDe : c Je crains qu*en consideration de M. de Noir- 
moutiers le fermier soit mediocrement charge de tallies, et qu 
cela ne Mini k augmenter si la f erme ^t^it k une autre. (Lexiquee 
de M. Marty -Laveaux, p. xcviii.) La difference de temps entre 
lee deux subjonctifis soit et vint, dans cette phrase, montre bien 
que, dans la demiere proposition, il y a une id^e da condi- 
tionnel. C^est encore avec I'id^e du conditionuel que Racine a 
dit dans Athalie : 

Abner. quoiqu*on se pHt assurer sur sa foi, 
Ne sail pas mSme encor si nous avons un roi. 

On trouve une foule d'exemples analogues dans la prose de 
la premiere partie du xvii® siecle. Ainsi : c J^honore trop lee 
belles qualites pour souffrir qu^ane si frivole calonmie lui 
donndt quel que mauvaise impresBion de moi. ]d (malhsbbb.) 
€ Je me garderai de me mettre en peine, sinon que Taffaire oa 
Thorn me fussmt de quelque merite extraordinaire qui valiit de 
me resoudre a courre fortune. > (Jd.) « Vous ne trouverez pas 
un homme seul qui piit vivre a porte ouverte. » (Id,) « Encore 
que ce fat une cause, ce n^est pas une cause efficiente. > (Id.) 
€ Lebonabb^ ne comprendpas que wusnedussiez autant aimer 
de m*avoir. > (s^yign^.) <£ Je doute que la belle amitie qu'elle 
a pour moi lui permit de m'en faire confidence. » (Id,) € On ne 
9roit pas que cela dure, k moins que Vaversion ne se change, 
on que le bon succ^s d*un voyage ne fit changer ces coeurs. i^ (Id.) 
% II me semble qu*t7 n*y a guire de gens qui %)alussmt plus que 
nous. ]> (Id.) « Vous 4tes trop pr^s du su jet pour que cela pHt vous 
divertir. i> (Id,) c 8i vous croyez que cette invention fUt bonne 
pour vendre votre terre. t> {Id,) « Chacun de ceux qui m'^crivent 
eroyant que Tautre m*&iit envoye la copie de ce href, il se 
trouve que je ne Fai point eue. » (Id.) c'Je ne sais comment vous 
pouvez dire que la devise ne fitt pas aussi juste pour vous que 
pour M"a" la Dauphine. » (W.) c Les Memoires (de Bus^) nes«- 
ront pas imprim^Sj quoiqu'ils le mMtassent bien mieux que 
beauooup d'autres. -» (Id.) <r Les medecins me d^fendent Vichy 
pour cette annee. lis ne trouvent pas que cette dose de chaleur, 
sipr&i Tune de Tautre,/^^ une bonne et prudente conduite. » (Id.) 
V L'emploi de Timparfait du subjonctif , dans le sens du con- 
ditionnel, ^tait, du reste, d'aiitant^plus naturel au xvii* siecle 
que, comme ot> Ta deji vu (§ 302, Hist.), ce mode s'^tait 
longtenips employe oomme une seconde forme de conditionuel 
priMnt.] 

'Digitized by VjOOQ IC 



SYNTAXE DU VERBB. — § 314. 358 

CHAPITRE VL 

SUITE DE LA SYNTAXE DU A^RBE 
OBSERVATIONS SUR L'^MPLOI DBS MODES IMPERSONNELS. 

1. Infinitif. 

§ 313. L'infinitif pent dtre consid^r^ comme nom verbal 
et comme mode. 

'Gomme nom verbal, c'est-&-dire employ^ snbstantiye- 
menty il pent qnelqnefois 6tre pr^d^ de I'article, et peat 
toujours servir de sujet on de compliment. 

Oomme mode, il a des temps, des compliments direets 
et indirects, et pent former des propositions, 

I. Infinitif employe comme sujet et comme complement. 

§ 314. Qnelqnes infinitifs en frangais sont de Tiritables 
snbstantifSy ponvant 6tre accompagnis d'articles et d'ad- 
jectifs, et poavant se mettre au plnriel. Ex. : le lever, le 
coucher; le boire et le manger ;]e savoir^ le votUovr^ le;>{^- 
votr,\eptS' alter; avoir le rire agriable; le savoir-faire, le 
savoir-vivre ; des dejeuners, des diners, des soupert, des 
d^otrs, 

[*Hi8T0iRE. — Ces infinitifs, pris substantivement, sonttotu 
mascoliDs. G^est un souvenir de rancienne construction grec- 
que de l*infinitif avec Tarticle neutre (to xivetv. le boire), qui 
trahit une origine savante. La langue tend k diminuer le nom- 
bre de oes infinitifs pris substantivement , si frequents au 
XVII* siedo (1© grand lever, le petit coucher du roi, etc.). Ob 
considere comme une hardiesse le mot de La Fontaine : 

Vendre le dormir 
Comme le manner et le boire. 

L'orthographe m^me a plusieura f ois achevi cette distinction 
entre Tinlnitif et le substantif. Des le temps de Vaagela& 
(1647), on disait un pi*oc6d^» au lieu d^un procider. Mais, en 

COUBS SUP. p/>^ 

Digitized by VjOOQ IC 



S54 GRAMMAIKE FBANCAISE. 

faisant oette RpmarquBy Je in^me grammairieD ajonte : « J'ainie 
mieux un drm^ler que un d6m4U, parce que c'est nn infinitif 
dont nous avuns fait un substantif. ]> 

D'antres fois, par suite du long usage du substantif oa de 
la desuetude du verbe, le souvenir de Tancien infinitif s'est 
effac6, par example pour les noms suivants : des 4tres, *tcs 
vivres^ des sotmfinirSy des loisirs^ des plamrs, — Loisir est I'infi- 
nitif d'un vieux verbe qui signifiait avoir le temps (du latin 
Ucere) ; p/aistr, Tinfinitif d'un autre verbe qui signifiait plaire 
(du latin placere.)] 

§ 315. L'infinitif pent senrir de sw/«^ a une proposition. 
Ex. : mentire^t chose honteuse. 

[* HiSTOiRE. — Au xvii« siecle on employait souvent rinfini- 
tif comme sujet. M"^* de Sevigne va jusqu'i le mettre avec 
des substantifs, precede comme eux d'un article au pluriel : 
c Les impatiences de sorlir, les voyages, les ennuis, les nesavohr 
plus que dire.,, i^ Apr^s deax infinitifs, elle met le verbe au plu- 
riel : « Lire vos lettres et vous ^crire font la premiere affaire de 
ma vie. i>] 

Bemabque. — L'infinitif sujet des propositions imper- 
sonnelles est en g^n^ral accompagn6 de la proposition de. 
Ex,:i\ est utile (Tagir ainst, — C'est pen depromettre, il 
fant tenir. — C'est k Ini de parler. — Le plus sur est de 
partir. 

[* HiSTOiBE. — L'emploi de la preposition de avec Tinfinitif 
Bujet Otait encore plus etendu au xvii® siecle. Ex. : 
IAmb h Tambition dopposer la prudence, 
C'est aux pr^lats de cour prScher la residence, (boileau.) 
Mais, dans nne profane et riante pemtnre, 
De rCoser de la fable employer la figure, 
C'est d'un scrupule vain s'alarmer sottement. (/rf.) 

§ 316. L'infinitif sert souvent de complement (Yoj, 
§ 280, Rem. II) ; et il a lui-m^me des compWments directs 
et indirects. 

§ 317. — V II pent 6tre uni par des propositions soit a 
des substantifs, soit k des adjectifs, soit k des verbes. II 
Be construit snrtont avec les propositions de, a, pour, sans, 
par, apres, et diyerses locutions prOpositives composOes 
avec de (Ex. ; sous peine rfe, de peur de, loin de, etc. ; 



y Google 



SYNTAXB DU VEItBB. — § SI?, 355 

Ex, : rintcntion rf'^crire, le plaisir de voyager. — Jalonx, 
avide, capable de reussir. — II fat charge de condnire 
rarmee; aceus6 de conspirer. 
J'aime d lui voir verser des pleurs pour un afEront. (boileau.) 
II pent aussi se construire avec la preposition enire.\ 

« II n'y eut presque point d'intervalle chez eux enire com- 
mander at servir. » (montesquieu.) 

[* Obigines latines et Histoirb. — La langue latine n'em- 
ployait Tinfinitif que comme complement direct (amat ludtre), 
Mais lee gerondifs, qui ne sont en rea'iite que des cas de Tinfinitif^ 
y suppleaient pour le genitif , le datif et Taccusatif avec ad. Le 
fran^aJs se servit d*abord de I'infinitif autant que les Latins de 
l^infinitif et des gerondifs. Mais, a mesure que la langue fran- 
9aise s'61oigna de ses origines, Tinfinitif s*employa plus comme 
tnode et moine comme nom verbal, Aussi trouve-t-on au xvii® sie- 
cleplusieurs emploisde Tinfinitif avec des propositions, lesquels 
ne seraient pas aoceptes aujourd'hui et seraient remplaces en 
general par des verbes a mode personnel precedes d'une con- 
jonction. Ex. : 

Ma gu6rison depend de parler k Halite. (COBnbillb.) 

11 vit qne son saint 
D^pendait de luiplaire, et bientdt 11 lui pint. (racinb.) 

Notre salut depend de tout pricipiier. (QUINAITLT.) 

« II repouflsa Tinjure par lui dire* J> (siviGNi.) « Les condi- 
tions ont roule sur dire. j> (id.) « JusqiCd avoir trouv4. » (Id.) 
m Tout devient, avec le temps, au-dessous de ses soins, comme 
il ^Btau-dessus de vouloir se soutenir par lemoindre des talents 
qui ont commenc<^ a le faire valoir. » (la bruybbe.) a On s'est 
trouve exempt de charger cet ouvrage de longues et curieuses 
observations. » (Li.) « D a commence par dire de soi-m§me : un 
homme de ma sorte; il passe ddire : un homme de ma quality. » 
(Id.) cc Mettre les gens d voir leurs intOr^ts. » (Id,) « Vous le 
serez (rare) davantage par cette conduite que par ne pas vous 
laisser voir, d (Id.) « Quelques-uns, par intemperance de savoir, 
et par nepouvoir renoncer k aucune sorte de connaissance, les 
embrapsent toiites et n'en possedent aucune. :» (Id.) € II exige 
d'abord de petites choses, qui ne Texcluent pas d'*en demander 
de grandes. d (Id.) « L''admiration ou lis sont d'eux-mtoes et 
de se voir si Eminent s. » {Id.) « A force degoiit et de connaitre 
les biensOances. » {Id.) 

C'est sortout lorsque le verbe ne se rapporte pas au sujet 

Digitized by VjOOQ iC 



356 6E1MMAIBK TBAS^AISE. 

do la phrase qae Tkifinitif employ^ avec nne preposition serait 
anjonrdliai remplac^ par on mode personnel avec nne con- 
jonction, par exemple dans les phrases suivantes : 

ft Elle me tonche assez pour m^en charger moi-m6iae » 
(c*e8t-4-dire pour queje m*en charae), (moli^rb.) € Bien loin (Ten 
T&pcndre (c'est-JHiire bien loin qu iU en ripondent) devant Dien, 
il semble qu'il leur ait reserve ce dernier et inf aillible moyen. » 
(la bruyebe.)] 

Bekabque I. — L'infinitify construit ayec une propo- 
sition et formant nne proposition subordonn^, se rapporte 
en g^n^ral an sajet. Ex. : L'homme est creO^ot^r tra- 
vailler. c II eiit v^oula attaquer sans nuire, se d6fendre 
sans offenser, » (fl]6ghi£R.) 

Bemabque II. — L'infinitif pent anssi se rapporter a 
nn des complements (direct on indirect). Ex. : on lui a 
donnO Tordre de partir. € Dien fait ces dons k certaines 
ftmes qu'tl a creees pour efre mattresses des autres, » (fle- 
OHiEB.) <c Tont ce qne je lisais snr la religion me touchaii 
jusqu'd ripandre des larmes. » (bossuet.) 

Bemabque III. — II ne &nt pas qu'il y ait ^qniroqae, 
c'est-^-dire donte snr la relation de I'iBfinitif ayec le snjet 
on avec nn des complements. La relation avec le snjet 
prime tonte antre. Ainsi, dans cette phrase : € je les at vus 
avant de partir 3, ces mots : avant de pariii\ ne peayent se 
rapporter qu'an snjet. Si Ton vent parler dn depart dc 
ceux qui ant eU vus, il faut dire aujourd'hui : t je les ai yns 
avant qu'ilspartissent. » 

[* HisToiRE. — Les ecrivains du xvii* siecle ne faisaient ja* 
mais difficutte d'user de Tinfiintif . C'est parce qu'il n'y a nulle 
equivoque dans la pensee que Racine a pu dire : 

Bst-cc pour ob4ir qu'elle Ta conronn^? 
Je ne I'y conduisais que pour 4tre immoUe. 

€ Le public m'a ^t^ trop favorable pour m'embarrasser du 
chagrin pavticulier de deux ou trois personnee. » 

Cyest^-dire : pour qu'il obHt; pour qu'elle fid immoUe; pour 
que^je m'embarrassassc^ etc. De mtJme : « Jo tronre leur attention 

Digitized byVjOOQlC 



SYNTAXE DU VBRBE. — § 317. 857 

fort bonne de vouloir, i> (Id.) a Le prince d*Orange ezigea... de 
chasser ce docteur. 9 (Id,) C*eBt-&>dire que Von cfMSSdt, ^ 

£t, sans U privenit\ il fant, pour iui parler^ 

Qu'il me cherche, on da moins qu'il me fasse appeler. (7</^ 

J'en verse, et plftt k Dieu qu'd force d'en terser, 

Ce coBur trop endurci se pftt enfin percer. (COBNBILH.) 

Je tremble qu'Athalie, ^ ne vous rien cachery 

Vou8-m§me, de ces lieux, vous f aisant arracher... (bacine.) 

H^las ! Loin de vouloir 6viter sa colore, 

La plus soudaine mort me sera la plus ch6re. (Id,) 

BosBuet : € On tuait leurs esclaves et leurs f emmes, pour les 
alter servir dans Tautre monde. » — cc II Jeur rendra Tintelli- 
gence des propheties, pour passu* successivement et de main 
en main dans toute la posterite. »] 

Ebmarqub IV. — Quelquefoifl Tinfinitif ne se rapporte 
k ancnn mot ezprim6 dans la phrase ; mais il fant qne I'es- 
prit puisse ais^ment saisir le rapport avec qnelque mot 
sons-entenda, qui soit le snjet da verbe k Tinfinitif. O'est 
tantdt nn pronom personnel, tantdt nn pronom ind^fini. 
Bx, : Dieu nous a cr66s pour travailler (c'est-Ji-dire pour 
que noustravailKons). 

Pent-^tre assez d'honneurs enviroDnaient ma vie 

Four ne pas souhaiter qu'elle me fdt ravie ; • (racinb.) 

c'est-ii-dire ^our queje ne souhaitasse pas. 

Le theatre, fertile en censeurs pointilleuz, 

Chez nous, pour seproduire, est un champ p^rilleux; (boileau.) 

c'est-i-dire|WMr qu'on se produise. 

Cela va sans dire (c'est-^-dire qi/on h dtse). 

J*ai ordonne de faire telle chose (c'est-i-dire qu'on fit). 

cc Le froid est agr^able pour se chauffer. » (pascal.) 

Le jen fut de tout temps permis pour s^amuser, (boileau.) 

€ Toutes les voies furent bonnes pour parvenir d VEmpire. 9 

(MONTESQUIEU.) 

[* HiSTOiRE. — On pent voir one bonne discussion de 
Th. Comeille sur ce point de syntaxe, dans notre Edition de 
Vaugelas, 1. 1, p. 62.] 

* Eemaequb V. — Ce dernier emploi de rinfinitif est 
snrtout frequent avec la proposition d.^ 11 ^uivaut au 

Digitized by VjOOQIC 



858 aEAMMAIRE FBAN9AISE. 

participe present pr<^cid6 de la proposition en, Ex. : A Vefi 
croire; a dire vrai; a tout prendre; a le bien prendre; a le 
voir, on ne le croirait pas malade. 
A vaimre sans peril, on triomphe saos gloire. (oorneille.) 

[* Hjstoibe. — Au xviP siecle, on employait Hnfinilif aver 
d, pour di verses conjonctions, par ex. : 

1. parce que, en ce que : 

La place m'est henrense d, votis y rencontrer, (moliebe.) 

2. api que, 'pour que : 

Mais Dien, dont il ne faut jamais se defier, 

Nous donne cet ezemple ti vous fortifier, (cobnbille.) 

3. lorsque : 

c C'est a rendi^e Vesprit qu*on voit ce qn*un homme a dans 
le coeur. » (malherbe.) 

L'alWgresse da coeur s'augmente h la r^andre, (molii&be.) 
* Remarque VI. — La proposition de, sni?ie de rinfi- 
nitif, tient souvent lien d*i?ne proposition snbordonnee 
completive, comraen9ant par nne des conjonctions que, 
lorsque, si, etc. Ex. : Vous Otes bien bon de le croire. Je 
snis heurenx de vom er)tendre. « lis auraient era se 
dishonorer de rire. » (racinb.) 
Je te plains de tomber dans ses mains redontables. [Id.) 
DOcourages de mettre au jour des malheureux. {la Fontaine.) 
*Remarque VII. — La proposition pour, snivie d'nn 
infinitif, tient Ogalement lien de diverses conjonctionsy 
mises en tSte de propositions snbordonnOes compl^tives, 
par example : 

1. afin que (indiqnant Vintention, la destination et quelqne- 
fois simplement \&postmortte). Ex. : On le cherche/ww 
h mettre en prison. Pour^ar/er r^t. II y en a v^ipour 
cohtenter tons les gouts. 11 est venn ce matin, pour re- 
partirk midi. 

2, pour que (indiquant la, proportion) : 

II est bien grand pour etre si jeuae. Je I'ai assez re* 
gardO pour en etre sur. 
Ah! je Tai trop aimd pour ne le pa^ hair, (racine.) 

Digitized by LjOOQIC 



SYNTAXK IMJ VERBE. — § 318. .'ioa 

3 pa7*ce que (indiquant la cause) : II est malade pour 

avoir trop mang6. 
4. quoique: 

Four etreplus qu'un rot, tu te crois quel que chose! (cjorneillk.) 

(( Es-tu moins e8clave,jpowr ^tre aim6 et flatte de ton maftre?) 

(pascal.) 

5. Enfin, il s'emploie dans une locution comparative qui 
echappe k une exacte analyse : Mourirpour mourir, mieux 
yaut que ce soit en faisant son devoir. 

* Remarque VIII. — La proposition apres s'emploie en 
g6n6ral avec Tinfinitif passe (Ex. : oprh avoir parU). Ell^ 
ne s'emploie gu^re avec Tinflnitif present que dans les 
locutions suivantes. oi Tinfinitif est plutdt nom verbal que 
mode : Apres hoire, ap*e$ diner ^ aprh souper, apres dijeunet\ 

* Remarque IX. — Comme complement de quelques ad- 
jectife, rinfinitif actif s*emploie k titre de nom verbal, et 
correspond a un substantif. Ex. : Facile^ lire; admirable 
k voir (c'est-^dire facile k la lecture; admirable 4,1a vue). 

[•Origines la'HNES. — Cette tournure coiTespondi Tablatif du 
supin latin, qui est aussi un nom verbal. Ex. : facile lectu; 
mirabile visu.] 

* Remarque X. — Mtoe avec la proposition de, Tinfi- 
nitif pent dtre complement direct. Ex. : 

Oui, je crains leur hymen, et d'etre a Pun dos deux, (oobneille.) 

[•Grammaire comparative. — Virgile emploie de m6m« 
rinfinitif comme complement direct : 

Discite justitiam moniti, et mm temnere dives.] 

§ 318. — 2^ L'infinitif pent auRsi se construire immO- 

diatement apr^s x^ertains verbes. Tels sont les suivants : 
affirmer, compter, dOsirer, 

aimer mieux^ considerer, devoir, 

aller, courir, ecouter, 

apercevoir, croire, entendre, 

avouer, daigner, envoyer, 



y Google 



espercr, 

faire, 

(il) faut, 

laisser, 

mener, 

obserFer, 

ofler, 

oui'r. 



QRAMMAIBK FRAN^AISE. 



paraitre, 

penser^ 

pouvoir, 

pr^tendre, 

pr^f(6rer, 

regarder, 

retonmer» 

sa7oir. 



sembler, 
Bentir, 
slmacriner, 
soahaiter, 
il vant mienxy 
venir, 
voir, 
vouloir, etc. 



Rbmabquk I. — M^me avec ces verbesS, rinfipitif prend 
la pr^poaiiioQ de daus la seconde de deax propositions 
comparatives. Ex. : 



II aima mieax \ 
II yaut mieox \ 



p^rir qne de se plaindre. 



Rbmabqub II. — Qaelques verbes {desii^er, souhaitery^Ui^ 
peuyent se construire avec uq infinitify soit immediate- 
menl, soit k I'aide d'ane proposition. Ex. : 

II d&ire an il Bouhaite } ^X^UBsir. 

II n'y a pas de difference de sens appreciable entre ces 
denz constructions. Mais la pins nsitOe est celle oil Tinfi- 
nitif suit immediatement le verbe. 

Ebmabqub III. — Pour la plupart des verbes, il y a 
nne difference de sens entre Tiniinitif constrnit immedia- 
tement apr^a nn verbe, et Tinfinitif nni 4 ce verbe par une 
proposition. 

La premiere construction indiqne on suppose le resul- 
tat qui est on doit etre atteint, la seconde indiqne scale- 
ment I'intention. Ex. : 



J*ai conm I'averlir. 
II viendra vous parler. 
II est retonme le chercher. 



J*ai conrn jpowr I'avertir. 
11 viendra pour vous parler. 
Ilestretoumepour lechercher. 



§ 319. — 3* D'antres nuances de sens penvent etre 
ezprimees par Tinfinitif, selon qn'il suit immediatement 



y Google 



S YNTAXE DU VJIRBE. — § 321 . 36 L 

le verbe faire ou lui est uni par la proposition de, Ainai 
ron dit : 



Nb FAIEE QUfi... 

1® I dee dun acte repete: 

II ne fait qu*entrer et sortir 

(e -d-rf. il entre et sort 

sans cesse). 

2" Idee de restricfmi : 
Je n'aifait que passer, il n'etait 

d^ja plus. 

(RACINE, Esther.) 



IfE FAIEE QUE DE... 

II ne fait que de sortir (c'est- 
d'dire il vient de sortir). 

[* HiSToiRB. — Au xvii® sie- 
cle, le sens de cette location 
n'^tait pas encore bien 6tabli. 
Bossuet Temploie comme on 
fait aujourd'hui : <e No6 ne fair 
sant que de mourir,,. » Mais il 
Temploie anssi dans le sens 
actuel de ne faire que : « Oe 
sage legislateur ne fait, par 
tant de merveilles, que de con- 
duire les enfanis de Dieu dana 
le voisioage de leur terre. »] 

II. Temps de tmfinittf, 

§ 320. — 1. liinfinitif dit present s'emploie pour le 
present, Timparfait et le futnr. Ex.: 

II croit ) i qn'il arrive ; 

Ilcroyait > arriyer, c-d-c?. \ qu'il arrivait; 

II pense ou il espire ) ( qu'il arriyera. 

2. L'iafinitif present ne sufiit pas toujonrs pour mar- 
qner Tid^e du futur : cette id^e est plus distinctement 
exprim6e par Taddition dn yerbe devoir, qui remplit alors 
Tofficed'auxiliaire. Ex.: yoila ce qae je crois devoir arriyer. 

3. L'infinitif dn parfait ind^fini a le sens de ce temps et 
du plus-que-parfait. Ex. : 

II croit J „ . « .. 1 J ( qu'iirafait; 
Ti .. { 1 ayoir fait, c.-a-d. \ ^ ,., „ .^ i .. 

II croyait ) ' ( qu'il layait fait. 

III. Propositions infinitives. 

§ 321. Les verbes k l'infinitif peuyent former de v6ri- 
tables propositions, dites propositions infinitives. Ces pro- 

COUBS SUP. 21 

Digitized by VjOOQ IC 



362 GRAMMAIRE FBAN9AISE. 

positions sont, eng^n^ral, d^pendantesonsubordonnto; 
mais elles peuvent anssi 6tre independantes : 

1* Propositions infinitives dependantes. 

§ 322. Les pins commnnes, parmi ces propositions, sont 
celles on Tinfinitif tientlieu d*une proposition snbordon- 
nee commen9ant par la conjonction que. Dans ces sortes 
de propositions, le sujet pent ^tre le m^me qne celni de 
la proposition principale, on en 6tre distinct. 

!• M^me snjet. Ex,: il pense partir bientdt {equivaXsnt k 
denx propositions : I. proposition principale : il pense; 
— 2. proposition snbordonnee : quil partira), 

2** Sajets distincts, Ex. : je vois le moment du depart 
approcher. (1. proposition principale :je vois; — 2. propo- 
sition snbordonnee : que le moment du depart appvoche.) 

[* HiSTOiRE. — La construction de linfinitif avec un sujet 
distinct de celui de la proposition principale, est aujourdlmi 
fort restreinte, et reduite aux propositions infinitives des verbtis 
wify smtir, entendre, etc. Au xvi® si^cle, au contraire, par sou- 
venir de la proposition infinitive latine^ cette construction etait 
trSs fr^qaente : a II estimoit estre chose n^cessaire de maintenir 
sa ville pure et nette de maeurs et f a9ons de faire estrangeres. > 
(AHYOT.) <L II estimoit la table estre Vun des fyrindpaax tnoyens 
d^ODgendrer amitie entre les hommes. 3> (I/i.) c Les cruautes 
' qu'on le dit avoir exercees contre nous, d (montaigne.) a Disant 
les causes estre justes, — Estimant la gloire estre siemie. — II 
lui sembloit le roy estre affaibli. — J'ai connu beauconp de gens 
' s'y trouver empescAez. »(comines.) « Je la soutiendrai estre telle. » 
I (marot.) c Cuides-tu ces ouvrages estre receles es esprits eter- 

nels? D (RABELAIS.) 

^ § 323. Ee3£Arqu£ I. — Quand Tinfinitif a nn snjet dis- 
tinct de Tantre verba, ce sujet se met quelquefois, par in- 
Tersion, apr^s le verbe^ mais senlement quand le verbe a 
Tinfinitif est neutre ou employe comme tel. Ex, : j'ai en- 
tendu chanter cette personne. 
J'ai vu tomber ton temple et perir ta mimoire, (voltaibe.) 

§ 324. Eemaeque II. — Des propositions infinitivet 
- de ce genre sont form^es par le verbe faire. Ex.: J'ai fjiit 

Digitized by VjOOQ IC 



SYNTAXB DU VERBE. - § 327. 363 

^0Tt\Y ces personnes, 11 a fait fuir Vermemu Les personnes 
que j'avais fait entrer, il les a fait sortir. 

§ 325. Remarque III. — Le pronom que, appartenaot 
k une proposition infinitiye^ complement des verbes qui 
signifient^ewser ou dire {croire, affirmer, etc.), pent 6trp 
sujet on complement direct de cette proposition. Ex. : 



2° Qm complement direct : 

Les richesses, qm Tayare 
croit posseder, Id possi- 
dent. 



1° Que snjet : 

Un honneur qui\ croit n'ap- 

partenir qn'4 loi seal. 

Les choses qui I a af-\ 

firme, avone, crnJ ,. 

? ,.. ' . \leu lieu 
pense, dit, esp^re, > , , . 
*^., ..J Ide- cette 
nie,pr6tendn,vu,K 

s*est imagine / ^ 

§ 326. Remarque IV. — Apris les verbes c7*oire et dire, 
on sons-entend quelquefois I'infinitif du yerbe etre. Ex. : 

On croyait 
On disait 



les ennemis k cinquante lieues de la. 



§ 327. Remarque Y. — Qaelqnefois le snjet est omi% 
et rinfinitif prend toute sa force de nom verbal: dans des 
tournnres de ce genre, si Ton vent exprimer Tid^e du 
sujet, deV agent, on le met apres le verbe k Tinfinitif, pre- 
cede des prepositions ^ar, de, d. Cette particnlarite se ren- 
contre avec les verbes icouter, entendre, ouir, faire, laisser, 
regarder, sentir, voir. Ex. : 



1* Infinitif 

(sans sujet), 
J'ai vu demolir cette maison. 
J'ai entendn parler de lui. 
II se sentit frapper, 
Laissez-vous Mchir. 



2** Infinitif 

{avec les prep, par, de, a). 

« On 66 voit passer sur le coips 
par des subaltern ea. » 

(massillok.) 
De 868 bras innocents je in6 
sentis presser, (racine.) 

J'aime a lui voir verser des 
pleurs pour un affront. 

(boileau.) 



y Google 



S64 QBAMHAIBfi F&AN^AISK* 

§ 328. Bemabque YI. — ilntre le second genre de 
constructions et le participe passe (qui n'est autre que Tin- 
finitif passif, moins le verbee^re), la similitude de sens est 
visible. 0n pent m^inc^ apres le yerbe voir, et qaelquefois 
aprts le yerbe sentir, emplojer soit Tinfinitif, soit le par- 
ticipe pass^. Ex. : 

2** Participe passif : 



c On te %erra attaqu^e dans 
tea murailles. » (bossubt.) 

c Je me sens cmfondu par 
]a grandeur du sujet. :» {Id.) 



V In finitif actif ou ncutre: 

J'ai vu favoriser de votre con- 
fiance 

Othon, S^n^ion. (baoine.) 

Se voyant tromper, elle f er- 
mait les yenx. (oobneillb.) 

Je sens de joar en jour deperir mon g^nie. (boileau.) 
Je sentis tout mon corps et transir et bruler. (raoine.) 
Sans doute on pent noter une nuance entre ces deux 
tournures, et dire que I'lnfinitif indique le fait, et le parti- 
cipe pass^ r^tat, le r^sultat. Maiscette nuance est si legdre 
que Racine a employ^ successivement ces deux tournuTM 
dans deux yers qui se suiyent : 

Par les traits de J6hu je vis percer le pere ; 
Vous avez vu les fils massacre par la m^re. 

§ 328 bis. * Ekmabqub VII. — Apris les yerbes laisser, 
voir, entendre, faire, etc., Tinfinitif so construit : 

l^Sans proposition et avecle pronom complement directi 
si c'est un infinitif de yerbe intransitif ou employ^ in- 
transit! vement; 2"* ayec la proposition a ou un pronom 
complement indirect, si c'est un infinitif de yerbe tran-. 
sitif. Ex. : 



1" sans proposition : 

Je Vai vu tomber; je Vaien- 
iendu, fait, laissi parler. 

Ou laisseZ'Ynoi p&ir^ ou laissez* 
mot riguer, (GOBNEILLE.) 



2® avec preposition: 

Je le lui ai yu faire. Des 
choses que je lui ai entendu 
faire^ laissi dire. 

Je c6de. et laisse aux dieux op' 
primei' rinnocence. (RACINE.) 

Je te hisse t'op voir nos hon- 
teuses douleurs^ {Id.) 



y Google 



STNTAXE DU VERBE. — § 329. 865 

[* HiSTOiRE. — Dans le second cas, la preposition d marque 
le complement indirect du vnrbe laisser, Mais, au xvii* siecle, 
rinfinitif des verbes transitifd, apres ces verbes, surtout apr^s le 
verbe laisser, etait soavent suivi de )a proposition a; et cette 
construction equivalait au passif suivi de la preposition par. 
Ex, : a Mes fr6res, 6veillez-vous et ne vous laissez pas s^duire 
a Satan. » (bossdet.) <iSe laisser flatter a une douce esfpiranc.e, » 
(17.) <t Une partie de ces anges se laissa stdaire d V amour-propre, t> 
(Ld,) « Le peuple $e laissait conduire a Sts magistrals, i> (Id,) 
« Leur jugement ne se laisse pas maitriser aux iv^nements, »(W.) 

Et ne vous laissez pas sddutre a vos bonUs. (moliebe.) 

Je me laissai s^duire d cet aimable guide. (racine.) 

Ke Tons laUsez pas prendre k sa feinte douceur. {Id.) 

J*anrai fait soutenir un siOge aux Avgustins, (boileau.) 

Verras-tu concerter d ces dmes tragiques 

Leurs fanestes pratiques 7 (malhebbe.) 

Cette construction est restee dans la langue populaire. On 
dit : <t Laisser manger un habit aux vers, »] 

§ 329. Remarque VII. — Les verbes r^fl^chis k rinfi- 
nitif, aprSs le verbe fatre, perdent leur pronom complement. 
La raison en est qn'ils forment avec ce verbe une eeule et 
m6me locution (Voy. § 352, Rem. II), par consequent, un 
seul verbe, et que le m6me verbe ne pent avoir deux 
complements directs d^signant un seul et m^me ^tre. Ex. : 
je vous en ferat souvenir ou repentir; je Tai fait taire. 

Ohaque vers quMl entend le fait extasier, (boileau.) 
Chaque mot sur mon front fait dresser mes cheveuz. (racine.) 

[* Histoire. — Telle etait la construction constante chez les 
auteurs du xvp et du xvii® siecle. £a?.: « Cette crainte me fat- 
soit opposer a ce qne vous avez consenti. » (amyot.) « Cela m'a 
fait ebahir. t> (malherbe.)<i Pour le faire en languenr a jamais 
consumer, » {Id,) 

Les manvais traitements quMl me faut endurer 

Pour jamais de la cour me feraient retirer, (MOLiAre.) 

On snpprimait aussi le pronom reflechi devant les verbes pr^ 
redes d'un autre que faire. Ex, : « Un nourricier prend plaitir 
de voir Men porter son nourrisson. » (malherbe.) 

Que toujours quelque vent emp^che de calmer, (ooBNEiiiLE.) 



y Google 



366 GRAMMAIRE FRANCAISE. 

Yenz-ta que de sa mort je ficoute vanter? (gobneille.) 

Pour moi, je enis d'avis qne Tons les laissiez batire, (Id,) 
Ne vons ^tonnez point, tous Ven verres dMire. (///.) 

Mais/e sens affaiblir ma force et mes esprits. (bagine.) 

M. Godefroy (Lexique de Comeiile^ t. II. p. 186-206) a re- 
leve de ei nombreux ezemples de ces constructions, an xtii« sie- 
cle, qa'on pent dire qu'il n'en exist ait pas d*autre a cette 
epoque. Au xviir siecle, les meillenrs ecrivains ont conserve 
oette construction : c Me sentant affaiblir ^je devins plus tran- 
quille. 9 (J.-J. BoussEAU.) c Un caractere d*eqait4 qu'on voU 
ioanouir dans la discussion. » (Id.) 

Oe n*est qnk partir des premieres ann^es du to* siecle que 
8*inttoduit Tusage, mais non la r^le, d'expriraer toujoors le 
pronom reflechi dans les phrases intinitives. Ex. : c Newton^ 
qui tra9a le chemin aux cometes, vit se mouvoir tons les 
mondes. i> (Chateaubriand.) 

Le malhenr, ce yieillard & la main dess^ch^e, 

YoitsHncliner leur tSte avant qu'il Tait touch^e. (a. db inrsSKT.) 

L'ancien usage n*est du reste pas abandonne oompUtement 
des ecrivains du xix^ si^cle. Ex. : 

Le Parnasse £ran9ais voyait ternir son lustre, (m.-j.ghbnieb.) 

€ Hier je vouUis aller voir lever la lune sur TAdriatiqae. » 

(g. sand.) « Civilis fit r^olter les Bataves. (chatbaubbiand.) 

Je fa voym's pdlir et changer en statue. (lamabtinb.)] 

2° Propositions infinitives independantes. 

§ 330. L'infinitif s'emploie d'nne maniere indepen- 
dante, c'est-^-dire sans dtre 8ubordoim6 k aacnn verbe 
exprim^ ant^rienrementy dans les propositions inta^roga- 
fives, dan8 les propositions exclamatives, dans les propo- 
sitions narj*atives et dans certaines propositions impera- 
tives. O'est bien gratnitement qne, ponr les nnes comme 
ponr les antres, on cherche qnelqnetbis k les faire de- 
pendre de verbes sons-entendns. 

I. Les propositions interrogatives qui admettent Tinfi- 
nitif constrnit d'nne maniere ind^pendante penvent 6tre 
dgrectes on indirectes : 

V Directes. Ey. : que faire? Que devenir? Que re- 
pondre ? Comment faire ? 

Pcmrquol done k qvitter, poun/uni muspr sa mort? (volt aihe,) 

Digitized by VjOOQIC 



SYNTAXE DU VERBE. — § 330, ' 367 

2^ lodirectes. Fx, : je ne sais que faire, que devemr, 
que repondrCy ok me cacher. « Les sages da monde n'ont 
su ni qmpenscr ni qtie ^^red'une si etrange composition. i> 
(bossuet.) 

Qnelquefois, dans ces tournures, Tinterrogation est tel- 
IcDQent indirectje qu'elle disparait presque et semble une 
locution conjonctive. Ex, : Je n'ai que faire de cela. II a 
trouve d quiparlei\ La terre fournit de quoi nourrir tous 
ses habitants. 

II. Propositions exclamatives . Ex, : 

Eh quoi! m'abandonner ainsi ! — Dire que j'ai tantfait 
pour lui ! Et il ne me reconnait pas. 

Te mesiirer a moi ! qui t'a rendu si vain? (corneillb.) 

« Quoi ! tirer un homme de sa palrie comme le seul homme 
qui puisse venger la Grece, et puis Vdbandonner dans cette fie 
deserte pendant son sommeil ! » (f6nelon.) 

Remarque. — Souvent, dans ces sortes de propositions, 
le sujet est exprime, et en general ce sujet est un pronom 
personnel. Ex. : 

« Agamemnon ni'enlever ma gloire! Moi demeurer dfuns un 
honteux oubli! je ne puis le souffrir. >» (f^nelon.) 

Moi, r^gner! Moiy ranger un Etat sous ma loi! (racine.) 

Lui mourir par tes mains! (voltaire.) 

[Oriqines latines. — Les Latins employ aient de m6me Tin- 
finitif. Ex, : 

Mene incepto desistere victam ! (vibqilb.)] 

III. Les propositions narratives k Tinfinitif sont ton jours 
pr6cedees de la conjonction de, et elles ont toujours leur 
sujet exprime. Ex, : 

Ainsi dit le renard ; et flatteurs d'applaudir. (la fohtaini.) 

Grenouilles au8sit6t de sauter dans les ondes, 

.Grenouilles de renirer dans leurs grottes profondes. {Id,) 

[Oriqines latines. — C*est un souvenir '3*i V mfnitif de nor- 
rahon^ si usite en latin.] 



y Google 



868 



GRAMMAIRE FRAN9AISE. 



IV. * Propositions imperatives^ — L'infinitif est souvent 
prispour Timp^ratif dansla langue administrative et mill 
taire. Ex. : Faire telle chose. J&crire a M. un tel..., etc. 

[Grammaike COMPABATIVE. — Get emploi de Tinfinitif est fre^ 
qaent en grec. (Voy. notre Grammaire grecque^ § 212.)] 

n. Participe. 

1* Du participe en g&n4raL 

% 331. Le participe se distingue en participe present^ 
appel^ quelqnefois pai'ticipe actif, et en participe passe, 
appeleqnelquefois^ar/iczjDejoasse/. L'un et I'antre forment 
un genre de proposition qu'on appelle la proposition par- 
ticipe. 

§332. Remarque I. — Jj^, proposition participe ^ui 
remplir Toffice soit de sujet, soit de complement. Ex, : 

PROPOSITOIN PARTICIPE SUJET. 

La TheitalUenH.hre,ou vaincueou edlmde, 
Letbo* mime conquise en attendant 

Varmie,... Bes prodiges fameax aocomplis de nos 
ITe BOnt d'AddUe oifUf que les amuse- jours, 

ments. Des tyrans d'lsra^ les ombres disgrftoes, 
(BACDns.) Et Dieu trmvifidkle en toutesset menaces, 

Uimpie Achab ddtruit. — ; 
Elie aux 6l6menU parlant m souoerabty 
Les marts se ranimanta la voiz dr^lis^et^ 
(bacxnb.) 

2o' d'UNB PRlfiPOSlTION. 
Au soUil levant, coacha&t... Ponr w» 
Jurnime dcartd, il s'en reprteente Tingt. 
Apris la mort dn comte et les Manns 

d4faU8. (COBKEILLB.) 

§ 333. Remarque II. — Jjb, proposition participe, ^laoee 
an commencement de la phrase^ se rattache quelquefois 
d'une mani^re irr^guli^re a la proposition principale. 

l"" Tantdt le participe se rapporte k un complement 
direct on indirect. Fx, : 

J&taafit devenu Tieux, on le mit au moulin. (la foi^taike.) 



PROPOSITION PARTICIPE 

COMPLEMENT 1* d'UN VERBB. 

Faat-il, Abner, £aut-il vons rappeler It 



y Google 



. BYNTAXE DU VERBB. — § 333. 869 

Pourquoi de cette gloire ca?cZu jmqu'a ce jour, 
Jf'avez-vous sans pitie relegue dans ma cour? (racinb.) 

... Oa lasses ou soumiSy 
Ma f uneste amitie pese a torn mes amis. (Id.) 

[* Origines latines et Histoire. — Get emploi de la propo- 
sit ion participe est venu au fran9ais du latin. L'absence des 
desinences casuelles a fait qu'il est devenu rare en fraD9ais. 
Mais il etait encore frequent au xvii^ siecle, non-seulement 
chez les pontes (comme plus haut), mais chez les prosateurs. 
Ex. : « S'^tont attire la jalousie de son oncle^ ce barbare le fit 
mourir. ) (bossuet.) « Endurcis dans leur crime , il ne les pent 
plus supporter. t> (Id.) « Pouss4 par la cabale, ChaviHe h vit 
tranquille. » (W.) Cette tournure est surtout fr^quente au 
xvi« siecle. Ex, ; « Le gouvemement de Tile de Sardaigne Ivi 
echut par le sort, estant present » (amtot.)J 

2' Tantdt le participe se rapporte, par syllepse, k un . 
pronom personnel contenu dans un adjecfcif possessif. -Er. .* 

Et pleuris du vieillard, il grava sur leur marbre 

Ce que je viens de raconter. (la Fontaine.) 
Et surtout, redoutant la basse servitude, 
La libre v^rite f ut toute mon etude. (boileau.) 
[* Histoire. — Ces sortes de constructions ^talent tres-usit^es 
au XVI* siecle. Ex, : a Telles estoient ses prieres, estant k ge- 
noux sur I'^chaffaud. » (brantoub.) <l Estant done arrive avec 
une armee en Thessalie, la ville de Larisse se mit incontinent 
entre ses mains. ]> (amtot.) 

Voil& comme, occupe de mon nouvel amour, 
Mesyetue.B&ns se former, ont attendu le jour. (racinb.)] 

~ 3^ Qaand le snjet precMe le participe mis an commen- 
cement de la phrase et se tronve nn pen ^loigne du verba 
& un mode personnel^ ce sujet est qnelquefois r6p^t6 par 
un pronom personnel faisant fonction de sujet. Ex. : 

c Les Romains se destinant k la guerre et la regardant 
comme le seul art, ils avaient mis tout leur espoir et 
toutes leurs pens^es a le perfectionner. » (montbsquieu.) 

4® D*autres fois, \2k proposition participe demeure inter- 
rompue^ et se tronve reprise par un pronom personnel qui 
estle complement direct de la proposition principale. Ex.«' 
les ennemis une fois dims4Sf il n'eut pas de peine k les 
Taincre. ., 

COUftS SUP. "f^ 

Digitized by VjOOQIC 



370 GRAMMAIRB JrRAN9AISE. 

§ 334. Behabque III. — Le participe pr^nt et le 
participe pass^ (le premier stirtont) peuvent former des 
propositions absolues. On appelle ainsi celles on le parti- 
cipe ne se rattache pas k la proposition principale, et 
forme k lui seal nne proposition ind^pendante des autres. 
dans lesqnelles entre tonjours nn verbe a nn mode per- 
sonnel. Ces propositions absolues indiqnent le temps, la 
cause, une supposition, etc. Ex.: Disu aidant; le cos 
icheant; cela ^tant. 

Et d'ou prend le senat, 

Mot vivanty moi HgncmJt, le soin de mon Etat? (cornsille.) 

HuU ans d^jd pass^s^ une impie etrangere 

Da sceptre de David usurpe toas les droits. (racine.) 

Mais crains qne, Vavenir detniisant le passe, 

II De finisse ainsi qu'Auguste a commence. (Id,) 

[ * HiSTOiBB. — Cette con^^truction du participe dans des 

Sropositions absolues est un souvenir du g^itif absolu des 
recs et surtout de Vablatif absolu des Latins. Elle est fre- 
quente an xvii* et encore plus au xvi*" siecle. Kx. : Les ay ant 
enfermis [il s*agit de CruRsus] dans un coin de la Bruitie, ils 
voulurent se sauver dans la Sicile. » (amtot.) « Estant encore 
dans les langes, sa noumce r ay ant couch^ sur le soir et ay ant 
mis son berceau en une basse ckambre, le lendemain on tie Vy 
trouva plus, » (cobffeteau.) o: Y fstant entris^ ce fut avoir 
vaincu et gagn6 la victoire. » (coeffeteau.) Quelquefois.mSaie 
(Ml trouve, au xvi** et au xvii* siecle, le participe absolu saos 
Bujet exprimd. Ex. : € Les many eanty ils multiplient ; les espar- 
gnantj ils vont en diminution. y> (rabelais.) <c Estant donques 
jd parvenu fil s'agit de Coriolan ) a grande autorite et repa> 
tation a Rome, il advint que le senat entra en grande dissen- 
sjon avec le menu peuple. d (ahyot.) a M^ayanti^crit que vous 
pardrez pour venir ici, et ne vous voyant pointy je pensais...* 
(maliisrbe.) <c On ne sait si les Carthaginois firent monrir 
Xanthippe... Mais, n'dant plus d la tete de tears troupes, les 
Romains reprirent la superiority qa'ils avaient eue. » (saint- 
EVRBMOND.) <t II faut s'etooner de ce qn'a^an^ 4tabli la foi sur 
une autorite si ferme et si manifeste, il reste encore dans le 
monde des aveugles et des incredules. » (bosscet.) 
SHant priSf dis-je. aux branches de ce saule, 

Par cet endroit passe un raaltre d'^cole. (LA FONTAOfS.) 
Dans le maraia entris, notre bonne commere 
S'efforce de tirer son hftte au fond de I'eau. (Id,) 

Digitized by VjOOQIC 



SYXTAXE DU VERBB. — § 337. 371 

Bossuet, par un souvenir d'une construction toute latine 
(addilo quod, etc ), emploie le participe neutre d*une maniere 
absolue : (l Joint qtie leur conduite ^tait douce... •'otnl encore 
qu'il fallait avoir fini bientdt. i\ 

2^ Du participe present, 

§ 336. On distingue \q participe present et Vadjectifver- 
baL I/on et Tautre ont plus sou vent la m^me forme ; mais 
le participe present difffere essentiellement de Vadjectif 
verbal en ce que le premier indique V action, le second Vetat; 
le premier est un mode du verbe, le second un adjectif. 

Le participe present est toujours invariable ; Tadjectif 
verbal s'accorde, comme tons les adjectifa, en genre et en 
nombre avec le su'bstantif auquel il se rapporte. Ex, : 



r PARTICIPE PRESENT. 

Ce voyagear a vu des saa- 
vages eri^ant dans les bois. 

J ai vudeschiens courant 
dans la campagne. 

« On avait vu des cygnes 
expirant en musique. y> 
(buffon.) 



2*" ADJECTIF VERBAL. 

Ces sauvageH vivent er- 
rants dans les bois. 

J'ai vu dans le bois des 
chiens courants, 

Toi que j'ai recueilli sur sa 
bouche expirante, 

Symbole deux fois saint, don 
d'une main tnourante. 

(lamartine.) 

§ 338. Remarque I. — Vadjectif verbal, comme tons 
les adjectifs, pent se construire avec le verbe etre et avec 
desadverbes. Ex. : cette musique est charmante. Elle n'est 
ni devouee ni aimante. Deshommes biea pensants^ des per- 
sonnes peu obligeantes. 

Mais le participe present pent seul 6tre accompagn^ d'un 
complement, et pr^c^dS de la pr^ppsition en. Ex. : obli- 
geant tout le monde, obligeant avec grdce; en vous oWi- 
geant. 

§ 337. Remarque II. ~ li^adjectif verbal m.di({Vi^({\ie\' 
quefois une action subie et non faite par Tdtre on Tobjet que 
d^signe le substantif auquel il se rapporte; le verbe, biei 



y Google 



372 OllAMMAIRT? TRAN5ATSE. 

qu'avec la forme active, prend en quelque sorte nne signi- 
fication passiye. Ex. : 

bureau restant ( (ou Ton 
poste restante I reste); roe passante 
Bigent comptantl (compt6s 
i beaux deniersj sur-le- 
comptnnts ( 

chan\ 



champ) 
(qui est 
chant^e 

ais^ment) ; 

(qui est 

vue 

aisement); 

§ 338. Remarque III. 



musique 
tante. 



eouleur vo\ 



yantel 



figure ruisse- \ 
lante de sueur j 

ronces degout- ( 
(antes de 
sang I 



{(ou passei.t 
Jbeaucoup de 
( persoDne*-); 

(d'ou ' 

ruisselle 

la sueur); 

(d'oiile 
sang 
degoutte). 



Le participe present peut de- 



venir un suhstantifet perdre tout k fait sa valour verbale. 
jEr. / un cahnanfj un stupe fiant, des calmants, des debi- 
tants, des dellnquants, des art^ivants, des survenants, au de- 
meurant (au reste), du vivant de, etc. 
II change alors quelquefois d'orthographe. Ex. : 

Participe present : Substantif: 



febriquant, un febricant, 

intriguant, un intrigant, 

extrav9,guant, un extravagant, 

adh^rant, un adherent, 

pr^sidant, un president, 

r^sidant, un resident, 

affluant, un affluent. 

Les adjectifs verbaux out aussi quelquefois une autre 
orthographe que celle du participe present. Ex. : 



une fabricante ; 
une intrigante ; 
une extravagante; 
une adh^rente ; 
une presidente; 
une r^sidente; 



Participe present . 
vaquant, 
c«n vain quant, 
fatiguant, 
sulfoquant. 



Adjectif verbal : 
vacant^ vacante ; 

convaincant, convaincante ; 

fatigant, fatigante ; 

suffocant, ' suffocante ; 



Digitizes by 



Googk 



SYNTAXE DTT VBRBB. — § 340. 87*; 

Pariicipe present : Adjectif verbal : 

differant, diffSrenfe, diflFerente; 

eqaivalant^ Equivalents ^Qivalente ; 

fcxeellant, excellent, excellentej 

influant, " influent, influente; 

negligeant, negligent, n^gligente. , 

* On le voit, la langne a utilise la double mani^re de 
rendre nn m^me son par recriture (en/, ant), Ind6pen- 
damment de qnelques autres difiPerences d'orthographe 
(edmme vaquant, vacant\ ant a 6t6 appliquE an participe, 
ent k Tadjectif ou au sulDstantif verbal. 

[OrIGInes latinbs bt Histoire. — II est a noter que Tadjectif 
verbal vient directement du latin, dont il a gard6 la terminaison 
(vacanfem, fatigan^em, excellentew, influen/e«i,neglig'en<em,etc.), 
ainei^qne les regies d'accord. Le participe present, au con- 
traire, s'eet forme par Taddition du suffixe du participe fran- 
gais, ant; et, d'apres une regie qui a pr^valu en franyais, il est 
devenu invariable. (Voy. plus loin, apres le § 342 his,)] 

§ 339. Le participe present, pr^cedE de la proposition 
ew, forme ce qu'on a appeM le g&roridif^ locution qui exprime 
les rapports de gimultaneite {pendant. que^ au moment que)^ 
de cause, de moyen,de manifere, de supposition, de conces- 
sion, etc 

Par suite de ces divers rapports, k g^ondif i^iMxt entre 
la proposition dont il fait partie et la proposition princi- 
pale une relation plus etroite que celle qui est etabiie ^ar 
le participe present. Ex. : 

L'autre esquive W coup, et Tassiette mlant 

S'en va frapper le mur, et revient en rcmlant, (boileau.) 

En d'autres termes : Tassiette qui vole revient parc3 
quelle roule. 

§ 340. Remarque I. — R^uli^rement cette construc- 
tion ne devrait ^tre employee que quand le participe pre- 
sent a le mfime sujet que le verbe de la proposition prin- 
cipal. Fxt : en rentrant chez moi. fai trouvi mon frfere. 



y Google 



374 GRAMMAIRE FRANCAISE. 

Mais ce n'est pas nne rhgle absolae. Tres-souvent le par- 
ticipe, precMe de la proposition en, se rapporte au com- 
plement direct on indirect du verbe de k proposition 
principale on m6mea nn 6tre on nn objet indetermine non 
exprimO. Ex. : 

1. fiapport avec le complement direct : 

8i son astre en naissant ne Va forme poete. (boileau.) 

Songezvous qu'en naissant mes bras wms ont re9ae? (racikb.) 

2. Rapport avec le complement indirect on nn adjectif 
possessif qui le renferme implicitement Ex. : 

De Eon fils, en mourant, lui cachSrent les pleurs. (racine.) 
Mes crimes, en utuanf, me le pourraient 6ter. (corneillb.) 
Je vois qu'en vDHiciQutant vos yeux au ciel s'adressent. (racine.) 

3. Rapport avec nn etre on objet indetermine, non 
exprimO. Ex.: lappOtit yient en mangeant;\sk fortune 
yient en dormant 

La gr&ce, en s*exprimant, vaut mieuz que oe qa*on dit. 

(VOLTAIRE,) 

§ 341. Remarque II. — La proposition en est en 
gOnOral ropetee devant cliaqne participe avec lequelelle 
forme nn gerondif. Ex. : 

c Leur subtil conductenr qui en combattant, en dogmatisant, 
en m^lant mille p^reonnages divers, en faisant le docteur et le 
prophete... 3> (bossdet.) 

Elle pent oependant dtre omise entre deux propositions 
nnies par la conjonction et. Ex. : 

c II vient se f aire admirer de plus pres en italant ses beautte 
et dev^ehppant ses gr&ces. » (^uffon.) 

§ 342. Remarque III. — Avec le verbe alter mis ponr 
exprimer le progr^sd'une action, on pent employer le par- 
ticipe present on le gerondif. Ex.: le mal va en augmentani 
et va augmentani dejour en jour. 

Plus le vase versait moins il s*allait vidcmt. (LA roNTAiMi.) 

, ' Digitized by VjOOQIC 



SYNTAXB DV VEEBE. — § 342 biS. ^76 

• I ■ » 

§ 342 Ins, Le participe present, non pr^cedi de la pro- 
position en, forme encore un gerondif dsjis certaines locu- 
tions, oil cette proposition peut fitie considOrOe comme 
8on€-entendae. Ex. : Chemin faisant (£acine Ocrirait : c en 
chemin faisant )), Lexiqm de Marty-Laveaux, p. 179); 
donnant, donnant; gOnOralement parlani, etc.; tambour 
baUantf etc. 

[* Origines latines et Histoibb. — Jusqu'au milieu du 
XVII* siecle, la distinction des adjedifs verbttux et du participe 
present n'etait pas en usage. On distinguait sculement le par- 
ticipe present et ce qu'on appelait le g&ondif, 

I. Gomme en latin, le participe present 6tait variable. Pri" 
mitivement il s'accordait avec le siibstantif, mais seuleroent en 
nombre, d'apres la res:le des adjectifs formes d'adjectifs de la 
3® declinaison latine (§ 46, Orig. lat.). Au xvi« ai^cle, par une 
faussa interpretation de I'usage latin, on le fit accorder m^me 
en genre. Le xvii® siecle s'en tint k Taccord de nombre pour le 
participe pHstrdy qu'on appelait alors participe adi/(par oppo- 
sition au paiticipe passe ^ dit participe passif) ; mais il n'employa 
le participe present qu'au masculin, selon Vaugelas, chez qui 
Ton trouve la premiere notion de I'adjectif verbal : « Le participe 
actif n*est jamais participe au femioin, au moins dans le bel 
usage y mais seulement adjectif... On dit fort bien : je les ai 
trouves mangeans des confitures, buvans de la limonade ; mais 
on ne dira jamais, en parlant de femmes : je les ai trouvees 
mangeantes des confitures, buvantes de la limonade. ]> Puis il 
ezplique que Ton peut dire : <c Ces dtoffes ne sont pas fort 
belles^ ni approchantes de celles que je vis bier ; et : son faumeur 
est tellement repvgnante k la mienne i>, parce que cc il y a plu- 
sieurs noms adjectifs, et particulierement les verbauXj qui gar- 
dent le mime regime des verbes dont ils sont formes, quoi- 
qu'ils ne soient pas participes. » On le voit, cette distinction 
entre le participe . present et Tadjectif verbal n'est pas celle 

J[ui est admise aujourd^hui (§ 335) ; elle repose uniquement sur 
a distinction des verbes transitifs et intransitifs. 

L'accord du participe present etait done de regie jusqu'au 
svii^ siecle, sauf les reserves qui viennent d'etre faites, et qui 
oonstituaient bien des anomalies. La Grammaire g&n^ale de 
Port-Boyal (1660) voulut faire disparattre ces anomalies, et 
fixa les r^erles aujourd'hui admises, en declarant le pnrticipe 
actif <L indeclinable », o'est-&-dire invariable comme le girondif, 
et Vadjectif verbal c d^dinable », o'est-ii-dire variaUe. Cette 

Digitized by VjOOQ IC 



376 OBAHMAIBE FBANgAISE. 

re^le fiit consacree bientdt npr^g par xme d^ieion de VAca- 
demie : € La r^gle est faite. i^u^on ne declinera plus leg parti- 
cipes actifs. t> (Registres de lAcad^mie, 3 juin 1679, dans les 
Opuscules sur la latigue francaise, Paris, Brunet, 1764.) 

Void des exempies de Taccord da participe present aa 
XVI* et au xvii« sierle : « II pensa voir ces filles de So^dase 
phurantes d Ventour de leurs s^ultures et mavdissantes les 
Laced imoniens, » (amyot.) a Voila la bache retravchante nos 
paroles qui se leve. » {Id.) « J'appelleray de leurs oreilles escou- 
tantes mal 4 elles-m^mes quand el les escouterost bien. 9 
(h. E8TIENNE.) ^ 11 avait force lettres adressantes k plusieors 
personues de cette ville. ]» (malhebbe.) 

Amyot, H. Estienne et Malherbe vont ici plus loin que ne 
le pennettait Palsgrave •. ce grammairien dit dans son Eclair- 
cissement de la langue frangaise (§ 30), que le participe actif ne 

1>rend pas la marque du feminin, <r sauf en po^sie 3>. On trouve 
e participe aveo Taccord de genre jusque chezM"»« de Sevignd ; 
c Je vous trouve si pleine de refleiion, si stoTcienne, si mepri- 
sante les choses de ce monde ; :» et chez Bossuet : c Ces dmes 
vivantes d'une vie brute et bestiale. j> Quant k Taccord du 
nombre, il est constant : 

Qui par les carrefours vont leurs vers grimassantSf 

Qui par leurs actions font rire les passants. (KBaNiSB.) 

Et les petits, en m§me temps, 

VoletantSt se culebutantSt 

D6l6g6rent tous sans trompette. (la font Aims.) 

Bt pour lier des mot« si mal s'entr'accordants^ 

Prendre dans ce jardin la lune avec les dents. (boileau.) 

Bt, du nom de maris fi^rement se parants. 

Leva lompent en visi^re aux yeux des spupirants. (moli&bb.) 

Songe aux oris des vainqueurs, songe aux cris des mourants 
Dans la flamme ^touff^s, sous le fer expirants, (BAcnrs.) 

Vaincus cent fois, et cent fois suppliants. 
En leur fureur de nouveau s^oubtiants. {Id.) 

<L Le Senat les fit brdler comme tendants a renverser la reli- 
gion. 3) (bossuet.) 

II reste encore aujourd'hui una trace des anciennes regies 
d*accord du participe present dans les locutions : toute affaire 
cesmnte, les allants et venantSy les ayants droit, etc. Mais on ne 
dirait plus, comme Malherbe, les attendants^ etc. 

II. Le f/^rondt/f ran^ais, qui repr^sentait le g6ronclif en do des 
Latins, 6tait naturellement indeclinable. On appelait ainsi le 
participe present, nonnseulement construit avec la proposition en, 



y Google 



SYNTAXB DU VERBIS. ^ § 344, 577 

mais employ^ seul ou avec le verbe aller (§§ 339, 342). Cette der- 
Tii^ construction, qui est nn peu vieillie, semblait dejk telle k 
Vaugelas. Cependant Bossuet ne faisait pas difficulte de Tem- 
ployer encore : « La connaissance de Dieu aUait s'affaihlissant 
peu a peu. Cette grande benediction allait se r&pandant tcusles 
jours de f amille en f amille et de peuple en peuple. » 

III. Le participe present employe snbstantivement (§ 338) 
^tait, au xvii« siecle, d'un usage plus etendu qu'aujourd'hui. On 
disait : non-seulement du vivant de, de son vivantf mais : € des 
le vivant de... » (bossuet.)] 

8** Du participe passi. 

R6gle du participe passe seul ou aocompagnd 
du verbe £tbe. 

§ 343, Qaand \q participe passe est seul ou accompagne 
du verbe etre^ il ^quivaut k nn adjectif qualificatif, et, 
comme tel, s'accorde en genre et en nombre avec le subs- 
tantif qu'il qualifie (Voy. §§ 175 et 209). Ex.: j'ai vu des 
remparts detruits, des villes saccag^es; ees arbrep ont iti 
abattus par le vent. 

[* Obigines latines et HiSTOiBE. ^ — Au xvii« si^de, par 
souvenir du latin, on construisait aiosi le participe, indme apres 
une proposition. Ex. :« Api*es la guerre achev^e^y> post confectum 
bellum, (bossuet.) « Quatre ans devant la guerre d^claree. » {Id.}\ 

§ 344. Remarque I. — Nous avons vu (§ 152 et 213) 
quelques adjectifs et quelques participes qui font excep- 
tion a cette r^gle, lorsqu'ils sont places avant le substantia 

En r^alit^, cette exception n'est qu'apparente. II y a 
une loi g6n6rale qui est la veritable rdgle du participe 
pass^, et qui est celle-ci : le participe pass6 ne s'accorde 
avec le substantif auquel il se rapporte qu'autant que ce 
gubstantif le pr^c^de, c'est-^-dire est d^jk connu. On com- 
prend en eflfet qu*il ne puisse y avoir accord avec un subs- 
tantif non encore ^nonce. 

Telle est la veritable r^gle du participe pass^^ soit sen 
(conime dans les toumures excepte^ ci-jamt), soit accom- 



y Google 



378 GEAMMAIttB FUANCA.ISE. 

pagn^ Ju verbe avoir (Voj. § 348). M^me avec le verbe 
etre^ on le voit aussi invariable et an neatre qoand il pre- 
cede son sujet, Ex. : il a ete fait une emplette (une em- 
plettetf ete faite). 

C'est seulement dans quelqnes phrases a inversion que 
le participe, accompagne du verbe etre^ s'accorde en genre 
et en nombre avec le sub;itantif qu'il precede. li^x. : que 
henie soit la main qui m'a saave I 

§ 345. Remarque II. — Le participe passe, qnand il 
est employe comme nn veritable adjectif, constrnit son 
complement plntdt avec Ja preposition de qu'avec la pre- 
position yar^ snrtout qnand il ex prime nn sentiment 
(§ 276, Rem.). Ex.: un arbre battu des vents; nn homme 
estime de tout le monde; une verity reconnue de terns; un 
enfant docile, aime de tous, et qui sera recompense par ses 
maitres. 

§ 346. Remarque III. — Le participe pass^ de certains 
verbes, employes sans complement, perd compl^tement la 
signification passive, de m^me que nous avons vn des par- 
ticlpes presents perdre la signification active (§ 337). 
Ex. : un homme dissimule (c'est-^-dire qui dissimule) ; un 
homme avise^ entendu (c'eat-a-dire qui entend les choses); 
un homme ose (c*est-a-dire qui est port^ k oser) ; une fille 
repentie (c'est-k-dire qui se repent); un caract^re pa^- 
sionne, etc. ; un conjure, etc. 

§ 347. Remarque IV. — On pent considerer lepafHiape 
passe comme un parUcipe passif. Ge participe forme, en 
frangais, la conjugaison passive a Taide de Taaxiliaire 
etre. Mais il entre aussi, avec le m^me auxiliaire, dans la 
conjugaison des verbes neutres, qui n'ont pas de passif; 
et il pent, dans ces verbes, Stre employ^ sans auxiliaire ; 
c^est done k tort que Ton a bl&me des toumures tres iran* 
gaises comme celles-ci : 
Vair devenu serein, il part tout morfonda. (la fontatkk^ 
Eux venus, le lion sur 8es ongles compta. {Id.) 



y Google 



KYJSTAXE DU VERBE. — § 348. 37^ 

Lui mortf nous n*avoDs plus de vengeur ni de mattre. 

(COENBILLB.) 

£t, monti sur le fatte, il aspire k descendre. (Id.) 

... Ce h6ro8 expire 
N'a laisse dans mes bras qu^un corps defigure. (bacine.) 

« Repr^sentcz-vous cette ^ine, arriv6e enlin a cette demiere 
heure... Le temps des tentations pnss^; les attaques que le 
monde livrait k sa foi, enfin termin^es; les perils od son inno- 
cence avait couru'tant de risques, enfin disparus. i> (uassillon.) 

* Bebubqite V. — Comme Tadjectif, le participe paBs6 
peut quelquefois se prendre snbstantivement. On dit, par 
exemple : fepousee, l96 revokes, les blesses^ etc. 

R^gle du participe .pass6 accompagnd 
de I'auxiliaire avoir. 

§ 348. Qaand le participe passe est accompagne de 
Tauxiliaire avoir,\\ s'accorde avec son complement direct, 
s'il en est pr^c^de ; 11 reste invariable, s'il en est suivi on 
fi'il n'en a pas. Ex. : 



V SANS ACCORD 

J'ai Im cette lettre. 
Je Tous ai en'doye des li- 
vres. 



2° AVEC ACCORD 

La lettre que j'ai lue. 
Les livres que je vons ai 
envoyes, 

Remarque I. — Le complement direct mis deyant le 
participe est^ en general, I'nn des pronoms que, me, te, 
se, le^ la, les, nous, vous.Il pent Stre nn nom dans cer- 
taines phrases interrogatiyes on exclamatives (§ 357^ 2"), 
on bien un des denx adverbes de ouantit6 que, combien, 
snivis on non d'nn complement. 

Remarque IL — Qnand le participe pass^, accompagni 

de Tanxiliaire avoir, est precede de jpn complement direct 

el snivi d'nn qnalificatif, le participe et le qnalificatif 

s'accordent egalement avec le complement. Ex. : 

De soins plus importants je Vai crue agit^e. (racinb.) 

J*ai vu la rcort de preg, et jp rat vue horrible. (voltairb.3 

Digitized by VjOOQ IC 



380 GRAMMAIRB FRAN5AI6K. 

II y a exception pour les gallicismes snivants : JB Fai 
manque belle, je I'aiechappe 6e//e (sous-entenda V occasion), 

[* HiSTOiRE. — An xvi« siecle, on ecrivait plus regrul ferement 
avec Taccord : je Vai ^chappee belle (Voy. Littre^ Bictionn. de h 
lang, fr.), Maia, d^s le xvii« siecle, V avoir eckappt belle, Vavoir 
manqui belle ne faisaient en qoelque sorte qu un seul mot, et 
Moliere a pu dire [Femmes savantes) : 

Nous Tavons, en dormant^ madame, ^chappe belle."] 

Beiiarque III. — Dans les temps composes ou se tronye 
le participe pass^ de Tanxiliaire avoir, snivi d'un antre 
participe, ce dernier seul s'accorde avec le substantif. 

La raison en est que ce dernier participe seul a poof 
complement le substantif^ et fait en quelque sorte corps 
avec Tauxiliaire. Ex, : 

La t&che que j'ai eu, j'eus eu \ 

— j'avaiseu / ^ . 

., . > nnie. 

— j'aurai eu \ 

— j'aurais eu, j'eusse eu ) 

Remarque IV. — On se rappelle la r^gle : le participe 
passe, accompagne de rauxiliaire avoir, s' accords avec son 
complement, sHl en est precede, Cette rigle est sans excep- 
tion. II n*y a qu'4 en etudier les applications, qui vont 
§tre expos^es daDs les Observations suivantes. 

[Origines latines et Histoibb. — L'emploi da participe 
passe avec avoir vient dn latin, et a d'ahord suivi en fran^ais 
Tusage adopts dans celte langue : le' participe s^acccrdait avec 
le substantif, que ce substantif f&t avant on apres. Ainai Ton 
disait, en donnant, il est vrai, au verbe habeo plus de sens que 
n'en a en fran^ais le verbejf'ai ; Paratam habeo pecuniam, j'ai 
pr^paree une somme d'argent : habeo scriptam epistolam, j'ai 
ecrtte une lettre. Le participe passe ^tait en realite un adjectif. 
On disait : fai pr&paree ma lettre, comme on dit : je Hens 
prHe ma lettre. 

On construisaH qnel<(|efois de m^me en fran9ai8 le participe 
jusqu'au xvii« siecle, au moins en poesie. Ex, ; 

Le seul amour de Rome a sa main animie, 
Ohaque goutte ^pargnee a sa gloire fldtn'e, (COBNEXLLB.) 
II m'a, droit dans ma chambre, une boite jetie, (molibbb.) 
Quand les tildes s^phjrs ont Cherbe rajeunie, (la FontaHTb.) 

Digitized by VjOOQIC 



BYNTAXE DtT VERBE. — § 848. 



381 



Cette construction est tombee en d^su^tude. Cependant il en 
est reste una trace dans la locution : avoir toute kunte hue. 

Quant aox constractions du participe passe qui sent restees en 
usage dans la langue actuello, elles ont de bonne heare et^ dis- 
cntees par les gramniairiens. Les regies du participe pass^^ au 
xvi<' siecle sont expos^es ainsi dans une ^pigramme de Clement 
Marot : 



II fant dire, en termes parf aits : 
Dieu en ce monde nous a faits, 
Faut dire, en paroles parfaitea 
Dieu en ce monde les a failes, 
Ne noiLs a fait pareillement, 
Mais nous a faits toutrondement. 
KItalien, dont la faconde 
Passe le vulgaire du monde, 
Son langage a ainsi basti, 
En disant : Dio noi a fatti. 



Enf ans, oyez une le^on : 
, Nostre langne a cette fa^on 
Que le terme qui ya devant 
Volontiers r^git le sulvant. 
Les vieux exemples je suivray 
Pour le mieux ; car, & dire vray, 
La chanson f ut bien ordonn^e, 
Qui dit : nC amour vous ay donniie, 
Voil& la force que {)OssMe 
Le f^minin, quand il pr^cMe. 
Or prouyeray par bons tesmoins 
Que tons pluriels n*en font pas 
[moms. 

Entrant plus avant dans les diverses applications de cette 
r^gle g^n^rale, Vaugelas (1647) y trouve plusieurs difficult^s; 
et, apr^B avoir expose les opinions des n savants en la langue i>, 
ainsi que la sienae, il resume en ces termes sa discussion : 
c Pour rendre la chose plus claire et plus intelligible, il me 
Bemble k propos de mettre de suite tons les exemples des divers 
usages, et de marquer ceux oil tout le monde est d'accord, et 
oeux o^ les uns sont d'une opinion, les autres d*une autre : 



I. J'ai recu vos lettres. 
II. Les lettres que j'ai reques, 

III. Les habitants nous ont 
rendu maitres de la ville. 

IV. Le commerce I'a rendu 
puissante (iporlant d^une 
mile). 

V. Nous nous sommes ren- 
dus maitres. 
VI. Nous nous sommes rendti^ 



VII, La d6sob6issance s^est 
trouv6 montee au plua 
haut point. 
VIII. Je Tai fait peindre, je 
les ai fait peindre. 
IX. Elle s'est fait peindre, 
ils se sont fait peindre. 
X. G'est une fortification 
que j'ai appris a faire. 



puissants. 

d Le premier et le second exemples «ont sans contredit. Les 
3®, 4®, 5**, 6*^ et 7* sont contestes ; maiu la plus commune et la 
plus saine opinion est pour eux. Les 8®, 9* et 10* ne re9oivent 
point de difticult^, toute la cour et tons nos bons auteurs en 
usent ainsi. '» Nous n^entrerons pas ici dans le detail des sub- 
tilites qui ont fait disting:uer les exemples 3, 4 et 7 des exem* 



y Google 



SS2 GRAMMAIRE FRAN^AISE. 

pies 5 et 6, qui, pour nous, soDt idenliques, et oh nous mettionfl 
partout le participe avec accord. Qu'il nous suffise de renvojer 
a noire edition de Vaugelan, ou se trouve exposee tout an long 
riiistoirede cette question de la syntaxe fran^aise au xvii* Steele, 
et de citer quelques exemples d'auteurs de cette epoque qui 
s'eloignent des regies expos^es dans les Observations qui suivent: 

c Gombiea de fois a-t-elle remerci^ Dieu humblement de deux 
grandes gr^es : Tune de Vavoir fait ckretienne^ Tautre de Vavwr 
faitreine malheureuse, » (bossubt.) On reconnattra Tapplication 
de la regie k laquelle r^pondait le 4* exemple de Vaugelas. 

On lit dans Corneille {Cinna) un emploi du participe qui t 
paru k Voltaire une licence acceptable en poesie : 

Uk, par un,long r6cit de toutes les mis^res 
Que durant notre enCance ont enduri nos peres,., 

Racine a dit, et pHrlant de femmes : 

— 1» Je I'ai laiss^ passer dans son appartement. 
' — 2« Tantdt, k son aspect, je Cat vu s*6mouvoir. 

II a de m^me ecrit, en parlant de plusiours personnes (Voj. le 
Lexique de Marty-Laveaux) : 

... D'aussi loin qu'il nous a vu parattre. {Bajazet.) 

Les a-t-on vu souvent se parler, se chercher ? {Id,) 

Les a-t-on vu marcher parmi nos ennemis? (Esther,) 

D^s 1704, VAcademie condamnait ce manque d*accord qui, 
dans Texemple dAthalie, comme dans celui de Ctnna, est mani- 
festement prouv^ par la mesure du vers : dans ses Observa- 
tions 8ur les Remarques de Vaugelas, el le fix ait d'une maniere & 
pen pres definitive les regies du participe passe.] 

OBSBRVATIONS SUR LA REGLB DU PARTICIPE PASS£ 

ACCOMPAGNE DE l'auxiliaire avoir. 

I. Participe pass6 des verbes neutres 
et impersonnels pr^c6d6 de que. 

§ 349. Les verbes neutres ou impergonnelg ne pouvant 
avoir de complements directs, leur participe passe, quand 
il est accompagn6 du verbe avoir, est toujours invariable. 

II ne faut pas se laisiser tromper par des phrases eomme 
oelles-ci : a les longs jours qu'e/ a vecu; les quelques 
henres qu'tY a dormi; les dix ann^s qu't/ a regne. > 
Dans ces phrases et les phrases semblables, que refm- 

Digitized by VjOOQIC 



SYNTAXE DU VERBfe. — § 350. 888 

sente un complement indirect : c*est nne locution abr^g6e 
dans laquelle est sons-entendue nne proposition. G'est 
comme s'il j a^ait : pendant lesquels on lesquelles, etc. 

§ 3S0. Remarque I. — Trois participes passes, coAt^^ 
pes^^valu^ donnent lien k nne observation : les yerbes 
aaxqnels ils appartiennent sont pris tantdt dans le sens 
actif^ tantdt dans le sens nentre. Dans le sens neutre, qui 
est lenr sens propre^ ils sont invariables; dans le sens 
actif, qui est le pins souvent nn sens fignrO^ ils penvent 
prendre I'accord. C'est qne, dans le premier cas, il y a nn 
complement indirect; dans le second^ nn complement 
direct. Ex. : 



. 2° SENS ACTIF 

(avec accord), 

1. Les peines que ce tra* 
vail m'a coulees. 

2. La caisse qne nons 
SLYOus pesee. Les raisons qne 
nous avons pesees. 

3. Les Ologes qne ce tra- 
vail Ini a valus. 

A ces trois participes on pent ajouter le participe 
courUy qni est invariable qnand il a ie sens nentre, et 
qui prend Taccord qnand il a le sens actif. £x. : 



V SENS NEUTRE 

{sans accord). 

1. Les sommes que ce tra- 
vail m'a coHite. 

2. Les cen* kilogrammes 
que cette caisse Skpese. 

3. Les cent francs que ce 
travail Ini a valu. 



V SENS NEUTRE : 

Les trois heures que ce 
cheval a couru (c.-i-d. pen- 
dant lesquelles*.,) 



2** SENS ACTIF : 

Les dangers que nous 
avons courm (c.-a-d. affron- 
tes). 



II en est du reste de m^me de tons les verbes qui ont 
nn double sens actif et nentre. £x* : 

Cette precaution nous a I Cet homme noof j, bien 
bien servi. \servts. 

[* HiSTOiBE ET Origines LATiNES. — Cette regie des par- 
ticipes coHUfPes^, valu, etc., est non-seuleraent adoptee par la 



y Google 



384 aRAMMAIRE FRAN9AI6E. 

plnpart des grammairienB, mais consacree par Tosage des meil- 
leura 6crivains. Ex, : 

Apr^s tous les ennuis que ce jour m'a codtis, 

Ai-je pa rassurer mes esprits agit^s ? (RACnns.) 

Toutefois on lit dans le DicUonnaire de VAcademie (edit, de 
i835 etde 1878),au motcoMter.*<rCe verbeestneulre.Cependant 
plusieurs personnes ecrivent : La peine qiCxl m*a coutee. L'exac- 
titude grammaticale exige : ni'a cout^.T> D*un autre c6te, M Bes- 
cherelle [Grammaire nationale) vent que ce verbe soit toujours 
variable, et qu'on ecrive : Les millions que Versailles a coutes a 
Louik X/F,L'u8age n*a pas ratifie ces exc6s de doctrine dans un 
sens ou danf) un autre, et Ton continue & distinguer pour |e 
verbe couter^ comme pour les verbes peser et valoir, le sens acUf 
et le sens neutre^ et cela malgre Tetymologie de deux de ces 
verbes, qui sont neutres en latin {coutery de constare ; valoiVy de 
valere). On dit : ce travail m'a coute hiendes'pfines^m'a valuune 
grande recompense. Qaant k peser, il vient de pensare fVeihe actif .] 

§ 351. Rbmabque II. — On a vu que les verbes imperson- 
Bels admeitenty outre lenr snjet grammatical f7, nn antra 
sujet qui peut ^tre au pluriel. Ce second sujet pent ^tre 
uniaux verbes impersonnels par le conjonctif j'we, et le par- 
ticipe de ces verbes, accompagn^ de Tauxiliaire avoirs reste 
invariable comme celui de tous les autres verbes neutres. 
Ex. : la disette qu'il y a eu; les efforts qi^il a fallu pour 
r^UBsir ; les grandes chaleurs qu'il a fait (faire se prend 
impersonnellement dans les locutions : il fait noir^ il fait 
leauy il 86 fait nuit, il fait jour, i! fait chaud, etc). 

II. Participe pass6 suivi d'un inflnitif. 

§ 352. Quand le participe pass^ est suivi d'un infi- 
nitif, et qu'un complement direct precfede Tun et I'antre, 
il y a lieu d'examiner si ce complement depend de I'infi- 
nitif ou du participe. II ne doit j avoir accord que si le 
Complement appartient au participe. Ex. : 



lo COMPLl^MENT DU PAE'nCIPE 

{avec accord). 

La personne que j'ai entenr- 
ius cbanter. 
Je les ai laisses partir. 



2° COMPLEMENT DE L*INFINITIF 

(sans accord). 

La romance ^e j'ai enten- 
du chanter. 
Je les ai laissi congedier. 

Digitized by VjOOQIC 



SYNTAXE DU YEBBIS. — § 353. 385 

Rbmabqub T. — Qaand le compKmenfc depend dn par- 
ticipe, rinfinitif pent^ en g^neral^ se changer en participe 
pr^sent^ at c'est tonjours Tinfinitif d'nn yerbe intransitif 
on pris intransitiyement. Ex, : la personne qiMfaientm- 
due chantant;je Us ai laissis parianU 

Mais il faut examiner si le complement depend du par* 
ticipe on du yerbe k Tinfinitif, mdme sans changer I'infini- 
tif en participe present ; car ce changement n'est pas 
tonjours possible. Ex> : elle s'est laissee tomber; elle s^est 
laissie motirir. 

Eemaeque II. — II n'y a d'exception & la rfegle du 
participe passe suiyi d'un infinitif que pour le participe 
pass^ du yerbe faire : ce participe en effet forme, ayec 
rinfinitif qui le suit^ une locut'on inseparable^ et reste 
inyariable, qu'il soit suiyi d'un yerbe actif ou d'un yerbe 
neutre. Ex. : II les a fait tomber^mourir^ etc. 

c La nature les a fait naitre dans robscurit^. :» (uassillon.) 

<( Tl leur donnait pour capitaines les jeunes gens que son 
p^e avait fait nourrir avec lui. » (bossuet.) 

Remarque III. — S'il y a une proposition entre le 
participe et rinfinitif, la r^gle est la m6me que pour le 
participe suiyi immOdiatement de rinfinitif : Taccord n'a 
lieu que si le complement depend du participe. Ex. : 

2* COMPLEMENT DE L'lNriNITIF 

(sans accord). 

Les fautes que j'ai risolu 
d'^yiter. 

Les ennemis supOrieurs 
en nombre que nous ayons 
eu k comhatke. 



1® COMPLEMENT DU PABTlCIPE 

{avec accord). 

La personne que y^ipriie 
de chanter. 

Quelle peine nous ayonsetid 
k lutter contre des ennemis 
snperieurs en nombre ! 

III. Participe passd supposant un verbe sous- 
entendu. 
§ 353. Si, aprSs un participe pass6, il y a un yerbo 
sons-entendu, et que le complement soitcelui de ce yerbe, 

couRs »up. 22 

Digitized by VjOOQ IC 



SSQ GRAXHAIRE FRANCAISE. 

le partidpe reste invariable. JEx.: je lai ai renda tons les 
servioeg qne ysApu, qae j'ai du (sous-entendu Ini rendre) ; 
je lai ai fait toutes leg concessions qn'il a voulu {som- 
entendu que je lai fisse) ; ce n'est pas la personne q^ae j'a- 
y^iBpensi (sous-entendu qne c'etait). 

lY. Participe pass6 suivi de que et d'un verbe. 

§ 364. Le participe passe est toujonrs inyariaUg 
qnand il est suivi d'nn que et d'nn verbe k Tinfinilif on i 
un mode personnel precede d'nn autre qm. La raison eu 
est que le participe a pour complement I^ proposition 
snivante. Ex. : les fautes que fat suppose qi^il fei^aii 
(jai suppose quoi? quil ferait des fautes); les somnies 
que j'ai suppose lui etre dues {fat suppose quoi? que ces 
sommes lui etaient dues) ; j*ai prisla route quon nCa assure 
itre la meilleure (on m'a assure quoi? que cette route etait 
la meilleure) •, la grace que yW wee avoir itk re fusee (j'ai 
ni6 quoi? que cette grace aitete re fusee). 

y. Participe passe pr6c6d^ de le reprisentant 
une proposition. 

§ 366. Le participe pass^ est encore inyariable qnand 
11 est pr^c^d^ du pronom V {le), son complement direct, 
lorsque ce pronom repr^sente un membre de phrase entier 
et signifie cela. Ex. : lis n'^taient pas aussi nombrenz 
qu'on Tayait cru (qu'on avail a^ qu'ils etaient); la famine 
arriya comme Joseph Tayait pr^dit (avait predit qn'elle 
arriyerait). 

Pour bien se rendre compte de Pemploi du participe 
dans cette derni^re phrase^ on pent la comparer k la sui- 
yante : « La famine arriya telle que Joseph r avait predtte. » 
(Ici V est pour la et non pour le.) 

YL Participe pass6 pr6c6d6 de ek partitif. 
§ 356. Lorsque le participe pa8s6 est pr^c^d^ du pro- 
nom en, employ^ dans un sens pardiif, ce participe reste 



y Google 



SYNTAXE DU VERBE. — § 356. 



S87 



2° en, accompaqnA d'un autbb 

OOMPL]iMBNT 

(avec accord). 

Phis on vous a donnS de 
livres, plus vous en avez lus, 

Combien en ai-je vus mou- 
rir! (pour combien d'hommes). 



invariable, k moins que le pronom ne soit accompagne 
de qaelqne autre complement direct auquel se rapporte 
alors le partieipe. Ex. : 

l® en SEUL 
(sans accord). 

Vous avez lu plus de livres 
que je n*en ai lu. 

II a dleve plus de monuments 
que d'autres n'en ont detruit 

« La crainte de faire des in- 
grats ou le d^plaisir d'en avoir 
trouvi. 3> (fl^chier.) 

II est facile <Je se rendre raison de cette r^gle : si le 
complement mis avant le partieipe pass^ n'est autre que 
eUf sorte de pronom neutre qui signifie de cela, le partieipe 
reste inyariable comme les adjectifs se rapportant h un 
neutre (cela, ce, ce qui, etc.); si, au contraire, il y a un 
autre compiemjBut prec^demment exprime, le pronom en 
ne joue plus qu'un r61e secondaire, et c'est avec cet autre 
complement que s'accorde le partieipe. 

Semabque I. — Pour qu'il j ait accord^ mdme dans ce 
dernier cas, il fant que le complement soit un mot dont le 
genre et le nombre soient nettemeni indiques d'avance. 
C'est ce qui arrive dans les deux exemples cit^s plus haut 
k la colonne de droite; le pluriel j est am'^ne, non par en, 
mais par plus, qui rappelle le mot ItvreSy d^jk exprim^, et 
par combien^ qui est nne formule de langage abreg^e, equi- 
valant k combien d'hommes. II en est de mdmo dans ces 
vers : 

... Combien en a-t-on vus 
Qui, du soir au matin, sont pauvres devenusi (la fontainh.) 

A plus forte raison le partieipe prend-il Taccord, si 
le mot combien rappelle un mot pluriel prec^demment 
exprime. Ex. : 

Et de ce pen de jours si longtemps attendus, 

Ah ! malheureux I combien fen ai d^jd perdus t (BAaNB.) 



y Google 



388 GRAMMAIRB FBAN^AISB. 

Oependanty si I'adverbe de quantity se rapporte & nn 
nom qui n'est exprime qu'aprfes, le participe reste inva- 
riable. Ex, : 

Helaal gwe fen ai mm, mourir de jeunes filles! (v. hugo.) 

* Remarque IL — Le participe pass6 ne varie guere 
que lorsqu'il est pr^c6de de en partitif et des adverbes de 
quantity combien, plus et moins. Aprte autant, il est tou- 
jours invariable. Hr. : Autant il a rencontre d'ennemis, 
autant il en a vaincu. 

VII. Participe pass6 pr^ced^ de locutions 
collectives 

{la multitude de, la fouU de, le peu de, etc.). 

§ 357. Quand le participe pass^ se rapporte k nne 
locution collective (la multitude de, la foule <fe, le peu 
rf^,etc.), la r^gle est )a mtoe que pour les adjectifs (§ 210) : 
il s'accorde avec le nom collectif, si la penste s'arr ^te sur 
le nom ; il s'accorde avec le complement de ce nom, si la 
peus^e s'arr^te sur le complement. Ex, : 



V ACCORD 

avec le nom collectif: 

La foule ef'hommes que 
j'ai vue. 

Que de gloire il s'est 
acquis/ 

Gombien rf'^nergie il a 
deploy e! 

Le peu flTardeur que vous 
avez m^ontre vous a empdchi 
d'arriver. 



2** ACCORD 

avec le complement 
du collectif: 

La foule des hommes que 
j'ai vus. 

Que d'Twnneurs il B*e8t 
atUrisI 

Combien de larmes il a 
verseesf 

Le peu d'ardeur que vous 
avez montrie a suffi pour 
vous faire arriver. 



Remarque. — Qaand la pens^e s'arr^te sur la locution 
le peu de, le sens de cette locution est la irop petite quan* 
tiU, rinsuffisance. Quand la pens^e se porte sur le com- 
plement, cette locution signifie seulement la petite quantitk 
(qui pent dtre suffisante). 

Digitized by VjOOQIC 



SYNTAXE DU VERBE. — § 358. 389 

VIII. Participe pass^ des verbes r^fl^chis. 

§ 358. Le participe pass^ des' yerbes r^flechis, bien 
qu'accompagn^ du verbe etre, est assimile au participe 
accompagne du verba avoir ^ doiit le verbe 4tre tient ici 
la place : il y a accord lorsqne le complement direct pr6- 
cMe; il n'y apas accord lorsque ce complement suit. Ex, : 



P Sans accord : 
11 s'est rappele ces faits. 



2*^ Avec accord : 



Les faits ^t^'il s'est rap- 
peles. 

Remarque I. — II faut distinguer : V les verbes r^fl^- 
chis qui ont un pronom complement direct (ce qui se ren- 
contre surtout dans les verbes essentiellement rdfl^chis); 
2® les verbes r^flechis qui ont un pronom complement 
indirect (ce qui est propre aux verbes actifs pouvant avoir 
deux complements et a tons les t}erbes refl^chis venant de 
verbes neutres). Dans le premier cas, il y a accord; iLn*y 
en a pas dans le secoud. Ex, : 

1® Avec accord : 
EUe s^est souvenue et repentie de ses fautes. lis se sont 
empards de la ville et se sont reposes. EUe s^est immolee au 
bien public. 

2^ Sans accord : 
EUe s*est rappel4 ces faits. lis se sont attribu^ de grands 
avantages. EUe s'est plu k embellir ses jardins. EUe s'est 
nui k eUe-mdme. lis se sont ri de nos meuaces. Nous nous 
sommes parU pendant lougtemps. Les ev^nements se sont 
mccedd. 

Autant que sa fureur s'est immoU de tStes. (gobkeille). 

Remarque IL — Suivent la regie des verbes essentiel- 
lement reflechis les verbes accident ellernent refiechis dont 
le pronom est complement direct, comme s*apercevoir de^ 
s'^ttaquei* a, s'attendre d, se douter de, se louer de, se 
plainare de, se saisir de, se servir de, se taire. Ex. : 

lis se sont apergus de leur erreur. lis se sont attaques h 
plus fort qu'eux. 

Remarque III. — Dans le verbe essentiellement r^- 
flSchi s'an^oger, le pronom est complement indirect, aussi 
Ton ecrit : lis se sont arrotjf! des droits. 

c. SUP. 22 

Digitized by VjOOQ IC 



390 



GRAMMAIBE FRAN9AI8E. 



Rbmarqub IV. — On pent distinguer : 1* les vej^bes 
refl^chts proprement dits, lesqnels indiqnent nne action 
qni se reporte sur le sujet (comme ceux qui viennent d'etre 
cit^s); 2" les verbes rectprogues^ lesqnels indiqnent nne 
action que denx sujets accomplissent Tnn snr Tantre. Les 
regies d accord sont les m^mes pour les verbes reciproques 
«iue pour les verbes refUchis proprement dits. Ex. : 

1® Avec accord : 2° Sans accord : 



lis se sont battus, entre- 
htea, 

Jupin les renvoya, s'^tant 
rfin iiv res tous,{L\ FONTAINE.) 



lis se sont enleve ce qu'ils 
s'^taient donne. 



CHAPITRE VII. 

SYNTAXE DE L'ADVERBE. 

De I'adverbe en g^n^ral et de son emploi. 

§ 359. L'adverbe, malgre son Etymologic {ad verbum) 
ne se place pas seulement aupres du verbe. II ne se place 
m^me ainsi qn*autant que le verbe est aitrihuiif. Ainsi la 
phrase : il a agi sagement, equivaut k celle-ci : il a ete 
agissant sagement. On comprend qu'il puisse, an m^me 
titre, modifier des adjectifs et des substantifs employes 
adjectivement. Ex. : il a subl un chdtimmt justemeni 
severe; il a ete vraime^it un pere pour ret enfant, 

Remarque I. — Les adverbes peuvent former k eux 
seuls des phrases elliptiques, dans lesquelles est sous-en- 
lendu le verbe de la phrase precedente. Ex.: 

fites-vousprfit? — Ouiynon, ceriainementy samdoute, etc 
Je suis prgt. — Fort bien, parfaitement, ' a merveillef etc. 

Remarque II. — Quelques adverbes, mis en t6te d'nne 
phrase et suivis de la conjonction que, tiennent lieu d'nne 
proposition principale. Ex. : heureusement qt^W est vena 



y Google 



SYNTAXB DB L'ADVERBE. -— §, 360. 391 

Apparemment I .-i • j 

Peut-6tre,Bangdontei 9t^'^ "^^^^'^ 

Ici encore il y a une ellipse, facile k voir dans peut-etre, 
qui est pour ilpeut etre.,., et dans sans doute, qui est pour 
il est sans doute.,, 

[HiSTOiBE. — On disait encore il est sans doute au xvii* siecle. 
Ex. : a 11 est sans doute quHl n'y a rien qui choqiie plus notre 
raison. » (pascal.)] 

Eemarqub III. — » L'adverbe se met generalement k 
c6te da verbe qu'il m(rdifie, soit aprfes le yerbe, quand c'est 
une forme simple, soit entre rauxiliaire et le participe, 
quand c'est une forme composee. Ex. : il etttdte beaucoup; 
il a beaucoup etudiL 

Certains adverbes se mettent au commencement des 
phrases, dans les phrases exclamatives ou inten ogatives, 
ou bien lorsqu'on vent appeler Tattention sur ce mot. 
Ex. : tant il est vrar que tout est vanite ; combien de fois 
cela n'at-il pas ete r^pet6? Ainsi p6rit ce grand homme... 
Jamais vous n'arriverez... 

Eemabque IV. — Un seul adverbe peut modifier plu- 
sieurs substantifs ; mais I'adyerbe doit se repeter devant 
les adjectifs et les adverbes. Ex. : 



2° Adverbe repeU: 
€ Une idee aussi pure, 
aussi simple, av^si immate- 
rielle. > (la BEUYEiiB.) 



1° Adverbe seul: 
^ Tant Dieu a mis de 
r^gle et de proportion, de 
d^licatesse et de douceur 
daus de si grands monu- 
ments. » (bossuet.) 

Remarque V. — Les adverbes interrogatifs combien, 
''.omment, pourquoi, etc., de m6me que les adjectifs inter- 
rogatifs (Voj, § 66), peuvent aussi devenir conjonctifs. 

Des noms et pronoms adverbiauxw 

§ .360. Plusieurs adverbes de temps, de lieu et de quao- 

Digitized by VjOOQIC 



3'>2 6RAMMAIBE FBANCAISE. 

tit* peuYent 6tre pr^c^d^ls d'nne proposition et d'nn 
article^ et mdme qnelqnefois 6tre accompagn^s d'nn 
adjectif. On pent, en consOqaence, les appeler des noms 
adverbiaux. Ex. : 

1^ Adverhes de lieu : 

Ailleurs. — D'ailleurs ; par aillenrB. 

Dedans. ( De dedans, de dehors ; par dedans, en de- 

Dehors. \ dans, le dedans ; le dehors. 

y. / Le dessns, le dessons ; de dessus, de des- 

Ih^^ \ ^^® ' P^ dessns, par dessons ; en dessns, 

* ( en dessous ; sens dessns dessons. 
Id. i D'ici, de \k; par ici, par Ik; jnsqn'ici, 

La. I jnsqneliu 

Lbtn, { De loin, de prte ; de loin k loin, de loin en 
Pris. I loin. 
Ou. — D'oii, par oil, ponr oil, jnsqn'oii. 

2® Adverhes de temps : 
Alars. — D'alors, jusqn'alors. 

ID'hier, d'anjonrd'hui, de domain ; ponr 
anjonrd*hni,ponr domain; jnsqu'^ an- 
jonrd'hni, ou jnsqu'anjonrd'hni, jns 
qu'i demain ; d^s hier, d^s an jonrd'hni 
d^s demain ; hier fnt nn grand jour. 
Autrefois. — D'antrefois. 
Bientdt. — Ponr bientdt, k bientdt. 
Jamais. — A jamais, ponr jamais, an grand jamais. 
Longtemps. — Depnis longtemps, pour longtemps ; des 

loDg temps. 
Quand. — De quand, depnis quand, k quand,pour quap^, 

jusques k quand? 
Tantdt. — A tantdt, ponr tant6t, depnis tanidt. 
Tard. I Le plus tard, le plus tdt ; an plus tard, au 
T6t. \ plus tdt ; sur le tard ; pour pins tard. 

Toujours. — Pour toujours. 



y Google 



SYNTAXE DB L'ADVERBB. — § 361. 39B 

[Origines latines et Histoire. — Alors est dejk compose 
de la proposition a et de Tadverbe lors, qui ne s'emploie plus 
seul, mais qu'on retrouve dans les locutions pour lors, des lors 
et dans la conjonction lorsque, Voy. § 141.] 

3° Adverhes de quaniiti: 
Autant — D'antant, pour autant. 
Beancmv ( '^ abeancoup, pen d'amis ; de beaucoup, de 
Peu 1 P^^' ^ beaucoup pr6s, k pen pr^s; pour 

( beaucoup, pour peu ; sous peu ; avant peu. 
Combim. — De combien, k combien ; par coinbieii,pour 

combien. 
Gtiere. — De gufere. 

Moms { Du'plus, da moins; au plus, au moina, a 
Plus * i ^^iiis ; de plus en plus, de moins en 

( moins ; sans plus. 
Font. — De tant, par tant, pour tant. 
Trop. — De trop, par trop. 

* [Originbs latines et Histoire. — Beaucoup se prend snbs- 
tantivement avec d'autant plus de facilite que cat adverbs est 
compose d*un substantif et d'un adjectif (§ 147). Pour la mime 
raison.il est naturel quil prenne un complement. 

Pew, on Fa vu, vient de paucum ; mais, dans I'ancienne langue, 
il s'employait encore adjectivement. Ex. : poies choses (jpaucas 
res).] 

Ebmabque I. — Quelques adverbes de manifere forment 
aussi des 7ioms adverbtaux. Ex. : 

Be mieux en mieux, de mal en pis; le mal, le ndmx^ h 
pis-, d' ensemble ; I'dpeupres; un oui^ un non, 

Remabqub il — Les adverbes la, en, y, ou se confondent 
avec les pronoms et peuvent aussi ^tre appeles pronoms 
adverbtaux. 

Du complement de quelques adverbes. 

§ 361. Les adverbes n'onb en g^n^ral pas de comple- 
ments^ du moins de complements imm^diats. Aussi no 



y Google 



\ 394 



GRAMHAIRE FRAN<;AISE. 



fant-il pas confondre certains adverbes avec les preposi- 
tions correspondantes, qui servent a marquer le comple- 
ment des sabstantife^ des adjectifs et des verbes. Ex. : 



PREPOSITIONS 

{flVBc complement): 

autoor de nous; 
avant ces temps; 
dans la chamhre; 
hors de la chambre; 
sur la table; 
sous la talk. 



ADVERBES 

{sans complement): 

alentour, 

auparavant, 

dedans, 

dehors, 

dessus, 
dessous, 

Remarque I. — Oependant Tusage admet un comple- 
ment plac6 imm^diatement apr^s Tadverbe a pari ^ en face^ 
viS'd'Vts (apart quelques personnes ; apart mot, a part soiy 
en face le pont) et aprds la locution adverbiale de dessous 
{de dessous ter7'e, de dessous la table), etc. 

Remarque II. — Suivis des prepositions d et de^ plu- 
sieurs adverbes peuvent former de y^ritables bcutions 
priposttives. Ex,: 



an dedans de la chambre ; 
au dehors — — 
au-dessus de la table ; 
au-dessous — — 



de dedans la chambre ; 
de dehors — — 
de dessus la table ; 
de dessous — 



Remarque III. — A ces adverbes il faut joindre vis-a- 
vts, en face, d'ou viennent les locutions prepositives .• vis- 
a-vis de, en face de. 

[* HiSTOiRB. — Jusqu'au xvii* siecle, la distinction n'etait pas 
aussi tranchee qu'aujourd'hui entre les adverbes tt les prepo- 
sitions. Vaugelas est le premier qui Tait aettement etablie. an 
moins pour le fond des choses, dans ses Bemarqiies (1647) : 
« Sur, sous sont des prepositions qui se doivent tou jours mettre 
simples... Je les appelle simples, en comparaison des composees 
dessuSy dessous, que tout le monde presque emploie indiffe- 
remment, et ^n prose et en vers, pour sur et sows. On en fait 
autant de quelques aiitres prepositions, comme didans, dehors. 



Digitized by 



Google 



8YNTAXE DB L*ADVERBE. — § 362. 395 

Par exemple on dira : il est dessus la tabky dessous la table, de- 
dans la ville, dehors la ville, Je dis que ce n'est pas 6crire pure- 
ment qae d'en user ainsi, et qu'il faat toujours dire : sur la 
table, sous la tahle^ dans la maison et hors la mile ou hors de la 
ville ; car tou8 les deux sont bons. » Malgre Tautorite de Vau- 
gel as, consaci^e par TAcademie, dans ses Observations sur le£ 
i{6ma7*9U6S, les ezemples de dessus, dessous y etc., immediate- 
ment suivis d'un complement^ ne sont pas rares au xvii* et 
meme au xviii® siecle; mais cet emploi est aujourd'hui hors 
d'usag^e. D'antres adverbes encore ^talent imm^diatemeut suivis 
de complements au xvii* siecle (Ex. : « Environ ce temps. » 
(POSSUet), ou bien avaient un complement marque par la pre- 
position de. (Ex. : ^ Ensuite des commencements.,, 9 (bossuet.) 

Alentour, qui s^emploie aujourd'hui sans complement, s'ecri- 
vait primitivement d Ventoury et avait aaturellement un com- 
plement : 

Fait resonner sa queue & Ventour de ses flancs. (la vontainb.) 

En un seul mot, dlentour est devenu, non-seulement adverbe, 
mais substantif. Ex, : les alentours du ch&teau. En revanche, 
certaines prepositions d'aujourd'htii etaient employees adver- 
bial ement, par exemple outre: 

Encore unpeuplus outrCy et ton heure est venue, (gornexllb.) 

c J'irai plus cnitre. » (Id,) On trouve aussi dans un des Ser^ 
mons de la jeune^se de Bossuet : ^ Voulez-vous que je passe 
plus outre, » Mais ddns les oeuvres de la demiere partie de sa 
vie, Bossuet ne se sert plus de I'expression plus outre / il dit : 
< passer plus loin i> et ^ passer plus avant, i>] 

§ 362. Plusienrs adverbes ont des complements marqa^s 
par les prepositions a et de, comme les adjectifs dont ils 
derivent. Les principanx sont : 

arec de: 



avec a: 
anteriearemeiit,posteriea 
rement k ; 
conformemeut k ; 
prererablement ^; 
proportionndment k ; 
relativement h ; 



independamment de; 
diffieremment de. 



y Google 



396 GEAMMAIRE FRAN9AISE. 

Observations particuli^res sur les adverbes. 

V ADVERBES DB LIEU. 

§ 363. 1. a, id designent Tendroit oil se trouve 
celui qui parle, ou un endroit yoisin ; Id designe un endroit 
eloigne. 

Remarque I. — C^iie s'emploie plus aujourd'hui sepa- 
rement. 11 se met sou vent a la suite du pronom d^monstratif 
(Ex. : celuirdy celle-ci)^ d'un nom pr^c^de d'un adjectif de- 
monstratif {Ex. : cet homme-ci, cette maison-dy ce cdte-c%), 
ou de quelques formules inter rogatives (Ex. : qu'est-ce-c^ 
quel desordre est-ce-ci?). 

La s'emploie ^galement de cea trois mani^res : celui-ld, 
celle-U ; cet homme-ld, ce cdte-ld, qu'estceld? quel d^ordre 
est ce-ld? 

On reunit d et Id dans la locution par-d. par- Id. 

Remarque II. — Dans ces diverses constructionB, ci ei 
la sont joints aux mots qui precedent par un trait d'nnion* 

Ci se met aussi, avec un trait d'union, en t^te de quel- 
ques locutioDS : d-apres, d-contre, d-devant, d-dessnSy d- 
dissous, d'jointy d4ndus, d-git, etc. 

Remarque III. —/a et Id ferment egalement des looo- 
tions compos^es : id-has, Id-haut^ Id-has » 

Remarque IV. — Id et Id s'emploient qnelqaefois 
pour indiquer, non lelieu, mais le temps. Ex,: 
Vertueux jMsgu'tci, vous pouvez toujouis I'Stre. (bacihb.\ 
Jusqiie-ld, je vous laisse etaler votre zMe. {Id,) 

* Remarque V. — L'adverbe ca ne se trouve gueie 
isole. Oa dit gd et Idy degd, de Id, Ce mot, pris isolement, 
est une interjection. 

§ 384. Oh, adverbe de lieu, se distingue, par raccent 
grave, de la conjonction ou; il s'emploie: 

V En t^te des propositions principales, quand il est 
interrogatif ou exclamatif. Ex.- ou suis-je? Oii, jusquVi 
pent emporter la colore I 

Digitized by VjOOQIC 



SYNTAXE DE L^ADVBBBK. — § 364. 397 

2* En Wte des propositions snbordonn6es, quand il est 
conjonctif on marque nne interrog-ttion indirecte. -£'a;..* 
L'endroit ouje rais, d*ouje yiens, par oii je doia passer, 
jasqnVw je dois aller. — Je ne sals ouje vaisyd'oiije 
viens, etc. 

Eemabque I. — Ou s'emploie qnelqnefois avec Tinfi- 
i nitif dans des propositions interrogatives (§ 330^ I). Ex.: 
; Ou aller? Je ne sais ou aller. 

Remarque II. — Ow est nn pronom adverbial qui tient 
lieu d'un veritable pronom interrogatif ou conjonctif. 
Aussi Ton dit : d'ou vient que ? c'est-d-dire de quelle cause 
r6sulte-t-il que...? (Voy. § 259). 

[* HisioiRB. — Cet emploi de o&, tenant lieu de pronom, 
surtont de pronom conjonctiT, est tr^s frequent au xvii* siecle; 
TuRage n'en est pas aboli, mais il est un pen abandonn^, et cet 
adverbe est le plus souvent'remplace par de lourdes locutions 
comme auquel, d laquelle, dans lequel, etc. Ex, : 

Le deplorable ^tat oit je yous abandonne. (corkbillb.) 

Aucun effroi n'y r^gne ou j'bse m'arrSter. (Id.) 

L*attente oil j'ai y^cu n'a point ^t^ tromp^e. (Id,) 

Bt YoWk le seul point oit Rome slnt^resse. (Id,) 

Celle oit j'ose aspirer est d'un sang plus illustre. (Id,) 

« C'est nne dtransre et longue guerre que celle oil la violence 
essaye d'opprimer la v^rite. » (pascal.) « David fit une faute 
considerable ou le jota son bon nature!. J> (bossuet.) « Un des- 
8ein oil les vieillards experimentes ne purent atteindre. ]> (Id.) 
<L Tullius etablit le cens par ou cette grande ^ille se trouva 
reglee comme une famille particuliere. » (Id) « Par oit jls 
etaient port^s k adorer, ou le monde en general, ou Mes as- 
tree, etc. » (Id.)*] 

Remarque III. — Cet adferbe de lieu s'emploie an 
figure dans la locution : c'est ou Je T attends. 
II se met quelquefois pour indiquer le temps. Ex : 

Le moment oil je parle est d^ja loin de moi. (boileau.) 

COURg SUP. 23 

Digitized by VjOOQ IC 



898 ORAMMAIRE FRANCAISE. 

[* HiSToiRS. — Au XVII* siede, cu s'employait quelquefois 
-yovLt quand, tandis que. Ex, : 

Le choii est inutile oil leg manx sont extremes, (corneille.) 

n esl hoateux de feindre o» Ton peat toutes choses. (IdJ) 

Je serais innocente ou je suis crimincUe. (MoNTFLEUBr.) 

c Quand est-oe qn*oii peat esperer de vous des intercessions 
plus puissantes que ou il s'agit du pudique epoux que le pere a 
choi8i?»(Ba6SUKT.)] 

Eemaequb IV. — Qaandun nom employ^ comme com- 
plement indirect et nn adverbe de lieu sont precedes de 
c*est et Boivis d'un conjonctif et d*un verbe, on n'emploie 
pas ou, mais on le remplace par que. On dit : c'est id que je 
suis : c'est dans cette ville que je vais (et non : cest iciou..., 
c'esl dans cette ville ou), Noas avons deja remarque que le 
mdme complement ne pent 6tre exprime denx fois;etc'e8t 
ici la mdme regie d'apr^s laquelle on dit : c'est a vous que 
je parle (et non a qui). — Voy. § 279. 

[* HiSTOiRE. — Cette r^gle n*^tait pas encore etablie an 
XVII' siecle, ni m#me au xviii*. Ex. ; « Ce n'eet pas la, madame, 
ou je prends inter§t. -» (corneille.) € La Roohefoacauld 
attaque ramour-propre quel que part oil il le trouve. » (la 
bruy6be.) » Cest Id ou comm-nce veritablement Tempire 
Turc. D (VOLTAIRE.) « C'est Id ou 3*ai connu Antoine. » (j.-j. 
ROUSSEAU.) « Cest en Am^rique oil nous trouverons un tres 
grand Loinbre de mines d'argent. » (buffon.) 

Bekabque v. — On dit quelqnefois ou que, toumure 
abr6gee qui a le sens de en quelque lieu que. Ex. : ou qu'il 
soity ou qxCil aille, je Catieindrai. 

[* HiSTOiRE. — Cette construction 6tait d^jA consideree au 
xvii' 'k»iecle comme vieillie : « Je tiens cette fa9on de parler 
vicieuse, dit Menage, et je ne voudrais pas m'en servir. » 
{Observations surla langue francaise^ i672.) Cepeudant il avoue 
qu elle avait alors pour elle de bonnes aut()ri:»38 ; et aujourd'hui 
oncore elle n' est pas tout a fait tombee en desuetude.] 

§ 365. F, adverbe de lieu, signifie en cet endroit^ et 
suppose quelque wit^c^dent auquel D se rapporte. ^x./ 



y Google 



SYNTAX! DB L'ADYERBE. — § 367, 399 

Cest 4Troie, et j'y cours; et, quoi qu'on me pr^diae, 
Je De demaode auz dieux qu'un vent qui m'^ conduise. 

(RACINE.) 

Remarque I. — Y est anssi pronom et siguiiie a ou 
m lui, elle, eux; a on en cela, Ex. : c'est nne question foit 
difficile : je n'^ entends rien ; je voudrais y voir clair. 

Est-ce assez? dites-moi; d*^ suis-je point encore? 

— Nenni. — Wy void done? — Point du tout — Wy voWk, 

(la FONTAINE.) 

Bemabque IL— F est expl^tif dansquelques locutions : 
V Avec les verbes avoir et alter pris impersonnellement; 
Ex. i,ily a (il e&iste) nn Diea. 
y va-t-il de ITionneur ? Y va-t-il de la vie? (cobneillb.) 
2® Avec le verbe voir. Ex. : il n'y voit pas. 

2'' ADVEBBES BE TEMPS. . 

§ 366. De suite signifie sans interruption; tout de suite 
gignifi^ imm^iaiement. Ex. : 

lis ont march^ plasieursl Allons, partez tout de 
jours de suite. I suite. 

% 367. Quand est nn ad verbe de temps conjonctif et 
interrogatif, qni signifie dans le moment ou, dans quel mo- 
ment? Ex. : je sortirai quand vpus rentrerez. Quand ren- 
trerez-vouB? 

Get adverbe s'emploie anssi comme conjonction dans 
le sens : V de lorsque; 2° de alors meme que. Ex. : 
V r- Mais quarid le peuple est maftre, on n'agit qu'en tnmulte. 

(OORNErLLBj 

2»— Quand vous me haifriez, Je ne m'en plaindrais pas. (eacinb^ 

Semabqub. — Quand ne doit pas dtre confondn ayec 
la pr^^position c<»mp s^e quant d, qni signifie d l\gard de, 
pour ce qui est de. Ex. : 

Et quant au bergeVy Ton pent dire 

Qu'il 6t«it Oiipie de tons mauz. (u fontaihb.) 

Digitized by VjOOQ IC 



400 GBAMMAIBB FBAN9AISE. 

Oefcte proposition a donne au langage familier les lo- 
cations : J^tre sur son quant a-soi\ garder son quant-d so 
(6tre r^servO, pen commanicatif). 

[OaiaiNES LATfNBS ET HiSTGias. — Quand vient de quando 
quant d de quantum ad, Le mot quant est encore reste commi 
adjectif dans une ancienne locution fran9iii8e : c totjUes et quantes 
fois que (autant de fois que)... »] 

§ 368. On distingue : 1** plus tot qui se rapporte au 
temps, et qui est Voip^osi de plus tard ; 2^ plutot (en nn 
seul mot) qui exprime nne id^e de pr6f6rence. Ex. : 

Vous ^tes venu plus tdt I Vous rOussirez pluldi que 
que lui. | lui. 

I* HiSTOiRE. — Ce n*est que post^rieurement au xvii® siecle 
qu'on a distingue par rorthographe ces deux sens. Au xvii* siecle 
on 6crivait p/us tdt^ dans le^deux sens, conformement a Tetj- 
niologie, qui est la m^ine (ce sont les deUx adverbes plus et 
tot), comme on ^crivait la plus part. On lit dans le Dictionnaire 
de VAcad&mie (i" edit., 1694) : « Plus tost^ adverbe qui sert a 
marquer le choix. Ex. : Plus tost mourir que de faire une l&r 
cliete. x>] 

§ 369. Tout a coup signifie soudainemmt; tout d'un 
coup signifie en une seule fois. Ex,: 

Tout a coup un Eclair a I La maison s'est i^crouUe 
brill6. \tout d'un coup, 

S"" ADVERBES DE MAIOilBE. 

§ 370. Sten, adverbe de maniere, se construit : 
1^ Ayec les adjeetifs et les adverbes, auxquels il donme 
le sens du superlatif. Ex. : bien sage, bien malheureux ; 
2" Avec les verbes. Ex,: je cfains him; c'est bien. 

Eemabqub. — Bien se prend aussi comme adverbe de 
quantity, dans le sens de beaucoup. Comme tel, 11 se con- 
struit souvent avec les comparatifs plus, moins, mieux, 
meilleur, moindre, pire, 

II se construit aus&i avec des substantias, mais seule* 

Digitized by VjOOQIC 



SYNTAXB DB L'ADVERBB. — § 371. 401 

m^Dt avec des substantifs pris dans nn sens determine. 
Ex. : bien des gens pensent...; j*ai eu lien de la peine. On 
le met cependant avec I'adjectif iadefini autre. Ex,: j'en 
ai vu lien d^autres. 

An contraire, laaucoup pent se construire avec nn snb 
stantif pris dans un sens ind6termin«5. Ex. : leaucoup .de 
gens pensent... J'ai en leaucoup de peine. 

[* ORiaiNES LATiNES ET HisTOiRE. — Cctte difference de cons- 
truction entre hien et beaucoup s'expliqiie par la composition de 
Tim et de Tautre mot. Ttien vient de bine; c'est un veritable 
adverbe, qui, en reality, n*a pas de complement : bien ^es gens 
6quivaut a des gens en assez bon nombre. Bien d'autres equivaut 
k d'autres en bon nombre. Beaucoup est un adverbe forme d'un 
substantif et d'un adjectif . C'etait d'abord une locution, comnie 
longtemps (Voy. § 141). On a done pu dire : beau coup de choses, 
puis beau coup depersonnes, Joinville a dit : <l Le roy eut grand 
coup de la terre du comte. » 

[Grammaire comparative. — Les Anglais emploient de mSme 
comme adverbe la locution a great deed,] 

§ 371. Mieux^ qui sert de comparatif a lien^ est senlcr 
ment nn adverbe de maniere, et ne se joint qn'anx verbes 
et anx participes. Ex\ : II ^crit mieux, mieux nourri, mieux 
v^tn. 

Prfc^d6 de Tartick, il a le sens dn snpeilatif. Ex, : 
c'est ce qne j'aime le mieux; nons sommes ensemble le 
mieux du monde, 

Remarque T. — Mieux forme qnelqnes gallicismes : Sire 
mieux (se porter mieux, avoir meilleure fajon) ; etre des 
mieux (de cenx qui sont le mieux). 

Remarque II. — Mieux est le neutre de meilleur, et, 
comme tel, s'emploie adjectivement avec les noms inde- 
termines, et merpe sans substantif, avec ou sans article. 
Ex. : Hen n'est mieux que ce que vons dites ; je m'atten- 
dBiisdmieux, il a fait de son mieux ^ pour le mieux. 

[Oriqines LATINES ET HISTOIRE. — Mieux vient de melius^ qui 
est le neutre de melior. II est tr^s frequent en latin que del 



y Google 



402 aBAMHAIBE FBAK9AIBI:. 

ffdj-'otifs nentres s^emploient adverbialement : c*ie6t ainBi que 
mteux qui primitivemeut etait un adjectif neatre, est dsrenu a 

a'lverbe.] 

S 372. Mai est Tad^erbe de qnaliW qui B^oppose k bien, 
pifi cclui qui s'oppose a »«*etia:(maisondit aassi j>/t<5 mat), 
Pis a les m^mes emplois que mieux, Ex. : 



IF est mieux; 

aller de mieux en mieux; 

rieu de mteux; 
faire mieux; 
tant mieux/ 



il est pis; 

aller de mal en pis ou de 

pis en pis; 
Tiend^ pis; 
teArepis; 
tBJutpis/ 

Pis a form^ an sabstantif compost : nn pis aller. 

[Originbs LATlNES. — Udl vient ^^rmU; pis de pejus, qui, d& 
mdme que melius, s emploie comme adjectif at comme adverbe^ 
^t pour la mdme raisosi.] 

§ 373. Comme et comment se rapporieni k une m6flM ori- 

gine, mais le premier esc adverbe et coujoncthm, Faittoe 
est sealement nn adverbe. 

1^ Comme est une simple conjouction, qnand il sert k 
^tablir un rapport de caase ou de simultaneity, soit entre 
deux propositions, soit entre deux parties d'ane m^me 
proposition. Ex. : Comme il disait ces mots^, 

€ Omime il n^aimait point les hommes vertueux^ il n*etait 
environne que de gens int4resse8. » (p^nblon.) 

Cette conjonction forme arec quoi et si les conjoncMons 
compos^es comme quoi et comme si,... Cette dernifere sup- 
pose une ellipse. Ex. : 

Et les faibles mortals, vains jouets du trepas^ 

Sont tous devant ses yeux comme sHls n'etaient^pas. (racinb.) 

Cette tournure 6quivaut k : c comme ils seraient s*il8 
n*etaient pas. » 
Mais comme est auisi un adverbe de mamire^ q« pent 



y Google 



SYNTAXE DE L'ADVBBBB. — § 374. 403 

fitre coDJonctif et exclamatif : il signifie de la mime ma* 
niere que, de quelle maniere. Ex, : 

Comme il sonna la charge, il sonne la victoire. (la fontaina. 

« Le voyez-vouS) comme il vole oii k la victoire oa ala mort? » 
(bossdet.) 

J'aime k voir comme voas rinstmisez. (BACINE.) 

[Grammaire comparativb, - Comme, conjonction, equivauf, 
fiinon pour la forme, du moins pour le sens, a ut ou velut. — 
CommCy adverbe, ^quivaut a quomodo,\ 

[* HisTOiRB. — Au XVII* sjecle, Temploi de comme etait 
beaucoup plus ^tcndu qii'aujourd'hui. Ainsi on le mettait apres 
autant (au lieu de que). Ex, : 

Tendresse dangereuse autant comme importune, (cobneille.) 

On le mettait dans les interrogations (au lieu de comment), 
Ex. : 

Comme a-t-elle re9u les ofPres de ma flamme? (cobneille.)] 

2* A ladiflEerence de comme, Tadverbe comment ri'indiqne 
pas la comparaison ; il ibigDifie simplement de quelle ma- 
niere. 

C'est un adverbe conjonctif efc interrogatif : il se place 
dans quelques phrases elliptiques : « comment cela? Com- 
ment faire ? Comment / . » 

II s'emploie anssi d'une maniere exclamative et iaolie, 
£x. : comment! mais cela n'est pas possible! 

4** ADVEBBES DE QUANTITY. 

§ 374. Ausst exprime la comparaison. St indique Ic 
degr6 d'intensit^ ; il est syuonyme de tellement, Ces deux 
adverbes se mettent devant les adjectifs et les adverbes. 
Ex.: 



Kous sommefl aussi fati- 
gute qne yous. 



Kons sommes s^ fatigo/s 
qne Boas ne poa?oiis plas 
marcher. 



Beicaequs I. — Cependant I'nsage autorise Temploi de 

Digitized by VjOOQ IC 



404 GRAMMAIRI. FRAN5AISE. 

V, pour aussi, dans les phrases negatives, eurtout quand 
le second terme de la i omparaison est exprime. Bx. : 
« Rien n'est si redoutable a riiomme que r^lernite . » 

(PASCAL.) 

Remarque II. -- Dans le sens intensif, et dans les 
phrases negatives ou interrogatiyes, si est souvent suivi 
de que ne et da subjonctif. Ex, : je ne suis pas st prevenu 
en sa faveur que je ne vote bien ses defauts. 

[* OnmiNES LATiNES ET HisTOiRE. — Au xvii« eiecle si s'em- 
ployait aussi en ce sens avec que de ct Tinfinitif . Ex. : 

... Es-tu toi-m5me si crctiule 
Que de me soiip9onner d'un courroux ridicule ! (BACINB.) 

Oette constmction est elliptique : « Es-tu si credule que tu 
le sois au mint de me soup9onner...? — Eu latin, tam»., wf..., 
iam.„ ut tibn ] 

Remarque III, — St s'emploie avec que et le snbjonc- 
tif dans le sensde quelque, Ex. : si habile qus vous soyez. 

§ 375. Autant exprime la comparaison, comme aussi; 
tant indique le degre d'intensit^ comme si. Autant et 
tant sont suivis de la preposition de avec les snbstantifs, 
et de la coojonctron que avec les verbes. Ex. : 

flL II a autant de paresse que de faiblesse a se laisser gou- 
verner. » (la bruyIbbe.) 
II estioie Rodrigue autant que vous Taimez. (cobnbille.) 

[* HiSTOiRB. — Au xvii* siecle, on einployait indjfferemment 
auiaut et aum devant un adjectif . Ex. : a Mille artifices autani 
indigncs qu'inutiles... » (bossuet.)] 

Remarque I. — Comme Tadverbe si, tant pent s'em- 
ployer au sens comparatif dans les phrases negatives. Ex.: 

Rien ne pesd tant gu'un secret. (la Fontaine.) 

Remarque II. — Tant que peat s'employer dans le sens 
de autant de temps que. Ex. : 

Jd le lui promettais tant qu'a, v4cu don pdre. (bacikb.) 



y Google 



\ 



STNTAXE DE L' ADVERBS. — § 375. 405 

* Ebbiaeque III. — Tant que s'emploie encore poar au- 
iant que dans la locution, tous tant que nous sommes. 

* Eemarq^b IV. — Tant, sniri de que, indique en gene- 
ral le degr6 dMntensite, comma si suivi de que (§ 374). Ex, : 
II Taime tant, qu'il en perd la t^te. 

[ * Origines latines. — Autant que, tant que, pria dans le 
sens comparatif, vieuneiit de aliud tantum quantum, tantum 
quantum. — Tant que, avec une idee dintensite, ^quivaut a 
tantum ut. 

[*HiSTOiRE. — Jusqu'au milieu du xvii« siecle on a employe 
tant que avec le subjonctif dans le sens de jusqu'd ce que 
{jusqu'd tant que), Ex. : 

Adieu. Je vaifl trainer une motirante'vie, 

Tant que par ta poursuite elle me soit ravie, (cobneillb.)] 

* Eemarqxtb V. — Autant, rep6t6, forme, nn idiotisme 
trfes-nsit^ : « autant on doit hair le vice, autant il fant 
aimer la vertu. » 

Autant s'emploie m^me avec les adjectifs ; mais, k la 
difference d'aussi, il se place apr^s. JEx. : « Docile autant 
que courageux. y> (bossuet.) 

Autant pent encore s'employer separ^ment. Ex.: Autant 
vaut mourir (et, avec ellipse da verbe valoir : Autant 
diflKrer). 

Ces oris s^ditieux sent autant de for f aits, (cornbillb.) 
Une antre la suivit, une autre en fit autant, (la fontainb.) 

Autant pent aussi Hre redouble. Ex. : Autant de tetes, 
auiant davis; autant Pun a d'ardeur, autant I'autre a de 
calme. 

(HiSTOiRE. — Au xvii« siecle et jusqu'au xviii*, au lieu de 
autant... autant. on disait autant que... autant {<dii latin qumi^ 
turn,., tantum). 

Autant que de David la race est respect^e, 

Autant de J6sabel la fille est d6te8t6e. (racine.) 

« Auta^'t que les Remains avaient niglig^ Tart militaire. 
autant les Parses Tavaient cnltiv6. » (MONTESOmEu)- 

ceoaa aup. 2;] 

Digitized by VjOOQIC 



406 eSAlOtAIBB lUAK^AIgK. 

On Higait Bnm, an liea de pfos... pto, <f aii/«il pftif que,., 
d^autant yUa„. 

Bt d'aulant que llioiuieiir m*estpAiff cher que lo jovr, 
ffautani pius nuuntenant je te dois de letonr. (oobhxiUiB.) 

Cest le quo magis^ to magis dea Latias.] 

§ 376. BeaucQup ae joint sax aabatantira ipm dana no 
eend d^termm^ oa ind^termine. Ex, : beoucoup des per^ 
sonnes que j'ai vues... ; j'ai vn beaucoup de personnes; 
il se joint aosai anx Terbes. Ex. : 

Si J'eap^ra beaucoup, je craina beaueaup anaai. (oobhxillb.) 

II se met, oonune Tadyerbe bien, deyant Tea comparatifs, 
dont il renforce la Bl^aification : beaucoup nUeuz^ beau- 
coup plus, etc.). 

Behabque I. — Pr^^d^ de la proposition de, il pent, 
dans le mdine sens, se mettre apres les comparatib, on les 
yerbes qui indiqnent nne comparaison. Ex. : II e&tplus 
grand de beaucoup; il temporte de beaucoup ; il le surpasse 
de beaucoup ;il e'en faut de beaucoup. Cette forme insiate 
plaa snr la difference qae la forme simple beaucoup (il est 
beaucoup plus grand, il s^en faut beaucoup, etc.). 

* Behabque IL — Ce.qni yient d'etre dit an snjet de 
remploi 'de I'adyerbe beaucoup et de la locution adyer- 
biale de beaucoup s'applique aussi anx adyerbes : combien, 
peu, guere : prO^dOs de la proposition de, ils insistent da- 
yantage snr la difference. Ex. : 

il 8* en faut peu on il s'en faut de peu; 

il ne s'en faut guere — il ne s'en faut de guefe; 
combien il s'en faut — de combien s'en fant-il ? 

S 377. Davantage etplus sont deax adyerbes de comparai- 
son; mais plus a'emploie avec que iiniyi d*nii second 
terme de comparaison: davantage s'emploie senlement 
lorsqne le second terme adOj& iU exprimO on loiai^a'il est 
•ona-antendn. f'a?.: 



y Google 



STNTAXB DB L'ADVBEBB. — § 377. 407 



Pierre est laborieux, mais 
Paul Test davantage. 



lis Font laborieux tons les 
deux ; mais Paul Test plus 
que Pierre. 

[ *HiSTOiRE. — Dnvantage (6crit primitivement cTavaniuge) 
est venu en usage dans 1h langue, comuie locution adverbiale, 
seulement au xiv* siecle : ii ^tait alors employe d*une mani^ra 
absolue. C'est au xvi* siecle qu'on Pa fait pour la premiere foia 
suivre de la conjonction que, comme Padverbe plus; le xvii* et 
le XVIII* siecle ont fait un grand usage de cette locution. Ex, ; 
« lis peuvent beaucoup davantage que ceux qui courent. » [ 
(DESCARTES.) « II ne p« ut davantage que soupirer tout baa. » 
(malhkrbe.) « II n*y a rien que je deteste davantage que de 
blesser la verite. » (pascal.) 

Oui, Tons ne pourriez pas lui dire davantage 

Que ce qi^e je lui dis pour le faire §tre sage. (MOUiiBE.) 

€ Quel astre brille davantage dans le firmament que le princd 
de Oond4 n a fait en Europe. > (bossuet.) « lis ne nous pre- 
viendrbnt pas davantage contre la vie simple des Ath^niens 
que contre celle des premiers hommes. » (la brut£:rb.) « lis 
admirent davantage le pn/tecteur que le pers^cuteur du roi 
Jacques. » (voltairb.) Les grammairiens de la fin du 
XVII i« sie-^le ont reclame contre cet emploi du m< t davantage, 
et fait observer que ce n'est pas un veritable adverbe de com- 
paraison {d'avantage sip^nifie avec avantage, avec suji^orite) ; 
d'auires ont voulu le maintenir, en s'appuyant sur Tautorite 
de bons ecrivains; mas il a fini par tomber en discredit et 
disparaftre du style ch&tie.] 

Bemarque I. — Davantage s'emploie toujours avec un 
verbe, jamais devantun adjectif, et il n'esfc jamais sui^i d'ua 
complement. Ex, : il promet beaucoup eb donne davantage, 

Au contrairejo/ws pent 6tre employe avec un adjectif 
et Buivi d'nn complement : plus connu; il a eu plus de peine. 

[ * HiSTOiRE. — On disait autrefois davjmtage de: il a eu dor 
vantage de peine. Mais cette locution est tombee en desuetude.] 

Remarque II. — Plus peut 4tre suivi de la coujonction 
que on de la proposition de, 

!• Que indique comparaison. Ex, : un boeuf mauge plus 
que deux cheyaux. 

2° be indijfue le nombre qn'on caleule, la quantity qu'on 

Digitized byVjOOQlC 



408 GRAMMAmE FRANCAISB. 

aiesare. Ex. : il a fait plus de dix lieues, il a perdu plm 
du double j il est plus d'd moltie mort. 

Mais, dans Tindication des fractions, on pent mettre qw 
ou de. Ex. : 

La course de nos jours est 'plus qu'k demi f aite. (bacan.) 

Remabqttb III. — Plus se repete frequemment dans 
des propositions correspondantes. Ex,: « Plus il se livrea 
ses penchants, plus il en devient le jouet et I'esclave. » 

(massillon.) 

Ces sortes de toumures Equivalent 'k la locution dauiani 
plus que. Ex. : « II devient d'flMffl/i^/^/us le jouet de sea 
penchants quHl s'y livre d auiant plus. » Mais elles sont 
plus vives et plus expressives. 

[ * HiSTOiRE. — Aujourd'hui, plus se repete sans qu'une con- 
jonction joigne Tune des propositions 4 Fautre. Au xvii* tt 
au xviu* si^cle on trouve souvent le second plus uni au pre- 
mier par la conjonction et, Ex. : 
Plus Toffenseur est cher, et plus grande est Toffense. (cornioxlil) 
c Plus les hommes seront dclaires, et plus ils seront libres. > 
(VOLTAIRE.) « Plus ils s'accumulent etplus ils ee corrompent. » 

(j.-J. ROUSSEAU.) 

Mais cette constniction est d*autant plus a eviter, que la 
conjonciion et pent ^tre necessaire dans Tune d- s deux parties 
correspondantes. Ex. : 

Plus j'ai chercbe, madame, etplus je cherche encor, 
Plus je vols que Cesar (baginb.) 

Ofl disait encore, au xvii^sjecle : d'autantplus que. ., d'autant 
plus,,. (Voyez § 375, Rem. V. Histoibe.)] 

* Rbmarque IV. . — Plus s'emploie en general avec les 
adjectifs, les adverbes et les verbes : phs beureux; plus 
heijireusement; je sonf^vQ plus... Ils'emploie aussi ayec les 
adjectifs pris substantivement. Ex. : 

Plus Mars que le Mars de la Thrace. (halhbrbe.| 

II n'y a pas deplus gens de bien^ 



y Google 



SYNTAXB PB L ADTBEBB. — 8 378. 409 

§ 378^ Moins s'oppose k p/t^s^ et snit les mdmes regies. 
Ex, : plus on moins fort ; oela coAte plus, cela coflte moins; 
plus de cent personnes, moins de cent personnes ; plus de 
dix lieues, moins de dix lieneB, etc. 

* Rbmaeque I. — Non-seulement moins pent se r^- 
p^ter comme plus (Ex. : moins on s'exerce, moins on est 
tbrt) ; mais il pent s'opposer 4 plus dans des propositions 
correspondantes. Ex. : Moins on parle, plus on agit. 

Plus on aime quelqu'un, woiws il faut qu'on le flatte. (mouIbrb.) 

Certes, plus je m^dite et moins je me figure 

Que vous m'osiez compter pour voire creature. (racine.) 

Bemakque If. — MoinSf pr^c^de da nom ind^fini rten, 
, forme plasienrs locutions remarqaables : 

V constrnit avec un adjectif, il doit ^tre pr^cM^ de la 
conjonction de. Ex, : II n*y a rien de moins vrai, de moins 
jvstBy etc. 

2** Construit avec un verbe, il peat ^tre pr6c6d6 ou 
n'^tre pas pr6c6d6 de la conjonction de. Ex. : 

II ne fant rien moins ) ^ - ^ 

Ti J* i. • ^ ^« v,- I Q^e votre mteryention. 

II ne rant rien de morns ) ^ 

Remarque III. — Rien moins a tantdt un sens affir- 
mattf, tantdt un sens negatif. 

1** Sens affirmatif : 

(L Qfland Dieu choisit une personne d'un si grand eclat pour 
etre Tobjet de son eternelle mieericorde, il ne se propose rien 
moins que d'instruire tout I'univers. » (bossukt.) 

2** Sens n4gatif: 

Elle m'offre sa main pour essuyer mes larmes, 

Et ne prevoit rien moins, dans ceite obscurite, 

Que la iin d*un amour qu'elle a trop merit6 . (racine.) 

Pour ^chapper k cette amphibologie, quelqnes gram- 
mairiens out propose de dire : 1° rien de moins dans lo sens 
affiimatif ; 2** rien moins dans le sens negatif. L'usage n'a 

Digitized by VjOOQIC 



410 GRAUXAIRB V&AN^AISB. 

pasconsacr^ absolament eette distinction, on dn moins 
n'en a pas &it nne regie : car on contiDue k dire rien moins 
dans les denz seos. Mais rien de morns n*en a qn'nn (le 
sens affirmatif), etcette tonrnnre a ponr elle les meilienres 
antorit^s. Ex. : 

< II ne faut rien de moins dans les coura qu*ane vraie et 
naive impudeoce pour r^ussir. » (la bbutebe.) 

f La Phedre de Bacine, qu'on denigrait tant, n*etait rien de 
moins qu'un chef-d'oeuvre. » (marmontel.) 

[* HiSTOiBE. — Au xvii« siecle, on trouve riefi moins coDBtmit 
iBolement, par ellipse : « Croyez-vous qu*il cberche a s'Ids- 
truire? Rien moim, » (la bruterb.)] 

§ 379. Combien, adrerbe de qnanfcite, s'emploTe pour 
marqner Tinter rogation et rexclamation, et pent lier en- 
semble denz propositions. Ex. : voas voyez combien il a 
pleur6. 

§ 380. Remarque I. — Constrnit avec nn snbstantif 
qni lai sert de complement, combien s*nnit a ce comple- 
ment par la preposition rfe. Ex. : Combien de temps...? com' 
bien de personnes...? 

[* Origines latines et HiSTOiRE. — Cet emploi de Tadverbe 
combien est d'autant plus a remarquer qii'il s'eloigne de Tem- 
ploi de Padverbe ftimple hien (Vov. § 370, Rem.)» et que son 
etyinologie est la m^iue {quum bene), PfobablemeDt cet usaiife 
s'est introduit par aualogie avec la coDstructiou beaucoup de.] 

*Semaequb ir. — Constrnit avec nn adjectif, on un 
verbe, combien precede en g^n^ral immediatement ces 
mots Ex. : € Combien 11 ^tait intrepide k la t^te des 
armees, combien augmte et majestueux au milieu de sa 

COUr. » (BOSSUET.) 
Tu sais combien je ^ais leurs fStes criminelles. (racins.) 

Mais, avec les adjeciifs au oomparatif et les yerbes qni 
indiqnent nnecoropnraison, nne distance, etc., combien e^t 
precede de la preposition de. Ex. : Be combien est-il pins 
grand que Tautre? De combien s'en fant-il? 



y Google 



STNTAXB DB L'ADYBBBE. — § 383. 411 

§ 381. Que ^-emploie comme combien, maiR seulemcnt 
dltoB le Ben^ interrogatif oa exclamatif. Ex. : que vous a 
coflt6 cette maison ? que de temps...! qw de precautionsl 
queje hats la calomnie I que le mensooge est mepnsable/ 

{HisTOiRB. — Au xvii* si^cle, que s'employait pour combien 
m6me comme conjonctif. Ex.: u Maie vous, d mes saintes, 
venez et goMez que le Seigneur est doux. > (bossubt.) Quam 
dulcis sit,.. Faute de s'fitre reports k Torigine latine, I'abbe 
Vaillaut s'est tirorape, et a cru que gouter avait ici le sens de 
comjtrendre. {6tudes sur les Sermons de Bossuet^^. 235. )1 

5*" ADVBBBES d'AFFIBMATION, DE NEGATION ET DE DOUTE. 

§ 382. Les principaux adrerbea d'affirmaiion sont out 

Seicabque.— L'emplol de st est moiDS ^tendn qne celni 
de out. St ne se met que par opposition k nne n<^gation ; 
Bap* : rous dites que non; je dis que st\ £st-ce qu'il ne rit 
jamais ? Si ; si fait ; sivraiment; si certes ; oh I que si! 

§ 383. II n'existe, k proprement parler, qae trois ad* 
yerbes n^gatifs, qui sont ne, non et nuUement. 

Mais la negation ne, qui est la principale, acommaniqn^ 
le sens n^gatif k plusiears autres mots qui raccompagnenf 
(»dinairemeDt^ mais qui 8*emploient quelquefois sans elle^ 
lurtont dans les r^ponses k une interrogation. 

Oes mots sont les sniFants : pas^ point, guere, jamais, 
plus J ni, aucun, aucimementj goutte^ personne, rien, eto. 

I* HiSTOiRE. — On a remarquS qne, pour donner plus de force 
'expression de nos jugements, nous aimoos k les accoro- 
pagner d'une comparaison : riche comme Ci4sus, pauvre comme 
Job, etc. Gela a lieu surtout dans les jugements n^gatifs. En 
latin, on exprimait Tid^e negative de rim par rexpresnon : 
pas un noir de feve, comme nons dirions pas un f4tu {ne-hUum^ 
d'oii nihil). Lucrece a dit : Nil i^tur mors est, ad nos neque 
pertinet hilum. Nous disons de m^me : cela ne peso pas vne 
plume ; ne pas recoler dune semelle. G'est ainsi que les mots 
fas, point, mie, goutte, ont et^ employes frequemment dans des 
jugements n^gatifs (n'approcher d'un pas, ne voir un point, 



y Google 



412 ORJkMMAIRE FRAN^AISB. 

ne inanger utie tnie (une miette, dn latin miea)^ ne boire une 
gouHe) et qu'ils ont ete tout k fait detournee de leur sens, comme 
dans la locution ne voir ^owf f e, et dann quelque elocutions latines: 
Non est in toto corpore mica salis. (martial.) Quoi neqnep&rk^A 
ffutta oerti consilii. (plaute.) II en est resnlte que ces niot« ont 
fini par 6tre pris euz-m^mes pour des expresbions negatives. — 
On a vu ailleura (aux pronoms, § 266 bis et 2b7) comnaent les 
mots personne et rim ont et^ detourn^s semblabjement de leur 
sens. Quant an mot gvere, il signifiait dans Tancien fran9ais 
heaucoupy et n^avait un sens nogatif qu'^avec une negation : 
encore aujourd^hui, dans le langage populaire, on rencontre la 
locution pas guere; et, en general, les mots pas, point, mie^ 
gouttey personneyrimj guere, sont accompagnes d'une negation.] 

§ 384. — 1** Pas exprime une simple negation. Hx.: 
eette personne n'apas tout l-esprit qu'on lui suppose. 

2"" Point nie un peu plus fortement que pas, Ex. : cette 
personne n*a/?02«( d'esprit. 

Bekarque I. — La difference enirepas et point est si 
l^g^re que, en g^n^ral, on met indifferemment Tuq pour 
Vautre, en ne consultant que Toreille. Mais pas s'emploie 
plus fr^quemment que point, surtout dans la conversa- 
tion et le style simple. Ainsi Ton dit : il n'est j^^s plus sa- 
yant, pas aussi savant, etc., et il y aural t de Taffectation a 
dire : il n^eBt point plus savant, />omfat*5sisaTant,. etc. 

Behabque II. — Pas et point peuvent s'employer avec 
le sens n^gatif, sans la negation ne, dans quelques phrases 
elliptiques, surtout dans les reponses. £Jx.: 

A-t-il des livres? — Pas 
un. 

A-t-il de Targent ? — Pas 
trop, pas beaueoup, pas du 
tout* 

Pas un seul petit morceau 
Pe mouche ou de vermisseau ! 
(la fontmne.) 

Remarque III. — Dans les interrogations, on sup- 
prime aussi quelquefois la negation ne avec le mot pas, Ex. : 



y Google 



A-t-il de Targent? — Point 
ou point da tout (on ne dirait 
guere : point trop ; et Ton ne 
pourrait dire : point beau- 
coup; point un; point un 
seul). 



SYNTAXE DB t'ADVERBB. — § 386. 413 

Esther, que, craignez-vous? Suis je pas votre frere? (racine.) 
Fit-il pasmieux que de se plaindre? (ba Fontaine.) 

[* HiSTOiBE. — Cette omission parait tres familiere aujour- 
d'hui : elle ne T^tait pas auxvueeiecle. Les exeinples abondent 
dansles meilleurs auteurs et meme dans le style soutenu. « Se, 
pouvait'il pas faire que...? » (malherbe.) 

De quoi te peux-tu pla'udre? Ai-je pas r^ussi? (molikrb.) 
DiS'iu pas qu'on t'a dit qn'il s'appelle Val6re? {Jrl.) 

Val6re est-il pes votre nom ? {Id ) 

cc Si vous rCaimez ces traits-]a, dites mieux. » (sitviGN^.) a Je 
croyaia que^e ne ftowgemis d'ici. » {Id.) « Je ne daiqne ^o\m& 
dire que je vous aime. » (Id,) cc A-t-ilpas fallu que Marie flit 
couverte de la vertu d'en haut? » (bossuet.) <r Est-cepas\e 
Saint-Esprit qui Ta renipfie d'un germe celeste? y> (Id.) « Va- 
t'il pas s'elever dessus une nuee pour foudroyer tous sea enne- 
mis? y> (Id,) Cette tournure, fr^quente dans les premiers Ser- 
mons de Bossuet, di>parait dans ceux qui sont posterieursa 1660. 
Vaugelas ecrivait en 1647: <r Wont Us pas fait? Ontils pas 
^az'^ Tousdewx sont fort bons pour exprimer la mesme chose. :» 
Mais, en 1704, TAcademie, dans ses Observations sur les JRe- 
marques de Vaugelas, se prononce contre romissionde la nega- 
tive, qu'elle traite nou-seulement de n^gUgenc€f mais de faute.] 

§ 385. — 3° Guere est au contraire une negation att^ 
nu^e, qui 6quivaut k pas beaticoup, presque pas. Ex, : cela 
n^ me plait ^w^'e; il ne s'eii fant de guere. « La eour m. 
le retint guere, quoiqu'il en fut la merveille. » (bossuet.) 

Cette negation s*emploie rarement seule, et uniqnement 
ians les r^ponses et dans le style faviilier. Ex. : cela vous 
plalt-il? — Guere, 

Remarque. — En vers, oq pent ^crire gueres pour la rime 
et pour la mesure. 

§ 386. — 4° Plus et jamais s'emploient comme adverbes 
de temps n^gatifs. Ex, : je ne reviendrai plus; je ne re- 
riendrai Jamais. 

Remarque I. — Oependantyamms n'a pas toujoarsL 
sens D^gatif : quand il n'est pas accompagn6 de la nega- 
tion ne, 11 signifie quelquefois. Ex, : « Elle y fut aduiir^e 



y Google 



414 OBAMVAIBE FBAN^AISS. 

plus qaejamaiif. (bossuet.) c T entAl jamais vtne foi plus 
▼iye ? » (FLftCfliEB.) 

Jamais a m^me le sens de toujours dans les locations: 
a jamais, a tout jamais, pour jamais, 

[Orioinbs latin es. — CeB deux mots^ plus et jamais^ ontentre 
euz une aaologie de sens qui s'explique par leur etymologie. Plus 
vient du latin plus ; jamais des vieuz mots f ran^ais j'd (da latin 
jam) et mats (du latin magia), dont le premier se retrouve dans 
Tadverbe d^jdy et le second dans la locution n'en pouvoir mais 
e.-d'd, n'en pouvoir pas davantage, n'y pouvoir rien.J 

Remarque II. — Le motplus, commele maisAejamais^ 
perd le sens dn comparatif pour devenir adverbe«de nega- 
tion. Jamais s'appliqne an pass^ et k Tavenir, plus s'ap- 
pliqne sartont k Tavenir, et ajonte k la negation nne idfe de 
cessation ; anssi ces deax adverbes penvent-ils s*employer 
simaltan^ment. Ex,: iis ne se YerTont plus; ils ne se sont 
"plus vas depni^ ; ils ne se sont jamais vus ; ils ne se yer- 
ront jamais plus. 

SemarqueIII. — Ces denz adverbes penvent, par suits 
d'nne ellipse, s^employer avec le sens n6gatif sans la nega- 
tion ne; et qnelquefois ils prennent nn complement, k Faide 
de la proposition de. Ex. : Se verront-ils? — Plus du tont. 
Jamais, — Au grdknd. jamais. Plus rfelarmes, plus de cha- 
grins. — Jamais de larmes^ jamais ef^ chagrins. Les phrases 
completes seraient: ils ne se verront plus du tout, ils 
ve se verront plus jamais, etc. 

§ 387. 5^ Ni est nne conjonction negative, qui s'em- 
ploie dans nne seconde proposition negative, on se repute 
dans les deoz; m doit tonjours etre aooompagn6 de la 
negation ne, mais settlement dans nne des propositions^ 
quand cette conjonction est riipiX&e. Ex. : 

Je ne Taiment ne Testime. I Je ne pais ni I'estimer m 
I Taimer. 

Rehabque. — Ni se met encore dans nne seconde pro* 

Digitized by VjOOQIC 



SYNTAXB BB l'ABTS&BB. — § 387. 41* 

position lorsqn'il 7 a, dans nne premiere proposition, nne 
id^e negative exprim^e par la proposition sans. Ex. : sans 
paix ni tr^ve. 

(• HiSToiBE. — Jusqu'aii milien da xvii* ei^cie, on mettait 
avec ni lea mots pasou point, ^ui s^omettent aujourd'hui. Kx. : 

« lis ne Tavaient point appris des Arabes, ni ne les faisoient 
pas k rimitation des Myeiens. » (amyot.) « 11 n'en eut pas 
mdlleur marcb^, ni ne le defii pels plas aisement. t (coepfe- 
teau). € Vnus ne connaissez pasni la nature ni la force du bien 
oi:^ YOU8 pr^tendez. » (malhgrbb.) « Ni le roi, ni la reino n'y 
veulent point consentir. » (si vign6.) 

It de ne mdler point snrtout dans yos desseins, 

Nt le secours da roi. ni celui des Romains. (cobnbille.) 

€ Ce n'est point ni an ennemi nt un etranger. d (bossuet.) 

« Nous ne considerons pas ni de quoi ni par qui nous nous 
laissons troubler. d (bourdaloi e.) 

Une noble pudeur h tout ce que yous faites, 

Donne un prix que n*(mt point ni la pourpre ni Tor. (BACIKB.) 

c iVt la bienseance de nos coutumes, ni notre force, ni notre 
magnificence ne nous pr^Yiendront pas daYantage contrelaYie 
simple des Atheniens. » (la bruyerb ) M. Godefroy, qui donne 
un grand nombre d'exemples de cette construction {Lexique de 
Comeille, II, p. 7V, en cite m^me du xviii* siecle, de Destou- 
ches, de Mably, de J.- J. Rousseau. 

Une construction plus remarqnable encore de la conjonction 
nif c*est la place qui lui est donn^e frequerament au xvi<* et au 
XVII* si^cle, dans des pbrases qui ne soot nullement negatiYos. 
Ex : € Je m'emerveille comment ni pourquoi un homme si aspre 
et si severe etit oncques le sumom de bon. :» (amyot ) c Les 
hommes se soucient ordinairement bien pen de ceux qui sont dis 
leur nation ni de leur lignee en un danger. » {Id.) <t Ce serait 
une grande simplesse h qui se laisserait amuser ni aux visages ni 
anx paroles... » (montaignb.) <t Gyrus, d^sesp^rant de reduire 
Babylone ni par la force ni par la famine. » (bossuet.) < On 
defend aux volontaires de les stiivre ni de quitter les regiments 
otl ils sont attaches. » (sifcviONi.) 

Dans les phrases ou entre la preposition sans, elle etait r^ 
p^tee avec ni. Ex. : ^ La Brinvilliers ecouta son arr^t sans 
f rayeur ni sans f aibleese. . . (si4vion6.)— M"* la princesse de Gonti 
mournt pans aucune connaissance 7ii sans avoir dit une seule 

garole. (Id.) — Mon Equipage est venu jnsqu'ici sans aucun mal- 
•ttrniiits aucnaa ineomaoditA. (Id.) » 



y Google 



416 GRAHUAIBE FBAN^AISE^ 

CTest sartoat apres un compai*aU£ que ni se tronvait ainsi 
ooDgtru't. Ex.: 

Pelletier ecrit mieiix qu'Ablancotirt ni Patru. (boileau.) 

Patience et longoeur de temps 
Font plus que force ni que rage. (LA. Fontaine.) 

« Son pays, qu'il a toujours eu pins cher que sa mere, 8& 
fernme ni ees enfdnts. » (a.htot.) dc II peoetra dans les Indea 
plus loin qu'Hercule ni que Bacchus,. » (bossuet.) 

Dans ces phrases, comme dans la pi opart des precedentes, il 
est facile de voir qu'il y a uoe idee implicite de uegation : « la 
oh n'avaient pen^tre ni Hercule ui Bacchus, etc. » ; nous met- 
tons du reste encore ne apres les comparatifs (§ 396). 

On trouve encore ni dans les interrogations. Ex. : « Quelle 
offense ni quel deplaisir vous avons-nOns fait? » (amyot). 
« Qa'y a-t-il de plus beau ni de plus saint que le college des 
F^ciaux ?» (BOSSUET.) <i La Providence divine pouvait-elle mettre 
, etf vue, ?it de plus pr^s, ni plus forteraent, la vanite des choses 
humairies? d {Id.)] 

Jnsqu'au milieu du xvn* si^cle, ni ne se repetait pas, comme 
aujourd'hui, avec I'unj V autre: On disait Vun niVauire. 

Et Cun ni Vautrc enfin ne nous fera rougir. (cobkeille.) 
Plus n*a voulu Vavoir fait Vun ni C autre. (RAdNK.) 

Vun ni C autre jamais n'ose lever les yeux (/A) 

C'est seulement vers la fin du xvii* fciecle que s'est introdnite 
la locution ni Vun ni V autre. \ 

§ 388. — 6° L'adjectif rtwc?in et les pronoms ind^finig/?er- 
Sonne, rien s" eraploient dans le sens negatif, soit avec la n^ 
gallon ne, soit isol^ment^etcela par snite d'une ellipse. Ex,: 
Y 1^-1 J «( Aucun; on : il nj en a aucun. 

^ I II est nul; — il n'y a nul danger. 

Qui Ta YU ? — Personne; ou : personne ne I' a vu. 

Qu*a-t-Jl dit ? — Rten; — il na rien dit. 

Remarque. — A la difS^rence de aucun, aucunement, 
les mots nul, nuliement sont tonjours n^gatifs. 

[Originbs latines. — Cette diff^rfnce lient k r^tymologfe 
de ces divers mots : nul vient de nullum^ qui contient une 
ne|2:ation (ne ullum) \auc\m vient de aliquem unum^ et, jusqu'au 
XVI® siecle, aucuns 8*est employe pour quelques-uns.] 

[* HisTOiRB. — Rien, venfint de r€w, signifie proprement 



y Google 



SYNTAXE DE L'ADVERBE. — § 389 ^JIS. 417 

qiitlque chose J comme dans cette phrase : « Je manie le pinceau, 
cijotre la coutume de France, qui ne veut pas qu'uu gentil- 
homme sache rien faire. d (molibre). Voy. aussi § 267, 1<>. — Par 
consequent, il devrait pouvoir se constniire avec ne et pas. Mais, 
de^bonne heure, Tusage lui attriboa un sens n^gatif, qui exclut 
avec ce mot, sinon ne, du moins pas on point, Ainsi, dans lea 
Femmes savantes de Moliere, Martina ay ant dit : « Ne sei'veut 
pas de rien », Belise lui ezplique son soleqisme : 

De pas mis avec rien ta fais la r^cidive, 

Et c'est, comme on t'a dit, trop d'ane negative. 

Le Leandre dos Plaideurs parle comme Martine: 
On ne veut pas rien faire ici qui vous d^plaise. 

On trouve aussi dans La Bruyere : cc Les chambres assemblies 
n'offrent point aux yeux rien de si. grave. » 

La Bruyere construit aussi, et pour la m^me raison, per- 
jsonne avec ne et point : m Nous ne sorames point plus caresses 
de personnej pendant notre vie, que de celui qui croit gagner k 
notre mort. y>] 

§ 389. — 7" Le subBtSintif goutte s'emploie a.usBi n^ga- 
tivement, mais seulement avec la negation ne. Ex, : ne 
voir goutte; n'entendre goutte, C'est comme si Tondisait : 
ne voir, n'entendre rien, pas meme una goutte. 

U fait metier de conseiller autrui. 

Qui ne voit goutte en ses propres affaires.' ^ (la Fontaine.) 

Re!marque. — Avec cette locution, on ne Soil^ajouter 
le pronom y que si Ton vent rappeler nn mot qu\pr6- 
thie, Ex. : Cette affaire est si embrouill^e, qne les {^s 
habiles n'y voienl goutte. 

8° [*HiSTOiRK. — II f aut ajouter ici Pancienne expression mie 
(du latin micdy parcelle, miette), qu'on trouve dans nn vieux 
proyerbe cite par La Fontaine : 

Biaux chires loups, n'escoutez mie 
M^re tenchent chen fieux qui crie. I 

% 389 lis. Remabques 

SUR LA PLACE DE CES DIVERS MOTS DANS LA PHRASE. 

Bemarqub I. — Pas^ point, nullenient, aucunement, 
jl^e,p{uSfjam(H8, m/i, sepiacentapr^sles temps simples di^^ 



y Google 



418 GRAHMAIBB FRAKgAISE* 

Terbe^et aprds ranxiliaire dansles temps composes. Ex,: 
!• Temps simples. 2* Temps composes. 



Ti ne (P*®* point, nuUement, 
••icuneinent , gu^— 
us^ jamais, rien 






/pas, point,. 



' gu^re, plus, 
^ jamais, rien 



) 



Exception. — An mode infinitif, pas^ pointy guere, pltts^ 
famais, rien se mettent pins g^n^ralement avant qa'apr^ 
le verba. Ex. : 

Ne I P?*' ^^^^ \^^^^' \ soufirir 
^^ I plas, jamais,! rien ] ^^^^^* 

Mais en po^sie, et dans le style sontenn, pas et povnl 
peuvent 6tre mis apres le verbe. Ex. : 

[* HiSTOiRS. — Au xvii« siecle, on s^parait ne des autres 
parties de la negation, m§me a Tinfinitif. Ex. : 

Peat-on, en le voyant, ne le connaiti^ past (bacine.) 

Gommencez done, seigoenr, k ne m'en parler plus, {Id.) 

« Pour ne leur paraftrepas inf^rieurs. » (Id.) « iV^approuver 
pas lear doctrine. {Id.)] 

Estimer beancoup Rome et ne la craindre point (ooknsille.)] 

Remabque ^: — Ni se place toujonrs ayant le yerbe 
dans les tem^ps simples. Ex. : II ne Toit m n'entend. — II 
ne Veufc ni voir, ni entendre. 

I{i, r^pele, se met apr^ ranxiliaire dans les temps 
composes. Ex. : II n'a m vu ni enteoda. 

Remarque III. — Per8onne,goutte, se mettent tonjonrs 
apres les verbes, soit anx temps simples, soit anx temps 
composes. Ex. : II ne voit personne, 11 ne Volt gontte. 

Emploi de la negation non. 

§ 390. La negation non se distingue de ne, ence qu'elle 
s'emploie en g^n^ral isolement, sans lea mots ennmer^s 
p^*>8 hant (§ 383), et peat represenler h elle senle toate 
uae proposition n^ative. An contraire ne ae lie toajoms 



y Google 



SYUTAXE D£ L'ADVEBBE. — § 390i 418 

iun verbe, et est ordinairement accompagne d'autres 
expressions negati Yes. Ex.: Partez-vous demain? — Non 
(e'est'd'dire je ne partirai pas). Dire out ou non (en dau- 
tres termes, dire : cela est oa cela n' est pas. C'est a lui, non 
k vous que je parle (c'est-d^dire ce n*est pas k rons). Dire 
que noHy que si, 

Au commencement d'ane phrase, on ditqnelquefois non 
que fonrcen'estpas que, avec le snbjonctif. Ex. : 

Non que tu sois pourtant de ces rodes esprits 
Qui regimbent toujours, quelque main qui les flatte. (boileau.) 

[Origines latin£S. — Cela vient du latin non quod,., (suivi 
du subjonctif.)] 

Eemabquk I. — O'est senlement quand on vent insis- 
ter davantage sni: la negation, et dans les r^ponses, qn'on 
met non avec qneL^nes-unes des expressions negatives 
^nnm^r^es pins bant (§ 383). Ex. : 

fites-vons content? — Non pas, non point. 
Partirez-vous ? — Non^ jamais. 
Y a-t-il nn danger ? — Non, aucun. 
A-t-il vn qnelqu'un ? — No7i, personne. 
A-t-il dit quelqne chose? — Non, rien. 

Semabque II. — Non pent anssi se redonbler ponr 
insister snr la negation. Ex. : 
NoHj non, tous ces detours sent trop ing^nieux. (bacine.) 

[*fliSToiBB. — Au xvir» siede, non jamais pouvait se dire 
comme synonyme de jamais. Ex. : 

Les envieux mourront, mais non jamais Tenvie. (molI^bb.)] 

Rehabque III. — Non plus forme nne locution qni 
eqni vant k aussi avec une negation. Ex. : Je ne partirai pas. 
— Ni moi nonplus (c'est-d-dire moi aussijene partirai pas. 

(HisToiBE. — Jusqii'au' XVI" et au xvn« si^cle on em- 
ployait aussi avec une negation dans le sens de non plus. Ex. : 

« Les paroles ne peuvent Hone servir qu'a yous convaincrt 

Digitized by VjOOQIC 



420 QBAMHAIRE FRANgAISE. 

d'impotitare, et elles ne servent pas aussi davantage poor justi- 
fier Vasquez. t (pascal.) 

. . . Ma foi, je n'irai pas. 
— Je n'irai pas atissi. (MOiiiiaiB.) 

« On n^est point au diable parce qu'on craiat Diea ; on n*est 
point a Dieu aussi parce que sa loi est dare. » (sevion^.) 

« Mais, lui, il n'est pas vraiaemblable aussi. » (Id.) 

« II n'est pas juste qn'il puisse entrer dans les terres de ses 
voisins; il nest pas jubte avssi que ses yoisins puisseat entrer 
dans les siennes. » (f^nelon.) 

tt Gomme les hommes ne se degotttent point du vice,il netavt 
pas aussi se lasser de leur reprocher. » (la bbuybre.) a Deux 
ecrivains ont blslme Montaigne , que je ne crois pas, attssi 
bien qu'eux, exempt detoute sorte de bllUne. » (Id.) « Un ^tro 
particulier qui pense ne pas aussi admettre en Eoi la moindre 
ihati^re. » (Id.)] 

Remarque lY. En ajontant &la location non plus la 
conjonction^'t^^jOna la negation conjonctiye non plus que^ 
qui 6quivaut k et aussi non. Ex. : ^ 

« Tout ce qu'il fait a la hate ne peut avoir de dur6e, non plus 
que ses desirs volages. » (F^nelon.) 

C^est'CL'dire : et ses desirs Tolages amsi n'ont pas de 
dur^e. 

Remaeque v.. — Non-seu^ment J qui s'oppose en 
g^n^ral 4 mais encore^ est une locution dont les deux par- 
ties se tiennent si ^troitement qu'on les joint par un trait 
d'nnion. Non-seulement se place soit en t§te d'une pmpo- 
sition, soit devant le terme qu'on oppose k Tautre. Ex. : 
€ Tout ce que peuvent faire non-seulement la naissance et 
la fortune, mm encore les grandes qualites de Tesprit. i 
(bossuet.) 

Emploi de la negation ne sans autre negation. 

§ 391. 1. La negation ne est toujours st^ule (svLii&pas) 
apr^s si on tellement. Ex. : 

jt'eut-on si bien prScher ^u'il ne dorme au sermon? (Boilbau.) 

Digitized by VjOOQIC 



I 
' STMTAXB DE L'ADVERBB.— § 391. 421 

II. Cette negation peat aassi §tre seule devant Tad- 
jectifindefini autre employ^ dansle sens partitif et dans 
quelques bcutions indefinies. Ex. : II n'y a dme qui vive 
dans la maison. Je n'ai trouve qui qice ce fuL Je ne lui 
pardonnerai de la vie. II ne repondit mot. 

II ne connait encor d'autre p^re que toi. (RAaNE.) 

Mais on ponrrait dire aussi : il connait pas d' autre 
pere que toi. Et Ton devrait dire (si Tadjectif aw/re n'avait 
pas de complement) : il ne connait joas d'autre p6re. 

^ Remaeque. — Si Ton pent mettre seule la negation ne 
devant autre, on pent supprimer aiit7'e ou auirement dans 
la locution w«... qvs (equivalant k seulement). Ex. : Je n'ai 
de volonte qu£ la tienne {je n'ai pas d! autre volonte que...). 
— II ne fait que changer d'exercices {il ne fait pas autre 
chose que...). — « II we s'aYance que par vivos et imp6- 
tueuses saillies » (Bossuet.) (c'est-a-dire il ne s'avance 
pas autrement que...). — Voir § 319, sur les locutions ne 
faire que, ne faire que de. 

^^ III. iVi? pent 6tre emplpje seul dans certaines phrases 
\ interrogatives, negatives.|b bien exprimant un souhait ou 
un commandement : \ , 

1® Apr6s qui et que interrogatife. Ex. : qui ne volt 
cela ? Que ne voit-on ? 

II fetue k rimer; que n'ecrit-il en prose. (boileau.) 
2"* Dans les propositions incidentes dependant d'une pro- 
position interrogative ou negative. Ex. : 

avez-vous un ami ) . .. , 

, . J QUI we soit des miens, 

vous n'avez pas un ami ) ^ 

. 3° Avec un subjonctif indiquant un souhait. Ex. : k 
Dieu we plaise que... 

Nuit et jour, i tout venant, 

Je chantais, ne vous deplaise. (la Fontaine.) 

Hola ! oh ! Descendez, que Ton we vous le dise. (Jd.) 

^0 J* HiSToiBE. — On dit quelquefois n'etait que, pour si C6 
oouKs SUP, 24 

Digitized by VjOOQIC 



422. a&AMMAIRE 1<KAN9AIS£* 

fCiiaii que. Gette touraure a on pea yieilli, mais est f reqnente 
diez BuBSttet. £x. : € lis seraient sans comparaison plus I^bes 
et pluB crioainels que Simon, n'^tait gu*il a joint 1 un et Tautie 
crime, b — a Je vous racoiiterais avec joie see miracles prtsque 
infinis... rCitait que ce detail apporterait pea de fruit, vj 

IV. Ne peut 6tre employ^ seal devant les verbes cesser, 
oser, pouvoirj savoir, ftu moias dans certaine^ constrac- 
tions. Ex. : 

il«;ace886de j ^j^j^^ 

ilnaose, napu^nasu i 

On pent dire anssi : 
11 nskpas iresa^ de r^sister; 
il n'a pas os^, n'a pas pa, napas sn resistor. 
Mais, avec le yerbe savotr, pris dans le sens de pouvoir^ 
on snpprime toujoars la seconde negation. Ex. : 

je ne sais J m'fexprimer antrement. 

je ne saurais ) ^ 

On la snpprime encore lorsqne le verbe savoir est sniyi 
des conjoDctifs on interrogatifs qui, quoi, ou de rinterro- 
gatif quel. Ex. : 

I k qni parler; qnoi faire; que dire; 

^ / quelle contenance garder 

Mais on exprime la seconde negation qnand les con- 
jonctifs soDt pr^c^d^s d'un pronom d^monstratif . Ex. : 

( celui qui a parW; 

^enesatspas ] ^ ^,, j.,. ' 

^ ^ I ce que Ton a dit. 

Cependant on peut dire anssi : il ne sait ce qu'il dit, ce 
qu*il fait. Oette demi^re construction indique quelque 
chose de plus iud^termin^. 

J* HiSTOiRE. — L'omission de la seconde negation ^tait plus 
qnente dans I'ancienne langue qu'Anjourd'hui. Ex, : Devise 
des Rohan : € Roy ne suis, comte 926 daiene; Rohan f^uis. }» — 
€ Je ne lui confierai Tetat de ma garde- robe. > (la bruy^re.) — 
r II est ^tonnant que, dans ce premier &ge, lesfeinmes tt le via 
U 'aient plus tdt rompu son entreprise. » (Id.) C'est surtout de- 

• 

Digitized by VjOOQIC 



«TNTAXB DB L'ADVEBBK. — § 391. 423 

vant les f aturs employes oomme imperalife que ve s'eraployait 
fsol^ment. Ex. Le bien d'autrui tu ne prendras; Diou eo vain 
tune jureras.] 

V. Enfin ne pent se mettre seul apres la conjonctior- 
conditionnelle si, la conjonction restrictive depm's que et 
la locution impersoDnelle i7 y a, suivie de que (dans le Sfiis 
de depuis que). Ex. : sijene me trompe ; je ne patlerais pas, 
w je n'j etais forc^. — 11a bien change defmis que je n$ 
Tai vn ; il avait bien chang^ d$puis que je ne Tayais va. — 
II y a six mois queje ne Tai vn ; il y avait six mois qtieje 
ne Tavais yu. 

[ * HiSTOiRB. — Au XVI* gi^ole, et jnsque dans les premieres 
annees du xvii*, dans la plupart de ces coDstructioos, de mtoe 
que dans celles qui seront enumereea plus loin (§ 392 398), on 
mettait, avecla negation 72e,IeH autres signes de negation :pa5, 
pointy plwiy etc. Ex, : o Les a post res ont laisse par vive voix k 
riglise plus qu'iis n'ont poi/tt escrit. » (calvin.) « lis vous 
amesneroDt plustdt a la ruine de vostre vie qua non a Texalta- 
tion de vostre uom. » (montluc.) « II eust bieu pu empescher 
que ces pauvres femmes ne fus^ent point mortes. d (amtot.) 
« lis ne se separeront point gw'apres avoir donne un arilL » 
(siSvioNii). « II n^a point decouvert cela que lorsqu'il n'y a plus 
eu de remade. -» (Id.), 

De mime on mettait ne pas, ne point avec la conjonction ne- 
gative ni (Voy. § 387). 

Enfin, on mettait aussi pas avec la negation guere (§ 385), 
les adjectifs n^gatifd nuly aucun (§ 268,11 bis et § 388), la propo- 
sition restrictive sans et certaines locutions coniptratives. £a;. : 
c La maison dont il estoit n*a pas guere aidd k sa gloire. d 
(AMTOT.) Pas guere se dit encore aujourd bui dans )e langage 
popolaire. « La vertu n'est point attachee a nuls moyeus 
ezternes. » (calvin.) « Les Atbeuiens combattirent courageuse- 
ment, sans p dnt epargner leurs personnes. » (amyot.) « Un 
tuuiulte le plus grand qui eust encore point este sur la place. » 
(amyot.)] 

Remabqub. — Apres depuis que, il y a... que, la seconde 
negation s'exprime, qoaod le second verbe est au present 
et h rimparfait. Fx. : II a bien chaog^ depuis que je ne le 
vols plus, — II avait bien change depuis que je ne le voyais 
plus. — II y a six mois que je ne le vois pas. — II y avait 
six mois que je ne le royais pas. 

Digitized by VjOOQIC 



424 GRAMHAIRE FRAK9AISS. 

Emploi de la negation ne 
apr^s diff6rents verbes ou substantifs. 

§ 392. — On met la n(^gation 7ie apres les verbes expri- 
msLnt empechement, Ex. : j'emp^cherai^ j'eviterai, je pren- 
drai garde qu'il ne vimne. 

Remarque I. — L'usage permet de ne pas employer ns 
apr^s ces verbes, quand lis sont accompagnes d'ane nega- 
tion, et de dire : je ne puis emp^cher, 6viter qu'il vienne. 

fHiSTOiRHf. — Au XVII® siecle, on ne mettait pas toujonrs ne 
apres ces verbes, non accompagnes de negation. Ex.: 

Je ne me puis souvenir sans trembler 

Du coup doutfempechaigu'il vous ^rf^ acca-bler. (cohnkille.) 

J^empScherai du moins qu'on s'empare du reste. (moliAbb.) 
« Emp^cher que ceux d'Autriche empietent cet Etat. » 
(malherbe.) Mais le m^ine. ecrivain dit ailleurs : « Ce qui 
emp^clie qvCon ne les voit point encore. » 

Ebmarque II. — Lorsque leYevhe prendre garde signifie, 
non pas chercher a eviter, mais remarqueVy il se constrnit 
Bans la negation ne et avec Tindicatif. Ex. : preuez garde 
qm Tauteur veut dire autre chose. 

[* HiSTOiBE. — Au XVII* siecle, on em ploy ait le verbe garder 
(pour se garder), dans le sens de prendre garde^ chercher a 
rfvi7er;Ex. : 

Gardez qu'avant le coup votre dessein w'^clate. (Racine.) 

Gardez qu'un sot orgueil ne voutf vieniie enfumer. (boileau.)] 

Remarque III. — Le verbe prohibitif defendre n'est 
jamais suivi de ne.. Ex. : je defends qu^on le Msse sortir. 

§ 393. On emploie aussi ne apr^s les verbes et les 
substantifs exprimant crainte, mais seulement quand la 
proposition principale est affirmative. Ex. : 

je Grains, j'appr^hende, je redoute \ 

je tremble, i'ai peur ^ i q^^^Yne 

la peur que j*ai, Tappr^hension oili > vienne 

je suis V 

je SOTS, de peur / 

Digitized by VjOOQIC 



STNTAXB DE L'ADVBBBB. -^ § 394. 425 

Mai-i on dirait : 

ie ne craiQS pas ) '•; • 

V , ^***"^ F<»« [ quit vienne. 

je n ai pas peur, etc. ) ^ 

I 394. Oi) met encore ne apr^s les verbes et les sab- 

stantifs exprimant dmite et negation, mais seulement quand 

la proposition principale est negative ou interrogative. Ex,: 

je ne conteste pas ) q^'ilne soit trfes Eloquent; 

je ne nie pas \ ^ ^ 

je ne doute pas, je ne d^sespfere pas qu'il ne r^nssisse; 

contestez-vous, niez-vous qn'il ne soit tr^s eloquent? 

doutez-vons, desesperez-vons qu'il ne rtussisse ? 

Mais on dirait: je conteste, je nie qu'il soit trts Elo- 
quent; je doute, je d^sesp^re quMl r6ussisse. 

Remarque. — Dans I'un et dans Tautre cas, Temploi 
de la negation nes'explique par la direction de la pens6e; 
selon qu'elle tend plus ou moins vers la negative, la nega- 
tion ne est exprimee ou omise. Aussi, avec les verbes mar- 
quant la crainte, on emploie ou Ton omet ne, dans les 
phrases interrogatives. Si Ton veut indiquer uu doute, on 
dira : 

avez -vous peur ) »-i . o ^ 

, [ an a n6 vous tromDe? 

n avez-vous pas peur ) ^ uumpf^. 

mais si Ton veut faire entendre que la supposition n'esfc 
pas fondee, on dira : pouvez-vous craindre quit vatts* 
it'ompe ? 

De meme, avec les verbes marquant le doufce, si la forme 
interrogative ou negative tend a presenter la chose comrae 
cei taine, la negation ne pent n'^tre pas exprimee. £x, .- 
Doutez-vous que je sots malade? Je ne nie pas que vous 
soyez malade. 

[ Grammaibe comparative. — De mSme, en la»in, on dit 
Umeo ne ou timeo ut, selon qu'^ la pensee est tourn^j vers la 
nej?ation on Taffirmation : timeo ne veniat, ]^ crains quMl ne 
vienae; timeo ut veniatj je crains qu'il ne vienne 'pas (lorsqu'ou 
deeijt} qu'il vienne.) 

[• HiSTOniB. — Auxvii® si^cle on ne mettait pas toujours la 
negation ne apres les verbes indiquant crainte, doute, etc. Ex. : 

C0UR8 BUP 24. 

Digitized by LjOOQ IC 



426 ORAHMAIBE FRAI^AISX. 

« Je craindrais que ce cuisinier fut trop faible. > (siiviONig.) 
-- « Je inuurrais de peur gu'u/i autre que moi votis eut cUmne 
ce plaisir. > (W.) « Peut-etr© doutez-vous qu'etant eloign^ dii 
public, il fut encore egal a lui m^me. » (fl^chiee. Yoyez § 392.] 

§ 396. — La negation ne suit eacore les verbes il tient a 
peu^ il ne tient pas a (pris imperBonnellement), et le verbe 
impersonnel il s'm faut, employ^ n^gatiyementoa interro- 
gativement. Ux. : 

il ne tient pas k moi ) . 

il tient a pen de chose \ q^e cela we se fasse; 

k qnoi tient-il que oela ne se fasse? 

II ne s'en faut pas de beancoup que je ne me mette 
en colere. De combien s'en est-il faliu que je ne me misae 
en colore? 

Rbmarque. — Arec il s'en faut, comme avec il tient a, 
le mot pen est assimil^ k une negation. Aussi dit-on : il 
s'en est pen fallu que je ne me misse en colere. 

{ * HiSTOiRE. — La liste des verbes ou des tournnres admet- 

t la negation ne 6tait encore plus considerable au xvii« siecle 

qu aujourd'hui. Ex, : « Je ne crois pas que la mcrt ne lui fat 

plus douce que de vivre comme il fait. » (malher*be.) « II ne 

refusera pas que par quelque bienfait sa Majeste ve lai teinoigne 

sa satisfaction. » (Id.) « Quoi qu'on lui donne, ii se csorrompt 

tout aussitdt, d faute quHl n'en sait pas bien user, » (/rf.) 

^Faate que nous ne nous representons pas d'otl nous sv »mmeg 

partis. » (Id,) « Nous colorons la malice des ingrats q.ni, de 

cette fa9on, semblent avoir dispense de ne rien rendre. » (W.) 

« J'ai qu«8i en vie de me dUpeuser de ne rien vous ecrire. » ^Id.) 

. . . Vous briilez que je ne sois partie. (RACIxb.) 

n me tarde d6j4 que vous ne I'occupiez. (/</.) 

€ Witant pas impossible qu'il n*eAt pris un sens ponr Tautre. > 
(Id.) II y a bien a dire que mes sentiments ne soient les vatres*. > 
(Id.) « Je ne dis pas que vous nelisiez queiqnefoi»*... > (Jd) ^'u 
nest pas que M. le Maistre n'ait fait des prefacfs. > (Irf.) « Je 
commence a soupconner quil n*ait un m^rite importun. > 
(LA BRUYftBE.) — A CCS locutions SG lattache le gallicisme je ne 
puis que je ne vietme. 

Par souvenir de la syntaxe latine (prohibeo ne), le verbe di- 
fefidre 6tait suivi de ia negation dans la langae du xvi« «ecle^ 

Digitized by VjOOQ IC 



8TSTAXB DS L'ADVBBBE. 



§ 396. 



4« 



Ex. : r 11 fit sonner la retraite, defendant qu'on ne les chaseaPt 
plus. 1 (amtot.) « lis difefdaient que 9*u/ et4>t a dire... » 
(MONTAIGNE.) All xvi« siecle et au comtnencement dii xvii« siecle, 
le verbe nier. n»6me nou accpmpagnd d*UT»e negation, t-st suivi 
de ne. JSa;. ; Its xten^ que TEtat de i'^glise ne $oit corroinpu et 
d6pravtS. » (calvin.)) 

Smploi de la negation ne apr^s 
les expressions comparatives ou restrictivea 

§ 396. On emploieradyerbe n$j d'une mani^re tout & fait 
expletive, apres le que qni suit les expressions compara- 
tives j»/w5, plutdl; moinSf momdre; meilleur, pire; mteux, 
pis; auire^ autrement, mais seulement lorsqae la propo- 
sition principald est affirmative ; ai cette proposition eat 
negative on Interrogative, on omet ne^k moiisqa'on ne 
yeullle, en r^tilit6» exprimer ane negation. Ex, : 



Proposition principale 
negative ou interrogative, 

1*^ Sans NE. 
Persomie rC est plus votre ser- 
V teur qu^je lesuis, (Diet. Acad.) 
II rCagit pas autrement quHl 
parte. (Ibid.) . 

Croyezrvous qu'ua homme 
puisse ^tre plus hf-ureux que 

VOUS NteS ? (J.J.-ROUSSEAU.) 

2* Avec NE. 

Je ne le connais pas plus que 
vous ne le connaissez (rows rte 
la coW'ttissez pas plus que moi). 

Cette affaire m offre-t-plle 
plus d'avantage qu*elle ne voiis 
en offre ? (Elle ne vous en offi e 
pas plus qu'dmot.) 

[*HiST0iRE. — Dans la lamrue actuelle, la n^gat'on ne se 
met apiis le comparatif que lorsque la seconde proposition com- 
mence par que, et lorsqne le verbe d** cette secc'ude proposition 
est k un mode personnel. Au xvi« siecle^ on employait la n^ 



Proposition principale 

offirmative, 

Avec NE. 

J'aime encore plus Cinna que 

jene hais Auguste. (corneille ) 

Je me plains de mon sort 
moins que vous ne ponsez. 

f (RACINE.) 

On se voif d*un autre ceil 
qu'on ne voit son prochain. 

(LA FONTAINE.) 

Je vous entends ici mieux 
que vous ne pensez. (ragine.) 



y Google 



428 OBAMKAIRE FRAirgAIBE. 

Sation m^me avec Finfinitif . Ex. ; a II vouloit que Ton aoqnist 
68 heritages et maisons otl il y eust plus a semer et a pastn- 
rer que non pas a balayer tt a arrouer. (amtot.) Ce genre de 
construction subsiste encore dans le langage populaire. 

On ne trouve du reste pas toujours, au xvii® sidcle, la nega- 
tion mise apres un comparatif. Ex. : « 11 est impossible de 
8*dtre plus distiogu^ qu'il a fait. » (s^GNii.) « Je Tons d^fie 
de Taimer mieux que je Vaime. i (Id.) c Ces vers ne soot 
pas moins agr^ables au vainqueur qu'un fUs Vest a son pere. » 
(bagine.) « On a moins d'impatience de se voir babille de 

f>onrpre qu'il en avait de porter une croix d*or sur sa poitrine. > 
LA BRDT^RE.) c II n'a pasplusd^pendu de moi de me ie dooner 
qu'il depend encore de moi dele conserver. » (Id.) 

Quelquefois, au contraire, on trouve la negration redonblee 
apres un comparatif. « II f aut avoir I'esprit plus libre que je 
ne Vai pas. d (RAniNS.) « II aime mieux avoir des moines que 
non pas des chanoines seculiers. » (Ic2.)] 

§ 397. Remarque I. — L'adverbe ne se met senlement 
avec les expressioDs comparatives indiquant superiority, 
infiiriorit^ ou diffi6rence ; il ne se met jamais apres celles 
qui indiquent ^galite ou similitude {aussi^ autantj st\ tant, 
memBy tel Ex. : 



11 n'est pas tel ) ' l d'L 

il n'est pas si riche ) q o e 



§ 398. Eemabqub II. — On emploie toujours ne aprfes 
la locution restrictive a moms que, locution dans laquelle 
entre le comparatif moins, et qui en suit naturellement la 
rftgle. Ex. : 

Un lievre en son gtte songeait ; 
Car que faire en un gite, d 7noins que Von ne soncje? 

(la FONTAINE.) 

[* HiSToiRE. — Une pbrase de Voltaire semble une infraction 
k (?ette r^gle ; « Un vers heroYque ne doit guere finir par un 
adverbe, d moins que que cet adverbe se fasse a peine remar- 
quer. » Mais on a fait aussi observer avec raison que dpeint 
6quivaut k une negation ; c'est comme s*il y avait : n a moint 
que cet adverbe ne se fasse presque pas remarquer. » Au xvii« sie- 
cle, on ne mettait pas toujours ne apres d moins que. Ex. : « A 
moins que son profond jugement lui fasse perdre cette occasion. » 
<BiVIQNli . ) 

Digitized by VjOOQ IC 



SYXTAXE DB LA PROPOSITION. — | 400. 429 

Remarque III.'— On trouve quelquefois ne apres les 
conjoDctions sans que, avant que, sans donte parce qne 
ces conjonctions indiquent des faitsnon encore accomplis 
on qui ne doivent jamais I'^tre. Mais, d'apres Tusage et 
les meilleures autorites, cette negation ne se met jamais 
apres sans que et presque jamais apr^s avant que. Ex, • 

Ne ]e voyez-vous pas smis queje vous le dise? (beqnard.) 

« Helas! nous ne pouvons un moment arreter les yeox surla 
gloire de la princesse, sans que la mort s'y mc/e au88it6t poor 
tout offusquer de son ombre. (BOSSUET.) « 6a conscience Taccuse 
avant que IHeu parle. » (bossuet.) « Le roi voulut voir ce chef- 
d'oeuvre auant ^w'iZ /zifi achev6. » (VOLTAIRE.) 

Cependant, s'il y a dans I'esprit nn donte snr Taccom- 
plissement de Taction, il n'y a pas d'incorrection k mettre 
ne apres avant que, Fx. : 

« Celui-ci lui enleve sa proie avant quHl ne Fait entam^e; an 
moins il la -partage. » (buffoni) 



OHAPITRE VIII. 

SYNTAXE'DE LA PREPOSITION. 

Des prepositions en gtodral. 

§ 399. Les propositions servent ^nnir les-complOmentg 
indirects anx mots dont ils dependent, et qui peuvent ^tre 
des snbstantifs, des adjectifs, des pronoms, des verbes, 
des adyerbes. Ex. : le p6re de Jean, celui de Pierre; 
pleinfi^e riise ; donner a qnelqn'nn ; anterienrement a cette 
epoqne. 

§ 400. Les pr<5positions servent particuliferement a 
unir an verbe, outre ses complements indirects, ses com- 
plements circonstanciels de temps, de lieu, de manibre et 
de cause. Ex, : 

Digitized by VjOOQIC 



480. 0B1H1CAIBE FRAN9AI8S. 

Je serai d Paris (lieu) dans deux jours (temps). 
II s*est batta avec bravoure (maniere) pour sa patrie 
(cause). 

§ 401. Les propositions d, de, en sont ordinairemeut 
r^pSt^es devant chaque complement; les autres penvent 
servir pour plusieurs complements ; on les r^p^te oa on les 
omet, en general, selon que leur repetition ou leur omission 
peut servir k Tharmonie ou ^ la vivacite du style, ^x. : 



PRl^POSITIONS NGN R^P^T^ES : 

II travaille pour vivre efc 
faire yivre sa famille. 

II remplit ses devoirB en- 
vers Dieu, le prochain et 
lui-mSme. 



PB&POSITIONS R^P^T^ES : 

Cet enfant est habitue d 
Be taire et a trayailler. 

II est plein de courage, 
de force et rf'adresse. 

II Temporte sur les au- 
tres en courage, en force et 
enadresse. 

Bemarque. — Qnand les complements ont nn gens op- 
pose, on repete ordinairemeDt toutesles prepositions. J^x.: 
dans les joies et dans les chagrins ; par la force ou par 
la persuasion. 

Quelques prepositions peuvent etre employees comme 
adverbes, c'est-^-dire sans etre suivies d'un snbstantif. 
£x. : ils sont alies aupres, autour; je ne Tai pas vu de- 
puis; parler pour et contre; c'est selon. 

\ * HiSTOiBB., — Au xvi® siecle les propositions ne sont pres- 
que jamais repetees devant les complements. Ex, : c Nona com- 
mnniquons d toutes les prieres, sacrements et cMmonies. > 
(CALVIN.) « Une servante leur conseilla de m faire ni Vun ni 
I autre, mais leur user d'une ruse... » (amyot.) 

Au xvii« siecle, les prepoeiiions, mtoe de et d n'ecaieiit et 
general pas repetees. Ex, : 

C'est aux faibles courages 
De succo'f'bef aux orages 
Et se lasser d'un p^nibie dessein. (.IIALHBRBB.) 

Qui done est ce coquin, qui prend tant de licence 

Que de chanter et m^tourdir ainsi ? (MOLIIBBE.) 

D"4tr€ toujoups au guet et faire sentinelle. (la fohtaINI.) 

Digitized by VjOOQIC 



SYNTAXE DE LA PROPOSITION. — § 403. 481 

« O'^tait A Esdriis une merveillense eDtreprise de fair$ 
parler en ra^me temps avec Moise tant rl 'homines de caractere 
. ditferenr, et faire accroire a tout un peuple q«ie ce sont la des 
livres anciens... » (bossuet.) « Aman entr^piit de dAtruire l*h6- 
ritHge du Seigaear, changer ses promeeses et faire cesser ses 
Jouanges. (Id.) 

« De tout temps les bommes sont convenus de se d^pouiller, 
Be brtder, se taer, s'^gorger les uns les autres. c (la buitt^rb.}] 

Emploi des prinolpales propositions. 

§ 402. Les deux propositions les pins nsitOes sont d et 
de; elles se tronvent dans tontes les phrases k pen pr^s. 
Aussi peut-on dire qn'elles sontiennent presque tont Vi- 
difice de la langne fran9ai8e. 

On a dej^ vn comment ces propositions servent i nnir 
k leurs complements les snbstanti& (§ 191), les pronoms 
(§ 268), les adjectifs (§ 216), les verbes, (§ 276) les ad- 
yerbes (§ 361), et conament elles aident freqnemment k la 
conslruction de Tinfinitif (§ 317). Qaelques remarques 
sont necessaires k ajonter sar Tune Qt snr Tantre. 

I 403. La proposition ^ marqne snrtont la direction, 
la tendance (Ex. : aller a Paris; aimer a lire), et, par 
suite, Taptitade, la possibility, Tobligation. O'est en ces 
divers sens qne la preposition a se met : 

1" A vet le complement de divers adjectifs, adverbes et 
snbstantifs. £x, : 

conte A dormir debont ; 



onyrage a terminer t 
yerre d boire ; 
maitre a danger ; 
homme d tout oser ; 



ntile d la guerre ; 

facile a dire ; 

prefOrablement a }ce]a; 

antOrienrement d ^ceci; 

livrea lire; 

avis a suivre ; 

2** Avec le complOment indirect des verbes actifs, nentres 
on impersonnels, et dans quelqnes locutions oil un yerbe 
est isous-entendu. Hx. : 



y Google 



482 GRAMMAIRE FRANCAISE. 

donner nn habit a nn 
paavre 



nuire a son prochain ; 
j'ai d vous parler ; 
trouver k s'occuper, a 

redire ; 
j'ai d Yons entretenir ; 



je fiuis a vous attendre ; 
verser a boire, apprStei 

a manger : 
il n'y a pas a maBger; 
a moi ! 
au feu ! 
a votre sanW! 



§ 404. La proposition a marque encore : 1^ le lieu 
(ra^me sans mouvement) et le temps. Ex,: 



resider a Paris, a la 

campagne ; 
Tester a sa place ; 



a Taspect da danger; 

a genoux; rheures. 

a la fin du mois, a cinq 



2° Tappartenance, la possession. Ex. /ce livre est a moi: 
3** la mani^re d'etre, la qualite, la destination, etc. 

Ex. : vache a lait, clon a crochet, table h tiroir, inarch6 

a la volaille, vendre h la livre, pdcher a la ligne, a propo8, 

h regret, bless6 a mort, etc. 
4*> la succession, la juxtaposition, etc. Ex, : deux a deox, 

bout a bout, face A face, corps a corps. 

[* HiSTOiBE. — I. A, dans le sens de 'pour {destination, etc., 
§ 404, 3°) avait autrefois un emploi phis etendii. On disait, par 
ezemple, faire po«r, et faire a : « E^t-ce done faire pour ie 
progres d'une langne que de... » (la brdybre.) « Tent ce one 
voos dites fait d un de mes desseins. » (pascal.) d XUette doc- 
trine /art beaucoup d eclaircir la verite que je traite. » (bossubt.) 
«Le proph^te a exprime cequi faisait d la ruine des juifs. :» (Id.) 
Bossuet disait encore : €c Ges enseignes etaient toix soldais uc 
objet de culte. — Ce palais fut une decoration d Jerusalem. — 
La croix est d noire Saiweur un lieu de triomphe. — Lea ani- 
manx qui etaient au premier homme un divertissement inno- 
cent. L'homme devint dun esprit siparfait un objet de jalousie. 
— La liberty leur etait un tresor. — Ses precautions hti sent 
un piege. — Rien n'^tait plus capable de ranimer son zele a la 
lecture de la foi. Je me trouve bien plus emp^ch6 a depeindrt 
Taffection du fils. y> A est restc en ce sens dans la location 
c*est'd-dire, qui, au xvii® siccle, s'employait a tous les temps : 
« Juda mdme combattra, dit le proph^te, contre Jerusalem j; 



y Google 



SYKTAXE DE LA PREPOSITION. — §404. 433 

&^tait a dire que Jerusalem devaitdtretrabie par ses enfants. » 

(bossukt.) 

Mais Dieu, dont il ne faat jamais se dSfier, 

Me donne votre example a me fortifier, (CORNKILLK;) 

Faudra-t-il sur sa gloire attendre h m'exercer 

Qae ma tremblante voix commence k se glacer? (boileau.) 

C'est un souvei)ir du latin (jad avec le gerondif en dum), C'est 
du reste un emploi setnblablo a celui de la preponition d dans ]es 
locutions suivantes, qui sont encore usiiees : d ne vous rien 
cacher; d bien prendre la chose ; d ne considerer que tes appa- 
rences, etc. 

IL A indiquait autrefois Tappartenance; on disait, et le peu- 
ple dit encore: la vache dColas^ la barque dCaron, etc.,comme 
on disait : Cec honime est-il a vous? » (corneille.) 

III. II s'employait surtout dans le sens de vers, ad en latin 
(tendance, § 403, 1 ) : « Les Remains se toumerent d Charle- 
magne. » (bossuex.) « Le Sauveur tournera sa divine face d ce 
petit nombre de ceux qui... » {Id,) <t Tournez maintenant vos 
desirs dee repos eternel. » (Id.) 

IV. Nou3 avons vuA employe dans le sens de par (§ 328 62s). 

V. II s*employait aussi la oil nous mettrions dans, sur, avec, 
etc. Ex. : « Insistons tonjours aux ra^mes principes. (BOSsuE'r.) 

J'approuve la pensee, et nous avons mat;^re 
D'en faire I'^preuve premiere 
Aux deux princes qui sont les derniers arrives. (MOMEBE.) 

c Saint Jean etait retenu aiix prisons d'Herode. » (BOSSUEt.) 

c II ne faut pas ramnsser son attention au lienob se mesurent 
les perio^es. t> (Id.) « N*e»perez plus au neant. i (Id,) ]> En> 
trant uu detail de ce sujet important. » « ^ peine dela vie. » {l(jk) 

VI. II s'employait m^me oh Ton attendrait plutfit la propo- 
sition de, ou quel que autre : « Dispensez-moi, messieurs, d vous 
expliqiier... > (bossuet.) 

Quel ! S'il aimait ailleurs, serais-je dispens^e 

A suivre^k son exemple, une ardeur insens^e? (COBNElLLB.) 

VII. On disait d peine pour avec peine : 

L'Albain perc6 de coups ne se tratuait qu'i peine, (corkeillb.) 

« Gordian defendit d peine centre les Perses Tempire affaibli 
par tant de divisions. » (bospukt.) « Les quatre princes son- 
titrent a peine le fardeau de lant de guerres. » (Id,) II est fa- 
cile de voir que d pein^ n*a pas ici le sens de vix, mais celui 
de xgre. 

couxs SUP. 25 

Digitized by VjOOQIC 



434 GBAHXAIBE FBAN9AI8E. 

VIII. On disait d comparaison de : < Uindastrie des hommes 
n'y emploie que fort peu de pieces, d comparaison de la multi- 
tude des OS qui soAt dans le corps. > (dbscabtes.) « Les Phi- 
lietins d^faits ne sont rien d comparaison de la grandeur que 
David a dompt^e. » (bossuet.) « I/empire des Cesars n'etait-il 
pas une yaioe pompe d comparaison de celui-ci? » (Id,) 

IX. A mdme iemps^ pour en mime temps, est une locution 
fv^queute dans les Sermons de Bossuet (Voy. le VocabuJaire a 
la suite des 6tudes sur ks Sermons de Bossuet de Tabbe Vaillant) : 
« A mime temps,,. A m&me temps que,.» » Elle se troure ansa* 
dans saint Frangois de Sales et dans le Dictionnaire de Bi- 
chelet (1680), mais n'est d^j^ plus dans le Dictionnaire de TA- 
cadtmie franqaise (1694). 

X. A se met! ait avec an infinitif dans le sens o^ nous met- 
tons en et le participe pr6«<ent. £07. : « II n'y avait plus de salat 
qu'd leur obiir. » (bossuet ) « II n'y avait de salufc pour eux 
qua subir le joag, » (Id,) « On ne devient gu^re si riches a 
etre honn^tes gens. » (moliebe.) 

A vaincre sans p^ril on triompbe sans gloire. (cobneHiLK.) 

XI. On usait plus frequemment qu'aujourd*hui de la prepo- 
sition d pourunir les adjectifs a leurs complements. Ainsi Bos- 
suet disait : « Secourable aux malades ; Dieu bienfaisant a se$ 
creatures *^ peches injurieux d la saiiitete de Dieu; Providence 
libirale a la creature ; religieux a faire une chose (dans le sens 
de scrupuleux) ; aveugles aux voies de salut; cruets a ceux qui 
r^sistaiant; machiue terrible a une armee; victoire p^riUeuse 
aux vainqueurs ; mal inevitable a cet etat ; etc., etc. »] 

^ XII, On trouve frequemment, chez les pontes du xvii* siecle, 
au, aux, subslitue ^enle, en les. Ex. : 

S'il ne revivait pas au prince Nicom^de. (cornbili,e.) 
Ohangeant leur irlle enduit aux marbres les plus durs. 

^ , , (LA PONTAINK.) 

C'est rauteur de tous les d^fauts 
Oue 1 on remarque ay-x animaux. (Id.^ 

Dieu laissa-t-il jamais ses enfants au besoin ? (hacink.) 

Tant d'espoir n^enlre pas aux ccBurs des malhenreux. (crbbillost.) 

Cet emploi de au, aux pour en le, en les n'est pas tout k fait 
tombS en desuetude; par exemple dans des phrases comme 
celle-ci : Avoir la joie au cmur, 

% 405. La proposition de marque snrtout le point de 
depart, la separation, et par suite la eaose, Torigine, Tap- 



y Google 



SYNTAXE DB LA PE^POBITION. — § 406. 485 

partenance. Ex. : je viens de Rome; je m'iloigne de lui • 
trembler de peur, une pluie (forage. 

C'eet en ces divers sens que la preposition de s'emploie 
devant le complement 1"* des sabstantifs (le livre de Pierre)^ 
2® des adjectifs et des adverbes (voisin du but; le premier 
(/esoratears; loin fife la foret^ assez (^is gloire), 3® des verbe$ 
(payer de ses deniers ; entrer de force ; 6tre transport^ de 
colere; il est de Paris)^ etc. 

Kehabque I. — Mdme qnand on dit voisin de, pres de^ 
iljr a dans respritid^d'^loignementplnsoa moins grand. 

[ Gbammaire comparative. — Lea Latins disaient de rn^me : 
prope ab domo.] 

[jHiSTOiRE. Du reste la langue, se pla^ant au point de vue d0 
bigDement on de la proximit^, a autpefois admis egalement 
pjoche a etproche de. a: Des dispositions ti^sproches d rompre 
aveo nous. — Traduire salon le sens \e pltis proche de la dic- 
tion grecque. ]» {Dictionnaire de Richelet, i680,)] 

* Bemabque II. — Un des emplois remarqnables de la 
proposition de, c'est apr6s les adverbes compa'atifs moins, 
plus. 

Apres ces adverbes, on pent toujonrs mettre quif 
soit qu*il enonce nne comparaison entre un 6tre ou un 
objet et nn outre. Ex.: 
Pour ^tre plus qu'un rot, tu te crois quelque chose (oOBMBlUj^.) 

Soit qu'on calcule un nombre on qu'on mesure une 
quantity. Ex. : 
La course de nos jours est plus qu*d demi-faite. (raoan.) 

Mais^ dans ce dernier cas^ on emploie plutdt la prOposi' 

tion de que Tadverbe que apr^s plus et moins. Ex.: II a 

fait plus de deux lieues k pied ; cela ne vant pas plus de 

deux francs ; il a perdu plus du double, plus de la moitiO ; 

il est plus d'd moitie mort ; a: des terres plus d aux trois 

quarts incnltes. » (buffon.) 

. . . je me vais d^salt^rant 

Plus de vingt pas au-desaons d'elle. (LA Fontaine.) 



y Google 



436 GEAMMAIBE FRAK9AISE. 

Toute votre f^licit^ .. 

Efi moins de Hen tombe par terre. (cobkeille.) 

Le^ apres Tadverba de quantity p/u?, fonne le terme collcctif 
ifius d'uriy plus d'une. (Vojr. § 273, Rem. III.) 

Kemabqub hi. — L'emploi de la prepoBition de, avec 
le sens parti tif, rentre encore dans le sens general de cette 
preposition : e'est nne partie detachee du tout. Ex. : de 
la pierre, du bois, de Teau, etc. 

Remaequk IV. — A cet emploi s'en rattache un autre 
qui forme nn idiotisme remarquable : la proposition 
de pent pr6ceder un sabstantit' qui eo determine un autre, 
un adjectif ou un participe pass^, et cela particulidrement 
aprfes les expressions ind^finies comme mn, cecty cela, 
que, quoly pey^sonne, quelquun, quelque chose. Ex. : 

La ville de Eome. 
il n'y a rien ] 

11 y a ceci, cela 1 » ^ ♦ * ^ ^ • 

jr v^u , S.S. M ^g nouveau {cesl-a-dtre parmi 

quya-i > les choses nouvelles). 

il y a quelque chose \ ' 

il y a je ne sals quoi j 

Quoi d'etonnant ? — Je ne sais rien de si amusant {c'est- 
a-dire parmi les choses smasantes). — Sar dix, il y en a 
eu deux d2 tues {c* est-d-dire parmi les tu6s). 11 n'y a per- 
s«nne (fheareux sur la terre. 

On n'en voyait point d'occup^s 
A chercher le soutien d'une mourante vie. (LA FONTAINE.) 

Si j'en avais trouve c^'aussi cruels que vous. (racine.) 

[*Origines latines. — La plnpart de ces emploirt de la pre- 
poi^ition de s'expliquent par un ancien g^iiitif latin. Ex. : iV^i7tt7 
nwi^ rien de nouveau ; Quid nom? quoide nouveau? Hoc est tiovij 
il y a cela de nouveau ; etc. Les autres emplois se sunt introduits 
dans II langue pnr analogie.j 

[* IIiSTOiRE. — Au XVII'' siede, rien et personne etaient Buivifi 
imm^diatement de Tadjectif. Ex.: (V..y. § 254, Rem. Ill, 1°.) 

Je ne d6f ouvre rien di ine de vos conragres. (cornrille.) 
Qu'il n'en ^chappe rien iron indigne de vous. (/rf). 

« n n*y a perso?'we wgrat; il n*y a rien attrayanU » (malherbe.}] 



y Google 



SYNTAXE DE LA PROPOSITION. — § 406. 487 

§ 406. L'ewploi ^tendn qu'aprisla proposition rfe, par- 
ticulierement dans le seas qui vient d'etre indiqu6 en der- 
nier lieu, YsL rendue dans quelqnes eas tout a fait expletive. 

1** Telle est la proposition de devant unsubstantif pre- 
cede lui-m^jme d'un qualificatif (aJjectif ou substantif). 
Ex.: , - 

Sa folle de mere. (m"*« db s6vign6.) 

Un diable rf'homme, un dr61e de corps. 

Un fripon d'onfant. (la Fontaine.) 

Un saint horn me de chat. (Id,) 

Certains impertinents de laquais. (moli^re.) 

Cette tournure n'appartient du reste qxx'k la conversa- 
lion ou au style familier. 

2® La preposition de est encore expletive devant un infi- 
nitif faisant fonotion de suj^t, mais mis apr^s les verbes 
impersonnels ou apres le verbe eti^e et un atiribut. Ex. : i7 
est honteux de mentir ; — il arnve a tout le monde de se 
tromper. 

// est important ) ^^ ^^ ^^^^^^ 

L'essentiel est (ou c'est) ) 

Le parti le plus sur est ) Se taire (sujet) est (verbe) 
(ou cest) de se taire. j le parti le plus sur (attribut). 

Souvent la preposition c?e, dans ces sortes de construc- 
tions, estprecedee de la conjonction que^ egalement exple- 
tive. Ex, : c'est se moquer que d'agir ainsi. 

Est'Ce un si grand malheur quede cesser de vivre? (racine.) 

[* HiSTOiRE. — Jnsqu'au xvii'siecle, on raettait frequemnient 
B1I commencement d'une phrase Tinfinitif precede de la prepo- 
fiition de. Ex, : 

Mais k Tambition cTopposer la prudence, 

Cest aux prelate de cour pitcher la residence. (BOILBAU.) 

Mais de faire fl^chir un courage inflexible, 

Dfi porter la douleur dans une &me insensible, 

Cest U ce que je veux (racinb.) 

« De les pouvoir parcourir toutes, ze serait une matiere 
ioGnie. "» (bourdaloue.)] 

Digitized by VjOOQIC 



4IS ORAHMAIRR FRAN^AISE. 

S* De estexpl^tif aprto le pronom qui employ^ interro- 
gativemeub etindiquant nne comparaison. £x.: 
Qui, de Viae oa du mattre, est fait pour se lasser? 

(la FONTAINE.) 

4'' De est encore expl^tif dans lea propositions snbor- 
donnas qui sniysnt plutdt gtie,et les locutions compara- 
tires il vaut mieux^ autant vaut^ j'aime mieuXj ou restric- 
ti?e8 comme d moins de, a moins que de, Ex. : 

c Ceux qui noisent a la reputation dts autres phddt quedi 
perdre un bon mot, m^ritent une peine iufamante. > (u 
BEUT&RB.) « 11$ aiment mieux savoir beaucoup que de savoir 
bien.»(Ic<.) 

[* HiSTOiRE. — Des 1647^ Vau^elas d^clarait n^oewaire 
Temploi de ce de, apres un que suivant les locations uimir 
mieuXy eta II etaitdn m^me avis pour la proposition quisniyait 
d moins, mais admettait senlement a moins que de,] 

Mais si deax infinitifs sont opposes I'nn k Tantre, on 
peut^ 2kYecplutot, exprimer ou omettre la proposition de. 
Ex. : « Plutdt mourir que commettre une WchetO. > 

Plutdt souffrir que mourir, 

Telle est la devise des homrnes. (la fontaikx.) 

6* De s'emploie encore d'une maniire expletive dans 
quelques locutions qui forment des gallicismes. Ex,: 
liO diable soit de lui {c'est-d-dire s^empare de lui). 

On dirait rf ud enfant. 

Si j'^tais de vous, si j'etais que de vous. 

Pente de Tavocat! — Ab! peste de toi-mSme! (racime.) 

e: Dieu! qu^est-ce que de nous? :» (bossuet.) 

[* Origineslatines et Histoire. — Ce (fe, qui paratt expletit 
dans ce dernier cas, remplace le de latin, comme on le voi^ 
par la traduction litterale qu^on pourrait donner de la phrase 
de Bossuet : a Deus ! quid de nobis ? > 

Le sens du de latin apparatt encore plus clairement dans une 
tournure fort employee autrefois, et dont on trouve encore des 
exemples au commencement du xvii" siecle, de mot, pour 
quant a mot {de me). Ex. : 

De mot, d6}k deux foia d*nne pareille foudre 

J« me suis vu perclus. fMALHERUt^ 

Digitized by VjOOQIC 



SYNTAXB DE LA PEEPOSITION. — § 408. 439 

' De etait encore emploje au xvii* siecle dans le sens de : 

1^ d cause de, 'par suite de. Ex, : 

Mais je hais yos ineBsieurs de leurs honteux d^lais (moliere.) 
^ Bvrard a beau g^fnir du repos d^sert^. (boileau.) 

S « Je connais Mopsed'une visite qu'il m'a renduesansme con- 

r naitre. » (lA bhuyere.) « Dm m^me fonds d'orgueil dont Ton 
J e'eleve fierement au-dessus de ses inferieurs, Ton rarope vile- 

ment devant ceux qui sent au-dessns de eoi. » (fd.) « 11 n'y a 
per^onne au monde si bien lie avec nous de soci^td et de bien- 
I veillance. » (Id.) 

2® au woyen de, par. Ex.: « II rach^terait volontiers sa mort 
de I'extinction du genre humain. » (la bruyebe.) « II marie 
Tatn^e de ses fiUes de ce qu^il a pu sauver des mains d*an 
fripon. » (Id.) « Quelquesuns se precipiterent dans les ondes 
de ddsespoir. » (bossuet.) 

De quelle noble ardeur pensez-vous qu'ils se rangent, 

Sous les drapeaux d'un roi toujours victorieux. (bacine.) 

lis traitent du mSme air Thonn^te homme et le fat. (moli&RE.) 

Deux pigeons s'aimaient d*amour tendre. (la Fontaine.) 

« Ces deux emplois de la preposition de sont restes dans 
la langue. II n'en est pas de m^me de Femploi de cette 
preposition (indiquant la cause), apres le verbe admirer par 
•aemple : 

J 'admire de le voir au point oil le voili. 

(MOLiiEB, Bcole des Ftmmes.) 

« On admirera de voir que... » (pascal.) « Nous adinirerons 
de nous y reconnaftrenous-m^mes. » (la BRUYfeRB.) « L'homme 
admire de se voir plac^ dans Tunivers sans savoir comment 11 
y a 6te mis. » (fisnelon.;] 

§ 407. Enfin de s'emploie, comme on I'a vu (§ 330, III), 
, devant rinfinitifde narration. Ex. : 

Grenouilles de rentrer dans leurs grottes profondes. 

(la FONTAINE.) 

§ 408. Les propositions a et de ont done des sens con- 
traires : la premiere indique surtont la tendance, la se> ^ 
conde I'^loignement. Aussi sont-elles Eoavent mises en 

0017B8 SUPEmUB. 

- N Digitized by VjOOQIC ^ 



440 GRAMMAIRS FRAHgAISB. 

opposition ponr indiquer la distance d'nn lien oa d'on 
moment k nn autre. Ex. : 



De Paris a Rome. 
De Tons d moi. 



Du matin au soir. 
De cinq d six heures. 



Remarque I. — Pour exprimer la distance d'un lieu ou 
d*on moment & nn autre, on oppose qnelqnefois k de la 
pri^position en au lien de la proposition a. Fx.: i\ d^p^rit 
de jour e7i jour; planter des arbres de loin en loth (on dit 
aussi : de loin a loin). 

Je vais de fleur en fleur et d'objet en objet. (la Fontaine.) 

Gette opposition des prepositions de et en forme qnel- 
ques autres locutions adverbiales : rf'outre en outre, de 
poiirt en point ;de temps en temps ; de mieux enmieux, etc. 

Rbmarquk II. — Dans les comptes par approximation, 
on pent exprimer ou omettre la proposition de. Fx. : j'ai 
compte de 20 a 25 peupliers, de 20 a 25 personnes ; ou: 
j'ai compte 20 d 25 peupliers, etc. 

Mais lorsqu'il n'y a pas de nombre interm^diaire, on se 
sertplutdt de la conjonction ou. Fx. : j'ai compte 25 ou 
26 personnes. 

Remarque III. — II y a une difference de sens entre 
les locutions : 



c'est k moi, ), i 
- Uui.etcjP^^^^^^^^^- 



etic'estiimoi, \de parler, 

— k vous, ( de partir, 

— k lui, etc.) etc. 



La premiere indique que le tour de quelqu'un eat vena 
pour faire quelque chose ; la seconde, que o'est son droit 
ou son devoir. 

• Remarque IV. — Les propositions d et rfe se mettent 
encore avec des differences de sens devant un infinitif 
aprfes certains yerbes. Ainsi Ton dit : 



y Google 



I 



6YNTAXK DE hX PROPOSITION. — § 408. 

l^ avec a: 
^ Confraindre d, forcer d, 



441 



obliiier d (c'est faire une vio- 
lence & la v(iloDt6). Ex. : 

Faiit-il qu'd t'admirer ta f u- 
reur me coiitraigne I (voltaire.) 

<( Fils d'Ulysse, votre vertu 
me force d vous aimer. » 

(fenelon.) 

« L'equite nous oblige d re8- 
tituer ce qui ne nous appartient 
pas. » {DH. Acad.) 

— Demafider d (c'est Texpres- 
sion d*un desir). Ex. : 

« To as de man dent d voir la 
maison. » (la buuyere.) 

— Participer a (prendre part 
k),Ex. : participer d des profits. 



— S'ennuyer d, se la^ser d (in- 
dique une chose faite avec eo- 
nui, avec fatigue). Ex,: II s'eu- 
nuie d attendre.On se lasse plus 
d rester debout qu*a marcher. 

— S^occuper d (indique un 
simple emploi du temp^). Ex. : 
« II vaut mieuz s'occiiper d 
jouer qu'd medire. » (boileau.) 

— SoUidter a (mgnifie enga- 
ger), E.«. ; « Elle pouvait con- 
tenter lo desir immense qui sans 
cesse la sollicitait d faire du 
bien. j> (BossufcT.) 

— Venir a (indique un fait 
qui pent se prod u ire). Ex. : 

Si Ton vient d chercher par 
quel secret mystere. (boileau.) 

Etc., etc. 

COURS SUP. 



2^ avec de: 

— '^ontraindre de, forcer de 
(c'est une violence materielle). 
Ex.: « Je trainai Cerbere hors 
des enfers et le coatraignis de 
voir la lumiere. » 

« II for9a le Jourdain de re- 
brousserson cours. » (racine.) 

La soif les obligea de des- 
cendre ea un puits. 

(la FONTAINE.) 

— Demander de (c'est une 
exigence, un ordre). Ex.: 

« On ne vous demande pas de 
vons re crier : c'est un chef- 
d'oeuvre ! » (la bruybbe.) 

— Participer de (avoir des 
rapports d'urigine ou de simi- 
litude avec). lix. : Le mulct 
participe de I'kne et du cbeval. 

— S'ennuyer de, se lasserde 
(indique I'impatience). Ex. ; il 
s'ennuie d'attendre. — On se 
lasse d*entendre toujours dire 
les mSmes choses. 

— S^occuper de (indique une 
occupation 4 laquelle on donne 
tons ses soins). Ex.: <l Nona 
nous sommes occupes de vous 
bien recevoir. » (sbvign^.) 

— Sollicitf r de (sisTiifie prier 
instamment). Ea?.; « Ilsi'avaient 
sollicite d'entrer dans leur 
parti. (Diet. Acad.) 

— Venir de (indique un fait 
recemment accompli). Ex. : 

II vient, en m'embrassant, 

de m' accepter pour gendre. 

(BAriNE.) 

Etc., etc. 

25. 



y Google 



442 GRAMUAIRE FRAV^AISE. 

Beicarquis Y. — Les propositions a etde entrent dans 
direrses locations prOpositiTes, comme a regard de, au 
sujet de, au point de vue de, au moyen de^ en dega de^ au 
dela dej etc. 

[ • HiSTOiRB. — Au XVII* siecle, an lien de dire d Vegard dv, 
on disail d Vendroit de et ro^me en VendroU de. Ex. : 

Bt le penple in^gal d Vendroit des tjrans. (cobkeille.) 

€ Remarqaez combien Dieu est bienf aisant en son endroit, de 
confier a sa conduite une si grande et si noble partie... » 

(BOSSUET.) 
Les marques de sa bienveillance 
8ont communes en man endroit. . (ljl Fontaine.) 

— Au XVII* si^cle, au lieu de en deed de, au defd dc, on pla^ait 
directement devant un substantif deed, deld. — Degd^ defd 
faisaient offi ^e a la fois d^advf rbe et de preposition. Vaaeelaa 
cite les excmples suivants de locntions ueitees de son temps : 
1® Propositions : Deed la riviirey deld la riviere; 2® Adverbbs : 
Les nouvelles de de deed ou les nouvelles de de2d.] 

§ 409. A iravers est imm6diatement snivi d'nn com- 
plement, et signifie av milieu de; au trarers demande la 
preposition de^ et suppose des obstacles k traverser. Ex. : 

Se frayer un chemin a tra- 
vers la foule. 



Se frayer nn chemin au 
travers de mille dangers. 



§ 409 bis •. Ap7*es pent avoir ponr complement soit nn 
nora on nn pronom, soit un verbe a Tinfinitif. Ex : Apres 
la vie^ apres moi, apres boire. 

Apy^eSf precede de la proposition rfe, a le sens de selon, 
conformement a. Ex,: portrait d'apres nature. 

S ins complement, apres est adverbe et synonyme de 
ensuite. Ex, : 

II me promeae apres de terrasse en terraesc. /■•ILIAU.) 

Digitized by VjOOQ IC 



SYNTAXE DE LA PBISPOSITION. ^ § 410. 443 

§ 409 ter\ Aupres cfe, pres de indiquent la proxi- 
mity ; pres de lindiqae dacsle temps comme dans I'espace, 
et pent se constrnire avec rinfinitif. Ex. : pres de monrir. 
(On a vn plus hant, §216, Rem. Y, la difference entre 
pres de etpret a.) 

Ces denx prepositions s*empIoient au propre et an 
figure. Ex.: « Vons avez fait valoir ce service aupres du 
prince. ]» (massillon.) Gette arm^e est de pres de cent 
millc faommes. 

* Remarque I. — Pres pent se constrnire immediate- 
mcnt avec nn complement, sans la proposition de; mais 
senlement dans qaelques locntions. Ex, : II demenre pres 
la porte Saint- Antoine. Ambassadenr pres le saint siOge. 

[* HiSTOiRE — II en ^tait de mSiiie, avant lexvii* si^cle, de la 
pr^poB'tion aupres. On la trouve dans LaBruy^re : c Un pasteur 
a ea place dans Toeuvre aupres Us ponrpres et lesJoumires. » 
Mais 11 faut remarquer que cette locution etait hors d'usage 
au temps oh eciivait La Bruyere,etqu'il ne I'emploie peut-^fre 
ici que pour garder le style ancien de T^tiquette. Richelel 
(Dictionnaire franvais, 1680) ne dunne en efEet d^ezemples que 
de la locution aupres de.] 

* Remarque If. — Aup-es de, indiqoant la proximity, 
indiqne par extension la comparaison. En ce sens, il a 
ponr sjnonjme la locntion au priz de. Ex. : » Sa vieillesse 
paraissait flOtrie aupres de celle de Mentor. » (f]£nelon.) 

« Virgile, au prix de lui, n'a pas d'invention. » (boilbau.) 

[HiSTOiBB. — On employait aussi en ce sens, au xvii* si6cle> 
la preposition pris de. Ex. : 

Pour V0U8 Tdgler sur euz^que sont-ils pres de vous? (baoiete.)] 

§410 *. Avant n'a ponr complement immddiat qn'nn 
snbstantif on nn pronom (avant la nuitj avant moi), on 
un infinitif employ^ snbstantivement (avant diner). II se 
joint an present et an parfait de Tinfinitif avec de et que 
de. Ex. : 

avant dejeniv, avant que de venir; 

avant cf'^tre arriv6 ; avanl que cP6tre arrive. 

Digitized by VjOOQIC 



444 OBJkJOtAIRE FTlA^?AISE• 

Avant s'emploie adyerbialement daos le sens soit de la 
dar^e, soit plutdt de I'espace. Je vons dirai avant... II est 
aI16 fort avant le bois. 

§ 4i0 bis*. Dans et en ont en g^n^ral le mSme sens, 
mais en est d'lin emploi plus ^tendu. 

Dans ne s'emploie qne devant les noms pr^c^des de 
I'article {dans la ville, dans la campagne, dans les affaires). 

En n i s'emploie guere que devant les noms ind^ter- 
mines {en ville, en campagne, en affuires) ; mais il s'em- 
ploie de plus devant les pronoms (en moi, en vous) et de- 
vant les participes presents (en marchant, en courant). 

*lli!J4ARQUB T. — Aprfes e», Particle ne s'emploie qu^au 
singulier et devant une voyelle (avec Elision). Ex. : £n 
fan mille; en r absence du maitre,etc. En k, en les se rem- 
plftcent par au, aux (pour a le, a les). 

En la est peu Ubite, muis se rencontre dans le style son- 
tenu. Ex.: Faire un voyage en Italic, en Perse, en Afri- 
que, au Levant, aux Indes. Tomber en quenouille ; tom- 
ber au ponvoir, aux mains de Tennemi. Avoir des larmes 
aux yeuz. c Leur f^Iicite fat changee en la triste couso- 
lation de se faire des compagnons dans leur mis^re, et 
lenrs bienheureux exercices au miserable emploi de tenter 
les hommes. » (bossuet.) 

^^Bemabque II. — II y a une diflKrence entre les pr^po- 
flitions dans et en exprimant le temps : Dans indiqne le 
termeouce temps s'arr^te; en, respace qu'il remplit. Ex.: 

Btcejoureffroyable De juger si lei Grccs, qui bris^rent ses tours, 
arrive dans dix Firent plus en dix am qne Louis en dix jours. 

jours. (RACIMB.) (BOILIfiAU.) 

§ 410 ter *. Devant ne peut avoir pour complf^ment qne 
des substantifs ou des pronoms {devant Dieu, devant lui\ 

[ HiSTOiRB. — Devant ne s'emploie plus que pour Pospace : 
au xvii« siecle il s'employait aussi peur la duree. Ex, : « I .e« 
anciens historians qui mettent son origine devant la ville de 
Troie. » (bobsubt.) 



y Google 



SYirrAXE BE LA PROPOSITION. — § 411 ter. 445 

§ 410 quater. La proposition entre ne sedit en g6nera\ 
que de deux objets considOres au point de vue de la distance 
qui les separe, ou bien au point de vue de certains rapports 
de reciprocity on de ressemblance, Ex. : Rouen est entre le 
Havre et Paris. II est partag6-en?re la crainte et Tespe- 
rance. Les hommes doivent s'aider entre eux. II fut trouve 
entre les morts. 

§411. Jusque ne ee construit senl que devant les ad- 
verbes de lieu tci\ ld;jmqu'ici\ frnqfje-ld, Parfout ailleurs 
il se construit avec a. Ex. ijusqu'd demain, jusqu'd Rome. 

* Remaeque — Jusqu'd s'emploie dans des phrases ou il 
pent se construire soit comme sujet, soit comme comple- 
ment direct ou indirect. Ex. : 



COMME SUJET : 

Tous les p^res, jusqu'aux 
plus graves, jonent avec 
leurs enfants. 

II n'est ^asjusquaux va- 
lets qui ne s'en melent. 



COMME COMPLilMENT: 

J'aimais jusqu'd ses pleura 
que je faisais couler. (racine.) 

« II fait sa cour a tout le 
mouiiejusqu'aux deruiers corn- 
mis des ministres. j> 

(SAINT-SIMON.) 



§411 bis. Parmi, comme son etymolcgie rindique (Voj. 
§152), signifie aw rnilieu de. Cette pr(^po8itiorx ne p'em- 
ploie que devant un nom au plurlel ou devant un coMectif. 
Ex, : il fut trouv4 parmiles blesses ; ou iparmila foule des 
blesses. 

§411 ter *. La preposition /?ar s'emploie surtout pour 
marquer le complement des verbes passifs et des substan- 
tifs verbaux repr^sentant un passif. Ex. : la prise de Rome 
par Aunibal. Elle s'emploie aussi pour indiquer qu'on 
traverse {par monts et par vaux), qu'on saisit (prendre par 
le cou), qu'on distribue {par donzaines), qu'on prend a 
temoin ou qu'on invoque {par tout ce qu'il y a de plus 
sacre an monde), etc., etc. 

[* Origines latines et Histoire. — Var vient de per^ et a 
garde dans la langue du xvii« siecio plusieurs emplois qui vien- 

Digitized byVjOOQlC 



446 GRAMMAIRE FBAN9AISE. 

nent de la prfipoBition latine, et qui ne seraient plus admis 
aujourd'hui (avec le sens de par le moyen de^ par suite de^ etc.). 
Ex. : c Sous TulIuB Hostilius, et par le f ameux combat des 
Horaces et des Cnriaces, Albe fut vaincue et ruiu^e. j> (Bossnsrr.) 
« II so fit alors de grands mouvemeDts par rintemperance 
d'Appius Claudius. » (Id.) c Par la vertu des deux Antoains, ce 
Qom devint les d^lices des Romaius. » {Li.) « A peine comnieD- 
^ait-ellea reppirer |>ar la paix que lui doona Constantin. » (Id.) 
« Par ce dernier ^tat la guerre 6tait necessairement dans 
Boine. » {Id.) On trouve par ainsi employ^ jusqu'au xvui^ siecle : 
a Les Remains avaient perdu la coutume de fortifier leur camp, 
et par cette negligence,' leurs arraees f arent enlevees par la ca- 
valerie des Barbares. » (montesquibu.) 

, 0'» employait encore la preposition par oh nous mettons 
a, Ex.: 

Ell moins de rien tombe par terre. (CORKCILLI.} 

« Ces molles delioes font tomber par terre cette generation. » 
(BOS8UET.) « l^ifice autrefois tres regulier, aujourd'hni ren- 
vers^ par terre. » {Id.) « La ligne f nt sapee, et, avant la fin de 
Fannie, elle tcmi^'a par terre. » (pin^FiXE.)] 

§ 411 quater*. Ponr est, apris a etflfe, la proposition la 
plus nsitee. Cette proposition sert k marquer la cause on 
Ja destination, et, par snite, rOcbange, la comparaisoiiyla 
fayeur on TintOrOt qae Ton prend k noe personne on k one 
chose, enfin TOpoque oi quelqne chose doit avoir lien oo 
bien a en lieu. Ex. : 

€ Dien exauce les uns pour leur mOrite (cawse), leg 
antree pour leur penitence (destination). » (bossuet. > 

Ne donner rien pour rien (echange). 

(( SoeUvsLtpour scelerat, 11 vaut mieux Otre nn lonp qn'im 
'aomme. » (la Fontaine.) 

Faites qnelqne chose pour lui (faveur, iniiret). 

Ce sera pour la Tonssaint, jour /)owr jour (epoque). 

C*est dans le sens de la comparaison qn'on dit : pour 
moi (quant a moi). lis pOrirent pour la plnpart. II j a 
comparaison avec les autres. 

Avec rinfinitif, pour forme qnelques idioLismes qui ont 
ete prOcOdemment etudiOs. 



y Google 



STITTAXE DE LA PB]£POSITION. — § 412 ter. 447 

Bemabque * . Leg propositions /9our et centre s'emploienfc 
qnelqnefois substantivement (plaider le pour et le contr ) 
et adverbialement (parler pour et contre). Pour forme 
hYec peu ei que les locntions coDJonctives /?otir ;?eu que^ 
pour sipeu que. Ex. : 

Four peu qu'on s'en 6carte, aus8it6t on se noie. (boilkau.) 

[* HiSTOiRE. — Autrefois pour s'eiiiployait adverbialemeDt de- 
Tant un adjectif daDs ie sens de qaelque^ etc. Ex. : 
Pour grands qae sout les rois, ils sont ce que nous sommes. 

<C0BNEILLE.) 

60 tronve dans le Lexique de Comeitle de M. Godefroy 
(TI, p. ^61 3) de nombreux exemples de cette toumure au 
XVII* siecle, et qiielqnes-uns m^roe dn xix«. Mais, des 1705, 
Regnier Desmarais la declarait vieillie {Gramm. franQ,,Traiti 
des pronoms)]. 

§ 412*. Sans a ponr complement des noms, des pronoms 
et des verbes a Tinfinitif (et aussi au snbjonctif, arec la 
conjoDctioD que). Ex. : sans votre appni, sans xou^; sans 
rien dire ; sans ^ti^yous disiez rien. 

Avec nn snbstantif ind6termin6 sans forme plnsieurs 
locutions adverbiales : sans doute, sans fin, sans fauUj sans 
fagon^ etc. 

§ 412 his. La proposition som entre dans divers galli- 
cismes : sous peine de la Tie, sous benefice d'inventaire^ 
sous caution, sous bonne garde, etc. 

§ 412 ter*. Sur sigmifie le plus souvent au'dessusde(sji 
propre et au fij^urO). Ex. ; Sur la table, sur la pie»Te; sur 
toute chose (de la la location adverbiale surtout, c'est-a- 
dire avant tout). 

Sur si^ufie anssi, par extension, au sujet de, relative- 
meni a. Ex. : Demander des renseignements sur quel- 
qa*un. Je n'ai rien k dire sur cela. 

[* HiSTOiBE. — Sur etait tr^ usi^e en ce sens au xvii* siecle. 
Ear. : c Un honn^te faomme se desinteresse sur les eloges. » 
(LA BauYJERE.) c Une femme coquette ne se rend point sur la 



y Google 



448 OBAVMAIRE FBAN^AISE. 

pasBioti de pYaire. » (Id,) « Eile n'imaginait pas par qnel aatre 
Bentiment elle pourrait jamais ae refroidir sur celui de restime 
et de la confiance. {Id )] 

Sur g'emploie aussi pour designer le temps. Ex. : Sur 
le tard, sur le midi. De li cette formule qui termine qoel- 
qnefoid les lettres officielles : Sur ce,„, et la locntioa ad- 
verbiale sur-le champ, 

§ 412 quater*. Voiciy Vozld. Comme les adverbes ci efc 
/a, dontils sont formes avec le verbe voir (Voy. § 152),ces 
deux propositions indiquent : le premier uu objet rap- 
proche (soit dans le temps, soit dans Tespace), le second, 
au contraire, un objet 61oign6. Pour le temps, votci s'ap- 
plique k Taveoir, voild au passe. Ex. : 



Voicimsi maison. 
Votci ce que j'ai k vous 
ripondre. 

Void qui vous surprendra. 



Voild, au bout de cette 
rue, la maison du m^decin. 
Voild toutce que j'ai a dire. 
Vaild qui est fait. 



Ces d ux pi epositions se mettent souvent en opposi- 
tion : « Voild les perils ; void les moyeus de les cviier. i 

(MASSILLON.) 

Voild tous mes forf aits ; en void le salaire. (racine.) 

* Remarque I. — Voiid s'emploie de preference k void 
pour exprimer une affirmation et surtout uoe exclama- 
tion. Ex. : Voild un bon livre. 

Eh bien! le voild done cet ennemi terrible! (bactnx.) 

* Remarque II. — Voiciy voild, construits a?ec que, 
forment une locution conjonetive. Ex. : 

Voiciqu'W vient. | Voild qu'W eet parti . 

* REJkTARQUE ITT. — Void, voild se construiseat de la 
m§rae fa$on avec comme, Ex. : 

Voild, comme Pyrrhus vint s'ofFrir & ma vue. (racine.) 

Oj» dit mdme, avec ellipse d'an verbe : Et void comme. 
et voild cotnme. 



y Google 



RYNTAXB DB LA CONJONOTION. — § 413, 449 

* Kemarqub IV. — Voild se consfrnit comme im verbe 
impersonnel, avec le pronom neutre ily daus une tournure 
interrogative (ne voild't-U pas, et m^me voild-t-il pas) 
qui ne s'emploie qne clans le I an gage familier : « Ne voito- 
t'ilpas qu'il se fache? » (Acad.) 

[*HiSToiRE. — Dans cette derniere locution, il semble que le 
verbe voir eoit a la 3" personne de I'indicatif present [ne se 
voitil pas Id, forme interrogative de la locution : i7 se voit td 
des gens... ) Moliere dit avec ellipse : « Voild pas le coup de 
langue? >] 

* Remarque V. — Dans le style familier on emploie en- 
core voict, voila avec le pr^fixe re. Ex. : Me revotci^ le re- 

wila. 

Remarque VI. — Void forme, avec Tinfinitif t;en2r, la 
locution void venir, 

I* HisToiRB. — Cette locution, qui s'explique par ]*etynio- 
logie de ce mot, vois d venir (§ 152), comratnce A vieillir, et 
est devenue familiere. Elle sVmployait au xvii* siecle en 
poesie. Ex.: 

Voici venir le temps que je vous avals dit. (bacinb.)J 



CHAPITRE IX. 

SYNTAXE DE LA CONJONCTION. 

§ 413. Aa point de vue de la syntaze, on d^stingne 
parmi les conjonctions : 

1" Celles qui servent k lier de simples tnots on des pro- 
positions coordonn6es (car, en effet, done, mais, cependant, 
or, et, niy ou, soil, comme) ; 

2"" Celles qui lient anz propositions principales les pro- 
positions subordonn^es («i, comme, comment, quand, pour- 
quoi), et snrtont la conjooction gtie et celles qui en d6- 
rivent : lorsque,puisqus, quoique soifque,etc. 

Digitized by VjOOQ IC 



450 GBIMMAIRE FBAI79AISE. 

Nons noQS bornerons auz principales observations, k 
faire snr les nnes et ear leg anfcres. 

1® Conjoncti'ons servnnt a Iter de simples mots 
el des propositions coordonnees. 

§ 414. Lorsqne les deax complements on membresde 
phrase doiveut contenir la pr6pogitioa sans, ou I'idee ne- 
gative qn'elle indiqae, on pent r^p^ter cette preposition en 
onissant les denx complements on les denx membres de 
phrase par la conjonction et; on pent aussi n'exprimer 
sans qne devant le premier complement et le premier 
membre de phrase, et mettre ni en tSte des seconds. Bx, : 



sans peine et sans travail; 
sans parler etsans penser; 



sans peine ni travail ; 
sans parler ni penser. 



La conjonction ni a deja <' te 6tndiee pins hant (§ 387) 
dans ses rapports avec les adverbes de negation. 

§ 415. Aux conjonctions servant k lier des propositions 
coordonnees on pent ajouter des adverbes qui font quel- 
qnefois office de conjonctions : aussif aussi bien, toujours^ 
au reste, du moins, etc. Ex, : 

aussi sA-je pris la r^solntion de partir ; 

au reste, aussi bien ) , , ^ . ,. . , , 

, . ' . . ., [la chose est discntable. 

du moins, toujours est-il qne^ 

2® Conjonctions servant a lier des propositions subordonnees. 

§ 416. De tontes ces conjonctions, que est celle dont 
Pemploi est de beanconp le pins etendu. Gette conjonction 
se constrnit^ tantdt avec I'indicatif, tantdt avec le snb- 
jonctif (Voy. § 294-295) ; et elle se rencontre, soit isolee, 
doit nnie k difli^rentes parties du disconrs. 

r Que eat son vent pr^c^d^ d'nn d^monstratif (adjectif 
ou prnnom), particnli^rement des pronoms nentres ce, ceci^ 
cela. Ex. : Vhistoire a cet avantage que...; I'aTantage de 
rhistoire, c'est que.,.; ils ont cela de commnn que; on rou- 



y Google 



SYNTAXE DE LA CONJONCTION. — § 416. 451 

git de ce quon a mal agi. — Joint an demonstratif ce^ 
il forme les locutions conjonctives :~ce que, de c$ que, jus- 
qua ce que, parce que, etc. 

[ * HiSTOiBE. — 11 y avait au xvi* siecle et dans la premiere 
partie du xvii* siecle une locution conjunctive, dont Vaugelaa 
parle en ces termos : « Ce que, pour si, II est bien fran^ois, et 
a une grdce non pareille en nostre langue. M. Coeffett^au en 
use souvent. II 1 employe par deux fois en la re^spoDse de 
Keren k Seneque : <ic Ce que je responds sur le champ k une ha- 
rangue que tu as premeditee, c'est premierement un fruit de ce 
« que j'ay appris de toi », et un pen plus has : aCequetu tiens 
de moi, des jardins, des rentes et des maisons, ce sent toutes 
choses sujettes a mille accidents. » Malgre Tautorite de Vau- 
gelas, qui juge que <ic si, au lieu de ce que, seroit toujours 
le me&me sens, mais avec moins de grkce et de beaute, » ce 
tour, que quelques-uns deji, de Taveu de I'aoteur des Be- 
marques, trouvaient « vieux », a completeraent disparu de la 
langue a la fin du xvii* siecle. On le trouve pluhieurs fois dans 
les Sermons de Bossuet. Ex. : < Ce que Dieu regne sur nous, 
c'est clemence. » « Ce que Dieu est bon, c'est du sien et de 
son propre fonds ; ce qu'il est jaste, c*est du n6tre. » Ce que etait 
nn latin ism^ : c'est le quod des Latins, employe comme con- 
jouction.] 

Ebmakqub. — On dit afin de (avec Tinfinitif) et afin que 
(ayec le subjonctif). 

[*HiSTOiRE. — Vaugelas se demande si, dans une mime 
periode, ces deux tournures peuveot ee mettre Tune apres 
I'autre^ et il est de cet avis, malgre To pinion des plus savants 
en la langue (Chapelain, par ezemple). II admet la phrase 
suivante : Afin de fuire voir mon innocence a mes juges, tt que 
Vimposture ne triomphe pas de la v^riU, ] 

• 2° Que s'anit k diverses propositions, soit immediate- 
meat (apres qm,avant que; des que, depuis qtce; pow* 
que; sans que; selon que), soifc par I'intermOdiaire d'nn 
snbstantif (de sorte que, de peur que^ afin que, pottr a fin 

que). 

. [ * HiSTeiRB. — Au xvii« siecle, on disait denantquCy dans le 
sens de avant que: c Avant que, devant que. Tous deux sent 
bons. M.Coeffeteau a to •! jours escrit devant que ; raais avant que 
est plus de la cour et plus en usage, d (vaugelas.) On n'avait pas 
encore etabli cette diktisvction que devant s'applique a ^'espacey 

Digitized by VjOOQIC 



452 GRAMMAIRE FBAN9AISB. 

avani an temps. Ex. ; « Devant ce temps, Ton est enfant. 1 
(pascal.) « 0:1 meme fits tout-puissant qull eug^endra devani 
tous les si^clcs. :» (bossuet.)] 

3" Que g'unit aussi anconjonctif neutre qttotponr former 
la conjnnction quoique. 

[* H16TOIRE. — Au xvii* nhcU on employait indifferemment 
hvnquey quoique, encore, que. Vaugelas admet ces trois Iocd- 
tions coiijoDctives, dont les deux premieres pont seules restees 
daus la langue. La troieieme est la plus ordinaire chez les meil- 
leurs ^crivains de la premiere moiti6 du siecle : 

V0U8 en 3tes la cattse, encur 9^^'innocemment. (cornkille.) 
... Encor que son re tour 
fi!n un grand embarras jette ici mon amour. (moIjIEBE.) 

« Encore gw'ils soient fort opposes... 3) (pascal.) T/abhe Vai!- 
lant, dans ses i,tud*iS sur Bossvet, remarque que cette locution 
est tres frequente dans les oeuvres delajeunesse d« Bossiiet, et 
que, dans les oeuvres de sa vieillesse, on trouve plu tot gi/otgwe. 

C'est a tort qu'on dit quelquefois ma^gH que pour quoique. 
MalgH que ne s'est jamais employe qu'avec le verba avoir. 
parce que, alo^-s. il a son sens etymologique imattvais ore). 
Ex. : Mulgr6 qu'il en ait signifie quelque mauvais gri qu*U en 
ait, Cette locution, qni n'est pas hors d'usage aujourd^liui^ etait 
tres usit^e au xvii* siecle.] 

4* Que s'anit encore k la conjonction soil (soit que)j anx 
adverbes de quantity tant, cmtant^ st{tantque, si,,. que)yei 
aux adverbes de temps lors (pour alors) et puis (JorsqWj 
puisque), 

[HisTOiRE. — Apres Tadverbe de quantite autant, on mettait 
au XVII* siecle comme. Ex, : 

Tous les rois ne sont rois qn'auiant comme il vows plait. 

(CORNKILLE.)] 

5® Que se met apr^s les comparatifs (adjectifa oa ad- 
verbes) ; meilleur, mieux que; moindr^, mains que, etc. 

II se met aussi aprfes le superlatif relatif. Ex, : Venez 
te plus tdt qu'il reus sera possible. II a fait du mieux qu'W 
ipa. 

[ * Origines latines. — On reconnaft ici, surtout avf c le sii- 
perlatif absolu, la trace des constructions latines ; quam cUis- 
^me; quam optime.] 



y Google 



SYITTAXE DE hX 00NJO^CTI0N. — § 416. 453 

6* Que B'emploie trfes Wquemment apres un verbe qni 
feonce un fait, une opinion on un ordre. Ex.: Je sals, je 
crois que les choses se sont pass^es ainsi ; Je mal est qu'on 
agit mollement. < II n'est jamais arrive qu'nii tjran ait 
inanqu6 d'instruments de tyraanie. » (Montesquieu.) 
J ordonne qu'il soit puni ; en supposant que je me trompe. 

.( * HiSTOiBB ET Obiqines latines. — Que s'est employe jus- 
qu^au XVII® siecle, par souvenir du latin, apr^s des verbes avec 
lesquels il ne ee construit p'us bujourd'hui. Ex, : « Qui n'ad- 
mire^'a que.,.? » (pascal.) « i\^admii'ez-you9 pas ^ue tous ceux qui 
paraissent...'? »G'est le mirari quod.] 

T Que^ suivi de ne, s'emploie 1® aprfes le verbe ti s'en 
faut accompngn^ d'une negation, d*une interrogation ou 
de Tad verbe peu; 2<> apres le verbe tenv* pi is imperson- 
nelbment et construit avec une negation ou une interro- 
gation. Ex, ; II ne s'en faut pas de beauconp^ de combien 
^en faut-il qu'\\ ne se soit acquitt^? // ne tient a rien^ 
aquot tient'il que je ne renonce k ce projet ? 
Peu s'en faut que Malhan ne m'ait nomnj6 son pere. (bacine.) 

i* Obiqines latines et Histoibe. — Cette constructfon est 
r|U«e Bur une construction latine {quin avec le Bubjonctif 
-non multum abest quin, etc. C'est ce que n'a pas vu Voltaire, 
qui bUme la s&conde negation dans ce vers de Corncille : 

II ne tiendra qu'au roi gu'aux effets je ne passe. 

Le latinisme est encore plus sensible avec je ne puis {non 

possum quin) : Je fie puis cette fois que ji n« les excuse, (►boi- 

;LEAU.) « Je ne puis qw^ je ne m'ecrie. 3> (bossuet.) oc Je ne puis 

que ie ne Testiine. » {li.) « Je.ne puis que je n'interrom*»e ihon 

disconrs. r> (Id.) a Vous ue pouvez pas que vous n^ayez raison. ]» 

(MOLIEBE.) 

II est vrai que, dans toutes ces phrases, la seconde negation 
est explc^tive, et n'et-t Dullement reclam^e par ie sens: mais elle 
s'explique en latin par une loi qui a une grande force dans les 
Ian$:uee anciennes, la loi do Vattraction (la premiere negation 
attire la seconde); en fran9ai8 elle s'explique par un bouvenir 
de quia latin. On retrouvera en fran^ais d^autres traces de 
cette co&jonction latins au num^ro suivant (^^) et § 419, 4^^ 
ct§420,'3^] 

Digitized by VjOOQIC 



454 eBAlUCAIRB FRAWgAiaB, 

8^ Que^ sniri de nCf s'emploie encore dans le sens de 
mm que. Ex. : je ne dis rien qu'il ne me coniredise. 

[ *Hi8T0iEE. — Cette location eUit beaacoap pins nsitee aa 
XVII* siecle qn'aajoord'bai, par aoavenir de la constraction la- 
tine quin et le aubjunctif • Ex, : 

Ne saurait-il rien Toir qu'il ft'empmnte yob yeax ? (bagini.) 

u Nul Israelite ne ponvait ^tre roi, gu'il ne fftt de la maison 
de David. » (Id.)] « II semble qu'aucim prince ne paisse 
recevoir de louangea gu^il ne lea partag^. » (bo68dkt.) « Elle 
me fait prier de ne point partir gu'elle ne m'ait vne. ^ 
(s^iQNii.} Quin est de mSme poor nn conjonctif et one ne- 
gation : qui non on qui ne. 

On retrouve la trace dn quin latin (arec Tindicatif) on de 
quin imo dans une forroule oratoire f requeute dans lea Sermons 
de BoBBuet : « Qu'ainsi ne soit, regard z qael ^tait IMtat da 
moDdo... QvCainsine soitf vous aavex que... » Mais cette loca- 
tion commen9ait k 6t< csurannee ; aussi M«/Iierd Temploie-t-ii f^Y^ 
an sens plaisaut dantf Pourceaiujnac: « Qu'ainsi ne soit, poor 
diagnostic incontestable de ce que je dis... »] 

§417. Remarque I. — II ne fant pas confondre les 
conjonctions parce que^ quotque, avec las locations par ce 
que, quoi que. E,x. : 



Je dis cela, parce que je 
]e sais. (Ponr distingaer 
cette conjonction de la loca- 
tloa par ce que, on a joiot en 
un senl mot ce ik \2k propo- 
sition ^ar.) 

Le fait est vrai, quotque 
pen vraisemblable. 



Par ce que je sais, je Tois 
qne j'ai beanconp k appren* 
dre. 



Quoi que Ton pnisse en 
croire, le tait est vrai. 

[ * HiSTOiBE ET Obiqines LATiNES. — II cst bien Evident qac 
c'est Tusage qui a ^tabli ces differences. Car, ^tyiriolog^ique- 
ment, 'parce que est fonne des mSmes elements quepcir ce que ; 
qwdque^ des mimes 616ments que qw)i quCy k savoirper ecce-hoc 
quod; quid quod. C^est m6me par pure convention que Ton a 
6crit en deux mots parce que; et il est arrive an moment oti, 
pour ^viter la c< iifusion de ceit« conjonctiou avec la locution 
par ce que, on a voula supprimer cette demiere : c II ne f aut 
jamais dire par ce que^ s^par^ en trois mots »^ dit Vaugelas. 



y Google 



SYNTAXB DE LA CONJONCTION. — § 419. 46f5 

£t il bUme la phrase suivante : « II m^a adouci cette mauvaii^e 
nouvelle par ce qu il me mande de la bonne volonte da Roy. » 
On troave chez Racine, parce que en deux parties bien dis- 
tinctes : c Pane, dlBentr-ils, que le vin est un poison. »] 

§ 418. Behabque II. — Lorsque et puisque peuvent 
quelqnefois s'ecrire en deax motSy separ^s par nne con- 
jonction ou par an adverbe. Ex. : lors m6me que...; puis 
done que... 

% 419. Remarque III. — Divers emplois de la con- 
jonction que sont & noter : 

1" Que, repiW, Be met pour soit que... soil que. Ex. : 

Mais que dor^navant, on me blfime, on me loue, ' 
Ou'on dise quelque chose, ou qu' on ne dise rien 

J*en veux faire k ma tete... (la Fontaine.) 

Que se met encore quelqnefois au lieu de pour que aprte 
un nom indignant une cause^ un motif. Ex.: c II n'y a pas 
de raison qu'xiuQ dignity tue celui qui en est revStu. » 

(LA BRUYiiBE.) 
Qu'avez-vous done, dit-il, que voas ne mangez pas? (boileau.) 

2<> Que, dans certaines locutions conjonctiyes, tient 
souyent lieu depar qui, par lequel, auquel, duquel, etc. Ex. : 

c Je regarde les choses du cdt6 qu^on me les montre. » (ifo- 
Li^BE.) (L On a pu V0U8 prendre par Tendroit seul que voub 
^tes prenable. » {Id.) « Cette nuee se dissipa ayec la mHne 
Vitesse qu'ehe s'etait amassee. » (racine.) « Vulenciennes, da 
cdte gwele roi la fit attaquer. » (Jd.) 

Me voyait-il de fcsil qu'ii me voit aujourdTiui? ^aCINB.) 
Non, non, le temps n'est plus que Niron, jeune encore... {id.) 

« Le roi ay ant suppute le temps que ses ordres pouvaient 6tre 

executes. » (W.) « A Theuregue je vous parle. » (Id.) « Du jour 

que ^e le vis. » « L'heure etant venue qu'il f allait qu'ila soriin' 

sent, o {Id.) « Au moment gue j'ouvrela bouche. » (bobsdet.) 

Da temps que les bStes parlaient, (la foijtaink.) 

On dit encore: du moment que,. — « Elles avaientparl^ avec 
toute la digniti qu'un a chev^que pouvait faire » {Id.), c.-dd. 
ayec laquelle un archevd^ue pou«^ait parler. c Les Roraains 

Digitized by VjOOQ IC 



456 GBAimAIEE FBAN9AI3E. 

faisaient toujours la guerre dans le temps, dela maniere et ayec 
cenx gu*il lear convenait. (uoNT^fesQUiEU.) 

On le Toit, dans toutes ces phrases, le que evite la repe- 
tition d*ane preposition soivie de lequel, laquelle. 

[* Obiginks latines. — Ces divers emplois de que repondent 
soit^ quum^ soit a Tablatif du pronom conjonctix latin, quo on 
qua^ et surtout k Tablatif neatre quo!] . 

3° Que se met an lien de sice nesL Ex,: 

c Vous voyez des gens qui entrent sans salner qite legpn- 
ment. » (la bruy&re.) 

Que vois-je autour de moi, que des amis yendas ? C^i^GiHX-) 

Bien n'est beau que le vrai. (boileau.) 

(• HiSTOiRE. — Que, dans ces phrases, suppose t'ellipae dn 
mot autre et antrement. Cetle ellipse, ainsi que celle de tel, td- 
lementf est f r^quente au xvii* siecle. Ex. : 

Par qui sont aujourd'hui taut de villes d^sertes 

Que par ces enrages? (malhebbe. 

« Qu'ont-ils fait que d*ex^cuter la loi de Moise? (bossuet.) 

aL'6g^ypten*avair poinf encore vu de grands edifices que li 
tour de Babel. » {Id.) « Je ne veux d« reponse que celle que 
T0U8 me f»iite8 tons les jours. T> (s^viGN^.) € Ce t-ermon euit 
d'une force gu'il fair-ait trembler les courtisans. % (Id.) c Votre 
raisonnement est d'nnc justesse qu^on voit bien que vous €tes 
devenue politique dans votre gimvernemeDt. :d (Id.)] 

4** Que tient parfois lieu de lorsque, depui's que. Ex, : II 
6tait a peine sorti, que la maison s'^croula; je parlais 
encore, qu'il 6tait iijk parti ; il y a plusieurs annees que 
]e ne I'ai vu. 

5» Que pent remplacer toutes les conjonctions qui en 
sont formees dans les membres de phrase oil ces conjonc- 
tions devraient ^tre r^pet^es. Ex. : lo7*squ'on regarde et 
qu'on voit... ; a momsqu'on ne pense et qu on ne dise... 

Que rem place de meme, par analogic, comme, quand, si 
Ex. : comme j'ai parle et que vous avez entendu ; quand 
j'ouvre les yeux et que je consid^re...; s« vous dit<is une 
chose et que vous en pensiez une autre... . . 



y Google 



SYNTAXB Db LA CONJONCTION. ~ § 419 blS. 457 

Remarque. — Quand ilremplace si, que est Bui?i da 
subjonctif. 

(*HiSTOiRE. — Nou«Mi*employons que avec le subjonctif, en 
p'ace de si^ que lorsqu'il y a un duute dans la pens^e. Au 
xvii« si^cle on employait cette tournure m^me apres un si non 
dubitatif. Ex. : « St Achab ferma diirant quelque temps la porte . 
du Temple, etquily ait lu quelque interruption dans les sacn- \ 
fices, c^etait une violence qui ne fermait pas pour cela labouche 
^de ceux qui louaient ie nom de Dieu. 2> (bossuet.)] 

6** Que s'emploie d'une maniere expletive dans la locu- 
tion si fefais que de vous^ dans les exclamations et dans 
des phrases oil Ton vent marquer quelque empbase. Ex.: 
Malbeureux qu£ je suis ! 

« Quel supplice que d'entendre d^clamer pompeusement 
un froid discours ! )j (la bruyere.) 

...Esclaves que nous sommes 
Et des rigueurs du sort et des discours des bommes ! (racine.) 

La cruelle gazelle est se boucbe les oreilles. (malhebbe;) 

7° Que s'emploie avec le conditionnel dans certaine^ 
phrases elliptiques indiquant une supposition. Ex, : II 
aurait trouv6 un tresor^ qu'il ne serait pas plus beureux. 

§ 419 bis. Dans les propositions coordonn^es, dans les- 
quelles entre une des conjonctions si, que, etc., ces con- 
jonctions doivent s'exprimer devant le verbe de cbacune 
de ces propositions. Ex. : 

Pvisqu'on plaide et qu'on raeurt, et gw'on devient malade, 
11 faut des medecins, il faut des avocats. (la Fontaine.) 

[*HiSTOiRE. — La conjonction que est presque toujonrs 
omise, au xvi« et m^me an xvii* siecle, dans la scconcie des 
propositions coordonn^es. Ex, : « Si mademoiselle est en Veglisey 
et arrive quelque gentilldtre, il faut qu'elle se leve parmi tout 
le peuple... » (fi. estienne.) — « On estimoit Philippus si ter- 
rible en ses Rrwcs,qu(i lien narre^toil devant hn^et ne se tronvoit 
personrw qui ff'osast presenter en bataille centre lui. » (amyot.)]. 

§419 ter*. Si, suivi d'un adjectif ou d'un adverbe. et de 
que, forme une locution adverbiale et conjonctive qui a le 
sens de quelque.,, que, et veut ^galeraent le verbe au sub- 

C. 8r>' Digitized by V^oe 



458 GBAMMAIRE FUANgAISB. 

jonctit Ex. : Si mince gu^ilpuisse Atre, nn cheyeu fait de 
I'ombre. 

[* HiSTOias. — Au xni* si^cle, on employait eg^ement sttn 
ce sens, beds le faire suivre de que, mais ea mettant le suja 
apr^ le verbe suivaDt. Ex. : « Une figure, si r^galiere soU-eUt 
n*est paa aglriable k la vue, loruque... > (dbscartes.^ 

On employait m^mosi suivi depeu et de que avec rindioatif, 
parce qne toute id^e de doute disparaissait : si peu que eqaiva 
fait k le peu que. C'est comme le si quid des Latins. Ex. : 

St peu que fat d'espoir ne luit qn'aTec contrainte. (cobnkille.) 

c Db consamaient si peu qu'ils avaient de force k se snp- 
planter lee una les autrea. » (m^zekat.)] 

§ 420. II faut distingner si conditionnel (qni ezprime 
anssi le sonhait, § 420 bis, 1°) et si dabitatif. Bx, : Get en- 
fant sera r6compens6 s*il travaille {si conditionnel) ; je 
ne sais s*il m^ritera nne recompense {si dnbitatiH. On a 
Tn pins bant (§ 285) qne, apr^s le si conditionnel, Timpar- 
fait se met ponr le present dn conditionnel. On voit ici 
qne, apris le m^me si conditionnel, le present se met poor 
le futar, mais qne le iiitar se maintient apris le si dnbi- 
tatif. 

[* Gbammairb compabative. — Si conditionnel repond ao si 
des Latins ; si dubitatif k utrum ou an.] 

8* Conjonctions employees dans des propositions 
principales ou indipendantes. 

§ 420 bis. Les conjonctions si et que, employees en ge- 
niral en t^te des propositions subordonn^es, se trouvent 
qnelqnefois dans des propositions principales on in- 
d^pendantes. On ne pent y yoir des propositions snbor- 
donnees qn'en supposant qnelque ellipse^ ce qni n'est pas 
tonjours necessaire. 

1^ Si s^emploie ainsi dans les formnles de sonbait* Ex,: 

Ob I si je pouvais ! (Oh I qm je serais heuretsx, si je 
pouvais!) 

Digitized by VjOOQ iC 



SYKTAXE DE LA CONJONCTION. — § 420 bis. 4&9 

I*HiSTOiRE. — II y avait auxvii« siecle nne locntion coajonc- 
tive fort usit^e daos le sens de n^animdns : si est-ce qve, < C*^ 
tait une f a^on de parler fort bonne et fort Elegante au temps de 
Vaiigelas, mais elle ne Test gu^re mairitenant; et ceux qu? 
ecrivent avec le plus depolitesse font scnipule de 8*en servir.x 
(Le P. BouHOURS, Remarques nouvelles.) 

Elle est frequente dans les Sermons de Bossnet. Ex, : < Bieii 
que ce £oit un ecrit ineffable, si est ce toutefois que les !l&cri- 
tures divines nous le repr6sentent en di verses manieres. » — 
« Et bien que tout le raonde confesse qu'il n*y a rien de si n^- 
cessaire que ce precepte du sage, n est-ce toutefois que si nous 
Tobservons en quelque fa9on... > etc., etc. On la trouve aussi 
dans Pascal : « Si fuut-xl voir si cette belle pbilosophie n'a 
rien acquis de certain... » La I'* Edition du Dictionnaire de 
l'Acad4mie (1H94) signale cette locution comme vieillie. 

Vaugelas cite un autre emploi de si qui a une grande ana- 
logie avec celui-ci. II lexplique par avec tout cela^ ne Tadmet 
que dans le style familiar, et en donne Tex era pie suivant • — 
€ J*y ai fait tout ce que j'ai peu, j'ai remue ci^l et terre, et 
si, je n'ai pu en venir k bout. »] 

Remarque. — Si s'emploie aussi quelquefois dans les 
propositions coordonn^es pour marqper la seconde partie 
d'une interrogation. Ex, : 

Juste Ciel I me trompe-je encore a Tapparence, 

Ou si je vois enfin mon unique esp6rance? (corneillb.) 

€ Tout genre d'^crire re9oit-il le sublime, ou sH! n'y a quo les 
grands sujets qui en soient capables ? ]» (la bruyIre.) 

2^ Que s'emploie, dans les propositions principales, pour 
indiquer un ordre, un souhait, une concession, une suppo- 
sition, une exclamation. Ex. : qu'il parte. — Que ne vient- 
11 ? — Que Dieu yeille sur vous I — Eh bien ! quil tienne. 
— II aurait tons les tr^sors du monde quil ne serait pas 
satisfait. e: Que Dieu retire sa main, le monde retembe 
dans le n^ant. » (bossuet.) 

Mais que dor^navant on me b14me, on me loue... 
J'en yeux faire k ma t6te. (la Fontaine.) 

Moi ! que je lui prononce un arr^t si sivire I (eacine.) 
Mai? -0^ ma cruaut^ succide k ma colore ! (Id.) 



y Google 



460 GEAMMAiRB FRAN^AISE. 

Notf, seigneur, ywe les Grecs cherchent quelqne autre proie. 

(Racii^e.) 

Qnand on lit en t^te d'un chapitre : « Que la vertu est le 
plus grand des biens », on doit snpposer Tell ipse de la 
proposition principale, par exemple : it va etre demontre.,, 

3° Que, accompagn6 de ne, s'emploie souveut dans le 
sens de pourquoL Ex. : que ne se corrige-t-il ? que ne puis- 
ne Tavertir? 

[*Origines LATiNES. — C'sst encore un latinisme : que ne cor- 
respond 4 quin (avec Tindicatif), et quin equivaut k qui non, 
synonyme de cur non..,t] 



y Google 



SUPPLllMENt 



ou 



NOTIONS COMPLEMENTAIRES 



CHAPITRE L 

FORMATION DES MOTS. 
I. Des mots et de leurs divers iMments. 

{421. Apres avoir ^tadi^ snccessivement !<> les lettres on 
la phonetique (Notions pr^liminaireSy § 1-27) ; 2^ les mots ou la 
lexico/ogie (premUt'e partie, § v8H67); 3<> les phrases ou la 
syntaxe {seconde partie, § 158-420), il y a lieu de revenir ear 
les mots, coasid^res isol^ment, pour se rendre compte de leur 
formation. 

§ 422. Les divers ^itoents dont peuvent se compoaer les 
mots sont : 

1^ La radne; 

2o Le radical; 

30 Les affixes, 

§ 423. La radne est T^l^ment le plus simple, leplns g^n^ral 
qui entre dans la formation d'un mot ; c^est le germe de pin- 
sieurs mots ; il ^tablit entre eiiz des rapports de signification. 

§ 424. Le radical, c'est I'^lement qui indique la premiere for- 
mation dun mot. Ou appelle, en f rari9aiH, radicni ce qui reste 
d'un mot quand on en retranche les affixes et les desinences, 

[Etymologie. — Racine vient de + radicma. forme du substAatif 
latin radicem ; radical, de I'adjectif latin radicaiem.] 

§425. On appelle affixes les elements qui, dans la formation 
des mots, s'ajoutent au radicaL S*il8 le precedent, ce sont des 
pr^fijces; s'ils le suivent, ce sont des suffixes, 

[Etymologib. — Ces mots viennent de trois mots latins : 
affixum, fixe a cM; prsBfiaum, fiie devant; suffixum^ fixd au- 
dessous. c'eat-4-dire apres.] 

0. var, S6. 



y Google 



462 OUAMMAIEE FRATNfATSE. 

§ 426. On appelle diiinences^ en f ran9ai8, les lettres on 8jl- 
lab.'S qui servent k marquer le genre et le nombre. 

§ 427. Des exemples feront mieux connaitre ces divers 
dl^ments : 
1. Badne. 



AM 



(. Pr6fixe. 


S. BadicaL 


4. Snffize. 


6. Dfeinence. 




am- 


onr- 


8 {notfibi-t) 




ama- 


bUite 






ama- 


teur 






aim- 


er 




[nous] aim- 


&. 


mes (Id.) 




aim- 


able. 


a(W.) 




ere- 


er 




pro- 


cre- 


er 






creat- 


ear 






creat- 


ion 




rt- 


creat- 


ion- 


8 {Id.} 




U- 


on- 


ne (genre) 



CRi 



LI 

§ 428. On distingue les diainences des terminaisons. 

Les desinences indiquent le genre et le nombre daos les 
noms et les adjectifs, le nombre et les personnes dans les 
verbes. Sous le nom plus general de lerminaison on comprend 
tout ce qui se met apres le radical, k savoir les suffixes les 
caraciMstiques ou signes des temps et des modes (dans les 
verbes), et le« desinences, 

II. Des diverses espSces de mots. 

§ 429. Les mots sont simples ou composes, 

§ 430. Parmi'les mots simples il faut distinguer : 
1° Les mots primitifs, qui ne sont formes d'aucnn antie, et 
viennent directement de la racine ; Ex : ventjjaune, ogile; 

2*> Les mots derives qui sont formes de mots primitifs, le 
plus souvent par I'addition de suffixes, et qui sont avec les pri- 
mitifs dans un certain rapport de significafion. Ex. : ventiler, 
derive de vent ; jaunir, de jaune; ugiliU, de agile, 

§ 431. Les mots composes sont formes par la reunion de 
plusieurs mots simples (Ex. : hotel-Dieu) ou par Taddition d'un 
prefixe k un.mot simple (Ex. : des-ordre, re-crier). 

ni. Des affixes. 

§ 432. Le sens d*un mot est d'abord d^termin^ par la 
racine et le radical, puis modifi^ par les affixes, II est done 
important de connattre la signification des pnncipaux df/ixeg, 
parce qu'elle se retrouve dans tons les mots ou ils apparaissmit. 



y Google 



PRfiFtXES. — • § 483. 



46jt 



!• PREFIXES 
Tableau des principaux Prdflxas 

CLASSES PAR ORDRE ALPHABI^TIQUE 





0RI0IMX8 




' 


PBBfOUB. ' 


KT ORBOQUBS 


SIOMIFICA'nON 


XXBMPLES. I 


1. a- 


tot. ad. .... . 


tendance; attribu- 


alors (ad illam horam)\ — qbor- , 




Ledde ktpri- 


tion; rapproche- 


der, acheminer, omener; aver- 




potitUm ad, 


meut. 


tir {ad veriere)', — agranciir, j 




est quelquefois 




agrdger, agression, oguerrir; 

— aligner, aliter, alourdir; — 

— an6antir, anoblir; — apal- 




aupprinU de- 






vant la con- 






ionnentivante. 




aer, opircevoir, aplanir, apla 




MaispltuMw 




tir, aposter, apui«r. 




vent, la am- 




\ 




tonne d n*est 








pasnqtprimSe, 
















par assimila- 








tion h la con- 








Sonne suivante. 








Voy, ac, ag. 








al, an, ap, ar, 








a8,at. 






2. a- •« an- 


ffpcc A prix* 


MOfln^gatif. 


Miots deformation satante: oma- 
rante, amnistic; — athte, 
onomalie; an6mie, anonyme, 
anarchic. 


•ab-etabs- 


lot, ab, abe. 




afthorrer, «6ject, ofjurer, ah- 






de depart, canae. 


soudre, aftua ; — adwenoe, ^abs- 
tenir, a6»traire. 


ad- 


lat. ad. 


tendance, rappro- 


adopter, adjoindre, admettre. 


d'oiif par al- 




chement, attri- 


adorer, adage. 


esf-ation: 




bution. 




1. ac- 


AssimOatiandu 


Id 


accent, accepter, acclamer, ac 




Aaveela ctm- 




dimater, accompagncr, accos- 




soMi€ sutvanie 




ter, accouder, accoutumer. 




eomme en latin. 






2. af- 


Id 


Id 


i^ermer, q/Teimir, a/Bcher, <tf- 
firmer, <^/floer, w/Enbler. / 


l:'J: 


. ...Id 


Id 


a^glom6rer, a^lutiner, a^raver. 


Id 


Id 


aHaitir, aHier, ajlonger, a/louer, 








aflumer. 


5. an- 


Id....... 


Id 




6. ap- 


.^.Jd 


' Id 


ajiporter, otppartenir, a/'poeer. 
oppuyer. 


7. ar- 


.... Id 


Id.. ..... 


arrauger, a/Tiver, orrondir. 


8. as- 


Id 


Id 


Msalliir, ojsister, oxsi^ger, as- 








surer. 



y Google 



GRAHHAIRB FBAN9AISE. 



" 


ORIGINKS 






FRjinxjtB. 


LATWES 
BT ORECQCES 


SIG^TIFIOATIOH 


XXBOIPIJBB. 


». aa- 


ponr adt (]e d 


tendance, rappro- 






IX dispam de- 


chement, attri- 


(en latin adsctmdeniem^ ibi^ 




rant Vi, par 


batdon. 


gere^ €Ui*jHrare.j 




cupbonie.) 






10. at- 


OMttmOation. 


Id 


attarder, oftendre, atteKe. 
ortirer. 


amphi- 


gree «jt?i. 


antour, des deux 


Mots de formation aavaiU.m^ 


D'ou par 


D'ou,par alte- 


cdt^s. 


l)Atbie, ampAtth^tre. 


alteration : 


ration : 






1. amp- 

2. amb 

3. am- 


lat. amp- 
tor, amb- 
lat. am- 


Jd 

Id ....... 

Id 


'-^-•js— 


ana- 


grec ovcu 


en arrifere, en sni- 


Mots de formation tatante : «■»■ 






vant, d'aprte. 


choT^te, anochroniime. 


ante- 


lat. ante. 


avant. 


Mots deformation sarante: «■ 


et par alti- 






dilnvien, anf^oMent, aniqt 


ration . 






uolti^me. 


1. an- 


Id 


Id 


( ancetre [am- 
Motsd'origine ) eeswrml 


2. ai- 


.... Id 


Id 


popuJaire : ) ainii {ante * 
\ turn). 
Mots d'origine popuiaire : ffltf 2- 


1. anti- 


aUiraHon du 


Id 




latin ante. 




per, aTt/icfaambre, anMdaier 


2. anti- 


grec Avti. 


oontre. 


Mots de formation navanf^-.r' 
p«ipe, an^tpathie, anx- 
(AvTiowvov, r^ponse c- 
choeur k un autre). 


apo- 


gree dic«. 


^ioignement. 


MoU deformation tavante.t!*^ 
g6e, ai»lojme, a/wlogie, «»■ 
stasie, a/wth^oee. 


archi- 


grec i^ii. 


s'jpMorit^,X'i^^^B^u^^ 


MoU de formaHon sawa^^ 
archaxige (pour arritewr 
arcWtecte, orcfttohaaitJB 
arehiduc, archifoa, etc. 


auto- 


grec aJTo;. 


mteie,lai-iA^me. 


Mots deformation sarante: aOh 
crate, automate, avlonume. 


ben^ 


lat. bene. 


blon. 


Mots de formation savante: b^ 
diction, fr^iu'flce. — Dmt :- 
mots d'origine po/mlnre. • 
pHfixe est traduit en frenfw 
bientait, dtVnhenreux. 


bis- 


lat.YAs. 


deux foil. 


biscmt ibis coetun^, bitiJn. 


et, par aVU- 






W«oomu. 


ration : 








bi- 


Id 


Id 


Wfurcatlon, 6icom«, KpWi. 
ft/nome. 6fcarbonate 


bs- 


p^ratif. 


Id 


d^vue (fausse we). 


cata- 


grec xaTou 


oontre; en tas. 


Mots fie formaticn satanie : ft»- 






cbr^se. co/ocombe, ca4q>'«iBt 








caftirrbe. 



y Google 



^Kefixes. — § 432. 



46, 





oniGiNEa 






PlUfiFIXES. 


LATINF.S 
KT GRECQUIiS 


SIGNIPICATION 


raCEHPLES. 


circum- 


lat, oircam. 


tout autoor. 


Jfots de formation savante : cir- 


Et, par alti- 






Cttmnavigation, d^rt/wpolaire. 


t at ion : 








circon- 


Id 


Id 


Mot* cTongine popnlnire : drcon" 
stance, ci/ronvenir, extxanti- 
rence, circowscrire, dfeonflexe. 


cis- 


lat.cia. 


eB de^. 


Mots deformation tavante : ci»- 
alpin, ctxrhenan. 


com- 


lat. cum. 


avec. 


combattre, compatriote, a>mmis> 


AX par aiU- 






sion. 


ration : 








1. co- 


lat. co- 


Id 


coaccuse, eoassoci^a oohablter. 


2.C01- 


lat. ool- 


Id 


co/laborer, coQatdral. ron^gue. 


3. con- 


lat. con- 


Id 


concitoyen, concourir, coMcorde. 


4. cor- 


to^, cor- 


Id 


corre8pondre,co»Tompre,«)/Todcr. 


contra- 


lat. contra. 


contre. 


contradiction, con/ravention. 


contre- 


Id 


Id 


v;»»/redire, cowfrffleing, cotUre" 
bande, contr^aire, controls 
{pour contre-r61e). 


de- 


lat. do. 


dloigiiement. 


d^aptiser, d^boucher, depayser, 
</^poser, (f^pendre. 


des- 


lat. dia. 


Id 


<f^*abuser, disaccord, d^Mgrte- 




(dis-calc«atuBi, 




ble, d^«appoint6,d<^»nner,d^- 




des-chaussd.) 




habituer, dishonorer. 


di- 


grec *t?. 


deux fois. 


Mots deformation savante : di- 
lemme, dt'pbtongne. 


dia- 


grec 5ia. 


& travers, enti^re- 


Mots de formation savante : dia- 


et, par dli- 




ment. 




tion : 








di- 


Id 


Id 


dtorama dtoptrique. 


dis- 


laf. dia. 


separation. 


ddoemer^diftingner, (Uiparaitre, 


ct,V>pariU' 
sion : 






tfirtraire, disposer. 


di- 


lot. di. 


Id. 


ittlapider, lUstanoe, dtsperscr, 


2»jNira««imt- 






cttgdrer, digression. 


lation : 








dif- 


lat. dif. 


Id 


<i</Camer,d(mcne,d</rns,d{/rorme. 


dys. 


grec $u«. 


mal. 


Mots de formation savante : dys- 
pepsie, dyranterie. 


en- 


franfaii en; 


dedans. 


encadrer, mcbainer, enclore, en- 


etjtaraccom- 


kit. in; grec 4v. 




fooir; «id6mique. 












/hinfaUen; > 


Id 


«mballer, «mbourber, ^mbraser, 




grec 4v. 






em* 


Id 


porter, employer. 




Mots de formation savante : em- 






bryon, ewpyrte, «iipiriame. 


entre- 


fran^. entre ; 


entre. 


entrepot, entrecoxipeaCf entrem^ 
ler, e/i^/vlacer, entregent, entr*- 
tenir, <n^''ncte. 


i 


• 







y Google 



466 



GRAMMAIRE FRAN^AISB. 



— 


ORIGIXKS 






TBinxm. 


I.ATIXE3 
£T GIUSCQUBf 


sioxmcATiox 


SSBMPLE8. 


6pi- 


grec ii:i. 


8ur. 


Mots de formation lavante : ifa- 
d6mie,^/u"dermc, epigasbte^epi- 
taphc, 4pitom^. 


•tt- 


grec iZ. 


bien. 


Mots de formcUion savante : rv- 
charistie, ^fnn^ides, «#pha- 
nie, />upb6nii8ine. 


ez- 


lat. ex. 


dehors. 


vxagercr, <':roMer, ^xoentriqre. 


et, par sup- 






^•arolamer, «xtirper, exclait. 


pressionou 






«j:pBtrier, excommunier. 


aecommo - 








dation de 








consonnea : 








1. e- 


lat. e- 


/a. .... 


^bouler, ^cr^mer. emaner, ecor- 
cher, s'^raiicnir. s'^^crier. 


2. ef- 


lut. ef- 


/rf 


^/fnsion, effon<lrer, efiarcfodba. 


3. es 


lat. cr- 


Id 


essnyer, essowfRx r. 


eztra- 


Jat. extm. 


Id 


extraYtLgant, ^.r//Y/ ordinaire. 


for- 


lat. forir. 


dehors. 


/orfaire, /orfalt, /b/bun. 


ett par alte- 








ration : 








fOUP- 


Id 


Id. 


fourvojer. 


hfetero- 


grec ttspo?. 


autre. 


Mots de formation savante: l<- 
feroghne, hdtdrodoxe, Mttu- 
elite. 


hypep- 


grec'wii^. 


au-dessu8. 


MoU de formation sarnnte : hr 
jjerbole, hfjpertTophie. 


hypo- 


grec Oi:6. 


an-dessous. 


Mots deformation sarante : hvpf^- 
thfese, Aypogastre, A^pocondn. 
hupothbquQ' 


!• in- 


lat. In, prif. 


dedans^ sor. 


<n«arc6rer . <n jecter , inscrin 


etj par ac- 






tnclns 


commoda - 








tion : 








1. il- 


lat.i\. 


Id 


{/Inminer, inastrer. 


2. im- 


lat. Im. 


Id 


fmbiber, immerger, importer, 
t'mposer. 


3. ip. 


lat, ir. 


Id 


Irrigation, irmption. 


20 in- 


lat. in, prif. 


sens n^gatif . 


inanim^, tnabordable, ifthn- 


et,pur accam- 






main, inocrtein, fnfidele, im- 


modution : 






salubre. 


1. il- 


lat. il- 


/u 


iflettrd, ifl^time, i/limite. 


2. im- 


lat. im- 


Id 


imbuvable, immMU, tmpntieBt 


3. ir- 


lat. ir- 


// 


pr^hensible, t/regiilier. 


intep- 


lat. inter. 


entre. 


tfU^rruption, interrtHle. 


intpo- 


tor. intro. 


en dedans. 


in^rodnire, tnfroduction, itOro-l 
mission, introlt. ' 


mal- 


lat. male. 


mal. 


maftraiter; majade (fiMil« apttui 


e/, par alti- 








rnfion : 








mau- 


/rf 


Id 


mat/dire ; maussade (maie taji- 1 
dum). 



y Google 



PREFIXES. — § 432. 



467 





ORIGINES 


■■ 


- 


PREFIXES. 


IJinNKS 
KT GKECQUES 


SIGNIFICATION 


EXEMPLE8. 


mes- 


lot. minos. 


dtat moindre, nmn- 


m^alljer, m^avanture, wi^in- 


et, par alU- 




vais. 


telltgence. 


ration : 






• 


mh- 


....Id 


Id 


«;i^content, ira^cr^ant, m^dire, mi- 
fait,w^garae,»wdcompte,meprisfr. 


mela- 


grec v^Cka, 


noir. 


MoU de /ormaHnn mvante : Mi- 
/andsie, m«7ancolie. 


meso- 


ffree |Ai«jo;. 


milieu. 


Mot de formation savante : Mi- 


et par Elision: 






Mpotamie. 


m^s- 


Id 


Id 


m^nt^re. 


m^ta- 


grec ^xxk. 


changement. 


Mots de formation savante: mi- 


er, par alU- 






tomorphose, m^tephore. 


ration : 








tt*;- 


Id 


Id 


mit^ore. 


mi- 


tat. medium. 


moiti6. 


midi, minvAt, milieu. 


micro- 


grec jxix?*,-. 


petit. 


Mots de formation savanU : mt- 
croscope, microcosme. 


tXUM' 


grec jitw?. 


haine. 


tntotnthrope, mfntnthropie 


n6o- 


grec vio;. 


nouveau. 


Mots de formation savante : nio- 
logi?me, Jie'ophyte. 


non- 


fr. non. 


Bens n^tif. 


nowchalant, no/ipereil. 


ob- 


lat. Ob. 


en lace de. 


oWir, oWigcr, observer, x)6tenir, 


«r, par oMi' 






oftjecter, obstacle, o68tru6. 


milation : 








1. oc- 


lat. 00. 


Id 


occasion, orcnper, occurrenee. 


2. dp- 


UU. op. 


Id 


opposer, oppression, opprobre. 


ortho- 


grec opOo;. 


droit. 


Mots de formation savante : or- 
fAographe, orf/iop6die. 


outre- 


lat. ultra. j 
franf. outre. < 


an del& de. ' 


oti^^uidant {ultra credens «M), 
oi/r/*<?passer. 


par- 


lat. per. 


& travers, jnaqu'au 


/wrcourlr, jwf-donner, paror 






bout. 


chever, jporfaire. 


per- 


. .../d .. .. 


Id 


p«rcevoir.j9<rforer,pennettre,p(?/"- 








fection, p<?7-turbatcur, jp^clns. 


para- 


grec «ap&. 


icdt^andeU. 


Mots de formation savante : pa 
rahole,paradoxe^pafagr&phe. 


peri- 


grec rtpi. 


k I'entour de. 


Mots de formation savante : pi- 
rtm6tre, j>^riphrase, p^nstyle. 


philo- 


grec olVo?. 


ami. 


philosoTphe (ami de la sag*^sst). 


et par Elision: 






pAitotechnique [ami des art*). 


phil- 


... ./(f 


Id 


p*i7anthrope {ami des hommes). 


post- 


lot. post. 


apr^s. 


Mots de formation saraitte : post- 
scriptum posthnme, postirM. 


pour- 


to^ pro. 


en avant. 


pottrchasser, pou/pailer, pout- 
fendre. 


pre- 


lat. prae. 


avant, en avant. 


proposer, pripo^iilor , pr^cnr?eur , 
preambule, ;)/-^iioto, prescience, 

pi-^sumer.p/ ^supposer.pressent r. 


Pro- 


7a^ pro. 


en avant. 


Mors d'origine populaire : prolo- 
gue, pronostic, p/odiomo. p?'o- 
dmre,p/olonger,proclam.r,pro- . 








ieter.p'oposer.rronom.proc^der. 



y Google 



4«jl 



aBAUKAIBK rBAN9AISB. 





ORIOINB8 






fbApeub. 


LATINBS 
ST ORBCQUEB 


BIGNIIIQ4TI0N 


EmfPI.EB. 


. 














carer {curare pro 9iiquo), p'r> 
















la place de consul), jwvepectus. 


ppos- 


grec icfo«. 


vers. 


pros&yte, proiodie. 


re- et p6- 


tor. re. 


1. renouvellenient, 


r«5aeillir,/-qolndre,r«faire,rfl»on 






recloublement(en 


dir, repasser, rfciter, ress&m. 






tottn rorsus.) 


f assembler, ressortir, nssentir. 






S.Retour enarri^- 


r^agir, r^criminer, re'damer, m- 






re «n/ati» retro] 


pect^ f^usion, y^ister. 


retro- 


tot. retro. 


enarri^. 


Mots d« formation savante : ritn- 
o6der, rdtivgnder, retrospectU. 


BOViS- 


/r. sons, tot. sab. 


Sous, en dessons. 


*otf«traire, «ot»-lleutenant, «w- 


et.par aUi- 






cription. 


raUon: 








•Ott- 


Id 


......./<! 


souteimAn, «>i/I"gner, «>innettre. 
wuvenir, tonrire. 


sub- 


UU. sab. 


aa-dessoos. 


ittftalteme, iwMiviser, #B6juguer, 


«, par aui- 






xu&stance. 


milatian : 








1. BUG- 


toe. sao- 


Id 


*Bcc6der, ««oombcr. succnttak. 


2. BUi- 


tot. sof • 


Id 


sufQxBy tuff oqner, stif&re . 


3. susr. 


tor. BUg- 


Id 


sugg^rer, suggestion. 


4. SUp- 


tot. sup- 


Id . 


«tfpplanter, supplier, tuppaiUs, 


oUf awe ai' 






supposer. 


Uration : 








5. 8U- 


tot, su- (sob.) 


Jd 


suspecte. 


sttper- 


tot. super. 


au^leflsos. 


Mots de formation savante : n- 


<f, ;>ar oJftf- 






jj«rfln, *w/v;-ptition, mper^ 


ratton : 


tot. super. 




8cr, fl/jwrcherie. 


■upr^- 


tot. supra. 


Id 


supreme, *«/»;-enmtic. 


8ur- 


fr. sur. 


Id 


fi'u/venir, *w/-t. ut, surface, stir- 


et par alii- 






noznmer, 4u/huiiiain, surcha- 


ration : 






ger, wnirolt, surmonter. 


•UJ- 


Id 


Id 


stadit, wjpendre, nMceptJble. 


sya- 


gr, wiv 


av«c. 


/ tyntaxe, «^dic. *i* 


et par accom- 
modation : 






Mota I ®P*'Q"®' ^»<^^^ 
, 1 nisme. 
formation <«ynabe^nogisine..nr/- 


syll.sym 


gr, 9\tl, cuj*. 




ouparilUion: 






wi™nt^?/ lepse'*i,mbole.,y.. 
I pathie. jvmphoTiie. 


?£*- 


Id..r.,. 




\ syvn^tTie,' svsttmt. 


gr. x%lu 


au loin. 


t^^graphe, teldjramme, t^l^ 








scope, tilip\\oue. 


trans- 


lat, trans. 


aadelit. 


trans\t\on. transit^ tf-nrjaaction- 


et, par alU 






t;a/Mporter, transmettTe,traru- 


ration: 






former, traw^gresser. 


1. tra- 


tot. tra- 


Id 


rrwve8tir,t'•adui^^ ./raverser,frofc 


1 I. tre- 


Id 


Id 


/r^pBSser. t/vsFaillir. 


vice- 


tot. vice. 


k la place de. 


vice -vox, if/c<'-amiral. On a ditpc' 
abrtviation : ricomte <ricf co- 


, 









y Google 



SUFFIXES. — § 433. 



469 



20 SUFFIXES 
S 433. •— Les FnTfixes se divisent en qnatre clasees : 

lo Suflixes des substantifs ; 

2® — — adjectifs et participes ; 

3® — — verbes; 

4« — — ad verbes et autres particules. 

Ces quatre classes se subdivisent elleE-mfimes, d'apr^s leur 
sens, en plusieurs groupes : 



!'• CUSSE — SUFFinS DES SOBSTANTIFS 

Tableau des priucipaux safQxes de substantifs 



===== 

OROUPBS. 
LEUR 


PUFFIXES. 


OBIOINRS iJtHKES 




SIQNIEICATIOK. 








I. Noms in- 


-aire. 


Lot. -arium, -arem . 


militatr*, notatr#, secr6tatV'e. 


diqnant Va- 


-eur,-teup. 


Zo^. -orem,-torem. 


chass^'M^', couvrewr, labour^ur; 


gent. 






acciisa/^/', cvMVvsLteur. 




-er. 


Ba3 lat. -ariam. 


berg<?/-, bouch^r, boulangw; 




-ier, yer. 


Lat. -arem, -arium. 


anmdn<<?r, charpentiw', menni- 
gter, abricotfe/' ; ^cayer. 




-ien. 


Zo/.-iannm, -annm. 


chr^tiew, musiciwi, physiciCTi. 




-Ute. 


6'r.i<rcr,v,Zaf.-i8tam. 


antogom^te. bell6ni«t^, Fophife?, 




-esse. 


Lat. -issam 


feminin de divers mots; chasse- 
rM5^,abbc«.v,prophet*«*,d6eMir. 




-tpice. 


Lat, -trictm. 


fiminin des mots en tear , ac- 
cusatnce, sdulatrice. 




-at. 


Lat. -atom. 


dpiaoopaf, majorat d^emai, 
oensnlaf. 


2. Noms in- 


-tion, -ation, 


Lat -tionem,ationem 


taction, fonda<fo», aboIiffOM, 


diqnant : 


-ition-ission 


• itioDem,issionem. 
Ffonqais. 


scumiMion. 


^. Taction etlc 


-ade. 


ceillade, croisade, jirfyaaiade. 


r^nltat de 


-ment. 


Lot. -mentum. 


fondemetit, U stanur7i/,arrosem#««. 


Taction, etc. 


-age. 


Lat. -aticum. 


^Oia(jf,rfUicommodage,\)ai&jage. 




-is. 


Franqaii. 


abatiji, treillj«. 




-ice. 


Lat. -icium, -itiam. 


benefice, Artifice, justice, maKw. 




-ure. 


Lat. -uram. 


nat«/r, afirricult«re, hles&ure, 
ceiutuie. 




-son, -^on 


Xo^.-tionem. 


rai«on (rationem\ poiwn (potio- 
iiem), deciiriaI*o«, f&gon (fac- 
t;onem}. 




-ande. 


Lat.' andam, -endam, 


rfprimiuHh, propagflf/Mfe, 1^- 


-ende. ( 


-andum, -endom. E^ndt, divid^*rf^. || 



«ifur. 



27 



y Google 



70 


GRAMMAIEB PBAN^AIBB. 


QROUPES. 
TXOR 


8UFPIXKS. 


oraaixEs 

LA'DNES, ETC. 




SIGNIFICATION. 








B. la mani^re 


-ance. 


Lea. -antiam. 


abondamy, ignorance. 


d*etre , let 


-ence. 


-entiam). 


patience, mk^Ws^enee. 


qualitx^s, les 


-esse. 


Lat. -itiam. 




dcfauts. 


-itttde. 


Lat. -udinem. 


aptitttflk, h^Utude, certitude. 




-Xh. 


Lat. -tatcm 


hont4, sanr^jhnmanite', jpuaneti. 




-erie. -as* 


Lat. -iam (at?«c af- 


iBjireriey poltronnerie, fripoo- 




serie. 


faiblissement des 
su/Jixes frangaU 
-eur, -asseur, -ier. 


7i£riej T^yasserie, ecnroMserk. 




-ie. 


Lilt. -iam. 


perfidtV, cBiomnie. 




-ice, -ise. 


Lut. -itianu 


avartof, a&Yicef bfitwr, sottiie, 
fain6ant»*e, gonrmandw. 




-isxne. 


Or. ifffiov. 


haxh&rUme, antagontrnie . 


3 . Noma de 


-acle, ail. 


Lat. -aculum. 


spectacte, oracle; goirFernatZ, 


lienx, d'ins 






bercoa. 


truments. , . 


-oip. 


I/it. -orimn . 


dortoir, parloir, abreavotr.pns- 
soir, comptof r, arrosoir^roO : 




-oire. 


Lat. orium, -oriam. 


T^tectoire, armaife, ieritoirt. 
histotfv. 




-Che. 


Lat. -cam. 


manchet percA^. 




-er. 


Lat. -€rium,-arimn. 


greni<?r, vlvi«', hticher, <doclKr. 




ain, -aim. 


Lat^ -amen. 


airain, levafn, essatm. 




-y^ 


Lat. -iam, -iacum, 


Neuilly, Antony, Noi^y, CaiaiE- 






-Itimi, etc. 


pigny. , 




-viers. 




Lonviergy Yerviers. 1 




-erre. 


Lat. -dorum, -du- 


Anxerre, Nantcrrtf, TornKm, I 






rmn. 


(Ternodurum). 




-an. 


Lat. -encum, -en - 


Monran, Dourdon, Cachon. 




-ac. 


nnm. 
Lau -acum. 


AuriUac, N^rac, Bergeroc. 


4. Nomad'ha- 


-an. 


Lat. -anum. 


paysan, Toscan. 


bitantsd'aa 


-ain. 


Jd. 


Bomam, Gemiatn, Am^oafn. 


paya 


-ien. 


Id. 


Nor76gt>«, Autrlch«CT«, 'PmSBun. 




-ais. 


Lat. -ensem. 


Fran9at*, Angla{«, Puitngvif. 

Nantat*. 




-ois. 


Id. 


Su6doi«, Danofj, Gr^geoiv. 


5. Augmen- 


-agne. 
.ame. 


Lat. -aniam. 


campaj/ne, montagne. 


tatifs, fr6- 




botatlZe, mitraau, ^ponsaillr. 


quentatif 8 et 








p^joratifs . 






saille, yaletaille. 




aceZ-asse. 


Frangais. 


vantas«, pap« vtis*e. 




-ade. 


Gr. aSa. 
lialieity -ata. 


mjriadey c&XHlcade, gambade. 




-aud. 


Germaniqw, 


lonrdattrf, badaf<J, rongerad. 


6i DiminoMflSi . 


-eau. 


Lat, -ellmn. 


lapereau (leporellum), oenxo, 
arbriss«au , chevreav, per- 
dreauj lionc«aw, ramecnr, dia- 
•peauy raissratf. 




-elle 


Lat. -ellam. 


demoiselte, 6cue7fe. 




•aut. 


GermaviqHe, . 


leYTaut. 




-at, .^tte. 


Bos lat. -et um. 


maisonn<?tt£, planchcttk. 



y Google 



SUFFIXES. — § 433. 



47 



GROUPES. 
' LKL'R 


SUFFIXES 


ORIGINBS 


EXBMPLES 


$IGNIFICATI0N , 




LATINBS, ETC. 






-elet. 


Bcu lot. -etnm. 






-elette. 


Id. 


gant«Ze^ temmeletle. 




-eul, euil. 


Lut. -olam. 


tXieul, A'ieul, linc«u/. chevr^t./^. 




-iUe. 


Lat, -iliam. 


oiguilU, cheviHe, chenille, be- 
qnille, charmilley ^ottilU, fau- 
cille. 




-illon. 


FrangaU. 


carpfiton, oisiZton, signiUvn. 




-in, -ine. 


Id. 


coqnin, f again, galopin, bou- 
qxxin, chaumine, botti««. 


; 


•on. 


Lat -onem. 


ano»,larron,oi8on,gar9on,guidoM. 




-ot, -iot. 


FrangaiS. 


Hot, chariof, cacho^ vieillo^, 

pctiot. 
globule t formule, partict»/«. 


; 


•mle> -cule 


Za/.-ulum,-culBm. 








oi>mcuJe, animaieule 




-ole. 


Lat -olam. 


c&hriole, cartiote, cajnisole, coa- 
po/«. 




-ouiUe. 


lAt. -ucnlam, •ncu- 


grenoaiU« , carnouille , gar- 






lum. 


gouille. 




-uche. 


Bas lat. -acam. 


merludie, peltfcA«, gnenucA«. 



a^" CLASSE - SUFFIXES OES AIPECTIFS ET PARTICIPCS 

Tableau des principax Suffixes d'adljectifs at de participes 



GR0UPB8. 

LEUB 

SIGNIFICATION 



I. Adjectifs 
A. indiqoant la 
manitee d'e- 
tre, lea quali- 
ty et les d6- 
fanta. 



>fiaue, fere 

luge. 
-able, 
-ape. 
-aire. 

-al. 
-ant, -ent, 

-and. 
-&tre. 
-el. 
-escent. 

-enp. 

-euz. 

-ible. 

-uble. 

-iep. 

■■«■■■■■ 



ORIGINBS 
LATINBS, ETC. 



Z^.-fioum,-fenim, 

•fagam^ 
lat. -abilem 
Bas 2<it. -aticum. 
Lat -aiijim, •arem. 

Lai. -alem 
Z,a^-antem,-entem. 

Bas lat. -aaterum, 
Lat. -elem. 
Lat. 



lat -orcm. 
Lat. •oenm. 
Lat -ibilem. 
Lat. •nbilem. 
Lat. -iaiem. 



endGr\fique, somn^erf, somni 

fuge. 
aimable, loaabUy reBpeetable. 
vdlage, aaxxvage. 
adversotre, angulaire, mill- 

taire. 
oriental, moral, poDtlflca?,l^gaZ. 
vailiantt bienfaisan^, prudent, 

friani. 
blancbd/re, v&cddtre, rongeiUre. 
craely artificie/, morte/. 
adolescent, axhorescent, efler- 

Teseent, 
rieury moqnrar, tiatteur. 
penreiMr,monstmeu«,belliqu^x. 
Betksible, lrasc<6/c, perfectible. 
BoluMey indifsoluble. 
familiar, grossier, oontumier. 



y Google 



72 



GBAHHAIfiE FBAN^AISS 



GKOUPES. 
LEUR 


SUFFIXES 


ORIOINKS 


BXEMPI.BS 


lONIFICATION. 




LATINBS, ETC. 






-if. 


LaL -ivum. 


capt</, 8ignificat</; ddcis<A 




-il, -Ue. 


iMt, -ilem. 


8ubt<{, civi7, geuta, pa^rtl, aor- 
nie, facOe, imMcOe. 




-in. 


LaL -innm. 


enfaaUn, sangnin. 




4(iae. 


LcU, -icQin* 


hfyroiquet honmitique tag&t 
que. 




^ide. 


Das iat -oXdnm. 




-ide. 


Lat. -idnm. 


caadide, ligide, mmUde, ha- 
midt. 




•nUe. 


Lat. -ubilem. 


Bolnble. 




-u. 


Lat, utnm. 


barbtt, bo^stf. 


B. Aogmenta- 


-•oe,-<asBe 


Lat, -aoem. 


npaee, bonaue. 


tib, frdqaen- 


-Ache. 


Lat, asciam. 


CTAYaehe, gaxutehe. 


tatifc 


-ard. 


Oertnanique. 


babillard. bavard, VMitani, 
criardy grugDorti. 




-bond. 


Lat, -Imndam. 






•issune. 


Lat. issimam. 


doctu4i»ie, Tichirsime. 




-ieme. 


Lat, -esimiim. 


deaxiimf, troisitaur, cenUhM, 


CBlmlnntlfB. 


-et, -«let. 


Bas lat, •etnm. 


propret, aigrffel, roudeiet, brn- 

net. 
onfantfitf benfn,inaItejl>lozidiii> 




•in. 


Lat, -innm, -ignnm. 


2. Particlpee 


-ant. 


Lat, -antem. 


aiman^ mordant, enleroia. 


prints, ad- 


-issant. 


Lot, •iaoentem. 




jectifs Tor- 






sant. 


baux..,.,... 








3. Partidpes 


* 


Lai, atmn. 


tAmi, 


passte 


-i 


Lat. -itcim, -ictnm. 


fini» hhii. 




-is. 


Lat. iasunu 


Boumif. 




-t. 




fai/. «cilf. 




-u. 


Za/..ltam,-utuinMo. 


yendw. perdu, disadlK. 



3* CLASSE - SUFFIXES OES VERBES 

Tableau des principaux Suffixes de verbes 



OKOUPBS. 

T.KUR 

tGSIK CATION. 


SUFFIXES 


ORIOINES 
LATINBS. ETC. 


BXBMPLB8 


. SiifQxes des 
qnaireconja- 
gal>on-«, mdi 
quant Yid^ 
gt^D^raled'ao 
tion. 


-er. 
ir. 
-oir. 
-re. 


Lat. -are, -ere. 

Lai. -• e. -&». 
lat. -ere. 


aim^, r^p^Ufw 
finir. 

rendrv. 



d by Google 



8VFFIZBS. — § 433. 



478 



OROCPBS. 

LEUB 

aONIFICATION 


SUFFUBS 


OniGINES 
LATLVE8, ETC. 


KXBMPLES 


2. Snfflxes sp6- 


-fiep. 


Lat. facere, -Scare. 


hon\fier, 6di/f«r, fort^fc*', p6tri- 


oiaax : 






JitTy morti^r, se mejier. 


I. Caosatifs (in- 


-iser. 


Gr. tl^tiv; bos lat. 


grecia^r, pindarww, dvilwr, 


diquant li- 




-hsare. 


centralized', familiarffer. ' 


deede cause'. 


-aiUep. 


PranfaU. 


tectaUler, rivaailler. 


2J'r6qaentaUfs: 


-asser. 


Lat. -ascere. 


T^yauerj ayocosser. 




•onner. 


Franfais. 


grisonner, f oisonn^r, txis-sonner. 




-oyer. 


Lat. -icare. 


cdtoper, iestopevy toumoyCT-, 
ploy«r, laxmoyer. 




-ulep. 


Lat. -ulare. 


moduler, g&sUculer. 


3. Diminntlfe: 


-eler. 


Fran^it, 


chaaceler, grotxaneler^ harcelet: 




•etep. 


Id, 


becqaeter^ marqneier. 




-isrep. 
-iQep. 


Italien. 


roltiger. 




Lat. -illare. 


TacilUr, pendt/^, tortUlert pe- 








tiUery iMXhoniUer, chatoniJ- 
ler. 
torxmiquer. 




-iquep. 


Lat. -icare. 




-otep. 


FrangaU. 


barbofer, vlvoter, clapo<«r. 



4* CLASSE - SUFFIXES OES A0VERBE8 & AUTRES PARTICULES 

Tableau des principauz suffixes d'adverbes, etc. 



SUFFIXES. 


LEUB 
SIONIEIOATION 


ORIGINES 
LATINES, ETC. 


BXBMPLBS. 


-ment. 

-ent, 
-ant. 


La mani^re. 

Id. 
Id. 


Lat. mente. 

Lat. f nde. 

Lat. 1. ante, suf. 

partieipedl'ablatif. 

2. ante, pr^pos. 


noUement, hravement, vertueu- 

sement. 
Le suffixe ment peut s'ajouter a 

presque torn les adjecti/s pour 

former des adverbes. 
comment, eonvent. 
penda/i/, moyennanr, duran^, 

nonobs'an^; avanty deran^ 



y Google 



474 C^&AMMilBE FBAirgAISE. 

BEMARQUBS. 

Remarque I. — On le yoit, ce sont les saffixes latins qui ont 
donn6 k la langiie fran^aise presque tous ses suffixes ; mais. 
une fois entree dans la lan^ue ces suffixes ont ete appliques 
par analogie k des radicanx fran^ais. 

Remarqub II. De mdme qu4l y a des mots de formation 
populaire et des mots de f oimation savante, 11 y a des suffixes 
de Tune et de Tautre originn. Ainsi, de la racine prim et da 
suffixe arium^ est venu, par formation populaire^ prem-iefj et 
par formation savante^ prim aire, 

lY. Des mots d6rlv6s. 

§ 4S4. G*e8t, en general, par Taddition de suffixes que les 
dMv^s se forment des primitifs : par raddition de nouveaux 
suffixes on forme des derivSs de derives, 

Les suffixes representent ce qu'on a jndicieusement appele 
Us idpcs latetttes du iangage {i). Rien n^est plus simple^ la 
fois et plus important a etudier que cette formation de mots 
par addition de suffixes. Ces nouveaux elements, si humbles 
en apparence, sont tres f econds : a eux seuls, ils expriment une 
foule d'idees qui, sans eux, exigeraient en fran9ais I'emploi de 
plusieurs muts ou de toute une p^riphrase. Ainsi le seul suffixe 
ter, joint k divers radicaux, exprimera : 

lo La production (pomm-ter, figu-ter, poir-ter) ; 

2« La contenance (f ruit-ier, encr-ier, herh-ier) ; 

3« La qualite (ooutum-ier, f 4conn-ier, f amil-ier) ; 

4® La profession (aumdn-ier, charpent-ier, port-ter, armiir-Mr) ; 

6^ L'usage d*uue arme speciale (fusil-ier, grenad-ier, coirass- 
ier); etc., etc. 

rOBiaiNES LATINES. — Le sufilxe latin est en g^n^ral alt^r^, en 
meme temps que le radical, dans les mots d^rivte de formation po- 
pulaire, et respecte dans les mots de formation savante. Ifx. .• 



Mots latins . 



Formation papuiaire . 
raison. 



Formation savmdei 
ration, rationner, 
I comparat-if, 
fact-ion, fact-eur,etc, 
conduct-eur. 



rat-ionem, 

comparat-ionem, {comparaison. 

comparat-ivum, S f*" •«»""» 
fjict-um, fact-ionem, fait, 

conduct-um, fconduite, 

conduct-orem, %wui*uxi«., 

Dans les mof« de formation populaire, deslettres narasites s'ajon-. 
tent devant le mot, et mftme au corps ou k la fin du mot. II y a peu 
d'exemples desdeax demiers faits (fondam, fronde; lilinm, lis); 

(1) Michel Br^al, les Id^s latentes du langngcy dans les Melanges 
tie miftheUgie et de linguistique^ p. 295 et suiv. 

Digitized by VjOQQIC 



DES MOTS DBRFVES. — § 435. 475 

mais le premier est tres frequent. Quelqqerois ce sont des con- 
sonnes (rantmculam. unrenouille ; octo. huit; hederam, lierre) 
Mais le plus soavent. c'est un e qui s'ajoute devant leu groupes de 
consonnes sc, sp, it. C'est ce qu'on appelle I'e prostheti/jue. Ex : 



•' scalam, e'chelle ; 

-J- scandalum, esclan- 
dre; 
' scientem, cscient; 

scolam, ^cole; 
* scribere, </crire; 

i scutum, ^cu ; 

sparsus, ^pars; 



ptellam, ^toile; 
sternutare, ^ernuer; 
stomachum. estomac; 
stringere, ^treindre ; 
studium, ^tude; 
stuppam, ^toupe; 
etc., etc. 



f spatham, c'pee; 
speciem, cpicej 
spicam. ^pi ; 
spinam, e'pine; 
spiritum, esprit; 
nponsus, ^poux; 
stabilire, c'tablir; 
statum, ^tat ; 

Remarque I. — II y a en fran9ai8 un assez grand nombre 
de mots dMv^s dont le primitif n existe pas dans la langue ou 
bien est sorti de Tusage. 

Ainsi le vieux mot heur, qu'on retrouve seulement dans le pro^ 
verbe : il n'y a qu'heur et milheur^ a forme les motti : heur-etia?, 
honheur^ mal-Ztewr. Le vieux mot chapel^ par lequel on en- 
tendait un ornement de t§te, a donne chapel e*. Du vieux 
mot goupily signifiant renard^ est venu le mot goupil-lon, qui 
disigne un instrument semblable a une queue de renard. 
Du vieux mot germanique brand (epes), est veiiu le verbe 
brandir. 

Quant aux derives dont le primitif n'existe pas en fran^ais, 
.c'est a leur suffixe qu'on voit qu'ils sont des mots d^riv^s; et 
c'est dans la langue latine qu'il faut chercher leur primitif. 

[OfiiGlNES LATIN ES. — Par exemple, album a donn^ le mot 
aub'iQT (comme le mot awfe-e) ; candorem^ candeur; mercem, met^ 
cier ; singularem, singulitr, etc.] 

Remarque II. — Dans la derivation des mots, Taccent to- 
nique change de place, pour so port<»r, selon la regie (§ 24), sur 
la dernier© syllabe, excepte quand elle est muette, Ainsi, 
la syUabe qni est accentote ians : devient atono dans : 

chandelle, ^ chandelier; 

faim, * isimine; 

clair, clarfe ; 

grain, graine, grenier; 

chevsAy cheYAlier; 

epice, . Spicier; etc. 

I 435. On distingue la derivaiion nominale (substantifs et 
^adjectifs) et la derivation verbale (verbcs). 

Derivation nominale. 

On a vu (§ 434) que la derivation nominale ee fait, en gene- 
ral, a Taide de suffixes; mais elle se fait aussi quelquefois sans 
suffixes. 



y Google 



476 GRAMMAIRE FRAN^AISE. 

1^ D^ivation nominale avec suffixes. 
La derivation nominale avec suf fixes est le mode de forma« 
tion le plus ordiaaire des substantifs derives et des adjectifs 
derives. 

1. Substantifs derives, lis se ferment : 

d'autres substantifs (cerise, ceritjier; e8clave,esclavage); 
d' adjectifs (boi», bonte; jaune, jaunisse; noir, noirceur); 
de verbes (chauffer, chaufEage; courir, coureur). 

Bkmarque I . — Parmi \es subttantif s derives de verbes, un 
grand nombre sont formes avec addition des suffixes anty ent^ 
end, 

[Obiginbs latines et Histoieb. — Ant est un suffixe de parti- 
cipe present fran9ai8 (coMcAant, cor/rant, /cvant, mon^ant, penck&ut, 
oend&nt, /ra wchant, u/uant). Ent est un suffice de participe present 
latin, ente>n (adh^rent^o^uent, exi^edienU ^anivalent,prSc4denl,pr6- 
sidenty resident), Awi est une forme accessoire du premier (friaxid, 
du verbe frve), — Les mots en ant et en and supposent toujours un 
verbe fran^ais; mais ce verbe a quelquefois disparu de la langue : 
gnlant vient du vieux verba gcder. Quelquefois il vient d'un par- 
ticipe present latin en ante n {niarch&jid,de mcrcantem), ou m§me en 
enteu (manant, de ma«entem). — Quelquesnoms en enf viennent 
directement du latin, sans interm^diaire de verbe fran^ais. Ex. : 
i^^ent, Occident^ Orient, adolescent.'] 

Remarque II. — Les suffixes diminutifs n'cxpriment la dimi- 
nution que lorsque leur primitif existe en fran9ais. 

Ainhi, anneau, rou/ean, chape&u, chdtesLU, ne eont pas oa ne 
cont plusdesdiminatifs. 

Pour devenir des diminutifs, les mots ont besoin d^un autre 
suffixe : chdtesLUj c^c/-et. 

Dans agne-kt, il y a deux suffixes de diminutifs : 1® eau, 
S** et. De m^me dans ois-ill-on, carp-ilUon^ etc. 

2. Adjectifs drives. — lis se ferment : 

de substantifs (honte, honteax; origine, or?*^el, oriyiuAl) ; 
d'autres adjectifs (jaune, jaunitre; bon, ftowasse); 
de verbes (noir, noircir ; bl4mer, bldmMe), 

[Origines latines. — Ce qui a et6 dit plus haut des siibstaii- 
iifs d^riv^s terminus parent et ont s'applique aussi aux adje«:tifs. 
Ainsi, charm^/n^, s&yaut^ sont, au moins ii Torigine, des partici{:ies 
presents de verbes frannjais (charmer, savoirj; le suffixe de excell/f///. 
divergent, negligew^, vient du suffixe entetn ; et noncbalowf. semil- 
hnt, viennent de vieux verbes (nonchaloir. s^miUer). ^ Du restc 
im prand nombr& d'adject>fs viennent directement dn latin, sans 
rinterm6diaire d'aucun mot fran9ais. Ex. : 

Avec le suffixe aire {arem, nrnini) : populaire, contraire, primaire; 
-^ el [alem) : rationnol, cruel, visuelj 



y Google 



DBS MOTS DiBIV^S. -— § 435. 477 

AveC le saf fixe al (ulem) : mental, guttural, local ; 

— eux (^osum) : studieux, precieux, odieux; 

— ique (icum) : historique, fanatiqiie, pacifique; 
— - lent (ientU'u) : succulent, opulent, violent; 

— ace (acem) : efiicace, vorace, lo<|nace, tenace ; 

— bond {bundum) '. Tagabond, furibond; 

— ide K idum) : timide, rigide.] 

Remarque g]^n]£rale. — Les suhstantifs oa adjectifs d^riv^s 
de verbes ont, soit une origine fran^ise, soit une orlgine 
latine. 

Quand ils viennent du fran^ais, ils se tirent du radical 
verbal, tel qu'il se trouve a Findicatif present. Ex.: naissaace; 
nais««ai^;indicatif present, nous namons; infinitif, naitre. 

Quand ils viennent du latin, ils se tirent du supin. Ex. : 
portatunu por^a^if; gestum^ gest-e, gest-ion; actum, act-e, 
&ct'ion, 

2° Derivation nominale sans suffixes. 

Les derives qui se forment sans snfflxe sont tons des substantifs 
verbaux, c'est-a-dire substantifs derives de verbes. 

La plupart sont tirds du radical du vei be, tel qu'il se trouve k I'in- 
dicatif present, mais avec suppression de la desinence. Seulement, 
quelquefois, poar la facility de la prononciation, on ajoute k ce 
radical un e muet. Ex, : 

1. Exemples de substantifs verbaux siinplement formes du 
radical^ tel qu'il apparait a Tiadicatif present; 
aboi (j'adotf); 

accueil, recueil {li^acmeille, je recueme)\ 
appel, raf)pel {j'appelle. je rappelle) ; 
comhat ebaf (je combats^ je rrC^bats) ; 
desir (je desire) ; 
dedain (je dMaigne) ; 

maintien, fioutieu (je maintiens, je souHens); 
pleur (jeptore); 
tour, detour, fttour (je tourne) ; 
vol (je vole), 

Quelques-uns viennent de verbes qui ne sont plus en 
usage. Ex,: 
acbat ; 

depart, (on n'a plus que Tinfinitif se diparth")) 
desseiu ; 

deuil (on a dit autrefois se douMr, dolere)\ 
discord ; 
effroi, emoi; 
relief, etc. 

COURS §UP. ?'7, 



y Google 



478 GRAMXAIBS FRAN^AISE. 

D*aatre8 8'exp1lquent par dee variatioDS de prononciation.&c.: 
espoir (on pronon^ait espouere; yespere); 
gain (on prononcait je gaiyne) ; 
groin (de je grogne^ qui ae pronon9aitj> groigne). 
2. Exemples de fiubstantifs verbaoz formes du radical ave 
addition d*im e muet : 

blAm-e, offr-e> 

dout-0, purg-e, 

foul-e, tremp-e. 

R^ne Tient de je retiens (primitivement je retene ; d'on le 
Bubstantif retenue), etc., etc. 

II. Les aulres substcntifs verbatUB sans suffixes viennent da 
participe passe de verbes fran^ais. et presque tons sent du fe- 
minin. Ex.: 



MASCULIN8 ; 




FBMININS ; 


un dit, un dedit; 




des allies et venues; une fumee; 


— fait; 




une arriv^e ; — gelee ; 


— joint; 




— contrainte; — issue; 


— re^n ; 

— r^duit, 




— couvee; — montee; 




— curee; — partie ; 


etc. 




— decouverte; — pensee; 

— destinee; — sortie, 

— duree; etc. 


Plusieurs do ces 


derniers substantifs verbaux sont form^ de 


participes passes hors d'usage aujourd'hui. Ex. f 


chute, au lieu de chue ; 


course — 


c