(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Nouveau dictionnaire d'histoire naturelle, appliquée aux arts, à l ..."

Google 



This is a digital copy of a book thaï was prcscrvod for générations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 

to make the world's bocks discoverablc online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 

to copyright or whose légal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 

are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other maiginalia présent in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journcy from the 

publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we hâve taken steps to 
prcvcnt abuse by commercial parties, including placing lechnical restrictions on automated querying. 
We also ask that you: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use thèse files for 
Personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain fivm automated querying Do nol send automated queries of any sort to Google's System: If you are conducting research on machine 
translation, optical character récognition or other areas where access to a laige amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for thèse purposes and may be able to help. 

+ Maintain attributionTht GoogX'S "watermark" you see on each file is essential for informingpcoplcabout this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it légal Whatever your use, remember that you are lesponsible for ensuring that what you are doing is légal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countiies. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can'l offer guidance on whether any spécifie use of 
any spécifie book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liabili^ can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps rcaders 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full icxi of ihis book on the web 

at |http: //books. google .com/l 



dt, Google 



dt, Google 



dt, Google 



.^. y: 4Ii. 



dt, Google 



NOUVEAU 

DICTIONNAIRE 

D'HISTOIRE NATURELLE 



CHA— CHO. 



,1 _ Google 



Liste alpliabâique des noms des Autears , avec l'indication 
des matières qu'ils ont traitées. 
HM. 

B10T....I M.ml,n, a,rt.,llui. —Lm Flijù^c «uia^cH ju. ■» rippoiu ...e 

BOSC Xtmhn Ji eimUau. —VOkMn in Bq>i;i« . d„ P*uh., d„ v«i 

ddCn^iLlu, •llapirlitBouiiifueiirspipBmdiu. ' ' 

CHAPTAL. Hinir* </i r/iirtiUf. — La CUmiBetHnii^liiitiin •m ArU. 

DESHIREST. . . . Fro/iiMkr AZooijp. i fb-col, .■liin^ir. J-^i/Wt — Let Q>»Jriipt- 

DEBLAINTILLB, T'nuî"""'; "*ii"l * ti ni^"W rfti Jcinmi J, f «™ , Kb-J™ A, fa 

DUTOUB. J.i«ir_at fUîlMn «•rog.i '-.r FAgrtcE.limrr. — L'ApaEcui» de !• 

Bauni^uïil'AirinllueiliiiTltl,. FF • 

RUXARD 1liDièrtdteiiuaimL—\.,pvtitVé\tni.tin. La Auïnaiii dsmnliijsu. 

L.Ct... r.LAimjlCt,3(.»ilrt J^eiiuUlml. -C«Bch«la™, CenoIllH. MilioJ. ..»- 
iin>,MFlGittuiHtri»r^c1«gMi[r>u. . 

LATBEILLE Mi-t/^ Ar l'hMm. —VR;,u,in (WrdeitiwUculilH doCruinci., 

LSMAN. MtmhndtlgSoiiMPIiih^niMifiit.tic. ~ Qmlqon iiiidH de Kiniri- 

XBCAS >IL> J"ro/«.-.rd- Win*j<iloil. ^^unir J^ rjil,« WiioiCw" ** F.»J™ . 

OLIVIER Mmhréjj VlniOau. — Piitie^tn^ncîa liK^ld eoUo^iicB. 

PALISOIDEBEAtlVOES. H^mhn <fc M«ii»t. —dT»» uiicl« d*Bai.<ii^.,i'de p],^- 

VEùuncint. — L' Aupliumn ije rEf «niimis niril« «i doDCilùiat 1 l'Hii- 

urri. p<WHk Al KiMni ir.dii Kt<au. ^ ' - 

PiTBIN. M<«Âr<a»a«UibrrxlUi>l. -+Li (ïiillo|i.4il. Mii>ird<>|.'r « |i.(ril 

RICHARD IfininiItl'LiUinl. ^DtIiniclU|iiitnaidgliBDUajriut. 

SONHim Co/itinaarciir lii l'SùbiIr* aounllc ^ Boif^n. —Pirlig dt l'Uiloin du 

Hiraainra, to CKmai;1ndiT»iH cIkuh. 
TIIOtlIH.. ...... W^otn </e l'hiliat. — L'Appllai^n da !. Bsuaiqn. â U cnJun •■ 

(.rdia.;. ,1 1 l'ÉtDQOun T,ath ; l'Hi.MÙ, d.i difTirau. e>p«.i d. 

GnKn. ^^ 

TOLUBDloà... Pnfiiut.r dt Komi^nt •• d, Pt-itofogl. »rfri<afc. — th» .riid« d. 

niTiinlopi WgluJe M di |i«idk cMUit, 'i 
VIEILLOT AMi.Hr d, li..r; m^rifii 'd'OniMil^^.. — L'HÙ»ire géainila tt pa f 

VIBEI DpeKh-» Vld.cl-, . Prof. d-BUl. Itl. , A.Uur>UyUil.ari -..Taft,. 

— L« arliclei |éii4nai if rUill. nti. , pulirnliïreniBiil d« l'HAinina , 
An Aaiiuai , d« l«ar «UDCtuB , de laar phjtiolofiaatda I<UB facnJléi. 

XTAKT: «isln ib r/«(iui. —VÉcwimitrmHltaioaali-pii. 

CET ODTRAGE SE TEODVE AUSSI: 

AP^iU, d.BC-R-L. PANCKOU<XE, I»>lM«ir>lÉdibn.r du DiclioDDiin de) Sù»«i 

Hidloln. ma Serpente, n.» i6. 
A Brogei, rbtt RtutaiT-DiTiiiiTiiii , luprinieui-libKice. 

A LToa,chn6i>atr>aetMli»,l!u.c>il«. 

. ARoaea.efanFik.iatiii, elB>HiiiLT,Lili»aM. 
A Taiin, dnPii.lBoccl, LibriÙH. 
A VetdlB, clinBiiriijaiiM, Libraire. 



L:,„l,;<,d:, Google 



NOUVEAU 

DICTIONNAIRE 

D'HISTOIRE NATURELLE, 

APPUQUÉE AUX ARTS, 

A rAgriculture , a l'Écononiie rurale et domestique, 
à la Médecine , etc. 

PAR UNE SOCIÉTÉ DE NATURALISTES 
ET D'AGRICULTEURS. 

If ouvelle Bdition presqu'endèreoient refondue et conud^ 
reblement augmentée ; 

ÀTEC SES FIGURES TIEÉES. DES TBOIS RicREâ DE LA MATURE. 

TOME VI. 



A PARIS, 

CnSZ DETERVILLE, LURAIAE, KUBBAUTEFZUlLLfi, v^t. . 



M DCCG XVI, 



i:, Google 



1m r'.rïrviir.strfi^ 

SE UANO 



dt, Google 



Indication des Pages oh doivent être placées les 
Planches du To m e VI, avec la nota de ce 
qu elles représentent. 



B l4. Reptiles Pag. 8 

Cam^^on cemmim. ^Camél^ôn fotrrhu. — Chal- 
cide leps. — Chalcide peDtadactjle. — Gxcîlie îbiare. — 
Couleuvre ï collier. — Vipire hébraïque. 

B 12. AnimauTcnianiniifàres 3a 

CmCot. ^Chameau. »Chamoii (antilope). 

B 23. Insectes 58 

Callidie arqué. — Caatliarîde des boutiques. — Ca- 
pricorne musqué. —Carabe eicopelte (brachine}. —Ca- 
rabe «ycopbaute (calosoioe). — Ca»ide Tcrte. — Cébrion 
géant, — Cérocome de Schiffer. — Cétoine dorée. — 
Cbalcis claTipide. ' — Charanson palmiile (calandre). — 
Cbaranion des noiaettei (rynchœne). — Chrysii en- 
flammé. — CfarpomÈlesanguiii(rie]ite. 

B 17. Plantés , ; 2a8 

Caue deibpuliquei. — Cane séné. — Cbéne ï la galle. 
— Ciste ladaDÎfère. 

B 10. Poissons ...'.. ZlG 

Cgesiomore bâillon. — Carani tracbure. — Cata- 
phracte cotte.— Callionjme lyre. —Cenlritquebecaisc. 
— Centroiopbe nègre. — Cbrysosloie lune. ~ Cenlro- 
pome sandat. — Cbeline trilobé. — Cbéllodiptère mau— 
rice. — Chétodiptère plumier, — Chétodon bordé. — Ch^ 
lodou à bec. 

B l3. Animaux mammifères ... 336 

Description des dîrerse* parties du corps du cheval. 

B 18. Ànimaus mammifères 351 

Coati. — Cheral sauvage, — Chien millet mile. , 



i:, Google 



B 20. Poissons "...... ■: 4'4' 

Chovalier am^ricaio. —Chimère «nUrclîqué. — C«n- 
tronote pilote. — Clupée sardine. —Cobile locbe fran— 
ch«. — Gorif aigrettE. — Cory^tae dorada. — GoH^ 
quadricome. —Colle ^ogaaat. — Cycloplèr* lompe. — , 
Caprin bordclièrc 



dt, Google 



NOUVEAU 

DIGTIONNAIÎIE 

D'HISÎOIRE NATURELLE. 

■ ■ ■ ■ —m i ■ti.li. l MMi . n i - . ■ ■■■ • ■ iiri T i -J- . rt ii i 'H J. 

t a k 

ChAA Ï* tCHA. Kt>IbsOlIàlè(f^eHe^^oÛi^téiV 
l)6^4 connu en Em-ope. Il en est faît mention dans le Plnax 
it C. BauLin, ourrage qui date de iGa3. Eksberg apportai 
Enropt le premier paed vivant , te 3 oclotre lybS. (ln.) 

CHA , CHÉ , THÉ. Noms chinois du ThÈ , Aea. Le mot 
cha esfrâslé'daûs'la langue portugaise. Lés Cbin ois donnent 
aussi ce Ao^ i ui^e espèce de NERPàuïi, rhamnus th^nan^ 
dô'At les pauvres emploient lès' fëmlles en guise itthe. Voyec 
Cbaa, Ché et T&é. (Lis.) 

CHA,CHADY. Noms doni^s par les tordes de tartarea 
des bords de l'Oby , à TEl-'iCiÀ , Pinui abus , X. (iN.) 

CHABAL. Nom patois du chexU, an pied des Pyrénées 
m4eiilales. (desh.) 

CHAÊASI et CrtUBÈèSE. Noms àrales de la mauve 
{^iàalva mtunèijolia, L. > Q.N.) 

CHAte ASIE ou CHABAZÏE. Nom dhoisî par M. Bosc ,• 
{lour désigner un minéral de la classe des substances ter- 
reuses , qui avoît été regardé jusqu'alors comme une variété 
de la zéolile ; ce nom est une altération dn mot chabaiion , 
employé par Orphée ) dans son poëœe sur les pierres , pour* 
désigner une substance qui nous est inconnue. ( Voy. Journal 
ttHist. Nal. , t. 2 , p. i8i et suiv.) C'est la Zéclittta cubes de 
Bomé-de-l'lsle et de Faujas ; la Schaiazît de Werner , la 
Chabasin de Karsten , et le Shomèo Edrischer Cvhirtl d'Oken. 
M. Haiiy et MM. Brochant et Brongniart ont adopté le nom 
de Chabasie, 

Elle a pour caractères essentiels d'être divisible en rhom- 
boïde UQ peu obtus ; ce qui la distingue de l'analcime , qui 

YI.' I 

L:,.,i,;<,i:,G00glc 



a C H A 

se divise en cube , et d'être aisément Aisible an cbalumcaa , 
en une masse blaockâtre et spongieuse. 

Sa pesanlenr spécifique est 3,jij&; celle de l'analcime est 
moins considérable. 

Ses rristaux, ordiDairemenl blancbâtres et éclatans, sont 
quelquefois transparens , ou opaques et roogeàtres ; ils 
raient légèrement le verre : leur voltune est peu considéra- 
ble. Ils ne sont pas susceptibles de s'électriser par la chaleur, 
comme la mésotype. 

On en connoit trois variétés de formes , qui sont : 
La chabasie primùîee : rhomboïde un peu obtus , dont 
l'angle placé au sommet , est d'environ gS" et demi. 

I>a chabasie tri-rhombdidale, qui résulte de la combinaison de 
trois rhomboïdes dont deoxsonl situés sur les arêtes et les 
angles solides latéraux de rhomboïde primitif 

1j> chabasie dùjoinle : modification delapréc^dente, dansla- 
quelle les faces du rhomboïde primitif ont disparu. (V. le 
TraiUde Minéndo^ de M. Haiiy.) 

Ces deux dernières ont quelque ressemblance avec les 
cristaux de fer de l'île d'£lbe , et sont plus communes que la 
première. 

D'après l'analyse de M. Yauquelin, cent parties de Ota- 
bttsie de ferW contiennent : 

Silice. 43,33 

Alumine aa,66 

Chaux 3,34 

Soude et potasse 9,34 

Eau 31,00 

Perte o,33 



La chabasie n'a encore été trouvée que cristallisée. Ses 
qristaux tapissent des cavités dans les roches amygdaloïdes à 
base de wacke des terrains de trapp , en association avec des 
cristaux de quarz et~de chaux carbonatée. Ils garnissent aussi 
l'intérieur de certaines géodes de quarz-agate , comme à 
Oberstein, dans le duché de I>enï-Çoms. Les roches de 
trapp des iles de MuUetde Skye en fournissent de très-beaux, 
ainsi que celles du nord de l'Irlande. Il en existe également de 
très -remarquables par leur netteté dans les amvgdalofdes de 
l'Islande et de Feroé. Certains basaltes de fà Saxe et de 
l'île de Bourbon renferment aussi des cristaux de cette même 
substance. (LUC.) 

CHABIN. L'on appelle ainsi, dans quelques-unes de nos 
îles de l'Amérique , le mulet produit par l'accouplement du 
bouc ayec la brebis. Ce mulet a' les formes de la mère et le 



dt, Google 



C H A 3 

poil du père. On le dit fécond ; cepesdaùt l'on ne conçoit 
pas encore de race intermédiaire entre la cbèire et la brebis , 
ce qui Dé manqueroit pas d'arriver si, comme on te-pfétend, 
iecAaêinaroit la puissance d'engendrer et de se multiplieras.) 

CHAfiOK. Nom que les Kalmonks donnent aux Cour- 
ges, aicurèùa. (lm.) 

CHABOT. Poisson dugerire Cotte, C<4lusgobîo,lÀan. O» 
le connoît aussi sousle nom de meunier, A'âae ou àe tiu d'alto 

(B.) 

CHABIUEA , Adanson. C'est le genre PÉFLis de Lin- 

nseus. V. PErâioe. (tw.) '!.'., 

GilABKÉË , Oxabrao. Getil-è de plautes établi par Dé- 
candolie , aux dépens des Peudicies. Il présente pour carac- 
tères.:.c^Uce'héntisphérIipu, 'iii'oU'f^s <Â>longues , disposées 
sur un seul rang ; tieurons do bord plus grands , femelles \ 
fleurons du cénlre, bemapiirodSies, à deux lèvres' inégales ; 
réceptacle jiu; aigrette plninease'iiotigue, caduque. 

La CsABKÉE POURPRE a été figurée par D.écaiidolle dans 
les Annales du Moséom , tom.' i0,'sous'le nom de Bertboj 
lONtE. (B.) • " 

. CHABUISSEAU. Les pécheurs de la Rochelle donnent 
ce nom à un peti,t poiss.on qui^a use ligne bleue assez large 
de chaque câté'du corps. On ignore à quel genre itapparlienr. 
On donne au^î ce nom àlat cAminne, espé<^ 4e pois- 
son du genre Cyprin , i^priniK je^es.y Lina. (a.) " .*•' 

CHACAL, Espèce de quadmpède carnassier do genre 
des Chiens ; c'est le çams nureus db Linnaeus. (D£âH.) 

CHACAL GRIS, Cams mespmehs. Variété de l'espèce 
An Chaca.! , qui habite les environs du Cap de Bonne-Espé- 
rance. (11ESM.5 

CHÂCAMEL, Craxvoci/emns, Lath.; Pentlope vociférons, 
\Aan. , édit. i3. 'Oiachtdacatnàt est le nom mexicain de cet 
oiseaa , dont BufTon a fait, par abréviation, -celui de chàca— 
mel. C'est iFemandez que l'on doit sa description ; maïs elle 
est si'Saooincle -, -qu'on ne peut déterminer que Irès-difiîcile- 
meut à quel genre cet oiseau appartient;, cependant, ilparott 
à Sonnini être le même que le petit aigU d'Amérique de Buffon, 
on le R^CANCA. V. ce mot. 

Cet oiseau d'Amérique a le bec et les pieds bIcuÂtres , le 
dos brun et le ventre d'un blanc IJ le uâtre. Son cri est celui 
de la poule Ordinaire , ou plutôt de plusieurs'/wu^M ; car il est, 
dit-on , si fort et ei continuel , qaSin seul de ces oiseaux fait 
autant de bruit qu'une faasse-cour emière. C'est de là que lui 
est venu son nomde chachalacame^, qui signifie oiseau criard. 
Il vit ordinairement sur les qapqnt^gites 1 et y élève ses petits , 
comme les hoccos. (v.) 



i;, Google 



4 C H A 

CUACARILLA. V. CftscxKnu:. (un.) 

CHA-CHA. C'eat i'tui fles noms donnas' en France à la 
LtlOBNE^ espèce de gmewi *e lourde i^turdus pUartë , L.). 
(desm.^ 

CHACHALACAMEL^T. V. Chacamel. (s.) 

CHACHA VOTOTOJLT. Oiseaa du Jfleiïf ne , dune 
UBle^m peu aa-dessuâ de ceHe àa chardonneret ^ A a luijketit 
Jbec noir ; le dos varié de lileu , de noir , de cendré ; le ventre 
jasDe ; les pied» bruns. (,y.) 

CHACOÎÎE. Syirônyme dé TocotAYE^ («-) 

CHACRELLE. CeM i^ Ci*ça«»u.k.>. Crotm. (b.) 

CHACRILJE. F. GAçcfniiiE. (m.) 

CHACURU. Koin Haa. Baobb éi PnroMiay. V. ce mot. 

CHADARA. EJi.D3Gturiit« ota «^eKe «nii aa «^aa ii- 
tigné par Palias sousle Dojr. tenant» 9'i»«m; f'. CmieaU. 
(desW.') 

CHADARË, CkaJara. Oore â« pbudct éulli par Fors- 
kaël, mais qui ne paroît pas sufEsammeot distm(;Hë des 
GEEOTiEi^. C'est !<; ti^t£u.vtf# i failles as >EvrfctBK.{B.) 
. CllApASCIl. Nomjrabe^del'arïreqw porte la myrrhe. 
r. aa mot Ramaiiïeb. C«-) 

CHiUpiiffilRt «n CHADDjIEJB. Nom d'iin goSpier 
d'Egypte, Gu£nut vESf . V: ce mot (v.) 

CHADDËR.' Nom arabe d'une espèce de Boebhavie, 
fi.«w*ï.(U(0 

CHADE, Mom que donnent à la PâssE^uËpicu, jtiaa 
a£ii«,'L., iptetqaes hordes de Tartares. (l14.) 

CHADEC. Nom du OmpT^sifE^ de la BA&BApe^ (s.) 

CHADET. Nom donné j)ar Adansou au t^iavx ehiaenm 
de linnxus , qui fait aujourd'hui partie du geore. Ctsfi«> 
. . (B.) 

CHADSTJRA.Nom mongole etlwu-ate du sapin, /wiusp^ 
eea , lino. (LN.) 

CHADY. r. Cba. (ln.) 

CHAELLE. Nom que les Egyptiens donnent k l'anmi 
magus , liinn. V. Ahhi. (ui.) 

CHJEN ANTHOPHORÉES. FamiUe de plantes «a- 
biie par X>agasca aux dépens, ées Composées. Ce nom ne 
paroit oaa devoir être adopté. Vmtet Labia-h fjxhies. 

(B.) 

CiUËREFOLIUM. Dodonée et quelques autres bo- 
tanisles de son tempe Bommwt ainsi le «erfcuîl , scanda 
çere/otium^ Lian..(U<0 



dt, Google 



C H A . 5 

CHJEKMAN. Nom arabe Aa VOnva, «a» bdhnt. 

(»«■.) 
CIiJâR(^HYLLO&. Lu tarées âminoieni ee dob i 
tue plante , qse l'aa croit aae espace Ae cerfniit, i causa 
Ae l d^«ates»e du feuiUage, etc. C'est pa*t-élr« le cer- 
feuil orâwire « xandix eif^eiiÊtn , L. (LU.) 

CHiËHUPHYLLUU. Les dmncs |dsRle» <tQl mh reça 
ce nom avant liaUetu, te trouTenl nniDleDU* dt^rsëet 
dans Ufigenrca scaakAiz, Tii3rrrki(,-eerfeaîl et atlMOiaiite. Un 
certaim Bombce , cependant^ fonne le 'gesn etump/^Bmm ^ 

iiinD. F. C£KPEtilL. (U4.) 

CHJËTANTHÇ. v:hswtùaaMM.(%.y 

CHjïETAWTHERE , OuxUa^io». Plantes herbacén 
4» Pérou, qiiù Corne Ht UD) genre dam»la &yngénésiep«ly|a- 
mie anperÛue et dans la faxolle^a ciiij^iftrM. 

liça caractères ie ce genre consistent :eD aaclliie «eniBua 
polyphyllé, à folioles estérienrCslanoéotoes, ctliée»;^ folioles 
intermédiaire» linéAireseC ciliées awBMuniet; ^ folM^esIaté- 
mures- lâiéAire& , KaritirtOi sffaacélées et tennînée* par 
onftjtoie ; en na réceptxcU nu , portant àasison disquettes 
fleurons hermaphrodites , et à sa circnafiSreitoe' âes deinî-> 
fleurens fein«U«s (ortUesi ^ea semences ovales saratHH^ es 
d'une aigrette velue. 

Ce genre, dont le g/taM HfUSOLiAinaE éiffkre (art peu , et 
dont les caractères seneit figurés, pi.. 33 du Gaaaoàt la ^or* 
du Pérou , contient deux espèces.- (B.) 

GH.AETAaiE, Oahuut. Genre de graminée» ^tabK par 
Palisot BcauTois, aux dépens des -AniSTUDCs de I^nMiti: Le 
genre CoaTOPOGON, du mâioe lioianiste, en diffère Ifès-pei», 

Ses caraciiras coosistenl : en yae batle fiorale inféneore 

Eloscia moins jHvloBgéeen pointe et terminée par trois srnes 
L pluK souyent ^ales ; il ren^evme vinat-cinii espèces à U 
tête desquelles se trouve 1' AfiiSTL»E de J' AsCElUlo:» , qui ;^-' 
roh avoir s^rvi de type au genre de Lina^iis. (jt.) ' 

CHJiETIA. (Hut. fftst oiH'ni.) C'est le BiiAoaitNHAV 
AÇUATiQUE, espèce de ver. (désm.) 

Ca^TpCARPUS, Gnielîn. K L.\bAtib. (m) 

CIÏiËTOCHYLE, aœiochylus. Genre .t« pdawtes étabH 
par Yahl, mais qui ne dillère:.pisde celiii^des^S^rffVEKHlCS. 
: ' -à ■ '<B.) 

CHSÉtOCRA/l'ER, Owrtwiiir. Aifcre'dU Péïfon^.^ni 
forme un genre dans' W 4éca«dri« noaogvnft. II off*e pour 
cacacti^rAs : un calice efiniptattlë, difiaé eA'Aaqpartîiffiôra- 
les ; poi^ , ^ç,.c<!>ralle ;. wa, ttibe, évaoé, : eMauraiir k) germe et 
conronçniifiiar d^K soîe^; 'dl^étamines^ttitualiVeinont grandes 
c( petites , insérées sur le bord dii tulie { an ovaire st^é- 



dt, Google 



rieur, lrigoiie.,:.àstjrle court etàtrois stigmates capités; une 
capsule oniloculaire. 

Cet arbre croît au Péroa ; il ne parott pas fort distingué 
de I'Anatingue , de la Flore de ce pays. (B.) 

CHiETOSPORE , Chœlaspora. Genre éubli par R. 
Brown , mais qui diffère fort peu des Choiss. Ses carac- 
tères sont : balles imbriquées, les inférieares vides; plus de 
■à soies autour de l'oraire ; graine leoticnlaire ou trigone. 

Ce genre, qui ne diffère pas du Rbynchoepoke , renferme 
plusieurs espèces de la Nourelle-HoDande et d'autres de l'A- 
mérique méridionale , mentionnées dans le bel ouvrage de 
MM. deHumboldt, Bonplantet Kunih sur les plantes 3e ce 
pay».(B.) 

CH^&TURE , Oiaiùna. Genre de graminées établi 
par Linck, mais qui ne diffère pas du Polypogom. (b.) 

CHAFl et ALCHËLB. Noms arabes d'une espèce d'or- 
chide, orehis uslulaùi , *LÀnu. (ln.) 

CHAFFINCH.Nom anglais du Pinson. (besm.) 

CHAFOUIN. VHùloin giaJrale des Voyaga fait men- 
tion, sous le nom de chafouin, d'un quadrupède de l'Amé- 
rique, qui parott être le CorêfaTE (s.) 

CHAGNl. Cbez les Burates, c'est le nom du CocHon. 
(DESMi) '■ 

CHAGNOT ou CAGNOT. Dans plusieurs déparle- 
mens maritimes de la France , on donne ce nom au SqdalE 

MILANDHE, squaîus galeui. (OESH.) 

CHAGRIN. Préparation de la peau du cftwii/, de Vâw 
on du mulet t qui se fait en Turquie et en Perse. On ne se 
sert pour le chagrin que de la peau du derrière de l'animal ;- 
après qu'elle . est tannée e^ devenue souple et maniable , on 
retend sur un châssis au~soleil , on en couvre le côté du poil 
arec la graine noire d'une espèce A'etrreche^ et non pas avec 
la graine de moutarde, comme on le pense assez générale- 
ment; cette graine, pressée par les pieds des ouvriers, se fixe 
dans le cuir, et ne s'en détache plu» lorsqu'il est sec. Le cha- 
grin est lé sagri des Turcs, (s.) 

CH AGî*UIRA et CHAGAS. Noms portugais de UCa- 
mciNE. (LK.) 

CHAHA.-P". le genre .Po»ZAl«. (v.) 

CHAHRAMAN. Nom égyptien du Tadorne, (v.) 

CHA-HUANT. V. Ch&t-Hoant. (s.) 

CHAHYJS. Nom arabe du Faucon, (v.) 

GHAIARXAMBAR. Selon Prosper Alpin, çVstleHôm 
arabe de U Casse des boutiques, cosïùijîsfti/a. (Lit.) - - 

CHAIA VER, Nom indieO'de Vht^ùth awncufanflj.Linn. 
y, HÉDiOTE. (us.) ' . . 



dt, Google 



C H A ; 

CHAllASSU. le» Mongoles et les Burates nomment 
ainsi l'EplClA ou Sapim BOUGE , pînus abus , Linn. (U*.) 

CHAILLERIE. La Camomille puaste porte ce nom 
dans les environs de Senlis. (b.) 

CHAILLETIE, Chailletia. Genre de plantes établi par 
DecandoUe dans la pentandriedigynie et dans la famille des 
atnentacées.lleslvoisin des Micocouliers, etrenfermedem 
arbres de Cayenne à feuilles ait entes i entières, stipulé es à leur 
base et souvent (lorifères sur leur pétiole. Ses caractères sont: 
calice à cinq divisions persistantes , velues en dessus ; cinq 
écailles pétaliformes ; nn ovaire supérieur; une drupe sèche 
à dem loges et à deux semences, dont une avorte souvent. 

(B.) . 

CIIAINUK. Nom tartare kalmouquedelavachedeTar- 
tarie, ou Yak. F. Bffiur. (s.)^ 

Chair. ( Fauconnerie. ') Être èîen à la diair, c'est lOTsqae 
l'oiseau chasse avec ardeur, (s.) 
CHAIR FOSSILE. V. Asbeste. (pat.) 
CHAITURE, ChaituTvs. Genre établi par Mœncb,pi>ar 
séparer des Agripauhes les espèces dont les ëtaMines et l'o- 
vaire sont glabres. Il n'a pas été adopté, (b.) 

CHAJA ou CHAJALL Noms du Chavaeia auPara- 
gnay. (v.) 

CliAJA. Les Kalmouks désignent par ce mot le Cou- . 
COHBRE CULTIVÉ, cucumis satifftts i Linn.(LN.) 
CHÀ-KHOUW. Nom holtentot du Lamantin, (desm.) 
CIIALA. Nom kalmouque du Balbuzard ou Aigle de 
MER. (desm.) 

CHALAZE. Organe de la graine, qui varie beaucoup dans 
sa position et dans sa forme , et dont les usages ne sont pas 
encore bien connus. 11 n'est visible que par 1 effet de la dis— 
section et fait partie de la Rafhe, Gœrtner le regarde 
comme un ombilic intérieur. V. FRUit. (b.) 

CHALBANE, Dioscoride. Adanson rapporte cette 
plante àugaièanum, plante ombellifcre. V. ce moL (ln.) 

CHALCANTHEMON , CHALCANïON , CHAL- 
CAS et CHALCITIS. Autant de plantes mentionnées par 
Dioscoride , et qui paroissent âlre des espèces de chrysan- 
thèmes, (ls.) 

CHALCAS, Chakas. Genre de plantes qu'on a reconnu 
être le môme que le Murkai et le Mabsahe. (b.) 

CHALCEIOS, Dalechamps. C'est l'EcHinoPE staiKucÉ- 
THALE,' echinops spixrocephaius, Linn. V. Echikope, (b.^T 



dt, Google 



8 C H A 

CHALCIDE, C&i&iilu.Genreâer^tileâdelafamilEetka 
L£zÀ[^)$, qpî offre pour caractères,: ud corps, fort allongé, 
presque cylindrique , rampant; quatre pattes àpeine 'appa- 
rentes, très-courtes , à trois ou cing 4oigts; une l^g^e 
courte , échancrée à son eitréniilé. 

Ge genre fa'soit partie de& Lézards de linn^^is, elena 
été séparé par Broogniart dans son excellent trarail.snr W 
caractères des animaux de celle famille ; il Ije les autres.LÉ- 
ïARss ans Bipèdes., et parrintennédiaire.de ceusrci am 
Sehpens, 

En effet , pn jfrendroit , an, premi^ coup d'ϕl , dit La- 
treille, les espèces de ce genr^ pp^rdçsserpeiu; ]eurcor|«si 
est menu , fort allongé', et se roule sur lui-même ; il est 
couvert d'écaillés qui approchent de la forme quadranga- 
l'aire , mais qiii varient sans doute suivant tes espèces: leiirs 
deux pattes antérieures sont situées près de la tète , et.les 
ieax postérieures près de l'anus, ce qui ipet use gr^anidedi*— 
tance entre elles ^ leurs pattes sont trëfiruetites, à peinQtpu- 
chent-elles la terre ; le nombre de leurs doigts Mf ip sçlon les 
espèces; leur tête ne diffère pas sensiblemetlj, parla fo.rnu: 
gàiérale , de celle des létards ; leurs yeu|,$ont e,n ,générjil fort 
petits , leur trou aîaditif nul ou pea ouvert ; leurs dents sont 
c;U('én[if;ii^ent petites et leur langue médracrcment longue ; 
leur queue est presque aussi langue que le corps, etfinif en- 
pointe ajgtWr ' 

Les chalcides ont pins. dt rapports avec les Anguis qu'avec 
aac,ua.autrft genre de^ 3Çfpe,>>Sj> suit par lenrsjcaractères phy- 
siques, sçh par leurs .moeurs.;, leur-queuç se- casse trësrfaci- 
Icment. Us vivent d'insectes et d'autres petits apJHUwx, ne 
sont point vcnîmeiix, se cac.liient.,spM$.lçs pierre^, dans les 
fentes'des rochers, sou; les éçorcesd'iarbres ,,etCr, et s'en- 
foncent dans la, terre pendantj'^ver. Ilssoat vjvipares à.la 
manière dçs vipères, c'est-rà-dire que If s œufe restent -dans 
le ventre, et que les petits .y éclos.eJotaii.noii^^e, de dix<^ 
douze. 

Baudin, auqnelen doit u^travft^l trè^p^irafimdi shT'U 
r^xnllle des .L^A.iU)s, dans squ Hisioirf naiiù^e.dos Jiepti_lts , 
mé lemêmenomànn genre qu'il afonpéaveçnneiespç^ce 
;elai - ci , une nouvelle , et le Bipède de Lalrellle,; 
>rle qu'il entre dans le genre de Daudin, des espèces,^ 
re pieds et à deux, pieds, ce. qu'il est impQSsible d'ad- 
re dans tonte bonne méthode erpéto logique. Il ap- 
: seps toutes les autres espèces de cbalcides de; Laireil{e * 
>njL les écaîlics verticillêes ; le caractère gt^nériqoe de 
iquve^a geoce est d'avoir les éct^ill» imbriquées. 



dt, Google 



B. i4.- 







_ . Coecilù iiiare . 

g, Coii/ficore à co/Uer . 



.jogic 



dt, Google 



lies grmcîpalfts. cfpèces ie chalcides. dC' Latreillfe , 
eoDt : 

Le Cbaj£ID£seps, qui est strié, giissurUdostraTCcâcini.- 
. lignes plus claire^ bor4ées de ooîr;, doDt l'abdomûn esC 
blanchâtre avec un rebord aigu et r«courfaé ; ii a, d'après.- 
t'observation positive de Lacépède , troië doigta à tontesJes 
pattes; sa longueur varie entre sa et.daiize ponces. 11 se troore' 
dansles parties méridional*^ de l'Europe et fiUFLe>cât«B de' la- 
Barbarie. 

Sauvage rapporte qu'une poule ayant aval*! an de ce» vqp» 
tUes sans le blesser^ u le vit s'échapper un instant aprâ»par- 
l'anus; la même poule le reprit de nouveau', et ilsortitde- 
même ; ce ne fdt qu'à la troisième fois qu'il fut tué et aralé^ 
par morceaux- 

On croit qu'ils, causent souvent en Italie les enflores de 
ventre aux boeufs et aux chevaux, qui «n maageiHi eu paissant ; 
mais ce fait n'est pas constaté. 

C'estle type dugenre SePs de.Dandin. K. pi, JB. i^ oit 
il est figuré. 

Le Ca&LGinE jaunItae est annulé , strié, etn^a- que 
trois doigts à^aque pied; sa couleur esl' celle de l'airain-; 
sa queue est plus longue que le corps. On ignore qiietleesb 
sa patrie. C'est le type du gçnre Cbalcide de fiaudin. 

Le Chalcide fentadactyix est le iacerta: cheiades d» 
Linnxus, que Lacépède regarde comntâle m^tne q>e> Ifr 
chalcide seps, quoique les. cini^doi^g dont i) estpourvHjem- 
blent indiquer une espèce bien distincte. Il se trouve dan» 
le iriidî de l'Europe et sur le^,c6tes do la.Barbaria P". pi- i4' 
oà il est figuré. 

Le CaALCiDES£EtP£^TiN. est. strié,, bù;QD dessus i, cendré 
en dessous; ila cinq. dojgl»^ chaque pied, etsaJofwuetir'est 
de cinq à six pouces. Ses écailles sont inkbriqoéesd'iUM nm- 
nîère plus saillante q^e dans les autres «spices. Il «st naturel 
àl'îtede Java, etaété^;iirédaBslesecoBd:VolorBedDJVatHr- 
forclter, pJ. a, j^arBloch, qui, le pr^^iûefr l'a fait connfdtrej 
Le Chalcide, angujb, aie corpstrès-long:, verticillé et 
strié ; les pieds écaiUciV', subulés et dépourroS' de doigts. 11 
est.Sguré dans Séba, tom-.^., pi. &&i_^, yei 8; Il setrcMixe 
dans les caiu f^ngeiisest an Cap de ltooa&-Ëspéirancei H 
est trës-dgutcux, que ce soit un vrai.cWcA'e ; il a besoior 
d'âtrc de nouveau examiné, p^r un i^turalbbe éclah^. (8.) 
ÇHALCIDIÏES, auiki^ltu, tatr; Tribad^nsectes-d* 
l'ordre de3 hyménoptères , section des térébrans , fannll» 
des puplvores , ayant pour caj'actères; ailes inférieures sans 
nervures; antennes des- deux sexes, o»dtt moins celles des - 
femellea^ plus girosses rers leur, extréwté, dt4aaze'art>cl'>^ 



dt, Google 



lo C H A 

distincis an plus , dont le premier long et formant un coude 
arec la tige ; palpes toujours très-courts ; tarière logée , soit 
entièrement, soit à sa base, dans une coulisse extérieure et 
longitnoinalé du dessous de Tabdomen ; pattes postérieures * 
ordinairement propres pour sauter. 

Ces insectes sont petits , souvent ornés de couleurs métal- 
liques très-brillantes, et ont la faculté de sauter. La tarière 
des femelles est composée de trois filets, ainsi que celle des 
ichneumons, et leur sert aux mêmes usages, c'est-à-dire, à 
déposer les oeufs dans le corps des chenilles, des larves, ou 
dans les chrysalides et les nymphes. Quelques femelles, ei- 
trémement petites , les pondent dans l'intérieur des œufs des 
autres insectes , et même dans ceux de quelques petïls ichneu- 
mons déjà placés dans des œufs ; d'autres les placent dans les 
gales mêmes, et leurs pelits en détruisent tes habitans natu- 
rels , ou les cynips de Linnscus et les diplolèpes de Geoffroy. 
Ce dernier me parolt s'élre mépris , en attribuant tant aux 
' chalcidites , qu'il confond mal à propos avec les cynips de 
Linnaens , qu'à ses diplolèpes, la formation de ces gales ; car 
il est incontestable, d'après les nbservations de Réaumur, 
de Rœsel, et les miennes propres,' que ces gales sont réel- 
lement produites par des diplolèpes, ou plutôt des cynips 
proprement dits ; que les chenilles et les larves qu'on élève 
sont souvent détruites par des chalcidites , et qu'ainsi , les 
larves des diplolèpes se nourrissent de matière végétale , tan- 
dis que celles de ces derniers hyménoptères sont carnas- 
sières. Degeer, an reste , avoit déjà remarqué que les chalci- 
dites , qu'il place, ainsi que Linnaeus , avec les ichneumons , 
étoient les ennemis des habltans naturels des galles , et qu'ils 
De les produis oient pas. Il dit même ijue les femelles ne pon- 
dent qu'un œuf dans chacune d'elles , parce que la larve du 
diplolèpe y vivant solitaire, son cadavre ne pourroil suffire à 
la nourriture de plusieurs individus de ces insectes parasites. 

Les larves des chalcidites ressemblent à celles des ichneu- 
mons ou à de petits vers blancs , à formé conique et allongée, 
ayant une tête écailleuse, et dépourvus de pattes, Geoffroy 
dit cependant que toutes les larves des cynips ont six pattes 
écailleuses, et douze à quatorze pattes membraneuses. Mais 
JB présume qu'il veut parler de quelques fausses-chenilles , 
qui vivent dans certaines gales de feuilles du saule. 

Il me parott que les larves des chalcidites se changent en 
nymphes sans filer de' coque , tantôt sans quitter leur ber-> 
ceàu, tantdt au dehors, en .■je fixant sur quelque corps voi- 
sin , et souvent sur des feuilles. 
v^ Les chalcidites composent , dans mon Gâtera crusl. et inSect. , 
U majeure partie de ma famille des CYWPstHES , Cynquera. 



dt, Google 



C H A il 

M. MaitimilîenSpinola, danson bon Mëmoiresur les genres 
doDt elle est tonnée {j^nnales ^ Mui.d'Hist. not.'),ii Aé- 
signe sous le nom de Diplolépaircs ; mais en obseirant , 
avec raison , que celui de Chalcidies lui conviendroit be<ia- 
coap miens, et qu'il seroit à propos de supprimer la déno- 
mination de DiPLOLÈPE , qui entraîne une grande confusion. 
Il divise cette famille de la manière suirante : 
I. antennes de douze articles. 

A. Abdomen aUaché à Ve^trémiié poslérieure et inférieure du 
milaihorai , de trois anneaux tdarts les mâles , de cinq dam lesft - 
melles; tarière recouriée en dessus et cauôhee sur l'abdomen. 

Le G, Leccopsis. 

B. Abdomen attaché au'dosdu miiaûtorax et rtlevé comme ddiu 
/«évaniales, composé de sept anneaux dans les mâles, desixdtais 
les fefntlles ; tarière de ces dernières toujours dirigée horizontalement 
tl ne remontant jamais au-dessus de taédomen. 

Le G. PODAGRION. 

C. Abdomen aUnché à l'extrémité postérieure et inférieure du 
miiaÛtorax, de sept anneauv dans les mâles, de si^i dans les fe- 
melles ; tarière de ces dernières luirizoniale , ne remontant jamais 
au-dessus de Vabdomen. 

a. Genou des antennes logé dans uae fosse froidale. 

* Antennes insérées au milieu du front. 

Les G. Chalcis , Suieha, Perilahpus , Crrysolampus. 

* * Antennes insérées au bord antérieur de la tête , pris de la 
bouche. 

Le G. Haltichelix. 

b. Antennes libres dans toute leur longueur, le genou n'étant 
point reçu dans une fosse du front. 

* Antennes insérées au milieu du front. 

Les G. DlPLOLEPLS(ouGï//imom<!),HALTlCOPTERA, ClÉq-^ 

mtMHs, Sphégigaster, Euchahis. 

. ** Antennes insérées au bord . anieritur de la tile, pris de la 
bouche. 
Les G. SPAtANfltA, Encxrtus, StiEuo, Telbas. • 

II, Antennes de orne articles. 

Le G. Stilbula, .,, , . : 

III. Antennes de dix hrticles. ' 

, Jaca G. Decatoma, Callitula. 

; X"^ . Antennes de neuf articles. 
Le G. EwRYïOMA. ,,' . ■ 



dt, Google 



» C H A 

V. Antennes de hi^ otHclast 

IjesG. PTKRoawuj3,Efc4caiiiïiM»MKWrtrao«, 

YL AtÉennes àe aie à sept arifcU». 

X^.^ G. EULMMHJS ( r. ces mois). 

^y«vxfii.\aii.àtakucaim»,e\Ae9scell»3m^»n<^tati1^léa^^ 
qni seau ioco»-pw-is.aT*e les cémphrone , ccïdÎTers ecnres sont 
réunis par M. Jurise i eefei des cAo/cà. Les wpèMs que Fa- 
bncius ne rapporte pas au premier et au deinUr, reWlrent 
dans celui rpi'il nomme dipUikpu, ousoni associée* a*» depUs. 

l>ans la méltio^e Ac Linnœus ,ia plupart Aea.e/ud<;itiùe» foM 
paMie de sa dernière division (minuâyàes ielmtunuMA. lieéeer 
ies range aosSi avec eui , et les divise en trois oebites fomiJie» 
«jui terminent ce genre. 

Je distrituff le» el»kiiiik« Am VotStc smvant : 
.7'.^^P'*^*^^'"^*'^'^''^C^-g>'''Ȉes, dk forme leaiicidatra 
S. éfomies arguées ( antennes de onze à douie articles dis- 
tincts, dans la plupart). 

J-es genres : Leccopsis, Chalcis, CbibocÈRE. 
, II. Pieds piulmeun à raûsas simpk^ ou rmftées et oMenguef ^ 
âstw r "* *■ aalennes n'ayant aa plus qae dis artîtles: 

A. Antennes de neuf à dix arikles. 

* -^nfcnncj.^Wsnw*-;»^ è^ w^ka A ta fùct^ mOériture de ht, 

X*t G. EOBITOSU, PBRILAiWB, Ency»te, MwecABrPR. 
(auparavant cj/ï^j), Ptéromale, Cléomïme. 
•* Antennes insérées très-près de la bouche. 
Le,G. Spalangie. 

B. Antennes de sept artistes au phu. 
Ee G. Eîij,OpnE {V. ces mois). (6.) 

t-HALClS, Ckaicis. iienre d'insectes, de L'ordre 4ts liv- 
ménopières, sectio^ des téréhrans, faïaîUe des puplvores».' 
tmmAescha/cidflés, et qui se distingue des autres genre» C0«- 
pns dans cette tribu, auï caractères suivans : pieds posté- 
tieufs i Guisaes très-rgrasses , cteAiTOe leirticnlaiFe, Compri- 
mées, dentelées et marquées d'un sillon au bord inférieort 
jambes des »é«es pieds, fartes^ arquées- et reçues en partie 
dans la rainure de ces cuisses; ailes toujours étendues; pé- 
dicule de l'abdomen découvert; tarière droite et inféfieire. 

Les chalcis, ainsi que les leucopsis, diffèrent des autres 
hyménoptères de la m^me Iribuiiàir ia. foràie de *««rs plèda. 
postérieurs , et leurs antennes coiBpOsiés d« woae 'i âMze- 
arucles distincts , au lieu de dix. Mais les chalcis n'ont point 
les ades supérieures doublées, comme les leucopsîs } feùrs^ 
ïnandibules , ou du moins l'une d'elles , offre (rois deole-r 



H A -,3 

Jiine« ; knr txagatUt -t» è peise ^thaacréc ; le segment ai^- 
térieur du CM'sekt eM fertcosrt; l'abdomen ne paroît point 
seswle , comme «elni 4eaiauo«psis~, il est â'aiUenrs plus pe< 
lil, ArdiAaixenKat temiiié en poiate , 4it m tiriére ne rcr- 
monte pas sur le dos ; enfia leurs ailes supérieures nVnt point 
de itemu'es kie« proanocéos; <it taiie^^tfU'y » absence de 
lovtes cellules. Ces dewcMDrea «o reiMMiM^ht 'd'aiMenrs par 
leurs antennes courlt»^ jUùéesTtesâ-tfeiprts du milieu de 
h iace de U tête, et doMie troinèwe «rlfdeet k^-mnraAs 
forment une massue prcsne cylndnque , grMe et ailongée*; 
ils om aussi l'un et l'autne SespaJpes,c9«rt9, et lAoBtles marï- 
lairet composés de ^mairé artlcàES et les Islù^nx de trois ; les 
langueurs relative* de aemt des Bia«ittiaitie«-d4f(èreni cepen- 
dant un peu dans les deux genres. 

Parmi Uf ckakia, iusvis ont l'atMIoitien porté sumnlong 
pédicule , et leurs antemes proponiOaneAnneat beaucoup 
plus loBgHes.-Ils K tàetnentdavsKslietii ai{tiatiques , et^a- 
roîssent déposer plus particulièrement leurs teufs dMtslèls 
nymphes des stratiomes et dans celles de queJijnes autres 
diptères, virant dans J'i^au, sous la forme de lârres. H. Spttiola 
aétabliaveeces eufétxaaà^atreiptVftey celui de SviÏBK^ 

CmAiXJsciit''iwèMt^ Chaleâstaflfia,¥A.fl.^. ni. io.de ce 
Dict- Il t CBrirtMiiroàli^asdeloag^ ïeHMite«nesDoïnes;'lâ 
téteetlecorfieleJd'wDjioîrnatrJtagnD^cela!i-c<fc«deMép«3té^ 
rieuremeat,; l'abdopoieM Eonrt., «n pe« 'Qotnpnnvé , d'un Rotr 
luisant ; les quatre pattes antérieures d'un jause ùmv , arec 
uoe.^aade taché brune àla base dès caisses et furle isilieu 
des jambes; les cuisses postérieures -d'iMi ronge fasve-, a'rec 
une tadie noire à l'extréaaBté; les ^aml^eâ Boires^ artgiiéësi; 
les tarees fawves- 1) «st très-cemaitHi Mif ekvfroBS ^de Pïrif . 

Le CnaLTJs m»as , 4e Fabrkius (Pmz. f^awi. iftseif. 
Gant, fax- 77, Wtii), ^aire espèce de la ni4in^diTi9ion , 
dont Xiaa«eus a fait on si^tk (n^), et)G««ftVAy iane gu^ 
(b.° lâ), dlflàtrc de la ^écéddite pu- la <eo«leuv j«ia^ du 
pédicule de l'abdesKS et des cuisses postéHemres. 

Les autres cbalcis ont le pédIraJe de l'-abdomea fort court 
et les anteanes moins allna|;ées. On )« tPMAre asr les fleuri 

Tel est le Chalcis Nain , Chaicis minuta, Fab. (Paot. , ibiâ. 



fax. Sa , tah. 6 ; flc effror , çaéft , n." iS. Il a environ deux 
ligsea et demie de long ; les antennes noires , de la longuenf 
de la l'été ; la tête d'an noir mat; le corselet noir, cha^in^, 
terminé post^ieweincct par 4cui petites pointes courtes , 
avec un point jaune k la naissance des aile# ; l'abdomea 
ovale , il'Hn noir luisant; In deux premières paires de pattes 
jaunes , avec une UcbcAoire àlabûe desc^Hes, etiBM autre 



dt, Google 



U G H A 

sur le mîUeu ^^ jambes, l«Rpie4sp(»t^rie<irsaoîr9, avècûtie 
tache jaune à l'^ilr^miU des cukdes, â fà base et à l'estri- 
mité des jambes. Il ett «nccre pliu comman que les précé^ 
dèns. Je t'ai -quelquefoîa rencontré posé sur des excrémens 
homaîas. 

.Quelques espèces' de l'Amérique inrirî4î<niale , comme le 
CHALcrs k JAR^BTiiHE, ChoUd» anmdata de Fabncias, son 
Cba.lc[5PYRAHU>aI^ Chidfis pyràniiâta (e. prodiwia, OÛv.), 
_'ont rcxtrémité po^t^riewe d« l'abdomen prolongée en one 
.pointe .aâfez l|!>ngue. La première' ydace ses œiuâ dans les 
chrysalides d« perUiues phalènes. La seconde les dépose dans 
les nids Ati-guipei carloiUèree, et Réanmar a pris ce chalcis 
.pour l'individu femelle'de cette gu^e (/«M. 6, pi. io,fig- a , 
et pi ^1, fis. Z). Cl.) 

CHALCHITE. K. CoLoreiR fossiie. Cpat) 

CHALCÏÏlS. r. Ch*lcamthebio».<ln.) 

CHALE. Kom samoïède,quIdé«gBe les poissons'en gé- 
•aéral. (desm.) , v" 

CHALEB. Nom syrien du saoJe. (lN;) 
. CfiALEF,' Ë^im^iM. Genre de plantes de la tétrandrie 
manugynie et de. 1? famille des éJéagnoïd» , dont les carac- 
tères sont d'avoir : un calice supérieur, monophyUe,% cinq 
.divisions , cptqré iiitérleui'enlent et' caduc ; qnatre étamînes 
forl.petittsi an ovaire . inférieur <« arrondi, chargé d'un style 
à 8tî|imate simple ; uqe .espèce de noix ovale , obtuse ', glû' 
iire.,.marquée:d'un poist à son sommet , et qui contient un 
.noyau oblong. 

Les chalefs sont^des ai^irisseaux à feuilles simples , alternes, 
souvent cotonneuseselÀ.fleursaxillaires. On en compte dixes^ 
péces,doat siidu Japon, trois de laTurquie ctuaede Ceyian. 

Le Chaief i FEUILLES ÉTROITES j c'est-à-dire , celui qui 
a les, feuilles l.^ncéolëes , est seul bien eonira. C'est un grand 
arbris«eai( qu^ l'on Cultive dans les jardins , à cause de l'.i- 
^ément de sçs feuille blanchâtres, qui contrastent avec le 
vert des autres arbustes, et quisubnstént jnsqu'aux pins 
fortes gelées , et encore plus à cause de l'odeur suave de ses 
tleprs; odeur très-fiirte, et telle qn'iin seul pied de chatefsufGt 
pour embaumer m) jurdin de médiocre étendue. V. pi. B. a6 
où il est figuré. ... 

On le multiplie par drageons, par marcottes, et smioul. 
par boutures ; car il donne rarement des graines dans le cli- 
piat de Paris. 11 est, au reste, très - robuste , et supporte 
toutes sortes d'expositions > quoiqu'il se plaise mieux an midi 
qu'à aucune autrç .. 

; L'odeur des fleurs du chalef ne se fait sentir que le soir , 
■t elle se tramfonne en pdem: nauséabonde lorsque la fructi- 



dt, Google 



C H A. ,5 

fication est accomplie. Cet arbuste a cela de comman avec les 
cestrauM et quelques autres plantes. Ou l'appelle vulgairemem 
olivier de Bohème, parce que sop fruit ressemUe à l'ouve. C'est 
en Bohème qu'il croît avec le plus d'abondaDce. 

Olivier rapporte qu'on en mange gêné rai ement les fruiu 
en Turquie et en Perse, [b.) 
CHALEU. IVom l]!,urate de la Loutre, (desh.) 
CHALEUR. Ce mot ne désigne ni une substance , ni un 
agent, ni un principe quelconque , mais seuiemenl la sensation 
produite dans nos organes, et les effets produits sur tes corps 
par l'action du principe inconnu que l'on appelle le calorique. 
V. Calorique, (biot.) 

CHALEUR, situation d'un animal qui en recherche uq 
autre de son espèce , mais d'un autre sexe ; cette expression 
ne s'emploie ordinairement qu'à l'égard des animaux domes- 
tiques disposés à l'accouplement; pour Jes animaux sau- 
vages , on di( qu'ils sont en rut (s.) 

CHALL. Nom que les ïartares Woguls donnent au 
bouleau, (ln.) 

CHALLYRITON, Pro^rf. Espèce de Gypsophile. (ln.) 
CHALOK. Nom d'un Cyprin en Barbarie, (oesm.) 
CHALOTTE. En hollandais, c'est I'ÉchaLOTTE. On 
l'appelle également ainsi en Espagne, Atlium asf.aloakum, L. 

(LN.) 

CHALOUPE CANNELÉE. Coquille du genre Argo- 
KAOTE , Argonau/us argo , Linn. (B.) 

CHALUNG UBUSSU. Nom que les Mongoles donnent 
aupoivre. (ln.) 

CHALY desBurates. C'est le Castor. Cdesm) 

CHAMA , Pline , Hist. nat. vni , c. 19. Cest le lynx , 
espèce du genre Chat, (besm.) 

CHAM.AEBALANUS , Bump, Jmb. C'est l'arachide qui 
croît et qui est cultivée dans 1 Inde , et que Loureiro dit 
êtreune espèce différente de l'arachide qui croît en Afrique, en 
Europe et en Amérique. Il !a nomme avachis asiatica. Le 
CHAiLXBALANOsdeSioscorideparott êtreune euphorbe. (lm.) 

CHAMiE-BUXUS, hulshumble onbuis couché. Batihln, 
et après loi les botanistes , ont donné ce nom à une espèce 
de polygate k laquelle Lîunœus l'a conservé comme nom 
spécifique, Pofygala cHamœ-buxus. (ln.) 

CHAMiE-CERASUS, CerUiernain, humble, ou pe- 
tit Plusieurs plantes ont reçu ce nom : i." une espèce 
de cerisier de Clusius , Prunus cfmmœ^cerasus , Jacq. ; a.*' 
diverses espèces de lonicera, Linn. caractérisées par leurs 
Heurs géminées sur le même pédoncule solitaire. Ce sont 
les aylosleon et (hama-cerasus de Tournefort. M. de Jussîeu 



umiiz^dz, Google 



te C H A 

en fait son genre XïLOstEos. 'P'ayei CAHEHisiElt. (lN.) 

CHAM^CîSSUS. ynchsinWonné ce nota i 1« terrette» 
^Glechomahederacea, qni paroh fifre le ckamakissos Ae £>ios- 
coride. [l"".) 

CHAMJK-CHRYSOCOMA , Bairelier. Cest le Sla- 
helina dabîa , Linn. 

CHAH/ECISTVS. BeautfMp de plantes o»t iH. ainsi 
nODtmées'parC.Bauhin.CInaiaSteic.'Cé sont des cistes, Tazalée 
cfracbée, Audeaprocvmbaa, Liiin, ; un rosace , Rhodoàeaâtvn 
cltamœastits,li-, elle Tlûinum ïnangu/aire ,1^100. (lu.') 
■ CHAM4ECIJSMA. Vamam, Boerhaave , HaHer, 
Moencb, donnent ce nom au lierre terrestre, 'C/ecAâniaAaJHii- 
«a, Linn. V. Terbettë, (IK) 

CHAM,œCMSTA , Peiile créle. Nom donné par Breyae 
à deux espèces An genre casse , k Viine desquelles làoneeus a 
coaserré ce rtotn , Cassia rliamœçrisfa, et C. jlexuosa , L. (JJ*-) 

CHAMiECYPAR!SSUS , Petit cyprès. Espèce de 
santolme. Ses feaill'es imbriquées lui donnent quelque res- 
semblance arec les cyprès. (^IN.) 

CHAM JED APHNE. Catesby , Gxro/. a , t g8 ^ ^/ 17 , 
d.onne ce nom aok kalmia; Buibaume à une espèce 'â'auâro- 
■îÀède , anànmeda ccâymlaui , L. ; et Mitchell à un arltrisseau 
guj porte maintenant son nom , mitchtffa repais. Camerïitius 
Eprît. 938 , figure le dapbné thymelsa sous ce soia. L'on 
"croit quele«Aam(B(ïapftiMde Diûscoride est cette plante, ou la 
laurëole, Vaphae laureola, L. Colâmelle donne ce oom au 
■Tragon épineux , RùsOis aculèatus , L. [IN.) 

CHAM^DAPHNOÏDES , iW^- Afy,!», exot. U, 
t. 44i appelle ainsi une espèce de dapnné qui croît en Crite , 
■Aiphne oleoides , Linn. (lN.) 

CHAM^iEDOHE, Chamaâora. Genre déplantes ébaUÏ par 
"Willdenow pour le RoisntE» DE Caracas , Borassus piimati- 
fidus , Jacq: , qu'il a trouvé avoir des caractères particuliers. 

Ces caractères sont : fleura dloïques; les mâles à six divi- 
sions , et à six éta'mines ; les femelles composées de trots 
écailles et de trois styles ; le fruit est upe drupe succulente et 
aune seule semence, (b.) 

CHAMAEDBIFOLIA. Plante \ feuilles de cham^edrys. 
Plukenet (./f/m. 96, t. 3^5,/ 6) donne ce qom au neOrZâa 
procumbens, L.; plante annuelle d'Afrique etd'Arabie. (LU.) 

CHAM^EBRYS et CHAM.ffiDRrOS. Petit cbêne. La 
plante que Dioscbrîde et les anciens ont ainsi nommée , 
est, dit-on, une germandrée , feucn'um cAonunf^j , L- L'oa 
a ensuite classé , sous ce même nom , des plantes qui avoient 
de la ressemblance par leur feuille arec cette germandrée ; 
telles sont quelques véroniques dont une en a conservé Le 



dt, Google 



C H A ly 

hom; ta ÀryaÀe,AyaiàeUyKtaia,ïj,, Bommée éuntiaéys pw 
Clusius ; piosiears germandrées et labiées ; à I4 bariaie da 
Mp£s, et à une espèce de crêle-de-cof , Rhiaatthus trÏTOffi-, 
L. TourDe&rt,et nloench aprèt liù , oet fojrné de quelques 
germandrées ungenra ckamadtys<^it\n'iaasété adoBU.fLN.) 

GUAMiEFICUS,/w««-'w'»,Lob4(Obs. 6ia), l^afje 
30US ce Dom UD âgaîer qui paraît uve varût^i du figuier ordi- 
naire , Ficus carira , L. (ln.) 

CHAMAE GELSEMIKUM , Jasmin, amdu!. C'est le 
jasmin de Catalasse ,Jasmiawn graa^Jli>nan , Lina. C'''^'} 

CHAM^ GENISTA , PttU Gêné et Genêt couché. Plu- 
sieurs fenêta , gaiitia , p4>rtenlce oofu dans les anciens our 
▼rages de botanique. Ce sont les gerusla sa^Ulaiis, tridentata,, 
et piloaa- (lh.) 

GHAM^ IBIS, b-is naine. CameVarîtis, Clusius, Bau- 
))in,etc., appellent «insi quelques espèces d'iris , Jris li^orà, 
iutts^ens etpwnila, cultîr^esdans noi}ardiQS,eabordure, (LN.) 

CHAM^ITEA. Nomdunoé par Camerarius (épit. 108} 
k nn petit saule des Alpes. Salix rtiuia. (in.) 

CHAM^JASMECPetit Jasmin). Trois jolies plantes 
portent ce nom : 1." L'IIopsTONs a fleurs biëues, plante 
de l'Amérique septentrionale {jChamizjasmé, Plakenet, Alm'., 
97, maot., 45, tab, 97, % 9); ji" une Ahdrosace, (rii 
avoit ce nom depuis C. Bauhin, et à laquelle Jacqiutt ra 
conservé; 3.? uucStellère de Sibérie, SulUra chamx 
jiume, L. (amm. ruth., 16, tab. ^.) Cette dernière pour- 
roit bien appartenir à. un autre genre. (i.K.) 

CHA>OE LARIX CP^Ût Mélèze). Kom donné par 
Brcyn, Cent., k une espèce d'A3PAL\TH, Aspaluthus chenO- 
poda, Linn. (LN.) ■ : 

CHAMJiELEA, Chamalaîa. Lés Grecs, et Dioscoride, 
donnoicQt ce nom à la CiMEL^E , Cœorarh, tricocà.on, L. CV- 
toit le sentiment de presque lous les aiicieos botanistes, et 
Toumefort a coBsetyé.àla camelée ce fiom que Llonséus p 
cbangé en celui dé iwrorum.Q'^elques espèces' de DAWteÉ', 
de (SiUTÉlLE, cluSa', une TragiE, trùgïa chamalea^ utife 
ScoPOLiE, quelques PeifLiCA, et le Grdbbie sontnommés 
ékanùelea dans différens ouvrages 'de bàtâniqne.-flN,) 

CHAMjlEWÏLE, V. Chamj:meloîj. (b.) 

CHAftLSEELEA'GiyUS, Ghmneieàgnos , petit «liriet. 
Dodo<<asdésigne.ainsite ClRiEiroU GmJÈ, nyrica gale, liaii.', 
qui croit dans nos marais. (LN.) ' ■ 

CHAHiELËOKi'e/â iitm, en grec, parce qneles 
plantes auiquellës on a. appliqué ce nom sont hérissées dl^ 
pinea qui* font qu'on ne peat-les cueillir sans se bjlesser. 'il[ip- 
pocrate et Cioscoride mcntionoest cbacun uoe plante de ca 



ri. 



dt, Google 



tt C H A 

nom. Celle d'Uippocrale est regardée comme la Cahlitie 
S'AN.sTi<]E,(;<iWûui<i/ï)u/ù.Ell«;esttiotnin^eCiiAM.BLEONVLANc; 
-par Dioscoride , Matlhiole , Cameraritu fft Qusius ; mais 
■elon Colume)l« , ce seroît Valraciylû gumm^n de Linnseus , 
et selon Lobel, la ctntau/faconiftm,- L, (^. Leuzè). Quant 
'iUplaalede Dioscoride, nommife ChaHaleon Noia, elle 
est rapportée au Carlhame en corymbe, CarOmmus ca- 

Xmbosus, L. (K. Brotera.) C'est l'avis de Daléchamps» 
aiihin, Dodothis, Morison. Clusias, Hisp. , p. 4^^) en 
décrivant le cni^uet acarna , dit qu'à Salamanque, on l'appelle 
ckameeion ; mais il ne croit pas que ce soit la plante de Dros- 
"coride. Quelques autres cinarocépfaales ont encore -porté 
,'Cenom, (ln.) 

GHAMaiLINUM (Petit Lin). Vaillant donne ce nom 
'au litium radûila f Linn., espiïce de Iav , qui constitue 
maintenant' un genre particulier , le K«D[OLa , V. ce mot , 
'gui est le mStegraita de Bauhin e( de Bay, et le Anocorpon de 
-nticheli, Lobel avoit nommé ckamœlinum le lin catharlique. 

(LN.) 

. " C$AMjSELTWON , Oiamalinum. Genre de plantes éta- 
Tlli par "Willdenow, pour placer I'Helouias tîainé de Jac- 
-quÏQ. Ses caractères sont : calice nul ; corolle de sii pétales ; 
éjtqmines alternativement grandes et petites; stigmate sessile; 
capsule il trois loges polyspermcs.(B.1 
.' , ,CH4MjEMEL0N, Oiamatmdum. Nom donné, par les 
GreCs et les La^ns , à. une plante qui avoit l'odeur .de la 
-pijnime. L'on a pensé que ce pouvoit être la Chamohilie 
.QdUAiNE, anûiemis nobîlis, qui a effectivement une odeur 
forte et balsamique , qui se rapproche un peu de celle de la 
^pi>m{p^4^ reinette. Au reste, .il y a une grande confusion à 
. cet égard dans les auteurs , ([ui ont appliqué le oom de cha- 
mamelum à des plantes maintenant dispersées dans les genres 
Air-lotide , AchÙée , ^al/temiàe , genre qui les renferme 
la plupart; aaacycîe, catute ,. IWteckU , maùiimre, pyi^lhrt 
.el ckrysanthime; tous ces genres appartiennent à Ta famille 
des CoRYUBtFÈRES. C'çst avec raison que Linnaeus a banni 
ce nom de chattuemelum, que Tournéfort avoit voulu con'. 
«erver. (ln.) 

. CHA^LœMESPILUS (Néflier nain). Deux jolis arbris- 
seaux ont été appelés ainsi. Ce sont les mespSus cotaneasier et 
ehanucmespiius ,Liuu. (lN.) 

CHAMffiMOLY: Petite espèce d'Ail, ^ffùim, décrite 
par Columelle {Ceph., 335 et 3a6), et à laquelle Linnteus 
a laissé ce nom. Elle croit dans le midi de l'Europe.' Colu-' 
%nelle doute aicem'est pasUMoLYdes'ancîenjS. (ln.) 



dt, Google 



C H A ,9 

CHAMiEMORUS (Petit Mûrier). C'est une espèce de 
KoncE , rubus chamixmonis , Lina. (l?4.) 

CHAMAEMYRSINE des Grecs anciens. C'est, selon 
Matthiole, le Myhtilie, vaccinlum myriillus , Linn, (LN.) 

CHAMyENERION (Petit Laurose). Nom que les Grecs 
ont donné à I Herbe Smnt-Antoine, epUolilum angustif^ium^ 
li-, jolie plante qai a la fcoille semblable à celle du laurier 
■rose, et les flears de m^me couleur. Les autres espèces d'é- 
pilobe sont nommées de même dans les ouvrages des bo- 
tanistes, jusqu'à Linnaeus, qui a préféré le nom d'épi/obe, 
donné aussi anciennement à une espèce de ce genre. (LN.) 

CHAM^.ORCaiS (Petit Ortbls). C'est, dans le 
PinaccdehBuiiin,Vophiysalpi'na, Linn. Foyez OVRAYDE. (lv.'X 

CHAMjHË PERlCLYMENlJM. (Pdû aèrt/cu/iU ). 
Ciusius ( Païui. 87. t. 88. ) a donné le premier ce nom au cor- 
nouiller herbacé , (cornus suecîra, Linn.) (ln.) 

CHAM4EPEUCK (Petit Sapin). Nom que Prosper Al- 
pin (Exal., t. 76) donne à une espèce de Stahelihs, à 
laquelle Linnaeus l'a conservé. C'est une plante sufTrutes- 
-cente qui croti daps le midi de l'Europe, et dans les îles 
d'Hyères, sur la côte de Provence, (ln.) 

CHAMJSEPIÏYS (Petit Pin). Nom donné par les an- 
ciens, à one phnte qui ressemblait au pin par l'odeur; on 
l'a rapportée à une Germahdrée , teucrium chamapitys , L. 
Plusieurs autres espèces du même genre ont été nommées 
chamtcpilys. Scopoti et Willdcnow en ont transporté quel- 
ques-unes dans le genre Buglë, ajuga; de ce nombre est 
YioeUe oa rgos^haria, Forsl;. liefJiamœpitysie Plukenet, est une 
bruyère , {erica. Plidautii. (lm.) 

CHAMJERAPHIS, Chamarapiàs. Genre établi par R. 
Browa, dans la triandric dîgyaic, etdansia famille desgrami- 
nées. Ilestfortvoistn'des P AN ic s. Ses caractères consistent en 
des (leurs monoïqufes composées : d'un calice de trois valves, 
l'extérieure très-petite, renfermant deux fleurs, dont l'inté- 
rieure est femelle plus petite, et accompagnée de deuï écailles 
et d'une semence reniermée dans les valves calicinaics. 

Ccgenre renferme quatre espèces originaires de la Non- 
velle-Hollande , dont l'une est le Barbon écailleux de 
LinuKus. (B.) 

CHAMjœRlPHE , Chamariphu. Nom que les Grecs 
donnaient au chamerops humilis, petit Paluier d'Europe, (a.) 

CHAM«;R1PHÉ. Ciusius désigne sousle^nom de cAo- 
mceriphe pengrina ,un Polypier dont Pallas a fait sa Gorgvnîa 
palma (El. zooph., n.» 120). f.GoRGONE. (desm.) 

CHAMAERODENDRON. C'est le Rhododendron 
miTict]Jf de Linnœua , celui qui donne un miel purgatif. 



dt, Google 



ao C H A 

Touniefort a donné ce inom aux R6S;^6ÈS et ani AzaLÊEs; 
Danslesouvragts, ontTOuve aussi fiuei<{nes di^dmés et le Rho-' 
dora, décrits sous ce nom, que\que{oh écrit rhododendros.(i.fi. } 

CHAMjSEROPS. Petit arbrisseau en grec. Nom donné 
an PalmisU par les anciens. C'est à présent le nom Latin du 
genre qui le coinprend. Le palmUu et le dattier sont les deux 
seuls Palmiers d'Eubope. (ln.) 

CHAMiERUBUS.(Roncecouchée.)C'estlenomdedenx 
espèces de Ronces, rubus taxatiiis, et chamamona, iLinn., 
qui oqt été décrites par Bauhin, Clusius, cic. (ln.) 

CHAMJESPARTIUM.Bauhin. C'est une espèce de 
Genêt, genisia sagUlaiù, L., jolie plante remarquable par 
ses liges et rameaux, comprimés et membraneux. C'est, dans 
Jes Faioitlesdes Plantes d'Adanson, un genre auquel ce bota-> 
nbte l'apporte le f^nisia pi/osa et le cytisus supinas , L. (iN.) 

CHAMffiSYLE. C'est une espèce d'EupHORBE, euphoriita 
thaniasyce, L., le ehamasyce des Grecs, selon Clnsius : 
Adanson classe avec les figuiers l'astique chaniœsyce. (ln.) . 

CHAMAGROSTIDE, Chamagmsds. Genre de plantes 
établi pour placer I'Aghostide uinihb, qui a le calice bi' 
Talve, et la corolle uoivalve. 

11 a été, appelé Viborge et Struvee. (».) - 

CHAMAIaCTE de Dioscoride. CeaiVHiiMiZtsambu" 
eus ebuliiSj L. (tN.) 

CHAftUlffATOS, Théophraste. Espèce de Ronce, ru- 

lus. ( LN.) 

GHAMAICISSUS, Théophraste. f^oyes CHASLeci.EHA. 

. (LM.) 

CHAMAIDRIS , Chamaïdnu et Chameedrops A» Diosco- 
Hde. V. Cbam«drys. (lw.) 

CHAMAIGYROM de Dioscoride, est rapporté mmx 
. Tussilages, par Adanson. (iv.y 
' CHAMAILUCON, Dioscoride. La VpRVBiNK est, dit- 
on, cette plante. (tK.) 

CHAMAIMELON. K Cham^melo». (ln.) 

CHAALMMYCTOS, Dioscoride. C'est ime espèce de 
Fragon. (lr.) 

CHAMAIPHON, Dioscoride. Espèce de Vélar, «y- 
timam. (LN.) 

CHAÎVLVIZELON. Espèce de Palmier, mentionnée 
par Dioscoride , et qui paroît être une variété du Dattier. 

(LN.) 

CHAMAMILLE et CHAMAMILLA. F. Matriçair» 
et Chamomille. (lw.) 

CHAMANA. Nom pémrien d'une espèce de Jujubier , 
•elon AdansoD. Cli|.} 



L:,<,i,z<,d:, Google- 



C H A ai 

CHAMARAIS. Arbre des Indes , dont le fhiît est en 
grappe et aigrelet, il contient un noyau qui renferme une 
amande. Ce fruit se mange, vert ou mùr, confit avec du 
Bel, pour exciter l'appétit. On le met aussi dans tes saaces. 
1^5 feuilles s'emploient en décoction contre les fièvres; les 
racines contre l'asthme. Ces remèdes purgent violemment 
par haut et par bas. 

On ignore à quel genre appartient cet arhre. (b.) 
CHAMARIS. !Nom espagnol delà Mésange bleoe, ^- 
rus candeus. (desm) 

CHAMARIZ. Nom portugais du PiNsow. (besm.) 
CHAMAROCH. C'est le Cabahbolier axillaiKe. (b.) 
CHAMARRAS. Nom vulgaire de la Germandréed'ëao, 
Teacrium scorâium , Linn. (B.) 

CHAM-BIA-TLON. Nom que l'on donne, à la Cochïn. 
chine , à UD grand arbrisseau dont t'écorce tenace sert À faire 
des cordes et de la filasse, pour boucher les fentes des na- 
vires, Loureîro nomme Rkstiaria celte plante, et il croit 
que c'est ie ratiana nigra de Rumphius. Voyei Restiaire. 
(LN.) 
CHAMBRE {Vétterîe'). Endroit de U forft où le cerf se 
repose pendant le jour. C'est aossl une espèce de piège que 
l'on tend aux loaps. (s.) 

CHAMBREULE, Bntfo-cAampj. Espèce de Gaiéope, 
Galeopsis ladanum, L. (in.) 

CHAMBRIE. Vieux nom français du Chamvse- (ï-n.) 
CHAM-CHAN. Nom chinois d'un arbrisseau d«nt les 
feuilles et les racines sont employées comme fébrifuge, en 
Chine et en Cochincbine, oùil crott. C'est le Dichboa febbi-^ 
rUGA, Lour. (ln.) 

CHAMEAU, Camelus. Genre de qntadrapèdes de l'ordre 
desRi;Mm\NS, caractérisés par la grandeur de la taille, 
parla présence des trois sortes de dents, la lèvre supé- 
rieure fendue, te cou long çtarqué.l'absence de cornes oudVi 
bois, uneoudeuilonpes ou bosses surle dos, descallosités nues 
auz jointuresdes jambes et àlapartie iiSférieure du poitrail, etc. 
Les doigts des chameaux ne sont pas entièrement revê- 
tus de cornes ; ils n'ont qu'un- petit ongle à i'extrémîté 
et une-espièce de semelle calleuse et fort dure, corn— 
niDne aux deux doigts. A la mâchoire inférieure , it y 
a six incisives et deux canines; il la supérieure, il y ], 
deux incisives implantées dans l'os intermaxiltaire , ce oui 
n'existe dans aucun autre nmiimat , et une ou deux cattiaés 
de chaque- cAté, qui deviennent assez grandes avec l'âge. 
Les chameaux ont cinq estomacs ; mais le cinquième n'est 
^une appcu^ce d« la panse > soQuuiqueusageesttdecou- 



dt, Google 



ai C H A 

tf nir une certaine quantité d'eaa, que l'anîmalTaU revenir h 
sa bouche lorsqu'il est pressé par ta soif. 

Le cenre des chameaux paroSt être confiné dans une zone 
de troxs ou quatre cents lieues de largeur , qui s'étend depuis 
la Mauritanie jusqu'à la Chine, Des deux espèces qu'il ren- 
ferme , l'une ( le chameau à une èosse ou dromadaire ) occupe 
toute la longueur de cette zone , du côté du midi ; l'autre (le 
chameau à deux bosses , ou chameau proprement dit) ne se 
trouve au contraire que dans sa partie septentrionale , et seo- 
lement depuis l'ancienne Bactriane jusqu'à la Chine. La pre- 
mière, quoique naturelle aux pays chauds, craint les climats 
où ta chaleur est excessive : elle finit en Afrique , ainsi qu'aux 
Indes , où commence l'espèce' de VétépharU^ et elle ne peut 
subsister ni squs le ciel hrûJant de la zone torride , ni dans les 
climat'' doui de notre zone tempérée ; elle parott originaire 
d'Arabie. La seconde, quoique habitante des climats tempé- 
rés , en supporte cependant de plus rigoureux , puisque les 
Burètes et les Mongoles la conduisent jusque dans les envi- 
rons du lac Ba'ikal. Elle paroh originaire de la Bactriane , 
actuellement le Turquestan, et c'est en effet le pays où elle est 
le plus répandue. 

Première Espèce. — Le Chameau (Chameau a DEUX BOSSES, 
on CbaHEAU de BaCTRIAVE) Camelus hacfrianus, L., fig. a , 
pi. 7; Buff. , tom. 1 1, pi. 23,; pi. B. la de ce Dict. 11 est d'une 

Elus grande taille que le dromadaire ; ses jambes sont moins 
aales Ji proportion de son corps; son museau plus gros et 
pins rentlé ; son poil plus hrun et sa démarche plus lente. 
Les anciens Iniavoient donné le nom de chameau de Bactriane 
pour le distinguer du chameau à une seule bosse , qu'ils ap- 
.peloient chameau SAralie. 

Le chameau est un animal d'une figure très- bizarre. lia le 
con long et arqué vers le bas ; les jambes aussi fort longues ; 
la tête petite; la queue courte, et le dos chargé de deux grosses 
bosses qui tombent recourbées sur les côtés du coi^s. Le mu- 
seau est fort allongé ; la lèvre supérieure fendue ; les oriiites 
des yeux très-sailtantes ; les oreilles courtes; l'a croupe maigre 
et avalée. Les jambes sont mal faites ; les jarrets sont tournés 
en dehors et fort sailtans en arrière. Les quatre pieds sont 
très-gros, principalement ceux de devant. 11 y a une luge 
callosité ail-dessous du poitrail , sur la partie postérieure du 
sternum : on en remarque de plus petites au coude, augenoa 
des jambes de devant, et à la rotule comme au jarret de 
celles de derrière ; ces callosités sont nues et fort dures. Les 
petits chameaux les apportent ennaissanL 

Les'bosses du cbaUeaa sont composées d'onq snhstanca 



Jt, Google 



en X ^ 

grasse et charnue de la même conststance à pea pris que celle 
de la tt^tine de vache. 

Il a , comme le dromadaire , indépenâamment des qnatre 
estomacs qui se trouvent dans tous les ruminans , une cin- 
quième poche qui lui sert de réservoir pour conserver l'ean , 
qui y séjourne sans se corrompre et sans que les autres alî- 
mens puissent s''y mêler ; et lorsque le chameau est pressé par 
la soif et qu'il a besoin de déUiyer les nourritures sèches, et 
de les macérer par la nucination , il fait remonter dans sa 
panse-, et jusque dans son œsophage, une partie de cette eau 
par une simple contraction des muscles. 

C'est en vertu de cette conformation que les ciiameaux 
et les dromadaires peuvent se passer placeurs jours de boire, 
et qu'ils prennent en une 3eu\e fois une prodigieuse quantité 
d'eau, qui demeure saine el limpide dans ce réservoir, parce 
que les liqueurs du corps ni les sucs de la digestion ne 
peuvent s'y m^ler. 

Le chameau habite- le Turquëstan, qui est l'ancienne Bac- 
triane. On le trouve aussi dans le Thibet et jusqu'aux fi-on- 
lières de la Chine. Dans tous les pays où il est employé 
comme béte de somme, le chameaa d'Arabie ou dromadaire, 
est inconnu. Au contraire , dans le midi de la Perse , en 
Arabie, en Egypte, en Abyssinie et en Manriianïe, on n'em- 
ploie que ce dernier , et on n'y élève ie chameau que par cu- 
riosité, et comme un animal étranger. 

Le chameau a le pas plus sur que le dromadaire'; aussi se 
tire-t~il beaucoup mieui des boues et des endroits maréca- 
geux et humides ; mais , dans les terres grasses et les chemins 
glissans , il faut étendre des tapis, et jusqu'à cent de suite , 
(selon Tavemier) pour qu'il puisse passer dessus. 

Les chameaux qui vivent à la ménagerie du Muséum de 
Paris , ont plus de quarante ans ; ils étoîent mâles tons 
deux ; ils consommaient chacun trente livres de foin et de 
luzerne par jour, sans avoine. Aussi un chameau ne coàte 
guère plus à nourrir qu'un cheval , quoiqu'il «oïl beaucoup 
plus fort Lorsqu'ils ruminent, ils mâchent aiternalivement de 
chaque côté, sansîamaisporterlapelotted'alimensdeui fois du 
même. Us boivent en été chacun quatre seaux d'eau par jour. 

Pendant tout le temps que ces animaux sont en mt , ils 
répandent une odeur insuppoiiable : dans les premiers jours 
du rut , et même quelque temps auparavant , ils éprouvent 
de fortes sueurs , qui durent environ quinze jours. Lorsque' 
ces sueiii^ soat passées, il se formdalorssnr l'extréniitéài- 
pérïeure et postérieure de UtSte , derrière les oreilles^ deux 
élévations sur la peau , formant nue espèce de coeur , des 
par«s d,esqueUes s'écoqlç ime liqiKur noire , visqoeust Jit 



dt, Google 



^ Ç H A 

très-puante, qui sàllt Wf poil et qnl oblige de le conper. A» 
soleil ardent , ce suintement se renouvelle momentanément; 
maia alors It. liqueur qui s'épanche est d'une couleur rous^ 
Bilre. 

Le membre génital da mâle est, comme celni do fouraiu, 
très-Ion^ et trés-mince ; dans l'érection , il tend en avant 
comme celui de tous les autres quadrupèdes ; mais dans l'état 
ordinaire, le fourreau se retireien arrière, et ]'urine est jetée 
«nire les jambes de derrière, en sorte que les mâles et les fe- 
melles pissent de la même manière. L accouplement est pé- 
nible ; la femelle s'accroupit et reçoit le mâle dans la même 
situation qu'elle prend ponr se reposer, dormir et se laisser 
chaîner. Le mâle , assis derrière comme nn chien , touche la 
terre de ses deui pieds de devant ; il parolt froid pendant 
l'accouplement , et plus indolent qn'ancon autre animal. 
L'nrine des chameaiu a une odeur trés-forle. Dans le temps 
du rut, ils pissent sur leur queue, qu'ils portent exprès entre 
les cuisses ; quand elle est bien mouilue , ils la courbent 
mr le dos pour s'en arroser, et ils ne recommencent à uri- 
ner que lorsqu'elle est redescendue. Ils dorment accroupis 
et les yeux ouverts. 

Seconde Espèce. — X^ BsoMADAlâE (Craheau d'Arabie, 
OuChaheau kviiKS£VL£JiossE'),CanuIusdromedarius,Linn.i 
Buffon, tom. it,pl. 9. «Le chameau qui n'a qu'une seule 
« bosse, dit Cuvîer, portoit chez les anciens le nom de cka- 
tneau d'Arabie; c'est du moins ainsi que l'appellent Arisloie 
et Pline, par opposition à celui ^ deux bosses, qu'ils, 
namaieai. chameau de Bactriane. Eneftet, la première de ces 
espèces est la seule que les Arabes emploient, et qu'ils 
4ienl conduite dans les divers lieux, où ils se sont établis, 
en Syrie, en Babylonie, et dans tous les pays qui s'é-^ 
tendent le long Aei câtes de l'Afrique, depuis l'Abyssinie 
jusqu'au royaume dé Maroc. Il y a dans cette espèce 
une race [hus petite et beaucoup plus rapide À la course, 
qli'on appelle en arabe maîhari ou raguahil. Diodore et 
Sb'abon lont nommée xuftiihn, ifniisoix chameau coureur, 
d'où les modernes ont' fait le mot dromadaire, qu'ils ont 
étenda, contre son étymologie, et contre l'usage des Grecs 
et des Arabes, i toute l'espèce du chameau d'Arabie. » 
Ménagerie du Musàaa aatianal, fascicule second, Histoire du 
Dromadaire, pag. 1. 

Olivierpense aussi que le nom de dromadaire ne doitpass'apr- 
pliqueràrespèceentièreducbameaud'Arabie, mais seulement 
. aux individus de cette espèce, que l'on a élevés pour la course. 
Ce nattirali&te nous a coBuouniqué, par anticipation, U nOIft 



dt, Google 



C H A ,5 

snîranle , extraite Je son FoyageldaiK Pempire OUùmnn , VÉ- 
gjpUel la Perse, (publié depuis) : « Noas devons faire ob- 
serrcr, dît-il, qu'on auroit tort 4^ croire que la dromadaire 
diffère du chameau d'Arabie, et qu'il forme une espèce 
distincte. C'est comme si l'on vouloît regarder le cheval 
de selle conmie une espèce d'animal diltéreote du cheval 
de Toiiare on de charge. Les Grecs, et après eux les Ro- 
mains, nommèrent dromadaire, de &f*fut , chemin , nwfa, 
le chameau counia- , le chameau qui èloit élevé à la course ; 
celai qui étoit uniquement destiné à porter des fardeaux 
et à tenir lien de charrettes , dont on ne fait point nsage 
en Orient, conserva le nom, arabe de chamean. L'un et 
l'autre n'ont qu'une bosse an dos, et ne diffèrent entre eux 
qne par des nuance» peu sensibles. Mais Hs diffèrent beau- 
coup du chantean bactrien, qui a deux bosses, et qui les 
aurait, quoi qu'en disent des natnralisles célèbres, lors 
même qu'on ne chargeroit jamais son dos, ainsi que le 
chameau arabe, qni n'en a qu'une , et en a constamment une 
seole , soit qu'on l'ait destiné à la course ou à U charge. » 

IèC nom de dromadaire ayant été adopté par Linnfeus , 
Buffon , et la plupart des naturalistes , pour désigner l'espèce 
entière du chameau d'Arabie, nous avons cm devoir nous 
conformer à l'usage , et rapporter à ce nom toutes les notices 
des voyageurs en Egypte et en Arabie, sur les cbameanx; 
notices qne Buffon a regardées comme appartenant à l'his- 
toire naturelle du chameau proprement dit, quoiqu'elles 
fiissent destinées à compléter celle du dromadaire. 

Le dromadaire, et sartoat» race ainsi nommée, est d'une 
moindre taille que le chameau. 11 a depuis cinq jusqu'à sept 
pieds de hauteur au garrot; sa bosse est placée sUr le dos, 
arrondie et jamais tombante; son museau est moins renflé 
que celui du chameau; son poil doux, laineux, est fort iné- 
gal et plus long qu'ailleurs sur la nuque , sous la gorge et sur 
la bosse. Sa couleur est d'un blanc sale dans la jeunesse , et 
il devient avec l'âge d'un gris roussàtre plus ou moins foncé. 
Le dromadaire a , comme Te chameau, des callosités dénuées 
de poil au genou et au coude des jambes de devant , à la 
rotule et au jarret de ceUes de derrière, et une beaucoup 
plus grande sur la poitrine. Tout [e corps, à t'excentioa 
des parties calleuses , est couvert d'une laine d'un bmn 
cendré, frisée et assez dure; cette laine est plus longue 
sur ta bosse unique qu'il a sur le dos ; cette bosse n est 
point distincte du corps et semble formée par la cuuriinre 
du dos. 

L'arant-brai est anssi garni de touffes de laine plus longue 
et nlu5^ noire ; la t£te est conique-; la lèvre m^rieure est 



L:mi,i.d=, Google 



a6 C H A. 

épaisae , dépasse le nez, et elle est fendac; les ouTerturec 
des narines sont ovales , convei^ent et se réunissent presque 
en bas « leur bord est comme bourrelé; les lèvres sont 
presque nues, l'inférieure «si très-petite, le bord de la supé- 
rieure est ^ami d'une rangée de poils droits et blanchâU'es. 
L'œil est ombraeé parde longs sourcils noirs; les oreilles sont 
courtes, arrondies; Je cou est comprimé sur les câtés, et 
son diamètre, près de la poitrine, est presque égal à celui 
de la tète ; les poils de la partie Inférieure du cou sont plus 
longs et plus noirs-, les doigts sont au nombre de denx à 
chaque pied; ils posent sur les deux dernières phalanges; la 
semelle des pieds est plus épaisse en arrière qu'en avant ; 
les ongles sont courts, arronilîs, courbés, carénés dans leur 
partie moyenne; les cuisses sont étroites et laissent voir le 
fourreau de la rerge; la qneue n'atteint pas le jarret, et 
est terminée par des crins longs. 

L'intérieur du dromadaire ne diffère presque en rien de 
celui du chameau. 

L'espèce du dromadaire est bien plus répandue que celle 
du chameau. Elle se trouve en Arabie, où elle est fort 
commune. £lle est aussi en grande abondance dans toute 
la partie septentrionale de l'Afrique, qui s'étend en lon- 
gueur depuis la Mauritanie jusqu'à l'£gypte , et en laideur, 
depuis la mer Méditerranée jusqu'au fleuve Sénégal. On la 
retrouve en Egypte, dans la Perse et la ïartarie méridio- 
nale, et dans les parties septentrionales de l'Inde. 

Le dromadaire parott être originaire d'Arabie, et c'est ce 
qui lui a valu des anciens , le nom de chameau d'Arabie ; 
non -seulement c'est le pays où il est en plus grand nombre, 
mais c'est aussi celui auquel il parott le plus conforme par 
son organisation, 'c L'Arabie, ditBuffon, est le pays du 
mondele plus aride, et oii l'eau est le plus rare; le droma— . 
daire est le plus sobre des animaux , et peut passer plusieurs 
jours sans boire. Le terrain est partout sec et sablonneux; le 
dromadaire a les pieds faits pour marcher dans le sable , 
et ne peut, au contraire , se soutenir dans les terrains hU' 
luides et glissans. L'herbe . et les pâturages manquant à cette 
terre, le boeuf y manque aussi, et le dromadaire remplace 
cette bête de somme ; aussi les Arabes regardent-Us cet 
animal comme un présent du ciel, sans le secours duquel ils 
ne pourroient ni subsister, ni conimercer, ni voyager. Le 
lait des dromadaires fait leur nourriture ordinaire ; ils eQ 
mangent aussi la chair, surtout celle des jeunes, qui est très- 
bonne il Leur gôfti. Le poil de ces animaux, qui est fin et 
moeUeUK, et qui se renojuvelle tous je$ ans, leur sert k laire 



dt, Google 



C H A ,j 

des étoffes dont ils se -valent et se menblent; avec leurs dro- 
madaires, ils ne manquent de rien, même ils ne Graigoent 
rien; ils peuvent mettre en un seul jour cinquante lieues de 
desert entre eux et leurs ennemis : toutes les armées du monde 
péfiroient à la suite d'une troupe d'Arabes; aussi ne sont- 
ils soumis que quand il leur plaît. » A l'aide du dromadaire , 
ils savent franchir et mSme s'approprier ces déserts aQireui, 
que l'éloquent BufTon appelle les lacunes de la Nalure. Us 
leur servent d'asiles; ils assurent leur repos, et les main- 
tiennent dans leur indépendance. 

Sans le dromadaire , il n'y auroit pas de communication 
enire l'Egypte et l'Abyssinie , entre la Barbarie et les con- 
trées situées au-delà du Saara , entre la Syrie et la Perte ; l'A- 
rabie Heurtuseseroît absolument isolée dn^este de la terre. 

Peu de jours après la naissance des dromadaires, on leuc 
plie les jambes sous le ventre, on les contraint  demeurer 
k terre, et on les charge, dans cette situation^ d'un poids 
assez fort, qu'on les accoutume à porter, et qu'on ne leur 
6te que pour leur en donner un plus fort; au lieu de les 
laisser pâftre à tonte heure et boire k leur soif, on com- 
mence par régler lenrs repas , et , peu à peu, on les éloigne 
à de grandes distances, en diminuant aussi la quantité de 
JeuTBourrilure; lorsqu'ils sont un peu forts, on les exerce 
à la course , et l'on parvient ainsi à les rendre aussi légers 
et plus robustes que les cfaevaui; enfin, dès que l'on est sûr 
de la force , de la légèreté et de la sobriété des dromadai- 
res , on les fait voyager, ou bien on les emploie aux difFé- 
rcns usages auxquels oo les a destinés. 

En Perse, en Arabie, en Egypte, eo Barbarie, etc., le 
transport des marchandises ne se fait que par le moyen des 
dromadaires; c'est, de toutes les voitures, la plus prompte 
et la moins chère. Les marchands et autres passagers se 
rénnissent en caravanes, pour éviter les insultes et les pira- 
teries des Arabes; ces caravanes sont souvent très-nom- 
breuses, et toujours composées de plus de dromadaires que 
d'hommes; chacun de ces animaux est chargé selon sa force; 
il la sent si bien , que quand on lui donne une chaîne trop 
forte il la refuse, et reste constamment couché jusqu'à ce 
qu'on l'ait aUégé; si on le force à marcher, il pousse des 
cris lamentables, et donne des coups de tête fort fréquens à 
celui qui le surcharge. Les dromadaires portent un millier 
et même douze cent^ pesant, les plus petits, six à sept cents, 
et font, qtitsi chaînés, dix à douze lieues par jour. .Ceux, qui 
sont élevés pour (a course en font jusqu'à trente : pourvu 
que ce soit en plaine et dans un terrain sec. Ils deviennent 
presque inaliies dans les pays pien-eux et montueux, et 



de, Google 



38 C H A 

encore dans lès pays tiamides ; fhamidîlé Tenr fait enfler lei, 

jambes , et on les voit tomber sabitement. 

Les dromadaires de course et ceux de charge peuvent 
marcher ainsi huit ou dix jours de suite ; ils se reposent 
seulement le soir; on leur dte leur charge, et on tes laisse 

Eaitre en liberté : si Ton est dans un pays vert, dans une 
onns prairie , ils prennent en moins d nne heure tout ce 
qu'O lewr faat pour en vîwe ringt-quatre, et pour rumi- 
ner pendant tonte la nuit; mais rarement Ils trouvent de ces 
liOQs pâturages, et cette nourriture délicate ne leur est pas 
nécessaire ; Us semblent même préférer ant heAes les plus 
doaces, l'absinthe, le chardon, l'ortie, le genêt, l'acacie 
et les autres végétaux épineux qai croissent dans le désert; 
lorsque la route est longne , et qn'on veut les maintenir 
en bon état, on y ajoute de l'orge , des fèves, ou des dattes 
en petite quantité, ou enfin-, quelques onces d'une pâté 
faite de flenr de farine; si on se dispense de ce soin, ils 
ne laissent pas d'aller encore, mais ils maigrissent et leor 
bosse diminue au point de disparottre presque entièrement. 
Le chameaa à deux bosses ne pourroit supporter une aussi, 
longue diète. Le dromadaire peut se passer de boire pen- 
dant sept ou huit jours. Après une si longue abstinence , it 
sent l'eau de fort loin : et s'il s'en rencontre à sa portée , 
ii y coart rapidement, bien avantqa'on puisse la voir. Oa 
maintient cette habitude, même dans le temps da repos, 
en ne Ini donnant à boire qu'à des époques éloignées. Tant 
qu'il ironre des plantes à brouter, il se passe facilement 
d'eau. 

Ail jjremier signe, les dromadaires plient les genoux et 
s'accroupissent jusqu'à terre pour se laisser charger dan», 
cette situation. Dès qu'une caravane arrive au lieu où elle 
doit camper, tous les dromadaires qui appartiennent à ua. 
seul maître viennent se ranger d'eux-mêmes en cercle et 
se coucher sur les quatre pieds, de sorte qu'en dénouant 
une corde qui tient les ballots, ils coulent et tombent 
doOcement à terre, de côté et d'autre de l'animal; qnand it 
faut rechaper, le mfime dromadaire vient se recoucher en- 
tre les ballots , lesquels étant attachés , il se relève doucement 
arec sa chaîne; il y en a qui se chargent seuls, en passant 
la tête sous l'espèce de bât auquel les ballots sont attachés. 
On est ohKgé de faire un bât particulier pour chaque in- 
dividu , et d'avoir soin qu'il ne touche pas le haut de la bosse, 
autrement celle-ci se meurtriroit, et la gangrène et les vers, 
s'y mettroient bienlAt :*qaand- cet inconvénient arrive, on 
met sur la plaie du plâtre râpé bien fin, qu'il faut changer 
souvent. Les dromadaires aiment la mnsiqae, et. c'est eih. 



dt, Google 



C H A ,5. 

cliantaDt qu*oD leur fait faire pins de chemin, lorsqu'on 

est pressé; on n'a besoin nî de fouet, ni d'éperon ponr ■ 
les eiciter à la marche. 

On ne laisse qu'an mâle entier pour huit ou dix femeUet; 
et tous les dromadaires de travail sont ordinairement hongres; 
ils sont moins forts que les dromadaires entiers, mais ils 
sont plus traitahles et serrent en tout temps, au lieu que 
les entiers sont non-seulement indociles , mais presque fu- 
rieux dans le temps du rut. On dit qu'à cette époque ils 
se ressouviennent de tous les maurais traitemess qu'ils ont 
Tegus, et qu^ils cherchent k s'en venger, si les auteun se 
présentent i eux. Ils ruent et mordent, quelquefois ils écra- 
sent des hommes sons leurs pieds. Pendant quarante jours 
ils ne mangent presque rien, et deux grosses vessies leur 
sortent à dttaque instant de la bouche, avec na râlement 
très-désagréable. 

C'est au printemps que le ml commence; l'accooplement 
est difGcile et se fait comme celui du chameau; la femelle 
porte près d'un an et ne produit qu'un petit ; son lait est 
abondant, épais, et fait une bonne nourriture, même pour 
les hommes, en le mêlant arec une plus grande quantité 
d'eau. Ordinairement on ne fait pas trarailler les femelles -, 
cependant il y a des endroits oit l'on en soumet un grand 
nombre, comme les m&les, à l'opération de la castration, ' 
aSn de les faire U'ay ailler. 

Le dromadaire n'a que deux pieds de hauteur en nais- 
sant ; mais il croît si vite dans les premiers momens de sa 
vie, qu'au bout de huit jours il a déjà près de trois pieds; 
îltette pendant un an, et n'a atteint toute sa grandeur qu'à 
six ou sept ans. Le dromadairepeut en vivre quarante OIL 
cinquante. Olearius assure que le chameau à deux basses et le 
dromadaire produisent ensemble des individus infénonds , 
comme les mulets, et que ces indiridus soqt plus estimés 
que les races originelles- 
La chair du jeune dromadaire est aussi bonne que celle 
du reau , les Arabes en font leur nourriture ordinaire ; Us la 
conservent da^s des rases, oà ils la couvrent de graisse. Us 

Î réparent du beurre et du fromage avec le lait de la fepielle. 
.e membre du mâle, préparé , leur sert de fouet pour mon- 
ttr à cheval. 

Dans ces animaux, lent précède la mue, qnî commence 
au mois d'avril : cette mue ne va pas , comme dans le cha- 
meau , au point de leur faire perdre tout leur poil ; elle n'est 
même pas plus rapide que celle du cheval et des autres ani- 
maux de nos pays. Avec le poil du dromadaire , on fait plu- 
sieurs sortes d'étoHés, des feutres et d'autres préparations -j 



dt, Google 



3. C H A 

on tond ces animaux en été , on les couvre d'huile , et on les 
laisse ainsi plusieurs heures par jour exposés au soleil. Il 
n'est pas jusqu'à la fiente du dromadaire dont on ne tire un 
grand parti ; on en fait des mottes qui braient aisément , et 
lont une flamme aussi claire et presque aussi vive que celle 
du bois sec'; elles sont d'un grand secours dans ces déserts , 
oà l'on ne trouve pas un arbre , et où , par le défaut de 
combustibles, le feu est aussi rare que l'eau; on prépare avec 
la suie qui en résulte une grande quantité de sel ammoniac. 

Les paysans égyptiens ont beaucoup de dr.>mad.'<ires , 
dont ils prennent grand soin. Ils Its émpl^'on' au trans- 
port des marchandises , ei à tourner les roues qui lé it- ser- 
vent à élever l'eau qui sert A arroser leurs ch.>mp . (DESm.) 

C HAMEAU. Nom d'une coquille du genre stroiube , strom- 
èuslaci/er, Linn. (dësm.) 

CHAMEAUTURC.F CHA»EAcproppemenidii.(DESM.) 

CHAMEAU D'ARABIE. Nom donné par les anciens au 
chameau à une bosse. V. Dromadaire, dans l'article Cha- 
meau. (DESH.) 

CHAMEAU À DEUX BOSSES. T. Chamead propre- 
ment dit (DESH.) 

CHAMEAU À UNE BOSSE. C'est le Dromabaibe. 
y. Cbameau. (desm.) 

CHAMEAU DEBACTRIANE. Les anciens appeîoient 
de ce nom te chameau à deux bosses, pour le distinguer de 
celui à une seule bosse. V. Chameau, (desh.) 

CHAMEAU-LÉOPARD. La giraffe a reçu cette déno- 
iDÎnation vulgaire , à cause de sa haute stature et de sa peau 
mouchetée comme celle du léopard. V. (Iiraffe. (s.) 

CHAMEAU MARIN. Poisson augenreOsTHACiON, Os- 
travion turritas , Linn. (b.) 

CHAMEAU MOUCHETÉ. Dénomination donnée à la 
GiBAFFE. V. ce mot. (s.) 

CHAMEAU DU PÉROU. Dénomination vulgaire da 
Lama. V. ce mot. (s.) 

CHAMEAU DE RIVIÈRE. Les habitans de la Haute- 
Egypte nomment ainsi le Pélican, dont la poche membra- 
neuse ressemble en quelque sorte , lorsqu'elle est remplie 
de poissons, aux outres pleines d'eau que l'on charge sur les 
chameaux. Dans la Basse- Egypte , le nom ordinaire du péli- 
can citdegha, et quelquefois saklah, c'est-à-dire /wrtewd'eoM," 
cette dernière dénomination est également en usage dans le 
Diorbekir et aux environs de Bassara. V. Pélican, (s.) 

CHAMEJASME,ffoustoni«ca7u/fifl.f''.CHAM.iJASMË.CLW.) 

CHAMEK ou CHAMECK. Espèce de singe de l'Amé- 
rique méridionale et du genre des Atèleï. V. ce mot (desm.) 



dt, Google 



C H A 3r 

CHAMEL. a Alexandrie d'Egypte , an rapport d'Hassel- 
quist , oa appelle ains! le Sccet , echeaeù neur.rale$. (diâm.) 
CHAMÊLAIA , Dîoscoride. y. Chahklea. (i,n.) 
CHAMELEAGNUS. V. Cham^eleagnus. (r.N.) 
CHAMELMA, L'un des noms arabes du Pélic an.(desm.) 
CHAMELEUCE.Cenomestunde ceux donnés autrefois 
an popiilage, caltha paiuslrù , Linn. Le chameleuce de Dios- 
coridf est un calament pour Adanson. (LN.) 

CHAMIRE , Ckamira. C'est une piaule dont Tbnnberg a 
fait un genre. Ses caractères sont d'avoir : un calice de tjuatre 
folioles droites, dont deux font k leur base une saillie en 
manière de corne ou d'éperon ; une corolle de quatre péta- 
les; sis ëtamines, dont deux opposées, plus courtes ; une 
glande en dessous de la base de chaque ëtamine courte ; un 
ovaire supérieur chargé d'un stylé court , dont le stigmate est 
obtns ; une siliqae obloogue , biloculaire , bivalve , convexe 
d'an càté , droite de l'autre , presque articulée , longue d'un 
pouce et demi , et qui contient plusieurs semences ovales. 

Cette plante , que Lamarck soupçonne être la même que 
I'Héliofrile cincÉOïDE de linnseus , a les tiges herbacées, 
foibles , couchées , glabres et rameuses ; les feuill«s alternes , 
pétiolées , en coenr et nn peu anguleuses ; les fleurs blanches 
et en grappes terminales. 

Elle croît au Cap de Bonne-Espérance dans les fentes de» 
rochers, (b.) 

CHAMITE. Nom donné par les oryctographes aux co- 
quilles bivalves fossiles , qu'îb trouvent avoir quelques rap- 
ports de forme avec les Cames, (b.) 

CH AMITIS , ChamUis. Genre de plantes établi par Gsert- 
ner, et depuis réuni aux Azokelles. C'est le même que le 
BoLàX de Jnssieu. (b.) 

CHAMLAGU. Nom d'un robinier qui croît en Cbine , 
robinier chamiagu , Uiérit. (ln.) 

CHAM LON LA, Nom cochinchlnoîs d'une plante em- 
ployée en CliLDe et en Cocliinchlne , pour teindre en un bleu 
quine le cède pas pour l'éclat à l'indigo. Cette plante est très- 
cultivée pour cet objet ; elle paroît être un spilante , spîlan- 
thus tinctoria , Lour. , qui auroit beaucoup de rapport avec 
Vabécédaria de Rumph. 1 1 , t. 65 , qui est regardé comme lé 
spUanikas aandîa , L. (LN.) 

CHAMMA. Nom dii Lion en holtentot. (d^m.) 
CHAMME. C'est le nom du mélèze , ^înwt larix , L. , snr 
les bords du Jenisei , en Tartarie. (lu.) 

CHAM NHO LA. Nom que les Cochinrhinois donsent à 
l'indigotier , iadigofem ttndoria , L. {JM.) 



dt, Google 



33 C H A 

CHAMOBYOBETA. Kota ia souci des janlms , caleti- 
âiûa ojficinalis , chez les Grecs iDo;dcrnes. (LN^) 

CHAMOÇILADI.L'A,L0iJETrE des champs, en grec mo- 
derne, (s.) 

CHAMOIS. Quaânipède ruminant, vivantdans nos Alpes, 
li est remarquable par ses cornes qui sont petites , noires , lis- 
tes et recom^ées en crochet en arrière , et par son poil gros- 
»ier. Cet animal a été décrit À l'article du genre Antilope 
«uquemapparti£Dt,et6guréplancheB. ia.de ce Dictionnaire. 

(DESH.) 

CHAMOIS DU CAP. SelanM. Cuvîer, c'esl I'Antilope 

OKYX. (DESM.) 

CHAMOLETTA. Nom que les B«lges donnent i l'irâ 
de Perse , irUpersUM , L. (Lt«-) 

CHAMOR, Nom hébreu de TAnk. (npsM.) 

CHAiyiPAC , Mùhdi». Geni-e de plantes d^ la polyandrie 
polygynie, .dont les caractère; sont : d'avoir un calice de 
trois folioles obloogues et .caduques; ooe gatne mem- 
braneuse qui «nreloppe la fleur dan«s sa jeunesse BQns la Dorme 
d'un bouton coniqtte ; .quineç pétaLe^ lancéolés , disposés sv 
plusieurs rangs , dent tes extërieiu's soAt ouverts cl plus gran^ 
que . les autres î 1)9 grand nombre d'étamioes , dont les an<~ 
(hères sont adnées aux filameos , dans une moitié de leur lou- 
gueur; beaucoup d'ovaires globuleux, fort petjls, séparés les 
uns des autres , dépourvus de styles , et situés sur un récep^ 
taclei plusieurs baies, ou espèces de capsules ovoïdes eu 
grappes serrées. Ces- capsules s'ouvrent par leur sommet ou 
par le câté, et contienaeiPt itrois à sept grain^ rougcâtres, 
conTese» d'un calé et anguleuses de l'autre. 

Ce genre est formé de deux espèces, qui sont deuxgrands 
arbres de l'Inde, dont les feuilles sont simples et alternes, et 
dont les fleurs, situées dans tes aisselles des feuilles , répandent 
une odeur agréable. La premîèrede ces- espèces, te Chahpac 
A ri.EUSS SKWM£,M'c}ùliarJiampar.a, LInn.', est cultivée dans 
les jardins; elle à les feuilles lancéolées. La seconde, dont les 
ileurs sont moins odorantes , le Micheiia tsiampaca , Linn. , les 
a orales. (B.) 

CHAMPANELLES. V. Orang-outang. Çs.) 

CHAMPANZ££.LssAqg)aisontdonnéce.npmaaJocKOi 
V. Oranc. (s.) 

CHAMPIDACA, Bontiqs, Jav. ; chanwaUn des Malais ; 
espèce de jacquier , polyphema chuwpien , Lonr. (ln.) 

CHAMPIË , Ckampia. Genre de plante de la famille des 
. ihal^sslophytes, et de l'ordre des floridées de Lamouroux , 
qui avolt été appelé Mertensœ par Roth , et doql les carac-^ 



dt, Google 






i:, Google 



dt, Google 



C H A 33 

lères sont : capsales Bombren5es< prescftie Ordïd^s , sîtaéu 
dans des papilles qui s'éUveDt de la tige et des rameaux. 

Ce genre, qui fait ie passage entre les thalassiophytes arti- 
culés , etjes non articulés, ne contient qu'une «spèce (Ori- 
ginaire du Cap de Bonne -Errance, (b.) 

CHAMPIGNONS. Faniille de plantes qui, arantlcs ob- 
servations réce ni ment faites sur les ai^es, Gommençoit U 
série des Tcgétaïu. Elle n'en forlne plus aujourd'hui que 
le second chainoa. Elle diffère des autres familles , princi- 
palement parce qi^e les espèces qui la composciit n'ont 
ni feuilles ni (leuTS,^rce qu'elles n« sont jamais de uatuK 
herbacée ,. et parce qu'elles sont plus simpUs datis leur fonne 
et dans leur organisatioa ; elles s'en riipprochent seulement 
par leur manière de craUre. . 

Théophraste , I>io«corid« , Pline, et ed général tous les 
anciens, attribuoiént l'origine àes cbampi^onB k une «br« 
taise vùcosilé proveoue des rlégélaus par la putréfaclitm. -Ce 
sentiment fut celui de leurs commentateurs. L'Ëdusb pré- 
tendit le premier q«e les champ igtioils aaissoient de graines. 
Boccone, {Vleatzel, Toumefort, Micbeli , e\ dans ces dernier» 
temps, Gleditsll, Haller, Hedwfge « LJonieua , Palisot- 
beauTois, et surtout BuUiard, se spqt déclarés les défenscars 
de cette dernière opinion. . '. k 

La découverte dç$ auimalcales donna occasion à plusieurs 
Savans, tels que Butper, Weis, Mndler* Scopolî, etc., de peu- 
&er que les çbampi^ons av^i^t mie origine animale i «t ré-' 
cemment Necker et Médicus , naturalistes allemands , ont 
regardé lescbatupigaons, l'un, comAte une nouvelle réunion 
du tissu .cellulaire des végétaux ; l'autre-, comme une décom- 
position de la. mo^Ue' .et du suc des plames qui changent 
de nature au moyen d'^B^ certaine quantité d'eau et de cha- 
leur ; ou , pour se sefriç des propres expressions de i'aOf 
leur, les c^inpigiK>DS fiont ime cristallisation végétale. Celle 
^imoa a été cotnltattue jfikaf Palisot-Beâuvois. V. Joum. de 

pkf si^u^, aaué*_ij^, 

. PaUsat--Baauvois.~(£A^p/(^- méth^d. arf, Cfumipignon) etBut- 
liard, après lui, oAt UvéleB doutes des natui'altste s, endèmon- 
ir^at que les cbampi^ons :S»nt organisés à peu près comiH? 
les végétau)( st^içipijWQiB ; qu'ils ont des fibres , des rais^- 
seaifx, des racinea^ une. QoraisoB, des«spéceS de semencas 
■ansle concoure desqpeLUqla rélgénération Me peut avoir lieu, 
tm premier déielppp^ment , tm accroissement et uo dépér- 
rifsem^ent qui jie M terminent , comme dans tous j^es Ëtr^s 
organisés , qu'après avoir laissé des êtres samblftblei i eut) 
etqot éprouvent les mâtnes réTolutions. 
En etïet , un cbamp^oon quelconque ce peut^«HSt«T, dit 

vi. ■ S 

C,ql,lt!d=,G00glC 



9i C H A 

BoUiard, s'il n'est le prbduîl de la graîrie d'dn individu de la 
même esjice, et ce qu'on appelle vuJgaireiflent litancde cham- 
pigmm C Ca»CITE Neckef) , ïi'est autre ehoae qup la graine 
a^lutinée k divers corps. « 

Suivant Pal isot-B eau vois , le blanc de éhampigiion est le 
premier développement des graines. Les filamens que produit 
«e développement donnent naissance à d'autres 6femenspl«s 
gros et plus durt. Ceux-ci sont les analogues des tiges de ces 
fiantes, et aiiboutd'unteinps plus ou moins long Ils donnent ' 
naissance à de petits champignons qui s'accroissent et sortent 
de terre lorsqu'ils ont atteint une certaînegroMeur.Ces cham- 
pignons, paroissantainsi tout à coup, ont donné lieude penser 
que ces sortes dfr plantes se développent ^ans une seub nuit. 
C'est ime erreur , ils sont déjà tout formés dans la terre oa 
le famier , plasieurs jours aVant de paroftre. Ainsi ce 
qu'on appelle blanc de champfgtùm est , à pt^iprement par- 
ier , la première germination des graines , et les racines qoî 
firodaisent d'autres filamens doivent être regardées comme 
es tiges. Les champignons qui en proviennent oBt alori 
des fleurs et des fruits. Palisot 'Beau vois,, dans un Mémoire 
inséré Aratùhs àà Munlum d'histoire naturelle , a prouva 
qae pIusieursBYSSES et Himanties ne sont autre chosequedu 
blanc de champignon , qui finit paf développer àta a^ariei 
ou des ménilts. Suivant le même botaniste , les lanes on 
feailletsdesagarics sont doubles commeijjie gousse, et remplie 
d'une membraoe réticolaire entre Içs mailles de laquelle le* 
graiBes sont. attachées^ 

Pour i^tenir les graines dé la plupart des champignons / 
il suffit de les erposer , dans leur fraîcheur , sur une glace f 
la superficie du verre ne tarde pas à s'en couvrir. On le* 
obtient encore en secouant dans l'eau des champignons sof 
fis amment développes. Cette eau, ainsi changée, seri-â ar-' 
roser les couches qui n'en deviennent que plus fécondes. 
Ces graines varient comme celles -des autres végétaux, dam 
leur nombre, dans leur situation, leur iô^ertion , leur di" 
mension, leur foribe, leur Couleur, etc. Les unes sont facile^ 
à distinguer sans le secoprs de ia loupe, les autres sont si - 
fines, que la plus forte lentille dn^icroscope de Dellebarre 
peut à peine les faire voir. Ces grainifs , transportées par les 
■Tents, s'attachent à différens corps an moyen du glnfendoBt 
leur surface est humectée , les pluies les précipitent sin- U 
terre, et si des circonstances favorables secondent leur déve- 
loppement , de vastes surfaces sont blentdt couvertes de 
champignons. 

Tonscesfailsrésultent des observations de Palisot-Beanroii 
etdeB<4ltardii)aioat¥r<(tf,iiiwUsVp^*i'P^°4'^^^^''"*°1 



dt, Google 



C H A M 

t^ qae les graines des champignons' soient de véritables se-* 
mences. G^nlner les regarde ccAïuiic dés espèces de gem-- 
Bies.J'dvoÏB déjà' proposé cette idée à Balhard , lorsque je 
faisoiB avec loi des expériences sur la fécondation des t^m- 
pigstHis ; mais elle fut repoussée , quoiq&e appuyée sur l'a- 
nalogie.de ces plantes arec certains polype» et snr les ex- 
périeocM de- Trsmbley , et antres,' ^ae -je Tépélois aussi 
À cette époqoe. ^i au mot Tnom-E. 

. Aujourd'hui que j'ai vu wn plus grand nombre d'in^ri- 
dns de ces deux dastes ; qne je me trouve appuyé de l'opî- 
nion d'un bommcandsi justement célèbrbqne Gartner, jedois 
tenir, et en eflet, je tiens plus que jamaiià' cette idée:' je dis 
donc que tes graines âeschampigirons sontdeTeritablesbonr- 
geons , ou mieux ne sont , en réalité , .que des plantes e^- 
cessimaHiit petites, qui. se développent 'pwl'aolioa vé^-' 
tante ) sans changer dénature. On- emroit la preuve dans 
les NlDD&At&fS ', oàles prétendues seiaences prennent son- 
ventnne ligne de. diamèlre. - ,. . 

Sans ce système, le^ «rgaaes milcs-et les.orgaiiefi'4^-i 
melles, qn\in<préteDd arotr vus dans lesdtaop^OBs, ne 
serotent qne Ses ilindons; et certes, il sùlHldelesesamiDer 
debonnefoi, pour en être convainca. Cependant noosdevnnfl 
rappeler, en ofmosition à cette opinion, les observations ttiéa 
cxpériencesdePalkot>>BeBKtoisBtir.les Clavairxs, IcsSM^s- 
BIES, les Hipoxtijoiw, lesJQie'iTA IKES^etc. Il a remarqué que te 
sommet de ces plûtes eBi<foraû:|»rf'uB mamekm ou bou- 
ton d'où sort nne .poussière diversemont oidor^ et qui. s'en 
détache de faonne heœ^, et que, sitAt après l'émission 
Ae cette poussière , les petits tttbercoles , placés autoui^ de 
la partie inférieure , -se resHent et»e renqtlisseotd'nne ma- 
tière visqikuse , noire f:.dans la^ne^te (Ha^troare de petits 
corps faits en forme de croissant. Ce qoi lui a fait penser 
que laaousdèrè snpérienre est l'oi^ane' fécondant et les 
tobercnles inférieurs devéritablesxlpsoiMj'Cetteopîaioit^st 
fortifiée par l'expérience suivante. Ayantlionpé le sommet de 
lriasïenrfeA^paxi^anetcftavaria,avantrémission de la poussière, 
les individus se sont desséchés et les. tubercules ontavorté ; 
les autre» iodividos ont fructifié, ^oy. au iurplva le Mémoire 
APaHaot-Beautioù; Etujd. melh:, oi1.c/iampigrwn, pour d'autres 
observations pareUles, notamment sur4es iiYDNES,Voy, encore 
Jaani. deBoL, *W: il, pag. i4? • Oôsem.sar les champignon» 
etsurleurmaiàtredecndUe, parle même- 11 faut voir, au reste, 
a» mot Polype, la manière dont ces singuliers animaux se 
produisent uatnrallcineôt, etanxmots Plante et Fruit, la 
composition des lîiRAinES des autres végétaux , pour bien 
-apprécier 1* vAleor de l'opinion que. je sontieus ici. 11 est 



dt, Google 



36 C H A 

âes .'chiiOpigtiom qiiî sortent de terre dans IVspade <td 
cinq à six heures; il- ev est d'antres k qai l'espace d'un an 
snffil à peine, pour atteindre' le terfnc de leur dérelop- 
peineBt complet. L'aceroîasem^il' se fait par întni ■■ sus* 
cepttOB ; c'cstr-à-^irèi'que les champignoBS, au moyen dq 
lenrs racines ,■ Rndeff: orgaBes qui en fontleg fanciiattG* 
tirent de. la terre;, aifâfia cdrpsinr lesquels ils ont pris nais* 
sance, un suc lymphatique ^ï, distribué ,' s eten cerlaines 
■newrei', jasqu'aiÂ: plus fines £vî»oas des- Ures charnues 
quiles compaienl', augmente, dans tel on tel espace de 
temps , lalonguenr et la largeur de cçs fibres , et leur donne 
pinson moins de solidité- 

Paliaot-Beaavsjs a remarqué qne le diampignon à saial A 
«Aet>a/,ntantresseiniilaklflt,au^eDte chaque année d'unemm- 
velle production de tuhes qui s'implantent sur l'andcmé , et 
qui est produite par les semences sorties de cette derniène : 
de façon que pes soats de champiguods seraient composés 
commelespolypîersd'une suite de génératùtnt qui accroissent 
leârrolame. iLareisàrqaé do pins que ces. couches annuelles 
vont loiqonrs en s'élargisgant Jusqu'il un certain point [ 
qu'eOHiite elles diminusnt en proportion et graduelle»e«l,flB 
tortc qne lorsqôe la dernière couche est égaie k la première^ 
le vi^éul périt Vayei /es oAsaanHaiu ci-desaa cài^. 

OaBs les champignons, dont ta stibstaoce est presqae li- 
gneuse , l'accroissement est sidiardnniié aux divers mouve» 
inenis de la. sére, et il y a élaboratien de la^ lymphe notri-» 
t!ve qui est re<;ne dans les vaisseaux capillaires , de mêm* 
que les sucs propves ï mab dans les champienons fugaces ^ 
la Uqueur lymphatique s'ioAhre entre les maïUes de lasuhs- 
tance du cnampiguon comme ^e llinile dans du colon, 
tandis qne les sucs prtipres circulent daas les Tabseànx ca^ 
pillaïres. /> 

Les champignons , ^ont l'organisâtiiiui est si différente de» 
antres régétaus, donnent -aossi à l^oalyse des produits par* 
tÎËuliers. Les r^oltais de leur décomposition artificielle, 
f omme ceux de letir décompasition naturelle , sont fort ana- 
logues à ceux des matières. animales. Sous l'eau, ils doniient 
du gaz hydrogène, dugcu azote et du gaz acide cârhoniqne. 

A la suite d'une analyse des champignons , insérée dîias 
&s ,/hm. de Chimie , tout, ya , Bracconnot conclut qu'ils sont 
moins ^nimalisés que le gluten , et qu'ils' contiennent qad- 
suefois du soufre , et d'antres fois du sucre qu'on obtient par 
l'alkool. 

Quelques champignons sont employés dans las arts; plu-^ 
sieurs servent k la nourriture ; d'autres sont des poisons , et 
la plupart ne sontutî^es à rien pour l'homme ; mais [Hvsqoe 



iiit/trGoogle 



C H A 3; 

tous recèlent its légictfi de larves d'hise^ctes qui vivent à 
leurs dépens. 

II est difficile de donner d«i ïtfdîctttidiié générales propres 
à faire éviter leri tdaovats cbMiftlgtioin. hi cotinolssatice des 
espèf^s peut seule eSidM' dan^ ce cas ; eîfcore sont - elles sî 
nqettes k varier , qu on Ae peut p» ionjoars être sàr dé son 
faiL Je n'entreppendr»r pas ici d'éloignerd'tmalhnedt qUedes 
peuples entiers recherchent avec passion ; mais je ne puis me 
^spenser de fair« remarquer que ï*s champignons ne four- 
aisseat point ou presqtie poiat de chyle , qU'us ne servent par 
conséquent en aucune Mantère il fa nourriture. La fàcililé 
avec laquelle ils se trituren! dans la plupart des estotfiafs, fait 
croire qu'ils se di^lienf , mais ils ne font réellement que pas- 
ser à travers les intestins. On doit donc ne les considérer 
que comme propres 1 servir d'assaisoznciemeiK aux autres 
mets. 

Lorsqn'on veut ramasse^ êa AampiptOvrs pouf' Ta table , 
U &nt repoue«P cefcï qtf so*l trop'vieui; car il est de fait 
que teHe espace qai étoit saine dans sa jetinesse , devient dan- 
gereuse dans sa vieiAesse ; d'aille«r»f leur faveur se perd lorïi 
que la fécoadattOH est «pètée^ 

Ccmnne c'est dam k partie <Sft se fontrentf les bouVgeons 
létnÎBÏfonnes, les lames oA leï tubes de la partie inférieure , 
<pK réside le principe rénénéiM Ses champignons , on peut 
rendre tous les Agakics tH Iç» Bolets salubres., en leur 
enlevant cette paMie qui, câ générât, le détache irè^-facilc- 
ment : c'est ce ^*on pratique dans beaucoup de lieux, e( ce 
qu'on y appelle /air» /«yoài , en comparant cette opération. 
à celle analogue tpÀ a lieu sur les arlTchaiits. 

Il est reconnu, par des suites d'expériences positives , que 
les acides végétaui sont les cont^e-poîsMis des cti'ampignons '; 
ainsi donc , ïersque tftfet^u'un sera soirpronné d'avoir été 
empoisonné pftr eitt , od le fera aFfemativement vomir et 
prendre dw vinaigre mélë ffVCc de l'ean; ainsi doiVc ; lorsqu'on 
voudra mang»- *;■ champignons suspt^cts , on ^vra' Tes faîrç 
utacérer pendant quelques hourcs dans le vinaigre. 

Les symptômes qoi SoMla Suite d'une erreur dans ïe choix 
des champignons destinés à ta oofli-ritiire , sontle voiftisse- 
ment, l' oppression , latwMioh'dé'l'estomacetdiilfds-ventrc, 
L'anxiété , les tranchées , la soif violente' , là' (*'afilî41gié' ^ là 
dyssenterié, l'évaDonisseK^Uï, t^ faàqAef,' Te trentmÊmënt 
général ,!»■ ga«grède et la *oi* * ■' ■ ■ * ' ; ' 

Le goftt décide- de' quel qties ànlcfteurs Ae s't^st pas c'o^Ktpté 
de ceux que foui'lflt aatuMlefnent; ta" campagile; 'il a, de 
plu* créé l'art ■#*« ïailfë>eil!f srfr couclic' peudarii'loulfi 
l'année. Poq^cctuv t"> ^>t^ *i° méfemgé'diîcrouinat cheval,' 



dt, Google 



3» C H X 

^e fumier pouiî et de.terrean,,et on ledispiose eQ coochea 
d'un pied et dem! de laideur et de hauteur : on sime sur ceti 
çoucues des graiqes de diampignoBs , c'est-à-dire, de la 
ieiTe d'une aucienoe couche qui eu est imprégnée; on re-r 
couvre le tout de fomier non consommé , et on arrose larges 
ment. Aubput de trés-peude jours, cesconches commencent 
à donner des champignons, et continuent à en donner )U»< 
qu'aux froids.Âtqrs, si on veut en avoirpeidapt l'hiver, on les 
transporte dans ime cave ,, oi^ juie^x., on y en fait de nou- 
velles , ou dans tout autre. lieu où la température «e soutient^ 
environ dixdegrésde Réaumur. CeBiVàgarie esgiJtfil de Lôn- 
jiseus , YùnuuuU acaftrd de Lamarck que l'on multiplie exclu- 
sivement ainsi; les autres ne se prêtant pas aussi facUonHeqt 
que lui aux fantaisies des hommes. 

Mais il est à remarquer q^ece çhainpignen dégénère par 
cette culture; il n'a plus la même odeur musquée ni la même 
saveur|qae celui qui croh à l'air Ubce. 

Be^uvois a proposé à l'InstiUft, eu i8i5, un petit otwrage 
contenant la dcscrip.tion exacte et la représentation fidèle ,- 4 
figures coloriées, de vingtTune espèces de champignons, let 
seuls reconnus bons qui croissent en France. Ce petit ov- 
yrage , par la modicité de son prix , eût été À la portée de tout 
le mqnje et très-utije. Il eAi eippêché sans doate les malheur^ 
et les empoisonnemens qui se. renouvellent chaque année- Le' 
gouvernement devoit le faire 'inpprimer i.ses. frais , mais lea 
circonstances ont empêché celte publication viaiment utile. 
Les ouvrages àconsulterpo^r les cham.pi^ons, sont ceux de 
ï)illenius, Battara, Mîcheli, Schœffer, Batch^'Bulliard, Pér- 
soon , Paulet, et la Flore française d^ I>écandotle. Willde- 
nowa proposé une nouvelle dislrihutioq^e^ champignons en 
quatre familles; savoir: \es Xylomiquea^\tx Fongufttii^^ti Gas- 
teromi^ies et les B/fsa. Une mort préiqatiirée et inattendue , 
en privant les sciences d'un de ses lélé^ partisans et des plus 
laborieux^' a empêché la publicité de ce travail, qui , bous 
avon^ lieu de le croire , auroit contribua k leur fair^ faii% de 
nouveaux progrés. 

Les meilleures espèces de champignons seront mention- 
nées k leur gpnre , et ceux. qui ont des noms vulgaires seront 
rapporté^ , pa.r renvoi , J ce» mém«s genres ; «insi , il est 
{nutîle.d'en.parier ici. 

Les'oiiampignoDs croisse|it sur la terre , ou soqt parasites , 
c'est-à-dire, vivent sur d'autres plante» et à leurs dépens. Les 
premier^ sof.lqnt du sein de la l erre, tantôt nus, a»'ecous»ns 
Soltet, tantôt renfermés dans une coiffe tRÛ W5 ttrie pas à se 
déchirer; c'est le VoLVA. Lasubstancf desiBûsertsubéreuseou 
jigneuse^eUedcsauuese^î^plIe, charpif&t^olquefpismuci-: 



dt, Google 



C H A 3, 

I^nûciue. Il est des charapigDflns qui unt simples, il en est 
qui sont rameui; la plupart sont couverts d'un chapeau stipiié 
oa sessUe , tantdt orbîculaire et petté , tantàt semi-orbiCO' 
laire oa attaché par le câté; ilen est dont la saveur est amère , 
poivrée, acre etcorrosive; d' autresquii'oiit douce, sucrée, tris- 
agréable augoAt: dans la plupart elle est insipide. Quelques-uns 
laissent flueruQËliquearblanchelorsqu'obles entame, d'autres 
changent de couleur dans le mSnie cas; plusieurs répandent une' 
odeur snave \ mais la plupart sont inodores et bea|icoup sont 
nauséabonds, lorsque , surtout, Us comn^encenl k se décom- 
poser. Cette décomposition, comme on l'a déjà dit, a plu- 
sieurs des caractères de celle des substances animales, et elle 
attire les insectes qui vivent dans les cadavres. 

La fameuse pierre à champignon de Maples, dont j'^î pos- 
sédé plusieurs fois' de gros fragmens , est nn tuf volca- 
nique imprégné de carcite de deiû espèces de champignons , 
l'un le Bolet tubÉhastre , et l'antre un Agaric voisin de 
I'Obohgk par sa couleur. Ce deFuier^ je l'ai ru se reproduire 
sur une des pierres dont il vient d'éb-e question , que j'a?oÎ3 
placée dans une serre dç Pari^. 

Sans la famille des champignons , qui est la première de la 
classe première duTaileau Ai Signe végéal, par Tentenat , 
et dont les caractères sont ligures pi. i, n.** 4 do mime our 
vrage , on compte dix-neuf genres sous quatre divisions, 
' i." Les genres dont les semences sont dans riotérieurdil 
champignon: La Trcffs, Iq m^if.ULAiiiE, la Moi^i&SURE, 
la Capillime , le SphéIiocabpe , la Tesse-de-loup , la Nt- 
nuLAiBE ^ l'HtîDXVLLON, la Variolaire , le Clatbre. 

3." I^s genres dont les sêmeoces sont sur tous les points de 
la surface du champignon : La Cuvaire , la Tbehelle. 

3.> Les genres dont les semences sont dans la partie supé- 
rieure du champignon : La Pezize et ta Morille. 

4-' Les genres dont les graineâ sont dans la surface infë— 
rîeure du champignon ; L'AiiRi<~<ntAtRE, VHelvblle, l'Oit- 
cHis , la FisTiJLiNE , le GcËPiER, le BotifT'et 1' Agaric. 

M. Ralînesqne à établi daiis -cette famille les nouveaux 
Eenre^ Acimophosê , Céropboke , Pboriiue , ëhdacin , 
UhALTCCS et ACFIGÊE. (b.) 1 . . 

M. Persoon a divisé les champîgutfns eii deux classes et 
six ordres ; savoir : . ■:■! 

L" CtASSE. -7 Les GyspiocÀliPES, ,cIiamplgnons fêrrotSs , 
ou dont les semetices sont contenues .dans l'mtérieurde la' 
substance. 

Pt^mûr ordre. — Les $cbÉiiQCUPe$,_/:bft>np^mons solides , 
dura jt l'^i^tiïiAur , M*9tanc« de l'int^fieur. içolle, — iQerires :■ 



dt, Google 



^o C H A 

Spasme, StitBOsKtsE, Nshaspoke, TdbbBcclairk, Hys- 

TEIUON, XlLOHE, VsItHICULAIHE. 

Deuxième ardre.— \a6 SARCOCARPES,châiripigDoaschaniiis, 
pleins. — Genres : Sclerote , ÏRUFFE , Pilobole , ThÉLÉ— 

ROLE , SpRËROBULE. 

Troisième ordre. — Les Bermatocarpks , champignons 
membraneas , coriaces on velus, remplis de pom&ière ialé-, 
Tieiirément. —r Genre* : Battabée, Tuldstome, (iÉastrk,, 
Boviste, Vesse-loup, Sglérodebhej Lycogai-e, FctJGO, 

SpUHAIRE, DlDiERHEiPaïSAIllJH, TrICHIE, AkcYRIE, StÈ- 
MONITlSfCllIBRAIHE, tlC^E,TuBULlNE, MoiSISSlIRE(mucOr), 
OnYGÈNE, AECIDIE, UrÉBO, PcCCmiE, TftlCHODERKX , Co- 
NOPtÉE, PyRENION, CyATHE. 

a.' Classe. —• Les Angiocarpes , cIianuûgQona charnus ; 
semences conleauesdansunréceptacle visibUeitérieHreinent. 

Qtmtriim» ordre. —•- Les SytbothËQuxs, membrane fructi- 
fiante devcDUit oa r^eau. i— Genres : Ci,athb£ , Satyiis , 
Uqriue. 

Gnijuième ordre. —• Les Hw^nOTb^TTES , membrane non- 
changeante, chargée de f/wru/u.—Genrej; Amanite, Agaric, 
Méruie, Dâe»alée, Bolet, Ststotrèwe, Htom!, Thélé- 
FHORE, Mériske, Clavaire, Spatrclairb, Léotie, Hel- 
velle, TREiqEiLE, Pezize, Ascobole, Helotiom, Stilbon, 
.AEgérite. 

Sixième ordre, —, Les Î^^MATOTHtQUES, champignons Byst 

^ÏDES. — Genres; AsCOPHOHE, PÉRICONIE, Is aire ,^ MoNI LIE, 

Dem^tion, Erinéè, Racoi(IOn, Himantie, Mésentérique, 

RmZOHORPHE. ' 

. jLe m^Hte bqtjuùste« dws on mémQlre iats^i Joum. àot. , 
tom. 3, pag. Set swv. , a pt^iidqnouveanigtsf est, savoir: 

M. Décandolle, dans son Synopsis , a. étaUÀ une nourellê 
famille, les Hypoxyles, composée de quelques cAant/i^iiofu 
tttde quelques lichtnées. Par&n les.cAom^ntNV, '^ a.{u'Opo^é 
lesgMiresGYsiwosPOR^îif*;,. STi^rwetliRiaKWï; etparmi 
lés Hypoxyles, le genre HYFODERi|E,.qui4^.ra«gc pAroû-ies 
^im^HgnoM de Perspon. ■ ' ....'; 

Le docteur Paalet , le dernier qui ait écfit fiw les ehatn- 
pis^oQS-, Vêtant refu;^^ à adopter l» octuwnclatucç.aujioiir- 
d'hni généralement admise, à.recÔQDoilxe les av^ntag^s de. 
la dirisîoh en genres fondés sur des caractères fixes , a ceu^u 
ses immenses travaux moins utiles pour la science et sa rë- 
pu(aiion,'que«^«àt pirocédé dW^ntmenr; mno'son Traité 
4t& Chan^ngaort* y ^f^i^ graod' ftondre d'«$p<èees nouTettes 



dt, Google 



5" 



C H A 4, 

Ïn'il £ilt connnttn , par l'exactilotle et la bonne eitfctnîon des 
lancbes qui l'accompagiieiit , sera une laine oA les bota- 
niste» puiseront arec frait. Comneje ne pourrois développer 
le fiaa qu'a adopU ee médecin, sans le critM]uer sanscesse , ce 
qui ne seroit d'avciin avantage pourle public, je n'en parlerai 
pas ; mais j'indiquerai (|iielq»es-nnes de leq divisions aux ar- 
ticles des aoma qu'elles portent, (b.) 

CHAMPIGNON CHABANE. Agaric qui croît sur les 
racines de» peap tiers, des chênes, des noyers, et quî se mange. 
C'estta PEiTnjÈiiEBRURE de Panlet (V.) 

CiiAHFlGKOn Cb&ir de BaviÎre. Champignon couleur de 

chair et très-bon k manger , qui paroh propre à l'Alleviagae. 

C'est VAgaricus a^reçatus de Schoeffer, tab. 3o5 et 3o6. (B.) 

CHA.HPiGfiQN Chapeau CANEI.LE. E^èce d' Agaric placée 

Sar Paulet dans sa famille des Juii^ux , parée qu'elle croît 
eux par deux. On U recounoit et répaiss«ur de son cbapeaii 
et de son pédicule , et i la couleur fauve , roii^âtr»<laire de 
toutes ses parlies. On la mange. V. sa âgure pi. 4q du Traita 
des Champignons de l'auteur précité. (B.) 

Champignon CHAaTKEUx. Ao*aic d'un gris blcnlire k sar- 
face couverte de poils noirs, qiû sC' trouve aux environs de 
Paris , et dont la substance est délétère. Paoiet l'a figuré 
pi. 89 de son Traité des champignons, (b.) 

Chahp^non Cn^tEB. Agabic qai croU sous les chênes , 
dont la couleur est d'un roaa foncd , dont les lames sont 
inégaies et décurreutes sur le pédicule, (b.) 

CaAsmeitOHS a l'ail. C'e«t I'Agaric alliacé de ButKard , 
qui sent fortement l'ail , et qui se trouve très-abondamment 
dans les bois, en automne. Sa coaleur est celle de la corne. 
Paulet Va figuré pi. io4 de son Traité des Champignons- (B.) 

CHAnnG?(on anbeosace. Petit Agaric à chapeau très- 
mince , sillonné, gris ^ à pédicule grg le et noir, qui croît sur 
les bois pouris. Il n'est point dangereux. Boccone, ScIutQer 
et Paulet l'ont. figuré, ce demicr pi. 98 de son Traité des 
Champignons, (b!) 

Champignon anonyme. C'est , dans Lécluse , U Pbzizk 
GOBELET, la N1DUI.AJRE de Ijamarck, Le Cyaihe de Jussieu. 

. , ■■ c«o 

CHAïlpiGNOlf DS l'Acns. Aqmox. qw CTotl en iDHffe au 
pied des aunes. 11 est confeiw de,sa£ran e» desos et faune 
en dessous. Sa hauteur est de trois ponces. li'ade«|r viru- 
leiUe doqt «1 e#t'pourvu,'>nmiie<t9es ataoyaises. qualités. Pau- 
let l'a figue pU,^4^4«ft9i9Ti)aité d«S' Chass^gnois. (b.) 

CBAiHPtatiON-iKi gAvu. Paulat^dvanect'aoïn.^ unAGAitKr' 



dt, Google 



i. C H A 

fott voisin Se celai ides Couches, et qni crott natarellement 
dans les caves humides, ainsi que dans les champs. On voit, 
sa figure pi- i33 du Traité des Champignons, (b.) 

Champignon DE B&uyÈas , {ou Boule de nage,'} Espèce 
di^agarîc fort rapprochée du CflAMPiGltOBT SE couche ; mais 
qui s,' en distingue par son pédicule plus droit; par son cha— 

Ïeau plus globuleux , plus blanc ; par ses lames plus rouges, 
llle se trouve dans les allées des jardins, des parcs, etc. On 
lui reçonnott une odeur bien décidée de ce^uil. C'est une 
des meilleures; aussi eq faiL-K)i] une grasde ççnsctmmation 
dans presque toute la France. Paulet l'a figurée , pi. i3^ de 
son traité des Cbampignons. K.au mot Paturon blanc (b.) 
Champignon aurore bes arbres. Agaric qui croît aç 
pied de différens arbres , et qui est figuré pi. l^o du Traité 
des Champignons de Paulet. Son chapeau est soyeux et cou- 
leur de feu en dessus; ses lames sont d'un roux rif et son 
pédicule jaune. On ne le mange pas. (b.) 

Champignon de CnêNE. Petk Agaric de couleu- noisette 
en dessus , couleur de chair en dessous , qui crott sur les ra- 
cines des chênes, et qui est figuré pi. ^o du 4'raité des Cham- 
pignons de Paulcl. Il ne paroit pas malfaisant. (B.) 

Champignon ou serf. Agaric laiteux, dont le chapiteap 
est velu. et couleur marron, et les lames, ainsi que le pédi- 
cule, couleurchamois. 11 est figuré pi- 73 du Traité desCnam- . 
pignons de Paulet. On le trouve aux environs de Paris. Les 
Allemands le regardent comme un puissant aplirodisiaque. 

■ ■ (■■) 

Champicnon de chicorée. Agaaic qui croit sur la chi- 
corée qui se pourit, dont le chapeau, qui n'est qu'mie mem- 
brane , est gris -noisette sur les bords et blanc au milieu. Son 
pédicule est de cette dernier? couleur. Il se résout prompte-, 
ment en liqueur noire. Paulet l'a figuré pi. ia3 de son Traité 
des Champignons, (b.) 

Champignons de couche. Nom de I'Agahic qu'on cultive 
sur les couches des jardins. 

Paulet a consacré une planche entière, la i3o.' de son 
Traité des Champignons, auxdifTérens étais de cette espèce. 
V. aux mots Agabic et Champignoh, (b.) 

Champignon de couche bXtard.' Paulet donne ce nom à 
un champignon qu'on trouve en automne dans les bois , et 
qui diQJère fart peu du champignon de couche ordinaire , au- 
quel il paroh infériear en saveur. On le voit figuré pi. i34 de 
l'ouvrage précité, (b.) ■' ' ' 

CHAHKiiGNON DE COUCHE HÀRROKv C'est, sAlon Paulet, un 
Agaric, fort voisin de celui des ceaches, mais de couleur 
mûforwe, qu'on reaconb^ dans les boia; et'<^ «at fort bon 



db, Google 



C H A 43 

à maBger. Ce méâecîii l'a figtu-^ pi. lii de son Traité des 

CliainpignonR. (B.) > 

Chahpignok d'épicb. Paolet appelle ainsi les Agabics 
qui se font remarquer par une forte o'deur. Il en compte ârax 
espècesqu'ilafiguréespl.Sa de son Traité des Champienons : 
La TÉfLÉBEKTHiME , qui sent la térébenthine, et le Mou- 
TASSIER , qui sent la moutarde, (b.) 

Champignon des fossés. Agaric indiqué par Léchue , et 
figuré par Pauiet, Traité des Champignons, pl.6i. Il est gris 
en dessus et jaanâtre eu dessous. Ses lames sont décurrenles 
sur son pédicule, qui est tortaetuc et mêlé de jauDe et de 
blanc. Il ne se mange pas. (B.) 

. Champignon de fumikb. C'est an Agaric blanc, couvert 
ie poussière de même couleur dans sa jeunesse, qui se résout 
promptement en liqueur noire, et qni croit sur le fumier. Il 
n'est pas nuisible , mais ne peut se manger, Paulet l'a figuré 
pi. 13^ de son Traité des Champignons. (B.) 

Champignon gris du Mûrier. Agaric qui croît en touffe 

an pied des mûriers dans les parties méridionales de la 

France. Sahaateurest d'environ trois pouces. Il est gris-roux 

en dessus et gris- pile en dessons. On ne le mange pas. (b.) 

Chamfignoh du Houx. Synonyme de grande Gyrole. 

(B.) 

Champignon d'itoire. Petit Agaric tout blanc, luisant, 
k lames décurrentes , qu'on trouve en automne dans les fri- 
ches. Il est dangereux. Sa figure se voit pi. Sg daf railé des 
Champignons de Paulet (b.) 

Champignon lavure de chair. Agaric couleur de chair 
dans tontes ses parties extérieures et intérieures, à lames dé- 
currentes , À saveur piquante , qui croît aux environs de Pa- 
ris. Il n'fest pas malfaisant. Paulet l'a figuré pi. iit de son 
Traité des Champignons. (B.) 

Champignon \ ix>re$. Synonyme de I'Agaric cinq parts 
de' Lionaeus. Ce champignon , dont le chapeau est iaune-sale 
en dessus et blanc en dessous , n'est pas nuisible ; mais il ne 
se mange pas. Paulet l'a figuré pi. 55 de son Traité des Cham- 
pignons, (b.) 

Champicmons vms. Paulet nomme ainsi les champignons 
dont le ckapeav est absolument uni partout , et dont les bourgeons 
sémiiàformes se dèoelùppeat m dessus. Ils sont tous parasites des 
autres champignons. Une des espèces de cette famille croît 
snrlaRoUGEOTTE, qui se gâte, etestfigiu-éepl. i83 do Traité 
des Champignons de Paulet. (b.) 

Champignon de Mithridate. Petit Agaric de l'Asie mi- 
neure, mentionné par We^sch, et rappelé par Paulet dans 
■on Traité des Champignons. C^) 



dt, Google 



« CHA 

CHÀHnc»ON i uoiroBB' On 'donné sonrest ce nom h VO- 
RUNGË FAUSSE, Àgarkus muscarius , LiuD. (B.) ■ 

CBA»tPLGH(W9 POREUX.' Les Bolets , et principalement les 
Geps, portent ce ijoni- (b.) 

- GHAHFiG«oti ^U!>iE BB Mtwsixua. AfrAKK à diapCMi bnirr 
violet en dessus, saupoiMlré de gris et blanc «s dessous, qui 
croit en touQe daos les bois. Ilest figoré pi. 53 bt Traité des 
Champignons de Paulel. (b.) 

Chahpk^oh RÉeussfi. Asabic coounun dans les bots des 
enrirons de Parts , dont La couleur est celle de la riglisse. Il 
ne se mange pas , «uoiqa'U paroisse sans danger. Paulet l'a 
figuré pi. 46 (le son Traité des Cbampignons. (b.) 

Champigmon rou&ë bord. Agabig i, chapeau ea entonnoir, 
conlenr de lie de vin en dessus et blanc en dessous, atasi que 
le pédicule. Il est visqueux et peu propre à être «ange , quoi- 
qu'il ^'annonce pas être dangereux. On le trwive asseï fré- 
quemment dans les bws aux environs de Pari» Paulef l'a 
fi^é |ri. 60 de' son Traité èes Cbampignons. (ik)^ 

CBAMnGNON noex. Etc MuHfEk. Agaric qui croît sur le» 
racine» des mûriers dans le midi de la France. Il est roox et 
s'élève il quatre à cwq pouces. Il esttrè»4>0H à manger, (b.) ' 

Chahpk^on du Saule. V. Coulehelle et Bolzt obo- 
bawt. (b.) 

Chaï* Ei6NONsoua BU N<ïïEH.Ac«Ricqiaïer»tisM-le noyer, 
et qui ne paroit pas nuisible. Sa coutcnr estenfessos ceUe dn 
soacLOU de'la capucine. Il est roui en desseu». Son pédicale est 
blanc. Paulet l'a figuré pi. 4fi de son Traité desCbampùnons. 

(B.) 

CsAMCiaNfu^ nu Sureau. Petit Agaric qui croH sur le 
tronc des sureaux, et qui ne paroît pas éaisgereiH. U est 
blanc, mais de averses nuances sur chacune de seS parties'. 
Paulet l'a figuré pi. 85 de son Traité des ebampi^ods. (B.) 

Championom tïPOOïAb. Agaric à chapeau presqae cylin- 
drique-, comme ta Massibite, Typka, Linn^, qui erolt iso- 
lément et se fond peu de temps après son 'développemoit en' 
une couletkr noira. Il vanle en- blanc, en brun, en violet, et 
dans toutes les nuances intermédiaires. On ne le mange pa».j 
Paulet l'a %urë pl> 1-4.7 *^ *4^ ^^ ^0° l'raité des<Cbampi- 
gnons. (E.) 1 

CHAMPIGNO-N' DE. MAtTE, C'est le Gykomoi*. (b.). 
-CHAMPfGISONDEMER. Nom que les pécheurs don^ 
nenl. à «bUTéretities prodoctions polypiËeres , qm ont. la former 
d'un champignon. Des noms aussi vagues ne méritent' pas 
l'attention :des nMunitiefias;: aiasi ,-on nechevcberaïpas. k âé- 
termînei^icijejgenft de*«apèc«3i|«i)'oMp«vté^, espèccs^î. 
varient d'un lieu à un âutrej 4'!-)'. .:.'■'.■ ^ . 



dt, Google 



CHA 45 

CHAMPLURE. MaUdie des aAre». (tol.) 

CHAMPO. Nom brame da champaeam des Malabares , 
Mich^ia chtmaaca , L. ^lh.) 

CHAMP$AN,pouri!i>ruiiA.NomarabeqaelernKadiïepone 
en Egypte; les ancicos Egyptiens l'appeioieDti-Atanis^fDKSM.) 

CHAMSARATEI^ARVSE. Nom égyptien d'une espèce 
d'astraaaU, Mlragaiiatrimairù , selon Forokaël. (ln.) 

CHÀMYS. Nom circassien de I'If, Taxas baccata, L. (ln.) 

CliAN. L'Oie , en doriqoe. (desu.) 

CHAI^^CËLAGUE. Plante célèbre du ChUi. Holina la 
rapporte augenre des Gentianes ; mais il parott par la figure 
de t'euillée , que c'est une Chibone ; ce dernier l'appelle 
cachai , et le premier cadiaiaiuun: (s.) 

CHANGH ouSANCH. Noms arabes du pêcher (ûrors- 
dalus persica, L.). (IN.) 

CHANCHA. Nom indîen^n nautile (naiOSuspompHàiSf ■ 
Lino.) (LS.) 

CHANCHEN A-POU. Nom malaban; de la Badhikix 
TOHENTEDSE, fignrée par Hheede , Malab. i, L 35^ et «pi est 
ao^i nommée manàtùit, (b.) 

CHANCtiO-NALAK. Ou dit que les Kalmoocks ap- 
pellent ainsi la Tadoske, espèce de canard. (DliSH.) 

CHANCISSURK Synonyme de MoisissoE. (b.) 

CHANDEL, HANDELon HALANDAL. Uésîgnaiions 
arabes de la coloquinte (cuaam't colocynâàs, Linn.). (LR.) 

CHANDELIER. Porterie chandelier; c'est lorsqu'un vie m 
etrf a le b^at de la tête lai^c et créai. (&.) 

CHANDIROBA , Marcgrave. V. Nhasdieoba. (lw.) 

CHANCAF. En tébreu, c'est l'HiRONnzu.K. (s.) 

CHANGAU. Nom àacan^aita{robimacaragaMà,\Àaa.\ 
chez quelques hordes de kalmoncks. (LN.) 

CH ANGE. -Les cbasseors disent i^u'KtckïeBonnaobe^ 
de vol prend 1« change , lors^'its se mettent i pou-snivre tu 
aotire gibier que ceiui qu'ils avoiest commencé à chasser; ils 
gardent au contraire le change, quand'its ne sedétonment 
point àt i» traoe 'ou de la voe dn gibier , quoiqu'il s'en pré- 
sente d'antres, (s.) . 

CHANGEANT , Tnpekis. ^enre de reptiles établi par 
Cnvier , snr une ei^ce tronvëe en Egypte par GeoSroy » 
et figurée pi. 5, n.'^'i et 4- dn grand oorcage sur cette coh;- 
irée. Il est intermédiaire entre lesAs^kES et lesSTSKLiwiâ, 
d(M)t il diffère par des écaiUes tautes très-petites , hsses it 
SUIS épines. 

Le Cbakgeànt n'ËGvrn est de très-pelîte taille , et se 
fait remarque r'par ta rapidité d^ changement doses cat^nr& 
F. Camél^h, (b.) •.,.-, 



dt, Google 



46 C H A 

CHANGOUN. V. ie genre VAtj'^tjR. (v.) 

CHANH-COl-DO. Plante parasite des arbre* en Co- 
chinchine. C'estVheiixanlheraparasiticaàe hoareiro. P~. HÉ- 
UX&NTBÈHE. (Ls.) 

CHANH-^COI -TLON-LA. Nom cochinchinois d'une 
plante parasite des arbres, et que Loureiro nomm^ pa- 
iietta parasidca. Il ne parott pas que ce soit une espèce de pa>- 
t>a. (I.S.) 

CHANI, en turi{ et en arabe. C'est, suivant ForiAaël, le 
MuGB od niuUet. V. Chanos. (desm.) 

' CHA1S-IDAHM, numgerde roi. Quelques peuplades mon- 
goles appelleBt ainsi le Cassis (jibes làgnun, L,). (lis.) 

CHANKE. ï^om japonais du giroflier, (ln.) 

CtîANON. Adanson donne ce nom à la Moule hironde* 
qui fait aujourd'hui partie du genre AvicULE. (a.) 

GHANOS , Çhaitos. Genre. de poissons établi par Lacé— 
pède, pour placer le Mugil ghani de Forskaët. Il ofEre pour 
caractères i mâchoire inférieure carénée en dedans ; point 
dedentsauxmâchoirës; les écailles striées; une seule nageoire 
du dos , la caudale , garnie vers le milieu de chacun de ses 
cdtés , d'une sorte d'aile membraneuse, (b.). 

CHANSIËR. Les Kalmotd» nomment ainsi le cornouil- 
ler sanguin au bois punais (cumus satigiâaea, L.). (i.M.) 

CHANT-, se dit particulièrement de Li voix des oiseaux 
de l'ordre des Fasseesaux et des Pies de Linosus. Cmuulte* 
le mot Voix, (virey.) 

CHANTAGËM. C'est le nom des plantains (/(/aiiiii$o)eB 
- Portugal (LN.) 

CHANTERELLE {Omithoiogie). Nom qu'on donne à la 
femelle d'un oiseau quelconque « destinée à réclamer ou à 
appeler, par ses cris, les oiseaux de son espèce. C'est p<rt>^ 
premeot une femelle de perdria: ou de caille^ apprivoisée , 
qu'on nourrit en cage , et dont on se sert poor. attirer \és 
mâles. On nomme ^peltuii \t»fejne][cs. ou les lnâles^dont 
on se »ert pom- les petits oiseaux, (v.) 

CHANTERELLE , CatahartUm. Champignon du gehr« 
des Agarics de Ljnnseus , que Lamarcl regarde comme le 
type d'an nouveau genre, ddot lés caractères sont d'AVoip le 
cnapeaugaml, en dessons, de plis rameux ^ décurrens surle 
pédîcnle , et ressemblant k des nervures. . ' 

La chanterelle est petite j d'im jaune rousaâtrc, un peu 
pâlci et a sa chair assez ferme. Son chapeau est régulier.» 
convexe et orbiculaire dans sa jeunesse \ mais il se relève i 
mesure qu'il se développe, et finit parformer l'entonnoir. On 
la trouve , au milieu de l'été_, dans les hoiâ et les prés seiis ; 
elle est bonne àmanger et répand une odeur agréable. Quand 



dt, Google 



CH A 4j 

on là Mâche , elle pique d'abord un peil la lanene, et laisse 
ensuite dans la bonche un ^oût exquis. J'en ai fréquemment 
mangé et ne lui ai reconau supérieur que I'Agaric housse- 
son. Boiliard dit qu'il y a des cantons où les habitans en 
font leur unique noarriture pendant aa saison. 

Ce genre aété appelé nurv/epar quelques auteurd, ou mieux 
on l'a réuni an.x MinnLES. 

Panlet regarde ce Champignon, qu'il a figuré pi. 36 
de son Tnulé da Champignom , comme le type d'une fa- 
mille qni renferme , de pins, la Gtroli: fuseau, qui est 
plus p(!tite et nioins jaune que la chanterelle, et Ja Gybole 
PBUINÉE , qui a le chapeau bleu-brun et le pédicule jaune. 
Cette dernière est dangereuse. V. pi. 3^ de l'ouvrage précité. 

Quant à la Gyrole oeAtelle, figurée même planche ^ 
voyez Dentelle, (b.) 

CHANTEURS , Canon. Famille de l'ordre des oiseaux 
Syltains et de la tribu des AmsoDACTifLEs ( V. ces mots). 
CaraOères: pieds médiocres ou un peu allongés; jambes tota- 
lement emplumées , rarement en partie nues ; tarses annelés, 
glabres; doigts extérieurs quelquefois réunis jusqu'au milieu, 
ordinairement à la base seule ; pouce épaté ; bec médiocre , 
presque droit , comprimé par les côtés , subulé , quelquefois 
entier ou dentelé , le plus souvent échancré , à pointé cour- 
bée on seulement fléchie ; mandibule inférieure entière, re- 
troussée à la pointe chez que^ques-iins, droite chezlesautres^ 
13 rectrices. Cette famille contient les genres Merle , Es- 
clave, Spécothère, Mabtin, Psahoïde, Gralline, Aguas- 
siÈRE , Brève , Grallahie f Myrhothèhe , Pégot , Mou- 

CBET, MOTTETJX, AlOUETTE , PiPI, HOCHE- QUEUE, MÉ- 
MOS , .SEgithine , Fauvette,' Roitelet , Troglodyte. 
K. ces mots. (V.) 

CHANTEUR CPETIT) DE CUBA. V. Pwserihe. (v.) 

CHANTRE, CHANTEUR. Noms d'un Pouillot, 
qne je^npçonne Atre le Pouillot fitjs ou coi,LYfi*T£. (v.) 

CHANTRANSIE , C^ùtUnmsia. Genre éuUÎ aux dépen* 
des CoNFEBVES, par Vaucher , sous le nom de Prolifère. 
Bory-£aint-Vincent , l'a appelé U:hk»ée, Palisot'Beaawila 
Trichogonon. Il renferme six espèces. (B.) ...■-. ■ 

CHAN TSU. On donné ce nom,' en CUne, k I'Oxalide 
SEHSrriVE , ox<Jû seiiaitiva. (tu,) 

CHANVENON , CHANYRET. Noms français anciens^ 

dnCHANVBÈ. 

CHANVRE, Cannabis, Linn. (_dioécie pentandiif'^.Gçan 
de plantes herbacées, de la famille des urticée», qui ^ de» 



dt, Google 



48 C H A 

rapports avecles orties et le houblon, et*^^daii$ Icqael les fleurs 
sont ïmcomplèlea et unisemelles. Les màlet et les femelles 
naissent sur différens pieds ; mais quelquefois 'On trouve les 
deux sexessor le même iodivùlu. Les fleurs mUes sont dispo- 
sées en grappes ou eu panicules aux aisselles des feuilles et i 
l'extrémité des tiges; elles out un calice coDcare i cinq folioles, 
et cinq courtes étamines. Les (leurs femelles asnt aussi axît- 
laires', presque sessiles , et viennent 6ur les jeunes rameaux f 
leur calice est formé d'une seule foliole ofalongue , poînlut!, 
et qui s'ouvre d'un côte dans tonte sa lougueuf ; elles ont us 
petit ovaire conique , surmonté de deux styles looas , velus et 
a stlcmates simples. Le fruit est une coque ovpïde , lisse , Ji 
imeloge, et formée de deux valves qui ne s'ouvrent point': 
cette coque renferme une graine arrondie , blanche , douce 
et huileuse. 

Le chanvre a la tige droite , rude au toucher, etdes feuilles 
dîgitées, munies de stipules; ces feuilles sont opposées et al- 
ternes danï Celui d'Europe , et toutes constaminent alternes 
'dans la variété gigantesque qui vient des Indes. 

CbÂT4TRE cultivé, Cannois sainra , Linn. On le' croit 
originaire des Indes ; selon Linnsus , il vient naturellement 
enPerse. Comme on le cultive beaucoup en Europe, et depuis 
très-long -temps, il s'y est' presque naturalisé, surtout en 
Italie, dans le Piémont, en Suisse et en France. C'est une 
jplante annuelle ; sa tige est velue, quadraogulaire , fistuleuse, 
et ordinairement simple. Elle s'élève depuis quatre jusqu'à 
hait pieds. Elle est garnie de feuilles portées par un pétiole ; 
les Iiu'érieures sont opposées , les supérieures alternes. Elles 
sont découpées en cmq folioles lancéolées, aiguifs, et de 
grandeur iné|;ale dans le mâle ; les deux folioles extérieures 
sont plus petites et entières', lés trois autres sont dentées eu 
scie. La plante femelle les a toutes dentées; les feuilles (loralès 
eOnt quelquefois simples. Les (leurs du chanvre ont une cou-' 
leur herbacée. Les femelles sont moins apparentes que les 
iDÂIcs^ et se font pourtant rèmarquerbiéntdt'pafléunslyled. 
ije peuple appelle improprement cAonuKind/c celui qui porte 
la ^^ine , et chtnvreJaniUe celui qm ne -porte qtte dà fleurs^ 
dans i'ub.et l'autre^ ce sont les filamenS de l'écofoe qui miv- 

Tcnt à faire de la toile. - 

, L4 .'tl^livrQ est d'uite utilité si reconnue et si.générale, 
qu'on le cultive dans presqne^lOus leS pays. Avec lee4LameD» 
qu'on retire de ses t^;», on fait partout, <m des cordes et 
cordages , ou des voiles pour lés vaisseaux , on de£ toiles plus 
ou mpius belles. Sa qualité dépend beaucoup Sm terrain ou 
il à ml^'dés'préparation's qU'on a données à la terre , de celles 
^'if à reçues après eh avoir été arraché , de la bonté de lit 



dt, Google 



CHA 4, 

graine, Su pays , et eâfin du temps oit il a Aé récollé. Noos 
alloQS donner une idée de sa culture , et faire connoître tes 
dilTiérentes Hiuiières dont on le prépare, soit après sa ré- 
colte , soit lorsqu'il a été roui et sécbé. 

La graine du chanvre a une tendance sùigulière h rancir, 
et n'est plus bonne à renier après un an; il faut donc, avant 
lout , s'assurer de sa qualité. On en brise la coque avec l'on- 
gle ou avec les dents, et on goftie l'amande dépouillée de sa 
|>elltcule. ai elle est douce, la graine est bonne; mais si «lie a 
déjà ranci , la graine ne germera pas. 

Le choix du terrain n'est pas mains important. La rAcine du 
cbanvre pivote beaucoup ; u faut donc qu'il soit léger, bien 
meuble , et pourtant très -- substantiel. Sa préparation se 
réduit aux labours et aux engrais. Trois labours au moina 
sont nécessaires. Le premier se fait avant l'hiver : il doit 
Stre profond. Le second a lieu au printemps , quand les 
herbes commencent à croître. Le troisième est dét£muai$ 

Sar l'époque où l'on sème le chanvre , et doit se làire un on 
eux jours auparavant, vers le commencement de mai oa 
de juin, plus tôt ov plus tard, selon le pays on le climat. 

îx choix des engrais dépend de la nature du sol sur lequel 
ils sont répandus. Le fumier de cheval, bien mélangé avec 
quelques autres, convient aux terres pesantes; celui de vache 
et de mouton, est préférable pour tes terres légères. Le plus 
naturel des engrais , le meilleur et le plus économique , est 
celui qu'on peut former avec tous les débris du chanvre , lors- 
qu'il est arraché, roui et préparé. 

Quand on se dispose à semer, il est bon de tracer dans U 
chènevière des sentiersou rigoles d'une certaine largeur. Us 
sont utiles pour empêcher qu'on ne brise une partie du 
chanvre femelle, quand on récolte le mâle; ils servent en- 
core à l'écoulement des eaux .dans les temps de pl^iie et 
d'orage , et lis entretiennent une plus grande circulation d'air 
autour des plantes. Il est impossible et inutile de fixer le 
temps précis où il faut semer; car l'usage prévaudra 
toiqonrs. On sème dru ou clair , selon l'usage auquel 
on destine le chanvre. Si on veut en fabriquer des toiles , 
on sème épais; le brin alors est, dit-on, plus fin, et la 
filasse plus douce et plus soyeuse. S'il doit être employé à 
faire des cordages de marine , on sème plus clair, et l'on 
prétend que dans ce cas la tige a plus de hauteur et de gros- 
■eor , une écorce plus grossière , et des brins plus longsw 
Quand le chanvre a pris deux feuilles, il faut sarcler: c'est 
l'oovrage des femmes et des enfans. Au bout de ^elquc 
temps, on peut le dégarnir s'il a été semé trop épais; mais 
celte opération est 4élicate ; en jirracbaut'les plantes sumu:; 



dt, Google 



So G H A 

miraireï , on doit prendre garde de d^cbauMer les rot- 
sities. Le chanvre, une fois parvenu à une certaine hauteur » 
croit ratpidement. Le mâle' et la femelle paroîssent en- 
semble , mais le premier domine toujours jusqu'aux environs 
de samalnnlé; ^ cette époque, il s'arrête, il fleurit, ett-é^and 
ntr la femelle une poudre jaune qui la féconde; le aomrâct 
desatigecOBimencealorsJi s'incliner; elle devîentjaoneTers le 
haut, et blanche auprès de la racine : c'est le moment ie 
l'arracher. Cette première récolte a lien communément dans 
les quinze derniers jours de juillet- 
Toute i^ptnre est nuisible au chanvre , quelle que soit la 
méthode qu'on adopte pour le préparer. Ainsi , pour ne 
(tas le briser en le cueiilant , il faut le tirer droit hors de 
terre, hrin à brin, et le jeter sur le bras gauche , jusqu'à 
«e qu'on en ait cmîron obe poignée. On secoue alors lé- 
gèrement la terre qui tient aux racines ; on y met deux 
Sens, et la tige reste entière. Ces poignées sont portées 
liors de lachènevièrC; un homme muni d'un instrument 
tranchant, les' prend l'une après l'autre , et les posant ^or 
une fonrche fic&ée solidement en terre, il coupe toutes les 
racines nn peQ au-dessus dn collet. Ce moyen est si expé* 
â^f , qn'il peut en' couper , de cette manière , huit cents pot' 
^éesparjour, parce que le chanvre est encore vert; s'il étoit 
séché , il n'en cmiperoit pas la moitié. On conçoit qu'il est 
inutile de lui laisser sa racine, qui n'est propre qu'à entre- 
tenir l'humidité de la tige. Le paquet de feuilles qui cou- 
ronne chaque poignée , doit être aussi supprimé ; autrement 
il occasioneroit une fermentation très-nuisible k la plante. 
Cette opération peot être faite en peu de temps , par l'homme 
^nî eoope les racines. Arec un sabre de bois qu'U fera glisser 
h long de la poignée, pour ne pas offenser les tiges , il abattra 
toute&les feuilles en quatre ou cino coups. Voilà le chaorre 
mâle en état d'être préparé , selon fa méthode qu'on a adop- 
tée, et suivant les moyens et les facilités qu'on a. 

Le chanvre (émetle , dépositaire de la graine qui doit pei>- 

Ïétner son c^ce, a besoin d'une existence plus prolonge. 
)n ne le récolte qu'on mois environ après l'antre , et aa 
m«ment où on voit ses feuilles se desséeher , et s« tige jaimir. 
C'est ordinairement dios le conrani de septembre. On le 
cueille partout il la mal», eomme le mâle. Pour écoBonnser 
le temps et la main-d'œuvre , et pour conserver les tiges , on 
ferait peut-être mieux de faucher le couvre femellQ en dewE 
jours, tin hon faucheur pourra en couper no a^nt; il sera 
suivi d'une ourùére, qui en fera de erosees poi^ées , et qui 
les étendra sur le sol. à meiure, Lûiégaltté des tigas, en 



dt, Google 



CH A 5, 

fcrosseita- et en faantedi', cittt^bietonjaursimrâliiBSage Inégal; 
îenr triage est donc nécessaire. 

Lorsqaé le clumerè a éit arraché , il faut le faire ronir. 
LVcorce de celte plante renferme , comme on sa!t , une 
snbstance ginlino - gofnmênse , qui non -seulement unit ■ 
ses fibf^s entre elles „ rtiiîs qui les tient en même temps 
collées à lâ partie ligneuse de la tige; il faut donc dissoudre 
cette lAâtière podr Opérer leur séparation. C'est là l'objet du 
rdOÎÂsa^. Là fermentation qu'il procure , met en fdsiftn ce 
^Uieil , ^liî st détache plus tdt ou plus tard et plus nu moins 
facilement , selon une foule de circonstances qn'it serait trop 
loDf; Se détailler. De quelque façot^ que cette fermentation 
xA liea , peu importé. L'essentiel est de l'obtenir d'une ma- 
tiiére sÀre , {trompte , économique, et de connottre surtout 
le degré nécessaifé pour dépouiller U tige sans altérer la ft- 
la^e. Mais les variations de ce degré convenable , en ren- 
dent les principes difficiles à établir. Si le chanvre est trop 
roui, il se pourit et le fil est folfale ; s'il ne l'est pas assez, 
le gluten y reste en partie attaché, et les préparations snc- 
cessires qu'il doit recevoir, en sont plus embarrassantes et 
plus dispendieuses. Lé cultivateur, que l'eipérience gnide , 
peut seul trouver le point juste. Les -uns portent lear chanvre 
an i-ouissage atissitât qu'il est cueilli; d'antres le font sé- 
bher auparavant. La ^reinière méthode est reconnue la meil- 
leure. Quand ia plante egt eûcore verte , la gomMe est plus 
facliemtilt dissoute ; afissi , né faut-il que quatre jours pour 
son rotàssa^ ; tandis que celui du chanvre séché en dc- 
Diande huit ou dix. On le met rouir dans l'eau courante 
on tranquille, ou en l'étendant sur des prés. Ou en l'expo- 
fiant S la rosée et an soleil , contre des haies et des murs « 
bu enfin en le plaçant debout dans une fosse humide et cou- 
Verte. L'eau courante dontte ^A chanvre plus btafaé , mieux 
condltioitlié , éi dûnt il sbrt moinâ de poussière au battage. 
La médiode de faire rouîr sur des prés , n'est pas nuisibU ^ 
l'herbe de dessous «n végète tniéux; mais cette méthode est 
\ittu et donne nn résultat inégal. Cépendiint ce rouissagebîen 
Itécirté, est pt-éférable i CelnidU chanvre placé cotitreunbuî»-' 
Koa oii contre un mUr. Ces moyens ne sont coniniUnément 
ctnpioytfs ^e par les culfifâtenrs dans le toisinage dés- 
uets u lié se trouve ni mare , in nisseflu , ni rivière. 

Yoici , séltm Bralle ^ la Manière la plus convenable de 
I^at*!* fe (Siaiïtre a l'éatt. On pVéild deux perches jf arallèles ; 
nii éteufl desirns' le^ poigil<ées dé châtré , aprés-én avoir Afâ 
les liens, caf Ms nuisent à TëgalHé du rouiitsâge, ôCcasionenf 
an engorgeméiit et empêchent le gluten de fluer vers le haut 
de la tige. AjrrèsavoirforméuAlkde ces tige», haut d'un pied 



dt, Google 



s. C H A 

d'épaissear, fit long ii volonté , on place dessus deux anlrei 

Ferches qu'on attache aux ioférienres par iesqiub^ bouts, et 
onmetunlien dans le initiea;-U faut que cet assemblage 
soit préparé sur les bords do rwuûnpù- on rtiloir ( c'est le nom 
■ qu'on donne k l'endroit oà l'on fait rouir le chanrre). On 
le pou^e en ayant à l'eau, et on l'y plonge à la prûfoadenr 
de deux 09 trois pouces, en le couvrant en partie de quelques 
bûchesoupierres. On ne doitjamats mettre ni vase, ni gazon, 
sur cette espèce de paillasse. Ces matières terreuses, en se 
déliant, pénétreraient dans l'Intérieur des tiges, fermente- 
roîent avet le gluten, et coloreroient la' filasse. 

li est impossible de fixer le temps que le chanvre doit rester 
dans l'eau. Ce ,temps est déterminé par les circonstances qui 
ont accompagné la végétation de la plante , et surtout par 
le degré de chaleur pendant son rouissage ; or, ce degré varie 
selon la qualité des eam, leur situation, leur stagnation et 
leur courant. On connoit que le chanvre est roui au point 
nécessaire , lorsque l'écorce ou filasse se détache aisément 
de la tige, qu'on appelle chèneyçttes. Quand le rouissage est 
prompt, il est toujours inégal, et le chanvre perd de sa 
qualité. C'est pourquoi, lorsqu'on le met rouir dans des 
mares , fossés , ou eaux stagnantes sur lesqneb le soleil 
plonge , il convient de te couvrir d'un peu de paille on 
de quelques roseaux, pour en intercepter les rayons qui roui- 
xoîept celui de la surface avant celui du fond. 

Le chanvre étant roui et retiré de l'eau , soit courante ^ , 
soit dormante , on le lave aussilât pour entraîner la gomme 
et la va^ qui y restent attachées. Ou le fait ensuite sécher 
au soleil ou dans des séchoirs particuliers; dans quelques 
iendroits , on se sert pour cela de fours. Dés qu'il est sec^ 
on le serre dans des greniers ou autres iienx aérés , et peit- 
dant les veillées de 1 hiver on le tei'iie. C'est une opération 
qui consiste k en rompre les brins l'un après l'autre par un 
bout, et h détacher, dans t,oute sa longueur, l'écorce des 
chèufvottes. Ce travail est confié aux femmes et aux enfans; 
il est facile, mais très-long: aussi ne teille-t-oole chanvre 
que dans les pays où on en recueille une petite quantité. Paiv- 
(outoùcetteplanteforme une branche de cultureconsidérable^ 
on préfère d'employer lamacbe nu sérauçoir. C'e$t un instru- 
ment deboîs fait exprèsjcomposédedeuxespècesde mâchoires, 
l'tme inférieure et fixe, l'antre supérieure et mobile. !En éle- 
vant et abaissant celte-ci rapidement et k plusieurs reprises, 
on brise les tiges sous l'écorce qui les environne ; puis » en 
iirant le chanvre entre les deux mâchoires, on oblige les chè- 
nevottes à quitter la filasse. La partie la plus grossière tombe 
CjUmineane espèce de son , et la p^ifs fine se ^ipe es Taîr. 



dt, Google 



C H A 55 

Cette pomsïère ligncnse qni s'ëchappe di*thanvre ésksnf- 
focante et dangereuse à respirer. Elle est formée de petites 
a^uilles imperceptibles , qui s'insinuent dans la trachée-ar- 
tère , dans l'œsophage et jusque dans les vaisseaux du pou- 
mon ; les ouvrières qai battent le chanvre en éprouvent 
soaveat de fimestes effets. C'est sans doute ce qui a porté 
Bralle k imaginer une nouvelle méthode de rouir, et surtout 
de préparer cette plante , sans ancuD danger pour ceux que 
ce soin regarde. En voici l'extrait. 

Le chanvre encore vert, la tête et ta racine coupées , est 
mis , par couches séparées , dans une fosse de seize pieds' en 
carré , de hnit pieds de profondeur , dont l'eau se renouvelle 
sans cesse , mais lentement , par un petit filet d'eau continn. 
La poignée mise ensuite dans un. aoget rempli d'eau, y est 
retenue par des pointes qui sont dans le fond , et deus cordes 
chargées à'an poids , qui passent par-dessus. On retire par 
le gros bout la chhuoaite brin à brin : la filasse reste. On la 
lave dans une eau courante; elle est alors très-blanche, ^oy. 
dans l'ouvrage même de Bralle les détails des procédés inté- 
ressans dont nous n'avons pu donner dans cet article qu'un 
foible aperçu. Cet ouvrage a pour titre : Attalyse pratiipu sur 
la culture et la manipulation du Ckanorey inS.", 1^80. 

Lorsque le chanvre est séparé de ses tuyaux ou chiaevotUs^ 
on le passe à plusieurs reprises par le séran , instrument 
garni de pointes de fer rangées à peu près comme les dents 
d'nn peigne ; elles font le chanvre plus fin , selon qu'elles sont 
plus ou moins serrées. Plus cette opération est répétée sur les 
différentes sortes de peignes , gros , fins et plus fins , plus le 
chanvre en acquiert de douceur, de blancheur et de finesse. 
Lorsqu'il a été ainsi bien peigné, et qu'il est propre et clair, 
OD le met en bottes , ou pour le filer et faire des toiles , ou 
pour le vendre suivant les usages du pays. 

S'il est un moment où l'on doit apprécier l'importance de 
cette culture, c'est celui , sans doute, où le gouvernement 
s'occope de remonter notre marine. Les pays du Nord o»t 
toujours échangé , à gros intérêt , notre numéraire contre leur 
chanvre. Cependant le chanvre que la France produit est le 
meilleur connu , quoiqu'il ne soit pas le plus long. Mais ce 
n'est pas dans sa longueur que consiste sa bonté , c'est dans 
le nerf et la (inesse , même pour les câbles de plus grosse di- 
mension. C'estpeut-êtrc cet avantage local qui afait négliger en 
France les perfections que l'art pouvoit loi donner , tandis 
que les Hollandais et les Suisses , à force de recherches , 
sont, depuis long-temps, parvenus dans la préparation de 
leurs chanvres , i une supériorité que nous n'avons égalée 
^e daps des essais en petit , et qui n'oftt été m encouragés., 

.,,!:, Google 



H C H A. 

pi rëfompensés. -Outre remplQÏ du chanvre poçr les c&bles; 
cordes et voilures des vaisseaux armés dans nos poris , îi s'eq 
fait luie grande coosoœcnatioa par l'aiif^ment^tiop prodi-' 
gieuse du luxe ea fit , toile pi linge de toute espèce- 

La graine de chanvre appelée ckèntvfs , nourrit I4 rol^Ue. 
C'est la seule partie de celte plapte ipii sqit employée en }»&• 
decine. Qn en lire par expression uue huile assez douce , qui 
entre dans I9 composition de plusieurs remèdef extérieurs , 
et dont le marc engraisse les hçst|auf . X^'infusioD de$ feaille^ 
du chanvre , surtout rertes , et le suc qu'on en exprime , fut 
nue propriété eqîvraute et assoupissante. 

Chakvbe des Isdes, CarniaHs indica, Liun. Cette rariétë, 
qui croh naturellement aux Grandes-Indes , diffère du ehaiiort 
cultioé par ses feuilles qui sont toutes alternes et à folioles 
trés'étroîles , et par sa tige plus haute ,^ plus rameuse. Ella 
s'est élevée à près de quinze pieds dans, les jardins de Paris^ 
li'écor&e dont cette tige est rerâtue , est trop épaisse pour 
fournir de lifibuse. Le plus grand usage qu'en font les In- 
diens I est de la mâier avec le suc exprimé des feuilles et des 
graines de iA nt^iue plante , pour en composer une boisson « 
qui lés enivre agréablement. Quelquefois', afin de se procurer ' 
Ja mâme ivresse , ils sucent lés feuilles sèches aTec «ii tabac , 
OU ils en fument une pipe. Quand ils veulent faire des rêves 
agréables , ou se livrer à un profond sommeil , ils ajoutent 
au sac de la plante un peu de muscade , de girofle , de cam-^ 
phre et d'opium. Cette composition, qu'ils appellent ma/ut^ 
est, selon ClusiuB, la m^me que le mo/ocA des Turcs. (B.) 

CHANVHE AQUATIQUE. C'est le Bideht tripah- 
tite.(b.) 

CHANVIVE DE CANADA. Espèce d'Açociw , apoci- 
tatm canaiiaum , Lmn. , de la tige de laquelle oq retire de I4 
filasse propre i faire de la toile. (B.) 

CHANVRE DE CRÈTE. F. CA(™ABiifE.CB.) 

CHANVBIN. Nom vulgaire A'an Gal^oçe , galeopàt 
fetrahU. (llf.) 

Chaos. Ver Infusoirç du genre des Vibbiohs. (pesu.) , 

CHAOS. Les ancieqs ont suppo^^ qu'il a été uç temps ^ - 
où ce qu'on appelle improprement les élémens , c'est-^-dirç. 
l'eau , la terre , l'air et le feu étoient confondus , et qne c'est 
en débroaillant le chaos que l#is dieux oa\ donné l'eusteucie 
régulière à l'univers- 

U est p^lé du chaos dans le; libres sicr^s ■ c'est là qfi'on 
apprendra ce qu'on doit ep savoir. (P*T.) 

CHAPEAU. Partie supérieure lile la plupart des C.BAM- 
WGNOHS. f. ce mot et ceux AcAHic çt BpjLET. (8.) 



Google 



C H A 55 

CHAPEAU CANELLE. r. CHAXPiaNon'cBAPEAD c&- 

BELLE. (B.) 

CHAPEAU CARNU. Oo donne ce nom aux MibusES, 
_ ^ ^ (desm.I 

CHAPEAU D'ÉVÊQUE. NomTulgaîre 4c I'Émmèm 

BES Alpes. On appelle aussi da m^me nom le fnilt du Fo- 

SAIM. («.) 

CH\PEAir-ROUX. y. Fringille à tête rousse, (v.) 
CHAPERON CfawronM/M.). Espèce de bosiret de cuir 
dont on couvre la tête des oiseaux de proie, (v.) 

_ Chaperon k rost. C'est le chaperon qu'on met ans 
oiseaux de proie qui ne sont pas dressés, (y.) 

CflAPERON , (^pgus. Ljnnaews a donné ce nom à la 
partie supérieure et antérieure de la tête des scarabé^es, des 
haonetops, de» cétoines, i came de sa forme. Dans presque 
tous les autres insectes , Fabrîcios désigne par ce mot la 

Îartie qui termine le front et qui se trouve au-dessus de la 
ouche;maisonnedoitpas confondre, commeaCail cet auteur, 
le rjypeus ou chaperon avec la lèvre supérieureou lebbre , qui 
est une pièce mobile et plus avandèe , tandis que le chaperon 

Ïiroprçment dit est fiie et, fait partie delà tête. Presque ton* 
es auteurs ont aussi désigné par ce mot la partie supérieure 
du corselet des boucliers , des cassides , etc. , qui déborde , 
comme on sait , la tête , et forme une espèce de chapeau ou 
de bouciier, (o.) 

CHAPERONNER. Mettre le cbaperon aux oiseaux in 
proie. (T.) 

CHAPEBONNIER. Oiseau qui porte bien le chaperon. 

CHAPON. Poulet mâle auquel on a enlevé les testicntcs, 
afin de lui faire prendre une thair phis déKcate et plus savou- 
reuse. V. Poule, (s.) 

CHAPON ou POULE DE PHARAON. Nom que les 
Enropéeus qni fréquèntoient l'Egypte oirt donné au Vautoor 
d'Egypte, (s.) 

CHAPPACH. Nom tartaredes Courges, eucurMia. (m.) 

CHAPPE iPkaUne). V. Pyrale. (l.) 

CHAPTALIE, Cft.7eafo. Plante à feuilles radicales, 
oblongnes , disposées sur deux oa trois rangées , amincies en 
pédole à leur hase , un peu nbtuses à leur sommet , d'un vert 
fedcé en dessus , blanches et cotonneuses en dessous ; à 
hampes au nombre de trois ou quatre , hautes d'un derai~ 
pied, velues, portant chacune une sente fleur blanchâtre, 
dans le disque , et d'un violet- tendre à la circonférence. 

Cette plante ferme dans ta syngënésie polygamie nécessaire 
Cl dam la launUc dea corjntBbifères , va genre établi par Ven- 



, Google 



SS C H A 

tenat, ctfigurépl.Ci ies^DesenpHondeiplanUsdujardiadeCttr. 
11 offre pour caractères :un calice commun obtong, imbriqué 
de folioles lancéolées meoifaraiieases en leurs nords et à 
leur exuémlté', un réceptacle bu, plane , ponctué, portant 
dans San ^ÎSV*^. ^^ fleurons mâles , bîUbiés , k lèvre infé- 
rieure ouyerte ,■ ovale , tridçntée , à. lèvre supérieure courte , 
recourbée, divisée en deux parties linéaires; les demi-IJeu- 
roos de la circonférence femelles fertiles , sur dent rangs; les 
enérîeurs ligules , irldentés \ les ûnérieurs très-petits. 

Le fruit est composé de plusieurs semences coniques i 
glabres , surmontées d'ui^e aigrette sessîle , capillaire , iité-. 
gale , et anuelée à sa base. , ; 

La chaptah'e est vivace. Elle croît en Caroline , da»* les 
lieux an peu humides , fleurit dès les premiers jours du.prin- 
temps, et produit, ainsi que je l'ai observé, un beaucoup plu» 
agréable effet quç la petîU maiguerile de aos psés , à la même 
époque. Walther l'a mentionnée dans sa Flore de la Caroline, 
sous le nom de perdicium senùfiosctUare. Elle est cultivée chez 
Cels , de graines apportées par moi. (b.) 

CHÂQUËVE. Nom delà PaÈtE,J^uùefian, dans quel- 
ques endroits, (desh.) 

CHAR, Gîoenia. Genre établi par Bruguièrei, d'après 
GîoénitP<^iali. les coquilles mnltîvalves; mais Drapamand 
a reconnu depuis, que la seule espèce qu'il £onten oit, n'élolt. 
autre que l'estomac d'une Bulle. V. ce mot (b.) 

:,GHAR DE NEPTyNE. C'est le Madnpora murlcata Ae 
Linnseus, Madrépore corse de CEBF de Lamarck. (desu.) 

CHABA. Nom des corbeaux enlanguekalmouque. (DESU.) 

CHARA. Nom latin de Charagne ; il vient du grec, et 
sîgnifie/ote, parce quq les plantes de ce genre s^ plaisent dans 
l'eau, et s'y multiplient au point de remplir totalement le» 
ruisseaun en quelques mois, (ln.) 

CH ARA-BEBKOE. Nom moi^ol d'une espèce de Bou- 
leau , bdala duvurka , PalL Arbre qui croit en Sibérie et an 
Canada, (lt'.) 

XH^RAÇHou CHARAH. Nom d'une Pie gbiècbe da 
Bengale, (s.) 

XHARACHER, Ckamchera. C'est un arfirlsseau i ra- 
meaux diffus, à feuilles opposées, pétiolées, lancéolées et. 
entières, à pédoncules axîllaires, chargés de fleurs bleu&tres 
disposées en épis , imbriquées sur quatre rangs , et accompa- 
gnées de bractées. 

Chaque fleur a : wo calice de cinq folioles ; une corolle mo- 
nopélalc irrégulière , à tube ventru et à limbe unilatéral oa 
dépourvu de lèvre supérieure; quatre étanùncâ, dont le» 
fiiamens, attachés au tube de la coroU« , porleiit de» aji~ 



dt, Google 



C H A 



5? 



thères linéaires; nn ovaire supëriear, cylindrique , chargé 
d'un style filiforme dont le stigmate est à deux dents. 

Le fruit est une capsule oblongue , pointue , tétragone , k 
deux loges, et qui contient deux semences dans chaque 
loge. 

Cet arbrisseau crotten Arabie , et ne s'élève que de quel- 
ques pieds. Forskaël, ii qui on doit sa connoissance , eu men-. 
ttonne une seconde espèce. 11 doit être placé parmi les Ca.— 
MARAS, selon Walil. (b.) 

CHARACHO bu CARACO. Espèce de Rat. (desm.) 

CHABACIAS. Espèce d'EupHOKBE ugngdse qui croit 
en Espagne , en Italie , dans le Midi de ta France et en 
Afrique; c'eslV euphorbia charatias. Ce nom a été donné an— 
cîéimement à plusieurs espèces <i'EupIiorbes. V. Lobel. (ui.) 

CHARACIN , Charar.inus. Genre île poissons établi par 
Lacépède , aux dépens des Salho«£S de Linnseuâ. 11 oure 
pour caractères : une bouche à l'extrémité du museau ; une: 
tête comprimée; <tes écailles très-visibles ;' deux nageoires 
dorsales , la seconde adipeuse et dénuée de rayons ; quatr* 
rayons au plus à la membrane des branchies. 

Ce genre renferme seize espèces , toutes étrangères \ 
l'Europe. L% seule dans le cas d Être cit<5e est le dlAHACm 
SENTE , salmo àentex , Linn. ,. ou Phager des ancieDS , 
qui a dis rayons à la première dorsale , vingt-sîi à l'anale ; 
les dents très-grandes; des raies brunes. Il se trouve dans le 
NîL II est figuré avec trois autres dans le superbe ouvrage de 
la commission de l'Institut d'Egypte , sur cette contrée, (b.^ 

CHARADRITJS. C'est dans Lionœus le nom générique 
du Pluvier. V. ce mot. (v.) 

CHAKAGAI.NombaschiretkalmouqaeduPiEiSAUVAGEr 
jRiniM sylveslris , L, (nu.) 

CHARAGANA. Nom Valmouque d'uiie espèce de Robi- 
HIER {Robiiiîa caragana , L-) C'est l'origine du nom corn jon 
que nous donnons à cet arbrisseau, (ln.) 

CHARAGNE , Chara. Genre de plante de la monoécie 
monandrie et de la famille des fougères , dont les caractères 
sont, selon Linnseus, d'avoir les fleurs mâles uniquement 
compo&ées d'une anthère sessile, globuleuse, située à la base 
antérieure de la fleur femelle , et les (leurs femelles formées. 
par un calice de quatre folioles inégales et par un ovaire supé- 
rieur, turbiné r dépourvu de style et chargé d'un stigmate à 
cinq divisions. 

Le fruit est une semence ovale , présentant cinq stries en 
spirale et recouverte d'une croûte adhérente qui tient lieu 
de capsule. 

Haller et Gœrlner ne croyent pas que ce que lànnœus ap- 



i :, Google 



58 C H A 

pelle Vanikire , soit rëellement l'organe mâle , et leurs raî- 

soDS sont très-pUusIbles. 

Od compte commune ment quatorze espèces de diaragnes, 
toiUes croissant au milieu des eaux, et ayant des rameaux ver- 
ticillés, articulés et dentés dans leurs articulations. 

La plus commune est la Charagne fétide , dont les tiges 
sont unies et les feuilles dentées du cdlé intérieur. Elie est 
appelée le lustre d'eau , à cause de la disposition de ses 
rameaux. On la trouve au fond des eaux stagnantes , où elle 
forme souvent des touffes fort denses, d'une odeur trës-fé- 
tide, analogue à celle du foie de soufre. 

Les autres espèces remarquables sont les ChÀraones HiSr 
PTDE , COTONNEUSE et LUISANTE , que leurs noois caractérisent 
suffisamment, et qui tontes se trouvent aux envïrops de Paris. 

Plusieurs botanistes en indiquent d'autres espèces, égale-f 
ment d'Europe , mais ou très-rares ou trés-mal caraeléri— 
sées. 

Il parolt que lé; poissons , et surtout les CaRPES , aiment 
beaucoup les graines de ces plantes; car on a remarqué que ,. 
toutes proportions gardées , elles devenaient plus grosses 
dans les étangs où il y en a. 

ftf. Léman areconnu , d'après la descriptioifexactequVil 
adttnnéçmon collaborateur Sesmarest, que le fossile appelé 
par Lamarek GYftOÇONiTE , et pris par lui pour une co^ 
quille étoit la graine d'une espèce de cnaragne. 
' Le véritable chara de Jiucs César, dont la racine so 
mange , est , selon >I. Tbiébaut dç Berneau , le Ckaubé bE 
Tartarie. (b.) 

CHARAMEl. Nom que les portugais de l'Inde ont d<uiné 
an Carahbolier. (ln.) 

CHARAMELA. Nom donné par Rum[^us h Vvaenrhoa 
acùia, Linn. C'est aussi le nom indien du Caramboliez. (l-N.) 

CHAHA-MODON (^fi« noir). C'est le nom que les. 
Kahnoucks donnent au CtiɻE , ^uercus robur. (ln.) 

CHARAMOK.Nomkalmouqued'unecspècedeN(RPliUNi, 
thamnus erythroaylum , Pall. (iN.) 

CHARANDA. Nomkalmouquedes Hirondelles. (DESH.) 

CHARANSON, Otrculh. Fab., Oliv., Lat. Geifre d'in- 
lectes, de l'ordre des coléoptères, section des téVamères» 
Camille des rhinchop bores. 

Depuis les travaux de M. Clairvitle, sur cette lâmUte de 
coléoptères, le genre Aes. charanions, quoique très-nombreux 
encore, est beaucoup plus restreint qu^anciennemeat,, et 
d'ufae étude plus facile. Il ne comprend plus que les espèces 
dont les antennes , composées de onze articles , sont insérées 
à l'extrémité d'une espèce de trompe , formée par U prolon- 



i;, Google 



C H A 5g 

geinenfc et le rétrécissement dn devant de la tite , tonjoars 
courte et épaisse (]esBRÉV!aosTREs,ir«'ir(isfres), et qui ont 
le premier article fort long, et les trois derniers réuais en 
une massue ; le péoujlièinp article 4eS tarses ittt toujours l>î- 
lobé; la trompe 9, ie ç^aqae côté, yoe rainure oblique oik 
se loge la partie iuférieurp 4u prenfier arliclE des antennes. 
Le corps est le plus souyent ovoïde i rétréci en deraot. avec 
l'êcussoutrès-petitoupresque nul-, l'abdomen volumiseuSiePh 
brassé latéralement ^r les élytref qjii sont c^nveies oufaamT 
bées, etlesp(ed4Fo)ii)i5tçs, et doptlet cuisses sont ee massue. 

Le gçiira curcuiip de M- CUirvtlle , cqppreqd , outre lea 
espèces dout nous Tenons d'exposer les caractères généraux, 
celles doQt les auten^es également composées de onze ai^ 
tides et terminées en massue, sont insérées vers le mitieq 
d'une iroBipe allongé^ , espèces qu'on a désignées par l'é- 
pithèle de Longisostres, foffgirQstn». Fabrifiiis )e^ en a pe- 
parées, et en a formé les genres LiXE et I^hy^Ch^NE. Oli-t 
vier a distrait de celtù-ci' quelques espèce^, celUa de son 
genre l^PARE, ^partis; m^is il faut obsejrçr que wj. Clair-: 
»iUe ne capporte à son genre rhiyqçbé'^e, que les chanuuçia^ 
sauiairs j Liiapseus- V. Orcq^ste 

Fabmcius, en donnant pjus d'étendue à c^ttedepiière conpBj^ 
s'est écarté 4es pnncipes de M. Clairrille, etaietédelaconfur 
siôn sur la noiQeii clôture ', car le genre lUiyDcbènc ne répon4 

Plus maintenant il celui de ce deniiernaturalisle. C'est daa^ 
intention d'obvier à cet embarras, qu'en divisant le geni^ 
des charansOQS à la manière ip Faltricms^î'^vpia conservée^ 
nom générique aui espèces k JpngBP trompe:, et que j'aroif 
appelé Brachykhine, Brarhyrhinus , celle oùelle est courtCf 
ou les brévirostres- Mais la noni^ti clôture de Fabricius ayant 
préralu , j'ai abandonné la mienne, et mpn genre ciuxuiîù^ 
celui qui fait le sujet de cpt article , est le gjénje que Ip sieg 
et celui d'Olivier, Quelques naturalistes alleNi.a:nds ÇOluer:r 
vent cepeJidant le aiQt de br^chyrbine, e( l'afwîigu^nt jt 
nn nouveau groupe démeçibré des cliaran.spns de^ahriciuSf 
M. Germar, professeur à Berlin, et qui continue le l^agat/if 
entomolagique d'iljiger, publiera î ne e s sanun eut le résultat àf 
ses pcofqpdes recherches si)r l,es insecte; de celte famille. 

Les particiilarilds historiques qu'on a présentée? à l'artïclif 
Charqnson, de la première édition 4^ ce ])^cli,oniiaîre , ne 
peuvent plus , depqls q«e çp genre a étji nu>4J£é,' étre.réu? 
nies dans un même cadre- Je WÇ bornerai ^ d'f^P quf t^{ 
qu'il est aujourd'hui , ce genre est composé des plus grandes ' 
espèces , de celles surtout que les amateurs préfèrent, à rai-, 
son dçl^urs fermes agréables, de leurs couleurs très-variées, 
Sourent très-brUlastes «t produites par dçs écailles ùnbri- 

.,,!:, Google 



6o c ir A 

qaées , analognCs, par leur disposition , i celles des atTes des 
lépidoptèVes. La plupart de ces belles espaces,. fcomme le 
Toytd, l'impérial, le sompluéux, le ckrysis, \efastueaxy sont 
propres au Brésil et au Pérou. Celles de l'ancies continent 
sont généralement pins petites et moins ornées. Quelques— 
HDes cependant, telles que celle da tamaris, le vert, l'or- 
genU, celle du poirier, etc., se font encore remarquer par le 
Ime de leur paitire. Les charansons sont d'un naturel lent 
et tin» de. Ils se' nonrrisâent de feuillet; il en est même,, 
comme cehii de la Uvècke, qui, par leur multiplicité dans le 
même local , ravagent quelquefois les champs ensemencés 
de plantes fouragères. Leurs larve» doivent aussi se nour— 
lîr de Tégétaox; mais les observations nous manquent à cet 

I. Cuisses amples. 
Ca'iMKVsanAOYXi.,t:urculioFegalis,'Fah.; Ollv., Eatom.t 

Charanson , pi. 1 1 fig; 8, a. b. Trompe et corselet noirs ^ 
avec des écailles bleues et dorées ; élytres d'un vert dor'é > . 
avec la base et trois bandes transverses, d'un rouge doré ; 
dessotis du corps d'un vert doré très-brillant. Au Pérou. 

Charanson, IMPÉRIAL, Curculio imperialis, Fab. ; Olîv. ^' 
ihid., pi. I , fig. \, a. b. c. Plus grand que le précédent, et 
ayant quelquefois près d'un pouce et demi de Jong ; noir, 
mais couvert d'écaillés dorées ; deux lignes noires sur la tête 
et sur le corselet ; élytres anguleuses à leur base , terminées 
en pointe , avec des stries élevées , noires , luisantes , entre- 
inëlées alternativement d'autant de rangées de gros points 
enfoncés , d^im vert doré très-brillant. Au Brésil et au, 
Pérou. \ 

Charanson TASTtiEcx, CurcuSofastuosus, Oliv., ij/d-pl. 5, 
fig. 5i. Voisin, pour la taille, dn C. impérial. Elytres d'un 
noir verdâlre , avec des points enfoncés^ formant des lignes 
et des tacbes dorées. Au Brésil. 

Charansoji VERT, Curculio vtnJis , Fab.; Oliv. , ii«/., pi »,' 
fig. i8, a. b. Verdâtre, avec les côtés du corselet, dea 
étuis et le dessous du corps jauaâlres. Rare ans environs de 
Paris ; commun, en Allemagne et dans le Piémont. 

. Charanson du Tamaris, Curculio laman'sci, Fab.; Olîv-, 
ibid. , pi. 6 , fig. 'j, a. b. Petit ; couvert d'écaillés d'un vert 
doré brillant , avec les élytres mélangées de vert , de cendré 
tt de ferrugineux. Sur le tamaris ; dans les départemens de - 
la France situés sur la Méditerranée. 

II. Cuisses dentées. 

Charanson DE LA LivtcHE, CureuUoliguiOidy'Fab.; Oliv., 
âiid.,fl. j, fig. 77. Long de six lignes; cendré, un peu noi^ 



i;, Google 



B.23 




, '"«'«^rrdr tiv àoii/iquAf.i. Çfârron aratit. _ la. (nai-àttuyin^ lurif/ttrà 



, Google 



Ç H A Gi 

rivet î ttoe ligne éUvée sur la trompe ; conelet arrondi , 
cbagriné ; abdomen ovale ; ëlytres finement chagrinées , sans 
stries. Très-abondant dans les environs de Paris, surtout 
au printemps ; les chemins et tes murs en sont quelquefois 
couverts. 

Charanson du Poirier, Cunmlio pyri, Fab. ; OUt. , lïà/., 
pi. 3, fig. 3o, o. b. Noir, mais couvert d' écailles bronzées 
ou cuivreoses , avec les antennes et les pieds fauves ; des 
stries poîntillées sur les élytres. Snr les feuilles du poirier^ 
du pommier, etc. • 

Cbaranson ARGEHIJÉ, CwïuAb aT^aOatm , Fab.; Oliv., 
îbùj., pL 5, fig. 56, a. b. Couvert d'écaillés d'un vert ar- 
genté et parsemé de petits poils élevés; antennes, iambe* 
et tarses, quelquefois même les cuisais, jaunâtres ; trompe 
cylindrique ; dents des cuisses fortes. Sur le bouleau et sur 
l'ortie. 

Vofez , pour les antres espèces menrionnées dans la pre-'. 
■nière édition de cet ouvrage , les renvois suivans : 

GSAAANSON DE L'OSIER OrCHESTS. 

Charanson du blé; celui du riz, et le) j-. 

CflARANSONI.AI.HISTE . . .J CALANDRE. 

Charanson pahaplectique LiXE, 

GbARANSON de la SGROraULAIBE ClONE. 

CbaHANSOK des KOISETTESetCBARAnSOn} 
DE l'oseille 

Voyez aussi l'artiile Rbinchofhores, et les genres qui j 
sont indiqués. (L.) 

CHARANSON. C'est le Côme pavé de Bn^ères. Voyez 
CÔNÉ. (R.) 

CHARANSONITES , CurcuUoidUs, Latr. FamUle d'in- 
sectes de l'ordre des coléoptères, composée du genre Cha- 
ranson, Curculio, deLinnœus, et de ce lui des Attela SES, AOe- 
laèas, de Fabricins. Elle comprend maintenant dix-huit 
genres, dont on trouvera Us noms k l'article RbinchophoRES, 
dénomination sous laquelle je' désigne maintenant (^Règne ani- 
mai de M. Cuvicr, tome 3 ) cette famille réunie à celle des 
SftUCRELES. (l.) 

CHARANTIA, Kodonée. C'est une MoMORDiçirE , Mo- 
inordir.a balsamina , 'Linn. Linnœus donne ce même nom à 
Dne autre espèce, Mutnordicacharaniia, Lion- (ln.) 

CHARA-TOSGHU. Nom que les Kalmouts donnentà 
l'espèce de groseiller que nous nommons Cassis , Bibes ni- 
fnan^ Linn. (ln.) ' 

CHARAX. Gesner donne ce nom à un poisson du genre 
CiPUN, Cypriaut iqnmus.f Liso- , et Gr^novius l'applique à 



{RHnsCHÈNI. 



dt, Google 



6, C H A 

àeraespiltB ieSKVWyVSfSdlmù gibèotks et iimdcalaUis,làa1i' 
(DESH.) 
GHARBE^ CH AB AID etGHERBACHEM. Noms ara- 
bes de TELLiBORE BLANC ,*e»(iècb Ae Véraike, VenUmm 
aibum, Li&n. , et de I'Ellébohe noir , ElUboms niger, LinD. 

(LS.) 

CHARBOK. Maladie propre aiËt plantes de U fsmiilê 
des GitAHtNÉES , et qui se fecomiott à odë poussiÈre naire 
«fui reiAplacê la fariné. ËUe éSt dne k aO. cbampigaon para- 
site interne. ' 

C'est l'avoine qai , pàrtni les béréaleï , est la plus sujette 
an cltBrttdii. Il est des tient 66 toutes \eS années , une plur 
fin moins, grande partie de U récolte est perdue par son 
fait Dana des annëe<l''j)lnt^ieiisés , la praduclion du charbÔD 
est plus abondante en tous lieni. 

On confond souvent le charbon avec la Carie, mws cette 
dernière , qui attaque , et se niôtitrè plds fréquétnmeQl sni" 
Je froment, s'en disfingue à Sa conleur rtioins noire , à sa 
consistance lAoins sèche -, i -son- ofleW nauséabonde , et j^ 
8on influence nuîsihie sar la Santé. 

bn reste , ces champignons- apparSénnént au même 
genre , ai» genre UrÈDE.- 

Quelques agriculteurs sb l'efiiseni ëncbfe Jtrecditn«lt^eqae 
le charbon soit produit par nne plante , snos la considéra^ 
lion qu'on trouve quelquefois ^e s. graines de céréales qoi n'en 
sont attaqnées qu'en partie. Je ne croîs pas que celte cir- 
constance soit suffisante pour anéantir la masse des preuve» 
qui sont énuoaéréeS ans articles _clté3 plus haut, (b.) 

CHARBON DE BOIS. V. l'article Caubosb et plus 
bas. ...'.„. „ 

CHARBON MINERAL , Charbon m tehhb on Char,- 

BON DE PIERRE. V. HoUILLE. (PAT^ ^ 

Charbon végétal ou dé bois. Tout le monde 

connoît ce résulut de la combustion jncoai,plète des végétaux, 
et l'usage dont il est dans l'économie domestique et dans 
une fooie d'arts ; aussi n'en entretiendrons nous pas lon- 
fuement nos lecteurs. Nous recommanderons seulement à 
leur attention ^ le mémoire de M. le comie de Eumford, 
publié en i8ï3, sous le titre de Br.chervhes sur Us Bots et U 
ehâîion ', et cens qee M. Croust a insérés dans les dernières 
années du" Journal de Physique , sut la poudre à canon , ma- 
tière dans ia composition delaqûelle le charbon entre pour' 
uîié proportion nolàblé , et de la bonne qualité duquel dé- 
pend une partie de ses effets. V. Potasse nITbâtée. (lijC.> 
■ CHARBON VÉGÉTAL FOSSILE. On a donné c« 
nom, aune variélti de charbon fibreux , tachant te» doigts* 



dt, Google 



CH A 63 

e t très-friable , qni se tronve dans certaines hoailliires, 
enire les lits du charbon grossier, et qui brûle à peu prés 
comme le charbon de bois. V. Houille. 

Les tufs Tolcaniques, et U lave elle-m^me, renferment 
quelquefois des portions de végétaux conrertis en charbon. 
11 existe , dans le Cabinet d'Htsioire Naturelle do Roi , ml 
bloc de tuf volcanique d'Andemacb , qui présente cet acci- 
dent. (LUC.) 

CHARBONNIER, oaRsNAaD cHASBOionEa. V. Chiek. 

( DBSM. ) 

CHARBONNIER. Nom vul«ire dn chardotaunt, da 
rossignol de murailte et de la grande hirondelle de mer. (T.) 

C HARBONNIËR. Nom rnlgaire d'un poisson du genre 
des G-ASES : on l'appeUe aussi monte naire. (t.') 

CHARBOÎ^NIERE, Petite CHAaBONMÈRE. Voy. Mé- 

AAItOK, (v.) 

CHARBONNIÈRES Cf«»^'w). Ce sont des terres 
^aises et roueelO'es , auxquelles les cerfs vont frapper leurs 
t£tes quand ils touchent aus bois , et dont les télés prennent 
la comeUr, (s.) 

CHARBUSAK. Nom arménien du melon, cuaanîs meh, 
liim. (LN.) 

CHARCHOR. L'an des noms kalmotiqaes de la Mxa- 

MOtTB SOUSUK. (DESM.) 

CHARCHYR. Nom que porte, en Egypte.ta Sarcelle.Cv) 

CHARDEL et C ARDEL. Noms que les Arabes donnent 
il on sénevé , Sinepisjùiicea , Linn. (lT(.) 

CHARDERAULAT. Nom savoyard du Crardoni^ebet. 
(s.) 

CHARDON , Carduiu. Genre de plantes de la syngé- 
nésie polygamie égale , et de la, famille des cinarocéphales , . 
dont tes caractères sont d'avoir : un calice commun , ovale, un 
peu vemm, imbriqaé d'écaillés nombreuses, lancéolées et 
termndcl par tme épine ; une grande quantité de fleurons 
tubulés , qaioquéfides , presque réguliers , et tous herma- 
phrodites , poSéB sur un réceptacle commtra chaîné de poils ; 
nno gftttde qitantié de semences allongées , nn peu tétra- 
goMB , gamies d'une aigrette sessile. 

Ce genre diffère des Sarkètes, en Ce que ses écailles ca- 
licmal«& MM épioewés ; àei GàaTHAiIrEs , en ce qu'elle^ ne 
sont pas appendîculées ; des Onopoases-, ed ce que son ré- 
ceplacl* tat ch^é d<f ^olls,' des CElVTAUitÉËs , en ce que 
ses Beurons sont fOttt beiWaplûodîtes ; cependant toutes 
les plantes de ces genres dont valgairemenf appelées des 
duadam^ fa/marci Im i réfisi les Qt3EDauiï.LES de Unneeus , 
<t qatlqocv S&iiKÈTES ; laBdls q[ue d'antre^ auteurs en ont 



dt, Google 



«4 C H A 

,6téim grand nombre d'espèces, pour rétablir {'ancien getm 
ClBSË , Cinium de Tournefort , augmenter le genre QtJE- 
nouiLLE , et faire le genre Silybe, sous la considération que 
ces espèces n'ont pas , comme les autres chardons , les 
écaiQes dn calice épineuses , le réceptacle garni de poils 
£ns , et les aigrettes simples. 

Les chardons sont fort nombrenx ; on en connoît en ce 
moment une centaine d'espèces , et il est probable qn'it y 
çn a bien davantage dans la nature , car plusieurs motifs ont 
empêché de les étudier dans les pays étrangers avec autant 
de soin que d'autres genres , principalement leur grandeur 
,f t la difficulté de leur dessiccation. Parmi les espèces euro- 
péennes mêmes , ilya encore bien des doutes à éclaircir, 
ainsi qu'on peut le voir dans les ouvrages de Yillars et 
d'Allloni. • 

On divise les chardons en deux sections : ceuiqui.ont les 
feuilles décurrentes , et ceux qui les ont simplement sessiles. 

Les espèces les plus communes de la première section , 
sont: 

Le Charbon lancéolé, dont les feuilles sont pioDali- 
fides , hispides , ont leurs découpures écartées et épineuses ; 
dont le calice est ovale , velu ainsi que la tige. Il se trouve 
très- fréquemment sur le bord des cbemins et autour des vil- 
.laces. 

Le Cbardok ;iTËTEPENfîH£E,CanZuu«RuAuu,Linn., dont 
les caractères sont d'avoir les feuilles épineuses , les fleurs 
grosses et recourbées , et les écailles supérieures du calice 
plus ouvertes que les autres. Il se trouve aux mêmes endroits 
que le précédent, et n'est pas moins commun. 

Le Chardon acavthin , dont les feuilles sont sinuées et 
épineuses en leurs bords , les fleurs ramassées en bouquets 
et sessiles. Cette plante est commune dans les lieux incultes , 
sur le bord des fossés , aa pied des murailles. Ce n'est pas 
celle que Linnseus a décrite sous le même nom dont il est ici 
question ; c'est celle de Lamarcl. 

Le CflARBON CHÉPu , dont les feuilles sont singées , épi- 
neuses en leurs bords, crépues en leur surface , et dontles 
fédonculessontuniflores, avec des ailes épineuses et courtes. 
1 se trouve dans les champs incuites , autour des vignes , et 
dans les taiflls. Il est moins commmi que les autres , mais 
annuel comme eux. > 

Le Chardon des marais , dont les feuilles «ont dentées * 
épineuses en leurs bords , crépues ,. tomeflteuse s en dessous , 
et dont les fleurs sont réunies en têtes terminales , et ont les 
écailles du calice non piquantes.. U se trouve très-rcosamuné- 
ment dans les marais et les prés huuùdes. Lawacck lui a 



dt, Google 



C H A 65 

réuni , comme sîiàple variété , le tarJuiU paifatOhemoa àé 
Lionjeus. Il est vivace. 

Le Charbon de AIomtpelueh , 4ont les feuilles sont 
lancéolées, glabreci inégalement eilléet-, le« pédoncvlesalter^ 
nés, et les écaillet caiicinales bod piquaMec. Cette espèce est 
virace. Elle se trourè dans les parties nérSéienales de la 
France : elle éioit le type des àrùnm des ascieiH botanistes, 
lesquels ne dilTéroient des cbardons ^ne parée qne leurs 
écailles caiicinales n'étoient pas piquantes. 

I^ Chardon BiHO&aoïDAL , Senatuia mvauisi Lion. , qw 
a les feuilles lancéolées , irré^ièrement dentées , épinesses « 
les fleurs ramassées plusieurs eniemble , et les calices non 
épineux. 11 se trouve dans les champs , surtout dans c«uz ^i 
sont gras et humides : et devient la peste des moissons. Ses ra- 
cines sont vivaces, tra^ntes et très-prafondes. On parvient 
très-difficilement k en débairasaer un canton , soit par cette 
raison , soitparce que leurs semences sont transportées au loin 
par les vents. Chaque année les cultivateurs soigneux sont obli- 
gés de payer des jouméesde femmes el d'enfans pour faire cou- 
per ses pousses entre denx terres, à l'époque où les blés com- 
mencent à monter. La médecine le regarde comme apéritif et 
résolutif. On l'a appelé hemorroidal , non parce qu'il est bon 
contre les hémorroïdes, mais parce quelapi^Urc d'un insecte 
(K. an mot Galle) lait naître sur ses tiges des renilemens 
roûgeâtrcs, qui ont l'air d'une veine gonflée. 

Lesespéceslesplusintéressaotesdela seconde section, saut: 

Le Chardon poly acanthe , C^rduua eaiabonai, Linn. f 
dont les ferjlles sont lancéolées, entières, velues en dessous, 
ont des épines temées sur leurs bords, elles fleurs en épis. 
C'est une très-belle plante qui crott dans les parties méridio- 
nales de l'Europe. 

Le Chardon LANUeiNEUX, Carduus enophoms, Linn. , rai-' 
gairement le chardon aux Ana , dont les caractères sont d'a- 
voir les feuilles pinnatifides, sar deux ranu , les découpures 
alternativement relevées , très-épineuses, le calice globuleox 
et très-velu. Cette belle plante s'élève à hauteur d'homme, 
et se trouve sur le bord des chemins , autour des villages, 
dans les Henx incultes. Les gens de la campagne , et surtout 
les enfana , en mangent les réceptacles comme ceux des arti.- 
chaots. Elle passe pour apéritive et aolicaocéreuse. Les ânes 
la rechlerchent. 

Le Chardon nain , Cardwus acaulù , Linn. , qui est pres- 
que sans tige , et dont le calice n'est pas épineux. Il se iroave 
dans les pâturages areilenx , snr les pelouses : il est cooi' 
muQ dans les lieux qui lui connennenL 
■ Tous ces chardons sont peu utiles à lliomme , et quelque^ 



dt, Google 



66 C H A 

fois Ini sont iraisiblea par leur abondance. Les vaches les 
tnaneent au prialemps, lorsque leurs tiges ne sont pas encore 
développées , et les iaes les recherchent jusqu'après la flo-; 
raison. Les bonces ménagères , dans le pays où le bois est 
rare, ont soin d'en ' ramasser les liges en automne pour 
chaufler le four pendant i'hiver. On peut, en les brûlant d'une 
manière convenable, tirer nne quantité de potasse de leurs 
cendres, suffisante, non-seulement pour dédommager des 
frais de lear récolte , mais même procurer un bénéfice im- 
portant. Les oiseaux granivores, principalement les chardon- 
nerets , vivent de leurs graines une partie de l'automne. (B.") 

CHARDON. Poisson du enre des raies, le rajaftdloaka 
de Linnseus. (b.) 

CHARDON ( PETIT ). C'est une coquille du genre Ro- 
CB£K ( mu€X> âenticosum ). (dESH.) 

CHARDON ACS.ANES. C'est principalement le Chah- 
bon LANUGISEUX. fB.) 

CHARDON, BÉNIT. C'est la CENTAtiRÉE bénite, (b.) 

CHARDON BÉNIT DES ANTILLES. On appelle 
ainsi I'Argemone dd Mexique, (b.) 

CHARDON BÉNIT DES PARISIENS. C'est le Cab- 

THAHE LAINEUX. (B.) 

CHARDON BLEU. V. Patocaut améthyste, (b.) 
CHARDON BONNETIER. Nom vulgaire de la Car- 

»ÈEE A FOULON, (b.) 

CHARDON DU BRÉSIL. C'est I'Ananas commun, (b.) 
CHARDON DORÉ. V. Centaurée solsticiale. (b.) 
CHARDON ÉCHINOPE. f'.lemot Éch[t;-pe.Cb.) 
CHARDON ÉTOILÉ.C'est UChausse-tbape étoilée. 

CHARDON À FOULON. F. au mot Cabbère. (b.) 

CHARDON MARIE. C'cstle GmftHWmarônwde Un- 
naus. V. les mots C*RTHAME et SlLYBE. (b.) 

CHARDON DE MER. Nom donné à I'Oursin escij- 
ij;nt. (b.) 

CHARDON PEDANE. On appelle ainsi I'Ohoporde 

i FEUILLES d'acanthe. (B.) 

CHARDON PRISONNIER, noravulgaire de r.«nw- 
^lis canceUata , L. V. AtractylidE. (LN.) 

CHARDON ROLAND. C'est le Panicaut commuw-Cb.) 
CHARDONNEAU.NomduCHABDONNEHirreoGuicnne. 

CHARDONNERET. V. le genre Frinoille, article 
des Chabsotïnebets. (t.) 

CHARDONNETTE. Nom vukairedti Chardonneret 
dans quelques départemens de la France. (de^H ) 



dt, Google 



C H A 67 

CHARDONNETTEGOMMEUSE. V-Atmctylide gum- 

mijère. (lN.) 

CHARDOUSSE. Nom que l'on donne , en Dauphiné, k 
une espèce de .carline (^tarUnaacandfoUa, ÈMiavî), nommée 
ntzka dans la Camiole. ih^-) 

CHARSRIER. Dénomination da CHABi>onKER£T , eo 
Guieane. ^S.) 

CHAREEonCHARHÉE. Oa donne ce nom, dans quel- 
ques cantops, aoE larves des Fkiganes, employées pour 
amorce dans la pêche à La ligue des poissons d'eau doace. 
(B.) 
CHARENSON. V. Charasson. (s.) 
CHARFI, CHARFS et CHÈRES. Divers noms arabe» 
du persil des jardins (^^um petroseUaum^ L. ) (ln.). 

CHARGANA. Nom mongole du robinier féroc«*( ro Jâua« 
finx , Pallas. ) (m.) 

CHARI. Nom que porte Yépida ou pcsse , chez quelques 
peuplades des bords du Jenisey en Sibérie, (ln.) 

CH\RIB£, Charybs. Genre de coquille établi parDenys 
de Montfort , aux dépens des Polythalames de Soldani. Ses 
caractères sont : coquille attachée sur les autres corps , en- 
tièrement plate , uniyalve , cloisonnée ; ouYertm"e ronde » 
entaillée par-dessous; cloisods unies; &jphon inconnu. 

Ce genre ne renferme qu'une espèce qui se trouve dans 
la Méditerranée , et qui atteint rarement plus d'une ligne 
de diamètre. L'entaille de son ouverture la rend principa- 
lement remarquable. V. Pleuhotohe et Fissvrelle. (b.) 
CHARIUS. Nom russe d'un poisson du genre saumon , 
que l'on rapporte k l'espèce de l'ombre de rivière ( salmo 
thymaltui). (OESM.) 

CHARJA-BESS. Nom donné par iêspeuplades des bords 
do Jakut en Sibérie , àtapesse ouépicia (pinus abieg, Linn.). 

(LU.) 

CHARKUSCH. En Rukarie, c'est le Uèvre; on le 
nomme aussi kujak et dooJaî. (BEsu.) 

CHARLOCK. Nom anglais du sénevé des champs 
(^smapis anrensi's, L.). (l.N.) 

CEI ARME, Carpinus, Linn. (MonoÀie polyandrie.') Arbre de 
la famille des amentacées , qui a des (leurs mâles et femelles, 
placées séparément sur le même pied. Ses fleurs mâles sont 
rassemblées surun chaton cylindrique formé if écailles ovales, 
coi'caves et ciliées ; chaque écaille renferme ou couvre une 
seu'e fleur incomplète , qui n'a ni calice ni corolle , mais seu- 
lement depuis sis jusqu'^ quatorze étamines , réunies deux i 
denx par lés filets. La disposition des fleurs femelle» est la 



dt, Google 



m C H A 

même ; les écaïUeB Su chaton ^ les porte tout tneinbra- 
neiises , veinées , entières on divisées , et chacune d'elles re- 
couvre une petite fleur ayant un calice à six divisions , supé- 
riettr et persistant, et deux ovaires surmontés l'an et l'auU'e 
de dei» longs styles. Le firuit est une petite oois ovoïde , an— 
gnlaire, couronnée par les dents du cuice , et renfermant une 
Efcule semence. Le genre Ostrte a été établi aux dépens de 
celui-cL 

Les charmes ont leurs fetdlles simples et alternes ; ils cons- 
tituent «B genre qin a des rapports avec les Bouleaux et 
les NomrriEIis , et dans lequâ on ne compte que six à 
huit espèces. 

Chabme comhuk; Carpinus betuha , ÎAaa. C'est on arbre 
qu'on troirre daas les forêts et les bois taillis de l'Europe. Il 
n'est pas communément d'mie grande beauté ; son Uonc est 
court j soorent mal proportionné , et quelquefois défiguré par 
des espèces de cordes , qui , partant des principales racines , 
font corps avec lui et interrompent sa rondeur. Il est recou- 
vert d'une écorce grisâtre , tachée de blanc , assez unie , mais 
chargée ordinairement d'nne mousse brune qui la dépare. 
La tête de cet arbre , trop grosse pour le tronc , est formée 
d'une grande quantité de branches disposées confusément , 
et parmi lesquelles oii remarque h peine la tige principale ; 
les feuiUes qui les couvrent sont pétiolées , ovales , plissées ,. 
nerveuses en dessous et bordées de dents inégales et pointues. 
C'est à leurs aisselles et vers le sommet des rameaux que vien- 
nent les chatons mâles et femelles ; les premiers paroissent 
au printemps, sn,peu avant le développement dês~fietiiUes ', 
les seconds portent 4es fruits , embrassés, chacun, par une 
écaille verte , découpée en ^trois lobes inégaux , celui dn mi- 
lieu étant plus grand que les deux antres. 

Cet arbre , qui peut être mis au second t-ang des arbres de 
nos forêts , réus»t dans presqae tous les terrains et toutes Ie9 
situations , même dans les lieux ombragés ; quoiqu'il s'élève 
beaucoup quand 11 se trouve sm- no bon sol, néanmoins son 
tronc n'acquiert jamais une grossenr proportionnée à sa hau- 
teur. 

<> Des arbres h feuilles tombant avant l'hiver, qne l'on con' 
nott, le charme est le plus propre de tous k former àee palis- 
sades ( auxquelles on a donné le nom de cftarmiUes), des baies , 
des portiques, des colonnades , et toutes ces décorations de 
verdure qiù font iepremieretleplusgrandembellisseraent d'un 

I'ardin bien ordonné. Touteslcsformesqu' on donne icçtarbre 
ni deviennent si propres , qu'il se prête k tout ce qui y a 
rapport : on peut le transplanter k cet efjfet, petit ou grand ;' 
il souffre la loature en él« comme «obiver, ctU souplesse de 



dt, Google 



CH A 63 

ses rameaux favorise la forme qu'on en eiig« ,' et qui est 
complétée par leur maltiplicitê. » Entycl. 

Depuis que le goût des jardins paysagistes a «zcla de oqs 
bosquets ces ornemens recherches , qui déparent U nature 
an lieu de l'embellir, l'emploi du charme et des cJumiîUea est 
moins fréquent dans les plantations d'agrément. Cet arbre 
ne doit pas moins y avoir toajonrs une place distinguée à rai' 
son de son fenillage d'un vert agréable , qui se montre âe 
très-bonne heure au printemps , et qui , conservé fort avant 
dans l'hirer, sert, dans cette saison, d'abri aiuoiseaiuc et t^ 
arbustes ou atct plantes délicates , qui redoutent les vent« et 
le froid. D'ailleurs son bois, fort dur, est précieux poqr le 
chauffée , et pour d'autres usages économiques ou relatifs 
aax arts ; i) donne beaucoup de chaleur, et fait un cbïrbon 
qui conserve long-temjis un feu vif et brillant. On s'en sert 
par préf^mce à tout autre dans la fabrique de OQudn à 
canon de Berne , qui est si estimée- 

-Le bois de charme est surtout employé au charronj>age rus- 
titjue , auquel il est très-propre , et aux ouvrages de tour ; on. 
ne doit l'employer que très-sec ; mais comme il est alors 
fort dur , les ouvriers n'attendent pas qu'il ait acquis le dc^ré- 
de siccilé convenable. Il sert pour la monture de différent 
outils; on eo fait aussi des battoirs, des masses, des maillets*, 
des vis de pressoir, des dents dje roue pour les moulins , eU^ 
M Rarement, d>t M- de Feuille , le tronc du charme est 
bien filé , plus rarement encore il est bien arrondi. La con— 
texture de ses fibres est singulière. Ses couches annaelles ne 
suivent point une ligne uniformément circulaire comme celle? 
des autres arbres ; les couches du charme sont ondulées et 
«n^zigzag, et ses fibres transversales, qui vont de la eirconfé- 
rence au centre , laissent entre elles 90 grand intervalle, he 
charme est par conséquent difficile à travailler, il est rebours » 
il s'élève par esquille sous l'outil. M.ais si ses fibres dures et 
sa tendance à faire retraite le rendent peu propre aux ou- 
vrages de menuiserie , elles le rendent supérieur à tous les 
antres bois pour en construire tous les instrumens qui doivent 
ou frapper on grand coup ou opposer une forte résistance. Ls; 
conleur da bois de charme est d'un blanc terne; son grain est 
serré , mais son poil e«t mat. Ce hois enfin , plus utile qu'appa- 
Kent, plus rnstiqUe qu'agréable, n'entre guère dans l'enceinte- 
des villes que poi|r y être consumé, et quoiqu'un peumoiqs 
dense que le hêtre , il dure davantage au feu. Quand i| est 
sec, il pèse cinquante-une livres neuf onces par pied cube », 
On mahipUe cet arbre de semence ou de bouture. Dans 
□os forêts il se reproduit facilement lui-même avec sa graine. 
<Ie sont ces semis naturels qui fournissent gourrocdinaire les. 



dt, Google 



,„ C H A 

jeunes sujets destinas aux palissades , etc. ; matE comme ces 
sujets sont mal tournés , et ont souvent leurs racines écourtées 
ou mutilées , ou il en périt une partie dans la transplanta- 
tion , ou ils réussissent mal. Pour éviter cet incoavénieDt , 
on a recours aux semis et aux pépinières. C'est en automme, 
et dans un terrain frais et ombragé , qu'on sème lagraine du 
charme, aussitôt qu'elle estmûre. Si on atlendoit après l'hiver 
sans la mettre en jauge, elle ne lèverait que i'anDée suivante. 
Ces semis n'exigent d'autres soins que d'être arrosés el sar- 
clés à prapos. A deux ans les jeunes arbres sont en état 
d'être transplantés. On les espace plus on moins , selon V»i~ 
sage auquel on les destine. Après la sixième ou septième an- 
née , il est temps de les transporter dans le Ueu où ils doi- 
vent rester. Le moment de cette seconde transplantation est 
- indiqué par le dessèchement de leurs feuilles ; la sève alors 
est arrêtée , et les boutons à bois sont bien formés. On taille 
communément ces arbres au croissant et au ciseau , avant le 
renouvellement de la première ou de la seconde sève. 

l-« CHARHEDEYiRGiNiEestquelquefoiscoafonduavec celui 
dont il vient d'être question , mais il constitue bien certaine-' 
ment ane espèce particulière. 

Chakme boublon , Carpirms oslrya , Linn. Cet arbre a l'as- 
pect du charme commun ; mais il est plus petit , ses feuilles 
sont moins plissées , et sa fructificat4on est différente \ les cha- 
tons mâles sont longs , pendans et en faisceaux ; les chatons 
femelles ressemblent k ceux du houblon; ils sont composés 
d'écaillés enllées, fermées de toutes parts et velues à leurbase. 
Les fruits ne sont point couronnés comme dans les autres 
espèces de charmes, caractère qui , faisant exception au genre, 
laisse à chacan la liberté de faire de cette espèce un genre 
particulier. Cet arbre croit en Italie. Le charme houblon de 
Virginie , qu'on appelle bois d'or au Canada , s'en rapproche 
beaucoup, mais forme une espèce distincte j l'un et Vautre 
ont un bois dur et brun, qui est très-estlmé. 

Charme du Levant , Carpinas onentalis , Lam. Cette es- 

Sèce , qui s'élève k dix-huit ou vingt pieds , a un tronc pea 
roîl, très-DOueux, et revêtu d'une éeorce brune, des ra- 
meaux fort rapprochés et des feuilles plus petites que celles 
du charme commun. Ses fruits sont aussi très-petits ; ils vien- 
nent sur de courtes grappes, et chacun d'eux est couvert d'une 
écaille plane , "nerveuse et dentée dans son contour. Ce çhar^- 
me croît dans le Levant; ses feuilles tombent avant l'hiver. 
On peut multiplier et éleverces quatre dernières espèces dç 
la même manière que le charme commun , sur lequel on greffe 
quelquefois le charme houblon, (d.) 

CHAKM£ !NOIIV. Kom doDoé dans quelques pays , et 



L:mi,i.d=, Google 



C H A 7, 

Boiamment en Italie et dans le midi de la France , au tilleul 
sauvage , TUia eumpœa sylveslris , L, (LN.) 

CHARMENS et KERMÈS. Noms arabes d'une espèce 
dechéne, le kermès, Quercut coccifeiti, L. (LN.) 

CHARMS. Selon Hasselquist ^ c'est le nom arabe d'une 
Perche dn Nil , Perça agyptàtca. (DEJH.) 

CHARMTJT. Poisson du genre SlLURE, SSiina angial- 
taris , Linn. (B.) 

CHARNÀItTRE. Race de chkiu issue da lévrier et du 
chien courant , dont ils Ont les oreilles pendantes ; ces chiens 
métis , qui se trouvent en Espagne et en Portugal , sont fort 
bons pour la chasse dans les plaines incultes ou couvertes de' 
broussailles : ih bondissent plutôt qu'ils ne courent, (s.) 

CHARNECA. Nom basque et espagnol du lêntisque , 
Piilacia Uiàiscus , L. (lH.) ' 

CHARNIERE. On entend par ce mot, en concljylîologie, 
la partie la plus saillante et la plus solide de la circonférenee 
des coquilles bivalves , celle sur laquelle se font les mouve-. 
meus des deux ralves , et qui est presque toujours armée de ' 
deWs, V. au mot Coquilu:, (b.) 

CHARON. Nom donné par Muller à la larve de VSs~ 
GULE FOLIACÉE, qu'il a prïse pour une autre espèce. (B.) 

CHAROTTE. Espèce de hotte en forme de panier, dans 
laquelle les chasseurs aux pbivien , vanneaux, ortolans ^ 
aUeuettes , portent leur harnois. (v.) 

CHARPENTIER. Les habitans de nos colonies dési- 
eneat ainsi tontes les espèces de Pics, etmSme d'ÉPEicuïs. 

- ■ («0 

CHARR. Nom anglais de's^rai^, poissons du genre dA 
SfcUMOKS. (desm.) . 

CHARRAPOT. C'est la CHAa\GNB. K ce mot. (b.) 

CHARRÉE. Insecte. V. Fhigane, (s.) 

CHARRÉES. Cendres lessivées^ Cb) 

CHARRIER. {^Fauconnene). C'e« ainsi que les faiicon- 
niers appellent un oiseau de Vol qui emporte la proie qu'il 
a saisie, ou qui se laisse emporter liû-ipêine dans la pour-i 
suite de cette proie, (s.) ,1. > - 

CHARTHAN , KART AN et KORTHOJH. C« sont les 
noms arabes du safran bâtard , Carlhantus lUuiorim , lÀaa. ; 
d'où vient le mot de carthoau. (LW) ■ ■ . 

CHARTIS. Ea arabe, c'est l'uu Atsé noms du RuiHO- 

CËKOS. (l>£SM.) 

CHARTOLOGOI, Nogossum et Boromtgossum. Noms que 

les Mongols donnent au ■Canabd a. ailes en faucille, (v.) 

CHARTREUSE. CoquiUe du g#pre des Hélices. (bOi 



dt, Google 



^a C H A 

CHARTREUX. Race de ChiTs dorit le poil est gris 
bleuâtre, (s.) 

CHARTREUX. Nom ynlgaire de l'agariaus Uueophttua 
de Scopoli. V. Champignon cstaTiiEtix. (b.) 
, CHARU. Nmb du inélise , Pmaslarix , L. , chez les 
hordes tartares des borda de rCHiv. (lr.) 

CHARUA. L'uD des noms araoes da Ricra , Bkinus cem- 
munis, L. (LN.) 

CHARYBS.NomlaUa des coquilles dagenreCHARiBDE, 
(bksm .) 

CHAFATHetKESSUTH. Noms arabes delà cuscute , 
Cuscuia epithynuun, (Lia.) ' 

CHAS et CHERRAS. Noms arabes de la Laitue, (lh.) 

CH ASC ANON, Dioscoride. C'est, sans doute, une lam- 
pourde , Xanihium stnimarium , Linn. (LN.) 

CHASCHA. Nom tiux do ch£ne roore, Quercus rohar^ 
Linn. (lnO 

CHAS(:OLYTRE, Chasoolyùvm. Geare de gramin^e» 
établi par Desvaùx pourplacer les Bbizes iaoitc et PRESQUE 
AHISTÉE de Lamarck. Ses caractères soat : balle calicln»^ 
muitiSoFe, à vaJves ovales, mutiques; balle florale à ralve ÎM- 
férieure ovale , en cœur , mucrooée^ oa l^èremeat aristéa , 
à valve supérieHre très-courte, ovale, »ipië. (b.) 

CHASEN. Nom que les Tartares de Jakoit domteu aa 
bouleau. (lN.) 

CHASIM. Nom que les KaimoulLs donaent an PiaSEttur, 
Tarojiaaim vu/gare. (lN.) 

CHASME. Genre établi dans la famille des proléacécs 

Sar Salisbury, et qui r-cnlre daas le léucadenânm de Robert 
irowu. Celui-ci u est i^u'an démembremeflt du genre Pbc^ 
TÉE. F. ce mot. (ln.) , . 

CHASSE. C'est l'art de 'prendre les quadn^èdes et les 
oiseaux. La chasse qui se fait aVec des chiens , s'appelle 
vénerie; celle dans laquelle on emploie les oiseaux de proie , 
se nomme fiMconMHe. Le mot vëHerie ne s'appliqae qu'à la 
chasse des bêtes fauMs, dans laquelle on emploie mi grand 
n««Afe de cbiens. La chasse reçoit encore qaelqnes noms 
difTérens, selon les animaux qu'on veut prendre , les moyens 
do*t rtt) se sert', i'heàre à Jaquefle on cha»se. Ainsi, par rap- 
port atu bécasses, o« va à la passée; si , ayant disposé sur 
un arbre des rameaui couverts de gla , on y attire les 
petits oiseaux par les cris réels ou imitéB d'une chouette , 
c'est la pipée. On chasse les oiseaux en général avec le fusîl ; 
les oiseaux de proie, tes plus grands surtout, peuvent Se 
prendre au piège. On prend aa fièet , i la (;ln, ao lacet , au 
çollçtf les autres pisç^ox. 



dt, Google 



C H A yj 

y. les articles Bécasse, Perbrix, Canard, Pigeon, Fwn- 

CILLE, BRUANT, BOUVEEDIL , ChaRDONNEKET , AlODETTE, 

Ï'auveite, etc., dans lesquels les diverses chasses sont dé- 
crites, (v.) 

CHASSE-BOSSE. Nom vulgaire de la ListXAQtrB. f»! 

CHASSE-CRAPAUD. Nom vulgaire de I'Ekgocle- 

VENT. fV.) 

CHÂSSE-FIENTE. Nom que LevaiUani donne i un 
vautour des Terres australes de l'Aiiiaue. V. Vautodb 

FAIIVE. (S.) 

CHASSELAS. Variété de Raisin. V. Vigne, (b.) . 

CHASSE-MERDE. Dénominatioa aussi impropre ^pK 
dégoAtaote, appliquée au Labbe , oiseau de mer aussi sp- 
pelé Stercoraire (^larus parasiticus) , qui poursuit sans rellcbe 
une petite espèce de moueOe, pour lui faire rejeter le poiuQn 
qu'elle a avalé , et non pour se nourrir de sa fiente , ainsi que 
les navigateurs hollandais , dans les mers du Nord , l'avoient 
imaginé ; d'où ils avaient donné au labbe le nom de slrond- 
' jager, répondant à celui qui (ait le sujet de cet article. fS-) 

CHASSE-PUNAISE. V. au mot Cisucaire. (b.) 

«HASSE-RAGE. V. au mot Passebage. (b.) 

CHASSER. Nom arabe d'une espèce de carmaotine , 
Jfusfkia vin'dà, Fôrsk. (m.) 

CHASSETON. ^!^'est , en Savoie . le nom du Gbaeld 
pDC. (■•.) , 

CHASTEK. Nom tartare da robinier fhitescent, Bobùàa 
fivUsetm. (lu.) 

CHAT-, FàU , Llnn. , Brîss. , Schreb. , Cnv. <ienre de 
mammifères carnassiers digitigrades, ainsi caractérteés : tCtc 
et museau arrondis ; mâchoires courtes ; six incisives sur 
une m@me ligne à l'une et l'autre mâchoire ; deus canines 
très-fortes ; quatre molaires de chaque câté , à tranchant 
lobé, à la mâchoire supérieure, les deux pf'em! ères coniques, 
assez épaisses , la troisième très-grande à trois lobes , la 
dernière tuberculeuse et plus lai^e que Longue ; trois seule- 
ment à l'inférieure , dont les deui premières sont compri- 
mées et simples, et la dernière bicuspide -, cinq doigts auc 
pieds de devant et quatre à ceux de derrière ; ongles ré- 
tracdles, surtout ceux des extrémités antérieures , relevés 
dans le repos et couchés dans les intervalles des doigis; lan- 
gue couverte de papilles cornées qui la rendent très-rude -, 
verge des mâles également munie de papilles ; intestins 
trèa-«oiut8 ;, arcades zygomatiques très-voûtées , etc. 

Tous ces -minuut ont le corps musculeux , les membres 
Irèa-sotiples e* très-robusies. Leurs nombreuses espèces va- 
fieat peu eoire elles par leur organisation ou leurs 'formes 



L:mi,z.d=, Google 



74 C H A 

extérieures , maïs bien par leur taille et ia ^stribmion dei 

couleurs de leur pelage. ' 

Les chats sont les plus vigoureux de tons les mammifères 
carnassiers. Ils sont tellement armés , qu'ils attaquent et 
saisissent leur proie avec la plus grande facilité. 

Les plusgrandes espèces attaquent les buffles, tes rhinocé- 
ros, les éléphans, et fontleur gibier ordinaire des gazelles, des 
chevrotains et autres ruminans paisibles. Les petites 
montent sur les arbres pour surprendre les oiseaux dans 
leurs nids, ou recherchent les moindres espèces de maiu^ 
miCères. Tous ont ane manière de chasser commune , et 
qui consiste à se blottir, soit dans un buisson, soit dans des 
lieuï cachés , et à se jeter subitement Sur leur proie lors- 
qu'elle se trouve à portée. Ils sautent avec une force ex- 
trême , montent sur les arbres avec facilité , mais ne peuvent 
courir aussi bien et aussi long-temps que les chiens. Ils dé- 
daignent la chair corrompue, que ceux-ci recherchent avec 
une sorte d'avidité. Ils sont plutôt nocturnes que diurnes, ce 
qu'indique assez la conformation de leur œU, dont la pu- 
pille se contracte en long pendant le jour, et prend me- 
forme ronde dans l'obscurité , etc. 
-h. Us habitent les deux contînens.Les plus grands sont des coq-. 
trées chaudes,et les plus petits, au contraire, des climats tem- 
pérés. Une d'elles, le lynx, préfère les pays septentrionaux 
ou les hautes montagnes , dont l'air est toujours froid , etc. 

M. Cuvter a subdivisé les différentes espèces de chats d*a-> 
près la distribution des couleurs de leur robe. 

CaAT.CottsidératioRsaa^omtques. — Le genre chat ou/é^û, par 
l'ensemble de son organisation , et surtout par la considéra- 
tion du système nerveux encëphaKque , appartient au troisième 
groupe naturel qu'on peut former parmi les animaux mam- 
mifères (f , ce mot) ; c est-à-dire , que beaucoup plus rappro- 
ché de l'homme que le groupe des rongeurs, il s' en éloigne bien 
davantage que les singes et les makis. Il doit cependant être 
' placé après la petite famille des ours , et à plus forte raison 
après les véritables chéiroptères. 

Les différences qu'il présente avec les autres carnassiers , 
tiennent , comme on le pense bien , aux mœurs et aux habi- 
tudes des animaux qui le composent, et les expliquent d'une 
manière très-satisfaisante. 

Parmi les organes des sens, le plus parfait, chez les chats , 
est évidemment celui de l'ouïe; aussi l'appareil intérieur de. 
culte fonction et surtout la caisse du tympan qui est fort 
itfi'ge, comme double » et à parois extrêmement minces , 



dt, Google 



C H A ,5 

esL-il fon.déreloppë. La conqne auditive, par la brièretë du 
tnéat auditif esterne , par sa grande largeur détenninë*; par 
celle de Touverture du tympan , par le grand nombre de ms 
anfractuosités , dénote également une ouïe fort délicate. 

Les yeui sont aussi remarquables par leur grandeur , leur 
direction antérieure , et un peu oblique de bas en haut, et 
de dedans en dehors, par l'étendue et la sensibililë de l'iris, 
l'abondance des nerfs qu'elle reçoit, enfin par la couleur d'un 
jaune doré du tapis ou du fond de la choroïde ; qualités dont 
la plupart annoncent an organe disposé pour voir dans une 
obscurité presque profonde , et au contraire trop de sensibi- 
lité pour le grand jour. 

L odorat ofCre , ati contraire , beaucoup moins de finesse 
que dans les autres genres de ce groupe- En effet , le nez 
en totalité est fort court; et quoique les comels ioférieura 
soient assez multipliés, cependant l'étendue de la membrane 
sentante ou pituïtaîre est peu considérable. Ajoutes à cela 
que la partie nue qui précède ou entoure l'ouverture des na- 
rines est très- petite , presque sèche en comparaison de ce 
qui a lieu chez les chiens. 

L'organe du ÇoAt parott aussi assez peu délicat ; en effet , 
une grande partie de son siège ou de la langue a ses papilles 
revêtues de petits ongles , c'est-à-dire , de pointes crochues, 
aiguës , coTnées , qui l'ont transformée en une sorte de 
râpe.' 

Quoique le sens du toucher et du tact doive aussi être 
assez obtus , f>n conçoit qu'il reçoit un certain perfectionne-, 
ment de l'existence et du grand développement des mousta- 
ches ou vAnuœqui se trouvent sur la lèvre supérieure, et en 
deux ou trois antres endroits de la face. Ces espèces de poils 
qui sont encore plus importans chez les phoques , ont toute 
ta structure des vériubles poils. ( V. ce mot. ) Le nerf que. 
chacun d'eux reçoit est fort gros ; aussi le trou sous-orbitaire 
par où passe le tronc qui Jes fournit, est-il très-grand. I,es ex- 
périences de Frolîch prouvent évidemment l'importance de 
ces organes , au inoins pour les chats. 

L'ensçmble des organes de la locomotion n'indique pas 
une marche prompte et rapide , puisque le tronc fort allongé 
est porté sur des membres c'ourts , surtout dans l'état de 
flexion où ils sont habituellement Au contraire , tout le 
squelette est évidemment disposé pour exécuter des sautk 
brusques et considérables comme par une sorte de ressort. 

Toutes les pièces dont se compose la colonne vertébrale 
sont en effet articulées et réunies d'une manière fort lâche et 
mobile dans la flexion de haut en bas, et au contraire, d'une 
manière serrée dans celle de côté j par l'enchevêtrement dei 



dt, Google 



j6 C H A 

apophyses articulaires des vertèbres lombaires et dorsales. . 
Le nombre des vertèbres lombaires qui agissent le plus dans 
la flciion du tronc est assez considérable , et elles sont fort . 
allongées ; celles de la poitrine ou dorsales peuvent aussi 
s'arqaer très-aisément, et elles sont aidées dans ce mouve- 
ment par l'étroitesse des cdtes presque carrées , et celle des 
Cièces du slermim. La région cervicale est courte , pour qu« 
1 tête armée de mâchoires faisant souveni l'office de pinces, 
soit plus favorablement placée ; la seconde vertèbre ou axis 
à une apophyse épineuse très -saillante , en forme de fer de 
hache , et les apophyses transverses de l'atlas sont encore 
beaucoup plus fortes. 

La colonne vertébrale se termine en arrière par un grand 
nombre devertèbrescoccygiennes très-mobiles en tous sens , 
formant une longue-queue conique, pourvue de muscles puis- 
sans, qui font de cet organe, sinon un instrument de défense, 
au moins, par ses mouvemcns nombreux, un indice certain 
des passions dont l'animal est agité. 

La tète , considérée en général , est fort courte ; son arti- 
culation avec le tronc, formée par un gynglymetrès-ser^é, se 
fait tout à l'extrémité de son diamètre longitudinal ; elle est 
entourée de crêtes sagittales et occipitales extrêmement sail- 
lantes. 

Toutes les puissances musculaires qui doivent exécuter les 
roouvemens pour lesquels tout le tronc est di^osé , sont , 
par suite , proportionnellement développées ; aussi les 
muscles qui déterminent la flexion du tronc , comme te long 
du cou , le petit psoas, le carré des lombes , etc^, sont-ils 
assez forts, quoique beaucoup moins que les extenseurs de 
la cfdonue vertébrale. En eft'ei, le long dorsal, le mulli- 
fidus, les muscles postérieurs du cou qui suppléent à la peti- 
tesse du ligament cervical , et spécialement les complexus ^ 
sont extrêmement épais-, l'oblique inférieur de la tête est 
réellement énorme , et en général tous les muscles qni s'at- 
tachent à la crête occipitale et qoi soutiennent la tête de. 
l'animal quand il emporte sa proie , sont très-forts. C'est 
ce qui rend le cou de ces animaux si gros et si rond. 

Les membres, en général, sont fort courts , susceptibles 
de flexions très-grandes , et remarquable s par la facilité avec 
laquelle ils peuvent se débander subitement, et par consé— 
^ent projeter le tronc de l'animal avec les armés dont les 
pieds antérieurs et la gueule sont armés , sur la proie. 

Les antérieurs , beaucoup plus courts que les postérieurs » 
comme cela a presque toujours lieu chez les animaux nam- 
mifères, sont composés d'une large omoplate, avec une fosse- 
sus~épiiteuse assez grande , sans presque aucune trace d'apOi: 



dt, Google 



C H A „ 

physe coracoïde : il n^ a pas de ciavicDle proprement dite ; 
on trouve seulement à sa place un petit os arqu^ , suspendu 
dans les chairs et dans ses rapports' ordinaires. L'humérus, 
en général court et assez fort , est terminé inférieure ment 
par une surface articulaire , ne formant qu'une seule conre 
assez profondeîcomprise entre deuK émineoces; la première, 
analogue du condyle en dehors ; la seconde, de l'éminence 
interne de la trochlée en dedans. Il y a, en outre, constam- 
ment à la tubéroslté interne un trou oblique pour le passage 
d'un ner£ Les os de l'avant-hras , bien distincts et bien com- 
plets, indiquent cependant, par leur disposition articulaire, 
moins de mobilité que dans Tours; ainsi, la tête supérieure 
du radius est beaucoup plus lai^e que dans celui-ci ; la sail- 
lie marginale antérieure esta peu prèsde même forme; lecu- 
bitus, porté plus en arriére, n'occnpe plus que le tiers in- 
terne de ta totalité de la surface articulaire de l'himiénis. Sa 
tubéroslté si^érieure ou olécrioe est fort langue. 

Les os du caq>e n'offrent rieu de bien diOerent de ce' qu'ils 
sont dansle groupe en général; le pisiforme est cependant 
si gros , qu'il forme un petit talon. Ceux du métacarpe sont 
au nombre de cinq ; celui qui porte le pouce est trës-couii ; 
les qnatre autres sont assez longs proportionnellement arec 
les doigts , qui paroissent encore plus courta qu'ils ne lont ' 
réellement , à cavse de la dispositioa singulière des phalan- 
ges onguéales- 

C'est.ict un des caractères les plvs remarqwAlea de t« 
genre d'animaux. Leur habitude étant de se jeter brusque- 
ment sur Icnr proie , et de la retenir au. moyen d'ongles fort 
aîgoâ, faisant l'office de crochets, il étoit essentiel que ces 
oncles ne pussent user la pointe acérée qui le* termine , et 
qu'en même temps ils fussent solidement et jirofoadément 
implanlés, afin que les efforts de la proie qui se débat ne 
pussent les arracher. Il falloit, en même temps, qaelagriCfepât 
s'étendre le plus possible , alin de mieux saisir et de retenir. 
* Pour obtenir le premier point , c'est-à-dire , afin d'em- 
pécber qu'ils s'osassent par U pointe, et qu'ils fissent l'ofBce 
de grappin , il Ealloit qu'us ne servissent que dans le moment 
où l'animal se jette sur sa proie , et que dans U marche ils 
pussent être relevés et conservés dans une sorte de gatne ou 
d'étnL Pour cela , ils ont été disposés de manière que dans 
l'état de repos ils ae sont pas k l'eitrëmité des dernières pha- 
langes, comme dans tous les autres animaux, mais presque 
à coté , ce qui , comme nous l'avons dit plus haut, rend la 

Eatte de ces animaux fort courte. A-ussi les dernières pha— 
inges sont-elles comme tordues, ou mieux, fortement ex- 
caréfts Jt leur côté interne ; «t la hxiiMèmc phalange ou v»-^ 



i;, Google 



78 . C H A 

guéale dans l'état de repos , se renverse de manière ^ ce que 
son dos ou la partie la plus convexe se loge dans cette ex- 
cavation , et qu'alors la pointe est en l'air. Cette phalange 
onguéale, du reste, a là forme de l'ongleiLeaucoUp plus haute 
quelat^e, elle est arquée, très-comprimée, pointue; ài sa base, 
' et dans presque toute sa circonférence elle offre une sorte 
de lame séparée du corps de la phalange par une rai- 
nure profopde , dans laquelle la racine de Tongle est soli- 
dement implantée. D'après cette disposition, il est évident 
que l'ongle ne peut toucher à terre ; et en effel l'animal 
appuie sur une grosse pelote dont il sera parlé plus bas, 
qui occupe le milieu de la patte, et sur d'autres pfus petites 
qui correspondent à l'articulation des dernières phalanges. 
Dans l'état d'activité , il n'en est pas ain.« ; la phalange on- 
guéalp, et par conséquent l'ongle qu'elleporie, est fortement 
abaissée par les muscles fléchisseurs, des doigts , et pénètre 
plus ou moins profondément dans la proie : mais pour revenir 
à son état de repos , il n'est pas besoin d'efforts musculaires ; 
la nature a employé ici une disposition qui se retrouve dans 
plusieurs parties de l'économie des animaux vertébrés, c'est- 
à-dire , qii'elle a eu recours à l'emploi du ligament jaune ou 
élastique. En effet, outre les ligamens ordinaires des deux der- 
nières phalanges, qui existent à peu près comme dans les 
autres animaux mammifères , on trouve plusieurs ligamens 
élastiques, l'un en dehors, l'autre en dedans, et un troi- 
sième au-dessus, qui se portent de la tête antérieure de la 
première phalange à la racine de la troisième , et qui taillés 

Iiour ainsi dire , dans l'état de repos , ou , quand la pha- 
ange onguéale est retournée en haut, deviennent trop courts, 
quand les fléchisseurs l'abaissent, et sont par conséquent ti- 
raillés ; aussi, ^ peine l'actionde ceux-ci est-elle finie, que par 
leur élasticité, tendantàreveniràleurpremîer état , ilsentral- 
ncntavec euila phalange onguéale, et par conséquent l'ongle 
qu'elle porte dans sa première situation. Cet ongle , outrp 
celte disposition vers le ciel, est encore enveloppé dans une 
sorte de gatne ou d'étui, formé par la pç.au, de manière à 
être à l'airi du contact de tout corps extérieur ; c'est de tout 
cet appareil que l'on entend parler , quand , en zoologie , on 
dit des ongles rétractiles. 

Tous les mnsdcs des membres antérieurs sont en rapport , 
comme on le pense bien , avec la disposition du squelette. 
Ainsi , en thèse générale , les muscles de l'épaule , les ab- 
ducteurs surtout, sont très-peu développés. Dans les muscles 
du bras , les extenseurs sont très-puissans ; dans ceux de 
l'avant-hras, les fléchisseurs du carpe sont très-forts , et sur- 
tout le cubital antérieur, parce que ce sont eux qui appliquent 

.,,1 , Google 



C H A jr^ 

la ^tte. Les fléchîssears des doigts sont dans le même ca&, 
mais ils sont peu séparés et distincts entre enx , devant agir 
dans le même but, et tous à la fois ; les interossei^s sont re- 
marquables par leur grande épaisseur; et, en effet, celant 
eux qui , écartant les doigts, dont les ligamens transversaux 
sont peu serrés , élargissent la surface de la griffe. 

Une autre faculté dont jouissent les animaux de ce genre , 
est de marcher sans faire presque aucun brait; cela estencore 
explicable par l'organisation : d'abord les ongles, comme 
nous l'avons va , ne touchent pas à terre , et ensuite tonte la 
main , comme le pied, est, pour ainsi dire , matelassée par 
des pelotes fort molles , élastiques, composées à l'intérieur 
d'une grande quantité de fibres tendineuses , formant des 
aréoles remplies de graisse. La plus considérable occupe U 
paume de la main , et il y en a , en outre , quatre autres ré- 
pondant à l'articulation des deux dernièret phalanges enir* 
elles. 

Les membres postérieurs, toujnurs fléchis à* angle aigu, 
sont encore beaucoup plus susceptibles d'être déployés su- 
bitement que cetu de devant, qui ont surtout été modifié* ~ 
pour être des organes d'accrocbement et de rétention. En 
efiet, la cuisse, assez longue, articulée avec un bassin fort 
étroit, allongé, est jointe à une jambe assez élevée , compo- 
sée de deux 04 bien complets.Les os du métatarse sont surtout 
assczlongs, au nombre de quatre seulement, du moins à l'eilé- 
rîenr , très-serrés entre eus , de manière à imiter , quand il* 
sont recouverts par la peau, une sorte de canon; les doigt« 
qui les terminent sont encore très - courts ; ils offrent à peu 
près la même disposition qu'aux membres antérieurs , mais ji 
un degré bien moindre ; aussi les ongles s'usent-ils un peu. 

La proportion des différens muscles de ces membres dé-- 
note aussi quel est leur principal usage ; ainsi les muscles flé- 
chisseurs et surtout extenseurs sont très - prononcés , ce qui 
rend la cuisse plate, large, collée contre le tronc; les gastroc- 
nemiens sont très-forts, remontent fort haut à la cuisse, 
et se terminent à un calcanéum très-saillant. 

C'est dam la disposition à laflexîon des membres, et surtout 
des postérieurs, ainsi que dans l'existence despetotes qui sont 
sous les pattes , que se trouve encore l'explication du ^it ob- 
servé,que les chats peuvent tomberde fort haut sans se blesser. 
C'est, au contraire, la disposition de leurs ongles, qui 
leur permet aisément de grimper, mais non de descendre, 
on au moins les force de descendre en arrière, c'est-à-dire, 
en s'accro chant. 

Les organes de U digestion offrent toutes les conditions 
les plus favorables {tour une nourriture entièrement aoimaU 
et vivante. 



dt, Google 



8o C H A 

L'emembte des mftcboires, oumîeos de l'appareil mastica- 
teur,est court, mais- il est excessiveHient fort; aiasî l' étend ae 
des crêtes occipitale et sagittale, la largeur et la profondeur de 
tarfosse temporale, la grande saillie en dehors et en haut de 
l'arcade zygomatique, indiquent de puîssans élévateurs de la 
mâchoire înférienre; ce qui est encore confirmé par la grande 
élévation de l'apophyse coronoïde, par la largeur de toute 
la branche montante de cet os, et par la profondeur de la 
fosse d'insertion du masseter. 

Par la disposition des dents, on voit qne l'animal n'est pas 
fait pour ronger de la chair, ni m£me pour la mâcher; en 
effet, les dents incisives sont très-petites, sur nne même 
ligne terminale , et presqne entièrement cachées 'par le grand 
développement des canines, qui sont de véritables crocheta, 
dans leur forme et dans leur usage ; les molaires ne méritent 
guère ce nom, car elles sont comprimées, tranchantes et 
dentelées conmie une scie; au lieu de se toucher par leur 
sommet ou couronne, elles se correspondent par leur face, 
à ta manière des lames de ciseaus; ce qui provient de ce 
que, la mâchoire inférieure, beaucoup {rfns étroite qne la 
supérieure, place les dents, dont elle est armée, en dedans 
de celles de la supérieure ; aussi les mouvemens d'abaisse- 
ment et d'élévation sont presque les seuls permis , ce qui dé- 
pend de la disposition du condyle de la mâchoire, inférieure, 
qtù est entièrement transversal, et jone dans une rainure ou 
sillon horizontal de l'os temporal. 

La petitesse des glandes salivaires explique la grande soif 
dont 'ces atiimaui sont presque toujours tourmentés. 

XjC reste de l'appareil digestif esl parfaitement en rapport 
avec ce que noua venons de voir dans les organes de la mas- 
tication; auasi, la brièveté proportionnelle, l'étroitesse du 
canal intestinal sont-ils remuqoabtes; ce qui doBUe au ventre 
de ces animaux une maigreur presque codktaote et une ar- 
qHre en sens inverse de ce qui a lieu chezles herbivores, par 
exemple. 

L'estomac , en général peu développé , asses court , 
n'offre qu'un très-^tit cul-dê-sac splémque^ il n'a presque 
ancun repli à l'intérieur : le pylore est peu épais ; l'insertion 
des canaux hépatiques se fait très-prés de l'orifice gauche 
de l'e^omac : l'intestin est surtout extrêmement grêle et 
court , au point qu'il seroit quelquefois assez difficile de dis- 
tinguer l'intestin grêiedugros, s'il n'y avoît un rudiment de 
caecum fort petit qui les sépare. De chaque côté de l'anus est 
une glande ou on amas de cryptes muqueui qui sécrètent une 
sorte de matière sébacée fort odorante; ce qui donne aux; ex .- 



dt, Google 



G H A: Si 

'eriftacBi <le «ta uArnittgvmc odeur st pénétrante; qu'ils sont 
obligés de leE enfouir, très -probable ment pour ne pxs Être 
aperçus des anîmaux qui doirent leur; servir de proie. 

Comme La rie est, ra général, fort xctire dans ces ani— 
niaox, la respiration eat b-ës-nécessaire , et ils s'asphyxient 
aisément : la circulation est très-rapide; aiusi le cœur est- 
il proporlionneUement très-gros, et les artères ont-«lles des 
parois fort épaisses. 

L'^pareîl de la dépuration nrinaire paroît d'une grande 
importance chez ces animaux , probablement k cause de leat 
nourriture {luremeot. animale; mais du reste il n'oflce rïen da 
bien remarquable i les reios sont grands, la vessie médiocre ; 
leur urine se putréfie aisément, ei répand une odeur infecte 
^ui les porte aussi à uriner en caichette et à la recouvrir. 

Les organes de ta génération ne pri^scnleot aucune autre par- 
ticBlarUé bien notable, que celle qui rend raison des cris que 
la femelle de plusieurs espèces jette pendant l'accouplement i 
et qui dénotent une grande douleur ; il parolt que cela tient 
à des e^èces d'épines ou de crochets dont le gland de l'or^ 
gane mile est armé ; du reste , la verge congpnt un os, quoi- 
que beaucoup plus petit que dans Tours et le chien. Les tes-" 
ticules assez petits , sont toujours extérieurs ; il n'y a point 
de vésicules séminales; ce qoi e^Ûque peut-être la longaettf. 
de l'acceupleHient. 

Le système nerveux oU d'incitation se trouve, comme OD 
le pense bien, développé dans ses différentes parties , pro- 
portionnellement à l'organe que chacune d'elles doit animer. 
On remarque que le repli de la dure-mère qui sépare le 
cerveau du cervelet , est attaché !i une lame osseuse très-: 
saillante à l'intérieur du crâne. 

Qnant à la partie de l'encéphale qui> dans le système de 
iU. Gall, doit exciter ou dé termine ri 'action et l'emploi de la 
poissance exécutrice, et qui est ici nommée organe dumeurtrâ» 
OU penchant  détruire ou à se nourrir de chair,M. Gall en met 
le.signe extérieur sur les côtés de lalête , immédiatement au- 
dessus des oreilles ou de laracine de l'os zygomatique ; ce qui 
cOrrespood à la partie latérale du lobfe moyen du cerveau; et 
n effet, le crâne offre en cet endroit, dans ce genre, un 
.élargissement ^rés-marqué ; mais je n'ai pu remar^qi^er pW 
de saillie dam le tigre que dans le chat, (bv.) . ^ 

S \.** Grands Chais fiaiffès et sans Uuiteé. ' ' '' '^ 
frenv&^E^ictt -" Le LlON., FeUs leo, Linn. , En:!.,, Ca.^ 
ner,«tc. BufEbn, tom.8, pi. i.et;a. etpl.G.q.de.ceU^eÇ 
Grand ç}\ç^£mwe à ^ueue flocotatruse c^ bout, â cou du màU {duîte 
garni à'ime épaisse crinière. Cuv. ■ ., :• i: 

■ --<'Saas4é«-pays-cJ;iauds, dit l'élogmat Baf f o n , Us an imaim 



TI. 



Ciooglc 



8, C H A 

terrestres sont plus grattdï et plus forts <}tte iitts l«8 payt' froids 
ou tempérés ; ils sont aossi pliu bardis, pins féroces ; toutes 
leprs qualités semblent tenir de l'ardenr da climat. Le lion, 
flé sons le soleil brûlam de l'Afrique on des Indes , est le plus 
fort, le pins fier, le plnsiemlile de tous. Nos loups, nos autres 
animaux carnassiers , loyi d'être ses rivaux , seroieot à peine 
dignes d'être ses pourvoyeurs. Les lions d'Amériqne' ( cau- 
guan ), s'ils méritent ce nom, sont, comme le climat, infini'^ 
ment plus doux que ceux de l'Afrique; et ce qui prouv'e évi' 
demment que l'excès de leur férocité vient de l'excès de la 
chaleur, c'est que, dans le même pays, ceux qui habitent les 
hautes montagnes, oili l'air est plus tempéré , sont d'oii natu- 
rel dîffêrent de ceux qui demeurent dans les plaines où la ch;i- 
leur est extrême. Les liuns du mont Atlas, dont la cime est 

S|uelqnetbU couverte de neige, n'ont ni la hardiesse ni la 
érocité des lions duBiledulgeridoudu Zaara, dont les plai- 
nes sont conrertes de sables brûlaos- C'est surtout dans ces 
désertsardensquC se trouvent ces lions terribles, qui sont l'ef- 
froi des voyageurs et le fléau des prorinces voisines : heureo— 
semenl l'espécdVu'en est pfls très-nombreuse ; il parolt même 
qtj'elle dîmmue tous les jours ; car , de l'aveu de ceux qui ont 
t>artonru cette partie de l'Afrique , il ne s'y trouve pas ac— 
taellemeot atrtantde lions qu'il y en avoit autrefois. Les Ro- 
mains , dit M. Sbaw , tiroient de la Libye , pour l'usage des 
spectacles , 'cinquante fois plus de lions qu'on ne pourroit y 
en trouver aujourd'hui. On a remarqué de même qu'en Tur- 
quie (t), en Perse et dans l'Inde, les liODs sont maintenant 
hbaUcoupmolns communs qu'ils ne l'étOient anciennement-, et 
comme ce puissant et courageux animal fait sa proie de tous 
les autres animaux , et n'est lui-même la pntie' d'aucun , on 
ne peut attribuer la diminution de quantitédans son espèce , 
ipi à l'augmcolation dans celle' de l'horanie ; car il faut avouer 
^ué la force de ce roi des animata ne tient pas contre l'a- 
dre^e d'un Hottcntot ou d'un Nègre , qui souvent ose l'alta- 
iquer tête à tête avec des armes assez légères. Le lien n'ayant 
'd'aulf e ènnfcmi que l'homme , et son espèce se trouvant au- 
jourd'hui réduite à la cînquatitième , ou , à l'on veut, à la 
dixième partie de Ce qu'clle^ étoït autrefois , il en résulte que 
Pespécè humaine , au lieu d'avoir souffert nne diminution 
considérable depuis- le temps desfiontàiiis (comme bien des 
gens le prétendent) .,.s'cst. au cooVaire aij|gmentée , étendue 
éteins nombreusement répandue , même dans des contrées 
tomme la Lyble , où la puissance d^ l'homme |parott avoir 
^^Cjùnib grande dans ce ternes i qui étolï à peu poésie- siècle 
de Caiiihage ; qu'elle ne l'est àms le siècle présent de "Tmiis 
eid'AJger, » 

•" ••< î^- < I I - - . ' — t— -i- ■ • . 

(i) AclHelIemeDl ÎL u'en iiiste plu» du tuut eu Tiirquie. 

..,1 .CcKV^Ic 



C H A M 

nous iKtisoilS GepCndant avec LacJpèJe « ^'îl ne faut 
|ia; croire qu^ Taccroisgement de la population ^e rhomme 
goit la seule cansç de )a dimiaution du nombre des lions. On 
entrouvemaintenantbeaucoup moins qu'on n'en rencontroit, 
il y a une vingtaine de siècles , dans l'Asie méridionale , dans 
les montagnes de l'Atlas , dans les bois voisins du grand dé- 
sert de Zaara , et dans les dïEférens pays plu§ ou moins rap-i 
procbés du nord de l'Afrique. £t cependant tout le monde 
sait que ces contrées asiatiques et africaines éloient bien plus 
peuplées, il y-a deux ou trois mille ans, et lorsqu'elles étoient 
Habitées par des nations que leurs richesses , leur induslrio 
et leur puissance ont rendues célèbres , qu'aujourd'hoi oit 
elles ne nourrissent que des peuples afToiblis, pauvres, igno- 
rans, et k demi-barbares. On doit suppo&erque leclimat^ 
éprouvé, dans ces portions de l'Afrique et de l'Asie, descban-' 
gemens funestes à l'espèce du lion. Des bois péris de vétoslâ 
et non renouvelés par la nature, les terres des banteurs en- 
traînées dans les plaines, les montagnes abaissées, les pluies 
devenues meîna abondantes, les sources taries , la stérilité 
augmentée , ont dinùnoé les asiles du lïon et les troupeau» 
d'animaux asiatiques ou afHcains dont il se nourrit. £t d'aile 
leurs l'invention des armes à feu a centuplé la puissance de 
l'homme , son ennemi le plus dangereux. » ( Ldcép. Miaag, 
et Muséum , deuxâéne livraison. ) 

«L'industrie de l'homme augmente, continue Buffon, 
avec le nombre ; celle des animaus reste toujours la même ; 
toutes les espèces nuisibles, comme celle du lion, parois- 
sent être reléguées et réduites à un petit nombre, non-seu- 
lement parce que L'homme est partout devenu plusnom- 
breus, mais aussi parce qu'il est devenu plus baMe et qu'it 
a su fabriquer des armes terribles ausquclles rien ne peut , 
résister. Heureux, s'il n'eût jamais- combiné le fer et le feu 
que pour la destruction des lions ou des tigres ! Cette supé- 
riorité de nombre et d'industrie dans l'homme, qui brise U 
force du lion, en en ery* aussi le courage : cette qualité^ 
quoique naturelle, s'exalte ou se tempère dans l'amimal, 
suivant l'usage heureux ou malheureux qu'iifaitde aaforcet 
Bans les vastes déserts deZaara, dans ceux qui semblant se- 

Earer deux races d'hommes très^ffé^entes , les Nèsres et 
!3 Maures, entre le Sénégal et les extrémités' de la Mann-- 
taal-e , dans les terres habitées qui sont au-dessus da pay.s deï 
liotteotots, et, en général, diûis toutes les partibs-méri^io-^ 
nales de l'Afrique et del'Asie, oùl'bonime a dédeigaé d^a^ 
faiter, les lions sont encore en plus grand' nombrC'V ôt sont 
têts que la nature les 'a produits. Accoutumés à mesurer 1 en rs 
forces avec tous les animaux qu'ils rencontrent , l'babituda 



i:, Google 



8; , C H A 

lie vaincre les rend intrépiSes et terribles ; 'at eôniloîssiltot 
pas la puissance de l'homme, ils n'en ont Dulle crainte t 
n'ayant pas éprouvé La force de ses armes, ils semblent lea 
braver; les blessures les irritent , mais sans les effrayer ; ils 
ne sont pas même déconcertés à l'aspect du grand nombre ; 
un seul de ces lions du désert attaque souvent une caravane 
entière ; et lorsqu'après on combat opiniâtre et violent , il se 
sent affaibli , au lieu de fiiir il continue de se battre en re- 
traite , en faisant toajoars face et sans jamais tourner le dos. 
Les lions , au contraire , ijoi habitent aux environs des villes 
et des boAreades de l'Inde et de la Barbarie , ayant connu 
l'homme et la force de ses armes , ont perdu leur courage au 
point d'obéir à sa voix menaçante , de n'oser l'attaquer , de 
ne se fcter que sur le mena bétail ; et de s'enfuir en se laissant 
poursuivre par des femmes ou par des enfans qui leur font, à 
conps de bâton, quitter prise et lâcher indignement leurproie. 
« Ce changement, cet adoucissement dans le naturel du 
lion , indique assez qu'il est susceptible des impressions qu'on 
lui donne , et qu'il doit avoir assez de docilité pour s'appri— 
Toiser jusqu'à un certain point et pour recevoir une espèce 
d'éducation ; aussi l'histoire nous parle de lions attelés k de» 
chars , de lions conduits à la guerre ou menés i la chasse , et 
qui, 6dèles k leur maître, ne déployoient leur force et leur 
courage que contre ses ennemis. Ce qu'il ^ a de irès-sâr, c'est 
que le lion , pris jeune et élevé parmi les animaux domes- 
tiques , s'accouttune aisément k vivre et même k jouer Inno- 
cemment avec eux, et qu'il est doux pour ses maîtres et même 
caressant , surtout dans le premier âge , et que si sa férocité 
naturelle reparott quelquefois, il la tourne rarement contre 
ceux qui lui ont fait du bien. Comme ses monvemens sont 
très-impétueux et ses appétits fort véhémeos , on ne doit pa> 
présumer que les impressions de l'édncation puissent iou~. 
jours les balancer ; aussi y anroit'il qaelque danger à lui lais- 
ser souiTrir trop long-temps la faim , ou £ le contrarier en le 
tourmentant hors de propos ; non-seulement il s'irrite des 
mauvais traitemen s , mais il en garde le. souvenir et parolt en 
méditer la vengeance , comme il conserve' aussi la mémoire 
et la reconnoissahce des bienfaits : on pourrolt dire aussi que 
le lion n'est pas cmel , puisqu'il ne l'est que par nécessité ; 
qu'il ne détruit qu'autant qu'il conaomiBe> , et que dès qu'il 
«st repu ,.ïl est en pleine paix; tandis que le loup et tant d'au- 
tres animaux, tels que le renard, la fouine, le putois , le fo- 
ret , etc., donnent la mort pour le seul plaisir de la donner, 
et qtiev dans leurs massacres nombreux, ils semblent plutôt 
rouloir assouvir leur rage que leur faim. 
" •'.L'extérieur du lionne dément point ses grandes qualités 



dt, Google 



C H A 85 

ÎDt^rîeares -, it a la figure imposante , te regard assnr^ , la àé- 
marche fière, la voii terrible ; sa taille n'esl pas eict^ssive 
conmK celle de rëiëphani ou du rhinocéros ; elle n'est oi 
lourde comme celle de l'bippopotame ou duhoBiif, ni trop 
ramassée comme celle de l'hyène et de l'ours/ni trop allon- 
gée, ni trop déformée par des inégatllés, comme celle du 
chameau ; mats elle est , au contraire , si bien prise et si bien 

Eroportionnée , que le coq)s du lion paroh être le modèle de 
1 force jointe à l'agilité; aussi solide que nerrcux, n'étant 
chargé ni de chair ni de graiïse, et ne contenant rien de sur- 
abondant , il est tout nerf A muscle. Celte grande force mus- 
culaire se marque au-dehora par les sauts et les' bonds pro- 
digieux que le lion- fait aisément, par le mouvement brusque 
de sa queue , qui est assez fort pour terrasser un homme , par 
la facilité avec laqueUe il fait mouvoir la peau de sa face et 
surtout celle de son front , ce tpii ajoute beaucoup à sa phy- 
sionomie on plntdt à l'expression de la fureur, et enfin par 
la faculté qu'il a de remuer sa crinière , laquelle , non-seu- 
lement se hérisse, mais se meut et s'agite eu tous sens lors-* 
^'il est en colère. ■ 

Les lions de la plus' grande taille ont environ huit ou neuf 
pieds de longueur depuis le mufle jusqu'à l'origine de la 
queue, qui eSt elle-niSme longue d'environ quatre pieds ; ces 
grands lions ont quatre pieds de hauteur environ. Les lions de 
petite taillé ont à peu près cinq pieds cl demi de longueur sur 
trois pieds de hauteur, et la queue longue d'un peu moins de 
trois pieds. La lionne est, dans toutes les dimensions, d'en- 
viron un quart plus petite que le lion. 

La couleur du li&n est toujours fauve en dessus , et blan-^ 
châtre sur les c6lés et sous le ventre ; cepeiftant JiËlien et 
Oppien ont dit qu'en Ethiopie , les lions étoient noirs comme 
les hommes; qu il y en avolt aux Indes de tout blancs, et 
d'autres rayés ou marqués de différentes couleurs rouges , 
noires et bleues ; mais cela n'est confirmé par aucun témoi- 
gnage qu'on puisse regarder comme authentique. La crinière 
an lion est formée par un long poil qui couvre toutes les par- 
ties antérieures de son corps , et qui devient toujours plus 
long à mesure que l'animal avance en âge. La liouoe- n'a pas 
ces poils , quelque vieille qu'elle soit (i). 

Buflon a peint le lion avec cette chaleur de style qui carac- 
térise ses immortels écrits. Lacépède , son digne continua- 
teur, a tracé, avec non moins de force et de vérité, le por- 
trait de la lionne. •< Le lion , dit-il , a , dans sa physionomie^ 

(i) Il pnroit certain qu'il eiUte daoi la Perse méridionale . une 

caf<^ de Uaa suv criniËrç , dont ArUtole a^oit recounu l'etiitencBi 



dt, Google 



86 CHA 

un mélange de noblesse, de gravité et d'audace, qui décèïe, 
pour ainsi dire , la supériorité de ses armes et l'énergie de ses 
musciea- La lionne a la grâce et la légèreté ;'sa tête n'est point 
ornée de ces poils longs et touffus quî entoureat la face da 
lion et se répandent sur son cou en flocons ondulés ; elle a 
moins de parure ', mais, douée des attributs distinctifs de son 
sexe , elle montre plus d'agrément dans ses attitudes , plus de 
souplesse dans ses onouveiuens. Plus petite que le lion , elle a 
peut-être moins de force ; mais elle compense , par sa vitesse , 
ce qui manque à sa masse. Connue le lion , elle ne toocbe la 
terre que par l'extrémité de ses dfigts ; ses jambts , élastiques 
et agiles, paroîssent, en quelque sorte, quatre ressorts tou- 
jours prêts à se débander pour la repousser loin du sol, et la 
tancer à de grandes distances ; elle saute , bondit , s'étaDce 
comme le mâle , franchit comme lu! des espaces de douze ou 
quinze pieds i sa viracité est même plus grande , sa sensibilité 
plus ardente, son désir plus sébémenl, son repogplus court, 
son départ plus brusque , son élan plus impétneus. Elle offre 
-aussi cette couleui' uniforme et sa/as tache, dont la nuance 
rousse ou fauve snfBroit pour faire reconnaître le lîoB au mi- 
lieu des autres carnassiers , et pour le' séparer même du cou- 
guar, ou prétendu lion d'Amérique u. 
: M- Lacépède termine son article de la lionne par l'his- 
toire de celle qui a produit à la ménagerie do Muséum 
d'Histoire naturelle de Paris, et dont voici l'extrait : Elle 
n'avoit que diï-buit mois lorsqii'elle fut prise dans uo piège 
k bascule , avec son mâle , qui était du même âge qu'elle , 
et qui vraisemblablement étoit de ia même portée. Ce 
. rapport et l'habitude d'être ensemble d^s ^e commente— 
ment de leurVie, n'ont pas pea contribué sans doute i 
l'afTcclion qu'ils éprouvoient l'un pour l'autre. C'est dans 
un bois voisin de Constaotioe, près de la càte septentrionale 
d'Afrique , que commença la. captivité de ces deux- lions. Un 
an après, Félix Cassai, I'uq des gardien» de la. ménagerie du 
'Muséum de Paris, qui, à cette époque, voyageait en Bar- 
barie par ordre du gouvernement, pour y- acneler des ani- 
maux rares et intéressans , parvint à les acquérir pour le Mu- 
séum , et, avant peu de mois , il les conduisit à Paris. 

On savoit depuis long-temps, par Gesner, qu'il étoit né 
des lions dans la ménagerie de Florence; WiJJughby avoit 
écrit qu'une lionfle , r«9ifermée àNaplesaveçuQ lion, avoit 
produit des petits ; d'autres lionceaux éloient nés en Angle- 
terfe-, on espéra de voir les deux lions, amenés d'Afrique, 
s'accoupler et produire. Cette espérance ne fut pas vaine. 

Lorsque la lionne eut six ans, elle entra en chaleur. Les 
.signes de cet état furent les mêmes que ceux de la chaleur de 



dt, Google 



CH A 87 

la chatte , dont l'espèce est U ieule , parmi lu aaûaniik âe ce 
genre , qu'on ait pu , jusqu'à prirent , bien observer et liiett 
coDDottre ; le mâle la couvrît ; l'accoupU^eat eut lien de la 
même manière que parmi les chats j et, comme 1«b ébatte*, 
la fenaelle jeta de grands cris. 

La lionne devint pleine ; mais an boiit de deux mois elle 
avorta et mit bas deux fœtus qui n'^voieBlpas de poil. 

Vingt et on jours aprésaonavortemeut, eUereriDl encha- 
lem', et, dans le paênie jour, reçut cinq fois le mâle. Son 
ventre devint assez ^os pour qu'on pût bcilentest s'aper- 
cevoir qu'elle étoit pleine ', et, au boutde cent huit jours, 
dès sept heiu'es du matin, ses douleurs cqnuuencèTenti £lle 
alloitet venoit d'une loge à une autre, «d te plaignant et en 
fjépaudant par la vulve une liqueur blanche et claire. A cinq 
heures du &oir, ten)|(3 ardinaire de son repas, on loi présenta 
des- alÎHiens qu'elle s'efforgoit en vain de manger ; k ehalque 
instant ses douleurs l'obJigeoient à les délaisser. Son gaccQen, 
Télix Cassai, entra dans sa loge et lai £t avaler de llmile 
d'olive. Enfin , à dix heures, elle mit ha^ un, petit lion mâle 
et vivant. £Ue le laissa enveloppé, penAant dix mi nattes , 
dans ses menibranes, qu'elle ouvrit ensuite, et qu'elle déyora 
avec le placenta- Un second lionceau naqnit k dix faenrei et 
demie , et un troisijème k onze henres un quart. 

L un de ces trois jeunes lions a^oit^.cinq ,jours apris sa 
naissance , environ un plçd depui^^tg «levant du froai. jusqu'à 
l'origine de la queue.; quatrepoq^fsdgptiieléboutduBiaseaa 

i'usqu'à l'occiput; deux, pouces ohm lignes d'une oreille k 
'autre ; quatre ppiices cinq ligues dc^puis le coude jiiequ'.ao 
bout des doigts dîes paUes de devant; troispouces cii«q Tl^wb 
depuis la rotule jusqu'au ulon ; trois pouces deux lignes de- 
pois le talon jusqu'au bo^t des doigts 4e la pa(^ de derrière; 
cinq pouces dix lignes depuis l'origioe de la quene Jiisqu'i 
l'extrémité de cefte partie. Iiorsque ces lionceaux sont venus 
ila lumière^ ib n'avoientpas de crinière. £t, en «Cet, nous 
{Savons maintenant qu'elle ne commence à parottre sur le cou 
- Ht .autour de la face des mâles , que lorsqu'ils ont trois mis 
Ofi trois ans et.denù , et.qu'eik ne croit qu'avec l'âge de l'a- 
mmal. Mais d'ailleursies trois jeunes lions n'avaient pas, an 
Jj'aut de la queue , ce flocon qui appartient à la lionne aussi 
bien qu'au Uon- Leur poil étoit laineia et n'oSroit pas encore 
la couleur de leur père; il présentoit, sur un fond mêlé de 
gris et de roux, un grand nombre de bandes petites -et brunes, 
qui étoient surtout très- distinctes sur l'épine dorsale et vers 
l'origjine de laqoeue , et qui étoient disposées transversalement 
et de chaque côte d'une raie longitudinale brune et éteiKlue 
depuis le derrière de U tâte jusqu'au bout de la queue. 



dt, Google 



88 ~ C H A 

Les UoBceanx ont donc nue IWrie, ou des conteurs qsï 
leur sont particulière^,- et il est possible que cette àisposition 
Ûe 'ledrs ouauces, -qui forme des bandes et une raie, et quî** 
.Hionire leur parenté avee plusieurs autres chats fascés et 
rayés, observée par d.es voyageurs sur de jeunes individus, 
etaltribuëe ensuite à des individus adultes, ait contribué à 
faire croire îi quelques anciens observateurs, et à faire écrire 
à j^ien, ainsi qu'à Oppien, qu'il y avoit dans l'Inde une 
iscede lions rayés. A mesure qa.c les lionceaux grandissent, 
4ts nuances de leurs couleurs resseniblent à celles des Uons 
Cultes ; leurs bandes et leur raie disparoissent , et les pro— 

Îortiona de leurs diilfërentes partiesse rapprochent de celles de 
:urpère ou de leur mère. A l'âge de neuf mois, les jeunes 
-mâles, nés dans la ménagerie, avoîent encore laraie loiigiili^ 
. dinale et les bandes transversales sur le dOS' ' 

C'est en novembre t8oi que les lionceaux sont nés ; vers 
la fin de mars de l'année suivante , leur mère a été couverte 
par le mâle , et le iS juillet l8o2 , elle a donné le jour k deux 
jeunes lionnes. Elle a porté ces deux femelles pendant un 
.temps égal ^ ou à peu près, à celui pendant lequel elle avoi^ 
porté les trois lionceaux mâles. !Noas connoissons donc main- 
tenant, avec précision, levéritable temps de la gestation deift 
lionne. j^Elien a écrit que ce temps ctoit de deux mois. Phi— 
Jostrate parmi les anciens , et Etienne "Wtiot parmi les mo- 
dernes, ont cru qu'il étoit beaucoup plus long, et qu'il pou- 
voit aller Hisqu'à six mois. Buffon incliaoit pour cette dernière 
opinioo. Nous pouvons dire aujourd'hni , avec certitude, que 
la.lionne porte ses petits pendant cent bu(t ^ours , ou un peu 
pins de trois mois et demi' La chatte porte les siens ordinai- 
rement pendant cinquante-cinq ou cinquante-sis jours, et, 
par conséquent , la durée de sa gestation i^'égai^, À très-pcà 
près , que la moitié de celle de la lionne, ■ 

Aristote croyoit que )a lionne produit cinq on six petjts 
lors de sa première portée , quatre ou cinq à la seconde , troîs 
.ou quatre âla troisième, deuxonlrois àfaquatrièinê, un'ott 
deux à la cinquième , qu'il r egardoit cojmne deVanf être l'A 
dernière. Selon Willùghby, la lionne qui engendra dans'fa 
ménagerie de Naples, donna le jourà cmq lionceaux, d'une 
«eule portée. Il parofl qu'Aristote a été mal informé , amsi 
que BufToD l'a conjecturé , et que Willuehby n'a pas été mieux 
instruit, puisque la lionne de la ménagerie a en , ainsi que nous 
venons de le voir, deux lionceaux k sa première portée , trois 
à la seconde , et deux ^ la troisième. 

Peut-être les naturalistes ont-ils été aussi dans l'errenr , 
lorsqu'ils ont dit qne la lioaoe ne mettoit bas qu'une fois par 

«a ; cela nlttt vra^ du wom tpt Auta l'eut d« nature ; ç«is-: 



dt, Google 



C H A Sj 

■quOf dans l'état de domesticité, laNonneduMnséamadonné 
le )Onr à trois mâles , en novembre 1801 , et à deux femelles y 
le i5 juillet 1803. 

Peu de temps après la naissance de ces deoi femelles , les 
btiis lioDceaus étoient déjà devenus méchans. Un de ces jeiK 
nés lions , qa'on aroit conpé pour tâcher^e savoir quel peut 
être l'effet de la castration sur des individus d'ano espèce aussi 
leirihle que celle du lion , paroissoit moins trattable que les 
antres. Un jour, -où Félix Cassa) aroit vobIu le faire marcher 
fK force dans les jardins du Muséum , ce lionceau s'étôit jeté 
avec colère sur sou bras et avoit déchiré son habit ; on n'a pn 
Hiivre, sur aucun de ces trois lions, les progrès du dévelop- 
pement du caractère. Ils sont tous morts , et il paroh qu'ila 
ont succombé aux premiers effets de la dentition. Les deux 
jeunes lionnes de la seconde portée périrent aussi i la même 
époque. 

La lionne , son mâle et les aatres lionnes de la ménageriç « 
ne mangent qu'une fois eu vingt-quatre heures. On leur 
donne à chacun huit OU ^ livres ^ viande et deux pintes 
d'eau. 

Le rugissement du lion est composé Jde sons prolongés , 
assez graves, mdlésjde sons aigus et d'une sorte de frémisse- 
ment Il varie , et ponr la durée , et potv la force , et pour la 
hauteur, et pour la gravité des tons, suivant l'âge de l'animal, 
les affections qu'il éprouve , les passions qui l'agitent , la co- 
lère qoi l'anime ,.les besoins qui le pressent , U chaleur qui 
le pénètre , le froid qui l'iucommode , et les échos qui répè- 
lent ses cris relentissans. 

Le mâle de la ménagerie commence de rugir à la pointe 
du jour : toutes les femelles l'imitent , et leurs rugissemens 
durent a peu près dix minutes. Ils re comité u cent, après leur 
repas, leur singulier concert , çton dîroit que leurs cris sont, 
à ces deux époques, l'çxpression du plaisir (qu'ils éprouvent 
lorsqu'ils ont apaisé leur faim 00 lorsqu'ils revoient la lu- 
mière du jour. Ils ne rugissent d'ailleurs que dans le jour, 
quand le temps est près de changer , ou quand leur gardien 
est éloigné d'eux. / 

Dans l'état de nature , le lion sort le plus souvent de sa ta- 
nière pendant la nuit , pour éviter les effets ftinestes de l'ar- 
4eor des rayons dn soleil sur ses yeux délicats comme ceux 
des chats, et de pins pour surprendre plus facilement sa 

Îroie, eu lui dérobant son approche au milieu des ténèbres, 
l'est donc dorant U journée qu'il dort dans sa caverne. Mais 
dans l'état de domesticité, il n'erre pas pendant Tobseurité 
pour chercher sa nourriture ; l'abri qu'on lui donne le pré- 
ji^ire dans le jow d'une lutaiière trop vive ; el voik pourquoi 



dt, Google 



9« C H À 

la lionne , son mâle et les autres Uonnes du Muséum , «loi^ 

ntent pendant Uuuit. 

Les excrémens de ces animaux sont semblables h ceux do 
chat, et trjs'félides- Le mâle ne se débarrasse des siens^'une 
seule f^U nar jour ;'S0D urine est aussi trés-puante , ainsi que 
celle de^ lionnes. Mais leur baleine n'a pas ['odeur forte , que 
plusieurs .auteur^ ont attribuée ^^ l'haleipe des lioss. (Lacé- 
pède , Ménagerie r^.iUusÀun^ïuu^i'ena/, seconde livraison.) 

. CluHteduUon. — Qaelqae terrible que soit cet aninial , on 
ne laisse pas de tu! donner la cliasse avec des chiens de grande 
taille , et bien appuyés par des bommet à dievat ; on le dé- 
loge , on le fait retirer ;.mais il:fatit que les cbieng , et même 
Jes cbevanc , soient agnerns auparavant ; car presque to«s les 
aniaiaui frémissent et s'enfuient i la'sede odeur du tion. Sa 
peau, quoique d'un tissu ferme et serré , ne résiste point à la 
balle , ni même au javelot ; néanmoins on ne le tue presque 
jainais d'un seél coup; on le prend «onvent par adresse, 
comme nous prénons les^i^s^'en le f>>iai|l tomber dan& 
.utte ^sse iprufodde ,;q&'oB reoonvrede' matières légères au- 
dessus desquelles on attacbc un animal vivant. Le lion de*- 
vient.dom dis qu'il «st prâs , et si l'on profite des pretaiers 
mom«BS' dé sa EurpEise ou dç::!a-hoat«'', -on peut l'attacher, 
iè onaelcr, et Ie'Co«daiile oà l'-nn vèat. 
' Vèuxiiine Espèce. ^ Lé CouGUARJ Fefù comolor, Linn.; 
BiilT.gtom. 8,pl. iQ,'Pouma, oupuma, ou lion des Péruviens; 
CuguacaamnaAes'BréàrileasyGoiuiîotiara dû P.araguay , d'Â- 
Êara ; Fdis concolor' éi di^olor, Scbrcber ; grand' Chat fawe , 
sansciittière, ni Jl(u:on au bout de ta queae , Cuv. 

C'est, après le /a^uar, le plus grand mammiEùre camasder 
de rAniérique ; il a quatre à cinq pieds de long, deux pieds 
et dçml dé Uauleiir, aux jambes de devant, et deux pieds 
^uit, pouces aux jambes de derrière; ausû sud corps et ses 
membres sont-ils beaucoup plus grêles que ceux du lion. Sa 
léte ronde ressemble beaucoup à celte Ju «bat; cependant 
le nez est plus lai^e et .jjus éfevé entre les yeux j la queue 
est très-longue. 

Le ..{^oîl du couguar est tr^s-seirré-, Is^g (d'un pouce, et 
très-doux; depuis la tête jusqu'au bout de U flU(A«e, ce poil 
est rouss4tre gu mélangé de roux et de noir ; les idancs sont 
de couleur roqsse moins foncâe,.-etle ventre Q&t blaac, avec 
une légère teinte de couleur casne^. Jl y a une taohe Aoire 
de la,lafg«ur d'an écu de six francs, au ^int où naâssent 
les moustaçbes; on en remarqueuafi autre derrière chaque 
oreille ,„ l'extrémité .des oreilles est noire ; les.lèvres , la mâ- 
xhoÎTc iot^ieure , reptre-dsijx des quati:^ j^Ab^s ^ mu tache 



dt, Google 



C H A 5, 

au^essiu de l'angle anUrieur de l'ceil, etune autre située 
au-dessous de cet ande , et qui s'étend en longueur vers le 
bord antérieur de Iwil, tont blancs , ainsi que les longs 
poils de l'intérieur de l'oretUe; le bout de la queue est foncé. 
Le puma ou couguar, qui a reça , mal à propos , les noms 
• de lion d'Amérique et de tigre roux ou tigre pobron, se rappro- 
che un peu du jaguar par la grandeur et la forme ; mais il 
eo diffère par la couleur de sa robe et par ses habitudes; 
il est très-différent de l'ocorwne des Moies du Pérou, avec 
lequel on l'a quelquefois confondu. Ce dernier est le RatON 

Cet animal est moins féroce et plus facile à tuer que le 
jaguar fies Paraguaisins Vont presque fait disparottrc de leur 
terre; cependant on en trouve encore quelques-uns dans 
les grandes plaines, dépourvues de bois, des environs de 
Buenos- Ayrcs ; il se cache dans les broussailles , sans ja- 
mais s'introduire dans les cavernes , comme fait le jaguar. 
Il^Impe ans arbres, quorqu'ils soient drQÎts; il ne cherche 
pomt à faire de mal à l'homme ; il a .beaucoup de tiipidité,; 
il ne tue ni les vaches, ni les chevaux, ni les mulets, et tl 
ne SE hasarde qu^ avec les jeunes poulains, les génisses et les 
brebis, et d'autres animaux moindres encore- Il .est féroce 
et cruel sans nécessité , puisque , lorsqu'il en trouve l'occa- 
sion, il tue cinquante brebis et plus, pour en lécher le 
sang. , 

On dit que le cougnar ne fftit' r^ dens on trois petiti- 
Cet animal , pris )enne et châtré, fcvrent aussi domt qn'au- 
cmi chien puisse l'être, et in paresseun, qu'il passe la ma- 
jeorc partie du temps étendu et dormant; !l joue comme le 
chat, et use des mimes ruses et des m^mes gestes qqe cet 
animal; lorsqu'on le caresse, il S'étend et fant entendre le 
mâme rou rou que le chat faft entendre en pareil cas. Il cache 
l'excédant de la viande qa'on hii donne ; avec du sable oU 
de la paille," et la reprend ensuite lorsqu'il a faim. Il lèche 
sa proie pour la manger ensuite, à la manière deschats, 
c'est-à-dire, en commençant par un bout, et continuant 
sans dépecer, sans tirailler ffi secouer. 

Le couguar se trouve daus toutes les oontcées 4e- l'Am^ 
rique comprises entre le p^ys des Jro4)uois et la txrre dfts 
Patagous; mais il est plos conuntHi dans la partie méridio- 
nale de ce continent, que dans la septentrionale, Le cou- 
guar de Peosylvanie, décrit par CoIInson, bliick tiger de 
Shaw, ne paroît être qu'une ïia»plc variété de l'espèce dti 
cpi^ar. (DESSt.) 



dt, Google 



g, C H A 

§ 3. Grands chats à bemdes iransverses âe cotûeurfone^ 

Trvisième Espèce. —■ Le TiGRE, Fdis figm, Linn., En). ^ 
CuT'., Méin.du Mus. Tigre royal, BnfF. , tom. 8, pi. g.; 
grand chai fauve , ir^ti en traveix de boadet imguliirtî mira ^ 
Cuv. •' 

La dénomination de tigra a été donoéc à plusieurs anîi- 
maus carnassiers d'espèces différentes. Tous ceux dont, la 
peau est tigrée, c'est-à-dire, marquée de taches distinctes, 
ont été appelés t^res, et le sont encore da^is l'usage com- 
mun. ijapanihire,le iéopaidi le jaguar , elmêiaele couguarf. 
aussi bien que plusieurs autres animaux à poil court et varié 
de taches arrondies et séparées , ont ret^u égalemenLte nom 
de i^re ; maïs quoique celle façon de s'exprimer puisse suf- 
fire dans le langage ordinaire , il est aisé de sentir qu'elle 
est inadmissible toutes les fois que l'on voudra employer 
des désignations précises, et qu'elle ne peut convenir à Vexac-^ 
titude de l'histoire naturelle. 

AGn d'éviter les équivoques qui résultent de l'extension 
ou platôt de l'abjis d'un nom unique , appliqué k des êtres 
divers, les naturalistes ont établi des distinctions qui sé- 

Parent nettement des animaux que l'on a souvent pris 
un pour l'autre , parce qu'ils étoient désignés par une 
dénomination commuae. ) Aucun de ceux dont la peau est 
tigrée n'est un tigre ; le nom de tigre est exclusivement 
réservé à l'animal féroce que les zoologues ifléthodistes ont 
placé dans le genre du chat, et dont la robe à poil court, 
au lieu d'être parsemée de taches , est rayée de bandes noires 
sur un fond de couleur fanve. C'est là le vrai Ugre , le ^gm 
des Indes- orienta/es , le tigre royal. Les autres ont été fausse- 
ment nommés tigres , et leur description se trouvera ci-apris, 
.sous Us noms deLÉoPARD, Panthère, Jaguar, etc. 

1* tigre ou tigre royal est un animal rare, qui fut pew 
connu des anciens. Aristote n'en fait aucune mention. Ce 
,que Pline en rapporte est trop vague pour que l'on puisse 
être certain que c'est du vrai tigre qu'il a entendu parler- 
Op^îen et Soliu pnroissent être les premiers qui eu aient 
indiqué clairement les caractères. 

Une atitre erreur produite par la fausse application dn 
inëme nom, a fait croire que le tigre se tronvoit non-seule- 
ment dans plusieurs parties de l'ancien continent, mais 
encore dans les contrées méridionales du Nouvean-Monde ; 
tandis que c'est un animal particulier aux contrées méridio- 
nales de l'Asie, situées au-delà de l'indus, et s'étendanl 
jusqu'au nord de Ja Chine. 

Si l'ott ne jugeoit de la taille du tigre que jpar les iodi-» 



dt, Google 



C H A g3 

Vidus de cette espèce enfermes dans les loges étroites Se nos 
ménageries , l'on preadroit une fausse idée de ses dimensions 
et de ses proportions. Les animaux resserrés dans de petits 
espaces, où leur coqps et leurs membres ne peuvent s erer- 
ccr, restent toujours au-dessous des dimensions de la nature; 
leur caractère même ne peut y actpiérir tout son dérelnp- 
pement; il se déforme, pour amsi dire, autant qne le corps; 
d'où il résulte que ce n'est pas toujours na moyen bien sur 
de connoitre les habitudes des animaux , que de les observer 
en captivité et en climats dilfércns de ceux où la nature les 
a placés , pas plus quUl n'est possible de s'assurer de leur 
vraie grandeur en les mesurant d'après leurs proportions 
contraintes et rapetissées. Des voyageurs ont comparé le 
tigre, pour la stature, à un daim, d'autres à un cheval, d'au- 
tres à un bufile , ce qui pronve qu'il y en a de différentes 
grosseurs. M. de Lalande-Magon , cité par BofTon , a vu ua 
tigre de quinze pieds de longueur totale; l'abbé Richard dit 
qu'au Tonquin il y a des tigres longs de huit à dix pieds 
ÇHisloire du Tonquin ); leur hauteur moyenne , selon Fouché^ 
d'Obsonvitle (£usù sw les maurt de durers Animaux'), est de 
quatre pieds ^uit k dix pouces, et leur longueur, prise da 
haut du front k la naissauce de la qneue, d'environ neuf 
pieds 1 le même voyageur ajoute qu'il a vu une peau de tigre 
qui avoit plus de du cordées ( quinse pieds ), depuis le bout 
du museau jusqu'à celui de la queue; enfin, M. de firaodpré 
( Voytige dans finde et a» BengaW) rapporte qu'au Bengale 
l'on voit des tigres qui ne sont pas moins grands qu'un 

Ces animaux, dont la taille est, enge'oéral, à peu près égale 
i celle des lions, sontplus grêles, plus bas sur jambes, et leur 
tête est pins arrondie. Leur queue est d'un tiers plus courte que 
le corps , et variée de cercles ou anneaux noirs. Leur poïl est - 
tas , d un laure vif, et rayé de bandelettes noires , variant 
par le nombre et la laideur , qui descendent du dos vers le 
ventre et autour des cuisses ; le ventre est blanchâtre. 

Le nom de tigre , suivant Varron , est un mot de la langue 
arménienne , qui signifie une fiéche : aussi l'a-t-on donné k un 
fleuve très-rapide. Ce n'est pas , néanmoins , que la démar- 
che et la course dti tîgre soient d'une grande célérité ; mais 
c«t animal, plein de force et de souplesse, peut faire des. 
sauts de plusieurs toises , et , par ses bonds prodigieux , com- 
penser et au-delà ce qui loi manque en vitesse réelle. Cette 
étonnante agilité , qu'accompagne une férocité excessive , rend 
le ti^re très-redoutable dans les contrées les plus chaudes de 
l'Asie orLenUle , telles que le Bengale , le royaume de Siam , 
celui de To^iq^ ^ etc-., etc. 1) se retire dans les forêts et le» 



L:,<,i,z<,d=, Google 



94 C II A 

montagnes, o& îiestdîfËcîle'del'aUciadre, et d'oùllnesort 
que pour porter l'épouvante dans les campagnes. L'homme 
tremble i son approche ; tous les animaux fuient k sa vue ; 
aucun n'ose l'attaquer, etilenestpeuqnise défendent contre 
lui. Cependant , il n'est point courageui ; mais sa cruauté le- 
rend formidable à tout être virant, lln'estpas seulement on 

X~ ran atroce , an monstre affamé ; c'est un bourreau altéré 
I sang qui cherche partout des victimes, qui rugit de l'exé- 
crable joie de la rage lorsqu'il en rencontre une , qui la dé- 
chire avec mie fureur aveugle , au point de ne point épargner 
SCS propres enfans , en savoure le sang , s'en enivre , mais ne 
s'en rassasie pas , et ne quitte. sa proie que pour voter à de 
nouveaux massacres et poor ouvrir de nouvelles sources k 
l'horrible breuvage pour : lequel sa soif ne s'âteint jamais. 
Toujours furieux, toujours féroce, le naturel du tigre ne 
peut se fléchir; c'est K seul des animaux que l'on ne puisse 
dompter, ni même apprivoiser à demi ; sa férocité est le der- 
nier terme de comparaison lorsque nous voulons peindre un 
de ces êtres sanguinaires , cmels , qui se sont fait une habi-* 
tude du carnage , qui se montrent quelqnefois , à la honte et 
au détriment de l'humanité , et dont l'histoire , de même que 
celle du tigre , ne peat s'écrire qu'avec dégoût et effroi, et 
par une plume trempée dans le sangi 

Dans les cantons où tes tigres ssnb communs, on les voit 
souvent en troupes ; mais ils marchent ordinairement seuls. 
Les voyageurs ne s'avancent qu'avec crainte dans les gorges 
des montagnts qui servent de retraite à ces animaux , et 
pendant ta nuit ou pousse de grands cris et l'on allume des 
feus poor les éloigner. Ils égorgent souvent des hommes : 
Marsden dit que dans l'île de Sumatra ; le nombre des per- 
sonnes .tuées par les tigres est incroyable , et que l'on a vu 
des villages entiers qu ils avoieot dépeuplés. ( Histoire deSu- 
mtâno. ). Les ravages dont ils désolent les provinces de la 
partie montueuse et boisée du Tonquin , ne sont pas moins 
terribles. L'abbé Richard a rapporté qu'Un ti^e entra dans 
un bourg , et y dévora (jtutre-vingt--ciRq personnes sans qu'il 
fût possible de l'arrêter , ni même de l'attaquer , qu'en s ex- 
posant <i une mort inévitable , parce que dMis ce pays il est 
absolument défendu de se servir d'anAes à^feu: M: de Grâild- 
pré a vil, en remontant la rivière d'Ougli, qoe l'on peut 
considérer comme une branche du Gange , enlever un homme 
de son équipage par un tigre, à une petite distance dU ri-> 
vage. Ijîs bois de Sundry , sur ta droite de la même riyi*re , 
sont fameux par le séjour des tigres dont ils sont rerinplîs ; 
ces terribles animau!< recherchent leur proie Svee une t«Ue 
ardeur , qu'on en a vu se jeter à l'eau et na\t \ ta nage atta- 



dt, Google 



CH A j5 

(joer des baieanx qoi naviguoiem. Le i«ifricheiïieirt Se quel- 
qnes eantoD? a coàté la TÎe à quantité d'Indiens décorts par 
les tigres , qui s« jetoient sur les travailleurs à mesure qne 
l'on dètruisoit les bois. « Et ce qui paroitra fort estraordi- 
Baire, dit M. de Grandpr^ , c'est que les Indiens ne son- 
geoient jamais à se défendre , quoique leur nombre excédât 
quelquefois cinq centâ. Us étoienl persuadés qne l'animal n'en 
emportoit qu'un , et qu'alors il ne reparoîtroit plus. En con- 
tétpKUce, ils ne l'aperce voient pas plus tôt, qu'ils gagnoient 
an pays dans le plus grand désordre , chacun tirant de son 
côté f et se livrant à l'agilité de ses jambes ; tant pia.pour le 
moins alerte , le tigre l'emportoit : après quoi chacun rerc- 
aoit à l'ouvrage , persuadé que la part dn tigre étant faite , 
ils ne couroient plus aucim danger. Cette scène se répétoit 
tous les jours , sans que les Indiens dijaiaa3S6«nt de pusilla- 
nimité; et ces alertes continuelles n'eussent pas coâtélavieÀ 
un seul de ces monstres , si quelques Européens , bien ar- 
més , qni dirigeoient les tratani , ne les eussent par fois atta- 
qués. » Les troupeaux d'animaux domestiques sont souvent 
dévastés par les tigres , qui peuvent égorger les èaufo et tes 
balles. Ils mettent à mort toutes les bfites sauvages ; ils atta- 
quent même les élèphans et les rhinocéros; ils arrêtent les 
grands animaux en leur brisant une jambe d'un coup de patte; 
us les égorgent ensuite , s'abreuvent de leur sang , et ce n'est 
que la seconde nuit qu'ils entraînent leur proie dans les forêts 
pour la mettre en pièces et s'en repaître à leur aise. 

Chez les Indiens , le tigre passe pour âtre plus fort que 
l'éléphant. Dans les combats que les princes de ces contrées 
donnent en spectacle , l'on a soin de couvrir , avec une sorte 
de plastron , la tête et une partie de la trompe de l'éléphant, 
et même de retenir son adversaire par des liens. 

On voit souvent le tigre s'approcher des bords des rivières 
et des lacs ; mais c'est moins pour y boire que pour y atten- 
dre les bêtes sauvages qui, sous un ciel brûlant , viennent s'y 
désaltérer. Quand il aperçoit une proie , il frémit , fait mou- 
voir la peau de sa face et grince des dents : ce sont en grand 
et d'une manière effrayante , les mouvcmens du chat lors- 
qu'il aperçoit un mtâneau qO^I voudroît-attraper. Le son de 
ta voixduligreestVès-^fortëtrauqne. Son rugissement com- 
mence par des intobatlbns graves et traînantes ; elles devien- 
nent plus aiguës ; ptris se renforçant tout k coup' et entrecou- 
pées de longs frémissemèns , elles ferment dcs'sons éclatans 
qoi àéchireiit ForéiHe. C'est pàrttcalièrement pendant la 
noit que i;«s rugissfemens se font entendre , et sont répétés 
an loin par les échos 'des montagnes. 

Tout est horrible et rebutant dans les habitudes naturelles 



dt, Google 



^ C H A 

do tigre. Ses smoars , si l'on peut donner ce nom avât eDi^^ 
portemens occasionés par le besoin de se reproduire, n'a- 
doucissent pas sa férocité ; ii dévore sa progéniture , et quel- 
quefois la mère qui la défend. La tîgresse produit , comme 
U lioaaey quatre ou cinq patits , etl'ou^eut présumer que 1» 
durée de fca gestation est la même. £ile est furieuse en tout 
temps ; mais sa rage devient estrâme lorsqu'on lui ravit ses 
Pietits. 

La peau de ces animaux est assez estimée en Chine ; oa 
en fait des housses .pour couvrir leS'Siéges et les coussins. Ea 
Knrope , cette fourrure , quoique rare , n'est pas d'un grand 
pris. Licnr graisse passe dans l'Inde pour une panacée uni- 
verselle , et leur tangue , réduite en poudre., pour an remède 
spécifique dans les raaui de nerfs. Il n'est aucune de leurs 
parties qui n'ait quelques propriétés aux yeux de l'Indien 
crédule er superstitieux. Mais toutes ces vertus , fussent-eltea 
aussi réelles qu'elles sont imaginaires , ne pourroient entrer 
en comparaison avec les manx trop réels que causent les 
tigres dans les contrées qu'ils infestent , et qu'ils remplissent 
de teiïeur et de massacres. 

Chasse du tigre. — Dans l'Indoslan on' lait la chasse ans 
tigres de deux manières : l'on se met à l'affût dans une fosse 
près des endroits où l'on sait que ces animaux viennent boire, 
ou l'on s'avance dans une charrette tirée seulement par deui 
bœufs. Mais il est nécessaire d'ajuster le tigre au front , pour 
l'abattre du premier coup ; car s'il n'est pas tué roide , if s'é- 
lance sur le chasseur qui n'a pas le temps de recharger son 
arme , et le met en pièces. 

On place aussi un Vase plein dVau saturée d'arsenic, près 
d'un animal que l'on attache à on arbre. Le tigre, après 
avoir déchiré sa victime, court étancber sa soif brûlante et 
s'empoisonner. 

DifTérens pièges , diverses machines ont été inventés pour 
détruire les tigres. On leur fait souvent la guerre avec grand 
appareil , et des corus de gens armés les enveloppent dans 
une vaste enceinte etles attaquent avec toutes sortes d'armes. 
On emploie encore pour cette chasse , ou plutôt pour celte 
guerre , des éléphans dressés , qui , appuyés par des hommes 
et des chiens , saisissent le tigre de leur trompe , l'enlèvent 
avec adresse et l'écrasent sous leurs paeds, . 

Les livres de voyages donnent plusieurs descriptions de ces 
grandes chasses Aux tigres ; mais à quelques circonstances 
près , qui tiennent . plus à l'intérêt de la narration qu'à la 
chose même , ces chasses se réduisent k ce qu'oo vient d* 
dire. (5.) i . . - , * 



i:, Google 



C H A ^j 

§3. Granés chais fawa, à tacha nmdes, hnatef ou noires. 

Quatrième Esp^. — Le Jagdar , Felis oma , I^inn.; Jagaa^ 
ra des Brésilieos ; Onza de Marcgtave ; ; TloÙauqui-ucdolJ j 
Hernandez ; Tigris americana , Bolivar; Tigre dr. Ccyeime^^ 
Desmarchais ; Ja^arèlé , d'Azara ; Qrande panthère des four~ 
reurs, etc. ; Pardhère femelle , Bufî. , tom. 9 , pi. 42 .'' Gran^ 
chat fauve , à taches en forme d'ail , rangées sur ifiutire iignes de 
thaqut côte, Cur. 

C'est depuis quelques années seulement que l'on recon" 
nott que celte espèce) d'Amérique, est bien réellement dis- 
tincte de celles de l'ancien contiaeot , connues sous les 
noms de panûihre et de létipaid, quoique sa peau fât , depois 
long-temps , un des plus importons objets du commerce de 
pelleterie. 

Le jaguar est le plus grand de tous les chats , après le tigre. 
Sa longueur , mesurée depuis le bout du museaii jusqu'à l'on- 
eine de là queue , est de près de quatre pieds ;- sa hautetlr est 
de deux pieds et demi ; sa queue est longue de vingt-deux à 
vingt-quatre pouces : elle descend jusqu'à terre , mais ne 
Iraîne point comme celle des espèces suivantes ; les tacheS 
de l'épitie s*y continuent, etformetit,' vers lelout, quel- 
ques apparences d'anaeaux sur les côtés et en dessus; l'ex-* 
trémité en est noire. Tout le dessus du corps est fauve , nuan^ 
ce sur la tête , le coU et les quatre jambes , de taches noires , 
pleines et irrégulières et notablement plus grandes aui 
^imbes. Du haut de l'épaule à la queue, court une bftnde 
noire formée de petites parties , et qui se divise en deui au^ 
dessus de-la croupe ; les flancs n'ont que quatre aii plus , et 
rarement cinq taches par ligne transversale ; du reste , ces 
taches le plus souvent œillées, c'est-à-dire , en anneau presque 
continu, avec un point noir au milieu, sont aussi quelquefois 
en simple rose sur certaines parties du corps ; elles n'ont 

firesque jamais une régularité parfaite, et elles varient pour !a 
afgeur et la teinte plus ou moins foncée du noir , comme le 
fond du pelage pour l'éclat de sa couleui* fauve. Le jaguar 
a en outre une bande étroite et noire sur la poitrine. Le resté 
du pelage-, c'est-à-dire , la partie inférieure du corps , ainsi 
que la faée intérieure des membres , est d'un beau blanc par- 
semé de be'aucoup de taches noires , pleines , la plupart ar- 
rondies, quoique irrégulières et graiides. Telle est la deserip* 
tion du jaguar , d'après d'Azara et M. Cuvier. D'Azara' , 
particulièrement , a remarqué dans beaucoup de peaiu de 
jaguars des variétés dans la distribution des taches, et, dit-il, 
dans le même individu, elles ne sont point égales ni eiaete- 



■vi. 



i., Google 



,8 C H A 

ment «ymétriques 'ou correspondantes les ânes flux antres sar 
l'un et l'jHUce «Aie de l'HiMtaL 

Le jaguvje trouve au Brésil , aa Paraguay, auTucmnan, 

îlla 'Guy-Mre g aa pays des Amazones , au Mexique et dans 
iostcsles cmurées mirïdnraales de rAmëiîqae. 

SonnÎDÎ a Eah plasienrs bosnes cfbservatîfnn sur les hd>i~ 
tnâe« des jagoars ; fl les connrnniiiïira à Bnffim , qui les inséra 
fianssonsopfflémenlàrartidedujagnar, «Cet animal, dît-il, - 
n'estças anssî tlmidewi auMÎînàoleni que qnelgaes voyageurs, 
et d'après eus M. de Buffon, l'ont écrit: il se jette sur tous lei 
«hie»s-(tD'ilrenEontiia,iQiB-d'e« a»i«irp«iBr;>(l fMtbeauooi^ de 
'dégât idwslestrMRpeaBi; ocw ■pn'kaliitcstdaBslei'dëaertB 
dela'C'ayave, .so>t vatuat liMigeFeui pour les faMBines. fiai» 
an voyagé qiK i'u Eût -dans «ce grandes forets , «ont fltaM» 
««onneiilés pendant detis «ita <éc «U)»e |iar «■ figMin-; madgré 
un très-^and feu que l'on avoït eu soin d'allnmer et d'entre- 
tenir , il râdoit ■eoMifiafiUejuant JoUour'de hohs^ il aoua iai 
ÏH^ossiMe de letii%r ,.Gâr.dé£i<pi'ilie«»yMtcouch4-eiii]aiiea 
il se olissDÎt.d'iBi^nuiùÈce^^Qn^e^ gu'il disparoiuoit 
jpour lé ununeittj il .rerfooit ensuite ^'nn .autre odt^, .et 
nous t^noit ^ùofii coatiuaeUejaait eq .alerte. Malgré «otr* 
vi^lance., nousite ^OaLes jamaù venir àJMiU Je Je ûstari ii 
CDuluiua «on juanéfie p^iâant >deui: nuits ■eatiëves ,: la Iroi- 
ShËme il-re.vâiL4 iHaislà6fié.<Q^renuiLeBt dejie^auvoirv«ur 
à bwit de fon.pn^et-, et vioyaDt d'-ailleurs ^e sons bvmbs 
augmenté le taa. , ^)|[uel il cr-aignoit dlappnocbar .de trep 
f réS', il-naus laissa •eniuirlDntd'uue [aajaiece<effi^yaUe„Saja 
cri iuMiaiutua , a quelque nàiose .de }ilaii>tif ,; il «st granc et 
ioEt conuae -telui du boiul ." 

CeUi des -panthères , avecies^dles le jaguar a ét^iang- 
leuips GDjafoBdu, ressemble au jiruit 4'iine scie. 

Ijes-jagoars, dit le saéne voya^ur, soBt.d'iiBe agilité hb- 
goE^e ; jJls^impent avec beaucoup de lé§àroté «ur les aAte^ 
Ibs^us élevé&i il ara au milieu dêsXorËls de la l^yaue les 
ei^preinteA -que Jes griCfes d'un )aguar -a/fwaA laiûées sur 
l'ëcarce lisse d-un arbre de -quarante À cinquante pioda fde 
Itaot., d'environ nn pied et jdemi'de tDarq^lsai B'«wil<dc 
branches .que vecs aa^iime. ILéloilaiséde Hiù«re.lwéIfiM=tsiflie 
i'aiûmal-avoit.faitsjwuf arrii°er jusquJauxJbraafibes.; ,^u>Â|h'à1 
enfonçât fartemeutsos jtogleg dansle.carps^ J'AThw;, il»ri»it 
^isaé plus d'une CaÎB, tnais it remuntoit taujïHWSi; ■ot&Uiréuw 
doutejpar queL|ue|pr^Me„ il élcût.amvé «i ^UuddeJ'jK^w- 
' On« prétendu ri^ulement «jw Jes,^auars ftcéféncàent i« 
chair 4es.jutureb4u pays .à celte des nègtH au ides .£uo- 
jtéens. 

ûn-a 4it aussi ^ue le^jaguar-pend scui <iaaxagft .loisqa'U •9Mt 



Jt, Google 



CHA gg 

rxsunë ; c'^uiicem)ir:ievrai«ft ^, seiroàvanti-epn, 
^ ne jomnatnt fia» Ae doaunagea , «t qn'iâ ]^ au contraire 
toute rencontre ; et ce n'est pas qu'il manqué 4e force ou de 
nleur. 

' l.a femelle du Jaguar ffît, dit-o^, deux itetils , dontlepo^ 
est moins lis^ et inoinsbep^ que dans les adultes. La mère les 
^ide d^s qu'ils peuvent la si^vre , les pro^ég^ et les défend , 
en attaquant mémesans calculer le périr Cet anlmalfréquent,e 
tes endroits marécageux et les grandes forêts , en préférant lé 
vùùinage des.srandes ririères, qi^il ù-arerse «a nageait avec 
fiizeue.etii^ldé. Il donne la diasse aux veauï, aux génisses, 
am -«ackof «t jnême aux taojre^uK de quatre ans , aux ânes , 
' «DE jcbcraus , auf midets , ^us <^ens ou à de moindres ani-' 
flAMix , el Jl ies tue d'a^ naani^e Aran^e , parce qu'il lenr 
i&atesBLTilecon, et ^'«n leur posant une p^e de devant sur 
t'occipat , ei-de l'aulce «aisissam le musead , il jéve sa victime 
etifûIbEise Uj^sque en «n moment. Personne , dit d'Asara , 
B^g^oBc au Pjiragiiay , dafacdit^ avec laquelle \ejagoaaré6- 
(jaguar') i traîne on deval ou un taureau mort , ^t le con- 
duit dans les hois.... il diasse en sur|irenant , comme le cfaat 
par rapport au rat ; quoique trës-prompt dans son premier 
uaaTea^ot et (Ar dé sa proie, il est trés-peù léger quand 
il taM. se retofirpar on courir. 

L>e jaguar est féroce et incapalite d'être jipprivo^é ; et ceux 
qm 4',ont élen! dejiuis sa tendre enfance , et adouci jusqu'à 
jQneravec^ni, <;no:çitsoavepat reçy la mort. 

]>'>|^axa décrit la n^anière dont on eibasse le jjtguar : « 11 
fliriye .qu^gnelTois , dit-jl , ^que le jagouarèté ,e^e diûas jun na- 
iaiUil(Uew reauplide brû\issaille*)ou ^a^sonbois, o^ I pa 
^e^e^ntp^S l'enlî\cer, et dont i^^ncyeiit pas ^.prliM' ; il y a de^ 
ibommes .si téméraires , ^'^vf^^p^^t^ur ^^a4gT^>cbe .d'une 
^cftu de btebis non jij;^arée , ils J'atta<ivent pvtic jiiie lance 
^'eari^qn cinq i^'^ds , ^^u'il^ lui «j^ÇajOc^ àjuasj^ poÛLr^ne, 
^ïjtMt sftp ji;effli(V".éUijàayeciaj«!^,g^rjQRertlelain.e, et esr- 

r'vjUktle^OJ^s;^ ^ favorise l'^tov"'' '* t^"" U s'élève sur 
deW pied* de dewSirepqur^ jeter fn ^yant, et s* lan^e 



d'jme m^^e dr^te, ce qui ^Qone Je temps de .«epréparw 
«tW^.WJie SflÇffli^ ftttsque, J3ndis qu'il.se.reMwqe. Q.uelijue- 
îftjs le Itmei^ ei^t ,a(;coinjMg|9(é ^'we ^«tre pers^pe .^rinée 



d',Wie|bviçcbedeJ>oîs, ?«cc Jj»aHeillc ïile i;^pwne «t arrête. 
Jt j^gqïWil^ » Wsqu'Ji va f^t^ter ; ,s(tf^s ceu* «mi .sfi llvrfl«t ^ 
.(jes.H^c^ .d'at^daçe,, Sfù^tial-ÇAr y ^^ccomber. Qp {«rend 

.^ÎKP^i'^W'.de M»^ra.r«âercttt,Aa.dired£ cet auteur, 
i|eU'1|àwe^^'l^>^au^'»D V>,.«t.(;ffa6titaerait peut-être une 



dt, Google 



M.O C H A 

espèce. Cet animal n'a point été mentionna depuis, flani les 
écrits des voyageurs et des naturalistes, et son eiistcnc* est 
au moins douleuse. 

Les chasseurs du Paraguay assurent qu'il'enste dans ce 

Says deuï autres espèces différentes do jaguar proprement 
it : l'une plus grande et i jambes plus fortes et plus robustes, 
qu'ils noiameDt jaguarèlé-popé, et l'autre plus petite qu'lb ap- 
pellent onza. M. d'Azara se refiise à admettre l'existence de 
ces deui espèces. 

CmquHme E^ice.—hi PiSTHÈRE ou pARDAliS des an- 
ciens; PaniA««, CuTier<Mém. duMus.);/ees/»fljrf(«, Linn.; 
Panthère mile, Buff., tom. 9,pl. ii; Omce du même auteur. 
Cette espèce , dont la sj-nonymic a été le plus sourent com- 
pliquée de celle du jaguar d'Amérique et de celle do l^o-r' 
pard et du guépard de l'ancien continent, a été dutîi^ée 
par M. Cuvier. Ses caractères principaux consistent dan» 
les taches en rose , an nombre de six ou sept , par lignes 
transversales , qni couvrent ses flancs ; dans la longueur 
extrême de sa queue ; dans sa tête moins large que celle da 
jaguar, et dans le fond de son pelage plus pâle. 

Un des in'dîvidus qui ont vécu k Paris dans la ménagerie 
du Muséum d'Histoire naturelle, avoit le fond do poil d'nn 
fauve clair sur le dessus et les côtés du corps , et sur la face 
externe des membres ; leur face interne et tout le dessous da 
corps étoit d'un blanc un peu tirant sur le cendré; toutes ces 
parties étoient couvertes de taches, excepté le nez qui étoit 
d'un gris fauve uniforme ; les taches de la tête , du cou , du 
haut des épaules et des quatre jambes étoient pleines, fletite s, 
et ne formoient ni anneaux ni roses; elles étoient pluâ|T8ndes 
sur les jambes de derrière qu'ailleurs ; celles des parties pos- 
térieures du dos étoient en forme d'anneaus noirs inter- 
rompus , et dont le milieu étoit un peu plus foncé que le reste 
du poil ;"celles des côtés du corps formoient des anneauï plus 
pelits ei plus interrompus que les précédens. Tout le dessons 
du corps et le dedans des membres avolent de grandes taches 
noires , simples et Irrégulières ; elles formoient sous le coo 
deux ou trois bandf s noires , interrompues. Les taches du 
bout de la queue étoiefit plus grandes que les autres, et pla- 
cées siu-nn-£ond plus pâle. La mâchoire inférieure étott 
blanche , avec une grande tache noire sur chaque cfllé , qni 
çontribuoit beaucoup à donner du caractère k ia pby3Î<^— 
nomie ; la mâchoire supérieure étoit fauve et avoit des lignes 
de points noirs disposés très— ré gulièrement. Les couleurs âa 
pelage varient d'ailleurs d'intensité , et l'on connoît notam- 
ment des panthères blanchâtres, appelées on>^ par Bnffoo , et 
-qui sont peut-être , ainti qu'on le pense , le tigre chassenr ioi 



i;, Google 



C H A 



IO> 



Fersins ^ si ce tiere n'est , comme ie pr^same "M, Covier, u 
Yëritable lynx ouïe caracal. 



La panùièn se trouve dans les parties septentrionales el 
occidentales de l'Afrique. Elle nous est. apportée d'ordinaire 
des cdtes de Barbarie , et se prend, dans les forêts du. mont 
Atlas. Suivant le témoignage des anciens , on U tronvoit 
autrefois dans l'Asie -Mineure. Elle se plairdans les forêts 
épaisses, et fréquente le bord des fleuves et les environs des, 
lieux habités, où elle cherche à surprendre lesvnimanx do- 
mestiques et même sauvages qui viennent chercher les eaux , 
notamment les singes , les antilopes , les buffles , etc. Elle se- 

Ï'ette rarement sur les hommes ; elle grimpe a*ec facilité sur 
es arbres. Les voyageurs prétendent que sa chair est bonne 
i manger ; les Indiens et tes Nègres la mangent , mais ils pré-, 
Cirent celle du chien. Xéoophon, Aristote et Oppien , ont, 
décrit la panthère sous le nom de pardaUs. Le nom de ptm- 
ihera qui lai a été appliqnépar les Romains , appartient à 
la hyhm tacheUe , selon AI. Cuvicr , et non au chacal comme 
on 1 avoit cm pendant long— temps. On en vit un grand nombre 
dans 'les jeux de Rome; Auguste en fit parottre quatre cent 
vingt i la fois , et Pompée seulement quatre cent dix. 

La panthère, d'un naturel très-féroce, ne se laisse pas ap- 
privoiser facilement ; sa fourrure et celle du léopard sont 
trés-estimées. 

Sixiime Espèce. — Le LÉOPARD, Fdis lêopardas, Cuv. Grùnd 
chat f autre , a>e.c des taches en rose beaucoup plus namèreuses qu» 
ctUesdelapanlhère, au moins au nomhre de dix par ligne tratwfet^ 
MÛCy Cuvier. LioPARB , Buffon , tom. 9 , pi. i^- 

Il est plus petit que la panthère ; mais ses proportions 
sontles mêmes; et quoique eogénéralil loi ressemble beau- 
coup , M. Cuvicr s'est assuré que ce n'est point nne diffé- 
rence de sexe, et qu'il n'y a point de variélé intemnédiaire 
entre ces deux espèces. Elles sont connues l'une et l'autre des 
fourreurs sous le nom de tigre d'Afrique. En effet , il paroit 
que c'est principalement dans le Sénégal, la Guinée,, et quel- 
ques antres parties de l'Afrique méridionfJA , qu'habite cette 
espèce jusqu'à présent confondue avec c^l^de la panthère^ 

Seplihne Espèce. — Le Guépard , Felis juhaia , Linn. ; tigre 
chasseur, léopard à crinière.; Guépard , BuEf. suppl. tome 3 ,; 
pi. 3o. Giwiàchat à lachss petites , rvndes , également placées, et 
non nkmies en roses , à jambes hautes et à crinière, Cuv. 

Un individu de cette espèce , conservé dans la colfec- 
tion du Muséum d'Histoire naturelle de Paris , nous a pré- 
senté les. caractères snivans. Il est plus petit de corps que Ifi 
Léopard , mais plus Imut sur ïambes ; à a le fond du pèlagiï 



dt, Google 



loj .C H A 

ftare-ciàtr , un ptn fitte himuMlrt: aavli K védif e et Mit Uii 
parties întërîeures des membres i sOn âb^ ti tes flàats frê~ 
ietMtn de |»etites! tacbeà nàitea orbîcftlairc» et pleritèi ; sén 
ctfrjs ési ilmté ; ses jvmbes longuds; sa tête pelké j tttaf^ 
'ffaée d'om batid« noire,' alUàt iti l'ebil ad tfHà Aè H 
bo«c)i<: ; les poils in Cessas âd tntt xontpMxs lôngï ,' et-fcn'- 
ifKOt un» Sorte de crlttiére coinme âms la Ityètie t^cliet^t!! 
A^c laquell» oit l'a conrondu ; M <{iiëiit tst inif^bé -, fmVé 
aie'e Ots p6iHti lioiirt i et àOtielée ië hUvœ et de âdir î son 
extréitûté. Il n'y a pai dé iitbti soiis Te méntoïi ; l£s ^dils Ai 
Veiître sont ut) peu {Hns lot%s qne ceux du dos ; les oreilleit 
iam totirtèï. 

hé guépard se tronVé iini l' Ittde. Cet itàtùii «st tin c&assêdr 
tr*i-l*gé*- et trè*-adrtfit; H n'est point jdit-oftj diHcilÉ k 
i/pprivàtsér , ni adresser pour fa chasse ctirinttiï le chien. 

§ i. Oiaismajreja, à^ AiMritfùe , à tachèafaa>t3 , borSétt àe noir. 

fïuSiêrhe Éspice. — Lé ÇHÎBiGOiiAzàc ded'Azarâ, Fdispar^ 
-.?i/w, Lihi.; Océl6t deBufir., lom. i3, pi. 35 et36. r. pi. M. I , 
decëllict. — Chatde moyenne ùuSe , gris^kn, àtàrkes làijfètj mî- 
mes en bondis loiigiludïnales faiioes , bordées de noir,, CÛV. 

Cette belle espèce , commune dans les collections , a été 
le plits souvent conrôndiie arec la suivante sôùs le nom a'ace- 
loL La distinction en est due à M. Curier qui , en cétà , esi 
dppoàli à l'avis de d'Azàra, qoi ne les cofisidèré qiie côniâie 
detu rariétés d'une même espèce. 

' Le cMbigottoxau est beaucoup pltis petit que le jeigmr et 1b 
eouguar. Son corps , mesuré du bout du nés à l'origine de la 
queiiefatrente-Hpiatte poncés de longaenr dans le ^hiSgraiid 
nomWe des indiridiis ; sa qneae est Ibngne de treize pouces ; 
&A hautenr cA de dix-huit à dîx-Dcirf pcmccs. Le pelage de cet 
animal est trës-beaû ; le fbnd j dans toutes les paitiés inté^ 
rietares ; est blanc , marqué sons ta poitrine, sous le rentré j 
et entre les iimbe's de derrière , de taches noires i entre les 
îahibeS de devant sdnt de pareilles marques ,' inais îrrëea^ 
fières et plus uras^s. De i'épaole à la qnèae , en suivant t é-^ 
pine du dos , .soflP deux bandes noires interrompaes , sem- 
blables à deux rangs de taches pleines « très-rapp roche es en- 
tre elles siii- un Tond d'un blanc roussâtre. Après une peOte 
s^aralion i^e formé lé fond du pelage , vient de chaque 
cflt'ë nia àu^e rang de tachés très-ëcartées , lesquelles , de- 
puis la moitié du corps en allant par derrière , sont en an- 
neaux vidésdisposés en manière de chaînons, et l'intérieur de 
ces anneaux est cannelle blanchâtre'. Ces dernières taches oc- 
cupent lé reste des cété's de l'animal, sur unTond grisâtre. 

La queue est blanctie en dessous, et par-diessu» eue es* 

...1 .Google 



connne lepolaçe 3b hlnt *i dos ; niîfîs elle en Irès-fachetée 
Renoir, (fa TOiCsur fa iiii<iue qoatrc bandes noires et longuei 
«{(d comvKneeDt entre tes oreStes e1 «ont sar le coa ; sur 
l'épaule , il y a beaotoap âe taches noires irréguIÛres. La 
face exMmare des qaatre membres a de» marqués fionres. 
Vopeille est Morte , sans pinceaa de -paSa ; elle est noire ï 
Vextérieitr, avef me tatJte Manche assez grnidrdaDS son 
mSicB ; anMor des oreîHes ; et dam Tinteryalle de Vmtt k 
faoire , iMh aoe bande iroîre de chaque cité, qui r» jasqne 
rers tes fe«x, et entre VarK et Tanire bande t)n TOrt pfu- 
swnrs |»etttes taches noires qui, parleur desaïn, ornent asJez 
le frmM. De la partie ertérteure de Vtn'A , naft tme bande. 
newe qui s'unit au^dessan» de Foreitte arec dtie baBd« qui 
Tient du tour des moustaches ; celles-ci sont noires ci blan- 
ches , et les plus longues ont quatre pouces. 

D'Azara , d'après qui nousvenons de donner la desorïptîao 
du chibigooazou, des Guaranis, rapporte quelques traits de la 
maaière de vivre d« cet animai , qni lui ont été cAmnmiqués 
par «on ami Noséda. 

Le ehihigoaaKov est si comnuo ait Paragaay, qm daw 
deux lieoes aatow dn bourg de Saint-Ignaec , on ea' a pri* 
^x-bmt «1 deux aas ; cependant il est peu cobbb , pwcc ^uc 
los chiei» m le troareot Umais, et qu ils m peaveiU ^as pé- 
sAcer dwM ses retraites. Il passe les josmées daas des- taillii 
impénéirahlks , et U sort poar chasser pendant les bwIi 
OMcures et temp^toeuMs , ca s'introduisaot jusave daM les 
enclos (t le* cours , sans que janaisles chiens a en ^er{<M-: 
vent. Lofsqa'il fait clair de lune , il ne va pas dana les lte« 
habités , et il ne tâtnbe pas dans Us piégea ; c'est en vain 
qu'on l'auend avec le fwil , parce qu'il gueHe le «basscor , et 
qu'il prend la fuite «tant que celuv-ci ne 1« pwsse m'a. Il 
monte sur les arbres pour y sainr les aiseaui dcNMsiiqaeâ « 
Tevient 1 pluiiaors reprises dans une nuit ,. et laisse parfois 
qnelques-nns de ce» wseaiuc moris. Il parott ^e chaque mi- 
nage de (jiibigoaazoa «son district séparé, conuoeon l'induit 
de ce que l'on prend toujours un ntÂle et une femelle dans le 
même lien. Ils font deux petits , et le temps de la chMeor 
commence en octpbre. 

Pris au piëge et réduit es captivité , cet animal passe pres- 
que tout le jour conché en rend ; il n'a pas la propreté des 
chats , et d'Âzara a remarqué qu'il dépose de préférence ses 
excrémens dans le vase oA. l'on lui sert de l'eau. Nouvelle-^ 
ment pris , il mange cinq livres de viande , et ensuite , trois 
livres lui sofKsent. 

La ménagerie du Muséum d-Hîstoire naturelle de Faris 
a possédé plusieurs individus de cette espèce.. 



dt, Google 



toi C H A 

NaiBÛme Espèce. — Ij'Ocelot ea Tlatco- QcEtOTL, oo 
Çatus pardasmexicanus Ak Hemandez; Felis pardalis, Linn. ; 
Cfmt ligre du Mexique , Biiff. , tom. g, pi. i8, et (suppL , t. 3^ 
pt. 39, figure sous le nom de jaguar), pi. Sg. L'Ocelot, 

L'ocelot a , comme le précédent , des taches fauves 
bordées de noir ou de brun sur un fond grisâtre ; mais elles 
sont plus^etites et p)u£ oombreuses, et ne forment pas, 
comme ^aas le cfàbigquazou , de grandes bandes loagitudi-- , 
nales. Ces deux chats, d'ailleurs très-semblables, ontétécon- 
fondus par tous les voyageurs et la plupart des Daturalistes, 
II; habitent les difTérenles parties de l'Amérique méridioDale, 
ef notamment le Paraguay, -où le chibigouazou paroltplus . 
commun , et le Mexique , où l'ocelot se rencontre plus iré-" 
quemmçnt. 

§ 5..CAa£s de moyenne taille , à pelage noir, marqué de taches 
plus noires encore. 

Dixième Espèce. — Le MÊLAS, Felis mdas, Péron, Cet 
animal , qui a vécu à la ménagerie du Musëum d'Histoire 
. naturelle de Paris , n'est connu que par. la description sui- 
vante qu'en donne M. Cuvier. « 11 est noir, tacheté de noir 
Ïlus foncé ; ses yeux sont d'un gris d'argent presque blanc. 
1 avoit été apporté de Java à l'Ile-de-France , et envoyé de 
là par le général Decaen à l'impératrice Joséphine, qui l'a 
donné au Muséum. Ses jambes étoient plus basses que celles 
de la panthère et du léopard ; mais sa taille étoit à peu près 
la même. Comme ses taches étoient, de plus, rondes et sim* 
pies , au lieu d'ëlre en rose ou en œil , on ne pourroit rappor- 
ter cet animal à aucune des espèces k fond fauve , et il est: 
difficile de se pas le considérer comme une espèce particu- 
lière. Cependant sa tête osseuse ressemble beaucoup k celle 
de la panthère." (Cuv., Recb. sur les esp. de chats). 
. On doit vraisemblablement rapporter à cette espèce, une 

S anthère JUHredoot M. Delamétherie donne ta description 
iasXç Journal de Physique Ae juillet 1788. Cette panthère, en.- 
royée du Bengale k Londres , étoit haute d'environ deux 
pieds deux ou trois pouces. Sa longueur étoit de cinq pieds; 
sa queue longue et bien fournie. Sa tête- avoit les mêmes 

firoportîons que celle de la panthère. Son museau étoit 
arge ; ses oreilles courtes i ses yeux petits avec la prunelle' ■ 
d'tm gris clair, et le reste d'un gris jaunâtre. Sa robe étoïl 
d'nn brun très-foncé , et marquée de taches d'un brun encore 
plus noir, et qui ressembloient à celles de la panthère. 

S, l'occajûon'de cet animal, ^L Cuvier fait Tobservation 
que la figure jointe à la descrii^tibn qu'en donne M. DeU-: 



dt, Google 



C H A ,„5 

mjtherie, n'est antre qâ'ime figure de la panthère de BnSbn 
aoircie. 

On ne saorolt placer dans ce paragraphe le jagutuilé de 
Marcgrave, grand chat d'Amérique qui u'est qu'une variété 
noire de Vesçict jaguar, connue des auteurs sous le nom dq 
jagaar noir. ^V. cette espèce. ) 

§ 6. Chats de moyenne taille , kaits sûr jambes , à oreilles gar^ 
nies de. pinceaux àe poils à textrémiié, à queue maytiax ou 
très-courte (les lynx)- 

Onzième Ewice. — Le LysxDES ATiClESS,'aaChRKCkL,felis 
caracal, L.)i Lyns DE Barbasie, L\I4x du Levant ; le Cora- 
cal, Buff. , tom. g , pi. aij., et suppl. tom. 3, pi. 4^. lyna d une 
amieur umforme d'un roux vâneax , à oreilles noires en dehors , 
hlanches en dedans , ei dont la queue aittiailes talons. (Cuv.) 

Ce chat se rapproche beaucoup du lynx par la grandeur 
fit la forme du corps , par l'air de la tète , et encore plus par 
lelong pinceau de poil aoir qui est k la pointe de ses oreilles; 
cependant le caracal n'est point moucheté comme le lynx ; 
il a le poil plus rude et plus court, d'un gris roux uni- 
forme « plus clair sous la poitrine et le ventre; la queue a 
le tiers de la longueur du corps ; le museau plus al- 
longé , la mine beaucoup moins douce , et le naturel plus 
(eroce. Le lynx n'habite que dans les pays froids et tempérés; 
le caracal ne se trouve que dans les climats chaudsde la Tur- 
quie, de la Barbarie , l'Arabie, et la Perse. Comme le lion 
et la panthère , il vit de proie ; mais éUnt plus petit et 
bien plus foible , il a plus de peine i, se procnrer sa sub- 
sistance; il n*a , pour ainsi dire ^~ que ce que les autres 
lui laissent, et souvent il est forcé de se contenter de 
Içurs restes. Il s'éloigne de la panthère , parce qu'elle 
exerce ses cruautés lors même qu'elle est pleinement rassa- 
siée ; mais il suit le lion, qui, dés qu'il est repu, ne fait de 
mal à personne; le caracal profite des débris de .sa table , 
quelquefois même il l'accompagne d'assez prés, parce que 
grimpant légèrement sur les arbres , il ne craint pas la co- 
lère du lion qui oe pourroit l'y suivre'^ comme fait la pan- 
ibère. C'est par toutes ces raisons que l'on a dit du caracal, 
qull étoit le guide aule pofirpoyeur du Âbn; que celui-d, dont 
l'odorat n'est pas £n, s'en servolt pour éventer de loin les 
autres animaux, dont il partageoil ensuite avec lui la dé-v 
ponille. 

Ce quadrupède carnassier ne s'apprivoise que très-<U£Sci- 



dt, Google 



fo& C H A 

kMKtil^ «kpeAdiMr kn^il ett fài ^ejaM «-^ert amc soin ,- 

on peut le dresser k la chasse, ' 

Le earacal à, longue queue du Bengale, Gçiré par Edtvards, 
et' edsuitepar Baffon, sujfpl. tom. j, pt. ^a, est vraïsemBU— 
Ë^léineat ^fférbat du caracaf proprement dit , et c'est peat- 
Arff fe Itti qu'anse sert aui fiides pour prendre les lièvres , 
les lapins, et même les grands oiseau, qu'il surprend et sai- 
sit arec une adresse singulière. 

Le' caniCaF, sefon M. Cuvîer, Te vrai lynx des anciens, dont 
ib- fAK'dit que ïx Toe- étoh assez périmante pour p^dtrer les 
corps opaques, et dont l'urine avoitlamrTreiftfuseproprifté 
de devenir un corps solide , une pierre précieuse , appelée 
lÊfdi ^MÊàém, m m aniusFt f>k»fe«)t, aussi bnH'qae toMes 
ieaftapniti» tfa'^a lui'MtribtM. Ce lynx imaginMW n'a' atc 
«■■ rnfKirt. »ec le «rai l^nx, ou pfocAt avec te caracat, 
qmt: cen» à» wm. 11 ae faut doae pas , comme font bit la 
plupand«iitMsraKit«», attÀ)Hieràcdtti~ei,qm eMtwStre- 
yëel, le» pTOpriélés de cet aaimai nnagnaîre, 1 l'existeiKe 
ddoori Fine uù-Btéme n'a p» L'air de «ran.pvifm'UB'ov 
pane que «natpc: d'âne béte «straovdiaMrc , ei qu^ b! auv 
k la t£te des rs|^jfia, des pé^aws , des licornes etfcs «ttre* 
prttdigcs' ou inoastre& qn'eaGmtc F£thiopie. 

Doutiime Espèce. — Le Ly«X OBl>HtA»B (/(£f fy)U>)t, tinn. 
Loup cekvieb des Caorreurs; Lynx Su^ faute rouâiltnt U 
plus soaeeai moMekeié de bnut ou de neir , à tfueue trè>-caurU^ , 
noinàfexMmké, Cor-v U Lym, BaS^ tom. 8 , pi. ai.— 
Sc(m^ Saugth. pi. log. pi. £. aS de ceSkt. 

L« IfOE se tiionyff daas lei^Fondes &Trtts'dn b«vA de l'M* 
le«Mga*, dB U LilbuxuèCr de la Moictivte, d6 la Sibérie «I 
da toBtts Itn parties leptentrÏMiateg de l'ancien cOfl &'A c i lt, 
eEneikrilpas êtncmfondaawcUsIyaKdtrLevantjdeUBar' 
iMtîe, de r Aiabia et des antres pays ekaods, qulsom d'âne coo- 
Icv nnifarai» et aaB» tacke, et appartiamedl k l'eipàee du 
ectraul. { V. Fnpièec précédente:) Pthte dît qoe les premier» 
Lywc ^'oa vit éi Rone , avoiest éti^^ envoyé» des Gaules. 
llaintoasat ilii^ en «plu» e»Ëarap«,si c^n'estpeoti'âtw 
q«Belqae>-«Dfe dans le fiâmes dïaJnes de woniâgaeE. 

E cid de la Kutte' da renard' , et pèse environ visgt-^inq 
UVfM. L'iadi«Mii-dédni parï>aiÀt«(tton et figuré dans l'flis- 
tdir* naOsnUe d« Boffon y étoit grinérakment d'tH>e câuieup 
Céuv* f oànte« «n. dUMB «i ii» tes flancs , Mia>r^ de pe- 
titin tacka «t prtcqnc d« peii»» bande» Wiaea pt«H app«- 
renlcs sur l'épaule et sur la cuisse , et presque noife» sur 
InUVres^ ptiBcipaUnent à l'eadroit des floouaUches* sur 
l'aTant-bras et sur le devant de la jambe. Le bord des pao- 



i:, Google 



C H A tof 

ptères étott Àoir; les ot«i)lei niMlres i la base et noîres 
près des bords et de la pointe; le d(!datis éMt Une; hr 
qneue , loo^w de six pouces , étoit fanve k Ift base et airoit 
sa dernière nMHtîé noire, l-es poils étoieiit doiuc et loofj/t d'un 
ponce et demi aa pfns, etc. 

Le lonp-cemer a été confondn Kvec tontes tes sntres es^ 
pèces de lynx ,*dont la disdoction est due À MM. Cteoifroy 
et Cuvier. Il vit isolé daas les forêts comme le chat sauvage* 
« Il n'a Hen du loup , qnVne espèce de nurlemebt , qui , te 
faisant entendre de loin , a dû tromper les ckasseurs , et leur 
faire croire qu'ils eniendoiènt iin lôup. Cela se«l a peut-être 
suffi jp6iir lui faire donner le nom de toap, auquel ,^ poor le 
distinguer du vrai loup , tes chasseorS ont ajouté l'épithéte de 
deivîer, parce qù' il attaque tes cerfs, ôô plutôt parce que sa 
|ieaii est variée de taches â peu près comme celles des jeunes 
cëffs , lorsqu'ils diit la livrée.... Le lynx ne coarf pas âe swile 
fômmè le loup : il Marché et saute cotnihe le chat ; il vît (le 
chassé et poursuit son gibier jusqu'à la cime des arbres ; tel 
chats sauvages , les martes , les hermines , les écureuils n« 
peiiVent lui échapper ; il saisit aussi les oîseaîu ; il attend les 
derfe , les chevreuils , les lièvres au passage , êl s*élance des- 
sus ; il les pretd h là gorge ; et lorsqu'il s*est rendu qlaftre 
de sa victime, il lui suce le sang, et lui ouvre la tête pour 
nlàligêr là cervelle i après quoi , souvent , JI l'abandonne pour 
en chercher une aiitf e ; rarement il retourne à sa première 

?roïe; et c'est ce qui & fait dire que, de fous les animaux, I0 
fax é toit celui qui âvoit lê moins de mémoire. Son poil chdnge 
de couleur suivant les climats et les saisons ; les fourrures d'bi- 
f er soiït plus belles , meilleures et mieux fourrée* tmfi celles 
à'été ; sa chair , Comme celle de tous lei animaux de proie , 
n'est pas bonne à manger, Buffon. » 

TTeUSmeEspice.-~ha Gbat-CBBVîMi des foftYeiirt , ftlà 
f^nfLitm., Goldenst., Petwant, Schreb., pi. 109 B. 

Celui-ci est un peu moins grand que lé prtCêdMlt ; sa tétè 
M sBD aos BOTrt d'Mh i-Wi^f&iWé, »«»!«« f ««tes tooach (-tares 
d'à» bi^il twirâtt* \ sa gfiVge blanchatt-é \ sa poitritie et s»* 
ventre blanc i-ÔBSsMrt claî*- ( *eê Ifteififeres , é* Vtktht WW 
■que le dos , avec des ondes brunâtres légères i sa lèvre s^é- 
Keore a quelques lignés BÔirJtre» sur un fohd blanc rflus- 
sitre ; le nez eii tout rotissâtte , et Ite tour de l'œil blanchâtre. 

Cette espèce, que M. Cùvier âédrit ainsi, est commune dafls 
les Élâtï-Unis d'Amérique, et Sèspeaux sont Ifès-abondantes 
âà^ le commerce. M. Base Cn a rapporté de ta Caroline. 
Le Ipà âa. Missiuipi de Èuffen , l. 8 , pi. 53 , se rapprftchfc 
^fciat dé tette espèce que de là suivante ; mais ta description 

c,qi,it!dt, Google 



„S C H A 

de celnî-ci est trop incomplète ponr qa^oa puisse se déter- 
miner à l'y rapporter défiaitivemeot. 

Quatorzième Espèce. — Le Lywx DD Canada, j FeUseanadensiSf 
Geoffroy , Cuvier ; est de la taille du lynx avec lequel il a été 
confondu. II lui ressemble en effet beaucoup ; mais le fond 
de son pelage ^ aa lieu d'être fauve roussâtra , est d'un gris 
blanc. Les mouchetures sont d'un brun pâle , ou même ne 
paroîssent pas ; le pinceau des oreilles est noir ; la queue est 
courte et terminée de noir. 

Uq individu de cette espèce, conservé dans la collection da 
Muséum d'Histoire naturelle de Paris , n'a que deux pieds 
deux pouces de long depuis le bout do nex jusqu'^ l'extré- 
mité du corps , qni n^est élevé que de douze à treize pouces ; 
la t&te 3 six pouces de langueur , et sa queue seulement cin<| 
]^ouces. Le corps est couvertde longs poils plâtres ni£lé& de 
poils blancs; il est moucheté et rayé de fjtfve ; les taches sont 

S lus ou moias noires; la tête grisâtre, mêlée de poils blancs ou 
'nnlauve clair, et comme rayée de noir en quelques endroits. 
Le bout du DCï est noir, ainsi que le bord de la mâchoire infé- 
rieure ; tes poils des moustaches sont blancs , longs d'envîroa 
trois pouces; les oreilles, assez grandes , sont garnies de poils 
blancs en dedans et de poils un peu faares sur les rebords x 
elles sont terminées par un pinceau de poils noirs de sept li- 
gnes seulement de hauteur ; la queue , qui est grosse , courte 
et bien fournie de poils , n*a que trois pouces neuf lignes de 
long; elle est noire depuis l'extrémité jusqu'à la moitié , et 
d'un blanc roussâtre à la base. Le dessous ou ventre, les jam- 
bes de derrière, l'intérieur des jambes de devant et les pattes,, 
sont d'iA blanc sale ; les ongles sont blancs , et ont six lignes 
de longueur. 

Un autre a les poils beaucoup plus longs , les taches moins 
visibles , et paroit jaunâtre glacé de blanc. 

Les poils des joues surtout ont beaucoup de longueur et 
Svnt termiaés de noir. 

On ne sait rien de particulier sur les habitudes naturelles 
du lynx du Canada; mais il est probable qu'elles sont très- 
semblables Scelles de notre lynx, ou du caracal. 

QumzUme Esj>ice. — Le Chaus des Anciens , FdU chaus^ 
puIdenst;leLi[NX botté, Bruce, Voy. tom. 5, pi. 1io;.Felàlt' 
fycus, 01iv.,Voy. en Égypt, in-4°, p- 4*i Geoff., Égypt 

De toutes tes espèces comprises dans ce paragraphe, an- 
cnne n'a la queue aussi allongée que celle-ci : cette queue va 
jusqu'au calcanéum. Cette espèce est aussi remarquable par sa 
taillé intermédiaire entre celle du Ipiz et celle, du chat sauvage^ 



dt, Google 



C H A ,<g 

par son pelage btun, jannâtre en-dessns, plu clair en-des-' 
soTos , présentant dem bandes noirâtres , an-dedans des bras 
et des cuisses ; trois anneaux noirs au bout de la queue, et 
le derrière des mains et des pieds noir comme te boot des 
oreilles. 

Gilldenstedt(JVm'. Comm./w^/i, i^^S), a tepremier, bienfait 
connottre le ckaus, qu'il a?oit obseiré dans les lieux inondés 
et marécageux des yallées du Caucase, oi^ cet animal cbasse 
les oiseaux aquatiques, et poursuit les poissons et les gre- 
nouilles. Bruce l'a rencontré ensuite en Abyssinie, et eo a 
donné une figureet la description suivante , dans son Vcjrage 
auB sources du Nil. 

« Le lynx botté n'a pas plus de vingt-<leux ponces de lon- 
eueur depuis le bout du nez jusqu'à l'origine de la queue; sa 
hauteur, prise depuis le pied de deTant jusqu'à l'épaule, n'«t 
que de treize pouces neuf lignes; et depuis le pied de derrière 

I'osque sur ie dos, de quinze ponces trois lignes. Il a le dos^ 
e cou et le devant des pieds d'un gris sale; le ventre d'ua 
Itlanc sale tacheté de rouge ; l'iric jlune , et le dessous des 
yeux, aussi bien que lés côtés du museau, d'un rouge-brun, 
qui s'étend, mais avec une teinte plus foncée , sur l'extérieur 
des oreilles; le dedans des oreilles est rempli d'un poil 
blanc très-fin, et un bouquet de poîls s'élève à leur pointe. 
La queue, dans nn peu plus de moitié de sa longueur, 
est variée d'anneaux noirs et blancs, et dans le reste elle 
a là mSme couleur que le dos. 

n Le nom de fynx ou de chai boUé a été donné à cet ani- 
mal , à cause des marquas ou raies noires qm forment en 
quelqne sorte> stu* le derrière et au bas de ses jambes, 
des bottines, plus longues à celles de derrière qu'à celles 
de devant. 

' CI Ce lynx habite le Kas el Féel. Il se nourrit des débris 
des grands animaux de ce pays, maïs principalement de 
peiatades, qu'il surprend en se tenant en embuscade aux 
endroits où elles vont boire. Un dit qu'il est assez hardi 
pour se jeter sur l'homme , s'il est pressé pgr lui. Quelque- 
fois il monte sur les plus gros arbres , ou se cache sous 
les buissons, pour attendre sa proie et s'élancer sur elle. » 
Olivier a revu fréquemment, dans la Basses-Egypte, aux 
environs du lac Maréotis, le même animal (qu'il nomme 
fdisUhffcus) dans les fèves, dans les fromens et dans les orges, 
faisant la guerre aux petits oiseaux, aux rats et aux gerboises. 
Timide et fuyant au moindre bruit , il se tient dans le désert 
' et habite sous quelqne arbre toufEu, ou dans quelque cre- 
vasse de rocher. La description de celui-ci ^(Fère de celte 
du lynx botté de Bruce , en ce qu'elle indice des dimensions 



dt, Google 



jjg r, H A 

pW peJttea , pt'itpi'eUe ne faitiioiat mentioo ^ rai^f J(uuc/ei 
pu liât^^es ^ i^fxactériae^t pet apj^al. 

End), M- Op^^fv * Hi^emM i* cjm" ^sm ji^e .d^ 

^uOme E»ptee.-^\ji %&KWK1. S'AcrtMQ.œ, ■P<'b «moA, 
ÏJHi. ; Oiat-pard, Mém. de 4'Aca4., tam. 1."^ te Sawdj 
Btd^a, «t. i4, tom. i3,pl. a6.f.pl.P.a7 decel>iet-i 
CuTÏer, Ménagerie duMuséam. ' 

■^as ce nom in ^tvat , ptosieius espèces 4e chais paroîs- 
wnt«voir été confixi^aes , ^ puripi c.es .espaces. de nz jiriaci;- 
^ies- eut été Aiaûnpée? par M. Cvrïer. 

^ja preojîère à laçmelle nous laisserons ce nom, a pour 
tyjie Tapinial qui a vécu aa tt^éum â'Hî.stoiiie ij3'^''Ç.l,lë de ' 
ÎParis, et ïuii ^ été figur^ par Illaréchal et décrit par Jja.. Ç\if 
vîer 4aïis l'ouvrage intiture Ménagerie i/" Muséum. 

jS.a ji>atrje étoit iiq,c.wnue : U étoûinâle ; jt.ap^ssié sa.fifia/efi 
JlT.r^nce , dfuit tr.pîs .à U W/éxidgtfifi i >ans éprouver Àe f lijU-- 
gemeot.ççtable ,4ap6 Ij laill.e et .ijajos.les jcovieu^s- PÙiwwJ 4a 
n^$çavi laracjnçde Uqiieuç,il.arai^deHXpje4s;<saJ^t^^ 
iW^a.froîéI,»it4Vn pied,; .U Jppgiiejw.de sa tête^éHy' ip flF^irp 

Eouces, etsalargeurde âeuspouQes.on^eiigDess^SgiuaieétOjit 
- 'J^e 4p «.^i'Wwçes- U iifiit d'im .guArt plu? pétU fl\i un 
JyiW .Çtti ^voU il Ja ipépagerie il» wftine époçuej ^ajj^ 
qD«^.e étoit d'tfn jiers j)l|is l<H)SHe qpe civile de ,ce Ijfl^ Soft 

ftwl .étoitépals, ^a»f^ loqg ,et très-dai^; celui dp reptce pl^a 
ong et plus laineux que celui des autres parties da,car)ps ; sefi 
.oreilles dé p«.lU-vi;^es.d,epiiiçe;9UX 4e J>(vlâ;Vfoii44£l!a.catiileui' 
4e sa robe d'«a jftfluç-limT^ cJal*".) Urapl un pefi ^ui fe 
^s _ei pâlissant ^ la ^a^e ia^i;iqiu-e ; le des^qus 4e f» mi- 
-cbQM'e inf<Érieure <t(>it:bt^9Ctet âéparé d» reste par go^nes 
taches soires : le dos préjumtoU dans A^j9i^eur4eWf toeS 
jRoirçp étrpîtes ; .deuï autres, jiius .largea,, iolevompfiee dies- 
jpafififiv «sp^QB, s'éte^doient obliguemeat surtes,c£K^, et 
ifUe troisième eacoce plus oblique et p^us div^ée , ,<^qc4ipoit 
^a pArUe flupéoieure de ll^ftule s«;ulemepti tfiiat le t/ùifs d^ 
corps éteit parsemé de petites t^che^ jrqégi|liëcefi,,Àn4^sW* 
plemefi, d'.onaoir iboce ; .celles qui ^toievt^wr îles j^t^ei y 
Jorntot<vtt dos espaces de cub^s tran^v^râes; la.qflttae 4e|^ii- 
d.QÎt jusqu'aiis jiH3etA,,et étoit mai;suéË4^uas,tpvt«.sa4(Wgpqitr 
4'aimeai)x i)»t^s;aer na-fiutd 44Hve. 



dt, Google 



G H A „, 

Tiuuâetiftiimûuot; cepomUnt il ^oît gae cflut Jeetaotu 
venons de rapporter la description , appartient à l'Am^rjque 
ménâîMi^^^ iu moim w ïou «« «rait ig Unelnage de 
H- d'Azw»4 ^oi a re^osim 44w «c m/tam imm»iï,m^m 
ipi'il a déciSte dans «ab M^mge i^w 1^ uq» 4« nfonco)» , 
aou tpte BnSbn ctofoititse -fiel)ii.dii diAt qtf'^-f uppjëwMifr 

M. Cavierpenievv c'est àJ'fipW •d«'QCM«w'4'jH«^ 
r^ue jp'il Cutt «^^korter le «luri «îr miwltifiw Ae Pniirt , 
^«4 ui£Sel4'ÂÛéri9oe,«t Ir 'f"i' ^tnrf rlin ifiaÂi'rairicini 
jepjrû^ dont les tackée MBt jw>i«s atmiktmitti qut je* 
ueuiea. JLe ecival figsré du» SuffMi ceMunUe «umù faevi- 
coopA celui.de U méftig^a mus ce àdwinrji lattchM 
woos jé^gBixèxxmtjA xasdec 

tuSm de Collioimi <¥. SwCT- «ifi^il. 3), iM «a réMétoPOÎt 
ou pe 4tHiPwir »« idiffiéDerDàt |whbi d'>caf^e.d« Bo4Pe4wvaI. 
Gepesdant î^ e»t faéaNemq» pfats 'fffUt, ftuaqa'il ■*« «pe 
jâ^raenf puKesids kwgwnrj foiaque le(JMtrei«ii'OQt9Fingt> 
vutre à «nai(«, ^ 

ITBlrfnU -ce ^hat iîgtt de. la Carttiae t'étstO, ^miuHAi en 
litn<é'icsfèce, sousne c«>]Ms p» iMiâle de rajiponer 
id at .descr^OMa. 11 ^abtte les forAts 4e l'Améflqne 
. Xe ntUe cM^ 4a .gr«i4ear ^''So «hM -côm- 
; sa couleur est d'un brun clair, mSIé de poils gi4s; 
on jjemar^pie d«s caicâ Aaices .asâei larges^ ^acéos .en jTfinne 
de rayons tout le Jo9jgd««oncqrps^.aiu' les j:ûl^,, fkffvisil» 
tSte ')usqu''Jl la queue, qui qst atmalëe 4e AOÎrft^eblMU'.fic 
feutre est d'usé pcutlAaricJwe^ awc Ma tadwesmwroi- Ù y a 
deux larges taches poires.sous les yewi.de çbaaue cdt^4u^eill 
les inoDstaches sont composées de poUsiroiidA st nmIiï). J^ 
femelle est de taille ^plos mince; eEeie»t taïUe «Mi^Fe dW 
pis roassâtrcuDs .aucune tacbeiSJV^edt^jÂU jiBeLaiÊbe«»fiiii» 
surje Tentrc, ^ estd'iHii>lapc isale. 

Qiuuit.àia {Uktrieid» servRl défrit dam cctiMicle., 'sip 
comme il y a lieu4e le croïpe, M.id'Àz»eii«fti*«;i«eD«aBu.«s«. 
iniaraazya dans cet animal , it resteroit certain que c'est dwu 
lePaufguAy^et JesâutiosjNU'iiieis dc^'^Aotéri^tËaB^ôdianal» 
curirttaïuntra.j.ga'ilXertùtja-AwHiWtiAalaîtB^. 

Le wi<nl-deda>ràiiiige»càoi^<d'iiite<fëntci«é et^lyne«gi- 
iiMi4trtriui!iflÎM0m--ilf)e^anoitque ia noit, <et -ooitcfaé sur 
itîtrtlrt 'Pjiàfalitilr îniir. ilifnimit inm rrnir Am niTtln pr*ti- 
gienx. 



dt, Google 



>» c n A 

Shaw, tooi. i,pl. S8; panlhin its itiAétaïâms de Paris/ 
t. 3, pi. 3. 

Cet animal, qui existe aassi dans la collectîan âfeMoséuid 
d'Histoire naturelle de Paris, est un peu plus ^etit que le 
précédent, auquel il ressemble beaucoup, puisque son corpd 
a'a que ringt-^sîs pouces de longueur. Ses taches sont pluâ 
grandes, moins nombreuses , formant des bandes trèg-mar- 
qaées aux épaules et aux jambes de devant'. 

Buffon rapporte à son serval , i." le chai^dgreàu Cap , de 
Kolbe ; mais M. Cuvier regarde comme insignifiante la des- 
cription de cet animal, et voit plutôt dans sa figure une hyène 
tachetée , qu'un quadrupède du genre deS chats ; a." le çhat^ 
tigre du Bengale , de Lhuilier ; mais cet animal ayantla taillé 
du mouton, est plus grand que notre serval ; S.° enfin le serval 
du Maiabar, de Vincent Marie , qui , étant moins grand que 
, le civette , est trop foible pour notre animal. 

La notice quft donne. BuQbn sur l'histoire du serval , ap- 

rartient à ce dernier , qui se trouve dans les montagnes de 
Inde , et notamment sur la c&te de Malabar, o& il a reçu 
des habitans le nom de marapaié , et des Portugais qui y sont 
établis , celui de seival. 11 se tient presque toujours sur les 
arbres, où il fait la guerre aux oiseaux. Il est très- leste et 
très-adroit ; son naturel est féroce ; cependant il craint 
l'homme et le fuit, à moins qu'il ne l'irrite. Une s'apprivoise 
pas. 

Dijs-huùiènu Espace. — CfiAT SAOYASE DE LA Nouvelle^ 
ESPAGNE {FeHs Titexicana), Nob.; Chai sauaage de laNoweSe- 
E^agiw, Buiî,, snppl., t. 3, pi. 43. 

Selon M. Curier, c'est à tort queBuffon a réuni à l'espèce 
du serval cet animal, dont on lui avoit envoyé d'Espagne un 
dessin colorié avec la notice suivante : •< chat ti^e , chat des 
bois ou chat sauvage de la Nouvelle-Espag;ne , dont la hau- 
teur est de près de tïois pieds ; la iongueuf, depuis le bout 
du nez jusqu'à la naissance de la queue , de plus de quatre 
pieds ; dont les yeux sont peUts et ta queue assez courte ; le 
{toil d'un gris-cendré blanchâtre , moucheté de noirâtre , 
etc. 

Cette espèce n'étant fondée que sur une notice ans» peu 
circonstanciée , ne sauroit être admise définitivement ; ce- 
pendant M. Cuvier pense que si cette notice a quelque choâe 
de réei pour objet , ce chat sanvage de la Nouvelle- Espagne 
devra constituer une grande espèce, très-différente de toutes 
celles que nous connoissons. 

DLe-oamime Espèce.— he MAmiL ou MaHooi. (^Fdis manut), 
Pallas ; Gmel. Chat distingué par Pallas , mais peu connu , 



dt, Google 



C H A „3 

et dont il n'esiste pas de figure. Il a élé confondu assez lé- 
gèrement avec notre chat sauvage. Il paroh ressembler an 
lyoE à pelage roux sans tache ; mais sa queue est proportion- 
nellement plus longue. Sur le sommet de sa tête sont deux 
points noirs'; il y a deuzbandes noires parallèles sur les joues; 
la queue est marquée de six anneaux noirs. 

M. Cuvier le place dans la division des chats proprement 
dits , parce que , dans sa description , il n'est point dit qu'il 
ait de pinceaux aux oreilles ; ce qui te feroit reporter dans 
la dirision des lynx. / 

Il est de la Mongolie. Ses habitudes naturelles sont in- 
connues. 

Vin^meEspice. — Le Jacuajiondi ou ¥a.Gua.ro(1Di. D'Aï 
zârai Voyag., pi. lo; ( Fdisyaguarondi') , Lacép. La connois- 
sance de cette espèce est due à M. d'Azara ( Essaisw l'His- 
toire naturdie des Quadrupèdes du Paraguay , tom, i de la Tni' 
daetîon fiaaçeàse , pag. 171 et suivantes ). 

Ce fjiat, qui a de grands rapports avec notre chat saurage*' 
a prés de trente-sept pouces de longueur , et sa queue en ^ 
environ quatorze. Son corps est proportionnellement plus 
long que celui du chat d'Europe , ce qui lui donne en petit 
quelques rapports de formes avec le couguar ; son ventre est 
moins gros , sa tête plus petite , plus courte et moins jouf-^ 
flue ; son museau plus allonge et sans enfoncement entre le« 
yenx; sa qneue plus touffue, ses jambes plus épaisses; ses yeux, 
qui sont petits, conservent la pupille arrondie, quoique tour- 
nés rers le soleil. Son pelage, qui est doux et propre à faire 
de bonnes fourrures , a une nuance sombre et uniforme, qui 
résulte de ce que chaque poil est alternativement rayé de noir 
et de blanc sale. Les mêmes raies se remarquent sur les mous- 
taches, qui sont moins fournies que celles du chat commun. 



Le jaguarondi 'ressemble encore au chat sauvage par 
labitudes et ses mouvemens. Il . vit seul ou par couple 4 
les bois et les halliçrs , et ne s'expose point dans les lieux 



d^ouverts. Il grimpe avec agilité sur les arbres, et ne chass* 
qi^e ta nuit aux rats , aux insectes , atu oiseaux, et même 
aux volailles. Bien , dit-on , ne le fait fuir , et il s'attache aux 
fesses des cerfs et ne les lâche point, malgré la vitesse de ces 
animaux, jusqu'à ce qu'il Us ait tués. M. d'Azara ne doute 
pas que l'on ne puisse apprivoiser facilement cette espèce , . 
parce qu'il a vu un iodividu , pris adulte , qui se laissoit tou- 
cher après vingt-buit jours dé captivité. 

Vi:^- unième Espèce. — Le Marga.Y {Fdts iîgnna) , 
Linn. , Erxleb.; BuCfon , tom. i3 , pi. 37. Le margay est 
beaucoup plus petit que l'ocelot; il ressemble au chat sau- 
VI. » 



dt, Google 



..« C H A. 

vage ponr la ^ndeur et la figare da cor}» ; il a seulement la 
tête plus, carrée , le museau moins court , les oreilles plus ar- 
rondies , et la queue ptus longue ; son poil est aussi court que 
celui du chat sauvage , et il est d'un jaune blanchitre marqué 
de taches dont la direction est senohtable à celle des taches 
de l'ocelot, mais qui en dififèrent encequ'elies aontd'uti brun 
noir tiniforme , et non 'pas d'no faave bordé de noir. 11 a 
le ventre d'une couleur plus claire, les oreilles noires avec 
une -lâche blanche. 

Le maigay est très-commun à la Guyane, an Brésil, et 
dans quelques antres provinces de l'Amérique méridionale ; 
c'est un animal très-vif, très-féroce et très-destructeur. 11 ne 
paroh pas craindre beaucoup les hommes , dont les réunions 
même semblentpeu l'effrayer. Dureste, on ne possède encore 
rien de bien certain sur la manière de vivre de ce quadrupède^ 
que beaucoup d'auteurs ont confondu avec l'ocelot. 

C'est peut-être à une variété noire de cette espèce qu'il 
faut rapporter le nègre de d'Azara , qui seroit no peu plu5 
graod que le chat sauvage , et tout noir. 

Vingf-datxQme Etpice.^VEiRK de d'Azara(f>/û£ïm),Nob. 
Ce chat, qui n'a encore été vu que par d'Âzara et qui n'est 
point figuré , a trente-un pouces de longueur , et sa queue en 
a onze et demi ; elle est plus tonHiie que celle du chat. 

Tout son pelage est roox-clair, ainsi que la mâchoire in- 
férieure; il a les moustaches et udc petite place de chaque 
câté du ncE, blanches. Son poil ne diffère ni en douceur ni 
en longueur de celui de l'yaguarondi , et parott très-propre 
k faire des fourrures. Il est du Paraguay. 

VmgtiroisHine Espict.r— Le pAJEROs de d'Azara; FeKspaJe- 
ros, Nob., est aussi un animal du Parae;uay (non encore figU' 
ré) , de la taille du chat sauvage, dont le poil estlong, douxet 

f;ris-bmnen dessus, avec desbandestransversesroassjtrcssous 
a gorge elle ventre , et des anneaux obscurs sur les pattes. 

Le chat Pampa , du même auteur , ne paroh pas en diffé- 
rer. 
. yùigt-çuaùième Espice.^lje Guigma , F^is guigna , Molina. 

Mulina, dans son Histoire naturelle dn Chili, appelle 
ainsi un quadrupède du genre des chat», que l'on trouve dans 
les foréta de cette contrée de l'Amérique méridionale. Il 
ressemble au chat sauvage par la forme , et au snaigay, par 
sa belle robe, qoi, sur un fond de couleur fauve, est mar- 
quée de taches noires , rondes , d'environ cinq lignes de dia- 
mètre, et s' étendant le long du dos jusqu'à la queue. 

M. Cuvier, rappelant que Moliaa, auteur peu fidèle, a 



dt, Google 



C H A „5 

^cnt de mëpioife , en Italie , Son Ftiâtoîre naturelle do Chili 
soupçonne qu'il a voulu parler ici du margay. ' 

Vuigt-cinçuième Espèce. — Le CoLOcOLtA, Fdïs calocoBa . 
Molina. ' 

Suivant la notice de Molina , celui-ci ressemble au chat 
sauvage; mai^ son poil est blanc, avec des taches noires 
et jaunes irréguiières ; sa queue est rayée jusqu'à la pointe , 
de cercles ou d'anneau^ noirs. Il vit commele guigna dans 
les forêts du Chili, et il a les mêmes habitudes. 

Selon M. Cuvier, ce colocolla pourroit bien n'Être oue 
1 ocelot. ■ ■ ^ 

Vingl-sixième Espèce. — Le Chat D£ Jwa , FelU /oponen- 
sis, ÎJob. , 

Ce chai, long de seize à dix-sept pouces , avec une queue de 
nuit pouces et demi, est d'un peu moindre taille que notn; 
chat domestique, maïs il est de même forme. Sa couleur, 
dit M. Cuvier, est gris -brun clair dessus, et blanchâtre 
dessous, avec des taches brunes, peu marquées et rondes, 
jparses sur tout le corps; celles du dos sont allongées, et 
forment quatre lignes plus brunes. Une liane, partant de 
l'œil et allant en arrière, se recourbe pour Faire une bande 
transverse sous la gorge, que suivent deux ou trois autres 
bandes sous le cou. Ce dessin de la goi^e se remarque éga- 
lement dam les ocelots et dans les margays. Cet animal 
a beaucoup de ressemblance avec le tJial de Bengale, de 
Pennant et de Shaw. 

Il a été rapporté de Java par M. Leschenault de Latbur. 

" Vingt-septième Espèce. — Le PETIT Chat sauvaoe de 
i'Imde , Felis undata, Nob. 

Cette nouvelle espèce est plus petite que la précédente ; 
son pelage présenle des ondes plutôt que des tacbes, et l'on 
pourrolt la comparer au chat sauvage Indien de Vosmaer 
{Monog^^hie, pi. i8), si celui - ci n'étoit enluminé d'une 
teinte trop bleue. (Cuv.) 

yingt-haùième Espèce. — Le Chat proprement dit, ^Ïi/m co/iu,' 
lion., etc. Erxles, etc., le Oud, Ba&l tom. 6. pi. i et suiv. 

Le chat sauoage est très - grand ; sa longueur , depuis le 
bout dp museau jusqu'à la naissance de la queue , est de 
vingt i vingt-deux pouces; celle de la queue est de neuf 
on dix. 11 en a quatorze à quinze de haut ; son pelage varie 
peu ; son poil est long et touffu , principalement sur les 
côtés des joues , caractère qu'il a en commun avec le lynx. 
11 est presque toujours d'an gris-brun , assez semblable a- 



dt, Google 



,i6 C H A 

la couleur du lièvce ; ube espèce de bandé noire règne le 
long du Aos i on en remarque aussi plusieurs sur les cAtés 
du corps et sur les joues. Sa queue est très-velue et annelée 
de noir; les lèvres sont noires, et les oreilles sont plus 
roîdes que celles des chats domestiques. 

Le chat saurage se troure daAs presque tous les climats de 
l'ancien continent; il n'existe point en Amérique; etc'est par 
«rreur que Les naturalistes ont dit et que nous avons répété 
nous-mêmes, daosla première édition de ce Dictionnaire, que 
le chat sauvage habite le nord du nouveau continent. Cette 
méprise est venue du nom de eeiid~cal (chat-sauvage), que 
les Anglo-Américains donnent au lynx , et que l'on a ap- 
pliqué à tort au vrai chat sauvage , qui est an animal par- - 
'tiGolier à notre continent. Il est devenu très-rare dans nos 
climats, et on ne le trouve guère que dans les forêts d'une 
certaine étendue. 11 produit avec le chat domestique , et 
il n'est pas rare de voir des chais mâles et femelles , quitter 
les maisons dans le temps de la chaleur , pour aller dans 
les bois chercher les chats sauvages, et revenir ensuite à 
lear habitation. 

Le chat est le plus petit et le plus joli des animaux renfer- 
mlfs dans le genre qui porte son nom; son corps, allongé et 
souple , est soutenu par des jambes courtes ; sa tète est 
arrondie ; son mnseati court , et ses oreilles droites ; son 
nez est saillant, nu et rude an toucher; sa gueule est pe- 
tite ; de longues soiçs roides forment des moustaches de 
chaque c6té du museau ; il y en a aussi d'autres un peu moins 
longues au-dessus des yeux. 

Les yeux du chat sont grands et rapprochés l'un de l'autre ; 
la pupille, qui, dans l'obscurité, est grande et ronde, devient, 
au grand jour, longue et étroite comme une ligne ; il y a 
contraction continuelle dans l'iBil de cet animal pendant te 
jour , et ce n'est , pour ainsi dire , que par efîort qu'il voit 
â une grande lumière ; cette difficulté de voir au grand jour 
rend les chats plus disposés à dormir durant ce temps que 
{tendant la nuit : l'iris des chats est bleu dans les jeunes , 
vert dans ceux d'un âge plus avancé , et ordinairement 
jaune dans les indivldns adultes. 

La langue est mince et large à son extrémité; elle est hé- 
rissée de petites pointes qui la rendent fort rude , particu-r 
lièrement lorsqu'elle n'est point humectée d'une salive aben- 
dante. Les chats ont les pattes de devant divisées en cinq 
doigts , et celles de derriÈre en quatre seulement ; les on- 

f;les sont crochus , longs et aigus ; le chat les retire à vo- 
ODté , et les tient cachés dans leurs étuis , de sorte qu'ib ne 
s'osent point en marcbant, et l'animal ae les fait sortir que 



dt, Google 



C H A ,,7 

lorsqu'il vent saisir une proie , se dëfendre on attaquer , et 
s'empêcher de glisser. 

Le chat est joli, l^er, adroit, propre et volaptueux ; il 
atoie ses aises, il cherche les meubles les plus mollets 
pour s'y reposer et s'ébattre ; il est aussi tris-porté à l'a- 
mour, et la femelle parott être plus arJente que le mâle ; 
elle l'invite , elle le cherche , elle l'appelle , elle annonce 
par de hauU cris la fureur de ses désirs, ou plutdt l'eEcès 
de ses besoins; et lorsque ie mâle la fuit ou ta dédaigne, 
elle ie poursuit, ie mord , et le force , pour ainsi dire , k la sa- 
tisfaire , quoique les approches soient toujours accompagnées 
d'une vive douleur. La chaleur dure neuf ou dîi jours, "et 
n'arrive que dans des temps marqués; c'est ordinairement 
deux fois par an , au printemps et en automne , et souvent 
aussi trois fois et même quatre. Les chattes portent cin- 
quante—cinq 00 cinquante-six jours ; elles produisent ordi- 
nairement quatre ou cinq petits , qui viennent au monde 
les yeux fermés et presque sans oreilles ; au bout de neiiF 
jottrs les yeux s'ouvrent; quelque temps apr^s, les cornets 
des oreilles prennent un accroissement assez prompt , et se ■ 
redressent. 

Comme les chats mâles sont sujets à dévorer leur progé- 
niture , les femelles se cachent pour mettre bas , et lors- 
qu'elles craignent qu'on ne découvre ou qu'on n'enlève leurs 
petits, elles les transportent dans d'autres lieux ignorés ou 
inaccessibles; la manière dont elles exécutent ce transport 
est curieuse : d'abord elles les lâchent dessous le cou , comme 
pour les préparer à Être saisis par la mâme partie ; elles les 
serrent ensuite avec leur gueule , de façon à ne pas les lais- 
ser échapper, mais pas assez fortement pour les faire crier;- 
ainsi chargées d'un fardeau qui leur est cher , elles marchent 
la tête haute, afin que le petit ne frappe point contre terre, 
et le petit ne fait aucun mouvement et laisse pendre son 
corps et ses pattes comme s'il étoit mort ; la chatte , en te 
déposant , le lèche de nouveau sous le cou. 

La chatte, après avoir allaité ses petits pendant quelques 
semaines , leur apporte des souris , d« petits oiseaux, etks 
accoutume de bonne heure À manger de la chair; elle ea 
a le plus grand soin ; lorsqu'ils commencent à marcher elle 
les accompagne partout , les appelle près d'elle par un miau- 
lement doux et particulier , et lorsqu'ils n'y répondent pas , 
elle miaule de nouveau ; sa physionomie prend un caractère 
d'inquiétude, elle fait quelques pas dans, le chemin qu'elle 
voudroit faire suivre à ses petits » les appelle encore , et re- 
vient k eux; elle tâche de les emporter; s'ils sont déjà un 
peu grands ; fille 1(9 traîne les vins aprè» les autres } et se 

.ogic 



,48 C II A 

repose de temps en temps. Vieot-il à parôttre un chien ,' 
celte bonne m^ère craint ^our ses petits , elle se prépare à 
les défendre ; sa physionomie, qui est celle de la douceor , 
change encore de caractère , elle devient celle de la fureur 
et de la férocité ; elle s'élance et se place fiëremeDt entre le 
chien et sa chère progéniture ; ses, yeox s'enflamment , sa 

Supille se dilate fortement, elle ouvre la gueule, montre les 
enU ; son museau se fronce , ses moustaches sont agitées 
d'un petit Irentblemeat , qui est celui de la rage ; elle soufdc 
avec véhémence une odeur de chou gâté ou de mauvais musc, 
et semhle cracher contre l'objet de sa haine -, son poil se 
hérisse en même temps, ses oreilles se couchent , sa queue 
se gonfle, son dos s'élève en se courbant, elle roidit ses 
jambes ; dans cet état , elle exécute quelques petits sauts 
devant le chien, comme pour l'effrayer etrefigagef àprcn- 
dre la fuite ; elle se présente à lui en se tenant de calé , 
comme pour lui faire remarquer sa grosse queue et les au- 
tres signes de sa fureur , et l'intimider davantage ; s'il avance, 
elle saute sur lui, et lui fait souvent un mauvais parti; s'il 
reste en place, elle a quelquefois le courage de l'approcher; 
s'il fuit , elle court après , sans autre dessein cependant qu« 
celui de s'assurer de son départ et d'empêcher son retour; 
après avoir quelque temps fait sentinelle , elle revient à ses 
petits ; souvent elle les trouve cachés dans différens coins, 
où ils se sont réfugiés au moment de la fuite da chien ; elle 
les appelle, et alors ils sortent tous de leurs cachettes et 
s'approchent ; elle leur prodigue mille marques de tendresse, 
les serre dans ses pattes, les lèche et leur donne k téter. 

Les chattes sécrètent k nourrir de jeunes animaux d'un 
tout autre genre , et même d'espèces ennemies. Les jeunes 
chats sont jolis , gais , vifs, et surtout fort curieui ; du ma- 
tin jusqu'au soir ils ne font que jouer ; leurbadinage agréable 
et léger n'est pas toujours sans malice ; ils se mettent II l'afTâl 
près d'une cage ; ils épient les oiseaux qu'elle contient , 
vivent des yeux tous leurs mouvemens ; ils guettent les 
souris et les rais , les attrapent , les tuent après s'en être 
joués long-temps, et finissent ^uelqu(;fois par les manger. 
On remarque que les chats bien nourris ne mangent point 
les peliU animaux qu'ils tuent. Au contraire,, les chats mal- 
traités par lenrs maîtres ,' chassés des cuisines , n'ont d'au- 
tre ressource , poar soutenir leur existence , qne la chasse ; 
aussi s'y livrent-ils avec nn« ardïur égale à leur faim , et 
V devtennenl-ils enx-mémes, sans y être dressés, pins ha- 
bileï que les chiens les mieux instruits. Ils manquent de 
finesse dans l'odorat ; aussi ne pouriuîrent~ils pas les ani- 
maux qtf ils ne voient ploS) maifi ils l«s attendent et le» ait»' 
quent par eurprise. 

L:,.,i,;<,i;,G00^li: 



C H A „g 

A quinze oa âix-tiuit mois , ces aaîmanx ont pris toute 
leur croissance; ils sont aussi en état d'engendrer avant i'âgp 
d'un an, et peuvent s'accoupler pendant toute leur vie, qui 
De s'étend guère au-deU de dix ji douze ans ; ils sont ce- 
pendant très-durs et trèft-rivaccs , et ont plus de nerf et de 
ressort que d'autres animaux qui vivent plus loQg-tempsi^Ils 
peuvent même supporter un long jeûne ; l'on cite plusieurs 
exemples de chats qni sont restés enfennéB ,. sans aucune 
nournture , pendant vingt et vingt-quatre jours , et que l'on 
a retrouvés vivans, mais extrêmement maigres et avec un 
grand fonds d'appétit. 

Les chats ne peuvent màcber que lentement et très-diffici- 
lement; leurs dents sont si courtes et si mai disposées , qu'elles 
ne leur' servent qu'à déchirer et non pas à broyer les alimens;. 
aussi cherchent-ils de préférence les viandes les plus tendres : 
ils aimen} le poisson et le mangent cuit ou cra ; ils boivent 
fréquemment. 

Leur sommeil est le plus aouvenJ fort léger ; mais lorsqu'ils, 
reviennent d'une longue expédition , ou quand ils ont nien 
mangé , leur sommeil est si fort que c'est une espèce de lé- 
thargie dont on ne les fait sortir qu'avec assez de peine. En 
s'éveillant, s'ils se lèvent tout i coupenroidissant les jambe» 
et en élevant fortement le milieu du dos, ils ne manquent pas 
de se recoucher à l'instanL 

Un nuirmure sourd et continu est l' expression du conten-: 
tement , de l'affection , et mâme des désirs des chats. 1^ ont 
encore une autre manière de marquer les sensations agréa- 
bles qu'ils éprouvent, en élargissant les doigts, et en posant et 
relevant alternativement les pieds de devant ; mais cette es- 
pèce de pélrisgement n'a lieu que lorsqu'ils se trouvent lur 
quelque meuble mollet , comme un coussin , un lit , ou qu'ils, 
appuient leurs pieds sur les vËtemens de la personne qiTiJs ca- 
ressent. Les, petits chats, dans le moment où ils teltent avec 
le plus de plaisir , pressent de la niânie manière les mamelles 
de leur mère. 

. L'agitation de la queue est on signe de colère ou de pas- 
sion violente , dans les chats. Ils la tiennent relevée et droite , 
en marchant vers un.ob)etqni les flatte. Lorsqu'ils sont assis ^ 
ils la font ordinairement revenir en rond sur leurs pattes de 
devant , et lorsqu'on les relient de force, ils témoigna' 'cor 
impatience par le mouvement de balancement qu'ils donnent 
<l son extrémité. 

Les chats sont très-curieux^ on les voit Saîrer tons les 
meubles d'un appartement, toutes les plantes d'un jardin , et 
^elte manière de reconnoiire les objets leur sert davantage 
que leurs yeux dans le grand jour. Ib craignent l'eau , le iroid 



,i,i''.dt, Google 



_,i6 C H A 

«t les maoyaises odeurs ; ils aîmenl à se tenir au soleîl ; îb 
cherchent à se gtter dans les lieux les plus chauds , derrière 
les cheminées on d^ns les fours ; ils aiment aussi les parfums , 
et se laissent volontiers prendre et caresser par les personnes 
qui en portent : l'odeur de la plante qu'on appelle Vherfie ait 
thaï ou cha/aîre^Mpeta cataria,L.'), leur fait éprouver une sen- 
sation si délicieuse , qu'ils paroissenl transportés de plaisir. 
Od est obligé , pour conserrer celte plante dans les jardins , 
de l'entourer d'un treillage fermé : les chats la sentent de 
loin , accourent pour s'y frotter, passent et repassent si sou- 
vent par-dessus , qu'ils la détruisent en peu de temps. La va- 
lènane et le mamm leur plaisent aussi beaucoup. 

Les chats marchent légèrement , presque toujours en si- 
lence et sans faire aucun bmit ; ils se cachent et s'éloignent 
pour rendre leurs excrëmens , et les recouvrent de terre ) de 
cendre , ou de toute autre matière pulvérulente. Comme ils 
sont propres , et que leur robe est toujours sèche et lustrée , 
leur poil s'électrise aisément, et l'on en vdit , surtout pen- 
dant les grands froids, sortir des étincelles , lorsqu'on le frotte 
avec la main. 

Il est impossible de retenir le chat mâle , dans la saison où 
les femelles sont en chaleur. Il s'écarte souvent fort loin de 
son habitation , et ne revient qu'au bout d'une quinzaine de 
jours et même d'un mois , les oreilles déchirées , la face et le 
corps couverts de coups de griffes, marques snngtantesde ses 
combats amoureux. Si l'on veut conserver un chat mâle dans 
toatesa beauté, il est nécessaire de le faire couper. Parla cas- 
tration, il devient sédentaire , sans cesser de faire la chasse 
aux souris ; il acquiert plus de grosseur, et il perd l'habitude 
de lancer en arrière son urine acre et d'une odeur forte , sur 
les meubles et sur tout ce qu'il rencontre. 

Dans leurs courses sur Tes toits les plus escarpés , les chats 
sont exposés k tomber de fort haut ;'maîs ils se trouvent tou- 
jours sur leurs pieds , de sorte que la chute est pour eox sans 
danger. Mais ce n'est que dans le cas où ils tombent d'enx- 
mâmes que les chats sont à l'abri des accidep ; ils se bles- 
sent el se tuent pour l'ordinaire, qifand on les jette d'un en- 
droit élevé. 

Après avoir mangé , les chats passent leur langue de cha- 
que côté des mâchoires et sur leurs moustaches, pour les net- 
toyer. Comme ils ne peuvent atteindre , de leur langue , les 
côtés de la tête , ils mouillent une patte de leur salive , et la 
frottent ensuite sur ces parties pour les lustrer. 

A la sortie de leurs dernières dents , les jeunes chats sont 
ordinairement malades ; on les volt alors souffrir beaucoup , 
languir et maigrir. Ui sool sujets aux yomisaeaifiiis , qu'ils 



dt, Google 



C H A rit 

font précéder de crîs doulonreux ; ils fonl de grands efFortS 
pour romir. Comme les chiens., ils mangent le r^ren-denl et 
quelques autres graminées. L'esprit-de-vin et l'opium sont 
pour eux des poisons mortels. 

C'est à tort que l'on pense général ement que le chat n'est 
pas susceptible d'attachement. Quelque perverses que l'on 
suppose ses inclinations, elles se corrigent, elles acquièrent 
nn caractère aimable de douceur, lorsqu'il est traité avecmé~ 
nagement, et qu'on l'a hctbitué aux soins, aux caresses et à la 
familiarité. Le chat étoit , parmi les quadrupèdes, celui dont 
.les Egyptiens 'punissoient le plus sévèrement 4a mort , soit 
■qu'on Peut donnée par inadvertance, soit de propos délibéré. 
. On étoit toujours criminel quand on tuoit un chat , et ce 
-crime'ne s'expioit que parles plus cruels supplices. « Quand 
« le chat meurt de sa mort natqrelle , dit Hérodote , tous les 
- gens de U maison où cet accident est arrivé se rasent les 
- ■ sourcils , en signe de tristesse. " On embaumait le chat, et 
on l'enscvellssoit k Buèaslis , actuellement Basta. La véné- 
ration des Elgyptîens pour cet animal , étoit fondée en partie 
sur l'opinion qu'ils avoient , qu'Isis , la Diane des Grecs , 
voulant éviter la fureur de Typhon et des Géans , s'étoit ca- 
chée sous la figure du chat. Ils représentoient le dieu Chat , 
.tantôt avec sa forme naturelle , et tantôt avec un corps 
d'homme portantune tête de chat. Le «ilence des naturalistes 
grecs , au sujet du chat domestique , semble prouver qu'il n'y 
en avoit pas autrefois dans la Grèce. 

Les variétés de l'espèce du chat ne sont pas , à beancoup 
près , aussi nombreuses que celles de l'espèce du chien ; les 
différences de forme qui existent entre elles, sont aussi bean- 
coup moins remarquables. 

Les chais smwages varient beaucoup , quant à la taille et 
an fond de leur pelage plus ou moins gris, plus ou moins 
roux; mais leurs marques ou bandes sont toujours sembla- 
bles. Quant aux chats domestiques, iears différences prin- 
cîpales sont les suivantes. 

Pallas a observé une race singulière de chats , dans la 
province de Pensa , en Russie. (Nouveau Voyage dans les gou- 
vemanaa mériàiojiaua: de l'empire de Russie , pendant les années 
1 793 et 1794 1 traduit de rtdlemand , 1801.) La forme de ceS 
chats , et surtout la qualité et la couleur de leurs poils y 
présentent , dit-il , quelque chose d'extraordinaire- Leur 
grandeur est moyenne , leur tête allongée et effilée vers le 
museau , et leur quene trois fois plus longue que la tête ; les 
pattes sont plus petites qne celles des chats communs ; le 
poil ressemble À celui de \a fouine , et il est un peu moins hé- 
ri&sé que éelm du chat cpounua ; celui dont la queue rst-gar- 



dt, Google 



nie , uniment roQclié , a quelque anaiogje arec les pluro«a ies 
oiseaux. Une leinle de châtain clair est à peu près la même 
aur tout le corps \ elle est un peu plus noire sur le dos , par- 
tirulièrement au mâle , et plus pâle en dessous ; cette teinte 
devient plus blanchâtre sur la gorge. Le noir dont le miiseaa 
«si couvert, s'élargit jusqu'autour des yeux , et se prolonge 
encore en poiple vers le front ; les oreilles sont également 
noires , de même que les pattes et la queue. La partie lai- 
neuse du poil est d'un gris blanchâtre. La femelle porte une 
tache blanche au cou. 

Cette race singulière de chats, que PaHas soupçonne 
être produite par le mélange de deux espèces d'animaux, a 
l'odeur et presque tontes les habitudes des chats communs ; 
mais cent de Pensa étoient Uès-sauvages dans les coromen- 
cemens ; ils chercboient les troos , les caves pour s'y cacher ; 
ils alloient même jusqu'à s'enterrer , et ils n'ont encore rien 
aujourd'hui de la sociabilité de notre chat domestique appri- 
voisé. 

Kolbe dit qu'il se trouve des chats de couleur bleue, aa 
Cap de Bon ne -Espérance. Cette race de chats biens, on 
plutôt couleur d'ardoise , se retrouve en Asie , dans la pro- 
vince du Chorazan. Le poil de ceui-ct est fin, lustré, dé- 
licat comme de la soie , et long de cinq i six doigts sur la 
queue. Ces chats ressemblent par la couleur à ceux que nous 
appelons chais chartreux, et, à la couleur près, ils ne difTèrent 
pas de ceux que nous appelons chais d'Aagora, dont la beauté- 
vient de l'influence particulière du climat de l'Anatolie Soit 
ils sont originaires; comme les Chais d'Espagne , qui sont Ton~ 

? es, blancs et noirs, et dont le poil est aussi très-doux et irès- 
ustré, doivent cette beauté àl inHuenq^daclimat d'Espagne. 
Il passe pour constant que l'on ne trouve point de chat 
mâle de trois couleurs; mais cette observation, si elle est 
exacte , ne peut s'appliquer qu'à la race d'Espagne. Dans le& 
chats domestiques de la race commune, ce mélange de troi& 
couleurs, quoique rare , se remarque quelquefois sur le pe- 
la^ des mâles. 

£n Chine , il y a des chats ji long poil avec les oreilles, 
pendantes , que les dames chinoises aiment beaucoup , et qui 
ne paroissent pas di0iérer de l'animal que les voyageurs 
nomment sumx-a. Leur couleur est noire on jaune , et leur 
poil extrêmement luisant. Les Chinois mettent à ces' ani- 
maux des colliers d'argent au cou, et tes rendent extrême- 
ment familiers. Comme ils ne sont pas communs, on les 
achète fort cher, tant À cause de leur beauté, que parce. 
qu'ils font aux rats la plus cruelle cuerre. 

L«s chats ne sont pas, comme les chieoStSiqets às'ajtérec- 



dt, Google 



en k ,,3. 

et k dégénérer Ior*qu'on les transporte dans des climais 
chauds. Les chats , transportés dans les Antilles et autres ties 
d'Amérique , ainsi qu'en Guinée , s'y sont infiniment multi- 
plies, et y ont conservé leurs couleurs et leurs formes. 

Les peaux de chats forment une branche assez considé- 
rable do commerce de la pelleterie ; l'on en prépare des 
fourrures. L'ÏLspagne en fournit beaucoup; mais la ^lus 
grande quantité de ces peaux se tirent du Nord. La Russie 
en vend non-seulement à l'Europe , mais encore aux Chi- 
nois , grands amateurs de fourrures. Le poil du chat d'An- 
gora, ainsi que celui du lapin d'Angora, est susceptible d'être 
filé; on eu fait des gants, etc. On emploie les boyaux da 
chat pour faire des cordes à violon , et notamment des chan- 
terelles, (besm.) 

CHAT. Ou dount! ce 00m à un poisson du genre Si- 
lure , qui se trouva dans U mer et dan» les rivières de I9 
Caroline , c'est le siliwtfilis de LionceuB. On ne le mange 
pas , quoique U chair , tHte , ne soit pas désagréable au 
gofti , ainsi qoe j'ai pu en juger souvent. (B.) . 

CHAT. Petite espèce de G&B&NCS qoi croît k la côte 
de Malabar, (s.) 

Chats fossiles. Des âëhm d'one grande espèce de 
chat ont été trouvés dans les cavernes de (îaylenrentb , en 
Franconie, avec de nombreux ossemens d'ours. M. Cuvier, 
après un examen attentif de ces débcis, pen»e qu'ils ng 
proviennent ni dn lion , ni de U lionne , ni du tigre , encore 
moins du léopard et de la petite panthère des montreurs d'a- 
nimaux; et que si l'on voirait la rapporter à une espèce vi- 
vante , ce seroït au seul Jaguar , ou grande Panthère 
ttillée de l'Amérique méridionale, (desm.) 

CHAT SAUVAGE a bamdes noibes dbs Ihbes. Sous 
cette dénomination, M. Sonnerai a décrit un animal des 
Indes, qui, d'après la description même qu« ce voyageur 
en donne, n'est point préciaérnent du même genre que le 
Chat : il ne me paroH pas difl^rer d< la Civette de l'Inde. 

(s.) 
CHAT-BIZAAM. Voyez Civette, (oesm.) 
CHAT-CERVIER. C'est un Lynx. f. Chat, (de^w.) 
CHAT^CERVIER DÛ jCANADA. K Lynx, (desm.) 
CHAT-CIVETTE. V. Civette, (desm.) 
CHATDE CONSTANTINOPLE. r.GEi«ETTE.(DESM.) 
CHAT A CRINIÈRE. Cestle GuÉPAiiD.r. l'an. Chat. 

(D£SH.) 

CHAT EPINEUX. V. Coenoou. (desm.) 
CHAT GENETTE. C'est la Genettb , espèSfc de mam- 
mifère du genre Civette. C_desu.) 



dt, Google 



-' 124 'G H A 

CHAT HARRET. C'est le Chat sauvage. (DES».) 
CHAT MANOCL. Espèce de Cbat. (desm.) 
CHAT MUSQUÉ. V- Civette, (desm.) 
CH4T A OREILLES NOIRES. K le Caeacal, espèce 
particulière du genre Cbat. (desh.) 

CHAT-PARD. C'est le Sertai. (desm.) 
CHAT DE PENSA. V. Chat doméstiqde. (desm.) 
CHAT yOLANT. K Galéopithèque. (desm.) 
CHAT SAUVAGE de U Nouvelle J^spagnc. V. Serval. 

(desh.) 
CHAT DE SYRIE. K Caeacal. (s.) 
CHAT-TIGRE. Nom donoé au Seeval , au Margay 
et k i'OcELOT. (s.) 

CHAT-HUANT. Dénominadon rutgaire des HiBOus 
et des Chouettes d'Europe ^ et que l'on a généralisée à 
beaucoup d'espèces exotiques. C'est, dans Bnsson, le nom 
générique des chouettes ; dans le B^m animai de M. Cu- 
vier , celui d'une division des oiseaux noctumes. 
Le Ckat-bbamt proprement dit. F. Chouetts-Chat- 

HUANT. 

Le Chat-hoaht de ia baie b'Hddsom. V. Chodette- 

ÉPERVIER. 

Le Cbat-rcaikt de RrdsÈRE. Nom vulgaire que l'on 
ioaue en Sologne au Hibod a aigrettes courtes. 

Le Cbat-bdamt blamc de la baie o'Hvdson. V. 
Chouette rarfang. 

Le Chat-buaist dd Canada. V. Chouette funèbre. 

Le Chat-hoant de Çayewne. K. Chouette de Cayemne. 

Chat-huaiit cornu. On a donné quelquefois ce nom an. 
lûbou on moyen duc. F. ChOUETTE. (DEsH.) 

Le Cbat-buant (grand). V. Grand Hibou, (y.) 

Le Chat-huant nu Mexique. V. Chouette chicbictli. 

Le PETIT Chat-huant. V. Chouette effraie. 

Le Chat-huant ïLOMBÉ. C'est, dans Belon, la Chouette 
effraie. 

CHAT MARIN. C'est la Roussette. F. au mot Squale. 

(B.) 

CHAT-OISEAU. V. Grive rousse et noirâtre, (v.) 

CHAT ROCHIEa Poisson du genre Squale , Sgualiu 
sl^larit , Linn. (b.) 

CHAT TIGRE DE LA CAROLINE. V. Cbat de 
Virginie et Coase. 

CHAT-VOLANT. F. Poi-atouche-Tacuan. 

CHAT-VOLANT DE TERNATE. C'est le Galéo^ 
vithèque. (desh.) 



dt, Google , 



C H A „3 

CHATA. Nom arabe du Ganba. (v.) 
CHATAF. Nom hébreu de I'Hirondelle. (s.) 
CHATAIGNE A BANDES. Nom vulgaire d'une co- 
quille classée Aans les Bochen par lÀaaxus, (^mairxnodosus'). 

(DESH.) ' 

CHATAIGNE du Brésil. C'est le fruil de la Berthol- 
LETiE qui se mauge, et dont on retire une exc^lente huile, (b.) 
CHATAIGNE. C'est le fruit du Châtaignier, (b.) 
CHATAIGNE. Dans le cheval, c'est une partie dénuée 
de poil , et de nature de corne molle et spongieuse, placée 
au-dessus de chaque genou à la partie interne de l'extré- 
mité inférieure de l'avant-bras dans les jambes de devant, et 
au-dessousde l'articulation dujarret à lapartie latérale interne 
et supérieure du canon des jambes de derrière. V. Cheval. 

(desm.) 
CHATAIGNE. C'est , k la MarUniqae , le fruit du 
Sloane d'Ahérique. (b.) 

CHATAIGNE DE CHEVAL. Frait duMAHROiroiER 
d'Inde, (b.) 
CHATAIGNE D'EAU. C'est la Macre. fB.) 
CHATAIGNE DU MALABAR. F. Castanea. (ta.) 
CHATAIGNEDE MER.Nom vulgaire des OuBsiNS-fB.) 
CHATAIGNE (la) NOIRE. Geoffroy donne ce nom 
à un insecte qli'il place dans son genre aiocère , et que les 
autres auteurs ont rangé parmi les hispes. V. HiSPE. (o.) 

CHATAIGNE DE TERRE. V. Tebhe-soix (B««w« 
bulbocastanum , L.). (L^-) 
CHATAIGNE DE LA TRINITÉ. C'est la Cabolinée 

INSIGNE, (b.) 

CHATAIGNIER, Castofiea, lam. {Moniufae pufyandrie.^ 
Genre de plantes de la famille des amentacées , qui se rap- 
proche beaucoup du HËTHE, et qui comprend de grands 
arbres et des arbrisseaux ayant des fruits épineux et des 
feuilles simples et alternes. Leurs fleurs sont incomplètes et 
unïscmelles. Les mâles elles femelles viennent séparément 
sur le même pied. Les premières sont groupées le Tong d'un 
chaton cylindrique et azillaire; les secondes , qui sortent des 
mSmes bourgeons que les mates, sont le plus souvent si- 
tuées au-dessous d'eux. 

Chaque fleur m&le a un calice à six divisions et depuis 
cinq jusqu'à vingt étamines , dont les filets, plus longs que 
le calice, portent des anthères arrondies. Les Heurs femelles 
naissent dans une espèce d'involucre sphértque et persistant, 
qui en contient ordinairement trois , quelquefois une , deux 
ou quatre. Chacune d'elles est pourvue d'un calice à cin({ 



dt; Google 



' laS C H A. 

on sis dents , fait en forme de bouteille et adhérent 4 l'in- 
To l Bcrc ; ce catice fait corps par sa base avec l'ovaire , qpj 
est surmonté de s'a styles cartilagineux, à stigmates simples. 
Après la fécondation des germes , l'involucre prend de la 
consistance , et devient one partie du fruit , lequel est une 
coque ou une capsule pins ou moins ronde , bérissée k l'ex- 
térieur de pointes , s'ourrant en deux ou quatre parties , et 
renfermant-, dans une seule loge , autant de grosses semences 
qu^il y avoit de fleurs dans l'involucre. Ce sont ces semen- 
ces qu'on appelle châtaines. Elles sont d'une forme orale- 
arrondie , plates d'un côté , conveies de l'autre ; leur som- 
met est 4égërement pointu , leur base élargie , leur peau co- 
riace , lisse et brune, et leur chair blanche et ferme. Dans 
les coques. qui en contiennent trois, celle du milieu est 
aplatie des deux côtés. L'involucre du marronnier ou châtai- 
gnier cultivé , qui n'a ordinairement qu'une fleur , ne ren- 
li^rme aussi par conséquent qu'une seule semence: ou l'appelle 
marron^ elle est plus grosse et moins plate que la cliftlaigue. 
Le marron, n'est donc qu'une variété, souvent mgme 
qu'un accident, résultant de l'avortement de deux des ovai- 
res; aussi peat-on s'en procurer, en les ch,oisissant dans tous 
les pays ou les châtaigniers croissent avec vigueur. 

Châtaignier cohuun , sadvage et cultivé , Castanea 
vulgaris, Lamarct; Fagus castanea, Linn^us. Ce châtaignier 
tient un rang distingué parmi les arbres forestiers indigènes 
h la France. Sa hauteur, la beauté de son pbn , l'ombrage 
agréable qu'il procure à l'homme et aux animaux , sans 
nuire aux grains , l'emploi qu'on tait de son bois dans les 
acts , la bonté surtout de son fruit aussi sain qu'abondant ; 
tous ces avantages le placent , sinon à côté du cbéne , du 
moins après lui. 11 lui est préférable comme arbre d'orne- 
ment ; ses larges feuilles temtes d'un beau vert sont plus res^ 
pectées par les insectes que celles du cbËne , et ne tombent 
que fort tard en automne. Comme arb^'e utile , il n'est pas 
moins précieux. Il se plaît singulièrement en France. Pour- 
quoi donc n'y est-il pas aussi commun qu'autrefois ? On le 
croit du moins, et ^usieurs auteurs l'assurent. Si cela est 
vrai, quelle en est la cause ? 11 seroit intéressant de la cher- 
cher. Cette opinion , bien ou mal fondée , a peut-être sa 
source dans one erreur. Ou 4 pensé jusqu'ici que les char- 
pentes des anciens édifices publics, tels que le Louvre et 
beaucoup d'églises , étoient faites de bois de châtaignier ; 
et, comme on ne troave plus ou presque plus de châlai' 
gnîers dans les forêts des pays où sont ces édifices , on en 
a conclu que la culture de cet arbre y avoit été abandonnée. 
La conclusion pourroît êtrç juste , si l'obserTalion qui y a 



dt, Google 



C H A ,,7 

donné lien l'étoit. Mais Dauhenton , philosophe qui'savoit 
doater , et qui a fait beaucoup de recherches sur U nature 
et la structure des bois , s'est coOTaiacu , par l'absetration la 
plus rigoureuse , que la charpente du Louvre étoît faite ea 
bois de cbëne. Avaift lui, Buffon avoit déiriontré que le bois 
du chêne blanc , aprâs un grand nombre d'années , acquiert 
le grain et le coup d'œïl du bois de châtaignier. 

Quoi qu'il en soit, cet arbre mérite toute notre attention, 
pour les ressources , surtout , qu'il offre pendant une grande 

fartie de l'année, auK habitans des montagnes da midi de 
Europe. Bival du ch^ne et du hêtre , comme eux ii habite 
les forâts. 

Le châtaignier aime les terres légères ; il vient dans les 
tiens secs et stériles , sur les rochers, les pierrailles ; mais il 
redoute les marécageuses , surtout les nlaaîres. Les col- 
lines sablonneuses des environs de Pwu.'^n sont cou- 
vertes , et on ne peut le cultiver dans cette ville ni dans 
les plaines environnantes. Il se plaît surtout sur le pen- 
chant des coteaux , où , par sa position naturelle , il a 
la faculté d'étendre ses branches , et de prendre la forme 
d'oranger si agréable aux yeux des amateurs. On compte 

{ilusleurs variétés de châtaigniers qui ne fructifient pas éga— 
ement k toutes les expositioQs. Les uns ne prospèrent qu'au- 
tant qu'ils sont au nord ; les autres s'accommodent pliis vo^* 
loatiers des aspects du midi et du couchant. 

Cet arbre se cultive en grand , et se multiplie par le semis. 
Il y a deuï espèces de semïs : le semis à demeure , pour 
former des taillis et des forêts , et le semis en pépinière , 
pour avoir des sujets qu'on transporte ailleurs. Pour l'un et 
l'autre , on doit choisir les plus grosses et les meilleures châ- 
taignes qu'on sème à deux époques, ou dans l'automne , 
aussitàt après que le fruit est tombé , ou au printemps après 
les plus fortes gelées. On doit préférer la première époque, 
à moins qu'on ne mette les chataïgaes en jauge , parce qu^ 
c'est celle \ae choisit la nature. Mais il faut , autant q>i'il 
est possible , prendre le moment oà la terre n'est pas trop 
humectée ; parce que , toute châtaigne ensevelie sous une 
motte de terre , commence à moisir, pourit ensuite , et est 
hors d'état de végéter au renouvellement de la belle saison. 

Suivant Parmeatier, on peut em'ployer deux méthodes 
dans le semis des taillis de châtaigniers. Les voici telles qu'elles 
ont été décrites par lui-même, dans un manuscrit que cet 
estimable savant m'a cooununiqué , et dans lequel j'ai puisé > 
une partie des choses que renferme cet article. 

Première méthode, a On sème de trois sillons an , e( toujours 



i:, Google 



„8 C H A _ 

deux chitaïgnes k la fois, ce qui forme i peu près trois 
pieds de distance; et l'on conserve le même éloignement 
en tous sens. Cette méthode offre l'avantage S'avoir beau- 
coup de plantes sumumëraires qu'on enlève À la seconde 
et troisiëiQe année, soit afin de débarrasser le terrain, soit 
' afin de remplacer les 'endroits où les germes ont péri. I)éa 

3ue le rang intermé^aire est supprimé , le rang voisin sera 
istant de Vautre de six pieds , espace suflisant à l'extension 
des racines. A la huitième année , on supprimera encore un 
rang ; et , sî les racines ^ont bien ménagées , chaque pied 
sera dans le cas d'être planté de nouveau. Par cette suppres- 
sion, voilà un espace de douze pieds bien suflisant, et pro- 
portionné .au volume de l'arbre et k l'accroissement que 
doivent prendre les racines. Si on ne veut pas replanter les 
arbres arrachés^ i'^ feront de bons échalas ou des cerceaux. 
Dès que les brai^d^s des arbres laissés sur pied commence- 
ront à se rappreéfcer et à se toucher, c'est le cas de sup- 
primer encore un arbre â chaque rangée ; ceui'qui resteront 
en place, se trouveront éloiggés les uns des autres de vingt- 
quatre pieds. Enfin, le temp$ venu, on les espacera de qua- 
ranle-huit pieds, et l'arbre acquerra ta plus grande force. 

Deuxième méthode. Elle consiste à défoncer la terre et à 
la herser au moment de la plamdlion. Alorj , avec un cor- 
deau, ou au moyen de quelques piquets d'alignement , on 
fixe des raies égales pour la distance , et tous tes six pieds 
on ouvre une petite fosse de huit à dix pouces de profon- 
deur sur autant de largeur. La terre sortie de la fosse et 
relevée sur les bords , sert à ensevelir la châtaigne. Oq en 
place une à chacun des quatre coins , de manière que les 
châtaignes soient disposées en croix. Comme la terre 4e 
dessus est bien ameublie , le fruit germe aisément, et la ra- 
' dicule a la plus grande facilité pour pivoter. La petite fosse 
restée ouverte , a l'avantagç decooservsr l'humidité et de re- 
tenir la terre végétale entraînée par l'eau des pluies , ainsi 
que la poussière fine et les feuilles chassées par le vent. Lors- 
que les germes seront bien assurés, que les arores auront 
pris de la consistance pendant une année , on laissera sub- 
' sister celui des quatre qui promettra le plus , et les antres 
' seront tirés de terre , en observant de ne point endommager 
les r^acines de celui destiné à rester en place. 

La pépinière de châtaigniers denïande un terrain sablon- 
neux , abrité des vents par des haies vives ou par des arbres 
placés à certaine distance. On le prépare, on l'ameublit , 
on le dispose en planches, et on plante les châtaignes deux 
à deux , le germe en haut , sur des raies droites , à six pouces 
les tmcii des autres , et à trois de profondeur. Ce semis se 



L:,<,i,z<,d:, Google 



C B A „j 

fjît en octobre , oa ihïeiïi en février. Sî la terre a de la 
consistance , il faut bien se garder de l'amender et d'y mettre 
aucun fumier. La végétation du jeune arbre en seroit , il est 
vrai , plus forte ; mais, destiné k être planté dans un terrain 
plus maigre , sa reprise serôit plus difficile. C'est la seconde 
année qu'il est transplanté dans des fosseS ùavertes depuû 
un mois ou deux : il ne doit point alors Are étalé. Il reste 
5ans cette seconde pépinière jusqu'à la quatrième ou cin- 
quième année ; et quand il a accfuis cinq à six pouces de 
circonférence à unpîedetdémi de la racine , oa le transplante 
enfin à demenre , el on Tététe ; mais on doit conserver soi- 
gneusement le pivot. Ces dens transplantations se font à la 
chute des feuilles ou à la fin de l'hiver : la première époque* 
est plus convenable^ 

A peine le jeune châta^îer a-t-il été mis k la place 
<jn'il doit toujours occuper, qu'on l'entoure d'épines pour 
en éloigner les animaux; et au printemps, on le couvre de 
paille pour maintenir sa tige liratche. Dés qu'elle a poussé des 
jets de la grosseur du petit dotgt , on le greffe en flûte : cette 
opération se fait en mai , aussitôt que ta sève est montée. Le 
châtaignier non greffé s'élève k la hauteur des plus grands 
arbres ; mais son fruit est rarement aussi abondant , et aussi 
gros que celui du châtaignier greffé. 

Cet arbre commence k rapporter la quatrième ou la 
cinquième année , après qu'il a été greffé , et son produit 
augmente tous les ans. La récolte de ses fruits est plus on 
moins abondante , mais elle manque rarement: Dans les 
mois d'octobre et novembre , on va tous les jours au bois 
; pour ramasser les châtaignes ; on en fait un las pris de la 
maison ; et quand on aperçoit dans ce tas un commence- 
ment de fermentation , oh les serre dans le greniei^, après 
en avoir séparé celles qui sont disposées à se gâter. Cette 
méthode , quoique généralement adoptée , est vicieuse. Par- 
mentier , dans son excellent Traité de la Châtaigne , en pro- 
pose une qui lui est préférable. 

« Les châtaignes, dit-îl, et les marrons ramassés an grand 
soleil , exposés ensuite à I'' action de cet astre pendant sept 
à huit jours , sur des claies que l'on relire tous les soirs , et 
que l'on pose les imes siir les autres dans l'endroit le plus 
chaud de la maison , acquièrent la propriété de se con- 
server très-long-temps , et même de supporter les plus longs 
trajets , sans rien perdre de leur saveur agréable et de leur 
faculté reprOductHe. » ' 

La châtaigne est une excellente nourriture pour Jes hommes 
et les animaux. Quand elle est fratche , on lamange ou cnite 
»ous la,cendre chaude , ou boutUîe il l'eau ou »u lait, ou glacée 



dt, Google 



,3o C H A 

aa sucre , oa plm commiuétnent râtîe dans nue potle pere^ 
de Uous et expoi^e ^ un &a clair. Se tovteA ces manières dé 
la préparer , la première est sans doate U plus ancienne et la 
plus natiu-eUe -, mai* elle est audsi plus uoparlaite que les 
trqii autres. 

Pour Hun^r ce firoit plus sain et pour le trouver plus 
agréable , il vaut mieux employer la méthode suivante , de 
tout temps CB usage dans le Limousin. On eoléve' aux cliâ- 
tugnetrcn les pelant, leur peau extérieure et coriace -, on les 
net après -daH Teau booiUante; elle péuétre , ramollit la 
peUieole amère ^ni les recouvre , et la dispose à se détacher 
de la substance farineuse. Quand les châtaignes , comprimées 
vUra les doigts , se dépoaillent facilement de cette pellicule 
qu'on appelle tan , on ôte le pot du feu ; on y introduit no 
iostnimeut oa bâton brancha , k l'aide du4]uel on les remae 
fortement et en tous sens :bientôt le tan se détache de learsnr- 
face et s'en sépare tout-à-fait. Dans ce moment on les retire ; 
«t après les avoir secoaéeg dan& un crible fait exprès , on les 
lave à l'caa froide , pour emporter , avec ce qui reste de Un , 
l'eau amère qu'elles pourroient avoir conservée. Alors on les 
lait cwre , sans «a« ,. dans nu vase bie|i couvert et sur un feu 

doux, . 

Parmentîer propose une recette pour manger la châtaigne 
verte toute l'année. « Elle consiste à faire bouillir ce fruit 
pendant quifflv ou vingt minutes dans l'eau, et à l'exposer 
emtùte à la chaleur d'un four ordinaire , une heure après 
qnc te pain ca^éié tiré, far cette double opération , la châ- 
taigne acquiert un degré de cuisson et de dessiccation propre 
il la conserver très-long-temps, pourvu qu'on la tienne dans 
na lien extrêmement sec. On peut s'en servir ensuite en la 
mettant j-écban£fer au bain-marie ou de vapeor. Ceux qui 
aiment mieux la mauger froide, u'ont besoin que de la laisser 
renfler k l'humidité pendant un ou deux jours. » 

On fait aussi sécher les châtaignes sur des claies, i l'aide 
du feu. La méthode employée i cet eOet dans les Cévennes* 
L'emporte sur tontes les autres , et devroit être répandue dans 
tons les pays où ce fruit sert de nourriture au peuple. La 
diâtaiene autsi séchée , se conserve d'une année à l'autre ; on 
pcartaioni, si l'on vent* la convertir en fzt-inc, et en faire , 
jt4a maûère des Cônes et des luliens , de la bouillie on des- 
galcttcs qui tiennent lieu de pain. Mats quelque apprêt, quel- 
que forme qu'on lui donne , oq ne parviendra point, dltPar- 
mentier , ^ la transformer en pain levé ; et le boulanger le 
plus éclairé , en appliquant les procédés de son art à 1% Cn- 
rine de ce fruit , b en obtiendra jam^ qu'un aliment bïeB. 
iottrieur k celui qù résulte de la préparation à la lùmmine. 



i:, Google 



C H A ,3, 

lies cMlaigaea,' sècbet ou fi-atches; sont rentenses; les 
fraîches surtout contiennent une si grande quantité d'air, 
ou'oQ est forcé d'entailler leur peau avant de les faire rAtir. 
Ce fmit , desséché et brisé , sert de nourriture aux bestiaux et 
à la volaille ; on peut en faire une boisson fermentée , et sa 
première peau peut , dans la teinUire , remplacer U noix de 
galle pour les noirs. 

Onretire une assez grande quantité de sucre de la châtaigne 
pour qu'il soit , dans certaines anniées d'abondance , écono- 
mique de l'employer sous ce rapport. 

Le bois de châtaignier est employé à beauconp d'usages ; 
il est excellent pour la charpente , et tient souvent lien du 
chêne. La propriété qu'il a de conserver toujours son volume 
égal, sans se gonfler ci se resserrer, le rend surtout très-pro- 
pre k contenir toutes sortes de liqueurs ; il laisse moins éva- 
porer leur partie spiritueuse qneleboîsde sapin ou de châne> 
farce que ses pores sont plus petite et plus serrés : aassi fait- 
on partout , avec le châtaignier , des cerceaux et des futailles 
de toutes les grosseurs, dans lesquelles le vin conserve sa 
qualité et se perfectionne même. On devrait, parcetteraison, 
cultiver cet arbre dans le voisinage des pays de vignoble ; 
d'ailienrs il procure un ombrage agréable ; il a une très-belle 
forme , et il est préférable au chêne pour garnir les parcs et 
les plantations d'ornement; mais il ne tàut pasle plairter trop 
près des habitation» , parce qu'il répand , lorsqu'il est en 
fleur , une odeur désagréable et même nuisible. 

Il croît sur les montagnes , dans l'Amérique septentrionale, 
un châtaignier qui ressemble si fort au nôtre , qu'on ne peut 
lui donner de caractères spécifiques particuliers ; on en fait 
le même nsage t^iie de celui d'Europe. 

Chitaigmier nain , ou Ceataignier i CRAnES , ou Chin- 
CkVlS , Fagus pumûa ^ Linn. C'est un arbrisseau de l'Amérique 
septentrionale ; il y est commun. Il s'élève -ordinairement à 
huit pieds ou dix pieds i quelquefois plus haut; il prend en 
proportion plus de grosseur que d'élévation. Les châtaignes 
qa'il produit, sont de la grosseur d'un gland , douces et meîl'- 
leiires que les nôtres. Les Sauvages, qui en font usage , tes 
ramassent pour leur provision pendant l'hiver. On Je multi- 
plie de semences , qu'il faut mettre en terre aussitôt qu'elles 
sont mAres , et de marcottes. Oo peut aussi le greffer en ap- ' 
proche sur le châtaignier ordinaire ; mais il réussit rarement 
par ce moyen. ... 

Châtaigne d'Ahébique , à larges feuilles et à gros fruits. 
C'est le Sloajtea^i^ata , Iimi.Les châtaignes ^e donne cet 
ajl>re sont moins ^opses que les nôtres, très-douces et fort 
saines ; l'enveloppé qui les recouvre est a^issi épineuse ^ue la 



dt, Google 



.3» C H A 

peau d'un hérisson. Il fâul le scmer comme ïe ckâaapù^ Voj. 
a» motQuAPALiïR. (d.) 

CHATAIGNIER DE SAINT-DOMINGUE. V. au 
mot CuPABi. C*-) 

CHATAIRE, Nepeta. Genre de plantes de ladidynamie 
gymnospennie et de la famille des Labiées , dent les carac- 
tères sont d'avo!r: un calice monophylle, tabulé, ^ cinq dents 
pointues et inégales; une corolle nLonopélale, labiée , i tobe 
cylindrique, courbé, et à limbe composé* d'une lèvre supé- 
rieure échancréc , et d'une lèvre inférieure ^ trois divisions , 
dont celle du milieu est grande , concave , arrondie et.cré- 
selée ou dentelée; quatre étamlnes, dontdeuxplusgrandeset 
rapprochées; un ovaire supérieur, partagé en quatre parties, 
du milieu desquelles s'élève un style filiforme , dont le stig- 
mate est bifide ; quatre semences nues , ovoïdes , situées aa 
fond du calice qui leur sert d'enveloppe. 

Les chatairei sont des plantes vivaces , la plupart indigènes 
aux parties méridionales de l'Europe. Lenrs fleurs sont on 
vcrticillées , ou disposées en panicules , ou en épis termi- 
naux ; leurs pédoncules sont multiflores. Quelques espèces 
ont de larges bractées. Leur caractère se lire de la crénelure 
du lobe moyen de leur lèvre inférieure et du rapprochement 
de leurs élamines (pour les distinguer des Mélisses et des 
HvssOPES , avec qui elles ont beaucoup de rapports). 

On compte une quarantaine d'espèces dechataires, tontes 
plus ou moins fruticuleuses, ayant une couleur blanchâtre el 
une odeur forte. La seule dans le cas d'être citée est : 

La Chataibe COMMUNE, JVfTiefeica/iinii, Linn. Ellcestcé- 
lèbre par la passion que les chats ont pour elle. On est obligé, 
si on veut en conservée dans les jardins , de les empêcher 
d'en approcher , car dès qu'ils la sentent , ils accourent de 
tous côtés , se roulent dessus et la déchir^ent i belles dents. 
On la trouve dans les' parties méridionales de l'Europe. Elle 
passe pour emménagogue , antihistérique et carminative. Son 
odeur n'est pas aussi agréable que celle de quelques autres 
espèces. 

oioench a séparé de ce genre les espèces à feuilles dé- 
coupées,, et dont le calice se ferme de poils après la flo- 
raison, pour établir son genre Sausschie. (bO 

CHATAL. Le.CHACAL en Barbarie. V. Chien. (desm.) 

CHATAS. C'est l'hirondeUe , «B hébreu, (s.) 

CHAT CHUUR. Nom mogol du Cassis, ribesrugrum, 
linn. (LU.) 

CHATË et CHETHETE. Noms arabes d'une espèce de 
concombre , cucumù dtalt , . Li&n, , figurée par V, Alp. 
Mgypt.,\xA>. ii6. (LS.) 



dt, Google 



C H A i33 

CHATE PELEUSE ou CHATE PELUE. Vua des 

nams rolgaires du Caiandhe DES GRAINS , ou CwcuUo grana" 
lin, Linn. V. Calandre. (desh.) 
CHATHAL ou CHACAL. V. l'art. Chiew. (desm.) 
CHATLACELLA. Nom caraïbe d'une esftèce de bident 
seioD Adansou, qui U rapporte à sou ^nre Ukakou. C^n.) 

CHATILLON ou CHATOUILLE. On doDOfrce nom 
ï la p^iu lampmye , ou Petromyzon branchial, (b.) 

CHATON. Lorsque plusieurs fleurs jniies ou femelles 
MDi auchëes à un ase commua, mou, pliant, plus on 
noins allongé , on donne k cette réunion d'e fleurs le nom 
àtchaUm, parce qu'elle a quelque ressemblance avec la 
^neue d'un chat, (d.) 
CHATOUILLE. C'est le Pétromtzoîi branchial, (b.) 
CHATOYANTE. Nom donné par les lapidaires à des 
pierres de nature tréâ-dilTé rente , mais qui possèdent toutes, 
la propriété de produire à leur surface des reflets de lumière 
pitu ou moins Tifs et qui parlent d'un point commun et di - 
Tei]gent, ouun simple retlet d'une couleur beaucoup plus claire 
4|ae celle de la pierre. Ce point lumineux, mobile avec la 
pierre elle-même , disparott sous certains aspects ; il est or- 
^oairement placé vers le milieu de la pierre , d'après le soin 
que prennent les artistes de la tailler en cabochon ougnutte de 
SDJf Celle forme est celle d'une lentille ordinairement épaisse 
ou d'une demi-splière. Le quarz-agate i;Aa/<iT<in'i vulgairement 
nommé eeU de dial, et le feldspath qui présente le môme acci- 
dent , sont souvent confondus ensemble dans le commerce. Les 
marchands de pierres ânes distinguent les variétés de co- 
rindon brun et d'un vert de mer qui sont quelquefois cha- 
toyantes , en les désignant par L'épithète A^ orientales. Voy. 

QdAKZ - AGATE , FELDSPATH et COHINDON CHATOYANT. 

On a aussi noruvaé chaulantes , àts astéries ou corindons 
étoiles , dont la couleur des rayons ne Iranchoit pas sur le 
fond de la pierre et ne formoit a sa surface que des traits lu- 
mineux. V. Astérie. 

H résulte de ce qui précède quet'on.ne sauroit assigner de 
valeur exacte aux diverseschatoyantes.Ettes s'estiment àt œil, 
suivant l'expression des îaailliers, et en raisoU de leur gros- 
seur qui est peu, considérable , et de leur dureté ; les orien- 
tales sont les plus estimées, (luc) 

Chatoyante agathine. M, Delaméiherie nomme ainsi 
le fiuaiz -■ agaihe chatoyant ou œiï de chat. V. plus haut. 

Cbatotante ORIENTALE , variété du corindou-hyalin , 
nommé aussi saphir oeil de chat dans le commerce. ^Lcc.} 

CHATTE. V. rai=iicle Chat. 



dt, Google 



lU C H A 

CH ATUKAN. Les Jalontz donnent ce nom à on poisson 
du genre des Ëstvrceous, ùccipmser stdialus. (DESH.) 

CHATUTE MEKELE. On a rapporté ce nom kal- 
mouque à la T(»itde bovrbevse, espèce de 

(DESM.) 

CHATYNG,CHASEN, CHALL, DifKrens noms da 
bouleau, beiuia-aièa, Linn., dans diverses parties de la 
.Tartarie- (iN.) 

CHAUCHE-BRANCHE. Nom de I'Encooliviht en 
Soloene , suivant M. Salerae. (s.) 

CHAUCHE-CRAPAOUT. Dénâiai«ation provençale 
de TEngoulevent. (s.) 

CHAUCHE-POULE. C'est lenom donné an Muan , 
en Champagne, (desh.) 

CHAUD, r. Chaledr-Cs.) 

CHAULlOpE, CAtniJWiu. Genre.de poissons établi par 
SchAeider, et regardé comme an sons-genre des EsocES 
par Cuvier. Il renferme une seule espèce, l'EsocE stokias 
de Shaw , prise près de Gibraltar. Ses caractères sont : 
deux dent* qui se croisent sur chaque mâcboire,. (b). 

CHATJUODE, Cliaalïoda, Lat. Genre d'insectes, de 
Tordre des nérroptères , famille des planipenneSf tribu des 
hémérobîns , ayant pour caractères : cinq articles à tous les 
tarses ; ailes presque éaales et couchées presque horizonta- 
lement; palpes au nombre de quatre, et âiiformes ; segment 
antérieur du corselet plus grand que le premier, presque 
carré ; trois petits yeux lisses ; antennes (Uminuant de gros- 
^urde la base à ta pointe, pectinées ; mandibules courtes 
et dentées. 

J'ai établi ce genre sur rHÉMÉROBB racTiiricoRNE, He~ 
jnerohius pectinicomis de Linnseus e l de Fabricius , représenté 

Sar Degeer , ainsi que par mon collègue et ami, M. Paliiot 
e Beauvois ; dans sou bel onvrage sor tes insectes qu'il a 
rapportés de ses voy^es en Aménque et en Afrique (^iÔToi- 
S01 1 T near. , pi. i , jtg. 2 '). Elle se trouve aux Etats-Unis. 
J'ai vu, depuis, une seconde espèce plus petite que la pré- 
cédente , et dont les ailes sont noires , avec des taches blan- 
ches. Eue vient des m^mes contrées. (JL.') 

CHAUME , Cuimua. î^om particulier dont on disUngae, 
en hoUmi^ue, la tige des graminées de celle des autres plantes. 
C'est une tige herbacée , simple , garnie de plusieurs ncends , 
ordinairement £atuleuse , et quelquefois pleine d'une moelle 
légère , surtout vers l'extrémité , près de la fleur. Les feuilles , 
en petit nombre , qui l'accompagnent et qui t'enveloppent par 
leur base , sont un prolongement de son écu-ce. Le chaame 
a un épider^ie , une substance corUcale ; et à la place du 



^•oo\i 



■ C H A ,35 

bois, son intérieur est tapissé d'one grande qaantïté de Tais- 
team de toute espèce. 

£d agriculture, on appelle chaume cettepartie de la tige des 
gramioéesqui reste sur le champqnatidon a fauché ou scié les 
bl^s etantresplaDtes ct^réates. Le meilleur usage qu'on pnisse 
faire ducliaume,estdel'enterrerayec la charrue, aassitôtaprèa 
ta récolle. Possédant alors tous les principes de savég^tatian, il 
servira d'engrais à la terre ; et la tenant soulevée peudant 
quelque temps, il ta disposera à être plus facilement pénétrée 
par la chaleur du soleil et par l'air de l'atmosphère, (d.) 

CHAUNA. Genre d'oiseau de rivage étakU par lUiger , 
et qui comprend le Chaja de d'Azara , parra chaauria , Lion. 
(desm.) 

CHAVS 4eâ anciens. C'est ub mammifère carnassier, du 
genre des Chats et voisin desLYK]i.(MSif.} 

CHAUSËL. Les Arabes nomment ainsi le PiLiCAM. 
(desh.) ^ 

CHAUSSÉE r>ES GÉANS. V. X. 3, p. 188 et salv-, a» 
mot Basalte, (luc.) 

CH AUSSE-TRAPE. Coquille du genre des rocAws. (b.) 

CHAtSSE-TRAPE,CiiA:-iïipo,Linn.(^iig««aVpo^- 
ga/nie fruslranee.') Genre de plantes de la famille des cinaro- 
céphales , qui a dm rapports aret; les Cemtavbées , et qui 
comprend des herhes à feuilles simples ou allées et k fleurs 
composées fiosculeoses. Dans chaque fleur, les fleurons du 
disque sont hermaphrodites , et ceux de la circonférence sont 
femelles et stérilet. Les uns et les antres sont entoures par 
un calice formé d'écailtes imbriquées , cartilaginenses , ter- 
minées par une épine ailée ou épmeuse sur ses cÂtéh Le ré- 
ceptacle est garni de soies roides ou de paillettes. Les semen- 
ces ont des aigrettes ofâinairement simiplesi 

CaATJSSE'TKAPS BTOIlÉK , OU Chaesom ÉTOILE , Cemiaifrea 
eakilrofM, LinnEtos.. Cette plante indigène el auDuelle , 
qu'on trouve fréquemment dans les champs et le long des chei- 
mins, aété, dit-on, appelée ainsi, parce que sen calice 
fleuri ressemble aux chausse^-traaes de guerre, tille a des ttget 
anguleuses , brancbues et épineuses , des feuilles sesiiLes , 
molles et verdàtres ; les latries étroites , linéaires , ailées et 
dentées ; les radicales en lyre , arec un lobe terminal élargi 
et aussi denté ; des fleurs purpurines, quelquefois blaoehes , 
jpl^cées ma. ertrémités des rameans. Cette plante fleimt en 
juin et juitlet. Elle est diurétique , vulnéraire et fébrifuge. Ses 
leuines sont amères, et sa racine a une saveur douce. Les 
Juifs en emplo^oient les fwùlles pour assaisonner l'agneau 
pascal; on en mange encore en Egypte lés jeunes pousses. Les 
' enlâns mangent en France les réceptacles de ses fleurs avant 



'i36 CITA 

l'^panouisseineDt de cas dernières, som le nom àepttàarti- 
chaul sauvage. 

CbAUSSE-TRAPE SUDORIFtQCE OU ChARDON BÉIllT , Cen- 

taurea benedicta , Linn. Les larges bractées qui environnent 
ses fleurs , distinguent celte espèce de toutes les autres. C'est 
une plante annuelle , très-connue par Tusage qu'on en fait en 
médecine. Elle est originaire d'Espagne , et croit aussi au 
niîdi de la France et dans les ilcs de l'Archipel. On la cultive 
dans. les jardins. Ses feuilles înférieares sont sinnées , et pres- 
que découpées comme celles du ^ùscnZff;les supérieures sont 
oblongues , dentées , velues ," d'un vert clair , traversées par 
'utie nervure blanche , et à peine adhérentes à la tige ; des 
épines molles et courtes terminent les dents de ces feuilTes. (D.) 

CHAU-TU. I4om que Us Cochinchinoîs donnent À une 
espèce d'orange douce, et à pulpe vésicaleose, qui croît 
aux environs de Canton en Chine, oik elle est connue sons le 
nom de CguT-sO , ciirus margarita, Lonr. (tv.) 

CHAUVE-SOURIS. C'est le nom commun de tous les 
mammifères qui ont la propriété de s'élever dans l'air , au 
moyen de grandes ailes Formées par des membranes étendues 
entre leurs doigts excessivement allongés. Bans les méthodes 
3 a été remplacé par celui de Chéiroptères. V. ce mot. 

CHAUVE-SOURIS BARBASTELLE. V. Oreil- 
lards, (l.) 

CHAUVE SOURIS BEC DE LIÈVRE; Vesp. lepo- 
rinus. V. NocTiLioN. 

CHAUVE-SOURIS CAMPAGNOL VOLANT. V. 
Ntctére. 

CHAUVE-SOURIS CÉPHALOTE. V. Céphalote. 

CHAUVE-SOURIS COMMUNE. V. Vespertilion. 

CHAUVE-SOURIS CORNUE ùu VAMPYRE. V. 
Phyllostome. 

CHAUVE-SOURIS DE LA GiriTANE. r. Molosse. 

CHAUVE-SOURIS FER A CHEVAL. r.RHmoLOPBE; 

CHAtrVE-SOURIS FER DE LANCE. V. Phyllos- 

TOHE. 

CHAUVE-SOURIS (granbe) FER DE LANCE DE 
LA GUYANE. V. paifLiosTOMË. 

CHAUVE-SOURIS FEUILLE, r. Mégadehme. 

CHAUVE SOURIS KIRIWOULA. F. Vespertiliow. 

CHAUVF^SOURIS (grande) SERROTINE DE LA 
GUYANE. V. ^^ESPERTiLion. 

CHAUVE-SOURIS LEROT VOLANT. TTaphien. 

CHAUVE-SOURIS MARMOTTE VOLANTE. V. 
Vespertilion. 

CHAUVE-SOURIS MULOT VOLANT. V. Mommsk. 



L:,<,i,z<,d=, Google 



C H A t37 

CHAUVE-SOUmS MUSARAIGNE. T. Phyllos- 

TOME. 

CHAUVE-SOURIS MUSCARDIN VOLANT. F. 
Vespertilion, 
CHAUVE-SOURIS NOCTULE. T. Vespebtilios. 
CHAUVE-SOURIS OREILLARD, r. Oheulabus. 
CHAUVE-SOURIS PIPISTRELLE. V. Vespèrti- 

UOH. 

CHAUVE- SOURI S'RAT VOLANT. V. Mtoptèbé. 
CHAUVE-SOURIS SERROTINE. r. Vespeutilion. 
CHAUVE-SOURIS DE TERNATE. K Vestorti^ 

LIOM. 

(OESH.) 

CHAUVE-SOURIS.Nom d'un poisson dugenreLoPHiE. 
On appelle aussi quelquefois de ce nom la Modrine , mia 
qçui/a , Lînn. (B.) 

CHAUX, (Terre calcaire, Oxyde de Cal- 
cium) aussi nommée chaux vioe dans les arts. Dans l'an~ 
cien langage chimique, on donnoit encore le nom de 
chaux aux* substances que nous nommons aujourd'hui des 
oxydes métalliques , parce que la plupart dtoient obtenues 
à Taide de la chaleur, et par la calcination des mélaus 
qui lés fournissent. De même on disoit en minéralogie , 
Chaux-d'anlîmoîne , d'anenic , de bismuth, de cohçU, de ruiere, etc. 
( V. ces mots. ) La chaux , considérée comme un corps 
simple jasqu'à la découverte du potassium et du aodittm, est 
connue dès la plus haute antiquité , et joue un r61e très-im~ 
portant dans la nature. On ne l'y rencontre cependant pas 
à Tétat de pureté ; du moins est-il fort douteux qu'elle ail 
jamais été trouvée sous cet état. V. Chaux native. 

Elle est toujours mélangée ou combinée avec d'autres 
corps , surtout arec des acides , et notamment avec les acides 
carbonique et snUîirique. 

Les minéraux connus vulgairement ,sons les noms de 
marbra, S.C pierres et de terres calcaires, de stalaoHes, de 
craie , de spath calcaire , etc. , sont des combinaisons de 
chaox et d'acide carbonique. Ils contiennent environ ^3 

{lour loo de leur poids de ce dernier principe. Quand on 
es calcine , ils deviennent caustiques, et forment ce qu'on 
appelle de la chaux vire ; cette calcination, snirant l'opi- 
nion actuellement reçue , a pour objet d'enlever k la 
chaux son acide carbonique et son eau de cristallisation ; 
de sorte que sur cent livres de pierre calcaire ou carbonate 
de chaux ordinaire , il ne reste que cinquante -cinq livres 
«QviroB de chaux vire et caustique. 



L:,<,i,z<,d:, Google 



i38 C H A 

Dans cet état, elle absorbe l'eau arec la plus grande 
avidité , et il se fait alors un dégagement prodigieux âe ca- 
lorique ; si on ne l'arrose que peu à peu avec âe l'eau , 
elle paroit rouge dans l'obscurité , et met le feu ans corps 
combustibles avec lesquels elle se trouve en contact. 

La chaux caustique est tant soit peu soloble dans l'eau ; 
mais pour dissoudre une partie de chaux , il faut six cents 
' parties d'eau , c'est ce qu'on appelle eau de chaux , qui est 
un fort bon réactif pour connottre la quantité d'adde car- 
bonique contenue dans une eaa gazeuze ou acidulé ; elle se 
combine sur-le-champ avec cet acide , elle devient par-là 



terre calcaire régénérée , et se précipite sous la forme de 
carbonate de chaux pulvérulent -, la quantité de ce précipité 
indique avec précision celle de l'acide carboiaique contenu 



dans l'eau minérale , puisqu'on sait que la diaux en prend 
les -f^ de son poids. 

M. (xay-Lussac avoit reconnu, en 1807, en opérant la 
décomposition du cKlorure de calcium ( muriate oxygéné de 
chaux), par la pile de Yolta, que la chaux cristallisait, 
en prismes hexaèdres réguliers. 11 est parvenu plus récem- 
ment k obtenir de semblables cristaux de l'évaporation de 
l'eau de chaux , en plaçant sous un récipient de verre , une 
capsule renfermant de l'eau de chaux , et près d'elle un vase 
contenant de l'acide sulfiioquc concentré , que l'on (enon- 
velle et qui absorbe rhumitlit^ surabondante. 

■ Ces cristaux , ^it-il, sonttransparens et se divisent , avec 
la plus grande netteté , paralltiement à leurs bases , en 
lames hexaèdres , présentant quelquefois , lorsqu'on les briae, 
des fragmens rhomboïdaux : ils conservent à l'air leur trans- 
parence pendant plusieurs jours ; mais ib finissent par se 
changer en carbonate de chaux. » Ils sont composés d'en- 
viron 89 parties de chaux et de 11 d'eau, et «envmt être 
considérés comme un hydrate , ou naneni m aydronrc de 
(^aux. La chaux vive absorbe , pour s'éteindre , cette atéme 
quantité d'eau. ( Aon. deCh.t. t , p. 33^ , i8i5.) 

La dissolution de chaux évaporée avec le contact de l'air, 
ne fournit pas de cristaux , mais de simples pellicules de 
carbonate de chaiit , dues à l'absorption rapide de l'acide 
carbonique de l'atmosphère. 

La chaux caustique se dissout sans eSerrescence dans les 
acides , mais avec un dégagement de calorique plus ou moûis 
considérable , suivant l'acide qu'on emploie. 

Elle forme avec eux des sels pour la plupart insolubles ; 
le muriate de chaux fait exception , car il «st même àéii* 
quescent. 



dt, Google 



C H A ,33 

Elle se combine arec !e phosphore , le soufre, verdit 
le sirop de violettes, etc. V. la Chimie de Thénard. 

TâQt qu'elle est pure , elle est absolument infusîble , même 
arec te secoors d'um courant de ^az oxygène ; mais elle se 
vitrifie dès qu'on y joint d'autres terres, ou qu'on la com- 
bine arec certains acides. 

L'usage le plus général et le plus important de la chaut 
caustique, est de servir à fopner le mortier qu'on emploie 
aux coûstractions , en la mêlant avec do sable ; on en fait 
aussi diGTérens cimens , en y ajoutant , soit de la brique pilée, 
soit de la pouzzolane ou autres matières qui contiennent de 
l'argile cuite , et surtout de l'oxyde de fer ou de manganèse , 
qui sont tes agens les plus propres à opérer la cohésion des 
substances terreuses. 

L'un des plus eicelleos cimens modernes, et^ï approche 
beaucoup de celui des anciens, c'est le ciment de ïorîot , 
qui se fait, de la manière suivante : 

On mêle ensendiie deux parties de chaux anciennement 
éteinte , deux parties de »abte de rivière qui ne soit point 
terrens , une partie de Wiqae pllée et passée au sas ; on fait 
du tout un Bortier clair , et i) mesure qu'on travaille, on j 
ajoute, dans i'aoge même, une partie de chaux vive es pottdre, 
la plu récente qu'il est possible, et l'on a soin de la gdcher 
kioi également dans le nfonier. 

C'est principalement dans l'addition de cette chaux Tire , 
que consiste le sepret ; cDe absorbe subitement l'eao super- 
flue , et il s'opère sur~le-champ une cristallisation conAise 
de toute la masse , qui se trouve plus sèche au bout de dem 
iours , qu'on mortier ordinaire ne l'est aprÀs plusieurs mois. 

On extrait la chaux vive , si communément employée dans 
les arts, de différentes sortes de chatu carbonatîies.qw por- 
tent alors le nom de pUrres à chaus. 

Les diverses variâtes de ce minéral ôe svxA pas toutes 
également propres à fournir de bonne chaux par la calci- 
aatîon. Ija meiOeure , sans contredit, seroii le marbr« Uiuoc; 
mais il est trop rare dans nos contrées pour y être appli- 
qué à cet usage. Elle est d'ailleurs presque complètement 
remplacée à cet égard , par la chaux carbonatée C9inpacte 
grise. La chaux que l'on estime le plus à Paris , vient des 
environs de Sealis et de Champieny, de Gorbeil, d'Es- 
sooes , etc. On fait encore d'excellente chaux avec des co- 
quilles , comme en Hollande, et avec des polypiers pierreux 
ou madrépores , dans plusieurs îles de l'Airîque. 

Les ouvriers qui emploient la chaux en distinguent deux 
espèces , auxquelles ils donnent les noms de chau% grasse et 
de chauj} maiffv. La première , après avoir été calcinée ; 



i:, Google 



,4o C H A 

c'e8t-i-(lire , réduite en pcniâre , soît par Pexpasiiioa à l'air, 
sait qu'elle ait été éteinte par immersion , occupe un volume 
doable de celui qu'elle aroit auparavant, et ne laisse près- 
que aucun résida après sa dissolution. Elle entre dam la 
fabrication des mortiers communs , pour les ouvrages ex- 
posés k l'eau , dans la proportion de deux parties sur une de 
. sable. 

La seconde , ou la chaux maigre, n'augmente après l'im- 
mersion que du ^art ou du tiers, et tout au plus de la moitié 
de son volume. Elle exige un excès de chaux dans la compo- 
sition des mortiers ordinaires , où elle entre avec le sable , 
pour les travaux sous l'eau, dans la proportion de a à 4- par- 
ties. Sa dissolution est incjimplëte. On a remarqué aussi que 
les pierres k chaux qui fournissent cette dernière qualité , 
demandent, pour leur calcination, un temps double de celui 
qui suffit pour les pierres calcaires i chaux grasse. 

Une remarque très-importante a é\£ faite par les ouvriers 
et confirmée par des expériences directes , c'est que l'eau fa- 
cilite la calcination de la chaux. Les pierres récemment ex- 
traites de la carrière , se calcinent mieux que celles qui en 
ont été extraites depuis long-temps ; l'on est même obligé 
d'arroser ces dernières avant de les faire cuire. Douze à 
quinze heures suffisent ordinairement pour cette opératiop. 
La masse entière soumise à l'action du calorique , doit être 
amenée au rouge blanc, et la flamme qui sort par le haat 
du fourneau, avoir une couleur claire. 

Les marbres , la pierre calcaire compacte , les madrépores 
et les*coquillesfotiniissent de la chaux grasse ; les pierres 
calcaires grenues ou tufacées, les marnes calcaires , et en 
général les variétés de chatix carbonatée cjui ne se dissolvent 
pas en entier dans les acides , donnent de la chaux maigre. 11 
faut chauffer un peu moins que les autres , les pierres k 
chaux qui csDtiennem de la silice, dans la crainte de brûler 
la chaux , c'est-à-dire, d'opérer sa combinaison avec la silice; 
«ar alors elle ne s'éteindroit pas dans l'eau et ne pourroit 
servir aux constructions. 

Certaines pierres calcaires , mélangées de silice et d'ar- 
gile, après avoir été calcinées , donnent sans aucun mélange 
un ciment solide et imperméable. Telle est celle qui se 
trouve aux environs de 'Boulogne-sur-Mer, et qui a été dé- 
crite par M. Lesage, sous le nom de pi Sire -ciment. V. le 

la du Journal des Mines, et Chaux carbonatée calp. 



La présence du manganèse a encore él€ regardée comm» 
favorable i la bonne qualité de la chaux-, suivant Bergman 
et GuyloQ. 



dt, Google 



CHA ,4, 

Quant à la fabrlcatioo , ou, comme on dit , la cuùsan de 
la chaui , on l'opère avec le bois , le charbon de terre ou 
la tourbe, dans des appareils appropriés à cet usage, que 
l'on Domme^are, et dont la coDStnictiou varie d'après la 
nature du combustible. Ce sont ordinairement des ellipsoïdes 
ou des cônes réservés d^s un massif de maçonnerie en 
forme de cylindre. La forme que l'on doit donner aux fourj 
àchaux, n est nullement indifférente , et a occupé des éco- 
nomistes célèbres , au nombre desquels , on compte lord 
Stanhope et le comte de Bumford ; le fourneau inventé par 
ce dernier est à la fois un des plus^ommodes et des moins 
dispendieux. Il offre particulièrement ce grand avantage, que 
l'on pent en retirer, par le bas, la portion de chaux qui est 
cuite , tandis qu'on le charge , par le haut , d'une quantité 
équivalente de pierre non calcinée, et qu'ainsi il peut élre 
constamment entretenu ; ce qui offre une grande économie 
pour le combusltble. Dans les fonrs à chaux ordinaires, on. 
Lisse entièrement éteindre le feu et refroidir le tout avant 
d'en retirer la chaux ; ce qui occasionne à la fois une grande 
perte de temps et de caloriqne. 

L'Art au chai^oumier est décrit dans la collection des Arts 
et Métiers , publiée par l'Académie ; nous y renvoyons ceux 
qui désireroient de plus grands détails à ce sujet. Ils pourront 
encoce consulter avec fruit V Encyclopédie mèihodùjut et les 
Mémoires insérés dans les n." ^l^., -j-^ et loo du Bulletin 
de la Société d'Encouragement. 

AL Sage a publié sur cette matière , il y a quelques an- 
nées, un mémoire très-curîeux, dans lequel il dit que la 
meilleure manière de préparer un mortier solide , propre 
à toutes les constructions , et qui ne se délaye pas dans 
l'eau, c'est d'employer à sa confection de la chaux éteinte 

far immersion, et simplement X''^''i l"^ ''"i* conserve à 
abri du contact de l'air, si on ne veut pas l'employer de 
suite, et que l'on mêle après avec trois parties de sable, 
ou de pouzzolane, suivant le lieu, en y ajoutant assez d'eau 
pour former du tout une pâte molle , susceptible d'être 
maniée et employée comme à l'ordinaire. La chaux vive 
éteinte dans une grande quantité d'eau, et délayée comme , 
on le fait communément, ne donne pas , suivant le même- 
rhimiste, des mortiers aussi durables. Ce savant a réussi à 
composer un stuc plus solide que le stuc ordinaire, en 
combinant ensemble deux pardes de chaux vive , éteinte par 
immersion, avec trois parties de craie très-fine, ou blanc 
d'Espagne, le tout délayé dans assez d'eau pour former une 
bouillie claire. Il s'est servi de ce mélange , auquel il donne 
le nom de mannoniio, ou de pierre calcaire régénérée par 



dt, Google 



,4, C H A ^ 

le concours âe l'eau, pour moaler des médailles et de petits 
faas-reltefs, qui venoient très-bien. 

La préparation des mortiers ou ciment a, dans tous les 
temps, at^ré l'attention des grands architectes. . Vitruve 
en parle fort en détail , et , dans les temps modernes , M. de 
la Faye, Loriot, Bergman et Guytoo s'en sont également oc 
capes. La solidité des édifices anciens partit dépendre du choix 
de la chaux et du soin avec lequel on gâchoît les mortiers. 

L'ingénieux et hardi constructeur du ttnat d'£dystone(i) , 
M. Smeaton , y a apporté une attention toute particulière. 
Le mortier ^'il a emplo^ à la construction de son étonnant 
édifice, étoit un compose de denx parties de chaux maigre, 
CD rolinne,snr trois de sable bien pur, et une de irass. 

Nous voyons , par ces divers exemples , que l'on peut eom-* 
poser des mortiers également bons, dans des proportions 
assez différentes ^ et qu'il n'y a rien de fixe 1 cet égard. 
L'empoî qu'on en doit faire, d'ailleurs, pour des construc- 
tions ordinaires, ou pour des travaux sous l'eau, détermine 
encore de nouvelles variations, qui sont, en outre, causées 
aussi par la qualité de la chqux elle-même. 

On donne le nom de béton au mortier solide destiné ^ ^tre 
employé sous l'eau. 

Ne pouvant entrer ici dans de plus grands détails à ce sujets 
nous recommandons à l'attentionde nos lecteurs le Mémoire 
publié par M. Daudin, ingénieur en chef des Ponts et Chaus- 
sées , sous le titre d'Ëcomen anaXytiipie dés carboneiies de chaux 
grasses tl maigres, etc., au Mans, en avril 1810. Nous lui 
avons emprunte quelques-uns des faits rapportés pins haut. 

La chaux est aussi employée en agriculture et dans l'é- 
conomie domestique. On s'en sert pour enlever l'acide car< 
bonique à la potasse et à la soude du commerce , etles rendre 
propres à entrer dans la composition da savon. £lle augmente 
la causticité des lessives et leur action sur lé linge. On l'ent» 

Sloie dans les laboratoires, pour décomposer le muriate 
'ammoniaque , afin d'obtenir l'alcali volatil , etc. , etc. Cer- 
tains peuples de l'Amérique et de l'Inde, et les habitant des 
tles de la mer du Sud, la font entrer dans la composition de 
diverses préparations qu'Us mâchent avec délices. C'est par 
son moyen qu'on enlève les poils des peaux que l'on destine jt 
être tannées ou mégissées ; qu'on anéantit la cause de la carie 
ou du charbon dans les céréales ; qu'on assainit les lieux dont 



(■) Voyez relativement ï son histoire et aux de'Ialls A 
lion et des sciitis infinis qu'il a fallu prendre pour en établir les assises, 
pour protéger les ouvriers coDtre la fureur des flots, etc. , l'intéres- 
sant ouvrage publie à ce sujet par M. Smealon lui-m^me eA 1797 , 
nu l'analyse qui en a été faite dans la f/fA'0/^f««'/-/teirff/rBf, I. i- 



dt, Google 



C H A .y 

l'air est rkiéparracide carbonique, comme les hÀpîtaax , les 
prisons, les écarîcs trop basses ou trap peuplées ; que l'on 
désinfecte les latrines qui eibalcnl une odeur forte, etc., etc. 

Les anciens s'en terroient pour amender les terres. Olirîer 
de Serres , le père de notre agriculture , eu recommande 
Teinploi. Les fermiers anglais en font un grand usage ; ceux 
de France , beaucoup moins. 

Elle est particulièrement utile dans Us terres argileuses 
oa safaloiiBeuses , et dans les landes ou len-ains Ji bruyère , 
lar lesquels on la répand, dans la proportion d>Qviron cent 
livres par perche tarrée. M. Bosc pense qu'on obtiendroït 
des rësultiats avantageui de aan emploi pour les vignes plan- 
tées aux environs de Paris. En général, elle parott conve~ 
nir surtout âia& les pays froids et humides, car on ne s'en 
sert pas dans tes pays mérîdtonatix. 

Une observation très-inportaBte , relative â l'agricnltare, 
c'est de ne pas employer de chaux provenant de fa calcina- 
tion de pierres calcaréo-magné siennes, M. Smithson-Tennant 
ayant observé que des terres amendées avec de semblable 
cnaux, prèsdeDnncasteretdeDcrby, en Angleterre, avoient 
été frappées de stérilité pendant plusieurs années. Vo^et le 
Dictionnaire d'agriculture, publié par Deterville , en 1609. 

Les combinaisons naturelles de la chaux sont assez nom- 
breoses , mais non pas également abondantes. Deux d'entre 
elles seulement forment de grandes masses à la surface de 
notre globe , la première surtout : ce sont, la c/iaun; carbo- 
lulée et la chaux sidfatée. ËlUs composent un genre dans ta 
méthode miséralogique , auquel appartiennent Tes substances 
connues vulgairement sous les noms de spath calcaire, de mar- 
bra, de pierres calcoires, de craie, de gypse et de pierre à plâtre, 
de spaâifiaor, i'apatile, etc. Vcrfet plus bas. 

Le Schéelin calcaire est aussi une combinaison de cette subs- 
tance terreuse avec l'acide schéeliqne; nous en parlerons en 
traitant de ce métal. V. Schéelin calcxibe. 

CllAT7X AÉRÉE. Bergman et Seborn nomment ainsi le 
carbonate calcaire. V. Chaux CARBONATÉE. 

CHAUX ANHYDRO- SULFATÉE, Haûy. ( Chaux 
salfatine, Brongniart; Chaux sulfatée, Bardiglione , Bout- 
non; fVuifeispath mMuriacit, Anhydril^Weraei:.') 

Le nom de Chaux anhydro-sulfaice , que porte cette e^tèce 
particulière du genre Chaux, indique l'absence de l'eau dans 
sa composition ; nous verrons bientôt que la privation de ce 
principe lui donne des propriétés toiit-ji- fait diOiérenUs de 
celles de la Chaux sabotée ordinaire. M. le comte de Bour- 
non, pour indiquer cette disttm:lion, nomme simplçmeni' 



.Google 



Chaux sulfatée ou hard'igUone, ta Chaux arAydro-siûfalèe , et 
Chaux hydro-sulfalée , ce que nous nommons coiumunémeot 
Chaux saifalée ou gypse. 

On peut encore- adopter, pour abréger, le nom à'anfy- 
àrite , que lui donnent les minéralogistes étrangers , Werner, 
Jameson , etc. 

Ce minéral est plus dur que U chaux carbonatée com- 
pacte,' et, à plus forte raison, que la chaux sulfatée ordi- 
naire , qui est rayée par l'ongle. U est aussi plus pesant 
que cette dernière ; sa -pesaDteDr spécifique est a ,96^ , dans 
i'état de pureté : il possède la dotûile réfraction à un haut 
degré. Selon M. Hatiy , l'anhydrite a pour forme primitive, 
Xm prisme droit à bases rectangles, divisible dîagonalement 
par des plans qui font entre eux des angles de loo' 8", 
et 79 ' 56 ", et dans lequel le rapport entre les côtés de 
la base est à peu près celui de 16 à i3. 

Ses couleurs varient peu; elle est ordinairement blanchâtre 
ou grisâtre : on en rencontre aussi de violette et de bleue. 

Xi'eau en dissout à peine un cinq centième de son poids. 
Si on l'expose à l'action du feu, sur un charbon allumé, elle 
ne blancliit pas, ni ne s'exfolie, comme le fait la' chaux sul- 
fatée ordinaire. 

Suivant M. Vauquelin, la chaux anhydro-sulfatée lami- 
naire contient pour 100 parties : chaux , 4o ; acide sulfurique , 
60 ; résultat qui s'ëtpîgne très-peu de ceux qm ont été obte- 
nus par MM. Klaproth et Berthier , mais qui diffère 
assez de celui de M. Chenevii, d'après lequel ce seroit , 
pour ainsi dire, l'inverse; car 100 parties devroient renfer- 
mer 55, la de chaux et 44?^^ d'acide sulfurique. (V, le Joum. 
ies Min., t. i^, pag. 4-30.) 

Nous n'avons eu occasion de voir qu'un petit nombre des 
variétés de cette substance , qu'il est très-rare de rencon- 
trer sous des formes cristallines nettement prononcées ; il 
en existe' huit de ces dernières, d'après M, de Bournon 
(^Foyeiïe catalogue de sa collection); les plus communes 
sont les variétés primitive et périoctaè4re , qui se trouvent dans 
ies salines du Tyrol. 

La chaux anhydro-sulfatée laminaire limpide, et plus 
ordinairement nuancée de violet, est assez commune danâ 
les collections, et vientdu même pays. Elle contient souvent 
une certaine quantité de soude muriatée. 

La variété lameiiairê, qui présente aussi fi^qnemment ceB 
accident, est d'une couleur grise, et ressemble, au premier 
aspect, à certains marbres que l'on a nommés saiias i. cause 
de leuç grain : c'est elle que M. Weriier désigne partîculiè- 
renient sous le nom à'anhydrile : elle abonde dans ies Alpes, 



dt, Google 



C H A .y 

On en irouTC àe.' fibreuse et de raXé^, d'one couleur ronge 
de brique , en Espagne et dans le ïyrol, 

La plus intéressante des variétés, 8OU3 le^apportdes am' 
est celle qui vient de Sulz, sur le Necker, dans le royaomé 
de Wurtemberg. Elle est compacte ot^anh-lamtUaite , demi- 
transparente et d'une belle couleur bleue cUice..On ea lail 
des vases et autres objets d'ornement. 

Une autre variété Uèa-remarquable , de U, même subs- 
tance , est celle qui est conpue sous le nom de fûem de iripea 
on d'iDteslins, par les mineurs, et que de Born regardoit, 
comme de la baryte sulfatée ; il l'a nommée baryte compacte 
stalactique tortillée en zigiag : c'est la chaui anhydro-sul- 
faiée concrélioniièe-cotiioumèe de M. Hatty. Elle est blanebe 
et se trouve dans l'argile , à Wieliczka en Pologne, 

La chaux anhydro-sulfatée occupe ira rang parmi les es- 
pèces minérales qui forment des rocbes. Elle se trouve en 
couches subordonnées , og en veines, dans les montagne* 
stratiforme^s, avec la ;cha<ix sulfatée ordinaire, T argile et U 
soude murîatée. On la rencontre aussi, mais beaucoup plus 
rarement, dans les veines métallifères. Elle est très - abon- 
dante dans la Tarentaig^ et la Maurienne, et k Pesey en 
Savoie. Celle de Gebrulatz, aux Allues, renferme du soufre : 
/ elle est employée comme marbre, à Vizille et à Vaujaùv " 
déparlement de l'Isère (^HémHui^-Thwy.). Le roc salé! 
dArbonne, préa de Samt-Maurice , dans la ïqrenlaise en 
est entièrement com^sé. Enfin, e' est dais une masse 
énorme de cbans anhydro-sulfatée lamellaire, qu'ont été 
percées ces longues galeries par lesquelles on a ét^ i la 
recherche des sources salées, ans environs de l'Aigle, dans 
le cant^m de Vaud, en Suisse. Elle accompagne Te plomb 
sulfiiré, et la chaux sulfatée épigène ( Va/et ce mot ) , dans 
la mine de Pesey; et a é(é observée avec l'amphibole et le 
enivre pyi^leiw en Sué;de. ( Boamon. ) 

,Les variétés lamaiaire et lamellaire sont presque toujours 
imprégnées de soude muriatée : la dernière est, de plus 
quelquefois fétide. Koyet, ci-après. ' 

Chaux AMHïDRO-svLFATÉs MDRiATiFÈRK; Sonde muriatéa 
gypsijère du Traité ; Chaux sûlfatine spathique , Broneniart • 
tViâfeispalk et Muriacit, "Wemer. 01 

Cette sous-espèce ne diffère de l'anbydrite par aucun de 
ses caractères essentiels^ seulement, comme son nom l'indi-^ 
qrne.elle est io^ré^ée d'une quantité notable de sonde 
muiàatéc,lqui lui communique sa saveur particuUère. 

On l'a trouvée d'aborddans l'argile des salines de Hall, en 
Tyrol, et depuis, à Ischel.en Haute-Autriche, à Bex et 
aiileui^^ . 



i:, Google 



,46 C H A 

Chaux- AMHfBSo-soiFATÉE qvauzifIse; Otaùx sidfat^ 
quarzifece du Traité ; Chaux stdfatme qaarùfère, Brongniart ; 
i%/TK J» K«J^ÔMJ^-Fleurian; f'iw^iniï, Werner. 
. La coiiTibis»ace de cette sous-esp^e est due à M. Flea- 
riàa-de-Bdle^ne , qui en a doimé la description et indiqué 
|«9 caractère», '"dans le Jonmal des Mines, t. -6, p. 8o5 
et soir. '■ . 

Elle »e trouve ^- Ynlpino, à qninze lienes au nord de 
B«rgainê : on l'einfiloie , à ftlilaii, 1 faire des tables et des 
FCTfitemens de cheminée; elle y est connue «ous le nom de 
marire iardiglio de Bergame. On l'extrait en blocs asset con- 
sidérables. ' 

Sa peaantenr spécifique est dé 3,8685, et sa conleor, le 
blanc grisâtre uniforme, on veiné de gns bieuAtre. 

Elle a un tisan eFano-lamelleas, et est susceptible rie re- 
cevoir uo beau poli-i sadiireté eSI i peu prés i^le à celle 
du marbre. Rédmltê en poudre et pr(^elée snr un fer rouge , 
elle est anpeB]pli05pKorcscente ; enfin eUe ie fond, avec une 
grande facilité, au chaldmeau, en une fritte blandie et opa- 
que, et forme un verre transparent arec le borax; 

loo partiescoiMtenBent, A'aiif^d- l'analyse de M. Vauque- 
lin : chaux âaHhtée anhydre ^ ga ; silice, 8. 
■ Suivant JavnesoH, elle accompagne la pierre calcaire gra- ' 
Biliaire feuilletée,' et est quelquefois associée avec lé quarz, 
et accidentellement avec le soufre. 

' Chaux argileuse. Carbonate deckauxunî lunepropoi^ 
lion considérable d'argile. V. MkKfO.. 

■■ CHAUX AKSENÏAÏÉE , PhanrnuoUAe , Karsten ; Ar- 
seiùkbimke, Werner. 

Ce minéral, qui est fort rare, est- sâffisamment caractérisé 
par son insolubilité dans l'eao; et par l'odèiir (Pail qu'il 
exhale par l'action du chalumeau. L'acide nitrique te'dissont 
sans effervescence. Sa pesanteur spécifique estdê 3,536^ Sui- 
Vànt-Patrin,ilan3 une variété du Fartemberg, elle estde a,64, 
: Il eat tendre et d'un blancmàt; l^ntérietir dt ses mame- 
lons est légèrement nacré et strié- du centre ii la circonfé- 
rence. La couleur rose qu'ils préeentent quelquefois, est 
Jue au cobalt arseniaté. - 

M. Selb, directeur et conseiller des Mines du ducbé de 
Bade, à qui Ton déil la découverte de cette substance, que 
M. Karsien a nommée pharmacotOtu ou pt'em empoisonnée, en 
dtslingue trois variétés. 11 nomme la première r Ph. vâraise; 
la seconde, Ph. Jihrtuse ; et lâ troisième, Ph. terHtae. 

Le Cabinet d'Histoire NatarcHe lui est redevable des 
beaux morceaux qu'il renferme. 

loo parties de chaux arseniatée de Wiltichen renferment ; 



dt, Google 



C H A ,,4j 

çhaniT a8; acide arsenlque, 47*54^ eau, a4,46. {Klaprolh.') 

lïa cbaux arsenialée a été trouvée d'abord à Wklichen., 
flans la.prqicijiauté de Furstemberg, daché de Bade, sur un 
granité ^rus grains • dans un (ilon de la mine de Sainte- 
Sophie. Elle y est accompagnée de baryte sulfatée, de quaiz 
çtde cobalt arsenical et arseotaté. Onrareacentréedepuis 
à Andreasberg au Harlz , à Aiegelsdorf et à .GlucksI^aino eç 
Xburinge. ÇJamesoa.} 

On en a reconnu aussi dans des nunéraiH, qui renoient de 
Satnte-Marie-ans7Muie£. Il accompagne l'arsenic natif bacil- 
laire, ^e a T.) 

Chaux ù' arsenic. K Aksenic oxydé, tom. a, pag. 56o. 

Ghaux ou OchE SE BismuTH. V. Bismuth oxtbé. 

Chaux BOÉ.vcîQUEoàBORATÉÈ, Borate calcaire. Noms 
donnés anciennement à ïi Màmisùboratét, que l'on croyoit 
cofnBOg^ de 'chaux et C^c'^le '•^raciqûe. ' Fbjet Magnésie 

BOItA.JÉa. 

Gmtws itiTUHiNa«»e, Be Born. F(yei Chaux carboIjatée 

■ ITUMlNirÈRE. ■ 

CHAFXBORATÉE SILICEUSE <w DATHO- 
HTHK- Dalkolithe , Esmaii , Wcrnet*, KarsteB ; Chaut 
dattioiîte , Brongniart. Ce minéral n'appartient pas av 
genre Chaux, mais il forme le lypt? d'un genre parfîçnlier 
du mSm? ordre , dont la baae est double ; Oianor- et SUice. 

il n'est connu que depuis l'année iSt>6, époque de s» dé- 
couverte par M. Êsmark, savant minéralogiste de l'école de 
Wemer/et depaîs tors !i a été le sujet des observations de 
MM.KIa^roth, Vauquelin et Hatif. On en reeonooU deux 
variétés principales doHt les éta-angers font deux espaces, 
Mus les noms de DaÛiolUhe et de BotryoUtke. 

Le datholilhe est d'uni; coulear blancbltrc , plus on moins 
tetlée de vert) Sa pesanteur spécifique est i,g8o, «t M da- 
feté un peu moindre que celle du feldspath. 

II se trouve ordinaîretsest ett masses composées d« gros 
grains JKïolés tes uns contré les antres, et dont Usurfaoe n'a 
qu'un tris-foible éclat. Sa cassnre est vilreiise, irapariaite- 
ment conchoïde , et d'un éclat nii peu gras ; quelquefois il est 
cristallisé. 

It a pour forme primitive , d'aprds M. Haiiy, un prisme 
droit k basciï rËombes de lOq* a8' et 70" 3a', dans lequel 
l'un de» oâtés de ta base est i, la hauteur , à peu ^ rès comme 
i5 est à x£. L>es jolnis aaturets ne sont sensibles qu'à one 
vive \aiiùikt».{JmaTtal des Mina, tom. 19, pag- 36a.) 

SoBBÙs à l'aptlon du feu du chalumeau sur un charbon , 
le datholithe commence par se boorsoii01er, en devenant opa- 
que, .et finit par donner un ^obulc yitrejix transparent : ses 



dt, Google 



i48 C H A 

fragmens exposés i la simple flamme d'tmê bongie j devînt^ 
Dent d'un blanc mat, et faciles à pulvériser entre les douta. 
Il est facilement attaqué par les acides , mfrme éteadux 
d'eau , qui le convertissent en tine masse gélatineuse , trans-' 
parente {VauqiuUn). Sa dissolution évaporée àsiccité, laisse 
un résidu qui, délayé dans l'alcool, lui communique la pro- 
priété de brûler avec une flamAie verte (KlaprotK). 

D'après les analyses de MM. Klaproih et Yaaqnelin , ce 
minéral est composé comme il suit : 

Silice 36,5 . . . 3f,66 

Acide borique a^i» ■ • • 3i,$7 

Chaux. 35,5 . . . 34, o 

Eau. 4,o . . . 5,5o 

Perte o,o . . . 1,17 

too,o too,oo 

La seule forme décrite par M. Hauy , est tm prisme droit 
décaèdre, doBt deux angles solides opposés sur le contour 
dechaquebase, soatremplacés parles facettes qui formeut^ 
par leur rencontre avec les faces latérales, deux pyramides 
qoadranguUires surbaissées : il l'a nommée sexàécimaU, d'a- 
près le nombre de ses faces. (Jourru^ des Mines, cité.) 

La rariété i gros grains se trouve en masses assez con- 
ridérables , dit M- ^mark , pour qu'on puisse placer cette 
nibstance au rang des roches. 9bivant Jameson, elle est 
associée à ta chaux carbonatée gra no-lamellaire , et plu 
rarement i la chaux flnatée, d'un violet bleuilre ; quelque- 
fois aussi à la préhnite vert-pomme , avec laquelle on la 
rencontre en veines dans un schiste micacé , subordonné av 
gneiss, à Arendal, euNorwége. Elle a aussi été trouvée en 
petites veines dans le Grunstein, sur le Gcisalpe, près de 
Sontlu>fen(Afûien)/c^, tom. a , pag. aSg). 

Le BoUyolUbe de Haussmann, qui n'est qu'une variété cou-- 
créUamèe-mameloitnée de chatix boratée siliceuse,. est sous 1» 
forme de petites grappes, d'un gris de perle, ou jaunâtres, 
ou d'un rose pâle, dont la cassnre est écaîlleuse et le tissa 
fibreux, et à couchas concentriques. 

Cette variété a d'abord été décrite par M. Abiigaard dé 
Copenhague , sous le nom de Zeoliûie senU-granulmre; mais 
depuis lors , MM. Gahn et Haussmann, ont prouvé qu'elle 
ëtoit composée de chaux , de silice et d'acide boracique. Elle 
se comporte an chalumeau et dans les acides , comme le da- 
tholithe , et doit lui fitre réonie. 
ËUe contient, •nr 100 parties, soiraot l'aa^lfse dsKIa- 



i:, Google 



C H A ,43 

prMh : silice, 36 ; cliaax, 39,5 ; acide boracique, i3,5; fer 
oxyié, 1 ; eau, 6,S. 

On la trouve dans la mine de Kjcnlie, près d'Arendâl , 
avec le quarz commun, le pyroiène , le spath calcaire, le 
fer sulioré et le fer oxydulé, en veine dans le ^eiss. 

Les échantillons de chaux boratëe siliceuse sont encore 
assez rares dans les collections de la capitale, (luc.) 

CHAUX CARBONATÉE CCabbonatx calcaihe des 
Chimistes). S'il est nne substance minérale qni doive l'em- 

Forter sur les autres par l'intérêt que son étude inspire, par 
importance des considérations dont elle est l'objet , soit quç 
l'on se borne à l'examen des formes variées qu'elle présente , 
soit que l'on s'occupe de déterminer son origiqe et les di- 
verses époques de sa formation ; c'est sans contredit la chaux 
carhonatée. La facilité avec, laquelle ses cristaux se divisent 
mécaniquement, a fourni les, moyens de soumettre au calcul 
les lois suivant lesquelles ils se forment , et d'expliquer les 
énigmes que présentent leurs nombreuses variétés. C'est elle 
quia donné naissance àlacrù^a/fofn;/)Aû,sur)aqueUe se fonde 
- atqourd'buî la science minéralogique elle -même. ^ 

•< On chercberoit ep vain dans tout te règne minéral , dit 
U. Haiiy , nne espèce qui se prêtât davantage que celle-ci k 
voe étude approfondie de la cristallisation. Abondance de 
cristanx, diversité de formes, netteté des coupes qui résultent 
de la division mécanique ; tout se réunit pour offrir en mëiQe 
temps au naturaliste un but digne de son intérêt, et des 
moyens propres à seconder ses efforts pour y atteindre. 

Mais ce qui est surtout digne d'attention dans U cristallisa- 
tion de la chaiu(carbonatée, ajoute plus bas ie même savant, 
c'est la série de propriétés géométnques qui se développe , 
au moyen de la comparaison des formes, oriffinaires de cette 
substance , propriétés qui sont autant de résultats d'une géo- 
métrie qui parottroit mériter d'intéresser par elle-même , 
c-omme simple objelde spéculation, indépendamment de seS 
applications k des êtres réels% Les considérations qu'elle offre 
au géologue sont également importantes. Tout concourt donc 
à lui assigner le rang qu'elle occupe- dans la m'éthode miné- 
ral<^iqne. C'est la première espèce , du deuxième ordre de 
U classe des Substances acid^irtî. V. le Tableau des Espèces, 
minérales , au mot MlMÉBALOGlE. 

Les cristaux et les masses laminaires de chaux carbonates 
sont le plus souvent d'une couleur blanchâb'e et quelquefois 
fimpides, ou jaunâtres on rougeâtres, ou noirâtres. Ces 
dernières teinteS sont presque toujours superficielles oo 
dues à desmatières hétérogènes interposées, comme le fer et 
le tûtume. Ils se divisent avec une grande facilité en rttotn- 



dt, Google 



xii C H A . 

boVdesobtuB, dont les angles plans sooi dé loj'etdemi ét^S" et 
dun^i environ (,i). Cçsl là le caractère essentiel dfel'espèce: ce- 
loi qui I^ distingue de Varragonile , dont la composition est là 
même , mais qui ne présente pas cette forme , indépendam- 
ment de ce qu il .est plus dur , n'a^t pas de même sur la lu- 
mière , etc. F,' ARRàCOWlTE.'Les différentes variétés de chaux 
carbonatée qui n'affectenlpasde formes déterminables se re^ 
cennoissetlt ordinairement à l'effervescence plus ou moins 
vive qu'elles fotit en se dissolvant dans l'acide nitrique , on 
lorjqii'&n en verse quelques gouttes sur leur surface , et par 
le propriété de donner de la chaux vive à Taïde de la calci- 
nation ; (bcultés qui leur sont communes avec les cristaux et 
les masses laminaires connues vulgairement sous le nom de 
spalh calcaijt. 

Sa pcsantenr spécifique varie de 3,3 a 3,6; elle «st'un 
peu plus foible que celle de l'arragonite ; *a dureté est aussi 
moins grande que celle de la chaux fluatée , maïs snpérienre 
k celle de la chaus sulfatée. Sa réfraction est double à un de- 
gré trés-marqué , même à travers deux faces parallèles ,' 
pourvu que ces mêmes faces ne soient pas situées perpendi- 
cnlalrtment à l'ase du rhomboïde primitif, comme cela au- 
roit lieu en regardant à travers les deux bases d'un prisme 
hexaèdre régulier ; car dans ce cas l'image observée parott 
simple. Le caractère de la double image est très-facile i ob- 
server dans la variété de spalk cakaire rhomèdidal, connue^ 
particulièrement sous lé nom de spath d'Islande , et qui est 
rarement le produit d'une opération immédiate de la cristal- 
lisation , mais presque toujours celui de la division méca- 
nique d'une masse laminaire limpide de cbaus carbonatée. 
V. plus bas. 

Les cristaux prismatiques de chaux carbonatée se cassent, 

(t) SuiTMit M. WollastOB qui a mesiiri de noureau l«i angles du 
rfiombaSde de la cfaaax cwboDalée limpide, dite ipa/k d'Ileadt, et ani- 
vai)t Ml Milasqui a fait de la mémq subataoce leaiqet de recliercbei 
trài-taitéceMantea, et qui ontouvertiinenouvelle route aux physieiena, 
relativement aux IpU qçe suit la lumière polarisée , en se réfl^c.hissaDt 
OM se leTr'arlânt à laaurface ou dans t'intérSeur des corps, If grnad 
angle du/hoaiboïilfi.ptimïtif est de ioS° 5' et non pas 104'' a8' , 
^omnteM.-Hafiyl'aVoit admis sur l'autonté delà H^re. Ce r,<BullBt 
iqui lêndroit à modifier les valeurs des ai>f;les secondaires-, ne porte 
aiM^uprï^udïcere'ei ilatbe'orie, dit M. Haùy , la correct! on dont il 
Vagit 4aikMnt intaclta tbutes les prQpriët^s d)> rhomboïde, doot la plu. 
parlse trouvent rëallsées par la crîslallisalLou.fo/u la note première 
de B^a TaiUau comparatif , dan» laquelle lei conséquence» qui 
peuvent èlre dt^duilrs de l'admlsMon de ce nouveau r^sidtal, sont 
' ' et discutées sous le double rapport de la geomêlrie et de la 



dt, Google 



cristallisation. (i.vc.-) 



r. H \ ,s, 

oa platdt se dîvÎMnt transversalement , dans ie bcos d'un 
plan oblique à l'ase et qui présente une tnrface lisse et mi- 
roitante ; timdis qne ceux de l'arragonite »e brisent perpeo- 
diculairement k leur ase , et oSreot une cassure ondqlée ou 
vitreuse. 

Certaines variétés sont phosphorescentes par Tii^ectioD 
de leur poussière sur des charbons ardens , surtout celles 
qui se rencontrent dans des filons coquiilers {Boumon) ; d'au- 
tres manitestcnt cett« propriété à l'aide du. frottement. 

La chaux carbonatée est infusible sans addition ^ arec le 
contact de l'air ; mais sir James Hall a lait voir que si, par 
un moyen analogue à celai d'une forte compression , on em- 
pêche Le dégagement de son acide carbonique , elle fond et 
même cristallise par le refroidissement. Nous verroas par la 
suite quel parti on a tiré de cette observation et de plusieurs 
autres du même savant , sur l'action de la chaleur modifiée 
par la compression , pour la théorie des volcans. 

D's^rëslesanalyses, loo parties de chaux contiennent de 
56 À 5y de chaux et 4^ ^4^ d'acide carbonique; proporliom 
sembl^les à celles de Vairagonite, dans certaines vJriétés 
duquel, ilestvrai, ona trouviédes à 4.centièmesâe. carbonate 
>de strontiane. Mais comme elles n'en conticoBent pas tontes 
( suivant des analyses récentes qui n'ont été connues qu'après 
l'impression de l'article Arragonite dans ce Dictionnaire ), 
il faut encore renoncer à ce moyen d'opérer la division des 
deux substances , suffisamment distinguées d'ailienrs par U 
cristallographie. 

Tels sont les caractères qui conviennent à la cbam carbo- 
natée proprement dite , ou ne renfermant pps de principes 
étrangers qui modi^nt d'une manière notable ses propriétés, 
comme cela a lieu dans les sous-espéces de cette substance , 
que nous examinerons à ^a mite , et notamment pour la 
Chaux carisnalee magaésifirè ou Dolomie , la Chaux ctûionalA 
Jfnv-mangattàifire OU Brauu^taA, etc. Qnant à la.forrae pri- 
mitive , elle est invariable , et la même pour ces divers mé- 
langes, dont on continue de faire autant d'espèces dans Is 
plupart des ouvrages pi^liés chez l'étranger. 

VabiÉ^CÉs D€. FOaU£S. Nous n'eotreprendrMis pas de dé- 
• crire ici la <piantîté considérable defbrcuesfégultères et sus- 
ceptibles d'être déterminées géométriquemeni , dont les ob- 
servations des minéralogistes crïstallographes oat enrichi la 
science depuis quelques années , cl ce , par les motils que 
Boos avons énoncés (t. i ', p. 4-^3) en traitant de VamphUiole^ 
d'one psrt , et de l'autre, parce qu'un pareil travail est an- 
dessns.de. DOS forces. Ce n'est pas d'ailleurs dans un euvraga 
de la nature de celnl-ci ^ne cette matière peut âtre b-aitée 



dt, Google 



,5, C H A 

arec l'importance «t 1«3 développemens qu'elle m<!rîte. On 
en sera coDvamca qnand on examinera dans quelle pr<^es— 
sion rapide le nombre de ces rarîét^s s'est accru < depuis 
quelques aimées seulemenL 11 éloit d'enriron quarante dzna 
la nouvelle édition de la Cristallographie de Bomé-Delisle , 
publiée en 1783; M. HaUy, dans son Traité de Minéralogie, 
qui a paru-en j8oi , a prrrté ce nombre k ^uanmie-sept, et l'a 
augmeolé depuis jusqu'à celui de Mttt ciR^aanA!. Enfin, M. le 
comte de Boumon , dans un savant ouvrage publié à Londres, 
eni8b8, sous le titre de Traité complet de la chaux carbonaiée 
êl^l'armgonUe, 3 vol. )n-4..*, dont un de. planches ,eiiadécrit 
et figuré près de s^l cents. C'est à ces ouvrages qu'il faut 
avoir recours pour se reconnottre au milieu de cette immense 
quantité de cristaux, tous originaires pourtant d'une même 
forme primitive , et que la Nature produit à l'aide de lois 
quelquefois très-simples. La méthode que M. de Boumon a 
suivie pour leur détenqination, est différente de celle de 
M. Haiiy , qui l'a examinée et discutée dans un mémoire 

Sarticutier , inséré dans le tom. iS des Annales du Muséum 
'HiJtoire Naturelle. 

Formes délerminables- ~~ Werner et la plupart des minéra- 
logistes étrangers , à son exemple , décrivent, sans leur donner 
de poms particuliers, environ trente de cesvariétés qu'ils rap- 
portent k cinq formes principales, dont les autres ne sont que 
des modificatîens.Cette méthode, quîpeut à peinesnffire quand 
on se home, commenous le faisons ici, à donner ijne idée de la 
figure des cristaux d'une substance, n'est nullementrigoureuse 
einesauroitétreèmployéepour les décrire exactement; enoore 
moins peut-elle remplacer la méthode ingénieuse et concise , 
inventée , à cet effet, par Ms HaUy. F., son Traité, tom. 1 , 
pae. log et suiv. 

Ces formes principales sont; i.* la pyramide à six Jaees ; 
a." le prisme à six fores ; 3." \a table à six faces ; 4-° l* pyramide 
à trois faces ; 5." Vkexaidre tiai comprend les dioers rhomboùies. 

Les pyramides à trois faces simples sont des pointes ou som- 
mets de rhomboïdes , dont l'autre sommet est engagé dans 
une gangue , et les pyramides à trois faces doubles sont de vé- 
ritables rhomboïdes complets , qui sont quelquefois considé- 
rés comme des hexaèdres ou solides à six faces. Les pyramides 
iisian faces simples ne sont également que les sommets de 
dodécaèdres bi-pyramidaux , non régufiers, mais symétri- 
ques, etc. (V. Bntchant, Minéralogie, tom. i , p^. ^3 et 537.) 

M. HaUy partage les diverses variétés de cette substance 

en trois groupes sons les désignations de formes détermina- 

^iles, ou susceptibles d'Être déterminées géométriqueroent, 

et figurées ou imitées en bois; d'indéterminables (g^ométri- 



L:mi,i.d=, Google 



qaement); telles sont les. variétés grtmulaire, sacclùm'ùk , 
compacte , Urreiue , etc. ; et XînùUitioes ou re&semblaDt à des 
corps organisés ou autres , parmi lesquelles il comprend les 
pseùJomorphoses qui se rattachent aux eoncrétùms. Nous soi- 
rrons le même ordre en indiquant ou décrivant les princi- 
pales variétés de ce protée du Règne minéral. 

Chaos carbonatée crislallâée; spath calcaire, KalkspaA, 
Wemer; Spaethiger Kallutmn, Karstenj Calcaire cristallisé, 
Selamétherie ; Chaux caiiionatée pure spathique, Bron- 

I. Chaux carbonatée primitive; en rbomboîd^ obtus, 
semblable an primitif. V. pins haut. 

Cette variété , qui est assez rare , se trouve dans la vallée 
de Chamouni , parmi les nombreux débris de roches que les 
glaciers charrient et auxquels on donntf le nom de moralités; 
elle est accompagnée de cristaux de quarz-hyalin , tantôt 
limpides et tantât souillés de talc cblarite, sur un schiste mi- 
cacé : il en vient également des snvïrons d'Allemont, dé' 
parlement de l'Isère; de ceux de Chàlonnes, département de 
oJaine-et-Loire -, de Ratieborztiz en Bohème , et de Kons- 
berg en Norwége. 

Le sptiûi calcaire rhûmèdidal, dit spaA d'blande et ^jatk dou-- 
blaat (jJoppebpalh des Allemands), n'est pas particulier à l'Is- 
lande; maison l'y trouve en masses limpides d'un volume con- 
sidérable , et ootamment dans le W estfiord , près du rivage 
de Breede&ord ; daqs ta montagne dé Tindastol , au nord de 
i'tle, et près de Helgestadt, district de Mule. Il existe à 
Mazac, croisse de Saint-Alban , à une demi-lieue d'A- 
, lais , un rocher de cristal dlslaïuk, qui a la double réfrac- 
lion , et dont on orne Jt Montpellier les cascades ( Saueaga, 
Acad. de Montp., tom,3, p. i4) ^I- 'e conseiller privé 
de Nartof a décrit dans le onzième vol, des Nouoeaux Ar.Us 
de l'académie de Pétersbourg, celui qui a été observé dans 
les fentes d'une roche prés du village Sargouba, sur la li- 
mite du village Julscba, à vingt verstes de Pétrosawodsk ; 
il est transparent et d'un beau jaune roossâtre , comme cer- 
tains cristaux de gypse de Montmartre. Le tlartz en prodcdt 
également qui est nuance de violet. 

3. C. c. équiaxe ( sp. cale, lenticulaire') , en rhonihoïde tr^' 
obtus, dont l'axe est égal à celui du noyau qu'il ^enferme , 
et dont les angles plans sont ii^d 18' 56" et 65" l^t' 4"; 
elle est plus commui^ que la variété primitive. 

Les mines du Harte et celles d'Angleterre en fournissent 
de beaux groupes; «lie accompagne le quarz^^émathoïde , à 
Qileabai^ya en Transylvanie, le plonib sulfuré en Saxe ^ etc 



dt, Google 



i5i G H A 

M. Duvenrin i de Vielle-Comte , â découvert cette vart^tc 
en beamcristatiiisolés, de quatre centlviëtres^suru&erocbe 
argilo-calcaire très-dure , renfermiiiit beaucoup de coquilles 
onivalves fassiles, àiabase S.-O.da.Puy-^e-Saint-fionaain, 
près du villsee de Lissac , sur les bords de l'Allier , à xpi^- 
tre lieues S.-E, de Clemi6nt-rerraiïd. On en trouve d'à peu 
près semblables aux cavirocs de Grenoble , mais dont les 
faces sont cbargées de ^ries nombreuses et les bords arron- 
dis ; ce qui les rapproche de la >'ai'iété lenticulaire .pro- 
prement dite. Ilile est associée k la stîtbiteet au plomb sul- 
furé, au Hartz ; et à la chaux ferro-raaoganésiftre perlée 
blanclie et au quarz dodécaèdre,' en An^eterre. 

3.*Ch. c. inverse (Sp. cale, ranno^'yuc, Romé-Delisle), en 
rhomboïde aigu qui présente l'inverse de la forme primitive . 
c'est-à-dire , que les angles plans des rhombes sont égaux 
aus incidences mutuelles des faces du noyau , et réciproque- 
ment les incidences des faces sont égales aux angles plans 
du noyau ; de là re'pitbète tVim/erse ( Uaiiy^. Le nom de 
spath calcaire muriaiiyue qu'elle portoit autrefois, vient de ce 
qu'on la rencontre assez ordinairement dans l'intérieur des 
coquilles marines fossiles ^ ([ui renferment aussi d'autreï 
variétés. 

On la troave en pclits cristaux jaunâtres dans certaines ca- 
vités des bancs cal<?aires de Neuiiiy, aux environs de Paris, 
oùelleestassociéeàdescristausdequarz; éncrlstamlrès-pro- 
noncés, quelquefois limpides, dans ia roche calcaire coqui I- 
lière de Cousons, près de Lyon, et dans celle dc'Vougy', 
près de Roanne ; à Hutleberg , enCarinthie, avec le man- 
ganèse oxydé fibreox , noirâtre ; à Baveno sur \eS bords du 
Lac Majeur, avec le feldspath' rose et le mica; en Corse, 
à Iberg au Hartz i dans les fisSares et les cavités de la 
pierre calcaire grossière de Gisfly , la Ville-Dieu , Ch^teaiï- 
Larclier , et aux environs de Poitiers , suivant l'observatioti 
de M. Desvaux; aux Chalanches, département de l'Isère ; 
en Angleterre dans les filons duDerbyshire et dans les envi- 
rons de Bath, ainsi que dans la plupart des calcaires co- 
quiliiers de ce royaume (de fiou/vwn) ; et dans plusîeUirs au- 
tres iieùï. 

^. L'on coonott plusieurs anireS rhomboïdes secorndaires 
" dé chaux carboiiatée {F. Haiif , Booraon), parmi 1 esquels 
'deux soHt plus atgus que Vitwerse , et un qui se rapproche 
tellement du cube , qu'il a été rapporté à cette forme par la 
plupart des auteurs. M. Hatiy donne à ce dernier Te -nom 
de eulàiâe. 

Cette variété n'est pas très-rare ; le Cabinet du. Roi en 
renferme un groupe , dont les cristaux ont- jiUqu'à iiix centi- 



dt, Google 



C H A ■ ,53 

mitres (plus de deux pouces) J'^paissenr , et dont'ies fa- 
ces sont parsemées de petits points brillans de fer sulfuré ; 
il Tient' dé Fatzbay en Transylvanie. M. FleuTinu de BeJIe- 
vae l'a observée dans 1^ amygdaloïdes à base de wacice ,' 
d^ Vicentin , en cristanx ^'nn vert clair, et i'a déerile sous le 
nom despalhcalcaire cubique. Elle »e trouve aessi auï Cba- 
lanches , d'après M. de Tbary; dan» le calcaire globulïfortne 
des envirwià dé Cbauvigiïy et de Saint-Martio-Laririère , 
près de Poitiei^ ( Detoaux) ; en Auvergne , snt- le monticule 
calcaire nommé le Poujet, près dn village d'AntbeSat; dans 
les-filons d' André asberg, aVeele plomb sulfuré , etc. 

5. Ch. c. mélastalîipie. (vulgairement Sp. cale, àdetd de co- 
chon, wi à dent de chien'), c'est-à-dire ,'<ie transport; dodé- 
caèdre bi-pyramidal , à faces triangulaires scaléncs. dans le- 
quel l'incidence de deux faces voisinas , k l'endroit des plus 
courtes arêtes , est égale à celles des faces du noyau, prises 
vers an même sommet: propriétés qui produisent une espèce 
Ae métastase , ou de transport des angles du noyau sur le cris- 
tal secondaire , ce qui a donné naissance au mot mélaslaiîquè 
( Haily ). Ce solide est encore reroarqUalile , en ce que son 

'axe est triplé de l'axe du noyatt; d'où il suit que sa surface 
est double de celle de ce dernier', et que la sbiidilë de toute 
la partie du cristal secondaire qui cnvélOpp'e le 'noyau est pa- 
reillement double de la sienne (f. le Traité). Cette modifi- 
cation , dit M. de Bouraob , soit h l'élat de ilodécaèdre com- 
plet , soit <i l'état de combinaison de ses plans avec ceux de 
presque toutes les autres modifications , donne naissance aux 
cristaux les plus communs de la cbaux carbonatée. Le volume 
de ses cristal» est le plus considérable : j'en ai vu , extraits 
des mines du Derhyshire , dont le poids surpassoit un quin- 
tal ( Traité , L a , p. 64 )■ Ils sont assez souveat maries on 
transpoiés. Leiir couleur est ordinairement jaunÂtre ou blan- 
châtre ; il y en a de limpides. 

. On en trouve de blanchâtres dans le feroiydé concrétîonné, 
à Huttenberg en Carinthie, aux Cbalanches, à Offenbanya 
en -Transylvanie , près de Grenoble , et dans la pierre cal- 
caire gfosàîère de BerlevîUe-^ur-rAise , près de Caen. Elle 
tapisse assez souvent l'intérieur de certaines géodes calcai- 
res , de manière à ce que chacun dt^ cristaux ne présebts 
qu'une de ses pointes , et que leur assemblage compose une 
sorte de râtelier ; d'où lui est venu son nom de sjiath calcaire 
âdents de cochon. T«UeE sont les géodes que l'on rencontre 
dans les bancs calcaires qni bordent la Clôuère , près de Châ- 
Iteaa—Larcber , départementdclaHaute-Vieaae. 

6. Ch. c. basée, laforme primitive dont les deux somimelcdoiit 



dc, Google 



,56 C H A 

iniercept^ï pkr Aevx faces triangulaires , qui servent coinin< 

de bases au cristal. 

7. Ch-cprismée, lerhomboïdeobtos primitif^ dontlesbor<U 
inférieurs sont remplacés par des faces, ou simplement ëmai^ 
gînés. Ces deux modiScatîons se trouvent en Angleterre dans 
le Gumberland ; la seconde existe aussi en Piémont , danj I4 
mine de fer oiydulé de Traverselia. 

8. Ch.c./immab'fiM, Le prisme hexaèdre régulier pTOdqit par 
deux décroissemens dont l'un agit siu* les bords iafërieur; du 
rhomboïde pour former les pans , comme danTla variété pré- 
cédente , et l'autre sur ses deux somqiçts , pour produire les 
bases. 

Celte> variété se présente tantdt sous la forme de prismes ^ 
dont toutes les faces latérales sont égales , ou alterna tivemeni 
larges et étroites, ettantàt sous celle de simples lames hexa- 
gones. £lle est assez commune dans les collections. Les plus 
beaux groupes viennent des mines du Hartz et du Çumber- 
land en Angleterre. Qn la trouve aos^i en France 1 en Saxç 
et en Hongrie. 

g. Ch. c. dùdéceâdre, prisme à six paos terminé par des som- 
mets à trois faces , appartenant à Veouiaxe ^ V. plus haut), 
Bomé-Delisle la définissoit ainsi : dodécaidre k plans pen- 
tagones égaux et seçiblables , six ^ six ^ les uns verticaux , leSi 
autres inclinés. 

Elle est , comme la précédente , une des plus communes 
dans les cabinets , et présente aussi des modifications anals- 
gués aux siennes. Quand elle est très-déprimée on la nomme, 
communément spath calcaire en rffe de clou ; c'est la sousrva- 
riété dadècaiâre'racr.ourr.iê de M. Haiiy. Ses sommets sont sou- 
vent sillonnés par des stries parallèles à la hauteur des penta- - 
gones , et qui indiquent très-sensiblement la marche du dé- 
croîssement sur les bords supérieurs du noyau. Les veines, 
métallifères de l'Angleterre , du Hartz, de la Saxe , de la 
France , etc. , renferment des groupes des diverses modifi- 
cations de cette variété ; ses cristaux sont quelquefois d'une 
grande dimension. 

ta. Ch. c. /rAftcoMv, prisme hexaèdre régulier , terminé 
par des pyramides à six faces, comme dans le quarz; des en- 
virons dé Grenoble , département de l'Isère , oà elle a été 
découverte par M. le vicomte de Thury- Le Cabinet du Roi en 
possède un beau morceau dont il est redev;able au savant qn& 
nous venons de citer. 

1 1 . Ch. c. bisalUnie, la variété m^iskOùpie angmentée de six- 
faces verticales , dont les angles aigus sont tournés tdUmalii»~. 
maiivers l'extrémité supérieure, et vers l'eArénutéinférieure- 
de l'aie. 



dt, Google 



C H A ,5, 

On la troore sur le jplomb sulfuré , qil en cristaux gronpé s , 
en Angleterre et à Fauenstein dans le Tyrol, 

II. J^oos terminerons cette description sommaire des va-- 
tiétés tes plus simples de U Ëhaux carbonaiée , par riodic»- 
tion de celle qne M. HaQy nomme analogîgae; ji cause des 
tiombreoses analogies ^ui la rendent remarquable. £tle est 
composée de Véqaiaxe, dfi Tn^astatigue , tt à.a prismatùpi^.'EMc 
est susceptible d'éprouver une hémUmpte, qui', en renversant 
les deux moitiés da cristal , donne au nouveau solide l'aspect 
d'un cœur , d'Oà lui est venu le nom de spaik calctàit en cœur^ 
qne lui ont donné les marchands. Elle est rare et,vient du Het- 
byshire. « 

fhnriaindàermùialila, en cristaux irréeuliers. 

I. Chaux ca rb on atéeDmnâwe'CtirHvx^, lerhomboïde primitif 
dont lesfaces sontbombées et les arêtes arrondies, à peu près 
comme daps le diamant sphéroïdal ; ce qui lui a fait donner 
l'ëpilhète de diamanHforme ( Boumon , pi. a , fig. 6 ). Etîe 
est d'un blanc verdâtre , et se trouve en Angleterre dans la ' 
principaoté de Galles. 

a. Cb. c. ïentioâliùrt , en cristaux solitaires ou groupes dé- 
rivant ordinairement de la variété éguiaxe, dont les arêtes 
sont émoussées et les bords curvilignes. On l'a aussi nomméef 
Spaih calcaire en crée de coq ou m rose, suivant le mode de 
groupement. 

C'est une des variétés les plus Communes de la chaux car-> 
bonatée. 

3. Ch. c apicuiaire on en épi, modification du rhomboïde 
contrastant, qui s'aiguise et s'élance plus ou moins, et qui 
forme , en se réunissant , des espèces d'épi , d'où lui est venu 
son nom : les faces de la pyramide trièdre sont «onvent 
creusées en sillon bu en gouttière {Hatiy'). Nous en possé- 
dons dés échantillons venant d'Iberg, au Hartz. 

4- Ch. c. lamell^orme , blanche , en lames minces , airon-^ 
^es , on de formes indéterminées , j^acées de champ et se 
croisant sous des angles trés-yanés , de Jaachimstal , en 
Bohème ( CAimcei)' 

La chaux carbooatée présente qnciquefob des variétés de 
groupement très-curieuses. M. Ha'iiy en possède un de ce - 
genre , dont la forme bien déterminée est celle du rhomboïde 
inverse , et qui est entièrement formé par l'assemblage de 
cristaux métastatiques. D'autres fois, comme cela a lieu dans 
l'émerande et la tourmaline, des prismes hexaèdres de chaux 
cariionatée , k pans lisses , sont terminés aux deux extré- 
mités par des cristaux qui se séparent et prennent un aspect 
presque fibreux ; tek so&t ceux que l'on a, trouvés à Jnver- 
neis t ea £cos;|e , et «{ne cite M. U comte de Boumon, 



dt, Google 



.58 C H A ■ 

5. Ch. c acicuUûre , en aiguilles plus ou moins ^^fées , 
qui aiUièrent entce cUes parallèlcmeot k leur lougueur , ,011 
jqiii jdivecgent en partaot d'un centre conunuu. 

Les intervalles que laissent entre elles les couch^ de pierre 
calcaire qui cotnposeat les mojit^aes de Gaëte , iotA soc- 
vent remplis par des cristallisation^ de.spatix calcaire, \t plus 
souvent radiées {_ Bi^isltik ). . 

6. Ch. c. j^hrxuse cûn/omU, à fibres fiq&a et serrées, d'im 
éclat soyeux. ' . 

Celte jolie variété se trouve dans Le Cumberiand , oà elle 
forme de petite^ veines d'un à deux pouces d'épaisseur, d»QS 
une pierre argilo- calcaire schistoïde, qui renferme ^souvent 
des veinules de fer suUiifé ( ffou/vof). Elle est «;i&cf|Ftible 
de recevoir ait heaix pull, ce qui ia-, f^ît employer ea Ai^le- 
terre et en FraQc.e , par les Jbj^ati^rs, poi>r des |>eD£ins 
d'oreilles, des plaques de colliers , etc. 

*' * £11 Masses. — i.jQU^w^ carbonate Uunùiaire; en m^ss^ 
irréguliëre oient teruvoées, mais doiU la texture est Ivael- 
leuse et présente des lames continues. £Ue est ordin^ire- 
jdent blanchàtf-e et translucide ; qi^iquefois limpide (^ V-, plus 
baat, spath disla/ide, g. t.^), o», dirersenaent coloré» ^^u*Ae, 
en rouge , en vert, Çtp. , 

. C'est le s^t)i calcaire i^forni^ I^dmII^us d/e De Boro, 
le Spaelhiger Kalksteia de Karsten, et la pierre «alcair*. la-- 
jueUçuse , Bla^n^erKaiksIem de Brophaot, 

On en trouve des morceaux d'une transparence, pivCaile 
.et d'an grand volfp^, en blinde ;, Ag. jaunç , en Busste .; de 
rouge et de vertç , en Suédf; , ^tC-,I^S v^ive^ de pi^^^ du 
.Hartz fournissent unie variété df *(h- bÇ; la^ùn^iFc. grise , 
nu3ucé,e de roussâfre , qui &9n t\^-jB,èmi ^sse) sOf)«c^t, de 
gangue aux cristaux calcaires de celtf) cqptrée , à la stilbite , 
à l'argent rouge et à la galépe. La vviélé. blaocbjlM'e est la 
plus con^mune de toqtçs , et s^ trouve d^ps une mulli^itde de 
lieH^. Les triasses d'albâtre it^tAjaitfi qoug présçqjl««nt des 
exemples de celle ya^i^0, )^^ s? rencontre aussi d^ns ks 
roches amygdaloïdes qui faut-nissent les'agath«s> et^ii 

a. Ch. c. iafi>£ll^ire (variété Aa Kç^igtr Haikiiiçiit, de ■ 
.Werner , Marbrie grec: ou sslin ).4 of-diiuir^p^jit bliUiche 
et composée de petites passes cristallisée s , doqt l'atirft.nge- 
ment irrcgulier f^it qffe sa ^ass^re présent* une ipiil.l^Qde 
de facettes diversement incltaées (tit^)^. 

C'est k cette variété que se rappprte. 1^ viariire de Paras , 
employé par les statuaires anciens , Wus tq n^m de lychfûits. 
Les célèbres figures de la Venus die ft(édtcis et de celle du 
Capilole , la Pattas de Velletii , U Bt^se cbasseresse , etc., 
sont, de ce i^arbre, V. Mai^lbres. 



dt, Google 



C H A . ,;, 

La chaux carboQ^tée aacîçnqe, résultat ivoe crètallua- 
tion confuse , est oi;dinau'eBtent homogèae , et susc^tible 
d'un beau poli ; ses gFaîqs avèrent rorteatest entre eux , et 
la masse qui résulte de leur agrégatloD a beaucoup de so- 
Udité ; ce qui n'a pas lieu pour la chaux carbouatée à petite» 
latQes, qui a ëlé déposé^ .par in^tratiaii .daiiâ Jee carités 
des rnches calcaires plus récentes , ou dans celles des co- 
quilles fo^iles, ou. qui forçjie des veinules dam le caJeaîrc 
compacte. Les lamelles de cette dernière sont plus miroi- 
tantes , denû-transpareotes, au lieu d'âtre siuiplement trans- 
lucides, etbeaucoup moins adhérentes entre elles. 

M. B^iUet cite à ce siùeb la chaux carbonatée lamellaire 
des bancs calcaires de Neydani , près Cbâtenay, dé|>arte- 
nient Je la Haute-Marne , dont le fond est jaunâtre , et qui 
ressemble anpremier aspect àia chaux carbouai^e lamellaire 
anoîenne, à grandes facettes {Broagniarl). 

i. Cb. c. sacdtàrdide , c'est - à - diri; , ayant Vappa~ 
rtnr.é au sucre ofvfûuure ( vulgairement , marbre de Carrare, 
marbre statuaire des modernes); elle est à grains lins etbrîl' 
lans; dure et susceptible de recevoir iin beau poli , et ordi- 
naire ment bl an che . 

Les statuaires anciens ont connu et travaiili! ce marbre ; 
mais ils employaient dé préférence celui de Paros, et d'au- 
tres yariétés venant de I Arcliipel. Les inodernes, au con- 
traire ,' se servent exclusivement de cfluî-cî , dont on exploite 
les Carrières entre Sj*ecia et liucques , Siir là côte de Tos- 
cane. Il renferme cpieïqUefois des cristaux de' quarz d'une 
forme trés^nette et parfaitement limpides. . 

ïit marère ééeutttr^uin, qu) vient de Silifi, en Mauritanie , 
appartient à celte variété. 'Suivant M. 'Fond!', il. doit sa coc- 
leur bleue^sÂtre À l'ampKMtele. 

4. Cih. c. suA-ltimeOaire^wi-éeaûleuie, roiae ou 3^in ronge 
de chair pins- ou moins Sù&cé. • 

Cette intéressante variété vî«it de TSry, Be de PEcosse, 
sur la côte de l'Àrgyleshyre. Elle est compacte, et prend 
uit trés-beaii poli , ce qui la fait employer comme marbre. 
Oa en fait eu Angleterre des takles et èes chambranles de 
chemisées. Elle renfèrne des graiiia lamelleux d'amphibole 
verdâtre. M. Delamélherîe l'a décrite anciennement , sous le 
nom de màt^K ichor/içue d'Ecosse. ( V. son édition de lAScia- 
fni/)Aie.deBergmann, tom. i,p. 180.) 

5, Ch. c, cômparle {ûkl^er Kalskstein, Werner; pierre 
calcaire compacte et marbre de Hesse ; calcaire stra- 
tilbrme ou secondaire , etc. ). Le grain de cette variété est 
très-serré et indiscernable à t't^il, ce qiri la rend propre i 
recevoir on certain degré de polt et la rapproche des map- 



d,t, Google 



,6o G ÎI A 



bres que rotlS considérons comme ides roches, et dont elle 
n'offre pa's les conleurs variées. (F. Mahskes et Rocbe 
CALCAiKE.) Sa cassure est terne , lisse , tirant un p6u sur 
l'ondulée , quelquefois snb-écailleuae ; ses couleurs varient 
enti'e le blanc jaunâtre , le gris , le bleuâtre et le brun. Ces 
dernières teintes sont dues k l'argile et au fer; aussi au 
bitome. 

ËllefoÂDe des bancs, souvent très-épais, daUs le voisinage 
des montagnes primitives , et renferme assez ordinairement 
des coquilles ou d'autres corps marins fossiles. Les monta- 
gnes des Alpes et des Pyrèqées , la cbafoe du Jura, et tant 
d'autres lieux, en offrent de nombt'eui exemptes. F*. RocBES. 

£[Ie est ordinairement maSswe. La variété connue sous le 
nom àe marbre de Hesse , est li'ès-sbuvent dendriiîque ou aroo— 
ris^. y. Arborisatiohs et DenURites. 

La pierre calcaire compacte dont on se sert \ Munich, i 
Vienne , à Paris, etc., pour la liûiographie, appartient Jt cette 
variété. V. plus bas : Usages de la Ouuim carbonalée. 

La chaux carbonalée compade de la montagne du Bon- 
Homme, aux environs de Moutîers , en Savoie, est d'un 
blanc-jaunâtre , et contient de petits cristaux de feldspath et 
dequarzqui lui donnent une appareuce^rpA^W^ue. Les veines 
DU fentes qui traversent ses blocs sont t^issées quelquefois 
de cristaux caléajres, dont les faces rhomboïdalessoot striées. 
Celle qui se tronve \ Grasse , dans le département du Var, 
présente de nombreuses empreintes de coquillçs. 

Cette variété, qui est une des plus communes de l'espèce de 
rhaux carbonatée , se rencontre aus$i aux environs de Paris, 
et notamment à Lagpy, où elle a l'apparence d'une brèche « 
à Château-Landon, etc. Elle fournit de très-bonne chauxi 
V. plus haut. Nous revisndrons sur son histoire au mot RoCHE 
CALCAIHE , où nous traiterons comparativement , et sons te 
rapport de la géologie , des diverses substances calcaires que 
nous n'avons considérées ici que minéralogiquement. 

Elle est quelquefois pseudojnojjihique ou modelée en co- 
quilles; telle est celle qui a été observée par M. Tondi, anx 
environs de Sellet, entre Benols et Olet, dans la princi- 
pauté de Catalogne. 

6, Ch. c, laassiot^lobuUforme, Oolithe ; Bogenstan dc Wer- 
ner , formée de la réunion des globules compactes , 
réunis par un ciment de même nature , et dont la grosseur 
varie depuis celle d'une graine de' pavot jusqu'à celle d'aà 
pois. Elle diffère de la pisolùhe en ce que les globules de celte 
dernière sont teatac^s ou composés de couches concentriques. 
V. plus bas. 



i:^ Google 



C H A ,G, 

On trotiT«de l'oolithe en Suède , en Suisse, et surtout en 
Thnringe, oà elle forme des couches assez puissantes, et 
est employée- comuje pierre à bâtir. Elle se d^ompose et se 
dégrade facileinent ; dans cet état , elle sert ï l'amendement 
des terres. Quand elle est très-compacte et à grain fin , elle 
peut recevoir le poli et servir comme marbre. {Brochant.) 

L'opinion qui faisoit regarder Jes oolillf es comme uner^n^ 
nion d'ôeuls de poisson pétipifîés , est entièrement -aban- 
donnée ; mais l'on n'explique pas bien encore de quelle ma- 
nière elles oot.pu se fornter. Suivant plu.ùeurs naturalistes ^ 
parmi lesquels on compte Daubenton , Saussure , M. Gillet 
de Laumont , c>$t de la chaux carbonatéc qui a été granulée 
parle mouvement des eaux et agglutiuée ensuite : la conlenr 
des grains est sourent un peu plus foncée que celle de la pâte, 
qui est communément grisâtre , ou d'un bran sale , ou d'un 
blanc jannâtre. 

•7. Cb. c. grossiire ( Pierre calcaire commune ., Pierre 
à bâtir des parisiens, Pierre.de taille et Moellon), 
Sa cassure est gcenue , terne, et son grain ordinairement 
grossier ; on la taille assez facilement ; niais elle n'est* p^ 
susceptible de poli : ses teintes sont^les etvarient dv blanc- 
jaunâtre au jaqne-isabeUe. . , 

On peut la considérer comraq im mélange de fragmena 
calcaires et de débrïs.de coquilles;, quelquefois même elle en 
renferme une si grande onantilé ^ qii'eUe parïitt en ét«-e en- 
tièrement composée. Celle des environs dg^Paris en contient 
beaucoup qui appartiennent an genre Ctrùe. Siceplé quel-~ 
que s coQf; relions quarzeuses et du fer oxydé, 1,^ pierre calcaire * 
grossière est^exf n^pte de mélangt; d autres substances miné- 
rales. Ses banc^ varient beaucoup dans leur - ^aissenr, et, 
en général, on a remarqué qu'ils sont plus épais dans U 
pierre tendre, que dan^ la dui;e (^Brongmait). Ils sopt très- 
distincts, horizontaux et jamais contournas, ni plies comme 
ceux de la chaux carbonate e alpine. Us, ne formant ^pas non 
plus de montagnes, mais dé simp|le.s vcollines, arrondies, et 
font beaucoup plus fréquemment ta base de grandes plaines ^ 
comme celles qui' se trouvent aux environ^ de Paçis , de 
Caen, etc. 

Certaines pierres calcaires grossières ont assez de finesse 
poar èae employées en sculpture. On en a trouvé de ce genre 
à Namérrc, près de Paris , et aux environs de Tonnerre, en 
Bourgogne.- Cette dernière en particulier, qui est très-blan- 
che , pourroit Stre considérée comme une sorte de craie d'une 
grande compacité ; elle est solide et résiste très-bien aux in- 

D'autres ont le grain plus grossier et àe servent qu'à U 



L:mi,z.d=, Google 



.6. C H A 

coasinietiàn des édifices. On disdngae parmi c«s deraiirej ; 
celles qui ne peuvent gtre employées que dam les fondations, 
celles qqi forment les premières assises d'un bâtîteent , et 
«elks qui en composent!» corps, etc., etc. La pierre de 
Saîllanctibrt , près de Ponioîse , malgré sa texture li(^ et 
son grais grossier, est asset dore et jouit d'une' grande soli- 
dité. Ses bahcs sont d'une épaisseur si considér^le , -que la 
carrière semble coupée dans une s«de massff de pierre. On 
la réserve pour les travaui des poats et ckamséeis. ( V. ta 
Minéralogie de M. Brongniart, tom. i, etle Tràté dél'Art 
de bfttir de M. Rondelet). Ett6n, parmi ces pierres, il.y tia 
a de géllss&s, c'est-à-dire, de susceptibles de se'feiidre par j 
l'action de la gelée ; d'aritres qui y réstsieut. V&yez'iu mot ^ 
flERBE Â B.Itir , l'énumëration de c'es diffitrentes sortes de 
calcaire grossier, et l'indication des usages auxquels as sont 
plus particulièrement propres. 

ft. C. c. crayaue. Craie. Terre calcaire compacte ; Kreide, 
..Wemer. Elle est presque toujours blanche , rarement gri- 
sâtre. Sa cassure est terreuse. Elle est trës-lendre, friable, 
miûgre au toucher, et happe l^èrement i la langne. 

Cette substance se trouve dans une foule de lieux de la 
France , de l'Angleterre et de la Pologne , où elk forme te 
Bol de vastes provinces. Elle abonde en Champagne , snt les 
côtes de la Manche , anx environs de Rouen' et prCs de Paris, 
iBongival, Meudon, etc. Elle contient une adsez grande 

Jiiaotilé de sablon-qnarzetu: disséminé , et renforine en otttr« 
n fer sulforé radié et'des débris de corps organisés fossiles , 
tels que des oursins , dés bélemnites , des pinues , des am- 
monites et autfesgcBTes de coquilles que l'on' a nommées 
Féiasgbmtea. Quelques-unes ' d'entre elles,' comme lès vis et 
les oursins, sont assez fréquemibn^it cànve^leS en ïfln^ Ëes 
bancs de la craie sont épais et peu distîficls,' et WdinalT^- 
ment séparés par des çoaches de quarx-agatbe pyrôhiaque , 
eo rognons distincts, quelquefois aussi en-Modieï Milices-, 
comme aux environs de Beauvàis , et à lit 'Bbuiltte pr^ àe 
Rouen. 

Sa formation est antérieare i celle de^ là Htàox carbonatéie 
grossière qui la recouvre en beaucoup d'endroits ) et n'tn eit 
'oéparée qiie par une contre mince ^argile gUise. 

Nous renvoyons au mot Craie, ce qui concerné l'origine 
de cette substance. 1 

g, C. c. spongieuse. Terre caldaire spoi^ense ', et Moelle 
de pierre ; Agaric minera, AVemer. Bergnâicki Lait d« akVïï^~ 
tagne. 

Cette variété est blanche , douce au toucher, trts^acile- -à 
'réduire en pondre f et fiait eateDdré on légor- fréuùssement 



dt, Google 



3; 



e H A ,63 

qDBnd OB la plodgâ âans l'eau , qu'elle sum^ge nn instant. 
y. Agaric MntËRAL. ^ 

lo. C c. puMmlaifc: Terre csleafre en poudre, ou Farinft 
fossile des' anciens minera lo^stes -, Craie' farineuse , ùt 
Born ; Var. 4a Bet^milch de Werncr. 

On la troore à la surface de certaines coticbes de pjetré 
calcaire gMssfère, sons la formé d'anendiiit «trèmi^tneiil 
lé^er et â'ul]ebIancheH^éclatante, d'Uta travers Vie dpigf d'é- 
paisieur, lequel t%ssenibte à une effktrescence cotonneuse- 
Elle est assee Értrimuac ans environs de Paris', et su^çt 
dans les carriètés de Nâtitétre. 

i^owiM/mftflifcej. — GotilrétloBs, Sédittiensjcie.' ■'■ ■ • 

I. ChfiUï eàrbonalée fUncrWonnÀ; (SpkA 'calcaire ea sta- 
lactites et stalagmites, Home de rislr-; Concnttions sta^ 
ladites, Albâtre calcaire, DaiAeritOB'; Kalksïtiiêi', W^mer) 
Sîntriger Kalksldn , K».nXeQ\ Ftariga- Ki^ksOin , la 5tafac- 
lile calcaire, oa la Pienre calcaire fiïireiise , Brod^ant. 

Les modifications de fdwnes de cfetterariété sont tp軫 
nombreuses, et ottt été partagées en sons^ariétés que nous 
allons esainitieï- sueceïsivement. Lei troiï pi'ehllères', con- 
nues généralement soiis les noms de slaiatiîla, de sta/agmbet 
et d'iàèdlre , ont pris naissance dans l'iriténeor de certa^aà 
caVilé« soaterraiaes'j-de Impartie supérieure desquelles ^^p 
|Mndent sans la formé de tubes, de cyti'ndrés solides oixm 
cdues ( les sulactites ) ; ou dont elles revêient'le soi sous dei 
formes k peu pria semblables , maî«'p)ui obtiisè'i C 1^ stalag- 
mites) ; Ou bien , enfin , ^i fapissettt leurs parois de concré-* 
tions ondulées, dbfit Paecnmuratlon fbtirtrit cet' nnasses con- 
mes 9»as lendmd'anfttn:.'^. ce mot^ ' 
' a. Gh. c. -t. fi^iHdht, conique bu cyiihdHqiie , ayant oa 
cMal intérieur à ta'plsee de son axe, inils qiii, est sujet 1 
s'oiMtreer pendant t'Mc^t^IsseMentdè la concriiî^n. (Ha^.'j 
• Oatro^rede ée^ doi)«iébobs fistnlairev en longs cj^jidres, 
qmont quetqaè l^i^AHblAncv aVec uaihfaM dbvrhime: 'ÉXtei 
flftdttranspareBtMi'et^e'^ity à de VeAkiri^qal^t: , dies se 
diriseni'miéeatllquetti^iit coinmê le''flri=<t»)t-un cynodre «olide 
ée dMiaeari>c«atee^QtiéI^aes-~nnes^ât'té^inée3par detf 
fRees qtd apparâeosèot , soit an riiomboïde înrèrse, soit à 
t'équîme'; il en vîétat de Mailock , dans U Serbyshirtf 
( Baumoit ) - d'âOtres , eïifin , au lieu d'être slfijpletnenl co^ 
Biques im cyKodHquei^, comme cela a'iieule plus ordinai- 
rement^ *ont garareS'à t^ur partie intèrienre d'une esi^iéca 
de rondelle on diS^piev W»* bérissé dfr pointes. Quand la sta^ 
lactrte terminée' de cette sorte est fracturée et placée dans 
tme situation- inrerie , elle' ressbéoble assez bien à un cham— 
pignon, d4n« Ir'^mtrpr'^ \k Mahctite formé le pédicule, et fa 



dt, Google 



i64 C H A 

rondelle terminale le chapeau. Nous avons en occasion d'eiar 
miner, en place , dans la grotte calcaire de Saïnte-Catherine 
OU Caumont , près de la Bouille , à cinq lieues de Rouçn , 
des stalactites calcaires qui préseotolent cet accident , et 
d'autres dans lesquelles il éloit répété plusieurs fois. Nous 
nous sommes assurés aussi qa'il n'aroit lieu que quand la 

fartie inférieure de la concrétion cylindroïde plonseoit daaa 
eau. Il indique même la dimination graduée de Teau dans 
l£S cavités où elles se sont formées; observation qui a ét^ 
iaîte ailleurs par M. le comte de Booroon. Voyez son 
Traiié de la ChaiLn carbonatée, p. 170.' Les parois de eelte 
même gratte , si intéressante, quoique, peu célèbre, sont 
chargées de masses Itères de concrétions mamelonnées, 
ressemblant assez bien k des grappes de raisin enveloppées 
par une croftte cristalline. M. Haîîel , peintre , avantaêeii- 
^ement connu par ^g voyaeçs en Sicile et i Malte , a publié 
dans le iiC' puméra du Josimal da Arts, une description 
pittoresque de cette même grotte. 

La couleur la plus ordinaire des stalactites, est le blanc 
jaunâtre ; il y en aussi d'un blanc mat , de grises et de ropar 
sâtres. Les petites ^ont quelquefois transparentes ; mais le 

«communément , elles sont seulement translucides oa 
ne .opaques. Leur surface est , ou lisse ou mamelonnée j 
hérissée de cristaux. Leur tis$u est en général cristallin.^ 
Cassées transversalemeqt, elles paroissent formées de cou-, 
ches concentrigues , i texture fibreuse, ou de rayons qui 
partent en divergeant du centre À la, circonférence.- 
. , Elles sont produites par l'in&ltra'tioQ ds l'eau À tr<^er* le*i 
parois des masses calcaires qui les r^ifennent, infiUratioi^ 
^ui doit être leotj; et proportionnée en quelqtie sorte à t!é- 
^poration qu'elle doit éprouver ensuite «Utand elle est an 
rivée dans la cavité souterraine , afin, que {es molécules Qal-i 
caires qu'elle entraîne ne soie^ pa^ précipjt^ées^avec elle 
dans le fond de la cavité, mais puissent, s'arranger d'un« 
manière symétrique pour produire ces .corps de formes si 
v^rié^, qui font l'ornement des. gn^ttes qui en :ContibB- 
nept, parles formes bizarres et variées qii'^es pr^s^Qtent. 
Ouand'Ies concrétions coniques , proânitef. aux d^Ws d« 
excès de matière calcaire , ^ui distille de.la. voû^ ipo^ur for-' 
merles stalactites, ont acquis une éiévatjpfl; ^asse^i grande 
{tour rejoindre cette dernière ,.eUe^ fpri^çnl^..^W eues c^s 
{iliers ou colonnes qui font toujoi^ l'étoifneDfi^nt de. cei^ 
qui visitent pour la première ioift ces,admîra^eS'FlteU^rsâe 
u nature. La distillation de .l'eau chargée, d« moléçides. de; 
carbonate calcaire , produit encore. 4es masses concré^O^ 
néeii qui ress«i^l«Qt tellement 4 4^itb'W''f'W^9^^ defty^é-. 



dt, Google 



Te 



C H A ,G5 

tain , qne Tonmefort , en les voyant , n^a pu se défendre de 
croire i la végétation des pierres ; il semble , dit Fontenellé, 
en relevant cette erreur d'un habile botaniste) qu'antant 
qu'il pouvoit il transformoit tout en ce qu'il aimoit le mieux. 
M. Patrin avoit adopté la qiéme opinion , comme nous le 
verrons au mot Stalactite , auquel nous renvoyons éÉale- 
ment la description des grottes les pins remarquables parmi 
le grand nombre de celles qui présentent ce phénomène. 

Suivant plusieurs naturalistes, la chaux carbonatée est 
tenue en dissolution dans l'eau, k l'aide de l'acide carbo- 
nique , et c'est au moment où il se dissipe par le contact de 
l'air, que la précipitation des molécules cristallines a lieu. 

i. Ch. c. c. stratiforme ; en couches' qui s'étendent en for- 
mant des ondulations plus ou moins sensibles. 

C'est pins particulièrement k cette modification qu'appar- 
tiennent les matières connues et employées dsas les arts sons 
le nom d'atbdtre , et dont les couleurs varient beaucoup , soit 
dans leurs temtes , soit dans leur disposition. V. AlbAtbe. 
Leur structure est tantôt laminaire et quelquefois lamellaire 
ou fibreuse , et à grain fin et serré , suiraot la manière lente 
on tumultueuse dont les masses qui présentent ces diversités 
ont été formées. Quand elle est pure , sa couleur est blaiH 
ehitre ; mais ordinairement elle est colorée par des' oxydes 
de fer en jaune de miel ou en roussâtre , en brun et en 
y rouge : ces teintes sont rarement uniformes. 

■ c. Ch. c. c. tuheradease ; en mamelons on tubercules SO" 
lides , à cassure lamellaire , ou fibreux , on composés de • 
couches concentriques ; rareme A isolés , et fré4|uemment 

groupés. 

d. Ch. e. c. rameuse ou coraBdide ; en rameaux contournés 
dans drfîérens sens , et qui s'entre-croisent de manière à imi- 
ter parfaitement certains végétaux ou des madrépores. 

Cette disposition est analogue À celle du minéral ancien- 
neitient connu sous le nom Aeflos feni. 

M. le comte de Boumon, dans no Mémoire lu à la So- 
ciété royale de Londres , en i8o3 , a fait voir que cette 
dernière substance n'éloit pas de la chaux carbonatée ordi- 
naire , et qu'elle appartenoit à Varroffimte. La grotte de 
Matlock , dans le Derbyshire , a fourni de très-beaux échan- ' 
Ullons de Ch. c. c. rameuse , ainsi que de presque toutes 
les autres variétés de cette même espèce. 

■ t. Ch. c. c. globulifoTTne-testacée , PisoUlhe ; vulgairement. 
Dragées de Twoti ; Erhstnstein , Werner ; Erbsfarmiger KaU- 
tàn, Karsten; Slalactàe globalease , DeBorn,-^ PisoUlhe ou 
pierre -de pois'. Brochant. 

On a encore donné il céâ concrétions le nom SOoliAes , 
qui appartient i nne autre formation (f^. plus baàl Ch. c. 

_,,!:, Google 



i66 CHA 

glol/id^orme-càmpaeie'), et ceux A'ammitts, mdeotâU», taxtii- 
to , etc. V. AwMiTBS. 

Les pisplithtsKtat ordinairement blanches; Jeur grosseor 
moyeiiDC est celle d'onpoû, et elles ont presque toujours , 
pour noyau , un gram 4e BalfLe , autonr duquel se sont for- 
mées^es couchas coaceDtriqKe« j^ les cofnjtosent. Elles sont 
tantât libres et tantôt acglu^ées f»r an cunent calcaire oa 
ferrugineux ; quelquefois même disposée» ea couches assez 
étendues, notamment aux environs de Carl^ad en Bottéme. 
Il s'en dépose aussi abondamment de l'eau des bains de 
Saînt-Plû(ippe , en Toscane , dans les parties du ruisseau 
où l'eau éproure le plus d'asilation et une sorte de toorooie- 
ment ; celles-ci sont d'un blanc mat. 

Ce qu'on a nommé béioard fossile ou atâféml, est une con- 
crétion calcaire globuleuse ou réniforme de cbans carbonab^e 
blanchâtre , et d'un tissu lâche , analogue k celui des calculs 
qui se forment dans U vessie de l'homme et dans ceUe de 
certains animaux. 

f.Ch.c- c. iiKrustatOe oa«eifiWn&)t'iie; Inc^uttaRoDcatcaû'e, 
Tuf calcaire, Sinter; Ktdkb^, WeraM"; Tuffmiiser KidktUin^ 
Karsten ; Pierre calc»re touveuse ou tof, de Boumoo. ■ 

Nous réunissons sous ta même désignation A'mcrustanie on 
de sédtmeniaire , deux modifcatioUbS de )a chaux carboaaté« 
de dépût , qui ne difTérent entre elles que parce que la pre- 
mière enveloppe ordinairement des corps organisés , tels que 
des végétaux , sc^t herbacés , soit lignenx , et que la seconde 
, se dépose à la surface du sol. Lorsque ces dépôts se sont laits 
sur des yégétapx >t tig^ Sylindrique et d'us volume sen- 
sible , ils ressemblent assez bien à des os d'animaux , d'oà 
est venu à ce genre d'incrustation le oom XosléocolU oapieire 
des 01 rompus , parce qu'on lui attribuoit en outre la pr<»pnété 
de faciliter la formatioii Àv eal dans les fractures t Ils ont lien 
sur tontes sortes de corps ; sur les parais des canaux qui con- 
duisent l'eau , comme à Arcueil près de Paris , à Bougîval 
près de SaintrGermain-^n-Laye, dans le bois de Salency ans 
environs de Koyon , etc. La fontaine incrustante de Sainte- 
Akllyrc ,^dans un des faubourgs de Qermont-Ferrand , offre 
nn ei;em*p|e remarquable de Vaboodance àç ces sortes d'in- 
crustations , et de la r^Qiidilé avec laquelle elles se forment 
quelquefois. On place dans son bassin , ou encore miens , 
1 on expose sous sa chute , des œufs , des grappes de raisin, 
des ni^ dans lesquels on met un oiseau mort , et tons ces 
objets sont recouverts eu peu de temps d'une croftte terreuse , 
st)lide, d'un j^Rine roassâtre. 

Les plus abondans de ces dépdts , et eo«âme.teBi{i$c«ux 
qui donaeVn^issfmce à.des masses s^tjiides, "une dureté ^oeU 
qaeCu^ Gonçidéf able j proriennent im 84<M^s .«I^vdes- Te) 



C H A ,67 

Ut U tnf calcaire iépo%é par. les eaux âç l'Aaio ou .TcTerone 
et de U Solfatare A Tivoli, que les Italiens nomment Trava^. 
lùto, et dont la plupart des édifices d< Rome sont GOastniîM. 
Tel est encore celui que don UUoa a trouvé en Am^ri^pio 
dans la contrée de Guancavélica , oit il est également ent- 
ployé pour les constructions. 

KL le docteur Vegni a. tiré un parti très -ingtSnieuE de 
la iacullé dont jouissent les eaux thermales de saint-Pb!— 
lippe, de tenir en dissolution et de déposer facilemeitt la 
cuaus carbonaLée qu'elles renferment , pour en fabriquer 
des médaillons, des bas-retieEi , etc., d'un blanc éclatant efc 
d'une assez grande dureté. F- le Journal de Pbysique 
( L 7 , p. 4^3 et suJT.) , dans leqael M. Ch. Latapie « 
doDoé U description dea procédés eotplqy es dans cet art. 

I^e tuf calcaire se rencontre dan» une multitude d'en- 
droits, et principalcmeqt duis le fond des vallées cpii sont 
dominiées par des montagnes calcaires , ou dans 1« voisinage 
des eaux cfaandes , abondantes, en acide . cariranique , qui 
wurdent de terrains de la même nature , comme celles d« 

£arl^tad enBohème , en Italie, ey Sicile, e^ Amérique, etc. 
E preraLicc est souvent grossier, cr&Ié de pores et souillé ds 
maires étrangère^, d'une couleur sale et ocrense. 

g. Ch. c. c. géodîaue , Géode calcaire , Rome de l'Isle. (>n 
donne ce nom , sott à des masses spbéroïdales de chaux ear- 
boualée renlênuant des cristaux de la même substance, de 
formes variées; soit k des eavités qui existent dans les banc« 
calcaires de diverses époques, qui sont également tapissées de 
cristaux qui appartiennent assez fréquemment k la variété 
méioftaiùfue ( F. plus baut), oi^ Vimierse, etc^ Les environs 
' de Poitiers, ceux de Paris, deVaen , de Grenoble, foar-> 
^ssent des exemples de ces deux mafliérea à'ilrt de la va<< 
ciété géodiqoe. 

2. Cb. c. c.pseKdemorfkique, c'çst-à-dtre , âgtcaU ume^gurt 
fausse et trompeuse. 

La cbnux car^inatéc ^assiére, ^te pierre h bâtir des en- 
yiroDS de Paris , renferme souvent des moules de coquilles 
qui sont encore quel^f fois recouverts de leur «Dveloppe, et 
d'autres qui l'ont perdue. Lesiqasses^etacées 1^ composent 
les falaises' de Uv Fra^kce et de L!Awl«terrc , eu coBtienoent 
de semblables q^ se sont qioul^eis daxu des cavités de nqu- 
tilltes, d'ammonites, d'oursins , etc. ;. «es difféieus ooFfu ap- 
partiennent à,cette sous-variété. ' 
. Rarement ces ^j«AMii>nii»pAcis>u' ont un tissa crtrtgHin , ana-^ 
logue à. cf lui de la var. lamellaire de iNoydant qHM nous avooft 
ciiéeplud^autip. iSg^eUettontpresque toujoiirt Udï^ses 
«^.i-ïroB crains, ',,v . . , :, ■. .;■,,;:. m..! 



L:mi,i.d=, Google 



■68 _ C H A 

■ Noa^ tenhineroTis ici ce qni regarde les ijiff^rentes rariét^s 
de la chaux carbonatée , sur lesquelles nofls anrions pu nous 
arrêter bien plus long-temps, etqulonlen effet tant de droits - 
à DOlre intérêt, par leurs caractères, leurs propriétés ' et 
lear^ difTérentes manières d'Ilre à la surface dn globe , sujet 
sur lequel nous reviendrons ( V. Roches), pour passer jt 
f iadicalîon des usages auxquels une partie d'entre elles sont, 
employées. Nous suirrons dans cette matière l'ordre général 
dans lequel ces mêmes variétés sont disposées ci-dessus. 
Mous indiquerons ensuite, d'une manière sommaire, les 
gisemens générani de cette espèce. 

^ ûfe/n cAfiuxcarAoRotô;. — Les usages de ta chaux car- , 



bonatée sont en général si connus , qu'il ne sera pas néces- 
saire de nous arrêter long-temps sur la plupart d entre eux. 
Le plus étendu de tous est de servir à ta construction des 



édifices , en fournissant la chaux , base du mortier , qui sert 
à lier entre elles les différentes assises des pierres qaî les 
composent. On connoît également celui des différentes va- 
riétés en masses lamellaires ou compactes , de couleur uni- 
forme ou mélangée, et susteptibles de recevoir on beau poli, 
auxquelles on donne te nom de marbres , et parmi lesquelles 
nous comprenons ici les èrèr.fits , les brocatelles , Y albâtre , etc. , 
dont on fait des statues, des vases , des tables, des cham- 
branles de cheminée , etc. V. ces mots. ' 

Les variétés plus communes , telles que la chaux carbona- 
tée coqnillière grossière et le tuf, sont employées comme 
pierre à hâtàr. Aucune ville ne paroit mieux située sous le rap- 
port de l'abondance et du choix des matériaux propres à la 
construclion des maisons, m^ la ville de Paris, qui renferme 
dans son sein et possède dflfs son voisinage de nombreuses 
carrières de pierre cafcaire grossihe , et d'autres non moins ^ 
importantes de pierre à pîâlre. Cet avantage n'a pas peu con— - 
tribiié i son étendae. V. Chaux , Pie&he i bItih et Piehhb 

À PLÂTRE. 

Mais il est un at^tre usage moins répandu de cette subs- 
tance qui promet de devenirun jour d'ijRe haute importance, 
et d'exercer une inFluence marquée , tant sur les arts du des- 
sin , et en parliculitr sur celui de la gravure , que sur celui 
de' l'imprimerie elle-même. Je veux parler de la IHhographù, 
art lofA Bôèveau, dans lequel la pierre calcaire est snhslituée 
au cuivre', il'étain et au'boîs, dont on fabrique des planches 
destinées Ji l'impression des copies des chefs-d' œuvres des 
grands mattres , ou des simples élémens dn dessin , ou bien 
ïcetledês compositions musieales, des pièces d'écriture,- et«. 
Il.a été'déeeuvert, en i8op , p^ Aloy* Sennefelder, chan- 
teur dansieschœurs du théâtre de IVIanick, et a pour base 



dt; Google 



C H \ .Sg 

te Ite simple observaiîon, qae certaines pierres calcaires 
compactes et i grain très-fin , comme celles des environs de 
Pappenheim et de Ratîsbonne, sont susceptibles de se laisser 
imbiber d'eau, et se refusent alors à l'impression des corps 
gras que l'on voudroît appliquer à leur surface , tels que 
l'encre des imprimeurs, par exemple. Cet art a été pratiqué 
d'abord à Munich, à l'aide des encouragemens accordés h 
Ion auteur par le roi de Bavière. M. Manlich, peintre dis- 
lingaé de la même ville , a publié bientAt après , par ce pro- 
céda, une suite de modèles de têtes et de paysages, destinés 
aux écoles de dessin , ainsi qu'tine colleclion de portraits de 
peintres allemands , et diveiC autres ouvrages , dont il a 
adressé, dans le temps, des épreuves à l'Institut de France. De 
la Bavière , cet art a passé successivement en Autriche , en' 
Italie , en Angleterre , en Kussie , et même aux Etals-Unis. 
11 a aussi été introduit en France , vers 1807 , et appliqué 

Îar M. Choron à l'impression de là musique. M. le colonel 
lOmet et M. Baltard ont essayé ensuite de l'employer à 
d'autres genres de gravure; mais, soit qu'on ignorit alors la 
composition des crayons et de l'encre etnpioyës en Allema- 
gne , ces divers essais laissoient encore beaucoup à désirer. 
JDepuis, M. Marcel de Serres a publié dans les Annales des 
Arts et Manufacttu-es , toœ. 5i et 52, un mémoire très- 
^tendu sur cette matière , dans lequel il fait connoltre la 
composition ^e plusieurs de ces crayons et de ces encres à 
base de graisse et de résine , et dans lequel il décrit avec 
soin les procédés usités en Allemagne , tant pour dessiner 
aur la pierre , que pour y transporter des dessins tracés sur 
le papier, et donne jusqu à la fièvre des presses employées au 
tirage des épreuves. Enfin, M. ie comte de Lasleyrie, dont on 
connoît le zèle pour tout ce qui tient & la propagation des 
lumières on promet d'être utile k l'humanité , a fait plo- 
sieurs voyages en Bavière pour étudier tous les procédés de 
ce QOuvel art , et est parvenu à se les rendre très-familiers. 
lia même composé un ouvrage destiné à en répandre par- 
tout la connoissance , et qu'on doit désirer de voir imprimé. 
Nous ajouterons qu'un établissement dans lA^uel on cxé- 
eute avec beaucoup de succès la plupart des geiwes de Çra- 
vnre auquel la pierre peut' se prêter , rient de s'établir à 
Paris (me Cassette , n." 18, F. S. G. ) , sous la direction de 
AI. Engelman^de Mnlhausen, qui a soumis les résultats de ses 
irâvaoxà l'Académie royale des Béà«x-.\rts. Il parott, d'après 
Je rapport très- intéressant quiluienaété faitparM. Castel- 
lan, dans sa séance du a6of tobrc 181 G, que cet artiste, élève de 
l'an denosmeillenrs peintres. M: Kegnault,apcrfcctionnéplii' 
sieurs parties iniportantes de la lithogtaphie. Mais, il faut Va- , 



17» . C H A 

Touer, si ce nouvel arti auquel lesADglalsdoBiieQtleiioni de 
pofyautographie , parce qu'tt peut en effet fournir immédiate- 
ment un gFand nombre d'empreintes, en quelque sorte origi-- \ 
nales , et , pour ainsi dire , la pensée de l'artiste , it faut 
l'avouer , dis-je, malgré le grand nombre d'usages auiqveU 
il peut servir , il ne remplacera jamais complètement la gra-^ 
vure en taille-douce. 

Voici , en général, commeot oy procède en lithofçraphie ; 
la pierre étant uoie et biendressée, onla doucîten lapasiuit 
dans de l'eau aiguisée d'un peu d'acide nitrique, quilui âte la 
poli vif , sans cependant former de traits à sa surface. L'é- 
paisseur des pierres varie suçant leur grandeur et L'effort 
qu'elles ont à soutenir lors de l'impression; en géttéral , elle 
«st de deux à trois pouce s. Quand elle est bien sèche, on dessino 
dessus avec ie crayon préparé , la plume ou, le p^iCeau , les 
diEFérens objets que l'on, veut reproduire ; puis oi) la souinel 
à l'imbibitian de l'eau. Les parties couvertes par les tr^ts-dv 
dessin, repoussent cette dernière et restent propres à recevoir,, 
aa contraire, l'eDcre d'impression que l'on applique à l'aida 
déballes ou tampons, comme dans l'imprimerie ordinaire; les> 
parties de la pierre qui ont absorbé la quantité d'eau suffi- 
sante, au contraire, ne se iaissentpas-recouvrir parellb. On 
tire des épreuves de cette planche , ainsi préparée , seloo lî^ 
m^diode ordinaire. Tout cela se fait très.^vite , et l'on pe(d« 
en quelques heures , obtenir un grand nombre^de copws do 
lettres , d'ordres du jour , cpi'il est important de taire con— 
nohre sur-Le-champ. Les armées étraogàres qui sont sBtvée^ 
en France en i8i4 et en i8i5 , avoieat à leur suite de sei»^ 
blables imprimeries. Od peut encore , au lieok de d^seiner 
immédiatement sur la pierre , transporter dessus un autro 
dessin , pourvu qu'il ail été tracé Mrec l'encre préparée , oa 
bien encore le calquer, siûvant l'usage deS: graveurs en taiJAe-L 
douce. Pour lors, on cecsovre la surlacc de la pierre â'ui^ 
enduit eommeux , et l'on suit Us traits axec la pointe Ààch« * 
et on us repasse à L'encre grasse. L'enduit gom«»eux e$C 
facilement enlevé par l'eaa. Ongravç également suc la pierre 
à l'aide de l'aau foFte , <^ès avoir couvert sa sqr&$e d'mi 
vernis résineux , on bien encsre k la pointe , etc. , etc. Ici y 
les procédés de la lithogra^ie rentrent dan» ceux de La gra-> 
vure en taiUe-douce. ( V. sur ee sujet les ouvrages cités. pLua. 
haut, et le Bulletin de la Société d'encouragement 4* iSfS.) 

Ealin, M. Buplat, graveur en bois (cloître Saiqt-BeB^.* 
n.« aG , à Paris ) , a imaginé de grav«r ep. relief sur la ^erre 
de Pappenheim, et de sc^scrvif ensuite àe la planche-fterre » 
comme d'une sorte de. coin, pour en frapper des inab-kc«s« 
ilont il obtient, à l'aide des pr^téd^f UEiités fWiVi^p<lfy*y/*^f^f- 



C H A 



171 



its eSchà propres i rïmpriiiieri«. Il a remporta le prix qui 
aroît été proposé , en 1810 , ponr la gravure en Uiile de re- 
lief, par la Société d'encoaragement, pour l'indostrie nstio' 
Date, et a obtenu, en onire, un breret d'invention pour l'ap^ 
plicaUoD de ses procédés. 

Les gravures qui ornent les éditions récemment publiées 
par M. Aenooard, libraire , des Fables de la Fontaine, de 
celles de Floàan et des Lettres à Emilie sur la Mytbol<^e , 
ainsi que celles de la'Biblc des Trâres Mame , ont été faites 
par AT. Buplat. Cet artiste , d'un mérite distingué , a encore 

Serfcctionné , depuis , les wwyens d'eiécytion de ce genre 
e graviU'e , qu'il applique à des objets très-délicats , et par- 
ticulièrement à l'Histoire naftu^lle. 11 s'occupe , en ce mo- 
ment, de graver, pour ce Sictionnaire, deux sujets de zoolo- 
gie -qui seront donnés avec une des prochaines livraisons , 
soit à l'artiole Histoire vatuhklle , soit an mot Pierbe 
Lll^ocmAPSlQtlb II exécute également sur pieire les axorea 
genres de gravure , d'après les procédés nsilés en Allemagne. 
Quant aux osaeesdes autres variétés de chaux carbonatée , 
ils ont été , pour la plupart, indiqués k chacun des articles qui 
les concernent. Voyet plus haut, 

Gisemeas. — La chaoi cai4>eBBtée, dit M. Hafiy , est la 
substance minérale la plus abondante de tontes celles qui 
cxislent 4 la surface du globe. Elle appartient À toutes les 
époques, et occupe des domaines dans tontes les espèces de 
sols. La nature l'a travaillée , t'a modifiée dans tous les 
temps , et continue ^e la faire concourir à une foule de ses 
opérations actuelles. Dans l'ancien sot ou sol primordial , 
non-seulement elle.emre parini les principes constituans de» 
substances qui produisent les roches ; mais encore elle se 
présente solitairement en masses ou en bancs immenses , 
dont le caractère particulier est d'avoir une conteïture la- 
mellaire on écaillcuse , qui annonce une cristallisation con- 
fuse. Elle domine encore davantage dans le sol secondaire, 
dont plus de la iboitié lai doit son existence. Elle se trouve 
dans ieS terrains tertiaires, associée avec l'argile , et y cons- 
titue les marnes. Elle tend* remplir une infinité de grottes, 
vit elle est «menée par llnfiltration. Elle incruste souvent 
l'intérieur dés canaux qui servent à conduire les eaux, Ï31e 
es* eu callkMix TOiilés et en brèche dans le sol de transport, 
et ta la retrouve dans le sol volcanique , où elle a été mise 
à découvert par les agens qui ont produit îesVXplosioris.La 
cfaaàx carboiiatée cristallisée occupe les cavités des masses 
«alcàiresdetontes les époques. Elle existe dans presque tous 
les filons. Les diverse^ contrées semblent se l'approprier à 
t'invi l'âne 'deTântre. LaSàxCafAritileterre, ainsi quePEs- 



lya c H A 

pagDé , l'Italie et la France ,. ont maublé les cabinets des 
amateors de superbes cnsianz solitaires ou groupés de chanx 
carbonaiée, dite tpaâi caicmre;iel il seroit aussi difficile de 
citer des contrées où elle ne se trouve pas, que de faire lé- 
numération de tous les lieux où elle se trouve. ( Traité de 
Minéralogie , t. a , p. 190.) 

En un mot , la chaui carbooatée remplit , à elle seule , le 
tableau de toutes les manières d'être, snirant lesquelles un 
minéral se rencontre dans la nature , en formant & elle seule 
desrocbes, ou comme partie intégrante d'une roche com- 
posée, ou accidentelle, ou faisant partie d'un filon, ou enfin 
en dépôts parasites qui ne se rattachent k rien de déterminé. 
( Le même , Cours de Minéraiogèe de 1816. ) 

L'Ouvrage de M. le comte de Boumon , indiqué ci-dessns, 
p. iSa, renferme, indépendamment de la description des 
formes cristallines de la chaux carbonatée , celle de ses 
autres modifications, et une foule de faits curieux relatifs à 
l'histoire géologique de cette substance ; nous y renvoyons , 
ainsi qu'aux articles Calcaire , MarB&es, Brècbe , Pierbe 

CALCAIRE et,R0CBEâ CALCAIRES. 

' On trouvera 1 l'article Chaux carbqnatée mélancée, U 
liste des sous-espèces, dont l'histoire complète celle de la 
Chaux carbonatêe. (loc.) 

Chavx cahbonatÉe alcminifère. Une première analyse 
faite de la Dotomie, avoit engagé M. Haiiy à nommer ainsi 
cette substance, que des analyses posténeures loi ont fait 
rapporter depuis à la Chaux carbohatée haghésifâre. 
V. ce mot. (lm.) 

Chaux carbomxtée' AMCicnnE. V. Calcaire et Rogbe. 

Cbaux carbonvée aroilifère. V. Marne, (luc.) 

C^UX carbonates ARGILO-BnUMtNIFËRE. V. SCHlSTE 

maxmo-hituminEux. [luc.) 
Chaux carbohatée arraconite. V. Arragonite. (lb.) 
Chaux carbonates bituhinifère , et Calcaire bitumi- 
neux (vulgairement Pierre PuanU et Kerre de Porc, Lapu 
suiilus, SUrcm diaboW). On reconnott facilement celte pierre 
à l'odeur de bitume qu'elle çibale lorsqu'on la chauffe , ou 
même lorsqu'on la frotte. Ses couleurs les pl^ ordinaires 
sont le noir et le brun ; il y en a cependant des variétés jau- 
nâtres et blanches. A un feu vif, elle blanchît , ce qui est dû 
Si la volatilisation du bitume qu'elle contient, et dontlaprér 
aence la distingue de la chaux carbonatée fétide , avec la- 
quelle elle est réunie dans le système de Werner , sous le 
nom de Stifikittin , et qui reçoit les mâfnes noms vulgaires. 
Elle se dissout avec effervescence dans l'acide nitrique, enlais- 
santsumdger.le bitume qui ne devient appareqt que lors-^ 
qu'elle en contient une grande quantité. Outre ces prinûpes. 



C H A ,73 

la cldinié proare qu'elle renferme une eerUine dose d'ar- 
gile. 

On peut en distipgaer trois variétés principales. 

i." La ,C. c. bùam. crîstaliiae. Elle ^t à structure lamel— 
leuse j et accompagne la variété suivante. Sa couleur varie 
du noir angris- Dansl'tle de Bombolm, enDanemarck , on 
trouve dans une C. c. bitnaiinîfére , des masses globuleuses , 
dont la structure intérieure est aciculaire radiée. {Lucas). • 

3.* C. c. èîL compacle. Elle est souvent coquillière et madré- 
porîqne.Cepepdant il en existe des variétés sans ancuu mélange 
de coquille etpolissables. Elle est extrêmement répandue dans 
la nature. Presque tous les- marbres coquilliers, etsurtoat les 
marbres noirs de Flandre et de Belgique, qui ont fait le sujet 
des importantes observations de Mi d'Omalius d'Ilaltoy, en 
sont des variétés. M. Palassaa en cite dans plusieurs endroits 
des Pyrénées ^ et Palrin dans les monts (Jurais en Sibérie. 
Elle est souvent dans les terrains à houille. 

3." C. c. bU. ferreuse, grossière. Elle est compacte , tantôt k 
grains terreux , tantôt à grains serrés. Telles sont les cooches 
du calcaire terreux blanc ou imbibé de- bitume ( qui le rend 
brun) , qui accompagne le dysodiie , à Melilli, près de Sy- 
racuse et quin'onre point de débris de corps aiga aisés; tandis 
que le dysodiie présente quelquefois des empreintes de pois- 
sons et de végétaui.-TcHessont encore quelqucs-uqesilescou^ 
ches supérieures des carrières du Montc-Bolca, près de 
Vérone , si riches en poissons fossiles , et qui présentent 
encore le dysodiie , mais moins leuilleté- que celui de 
Sicile. 

La Chaux carbonatée bifumlnlfére appartient donc aux 
terrains secondaires. Ou a remarqué qu'elle étoil partlcu" 
liëre à c^ui de chaux sulfatée et de soude muriatée. 

Lesm^rbres bitumineux sont employés dans tes artJ.Tout 
le monde connoitle marbrenoir de Namur, celui.de JDinan, et 
celui des Eéaussines , près de Mons , qui est rempli de fr3g- 
measde coqailles, etqu'on nommeàParîsPr^-GrYmife.Parmi '' 
les monumens français du quatorzième siècle , conservés 
dans le Musée des MoDumeiis français, on distingue un grand 
.bas-relief en marbre de cette espèce de chaux carbonatée : 
il représente les douze Apôtres. 11 décoroit le portail de 
i'églite des Maihorins , i Parîs. Suivant l'obsirvation de 
M-^Tondi, consignée dans it Trœié étémeniaire de Minera- 
iogie de M, Broogniart, on trouve enDalmatie une variété de 
cette pierre tellement imprégeâe de bitume, qu'elle se laisse 
eouper.au cout^u ^iOmiBe du savon. (Nous arons observé 
la même «Jiose pofir la pierre bitumineuse de MeliUi , près de 
Syracuse.) P^. «a çon»truît cependant deâ mata»as , et Lors- 



dt, Google 



,74 C H A 

que U nt{onaeri« est fùit , on y met U fea ,' et la pien% 
blanchit. On lennise ensuite la constmction. En Irlande, 
dans le comté de Galway, il' existe one jnerre calcaire 
biiuntinifÉre , iasez iinbibéc de bitame pour servir de com- 
bosUblie. (Kirw.) 

Bergmann rapporte qu'en AVettrogoUiie ( Hnoneberg ) , 
on troure de très-grandes mKMs de calcaire bitutninenz que 
l'on convertit en cbaox. Il suffit pour cela de metttfte le' feu 
jila pierre. Son bitume devient le combostible nécessaire 
pour cette opé ration , qni , comme on le voit , ae petit pas 
£tre faite plus économiquement. (U).) 

Chaux cakbonatêe BHUKissÀB'rB. f^. Cbauxc^hbohatéb 

rE&nO-HASGAHÉSIFÈRE. (Ltl.) 

Chaux carbokatée c0-p, Brong.— ' Calp , Kirw. M. Bron- 
gniart forme de cette chaux carbonatée une sons-espèce j elle 
a pour type la pierre h bàlir des carrières de Dublin , qui 
sont à l'ouest de cette capitale de l'Irlande ^ dans le' voisi" 
nage de Lucan et de Milllown. 

Elle est en masse compacte, d'un gris bleuâtre d'ardoise, 
entremêlée de quelques veines de chaux carbonatée lamel- 
laire. Sa cassure est plane ou un peu conchoïdè. Elle se di- 
vise assez facilement en larges parallélipipèdes. Lorsqu'on 
la raye , la trace est blanche. Eue exhale Todeur argileuse,- 
lorsqu'on porte l'haleine dessus. Elle ne fait pas feu sous le 
choc du briquet. Sa pesanteur spécifique est de 2,Ç8, 

■ Analysée par M. Knox, eUc a présenlé nn nélange de 

Chaux carbonatée • • O4680. 

Argile. ...'.'; 0,07$: 

Silice 6,100. 

Fer. . . , o,oao. 

Bitume, environ ' 'o,o3o. 

Eau .....' o,oi5'. ■ 

Elle jaunit et se délite en JeifiUets minc«a par U calc»- 
aalion ; mais elle ne donne point de chaux, vive. 

lyiM. Kbox et Stephens (^ MintroL ttf. Dubl. ) àébmtiR le 
gisement de cette pierre à Mitltown et il Lacan. On la 
trouve immédiatement Jk la surface du terrain ou aune cisrtaînc 
fnrofond«iir , accompagnant des Cts de marne o« de chaux 
«arboaatée' compacte et - de atariare. Tontes ces safaatanMB 
offrent des passages de l'uno^à J'autce. 

M. Brongniart croit qu'on peut- rapporter à 1* «Aaafcai*- 
bonatée cj^., des p^rres'calèftif<« Bssez'ctmmniies; qu'on 
trouvq roiMes oo m ffagmeos épars , qui sftftt presqiK tou- 
jours cnvel«^pëi d'âne écorce assee^ épùsse, dW jaune p&le, 



dt, Google 



CHA ,^5 

le milieu senl étant resté blenitre, et qu'il a observées sur 
la «Mlle d'Auxerre à Dijon, prè» Chablis; entre Bonlogne 
et Calais ; et en Angleterre , entre Blenheim et Sonthato, 
Noas avons trouvé de semblables caîllotlz dans les sablon- 
aléres des environs de Paris ; et nous avons remarqué qu'ils 
cshAlent mi^ odeur fétide lorsqu'on les frotte avec un corps 
dur , et qu'ils font souvent feu . au briquet. Ils font le pas- 
sage à cette pierre calcaire , nommée Plâtre- dmeitt,^i est 
on mélange de chaux carbonitée et de stiica, et qu'on trouve 
partent aux environs de Boi^ogne et parmi les galets de la 
côte. £lle porte dans le payv le nom AKfauxgrèt et ftutx 
marbre. Elle diffère du calp par la propriété qu'elle a de 
donner d'excellente cbâux k 1 aide de la calcination. G'eat 
une pierre compacte, roogeâtre ; elle fait effervescence avec 
les acides, et étincelle sous le chOc du briquet Suivant M. "Le- 
vage , ingénieur militaire , cette pierre , réduite en pondre 
après avoir été calcinée, donne, sans addition, un mortier qui 
s emploie comme le plâtre, et qui devient extrêmement solide. 
La chanx carbonatée calp peut être coQsidérée comme 
nne cbanx carbonatée silicéo-bitumineuse ; elle se. distin- 
one de la cHatu: carbonatée- bituminîfèré par la présence 
de la silice , et de' la chaux carbonatée ^firzifère parla 
présence du bitanoe. (ln.) 

ChaGX tlMŒOVkTèe. GOHPAGTB , -^ CONCKÉrmmiÉË ^ -^ 
CRISTALLISÉE, — QHOSSlàBS, etc. Fo/fl OHhUXeVnBONA'rÉÈ. 

CHAQXCAI^OIfATÊEDÉPRESSÉB(B0lIirn0n, {TmU. p. i8a). 
C'est la Chaox carbosaték Kachée, (ln^> 

Cbaux carbonatée excentrique [Kai-stOTi). F^. AïiRA- 
coNiTE. (i,aO 

Chaux carsOsatée ferrifère. Elle a été long-teoips 
confondue avec la chaux carb ouaté efïtro'-mii^anéislfére ou 
^aihperiè. M. Vauquelin a décoartù-t, 1« premier, qu'elle en 
différoit par l'absence du manganèse, et a reconnu «t.owtve 
que c'étoit de la chaux carbonatée pi^naée ivttoHK grande 

?uantité d'oxyde de fer et un peu de silice. M, Haiiy, en 
àisant ensuite une étude particulière *de cette sub.slance 
(,^of. Annal. Mus., t. a, p. loi), a pensé qu'elle devoit être 
distinguée du spath perlé , et de la chaox fluaiée, avec la- 
quelle Rome de l'Isle l'avoit réunie. 
La chaux carbonatée ferriTére n'a encore été trouvée qu'en ' 

Eetits cristaux qui se rapportent pour l^s formes à celles de 
i chaux carbonatée. Suivant l'observation de M. Hatîy, 
ils se divisent avec facilité en rhomboïde semblable au 
diomboïde primitif de la chaux carbonatée. Leurs formes 
•ont : 1." l'uni-lemaire ; c'est le rhomboïde de 65" ^i' 4" 
Mt 114* 18' 56" arac les angles solides aigus tronqués. 



dt, Google 



i^e c II A . 

et a.*le lemo-bisunïtalre, la forme précédente éhezlaqnellc 
les six bords ioTériears do rboiuboïde sont reniplacés par, six 
&celtes. 

Ces cristaux ont la surface lisse et un peu miroitante , mais 
elle n'a iamaïs l'éclat perlé ou nacré.' Leurs couleurs sont 
le noir et le brun, ou le rougeâire. Ils rayent fortement la 
cliaux carbonatée pnre^ pulvérisés et mis dans de l'acide ni' 
trique, ils s'y dissolvent avec beaucoup de lenteur rt une 
très-légère eifervescence ; ils ne noircissent pas au feu; mais 
.exposés à la flamme produite par te ctialumeau, ils se foD- 
deùt en on verre noir qui attiae l'aiguille aimantée. ' - 

Cette variété est rare , et n'a été observée jusqu'à présent 
qu^nTyrol et en Espagne. 

En Tyrol, elle se trouve dans les environs de Salzkourg, 
en cristaux très-nets qui ont quatre â cinq lignes de longueur, 
etavecunecouleurgris-sombre inégale, llssont disséminés dans 
de la chaux sulfatée grise en partie laminaire , ep partie com- 
pacte et souvent pénétrée de soude muriatée.ftl. Luc^s afait 
remarquer qu'on y voit aussi du soufre. , 

En Espagne, la chaux rarbonatée fenifère se trouve dans 
deux endroits : i," à Carihagène , dans le royaume de Mur— 
cie. Elle est disséminée en petits cristaux noirs ou gris , dans 
de la chaux sulfatée eO-masse , variée de blanc , de gris et de 
rougeâtre ; a." à Saint-Philippe, dans le royaume de Valencei 
elle s'y observe sous trois états ; en petits cristaux bruns 
ternes, formant masse; en petits cristaux rouge-hémathoïdesi 
Mt en cristaux verts-jauiiâtres, réunis en masses compac- 
tes. Ces diverses variétés en ont été rapportées par le sienr 
Launoy. • 

M, Lacas ÇTaèl. desEsp. min., t. a, pag. 507), rapporte ici 
une chaux carbonatée ferrifère laminaire, d'un noir grisâtre 
à reflet nacré et qai est légèrement bituminifère. Elle se 
troare an Saa-Alpe en ïyrol. 

Chaux CAaBONAVÉEFERRO-UANGANÉSIFÈRE, HaUy; Spalh 
perlé, Romé-Delisle ; Braunspalh, Wem.; Qiaux carbonatée 
brunissante, Brong. Elle est plus dure que la chaux carbd- 
natee ordinaire, qu'elle raye plus ou moins fortement. Elle 
jaunit par l'action de l'acide nitrique, et ne se dissout qu'avec 
une tres-lenle effervescence dans ce même acide. Au chalu- 
meau elle noircit, et devient attiralile à l'aiguille aimantée. 
Sa pesanteur spécifique est au-dessous de 3, 000. L'analyse 
démontre qu'elle est composée de chaux carbonatée nnie k 
du fer et à du manganèse oxydé en proportions extrêmement 
variables. 



dt, Google 



CHA ,„ 

jimilyus de la Chaux fenxhmangaadaf ère. 

Par Bei^mann. Wonlf. BerthoUet. 

Gbanz carbooatée. . k . 38 ..... 60 q6 

Fer oiydé , . 38 5 ( , 

. Manganèse a8 ...... 35 \ * 

La chaux carbonatée ferro-maiiBaiiésIfère est ordidaire- 
mcDt en très-pelits cristaux, dont les formes rentrent dans 
celles déjà observées dani la cbaus carbonatée , et qui sont 
commiuiément ie rhomboïde primitif, i'éqiiiaxe , Pinverse et 
le contrastant. Ses cristaux, rarement isolés, sont commoné- 
meot confusément groupés ou imbriqués, et quelquefois iU 
foraient des druses allongées , droites ou diversement 
contournées. D'autres fois ib recouvrent des cristaux , et 
particulièrement ceux de la chanx carbonatée métastatique , 
oaduqoarz. Gélte substance jouit d'un aspect perlé ou argen" 
tia qui l'afait nommer j^offt peiiè. Ses couleurs sont le gris, le 
jaunâtre , le brun et le blanc nacré. Le temps altère ces 
coaleors; et quelques variétés de spatb perlé jaunissent, bru-- 
nissent ou noircissent à l'air. On connott aussi de la chaux 
carbonatée ferro-manganésifère fibreuse ou en masse com- 
posée de grandes ou de petites lames. 

La 'chaux carbonatée ferro-manganésifère est très-abon- 
dante dans presque toutes les mines ; il existe peu de filons 
qui n'en contiennent, surtout ceux riches en métau*. On la 
trouve enFrauce, à Baigorry, dans tes Pyrénées, associée 
au fer spathique , à l'argent gris et aux diverses autres subs- 
tances qui s'y trouvent ; à Sainte-Mane-aux-Mlaes, dans les 
Vosges , sur les cristaux de chaux carbonatée , et à Framont 
dans du fer oxydé; dans le pîiys' de Luxembourg oà elle se 
trouve avec le cuivre pyriteux ; dans les différentes mines 4e 
la Saxe, et notamment à Freyberg, associée avec la baiyte 
sulfatée et le plomb sulfuré ; à I^pnik, en Transylvanie ; ea 
Hongrie, i Schemnitz et Kremnitz, mines de TËurope qui 
foamissent les plus belles variétés de cette substance pour 
l'éclat nacré ; en Bohême, en Bavière , en Suède , en Angle- 
terre , dans le Cmnberland , le Northnmherland et le Der- 
byshtre. Elle est rare dans les mines de Sibérie , et très- 
abondante dans les riches tiloos d'argent de Guanaxuato , au 
Mexique , qui foumissetit des échantillons de la plus grande 
beauté et les variétés les plas extraordinaires. 

Le qnarz, la chaux carbonatée, la chaux fluatée, la ba- 
ryte sulfatée, le fer spathique , le cuivre gris, le plomb, le 
fer et le rinc sulfuré, le fer oxydé , l'argent, etc., accom- 
pagnent la chaux carbonatée ferro-manganèsifèrc. 

Beaucoup de naturalistes ont çcniùdérâ celte eubjtanct 



i:, Google 



i7« C H A 

comme une simple variété Aa fer spaUiîque y m *ice vend. La 
chimie ne peut fixer aucune limite entre ces deux substances 
minérales. M. Brongmart ne cousiâère cOmme devant ap- 
partenir à la chaux carboùatée ferTd-itianganésifôre , que les 
variétés qui ne ciontienàent qiie o',fo' aii'pluS, de fer et de 
manganèse ; celtes pitis riches en'cès lùéiaut (dont la pro- 
portidn va jusqn'à 0,60) , appartiennent la fer apathique. 
y. Feu spathhjue, (lh.) 

Chadx c&hbonat^ TixvŒ, JEHe reçoit, comme nous 
l'avons déjà dit , les mêmes DoinB vulgaires que la chaus 
carbonatée bitnminîfëre; mais elle «B est irès-diffi^rente. L'o- 
deur qu'elle exhale par le frott«ment ett celui de l'hydrogène 
•ulfuré , et non pas celui du faitutne ; car elle n'en renferme 
point Beaucdup de Variétés de c4i»mx carbonatée , soit cris- 
tallisées, soit en masses fiacrharftîdes, ssH compactas , ont 
ce caractère. Leur gisement est aussi variable. Noa< ci- 
terons pour exempte : i .°la chaoxcaritoaatée iMaellaire bleuà • 
tre de Paros (Luc. , Tab.) 

3.0 La chaux carbonatée laminaire grise au milieu des do- 
lomies du Saint-Godiard. .Une aotrevariété est blanche, faci- 
leAient divisSiIe sn rhomboïdes striés dansie sens des gran- 
des diagonales ; elle vietil de KrotendoH* , près dé Scheiben- 
berg, en Saxe. 

3.° L^ chaux' carbonatée en masse saccharoïde, &\t marbre 
hUu larquîn, et quiesl le bardiglio di Starema et di Saravezza , 
sur la côte de l^énes, et employée dans les arts. 

4-° Le é^oo/i^odef Italiens, sorte de marbre saccharoïde k 
gros grains , très-employé par les anciens. On en trouve k 
Kome des fragmens, qui sont des portions de colonnes. Il 
paroit que les Romains tiroient ce marbre de Cambo, près 
ilayonne, où Al. Brongniart et M. Prëvot l'ont observé : on 
voit encore dans ce Heu des restes de travaux qui vien- 
nent à l'appui de cette o;^nïoa. On rencontre aussi ce 
marbre dans le Bugey ; îl n'a jamais offert de débris de corps 
organisés, et il est souvent pyriteux. 

Lés eaui chaudes de Bagnières sortent de montagnes en 
partie formées de chaux carbonatée fétide, «{aï dtmnent, 
après la.calciaatioB, une esceUeAte cfaaux. P»'mi les-matières 
rejetées par le Yésuve , on rencsnloe des blocs de calcaires 
saccharoïdes oulamellakes, qui, parle frottement, laissent 
floureht dégager une odeur foihie , hydro-suifurée , vu peu 
analogue à celle que donnent Jes quara fétides de Idmoges « 
de Nantes-et du Saiot-Goib^. 

La çhani carbonatée fétide se tronve particulièrement 
Aaiis les mttotagnes anciennes ; elle est rar« dans les ter- 



dt, Google 



C H Jt 



'» 



tains MCOndaires. L'inverse a lieu pour la chaàx câÀonatée 
bittiminifère. D'après l'obse^atioD de M. Haiiy, celle-ci ac- 
quiert l'éleclrîclté résineuse par le frottenent ; tandis 
cnie la première, étant isolée, présente l'ilectricité TÎtrense. 
Toutes deux sont solubles dans l'aciile nitrique , aVec une 
vive effervescence, et pcfdent leur odenr au chalnmean ; 
celle de la chaux carbanalée a été attribuée) par M. Vau- 
qnelîn , à la présence de l'hydrogène suJfnré. (ln.) 

Nous regarderons cooime une variété de cette espèce, la 
Ch. c. f. bacillaire-conjoinU , noirâtre, en masses composées 
de prismes jcylinJroïtles, qui, parla manière dont ils sont 
groupés, ressemblent assez à Certains madrépores. 

C'est à cette Tarlété, qui a été trouvée d'abord dans la 
Vallée de Russbach , pays de Salxbourg , que l'on a donné le 
nom de ttuidrtpurite ou pierre de madripoTe, ( AnUïraconile dé 
Haussmann). M. John de Berlin a trouvé que la copaposition 
de ces trois sortes ^toit anaio^e à celle 4u marbre aoii- 
{ iuculiile commun AaJaiaesqD, t. s, p. i8i et suiv. ). 

M. JamesoQ fait de cette variété et de deux autres qui luî 
6ont analogues , et qui vieuDent, l'une de Suède, et l'autre du 
Groenland , une sous-espèce de la chaux carbonatée fétide , 
sous ie nom de luculllU prismatique, (lcc.) 

Chaux CARBOKATÉE graphique. M. Tond! , dam sa Distrî- 
bulioa méi!iodi<pie des roches , insérée daùs notre tableau des 
espèces n>inérales , t. a , ^. S19 à 545 , donne ce nom à la 
craie, (luc.) , 

Chaux carbonatée grossière. F. Chaux carbonatée , 
p. 161. (LU.)' " * 

CaAUX CARBONATÉE HY^RO-SUIFURÉE. K C^ADX C&RBO- 
BATÉE FÉTIDE. (LUC.) 

CbAUX CAKB0NATÉ£ LENIE. V. CsÀJO^ CMPONATÉE HACHÉ- 
SIFÈHE. (lVC.) 

Chaux carbonates MAQWËrOUTE. ^.CKàI)X.QAaSONATÉB 
rÉTIBE. (LIK;.) 

Chacx CARBONATÉE HAGNÉSIFÈ^tHaây (Ch.carhon. Unie 1, 
Brong. ; Doionàt, Karst^ ). Le caractère ess«oticl de cette 
sous-espèce de chaiu cariioBatée, est dans la m»iière dont 
elle se comporte avec les acides. Ua fragment >eté Jons l'a- 
cide nitri^iue ne coHOoenCe à en1r«r en «tfervescepce que 
quelques instans après, et cette efTervesceoce continue très- 
lentement; elle est un peu plus accélérée lorsqu'on figit sur 
des morceauE pulvérisés , ou si l'on ohauffe un peu le mé- 
lange. ' 

"^llf est plus dure que la chaux carbonatée pure , et plus 
loilrde, sa pesanteur spécifique étant de a, 8 à 3, 000. Elle 



dt, Google 



e 



i«o C'HA 

fait quelquefois feu sons le cboc dubriqaetSes principes COIN 
stituans sont la chaux carbonal^e , la magnésie carlionatée, 
le fer et le manganèse. 

Nous diviserons cette espèce en trots variétés, comme 
l'a fait M. Brongniart : 

i," Chaux c. magn. BiUerspa&(V\zùte, Brong, ; Blnmen- 
' bach. -r* Maricalcite , Kirw. — Spatli magnésien, Broch. ; 
Rantenspath, W.). Les Allemands lui ont donné le nom de 
£i!{&n(pa/A (spath amer), parcequ'elle contient de la magnésie, 
hase àaselamer, ou magnésie sulfatée. Le bîtterspatli est bnm 
Jaunâtre ou grisâtre , ou rotigeâtre. Il est presque toujoars 
cristallisé , soit régulièrement , son confosémeat , soit en 
masse laminaire. Il est divisible en rhomboïde, que M. Haiiy 
regarde comme le même que le rhomboïde primitif de la 
chaux carbonatée , et qui, suivait MM. Wollaston et de 
Boumon, en différeroît un peu; il seroît de loG^iB et 
S'iSB, On auroit alors an caractère de plus ; néanmoins , 
esformes secondaires observées par M. Haiiy, ont leurs ana- 
logues parmi celles, de la chaux carbonatée : ce sont les formel 
primùiee, prismée et uaiUmaire. Quelquefois le hltlerspath est 
assez transparent pour laisser observer la double réfraction. 
iHaify.) 

Il en existe plusieurs analyses que voici: 

' Klaproth. Mm. 

Bitterspatli du Tyrol , de Tabeiç en Suède.' 

ChaoK cariionatée ^ Sa i ^3. 

Magnésie carbonatée .... 4^ •■■■•■ - ^5. 
Oxyde de fer et de manganèse. 3 9,35. 

Le bittcrspath se trouve dans les roches talqneuses , ser< 
pentlneuses , de stéatite , de chlorlte et de ch. carb. magné- ' 
sifére, do/onue.Les principaux lieux où elle se rencontre sont: 
le Tyrol (au ZUIenhal et à l'Oherwald) ; elle est en|cristaux 
engagés dans du talc laminaire verdâtre, ou dans une espèce 
de serpentine, quirenfermeaussideslamesdemica, ou dans du 
quari. En Suisse, à Briens. Au Cap-Corse, en Corse, où elle a 
été découverte parDolomieu dans la roche de chlorite schis- 
teuse , qui contient les petits cristaux de fer oxydulé, et aussi 
dans une roche stéatiteuse. £o Suède , à la montagne de 
Taberg , province de Wermeland , dans une roche stéati- 
teuse , avec du talc en grandes lames vert bleuâtre, et du fer 
sulfuré. En Ecosse , sur les bords du Loch-Lomond. Au 
Saint-Gothard , va|lée de Bine , le bitterspath est dans 
la ch. c. magn, dolomie; il y est accompagné de grammatite 



dt, Google 



. CH A ,5, 

de laïc, de fer snlfiiré , de cuivre gris, de zïbc suUiiré , d'ar- 
senic sulfiiré , etc. 

Entre A^bach et Gurbos , en BasSe- Autriche , on voit , 
daus une roche serpentinense , une substance nommée gur-- 
hosiao parKarsten ; elle est en masses compactes d'an blanc 
de neige-, à cassure concboïde, et suivant Klapfotbelte ren- 
ferme 70,5 de chaux carbonatée, et 3g,5 de m^pésie car- 
bonatée. Sa pesanteur spécifique est de a, 176; ce seroll un 
bitterspath exempt de fer, qui , avec les cnstaux blancs dé- 
crits par M. le comte de Boumon ( Traité de la ch. carb. i. 
p. a65, n." i), seroient les typespurs du bitterspath. Les cris- 
taux cités par'M. de Boumon rayent la chaux Ouatée avec ~ 
«ne très-grande facilité, et leur pesanteur spécifique est de 
2,754. 

3.° Chaux caihonatée magnésifire , Miéhite ( Miémite 
Thomson; variété verdâtre de la chaux carbonatée magné- 
àfère , Hially , Lucas). Elle se distingue du bitterspath par 
sa couleur verditre. Ot^ la trouve en cristaux réguliers et en 
masses radiées ou compacte s, Lesformesdescrislaox observés 
parM.Haiiy,soatIa forme unitaire CHaily,Mn., pi. 33, fig. 3)^ 
et la lenticulaire. Les principes constituans sont les mîmes 
que ceux du bitterspath. 

M. Thomson a reconnu le premier la miémite , qu'il dé^ 
couvrit dans des masses d'albâtre , âi Miemo , en Toscane ; 
elle y est, ou cristallisée , ou radiée , ou en masse compacte, 
M. Kampasse en a rapporté de Corse une variété en masse 
formée de petits globules radiés. M. Karsten a donné l'ana- 
lyse d'une miémite cristallisée du pays de Gotha : M. Linz 
en a découvert dans les environs de fràves. D'après quelque^ 
minéralogistes , on voit que la Saxe et la Hongrie offrent dei 
cristaux verdâtres dans des gangues métallifères, qui ont été 
confondus avec la chaux carbonatée ; sans doute qu'ils doi-^ 
vent appartenir A la miémite. 

3.° Cbaux carbonatée magnésifèke nOLOUIE , vulg. 
DOLOHi£ (Marmor tardum, Linnseus). Elle esten masse, ordi- 
nairement de coideur blanche , quelquefois grise et à grain, 
fin; elle a la propriété d'être phosphorescente quandon lafrotm 
avec un corps dur , et de ne produire qu'une effervescence 
foîble et lente dans l'acide nitrique, quoiqu'elle finisae.par 'y. 
dissoudre entièrement, on en ne laissant qtt'un léger résidu. 

La consistance des dolomies varie beaucoup : les unes s'é- 
grènent sons le doigt, ou bien leur grain est très-gros et la- 
mellaire ', d'antres ont à'peu prés la dureté du marbre. 

La pesanteur spécifique de cette pierre est , suivant Sau»' 
gare fils, de 3,803 : Dolomieudil^'eUeappcQchede^iiOoa. 



i., Google 



,8. C H A 

Celle des .inari>res est ud .pea moindre, et varie Aé 2,700 i 
a, 800. 

Le célèbre observateur Dolomiea est le premier qui nous 
ah fait connoitre les propriétés de cette substance , et Sans- 
sure fils a cm devoir la consacrer à cet illustre géologue, 
dont le nom doit durer aussi long-temps que les substances 
minérales , sur lesquelles ses travaux ont répandu tant de lu- 
mière. 

C'est parmi les momimens de l'ancienne Rome , qne Dolo- 
mieu fit ses premières observations snr cette espèce de pierre. 
Il y vit un marbre qui loi présenta des caractères extérieurs 
unpeu.diilférensâesmarbres statuaires, et il«bservala lenteur 
de son eflervescence , quoique sa dissolution finit par £tre 
complète. " 

Il vit ensuite dans les Alpes du Tyrol leméme marbre for- 
mant des couicbes immenses et verticales , qui 3''élevoieDt jus- 
qu'au sommet des montagnes , et il reconnut qu'il était évi- 
demipent primitif. C'est ce marbre qui réunit k la propriété 
(te la lente effervescence , celle d'être pkosphoresceni par frotte- 
ment ou par collision ; propriéld qu'il partage avec presque 
toutes les variétés de dotomie. 

A Sterzing, prèsdeBrixen enTyroI, on fait de la chaux 
avec ces dalomies , qui ne diffère en rien de U chaux faite avec 
l'es autres pierres calcaires. 

Saussure a ribservé que presque tontes lespierfes calcaires- 
primitives du Saint-Gothard sont des dalom[es ; tantôt elles 
sont pures, fort translucides, d'un beau blanc, 4 gi'3'°s^^^~. 
fins , mais peu cobérens ; tantât elles sont mélangées de petits ' 
cristaux de Irémotile, ou renferment des couches d'un beau 
mica vert : celles-fi sont ordinairement sous une forme schis- 
teuse. (S. igag.) 

Un observateur très-réclairé, Fleuriau de Bellevuc , a dé- 
couvert à Campo-Longb, dans la vallée Levantine , qui dépend 
du Saint-Gotbard, une dolomie schisteuse, qui a la propriété 
d'être flexible et élastique comme la fameuse table du palais 
Borghèse à Rome. Cette découverte a conduit cethabîle na- 
turaliste k des recherches très -intéressante s sur la cause de 
cette flexibilité et sur la manière de la communiquer par le 
moyen d'une chaleur sagement ménagée , aux pierres qui ne 
l'ont pas naturellement. 

J'ai rapporté de Sibérie une des plus belles dolattdes que 
l'on puisse voîr : elle est d'un grain excessivement fin , É'one 
blancheur parfaire , et aussi translucide que le maAre de 
Parus. Elle est toute parsemée de rayons ou de globules de 
trànoliu soyeuse, dont l^i cassure présente des étoiles lenabia- 
bles jt celles de la zéolite. 



dt, Google 



CeUebelle roche, qui esta peu près anssi dure que le mar- 
bre , fait partie de la moatagae où >e troure le filon d» 
piomb, ricbe en argeot, de la ptme de KaJttàak, prêt du Senre 
Amonr. On y a percé une galerie de 70 toises, dont les paroî« 
sont d'une blancheur admirable- 

Les roches çalanàm. ^mnâAv* se sont pas les seules qui 
présentent le phéopm^e de la lente t^eiwsceace. Dolomieu 
quittant le Tyrpl pour entrer en Italie , vit, entre Bolsano et 
Trente , des coucnes d'une' pierre calcaire compacte, de la 
variété que' je ifoinine calcaire aneien, qui se dissolvait sans 
efiervésceiice , en laissanit séuleinsnt échàppei' quelques gros- 
ses bulles; mais cette* pi erre n'est atAXttaêai phosphorescenU. 

\iA pKosphQrescence d^s aolomies primitives est probable- 
ment due À leur m^anee avec la trémolite (gràmiiiatite ou am- 
phibole hlancUâtrc) qut est çU«-(néme trés-phogphorescente. 
(pat.) 

Les variétés de dolomie les pltu communes dans nos cabi- 
nets, sont:celle3 duQrçnnerenXyroli elles foat quelquefois 
très-compactes, à graÎQS^F-ëï^DS, et peuvepttré^-bien rempla- 
cer la pierre employép pour aiguiser 1 ^tqa'oii nomme /M'errv 
(& Zwa7tf;.les,vitriétés du Saint-Gpth4rd, tfès-ntultipliées à 
cause 4eB Aqbstaqces v^rié.e) qu'elles oQreDt, et qui sont prin- 
cipaleoient la chaux carbonalîe , le bitterspath , le quarz féti- 
de, la variété d'amphibole qomiRéegramnlatite qui estbianc 
jaunAtrc , o» gris de çeadre , on m^me verdâtfe et cristallisé 
en prismes isolés , our^auls en groupes radiés ; la tourmaline 
. verte , le corindon byaljn rose , seiôblablc ii celui du Pégu ; , 
l'asbeste , le talc blanc laminaire , le mica écaitleux opaque 
ou transparem, le fer osydulé ; le fer sulfuré , le cuivfc gris, le 
zinc suluiré jaune de cbry^glithe , l'arsenic sulfuré ro»ge , etc. 

M. Cordier a obserrt la dolamie sur la Maledetta , mon- 
tagne des plus élevées des Pyréaéet ; elle y forme iea cou- 
ches entremé(^écs de lits de schï»te-ai|;ileDS. U. KafDondl'a 
découverte aussi dans les Pyrénées, 4 Senès, aapicd'£res!iu, 
entre des feuillets de schiste magnésien. 

Le Vésuve an offre parmi les matières (Hi'il rejf ttp : on en 
trouve dans les environs de New-Yorck, en Amérique, et au 
Bengale, etc. 

Les anciens ont 'employé la dojomi^ pour TgrAernent de 
leurs temples et de leurs édifices. Nous rapporlofis plus bas 
l'analyse d'un marbre antique , faite far Al. Si^thson- 
Tennant, guile prouvc- 

M. de Cubières a nommé marhregrecjnagnésien, un marbre 
antique , pins dur que celui de Paros , duquel il se rapproche 
par son grain lameU«u3 et gros. Il se trouve pv»î Us raiw:& 



dt, Google 



■Si C H A 

du temple de JapUer-Sërapis, à Ponzzoles. On voit' an Vati- 
can plusieurs statues faites avec fit marbre. 

Nous terminerons cet article par l'exposé des analysesqu'oQ 
a faites de diverses dolomia, 

jinafys«t de differset Jolomies , par K&^nth > 

St-Golbird. Gariothie. Tcnedci*.' Caitelam*r«, 

Cbaœt ...... a8, 5. .. . ag3 . » . ag . . . . 3a 

Acide caH>onique ai, 5. . . . a3,7 ... aa .... a6 

Magnésie 6, 5. ... 48 .... 4» ... - 43,5 

Fer. ,. o, 5. . . . a . . . . o . . ■ . o 

Manganèse . . . o,a5. ... o ; . . . o . . . . o 
Perte 0,7$. ... o . . . . o . . . . o S 

Analyses de âioena dolomiespar M. SirôAsonTemuml. 

Marbre antique de.Bome , du Vésuve, Ecosse (/(»ia)< 
Acide carbonique. ... 48 ... 48 ... 48. 

Chaux 3o,33 .«■. 34to3 . . . 3i,i3. 

Magnésie ai, 43 . . . 18,37 ■ ■ * i7(o6> 

Fer i;t alumine o,4o . . . o,a4 ■ . 

Matière insoluble 4><>- 

100,14.. • ii>o,S4 ■ . 100,18. 

D'après ces analyses, on peut juger que l'almnine et le fer 
ne sont presque pour rien dans la composition des dolomies. 

M. Tennant donne encore une suite d'autres analyses de 
pierres , dont les localités citées pour la plupan par M. Bron- 
gniart (Traité élém.idemiqérat.), comme cellesrà l'on trouve 
fa dolo mie, semblent indiquer que ce minéralogiste les consi- 
dère comme de véritable dolomie. M. le comte de Boumon 
a jugé qu'elles devaient former une sons-variété distincte. 
Voici le tableau abrégé qu'il donne des analyses faites pu 
M. Smithson-Tennant. 

Chaux cfpiuinaUe magnésifire. Cbaux. Magn. Fer et argile. 
' Brédon (Derbyshire). . . 31,71 . 3o,a8 . . 

Matlock , idem a3,55 . aa,cio . . . 

WanswortbCYorlshire).. 30,36 . 33,44 . . 

Catbéârale d'Yorck , td. . 33,o4 . i3,36 . . 

Sherbrun, û£ ...... . 3o,a4 * ao,3a . .; 



AVorksop (lSottinghamsblre)3a,q8 . ao,4i 
Abbaye de Westminster. . 33,48 . 17,76 

Les dolomies sont très-abondantes en Irlande et en Angles 
terre ; elles p^rconrept dans le î^ottisghamshire une étendue 



t, Google 



C H A ,85 

de trente à quarante milles. Dans le Derltyshîre elles sont 
souvent mélangées de coquilles , et elles se moalrent, d'après 
l'observation de M. Tennaat , jusque dans les filons de plomb 
de cette contrée. 

M. Tennant nous apprend aussi que dans le comté deDon- ' 
casier , dans l'YorksIure , on avait nui à ta borné du terroir 
en répandant sur les terres , et comnae engrais , ces dolomîes 
calcinées, (ln.) 

Chaux carbot^atée uakganésifèiie. On la reconnoh fa- 
cilement à sa couleur rose, plus ou moins foncée. Elle ne 
dïETère d'ailleurs de la chau; ferro-manganésifère que par 
l'absence du fer. 

On la trouve à Kapnick et k Kagyag, en Transylvanie. 
£Ue cristallise en petits rhomboïdes primitifs , brîllans et 
d'nn rose pâle , disséminés dans les cavités de la gangue 
' qui contient le tellure , et y forment des mamelons contour- 
nés ; cette variété entre dans la composition de la gangue 
elle-même, qui est alors une masse compacte rose. C'est elle 
qui a été analysée par Klaproth , et qui a offert à ce chi- 
miste les principes suivans : i3 de chaux carbonatée, 34 de 
manganèse carbonate, et 54 de quarz. Mais l'on ne doit pas 
douter que la chaui n'y soit en plus grande quantité, sîion 
songe que cette analyse n'a pas été faite *sur des cristaux. 
M. le comte de Bournon a remarqué que toutes Les variétés 
de cette chaux carbonatée (qu'il comprend avec la chaux 
carbonatée ferro-manganésif Ère), soit d^ine belle couleur de 
chair, soit d'un ronge foncé de Kapnick et de Nagyag , at- 
tirent sensiblement le barreau aimanté ; ce qui, contre l'a- 
nalyse, y indique la présence du fer : alors cette chaux 
carbonatée auroil été réunie , avec raison , à la chaux 
feiTO-manganésifère , de laquelle elle a été séparée par 
M. Haiiy. 

Il existe dans la mine de Travcrsella, en Piémont, une 
chaux carbonatée manganésifère rose laminaire, accom- 
pagnée de quarz', de manganèse oxydé métalloïde et d'épi- 
do te vioFet. 

Nous rapporterons ici une variété de chaux carbonatée en 
grandes James roses , opaques , qui accompagne l'argent 
sulfuré dans la mine de Guanaxuato au Mexique. On voit 
encore dans les cabinets de minéralogie une chaux car- 
bonatée manganésifère , d'un violet pourpré et en masse 
cristalline , qui vient de la Sibérie ; elle ne doit pas être 
confondue avec le manganèse carbonate rose de cette même 
contrée! (lu.) 

Chaux caiibo!(IATée martiale , Bournon. Voyet Chaux 

VABBONAI'ÉE F£ESIFÈa£. (L».) . 



dt, Google 



,86 C H A 

Chaux carbomatée mélangée. L'on entend par ce mot 
différens mélanges produits par l'association de la chuis car- 
bonatée avec d'autres substances. Us peuvent être réduits à 
un petit nombre de sous-espèces : ce sont la Ch. carbonates 

FEHSIFÈIŒ ; la C. c. HANGANESIFÈRE ; la C. C. FERRO-MAN- 
«ANÉSIFÈRE; la C. C. QUARZlFÈRg; la C. C. MAGNÉSIFÈRE; 

la C. C. NACRÉE ; la Cbaux carbonatée fétide ; la Cb. c. bi- 
TDMiFÈRE, et la Chaux CARBON ATÉE CALP. V. Ces mots, (vu.) 
Chaux métallique. V. plus haut, Chaux. 
Chaux carbonates nacrée , Haiiy, Brong. Aphiîl, Karst. 
achi^er spath- Cette cbaux carbonatée se reconnoît à son 
éclat brillant semblable k celui de la naere, età sa structure 
très -feuilletée , et dont les feuillets soift quelquefois aussi 
minces qn'nne feuille de papier ; c'est à cause de cette struc- 
tore qne Wemer et les Allemands ont donné à l'une de ses 
yariétés le nom de schi^er spath ou spath schisteux. La cbaux 
carbonatée nacrée , mise dans de l'acide nitrique , y excite 
une violente effervescence qui continue jusqu'à l'entière dis— 
§.olutîon de la substance. Cependant, nous devons faire re- 
marquer que celte effervescence est quelquefois très-foible ; 
on peut présumer qu'une matière étrangère, interposée dans 
les lames de la suhstance , peut fitre l'origine de fa structure 
de la chaux carlwfiatée nacrée. Nous en avons vu des échan- 
tillons de Kongsberg, en Korwégc, qui appartenoîent à 
M. Neergaard , et qui contenoient des lames de stilbtte en- 
tremêlées avec des lamelles de chaux carbonatée nacrée 
schisteuse. Ne peut-on pas penser que la stilbîte ait contri- 
bné à donner au scbiefer spath de Kongsherg sa structure 
feuilletée ? On sait qu'elle a elle-même une disposition très- 
particulière à se présenter  l'état lamelieux et nacré, et son 
association avec le calcaire n'a rien d'extraordinaire. Au reste, 
la structure schisteuse de la chaux carbonatée nacrée est 

' peut-être du« à une autre substance, comme les mëmesTnor' 
ceaux de Kongsberg nous l'ont démontré. L'un d'eux , d'unp 
Structure complètement feuilletée, beaucoup plus dur, jau- 
nâtre ou roussâtre , et accompagné de stîlbite , mis dans de 
l'acide nitrique , s'est comporté comme la diaux carboiiatée 
Cerro-mancanésîfère ; il n'a jeté d'abord que quelques bulles, 

, et sa dissolution ne s'est opérée que fort lentement. Un frag- ■ 
ment essayé au chalumeau est devenu ^is-noirâtre. Ce mor- 
ceau nous do&ue l'occasion de faire remarquer que les mines 
de Guanatîtalo , au Mexique , présentent des schiefer spath 
très'caractérisés , qui doivent être considérés ainsi que celui 
de Kongsberg, que nous décrivons, comme une variété schi^ 
teuse de la chaux carbonatée ferro-manganésifère. La belle 
suite qui en existe dans la collection de AI. de Drée , vient à 



dt, Google 



C H A ,8, 

l'appai de cette opInioTi, et démontre la justesse de l'ex- 
plication donnée par M. le comte deBournon,de la manière 
dont on peut concevoir la formation des feoillets qui compo- 
sent le achieftr spaût , nommé par lui chaux eafbûnaiée é^rti- 
sée, et considéré par In comme une variété de chaax 
carbonalée pwe. 

On voit , par ce qui vient d'être dit , qoe la etianx caiiro- 
nalée nacrée schisteuse olTre des variët^s qui rentrent dans 
la chaux caritonalée pare , ou dans la dianx carbosatée- fer— 
ro-maDganéstfère , presqac toujours ornée de l'éclat de la- 
nacre. 

La chaux carbonatëe nacrée est tantAt très-sehistense et 
i feuillets onduleux qui se bment lorsqu'on les pKe ( Otaux 
carioaatée nacrie tettacét, Haity; chaux tarionatée nacrée ar- 
gaUine , Brong.}, et tantôt ses feuillets sont épais , et [V esque 
planes. M. Haiiy a remarqaé qu'elle oâîroit des joints natu- 
rels dans le sens des faces du rhomboïde de ceat on degrés et 
demi : il a aperça aoSsi des joints soranmêraires perpendicu- 
laires à Taxe du rhomboïde, ei qu'il présuote ttre dus à la 
présence d'une matière particnlière interposée dans la lobs- 
tance principale, et que M. YanqueUn regarde comme une 
substance talqueufie. 

La diauz carbooatée nacrée se trouve aassi cristallisée : il 
en existe à Guanaxualo , au Mexique, en crtstaox leittknlaires 
excessivement minces , fort étendus, ^merlingue en cite en 
prismes courts, hexi^èdres réguliers, et M. Hatiy en rbombcA'de 
primitif de la chaux earbonatée. On trouve cette substance 
dans les filons métalliques et dans les montagnes primitives : 
k Saintc-Marie-aux-Mines , dans les Vosgesi àBermsgnin^ 
près de Schwartzemberg et Rittersgrun, en Saxe ; à Konss- 
berg, en Norwége ; k Iglesias, en Sardaigne; et, seion 
M. de Boumon, en Suéde, en CosniHiailles et à Strontïane, 
en Ecosse. 

L'on a long-temps distingué du sdàtfer spaih un minéral 
nommé par les Allemands idiaum eiàe, c'est-à-dire, écume 
de terre ( ch. carb. nacrée talqueuse , Brong. ). M. Hauy a 
reconnu qu'il appartenoit k la chaux earbonatée nacrée : 
^ 'en est une variété plus nacrée , friable et lamellaire , ou 
quelquefois pulvérulente comme la chlorite blanche. Elle se 
trouve k Géra , en Misnie ; k Eisleben , en Thuringe , et à 
KoDgsberg,eD Norwége, dans les mêmes circonstances que 
le schiefer spath. Celle d'Eisleben est dans une montagne de 
chaux earbonatée stratiforme , appelée , dans le pays , ' 
Rauchwacke. (t>s.) 

Ca&UX chRBOKATÉE PERLÉE. V. OiaiO; corbonolée ferre- _ 
mattgan/éàfire. (wf.) 



dt, Google 



.88 C H A 

Chaux carbokatée qdabzifèoe (yulg. Grès cristallisa^ 
Fontainebleau ). On peut r£gariler cette espèce comme un 
véritable sable dont les graÎDS quarzeux sout unis par de la 
chaux carbonatée , que la suraboadance du, quan nVpas 
Qmpéché de crUtalUser. ËffectiTem^nt , ce grès qui est blanc 
srisâtre se troure en cristaux qui appartiennent au rhomboïde 
inverse {Haiiy). Ils sont tantôt isoles, et alors ils ont depuis 
iine ligne jusqu'à trois pouces dans leur plus grande dimen- 
sion ; tantôt , et le pfus ordinairemest , ib sont groupés 
entre eux et forment des masses plus ou moins considérables. 
Quelquefois une partie du cristal est quarzifère et blanche , 
et l'autre est en spath calcaire jaunâtre transparent. Lors- 
qu'on casse les cristaux de ^ès , ils offrent un reflet miroî" 
tant dft aaxiames de la chaux cariionatée. 

Ce grès se trouve aussi en boule , en concrétions mame- 
lonnées et en masses sans forme. Il se rencontre dans des ca- 
vités remplies de sable , au milieu des bancs de grès qui hé- 
rissent la forêt de Fontainebleau , et principalement dans 1% 
carrière dite le Roclier-Germaîn à la Belle-Croix, où ces bancs 
sont recouverts d'une coucbe de chaux carbonatée grossière. 
Il existe aussi dans les grès de Nemours , qui ne sont qu'une 
continuation de la chaîne des grès, de Fontainebleau. Dans 
lés grès d'Ëtampes , qui sont dans le même cas , on voit une 
variété concrétionnée en forme de grappe. 

M. Lardenay, minéralogiste instruit, a retrouvé ce même 
grès quarzifère cristallisé en très-petits rhomboïdes inverses f 
k trois lieues de Bourges, en allant i Mundun (Cher). * 

M. Lacas {Taht. des &pices nânémies) rapporte àla chaux 
carbonatée qnarzifêre : i.'le grësen stalactite, àgrainsronds 
nnis par an ciment calcaire , de Pukersdorf en Autriche , cité 
par de^Bom ; a." le grès calcaire , qui forme , d'après Sanli , 
les collines de Monte-GiOvi , et de Pîgitella, près de Piano, 
flans le Siennois ; 3.° les géodes de grès calcaires de Couson , 

Srës de Lyon ; 4'* l^ chaux carbonatée quarzifère ( millelsUin 
esAllemands) Aimii/ibvv et blanche, des environs de Mous- 
tiers en Tarentaise. (lk.) 
Chaux carbonatée secondaire. K Calcaire et Roche. 

[LN.) 

Chaux CARBONATÉE sii.iaFÈHE. K Silicicaixï;. (us.) 
Chaux carbonatée statrique. M. Brongniart nomme 
ainsi la chaux carbonatée dont la struclure est lamelleuse , 
sans apparence de couches concentriques, (ln.) 

Chaux cabbonatée sthatiforme. F. Caicaire et Roche. 

Chaux carbonatée testacée (Schat^eia , W-). Elle est 



dt, Google 



CHA ,Sj 

blanchâtre, jamâtrcï verdâtre oarougeâtre ; elle a un éclat 
nacré; sa cassure est imparfaitement lamelleuse, etprésente 
des pièces ttstacées très-minces. Elle accompagne les mine- 
rais de cDÎTre du Baonat àe Temes^var. C'est la substance 
nommée ÏAFELSPiTH. V. ce mot. (is.) 

CaADX DATHOLiTE(Brong.). V. Otaux borate sHiceuse. Cu<-) 
Chaux fluÀtée (Jluaie de chaux des chimistes , tpafhfit- 
sible , ^lath vUreux , SpaÛi-fiuor , spaût phospkari^ui , Fluss. , 
Wern., Kars.) C'est une des espèces minérales les plus inté- 
ressantes. Elle résulte de la combinaison de la chaux avec 
l'acide flaorîque , dont la présence est décelée par une expé- 
rience bien simple : il sufSt de mettre de la chaux fluatée en 
poudre dansdeTacidesulftirique;' on chauSe et on expose à la 
vapeur qui se dégage une lame de verre. La vapeur contient 
l'acide fluorique et corrode sur-le-champ la suiface du verre. 
Xa chaux 9uaté« réduite en poudre et jetée s^r un charbon 
ardent , ou sur une pelle rouge , décrépite et répand une 
lueur phosphbrique bleuâtre ou verdâtre. Nous voyons cer- 
taines variétés jouissant de cette propriété à un haut de^é , 
puisqu'elles l'acquièrent par la simple chaleur de la main , 
ou par celle qui leur est communiquée par l'eau bouillante 
(Pallas). D'autres, au contraire, ne sont point pho^ 
pboriqaes. Deux morceaux de spath-fluor frottés l'un contre 
l'autre, brillent dans l'obscurité. 

Lorsqu'on expose un fragment de chaux fluatée à la flamme 
du chalumeau , il pétille d'abord, puis donne un émail blanc 
déneige ethoursouiQé,niais qui n'estpas un verre transparent. 
C^ui-ci ne s'obtient, d'après l'expérience de M. Ac Mon* 
teiro, que lorsque le fragment a été fixé sur un filet de dîstè- 
ne. Monnet et Cronsted avant lui , avoient déjà reconnu que 
cette substance fondoit très-difficilement , et que par cette 
propriété , le nom vulgaire de spath fiisihle ne lui convenoit 
gaère. Les principes qui composent la chaux fluatée sont : 

Suivant Scheele, ch. carb., 87; acide fluor., 16; eau, 17. 

Klaprotb;ch, cari>. 67,75, et acide fluor. 3a, 25 

— — Richter; ch. carb; 65, acide fluorique. 35 
.■■' Thomson ;cb. carb. 67,34* acide fluorique. 3a,66 

Cette substance ne se présente guère qu'à l'état cristallin, 
(Jluss ipaih , W. ; Vulg. ^(KA-^^or , ) et sons les couleurs 
aussi brillantes que variées'des différentes pierres gemmes: 
on la voit revêtir tour à tour le vert velouté de l'émeraude 
et celui de l'aiguë marine , le jaune doré de la topaze , le 
pourpre violet de l'améthiste , le rose du spinelle , et te blanc 
. umpide du quarz. Aosii lui S'-t-on donné ces noms avec 



dt, Google 



.go C H A 

l'épithite de faosse ; qoelqaefaù les cotdeors sont m^lane^es 
et panachées. La chaux floatëe cristaUIsée raye ta efaaus car- 
bODaLée , quelqucCals le verre ; elle fait quelquefois aussi fea 
au briquet , mais ce cas e^ rare. Sa réfraction est simple y 
et sa pesanteur spécifique de 3,og à 3, ig. Elle se clive très- 
facilement dans le sens d'un octaèdre régulier, qu'on peut 
convertir en rhombe et en tétraèdre réguliers , suivant que 
l'on opère le clivage sur certaines faces. M. Haûy adopte 
pour la forme priuùtive des.cristaui cet octaèdre régulier , 
et pour sa molécule le tétraèdre aussi régulier. Beaucoup de 
formes cristallines semblent être déduites du cube, mais la 
théorie ici doit l'emporter Htr l'apparence. Les principales 
formes et le« plus communes sont: i "l'octaèdre régulier; c'est 
la chaax^uatrfeDfWiNiMw, Haiiy. Parfaite, elle est assez rare 
dans!anatm:e. L'on es trouve i£es cristaux limpides Ji Kongs" 
berg en Norwége ; des crislam d'un beau rose À Chamouny, 
on d'fin rose tendre k Baveno ; d'un beau vert en Cor- 
Bouailles ; d'un vert bleuâtre oa Mexique, et de pourpres en 
^orwége. a.* L'octaèdre d,t»A les angies sont tfonq»és (ouïe 
cuio-<icftièd[r«,Haiiy). 3.''Lecabe(cb.f.cu&iftt«, Hany); c'est 
la forme précédente, moins les faces primitives. C'est 
l'une des plus comoMmes : elle se présente aussi modifiée 
par des faces qui naissent sur les ar£tes ou sur les angles. 
4." Lorsque lesarêtes sont remfdacées par nne seule facette, on 
a le cuèo-âodéoaidre ; par deux arêtes égaiemeot iselioées suf 
les faces adjacentes do cube, on obtient la variété 5.° bordée; et 
lorsqu'elles ont atteint tout leur accroissement , le cristal est 
représ enté, par un cube doat chaque face est cachée par une 
pyramide À quatre Uces triangidaires, c'est &^ l'hextOéiroiàrv 
4e M. Haliy. La nature offire ^usiears heialétraèdres dififé" 
rens par l'incidence des laces. 

L'on rencontre encon des octaèdres dnrt les arêtes sont 
remplacées par des faces (_C\LS.^maigmée, HajUy), qui, si 
elles attcignoient leurs limites , ce qui krrive quelquefois, 
donnent le dodécaèdre à plans vhombes. Les angles, soit de 
l'octaèdre, soit ducube, présentent encore de nouvelles fa- 
cettes, qui donnent naissance À des cristaux bès-coupli-i 
<qaés. 

En général ,' le cube est la seule de tontes les formes tris- 
iallinesde la chaux flfiatée qui soit le pins conimiiBàBent par- 
faite. On en voit des cristaux qoi lisent apercevair dans leur 
centre un cube très-petit , blanc ou jaimâtre , eoclaré dans 
nn cube violet, celui^i danstm cube )aane , lui-même dans 
Qn cube blanc ; ce sont les divers accroissemens du cristaL 
Si l'on remarque leur surface , on voit que ces accroissemens 
tonldusà deslaniesforméesdepetitscnbes.l<aBature, dans 



dt,GoOgk' 



C H A ij( 

cette substance comine Jans beaucoup d^antres , semble oa- 
blier qa'elle ait donné parle clivage une antre Sonne primitive. 
Ad reste, on trouve aussi des cristaux de chaux flualée octaè- 
dre, surcbai^és de petites facettes, qui sont enz- mêmes 
composésd'une multitude de petits cristaux absolument sem~ 
blables , sans que l'ordre et la symétrie soient troublés. 

La grandeur des cristaux de chaux fluatée varie depuis un 
quart de ligne jusqu'à deux ou trois pouces de diamètre ; leur 
iurface est ordinairement éclatante , mais ils varient pour la 
transparenee. On en couiK^t de parfaitement opaqaes. 

La chaux fluatée existe aussi en masse laminaire , on coo- 
crétionnée, bî^airée de couleurs diverses, ^i'imitcnt des 
festons ou des bgnes parallèles , semblables 4 des tracés de 
fortifications. Dans d'antres cas, elle a l'apparence d'nne 
brèche. On fait quelquefois des taîtlesctdes petits ob)ets avec 
cette variété : elle porte chcB nos maibriers le nom d'o/id^ 
vitreux. 

Les modernes n'ont pas seuls employé le spaih-^uor dans 
les arts. De Bom estisn de s. premiers qui aient dit que c'étoil 
la matière des fameux vases munhwa, si célèbres dans l'an- 
tiquité ; et M. Rozière nous semble l'avoir prouvé , d'une 
manière 4 ne pouvoir (tre contredit, danstu Mémoire très- 
intéressant, ipti se trouve isséré dans le u." 3i3 du Journal 
des Mines, (LN.) 

La chaoi fluatée n'est pas une subsUnce rare ; oo la trouve, 
dans presque tous les pays de mines , et elle accompagne 
aortout les filons d'argent et de plomb, ceux d'étain , de 
zinc sulfuré , etc. ' 

On en voit aossi quelquefois dans 4es roches prinltives , 
soit en filons , soit «n grandes masses , qui paraissent aussi 
anciennes que les moBt^gnes mêtnestisi lus renfermeiU , ainsi 
qn'on l'observe dans le î'ilrez , «n Aiiv«rgae etdans d'autres 
contrées. Celai qu'on trouve dans ces sortes de roches est 
pour l'ordinaire en masses compactes, d'ime Jerme indéter- 
miaée ; cependant le célèbre Marc -Auguste Pictet bous ap- 

5 rend que dans lesmontagnes priHÛtires voisinesde la vallée 
e Chamouni, qu'on appelle les grandes Jonutet, il y a du 
spidh-fiuor Couleur de rose , cristallisé en octaèdres d'un 
pouce de diamètre , qui sont groi^és avec des cristaux de 
jeld-spaik, de ^uarz et de ^mih calcaire. 11 ajoute qu'on en 
trouve de semblables an mont Sùnt-Gethard, mais plus 
petits. ■ 

La Saxe, la Bohème, le Hartzr, la H<mgrie , la Bavière, 
la Suède , plusieurs parties de la France , abondent eospaiii- 
fiaor; mais aucune contrée n'en est aussi richement pourvue 
que l'An^eterre, surtout dans le Derbysliire , le Morlhiiai' 



i , Google 



igi C H A 

berUod, te Camberland, le Leîcestershire et le Comonailles. 
Bans le Derby«hire , la ciiaux (Inatëe forme de ^luissans filons 
obliques dans ane momagne calcaire compacle , coqaillier 
marin i c'est là qu'il se présente sous toutes sortes de formes 
et avec les plus heureux a ce ideps. Indépeudamment de celui 
^'en trouve en groupes de grands et maeaifiques cristaux' 
tnélés de plusieurs antres cristallisations brillantes de quarz, 
4e siMilh talcaire, de pyriUi , de gaiènes, etc., les mines de 
plomb de Gastleton en Derbyshtre fournissent des rognons 
de plus d'un pied de diamètre , où le spath-fluor , confiisément 
cristallisé et mêlé de spalk pesant, présente des zones blan- 
ches, jaunes et TioUtles, qui le font ressembler au plus bel 
albâtre oriental ; aussi Romé-Delisle lui avoit-îl donné le 
nom d'aibâire vitreux. Ces masses sphéroïdales de spatli-jîuor 
présentent fréquemment unaccident singulier : quand lapierre 
est polie , on aperçoit dans son intérieur des compartlmens 
polygones qui ressemblent à des rayons de miel : ce sont di- 
verses rangées symétriques d'alvéoles formées d'une subs- 
tance presque opaque , remplies d'une matière transparente. 
Ces rognons de sp<âh-Jluor ont pour gangue le aiuik , qui est 
une marne mêlée de beaucoup de baryte terreuse. 

L'industrie anglaise a su tirer parti d'une manière très- 
avantageuse de ces rognons àe^adt-fluor. Ilssont, pour cette 
contrée , ce que sont les agates pour les cantons voisins 
d'Oberstein-OnlestravailleàDerby, aMatloclc, à Ashfort : 
l'on en fait une immense quantité de vases et autres ome- 
mens qu'on envoie à Birmingham, où ils sont montés sur 
métaux. 

L'une Aés plus belles fabriques en ouvrages de spatfa-ftffor, 
est celle de M. John Mavre, dont les atdiers sont établis 
principalement à Derby et à Castleton. Ce savant minéralo- 
giste a publié, en i8oa, une Mîiufralogic da Derfyshire et de 
plusieurs antres provinces d'Angleterre : c'est lui qui a depuis 
peu enrichi nos coUecUons des plus intéressantes productions 
minérales de ces différentes contrées. 

Ne pourroit-on pas introduire en France cette branche 
d'industrie des babitails de Derby, pour mettre à profit nos 
spath-fluor des Vosges, d'Auvergne et du Foresi' 

Si l'Europe abonde eit spatb-ftuor, il paraît qu'il n'en est 
pas de même des autres contrées de la terre. Parmi les nom- 
breux échantillons de cette substance mentionnés par Romé- 
Deltste, pardeBom et autres naturalistes (qui avoientsoin, 
avec raison, de noter le lien de leur origine), on n'en voit 
aucun qui vienne des autres parties du monde. 

A l'égard de l'Asie boréale, dont j'ai observé les produc- 
tions, mmé raie s pendant nombre d'audées, je n'y connoit 



dt^Googlc 



C H A ,gj 

qoe deux iocalUis p& l'on trouve du spath-flaor, «t encore 
n'est-ce qu'accidentellement et en très-petite quantité. L'une 
estla mine d'ai^eat de Zméof, dans les monlâ Altaï, où. je 
ne l'ai jamais vu autrement que disséminé en petites vetnes- 
dans le horn-steîn , le spath calcaire ou le spath pesant, qui 
forment la gangue du mÎDerai. 

L'autre est une mine de plomb argentifère de la Sibérie 
orientale ou Daourie , où l'on trouve , dans une gangue ter- 
reuse, de petits morceaoi épars de spath-^duor vert, ordi- 
nairement d'une forme irrégulière, mais très-pbospfaoresceiit. 
Dans une montagne granitique du voisinage , on voit des por- 
' tions de la rocbe, où sont disséminées des parcelles de spalb- 
6nor violet, qui a ^propriété de ne pas décréplter sur les 
cliarbons ardens , et ae donner alors une belle couleur verte; 
ce qui l'a fait nommer CBUiao^ANE. 

J'ai rapporté un échantillon de cette rocbe , qui est com- 
posée de feld' spath blanc opaque, de quelques grains de 
quarz grisâtre , d'une assez grande quantité de mica argentin, 
le tout parsemé de petits fragmens de cblorophane de deux ou 
trois ligues de diamètre. Dans une partie de la roche, qat 
^toit devenue friable par la décoaqwsiiton du feld-spath, je 
lixiuvai un morceau de cblorophane pure, du pQÏds de deux 
onces, qui paroSt Être une rareté, car on n'en voit dans les 
collections qUe de très-petits fragmens ; mais , au reste , je ne 
considère cette substance que comme une très-petite variété 
Aa spath-fluor ordinaire. 

C est dans la même contrée que se trouve la montagne 
d'Odon-Tchélon , qui renferme les mines d'émeraudes de 
Sibérie , qui se trouvent quelquefois mêlées avec du spath- 
fluor , qui leur est tellement semblable à certains égards , que 
l'ai vu d'habiles minéralogistes y être trompés au premier 
coup d'oeil. 

Je ferai observer, à cette occasion, que quelques auteurs 
ont commis par mégarde une petite erreur, en supposant 
que les pierres qu'on apporte d Amérique sous le nom d'é- 
meraudes morillons ou nègres-cartes , sont des cristaux de 
spath-Quor. Jamais assurément on ne s'est avisé de mettre 
une matière aussi vile dans le commerc/; de la joaillerie. Cette 
çrreur est toute semblable à celle <^ Home -Delisle, qui 
croyoit que le phosphate de chaux cristallisé qu'on trouve 
en Espagne , étoit la chrysolite proprement dite des joail- 
iierg; erreur qui a été relevée par ceux-là même qui re- 
gardent les petits cristaux verts de spath - fluor comme des 
émeraudes morillons, tandis que celles-ci sont en effet de 
véritables émeraudes, mais de peu de valeur, par leur dé- 
faut de volume ou leurs imperfeclioiis. Il a pu sans doute 



i3. 



dt, Google 



134 C H A 

s'y trouver accMentelleEnent mélis quelques petits cristatu de 
spath-f]aor,Hiais qu'on auroîlii coupsûrrejetés. dès qu'on les 
auroît aperçus: on n'aaroit pas liesoin de tirer d'Amérique une 
matière aussi commune en Europe qne le EpatK-fluor. (pat.) 

A Madrid , on trouva , ches les pLarmacïens , des cris- 
taux verts de chaux fluatéc , mêlés avec ceux d'émeraude. 
Ils viennent par la voie de Carthagène, et probablement dv 
Quito. Ce mélange est une fraude mercantile qui n'a plus lien 
depuis que l'usage des émeraudes en médecine n'existe plus. 

L'Amérique a ofTert la chaux fluatée ; au Mexique ; i 
Middletotvn dans^le Connecticut, elle est en veines et cristalli- 
sée en cultes de dîITérentes couleurs , accompagnés de quarz , 
decbauxcarbonalée, de plomb, defer et db zinc sulfurés ; dans 
le comt^ deSussex, àFrankliB-Foraace,iFYaune pierre cal- 
caire micacée qui renferme dn graphite et de la diaux flua- 
tée pourpre. 

La chaux flnatëe a été découverte, dans ces derniers 
temps, dans les couches calcaires des terrains secondaires; 
nous en avons parlé plus haut^ l'on a même trouvé des 
corps organisés convertis en cette substance. M. le comte 
de Bournon , dans le catalogue de sa collection de miné- 
ralogie, cite une portion d'entroque , longue de deux pouces 
sur dix lignes de diamètre, qui, dans toute sa longueur, à 

f.artir de l'axe , est mi-partie convertie en chaux carbonatée 
ametleuse , et mi~partie en chaux fluatée ; la structure pro— 
pre à ce corps organisé n'en a pas été altérée ; ce morceau 
vient du Derbyshire. 

Déjà M. Morédiini avoit trouvé dans l'émail des Jeni» 
dcTéléphant, la chanx fluatée unie àlachauxphosf^atéeet à 
la gélatine. 

M. Lambotm, l'an de nos marchands de minéraox les plus 
instruits, \ découvert le premier, aux environs de Paris, la 
chaux fluatée, en cubes jaunâtres très-petits; elle se trouve 
dans une des couches calcaires qui couronnent la formation 
du calcaire coquillier marin de notre sol. Des fouilles acci- 
dentelles, faites dans Fintérieur de Paris, au Marché aux 
Chevaux, ont d'abord présenté cette substance , qu'on a de- 
puis rctrotrvëe à Neuilly-sur-Seine , à droite de la route, 
du côté de Courbevoye. La coitche qui la contient est for- 
mée d'un calcaire cristallin grenu, avec des cristaux de quar;. 
L'on n'y trouve point de corps' organisés fossiles. 

M, MoBtetro a reconnu éaaiement la chaux fluatée dans 
les matières rejetées par le Vésuve. (LN.) 

C'est le cdèbre chimiste Schéelequiadécouvertquel'acid* 
qui entre dans la composition ia spath-fluor, étoitun acide par 
ticutier, qu'on a nonné actde (fawriqtte, le s«al, combiné avoe 



,i.d=, Google 



C H A i05 

ius<tu'j>préïent,iilaiisIequel(tt)ïUt^ec&niitila propriët^cEe dis' 
ïoudre la !ilice.Depiiis,l'onaretroo»é l'acide floorÉquecombin^ 
BTcc l'alumine (ayvlilhg), dans la topaze et dans le walwçUite. 

Poor obtenir l'acide fluoriqiie, on met dans une cornue Aë 
plomb trois parties d'acide sulfuriiiûe concehtré, sur aoc 
partie de epath-fluor réduit en poudre; l'acide sulfuriqùè 
Bempare de sa base calcaire , et l'acide est dégagé ; ihaîs 
comme l'acide fluoriqne a la propriété, non -seule ment de 
dissoudi^ la silice , mais encore de la rendre volatile et de 
l'emporter avec lai, quand il est réduit à l'état de gaz, pour ' 
l'aroir par, on doit se servir de vâîsseaux de méfar; car, si 
l'on en fait la distillation dans une cornue de verre , elle est 
fortement corrodée par l'acide (luorique , qui , en passant 
dans le récipient, y dépose la teire silicée du verre, à l'ins- 
tant où il se trouve en contact avec l'eau du récipient. 

Ce phénomène avoit fait p^ser à Beigman , que c'éloit 
l'acide fluorique luî-mSme qui , par sa combinaison avec 
l'eau , se convertiftsoit en terre silicée; il ne souptjonttoit pas 
que ce Skt la terre contenue dans le verre de la cornue qui 
eût été volatilisée ; mais c'est ce qui a ét#Mémoritré par 
l'expérience de Meyer de Stettin. 

Cet ingéaieax chïmiate mit du spatbfluor et de l'acide 

- Avlfmriqiie dans plasieurs vaisseaiu d'étain , dont le couvercle 

était garni ïntérieuremeut d'une éponge mouillée. Dans quel- 

qnea'^ns il ajouta de ta terre stiicée ou des matières qui en 

contetioient , «t il n'en mit point dans les autres. 

Quelques heures après l'on visita les difTércns vases : tous 
Cens où l'ob avoit mis quelques substances quarzeuses ^ 
aroieet leur éponge couverte d'une poussière tlancbe qu'oii 
reconnut pour tïtrc de la silice : les vases où l'on n'avoit rien 
«joaté de siliceux 4 n'en offrirent pas un atome , même aii 
beat de ptusieurs jours. 

J'ai vu faire à Pétersbonrg , en 17^8 , une jolie espérSencé 
dans le même genre, par le docteur Guthrye , médecin dé 
CatHeritie II. Il mit dans un matras du spath-fluor mClé de 
Verre pulvérisé) et par-dessus une quantité suffisante d'acide 
sulfarique. Le matras étoit échaufTé par une lampe , et lé 
Çaz fliMrique ^î se dégageoit , chargé de la tnre silicée du 
Terre , MasBoit , à l'aide d'un siphon, dan* l'eau d'une cu- 
TCHte adaptée k l'appareil. Chaque bulle de gaz qui s'échap- 
frait, donneit One vésicule de matière silicée, de la gfos-i 
•eur â'nnpoii, qui nageoit stirl'eau, mais qui étoit très- friable. 

L'action corrosive du gaz fluorique sur le verre est si puis- 
facte^ qtl'mi Mnateur s'ëtant amusé à faire avcC ce gaz quel- 
ques expériences datis nn salon, bti trouva le lendemain 
toutes les glaces dépolies^ 



dt, Google 



igB C H A 

L'artiste Paymaarin a sa lirer parti de cette propriété An 
l'acide fluorique ; il l'a employé k graver sur le verre , en 
siiÎTant le même procédé dont OQ se sert pour graver sur le 
cuivre avec l'cau-forte. Mais on a ensuite perfectionné ce 
procédé : au lieu de verser l'acide sur la glace enduite de 
vernis où le dessin est tracé à la pointe , on 1 expose à faction 
de cet acide réduit à l'état de gae. A cet effet , l'on met dans 
nu vase de plomb ou d'étain du spath-fluor en poudre , on 
y verse de l'acide sulTurique , et l'on couvre bien exactement 
le vase arec la glace même qu'on veut graver; le gaz flnorîqae 
mord sur le verre plus vivement que n'eût fait l'acide liquide, 
nécessairement aflbibli par l'eau qui s'y trouve mêlée. 

L'odeur de ce gaz a quelque ressemolaoce avec celle du 
gaz acide marialique ; mais elle est beaucoiqi plos vive et 
plus suffocaute. C^at.) 

Pour terminer l'histoire delachaax Ouatée, il nous reste àpar- 
lerdesvarîétés terreuse, compacte, aluminifëre et fluo-arsenia-, 
tée. La chauilluatée terreuse {fiussenU)rtssemhle à uneràsfria- 
ble; ses couleurssont le violet lie devin, avec des bandes blan- 
chàtres'ou feripgineuses. Elle se trouve en Angleterre. On en 
trouve une variété pulvérulente à Kongsberg en Norwége. 

La chaux fiuaiée compacte se distingue des précédentes, en 
ce qu'elle est parfaitement compacte , sans trace de cristal— 
lIsatioD ; elle a l'apparence de la cire. Ses couleurs sont le 
blanc, le gris, le brun, le violet et le verdâtre; ordinairemenf 
toutes ces couleurs sont mélangées. On en. trouve en Angle- 
terre, au Hartz ( Stollbei^ ), en Suède C^^(>) ^^ '° Sibérie. 
M. John a trouvé dans une variété qui existe à Ratoska: 
chaux, ao; acide tluorique, 49io5 ; fer, 3,7S; eau, io;suUate 
de chaax, a.. 

La diaux fiuaUe aliam'nîfèn n'a été trouvée, jusqa'i pré- 
sent, qu'auprès de Buiton en Angleterre; elle est en petiia 
cubes isolés , gris, opaques. C'est une chaux Ouatée souillée 
d'ai^ile. (LU.) 

Chaux fiuo ■ aneniaUe. Ce minéral, qui n'est connu que. 
'depub peu de temps , a été découvert à Fimbo, près Fah- 
lun en Suède , par M. Berzelius. 

Ilestenmasse, à tissu laminaire peu apparent, d'une cou- 
leur grise claire , tirant sur le gris de lin , et quelquefois 
rougeâtre. Sa pesanteur spécifique et sa dureté sont à peu 
près celles de la chaux (luatée ordinaire , dont il est solEsam- 
ment distingué, d'ailleurs, par l'odeur d'ail, qui caractérise 
toujours la présence de l'arsenic. 

Le Cabinet d'Histoire naturelle de Paris en possède tm 
morceau , dont il est redevable au savant chimiste suédois. 
U faisoit partie d'une suite isléressantii dl subsUnces rares 



dt, Google 



C H A ,57 

du taèiae pays, adressées par lai an Mosémm, rannée 
dernière, (nie.) 

Chadx FLUOREE. F. Ghavx nvK'iÈE. (ltt.) 

CHAUX NATIVE. WaHerius rapporte que l'on a retiré 
delarfiduxyûvclelainer, an moyen delà sonde, sur les c^es 
de Maroc ; et Monnet assnre en avoir rencontré dans les vol- 
cans de la Hante -Auvergne. Enfin Kinvan , dans sa minéra- 
logie , décrit sous ce nom de chaux ftalîee, une pierre molle , 
de couleur grise, qiù a été trouvée près des eaux de Bath , 
en Angleterre, Elle est, dit-il, en partie soluble dans l'eau, 
à laquelle e)le conimunique le eoftt de chaux , et fait en m£me 
temps effervescence avec tes acides ; ce qu'il aUrilme i un mé- 
lange de chaux carbooatée. Il ajoute qu'elle se durcit À l'air, 
en attirant une suffisante quantité d'acide carbonique. Voyer 
■es Ëlémensde Minéralogie , t. i, p. -jl^. Cependant, maigre 
ces diverses autorités ^les minéralogistes s'accordent à regar- 
der comme très-douteuse l'existence de la chaax à i'élat 
caustique ; maïs ne se pourroit-il pas qu'elle existât dans quel- 
ques lieux particuliers , À l'état d'hydrate P (luc.) 

CHAUX NITRATÉE.NlTEATE CALCAIRE; Chauxnilrée, 
de Bom. Ce sel terreux est en aiguilles déliées , ou en efFlo- 
rescence à la surface des vieux murs et sur les parois des caves , 
desétables,etc. , où il se forme joumeltemeni. La lessive des 
plâtras en fournit une grande quantité; on le trouve aussi dans 
qoelques eaux minérales. 

Sa saveur est amère et désagréable. Il est déliquescent et se 
liquéfie sur Le charbon , en détonant lentement à mesure qu'il 
se dessèche. Calciné etporté ensuite dans un lieu obscur, il 
répand une lueur pbospnoTÎque. 

Xa chaux nitratée n'existe qu'en très-peiî te quantité dans la 
nature où elle accompagne ordinairement la potasse nitratéc. 

Celle qu'on extrait parla lixîviation des décombres des vieux 
édifices ^oude la terre des caves, fournit l'acide nitrique à la 
potasse de la lessive des cendres , et sert ainsi à la fabrication 
du salpêtre ou nitrate de potasse. Voyez Potasse nitratée. 

(LUC), 

CHAUX PHOSPHATÉE, Phosphate CALCAIRE des chL- 
Diistes ; Chaux phosphores , de Bom. Combinaison de l'a- 
cide phosphorique avec la chaos ou oxyde de calcium , dont 
IVI.KIaproth a, lepremier, reconnol' existence dans un minéral 
anciennement naaaaé Apatiu (F. ce mot). Cette découverte 
date de ij^SS; on ne sonpçonnoit pas alors que te phosphore 
put appartenir aussi au règne minéral. MM. Proust et Vau- 
<|ueliD, ont fait voir depuis, que celte même combinaison avoit 
keu dans one substance terreuse de rEstramadore , q,ue M* 

- ■ .,,1-, Google 



jgS C H A 

Werner pomme auymrà'hm phû^hontt , et dans le Spargel- 

stein du même auteur. 

La théorie de la structure de> cristaux avoit devancé lacite- 
nient la découverte qui réuaisaoit le Sporg^s/tht à VApoiiie^ 
eaioSme temps qu'eUe le séparoîtd^péridot; M. Haijyayant 
trouvé que la forme primitive des deux substances éloit lit 
fnêine , seulement il avoit uégligé de comparer ses résnltati. 
{V. son Traité de Minéralogie , t. 3 , p. 3^3 et suirantes.) 

La chaux phosphatée est soluble très-lentement ^ et sans 
eCfervescence dans les acides nitrique et snlfiirique ; en quoi 
^lle diQîère de la chaux carbonaiée, indépendaminent de sa 
division mécanique qui a lieu parallèlement aux pans et aux 
))ases d'un prisme hexaèdre régulier. 

Sa pesanteur spécifique est de 3,og8a à 3, a. Elle est plus 
dure que la chaux (lualée, mais u'éiincelle pas sous le bri- 
quet: certaines variétés rayent légèrement le verre. Sa réfrac- 
tion est simple. 

Elle est lofusible au chalumeau. La poussière des crîslau^ 
terminés par au plan perpendiculaire <i l'axe, et celle des 
masses infonnes et terreuses, projetée sur un charbon ardent 
ou sur une plaque de fer rouge , donne ime phosphorescence 
d'un beau vert-jaunâtre. (^Haiiy.') 

La couleur des cristaux el des masses de çbauz phospha- 
tée varie beaucoup ; il y en a de limpides , de violets, et de 
yerdâtres ; de jaunes verdâtres , de bleus , de bleus verdâtre» 
et de bruns : les variétés terreuses sont cominun<Unent opa- 
lines et d'un blanc jaunâtre. 

Cent parties de chaux phosphatée cristallisée de Bohème, 
dhtJpaiile, contiennent, d'après l'analyse de Klaprolh: 
chaux, 5S ; acide phosphorique , 4^. 

Ce résultat est presque le même queceluiqïi'aohtenuM- Vau- 

Îaelïn, en analysant des cristaux pyramides jaunes d'Espagne. 
Is lui ont donné : chaux, 54,38 ; acide phosphorique , i5,ja. 
La variété terreuse de l'Estramadure renferme 5^ de 
cbaox, et 35 d'acide phosphorique, aveca,5d acide fluonqae, 
3 de silice et un-peu de fer. 

Variélés de formes. — Le nombre des variétés de formés 
déicrminables de cette substance , décrite» par M. HaUy , est 
actuellement de dix : une partie d'entre elfes sont terminées 
en pointe, et plus ordinairement allongées ; les autres n'on| 
pas de pyramides; les premiers appartiennent an Gemeiiitr 
àpalà de Werner , et les seconds i son Spai^sUin. Ce nom, 
qui signifie pîerrt d'asperge, est tiré de la ressemblance que la 
couleur des cristaux observésd'abord, avaitoffert avec celle do 
l 'asperge. On en a trouvé depuis qui offrent les mêmes Tariélég 
déformes, etqui sont d'une couleur orangéej et d'autres dui^ 



C H A ,35 

bien vertlltrc, pins on moins foncé , et d'Un brun DOÏr^lrc , 
qui ont été nommés Moroxit, par M. Benss. 

• Cristaux non-pyramidés. — APATITE, 
I. Chaux phosphatée primiliçe , en prismes hexaèdres réga- 
liere , très-courts : Cette variété est fort rare. 

a. Ch. p. péii^décaidrt ; Ai variété précéilente , dans la- 
quelle les arêtes du prisme sont remplacées par des facettes. 

3. Ch. p. lamultùrt; la variété primitive dont les arêtes , aa 
contour de chaque base , sont converties en facettes qui for- 
ment comme an anneau antonr d'elle. . 

4. Ch. p. énarfiitée ; prisme à douse psns , dont les - arêtes 
des bas«a sont tronquées. 

5. Ch. p. wuiMtaire ; la vàtrété aanslaire , augmentée k 
chaque sommet de six facette^ qui naissent sor les angles so- 
lides de la forme primitive. 

Ces différeBtes variétés se irfHivrat en Saxe, en Bohème 
et CD Angleterre , dans les filons d'étain ; leur couleur est 
communément le hlanc verdâtre , le violet ou le bleuâtre. 
ËUes sont décrites et figurées dans le traité de M. Haiiy. 

6L Ch. p. progressif; modification déforme de l'unibinaire, 
dans laquelle le eonlour de chaque base offre trois facettes 
au lieu d'une , comme dans cette dernière. 

7. Cb. p. tkntUtmie; la préeédeirte modifiée par des facéties 
trapézo'ùlales siltuées an-dessons des' faces qui interceptent 
les angles solides du prisme hexaèdre. 

La pfeaûère de ces dctn aenvelles variétés a été décrite et 
figurée par M. Haiiy, dans le douzième volome du Journal 
des Mines, et la seconde dans son Tableau comparatif. Elles 
ont été décoorertes par M. Camper Bis , an Saint-Gotbard , 
où elles sont associées à d'antres crittanx de feldspath nacré , 
et au HÙca , sur un feldspath compacte on mélangé de talc 
fibloiite. 

& Ch. p^ ivM-^sntuiaHfl,' prism« i» sm pans , terminé par 
des basiïs bordées de deux raonfes de facettes. 

Cette nouvelle variété que iVI. HaUy a fait voir dans son 
cours de nùriéraJogie de cette année , vient de Sungangar- 
sok , dans Le (vroënland ', elle rst engagée dans <ao mica schis- 
ftû'de nsir vfirdâlre. 

Le même savant possède d'autres cristaux de cfaanx phos- 
phatée , d'Hhe eemleur brune , disséminés dans la pyrite ma- 
gnétiaue , et ^î lui ont été envoyés de New-Torck : ils res- 
semblent beaucoup , au premier aspeet , à certains grenats. 
** Crhtaux pyramide; Spargelsteiit de AVerner. 

9. Ch. p. pymmidée; en prismes hexaèdres allongés, ter- 
minés par des pyramides à six faces. 



,i.d=, Google 



10. Ch. p. êodèr.aiâre ; la variété précédente , dans laquelle 
le prisme a douze pans au lieu de six. 

Ces deux variétés omét^obserrées d'abord SOT des cristaus 
d'un Janne vcrdâtre , quelquefois transparens , qui se trou- 
vent à Jumllla , près du Cap de Gates en Espagne , dans 
une gangue argileuse , d'un blanc rongeâtre , criblée de pores 
et qui renferme en même temps des lames de fer oligiste ; ce 
qui a fait penser k quelques naturalistes qu'elle étoit d'ori- 
f^ne volcanique. Komé-Delisle et de Bom les ont décrites 
sous le nom de ckiysoUthes, en les rapprochant du péri dot 
dont la composition est trés^iffé rente , comme l'ont fait voir 
les analyses de Klaproth'el de Yauqnelin. On les a retrou- 
vées depuis en Norwéee, dans les mines de fer d'Arendal, en 
crisUux d'un bleu ^omore , on nuancé de verdâtre , et brans. 
{MorocdlAe Benss). 

*** Variétés ùtâèiermiiuihles. 

11. Ch. p. ly^ndrmde (agusl^. F. ce mot); en prismes can- 
nelés d'un bleuâtre clair, engagés dani un feldspath com- 
pacte rougeâUe de Saxe. 

13, Cb. p. lamiaairt; en masses il tissa lamelleux très-ap- 
parent , d'un vert sale et nuancé de rougeâtre ; de Norwége. 

i3. Ch. p. ;7«i«H!am«A^K, -bleue claire, verdâtre, vert noi- 
râtre et rougeâtre : du même pays. 

1^. Ch. p. concrétîo/mée-Jiireuse; composée de couches con- 
centriques, mamelonnées et à tissu fibreux, d'un blanc mat, 
nuancé de jaunâtre , quelquefois dendritique. 

i5. Ch. p. jTUtsswe-temuse ; en couches d'épaisseur variable , 
blanchâtres ou jaunâtres ; de Logrosan , en Espagne , comme 
la précédente. 

On trouve cette pierre , dit M. Pronst, non par veines, 
mais formant des collines entières , aux environs de Logro- 
san , dans la juridiction de TroxiUo , province d'Estrama- 
dure. Elle est disposée par couches, entrecoupées déveines 
«le quarz , et qui ressemblent beaucoup à certaines pierres 
calcaires à gram fin. ( J. de Ph. de 1780.) Elle est employée 
pour bâtir. 

16. Ch. p. pulvéndtnte , blanche ; mélange de finate et de 

Shosphate calcaire qui a été décrit tantôt comme une chaux 
uatée pulvérulente , et tantôt réuni à cette espèce. Elle est 
de Marmaros«Ji en Hongrie. 

I^a cbaux phosphatée se rencontre également dam les ter- 
rains d'ancienne formation , et dans ceux qui leur sont posté- 
rieurs. Ses cristaux tapissent des cavités qui existent dans le 
granité , comme aux environs de Nantes et en Amérique ; 
dans les veines d'étain de la Bohême , de la Saxe et de l'An- 
gtetenre , ils accompagnent le quarz, la chaux Uuatée et la to- 



dt, Google 



C H A 301 

paze. On en trouve de disséminée dans le qaarz , au Sîmplon 
et dans les environs de Limoges , et avecla tourmaline et le 
mica dans les Pyrénées; mais nulle part en si grande abon- 
dance qu'en Espagne , où la variété^erreuse forme de grandes 
masses ( V. plus haut. ). Cette substance existe encore sous 
la forme d'aiguilles pyramidées , blanchâtres , dans des mas- 
ses de pyroiène granulaire et de mica , sus environs d'Al-~ 
bano , dans la campagne de Kome , suivant M. Gismondii 
11 en vient de Zillertbal en Tyrol , qui est en petites masses 
d'un beau jaune verdâtre clair, engagées dans un talc. Enfin, 
ce dernier pays en a fourni récemment une variété concré- 
tîonnée compacte , d'un blanc mai. 

La collection de M. de Drée renferme une belle Siùled'é-: 
chantillons de ce minéral. 

Chavs phosphatée quarzifère. Cette sâus-^spèce de 
cbaux carbonatée se trouve à Schlackenwald en Bohême, où 
elle fait partie de la gangue des mines d'étain. 

Elle est en masses poreuses et comme cariées , ou com- 
posées de lames entrelacées. Sa cassure est grenue , terne ou 
foiblement brillante, et sa dureté assez grande. Elle étincelle 
parle choc du briquet, et donne une lumière phosphorique 
trés-briltante et d'un jaune doré , jiar l'injectioii de sa pous- - 
sière sur des charbons ardena. Sa couleur est le gris sale 
nuancé de riolel- 

Nous sommes redevables de la connoissance de la chaui 
phosphatée quarzifère à M. Tondî. (loc.) 

Chaux phospborée. V. Cbaox phosphatée, (m.) 

CHAUX SULFATÉE, HaUy, Brong. (^Ch.kyAv-sulfiO^, 
Bourn.; gyps, AYerner, vidgairement sulfate de chaux, sélinite, 
gypse, pttrre à plaire. ). C'est la combinaison de la chaux avec 
l'acide sulfiiriqne , et l'espèce de ce genre la plus abondante 
après la chaus carbonatée. Elle s'en distingue facilement k 
l'aide des caractères suivans. Elle se trouve cristallisée , ne 
fait point effervescence avec les acides. Elle est tendre au 
point de se laisser rayer par l'ongle. Sa pesanteur spécifique 
est de 3,3i , au plus. Au feu, elle décrépite, s'exfolie, blan- 
chit et devient friable. Au chalumeau , elle fond en un émail 
Liane, lorsque la flamme est dirigée sur le tranchant des 
lames. L'émail n'est pas de la chaux vive; il tombe en pous- 
sière en peu de tempç. La chaux sulfatée cristallisée a pour 
forme primitive un prisme droit , dont les bases sont des pa- 
rallélogrammes obliqqaiigles de i iB^S' et GG^Sa'; les longueurs 
du petit câté de ta b^e , du grand cdté et de la hauteur, sont 
■ dans les rapports dé la , i3 et i4, M. Hafiy a observé en 
outre dans des variétés laminaires, des joints dans le sens 
des diagonales des bases j ou qui formoient avec tes grandes 



dt, Google 



20» G H A 

faces Aa prisme,' des angles k peaprts droits k l'ceil. La 
cham sulutée a la réfraction double ; ce goi se recoimoît en 
observant an petit objet k travers une facette artificielle bitc 
sor l'un des angles solides obtus, et la base opposée. 

Cette sobstance est goluble dans cinq cents fois sou ptrids 
d'eau. Elle est camposëe , suivant Bergman, de cbatrc, 5i,at 
d'acidesulfurîqHe,4o,8;etd'eau, a3.Fourcroyatroavé:cbam, 
33; acide, 46, eteau, aa. MM.Berthier,WardenelBucholz, 
ont obtenu tes mËmes résultais. 

I. Chaux sulfatas cristallisée ( SpaAïffer gyps , K. — 
Gt, suif, aâéjûit, Brong.). On lui donne volgurement le nom . 
de séléoile , ou bien parce que ses lames ont l'éclat argentin 
de la loue , aéHat ensrec, ou bien de ce que l'on peignoit 
dessus des images de Ta lune. Elle se divise très-facilement 
cm lames qui ont une certaine flexibilité produite par leurs 
TOoléjcales, qui, ne se séparant pas sor le roéme plan , res- 
tent après la fracture engagées l'ane dans l'autre. La pièc« 
ne peatsouteBtrune seconde épreuve sans se briser. Les for- 
mes de la chaux sulfatée sont peu nombreuses, et souvent 
lenr& faces s«nt curvilignes. Les plus remarquables sont t 
s." la trapiuttmê. C'est un prisme it six pans, à sommets ^ 
deux faces trapézoïdales, réunies en biseau oblique , on bien 
la table rboipboïdale av«c les bords biselés. Cette forme 
prend différens aspects, suivant que les faces du prisme se 
sontplusdéveloppées dans un sens que dansI'aMre. a." L'equf- 
«aUnie. La forme précédente avec un sommet à trois faces, 
3.° \jHénUmpt. Le& précédentes , doDtnQe,moîtié étant sensée 
avoir tourné sur l'autre', a produit un cristal dont un bout 
offre un angle rentrant , et l'antre un sommet pyramidal, 
{.■ La Pmtndtoudlc. La précédente, dont le prisme est défignrë 
par dt:s stries , et les sommets oblitérés ou convexes. &." La 
MixitUgne. Les fomtes i et a présentant i la fois cl des faces 
planes et des faces curvilignes- 6.° La L^ikulaire; en forme de 
lentilles, qui ont depuis une ligne piaqu'à un ^d et plus de 
diamètre. Les cristaux de cette forme sont rarement soli- 
taires; ils sont ordinairement groupés. La réunion de ^us 
présente , dans la coupe , la iorne d'un fer de (Wcbe ; c'est 
ce qui les a fait ;^pel«r ^ Moatmartre , 011 ils sont très- 
obon^aus, gypse tafadtfiirhe, onde lance; et comme ils se 
, divisent aisément en Lame transparente , on ks a sppetée mi- 
roir d'âmt, en Tbonneur d< ces animaux nui font le serriee 
des moulins qui couronnent cette cottiBe. On appelle gfpseen 
crée de (Of Les croupes formés de pluûeurs de ces lentilles , 
et qui sont or^nairement spbériques. 

rions ^stinguerOBS encore, 1." la chaux sulfatée laminaire. 
C'est ce^e qui est e^ wawes lamelleuses ou en crawles L«Die» 



dt, Google 



C H A ,„3 

transparentes oa nacrées ; a." la ch. sulf.fihmae ou njretue 
(gypse soyeux); elle a la texlure fibreiue , et l'écUt de )a soie 
Qu du aatin; 3,° la ch. su^. itaneuse; ell« est en petits ramexmt 
contonroés, qui imitent de petites chicorées ou des vrilles 4c 
ulantes ; on la trouve à Matinckbatht dans le Derbyshlre; aq 
Hartz, en Hongrie; ^."luck. suif. /compacte; elle «st en ma ma 
csmpacle ou grenue , qui imite le marbre blatte i S.° la ch. 
suif, nivifarme, formée d« très-petites lanaelles d'un blanc 
de neige , lâchement noies ; elle se trouve dans les banca d« 
Alontmartre , adhérente au^ cristaux de cbaux sulfatée lenti-^ 
culaire ; 6-" la terreuse ; elle ressemble À de la craie , cttarite 
les doigts comme elle ; on la trquve à Zella et Oefùtz , es 
Saxe; elle sert à amender la terre; 7.'')a ch. stlf. ennac»»; eU« 
ressemble à un sablon fin et gris ; cbacun de ses grains est us 
petit cristal. On t'observe dans les cflUines qui sent près des 
salines de Roquetas , eq ARdalouste. Nous l'avom vue dan» 
la collection de IVI. Lucas. 

On Domm«>encare chai^ nUfiOét coacrtiionaée, des concré- 
tions et des dépôts de cette sukstaBce , qui se forment dani 
les carrières et les bancs de gypse. Ce sont des espèces d'al-^ 
bâtres , mais qui n'ont pgiot le brillant des couleurs et la 
dureté des albâtres calcaires. 

La chaux sulfatée est ordinairement blanche ou grise. Il y 
en a de limpide, de blanche opaque, de gris-noirâtre^ de 
jaunâtre et de jaune d'or. On en trouve de violette àLagny; 
de jaune cbrysolitbe dans le Derbyshire; et de blend'azor Ji 
Sakhofeo , pays des Deux-Pont£ ; de vert d'émeraude , ca 
Egypte ; de rouge , à Torda , en Hongrie , en Espagne ; de 
rose, à Eisleben , en Thurioge. 

H. Chaux sulfatée caicarifÈbe {pitrrt àplàiM, mse"). 
'£lle est en masse , à grains grossiers jaunâtres ou d'un blanc 
sale. Elle fait un peu effervescence avec l'acide sulfuriquc, 
parce qu'elle contient une petite quantité de chaux carbona-- 
tée ; elle est surtout reconnoissable à l'odeor Ëé^de qu'elle 
exhale quand on la frotte. Elle constitue une formation par- 
ticulière. On la trouve aux environs de Paris , d'Aii en Pro- 
yenee , de Strasbourg P en Aragon , aux environs de Madnd , 
iCatalgirone en Sicile, et dans lesdéserts de l'Egypte. 

La chaux sulfatée en masse , en gypse , est trèa-abandaBt« 
Jana la nature. Elle paraît £ire, en général , de fumatioD 
modemft quoiqu'on puisse en distinguer de /MÛuAW,de*>Bs»r 
tion ou sfvndatréi, et de krtiami. Des circoinstancesiiidépeodaiiT 
tes denotFevtKlouté,nousforcentànedonnerqu'unaperçude9 
gissemeis de la chaux sulfatée. V- Rochesgyfsevses, Gipsk. 

i." Le gypse pn'miiifrtcoarwe les dernières formations des 
terrahia priaùtiis (\es Alpes) ; 2." celui de iransititm est adossé 



dt, Google 



,o4 C H A 

aux montagnes primitives, on reposant sur des bancs cal- 
caires on reconverts de couches calcaires , et souvent dans 
des rocs salifères', it forme des couches irrégulières contour- 
nies ; son grain est moins fin que celui dugypse primitif; l'un 
et l'autre n ont jamais ofTert de débris de corps oi^anisés fos- 
siles , et leur conteitnre a l'apparence du sucre ; 3.» le gypse 
tertiaire ( celui des environs de Paris , par exemple ) ou gypse 
cakarifire^i forme des bulles, ou suite de monticules, loin des 
montagnes primitives. Il est en bancs épais , alternes , arec 
des lits d'argile ou de marne, et des calcaires, qui renferment 
devfossiles; le (^se tui-mëmeen renferme quiont appartenu 
à des animaux inconnus. V. Paieothenum, Anoplolhtrium, etc. 
Ce gypse est fétide. Ses grands bancs sont divisés en prismes 
comme le basalte : c'est ce qu'on nomme, à Montmartre, les 
Havts-PHiert. M. De'smarest en a donné une excellente des- 
cription. Çy. aussi l'ouvrage de MM. Cuviér et Brongniart, 
flur les environs de Paris.) 

X.es cristaux de gypse se trouvent noQ-senlenent dans les 
couches gypseuses et les couches argileuses qui les accom- 
p agnent , mais dans les filons métalliques , tels qu'à Guana- 
xuato , au Mexique, auHartz, en Suède, dans presque tous 
les lieux où l'on trouve du soufre, et dans les volcans; à Li- 
pari , il forme des incrustations qui recouvrent les laves. 

L'on trouve les plus belles cristallisations de chaux sulfatée 
dans les mines de soufre de la Sicile et de la Sibérie ; dans 
les salines de Bex et de Wielîcksa; en Aragon; à Oxford, 
en Angleterre; à Beziers, en Languedoc; àCarpentras, et 
près de Genève , on trouve de beaux gypses soyeux. Le pays 
de Gotha en Allemagne, et les filons d'arçent de Guanaïuato 
an Mexique , offrent des cristaux exlrf mement volumineux et 
limpides. Les marnes ou argiles qui alternent avec les cou- 
ches et les bancs de gypse de deuxième et troisième forma- 
tions , en renferment ordinal rementh^aucoup, et les collines 
gypseuses des environs de Paris en son^un exemple frap- 
pant. Les variétés compactes sont communes dans les Alpes, 
 Lunébourg , en Saxe , en Bourgogne , etcr--. 

Les nsages du gypse ne sont pas très-variés ; hiais il en est 
un qui l'emporte surtout, et qui rend cette substance très- 
précieuse : c'est de donner par la calcinatîon le plâtre dont 
tout le monde connoît l'emploi comme ciment. Il entre dans 
la composition des stucs, et sert à amender les terres hu- 
mides. Le meilleur plâtre est celui qui contient une petite 
Quantité de calcaire ; c'est ce qui fait la bonté de cefni d« 
lontmartre.' (V. Pierre à plaire.) Dans les pays où la chaux 
sulfatée calcarifère est abondante , on s'en sert de pierre k 
bâtir i tel «st à Montmartre , CatalgîroDc, ea Sif lie, Arra-; 



,i.d=, Google 



C H A ,„5 

gon 1 etc. Les rari^Ws compactes on lamellaires en masse , 
sont nommées albétrea gfpseux; on en fait des tables et îles 
vases , ou de petits objets qui demandent un soin particulier 
pour être conservés , ces albâtres étant fort tendres , et se 
ternissant à l'air. Celui de Volterra, en Toscane , est le plus 
employé ; il a une translucidité remarquable , semblabk à 
celle de la cire blanche, (f. Phemcites.) C'est avec les cris- 
jtaux de gypse calciné qu'on obtient le meilleur plâtre pour 
mouler et pour avirer les métaux ternis, etc. (LI>.) 

ChADX SULFATÉE ANCIENNE. V. C BAUX SULFATÉE , GyPSE. 

Chaux sulfatée calcabifèoe. V. Chaux sulfure, 
GïPSE et Boche, (lu.) ' 

CHAUX SULFATÉE EPIGÈNE, HaUy. C'est delà 
chanx anhydro-solfatée, qui, par son exposition à l'air, a pris 
de l'eao. Elle a néanmoins conserré la structure cristalUne 
de la diauz anhydro-suUatée , car elle se divise assez souvent 
eu parallélipipèdes rectangles. Elle est d'un blanc opaque y 
ayant la coutexture presque feuilletée (suifa»uJWr«, Hady.), 
on compacte et grenae : elle est plus tendre que la chaux 
anhydro-sulfatée , et donne du plâtre par la calciuation. La 
chaux sulfatée épigène se trouve dans les filons de plomb de 
Fesey , avec la chaux anhydro-sulfatée. M. Haiiy cite un 
morceau qu'il possède , dont une partie est à l'état de chaux 
anhydro-sulfatée lamellaire , d'un écbt nacré , encore in- 
tacte , tandis que l'autre partie a passé à l'état de chaux sul^ 
fatée épigène par l'intermède de l'eau qui s'est introduite 
dans son intérieur. Eo méuie temps , la substance a perdu 
de sa dureté, et son tissu est devenu plus lâche. Suivant l'ob- 
servation de M. Hassenfratz , dans certaines galeries d« 
Pesey , qui ont été percées dans la chaux anhydro-sulfatée , 
la partie extérieure, pénétrée par l'humidité, a subianren~ 
flement considérable. 

M. Haiiy place cette variété comme appendice à la suite 
de Ja chaux anhydro-sulfatée- (LK.) 

Chaux sulfatine. V. Chaux anhydro-sulfatée. (lh.) 

CHAYAMT. Kom vulgaire du Chat-huant aux environs 
de Niort, (v.) 

CHÀ VARIA, Opùlolophus, Vielll.; Pbmi , La^. Genre 
de l'ordre' des oiseaux Èchassiers , et de la famille des Un- 
CtaoSTAES. F. ces mots. Caractères : bec msias long que la 
tête , garni à la base de plumes très-courtes , conico-con- 
vexe^ mandibule supérieure un peu voûtée , plus longue que 
l'inférieure, courbée à la pointe ; narines glabres , ouvertes; 
ùavmfiai tarses robustes , épais; quatre doigts, trois devant 
allongés , les extérieurs unis k la base par une membrane * 
ponanti terre sur le bout ; ongles pointus , carénés, canalî- 

- .,,!:, Google 



,a6 C H A 

cnléf CD âeitOMi l'iiiiemiédtaire presque dmit ; leslatértoz 
on peu crochus ; le postéricar droit ; aÙes trè8-loiigu«s , gar- 
nies de deiu ^perans , robustes , tiii pea courbés en haut et 
pointus i tes troisième , quatrféitae et cinquième rémiges leï 
phu loà^es de toutes ; q^eue ^tagée k quatorze rectnCeS' 
Ce genre n'est établi que 4'après lu description de II aeate 
espèce qui le fompôsË; car j«ne l'ai jamais yh, et iln'ekisltf 
dans aucune «oUeclion, qae je sache. 

Le ChavaIiia trioÈLE, OpahlofitafideHs, Vieill. ; Pérra eha- 
muâ), Lath. Dans ks contrées saur âges et à peine habitées 
de l'Aiftérique méridionale , plusieurs espèces d'animaux se 
fbtlt remarquer par des qtUlïtéâ Aimables et précieuse!. La 
tranquillité qui règne dans ces «astes solitudes , înllue sur 1« 
naturel paisible des animaux que la nature n'a pas condam^ 
aé« à dét-ore* des chair? palpilantes ou des catiavfes iofecls; 
et i étandier leur'soif dans le sauf; ; mais cette douceur de 
éaractère prend un noureau degré d'intérêt lorsqu'elle s'allîe 
à l'iDStinct social , à l'intelligence , et , ce qui est d un pri* 

Elus relevé, parce qu'il est plosrare > à rattachement et à 
I recoïmoissance enrets ceux dont Os reçoit des bîetifk^. 
Telestle chavaria , <fii , dans l'état de liberté , fréqoenie , 
jnais ne trouble point par ses rapines , ni pat- de sanglaU» 
combats, les savanes noyées des climats chauds de VAmé-- 
rique , et particulièrement lé pays de Carthagène , près des 
bords du fleuve Sinu. Familiarisé avec l'homme , et iitvestî ,■ 
peur ainsi dire^ de su confiance , il devient un domestique 
fidèle > actif et intelligent, un gardien vigilant et incomipti' 
ble. Kourridans les basses-cours, il est l'ami et le proiec- 
tetir de la volaille ; il demeure constamment au milieu d'elle, 
l^suit duos ses conrses journalières , l'empêche de s'égarer^ 
et lu ramène soigneusement k l'entrée delà naît. Aucun des 
oiseaux de proie , si communs dans des pays encore sau- 
vages, ne peut approcher du petit troupeau que le chavaria 
d^èflt chaîné de défeodte. Si un de ces brigands, attiré paf 
l'abondance de- ta proie , parott k portée de la basse^oor t 
le vigilant gardien s'élance vers lui, déploie de longues et 
de fortes aâes, porte à son ennemi les coupsles plus rudes, 
et le met bientôt en fuite. Son dévouement est enUer , il est 
pur ; nulle vue intéressée be le souille. Quand le philosophe 
ne sera-t-il plus forcé de renvoyer les hommes k l'exemple 
dés animaux , pour y puiser des préceptes de Vertus sociales, 
sat» lesquelles notts ne pouvons espérer d'être henrem? 

Le ch&vària n'est pas plus. gros qu'Un coq commun ; il est 
haut monté sur se» Jambes , ce qui lu! donne la facilité de 
s'avancer dans les marais et-de les traverser. La Uature-ltt en! 
effet destÎD<é à Vivre dans les lieux aquatiques , en le coAH-anl 
d'une robe épaisse , d'un duvet tellement serré ) qu'en j apt 



C H A ,„, 

payant U main , il rend un btiiît ou nn craquement asseï 
fort. A terre , la démat^che do diavaria «st lotn-de ; et s'il 
reut la presser , U étend Ms ailes et se soutient par ane sorte 
de demi-roi. 

Cet oiseau est racore rvmarmiable par la longueur de son 
cou, la brièteté de sa qtie»e, la grossenr Se sa jamte , la 
longueur etceuire de âe« doigts , la membrane rooge qui oc- 
cupe une partie des cAtés de sa tfte , une fauppe composée 
de douze plumes longues de trois pouces au bas de l'occiput ; 
le duret court et serré , dont son cou est revêtu ; enfin , par 
deux longs éperoAï, fort solidement îmglantés au pli de 
chaque aile. Son plumage est sombre et presque uniforme ; 
il est généralement d'un noir nuancé de gris, à l'exception 
du cou , qoi est d'rni noir pur , et de la huppé noirSire ; l'iris 
de l'ceil est brun ; et ses pieds, de ntëoïe que lej doigts, sont 
d'un jaune rougeitre. 

La description que 'Sonhini a faite d'na oiseau aussi inlé^ 
ressant, est ttrée dn Voyage de Jarquin ; mais nous deroos 
d'autres détails k M. de Azara , qui a observé le c^araria au 
, Paraguay , où le mâle porte le nom de fhaja , el la femelle 
celui de cht^, d'après leur cri , lequel est très-fort , aïga 
el clair; ils le jettent assez soureDt, non-seulement pendant 
le jour, mais encore dhns la nuit, payar peu qu'ils emendent 
quelque bruïL; et ils Se répondent akemalivcmem. Ces oi- 
seaux se lienUent tantât seuls , tantdt par paires, taatftt ca 
troupes nombreuses; ils ne fréquentent que Les marécage», 
et si quelquefois on les rencontre sur le bord des rivières ^ 
c'est dans les endroits où l'eau est basse et peu caurante ; ils 
ne nagent point, maïs ila entrent dans l'eau c«mme les hé-' 
ronS ,.non pas pour manger les poissons, les greaduitles et 
autres aquatiques, car ils ne se noarrissent que de plantes 
quatiques. Le chaja se perche à U cime des plus grands 
arbres ; à terre sa démarche est grave ; il tient le corps hwi- 
zontal , les jambes fort ouvertes , la tète et le cou en ligne 
verticale , le bec un peu baissé. Il s'élève quelquefois àa/aa, 
tes airs, en faisant de longs circuits, jusqu'à ce qu'An- le 
perde de vue. On dît que cette espèce iait na nid M>a— : 
cieux avec des petites branches, sur les buissons Au «fans 
les joncs entourés d'eau. La ponte ejt d« deux eeoiii , et 
les petits suivent leors père et mère, quoique revêtus d'wn. 
simple duvet. A plusieurs attributs , particuliers au cari*- 
ma , il faut encore ajouter celui d'avoir la peau du cotps 
séparée de la chair par un intervalle d'une lifine «t deme. 
rempli par une infinité de petites ceUules qpii coDtienti«nt 
du. vent; le tarse et les doigts participent à cette même dis- 
position de U chair, en MMe qull paroît démesurément gros. 



dt, Google 



ao8 C H A 

et qa'en lepresiantdadoigt,la peau prête et s'eafaace pour 
revenir siir ellcraêine , dès que la compresiioa cesse. 

Les longues plomesderoccipot sont déconutosées, étroites 
et dirigées de manière à passer entre l'oeil et les narines , de 
sorte qu'elles forment une sorte de diadème immobile. La 
longueur totale de l'oiseau est de trente-un ponces ; il a les 
plumes de la tâte et du haut du cou, courtes et cotonneuses, 
d'une teinte plombée claire ; deux colliers lai^s de neuf 
lignes autour du cou, au-dessous de cette teinte ; le supérieur, 
qui est sans plume , d'un blanc roussâtre , et les plumes du 
second noires ; le reste du cou , toutes les parties supérieures 
et inférieures d'un plombé blancbâtre ; la queue , les pennes, 
les grandes couvertures supérieures des ailes et les scapn- 
laires noirâtres ; les autres couvertures brunes , noirâtres , 
blanches ou de conteur de plomb ; celles du dessous des ailes 
blanches ; le haut de la jambe et le tarse couleur de rose ; 
les ongles noirs ; le bec noirâtre ; la peau nue du lorum et 
dutour de l'œil d'un rouge sanguin ; l'iris d'un bnin noirâtre , 
la queue étagée et longue de neuf pouces, (s. et v.) 

CHAVAYER. Plante de la famille des rubiacées , dont 
on emploie la racine dansl'Inde pour la teinture des cotons. 
On soupçonne que c'est un Gaillet. (b.) 

CHAVOCHE. Nom vulgaire de la Chouette, (v.) 

CHAW-STICK. Nom anglais de la Gquamie de Saint- 
BoMIIfGUE, Gouania domiiigensis , L. (ln.) 

CHAWUSTYN. Nom que les Kalmoucks donnent au - 
CaOV ,.Brassica oleracea, L. (LN.) 

CHAYA. Plante de l'isoïde, dont la racine sertilatein^ 
ture. C'est une Gahahce ou un Gaillet raie Aigle, (b.) 

CHAYOTE, Ckayoùj. Plante annuelle du MesiqUe, à 
tige grimpante, k feuilles en cœur, anguleuses, rudes, à 
fleurs aiillaires , qui seule forme un genre dans la monoécie 
monade Iphie. 

Les caractères de ce genre sont i calice k cinq divisions ; 
corolle à cinq divisions avec cinq excavations nectariformes ; 
dans les mâles , cinq étamines réunies par leurs filets ; dans 
les femelles, ungerme inférieur, velu, à cinq sillons , sur- 
monté d'un style à très-gros stigmate quînquéfide ; un fruit 
très-grand , ovale , à cinq sillons , inégalement bossue à son 
extrémité , couvert d'aiguillons non piquans , renfermant 
nne amande de la grosseur d'un ceuf de poule ; on le mange. 

On cultive cette plante au Mexique ; mais elle n'a pas en- 
eore été transportée dans nos jardins, (b.) 

CHAYOTILLO. Nom du Calboa, au Mexique, (b.) 

CHAYQVE. ViPÈEB i>'Asi8. (b.) 



dt, Google 



OHE i„, 

CHA'YR. N«oi arabe ierOR*B,Horrf«im)Ju^iire,Linn. 

(LI..) - 

CHAZiin.- Non hébrea iit Pônt&AU , .^un ponwn, 

CHÊ- Nom cocbincbinoîs du Thés, hœxttirù en indique , 
trais espacées. ; U preuière «A le ChAaii ham, ari>re dé 
huit pieds de haut , saura^ et cultivé ; l'inftision de mi 
feuilles est un ^ luseant Budorifique , dont les Cochiachîooîs 
font un usage imiBodéré, qui occasione les obstructions 
dont ils sont affliges; 1a deuxième espùce est le Cat TAU) 
noinniË en Chipe Ho uvm chà yang; c'est \ta arbrisseau de 
quatre pieds de. haut, sauvage et cultivé aux «ayU-ons dit 
Canton. Loureiro fait observer qii'il est avec Ip tW < qac 1«» 
Européens nommeot Thé su chorg ( le iiaà choag cha de» 
Chinois),. beaucoup plus odprant. Ces deux ihés s,0Qt pias 
précieux que Je thé boa , qui crgtt dans la proviiLce de Fo-kien , 
et qui est le plus commun. Le ihé vtii est propre à la pro'.- 
vince de Kiang-sî. Loureiro pense que tous ces thés cultivés 
peuvent fort bien n'être que des variétés d'une seule espèce, 
Crè d'e&Ù est le qom cochinchinois d'un thé qui croit 
aussi aux environs de Canton , et dont les fruits doniicnt 
une htjile qui sert it l'éclairage et pour faire frire divers ali- 
mens. ClN-) - 

CHEB EL-LEYL'. Nom arabe de la Belle de nuit^ 
MirahiBs ialappa , Linn..(LN,) 

CHEBin^. Nom arabe dn Fenobil et de F AChe , une^ 
ihum gronec-lms \ tes graines portent celui de Chamar. (ls.) 
CHÊBET-EI^GEBEL ( Ffnùull ffu désert ). Nom arabe 
d'une espèce de Bobon, Buhon tariuosum, Desf. (LN.) 

CHECHI&HASHISH. Nom que les naturels de la baie 
d'Hudson donnent au ChbvaiiïR crivelé. 

CHECQUERED BAFFODIL. Nom anglais de la 
Fhitill*IBE ■MÉl.ÉAGEE, f^tiltaiiii meleagns , LInn. (LU,) 
CHE DE CHUCA. V. Tatou Cachicame. (s,) 
CHEELA. r. le genre Pygargue. (v.) 
CHËEK. L'un des nomi' lapons d'une FoVGÈRE , Osmuada 
lUvthhpteris, Linn. (DESM.) 

. CHEESE-RENNET, Nom anglais du Gaiilet jawhe^ 
Galium perum, Lînn. , nommé aussi cheeserennig eXyeUot» la- 
die's beditnia>. (LN.) 

CHEFCHOUF et DERYREH. Noms arabes de l'A- 
BISTIDE FLUHEUSE, AiisUda plumosa , Linn. (tn.) 

CHEFEALLIMAR,KArEALLHENEÏ etCHET^ 
ALHAMAR. Ce sont les noms que les Arabes ont donnés i 
-I'ElaterIUM, Momardka elaterium, Linn. (L!!.) 

ÇHËFËRi Dans l'ancieiiDe hmgue tenlonique, c'est le 

VI. ï4 

C,ql,lt!dt,G00glC 



310 CHU 

nom des Scarab£s , on , ptos génëralemeot ; i€i insedet an 

Uoptères. (desh.) 

CHEIIANTHE, Oiolantha. Genre de plantes ^ubU 
par Swartz , aux dépens des Adiawtes , des Poltpodes , des 
PtÉbides et des Lonchites de Linnsens. Ses caractères sont : 
fnictificatioHS rares , mai^nales ; enveloppe en forme d'écail- 
lés, s'oan-ant par le côté interne. 

Ce genre renferme mie vingtaine d'espèces, dont doe seule 
est propre k l'Europe ; c'est le CheIlantbe OlKHtANt (Plert$ 
acrosticha, Batbis), qui croît dansles Alpes du Piémont. ^B.) 

CHEILINE, Otaiima. C'est le nom que Lacépède a 
donné à nn genre de poissons, qa'il a établi parmi les 
Aorachûifaes, pour placer ^eui e^èces , dont l'une avoit 
évi rapportée aux Labres par ÏJnnaem. 

Les caractères de ce genre sont leS suivaUs : nne lèyre 
sapérieure extensible i des opercules braDchiaut dénUéi 
de piquans et de dentelures ; une seule nageoire dorsale. 

Le pins connu des cheiliues est le Cheilimb scare , La' 
hms scarus, Linn., qui a des appendices, autrement de 

Saudes écailles sar les côtés de la qneue. Il se trouve 
nS la Méditerranée , et est connu sur nos côtes sous 1« 
nom .de dad^. Sa longueur surpasse rarement un pied ; sa 
couleur est blancfaàtre, mêlée de rouge ; ses écailles sont 
très-grandes et transparentes. 

Ce poisson a été célèbre dans l'antiquité. Àristote , .AEUiea,' 
Oppien, Athénée et Pline, ont vanté ses bonnes qualités 
vraies ou supposées; Oppien surtout, comme poé'te, s'est 

Ïlu à exagérer les contes populaires dont il étoit l'objet. 
>n le regardoit comme le meilleur poisson de la Méditer- 
ranée, et, on le paypit des prix exorbîtans dans le temps 
du grand luxe des Romains. On croit qu'on le transporta des 
côtes de la Grèce, où il se trouvoit d'abord exclusive- 
ment, sur celles, de la Campanie, où il se multiplia el 
se conserva. 

Mais si le cheiline scare, quoique toujours d'un es.-. 
cellent goût , a perdu de son antique célébrité aux yeux det 
gourmets, il n'en est pas moins encore très~intéressant à 
ceux des naturalistes. £n effet, il est constaté , par les ob- 
servations des anciens et des modernes, que ce poissoit, 
n'est pas carnassier, comme la presque totalité des autres; 
qu'il vit de varecs, d'olves et d'autres plantes marines 
qu'il coupe au moyen de ses dents larges et plates, sem- 
blables aux incisives des animaux ruminans , au ra[>g des- 
quels les Grecs l'ont mal à propos placé. H parott même 
qu'il aime aussi les végétaux terrestres , et qu'un des 



L:mi,z.d=, Google 



C.H E ati 

des moyens les plus certains d'en prendre, est de jeter dans 
là mer des feuillea de pois, de fèves, et autres plantes 
anaiognes. ,. 

Le Chuline trilobé a deux lignes latérales , et la na- 
geoire caudale trilobée. Il est figuré pi. 3i du troisième 
volume-desPoùjofu de Lacépéde, IJ se trouve dan^ la mei' 
des Indes, où il a été observé , décrit et dessiné par Com- 
merson. Il est d'un brun bleuâtre taché de blanc, de jaune 
et de rouge ; sa grandeur ne surpasse pas celle d'une carpe 
moyenne. (B.) 

CHËILION, Châîlio. Commerson, dont la France ne 
peut trop regretter la perte prématurée , a donné ce nom à 
un genre de poisson qu'il a établi dans la diwion des th»' 
nKÂi^iu», pendant le cours de ses voyages, genre qtae Lacé— 
pède a fait connoître dans son importante histoire de cette 
classe d'animaux, trente ans après la mort de son auteur. 

Les caractères des cheilions sont d'avoir le corps et !a 
^eue très-allongés ; le bout du museau aplati ; la tête et les 
opercules dénués de petites écailles; les opercules sans den- 
telures et sans aiguillons , mais ciselés ; les lèvres , et surtout 
celle de la mâchoire inférieure , très-pendantes ) les dents 
très-petites ; la dorsale basse et très-longue ; les rayons ai- 
guillonnés ou non articulés de chaque nageoire, aussi mous, 
ou presque aussi mous que les articulés i une seule dorsale ; 
les thorachiques très-petites. 

Ce genre renferme ^eux espèces : le Cheiuon DorÉ, 
qui est entièrement doré, à l'exception de quelques points 
noirs qu'on remarque sur la ligne latérale; il n'a qu'une 
rangée de dents; ses écailles sont arrondies; ses opercules 
composés de deux pièces et terminés par un appendice 
membraneux; sa caudale arrondie. Il atteint un pied de 
long, et sa chair est agréable au goût. 

£e Cheilion BRtii4, qui est d'un brun livide, avec les 
nageoires thorachiques blanches, et des taches de même 
couleur sur la. dorsale et l'anale. Il est plqs petit que lé 
précédent. 

Ces deux poissons habitent les mers de l'Inde, (s.) 

^HEILOGOCGA, Salisborry. F. Plattilobe, Plafylc- 
ISlm, Sm. (ln.) 

CHEILODACTYLE, Otalaâadyhs. Genre de poissons 
établi par L^épède dans la division des Ab^WMINADX. U 
a pour caractères : corps et queue très-compriméS ; lèrre 
supérieure double et extensible ; les derniers rayons de 
chaque pectorale très-prolongés au-delà de la membrane 
qni les unit; une seule nageoire dorsale. 

Ce genre ne contient qu'une espèce , qui vient de la mer 



L:mi,z.d=, Google 



Aea Inâes , qnî « sept fascies brunes sur le corps , et tlnq 
sur la nageoire de U queue. (Bi) 

CHÉILOPIPTÊRE, OuûloApUnts. Genre de pois- 
sons inûoduit par Lacëpède dans la division des thora- 
chùfuOf et qui réunit quelques espèces du genre Labbe el, 
SciÈKB des autres auteurs , k un plus grand nombre noir en- 
core publié. Voyez aux mots Labre el SciiNE. 

Ce genre offre pour caractères : une lèrre supérieure ei- 
tensible; point de dents incisives ni molaires; les opercules 
des branchies dénués de piquans et de dentelures ; deux na- 
geoires dorsales. It contient neuf espèces. 

La première division des chéîlo diptères renferme ceux qnï 
ont la qneue fturchue , tels que : ' 

Le Chêilodiptèke hept acanthe, qui a sept rayons aïgutl^ 
lonnésetplus longs que la membrane mtermédiaire, à la pre- 
mière nageoire du dos ; la caudale fourchue ; la mâchoire in-' 
férieure plus avancée que la supérieure ; les opercules cou- 
verts d'écaillés semblables k celles du dos. Il se trouve dans' 
ta mer du Sud, oà il a éié observé par Commerson. On 
en a fait un genre sous le nom de Temnodon. 

Le CnÉiLopiPTÈRE CHRYSOPTÈRE a oeùf rayons aiguil- 
lonnés à U preinière dorsale, qui est arrondie 7 la caudale 
en croissant; les deui mâchoires à .peu près aussi longues 
l'une que l'autre; la seconde dorsale, l'anate, la caudale, et 
les thorachiques dorées. I! vît dans les eaux de ia Marti- 
nique, où il a été observé, décrit et dessiné par Plumier. 
II est figuré vol. 3, pi. 33 de l'ouvrage de Lacépède. 

Le ChéilodiptÈBE raté a neuf rayons aiguillonnés h la 
première dorsale ; la caudale en croissant; la mâchoire 
inférieure un peu plus avancée que U supérieure ; les dents 
longues, crochues et séparées l'une de 1 autre; une bande 
transversale, large et courbe, auprès de la caudale; huit 
raies longttudïn^es de chaque cAté du corps. Il est figuré 
dans l'ouvrage de Lacépëde, vqI. 3 , pi. 34. Il babïte avec 
le précédent. C'est un poisson' dont la robe jette le plus 
grand éclat lorsqu'il nage à la surface de la mer, et que 
le soleil brille. 

' Le Cr^ilobiptère M^crtce , Sa'arui MaupHi, a ttéjit 
rayons aiguillonnés k la preniière nageoire du dos; quatorze 
rayons k. celle de l'anus ; ta caudale en croissant ; la tête et 
les opercules demies d'écaillés semblables à celles du dos ; la 
couleur argentée et uniforme. II vit dans la mef du Brésil, 
et est figuré pi. B. ïo. ' 

La seconde division des cbéito diptère s renferme cens qui 
ont la queue arrondie et non échâncrée. On y trouve : 

Le Chéilodiptère acOUPa; iUdix rayons aiguillonnés à la 



dt, Google 



C H E „3 

première âorsalella Candale arroodie; la mâchoire infé- 
rieure pins aFaocée que la supérieure; plasieurs rangs de 
dents crochues et iné^les ; plusienrs rayons de la seconde 
dorsale terminèa par dee âUmens. Il se trouve arec le pré- 
cèdent. 

Le CnÉiLODipriRE boops a cinq rayons aiguillonnés à la 
première dorsale) les yeux trés^os; la mâchoire ioférièare 
plus avancée que la supérieure. C'est U lahnu baapi de Hôut- 
tuyn. Il habite ies eaux du Japon. 

' Le CBËiLODiPTiBE fiTACBOUÉnnoTE , Seujata macrolepidotax 
Bloch , t»h. a^8, fltB^^deDeterviUe, vol.4., p. 36. U 
a sept rayofls aigoilliutnés à la première na^geoire du dos; la 
caudale arrondie; la mâchoire inférieure un peuplas avancée 
que la supériewe; l'entre-Jeuxdes yen très-relevé; les oper- 
cules et la tête garais diécailles de même %ure que celtes 
du dos ; le corps et U queue revêtus de grandes écailles. 
11 habile la mer des Indes. ' 

Le Cbéilodiptèbe TAcnCTÉ, S^iana maaiiaia, BLocb, 
pi. 399, et Bv^on de Deterville. vol. ^, pag. a6, a sept 
ravons aiguillonnés à la première nageoire du dot; la eau- 
date iiànci^Aée; les nnjchoircs ^ales; de petite^ taches sur 
les deux dorsales, la caudale et la nageoire de l'anus. On 
ignore sa patrie. (B.) ' 

CHEIMODYNAMIS, Dioscoride. Voftt. ViLÉRiiHB 
GCECQUE, Poiemormm atrvUam, Lina. (LH.) 

CHEÏR, Dioscoride. Hânte rapportée aax Cardères 
^ évacua') par Adanron. {IN.) '/ 

CHÉIRANTHOÏDES- Nom d'une division de 1» famille 
des plantes Crucipères. ^oy« au mot CrugifÈre. (b.) 

CHÉIRANTHOPEJVDKE, àieù^mliwdemirou. Genre 
de plantes, synonyme de Cheirostemon. (*,) 

CHEIRANTHUS. Nom latin des giroflées; il tire son 
origine, soit de deux mots grecs, qui signilieroienl ^rar en 
forme de ntain , ou bien du mot grec atdhos, fletir , et de iJreiri, 
nûm arabe de plusienrs espèces de ce genre. Ha été appli- 
qué principalement À des plantes cru nlfères dispersées dans 
lea çenf^ Vélar (^eTj'iimttm'), HiliofRUX et Asabette. 
VaiUaat iwimmoît Chejrantbos, le genre. HiB,ENSTBElTil5 
de Linn^eus , cl Conmeliu appeloit aussi de ce noni uni; 
espèce de Manuisb (^rnMuIea è/itiraxlJius , Linn..) (u^) 

CHEmi,KE[RI et ALGHlEIKI-iNoms arabes des 
giroâéu rtMiges, hlancief on jftooes, cultivées dajis les jar- 
dins. L1iin.Tus a lai-fsé le premiernora à l'espèce i fleuiç 
jaunes ( cieinmJtais rJuiâ^ Lian'..). (jLK.^ ■ 

CH£|Ï1103'1X5. On a çompasé ce.nomgireCf qui signi£c 



;<»j=, Google 



„i C H K 

rai à main, pour désigner l'animal de Maclagascar, appeM 

Aye-aye par Sonnerat f^oyet ce moL (desh.) 

CHEÏB.OGALËUS ( de x'k main et r.AÏ chat. ) fienre 
'de mammifères quadrumanes , «itabli par M. Geoffroy-St- 
Hilaire ( Àrai. du Mus., tom. ig , p. i^i ), sur trois desùns 
de Commerson , qui a'étoîeat accompagnés d'ancou ren- 
seignement sur les caractères , les mœurs et la patrie des ani- 
maux qu'ils représentent. Ils paroissent aroîr, comme les 
chats, la t£te ronde,lenezetlemnseaDC0art,[eslèrresgamie8 
de moustaches , les yeux grands , saillans e t rapprochés , et les 
oreilles courtes et ovales. Leur queue est longue, touffue , ré.i- 
gulièrementcylindriqne, se ramenant naturellementen devant, 
s'enroulant tantôt sur elle-même et tantôt autour du tronc. ~~ 
Xieurs quatre extrémités sont terminées par de véritables 
mains , ayant un pouce mpsi écarté , aussi distinct et ansn 
susceptible de monvemens propres , que celui des maiis. Ils 
n'ont d'ongles larges, courts et aplatis, qu'à ces pouces 
seulement; les on^es des autres doigts sont étroits , grêles, 
aigus , et dépassent de beaucoup la dernière phalanee ; 
ils ressemblent à ces oneles snbuléB, qsi, dans les m^s, 
ne garnissent que le sent deuxième doigt des pieds de der- 
rière. 

SI ces caractères qu'offrent les %ures de Commerson, 
sont exactement représentés, ces animaax doivent, selon 
M. Geoffroy , former une famille particulière dans les quar 
drumanes ■, laquelle feroit le lien des makis aux carnassiers. 

M. Geoffroy établit provisoirement trois espèces d'après 
ces trois dessins , savoir ; 

Premiire Espètx. — i Cheïrogaieus hajos. Sa taille est de 
onze pouces environ ] son pelage est rembruni , particuliè- 
rement sur le chanfrein. 

Seconde Espice. -— CaEÏaOGAlf VS B^DICS. \\ a huit pouce; 
et demi de longueur ; ses couleurs sont moins foncées; ses 
yeux sont entourés d'un cercle noir ; son chanfrein e?t ap- 
parent en clair. 

Troisième Espèce. — CheÏrogalècs itraoH: Il n'a gnèr« 
que sept pouces ; ses couleurs sont encore plus claires que 
celles du précédent; un cercle ooir entoure les ye<^, et le 
chanfirein est également en clair. M. Geoffroy présume qu« 
fennant a connu celte dernière, qu'il regardoit comme ne 
différant pas durât de Madagascar ( Lmtw rnadagasauiensis ')■ 
V. Maki. 

£n donnant les détails que nous venons de rapporter, sur 
\es mammifères figurés dan& les dessins, de Commerson , 



f; 



C H E 1.5 

M. Geoffroy (àii connoftre qu'ît ne prétend" pas attribuer 
il cette nouvelle famille une pnis forte consistance, que celte 
qne lui donnent' les matériaux qui sont à sa disposition. Il 
pense que ce seroit k tort que , iès À présent , on vondroîE 
la faire entrer et prendre sang dans le système de la nalWe. 

(BESM.) 

CHÉIROPTÈRES. Famille de mammifères earnassierv 
renfermant les animaux vulgairement connus sous le non» 
de ehaaiMM-sourU , lesquels sont particulièrement caractérisés 
>ar la acuité qu'ils ont de s'élever' et de se soutenir dans 
'air , au moyen de larges membranes qui garnissent leurs 
flancs, et se prolongent entre les doigts de lews extràni— 
tés antérieures, qui sont prodigieusement allongés. 

Ces animaux ont les trois sortes de dents : les incisives 
varient en nombre ;.tantAt on en compte si:^ m bas et-quatre 
CD haut; d'autres fois, ce nombre se trouve réduit Jt quatre 
ou bien À deux , à l'une ou l'autre de ces màcboù-es. Il ar- 
rive même qu'elles manquent tout-à-fiiit. Les canines sont 
plus ou moins fortes ; elles le soBt beaucoup dans tes espèces 
dont le nombre des incisives est très— réduit ; elles sont 
moyennes dans celles, au contraire , qui ont le plus de dents 
de cette première sorte. Les molaires sont assez nombreuses ; 
quelquefois leur couronne présente des tubercules moasses* 
comme dans les rausieUei et les cépfudotes, qui vivent de fruits ; 
mais, le plus souvent cette couronne est hérissée de pointe» 
très-aigui^s , qui appartiennent esflusivement aux mamnù'^ 
{ères dont ta nourriture se compose d'insectes : jce qu'on re^ 
marque atrineipalement dans les vespertilioos , les rhino— 
iophes^les phyllostomea, les. molosses, etc. 

Leurs* mains , beaucoup plus longues que le .corps, ont 
les quatre doigts., pour ainsi dire , palmés ou réunis pas 
une membrane iae et double , qui n'est qu'une expansiOQ 
de la peau des (lancs , et qui les joint aux membres abdomi' 
«aux dont les doigts sont courts et propoctionàés.à U taille 
de t'animai. 

Le ponce des mains est séparé-, court , et toaionrs aiinâ 
d'un ongle très-crocfanv tes antres doigts sont ordinaire- 
ment dépourvus d'ongle , si oe n'est lindex, qut^ dans 
deux genres seulement, en est armé. 

La plupart des chéiroptères, n'ont qne détn manelle» 
pkicées sur la potirîne. Les mMes ont la verge libre et' peit- 
dante; caractères qui les rapprochent des mammifères de l'or^ 
^e des qnadm 



Les gatéopitbèques , ^ui forment le passage de ceux-ci 
wx chauve- souris , ont bien, la geau des flancs éteodua 

I _,,!:, Google 



a,6 C H E 

entre les extrémités antérieures et les postérienres , maîsnon 
prolongée entre les doigts; et ces doigts son', courts, re-< 
bnslesi tous armés d'ongles très-crocbas et semblables en 
cela 1 ceui des maiûs. 

Ce geBre anomal présente â* «ombreui caractères qui le 
rapprochent principalement des quadrumanes , avec lesquels 
M. de lUaînriHé ricBt de t* réunir. Aussi la lacallé de roler 
véritabtesieat appartient seaiemenl ma chéiroptères propre- 
ment dits, ou chauve-souris. Les galéopillièques, ainsi que les 
écureuils volans on polalonches , et les pbalangers, ne pca- 
»ent se serrir des peaux épaisses peu tendues , toutes cou- 
vertes de poils 1 qui garnissent leurs flancs, qne comme 
d'une sorte de parachate. Ils n'ont pas la facilhé 'de s'élever 
ao-dessus du point d'où ils sont partis , et ne peuvent même 
Conserrer l'horlïont alité ; ils «out obligés de céder à la loi 
de lagravitation. Les chauves-souris, dont le vaste steminn 
donne attache à de puissans muscles pectoraax , dont l'é- 
paule est consolidée par de lar^s omoplates et des clavi-' 
cules robustes,' et don! les aîks ont autant. de sarfabe que 
de légèreté ) sont douées la plt^rl de faculté de se ^uienir 
en l'air pendant un temps considérable , de se porter arec 
rapidité dans tous les sens imannables , pour saisir les petits 
insectes dont elles font leur imique nourriture. 

Le corps des cbéiroptères est généfalement petit (i) et 
converl de poils assez longs et doux; la tite est grosse, te cou 
CDOri , les oreilles nues , ordinairement très-varsu^s , et quel- 
quefois presque aussi longues que lé corps. Lear phvsîoftomie 
est variée selon les espèces : les unes ont !cs oreilles réunies 
k ia base, sur le front; le plus grand nombre les a écarte es; 
Le tragus de cette oreille, qui a reçu te nom d'orèUlm, man- 
i(ue quelquefois; mais lorsqu'il existe, il est snsr.eptihte de 
prendre diverses formes : tantôt il «at aigu ou arrondi; tantôlt 
il est si déveldj^é, ^a'onlepi^ndroitpourune seconde con- 
que eoriétiUire. Le musean est plus- au moins lar^e ; la lèvre 
supérieure quelquefois renflée ou fendue ; la bouche fort 
grande, ^mte don appareil dentaire asseï compliqué, et ' 
quelquefois inimie d'^ajoaes commiiuiquant avec des sacs 
aériens simé^ e^re cuir et dMiK Les ouvertures des narines 
sont simples ou composées dans un nombre à peu près égal , 
d'eipèce» ::daas le derpïercas, elles sMit entourées de pro- 
duetjanS' mEmabrapoUses de formes variées. Les yeux sont 



(i) Le* rorfB»eH«« »c*|«ièMnl toul iu (ilus I» laîUe d'un gros c*r- 
btaa. 



dt, Google 



C H E aïy 

tris'-petits , et la pliipirt du temps ciicWa dans le poil on son! 
les eipansioDS des oreilles^ 

L«fi ailes sont au meins quatre fois aussi )onf;ueE que \t 
corps; les membrattes qu! les forment sont tiue^, ont t'épi~ 
derme trés-naince , et présentent plus ou moini de rides qui 
figurent une espèce de réseau k mailles polygOBca : leur au 
tache aui extrémités postérieures se fait à l'aide d'un osselet 
eu forme de stylet , ^ t qui s'est autre chose que le calcanéum 
ou l'os du taloa. 

Entre les deux extrémités postérieures, tantôt if n'y a que 
des rudifnens de la membrane appelée , ii cause de sa posi- 
tion , îhtetfémarale , et c'est lorsque la queue est niâimcntaire 
oir nulle : lantdt Cette membrane est entière, et comprend , 
en totalité ou CD partie, la queue qui est ^us ou moins longue, 
Guiranl tes genres ouïes espèces.Lescomenrs du pelage de ces 
animaux varient du roux au bnui , au gris et au fauve; le des- 
sus du corps est toujours d'une teinte plus foncée que le des- 
sous; ce qui se remarque dans la plupart des quadrupèdes. 

La membrane des ailes des chauve-souris est souple et a si 
peu d'épaisâenr, qu'elle est à demi-transparente; elle est si 
forte qu oA a peine à la déchiter. En regardant à travers, on 
y aperçoit quelques vaisseaux sanguins et des fibres muscu- 
leuses qui la froncent , lorsque les ailes sont ptiées , et quî 
y forment , dans cet état , de petites cavités placées en files 
comme les mailles d'un réseau. En déchirant cette membrane, 
on elSle des fibres blandiÂtres qui découvrent-lc tissa dont 
elle .est composée. 

Tous les chéiroptères cherchent à se cacher, fuient la 
lumière, n'habitent que les lieiK ténébreux, n'en sortent 
i|ue la nuit, y rentrent au point du jour, pom- demeurer col- 
lés contre les murs ou dans les creux des arbres. Leur mon- 
vement daus l'air est moins un val qu'ime espèce de voltige* 
ment incertain qu'ils semblent n'exécuter que par effort et 
d'une manière gauche : ils s' élèvent de terre arec peine, ne 
voient jamais ^ une grande hauteur, ne peuvent qu'impar- 
faitement précipiter , ralentir ou même diriger leur vo] : il 
n'est ni très-rapide , ni bien direct ; il se fait par des v^tra- 
lions brusques dans one direction obllqtle et tortueuse. Leurs 
petits yeux enfoncés ne leur sont pas nécessaires pour se di- 
riger dans leMF vol. L'on sait , par les expériences de SpaU '- 
laozani , que Us chéiroptères aveuglés volent aussi bî«u 
flue ceux qui ont des yeux; qu'ils évitent avec autant d'a- 
dresse les corps les plus déliés, teb que des' fils de soie, 
tendus de manière à. ne iais^r. entre eux qae l'espace néces- 
saire à Wr passive a*«c les ailes déployées; qu'ils serrent 
leurs ailes si ces fils sont plus rapprochés , afin à^ ne pas Us 

û,.,li;<»i:,G00glc 



,,» C H E 

toucher; qa'îla mreat la direction des rentes des soutef-^' 
rains, qu ils passent an travers des l>ran<^es d'arbres qne 
l'on y a placées , sans les frapper de leurs ailes ; ^'ils 
s'introduisent dans les trous; et qu'enfin ils s'accrodient 
aux saillies des voAtes oa des plafonds. SpaUanzani a privé 
flucce^ivfnient des chéiroptères, dont il avoit détruit les 
veni, des organes des antres sens, et ils ne turent ni moins 
Bardis ni moins adroits dans leur vol ; d'sù ce célèbre obser- 
vateur conclut qu'il doit y avoir dans cette famille d'animaux-, 
nn antre sens , un nouvel organe, nu agent inconnoqoi sentble 
les guider et tes servir si enicacement pendant ïenr aveugle- 
ment. 

Dans leur vol, tons les diéîroptères , i Teicepiion des 
roossettes et des céphalotes , dont le régime est végéta] , 
fnt laissent pas de saisir les moucherons , les cousins, et snr^ 
tout les phalènes qui ne volent que la nuit ; ils les avalent , 
pour ainsi dire , tout entiers , et l'on voit dans lenrs escré— 
mens les débris des ailes et des autres parties sèches qui ne 

Jieuvent se digérer. Les grottes, les cavernes, nnîqnement 
i^quentées des chéiroptères, sont souvent remplies d'un© 
e^èce de terre noire totalement composée des déjections de 
ces animais. 

Les feraellesdes chéiroptères de nos contrées ne portent que 
deoK petits, qu'elles allaitent et transportent, mime en vo- 
lant. C'est en été qu'elles s'acconpient et qu'elles mettent bas. 
Ces animatu sont engourdis pendant l'hiver : les uns se recou- 
vrent de leurs ailes comme d'un manteau, s'accrochent à U 
voûte de leur sonterrain , par les pieds de derrière , et de- 
meurent ainsi suspendues ; les antres se collent contre les 
murs ou se recèlent dans des trous; ib sont- lônionrs en 
nombre pour se défendre du froid : tous passent l'biver sans 
bouger, sans manger, ne se réveillent qn'au printemps , et se 
recèlent de nouveau vers la fin de l'antomne. Ils suppor- 
tent plus aisément la diète que le froid ; ils peuvent passer 
plusieurs jours sans manger, et cependant ils sont du n 
bre des animaux carnassiers; car lorsc 



Eorsqn'ils peuvent entrer 
dans na office , ils s'attadient aoi quartiers de lard qui y 
sont suspendus , et ils mangent aussi de la vi^de cme on 
cuite , fraîche ou corrompue. 

M. Geoffroy divise les chéitopàra en quinze genres; savoir: 
Vesperteliom , VespertUio; Oreiixakd, PAr«*/i«,«NTCTfeRX, 
Nyctitns; Rhinopohe, BAinopoma ; frlOLOSSE , ou Mulot 
VOLANT, Molossas; Myoptère, Myopttris; TAPntEN, Ta- 
^ogous; NocTiLiOM ou Bec nE Ll£vnE, Noditàt; NVCTI- 
NOME, NyclùwmuM; Sténodeskb, Stmoâama; PhtlU)S- 
TOME, PhfUosInma; MÉGAD£&BfE, McyoïJnina^ ROUSSETTE, 



dt,GoOglf 



C H E ti4} 

Pteropvs; CÉPBALOTE, Cephaloies. M. BafGnesque Schmalti 
« augmenté le nombre de ces genres de celui qu'il nomme 
At^laph*. V. ces mots, (desm.) 

Chéikoptèbes. ( OrgoMÙaiion. ) ^ Les chéiroptères on 
chanvesrsoaris , qn'un exameâ superficiel a fait long-temps 
regarder comme des espèces d'oiseaux , ont cependant tous 
les caractères des véritables mammifères , au troisième 
groupe naturel desquels ils appartiennent.. Ils doivent même 
être au premier rang de ce groupe , par l'enBemble de l'or' 
ganisation. Leurs mœurs et leurs habitudes sont cependant 
assez remarqaahles pour avoir iMcesslté des modifications 
importantes dans les organes des sens et dans ceux de la lo- 
comoUon. Tout le monde sait que ces singuliers animaux se 
dirigent avec la plus grande adresse et dans la plus grande^ 
obscurité dans les espèces de labyrinthes ou de cavernes que 
souvent ils habitent ; on a attribué cette faculté remarquable 
tantAt jt un sens , tantôt à un autre. Enfin , ud observateur 
embarrassé, Spallanzani , a fini par' créer pour eux nn 
sixième ou septième sens : personne n'a cependan'i été tenté 
de l'attribuer à l'oi^ane de la vue. En effet , les yeux de la 
plupartdescbauTe-sourissontfortpetits, les paapières peu fen- 
dues; le cristallin m'a paru sensiblement plus aplati que dans 
lesautres animaux mammifères terrestres, et surtout en avant. 
Ils n'ont pas de muscle suspenseur du bulbe de Toeil , etc. 

Le sens de l'ouïe est au contraire très-développé , et 
présente des particularités dignes de remarque. Ainsi , l'ap^ 
pareil intérieur , du moins dans les espèces insectivores , 
n'est pas enveloppé dans une substance osseuse à la- 
quelle sa dureté a valu le nom de rocher ; en effet , on voit 
presque à nu le limaçon et les canaux semi- circulaires , et 
assez pour pouvoir compter le nombre des circonvolutions 
du premier. Une autre singularité est que cet os est , pour 
ainsi dire , libre et Sotlant entre l'os occipital et le sphé- 
noïde , comme cela se voit dans les cétacés , tes animaux à 
sabots , etc. Mais ce qui ne se trouve , je crois , que dans nos 
fihaaves-souris , c'est que la caisse du tympan , en grande 
partie membraneuse, et assez petite , n'est soudée avec.au- 
cun des os qui l'environnË, À moins peut-être que ce ne soit 
chez des individus très-âgés. L'appareil ettérieur est souvent 
non moins remarquable par la grande dimension qu'acquiert 
dans certaines 'espèces la conque proprement dite , puis-- 
qu'elle peut être aussi longue que Paniinal ; elle est , en 
général , fort mince , dirigée par des muscles nombreux g 
elle est encore augmentée par le développement considéra- 
ble que peut prendre le tragus , de manière À simuler uns 
secQndfl eosquo ; du reste , le méat auditif extérieur est fbct 



i:, Google 



J30 C H E • 

grand , fort large , et dénote une ooïe tris-fine ; ausat n'y a- 
t-il ^ère de doute qu'elle ne serve beaucoup à ces animauK 
dans U chasse des insectes. 

L'odorat doit ëlre beautou^ moins développé ; en «fFet , 
la carité nasale est le plus souvent fort courte et tris-déprt' 
mée ; les cornets inférieurs sont assex peu subdivisés ; l'ou- 
verlurc postérieure est petite , très-surbaissée; l'antérieure 
également fort étroite « paroit poutoir être fermée ou ^îeux 
o(iverie à la volonté de l'animal , peut-être pour retenir dans 
la poitrine une grande quantité d'air, et par-là acquérir une 
légèreté spécifique plus gruide, en même temps que fournir 
on point plus fixe aux musclts de Tépaule. Cet orifice des 
narines est souvent accompaf;né de très-singnlières produc- 
tions membraneuses de forme Irés-bizarre , dont on s'est 
servi pour caractériser quelques petits genres de cette famille, 
mais dont on ignore entièrement l'usage ; ce sont évidem- 
meot des replis de la peau, mais non couverts de poils , et 
qui ne semblent guère devoir augmepler la finesse de l'o- 
dorat. 

Quant an go&t , la langue , assez largCi est souvent épaissie 
en amère par une sorte de tampoii ou de renflement qui 
pourroit servir à fermer Ua fosses nasales pendant l'hiber— 
nation. Quoi qu'il en soit , la partie antérieure est assez sou- 
vent garnie de petites épines , et il est k remarquer que les 
espèces 'où cette disposition est le plus «léveloppée , comme 
les roussettes , ne se nourrissent que de fruits. 

La peau, presque tout-à-fait semblable sur. le corps ,pro- . 
prement dit, à celle de la musaraigne , présente dent les . 
parties qui servent à augmenter la surface de l'animal , et en 
outre i voler, une disposition particulière-; elle est tout-à- 
fait nue , eEtrëmemcnt fine , mince et transparente ; les nerfs 
qui s'y rendent , comme le muscuto^cutané et le cutané in- 
terne pour les membres antérieurs, m'ont paru aussi gros que 
le nerf médiat) ; elle offre, en outre, dans toutes ces parties 
des espèces de petits tendons ou fibres ligamenteuses élasti- 
ques trés-fincs, dirigées dans presque tous les sens, se partant 
des os k ses bords et le. long desquelles elle se plisse, de ma- 
nière à ce que , lorsque rextension vient k cesser , lotîtes les 
£Brti«s de la peau se replient, se crispent sur elles-A^otes. 
a grande étendue de -Cette peau nue , sa finesse , les uerEi 
nombreux qu'elle reçoit , ont fait admettre t5oinme probable 
que c'est elle qui est le siège de l'or^^e A'où dépend la fa- 
culté qn'oQt les cbauve -souris de se dirjieerdans l'obs^Brîté. 

Mais c'est surtout daris les organes -m it locometioA que 
tes chéiroptères offrent la plus grande anomalie \ coaime 
chez les oiseaux , le tronc , en général > a été modifié pont ' 



dt, Google 



C TI E 

voler à l'aide des membres aotérieura ; ce sont toujours les 
mêmes moyens pour arriver au même but, mais avec des 
matériaux primitifs ou des élémens dlfférelis. 

Pour la structure anatomiqHe 3«s os, il y a analogie avec 
ce qui existe cbez les oiseaux, en ce qu ils sont spécifi- 
quement plus légers que dans les autres mammifères ^ 
leur cavité est bcauc'onp plus grande; le tissu diploVque ntU 
on presque nul ; ['épaisseur de la partie compacte beaucoup 
ny>inére , sartout dans Tbamérus et le radius. Du reste , iU 
sont fertiptis de moelle , et l'air ne pénétre point dans leur 
intérieur comme chez les oîseaus. 

Quant à leur disposition générale , rien ne ressemble 
réellement aux oiseaux. 

La colonne vertébrale , trés-fvïble en général, secom- 
pose de vertèbres fort mobiles dans la région lombaire, et ait 
contraire presque sans mouvement dans celle de la poitrine'. 
Lenr corps est esti-êmemeot petit ; l'anneaa qui entoure ii 
moelle épînière" fort large, tôut-à-faîi plat supérieurement , 
sauvent sans aucune trace d'apophyse épineuse , et se sol- 
dant latéralement avec les c6tes. Celles-ci sont taises, forte- 
ment arquées , surtout à leur partie supérieure. Jjeurs caN- 
lilages s'ossifient de très-bonne heure ; le sternum est long^ 
t^omposé de pièces carénées inférieurement , surtout i'anté- 
ricnre qui est très-forte, de -manière à former une sorte dé 
brèche à peu près comme dans les oiseaux et pour le même 
but , c'est-à-dire , pour offrir une plus grande surface d'iit- 
sertîoD au muscle grand pectoral abaissenr de l'aile. 

D'après cette disposition de la colonne vertébrale, des 
côtes et du sternum à la fixité , l'oa ioit bien penser que les 
mnscles de la gouttière épinière sodt fort {)etîts, et c'est en 
effet ce qui a lieu : ceux du cou, on platdt de la tête, sont 
cependant assez épais. 

Les membres antérieurs, quoique servant de véritables 
ailes comme ceux des oiseaux, sont cependant toiit-Waît 
composés comme danstles mamnlifères ; ainsi l'épaule n'est 
formée que de deux oa ; i'." une clavicule très-forte, très- 
longue et très-arquée, dépassant beaucoup l'épaisseur dn 
tronc, et par conséquent repoussant l'extrémité antérieure 
de l'épaule, de manière à former une profonde gouttière aa 
milieu du dos; a." une omoplate grande , large, s.vec une 
apophyse coracoïde arquée et très-longue, ontre l'aeromîon; 
arec laquelle s'articule la clavicule. L'huri^rus, assez long, 
droit, offre des apophyses et des crêtes d'insertion très-pro- 
noncées à son extrémité supérieure, et j) l'inférienre une 
doublff gorge ou poulie articulaire. L'avant-bras est extrê- 
meipent long : dea deux os qui entrent toujours dans ^a 



dt, Google 



c 



San Ç H Ë 

formation, le cubitus, tout-à-faît rejeté eu arrière ( 
dans les animaux k sabots , est réduit à u'Ëtre plus qu'une 
simple apophyse styliforme , qni n'atteint pas le tiers du ra- 
dius ; celui-i'î , très-arqué , a ses deux têtes fort larges : I2 su- 
périeare , disposée en sens inverse de l'humérus pour former 
un gyag'yne trés^erré ; l'inférieure, offrant une cavité sig- 
moïae pour l'articulation assez mobile du carpe , qui est 
fort petit. La main proprement dite , ou les os qui la com- 
posent, sont encore plus allongés i mais ils sont réellement 
presque en même nombre que de coutume. Le pouce, très- 
court , forme, avec l'ongle qui le termine, un véritable cro- 
chet, dont ranimai se sert dans son mode de marcher, ou 
mieux, de se traîner ; le dernier est le plus court des /[uatre 
autres , et semble formé d'un seul stylei ; quant aux trois 
autreS) dont celui du milieu est le plus petit , on trouve que 
chacun est réellement formé de quatre os ; savoir : un méta- 
carpien et trois phalanges. On trouve aussi qu'ils sont articulés 
entre eux par arthrodie et par gynglyme oomme chez les 
autres mammifères; mais le plus .sauvent ils n'ont pas d'ongle> 
Ces différentes parties du squelette sont réunies par l'ex- 
insion cutanée dont il a été parié plus haut, en sorte que 
tes doigts des chauve-souris sont essentiellement palmés. 

D'après la disposition de leurs membres antérieurs, et leur 
usage, on peut, pour ainsi dire, deviner d'avance quels sont 
les muscles les plus développés : ceux qui attachent l'épanle 
au tronc devront d'abord être assez forts, et en effet deux des 
portions du trapèse, le rhomboïde, l'angulaire de l'omoplatte, 
«t surtout le grand dentelé et le soas-pTavier, sont assez puis- 
«ans ; il n'y a point de petit pectoral , et encore moins de re- 
leveur de l'aile, comme chez les oiseaux; mais conune chez 
eux , et pour la même raison , il y a un très -gros muscle 
grand pectoral de trois portions, doDt une antérieure elavï- 
«ulaire , qui vont se terminer à une crête assez forte de l'hu- 
mérus ; les deux portions externesdu deltoïde sont aussi assez 
marquées ; la troisième , ou claviculai^e , offre une disposition 
qu'on ne retrouve encore que dans les oiseaux : assez foible , 
à son origine, elle se change bientôt en un long tendon grêle, 
jaune, élastique, qui suit le bord libre de la membrane in- 
terbrachiale , et va se fixer au carpe ou au poignet , dont il 
est on puissant extenseur ou abducteur : la peau se plisse 
dans toute salon gueur , absolument comme dans les oiseaux* 
de manière que dans le déploiement de l'aile , te tendon ti- 
raillé étend la membrane , qui se referme ensuite par la seule 
élasticité de celui-ci. Du reste , les autres muscles du bras ne 
présentent rien de bien remarquable : on les retrouve tous 
aisément ; le coracobracbîal est cependant extrêmement pe- 



L:,<,i,z<,d=,GoOglc ' 



"* C H E „5 

tk; les mascles fléchisseurs de l'arant-bras sont comme 
dans les mammifères : le biceps a deux têtes bien dis- 
tinctes; le brachial antérieur est fort peu considérable, 
il se réunît au tendon du biceps. Ce sont les muscles 
de l'arant-bras qui sont tes plus difSciles à aperceroîr; ils 
existent cependant presque tous, si ce n'est le carré pro- 
nateur; les plus puissans, ceux qui agissent le plus , sOnt 
ceux qui ouvrent ha ferment le poignet, comme le long sapi- 
natenr, confondu avec les radiaux externes, le cubital anté- 
rieur et le postérieur ; le long extenseur du pouce est aussi 
assex fort. Quant aux autres, comme le radial antérieur, le 
rond pronateur, le court supiuateur, ils ne sont presque que 
des vestiges : il en est à peu près de même des Héclùssenrs, et 
surtout des extenscifrs des doigts. On les retrouve cependant , 
et l'on peut suivre leurs tendons jusques sur les phalanges : 
le pouce a même un adducteur, et 1 on trouve sous chaque 
os du métacarpe de petits filets musculaires qui se joignent 
an tendon du lléchisseur commun. 

Les membres postérieurs présentent aussi , dans les 
chauTe-souris, certaines modifications dépendantes égale- 
ment de leurs usages. On a pu voir qu'ils ne servent guère 
i la locomotion quadrupède, mais qu'ils font plutAt l'office 
de crochets pour suspendre l'an'-nal k la voâte des cavernes 
qu'il habite. Ils semblent d'abon avoir été diminués ponr 
faire que le centre de gravité filt porté vers la racine des ailes ; 
mais ensuite, pour servir de crocbets, ils ont, pour ainsi dire, 
été retournés , la pointe des ongles étant en arrière et le talon 
en avant, en sorte qu'ils ont, sous ce point de vue, quelques 
rapports avec ceux de certains reptiles. Ils en diffèrent ce- 
pendant au premier aspect , parce qu'ils sont terminés par 
cinq doigts fort courts et presque égauS , armés d'ongles forts 
cl crochus. Les membres postérieurs entrent aussi dans le 
système du vol, ou au moins dans celui de Sustentation dans 
1 air, en ce qu'Us sont joints aux antérieurs et même quelque- 
fois à la queue , ou entre eux , par nne e:Cpansion cutanée 
fort large, analogue à celle dont u a été parlé plus baut. Leur 
Structure est, du reste, assez semblable k ce qui a Heu dans les 
autres mammifères; la différence principale, dans le squelette, 
consiste dans la brièveté du tarse et du métatarse, dans leur 
disposition, quî-les fait ressemblera une main plus qu'i un 
pied, et dans l'addition d'un os ou d'un cartilage qui s'ajoute 
au cdté interne du tarse pour soutenir à son bord postérieur 
la membrane interfémorale. Quant aux muscles , ils oSrent 
aussi quelques dispositions assez singulières , mais dont l'ex- 
position ne seroitgaères convenable ici. 

Le reste de l'oi^anisation des chéiroptères se trouve en 



dt, Google 



aa4 , C H E 

rapport aT«c U place qoc nom lear aroAs assignée dans la 
série) U forme et la. disposition de5:d«nU denoleotdes ani- 
maoK o« frugivorei ou insectivores ; te canal Intestinal qui , 
dans les preniters , est assez lonc , avec nn large estomac, un 
long ccecumt est an contraire ^rt court dans les derniers , 
et sam auciuie trace de caecum. 

La poitrine, dont nous avons vilIs partie osseuse loul-à- 
fait semblable à celle des mammifères , quoique en général 
plus solide , est entièrement fermée par un diaphragme bien 
compl«t; les poumons sont tout-à-fait ceux des autres mam- 
miCères , ainsi que la disposition et la distribution des or- 
ganes de la circulation. 

Comme dans tous les animaux dormeurs on trouve autour 
du cou, en-dessus comme en dessous, et surtout dans l'es' 
pèce d'excavation formée par les épaules , une quantité con- 
sidérable d'une substance comme glandulaire tout-à-fait ana- 
logue au thymus. 

Jjes organes de la génération ont cela de plus remarqua- 
ble, que leï mamelles , assçz souvent au nombre de deux , 
sont placées sur la poitrine ; que l'organe excitateur mâle 
est libre et pendant comme dans le deuiïjcme degré d'orga- 
nisation des animaux maiùmiféres , et qu'il n£, cootienl pas 
d'os d'ans son intérieur. 

Le cerveau offre réellement au premier aspect une cer- 
taine ressemblance avec celui des oiseaux ; il est cependant 
beaucoup plus gros proportionnellement; mais les hémi- 
sphères sont triangulaires, pointues en avant, sans aucune 
trace de circonvolution ; le corps calleux est fort petit; les 
tubercules quad rij urne aux , et surtout le cervelet fort gros; 
l'appendice vermiforme canaille , beaucoup plus fort que les 
masSes latérales ; les ganglions olfactils. sont petits et poïn- 
tus ; les ganglions d'origine du nerf acoustique sont au con- 
traire très-gros et logés dans une profonde excavation du ro- 
cher; la moelle épinière est .également d'un diamètre consi- 
dérable, (bv.) 

CHEIROSTEMOl^, CheùvsUmoH- Arbre de l'Amérique 
méridionale, qui seul, selon Bonplaod, constitue un genre 
dans la monadelphie monandrie, et dans la famille des 
malvacées. 

Ses caractères consistent: en on calice à cinq décoiqtures, 
muni de trois bractées; point de corolle; einq filamens à 
anthères linéaires , réunis en tube ; un style ; une capsule à 
cinq loges. 

Cet arbre se voit dans les jardins de Paris. Ou l'a aussi 
appelé CBilSXHTBOOENDROH, (»■) 



dt, Google 



C H F. . „5 

CHEKAO. Nom que les Chinois donnent à une espèce 
de spath quHb emploient dans la fabrication de leur porce- 
laine, (s.) • 

CHELASON on CHULON. C'est le nom du Lynx, 
en Tartane. V. Chat. (deSm.) ' , 

CHELIDE, Oteîys. Genre établTparDuméril, pour pla- 
cer la Tortue matamata de Bruguières. Ses caractères sont : 
mâchoires plates , sans bec de carne; pattes palmées, 
membraneuses. (B.^ 

CHÉLIDOINE, Qididomum. Genre de plantés de la 
polyandrie monogynie , et de la famille des Papa^éracÉES, 
dont les caractères sont d'avoir : un calice de deux folioles 
ovales , concaves , et qui tombent dès que la (leur s'épanouit; 
quatre pétales ovales, arrondis, planes et ouverts; vingt ou 
trente étamines; un ovairt supérieur, cylindrique i dépourvu 
de style, et terminé par un stigmate bifide ou tri6de ; une si- 
lique linéaire , à une ou deux loges polyspermes , et qui s'ou- 
Tre par deux ou trois -valves. , 

Ce genre comprend six espèces remarquables par leur suc 
propre, coloré en jaune et fort acre. Ce sont des plantes 
vivaces , particulières aux contrées méridionales de l'Europe , 
on moyennes de l'Asie, doot les feuilles sont alternes etpins 
ou moins découpées. 

L'espèce la plus commun? est la GnA;i4l)£ ChélikoiKE/ 
connue vulgairement sous le nom à'éclaire, dont le caractère 
est d'avoir les fleurs disposées en ombelle pédoncuiée. Elle 
se trouve dans les lieux frais ombragés , shc les vieux 
murs. Elle offre plusieurs variétés. On la regarde comme 
diurélîqile , apéritive, propre pour les obstructions, la \a\i-\ 
Disse, l'hydropisie, etc. On se sert du stïc de sa racine 
pour faire passer les verrues. Cette plante ne doit être em- 
ployée que par des hommes éclairés , car son usage a des 
suites graves, lorsqu'il n'est pas bien dirigé. 

La Chélidoine glauque , vulgairement appelée le paoot 
canal, (^cheliàonium glaifcium , Lïnn.) Elle est moins cqm- 
mune que la précédente. On la trouve dans les terrains sa-- 
blonnenx. Elle a leS pédoncules unillores , les feuilles am- 
plexicaules, hispîdes, sinuées, et les tiges glabres. On' lui at- 
tribue les mêmes propriétés qu'à la précédente. Elle laîsje 
couler, lorsqu'on la blesse , un suc semblable, mais d'une 
odeur encore plus mauvaise, et d'un goAt plus Acre et plus 
amer ; ses feuilles sont presque blanches. Tournefort avoît 
, fait de cette espèce un genre distinct, qu'il nommoil^/duriutn 
et que Ltnnaeus n'a pas consep-é. Jussieu, Smith, Mœnch 
et Persoon l'ont rétabli. Outre le tihelidonium glaùcium , il 
faut y rapporter les chdidomum cormuiatum , Linn. et le die* 

VI. l5 ■ " ' 

Li. ..... Google 



•t36 chu: 

lidonittn hybriâum , l^no. Ces plantes âiffëfentdea vraiei ch^> 
lidoines par leur sUiqne à deai loges et surtout par leur port> 
£llet croissent toutes en Europe. V. Glauciense. (b.) 
CHELIDOINE (PIERRE DE) oa PIERRE D'HI- 

ROSDELLE. V. AfiATE. (PAT.) 

CHELIDONIA. BaHhin ( Pin. S7 ) donne ce nom à la 
FlCAlAX , Banuanuiia ficaria , Linn. C'est aussi celui da 
Cardahine à feuilles de chélidoine^ Caniamine cheti^miàt 
Linn. (lïT.) 

CHÈLIDONIUM. Nom laUn du genre Chéudoine. Ce 
Bom a été donné, par Fucbsiua, À la Ficaire ou petite 
Chélidoine ; par Slo^e, k U Boccone fsutescente, et 
par Comuti ,' Moriaon et Ray , à. la Sang.UINAIKE DO Ca- 
BADA, Sanguinaria canadensis, Linn. Dïoscoride nommoit 
theliàoniaa , la Cbélidoime (Oulid^majas'). Linnseoi Ta con- 
servé ponr nom générique. Il signifie hirondelle , et les an- 
ciens f'aToient donné k celte plfigte , parce qu'ils croyoieut 
qneil 'hirondelle gaérissoit les yeux malades de ses petits, 
Mvec son suc laiteux. (LN.) 

CHËLIDONS, OieUJones. Famille de l'ordre des oiseaux 
Sylvains et de )a tribu des Anisodactyles. Foyet ces mots. 
Caradèra : pieds courts, grêles ; tarses annelés ou nus ou em- 
plumés; les trois doigts antérieurs on unis à la base par une 
inembrannte , oa totalement séparés et le ponce dirigé en 
avant, ou les deux ettérienrs joints seulement i l'origine, et 
le postérieur toujoors tourné en arrière; bec petit, à base 
déprimée, onctUée ou glabre, ï large ouvertare, et i pointe 
^chancrée et courbée ; ailes très-iongues ; quene à dix ou > 
à douze recrices. Cette famille se compose des genres Hibon- 
CELLE, Maetinst, ËNGOSLEVEitT, ^iJAD, et d'une noaTclle 
division établie par M. Cavier,sous4enonïde Podargue. 
. CHELIFER. Mom latin des insectes du genre Pince. 
Vofet ce mot. (l.) 

CHELIOC. Nom dn Coq, dans U province dé Cor-. 
uonaiUes es Angleterre, (desk,) 

CHEUSCOTHECA V. Obeliscotheca. (un.) 

CHELODONTES, ChdodoiUa. Nom qœ j'avois donné 
& nn ordre de la division des insectes a^^ères, ou de la classe 
actuelle des arachnide» , et qui comprenoit ceux de ces ani- 
maux dont la bouche ne forme point de tube, et qui offre 
des mandibules. Telles sont les arachnides pulmonaires et 
la plupart de celles qai composent la troisième famille des 
arachnides uacbéennes , celle des holètrea. ( Foyat ces ar- 
ticles. ) (L.) 

CHÉLONAIRE, Chdonanum, Fafc. Genre d'insecte* 
de l'iurdre des coléoptères, section des pentamèrcs, famille 



dt, Google 



C H £ §^11 

des claTÎconieg, caractérisé pqr «a tête cich^e sons tin cbr^elei 
^eBÛ-circulaire, et par ses anieimes, qui se logent ^anf dts 
nimires pectorales, avec les second et troisième anîcled 
Irès-^anda, comprîmes^ et les suiraDs très-courts." ■-' ■ ' ~ 

Les chélonaires sont dt petits iiuectes dé forme "ovale , 
assez Toisios des byrrfaés , dont ils difTèrent cependant par les' 
antennes. Leur tele est petite, arrondie , •cachée sons le 
^rd antérieur du corselet; les antennes sont naoniliformes, 
insérées en avant des yenx ; le corselet est plane , tiordé -, ses 
bords sont presque réfléchis ; il est prolongé et arrondi an- 
térienrentent; l'écusson est petit, arrondi, veinules éiytrei 
sont roides, de la Inngaenr de l'abdomen) leurs bords em- 
brassent les élytres ; les pattes sont courtes , fortes , compri- 
mées; tous les tarses sont composés de cinq articles. 

Les habitudes de ces insectes, apportés de l'Amériijtie 
méridionale, nous sont entièrement inconnues, ainsi que 
l'histoire de leurs métamorphoses. Les deux seije& espèces 
de ce genre, décrites jusqu'à ce jour, sont : 

Le CiiéLONAlitE TRÈS- Nom ; il est d'im noir brillant; ses 
Battes antérienres aenlement sont d'un brun approchant de 
la coulew de la poix. Cette espèce est ir^s-voisine du ehé- 
lonaire de BeauKois, décrit et figuré par LatreiUe, Eeaer, 
cnuL a ùuect. -, tom. a , pag. 4^ t et tant r,pl.&, jSg. j. ] , 

Le ChÉLONAihe ponctué; il est brun; ses élytres sont . 
parseBiée» de points blancs, formés par des poils et qui s'ef- 
facent très- facile m en t. (o. et L.) 

CHËLONË. ïtoîn donné par Alezandr* Brongnfart , dans 
sa Métbode d'Erpétologie , aux torftws de mer dont il a-fait 
un genre, fondé sur la disposition des pattes qui sont en na- 
geoires, et sur d'autres caractères moins importans. Par suite 
il a appelé ChéloNiens l'ordre de reptiles qui Comprend 
Ce genre et le eenre tortue, f. Reptile et Torïoe. (b.)*. 

CHELONE. F. &gaipb«. (i.) 

CHELONION, Dioscoride. C'est le Cyclame ou Paim 
tiE POCBCEAU, Cyclamen eumpaum, Llnta, (L«.) 

CHELOISISCUS. Colnmna donne cenomauxTÂTOvs.- 
11 signifie Tortue-ctoporle. (DESH.) 

CHÉLOSTOME , Oidostoma , Lat. Genre d'insectes de 
l'ordre des hyménoptères, section des porte-aiguillon , fa- 
mille des mellifËres, fribu des apiairts, très-rapproché da 
genre des mégachiles par l'allongement et la forme du labre , 
ainsi que par la brosse soyeuse qui garnit le dessous de l'ab-^ 
domen des femelles; mais les chéloslomes ont le corps plgi 
étroit et plus alloi^é, oii in-esque cylindrique ; les troispre- 
nriers articlei des palpes labiaui sont 'continus, et ie qua- 



..» C H E 

triéiine on le dernier, et non le troisième; est insère sonA 
l'eiU-^WÎ^ «térienre du précédept; les palpes maxillaires 
•ont ;1^^ s -courts et composés de trois articles ; les mandibule» 
(Ont très-avancées, particulièrement dans les femelles, ar- 
qué ea.e^fourcbue s ou bidentées ^ leur cslrémité. 

Je ne connois encore qu'une espèce, dont la femelle a été 
placée par Fabricius avec ses Antuophores (^irunconan')i 
c'est Vapïs maxiilosa de Liniiieus; elle est noire , arec le bord 
des anneaux de l'abdomen blanc ; la brosse soyeuse du ventre 
est cendrée. Je soupçonne que Linnœus a d«éslgné le mâle sous 
le nom de^umomnù; Faliriciusen fait un hy^e. Cetinsecte 
place son nid dans le tronc des vieux arbres. (L.) 

CHË-LUM. Suivant ]!jOureiro, les Chinois donnent ce 
çom k un Nerprun, Bhamnus Uneatus, Linn. (u(.) ' 

CHELYS. F: Chelide. (DESM.) 

CHEMAN. Nom arabe d'une espèce de ConcoiibrE, 
Cucumis Dudaim , Lînn. (ln.) 

CHElVIIS.NamqucrondoQne,enEeYpte,auPARArs,(;LH.) 

CHEMNITZIA. Nom donné par Heister à !a Lagœcib 

COMlNOÏDÈ. (LM.) 

CHEMPS, HAMOS et HALHAMA, Noms.arabes 
du Pois chiche ( Gcêr arietinum , Linn.) suivant Camerarius. 
Ijes-Arabes modernes nomment cette plante malaneh^' lors- 
qu'elle est chargée de fruits encore rerts >, quand ceux-ci sont 
«ecB, ils les appellent homnuâ. (ln.) 

■ CHÉNA. Dénomîilatlon générique, en grec moderne, da 
Cahard et de là Sarcelle. (S.) 

CHENAIE. C>st un lieu planté en Ch^bs. (s.) 

CHËNÂLOPEX.. Oie ou canard révéré des anâens 
Ej^tiens , À cause de son attachement pour ks petits. C 'est 
le nomgrecde \Atardone; mais Maiwing l'a appliqué au gnaid 
pia^auin. V: QanARD. (V.) , > . 

CHËNANË. Oo.appelle ainsi, dans le. département du 
Loiret, une terre ai^euse, m41ée de sable, peu propre i 
ta culture, (B.) 

CHENAR. Ari>re qu'on cultive beaucoup en Perse. Il a 
une écorce ymx et blanche ; ses feuilles sont ramassées k 
l'extrémité des rameaux, et d'un vert brillant. J'ignore qtiel 
est le genre imquel il appartient, (s.) 

CHENARD. Synonyme de Chenevis. (b.) 

CHÊNE, Quercui, Linn. {^Moitoéck polyandne.) Genre de 
plantes de la famille des amentacées , qui a quelques rap- 
ports avec le cbiftaignier et le noisetier, et qui comprend 
de grands arbres et des arbrisseaux indigènes ou exotiques, 
À feuilles simples et alternes , ordinairement découpées , et 
à fleurs uoisexùelle». Les fleura mâles et les llemrs femellei 



dt, Google 



ftrj-xe- J'en/'. 4 ■ ^-^^^ laJofi^eri 



o^^Ic 



i:, Google 



OHE „3 

viennent snr le même individu ; elles soitt incomplètes et 
lans pétales. Les premières naissent plusieurs ensemble snr 
des chatons minces , lâches et pendans, situés aux aisselles 
des feuilles inférieures des jeunes rameaux. Les secondes 
sont solitaires, ou groupées en très -petit nombre sur les 
mêmes rameaux et dans les aisselles des feuilles supérieures. 
Elles sont tantât sessiles > tantôt soutenues par nn pédoncule 
commun plus on moins long. 

Chaque fleur mâle ofTre : un calice membraneux formé 
d^une seule feuille découpée en quatre ou cinq segmens ; 
quatre àdix étamînes dont lesfilamens, très-courts, portent 
des anthères- assez larges et jumelles. Chaque (leur fe- 
melle présente : un involucre resserré au sommet , et pres- 
que fermé avant la maturité du fruit ; un calice très-petit 
à six deots aiguës , appliqué à la base du style ; et un ovaire 
à trois loges con&ses , portant un style court , terminé par 
trois, quatre ou cinq stigmates sillonnés et réfléchis. 

Le fruit , qu'on non>me gland, est nne espèce de capsule 
ou de coque ordinairement ovoïde, quelquefois spbérique, 
enchâssée par toute sa base dans une coupe 'ou cupule hé- 
misphérique assez épaisse, lisse an-dedans, écailleuse, ta- 
bercoleuse (*u hérissée en dehors, produite par l' involucre 
qui s'est atcru. Cette coque , qui est formée d une peau car- 
tilaginense et très-polie, ne s'ouvre point; elle contient nne 
amande de même forme , dont la substance est assez dure , 
communément d'un go&t âpre et anstère , et se partage en 
deux lobes. Ces caractères sont figurés dans les Ulustralions 
de Lamarck,'[^, 7^^. 

De tous les arbres qui peuplent nos forêts , il n'en est 
point qui ait un aspect aussi imposant que le chêne, et qui 
annonce autant de vigueur. Il est l'emblème de la dm'ée 
et de la force. Son élévation , sa grosseur et l'épaisseur 
de son feuillage attestent sa supériorité sur tous ceux qui 
croissent autour de lui. C'est le premier, le plus appa- 
rent et le plus beau de tous les arbres indigènes à l'Europe. 
Dans raDti<|uité , il fut un dbjet de véuéraiion pour ces 
peuples qui prêloient une âme à tontes les productions de 
la nature. Les chênes de la forêt de Dodoue rendirent des 
oracles ; depuis , ceux des -Ganles servirent d'autels à ses 
prêtres : c'étoit sous leur ombre sacrée que lesDruideschan- 
toient des hymnes à l'Étemel. Chee les Grecs et les Ro- 
mains , une ■ branche de- chêne , tressé© en couronne , (ut 
toujours regardée comme la plus belle récampense qu'on 
pût oflrtPà la vérin; et:L'estiniaUe citoyen ^ui l'avoît mé- 
ritée, s'en tenoitplns honoré' quâis' il- avoit été comblé de la 
faveur des rois. C:Ëst. ainsi que tout étoit ennobli et agrandi 
par l'imagination vive de ces faoïtuaes > qui nous ont pr^f» 



,3o C H E 

cédés de vÎDgt stècles. Anjourd'Iini noos ne voyons dam le 
chêne qu'un simple objet d'utilité ; et cet arbre mperbe , 
consacré autrefois à Jupiter^ et <pâ re^t jadis tous les bon- 
nears des mvstéreg , ne présente maintenant à nos yeux 
<gue de froids matériaux pour nos ■ édifices , pour notre 
marine «t pour nos dirers usages domestiques. Cette vul- 
niére de l'enrisager est moins brilUnte , il est vrai , que celle 
des Grecs , mais elle est plas saine ; et si, considéré sons ce 
point de vue, il n'obtient pas les éloges pompeux des anciens, 
ceux qu'il mérite sont au moins plus réels et mieux fondés. 

Ce ^ure est si nombreux , qu'il a fallu le partager en plu- 
■iears sections. Leurs limites n'étoieot pas faciles à tracer. 
Quelques botanistes ont divisé les cbéneS en chênes d'Eu- 
rojfe et'en chênes d'Amérique. Cette distinction ne présente 
pomt de caractères assez positifs , comme on peut facile- 
ment s'en conraiacre, J'ai cm trouver, dans la forme 
assez constante des feuilles • un bon caractère pour rassem- 
bler, sous un même paragraphe* un certain nombre d'es- 
pèces; et je me suis arrêté î ce plan. Il offre, selon moi, 
un grand avantage à celui qui étudie la nature , puisqn'en 
voyant un chêne il peut , k l'inspection seule de ta feuille , 
dire tout de suite à quelle section il appartient. L'ordrç 
dans lequel les espèces se trouvent successivement décrites ' 
dans: cet article, est tel, qu'il correspond graduellement, 
OU à peu près , i la forme des feuilles , selan leur plus ou 
moins d'irrégularité. Ainsi, )'ai placé en tête de. la série, 
les chênes qui ont les feuilles découpées très-iiTégulière-r 
ment , et à la fin , ceux qui tes ont tout-À-fait entières. 

I. Chênes dont les feuH/es sont d^cqupées en loba iifé^tiuaif 
obtus ai carrés , et plus ou moins profonds. 

CniNfe A U>NG$ PÉSOMCULES , vulsaîrement le chêne 
blanc, le gtavelin, (^iercusracenwsa, Lam. C'est un très- 
grand et bel arbre, qui vit fort long -temps , dont le bois 
est d'une etcellente qualité , et que l'on peut regarder comme 
le plus utile et peui^tre le plus beau de ceux qui croissent 
en Europe. Il lait', avec le chêne roure , le fonds de nos 
forêts. Dans les.bons terrains, il s'élève jusqu'à quatre^ingl- 
dix pieds. Son tronc est gros , droit et bien proportionné ; 
sa cune majestueuse est ample et oblongne , sans être conique 
ni pyramidale. Dans son jeune âge , ton écorce est lisse et 
d'nn blanc cendré; avec le temps, elle devient épaisse, ra- 
boteuse , crevassée , brune ou grisâtre^ Cet arbre porte des 
feuilles ovales, obloneues , soutenues par de très-courts pé- 
tioles; elles sont plus larges vers.lenr sommet, et découpées 
jusqu'à moitié ea segmens obtus ,- arrondis et sinneux; leur 



L:,.,Li;<^ti=, Google 



- C tl E »3» 

Borface sap^rieare est Miie et d'un beau vert tbttti , rinfé- 
rienre est Masque glauqne. Elles toàibent tons les ans , oa 
restent séoies «ir l'arbre pendant l'hirer. Les fruits sont 
soMtendns k de longs pédoncules , aunombre d'au , deux on 
trois; ils oUirem des glands toojoars oblon^f mipeu cylin- 
driques , plus on moins gros , et enchâssés dans une cupule 
qui embrasse 'le quart di^land , et qui est fermée de petits 
tubercules terminas par quelques poils. 

On voit de très-beaux chênes blancs dans les fbréls des. 
prpvinces de Picardie et de Flandre, et dans celle de Fon- 
taineblean. Ce chêne est moins sujet k varier que le chén» 
roure. Presque toutes les expositions, t^p les terrains Inv 
conviennent : le fond des vallées, la pente des collines, la. 
crête des môntacnes, le terrain sec et hnibide , la glaise, 
le limon , le sable ; il s'établit partout ; maïs !1 en résulte 
de erande^ différences dans son accroissem^ et dans la 
quaBtédeson bois. 11 se platt et réosùt mieux dans les terre»: 
douces, limoneoses, profondes et fertiles; son bois alors tst 
d'une beUe renne, bien franc, et plus traitable pour la fente- 
et la menuiserie ; il profite très-bien dans les terres dures et 
fortes qui ont du fond, et même dans la glaise ; il y croll^- 
lentemenl, Ji la vérité, mais le bois en est meiUeor, tien 
plus solide et plus fort ; il s'accomnwde aasai des terrains. 

. sablonneux, crétacés ou gravcleus, pourra qn'ilyait asses 
de profondeur. Il ne craint point les terres grasses et 
humides , oà il croit taétae très'promptement ■,. mais c'estj 
an désavantage du bois qui , étant trop tendre et cassant,, 
n'a ni la force ni la solidité requise pour la charpente. 

Nul bois n'est , en Europe , d'nn usage si général que celui. 
de chêne ; il est le plus recherché et le raeilleor pour la. 
charpente de» bâtimeng, la construction des navires; pour la 
structure des moulins., des pressoirs ; ponr la menuiserie, 1» 

^ charronnage; poui des treUlages , des ëcfaalat, des cercles;^ 
saur du bardeau ,. des éclîsses , des lattes , et pour tous.. 
les ouvrées où It^ &at de la solidité, de la force ^ du volume- 
et de la durée; avantaee particulier jt ce' bois, qui l'emporte^. 
i cet égard, sur tous les antres bois que nous avons en £n-. 
rope. Comme le chéné blanc a très-pea- de nœuds, il se 
fend aisément en douelles, et il est unique pour. faire des 
tonneaux, des r^ives, des ftniloin et autres ««ses nécessaires 
à la confection du vin. 

Le désavantage de ce chêne, ainsi qa&^ chêne ronre et; 
de quelques antres, est d'avoir beaucoup d'aûbîer d'une, 
qualité bien inférieure k celle du cœur du sois. Cet aubier,., 
qui est tris-marqqé et d'une couleur particulière , se pourit 
j^romptentcnt dans les liem hiinu4çi i.et qaaqd.il'esj ^ac.^ 



n, Google 



sèchement, il est bicotAt vermoula, et corrompt tons lea 
bois voisins. Il faut donc J'eniever avant d'employer le bois, 
li'écorce de chêne pîlée et réduite en poudre , forme le meil- 
leor tan pour la préparation des cuirs. Quand elle a servi i 
cet usage, on-rempîoîe ^ faire des couches dans les serres 
chaudes. 

Cet arbre, comme beaucoup d'autres chênes, sert d'faa- 
bîtation à une quantité d'insectes qui aiment à se nourrir de 
ses feailles et de ses 'chatons. Ces animauz produisent des 
galles de différentes formes , qui ressemblent quelqueUois 
i des fipuils. H y a quelques espèces de ce genre dont les 

?;alles font un <ibj|| de commerce , et sont employées dans 
es arts. 

Les feuilles, l'ëcorce , i'aubîer, le bois, les ^laT^às^n chêne 
et les autres productions particulières que l'on trouve acci- 
dentellement sur cet arbre, telles que les galles, les guis, etc., 
sont d'usage en médecine : leurs vertus sont en général stip-- 
tique6 et astringentes. 

Cbêne rodre on rouvre, Cbêne cohhch a glands 
8ESS1LES, Quercus roèur, Lânn. Il n'est pa^moîas commun 
dans nos forêts que le ckéne à grappe , mais il lui est inférieur 
dans la qualité de son bois. Ce chêne, qui forme une espèce 
Irès-distincte , varie beaucoup dans plusieurs d« ses parties. 
La grosseur différente de ses fruits, les découpures de ses 
< feuiUCs plus ou moiss profondes, lenrs surfaces inférieures 
tantôt lisses , tantât chargées de poils , la coalenr rouge ou 
blanche de leurs pétioles et de leurs nervures, etc., pro- 
duisent plus de quarante rarîétës, qui, pourtant, peuvent se 
réduire aqs six suivantes, savoir: 

Le Ckéie mure à larges feiàllês , vulgairement le àurelM, 
bel art>re à feuilles lisses , et ayant des découpures peu 
profondes et arrondies. Son gland est gros, court, pres- 
que sessile, solitaire, et à cupule raboteuse. Le chine roure 
ktdnié, arbre médiocre, dont les feuilles sont lisses et à dé- 
coupures ondulées et comme crépues, et les glands petits et 
disposés par bouquets. Le chérie nuire noirâtre , grand et 
gros arbre d'nn beau port, ayantdes feuilles ovales, coriaces^ 
à sinuosités peu profondes, et de gras glands solitaires, i 
clipule tuberculeuse. Il est commun dans la ÎOrët de Fon- 
tainebleau. Le ehêne roure laitugineuic , .arbre de grandeur 
médiocre , qui se trouve en abondance au hoi» de Boulogoe 
et à Sainte-Manr , près'de Paris. Son tronc est souvent tor- 
tueux, sa cime irrégulière et mal garnie; il a des feuilles d'un 
vert mat en dessus, chargées en dessous de poils, et des 
glands assez petits, réunis par groupes de deux ou trois ; leur 
cupule est courte etlégèrement tobercnleuse. Lx-cynèmureà 



i:, Google 



CHE .33 

Irocheb; II s' élève p«u , a des fennies à peu près semblables k 
celles de U précédente variété, et porte de petits glands 
oblongs, et terminés par une pointe : on trouve ce chêne 
dans la forêt de Fontainebleau. Il croît en Alsace un petit 
cbêne, variété da roore, aue les babitans du pays nom- 
ment cbéne de haie. Il reste petit, a le gland fort enfoncé 
dans sa cupule, et les fibres de son bois entrelacées comme 
celles de l'otme tortillard. 

Dans ces six variétés de chêne roure , on distingue la 
première À larges feuilles , qne l'on nomme quelquefois 
chin£ mâla ; et la troisième qui , dans quelques pays, porte le 
nom de chéaenoir. Le tronc du cbêne mâle déploie plusieurs 

* maîtresses branches qui ne s'en éloignent qu'insensiblement 
et en s'élevant toujours. San bois est plus pesant que celui du 
chêne blanc on à grappe, et offre une plus graj|^e résistance : 
les boulets le percent et ne le fracassent pas. iffoumlt plus de 
pièces courbes propres à la construction des vaisseaux, qut le 
chêne blanc; il ne réussit que dans leshons terrains, mais il 
y vient aune hauteur et ànnegrosseur prodigieuses; il a de for- 
tes racines pivotantes, obliques et horizontales. Le cbêne noir 

• ou chêne roure noirâtre naît très-bien , subsiste et croît dans 
les terres arides , y pousse de fortes racines rampantes, qui 
vont chercher au loin leur nourriture ; ses bourgeons et ses 
feuilles parois sent plus tard que ceux du cbêne blanc-, il est, 
par cette raison, moins sujet à être gelé, et moins attaqua 
aussi par les vaches et les brebis. Mais son bois est rejeté de U 
construction des vaisseaux; il se tourmente beaucoup, s'il n'a 
pas séché cinq à sis ans ai moins avant d'être employé. 
Pour corriger cette mauvsfll qualité , il faut le laisser sécher 
dans son écorce ; il a encore plus d'aubier que le chêne blanc. 
Dans sa force, il est beaucoup pAs dur que celui de ces der- 
niers; mais l'excès de sa dureté est un défaut : il brise les 
outils; et, comme il est rempli de noeuds , il ne peut être 

' employé Â autant d^usages. Quand il est jeune, il. est plus 
flexible que l'antre ; avec le jeune boi» de chêne noir, on peut 
faire des cuves .■ on ne le peut pas avec le même bois de cbêne 
blanc. I^e to^s nos chênes communs, èelui qui donne le 
meilleur bois pour le chauffage, est le chêne noir; il fait un 
feu plus ardent et plus durable que le bois du chêne k grappe 
on du cbêne mâle. Ce dernier, qu'on appelle â Bordeaux 
rkêae. bâtard, participe des bonnes et des mauvaises qualités 
du chêne blanc et du 'chêne noir. 

Le CtlÊNE DE L'ApEWNIN , OU CflêNE A FEUILLES HIVER- 

nu.E$, Queivus apemùna, Lam. Il a- beaucoup de rapports 
avec le précédent. Ses feuilles sont plus larges et moins 
profondément découpées; elles conservent leur verdure pea-" 



i , Google 



a34 C H E 

dant l'hiver. Ce ehéne crdi en Italie rar \t» montagnes de 
l'Apennin, aux enriroQS de Lyon, en Sonabe et en Porbigal. 
CninE SEsPYRtHÉES, ou Chêne Cyphè^^ Quemafa^ 
giaUi, Mas. nat. Ses feoillea sont oblongues, ovales, pro- 
fondément découpées en lobés obtus, et presqae sessiles ; 
elles tombent toutes dès l'entrée de l'hiver; ses branches 
ïont relevées-et resserrées presqne comme celles du typris. 11 
croît dans les Pyrénées et dans la Basse-Navarre. 

Chêne grkc on «etit Chêne, Qtarais esatha, Lànn. On 
le nomme aussi chine-hêtre. C'est Yeicuhis de Pline. Cet arbre 
est petit , a des fruits sessiles et des feuilles lisses , décoa-* 
pées jusqu'à moitié en lobes un peu dittans , les uns ëmous- • 
ses , les antres pointus. Il se dépooilte tons les ans , et porte 
deselands lo^s , assez doux, k cupnte nn peu piqnante. 
£n Grèce , en Dalinatie et en Italie , où croit ce chêne ^ les 
padvres gens rédoisent ses glands en farine, et en font an* 
espèce de pain dans les années de disette. 

Chên& obtusilobé ou Chêne gris, Qu«mu çAbaUobai 
, Mich. C'est nn arbre qui s'élève à cinquante pieds , avec un , 
tronc droit; spn écorce est blanchâtre, sa ramification ré- 
gnlière ; ses feuilles à cinq lobes tronqués et écbancrés , i 
sinus profonds , à base aiguë et à pétiole court; ses ^ands 
ovales, d'une grosseur médiocre, enchâssés i moitié dans' 
leur cupule. Ce cbéne croit dans' l'Amérique septentrionale. 
Sa fructification est annuelle et abondante ; et son-boîa très- 
estimé pour les usages économiques. 

' ChÊI4EFIUSÉOqCh$NE ASacMnOlT, QiMrcil>»M(7«£«sa, 

Mich. Sa hauteur est de soixante à quatre-vingts pieds. U a 
une écOrce lisse et peu gercée , même dans l'âge adulte ; des 
feuilles drapées , À sinus profonds et k lobes obtus et comme 
crénelés. On trouve ce chêne dans le nord de 1 Amérique, 
i l'ouest des monts AUéghanis. 11 donne ses fruits dans 
l'année. Le gland est ovoïde , fort gros , trèft-enfoncé dans 
sa cupule dont le bord est chevelu. jLorstpie cet ail)re croit 
dans les lieux élevés , son bois est de bonne qn^té ; ses- 
feuilles portent de petites galles très^velnei. 

Chêne blanc aquatiqoe, Quema fyralày Mlcb. Celui-ci 
vient dans la Caroline méridionale et la Géorgie. On le 
trouve fréquemment dans les lieux aqaatîques et bas. Il s'é- 
lève à cinquante ou soixante pieds, it présente une écorce 
-unie et des feuilles lisses , À sinus obtus, et à lobes comme 
carrés , et bordés d'angles aigus ; le lobe terminal a trois 
pointes. Ses glands, qui mûrissent dans l'année , sont enve- 



dt, Google 



C H E . ,35 

loppés presque eiKîèreinent par la cupule , qui csl hérissée 
-de tubercules aigus: 

Chêne noib, Quema râgra^ Linn. On en distingue trois 
rariétés , qui sont peut-être des espèces distinctes ; savoir: 

Le chêne noir a/fuotique, Lam. C'est le chêne oquaëque de 
Michaux, qui croit en Amérique, depuis le Maryland jus- ' 
qu'à la Flonde. Il s élève de cinquante -cinq à soiiante pîeds. 
Sa fructification est bisannuelle : ses (leurs mâles ont cinq 
étamines, et ses fruits sont presque sessilea et à peu prè» 
. spfaérîques. Son bois est peu estimé. 

La plupart des chênes de l'Amérique 3eptentri<»iale , dit 
Michaus , produisent dans leur jeunesse des feuilles diffé- 
rentes de celles de l'arbre adulte. Mais la nature a tellement 
prodigué ses variations sur le chéue aquatique , qu'on trouve 
souvent sur un même individu adolescent des feuilles obtuses 
et des feuilles aiguës ; des feuilles lancéolées et entières, mê- 
lées avec d'autres qui sont sinuées. Quand cet arbre est daus 
toute sa force, ses feuilles sont communément en fonne de 
coin , et leur sommité est sinueuse on à lobes peu sensibles. 
Son bois est peu estimé. Il seroit cepeudant d'un bon usage, 
si on le coupoil lorsque la sève est interrompue ; mais cette 
métbodén'est pas pratiquée en Amérique. On y abat indiffé- 
Amment les arbres en été comme en hiver, pour les em- 
ployer immédiatement à la construction des maisons et desna- 
vires. On a souvent confondu cette variété avec la suivante. 

he/Aéne noir à larges feuUtes, Lam. , ou simplement le cft^ 
noi>, Mich. Il s'élève beaucoup moins que le chêne aquatique. 
Ses feuilles sont coriaces , en coin, à base obtuse et à sommet 
très-élargi. Sa fructification est, bisannuelle. Il porte des 
glands ovoïdes placés dans une oQpul^ écaillense et faite en 
fovme de toupie. On trouve ce chêne dans la Nouvelle-Jer- 
sey. Son bois est ma&vais , el n'est employé que pour le 
chauffage. \ 

Le chine noir à feùSles sinuées, Lam. fl a ses fenilles pro- 
fondément découpées comme celles de certains mûriers , et 
chargées en dessous d'un duvet rare et très-court. 

Ch£nE QUERClTaON Ê IXUILLES ANGULEUSES , (^erCttS tÙU>- 

ioria angidosa, Mich. I) croit sur lesbofds du lac ChampUîn 
et dans la Pensylvanîe , s'élève jusqu'à quatre-vingts pieds , a 
une écorce noirâtre et des feuilles ovales très-larges , à lobes 
peu profonds, bordés d'ansles terminés par de petites pointes. 
Son trOnc a de trois à neufpieds de diamètre. Cechênedonne 
ses fruits la seconde année après la floraisoti. L'écorce de 
cet arbre est employée' en Amérique par les tanneurs ; eU# 
fournit une écorce jaunâtre.. 



dt, Google 



W. Chines dont let feuilles soiU âéeoupées pha ou tnoùuprofon^ 
démeitt en lobes inégaux à ienninès en pointe. 

' Chêne A CUFUI.E CHEVELUE , Quercuf crûiûti , Lam. On en 
connoît quatre variétés, qui sont: 

Le chrne à gros glands ckei>elusoV[\tt:kéne4i Bourgogne. Grand 
et bel arbre qu'on distingue aisément du chêne à grappe et àa 
Mne mure , par ses feuilles oblongues' , jprofondémcbt décou- 
pées, presque en lyre, et par ses stipules nombreuses et li- 
néaires, 11 porte des glands presque sessiles et assez gros , qaî 
viennent deux ou trois ensemble ; leur cupule a ses écailles en 
filets allongés, terminés eu pointe. Ce chêne croît dans la 
Franche-Comté, aux environs de QuAigey ;ob le trouve- aussi 
dans une grande partie de l'Asie mineure et de la Syrie. 11 
s'élève à une grande hauteur, et fournit un bois excellent. Ce sf 
le quercus orientalis lailfolia, glande tnajiimâ , cupidâ rriniid de 
Tournefort, et celui qu'an apporte k Constant inopte , des 
côtes méridionales de la mer Noire , pour être employé k la 
construction des maisons et des navires. 

Le chêne remis , t^uercus cerris , Linn. Arbre moins grand et 
moiasbeau que le chêne de Bourgogne , àfeuilles découpées à 
peu près de la même manière , mais moins longues. 11 croit 
dans les lieux pierreux et montagneux de l'Europe australe. # 

Ue chêne à petits glands chevelus , querrus orienialisangusli/blia, 
glande minori , cupulà cn'nHâ , Toum. Ses feuilles sont un pen 
.étroites, à découpares sinueuses ; ses glands petits , courts , 
sessiles, et à cupule comme chevelue : il vient dans le Levant. 

Le Chéns ANGouHOis , appelé quelquefois cA^fM ^uswi.' 
Arbre d'un beau port, dooi les feuilles sont molles et velues, 
et très-profondément découpées, en segmens émoussés à leuc 
sommet , tantâl simples , tantôt munis d'angles. Les glands 
sont sessiles , et la cupule hérissée. 11 crott dans rAngoumoïs, 
les landes de Bordeaux , et en Espagne. Il est le seul des 
chênes d'Europe qu^ pousse des re)etans de ses sacines. Son 
écorce est excellente pour le tannage. 

' Chêne BLAMC A, FEUILLES PIHIUTIFIDES, Quercus olba pirma- 
Ufida, Sa hauteur est de soixante pluls ; il est revêtu d'une 
écorce blanchâtre , et se couvre &ç feuilles presque unifor— 
mément découpées en lobes très-profunds et opposés, entiè-* 
rement couvertes de poils blancs dans leur jeunesse. Sa fruc- 
tification est annuelle ; il porte des glands ovoïdes assez gros, 
et à cupule'tuberculeuse.l)ans l'Amérique septentrionale, o£i 
cet arbre croit , on préfèi:e son bols à celui ^e tous les 
autres chênes , pour la construction des maisons et des na- 
vires; il sert à tous les usages économiques , et fournit un. 
excellent merrain pour les tonneaux à liqueurs spiritueusest 



L:,<,i,z<,d_:,Go'oglc 



C H E a37 

. CbÈrzhovgv., Queraaruhra, Linii. On en disUngae deux 
variétés , savoir : le ckéiie rouge àlarges feuilles , Lam. , qui 
s'élère jusqu'à quatre-vingt-dix et cent pieds , et qui vient 
naturellement dans la plupart des contrées de l'Amérique 
septentrionale : les Américains l'appellent reJoaA.Ses feuilles* 
qui rougissent avant leur chute , ont de très - longs pétioles ; 
elles sont élégamment 4*!conpées en lobes assez profonds \ 
subdivisés en plusieurs segmens aigus, et terminés par des 
pointes sétacées. Ses fruits ne mûrissent qu'un «^eprès l'ap- 
parition des fleurs femelles. Le gland est ovoïde^coart, assez 
gros , surmonté d'une petite pointe , et enchâssé au quart 
dans une cupule en' soucoupe, et un peu unie. 

Cet arbre, qu'on trouve depuis le Canada jusques dai^ Ia> 
Géorgie, est, dit Michaux, un de ceux qu'il seroïtteplus 
avantageux de cultiver dans toute l'Europe, Son bois , quoi- 
que inférieur en qualité à celui du cliêne blanc, est cependant 
très-employé pour la charpente et le charronpage.Sott écorce 
est préférée à celle de toutes les autres espèces pour' le tan" 
nage ; elle contient un principe beaucoup plus actif que celle 
des chênes d'Europe employée au même usage. Il croît ra-> 
pïdcmentdans les terrains sablonneux, ferrugineux etfrdîds. 



Ceux qui ont été envoyés d'Amérique , et plantés k Ram- 
bouillet , au nombre de plusieurs milliers , sont parvenus , 
en moins de dit ans , à plus de trente pieds de hauteur , et 
cependant ils avoient été replantés deux fois. Cet arhrË est 
naturalisé dans la terre de Duhamel ; il y fructifie tous les, 
ans , et s'y reproduit sans culture. 

L'autre variété est le chint rouge dieséqué de Lamarck, que 
Michaux appelle chêne des marais, querr.us palastrii. C'est, de 
tous les chênes d'Amérique, celui qui varie le moins :.on le 
trouve depuis la N ou velle-Angre terre jusqu'en Virginie ; il 
est particulièrement employé à faire des roues , des pieux ou 

goteaux, etc. 11 ne s'élève qu'à trente o.u quarante pieds, 
es feuilles sont découpées pn sept .lobes oblongs^, et à sub- 
divisions aiguës i.sa fructi&catian est la même que celle du 
cliine-saide. 

Chêne écaelate', Quercus coccinea , Michaux. Arfare de 
soixante-quinze à quatre— vingts. pieds de baut, quicroîtdans 
la Virginie et la partie élevée des deux Carolines. Il porte 
de très-belles feuilles à pétioles très-longs, à sinus trés-arron- 
dls , découpées en sept lobes , comme celles du c/iéfie des 
marais, mais beaucoup plus grandes; chaque lobe est terminé 
par plusieurs dents aiguës. Sa fructification est bisannuelle ; . 
le gland est ovoïde , surmonté d'une pointe , et enchâssé aux 
deux tiers dans une cupule faite en toupie et très-é caille use.. 
Les feuilles de.ce chËue prennent, à l'approche^de l'hiver, une 



i:, Google 



338 C H E 

conlear ronge. Son bois est prétéTé à celui du diéM rouge; 

maï&son écorce est moins estimée pour le tannage; 

CnâNE DE Catesbt , Querriu Cattsbai , Mich. 11 s'éUve à 
trente ou quarante pieds , à une écorce noirâtre ; t raboteuse, . 
et des feuilles coriaces , (isses , luisantes , rétrécies à lenr 
base, et découpées profondément eu trois ou cinq lobes, sub- 
divisées en angles pointus. Son gland est presque sphérîque, 
et recouvert à moitié par la cnpme, dont les écailles du bord 
sont replidrfKntériearement. Cet arbre croU dans les terraîna 
secs et aridSdu Maryland, de la Virginieetdes Carolines: 
son bois n'est bon que pour le chauffage. 

.CHÊNE VELOUTÉ, Quereiu f^cota , Mich. Sa hauteur es I 
de ^nquante à soixante pieds ; sa fructification bbanmielle ; 
son gland peUt; ses feuilles sont pétîolées, et découpées 
en lobes très-ouverts. Ce châne croit dans l'Amérique sep- 
tentrionale. 

CaiNE DE Banister , ou VEiTt Chéiie velouté , Quer- 
eus Bamsteri^ Mich. C'est un eh^ne qui ne s'élève pas axi- 
deb de neuf pieds'; il crott dans l'état de Massachusetts , 
de New-Yorck et de New-Jersey. Ses feuilles ont de longs 
pétiDIes, sont drapées en dessous , et divisées en cinq lobes 
entiers et aigus. 

Cbêne TRILOBÉ , Quercus trUobà, Mich. Une haatenr de 
cinquante \ soixante pieds ; une écorce unie ; des feuilles en 
coin allongé , à trois lobes placés il leur sommet , et bordés 
chacnn de trois pointes ; une fructification bisannuelle ; un 
glaiid petit', tout-à-faitsphériqne; une cupule en soucoupe: 
tels sont les caractères de ce chêne, qu'on trouve depuis la 
Kouve lie-Angleterre jusqu'en George. 

III. Chines dotfi lesfaMa tord denUUes ou crénelées. 

CatmKaKossESCUPOLE3,CBtsK-rELA.m,Quercuscegilops, L. 

C'est un ari>re qui ne s'élève pas tont-à-fait à la hau- 
teur de nos chênes roures. Ses feuilles sont d'un vert 
riair , ovales -obi otigues , et bordées de grosses dents , 
dont chacune est terminée par une pointe. Son gland est 
gros, court, un peu creusé à son sommet, et enfoncé dans 
,une cupole sessile , fort lai^e , et hérissée de longues écailles 
obtuses; c'est cette cupule qui est la yelonède du commerce. 
L'arbre qui la produit croît dans les îles de l'Archipel et dans 
d'autres parties de l'Europe australe et de la Torquie d'Asie : 
oo en voit une très-belle figure dans le Voyage d'Olivier 
dans Tempire ottoman. Les Orientaux, les Italiens, et. les 
Anglais emploient la velanède dans les teintares, ainsi que 
la noix de galle. 

GlÊNE * miiu.ES 01 Ca&TAlGinEB, Çuern» pnims , Unn. 



M 



C H E ,3, 

On connott cînq variëtéi Ae ce chêne | tontes croÎMcnt dans 
l'Amériqne septentrionale', leur fructification est annBclle , 
et Teur fruit pédoncule. Ces rariétés sont ; 

i." lie Chêne diâbaofgrdes ammpi ou desHaee boa , Qaer- 
cus prima pahatris , Uich. Il est appelé par quelques bo- 
tanbtes , chAu à écorce de platane. C'est un ari>re de la hau- 
teur dé soixante-dix ^ quatre -y ingt-dix pieds , dont l'é— 
corce blanchâtre se détache par bandes longitadînales, lors- 
qu'il est parvenu i l'ige adulte. Ses feuilles sont pélioléeSf 
oblongacf, orales, élarnesTcrsIe sommet, et bordées de dent* 
larges et un peti inégales; elles tombent chaque année. 

Ce chêne croit dans les forêts humides de la partie basse 
des deux Carolines , de la Géorgie et de la Floride. Jl est 
remarquable par la erosseur de ses glands , qui sont dom , 
abpndans, et recherchés par les animaux sauvages. Son boi^ 
est «KcelleM et très-employé pour le charronnage : il est sus- 
ceptible de se~ diviser î os tel point, qu'on en fait des cor- 
beilles et des balais. 

a.* Le Chine châiai^ier des monlagna , ^iervûs prima 
tnorOicola, JAich. Ilest demoitiémoiashaut qucle précédent, 
et a des feuilles presque rhomboïdales et i dents à peu près 
égales. Il crott en abondance sur les plus hautes montagnes 
ûe l'Amérique septentrionale. Son bois est aussi bon que 
celai du chtoe blanc , et son écorce est très-estîmée par les 
tanneurs. 

3.* Le Chine chétaigider des IBinoit, Querçua prima aai\ 
nûaata , Mich. Les feuilles de celui-ci sont ovales , allongées^ 
lisses et glauques , quelquefois blanchâtres , i longs pétioles 
et il dents très-aiguës. Il croît iusqu'i la hauteur de quatre- 
vingts pieds dans les contrées fertiles situées à l'ouest des 
monts Alléghanis -,.la température de cette partie de l'Amé- 
rique scpleutrionalc étant la même que celle du nord de 
l'Europe , on pourroit y cultiver ce chêne et le précédent. 
Ils portent des glands doux , comme les autres variétés de 
cette espèce ; leur bois est excellent , et leur écorce très- 
employée ponr tanner. 

4.' Le Ûténe (^iiuptaptn , Quercus prima pmtula , Hîch. On 
le trouve en Virginie tt dans la Caroline. C'est un des 

tins petits chênes connu. Il a tout an plus trois pieds de 
aatenr. M. Bosc, qui l'a obserré en Caroline , le regarde 
comme me espèce distincte. 

5.* Le Oiae chéta^mer vebt , Çimtcus prima tomaitcua , 
MIcIl 11 croît dans le pays des Illinois. Ses feuilles sont dra-^ 
pées , prosqne ovales , à àtMa très-ohttises. Son gland est 
doux et bon àmangcr. 

CBfiHB DE Xk OUIB 01^ «OIWBUa, Qwvus ù/tetoHa^ 



dt, Google 



»4o C H E 

Oiiv. , figuré pL B, 17. Ce cMne , dit Olivier ■( Vr^of^ âans 
fempire ait.), porte une tige tortueuse ; il atteint rarement 
la hauteur de six pieds, et se présente plus souvent sous 
celte d'un arbuste'que sous celle d'n^rbnsseau. Ses feuilles 
so^t lisses , d'un vert clair , tant en dessus qu'en dessous , 
portées sur nu pétiole assez court , et bordées de dents ter- 
minées par une pointe peu aiguë. ËUes tombent cbaque an- ' 
née à la fin de l'automne. 

On trouve cet arbre dans toute l'Asie mineure , depuis 
IS'Bosptiore jusqu'en Syrie , et depuis les côtgs de l^rc1up«l 
jusqu'aux frontières delà Perse. Il produit des galles em- 
ployées à la teinture. 

Chêne nain , Quercus humilù , Iiam. Selon Bauhin el La- 
marck , ce chêne s'élève k peine à la hauteur de trois pieds; 
ses feuilles ressemblent à celles des chênes verts, mais 
elles tombent tous lesans; elles sont oblongu^, bordées ' 
dé dents un peu grosses, et ont un fort court pétiole. Cet 
arbuste ou arbrisseau est commun ^n Portugal. 

Cq;ËKE DE Portugal, Çuerciu /i«ûûnica,Xam.'C'est un 
arbrisseau, fort bas, sujet à porter des galles. H varie dans 
■es feuilles qui sont petites , dures , tantôt ondulées en leurs 
bords avec des dents pointues, tantôt crépues ethérissonnées. 

Chêne LIÈGE, Quercus suèer, ' Linn. Il est de moyenne 
. grandeur , toujours vert ci très-ràmeuxi Ses feuilles , grandes 
à-peu-prèscommecellesdu chêne vert, spnt ovales , oblon- 
gues, entières, dentées en leurs bords, et un peu cotouneuses 
en dessous; elles ont de fort courts pétioles. Ce chêne croît en 
Italie , en Espagne et dans le midi de la France. 11 porte des 
glands quiressemblentfortà ceux du chêne commun.Ilests'en- 
sible au froid; son écorce se fend et se détache d'elle-même, 
quaqd on n'a pas soin de l'ôter. C'est elltf qui forme le liège. 
On l'en dépouille tous les huit ou dix ans ; brûlée daOs des 
vaisseaux fermés , elle donne une poudre noire ) appelée 
noir d'Espagne, qui s emploie dans les arts. 

Chêne d'Espagne, Quercus hUpanir.a, Lam. Cette espèce^ 
qui a beancoup de rapports avec la précédente , comprend * 
suivant Lamarck, trois variétés, savoir : le chêne de Gùtrailar, 
à feuilles ovales, en lance , grossièrement dentées. Le chêne 
àfeuiiies tTœgilops , et qui sont bordées de dents plus grossières 
et plus profondes. Le ckéiie tumère, à feuilles ovales, un peu 
coriaces , très-planes et denté^. Le gland de ces trois chines 
se mange. 

Cbêne VEKT ou Yeuse , Quereus Uei , Linn. On en dis- 
lingue plusieurs variétés : à feuiUes oblongues, à JeuUIes 
élroites, ii feuilles laides , ii feuii/ff de houx. Cea arbres sont 



i:, Google 



c 



C H F. ,4. 

[lea élevés croissent lentement ; leur bois est diir et pesant, 
eur écorce un peu crevassée , leur feuillage d'un vei\ sombre; 
les feuilles ont unesobstance dure et curi.ice: elles sont petites 
et bordées de dents piquantes et presque épineusrs. Elles ne 
tombent ptnnt en V^^r, quelquefois le grand froid en fait 
périr une partie. On trouve les r/iérus verts dans les contrées 
, méridionales de la France , en Italie , en Espagne. Dans ce 
dernier pays , il n'est pas rare d'en voir dont Ic^ronc a qua- 
rante pieds de hauteur. Ils y sont très^employés poùt lés 
ouvrages qui demandent de la force. Lesglands qu'ils portent 
aont plus petiis que ceux du chine commun, mais de la m£me 
forme. 

ChÊKE a CoCBE^llXt, Quercus coccl/era, JAtni. ; Qiêne 
kermès, vulg. le keimh. C'est un arbrisseau qui s'élève en 
buisson , et dont les feuilles sont petites , nombreuses , lisses 
des deux cûlés, luisantes, ovales, entières et bordées de dents 
épineuses ; la cupule des glands est hérissée de très-petiles 
pointes ouvertes et un peu roides. Ce chine vient spontané' 
ment en Italie, dans le midi de la France , en Espagne ^ 
dans le Levant.. C!est sur cet arbrisseau qu'on recueille le 
K£DHÈ5 {V. cem^.) employé en médecine et dans la teinture. 

Chêne BALLOTE , Qtûrcus ballola , Desf. Il s'élève de trente 
à quarante et quelqties pieds , a une écorce sillonnée et 
brune , et des rameaux raboteux disposés en ime léte ovaley 
ou quelquefois sphérique. Ses feuilles sont elliptiques , persis- 
tantes ^ entières , légèrement dentées et cotonneuses en des- 
sous ; leur pétiole est court. Les fruits sont sessiles ou portés 
par un très-petit pédicelle. Le gland est allongé ; 11 a une sa- 
veur douce , qui approche de celle de la châtaigne. 

« Le baUale , dit I)esfontaines , crott en^raude abondance 
dans les royaumes d'Alger et de Maroc ; il y em a d'immenses 
forets sur les montagnes de ^élide , de Ajascar , de Tlem- 
sem, etc. On le rencontre quelquefois dans les plaines^^r^us 
en petite quantité ', on en vend les,. fruits dans les marchés 
publics ; les Mam-es les mangent crus ou grillés sous la 
cendre ; ils sont t^s-nourrissans , et n'ont aacuoe amertume- 
Dans quelques cantons de U Barbarie , on eO exprime une 
huile très-douce. Le boîs estdur, compacte et fort pesant; il est 
excellent pour le chauffage ; on pourrait l'employer utilement 
pour les ouvrages de charronnage et, de menuiserie; oh s'en 
serviroit aussi avec avantage dans les constructions navales ^ 
civiles. Il seroit facile, et en même temps très-utile, d'accli- 
mater et de multiplier en Froncé cet arhre.précieux ; il réus- 
siroit sur les montagnes des parties méridionales delà France, 
dont la température approche de celle des lieux où ii croît oa- 
turelicmeDW ^ 

16 - 



dt, Google 



44» C H E 

ChÊHE à feuilles BOIidEiï, Quercus rotuadifolia, Lam. ; 
eu cbéne d'Espagne à glands doux. Ses rameaux sont nn 
peu cotonneux et garnis de feuilles ovales , arrondies , pé- 
tiolées, bordées de denU épineuses dans leur jeunesse. Il y a 
quelques motib de croire qu'il ne diff^e pas dnchénebal- 
. lote. Ses glands sont bons à manger. 

IV. Qiines dont les feuiUa sont entUrtt. 

' CaÈsv^kVLE, Quercus phelliK , Linn. Dans les principales 
Tariétés comprises sous celte espèce, la fi-nctiii cation est bis- 
annuelle ; les fruits ïent presque sessilés , et les feuilles très- 
entières et plus ou moins allongées. Ces variétés sont; 

Le chéne-^auie à feuilles longues , Lam.; à feuilles caduques ^ 
Alich., Quercua phdlos sylaaiîca. 11 s'élève de quarante-«inq jt 
cinquante pieds, et porte des feuilles étroites, lancéolées, 
aiguës par les deux bouts, k court pétiole. Ouïe trouve dans 
les lieux humides de l'Amérique septentrionale ; il réassit 
très-bien en France. 

Ij^cfiéne-saule à feuiUes persistantes, Qùerais phellos marùâna , 
Mich. Il diffère du précédent; en ce que ses feuilles ne 
•tombent point , et qu'elles sont Irés-courtflf. Oo le trouve en 
^Caroline, près du bord de la mer. 11 fructifie à moins de trois 
:fieJs de hauteur. 

he chAie-saulenain, ou \eehtne stohmJire/QuercuspheÛospu- 
miïa, Mich. tls'élève auplus de deux pieds. 

Le ehéne àfeii3les nïbttsses , le chêne vei-t de Canilne , le rhêne 
marùime, appelé aussi ckéné vif ^Amérique, Qiierats pkellos 
■vètusifalia , Lam. ; Q. virais , Mich. Il s'élève à la haiitenr de 
quarante pieds. Ses feuilles sont ovales-oblongueS, coriaces , 
persistantes, et portées sur des pétioles courts et rongeâtres, 
ainsi que les nervures; les glands sont petits, oblongs et 
enchâsses dans une Cupiilc faite en toupie et assez unie. Ce 
'Ehéne croît depuis la Basse- Virginie Jusqu'à la Floride et Je 
Misstssipî, à peu dèdtstatice de la nie'r; les -sauvages dç'lâ 
-Floride retirent de' soin fruit une huile qp'ils mêlent dani 
leurs alimens. Son liois est d'une escêllr nie qualité : d'ans le 
'Midi des .Etals-lTnls", onl'êmplbie' à la conslniclîon des na-r 
vires , qui sont «l'uriegrande aun'e. Le chêne manïwne croîs- , 
sant nature Ile ment dans un sol semblable à celnides Landesde 
fiord'èauxi mërîïeroit dé filer l'^at'tention du gouvernement; 
il offre nn moyen de mettre eK valeur ces plages incyHes. 
■■ LecAAwvsûu/é rfhôW, Çwreuî; .fc^Wea , IVlich. Cet drbre ; 
■^ontlahanteurëslMcqtiinzèàvingt pieds, a nne forme désS- 
Çpéàble. On' le fictive dans là Cârrflirié ef la' GéOrgî^ ; soô 
bèfe nVst'ëiiiplèyé qtie pour le chaAfiagé. SesfeûilleisioiiJ 
f Étiolées , en lance , el aiguïs, ' ■■--• ^siu ' ' 



d=, Google 



C H E ,iî 

.Cjafiins i L&TTËS, QuenciM tmbncaria, Mich. I) a de» feuilles 
prescrue sessîles, grandes, orales-obloiiguesetaiguës.JlvIent 
- aanS r Amérlt^e septentrionale, à l'ouest des monta Allégha- 
ois. On fait avec son hpis des lattes nommées essetUes ou iar- 
dtaux, qui servent à conrrij- les maisons. Sa haateor est de 
quarante pieds. 

Cb£ne-labkieb., Queraa laurifiiSa , Mich. Il crott dans la 
Caroline niiéridionale et la Géorgie, au bord de la mer et 
dans les Sarina omdiragées. Son élévation est de «Disante 
pi^s; son écorce estnaîe; ses feuilles, presque sessilM,'ont la 
forme de. celiu du laurier. 

GuJ^NE 9ES MwfJQiTËS , Quercus molucca, Linn. Ses bran- 
ches sont redressées et m.0Dtante3 ; ses feuilles pétiolées el 
orales -lancéolé es ; ses glands courts, gros et k cupule un peu 
raboteuse ; son bois est dur , noueux et pesant (i). 

Cuiiùrt du Qéim. — foutes les tempdra tores, tous les cli- 
mats ne conviennent pointancA^. Lachaleur esccssive lui 
est contraire ;- on n'en trouve point soiis la zone Torride ; 
s'il Y en a, c'est siv les montagnes, à l'exposition du nord, 
où r«ir est moins brûlant Les froids extrêmes ne lui sont 
pus plus favorables; au-delà de SlnckAolni et en Laponie on 
n'en voit point : il faut donc à cet arbre un climat tempéré. 
Le degré de chaleur de l'Espagne et du midi d« la France 
semble être celui quiluicooTicnt le mieux: - 

LeMâxnase multiplie que de semences. 11 faut mettre le 
gland en terre au moiuent de sa chute , qui est celui de sa' 
pleine maturité. 

Le terrain destine ausemÎK, doitâtre clos et bien préparié ;; 
plus la terre, est meuble , mieox les arbres «iennanir; et comme 
le chine pivote proftmdémefit, il vautmieuc défoncer le sol 
oà il doit crottM avec la pioche qu'avec la ' charrue. Un 
pareil travail fait à bras d'hommes, est plus coflteai sans 
doute et plus long ; mais on travaille pour un siëde. ^Bsème 
le gland à la volée, ou dans la direction des ailloitS', à de- 
meure oii «n pépinière. Quelque méthode qu'on adopte , il 
laut laisser des chemins dans le samis, saùier épais, faîre la' 
part de» mulets, et ne pas trop en ter cer le glandt àsixpoctcës- 
il pouril , à cilaq il< jaunit , À' trois «u quatre il lève mieux^ 

■ (i) La plupart d^i varidlrfï rilëei danï 'cel artW* , 'ioiit i» vtfrîlâ-' 
bleseapècUi'aibiiqtnf^et'ri prouvé Jânimontnëmcrir^sift-le'ttf^flrf^ 
imprime dont faeoUkctÎHi'de ccuB'dèriàMiUL;' 

; Née; l>iOtsiii>t«;^9jiapMij, a publié, S Madrid, la 'd«Rcri^t^n d'ai^ 
api^ilMui aQ^iitTpà,K.ciÂaei.à.a,\ Krafruiia mâricKotnMI ^iiaJ>fllilt 
et BonpUiulr,il4oiilue venui aprèi,lui,,.en odI encore SAaixi. vingt- 
d'eui ijbuv'élVei, origïnairéiiiles inoiilagnes du Mcxltiue, âïns lêiiriu. 
perbc ouyragfi , ialiXaM Plealei ijuineiiahi. {Hôte de M. Base,) 



dt, Google 



»U C H E 

Le chShe reprend difficilement lorsqu'il est transplante; 
son long pivot en- est U principale canse : cependant une 
bonne culture lui donne un chevelu qui assure le succès de la 
transplantation. Pour la faire mieux r<;ussir, on doit préparer 
, les fosses un an d'arance. On peut transplanter les chênes 
depuis l'âge de deux ans jusqu'à cinq ans , et à deux époques 
de l'année, suivant la nature du soL Dans un terrain humide 
et frais, il ne Jaut les planter que pendant les mois de février 
et mars , parce que les pluies abondantes de l'automne et de 
l'hiver pourroiént nuire aux racines de ceux qui auraient ^té 
plantés dans la première de ces deux saisons. Dans un terraia 
sec , on peut commencer à faire les plantations depuis que le 

fland est mur et que les feuilles commencent k tomber dans 
automne ; à l'une o» l'autre époque , on doit prenne les , 
précautions suivantes. 

Une faut jamais déraciner les jeunes chênes lorsqu'il gèle, 
ou que le vent du nord soufUe avec violence ; car si ce vent 
saisit les racines , surtout à la fin de l'hiver , que la sève 
commence à circuler, elles sont , pour ainsi dire , desséchées 
dans rinstant , toute ctrculation est interceptée , et les ar- 
bres périssent Telle est souvent la véritable cause du défaut 
de réussite. U vaut mieux les arracher danson temps de plliier 
«t les planter dé soite. 

Quand on a mén^é les racines des chéiuwtx, en les re- 
plantant, il est inuUle de les recéner-, quand ooleiaécour- 
téês t le recépage est avantageux. On peut faire un choix, re- 
céper les arbres viciés , et non Us autres. Dans les forêts ^ 
leurs branches latérales périssent; lorsqu'ils sont isolés, elles 
doivent être élaguées jeunes ; trop grosses, elles occasionent 
des plaies à la tige , qui détruisent son intérieur. Si- on veut 
que les chênes plantés en avenues, en bosavels ou en forêts^ 
prospèrent, on ne doit pas épargner les lahours pendant les 
premières années. 

Le chêne parvient, avec le temps , à ane hauteur Irès- 
considérableiet à une grosseur prodigieuse. Plot , dans son 
Histoin nalwdU âOxforâ , parle d'un chêne dont les bran- 
ches, de cinquante-quatre pieds de longueur^ mesurées 
depuis le tronc , pouvoient- ombrager trois cents cavaliers ou 
quatre mille piétons. Ray rapporte , dans son HisUtiFe géné- 
rale des piantes , qu'on voyait de son temps , en "Wes^jbalie , 
plusi«jirs;chêaes monstrueux, dont m) servoit de citadelle, et 
dont un autre avoit tventa pieds de diamètre sur cent trente 
pieds de hauteur. On peut juger de l'^borme grosseur de ces 
arbres, ^E^Ptehii d<nit furent tirées les poutres-tt^oisversales 
du fameux raîsseaa appelé It Bayeà DoDtrihg ^ ëonstnnt'soiu 



dt, Google 



C H E ,;î 

tïbarles I^ roi d'Angleterre. Ce'cbéiie foninit qnatrejKMilrea, 
chacaDe de quarante-quatre pieds ^ tongueur , sûr quatre 
|iled& neuf pouces de diamètre. 

Propriétés ei usages du Qtêne. — J'en aï dë)i fait conaohre 
nue partie au cammeDcenient et dans le cours de cet article^ 
Ce qui me reste à en dire est peu de chose. Le bois de cb^aer. 
naturellement dur et soirdc , durcît encore plus lorsqu'il est 
éçorcë sur pied , ou parsonsé}our dans l'eau; ils'y conserve 
des siècles , y acquiert de la dureté et la couleur de Téhènei 
Aussi est^il employé dans lespilotis, pour les écluses, eidans 
les machiner hydrauliques. Quelquefois ie tronc d'uii vieux 
chéue se tortille ; it devient alors très-propre à faire des piliers 
et des colonnes destinés à porter de grands poids.' Les plan- 
ches de chêne sont ordinairement plus solides, mieux veinées, 
quand en les refend sur la mailie. Quoique l'aubier, dans' cet . 



arbre , soit épais et tendre t il Y a des moyens de lui doniMn 
presque autant de force et de dun' 
y. à l'article du BoiSL 



presque autantde force et de durée qif'en a le coeur du bois. 



Lorsque le bois de chéoe est coupé dans une saison ^çnve- 
nable , et employé bien sec, il dure très-long-temps, pourvu 
qu'il soil i, l'abri des injures de l'air. Pour le préserver de la.. 
pouriture , des crevasses et des vers , il faut t ." n'abattre le , 
chêne que dans le temps de l'année oii. i] a le moins d'h^mi" , 
dite intérieure , c'est-à-dire , en hiver: a." ëquarrir l'arbre 
aussitAt qu'il est abattu -, 3." en plonger Ie4. pièces pendant 
qnelqne temps dans de l'eau salée ; 4'" 1^^ mettre ensuite à, 
couvert et les disposer de manière ^e faïr (et non, le soleil) 
puisse les frapper librement Le bois dech^ae rougit quand' . 
il est sur le retour. ' , . . _ 

Les feuilles de cet arbre ùourrisseQt lès animaux., 'pou-r 
rissent lentement, et quand elles sont entassées, donnent une 
chaleur plus durable que celle du fumier. Son écorce p'Aén 
et réduite en poudre , fonne le ^eilleur ton pour ta prtf pa- 
ration des cuirs ; quand elle a servi à cM usage, on l'eqipleie 
à faire des couches dans les serres chaudes et des mottes à. 
brûler. L'écorco du chêne fournit aussi une couleur fauve , 
et remplace , ponr le noir ,. dans la teinture et la chapelle- 
rie , ses cupules et ses gales. Son fruit peut s'adoucir par 
des lessives, la torréfaction et la germination. On a vu qu'il 
est naturellement doux dans queltjues espèces , et qu'il se 
trouve en Espagne , en Amérique , en Afrique et dans l'Asie 
miifeure , des glands qui servent d'aliment au peuple. 

Les glands frais ou sèches engraissent Ifts porcs et d'autres 
animaux. Quand ils ont été ramassés aussitôt après leuc 



i:, Google 



,i& C H E 

cïutf, pendant lé plus.foFl! soleil f et séchas eosurtn !i l'air mt 
anfonri^ls^e conserVedt plusieurs années. Si on lê«fa!tma 
,cércr dans l'eau trois ou quatre jours, et avant leur dessicca- 
tion , ils perdront une partie de leur qnalité astringente 
fifbyés, lorsqu'ils sent secs, etmSl^savecle son , ils servent 
de. nourriture à la vol.iille , et penvent, dans cet état, être 
aussi donnés auï chevaux, (n.) 

. CftÈNEFHANÇAISi C'est, àCaxenne, le Chignon, (b.) 
CHENE GREC et PETIT CHÊNE. C'est te Quercus 
eseuié, Ltùn. K. CnêkE. (lh:) 

CHÊNE MARIN. Espèce *i genre Varf.c, (b.) 
CHENE .NOtlR. C'esulaBiGNONE A feuilles ombées. (b.) 
CHENETTE «PETIT CHÈNE. C'est une espèce de 
GerHandAE ( Tfueriam chaTttmdryt-, Linn. ). (LR.) 
CHENETTE. f>t*e au mot Driade. (b.) 
CHENEÎJSE: Nttrti flonné, dans quelques lîenx, à ï'Ar.ai- 
FAirHKl(£«i)»nnu r.ar^laea, Linn.) Cln.) ' 

GHENEVILLE, eKÉNEVOTTE. T^e dn Cbawvrs 
dépouillée de sa Filasse, (b.) 

CHÈNEVlS.Cest'U^aine du Chanvre, (b.) 
CHÈNEVOTTE. C'est la partie du chanvre que Toq 
ronipt pour en lîrcr la filasse ; l'on fait, avec les chSnevottes, 
de fort bonnes allumélfes dans les pays où l'on cultive beau- 
coup de Chanvre, (s.) 
CHÉNlER.' >'; Champignon CHÊNiER. (b.) 
CHENILLE, Eruca, Lépidoptère dans son premier état, 
on depois sa sortie de l'œuf jusqu'à sa transformation ei^ 
chrysalide. Il est , sous cette forme , un des animaux les plus 
destructeurs, un objet de Kaine'pour l'économiste agricul- 
teur , et un sujet d'observation des f\m .curieux pour le na- 
turaliste pli i) os ophe. 

Oiservatiçtis générales sur. les GteiùUes ^-TdathemeiU mi± ^era 
caradins di^inetifi que ^ear forme evUrmait présenU. 
Un Corps allonge , cylindrique , composé de douze parties 
qu'on nomme onnenux; une tête écailleoge garnie de deux 
dents; sc>2e,pattes au pltis , et jamais moins de huit, dontU^ 
six premières au antérieures, som écailleuses, et incapables 
de s'allonger on de se l-accourcir d'uoe manière sensible, 
quoiqu'elles puissent plus ou moins se recourber, et dont ïes, 
autres, allongées ou raccourcies, gonllées ou aplaties an |ré 
de l'insecte, varient par leur nombre , relativement aux dif- 



férentes espèces , el sont membraneuses : lels sont les carac- 
tères généraux et ifi plus apparens , qui ' ' 
guer an premier coilp d'oeil les chenilles 



5 1, Google 



Z H E ,,^. 

-EnobseiTftDtmijieaidusparrïcaliirenient; niltts trouvons 
qije les anneaux doQt le corps de la chenille est composé, et 
qui, en se réunissant ou en s'éloignanl les uns. des autres, 
servent à la marcbe , -saot assez sembl^les , à l'exception du 
dernier- soMS lequel cat l'aons; leur circonférence est assez 
sauvent circulaire ou ovales leur partie inférieure esiméàn- 
nr^ÙM, pour l'ordinaire, plus aplatie ^ue la supéireure. II y 
a des chenilles dont le milieu du désons de chaque anneau 
fortno une espacé île luigiiette quÎTa ncourrlr l'anneau nui 
le précède ; dans d'autres , les anneaux sont comme eutalltés. 
dans cet endroit. Enfin , Le contour sinérieur de l'anneau-, 
dfinsçluMeura espèces, a différentes inflexions. La. figure or- 
dinaire de l'auus est um espèce de prisme à faces inégaleiï , 
ttonqué à son esb-émlté , et le plus s oavenl recouvert d'un 
p^tlt ch^pero» chama..l.es ameSRix.s<Hitloas mBmhraiieux :• 
c-e^t même ce qui distingneles chcniUes dêdlters autres in-' 
sectes qui, comou clka., gut le coirpa allongé et composé de- 
douze anneaoxj mais écaiUeux. ' " 

' LatSte.est formée par deux espèces de calottes sphérïtpies^- 
dunes et écaîlLeuses; on y remarque,' de chaque cAtë-, six 
ppîuts noirs. eu ^orac de tubercules hémisphérique #i sem^- 
niables à de petits yeux lisses, et & chacun desquels aboolit une 
branche du nerf opaque; mais il «st douleur qaeces corpr 
soient l'organe de la Tision; car' les. yeux que doit amirl'i»-; 
secte parfait, sont cunrerts, dans ta dienDle, par tes denz- 
calottes de la tjte. A la partie antétlewe.de la tët« est4» 
bouche,. qui est. composée dedeux£bLrteSit(aadib|iles-, dures^ 
aiguës et tranchantes i avec lesqueltes la chenille coupe'if 
luiurriture; de deuxmàchoires, portant chacune un pfilpe:fbrt 
lifHirt, de figure conique, et d'une lèWslaférîenre ,. sur la'-^ 
<^elle on «Sertie deux autred pdlpasisébMables.-A' s<wex— 
tréeaiié supérieure est unnianelon e^Endrique , percé d'un 
petit trou, par oùnirt la soie que la obenilËetie, etquîoD 
nninmelajî/^. La tâteoflreencoredeuxtréffipetîtes antennes^ 
d'une forme analogue à celle des paLpes. 
' Sur les deux cdtés de .la chemlle , ott:v«it de petites ouver- 
tures obLongues, en forme de bontonnïères, posées oblique 
ment. Ces trpus, nommas st^fnaiesi soatTegardés comme les 
. .<)rgànes qui servent k la Fespiration. U yen a dix-hnit snr la 
longneùr de la chenille, neiïf d£ chaîne .c6té. Il^en a deux 
sur chaîne anneau, excepté ^le -sétÂnd , la teoisième et le 
demierquin'eniint pas. Les demipremiers trous, placés sur 
le premier .anneau i répondent â cenx qui , par la suite , sa 
trouveront sur le. corselet chi papiUon ; et les seixe autres , qui 
sont depuis ^e .quatrième iiuqu'aa oaxi^me anneau inclusive— 
aun^ uU%lct>uTetttsiirrabdiMn,enâe l'insecte, dans cedemie^ 



dt, Google 



a^S C H E 

Lessîxpaitei nenaaitiécaiHeutes, Bont dores, fizM, etter-^ 

miDéea en pomtes; elles servent d'enveloppe aux six pattes 
que le papillon doit avoir. Quant aux autres appelées mem- 
braiieiues , qui varient pour Te nombre et la figure , ce soBt 
des espèces de mamelons larges; mous, armés souvent de 
. plusieurs petits crochets durs, formant une couronne pins on 
moins compile , pour s'attacher et se cramponner au besoin} 
elles disparoisscm dane Tétat parfait. 

Parcourons maintenant les principales varioles qu'une ol»- 
tervalion plus suivie doit nous présenter sur l'extérieur des 
chenilles. 11 n'y^a aucun genre d'animal Hont les espèces soient 
formées sur autant de modèles , et si diiférens entre eux. Un* 
des variétés , non pas les plus apparentes il est vrai, mais les 
. plus ramarquabies , c'est que parmi les insectes anaquels on 
ne peut s'emp£cher de donnevle même nom, il y en ait qui 
ont plus depatlestesuns que les autres: cette variété nés» 
rapporte' pas aux nattes écaÛleuscs, ou recouvertes d'un car- 
tilage luisant, mais seulement aux pattes membraneuses , ov- 
envelojfipées d'une peau flexible et molle. On appelle ces 
pattes. qui varient par le nombre, et qui sont placées entre les 
sis premières écailleuses et les deux dernières postérienres, 
poUKiatensi^oires. Ily<a des chenillesqui ont huit pattes ioter- 
médiaipes:,' quatre de ohtique cdté, ce qui fait, seize patlesea 
twU.' Ces huit pattes intermédiaires sont attachées il quatre an- 
ncads cdmécutifs ; quatre autres anneaux en sont déponmis; 
aairAic : detix entre la dernière paire de pattes écailleuses, et' 
la première paire d'intermédiaires, et deux entre les dernières 
paJi^S'de pattes întermédiaires, et la paire de pattes posté- 
xiBilrea' On trouve cttle distribution sur les plus grandes es- 
pèces, de chenilles et les plus communes. D'autres n'ont qoe 
trois pa1t«s intermédiaires'dechaipie côtév et quatorae pattes 
«n.taut. ËUes ont trois anneawa de suitèsans.pattesr niais ces 
troix ailweaur sont entre la dernière. pairedcs écailleuses et 
laprsmi^c des membraneuses, on entre la' troisiénie paire- 
de pattes postérieures etladeruière des pattes iotermédiairesl 
21 y a des chenilles à-quaLorze pattes, qui demandent encore 
une âuention particulière- Les deux pattes postérieures leur 
masquent, mais le derrière' se termine souvent par deux Ion-, 
gués cornes , qui ont de la solidité , qui peuvent s'approcher, 
s'écarter plus ou. moins l'une de l'antre , se diriger en haut et 
en bas v à droite et àgauehe , sans pourtant se comier sensi- 
blement. Ces espèces de cornes ne sont qoe les étuis de véri- 
tables cernes ch»iiBes, qui ont quelque ressemblance avec 
celles des limaçons , et que la chenille. ne fait sortir d« ces 
étuis que quand il lui plaît On ne compte dsBs jdusîeurs es- 
pèces de chenilles qne quatre pattes iutermédiaireï^a ^tam 



dt, Google 



C H E ,^ 

pattes en tout, et i»iu d'antre» ^e dix pattes en tout; deux 
intermédiaires sealemeiit. Les unes ont quatre et les astres 
ont cinq anneaux de suite dépourvus de pattes, qui sont placés 
cntreles pattes écailleuses et les intermédiaires. Ces chenilles- 
«nt une démardie très-différente de ta démarche d& celles qui 
ont hait pattes intermédiaires : ces ornières portent ordt- 
■airement leur corps parallèlement au plan sur lequel elly 
le font avancer , et leurs pas sont petits. La distribution des 

{laltesdes autresles oUige à- marcher à plus siand s pas. Entre 
es paltes écailleuses et les intermédiaires, il y a une étendue 
de quatre où de cinq anneaux aii le corps n'a point d'appuL 
£i une de ces chenilles, tranquille et allongée , comme elle» 
le sont Kiavent , se détermine à mdroher , elle commence par 
se laire une ^ortede bosse , en couHiam en arc la partie qui 
n'a point de pattes; elle élève lemilleu plus qne le reste; elle 
courbe cette partie de plus en plus , jusqu'à ce qu'elle ait ap- 

fiortélesdeuipattes intermédiaires centre les dernières ëcail- 
eas*s.Alor8clle cramponne ses pattes intermédiaires et pos- 
térieures, et elle n'a plus qu'à redresser, qu'à remettre en 
l%ne droite les cinq annéaur qu'elle a courbés en forme de 
Loucle , et porter sa tête en avant à one dislanee égale k la 
langueur des anneaux. Voilà le premier pas complet : pour en 
&ire un second, elle n'a qa'à répéter la même manœuvre^ 
et elle l'eiécate assez promptement pour courir pins vite que 
les précédentes qui ont plus de pattes. Cette sorte d'allure a 
bit nommer ces chenilles des géomètres ou des arpenteuses ; 
elles semblent mesurer le chemin qu'elles parcourent;, ailes 
<p^iquent Air le terrain la partie de leur corps qu'elles 
Courbent, comme an arpenteur y applîqneroit sa chaioe. La 
plupartdecescbenilIesDegonfleatpoiot, ne contractent, n'al- 
longent, ne raccourcissent point leurs anneaux ; elles res- 
«emblent presque à un morceau de bois sec ; aussi sont-eltes 
appelées desjirpeitUuses m bâton. Leur corps oblone, roide, et, 
dans quelques espèces , de coidenr de bois , les fait souvent 
prendre pour un petit bâton. Ce qui aide encore à les faire 
méconnoHre , ce sont les atiitudfis dans lesquelles cUes se - 
tiennent immobiles, et qui supposent nne force étonnante 
dans les mitscles. On en voit qui embrassent use petite tige 
d'arbre , la qoene d'ime fenitâ , avec les denx patteS posté- 
rieures et les deux intermédiaires qni en sontprot^eS, et 
q^n'elles cramponnent : le rcstedueorps.^levé verticalement, 
demeure roide et immobile pendant des demi-theures et.det 
heures entières. "D'autres soutiennent pendant aussi loug- 
tehips leur corps dans une infinité d^autres attitudes., qui 
demandent incomparablement plus de force ; car o& en vQÎt 
^ aut]«i>eorp8etti'aîr, dans tontes les |^oâlioiis..£Ues sou- 



dt, Google 



,5o C H E 

ijenneiA db mène leur c«rps ùoBiôbUet'apBès^luî avoir faitr 
pi^eilflre -^Verses ooarbitres tout-À-fait bizarrei , aail le T«ntre! 
4^n bas, s<nt en. bauL, Lies musclas qui ont soutenu )es.ebe-i 
nilles vivanies dans ées attitudes singolière^ , les y maintien-; 
tient apT^s leur morL Vientaent enfin. les chcnillea qui n'onb 
que huit pattes en toot , Jcs six écaîUenses et les deux po^ 
térieurea. Ces demiérei aent les plus petites dr toutes, h*. 
plupart d'entre elles appartieaaent à dea teinies, qui selogeQt 
Ardtnaîrenent ou dans des Coorreaus qu'elles se forment de 
différentes matières ,' ou dans l'intérieur des feuillet ) deÀ 
fleurs et d'autres substances semblables, et:quî, dÈs-4ors , 
n'ont pas besoin ée pattes intermédiaires. Paia»i l^aulrêa 
larves dont le nomlire est beaucoup plus conaidérable.qne 
.aelui des phéailles, il y eaa.4m« grande quantitéqui parais-; 
'sent avoir huit pattes; mais les deusposlériearesnla Bont.qnn 
deax sortes de mamelons fonséspar l'aDu»proloaeé,.etqoi 
ne sont point teraùnés par des pièces anaées.d oa^ea on de 
rrochets , comme le sont ceux des pattes postérieures et in-^ 
termédiarres des chenilles. ■■,-.- 

Une variété ensuite la pins capable de aoosi&apper, c^est 
celle qui résaite de la.graDdeor. £lle se présente sous bied 
des degréï différens dans l' échelle des chenilles. O» peut ce-î 
pendantlea réduire à trois: les chwites du degrér moyen on 
de moyenne grandeur, ont environ doute ou treize lignes de 
long lorsqu'elles ne s'étendent que médiocrameU, et le dia^! 
l'outre de, leur corps a un peu moins de troisilr^es. Celles 
qni sont sensiblement plus graedes, sont delà jnemièregran:* 
denr; et celles qui sont sensiblement plus petifca, son^da 
dernier degré de grandeur, ou des petites. - > 

La grandeur de la chenille est prodigieuse par rapport k 
l'oeuf et ans petits. Quand on compare une chenille naissante 
qui n'a qu'environ une ligne de longueur , et une autre qui m 
font son accroissement, et Qui estlmigne de trqis ponces et 
demi , cette augmentation d^ v&lame , dans un m^nK animal y 
doit pafoltre bien' considérabls, quoiqu'elle sottpeu de chose 
en comparaison de celle qu'on peut observer dans les-poisn 
Stras. On a calculé qu'il falioit truite -SÏk mille cra&|)Onr fain* 
ï« poids d'une chenille. 

Leschenilles dont l'extérieur est le plus sioiplia , sont celles 
dent la peau n'est point couverte par des poiis ou par des carps 
atialognes aex puQs , et qu'ont appelle cheumea raset. Il y ea 
a'46nl I» peau est si mince bt si transparente , ^qu'elle laisse 
apercevoir tute partie de l'intérieur de l'animal ;' d'iaulres- Mit 
une peau plus épaisse et plus opaqae. Entre .cnlles-'ci , l«k 
unes l'ont Itsae , laisante , comme siielle ploii.vefnie f.d'au* 
très l'oittinaAe. Lies;ebenUla9jdamJa-péae,esl^teDdreviraiiip- 



dt, Google 



C H E 2!;. 

ftarente et â' une couleur blanchÂb« ôurougeâire, qnîiire sur 
a. (;ouleur de chair , sont celles qu'on a le plus souvent con- 
fondues avec les larves. Au contraire , les autres larves qni 
ont la peau plus opaque et jaune, verte ou brune,. ou rayée 
de ces différentes couleurs , ont été nommées des ch^n^Ls , 
quoiqu'elles n'aient ni tête écaillelise , ni pattes , -ni aucuns 
des caractères dîstînctifs et propres à ces deraièreÉ. 

Ce sont sans doute les coulevuv qui doivent le plus faire 
remarquer les chenilles. Uo voit sur leur corps toutes celles 
qui nous sont connues , et une infinité de nuances dont il se^- 
roItdifGcîlede trouver ailleurs, des exemples. Les nues ne sont 
que d'une «eule couleur ; plusieurs coulburs différentes, très*- 
vives , trèfi-tranchées, servent de pMure à d'auires. TantAt 
elles y sont distribuées par. raies ^ par jbandes qni suivent la 
longueur dn corps ; Ijtatèt pbr raies ou buides qui suivent le 
contour des anneaux. Tantôt elles sont par ondes Mi par 
taches , soit de figu-e Taulière ou irré^lière ; laaiât par 
points, ou avac des variétés qu'il n'est [>as possible de décrire 
en général : on peut à peine.les rendre dans les descriptjfas 
parUcuUères. 

Entre les chenilles rases, lesunes le sont pins que lesautres^ 
ce nom n'est pas donné seulement k celles qui sont egitière— 
. ment dépourvues de poils , mais aussi à celles dout les poils 
sont en petit nopibre et pen aeiisibles , et qu'on ne voit-quc 
quand on cherche à les voir. La peau de la plupart des «he- 
jôilles rases est douce an toucher; mais il y en a d'autres dont 
la peau est hérissée d'une infinité' de petits grains durs, qui 
font sur le doigt qu'on passe desstu la même impression que 
feroit du chagrin ; et on les appelle chmiiia chagnnéea. Quand 
on observe attentivement ces ,' petites éminences , on voit 

Îu'elles sont rangées avec ordre : ces points semldent être 
une matière ossetçe -ou At corne. Si on les ofasevve à la 
loupe , ils paroissent de petite mamelons , qui. partent d'une 
base circulaire.! 

Plusieurs chenilles chagrinées sont encore plus reinar- 

Stables par une corne qu'elles portent sur le onzième anneau. 
Ile est ordinairement dirigée vers le derrière et un peu 
courbée, en arc ; telles sont les chenilles des sphinx. La ligure 
et la direction de cette corne ont fait imaginer qu'elle étoït 
çne arme ofTensive ou défensive ; mais l'observateur ne voit 

Ëas l'insecte s'en servir potir attaquer ou pour se défendre. 
) ailleurs , ce^tte partie , qui n'a de commun avec son nom 
que sa ^ure et sa position., eslf de substance charnue , et 
iTOp molle pour pouvoir lui donner une pareille destination. 
On peut croire que la nature n'a pas toujours fout fait pour 
un usage fixe , .et qu'il y a souvent bien des parties qui ne- 



dt, Google 



>S> 'C H E 

sont qu'k lit snite it l'oi^anisat!on de Taiiiinal , sans laS 
être d'aucune otilité ; alors , nos rechercttes ne peuvent être 
qu'aussi înatiles. Ces cornes sont pins on moins courbées r 
toutes le sont un pen vers le derrière de Fînsecte, qniles 
tient tantôt plus droites , tantôt plus inclinées. La loupe y 
fait apercevoir an travail qae la vue simple n'y découvre 
point. Elles ont une infinité de petites semences épineuses , 
arrangées k la manière des écailles , dont elles ont quel- 
quefois la forme -, on croit même y apercevoir des articnla- 
tions ; maïs s'il y en a , ce n'est par pour servir am flexions 
de ces cornes , qui ne se plient en aucun endrtnt. An reste , 
toutes les chenilles chagrinées n'ont pas nne corne ,'et elles 
ne sont pas les seules qoî l'aient ; d'antres chenilles rases 
et non chagrinées, en portent une semblable. Communé- 
ment les chenilles i cornes ont le corps ferme -, il parott dur 
-sous le doîcL 

On considère encore c«mme des chenilles rases, celles qoi 
sont asseK remarquables par des tubercules arrDndîs ordinai^ 
re|pent en portions de sphère , et distribués réguHèrement 
sur chaque anneau , les uns au-dessus des autres : cenx-des- 
différens anneaux sont disposés en différens rangs , sur des 
lignes parallèles à la longueur du corps. Plusieurs des grosses 
espèces de ehenilles , et celles qui -donnent les plus beaux lé- - 
pidoptères, en sont pourvues. Ellles sont véritablement ornée» 

tardes mêmes tubercules. Les nnes les ont d'an très-beau 
leu, qui lait le plus bel effet sur une pean d'un bran np pen 
clair; il y a aussi des chenilies d'iln vert un peu jaunâtre, 
qoi ont de ces tubercules de conlenr de turqnoise ; d'autres 
chenilles vertes , plus petites que les précédentes , mais qui 
sont pourtant an^ssus de eelks de moyenne grandeur, ont 
de ces tubercules d'une couleur de ebair vive , qui tranche 
merveilleusement sur le vert tendre de leur peau. Des poils, 
partent de chacun de ces tubercules , mais en petit nombre 
et trop courts pour qu'on ne place point parmi les chenillea- 
' rase?, celles qui en sont pourvues. 

Des chenilles rases ou chagrinées , nons passons à celles 
qui sont hérissées de poils si gros, si durs , si seiAblables It 
des épines , qu'on les a nommées rJiaûttes épiiicases. Ces gros 
/ poils, qui sont assez durs pour être piquans, ressemblent eO' 
core aux épines des plantes parleur forme. Les unes sont des 
épines ùmples, depeis leur base josqa'à leur sommet. Elles 
vont en diminuant pour se terminer en pointé; souvent cette 
épine est une tige, d'M^ partent divers peils longs et très-fins; 
d'autres épines sont composées oubranchups'; latigeprinci-' ' 
pale jette en divers sens plusieurs épines , qni ne sont pas 
moins considérables que celle par laquelle elle se termine 



dt, Google 



C H E ,SJ 

clle-nâme. 11 y a des dienilles dont les épines ne sta^ qn'nne 
■edle tige qai.s'élère en diminnaat de erosseiir, et qui se 
divise ensuite pour former une fourche. Le microscope fait 
voir que toutes les pointes des épines branchnes ont cba- 
CQue leur base engagée tians une partie qui forme autour 
d'elle une espèce de bourrelet ou de manche. Les figures , 
les couteiu-3 , lesgrftdcors , la quantité des épines, varient 
suivant les difTcrentes espèces de chenilles épineuses. I) y a 
des épines brunes, noires, jaunâtres, violettes , et de bien 
d'autres couleurs. Quoique une chenille en so!t quelquefois 
chargée , il est aisé de reconnottre qu'elles sont arrangées 
avec ordre , tant selon la longueur du corps, que seloil soa 
contour; et il y a des chenïQes qui n'en ont que quatre : 
d'autres en ont cinq , six , sept , huit sur chaque anneau ; 
ton» les anneaux d'une chenille n'ont pourtant pas te mSme 
nombft d'épines ; les pld! proches de la tête et les derniers 
en ont quelquefois plus ou moins que tes autres. Les che- 
niHes des papillons de la division des nymphales nous offrent 
plus particulièrement ces appendices épineux. 

Enfin, les chenilles les plus communes, et qui sontles plus 
belles ou les plus hideuses , selon qu'on est disposé pour elles , 
■ont les velues. La quantité , [^ longueur , la disposition de 
leurs poils , peuvent servir à les faire distinguer les unes des 
autres : il y en a qui ne sont que demi-velues ; elles ont quel- 
ques parties de leurcorps assez chargéesde poils, même longs, 
tandis que d'autres parties en sont dénuées , et que leur peau 
«st presque partout ailleurs à découvert. Ëatre celles quisont 
entièrement velues , c'est-ï— dire qui ont au moins quelques 
touffes de poils sur chacun de leurs aniieaus, il y en a de 
velues i poib courts ou à poils ras. Des chenilles , dont le 
corps plus court par rapport à son diamètre , et plus aplati 
en dessous, leur a fait doi^er le iiom de ekenUies-cloportea ^ 
jont leurs poils courts , durs , raif^és les uns près de£ autres. 
D'autres chenilles ont lenrs pom piv doux et encore pins 
pressés les uns contre les autres , comme le sont ceux d'un 
velours bien fourni et bien coupé ; ce sont des chenilles ve- 
- loutées. On nomme veloutées à poiîs longs, celles dont lapeau- 
est entièrement cachée par les poils, quoiqu'ils soient de lon- 
gueur inégale , pourra qu'ils paroissent partir égalenrent de 
tous les endroits de la peau ; sur quantité d'autres chenilles 
lespoils ou le gros des poils parott disposé par bouquets, par 
bouppes, par aigrettes; et il l'est réellement ainsi sur bien 
d'autres,où cet arrangement ne se fait pas remarquerd'abord; 

{lour peu qu'on les considère , on remarque sur la plupart que 
s» Kmflestde poils, partent de tubercules arrondis ; le nombre - 
4e CCI tiib«rct>le3 décide de c«tai des hoappes de poils do«« 



dt, Google 



,54 C H E 

aas chej^illes velues sont courertes ; chacun ia ces-iubevcùles 
semble pKrcé comme un arrosoir, pour laisser passer lespoits 
sur les endroit» od il n'y en a point ; on y Toit comme les 
trous et les places où il devroit y en avoir ; ces tobercules ^ 
qui servent de base aus poils , sont alignés tant suivaot la 
longueur du corps, que suivant la courbure de la partie su- 
périeure de chaque anneau, c'est-à^re de cette partie 
d'auneaui; qui se tenoine de part et d'autre à la hauteur de 
L'origine des pattes. Il y a des chenilles qui, sur chacun de- 
leurs anneaifK, ont douze d^ ces tubercules, ou douze tonSea 
de poils; d'autres n'en ont que dis ou huit', sept, six^oaméme 
que quatre. Sur certaines chenilles, tes poils de chaque tonde 
sont à peu près également longs, et sont comme autant de 
rayons qui se dirigent vers le centre de la sphère , dont te tu- 
bercule est une partie , c'est-à-dire que chaque poil est per>- 
pendiculaire à la surlace du tubercuro; ils forment des Apëces 
d'aigrettes plus ou moins fournies dans difTcrenles chenilles , 
mais de figure assez régulière ; d'autres chenilles n'ont pas 
les poils qui forment leurs touffes perpendiculaires k la sur- 
face du tubercule , l'axe du tubercule est incliné au corps de 
la chenille , et les poils se dirigent tous vers la queue ; les 
poils des houppes ou des tubercules antérieurs , c'est-à-dire 
de ceuK des premiers anneaux , se dirigent du cdt« de la tête 
dans quelques chenilles , et ceux des autres anneaux s'in- 
clinent vers le derrière. Mais ce qui est le plus à remarquer 
dans la direction des poils , c'est que dans certaines chenilles 
vfie moitié ou plus dâ ceux d'un même tubercule tend en 
bas, et l'autre moitié tend en haut , et avec cette circonstance 
que partie de ceux qtii montent s'appliquent sur le corps de 
la chenille, le ceignent, et que les autres s'élèvent et tendent 
à passer par->delà le milieu du dos , où ceux d'un cdté sont 
rencontrés par ceux qui viennent^ c&té opposé. Une antre 
T.ariétë des chenilles velues , c'est que les poils de ta moitié 
d'un des tubercules sont longs , mâme très-longs , et tendent 
en bas , lorsque les poils de ta moitié du mfime tubercule sont 
ta courts qu'ils n'ont pas la septième ou huitième partie ^ de 
la longueur des autres , et sont même' d'une antre couleur. 
Enfin , il y a des ckeniUes dont les poils se dirigent presque 
tous en bas, qui par-là sont très-velues autour des pattes, et 
qui ne le sont pas sur Le dos. ■ \ • > 

Quelques chenilles ont des touffes de poils qui' ne partent 
pas de tubercules apparens ; ils tirent letir origine d^endroits 
aussi peu élevés que le reste de la peau :.mais ce (furrend ces' 
bouppes remarquables , c'est qu'au ^u que lesiâutres s'épaM 
nouissent en a' éloignant de leur base, celles-ci, au contraire, 
dii0Ûi>u«nt de grosseur à mesure quleUess'étdvvat-; les-poUâ' 



dt, Google 



C H E 453 

qm partent d'nnê bue asiez laq>emonteitt en cherchant à sa 
réunir, et leur masse forma un pinceau. Nous arona dit que 
les tubercules sont arrondis en portions de sphère ; mais 
quelques chenilles en ont de charnus , faiu en pyr-amide co- 
nique , qui s'élèvent davantage': des poils partent de toute la 
surface d» cdne. - ' 

L'arrangement des poiU met encore d'autres distinctions 
très-sensibles entre les chenilles reines ; il y en a qui ont sur 
lenr dos des hoilppes de poils , qu! ressemblent parfaitement 
à des brosses , qui leur ont fait donner le nom de chenilles à 
hroue3;\ti unes ont trois, le» autres quatre, cinq de ces brosses 

E lacées sur difTérens anneaux. Enfin , parmi les chenilles k- 
rosses, il y en a qui portent sur leur premier anneau, et' qui 
semblent porter sur leur tête , deux aigrettes dirigées comme 
lies antennes de la plupart des insectes ; ce ne sont pas de 
simples poils qui forment ces aigrettes, ce sont de vraies 
plumes. Des barbes sont attachées les unes .au-dessus des 
Autres , ans cAlés opposés, d'une tige commune ; sur la plus - 
grande partie de la tige , les barbes sont égales ; mais celles 
qui approchent du bout supérieur croissent et décroissent 
ensuite , de manière que ce bout a la forme d'on^écran. Ces 
barbes sonAussi de véritables plumes, c'est-à-dire que comme 
celles des plumes ordinaires ,■ elles sont chacune une plume 
en petit iJe microscope fait voir à chacune une petite tige 
commune à d'antres petites barbes , qui lui sont attachées de 
part et d'autre : l'aigrette est un faisceau de pareilles plumes 
de différentes longueurs. Le» mêmes chenilles qui portent 
deuï de ces aigrettes au - devant de leur tête , en ont mie 
posée snr le même anneau , et dirigée comme les cornes de 
quelques antres chenilles dont nous avons parlé. Il y a.encore 
de ces chenilles qui ont deux autres aigrettes semblables , qui 
tirent leur origine des anneaux antérieurs, et disposées comme 
.les bras d'ijne croix, dont le corps de la chenille seroit la tige ; 
H y en a même d'antres qui de chaque côté ont deux de ces 
aigrettes. Nous devons dire aussi que les poils des chenilles 
n'ont pas toujours des formes aussi simples que celles sous 
lesqueties ils paroissent à nos yeux ; ils nous semblent des 
corps unis et lisses , tels que des cheveux courts et fins ; si on 
les observe avec un microscope quigrossisse beaucoup, on a 
peine à trouver de ces poils lissés ; ceux qni le sont se ter-i 
minent comme une épingle, par une espèce de pointe ; les 
antres xtaroissent une t^ arrondie et aplatie , c est-à.dixe , 

S [ni a plus de diamètre dàn? un seoi <^e dans'l'Butre;.dje dî^- 
érens endrûits'de cefte lige sortentrdt petits 'Corps qui la. font 
ressembler à une tige d'arkfeoude'plante; «es jtetila corps 
qui se trouvent sar-la ti^despoilj de-di£fârflates«ipèGes-de 



dt, Google 



•SB . C H E 

chenilles , dlffèreot svrtoiit par les proponionS'de leOrloB- 

fieur à leur grosseur > ci ^ar la manière dont ils sont dis^î- 
aés ; quelques-uns sont si fins , que le microscope ne les Tait 
^ paroilre eux-mêmes que comme des poils, et enlre ceuzqiv 

S arlent de^ différentes tiges, îlyen â de différente grosseur! 
'autres plus gros paroïssent de. véritables épines, dont la 
pointe se dirige du même côté que celle de la tige; il y a telle 
tige de chaque c6té de laquelle il part à même hauteur une 
épine , comme partent les feuilles qui sont rangées par paire» 
sur les liges de certaines plantes ; éur d'autres tiges les épines^ 
les piquans , sont distribués alternativement sur diffërens en- 
droits des deux cAlés, c'est-à-dire , que l'orieine d'un de ce» 
piquans n'est pas vis-à-vis celle de l'autre. Il y a des poils oik 
ces piquans sont assez éloignés les uns des autres ; il r en a 
où ils sont trés-proclies j ces piquans, sur d'autres poils , ne 
paroissent que comme les boutons, les yeux des branches des 
arbres à fruits. 

Les différentes couleurs des poils peuvent encore serrir S 
nous faire distinguer les chenilles ; ceux de quelques-unes 
sont tous de ia même couleur ; ceox'des autres sont de cou- 
leurs irès-variées et mêlées très-agréablement ; il y a des poils 
blancs; il y en a de noirs, de bruns, de jaunes , èe bleus, de^ 
▼erts, de rouges, en nn mol de toutes les couleurs et de toutes 
les nuances de couleurs. Quelques chenilles k brosses ont 
leurs brosses du plus beau jaune , d'autres les ont blanches* 
d'autres les ont de conteur de rose , pendant que leurs autres 
poils sont de différentes couleurs. Les bouquets de poils sont 
disposés sur le corps des chenilles, comme les arbres le sont 
dans nos bosquets plantés en quinconce ; souvent la peau qui 
Cstentre ces rangées de poils n'est pas cachée, elle a elle-même 
ses couleurs propres , quelquefois belles et diversifiées ; alors 
la variété des couleurs des poils , jointe à celle des couleurs de 
la peau , forme autant de couleurs si singulièrement mêlées, 
X[n on.ne peut s'empêcher d'admirer la beauté de certaines 
chenilles, pour peu qu'on s^arrête k les considérer. 

Sur te corps de diverses chenilles velues on peut observei' 
quelques mamalons qui méritent d'être remarqués, et que . 
l'on prend pour de petites touffes de poils quand on ne les 
cherdie pas^ ils sont cependant charnus , dépourvus de poils 
et posés sur les neuvième et dixième anneaux : or les voit 
s'élever tantât plus , tantôt moins, sur le corps de l'insecte : 
soavent-ils. sont de petits cônes. Quand la chenille veut les 
raccourcir,: elle relire leur sommet en dedans, et afors pa 
TOit un entonnoir où on voyo^t auptir^aot une. pyramide 
conique.. O^ remarque sur.le dos dt; diverses autres cbeniUes 
des manuvelont ybampai q|uî ont. une forme fixe ; et qui ntt 



dt; Google 



C H E -,5, 

reatrent point en «u-mémes comme les pt^cédens. Il y à 
^escheniuesqni, snr le même aoneati ou lur d'autres anneans; 
ont des mamelons plus courte ou plus longs ; quelques-unes 
les ont refais et d'autres les ont ras; ceui^e quelque s -unes 
ressemblem inné vraie corne. Eofmily eO aqui ont plosieurs 
.de ces mamelons. Entre cellas-<Jt>î en ont 'Aeux, ceux de q'ael- 
que»-anes sont places sur la ligne du milieu du dos <(ni va de 
lat6leàlaqneue,etceuxâe quelques autres sont poses 5 cAti 
Viiat de l'autrci, sur le même arc duméme anneau. Enfin ils 
sont disposas sur difTérens anneaux d^ différentes chenilles^ 
Plusieurs chenille rases, telles que celfes des papillons de la 
■iivWMaitiehès>aliirT{e^aùes), ont une espace de cerne cbar^ 
jHK. .plus- singtdtère; qui sort de la jonction dn premier anneiiil 
.arecle col; elle a La 'forme d'un Y, osde deui branches pHp^ 
.Uni d'une tige comnmne; ces branches et U ^ge même t cflmme 
ies cernes du Umaçon, rentrent au gré de U cbemllej de itia-> 
oière qu'on ne voit plus aucun veetige de corot. Elle ne 
naontre cette cortfe singulière que quand il lui pl^t ; etle^saë 
des jounnéesemiâreE sansla faire roir, 'lorsque te temps deSt! 
métamorphoser approche. ■ -' 

• : Les formes du corps des chegilUs n«as fournissent encore 
defHoi'Ies distinguer; les unes ont' la partie amé^ienré 
{tins délire que la posUcienrc ; d'antres ont la partie posté^ 
jieureiieailQDnpDiiniis'groBse que l'antérieure; la figure db 
xQif s ressentie à celle du corps d'un poisson'; te deirîèfti 
je quelques-unes se teimine par une- èspëcede fourche ; le 
icorps dé direrscs autres , plus communes, a an diamètre' à 
peu' prèségal dans tooU son étendue. 

• MattMée.rivrettbaèiliAsda KheniSet. ' 
.,■■ . 1. , . . ■ ■ .-■■-■ 

La iB^^v de TÎprejdes chenilles est presque atusf Turi^ia 
jque^e»«sp4ceB; il 7~:enia. (jni aiment à vivre seules dans les 
.retraites qu'clks (Jinisiscént; d'âuttes se plaisent ensemble et ~' 
donnent deiaociSt^s. On trouve des espèces qui vivent 'dans 
j«tQrre,,'dM)3 l^^térieur des plantes, dans les troncsd'arbres, 
.dwtf les racines; leplns grand nombre se platt sur les feuilles-, 
iesarbres, lesplajites,,À'portéc des alimens qui leur sont né- 
«eMaires.. Elles n'ont d.' autres précaytiaos i prendre pour se 
^artntirdes îninreB du mauvais temps, que de se cacher-'Souï 
les.feuilles, sousles.branches, josqu'àce qu'elles puissent re^ 
:pju^ttre sans danger ; qnelques-nnesi'pour se mettre en 
pureté , roulent des feuilles pour se retirer dans la cavitë foi^ 
jnée par les pUs ; d'autres, d'une très-'petite espèce , kabHent 
jBt vivent mène dans l'intérieur des feniHes. qu'elles minent ^ 
et oà ellei ne sont point aperces des énnuois qu'ellesont 

Vj. 17 

c,qi,it!dt, Google 



, :.5» C H F. ' 

^ craindre *, il y «n a enfin tpù te (onnent eka'cteiiient une 
luaisonneUe en forme de Inyau , qai les rend ïnrùibles et les 
aceompagne partout: 

■ Çberenons malDlenant dans la roâDière de rirre des cHe-' 
niUes les différens poims de rue sous lesquels on peut les con- 
sidérer plus particui^rement , et qui doivent serrir ^ les faire 
distinguer entre elles. Celles dont l'extérienr est assez sembla- 
ble , et qui montrent dans leur genre de vie des diffêrcDces 
oaractérisUques , doirent être rangées parmi des espèces dif- 
férentes. Ainsi 4 il 7 en a qw sont solitaires pendant tout le 
cours de leur vie , et qui semblent n'avoir aucun .commerce 
les unes arec les autres ; d'autres passent là plos gr^adé par- 
tie de leur rie en société : elles ne se séparent que quané^ 
après leur accroisseakent , elles sont prâtés à subir leur pre- 
mièro traosEormation. Ea&n d'antres »e se quittent poiaty 
restent mdme les unes auprès des autres lorsqu'elles se traus~ 
forment en cbrysalideSf etne se séparent qu'après aroirprU 
lafonoe de pupillons. Les dïrerses substances qm leur ser- 
rent d'aliipeas doivent aussi nous les présenter sous les. di- 
vers aspects qui leur sont propres. 

. La première loi que ta nature impose à tous les êtres en 
leur donnant la rie, c'est celle de rirre ; ilsontlesmoyettsd* 
suffire ^ cette loi dès qu'ils existent , et ils ontles mtmesdroîta 
i l'existence dès qu'lb ont les moyens d'exister. Cessons donc 
de croire ^ue U natm-e n'ait Aà penser qu'à nous , et de nous 

Slakulre des êtres qui send^ient virtr à nos dépens. Cessons 
enous étonner si ces chemlles,dont lamnlliplication est si 
prodigieuse et l'accroissement si prompt y exercent tant de 
ravages , sont À-la-fols le fléau des Vei^ers, des jardins, des 
forêts. Il y a très-peu de plantée vpie les ch^alUes n'attaquent 
et ne dépouillent de leurs feuilles , quand elles sont en grand 
n(»i^e. Elles sont si commonès pendant certaines unndes , 
qœ très-peu de plantes échappent k leurs dégJMs. En ron^enM 
lesfeuilles des arbres, elles les réduiseiit dans un état pres^ 
que AUSSI triste que celui où nous tes voyons pendant l'hiver ; 
avec cette différence que la perte de leurs feuilles, dans cette 
saison, ne leur cause aucun dommage, nennitpoitatà laré- 
gètatiiw î au lien qu'au printemps , en été , ils souffrent d'^ 
ttre dépouillés. Quand les chenilles cmt dévoré la verdnTe^d*ttn 
arbre, eltesnerabandonnentpas toujours, quoiqu'il semble 
oe pins leur offrir de quoi rivre ; elles attendent la seconde 
pousse pourroBgerlesbouFgeons. ïijx cependant des espèces 
mû l'abandonnent pour aller chercher de quoi vivre ailleurs. 
Paraû les animaux de la plus grande espèce , on n'a pas 
d'exemple d'une voracité qu'on puisse comparer i telle des 
ckenîllei i ,11 n'en est aucune qui ne mai^e , dans l'espace Jë 



i:, Google 



C H E aSg 

VÎngtHciaalre benres , plus pesant de feuilles qu'elle ; quelque 
unes mangent au-^deU àa double de leur poids. Mais on est si 
accoutumé à ne roir vivre les chenilles que d'herbes et dé 
feuilles T que quand on trouve des arbres criblés de trous, 
quand (m les voit sécher ^r pied, et même rompus et ren^r- 
Tersés par terre, on se s'avise gu^re de penser que ce so)t là 
l'ouvfBge des chenilles. . 

On a cm , et l'on croît encore assez ordinairement ,. quf 
chaque plante a son espèce particulière de chenille qu'ellç 
nourrit. On pourroit plutôt douter s'il peut y avoir une seule 
espècede cheailieà qui la nature n'ait assigné pour alimen^ 
qu nue seule e^éce de plante ou une seule wèstance. Si celfi 
eûste , ce n'est sans doute que dans ces espèces que leur 
petitesse dérobe entièrement k nos yeux , et leur permet dé 
vivre partout où elles w trouvent. Nous voyons une chenille 
velue et rousse , nommée chmiile de la vigne , parce qu'ellf! 
se Dourrit communément de ses iîeailles , manger encore 
pbis avidement des i«uilles du coq des jardins. Elle tire ggi 
nàurritur», et des fdiiillés qui nous semblent tr^-insipides ^ 
et des feuilles aromatîqaes> On en voit des espèces qui rongeOjt 
indifféremment les feuilles da chêne , celles de l'orme, celted 
de l'épine, celles des poiriers, des pruniers, des pêchers, etc. 
On en voit d'autres espèces qui mansenl «également lesfeuîlleg 
de la mauve, du soleil ou hclianim», de la pimpreneÛç , 
desgirofléesjannes , des oreilles d'ours , de la lavande et d« 
lOates les plantes potagères. Il paroh cependant vrai qu'il n'y 
a qu'un certain nombre de plantes ou d'arbres analogues, qui 
conviennent^ehaque espèce dechenilles. ^Que deviendroient 
nos moissons, si les chenilles qui ravagent, les bois, pouvoïent 
de même se nourrir de^Wé vert? Ainsi les plantes sur lesy 
quelles les chenilles vivent , peuvent an|si serrir k les faire 
distinguer -. une cheniUe de même fbrpne et de même couleur, 
sur (m chêne et suc un cheu, doit nous faire plus qu* sçup- 
çoooer qu'elle n'est pas de la môme espèw. 

On pourrojt troovçr étrange que la nature ait assigné pour 
aliment à quelques cheniOes , non-seulemept des plantes dont 
l'amertume nous ^roit insupportable , mais des plantes rera- 
plies d'une liqueur acre «t caustique, .s! Von ne savpit pas que 
les qualités des corps ne s'esercent qu'en raisen de leurs rap- 
ports respectifs et de leur action réciproque. Ainsi des che- 
nilles vivent des feuilles decartaios tilhymales, malgré la 
qnalitë corroaive du lait qu'elles renfermeut. Les condaiu 
par oA l'insecte fait passer ce . suc , t»«t pctiu qu'ils sont et 
quelque délicats qu'Us «cmbient être , ne sont aucunemeni 
altérés par une liquenr qoiagjt bien différemment sur notre 
langue. U doit paraître amui extcaordinaire «u'U y ait de* 



dt, Google 



^ C H E 

cfacDilles qui rlreat sur l'ortie. Plusieurs espèces qu'on ti'onre 
sur cette plante, sont à la vérité armées de ioneues épines tfoi 
pourrotent sembler Décessaires pour tenir ceUss des EeoilleB 
éloignées de leur peau ; niais on trOUTe aussi sar l'ortie pln- 
sieurs espèces de cheiùUesTOars , et dont la peatiparohm^aw 
plus tendre que celle de quantité d'autres chenilles qui se 
tiennent sur des plantes dont les feuiUes'sont trés-dovces an 
toucher. Ces châiHlâ des orUes mangent dts feuilles: armées 
de piquans , qui , dès qu'ils ont atteint notre peau, y ca^ebt 
des démangeaisons cuisantes. Le palais et rcesophagê de <.t% 
chenilles, que nous deréns pourtant juger très-délkats, ae- 
roient-ils puis à l'épreuve de ces piquaOs f Pent'^tre que c«s 
chenilles font entrer ces pi^uans dans- leur bouche par- letu- 
base, et dans nn sens où ils ne peuvent les piquer. 
' La plupart des 'chenilles vivent sur les arbres et sur lés 
plantes pour manger leurs feuilles , quelqaes-unei Totmt. 
rongent leurs fleurs , d'autres n'épargnent pas les fruits , les 
racines enfin sont attaquées i mais combien taest-il encMrp 
qui vivent dans l'intérieur nâœe des différentes parties des 
arbres et des plantes? La peau de ces àcnutTei cheaSUi rasè»^ 
transparente , ordinaire mentons tendre qné Mlle des aiitrc^ 
n'est pas aussi en état de résister ï l'otite de i'^ir; si elle I^ 
étoit exposée, elle dessécheroittrop; p'iest dam des retraites 
obscures qu'elles doivent se cacher. Les unes se tiennent dans 
l'intérieur des brattches, des tiges, ordinairemnit dans l'au- 
bier. La sciure qtte l'on peut voir joamellement sortir par 
on trou dont l'ouvertiu-ê est à la surface «stérieure de l'ëcorce, 
avertit qu'il y a un insecte qui hache'les fibres intérieures. 
£nb-e les chenilles qtii virent debois^ily enaà qui les. boit 
de différentes, espèce s d'arbres conviennent; comue enti<e 
celles qui mangent 'des- 'feuilles déplantes difTéreàtes.' LiCS 
•fruits que nous trouvons les pins siiccidens.et les plus douXi^ 
'ne nous ont pas été accordés â nous iimls ^ la nmtare a voul^ 
que des insectes de différons genres leS'partageassent ^avef: 
Qons^ Des poires i des gommes , des prunes , etc., ijuisoiït 
-pins tôt à maturité que les autresfruits deîdÉme espèce, tombant 
tons les ans dans nos jardin», et ces fruits i^ sont devenus |^t^ 
'-précoces, et ne sJinttïirBbés, queiparc^ que<[uelque ioseicte 
~a crA dans leur intérieur. Les plus impertans de nos fruits i 
ceus qui sont la base de nosahmens \ ne «ont pas encore, en 
sAreté après que la récolte cna été faîte./Uii ne sait que tfop 
que nos blés de toutes espèces, nos frbnienB, net sei^s; 4^3 
'orges, etc., sont'qoelquefois entièrenjent consommé» d^ns 
' les greniers. Outre bien deséspèces defeirres et d'insectes paf- 
' faits de diffêrens genres, ilyi on grand nombre de chenilles 
-fgû attaquent Us friuli. Gominc- entre lc«<ctiemUeS qiù vivent 



L:mi,z.d=, Google 



C H E aSi 

de feuilles , les imes rongent celles de liertaines plantés on 
Ae certains aiiires , auprès desquels d^autres chenilles mour~ 
roient de faim , de m^me certaines espèces de chenilles 
mangent des fruits qai ne conviennent pas ^ celles de plit> 
sieurs autres espèces. Celles quLs'étèvent dans les poires , pé- 
Hroieut apparemment dans les noisettes, et réciproquement 
celles qui croissent dans les noisettes , périroient dans les' 
poires. Nos différentes espèces de Iruits ne sont pas ponrtaM' 
aussi généralement attaquées par les chenilles, que le sont' 
les feuilles : on ne sait pas s'il y adesïeuillesde quelque plante 
qui soient épargnées par Us chenUles; mais il y a des espèces ' 
de fruits dans lesquels elles ne s'élèvent point du tout , ou- 
tre s -rarement. 11 ne seroit pas plus aisé de donner la raison 
pourquoi certaines espèces de Gruits sont épargnées , pendant 
que d'autres espèces sont maltraitées, qne de rendre raison' 
pourquoi les feuilles de c^ou sont pins attaquées par les che- 
nilles que les feuilles de la poirée ; pourquoi beaucoup pins' 
d'insectes vivent sur le chêne que sur le tilleul. Les prunes'- 
BfMit très-sajettes k être verreuses ; une espèce de petite che-: 
oille croit dans leur intérieur. La pèche et l'abricot ne pré- 
sentent ni larve ni chenille qui s'y élèvent. On sait que les lépi- 
doptères ne jettent pas leurs œufs à l'aventure. Leur principale 
attention est de les déposer dans des endroits , tels que leS' 
chenilles qui en doivent sortir puissent trouver ,, dès r instant 
de leur naissance , des alimens conven^lea et tout prêts.' 
Ainsi les lépidoptères dontles cheniUei doiventse nourrir de 
Cniits j collent leurs œufs sur ces fruits-, souvent si jeunes ) 
que les pétales de la fleor ne sont pas encore tombés, et c'est 
quel^tefois entre ces pétales même , qu'ils les laissent contre 
le pistil , qui est l'embryon du fruit. Les chenilles qui ne sont 
pas long-temps àéclore, se troorentdés leur naissance pla- 
cées sur un fruit tendre qu'elles percent aisément ^ et s'in- 
troduisent dans son intérieur ; là, elles se trouvent au milieu 
des alimens qu'elles aiment , et bien à couvert. L'endroit 
même par ofi elles sont entrées se referme quelquefois, de 
lâçon qu'il est difficile. ou même impossible de retrouver le 
petit trou qui leur a donné passage. Les chenilles qui vivent 
^ans les fruits sont comnumément petites, bien au-dessous de> 
celles de grandeur médiocre. I^s petites chenilles qui vivent 
dans les gousses, ne cherchent point à se cacher dans le fruit 
qu'elles mangent, elleS'Cn sont dehors en partie ; mais «lie» 
qui mangent des fniits qui ne sont pas renfermés dans des 
gousses, se tiennent toi^ours dans l'intérieur du fhiit. Une re- 
marque qui ne doit pas être omise ., et qu'on a faite depuis 
longrtemps par rapport aux larves d'inaectes , c'est que dans 
chaque fruit on oe trouve jamais , ou presque junaîs, qu'oDA , 



i:, Google 



96x G H E 

«^niUe. Si l'od reil qUelqaelbts dansnn finit deux habïtans, 
l'np <el: une cbenillft et l'autre une iarre. Il y a de petites 
cbenillesqoi se logent dans les grains; des tas de froment on 
â-orge peurenl en être ranpfis, sans qu'an s'aperçoive qu'il y 
•A ait une seule qui les ronge. Les grams dans lesquels elles 
sont k>gées , et dont elles ont dans an certain temps mangé' 
tmite la gubsUsce , paroisseat tels que les autres. Ib n'en sont 
Bjrnnrmrnt dîfférens i^l extérieur, parce qu'elles en ont épar^ 
^é Técorce. Mais qu'on presse entre denx doigts diCférens 
grains , on distinguera dément ceox qui sont habités , ie 
ceiu qui ne le sont pas.; on reconnoltra intinie , jusqu'à un 
certain point, l'âge de la chenille qui est dans le grain. Si le 
araîn cède de tontes parts sons le doigt qui le presse , il ren- 
unne une Gtieoille qui a pris tout son accroissement , ou ta 
duysalide de cette chenille. S'il y a seolement quelque eor 
droit du grain qui se laisse aplatir „ia chenille n'a pasencore 
mangé toute la subtiance intérieure du grain , elle a encore 
h croître. Un grain àe blé eu on grain d'orge contient la juste- 
prorision d'alimens nécessaires poar faire vivre et crotbv 
cette: dienilie depuis sa naissance jusqu'à sa transformation > 
Si l'on en ouvre un qui renferme une de ca chenilles prSte k 
se ttélamorphoser , on voit qu'il n'y a plus précisément qne 
l'ééocce ; toute sa substance farineuse a été mangée. Le be- 
soin déboire ne parott pas nécessaire aux chenilles, ou, pour 
mieusdire , la plupart savent extraire leur boisson de leurs 
aUnteos , et semblent ne se nourrir qoe do suc dont les 
fjsniUes sont pénétrées. Il est un fait qui ne doit pas être oublié 
dans la maniéré de vivre des cfaenittes, quoiqu'il les présente 
sons le jourJe plus odieux. La maxime si souvent citée contre 
nous , qu'il n'y â qae l'bomine qiiî fasse la guerre k l'homme, 
que les animaux de même espèce s'épai^ent , a été avancée 

Ear des personnes qnî n'avoient pas étudié les insectes. Leur 
istoire fait voir en plus d'un endroit ,' que ceux qui sont car^ 
nàssiers en mangent fort bien d'antres de leur espèce. Mais 
ce qui est pire et particulier à qaélques chenilles , c'est que' 
quoiqae faites, ce semble^ pour vivre de feuilles, quoiqu'elles 
les aiment et qu'elles en ^sent leur noOTritnre ordinaire -, 
elles trouvent la cbair de leurs compagnes un mets préférable; 
elles s'entre-maogent quand elles le peuvent. 

Lé temps où les chenilles prennent leurs alimens, peut 
encore aider à les distinguer d'avec d'autres qui sont d'ailleurs 
très -semblables. 11 y a des chenilles qtrî mangent k toutes leai 
heures du jour, il y en a qui ne mai^ent que le matin et la 
soir, et qui se tiennent tranquilles pendant la grande cha- 
leur ; il y en a enfin qai ne mangent )amais que pendacft la 
nuit. Ainsi , ^armi les chenilles rases , il y en « 4e bmiiwr et 

_,,!:, Google 



C H E .M 

«le vertes qnî TÎTcnt iw Ip chon, qai l'ahandoiraeiit éta le 
matin , pour se cacker.daiis la terre pendant U jota , qui n« 
sortent ie leur retraite que le soir, et ne rongent les fewile* 
que pendant la nuit : aussi le jardinier qui rent les échMillep 
et le naturaliste qui veut les ofaiarrer, oe doivent les cker* 
cher qu'à la chandelle. Combien d'autres espaces qui dovrent 
•e caâier dans certaùs temps de la nuit «u do jour, et qu'on 
ne peut décôuTrir qa'au moment de leur sortie ! Il y a des 
cheniUos, et le faitestmoinssin^ier, qui aiment les racinei 
des plantes, et se tiennent constamment sous terre. Les jar-> 
diniers conncùssent beaucoup l'eM^ce qui mange les racmes 
des laitues V et les cultivateurs fln houblon celle qui ronge le* 
mfanes parties ds cette plante et y fait souvent de gcxaàs . 
ravages. 

La manière dont agissent différentes chenilles, lorsqu'on 
veut les prendre , peut encore nous aider à établir plnsieurs 
amivelles distinctious entre plusieurs espèces. Les unes se 
roulent en anneau dés qu'on les touche, et restent inimeliilet 
comme ai elles ëtoient mortes; celles qui sont velues se con- 
toament de cette manière , prennent alors la forme d'un hé- 
risson ; d'autres se laissent-tombe r À terre', dès qu'on tonehe 
les feuilles sur lesquelles eUes sont posées; d'autres cherchent 
i se sauver par U tîiite : parmi celles-ci , il y en a de remar- 
quables par la vitesse avec laquelle elles marchent; d'autres 
plus courageuses semblent vouloir se défendre ; elles (ixent la 
moitié de leor corps, et agitent l'autre en des sens contraires 
comme pour frapper celulqui les inquiète : c'est la partie 
antérieure de leur corps que les uoet mettent alors en mou- 
vement , d'autres y mettent leur partie postérieure. Enfin il f 
eu a qui, quand ouïes touche, font prendre i leur eorps des 
inflexions semblables à celles des serpens , qui ies'c4iangent 
avec vitesse et un grandnombre de fois en des sens opposés , 
cela,; non pour marcher, mais comme pour marquer leur 
impatience. 

Quoique toutes les <^enilles, en général, soientle Beau des 
végétaux, il faut cependant avouer qu'elles ne sont pas tontes 
également nuisibles aux arbres et aux plantes : il y en a des 
espèces si petites et si peu multitdiées, que l'on peut r^arder 
comme nais les dégâts qu'clies font ; d'autres vivent sur cer- 
^ines plantes que nous sommes peu intéressés à conserver; 
mais malheureusement il y en a des espèces dont nous avons 
si fort À nons plaindre, et qui causent tant de dommages aitx 
plantes qui nous intéressent , qoe notre hainC pour elles s'é- 
tend à tout ce qu! porte- lu nom de chenille. Les d^Sts dont 
nons avons à n aus' plaindre , excitent tellement notté' ven- 
geance envers cm insectes destructeurs , que nous nb dési- 



dt, Google 



,64 C H E 

voas les coonoître qu^afin de lesd^trnîre, pour nons Venger 
ie tout )e mal 'qu'ils nons ont fait.' Les ravages qne font les 
cheitUles,'D'mit pas été-le seul moiîf qni nous ait pr^emis 
contre elles -, pendant long-^temps on a cra que cet inaecle- 
étoit' venimeux; c'est .une erreur qui n'a d'antre fondement 
qne )e préjngé et l'horrejur qn' excitent ces insectes, à quantité 
âe personnes q&i Les craignent. Les volatiles -d^rarent les 
chenilles,; ils en fonl-de très-bons repas qui ne leur sont pas 
dangereux : on a vu des enfaas manger des vers à soie , san» 
en lire incommodés ; ceux même qu'on a .Aoonés-^ la to-' 
laïUe , parce qu'ils sent malades , ne luî causent -aHouo mat.- 
Quoiqu'il y ait de grosses cheuilles doiit l'attouchement' £aîl 
naître des boutons sur , la pean, quiejfitcot des^dëmangeai~ 
aons , il n'y a cependant jamais d'effets dangereux à craindre ; 
ceïhoutons sont dus k leurs poils , qm s'implantent dans les 
pores de notre peau j . et y prodoiseitt la même 'sess^ttek , les 
n^mes élévations que celles occasionées par l'attouchemeat 
de l'ortie. Jam^ chenille rase n'a produit de semblables 
effets,,- :...-■:■ 

Mais lorsque ,' dépouillé de toule.espiice de pr^ngéet de 
eratate , animé du désir de connoître la nature dans 'tans seÀ 
ouvrages , on porte ses ragards sor les chenilles , on examine 
leurs diflÉérentes propriétts, leurs habitudes , leur instinct , 
leurutiUté même, comme on a blentôtoublié le mal qu'elles 
semblent nous faire! comme, après le tr&ut d'admiration qui 
leur es\ dû , on est tenté de If s aimer ! On ne s'étonne plus , 
dAsIors , qu'elles aient pu attirer et fixer l'attention des obser- 
vateurs les plus profomls et Ids plus dignes d'être admis an 
rang de philosophes. . 

£â nature emploie , à Uiconservation de ces insectes d'une 
année i l'autre et dans la saison rigoureuse, quatre moyens 
très-différens, idaÙ! tous, d'june. sûreté convenable. 11 y en a 
qui passent l'hiver sous la forme ou sous l'enveloppe d^œnfs} 
d'autres sous la forme de chenilles; d'autres sous celle de 
chrysalides., et enfin d'antres le passeBt:dans l'étal de pa- 
.pillons. .-. 

Les chenilles qui passentl'hiver enfermées dans l'œuf, sous 
la forme d'embryon;, après aroir quitté leur enveloope , vi- 
vent SQUS If-fomfi de chenilles une partie de l'étéila coque 
des oeufs est faite de manière que le froid ne sauroit détruire 
l'embryon quielle renferme ; et cesiœufs, destinés à résister ' 
ai|x rigueurs de l'hiver, soqt aussi pondus! dans des endroits 
convenables à cette £n. 

Xt'uviiffis chenilles , échappées des oeuft vers l'autooiDe , et 
lorsqW 1^ feuille^ ifis plantes neijMinl'.pas encore.pasaées , 
s'eanfHun^eot.^usfi.long'tcmps q(i»iû'«iWon le permet, et 



dt, Google 



C H E j63 



Il y en a des espèces ^ai parvieDoeat de cette manî^re avant 
l'Urer, environ à'ia moitié de leur gruidear complète; d'au- 
tres, qui sortent plus tard des otafs, ne croissent que fort ^eu 
la même année. Quand l'hiver commence à se faire sentir , 
nos jemies chenilles emploient les moyens qui^eur sont pro-- 
près pour se mettre à l'abri du grand froid. Au printemps 
suivant, quand l'air devient plus tempéré, quand les piaules 
et les arbres commencent à se convnr de nouvelles feuilles, 
nos petites Chenilles quittent leur asile, et vont chercher leur 
nourriture. On trouve, aacommencementde la belle saison, 
bien des espèces de chenilles qu'on est étonné de voir alors 
si grandes et si avancées ; mais l'étonnement cesse dès qu'on 
se rappelle qu'elles ont déjà pris nne partie de leur accrois- 
sement , et vécu sous cette forme une partie de l'automne 
précédent. Les retraites pour l'hiver, que ces cfaenities se 
choisissent ou se fabriquent elles-mêmes avec beaucoup d'in- 
dustrie , sont très-différentes et très-variées. Les solitaires se 
cachent simplement sous des pierres , entre Técorce des vieni 
troncs d'arbres abattus qu'elles rencontrent, ou bien elles se 
retirent dans la terre, et à une profondeur convenable pour 
que le trop grand froid ne puisse les atteindre. Les chenilles 
qui doivent passer l'hiver en société se font des espèces de 
nids très-remarquables, construits de plusieurs feuilles qu'elles 
lient ensemble avec de la soie, et qu'elles attachent au haut ■ 
des arhrp s. Les petites chenilles habitent ensemble l'intérieur 
de ce gros paquet de feuilles , où elles sont parfaitement à 
l'abri du £r«id. Bien des chenilles se servent de cette tn- 
dostrie. 

Les chenHles qui passent l'iùver snos la forme de chrysa- 
lide , sont' les plus nombreuses ; c'est vers la fin de l'été ou 
dans l'automne, les unes plus t6t , les autres plus tard, selon 
knrs différentes espèces, qu'elles cessent de Ranger et se 
préparent^ la trApsformation. Un grand nombre de ces che- 
nilles entrent alors dans ta terre pnur y prendre la forme de 
chrysalides ; d'autres cherchent des retraites dans les trous 
des vieux murs ou des arbres , sous les pierres qu'elles ren- 
contrent; d'autres se font des coques de soie ou d'àutres-ma— 
tières étrangères, qw garantissent les chrysalidesr contre tes 
dangers de Thiver. ïly en a qui n'ont pas besoin d'être àcou-, 
vert, c'est à l'air libre qu'elles prennent la forme de cnrysa- 
Udes, et qui résislenj parfaitement au froid. . '■ 

Les chenilles qui vivent ensemble viennent touïea.des œufs- 
d'naméme lépidoptère, qui oatété déposés les uns auprès An.> 
antres, ou entasses les uns sur les autres, pour fonnér uné^ 
e^èce de nid. Les petite s/cbeniifcs édosent presque toutcÉ- 
dans le même jour : e» naissant , eUet sâ lr«uweBt ensemble , > 



L:mi,i.d=, Google 



j66 C h E 

et elles cMtiniKnl S'y vivre autant que leur iDstinct U lenr 
prescrit Ces sociétés,pour ainsi dire de frères et de. soear»> 
sont assez nombreuses pour composer quelquefois une répu-> 
bliqiie de six ou sept cents chenilles, çt communément d« 
deux on trois cents. Les unes ne se séparent que lorsqu'elles 
sortent de leurs dernières dépouilles de ^luysalide , «t elles 
forment presque des sociétés à vie ; d'autres ne vivent en- 
semble que jusqu'à ce qu'elles soient parvenues k une certaino 
grandeur, et elles ne forment que des sociétés à temps. 

Parmi ces dernières, il faut placer la chexiiHe nommée 
commune, parce qu'elle est, en effet, de jceUcs qu'on ren- 
contre le plus fréquemment, si connue par ses dégâts, de 
grandeur médiocre et velue , à seize nattes^ et de couleup 
brune. La femelle du bombyx â qui elle appartient, dépose 
ses «ufâ sur une feuille vers le milieu de l'été . et les enve- 
loppe d'une espèce de soie jaune. De chacun de ces œufs « 
dont le nombre est d'environ trois ou quatre cents, sort, an 
bout de quelques jours, une très-petite chenille , qui bientAt 
est succédée par d'autres. Loin de se disperser sur les feuilles; 
voisines, toutes demeurent rassemblées sur la mËme feuille 
qai les a vues naître. A peine sont-elles écloses, qu'elles se 
mettent à manger et à filer de concert. Elles se construisent 
on nid oli elles se retirent pendant la nuit, et qm doit aussi 
leur servir de retraite pendant le mauvais temps, et surtouf 
pendant l'hiver. On né voit que trop de ces nids sur les arbre» 
fruitiers, en automne , et encore mieux en hiver. Ce sont de . 
grospaqaels de soie blanche et de feuilles, dont la fqnne éx^ ' 
térieare n'a rien d'agréable ni de constant. A mesure que lea 

Î'enoes chenilles prennent leur âctroissement , elles étendant 
eur logement par de nouvelles couches de feuilles et de soie. 
Chaque nid se troave composé de plusieurs enceintes ût 
toiles, qui forfnent autant d'appartemens, et chaqae enceinte 
de toiles a. ses portes, jamais embarrassées , -et qui, sans jtre 
di^osées en enfilade , permettent toujours aux chenilles de 
passer d'une enceinte à l'autre. Les toiles , composées d'nix 
nombre prodigieux de fils étendu les uns sur les autres ,' ren- 
dent ces nids capables de résister à toutes les attaques du vent 
et k tontes les injures de l'air. La phiie ne peut point entrer , 
parce que tontes les issues sont en bas; de sortequ' elle glisse 
sans pénétrer le tissii soyeux. Le temps oà ils ponrroient âtra 
le plus dérangés, ce seroit an printemps, si les tiges qu'ils; 
enveloppent venoient à se coiHcir de nouvelles feuilles, k 
CToBtre elles-mêmes; mais les dtenillcs, eu rongeant lesprin-s 
cipaux bourgeons de la tige , la mettent hors d'état de pottS30r> 
B'dprès cfS détails, xrét ^[Uelle satisfaction on doit s'appro-' 
cher du nid à* «0» ohdDill^»', ;M.lesvotf-.6onir|par lents pe — 



dt, Google 



C H E a67 

fîtes portei , pour renir jouir soi- la toile de l'air 6a An soleil! 
Qaeujaes-niies ne tardent pas à prolonger leur promenade ; 
mais elles ne s'éloignent du nid que de la longueur de la 
branche qui le porte. £n marchant, elles tapissent leur che- 
mio , et ne vont pas an-delà de l'endroit oà ces traces de soie 
se tenaillent. Quoiqu'elles ne paroissent pas observer une 

Sande police , elles ne sont pas cependant sans discipline. 
Ues ne manquent pas de rentrer toutes dans l'habitation k 
l'approche de la nuit ou du mauvais temps. C'est un spectacle 
très-amusant que de voir ces petites chenilles aller et venir, 
les unes d'un c^té , les autres d'un autre , sans confusion, et 
s'entre-baiser comme les fourmis quand elles se reDContrent; 
de les voir descendre en grand nombre la branche qui porte 
le nid, et s'arranger les unes àcdté des autres sur le dessus 
d'une feuille, pour la fanrrager.Le son de la roii ou d'un ins- 
trument parolt leur être incommode, et an plus léger mou- 
rement, occasioné dans les environs.de leur demeure ou sur 
les feuilles où elles sont établies ,. elles sont bientAt déter- 
minées à regagner leur gîte. Enfin , après avoir changé de 
peau plusieurs fois, le temps dé leur dispersion arrive ;la so- 
ciété se dissout; chaque chenille lire de son côté » et va'pas* 
ser le reste de sa vie dans la solitude. 

Les forêts de pins nourrissent des chenilles d'une aatre es- 
pèce, qui passent une grande partie de leur vie en société, 
et qui paroissent plus dignes d'attention que les précédentes, 
par }a quantité et. la qualité de la soie dont est fait le nid 
qu'elles habitent en commun. Ces nids sont quelquefois plus 

'OS que la tSte d'un homme ; la soie est forte et blanche. 

es dégâts de cette chenille ne doivent ni exciter ni mériter 
notre vengeance; peu nous importe qu'elle ronge les feuilles 
étroites et pointues du pin , qm est le seul arbre qu'elle atta- 
que. Loin de nous nmre , elle construit des cocons avec la 
soie qu'elle file , qui pourroient Atre d'une grande utilité , si 
on prenoït les soins nécessaires pour les préparer et les mettrez 
en état d'être cardés. Les chenilles de grandeur médiocre , à 
seize pattes , et dont la peau est noire en dessus et très-velue, 
Tivent en société dans un nid que toute la famille a contribué 
k constraire ; elles s'y retirent pendant la nuit; dès qu'il fait 
jour, elles en sortent pour se répandre sur l'arbre et en ron- 
ger les feuilles : leur marche est dans le même ordre que 
celle des chenilles nommées processionnaires. Peu de temps 
après leur naissance , elles travaillent de concert i se faire 
an nid, 'd'abord assez petit, et dont elles augmentent l'en- 
cein^', 'enflant de nouvelles, toiles , ik mesure qu'elles gros- 
Bissent; totit l'intérieur du nid t&i rempli detoiles dirigées en 
diffiérens sens, qni formenl divers logemens, ayant appa-* 

.<,i':, Google 



r; 



afis c n E. 

remment la même comunuùcatioiiiiiie^euuC'de.la-clMiiillB 
commune. La principale entrée n'est pas consjtanunent dan* 
le même endroit , et on peut en observer d'autres plus pe- 
tites. Ces chenilles marcbent fort vite , el ne s'écartent d'a- 
bord un pea que pour aller ronger quelques feuilles placées 
aux enrtrons. Quand elles viennent i se déraler , elles se ser- 
vent d'un fil de soie très-délié comme d'une échelle , pour re.- 
monter à leur nid. Quoiqu'elles paroisseot sortir plus volon- 
tiers la nuit que le jour, et senihlent fuir la lumière, on en 
voit néanoiolns qui sortent k toutes les heures du jour. Elles 
marchent en procession , à la file , et dans le plus bel ordre. 
Elles défilent toutes une k une , d'un pas égal et assez lent ; la 
file, souvent très longue, estpresque partout continue, c'est- 
à-dire, que la tête delà chenille qui suit, touche le derrière de 
U chenille qui précède. Tantôt elles défilent sur une ligne 
droite , tantôt elles tracent des courbes plus ou moins irré- 
eulières , qui imitent quelquefois des festons ou des guir- 
landes , d'autant plus agré^îes à l'œil , que toiftes les par- 
ties de la guirlande sont en mouvement et raiient sans cesse 
leur aspect. Quand plusieurs de ces sociétés s'avaisinent, et 
que les processions partent de différens nids, les guirlandes, 
ou les cordons se miutiplieat et se dirigent en diCTérens sens , 
tracent une multitude de figurés , et Te spectacle en devient 
plus amusant encdre. Elles s'éloignent souvent à d'assez 

Eapdes distances du nîd ; les files de chenilles sont alors fort 
ngues. Tandis qu'une procession suit la même ligne droite » 
d'autres se détournent en différens sens. Les unes montent» 
les autres descendent. Toutes les chenilles d'une même pro- 
tession marchent d'un pas uniforme et presque grave, aucune 
ne se presse de devancer les autres, aucune ne demeure ea 
arrière dans l'iatérieur de la file. La chenille qui est à la tête 
de la procession , détermine les évolutions de toute la troupe. 
Chacune garde sa place, et dirige sa marche sur celle de la 
chenille qui la précède immédiatement. Lorsque les pre-, 
miëres chenilles d'une procession font halte, elles se ras- 
semblent ordinairement les unes auprès des autres et les ânes 
sur les autres en monceau , et se renferment dans une espèce 
de poche à claireyvoie , assez semblable à un filet pour pren- 
dre les poissons. Lorsque nos processionnaires reviennent à 
leur nid, c'est par la même route qu'elles ont suivie en s'é- 
/foignani. Souveptelless'éloigneat beaucoup de leur domi- 
cile, et par différens détours; cependant elles savent tou^, 
jours le retrouver, et s'y rendre au besoin. Ce n'est ^ as la vue 
qtii les dirige si sûrement dans leurs marches ; oel^ pst ,tr^-, 
prouvé. La nature leur a donné up autre mo};eB de fega^^r 
leurgiie. Nous pavons nos chcmips} dos dienîlUs upissen^ 

C,ql,l.d=,G00glC 



C H E aC^ 

les lenrs et ne marchent jamais que sur des tapis de soie. 
Toas les chemins qui aboutissent à leurs nids sont couverts 
de fils de soie. Ces fils foiroent des traces d'un blanc lustré , 
' qui ont au moins deux ou trois lignes de iaigeur. C'est en 
snirant à la file ces traces , qu'elles ne irtanquerit point le 
Ijhe, qaelqufa tortueux que soient les détours dans lesqnek 
elles s engagent. Si l'on passe le doigt sur la trace, l'on rom- 
pra le chemin , et l'on jettera les chenilles dans le plus grand 
embarras ; on les verra s'arrêter tout à coup à cet endroit , et 
donner toutesles marques de la crainte et de la'défiance ; U 
marche demeurera suspendue jusqu'À ce qu'une chenille plus 
hardie ou plus in^atienle que les autres ait franchi le niau^ 
vais pas. Le fil qu'elle tend en le franchissant, devient pouf 
une autre un pont sur lequel islle passe , celle-ci tend en pas- 
sant un autre fil; une troisième en tend un autre, etc., et le 
chemin est bientôt réparé.- Les procédés industriel^ des in- 
sectes, et en général des animaux, s'emparent facilement d< 
notre imagination. Nous nous plaisons à leur prêlér nos rai- 
sonnemens et nos vues. Nos chenilles sans doute ne tapis^ 
sent pas leurs chemins ptfur ne point s'égarer; mais elles ne 
s'égarent point, parce qu'elles tapissent leiirs chemins. Elles 
^ent continuellement, parce qu'elles ont continuellement 
jjesoin d'évacuer la matière soyeuse que la nourriture repro- 
duit', et que leurs intestins renferment. En satisfaisant à ce 
besoin , elles assurent leur marche sans y songer, et ne le font 

S le mieux. La construction du nid est encore liée à ce besoin, 
on architecture l'est à la forme de l'animal, à la structure 
et au jeu de ses organes , et aux circonstances particulières 
où il se trouve. Lorsque ces chenilles' ont pris leuriaccrois-* 
sèment, et que le temps de leur' métamorphose approche, 
elles abandonnent leurs nids, se séparent et vont se'cohs.^ 
truire dans ta terré des coques de pure soie, qui ue répoiidenl 
' pas à ce qu'on atlendoit de si grandes fileuses. On doit se dé* 
fier des poils de ces i^enilles. 

haduniUe àiti>rée,-3iiasi nonciin^ À causé des liandes lon^ 
^tudinales de diverses couleurs qoi parent son cdrps 'tt'taî 
donnent quelque ressemblance k Xtn ruban , est ti^'^com^ 
mnne dans les jardins et dans lés vergers^ Les feuilles ' dés 
arbres à fruits, et celles de plusieurs autres, sont 'de' site 
août II y a des aimées où elle est ii commune^ qu'elle faii 
les plus grands dégâts, qu'elle dépouille de'letlrâ fettilles 
tous les arbres fruitiers sur lesquels eJle s'établit; il séroit 
«ans doute très-intéressant de' détruire les' coùvéeâ dé ces 
insectes; mais l'industrie des femelles lesdéro/be soiivent 
à nos yeux et à nos recherches. La femelle dfl bombyx ■ au- 
quel appartient «ette eheoille f dépose ses «u&sialour des 



dt, Google 



ayo G H E 

jeuies branches d'arbres , et les arrange en^fiinsne Jespi- 
raie , ijuetquefois au nombre de denz ou trois cents ; aa 
retour du printemps, tous ces œufs écloseqt ■ il en sort des 
chenilles qui vivent en société pendant leur enfance ; elles 
filent ensemble une toile qui leur sert d.e tente , sous la- 
quelle elles ont soin de faire entrer quelques feaï Iles pour 
K nourrir. Dès qne la prOTfsion est finie i la famille se 
transporte ànn autre endroit de Tarbre où elle 'peut tniurer 
d'autres proTÏsions ; là , elle s'établit , en fumant de nou- 
veau avec sa tente, une toile qui enveloppe tes feaillei qaî 
sont à sa portée. Ce petit manégé , qui dure tout le temps 
que les chenilles sont jeunes , suffit pour dépouiller un arbre 
entiëremeiit, quand il j a: deux ou trois de ces familles 
nombreuses. A mesure qu'elles preoneut leur accpoissement, 
elles se dispersent de côté et d'autre , pour aller filer leur 
coque solitaire. Oublions maintenant les torts qu'elles peu- 
Tent nous causer- Quand , vers le printemps , la chenille 
renfermée dans l'oe^ est devenue assez forte, elle perce 
avec une de ses dents le couvercle que l'on pentremarquet^ 
et dés que le trou est ouvert , elle est en état de .travailler 
arec succès i l'agrandir , et à se faire un passage par oà tout 
son corps puisse sortir ; ordinairement ifse passe deniiouri 
avant que tontes celles d'un m£me anneau soientnées. Celles 
qui sont écloses le matin , dès l'après-^nidi du même jour^ 
ou au plus tard le jour suivant , vont chercher de la iiour- 
ritnre. Elles attaquent les feuilles qui ne commencent qu'à 
pointer , et si les feuilles ne paroissent pas encore , elles n'é' 
pargnent pas les fleurs. A peine ont-eJles cessé de manger, 
qu'elles s'occupent <k filer ; elles travaillent de «oncert à de» 
toiles qu'elles étendent, et qu'elles attachent aux an^es d'où 
partent les rejetons qui leur donnent des feniiles. Pendant 
la nuit , elles reviennent ordinairement dans l'intérieur dn 
nid; mais dans le jour elles se rendent sbt sa sarface, et 
s'y arrangent les unes au-dessus des aulnes, eOmme sur. use 
teirasse ,poar y prendre l'air ; s'il rient à pleuvoir , elles sa- 
vent trèS|-bien se retirer sous la surface opposée. Lorsqu'elles 
commencent k s'éloigner de leur habitation , leur marche est 
encore sin^lière ; elles vont, comme les précédentes, en pro- 
cessiop i ài la £le les unes des antres ; mais leur Ele n'est 
pas si continue , et les rangs ne sont pas égau^ Souvent la 
procession est. interrompue dans sa marche par des cheniUet 
qui retournent au nid,, ou par d'autres qui font halte. Après 
avoir fait un certain chemin , souvent les processions s'ar- 
rêtent, et les chenilles' s'aunoi^ent; ensnîte les unes retour- 
nent par le même chemin , tes autres continuent leur route , 
toujours d'un pas assez l«Dt , et sans la moindre cooËision. 



dt, Google 



C H K a-, 

On âeràté le procède au moyen duquel elles retrourent 
toujoiH'a le chemia de leur faauiutkin ; la chenille 4u pin 
nous a dé)à instruits. De petites comj^gnies de six à sept 
chenilles vont lourent à U quête ,- à une grande distance 
du nid. On- peut quelquefois prradre plaisir k toucher l^è- 
ren^nt du doigt celle ou celles ^fui marchent les preinières. 
Elles secouent aussitftt U tête à plusieurs reprises et rebrous- 
sent avec ritesse, sans être arrêtées dans leur fuite par 
celles qui suivent d'un pas tranquille la premî'ère route. Lors- 
qu'on enlève aussi av«c le doigtwi peu de la soie qui tapisse 
le chemin de nos processionnairt^ , t^n peut jouir de leur 
effroi, de leur embarras, de leur tâtonnement , de leur 
inquiétude , jusqu'à ce que la Toie ait été entièrement ré- 
parée ; il n'y a pe»rt-être rien de si joli que les cordons que 
nos chenilles forment par leurs érotutions diverses , îb pa~ 
roissent , k une certaine distance , des traits d'or ; mais ces 
traits sont to^ en mouvement , et les uns sont tirés en 
li^e droite, tandis que let autres représentent des courhes 
à plusieurs inflexions. Ce qi£ rend le spectacle plus agréabifc 
encore , c'est mie' lé c«'doQ d'or, est couché sur un ruban 
de soie, d'nn blanc vif et argenté. Quand les feuilles des 
environs de leur habitation soiit rongfées , nos iii>reii vont 
plus loin filer de sonvclles toiles auprès des feuilles qu'elles 
se proposent de manger dans la snile. Après leur seconde 
HUM, ordinairement elles n'observent plus la.ntéme disci- 
pline; elles errent de côté et d'antre sans aucun ordre , et 
bientôt on ne les trouve plus que solitaires. 

Oq voit dans den prairies ) en automne, certaines touffes 
d'herbes qui sont recouvertes de -toiles blanches , qu'on est 
d'abord tenté de prendre pour des toiles d'araignées ; mais 
qnaD4 on leS' regarde de plus près , on raconnoît qu'elles 
ont ét^ faites par d'antres ouvrières et pour d'autres usages. 
Ce sont des espèces de lentes, âu-dessoui desquelles des 
chenilles mangent, se reposent^ et changent de peaU toutes 
les Ibis qu'elles en ont faesorâ. La disposition de ces toiles 
n'a rien de régulier; l'intérieur est comme partagé par plu- 
sieurs cloisons en ^fférens logemens, qui s'élargissent en 
^'ap^prochant de la base. Quand les chenilles ont rongé tout 
ce qui est renfermé sous la tento , elles abandonnent ce pre- 
mier cama pour en aller établir nu autre sur une tonffi; 
d'herbe plus fraîche. Elles se construisent ainsi une suite 
détentes, qui sont des lo^mens suffisans pour la saison. 
Alab lorsqu'elles sentent les approches de l'hiver, ellet 
songent à se loger plus chaudement, elles se font im loge- ' 
ment plus solide dans l'intérieur de la principale tente , en 
forme de boorw. Elles y sont les unes sur les antres; et 



dt, Google 



a7a 



C H E 



chacune y tst ronlée. Aa retour de la belle saison , elles 
se font de nouvelles tentes âe soie , qiû Knrênt à lies dé- 
fendre contre la pLu^e. C'est surtout pendant que le soleil 
brille , qu'elles traraill^t à étendre et à fortifier ces lentes. 
£lles se réserrent dans les toiles , dircrses ouvertures di- 
rigées obliquement, par où elles peuvent rentier ou sertir, 
à leur volonté. Lorsque, les nuits sont douces , oo les voit 
souvent hors de la tente , attadiées les unes auprès des an- 
tres , et même les unes sor les autres., contre une tige de 
gramen ; mais quand les nuits sont froides, elles ne resteqt 
pas ainsi exposées aux injures de l'air. Ce ne sont pas seule^ 
ment les chenilles d'une même famille, qui sont déposées à ' 
vivre ensemble ; on voit- souvent les chenilles de différent 
nids , se réunir pour travailler en conminn - k une niSme 
tente. £nlin , après s'Stre dépouilfées vers le milieu du prin-- 
temps, elke se dispersent, elles abanâonntBt. leur tente 
flans songer à s'en faire une nouvelle ; chacane va de son . 
câté pour vivre en particulier , et se préparer k ia métanoT'- 
phose. 

On :tronve sur -. l'aidtépîae , le prunier sauvage « ou an- 
tres arbrisseaux, des nids , ordinairement' de pure sois 
trës-blanche , construits auionr des lige» ou des'branchasj' 
et bien plus grands que ceux.. des lEûm»- ou . des oomnuaua ; 
aussi sont-ils habités par ^de plus grandes et de plus grosses 
chenilles. C'est dans le niois de mai qn'il.&uties cher- 
cher; ils ne sont pas rares .sur les haies. On voit à la siv— 
face du nid quelques ouvertures oblongnes, d'inégale gran-^ 
dear, et qui sont les portes de rhabîtation. On y découvre 
queltpiefois deux chemins principaux, tapissés â'uacfaelle 
soie blanche , et l'on croit voir les principale^ awnaes Â'nâp 
grande viUe : l'un se dirige en ligne droite-: et en bas, et 
aboutit à la grande porte do nid; l'autre serpente snr lo 
dessus de la baie , s'élève , s'abaisse , se relève pour s'idbaisrJ 
ser encore e\ se plonger enfin dans l'^atas^nr de la faain./ 
À nn oertaine distance du oàd ; d'autres ch^nîns<, moins 
marqués , plus tortueux , et qui sont comnte des chemina 
de traverse et des routes détournées, viennent aussi aboutir 
à l'habitation par divers côtés. On peut voir nos. dienilles 
sortir et rentrer À certaines heures, par les ouvertures: da 
md. Elles en sortent pour . aller prendre leur repas sur les 
feuilles detf environs , et y rentrent après l'avoir pri; ^ à peu- 
près dans lemême temps. Lorsque le soleil darde ses rayons 
sur le nid, elles sont dans une grande agitation,- et con^ 
' renl fort vite de tous cdtés^'£lles augmentent chaque jonr lea 
dimensions du nid par de nouveaux fils, qui. forment des 
toiles superposées et plus on moins épaisses; Après avoir 



dt, Google 



C H Ë ,,j 

chïngé deiA on' ti^is fois de pead^ elles Commeiiceiit i 
abandonner leur nid et à se séparer. 

Vers le mois de juillet , on peut aperceVoir sar les feuilles 
d'aubépine , de prunier sanrase , ou d'autres arbustes des 
haies, un petit amas d'œufs , dont la forme est pyramidalti 
et cannelée. Chaque pyramide repose sur sa base , et 
toutes sont arrangées adroitement les unes k calé des autres, 
dam un espace circulaire. Ces œufs paroissent pins jolis en- 
core considérés à la loupe; on y compte sept cannelures; 
le sommet de la pyramide présente jme surface plane , où les 
sept cannelures tracent la S^re d'une petite étoile à sept- 
rayons. An bout de quelques ) ours on peut voirie beau jaune 
de ces œufs s'altérer de plus «n plus. Le point brun, placé au 
centre de La petite étoile, se rembrunît, devient d'un noir 
assez foncé; alors parott à décDavert la téie, et bientôt tout 
le corps d'usé chenille de conlear grise, demi-velue et à 
seize pattes. On est biestdt instmit que les petites chenilles 
dérore«t la coqoe des œuis dont elles viennent de sortir » 
et qu'elles vont encore ronger la coque des œufs dont les 
cheniOes ne sont pas écloses. Il y a tout lieu de croire que 
leur intention n'est pas de les aider à en sortir, et qu'elles 
n'ont que celle de satisfaire leur goût. 11 est pourtant vrai 
que celles dont les œnËi sont ainsi rongés au-dehors , sont' 
pins facilement édoses. Quelques jom^ après , nos petites 
chenilles rapprochent , avec des £ls de soie , les jeaneS 
feuilles dont elles ont dévoré le parenchyme , et qui se 
■ont desséchées ; elles les lient, et ces premières feuilles,' 
qiù sont ordinairement celles sur lesquelles les ceufs ont étâ 
déposés, doivent être regardées comme le fondement du 
peUt édifice. C'est ordinairement du côté du pédicule,' 
que nos jeunes chenilles commencent à ronger le dessos 
de la feuille. Elles sont alors^angées les unes auprès deï 
antres, sur une même ligne droite .ou courbe,, et s'avan- 
çant peu à peu, comme en ordre de bataille, vers l'autre 
extrémité de la feuille, elles en fourragent ainsi toute la bih-— 
face- Les nids sont donc composés la plupart d'une seule 
feuille sèche, pliée en deux; un £1 de soie assez fort parott 
tenir an pédicule de chaque feuille; ce fii va s'entortiller 
autour d'un des boulons de la branche ; là il semble plus 
épais , et l'est effectivement, parce que les différées tours 
^ &I se recouvrent en partie les ans les autres ; et ces nids 
Bodt si bien suspendais , que le plus grand vent ne sauroit les 
détacher. Dès que les chçnilles ont dévoré toutes les fëinlles 
sorties du même bouton , elles vont ronger celles d'un autre ;. 
et telle est l'origine des différens nids qu'elles habitent suc» 
eessivement. L« paquet de feuilles qu'eues ont rongé le der- 
vt j» 

c,qi,it!dt, Google 



aji C H E 

nier, compose le dernier nid, ou celui dxDS lequel elle» 
doivent passer .U mauvaise saison. Ota a encore observé que 
lorsqu'elles abandonnent le nid qu'elle* ont constniil le 
premier, elles commencent à se diviser eo sociétés plus 
petites ou moins nombreuses , qui se subdivisent elles^mêmei 
en sociétés moins nombreuses; et c'est ainsi qu'il arrive que 
lorsque l'on ouvre de ces nids pendant l'hiver, on les trouve 
8t inégalement peuplés, les uns ne renfermant que deux che- 
nilles, tai^s^e d'autres enont quatre, huit, quinze, etc. 
Mais en ouvrant alors ces^nids , on est singulièrement élonflé 
de trouver constamment dans chaque , de très-petites es- 
pèces de coques d'une soie blanchâtre , adossées tes unes 
contre les autres, qui renferment chacune sa chenille. Des 
coques plus on moins nombreuses sont distribuées par pa- 
quets en difTérens endroits de l'intérieur du nid. Ce n est 
apparemment qu'à la fin de l'automne que nos chenilles 
filent ces petites coques , où elles se renferment jusqu'au re- 
tour dn printemps. Alors elles ne tardent pas à sortir de 
leur coque et de leur nid ; on les voit chaque jour se, pro- 
mener sur la branche et aux environs. Elles se reti— 
rent de temps en temps dans leur habitation, et s'y ar- 
rangent les unes à câté des autres , de macère que là tète 
de toutes regarde vers le même endroit. Quelqae temps 
après leur seconde mue , elles abandonnent le nid et se 
dispersent. Ou trouve ordinairement dans ces petits nids , 
une sorte de poche on de sac, qui est entièrement rempli 
d'eicrémens; ce qui peut faire juger que ces chenilles ont 
loin d'aller déposer leurs cxcrémens à part. 

Nous devons, maintenant, faire connoitre quelques es- 
pèces de chenilles t qui, non-seulement vivent en société 
tant ique dure leur vie de chenille , mais qui restent encore 
tantes ensemble sous la forofr de chrysalide. 

De toutes les républiques de chenilles, les plus nombreu- 
ses srfot celles d'ane espèce qui vit ordinairement sur le 
chiner., et qui a été nommée particulièrement processionnaire 
ob éoolutùmnaire ; elle est de grandeur médiocre , de couleur 
presque 'noire au-dessns du dos , avec seize pattes , et cou- 
verte de poils-très-dilancs et presque aussi longs que le corps. 
Chaque couvée cogoipoee une famille de sept à huit cents in- 
dividus. Tant que ces chenilles sOnt jeunes , elles n'ont point 
d'établissement fixe ; les différentes familles campent tantAt 
dant un endroit, tantât dans un autre , sur le même arbre 
ou ielles sont nées : eHes filent ensemble pour former dea 
nids qui leur servent d'asile. A mesure qu'elles changent 
de peaif , elles quittent leur ancien établissement pour en al- 
ler former un autre ailleurs. Quand elles sont parvenues vu 



dt, Google 



C H E ' S7S 

terme de leur accroUsemenl , rbabitation qu'elles cboîsis- 
serft alors est fixe. Les nids propres à contenir des familles si 
nombreuses, doivent être assez considérables; lear figure n'a 
rien de singolier ni de bien constant. Plusieurs couches de 
toiles, appliquées les unes sur les autres, forment les parois; 
entre le tronc de l'arbre et ces parois, est la cavité où les 
chenilles vont se renfermer de temps en temps, qni n'est 
partagée par aucune cloison , de sorte que ie nid n'est qu'une 
espèce de poche au haut de la toile ; près du tronc de l'arbre, 
est un trou par où les chenilles entrent ou sortent à leur gré. 
Malgré le grand volume de ces nids, quoiqu'il y en ait quel- ' 
quefois trois ou quatre sur l,e mJme chêne , i^oiqu'ils soient 
attachés à une tige une et À hauteur des yeux, on ne les 
aperçoit que quand on cbercheàles voir; autrement on lescon- 
fond avec les tubérosilés, les bosses de l'arbre même ; la soie 
,qui les couvre de vient d'unblanc grisâtre, qui n'Isnitepasmal la 
couleur des lichens, dont les tiges des chênes sont Ordinaîre-^ 
ment couvertes. Il est rare d'en trouver dans le inllieu des ' 
forêts. C'est ordinairement sur les grands chênes- et sur les 
lisières , qu'on rencontre ces sortes de républiques. Quand 
ces insectes quittent leur logement pour aller s'établir ail- 
leurs , leor marche présente le même (Irdre que nous avons 
déjà aperçu dans une espèce précédente , mais qui mérite 
ici d'être de nouveau remarqué. An moment de leur sottie , 
nne chenille 'ouvre la marche , les autres la suivent à la file ; 
la première est toujours seule , les autres scuat quelquefois 
deux, trois, quatre de front. ' Elles observent un alignement 
si parfait, que U tête de l'une ne passe pas celle de l'autre. 
Quand la conductrice s'arrête , la troupe qui là suit n'avance 
point ; elle attend que celle qui est à la tête se détermine à 
marcher pour la suivre. C'est dans cet ordre qu'on les voit 
souvent traverser les chemins , ou passer d'un arbre à l'au- 
tre , quand elles ne trouvent alos de qUoi vivre sur celui 
qu'elles abandonnent. Ont-elles trouvé une branche de 
c^éne converte de feuilles fraîches , alors les rangs se for-^ 
ment autrement, ils se fortifient; les chenilles se %9tribûent 
sur les feuilles, et elles sont si contiguë's les unes aiux antres, 
que leur corps se touche dans toute sa longueur. Onl-elles 
fini de rongep les nouvelles feuilles , et terminé leur repas > 
elles regagnent leur nid dans le m^e ordre; niie d'entre 
elles se met en mouvement , une seconde Ifi «uït en qnene , 
et ainsi de suite ; elles commencent ài défiler, loujotirs sî pro- 
ches les unes desi antres , qa'il n'y a pas plus- d'intervalle 
entre les difCëreqs rangs qu'entre les chenilfes'de -cJtaqné 
rang.. Souvent le petit corps d'armée fait une infinité d'évo- 
lutions tout-ji-fait singulières ;- il ec forme sous une infinité 



i:, Google 



»,6 C fi E 

de figures différentes ; maïs il est toujours conduit (tar une 
seule chenille. La tête du corps est toujours angulaire? le 
reste est tantôt plus et tantôt moins développé ; ily -a quel- 
quefois des rangs de quinze à vingt chenilles. C'est un vrai 
spectacle pour qui sait aimer celui de la nature , que de se 
trouver dans les jours chauds d'été , T«rs le coucher du soleil, 
dans un hois où il y a plnsieurs nids de nos processionnaires 
sur les arbres peu éloignés les ans des autres. On en voit 
sortfr une de quelque nid , par l'ouverture qui est à sa partie 
supérieure, et qui suffiroit à peine pour en laisser sortir deux 
de front. Dés qu'elle est sortie , elle est suivie à la file par , 
plusieurs autres ; artivée environ à deux; pieds du nid, tantôt 
plus prés, tantôt plus loin, elle fait use pause, pendant la- 
quelle celles qui sont dans le nid continuent d'en sortir \ elles 
prennent leur rang , le bataillon se forme ; enfin la conduc- 
trice marche , et toute la trotqie la suit , entièrement subor^ 
donnée à tous les mouvemens de son chef. La mSme scène 
se passe dans les nids des environs : on les voit tous se vider 
à la fois; l'heure est venae où leschenilles doivent aller cher- 
cher de la nourriture; ainsi, triNt pendant la nuit qu'elles 
se promènent, qu'elles rongent les feuilles firaîches; pendant 
le jour, et surtout lorsqu'il fait chaud , elles se tiennent ordi- 
nairement en repos dans leurs nids. En commençant le nid 
qui doit leur servir de dernière retraite , elles tni donnent au 
moins en largeur et épaisseur toutes les dimensTons qu'il doit 
avoir ; mais il leur arrive quelquefois de l'allonger , qnand 
elles ne lui trouvent pas assez de capacité. La distance de 
là toile à l'arbre ne laisse pas de supposer une sorte d'in- 
dustrie; car la chenille ne sauroit être posée sur l'arbre, 
quand elle construit la partie du cintre qui s'en éloigne le 
, pins; il faut qu'elle soit sur le nid commencé., et que la por- 
tion la dernière faite serve d'appui à la portion qu'elle veut 
faire plus cintrée; pour la tenir plus éloignée de l'arbre. 
.Elles ont encore k changer une fols de peau; les dépouilles 
attachées ù la toile épaississent et fortifient l'enveloppa , 
d'autant plus que les chenilles les lient encore avec de nou- 
veaux fils; et le tissu qui est d'abord transparent, au bout de 
quelques jours est entiècNnent opaque. C'est dans le même 
nid qu'elles doivent chacune se filer une coque particulière, 
pour y prendre la forme de .chrysalide. Quand on vent dé- 
tniire, on qu'on est siinplement curisux d'examiner les nid» 
de la chenille processionnaire, il faut les toucher ou mSme 
les observer avec beaucoup de précaution, ù eause des dé- 
mangeaisons violentes, suivies d'enHures , qu'ils sont capable» 
de produire; l'air mCmequi les environne, peut Être rempli 
de la poussière des poils de ces chenilles ; ou il suffit ^oel- 



,Coo'îlc 



C H E 37^ 

qaefbU de se reposer «u pied d'un chtneft&eHes se sont 
établies , poar éprouver bientôt des démangeaisoDS tris-in— 
commodes. 

Une espèce de chenille , que l'en n'a piss besoin d'aller 
chercher aillenrs qde dans nos jardins fruitiers , ibnmit un 
second exemple de celles qui restent ensemble , même sotut 
U forme de chrysalide. On les trouve au printemps sur les 
(euilles de pommiers ; on peut les trouver aussi sur divers, 
arbustes, qui croissent dansles haies , tels que le prunier sau- 
vage, te fiûain, etc. Cei chenilles, un peu ao-dessous de celles 
4e moyeune grandeur, rases et à seize pattes, d'un blanc à 
teinte jaune et marquées de points noirs, se tiennent dan» 
des espèces de branles ou de hamacs qu'elles savent se cons^ 
bruire , et doiveât non-seulement s'y reposer comme les au-. 
très dans leur nid , mais y trouver leur nourriture et y fâire- 
teur repas. Elles ne mangent que le parenchyme de ia surface 
supérieure des feuJHes; et , ce qui est assea remarquable , 
leur corps ne touche jamais la feuille qu'elles rongent^ comme 
s'il ëtoit trop délicat pour supporter cet attouchement : it 
i^'est au moins recouvert que d'une peau très-molle etâonéo 
d'une grande sensibilité. Pour p«a qu'on touche ces chenilles» 
elles avancent ou reculent dans leur hamac avec une estrém» 
vitesse. On est sui:pris de voir qu'elles ne se détournent ni jk 
droite ni à gauche-, tandis qu'elles QKécntent des motivemenfc 
si prompt ; mais on cesse de l'être, dès qu'on vient à dé- 
couvrir que chaque chenille est logéedans une sorte de très— 
langue gaine i claire-voie, qne roeii ne démêle pas, et 
qu'elle s^est eUe-sftême filée. Tout le nid ,^ on tout le- hamac * 
est fonné d'un assemblage de ces gaines , couchées parallèle-* 
ment les unes snrlcs.autresi dans cbacome desquelles est ren- 
fermée une feuille. Le nid envelo[uie un certain nombre de 
^oenus [ets ou de feuilles , etqoand le parenchyme de toutes- 
ces feuilles a été consomma , les chenilles vont tendre nn- 
antre hamac sur les feuilles voisines* ËUes en tendent ainsï 
glosiears successivement dans le cours de leur vie. Ou les 
prendrait, au premier coup d'oeil, pour des toiles d'araignées. 
On n'aperijoit qu'un assemblage confus de toiles de fermes ir- 
tégulières et très-transparentes, Lps chenilles sont couchées, 
dans ce nid cotmne dans une- espèce de branle très-^mollet , 
par-delà lequel elles alloogent ùur t4tp. I^eur nid a son ori- 
gine à certaines feuilles^ etllnit à d!autres plus ou moins éloi- 
gnées. Quand, elt^s l'ahapdoon^n^ , le nouveau- qu'elles se. 
construisent. est tonjouts.à peu.de distance du premier. Toutes. 
s'y occupent à ta fois , et chacune fournit un grand- nombre, 
de fils. £nfin , c'est À un des bouts de leur dernier nid qu'elle». 
K (;oD|itciiigent chaçnD.e une coque 4c wis Uèi-l^cbfit^ 



L:,<,i,z.d=, Google 



3^8 C H E 

àiua laquelle elles se reorennent pour prendre "^la forme de 

chrysalide. 

Les chenilles ne sont pas trop regardées comme des êtres 
sociables. Le pins gr^d nombre vit sans parottre avoir au- 
cune communicalioD avec ses semblables ; et celles qui vi- 
vent ensemble , provoquent le désir de lies détraire plutôt 
quf celui de les observer. Après avoir recueilli ce qu'il peut 
y avoir de plus^Dléressant dans le genfre de vie de quelques 
espièces les plua communes qui vivent en société « nous devons 
ipaiaUUant attirer l'aitentioD sur qnelqaes-iines^ de celles qui 
vivent 'Solitaires , et qui nons déeouvfeot néanmoins une in- 
dustrie aussi digue d'être admirée. 

Il y a des chenilles qu'on trouve souvent cu grand nombre 
sur le Inëme arbre ,' sur la même plante , que nous devons 
regarder comme solkaireB, parée qu'elle* ne font point d'on- 
i!rages en. commun , que les trâvaus des unes n'influent point 
sur ceux des antres ; elles vivent en cdmAin comme si elles 
étoient seules .- telle» sont les chenilles dont le marronnier 
dllnde est quelquefois toiit couvert , celles qui' mdngent les 
<^ou^,etc. Mais il yen a qui sdtit bien pltls^olitaires; elles 
S,e font successivement plusieurs habitations , où elles se tien- 
nent renfermées i sans se mettre à portée de communiqnSr 
ayec les autres -tant qu'elles sont chenilles. C'est dans cette' 
grande aotitnde que vivent presque toutes celles qui plient on 
qui roulent. des feuilles pour s'y loger, ei toutes celles qui 
jlent ensemble plusieurs feuilles pour les réunir dans un pa- 
quet , vers ie centre duquel elles-se lielinenl. 
, Nos poiriers, nos pofrCmiers, n4s groseiffiers, lios rosiers, 
«t bien d'antres arbre* ou arbrlsseata des jardins et des bois , 
niême de simples plantes , mettent cbaque jour sons nos yeux 
its feuilles simplement courbées , d'autres pliAes en deux , 
d'autres roulées plusieurs fols sur elles-mêmes , d'autres en- 
fin ramassées plusieurs ensemble dans uil paquet informe ; 
on peatbienlâtremarquerqne ces feuilleïsttnttenues dans ces 
difFé/ens états par un grand nombre de fils, et que la cavité 
que. ces feuilles renferment, est ordinaîrement occupée par 
une chenille. Si l'on considère surtout les feuilles des chênes 
vers le milieu du printemps, lorsqu'elles se si»m entièrement 
développées , on en aperçoit plusieurs plîëes et rouléeS de 
diiTérentes manières et avec une régularité bien étonnante. 
La partie supérieure du bout des unes paroît avoir été rame- 
née vers le dessous de la feuille , pour y décrire le premier 
tour d'une spirale, qui ensuite a été recouvert 'de plusieurs 
autres tolirs fournis par des roalemetis successifs, et poussëls 
quelquefois jusqu'au milieu de la feuille , et quelquefois par- 
delà. Nos oublis ne sont pas mieux roulés ; le cc-otre du rou- 



dt, Google 



^, 



C H E ayg 

leau est riâe ; cVst nn tuyau creux, dont le diamètre est pro- 
-^ortionné à celui do corps de la chenille qui l'habite. D'autre& 
ïuîUes des mêmes arbres , mais en plus petit nombre , sont 
roulées vers le dessus , comme les premières le sont vers le 
dessons ; d'autres , en grand nombre , sont roulées vers le 
dessous de la fenïlle comme les premières , mais danâ des 
directions totalement difîérentes. Là longueur, l'axe des pre~ ■ 
miera roaleaux , est perpendiculaire à la principale cdte et ^ 
la-qaene de la feuille ; la longueur de ceux-ci est parallèle à la 
mâme c6te ; le roalement de celles-ci n'est quelquefois ponssé 
qae jusqu'à la principale nervure, et quelquefois la largeur 
de la feuille entière est roulée. Les axes on longueurs de di- 
vers autres ronleaus sont obliques à la principale' nervure ; 
leurs obliquités varient sons une infinité d'angles, de façon, 
néanmoins , que l'axe du ronlean prolongé , rencontre ordi- 
nairement la principale nervure du i^ôté du bout de la fenille. 
Quoique la surface des rouleaux soit quelquefois trés-nnie j 
et telle que la donne celle d'une feuille assez lisse, il y en a 
pourtant qui ont des inégalités, des enfoncemens, tels que les. 
donneroit une feuille chiffonnée. Quelquefois plusieurs feuil- 
les sont empl4lyéés àfaire un seul rouleau. De pareils ouvtages 
ne seraient pas bien difficiles pour nos doigts; mais les Che- 
nilles n'ont aucune partie qui semhlt^ équivalente. D'ailleurs, 
en roulant les feuilles , il faut encore les contenir dam un état 
d'où leur ressort naturel tend continuellement à les tirer. La. 
mécanique ài laquelle les chenilles ont recours pour cette se- 
conde partie de l'oitvrage, est aisée à observer. On voit des 
paquets de fils attachés par im bout à la surface extérieure du 
rouleau, et par l'autre , au plat de la feuille. On imagine 
assez que ces petits cordages sont suffisans pour conserver à 
la feoiïle la forme de rouleau ; mais il n'est pas aussi aisé de 
deviner comment les chenilles lui donnent cette focmé, com- 
ment et dans quel temps elles attachent les liens. Tout cela - 
dépend de petites manœuvres, qu'on ne peut apprendre qu'en 
les voyant pratiquer par l'insecte même. 

I^ n'y a guère d'apparence d'y parvenir en observant les 
chenilles sur les chênes qu'elles habitent ; le moment où elles, 
travaillent n'est pas facile à saisir , et la présence d'un spec- 
tateur ne les eicite pas au travail. On peut faire choix d'un, 
moyen plus facile : on pique dans un grand vase plein de 
terre humide , des branches de chêne fraîchement casses ; 
on distribue sur Ibnrs feuilles une certaine quantité de che- 
nilles, que l'on tii^e des rouleaux qu'elles se sont déjà faits : 
elles souffrent impatiemment d'être à découvert ; elles sentent 
qu'elles ont besoiù d'être à l'abri des impressions du grand 
air, car toutes Jes rouleuses sont rases; aussi se mettent-elles 
bîent6t>itrav<ùUer dans un cabinet, et soos vos yeux ■^comoM! 

logic 



,i8p C H E 

plies peoveol le faire en plein bois. Ordinairement c'est le 
dessiu de la feoille qu'elles roulent vers le dessous ; mais les 
unes commencent le rouleau par le bout même de la feuille^ 
fi les autres par une des dentelures des cAtés. La tète de Ix 
chenille va s appliquer cnntre le dessous de la feuille tout 
prés du bord, et de là, le plos loin qu'elle peat aller , da 
càté de la principale nerrure. Elle retourne sur-le-champ 
^'oùelle étoit parUe la première fois, et revient de même re-; 
toucher ensuite une seconde fois l'endroit le plus éloigné da 
bord. Ainsi continue-t-elle à se donner successivement plos 
de deux ou trois cents mouremens altematiis ; chaque mon- 
vement de tête , chaque allée produit on fil, et chaque retoop 
en produit on autre , que la chenille attache par chaque bout 
aus endroits où sa tête paroh s'impliquer. Tous ces fils for- 
mant une espèce de lien , et ayant donné une augmentation 
sensible de courbure à la feuille vers le dessous , la chenille 
ya en commencer un autre à deux oa trois lignes de distance 
^u précédent. La partie qui est entre le premier lien et le 
second, se recourbe davantage ; et ce qui est parTdelà déjà 
recourbé, le sera encore plus par un troisième liei). L'étenr 
due de la partie qui doit former ]e premier tour du rouleau 
n'est pas grande. Il eq est ici comme d'un papier qu'on roule 
en commençant par un des angles : aussi trois ou quatre pa- 
quets de fils suffisent pour donner la courbure à tout ce pre-> 
inier tour, C'est encore an moyen de pareils fils , de pareîU 
liens, qife le second tour doit se former- Cependant, quoique 
la feuille se CQurbe de pluâ en plus , à mesure que chaque. 
|ieq se finit, on n'aperçoit pas encore la cause de ce rocde-. 
ment. Après aroir coinsidéré chaque lien comme formé de 
fils à peu près parallèles, pour s'en faire une idée plus exactei-. 
on doit le regarder comme composé de deux plans de fils 
posés l'un aa-^essous de l'autre : tous les fils du pian supé- 
rieur croisent ceux du plan iqférieur. Le paquet est plvs 
large à l'un et à l'autre de ses bouts, qu'il ne l'est au miben;. 
le nombre des fils du milieu est pour^tan^ ^a' à celui des fils, 
des boqts. FoL^rquQi y occupent-ils moins de place ? C'est 
qu'ils y sont plus serrés les nns centre les autres , c'est qu'ils 
(S y croisent Sj nous suîvûns maintenant la chenille pendant 
qu'elle file les filsdechacun de ces plans, nous découyrirona 
le double usage de ces deux plans , de ces deux espèces de 
toiles. Les fils dupremier plan étant tons attachés à peu prè;^ 
parallèlement les ans aux autres, la chenille passe de l'autre 
cdté pour filer ceux du second plan; pendant qu'elle file, 
elle ne peut aller de l'une à l'autre extrémité de ce second 
nlan , sans passer sur les fils du premier ; et loin de chercher 
gf les éviter , ç^c y »ppliqi|e «a t^te et uqe partie de son 



dt, Google 



C H E Î8i 

torps; lès fils de ce plan sont une espace de toile on de 
chaîne de toile, capable de soutenir cette pression ; ils tirent 
pat conséquent les deux parties de la feuille l'ime vers l'autre : 
celle qui est prés du bord cède , se rapproche , et la feuille se 
coari>e. Il n'est plus question que de lui conserver la cour- 
bure qu'elle vient de prendre , et c'est à quoi sert le nouveau 
fil que la chenille attache. Ainsi il n'y a que les liens du der- 
nier tooT, ou plutât qoe les fils des couches supérieures des 
liens dn dernier tour, qui conservent la courbiire de la 
feaille. Une chenille qui doit rouler une feuille de chêne 
épaisse, dont les nervures sont grosses, pourroît ne pas filer 
des fils assez forts pour tenir contre La roideur des principales 
nervures, et surtout de celtes du milieu; mais elle sait les 
rendre souples : elle ronge à trois ou quatre endroits diffé-- 
rens ce qne ces nervures ont d'épaisseur de plus que le reste 
de la feuille. Quand , après avoir roulé une portion de la 
feuille , elle trouve une grande dentelure qui déborde beau- 
coiq», au lieu de la rouler elle la plie par les fils qu'elle atta- 
che au bout; et dans la suite elle en forme un tuyau d'un dia- 
mètre proportionné et très-bien arrondi : pour cela, elle a 
besoin d'avoir recours à deus mancènvres ditférentes. D'abord 
elle raccourcit ta partie pliée ; elle en retranche , ponr ainsi 
dire , tout ce qu'elle a de trop d'étendue, sans en rien cou- 
per néanmoins ; elle en attache une portion à flat cAntre la 
feuille par un millier de fib. Ce qui reste libre est trop aplati ; 
c'est k coups de tète qu'il paraît qu'elle t'arrondit. Outre les 
Jiens qui sont tout le long du dernier tour du rouleau, l'in- 
secte a souvent besoin d'en metb'e ans deux bouts , ou au 
moins i un des bouts ; mais ils sont tellement disposés , qu'ils 
ne lui 6tent pas la liberté de sortir de l'intérieur de ce rou- 
leau et d'y rentrer. C'est là son domicile, c'est une espèce de 
cellule cylindrique, qui ne reçoit le jour que par les deux 
bouts ; et ses murs doivent fournir la nooniture à l'animal 
qui l'h^ite. 

Les diverses espèces de chenilles qui roulent les feuilles de 
chêne ou d'orme , ou d'autres arbres , n'ont pas un art diffé- 
rent , et ne doivent pas nous arrêter. Les plantes ont aussi 
leurs rouleuses ; il y en a plusieurs qui mangent les feuilles de 
l'ortie, après les avoir roulées. Eji général, presque toutes lu 
rouleuses sont d'une très-grande vivacité. Il y en a une qui , 
quoique des plus petites , mérite que nous en fassions une 
mention particulière , par la manière dont elle roule une 
portion d^une feuille d'oseille. Le rouleau n'a rien de sin- 
gulier dans sa forme ; c'est une espèce de pyramide conique , 
composée de cinq ou sis tours qui s'enveloppent les uns les 
autres; mai^c'estla position de ce rouleau qui est singulière; 



Google 



=S. C H E 

il est planté sur la feuille comme une qaille ; outre le travaî 
de contourner la feuille, comtDon à toutes les rouleuses, celle- 
ci eD a donc un particulier, qui est celui de dresser le rou- 
leau , de te poser perpendiculairement sur la fenilte. Pour 
voir comment elle y parvient, on peut employer le même 
petit expédient que nous avons désigné ; on plante dans oo 
pot plein de terre un pied d'oseille , sur lequel oo met plu- 
sieurs chenilles tirées de leurs rouleaux ; on Ja'a pasun^art 
d'heure à attendre pour les voir traTailler.C'estordinairemenl 
au mois de septembre qu'oD les trouve plus communément. 
La position que cette chenille veut donner , et qu'elle a appât 
remment besoin de dodner k son rouleau , ne loi permet paa 
de rouler la feuille telle qu'elle la trouve : elle coupe une 
bande , une lanière de cette feuille, mais elle ne l'en d^acbe 
pas entièrement ; la plus grande largeur de la bande coupée 
formera la hauteur du rouleau, e( la longueur fournira k 
tous les tours qui doivent y être. Après avoir entaillé la feuillu 
selon une direction perpendiculaire à la côte ou grosse ner- 
vure , elle la coupe selon une direction presquA parallèle à 
cette même cAte, et c'est cette dernière coupe, qui détache 
nne bande du reste de la feuille. Dès que l'entaille transver- 
sale a été faite , la chenille commence k contourner la pointe 
de la jpartie qui est entre l'entaille et le pédicule ou la queue 
de la ffftiille ; elle attache des fils par on de leurs bouts k cette 
pointe, et par l'autre bout, sur la surface de la feuille : c'est 
en les chargeant du poids de tout soD corps , qu'elle oblige 
cet angle , cette pointe k se recourber. Quand ce bout s'esl 
contourné , elle commence k couper la feuille dans une direc* 
tion parallèle à la cdte (il li'est pas besoin idedireque ses dents 
fonti'ofHce de ciseau); k mesure qu'une portion de la lanière 
a été détachée, elle la rouie , et en même temps elle re- 
dresse un peu le rouleau qu'elle commence k former, et cela 
par un artifice qui consiste dans une traction oblique", k la- 
quelle nous aurions recours , si nous voulions élever perpen- 
diculairement une pyramide, ou un obélisque qui seroit très- 
incliné k l'horizon, bile attache des fils par un de leurs bouts 
vers le milieu de ce rouleau , et même plus proche de sa par- 
tie supérieure, et elle attache les autres bouts de ces mêmes 
fils le plus loin qu'elle peut sur le plan de la feuille; elle chatte 
enjuite ces fils du poids de tout son corps : on voit assez que 
l'eiFort de cette charge tend k redresser le ronleau sur sa base. 
Quand il est fini , il n'est pas loin d'être- posé aplomb sur la 
feuille. On remarque pourtant que la chenille achève de liû 
faire prendre nue position bien perpendiculaire , en sepla— 
Çant dans le vide qui est k son centre , qu'elle le pousse aTors, 
qu'elle lui donne même des coups qtù forcent l'ifé k a'^Ioî:* 
(Jncr du côte vers leqiiel tlinclinoit.. 

Liriirt^v Google 



C H E ,83 

, Il y a encore mie espèce de rouleau fait par nne chenille 
da chêne , qui , par sa conttructîoa , ne doit pas être oublié : 
il est petit ; il est formé d'une partie de la feuille comprise 
entre deux découpures, et conloumée en manière de cornet ; 
la chenille ajuste une autre portion de la feuille contre la base 
ou le gros bfut de ce cornet, pour en boucher l'oaTerture ; 
divers liens de fils , qu'cHQ voit en dehors , terrent à tenir le 
cornet roulé « et à le tenir appliqué contre la partie de la 
feuille qui le ferme. 

]Sous devans parler des chenilles qui , au lien de rouler 
les feuilles , se contentent de les plier : le nombre de ces 
plieuses est plus grand que celui des rouleuses ; leurs ou- 
vrages sont plus simples , mais il y en a qui , malgré leur 
simplicité , n'en sont pas moins industrieux. Le chêne nous 
offre encore de*ces sortes d'ouvrages ; on voit de ces feuilles 
dont le bout a été ramené ; îl y a été appliqué et assujetti 
presque à plat, il ne reste d'élévation sensible qu'à l'endroit 
du pli. On observe da ces mêmes feuilles , où tout le contour 
^e la partie pliée est log^ dans une espèce de rainure que la 
chenille a creusée dans plus de la moitié de l'épaisseur de U 
feuille ; sur d'autres feuilles du même arbre , on voit que 
leurs grandes dentelures Ont été pliées de même en dessous. 
Xia plupart des autres arbres nous offrent aussi des feuilles 
pliées par les c^tenilles; mais il n'y en a point où.' on en 

Îuisse observer plus commodément que sur les pommiers. 
Is en ont de toutes espèces à nous faire voir : de seulement 
pliées en partie , ou simplement courbées ;. de pliées entiè- 
rement , c'est-à-dire , oii la partie pliée a été ramenée à 
plat sur une autre partie de La feuille ; de courbées oit pliées 
vers le dessus ; de courbées ou pliées vers lo dessous. Entre 
ces dernières , le pommier même en a qui ont une singula- 
rité qu'on p'observe sur aucune de celles dés autres arbres 
que sur les feuilles du figuier. Tout autour du bord de la 
dentelure de la partie repliée , il y a un bourrelet comme 
cotonneux, qui est pourtant de soie d'un jaune pâle. 

Si les rouleuses habitent des rouleaux, les plieuses se tien- 
nent dans une espèce de boite plate ; elles n'y ont pas on 
grand espace , mais il est proportionné à leur corps : ordi- 
nairement elles sont des plus petites chenilles. Chactme est 
bien. close; il reste pourtant tpielquefois une ouverture à 
chaque bout , mais à peine ces ouvertures sont-elles appa- 
rentes. Elles se renferment ainsi -pour se noarrir à couvert.', 
elles ne mangent qu'une partie de l'épaia^nr de la feuille ; car 
si elles en rougeoient, comme foiil les rouleuses , l'épaisseur 
entière , leur Ipgement seroit bientôt tout à jour ; au lieu que 
Uat (^u'eUesydemeoreat, jamais on n'y voitde trous. CeUes 



.Google 



,84 C H E 

qui plient les feuilles en dessons , ^argnent la membrane 

qui en fait le' dessus. Les unes et les autres n'attaquent point 



les nervures et les fibres un peu grosses ; eHes savent ne dé— 
; la plus molle , le parenchyme qui est 
renfermé dans le réseau fait l'entrelacement des£bres. Celles 



qui habitent des feuilles bien pliées , commencnit à ronger 
la substance de la feuîllo à un des boots de l'étui ; la partie 
qui a été rongée la première , est celle sur laquelle elles 
déposent leurs excrémens. Elles continuent de ronger en 
avançant vers l'antre bout ; mais elles ont la propreté d'aller 
jeter leurs eicrémens dans l'endroit où sont les premiers : 
ainsi Ils se trouvent accumulés en un point , et jamais Ils ne 
sontép^s; c'est au moins ce qu'observent les pKeuses de 
nospommiers^ dont les étuis sopt bordés d'un cordon soyeux. 

On peut voir avec plaisir manger les chenilles qui se con-> 
tentent de courber des feuilles , Surtout si on les considère 
avec la loupe : ce sont celles qu'on peut plus aisément obser-^ 
ver dans leur travail ; et quoique le détail en fût aussi inté- 
ressant , nous nons contenterons de renvoyer aux ouvrage* 
pltu étendus, ou mieux encore k la nature. Une petite che-. 
nille d'un vert clair , qui aime à ronger le dessus de la feuille 
du pommier , pourra aisément satisfaire la curiosité i ce su-, 
jet , et donner par son travail une Idée de toutes l'es antres. 

Ici nous observerons que si , entraînés parle désir de fair^ 
connohre ce qui mérite si bien d'Stre connu , et ce qui ne 
l'est pas assez , l'Industrie ou plutôt l'instinct des chenilles , 
d'y attirer l'attention et de la satisfaire entièrement , nous 
nous sommes livrés k des détails assez étendus , noos allons 
nous renfermer dans les bornes qui nons sont prescrites , e* 
parcourir plus rapidement les généralités ou observati<His 
assez nombreuses qui ne dolvenf point être omises dans cet 
article , sans doute l'un des plus intérMSans que i'bistoire 
naturelle ait k offrir. 

Quanti té de .chenilles, plus petites encore qoeles dernières,' 
ne se contentent pas de rouler ou de plier une seule feuille' 7- 
elles en réanissent plusieurs dans un marne paquet. On, 
trouve, de ces paquets sur presque tous les arbres et arbris— . 
seaux ; Us sont composés de feuilles assea différemment ar-n 
rangées., et presque tanjours irrégulièrement : elles sont 
attachées les unes contre les autres , dans les endroits par- 
où la chenille a eu plus de facilité pour les obliger à se ton-> 
cher. Nichée vers le milieu du paquet , elle se trouve i cou- 
vert et environnée de tontes parts d'une bonne provIsion> 
d'abmens convenables. On voit fréquenMnent sur les poirier» 
de ces paquets de fenilles , qui ressemblent assez aux nids, 
des chenilles communes , k cela près qu'ils ne sont pa; cour^ 



C H E ,85 

Terts de toiles; quelques fils seulement sont employés pour 
les contenir. On observe aussi de ces paquets de feuilles sur 
la ronce , l'épine , etc. Ceus faits surle rosier , sont souvent 
composés de ptntieurs feuilles, chacune' pliée en deux, et 
appliquées les unes sur les autres assez exactement , maïs en 
paquets' de feuilles : rien de si bien fait peut-ëti'e que ceux 
• que l'on trouve sur cerUines espèces de saules, et surtout 
sur une espèce d'osier. Ufte autre espèce de r.hemfU lieuse , 
qui aime le fenouil el qui vit de ses fleurs , fait encore un 
assez joli ouvrage en Ce genre. Une des premières lieuses de 
feuillet qui paroissent au printemps , et qui est très-com- 
mane, rassemble en paquets les feuilles qui se trouvent au 
bout des jets ou des pousses du chêne ; le centre du paquet 
est occupé par un tuyau de soie blanche , dans lequel la che- 
nille rentre toutes les fois qu'ellessent qu'il se fait quelque 
mouvement extraordinaire autour des feuilles qu'elle a réu- 
nies. - - 

Nous avons fait cou nottre les trois genres de cKenîHes soii-' 
taires, qui comprennent les rouleuaes, les plieuses et les 
lieuses. Nous dirons maintenant que toutes Içs rooleuses ne 
vivent pas dans une parfaite solitude : en dépliant et en élen- 
dant des rouleaux de feuilles de lilas, on trouve pour le moins 
cinq ou six chenilles dans chaque rouleau. Des rouleuses 
fort adroites s'établissent aussi en commun sur les feuilles 
du troëne. 

Toutes les chenilles arpenteuses qui n'ont que dix paites , 
c'est-à-dire, celles gpii n'ont que deuxpattes intermédiaires, 
vivent ordinairement solitaires ; elles sont communément 
assez petites. Elles rong,ent les feuilles de tous les arbres le^ 

Îlus communs, dès que ces feuilles commencent à pousser, 
la plupart ignorent fart de les rouler , de les plier , de les 
rassemibler en on même paquet ; l'expédient dont elles se 
servent est plus simple , et est le meilleur de tous , si elles ne 
se proposent que de se cacher à nos yeux. Elles se tiennent 
entre deux feuilles , appliquées à plat l'une sur l'autre en en- 
tier ou en partie ; ces feuilles sont retenues en cet état par 
des fils de soie collés contre les deux surfaces qui se touchent. 
Il y a aussi des chenilles à seize pattes , à qui cette nise , pour 
se cacher , n'est pas inconnue. 

La plupart des arpeaUuses se laissent tomber , lorsque la 
main qui les veut prendre agite les feuilles sur lesquelles 
elles sont; en repos , en mouvement , on occupées à man- 
ger , elles se jettent aussitôt À bas pour se sauver^ Néanmoins 
elles ne tombent pas ordinairement à terre ; il y a une corde 
prête à les soutenir en l'air, et une corde qu'elles peuvent 
allonger à leur g^é. Cett««orâe a'eat qu'un fil très-Sn , mais 



dt, Google 



a86 C H E 

assez fort < qui se trouve toujours attacha assez près de l'en^* 
droit où est la chenille , et qui par son autre bout tient k la 
filière. Mos arpenteuses se servent aussi d'un semblable fil 
pour descendre des plus hauts arbres , et pour remonter jus- 
qu'à la cime des mêmes arbres. Ce que dous devons remar- 
querd'abord, c'est que la chenille est mahresse de ne pas 
descendre trop rite : elle descend à plusieurs reprises ; elle 
s'arrête en l'air quand il lui^lah*: ajssi eUe arrive à terre 
sans jamais la frapper rudement , parce qu'elle- n'y tombe 
jamais de bien haut. Cette manoeuvre nous apprend que tant 
que le poids n'est que celui de la chenille , elle peut empê- 
cher de nouvelle matière visqUeUse de passer par la filière ; 
d'oiï il parott que cette filière est musculeuse , que son bec , 
au moins , a un sphincter qui peut presser la partie du fil qui 
tient à son ouverture , et s'y arrêter, ^ous appreooRS encore 
que la matière visqueuse , avant d'être sortie de là filière, a 
acquis le degré de consistance nécessaire pour former le fil 
de soie. Cs même fil qui a servi à notre dieoille pour des- 
cendre du haut dW arbre » lui sert aussi pour y remonter , 
mais par une manœuvi'e tout-à-fait différente de celle de 
l'homme quierlmpe le long d'une corde. Pour se remonter, 
elle sai^t le fil entre ses deux dents le plus haut qu'elle peut 
le prendre , et ou la voit , la tête s'iaclinant alternativement 
de Vun et de l'autre côté , et se redressant l(»-sque le fil a été 
saisi et roulé par les dernières pattes. Si on la prend arrivée k 
son terme, au plan sur lequel elle peut marcher, on lui voit 
un paquet de fils mêlés entre les quatre dernières pattes écail-' 
leuses. Ce paquet est plus ou moins gros , selon qu'elle s'est 
plus ou moms remontée, DèS qu'elle peut marcher , elle en 
débarrasse ses pattes , et elle le laisse avant de faire un pre— 
mier , ou au plus un second pas.. 

Quoiqu'on n'ait encore observé que peu d'espèces de che- 
nilles d'eau , on en a trouvé cependant qui mërilcnt une 
place parmi celles qu'on peut qualifier d'industrieuses. Une 

Slante nommée par les botanistes ^o&»no^«{r»i , qui croit danft 
;s mares , peut servir de preuve. On observe sur ses feuilles 
une élévation dont le contour est ovale , et qui est formée ' 
par une portion d'une feuille de même espèce ; en tirant 
doucement la pièce de rapport, on reconnott.que les liens 
de ^q'k sqnt attachés i tout le contour. En forçant ces liens , 
en sQuIerant un des bouta , on voit tune cavilé dans laquelle 
est logée une cheuHIerasc, d'un blanc luisant, avec «eize 
pattes. On trouve sur ces mêmes feuilles , des coques faites 
de deui pièces égales et semblables, proprement attachées 

Ï'une contre l'autre , et qui supposent bien de l'adresse et de 
'inlelligeDce Aaaa l'insecte qui.l«« a ainsi disposées pour se 



dt, Google 



C H E ,Sy 

mettre k couvert. Cett« chemlle, qui vit «u milieu de J'ean 
a l'art d'y tenir saa cgrps dans une cavité pleine d'air; la 
tête sait sortir de cette cavité et y rentrer , sans donner de 
passage k l'eau : elle peut donc se tenir dans l'eau immédia- 
tement , et cela lui arrive au.inoins toutes les fois qu'elle a 
besoin de se faire une coque , et elle s'en fait plusieurs fois 
dans la vie. Elle sait toujours proportionner son logement à 
la grandeur de son corps. Une des plus petites plantes est la 
lentille aquatique ; les eaux qui croupissent sont souvent cou- 
vertes de cette plante qui forme un beau lapis vert sur leur 
surface. En dessous de ces tapis , on trouve une chenille plus 
petite que la précédente , rase , d'un lîrun un peu olive , et 
logée dans une coque de soie blanche , recouverte de toutes 
parts de petites feuilles. Nous devons regretter de ne pouvoir 
rapporter dans leurs détails ces deux exemples d'une indu»^ 
trie vraiment intéressante, pour annoncer quelle nouvelle 
source de phénomènes curieux l'histoire des chenilles pour- 
roît fournir am observateurs, s'ils vouloient entreprendre de 
les coanoitre dans tous les lieux qu'elles habitent, et cher- 
choieot à les étudier même au milieu.des eaux. 

Les cheuUlei tociétaires sont sans doute plus aisées â décou- 
vrir dans leur domicile ; mais parini les soUlaires , outre que 
leur habitation et leur petitesse donnent moins de prise à la 
vue , Ja plupart vivent dans l'intérieur même des diiférentes 

Eartîes des arbres et des plantes. Les unes se creusent dans 
!s branches ou dans les tiges , un long tuyau qui n'est cou- 
vert que par l'écorce et par une couche de bois assez mince. 
A peine a-t-on mis la chenille à découvert , qu'elle travaille 
À se cacher. Elle détache de la sciure avec ses dents tran- 
chantes ; elle apporte les grains détachés au bord de l'ouver- 
ture que l'on a faite., elle les y lie avec de la soie ^ etenfm, 
au bout de quelques heures , sa cellule est encore close. Sî 
elle se nourrit de la moelle de la tige qu'elle habite , où elle 
s'est creusé un canal , et si on sépare les parties de la tige 
oii. se trouve son habitation , elle ne re'^te pas loqg-temps 
sans continuer de la creuser ; elle apporte des fragmens de 
moelle au bord du trou ; elle y jette aussi des excrémens : ces 
divers grains sont liés avec des fils , et forment un bouchon 
de plusieurs lignes d'épaisseur. 

Ûd n'a pas besoin d'être favorisé par le hasard , pour par- 
venir à trouver les chenilles qui vivent dans les fruits qui 
sont le plos de notre goût , ou m^me qui nous sont les plus 
nécessaires. La vie d'un insecte renfermé dans lintérieur 
d'un fruit, ne sauroit fournir beaucoup de faits; aussi a-t-on 
peu à rapporter des chenilles qui vivent dans les pommes , 
dans les poires,, dau} les prunes , etc. Tout ce qu'elles font, 



dt, Google 



a88 C H E 

c'est de mangea, Ae rejetei* des eicrémém, et de filer. Il 
semble qu'elles ne filent alors que pour lier ensemble les 
grains de lears excrémens ; ainsi assujettis les uns contre les 
autres , et contre le fruit , ils ne les incommodent pas comme 
ils feroient , s'ils rouloient de diftérens cAtés , toutes les fois 
que le vent fait prendre différentes positions au fruit. Il n'est 
personne qui n'ait va cent fois les petits tas de grains dont 
nous parlons , sor plusieurs espèces de fruits , qu on appelle 
venvucc. Au lieu de ce petit tas de grains , on voit souvent un 
petit trou bordé de noirâtre ; les grains sont tombés alors , 
et l'ouverture par laqnelle ils sont sortis de l'intériotir du 
finit 1 est à découvert. Ces grains sont encore ordinairement 
des escrémens de la cbenille. Il vient nn temps où elle les 
jette dehors, parce qu'il arrive un temps où celle qui s'étoit 
tenue vers le centre du fruit, s'ouvre nn chemin jusqu'à la 
circonférence ; elle entretient ce chemin ouvert, et vient pen- 
dait quelques jours de suite jeter ces excrémens k l'endroit où 
il se termine. Celle qui se métamorphose dans le grain mé'me 
où elle a vécu , ne présente pas les mêmes considérations. 
Le trou par où elle sort du fruit , et qn'elle a agrandi À nn 
point convenable , n'est pas , comme on le pourroit croire , 
celui par lequel elle y est entrée. On voit , par exemple , que 
ce trou est mdifféremment placé sur difTérens glands ; *majs 
jamais il n'est percé dans la partie du gland qm est contenue 
dans le calice. Malgré la dureté de leurs enveloppes, les par- 
ties de divers fruits ne sont pas assez défendues contre les 
chenilles. Ces enveloppes sont percées, soil parla mère de 
l'insecte , soit par l'insecte même , dans un temps où elles 
sont tendres. Lorsque la coque de la noisette est devenue li- 
gneuse , la chenille qui l'habite a pris tout son accroisse- 
ment ; ses dents sont devenues assez fortes pour agir avec 
(uccès contre les murs de sa prison. 

Nous avons cru devoir donner une idée du génie des che- 
nilles qui vivent d^s l'intérieur des fruits , ainsi que sur l'ex- 
térieur des feuilles. C'est surtout à Ictu- premier et véritable 
faistorieif, l'illustre Réanmur , qu'il faut recourir ponr être 
réellement instruit sur les particularités de leur indusbrie. 
Combien o'avons-noas pas aussi k regretter de ne pouvoir 

Sr^senter les expériences que cet observateur, aussi digne 
e les décrire que de les faire , nous a transmises sur une es- 
Séce de chenille qui vit dans le chardon à boruieder ! Cepen- 
ant, combien de nouvelles observations «t de nouvelles 
expériences apporteroient encore des découvertes aussi îns- 
tmctives qu'intéressantes ! Et combien ces découvertes pour- 
roient être aussi faciles que peu coûteuses ! En renfermant 
les in^ctes dans des poudriers , comme-OQ » coutume de le 



dt, Google 



C H E iSg 

fuîre , on gène , il est vrai , plus ou moins leurs manœuvres 
naturelles , parce qu'on les place dans des circonstances qui 
les éloignent plus on moins de lear genre de vie ordinaire ; 
mais on n'en aperçoit que mieux combien est étendue et sus- 
ceptible de combinaisons diEférentes, l'indoslrie <iae la na- 
tare leur a donnée. 

Mues et transformation da chenilles. — Parmi les faitj que les 
chenilles nous font voir dans le cours de leur rie, il n'en est 
guère qui méritent pins d'être examinés , que ienrs change- 
mens de pean. Ils ne sont simples qn'en apparence ; ce ehau- 
gement de peau n'est pas seulement commun A toutes les chc 
nilles , il l'est aussi à tous les insectes qui , avant de parvenir 
i Jeor dernier tenue d'accroissement, doirent se dépoutUet' 
une on plnsteurs fois. La plupart des chenilles ne changent que 
trois ou quatre fois de peau avant que de se transformer en 
chrysalide ; mais il en est qui en changent jusqu'il hait et même 
aeMfois. On peut observer que celles qui donnent les papil- 
lons de jour , ne changent communément que trois fois de 
pean , au lieu que celles d'oiï sortent les papillons de nuit ou 
phalènes, en changent ordinairement quatre fois. Ce sont ces 
mnes qu'on nomme maladies dans le rer-à-soie , et qui en sont 
effectivement, puisque quelquefois elles lui font perdre la vie. 
Ce qu'il est important de remarquer, c'est que la dépouille 
que la chenille rejette à chaque mue est si complète , qu'elle 
parott elle-même une véritable nbenilie. On lui trouve toutes 
' les parties extérieures qui sont propres  l'insecte : poils , 
faarreans des pattes, ongles, crochets des pieds, même toutes 
les parties dures qui enveloppent la tête, crâne, mâchoires 
et dents s'y trouvent attachés. C'est assurément une grande 
opération pour un animal , que de tirer tant de parties des 
fourreaux où elles étoient contenues. C'est par divers mou- 
remens et par la diète , que les chenilles se préparent k quitter 
lenr déponille. Celles qui vivent en société ne manquent pas 
de se rendre dans leurs nids pour se dépouiller ; elles accro- 
chent les ongles de leurs pieds dans les toiles des nids. Les 
solitaires filent aussi pour la plupart des toiles légères , lorsque 
le temps de lenr mue approche. Il est plus aisé aut chenilles 
de se tirer de lenr vêtement , quand elfes l'ont ainsi arrêté. 
A mesure que le temps où une chenille vase dépouiller ap- 

Soehe , ses cooleurs s'afFoîblissent ; la peau se dessèche et se 
id gnr l'anneau qui agit le plus contre elle : c'est au-dc^ssus 
du dos, sur le second ou le troisième anneau , que ta fente 
l'ouvre. L'insecte continue À gonfler la partie de son corps 
qui est vis-i-vis la fente , et parvient ainsi k l'étendre , jusqu'i 
ce qu'il ait une ouverture suffisante pour le retirer de soii 
•ociea fourreau. Après avoir dégagé la portion supéneure- 
TI. 19 

C,ql,lt!dt,G00glC 



,snp C H E 

du corps , il allonge U partie postérieure poar la dégager de 

même , et la laisse retomber i sod tour sur la dépouille : tonle 

laborieuse qaesoitcetleopération,elleest finie en moinsd'one 

minute. 

Les chenilles qui sont couvertes d'une nouvelle pean , sont 
très-reconnoissables ; leurs couleurs sont plus fî-alcbes et plut 
belles. Quelquefois , ce n'est pas seulement par la vivacité et 
le degré de nuance , qne les couleurs diffèrent , c'en sont de 
lout'à-fait différentes. En tondant , m tout ou en partie, une 
chenille prête k se dépouiller , les endroits qui répondent à. 
ceux dont on a coupé les poils , en sont également fournis ; 
d'oii il suit que ces poils sont placés et couijiés entre la vieille 
et la nouvelle peau. L'accroissement des pails se fait tout en- 
tier entre deux membranes ; quand ils paroissent au jour , 
ils ont acquis toute leur grandeur , et dès lors ils cessent dé 
croître. Nous devons donc concevoir qu'une chenille qui a 
à changer de dépouille quatre ou cinq fois dans la vie* a 
quatre ou cinq peaux les unes au-dessus des antres , dans cha^ 
cune desquelles des germes 3e poils sont , pour ainsi dire'^ 
semés. 11 en est de même des chenilles appelées raja , dont 
la peau dans toutes est remplie de mamelons. Quant aux or- 
ganes plus essentiels , les nouveaux sont véritablement logéH 
dans les anciens comme dans autant d'étuis ou de fourreaux. 
SI , à l'approche de la mue , on coupe les premières pattes ih 
la chenille , elle sortira de la dépouille , privée de pattes. 

Mnsi un însectc^ui doit muer cinq fois avant de revêtir là 
forme de chrysalide , est un composé de cinq corps organisés', 
renfermés les uns dans les autres , et nourris par des viscères 
communs, placés au centre. L'insecte est toujours très-foible 
an sortir de chaque mue ; tous ses oigancï se ressentent ent- 
core de l'état où ils étoient sons l'enveloppe dont ils viennent 
d'être débarrassés. Les parties écaïtleoses , comme la tête et 
les pattes , ne sont presque que membraneuses , et toutes sont 
baignées d'une liqueur qui se glisse avant la mue entre les 
deux peaux , et en facilite la séparation. Mais peu à pea ceths 
humidité s'évapore ; toutes les parties prennent de la con- 
sistance , et l'insecte est en état d'agir. Les parUïs solides ne 
croissent plus dans la suite , c'est le corps seul , ce sont les 
parties molles de l'animal qui croissent et s'étendent , an 
moyen des alimens , jusqu'à ce que , devenues trop grandes 
pour les parties solides , la nature y supplée par une nonvelte 
mue /où, déposant toutes ces parties, la uenillc en revêt 
d'autres plus convenables à sa taille. 

Après avoir pris tout son accroissement , et après avoir 
passé par toutes les révolutions périodiques qui lui sont prO' 
près , la chenille 4 encore un dentier vêtement dont elle doit 



dt, Google 



C H E agi 

se dépouiller pour parottre sous une autre forme, et êirè 
désignée sous un autre nom. Dans l'approche de ce temps 
critique , toutes les chenilles agissent comme si elles savoient 
quelles en doivent être les suites; mais diËféreutes espèces ont 
recours à différeus moyens pour se préparer à cette méta- 
morphose , pour se mettre en état de l'exécuter sûrement , et 
pourseprëcaationnercontre les apcidensqui la peuvent suivre. 
L'industrie des chenille) , qui se filent des coques de soie 
oh elles se renferment pour subir leur transformation en sft- 
reté , est généralement connue. A qui le ver-à-soie , qui est 
véritablement une chenille, ne l'a-t-Il pas apprise i* Mais it 
y a bien des variétés dans la structure , dans la figure des 
coques , dans ta manière de les suspendre , de les attacher, 
de les travailler , qui méritent sans doute d'être connues. 
D'autres cbenilles ignorent l'art de se faire des coques de pure 
soie ; elles s'en bâtissent de terre et de soie , ou de terre seule. 
Lorsque le temps de leur transformation approche , elles vont 
se cacher sous terre ; c'est là qu'elles quittent leur forme de 
chenille , et que les chrysalides restent tranquilles jusqu'à ce 
qu'elles soient prêtes à paroître avec des ailes. Enfin , plusieurs 
espèces de chenilles ne savent ni se faire des coques , ni s'afler 
cacher sous terre ; pour l'ordinaire , elles s'éloignent néan~ 
moins des endroits ou elles ont vécu : c'est souvent dans des 
trous de mur, sous des entablemens d'édifices , dans des creux 
d'arbres , contre de petites branches assez cachées , qu'elles 
vont se changer en chrysalide. Sans avoir songé à observer 
les insectes , on a pu voir souvent de ces différentes chrysa- 
lides immobiles dans des lieux écartés. On a pu remarquer 
les différentes positions dans lesquelles elles se trouvent , et 
comment elles sont retenues dans ces positions. Les unes sont 
pendues en l'air verticalement , ta tête en bas ; le seul bout de 
leur queue est attaché contre quelque çcnps élevé ; d'autres", 
au contraire , sont attachées contre des rnurs , ayant la tête 
plus haute que la queue : il s'en présente de celles-ci soUs 
toutes sortes d'Inclinaisons. D'autres sont posées horizontale- 
ment, leur ventre est appliqué contre le dessous de quelque 
espèce de voûte, ou de quelque corps saillant, et la plupart y 
sont fiïées par le bout de leur queue ; cette seule attache ne 
&u£Broit pas pour retenir leur corps, mais un lien singulier ,i 
une césure embrassant leur dos , et bien en état de le sou— 
tenir. Cnacun de ces boutsest collé contre le bois ou contré la 
pierre , à quelque distance de la chrysalide. La force de cette 
espèce de petit câble est^bleu supérieure à celle qui est né- 
cessaire pour tenir suspendu le poids de l'insecte dont il est 
chargé ; it est composé d'un grand nombre de fils de soie 
jLrès-rapprochés les uns des autres. D'«tt|rçs chrysalides setn- 



dt, Google 



ags C H K 

btent dtre attachées avec moins d'artifice ; elles paraissent 
c«li^eB par qoelqne partie de lear rentre contre le corps 
mr lequel elles sont friées. Ponr peu qu'on y pense , on rott 
qu'il doit y aroir en tout cela bien de l'industrie : qu'on ne 
eoniidëre même quç les stlSpensioas les plus simples , on verra 
qu'elles supposent des rnsnoeun-es qui ne sont pas aisées à de- 
vincr. 

LorMjne le temps de la métamorphose approche , les che- 
bUIci qwttent murent lea plantes ou les arbres sur lesquels 
«lies ont Téca. Après aroîr cessé de prendre des alnneni j 
«Iles le rident copieusement ; eties rejettent même lamem- 
brJme qui double tout le canal de leur estomac et de leurs . 
imestins. Il y en a qui changent totalement de couleurs ; mats 
ce qoi est plus ordinaire , C est que leurs couleurs sVfîacent. 
Les chenilles qui portent une corne sm* le derrière ont un 
signe certain 1 on remarque que d'opaque qu'elle étoït, elle 
derient transparente. Les stigmates semblent anssi se fermer, 
quand l'instant de la transformation approche. 

Les coques des rcrs-à'soie sont sans doute des plus belles 
de celles que les chenilles noos fontroir, soit par rapport k U 
matière dont elles sont composées , soit par rapport àja ma- 
nière dont elle est mise en œuvre. D'autres chenilles pour - * 
tant en fabriquent de moins utiles , mais plus remarquables 
par leur fortne et par l'intelligence que leur constmctioa 
semble supposer dans les ouvrières. Quelques espèces de che- 
nilles se contentent de remplir nu certain espace de fils qol 
M croisent en différens sens , mais qni laissent entre eus beau- 
conp de vides. L'insecte occupe le centre de cet espace ; les 
fils servent k le soutenir , mais ils ne le cachent pas. D'antres 
chenilles se font des coques un peu mïeds formées, mais dont 
le tissa, encore peu fourni de fils, laisse apercevoir l'ani- 
mal qu'il recouvre. La plupart de celles qui font entrer peu 
de fils et écartés les uns des autres dans la construction de 
leurs coques, qui y sereient presque k découvert , semblent 
pourtant ne pas aimer k y être vues , et elles réussissent à se 
cuber assez bien. Tantftt elles attachent lenrs fils à phisîeurs 
fenilles assez proches les imes des autres , et qu'elles rap- 
prochent encore davantage. TantAt c'est entre deux on trois 
léuillcs seulement qu'elles forcent k venir se toucher par lenrs 
bords , qu'est le tas mSme de fils qui les a contraintes l^endre 
et k garder cette position. TantAt ce tas de fils est couvert par 
tine seule feuille qu'il a obligé à se couiberet k se contourner. 
Quelqsefois, sous le même paquet de feuillet, i) y a plusieurs 
coques de chenilles de la même espèce. Quelqnes-nnesmême , 
qui arrangent leurs fils avec plus d'ordre , qui les pressent da- 
vantage les niu contre les autres, en un mot , qni en fout une 



dt, Google 



C H E .gj 

coque bien arrondie , la recsavrent Jei Ceollles de l'arbre on 
de La plante sur laquelle elles ont vécn. 

lies coques de pure soie sont celles qui sont plus soorent 
ezpss^es â nos yeux. Leurs figures ordinaires sont des ellip- 
soïdes, desespicet debonlesplusonmoinsftllnngi^es. Ily en 
a d'autrei^ qui sont presque des cylindres , ou de petits fAts de 
colonnes , arrondis par les bonis. Entre les coqnes de pure 
soie et de figure arrondie , les unes ne semblent formées que 
d'une toile fine , mince et très-serrée : telles sont celles que s6 
font quantité d'espèces de chenilles de grandeur au-dessous 
de la médiocre. D'autres pins épaisses et plus soyeuses res- 
semblent i de bonnes étofïes ; telle est la coque du ver-à-soie : 
d'autres, quoique assez fermes et épaisses, paroîsseot des 
espi^et de roseaux. Ce n'est ponrtant qu'en apparence que 
ces tissus ressemblent ans nàtres. Les coques les plus gros- 
sières I comme les mieinc finies , ne sont composées que d'un 
senl fil copUdu , s'il n'est point arrivé 1 l'ouvrière de le cas- 
ser pendant qu'elle l'eraployoit ; et c'est ce qui ne Inï arrive 
guère, Nos tissus dolrent leur s<didîté à l'entrelacement du 
fil de la trame arec cess de la chaîne ; le fil qui forme le 
tissu des coqnes n'en rencontre pas d'autres avec lesquels il 
paiiM s'entrelacer ; ce ne sont que différens tours et retours 
de ce qlme fil , appliqués les uns contre les autres , qui com- 
posent le tissu. A. mesure qu'une nouvelle portion de fil est 
tirée 4e la filière ., la chenille la pose dans la place ont Iqi 
«fit conresable , et elle l'y attacbe en même temps ; le fil non- 
vellement Utrû est tomoiirs ca ^tat d'être' attaché au corps 
contre lequel cUe l'appUqae ; il s'y colle , parce qu'îdors il est 
encore f buiit. Maïs il est beoreos pour no^ qne les différens 
tours de fil , doBt est faite la coque d'un ver-à-soie , ne soient 
pas collés entre eus par nue colle trop adhérente. Si leur 
union éloit plus parfaite , il ne seroit pas possible de dévider 
ce fil , qui se dévide cependant comme un peloton , si on a le 
sots de tenir U coqœ dans l'ean chaude. L'espèce de gomme . 
dont la soie est iMprégnée , a pour une de ses qualités essen- 
tielles de téektr très-promptenient; presqne dans l'instant 
mèaat qs'elle vient de sortir , il ne lai reste assez de viscosité 
que fovr s'attacher Légèrement aux fils an'elle touche, il y a 
des coqncs de diverses espèces de chenilles „ dont il n'est pas 
possible de dérider le fil . qui apparemment est collé par nn 
glatan qui sèche moins vite et devient plus tenace : la res- 
source est de Le* carder, ftlais il y a des couues dont les diffé- 
r«w toofs de Ua sont si parfaitement collés les uns contre 
les antres , qn'on les réduiroît en fragmeos trop courts en les 
cardant. Dans chaque coque de ch^illes de plusieurs espèces 
difTérentes ^ il y a deux arrangemens de fil seDsiblemeni diffé' 



Coo'jlc 



agi C H E 

rens. Les tours et les retours Ae celui qoi est le pltis près de la 
surface extérieure , ne forment point un bout qui ressemble . 
à on tbsu ; ils ne forment qu'une ou plusieurs couches assez 
semblables à celle d'une matière .cotonneuse ou d'une espèce 
de cbarpïe : c'est ce que les coques du ver-à-soie font assez 
voir ; avint que de parvenir à l'endroit où le fil peut être dé- 
vidé, on en enlève une soie qui n'est propre qu'i filre cardée. 
La coque ne commence , à proprement parler , qu'où le tissu 
âevîent serré; lereste lui sert d'enveloppe. Quelquefoisle tissu 
extérieur est plus serré , il est lui-même une première coque 

Î[m renferme la seconde. Des feuilles courbées, des fourches 
ormées par plusieurs petîteâ branches , fournissent des appuis 
aux coques de plusieurs espèces. Lorsque la chenille est cram- 
ponnée dans ces fils lâches qut doivent servir d'enveloppe et 
de soutien à la coqtM , on voit sa tête se porter et s'appuyer 
successivement sur des côtés opposés, en lui faisant décrire 
des arcs de cercle. Elle file ainsi des portions de fils qui for- 
ment des espèces de zigzag tant qu'elle resté en place , et 
qu'en s'allongeanl ou en se recourbant , elle fait mouvoir sa 
t^te en difTérens sens: de là, elle va dans un autre endroit 
pour le remplir, de pareils zigzags. Quand elle a rempli de 
tours de fils cette surface concave , qui doit terminer celle de 
ia coque , la première couche est faite , et tout le travail qui 
reste se réduit à la fortifier, à l'épaissir, et cela en répétant la 
même manœuvre. On a pu distioguer sîv couches différentes 
à la coque du ver-à-soie , et on a trouvé plus ^e mille pieds 
k la loDgueur du*fil qui peut se dévider. On a détf uvert aussi 
que le fii est composé de deux brins , fournis par deux réser- 
voirs ou vaisseaux à sgie semblables , qui vont aboutir égale- 
ment par un filet délié à la filière commune. 

Les couleurs les plus ordinaires des coques des différentes 
espèces, de chenilles sont le blanc, le jaune, le brun ou le 
roux ; mais on leur trouve des nuances de toutes ces couleurs, 
extrêmement variées. Il y en a encore dont la soie est d'un 
Itleu presque céleste , et d'autres dont la soie est verdâtre. Le 
ver-à-soie emploie quelquefois deux jours et quelquefois trois 
à finir sa coque ; mais il y a des chenilles qui font les leurs 
en nn seul jour , d'autres en font de très-bien travaillées en 
quelques heures. Plusieurs espèces ne recouvrent point leurs 
coques d'une bourre ou espèce de coton de soie ; efles en font 
le tissu si serré ; qu'on les croiroît plutôt composées d'une 
membrane bien continue, d'une sorta de cuir, que de fils 
appliqués les uns contre les antres. Les grandeurs des coques 
ne sont ruilement proportionnées à celles des cbenilics; il 
convient aux unes des logemens plus spacieux, et des lôge- 
mcns étroits valent mieux pour d'autres. 



.Google 



C H E ,35 

' II y a des clienilles qni , nonr rendre lenrs coqaes plus fer- 
mes , les mouillent d'une liqueur différenle de celle de la 
Eoie, qu'elles jettent par l'anus ; d'autres , n'ayant point assez 
de soie pour fournir à la construction de la coque épaisse ou 
opaque qui leur est nécessaire , la courrent d'une poudre 
jaune qui se trouve répandue dans tout le tissu. Un grand 
nombre de velues savent trouver sur elles-ménies une autre 
ressource ; elles s'arrachent leurs propres poils , elles les em- 

Elolent poar fortifier leur coque et lui flter la transparence, 
''autres qui n'ont ni assez de matière soyeuse, ni assez de 
poils pour y suppléer, ont recours il des matières' étrangères. . 
Quelques-unes lient ensemble les feuilles de la plante même 
sur laquelle elles ont vécu; d'antres nous font voir encore 
des coques recouvertes de feuilles arrangées avec plus ou 
moins de régularité , selon que ces feuilles étant plus oa 
moins étroites, sAat plus ou moins aisées à ajuster; d'autres 
font pénétrer dans les mailles une matière plus ou moins 
grasse ; d'autres rendent leurs ouvrages plus solides encore^ 
en y insérant des fragmens de bois ou des grains de sable. 

On ne pourroit asseï présenter à l'attention et exposer k 
la curiosité , jusqu'où les chenilles portent l'industrie dans la 
construction de leurs coques , soit par rapport au choix des 
matériaux, soitpar rapport à la manière de les mettre en oeu- 
vre, soit enfin par rapportant formes qu'elles savent leur faire 
prendre. Plusieurs espèces ont fourni des faits bien dignes 
d'être connus : comme une chenille velue, à quatorze pattes, 
qui s'enveloppe des fragmens qu'elle détache de l'écorce de 
quelques branches de chêne ; celle de grandeur médiocre, à 
seize pattes et d'un beau vert, qui se fabrique sur une feuille 
de chêne nne coque en bateau , de pure soie , dont la forme 
est plus recherchée que celle des autres , et dont la construc- 
tion plus compliquée demande plus d'industrie ; J^e dont 
lacoque en grain d'orge est attachée contre une t^Pdegra- 
men ; celle dont la coque en grain d'avoine est suspendue au 
lâilieu des feuilles du frêne roulées très^artistement en ma- 
nière de cornet. Mais ne pouvant reproduire Ici la connois- 
sance de ces faits, nous invitons aies rectieîUir à leur source 
même , on dans l'ouvrage de l'observât eur-historien , qui a 
' su les rechercher avec tant de patience , les décrire avec tant 
d'intérêt, ou même les faire naître avec tant d'art On ne 
pourra s'empêcher d'admirer le procédé industrieux de lu 
grande cbemlle à tubercules du poirier; la grosse coque 
qu'elle se consbiiit est d'une soie très-forte, très-gommée et 
. d'un tissu serré et fort épais. Le' papillon y demeureroit in- 
failliblement prisonnier, si la chenille ne prenait la précau- 
tion de la laisser ouverte pao: one de ses extrénùtés. Cette 



dt, Google 



agô C H E 

«strémtt^ est effilée ; si on re^rde de près , et raisin encore, 
gî od ouvre la co^u£ suivant sa loDgueur , on reconnottra que 
ions le£ fils Toot se réunir vers ronverture à la manière des 
baguettes qui composent les nasses dont on se sert poor 
prendre le poisson, lies fils d« la coque forment donc là one 
iorte d'entonnoir; ils y sont plus forts, ^us roides qu'ailleurs. 
L'adroite ouvrière ne se contente pas même d'un seul en- 
tonnoir; elle en construit un second sons le premier, et les 
fils de celui'li sont encore plus serrés que les fils de ceini— 
ci- On voit assez l'usaf^e de ces entonnoirs; ils servent k in- 
terdire l'entrée de U coque aux insectes ràdeurs et malfai- 
pans. Ils sont poar ces iosectee ce que sont les nasses pour 
' les poissons qui en veulent sortir -, et ils sont ponr le papil-t 
Ion, ce que sont ces mêmes nasses ponr les poissons qni s'y 
présentenL II doit nous en coàtef de ne pouvoir donner ici 
une Idée de la manière dont la chenille s'ttprend pour exé- 
cuter son entonnoir, qui est la partie la plus intéressante de 
son travail ; car la disposition et l'arran^ment des fils qni le 
conuMsent, ne ressemblent point du tout k ceux d« antrea 
fils de la coque , et supposent manifestement tmé tonte autre 
manière d'opérer. 

Bien n'est plus propre suis doute i intéresser la cnrioiité 
d'mi observateur i^ilosopbe , que ces variétés si remarqua- 
bles dans l'arcMtedure des insectes de la même daue. non- 
seulement on observe des ^fféoencea fra{q»anteB dans la ma- 
nière de bâtir de ces iasecles, mais on peut encore en occA' 
sioncr de nouvelles cbez les individus d'une même espèce, 
soit en les privant de mat^^riaux dont ils ont conlnme de M 
servir, soit en leur en substituant qu'ils n'rat pas accootmné 
de mettre en œuvre , soit enfin eo les plaçant dans des cir- 
s où ils ne se seroient pas trouvés s'il n'avoient pas 



été laiss^ à emc-mêmes. Les «bservalions apprennenl bien- 
tAt que Jfs procédés des insectes se diversifient en rapport 
aux nouvelles situations dans lesquelles rabservalear sait le* 
placer. Ainsi , une espèce de chenille qui recouvre en parlln 
sa coque de er^ines dont elle se nourrit, a oflbi des pro- 
cédés bien dignes d'£ti-e comus à l'observateur qoi s'est a^- 
iacfaé k suivre ses raaDOBUvrea. On la voit se construire lUe 
coque avec de petits morceaux de papier, les transporter, 
les mettre ep pl«% , les y retenir d'abord par des fils de sois 
peu serrés , les y assujettir ensuite par des fils plos serrés et 
plus multipliée , et diKiner à tout l'ouvrage une propreté et 
une solidité bien remarquables- Elle ne se contente pas d'a»^ 
sembler et d'unir aussi prompteatent que Bolidemenl cntrB 
eux les divers morceanx de papier, elle ratisse encore arec 
ses den^sla surface de plusieurs; elle tu détache de très-; 



dt, Google 



C H E ,„ 

pelUs -fragmens qa'elle mélange arec la soie , «t dont elle 
garait -tous les vides de la coqrte. EU* remplace arec le 
même art undei morceaux de papierqn'onlmenlèreàdessein. 
Il arrive quelquefois qae les insectes semblent commettre 
des méprises dans l'exécHtioa de lenrs oarragessetcefaîtest 
un de ceux qa'on poorroit alléguer pour prouver, s'il en est 
besoin , qu'ils ne sont pas de pnres machines. Les chenilles 
nous foamissent divers exemples de ces méprises Au de ces 
sortes d'irrégularités qu'oc croiroît des méprises. C'est ain^ 
qae l'on peut trouver deax on trois vers-4-soie renfenoés dans 
une même coque, et qui t ^nbissenl heureusement leur dou- 
ble métamorphose. Ufandroit voir, sans doute, si les conches 
de soie de cette coque extraordinaire j sont mnhiplîées pro- 
portionnellement au nombre des chenilles qui ont concoora 
à la construire- Que sait-on h elles n'ont pas cherché à cons- 
truire en commun cette coque, pour suppléer à la soie qui 
auroit pu leur manquer, à chacune s'étoit construit mie coque 
particnlière i* 

Il n'est pas étonnaat que des chenilles qui mandent les 
racines de diverses plantes potagères, que celles d« chon, 
qos ne viennent sur cette plante que pendant la nnit , et qtâ 
entrent en terre dès que le ionr parofc , «illent amsî s'^ trans- 
former ; ntais il est asseï; singnlier que des'chenilles qni sont 
nées et qui ont passé toute leur TÎe sur des plantes, sur des 
arbres , aillent faire leoni coques assez avant dans la terre. 
Cependant , il y a peUt—étre autant ou pins de chenilles , soH 
rases, soit veUes , qui font lem-s coqoes dans ta terre , qu'il j 
en a qui les font au-debora. Parmi celles qoi doivent se mé- 
tamorphoser dans la terre , qnelqaes-nnes semblent négliger 
de s'y faire des coques : il leur saflEt d'être environnées de 
tous càtés d'ijBe terre qui se soutient , où elles s'y font des 
coques très-imparfaites, et qu'on ne peut reconnoîlre. Mais 
la plupart s'y font des coques : ce sont des espèces d' ouvrages 
de maçoauerie, qui tous se ressemUenl dans l'essentiel. A 
l'extérieur, toutes ces coques paroissent une petite motte de 
terre , dont la figure approche de celle d'une boule plus ou 
moins allongée. 11 y en a pourtant dont l'extérieur est très- 
iofbnBe, et d'autres ipn sont mieux façonnées. Au milieu 
est la cavité oc<^ipée par la chenille ou la chrysalide. La sur- 
face des parois ^ la cavité de tontes ces coques est lisse et 
polie. Ce poli , ce éisse de quelooes-onek est précisément tel 
que celui d'une tefTegrasM, qui, après avoir été Irameclée 
et pétrie, »é\ié uaie aiwcsoîn, ce qni loi donne un luisant 
qn a aussi l'intérieur de ces coqoes. Si on observe avec at- 
tenlÎDQ la surface intértewr de quelques-unes, on aperçoit 
de plus qu'elle est tapissée de fils, mais qui y sont si bien ap- 



ni,z.d=, Google 



^9» C H E 

pliqués et qni forment une toile si mince, qn'eHe n'est tÎ^ 
sibfe que quand on cherche bien à )a voir. L'intérieur de 
quelques autres est convert d'une toîle de OU de soie très- 
sensibles. L'épaisseur de la couche de terre qui forme la co- 
que , est plus ou moÎDS grande dans des coques différentes ; 
mais communément elle paroft faite d'une terre bien pétrie, 
dont tons les g;rains ont été bien pressés et bien arrangés 
les uns contre les autres. 11 y en a pourtant de plus mal faites, 
dont les grains de terre ne sont pas arrangés arec autant de 
soin et sont mêlés avec plus de sable ou de gravier. 

Quoique la construction de ces sortes de coques soit simple 
en apparence, si on fait attention an travail auquel elles en- 
gagent , elles parottront supposer une suite de procédés assez 
înduslrSeus, dont on peut voir quelques-uns, et dont on ne 
peut que deviner les autres ^ même à travers un poudrier 
transparent Dès que la chenille s'est enfoncée sous terre et 
qu'elle est arrivée à l'endroit qu'il lui a plu de choisir pour 



J' construire sa coque , le premier travail doit Être d'agrandir 
e vide qui est autour d'elle , ce qu'elle ne peut faire qu'en 
soulevant la terre ou qu'en la pressant. Le premier parti n'est 
praticarile que lorsqu'elle ne' s'enfonce pas bien en avant, lie 
second parti, celui de presser la terre, répond mieux d'ail- 
leurs À toutes ses vues. La terre doit faire autour d'elle une 
voûte qui se soutienne ; pour la solidité de cettevoùte , la 
chenille ne s'en repose pourtant pas à la seule viscosité d'une 
terre liun^de et pressée, cette terre pourroit se dessécher 
par la suite, pu, au contraire, s'humecter trop ; car une 
coque qui doit rester neuf à dix mois en terre , est exposée k 
bien des vicissitudes de sécheresse et d'humidité. La voûte 
s'ébouleroit peut-être ; il seroit au moins presque impossible 
qu'il ne s'en détachât des grains qilt tomberoient dans l'es- 
pace que la chrysalide habite , et qui l'y inctnnmoderoient. 
Quoiqu'une coque ne paroisse faite que de pure terre et bien 
compacte , les grains de cette terre sont liés ensemble par 
des Sis de soie. Qu'on ne croie pas que les fils ne sont em- 
ployés qne pour tapisser la surface intérieure de la voAte , 
qu'ils ne loi donnent de la liaison que parce qu'ils retiennent 
les grains de terre de la dernière couche; ceux de la couche 
extérieure sont de même liés ensemble. Les manœuvres de 
la chenille ne se réduisent pas encore à lier avec des fils dé 
soie les grains de terre , eUe n'en feroit pas un tout assea 
serré, dont la surface intérieure seroit luisante. Pourasseiu- 
bler les grains de terre- de façon qu'il ne reste entre eux que 
lemoindre vide possible, elle est obligée de pétrir la terre , 
et pour pétrir une tene qui est sèche, elle est dans la néces- 
.Mté deJ'bumecter; c'est syec ses dei^ts qu'elle- la- manie > 



dt, Google 



ïj H E ^ ac*ï 

qu'eue la presse, et la bonche foarii!( la Kqaear qui la ra- 
jnollit. 

Il est diiËcile de voir la suite d'un travail qui se passe sous 
terre ; mais on peut se ménager des circonstances qui met- 
tent à la portée des yeux ce que les différentes manœuvres 
de la construction des coques ont de plus singulier. On peut 
se procurer aisément la connoissance de faits aussi instructifs 
qu'intéressans , toujours avec les variétés relatives aux nou- 
velles circonstances , aux nouvelles positions, ou même à 
l'atleation de l'observateur. Les expériences faitevpar Réau- , 
mursurune chenille assez commune sur le bouillon- blanc, 
.pourront servir de preuves. 

Diverses espèces de chenilles, qui, n'ayant point de soie 
^ mettre en œuvre, ne sauroient lier ensemble les grains de 
terre, ont été réduites k n'y employer qu'une sorte de colle 
plus ou moins visqoeuse et plus ou moins abondante. Les 
coques construites de la sorte ne sauroient être maniées 
sans se rompre, et cèdent aus plus petits chocs. Cette cons- 
truction est fort simple; tout l'art de l'ouvrière paroît con- 
sister k pratiquer autour d'elle une cavité proportionnée à sa 
grandeur, et à donner aux parois de cette tavité, une cer- 
taine consistance. Pour y parvenir, elle humecte la terre 
arec sa liqueur , et par des hattemens réitérés de son cT>rps , 
elle lui fait prendre la forme d'une voùle. La même ma- 
nœuvre qui produit la voûte, en lie les matériaux et les re- 
tient en place. Le dessèchement de la colle fait le reste. 

11 est encore des coques qui ne sont, pour ainsi dire, que 
des demi-coques de terre , qui n'ont que le fond et une 
partie du contour qui. soient de terre. Les chenilles qnî les 
construisent , creusent peu avant , et elles ne creusent qne 
pour faire une cavitéégale à peu près à celle de la moitié de 
leur coque. Four le renfermer, pour en former le dessus ou 
la voûte , elles se servent des racmei et des herbes qui sont k 
la surface de la terre : elles en lient les petits morceaux avec 
«ne toile de soie assez épaisse; elles portent mênre contre 
cette toile et y arrêtent divers grains de terre. 

La chenille du saule, devenue fameuse par la description 
aDatomique qu'en a donnée Lyonet, est une de celles qui doi- 
vent subir leur transformation dans le bois des arbres sur 
lesquels elles ont vécu. Son premier soin est de chercher si 
. l'arbre n'a pas quelque ouverture pour donner issue à la 
phalène ; si elle n'en trouve point , elle fait à l'arbre une 
ouverture ronde tout exprès, et elle la compassé si juste , 
mi'eiie est presque toujours égale k la grosseur qu'âui^ sa 
cnrysalide, et qu'elle n'est jamais moindre. Si elle trouve 
l'arbre percé de quelque ouverture suffisante, elle s'épargne 



i:, Google 



3o<» C H E 

la peine d'en £alre une; et pris de l'onvertiiM tronviÇe oa 
faite , elle commence k constraire sa coqae , ce qu'elle fait 
en coapant de l'artre det écIaU de bois fort menus, qu'elle 
réunit les uns aux antres arec de la soie. Elle ne manque pM 
de diriger l'ouyrage de façon que l'une des ertrémîtés de 
la coqne est pointée vers l'onrerture de l'arbre : après s'élre 
ainsi renfermée dans ce réduit de cbarpente , elle travaille k 
s'en faire un logement commode , qtu la mette k l'abri de 
toute instdte d'insectes. Elle en tapisse, pour cet eOèt, tout 
le dedans, d'une tenture de soie très^mie, et partout très- 
épaisse et trés-serrée , à la réserve de l'exb-ëmitë qui fait 
face au trou de l'arbre , où elle a soin d'en rendre le tissa 
moins lié, afin qu'elle puisse plus aisément se faire four an 
travers, quand il en sera temps. Tout l'ouTrage étant achevé, 
sou dernier soin est de se placer dans la coque de fa^on 
qu'elle ait la tête tournée vers l'ouverture de l'aiiire : atten- 
tiop qui ne lui est pas indifférente. 

Beaucoup d'espèces de chenilles, lorsque le temps de la 
transformation approche , te pendent la tête en bas , et sont 
tmiqnement arrêtées par reïlrémité postérieure de leur 
corps ; cette ûf on e«l généralement commune k toutes les 
épineuses connues, et il y en a aussi de rases, qui sont 
semfciablement posées. L'industrie k laquelle elles ont re- 
cours ^our se pendre de la sorte , est plus simple que tout 
ce quon avoil imaginé, et plus convenable à la suite de» 
manœnvrei qu'elles auront k faire. La chenille commence 
par couvrir, de fils tirés en diiférens sens, une assez grande 
étendue de la surface du corps contre leqael elle veut se 
fiier. Après l'avoir tapissée d'une espèce de toile mince , 
elle ajoute difiïrentes couches de fils sur une petite portion 
de cette sarface : la disposition des nouvelles couches est 
telle qnc la «upérienre est toniours plus petite que celle sur 
laquelle -elle est appliquée ; ainsi, toutes ensemble forment 
une espèce de monticule de soie , de figure k peu près co- 
nique. Une autre circonstance ii remarquer, et importante 
pour la suite , c'est que cette masse est un assemblage de fila 
qui oe composent pas nu tissu senré, mais de fils qui sont 
comme floUans, ou mal entrelacés les «as avec les autres; 
enfin, chacun de et» fils est une espèce de boucle. Dès que 
la chenille a préparé la petite masse de fils de soie , c'est 
avpc les crochets de ses deux derniers pieds qu'elle s'y cram- 
ponne ; elle n'a qu'à presser ses deux pieds contre le pelît 
>iwiiti<»ile, daas l'instutt plnsiears de ces petits crochets dont 
iU sont hérissés s'y embarrassent. Quand elle sent qu'elle y 
est solidement arrêtée , elle Ui«se tomber son corps dans 
One position verticale ; sa tête se tronve par conséquent en 



i:, Google 



C H E So, 

bas. Alors elle semble n'itre tenae et attacbée que par le 
derrière, parce qoe lei deiuc dernières pattes l'excèdent de 
peu, et qu'elles partent da dernier aanean. Comme le reste 
de Topéra^oa touche de plu» prés la chrysalide , nous ren- 
voyons i ce mot. 

Économie vitale ei animale des CkeniBes. ■ 
Quand on fait attention au sombre et à la simple organi- 
sation des stigmates dont la cbenille est poorrae , rieo ne 
parolt plus naturel que de les regarder comme des organes 
propres i la respiration , et de conclure que la respiration 
doit être bien pmi nécessaire Jt ces insectes qu'aux grands 
animaux, puisqu'ils ont bien plus d'ouvertures pour donner 
cBtrde 1 rair : on est encore plus convaincu de cette néces- 
sité , quand on décourre cette pqodtgiense quantité de vais- 
scain destinés k recevoir et distribuer l'air introduit par les 
stigmates. Quelles que soient cependant les ramifications des 
trachées , tl en est deox principales, partout à peu près cy- 
lindriques , étendues en ligne droite le long des cAtés de l'in- 
secte et À la hantenr des stigmates on des bouches extérieures 
desùoées k introduire l'air. Vis-à-vis chacune de ces bouches, 
qui , comme il & été dit , sont au nombre de neuf de chaque 
cÂté , la trachée principale fournit un paqoet de trachées su- 
bordonnées, qtd .ont reçu le nom de bronches , et qui , en se 
divisant et en se son»-divisant , fournissent des rameaux à 
toutes les parties et même aux plus petites. Quel que soit 
l'appareil de ces organes, nous ignorons quelle sorte de res- 
piration s'opère dans la cbenille : nous savons seulement 
qu'elle ne saaroît respirer A la manière des grands animaux, 
paîsqoe les parties qui font chez elle Toftce de potuions, 
août répandues dans toute l'habitude du corps , et jusque 
dans le cerveau. Il est au moins certain que l'air est néces- 
saire à sa vie , et qu'il influe même sur les monvemens mus- 
culaires. L'homme extraordinaire, Lyon et , qui a décrit, 
dessiné, dénombré les muscles, les troncs des nerfs de la 
chenille du saule , et leurs principales ramifications , n*a pas 
manqué d'exécuter le même travail sur les trachées; et il nous 
apprend que les deux maîtresses trachées fournissent deux 
cent trente-six tiges, qui donnent elles-mâmes naissance à 
treize cent trente-six bronches , auxquelles il faut ajouter 
deux cent trente<deux bronches détachées. 

La respiration et la nutrition, de quelque manière qu'elles 
s'opèrent dans les chenilles, sont, comme dans les autres ani- 
maux , les principaux soutiens de leur rie. C'est par le mou- 
vement alternatif de leurs dents on mâchoires , qui toutes 
deux s'écartent l'une de l'autre , et qui toutes detix viennent 
ensuite le rencontrer , que nos insectes hachent par petits 



dt, Google 



3o» G H E 

morceans les feuilles <|ui leur doiveut tenir de nonnîtore. Il 
y en a des espèces qui , pendant toute leur vie ^ et d'autres 
seulement qui , quand elles sont jennes , ne font que déta- 
cher le parenchyme des feuilles , et en épargnent tontes les 
fibres ; mab le plus srand nombre attaque toute répaîsseur 
de la feuille. On a observé qu'un ver— i-soie mange souvent 
dans une jonmée aussi pesant de feuilles de mûrier qull 
pèse lui-même. Il y a encore des chenilles qui mangent dans 
an jour plus du double de leur poids. Le canal qui reçoit les 
alimens et où ils se digèrent , où se U-ouvent les différentes 
capacités analogues à Fcesophage ,' à l'estomac et aux intes- 
tins , va en ligne droite delà bouche à l'anus. A une assez 
petite distance de la bouche , il s'élargit considérattlemeot ; 
il conserve cette grande <^pacité dans près des trois .quarts 
de la longueur du corps , après quoi il se rétrécit subitement. 
Il se rende ensuite un peu ; ce renflement est suivi d'an se- 
cond étranglement , après lequel vient un nouveau renfle- 
ment, auquel succède un troisième étrangement; enfin, le 
canal s'élargit encore. un peu pour former le rectum, et aller 
se terminer à l'anus. 

De toutes les parties de la chenille , le corps qu'on a appeld 
graisstui^ est celle qui a le moins de consistance et le plus de 
volume. Cette espèce de fourreau de graisse sert surtout à 
couvrir presque toutes les entrailles. On s'aperçoit, de plus, 
en le suivant , qu'il s'introduit dans la tête et entre tous les 
muscles du corps , et qu'il remplit la plupart des vides que 
les autres parties laissent entre elles. Sa couleur est ordinaire- 
ment d'un très-i)eau blanc de lait , et devient jaunâtre lorsque 
le temps de la métamorphose approche. Sa configuration tient 
un peu de celle de notre cerveau. Sa substance est mollasse 
et facile. à rompre : on a fait inutilement des essais pour en 
découvrir ta contexture. 

Le cœur ( le vaisseau dorsal') de la chenille dilTère encore 



plus de celui des grands animaux , que ses trachées ne diffè- 
rent de leurs poumons ; ou plutAt elle n'a pas proprement un 
cœur. La partie qui paroit en faire chez elle les fonctions, 
est un vaisseau couché le long du dos, qui s'étend en ligne 
droite de la tête k l'anus , et dont les battemens alternatifs 
s'observent facilement au travers de la peau , dans les espèces 
qui l'ont un peu transparente. L'origine ou le principe des 
battemens est près de l'auus. Ce grand vaisseau , le puis re- 
marquable de tous par ses mouveinens perpétuels de contrac- 
tion et de dilatation , semble être pluldt une maîtresse artère , 
qu'un véritable cœur : aussi lui a-t-on donné le nom de grande 
artère. Mais une maîtresse artère suppose des artères subor- 
données ; celles-ci supposent des ramcaui de veines auxquelles 



dt, Google 



C H E 8o3 

elles aillent aboutir, et ces raineaas supposent pareillement 
un principal tronc ou une maîtresse veme. Mais n<ftre grand 
analomiste n'a rien aperçu de tout cela : ayant même très— 
inatilement injecté la grande artère avec des liqueurs colo-^ 
rées , il n'a jamais pu parvenir à y découvrir aucune ratai— 
âcatioD. Comme toutes les jpartîes communiquent par une 
mollitude de fibres et de fibrilles avecJin amas de graisse gé- 
néralement répandue dans l'intérieur , et auquel on n'a pres- 
crit aucun usage , il présume que cette substance grasse est i 
toutes les parties ce que, la terre est aux plantes qui y crois- 
sent, et en tirent leur nourriture. Les observalions d'un ana-^ 
tomiste non moins célèbre , M. Cuvier, ont en effet prouvé 
que les insectes n'avoîent point de cœur proprement dit, et 
que le fluide nourricier se répandoit dans leur corps par une 
sorte d'imbibition. ' 

C'est k l'aide des difTérens ordres de. muscles dont ces cfae* 
nilles sont ricbement pourvues , qu'elles exécutent les mou- 
vemens qui leur sont propres ; nous devons regretter de ne 
pouvoir faire connottre les parties qui servent principalement 
an mouvement progressif, ces pattes écailfîuses et membra- 
neuses , dont la structure ménteroit d'être remarquée dam 
tous ses détails. Des matières qui par leur dureté sont analo- 
gues À la corne et k l'écailte , qui sont plus que cartila§ineiK 
ses , tiennent lieu d'os aus insectes. Excepté leur tête toute 
couverte d'écaillé , et leurs six premières pattes , qui sont 
écaillcuses , il n'entre rien ou presque rien d écailleui dans la 
airucture du corps des chenilles ; leurs muscles ne ressem- 
blent point à ceux des grands animaux , ce sont des paquets 
de fibres molles, fleiiblcs , et d'une transparence qui imite 
celle d'une gelée. La plupart n'ont point de ventre ou ne sont 
point renflés dans le milieu de leur longueur ; ils ne se mon- 
trent que sous l'aspect de petites bandelettes on de petits ru- 
bans , dont répaissaaret la largeur sont partout assez égales ; 
chaque bandelette fl« formée elle-même d'une multitude de 
fibres parallèles les unes aux autres. P'est par leurs extrémi- 
tés que les muscles s'attachent à la peau , ou aux parties éc^l- 
leuses ou membraneuses qu'ils sont destinés à mouvoir. On 
est étonné que la patience de l'observateur ait suffi â faire le 
dénombrement de la totalité de ces muscles, et l'on n'ap-' 
prend _^ point sans surprise qu'il en a compté deux cent vingt- 
Duit dans la tête, seize cent quarante - sept dans le corps, 
deux mille cent soixante-sîx dans le canal intestinal , en tout 
quatre mille quarante-un, tandis que les anatamisles n'en 
comptent qoe quelques centaines dans l'homme. 

La moelle épinière de la chenille diffère par des caractères 
bien sailiaiu de celle des grands animauxi daas.ceuxTci dl«, 



dt, Google 



3o{ CHE 

est placée du c6té du dos , et logjée dans on tuyau osseta; dans 
celle-là; qiù n'a rien d'osseux, elle est enltéremenl à nu, 
et couchée le loi^ du ventre ; elle offre de distance en dis- 
tance des espèces de nœuds, d'où parlent différeas troncs de 
aerfi -, on compte treize de ces nœuds : le premier , qni est 
le plus considérable , constitue te cerveau, et cette espèce 
de cerveau est si petite , qu'elle ne fait pas la cinquantième 
partie de la tête ; les douze autres noeuds poarroient être re- 
gardés comme autant de cerveaux subordonnés. Le patient 
observateur a compté quarante-cinq paires de nerfs, deux 
nerfs sans paires. La «^enille a donc quatre-vingt-douze 
troncs de nerb , dont les ramifications sont innombrables. 
Les muscles sont de toutes les parties celles oà les nerfs 
abondent le pins. 

UtiElé du UwatI des Oiemlles. — De toutes les actions àf.s 
chenilles, et même des autres insectes , la plus utile est celle 
de filer ; ou n'en coanoti point qui ne file dans quelque temps 
de sa vie. On devoit être, curieux de connottre les vaisseaux 
dans lesquels se prépare la liqueur soyeuse qui fournit tant 
i nos besoins et anotre luxe , lorsqu'elle est sortie par la fi- 
lière. Ou a aussi déterminé ta position et décrit la figure de 
cette filière ; mais quelque intéressans que puissent fitre en- 
core jes détails , nous ne pouvons les ronsigncr ici. 

L>a nature ayant donné aux chenilles la faculté de filer y 
les a pourvues , pour cet effet , de deux vaisseaux où se pré- 
pare la matière , qui , étendue à l'air, se fige et se convertit en 
£1 ; ces vaisseaux sont parfaitement semblables et très-appa- 
rens ; tons deux vont se terminer à la filière ; avant que d'y 
arriver ils deviennent si déliés , que ce ne sont que deux filets 
parallèles l'un à l'autre. Chacun de ces vaisseaux est rempli 
d'une liqueur épaisse et gluante , de différente conlenr, selon 
celle de la soie des chenules , d'un jaune d'or dans les unes , 
on plus pile dans les antres , ei dans d'autres presque blan- 

Combîen ne devons-nous pas regretter que parmi tant de 
cbenilles qui filent et se constmisent des nids on des coques de 
soie, nous n'ayons pu encore tirer parti que du travail de trois 
iqualre espèces. (F.Bokbvx.) Dans toas les pays, la soie que 
la chenille , connue sous le nom de vei^-ù-soU , fournit , n'est 
pas d'une é^ale beauté ; celle de la Chine est renommée par 
sa finesse ; il y a des pays où la sole est très-grossièrA, ce qui 
dépend sans doute de la différente qualité des alimenS. On a 
remarqué que dans un même endroit les vers qni sont nourris 
de feuilles de marier blanc filent une soie plus fine quexelle 
des vers qui sont nourris de feuilles de mûrier noir. Entre les 
chenilles qui filent inotilement poor nous, il y en a des es-. 



dt, Google 



t 



. C H E SoS 

>èces ^vivent sar be^uCoop Ae iiStéreiiibs- tsfit.e$ A'tir-> 
1res ; on a obsefré que , quoique communément Jes coques 
qu'elles ibnt soient d une soie trop foible pour être employée 
à DOS tissiu , on en trouvoit.qui é^iient composées d'u^e soie 
propre ^ se laisser mettre en œnrre. Cette différence renoit 
^ans doute 4e la diETérente qualité des leuil|es , et elle 4evrqjf 
nous engager k éprouver si nous ne ineMrÏQns pas ces che- 
nilles en dtat de traraiHer utilement pour nous , en ne J^s 
nourrissant que de certaines feuiilcs- 

Combien d'autres r^cb^sses nous jraudroient les çlienJUes ; 
(à nous entreprenions de mettre en œuvre taules les coqu^^ 
de soie qu^elles savent se construire ! l^s coques qui ne pour-- 
roLent pas âtre filé^-p^uNToient être cordées , et servir utile- 
ment à diEférenles fabriqijes , telles que celles d«s bas , des 
:dr3ps , des feutres , des ouates , du papier, etc. Les épreuve? 
qu'on a déjà faites en quejques unes de ce genre , sont f-rès- 

firopres ^ encourager Jes Si^nù des arts. Ce ne sont pas seu- 
ementl^scoqu^f, mais les nitlsn^mas de /quelques cbeniljes 
fermés de pufe «oie , qw pourroient donner lieu à des essais 
utiles. L'illustre Réauniur, qui s'étoit tant occupé de la pra- 
tique defaris, n'a pas manqué d'insister là-ilessus, et de 1^ ire 
sentir tout J'avant^^e qu'on pourroît s'ep promettre. Cepen- 
dant, quoique ^t objet ijepne de près k Tulilité la plusre- 
cUerchée , on est bien loin d'avoir ta>t des expériences asse^ ' 
nombreuses e^ assez variées po^r tâcbcr de le rendre encore 
plus jrti|e. 

L'<ei,ainen fffèfite de la )>queur k saie anrait dA beaucoup 

Îilus e)tercer cei^ qui aiment la physique et ceux qui aimen^ 
es art^'. £Jlc a des qualités qui invitent à. des reclierclies jéga.- 
. lement curieiiSiÇS pt utiles ; elle est siAftout remarquable nar 
trois ijuaiités : p^r ceiif 4e ^ séx^er presque dans ujD iustau.t y 
par celle de ne pe ^«isser d^soudre ni par l'eau ni par a^cuii 
des diâsoirans Jes plus a,cliti ^^qu'elle est une fois desséchée t 
SBÛft p.ar fiellç f^'elje a «oçore lorsqu'elle est sécbée , àeftç 
se point laisser raniollir par la chaleur. Ce sont ces tr^pis ^qy.a- 
tijtés quj rendenX cette liqueur si utile pour nous comJtDe pour 
les dteuilles. Si la premier^ qualité lui manqupit , JLes fils se 
roraproient peu après ^e ^rl^s de la filîèrp , ou ces fils 

£' lans , dévidés le^ uns sur les fiutres , .se colleroient au point 
composer uw s/ofif ,wa^3« , 4o'?' ao^^ m powrion^ faire 
aucifii usage. Enfin de quelle utilité nous seroiejpt ces £b , 
e'ils n^avoieat pas les deui autres qualités , si l'eau pouroit 
les dissoudre, comme elle dissouttant dégommes saches fou 
si Xi chaleur les ramollissoit conunte elle ramollit tant ,de rpr 
siof s ? nous ne pourrions faire sans doute ni habits ni meu-:- 
bles d'étoffe de soie. (<' auteur juste ment célèbre , dons les mé> 



dt, Google 



3o6 CHE 

moires duquel nous avons âA tanl puiser, a pn^senlé quelques 
vues d ulilitif nourelle qu'on pourroit retirer de ces insectes; 
SI nous pouvions, ait-î), tireriaUquenr soyeuse des vaisseaux 
OÙ elle est contenue , et si nous avioiis l'art de l'employé*- , on 
èrt fcroit les plus bcanx et ies meilleurs vernis , les plus fleni- 
btes, les plus dors , les moins altérables par la chaleur et par 
l'hutnidilé. Dés qu'une espèce de cIienîDe nous Toumit seule 
iine si prodigieuse quantité de soie , il paroft que s'il y avoil 
des gens occupas k tirer du corps de quantité d'autres espèces 
de chenilles la iîqiieur soyeuse qui s'y trouve , on en pourroit 
faire des amas considérables , surtout dans les années oAi cer- 
taines espèces sont si communes. 

L'idée de tirer des vernis du corps des îrïsecles n'est pas 
nouvelle. Réaumur fait mention du procédé dont les Mexi- 
cains font usage pour retir^rla matière de leurs admirables 
vernis dii corps de certains vers. Une autre idée assez Singu- 
lière , ce seroit de faire avec nos vernis soyeujc des étoffes qui 
ne fussent nullement lissues. l*our se procurer de pareilles 
étoffes , tout semble se réduire k avoir le secret d'enlever de 
grandes pièces , de grandes feuilles de vernis , de dessus les 
corps sur lesquels on les auroit appliqués. Oh prépare avet 
cette matière soyense certaines lignes dé pêcheurs , qu'on dé- 
signe dans le commerce sous le nom de toànei, et qui nous 
viennent des Indes orientales. 

EnAemJs des rhenilles. —^ Quand la nature a fendu certains 
genres d'animaux prodigieusement féconds , elle a pris soin 
en mime temps d'empêcher leur trop grande multiplication , 
en produisant d'aiifres animaux pour les détruire ; ainsi , les 
chenilles sont destinées à nourfir quantité dé grands et de 
petits animaux,; elles ont un prtodîgieui nombre d' ennemis; - 
les uns les mangent toutes entières; les autres les hachent, 
les rongent; d'autres les sucent peu à peu et ne les font jpas 
moins périr. Quelque grand cependant que soit le dombré 
de leurs destructeurs, on le trouve toujours trop petit, lors- 

fu'on ne fait attention qu'aux ravages qu'elles nous causent, 
'ont ce que nous avons pu rapporter à leur éloge ne ^au- 
roit faire changer lé sentiment de haine qu'on leur ^orte ; 
on voudroit pouvoir les détruire tontes sur-le-chalhp , et ne 
laisser pas la moindre trace de leur existence. Cependant ^ 
li nobs aimons à voir les arbreS de nos Jardins et de nos bois 
ornés de feuilles, nops aimons aussi à entendre le ùiant et 
le ramage des oiseaux qui vivent sur ces mêmes arbres; fai- 
sons périr toutes les chenilles, et nous nons priverons bien.^ 
tdt de la plupart de ces espèces d'oiseaux; ainsi , nous ne 
voyons pas tous les rapports que tant d'èlres différens ont 
les uns arec les autres: On a pour «lies d'aiUem's une iiainé 



i;, Google 



ï 



C H E 3„; 

t^op gën^rale , qui enveloppe îles milliers d'esjiices îddo- 
ccotesaTCC quelques espèces coupables, seloù notre manière 
de juger. On a dû prenilre udë idée du nombr'e prodigieux 
d'espèces de chenilles que l'on peut trouver dans ces con- 
trées; ce(lendant il n'y a peai être pas une "douzaine d'es- 
pèces qui nous soient véritable ment nuisibles et ïhcommades ; 

si on pouvoit les détmirc, celles qui paroîlroient sur nos. 
. {illanteâ et sur nos arbres n*^ ferbieïit pas de dégât sensible « 

et foumiroient on spectacle intéressant et agréable autf yeux' 



Que li que soîentles dégâts, souvent trop funestes II est 
vrai, qu'occasîonenl les chunilles k nos dépens, ils seroient 
bien plus considérables si les fortes gelées d'hiver, et surtout 
tes pHiies froides du printemps j n'en faisdîent paçmoiiriruné" 
partie- Les oiseau* leUr font cootiiiiic^lenïent U gUérré ; ils 
fcn détruisent des quàtitîtés {Prodigieuses qdand elles sont 
jeunes; elles sont un mets friand pour le fOssîgnoI', la fau-' 
Velte, le pinson, etc.; le moineau surtout en détruit un très- 
grand nombre pendant ses nichées; lés lëzaVds,' les gre- 
nouilles eu font aussi leur proie. ' 

J)ans sa prdpre espèce , la «iKénillé a dés ednediîs acharnés 
à la détruire ; on n'a pu en'coré découvrir gue deux espèces 
capables de s' entre-manger, et On a observé qii'eltès ne sonï 
jias de celles qui vivent en so'ciélé : dés goûts pareils ïié pcu^ 
vent point régner dattS ife sein d'uiie fainlUe. ' 

Les chenilles ont ètlcore d'autres éntiemis extérieurs, tel^ 
Ipe la punaise des bôîs, la guêpe, et surtout la, iarvèd'iiii 
Carabe; enfin elles ont des ennemis qu'il n'est gu'ire possible 
de connoîlre sans un cours d'observations très-exactes^Tellé 
chenille qui nous parolt'enbon état est souvent rohgéétout^ 
*ive par deS larves , qui se Nourrissent et croissent aui dépens 
de sa propt-è substance : il y a de ci^s larVes qùise liêiiftétitsuri^ 
fcorps de la chenille , qu'elles percent pOurle sàWf; (l'autre^ 
sont si bien cachées dans sera intérieur, qvPonrië. se ionieroH 

Ï' as qu'elle en ait une , quoique son corps eift soît tout fàrcL 
^nfin, s'il est des insectes qni attachent leurs o^iife 'iiiiia là peati 
ou les déposent dans le corps, H eu est eiifjbré'^l^dnt" dépo- 
ser leurs oeufs ou leurs larves dansles œufs mÈrtii^ des p^apillons;. 
ïîdsi. Il yaflesinsectes qui mabgeitt les chenilles avant qu'elles' 
soient nées. f^. IcBSEultOM, Sphex, Cimpsj CALcrniTES. 

Moyens de détruire les Chèrùi&s. —^ NoUB né pou'frons safis^ 
doute noiis dissimuler qrie tout ce que nous avOnsdit^ et tout 
ce que nous pourrions dire encore en faveur des cbeifilles,' 
ne sauroît jamais dissiper Fimpression désavantageuse à la- 
quelle elles ont donné et donnent sans cesse lieu ; et dès re- 
£eltes silres pour les détnUre, serdieotpliia idUteSSaHlâd qiljf 



i:, Google 



3<,8 C H E 

toutes les menreUl» qn« nom avons rapportées «nr leur 
compte. Pour être du moim justes dans notre haine , rap- 
pelons-nous qu'elle ne doit tomber ^ue sur un petit nombre 
d'espèces i qui sont véritablement nuisibles à nos propres in- 
tërôts, telles que la chenille nommée afmmuim, la Imrie , la 
pncessioanaîre , celle à oreUles , celle iju^in, Afchaïf, desgraûu, 
f|uelques .if/-paiteuses , et pn général la plupart de celles qui 
rivent en société, pour renîr à hout de nos desseins deslruc- 
fears , il faut attaquer ces sortes d'ennemis d>tns leur hei'? 
ceau ; si nous attendons que l'âge les ait affranchis des en- 
traves de Içur epfïpce y tous nos eETorts seront inutiles ; mal- 
gré nous ils feront le mal dont ils sont capables. , 

Dans le dëtailde^ chenilles les plus communes et le^s phu 
à cr^jûidrc , nous avons yu qu'il y en avolt qui formaient des 
''nids en filant ime e^èce ^e coiiue, dans laquelle elles se re- 
tirent pendant la niiit tors qu'il, fait froid ou qu'il pleut ; ToiU 
donc le berceau où nroissent , oi^ virent les ennemis que non» 
sommes si intéressés à détruire- Pour y réussir d'une manière 
efHcace , il faut couper les extrémités des branches sur les- 
quelles les nids sont placés, et les jeter au feu tout de suites 
parce que §t on les -f^ssoit ^ Lerre^ le? jeunes chenilles qui 
ont été secouées sortiraient et se rép^ndroient partout. Ces 
nids ne sont pas toi^ours à la portée de notre main , qucW 
ques-uns sont placés à l'extrémité des hrajiches des arbre^ 
très-élevés; dans ces circonstances on ^e pourvoit d'une IoDt 
giie perche ■ 4U liout de laquelle on attache d^s ciseaux nom- 
més ëcheniOàirs. .Le temps le plus propre pour écheuiller, c'est 
lorsqu'il fait froid, parce qu'alors toutes les jeunes chenille^ 
jont rassemblées dans leqr ni4- S\ on n'a pas cit la précau-; 
{ion djécheniller pendant l'hiver, ou ne; pent plusle fair^ 
qu'ipifo^diatenient après une forte pluie, qi^ a fait rentrer 
les chenilles dans (ei^r domicile : cette lËéthode de les dé-r 
traire est là nieil|e]^c et la plus efpcace de toutes celles qu'on 
(ïeqt indiquer; Ifs autres n'attaquent que quelques individus ; 
mais celle-ci tend k la, destruction générale de l'espèce , en 
(aisant mourir à la fois de nombreuses familles , qui auraient 
des générales k l'infini si ott les Uissoit subsister. 

Il ôe sjf fUt pas d'attaquer les chenilles sur les afbres frui-'. 
tiers , il faut encore les chercher dans les haies voisines des 
vergers et des jardins ^ si on n'avoit poi^t cette précaution x 
après qu'elles it|jroient ravagé les arbustes sur lesquels elles 
naissent, 09 {çj v^rrçit bientAt se retire en roaie pour aiv 
river sur |es arbfp^ qui, \enr fifCrjrweçt de quoi vivre. Cet inr 
secie se répand partout où ii peut se nourrir et pqo* nuire î 
ainsi , quoiqu'on ait bien pris ta peine d'échenillçr chez soi ,, 
si les vo.\sifis^'antpo.\qt et; les mimes précautions, après que 



i:, Google 



C H E 3o9 

les chenilles auront tont racagéchereuit, (^*éTles neîrouTe- 
rontplosdequaiy virre, etlés viendront dépouiller les arbrei 
de celui qui aara pris les plas gfdnds soms pour S6 mettre k 
l'abri de leur» dégâts. 

Il cxistoît une loi, long-temps provoquée par rinslructîon,' 
cOticëriiant l'ëchenillage ; mais on la i-egardoil comme abro- 
gée, et rigaorante prdféroîf d'opposer aux cbeoilles des cé- 
rémonies ou des eîorcismes. Une autre loî , du aG rentose 
an 4< ordonne à tous propriétaires d'écheniller en temps utile 
les arbres et tes hdïes de leurs possessions, et l'on nepeilttUs- 
simuler ^e l'insonciance est encore plus puissante que cette 
loi, qndiquA souvent rappéléepâtlegotiVërtiement, étqnoi- , 
qui ii directement et si nlifemeiU liée à l'intérêt de tons. 

Quand on craint qu'un arbre ne soit attaqué pat ICs che- 
ftillcs répandues dans le voisinage , on peut enduire tout le 
tour du tronc , à la largeur de deux poueeS , avec du miel OU 
avec toute autre matière gluante et visqueuse ; lorsqu'elles 
veulent trarerséf cette barrière , leurs pattes s'y attachent et 
elles ne neaveot fias avancer ; alors il faut avoir soin de vi- 
siter l'arbre de temps en temps ,- aSn d'ôler celles qui sont 
prises an piège pour les écraser; si on leilaisioit, lent corps 
serviroit de planche k d'autres pdnr traverser Ift barrière sans 
s'engluer. Quelquefois on réuâsît k faire tomber les chenilles 
d'un arbre qui en est couvert, en brûlant au bas de la pailla 
mouillée ou celle de la litière des chevaux, qui occasione une 
fumée très-épaisse qui les étourdît; lorsqu'on mélo à ce feu 
un peu de soufre , la fumée est bien plus propre i les étour- 
dir; on tie doit ftoint leur donner te temps de reveûir de cett» 
sorte de convaTskrfi , il faut les écraser tout de suite i mesOre 
qn'elles tombent , aiitrement elles f egagnenHent bientôt les. 
arbres. On a encore amtoHcé afle eati de davon âMc laquelle 
Oh arrosé le* plantes ; mais, quelle que soit l'eificacilé de tous 
ces moyens, au lieu d'attendre la belle saison pour en faire 
~ «sage 4 il est (o^Ours fiai prUd»nt et j^us sAr d'étïteniller 
pendant l'hiver. 

Dioilion 4es Ùiiaatêi. — Si leé cheflilles méfîtolêtit d'être 
connues, il falloit aussi recourir au seul moyen de les bir^ 
reconnoître ; le nombre différent de leurs pattes étoït un ca- 
tàflè^e trop &appânt et trop cûftstam pour ne pas servir à les 
faire dîstiftgtlér entré eiléS. D'après le nombre de ces pitiés, 
on a distingué toutes les tfieùilles en cinq classes : cefles qrf 
en ont seize , forment la première ; celles de quatorze , \k 
Mcotade ; lÈeXXti dé doûire, la troisième! celles de dix;, la 
quatrième ; et caén Celles de huit pattes seulemettt', la cin- 
quième et dernière cUise. LM seules pattes tt«aibra«e«»es y 

■ _,,!:, Google 



p,« C H E 

qui varient p»UF U nombre comme poar la figure et la pOEir ' 
' fioq , ont dû servir de base k cette classification, (p. L.) 

Chenille i aigbettes , Bombyx dispar, Fab, 

Chenille A BROSSES, Bombyx pudibunda; B.^l^^i^^ay Fab.) 
Noduaaceris, du même, etc. 

Chenillk a coaNES , celles des Sphinx, Nocluapsi. , Fab. 

Chenille i fourreau. F. Tinéïtes et Psyché. 

Chenille i forme de poisson, F. Pyeale. 

Chenille ans III,aire qu Livrée , Bombyx neustria , Fab. 

Chenille à qpeue fourchu^ , cellç du Bomfyx vimda , 
fab. 

ChENIM^E ARl^EHTEUSE, pq GÉOHÈTRE- F. PhALÈNE. 

Chenille iTCBERcULES, celle au Bombyx pofonia, Fab.» 
e^ plusieurs autres. 

Chenille BÉDEÀii , oÛBédeacdEi celle àuPapilio C. air. 
^^m , de Fabricius. 

Chenille. CLOPORTE. F. Polyommate. 

Chenille cochonne, celle du Sphinx elpkawr de Fab. 

Chenille commune , celle du Bombyx ckrysorhcta de Fab, 

Chenille des grains. F.. Teigne , Œcofhore. 

Chenille nu chou; V. Piéride. 

Chenille du saule. F. Cossus. 

Chenilj^ en bâton, r". Phalène. 

Chenille épineuse. ^. les genres Nïkphale , Vanesse . 
Argynne , Danaïde. ' 

' Chenille hérissonne. F. plus bas Chenille martre. 

Chenille lièvre , celle au Bombyx lubricipeda de Fab. 

Chenille livrée , celte du Bombyx neuslria de Fab. 

Chknillçlikénéeoulichenée, celle de la NodaeUa^nsu 
de Fabricit^ , ainsi que plusieurs autres analogues. 

Cq^I),LE HART^ on MABT^, celle du Bomfyx caja dç 
Fab. , . / 

Chenille !^TiCULEU;^E, celle At\ANaclueUa meliculoioA^ 
Fab. 

Chenille processionnaire, celle du Bombyx processionea 
4e Fab.' ■,,.., -^^ 

F. rarticle Lépidoptères, (l.) 

CHENILXEÀQCATlQUE.Noin que quelques auteur, 
" ' ' ' lu cenre BRi 



ont donné à dne espèt:e d'animalcule du genre 

C'est le brachiomts cirrpaius de MuUer., ftyes le mot Bra- 

CBION. (b.) 

CHENILLE. Plusieurs espèces de coquilles dugenre CÈ-. 
RITE, s'appellent vulgairement ainsi. 11 y a la Chenil^ blaMt 
çiiE , sTR.il^ ,. fa Chenille bariolée, (b.^ 



L:,.,Li;<^ti=,G©Oglc 



C H E 3i, 

iGHBNaLE DE MER. N«m qae te» pâchçucs donnent 
^ I'Aphrodite hébissée. (b.) 

CHENILLES (FAUSSES). K Tehth«édime$ ou Mou- 
ches À SCIE. (o. et L.) , 

CHENILLETTË , Storpiums. Genre de plantes de la 
diadelphie décandrie, et de Iq f4niiUe des l^u mineuses , 
d^nt fes caractères lont : un calice moBophylle persis- 
tant et à cinq découpures droites et pointues ; une corolle 
papilionacé^ , composée d'un étendard arrondi et un peu 
relevé , de deux ailes presque ovales , à appendices obtus , 
et d'une carène semi-lunaire , un peu ventrue dans sa partie 
moyenne , et divisée à sa base ; dis étamines , dont neuf 
sont réunie^ à )eur base ; up ovaire supérieur, oblong, 
cylindrique , un peu courb^ , à style court et à stigmate sim- 
ple ; une gousse presque cylindrique , articulée , poriace , 
contournée en spîr.ale , et qui cQntient i^ne scmeilce dans 
chacune de ses articulations. 

Ce genre renferme quatre espèces selon Linnseus ; mais 
Lamarck les a réduites à deux, en ne considérant les 
deux dernières que comme des variétés de la seconde. Ce 
sont des herbes -rampantes , annuelles , à feuille^ ^impies , 
rétrécies en pétiole à leur base. 

La CHE!)ii4.ETri: ter^iculék a le pédoncule unîBore , et 
la gousse couverte d'écaillés obtuses. On la trouve dans les 
parties australes de l'Europe. 

La Cheniixette hérissée , qui a les pédoncules mul- 
tiflctpes , et la gousse chargée d'aspérités dentées et piquan- 
tes. On la troUrc dans les mêmes endroits que la précé- 
dente. 

Les gousses vertes de ces plantes , mises dans une salade , 
paroîtront , à presque tout 1» mon4e , être des chenilles , 
tant elles leur ressemblent, (b.) 

CHENISKOS, ou CHENION. Noms grecs de l'OiE. 
(desh.) 

CHËNNA et KENNA. Noms arabes et turcs du cyprès 
{tmpnssuê srnnper inrtns, L.). (lh;) , " 

CHENNIE , Chemrnm, Lat. Genre d'insectes, de l'ordre 
des cole'oplères , section et famille des diiuères, très-voisin 
du genre Pjif/a;)/ie. Il en diffère par les palpes qui sont tous 
très-courts, et parles tarses, dont l'extrémité est armée de' 
deux crochets , tandis qu'où n'en voit qu'un à ceux des psé- 
laphes. Les antemies sont composées de onze articles , dont 
les dix premiers à peu près égaux sont lenticulaires, et dont le 
dernier plus grand , est presque globuleux. 



dt, Google 



3„ C H P, 

La CliEmiis irivKÉHGvtiE , Chehtàum bHiibefculatum , est 
lougue d'enviroD deax lignes , et d'un faUve marron. La tête 
fifli-e S0U9 chaqae anienae un tubercule , ube éminence 
inégale sur le front et une impression sar le Tenez. Le cor- 
selet est cylindri^e , corami! bordé et cilié en devant , arec 
une petite ligne enfoncée et arqade k chaque câté posté- 
rieur. Les étuis sont unis, avec deiis petites sttie& , l'une aa 
bord extérieur, et l'antre à la gotnra. Les banches sost alton-i 
gées et pédiculées. C'est la seule espèce tonnne. Je l'ai 
trouvée saas Atè piePrss « dras le âéparteoteot de la Cor- 
rèze. (L.) 

CHEN0,KE50. Le Cartbame hineos (drtfiiftitf fanor 
tus) porte ce ndra en Egypte. Columelle pense ^ue c'est VA-^ 
tracfyUsAt Théopbraste. Adailsdii, Hallef, Scopolj, en adop- 
tant cette opinion , conservent le nom d'Alractylis k un genre 
dans lequel cette espèce est comprise, et que M. Decan-. 
dolle a nommé depuis KentropfiySe. { f. ce mol.) \2AthiCtylis 
de linÙËËils est du geni'e Vdiâib. V. AtsacttlidE et Acarre, ■■ 
(LS.) 

CHENOLE, Chehoka. Geiité de plantes établi par Thun- 
bcrg, pmirone plante du Cap de Bonne-Espérance , qui a 
de grands rapports avec les Soudes. Ses caractères sont 
d'avoir : un calice de cinq parties ; point de corolle -, cinq 
Staminés ; nn ovaire sormoaté d'un style filiforme , à stig- 
mates bifide et recourbé ; une capsale ombilîqnée , k une logo 
monosperqte. Elle a les feuilles (^posées, sessiles , Ovales , 
cbarnues , couvertes de poils blancs , les fleurs asUlaîres et 
solitaires i et la tige frutescente. Elle n'a pas été figarée. (b.) 

CHENOLITE, ou PIERRE DE FOUDRE, roye» 
Globe defe«.(pat.) 

CHÉNOPODÉES,.A»V'««*'J'>ssieo.FamJlIe de plan- 
tes dont la fructification est cAnlposée d'an calice AVono— 
phyllé , jouvent divisé profbtadément ; d'étamines en nombre 
défenniné , insérées à fa base du calice ; d'un ovaire simple , 
libre; d'.un.si^le ordinairement builtipje en nombre dé- 
terminé, quelquefois simple on n(it;\d'uii stigmate ponr 
chaque style , rarement deux ; d'une seule semence nae ou 
recouverte par te calice, ou renfermée dans un péricarpe 
à périspenhe farineux, central, entouré par l'embryon, 
qui est circulaire ou roulé en spirale , et dont la radicule 
est inférieure. 

Les plantes. de cette famille, ordinairement herbacées, 
quelquefois frutescentes , ont des racines fibreuses , en géné- 
ral tortnêilses et très-longues. Leur lige , presque toujours 
droite , rarement grtmpatile Ou volubtc , porte des feuilles 

.,,1 ,Googic 



C H E 3,j 

qui sont le plus ionvent ailenKs. hei fleurs ctnnmatiëment 
hermaphrodites , affecteot différeiiMs dispositions. , 

Yentenat rapporte ji celte Camille , qui est la sixième de la 
sixième classe ae son Tableau da Bi^ végétai, et dont les 
caractères sont 6gurès pi. 7,0." 3 du même onTtage , seize 
^fires , sous cioq dinsloits. 

La première comprend les genfes qui Ont atte baie : le 
Phytolaca , la Rivike , la SAtTAboHE et la Boséë. 

La seconde , cent qui ont une capsule : le tÉTiTEH , le 
PoLYcufeME et la Cahpbréë. 

La troisième , ceux dont là Semence est recouTcrte par le 
calice t et qui ont cisq tftamines : la BAseiiife , la Soude , 
I'Epinard, la Bette, I'Ansebine, l'AttRocafe. 

La quatrième , eem dont la semence est recouverte par 
te calice , et qui n'ont qu'une ou deux ètamines : la BlettK 
et la SalicokKe. 

Enfin la cinquiJimc , le sedl genre qui ail les semences 
nues , c'esl-à-dire le Corispeuhe. (b.) 

GHENOPODIO-MORUS. Nom doftoé par Boerhaare 
à rarroche-fraise ( bUban càpHafum , L. ). Il a été diangè par 
Adanson et Scopoli en celtfi de momcarjms. Le nom de blitiim 
étoit donné par Adanson & un groupe de plaines qui est 
réuni fnaintenant attx amaranthes, et dans lequel se trouve 
l'espèce regardée comme lé ilùvn de Dio$coride.(Ll4.) 

CHENOPODIUM (paUe d'oie èh gi-eè-). Kora générique 
des AnseIhnes. f. ce mot. Il a été donné aussi à quelques 
autres plantes de la famille des ârroches ou ch^nopodées , 
telles que dessoudes (salsula), et despBronyques(parDRyrAùt 
et iliecebhttn ) , plantes qnî appartiennent à la famille des 
amarâtiihed. (LN.) 

CHEl^ÔPÛS , Pline. Plante rapportée à une espèce 
d'anserine (chenopodium album). (lS.) 

CHEPU. En Galice , on donne ce lioûi k l'oblade , es- 
pèce de SpAftE (spaAis Ttidamtrus). (6ÉS«.) 

CHERAMEI, CHERAMELA. N&msdonHès* nar les 
Portugais, an Cararnbolîer {Otitrrkoa mMmbbia ,h.). (lw.)- 

CHERAMELLE , CHERAMELLIER où CHER- 

MËLLÉ. C'est le CiCCA DISTIQUE. (B.) 

CHERBACHEM. V. CHARBEGHABAlD. (m.) 

CHERRAS. V. Chas, (lh.) . 

CHERC-FALEK, c'est-à-dire , Are-er^iel<mltù, Nom 
arabe d'une belle esjtèce de liseron à (leurs pouqtres ( cor- 
wlvidus ceancùs, iJnu. ), qui croît en ËgVptê au milieu deS 

.,i .Google 



3a C H E 

roseaux, sur les bords du Nil et dans les iardins. Selon M. De? 
lille, c'est aussi le nom de la passiflore blew {pa^fiom cat- 
rulea, I-. ). (I.H.) 

CHERDA. Nom donné, en Afrique, i une espèce de pa- 
nicaut (^^^n^ùua marùùnum, L.). (LM.) 

CHËREDBANON , Dioscoride. Plante rapportée auf 
prèles, e^uisetum, L. (dESM.) 

CHEREMBELIER. C'est le Cicc\ distique. (b.> 

CHÉREN. Nom arabe du Martin-Pêcheur, (s.) 

CHEREPHYLLUM. V. Ch^rophtlldm. (hs.) 

CHERES, r^. Gbarîi. (ln.) 

CtiER-FA. Nom hongrois du cbSne d'Aotricbe , quercu$ 
austriaca , Willd. (lm.) 

CHERIC. Nom d'une Fauvette de l'Ile-de-France. V. 
ce mot. (s.) 

CHERIWAY. V, l'article Caracara. (v.) 

CHERLERIE, Chaieria. Genre de plantes de la décàiH 
drie trigynie et de la famille des caryophyllées, dont les ca- 
raclèrçs sont d'avoir : on calice de cinq folioles lancéolées , 
striées sur leur dos ; cinq écailles très-petites , échancréeg , 
et qui tiennent lieu de pétâtes ; dix étammes , dont cinq sont 
portées sur les écailles, et les cinq autres, dans leur in- 
tervalle , sur le réceptacle ; un ovaire supérieur, ovale , sur- 
monté de trois styles ; une capsule ovale , Irilocnl^ire y tri- 
valve , et qui contient trois semences. 

La cherlerie es^ uqe petitç plante vivace , qui forme sout 
vent des gazons ti^èsd^nses. Elle a les feuilles linéaires, poin- 
tues, glabres , très- rapprochées et disposées en rosettes qu^ 
se développent en tiges longues d'un pouce au plifS, garnies 
de feuilles opposées , et terminées par une fleur verdltre. 

Oâ tronve celte plante sur les montagnes des parties mé- 
ridionales de la France , dans les fentes des rocbers. (b.) 

CHËRMËS. Genre d'insectesde l'ordre des hémiptères, 
désigné ainsi par Linnaeus , et qui est le même que celui qu^. 
nous appelons Psylie. V. ce mot. 

AL Sumérîl, dans sa Zoologie analytique, mentionna 
sous la dénomination de Cherhes , un autre genre du même 
ordre , et qui est, à ce que je soupçonne , celui que favoi^ 
nommé LlviE. V. ce mot. (l.) 

CHERMÈS , KERMÈS. Nomi? arabes du Chèîie Ker- 
mès , Quercus coccifera. (r.) 

CHERNAouCIIERl-A. Noms espagnols d'unpoisson du 
genre des Perches, Perwi scriba , Linn. (dêsm.) 



dt, Google 



C H E ?,5 

CHËROLLE- C'est la VescE À ÉPI d^ns quelques lieux. 

CHEROPHTLLON. F. Cb^kophyllum. (i-m.) 

ÇHEROPOTAMUS. L'unaesnoinsderHippoPOTAME. 
• (bïsm.) 

CHÉROSO , oa RAT ODORIFÉRANT. Dénoiiiina-' 
tioo que lej Portugais opt donaétktmnUà'Inde, qui répand 
une odeur de mvisc , et que , par cette raison, on a aussi ap- 
pelé rat de senleur, (S.) 

CHERRY et CHERRT-TRÉE. Cerise «t cerisier en 
angtais. (I.».) 

CHERSÉA. Nom de la Yip^kje rodge , ou aesping des 
Suédois. Cb-) 

CHERSYDRE, Cher^ânts. Sous-genre de serpei^s , éta- 
bli par Çuvier , parmi tes hydres, aux dépens des Achro- 
CHOitDES , dpnl il diffère parce qu'il a la lête et le corps éga- 
lement couverts de petites écailles. Il ne contient qu'une 
espèce très-venimeuse , qui vit dans les rivières de Java , où 
on l'appelle oular limpè. [s.) 

CHERT. Nom que quelques minéralogistes anglais don- 
nent au Horb-Stein. (pat.) 

CHERJJ, des Malabares. V. Catou-Tsjeroe. (ln.) 

CHERUNAou GIRON. EnLaponie, on appelle ainsi 
le LAfidpÈDB ou Gelinotte rlakche, Telrao îagopus. (desm.) 

CHERÙTSCH. U SpiRÉE i feuille de chamœdrys. 
porte ce nom 3i| Kamtscbatka. (ln.) 

CHERYA. Nom àrate du Ricin ou Palma-Christi. U 
est donné aussi à' I'EpuRge , Euphorbla lathyrls , L. {f-TH.) 

CHERVI. C'est le Carvi. V. ce mot et celui de Seseu. 

(B.) 

CHERVIL. Nom anglais du Cerfeuil , Scandix cerefo- 
lium; Needle chervil, celui du Peigne de Vénos, 
Scand. pecten Veneris , L. ; Willd cbervil , celui du Cer- 
feuil SAUVApE , ChanphyUum sylfeslre , L. ; Great Chervil , 
celui du Cerfeuil musqué, myrrhù odoraia, etc. (UJ.) 

CHERWENY SWONCEK. Nom que l'on donne, en 
Sohème>, au MILLEPERTUIS vertorÉ , Hypeiicum perforaium , 
JjTnn. (LN.) 

CHESNEA, Scbpoli. V. Carapiche. (ln.) 

CHENUT et CHESNUT-TRÉE. CWtaïgne et chital- 
gpier en anglais. (LN.) 

CHET.-SEA. Nom donné par Jacqoin k I'Aïënia , Linn. , 
ou Dayeda , Adanson. (LN.) 
■ CHETETE. r. Cbate. (lnJ 

. ÇliÉTOCÈRE^ ou SÉTICORNES. FanùUe d'iasec- 



i:, Google 



irë C H E 

tes , ié ¥màr« des Upidaptères , établie par M. Dnmérll , 
et eoiAposéede ceux dont les antennes sont en soie et rare- 
ment geclTiiéeà. It y rapporte tei genres : LtTROSiE, Noc- 
tuelle, CUftMBÈ, PaALfiMEj tïKAtfi, TtÉOSE , AtCCiTB 
et PtÉROhiORE. (L.) * . 

CHÉTOCHILE. Chaiochliws. Arbrisseau dn Brésil, ii 
feuilles àltei^ËS , p^IMées, avales et entières ; à fleurs so- 
litaires, oppdsées itiX feuilles « qni forme on geOre AMi U 
diaudrie monogyqie. 

Ce genre ôftre poar carattèrcs : tia caKce Hlabié et à cinq 
divisions^ une corolle tabulée à cinq divisions linéaires , dont 
les deiUt supérieures sont plus courtes ; deux étamines ; un 
ovaire supérieur ; une capsule i quatre dents à son somiAet, 
à Aem toges et à plusieurs semeaceâ. (K.) 

CHÉTODIPTÈhE, Chelodiplerus. Lacépède a établi, 
sans ce nom, on genre de poissons , parmi les thp^tlùque», 
d'après une espèce que Plumier avoit décrite et dessinée 
3 la Martinique , que Bloch avoit réuni aux ch&tdoni , et 
figuré pi. ai de son ouvrage , sous le nom français de Ban- 
daultère àe Plumier. 

Ce ceure offre pour caractères : les dents pefiteG, fleilbleS 
et mobiles ; le corps et la queue très-comprimés ;'de petites 
ëeaitles sur la dorsale et sur d'autres nageoires ; la hauteur 
du corps presque égale à sa longueur; l'ouverture A6 labou- 
die petite; le niùscaU saillant; point de denteldres ni de 
ptquans aux opercules; dé uf nagé OiCes dorsales. 

Le Chéti^diftÈRE fluhier a cinq rayons aigUllloilAés à 
la première dorsale ; trente-quatre rayons articulés i la se- 
conde ; deux rayons aiguillonnés et vingt-trois articutéâ à 
celle de l'anus v la tâte dénuée de petites écailles ; la caudale 
en croissant. Sa couleur générale est d'un vert mêlé de jaune, 
sur lequel s'étendent , k droite et àgauche , six bAndes trans- 
versales , étroites , réfpillères , presque égales tes Uâes aut 
autres , et d'un vert foncé. V. pi. B. ïo , où il est flgiifé. (8.) 

,CHÉïODON, Chalodsn. Genre de poissons de U Aï- 
viSÎonAesÛiaruc/iigUes, établi par Linhsens, mais dâ&t teS ca- 
ractères n'avoient'pas été précisés d'une manière Satisfai- 
sante , et qui , par conséquent, renfermoit un grand nombre 
d'espèces susceptibles d'en être séparées paf des cOùsidéra- 
iioiis pliis ou mqins iinportântës. ' 

L'amélioration' que-, à cet égard, l'étai actuel de !d scieUtie 
demandoit, et que sôllicitoieui les iialuvalistes , a été e*é- 
culée par Lacépède. Das son HlOoiré naturelle dts Poissâm, 
il d'établit douxe genres aux dépéuS des chéltxhtiS de Lln- 
iiaens, ou deâ espèces qiïi leur avùlent été réuaîts depuis 



i:, Google 



■s:::/:^;:: 



'y tv!rÇ!rn'J/,'..^7,'-/{^'''. ''»'. H^mZ'/^Ï-X "XJ'i. 



dt, Google 



G H E 3i7 

par dlffërem aotcort , 09jw : Akcb AKTtMM>iD > f^BérooiPTÈREt 
PoH&CENTitE, PomacantHë, HQt,&qAKTHE, Énoplose, qui. 
ont des dente seUoées comme les rdritabUs i;héladons, et 

GlYPVICODON , ACHAHTUHF , AsFfSyHE , AcAKTBOPOflS , 

Cbevaijee et Naspn, qui ont des dents de fonse différente. 

l^s chétodqiu actuellencDt reconnus jcopuiie tuls par W 
cépèdei et par toi» ceuF qui adoptent soti e^cvUept travail, 
sont donc réduits à ceux qui ont pour caractères : des deots 
petites, Sexiblea et ni«bilês; le c^rps et la queue trës-com- 
priniés; de petites écailles sur ta dorsale Omsur d'autres na-' 
§eotres ; U oautenr du cqrps si^érieure , ou au mpins ^galtt 
à sa longueur ; l'ouvertvre de la bouche petite , le museau plu; 
ou moins avancé ; une 4eule nageoire ^r*ale \ point de deu-* 
telures qi de piquass aux opercqles. 

Cependant ces ch^doos, que Blocb et jutres auteum 
ont appelée ioB^i^irs, rtaferment esf^ore quarante-deuK 
espèces, qui, pour la plupart, sont remarquables par 1» 
singularité de lews formes, la beauté de leurs couleurs et la 
vivacité de leurs mouvemeos. Toutes ces espèces ne viveol 
que dans Us wers peu éloignées de l'équaieur. Cepepdanl 
on CB trouve fréquemment da fossiles, au MontBoIea pr^ 
Vémnne, etdaos d'autres parties de l'Europe' U eft très-atsd 
de les conserver dans les collections, k raison de ta dureté 
de leur peau et de la s^cberesce de leur cbajx, dont la qua- 
lité comestible varie selon les espèces. 

Oq les divise en chétoitta à gueue/wrchu Vi m craîaiçnir 
et en ehMoénu à qmwe entière. 

On trouve dans la première division : 

Le Cbétûdon bords , qui a douze rayons aiguillonnas et 
treize rayons articulés à la nageoire du dos; seize rayons 
articulés à l'anale; huit rayons articulés i cbaqne liborBciaet 
toutes les nageoires bordées d'une toaletir t«ts-fon€ée. lî 
est figuré dansBloch^pi: ao^, et dam VHi^nf minrtlU et» 
Poissons, faiwnt stiite au £^^00 , édition a« Oeterville , roi. 3 . 
pag. 319, pi. B. 10. On le trouve dana la met des AntUle». 
C'est un très-bean peilssim, qui acquiert enviroo un pîed ils 
long , et dom la chair est agréable au ^t. 

Le CaÈTOQQS CURAÇAO a treize rayoi^ aiguillonnés, et 
douze rayons articulés à la nageoire du dos ; deux ray«iii 
aiguiUowtés et qnatorae rayons articulés k caUe de l'anus; 
un seul orifice 'i chaque narine; Us deù mâchoires égale- 
ment avancées ; les lèvres épaisses; toutes les nageoires jaft- 
nés. B est figuré daae Bloch, pi. aia, et dai» le Bu/tw df 
Deterville, vol. a , pag. 3it. Il ae trouve dans U n»er des 
Antilles. 

Le Chétodon hadiuce a onze rayons aîgailloanés et dowe 



dt, Google 



3.8 ' C H E 

rayons articulés à la nageoire dorsale-, trois rayons aiguil- 
lonnés et dix articulés k celle de l'anus; l'eitrémité des na- 
geoires du dos et de l'anns arrondie ; la Couleur générale 
bleuÂtre; six bandés transversales, étroites, et d'une cou- 
leur très-foacée de chaque côté. Il est figuré dans Bloch , 
pi. 3i3, et dans le Siiffon de Deterville , vol. i , pa^. 3ayl II 
se trouve dans la mer du Brésil, et atteint deur pieds de 
long. 

Le ChÉTODON ' BEïIG&LI a treiae rayons aiguillonnés et 
douze articulés à la nageoire du dos; deux rayons aiguillon- 
nés et dix rayons articulés à l'anale; la derui^e ^[^tce de 
chaque dpercnie terminée en pointe, ainsi que reitrémité 
de la nageoire du dos 'et de celle de l'anus; la couleur géné- 
rale bleuâtre ; cinq baudes jaunâtres transversales et éten- 
dues jusqu'au faoHrd inférieur. Il est figuré dans Bloch, pL 3i3, 
ist dans le Buffùn &t Dèterville, vol. a, pag. S:>7. Oole 
trouve sur les côtes du Bengale. , ■ i- . 

■ Le CeÉTODO» Fa.UCheur, Chautdon punctattia,' 'Liiat:, a 
huit rayons aiguillonnés et vingt-deux articulés à' la- dorsale ; 
trois rayons aigui lionnes et dii-s«pt arbculés à l'^naltr; 'les 
pectorales en forme de faux ; la conteur générale argewiée ; 
un grand notnbre de taches ou points bruns. Il habite les 
mers d'Asie.- ■ ■ 

Le GhÉTOBOn fXfSVE,\JLT.;Otêetodonrotunâattu, Lii]n.,'qui 
a vingt-trois rayons aiguillonnés et trois articulés àla nageoire 
du dos; tr-ois rayons -aiguillonnés et dix-seuf articulés à celle 
de l'anus; la couleur générale grisâtre; avec cinq bandes 
transversales. Il vit dans la mer des Indes. 

Le CbÉTODON SAKSOïOe a treize-rayons aigullldnn^s à la 
dorsale; un rayon ^aiguillonné <■ chaque tboratine ; un en-J 
fonCemeDtaU-deTaStdes yeux; l'ouveMorede la bouché très^ 
petite; la lèrre supérieure gro6se; ia'dfemîère piété de dw- 
que opercule arrondie, ainsiique l'extrémité des nageoires 
du dos et de l'anus ; les pectorales et les thoracines'sans bor- 
dure. La bordure dt> la dorsale , -de l'anale et de la cacidale , 
d'un beau violet; six bandes Iran svefBd«4f àla tète. Il se trouve 
dans les mers d'Amérique, où il a été observé ^var Plumier. ■ 

Le Chétodon COBTJU a trois rayons aiguillonnés et qna- 
rante-ua rayons articulés à la nageoire do dos ; le troisième 
rayon de cette nageoire plus long que la tête , te corps et la 
Ymeoe pris ensemble ; la caudale en croissant ; le museau cy-J 
hndrique. Il se trouve dans ta mer des Indes, et est connu 
soos les noms de héron de jner.ei de inmdtair par les naviga- 
teurs firançaîs, qui louent beaucoup la bonté de sa chair. La 
coulenr de cette espèce est argentée , avec tf ois larges bandes 



dt, Google 



C II r. 3,g 

tranirerse^t noires, lïseréés de blanc, dAiit l'une passe sur 
les yeui-, l'autre, sur U partie postdriènre, du corps , et ia 
troisiènoe couvre presque ' entièrement ta nageoire de la 

he CaÈTODO!iiT\cviErÉ,ChœUdongulialus., Linn., atreize - 
rayons aigoilloiinës et dix rayons articuiéà à là nageoire Aa 
dos; sept rayons aigoitioanéd et dtXTayons articules à celle 
de l'anus; le premier et' lèsecond' rayon de chaque thora- 
chiqne aigoiUoonés ; le second, -le troisi^me'ct le' quatrième 
articulés; la caudale -en croiissant; denx orifices à chaque 
narine; le corps, Uquèue^et ta^atidale parsemés de tacites 
presqae .égales, petîtfs, rondes et d'un rouge brun. Il se 
trouve daps les mers du Japon, 'C'est le xoCme poissou que 
celui. appelé feufj^ûyuMi par LinafeifS; 

Le Chétodon Tacbe «ÔIHe, 'ChMoàon tiignf-moKulatus, a 
treize rayoiis aiginHoninés'et vingt^eai rayons ^articulés à 1^ 
dorsale ; trois rayons aiguillouDés et vingt articulés k. l'anale ; 
la caudale en crftissaat; dci^ orifices à cbaqtie narine; une 
bande transversale, large 'et noire -an-dessua de la nuque, 
deTceil et de l'opercule; une tache noire, grande et arrondie 
Gurla li^çlatdraie. Ilest'figuré dans Bloch,.pl. aoi, eldana 
le Bu0OH de Deterville , pag. 246, r;" 3. Il habite la mer des 
Indes. • ■ ■ ■ 

Le CnÉTOoOM soofflf.T, ChaUtdon Itm^roslrîs, Bronason- 
net4 3 onie rayons aiguillonnés et vbigt-qoatre rayons arti- 
culés à la nageoire du dos ; trois rayons aiguillonnés et dix- 
neuf l'ayons articulés k la nageoire de l'anus ; la caudale en 
croissant; le museau cylindriqlie 'et très -allongé; l'ouVerture 
de la bouche petite; la couleur géitérale citrine, atec té 
dessus de la (Ëte brunâtre; les nageoires dorsale et anale 
bordées de blanc et de noir; une tache noire œillée à cette 
dernière. 11 est figuré dans la Décade de Broussonnet, et 
habite les mers des Indes. Sa chair est saine et de bon 
goût- 

Le Chétodoh fankelé a treize rajrons aiguillonnés et dix 
articulés ^ la nageoire du dos; sept rayons aiguillonnés à 
l'anale; un seul rayon aiguillonné k chaque thorachique; 
tous l6s rayons aiguillonnés plus ou moins cannelés; la cou- 
leur générale d'un jaune verdâtre ; un erand nombre de 
taches. Cette espèce a été observée par Musgo-Parct , dans 
les mers de Sumatra. 

Le Chétodon fentacantbe a cinq rayons aiguillonnés et 
trente-rdeux rayons articulés à la nageoire du dos ; trois rayons 
aiguillonnés et vingt-un rayons articulés à celle de l'anus; la 
caudale en croissant; la mâchoire inférieure plus avancée 



dt, Google 



3.0 C H E 

que U 8tq)<rieiire; la seconde pièce de diaqiie opcrcale ter- 
minée par tm appeadice triansolaire. 

Il habite U mer du Sud- On 1« voit 6guré dam Lacé- 
pède, vol. a.pl. lî. . 

. Le CaÉTODON ALLONGÉ a treDte-«ept rayons à la nageoire 
da dos; vingt-^nati^ à l'anale; la caudale en croissant; la 
nuqne très^levée^ le corps et la qoese uo peu atfooeés; 
l'ouTertore de la boocfae très-droite ; les écailles très-petites. 
Il se trouve arec-le- précédent- 

Le Chétoikh» iodi.ga. a neuf rayons aigulUoncés, et 
ifnatorzc articdiés ^ la nageoire du dos; deux rayons aiguil- 
lonnés et quinze articulés à l'anala t la caudale an peu en 
croissant; trois bandes transversales noires «t étroites de 
chaque côté. U se trouve avec U précédent- 
La' coBBnissaAce de ces trois dcrmières espèces est due k 
Cogaraerson., dans les manuscrits duquel Lacépèdc les a 



, Le ChÉtodon POIST'O, Chaiodon ammi/uOiu, tf^ a ti^ois 
rayons aiguillonnés et vingt-cinq jirticulés Ik ta dorsala ; trois 
rayons aiguillonnés et seize articulés » i'anale; le troisième 
rayon de la dorsale trèsiallongé ; trois handes transversales 
brunes. Il habite la mer des Indes. 

- Le ChÉTODOH quetje blanche , Oiatodon leucumt , a neuf 
rayons aigoillonnés, et vingt -deux rayons articulés ik la 
nageoire da dos; trois rayons aiguillonnés, et dix-neuf ar- 
ticulés à la nageoire de l'anus ; le premier rayon aigoiUonné 
de la dorsale cooché le lox^ dn dos; le corps noir; la queue 
blanche. On le pêche dans les mers d'Amérique. 

Le ChÉtodon citAimE écaH-le, C/uOodon macrrdtpiêptùs, 
s onze rayons aiguillonnés et vingt-trois rayons articulés 
à l'anale; le quatrième rayon de la dorsale terminé. par 
nn filament plus long, ou aussi long qUe le corps et la 
queue; les écailles grandes ; deux bandes transversales très* 
lavgieB. Il est figiuré dans Bloeh, pi. lOOj dans Lacépède, 
«ol. 4< pl' 13) etdansJe£u^undeIj«terville,vol.' a, pag. a6o. 
On le pAdte dans la mer des Indes, oà il parvient À une 
grandeur coniîdérabic. Sa chair est grasse et de trèS-^on 
godt. 

Le Chétodoh ahOus aonseravons-aiguiflonnés, etvingt- 
sept rayons articulés À la nageoire du dos; quatre rayons 
aiguillonnés et quatorze article à l'anale; le corps et une 
grande partie de la queue très-élevés; de« orifices à cha- 
que narine ; la couleur générale violette ; «n grand nombre 
de taches arrondies , petites et brunos- U vit dans les mers 



dt, Google 



C H E 3„ 

de l'Inde. Cependant mi a Ironr^ l'empreinte d'nn poisson 
très-aemblable dans les marnes da mont Bolca, près Véronne 
«n Italie. 

Le Ca£T<»ONVAGAPOifD 3 treize rayons aiguillonnés, et 
vingt rayons arliciilés à la dorsale; trois rayons aiguillonnés, 
et dji-sept articulés à l'anali; ; la tête et les operciries couverts 
4e petites écaiUes ; deux or'dees à chaque narine ; te museau 
cylindr^ne ; La couleur générale jaun^re ; une bande trans- 
versale noire au-dessus de chaque œil. Sa chair est très- 
bonae k manger. On 1 appelle quelquefois princesse ou sounil. 

Le CsËTono» ro«4 BnoK , Chœtodonfaber , Linn. , a neuf 
rayons aiguillonnés etriD^i-deuxrayoosarticulésâ la nageoire 
du dos ; trais rayons aijliuiUonnés et vingt -un rayons articulés 
à l'anale; le troisiëwe rayon de la dofsaie beaucoup plus long 
jque les autres ; sis bandes transT^rsialeS inhales en îar^<ear , 
id'un bleu très^oncé, ainsi sue la dorsak, la caud^ et l'anale; 
les pectorales et les thoraxliiitnes noires. 

Il TÏt âa»s les iners d' Amérique. On l'appelle le aiêir9i<ain 
jOU ie nurâeux, parce qu'on k prend ràmnoBément au bas 
des lalri^^ des vaifseausi dû il cherche sa aourrîliire. Sa 
chair est d'un très-bon goût. 

Le ChÉTQDQN w: Cbjli a onze Voyons aiftsUloBnës et vingt- 
âeux articulés à la dorsale ; trois rayons aiguillonnés et seize 
articulés à l'anale; deux rayons aiguillonnés, et trois articula 
à chaque thorachique ; le museau allongé ; la couleur générale 
dorée, arec cinq bandes transversales brunes. On le trouve 
dans les mers du Chili. 

Le Ghétodots Va^^^ES, Chaladou fatciabis, Forskaë'l, a 
douze rayons aiguillonnés et vingt-quatre rayons articolés à 
la nageoire du dos, trois rayons aiguillonnés et dix-neuf 
rayons articulés À la nageoire de l'anus; six rayons i J^ 
membrane des branchies ; la partie antérieure de la do.rsalip 
placée dans une fossetle lon^odioale; les écailles arrondies; 
la couleur générale jaune; une bande neire sur c^ que oeil 
et huit bandes brunes, obliques, sur I« corps. 11 habite la mer 
Rouge. , 

Le Chétodon cochea. CAastodon anHg», Forsfcaël , a treize 
rayons aiguillonnés, et vingt-quatrc rayons articuilés k la o4- 
geoire dn dos ; trois rayons aiguillonna et vingt-un rayons 
articulés à l'anale; lecin^vième rayon aiguillonné delador- 
sale, terminé par un Clament très-long, semblable à un fouet; 
les écailles rhomboïdales; la couleur générale bleuâtre; quinze 
ou seize bandes courbes, bmnçs , et placées obliquement^ 
cha'nue cdté. On le tronve dans la mer Kouge et dam celle 
des Indes. .. _ ■ ■ 

Le CaÉTODON adjan| Oueiodon maoleucos , Forêkaiil, a 



dt,Googlc " 



s,. C H E • 

treiae rayons aiguillonnés , el vingt-quatre articules à là Hot- 
sale; trois rayons aiguillannés, et dix-neuf articulés à l'anak; 
les écailles rhomboïdales , grandes et ciliées ; la partie anté- 
rieure de l'animal blanche , la postérieure brune ; douze 
bandes transversales noires sur cette dernière. 11 vit dans la 
mer Rouge- 

Le CaÉTODQN PEINT a treize rayons aiguillonnés et vingt- 
cinq rayons articulés à la nageoire du dos; trois rayons aiguil- 
lonnés et vingt-un articulés à celle de l'anus ; les écailles 
larges et dentelées; le museau avancé ; la couleur générale 
blanchâtre , avec dli-sept ou dii-huit raies oblique s et violette» 
de chaque côté. On le pêche dans la mer Ronge. 

Le CHÉTOnON i bec, Chatadon rostraius , Linn. , a neuf 
rayons aiguillonnés et trente articulés à la dorsale ; trois 
rayons aiguillonnés et vingt rayons articulés à l'anale; la cau- 
dale arrondie ; le museau cylindrique et plus long que la cau- 
dale;cinq bandes transversales noires et bordées de blanc de 
chaque eôté ; une tache noire , ovale , grande et bordée de 
noir sur la base de la dorsale. V. pi. B. lO. On le pêche dans 
la mer des Indes i surtout à l'emboucbare des rivières. Sa 
chair est saine et de bon goût. 

Ce poisson est très-beau et fort remarquable par ses mœurs. 
Il vit principalement de moache» et d'autres Insectes qui ha- 
bitent hors de l'eau , et voici comme il s'en empare : Lors- 
qu'il a vu un insecte sur une plante ou sur un rocher , il s'en 
. approche à la dirtance de cioqà sii pieds, et de là, 11 seringue 
de l'eau sur lui avec tant de force , iju'il ne manque jamais 
de- le faire tomber dans l'eau. Comme le spectacle de cette 
manœuvre est amusant , les gens liches de l'Inde nourrissent 
de ces poissons dans des Tases pour se le donber à volonté. 
Hommel , qui a donné à Bloch les renseignemens relatlls à c« 
poisson , rapporte qu'il «n avolt fait mettre plusieurs dans un 
grand vase plein d'eao de mer , et qu'au bout de quelques 
lOars, il attacha une mouche avec une épingle sur le bord da 
vase. Alors il eut le plaisir de les voir chercher à l'envî à s'em- 
parer de la mouche , et lancer sans cesse et avec la plus grand* 
vitesse, de petite )ets d'eau sur elle sansjamais manquerle but, 
V. Abcber. , 

Le Chétodon orbe a septfayons aiguillonnés et vingt-ua 
rayons articulés à la nageoire du dos ; trois rayons aiguil- 
lonnés et seize rayons articulés àl'-anale; la caudale arrondie; 
'lé corps circulaire, im seul orifice à chaque narine; le secon(|t 
les troWème«t quatrième rayons de chaque thorachJcjue , tep- 
■mïiiés'pàr un long filament -/la ligne latérale deux fois (lécVe 
Tcr» le baeiU«9«Jçitf géairaiellUii^JrfaU^sl figuré. 4ans 



dt, Google 



C H E 3,3 

"bioch , pi. ao3, et dans le BuffmAt DeMrtîllè, vol. 3, pag. 
à5o. Il appartient aux mers des Indes. 

Le Chétosom zèbhb, QuUodoastrùiùis, Lion. , a treize 
rayons aiguillonnés et dix-neuf rayons articulés ï la dorsale ; 
trois rayons aiguillonnés et vingt' deus rayons articulés à la 
nageoire de l'anus ; la caudale arrondie ; la tête et les oper— 
cales eooTerts d'écaillés semblables à celles du dos; deux 
orifices à chaque naseau ; l'anus plus près de la tête qae di; 
la caudale; la couleur générale jaune; quatre ou cinq bandes 
transversales , larges^et brunes ; les pectorales noirâtres. Il vit 
dans les mers d'Amérique et de l'Inde; sa cb air est très-^ 
agréable au goAt. On l'appelle quelquefois Vonagre. 

Le Chétodo» bridé, Ouetodon capistratas , Linn.^ atreîze 
rayons aiguillonnés et vingt rayons articulés à la nageoire 
du dos; trois rayons aiguiUonnés et seiae articulés à l'anale ; 
la tête et les opercules garnis de petites écailles; la caudale 
arrondie ; la couleur générale d'un jaune doré ^ la ligne la- 
térale se courbant vers le bas, se repliant ensuite versie hanl^ 
et suivant une partie de la circonférence d'une tache noire « 
grande , ronde , bordée de blanc et placée sur chaque cAté 
de la queue ; des raies étroites , paraÛèles et brunes , dispo^ 
sées obliquement sur chacun des câtés ; les raies de la partie 
supérieure descendant de la dorsale vers la tête , celles de la 
partie inférieure remontant du même côté etpartant de l'anale 
et des thorachlques; une bande transversale sur l'ccil. On Ifj 

Îéche dans les mers d'Amérique. On l'appelle coçuette èi Saint- 
lomingue. Il parvient au plus k deux ou trois pouces de 
lotig. 

Le Chétodotj VESPERTiLiON a cinq rayons aiguillonnés el 
trente-six articulés à la dorsale ; trois rayons aiguillonnés et 
trente articulés à l'anale ; l'une et l'autre triangulaires et com- 

Îiosées de rayons très-longs ; les tborachiques très-allongées; 
acaiidale arrondie; ta tête et les opercules dénuées de petites 
écailles ; le corps très-haut; une bande noire et transversale 
sur la base de la nageoire de la queue^ Blocb le nomme èaii~- 
douiièfe à nageoires larges. Ou le pêche dans la mer du Japoo^ 
et on a trouvé un poisson fosslFe, qui a tes plus grands rap-< 
ports avec lui, aumont Botca, dans les environs deVéronne. 
Le Chétodon écaillé a deux rayons aiguillonnés etvingl- 
deux articulés à la nageoire du dos; trois rayons aiguillonnés 
et dix-neuf articulés à celle de l'anus ; la caodale arrondie; Id 
museau un peu avancé; la tête couverte de petites écailles; 
deux orifices à chaque narine ; deux lignes latérales de cha- 
que côté, dont la plus haute va directement de l'œil au milieu 
de la nageoire du dos, et l'inférieure du milieu de lalonguenr 
de la queoe à la caudale ; one grande tache hrqne bordée d« 



;., Google 



3a4 C H E 

blanc sur la dorsale. Il est figuré sous le nom SaS àe paon- 
C'est dans la Mer des Indes qu'il se trouve. 

Le ChÉ'i'odos htjit basses a onze rayotis aiguillonnés 
très-forts, et dix-sept rayons articulés à la dorsale; trois 
ravons aiguillonnés et treize articulés à l'anale ; la caudale 
arrondie ; le museau un peu avancé ; un seul orifice à chaque 
narine; de petites écailles sur la tête et les opercules ; laligne 
latérale très-courbe et garnie d'écaillés assez larges; huit 
bandes traDsrersales brunes , étroiles et rapprochées deux par 
deuK de chaque cAté. 11 estfiguré dans Bioch, pi. ai5, et dans 
le Buffon de Deterrille, vol. 3, pag. 334. On le pSche dans 
la mer des Indes. 

Le Chéto&on collier adouze rayons aiguillonnés et rlngt- 
buit rayons articulés à la nageoire du dos; trois rayons ai- 
g;iiillonnés et vingt^deux r^iyons articulés À l'anale ; la caudale 
arrondie ; le museati un peu avancé ; une membrane sail- 
lante au-dessus d'une partie dn globe de i'ceit ; un seul orifice 
à chaque narine ; deux lignes latérales de chaque cdlé , dont 
la supérieure s'élève de l'opercule à la dorsale, et la seconde 
s'étend du mitien de la queue à la caudale ; la nuqne trés- 
élerée; deux bandes transversales blanches sur la léte. On 
l'appelle Yamttau. On le pêche au Japon , où sa chair est 
fort estimée. * 

Le Cbétodos TEIRA, Oiatodon pinnaius, Linn., a cinq 
rayons aiguillonnés et vingt-trois rayons articulés à la dorsale; 
troisrayons aiguillonnés et yingt-troisrayonsarticulésà l'anale, 
les premiers extrâmement longs; la caudale arrondie; deux 
orificesà chaque narine ; les écailles très-petites et dentelées; 
trois bandes transversales noires et très-longues; les ihora- 
chiques noires. Il se trouve dans la mer des Indes et dans la 
mer Rouge. Les Arabes l'appellent <jàa^r quand il est.vieux, 
c^est-à-dire quand il est parvenu à plus de trois pieds de long] 
sa chair est excellente. On trouve un fossile dans les mameS 
du mont Bolca qui lui ressemble beaucoup. 

Le ChéTodom de Suaate a dix-neuf rayons aiguillonnés et 
^ODZe articulés à la nageoire du dos; treize rayons aiguillonnés 
et dix articulés à celle de l'anus; les rayons articulés de ces 
deux nageoires garnis chacun d'un filament ; le museati un 
peu avancé; un seul orifice à chaque narine i la ligne latérale 
interrompue ; la caudale arrondie ; six bandes transversales 
brunes; un grand nombre de points argentés. Il est figuré 
dans Bloch, pi. a 17, et dans le Suffon de Deterville , vol. a, 
pag^ 341. 11 habite la mer des Indes. 

Le Cbétodon chinois a quinze rayons aiguillonnés et 
neuf rayons articulés À' la dorsale ; dix-huit rayons aiguil- 
lopnéset dix articulés à l'anale; cette denriére très4ongue; 



dt, Google 



C H E 3.5 

. U caudale arrondie ; dix bandes trâosrersales et branes , 
dont pltuieurs se divisent en deux de chaque côté. Il est 6guré 
dans Bloeh, pi 318. Oa le trouve dans la mer des Indes. 

Le ChÉTODON KLEIN a dix-sept rayons aiguillonnés et 
vingt-deux articulés k la dorsale ; trois rayons aiguillonnés 
et quinze articulés â l'anale ; la caudale arrondie ; Te museau 
no peu avancé ; deux orifices à chaque narine ; la It^te el les 
opercules couverts de petites écailles; une bande transversale, 
courbe, noire et bordée de blanc, placée sur la tfte, de ma- 
nière à passer sur l'ceil; deux taches noires, grandes , borduLS 
de blanc , sur l'extrémité de la nageoire du dos. Il est figuré 
dans Bloch, pi. ai8, et dansie fiu^ondeOeterville, vof 2, 
pas. 34-'. Il v't dans la mer des Indes. 

Le Chétodo» bimaculé a dou^e rayons aignïlloïinés et 
vingt-deux articulés à la dorsale ; trois Tayttns aiguillonnés el 
quinze articulés à l'anale ; la caudale arrondie -, le mûseau 
on peu avancé ; deux orifices à chaque nadoe ; la (été el les 
opercules converts de petites écailles ; un^ bande transversale 
courbe, noire et bordée de blamc, (raversant l'oeil; deux 
taches noires, grandes et bordées /te htsiK, strr Fextrémilé 
de la nageoire du dos. Il est figuré daùs Bloch , pi. aiq , et 
dans le Bufon de Seterville, vol. 3 , pag. 3^i. I) habite la 
mer des Indes. 11 constitue aujom-d'hm le genre PittunADE. 

Le ChÉTODON CALUNEaun oudeuxràyons^aîgurnonnéset 
trente-neuf articulés à la nageoire du dos; vîngt-Wîtrayoosà 
la nageoire de l'anos ; deux orifices k chaque narine ; la cou- 
leur obscure; deux bandes transversales rioîi'itres, doflt la 
première passe sur l'œil. Commerion Ta observé dans la mer 
du Sud. 

Le ChÉTODON tbo» bandes a treize rayons aiguillonnés et 
vingt-quatre articulés à la nageorre dudOs; trois rayons ai- 
guillonnés et dix-huit articulés à celle de l'anns ; la caudale un 
peu arivindîe; tes écailles ciliées; «eize raies longitudinales 
brunes, et trois bandes transversales noires et bordées de 
jaune sur les côtés. Il ie trouve * S«maWa. 

Le ChétoBon TétkaCantbe a onie rayons atguitlonnés et 
quatorze articulés à la nageoire du dos; deux aign^lonnés et 
quinze articulés à celte de Tanus ; la caudale un peu en crois- 
sant ; trois bandes traasversates , noires et étroites, de chaque 
côté de l'animal. Il habite la mer des Indes, (s.) 

CHÉTOLOXES ou LAÏÉRALISÉTES, Bum. Fa- 
mille d'insectes , de l'ordre des diptères , et qui est ainsi ca- 
ractérisée : suçoir nul ou caché ; bouche en trompe , rétrac- 
tîle dans une cavité du front ; antennes à poil isolé , latéral , 
simple 00 barbu. Elle comprend les genres : I>ouchope , 
Cexs', Tétanocëre , Cérqcuèt£ , Cosuifi, Théhève, 

' ^ ' .,,!:, Google 



3a6 C H E 

ËcuiNOHYiE, Sarqe, Hcuom , Strpbe , C£no6astre et 
Mouche, (l.) 

CHE-TSIEN-TSAO. Nom que Ton donne en Chine , 
selon Lonreiro , aat^RAND Plantain, P/on/afo mo/or, Lînn. 

(IN.) 

CHEUDSUR et GHANDSOER. Les Arméniens don- 
nent ces noms à la Pohhe et an Pommier, (ln.) 

CHEU LU. Nom chinois d'une espèce d'ORPiN , Stdum 
slellaium, Lour. , qui croit en Chine, (lh.) 

CHEUQUE. Nom espagnol de ! 'Autruche d'Amérique 
ou TOUYOU. (desm.) 

CHEVAL, E}uiu, Lînn.,.Enl., Cuvier, etc. Genre 
unique de mammifèces de l'ordre des Solipëdes, ainsi carac- 
térisé : les quatre pieds monodactylea , avec un seul oogle ou 
fiabot entier ; des vestiges de deux autres doigts sous la peau : 
sis dents incisives k chaque mâchoire , marquées, dans la 
jeunesse , d'un sillon transversal , qui disparott ensuite : de^ 
canines dans les mâles, manquant le plus ordinarement 
dans les femelles; siï molaires de chaque côté, à l'une et 
l'autre -mâchoire , à couronne plate et marquée de nom- 
breuses circonvolutions d'émail qui y forment des lignes éle- 
vées , séparées des dents incisives ou des dents canines, par 
^ne barre ou espace. interdentaire. Point de mufle. Lèvre 
supérieure grande et mobile. Oreilles médiocres, pointues, en 
forme de cornets. Corps élevé , musculeuxetcouvertdepoil. 
^ Jambes fines et nerveuses , disposées pour la course rapide. 
Queue médiocre , garnie de longs crins dans toute' sa lon- 
gueur, ou seulement terminée par un flocon de poils. Deu^ 
mamelles inguinales peu apparentes. Un estomac simple et 
membraneus. Des intestins excessivement développés. Uif 
grand cœcum , etc. 

Ce genre, composé seulement de cinq espèces bjeo dë- 
terminées, est particulier à l'ancien continent : trois de cefl 
espèces sont originaires des plateaux élevés du centre àt 
l'Asie , et les deux dernières soint propres aux contrées les 
plus méridionales de l'Afrique. 

L'Amérique et la Nouvelle -Hollande, avaht la déconrerta 
qu'en firent les Européens ^ ne possédaient aucun animal 
qu'on pût rapporter i ce genre ; car il faut Cesser de regarder 
leguemui ou huemul du Chili , décrit par MoUna, comme étant 
Hn cheval bisulqueow à pied fourchu. Tout porte k penser que ce 
ne doit être qu'un ruminant dugenre des lamas, si ce n'est le 
lama lui-même. 

Les chevaux que l'on troave maintenant .saavages en Amé- 
rique , proviennent des chevaux de l'ancien conlineitt que 



,Cbo^^ic 



C H E 3a7 

IVw y <t mnspoM^s et abandonnés dans les vastes plaines du 
Brésil et du Paraguay. Il paroit également que ceux que l'on 
rencontre dans les déserts de la Tartarie , ont pouF ori^ne 
des anûnftnx domestiques rendus à Tétat de nature. 

L'espèce' de l'ine, an contraire, ne parott pas avoir été 
totalenLent domptée , et sa souche ori^naire, l'onagre, com~ 
pose encore des troupes très-nombreuses qui se repaissent 
des plantes sèches et ëpineues des grandes plaines de la 
Tartarie. 

£o général , t«Bs c«s animaux aiment k vivre ensemble , 
et sous la conduite d'un vieiU mâle. Us se' défendent ' au, 
moyen des mades qu'ils lancent avec lenrs toîëds deder-' 
rière. Leur course très-rapide tes abientât éloignés des aiii- 
maux qui les attaquent, lesquels étant le plus souvent àv' 
grandes espécep du genre deschats, comw^ 'le tigre , le lion,, 
la panthère, etc. ,;ne sont nullemeitf' «<^nâtitués powiUS' 
suivre de près et Ips attei4dce. Leur naturel est pisUiltU ( 
leur nonrriture con^ste uniquement en herbes qu'4s.arrl^ 
chent k l'aide de leur lèvre supéraeore ; ils ne runûuent poial. 
Ils boivent en hamant l'ean. Les femelles portent ou?;e inoiï 
environ , et ne font qu'un seul petit à Ebaqi|e portée , qiû , 
presque en naissant , peut se tenir iJebout. La durée de la vie 
est variable , selon les espèces : celle du cheval est 4 un peu 
plus de trente ans; celte de l'âne est un peu moindre , etc. 

Lescbeyauiforment te premier genre de l'ordre des Belliux' 
Hfi Linnseus et d'Erxleben , qui renferme aussi V hippopotame^ 
le tapir t:t\ea cochons. Boddacrt tes place dans sa. division des 
mammifères, qnî comprend les «n^A/^nranunflfW, avec le ç 
cochons, le tapir, le rhinocéros et les éléphans. Slorr et 
M. Çuvîer en avoient fait un ordre à part , sous le pont de 
sqlipèdes; mais depuis, ce dernier, . suivant L'exemple de 
ÎAiinxus, les réunit aux pachydermes, mais les. considère tou- 
jours conime formant une famille distincte, llliger, en con- 
servant l'ordre des solîpèdes, en a changé .le nom en celui. 
de solidungula. (pEsis.) ', 

Première Espèce. — LeSsiGGETAI où Czicitai, Eqiaa her-. 
immia,- Linn.^'ËnL.,'etc. Pallas, Voyag. m, p. ai 7, et 
Nov. Com.PetrOp. 1. 19, pi. •j.^MuktsOMitiage des anciens î* 

. Il a, eij hiver, le poil très-long, el, an contraire, ras, en 
été , d'une couleni; isabetle uniforme , noir sur la ligne du dos. 
Sa 4^ue est terminée par un flocon de poils noirs assez longs. 
. Le no;n ajgiuù, ou plutôt dshlggelai, dans la langue des 
Mongout, signifie^wi^ oreille , et ce^ peuples l'ont donné 
jlcelbe v^kKt:àficiiewlvm>aee de leurpays, qui aies oreilles 



i-, Google 



SsS C H E 

plus lonf^des que c«Ilea 3a tka^, mais "pins ilrnitc» (tmicHk 
faites que celtes du mulet. Sa sonforrastitm pronve qu'il 
tient, dienime «|4ie le mttUi, etànefureal etàeldme.S» télé est' 
forte et un p«n k>an)e,sonfrDntapJati et étroit, son encolure' 
très-fine f soB poilraïl large et carré du bas * toiï dos lona et 
carré, ,1'^pîn^ cooiçavp, Wsse et raboteuse, la croupe effilée,, 
le safapl semblable à celui de Vàne, la crinière courte, et 
épaissit sa queue longue de deux pieds, est ubc vraie queue 
de vache; ses épaules sont étroites et peu rhamues; il a beau- 
coup df soi|ple$$9 ^aps totts j[e» metubMâ. &»■ taUle est ceHe 
d'un !9ukl df .moyeBBe grao^eiur, »a lodgiieor de plal de ciii<|' 
pieds , et SDH poids 4e quatre i cîrtq cents liwes. 

La eoul«iBrdocniliaAte duiri^ai'est te brun l^iirâtre; un 
iaàné-rowf eoovre le devant de la lAte e1 rintérieur de» jam- 
Mt] U eriniére et la qtieue sont noirâtres, et ri v S le Içug dn 
dort dite bande de brob foncé, qui s'éldi^ilun ^eâ an défaut 
de»'r«t6», et Se Tétrécil beaucoup vers la queu«. feiidaAi. 
PMvé^ , .le poil est long de six ponces , frisé , ondoyarrC , et ' 
ptaBrousqlt«pcUdSAtrëté:il est ras et lustré danscetfe jer- 
mèr«;^i90h. 

Ces aiiimau^ errent en troupes dans les' vastes déserls.des. 
iK, el principalument dans celui de Gobée, quis'éteiidt 



jus^u 



I Cbîné el dn Tl)îbet : ils' aiment Les 



plaines découvertes, abondantes eu tierbes salées; ils n^ ap- 
prochent jamais des forËts ni des montagnes couverlesde 
neige. Dans Wtatf (te repos, ils portant la fêle très-droite, et- 
en courant ils l'ont louiri-faît au vc'nt ; ce sont des coursier» 

Fias rapides que les meilleurs chevaoK. ïïs oïiï fes sens de 
ouïe et de l'odorai; d'une délicatcs5ele:(trËlfie' ; létir heuaisr 
sèment est plus éclatant <{ue cclnrdii'4^1ievdl; ils sont timides 
et très-farouches; Irur "jtriticipalé défense éoAsisIe dans là 
rapidité de lenr COlirJC; cependant lorsqu'ils sont pressés: 
ou poursuivis parqu'ul(ibe ennemi, ils «é défendent dés dents 
et des pieds. C'est au mois d'a-oût que Jirs cagâats ressentent 
le besoin de se reproduire; au printemps , les femelles met- 
lentbasunpoulaiu,elrarement dcu^. -._ . ■ 

Le Daturel des exilais est paisiJble eX.S0iuel.; leurs Ironpcr 
sont communément Ai vingt ou tre«te,t «t ^àlqaef<i}is. d£ 
cent ; chacune a son chef qui veilte à sa sûreté , la conduit et 
donne, d^ns le danger, \k signai de ia fuite. Ce signal d'alarme 
consiste à sauter trois fois en rond autour de rob)e( qui'int-' 
pire des craintes. Si le /.z^^jVai ctief est tué, ce qui arrive sott' 
vent , parce qu'il s'approche plus près des chasseurs , alor^ la 
bande se disperse , et donne la facitiré d'en tuer plusieurs aà- 
tfes. X-»i Mongpux , les Tuoguses et d'autres nations roinne» 



dt, Google 



C H E 3=9 

du gMBd Ddsert , - font la chasse à ces airimatix, podr en man- 
ger U cba!r, qui est à leur goût une vjandc délicieuse. 

Mais ces mentes peuples ne sOBt jamais j^arveims k apMÎ" 
TOÏser àe& ctiffiiait., rnétov ea les prea%al iert jeunes. Ces 
aoiwaux seioitaL, s^ns co Dire dit , les meilleurs bidets dii 
monde , s il était pass^le de Us soumeltre À la domcsUeilé. 
Lear caractère est absaLumcDt ii^oaiplable , et ceux ^e l'on 
a tenté de réduira s^ sont lues dans leurs eatraves , ptirtôt 
que de les sauECrir, en sorte que l'homme ^uira kieti avec 
le temps détroife i'espèce du ctigùai, mms elle aura eosgeiré 
son iadépendauce jusqu'à son entier attéaiUisseaMat. (s.) 

Seeonde Etpire.—'ljv7ABHZ,^aus ieèra, Linn., Ënleb-, 
BnQbn, toni. la, pi. i. ^^ Ménagerie da Muséum. 

Il est , en général , plus petiï que le cha?al et ^uti gra&d 
que l'âne, auqi^el il ressemble surtant par ses fennes. Tout 
son corps est marq^ de bandits ou de fascies alternativement 
blancbcs et brunes ou'noires, disposées avec beaucoup ds 
régularité. Sa queue est tenuiaée par ua ftocoa de poilsliiMgS. 
La peau de sa gorge est làcbe, et forme n&e s«h1« d«^ petH 
fanon que I'oq n« remarque pnint «L^ns Us autr«8 espace» du 
genre. 

n Le iibre , dit BitHaa « est pent-ff ^ 4e tous les animamt 
quadrupèdes, U mieux fait et le plus élégammcDl vétn ; il a 
la figure et les grâces du cAaW , la légèreté du ctrf, et U robe 
' rayée de rubans nnrs et blancs , disposés alienaalivfrmenl 
avec tant de régularité et de symétrie , qu'il semble qiM \» 
nature ait employé U règle et U compas pour la peindre- Ces 
bandes aUeruabves de noir et de blanc soU d'autadt plnsHn- 
guliéres , qu'cUes sont étroites , naraUèUs et très-exïetottieiit 
séparées, comme dansjuae étÀue^ayée; que d'ailUnrs elle» 
fi'^teudent nop seulement Sur le corps , mais sur la t&K i snr 
les cuisses et Les, jambes, et jusque sarkspiMlUs et laquene, 
en sorte que ^e \ow. c«t aniittal pareil cMume »^U dt^k en- 
vironné partout de bandelettAs qu'on awbit pris plaisip ef. 
employé beiaucoup d art à dispo;«f r^gubèrtment Suf tatites 
Us parties de son corpsj eUes en silûvent les ceAtVurs , el eu 
marquent si avantageusement la feFa4evq»'«fi€i»eB4o««AneDt 
les mnscUs en s' élargissant plus> ou mOKls (tw iM particis 
plus ou mqip4;4;barmeB et plus wi moins art-ondi^fc Dans la 
iemelle , ce;; l)and^ sont alternaiNemEAt neireS' et biaot^ies', 
dans Içjul^e,, elles Font amre» et j.au*e9 4 ina<6 tiH^etirs d'une 
nuance vive et^irilûntasar uRpiùl io^urt, fiif AfeMmî^ dont 
U lustre augmente encore la beauté des eoultjura. » (Hùé. 
nabatUe des Quadruflides.^ { 

Cette espace lemble éfere Ipr^senf ««nfioée dani léB terres 



i:, Google 



33o C H E 

méridionales de l'Afnqne «surtont dans celles de la pointe ds 
cette grande presqu'île. Cependant les zèbres sont communs 
dans le Congo et en Abys^inîe , an rapport de Lndolpfae. 

Les zèbres vivent en hordes 'ou troupeaux sauvages, et' 
paissent l'herbe dure et sèche qui croit sur la croupe soli- 
taire des montagnes. Leurs jambes fines se terminent 'par un 
sabot fort dur. Ils ont le pied plus sûr que le cheva! et mSme 
que l'âne , et ils courent avec une grande Ugëreté.' Ils ont 
aussi beaucoup de force , et ils se défendent nvement par de 
vigoureuses ruades. Levaillant compare leur cri au son qu« 
produit une pierre lancée avec force sur la glace. 

Quoique le^ terres du Cap de Bonne- Espérance, qui pa- 
roissent être la vraie patrie du zèbre , aient été visitées par 
un grand nombre de voyageurs, nous n'en sommes pas 
mieux informés des habitudes naturelles à cette espèce , dif- 
ficile à observer, sans donte, dans les lieux âpres et à peina' 
accessibles qui lui servent de demeure et de pâturages ; et 
cette difGcolté est encore augmentée par le caractère eices-r 
sivemeni défiant et farouche des zèbres. L'on a fait en vain , 
dans la colonie du Cap de Bonne-Espérance , des tentatives 
pour dompter ces animaux et les accoutumer aux mêmes 
exercices que le cheval , qu'ils remplaceroient , avec da' 
grsnds avantages, sur un terrain montueux, ne produisant 
que des plantes peu succulentes et dédaignées par les che- 
vaux, irop délicats sur la nourriture. Sparmann {Voyage au 
Cap de Bonfte-Espérance , tom. i de la TraAtdwn française , 
p. 3^) raconte qu'un riche faoui^eois d«s environs du Cap 
avoit élevé et apprivoisé quelques zèbres , dans, la vue de les 
faire servir à l'attetaee ou à la monture , et qu'une fois il' 
s'étoit inis en tité de les enharnacher tous à sa chaise , quoi— 
qn'ils ne fussent accontnntés ni an hamois , ni an joug. La fii) 
de cette imprudence fut que ces anîmanx retournèrent à leur ' 
écurie , entraînant et la voiture et leur maître avec nne si 
terrible furie , qu'elle lui dta , à lui et à tout autre , le désir 
de recommencer jamais l'expérience. 

' Cependant Jolm Barrow, qui a été long-temps auditeur-i 
eénéraJauCap de Bonne-Espérance, tout en' convenant Ijue 
fè zèbre est vicieux et opiniâtre \ l'excès, soupçonne que 
rûnpossibilitâ de le dompter ne provient , dans cette colonie, 
que des moyens imparfaits ou peu jadîcieui que l'on a em- 
poyéspour y parvenir. « Il faut', dit-il , plus d'aptitude au 
travail , plus d'adresse , dé persévérance et de patience qu'un 
paysan hollandais ne semble en avoir en partJtge pour domp- 
ter un. animât natnrellenibnt courageux et' lieir, où pour l'ap- 
privoiser s'il est timide. Ce n'est ni avec le' fouet , ni àvcclït 
pointe d'oB cOntfiaOj qa» l'on yîent à bout 'il'an ^niitial fi- 



dt, Google 



C H E 33, 

etenxpris dans l'état de nature; il sonBi-e pins impatiemmeiit 
que ceux dont l'éducition a rendu le caractère' docile , en les 
accoutumant aui cruautés que l'homme exerce envers eux. 
Les blessures et les mauvais traitemens ne font qu'au^euter 
■a résistance et son opiniâtreté. 

L'on a transporté quelques zèbres en Europe , où ib ont 
vécu assez long-temps sans paraître souffrir de la difTérence 
du climat , mais aussi sans s'apprivoiser entièrement ; car , 
quoique ces anhnaux , pris dans leur première jeunesse et 
élevés en captivité , paroissent familiers , ils conservent tou-' 
jours l'empreinte de leur naturel indomptable et revêcbe , et 
Une faut pas trop se fier à une apparence de douceur et de 
docilité, ta ménagerie de Schœnbrun , près de Vienne , 
reufennoit i il r a vingt ans environ , deux fort beaux zèbres , 
mâle et femelle , qui n'ont point produit : l'on ne dit pas 
même qu'ils se soient accouplés. Un zèbre mâle, âgé de 
quatre ans , qui étoit en 1761 k la ménagerie de Versailles, 
dédaigna les énesses en chaleur qu'on lui présenta, quoiqu'il 
fAt très-vif, et qu'il jouât avec elles et les montât, mais sans 
aucun si^e extérieur d'émotion. 

11 existe néanmoins trois exemples de la puissance d'en- 
gendrer conservée par des zèbres femelles. Le premier s'est 
présenté en Angleterre. Lord Clive , en revenant de l'Inde , 
svoit amené une femelle zèbre , dont on lui avoit fait pré- 
sent au Cap de Bonne-Ëspérance , et il la fit mettre dans 
nn parc. On voulut d'abord essayer de la faire saillir par un 
cheval arabe ; elle témoigna une extrême répugnance , et re- 
çut à grands raups de pieds le bel animal qu'on lui présen- 
toir Les ânes qu'on voulut lui donner ensuite ne furent pas 
mieux accueillis. Enfin , l'on s'avisa de peindre un de ces 
ânes comme un zèbre , et ce stratagème eut un entier succès. 
Vaincue par les yeux , l'indocile femelle se rendit aux appa- 
rences ; ses caprices et son courroux s'évanouirent devant 
une parure d'emprunt, et l'accouplement entlien, 11 en ré- 
sulta un poulain qui ressembloit tout â la fois an père et à la 
mère ; il avoit la forme du premier et la couleur de la se- 
conde ; seulement les teiptes n'éloient pas aussi fortes , et 
les bandes snr les épaules étoient plus marquées qu'ailleurs. 
Lord Clive étant mort dans l'.année qui suivit celle de la nais- 
sance de ce petit mulet, on l'a perdu de vue , et l'on ignore 
ce qu'il est devenu ; l'on a seulement appris , mais vague- 
ment', que l'on avMl souvent essayé de le faire accoupler 
avec des ânesxs , mais qu'il n'en est jamais rien résulté. 

Le second exemple s'est renouvelé â Turin , en l'an ii. 
Une femelle de lènre saillie , sans difficulté , par un âne^ 
inilbas, au bout d'un ao.et quelques jours, un petit qui' fut 



dt, Google 



33* C H E 

trouvé mort , ^nl le pelage étoil, selon ta description qu'en 
dooaa M. Giomaf â'un fauve châtain sur la télé et sur le 
dos I el allolt ea, s' éclair cissant sur le ventre et le dehors des 
cuisses; celles-ci étoient blancbes en dedans. La crinière 
t'élendoit de la nuque jusqu'à la qaeue. £lle étoit mélangée 
de gris et de noir jusqu'au garrot; toute sa partie dorsale 
étoit noire. Les raies noires du cou et du corps étoient fort 
étroites et en grand nombre ; celle qui partuit du garrot pour 
aller à l'épaule , étoit quatre fois plus lai^ que les autres , 
et se partageoit et; ti-(ris à son extrémité iniérieure. La crnape 
ofl'rolt plusieurs raies parallèles confusément nuaneées avec 
le fond ; le£ raie^.des cuisses étoient plus nomlireuses qu'au 
zèbre ; mais celles des jambes étoient semblables. Il y en 
avoit quantilé de petites sur la ganaebe. Xie chanfrein en avoit 
de fines, grisâtres et parallèles, qui devenoient convergentes 
vers le front ( Cuv. , 3iém. du Muséum. ) 

Le troisième fait a en lieu à la ménagerie du Muséum 
d'Histoire naturelle de Paris, et a été publié par M. Frédé- 
ric Cuvier , dans les AhhoUs , tom. 9 , pag. aJy el suivantes. 
La femelle du zèbre qui a vécu dans cet établissement, en- 
troit fréquemment en chaleur , ce qui donna d'abord l'idée 
de la faire accoupler avec un âne originaire d Espagne , âgé 
de trois ans , d'une taille des plus élevées , et dont Te pelage 
étoit entièrement noir. L'accouplement ent lieu^ansU moin- 
dre répugnance ni de part ni d'antre , les i& févriii* et a 
mars i8o5 , et , le i3 mars 1806, le zèbre mit bas un mulet 
femelle fort bien cenformé. Cette femelle tévioigna d'abord 
de l'éloignement poDu* stm petit ; mais à force de caresses , 
oa l'engagea, à le soufFrir auprès de ses t«ttes. Aussitôt qu'il 
eUttété, elle le prit en .grande affection, et marquoit 
beaucoup d'inqtûétude et de défiance lorsqu'on en a^rorhoit. 
Ce petit animal téta un aa , et devint de deux pouces' plus 
grand qae sa mère; à mesitre ^il croissoit ses formes se 
rapprochoiem de plas ea phis' de celles de son père ; il en 
avoil la iku , le» oreilles et la croupe. Le pelage éloît gris , 
couvert débandes transversales très-nanpjées, sur les jam' 
bes, as garrot et sar )»ttie , mais bien plus élroites«t moins 
tranchées sur 1« reste du corps. Une autre bande régnoit le 
lo^ de l'épiHe du dos. Son^alurel étoit fort indocile. 

Le 5 BO&t 1S07 , te même zèbre femelle étant en chaleor, 
se laissa sailUr uns plw de ^fficnlté qu'elle n'en avoit ap- 
posé à l'âne , par un cWval de taille moyenne , bai brun , 
d'une race à poil frisé , el âgé de sept i huK ans. La concep* 
tioB eut lieu ; mais le 6 xnA tSo8 , dans le huitième mois de 
la gestation , elle fut tout à coup saisie , et sans cause connue, 
d un mal violent qui l'emporta au bout 4'<uie heitre. On l'oa* 



dt, Google 



C H E 333 

TTÎt , et l'on trouva un fœtus mâle , enjcore sans poil , mais 
dont la tête étoit marquée de bandes noires et blanches , qui 
îadiquoicnt que cetle partie , du moins , auroit été zébrée. 

M. Frédéric Cuvier , en remarquant que c'est sans doute 
la première fois que le hasard a donné les moyens de faire 
produire à un seul individu deux mulets d'espèces différentes, 
remarque qu'il auroit été utile , pour la science , de tenter 
l'accouplement de ces deux mulets , qui auroienl donné nais- 
sance k une race doublement bâtarde. (nESM. et s.) 

Tnâsîime Espèce. — Le Cou&gga, Equas t/uagga, Linn. ; 
Bu(f. , suppl. , tona. j , pi. 7 ; Cur, , Ménag. du Mus. 

Cette espèce est très-voisine de la précédente ; et les res- 
semblances extérieures qui les rapprochent, ont fait croire 
à quelques naturalistes que le couagga étoit la femelle du 
zèbre. Cependant ces deux animaux diffèrent à plusieurs 
égards- Le couagga est beaucoup plus petit que le zèbre; il 
est d'an brun foncé ; sa crinière est noire i des bandes très- 
régulières de la même couleur, se peignent avec une élé- 
gante symétrie sur sa tête et sur son cou , depuis le bout du 
ffluseaa jusques au-dessus des épanles; ensuite ces bande- 
delettes commencent à perdre de leur longueur, vont tou- 
jours en diminuant, et finissent par disparoitre sur te ventre, 
avant d'arriver jusqu'aux cuisses; l'entre-deux de ces raies 
est d'un brun plus clair, et il est presque blanc aux oreitlcsi 
le dessous du corps, les jambes et la qnene sont d'un blanc 
pur: la corne des pieds est noire ; elle est aussi plus dure 
et plus ressemblante k celle du cbeval que le sabot du 
zèbre ; la quene, garnie de cnns Ji sob extrémité, est un peu 
aplatie. 11 n'y a de différence entre le mâle et la femelle , 
qu'un foad de couleur {dos vif sur la robe du premier. 

Les coaaggas marchent en troupes , dans les cantons soli- 
taires des parties australes de l'Afrique, et ces troupes sont 
souvent de plus de cent; elles ne se mêlent jamais avec celles 
des zèbres, qui habitent les mêmes déserts. Leur cri imite 
parfaitement l'ahoiement du chien, et l'on peut distinguer 
dans ce son précipité, les syllabes Iwah, kvah , qui forment 
le nom de ces animaux chez les Hottentots, 



Ce qui éloigne principalement le couagga du zèbre , c'est 
l'opposition du naturel. Le zèbre est presque indomptable; 
l'on n'a que très-rarement pu parvenir à le rendre docile et 
propre aux usages domestiques -, au lieu que les colons du Cap 
de Bon ne-Espérance attellent les couaggas à leurs voitures. 

Les Hottentots tuent et mangent ces jolis animaux, dont 
ta chair n'est pas meilleure que celle du cheval. ($,) 



i:, Google 



434 C H E 

Quatrième Espice. -^ L' AlŒ , Equus asinus , Linn. ; I'Ane ^ 
Buffoo, lom. 4-1 pl- ■!■ 

L'âne, originaire de l'Asie, est caractérisé par sa qneue, 
terminée par un Hocon de poil comme celle du zèbre, par 
la loçguenr de ses oreilles , et par la coulem- de son pelage, 
d'un gris plus ou moins foncé, avec une bande noire dor- 
sale , croisée sur le garrot par une bande transversale àfi 
même couleur. Viyez à l'article Ane, l'histoire de cette 
espèce, (desm.) 

Cinquième Espèce. — Le CuEVAt, £yuuf caèaUus, Linn. } 
Buffon, tom. 4, pi. t. 

L'espèce du cheval , aussi ori^naire d'Asie , se distingue 
des précédentes par sa queue , couverte de très-longs poils 
ou crins, depuis sa base jusqu'à l'extrémité ; par ses oreilles 
de moyenne grandeur; par sa robe dépourvue des bandes 
régulières qu'on remarque sur celle des deux espèces d'Afri-- 

Îne, ou de la croix noire qui caractérise la précédente. 
'oyez l'article suivant, (desm.) 
Chevaux fossiles. — Les osseinens fossiles de che- 
vaux sont très-communs dans les terrains meubles , et ne 
peuvent se discerner des os des chevaux vivans , quoiqu'ils 
se trouvent certainement dans les mêmes couches qui recè- 
lent des animaux inconnus , tels que les éléphans nommés 
mammouâis, les masiodonies et les rhinocéros. 

Parmi les lieux cités par M. Cuvier, comme oflirant AeÉ 
débris de chevaux bien constatés , on remarque : i." Cens- 
tadt en Wirtemberg , oii ils sont mf lés arec des débris d'é- 
léphans, de rhinocéros, de tigres, d'hyènes; a." le canal de 
l'Ourcq, aùilsgisent avec des os d'élépbans ; 3." Fonvent-le- - 
Prieuré { Haute-Saône ), oh ils accompagnent des éléphans 
et des hyènes; 4." le val d'Amo, dans l'Italie supérieure, 
où ils ont été déterrés avec des os de rhinocéros, d'élépbans 
et de mastodontes à dents étroites. Enfin , selon M. Cuvier, 
il n'est presque point de vallée où l'on puisse creuser dans 
quelque étendue, sans en rencontrer dans les dépôts des 
rivières ; la vallée de la Seine , celle de la Soomie , et bien 
d'autres sans doute , en fourmillent, (desh.) 

CHEVAL, E^us Cahallus. Voyez l'article précédent- 
Tout le monde connott l'élégance de la conformation de cet 
animal, que l'homme s'est assujetti de temps immémorial^ 
et qu'il emploie à un si grand nombre d'usages utiles et agréa- 
bles. Il n'est personne qui n'ait admiré mille fois la régu- 
larité et l'e;cacte proportion de ses mcmbrçs , la majesté ds 



dt, Google 



Ç H E 33S 

S3 taille , la fierté de son regard, la noblesse de son main- 
tien , la grâce et ta précision de ses raauvemeiis, et qui n'ait 
été frappé de son intelligence, de sa mémoire, de son in-^ 
trépidité , et de tontes les autres bonnes qualités que lui « 
départies la nature. Aussi, son éloge retentlt-il daus toutes 
les bouches et fait-îi l'obiet de noi^re d'écrits tant anciens 
que modernes ; aussi les poë'tes , les prosateurs et les peintres 
> I ont-ils souvent pris pour objet de leurs travaux ; mais quel- 
que perfection qu'ils aient mise dans lenrs ouvrages , tous . 
sont encore loin d'avoir atteint leur modèle. 

L'utilité du cheval, chez les peuples sauvages on à demi- 
sauva^^s , se borne à porter son mattre et ses propriété» 
mobilières , à lui rendre la guerre plus facile et moins dan- 
gereuse ; mais chez les peuples policés , elle est de la plus 
vaste étendue. 'Cous les arts et métiers s'applaudissent du 
service qu'ilseutirent : il est devenu sinécessaire aux diverses 
nations de l'Europe, que leur richesse et leur sûreté con- 
sistent en grande partie dans la quantité et la qualité de 
leurs chevaux. Sans eux, l'agriculture , le commerce et la 
guerre seroient privés d'uite InGuïté d'avantages. Celle qui 
perdroit en même temps ses chevaux et les moyens ^'en 
faire venir de l'étranger, tomberoit en peu de temps dans 
la misère et l'assujettissement. 

C'est par toutes ces considérations , que les états bien 
réglés ont toujours regardé l'éducation des chevaux comme 
un objet important et digne de la plus sérieuse attention ; 
qu'ils ont fait des lois pour en molliplier le nombre , en 
améliorer l'espèce, etc., etc. > 

Dans un aussi riche sujet , on n'est embarrassé que du 
choix des matériaux; mais ce choix est fort difficile lors- 
qu'il s'agit de rédiger un article aussi circonscrit que celui-ci 
doit l'être , d'après le plan adopté. Je le divise en trois 
chapitres. 

Dans. le premier, j'indique les différentes parties qui 
composent le cheval, ses proportions, son âge , ses allures, 
ses sensations; enfin , le choix que l'on en doit faire pour 
les différens services auxquels on l'emploie. 

Dans le second , je parle des chevaux sauvages, de ce 
que l'on sait sur leur manière de vivre : je passe aux races 
qui leur ressemblent le plus ; successivement , j'examine les 
principales , et enfin celles de la France en particulier. 

Dans le troisième , je dis un mot des haras , du choix des 
animaux pon^ la reproduction , de la monte , de la gestation, 
du poulam ,.étc. ; de l'âge auquel on doi^ assujettir l'animai 
au travail ; des moyens à employer pour l'instruire , sur- , 
^tt^ Le (LbsYil de f^ej.de l'écurie ^ et i^ soio« que dot- 



dt, Google 



J36 CHE 

•^ent OToir les garçom 4'écnrie ; àe la naarritare d« chevaf , 
dn trarailt-da repos; je passe Ji quelques données sur plu- 
sieurs opérations auxqueUes on est dans l'usage àe les sou- 
mettre , ^les que la castrarion , TopératioD de la queue jl 
l'anglatse , et la manière de les marquer ; enfin , je termine 
par les prodoits qne l'on en retire après leur mort. 

Proporliens. —Le (Aeval est, de tous les animauS, celui qui, 
areC une grande taille , réunît les plus exactes proportions 
dans toutes ses parties. L' élégance de sa ttte et la manière 
dont il la porte , lui donnent on air de légèreté qut est bien 
■Boutenn par la beauté de son encolure. Ses yeux sont vifs 
et bien ouverts-, ses oreilles gracieuses, et sa crinière flot-' 
tante augmente la noblesse de son maintien. Tiontes les au- 
tres parties de son corps concourent, chacune pour ce qui 
la concerne , à l'embellir. 11 n'y a pas JMsqu'à sa queue , 
garnie de longs crins , qui ne lut donne de la grâce. Aussi , 
peu de personnes peuveut-ctles résister à l'attrait qui les 
attire vers un beau cheval , qui , n'ayant pas été dégradé 
dès son enfance par un travail forcé , a consen-e tous ses 
avantages naturels. 

La beauté de chaque objet réside dans la éonvenance 
et le rapport des parties. Chaque homme, doué d'un peu 
de tact, la seqt aisément lorsqu'il n''e3t pas aveiiglé par des 
préjugés; mais il ne peitt pas toujours la définir. C'est ce 

3ui a engagé k fixer ce qu'on appelle des proportions aux 
irers êtres, afin de pouvoir les comparer entre eux sans 
les foir. Dans l'homme et les animaux , c'est la tête qu'on 



a prise pour type de leur mesure i mais comme celle partie 
^rât i*lfe-m£ma pécher par défaut ou par excès , il a 
ullit en fixer aussi la mesure par rapport au corps. Ainsi , 



1 que dansie cheval, le corps devroll avoir 
longueur , en comptant depais la pointe du liras jusqu'à 
la pointe de la fesae , et eu hauteur ^ depuis la sommité 
du garrot jusqu'au sol , deux têtes et demie ; aibs! dès que 
la tite d'un tel individu donnera plus que cette mesure, 
elle sera trop longue , et si elle ne les donne pas , elle sera 
trop courte. 

' La longueur d'une tète bien proportionnée , ainsi fixée, 
on ponrra la prendre ponr terme de comparaison poui- 
tautes les autres parties du corps. 

Corpj dû. chefial. '■—- L'on divise le plus comiminéntent le 
corps dû cheval en avant-main , corps et arrière-main ; mais 
comme celte division pepeut Concerner que le cheval de selle', 
nous le- diviserons en )êté,,corps et extrémités, ff.pl- B. i3. 



La tête comprend la nuque (i),, le toupet fi),* 
^3), le front (4), les salières (^), les yeuS t6),'Us lâfmiet^ 



dt, Google 




i:,GpOglc 



dt,Cooglc 



(y), le chanfrein (8), les naseaux (g!). le nei; (io% les lèvn , 
(il), le mentoib (la), la barbe (i3), les jo)ies'(i4), les ga- 
naches (i5) et-Vatige (i6). 

Les seuls de ces teimes qui méritent d'être expliqués, sont : 
les salières, qui sont des enfoncemens plus ou moins profonds 
que l'on remarque au-dessus des yeuii les larmiers, qui sont 
. , de petits enfoncemens à l'angle interne d^ chaque ceil ; le 
ckfin/rria, qui est la partie qui s'étend depuis le bas du front 
josqu'aux naseaux ; le ntenUm, qui est cette petite protubé— 
rance environnée par la lèvre inférieure; la barbe, qui est 
immédiatement au-dessus du menton et l'endroit oii porte la 

Gourmette ; enfin Vauge , qui est l'espace compris entre les 
eux ganaches: 
. Le corps comprend la crinière (17), l'encolnrc (18), le 
poitrail (19), les ars antérieurs (20), le garrot(ai), le dos 
(ai), les reins (a3), les c6tes (a^). le passage des sangles 
(aS), le ventre (36), les flancs (27), les ars postérieurs (a8), 
la croupe (39), la queue (3o), les hanches (3i), les fesses 
(3a), enfin les organes de la génération (33), soit du mâle « 
soit de la femelle. 

Les ara aiOérieurs {^a) som les replis de la peaa, qui, de 
là partie inférieure de la poitrine sous le sternum , gagnent 
chaque extrémité aniérieure- 

Le garrot (a i) est cette partie élevée, plus ou moins tran-' 
chante, située au bas de la crinière, formée par les apophyses 
épineuses des cinq Ou six premières vertèbres dorsales. 

Les ars postérieurs (a8) sont les replis de la peau qui., du 
ventre , gagnent chaque extrémité postérieure, et qui corres- , 
pondent À la partie appelée aine dans l'homme. 

Les extrémités se divisent en antérieures et postérieures; 
cbacuoe des antérieures comprend l'épAle (34), lebras (35), 
le coude (36), l'avant-bras (37), la châtaigne (38), les genoux 
(39), le canon (4o), le boulet (4i), le paturon (4a), la cou- 
ronne (43), le sabot (44)- 

La châtaigne (38) est une espèce de conte placée au côté 
interne k la partie inférieure'de i'avant-bras : elle manque 
souvent dans les chevaux fins. 

Chaque extrémité postérieure comprend la cuisse (45), le 
grassetou rotule (46), la )ambe (4.7), le jarret (48), et comme 
dans les extrémités antérieures, te canon (49). le boulet (So)^ 
le paturon (5i), la couronne (5a), le sabot (53). 

Il se trouve aussi souvent une châtaigne (54) dans les eiV 
trémités postérieures ; elle est située à la partie interne et 
supérieure de chaque canon au-dessous du jarret. A la partie 
postérienre et inférieure de chaque boulet , il se trouve en- 
core souvent. nne petite ewfoiseance cornée, c'est ce que 



jt, Google 



338 , C II E ■ . 

l'on nointnê Vtt^at. Il est {ire8(]tle louionrs recouvert par 
une Uiaffe it longs et ferta poils que l'on appelle le f»- 
non (55). 

Le sabot od l'ongle est té qui pose snr le sol. La partie 
supérienre qni touche il la couronne s'appelle le biseau (56) , 
la partie antérieure la plm^ (S?)* les parties latérales les 
quartiers (5S)> les parties jpostèrienres les ialimi (5g) ; la soit 
{66} est tonte U partie inférieure et cave du pied, et Itt/our-^ 
ehMt (6i) une élératioD en V, qui se troure au milieu de U 
sole et à la parUe postérieure. - 

Des poiLs cDurre&l le cheral presque partout «m corps ; 
ceux du deasos du cou et de ta queue soBt conslderablenient 
plus gros et plus longs que les autres , et s'appellent erùu. 11 
y en a encore qnek[ues-4Ug tout aussi forts, mais iBoîus 
lonp , qoi sout diuéminés amour des yeoK , ^ nés et des 
Uvres , et ils sont en plus eraud nombre au menton et A U 
barbe ; quelques races de chevat» domestiques ta ont aussi 
en touffes épaisses à U partie postérieure de chiquc Canon * 
et qui se confondent avec ceux, du £inos. 

Il est quelques chevaux qui n'ont point OS preaqne point 
de poils aor la corps , qooiqn^itft aient des oriia \ «n les ap- 
pelle improprement cAwaiw tara , car ils ne viennent pas de 
Turquie, et plus proprement lAi^aux laérts. C'est une va- 
riété qu'on ne cfaeràte pas à multiplier , pai>:!e qu'elle n'est 
rien moinS' qUe belle , mais qui se tait remarqtier par sa sin- 
- gularité. 11 en est d'autres qui ont tepoiltrès-^lo&get frisé k 
peu près comme les ekameata:. Cette variété ttX ^galcmenf 
tort rare, «tnese fait pas plus rachercher. Entre ces deux ex- 
trêmes se trouvent toutes les nuances possiblea de longueui 
et degrssteiir) mais on ettiise davantage celai quitstcoun^ 
fin, égal, et par codbéquent nui et luisant, âtous les autres. 
A l'entrée de l'hiver , U pousse à la plupart des chevaux va 
poil lobg, souvent rade , destiné par la nature klesgarantir 
du froid : ce poil , qui altère la beauté de leur robe, too^ à 
la mue du printemps , et est souvent enlevé artificieUcment 
eux dieranx fins i mesure qu'il parott. 

La couleur natoretle du poil des chevaux est le gris-'rouge 
it di£fôreates nuances t on dit alors que le cheval est aifeson, 
si ta crinière et la queue sont de la m^ie couleur qae le* 
poils -, mail si elles sont noires, ators on dit qu'il est £01 oa ■ 
qu'ilestsDUspoilhai,ouDH'ilaunert^baieou*leK&M , etc. 
L'étatde domesticité amuliipliébeatKOupcescoideurs : lesuns 
MBtd'une couleur, d'autres de pJiaienfs, avec tmitei lesntun- 
«es possUileS , et la plupart portent des Doms paniculiet«> 
Les principales couleurs sont le bai , le noir et l'^esaik 
Lespreoùéres douille bai ou t'alwanicb&Uin^tlof^, bran. 



L:,<,i,z*dc,GdOglc 



?; 



C H E 33» 

Blli^^; IsMconâe foorait le mal noirUint, Unoù^jai et le 
miraité; la troùième prévenu le gris mIc, le grà argentin, 
le gris sangDÏn, le gris-bnin , le gru chariKHiaé, le grislruitéy 
le nîs souris , le soQpe au bût, le grii pom^lë, etc. . 

On noiaaie ntuon, celtn dont les poils sont mîtes de bluie> 
de grâel debai ; iioM/a, celui qui est jaane et blanc ; ^, 
cclni qni estconpé par de grandes tackes d'na poil tont~à-&ît 
difEérent do reste , sarloat à l'épanle et i la croiq>e. La con- 
lear se fsàt qiu d^tenniBer l'ëfHdtite ; om dit ^ mair, pv 
aittam, etc. ; btdamtef ceint q<û a nn, dem, trois , ou ton» 
lespieds Uancsi leur partie inférienre. 

BeanctMip de cbeTam, on mieu la plupart des cbcvanx, 
ont SMT la tCte , aindcisous do front, nne tacite blanche ^ 
1^ on moiaa grande , qai les fait appeler manfués en téti. 
CeBX qui n'mt qu'une coulear simple , sansanconcmarqaeT 
porteM le bmb de uùu. 11 est des pcnples qvi estiment beaa- 
coof plus ces derniers ; d'autres les repoussent conune li- 
âeoK. il est inatîle de ckercher à pronrer le ridicule de ces 
préingës , ainsi qae eenx qui naissent de la cooleor dn poi) ; 
les hnnières actuelles ne permettent , an pins , que de les ci- 
ter. La conlenr du poilnaetnepeut avoir d'action sur les 
[ualités d'un animal , et tous les faits qa'm cite à l'appui de 
c^aion contraire sont , ou coalrourés , ou résultaas de 
canuei différentes. Il est cependant nn cas oti la couleur du 
poil annonce, dans tous les animaux , nn certain degrë d'af- 
foiblissementdanslesOrganes; c'estlorsqn'ilssoQttonthlancs, 
et qn'its ont les yeux de mtme couleur. On ne connott bien 
cette remarquable variété, qui s'obserre aussi dans I'Homme 
( y. ce mot), que depuis uu petit nombre d'années , quoi- 
que les individus oà elle se remarque soient très-communs 
parmi les duOi , les lapùu, etc. Les chevaux o/iÙKM ne sont 
pas très-rares ; on les estime peu' ; ils ont cependant la. 
faculté de miess voir pendant la nuit que les autres , faculté 
qoi a quelque mérite ponr certaines personnes et dans quel- 
ques circonstance*. 

Les poils des cbevanixsontsnietai ne pas prendre , dans 
certains endroits, U direction qa'ib doivent avoir. Dans ce 
cas , on dit qu'ils forment no épi , parce que la fioure qu'ils 
offrent a qœlqac ressemblance avec an éfri de blé. Quel- 
quefois ces épis font un effet désagréable , d'autres fois ils 
embellissent un cheval ; cela dépend du lien oà ils sont pla- 
cés. L'ignorance et tes préjugés ont jadis mis beaaooup d'itn- 
aortance à ces épis ; aiqonrd'hai on n'y fait attention que 
lorsqu'ils difforment la'robe d'un cheval. 

Une fois la longueur (r) de la tête (c) donnera U longueur 
iil |'«iicolare,- U hauteur (o) de» épaate»> l'épaisKur et U 



dt, Google 



34o CHE 

lareenr («) du corps; cette même hauteur ^ moins la fente-' 
de la bouche, la longueur (/), la hantear(/) et la laideur (fy ' 
de la croupe , la longueur (g) latérale des jambes posté- 
rieures, l9 hauteur (A) perpendiculaire de l'articulation in- 
férieure du tibia au sol, et la distance (i) du sommet dugar- 
rot à l'insertion de l'encolure dans le poitrail. Deux tiers de 
la longueur de la tête égalent la largeur (A) du poitratL Un 
tiers de la longueur de la tête est égal i sa laideur (/) et if 
la largeur latérale (m) de l'arant— bras ; les deux néurièmes ' 
de la longueur de la' tête donnent l'élévation verticale de U 
pointe du coude au-dessus du niveau de la pointe du ster-' 
Dum , l'abaissement du dos par rapport an somntet du garrot, 
la largeur latérale des jambes postérieures, la distance de» ' 
avant-bras d'un arc à 1 autre ; un sixième de la longaeur de la 
tête égale l'épaisseur de i'avant-bras , le diamètre de la cou- 
ronne des pieds antérieurs , la largeur de la couronne de» 
pieds postérieurs, la largeur des boulets postérieurs, la lar- 

Î;eur des genoux, l'épaisseur des jarrets. Un douzième de la 
ongueur de la tâte donne Vépai^eur du canon de l'avant- 
main. Un neuvième de U largeur de la tête , égale l'épais- 
seur de l'avant-bras, près du genou , et l'épaisseur des patu- 
rons postérieurs vus latéralement. 

La hauteur du coude au pli des genoux (n) est la même 
que U hauteur (o) de ce même pli jusqu'à terre , que la hau- 
teur (j}) de la rotule jusqu'au pli des jarrets, et que U hau- 
teur (ff) du pli du jarret jusqu'à la couronne. 

La sixième partie de cette mesure donne la lavgenr du ca- ' 
non de l' avant-main , vu latéralement, et celle du boulet vu 
de face. 

Le tiera de cette même mesnre est à peu près la lat^ur da 
jarret ; le quart, la largeur et la longueur du genou. 

L'intervalle, des yeux d'nn grand angle à l'autre , égale la. 
largeur de la jambe de derrière vue latéralement ; une moitié 
de cette distance des yeux donne la largeur du canon posté-' 
rieur vu latéralement , la largeur du boulet de l' avant-main' 
TU de même, enfin la différence de la hauteur de la croupe 
respectivement au sommet du garrot 

Telles sont, à peu de chose près, dans le cheval, toutes 
les parties correspondantes par des dimensions réciproques.' 
L'oeil exercé à ces différences , les transporte sans le secours' 
d'un instrument quelconque , sur les parties dont il veut juger 
les défauts par l'appréciation des mesures , avec autant de 
facilité que le peintre en trouve à réduire les dessins ou à les 
agrandir. 

Il ne faut pas croire, au surplus , que ces différentes pro- 
portiona De coasUtaCDt que ta beauté ou U ré^arité des 



.Google 



CHE 3<, 

formes ; sans éonte elles ne doivent pas être prises rigoureuse- 
ntent, mais elles litSuent beaucoup plus qu'on ne le croit 
généralemeot sur la bonté, et principalement sur la durée da 
seirice de l'animal en qui elles ne se rencontrent point. 

Le cheval dont la tête «t l'encolure sont trop longues,' 
pèse ^ la main, fatigue le cavalier ou le cocher, porte bas, 
«t s'use plus promptement sur son devanL Celui dont le corps 
estti'opcourt est dur sous l'homme, aies reins roides, allonge 
.peu au trot, tourne difficilement, et est ordinairement dur 
de bouche. Quand , an contraire , le corps est trop long , le 
cheval se berce , il est presque toujours ensellé , il a ses reins 
foîbles ,*et est d'autant plus Sujet aux efTorts de cette partie , 
que les muscles ont une plus grande résistance à vaincre pour 
ramener en avant le train de derrière, surtout lorsqn'en 
même temps il faut tirer et porter un fardeau. Celui dont le 
devant est trop bas, toujotirs surchargé par la chasse du poids 
du traifa de derrière, ne peut quitter le terrain, est sujet à bu- 
ter; il forge, est dangereux pour le cavalier qu'il met, k ' 
chaque instant , dans la crainte de tomber , et dont il fatigue 
la main employée à le soutenir. Si le devant est trop haut, 
ou le. derrière trop bas , le cheval trotte sous lui, n'avance 

fioint , le train de .derrière ne peut chasser celui de devant ; 
a facilité d'enlever cette partie et la difficulté de faire quit- 
ter le sol à celui de derrière , l'oblige à se défendre , à se car 
brer, 4 se renverser >nëme quelquefois. Il en est de même 
lorsque le& jambes soiit trop fortes ou trop foibles. Ce petit 
nombre d'exemples suffira pour faire sentir les avantages d'un 
cheval bien proportionné , sur cefui qui pèche par excès On 
par défaut dans quelques-unes de ses parties , et par consé- 
quent la nécessité de l'étude de ces proportions. 

Tels sont seulement les principaux rapports qui doivent 
exister entre les parties du corps d'un ehevel bien conformé. 
Quand on rencontre ces proportions générales et les plus 
.essentielles, il est bien rare que toutesles parties en particu- 
Jlier ne soient pas dans des rapporta assez exacts , et ne for- 
mant pas un ensemble régulier. Il est très^difficile de me- 
surer èi d'assigner lès dimensions réciproques d'un grand 
nombre de ces parties; mais l'œil exercé à comparer et à 
mesurer , pour ainsi dire , sans le secours d'un instrumsnt , 
les transporte sur les parties dont il veut juger les défauts, et 
&e tron:^ rarement. 

Age. — Le moyen de s'assurer de l'époque de la naissance 
des chevaux , c'est-à-dire , d'en connoltre Tâge , est trop im- 
portant pour que nous ne nous y arrêtions pas quelques Ins* 
tans. C'est par l'inspection des dents qu'on parvient à cette 
^connoiâsaace. Le cheval adulte a trente-six dents , dix-^toit à 



i., Google 



3ii C H F. 

chaqne mldioire, savoir seize incinvn antérîenre*, ei doute 
molaires po«térieare«, dont six de chaque cMé. Ce« dernières 
Miit'«épeHe« des iDcisirefi par an espace asses considérable 
que l^oo nomme les hanrt, et sur lequel poM le mors. Ootrc 
ces denU, leschepMii et quelques jniDeiis ont d'autres espèces 
de dents an nombre de deux à chaque mâchoire, un« de chaque 
kAvé, et qui viennent dans l'espace appelé les hams; ces dentt 
■ont appelées ie^auguiaires on\t% crochet»; elles ne serrent point 
à mai^er, mais c'est une amie ofTeiiKÎre déplus que la na- 
ture parotl avoir voulu donner an mâles. 

Les molaires so«t trop profondes, et les drSîérens ckan- 
cemeBs qu'elles éprouvent sont trop difficiles i conAater sur 
ranimai rivant pour sernr à la connoissanee de l'flge; les 
tnckires seules nous en d«DBent le moyen ; elles sont en 
4e m î-eercle, aplaties de ddwrs ea dedans, et présentent une 
table exteraé , an miliea de laquelle est one cavité phu on 
moins profonde , selon l'âge {dûs oa moins avancé. Le fond 
lie la cavité est qbir, et on appelle cette tache germe âefife. 

LesposlaiBS, eni)aissaot,apparteMqaclq(ieCatsdesdeBte, 
mais souventc'est aubont de ^«qoes jours qu'il sort à ehaqne 
niicliolre deux dents , qui sont celles du milieu , et que 1 oa 
appelle les piwxs ; à trois mois et desiî , quatre mois , dAiK 
autres dents sortent de chaque cAté des premières , ce sont 
les mîtoyenaes ; et il six mois et demi, sept mois , et même 
Imit mcMS , les deux dernières , que l'on nomme fn e«ins. 

Ces dents sont les dents de Uii , et se distinguent des dents 
adalles, en ce qu'elles sont ordinaireinent ^ns blanches, 
toujours plus courtes et plus réfrécîes à leur hase , auprès de 
la gencive. Ce rétrécissement s'appelle coQtL 

De treize * seine mois, les pinces rasent , c*esl-fc-^re , que - 
la cavité de la trirfe s'efface , de seite k vingt' mois les mi- 
toyennes rasent i leur tour; enfin tes coins de vingt à nngt- 
quatre mois. 

L' éruption et l'acur des desis de lait n^ayant point tou- 
jours lieu k la mtme époque , et variant senmblement , Ton 
BC peut pas «e fonder sur ce renseignement d'une manière 
certaine. 

De denx ans et demi it trois ans , les pinces de lait tmn- 
Itent pour faire place à deax dents â'adrites qui sont beau- 
coup plus laides. 

De trois ans et demi à quatre ans , les laîtoyemte* de lait 
font place aux mitoyennes adultes. 

Enfin , de quatre ans et demi À cinq ans , les coins tombent 
tt sont remplacés par les coins adultes. 

A cet Ige , les dents de la mâchoire inférieure rasent » 
c'est-^-dire , que la cavitd du milieu commence à s'eflàcer; 



C H E 3a 

ce sont les pîoeef tpi h$ prinûirea penlevt lenr canUi c'est 
de cinq k «ix m», 4fl û fr Hpt u» les mitoyenneis, et enfin de 
«ept à boit ans I9S coins, het dent* de U inldioire uHérienrs 
#'DseDt bien un pqn en mAmc temps que Ici denU de la mâ-> 
chaire postérieure ; mais commt ccûe mâchoire est inmo-*- 
bile , tandis qne l'uitre est mobile • les denu ne s'asrat qne 
^«aiuonp fiââ lentement ; aussi ce n'est que de buit à aenf 
au que la carité des pinces s'efface entiiremeot, de neuf 
1 d» qne celle de* mitoyennes dîsparett , et de dix à onsc et - 
i diMue que celle des coins est totalement enlevée. , 

Passé cette époque , on ne peat plus juger qa'approsima- 
tirement de l'tge ^ ranimai < par la forme que prennent les 
dents: ainsi) d'aplâtics qu'elles Ploient de dehors en dedans « 
elles deviennent d'abord triangulaires , et eoiulte rvndes , it 
mewre me r«Bin»l wasce en iet ; quelqueEajs elles s'aU 
longeM £eauc«i^ , d'autres fois elles s'usent jusqu'à la gen-r 
cire, «vfiii elles denennent plus jaunes , et des eannetuFes 
se font remarquer sur leur Langueur; alo^s la personne U 
phuhabitv^e peut lacilement se trsn^r de quelques aontfes. 

Anaai , w fois qa^w cbcral est hors d'âge , ce n'est plna 
les dents qoi deiveiM diriger pour juger des ecrrices qu'il 
peut reiadre, «1 «ont ses estrémt^si et presque toujours celui 
<pû a les neiUeiu'CE et qui est le moins usi , qooiqee tris-r 
riew, raM ntem qn'im plus )eue d^ miné et fatigué. 

Cfirtains chevaux «t iimcns conseryeat la cavité de le«n 



dents fins long-^mps que d'autres , et marquent un Aga 
beaaeoMp moins aranc^ que celui qu'ils ont en cGM i cela 
est dA à ee <pie les incisives ne portci4 plus les tues sw 
les antres , et ne s'usent pins ou que très-peu par les mon— 
vemeM de lamidioire. On trouva, niaWié c«u , dms l'ins- 
peclû» de la figure , de la largenr , de la longnenr et de U 
forme des dent* , 4es marqse* de leur l|ge , pour peu qu'on 
ait l'habitiide de les observer; mais an siiuple acquéreur 
peut y être très-faeilemnit trompd. Oa nomme ces chevaux, 
chevam Ugia , et on dit eberal bégu des pinces, c^val feégu 
des mitofcsnes , etc. , selon qne ce sont tsllea ou telles 
dents qtii ont conservé leurs eavitéf- 

QoebiHes maqnignons^ pi^ff foire enûrc lenrs chevatnf 
pliH jeune* qn'ils w fivnt réellement, creiuent avec on burin 
l«a dent* deîs chevaux oses , colorent le lias en noir avec 
quelques substances , et Us vendent comme de jeunes che- 
vaux; on reconnoît bien vite ces efaevsui, ipse l'on ^pelle 
cotOivinar^uès , à. ta forme de la der; et de la cMÎté. 

Si les deels molaires éloîam facilement apereevables , on 
pourrait aussi «n tirer des notions certaines pour U connois-^ 
saace de Vi%t des chevaui ; mais comme cela est f 



i;, Google 



3U C H E 

impossible 1 nous n'en parlerons point ; nous dirons seiile- 
ment qu'il n'y a que les trois premières molaires de chaque 
côté de «haque mâchoire qui soient caduques , les trois autres 
sont permanentes et ne tombent jamais que par maladie on i 
la suite de quelque accident. 

Allures. — On appelle aiiures les djfFérens monremens pro- 
gressifs , au moyen desquels le cheVal se transporte d'mi lieu 
à un autre : on en compte de Irais sortes , les aUures natu- 
relles , Ui allure» défectueuses et les aJlures artificielles , c'est-à- 
dire , celles que la domesticité ou plutôt l'éducation doDne. 

Lés allures naturelles sont le pas , le trot et le galopa 

Le. pas est la plus lente de toutes les allures ; on compte 
quatre temps dans ce mouvement : si la Jambe droite' de 
devatit part la première., la jamhe gauche de derrière Eoit 
un instant après ; ensuite là jambe gauche de devant' part à 
son tour pour être suivie de la jambe droite de derrière ; ce 
qui fait un mourement en quatre temps , dont les deux du 
milieu sont plus brefs que le premieret le dernier. 

Le trol ï^sécute en deus temps, parce que deuz extré- 
mités agissent en même temps et posent à terre ensemble : 
si Ic' cheval entame le terrain de la jambe gauche de devant, 
la jand>e 'droite. de derrière part en même temps, tombe en 
ménie temps-, ce qui fait le premier temps ou la 4>re- 
mière battue ;- les deux autres eitrémitës agissent après de 
même', -et foroient le second temps ou la seconde battue. 
Il doit être ferme , prompt et également soutenu. Le che- 
val , dans cette allure, élève plus ses jambes que dans la 
précédente, et les pieds sont entièrement détachés de 

Dans légalop , les jambes du cheval s'élèvent encotre plus 
que dans le trot , et les pieds semblent bondir sur là terre. Il 

'- a ordinairement trois temps', c'e$t~ â - dire, que la jambe- 
gauche de-derrière effectuera la première battue, là jambe 
droite de derrière et la jambe gauche de devant la seconde, et 
la jambe droite de devant la troisième; mais la vuelaplusper- 

. çante s^égare bientAt , lorsque pour fixer la durée des appuis , ~ 
elle court de ^mbe en jambe. Il n'est pas douteux, et tout 
le moiidé en convient , que le galop est une sorte de sant en 
avant; l'élancement de l'animal, dans cette action, en est 
d'ailleurs une preûve.Oncompteplusieurs espèces de galops, 
qui ne diffèrent que par leur allongement ou par la rapi£té . 
- du retour des mêmes mouvemens. 

Ces allures , au surplr.; , ne sont pas particulières au che-' 
val ; on les retrouve plus ou moins caractérisées dans tous 
les quadrupèdes , et surtout dans le chien. Si on les a mieux 
étudjées^plus suivies dans le cheval, c'est que > destiné par 



, Google 



C H E 345 

l'homme à le porler, et s'îdentîGant , pour ainsi dire , avec 
lui , elles oe poavoient lui être indifférentes . et que de leur 
régularité , de leur douceur et de leur juitesse , dépendoient 
une partie de ses jouissances et la conservation de sa vie. 

La vitesse de la course de quelques chevaux est incroyable. 
lies annales de New-Market , lieu célèbre des courses en 
Andeterre , produisent des exemples de chevaux qui , au pied 
de la lettre , cooroient aussi vite , on même plus vite que le 
vent II y a , suivant ces annales , de ces chevaux qui ont fait 
souvent plus de cinquante-quatre pieds par seconde. On tv- 
snre même que le starbing , le childers et le germain , fa- 
meux coursiers an^ais , ont fait plusieurs fois un mille , ou à 
peu ^rès , en une minute i. c'est qaatre-vingt-deui pieds rt 
.demi en une seconde. Or , la vitesse du vent le plus idtpé- 
tueuz en Angleterre, selon le calcul de Derham , est de 
soiiante-sis pieds par seconde. 

La persévérance dans la fatigue est encore très-remarqna- 
fcle dans le cheval ; on sait que les arabes font souvent cent 
milles eu vingt-quatre heures. Ceux de Tartane supportent , 
dès l'âge de six à sept ans , des courses de deux ou trois 
jours , sans s'arrêter, même sans manger ni boire \ on en ne 
mangeant qu'mie poignée d'herbe. 

Pour accou&mer ces derniers à un aussi violent service ', 
ou mieux pour juger s'ils seroient capables de le supporter 
dans l'occasion , on les fait passer par une épreuve qu'il est 
' bon de rapporter. 

Lorsqu'un cheval , dans la force de l'âge , est choisi par 
DU chef pour sa monture ordinaire , on lui fait faire d'abord 
mie course très-forte ■, ayant son cavalier sur le dos ; le lende- 
main on lui en fait faire encore une plus forte , et on Ihx 
retranche une partie desanourriture; ensuite on augmente 
le poids qu'il porte , et en même temps on.dimimie encore 
sa noumtiû'e. Ce n'est que lorsqu'il a supporté, pendant 
on certain noinbre de jours , ce rude apprentissage de tra- 
vail et de privations forcées , qu'on le juge digne de s<Ai em- 
ploi. Alors il est distingué des autres , bien nourri et bien 
soigné. 

AUures défectueuses. — Ces allures sont l'amble , l'aobin , le 
- pas relevé ou l'entre-pas. 

L'amble est une allure infiniment plus allongée que le pas, 
et que le cheval exécute en deux temps , un pour chaque côté 
du corps : ainsi les deux jambes du même cdté , celle de de- 
vant et celle de derrière se lèvent en même temps , se por-^ 
tent ensemble en avant et se posent ensemble i terre ; les 
jambes du câté opposé exécutent ensuite le même moùre- 
IBÇiit, qui se continue allematirement. 

L:,<,i,z<,d=, Google 



346 C II E 

Ceue alhire e«t te plus ordiaa!re»Mirt Le rjsnlut de Véinh 
cation ; comme elle oc fati|pie noUsninit le caralier , qu'elle 
e(t usez prompte, beaticcnp d'agrienlteors, obligés d'être soa- 
vent À cheval, la préféreiit k loales les astres, et ponr y ha^i- 
toer lears cheraiu ils lenr attadient , quand ils sont encore 
jeitnefi , Us jambes du mJme ctaé ensemble. Qnelqoefoia aosn 
KS jeunes aginuiix prennent cette allure eux-nSnes , partl- 
culiè rement ceux qm pnmeaaent de pires et mères ambUors; 
enfin quelauefois elle est le résolut de I'usotb et de la rràw 
i» l'animaL 

. L'aobio «st gpe allure dans laqoaUe le cheval, en galopant, 
avec le* jambe* de devant, trotte avec les jambes de derrière; 
cette allure est très^vilaine , c'est le train des chevanc qui n'ont 
point le train de derrière anssi fort que celui de devant , e« 
qui sont estr^menient fatigués à la suite d'nne longue ceorse. 
Le pas relevéouremre-pas,estnne espèce d'smbleTompBi 
dans cette allure connae dûis le pu , il y a quatre battae s, mais 
elles ^'es^aient dans l'ordre smvant ; si c'est la jambe' gaocbc 
de derant qui part la première , elle est solvie de la jambe gaa- 
cbe postérieiire , U jambe droite antérienre vient ensoite , et 
eBfinc«l)e4roitepD3térieHre.Cetteallnre,qaBnd ellen'e«tpa« 
la suite de l'usure , rend les cltevaux trës^olides dans les ctte- 
nùos pierreta , ralMteux; comme ils ont presque loojoars trois 
pied* à terre, ijs ont bean buter, ils ne tembentpas, et leihabf'- 
tans des campacne* les recherchent i canse de celte qualité. 
Quant aux allures artificielles , elles som le srodatt d'une 
-édocation soignée , ce sont des moavemens pins on moins 
C«4cne^* que l'on Ibrce le cheval à prendre , pour le rendre 
phw léger, plus agréabla àmanier, puisjoli J) la vue. ^teraae 
04 nan^e «n les appelle ain , et on les a divisé* en «ws itn 
«i|^4kln>T«; tels sont hs passage, IcpiafCer, la galopade, 
la pas sade , la pironette , etc. ; et en airs rtieoés ; tels sont la 
peâade, le mesair, lacmirbette , ia cronpade, la bsUotude, la 
CialHiiole,, ^c. Comme la descrïptîoo de ces différens monve- 
hmvs bous en^abieroit beaucoup trop l^n , et que c'est plu- 
tôt ponr l'ap^wst que pour l'utilité réelle qae les eke*a«( 
y sont exercés , nous renvoyons nos lecteurs aux livres de ma- 
i)te« <9ai ^ brtttat. 

SetâtOioni. — Le cheval, comme les asire* 'qoadrapèdes , 
a dfs insoins et des passions , et comme eox il a des sens et 
difiUreos signes ponr e^rimer les sensations qu'il prouve. 

Les dicraù ont reoife très-Ane ; il parott q« c'est dwx 
enK le sens le pku parfectionaé. Lorsqu'il* marchent, ^ por- 
tent lenns «rcille* onrertes en avant. Dés qu'ils entendent 
qaelqw bmîtt iU les tommeot avec vivacité du cAté «A tl 
vient. . _ 



dt, Google 



C H E 347 

Aprit le BCBS 4e l'oitfe , le meilleni' chez eux eit celni de la 
vue : ils simt i cet éfarà snpérienn Ji l'homme le jour comme 
la nuit. Mais leurs yetu , dam l'état de domeiticité , soat tn- 
}ets 1 des ahérationi nombretues , qu'il est soment assez dit 
ficîle de rwonaohre. Dans mt oeil sain , on doit apercevoir 
deux oa trais uches noirÂtres an-dessus de la prunelle ; car, 
pour les apercevoir, il fant qoe la cornée soitdaÎTï et nette ; 
•i elle parott troidilê et 4e aaaavuke cooleur, l'oeil n'est pas 
In» ; la nmieUe petite , longne et étroite , on environnée 
d'nn cercle blanc i désigne tuiai un mauvais «il ; et lorsqu'elle 
a ime conteur de bien verdStre , la vne est certainement trou- 
ble. Les cberaui qui ont les yem enfoncés , on l'uii pins pe- 
tit que l'antre , ont aoHsi Ordmairement la vne manvahe. 

 en juger par les soins que prennent les chevaux de flai- 
rer tous les <rf>)ets qn'oelearpréseBte à manger, avant de les 
r rendre avec leurs dents , il y a lieu de croire que le sens de 
odorat est aassi trëi-délicat chez enx. It n'y n pas de doute 
^'ils ne sentent les femelles en chaleur à me grande dis- 
tance , qu'ils peuvent mtine les suivre 4 la piste an bout de 
l^usieurs jours. Tout le monde sait le stratagème «ne l'écoyer 
■Ak Darius emidoya pour donner à son maître le trtee de 
Perte. 1" ' ï™ 

Qttant angofttet autoscfaer, ils ne sont pas, ibéanconp 
vrès, dans le cas d'hre «oraparés au métnes sem dans 
l'homme ; mais cependant ler4eval est trè*~délîcat sur son 
manger , et est eslrâmenent susceptible 4ec impressianB ex- 
térieores. 

La v(Hx dn cheval s'appelle son Aamistement. On en dïs- 
lingoe de cinq sortes , relatitâ i autant de pas*i<ms ^uî le meo- 
▼ent : !.■ le heimisseiaeM d'ay^;resse , dans lequel la voix 
se fait entendre assez longuement , motUe et finit à des sons 
phu aîgns ; ie cheval rae en même temps , mais l é g è rement et 
ne cherche pas à frapper ; 1." le benniseemeoi dn désir, s«it 
d'amour, soit d'attàenement , dans leqnel le difval ne nw 
point , et oà la voix se fait entendre longuement , et finit par 
des sons plus graves ; 3.° le hennissement de la «olèrC , dans 
lequel le 4^val rae et frappe dangerensemeni , est très-court 
et aign ; i." celui de la erambe , pendant lequel il rue aocti , 
n'est guère jias long qne «ehii de la colère ; sa voû est grave, 
ranque , et semUe sortir «n entier des naseau : elle se rap- 
proche ds ragiseennit 4n lion ^ S.* celni de la doolenr, qm 
est moins an hennissement qn'un gémâssement oai toosMaieot 
d'oppresNon qni se feil à voix grave et snit les allenatini de 
la respiration. 

Les chevaai qrâ henmssent le pins soovMt, surfont ^al- 
légresse et de désir, sont les meillears et les ^nt {(éeéneax. 



i , Google 



34» G H E 

Les chéraiix hoi^res' et les jumeâa ont la Voix plus foiblè et 

, henoisseDl moins fréquemment. Dès la naissance y les mMei 
ORt la voii plus Eorte que les femelle». 

- Lorsque le cheval est passionné d'amour, de déair oad'ap^ 
petit , il montre-les dents et semble rire ; il les mastrfi «ussî 
dans la colère et lorsqu'il veut mordre. Il tire quelipefois 1« 
langue pour lécher son mattre , lorsqu'il en est traité avec 
idoaceur. Il se défend paf la rapidité de sa course, par tes 
ruades de ses pieds de derrière et par ses morsures. Dans ces 

. deux derniers: cas , on est: toujours prévenu de ses intentions 

Îar l'<d>aissemeat de ses oreilles en arrière. Il se souvient trè»- 
>ng-temps des maatais traitemens. On a des exemples de 
vengeaice de sa patl , quj supposent des combinaisoiu pro-r 
ibndes> i ' - 

Le cheval est aussi susceptible d'attachement pour l'homme 
lorsqu'il en est constamment bien traité , et surtout quand il 
ne change pas souvent de maître. Ce que l'on rapporte de 
quelques-uns de ces animaux, tient même un peu du mer- 
;T%illeui ; tel est , par exemple i, le zUe du fameux Bucéphale 
pour Alexandre , dans les occasions périlleuses ; tel est ce 
qu'on dit du cfceval d'un prince sCythe qui se jeta stv le meur- 
trier de son maître et le foula aux pieds.Telle est enfin la dou.- 
leur du chèYat de Nîcomède , qui , à ce. qite l'on rapporte , 
se laissa périrdefaimaprèslamort de son maître. Ces^anec- 
.dotes, à cause de leur ancienneté , peuvent afoir ét^ un pen 
amplifiées ; mais la suivante est trop récente eii eu trop de 
témotus pour qu'on puisse en douter. Dans une des.ioKurreo 
tià&sdeslYrolîeas, en i&og, ils s'étcûent«mparés de quinze 
-chevaux bavarois ;, ils Les firent monter par autant de-cava^r 
liers ; mais à leur rencontre arec un escadron du régiment de 
JBubenhoven , dès que ces chevaux ent«ndirent la trompette 
et reconnurent l'uniforme du régiment , ils prirent le'galon, 
malgré tttus les efforts de leurs nouveaux cavaliers, qu'iw 
amenèrent jusque dans les rangs bavarois , où ils firent (ails 
prisonniers. Il seroit facile de recueillir une. grande «{uantiti 
:de tait&'sèmblàbles.. 

" Ckoicc d'ua cheval. — On a fréquemment cherché à décrire 
un cheval parfait ; mais chaque écrivain , abusé parles pré*- 
jugés de son enfance , n'a jamais tait connoître que le cheval 
qui passoit pour le plus beau dans son esprit : aussi trouve- 
:t-on, dans les'auteurs, les plus grandes disparités à'cet égard, 
on un vague d'expressions, tel qu'on n'est pas plus avancé 
après les avoir lus qu'auparavant. Le vrai est qu'il y a dans 
chaque race , comme dans chaque genre de service parti.- 
culier, des beautés propres j qni sont des défauts dans one 
autre. Des \Amhes fines et larges sunl l'apanage des çjuvm» 



dt, Google 



CHE 349 

itfectninte, et dés jambesfortescehii des caecaux ^«fnw!. Il faut 
donc choisir les individus les plus approchans de la perfec- 
tion de chaque race , et s'en servir comme de type pour juger 
de la beauté des autres ; mais c«s races, comme on vient de 
' le voir, varient sans fin ; de sorte qu'on ne peut pas établir de 
règle absolue. C'est l'habitude de la comparaison , et la con- 
Boissaoce de. sa .destination, qui. seule peut guider dans le 
chois d'un cheval. Tout précepte général n'est donc qae le 
fruit d'une présomptuense ignorance. Cependant, on peut 
dire qne , dans tontes les races , une construction solide ^ 
qui se manifeste par l'aplomb des extrémités sur le terrain , 
par la franchise et la liberté des mouvemens , par la légèreté 
et la diversité , par ta vigueur soutenue dans l'exercice , quel 
qne soit celui auqueiranimal qu'on choisit doit être employé ; 
des muscles qui se prononcent bien , et qui ne sont point, 
empâtés dans la graisse ou cachés sons l'épaisseur de la peaa;. 
le poil fin ; les cnns dam et peu abondans , doivent distinguer 
particulièrement les animaux de chois. 

Ainsi donc , la beauté d'un cheval de seik ne sera pas celle. 
à'uacheixii de carrosse; Taai&ious deux aaront une beauté propre 
qui résidera dans la convenance et le rapport de leurs diverses 
parties , comme celle de tout édifice bien proportionné. Dans 
ce cas , Je sentimentdugoÂt agit autant que les connoissances 
acquises; et l'homme ignorant, dont le tact est fin, peut sou-. 
vent mieux se déterminer dans l'achat d'un beau cheval, que 
l'écnyer le plus consommé ; mais il ne peut se passer des 
lumières de celui-ci pour connoître ses défauts , distinguer ses 
qualités réelles, et apprécier par conséiquent sa valeur. 

On demande que le cheval de manège ait de la beauté et de. 
la grâce; qu'il soit nerveux, léger, vif et brillant; que les 
mouvemens en soient lians ; que la bouche en soit belle , et 
Hutoat que- les reins et les jarrets en soient bons. 

Dans le cheval de voyage, on exige une taille raisoimable , 
on âge fait, tel que celui de six ou sept aiHiées; des jambes 
s&res ; des pieds parfaitement conformés ; un ongle solide ; 
une grande légèreté de bouche ; beaucoup d'allure et une ac- 
tion simple et douce. 

Le choix du cheval de guenv- n'a que trop souvent coûté la. 
vie À celui qui l'a fait , ou à celui pour qui il a été fait. La taille 
de celui consacré k cet usage ne doit être ni trop haute, ni 
trop petite. Il faut qu'il soit bien ouvert et non chargé d'é- 
paules, paisqu'alors il seroit lent dans ses mouvemens ; qu'il 
ait la bouchcbelle et l'appui à pleine main, afin qu'il obéisse' 
assez promptement, sans cependant s'effaroucher de quel- 

Ees mouvemens irréguliers du mors dans un jour de combaL 
t jambe sera bonne ; le pied excellent 11 doit exécuter tontes 



dt, Google 



35o C H E 

ses actîoiH trce ftcâlîté et promptifaiâe. II sera facile an partir 

de la main, et Ruseeptible d'unretooraùé ànDgalopécouU, 
ainai qn'aa trot et an pas. Loraqn'il sera arrêté , il ne tënn»- 
gnera ancnne inqni^tiiâe , et restera immobile i la même 
place. Il importe encore qu'il neredonte aocmi des objets qnï ' 
penreat frapper son ouïe et sa vue , qu'il ne crai|;ne ni le feu 
ni l'eau, qu'il ne soit pas méchnt enrert les antres che- 

On désire dans te chtMildeehaaae, dn fond et de l'IuleiDe, 
que les épaules en soient plates et très-libres , qu'il ne soit 
pas trop raccourci de corps, que la bouche en soft famme » 

Jn'elle ne soit pas trop sensible , qu'il soit piutàt froid qu'at^ 
ènt à s'animcft qu'il soit doué de légèreté , de viteisc , etc. 
Onant aoK bidtU de /Mufr, on doit pimât considérer la bonté 
de leurs jambes et de leurs pieds, que leur figure et qae ta 
qualité de leur bouche. Il faut nécessaire ment qu'ils galopent 
arec aisance , de manière qu'ils n 'incommodent pas le cava- 
lier. Trop de sensibilité seroit en eux un défaut, à rais<» de 
la nature de leur service. • 

Ses cberanx bien tournés et bien proportionnés, de lé 
taille de cinq pieds ou de cinq pieds quelques ponces , dont les 
épaules ne seront pas trop chargées , dont les jambes seront 
plates et larges, le jarrets amples et bien conformés , dont les 

{lieds seront bons , qni auront de la grice et de la liberté daaa 
eurs moavcmcm, formeront des cneram de carrosse excet- 
lens. Une s'agira plus que de les appareiller de poil, de graa- 
dear, etc. 

Certains chevaux de cAsûe, comparés aux cberaux peu dé- 
liés qu'on emploie orâinairement , pourront être considérés 
comme des cheraui fias. Le cAoWdtAnnaeffnJ sera bien étoffé, 
d'nnetaille raisonnable et non trop élevée. Il trottera libre- 
ment et diligemment, tandis que le Arùafier, qui sera bien tra- 
versé , mais qui aura moins de dessons que lui , sera capable 
de fournir avec facilité un galop raccourci. 

Les autres chtMoixdéfmîge seront plus ou moins ct^smuns, 
selon leur stmcture , leur épaisseur , la largeur de leur poi~ 
trail , la grosseur de leurs épaules plus on moins diansues i, 
leur pesanteur, l'^>ondance et la longnenr despoils de leurs 
jambes , etc. 11 en sera ainsi des différens rhepaïus dehàtoadt 
aottune , qni doivent av(Mr beaucoup de reins. 

C'est en conséquence de ces données qu'il faut examiner le 
dieval qu'on veut acheter pour tel ou tel service. On doit le 
considérer dans l'état de repos et en action. D'abord on étu- 
diera les pieds comme le fondement sur ieqncl repose tout 
l'édifice , ensBÎte le devant, puis la croupe , enfin la tête. On 
jagera le tout séparément et dans l'ensenîble. U sera aussi né- 



dt, Google 



dt, Google 



Jî.lô. 



Mu/et ' mâle . 



'>oi^ic 



C H E .351 

cesMÎre de chercher i recùBoottre les tromperies auxquelles 
on o'Mt naalheureutemeot que trop exposé de la part de cer- 
tains marchanda et maquignons. 

CheMtWB saunaga. — Suivaiit Gmelio , Pallaa et autret Toya- 
genrit <>» trouve encore des chevaux saurages dans les vaite« 
déserts de la basse Arable et de la Tartarie ; mais c'est dans 
l'Amérique méridionale où ils sont en plus grand nombre. 
C'est U que des cheVaux transportés par les Espagnols el 
abandonnés t ont muttipUé et ont produit ceux que l'on v 
trouve maintenant. Da&s l'Hurope , ÏI n'y en a point. Ses dif- 
férentes répons sont beaucoup trop peuplées, et les hommes 
ont chassé ces anciens bdtes ou les ont réduits en esclavage. 
Ces animaux , dans l'état de nature , août si sauvages , qu'on 
ne peut que ' dif&cilemeat les étudier. Quant ji leurs mœurs , 
l'on peut en avoir une idée assczprécise, mi les étudiant dans 
les hWa* saorages , dont il existe elKore quelques-uns en Eu- 
rope, en Polo^e eteniVossie, et beaucoup eil Amérique. 
. Moos savons néanmoins qu'ils vivent en trotfpe , qu'ils ne 
#ODt pas aussi beaux que ceux réduits à l'étal de domesticité ; 
qu'ils sont, en général, beaocoup plus petits; qn'ib ontla 
tète grosse , ftwte ; que leurs éminences osseusies sont trèa- 
«aiilantes, leurs ex^émîtés très^écbes, et les poils de leur 
corps longs et peu fins ; qu'Us sont très-légers h la courte , 
indomptables quand on les prenddéjà âgés; mais que ceai que 
i'on parvient i maîtriser sont infatigablea, beaucoup i^usforli 
et plus sobres que ceux de nos races diHnestîques.K. pi. B. 18. 
Lies animaux qui les composent , et que l'oli y laisse pour 
la reproduction , sont entièrement dans l'état de nature. 
Comme ce que l'on connoît de la manière de vivre des che- 
vaux sauvages, est entièrement en rapport avec celle des. 
cbevanxde ces haras, il est. à présumer que «e que l'on ne 
comiott point s'y rapporte également. 

Ces animaux, abandonnés à eux-mâmes dans de vastes ptr 
turages , vivent en troupes séparées qui ne se confondent 
point , qui occupent diacune des parties de terrains , pour 
ainsi dire en propriété , et surlesquelles ils ne souffrent point 
^'autres animaux. Ces troupeaux reconnaissent un chef mû 
«st tou)ours le cheval le plus vigoureux de la bande ; c'est lui 
qui conduit dans les pâturages leur course errante ; c'est lu^ 
qui ie premier tente le passage d'un ravin , d'une rivière , 
d'un bois inco^Mi : parott-il un objet extraordinaire , c'est lui 
■qui se chaive de le reomnoitre , qui l'af&onte le premier, ef 
jqui donne PexempLe de la confiance, oulejignal de la fuite, 
p'il y a quelque danger. 

S'il s'expose ainsi le premier aux divers périls pour les 
^anima^ qu'il copdoit, il en. est bîea réçOB^ensé par le$ 



dt, Google 



35. . C H E 

plaisirs qui ne sont réservés qu'à lui. II est le soltâii an 
-toutes les cavales, lui seul a le droit de jouir de toutes leurs 
caresses; malheur au téméraire qui riendroit le troubler 
' dans ses amours 11 ne respecte rien, et ;1 l'attaque, le con^ 
bat , le force à s'éloigner , et quelquefois même lui fait payer 
de sa vie son audace : le plus souvent, vainqueur superbe, il 
baigne l'admettre à sa suite, comme pour être le témoin de ' 
ses plaisirs. Il ne seroit peut-être pas si généreux s'il pouvoit 
réfléchir et prévoir que cet ennemi vaincu aujourd'hui , sera ' 
un jour vainqueur à son tour, quand un âge plus avancé atira 
augmenté ses forces et doublé son courage : heureux s'il peut 
obtenir alors la même pitié , et ne pas payer de sa vie les 
aAronts qu'il aura fait essuyer à son rivât. 

Ces troupeaux n'ont point de lieux de repos fixes ; ils con- 
cbenitantAt dans un endroit, tantôt dans un autre; ils choi— - 
sîssent un lieu sec et à l'abri du froid ^ au pied d'us rocher - 
on sur la lisière d'un bois, où ils pnissenWtrc à l'abri des 
vents. Ils redoutent les orages comme presque fous les autres 
animaux. A l'approche d'un de ces grands phénomèaes, ils 
sont inquiets, agités; ils cherchent les lieux lesplussanvages, 
les plus abrités , pour s'y cacher ; et si l'orage vient à éclater 
auparavant qu'ils s'y soient retirés , si un coup de tonnerre 
violent vient à se faire entendre , la troupe épouvantée prend 
la fuite , et ne s'arrête pas qu'elle n'ait trouvé un abri fa- 
vorable, DU que la terreur ou l'orage soit passé. C'est dans 
ces courses forcées , ou bien quand un ennemi trop redouta- 
ble apparoît dans le voisinage, que la troupe abandonne son 
canton , pour en aller chercher un autre ; il n'y a guère 
qu'une de ces causes , ou le manque de nourriture , qui force 
ainsi nn troupeau à aller chercher d'autres pénates. 

Les mères qui ont des petits, ne quittent point la troupe. 
Les jeunes animaux, presque dès leur naissance ^ marchent 
et courent ; et s'il se présente un ennemi , ils sont défendus 
courageusement par leurs mères, parlechef.etpar les aujres 
mâles de la troupe : rarement il en pérît par la dent des 
animans carnassiers. Si l'ennemi est redoutable et qu'ils 
n'espèrent point échapper par la fuite , ils se réunissent en 
peloton serré et circulaire, rapprochent leurs têtes, présen- 
tent .leurs croupes,' et distribuent de redoutables ruades. 
Lorsque, au contraire, leur ennemi n'est pas dangereux, on 
pour s'amuser , ils forment autour de lui un grand cercle , 
qu'ils rétrécissent successivement en se rapprochant , l'ero- 
pêchent de sortir, et finissent par le tuer en le foulant aux 
pieds. 

Us recherchent les pâturages secs, les terrains fermes, 
garnis d'herbes peu élevées, mais fines; ils mangent les 



dt, Google 



C H E zsi 

bourgeons et l'écorce dé plusieurs arbres* et l'hiver, les 
feuilles mortes, sèches, les mousses, jusqu'aux jeunes, bran- 
ches des arbres, et des fruits sauvages de difTérenles espèces; 

Ceux des haras sauvages sont surveillés, dans les cantons 
qu'ils habitent, par des hommes qui n'ont que ce seul .em~ 
ploi, qui sont montés sur quelques-uns de ces chevaux déjà 
dressés, et qui ramènent la troupe sur les terres du proprié- 
taire, lorsqu'elle s'en écarte. Ce sont ces mêmes houimcs qui 
sont chargés de les prendre quand on veut en avoir quelques- 
uns. Ils montent achevai, acculent la troupe dans un endroit 
dont elle ne peut s'échapper, se mêlent parmi eux, ar- 
més d'un lacet de corde. Ils le jettent au cou de l'animal 
qui, se sentant pris, semé lui-même les nœuds , et tombe 
quand la respiration lui manque. Ces hommes se jettent 
slors dessus lui, le garrottent, et lui passent un fort licou. 

En Russie, les propriétaires les font amener dans les en- 
droits où ils veulent s'en défaire ; et c'est l'acheteur qui lés 
fait prendre, et qui les dresse ensuite à sa fantaisie. 

Cheval domestique. — Ce caractère presque indomptable 
que noua avons reconnu dans le cheval sauvage, est bieli 
modifié par nos traitemens. Le plus grand riombre, au lieQ 
de cette fierté, de cette vivacité naturelles , ne montre 
qu'une crainte servlle, obéit eii tremblant au despote quij 
toujours le châtiment â la main, trappe le plus souVeiit sans 
aucune raison, et par l'habilude^eule de frapper. Cet atiimal, 
que nous devrions considérer plutôt comiHe on serviteur fidèlt 
que comme un esclave , et que les peuples nomades regardent 
comme compagnon de leurs travaux, est plongé, dans nos ' 
villes et dans nos campagnes; daOs'le dernier avilissement j 
mal noliîTi, maltraité , accablé de travaux, auparavant mfimè 
que l'âgé ait développé ses forces ! il passe sa vie dans la dou- 
leur , assez malheureux pour trouver dans la pitié avare de 
son mahfe , une nourriture suffisante pour réparer ses forces 
et prolonger ses souffrances. Malheur à celui ijui conserve en- 
core quelques tracés de son caractère allier, et qui se ré- 
volte contre des châlimens injustes, il est contraiàt, pat- 
mille supplices, à obéir; et s'il s'y refuse constamment, c ert 
ùné rosse <pii n'est plus bonne à rien', qui est condamnée & . 
mourir. Ce cheval , s'il avoit été bien traité et condnît pat- 
des inains habiles , auroit cependant été le plus doux, le plufi 
courageux et le plus propre à supporter lès fatigue^. 

Tous les chevaux ne sont pas Cependant réduits à Cet état 
d'avilissement dont je viens déparier; il en est qui ont con- 
servé une partîe de leurs qualités ; d'autres, même ,' qui en 
ont acquis que l'on ne rencontre pas parmi les chevaux sau- 
vages : c^ sont ces qualités qoi les rendent plus partrcitliéré-' 

VI. a3 

L:mi,i.d=, Google 



354 en E 

mest propres h tous les besoins de la société. L'homme, es 
réduisant cet animal h l'état de domesticité , l'a donc mo- 
&ài , pour ainsi dire , de plusieurs manlëre« ; et suivant l'é- 
ducaUon qu'il lai donne , les alimens dont il le Dourrit, et 
les pays qu'il le force d'habiter , il ac^é les races si nom- 
breuses que l'on trouve sur la surface do glob«, et dont le 
plus grand non^re n'existeroit point, si l'homme lui-même 
n'eiistoit pas. 

HACES DE CHEVAUX. 

Cheifaux tattOTts.—Sc comprends sous te nom de tartares 
tous les peuples nomades du centre de l'Asie , c'est-à-dire ,- 
ceux qui n'ont point d'habitations fixes , qui vivent sous des 
tentes -, du produit de leurs bestiaux , et qui , quand ils ont 
fait consommer tous les pâturages d'un endroit , vont en 
cherdier de nouveaux dans un antre canton. 

Nous né connoissons les chevanx de ces peuples que par 
les relations des voyageurs qui les ont visités ; et ces relations 
sont toutes plus ou moins incomplètes : nous en savons ce- 
pendant assez pour juser que , de tous les chevaux , ce sont 
ceux qui ressemblent Te plus aux chevaux sauvages : vilains , 
petits, mais sobres et infatigables, voilà leur ^omrail. Si 
nous croyons même quelques relations , de tous les chevaux, 
ce sont les plus propres à supporter les courses les plus vio- 
lentes et les plus longues, sans boire ni manger. Élevés avec 
tous les autres animaux de la horde , exposés dès leur enfance 
à toutes les intempéries des saisons, k se nourrir de fort peu, 

ft k suivre leurs mères dans les courses les plus longues et 
es plus rapides , ils deviennent infatigables. D'ailleurs , ceç 
peuples , qui ne les estiment que par leurs qualités réelles , 
qui se nourrissent en grande partie de leur chair, ne con- 
servent que les plus vigoureux ; les autres ne pouvant pas 
(upporter les épreuves auxquelles on les soumet, sont bientôt 
tués ou mangés, pour qu'ils ne consomment pas la nourriture 
d'animaux plus précieux. Les chevaux les plus vigoureux , 
ceux qui subissent les épreuves données , étant l^s seuls con- 
servés pour le service et pour donner des productions , ce« 
productions doivent nécessairement se ressentir de la vigueur 
des pères et mères , et leur race doit rester une des meil- 
leures 1 peut'Ë^e même la meilleure de toutes pour supporter 
les fatigues. 

Leur éducation n'est point soignée. Abandonnés, pour 
ainsi dire , jusqu'au moment où on les prend pour les dres- 
j^er,ilâ sont i^lfiule^ et souvent même réûfsi. mais le Tartare 



dt, Google 



C H E 355 

ne leur demande que de courir vite el long-temps , et s'em- 
barrasse peu du resie. 

Chevaux arabes. — Les chevaux arabes, plus que les che- 
vaus tariares, ont dégénéré de la race primitive , et se sont 
améliorés par rapport k Thomme. Nous verrons cette espèce 
de dégénéraiîon augmenter à mesure que nous nous éloi- 
gnerons de l'Arabie , et que nous parcourrons des régions 
od le cheval est plus commun , et destiné à plus d'emplois. 
Les Arabes , un peu plus civilisés que les Taj-tares , font 
déj^ la différence d'un bon cheval et d'un beau cheval , et 
tontes choses égales d'ailleurs, ils sauront bien choisir le 
dernier : aussi prennent-ils beaucoup plus de soin de leurs 
chevaui, les nourrissent-ils mieuï, et habituent-ils d'assez 
bonne heure , ceux de leur bonne race , au service auquel il 
les destinent, qui est le service exclusif de la selje. 

Déjà ces chevaux sont un peu plus grands el plus forts <fue 
les chevaux tft-tares ; déjà leurs formes sont plus rondes , plus 
agréables, et enfin leur caractère beaucoup plus docile ; et 
comme ils joignent à ces qualités presque autant de vigueur, 
c'est à juste titre qu'ils sont regardés comme les meilleurs 
chevaux du monde pour le service de la selle. 

Les Arabes divisent leurs chevaux en deux races : ils nom- 
ment l'une kadisckl, c'est-à-dire , chevaux de race inconnue, et 
De l'estiment guère plus que nous n'estimons les nôtres ; la 
seconde espèce se nomme kochlani ou kohrile , c'est à-dire , 
chevaux dont on a la généalogie depuis deux mille ans. C'est cette 
race que les Arabes disent venir originairem.ent des haras de 
Salomon , et dont les individus se vendent quelquefois à des 
prix si exagérés , qu'on n'ose y croire. On les vanie comme 
fort propres à faire, avec une incroyable rapidité, de très-' 
grandes courses , â soutenir les plus grandes fatigues , à 
passer des journées entières sans nourriture. On dit qu'ils 
se jettent avec impétuosité sur l'ennemi , restent auprès da 
> leur maître lorsqu'il est blessé ou tué , etc. 

On prend , lorsqu'on fait saillir des chevaux kochlani , des 
précautions telles qu'on ne puisse pas être trompé sur la 
eënéalogie du père et de la mère ; un constate la naissance 
du poulain qui en provient par un acte juridique; et toutes 
les fois que les formalités prescrites n'ont pas été rigoureuse- 
ment exécutées. Le poulain est réputé kadischi , quels que 
' soient d'ailleurs les avantages qu'il peut avoir, et il perd en 
conséquence considérablement dans l'opinion. 11 est extrê- 
mement rare que Les Arabes vendent leurs jumens kochlani ; 
tuais ils ne font aucune difficulté de vendre leurs étalons , 
lorsqu'on Lear en offre un prix suffisant , qui est toujours , 
cgmme on L'a déjà dit, «xtremcment élevé. 



dt, Google 



35G OHE 

On peut aroir quelquefois des chevaux de U race Icochlani 
â très-^on marché; voici commeDt : les Arabes, encore plus 
qtie les autres peuples , sont superstitieux , et ils regardent 
ces épis , qui se trouvent sur les chevaux , comme des si^es 
de bonheur ou de malheur ; ils vendent souvent à vil prix le 
plus beau cheval quand il â un épi de malheur , taudis que 
celui qui a un épi de bonheur, quelque défectueux qu'il soit , 
lui est souvent préféré. 

hes peuplades d'Arabes , errans ou nomades, faisant con- 
(lister lear bonheur dans la possession de bons chevaux , 
sont beaucoup plus attachés aux leurs que les Arabes des 
villes ; ce sont pour eux des compagnons plutôt que des ser- 
viteurs, et ce n'est qu'avec la plus grande peine qu'ils s'en 
défont. Leurs chevaux, quoique moins beaux, sont plus vites , 
plus sobres, et supportent mieux les fatigues. 

Chaïaux persans, lares , barbes. — ■ Si de l'Arafcie BOUS pas- 
sons dans la Perse , la Turquie et la Barbarie, nous voyons 
les chevaux plus nourris , mains accoutumés aux fatigues , 
acquérir plus de taille , plus d'agrémens , et même plus de 
force matérielle; maïs aussi leur énergie est diminuée en pro- 
portion ; ils ne soutiennent plus aussi long-temps les courses 
violentes et rapides, et ils périroient s'ils étoient soumis 
quelque temps aux travaux qui sont le partage des races 
dont nous venons de parler- En récompense, quelques-uns 
ont assez de taille , assez de corps pour pouvoir traîner des 
attelages, et rendre un service de plus ^ l'homme. 

Chevaux européens. — Les habitans de l'Europe plus civi' 
Usés , au moins aussi nombreux , mais rapprochés entre eux 
dans un espace beaucoup plos circonscrit que les peuples 
dont nous venons de parler, n'ayant point d'autres aiiimauy 
capables de faire le transport comme les chameaux et le) 
dromadaires, n'ayant point de déserts à franchir pour sç 
communiquer, ayant plus de fourrages pour nourrir leurs 
chevaux , n'ont pas eu besoin de trouver, dans ces animaux, 
une sobriété et une légèreté qui leur étoient inutiles pour les 
, travaux les plus communs. Ils ont recherché ceux qui , par 
leur taille plus haule , leur masse plus forte , pouvoient tral-^ / 
ner ou porter les fardeaux les plu£ pesans ; et l'on a réservé 
les plus fins , les plus légers , les plus jolis de ces chevaux 
pour le service de la selle. Bientôt on a perdu de vue l'on— 
giae de ces animaux ; on a négligé les sources premières 
d'oi ils étoieut venus ; on n'a plus considéré les régions qui 
étoient les plus favorables pour leur conserver les formes et 
la constitution que jeur a donnée la nature ; on n'a plus fait 
attention à l'éducation qu'il étoit le plus convenable de 
leur donner pour remédier aux înl]<i€ilccs «î'iyi elimat moins 



C H E 



33; 



cliaud , moins sec, fl'one noturiture plus abtMidante , mais, 
bien moins stimulante , et qui donne plus de niasse au corps 
sans lui donner plus d'énergie , et, peu k peu , le type ori- 
ginel est disparu, les chevaux se sont changés en cheyaux 
de trait , et fes premiers sont devenus eïtrêmement rares. 

Cette dégénération a affecté tous les chevaux de l'Europe 
plus ou moins , selon les régions , selon les mesures prises 
par les gouvememens pour y remédier, et seloD l'esprit d«s 
peuoles. ^ 

Ôteaaux espagnols, —y Les cheyaux espagnols, dont la taille 
est ordinairement de quatre pieds six à huit pouces , et qui , 
à des mouvemens très-souples et des formes Lien prises , 
joignent beaucoup de grâces, de docilité, de courage, de 
feu et d'actkin , ont été long-temps les premiers chevaux de 
l'Europe ; mais le peu de. soin qu'on prend pour maintenir 
la race pure , les rend déjà très-rares , et fait craindre que 
bientôt ils ne disparaissent entièrement. L'Andalousie est 
la province qui lient le plus à la conserver ; aussi ne dit-on 
déjà plus les chevaux espagnols , mais les chevaux andaloux: 
Od Tend aujourd'hui jusqu'à a5,oqQ francs un étalon bien 
étoffé de cette race pure. Les reproches qu'on fait le plus 
communément aux chevaux espagnols, qui, du temps ^cs 
Romains , jouissoicnt déjà dVne ' grande célébrité , ti«^nncn(. 
plus à l'imperfection de l'éducalion qu'on leur donne , auit 
vices de leur ferrure , etc. , qu'à de mauvaises qualité/i réelles. 
Les chevaux d'Italie étoient autrefois beaucoup plus ré- 
putés qu'ils ne Le sont en ce moment, soit pour le manège , 
soit pour l'attelage. Ceux du royaume de Naples étaient sur- 
tout recherchés ; mais ils ont dégénéré, depuis qu'au lieu de 
renouveler les races avec des étalons arabes, pu les a croi- 
sées avec des chevaux allemands, français, anglais, etc. 

Les chevaux allemands n'ont jamais été fort recherchés ; 
mais depuis prés de cent ans , on s'efforce de les améliorer, 
et on y est déjà parvenu jusqu'à im certain point. La Prusse , 
surtout , au moyen des dépenses qui ont été faites pour avoir 
des étalons arabes , turcs, barbes et espagnols , commence 
à en posséder beaucoup d'assez h^aux pour être cités avec 
éloge , et pour ùonner lieu à des bénélices importaiis. 

La Suisse possède une assez bonne race de chevaux de 
trait, dont beaucoup d'in^vidussoutdîstinguésparla beauti: 
de leur forme , et peuvent servir au cabriolet et au carrosse- 
Ces cheyaux sont forts, bien membres, ramassés, sobres, 
et tirent leur origine des anciens étalons Italiens. 

Plusieurs personnes prétendent que nos chevaux normands 

firoviennent de ceux que les Danois amenèrent lorsque, sous 
e nonri de Normands , ils firent la conquête d'une portion 



i-, Google 



358 C H E 

An la France. On ne peut se 4îssimuler que ces deux races 
ontbeauconp de rapports; mais, cependant, lorsqu'on avoulu 
croiser nos chevani avec des étalons du Holstein , les résultats 
n'ont pas été heureui. Au reste , le cheval danois est bien 
fait , largement étoffé ; ses formes rondes et son trot aisé ie 
rendent très-propre au carrosse. 

Les chcvaax hollandais sont également bons pour le car- 
rosse et pour le trait. Ilâ tiennent, quant aux formes, le mi- 
lieu entre les danois et les normands. C'est par les pieds * 
ordinairement très-larges, qu'ils pèchent le plus. On ieor 
reproche de ne pouvoir pas résister à la fatigue , de manger 
beaucoup , et d'être sujets k un grand nombre de maladies. 

Cheuaûx anglais. — Les cheraul anglais éloient.^uparavant 
leur régénération, totalement impropres à la selle; et les 
Anglais venoient en Espagne, et surtout enPrance, acheter 
ceux donL ils avoient besoin. S'étani aperçus que le croise^ 
meni de leurs jumens avec des chevaux arabes , turcs , perses , 
donnolt des productions égales et même supérieures k 
celles qu'ils se procuroient chez l'étranger , ils achetèrent 
des étalons de ces pays , les accouplèrent avec leurs ju- 
mens , et se formèrent , par des croisemens bien dirigés , la 
race qu'ils ont maintenant. Ils tombèrent néanmoins dans 
un excès qui leur a été nuisible , à force de vouloir des che- 
Tauï coureurs et de ne choisir que ceux que leur conforma- 
tion rendott plus propres à cette action ; ils ont fait des che- 
vaux coureurs, mais qui, comme chevaux de selle , ont des 
défauts qne lout homme de cheval ne peut se dissimuler. 

" Les plus beaux chevaux anglais , dit BuiTon, sont, pour la 
conformation , assez semblables am arabes et aux barbes , 
dont ils sortent en effet ; ils ont cependant la tête plusgrande 
mais bien faite , et les oreilles plus longues ; mais la grande, 
différence est dans la taille; les anglais sont plus étoffés et 
plus grands. Ils sont généralement forts , rigoureux , hardis j 
capables d'une grande fatigue, excellens pour la chasse etia 
course-, mais il leur manque de la grâce et de la souplesse : 
ils sont durs et ont peu da liberté dans les épaules. » 

Ce tableau, tracé dans le milieu du siècle dernier, est 
encore très - ressemblant aujourd'hui. Les chevaux anglais 
sont rebelles au manège , mauvais ^lour la cavalerie , et n'ont 
pas, en général, la réunion des qualités qu'on doit désirer 
dans un animal de cette espèce. 

La régénération des chovaux anglais parott être aujourd'hui 

portée à son plus haut point , au dire des écrivains de cette 

nation. Depuis quelques années, observoit Georges Culley 

en 179^,00 n'importe plus, ouquetrès- peu de chevaux ara- 

' ))es,ou autres, enAngleterre: ceux qui élèvent des chevaux de 



C H "E 359 

race, ayant reconna qu'ils obtiennent une amélioration pi iis 
marquée , ea se servant des meilleurs étalons anglais seule- 
ment , c'est-i'dîre , des étalons anglais de race régénérée , 
appelés dans le pays chevaux de sans {Blood Hone). 

Au reste , le croisement du cheval arabe , ou autre voisin , 
avec i'aticienne race indigène , . et 11 croisement de leurs pro- 
ductions entre elles ou avec la même race , ont produit unb 
division de tous les chevaux anglais en cinq classes , bien 
tranchées et bien caractérisées , qui se conservent en se fon- 
dant successivement Vnne dans l'autre. 

La première est le cheval de course , résuhat immédiat 
d'un étalon barbe ou arabe et d'une jument anglaise , Ai)k 
croisée àf barbe 00 d'arabe , an premier degré ou le résultat 
de denx croisés an m^me degré , que les Analais appellent 
premier sang , c'est-À-dire , le plu* près possible de la souche 
étrangère. 

Lia deuxième est Je cheval de chasse , résolut du croise- 
ment d'nn étalon du premier sane et d'une jument d'un degré 
moins prés de la souche. Cette classe est la plus multipliée ; 
elle est plus membres que la première , et d'un travail ex- 
cellenL 

Lia troisième est le rësidtat du croisement d'an cheval de 
chasse avec des jumens plus communes , plos fortement 
membréea, pltu approchant de la race indigène qne les pré- 
cédentes i elle forme le cheval de chaise ob de carrosse. Ce 
sont les chevaux de ces deux classes que les Anglais eipor* 
tent le plus partictUiérement en France. 

La qtiatrième est le cfaeval de trait, résultat du cheval 
précédent avec les plus fortes foment de ce pars. Il ya de 
ces chevaux tpâ sont de la plujs grande et de la plus forte 
taille. Leur moule est , en quelque sorte , celui d'un cheval 
de bronxe , et les membres en sont bien fournis. On peut 
les comparer aux chevaux des brasseurs de Paris , et ils sont 
employés an même service Ji Londres. 

La cinquième enfin , qui n'a aucun caractère particulier, 
qu'on regarde comme bÂtarde ou manquée , est le résoltat 
de tous les croisem^K des classes précédentes avec des ju- 
mens communes. 

Quelque soit, au surplus, lemélangedetoutes ces classes, 
on reconnoil jusque dans les individus les plus médiocres de 
ia dernière , l'inlkence du sang arabe , malgré l'état plus ou 
moins avancé de la dégénération. Cette influence se fak 
apercevoir dans la conlomiation de certaines parties do 
corps , ou dans la conservation de quelques qualités. 

Les chevanx de course ou de la première classe , sont , en 
Angleterre , un objet de luie et de dépense. Mai« s'ils doi>- 



i:, Google 



?6o C H E 

Dent lieu souvent à de grandes folies , s'ils minent quelque-^ 
fois leurs propriétaires, ils sont aussi, d'un amtte cdté , la 
source d'une richesse immense pour le pays, par l'amélio- 
ration des classes inférieures qn ils croisent et qai sont ven- 
dues à toute l'Europe. 

La France , plus que toutes les autres nations, a, en abon- . 
dance, des chevaux propres à tous les genres de services ; au- 
trefois même, quelques-unes de ses races avoient une grande 
réputation en Europe , et il se faisoit en conséquence an com- 
merce d'expoilation très-considérable. Ces races, par leur ' 
mélange avec des races moins parfaites , suite du peu de lu- 
mières des propriétaires ou des erreiirs du gouvernement , s* 
sont beaucoup détériorées ; ou mieux , le nombre ,des indi- 
vidus parfaits qui les composent en ce moment, est considéra- 
blement diminué ; mais le type en existe toujours : il ne s'agit, 
comme je crois l'avoir prouvé dans mon Instruction surf amé- 
lioration des chevaux en France, imprimée par ordre du ministre 
de l'intérieur Chaptal , que ^e prendre quelques mesures gé- 
nérales pour les relever. 

Pour se convaincre de cette vérité , on n'a qu'à passer en 
revue les rajces de chevaux que foumissolent ses différentes 
parties, et on verra combien de ressources en ce genre elle 
possède encore. 

La Elandre fournit d'excellens cheraux pour l'agricidtare „ 
les charrois , l'artillerie et le carrosse. Ceux de Tarrondisse- 
ment de Toumay surtout sont d'une forte taille , mais le cè- 
dent encore à ceux des environs de Fumes , qui sont d'une 
forme colossale. S'il en est , dans quelques cantons , qui 
soient inférieurs sous les rapports de la grandeur, ils peuvent, 

fiar' des croisemens bien entendus, fiiurnir bientôt d'excel-< 
entes espèces. 
Les plaines de la fieauce étoient et sont encore labourées 

fiar des chevaux entiers duVimeux, du Boulonnais, du Ca- 
aisis , de l'Artois , du Santerf e , que les cultivateurs achètent 
a deux ou trois ans, et qu'ils revendent à sis ou sept pour ie 
service des messageries et des postes. 

Ce qu'on appeloit V He-de-France , qui forme aajourd'buï 
les départemens de l'Aisne , de la Seine , de Seine ;et-Oise, 
de Seine-et-Mame , etc. , donne de très-bons cbevaus de 
trait pour l'agriculture , l'artillerie et les charrois. 

La ^Normandie a toi^ours fourni d'excellens chevaux de_ 
carrosse et de selle pour la chasse , le manège et pour les 
troupes. 

La plaine de Caen et le Cotenlinparoissent être plus parti- 
culièrement destinés aux premiers , et la plaine d'Alençon 
aux seconds. 



dt, Google 



C H P 36. 

L< pays â'Auge donne des chevanx de trait d'une bonne 
tournure , quoique leur tête soit un peu forte et leurs jambes 
chargées. 

Ces cantons sont encore la partie de la France la plus re— 
commandable pour relève des chevaux , les races y ayant «Sté 
conservées plus pures , malgré l'introduction qu'on n'a pas 
cessé d'y faire, depuis quelques années , de métis étrangers. 
C'est à La bonté de ses aboodans pâturages, à l'industrieuse 
activité de ses habitans, qui, de temps immémorial, se livrent 
à l'éducation et au commerce des cbevaux , que ce pays est 
redevable de cette branche importante de son économie 
rurale. 

• L'Anjou, le Maine, la Touraine et le Perche, élèvent 
une assez grande quantité de chevaux de trait et de chevaux 
propres à remonter la cavalerie légère; il s'en fait, surtout, 
d'excellens , le long de ta Sarlbe et dans les environs de 
Craon. 

La Bretagne est , après la Normandie , le pays le plus 
propre à la moltiplicalion des chevaux; elle fournît k cette 
dernière province une très-grande quantité de poulains qui se 
revendent ensuite comme chevaux normands , lorsqu'ils ont 
acquis du corps dans de plus riches pâturages ; elle donne des 
chevaux de carrosse, de trait et de cavalerie. Le cheval breton 
n'est pas aussi beau que le cheval normand; mais il est plus 
solide et résiste plus long-temps au travail. Le Morbihan a 
de doubles bidets, presque infatigables, qui malheureusement 
ne sont pas assez, multipliés pour l'usage des postes. 

Le Poitou , l'Auûis , la Saiotonge , l'Angoomois , l'Anjou , 
fournissent de bons chevaux pour tous les usages. Ils en sor- 
tent ordinairement avant trojs ans , pour aller s^amëliorér en- 
core dans les gras pâturages de la Normandie et de la Beauce. 

La Gatine , dans le département de la Vendée, avoit quel- 
ques haras particuliers qui élevoient d'e^cellens chevaux de 
chasse; mais ils sont détruits. 

Le Berri produit des chevaux de trait et de troupes, que 
l'on peut facilement améliorer. 

Le Limousin , l'Auvergne et le Péri^rd, ne peuvent être 
comparés à aucune autre partie de la France pour les cbe- 
vaus de selle. La race , connue sous le nom de limousine , est 
aussi distinguée par la figure que par la vigueur, la légèreté , 
la finesse et la durée. Elle n'est en état de rendre un service 
utile qu'à six ou sept ans ; mais elle est encore bonne à vingt- 
cinq ou trente. Cette race a été beaucoup altérée dans ces 
derniers temps par l'introduction de chevanx étrangers, et 
par un service prématuré; mais elle se conserre encore 



i:, Google 



3Ga C H E 

pur* daos qnelqDes rejetons ; et il est très-facile àe la relever 

La Guienne, ia Navarre, le Béam, le Condomois, le_ 
pays de Fois , le Boussîlloii , et quelques autres provinces 
voisines , possèdent une excellente race , recommandable par 
sa tigaeur , sa souplesse et sa légèreté , et qui se ressent en- 
core de son origine espagnole. Les chevaux nafanins, surtout, 
jouissent d'one grande réputation pour le man^e et pour la 
guerre. 

Le Roaergue et le Quercî ont une race de chevaux appro- 
chant des navarrins, <jui acqurèrent beaucoup de viguCûr, de 
nerf et de légèreté lorsqu'ils sont attendus. 

La Camargue a une race de chevaux qui y vit en liberté 
toute Tannée , et qui sont extrêmement sauvages. Ils sont 
petits, mais vi£s et vigoureux. 

L'tle de Corse possède aussi aneexcelleate race de chevaux, 
petite , mais très-sàre de jambes et très-forte , qui convient 
parfaitement au sol montueus sm* lequel elle vit. 

Le pauphiné élève faeaucoi^ de chevaux pour U cavalerie 
légère , et qui ne sont pas sans mérite. Il en est de même de 
la Franche-Cooiti^. Ceux de cette dernière province sont 
pins particulièrement propres k l'artillerie et aux convois. 

La haute et basse Alsace ont tonjonrs fourni des chevaoX 
propres à la culture des terres , à U cavalerie et h l'artillerie. 

La Bonr^t^e , le Bourbonnais et le Nivernais en élèvent 
de bons pour les différens services ; mais ceux de la Cfiam- 
pagne et de la Lorraine, quoique très - nombreux , sont de 
petite taille et n'ont point de figure. Ces chevaux, que l'on 
iie connoissoii point à Paris avant i8i3, ont été amené! 
à cette époque (faute demeilieurs) peur monter les régiment 
d'éclaireurs que l'on formoit alors. Ces chevaux, petits, très- 
mal nourris chez les paysan^, ont gagné beaucoup quand ils 
ont été mis à la ration militaire , ont fait les rudes campa- 
gnes de i8i3 et du commencement de i8i4; et lorsque f'on 
a licencié ces régimens, ils avoient résisté aux fatigues , étoient 
en bon état, ei beaucoup ont été vendus et pissoient pour 
^es chevaux cosaques. 

Lès Ardènnes possèdent des races de chevaux bien carac- 
térisés , OH faciles it reconnottre , très-utiles à l'agriculture , 
au commerce et à tous les usages de la guêtre. On les appelle 
généralementanrîninoû. Ils sont uervenx, sobres, durs au tra- 
vail, et du meilleur service. Cette race est très-si^ceptible 
d'amélioration. 

On voit par ce tableau des f3ieoau% fronçait, que SOtre pays 
est >m de ceux de l'Europe le plus susceptible de fournir et 
d'élevei' les races les pins belles et des meillenres qualités ; 

.,,!:, Google 



C H E 363 

que , par U nature variée de ses pâtnrages el de son sol , il 
est le plus heureusement situé pour établir des haras , prin- 
cipal rtioyen , comme on le verra par la suite , de les amé- 
liorer ie plus en pins. 

Il nous reste à dire on mot des chevaux de l'Amérique : les 
premiers qu'elle ait eus lui furent porlës par TEspagne , ainsi ' 
qu'on l'a déjà dît ; ce n'esl qu un siècle après, que les Anglais 
en envoyèrent, dans l'Amérique sepientrion^le. La France 
en a aussi foumi^es possessions du Canada el de la Loui- 
siane. Le» Antilles en ont eu, â leur tour, provenant des sou- 
ches originaires d'Espagne , mêlées avec celles dorlgine an- 
glaise on fraitçaise , tirées de l'Amérique septentrionale. 

Les chevaux de pure race anglaise qu'on voit actuellertient 
dans les Etals-Unis de l'Amérique , ont en général la croupe 
plate et carrée , ainsi que M. Bosc l'a remarqué pendant son 
séjour dans ce pays; mais ils sont bien faits d'ailleurs, et très- 
bons conteurs, lis ont en général les bonnes qualités et les 
défauts des chevaiir anglais. Comme on fait peni-âtre antant • 
d'efforts dans ce pays , pour améliorer lajiace des chevaux de 
course, qu'on en faisoit autrefois en Angleterre, et qu'on s'y 
occupe fort peu des chevaux de trait , il est probable qu'il se 
conservera lon^-temps , surtout daos la partie maritime , des 
chevaux de petite taille et de foible service pour les travaux 
agricoles et les transports. 

On dit, surtout dans les parties maritimes, parce que les 
chevaux de celles de l'ouest , tels que ceux des états de Ken- 
tncky et de Tennessee, qui proviennent dn mélange de la race 
anglaise avec la race française , sont en m^me temps fort vift 
et d'une forAe très- agréable. Je ne doute pas, d'après les 
observations de M. Bosc et les renseignemens que j'ai pris, 
que les chevaux de l'immense vallée où coule le Mississipi, 
ne soient un jour mis an nombre des plus beaux cbevaox de 
l'univers ; car les soins que l'on prend généralement pour les 
perfectionner, et les Idées saines qu'on y a de la beauté et de 
la bonté d'un cheval, idées dues au mélange des Anglais et des 
Français qni ont commencé k peupler celte contrée, doivent 
produire cet effet. 

Les chevaux espagnols on portugais qui ont été transplantés 
dans l'Amérique méridionale, ne paroissent pas y avoir dé- 
généré ; mais on est fort peu instruit sur leurs bonne* ou mau- 
vaises qualités , parce qu'on n'en permet pas l'ettraction , et 
que peu de voyageurs en ont parlé : on sait seulement ou'ils 
sont devenus sauvages dans les grandes plaines du Brésil, et 
du nord du Mexique, et qu'on va les chasser, pour les j;)rendre 
viyans, avec de» lacets de. corde , ou pour les tuer , avec des 
armes À feu on des laQCCs , comme les bêles fauves , anic[ue^ 



364 C H E 

ment afin d'avoir leur cuir , qui faî( pour ce pays l'objet d'un 

commerce 3e quelque importance. ^ 

Haras. — On a beaucoup écrit sur la question de savoir 
s'il dtoit plus arantageux de laisser à l'industrie particulière 
le soin de travailler librement à la reproduction des chevaux, 
ou si les gouvememens dévoient s'en charger ou l'assujettir à 
des réglemens propres à relever les races , etc., etc. Cet ob- 
jet , qui n'est ici que secondaire , a été spécialement traité 
par moi dans l'instruction que j'ai déjà cit^sur YamèUoralion 
descheeaux en France, pubhée par ordre du ministre de l'inté- 
rieur en l'an lo, et qu'on trouve à Paris, rue derEperoo, 
n." II. Je crois avoir prouva, dans cet ouvrage, que c'est 
principalement k la vicieuse administration de nos anciens 
haras, qu'on doit la dégénération des races de nos chevaux, 
dégénération qui a encore augmenté pendant la révolution, 

Ear suite des réquisitions d'étalons et d'autres chevaux de 
elle espèce propres à ta reproductioii ; que nous devons 
, chercher à relever nos aiiciennes races , en n'accouplant en- 
semble que les plus beaux individus , plutôt que de tenter de 
nouveaux croisemens qui n'ont jusqu'à présent produit ches 
nous que des effets désastreux, par (a mauvaise manière dont 
ils ont été dirigés ; que l'instruction , l'encouragement et U 
liberté sont les élémens les plus certains pour y parvenir ; quç 
deux établissemens de haras aux deux points opposés de la 
France , faits par et au compte du gouvernement , suffisent 
pour toutes les expériences qu'on jugcrolt à propos de faire 
sur l'introduction de races étrangères, les croisemens, et 
pour donner l'exemple aux grands propriétaires qui vou- 
droient spéculer sur des haras ; que des récompenses doivent 
être données dans chaque, déparlement aux propriétaires des 
haras particuliers , qui auront mis dans le commerce les plus 
beaux élèves, aux cultivateurs qui aurqnt montré le plus de 
zèle pour améliorer la race, etc.; que des courses, appliquées 
à toutes les allures , à tous les genres de services auxquels on 
assujettit les chevaux , doivent être établies dans un certain 
nombre d'endroits, et exécutées avec l'appareil propre à y 
attirer un grand concours de spectateurs , et k augmenter la 
gloire des vainqueurs auxquels on donnera des pnx propor- 
tionnés à l'importance de la race qu'ils produiront , et aux 
dépenses qu'ils auront été dans le cas de faire , etc. , etc. Je 
renvoie k cet écrit tous ceux qui désireront des détails sur ces 
objets. 

On appelle haras la réunion ou plutôt le lieu de réunion 
des mâles et des femelles pour la re production. _ 

On distingue plusieurs sortes de haras : des haras sauvages , 
des haras parqués , et enfin des haras domestiques. 



C H E àG5 

i." Lestaras sauvages sont ceux où les animaux, aban- 
dopnés à eux-mêmes dans uu espace circonscrit, sont dans 
l'état de nature, jouissent d'uae entière liberté, se repro- 
duisent sans qile l'homme s'en occu|(e , et enfin n'en sortent 
que ({iiand on parvient à s'en emparer pour les rendre do- 
mestiques. Ce genre de haras est très-rare en Europe, et l'on 
n'en trouve que dans quelques contrées du Nord, Les ani- 
maux qui en sortent sont accoutumés à toutes les intempéries 
des saisons , sont sobres , légers , durs à la fatigue ; mais ils 
se ressouviennent toujours un peu de leur premier état de 
liberté; le plus grand nombre est rétif; d ailleurs , il est 
très-difficile de s'en emparer, de les dresser ; et dans 
ces deux opérations, il y en a toujours quelques-uns qui sont 
mis hors d'état de rendre jamais service. Dans la France, 
quelques particuliers tfnt tenté d'en créer dans degrands 
parcs ; mais leurs efforts n'ont point été couronnés du 
succès; ils ont été obligés d'y renoncer. Ces haras ne sont 
bons que dans les pays oii de grands espaces de terrain ne 
sont point cultivés, et oii les chevaus qui s'y élèvent seuls, 
et que l'on y prend, forment une espèce de revenu éventuel, 
sans aucune mise de fonds. 

3.° Les haras parqués sont ceux où les animaux sont élevés 
, dans des parcs peu étendus, mais assez grands cependant pour 
qu'ils puissent y développer toutes leurs forces : ces sortes de 
haras sont les plus avantageux, ceux qui fournissent le plus 
de cbevaux; et quoiqu'ils ne soient point en général aussi 
énergiques, aussi durs que les chevaux sauvages , on a l'a- 
vantage d'y éleverla race dont on a besoin, ou celle que l'on , 
croit devoir convenir plus particulièrement au sol et au genre 
des pâturages; d'ailleurs les animaux, continuellement sous 
les yeux et sous la main de l'homme , s'habituent dès leur 
jeunesse k vivre avec lui , sont bien plus faciles à dresser ; les 
mâles 1 les femelles et les jeunes animaux étant séparés les 
jiDs des autres , ne peuvent se battre , se blesser ; et les ani- 
maux qui les composent , quand ,on en a besoin , travaillent 
aux différentes occupations auxquelles ils sont propres*, .et 
rendent ainsi un doidile service. 

3." Dans les haras domestiques , les animaux sont presque 
toujours renfermés dans les habitations, y reçoivent leur 
nourriture, et n'en sortent que pour les travaux ou pour pren- 
dre de l'exercice. Ces haras, quoique bien préférables en- 
core ans haras sauvages dans les pays extrêmement peuplés, 
sont bien moins avantageux que tes haras parqués. Les ani- 
maux , accoutumés dans les habitations à une températuw 
douce et uniforme , sont bien plus sensibles aux ebangemens 



dt, Google 



366 C H E 

de l'atmosphère , el par conséqaent plas exposas aux mala- 
dies qui en sont la suite. 

Le terrain le plus propre à un haras parqué , est celui qui 
est un peu montueux , sans 1 âlre trop , pour que les animaux 
■'exercent de bonne heure à monter et à descendre ; cet exer- 
cice leur donne heaucoup plus de souplesse et de Jégèreté 
que celui qu'ils preonent sur un sol plat et uni ; il est surtout 
nécessaire, si on se propose d'y élever des cheYaui de selle. 
Il faut ensuite qu'il suit divisé en camparlîmens ou parcs, 
pour que l'on puisse séparer ces animaux., pour que Ton 
puisse les empêcher de gâter trop de pâturages à la fois, 
enfin , pour qu'ils soient garantis de tous leurs ennemis. Les 

Îilus avantageuses de ces clôtures sont celles formées par des 
■aies bien entretenues , parce qu'elles sont les plus écono- 
miques , et fournissent de l'ombre e^de la fraîcheur aux ani- 
maux. Quoique ceux nourris au vert ne soient pas beaucoup 
altérés , cependant ils ont besoin de boire de temps en temps , 
surtout dans l'été : il est donc nécessaire qu'il y ait parmi 
leurs pâturages quelques pièces d'eau où ils puissent se dé- 
saltérer et même se baigner i ce bain augmente la vigueur et 
la souplesse des membres, et entretient la santé. L'eau cou- 
rante est bien préférable dam les endroits où ces animaux 
passent toute l'année , et par conséquent toute la mauvaise 
saison dans les pâturages ; des hangars doivent nécesiaSremept lit 
Y être établis pour mettre ces animaux à l'ahri des pluies froi- 
des el continues dans cette saison , et d'i^n froid excessif, tou- 
jours nuisibles quand l'animal n'a aucun moyen de s'y sous- 
traire ou d'en diminuer les mauvais effets. Aussi exigent-ils 
des soins beaucoup plus grands de ta part de ceux qui les gou- 
vernent. 11 est encore à craindre qu'en ne prenant pas assez 
d'exercice , ils n'acquièrent pas toute la forcé , la vigueur et 
la solidité qulls seroient dans le cas d'acquérir, et que leurs 
mouvemens n'aient pas cette grâce, cette hardiesse que l'on 
rencontre dans les animaux élevés dans les haras parqués. 
Pour remédier à cet inconvésient , il est indispensable d'a- 
voir à portée un enclos oà les animaux qui ne travaillent 
point encore puissent passer la plus grande partie de la journée 
en liberté, et s'y livrer à tons les mouvemens possibles. Avec 
ces précautions, ils deviennent tout aussi bons, et plusieurs 
prétendentméme qu'ils sontmeilleurs; nos voisins nous don- 
nent encore l'exemple i ce sujet. Le plus grand nombre des 
chevaux de prix en Angleterre , est élevé à l'étairie , et ,on a 
assez généralement reconnu que, dans cette manière d'éle- 
ver les chevaux, ils étoient moins sujets à la gourme et k 
«Aires maladies contagieuses , qui font quelqueloii de grands 
âges dans les pâtures. 



i;, Google 



C H E 367 

On peut élever âea cheTam panonl et sur tous lès teiraÎDs , 
excepté sur ceux qui sont trop humides ou inondés ; il ne s'agit 
que d'avoir de l'intelligeuce, du soin et des sources où l'on 
puisse puiser de boas principes. En faisant travailler les pères 
et Us mères, eo faisant travailler les enfans aussitôt que leurs 
forces le leqr permettent, et en raison de ces mêmes forces, 
it n'est point de ferme un peu considérable oii l'on ne puisse 
(Slerer des chevaux avec quelques avantages. Un travail, même' 
Da peu fort, leur est beaucoup moins nuisible qu'un repos 
absolu. SI cette venté étoit- plus généralement répandue , un 
plus grand nombre de cultivateurs, qu! sont persuadés que les 
pères et mères destinés à la reproduction ne doivent rien 
faire , se livreroient à l'éducation de ces animaux , et cer- 
tainement l'envie d'avoir de meilleurs - chevaux ne pourroit 
que contribuer à l'amélio ration de nos races. C'est par le 
plus absurde oubUde toutes le* lois de U nature-, que le pré^ 
jugé contraire s'est établi. 

Choix da Animaux pour la reproduclioit , etc. 

Lorsqu'on propriétaire désire se livrer à la propagatioa 
des. chevaux, U faut qu'il cherche d'abord k se procurer un 
étalon qui se rapproche le plus de la perfection. Cet étalon , 
dans la race qu'il se propose de multiplier, doit être exempt 
de défauts corporels , de toute mauvaise qualité. On a lon- 
guement écrit sur cet objet, sans produire aucun efEet Dtile, 
parce que les préceptes indiqués n'étaient fondés sur au— 
cune base solide. En effet, cuaque race de chevaux a ses 
avantages et ses désavantages, et toutes les fois qu'on en 
prend une pour type, on repousse toutes les aiKr.es, peut- 
être plus intéressantes pour celui qui cherche à s'éclairer. 
Quel est le cultivateur assez dénué de bon sens , qui, en 
lisant la description d'an cheval de course anglais, par exem- 
ple , ne jugeroit que des jambes fines ne conviennent pas à 
celui destiné à labourer les terres fortes qu'il vient de prendre 
à ferme ? 11 faut donc se borner à conseiller à ceux qui veu- 
lent se livrer à l'élève des chevaux, At choisir pour étalons 
et pour jumens poulinières, les individus les plus près de la 
souche pure, tant par les formes que par le caractère qui 
la distingue p articulière nAit. H n'est pas de propriétaire qui 
ne connoisse bien la race clTson pays, et il n'y a jamais qu'une 
économie mal entendue qui fasse préférer des animaux. in- 
férieurs. 

JSos voisins les Anglais, qui, comme on l'a déjà dit, doi- 
vent une partie de leur prospérité aux soins qu'il se sont 
donnés pour perfectionner (a race de leurs chevaux, savent 
qu'Un sacrifice pécuniaire daas ce Cas , n'est qu'une avance 



dt, Google 



368 C H E 

3ui doit uiljtnir rentrer avec de gros iùtrfrês ; aussi, donnént- 
3 souvent des sommes éDormes pour le loyer de certains 
étalons célèbres par leur beanté et tears bonnes qualités. Par 
exemple , on sait que les sauts de l'éch'pse, fameux coureur , 
qui av(fît partout gagné les prix, d'abord portés â vingl^cinq 
guinées, le furent ensuite à cinquante-deux parinmenl; 
qu'il en a été de même de snapi de chrysoliU, de masque; que 
les sauta de ce dernier et de chiilahy, éloient, eu 1776, 
de cent guinées, et qu'à ce prix , ils servirent chacun trente- 
deux jumens, et valurent par conséquent chacun trois mille 
deux cents guinées , ou à peu prés 70,000 francs à leurs 
maîtres , cette année. 

Une indication générale du bon choix des étalons et des 
jumens, est la vigueur soutenue dans l'exercice; et cepen- 
dant elle est oubliée paf presque tous nos auteurs. Quelque 
beaux qu'ils soient, ils ne doivent pas être préférés, j'ils ne 
sont en même temps les meilleurs. La douceur, la docilité, 
l'aptitude au travail , sont également dans le cas d'être con- 
sidérées; car ces qualités se propagent presque toujours par 
la génération. 

Le choix varie nécessairement , quant à l'âge , relative- 
ment à la race et au genre de service. Les chevaux fins étant 
bien plus long-tempsà se former que les chevaux de trait, ïls 
doivent être attendus davantage -, et la règle générale , à cet 
égard , est de n'employer à la propagation , que des chevaux 
et des jumens qui Ont pris tout leur accrofssement. L'expé- 
rience a prouvé que des étalons et des jumens trop jeunes 
pouvoient donner de belles productions, mais qu'elles étoient 
foibles et ne' duroient pas long-temps. C'est principalement 
par cette cause que nos races se sont promptement abâtar- 
dies. D'un autre côté, ces étalons et ces jumens durent eux- 
mêmes moins long-tcmps. 

Si toutes les tares, si tous les vices de la conformât ioti 
doivent faire proscrire des haras les étalons et les jumens 
qui en sont afl'ectés , il est des accidens qnî laissent toute 
l'aptitude nécessaire , et ne doivent pas conséquemment les 
en faire rejeter; tels que ceux qui les ont rendus boiteux ou 
aveugles. 

La nature a £xé a'ux animaux une époque fixe pour en- 
gendrer, et elle a été basée sur la plus grande abondance de 
nourriture que doivent trouver les femelles, ou leurs petits , 
à l'époque de leur délivrance. Cette loi a été intervertie 
pour quelques-uns de ceux qui vivent prés de l'homme, et 
qui y trouvent toute l'année une nourriture égalettient abon- 
dante ; mais le cheval, quoique domestique depuis aussi 
long-temps peut-être, s'en écarte peu encore. C'est donc 
ordinairement dans les premiers jours du printenups, que 



CH E 36, 

|ec jameDS mettent bas, et comme elles portent une année 
entière , c'est à celte même époque qu'elfes entrent eu cha- 
leur, c'est-à-dire, qu'il SlC fait en elles une révolutiou qui les 
rend propres à concevoir. 

On a beaucoup disserté pour saroir pourquoi on animal 
entrolt en chaleur, et comment il y entroit; mais ces ques- 
tions , comme toutes celles qui ont trait À l'acte de la géné- 
ration , ne sont pas encore résolues. Il suffît ici d'indiquer le 
fait, et d'en développer les suites. 

Lorsque les jumens sont en amour, elles deviennent fort 
inquiètes ; elles aiment à s'approcher des chevaux; elles hen- 
nissent dès qu'elles en voient ; elles lèvent leur queue ; le bas 
de leur vulve se gonfle, et elles jettent par cette partie one. 
liqueur gluante et jaunâtre. Ces signes s observent pendant 
quîuze ou vingt jours, et c'est le temps précis ou la nature 
demande l'accouple me nt- 

' Beaucoup d'auteurs recommandent une foule de précau- 
tions pour exciter la dialeur dans les jumens , et la fécondité 
dans Pélalon; mais tout moyeu contre nature doit être pros- 
crit dans ce cas conune dans tant d'autres. IlsufSt, à cette 
époque, d'augmenter la nourriture de l'étalon, ou de la lui 
donner meilleure. ^ 

L'acte de la génération , qu'on appelle la moitié, se fait * 
dans les haras , en liberté ou à la main. 

Dans la première , Tétalon est lâché dans le parc avec les 
jumens , et il les saillit aussi souvent qu'il veut ; on retire les 
]umens à mesure qu'elles cessent d'être en chaleur. 

Cette méthode, qui est la naturelle et la plus certaine 
pour la fécondité , a quelques inconvéniens , prmcipatement 
pour l'étaion qui s'épuise" inutilement. On peut les prévenir 
en mettant l'étalon dans un enclos, et en lui lâchant succes- 
sivement les jumens qu'on veut qu'il couvre. En lui en don- 
nant ainsi deui par jour, qu'on Ifi feroit successivement re- 
passer si elles n'avoient pas d'abord conçu, on rempKroit 
parfaitement le but Aussi est-ce la méthode qui doit être 
préférée. 

Dans la monte à la main ongarrotte la jument par la tête et 
par les pieds, on l'attache entre deux pieux de manière qu'elle 
ne peut se remuer. On amène l'étalon. Ou conduit enfin tous 
ses mouvemens, comme si la nature ne saroit pas le guider 
dans cette grande opération à laquelle elle incite tous les ani- 
maux. 

On a prescrit de jeter, après la monte, de l'eau froide sur 
la jument ; de la faire trotter , de la frotter avec de la paille , . 
elc. ; tous procédés aussi ridicules les uns que les autres. 11 
£iut, au coatrùre, larentrerdans l'écurie, et l'y laisser tran- 



dt, Google 



370 C H E 

quille aa moins pendant qnelqacsheures, pour qae ta concep-» 

tionne sohpointtroublée. 

Les-Écrirains ont fixé de TÎngt à trente le nombre des ju- 
mens qu'oo pouvait donaer par monte i chaque étalon : tnais 
ce nombre doit itre subordonné à l'âge de l'étalon, à la nature 
de sa race , on au serricc qu'on se propose d'en tirer. On sent 
en eBÏEt, qu'un cheval, ienne on Tiem, doit être pins ménagé 
qu'on dans la force de l'âge ; qu'an cheval fin demande des' 
précautions snpérleures à celles d'an cheral de trait de peu de 
râleur. 

Jjt premier signe qui annonce qae la jument a conçu on 
qu'elle est pleine , c'est la cessation de la chaleur. Ceux qui 
lui -succèdent sont l'amplitude du ventre , qui descend en 
nrfme temps que la partie supérieure du flanc se creuse. 

Le moyen de s'assurer de la présence du poulain avant - 
le sixième mois, c'est d'introduire la main et le bras, bien 
huilés , dans le fondement de la mère , et de tâter si la ma-, 
trice est pleine ou non. 

La durée de la gestation n'est pas plus certaine dans la ju- 
ment que dans les femelles des autres animaux. Elle porte 
cependant assez généralement son poulain un an; c'est-à- 
dire, qu'elle met ordinairement bas aans le douzième mois ou 
aU commencement du treizième. 

L'état de plénitude ou de grossesse ne s'oppose point au 
travail des iumens, il est même utile de tes occuper; mais on 
doit les ménager, les bien soigner et les bien nourrir. 
. Les jumens pleines doivent Être placées plus au lai^e 
dans les écuries. 11 est même prudent de supprimer les 
barres. 

Un travail forcé on trop fatigant , des coups sur lea 
reins, sur ie ventre, des heurts de brancards ou de li- 
mons, ou contre des portes, d'écurie, une boisson trop 
fraîche, etc., produisent quelquefois l'aronement. Les ju- 
mens d'an tempérament lâcbe et mou, celles qui ne font 
qae peu ou point d'exercice , y sont plus exposées que les 
autres. 

Il est des jumens pour qui l'avortement est sans consé- 
qoence ; mais il en est aussi pour qui il est une véritable 
maladie. Lorsqu'il est difficile , il faut aider arec la main 
la sortie du foetus et de ses membranes, et fortifier la mère' 
par une ou deux bouteilles de vin ou de bière. Lorsqu'il 
est accompagné de putridité, on doit , après qu'il est ter- 
mina, faire, dans la vidre , des injections avec une iniu- 
sion de plantes aromatiques , aiguisée d'un peu d'eau- 
de-TÎe on de vinaigre. Enfin, lonqu'il est suivi d'une pro- 



dt, Google 



CHE 3yi 

jtlCiioii de lait , H fm&ra traire la )timent pe^^ '^tque 
temps. 

L'acconcheinént Oti la'Aâse-bés des jiïmetis est prédqne 
toujours sans accident. LVpôqaé de son arriviéé s'antt'oDcb 
DOD-senlen*nt par le ventre qui tombe ehUtreitiefif l-{ par 
l'amplitude des mamelles , mais encore par Kengoi^HeiJt 
des jambes de derrière, par la dilficnlK dl: ^tnârchet , par 
l'agitation continuelle, par le goti^émient de ta ttrirë; par 
l'écoulement à'une humeur séreuse .rouge âtre , etc. Aldrs ta 
jument doit BtTe laissée libre dans utae écurie tsseit^aMe^ 
garnie d'une litière épaisse et sèche , et bibn st gaf-dër ïi Ui 
donner des bredvages et des alimens iinusîtés. Tout aà plus, 
si elle est éonstipée , se penrttttra-t-on de lin doiinët- tW oti 
deux lavemens d'eau tiède , ou. de lïri rétitér les txdrëOtttia 
arec la main huilée. 

La jument pouline debout on corichée , et n'a beïoin dli 
secours de rhomnle ni dans Ion ni dans I iutre cas. Le tOr- 
doD ombilical se rompt ordîitaireittent lors de )a IdHié dti 
poulain , si la jument est debout, 6t> lorsqu'elle se relfevé , si 
elle est couchée. La «ecbusse que cette rupture occdsione , 
facilite la sortie de l'ârrière-faix ou du délÎTre. 

Si la niptlirb n'a pas lien nature lleihent , la jument itldché 
le cordon et le coupe. Elle mange aussi, à l'exemple désl^- 
méllcs des autres aniihaux, le déUvre. 

Il suffit , après la mise bas , de bouchonner , de rouvrir la 
jument , et de lui donner quelques scaus d'eau blanchfe d<- 

f ourdie; si elle parolt fatiguée, on lui donnera une ou deux 
outeilles de vin ou de bière. It est important de ne pds la 
tourmenter. On doit la laisser seule et tranquille. • 

La jutnent qili a mis bas doit être bien nourrie , et elle pept 
fecommencerà travailler ail bout de htit) jours, et itiëtde plus 
tôt , sans inconvénient. 

Aussitôt que le poulain est àê ; sa mère le lèche , pôvr le 
difbarraïsèr d'Unfe espèce de crasse visqueuse qiii l'encroûté 

5our ainsi dire. 11 essaie d'abord de se meltré sur ses pieds 
a quel4uefois dé la peine à réussir , cependant ordmaire- 
fdent il y parvient pourpeu qU on l'aide. 11 cherche ausiitOt 
la ntametu dé la mère. On peut entore l'aider datts cettfe 
recherche ; et il est bon , lorsque c'est un premier h^^ tlfe tenit- 
là mère , qui eSt plus ou moins affectée doùlourebsemétit rft 
la première siiccion.' ■ 

C'est un préjugé qUe de né pas làisJiér tëlér âii p'àiiiim tt 
prejhièt tait, çui est séreux et destihri à purger h iiii^àiilinu:^ 
B'ilparphfolble et ne tette pas, on peut lui donner un peu d^ 
vin eta'éatl dégourdis, ou traire la mère, ellrn firtrè avdler 
le Idit. C'est kikeiUeur de tous les remèdes. Il fa(it'â''jùQçurft 



i:, Google 



a^a C H E 

le leair chandeuent auprès de sa mire , et ne le point toiir-^ 

menter. 

XjC poulain peut suivre sa mère quelquesjours apr^ sa nais- 
Bance , soït au piturage , soit au travail. Il tette chaque fois 
qu'elle s'arrête ; mais quoique souvent on en ait ^u faire plu- 
sieurs centaines de lieues de suite , à sis lieues par jour, sans 
incODvésieas I on sent qu'il est bon qu'il ne marche qu'àpro- 
. portion de ses forces. On doit donc éviter de longues traites, 
et surtout des traites rapides à la mère. 

Si quelque accident empêche la jument de nourrir son 

Soulain, on peut l'élever sans téter, avec du lait de jument, 
e vacbe ou de chèvre. Où l'habitue aisément à boire, seul. 11 
suftt, conuneaa vea^rde lui mettre le doigt, ou un chiffon 
trempé , .dans la bouche. 

La jument qui allaite et qui travaille, doit être bien nourrie. 
L'économie, dans ce cas, est une véritable perte. Le lait agit 
être abondant, et il ne peut l'être qu'autant qu'une iiuurri- 
ture abondaote en fournit les élémens. 

A deux mois, le poulain commence à manger des alimens 
solides, soit ^ la prairie, soit à IJ^curie. Dans ce dernier cas, 
le fourrage qu'on donne à. la mère , et daifs lequel le petit 
s'amuse à chercher quelques brins , doit être fin et délicat 
autant que possible. 

On sèvre ordinairement les poulains à six on sept mois; et 
pour cela, ou les séquestre peu à peu de leur mère, en aug- 
mentant leur nourriture. 

Le poulain sevré k l'herbe , n'a besoin d'aucun change- 
ment dans sa nourriture. Celui sevré à l'écurie, et qui n'est 
ÎiS encore accoutumé augrain, ex