Skip to main content

Full text of "Ordres et apostilles de Napoléon (1799-1815)"

See other formats


¥W -7 ** , 


^J 


k*tf 




P 


' 1 n A *% 


r 1 




3 




■ s 






i 







* m ^£rk 



\" '^ 



■ +'+ 



w^l x ' ÊÂ 


XfP % ■ • je £4 


K 




o 





3^ra%.: 



♦ • .-*«♦ 



¥*** 





f v r> - 



ORDRES ET APOSTILLES 



NAPOLÉON. 



DU MEME AUTEUR 



Le Général Chanzy. in v,,i. i,,-i8jésu> 3 fr. 50 

La Guerre (1870-1871). Un vol. in 18 jésus 3 fr. 50 

Paris en 1790. Voyage de Haie m Traduction, introduction et notes. 

Un vol. in-8 carré. . . 7 fr. 50 

L'École de Mars f 1794)- Un vol. in-18 jésus. 3 fr - 5° 

Dugommier (17381794)- ^'^ vol. in-8 cane. 7 &• 5° 

La Légion germanique ' 1702-1793) Un vol in-8 carré. . . 7 fr. 50 
Un prince jacobin, Charles de Hesse ou le général Marat. 

Un vol. in-8 carré. .... 7 fr. 50 

Journal de Desaix (1797* Un voi. in-18 jésus. 3 fr- 5° 

Souvenirs du baron de Frénilly. Un vol. in-8 carré. 7 fr. 50 

Mémoires du général Griois. Deux vol. in-8 carré. . . . . 7 fr. 50 
Quatre généraux de la Révolution, Hoehe et Desaix. Kléber 

et Marceau. Lettres el notes-. Un vol. in 8 carré 7 lr. 50 

LES GUERRES DE LA RÉVOLUTION. 

La première Invasion prussienne. 

Valmy. 

La Retraite de Brunswick. 

Jemappes et la conquête de la Belgique. 

La Trahison de Dumouriez. 

L'Expédition de Custine. 

Mayenee. 

Wissembourg. 

Hoche et la lutte pour l'Alsace. 

Valeneiennes. 

Hondschoote- 

(Chaque volume formant un tout complet. 3 fr. 50). 

LA JEUNESSE DE NAPOLÉON. 

Brienne. 

La Révolution. 

Toulon. 

(Chaque volume formant un tout complet, 7 fr. 50). 
L'Alsace en 1814. Un vol. in-8 carré 7 fr- 5° 

Études d'histoire. Première série. — Un vol. in-8 écu 3 fr. 5° 

Études d'histoire. Deuxième série — Un vol. in-8 écu 3 fr. 50 

Etudes d'histoire. Troisième série. — Un vol. in 8 écu 3 fr - 5° 

Episodes et portraits. Première série. — Un vol. in-8 écu. . 3 fr. 50 

Episodes et portraits. Deuxième série. — Un vol. in-8 écu. . . 3 fr. 50 
Épisodes et portraits. Troisième série. — Un vol. in-8 écu. . . 3 fr. 50 

Lettres de 1815. — Un vol. in-8 écu 3 fr- 5° 

Jean-Jacques Rousseau | t 'ollection des grands Écrivains français). Prix 2 fr. 
Stendhal-Beyle. Un vol. in-8 carré s tr. 

Études de littérature allemande. /'"''""' vr/-;, Un vol. in-i8j. 3 fr. 50 
Etudes de littérature allemande. Deuxième série. Unvol.in -i8j. 3 ir. 50 

Histoire de la littérature allemande. Un vol. in-8 carré. . S fr. 



Arthur CHUQUET, 
Membre de l'Institut 



ORDRES ET APOSTILLES 



DE 



NAPOLÉON 



(1799-1815) 



TOME PREMIER 





PARIS 

BRAIRIE ANCIENNE HONORÉ CHAMPION'. ÉDITEUR 
5, Quai Malaquais, 5 
19 1 1 



I MICROFO ""■' ■ -\Y ! 



DATE. ., 



0ECO3 1990 



PRÉFACE. 



La gloire de Napoléon est du granit, et de même, 
la grande Correspondance, publiée par ordre de son 
neveu. Nous nous hasardons pourtant à publier, nous 
aussi, un supplément à cette Correspondance, à ajouter 
une petite pierre à ce beau et vaste monument. Notre 
supplément renferme, comme l'indique le titre, des 
ordres et des apostilles. Parmi les ordres, quelques- 
uns méritent sûrement d'être connus. Quant aux 
apostilles — signées Bonaparte, ou Napoléon, ou 
Nap., ou N. — nombre d'entre elles sont curieuses. 
Un mot, une phrase suffit au Consul, à l'Empereur 
pour exprimer sa volonté, pour trancher une question, 
lever une difficulté, prononcer un jugement, apprécier 
un homme, et certaines de ces apostilles sont des 
coups de griffe. 0) 

Cette liasse d'ordres et apostilles, trouvés au cours 
de nos recherches dans les archives de la guerre et 
classés selon l'ordre chronologique, sera suivie d'une 
autre ; s'il plaît à Dieu, c'est-à-dire au public qui, je 
pense, nous saura gré de notre effort et de nos propres 
apostilles, des notes brèves, mais utiles dont nous 
avons accompagné ces pièces inédites. 

Arthur Chuquet. 

i. Nous n'avons pas reproduit toutes les apostilles inexpressives et 
banales, comme renvoyé au ministre de la guerre, approuvé ou accordé, 
refusé; cependant, lorsque le « oui » ou le « non » offre quelque intérêt, 
nous ne l'avons pas omis. 



Ordres et apostilles de Napoléon. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON. 



1. — Brumaire an VIII. 

Au ministre. île la guerre Berthier. 

Le premier consul rappelle au ministre de la guerre la 
mère du général Desaix. 

2. -- Brumaire an VIII. 

Nommer un général divisionnaire pour la 6 e division ter- 
ritoriale. 

Nommer un inspecteur pour incorporer les bataillons 

auxiliaires qui arriveront au Rhin. 



3. — Paris, 24 brumaire an VIII (15 novembre 1799). 
Au ministre des relation* extérieures Reinhard. 

.le vous prie de faire demander au ministre d'Espagne 
deux gros bricks, deux petits avisos et une bonne Frégate: 
tous ces bâtiments sont destinés à porter des nouvelles en 
Egypte. Je désirerais que le premier brick pût partir d un 
des ports d'Espagne le 20 frimaire; le premier aviso, le 
1 nivôse; la frégate, le 10 nivôse; le second brick, le 20 
nivôse, le second aviso, le 1 pluviôse. Le ministre de la 
guerre vous remettra de suite les dépêches qu'il a à faire 
piasser par le premier brick, et il vous remettra les autres 
pour qu'elles puissent arriver assez à temps dans le poil 
de rembarquement. Vous écrirez à notre chargé d'affaires 
à Madrid pour qu'il envoie par ces occasions toutes les ga- 
zettes espagnoles depuis un an el qu'il donne des nou- 
velles d'Europe au général Kléber, commandant en chef 



8 ORDRES 11 APOSTILLES 1)1". NAPOLEON 

en Egypte. Nous désirerions que l'on fit embarquer sur 
lu Frégate 1000 sabres. 2001) fusils. 2001) paires de pis- 
tolets, 1000 boulets de 1. -1001) de 8, 4000 de 16, 4000 
de 21 .S ou !> chir.urgiens, )i médecins, 200 hommes de 
troupes étrangères à la solde de S. M. le roi d'Espagne, 
qui lui seront rendus parmi les prisonniers allemands. 
Le ministre de la marine fournira des officiers mariniers 
connaissanl les côtes d'Egypte pour diriger ces bâtiments 
et désigner les endroits où ils doivent aborder. Vous vous 
concerterez avec les ministres de la guerre et de la ma- 
rine pour toul ce qui les concerne. 



4. — Paris, 24 brumaire an VIII (15 novembre 1799). 

Paroles dites à Carnol. 

Ecrivez des lettres flatteuses aux généraux employés en 
Egypte que je viens d'avancer; si vous ne trouvez pas Ver- 
ny, il faut remettre la dépêche à un autre, mais le général 
Lefebvre, ami du citoyen Verny, pourra vous indiquer sa 
demeure. 



5. — Pari?, 25 brumaire an VIII [l§ novembre 1799). 

Le commissaire près l'administration municipale du canton de Mon 
doubleau expose la triste position des citoyens de ce canton et que, 
faute du secours qu'on leur refuse, ils ne pourront pas s'opposer à l'in- 
vasion que jusqu'à présent ils onl empêchée. 

Renvoyé au général Dupont (*•), pour me faire un rapport 
sur cette demande. 

6. — Paris, 26 brumaire an VIII H 7 novembre 1799). 

.1 Berthier. 

.];■ désirerais que vous donnassiez l'ordre à la 14 e demi- 
brigade de ligne el à la 30e de ligne de se rendre à Fon- 

i i 'esl Duponl Baylen qui allait rire comme on verra, chargé du 
ilepôl de la guerre. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 9 

tainebleau où on leur incorporera les bataillons auxiliaires 
afin de mettre ces deux excellentes demi-brigades dans le 
cas de faire la guerre le plus promptement possible. 

Il faudrait également s'occuper de réorganiser le plus 
promptement possible la 6e de ligne et la 79 e qui sont à Pa- 
ris, de faire venir à Paris le 5^ de cavalerie et de réunir 
les différents détachements du 9 e de dragons qui sont 
encore à l'armée d'Italie. 

Il faudrait arrêter la marche des 6 e et 11« de hussards 
et 15 e de chasseurs dans l'endroit où ils se trouvent. 

Il faudrait arrêter la marche de la 51e demi-brigade 
dans l'endroit où elle se trouve et me faire connaître l'en- 
droit où ces quatre corps s'arrêtent. 



7. — Paris, 27 brumaire an VI II (18 novembre 1799). 

Ordre au général de brigade Broussier (*) de se rendre 
à Toulon pour y prendre le commandement des troupes 
qui partent pour l'expédition de Malte: il sera sous les 
ordres du général divisionnaire Vaubois ( 2 ). 

Ordre à l' adjudant-général Hector Legros ( 3 , de se ren- 
dre également à Toulon pour passer à Malte avec les trou- 
pes qui y sont envoyées. 

Il faut annuler l'ordre qui a été donné à l'adjudant géné- 
ral Pcyron ( 4 ). 

8. — Paris, 29 brumaire an VIII 20 novembre 1799). 
Expédier au général Brune la permission de se rendre 

1. Jean-Baptiste Broussier, général de brigade (20 janvier 1799) et de 
division (1 février 1805), comte de l'Empire (15 octobre 1809) ; voir .*ur 
lui notre Alsace en 181 1. p. 133 el 415. 

?. Cf. sur Vaubois notre Jeunesse de Xapolcon, 11. p. 177 et 324. 

3. Jean Hector, dit Legros, adjudant général chef de brigade depuis 
le 22 octobre 1793 pour sa belle conduite à Cholet et qui n'a pas dé- 
passé ce grade. 

4. Louis-Hippolyte Peyron, général de brigade depuis 1«- 12 avril 1794 ; 
voir sur lui notre Dugommier, p. 70 et 448 ; Bonaparte le juge dans 
une lettre du 15 mai 1800 à Lacuée un mauvais officier et qui n'est bon 
à rien. 



10 ORDRES 11 APOSTILLES Dl NAPOLÉON 

à Paris au moment où il jugera pouvoir le faire sans incon- 
vénient. 

Expédier un ordre au général de brigade Gardanne L ) 
pour être employé dans la 17* division. 



<). Paris, 29 brumaire an \ 1 1 1 (20 novembre L799 

Echanger le plus promptemenl possible ies généraux 
Pérignpn, Grouchy el C.olli contre le général russe Her- 
tnan, pris en Hollande, et en rendant le général anglais 
Diuin. détenu après avoir élé pris d'une manière à faire 
soupçonner l'espionnage. Dunii est détenu par les ordres 
du général Prune. On pense que les trois généraux fran- 
çais peuvent être échangés contre ces deux étrangers. 



10. -- Paris, 29 brumaire an Y11I (20 novembre 1799). 
Berthier à Hédouviile. 

Les consuls me chargent, citoyen général, de vous té- 
moigner leur satisfaction sur les heureux commencements 
de conciliation que vous avez eus. 

1° ils sont forts de la confiance de tous les Français 
et des succès des armées qui présagent une paix prochaine: 
ils ne se résoudraient que Lrès difficilement à traiter avec 
des rebelles. 

2° Ils ne voient aucun inconvénient à accorder aux peu- 
ples des départements insurgés les demandes faites par 
leurs chefs: mais ils voudraient les accorder par acte de 
mouvement propre, et non pas par une convention ou par 
w\\ traité diplomatique. 

Vous devez faire connaître que les consuls de la Répu- 
blique ne sont attachés à aucune l'action et ont eu vue 
le bonheur et la gloire du peuple français, qu'il est de 

1. Gaspard Vmédée Gardanne, général de brigade depuis !<• '-M mars 
1707. devail être promu !<• r, i,m\uT isOn Ln-ni'-rnl ôo division: c'est lui 
qu'on nommai) le beau Gardanne ou Gardanne la Moustache; cf. notre 
Journal <\r Desaix, p. 16s. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 11 

l'intérêt des pays insurgés de profiler de l'heureux chan- 
gement qui vient de s'opérer dans le gouvernement pour 
manifester une confiance entière en des hommes qui sont 
dépositaires de celle de toute la nation, et que l'Europe 
respecte. 

Vous pouvez promettre aux chefs les avantages pécu- 
niaires qui pourraient les rallier. Les consuls de la Ré- 
publique ont une entière confiance dans vos talents et votre 
patriotisme: ils désirent que vous meniez vivement une 
négociation si essentielle et ils attendent avec impatience 
les effets des prochaines conférences. 

Les consuls désirent que vous leur fassiez connaître 
promptement les hommes qui doivent être remplacés dans 
les administrations centrales, ayant à cœur de les compo- 
ser de manière à ce qu" elles donnent aux pays révoltés la 
mesure de la justice et des sentiments d'ordre qui animent 
les consuls de la République. 



11. — Paris, frimaire an VIII. 

Le citoyen Maillefer (*), qui commande la place de Nancy, a 'il ans : 
il n'est pas en état de monter à cheval et ne peu' servir en ligne. 

Ordre de se rendre à l'armée, c'est le poste d'honneur. 



12. — Paris, frimaire an VIII. 
A Berthier. 

1° Savoir quel est le bataillon de conscrits qu'on a en- 
voyé à Toulon pour s'embarquer pour Malte sur le Gé- 
néreux? 

2° Quels sont les bataillons de conscrits qu'on a envoyés 
à Toulon pour la Corse? 

3° Quels sont les bataillons de conscrits envoyés à Brest 
pour y être embarqués sur la flotte de Bruix? 

1. Jean-Frédéric de Maillefer. né en 1757, ancien gendarme du roi, 
capitaine au 57' régimeni d'infanterie (12 janvier 1792). 



12 ORDRES II APOSTILLES l'I N'APÔLÉON 

1" S'assurer si, indépendamment des 1800 hommes el 
150 chasseurs du 13 e , on a envoyé une compagnie d'ar- 
tillerie pour la Corse et quels sont les officiers d'artil- 
lerie et l'officier du génie nommés. Demander 1 pièces 
de canon de quatre et 2 obusiers, ces derniers en plus. 

5° Quels sont les 200 chasseurs qui ont dû être embar- 
qués sur l'Egyptienne? 

6° Quelles sont les demi-brigades ruinées dans la cam- 
pagne passée"' 

7° A-l-on envoyé des chirurgiens et médecins à Brest 
et à Toulon pour s'y embarquer? 



13. — Paris, 1 frimaire an VIII (22 novembre 1799). 

Le ministre de la guerre propose de prendre définitivement ;i la solde 
de la République le.- légions polonaises en Italie el d'en former un.' 
seule légion organisée sur le modèle de la légion du Danube. 

Les légions polonaises en Italie feront partie de la lé- 
gion du Danube. 



14. — Paris, 2 frimaire au VIII (23 novembre 1799). 
Berthier à Brune. 

Les consuls de la République, citoyen général, me char- 
gent de vous ordonner de vous rendre sur-le-champ à 
Paris: vous confierez pendant votre absence le comman- 
dement de l'armée à l'officier que vous en jugerez le plus 
capable. 



15. Paris, t frimaire an VIII (26 novembre 1799). 

Faire passer six médecins el douze chirurgiens à Brest, 
destinés à s'embarquer pour une expédition secrète. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 13 

16. — Paris, 4 frimaire an VI 11 (26 novembre 1799). 

Ordre au général Rey C) de partir aussitôt la réception 
de l'ordre pour se rendre en poste à Toulon et s'y embar- 
quer pour être employé à Tannée d'Egypte aux ordres 
du général Kléber. 

Ordre au général Gareau - qui est à Aix, de se rendre 
à Toulon pour s'embarquer sur l'expédition et prendre 
le commandement des troupes qui sont à Malte: lui donner 
les instructions qu'avait le général Broussier. 

Ordre au général Broussier de se rendre en poste à 
Valenciennes pour y prendre le commandement de la place. 



17. -- Paris, 4 frimaire an VIII (26 novembre 1799). 

Faire venir à Paris le général Mack qui commandait 
l'armée napolitaine. Dans la lettre au commandant mi- 
litaire de la division, lui recommander de donner des or- 
dres pour ({ue l'on ait tous les égards que Ton doil à 
la personne et au grade du général Mack: il doit charger 
un de ses aides-de-camp d'accompagner ce général. 



18. - Paris, I frimaire an V1IT 26 novembre 1799). 
Forfait, ministre de la marine, à Berthier. 

La frégate l'Egyptienne est prête à prendre la mer 
au premier ordre; les consuls désirent savoir à quelle 
époque les officiers de santé, les troupes et les approvi- 
sionnements (pie vous désirez faire passer sur l'Egyptienne, 
seront rendus à Toulon. 

1. Gabriel-Venance Rey, général de division depuis le 30 juillet 1793. 
était, en non activité depuis le 18 novembre 1709. 

2. Louis Gareau, généra] de brigade depuis le 19 octobre précédent. 



Il ORDRES I I APOSTILLES DF. NAPOLÉON 

19 Paris, 7 frimaire an VIII (28 novembre 1799). 
Clarke [ l ) à Dupont. 

Je vous prie, mon cher ami. de me l'aire faire sur-le- 
champ pour le consul Bonaparte un état de lous les gé- 
néraux employés dans les divisions territoriales en ce nio- 
men!. en observant de laisser une grande marge blanche 
pour noter les changements quand il en arrivera. 

Je vous demande encore pour ce Consul, un état de tous 
les adjudants généraux employés dans les divisions territo- 
riales el un étal séparé de ceux qui sont à Paris. 

Je vous demande, en outre, l'état de tous les comman- 
dants de places situées dans les divisions territoriales avec 
les adjudants de place et la note des appointements (pie 
touchent ces divers officiers. 

Tous ces objets sont urgents. Je vous embrasse. 



•><>. Paris, 8 frimaire an VIII (29 novembre 1799). 

Le général de brigade Treich 2 ) cessera ses fonctions 
de commandant de la place de Marseille. Il se retirera 
dans le lieu de sou domicile et y jouira du traitement 
de réforme de son grade. 

Le général de brigade d'Oraison 3 ) cessera ses fonctions 
de commandant de la place de Brest. Le ministre de La 
guerre fera un rapport sur ce qui le concerne. 

Le ministre de la guerre fera également un rapport 
sur l'adjudant-général Michel, commandant de la place 
de Melz (4), le chef de bataillon Maillefer. commandant 

1. Clarke était chef du bureau topographique établi près des consuls. 

2. Pierre-Jean rreich, général Ho brigade depuis le '•?:! aoûl 1793. Cf 
une lettre du 8 janvier 1800 où Bonaparte s'étonne qu'il soit encore en 
place et voir sur ce général le livre «le Seilhac, Les volontaires de lu 
Corrèze, ainsi que A. Chuquet, Hoche el la lutte poin- ! Usace, p. 201 218 

:;. Henri <\o Fulque, comte d'Oraison, avail été nommé maréchal de 
camp le 24 février 1790. 

L Joseph Michel, né à -Vntilly l Moselle en 1762, canonnier (1782-1790), 
ohef de bataillon en 17 ( .»3 ot (\o demi-brigade en 1794, adjudant-général 
el commandant de place à Metz l s octobre 1798 envoyé aux armées 
du Rhin (15 décembre 1799 Lue en 1806. 



ORDR] S ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 15 

de la place de Nancy et le capitaine Gromand, comman- 
dant de la place de Toul (}), et fera connaître si ces citoyens 
ne sont pas susceptibles de reprendre de l'activité dans 
la ligne. 

Faire un rapport sur l' adjudant-général Lamarque (-') ; 
il sera présenté par le ministre de la guerre. 

Le dépôt de la guerre sera confié au général de division 
Dupont et le général de brigade Meunier :; ) sera en- 
voyé à Brest commander celte place au lieu du général 
d'Oraison. 



21. -- Paris, 8 frimaire an VIII 29 novembre 1799). 

Retirer le général Treich de Marseille par courrier ex- 
traordinaire et sur-le-champ. 



22- -- Paris, 8 frimaire an VIII (29 novembre 1799). 

Les généraux divisionnaires Tuncq et Quantin ) ces- 
seront d'être employés et jouiront du traitement de ré- 
forme de leur grade. 

Les généraux divisionnaires Desbureaux. Taponier et 
Carteaux ( 5 ) seront envoyés, le premier en 'Hollande, le 
second h l'armée du Rhin, et le troisième dans la 24 e ou 
la 25 e division territoriale. 

Le général de division Dufour. le général de brigade 



1. Gromand. capitaine à la 71', puis à la 92". commandant de la place 
de Toul depuis le 16 aoûl 1799. 

2. Maximilien Lamarque. plus fard général de brigade (6 mars 1801) 
et de division (6 décembre 1807). 

3. Hugues Meunier, général de brigade (23 aoûl 1795) et de division 
(10 août 1814). 

■ï. Augustin Tuncq, gênerai de brigade le 19 juin 179:!. et de division 
le 17 aoûl suivant : Pierre Quantin, général de brigade le 1 janvier 1790 
et de division huit mois plus tard (25 août). 

5. Encore trois généraux de 1793 (Charles-François Desbureaux, bri- 
gadier le 16 août et divisionnaire le 20 septembre ; Alexandre-Camille 
Taponier, divisionnaire le 7 novembre ; Jean-François Carteaux. divi 
sionnaire le 19 août)- 



Hi ORDRES ET APOSTILLES M NAPOLÉON 

Guillet et l' adjudant-général Projean ' se rendront sans 
délai à lires! et s'y embarqueront. 

Le généra] de brigade Aubugeois( 2 se rendra sans délai 
à Toulon el s'y embarquera sur l'escadre composée des 
bâtiments vénitiens. 

Le général de brigade Caillel '• sera chargé d une mis- 
sion de confiance et envoyé à Mayence pour en prendre 
le commandement. 

Le généra] de brigade Jordy 4 ) passera du commande- 
ment de la place de Strasbourg à celui de la place de 
Venlco. 

L'adjudant général Werlé( 5 sera chargé d'une mission 
de confiance el envoyé à Malle pour y porter des dé- 
pêches des consuls et du ministre de la guerre. 

L'adjudant général Reubell( 6 ) sera employé à l'armée 
du Rhin. 



23. - Paris, s frimaire an VIII (29 novembre 1799). 

La dépulalion el l'administration centrale de la < harentc Inférieure 
demandent le remplacement du chef de brigade Chaillou, commandanl 
temporaire de la Rochelle 

Renvoyé au général qui commande la division pour avoir 
son avis sur le citoyen Chaillou ( 7 ). 

1. Georges-Joseph Dufour, général de division, <ln 13 juin 1795: 
Pierre-Joseph Guillel, général de brigade depuis le 30 juillet 1799; cf. 
sur Projean notre Charles de liesse, p. l 'ni 1 'i7. 

2. Vntoine-Jean-Bapt,iste A.ubugeois, dil Delaborde, général de brigade 
depuis le 6 novembre 1794. 

:;. Jean-Jacques Caillet, général de brigade depuis le 9 juin 1794. 
i. Nicolas-Louis Jordy, général de brigade depuis le î janvier 1794 
'•i qui sera nommé le ?> juin 1815 général de division. 

5. François-Jean Wèrlé, devenu général de brigade le 29 ao I 1803 el 
tué le 16 mai 1 si 1 à Albuera. 

6. Jean-Jacques Reubell que la Restauration fil maréchal de camp 
(26 février 1817). Le i février 1800 Bonaparte écrit à Lefebvre pour sa- 
voir s'il esl arrivé à l'armée du Rhin. 

7 l f sur ce ' haillou notre Légion germanique, p. 16, 149 el 299 



ORDRES il APOSTILLES DE NAPOLÉON 17 

24. _ Paris, 8 frimaire an VIII (29 novembre 1799). 
1 Berlhier. 

Le consul Bonaparte a fait promettre au général Gal- 
baud, général de brigade de l'artillerie, qu'il serait envoyé 
en Egypte f 1 ). Le citoyen d'Obenheim, officier du génie ( 2 ), 
désire aussi aller en Egypte avec le général Galbaud. 



•J.y — Paris, 11 frimaire an VIII (2 décembre 1799). 

Le généra) Duhesme Ç) a mis en état de siège Briançon et d'autres 
communes ; l'administration centrale du département des Hautes Alpes 
et l'administration municipale de Briançon élèvent les plus vives récla- 
mations contre celle mesure. 

La mise en état de siège de la ville de Briançon est une 
mesure raisonnable; que le ministre de la guerre ait soin 
d'y mettre un commandant qui maintienne la bonne har- 
monie entre la troupe et les habitants. Le ministre écrira 
une lettre à l'administration des Hautes-Alpes pour lui 
faire sentir combien il est essentiel que dans la circons- 
tance actuelle elle vienne au secours du gouvernement; 
lui faire connaître qu'il lui saura gré de ses efforts. 



20— Paris, 11 frimaire an VIII (2 décembre 1799). 
A Berlhier 

Le général de brigade Gommes ( 4 ) qui est du côté de 
Toulouse, étant jeune, doit être envoyé à une armée active. 
Envoyez-le à l'armée du Rhin. 

1. François-Thomas Galbaud-Duforl, maréchal de camp du 1 sep- 
tembre 1792, devait mourir de la peste à la ferme d'Ibrahim Bey, près 
le Caire, le 21 avril 1801. 

2. D'Obenheim, connu surtoul par son rôle en Vendée et que Kléber 
regardait comme un homme d'un 1res grand talent; cf. Baguenier-Dé- 
sormeaux, hléber en Vendée, p. 330. 

3. 11 est assez connu ; voir sur lui le livre de P. Connard, Xapoléon 
et lu Catalogne, p. 39-40. 

',. Jean \ndre Connues, généra) de brigade depuis le 3 juillel 1700. 



18 ORDRES II APOSTILLES l»l NAPOLÉON 

Le chef de brigade Dupin l ) <j ni est à Toulouse à la 
tête d'un conseil de guerre, recevra l'ordre d en partir 
pour se rendre dans la Batavie. 

Le général de division Leclerc - désire se rendre sur- 
le-champ avec le général Moreau à l'armée du Rhin pour 
y combattre. Cela me paraîl trop louable dans un jeune 
généra] pour vouloir 'm'y opposer. 

.le pense, en conséquence, qu'on pourrai! envoyer le gé- 
néral Monrev à Lyon. 



•.>7. - Paris, 11 frimaire an VI II (2 décembre 1790). 
A Berthier. 

Je prie le ministre de nie faire savoir s'il a l'ait faire 
les armes que je lui avais demandées pour les officiers- 
généraux qui s'étaient bien conduits à l'affaire de Saint- 
Gloud et particulièrement pour le général Maedonald et 
le chef de brigade Dumoulin 5 ). 

Les consuls approuvent que le général de division .Mural 
commande leur garde et que le chef de brigade Bessiè- 
res( 4 ) commande la garde à cheval. 

Le ministre de la guerre fera faire à Versailles une belle 
carabine pour le général Kléber et fera inscrire dessus 
prise d'Alexandrie 5 V bataille du Mont-Tabor. 

1. Edme-Henri-Victor Dupin, chef <lr brigade du génie depuis le 
i juin 1796 et directeur des fortifications. 

2. Le beau-irère du consul, le «blond Bonaparte»; cf. noire Jourru 
de Desaix, p. 68 69. 

3. Charles Dumoulin, qui sera bientôi (6 janvier 1800) général de bri- 
gade, mais qui ne sera lieutenant-général que le 13 avril 1830. 

4. Jean-Baptiste Bessières qui sera général de brigade (18 juillel 1800 
•■i <]o division (13 septembre 1802), maréchal de France (1 ( .) mai 1804) 
doc d Istrie (28 mai 1809). 

5 Bonaparte avail d'abord dicté prise d'El Irlch; il a ensuite t'ait 
barrer ce.- mots. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 19 

28. - Paris, 14 frimaire an VIII (5 décembre 1799). 
.4 Berthier. 

Donner ordre à l'adjudant-général Bacciochi (*) qui est 
à Marseille, de se rendre à Paris. 

Si l'on incorpore le bataillon auxiliaire du Var à l'année 
d'Italie, il désertera en entier. Il faut le faire venir à Lyon 
et, après quelques jours de repos, l'envoyer à l'armée du 
Rhin. 



29. — Paris, 15 frimaire an VIII (6 décembre 1799). 

Rapport de Rerthier sur 1 adjudant-général Michel, commandant tem- 
poraire de la place de Metz, âgé de 38 ans. 

Ordre de se rendre à une année active. Le général d'O- 
raison le remplacera à Metz. Le ministre lui fera con- 
naître qu'on l'envoie à une armée parce que ses talents et 
son activité y sont nécessaires. 



30- — Paris, 15 frimaire an VIII (6 décembre 1799). 

Championne annonce que les officiers de la 20 e légère ont vendu 
leurs montres, bagues et autres bijoux pour acheter des légumes et du 
vin à leurs hommes. 

Le ministre de la guerre écrira de la part des consuls" 
une lettre de félicitations aux officiers de la 2(L demi-bri- 
gade d'infanterie légère; cette lettre sera imprimée par 
ordre du ministre. 



31. — Paris, 16 frimaire an VIII (7 décembre 1799). 
Note pour le ministre de la guerre. 

Le ministre de la guerre donnera Tordre au général 
Macdonald, lieutenant du général en chef Moreau, de par- 

1. Le mari d'Elisa Bonaparte. Il fut sénateur (30 octobre 1804), général 
de brigade (11 novembre 1804), général de division (3 mars 180ï>i : cf. 
Er. Masson, Napoléon et sa famille, I, p. 17 ( .» 182. 



20 OJtl»i;l s l i APOSTILLES DE NAPOLÉON 

tir le plus tôl possible de manière à cire rendu à l'armée 
du Rhin le 2."> frimaire. 

Le ministre Fera connaître au général en chef Moreau 
que les consuls pensent qu'il csl urgenl qu'il se rende 
à l'armée donl le commandement lui est confié. Il instruira 
le général Moreau des ordres donnés au général Macdonald 
et lui fera pari du désir qu'ont les consuls qu'il soit lui- 
même rendu à l'armée du Rhin à l'époque du 25 fri- 
maire ' . 

32- Paris, 20 frimaire an VIII (11 décembre 1799). 
Clarke à Dupont. 

Le consul Bonaparte désire avoir, mon cher Dupont. 
les dernières correspondances envoyées par le général en 
chef Hédouville - . Veuillez les demander au ministre de 
la guerre. 

J'ai aussi à vous demander de nouveau pour le consul 
Bonaparte la note envoyée par le. général Suchel sur la 
position de l'armée d'Italie. On m'a renvoyé la lettre de 
Suchel que je vous transmets derechef, mais on a oublié 
d'\ joindre la noie que je vous demande. Je vous em- 
brasse cordialement. 



33. — Angers, 21 frimaire an VIII (12 décembre 1799). 
Hédouville à Berthier. 

Citoyen ministre, je ne suis poinl surpris des nombreu- 
ses réclamations qui vous parviennent sur la conduite de 
quelques chefs de chouans. Je me rappelle que la même 
chose eul lieu lorsque le général en chef Hoche prenait des 

i i cril de la main de Clarke al reproduit exactement d'après l'origi 
nai, auquel le texte donné par la Correspondance (n" 4418) n'est pa^ 
absolument conforme. 

i meien < hef d'1 ta) majoi de Hoche, général de brigade (8 mars 
1793) el de division (26 novembre 1795), plus tard ambassadeur à Péters 
bourg ci sénateur. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 21 

mesures semblables à celles que je prends, et était à la 
veille de soumettre ce malheureux pays aux lois de la Ré- 
publique. 

Les différentes demi-brigades que vous m'avez annon- 
cées arrivent successivement, et si les voies de douceur 
adoptées par les consuls n'ont point de succès, je serai 
à même de déployer la force; mais je gémis des maux 
qu'il faudra causer à ces malheureuses contrées. 

Vous trouverez ci-joint un rapport du général de bri- 
gade Olivier Harty \), par lequel vous verrez que tout 
ce qu'on publie d'un débarquement d'Anglais est ou exa- 
géré ou faux. Il serait à souhaiter qu'ils voulussent exé- 
cuter un tel débarquement. Nous finirions alors cette 
guerre d'un seul coup, car le point le plus difficile de cette 
guerre n'est pas de battre les révoltés, mais de les trou- 
ver 



34 — Paris, 23 frimaire an VIII (14 décembre 1799). 

Jean-Baptiste Faivre 0, blessé à Chollet et à Rivoli, ancien comman- 
dant de place en Italie, demande un commandement de place en France. 

Renvoyé au ministre de la guerre pour le placer com- 
mandant en second des Invalides, eu égard à ses blessu- 
res, au lieu et place de celui qui y commande et qui n'est 

pas blessé. 



35. — Paris, 24 frimaire an VIII (15 décembre 1799). 

Le consul Bonaparte désire savoir si on a des nouvelles 
du général Mack i 

1. Olivier Harty, général de brigade depuis le 15 mai 1793, baron de 
L'Empire sous le nom de baron de Pierrebourg ou Fleckenstein (17 avril 
1812), lieutenant-général le 9 décembre 1815. 

2. Cette lettre n'a pas été écrite par Hédouville ; elle fut dictée par 
Bonaparte à Clarke pour être insérée dans les journaux et on la trouve 
dans le Journal des hommes libres du 27 frimaire. 

3. Cf. sur ce Faivre nos Feuilles d'histoire, III, p. 276. 

4. Oui était prisonnier et qui fut échangé contre Gardanne : cf. let- 
tre 17. 

Ordres et apostilles de Napoléon. * 



22 ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 

36- - Paris, 26 Erimaire an VIII 17 décembre 1799). 
Muri'l à Berihier. 

Donner la plus grande publicité aux proclamations que 
les divers généraux en chef oui faites aux armées pour 
l'acceptation de la Constitution. 

37 Paris. 27 frimaire an VI II 18 décembre 1799). 
Instruction pour \Tadjudanl général Werlé. 

Après avoir pris les ordres du ministre de la guerre. 
l'adjudant-général Werlé partira sans délai pour Toulon 
où il s'embarquera ainsi que ses deux adjoints à l'effet de 
se rendre à Malte. 11 remettra la dépêche ci- jointe, n° 1. au 
général Vaubois qui commande à Malte et il fera connaître 
a ce général toutes les particularités des événements qui 
ont eu lieu en France depuis quelque temps, et singuliè- 
rement tout ce qui est relatif aux journées des 1<S et 
19* brumaire et leurs conséquences favorables à la véritable 
liberté et à la prospérité de la République française. Un 
des adjoints de l' adjudant-général Werlé s'embarquera im- 
médiatement après son arrivée à Malle sur une frégate 
que le général Vaubois doit disposer à eet effet, el portera 
au général en chef Kléber, commandant l'armée d'Orient, 
la dépêche ci-jointe n° 2 destinée à ce général, ainsi (pic 
la constitution, les proclamations y relatives, les gazettes 
cl écrits publics qui oui paru en France depuis un an. 
lesquels seront remis à l' adjudant-général Werlé, par or- 
dre du minisire de la guerre. Des exemplaires <~\v la 
constitution, des proclamations y relatives, et des gazettes 
el écrits publics ci-dessus mentionnés, seront destinés 
pour l'île de Malle el remis au général Vaubois par l'ad- 
judant-général Werlé. Cet officiel" sera employé à Malte 
dans son grade jusqu'à nouvel nnlir 1 . 

1. Voir la lettre à Vaubois et ;i Kléber, Corr. VI, n ' 1427 et 1428, 
p. 35-36. 



ORDRES ET APOSTILLES L>K NAPOLÉON 23 

38. — Paris, 29 frimaire an VIII (20 décembre 1799). 
I Berlhier. 

Je prie le général Berthier de me l'aire un rapport sur 
la reddition de Home et sur les raisons qui ont engagé 
le général Garnier Q-) de l'évacuer si tôt et surtout Civita 
Yecchia qui était approvisionné pour quatre mois. 



39. — Paris, nivôse an VIII. 
Noie, pour le ministre de la guerre. 

Ordre de faire passer la revue du 2 e de cavalerie et 
du 16 e de dragons. 

Ordre au dépôt de la 65 e de se rendre à Straslxmrg. 

Faire passer la revue des 187 hommes d'artillerie qui 
sont à Rouen et qui viennent de l'Inde. Avoir une note sur 
ce détachement. 

Prendre les mesures pour porter la 59 e à 3000 hommes, 
et la 14' et la 30' à 3000 hommes. 

40. — Paris, 1 nivôse an VIII (22 décembre 1799). 

Clarke au général Colli, prisonnier de guerre à Saint-Veit, en 

Carinlhic ( 2 ). 

Je suis chargé par le consul Bonaparte, citoyen général. 
de vous faire connaître qu'il a reçu votre lettre du 1 fri- 

1. Pierre-Dominique Garnier, fils d'un entrepreneur de Marseille où 

il naquit on 1756, capitaine de la garde nationale, lieutenant-colonel en 
second du bataillon fédéré de Marseille, blessé le 10 août 1792 à l'at- 
taque des Tuileries et promu la même année sous-lieutenant au 51 ré- 
giment d'infanterie, adjoint à l'état-major et lieutenant-colonel du 11° ba- 
taillon de chasseurs, général en 1793 (brigadier le 12 septembre et di- 
visionnaire le 20 décembre), renvoyé à l'armée d'Italie en 1800, réformé 
'•n 1801, réemployé en 1809, retraité par trois fois, mort en 1827, et, 
disait Napoléon, incapable de commander une compagnie. Cf. A. Chu- 
quet, La Jeunesse de Napoléon, III, p. 239 et 305. 

2. Louis-Léonard-Antoine-Gaspard Venance Colli-Ricci, général pié- 
montais, était passé au service de France comme général de brigade 
(5 mai 1799) et devint général de division ili septembre 1802). 



24 ORDRES ET APOSTILLES M NAPOLÉON 

maire dernier; il n'avait point attendu cette missive pour 
s'occuper de votre sort; des ordres ont été donnés pour 
votre échange qui ne peut manquer d'avoir lieu bientôt. 



41.. l'aris, 1 nivôse an VIII (22 décembre 1799). 
fierlliier à Bcssièret. 

Je suis chargé, citoyen, de la part des consuls, de vous 
offrir un sabre comme un titre à leur reconnaissance pour 
les services signalés (pie vous avez rendus à la Répu- 
blique dans la journée du 18 brumaire dernier, à Saint- 
Gloud. 

42— Paris, 3 nivôse an VIII (24 décembre 1799). 
Bcrthier à Hédouville. 

11 faut ([ue sous quarante-huit heures après la réception 
de celte lettre, la paix ou la guerre soit décidée: tel est 
l'ordre impératif des consuls. 

43. — Paris, 3 nivôse an VIII (24 décembre 1799). 

Le consul Bonaparte prie le ministre de la guerre de 
lui envoyer la note des troupes qui étaient à Rome et à 
Ancône. 

44., — Paris, 4 nivôse an VIII (25 décembre 1799). 

La 15 e division militaire sera commandée par un général 
de division et sera sous les ordres du général Lefebvre. 

4">. -- Paris. I nivôse an VIII (25 décembre 1799). 
Note pnm le ministre de la marine. 
Je désire que le ministre de la marine me communique 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 25 

demain les instructions données en l'an IV à l'amiral Ri- 
chery pour son expédition. 



46. — Paris, 4 nivôse an VIII (25 décembre 1799). 
Note pour le ministre de la guerre. 

lu Le général Casablanca nommé Conservateur ( x ), a été 
remplacé par Dembarrère ( 2 ). Savoir si celui-ci est parti 
de Paris. 

2° Avoir un état de tous les généraux de division et 
de brigade employés. 

3° Le général Hatry ( 3 ) est nommé Conservateur; pro- 
poser un général pour le remplacer. 

4° Faire un rapport pour donner le grade de général 
de brigade au citoyen Dumoulin et l'envoyer dans les dé- 
partements de l'ouest. 

Envoyer pareillement le général de brigade Marchand ( 4 ). 

5" Envoyer un ordre au général Hédouville, afin que 
sous 48 heures il décide ou la paix ou la guerre et qu'il 
ne laisse plus stationnaires les demi-brigades qui sont 
dans la 14 e division militaire et qu'il en envoie deux à 
Rennes, qui. de là. pourront se porter sur le Morbihan. 



47. — Paris, 4 nivôse an VIII (25 décembre 1799). 
Clarke à Dupont. 
... Le consul Ronaparte désire connaître ce que c est que 

1. C est-a-dire membre du Senal conservateur. Raphaël Casablanca, 
maréchal de camp (30 mai 1792) et, général de division (19 mars 1794), 
sénateur (26 décembre 1799), comte de l'Empire (5 octobre 1808). 

2. Jean Dembarrère, général de brigade (17 août 1793) et de division 
(17 janvier 1794). sénateur (2 février 1805), comte de l'Empire (15 juin 
1S08) ; cf. A. Chuquet, Valenciennes, p. 245 et 343-344. 

3. Jacques-Maurice Hatry, général de division depuis le 28 janvier 
1794, sénateur (25 décembre 1799) ; voir sur lui notre Hoche et la lutte 
pour l'Alsace, p. 115. 

4. Jean-Gabriel Marchand, général de brigade depuis le 1P octobre 
1799, devint général de division (24 décembre 1805) el comte de l'Empire 
(W octobre 1808V 



26 ORDRES l I APOSTILLES 1>K NAPOLÉON 

les colonnes mobiles, et les lois qui en prononcent l'or- 
ganisation. Il veut savoir quel est leur état actuel dans 
les départements de l'Ouest el de quelle utilité elles peu- 
vent être pour réprimer la chouannerie, il désire également 
en connaître le nombre dans ces départements. J'ai en- 
core à vous demander, de la pari du consul Bonaparte, 
un étal des officiers, généraux et adjudants-généraux de 
l'intérieur, classés division par division, et à côté de leurs 
noms, sur la même feuille, le nombre de troupes qu'ils 
commandent avec l'indication de leur arme el celle des 
colonnes mobiles. Ces deux objets sont très urgents. 

48- Paris, I nivôse an Y III 25 décembre 1799). 
Clarke à Berthier. 

J'obéis à l'ordre du premier consul Bonaparte en vous 
faisant connaître de sa part qu'il a ordonné que le gé- 
néral de division Mural prît aujourd'hui le commande- 
ment des deux bataillons de grenadiers du corps législatif 
et fût annoncé, comme commandant de ces bataillons, à 
l'ordre du jour. Les chefs de brigade commandant ces 
bataillons et le général Murât, commandant la garde des 
consuls, ont été prévenus de ces dispositions. 

49- — Paris, 4 nivôse an VIII (25 décembre 1799). 
Clarke à Berthier. 

Le premier consul Bonaparte m'ordonne de vous de- 
mander de lui faire le renvoi de l'arrêté relatif aux ré- 
compenses militaires, telles que les fusils d'honneur, sa- 
bres, t le. Son intention est de le l'aire imprimer el publier 
immédiatement. Je vous prie, citoyen ministre, de vouloir 
bien donner des ordres pour que cet arrêté soit envoyé 
sur-le-champ au premier consul. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLEON Zi 

50.. — Paris, 5 nivôse an VIII (26 décembre 1799). 
Note pour le ministre de la guerre. 

Je prie le ministre de lai guerre tic me faire envoyer: 

1° La liste des officiers généraux du corps du génie en 
activité de service. 

2° Celle des officiers généraux du corps de l'artillerie 
pareillement en activité de service. 

3° Liste des officiers de ces deux armes qui ne sont 
point en activité de service. 

4° Enfin, des rapports qui me fassent connaître les ser- 
vices, les talents et la moralité des généraux de division 
dont les noms suivent. 

Savoir: Levai. Mortier, Massol, Mathieu, Marbot, Dièche, 
François Muller, Mengaud. Gazan, Ménard, Vimeux, Reu- 
bell. Desjardin. Barbou, Yerdière, Desbureaux, Boudet, 
Dubois Crancé. D'Anselme, Le Michaud D'Arçon, Destour- 
mel. Chalbos. Favereau, Charbonnier, Bessières, Schauen- 
bourg. Pille. Béguinot. Brice-Montigny, d'Albignac. Dem- 
barrère, Mauco. Tilly. 

51.. -- Paris, 5 nivôse ;m VIII (26 décembre 1799). 

Le ministre de la guerre enverra un courrier extraor- 
dinaire, porteur des «ordres nécessaires pour que la 55 e 
demi-brigade, dont une portion a été faite prisonnière de 
guerre à Ancône et qui présente une force d'environ 1000 
hommes, non compris un détachement resté à l'armée d'I- 
talie, soit envoyée sans délai de Lyon à Tours. 

Un bataillon de la 45? demi-brigade fort d'environ 200 
hommes aura la même destination, et recevra aussi par 
courrier extraordinaire les mêmes ordres. 

Il est utile que ces corps soient rendus à Tours dans le 
plus bref délai. 

Faire partir pour Blois la 6 e de ligne à la disposition 
du général d'Hédouville. 

Ordre à la 14e. 30 e et 43' de brûler les séjours pour se 
rendre à Paris. 



ORDRES l l VPÔS1 II IIS 1)1 NAPOLÉON 

Nommer le général de brigade Gardanne pour marcher à 
sa tête; lui donner une instruction de se porter à Blois; 
qu'arrivé à Chartres, s'il est instruit qu'il y a des chou- 
ans, il s'y arrête- quelques jours et envoie différents 
détachements à leur poursuite, et que de f > lois, il doil 
être en réserve pour se porter de là sur Tours. Orléans^ 
La Flèche et tout autre point où les mouvements des 
chouans rendraient sa présence nécessaire. 



52" — Paris, 5 nivôse an VI II (26 décembre 1799). 

Le ministre de la guerre donnera des ordres au général 
de division. Marbot^) pour qu'il se rende sur-le-champ à 
Bille pour être employé dans l'armée du Rhin. 



53... — Paris, 5 nivôse an VIII (26 décembre 1799). 
Clarki à fierlhier. 

Citoyen ministre, j'obéis aux ordres du premier consul 
Bonaparte en vous priant de sa part de faire expédier 
le brevet de sous-lieutenant de cavalerie au citoyen Alexan- 
dre Le Brun ( 2 ). 



54„ — Paris, 5 nivôse an Vil! 26 décembre 1799). 
Clarke à Berthier. 

J'obéis aux ordres du premier consul Bonaparte en vous 
transmettant de sa pari une pétition du citoyen Jailli >t 

1. Jean-Antoine Marbot, le père de l'auteur des Mémoires, général de 
brigade depuis le 7 octobre 1793 cl de division depuis le 13 juin 17'.»:.. 

2. Alexandre Le Brun, fils du consul el futur archilrésorier de l'Em- 
pire, fui nommé le lendemain sous-lieutenanl au 5' dragons Aide de-camp 
de Bessières en l'an X, lieutenant en l'an XI, passé auprès de Berna 
(lotte en l'an Mil, capitaine en 1806, < 1 1 < • I il escadron en 1807, aide il. 
camp de Berthier en IS08, colonel du 3* chevau-légers en juin 1811, il 
fut tué le 26 octobre 1812 devant Pololsk. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 29 

L'intention du premier consul est que vous rassuriez ce 
citoyen sur les craintes qu'il témoigne. 

55., — Paris, 5 nivôse an VIII (26 décembre 1799). 
Clarke à Berlhier. 

J'obéis aux ordres du premier consul Bonaparte en vous 
transmettant de sa part une note que lui a remise le gé- 
néral en cbef Moreau. Le désir du premier consul est 
que vous lui fassiez un rapport sur la demande relative 
au général Colli et aux Piémontais Renaldi, David et au- 
tres dans le même cas. 



56.. — Paris, 5 nivôse an VIII (26 décembre 1799). 
Clarke à Berthier. 

J'obéis aux ordres du premier consul Bonaparte en vous 
mandant de sa part que si par des dispositions antérieures 
au moment actuel, les départements de la ci-devant Bel- 
gique faisaient partie de l'arrondissement de l'armée fran- 
çaise en Batavie, l'intention du premier consul est de les 
distraire de cet arrondissement. 



57.. — Paris, 5 nivôse an VI JI (26 décembre 1799). 
Clarke à Broussier, commandant à Valenciennes. 

Le premier consul Bonaparte me charge, citoyen géné- 
ral, de vous mander qu'il a reçu la lettre que vous lui 
avez écrite le 29 frimaire. ïl vous connaît trop pour être 
inquiet sur la tranquillité du pays que vous commandez, 
et il s'en repose sur vous. 

58., — Paris, 5 nivôse an VIII 26 décembre 1799). 
Clarke à Dupont. 
Le consul Bonaparte désire connaître, mon cher Dupont. 



30 ORDR] - I l VPOS'J II II s Dl NAPOLÉON 

quel esl lofficier général ou supérieur qui commande à 

Orléans cl dans le département du Loiret. Je vous em- 
brasse. 



59. Paris, 8 nivôse an VIII (29 décembre 1799). 
Noie pour le ministre de lu guerre. 

La 7 l > demi-brigade partira pour se rendre dans le Cal- 
vados: elle esl destinée à détendre la presqu'île du ci- 
devant Cotentin. 

Le dépôt de la 9 ( ' légère se rendra à Orléans. 

Le 2L régiment de chasseurs se rendra à marches for- 
cées à Tours; il sera à ta disposition du général Hédou- 
ville. 

Le 13 i régiment de cavalerie se rendra à Tannée du 
Rhin. Il sera préalablement réuni à Versailles pour pas- 
ser la revue. Qu'on fournisse à leurs besoins. 

Le ministre de la guerre donnera les ordres nécessaires 
pour qu'il y ait dans le plus court délai à Coutances six 
pièces d'artillerie légère attelées et prêtes à se porter 
promptement partout où besoin sera. 

Faire venir à Paris le .V de dragons pour faire le ser- 
vice. 

Réunir à Versailles le 5e de cavalerie pour le remonter. 

Faire passer la revue, le plus tôt possible, du IL de 
hussards et du 15e de chasseurs pour pourvoir à leurs 
besoins et qu'ils puissent partir à la fin du mois. 



60.— Paris, 8 nivôse an VIII (29 décembre 1799). 

Le premier consul Bonaparte prie le général Brune de 
lui dire ce qu'il pense du général Desbureaux qui a ser- 
vi en Hollande. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLEON ol 

61., — Paris, 8 nivôse an \ II! (29 décembre 1799). 

Ordre au général de brigade Kellermann L ) de se rendre 
sans délai à Cherbourg. 

Lui faire connaître que c'est une mission de confiance. 
Commander le département de la Manche. 



6g. _ Paris, 8 nivôse an YI11 29 décembre 1799). 
Berthier à Hédouville. 

Le gouvernement me charge spécialement de vous dire 
qu'il a en vous une entière confiance, mais que vous ne 
devez pas vous laisser amuser plus longtemps. 



63_ _ Paris, 9 nivôse an VIII (30 décembre 1799). 

Le ministre de la guerre donnera les ordres ci-après: 

1<> Aux généraux de division Massol( 2 ) et François Mill- 
ier f 3 ), employés à l'armée d'Italie, de se rendre à Lyon; 
à leur arrivée dans cette ville, le général commandant 
ia division leur remettra, de la part du ministre de la 
guerre, Tordre de cesser leurs fonctions, et ceux qu il 
est nécessaire qu'ils reçoivent pour jouir du traitement de 
réforme affecté à leur grade. 

2° Au général de division Mathieu 4 j, employé à l'armée 
d'Italie, de se rendre sans délai à Brest: il y prendra le 
commandement de 3.600 hommes qui doivent s'y rassem- 
bler et sera chargé de les eonduire à leur destination. 

3o Au général de division Marhot. employé h l'armée d'I- 

1. François-Etienne KHlermann. comte, puis duc de Valmy, général 
de brigade depuis le ?8 mai 1797. allait recevoir l'année suivante, après 
sa décisive charge de Marengo. le brevet de général de division (5 juil- 
let 1800). 

2. Honoré-Louis-Auguste Massol de Monieil, général de brigade (23 dé- 
cembre 1793) et de division (9 février 1796). 

3. François Muller, général de division depuis le 30 septembre L793. 
4 C'est Mathieu de La Redorte, çénera! de brigade (9 septembre 

179S), général de division (17 avril 1799) et comte de l'Empire (26 avril 
1810)! 



32 ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 

talie 3 de se rendre à Toulon, où il recevra l'ordre d'aller à 
Malte pour y être employé; la disposition pour l'envoi 
de c( général à l'armée du Rhin sera considérée comme 
non avenue. 

I' An général dé division Dièche (';. employé à l'armée 
d'Italie, de se rendre à Aix. département des Bouches du 
Rhône; à son arrivée dans cette ville, le ministre de la 
guerre lui fera remettre l'ordre de cesser ses Jonctions, 
et ceux qu'il est nécessaire pour jouir du traitement de ré- 
forme affecté à son grade. 

5° Au général de division Reubell ( 2 ), employé à l'armée 
française en Batavie, de se rendre à Bruxelles. A son ar- 
rivée dans celle ville, le général commandanl la 24 e division 
militaire, lui remettra Tordre de cesser ses fonctions. Sa 
retraite lui sera accordée, s'il est susceptible de la re- 
cevoir, cl. dans le cas contraire, il jouira de son trai- 
tement de réforme;. 

6° Le général de division Verdière :i ). n'ayant jamais 
servi activement aux armées, et sou avancement rapide 
n'ayant pu être accordé qu'à la faveur, cet officier ces- 
sera ses fonctions de général de division et jouira du trai- 
te m eid a ficelé à son urade. 



64- - Paris, 9 nivôse an \lll :!'» décembre 1799). 

Il est indispensable que le ministre de la guerre, indépen- 
damment des exemplaires de la proclamation adressée au 
général Hédouville, en fasse immédiatement et directement 
envoyer dans le département du Calvados et dans tons les 
chefs-lieux des départements insurgés. Un grand nombre' 
d'exemplaires, en placards, de cette proclamation, sera en- 

1. Vntoine-CIaude Dièche, capitaine d'infanterie qui devinl en aoûl 
1793. à <li\ jours de distance, le li ci le 23 août, général <^- brigadi et 
général de division. 

2. Henry 11 as Reubell, général de lin-, nie (26 aoûl 1793) H de 

division 1 7 décembre 1793 

::. Jean-Christophe Colin, dil Verdière, général de brigade (13 juin 
1795) cl <!<■ division ("> février 1799). 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 33 

voyé afin qu'elle soit affichée dans toutes les communes 
des départements troublés. 



g5„ ._ p a ns, 9 nivôse an Y lit (30 décembre 1799). 

Le ministre de la guerre donnera l'ordre au général de 
brigade Calon (*), de se rendre à l'armée du Rhin, pour y 
être employé activement. 

GG. — Paris, 9 nivôse an VIII (30 décembre 1799). 
.1 Berïhier. 

Donnez ordre aux guides du général Brune qui étaient 
en Hollande, de se rendre à Rouen. 



C>7 — Paris, 9 nivôse an VIII (30 décembre 1799). 
Clarke à Berïhier. 

J'obéis aux ordres du premier consul Bonaparte en vous 
mandant de sa part que l'état des généraux de l'artillerie 
et du génie n'est pas exactement dans la forme qu'il désire, 
en ce que F état des services de chaque officier n'y est pas 
joint. Je vous invite en conséquence, de sa part, à faire 
faire promptement un nouvel état, comprenant les noms. 
la note et les services des généraux des deux armes. 



6 g„ „ Paris, 9 nivôse an VIII (30 décembre 1799). 
Clarke à Berïhier. 

J'obéis aux ordres du premier consul Bonaparte en vous 
mandant de sa part qu'il désire connaître les renseigne- 

1. Etienne-Nicolas Calon, général de brigade depuis le 7 septembre 
1793, député de l'Oise à la Convention, directeur du dépôt général de la 
guerre avant Ernouf et Meunier. 



34 ORDRES II APOSTILLES D] NAPOLÉON 

ment s que vous avez sur les services, lu conduite, les ta- 
lenls et la moralité du général de brigade Gobert employé 

dans la 17 |m ' division militaire ( l ). 



<;!>.. -- Paris, 9 nivôse an VI II 30 décembre 1799). 
Clarke à Lefebvre. 

Le premier consul Bonaparte, mon cher général, m'a 
chargé de vous mander qu'il désirait ({lie vous écrivissiez 
aux autorités constituées et aux habitants de Pierrefitte, 
département d'Eure-et-Loir, et que vous leur lissiez con- 
naître votre mécontentement de ce qu'une affiche contre- 
révolutionnaire a été placardée dans cette commune et 
que l'arbre de la liberté y a été coupé. 11 conviendra que 
nous les avertissiez que vous avez les yeux ouverts sur eux. 
Je vous embrasse mon cher général, de (oui mon cœur. 



70..- Paris, 10 nivôse an VIII :'»l décembre 17!»!)). 
Noie pow /'■ ministre <!>' lu guerre 2 ). 

1" l.i ministre de la guerre fera expédier au générai 
Boudel 3 ), le brevet de général de brigade, et il sera en- 
voyé à l'armée d'Italie pour être employé dans ce grade. 

2° Le citoyen Dubois-Crancé '. n 'ayant point l'ail la 
guerre, soil comme général de brigade, soit comme général 
de division, reprendra le grade d'adjudant général qu'il 
avait avant délia' nommé député à la Convention natio- 
nale et sera employé en celte qualité à l'armée du Rhin. 

1. Jacques Nicolas Gobert, général de brigade (15 mai 1793) <•! de 
division (27 août 1803), blessé mortellcmenl à Baylen. 

2. La Correspondance a reproduil mi 1489) le 2' article relatif ;'i Du 
bois < ran< i 

?,. .Ictn Boudel devienl général de brigade le î janvier, el général 
«le division te 2 a\ ril 1800 

\. Edmond-Louis Vlexis Dubois-i rancé avail été nommé général de 
brigade le 8 mars 17!*!! ol général <lc division le 15 mai de la même 
année. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 35- 

3° Le général de division d'Anselme ( x ) jouira du trai- 
tement de réforme affecté cà son grade jusqu'au moment 
où sa retraite sera fixée. 



71.. — Paris, 10 nivôse an VIII (31 décembre 1799). 
1 lie ri hier. 

1« Les généraux Bessières ( 2 ) et D'Estourmel ( 3 ), n'ayant 
point servi en ligne pendant la guerre de la liberté, cesse- 
ront leurs fonctions. Ils jouiront de leur traitement de ré- 
forme jusqu'à ce que leur retraite soit fixée. 

2° Le commandement confié au général de division Char- 
bonnier ( 4 ) sera restreint à celui de la place de Liège, et 
ses appointements seront ceux de commandant de cette 
place. 



72.. — Paris, 11 nivôse an VIII (1 er janvier 1800). 

A Berlhier. 

Le citoyen Dejean. ex-chef de la 7 e demi-brigade, qui. 
jouissant du traitement de réforme attaché à son grade, 
en vertu de plusieurs arrêtés du Directoire, confirmatifs 
les uns des autres, avait été destitué le 11 fructidor an V, 
sera placé dans un commandement de place 

1. Jacques-Bernard- Joseph-Modeste d'Anselme, maréchal de camp 
(20 mai 1791) et lieutenant-général (22 mai 1792). 

2. Encore un général de 1793 ; François Bessières avait été promu 
celte année-là, le 7 septembre, général de brigade el le 19 septembre 
suivant, général de division. 

3. Louis-Marie, marquis d'Estourmel, maréchal de camp du 1 er jan- 
vier 1784 et lieutenant-général du 6 février 1792. 

4. Louis Charbonnier, soldat sous le nom de Fleur d'Orange, devenu 
-nierai de brigade (14 novembre 1793) et de division (28 janvier 1794); 
cf. sur ce général notre arlicle de la Revue historique ardennaise i 1899, 
p. 190-207. 

5. Joseph-Fulcrand Dejean. ne ,i Lodève, dragon (1775-1777), cadel 
gentilhomme au 18" régiment d'infanterie avec lequel il fit sept campa- 
unes à Saint-Domingue, capitaine dans ce régiment, chef de bataillons 
au 19' (8 mars 1793). 



36 ORDRES II APOSTILLES DE NAPOLÉON 

;:', Paris, 12 nivôse an VIII (2 janvier 1800). 

A Berthier. 

1° Nommer à l'emploi de cher du 17 e régimenl do ca- 
valerie, le citoyen Delornie, chef d'escadron du 5' régiment 
à la bataille de Rivoli, qui est un sujet de mérite 

2° le citoyen Boyer à l'emploi de chef d'escadron au 13 e 
régimenl de cavalerie, le citoyen Laurent à une lieule- 
nance. el les citoyens Patoureaux et Gautray à des sous- 
lieutenances vacantes dans le dit régiment 2 . 

3° Le ministre de la guerre proposera pour l'emploi de 
chef d'escadron au 2 régimenl de cavalerie un sujet pris 
dans le 1« régiment 

4° Quelles sont les batailles où s'est trouvé le citoyen 
Dupont (François), proposé pour le grade de chef de bri- 
gade ( 3 )? 

5° Prendre le meilleur sujet, lieutenant du 2 régimenl 
de cavalerie, el le nommer à la place de capitaine, vacante 
au dit régiment. 

6° Refusé d'élever au grade de général de brigade le 
citoyen Vincent, chef de brigade, directeur des fortifica- 
tions aux îles Sous-le-Vent (4). 

1" Nommer le citoyen Bessières, chef d'escadron des gui- 
des, à l'emploi de chef de brigade du 11 e . et porter le ci- 
toyen Defrance à un autre régiment ( 5 . 

1. Pierre Delorme, né aux Grandes Armoises en 1757, cavalier on 
177»',. adjudant en 1778, lieutenant en 1792, capitaine et chef d'escadron 
en 1793, chef de brigade (21 janvier 1800), retraité en février 1807. 

2. Boyer esl Henrj Boyer qui devinl généra] debrigade (28septembre 
1813) et périt à I eipzig : Louis Laurent devint capitaine en 1806 el se 
retira en 1808 ; Bernard Patoureaux, adjudant-major en l'an \, capitaine 
en l'an XI, eut sa retraite en 1810; Louis-Pierre Gautray, aide-de-camp 
du général Carné et capitaine, quitte le service en 1813. 

:!. François Dupont, frère de Dupont de l'Etang el i\<- Dupont-Chau- 
mont, était chef d'escadron du 9 février 17 ( .in el devinl inspecteur géné- 
ral des haras en 1806; il ne fui colonel, pour tenir rang qu'en 1814 

4. Sur eo Vincent voir nos Feuilles d'histoire, II. p. 368 el 180 

5. Jean-Marie-Antoine Defrance sera général de brigade M" février 
1805) el de division (6 août 1811). écuyer de II mpereur el (2 juillet 1808) 
comte de 1 Empire. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLEON ôl 

74. — Paris, 12 nivôse an VIII (2 janvier 1800). 
A Berlhier. 

Le citoyen Fabre, chef de bataillon, sera nommé 
adjudant-général ( x ). 



75. — Paris, 12 nivôse an VIII (2 janvier 1800). 
Clarke à Lefebvrc. 

Je suis chargé, citoyen général, par le premier consul 
Bonaparte, de vous renvoyer le rapport du 11 nivôse, qui 
se trouve ci-joint et de vous mander de sa part qu'il auto- 
rise l'incorporation des individus dont on se plaint dans les 
compagnies de vétérans qui sont dans la ci-devant Bel- 
gique. Le premier consul désire que vous lui fassiez con- 
naître le nombre de compagnies de vétérans qui sont en 
ce moment dans les 17 e et 15 e divisions, notamment à Pa- 
ris, et que vous ajoutiez à cette note celle de l'esprit qui 
les anime. 



76. - - Paris, 13 nivôse an VIII (3 janvier 1800). 
A Berlhier. 

Je vous prie, citoyen ministre, de me Faire un rapport 
1° sur l'état de notre législation relative à la manière de 
parvenir aux grades dans les différents corps, 2° un rap- 
port sur la situation actuelle de l'Ecole du génie et de l'ar- 
tillerie, 3° sur la situation actuelle de la jurisprudence mi- 
litaire. Vous joindrez dans ces trois rapports toutes les lois 
ou règlements y relatifs. 

1. Gabriel Fabre, né à Vannes en 1779, sous-lieutenant en 179;'. capi- 
taine en 1793, chef de bataillon en 1799, adjudant commandant le 9 jan 
vier 1800, général de brigade le 10 niais 1809, baron de l'Empire le 
9 mars 1810, lieutenant-général le 1 er novembre 1826. 



Ordres et apostilles de Napo'éon, 



38 ORDRES ET APOSTILLES l'I NAPOLÉON 

77. - Paris, 13 nivôse ato VIII 3 janvier L800). 
A Berthier. 

Je vous prie, citoyen ministre, de me faire un rapport: 
1» sur la situation actuelle de nos équipages d'artillerie; 
serait-il possible et utile d'avoir «les chevaux au compte de 
la République? 2° un rapport sur les lois, règlements ou 
usages établis pour la comptabilité des différentes parties 
du service public; de quels changements seraient-ils sus- 
ceptibles? '3° sur les lois qui déterminent la manière dont 
se paie la solde des troupes, sur ce qui était en usage jadis 
et aux différentes époques de la Révolution; quel parti con- 
vient-il de prendre à cet égard? 



78- -- Paris, 14 nivôse an Vlll 1 janvier 1800). 
A Berthier. 

1° Le ministre de la guerre fera connaître au général 
d'Urtubie ('), que. mon intention invariable étant de ne con- 
server employé aucun officier qui n'ait servi activement 
pendant la guerre de la liberté, je pense qu'il est indispen- 
sable qu'il se rende à une armée pour y faire la campagne 
prochaine; sans cela, je me verrais à regret obligé de ne 
plus le faire comprendre dans le tableau des généraux d'ar- 
tillerie employés. 

2° Le général de division Dupùch -' sera nommé à un 
commandement de place (qui puisse lui convenir), ou ob- 
tiendra sa retraite, et, dans ce cas. il jouira du traitement de 
réforme affecté à son grade, jusqu'à ce que celui de sa 
retraite soit fixé. 

3° Le général de brigade Ravel • esl nommé au com- 

1. Théodore-Bernard Simon d'Hurtebize, «lit d'Urtubie, général do bri- 
gade du 20 mai 1795 M de division, du '.) juin 1797, admis au traitemcnl 
de réforme le 29 mars 1801 h ;'i la retraite le ls novembre suivant. 

2 Pierre Morand Dupuch, général de 1793 (brigadier le 8 mars et 
divisionnaire le \~> mai i. 

3. Jean-François Ravel, général <lf brigade du 8 mars 1793; il avaU, 
en 1793 commandé l'artillerie à l'armée du Rhin. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 39 

mandement de Briançon. Le ministre de la guerre lui fera 
connaître que ce commandement lui est donné comme une 
mission particulière et de confiance. 

4° Le général de brigade La Salette ( x ). Campagnol -'), 
Valcin ( 3 ), et Senneville (4), obtiendront leur retraite et joui- 
ront du traitement de réforme affecté à leur grade jusqu'à 
ce que celui de leur retraite soit fixé. 

5° Le général de division Debelle ( 5 ) sera employé ac- 
tivement en ligne dans son grade. 

G () Les généraux de brigade Sorbier 6 ), Àndréossy T et 
Songis ( 8 ) seront promus an grade de général de division. 

7° Le général de division Guériot Saint-Martin ( 9 ) rece- 
vra l'ordre de se rendre à une année active pour y être 
employé dans son grade. 

1. Pierre-Joseph Joubert de La Salette, général de brigade, du 11 août 
1793 ; il protesta contre sa mise à la retraite et il écrivait à Bonaparte 
sur un ton de reproche (il avait servi avec lui au régimenl de Grenoble : 
« rappelez-vous un ancien camarade qui a eu l'avantage de partager 
vos opinions lorsqu'à l'aurore de vos pensées vous faisiez avec lui sur 
les rives du Rhône un échange de réflexions », 

2. Isaac Delard-Campagnol, général de brigade, du 20 mai 1 TV>r> . C'é- 
tait l'ancien colonel de Napoléon au i" régiment d'artillerie et le 30 juil- 
let 1808, à Agi'ii. il eut une audience de Napoléon qui lui donna la 
croix ; cf. Feuilles d'histoire, I, p. 232 el A. Chuquet, La jeunesse de 
Napoléon, II, p. 173. 

3. Daniel-Thomas Olry, dil Valcin, général de brigade, *h\ 20mail795. 

i. Philippe-Joseph-Victoire Senneville, général de brigade, du 25 fé- 
vrier 1796. 

5. Jean-François-Joseph Debelle, le beau-frère de Hoche et le plus bel 
homme de l'armée française, général de brigade (6 novembre 1794) et 
de division (16 novembre 1796). 

6. Jean Sorbier, général de brigade (17 juin 1797), et de division 
(6 janvier 1800), comte de l'Empire en mai 1808, commandant en chef 
l'artillerie de la Grande Armée et premier inspecteur général en 1813. 

7. Antome-François Andréossy, général de brigade (16 avril 179S) el 
de division (6 janvier 1800), ambassadeur à Vienne, inspecteur général. 
comte de l'Empire (24 février 1809) ; cf. Journal de Desaix, p. 69. 

8. Nicolas-Marie Songis", général de brigade (18 mai 1799) el de divi- 
sion (6 janvier 1800), premier inspecteur général, comte de l'Empire 
(1" avril 1809); cf. Journal de Desaix, p. 171. 

9. Nicolas-Louis Guériot Saint-Martin, général de brigade, du 5 fé- 
vrier 1799. 



il) ORDRJ - I l APOS1 il II S l»l N M'tiLl o\ 

71» Paris, 1 1 nivôse an VIII i janvier 1800 . 

1 Berlhier. 

L'adjudanl général Caffarelli ( x ) sera attaché en cette 
qualité à la garde des consuls. 

Le général de brigade Léopold Berlhier 2 ; est nommé 
chef de l'état-major des 15 e et 17" divisions militaires réu- 
nies. 

Le citoyen Frère ' . chef de brigade de la 1° de ligne, 
recevra l'ordre de se rendre sur-le-champ à Paris pour 
être employé dans la garde des consuls. Il amènera avec 
lui un capitaine, un lieutenant et un sous-lieutenanl qu'il 
choisira parmi les individus de ces grades qui se sont 
distingués sur le champ de bataille. 

80- - Paris, 14 nivôse an VII] (4 janvier 1800). 
1 Berthier. 

l ij Le citoyen Ponsard i est promu au grade de chef 
de brigade. 

2° Le citoyen Soulès 5 ), chef de bataillon de la 5 e demi- 
brigade, recevra Tordre d'entrer dans la garde des con- 
suls. 

3° Le citoyen Noguès B ), adjudant-général qui esl à Tou- 
louse . sera employé à Paris en celte qualité. 

1. Marie-François-Auguste Caffarelli du Falga qui fui général de bri- 
gade (16 mai 1802) et de division (1" février 1805), aide-de-camp de l'Em- 
pereur, ministre de la guerre du royaume d Italie, comte de l'Empire 

15 janvier 1809) général en chef de l'armée du nord en Espagne. 

2. I éopold Berthier, général de brigade depuis le 19 octobre 179'.» el 
bientôt général de division >\" lévrier I8<r»î : cl'. Journal de Desaix, 
,'. 7:;. 

3. Bernard-Georges I rançois Frère devint général de brigade (13 sep 
tembre 1802 général de division (3 juin 1807), comte de 1 Empire ils mars 

l. Jean Ponsard devint, le I" mai 1813, général de brigade. 

5 Férôme Soulès, nommé général de brigade le 17 octobre L804, séna 
leur le 18 aoûl 1807, et comte de l'Empire en mai 1808. 

6. Jean François Noguès allait être nommé général de brigade (28 juil- 
let 18001 ei il fut promu général de division le I" février 1805 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON il 

81- -- Paris, 14 nivôse an VIII (4 janvier 181)0). 

Clarke à Lannes. 

Le général Bonaparte, premier consul, m'a chargé, mon 
cher camarade, de vous demander, de sa part, de lui 
indiquer quel est celui des chefs de bataillon créés par 
lui eu Italie dans la I e demi-brigade qu'il convient de 
choisir pour remplacer le citoyen Frère comme chef de 
brigade dans ce corps, ce citoyen recevant une autre des- 
tination. 



82- — Paris, 15 nivôse an VIII (5 janvier 1800). 
Noie pour le ministre de la guerre. 

Le citoyen Salva 1 ), chef de brigade d'artillerie, sera 
promu au grade de général de brigade. 

L'adjudant-général Baciocchi sera employé dans la 17e 
division. 

Le ministre de la guerre me fera un rapport sur le 
commandant de Marseille qu'on dit très mauvais et me 
proposera un officier pour le remplacer. 



83- — Paris, 15 nivôse an VIII (5 janvier 1800). 
A Berlhier. 

. Je vous prie, citoyen ministre, de faire expédier le brevet 
de général de brigade au chef de brigade Dumoulin avec 
ordre de partir dans quarante-huit heures pour se rendre 
dans le Calvados et prendre le commandement de la 79 e 
demi-brigade. Il poussera vigoureusement la guerre contre 
les chouans, sous les ordres du général commandant de la 
division. 



1. Cf. sur Antoine Salva. don! la n ination <l;ite du 11 janvier 1800. 

notre édition des Mémoires de Griois, I. p. 77. 



12 ORDRES II APOSTILLES Dl NAPOLÉON 

Le chef de brigade Milhaud l ) est nommé général de 
brigade; vous lui donnerez L'ordre de partir avant le 20 
de ce mois pour se rendre à Vannes. 

Le général de brigade Gardanne esl nommé général de 
division. Vous lui donnerez l'ordre de partir pour Caen el 
de prendre le commandement de la 1 l r division mili- 
taire. 

J.r général de division La Barolière (-) partira sous vingt- 
quatre heures pour prendre Je commandement de la 13e 
division militaire. 



84. Paris, 18 nivôse an VU] 8 janvier 1800). 
( ;/ ministre des finances. 

Les deux millions cinq cent mille francs provenant de 
la loterie et les six millions venant des Hollandais seront 
distribués de la manière suivante: 

100.000, expédition secrète affectée au dépar- 
tement de la guerre, ci 400.000. 

1.000.000, à l'armée d'Italie c'est celui qui es! 
parti dernièrement , ci 1.000.000 

2.000.000. pour la solde de l'armée d'Italie in- 
dépendamment du million qui précède); le mi- 
nistre des finances me fera connaître quand ces 
deux millions pourront partir de Paris, ci 2.000.000. 

2 millions pour la solde de l'armée du Rhin, ci 2.000.000 

Cinq cent mille francs pour la marine, pour 
l'expédition ordonnée, ci 500.000. 

Un million pour la solde de la marine de 
l'Océan, ci 1000.000 

Cinq cent mille francs pour la solde de la 
marine de la Méditerranée, ci 500.000. 

1. Edouard-Jean-Baptiste Milhaud, le conventionnel: sa nomination de 
général de brigade date, en effet, du 5 janvier 1800 : il fui nommé l«' 
30 décembre 1806 général de division el le 10 septembre 1808 comte de 
l'Empire ; cf. sur lui les pages 151 183 de notre Dugommier. 

2. Jacques-Marie Pil<>i<' de La Barolière, maréchal de camp (6 décem- 
bre 17921 h de division (6 mai 17931 



ORDRES ET APOSTILLES 1>F. NAPOLÉON 43 

Trois cent mille francs pour les relations ex- 
térieures, ci 300.000. 

Trois cent mille francs pour le ministre de la 
guerre, pour les manufactures d'armes, ci 

Cent mille francs pour dépenses soldées en 
France, pour l'armée d'Egypte, ci 

Cent mille francs pour le ministre de 1 inté- 
rieur, pour subvenir aux dépenses des ateliers 
publics de Paris, ci 

Trois cent mille francs, pour remonte de ca- 
valerie, au ministre de la guerre, ci 300.000 

~~c^GU00Ô7 



300.000. 
100.000. 

100.000. 



85. _ Paris. 18 nivôse an VIII (8 janvier 1800). 
A Berlhier. 

Le général divisionnaire SahuguetC 1 ) sera remis en ac- 
tivité de service. Il partira le plus tôt possible pour pren- 
dre le commandement de la 22e division militaire. 

Le général de division Tilly ( 2 ) so rendra à Angers le 
plus tôt possible, et il y sera à la disposition du général 
en chef Hédouville. Le ministre de la guerre fera con- 
naître au général Tilly que le gouvernement compte par- 
ticulièrement sur son zèle pour aider le général Hédou- 
ville à réprimer les chouans. 

Le général divisionnaire Pully ; 3 ; sera remis en acti- 
vité de service et employé dans la 15e division militaire, 
où il se rendra le plus tôt possible pour la commander. 

Le général divisionnaire Gouvion( 4 ) remplacera le gé- 

1. Maréchal de camp le 28 septembre 1702, Sahuguet avait été fait 
général 3e division le 13 juin 1795. 

2. Jacques Louis-François, comte de Tilly, dit Delaitre-Tilly, général 
de 1793 (brigadier le 21 avril, divisionnaire le 2 décembre). 

3. Charles-Joseph Randon de Pully, maréchal de camp (19 septembre 
1792) et général de division (8 mars 1793). 

i. Cf. sur Gouvion, général de brigade (18 août 1793) et de division 
(26 septembre 1799), sénateur (2 février 1805), noire Jeunesse <\c Napo- 
léon, TT, p. 178 et 325. 



i'i ORDRES El APOSTILLES DE NAPOLÉON 

néral divisionnaire Petitguillaume ' dans le commande- 
ment de la 9 e division militaire. Ce dernier cessera ses 
fonctions el jouira de son traitement de réforme jusqu à 
ce que sa retraite soit Fixée. Le ministre de la guerre 
prendra les mesures convenables pour que le général Petit- 
guillaume ne soit informé de cette décision qu'au moment 
où le général Gouvion arrivera pour le remplacer. 

Le général de brigade Parra s cessera ses Fonctions et 
jouira du traitement de réforme affecté à son grade jus- 
qu'à ce que sa retraite soil fixée. 

L'adjudant général Ilerhin ; se rendra à Paris. 

86. - Paris. 18 nivôse an VIII (8 janvier 1800). 

Marel à Locré, secrétaire général du Conseil d'Etal. 

Le premier consul me charge, citoyen, de vous inviter 
à voir de suite les membres de la section de l'intérieur 
pour les engager à presser, autant qu'il esl possible, leur 
travail sur l'organisation de l'intérieur. 



ST. Paris, 18 nivôse an VI 11 (8 janvier 1800). 

Olarke au (/ruerai divisionnaire Carteaux. 

Le premier consul me charge de vous prévenir, citoyen 
général, que vos trois demandes du 1 1 nivôse ont été 
renvoyées au\ différents ministres qu'elles concernent. 
Celle relative à une somme de 2.578 Fr. 50 a été recoin 
mandée au ministre de la guerre; ce ministre a aussi 
Tordre de Faire donner une lettre d'examen à votre fils 
aîné, el la troisième par laquelle vous demandez deux 

1. Pierre Petitguillaume, généra] de brigade le 14 octobre 1793 <'t de 
division le 13 juin 1795. 

2. François Parra élnil aener.d de I n ■ i l: . n I . • depuis le 3 novembre ÎT'.'LI : 
cf. ootre Dugommier, p. 46-47. 

3. Jean Baptiste Herbin-Dessaux allait rire nom général de brigade 

(28 mars 1800): il devint, sous la première Restauration (31 décembre 
181 i i. lieutenant général. 



-ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 

bourses au Prytanée françaispour deux de vos enfants, 
a été renvoyée au ministre de I intérieur. 

88 . - - Paris. 18 nivôse an VIII 8 janvier 1800). 
Clarke à Berlhier. 

Le premier consul Bonaparte désire connaître pour- 
quoi le citoyen Sanson >) n'est pas compris comme gen e- 
a " de brigade sur l'état des officiers du corps du geme, et 
e premier consul se propose de le nommer inspecteur de 
cette arme. Il désire également connaître combien de gé- 
néraux sont nécessaires aux deux armes du geme et de 
taillerie, et ce que les lois ou règlements P^nvenUce 
égard Le premier consul désire auss. que les lois citées 
d'ans les rapports que lui fait le ministre de In guerre, soient 
jointes à ces rapports. 

89. - Paris, 18 nivôse an VIII (8 janvier 1800) 
Clarke à Berlhier. 

Citoyen ministre, j'obéis aux ordres du premier consul 
en vous mandant de sa part qu'il désire que vous don- 
niez tous les ordres nécessaires pour compléter les quatre 
demi-brigades qui sont restées en Hollande, dejj« 
à ce qu'elles soient portées chacune de 3000 a 3500 hom 



mes. 



es • tj 

•>oLe premier consul désire que vous envoyiez en Ba- 
tavie un régiment de troupes à cheval qui ait besoin de 
se refaire e! de se remonter, et que vous tassiez les dis- 
positions nécessaires pour le mettre promptement en étal 
de servir à une armée active. 

3o Son intention est que deux demi-brigades soient en- 

,. Nicolas-Antoine Sanson fut nommé général de brigade le =11 janvier 
,, devin1 directeur général du dépôt de ^^^.^f^t^» 
de division fl" juillPl 1807), comte, de lEmpirc (mai L»u»J, 
du génie. 



46 ORDRES ! I APOSTILLES DE NAPOLÉON 

voyées à Mayence. L'une d'elles sera pris-/ parmi celles 
qui sont prisonnières de guerre, et toutes deux, choisies 
parmi les demi-brigades qui ont le plus soufferl dans 
la campagne passer. Elles devront être prises parmi celles 
qui se trouveraient soi! à Bâle soit sur la Saône. Elles 
seronl portées l'une et l'autre à 'MM) hommes. Le pre- 
mier consul vous invile à lui l'aire connaître les corps 
que vous aurez choisis pour cette destination, et les moyens 
que vous prendrez, citoyen ministre, pour les complète']'. 

1" L'intention du premier consul est que vous désigniez 
plusieurs demi-brigades prises parmi celles qui ont Le 
plus besoin de se compléter et de se refaire et que vous 
les placiez de la manière suivante, savoir: une à Diissel- 
dorf, une- à Ehrenbreitstein, une à Landau, une à Stras- 
bourg, une à Luxembourg, une à Metz el une à Besançon. 

Toutes ces demi-brigades seront portées au complet de 
3000 hommes; celles qui seront destinées pour Luxem- 
bourg, Metz el Besançon seront prises parmi celles qui 
sont prisonnières de guerre. 

Le consul Bonaparte désire avoir un état exact des de- 
mi-hrigades el autres corps prisonniers de guerre. 

Enfin, citoyen ministre, le consul Bonaparte désire que 
vous lui rendiez compte des dispositions que vous aurez 
faites pour l'exécution des ordres ci-dessus, le 20 nivôse, 
à midi. 



90- - Paris, 19 nivôse an VI II (9 janvier 1800). 
1 Berthier. 

Le premier consul désire avoir pour le 21. s'il est pos- 
sible, l'état des services de tous les généraux de brigade 
employés el une note sur la moralité et les talents de 
chacun d'eux. 

1. Vu bns de In lettre, h de ta main de Bonaparte, approuvé. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 

91. - Paris, 19 nivôse an VIII (9 janvier 1800). 

A Berthier. 

J'ai autorisé le général Lefebvre, commandant la ^ In- 
division militaire, à employer provisoirement a Lhar 
fres Te général de brigade Merle V, Faites-moi, citoyen 
ministre, un rapport sur cet officier-general. 

9 . 2 . _. Pans, 19 nivôse an VIII (9 janvier 1800). 
A Berthier. 

Je désire connaître aujourd'hui même, citoyen ministre 
re'lat de situation du 15e régiment de chasseur^ du 
lie de hussards, tant sous les rapports de lem force et 
fective et des présents sous les armes que sous ceux du 

^;;; { des —, ^ ******«*, ^ q z™™ 

etc. Transmettez-moi sur-le-champ les detads que vous 
avez à cet égard. 

93 . _ Paris, 19 nivôse an VIII (9 janvier 1800) 
A Berthier. 

Je désire connaître, citoyen minisire, aujourd'hui même 
si le généra) divisionnaire La Barohère est part, pou se 
rendre à Rennes et prendre le commandement de la 13 

division militaire. 

94. - Paris, 19 nivôse an VIII (9 janvier 1800). 
Clarke, à Berthier. 

Te crains que dans la note du 1 l nivôse sur les offi- 
ciers d' artillerie, il n'ait été oublié, à L'article du gênerai 

1. Pierre-Hugues-Victoire Merle général ^^%2\S^^ 



18 ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 

Guériol Saint-Martin, que cet officier sérail employé en 
ligne dans son grade qui est celui de général de bri- 
gade ' . Veuillez, citoyen ministre, faire rectifier celle er- 
reur, si elle existe. 



<).-,. Paris, 19 nivôse an Y1J1 9 janvier 1800). 
Clarke à Berthier. 

J'obéis aux ordres du premier consul en vous demandant 
de lui transmettre sur-le-champ la dépêche de l'armée 
d'italie de Laquelle est extrait L'article inséré hier dans 
Le Journal des défenseurs de la patrie. Le premier consul 
désire également connaître quelle était la position de l'ar- 
mée d'Italie avant la dernière affaire. 



96. Paris, 20 nivôse an VIII Kl janvier 1800). 

A Berthier. 

1" Les généraux de division Favart( 2 et Pierron( 8 ' el 
le général de brigade La Barrère i obtiendront leur re- 
traite. Ils jouiront du traitement de réforme affecté à leur 
grade jusqu'au moment où celui de leur retraite sera fixé. 

2° Le général de brigade Tholosé ■"' sera nommé à un 
commandement de place qui puisse lui convenir. 

.> Le général Clémence! ( 6 ) recevra Tordre de se rendre 
à une armée active pour y être employé dans son grade. 

l Le I mars, Bonaparte l'envoie à Genève commander l'artillerie el 
organiser une salle d'artifices el des magasins pour des dépôts. 

1 .lc;in liapiisti' l'.ivarl. maréchal de camp (9 mars 1788) el général 
de division (8 mars 1703). 

:: . Llir Marie Pierron, général de brigade (17 janvier 1794) el <le divi- 
sion (13 juin 1795). 

I. Vnne-Jacques-François Cousteau La Barrère. général de luiu.nl. 
depuis le 13 octobre 1794. 

5. Cf. sur Tholosé notre Valenàennès, p. 2-i' / i-2'ir> el 342-344. 

fi Louis < lémencet, général <!•• brigade depuis le 30 novembre 1794. 



ORDRES ET APOSTILLE? DE NAPOLÉON 19 

4« Le général de division Milet-Mureau (*•), n'ayant pas 
élé employé ni comme général de division ni comme gé- 
néral de brigade aux armées actives, reprendra son grade 
d'adjudant général et sera employé en cette qualité à 
une armée active. Il sera fait général de brigade à la 
première bataille où il se trouvera. 

5o Le général de brigade Campredon( 2 ) continuera d'être 
employé à l'armée d'Italie. 

6° Le général de brigade Le Tourneur 3 , recevra l'ordre 
de se rendre à une armée active pour y servir dans son 
grade. 

!>?. -- Paris, 20 nivôse an VJII (10 janvier 1800). 

Le ministre de la guerre nommera le citoyen Louis 
Bonaparte (4), chef d'escadron au 5e régiment de dragons, 
au grade de chef de brigade de ce corps, vacant par la 
promotion du citoyen Milhaud au grade de général de bri- 
gade. 



9g. _ Paris. 20 nivôse an VIII (10 janvier 1800). 
A Berthier. 

Je désire, citoyen ministre, que vous donniez des ordres 
prompts pour arrêter le mouvement du bataillon de la 
45e demi-brigade de ligne que vous avez fait diriger sur 
l'armée d'Angleterre et que vous le fassiez envoyer à l'ar- 
mée du Rhin où le bataillon de cette demi-brigade qui 

1. Louis-Marie-Antoine Milet-Mureau, général de brigade (7 janvier 
1796; et de division (2 juillet 1799) ; il devint préfet de la Corrèze et 
baron de l'Empire (18 juin 1809) : il avait été minisire de la guerre du 
21 lévrier au 2 juillet 1799. 

2. Jacques-David Marlin de Campredon. général de brigade (5 mars 
L'800) el de division (15 août 1806). 

:;. Etienne-François-Luis-Honoré Le Tourneur, l'ancien membre du 
Directoire, avait été nommé général de brigade le 9 juin 1797. 

I On trouvera dans les Feuillets d'histoire (II. \>. 'X',' l'étal exael el 
complet de ses services. 



50 ORDRES 11 APOSTILLES !>K NAPOLÉON 

ut si pas prisonnier de guerre, se trouve eu ce moment, 
afin de réunir celle demi-brigade quand on le pourra. 



99. -- Pans, 21 nivôse an Ni 1 1 11 janvier 1S00). 
.1 Berihier l ). 

Les deux places de généraux de division vacantes par 
la nominal ion du général Lespinasse (*) au sénat conser- 
vateur et celle du généra] Dupuch à un commandement 
de place seront données aux généraux de division Sugny 
et Lacombe Saint-Michel s . 

Les places île généraux de brigade titulaires vacantes 
seront remplies par les généraux d'Hennezel( 5 ), Verriè- 
res^), Savournin ( 7 ), Mârmont, Seroux - cl par les citoyens 
Lariboisière ( 9 ) et La Tournerie ( 10 ), qui seront promus 
au grade de général de brigade. 

Le général de brigade dLspinassy ") obtiendra sa re- 
traite, il jouira du traitement de réforme affecté à son 
grade jusqu'au moment où celui de sa retraite sera fixé. 

1. Tontes ces nominations sonl relatives à l'artillerie. 

2. \ugustin de Lespinasse, général de division depuis le '.'juin 1794 
comte de l'Empire ni mai 1808 : cf. notre Journal de Desaix, j>. 75. 

:!. Jean-Marie \ ital Ramej de Sugny, général de brigade (24 février 
1797) cl de division (8 décembre i7!> ( .M. sera premier inspecteur général 
de l'artillerie el des troupes <!<• la marine h (28 janvier 1809), comte de 
l'Empire ; cf. notre Jeunesse de Napoléon, I, i>. 179 el 326. 

\. Voir sur Lacombe Sainl Michel l'ouvrage de V. Dry, Soldais et nu: 
bassadeurs -dus le Directoire, il. p. 249-329. 

5. D'Hennezel, général de brigade depuis le :! mai 171*7. 

6. I i. sur Verrières notre Jeunesse de Napoléon, i. p. .'!!."> h 163, aotn 
Usace en 1814, i>. 295-322 h notre Journal de Desaix, p. 129. 

7. Savournin étail général <!<• brigade «lu l;i mars 17'>7. 

s. Jean-Nicolas Seroux, baron «lu Fay, général .!<• brigade (5 février 
1799) ri «|,. division (8 février 1806). 

'.i. Cf. sur Lariboisière le livre il \ \han\ (1889) ■•! \. < huquet, l.<i 
-<■ de \'apoléon, I. p. 320 et 164. 

I" Voir sur La rournerie, dont on ignorai! jusqu'alors la nomination 
au grade de général, nuire Journal de Desaix, p. 213. 

11. < f. sur d'Espinassj nos Feuilles d'histoire, l\. p. 151 154. 



ORDRES 11 APOSTILLES DE NAPOLÉON ol 

100. — Paris, 21 nivôse an VIII 11 janvier 1800). 
1 Berlhier. 

Le ministre de la guerre donnera demain 22. par la 
voie, du télégraphe, ordre au 12'- régiment de hussards de 
partir de Bruxelles le 24 nivôse pour se rendre à Caen; 
ee régiment voyagera sans aucun séjour et à douilles 
journées. 

Le minisire de la guerre donnera ordre au 13 e régiment 
de cavalerie de se rendre à Tannée du Rhin, et il fera 
passer ce corps en revue avant son départ afin qu'il lui 
soit rendu un compte exact de sa situation. 



101. -- Paris, 21 nivôse an VIII ill janvier 1800). 
.1 Berlhier. 

Le ministre de la guerre donnera au citoyen Victor 
Latour-Maubourg ( x ) des ordres particuliers, pour se ren- 
dre à Brest le plus tôt possible et de là en Egypte. Cet 
officier sera employé à l'armée d'Orient dans son arme 
ou à l' état-major; en qualité de chef de brigade. 



102- -- Paris, 21 nivôse an VIII (11 janvier 1800). 
A Forfait. 

Le citoyen Saliceti, citoyen ministre, devant se rendre 
dans son département, je désire profiter de son passage 
pour accélérer celui des conscrits qui doivent aller en 
Corse. Je vous prie de lui donner une lettre pour le com- 
missaire ordonnateur et une pour le commandant des 
armes à Toulouse, afin qu'il se trouve autorisé à presser 
rembarquement de ces troupes. 

I. C'est l'adjudant général La Tour Maubourg qui avail suivi LafayeUe; 
il fil l'expédition d'Egypte el toutes lès campagnes de l'Empire, eul la 
jambe emportée à Leipzig par un boulet de canon, devint pair de France, 
ministre de la guerre et gouverneur des Invalides. 



52 ORDRES il VPOST1LLES DE NAPOLÉON 

I o;i Paris, 21 nivôse an VIII 11 janvier 1800). 

Warel à Berthïer. 

I ai l'honneur de vous prévenir, citoyen ministre, de l'or- 
dre qui vient d'être donné au ministre de la police de 
Faire conduire à Nantes les individus mis en surveillance 
hors du territoire continental de La République. Les con- 
suls désirent que vous donniez le plus promptement pos- 
sible les ordns nécessaires pour que les prisons du châ- 
teau de Nantes dans lequel ils doivent être déposés, soient 
mises en état de les recevoir. Le ministre de la police 
générale a été chargé d'écrire à cet effet au préfet de la 
Loire-Inférieure. 



l(\A - Paris, 21 nivôse an VIII (11 janvier 1800). 
Marel à Hédouville. 

Les consuls m'ordonnent, mon cher général, de vous en- 
voyer la proclamation qu'ils adressent aux habitants de 
l'Ouest et les dispositions qu'ils ont arrêtées. Ils désirent 
que vous fassiez sur-le-champ imprimer et publier cet 
acte qui par le prochain courrier vous parviendra imprimé 
dans le Bulletin des lois. Les consuls attendront avec im- 
patience des nouvelles postérieures au 25 courant Ils n'ont 
pas besoin, mon cher général, d'exciter votre zèle et l'ac- 
tivité de votre correspondance. Vos services et vos suc- 
cès passés dont le souvenir s'attache à votre nom, quand 
il s'agit de cette malheureuse Vendée, sont des motifs d'es- 
poir que les bons citoyens saisissent et dont s'applaudit 
ma sincère el vieille amitié. 

- Vous savez, mon cher général, à quel point je vous 
suis attaché: jugez dès lors de mes vieux pour vos succès 

H»:,. Paris, 23 nivôse an VIII 13 janvier 1800). 

Marri à lùnfaif. 
Le secrétaire d'Etat invite le ministre de la marine, de 



ORDl;i - Il APOSTILLES DE NAPOLÉON 53 

la pari du premier consul, à faire un rapport sur l'orga- 
nisation des iles de France et de la Réunion. 



1(M>. - Paris, "23 nivôse an VIII (13 janvier L800). 

Le commissaire des guerres Boinod, employé à l'armée d'Orient, est 
nommé commissaire ordonnateur ('). 

II lui sera écrit une lettre de satisfaction sur le zèle 
cfu'il a toujours montré, sur son exacte probité et sa sé- 
vérité pour empêcher les dilapidations. Cette lettre sera 
imprimée au journal officiel 



107- — Paris. 23 nivôse an VIII (13 janvier 1800). 

Le général Humbert (') demande à faire la guerre dans les départe- 
ments de l'Ouesl : il la finira, dit-il, avanl la pousse des feuilles. 

Le ministre de la guerre lui donnera ordre de se rendre 
sur le champ à Nantes. 



jOS _ Paris, 24 nivôse an VIII (14 janvier 1800). 

Le général Dulauloy ( 3 ) partira demain pour se rendre 
à Angers. Le ministre de la guerre lui fera connaître 
qu'on se bat. 

Faire appeler le général Debelle et lui faire connaître 
([lie mon désir est qu'il parte poui l'armée d'Angleterre. 

Faire connaître au général Tilly pour réponse qu'on 
se bat à l'armée d'Angleterre. 

1. Cf. sur Jean-Daniel Boinod notre Jeunesse de Napoléon, III. p. 243 
el 308. 

2. Le fameux Jean ^mable Humbert, général de brigade depuis le 
9 avril 1794, qui mena l'expédition d'Irlande : le 21 janvier 1800, Bona- 
parte demande qu'il reçoive l'ordre, s'il n'est pas encore parti pour 
Vantes, il'- partir sur-le-champ. 

:;. Charles-François Randon-Dulauloy, général de brigade (10 décem- 
bre 1794) ei de division (27 août 1803), inspecteur général de l'artillerie, 
comte de l'Empire il:: février 1811); voir sm lui les Vtém de G 
I. p. 228 el 247 : Il p. 221, 233, 247, : :;7. 

Ordres et apof-tilles de Napoléon. ' 



54 ORDRES I l VPOS l il LES i>l NAPOLÉON 

L09 Paris, 24 nivôse an VIII II janvier 1800). 

1 Berlhier. 

Le ministre de la guerre esl invité à l'aire connaître 
au généra] en chef de l'armée d'Italie que les sommes 
versées dans la caisse de ladite, armée, en conséquence 
des dispositions faites par Championnel seront Imputées 
sur les deux millions que les commerçants de Gênes doi- 
vent fournir à l'armée. 



110- -- Paris, l\ nivôse an Vlll 14 janvier L800). 
Mai et à Berlhier. 

Vous aurez reçu, citoyen ministre, l'arrêté qui nomme 
le général Brime général en chef! de l'armée de l'Ouest. 
Il est indispensable que ce général parte demain matin. 
Vous lui ferez remettre 12.01)0 fr. pour ses équipages et 
12.000 pour les premiers fonds de dépenses extraordinaires 
dont il pourrait avoir besoin. 

Vous donnerez Tordre au général Humherl cl au général 
Tilly de partir dans la matinée de demain pour se rendre 
au quartier général de l'armée de l'Ouest. 

Vous donnerez Tordre au général Guillot ' actuellement 
à Paris et qui avait reçu ordre de se rendre à Brest, 
de partir demain dans la matinée pour Angers (.1 être sous 
les ordres du général Brune. 

Vous me rendrez compte demain à !> heures du soir 
si tous ces généraux sont partis. 



111. - Paris, 26 nivôse an Vlll 16 janvier 1800 

Note pour le ministre de lu guerre. 

Le citoyen Pierre-Lauren! Girard, ex-chef de la 17' demi-brigade il m 
fanterie légère a été destitué en brumaire .-ni VI par le général ru chei 
Bonaparte pour avoir entretenu avec le provéditeui vénitien à Brescia, 

1 cf. <-nr ce Guillol notre Jeunesse de Xapoléon, 111. \>. Vil ri 307 



ORDRES ET APOST1LL1 :S Dl NAPOLEON 00 

où il commandait, une correspondance contraire aux intérêts de la 
République, et le Directoire confirma cette destitution. Il demande sa 
réintégration, et l'on rappelle qu'il a fait toutes les campagnes de la 
Révolution. 

Refusé. 



112. — Paris, 26 nivôse an VIII [16 janvier 1800). 
1 Berfhier. 

Je désire avoir une noie sur la moralité «les membres 
composant le jury de Paris qui prononce sur les conscrits 
et sur la manière dont il opère. 



113. -- Paris, 26 nivôse an VIII 16 janvier 1800). 

A Berthier. 

Objet secret : 

Je vous recommande, citoyen ministre, de remettre au- 
jourd'hui même au citoyen Saliceti six brevets de chefs 
de bataillon pour les citoyens: 

1" Ambrosi, capitaine de la 37e y 2 brigade. 

2° Mari, ci devant capitaine du régiment Royal Corse. 

3° Emmanuelli, capitaine de la ... i/ a brigade. 

1" Bonelli. 

5° Peretti. 

6° Quenza f 1 ). 

114- — Paris, 26 nivôse an VIII 16 janvier 1800). 

A Forfait. 

Je désire, citoyen ministre, que vous remettiez au ci- 

1. Bonaparte avait d'abord dicté Pianelli : il a fait effacer ce ri" I 

mettre à la place le, nom de Jean-Baptiste Quenza, son ami et ennemi 
de jadis. Cf. sur ces personnages lr tome II de notre Jeunesse de Ma- 
poléon, et notamment sur Bonelli, p. 255-251'. el 351 353, sur Peretti, 
p. 254 et 351. sur Quenza, p. 245-28G el 356-357 (ainsi que le tome III. 
p. 121-123, 256-257, 276); quant à Saliceti, c'esl le conventionnel, relui 
qui fil la fortune de Napoléon en l'appelant sous les murs de Toulon. 



56 ORDRES 1.1 APOSTILLES Dl NAPOLÉON 

toyen Saliceti six lettres «le marque en blanc destinées à 
remplir le but que je me proposais d'atteindre en vous 
en demandanl au tan I pour le citoyen Sapey ('). 

11"». Paris, 28 nivôse an VIII 18 janvier 1800). 

A B cri hier. 

Vous donnerez ordre au général de division Dufoar de 
prendre le commandement de la lie division militaire. Ce 
général est chez lui à La Rochelle. 

Faites moi connaître si le général Gouvion auquel j'ai 
destiné le commandement de la 9 e division esl parti pour 
s y rendre. 

Faites moi également connaître si vous avez transmis au 
général en chef Brune la loi qui met quatre départements 
de l'Ouesl hors de la constitution. 



116. 7 - Paris, 28 nivôse an VIII (18 janvier 1800). 

Clarke à Berlhier. 

Craignant que le premier consul n'ait oublié de vous 
faire connaître que son intention esl que le brevet de 
chef de l'état-major de l'armée de l'Ouest soit expédié 
le plus tôt possible au général Hédouville, je prends la 
liberté d'appeler votre attention sur cet objet. 

117. Paris, 28 nivôse an \ 111 18 janvier 1800). 

Clarke à Berlhier. 

Citoyen ministre, le premier consul Bonaparte me charge 

1. Jean B ptislc Sapey, né à Lemps dans l'Isère, sous-lieutenan| an 

9 batail de l'Isère en l'an II. puis dans une demi-brigade légère en 

l'an i\. ail taché en l'an V au coi issaire «lu Directoire Saliceti, avail 

été nommé ''n l'an \l directeur général des bateaux de correspondance 
entre l'île de Corse el le continent, au Iraitemenl annuel de 2.400 francs, 
et, en celle qualité dépendait du ministère de la guerre (bureau des 
équipages militaires Le 12 janvier 1800, Bonaparte avail ordonm 
il de lui « délivrer six lettres de marque pour la Méditerranée 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLEON 0/ 

de vous mander, en réponse à votre rapport daté d'hier, 
qu'il désire que le 1' régiment de dragons qui devait se 
rendre à l'armée du Rhin rentre dans l'intérieur de la 
République pour se refaire promptement et que le 16 e ré- 
giment de chasseurs qui est à Bréda reçoive, par un cour- 
rier extraordinaire. Tordre de se rendre à 1 armée du Rhin. 



118- - Paris, 28 nivôse an VIII (18 janvier 1800). 

Clarke à Lefebvre. 

Le premier consul me charge de vous faire connaître 
qu'il désire que. l' adjudant-général Ghampeaux r imite 
la conduite du général de brigade Merle en se portant 
sur les frontières du département de l'Orne et qu'il pé- 
nètre dans ce département partout où il connaîtra qu'il y 
a des rassemblements de chouans. Il pense que ce n'est 
pas dans les villes que les officiers supérieurs qui sont 
dans le voisinage des chouans, doivent avoir leurs quar- 
tiers-généraux et que leur principale occupation doit être 
de chercher les chouans partout où ils sont, en faisant 
en sorte de les trouver pour les combattre. 

119. — Paris, 29 nivôse an \ III (19 janvier 1800). 
1 Berthier. 

Faites-moi, citoyen ministre, un rapport sur les services, 
les talents et la moralité des adjudants-généraux Mau- 
rice - et Yillatle ( 3 . employés à l'armée du Rhin. 

1. Il s'agit sans doute de Palasne-Ghampeaux, adjudant-général, chef 
de brigade depuis l'an III et qui fut retraité en 1807. 

2. Ce Maurice n'est autre que Maurice dil Dufori (cf. notre Hoche ei 
la lutte pour l'Alsace, p. 203), maréchal des logis chef en 1788, quartier- 
maître en 1789, capitaine en L792, chef d'escadron et chef de brigade 
en 1793 aux mois de janviei e,\ de juin, mais qui a'avail pas accepté 
le grade de général de brigade qui lui fut donné le 23 août suivant. 

3. Eugène-Casimir Villatte qui devint général de brigade (29 août 
1803) et de division (25 février 1807). baron de l'Empire sous le nom de 
baron d'OuIremnnl (26 octobre 1808). 



58 ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 

120. - Paris, 29 nivôse an VI II 19 janvier 1*00). 

Berihier à Dupont. 

Le premier consul voil avec peine qu'il y ait encore 
beaucoup de conscrits dans les départements. Proposez- 
moi primidi malin les ordres pour les diriger tous sur 
Paris. Lyon cl Strasbourg qui formeront les trois grands 
dépôts où nous les armerons el équiperons pour les l'aire 
incorporer. Faites-moi renouveler les ordres aux i>éné- 
iraux en chef el des divisions pour que les conscrits 
soient incorporés dans les demi-brigades. 

121. — Paris, 1 pluviôse nu VIII "21 janvier 1800). 

t Berihier. 

Suehet. nommé commandant de la 1(K' division mili- 
taire ' 

L22- Paris, I pluviôse an VIII (21 janvier 1800) 

1 Berihier 

Il n'y aura à l'armée du Rhin qu'un seul inspecteur 
d'infanterie. 

Le général Macdonald sera nommé inspecteur des trou- 
pes de la 1". 15e. 16 e , 17'. et IN divisions militaires. 

I.e général Frégeville ,-' sera nommé inspecteur de la 
cavalerie îles mêmes divisions. 

I La lu division militaire comprenait les départements il" l'Aude, 
des Pyrénées-Orientales de l'Ariège. de la Haute-Garonne, îles Hautes 

Pyrénées '•! des Landes. Mai.- Suehel (yeueral de brigade depuis le 

v; mars 1798 cl de division depuis le 10 juillet 1700i n'alla pas dan- la 
lu' division. Il avail obtenu un congé de cinq décades le :; janvier ls"" 
s'acheminail de Port-Maurice vers Paris lorsqu'à Fréjus il rencon 
Ira M sséna m 1 ' 1 le retint. 

2. Bonaparte avail d'abord dicté le nom de Canclaux. On sail la car 
rière du marquis < harles-Louis Joseph de n-e^eville : colonel du 1" bu- 
sards en octobre 1792 général de brigade le ir. mai 1793, prisonnier des 
Espagnols, membre des Cinq Cents général de division (28 mars 1800), 
il fui retraité en 1811. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOl EON 



59 



Le citoyen Jourdan ' sera nommé inspecteur de l'armée 
d' Angleterre. 

!23. _ Pans, 1 pluviôse an VIII (21 janvier 1800). 

A lit: ri hier. 

11 serait nécessaire, citoyen ministre, d'envoyer dans la 
décade à l'armée du Rhin 30.000 paires de souliers. 
10.000 fusils, 20.000 baïonnettes. 20.000 paires de pisto- 
lets, 500 satires et 15.000 capotes. Vous en ferez partir 
autant la décade prochaine. Ces envois seront dirigés sur 
Bâle et accompagnés d'un officier d'état-major. 

Faites-moi un rapport sur ce que vous pouvez faire 
pour cet objet, indispensable à l'armée du Rhin pour 
quelle puisse entrer en campagne. 



124. Paris, 1 pluviôse an VIII (21 janvier 1800). 

Clarke à Moreau. 

Le premier consul Bonaparte me charge de vous man- 
der qu'il a reçu votre lettre du 25 nivôse. Il désire con- 
naître par le retour du premier courrier 

P» Si les onze cent mille, francs qu'on avait lires sur 
Strasbourg et sur Bâle ont été acquittés. 

2° Si vous avez reçu les six cent mille francs que le 
ministre de la guerre a dû vous envoyer la décade pas- 
sée. 

3o Ce que vous avez pu verser des quatre départe- 
ments nouvellement organisés fou avait instruit les con- 
suls qu'il y avait 500.000 francs dans lune de leurs 
caisst s. 

On s'occupe, citoyen général, des 7 à 800.000 francs 
cpie la République batave doit à la l™ et à la 8e demi- 
brigades de ligne. Des courtiers partent pour cet objet. 

1. Bonaparte avait dicté d'abord le nom de Sainte-Suzanne, en ajou- 
tant ces mois qui «-m été barrés; « ce qui ne l'empêchera pas de faire 
la campagne à 1 armée du Rhin 



('.() ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 

Indépendamment îles versements que le ministre des 
finances ordonnera de faire des cuisses des départements 
de l'arrondissement de l'armée du Rhin dans celle du 
payeur général de cette armée, le premier consul vous 
fera envoyer la décade prochaine deux millions gui parti- 
ront de Taris pour le service de l'armée que vous com- 
mandez. Il désire savoir si tous ces versements réunis vous 
suffiront pour entrer en campagne. 

Le général Leclerc esl chargé de veiller au dépari des 
fonds qui nous sont destinés. 

Le général Championnet est mort à Nice. 

Les affaires de la Vendée prennenl une bonne tournure. 
Le généra] en chef Brune qui commande l'armée de 
l'Ouest et le général llédouville quiesl le chef deson état- 
major, s'arrangent bien ensemble. 

D'Autichamp et Bernier se donnent beaucoup de mou 
vement pour achever de purifier les quatre départements 
troublés sur la gauche de la Loire. Il y a à Vannes plus 
de neuf mille hommes destinés à. ramener l'ordre dans 
le département du Morbihan. 

Agréez, citoyen général, mon salut amical et respectueux. 



125- -- Paris, I pluviôse an VI II 21 janvier 1800). 
Clarke à Berthier. 

Je vous préviens, citoyen ministre, que l'intention du 
consul Bonaparte est que les citoyens C.uvillier-Lleurv. 
rédacteur de Ire classe dans un bureau du mouvement 
des troupes. Lépine. Besnard. Rover. I.orphelin et Lacour 
soient employés près de lui et fassent partie du dépôt 
général de la guerre. Les citoyens composeront le cabinet 
topographique que le consul Bonaparte m'a chargé de for- 
mer. Le citoyen Cuvillier-Fleury en sera le chef; le ci- 
toyen Lépine aura le titre de sous-chef: Besnard remplira 
les fonctions de rédacteur; le citoyen Rover aura le titre 
d'enregistreur el les citoyens Lorphelin et Lacour seront 
expéditionnaires. Je vous prie d'observer que ces citoyens 



ORDRES ET APOSTILLES Dl NAPOLÉON 61 

sont destinés à former deux bureaux distincts, et que 
c'est pour cette raison qu'il esl indispensable qu'il y ait 
un chef et un sous-chef. 



120 — Paris, 2 pluviôse an YIII 22 janvier L800). 
Rapporl de Berthier sur le mode d'avancement. 

Renvoyé à la section de la guerre pour proposer pour 
toutes les armes un mode d'avancement, conforme aux 
vues de l'expérience et aux vœux des militaires. 



1*>7- — Paris, 2 pluviôse an VIT] 22 janvier 1800). 
1 Berthier. 

Le premier consul prie le ministre de la guerre de 
lui faire connaître où se trouve le général Sahuguet et 
quel est le général qui commande dans le département de 
la Belgique. 

128- -- Paris, 2 pluviôse an YII1 (22 janvier L800). 
A Berthier. 

Faites partir, citoyen ministre, le 15e régiment de cava- 
lerie pour l'armée du Rhin; avant qu'il parte, faites le 
passer en revue et faites lui fournir tout ce dont il a be- 
soin. 



129 — Paris, 3 pluviôse an VIII :23 janvier 1800 . 

Le généra] Lefebvre demande le grade île capitaine pour le lieute 
nant Tritz ('). 

Renvoyé au ministre de In guerre- pour en faire un 
rapport. 

1. Jean-George Tritz. né à Bouzonville en 177",?. chasseur à cheval 
en 1773, fut nommé capitaine le 10 février 1800. Il était aide i e camp de 
Lefebvre depuis le 24 août 1799. Chef d escadron ils mars 1807), il devient 
-uns inspecteur aux revues le 24 mai 1809. 



Ol? ORDRES 11 APOSTILLES DE NAPOLÉON 

L30. Paris, 3 plin iôse ar \ il i 23 jam ier 1800 . 
Clarke à Lefebvre. 

Je nous envoie, citoyen général, un rapport sur deux 
chefs de chouans. Il m'a été remis par Le premier consul 
pour \ous le transmettre, et vient d'un nomme'' Veyrat, 
ex-ageni de police. Le premier consul nie charge de vous 
mander qu'il croit utile que vous fassiez observer la con- 
duite de ces individus el qu'on peu l promettre quatre ou 
cinq cents francs à ceux qui arrêteront l'un ou l'autre. Il 
paraît que c'est le général .Morand, commandant de la 
place, qui a donné les indications nécessaires pour faire 
arrêter le nommé Guillaume. Le premier consul pense 
qu'il est utile de donner une gratification à l'individu qui 
a fourni les premiers renseignements au général Morand. 



L31. Paris, I pluviôse an XI II [24 janvier 1800). 
.1 Berthier. 

.! ai reçu, citoyen ministre, un rapport sur la comptabi- 
lité de la 3 e division de la Guerre; mais je n'en ai point 
reçu sur celle des autres divisions de votre ministère; 
je désire les recevoir le plus tôt possible. 

IS'Z - Paris t pluviôs< an VIII (24 janvier 1800). 
I Berlhier. 

Vous voudrez bien, citoyen ministre, donner L'ordre au 
général de division Commes de se rendre en toute dili- 
gence dans la 10 e division militaire pour y être employé 
dans son grade. 

Le général Frégeville ayant été nommé inspecteur de 
cavalerie, le général ('.(.mines se trouvera commander pro- 
visoirement la division. Vous lui donnerez Tordre de lever 
l'état de siège dans lequel se trouvent toutes les communes. 



ORDRES II APOSTILLES DE NAPOLÉON 63 

de diriger tous les bataillons auxiliaires sur les poinfs que 
vous leur avez désignés, de faire rejoindre le plus qu'il 
pourra les réquisitionnaires et conscrits. Vous lui ferez 
connaître que les ministres de la police et de la justice 
donnent des ordres pour faire juger tons les anciens chefs 
de la révolte. Cet officier général se trouvant à Paris 
pourra vous rendre compte de vive voix des généraux de 
brigade et des sept adjudants généraux qui se trouvent 
dans celte division. Une partie de ces officiers était ré- 
formée : vous leur ôterez leur activité de service: trois 
ou quatre adjudants généraux suffisent pour cette divi- 
sion. Tous les officiers, de quelque grade qu'ils soient, 
qui auraient reçu leur activité par raison de l'insurrec- 
tion, cesseront de servir et retourneront chez eux. Lors- 
qu'il jugera que le 2T régiment de chasseurs ne sera plus 
nécessaire à Toulouse, il le fera partir pour Paris 

133. -- Paris, 4 pluviôse an VIII 2 1 janvier 1800). 
A Berthier. 

Le général de division Vandamme se rendra à l'armée 
du Rhin pour y servir sous les ordres du général en chef 
Moreau. 



134- -- Paris, 4 pluviôse an VIII (24 janvier 1800 . 

Le citoyen Derossel prie le 1" consul de faire terminer l'affaire des 
tableaux des combats de mer de la guerre de 1778 donl il est l'auteur. 

Celte pièce sera transmise au citoyen David en liuvi- 
tant à voir ces tableaux et à donner son opinion. 



135- -- Paris, 5 pluviôse an VIII (25 janvier 1800). 

Les drapeaux d'Aboukir seronl présentés par le général 
Lannes. 



6 i ORDRES I I \l'<>- l'ILLES Dl \ U'oi l ON 

L36- Paris, 5 pluviôse an VIIF (25 janvier 1800). 

Le généra] Clarke demandera au général Lefebvresile 
généra] Dufour esl parti pour Bordeaux et si le général 
Rivaud ' esl parti pour L'armée d'Italie. 

L37. Paris-, 5 pluviôse an VIII 25 janvier 1800). 
I Berthier. 

Le ministre de la guerre donnera ordre aux 1". :>' et 
18e régiment de cavalerie de se rendre à Paris. Le ministre 
me fera un rapport sur le 7° régiment de chasseurs qui 
esl à Chalon-sur-Saône el me fera connaître sa force, sa 
tenue, le nombre de chevaux, etc. 

138. - Paris, 6 pluviôse an VIII 26 janvier 1800). 

Le ministre de la guerre envoie une lettre du commissaire britan 
nique relative au général Dunn et une déclaration de ce général. 

Le citoyen Talleyrand me fera un rapport sur cet offi- 
cier. Où esl-il retenu? Commenl doit-i] être traité? Quelle 
réponse doit-on faire? 

Le ministre de la guerre ne fera aucune réponse el 
fera retenir plus étroitement le citoyen Dunn. 



13<). Paris. 9 pluviôse an VIII 29 janvier 1800). 

I Gardanne. 

Depuis le .'{ pluviôse, citoyen général, je n'ai point eu 
de vos nouvelles. Je désire fort connaître voire position 
dans ce moment-ci. Le général Brune a l'ait sur Vannes 
un mouvement général de troupes des départements de 
l'Orne, de la Mayenne el de la Sarthe. .le ne sais pas 

l. Il s'agil de Jean Rivaud. eénéral de brigade du S octobre 1793 el 
qui fui promu général de division le 21 septembre 1802. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOl ÉON 65 

s'il a fail faire Le même mouvement aux troupes sous 
vos ordres dans la Manche et le Calvados. Faites-moi con- 
naître par ce courrier ce que vous faites. Le général Cham- 
barlhac a eu dans l'Orne des avantages sur les rebelles. 



140. _ Paris, 9 pluviôse an V 111 29 janvier 1800). 
A Le Marois (*). 

Vous vous rendrez en poste à Angers : vous remettrez 
la lettre ci-jointe au général Hédouville : il vous donnera 
les moyens de vous rendre à Nantes et de là à Vannes, 
près du général Brune, auquel vous remettrez la lettre ci- 
jointe. Vous reviendrez en toute diligence me rapporter 
la réponse. Vous vous ferez donner les états de situation 
des troupes à sa disposition. 



141. -Paris, 9 pluviôse an VIII (29 janvier 1800). 
Berthier au citoyen Thompson, député de VUnion irlandaise. 

Le premier consul ayant décidé, citoyen, qu'il serait for- 
mé un bataillon d'Irlandais pour être attaché à la légion 
des Francs du Nord, je vous invite, en qualité de député 
des Irlandais unis, à me faire connaître ceux de vos com- 
patriotes qui sont susceptibles d'occuper des emplois dans 
ce corps. 



142. — Paris, 9 pluviôse an VIII 29 janvier 1800). 

Le secrétaire d'Etat H. B. Maret invite le ministre des 
finances, de la pari du premier consul, à affecter à la solde 
de l'armée du Rhin le million qui, par L'arrêté de ce jour, 
se trouve disponible sur la négociation de la Hollande: 

-1. Voir sur Jean-Léonor-François Le Marois qui devinl général de 
brigade (29 aoûl 1803), général de division (24 décembre 1805), aide-de 
camp de l'Empereur et (15 juin 1808) comte de l'Empire, notre Ecole de 

Mars, p. 241 el le Journal de Desaix, p. 53. 



66 ORDRES LT APOSTILLES DE NAPOLÉON 

cette armée aura par cette disposition trois millions au 
lieu de deux. 



14:J. Paris, 9 pluviôse an VIII 29 janviei 1800). 
Clarke à Hédouville. 

Le premier consul vient d'être instruit du mouvemenl 
i xtraordinaire que le général en chef Brune opère sur 
Vannes. Par ce moyen les départements de la Mayenne, 
de la Sarthe et de l'Orne sont dégarnis. Le premier con- 
sul ignore encore si Je même ordre a été donné au géné- 
ral Gardanne; ce qui dégarnirait aussi le départemenl de 
la Manche. 

Le premier consul avait heureusement envoyé de Paris 
le général Chambarlhac (*) avec 1.600 hommes dans le dé- 
partement de l'Orne où il a déjà battu Frotté et ses 
chouans, après en avoir tué un grand nombre. Il était 
le, 6 et h' 7 à la poursuite des brigands qui faisaient une 
piaule dans le département de la Sarthe. 

Le premier consul l'ail partir de Paris pour Verneuil 
un détachement de 1500 hommes d'infanterie et de 200 
de cavalerie avec .'> pièces d'artillerie légère. De la sorle 
ils pourront être dirigés suivant les circonstances. \l vous 
prit' de lui faire connaître sur le champ par un courrier 
extraordinaire ce que vous savez du mouvement des dé- 
partements de la Sarthe et de la Mayenne cl du débarque- 
ment qu'auraient pu faire les Anglais. 

Le premier consul pense que ce débarquement ne peut 
cire sérieux, quoique nous désirions fort ici qu'il fût de 
10 à 15.000 Lusses. 

Je n'ai le temps, mon cher général, que de vous em- 
brasser. 

Le citoyen Olivier Defosse m'a remis nos lettres. Ceci 
est une réponse. 

[.Jacques nbarlhac, général '!<• brigade (6 décembre 
1796) el 'I,- division (27 i I 1803), baron 'le l'Empire 130 aoûl 1MI . 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 07 

Bernier est arrivé, a été bien reçu, doit se rendre de- 
main à la campagne du premier consul pour y concerter 
des mesures pour le bonheur des départements nouvelle- 
ment pacifiés. 

144- — Paris, 11 pluviôse an VIII 31 janvier 1800). 

1° Il ne sera point attaché, quant à présent, d escadrons 
à la légion des Francs du Nord. 

2° I! sera substitué provisoirement, au lieu d'escadrons, 
un nombre égal de bataillons organisés sur le même pied 
que les quatre autres bataillons de cette légion, conformé- 
ment à la loi du 22 fructidor an VII. 

3° La compagnie d'artillerie à cheval sera également 
remplacée provisoirement par une compagnie d'artillerie 
à pied. 

145- — Paris, 11 pluviôse an VIII 31 janvier L800). 

1» Il ne sera attaché, quant à présent, que deux esca- 
drons à la Légion italique. 

2° Il sera substitué provisoirement, au lieu des deux au- 
tres escadrons qui, conformément h la loi du 22 fructidor 
an VII, doivent être attachés à cette légion, un nombre 
égal de bataillons organisés sur le même pied que les 
quatre bataillons qui la composent. 

140- — Pans, 11 pluviôse an VIII 31 janvier 1800). 
A Duroc. 

Le chef de brigade Duroc, mon aide de camp '\ se 
rendra en poste à Strasbourg, quartier général de l'armée 
du Rhin. Il recevra du général en chef de celle .innée di- 

1. Duroc, chef de brigade le 13 mars 1799. allait être nommé général 
de brigade (13 octobre 1801). puis gouverneur «lu Palais, puis, après sa 
mission extraordinaire en Prusse en mars 1803, général de division 
27 aoûl 1803). 



t)8 ORDRES II APOSTILLES l>l NAPOLÉON 

verses noies el états sur sa situation. 11 prendra également 
drs notes exactes sur le matériel el le personnel de l'armée 
el parcourra les avant-postes ainsi que les grandes po- 
sitions occupées pendant la dernière campagne en avanl 
ou en arrière de Zurich. Il me rapportera «les renseigne- 
ments exacts sur l'Helvétie cl sur l'armée. 



147. Paris, 12 pluviôse an \ III I"' février 1800 . 

I s veuve du général Bon (.'), mort de sa blessure, au siège de Sainl 
Jean d' U-iv, demande une pension. 

A recevoir. 



148. —Paris, 13 pluviôse an VIII (2 février 1800). 

.1 Berthier. 

Les citoyens Trouble el Rouvillois, chefs d'escadron au 
5 e «le dragons, ayanl été nommés chefs de brigade, seront 
remplacés par les citoyens Dommanget et Bourbier, ca- 
pitaines audit régiment. 

Les citoyens Dommanget ( 2 ) et Bourbier, capitaines au 
.V régimenl de dragons, seront remplacés par les citoyens 
Travers el Mulot, lieutenants au même régimenl. 

Ceux-ci seront remplacés par les citoyens Wolff el Péri- 
dier, sous-lieu tenants. 

Les deux sous-lieutenants seront remplacés par les ci- 
toyens Grouselle el Veron, maréchaux de logis. 

149. — Paris, 15 pluviôse an \ III I février 1800 

Le ministre de la guerre fera expédier au général Le- 

1. Louis Vndré Bon, général de brigade (13 juin 1795), mon le 19 mai 
1799 de la blessure qu'il avail reçue . ; i l'assaul de Sainl Jean d ^.cre 

1 eques l haravay, Les généraux morts pour la patrie, p. 64 el 
quet, Dugommier, p. 205-206. 

2. Le seul de cette liste qui ail percé: Jean Baptiste Dommanget, 
capitaine au 5 dragons depuis 1797, major (1803), colonel du 1" (1806 
baron de 11 npin 14 avril 1810), général de brigade (6 août 1811). 



ORDRES ET APOSTILLES DP NAPOLÉON 69 

febvrë le brevet de lieutenant du premier consul ('). 
Le ministre fera donner un emploi de lieutenant dans 
les troupes à cheval au citoyen Chambarlhac, lieutenant 
au 1er bataillon du Rhône ( 2 ). 



L50. Paris, 26 pluviôse an VIII (15 février 1800). 

Le généra] Brune vient, par un ordre du 14 pluviôse, d'enjoindre à 
l' adjudant-général Requin Ci de se rendre sans délai au quartier général 
de l'année de FOuesl : doit-il exécuter cet ordre ? 

Lui donner l'ordre de se rendre à l'armée de l'Ouest. 



151. — Paris, 27 pluviôse an VIII (16 février 1800 
A Berthier. 

Je vous invite, citoyen ministre, à donner ordre, par 
courrier extraordinaire, à la 66? demi-brigade, qui est à 
Gand, de se rendre à Bréda où elle sera aux ordres du gé- 
néral en chef Augereau. Vous ferez connaître à ce général 
que mon intention est qu'il tienne cette demi-brigade à 
Bréda ou dans une ville près des neuf départements réu- 
nis. Faites-lui connaître que j'ordonne ce mouvement. 
1° Pour faire solder cette demi-brigade par les Bataves et 
ensuite pour que le général Augereau puisse s'en servir 
si elle lui est nécessaire; annoncez-lui que mon intention 
est de retirer ce corps dès l'instant que la 5 e , la 55 e et la 

I. Ce l'ut à compter du 18 brumaire que data celle promotion de Le- 
febvre nu grade de lieutenant de général en chef. 

5. Antoine Chambarlhac, fils du général de ce nom, ne au Puy le 
30 juin 177S. soldat au 1" bataillon de la Haute-Loire le 1" janvier 1793 
sergent, puis sous-lieutenant (1798) au 12' de ligne, lieutenant au 1" ba- 
taillon du Rhône (1799) puis au 15" cavalerie (18 mars 1800). puis au 
20 cavalerie (1801), puis au 5* dragons (1807), capitaine (1810), chef d'es- 
cadron (1813), cesse de servir en octobre 1815. 

3. Pierre Requin, né à Brenot dans l'Ain <-n 17r>7, dragon, puis ser 
genl dans Agenois, aide-de-camp du général !\ucé en 1792, adjudant 
major dans la cavalerie de la Légion des Pyrénées en 1793. adjudant- 
général chef de bataillon en 1 701. adjudant-général chef de brigade en 
1795, ne put, et pour cause (cf. plus loin la pièce 330) devenir général 
de brigade ; il l'ut mis à la retraite le 24 octobre IS09. 

Ordres et apostilles de Napoléon. 5 



70 ORDRES I J VPOS'J II l ES D] NAPOL1 ON 

29 e légère et deux autres demi-brigades qui vonl se mettre 
en marche pour se rendre en Batavie avec un nombre 
de conscrits nécessaire pour compléter ces corps à 3.000 
hommes chacun, y seront arrivées. 



152. Paris,- l ventôse an Ylll 20 février L800). 

tin propose de nommer le chef d'escadron Seron ('), premier aid< 
de-camp du général Vandamme, adjudant-commandant. 

Il n'y a pas de places. 



153. Paris, J ventôse an Ylll (20 février 1800). 

On propose de révoquer le citoyen Nartez, chef de la 1 i' division de 
gendarmerie, signalé « comme un homme immoral, adonné au vin. fré 
((iHTitant les cabarets, protégeant le parti des exagérés, étanl d'ailleurs 
au dessous de sa place », et de Je remplacer par Champeanx. 

J'approuve Ja réforme tin citoyen Nartez, mais je désire 
d'employer le citoyen Champeaux -'; plus utilement en le 
rapprochant davantage de Paris. 



154. — Paris, 8 ventôse an Ylll 27 février 1800). 
Clarke à Berlhier. 

Citoyen ministre, j'obéis aux ordres du premier consul 
Bonaparte en vous demandant de lui désigner les dix demi- 
brigades les pins faibles, choisies entre celles de ligne 
ou d'infanterie légère. 

1. Denis-Etienne Seron devinl col I du 7* dragons, baron île il m 

pire (9 septembre L810) el général de brigade (6 aoûl 1811). 

2. Pierre < lémenl de < hampeaux lut nommé général de brigade quel- 
ques jour- plus tard (9 mars 1800), mais tué à Marengo ; cf. Y Ghuquet. 
Jeunesse de \apoléon, t, p. 254 el 444. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLEON 71 

155. - Paris, 8 ventôse an VIII (27 février 1800). 
Clarke à Berthîer. 

Citoyen ministre, le premier consul désire que vous lui 
Tassiez parvenir un état général des casernes existantes 
dans la République, qui indiquera le lieu où elles sont si- 
tuées et le nombre d'hommes que chacune peut contenir. 
Je vous invite, en conséquence, de sa pari, citoyen mi- 
nistre, à vouloir bien lui adresser ces renseignements, avec- 
tous les détails que vous croirez devoir y ajouter, pour 
remplir ses intentions. 

Le premier consul désire savoir s'il y a des casernes 
à Chaumont dans la Haute-Marne. 



150. -- Paris. H) ventôse an VIII (l Br mars 1800). 
Duroc, premier aide-de-camp, à Berihier. 

Citoyen ministre, le premier consul me charge de vous 
écrire pour vous prier de lui faire connaître les dépôts 
où doivent se réunir les chevaux fournis par les départe- 
ments et désignés dans létal ci-joint. 



157. - Pnris, 14 ventôse an VIII (5 mars 1800). 

On propose do confirmer dans son grade l'adjudantrgénéral provi- 
soire Coëhorn ('). 

Faire connaître la première bataille à laquelle il se 
trouvera; il aura ce grade. 

1. Louis-Jacques Coëhorn, général de brigade le 21 mars 1807 el b ron 
de l'Empire le 27 novembre 1808, meurt à Strasbourg le 29 octobre 1813 
d'une blessure reçue à Leipzig. 



iC 0RDKES ET APOSTILLES DE NAPOLEON 

158. - Paris, 15 ventôse an VIII 6 mars L800). 
I Berthier. 

L'adjudant général llulin(') est aommé commandant du 
quartier -généra] de l'armée de réserve. 

Le citoyen Champeaux, chef de l>ri<>;ide de gendarme- 
rie, esl nommé commandant de la gendarmerie de la di- 
vision. 

Ces deux officiers se rendront en toute diligence à Dijon. 
le premier, pour prendre le commandement de la place 
de Dijon, quartier-général actuel de l'armée de réserve. 
Le second se rendra à Dijon pour organiser la gendarme- 
rie de l'armée de réserve, qui sera composée de 240 hom- 
mes à cheval. On prendra un homme sur dix dans le tiers 
des départements de la république le plus tranquille; ces 
hommes seront sur-le-champ remplacés. 

fis 210 hommes seront, divisés en 4 compagnies, cha- 
cune de 60 hommes, ei chaque compagnie sera divisée en 
deux brigades. 

Le ministre de la guerre ordonnera la réunion de cette 
gendarmerie à Dijon; les hommes qui la composeront, se- 
ront pris parmi ceux qui ont l'ait la guerre. 



159- - Paris, 17 ventôse an VIII 8 mars 1800). 

Les consuls arrêtent : 

Art. I. L'armée de réserve esl composée de six divi- 
sions. 

Première division : 24 e légère, l.'î et %" de ligne. 

Seconde division : 6 e légère, 22 e et 10 1 ' de ligne. 

Troisième division : 19 e légère, 58 1 el 60 e de ligne. 

Quatrième division: les quatorze bataillons de l'armée 
d'< >rienl. 

Cinquième division: 17 e légère, Il el 30 e de ligne. 

Sixième division : les légions italiennes. 

i Pierre-Augustin llulm sera général de brigade (29 aoûl 1803 
ioûI 18071 ''i comte de l'Empire (26 avril 1808). 



ORDRES I I APOSTILLES DE NAPOLEON là 

La cavalerie sera composée : II e et 12 de hussards; 
2. 7. 15 e cl 21e de chasseurs; 5e, 8 e el !» de dragons; 
1 er , 5' et 18 e régiments de cavalerie, el des sept 
druns de l'armée d'Orient. 

Art. II. Le ministre de la guerre donnera des ordres 
pour que ces corps soient mis. de préférence dans les 
lieux où ils se trouvent, en état de faire la campagne. 

Art. III. Le ministre de la guerre me remettra l'ordre 
de route que doit suivre, chacun de ces corps pour s;' 
rendre à Dijon et la ville où sera placé le quartier-général 
de chaque division. 



160- — Paris. 17 ventôse an VIII (8 mars 1800). 
.1 Berihier. 

Je vous prie, citoyen ministre, de réitérer au général 
WirionÇ 1 ) Tordre de partir dans la journée de demain 
pour se rendre à Rennes où l'attend le général Brune pour 
organiser la gendarmerie. Je vous prie également de me 
faire connaître les mesures que vous avez prises pour 
[Organisation de la gendarmerie dans les départements 
de l'Ouest. 

161. - Paris, 18 ventôse an VIII (9 mars 1800). 

Groberl ('i. nommé commissaire îles suerres en Egypte, prie lf pre- 
mier consul de confirmer la nomination faite en -a laveur à l'armée 
il Orient. 

Accordé, renvoyé au ministre de la guerre. 

1. Louis Wirion, général de brigade depuis le 21 juin 1794. 

2. François Grobert, né en 1703 à Aix en Savoie, capitaine, «lioini 
aux adjudants généraux, puis c missaire des guerres eu l'an \ !. des- 
titué, comme on verra plus loin, le 27 décembre l*iir.. réintégré le 9 - 
tembre 1808, de nouveau compromis, enfermé à la citadelle de Perpignan 
(5 mars 1811), remis un an après eu activité (28 mai 1812"). 



, i ORDRES II APOS1 II I l - ni N \ l'«H EON 

\{\'Z. - Paris, 19 ventôse an VI 11 lu mars 1800). 
I Berlhier. 

Le chel" de brigade Magny commandera les batail- 
lons ries 21' el 22" d'infanterie légère. 

Le citoyen Chavardès - commandera les bataillons de 
la 1 el 2 légère. . 

163. -- Paris, 19 ventôse an VIII (10 mars 1800'. 
I Berlhier. 

L'adjudant général Defrance, que le général Masséna 
avait provisoirement attaché au 11 1 ' régiment de chasseurs. 
passera en sa qualité d'adjudant général à l'armée d'Italie. 

L'adjudani général Requin se rendra à Dijon, el sera 
employé à l'armée de réserve. 

Les bataillons de l'armée d'Orient qui sont à Cha- 
lon et à Dijon ont besoin de fusils, d'habits, souliers, etc. 
Un grand nombre d'officiers qui y ont été incorporés. 
provenant des bataillons de volontaires, sont hors d'âge 
de servir. 

Donnez les ordres pour que lous ceux qui seraient dans 
ce cas aienl leur retraite et pour que l'on envoie promp- 
temenl des fusils; il en faudrait ."> à 6 mille. 

Il manque un millier de chevaux pour monter les sept 
escadrons de l'armée d'Orient. Donnez les ordres pour 
qu'il leur en soit procuré, ainsi que des harnachements. 

Sur les Fonds destinés à l'armée de réserve, faites don- 
ner 1000 francs à la disposition des Conseils d'adminis- 
tration pour chaque escadron, et 500 francs pour chacun 
des quatorze bataillons. 

Prenez à Paris, sur les habillements destinés à l'armée 
du Rhin et à celle d'Italie, des habits pour ces quatorze ba- 
taillons, il leur en faudrait à peu près 3.000 

1. Le M . i u 1 1 \ qui s'étail signalé dans la campagne de Syrie el qui lu' 
blessé i .1 ili.i el <l'-\ anl le château <! Vhoukir. 

2. < f. sui ' havardès nofre Duriommier, p. 349 el notre édition des 

es de Griois, I. p. 245. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 75 

1<>4 Paris, "21 ventôse an VIII 12 mars L.8G0). 

On propose dénommer à l'emploi d' adjudant-général chef d'étal 
major de la légion des Francs du Nord le chef de brigade Mylius ('). 

Quel esi L'étal de situation de cette légion.' 



165 _ Paris, 21 ventôse an VIII (12 mars 1800). 

Duroc à Berthier. 

L'adjudant-général Ville! demande d'être employé activement. 

Le premier consul vous a recommandé cette demande, 
[.es généraux et officiers que j'ai vus à l'armée du Rhin 
rendent de Villet le compte le plus avantageux et désirent 
tous de le voir employé. Ses papiers sont dans vos bu- 
reaux et peuvent vous éclairer sur l'injustice qu'on lui a 
faite. Je vous prie de présenter au consul un rapport 
sur l'affaire de cet officier, afin qu'il puisse commencer 
la campagne qui va s'ouvrir - 



K><;. Pari-, 22 ventôse an VIII (13 mars 1800). 

Clarke à Berihier. 

Citoyen ministre, le premier consul me charge de vous 
demander l'état de situation des compagnies de vétérans 
nationaux et de vous inviter à lui faire connaître les lieux 
où ces corps se trouvent stationnés. Le premier consul dé- 
sire avoir ces renseignements le plus tôt possible. 

1. Ernest-Albert-Henri de Mylius, général de brigade depuis le 7 mars 
1793. 

2. Jacques Joachim-Alexandre Villet, ne à Marseille en ITi'iS. ingénieur, 
puis adjudant-général ef chef d'état-major de In division Belair en l'an 
FT. emplové par Jouberl en germinal VIII. réformé en l'an X. retraité 
.■i, L806. 



76 ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLEON 

1<;7. — Paris, 22 ventôse an VIII (13 mars 1800). 
.1 Berthier. 

Je vous prie, citoyen ministre, de charger Le citoyen 
Cuoq ' . chef d'escadron du 7 e régiment de hussards bis, 
de la formation et organisation des escadrons de dépôt 
des régiments de cavalerie de l'année d'Orient. Gel offi- 
cier se trouve actuellement au dépôt de son régiment 



108. - Paris, 23 ventôse an VIII 14 mars 1800). 
A Berthier. 

Je vous prie, citoyen ministre, de donner l'ordre au 
dépôt du 21 e régiment de chasseurs qui est à Versailles, 
de se rendre à Dijon, au dépôt de la 79 e demi-brigade de 
ligne de se rendre à Angers. 

169- Paris, 23 ventôse an VIII 11 mars 1800). 

I Brune. 

L'on m'assure qu'un nommé Le Pelletier de Montéran 
qui sort du régiment de La Fère, a été pris dans le Mor- 
bihan : je désirerais avoir un rapport sur ce jeune homme. 

170. - Paris, 23 ventôse an VIII II mars 1800). 

I a troisième colonne qui se mel en marche le 2 germinal pour Dijon. 
a a pas <l<' général pour la commander : «le même la deuxième puis 
que le général Nansouty (') nYsl plus à Paris; <>n propose Rivaud M 
Kellermann pour 1rs commander 

Accepté. 

1. El non i. <•' <><i. comme porte l'original. Louis Cuoq, né en 1762, 
enrôlé en 1781, brigadier en 1788. lieutenanl au 7' hussards bis en 1792. 
capitaine el chef <l escadron >'n 1793. 

?. Cf. sur Lo Pelletier de Montéran et sa prétendue arrestation notre 
Jeunesse de Napoléon, I. p. 338 el 174-475 

3. Nansouty n'esl encore que général de brigadç (depuis le 29 aoûl 
17'"' el i 1 sera général de division le '.'î mars 1803. 



ORDRES ET APOSTILLES L>L; NAPOLÉON 77 

171 _ Paris, 24 ventôse an VIII L5 mars 1800). 

A Berthier. 

Il sérail nécessaire, citoyen ministre, d'avoir un rap- 
port sur la créance de 1 .1)00.000 francs que réclame le 
banquier prussien Ilzig. 

172. — Paris, 2. : > ventôse an VIII (16 mars 1800 . 
1 Berthier. 

Vous' donnerez l'ordre au 18e de cavalerie de se rendre 
a Rouen pour y remplacer le second. Le 18e est trop faible 
pour pouvoir espérer qu'il fasse campagne avant messi- 
dor. Vous donnerez les ordres pour qu'il se réorganise à 
Rouen. 

Vous ferez partir le 28: 

2 Escadrons du lie de hussards. 230 hommes. 

3 Escadrons du 12e de hussards. 400 hommes. 
2 Escadrons du 15e de chasseurs. 221) hommes. 

2 Escadrons du 9e de dragons. 200 hommes. 

3 Escadrons du 8e de dragons. 400 hommes. 

1.450 
Le 1er de cavalerie et le 7e de dragons feront le service 

de la place de Paris. 

Vous passerez la revue du 2* de cavalerie du moment 

qu'il sera arrivé de Rouen et il partira avec un escadron 

du 5 e , le jour qui sera indiqué. 

17 3 _. Paris, 27 ventôse an VIII (18 mars I s <><i 

! e général de brigade Lafon l i demande à être employé dans une 

division mil i loue, par.ticulièremenl dans la 9". 

Placer le général Lafon dans une division où il y ait 
besoin d'un général. 

1. Elie Lafon, général de brigade depuis le 17 mars 1797. 



,S ORDRES il APOSTILLES DE NAPOLÉON 

17 1. Paris, 27 ventôse an VIU 18 mars L800). 
1 Berthier. 

Le général de division Rey ' se rendra dans le plus 
courl délai dans la 18 e division pour prendre le com- 
mandement cl organiser les légions italiennes. 

!.c général de division Monnier ' qui avait été destine 
à ce commandement, restera à Paris pour partir avec la 
5 e division de l'armée de réserve. 



17."). - Paris, 28 ventôse an VIII 19 mars 1800). 
1 Berthier. 

Vous voudrez bien, citoyen ministre, donner l'ordre au 
généra] Sahuguel de se rendre à Nantes pour y prendre 
le commandement de la 12' division militaire. 

Au général Millier qui commande la 12 division mili- 
taire de se rendre à Rouen pour prendre le commande- 
ment de I a 15 e division. 

Au général Pully, commandant la l.V. de se rendre à 
l'armée de réserve. 

Au général Grigny :; de se rendre à l'armée du Rhin. 

Au généra] Liébert i de se rendre à Tours pour y pren- 
dre le commandement, que le déplacement du général 
Sahuguel laisse vacant. 

1. Gabriel-Venance Rey: il pril le litre rie commandant supérieur des 
légions italiennes; voir sur lui le Journal de Desaix, p. 75. 

2. Jean-Charles Monnier, général de brigade, du 23 mai 1797, el qui 
venail d'être nommé, douze jours auparavant (6 mars 1800), général de 

divis homme froid, capable, énergique, célèbre par la défense d'An- 

cône (cf. Thiébault, Wém., II. p. 35"). 

:i. V Julie Grignj général de brigade depuis le s septembre 1794; 
voir sur lui une note de Hoche et lu lutte pour I \l*<ire. p. 134 135 el 
nos Episodes et portraits, III. p. 13 ï6. 

i. Jean-Jacques Liébert, général de brigade (1" octobre 1793), général 
de division (28 janvier 1794), baron de Nitraj (2 mai 1808), le meilleur 
homme el qui nr cessa pas d'être par le ton el les manières sergenl 
d'artilirrie. i I hiébault, \1ém., I. p. i^s el [II, p. 280 



ORDRES II VPOSTILLES DE NAPOl ÉON 
Ul — Paris, 29 ventôse an VIII 20 mars 1800), 



17(1 



Le citoyen Fournier-Verrière qui n'a pas obéi à L'ordre 
qui lui a été donné de se rendre à L'armée d'Italie, sera 
rayé du tableau des officiers du génieC 1 ). 



17 7. _ Paris, 7 germinal an VIII 28 mars 1800). 

Ou propose au premier consul pour remplacer le citoyen Mazadc qui 
; i pas accepté la place de sous-inspecteur aux revues, Irois candidats: 
Tabarié, Pétigny et Monet (')■ 

Renvoyé aux inspecteurs généraux pour me faire un 
rapport. 



17 g _ Pans, 12 germinal an VIII (2 avril 1800). 

En marge d'une lettre de Dessolle recommandant à Clarke le général 
Boudet. 

Accordé au général Bondet ( 3 ) le grade de général de 
division: il sera employé à l'armée de réserve. 



179 . _ Paris, 22 germinal an VIII (12 avril 1800 . 

En marge de la lettre, citée pins haut, de Dessolle à Clarke, e1 au- 
dessus de la première apostille.- 

Il (le général Boudet sera confirmé général de division 
et recevra l'ordre de partir en toute diligence pour se 
trouver à l'ouverture de la campagne à l'armée d'Italie. 

1 Mais le jour même Marcscot annonçait que Foumier allail exécuter 
cet ordre. François Fournier-Verrière était général de brigade depuis 
le 16 octobre 1795. 

2. Tabarié et Pétignv étaienl commissaires des guerres : Monel était 
un ehef de brigade vivement recommandé à Berthier par Berthollet, el 
Berthier disait au consul: « Je pense que Monet, homme de mérite, doi 
fixer votre choix ». Monet fui nommé. 

3. Jean Boudet fut nommé le même jour, il était général de brigade 
depuis le 'i janvier. 



80 ORDRES l.l APÔSI il LES D] NAPOLÉON 

[80. Paris, 22 germinal an VIII (12 avril 1800). 

Le général de brigade Grandjean (') est demandé par le général Mo 
reau pour 1 armée «lu Rhin. 

Accordé et renvoyé au ministre il»' la guerre 



181. Paris; 22 germinal an \ l!l l*~> avril I8(i<)\ 
Clarke a Carnot ( 2 ). 

Citoyen ministre, le premier consul me charge de vous 
inviter à vouloir bien donner les ordres nécessaires pour 
qu'il lui soil envoyé les étals particuliers de la situation 
des troupes aux armées et à l'intérieur, rédigés, d'après 
les étais nouvellement adressés par les chefs d'état-major. 

Je vous prie d'ordonner que ces états soient formés 
sur i\i\ papier à petit formai, c'est à dire en livrets, ainsi 
que votre prédécesseur les n déjà fait confectionner pour 
le premier consul. 

182 Paris, 24 germinal an VIII 11 avril 1800). 
I Carnof. 

Je vous prie, citoyen ministre, de donner Tordre: 

Au général Lestrange v ; - employé dans la 15 e division, 
dr se rendre à l'armée de réserve. 

Au général de division Monnier de se rendre à Rennes 
pour y prendre le commandement du corps d'observation 
qui doit se réunir dans cette ville. 

Le général de brigade Lucotte i . qui est prisonnier 
de guerre, sera employé dans la 17e division. 

I. Charles Grandjean, général il'' brigade (26 mars L799), général de 
division (1" février 1805), baron de l'Empire (31 janvier 1810). 

•y Garnol esl ministre de In guerre depuis le 1' avril. <•! il le sera jus 
8 octobre. 

3. Louis-Charles-César il'' Bcaudiné de Lestrange, général <1<- brigade 
depuis I'- 8 mars 1793. 

i. I < ! 1 1 1 « ■ Lucotte, général de brigade 1 1 T" février 1800) el de division 

- i I I s I i 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 8J 

IHli - Paris, 2G germinal an VIII L6 avril 1800). 

Ylarel à Carnoî. 

Les consuls désirent, citoyen, qu'à l'ouverture de la ses- 
sion prochaine dn corps législatif, ions les projets de lois 
à présenter soient prêts et aient été rédigés avec la ma- 
turité convenable. Ils ont pensé, non seulement que cha- 
que ministre devait s'occuper sans délai des objets sur 
lesquels, dans ses attributions, des dispositions législa- 
tives sont nécessaires, mais encore, qu'une conférence pré- 
paratoire entre les ministres et les présidents des sections 
pourrait contribuer à fixer à cet égard les idées. En con- 
séquence, cette conférence aura lieu demain à 9 heures du 
soir. Je suis chargé de vous engager à y assister * . 



184- -- Paris, 26 germinal an VIII (16 avril 1800). 

Le général Marmont est nommé commandant l'artil- 
lerie. de l'armée de réserve. Le ministre de la guerre est 
chargé de l'exécution du présent arrêté qui ne sera 1 pas 
imprimé. 



185- - Paris, 28 germinal an VIII (18 avril 1800). 

Le fils du général Laharpe, lieutenant au 1" régiment de hussards ('), 
demande le grade de capitaine. 

Renvoyé au ministre de la guerre, pour le proposer dans 
le travail de ce régiment pour une place de capitaine 
vacante. 

1. Note de Carnot, en marge: « L'ordre a été donné à chacun des 
fiefs de division de fournir les notions de sa compétence ». 

2. Voir sur le jeune Laharpe notre Journal de Desaix, p. 39. 



82 ORDRES 1.1 APOSTILLES DJ NAPOLÉON 

]*<;. Paris, 28 germinal an VI 11 L8 avril 1800). 

Paulet, adjudanl général i i, demande sa confirmation dans le grade 
de généra] de brigade. 

L'employer dans son grade; il sera avancé à la pre- 
mière bataille. 



INT. Paris. 29 germinal an VIII 19 avril L800). 
\ Carnoi. 

Vous voudrez bien, citoyen ministre, donner ordre aux 
généraux de brigade Dumoulin el Carra Saint-Cyr -' de 
se rendre à l'armée de réserve pour y être employés dans 
leur grade. 

!nk - Paris, floréal an VIII. 
(Note de Carnot. 

Le premier cousu] esl d'avis que tout le territoire de 
la République soi l en ce moment détaché des armées ac- 
tives. Ainsi il faudra écrire aux généraux en chef el com- 
missaires ordonnateurs de L'armée d'Italie que la & di- 
vision militaire n'en l'ait pins partie. De même, au général 
et commissaire de l'armée de Rhin. Il faut écrire en con- 
formité au payeur général Sivry pour qu'il en instruise 
les payeurs des armées et des divisions. 



L89. Paris, floréal an VI 1 1 a\ ril-mai 1800 . 

Vonderweidt, Suisse de nation, demande à rentrer au service <!<• 
I rance en qualité d adjudanl général. 

1. Marie-Gaspard \brahi le Paulel il*' La Baslide devait être promu 

général de brigade le 26 octobre 1800. 

2. Carra Saint-Cyr, général de brigade depuis le 9 octobre 1795, de 
vail être général de division le 27 aoûl 1803 el baron de l'Empire le 
M aoûl 1808 'i. sur lui l'ouvrage «lu comte de Fazi du Bayel (1902 



ORDRES II APOSTILLES DE NAPOLÉON 83 

II y a trop d'adjudants généraux dans les troupes fran- 
çaises ( x ). 

X90. __ Paris, 3 floréal an VIII (23 avril 1800). 

On propose d'élever au grade de général de brigade le citoyen Bonlé, 
chef de la 81' demi-brigade c'). 

A la première bataille ( 3 ). 



191- — Paris, 4 floréal an VIII (24 avril 1800). 
A Berthier. 

Par l'ordre de mouvement que vous m'avez remis hier, 
citoyen ministre, je vois que vous croyez ([lie le 19e de 
chasseurs est parti pour Gand. Ce régiment est toujours à 
Compiègne. 

!92. — Paris, 7 floréal an VIII (27 avril 1800). 

.4 Carnot. 

Le général Morand (4) sera nommé commandant tem- 
poraire de Paris et élevé au grade, de général «le di- 
vision. 

1. François-Pierre-Félix Vonderweidt rentra pourtant au service de 
France et fui nommé le 17 mai 1803 général de brigade. 

2. Bonté ne devint que général de brigade que le 6 août 1811, après 
avoir été fait, le 18 mars 1809, baron de l'Empire; la Restauration le 
nomma, le 13 août 182G, lieutenant-général: « le plus mal nommé des 
hommes, car il n'était bon en rien et pour rien ... (Thiébault, Wém., IV, 
p. 530.) 

3. C'est ce qu'il répondail également, le 26 décembre 1799, à l'adju- 
dant-général Mathis et, le 18 février 1800, à César Berthier. C'est ce 
qu'il dit, le 12 février 1800, à Campredon qui désire être continue dans 
le grade de général de brigade : « A la première place qu'il prendra. » 
I I. lettres 157, 186 et 196. 

4. Joseph Morand (cf. plus haut, lettre 130) étail général de brigade 
depuis le 13 juin 1795. Mais il ne resta pas longtemps à Paris ; il fuJ 
envoyé à Alexandrie, puis en Corse où il resta dix ans. de 1801 à 1811 : 
le 2 avril 1 s i : ; n était tué devant Lunebourg. 



Ni ORDR] S l l VPOS1 il LES Dï N \l'ou ON 

[93 - Paris, 9 floréal an \ III 29 avril 1800). 
A Cariiot. 

Je vous prie, citoyen ministre, de donner Tordre à la 
86e demi-brigade qui esl en Corse, de repasser eu France. 
Elle restera dans la ville où elle débarquera, jusqu'à ce 
qu'elle ail reçu sa destination. 



194. -- Paris, 9 floréal an VIII 29 avril 18()0). 
A Carnol. 

Je vous prie, citoyen ministre, de donner l'ordre au 
général Gardanne de se rendre à Dijon pour y prendre 
le commandement de la 6 1 ' division de l'année de réserve 
composée de la 1!H\ 70 . 72 demi-brigades de ligne. Avant 
de partir, il laissera le commandement de la division au 
généra! de brigade qui se trouve dans cette division et 
qu'il croira le plus propre à le remplacer. Ce général 
qui élail prisonnier de guerre, sera échangé contre le 
général Mack. Vous en préviendrez le citoyen Bâcher ( x ) 
qui esl à Francfort, afin qu'il en lasse la déclaration au 
commissaire autrichien. 

Le général Berthier, se mettant en marche, va porter 
son quartier-général à Genève cl successivement dans les 
différents points où les opérations militaires l'appelle- 
ront. Cependant le grand quartier général de l'armée de 
réserve sera toujours censé à Dijon. Ainsi, les fusils, les 
approvisionnements, les recrues et les officiers destinés 
pour l'armée de réserve se rendront à Dijon où le général 
Berthier leur fera passer des ordres pour leur destina 
lion. 

Le dépôt de chaque demi-brigade de L'armée de réserve 
restera jusqu'à nouvel ordre dans la 18 e division el ;'i 
Dijon Les dépôts <les corps qui composent une même 

l, L'Alsacien Théobald Bâcher (il était de rhann) que Napoléon fil 

le I S ■'■, ril 1810, baron de l'Empire. 



ORDRES I I APOSTILLES DE N VPOLÉON 

division, seront dans la même ville cl sous les ordres 
d'un officier supérieur de la division. Ils correspondront 
avec le sous-chef de f état-major qui restera à Dijon, et 
1'inspecleur général qui leur fera passer les ordres du 
chef de l' état-major général de l'armée, pour le départ des 
différents conscrits destinés à alimenter l'armée. 

Il y aura à Dijon un ordonnateur spécialement chargé 
de veiller à la nourriture, à l'entretien, à l'habillement des 
dépôts. 



L95 - Paris, 11 floréal an VIII (1 er mai 1800). 
Duroc à Berlhier. 

Citoyen ministre, le premier consul apprend que la com- 
pagnie des volontaires cisalpins a reçu l'ordre de se ren- 
dre de Bourges à Versailles; il vous prie de lui donner 
un contre-ordre, attendu qu'il est dangereux d'avoir un 
corps étranger à Paris ou dans ses environs. 



196- -- Paris, 1-2 floréal an VIII (2 mai 1800). 

Le ministre de la guerre propose de nommer général dp brigade dans 
l'arme de l'artillerie If citoyen d'Agoult, chef de brigad. 

A la première bataille. 



197. — Paris. 12 floréal an Y 1 1 1 (2 mai 1800). 

Huche, ex-général de division (') demande du service ; on propose d 
lui accorder le traitement de réforme. 

Il jouira du traitement de réforme de général de bri- 
gade, en attendant que sa retraite soil réglée. 

I. Pierre-Nicolas d'Agoult fui. promu, le 22 décembre suivant, général 
de brigade : voir sur lui notre édition des Mém. de Griois, 1. p. 1s 

2. Jean-Bapliste-Michel-Aritoine Huche, général de brigade (28 novem- 
bre 1793) et de division (9 avril I79'iï. 

i (rdn i :s de Nap iléi m * 



86 ORDRES II APOSTILLES DE NAPOLEON 

M)K. l'un-. 12 floréal an \ III 2 mai 1800). 
I Berthier. 

Je vous prie, citoyen ministre, de donner l'ordre au 
citoyen Bual aîné, entrepreneur de vivres-viandes de l'ar- 
mée de réserve, de se rendre à Dijon pour y assurer 
son service qui est compromis. 

Dans une noie que me remet le ministre des finances, 
je vois qu'il a été payé au citoyen PJacv de Gayde, en- 
trepreneur du .service des fourrages, 200.000 francs. Ce- 
pendant par sa lettre que je vous envoie, vous verrez 
qu'il ne veut pas se charger de ci' service. Ainsi cet en- 
trepreneur aura reçu 200.000 francs et le service des four- 
rages ne sera pas fait. 



199. -- Paris, 15 floréal an VIII 5 mai 1800). 

Le ministre de Prusse, Sandoz-Rollin, demande la mise on activité 
du citoyen Sandoz, son compatriote, ancien général de brigade provi 
soire ('). 

Refusé: il a été réformé pour cause de comptabilité. 



200- - Paris, 15 floréal an \ III (5 mai 1800). 
I Lacuée, ministre de hi guerre par intérim - . 

Le général Monnier sera échangé contre M. le général 
baron d'Aspre que le général Masséna a renvoyé sur pa- 
role. 

201- Paris, 15 floréal an V! 1 1 :» mai 1800 . 

1 Lacuée. 

Je vous prie, citoyen ministre, de donner l'ordre au chel' 

1. Claude-François Sandoz qui avaii été nommé général de brigade 
le 13 juin 1 795. 

2. Lacuée fil l'intérim <1<- la guerre du "> au '?'..' mai pendant qu<> l ai 
nol élail a l'armée <lu Oliin. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 8 . 

de brigade 1 d'artillerie Allix x . de se rendre au quartier- 
général de l'armée de réserve à Genève où il est néces- 
saire qu'il soit rendu le 20 de ce mois. 



•>{)-> Paris, 15 floréal an VII] 5 mai 1800). 
I Lacuée. 

.Je vous prie, citoyen ministre, de donner Tordre à l'ad- 
judant général Uucos - . qui est à Paris, de se rendre 
en toute diligence à Genève pour être employé dans 
l'armée de réserve. 

203- — Paris, 15 floréal an VI 11 (5 mai 18a)). 
! Lacuée. 

Je vous prie, citoyen ministre, de donner l'ordre au gé- 
néral Brune de se rendre à Dijon où il est nécessaire qu'il 
soil le 20 de ce mois. Il y recevra des ordres de moi 
et des instructions sur ce qu'il aura à faire ( 3 ). 



204. — Paris, 15 floréal an VIII 5 mai 1800 . 

Je vous prie, citoyen ministre, de donner l'ordre au ci- 
toyen Yvan, chirurgien de l'hôtel des Invalides, de partir 

1. Jacques-Alexandre-François Allix était colonel du 1" régimenl 'l ar 
tillerie à pied: passé en 1808 au service de Westphaliè, général de bri- 
gade (28 novembre 1813) et de division (26 février 1814); ce fui lui que 
Vlarmont chargea de faire passer le Saint Bernard à l'artillerie : cf. les 
Mém. de Griois, son adjoint, I, p. 119-122. 

2. Nicolas Ducos, plus tard général de brigade (27 avril 1802) <■[ baron 
de l'Empire (17 mai 1810), défenseur de Longwy en 1815. 

3. Brune venait dé commander en ;hef l'an de l'Ouest et dès te 

In avril, Bonaparte qui louait sa sagesse el son énergie, l'informait que 
sa présence sérail nécessaire à Dijon dans le courant de mai : Brune 
arriva le 10 mai à Dijon où il organisa les troupes qui formaient la 
seconde armée de reserve. 



$8 ORDRES I I APOS l ILLES DE NAPOLÉON 

en toute diligence pour se rendre à Genève, quartier-géné- 
ral de l'armée de réserve, pour mètre attaché l . 

205. Dijon, 17 floréal an \ III 7 mai 1800 . 

1 Lacuée. 

Vous trouverez ci jointe citoyen, la lettre importante 
que je reçois du général Ferino 

Donne/ des ordres ;iu inunilionnaire chargé des vivres 
de l'intérieur de prendre des mesures pour qu'il assure 
le service dans la ~ c division. 

Le nombre des troupes que le général Ferino a avec 
lui. me parait 1res peu nombreux. Qu'il soit autorisé à 
retenir sur la moitié des impositions destinées à l'armée 
d'Italie ee qui est nécessaire à ses besoins si la première 
moitié ne suffit pas. 

206. — Genève, 19 floréal an VIII (9 mai 1800). 

1 Lacuée. 

J'ai trouvé l'armée, citoyen, en assez bon état. 

Les conscrits qui vont arriver à Dijon auront besoin 
d'habits; il en faudrait 20 ou 25.000. 

Nous avons besoin de chevaux d'artillerie. Tenez la 
main à ce que tout ce qui se trouve dans l'ouest, à Ver- 
sailles, se dirige, en toute diligence, liant le pied, sur 
Auxonne. mais harnaché. 

Il y a à Lyon 700 chevaux de trait qui manquent de 
charretiers et de harnais. Il serait essentiel de former 
à Lyon un bataillon du train qui pourrait, en partie!, être 
composé des charretiers épars dans la 7 e division. !l l'au- 

1. it depuis, Yvan Mi toutes les campagnes; on le voyail toujours à 
chevaJ derrière Napoléon : il semblait, comme le mameluk Roustan, 
attaché à son ombre : l'Empereur le fit baron (31 janvier 1810). 

2. Ferino était général de division depuis le 1" mars I7'.»:> et il fui 

eur (2 février 1805 el comte de l'Empire 'I" Min 1808); le sévère 
Lill le juge un homme distingué. (Mém., I. p. 176) 



ORDRES ET APOSTILLES DK NAPOLÉON 89 

draii aussi prendre des mesures pour le harnachemenl 
de ces chevaux. 
Vale • . 

207- - Genève, 20 floréal an VIII (10 mai 1800). 
A Lacuée. 

Je vous prie, citoyen ministre, de faire déclarer par le 
citoyen Bâcher à Francfort, aux commissaires autrichiens 
chargés de l'échange des prisonniers, que les 285 sapeurs 
dont vous trouverez ci-joint l'état, sont échangés contre 
les prisonniers autrichiens que le générai Masséna a ren- 
dus en Italie. 



208. - Genève, 21 floréal an VIII (11 mai 1800). 
A Lacuée. 

J'ai reçu, citoyen ministre, votre lettre du 18. Le citoyen 
Saliceti m'a écrit il y a un mois qu'il avait expédié de 
Corse quinze bâtiments pour Malte. Je lui envoie un cour- 
rier extraordinaire pour qu'il en fasse encore partir. 

L'armée de réserve manque de chirurgiens. 

Je crois qu'il serait utile que vous fissiez une circu- 
laire aux autorités civiles et militaires pour qu'elles fas- 
sent rejoindre les conscrits, surtout ceux de Dijon, afin 
que nous nous trouvions dans le cas de soutenir nos pre- 
miers pas et de saisir la maison d'Autriche à la gorge. 

N'oubliez pas qu'avec des conscrits, il faut à Dijon des 
souliers, des habits, des armes. 

209. — Genève, 21 floréal an VIII (11 mai 1800). 
I Lacuée. 

Je vous prie, citoyen ministre, de faire déclarer à Franc- 

1. La lettre est de la m.iin de Bourrienne : le mol Vale <'st de la 
main de Bonaparte. 



«.III ORDRES 11 APOSTILLES DE NAPOLÉON 

fort que la 2 e compagnie d'artillerie à pied du 5= régi- 
ment a été échangée contre les prisonniers qu'a rendus 
le général Masséna. 



210- —Lausanne. 24 floréal an VIII II mai 1800). 

Notes remises au ministre de la guerre par le premier consul à 

i i 3 ann e 

Ordonner qu'on réunisse Ions les dépôts d'infanterie de 
l'armée de réserve à Dijon eL villes environnantes. 

Qu'on fournisse à chaque dépôt jusqu'à concurrence de 
500 conscrits pour alimenter l'armée. 

Qu'on complète la 1.7e légère et les demi-brigades des 
dépôts de l'armée d'Orient, chacune jusqu'à oOO!) hommes. 

Qu'on l'asse partir de Taris et d'Auxonne tous les che- 
vaux d'artillerie liant le pied. Ils trouveroni à Genève 
l'artillerie et les munitions qu'ils doivent conduire à l'ar- 
mée. 

211- — Lausanne. 25 floréal an Y 1 1 1 15 mai 1800). 

I Lacuée. 

Je vous prie, citoyen ministre, de suivre avec activité 
et de connaître les raisons qui ont pu déterminer le gé- 
néral Patel( x ) et les différents commissaires des guerres, 
de désigner les 100 hommes cisalpins, d'Auxerre pour Ver- 
sailles; et de me donner des renseignements sur la mo- 
ralité de ces différents individus. Le dépôt général des 
Italiens est à Bourg-en-Bresse. S'il n'y a pas de chevaux 
pour les monter, ils le seront en Italie. 

212. \oste, 2 prairial an \ III 22 mai 1800 . 
l adjudant général Bribes i i prie le premier consul de l'appeler à 

I Philippe-Joseph Patel, général de brigade depuis le 17 février 
I7"7 
? Vincent Bribes, né .i Foix en I7<is. fourrier au régiment du Nfaine 



ORDRES II APOSTILLES DE NAPOLÉON 9] 

l'armée: » le service de l'intérieur ne convienl ni à mon goûl ni au 
désir que j'ai de vous prouver au champ de l'honneur que j'aime à ne 
pas démentir la bonne opinion que vous avez bien voulu avoir de moi 
je tomberais malade, si j'étais privé de faire cette campagne qui va 
assurer la paix à la France el fixer les destinées de l'Europe 

Le ministre de la guerre lui donnera ordre de se rendre 
à l'armée de réserve. 



213. — Aoste, 4 prairial an VIII (24 mai 1800). 

Le général de division Monnier écril d'Aoste que le général Calvin('), 
actuellement à Carpentras, désire être employé à l'armée de réserve : 

il serait également bien aise de servir avec moi, je vous le demande 
el vous prie de lui donner l'ordre de me joindre ». 

Je prie le ministre de la guerre de donner à cet officier 
l'ordre de se rendre à l'armée de réserve. 



214. — Aoste, 4 prairial an VIII (24 mai 1800). 
I Carnol. 

Vous trouverez ci-joint, citoyen ministre, une lettre du 
général Bernadotte ( 2 ). Il serait nécessaire de prendre quel- 
ques mesures pour que la solde des troupes destinées à 
l'expédition soit alignée et que la solde et les subsistances 
de son armée soient assurées. 

Envoyez un brevet au général Sabuguet. 

215. — Novare, 12 prairial an VIII (1 er juin 1800). 
I Carnoi. 

Le général Berthier, citoyen ministre, a fail passer le 

en 1791, adjudant-major au I" bataillon de l'Ariège en 1792, chef de ce 

bataillon en juillet 1794 et de la V légère en octobre 1796, adjudanl 

général chef (\r brigade après la bataille des Pyramides, morl en l'an 
I \ à I armée d Italie. 

I. \ihIiv Carvin, dil Calvin, général de brigade depuis le 20 janvier 
1799. 

2 C'esl la lettre 4838 publiée dans la Correspondance. 



92 ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 

T( ssin hier. Vous connaisse/, sa rapidité et sa largeur. 
Une nombreuse cavalerie en défendail le passage et nos 
.pontonniers ne sont pas encore arrivés. On passe toute 
la journée 

Mêlas est parti le 10 à une heure du malin de Turin 
pour se rendre à Alexandrie. 

Nous allons bientôt être établis a Milan, nos derrières 
appuyés au Gothard et au Simplon. 



216. - Paris, 22 prairial an VIII 11 juin 1800) ( ] ). 
Maret à Carnot. 

Le secrétaire d'Etat a l'honneur d'annoncer au ministre 
de la guerre l'arrivée dun nouveau courrier du premier 
consul. 

Le général Duhesme avait investi Pizzighettone et l'ait 
occupe r Crema. 

Le premier consul était informé par le général Suçhet 
de l'évacuation de Nice. 

Le mouvement rétrograde de l'ennemi avait commencé 
le 9. 

Le peuple de Milan a repris l'air de gaîté qu'il avait 
du temps de la première conquête des Français. 

Les virtuoses les plus célèbres de l'Italie se réunissent 
à Milan qui va devenir le centre des plaisirs. 

Le premier consul persiste à annoncer son retour à 
Paris pour les derniers jours du mois * . 



217. Paris, 17 messidor an VIII 6 juillel 1800). 

I.o général de division Grouchy demande le commandement d'une 
divi?ion ;'i une année active et de préférence à celle de réserve en 
Italie. 

Il sera employé à l'armée de réserve. 

1. lui marge: • pièce que le ministre i arnol a retrouvée dans ses 
papiers; à renvoyer aux opérations militaires 



ORDRES II APOSTILLES Dl NAPOLÉON 93 

-*IH. — Paris, 18 messidor an \ III 7 juillel 1800 . 
1 Carnoi. 

Je désirerais que vous donnassiez ! ordre, citoyen minis- 
tre, au général Davout qui va commander la cavalerie 
de l'armée d'Italie, de passer par Dijon, pour y passer la 
revue de tous les dépôts des régiments de cavalerie de 
l'armée d'Italie afin de faire rejoindre tout ce qui sérail 
disponible. 



219. — Paris, 21 messidor an VIII 10 juillet 1800). 
Le général Gommes désire ne pas aller en Italie. 

Ne rien changer aux ordres donnés ci-devant au gé- 
néral Gommes de se rendre à l'armée d'Italie. 

220- — Paris, 7 thermidor an VIII (26 juillet 1800). 

Le premier consul demande un rapport sur l'adjudant- 
général Nivet, commandant le département de la Gor- 
rèze ( x ). 

221. — Paris. 7 thermidor an VIII 26 juillet 1800). 

Le général de brigade Vignolle O demande le grade de général ri.' 
division. 

Refusé. 

1. Cf. sur lui les Mém. de Thiébault, I. p, il9 el A. Chuquet, Jemap 
pes el la conquête de lu Belgique, p. 217. François N'ivet, de ( ogi 
lieutenan) au 2 e bataillon do la Charente, puis au bataillon des Lom 
bards, un dos meneurs du club de Bruxelles, capitaine', adjudant gé 
néral chef oY brigade le 22 septembre ÎT'.K!. commandant à Milan en 
t'800 el a Wittenberg en 1806, baron de l'Empire (9 septembre 1810), chef 
il état major du gouvernemenl de Danzig en 1807. de l'armée de l 
logne en 1810, de la IV division militaire en 1814, de la 17 divis 
d'infanterie à l'armée du Rhin en 1815; il resta jusqu'au bout ce qu'il 
était des 1793, adjudant commandant. 

2. Martin Vignolle. général de brigade (15 aoûl 17961 et de division 
(27 aoûl 1803), baron (29 juin 1808), puis comte de l'Empire (31 décem 
bre 1809). 



94 ORDRES II APOSTILLES Dl NAPOLÉON 

222 Paris, 13 thermidor an \ III l" aoûl 1800). 

Il serai! nécessaire, citoyen ministre, que vous puissiez 
faire connaître votre opinion sur les objets contenus dans 
la note ci-jointe aux époques qui y soûl fixées L ). 

223 Paris, 19 thermidor an VII] 7 aoûl 1800). 
On propose de réintégrer le général Sol Bauclair ri. 

Refusé à cause du grand nombre d'officiers généraux: 
cet officier esl susceptible de retraite. 

->->4 Paris, 21 thermidor an VIII 9 août 1800). 

On propose d'accorder au capitaine au 16" dragons Dubois-Thainville 
le grade de chel ri escadron pour tenir rang. 

(écrit ol signé i>.-u' Hugues Maret.) 

L'arrêté a été refusé parce que la formule pour tenir 
rang » esl inusitée el que la disposition qui en résulte, 
csl contraire aux principes. Le ministre est invité, s il 
le juge convenable, à présenter un simple arrêté de pro- 
motion ( 3 ). 

•.>•>.-,. Paris, 2] thermidor an VIII (9 aoûl 1800). 

< >n propose «le confirmer dans le grade d'adjudanl général le chef 
il escadron Plauzonne (*). 

1. On n'a pas cette note, mais on lit on marge de la lettre: « Les 
ordres onl été donnés aux ciloyens \hoville, Morlel el Lomel pour ce 
qui les concerni 

2. Pierre Sol Bauclair. général de brigade depuis le 23 décembre 1793: 
il fui pourtant réintégré en janvier 1803 el il mourul le 1 avril 1814 com 
mandant d'armes à Baj onne. 

3. Dubois, dit Thainville, né en 1762 dragon en 17s|. sous-lieutenant 
el lieutenanl en 1792, capitaine (12 juin 1793). étail entré au ministère des 
affaires éli ingères el fil une carrière honorable dans les consulats du 
Levant el de Barbarie. fCf Fr. Masson, Le départ, des atf. étr. pendant 
la Révolution, p. 163 el 254 

\. Louis Uigustc Marchand dil Plauzonne, devait être général de bri- 
gade (5 juin 1809 el baron de l'Empire (14 avril 181 0) ; il fut tué à l 
Moskowa, 



ORDRES 1.1 VPOSTILLES Dl NAPOLÉON 95 

Refusé; il y a un trop grand nombre d'adjudants com- 
mandants. 

•>•><;. — Paris, 2] thermidor an VI 11 (9 ao-ûl L800). 

On propose de confirmer la nomination du capitaine Joseph Pierre 
Richard, de la 78° demi-brigade, promu chef de bataillon par le général 
• ■H chef de l'armée du Rhin. 

Lorsqu'il manquera une place clans celle demi-brigade. 



227 — Paris, 25 thermidor an VIII (13 août 1800). 
A Carnoî. 

Le camp de Dijon est composé de troupes habillées et 
soldées. Autorisez, citoyen ministre, le général Brune à 
amener de ces troupes celles qu'il choisira pour l'armée 
d'Italie, en infanterie. On retirera un nombre égal de 
troupes de cette dernière armée et on les prendra parmi 
celles qui sont nues et qui sont les pins affaiblies. 

228. — Paris. 25 thermidor an VIII (13 août 1800). 

Maret ù Carnot. 

Le premier consul esl informé, citoyen ministre, qu'un 
Français a fait faire de fausses lettres de change sur 
l'Empereur et sur le Piémont. Il me charge de vous invi- 
ter à écrire au ministre extraordinaire de la République 
à Milan de faire arrêter ce Français, quel qu'il soi) 



229 — Paris, 27 thermidor an VIII (U> aoûl 1800). 
Bourrienne à Carnot. 

Le premier consul vous prie, citoyen ministre, de lui 
envoyer les rapports (\u général Lucotte sur les dépar- 
tements de l'Orne et de la Sarthe. 



96 ORDRES ET APOSTILLES Dl NAPOLÉON 

;>:*<». Paris, 6 fructidor an Y! Il 24 aoûl 1800 
Marel à Carnoi. 

Le premier consul me charge, citoyen ministre, «le vous 
inviter à faire venir à Paris le général Saint-Cyr( 3 qui 
t'sl m ce moment à Nancy. 

->l\l. Paris, S fructidor an VIII 26 août 1800). 
I.- chef de brigade Viviès (') demande de l'emploi dans l'armée ac 

Le ministre de la guerre donnera l'ordre à cel officier 
de se rendre à l'armée d'Italie pour y être attaché à une 
demi-brigade. 

232 Paris, 12 fructidor an VIII (30 aoûl 1800). 

Le général Mermet( 3 ) restera chef du 10e régiment de 

hussards, mais il ne pourra conserver son grade de gé- 
néral. 

233. - Paris, 2 vendémiaire an l\ 24 septembre 1800). 

Le premier consul a décidé qu'il sera l'ail une pension de 
trente mille francs au général Masséna. 

234- — Paris, lu vendémiaire an IX (2 octobre 1800). 
I Bernadotte. 

J'ai lu avec intérêt, citoyen général, ce que vous avez l'ail 

I Gouvion Saint-Cyr. 

2. Guillaume-Raymond-Amand Viviès devini général ri <- brigade (24 dé- 
i embre 1805) el baron <!<■ I .aprade 1 1 1 aoûl 1808 

H. Vugustin M'nitH, général de brigade il. •puis le 1" janvier 1796 et 
qui lui promu général de division le I" février 1805, commandail en 
fffel l'- ii»' hussards avec rang de général de brigade en suile d'un arrêté 
• lu 1 lirectoire, du r> mars 1 7*. »T 



ORDRES ET APOSTILLES 1)1 VU'OI l o\ ". i , 

pour ramener Tordre dans la 52e, ainsi que le rapport du 
général Liébert du 5^ vendémiaire. Donnez à cet officier 
des témoignages de la satisfaction du gouvernement. La no- 
mination que vous avez faite du chef de brigade Féry ' 
au rang de générai de brigade est confirmée. Je désire 
que ce brave officier puisse venir à Paris; il a donné 
l'exemple de fermeté et d'énergie le plus honorable pour 
un militaire. 

£35- - Paris, 11 vendémiaire an IX (3 octobre 1800). 
Maret à Carnot. 

Le premier consul, citoyen ministre, autorise le géné- 
ral en chef Bernadotte à venir h Paris lorsqu'il aura fait 
toutes les dispositions nécessaires pour la division expédi- 
tionnaire dont la destination est arrêtée. 



236- Paris, brumaire an IX. 

La mère du général de brigade Duvignau ( a j est, ainsi que son (ils. 
dans la situation la plus pénible, et le fils réclame contre l'ordre du 
|Our qui lui a prescrit de cesser ses fonctions et contre la décision qui 
la mis en réforme. 

Le premier consul persiste dans sa décision de le porter 
sur le tableau de réforme. 



237- — Paris, brumaire an IX. 
Propos lenu à Berïhier sur Vadjuda.nl général Sherlock. 
Sherlock a été aussi froid dans te corps législatif que 

1. Jean-Baptiste-Michel Férj ne fut confirmé général de brigade que 

le 24 août 1801. 

2. Duvignau, blessé par une chute de cheval, alla, au malin de la 
bataille de Marengo, se faire soigner; un ordre du jour, contre lequel 
il ne cessa de protester, lui prescrivit de cesser ses fonctions et, peu 
après, il fut mis en réforme i9 aoûl 1800). Duvignau, -•'neral de bri- 
gade depuis le 15 janvier 179."). avait été pourtanl chef d'état-major de 
l'armée de l'intérieur, commandée alors par Bonaparte. 



98 ORDRES II APOSTILLES DE NAPOLÉON 

chaud dans son commandemenl du départemenl du Vau- 
cluse ' . 

338. Paris, 1 brumaire an l\ 23 octobre L800). 
Le général Liébaull I l demande à être employé toul de suite. 
Le placer dans une division militaire. 

^:ii> Paris, I brumaire an l\ 23 octobre L800). 

Rapport /m// aux consuls par Lacuée, minisire de la guerre 

Le ministre, devanl présenter le tableau de l'organisation de l'état- 

major de farinée en exécuti le l'arrêté du 16 vendémiaire, prie le 

premiei consul de lui faire connaître si dans ce tableau seronl com- 
pris : 

1 Les officiers généraux et adjudants commandants employés dans 
les colonies ou par le Départemenl de la marine, tels que les généraux 
Desfourneaux, Tout-saint Louverlure, Malartic, etc.. 

Oui. 

2 Les prisonniers de guerre non rentrés en France; 
Oui. 

:; Les officiers généraux composant les directoires des hôpitaux des 
armées : 

Non. 

I Ceux employés dans la diplomatie, tels que le général Beurnon 
ville, etc. : 

Oui. 

I Propos répété par Berthier (lettn de Sherlock, «In .'! brumaire 
2. Charles Antoine Liébault, général de brigade depuis le 19 octobre 
1799 el qui dcvail cette nomination à Macdonald. Dans ses Mémo 
lll. p. '.'7 el 303), rhiébaull le traite d'ignoranl el de lâche: à l yon, il 
se sauve devanl Blondeau qui depuis des années le provoquai! en duel 
sans avoir jamais pu le joindre; à l'ours, il se bal dans la rue, comme 
un crocheteur, avec son valcl qui lui réclame juslemenl ses gages. 

:;. Lacuée fail l'intérim du 9 octobre au 14 novembre; mais Berthici 
esl ministre de la guerre (pour la seconde fois) depuis le 8octobre 1800 
• ■l il If sera jusqu'au 9 août 1807. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉOiN 99 

5 i eux employés dan.- les préfectures, tels que les généraux Dugua, 
Ligniville, etc. : 

Oui. 

6 Les officiers généraux et adjudants commandants promus à des 
grades supérieurs aux armées et non encore confirmés : 

Non. 

7" Si les officiers généraux et adjudants commandants réformés avec 
traitement pourront être proposés en remplacement de ceux qui élant 
en activité paraissent avoir moins de talents et de moralité ; 

Non. 

'.>4<t. - Paris. -2 brumaire an IX f'21 octobre 1800). 

Compte-rendu au premier consul par le général Bernadotte sur l'opé- 
ration faite par le général Wirion de l'organisation de la gendarmerie 
nationale dans les départements de l'Ouest. 

Le ministre de la guerre écrira une lettre de satisfaction 
au général Wirion sur la conduite qu'il a tenue dans 
l'Ouest. 



241- — Paris, 7 brumaire au IX 29 octobre 1800). 

Le général Liébault sera envoyé avec le général Sa- 
huguet, et le général Guénand (*) sera employé dans une 
division autre que celle de son domicile ordinaire. 



242- — Paris, 7 brumaire an IX (29 octobre 1800). 

Le général Debelle, chargé par le général en chef Brune de comman 
der les troupes passées de l'armée d'Italie à relie du Midi, demande 
une nouvelle commission de lieutenant de gênerai en chef. 

J'ai approuvé que le général Debelle quitte l'armée de 
l'Ouest, mais il faut lui annoncer qu'il n'y a point ail- 
leurs de place de lieutenant-général vacante. 

1. Louis-Charles Guenand. gênerai de brigade depuis le l'i in.ir- 1800 



100 ORDRES 11 A.POS1 II l.l S DE NÂPOl ÉON 

243. Paris, 17 brumaire an IX (8 novembre 1800). 

énéral de brigade Liébaull désire être employé .i ui >i«'s du gêné 
pal Vlacdonald. 

A l'armée des Grisons. 



244. Paris, 2 frimaire an l\ 2:'> novembre 1800 

On propose de confirmer la promotion de Deviau au uradi- dr général 
de brigade. 



Ce serait lui l'aire tort^ 



245 — Pans. 2 frimaire an IX (23 novembre 1800). 

Le général de division Tilly, chef de l'état-major de l'armée de l'Ouest, 
a été nommé le 20 messidor dernier, par le général Bernadolte. lieute 
nant. de général en chef : il demande que le brevet lui en soit expédié 

Ajourner toute signature de brevet de lieutenant de gé- 
néral en chef. 

246. — Paris, 27 frimaire an IX (18 décembre 1800). 

Le général Deb'elle rappelle qu'il est loin des armées et « qu'un soldai 
qui n'aime que les camps el les champs de gloire, ne peul exister sans 
pain ». 

Le ministre de la guerre l'enverra à une armée active. 



2 17 - Paris. 3 nivôse an IX (24 décembre 1800). 
\n ministre de l'intérieur. 

Je vous prie citoyen ministre, de l'aire connaître au ci- 
toyen Harmand -. préfel du Haut-Rhin, que ce n'est par 

1. o Vu, remarquai! le ministre, la réforme ordonnée parmi les offi 
généraux de tous grades Laurenf Deviau Saint-Sauveur n< fut. 
en >•!;• de que 1<" 29 mars 1801 

1 . Harmand de la Meuse, I ancien com entionnel. 



OKDRF.S ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 101 

aucun sujet de mécontentement contré lui, mais pour 
I appeler à des fonctions auxquelles sa probité el son esprit 
conciliant le rendent propre que le gouvernement l'a rem- 
placé dans la prélecture du Haut-Rhin. 

•>4s. - Paris, 3 nivôse an IX r24 décembre In m 
I ii ministre de Intérieur. 

Je vous prie, citoyen ministre, de me faire connaître 
pourquoi le citoyen Haùv a adressé des plaintes au tribu- 
nal sur un projet tendant à supprimer l'institution des 
aveugles. 

249. -- Paris, lu nivôse an IX (31 décembre 1800). 
A Berthier. 

Le général Leclerc pense que le chef dé brigade de 
la 11 e de ligne n'est pas propre à remplir sa place. Je vous 
prie de me faire un rapport sur l'officier qu'il propose en 
remplacement el sur la place que) Ion pourrait donner 
au chef actuel, ainsi que sur les mesures à prendre pour 
composer la demi-brigade de bons officiers. 

250. - Paris, 15 nivôse an IX r> janvier 1801). 

A Berthier. 

Je nous prie, citoyen ministre, de donner l'ordre aux 
escadrons du 5 e régiment de dragons qui sont à Besançon, 
de se rendre à Paris pour rejoindre leur corps, el aux 
différents détachements des demi-brigades et du 1!) de 
dragons qui ont eu ordre de se rendre au Havre, de re- 
joindre leurs corps. 



Ordres et apostilles <le Nap 



102 ORDRES l'I APOSTILLES DE NAPOLÉON 

251. - Paris, 16 nivôse an l\ 6 janvier 1801). 

1 Berlhier. 

Je vous prie, citoyen ministre, de faire donner en forme 
de gratification aux épouses des citoyens Desgenettes et 
Larrey une somme de 1. 500 francs el (récrire à chacun 
de ces citoyens une lettre de Félicitations. 

252. Paris, 17 nivôse an l\ 7 janvier 1801 . 

Kapporl «lu minisire de la marine tendani à régler ic service de la 
marine <'ii Corse el proposition d'employer dans l'île le eommiss; 
Vlénard. 

Renvoyé au ministre de la marine. Approuvé le tra- 
vail ci-joint. Le citoyen Ménard peut être employé plus 
utilement qu'à Bastia; c'est un homme d'un grand mé- 
rite. 



253- - Paris, 18 nivôse an 1\ 8 janvier 1801 . 

A Larrey, chirurgien en chef de V armée d'Orient. 

Ecrit par Berthù r. 

Nous avez rendu, citoyen, aux militaires blessés de l'ar- 
mée d'Orient des services trop marquants pour ne point 
fixer sur vous l'attention particulière du premier consul. 
Il est satisfait de votre zèle et c'est avec bien de l'em- 
pr< ssement que je remplis l'ordre qu'il m'a donné de vous 
le témoigner. 



254. Paris, 21 nivôse an l\ Il janvier 1801 
Le père de Mireur (') demande des secours. 

Renvoyé au ministre de la guerre pour lui Taire don- 
IK r des secours. 

1. François Mireur, général de brigade, du 2 avril 1797, lue par les 
- non loin du camp de I >amanhour le 9 juillet 1798 



ORDRES El APOSTILLES DE NAPOLÉON L03 

'455- — Paris, 22 nivôse un. IX 12 janvier 1801). 

(m mande que M Jullien, mère de plusieurs défenseurs, est dans la 
ta i se iv. 

Renvoyé au ministre de la guerre. Lui faire donner 
le tiers des appointements de son fils qui esl eu Egypte L ), 

256. — Paris, 22 nivôse un l.\ 12 janvier 1801 
Mémoire de La Martinière n sur Belle-Isle. 

Ce mémoire paraît mériter d'être pris en considération: 
il faudrait envoyer un officier du génie, d'artillerie el un 
commissaire des guerres pour inventorier les magasins, 
organiser les batteries et les mettre en état de défense. 

">~ù — Paris, 23 nivôse an IX 13 janvier 1801). 

A Talleyrand. 

Le vice-amiral Bruix se rend, citoyen ministre, à La 
Haye pour s'entendre avec le Directoire exécutif batave 
sur un j)lan de campagne maritime. Je vous prie de lui 
remettre une lettre pour le citoyen Sénionville ■• . afin 
qu'il soit appuyé, dans toutes les circonstances, où il eu 
aurait besoin. 

1. Il y avait trois frères Jullien dans l'armée: l'un. Aug - ! 
capitaine d infanterie, était mort de la peste à Uexandrie le 5 janvier 
L'800 ; l'autre, Thomas-Prosper, capitaine et aide-de-camp de Bonaparte, 
avait été tué par les habitants d'AJkam en allant du Caire à Rosette te 
? ;ioùt 1798; le troisième, l'aîné. Jullien de Bidon, camarade de N 
léou au régiment de La Fère. devint général de brigade, préfet du 
Morbihan et comte de l'Empire. Cf. A. Chuquet, La Jeunesse de Napo- 
léon, I. ].. 310 et 4fi0. 

2. Guillaume Boyvin de La Martinière qui lut promu le 1" février 
1805 général <\<' brigade. 

:;. Oui avait, après le 18 brumaire, remplacé Deforgues à La Haye de 
même qu \ugereau remplaçail Brune. 



Ill'i ORDRES il APOSTILLES DE NAPOLÉON 

2.*ï8- — Paris, 24 nivôse an l\ (Il janvier 1801 . 

.1// mi ni sire de l intérieur. 

Je vous envoie, citoyen ministre, deux projets: l'un sur 
la compagnie d'Afrique; l'autre, sur la pêche du corail 
L'un et l'autre de ces projets offrent quelques modifi- 
cations à celui que nous avez présenté. .le vous prie dé- 
nie faire un rapport sur l'un et l'autre. 

2ô!> Paris, 26 nivôse an l\ (16 janvier 1801 
An ministre de la guerre. 

Je vous prie, citoyen ministre, de me faire connaître 
si l'escadron du 20 e de dragons qui est à Moulins, est 
armé de fusils. 



•ZOO- - Paris, 27 nivôse an TX (17 janvier 1801). 

Le ministre de la justice propose la radiation définitive du citoyen 
1 .amoignon. 

Renvoyé au consul Cambacérès pour me faire connaî- 
tre son opinion. 

261- — Paris, 5 pluviôse an IX (25 janvier 1801V 

Au générai biujua ( 1 ). 
Ecrii par Bourrienne. 

J'ai communiqué au premier consul, mon cher général, 
voire lettre du 1 pluviôse. Il l'a lue avec beaucoup d'at- 
tention. Ne douiez pas que des mesures vigoureuses ne 
soient prises pour maintenir la tranquillité dans voire 
département si les chouans la troublaient. Je dois vous 
dire que Ton compte beaucoup sur votre zèle, voire ac- 
tivité cl voire dévoilement. 

1. Cf. sur Dugua, préfel du Calvados, la lettre 239 el ce que nous 
is de lui dans notre Jeunesse de Napoléon, 111. p. 237-238 el notre 
201 . 



ORDRES El APOSTILLES DE NAPOLÉON L-05 

202 - Paris, 7 pluviôse an 1\ 27 janvier 1801) 

.4 Forfait. 

Je vous prie, citoyen mini s Ire, de me faire connaître 
si la frégak- la Thémis qui est à Bayonne, est dans le 
cas de servir à une expédition. Ne serait-il pas possible 
de l'aire partir le général Lacrosse par les deux frégates 
qui sont à Saint-Malo? 

263 - Paris, 7 pluviôse an IX (27 janvier 1801). 

.1 Berthier. 

Je désire, citoyen ministre, changer tous les officiers 
d'état-major, soit de la cavalerie, soit d'infanterie, soit 
d'artillerie et du génie. Faites-moi un rapport sur ceux 
qui y sont et sur ceux qu'on pourrai! y envoyer. 



204 — Paris, 10 pluviôse an IX (30 janvier 1801). 

Berlhier soumet quelques vues d embellissement et des dispositions 
nouvelles pour l'hôtel national des Invalides. 

Approuvé, pourvu qu'on ne détruise rien de ce que l'on 
serait obligé de refaire aux prochaines fêtes. 



265- — Paris, 13 pluviôse an IX (2 février 1801). 

A Berthier. 

Je vous prie de faire donner une gratification de quinze 
mille francs au général Humbert pour les frais extraordi- 
naires de l'expédition d'Irlande. 

266. -- Paris. [6 pluviôse an IX (5 février 1801). 

Proposition de donner aux marins des armes d'honneur, comme aux 
militaires fie l'armée de terre. 



I 06 ORDRES ET M'osi m LES Dl NAPOLÉON 

Il n'y a pas de loi pour accorder des récompenses aux 
militaires de terre, ni pour en exclure ceux de mer. Le 
premier consul accordera sûremenl des distinctions fiai 
teuses à ceux qui en auront mérité; mais il n'en accorde 
pas quand il n'y a pas eu de victoire, quelle qu'ait été 
la défense. 



267. Paris, 19 pluviôse an l\ 8 février 1801 , 

i e consul Cambacérès, consulté, pense que la somme de 10.000 francs 
avancée par le général Jouberl pour le service de l'armée, doil être 
remboursée à M Jouberl :> Litre d'indemnité. 

Le premier consul adopte l'avis du consul Cambacérès 
et ordonne que le ministre de la guerre, auquel celte 
noie sera communiquée, soil invité à présenter un projet 
d'arrêté ' . 



268 Paris, 19 pluviôse an IX (8 février 1801. ) 

Le préfel maritime de Toulon assure qu'il va être impossible de roi) 
plir les intentions du premier consul sur la correspondance avec l'E 
gyple, faute de bâtiments el de fonds. 

Renvoyé au ministre de la marine pour me l'aire con- 
naître s'il a pris les mesures nécessaires pour assurer 
le service des communications avec l'Egypte. 



2(li). Paris, 24 pluviôse an l\ (13 février 1801 
t Berthier. 

Yi us donnerez Tordre, citoyen ministre, au lieutenant 
général Soull qui est en Piém<ont, de se rendre sur le 
champ, pour servir en sa qualité, à Cilla (lastellana. 
quartier-général du général Mural 

I. Siené \faret. 



ORDRES ET APOSTILLES Dl NAPOLÉON 107 

:>7<>. Paris, 24 pluviôse an 1\ 13 février 1801). 
A Talleyrand. 

Je vous renvoie, citoyen ministre, les lettres du général 
Beurnonville ' . Faites lui connaître que le gouvernement 
est satisfait du zèle qu'il a montré dans celte circonstance 
ainsi que de la conduite qu'il a tenue depuis qu'il est 
à Berlin. 



271. - Paris, 26 pluviôse an IX (15 février 1801). 
I louché. 

Je vous prie, citoyen ministre, de me faire connaître 
pour quelle raison -les colonnes mobiles du Var n'ont 
pas encore été payées des cinq cents francs qui leur avaient 
été promis pour chaque brigand pris. 



•>;-.>. Paris, -28 pluviôse an IX 17 février 1801). 
A Berlhie.r. 

Vous donnerez Tordre, citoyen ministre, à tous les corps 
polonais qui sont à l'armée du Rhin, de se rendre en 

Toscane. 



273. -- Paris, 3 ventôse an IX 22 février 1801). 
A Berihier. 

Le général Brune, citoyen minisire, a demandé à venir 
à Paris. Autorisez-le h s'y rendre. 11 laissera le comman- 
dement de l'armée au général Moncey, le plus ancien 
général de division. Ecrivez-lui une lettre honnête. 

1. Mors ambassadeur à Berlin et qui affirmai! les favorables disposi 
tions du roi ef «• sa bonne volonté pour la France ». 



LOS ORDRES il APOSTILLES l»l NAPOLÉON 

•,>7 1 Pari.-. 3 ventôse an l\ (22 février 1801). 

I Berthier. 

Vous préviendrez le généra] Macdonald que. Lorsque le 
traité sera échangé, il devra rentrer en Suisse avec son 
année. Qu'il fasse en conséquence ses dispositions. Qu'il 
vous lusse connaître les corps de son armée <pii seraient 
j Bergame ou dans le Milanais, afin que vous puissiez 
leur donner une destination lors de l'évacuation. 

275. Paris, 7 ventôse in l\ 26 février 1801 . 

On propose de remettre en activité dans son grade el d'employer 
dans la 10' division militaire le général de brigade Martin, ex-membre 
de la Législature en l'an V, el que le premier consul avait promis de 
ne pns laisser languir dans l'oisiveté. 

Il est nommé préfel ' . 



376 - Paris, 9 ventôse an I\ 28 février 1801). 
A Talleyrand. 

Donnez l'ordre, citoyen ministre au citoyen Alquier de 
se rendre au quartier-général du général Mural, avec les 
pouvoirs nécessaires pour conclure la paix avec le pléni- 
potentiaire du roi des Deux-Siciles. 11 sérail nécessaire 
que le citoyen Alquier partît le 11 ventôse. 

277- - Paris, 9 ventôse an 1\ (28 février 1801 , 

L'adjudant-général Devaux (') demande d'ôtre employé dans la garde 
il<'s consuls. 

1. Des Pyrénées Orientales; il s'agil de Joseph-Magdelaine Martin, 
général de brigade depuis le 13 juin 1795; voir sur lui notre Durioi 
'nier, p. 40. 204 ot 259. 

2. Pierre Devaux qui fui nommé général de brigade le 30 juillet do 
l'année suivante et, le 9 octobre 1813, baron de l'Empire. 



ORDRES El APOSTILLES DE NAPOLÉON 109 

Le ministre de la guerre remploiera dans la S divi- 
sion militaire. » 



278. Paris, 9 ventôse an IX (28 lévrier 1801). 

Troubles dan? la Nièvre, la gendarmerie est impuissante contre les 
bandes. 

Donnez l'ordre aux escadrons du lie de cavalerie qui 
sont à Lyon de se rendre à Moulins. 



279 — Paris, 11 ventôse an IX (2 mars 1801). 

L'épouse du général Dumoutier, fille du général Dugommier ('), de- 
mande du service pour son mari dans les colonies. 

Renvoyé au ministre de la marine pour l'envoyer à la 
Guadeloupe, s'il n'y a aucun inconvénient. 



2K0. — Paris, 26 ventôse an IX (17 mars 1801 . 
A Lucuée. 

J'ai reçu, citoyen, votre lettre du 26 ventôse. Ma con- 
fiance vous est depuis longtemps acquise; vous la devez 
à vos talents, à l'assiduité de votre travail et à la sé- 
vère probité dont vous donnez tous les jours de nouvelles 
preuves. Je désire fort que la circonstance se présente 
de vous donner un témoignage public de la satisfaction 
du gouvernement 

2Si. — Paris, 30 ventôse an IX (21 mars 1801). 

Fouche propose de faire punir 1rs neuf gendarmes qui ont laissé 

1. Cf. A. Chuquet, La Jeunesse de Napoléon.. III. p. 226 et 300. Jus 
ime. la fille de Dugommier. avait épousé, en 1800 un général de brigade 
provisoire, devenu capitaine d'une compagnie de vétérans, Pierre Pu 
moutier, et sur sa recommandation. Dumoutier lu! envoyé eu décembre 
1S01 comme commandant d'armes à la Guadeloupe. 



||(l ORDRES I I VPOS1 II LIS DE \ VPOl EON 

piller la diligence qui portait, de Clcrmonl à Lyon, la somme de vingl 
mille francs. 

Faire traduire ces neuf gendarmes devant un conseil 
de guerre et me faire connaître leurs noms, les lieux 
de leur naissance el les corps <>ù ils onl servi. 

383. Paris, 7 germinal an l.\ 28 mars 1801). 

Le général Bernadotte demande que Marbol (*), sous-lieutenanl au 
["régimenl de hussards, lui soil adjoinl comme aide-de camp surnumé- 
raire; mais «m observe que la l"i ne reconnaît pas d'aide-de-camp sur 
numéraire el que le général Bernadotte a déjà sepl judo- de camp au 
près de lui. 

Le premier consul ne peul s'éloigner des dispositions 
des arrêtés. 



W.i. Paris, 8 germinal an I\ 29 mars 1801). 
1 Talleyrand. 

J'ai rappelé au Conseil d'état, citoyen ministre, les ci- 
toyens Petiel et Dejean. Faites-moi un rapport sur tes 
individus que vous croirez propres à les remplacer. Le 
général Dessolle me paraîtrait convenir à Gênes. Le gé- 
néral Masséna parait désirer rester à Paris. Faites-moi 
connaître par qui on pourrait l'aire occuper le poste de 
Copenhague. 

384. - Paris, 8 germinal an 1\ 29 mars 1801 . 

Ce jour-là, la liste des généraux de division et de brigade 
est arrêtée par les consuls. Sur la minute de cette lislc 
Bonaparte ajoute aux généraux de division quatre noms 
qui manquent: Dufour; Dumas qui est prisonnier en Si- 
cile Lagrange ; Lacombe Saint-Michel. Il marque d'une 
croix, c'est-à-dire efface (\c[\\ noms, celui de Magallon 
et celui de Toussaint Louverture, et il mel en tête ces 

l L'auteur des Mémoires, Marcellin Marbol 



ORDRES I I VPOST1LLES DE NAPOLÉON LU 

mois: La liste des généraux de division est composée com- 
me il suit. 

•285. Paris, 8 germinal an l\ 29 mars 1801). 

Rapporl de Chasseloup-Laubal (') sur la rade de Goro el sur la navi 
gation de plusieurs fleuves el rivières dltalic. 

Renvoyé au ministre de la guerre. Ces deux projets de 
reconnaissances renferment des vues utiles et méritent 
d'être examinés avec soin. 



286. - Paris, 8 germinal an 1\ 29 mars 1801). 

I.e général Joseph Morand envoie le plan dAlexandrie et, en deman 
danl une nouvelle destination, prie le consul de l'autoriser « à se rendre 
au sein de sa famille, à Paris. ■ 

Renvoyé au ministre de la guerre: accordé la permis- 
sion de se rendre à Paris. 



287- — Paris. 11 germinal an IX (1 er avril 1801). 
A Berthier. 

Je vous prie, citoyen ministre, de donner l'ordre au 
général Thiébault de se rendre à Poitiers où il aura sous 
ses ordres la 90e, l'artillerie et la cavalerie qui se ren- 
dront dans eetle place. 11 fera partie du corps de la Gi- 
ronde 



288. - Paris, 11 germinal an IX (1 er avril 1801). 
A Berthier. 

Je vous prie de m'envoyer demain la liste de tous les 
généraux de division qui sont dans ce moment à Paris 

1. Cf. sur lui notre Journal de Desaix, p. 214. 

2. Cf. Thiébault, Mêm., 111. p. 186 



H2 ORDRES El APOSTILLES Dl NAPOLEON 

el de me faire connaître si le général Morlol '). de l'ar- 
mée des Grisons, esl dans cette ville. 

289 Paris. 14 germinal an l.\ l avril 1801). 

1 Berlhier. 

» >rdre au général Ghasseloup d'améliorer lus travaux de 
Porto Legnago et de la Rocca d'Anfo. Envoyer des ingé- 
nieùrs en Italie pour lever la carte du pays entre l'Adige. 
l'Adda et le Pô. sur l'échelle de la grande carte de Cassini. 

2i>0. Paris, 15 germinal an IX (5 avril 1801 - 

Lefebvre écril au consul pour le prier de changer à Morand (*) «on 
commandemenl d'Alexandrie: ci ce général a fail linéiques fautes dans 
sun commandement de Paris, mais il n'appartient pas à tous les hom- 
mes ii avoir le caractère de mépriser les flatteurs et 1rs flatterie.- des 
factieux dans un instant de crise. C'est ce qui a fait du tort à noire 
pauvre Morand. Maigre cela, je sais qu'il vous est fortement attaché 

Renvoyé au ministre de la guerre; accordé. 

291. Paris, 22 germinal an i\ 12 avril 1801 . 
A Berthier. 

Je vous prie, citoyen ministre d'ordonner au citoyen 
Ville-sur-Arce 3 ), officier d'artillerie cisalpin qui esta 
Antibes, de se rendre à Paris pour rendre compte de la 
situation dans laquelle il ;i trouvé celle artillerie. 

1. Vntoine Morlot, général de brigade (20 septembre 1793) et de divi- 
sion 28 janvier 1794 

2. Joseph Morand, nommé commandant temporaire de Paris el élevé 
.m grade de généra] de division le 27 avril 1800 avait reçu dès le 
19 juillet suivant 1 ordre de se rendre sans délai à Alexandrie pour 
prendre le commandement de cette place. 

3. Ci 3ur Léon-Charles Le Lieur de Ville-sur Vrce capitaine d'artil 
terie en 1792, employé après ?on émigration dans l'artillerie «le la Repu 
blique cisalpine cl sous inspecteur aux revues (1809 1815), notre Jevnessi 
rte. "Napoléon, l p. 1 7J et 396 et la troisième série de nos EtwIeR d'his 

p 207-226 



ORDRKS ET APOSTILLES M NAPOLÉON 113 

292 Paris, 26 germinal an IX (16 avril 1801). 

.1 Berthier. 

Je vous prie, citoyen ministre, de mettre à la disposition 
du général Bernadotte, tous les mois, dix mille francs pour 
dépenses extraordinaires, à compter du 1er germinal pour 
dépenses secrètes de son commandement de l'armée de 
L'Ouest. 

293- — Paris, 28 germinal an IX (18 avril 1801). 

On propose de faire capitaine le citoyen Petiet fils, lieutenanl d'ar 
tillerie, aide-de-"Cainp du général Brune Ci. 

Renvoyé au ministre de la guerre: il est trop jeune. 



294- — Paris, 29 germinal an IX (19 avril 1801). 

On rend compte de quelques détails relatifs à la manière dont les 
généraux Guénand et Lespinasse traitent les habitants' d'Anvers. 

Le ministre de la guerre se fera rendre compte par 
le général de division de ces objets et m'en rendra compte. 



295- -- Paris, 5 floréal an IX (25 avril 1801). 

On propose d'envoyer à Tours les deux escadrons du 11°" régiment 
de cavalerie qui sont à Lille. 

Approuvé ce mouvement. 



296- — Paris, 10 floréal an IX (30 avril 1801). 
Le 10 m * hussards arrive à Lyon au 16 floréal. 

Lui donner Tordre de se rendre à Bordeaux pour faire 
partie (\u corps d'observation de la Gironde. 

1. Cf. sur Alexandre Petiet notre Stendhal-Beyle, p. i s i" el 81 82 



| Il ORDRES 11 APOSTILLES M NAPOLEON 

•^<>?. Paris, 13 lloréal an J\ ;3 mai 1801). 

On présente .1 !;i signature «lu premier consul le titre on vertu duquel 
Horace-Camille Desmuulins j ra d'un secours annuel de 2.000 francs. 

La décision à cet égard a eu son effet. Le jeune homme 
ayant dix huit ans. il n'y a pas lieu à renouveler l ). 

298. -- Paris. 17 floréal an i\ 7 mai 1801). 

entretien avec le général Wirion, qui lui représente qu'il n'a reçu 
aucune gratification pour ses missions; Bonaparte répond: 

Je vais y pourvoir et vous faire donner tout ce qu il 
\(!iis faudra. 



->\\U. — Paris, -2a floréal an l\ 10 mai 1801). 

On propose de conférer au capitaine du lougre l'Ami des lois, Le- 
; le grade de lieutenant de vaisseau, en récompense du combe 
qu i! a soutenu "contre un cutter anglais supérieur en force. 

Renvoyé au ministre de la marine pour lui écrire une 
lettre de satisfaction. 



300- - Paris, 23 floréal an l.\ 13 mai 1801). 

I e généra] de brigade Keeffe I i demande le commandement d'ar- 
mes de Besançon ou de Briançon. 

Recommandé an ministre de la guerre pour qu'il ob- 
tienne un commandement de place analogue à s m grade 

I. Le decrel vote par les Cinq Cents, le 28 avril 1796, portail que le 
fils de Camille Desmoulins recevrail une pension de deux mille francs 

jusqu'au jour où il aurail alteinl sa dix-huitième lée. Mais Bonaparte 

se souvenail qu il avait, l année précédente, le 30 septembre 1800. nommé 

eune homme élève au Prytai français ol le fils de Camille, étanl 

né le 6 juillet 1792. n a\ iil plus droil à la pension. Horace Desmoulins 
devinl avocal el alla s'établir, en 1817, fi Haïli, où il mourut", à Jacmel, 

■ ■ 2! i 1825 

• Patrice <> Keeffe, général de brigade depuis le'15 mai 1795 



ORDRES El APOSTILLES DE NAPOLÉON 115 

301. — Paris, 23 floréal an IX L3 mai 1801). 

Le général de division Gardanne recommande au premier consul le 
général de brigade Pinon, smi beau père. 

Renvoyé au ministre de la guerre pour me Faire un 
rapport sur le général Pinon 1 J . 



302- — Paris, 27 floréal an IX (17 mai 1801». 

On propose d'élever Romeuf (*), aide-de-camp du général Mathieu 
Dumas, au grade de chef de brigade. 

Le proposer à une des premières plaees vacantes. 



303. _ Paris, 30 floréal an IX (20 mai 1801). 

Robinet, ex-fusilier à la 75' demi-brigade, retiré pour cause de bles- 
sures, demande le payement de sa pension de retraite. 

Renvoyé au ministre de la guerre auquel je recom- 
mande de faire expédier promptement l'affaire de ce brave 
soldat. 



304. — Paris, 1 prairial an IX (21 mai 1801). 

On propose de réintégrer le général de brigade Guériol Saint-Martin, 
passé dans la ligne et réforme au dernier travail, mais de le réintégrer 
dans l'arme de l'artillerie et seulement comme chef de brigade. 

Faire connaître s'il y a une place vacante et si, pen- 

1. Jean-Simon-Pierre Pinon. valel de chambre de Louis Wl. membre 
des Jacobins, attaché à la Légion du Centre, adjoint aux adjudants 
généraux à l'armée du Nord vers la fin du siège de Lille, adjudant 
général chef de brigade en mai 1793, général de brigade le 9 aoûl 1795 
Sa fille, Adélaïde Pinon, «jolie comme un ange, créature ravissante. 
rose s'il en fut jamais », épousa en premières noces Salafon de \ i- 
geardé, en secondes le beau Gardanne de qui elle eul un fils, en troi 
sièmes le comte de Vaulgrenant, chambellan de l'Empereur et plus tant 
gentilhomme de la chambre du roi ; cf. Thiébault, \dém., I, p. 179. 

2. Jean-Louis Romeuf ; il fut nom adjudant commandant le ".'7 aoïN 

1803 '■! général de brigade le 16 janvier 1811 : tué à La Mos 



I Mi ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLEON 

dant qu'il a servi dans l'artillerie, il ny a pas eu de 
plaintes contre lui. 

305 Paris, 3 prairial an IX (23 mai 1801). 

Dans une lettre à Clarke du 29 floréal, le général W'irion le prie de 
rappeler au premier consul une promesse de gratification. 

Renvoyé au ministre de la guerre pour lui donner une 
gratification qui lui serve d'indemnité. 

;><><;. Paris, 18 prairial an IX ^7 juin 1801). 

général Chazaud Dutheil (') désire être employé dans la première 
expédition maritime. 

Renvoyé, au ministre de la guerre pour le proposer lors- 
qu il sera question dune expédition maritime. 

307. — Paris. 23 prairial an IX 12 juin 1801). 

On propose d'accorder des brevets d'honneur aux ciloyens Cluy, 
Lemay et Lemelle, caporaux duns la 62' demi-brigade. 

Renvoyé au ministre de la guerre. Les brevets d'honneur 
proposés pour la 62e demi-brigade ne sont pas suffisam- 
ment motivés. Le ministre de la guerre demandera à ce 
corps des détails pins circonstanciés sur les hommes pro- 
posés pour avoir des fusils d'honneur. 



308. — Paris, 4 messidor an I\ (23 juin 1801 . 

Donnez l'ordre, citoyen ministre, (pie tous les grena- 
diers de la 60 demi-brigade, qui sont dans la citadelle 
de Turin, soienl distribués trois à trois dans les corps 

I. Jacques Chazaud-Dutheil, général de brigade depuis le 28 octobre 
1795; il tut. non pas employé dans une expédition maritime, mais 
nommé inspecteur des hôpitaux. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 1 17 

de la République, hormis les cinq plus mauvais sujets, re- 
connus pour auteurs de la rébellion, qui seront retenus, 
jusqu'à nouvel ordre, dans la citadelle de Turin. Leurs 
noms vous seront envoyés pour être statué définitivement 
sur le sori de ces individus. 



309 — Paris, 11 messidor an IX (30 juin 1801). 

Le général de brigade Barbuat ('), père du général Boisgérard, de- 
mande une pension 

Il n'a pas droit à la pension. 



310- — Paris, 13 messidor an IX (2 juillet 1801). 

On présente au premier consul trois généraux de division pour le 
commandement de l'expédition qui se prépare à Brest: Delaborde. Gu- 
din et Legrand. 

Le général Delaborde - me paraît convenir à ce com- 
mandement. 



311. — Paris, 13 messidor an IX (2 juillet 1801). 

Le général en chef Bernadette se plaint que le général Humberl se 
soil, absenté sans son autorisation ; il l'a fait remplacer provisoirement 
par le général Gratien et il lui infligera huit jours d'arrêt. 

Le ministre de la guerre doit faire exécuter les règle- 
ments militaires. 



312. — Paris, 16 messidor an IX (5 juillet 1801). 
A Berïhier. 

Les régiments de cavalerie se plaignent, citoyen minis- 

1. Jacques-François de Barbuat de Maison-Rouge de Bois-' 
nommé le 19 octobre 1793 général de brigade. 

2. Napoléon l'avait connu devant Toulon, et il le fil comte de l'Em- 
pire et gouverneur du château de Compiègne ; en 1S15 il le chargeail 
do pacifier la Vendée ; cf. notre Jeunesse de Napoléon, III. p. 237 

Ordres et apostilles de Napoléon 



118 ORDRES 11 APOSTILLES Dl NAPOLÉON 

Ire. d'être cantonnés comme en pleine guerre: donnez des 

ordres pour qu'ils soieul casernes le plus promptement 
possible el <l;ius les lieux propres à la nourriture «les 
chevaux. 

313. - Paris, I thermidor an IX 20 juillel 1801). 

Demande faite par le. citoyen Monligm Pontis noi é capitaine au 

In' régimenl de chasseurs par le général Bonaparte le 13 frimaire an \ 
.•i confirmé par arrêté du 27 frimaire an \ III, pour prendre rang seule 

ni du 29 brumaire an Vil ; il voudrail compter dans son grade du 

13 frimaire an \ date de sa nomination provisoire. 

Ne pus déroger aux principes. 

314. -Paris. Il thermidor an IX 30 juillel 1801 

1 Forfait. 

Le premier consul désire, citoyen ministre, que vous 
donniez ordre au citoyen Jérôme Bonaparte, aspirant 
de la marine, embarqué sur l'escadre du contre-amiral 
Ganteaume, de se rendre à Paris. 

315. —Paris, Il thermidor an I \ 30 juillel 1801). 

Le citoyen Dumoustier l capitaine attaché à la garde des consuls 
chargé de dépêches pour l'Egypte el embarqué sur l'escadre du contre 
.■unirai Ganteaume, n'a pu aborder; de retour en France, il attend vos 
ordres à I nu h m. 

Il n'y a pas d'inconvénienl qu'il vienne à Paris. 

316. -- Paris. 17 thermidor an T\ (5 aoûl 1801). 

I,. commissaire-ordonnateur Dujard soumei un projel d'organisation 
du corps <lr la gendarmerie. 

l pierre Dumoustier devinl général de brigade (30 décembre 1806) el 

de division (24 j 1811), colonel du l" régimenl des chasseurs à pied 

,!, la garde impériale el (10 janvier 1814) comte de l'Empire. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON L 19 

Renvoyé au ministre de la guerre pour me Faire un 
rapport sur cet ordonnateur ' . 



317. - Paris. 17 thermidor an IX (5 août 1801). 

Quelle sera la destination des troupes embarquées sur l'escadre «lu 
contre-amiral Ganteaume el rentrées à Toulon : 

Le ministre donnera l'ordre aux troupes qui faisaient 
partie de la N< division militaire de rejoindre leurs corps. 
La légion expéditionnaire restera jusqu'à nouvel ordre 
dans eelte division. 



318. -- Paris, 21 thermidor an IX (9 août 1801). 
Sur l'entretien des troupes françaises en Helvétie. 

Les troupes sont payées par la France et doivent être 
nourries par la Suisse. Dans le cas où le relus de paie- 
ment tles troupes aurai! lieu, le premier consul donnerait 
sur te champ l'ordre de retirer les troupes. 

319- - Paris, 24 thermidor an IX (12 août 1801). 

\ propos de la correspondance du citoyen Hirsinger relative aux 
émigrés D'André et Précy. 

Renvoyé au ministre de la police, pour me faire con- 
naître les noms d'une douzaine d'individus qui, depuis 
plusieurs années, vivent dans quelques villes d'Allemagne 
et troublent la tranquillité par leurs intrigues, tels que 
d'André, Willot, afin que je les fasse arrêter dans quel- 
que endroit qu'ils soient. 

1. GClait. le neveu de ce Dujard qui fut générai de brigade et le 
lieutenant-colonel de Bonaparte au 4' régiment d'artillerie. I \ i huquel 
Jeunesse de \>ipoléon, II, p. 174). 



120 ORDRES II APOSTILLES Dl NAPOLÉON 

320- Paris, 25 thermidoT an IX (13 août 1801). 
A Berlhier. 

Je vous prie, citoyen ministre, de l'aire lever la carte 
du Piémonl et de la Suisse sur la même échelle que celle 
de Cassini, et de donner des instructions pour que les 
chemins de la Suisse et du Piémont soient bien marqués. 

:',•„' 1 Paris, 1 fructidor an IX i22 août 1801). 

A Berlhier. 

Je vous prie, citoyen ministre, d'écrire au général Mu- 
rat que les présides appartiennent au roi de Toscane. 
qu'il en retire les troupes françaises puisqu'elles y sont 
mal: le roi de Toscane les fera occuper par les siennes. 



322- Pans, 9 fructidor an IX (27 août 1801). 

I e général de brigade Claude Clément Ci demande à être compris sur 
ste de l'état-major général de l'armée. 

Le généra] Clément sera compris sur la liste d'acti- 
vité dans l'état-major général de l'armée. 



323- - Paris, 9 fructidor an IX (27 août 1801). 
Paroles dites à Augustin Mermet. 

Dites au ministre de la guerre qu'il n'y a pas de dif 
l'ieullé que vous gardiez votre régiment puisque vous re- 
noncez à votre grade d'officier-général - . 

1. Claude Clément, général il'' brigade depuis le 12 novembre 179s ; 
il avait été fait prisonnier dans ''<>ni. et il venait de rentrer en France ; 
il fui mis à la disposition du général Leclerc : cf. Journal de Desaix. 
P. 130. 

>. i ettre de Mermel à Carnol 



ORDRES II APOSTILLES 1)1 NAP01 ÉON L21 

:i24. — Paris, 10 fructidor an IX (28 août. Î80J). 

Ordre aux trois frères Arena l ) el à deux ou trois ha- 
bitants du département du Golo qui les accompagnent et 
qui sont avec eux, de se rendre sans retard dans leur 
département. 

325- — Paris, septembre 1801 

Dupuy (le Bordes, professeur de mathématiques à l'école d'artillerie 
de Grenoble, transféré à Turin, prie le premier consul de le lai--. 
Grenoble : « je reclame l'estime que vous aviez pour moi à Valence ; 
veuillez venir au secours d'un homme pour qui jadis noms aviez quel- 
ques bontés ( 2 ) •>■>. 

Le placer comme professeur d'artillerie à Grenoble. 

321'»- — Paris, 17 fructidor an IX (4 septembre 1801). 

I e général Bernadotte demande d'être autorise à appeler dans la 
13 e division militaire le 1" régiment de hussards. 

S'il n'a pas de troupes, il peut appeler le 19 e . 



:î27. — Paris. 17 fructidor an IX I septembre 1801 . 

Le général Meyer (*) annonce que les officiers créoles envoyés ;< 
Brest pour faire partie de l'expédition de Saint-Domingue ont donné 
l'exemple de la plus coupable désertion. 

A dater du 1 vendémiaire prochain aucun de ces of- 
ficiers ne sera payé. 

1. Il y avait cinq frères Arena. L'aîné, Barthélémy, s'était réfugié à 
Livourne. Le cadet, Joseph, était mon sur l'échafaud le 31 janvier 1801. 
Le troisième, Philippe, vivait à Versailles où les deux autres frères, 
Joseph-Marie et François-Antoine, venaient de le rejoindre, lorsque 
Bonaparte lança l'ordre ci-dessus. 

2. Cf. sur Dupuy de Bordes noire Jeunesse de Napoléon, l, p. 340 
el 177. 

I. Jean-Baptiste Meyer gênerai de brigade depuis le 13 juin 1795. 



122 ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 

328. Paris, 22 fructidor an l\ !» septembre 180] . 

! Fouché. 

Je suis instruit, citoyen ministre, qu'au Havre et dans 
les environs il s'esl établi des communications secrètes 
avec la station ennemie qui croise dans ces parages, pour 
favoriser L'extraction des grains. Je vous prie de me faire 
un rapport sur les mesures que vous aurez prises pour 
prévenir ces extractions el en découvrir les auteurs. 

329. - Paris, I e jour complémentaire an l\ 21 septembre 1801). 

I Berlhier. 

Je \ous prie, citoyen ministre, de me l'aire connaître 
pourquoi le général -Murai dirige neuf bataillons i\u train 
sur Turin et pourquoi il ne les incorpore pas dans ses 
troupes qui sont déjà si faillies. 



;{;{(). - Pans. 2 vendémiaire an \ (24 septembre 1801). 

L'adjudant-général Requin demande une place de chef de division 

de gendarmerie : mais •• l'inspecteur-général qui l'a interrogé el lui a 

fait faire une pétition sous ses yeux, s'est convaincu de la nullité dc 

?o? moyens de correspondance; sa pétition comporte des fautes qui 

■m le défaul •! éducation première ». 

Il n'y a lieu à aucune décision. Il aura le traitement 
de réforme qui lui revient de droit. 



:{:;]. Paris, 3 vendémiaire an X (25 septembre 1801 
1// préfet maritime de Rochefort. 

Je nous prie, citoyen, de faire connaître au contre-amiral 
Decrès que je désire quïl se rende en toute diligence 
à Pans. Pendant son absence, je vous prie de porter une 
attention particulière à son escadre. 



ORDRES 11 APOSTILLES DE NAPOLÉON 123 

332 — Paris, 7 vendémiaire an X (29 septembre 1801). 
Que faire des biens nationaux de la Cisalpine situés en Piémont? 

On ne peut les vendre: on verra après ce que l'on en 
fera. 

333. — Paris, 9 vendémiaire an X (1 er octobre 1801). 

1 Berihier. 

Vous ferez connaître, citoyen ministre, au général Mon- 
cey que mon intention esl de lui donner le commandement 
du corps d'observation de la Gironde. Vous lui demande- 
rez si sa santé lui permet de prendre tout de suite son 
commandement. 

334. — Paris, 9 vendémiaire an X (1 er octobre 1801). 

1 Fouché. 

Il me paraît nécessaire, citoyen ministre, de faire con- 
naître au général Jourdan qu'il ait à signifier à Ions les 
individus absents du Piémont depuis un an. de revenir 
dans leur pairie dans l'espace de trois mois, sous peine 
d'être considérés et traités comme ennemis du gouver- 
nement. 



335 — Pari-. 11 vendémiaire an \ (3 octobre 1801). 
i Forfait. 

11 m'en coûte citoyen ministre, d'accepter la démission 
que vous m'offrez. Vous avez, dans voire ministère, mé- 
rité mon estime par voire sévère probité el voire attache- 
ment à la patrie. Je saisirai toutes les occasions pour 
vous en donner des preuves. 



124 ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 

33G. — Paris, 15 vendémiaire au IX 7 octobre 1801). 

Bonnay de Breuille, chef de bataillon (*), demande avancement cl 
tranquillité pour un ancien condisciple estropié. 

Faire l'arrêté; commandanl d'armes. 

l\',\l . - Paris, !7 vendémiaire an X (9 octobre 1801). 
I Berthier. 

Je vous prie de donner Tordre au chef de brigadeCau- 
laincourt ( 2 ) qui est à Lunéville, de se rendre sur Le champ 
à Paris pour prendre les ordres du ministre des relations 
extérieures. 



'.\',\H. - Paris, 17 vendémiaire an X (9 octobre 1801). 
1 Berthier. 

Vous donnerez l'ordre, citoyen ministre, au général Se- 
bastiani, commandanl le î)e de dragons( 3 ) de se rendre 
chez le ministre des relations extérieures pour prendre 
ses ordres. 

339- — Paris, 18 vendémiaire an X (10 octobre 1801). 
Berthier propose d'employer l'adjudant-commandanl Sicard ( 4 ). 
A la première place vacante. 

1. Cf. t-ni Bonnay de Breuille notre Jeunesse de Napoléon I. p 162- 
163 el 387-388. 

2. Vrmand de Caulaincourt, qui sera général de brigade (29 août 18Uo> 
et de division (1" février 1805), grand écuyer, ambassadeur en Russie, 
duc de \ icence 1 7 juin ls08). 

3. Horace Sebastiani, militaire et diplomate, comme Caulaincourl gé 
nrr.nl de brigade en 1803 et de division en 1805, comte de l'Empire en 
1809, rruovrti.d di- I r;mce en lsîit. 

I. Joseph Victorien Sicard qui deviendra (13 avril 1813) général de bri 
gade ''i qui sera tué à Bautzen. M' Fusil, qui le vil à Moscou, le 
nomme l homme le plus honnête el le meilleur qu'elle ail jamais ren 
contré 



ORDRES 1.1 APOSTILLES DE NAPOLÉON L25 

340 — Paris, 18 vendémiaire an X (10 octobre 1801). 

Pierre Moreau ('), frère et aide-de-camp du général Moreau. demande 

le grade de chef de bataillon. 

Renvoyé au ministre de la guerre pour me faire un 
prompt rapport. 

341. - Paris, 18 vendémiaire an \ (10 octobre L801 

Au ministre de l'intérieur. 

Je vous prie, citoyen ministre, d'écrire au général Jour- 
dan que je vois avec peine qu'on ne tient pas la main à 
empêcher la contrebande sur la frontière et surtout 1 ex- 
traction des blés du Piémont pour Genève : cet objet mé- 
rite la plus grande attention. 

342- — Paris, 19 vendémiaire an X (11 octobre 1801). 
Au ministre de V intérieur. 

Je vous prie, citoyen ministre, de faire donner au ci- 
toyen Jean de Bry, préfet du Doubs( 2 ), six mille francs 
en forme d'indemnité. 



343. — Paris, 21 vendémiaire an X (13 octobre 1801). 

On propos.' d'envoyer à la Guadeloupe la Pensée qui devait se rendre 
au Sénégal e! qui ne convient pas à ces parages, el de lui substituer le 
brick le Curieux. 

J'approuve tous ces changements qui me paraissent forl 
à propos. 

1. Pierre-Marie Moreau, né à Morlah en 177:;. sous-lieutenanl à la 
12' demi-brigade en l'an VI, aide-de-camp du général Moreau à l'armée 
d'Italie en l'an VII. lieutenant, puis capitaine en l'an VIII, fui promu 
chef de bataillon le 20 novembre 1801; renvoyé dans ses foyers lors 
du procès de son frère et nus en non-activité (21 novembre 1804Ï, il fui 
nommé colonel sous la Restauration. 

2. Depuis le 29 avril, «deuxième anniversaire, à un jour près, du 
crime de Rastatt ». (L. Pingaud, Jean de Bry, p. 169.) 



I 20 ORDR] - I J VPOS1 III I S 1>I \ VPOI I ON 

;i 1 l. Paris, 23 vendémiaire an \ 15 octobre 1801 . 
1 Berlhier. 

Je vous prie de me présenter un projet de réforme des 
compagnies garde-côtes conformément à ce <|iii a lieu pen- 
dant la |>;ii\ maritime. 



345- Paris 23 vendémiaire an \ 15 octobre 1801 . 
I Berlhier. 

Je vous prie de me présenter un projet d'arrêté pour 
désarmer les places de la République, comme il est d'usage 
en temps de paix, afin de conserver les affûts, les plate- 
formes, hs palissades, etc. 

346. Paris, 26 vendémiaire an \ (18 octobre 1801). 

Berthier a ordonné à Bernadotte d'envoyer à Rochefort le soconrl ba- 
taillon '■! le I " escadron de la légion de la Loin- qui «'-raiont à Morlaix 
pour les réuni!' au l" bataillon stationné à 1 île il \i\. 

Ces troupes n'arriveraient pas à temps à Rochefort; don- 
nez Tordre de les faire embarquer à Brest; ils feront par- 
tie des 7.000 nommes qui doivent partir de ce port: ils 
finiront par rejoindre. 



:î47 - Paris, 26 vendémiaire an X (18 octobre 1801). 

Le corps de 2000 hommes que le général Dufour devail rassembler 
à Bayonne, peu! être mis en mouvement. 

Donnez l'ordre de faire rejoindre leurs premières gar- 
nisons aux troupes formant ces 2 000 hommes. Elles de- 
viennent inutiles pur la paix de Portugal. 



348. Paris, 28 vendémiaire an \ 20 octobre 1801). 

nés do la garde des consuls se plaignent qu'on 



ORDRES ET APOSTILLES M NAPOLÉON 1^, 

n'ail pas eu égard à ceux d'entre eux qui onl fail la campagne de Ma 
rengo . ils dcmandenl à être attachés au bataillon des chasseurs. 

Renvoyé au général Lannes pour voir si on ne pourrait 
pas faire quelque chose pour ceux qui ont été à Marengo. 



349 Paris, 28 vendémiaire an \ 20 octobre 1801 . 
1 Berlhier. 

Je vous prie d'ordonner au commandant de la 15 di- 
vision militaire d'envoyer à Amiens un bataillon de gre- 
nadiers pour y tenir garnison pendant la tenue du émi- 
grés. 

350- — Paris. 28 vendémiaire an X (20 octobre 1801). 

Lr général Vandamme expose qu'il est urgenl dr faire rentrer à Lill»' 
la 51°" demi-brigade envoyée à Boulogne; elle est affaiblie par une 
fièvre épidémique qui se manifeste sur la côte, el le plus grand nombre 
les soldats se trouve dans les hôpitaux. 

Le général Vandamme fera placer la 5P demi-brigade 
dans la partie de la division qu'il jugera convenable. 

351 — Paris. 29 vendémiaire an X (21 octobre 1801). 

Une loi de la république cisalpine porte le complet de l'armée à 
"22.404 hommes, non compris la gendarmerie et la garde du pouvoir exé 
cutif : on demande les intentions des consuls. 

Rien ne doit être t'ait qu'après le gouvernement défi- 
nitif. Les cadres suffisent d'ailleurs. Les fi.000 Polonais 
à la solde de la République cisalpine sont un très bon 
noyau d'armée. 

352. — Paris, 29 vendémiaire an X (21 octobre 1801). 

Envoyer à Blois la 17- légère qui paraît mal à Mou- 
lins. 



L28 ORDR] S l l APOSTILLES DE \ \eoi l ON 

;{.-,:{, Paris, I brumaire an \ 23 octobre 1801). 

1// minisire du trésor public. 

7.000 hommes s'embarquent à Bresi, citoyen ministre, 
el doivent mettre à la voile le 15 brumaire. 3.000 s'embar- 
quent et parlent de Rochefort; 600 parlent <le Lorient; 
600, de Nantes. 

Il esl nécessaire que tous les l'omis destinés pour la 
solde et le service de vendémiaire et pour la solde de 
brumaire, pour le service de la marine, soient arrivés à 
Brest, à Rochefort, à Lorient cl à Nantes avant le 15: 
que les fonds destinés pour la solde de terre de la l'-i di- 
vision el de la 12<= soienl également arrivés avant le 15: que 
vous donniez l'ordre à vos payeurs de solder, toid autre 
service cessant, la solde des équipages, el celle des trou- 
pes qui composent les expéditions de Brest, Rochefort, 
Lorient et Nantes. 

Il faut que vous nommiez un payeur pour être chargé 
de toute l'administration de l'expédition. Il s'embarquera 
à Brest. Il emportera avec lui 500.000 IV. en or pour les 
dépenses extraordinaires el imprévues de l'expédition; 
celle somme sera imputée moitié sur la solde de l'armée 
de terre, des mois de frimaire et de nivôse pour les 12 
el 115' divisions militaires, et moitié sur la solde de la 
marine, mois de frimaire el de nivôse. 

Il faudra aussi tenir une somme de 150.000 francs à 
tfresl. de 50.000 à Rochefort. de 30.000 à Lorient. de 
20.000 à Nantes, pour solder ce qui pourrait rester dû 
pour l'an YIII et l'an IX. aux troupes qui s'embarque- 
ront. 

Cette somme de 250.000 francs sera imputée sur le mil 
lion destiné à payer en frimaire la solde de l'an IX. 

Il sera dune tenu à Paris une somme de 150.000 francs 
à la disposition du général en chef de l'expédition poul- 
ies dépenses imprévues et extraordinaires; celte somme 
sera imputée sur les dépenses imprévues de la guerre, 
mois de frimaire. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOL1 ON 129 

354 Pari.s. 4 brumaire an X (.26 octobre 1801). 

1 Berthier. 

Donnez Tordre au général Turreau ( ] de se rendre dans 
le Valais pour prendre le commandement de tout le bas 
Valais depuis Villeneuve jusqu'au delà de Brigg. Il aura 
sous ses ordres trois bataillons qu'il placera à Brigg, Sion 
et Villeneuve. Vous donnerez pour instruction au général 
Turreau de retenir tous les revenus de ce pays pour 1 en- 
tretien de ses troupes. 



355. -- Paris, 5 brumaire an X (27 octobre 1801). 
A Berthier. 

Je désirerais, citoyen ministre, que vous expédiassiez 
un courrier extraordinaire au général Hédouville avec l'or- 
dre de se rendre le plus tôt possible à Paris. 



35g. — Paris, 6 brumaire an X (28 octobre 1801) 

I e général Murât recommande le citoyen Cavaignac. ex-député ('), a 
la bienveillance du premier consul. 

Renvoyé au ministre de l'intérieur. Recommandé. 



357. — Paris, 8 brumaire an X (30 octobre 1801). 

Le citoyen Lalance, ex-général de brigade cisalpin ( s ). 
sera employé dans l'armée dé Saint-Domingue, comme 
chef de brigade directeur du parc. Le général Leclerc 
lui donnera de l'avancement s'il s'en rend digne. 

1. Encore un gênerai de 1793 ; cette année-là, Louis-Marie Turreau 
devenait, le 30 juillet, général de brigade et, le 18 septembre, général 
de division. 

2. Jean-Baptiste Cavaignac, député de la Haute-Garonne et membre 
des Cinq Cents, père de Godefroy et Eugène Cavaignac. 

3. Cf. sur Lalance notre Jeunesse de Napoléon, III, p. 217 el 311-312 
el les Mém. de Griois, I, p. 27-29. 



130 ORDRES II \POSTILLES DJ \\l'Ollo\ 

;{.*>H. ■ Paris, 8 brumaire an \ 30 octobre 1801). 
Quels sonl les trois bataillons qui doivenl occuper le bas Valais? 

Les troupes seront prises parmi celles qui sonl en 
Suisse : le générai Montchoisy a ordre de désigner ces trois 
bataillons. 

;{.",;>. Paris, 9 brumaire an X (31 octobre 1801). 
I éclerc demande d'emmener Hardy (*) à Saint-Domingue. 

Renvoyé au ministre de la guerre pour donner des let- 
tres de service an général Hardy. 

;}(K). Paris, N brumaire an X '2 novembre 1801). 

I adjudanl commandanl Privai l i demande à être réemployé; il a de 
bons el nombreux services; il est « recommandé avec un vif intérêl 
par le général I >essolle. 

Le ministre de la guerre me fera un rapport parti- 
culier. 

:{»•>! Paris, 11 brumaire an \ 2 novembre 1801). 

Le chef de brigade du 3"" régimenl de cavalerie, Préval, demande le 
prochain retour de son corps en France. 

Le ministre de la guerre fera connaître que la saison 
esl trop avancée pour qu'il passe en France, mais qu'aux 
premiers beaux jours d\\ printemps il* recevra Tordre de 
son retour. 

1. Jean Hardy, général de brigade (27 janvier 1794) el de division 
(30 juillel 1799). 

2. L'ami, l'aidc-de-camp el le biographe de Hoche; cf. nos Quatre 
générau i de la Révolution, p. 273. 



ORDRES l'.l APOSTILLES DE NAPOLÉON L31 

362 l J .-iii-, Il brumaire an \ (2 novembre 180J . 

Le chef d'escadron du 12" dragons, Donnadieu i , expose que ce ré 
gimenl stationné à Ravenne esl dans le plus grand délabrement el désire 
se refaire dans I intér r. 

Lui faire connaître qu'il est trop tard pour qu'il rentre 
en France, mais qu'au printemps il recevra I ordre de 
retour. 

;ît;:i. — Paris, 13 brumaire an X I novembre 1801). 
A Berthier. 

Le premier consul désire que vous fassiez un travail 
nouveau pour les armes de l'artillerie et du génie: son 
intention est que les places soient données de préférence 
aux officiers qui ont l'ait la guerre. 

lii\4 Paris. 17 brumaire an X (8 novembre 1801 . 

Le 24°" régiment de cavalerie doit être réuni au 1" régiment de cava- 
lerie pour former le 2°" régiment de cuirassiers ; on prie le premier 
consul de designer le quartier où il désire faire rassembler ces deux 
corps. 

Je ne vois pas d'inconvénient de les réunir à Versailles. 



:{(•,.">. — Paris, 19 brumaire an X (10 novembre 1801). 
A Berlhier. 

Je vous prie de faire donner au général Leclerc, com- 
mandant l'armée de Saint-Domingue, cinquante mille 

francs pour dépenses extraordinaires. 

I. Le fameux Gabriel Donnadieu que Napoléon nomma, malgré tout, 
général de brigade (6 août 1811) et que la Restauration lii lieutenanl 
général (14 octobre 1815). 



132 ORDRJ S I I VPOS'J il.l ES Dl \ VP01 I ON 

366- Paris, 22 brumaire an \ (13 novembre 1801 . 

I Leclerc. 

.le vous prit', citoyen général, de m expédier de Bresl 
le chef d'escadron de la garde des consuls. Clément 11 
sera porteur de tous les étals de situation de ia flotte el 
des troupes que vous avez embarquées, ainsi que do l'ar- 
tillerie. Vous lui donnerez Tordre de partir vingt-quatre 
heures après (pic vous aurez mis à la voile. 

367- — Paris, 23 brumaire an X (11 novembre 1801 

.4 Larmes. 

Le ministre des relations extérieures vous fera connaître, 
citoyen général, votre nomination à la place de ministre 
plénipotentiaire el envoyé extraordinaire de la République 
en Portugal. Je désire que vous portiez dans la nouvelle 
carrière que vous allez parcourir, Jq même dévouement 
pour la patrie qui n'a pas cessé de distinguer votre car- 
rière militaire. Vous ne doutez pas de mon estime el de 
l'amitié (pie j'ai pour vous. 

368. Paris, 23 brumaire an \ 'Il novembre 1801). 

Rapport sur le citoyen Privât. 

Le premier consul prie le ministre de la guerre de pro- 
poser le citoyen Privai pour la première place d'adju- 
danl commandant qui viendra à vaquer. 



369. — Paris. 24 brumaire an X tr> novembre 1801). 
A Berlhier. 

.le ru 1 vois pas d'inconvénient à ce que les généraux de 
l'armée d'Orient qui sont à Marseille, se rendent à Paris 
ou chez eux: ils loiicheron I leurs appointements jusqu'au 
1er germinal, époque à Laquelle ils suivront une destina 
lion. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 133 

870. — Paris, "26 brumaire an \ 17 novembre 1801 

son hommes du corps expéditionnaire rassemblé à Bresl sonl entrés 
dans les hôpitaux; il y a dans les dépôts 300 hommes hors d'étal de 
servir ; le vide égale la force d'un bataillon ; la 11"" demi-brigade à 
Saint-Brieuc pourrait combler le déficit. 

Les mesures me paraissent bonnes. 



371. — Paris, I er frimaire an X 22 novembre 1801 . 
On propose de mettre en activité le général de brigade Debilly ('). 
Accordé. 



372. — Paris, 3 frimaire an X 24 novembre 1801 . 

Le général Vignolle demande pour aide-de-camp le citoyen Bressoi 
Valmabelle, ancien capitaine au 3 M hussards, réformé pour infirmités le 
11 prairial an II, et qui n'a pas fait dans l'élat-major les deux campa- 
gnes qu'exige l'arrêté du 14 brumaire an 1\ 

Refusé. 



373. — Paris, l frimaire un \ (25 novembre 1801 . 

Difficultés qu'éprouve le trésor public dans le recouvrement des cinq 
millions de florins dûs par la République batave. 

Renvoyé au ministre des relations extérieures. .le prie 
le citoyen Talleyrand de se concerter sur cette affaire 
avec le citoyen Schimmelpenninck. afin que je puisse tou- 
cher les deux millions de florins restant, avant le 30 nivôse. 
Je consens à accorder un demi pour cent d'escompte et un 
pour cent de commission. 

1. Jean-Louis Debilly, général de brigade (30 juillet 1799), tué à La 
Moskowa ; voir sur lui l'élude d<- Lollin. Un chef (Télat-major sou< /</ 
Révolution, le général Debilly. 

2. Jean-Pierre-Alexandre Bresson de Valmabelle devim pourtan 
néral de brigade (10 septembre 1812) 

Ordres et apostilles de Napoléon. 



134 ORDRES I l APOSTILLES DE NAPOLÉON 

:i74. Paris, 8 frimaire an \ 29 novembre 1801). 

Au général Fugière (*). 

J'ai rvcu. citoyen général, votre lettre de la quarantaine. 
Au poste d'Avignon connue à la tête de la 18e, vous ferez 
toujours votre devoir avec honneur et d'une manière dis- 
tinguée; compte/, sur mon estime et les sentiments (pie 
j'ai pour vous. 



:{?."> Paris, 8 frimaire an X (29 novembre 1801 . 
Au général Lagrange ( 2 ). 

Tous les détails de voire conduite, citoyen général, mont 
été connus. Je sais que vous avez déployé, dans les di- 
vers événements des campagnes d'Egypte, des talents et 
du caractère, et qu'il n'a pas tenu à vous qu'un plus heu- 
reux succès nait couronné les travaux de notre brave 
armée. Comptez sur mon estime cl le désir que j'ai de vous 
voir. 



:{?<;. Paris, 8 frimaire an \ 29 novembre 1801 . 
Au général Morangiès ( s ). 

J'ai appris, citoyen général, que vous aviez été hlessé 
de nouveau dans les dernières affaires. L'air natal et le 
repos contribueronl à votre guérison et vous mettront à 
même de rendre encore à la patrie des services impor- 
tants. Nous pouvez compter sur le désir que j'ai de vous 
placer d'une manière avantageuse et convenable. 

1. Cf. sur Fugière notre Jeunesse de Napoléon, II. p. 228 el 342. 

2. Joseph l agrange, général de brigade (14 juillet 1798) cl de division 
-".' mars 1801). devinl inspecteur général de la gendarmerie el comte de 

l limpirc (26 avril 1810 

3. Jean Baptiste Demolette, baron <lr Morangiès, fui nommé le len- 
denv in, 30 n"\ ombre 1801, général de brigade 



ORDRF.S HT APOSTILLES DE NAPOLÉON 135 

377. — Paris. 8 frimaire an X 2i vembre 1801). 

lu préfet maritime Le Roy l ). 

J'ai vu avec plaisir, citoyen préfet, par votre leltre du 
14 brumaire voire bonne arrivée à Toulon. Je serai forl 
aise de vous voir à Paris, et je ne doute pas que vous 
ne portiez dans le poste important de Cadix cette sévé- 
rité de principes et cette ardeur de travail que je vous 
ai toujours connues. 



378. - Paris. 13 frimaire an X 4 décembre 1801 . 

Envois à faire à l'Ile de France. 

Envoyei- une frégate avec cent hommes, des canon- 
niers, un officier de confiance, ensuite trois vaisseaux, six 
cents hommes et l'organisation coloniale. Partir de Tou- 



379. — Paris, 16 frimaire an \ (7 décembre 1801 

1// ministre <Iu trésor public. 

J'apprends, citoyen ministre, que la garnison d'Amiens 
est arriérée de sa solde de quinze jours. Je vous prie 
d'écrire au payeur de Rouen d'y faire passer sans délai 
les fonds nécessaires pour 1 a mettre au courant, et de don- 
ner des ordres pour que, pendant toute la durée du con- 
grès, cette garnison soit payée exactement et de préférence 
à toute autre. 

380. - Paris, 1G frimaire an \ (7 décembre 1801 

I Berthier. 
Je vous prie, citoyen ministre de faire donner à la gar- 

l L'ordonnateur de la marine Le Roj que Bonaparte connul de près 
a l'armée d'Orient, avail été nommé par Mcnou, le 28 octobre 1800, pré 
ici maritime de l Egj ptc. 



136 ORDRES II APOSTILLES DE NAPOLÉON 

iiison d'Amiens où se tient le congrès, une gratification 
extraordinaire d'un mois d'appointements aux officiers, qui 
en jouiront pendant tout le temps que durera le congrès. 
Celte haute paye équivaudra à l'indemnité pour la viande. 

381. - Paris, 17 frimaire an \ (8 décembre 1801). 

Le commandanl du 19 régiment de cavalerie expose que ce régiment, 
disséminé dans la 25' division militaire pour garder la frontière batave, 
est huis délai uV s'organiser et de s'instruire . il demande avec instant e 
sa réunion à Namur. 

Si le 19' régiment de cavalerie esl trop fatigué, il faut 
le faire relever par un autre de la division : l'intention du 
gouvernement nesl pas de faire voyager les troupes pen- 
dant l'hiver. 



3H2- Paris, ~ > '- ) frimaire an \ (13 décembre 1801 
1 Berthier. 

Je vous prie, citoyen ministre, de donner au général 
Rusca ■ l'ordre de se rendre à l'île d'Elbe donl il aura le 
commandement. 



:;,s:{. Paris, 29 frimaire an \ 20 décembre 1801 . 
1 Berthier. 

De nouvelles expéditions vont partir, citoyen ministre, 
une de Rochefort, l'autre de Brest. Cette dernière sera 
commandée par le général \ey. s il persiste dans son 
projet: celle de Rochefort pourrai! l'être par le général 
Ouantin. 

Je désire que vous me remettiez un état, en forme de 

1. Jean-Baptiste Rusca, né à J.;i Briga en 1759, médecin à Monaco, 
chirurgien à l'armée d'Italie, <■ h <■ f du 6" bataillon de sapeurs, adjudant 
général, général de brigade (24 décembre 1795 et de division (5 février 
1799), baron de l'Empire (13 mars 1811), commandanl de la division de 
réserve des gardes nationales en 1814, tué le 14 février sur 1rs remparts 
de Soissons ; cf. Lejeune, I. p. il5 ; Thiébault, Mém., II, p. '-.'71 : Des 
genettes M p ï61 : « rriois, l. p 182 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 137 

livret, de l'expédition de Saint-Domingue. H comprendra 
tout ce qui est parti ou partira de Flessingue, Le Havre, 
Brest. Nantes, L orient. Rochefort, Cadix et Toulon. 



;$84. — Pari-. 29 frimaire an X 20 décembre 180i). 

Le général Moncej prie le premier consul de nommer inspecteur 
au\ revues le général réformé Dessein ('), son ancien chef délat-major : 
« je réponds de ses principe.- politiques et de sa probité ; il a traversé 
la Révolution, intact et pur ». 

Accordé. 



og.-). — Paris. 30 frimaire an X (21 décembre 1801). 

Jablonowski (') prie le premier consul de ne pas abandonner les 
Polonais. 

Le ministre de la guerre, comprendra le général Ja- 
blonowski sur la liste des officiers généraux - 



386- — Paris. 2 nivôse an X (23 décembre 1801 . 

Pons de Verdun ( 3 ) justifie son frère Clément, sous-préfet à Verdun. 
des inculpations portées contre lui par le préfet de la Meuse et demande 
le remplacement du maire de Verdun qu'il accuse d'incapacité. 

Renvoyé au ministre de l'intérieur pour tâcher de faire 
quelque chose pour le citoyen Pons de Verdun qui est 
magistrat distingué. 

1. Bernard Dessein était un ami de Hoche : cf. nos Quatre généraux 
de la Révolution, p. 1 i9. 

2. Ladislas-François ' onstantin Jablonowski, ancien élève de l'Ecole 
militaire de Paris et camarade de Davout, fut promu le 28 février 1802 
général de brigade. 

3. L'ancien conventionnel e| membre des Cinq Cents, devenu procu 
reur-général près la ('nuv de cassation. 



L38 ORDR] - I l APOSTILLES DE NAPOLEON 

;{S7. Paris, 5 nivôse an X 26 décembre 180] . 

1 Berthier. 

Je vous prie, citoyen ministre, de donner l'ordre au 
généra] Saint-Hilaire ' de s'établir à Amiens et d'y rester 
pendant toute la durée du congrès. 

;{ss. Paris, 6 nivôse an \ 27 décembre 1801). 

I e général Gouvion prie le consul de lui accorder L'adjudant com- 
mandant Nivel dans la 9 division militaire. 

Renvoyé au ministre de la guerre; accordé, si ce] adju- 
dant commandant est du nombre des 120 en activité. 

;îS«> Paris, 8 niyôse an \ 29 décembre 1801 . 

1 Berthier. 

Je vous prie, citoyen ministre, de donner l'ordre à l'adju- 
dant commandant llulin de se rendre à Lyon pour pren- 
dre le commandement de la pince pendant tout le temps 
de la consulte extraordinaire et en l'absence du général 
Gilly( 2 ), jusqu'à ce qu'il y soi l arrivé. 



390. Paris, s nivôse an \ 29 décembre 1801 . 

Où faut-il envoyer la :; demi-brigade de ligne qui étail à Lucques cl 
que If général en chef Murât renvoie en France ". 

Lui donner l'ordre de se rendre dans la Lozère. 

1. Général de lui-, ni.' (24 décembre 1795) h de division (27 décembre 
1799), morl te 5 juin I809d'une blessure reçue à Essling, noté par Clarke, 
en 1796, comme excellenl oflicier cl probe, ami de Napoléon qui l'avait 
connu devanl roulon et qui le nommait un héros, un aimable et bon 
camarade, un de ceux qui ne t'eussenl pas trahi. 

2. Jacques-Laurent <li!ly, général de brigade depuis le 30 juillet lT'.Ki 
et qui devint baron de l'Empire (27 novembre 18083 el général de divi 
sion l 16 aoûl 1809 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON l°>'.t 

391- — Lyon, 26 nivôse an X (16 janvier 1802 . 

Barthélémy, chef du 15" dragons ('), demande a quitter Montélimar 
pour Gray ; la garnison de Gray esl vacante ri celle de Montélimar 
ruine le corps. 

Renvoyé au minisire de la guerre pour donner l'ordre à 
ce régiment de se rendre en garnison à Gray. 



392- Lyon, 30 mvùse an X (20 janvier 1802). 
.1 lierthier. 

Je vous prie de recommander une grande exactitude dans 
la rédaction des états de situation; il y a des erreurs sur les 
officiers commandants ou employés dans les divisions mili- 
taires. 



393- — Lyon, 30 nivôse an X (20 janvier 1802 

-1 Berthier. 

Donnez Tordre, citoyen ministre, au bataillon de la 
4e demi-brigade légère qui est dans la 23 e division mili- 
taire, de rejoindre sa demi-brigade à Monlbrison, et à 
la demi-brigade helvétique qui est dans la 8e division mi- 
litaire, de passer dans la 23 e division. 

394- -- Lyon. 30 nivôse an X (20 janvier 1802 

A Bcvlhicr. 

Dans les troupes rassemblées à Rochefort cl destinées 
pour le Sénégal et l'Ile de France je vois deux détache- 
ments, un de 100 hommes, L'autre de 250 boni mes de la 
15^- légère. Cette demi-brigade ayant déjà fourni un déta- 
chemenl pour l'armée de Saint-Domingue, elle se trou- 

1. Nicolas-Martin Barthélémy sera général 'le brigade le î avril 1807 
'■i baron de i Empire le r> octobre l yiis 



L40 ORDRES 1 I APOSTILLES DE NAPOLÉON 

veraii toul à fail désorganisée. Il paraît plus convenable 
de prendre ces détachements dans le 3 bataillon «le la 
.'17 < j ii i est à Xanlcs cl qui. étant Forte de 2.000 hommes, 
pourra supporter cette diminution sans désorganisation. 

395- Paris, 13 pluviôse an \ 2 février 1802). 
"in propose de réduire la garnison de Caen. 
Le ministre de la guerre ne laissera à Caen que la 13 e . 

:i*Mi. - Paris, 15 pluviôse an X (4 février 1802). 
A Berthier. 

Le premier consul, citoyen ministre, par son travail 
de ce jour, vous renvoie la proposition que vous lui faites 
pour l'avancement dans larme de l'artillerie. Il désire à 
l'avenir ne faire le travail du personnel du génie et de 
l'artillerie que le l<* germinal et le 1 er vendémiaire de 
chaque année et qu'alors il lui soit présenté des listes 
des sujets les plus propres pour remplir les places vacan- 
tes. Le premier consul désire aussi, citoyen ministre, sui- 
vre la même marche pour le travail de tous les corps de 
l'armée, à l'exception de ceux venant de l'armée d'Orient 
cl de ceux qui ne sont pas encore organisés. 

397. — Paris, 15 pluviôse an \ l février 1802). 

I.r général Robin (') demande de remploi et ajoute qu' « il ne serai! 
pas fâché d'aller en Italie sous les ordres de Murât ». 

L( ministre de la guerre l'emploiera auprès du géné- 
ral Mural. 

1. Antoine-Joseph Robin L-ononi de brigade (1" février 1799) et de 
division (U décembre 1801); cf. noire Journal de Desaix, p. 201. 



ORDRES II "kPOSTU L1 - DE NAPOLÉON 

398 - Paris, 19 pluviôse an \ 8 février 1802). 

1 Berthier. 

Je vous prie de me faire connaître les changements 
qu'apporte Tordre qui a été donné de mettre les troupes 
de la Cisalpine et du Piémont sur le pied de paix en 
leur accordant seulement une haute paye de quatre sols. 



309 



Paris, 19 plmiôse an X 'H février L802 



Lettre de Gauthier, chei de la 38" l i. 

Le ministre de la guerre donnera des ordres pour que 
ce corps soit réuni dans une même garnison de la 13e di- 
vision militaire et qu'il ne fournisse plus de détachements 
à l'armée expéditionnaire, puisqu'il a déjà donne un ba- 
taillon. 

400 _ Paris, 19 pluviôse an X 8 février 1802). 

Berthier adresse copie de deux lettres qu'il a" reçues de Gober, qui 
s'est rendu à Brest pour y préparer l'expedUion de la Guadeloupe. 

Te renvoie au ministre de la guerre les lettres qu'il 
m'a communiquées; dans les ordres que j'ai donnes au 
ministre, j'avais compris les ambulances et j avais de- 
mandé des officiers d'artillerie et du génie et d etat-ma- 
ior Je prie le ministre de la guerre de me faire un rap- 
port sur tout ce qui concerne cette expédition. 



401- — Paris. 19 pluviôse an X (8 février 1802). 
Le général Menou propose d'avancer plusieurs officiers 

Renvové au ministre de la guerre pour me faire un 
rapport 'sur chacun de ces officiers et tes placer tous 
dans leur grade. 

I. Le Gauthier qui deviendra général el sera blessé mortellement 
Ligny en 1815. 



I i'J ORDRES l I APOSTILLES l>I NAPOLÉON 

402- 26 pluviôse an \ (15 février 1802). 

I Talleyrand. 

Je vous prie, citoyen ministre, de l'aire connaître au ci- 
toyen Félix Desportes ' que mon intention est qu'il ne 
se mêle en rien des affaires de la maison d'iranda. 



4u;{ Paris, 29 pluviôse an \ 18 février 1802 . 

I Decrès, ministre de lu marine. 

Je vous prie, citoyen minisire, de faire venir chez vous 
le citoyen Lesseps ■-, et de voir par vous-même s il a la 
fermeté, la connaissance el la probité nécessaires pour 
aider vos approvisionnements à Pétersbourg. 



404. - Paris, 3 ventôse an \ 22 février 1802). 

I Berthier. 

Donnez l'ordre au citoyen Ménard ; . adjudant comman- 
dant, de se rendre à Brest pour s'embarquer comme chef 
délai-major sur l'escadre qui porte des troupes à la Gua- 
deloupe. 

tOo Paris, 7 ventôse an \ (26 lévrier 1802). 

I Le Marois. 

Je vous préviens, citoyen, que j'ai donné au trésorier 
du gouvernement l'ordre de vous l'aire, payer tous les 

I. Félix Desportes, maire de Montmartre en 1789 el plus Lard préfel 
du Haut-Rhin, étail alors premier secrétaire d'ambassade à Madrid el 
Vapoléon lui reprochai! de e bavarder » et d' «écrire beaucoup trop»; 
cf. <■. «le Grandmaison, L'ambassade française en Espagne, p. 227. 

2 Le Lesseps, consul général à Pétersbourg el en 1812, intendanl 
rie Moscou. 

3. Jean François Xavier Ménard, adjudant-général chef de brigade «le 
puis le 30 juillel 1799, devin) général de brigade le 10 aoûl 1802 el 
ii.uii -céiiér.'il h' s mors ls|s 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 143 

mois, à compter de ventôse, mille francs en forme de gra- 
tification; cette somme vous sera payée sur votre simple 
reçu (!)• 

400- — Paris, 10 ventôse an X 1" mars 1802). 
Rapport du Davout sur la caserne de Rueil. 

Le ministre de la guerre fera réparer cette caserne 
pour que l'on y puisse mettre un bataillon (-). 



407. -- Paris, 13 ventôse an X (4 mars 1802 

Rapport du directeur générai des douanes sur la contrebande à main 
armée dans le département du Léman. 

Le ministre de la guerre enverra un courrier extraor- 
dinaire pour savoir quelles sont les raisons qui ont fait 
lever le séquestre mis à Coppet sur les marchandises de 
fraude. Il donnera ordre au général Montrichard de chan- 
ger les compagnies, de faire punir les officiers coupables 
et saisir tous les dépôts de marchandises de contrebande. 



408. — Paris. 16 ventôse an X (7 mars 1802). 
Marei à Berihier. 

Le premier consul désire, citoyen ministre, que 
le général de division Tilly, inscrit sur le tableau par 
arrêté du 19 brumaire, remplace le général Soult dans 
le commandement d'une division en Italie. 



409. Paris. 28 ventôse an X (W mars 1802). 

Le chef de brigade Habert ii. aide-de-camp du général Menou, ré- 
clame les bontés du premier consul. 



1. La même lettre est adressée le même jour à un autre aide de camp, 
Savary. 

2. De la garde «les consuls, dont Davout commandait l'infanterie. 

:;. Pierre-Joseph Habert devint général de brigade (18 févriei 1808), 
baron de l'Empire (18 juillet 1811) et général de division (25 juin l — 11' 



li i ORDR] - I I VPOS riLLES ni NAPOLÉON 

Renvoyé au ministre de la guerre pour me l'aire un 
rapport sur les services de cet officier. 



lio. Paris, 29 ventôse an \ 20 mars 1802 . 

A Mural. 

Je vous prie, citoyen général, de me faire connaître 
ce qui a été t'ait à la Hoeca d'Auto, à Peschiera, à Legnago 
et à Mantoue depuis le 1er vendémiaire an X. 

411. - Paris, 29 ventôse an X 20 mars 1802 . 

1 e général Duhesme demande qu il y ait à Lyon deux régiments de 
cavalerie : le 20' j esl él le 3"' doit y arriver le 7 floréal. 

Le 3 e de cavalerie restera à Lvon. 



412- - Paris, t germinal an X (25 mars 1802). 

Rapport de Davout sur la caserne de Courbevoie. 

Renvoyé au ministre de la guerre pour faire évacuer 
une caserne destinée à la garde. 

413- — Paris, 8 germinal an \ 29 mars 1802). 

Le général Gudin (;'i propose t\r réunir a IVuilouse le 25"" régiment 
de chasseurs donl trois escadrons sont à Carcassonne. 

Il faut laisser ce régiment à Carcassonne; Toulouse est 
une trop grande ville. 

414- — Paris. 15 germinal an \ 5 avril l< y 02). 

On propos» d'employer le général «le brigade Franceschi (') dan.- la 
9" division militaire. 

L'employer dans les quatre départements du Rhin. 

I Général de brigade depuis le 5 lévrier 1799 et de division depuis 

tillel 1800. 
2. Jean-Baptiste Franceschi — qu'il ne fau.1 pas confondre avec Fran 
îchi Delonne, général de brigade, du 19 octobre 1799; cf. Journal 
rie Desaii, p. 89 



ORDRES II APOSTILLES DE NAPOLÉON 145 

415. - Paris, 27 germinal an X 17 avril L802 
l Berthier. 

Les généraux Augereau. Bernadotte et Macdônald joui- 
ront des traitements de général en chef. 



410. — Paris, 1 floréal an \ 21 avril 1802). 
1 Bessières. 

Destinant le citoyen Ordener. chef de brigade des gre- 
nadiers, à porter au roi d'Espagne les armes que le gou- 
vernement lui a fait faire à Versailles, vous voudrez bien 
lui donner l'ordre de se rendre chez le ministre des re- 
lations extérieures à la disposition duquel il se trouvera (*). 



41 7. __ 4 floréal an X (24 avril 1802). 

de nommer lieutenant au 12" de hussa 
) naguère capitaine dans la Légion de 

Refusé: il n'a pas quatre ans de grade. 



On propose de nommer lieutenant au 12" de hussards le sous-lieute- 
nant Choisy O naguère capitaine dans la Légion des Francs. 



418- - Paris. 8 floréal an X (28 avril 1802). 

Faire un rapport pour présenter le général Beaufort( 3 
à un commandement de place de son grade, à la première 
vacance qu'il y aura. 



419. - Pans, 9 floréal an X (20 avril 1802). 
A Berthier. 
'Sur l'état de situation de germinal, je vois toujours Le 

,. cf. sur cel épisode de la vie de Michel Ordener Les deux généraux 

Ordener, par Henri Lot, p. 34-35. ~a„a-h1 ,\o 

-, Jacques-Roberl Souslier, baron de Choisy, qui devint général a< 

brigade (2 septembre 1813) et qui commandai! à Sedan en i a 
:;. voir sur ce général Be< >rt notre Charles de Hesse, 



146 ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 

régiment des dromadaires porté comme étanl à Marseille: 
je désirerais connaître si ce régiment est toujours là et 
avoir des notions sur les hommes qui le composent, afin 
de lui donner une destination. 



420. Paris, floréal an \ (29 avril 1802). 

I Berthier. 

Il esl nécessaire, citoyen ministre, que vous donniez 
au commandant de la 13 e division militaire l'ordre de 
rassembler les garde-côtes qui se trouvent sur les diffé- 
rents points de la division pour compléter le bataillon 
qui se réunit à Brest. 

421. Paris, 9 floréal an \ 29 avril 1802). 

1 Berthier. 

Je vous prie de placer le général de brigade Dumoulin 
dans la 1" division militaire et de lui donner le comman- 
dement du département de Seine-et-Marne. 



422. Paris, in floréal an \ 30 avril 1802). 
Le général de brigade Meyer demande à partir pour Saint-Domingue. 

Renvoyé au ministre de la guerre pour l'employer com- 
me il le désire. 

12:}. Paris, 13 floréal an \ :ï mai 1802 . 

La veuve du général Béthencourl (') supplie le premier consul de 
vouloir bien lui accorder un secours provisoire. 

Duroc lui donnera des secours. 

!. Antoine Charles de Bélheneourt, général de brigade depuis le 13 juin 
1795, morl <!<• la fièvre jaune à la Guadeloupe le «', aoftl IP01 : cf. sur 
lui notre Dugommier, p. 162 el 167 



ORDRES ET APOSTILLES Dl NAPOLÉON 147 

424. — Pan-. N floréal an \ 1 mai 1802). 

Quatre-vingts déserteurs étrangers, arrivés du dépôl de rhionville au 
Havre, sont provisoirement organisés en compagnie. 

Les faire partir pour Saint-Domingue. 

42Ô - Paris, 16 floréal an X (6 mai 1802). 
Observation? de Foliée de l'Aude sur l'utilité du canal du Languedoc 

Je prie le ministre du trésor public de me faire con- 
naître si on ne laisse pas pour le canal du Languedoc 
un fonds pour subvenir aux dépenses pressées. 

426- — Paris, 16 floréal an X (6 mai 1802). 

I Berihier. 

Le général Zayonschek ' sera mis sur le tableau des 
généraux de division en activité, en remplacement du 
général Destaing. 

427- -- Paris, 20 floréal an \ 10 mai 1802). 

Madame Fréron(') a l'honneur d'exposer au premier consul qu'elle a 
demandé au ministre de la marine la permission d'aller avec ses enfants 
joindre son époux à Saint-Domingue où il est employé, et qu'elle a été 
refusée. Manquant de tout moyen pour faire subsister sa famille en 
France, elle prie le premier consul de vouloir bien donner des ordres 
pour que son départ n'éprouve aucun obstacle. Elle espère d'autanl 
plus obtenir cette faveur que c'est la seule ressource qui lui reste pour 
sortir de l'état de détresse où elle se trouve. » 

Duroc lui donner;) 1.500 francs el lui dira d'attendre 
encore avant de partir. 

1. Joseph Zayonschek, général de brigade l'année précédente (\\ mai 
1801), fut promu général de division le 16 mai 1802; voir sur lui Les gé- 
néraux du grand-duché de Varsovie, par \ Martinien, p. 6. 

2. Fréron avait été nommé sous-préfel aux I ayes (où il mourut le 
If) juillet 1802) : cf. sur lui et sa femme le livre de Raoul \rnaud, ' < 

de Fréron. 



148 ORDRES II APOSTILLES Dl NAPOLÉON 

128- Paris, 20 floréal an \ 10 mai L802 . 

VIolilor, commandant ta 7"" division militaire, expose que les bAtiments 
militaires de Grenoble sonl entièremeni occupés : plus de place pour 
li" 5°" bataillon du train d'artillerie; il y a à Grenoble la 88 la &" lé- 
gère, le 4"" d'artillerie à pied el deux compagnies d'ouvriers; on pour- 
rail envoyer l'une des deux demi-brigades à Gap cl à Embrun. 

Laisser le l r régiraenl à Grenoble '. mais changer la 
destination du bataillon du train; l'on pourrait le mettre 
à Valence. 

l-»U Paris. 26 floréal an X (16 mai 1802). 

Le citoyen Donnadieu, chef d'escadron du 12 régi- 
ment de dragons, est destitue: il sera retenu jnsqu à ce 
qu'il soi l pris des mesures différentes sur ce citoyen - . 



430. Paris, 26 floréal an \ 16 mai 1802 . 

Envoyer le général Frégeville commander la ( .i division 
militaire et le général Olivier ( 3 en Elruric. 



4:tl. - 26 floréal an X (16 mai 1802). 

Jablonowski ira partout où il plaira au premier consul de renvoyer, 
de préférence à la Louisiane ou à la Martinique, même à Sainl Domin- 
gue. 

Le ministre de la guerre l'enverra à Saint-Domingue. 



432- Paris. | prairial an \ (21 mai 1802 . 
I Berthier. 

Je VOUS prie, citoyen ministre, de met Ire le chef de 

1. Napoléon se souvienl qu'il a servi au 4" régimenl d'artillerie ou 
t'égimcnl de < rrenoblc. 

2. Il fui enfermé au forl de Bellegarde el l'année suivante, le 18 sep- 
tembre 1803, Bonaparte ordonne de le mettre en surveillance dans une 
petite commune de la 10" division militaire d'où il ne pourra s'éloigner 
sans la permission du grand juge. 

:!. .le livier, général de brigade (19 septembre 1703) <'t de» division 

22 mai 1799) : cf. sur lui notre Hoche et lu lutte pour VAlsace p. 133 



ORDRES II APOSTILLES DE NAPOLÉON 149 

brigade Hercule (M à la disposition du ministre de la ma- 
rine, mon intention étant qu'il parte pour Saint-Domin- 
gue où il sera employé à létal-major du général Le- 
clerc. 

433. _ Paris, 1 prairial an X (21 mai 1802). 
A Berthier. 

Je vous prie de donner Tordre à la 82e de compléter 
son troisième bataillon à (iOO hommes, en y comprenant 
les 200 hommes quelle a à la Guadeloupe, et de l'envoyer 
à Brest pour y être embarquée pour la Martinique, 
de manière qu'il reste en France deux bataillons com- 
plets et un aux îles; à. la 37e demi-brigade de ligne de 
compléter son troisième bataillon à 800 hommes en y 
comprenant les 400 hommes qui sont à la Guadeloupe 
et de les faire partir pour Brest où ils s'embarqueront 
pour la Martinique, de manière qu'il reste en France deux 
bataillons complets, et un aux îles. 



434. — Paris, 1 prairial aa X (21 mai 1802). 

Le général Montrichard r> demande un renforl de Iroupes. 

Le gouvernement ne peut pas envoyer de troupes en 
Helvétie sans que ce soit l'objet d'une négociation avec Le 
gouvernement helvétique. 



435. __ paris, -2 prairial au \ (22 mai L802 . 
A Bessières. 
Je vous préviens, citoyen général, (pie le chef île bri- 

1. Joseph Damingue, dit Hercule, soldat au 7" infanterie en 1784, puis 
au 22' chasseurs à cheval en 1793, sous-heuteuant aux guides du général 
en chef (26 octobre 1796), capitaine dix jours plus lard, chel d escadron 
en Egypte (20 septembre 1799). attaché à la garde des consuls, chef du 
bataillon des pionniers noirs, retraité le 18 décembre Isa:,. 

2. Joseph-Elie-Désiré Perruquet de Montrichard, général de brigade 
(2 août 1796) et de division (5 février 1799). Cf. pièce 107. 

Ordres et apostilles de Napoléon. 



L50 QRDR] - i l VPOS i III I - Dl XAI'OI l ox 

gade Hercule recevra du ministre de la guerre l'ordre 
de se rendre à Brest pour s'embarquer pour Saint-Do- 
mingue (i être attaché à l'état-major du général Leclerc. 
Je vous prie de lui taire connaître qu'il doit se tenir prêt 
à partir le ."> prairial. Il sera porteur des dépêches des 
ministres de la guerre et de la marine. 



4:i<;. -- Paris, 3 prairial an \ 23 mai 1802). 

\ \l.\l. les recteurs el membres du Conseil de la République de 
R a gu s e . 

J'ai reçu la lettre que vous avez bien voulu m écrire. 
Vous pouvez compter sur la protection de la France el 
sur le désir que j'ai d'être utile à votre patrie. 



!;*?. -- Paris. 3 prairial an X (23 mai 1802). 

On propose de relever le citoyen Raffet ('). ancien général de bri- 
gade, de la suspension de son grade et de l'admettre à la solde de 
retraite. 

Non, 



138. Paris, 7 prairial an \ 27 mai 1802 . 

I Berthier. 

Il esl bien nécessaire, citoyen ministre, que vous me 
tassiez l'aire trois livrets du format de ceux que vous m'en- 
voyez Ions les mois, contenant la situation de l'armée. Le 
premier livret contiendra autant de feuillets qu il y a d'of- 
ficiers-généraux; chaque feuillet sera employé à faire con- 
naître l'âge, le département, les états de service el les bles- 
sures qu'a reçues chaque général. Le deuxième livret con- 
tiendra les mêmes renseignements sur les adjudants coin 

1. Nicolas Raffet, général de brigade (8 aoûJ 1795), l'ancien chel 'lu 
bataillon do la section de la Buttes-des Moulins, le concurrent d'Hanriot, 
l,- commandani «le l. place de Paris avant le 18 fructidor. 



ORDRES ET APOSTILLES Dl NAPOL1 ON 153 

mandants et adjoints de l'armée. Le troisième, sur les 
chefs de corps, infanterie, cavalerie, artillerie. 

439- — t J ;n-!.-. 7 prairial an X 27 mai 1802). 
.1 Berfhier. 

Je vois, citoyen ministre, que sur l'état de 1 emplacement 
des troupes du 5 prairial, les chefs de brigade de la 9«= de 
ligne, des 25e, 32e, 60e, 75e, 8.>, 88e, des 2e, 4 e , 21-, 22 lé- 
gères ne sont pas nommés. Cependant ces places ne sont 
pas vacantes. 

Je désire également que vous me présentiez le sujet qui 
pourrait être nommé à la place d'inspecteur aux revues 
qui est vacante. 

Le général Leclerc a demandé le général Lapoype (*). 
Faites-moi connaître s'il est convenable d'envoyer ce gé- 
néral. 

440. — Paris, .s prairial an X (28 mai 1802). 

Le citoyen Larrey jouira d'un traitement annuel de 
(J000 'francs et aura la surveillance des chirurgiens de 
la garde et d<e l'hôpital de la garde. 

441. — Paris, 12 prairial an X (1 er juin 1802). 
1 Berthier. 

J'ai donné en Italie, en l'an VI, cent sabres d honneur. 
Les commissaires des guerres et inspecteurs aux revues 
refusent de les connaître et de faire payer la double solde 
à ceux qui les ont reçus. Il serait nécessaire d'écrire une 
circulaire par laquelle vous feriez connaître que tous ceux 

t, Jean François de Lapoype, maréchal de camp d" septembre 1792) 
ei général de division (15 mai L793). Voir sur Lui noire Jev 
poléon, III. p. 237 et 303 Leclerc en demandant I tpoype, se montrai! 
reconnàissanl : il avail été aide-de-camp de I apoype el son chef d'étal 
or au siège de Toulon. 



152 ORDRES II APOSTILLES DE NAPOLÉON 

qui ont obtenu des sabres d'honneur en l'an VI à L'ar- 
mée d'Italie «m à l'armée d'Orient, vous envoient leurs 
brevets provisoires, pour que vous leur expédiez des bre- 
vets en l'orme. 

142 Paris, 26 prairial an \ 15 juin L802). 

1 Berthier. 

Il y ;i. citoyen ministre, un régiment d'artillerie à pied 
et un régiment d'artillerie à cheval à Rennes, tandis qu'il 
n'y en a pas à Auxonne^). Il me paraîtrait convenable de 
mettre à Auxonne le régiment d'artillerie à cheval qui 
est à Hennés. 



443. Paris, 26 prairial an \ 15 juin 1802). 
I Besaières. 

Je désirerais savoir, citoyen général, si vous avez com- 
mencé à l'aire passer la rivière aux chevaux de la garde 
et quelle esl l'instruction que vous avez faite pour ce 
service. 

444- - Paris, 29 prairial an \ 18 juin 1802). 

l 'rendre des renseignements sur la partie hollandaise 
de la Guyane et les avantages qui résulteraient de sa 
réunion à la partie française 

145. Paris, 3 messidor an \ (22 juin 1802). 
I e général Montrichard demande d<- nouveau des renforts 

Ecrire qu'il l'an! que le gouvernement s'adresse au mi- 
nistre des relations extérieures; il esl indispensable qu'au- 
cune troupe n'entre en Helvétie, sans qu'il en ait été fait 

une demande. 

l.l. ancienne garnison de Bonaparte. 



ORDRES il vt>OSTILLES DE NAPOLÉON 153 

14(;. Paris, 6 messidor an \ (25 juin 1802). 
Rapport sur la convenance d<- l'entière possession de l'île Saint-Martin. 

Faire une description plus étendue; donner la valeur 
de la partie hollandaise. 



447. _ Paris, 7 messidor an \ (26 juin 1802). 

Le général Watrin (') demande, outre son sabre d'honneur qui lui fui 
donné" pour la bataille de Marengo, ses doubles appointements. 

Renvoyé au ministre de la guerre; cette demande est 
juste puisque les autres généraux qui ont reçu des armes 
d'honneur, ont joui des doubles appointements. 



448. — Paris, 9 messidor an X (28 juin 1802). 
A Berlhier. 

Je vous prie de m" envoyer au 1 thermidor l'état de 
situation des troupes de la République et surtout de celles 
que nous avons en Italie et dans les colonies. 



449. — Paris. 9 messidor an X (28 juin 1802). 
A Berthier. 

Le général Leclerc demande le général Lapoype. Faites- 
moi connaître si cette destination de Saint-Domintme peut 
convenir à ce général. 

4Ô0. — Paris, L2 messidor an \ I" juillet 1802). 

Sarrazin ( ! ), gênerai <!<• brigade réformé, demande à passer au ser 
vice de la République bâtai e 

t. François Watrin, général de brigade (1" janvier 17%) cl de divi 
sion (19 octobre 1799). 

2. Jean Sarrazin, général de brigade depuis le 7 octobre 1798, le traître 
qui passa aua anglais <-t que Napoléon nommait, en 1809 un inca- 
pable. 



I.ii ORDRES l I ^POBTILLES DE NAPOLEON 

Les consuls ne voieni aucun inconvénienl à ce qu'il 
accepte l'emploi qui peul lui être offert par la République 
batave. 



151. Paris, I ! messidor an \ 3 juillet 1802). 
.1 Berthier. 

Je nous prie, citoyen ministre, de (tonner Tordre au 
général Lapoype de si' rendre à Rochefort pour y prendre 
le commandement des troupes qui passent à Saint-Do- 
mingue; il sera employé dans celte armée. 



l.Vi - Paris, 15 messido] an \ 4 juillet 1802). 
A Berthier. 

Je vous prie, citoyen ministre, de donner l'ordre au 
généra] Montrichard de prévenir toutes les troupes qui 
sont en Suisse de se tenir prêtes à rentrer en France au 
premier ordre qu'elles recevront. 



4.-);î. Paris, 19 messidor an X 8 juillet 1802). 

I e général Beauforl é-cril le 15 prairial an \ ou le ï juin 1802 au pre- 
mier consul : << Il y a un an que je suis sans emploi : il y a six mois 
que vous m'en avez promis; permettez-moi <\<- réclamer vos bienfaits 
pour ma famille, toul m<>n «redit, et toutes mes ressources étant épui 
ses 

Renvoyé au citoyen Duroc pour proposer l'endroit où 

on pourrai! le placer. 



154. Paris, 19 messidor an \ 8 juillet 1802) 
A Berthier. 

Je vous prie citoyen ministre, de m envoyer une note 
de tous les chefs de brigade à la suite qu'on pourrait 



ORDRES Kl APOSTILLES Dl NAPOLÉON I-'-' 

choisir pour commander des corps el me faire connaître 
les corps dont les commandements sont vacants. 



455. - Paris, 19 messidor an X (8 juillet 1802 

François Hubaine, grenadier à la 59 de ligne, demande un brevet 
d'honneur qui lui a été promis; il esl couverl de blessures el joinl a sa 
pétition le certificat des actions d'écla* qui lui ont mérité l'arme dhonneur. 

Renvoyé au minisire de la guerre pour l'aire une en- 
quête sur ce soldat, savoir l'opinion des chefs, s il nie- 
rite d'avoir un sabre d'honneur, comme semble le prou- 
ver le certificat du conseil d'administration, s'il est l'ait 
avec soinf 1 ). 



45 (i . _ Paris, 19 messidor an X (8 juillet 1802). 

A Berthier. 

Avant de prendre l'arrêté qui crée un régiment valai- 
san je désirerais, citoyen ministre, que vous fissiez faire 
dans les trois demi-brigades helvétiques un dépouillement 
des officiers et sous-officiers natifs du bas Valais qui font 
partie de ces corps. 



457. -- Paris, 27 messidor an X (16 juillet 1802). 
\ Berthier. 

J apprends, citoyen ministre, qu'une compagnie du 1« 
régiment d'artillerie doit partir de La Père pour se rendre 
au Havre. Mon intention esl que ce régiment qui es! très 
faible, reste au contraire réuni, et que les détachements 
qui en sont séparés, le rejoignent, afin de le reformer. 

1 l ,. fi août te général Lucotte recommandait Hubaine au premier 
consul. « Il m'a dit, écrivait Lucotte, le premier consul écoule tout le 
monde et j'ai eu l'honneur de dîner à ses côtés 



L5G ORDRES II APOSTILLES DE NAPOLÉON 

158 Paris, 27 messidor an \ (16 juillei 1802). 

1 Berthier. 

La caserne Saint-Denis esl portée pour huit cents lils. 
citoyen ministre, cl doit contenir en conséquence 1.600 
hommes. Ainsi il y a de la place pour la 16 e demi-brigade. 
Faites en faire une vérification particulière. 

|.V.>. - Paris, 27 messidor an \ (16 juillei 1802J. 

Orsattoni, sous-lieutenanl aux carabiniers de la 22' légère, avait, pen- 
dant la campagne d'Egypte, faii une retenue de trente francs par mois 
sur sa solde pour soulager la misère de sa mère el de sa femme. Ces 
secours ne leur sont jamais parvenus. Il prie le premier consul d'inter- 
\ enir. 

Renvoyé au généra] Duroc pour leur l'aire donner une 
gratification de r>00 francs. 



460 Paris, 6 thermidor an \ (25 juillet 1802). 

A Berthier. 

Je vous prie, citoyen minisire, de m envoyer l'état de 
situation de tous les dépôts de déserteurs allemands et 
anglais qui ont été formés dans les différents points de 
la République afin qu'il soit pris des mesures pour leur 
organisation. 

461. Paris, 7 thermidor an X (26 juillei 1802). 
1 Berthier. 

Je vous prie, citoyen ministre, de m envoyer l'état de 
services des chefs de brigade que je vous ai demanda il 
y :i longtemps. 

4«;->. Paris, Il thermidor an \ (30 juillet l«()2). 
On propose «le confir r le brevet d'honneur décerné au chef de 



ORDRES Kl APOSTILLES L>] NAPOLÉON 



L51 



bataillon Estève par le général Lcclcrc pour sa bonne conduite à 

Saint-Domingue. 

Quelles sont les actions qui lui ont mérité cette arme 
d'honneur et quels sont les motifs pour lesquels il es! 

repassé en France' 1 ? 

tr,3. — Paris. 13 thermidor an X I"' aoûl 1802 . 

Frère chef de brigade, commandant les grenadiers de la garde con 
salaire,' rappelle la promesse que lui a faite le consul, de rappeler de 
Saint-Domingue son frère, adjoint à l'état-major do la division Rocnam- 
beau. 

Renvoyé au ministre de la guerre pour donner l'ordre 
à cet officier de rentrer en France. 

4 (i 4. __ Paris. 1! thermidor an X 2 août 1802). 

[1 sérail nécessaire de protéger les côtes des îles d'Elbe, de Corse et 
Capraja qui sont infestées de pirates. 

Renvoyé au ministre de la marine pour envoyer dans 
la Méditerranée un grand nombre de petits bâtiments. 



4 (i 5. __ Paris, 21 thermidor an A (9 aoûl 1802). 
.1 Berthier. 

Je vous prie, citoyen ministre, de me faire connaître 
pourquoi on dirige sur Turin les détachements du 1er ré- 
giment d'artillerie à pied qui viennent de l'île d'Elbe. 
Si les détachements débarquent à Toulon ou à Marseille, 
il est bien plus convenable de leur faire rejoindre leurs 
corps à La F ère. 

1. Jean-Baptiste Estève, chef de bataillon de la Ll' légère, avait été 
atteint de deux coups de feu, l'un à la poitrine, l'autre au bras pendant 
La marche du gênerai Hardy (9 floréal an X ou 29 avril 1802 sur la 
plaine du Nord, et, malgré ses blessures, il étail resté a la tête des 
carabiniers. Il devint colonel-major du k régimenl des voltigeurs > 
garde impériale, baron de l'Empire 02 avril 1813), général de brigade 
(23 juillet 1813). 



[58 ORDRES 11 APOSTILLES DE NAPOLEON 

466- Paris, 21 thermidor an \ [9 août 1802). 

A Ui rlhici . 

Le ministre' de l'intérieur a ordre de Faire ouvrir, indé- 
pendamment de la rouit' du Simplon, des chemins au monl 
Cenis, au mont Gënèvre cl de perfectionner celui du col 
de Tende, (les quatre grands chemins doivent être tels 
qu'on puisse arriver en Piémont sans être obligé de met- 
tre pied à terre; c'est une suite nécessaire de la réunion 
du Piémont à la France. 

Il faut également s'occuper 1° de rendre ces communi- 
cations sûres el commodes en établissant trois brigades de 
gendarmerie à pied, une au plus haut de chacun de ces 
cols et les deux autres à deux lieues de distance à droite 
et à gauche de la montagne. 

2" Sur chacun de ces cols, il a été établi des couvents 
de moines qui serviront d'auberges. A droite el à gauche 
il est convenable d'établir une caserne, d'abord pour con- 
tenir les brigades de gendarmerie, et ensuite pour con- 
tenir un bataillon complet à mille hommes avec tous les 
officiers, et renfermant un logement pour un général, le- 
quel pourrai! cire également occupé par des fonctionnaires 
publics à leur passage. 

Il faut avoir soin de construire égalemenl un pavillon 
pour une hôtellerie et un petit établissement pour y ren- 
fermer la poudre, les armes et autres objets d'artillerie 
qui se gâtent, lorsque le passage est relardé. 

Je vous prie de faire choisir les positions et de l'aire 
l'aire des plans el des devis qui remplissent ce but. 



K17. Paris, 23 thermidor an \ 11 aoûl 1802 . 

On propose de mettre en activité le général de brigade LevasseurO) 
pour L'employer dans la l" division militaire : il a servi aux armées sur 
le Rhin mù il s'osl distingué par sa bravoure, son zèle el ses connais- 
es militaires. 

1. Victor Levasseur, général >\<' brigade depuis 1'' 16 mai 1800, baron 
de l'Empire !<■ '.'s mai 1809; cf \ Chuquet, L'Ecolç de Mars, p. 116 el 
356. 



OKI)!:i - l I APOSTILLES DE NAPOLÉON L59 

Il sera employé dans une autre division de l'intérieur et 

non dans la l rc où il n'y a pas de place vacante. 



468. Paris, 25 thermidor an \ L3 aoûl 1802 

Charles-Melehior-iPhilipperBernard La Tour d" Auver- 
gne, petit-neveu de Turenne, est nommé élève au Pry- 

tanée ( x ). 



400. — Paris, 26 thermidor an X (14 août 1802). 
.1 Berîhier. 

J'approuve, citoyen ministre, les mesures arrêtées par 
le préfet du Jura pour la confection de la route de Morez 
à Gex: je vous prie de donner les ordres en conséquence. 



470. — Paris, 7 fructidor an \ (25 aoûl L802 . 

Rapport de Berthier: le citoyei' Piéton, aide-de-camp de Mural il 
demande sa confirmation dan? le grade de lieutenant : mais il n'a pas 
encore deux .innées de service dons le grade de sous-lieutenant. 

Il faut au moins deux ans de grade. 



471. Paris, 9 fructidor an \ (27 août 1802). 

Le citoyen Bernardin de Saint-Pierre, homme de let- 
tres, jouira d'une pension annuelle de 2.100 francs sur 
les fonds mis à la disposition i\\\ ministre de l'intérieur ( 3 ). 



1. (était le tils du comte de La four il ^.uvergne-Lauraguais, maré- 
chal de camp en retraite. 

2. Voir sur Piéton de Prémalé qui devinl colonel et fut lue en Espagne 
nos Feuilles d'histoire, II. p. 553-554. 

:!. Sur Bernardin de Sainl Pierre el ee que Napoléon pensait de Lui, 
voir noire Jeunesse de Vapoléon, II. p. II. 



L60 ORDRES 11 APOSTILLES Dl NAPOLÉON 

472. Paris, Il fructidor an \ (29 août 1802). 

Le citoyen Lauriston ' se rendra chez le citoyen Tal- 
levrand (|iii lui remettra deux lettres, l'une pour le mar- 
grave de Baden, l'autre pour l'électeur de Bavière. 11 con- 
tinuera sa roule, jusqu'à Ratisbonne; de là. il ira à Passau, 
Wûrzbourg, Munster, comme voyageur, el reviendra par 
La Haye où il remettra au président du gouvernement 
d'élal de la République batave la lettre que lui remettra 
le citoyen Tallevrand. 



4T:>. Paris, 12 fructidor au \ 30 août 1802). 

Duroc fera connaître au citoyen Laulaincourt (-';, chef de 
brigade des carabiniers, que je l'ai nommé mon aide 
de camp. 

474. - Paris, 17 fructidor an \ (4 septembre 1802). 

Quel traitemenl faut-il donner au citoyen Gouré de Villemontée (*), 
aide de camp de Mortier '.' 

Renvoyé au ministre de la guerre pour lui accorder un 
traitemenl de chef d'escadron. 



1 7 ô . - Paris. I- fructidor an \ (4 septembre 1802). 

Les deux filles 'lu général Claude Clément, qui vienl de mourir a 
Saint-Domingue ri. réclament les moyens de si il >-i> i .■ i- : l'une esl âgée 
de huit ans, l'autre, de treize ans, et si mlirme quelle ne pourrait pas 
même apprendre un métier. 

Renvoyé au ministre de la guerre pour leur l'aire régler 
leur pension!. 

1. Quelques jours après le 26 fructidor ou 13 septembre, Lauriston 
.■!aii nommé général de brigade el l'on sait qu'il devint, en 1823, maré- 
chal de France. 

2. \iiii ind « aulaincourt. 

:;. Louis Vnne-Marie Gouré de Villemontée devinl général de brigade 
'•. aoûl 1811) et lut blessé mortellement a 1 iitzen. 
h. I..- 20 m li 1802 



ORDRES II APOSTILLES DE NAPOLÉON 161 

47< ; _ Paris, 2 e jour complémentaire de l'an \ 19 septembre 

1802). 

« Vingt ofiiciers à la suite et réformés demandent que I on forme de tous 
ces officiers des légions d'officiers commandés par des chefs de batail- 
lon réformés el d'avoir l'avant-garde de l'armée contre les Anglais. » 

Renvoyé au ministre de la guerre pour faire connaître 
à ces officiers la satisfaction du gouvernement de leur zèle 
et qu'il leur en sera tenu compte si les circonstances le 
permettent. 



477. _ Paris, 3 e joui complémentaire an X (20 septembre 1802). 

A Berïhier. 

La place de Chalon-sur-Saône n'ayant point de garni- 
son, il paraîtrait convenable d'y envoyer deux bataillons 
de la 69 e en en laissant un à Maçon. 



478 . _ Paii-, 5 e jour complémentaire an X (22 septembre L802 
Paroles dites an général Gency. 

Je suis surpris que vous ne soyez pas en activité et 
je vous donne l'ordre de demander de l'emploi au ministre 
de la guerre ' 

479. — Pans, 2 vendémiaire an XI 24 septembre 1802). 

li est nécessaire, pour rétablir l'ordre au 19"" régiment de dragons. 
de l'envoyer dans une petite garnison, un quartier tranquille, éloigne de 
Paris, soit à Vendôme, soit à Ane ou à Hesdin. qui sont disponibles. 

Approuvé pour Aire ou Hesdin. 

I Gencj à Garnot, 1 vendémiaire an V Claude-Ursule Gency, général 
de brigade (13 juin 1795), baron de l'Empire (29 aoûl 1809), lieutenant- 

yéneral (S février 1815). 



I 62 ORDRES I I VPOSJ 11 LES Dl \ \l'ol I ON 

480. - Paris, 2 vendémiaire an \l 24 septembre 1802). 

Le ministre du trésor public remel des observations sur une pension 
accordée à la mère «lu général Desaix et réversible sur sa sœur « après 
la morl de leur mère ». 

Renvoyé au ministre de la guerre pour proposer un 
nouvel arrêté l ). 

4SI. Paris, 5 vendémiaire an XI (27 septembre 1802). 

Le généra] Molitor (*) demande au ministre de la guerre le congé qui 
lui .-i été promis. 

I.i premier consul désire qu'il reste encore quelque 
temps à la division jusqu'à ce que les troubles en Suisse 
soient terminés. 



4K*> Paris, 9 vendémiaire an XI I ' octobre 1802). 

l a veuve de François Lebrun, chef de la poudrerie de l'île <lr Raou- 
da duranl l'expédition d'Egypte et morl de la dysenterie dans le golfe 
de Vlessine le 1 brumaire an \. demande une pension. 

Renvoyé au citoyen Berthollet pour me donner des ren- 
seignements sur son compte :i . 



183. SaintrCloud, 13 vendémiaire an \1 r> odobre 1802). 
1 Talleyrand. 
Mou intention, citoyen ministre, esl d'écrire à Gênes 

1. La forme fui changée, <■' l'arrêté portail que « la pension accordée 
,-i l,i mère du général Desaix, étail réversible sur la sœur dudil gé- 
néral ». 

2. Gabriel Jean Joseph Molitor (cf. lettre 428), général de brigade 
:>> juillet 1799) el de division (26 octobre 1800) comte de l Empire (29 juin 

maréchal de I ram c (9 octobre 1823 . 

3. Berlhollel répondil que François Lebrun avail montré un < dévoue 
menl soutenu de toutes les connaissances qu'exigeait son service 

la veuve Lebrun recul le ! floréal an \T une pension annuelle de 200 
franre. 



ORDR] s II APOSTILLES Dl N VPOL1 ON 



L63 



que je désire avoir pour ambassadeur ici l'ancien sénateur 
Spinola qui a été gouverneur de San Remo ou Ferrari 
d'Alassio i 1 ). Je ne recevrai aucunes Lettres de créance: si 
elles avaient été présentées, vous ne les feriez pas pré- 
senter jusqu'à la réponse du doge. Les présents à faire 
pour le traité pour Gènes ne doivent pas dépasser 24.000 
francs. Je vous prie de me faire connaître quelle es- 
pèce de présents il serait convenable de donner pour ne 
pas dépenser une somme plus considérable. 



4K4. — Saint-Cloud, 14 vendémiaire an XI (6 octobre 1802). 

On propose dénommer capitaine le citoyen Alexandre Petiet, lieu- 
tenant d'artillerie et aide-de-camp du général en chef Brune. 

Il est trop jeune; il faut quatre ans. 



485. _ Saint-Cloud, 17 vendémiaire an XI (9 octobre 1802). 
.4 Berthier. 

Je vous prie de donner ordre au 2 régiment de cavalerie 
qui est à Vérone, de se rendre à Rambouillet. 



486- — Saint-Cloud, '2e vendémiaire an XI (9 octobre 1802). 
Bourriennc à Berlhier. 

Le premier consul voit, mon cher Berthier, sur l'état 
des mouvements de troupes que le 2 i régiment de ca- 
valerie qui est à Vérone, se rend à Pontarlier. Ce n'est 
pas dans cette ville, ma"s bien à Rambouillet que son 
intention est de le l'aire venir. Donnez 1res promptement 
les ordres contraires. Mille amitiés - 

1. Deux vieilles connaissances des campagnes d'Italie 

2. L'écriture de Bonaparte étail si mauvaise que les bureaux 

lu Vienne au lieu de Vér i Pontarlier au lieu de Rambouillet! 



I U i ORDRES I I VPOS1 ILLES 1)1 N \l • N 

187. Saint-Cloud, 24 vendémiaire an \l L6 octobre 1802 

I Decrès. 

Je désire citoyen ministre, que vous fournissiez sur-le- 
champ une goélette ou brick capable de porter trente 
déportés. Nous les ferez approvisionner pour six mois. 
Vous en donnerez le commandement à un enseigne ou 
lieutenanl de vaisseau sûr. et nous lui donnerez l'ordre 
cacheté de se rendre à L'Ile de France d'où le général 
Magallon( x ) distribuera ces trente individus dans les pe- 
tites îles où on a mis les autres. Il est extrêmement impor- 
tant ([lie ces bâtiments soient fournis de suite. L'embar- 
quement aura lieu à l'île d'Oléron. Concertez-vous à cet 
effet avec le £r;md juge. 

t88. - Saint-Cloud, 29 vendéminhv nu XI (21 octobre 1802). 
1// ministre '/<■ l'intérieur. 

Je désire, citoyen ministre, que vous fassiez payer au 
citoyen Bureaux de Pusy - . préfet de Lyon 12.000 francs 
pour frais d'établissement. 



48i>. — Saint-Cloud, 29 vendémiaire an \l 21 octobre 1802). 

Envoi de la Gazelle de Jersey qui contienl des réflexions sur le gou- 
vernement français el des déclamations contre les intentions du premier 
consul. 

I!i nvoyé au ministre des relations extérieures pour sa- 
voir de noire agenl qui est-ce qui fait ce journal, et faire 

1. Voir sur ce convoi de déportés qui i\<- partit qu'en l'an \II (il com- 
pril quarante proscrits <i in lurent débarqués, non à l'île de France, 
mais à Cayenne les p. 172-217 du livre de Jean Destrem : Les déporta- 
lions du Consulat et de l'Empire. 

2. Jean Xavier Bureaux de Pusy, l'ancien Constituant, élu, lorsqu'il 
étail capitaine au corps royal du génie, député de la noblesse par le 
bailliage de Vcsoul prisonnier à Olmùtz avec Lafayette eJ La Tour- 
Maubo 



ORDRES LT APOSTILLES DE NAPOLÉON I ' »"> 

sentir à Otto( 1 ) combien cela esl l'ait dans L'intention de 
troubler l'ordre. 

490. — Saint-Cloud, 6 brumaire an XI (28 octobre 1802). 
1 Decrès. 

Je vous prie, citoyen ministre, de donner ordre à nos 
agents de marine dans l'île d'Elbe et en Corse vie ne 
donner aucun passeport à des bâtiments étrangers pour 
la pêche du corail: l'année passée, ils en ont donné à des 
Génois, Napolitains, etc., ce qui porte préjudice à notre 
commerce. 



491. — Paris, 7 brumaire an XI (29 octobre 1802j. 

Le général Ney (') adresse copie du traite d alliance défensive et de 
la capitulation militaire : le premier consul a-t-il ratifié ces deux actes? 

Quand les ratifications seront échangées, le citoyen Tal- 
leyrand me remettra ce traité. 



492- — Rouen, 9 brumaire an XI (31 octobre 1802). 
A Talleyrand. 

Vous ferez toucher, citoyen ministre, au général Ney les 
appointements qu'avait le citoyen Verninac et ses trais 
ordinaires de premier établissement; il touchera, en outre, 
de la guerre, le traitement de général en chef: ce qui le 
mettra à même de tenir une représentation convenable. 

Je suis extrêmemenl satisfait de la situation de ces dé- 
partements. 

I. Louis-Guillaume Otto, un de? meilleurs diplomates employés par 
Napoléon qui le fil (9 décembre 1809) comte de Mosloj i 1 étail alors 
ministre de I rance à Londres. 

2 Ney succédait, comme ministre de France, à Verninac, que Rapp 
accusait de se faire détester de tous les partis el il'' ne pas professer 
m>~ principes; ses instructions turent dressées le ls octobre; Bona- 

parte lui recommandait, avanl tout, «la plus grande célérité et le indre 

éclat possible i 

Ordres et apostilles de Napoléon m 



1 66 ORDR] - I J Al'o- riLLES DE NAPOLÉON 

<*).{. 11 brumaire an \1 2 novembr< L802). 

Le généra] de brigade Chaberl (') n'es 1 pas porté sur le tableau du 
placemenl des officiers généraux pour l'an XI : faut-il l'employer el où? 

Le général Chaberl restera jusqu'à nouvel ordre en non 
activité; toutes les places sonl remplies. 



1<;4. Dieppe, 20 brumaire an XI 11 novembre 1802). 
1 Berthier. 

Je vous prie de donner ordre à la demi-brigade hel- 
vétique qui était dans la République italienne d'y retour- 
ner, el à celle qui était à Biïançon, de se rendre dans la 
6 e division militaire. 

Réitérez Tordre au général Ney d'envoyer tons les fusils 
el l'artillerie provenant du désarmement dans le pays 
de Vaud. 

195- Saint-CIoud, I frimaire an XI (22 novembre 1802). 

Il y aura auprès de l'épouse du premier consul quatre 
dames pour l'aire les honneurs du palais; le premier con- 
sul désigne Mesdames Legendre de Luçay. Talhouet. Lau- 
riston. Rémusat - . 

496- St-Cloudj 2 frimaire .-m \J 23 novembre 1802). 
1 Berthier. 

.le vous prie, citoyen ministre, de donner des ordres 
poiii- (pu les cent hommes qui étaient aux Fers au Havre, 
cl auxquels on a fait grâce, soient Formés en compagnie, 
el envoyés sans le moindre délai à Saint-Domingue pour 
être incorporés dans les différents corps. 

Faites connaître au général Leclerc les raisons pour les- 

!. Niéodorc I haberl général de brigade (?:! décembre 1793) el lieutc- 

général 1 17 avril 1815). 
2. I i M d( Rém isat, Mém., I. p. 173. 



ORDRJ - l.'i VFOS I II ,LES Dl NAPOLEON I 01 

quelles chacun de ces individus éLaiL aux fers, cl pour 
lesquelles en leur a fait grâce, eu le prévenant que ceux 
qui avaient été punis pour quelques délits déshonorants, 
en ont été extraits cl envoyés aux galères <lc Brest 

Faites former également en compagnie les cent déser- 
teurs français du dépôt de Dunkerque, et les cent hommes 
sortant de la marine anglaise qui soûl à Douai. Ces deux 
compagnies s'embarqueront à Dunkerque pour Saint-Do- 
mingue. Faites connaître au général Leclerc qui! ait à 
les incorporer dans les demi-brigades de son armée. 

497- Saiut-Cloud, 2 frimaire an XI 23 novembre 1802). 

A Berthier. 

Je vous prie, citoyen ministre, de me faire connaître où 
se trouvent les dépôts de tous les corps dont les trois ba- 
taillons se trouvent à Saint-Domingue, et le parti que vous 
avez pris pour ceux de ces corps dont les officiers ne 
peuvent aller en recrutement, par exemple: la 7 e le ligne 
qui a ses trois bataillons en Amérique, la 5 e et la 11 e lé- 
gères également. 

.Je vous prie de me faire connaître 1° si la conscription 
a eu lieu dans la 23 e division militaire, 2° si les trois demi- 
brigades piémontaises, savoir les 11b. 112 et la 31 e légère, 
ont envoyé des officiers pour l< ver des recrues en Piémont. 
3° Si les dispositions qui fixent le contingent que doil four- 
nir le Piémont pour l'an X ont eu leur exécution. Je n'en- 
tends pas dire qu'il soit passé aucun convoi de conscrits 
pour se rendre dans les dépdis destinés au recrutemenl 
des armées. 

Je vous prie également de me faire connaître dans quelle 
situation se trouve le bataillon de déserteurs autrichiens 
qu'on a ordonné de former en Italie, il y a six mois, el 
quand il sera disponible. 

Enfin, je suis instruit qu'un grand nombre de conscrits 
el d'individus désirent s'embarquer pour servir dans les 
troupes qui sont aux colonies. Je désirerais que vous me 



1(38 ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLEON 

présentassiez un projet <lc mesures à. prendre pour que 
tous conscrits ou individus qui désireraient servir dans 
les colonies, pussent être envoyés aux différents dépôts 
sur les côtes, pour de là s'embarquer. 



49b - Saint-Cloudj 3 frimaire an \l 24 novembre 1802). 

.lu grana juyc. 

Le général Moncey ayant pris mes ordres pour un grand 
nombre de dépenses relatives à la gendarmerie, je vous 
prie de lui l'aire donner 00.000 francs. 

4!M). — Saint-Cloud, 9 frimaire an XI 30 novembre 1802). 

1 Berthier. 

Le 4 e régiment d'artillerie à pied, citoyen ministre, a 
deux compagnies à Calais; ne serait-il pus convenable de 
les faire rejoindre à Grenoble? 

500- -- 9 frimaire an XI (30 novembre 1802 . 
I Berthier. 

Je désire, citoyen ministre, que le général Gouvion, ins- 
pecteur de la gendarmerie, reçoive l'ordre d'inspecter les 
2. .'!' . 1° et 5 e légions de gendarmerie: faites connaître 
aux préfets et aux officiers commandant les départements 
où se trouvent les divisions dont l'inspection l'ail l'objet 
de sa mission, qu'il y soit reçu avec les honneurs dus à 
son grade en activité dans les divisions. Vous lui ferez 
donner, indépendamment de ses frais de tournée, six mille 
francs pour frais extraordinaires relatifs à l'objet parti- 
culier <\r sa mission. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 169 

501. —9 frimaire an XI (30 novembre 1802). 
1 Berlhier. 

Les 1200 hommes qui doivent s'embarquer au Havre, 

citoyen ministre, seront formés de ia 110 e demi-brigade 
que. j'ai donné l'ordre de faire passer à Amiens. Vous 
sentez combien il est essentiel de n'en laisser rien pénétrer. 
Les 1200 autres qui devront s'embarquer à Dunkerque, 
seront pris dans une demi-brigade de la 25 ( ' division mi- 
litaire qui sera désignée lorsque le ministre de la marine 
sera prêt. 



502. -- 10 frimaire an XI (1 er décembre 1802). 
A Berlhier. 

Mon intention est, citoyen minisire, que pendant l : anXI 
et l'an XII, le 1« régiment d'artillerie fournisse lous les 
détachements jugés nécessaires pour les 1 r( \ 2°. 3 e et 4 e 
divisions militaires. 

Que le 2 e régiment soit tout entier en Italie. 

Que le 3e fournisse tous les détachements que le ser- 
vice exigera dans les 10 e ", 11 e . 20 e , 21 e et 23 e divisions mi- 
litaires et aux Indes orientales. 

Que le 4 e fournisse tous les détachements que le ser- 
vice exigera dans les 7 i \ 19 e et 27 e divisions militaires. 

Que le 5 e fournisse tous les détachements que le ser- 
vice exigera dans les 6 e . 18 e , 2b" et 25 e divisions militaires 
ainsi qu'à la Martinique. Sainte-Lucie. Tabago et Cayenne. 

Que le 6 e fournisse tons les détachements que le ser- 
vice exigera dans les 5e. 26 e divisions militaires ainsi qu à 
la Louisiane. 

'Que le 7 e fournisse tous les détachements que le ser- 
vice exigera dans la 16 e division militaire ainsi qu'à Saint- 
Domingue. 

I! faudra donc donner l'ordre que les détachements inu- 
tiles de ces divisions rentrent dans leurs corps. Il Paul 



1 1 ORDRES 11 APOSTILLES DE NAPOLÉON 

réunir les régiments d'artillerie le plus possible, el si le 
service exigeait qu'on tînt quelques détachements, laites 
relever de suite ces détachements par ceux des régimenls 
(jiii doivent fournil*. 

Ayez soin de bien établir que le service se fasse dans 
les divisions désignées ci-dessus par compagnie et même 
par brigade. 

Dans la 23 e , y comprenant l'île d'Elbe, il ne me paraît 
pas nécessaire d'y laisser plus de deux compagnies. 

Donnez l'ordre que quatre compagnies complètes du <s 
régiment partent dans le courant de nivôse pour se ren- 
dre à Saint-Domingue d'où vous l'ère/ revenir Ions les 
détachements des I er , 2e, .'S' et I e régiments qui s'y trou- 
vent. 

Ces 1 compagnies complètes du 8 e régiment suffiront 
pour relever tout ce qui est des autres régimenls à Saint- 
Domingue, vu que le même régiment a à Saint-Domingue 
les 3 e ., le 8e et 12-' compagnies, ce qui, avec les 1 autres 
qui doivent partir, formera 8 compagnies que ce régiment 
aura à Saint-Domingue el qui formeront la garnison. 

L'escouade des 2!) el 18 e compagnies de ce régimenj 
qui esl à Saint-Domingue rejoindra son corps. 

L'escouade de ce même régiment qui esl à ('.avenue. 
celle qui es! à la Guadeloupe, la 11 compagnie qui esl 
à lile de France rejoindront (''gaiement, en partant de ces 
différents pays dans ie courant du b trimestre de l'an XII. 

Tenez la main à ce que les chefs de brigade, les <\su\ 
chefs de bataillon qui commandent les bataillons, les ca- 
pitaines commandants, sons quelque prétexte que ce soit, 
restent à leurs corps et ne puissent en être détachés. 

.le vous prie de m'envover l'état de situation de tontes 
1rs compagnies d'artillerie. 

Pendant l'été qui vient de s'écouler, l'instruction de I ar- 
tillerie a été point el 1res peu soignée. Il esl convenable 
que l'on se prépare pour que, dès le !'•■ germinal, les po- 
lygones el toutes les autres manœuvres relatives à lins 
truction de l'artillerie puissent avoir lieu avec la plus 
grande activité. 



ORDRES ET APOSTILLES Dl NAPOLÉON 1/1 

Le premier inspecteur me présentera dans Le pins court 
délai un projet d'instruction. 

503- -- Il frimaire an XI (2 décembre 1802). 

Les patrons corailleurs d'Ajaccio demandrni pour agent des relations 
commerciales à Bizerte le citoyen Manucei, en remplacement du citoj • i 
Bottari. 

Je prie le ministre des relations extérieures de me faire 
connaître quel est notre agent là; il me présentera quel- 
qu'un à y nommer; il est nécessaire d'y avoir un homme 
actif. 

504- — Paris, 13 frimaire an XI (4 décembre 1802). 

Les généraux de brigade Spital (') et Sarrazin désirent être employés 
aux colonies ; on propose de mettre Spital à la tête des troupes qui 
s'embarqueront incessamment à Gènes pour cette destination, et Sar- 
razin commanderait celles qui doivent s'embarquer à Toulon pour se 
rendre à Saint-Domingue. 

11 faut envoyer le général Spital à Gênes et le général 
Sarrazin à Toulon. 



505- — 16 frimaire an XI (7 décembre 1802). 
1 Berthier. 

Il s'esl glissé, citoyen ministre, des erreurs dans la let- 
tre du 11 de ce mois relative au service que doil fournir 
l'artillerie. 

Le 1" régiment doil fournir les 1>-<- et 2 e divisions mili- 
taires. 

Le 2^' tout entier en Italie. 

Le 3 e doit fournir les S. <)<■. 10 e , II e , 21). 21e el 2:V divi- 
sions militaires el les Indes Orientales. 

1. \ : icolas-Philippe-Xavier Spital, eénéral de brigade depuis le 23 juil- 
let 1796. 



172 ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 

Le !' doil Fournir les 7 . I'.). el 27 e divisions militaires. 

Le 5 e doii fournir les 3 . ! . 6 e , 18 e , 24 e el 25 divisions 

militaires et la Martinique, Sainte-Lucie, Tabago el Cayen- 
ne. 

Le 6' doil Fournir les 12. 1.T-. 14 e , 15 et 22^ divisions 
militaires et la Guadeloupe. 

Le 7 doil Fournir les 5 el 26 e divisions militaires. 

Le <S l doil Fournir la 16 e division militaire el Saint-Do- 
mingue. 



506. Saint-Cloud, 18 frimaire an XI 9 décembre 1802). 

A Decrès. 

Je vous prie, citoyen ministre, de donner des ordres 
pour que les citoyens Meissonier, aspirant de la marine, el 
Leroy, officier d'artillerie de la marine, employés à Ton- 
Ion, soienl employés à Brest ou à Rochefort, ces deux 
jeunes gens étant turbulents et déplacés à Toulon. 



."»<>?. Saint-Cloud, 19 frimaire an \l 10 décembre 1802). 
I Berthier. 

Je vous prie, citoyen ministre, de donner des ordres 
pour que le citoyen Aufranc. officier attaché à l'olal ma- 
jor de Toulon, soit employé dans une autre ville, cet offi- 
ciel - étant déplacé à Toulon. 

508. Saint-Cloud, 20 frimaire an XI 11 décembre 1802 
1 Berthier. 

Dans votre ('Mal de situation du 15 brumaire, citoyen 
ministre, il me semble (pie les, semestriers ne sont pas 
portés : les semestriers devant être le quart de l'armée. 
cela devrait se monter au moins à 50.000 hommes. 



e* 



ORDRES II APOSTILLES Dl NAPOLÉON 173 

509. Saint-Cloud, 20 frimaire an XI II décembre 1802). 
I Berihier. 

Le premier bataillon de sapeurs qui esl n Metz, citoyen 

ministre, me paraît sans nécessité urgente. Il serai! mieux 
pjlacé à Alexandrie où l'on a le projet de faire de grands 
travaux. Par ce moyen, tous les bataillons de sapeurs se- 
raient employés aux fortifications de Juliers ou d'Alexan- 
drie. 

510 — Saint-Claud, '20 frimaire ai! XI 11 décembre 1802). 
I Berihier. 

Les 1200 hommes qui doivent s'embarquer au Havre, 
citoyen ministre, seront fournis par la 110? qui arrive le 
28 frimaire à Amiens. A cet effet, vous donnerez l'ordre de 
compléter son second et son 3e bataillon à 650 hommes 
chaque et de les diriger sur le Havre. D'Amiens au Havre 
il n'y a que six jours de marche: en supposant donc que 
ces deux bataillons n'en partiront que le 1 er nivôse, ils 
seraient le 6 au Havre. Il est nécessaire à cet effet que 
vous vous informiez du ministre de la marine, si a cette 
époque les bâtiments seront prêts. Il faut avoir soin que 
les deux bataillons ne reçoivent l'ordre que 21 heures 
avant leur départ, et n'arrivent au Havre qu'au moment 
de l'embarquement. Donnez des ordres pour (pie tout ce 
qui serait dû à ces bataillons pour leur solde, ainsi que 
l'avance de trois mois qu'on a coutume de faire, leur soit 
promptement payée au Havre. 

Les 1200 hommes à embarquer à Dunkerque seront four- 
nis par la 89 e . Vous donnerez à cet effet l'ordre à celle 
demi-brigad* de compléter son 2 et. son .'> bataillon à 
(i00 hommes chaque, et de se rendre à Dunkerque, où 
ils s'embarqueront pour la Martinique. Il est nécessaire 
également de ne faire arriver ces troupes à Dunkerque 
qu'au moment où le ministre' de la marine sera prêt ;'( 
de n'en laisser rien pénétrer jusque-là. 



I i i ORDRES II APOSTILLES M NAPOl EON 

511. - Saint-Cloud, 22 frimaire an \l 1:'. décembre 1802). 
1 Berthier. 

Je nous prie, citoyen ministre, de faire donner 25.000 
francs an général de brigade Monnel ' pour diverses dé- 
penses qu'il a faites lorsqu'il commandait L'armée du Por- 
tugal. 

512. Paris, 24 frimaire an \1 15 décembre 1802 

[Votes de Briol sur la statistique de l'île <l'Klbe et l'organisation qu'il 
i onviendrail de lui donner. 

Il paraît enfin instant de fixer l'organisation de L'île 
d'Elbe. Vous trouverez ci-joinl un mémoire qui paraît ren- 
fermer de bonnes vues. 



513- Saint-CJoud, 25 frimaire an XI (16 décembre 1802). 

L'épouse du général Ducellier i i née Duhem, demande une place 
pour son mari. 

Renvoyé aux bureaux dus (Hais-majors. 

51 1 Paris, 25 frimaire an \l 16 décembre 1802 . 

1 Berîhier. 

Je nous prie, citoyen ministre, d'expédiei mi courrier 
extraordinaire au général Montrichard pour lui faire con- 
naître que l'intention du gouvernement esl que le quar- 
tier-général soil transféré à Bréda où il voudra bien se 
transport* r, et qu'il vive dans la meilleure intelligence 

1. Louis-Claude Monnet, général de brigade (5 avril 1799) el de divi 

■7 aoûl 1803 

2. \icolas-Josepli Ducellier, général de brigade depuis le 27 septem 
bre 1795 beau frèi e d ionnel l uihem. 



ORDRES 11 APOSTILLES DE NAPOLÉON L75 

avec le gouvernement, en se concertant avec Le citoyen 
Sémonviile pour toutes les opérations. 



515. —26 frimaire an M 17 décembre 1802). 

Le sous-préfet de Villeneuve en Lot-et-Garonne dénonce à Lacuée, 
son compatriote, le mauvais état d'un détachement de la 2"" légère. 

Renvoyé au minisire de ia guerre pour se faire ren- 
dre un compte particulier de la situation de la 2 demi- 
brigade légère qui doit être à Çhâlons; il faut ordonner à 
un général qui soit dans la 18= division, d'en vérifier la 
comptabilité avec le plus grand soin. 



510. 



Paris, 26 frimaire an XI (17 décembre 1802). 



Etat des loges de l'Opéra occupées par les autorites constituées, c'est- 
à-dire par le premier consul (15.000 fr.), par le second et le troisième 
consul (chacun 5.700 fr.), par le secrétaire d'Elat Maret (2400). par le 
ministre de l'intérieur (8.500). par le ministre delà police (5.700), par 
Junot (3.800), par le préfet de police (4.800), par Rcederer (5.000), par 
CoulOn, secrétaire général de l'intérieur (3.800), en tout 60.400 fr. 

A dater du 1" nivôse, toutes ces loges seront payées 
par ceux qui les louent. 



517. — Saint-Cloud, 27 frimaire an XI 18 décembre L802 . 

On propose au premier consul de réformer le citoyen Lépreux l 
chef de la 9G" demi-brigade. 

Ajourné à la prochaine revue. 

I. Vntoine-Francois Lépreux, très bravé soldat, mais qualifié de mau- 
vais chef par Delmas el accusé par Berthier, d'après le rapporl de l'ms 
pecteur aux revue-, de a'êlre .pas propre au commandement d un 
corps », fui nommé adjudant-commandanl le 5 octobre 1803 cl mourul 
à Berlin en 1807. 



170 ORDRES II \POSTILLES DE NAPOLEON 

r> I s Saint-CIoud, 30 frimaire an \l 21 décembre 1802). 
A Decrès. 

Je vous prie de donner L'ordre à L'aide-de-camp 
Bruyère L )de partîràBrest sur la corvette [^Diligente; 
il emportera avec lui un million pour subvenir aux be- 
soins de l'armée de Saint-Domingue. 

Je vous prie de donner égalemenl ordre à Rochefi ri <pie 
Ton fournisse à 1 aide-de-camp Ornano le premier brick 
qui se trouvera prêt. Cel aide-de-camp est arrivé depuis 
plusieurs jours. Il n'y a pas de bâtiments pour le trans- 
porter, quoiqu'il y en ail de prêts dans la rade de Ro- 
chefort. . 

.-)1!>. Saint-Cloud, 9 nivôse an \l 30 décembre 1802). 
A Berlhier. 

Les troupes qui sont dans l'île d'Elbe, citoyen mi- 
nistre, sont dans la plus grande misère. Il esl nécessaire 
d'établir des casernements dans les places de Porto-Fer- 
rajo el de Porto-Longone, et de faire approvisionner les 
magasins d'artillerie el les fortifications. Il me paraît indis- 
pensable (pie vous fixiez vos regards sur ces deux points 
si importants. 

520- Saint-Cloud. 10 nivôse an XI 31 décembre 1802). 
A Decrès. 

Tous les individus sans aveu, et dont les moyens d'exis- 
tence ne seraient pas assurés, qui débarqueront dans les 
colonies, seronl sur-le-cliam p incorporés dans les troupes 
de la République. 

). Jean-Pierre-Joseph Bruguière, dit Bruyère, aide-de-camp de .i"U- 
beri el de Berlhier, chef d'escadron à Marengo, major en 1803, colonel 
en [805, général de brigade ("30 décembre 18061 el de division (14 juillet 
1809) mortellemi ni bli ssé à Reichenbach en 1813 : cf: .tournai de Desais 



ORDRES I I APOSTILLES DE NAPOLÉON [il 

531. - Décembre 1802 ou janvier 1803. 

Gratification au général Darmaignac i 10.000 fr. 

- au citoyen Donnadieu, officier qui passe aux colo- 

nies. 500 n. 

- à la gendarmerie délite pour gratification h 

corder aux gendarme.- détaches a Sèvres, Garches, 
Rueil et Saint-Cloud du 1 thermidor an X au 1 ni- 
vôse an XI. 3.567.75 fr. 

- à la gendarmerie délite pour deux chevaux morts 

dans le voyage de Rouen. 1.202 fr. 



15.269.75 fr. 
Signé : Le général Duroc. 

Bon pour la somme de quinze mille deux cent soixante- 
neuf francs soixante et quinze centimes à prendre sur 
la somme affectée pour pensions diverses. 



522. -- H» nivôse an XI (9 janvier 1803). 

Le général i\ey propose d'incorporer dans les trois demi-brigades 
helvétiques à la solde de la France les deux mille hommes de troupe? 
environ qui existent en Suisse et que le gouvernement va, dit-on, licen- 
cier ; ce sont tous de beaux hommes, propres par leur âge aux fatigues 
de la guerre. 

Renvoyé au ministre de l'a guerre. Ce (pie propose le 
général Ney est très sensé, et il faut lui faire connaître 
que. si le gouvernement helvétique n'avait plus besoin du 
service de ces troupes, nous les prendrions avec plaisir. 



523. Saint-Cloud, 20 nivôse an XI (10 janvier 1803). 

Le chef de brigade Ledée I i demande le grade de général de bri 
gade avec un commandement quelconque. 

Renvoyé au ministre de la guerre pour lui donner an 
commandement de 3 e classe. 

1. Jean-Barthélemy-Claude-Toussainl Darmaignac, général de brigade 

(30 novembre 1801) et de division il!» jufllel 1808), homme, dil M 

i \dém.. fV, p. "282), qui joignait une ignorance de marmiton à la brutalité 

d'un manant. 

2. Joseph-Thomas Ledée devint (15 mai 1810) général de brigade. 



L78 ORDRES l i APOSTILLES DE NAPOLÉON 

524. Saint-Cloud, 23 nivôse an \l 13 janvier 1803). 
I Berthier. 

J'apprends, citoyen ministre, que le commissaire -ordon- 
nateur à Gênes ;i publié partout que les Polonais s! em- 
barquaient pour les Indes II est bien question d'embarque- 
ment: mais la destination esl le secret de l'amiral. Je vous 
prie de me rendre compte de cet objet. 



525. Saint-Cloud, 24 nivôse an XI 11 janvier 1803). 

Rapporl présenté par Decrès pour confirmer les nominations adres- 
sées par le général Boyé chel de l'étal major de l'armée de Saint-Do- 
mingue, lés Ki h 1s brumaire. 

Renvoyé ;m ministre de la guerre pour faire un rap- 
port sur Ions ces avancements. 



526. - Pluviôse an XI. 

La veuve du général Dugua (') écrit au premier consul pour lui de- 
mander que o la misère et le pris ne soient pas sou partage . 

Renvoyé au minisire de la guerre pour proposer une 

pension pour celle dame. 



-V.J7. Saint-Cloud, I pluviôse an \l (21 janvier 1803). 

Faites partir sur-le-champ Bernadotte, sur uiw frégate; 
une frégate de Rochefort portera le général Lannes. 



528. Paris, 6 pluviôse an M 26 janvier 1803). 
I , général de brigade Rougé i i qui a donné sa démission en 

1. Elle obtint par un arrêté du 3 inessidor an \l (22 juin 1803) une 
pension de 1.500 fraj - 
l. Antoine Rougé avait été nommé i/enéra! He h ri ira de le t.; juin 1795. 



0RDR1 - I l \I'<>-| ILLES DE \ ^POLÉON I 79 

l'an l\. demande à être rem - clivjlé el envoyé à Saint-Domingue. 

Refusé. 



529. Paris, 8 pluviôse an \l 28 janvier L803 
! Berthier. 

J'ai reçu, citoyen ministre, les deux états que vous m'avez 
envoyés le 23 uivôse pour la répartition de l'excédant de 
la conscription. 

L'étal n° 1 porte que la 8 e demi-brigàde a 17 hommes 
excédant son complet et vous destinez ces 47 hommes au 
dépôt de Dunkerque; mais je pense qu il tant laisser aux 
demi-brigades jusqu'à cent hommes. 

La 2 e a K>0 hommes qui excèdent le complet; vous les 
donnerez à la 83 e il ne faudrait donner que 60 hommes 
pour la même raison. 

La 4 e de ligne a 17.") hommes qui passent son complet. 
Vous en disposerez: mais il ne faudrait disposer que de 
75, et ainsi de suite. Il faudrait laisser à chaque corps, 
indépendamment de son compte, cent hommes, afin qu'ils 
puissent toujours avoir un remplacement lorsque des hom- 
mes viendraient à manquer par mort congé, etc. 

Il me semble que vous envoyez aux dépôts des colo- 
nies trop d hommes d'un même arrondissement. 11 y a 
des départements qui fournissent jusqu'à 100 hommes. Il 
faudrait s'arranger de manière à prendre sur l'excédant 
des arrondissements qui en ont un dixième: ce qui ferait, 
en supposant '12.000 hommes de surplus. 1 200 hommes 
divisés en six dépôts et 200 hommes par dépôt. 

Vous pourriez, de plus, prendre la moitié ^\c ce qui ar- 
rive à Chambéry des six départements de la 27 e division 
militaire. 

Quant à l'artillerie, il faudrait lui fournir sur chaque 
excédant à raison d un 20 de l'excédant C'est le seul 



el il s'étail distingué à l'an les Pyrénées Orientales; cf 

quet. Dugommier, p. 203 



1 Ni i ORDRES II APOSTILLES l'I NAPOLÉON 

moyen de lui donner les hommes qui aient les qualités 
requis< s. 

Enfin, les corps qui ont été envoyés en Amérique depuis 
Je 1« vendémiaire, tels que, un bataillon de la 20 . un de 

la 23 1 de ligne, un de la I 1 ( légère, un de la 60- de ligne, 
deux de la 110e, deux de la 89 e , la 17 1 et la.jR ne sont 
point portés comme- ayanl besoin d'être complétés parce 
([ii ils sont passés aux îles depuis le 1" vendémiaire. 

Je vous prie de me l'aire refaire les tableaux 1 el 2 
avec les corrections que je vous, ai indiquées. 

530. — Paris, Il pluviôse .m \l :; février 1803). 

Etal nominatif cToitkirrs mulâtres et blancs embarqués pour muti- 
nerie sur le Swiftsure fcj renvoyés en France. 

La noie ne dit pas dans quel corps ont servi les blancs 
et s'ils sont brevetés par le ministre. 

Renvoyé au ministre de la guerre pour donner ordre 
que les militaires, mauvais sujets, soient renvoyés du ser- 
vice el pour ordonner qu'on leur oie l'épaulette, vu qu'ils 
ne sonl point brevetés par le ministre el ne l'onl partie 
d'aucun corps; leur défendre de porter l'habit militaire. 



531. Pan-, 20 pluviôse an XI 9 février 1803). 

I lierlhier. 

Donnez ordre, citoyen ministre, de Taire compléter le 
second Bataillon de la 90 e à 600 hommes el le second de 
la 107'- à 600 hommes également, el vous dirigerez sur-le- 
champ ces deux bataillons sur Rocheforl où ils s'embar- 
queront. Vous ne ferez pas exécuter le mouvement de 
la 107 sur l'île de Hé. Vous laisserez le fond de cette 
demi-brigade a Tours. 

532. Paris, 22 pluviôse an M II lévrier 1803). 

I i- colonel Scbastiani demande que le Iraitemenl de l interprète Jau 
oil porté à 12.000 fi 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON I S I 

Je prie le ministre des relations extérieures de me faire 
connaître les moyens de traiter avantageusement le ci- 
toyen Jaubert. 

533 — Paris, 25 pluviôse an XI (14 février 1803). 

Les deux régiments de hussards n° 7 tireront au sort 
pour savoir celui qui conservera ce numéro- l'autre sera 
fait chasseurs et prendra le no 18 de cette arme, qui est 
vacant : deux capitaines de ces deux corps se rendront 
à Paris pour assister au tirage qui sera fait au ministère 
de la guerre. 

534. - Paris, 27 pluviôse an XI (16 février 1803). 

Le traitement du citoyen Jaubert. interprète du gou- 
vernement pour les langues orientales, est fixé à 8.500 
francs par année. Il donnera 500 francs à la veuve 
Venture. 

535- — Paris, 2 ventôse an XI (21 février 1803). 
\ propos cl un mémoire du citoyen de Fontenay. 

Renvoyé au ministre de l'intérieur pour poser ces 
deux questions à chaque chambre de commerce: 1" Quels 
sont les moyens les plus propres à réprimer la fraude? 
2° Quels sont les encouragements dont les chambres de 
commerce auraient besoin? 



53G -- Paris, 2 ventôse an XI (21 février 1803). 
A Berthier. 

Je vous prie, citoyen ministre, de donner ordre au gé- 
néral de brigade Poinsot(i) qui est à Troyes. de partir 

1. Pierre Poinsot, généra] de Brigade (18 juillet 1796), baron riV l'Em 
pire sous le nom de baron de Chansac (14 février 1810), Iieutenanl 
gênerai sous la Restauration (8 mars 1818). 

po tilli di N ipoli on. 



[82 ORDRl - l l ^POS l il l ES l>l N \l'>>i l ON 

pour Saint-Domingue; il ira s'embarquer à Dunkerque el 
prendra Je commandement (1rs troupes qui y sont. 

.-»:{;. Paris, 6 ventôse an XI (23 février 1803). 
I Berthier. 

Je vous prie de donner du service au général Osten dans 
une division militaire, étant convenable que cet officier 

sorte de Hollande^). 

r»:îS. — Paria, 10 ventôse an XI 1" mais 1803). 
I Dejean. 

A dater du 10 mars, les troupes françaises qui sont 
en Suisse, seront nourries et entretenues aux frais de la 
République française. Les Suisses fourniront seulement 
le logement, le bois et la lumière. 

531). -- Paris, 13 ventôse an XI 1 mars 1803). 

Corneille (rue Helvétius, 70) prie le premier consul d'accorder une 
place au Prytanée de Saint-Cyr à un des arrière-petits-fils du grand 
Corneille. 

Renvoyé au ministre de l'intérieur pour faire un rap- 
port. 

540- — Paris, 16 ventôse an XI (7 mars 1803). 

Alexandre Debelle, chef de brigade du II rég al de dragons, ex 

pose que son père a perdu dans le général de division Debelle son 
unique soutien. 

Renvoyé au minisire de la guerre pour me faire con- 
naître ce que Ton pourrai! faire pour le père du général 
Debelle 

1. Pierre-Jacques Oslen, général de brigade du 17 novembre 1793 
morl eu mars 1814 d'une blessure reçue à la défense de Hambourg. 
•> il recul une pension de 900 



ORDRES El APOSTILLES DE NAPOLÉON L83 

541. — Paris. 29 ventôse an \l 20 mars 1803). 

Le général Casalta (') remercie l<- premier consul de lavoir continue 
■ ■il activité dans la 23' division militaire pendant l'an XI. 

Renvoyé aux bureaux de L'état-major. 



~tit - Paris, 2 germinal an \1 23 mars 1803). 

Il esl nécessaire d'envoyer promptement a Brest les 800 hommes qui 
se rendent aux îles de France et de la Réunion sous les ordres du gé- 
néral Montchoisy. 

Renvoyé au ministre de la guerre pour prendre ces 
hommes dans les dépôts coloniaux, en ayant soin de pren- 
dre des hommes qui sont proposés pour se rendre aux 
colonies de bonne volonté. Présenter une formation d'un 

bataillon colonial. 



.j43- — Paris, 2 germinal an M "23 mars 1803 . 

Le chef do brigade i edée, réformé, demande sa réintégration comme 
chef de corps. 

l 

Renvoyé au ministre de la guerre pour lui donner un 

commandement d'armes. 



544- — Paris, 3 germinal an XI 24 mars 1803). 

Le chef de brigade Gaulaincourt, commandant le 19°" dragons qui est 
à Aire, désire la garnison de Hesdin qui présente beaucoup plus de 
facilités pour l'établissement d'un régiment de dragons et la subsistance 
des chevaux. 

A]) prouvé ce mouvement. 
1. Antoine-Philippe Casalta, général de brigade depuis le 13 juin 1705. 



|Vi ORDRES M APOSTILLES DE NAPOLÉON 

Ô4">. - Paris, I germinal an XI [25 mars L803 
I Berthier. 

Mon intention est que le général de division Nansouty 
ail le commandement du département de Seine-et-Oise et 
soil chargé de prendre un soin particulier des corps de 
cavalerie qui son! d'ans ce département; il sera sous les 
ordres «lu général Mortier. 



,")4(>. — Paris, 14 germinal an XI (4 avril 1803). 

On propose de réformer le général de brigade Liébault (') qui est 
indigne de son grade et ne jouit pas de la confiance et de l'estime de 
i armée. 

Le ministre remploiera activement dans les colonies. 



.14 7. - Paris, 16 germinal an XI (6 avril 1803). 

[{apport du citoyen Le Brun en faveur de la demande d'une parente 
du grand Corneille, M"' Corneille, femme Dupuis. 

Renvoyé au citoyen Rémusal pour voir ce qu'elle est 
et quel secours on pourrait lui donner. 



548- — Paris. 17 germinal an \l 7 avril 1803). 

I Chaptal, ministre de l'intérieur. 

Victor Buffon, élève du Prytanée, destiné à être envoyé 
;ni lycée de Marseille, restera provisoirement à Pnris. 

540. - Saint-Cloud, 23 germinal .-mi \1 (13 avril 1803). 
1 Decrès. 

Le premier consul désire, citoyen ministre, que vous 
donniez sur le champ les ordres nécessaires pour que les 



ORDRES ET APOSTILLES Dl NAPOLÉON L85 

pièces, les munitions cl les affûts pour lesquels le mi- 
nistre de la guerre vous a écrit, soient sans aucun délai 
transportés à l'île d'Elbe. 

550- — Saint-Cloud, 23 germinal an XI 13 avril 1803). 
.1 Decrès. 

Le premier consul désire, citoyen ministre, que vous 
donniez des ordres sur le champ pour faire partir de 
Toulon 200.000 rations de biscuit pour Porto-Ferrajo et 
100.000 pour Porto-Longone. 



551- -- Saint-Cloud. 26 germinal an XI (16 avril 1803). 
A Berthier. 

Je vous prie de donner ordre à la 87 e qui est dans le 
Valais, de se rendre à Parme, en Italie, et à la 73 e qui 
est à Genève, de fournir un détachement de 300 hommes 
pour garder le Valais et protéger les travaux du Simplon. 

552 - Saint-Cloud, 26 germinal an XI 16 avril 1803). 
A Berthier. 

Mon intention est. citoyen ministre, que tous les indi- 
vidus des III e , 112e de ligne et 31 e légère qui veulent ser- 
vir aux colonies de bonne volonté, soient dirigés sur le 
dépôt de Nantes. 

553- -- Saint-Cloud. 28 germinal an XI 18 avril 1803 
Charles ( l ) se rappelle au souvenir du premier consul. 

Le trésorier du gouvernement paiera au citoyen Charles 
mille francs. 

I. Serait-ce l'amant de Joséphine, el Bonaparte poussait-il si loin 
l uiibJi des injures ? 



L86 ORDR] - l 1 *POS I il l.l.S 1)1 N VPOl I ON 

554. Saint-Cloud, 28 germinal an \l 18 avril 1803). 

i mère du général Deplanque i i remercie le premier consul <!<■ l'au- 
dience qu'il lui a accordée el redemande l'année de traitement de son 
malheureux fils. 

Renvoyé au ministre de La guerre pour faire connaî- 
tre la pension qui lui a été accordée. 



555, Sainl-Cloud, '28 germinal an XI In avril 1803). 

« Catherine Curée, mère du général Vignes, mori à l'armée d'1 
talie ('), est dans un tel état de misère qu'elle est en domesticité dans une 
maison à Montpellier : elle esl septuagénaire ; la plus légère pension la 
rendrait heureuse : le citoyen Carrion-Nisas qui vient du département de 
l'Hérault, a cru devoir mettre sa position sous l'œil bienfaisanl du pre- 
mier consul. » 

Renvoyé au ministre de la guerre pour lui faire donner 
la pension de mère de défenseur mort au service. 



.-,.-)<;. — Saint-Cloud, 28 germinal an XI (18 avril 1803). 

1 Tallegrand. 

Vous pouvez autoriser, citoyen ministre, le général Ney 
;'i se rendre à Paris par congé. Il laissera le commande- 
ment des troupes au général le plus ancien et la direction 
dts affaires diplomatiques au secrétaire de légation. 



.-,.-,7. Saint-Cloud, 29 germinal an XI 1!» avril 1803). 
1 Decrès. 

Le ministre de la guerre a ordre, citoyen ministre de 
taire occuper les îles d'Yeu et de Groix, d'y faire cons- 

I Jean François Henrj Deplanque, général de brigade depuis le 16 mai 
1802. morl à Sainl I >omingue. 

2. Fr. crois Félix \ ignés, général de brigade le •" février 1799, tué 
quelques semaines plus tard, le 26 mars, au c bal de Legnano. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 187 

truire de bonnes batteries el d'y envoyer des troupes en 
garnison. Il est convenable que vous l'aidiez de tous vos 
moyens pour tout ce dont il pourrait avoir besoin pour 
arriver à ce but le plus promptemenl possible. 



558- -- Paris, 30 germinal an XI (20 avril 1803). 
A Berlhier. 

Le 7 e bataillon du train d'artillerie, citoyen ministre, 
fournira les chevaux disponibles et les charretiers néces- 
saires pour le parc demandé à Bayonne. Je vous prie de 
me présenter un projet pour autoriser son conseil d'ad- 
ministration à porter le nombre des chevaux et mulets 
qu'il pourrait avoir à 400. Contremandez les convois diri- 
gés sur Besançon pour y prendre des chevaux. 

Dans la distribution des ouvriers je ne vois pas qu'il 
y en ait à Turin. 



559. — Saint-Cloud, 1 floréal an XI (21 avril 1803). 
La veuve du général Debelle demande une pension. 

Lui accorder une pension de quinze cents francs aux 
termes de la dernière loi. 

500- — Saint-Cloud, 1 floréal an XI (21 avril 1803). 
A Berthier. 

Je désire, citoyen ministre, que vous employiez le gé- 
néral de brigade .Morgan * dans un des départements de 
la République française. 

1. Jacques-Polycarpe Morgan, tréuéral de brigade (13 juin 1795), lieu 

tenant-général sous la Restauration (8 mars lslS). 



188 oiii'i.i s i i vpos i .i i i - ur napoi i <»n 

561. Paris, 15 floréal an \l 23 avril L803 . 

I Dejean, ministre directeur de l 'administration de la guerre. 

Le bataillon < ] 1 1 i se forme en Piémont, citoyen ministre. 
cesse de se recruter parce qu il manque d'habillements. 11 
en attend de Lyon qui n'arrivent point. Il me semble qu'il 
serait plus convenable d en faire confectionner à Turin 
que d'en faire venir de Lyon. 

562. Paris, 3 floréal an \l 23 avril L803 . 

Projet d'un bataillon d'artillerie formé de tous les détachements qu 
sont à Sainl l tomingue: 

Je prie Le citoyen Lacuée de rédiger ce projet qui s'ac- 
corde avec les idées que je lui ai communiquées el de le 
faire passer au Conseil d'état. Il est urgent de compléter 

noire artillerie qui es! dans le plus grand désordre. 

r»C.:î. - Saint-Cloud, I floréal an \1 24 avril 1803). 
A Dejean. 

Le grand bailli du Valais, citoyen ministre, se plainl 
que ce pays n'a encore rien louché des avances qu'il a 
faites pour les troupes françaises, et qu au r> germinal, 
on continuai! encore à lui faire débourser de l'argent pour 
des militaires voyageant isolément. Je vous prie de l'aire 
en sorte que ce pays ne paye rien désormais pour nous. 

r»t;4- — Saint-Cloud, 4 floréal an \l 24 avril 1803 
\ Berthier. 

Je vous prie, citoyen ministre, de donner ordre au gé- 
néral Lagrange ' de passer l'inspection des i."> . 18 e , 25 . 17 

I. Joseph Lagrange. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 189 

et 10' légions de gendarmerie. 11 correspondra directement 
avec le premier inspecteur général pour lui rendre compte 
de Ions les détails relatifs à son arme. Vous lui ferez, don- 
ner six mille francs pour mission extraordinaire. 



565- Paris, 12 floréal an XI 2 mai 1»U3). 

1 Berthier. 

Je vous prie, citoyen ministre, en conséquence de l'arrêté 
du 10 floréal, de donner Tordre au 2e bataillon de la 
5e légère cpii est à Clermont Ferrand. de se rendre à Avi- 
gnon pour être incorporé dans la 1 I e légère qui sera par 
ce moyen portée à 3 bataillons. 

Au 3e bataillon de la 11 e légère qui est à Agen. de se 
rendre à Montélimar. où il sera incorporé dans la 8< lé- 
gère qui par là sera portée à 3 bataillons. 

Au bataillon de la 7e de ligne qui est à Avesnes de se 
rendre à Maestricbt, où il sera incorporé dans la 15 el 
portera cette demi-brigade à 3 bataillons. 

Au bataillon de la ,66e qui est à Laval, de se rendre 
à Poitiers, pour être incorporé dans la 63e qu j sera p ar j a 
portée à 3 bataillons. 

A la 82e de se rendre à Turin et. arrivée là. au 1 er ba- 
taillon de se rendre dans la République Italienne pour 
être incorporé dans la l()e de ligne et porter cette demi- 
brigade à 3 bataillons; au 2 e bataillon de se rendre à Gênes 
pour être incorporé dans la 106e et porter cette demi- 
brigade à 3 bataillons. 

Au bataillon de la 86e qu j es t à .Maçon, de se rendre à 
Verdun, pour être incorporé dans la 12^ de ligne et porter 
cette demi-brigade à 3 bataillons. 

Au bataillon de la 89e qui esl à Malines, de se rendre 
à Gand. pour être incorporé dans la 84e e i porter celle 
demi-brigade à 3 "bataillons. 

A la 77e q U i ( > s( .-, Bordeaux, de se rc\u\rv à Toulouse 

Vous enverrez l'arrêté du 10 floréal aux colonies pour 
y être exécuté el ne le ferez connaître aux autres corps 



L90 ORDRI s I I \l'o-i [LLÈS Dl N \l*oi I ON 

(|ii au moment de leur arrivée dans la place où ils doi- 
vent rires incorporés, afin d'éviter la désertion 

Vous donnerez ordre que lotis les chefs de bataillon, 
capitaines el autres officiers incorporés par l'arrêté du 
in floréal, continuent à cire attachés aux demi-brigades. 
Quant aux chefs de brigade, quartier-maîtres et adjudants 
majors, vous me ferez un rapport pour les employer Le 
plus loi possible, pour qu'il n'y ait personne de réformé 
par ce travail. 

/'. S. Ils attendront leur destination à la suite des corps 
où leurs premiers bataillons seront incorporés. 

-)<;<;. Saint-Cloud, 19 floréal an \l 9 mai 1803). 
\ Berthier. 

Je nous prie, citoyen ministre, de donner ordre qu'à 
dater du 15 prairial, les garnisons de la 27 e division mi- 
litaire soient disposées de la manière suivante, savoir: les 
ni'. 29e, 53e ( >i 102 e de ligne seront réunies à Alexandrie 
cl casernées. soil dans la ville, soil dans la citadelle, (les 
troupes, jointes aux bataillons de sapeurs et d'artillerie, doi- 
vent pouvoir fournir le nombre de bras nécessaire pour 
pousser les fortifications d'Alexandrie avec la plus grande 
activité. 

La 62 e sera mise en garnison à Turin, la 99 e à (.oui. 
la 07'' à Ivrée, la 91 e à Verceil. La cavalerie sera can- 
tonnée dans les pays qui ont le plus de fourrages. 

567. Saint-Cloud, I'.» floréal an \l 9 mai 1803 

I Berlhier. 

Le 3 ( bataillon de sapeurs, citoyen ministre, me parait 
inutile à Brescia. Il serait placé plus convenablement à 
Alexandrie pour activer par tous les moyens les travaux 

de celle place. 



ORDRES I I APOSTILLES Dl NAPOLÉON 191 

568. - Saint-Cloud, 19 floréal an \l 9 mai 181 3 
I Berihier. 

Je vous prie, citoyen ministre, de faire passer les deux 
compagnies de canonniers vétérans piémontais à Nice et 
à Villefranche pour y faire le service des côtes depuis 
les bouches du Var jusqu'à .Menton. 

569 -- Saint-Cloud, 19 floréal an \1 9 mai 1803). 
A Berihier. 

Il y a, citoyen ministre, treize plaies d'officiers vacantes 
au 6 e régiment d'artillerie. Je désire que vous me fassiez 
connaître toutes les places vacantes dans cette arme et 
que vous apportiez mercredi un travail extraordinaire pour 
reformer les compagnies qui sont en Amérique, conformé- 
ment à cet arrêté. 

570- -- Paris, 24 floréal an XI 14 mai 1803 
A Tallegrainl. 

Le premier consul désire, citoyen ministre, que vous 
donniez sur le champ Tordre au général Vialf 1 ) de se 
retirer de Malte, si déjà cet ordre n'a pas été donné par 
vous. ' 



571. — Saint-Cloud, 27 floréal an XI (17 mai 1803). 
.1 Grabinski, chef de brigade de la l ie de ligne polonaise 

Votre corps a toujours bien servi. .Je n'oublierai jamais 
les braves qui le composent. Ils peuvent être sans inquié- 

1. Honoré V'ial, né à Antibes on 1766, général de brigade (6 décembre 
1796), général de division (27 aoûl 1803), mort à Leipzig le 18 octobre 
1813 

2. I! deviril généra] dr brigade (25 mars 1S07). 



192 ORDRl - Il VPOS1 il I ES l'i \ VPOJ l ON 

Unit sur l'avenir. Je les considère, servani la République 
Italienne, comme s'ils servaient la France. 



572. Paris, 2 prairial an \l 22 mai 1803). 
I Berlhier. 

Je vous prie, citoyen ministre, de donner ordre à la 
78 e demi-brigade qui est à Chambéry. de se rendre à Tou- 
lon. Prévenez le minisire de la marine el le général com- 
mandant la 8 e division que celle demi-brigade fournira 
les garnisons qui pourraienl être nécessaires sur les vais- 
seaux. Elle sera à cet effet complétée au pied de guerre. 

La 15 e de ligne sera affectée au service de l'arsenal de 
la marine à Brest. Elle fournira les garnisons sur les 
vaisseaux dont la marine pourrait avoir besoin. Elle sera 
également complétée au pied de guerre. 

Les deux bataillons de la 90 e se rendront à Rocheforl 
où ils seront mis à la disposition de la marine tant pour 
la garde de l'arsenal que pour fournir les garnisons aux 
bâtiments qui pourraient en avoir besoin. 

Donnez ordre à la 65 e qui est à Lorient de compléter 
deux bataillons à 800 hommes chacun et envoyez-les à 
Belle-Isle sous le commandement i\u chef de brigade pour 
y tenir garnison. L'autre bataillon restera à Lorient 

Dès l'instant que la 16 e qui est à Belle-Isle sera com- 
plétée au pied de guerre, les deux bataillons de la 65 
seronl également complétés au pied de guerre de manière 
que ces quatre bataillons forment 1000 hommes pour la 
défense de l'île. 

.-,::{. - Paris, 2 prairial an \'l 22 mai 1803 . 
1 Berlhier. 

Je nous prie, citoyen ministre, de donner ordre à u\\<' 
des compagnies de eanonniers vétérans piémontais de se 
rendre à Saint-Tropez pour y faire le service de la côte 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON L93 

Présentez-moi un projet d'arrêté pour donner des numé- 
ros à ces deux compagnies et pour les compléter au pied 
de guerre, en choisissant dans les autres compagnies de 
vétérans les hommes qui ont servi dans l'artillerie pour 
les envoyer dans ces compagnies 



Ô74. — Paris. 6 prairial an XI (26 mai 1803). 

A Treilhard, conseiller cVElat. 

Ecrit par Muret. 

Le premier consul verra avec plaisir, citoyen, qu'après 
la part active que vous avez eue dans la session, vous 
preniez le repos qui vous est nécessaire. Vous allez cher- 
cher de nouvelles forces pour de nouveaux travaux dans 
les loisirs qui, dès lors, ne seront point inutiles au ser- 
vice de la République. Le premier consul n"a point fixé 
le terme de votre congé; il vous laisse le maître d'en 
limiter ou d'en étendre la durée. 

575- — Saint-Cloud, 17 prairial an Xf 6 juin 1803). 

A De jean. 

Au 12 prairial, citoyen ministre, il n'y avait à l'île d'Yen 
que 300 sacs de farine et 25.000 livres de biscuit; ce cpii 
est insuffisant pour l' approvisionnement de cette île. 



576- — Saint-Cloud, 20 prairial an XI (9 juin 1803). 

Heyne, associé de Flnslitut, au nom de l'Université de Gœttingue, prie 
le premier consul d'accorder sa protection à cet établissement et à la 
ville. 

Le ministre de la guerre écrira à celle université et re- 
commandera au général Mortier de la protéger spécial - 
ment. 



i'.l'i ORDRES l.l M'o-ï M LES m N M'Oi.i ON 

."»77. Sainl-Cloud, 26 prairial ;m \l I.'. juin 1803). 
! /; minisire du trésor' public. 

.le vous prie, citoyen ministre, de faire estimer un as- 
s« rtiment des plus belles perles qui se trouvent au Trésor 
ainsi qu'un assortiment de pierres de couleur (pic ma 
femme désirerait acheter. Elles lui seraient nécessaires 
avant son départ pour la Belgique. 



578. Paris, 28 prairial an M 17 juin 1803). 

! e général Liébault, désigné pour l'armée de Saint-Domingue, uV- 
mande, par un.' tettre du '■'> floréal, ;i continuer ses font lions dans la 
12"" division militaire; il ne peul supporter la moindre faiigue 

Le général Liébault sera en non activité à dater du 1er 
messidor. 

:>?!>. Saint-Cloud, 30 prairial an XI 19 juin 1803). 
A Berthier. 

Je vous prie, citoyen ministre, de l'aire l'aire un état de 
ce qui revient à chaque corps des conscriptions de Tan 
IX cl de l'an X. après lous les changements que vous y avez 
laits, ainsi que de ce qu'il Pur revient, en conséquence de 
l'appel des 20,000 hommes de l'appel de la réserve. Faites 
mettre dans une colonne ce (pie. chacun des corps avait 
reeu nu 1' prairial, ce qui était déserté, cl enfin la situa- 
tion des dils corps à l'effectif au 1" prairial. 

580- Dunkerque, Il messidor an XI 3 juillet 1803). 

1 Dejean. 

.ie vous renvoie, citoyen ministre, les lettres que vous 
m'avez communiquées de Hanovr< et d'Italie. Jl m'a paru 
convenable d'ordonner qu'il sérail Fourni des capotes cl 

une seconde paire de souliers aux corps qui sont en lia- 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON J 05 

novre et que La même mesure soif prise pour eux que 
pour les eorps qui sont en France, composanl les camps. 
Les sommes nécessaires seront prises sur les contributions 
de l'Electorat. 

581. — Lille, 19 messidor an XI (8 j mi Ici 1803 . 

On propose d accorder à la veuve du gênerai Dugua une indemnité 
de douze cents francs, équivalente à la valeur de sa pension, pendant 
les neuf mois qui se sont écoulés entre la mort de son mari et la fixa- 
tion de sa pension. 

Accordé. 

582- — Gand, 28 messidor an XI (17 juillet !803'. 
A Berihier. 

Je vous prie, citoyen ministre, de me faire connaître 
à combien se monterait la dépense extraordinaire de la 
gratification de campagne des soixante bataillons, des 
douze régiments de dragons, des six régiments de hussards 
el de 1 artillerie désignés pour former le camp de Sainl- 
Omer. 

Faites vous faire un rapport particulier sur les 2 . 15 e 
et 17e demi-brigades légères et sur les 30e. 72 et 88 de 
ligne, pour savoir si par l'organisation de leurs eorps d of- 
ficiers, et par le nombre d'aneiens qui sont dans leurs 
cadres, elles pourraient faire partie d'un camp. 

Faites vous faire également un rapport sur les 15 e , 18 e 
et 20 e de dragons. 

Le 8 e régiment de chasseurs étant en Hollande, il sera 
remplacé au camp de Saint-Omer par le 1er régiment; 
le 8e fera partie du camp qui se réuni! en Hollande. 

Désignez pour faire partie des ca m ps les 12' el 20 ré 
giments de chasseurs et le 8 e de hussards. 

Je vous prie de vous réunir avec le citoyen Dejean un 
des jours de la première semaine de thermidor, pour 
me taire de concert un rapport sur tout ce que j'ai de- 
mandé pour Farinée de terre et pour l'organisation des 



I 96 ORDRJ S I I \POS I II I I - Dl NAPOLEON 

trois camps, ce qui ;i été Paii cl les renseignements qu'on 
avait au l thermidor. 

Dans l'étal de situation que vous allez m'envoyer au 
1er thermidor, je vous prie de faire joindre à côté tics 
corps depuis que] temps ils sont dans les garnisons où 
ils se trouvent. 



.->*:{ ("..in. I. 28 messidor an XI (17 juillet 1803). 

A Dejean. 

Trente demi-brigades, citoyen ministre, ont été désignées 

pour faire partie des trois camps, et VOUS leur avez t'ait des 
fonds pour la confection de capotes et de souliers, à rai- 
son de 1.000 hommes par bataillon. Cependant je pense 
qu'il est convenable de ne l'aire d'abord les fonds (pic pour 
800 capotes par bataillon. On jugera alors par la silua- 
lion de ces corps s ils sont en état de fournir plus de 800 
soldats on sous-officiers, ce qui avec les officiers ferait 
près de 900 hommes. Peu de corps sont dans le cas de 
fournir 2 bataillons aussi complets. 

Faites connaître au commissaire ordonnateur que mon 
intention est que l'ordre de la comptabilité soi! rigoureu- 
sement maintenu, cl que l'indépendance des receveurs et 
payeurs soit respectée. L'argent ne doit être reçu et donné 
cpie par eux. et V ordonnateur n'a le droit d'avoir aucune 
caisse particulière. 

Je désire que vous fassiez donner des bonnets de gre- 
nadiers aux grenadiers de la 11 b' demi-brigade. 



584 Bruxelles, 6 thermidor an \l 25 juillel 1803 

I Berthier. 

En conséquence, citoyen ministre, du rapport l'ail pai 
un capitaine de frégate au ministre de la marine, relati- 
vement à l'armemenl de Dunkerque, il me paraît conve- 
nable d'établir une batterie sur la plaine de Wissanl 



ORDRES El APOSTILLES DE NAPOLÉON L97 

Quant aux batteries mobiles, je pense que deux compa- 
gnies d'artillerie à cheval sont suffisantes. Il faut les pren- 
dre parmi celles destinées à faire partie du camp de Saitit- 
Omer. 

Donnez ordre que les 2 e . 15e et 17 e demi-brigades lé- 
gères, ainsi que les 3(K 72 e et 88 e de ligne se préparent 
à faire partie des camps qui auront lieu en automne sur la 
côte. 

Le 6e régiment de cuirassiers n'a point de cuirasses. 
Je désire que vous me présentiez un rapport qui me fera 
connaître quand tous les régiments en auront. Si l'on at- 
tend le commencement de la guerre pour en donner, le 
peu d'habitude qu'ils auront à les porter les gênera. 



585- — Saint-Cloud, 26 thermidor an XI (14 août 1803). 
A Bevlhier. 

Je suis étonné, citoyen ministre, que les 24 pièces de 
canon qui ont été demandées pour le camp de Bayonne 
il y a six mois ne soient pas encore attelées. Donnez des 
ordres pour qu'elles le soient sans délai. 

J'avais demandé depuis longtemps que le général com- 
mandant l'artillerie et le directeur du parc partissent sur 
le champ pour se rendre au camp de Bayonne, ainsi que 
l'ordonnateur en chef. Ce camp devant se mettre en mar- 
che au 20 fructidor, il est nécessaire de se procurer les 
chevaux convenables. Indépendamment des obusiers. il faut 
y mettre six pièces de 4 à cause des montagnes. 

Donnez ordre à la 20e de ligne qui est à Nîmes de faire 
partir deux bataillons composés de 800 hommes chaque, 
pour se rendre au camp de Bayonne. 

A la 3e de ligne qui est à Montpellier de se rendre au 
camp de Bayonne. 

A la 44e de compléter deux bataillons à S0!) hommes 
chacun et de les envoyer au camp de Bayonne. 

A la C>3e demi-brigade de former deux bataillons à 800 

Ordres et apostilles île Napol< ' ! 



198 ORDRES I.J VPOSTILLES DE NAPOLÉON 

hommes chaque el de les l'aire partir pour le camp de 
Bayonne. 

A la 7< légère qui est à Romans, de compléter son Jw 
bataillon à 700 hommes el de les l'aire partir pour le camp 
de Bayonne. 

Donnez ordre au général commandant la 7 e division mi- 
litaire que si les conscrits sont habillés, il fasse partir le 
2 e bataillon pour le camp de Bayonne; s'ils ne le sont pas, 
il les fera habiller et leur fera rejoindre le 1er bataillon. 

Donnez ordre à la 70- demi-brigade qui est à Briançon, 
de se rendre à Avignon où elle recevra de nouveaux or- 
dres. 

À la 1" demi-brigade helvétique de compléter un ba- 
taillon au pied de paix et de le faire partir pour Bayonne. 
Autorisez-la à retirer à cet effet une partie des hommes 
qui lui seront nécessaires parmi ceux qu'elle a à l'île d'Aix 
et à l'ile d'Oléron. 

Donnez ordre au général Carra Saint-Cyr qui commande 
le camp de Bayonne. d'envoyer deux officiers d'état-major, 
dont l'un se dirigera sur l'escadre qui est au Ferrol : il 
devra s'arrêter sur sa roule et prendre des renseigne- 
ments positifs sur le nombre de cavalerie et d'infanterie 
espagnoles qu'il rencontrera; ayez soin qu'il ne s'en lie 
point à la renommée, mais qu'il voie ces corps par lui- 
même. 

"L'autre se rendra dans les provinces de la Navarre, de 
la Biscaye jusqu'à Burgos et Valladolid. Il reconnaîtra le 
m mbre de troupes qui se trouvenl dans ces provinces, sur- 
tout à Burgos et à Valladolid. 

Le généra] Carra Saint-Cyr chargera aussi un officier 
du génie de reconnaître les places de Pampelune el de 
Fontarabie et l'état dans lequel elles se trouvent. 

La demande de l'amiral Bruix pour l'artillerie me pa- 
rait urgente: il a très certainement besoin de trois com- 
pagnies complètes à Boulogne. 

Il esi impossible d'accorder des adjoints au comman- 
dant de place: mais on peut lui accorder des adjoints 
de l'état-major. 



ORDRES 11 APOSTILLES DE KAPOLÉON 199 

:,HC>. - Saint-Cloud, 13 fructidor an \I 31 août 1803). 
A Be.rlh.ier. 

Je vous renvoie, citoyen ministre, vos noies sur le ba- 
taillon piémontais. Envoyez-les à 1 adjudant major. Faites- 
lui compter ses masses à dater du jour de sa formation. 
Changez les capitaines, lieutenants et sous-lieutenants qui 
iront pas rejoint. Renvoyez chez eux les officiers qui ont 
de mauvaises notes et remplacez-les par de bons. 

Faites passer une revue extraordinaire du .'> c bataillon 
de la 8 e légère, ou autrement du bataillon corse qui est 
à Antibes, pour savoir si ce bataillon est dans le cas de 
s'embarquer pour faire la campagne d'Angleterre. Ecrivez 
au général Morand pour lui faire connaître qu'il ait à 
faire passer sur le champ les recrues nécessaires pour 
former ce bataillon à 1.000 hommes, vu qu'il est dans le 
cas de faire partie du camp de Saint-Omer qui doit agir 
immédiatement sous les ordres du premier consul. Il n'y 
a qu'à les embarquer à Bastia; ils se rendront de là de- 
vant l'île d'Elbe, de là à Piombino et en suivant la côte 
jusqu'à Antibes. Dans cette ville ou acquittera tous les 
frais de bâtiments. Il ne manque pas en Corse de gon- 
doles et autres bâtiments propres à la navigation; par ce 
moyen la navigation esl sûre et les hommes arriveront 
promptement; à leur retour ces bateaux pourront prendre 
au dépôt de Villefranche les hommes destinés pour l'île 
d'Elbe et pour la Corse. 

P. S. Si la conscription ne suffi I pas pour porter ce 
bataillon à mille hommes, le général Morand peul pren- 
dre les mesures qu'il jugera convenables. Je ne verrais 
point de difficulté à prendre au service un des cinq ba- 
taillons qu'il a levés, pourvu qu'il fût au grand complet 
de guerre, qu'il fût composé d'hommes dune bonne es- 
pèce, cl (pie les officiers qu'il aurait choisis fussent des 
principaux du pays ou des bonunes qui auraient servi 
el dans le cas de savoir bien leur métier. 



200 ORDRES II APOSTILLES DE NAPOLÉON 

587. — Paris, 17 fructidor an \l i septembre 1803). 

I Berthier. 

Le général commandant la 15e division militaire, citoyen 
ministre, à ôté toutes les troupes de Fécamp: ce qui expose 
cette partie à l'attaque de quelques frégates; le chantier de 
construction a d'ailleurs besoin de quelques gardes. Don- 
nez-lui l'ordre de tenir très peu de troupes dans l'intérieur 
el d'eu envoyer la plus grande partie sur les côtes 



588- — Saint-Cloud, 18 fructidor an XI (5 septembre 1803). 
A Berthier. 

Je vous prie, citoyen ministre, de me faire un rapport 
sur la pension à laquelle a droit la veuve du général Wa- 
Lrin mort à Saint-Domingue. 



589. - La Malmaison, 25 fructidor an XI 12 septembre 1803). 

A Berlhier. 

Dans la 2' division militaire, citoyen ministre, les 12e 
et 111e demi-brigades de ligne, les 6e, 25 e et 20 e légères, 
le 4 e régiment de cuirassiers, les 7e. Kîe et 21' de dragons 
doivent seuls jouir de la gratification. Dans la 24<= divi- 
sion, la 61 e , la 3C)f. le (V de cuirassiers, la 33 e et la 10S e et 
le 1 er de chasseurs sont les corps qui doivent également 
en jouir. Celle gratification n'a été accordée qu'aux seuls 
individus de ces corps qui ont passé la revue du premier 
consul. 

.le désire que vous me rapportiez mercredi l'arrêté 
sur les conscriptions de l'an XI et de l'an XTT. pour l'a- 
dopter définitivement, et que vous remettiez au citoyen 
Lacuée la nouvelle organisation de l'armée pour l'an XII. 
afin que ce travail passe au conseil d'Etal jeudi. 



ORDRES El APOSTILLES L)L NAPOLÉON ^<»1 

ÔîM). — Saint-Cloud, 5 e jour complémentaire de Yuu \I 22 sep- 
tembre 1803). 

Bérthieï propose au consul de désigner, parmi les généraux de bri- 
gade de dragons ci-apres indiqués, ceux auxquels il jugera convenable 
de confier le commandement des quatre cantonnements de dragons qui 
doivent être établis à Redon, Vire, Uençon et Amiens. 

Louis Bonaparte. Non. 

Boussart. à Vire. 

Laplanche-Mortières. à Alençon. 

Fénéroles. à Nantes. 

Milet. à Amiens. 
A vice. 
Scalfort (0- 

591. -- Saint-Cloud, 27 vendémiaire an XII (20 octobre 1803). 

On propose d'élever au grade de capitaine le lieutenant Alexandre 
Le Brun, aide-de-camp du maréchal Bessières. 

Il n'a pas le nombre d'années de service nécessaire. 



502- — Saint-Cloud, 28 vendémiaire an XII (21 octobre 1803 . 

4 Be ri hier. 

Vous donnerez ordre, Citoyen ministre, que toute la ca- 
valerie du camp de Bayonne soit cantonnée à Audi. Agen 
et dans les autres endroits où les fourrages sont les 
plus abondants, sans que les différents régiments se trou- 
vent à plus de dix jours de marche du camp de Bayonne. 

Le parc et les chevaux d'attelage du train d'artillerie 
resteront jusqu'à nouvel ordre dans les positions où ils 
se trouvent. 

Envoyez-moi l'état de situation des Te demi-brigade lé- 
gère, 3e et 79 e de ligne qui ont été portées à ! bataillons, en 
y joignant le procès-verbal de réunion. 

Donne/ ordre à deux escadrons du 21 e de chasseurs. 

L. l.e consul a barré Wice et Scalforl ainsi que Louis Bonaparte. 



£02 ORDRES I I APOSTILLES Dl NAPOLÉON 

complétés au moins à 100 hommes, de se rendre à Ro- 
cheforl où ils seronl sous les ordres du général Chabran 
inspecteur des côtes depuis la Gironde jusqu'à la Cha 

renie. 



593 Saint-Cloud, I brumaire an XII (27 octobre 18(13). 

Lettre de la mère du général Beyrand: - .le suis La mère 'lu général 
Bcyrand duquel vous avez dil vous-même ces paroles remarquables 
qui font ma consolation : « Nous avons perdu If général Beyrand ; 
cette perte, très sensible a l'armée, l'a été particulièremenl pour moi : 
je faisais le pin- grand cas des qualités guerrières <•! morales de <■,• 

brave I me. - Eh bien, ce brave homme a lai--.' dans la détresse sa 

mère qui avail épuisé toutes -<■> ressources pour le soutenir, lui ri son 
frère 

Renvoyé ai: minisire de La guerre pour en Taire un rap- 
port ( 2 ). 

.-»!)4. Saint-Cloud, i brumaire an Ml 27 octobre 1803). 

I.'- capitaine Lespagnoi aidc-de-camp de Laclos, adresse au premier 
consul la dernière lettre dictée par le général: Laclos assure le consul 
de toute la sincérité de son dévouemeni cl de son admiration : « l'es- 
poir dans lequel je suis qui' vous secourrez mou épouse h mes trois 
enfants, me fait mourir plus tranquille l i. 

Le minisire de la guerre me Fera un rapport sur la 
pension qui revient à M me Laclos. 



.-)!).-). — Saint-Cloud, lu brumaire an \IT 2 novembre lXiQi. 

Proposition de confirmer les nominations provisoires faites à Saint 
Domingue parle capitaine général Rochambeau. 

Quand on aura les états île service. 

1. Joseph Chabran, général de brigade (23 mai I7'.»7i <q de division 
(23 juin 1799). 

2. Elle reçut une pension «le mille francs. On sait que son fils. Martial 
Beyrand, général de brigade depuis le 20 novembre 1795, avait péri le 
:; août 17'.»»', a Casliglione : cf. sur lui notre Dugommier, p. 208. 

'!. Pierre Vmbroise-François Choderlos de Laclos, l'auteur d^s Liaisons 
dangereuses, maréchal de camp depuis 1'' 22 septembre 1702. mort a 
Tarenté le 5 septembre 1803; cf. Emile Dard, Laclos, p. i7:; î75. 



ORDRES El APOSTILLES ÔE NAPOLÉON 203 

596^ Saint-Cloud, 1<> brumaire an Ml 2 novembre 1803). 

Proposition d'établir à Boulogne-sur-Mer pendant la guerre marilimc 
deux adjudants de place <lc première classe. 

Deux adjoints de l'état-major en feront la fonction laid 
(|iit' l'armée sera près de cette place. 



597- — Boulogne, 15 brumaire an XII (7 novembre 1803). 

Dans la journée de demain, le conseiller d'état Forfait, 
l'ingénieur en chef Sganzinf 1 ), et le chef de l'administra- 
tion du port désigneront les emplacements où doivent être 
construits des hangars et distribueront les différents ap- 
partements de la caserne aux magasins et ateliers de la 
marine. Il n'y sera fait aucun changement considérable. 

Il sera fait une ouverture au port en forme de pont 
tournant, de manière à ce que les bâtiments de la flot- 
tille puissent arriver tout matés vis-à-vis de l'arsenal, et 
là être armés et radoubés. 

Le prenner inspecteur général tle l'artillerie fera venir 
en toute diligence dix forges de Douai et quatorze de cam- 
pagne. Quatre seront données aux ateliers d'artillerie: ce 
qui, joint aux quatre qui lui ont été remises ce matin, 
feront huit, et dix seront données à l'arsenal de la marine. 
Ces forges seront garnies de tous leurs outils: elles 
devront être remises au plus tard le 20 de ce mois. 



598- — Boulogne, 17 brumaire an Ml (9 novembre 1803 . 

L'entrepreneur Guillaume fournira (500 brouettes; elles 
seront chargées demain avant 6 heures du matin, et, avant 
10 heures, elles seront parties pour Amhleteuse où elles 
serviront dès vendredi aux travaux du port. L'ingénieur 
Sganzin réglera ce qui sera nécessaire pour mettre à cou- 
vert l'intérêt de l'entrepreneur. L'amiral chargera un offi- 

I. Plus lord, inspecteur général <\<'+ ponts h chaussées 



ORDRES ET APOSTILLES DJ NAPOLÉON 

cier de marine de veiller à La prochaine exécution du pré- 
sent ordre. 

Le généra] en chef fournira dans le plus bref délai 
loi) voitures à quatre roues et à flèches pour transporter 
ions les bois compris dans la forêt environnant Boulogne 
cl destinés à La marine. Il chargera un adjoint à L'état- 
major de veiller à ces transports. 

Il y aura toutes les marées, 100 tombereaux et 900 
brouettes occupés à déblayer le port de Boulogne. Un 
officier du porl assistera tous les jours aux travaux du 
porl et s'assurera que L'entrepreneur y emploie les moyens 
ordinaires; il fera placer les bateaux et chaloupes canon- 
nières de manière que Ton puisse faire du feu sans les 
compromettre. 

Les Ki bateaux canonniers arrivés de Dunkerque forme- 
ront la 1" division de bateaux canonniers de la flottille: 
elle sera complétée par les bateaux de L'ancienne t'iot- 
tille arrivant de Granville, Saint-Malo, ou de Brest; mais 
on ne mêlera pas dans une autre division des bateaux de 
l'ancienne avec ceux de la nouvelle flottille. 

Les bateaux canonniers arrivés du Havre feront partie 
de La 5 e division qui sera complétée par les premiers ba- 
teaux arrivant à Boulogne, de la nouvelle flottille, sans 
avoir égard à leurs numéros. 

Les chaloupes canonnières soit de L'ancienne ou de la 
nouvelle flottille seront formées en division à mesure de 
leur arrivée au port. 

Un adjudant-commandant de létal-major et les capi- 
taines des bataillons qui ont des garnisons sur les ba- 
teaux canonniers. se rendront demain à 8 heures du ma- 
lin à bord de ces bateaux, dans le port: ils passeront la 
revue de leur détachement et prendront la noie des hom- 
mes qui se trouveraient fatigués d'être à bord, ou qui au- 
raienl des raisons pour être débarqués; ils remettront cette 
note à l'adjudant commandant qui la remettra au général 
en chef qui ordonnera ce qui est nécessaire à ce sujet: 
ils passeront également la revue des armes et du linge 
et chaussure. Pareille revue sera passée tous les diman- 



ORDRES Kl APOSTILLES DE NAPOLÉON 205 

ches, toutes les fois que les bateaux seront dans le port. 
Toutes les fois que les bateaux seront dans le port, et 
toutes les fois qu'il pleuvra, les tentes seront tendues à 
bord des bâtiments. Le chef des mouvements du port veil- 
lera spécialement à la stricte exécution de cet ordre, et 
les officiers embarqués porteront plainte toutes les fois 
que les chefs de bateaux y manqueront. 



599- — Paris, 1 frimaire an XII (23 novembre 1803). 

Le colonel du génie Mares Q a élé nommé adjudant commandanl le 
11 brumaire an XII, mais le nombre des adjudants commandants est 
complet, et cet officier ne peut jouir que du traitement de réforme ; on 
propose de lui accorder une gratification équivalente à la différence 
du traitement de réforme à celui d'activité: 

Accorder le traitement d'activité et l'employer à Ostende 
sous le général Davout. 



000- — Paris, 8 frimaire an XII (30 novembre 1803). 

Le général Belliard demande le grade de lieutenant pour son aide- 
de-camp Galbaud, qui a trois ans et demi dans le erade de sous-lieu- 
tenant ('). 

Il faut quatre ans de grade. 



601. — Paris, 19 frimaire an XII (11 décembre 1803) 

A l'audience de ce jour, le premier consul dit au général de brigade 
Sionville (') : 

1. Edmond Galbaud-Dufort, fils du général Galbaud. était chef d'esca- 
dron lorsqu'il mourut en Espagne le 4 février 1811. 

2. Voir sur lui l'avertissement de son Précis de lu uuerre en Suisse 
publié en ]%9 par Edouard Gachot. 

3. Eéopold-Prospcr-Victor-Philibert Sionville était général de brigade 
depuis le 13 juin 1795. Napoléon se rappelait-il que ce Sionville étail le 
Us du maréchal de camp qui déployait en 1774 une telle sévérité dans 
la répression de l'insurrection corse, brûlant les maisons, coupant [es 
oliviers et les châtaigniers, arrachant les vignes, saisissant les parents 
et les .unis des rebelles, du maréchal de camp que lui-même, Napoléon, 
dans sa période de patriotisme corse, avait exécré el maudit " 



206 ORDRES I I APOSTILLES Dl MAPOLÉON 

J'ai tlil au ministre de vous mettre en activité comme 
vous Le désirez. 



602. Paris, Il pluviôse an Xll (1 er février 1804). 
Souchel d Uvimart, chef d'escadron ('), demande de l'emploi. 
Le mettre en Batavie. 



603 Paris, 25 pluviôse an XII là février 1804). 

Berthier propose que o le major-général des camps destinés pour la 
grande guerre contre l'Angleterre jouisse des distinctions affectées au 
grade de général en chef, ainsi qu'en jouissent les généraux comman- 
dânl 1'*- camps. » 

Approuvé. 

604- Paris, 25 pluviôse an Xll (15 février 1804). 

Berthier demande l'autorisation d'ordonnancer chaque mois, à daler 
du 1" ventôse, une somme de 100.000 fnmes destinée à l'exécution des 
ordres du consul, à la partie secrète, aux dépenses d'urgence imprévue. 

Approuvé. 

605- Paris, 7 ventôse an XII (27 février 1804). 

La veuve du général Hoche sollicite une pension. 

Renvoyé au ministre de la guerre pour me faire un 
rapport sur la pension qu'on pourrait accorder à cette 
veuve 

<;<m;. Paris, 16 ventôse an Xll 7 mur- 1804 

ir vai! du consul avec le ministre de la guerre. 

Vérifier si le Directoire a accordé des indemnités au gé- 
néral Hoche. 

1. Voir sur lui notre Jeunesse de Napoléon, l. p. 256-258. 

?. Cf. notre volume Quatre qénéraua de Ja Révolution, 1. p. 278. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉOIN 20' 

607. -- Paris, 21 ventôse an XII (12 mars 1804). 

Le général Mermét désire être employé dans la I division militaire 
sinon dans la 15 ,ns ou la 18°". 

Le placer dans la 18e division militaire. 



608. — La Malmaison, 25 ventôse an XII (16 mars 1804). 

L'Empereur penne! à Antoine-Marie Paris d Illins. an- 
cien général de brigade (>\ de se rendre auprès du géné- 
ral Mathieu Dumas, son ami, sans aucun titre comme 
officier, mais comme simple volontaire. 



609- — La Malmaison, 30 ventôse an XII (21 mars 1804). 
M"" Petion demande une sous-lieutenance pour sou fils r,. 
Renvoyé au général Du roc pour se représenter. 



610. — Saint-Cloud, 28 germinal an XII (18 avril 1804). 

Le général Sarrazin demande à être employé a l'armée commandé, 
par le général Augereau, au camp de Brest. 

Approuvé. 



«11. — Saint-Cloud, 3 floréal an XII (23 avril 1804). 
Le gênerai Sarrazin demande à « être bientôl dans les rangs ». 

Renvoyé au minisire de la guerre pour l'employer dans 
une armée. 

1. Il était maréchal de camp, du 22 mai 1792. ei il avail abandonné le 
16 août suivant ; rentré en France, il obtint le 2r. sepiembre 1S01 une 
retraite du grade de colonel ; remis en activité comme général de bri- 
gade, il devait périr le 18 novembre 1809 à Ocafia. 

2. Louis-Etienne -Jérôme Petion, né à Chartres le 1" août 1783, fils de 
Jérôme Petion de Villeneuve, dragon en l'an IX. sous-lieutenant en l'an 
XIII, lieutenant en 1808, prit sa retraite comme chef d'escadron. 



208 ORDRES il APOSTILLES Dl NAPOLÉON 

i>\X. Saint-Cloud, 7 floréal an XII 27 avril 1804). 

Le général de brigade Candras i désire participer à l'expédition 
contre l Angletei i e. 

Renvoyé au ministre de la guerre pour l'employer dans 
I expédition 

613. - Saint-Cloud, 3 floréal an \ll 28 avril L804 . 

Les renseignements semblent attester la présence du citoyen Vabre( s 
colonel du 11" régimenl d'infanterie, à son po 

Prendre de nouveaux renseignements : le citoyen Vabre, 

depuis deux ans. n'esl point à son corps. 

«14. — Saint-Cloud, 12 floréal an XII 2 mai 1804 . 

I e général Dufour, commandant la 21"* division militaire, vient de 
perdre sa jeune épouse, âgée de vingt ans, et, en annonçant qu'il va 
faire nue tournée dans sa division, il demande avec instance la permis- 
sion de se rendre à Paris et d'y rester une dizaine de jours poui se 
distraire. 

Quand le travail de la conscription sera terminé et quand 
elle sera levée. 

615- Saint-Cloud, 28 floréal an XII (18 mai 1804). 

Le général Duroc présentera une note pour placer 
comme commandant de place de 1 ( ' classe Normand, an- 
cien colonel de la Nii 



«16. — Saint-Cloud, 1 prairial an XII 21 mai 1804). 
I a veuve du général Devrignj (*) mort à la Martinique, demande un 

1. Jacques-Lazare Savettier de i indras, général de brigade (13 avril 
L804 , baron de i i rour de Pré (27 novembre 1808), tué au passage de 
la Bérésina. 

2. Marc Antoine \ abre qui sera nommé l'année suivante (1" février 
180.">> généra] de brigade. 

3. G lillaume Normand qui fut envoyé à Savone. 

4. Ileniv l>eni> Devrigny, général de brigade au titre défînitil depuis 
le 13 juin ]7''"> i sur lui A. Chuquet, \ olei p. I7î 176. 



ORDRES El APOSTILLES M NAPOLÉON 209 

secours extraordinaire el une pension qui la mette à même d'élever 

enfants. 

Le ministre de la marine me proposera la pension qui 
lui revient^). 

617. — Saint Cloud, 27 prairial an XII (16 juin 1804). 

Le ministre propose d'accorder à M. Boucholte ( : ) le traitement d'ac- 
tivité du grade d'adjudant commandant, fixé à tj.000 fr. par année, depuis 
le 1" vendémiaire an X qu'il a cessé de le recevoir, jusqu'au 1" vendé- 
miaire de l'an XIII, époque à partir de laquelle M. Bouchotte sera admis 
à une solde de retraite de 5.000 fr. par année. 

Accordé. 



618. — Saint-Cloud. 22 messidor an XII (11 juillet 1804). 

Plainte portée au grand juge ministre de la justice par le tribunal de 
première instance de Marseille contre M. Bizanet, commandant d'armes 
de cette place ( 3 ). 

Mettre le général pendant quelques jours aux arrêts. 



619- — Pont-de-Briques, 6 thermidor an XII (25 juillet 1804). 

On propose de nommer capitaine le lieutenant Maurice Dupin. aide- 
de-camp du général Dupont ; « le général Lacuée et le conseiller d'Etat 
Ségur prennent le plus vif intérêt à cet officier qui est un de? descen- 
dants du maréchal de Saxe » ('1. 

Ajourné à un an. 

1. Une des premières lettres signées Napoléon en toutes lettres ; avant 
le ronronnement, il signait Bonapmle : ensuite, il signa N. tout court. 

2. Jean-Baptiste Boucholte, l'ancien ministre de la iruerre ; voir sur 
son ministère notre Hondsehontc. 

3. A propos d'une contestation qui s'était élevée le dimanche li prai- 
rial, dans l'église paroissiale de Saint-Martin entre le tribunal et le gé- 
néral au sujet du rang que les magistrats devaient avoir à la procession. 
On sait que Guislain-Laurent Bizanet. général de brigade depuis le 
2? août 1703, devint lieutenant-général le l'i avril 1815. 

4. C'est le père de George Sand ; enrôlé à la fin de 1798. sous-lieute 
nant au 1" chasseurs HO avril 1800), lieutenant après Marengo, il fut 
nommé capitaine au 1" hussards le 21 décembre 1805, chef d'escadron 
au même régiment le 21 mars 1807, et il était aide de camp de Murât 
lorsqu'il mourut d'une chute de cheval à Nohanl le 17 septembre L80S 



210 ORDRES I I APOSTILLES M NAPOLÉON 

♦i;>o Pont-de-Briques, 6 thermidor an MI (25 juillel 1804). 

Le sieur Berthelemy i i, chel d'escadron réformé du L9 régimcnl de 
dragons, annonce que Sa Majesté a bien voulu lui promettre un emploi 
dans la ligne. 

Mais il peul être employé au dehors. 



621. Ostende, 25 thermidor an XI] 13 aoûl 1804). 

Jean VIoreau, sergent-major à Royal Comtois, <>bimi en 17s7 une pen 
sion de 300 francs qui fut, par la loi du 28 fructidor an VII, réduite à 
200; il redemande 300 francs; mais il n'a que 27 ans de services, et il 
obtint, par la loi de l'an VII, le minimum <lu grade de sergent, fixé à 
•.'un francs pour trente ans effectifs; lui rendre son ancienne pension 
sérail lui donner la récompense due au sergenl qui a servi quarante 
ans, serait autoriser les pensionnaires qui n'onl pas servi dans la Révo- 
lution à réclamer la même laveur. 

Accorder cent francs de gratification, une fois payés. 



622- Pont-de-Briques, 2 fructidor an XII '20 août 1804). 

Vndréossj demande le grade de chef d'escadron pour le capitaim 
Bresson de Valmabelle, son aide-de-camp. 

Il sera nommé sur le champ de bataille. 



V>->'.}. - Boulogne, 8 fructidor an Ml (26 aoûl 1804 . 

On propose de nommer adjudanl commandant le chel d'escadron Se 
ron 

1. I i. ni ois Dominique Barbe Berlhelemj des I! idrais né a Faucogney 
en 1771. grenadier au 1" bataillon de la Corrèze en 1791, lieutenant, 
puis capitaine aux chasseurs francs en 1793, capitaine en 1 7T> 'i et chef 
d'escadron en I7W au 19' dragons, réformé le 22 mai T802, remis en 
ictivité an 10 dragons en 1806 adjudant commandant en 1807, employé 
au mois d'avril Ml à 1 armer du Nord en Espagne el rappelé en France 

, lois de mai suivanl admis au traitement de réforme en octobre de 

la même année, promu maréchal de camp le l" novembre 1826. 
sur Seron lo pièce 154. 



ORDRES II VP0ST1LLES DE NAPOLÉON 211 

Ajourné jusqu'à ce qu'il ait la somme de services néces- 
saire. 



«24- — Aix-la-Chapelle, 21 fructidor an XII (8 septembre 1804). 

Fouché demande pour le général Humbert la permission de venir à 
Pans, et Berthier l'ait répondre : 

L'intention de l'Empereur est que le général Humbert. 
qu'il a informé, soil éloigné de Paris où il intrigue quand 
il s'y trouve. 



«25. — Coblentz, 2* complémentaire de l'an XII (19 septembre 

1804). 

« V. M., écrit Berthier, m'a chargé de lui fane connaître ce que lait 
a Pans un lieutenant du 59* régiment, nommé Decker ('), et pourquoi 
i n est pas a son corps. Ce lieutenant a été très mal noté dans la revue 
de lan X et malgré la repnmande. que je lui ai faite, il a rrérité m 
I on XI, une note encore P l.,s défavorable : « officier sans moyens d'une 
conduite très médiocre, d'un esprit très turbulent.» J'ai proposé de le 
reiormer avec traitement, vu qu'il a près de trente années ,1e services 
Sa reforme lu, ayant été donnée le 9 vendémiaire an XII et avant jus- 
tifie qu'il résidait à Paris avant de se rendre aux années, il touche sa 
solde de retraite dans elle ville. Comme ,| Ment une mauvaise con- 
duite, je propose à V. AI. de lui fixer sou traitement à Vix départe- 
ment des Bouches du Rhône, où il est ne. 

Approuvé. Le faire conduire sur le champ à Aix par 
la gendarmerie. Lui faire connaître que s'il continue à se 
mal comporter, il sera privé de son traitement de réforme 
et sévèrement puni. 



«26. -- Coblentz, 2 e complémentaire «le lan XII (19 septembre 

1804). 

On propose de confirmer le sieur Valdonv, colonel provisoire seule- 
ment dans le grade de chef de bataillon. 

I. Ce Decker avail servi devant Toulon et Napoléon l'avail peut-êlro 
connu en 1703. 



VI 2 OR DR] - I I \ro-i ni i - M NAPOLÉON 

Je ne veux lui donner aucun grade s'il a servi sous Tous- 
saintC 1 ). 

t;-.>7 Mayence, 10 vendémiaire an Mil (2 octobre 1804). 

On met sous les yeux de l'empereur l'état de détresse où se trouve le 

général de brigade Ducellier qui vit en rétonne à Yalenciennes et qui 

ȏre de dis enfants, -et on propose de lui accorder une gratification 

de mille francs. 

Accordr el lui Faire sur le champ liquider sa pension. 



628. Saint-Cloud, 27 vendémiaire an Mil 19 octobre 1804 . 

Le maréchal Davout adresse la démission du capitaine Lebrun, son 
aide-de-camp (')• 

Le ministre de la guerre lancera cet officier; il lui fera 
connaître que ce n'est pas en temps de guerre que l'on 
donne sa démission; qu'il reprenne ses fonctions, et le 
faire ressouvenir que, lorsque l'on est en présence de l'en- 
nemi, il est contre l'honneur de donner sa démission. 



629- Saint-Cloud, 18 brumaire an XIII (9 novembre 1804). 

On propose de décider que les gratifications de campagne auxquelles 
ont droit les officiers des troupes italiennes, seront payées sur les fonds 
de la République italienne. 

A la charge de la République Italienne. 



630- -- Saint-Cloud, 30 brumaire an XIII (21 novembre 1801). 

Les lieutenants, sous-lieuteriants el sous officiers des corps composant 
l'armée de Saint-Domingue ont obtenu dans cette colonie un avancement 

1. Joseph Valdony, né à Milan en 1762, enrôlé aux Cent Suisses, capi- 
taine au régiment du Cap en 17'.»?. commandant d'armes à Saint-Domin- 
gue el employé comme chef de brigade par Leclerc el Rochambeau. 
11 ;iv.-iii servi son- Toussaint Louverlure : mais il prouva qu'il n'ava.t 
pas participé à la révolte, et il fui nommé en 1810 major au 1" régiment 
i roate. 

?. Ce Lebrun était capitaine adjoint depuis le 29 août 1803. 



ORDRES El APOSTILLES Dl NAPOLÉON 213 

plus ou munis rapide ; on propose de les confirmer seulement dan.- le 
grade immédiatement supérieur à celui qu'il- avaient à leur départ 
d'Europe. 

Approuvé. 



631- — Paris, 3 nivôse an Mil 24 novembre 1804).' 

Le général Vandamme demande le grade de chei de bataillon pour le 
capitaine Revest I '). 

Faire un rapport. 

632- — Paris, 10 nivôse an XIII (31 décembre 1804). 

Le général de division Quantin m'a t'ait pari, de l'intention où était 
Sa Majesté de lui confier le commandement de Belle-Isle en mer, el de 
l'assurance qu'Elle lui en a donnée de vive voix ; il n'attend que l'ordre 
de son départ. 

Accordé le commandement de Belle-Isle. 



G33 — Paris. 13 nivôse an XIII (3 janvier 1805). 

Le. généra] île brigade Dejean ( 2 ), commandant la place de Cologne. 

demande à changer de résidence en remarquant que « la tempéraluiv 
des départements méridionaux et le rapprochement des eaux que con- 
tient la lu division, influeraient sur sa prompte guérison 

Lui donner un commandement dans le Midi. 



634. — La Malmaison, 3 ventôse an Mil 22 février 1805 . 

Le général de brigade Damas l i, qui jouil de la solde de retraite, de- 
mande à être remis en activité. 

Cet officier général sera placé dans le civil. 

1. Jean Revest qui fut chevalier fie l'Empire (22 octobre 1810] el gé 
neral de brigade 1 1.") juin 1813). 

2. Jean-Antoine Dejean, général de brigade depuis le 19 octobre i v " ; 
:;. François-Etienne l»amas. l'ami de Kléber el son chef d'état-major 

en Egypte, général 'le brigade depuis le 27 novembre 1793. 

ii. 1res et apostilles de Nap m 



21 I OHDliLS ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 

»;;{.*"> La Malmaison, '.\ ventôse an Mil 22 lévrier 1805). 

l e général Junot, partant pour l'ambassade de Portugal, ne peul em- 
mener les capitaines i olbert et Verdière, ses aides-de-camp ; il les 
recommande aux bontés de l'Empereur, el il Le prie il accorder au capi- 
taine < olberl (') un emploi de chef d'escadron titulaire. 

Ce! officier n'a pas assez d'ancienneté de grade. 

Le généra] Junol prie également l'Empereur d'accorder au capitaine 
Verdière! le grade de capitaine, soi) dans sa garde, soif dans un régi- 
menl de hussards. 

Cet officier sera placé dans un corps. 



iV.Ul — La Malmaison, 3 ventôse an XIII 22 février 1805). 

I e général de division Ouantin demande à remplacer le général d • 
division Malher dans le commandement de la ?" subdivision de la 13" di- 
on militaire el l'inspection des côtes du Nord et du Finistère. 

Cel officier général sera nommé au commandement de 
Belle-Isle. 



<;:î7. — Paris, 8 ventôse an XIII (27 février 1805). 
.W/ général Joseph Morand. 

Votre présence est nécessaire en Corse. Vous y avez 
ma confiance. Vous y resterez pendant la guerre. Exercez 
dans ce pays une sévère police. Traduisez devant des 
commissions militaires, faites des exemples des lâches qui 
auraient des correspondances avec les Anglais. 



638. — La Malmaison, 24 ventôse an XIII (15 mars 1805). 

i ir une lettre du 5 janvier, le général .in-, -pi, Morand sollicite un 
congé de deux i s, el le ministre lui répond : 

1. Pierre-David, dil Edouard Colbert, général de brigade (9 mars 1809 
'■i de divis ovembre lsKii. comte d<> l'Empire (28 mai 1809). 

2. ^mbroise Joseph Colin, dit Verdière, qui devînt le 29 juin 1823 
!<■• h d de camp. 



ORDRES Ll APOSTILLES DE NAPOLÉON 215 

L'Empereur n'a pas jugé à propos de vous accorder 
votre demande de permission, dans un moment où l'en- 
nemi environne l'étendue de votre commandement. Sa Ma- 
jesté, qui vous porte une grande confiance, désire que 
vous restiez à la tête de votre division pendant la guerre, 
pour maintenir l'ordre que vous y avez établi 1 ). 



639- — La Malmaison, M ventôse an XIII (15 mars 180o). 

On propose, de nommer le général de brigade Miquel ( a ) «Luis un< 
division de l'intérieur, la 18 e , la 19 r ou la 20 e . 

Accordé pour la 20 e division. 



<)40. — La Malmaison, 29 ventôse an XIII 20 mars 1805). 

Le général Gouvion Saint-Cyr, commandant les troupes dans le 
royaume de Naples, demande la permission de se rendre à Milan pour 
présenter ses respectueux hommages à l'Empereur, lorsque Sa Majesté 
sera dans celte ville. 

Approuvé. 



641. — La Malmaison, 29 ventôse an XIII (20 mars 1805). 

On propose de nommer major du 5" hussards le sieur Laclède ( 3 ), 
chef d'escadron au 1 er régiment de dragons. 

Mon intention est que les dragons lassent une arme à 
part. 

1. Morand, nommé en Corse par décret du 22 juillet 1801, ne fut rem- 
placé que le 11 avril 1811 (par César lierthier, frère du maréchal). Cf sur 
son commandement en Corse le livre de Célestin Bosc, La conspiration 
d \jnccio contre la France en 1809. M. Bosc remarque justement que 
1rs neuf années que Morand passa dans I île, peuvent compter comme 
campagnes. 

2. Pierre Vndré Miquel, général de brigade depuis le 29 aoûl 1803 

3. Pierre-Armand Laclède, sous-oflicier en 1792, et chef d'escadron 
depuis le l 'i juin 1800, était noté aux revues d'inspection comme un 
sujei intelligent, zélé, actif, et recommande particulièrement parle colonel 
du l" dragons, Vrrighi. II devient major en 1806, colonel en 1808 el péril 
le 5 aoûl 1808 à Saragosse. 



216 ORDRES li APOSTILLES l»l NAPOLÉON 

r,4*.>. — La Malmaison, 30 ventôse an Mil 21 mars 1805). 

Proposition de nommer capitaine Uexandre Le Brun, lieutenant aide- 
de camp «lu maréchal Bernadotte. 

N'a pas dans son grade le temps de service nécessaire. 



643- -- Saint-Cloud, 7 germinal an Mil 28 mars 1805 
L«' maréchal des logis Petion demande une sous-lieutenance. 

Renvoyé au ministre de la guerre pour faire un rap- 
port. 

(14t. Saint-Cloud, 10 germinal an MM (31 mars 1805). 
Le maréchal Davoul recommande l'adjudant-général Jarry ('). 

L' adjudant-général Jarry sera employé au camp d'Ar- 
ras. 

645 \\ ril 1805. 

Le général Joseph VIorand demande, par nue lettre du 7 mars 1805 à 
se rendre ;'i \lil.ui pour présenter a l'Empereur et son serment et ses 
hommages, el le ministre répond : 

Prévenir le général que l'Empereur juge sa présence 
en Corse de la plus grande utilité. 

<;4<;. -- Troyes, Il germinal an Mil 1 avril 1805). 
Hugues Marri à Marmont. 

L'Empereur a désigné les collèges électoraux dont la 
présidence sera affectée aux charges de grand officier de 
l'Empire. Sa Majesté m'autorise à vous demander que] est 
celui de ces départements dont vous désirez avoir la pré- 

1. Etienne Vnatole-Gédéon Jarry, général de brigade (21 février 1807) 
■ .H de i Empire (23 mai M" 



ORDRES II APOSTILLES DE NAPOLÉON 211 

sidence à vie. Afin que Sa Majesté puisse choisir, je vous 
prie de m indiquer plusieurs collèges en les pinçant dans 
Tordre de la préférence que vous leur donnez. 



(147. -- Milan, 18 prairial an Xlll 7 juin 1805). 

i in rend compte à l'Empereur que le général de division Nansouty 
propose de prendre les trois brigadiers de la division de réserve de la 
grosse cavalerie parmi les généraux ci-après désignés : Lahoussaye, 
Hebelle, Saint-Germain, Marulaz et Paulel. 

J'approuve que les généraux Lahoussaye, Debelle et 
Saint-Germain fassent partie de cette division: le général 
Nansouty choisira un adjudant commandant. Cette divi- 
sion ne se formera que sur de nouveaux ordres; elle doit 
être rendue à son cantonnement le 1 er thermidor; à cet 
effet, le ministre se souviendra de me demander des ordres 
au 10 messidor. 

648- — Fontainebleau. 27 messidor an MU 16 juillet 1805). 

On propose le sieur Berthelemy à l'un des premiers emplois de son 
grade- vacants dans l'arme des dragons. 

Approuvé cette opinion. 



649- — Fontainebleau, 27 messidor an Xlll 16 juillet 1805). 

Vaillant 0), ex-capit;iine d'infanterie légère, a eu la jambe emportée 
et le bras fracturé ; faut-il liquider sa pension comme s'il avail perdu 
deux membres ou lui accorder une gratification de 000 francs ? 

Accorder la pension. 



050. - Pont-de-Briques, 21 thermidor an Mil '.» août 1805). 

1 Berlhier. 

Les généraux Colli cl Casalta seront mis eu réforme. 

I. Jean-Baptiste Vaillant, un de ces i lestes soldats que \'< ihotte 

avail bombardés généraux (Vaillant lui aommé général de brigade le 
25 septembre I70lii ei qui refusèrent ce grade. 



218 ORDRES II APOSTILLES Dl NAPOLÉON 

651. - Pont-de-Briques, 2 fructidor an XIII 20 aoûl 1805 

On propose de nommer I pitaine Jean Etienne B irré i i qui a rang 

de chef de bataillon au 102', chef de bataillon au 62*. 

J'adopterai cet arrêté; mais il faut que le ministre mo 
présente en même temps un bon capitaine du 62 e pour 
être comme chef de bataillon dans un autre corps, afin 
de donner de l'avancement au 62 e qui a beaucoup d'an- 
ciens officiers et soldats. 



652- Pont-de-Briques, 2 fructidor an Xlli (20 août 1805). 

.Mon cousin, mon intention est que le sieur Hercule, chef 
du bataillon des pionniers noirs, obtienne sa retraite: elle 
sera fixée à la totalité du traitement qu'il perçoit actuelle- 
ment. 11 se retirera dans sa famille à Monza. Vous me 
proposerez pour commandant de ce bataillon un chef de 
bataillon très ferme et qui le mette en état de rendre 
les services que l'on doit en attendre. 



(;.">3. — Boulogne, 8 fructidor an Xlli 27 août 1805). 
Ecrit par Berthier. 

Expédier Tordre au général Campredon de parti]- en poste 
pour prendre le commandement du génie de la place de 
Mantoue. Il s'occupera sans délai de tout préparer pour la 
défense de celle place. Il est exclusivement attaché à la 
place de Mantoue, et il ne peut sous aucun prétexte être 
détourné du service de cette place et être employé autre 
part II lie perdra pas un instant pour travailler à tout ce 

1 il devinl sous la Restauration [8 octobre 1823 maréchal de camp. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 219 

qui tient à la défense de cette place importante. H ne devra 
pas négliger d'avoir le nombre d'outils suffisant 

Lettre au ministre Dejean pour lui dire que l'intention 
de Empereur est qu'il nomme un ordonnateur ferme et 
probe pour être exclusivement employé dans la place de 
Mantoue, être chargé des approvisionnements de siège et 
de leur conservation, sans que qui que ce soit puisse le 
détourner de ce service. Il ne recevra des ordres que du 
gouverneur de la place, du ministre de la guerre et du 
ministre de l'administration. Il devra avoir sous lui un 
commissaire des guerres français et un commissaire des 
guerres italien. Il correspondra avec le ministre de la 
guerre du royaume d'Italie. 

Rédiger un projet de décret pour nommer à la place de 
gouverneur de Mantoue le général Miollis <:n II se Tendra à 
1 ans pour prêter serinent entre les mains de l'Empereur 
Demander la formule usitée au génie. Le commandant 
d armes fera sous ses ordres tout le détail du service jour- 
nalier de la place. Il correspondra avec le ministre le gé- 
néra en chef, et tous les huit jours il me fera un rapport 
sur a situation de l'artillerie, des approvisionnements et 
des travaux. 



r,r,4. - Pont-de-Briques. 10 fructidor an XIII (28 août 1805). 

Le généra] Vaufreland demande à changer de destination : il se plaint 
de la manière dont le généra] Delaborde l'a traité. 

Le mettre en non-activité jusqu'à ce qu'on puisse le pla- 
cer dans une autre division (*). 

1. Sextius-Alexandre-François Miollis, général de bri^.lo no ,„ 



220 ORDR] - I I XI'*» — I II 1 .1 S DE \ U'OI.I <>\ 

655. Saint-Cloud, 25 fructidor an Mil (12 septembre 1805). 

Le maréchal Brune, commandanl en chef l'armée des côtes, désire 
avoir comme chef û'état-major, à défaut du général Franceschi, le gc- 
néral Rostollanl (')• Voire Majesté avait nommé à cet emploi 1<> général 
Fririon; est-elle dans l'intention de révoquer cette nomination : Le ma- 
réchal Brune demande également que le général Seras soit employé sous 
ses ordres. 

accordé pour le généra] Rostollant. Le général Fririon ( 2 ) 
se rendra à l'armée du Rhin cl le général Seras '•;. en 
Italie. 



»;."»<; Saint-Cloud, 29 fructidor an Mil If. septembre L805). 

1 Berthier. 

L'état-major général n'esl point composé: d n'y a point 
d'adjoints; les généraux Pannetier et Reille n'y sonl pas: 
vous n'avez, dans ce moment-ci, personne. Il faudrait au 
moins une douzaine de capitaines. Il y en a dans les divi- 
sions de l'intérieur un grand nombre: faites les marcher; 
n'en laissez pas un. 

Il faut Irois bons officiers polonais, chefs de bataillon 
ou capitaines, tant pour avoir des renseignements sur les 
localités que pour pouvoir interroger tous les prisonniers 
de leur pays. Je désirerais même qu'il y ail un officier 
polonais dans l'élal-ma jor de chaque corps d'armée. Il y 
en a beaucoup de réformés, distribuez-les lous dans l'ar- 
mée. Ils seront fort utiles 

Je ne vois point assez d'adjoints d'état-major aux corps 
d'armée. Celui du maréchal Bernadotte n'en a que deux; 
il lui en faudrait au moins six ou huit. 

Celui du maréchal Lannes n'en a point assez : il lui faut 
i ncore (\v\\yi capitaines. 

1. Claude Rostollant, général de brigade depuis le 10 septembre 1799. 

2. François Nicolas Fririon, général de brigade depuis le 17 juillet 
1800 h qui devail être général de division (21 juillet 1809) el baron de 
! Empire (31 janvier 18101. 

:: : i. sur Jean Seras, général de brigade (29 mars 180] •■! de division 

i évrier 1805) comte de l'Empire (28 novembre 180! tre édition 

dés Wêmoi es de Griois, 1. |». 248 el 252. 



ORDRES II APOSTILLES Dl NAPOLÉON 22] 

Le maréchal Mural n'en a point; il lui en faudrait au 
moins huit. 

Le corps du général Marmont, ceux des maréchaux Da- 
voul. Soull. Ney et Àugereau en ont suffisamment 

La division du gênerai d'Hautpoul n'a ni adjudant com- 
mandant, ni adjoint : nommez-lui-en sur le champ. 

Les divisions des généraux Walther et Beaumont nonl 
poinl d'adjoints; il leur faut au moins chacun deux 

Le général Bourcier n'a pas d'adjudant commandant; 
nommez-lui-en ainsi que des adjoints. 

Le général Baraguey d'Hilliers devrait avoir deux géné- 
raux de hrigade d'infanterie; je ne les y vois point. 

J'estime clone que vous avez encore besoin d'une qua- 
rantaine d'officiers de l'état-major ; je désirerais fort qu'il 
y en eût une vingtaine de Polonais que vous répartiriez 
partout. 

(5Ô7 Saint-Cloud, 2* jour complémentaire de l'an XIII 

19 septembre 1805). 

L'Empereur a décidé que M le général Gardane ' . gou- 
verneur de ses pages, ferait à dater de ce jour le service 
d'aide de camp près de sa personne. 

*>.")S. Linz, 16 brumaire an \'IV 7 novembre 1805). 
Berthicr <ui conseiller d'Etal Daru, intendant de In liste civile. 

L'intention de l'Empereur est. Monsieur, que vous res- 
tiez à Linz. chargé, de concert avec le général Reille. 
commandant de la haute Au I riche, de l'exécution des me- 
sures suivantes: 

'1° Que les habitants de Linz qui auraient pillé des ma- 
gasins, ou sous prétexte d'achat auraient lire des effets 

l Mathieu-Claude Gardane, général de brigade (19 octobre 1799), aide- 
de-camp de FEmpereur, ministre plénipotentiaire en Perse, comte de 

l'Empirp on mai 1808. 



222 ORDRES II APOSTILLES DE NAPOLÉON 

des magasins, les huil derniers jours qui ont précédé l'ar- 
rivée îles Français, soient tenus de les reporter sur le 
champ dans les magasins militaires. 

2° Que la ville fournisse chaque jour, à point nommé, 
sons peine d'exécution militaire, 25.000 râlions de pain. 

3° Que l'on prenne Ions les cuirs et souliers qu'on peut 
trouver dans les magasins militaires et particuliers, ainsi 
que tous les draps propres à l'aire des capotes, en don- 
nant des bons. 

I Que l'on recherche et emmagasine tous les plombs él 
poudres qui peuvent se trouver dans les magasins particu- 
liers. 

Sa Majesté désire de trouver ici du cuir pour une soi- 
xantaine de millions de paires de souliers, du drap pour 
autant de capotes et du drap lin pour 1.000 capotes d'of- 
ficier qu'elle donnerait en gratification aux officiers. 

II l'an I se servir de la régence, si elle veut s'y prêter, 
sinon s'adresser aux magasins de la ville, en employant 
les soldats de la ville, mêlés à des gendarmes et à des sol- 
dats fiançais, pour faire des visites domiciliaires. 

Nous ferez partir tous les jours, par le Danube. 20.000 
rations de pain et 20.000 rations d'eau-de-vie sur des bar- 
ques de la flottille du capitaine Lostange qui rejoindront 
l'année. 

L'intention de S M. est que l'on tire de la ville tout 
ce qui sera possible pour la réorganisation et le bien être 
de l'armée; on donnera des bons sur lesquels on paiera 
par la suite; et avec cette formalité on prendra dans les 
magasins cl propriétés particulières. 

Les soldais qui font la police de la ville vont être mis 
de suite en activité, en exigeant serment des chefs de ne 
rien faire de contraire aux intérêts de Sa Majesté. Il sera 
facile de trouver dans ces soldais quelques espions qui 
feront connaître les localités. 

J'écrirai à la régence pour lui faire pari des intentions de 
l'Empereur, cl vous prie de me l'aire connaître à ï\w et à 
mesure les résultats qu'on ni. tiendra en les remplissant. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 223 

659- -- Brùnn, 6 frimaire an XIV ,27 novembre 1805). 

Un propose 1 que la solde de lïntendant-genéral de la Grande Armée 
soit fixée à 3.000 francs par mois à compter du 1" vendémiaire an XI\ : 
2° que ses frais de bureaux, de tournées, et autres dépenses extraordi- 
naires soient réglés à 12.000 francs par mois ; 3° que les frais de bu- 
reaux, de tournées, et autres dépenses extraordinaires des ordonnateurs 
en chef des différents corps d'armée soient fixés à 2.000 francs par moi.- 
pour chacun, ceux de l'ordonnateur en chef du quartier général, de celui 
des ambulances et de celui du grand parc d'artillerie à 1.000 francs par 
mois, ainsi que ceux des ordonnateurs d'arrondissements. 

Approuvé. 



660. -- Briinn, 17 frimaire an XIV 9 décembre 1805). 

M. Paris, ancien maréchal de camp, a servi comme volontaire sous 
les ordres du maréchal Davout qui l'a cilé plusieurs fois avec éloge ; on 
prie S. M. de lui accorder le traitement de général de brigade et d or- 
donner son admission dans la Légion d'honneur 

Accordé pour la Légion d'honneur comme légionnaire. 



66i -- Briinn, 20 frimaire an XIV '11 décembre 1805). 

Le prince Louis Bonaparte demande que les colonels Caulaincourl et 
de Broc, ses aides-de-oamp, le rejoignent à Anvers ('). 

Refusé. Personne ne peut quitter la Grande Armée. 



663- -- Paris. 17 février 1806. 

L.-P. de. Ségur(-). grand-mailre des cérémonies el conseiller d Etat, a 
rendu compte à l'Empereur de l'empressemenl avec lequel Diivignau 
s'est fait inscrire sur la liste de ceux qui désiraient combattre dans les 

1. Cf. sur ce« deux colonels de dragons une décision du 7 aoûl 1 Soi ; 
(â dater du I" septembre, ils sont remplacés à leur régiment) et un.' 
lettre du 12 septembre 1806 à Dej^an (étant devenus généraux de bri- 
gade au service de Hollande, ils seront remplacés sur le champ). On 
-aii que tous deux rentrèrent au service de Fiance et qu'Armand i ouis 
de Broc devint général de brigade le ?, mars 1809 

2. Lettre de Ségm a Duvienau 17 février Dur,. 



22 i ORDRES I I VPOS I II I I - l'I \ \l'o| ni\ 

rangs de la garde d'honneur sous les yeux de Sa Majesté, el l'Empereur 

lui a dil : 

.Mandez à Duvignau que j'ai reçu avec satisfaction ses 
offres de service el que ,jo n'oublierai pas cette preuve 
de zèle, mais la conclusion de la paix ne me laisse pas 
actuellement la possibilité (ïvn profiter. 



003. Paris, 1/ mars 1806. 

1 Dejean. 

Donnez ordre au maréchal Jourdan de se rendre à \'a- 
plcs pour y prendre immédiatement, sous les ordres du 
prince Joseph, le gouvernement de celle ville. 

664. - Milan, 26 mars 1806. 

lin marge du rapport concernanl le général de division Robin retiré à 
Milan. 

Lui accorder 1.000 Francs de retraite. 

665 -- Paris, 27 mars 1806. 

routes les troupes qui sonl en France doivenl être mises au 1" avril 
sur le pied i\r paix : mais les corps conserveront ils le nombre d'hommes 
qu'ils onl maintenant, quelle que soit leur force ? 

11 ne sera fail aucun changement à l'effectif des corps. 

666. Pans. 31 mars 1806. 
1 Dejean, 

J'ai «les pièces officielles qui constatent que le commis- 
saire des guerres Groberl a reçu 11.000 Francs de la pro 



ORDRES II APOSTILLES 1)1 NAPOLÉON 225 

vince de Padoue pour rachat dq magasins de sel et de 
tabac qu'il menaçait d'emporter; que le commissaire des 
guerres Masséna (*) a reçu 80.000 francs de la même pro- 
vince de Padoue. Ecrivez à ces deux commissaires qu'il 
faut que vingt-quatre heures après la réception de votre 
lettre, ces sommes soient rentrées dans la caisse des con- 
tributions de l'armée, sous peine d'être poursuivis crimi- 
nellement s'ils portent le moindre retard. 



<i<">7. - La Malmaison, 2 avril 1806. 

On soumet à l'Empereur l'état des services de M. Crabbé il chef 
d'escadron et aide-de-canrp du maréchal Ney qui demande pour lui le 
commandement du 11 e régiment de chasseurs ou du 10' de hussards. 

Le proposer pour les premiers emplois. 



<><»,H. — La Malmaison, 4 avril 1806 

Le général de brigade Laplanche-Mortières I I attend à Milan 1rs or- 
dres de l'Empereur. 

11 sera employé en Italie. 

1. Le 27 décembre 1805, par un décret rendu a Schœnbrunn, l'Empe- 
reur avait destitué les commissaires des guerres Grobert et Masséna 
pour leur conduite en Italie et ordonné qu'ils seraient à jamais exclus 
de toute place administrative. Le prince Eugène n'ecrivait-il pas qu'il 
ne faisait pas un pas en Italie sans recueillir sur le compte de ces deux 
hommes des accusations plus révoltantes les unes que les autres ? La 
lettre du 31 mars 1806 complétait les mesures de rigueur. Masséna ob- 
jecta vainement qu'il voulait verser la somme entre les mains de son 
cousin le maréchal qui l'avait prié de la garder pour ses frais de tour- 
née ; il dut payer, sauf un reliquat de 26.288 francs dont on lui fit aban 
don. Ouanf à Grobert, il ne remboursa rien et il fut réintégré. 

2. II devint major du H' chasseurs en mai 1806 et après avoir pris 
pari au blocus de Magdebourg et a la bataille de Waterloo, mourut des 
suites de ses blessures à Neidenfels en lsiii. 

::. Voir sur Claude-Joseph Laplanche-Mortières, général de brigade 
depuis le 29 août 1503, noire Jeunesse de Napoléon I. \>. IG0-161 et 3m; 
387. Le 20 septembre il allai! ;'i \ncnn,- remplacer Le Marois dai - 
commandemenl de [a place; 



ORDRES I I \POSl IILI - l>l \ VPOLÉON 

669- La Malmaison, 1 avril 1806. 

Le gênerai Lerj i i a reçu l'ordre de se rendre dans les Etats véni- 
iens pour > suivre les travaux ordonnés à Palma-Nova cl à Osoppo ; 
il a droii à un traitenient extraordinaire. 

Accordé mille francs par mois. 



670- - La Malmaison, lu avril 1806. 

Le Grouchy propose de nommer capitaini son aide-de-camp 

le lieutenant de hussards l afayette i 

Il n a pas Le nombre d'années de service nécessaire. 



671 Saint-Cloud, 22 avril 1806 

Les treize individus ci-après ' restitueront dans la 
caisse de l'armée d'Italie les sommes suivantes : 

i. François-Joseph Chaussegros de Lery, général de brigade (5 aoi'il 
1799). général de division (1 février 1805), inspecteur général du génie 
baron «le l'Empire i \ janvier 181 1 

2. Sous-lieutenanl au 11 hussards en floréal an \ III. blessé de deux 
ps de feu au passage du Mincio eu l'an l\. lieutenant en prairial 

an XI, aide-de-camp du général Ganclaux, puis, par autorisation verbale 
du ministre, du gênerai Grouchy avec lequel il fait la campagne de 
Hollande, d Autriche el de Prusse. 

3. Geci est un ordre, el le môme jour Napoléon rendait un décret: 
par ce décret, Mesny, payeur de l'armée d'Italie, étail destitué avec 
ordre de verser dans la caisse de l'armée 300.000 francs qu'il avait in- 
justement perçus dans les provinces vénitiennes et « le nommé Soli- 
gnac . déjà destitué par un décrel du 12 mars précédent, était tenu de 

erser dans la caisse de l'armer 560.000 francs qu'il avait, lui aussi, 
injustemenl perçus (cette somme lui réduite a 2â0.000 francs qui duren! 
eire paj és à la c aisse d amortissement i. 

4. Ges treize individus étaient, (avec Franceschi, Ghavardès, Delorl. 
Vugier, Imberl el Dulédo) Uizou, agent du payeur Mesny qui devail 
rendre 330 souverains reçus du gouvernemenl de Vicence; Bret, garde 

.■.■mu de la 2 division qui devail rendre 2.116 livres reçues à Vicence; 
le payeur Devisme qui devail rendre lou louis reçus à Vicence; le 

- i Gévaudan, inspecteur «lu grand parc de la viande qui du) rendre 

1.500 livres reçues à \<-\<n\c: i. commissaire des guerres Grobert qui 

diïl rendre 44.000 livres reçues à Padoue ; le con ssaire des guerres 

Vfasséna qui dul rendre 80.000 livres reçues à Padoue; le sieur Siepel, 
inspecteur des transports, qui dul rendre 1.500 livre- reçues à Vérone. 
Ajoutons qu'Augier, ïmbert, Dulédo et Devism< furenl suspendu? et que 
le pi nec i ugène reçut ordn d'arrêter ^uzou, Bret, Gévaudan el Siepel 
■ a de mettre les ir leurs p piei - 



ORDRES II APOSTILLES Dl NAPOLÉON 227 

Le général Franceschi l . trente mille francs: 
L'adjudant-commandant Chavardès 2 . quarante-huit 
mille francs: 
L'adjudant-commandanl Delort ; . vingt mille Francs; 
Le commissaire des guerres Augier ( 4 ), soixante louis: 
Le commissaire des guerres Imbert 5 ), trois mille francs; 
e! l'adjoint Dulédo( 6 ), cinq mille six cents francs. 

Tous les autres individus, employés comptables de l'ar- 
mée, portés sur l'état ci-joint, feront les mêmes restitutions, 
chacun en ce qui le concerne. 



672- -- Saint-Cloud, 25 avril 1806. 
I De jeun. 

Mille galériens napolitains resteront à Alexandrie pour 
travailler aux fortifications de la place. 300 se; ont envoyés 



1. Franceschi avait reçu ces 30.000 livres du gouvernement de Pa- 
doue : c'est le Franceschi cité pièce 414. 

2. Chavardès avait reçu à Vérone ces 48.000 livres. 

3. Delort avait reçu ces 20.000 livres du gouvernement de Padoue. 11 
s agit de Marie-Joseph-Raymond Delort, qui fut général de brigade 
(6 août 1811) et lieutenant-général (21 juin 1815). 

î. Augier avait, disait-on, reçu ces soixante louis du gouvernement 
de Padoue, et il les versa dans la caisse du payeur général de l'armée 
de Naples ; mais il prouva, que s'il avait reçu cinquante-cinq louis, 
c'était pour les remettre au chef d'escadron Lami, aide-de-camp de 
Reynier. Il resta au service. Baîthazar Augier. né à Lyon en 1764 
ancien canonnier et lieutenant au 24 e régiment, commissaire des guerres 
provisoire en 1793, commissaire de 2 e classe en 1795, commissaire de 
1* classe en 1808. suspendu (3 juillet 1810) et réintégré (28 juin 1811). 
mourut à Erlurt le 28 novembre 1813. 

5. Imbert avait reçu ces 3000 livres à Vérone ; mais lui aussi se justi- 
fia. Denis-Victor Imbert, né en 1757. quartier-maître, puis commissaire 
des guerres (1795), réformé (25 janvier 1807), réemployé au service d'I- 
talie (1811), rentra en France et obtint sa retraite le 1 janvier 1816. 

6. Dulédo avait reçu ces 5.600 livres du gouvernement d'Udine. Adrien- 
Marie-Joseph Puissant-Dulédo, ou simplement Dulédo. ou, comme il si- 
gnait, Du Lédo, né à Besançon en 177S. avait été nommé élève corni 
saire des guerres en 1799 et adjoint aux commissaires des guerres en 
1803 ; malgré cette « restitution », il fil son chemin et il était sous in 
tendant militaire lorsqu'il fut retraité en 1831 : cf. sur lui une note de 
notre édition des Mém. de Griois. il. p. 216. 



228 ORDRES I I APOSTILLES M NAPOLÉON 

a Mantoue, et .'>od à Porto Legnago pour Le même objet. 
600 seront envoyés à drues, d'où ils seront embarques 
pour la Corse pour rire employés, entre nuire travaux, à 
la confection des roules el au dessèchement des marais. 
Les derniers 1.200 séronl envoyés à Rocheforl et mis à la 
disposition des ponls-el-ehaussees pour travailler au dessè- 
chement des marais de Rocheibrt. Quant aux 1. ()()() pri- 
sonniers napolitains. 2.000 resteront à Alexandrie pour tra- 
vailler aux ouvrages. Les 2.000 autres seront envoyés tn 
Languedoc pour être employés selon le besoin qu'en aura 
le ministre de l'intérieur. 



<;;;{. Saint-Cloud, 21 avril 1806. 

Le général de division Grouchy, employé au 2 corps de la Grand» 
\muim\ demande un congé de convalescence. 

Il sera remplacé comme malade à sa division. 



<;74 Saint-Cloud, 6 mai 1806. 

I Berthier. 

Donnez ordre au général de division Le Marois, mon 
aide-de-camp, de se rendre à Ancône. Il prendra le com- 
mandement de la ville et de la forteresse et de toute la 
côte depuis Rimim jusqu'aux frontières du royaume de 
Naplès. Il sera directement sous les ordres du vice-roi 
commandant nos armées d'Italie. Il prendra le titre de 
général-oommandanl les côtes de l'Adriatique. Il prendra 
des mesures pour que toutes mes troupes soient nourries 
et soldées par le produit des douanes et des revenus du 
pays. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 229 

675. -- Saint-Cloud, 9 mai 1806. 

I adjudant-commandanl Ménage ('), attache à l'ambassade de Vienne 
lemande le traitement d'activité de son grade. 

Refusé. 



676. — Saint-Cloud, 21 mai 1806. 

I e général de brigade d'artillerie Verrières et le colonel Deyssautier 
employés en Italie, demandent un congé de convalescence 

Point de congé. Il y a des officiers de santé et des hô- 
pitaux en Italie. Telle est en substance la réponse de FEm- 
pereur 

677. — Saint-Cloud, 23 mai 1806. 

Proposition d'accorder un congé de convalescence au colonel Clé- 
ment du 22 e régiment d'infanterie (*). 

Accordé. Ne quittera que lorsque le major sera arrivé 
au corps. 

678- — Saint-Cloud, 31 mai 1806. 

Le généra] de brigade Joba (*) écrit à l'Empereur que « Sa Majesté 
lui fait espérer depuis longtemps une destination ». 

Renvoyé au ministre de la guerre pour remployer dans 
un département. 

1. Louïs-Auguste-François Mariage, dit Méria^e, devint général de 
brigade (19 octobre 1812). Il était deuxième secrétaire d'ambassade à 
Vienne (décision impériale du 13 mars 1806) et Duroc l'avait proposé 
lorsque Napoléon avait demandé le 28 février « un officier in,telligenl 
qui connaisse bien l'organisation militaire, qui sache l'allemand et qui 
le tienne au fait de tous les mouvements militaires de l'Autriche ». 

2. Ecrit par Dejean, ministre-directeur de l'administration de la guerre 
Deyssautier (Pierre-Louis-Barthélemy) devait être nommé directeur de 
son arme à Antibes le 1 mars 1810 et y mourir le 9 novembre 1813 
sept jours avant le décret qui le mettait à la retraite 

3. Jocques-Valère Clément, aide-de-camp de Oesaix, adjudant supé 
neur du Palais, maréchal de camp en 1815 : cf. plus haut, lettre 366 el 
Feuilles dhisloirr, III, p. 18:;. 

4. Dominique Joba. général de brigade depuis le 18 aoûl 1794. 

Ordres et de apostilles Napoléon. 



230 ORDRES M APOSTILLES DE NAPOLÉON 

«;7!). Saint-Cloud, 31 mai 1806 

On propose de conférer au sieur Clarj (.'), lieutenant aide-de-camp ilu 

maréi bal Bernadotte, L'emploi de capitaine vacanl dans le 10* dragons . 

- "ii ne le propose que par exception, car il n a pas l'ancienneté 



Refusé. 



680- Saint-Cloud, 1" juin 1806. 



Le généra] Grandjean, souffrant il une blessure reçue en Hanovre 

demande à être employé dans la 6 division militair il pourra re 

ccvoir N'? secours néi essaires 

Accordé. Renvoyé au ministre de la guerre pour rem- 
ployer dans Ja (i' division militaire. 



681 Saint-Cloud, 12 juin 1806. 

Majesté esl suppliée de faire connaître si son intention est à>- 
placer le général de brigade Sabatier dans la 11 division militaire.» 

Renvoyé au général Duroc pour l'aire connaître ce que 
c'est que cet officier ( 2 ). 

19 juin 1806. 

Approuvé. 

682- Saint-Cloud, 13 juin LS06. 
1 Berthier. 

Mon intention est que mon frère le roi de Hollande, 
connétable de l'Empire, ;iil le commandemenl eu chef des 
troupes françaises qui sonl dans son royaume. Faites con- 
naître cette disposition au général qui y commande mes 

troupes 

1. François-Joseph-Marie, comte Clary, fui nommé maréchal de camp 

ioûI 1814 

2. Jusl Pasteur Sabatier. ancien sergent-major au 83", chel du l ba 
i.-iillon <lo la Marne en 1792, chef de brigade le 18 aôûl 1794, général de 

di le 29 aoûl 1799 



ORDRES 1 I APOSTILLES DE NAPOLÉON 231 

683 — Saint-Cloud, 7 juillet 1806. 

Le général de division Kellermann a obtenu un congé avec appoin- 
tements pour se rendre en France et se rétablir de ses blessures : il 
demande à toucher son traitemenl sur le pied de guerre et, en considé- 
ration de ses blessures el de ses services signalés, on soumet sa requête 
à l Empereur. 

Accordé. 

684. — Saint-Cloud. 13 juillet 1806. 

.4. Dejean. 

Donnez ordre au général de division Aubrée' 1 de se 
rendre à Zara pour être employé sous les ordres du géné- 
ral Marmont dans l'armée de Dalmatie. Donnez également 
Tordre à l'adjudant-commandant Hénin( 2 ) de se rendre 
à Zara pour servir dans l'armée de Dalmatie. 



685. — Saint-Cloud. 17 juillet 1806. 
1 Dejean. 

Je vous envoie l'état de situation des dépôts de l'armée 
de Naples. Réitérez Tordre que les majors et les chefs de 
bataillon et d'escadron rejoignent leurs dépôts. Pressez le 
travail des nominations aux emplois vacants, car il faut 
que ces bataillons et escadrons de réserve soient tenus de 
manière à être en état de servir en cas d'événement. 

686- -- Saint-Cloud, 19 juillet 1806. 

Le corps que le général Marmont commandait dans le Frioul. doit-il, 
comme les corps employés en Istrie et en Dalmatie. être traité sur le 

pied de guerre ? 

I René Aubréc, général de brigade depuis le 26 septembre 1799, fur 
tué le 1 décembre 1808 au siège de Saragosse. 

2. Etienne-Félix Hénin. adjudant-commandant en titre (30 juin 1804 
retraité en janvier 1815, nommé au grade honorifique de maréchal de 
camp (1 mars 1819). 



232 ORDRES il APOSTILLES M NAPOLÉON 

Non; il ne doil pas être traité sur le pied de guerre; 
mais il lui a été accordé un traitement particulier pendant 
le temps qu'il Taisait partie de la Grande Année. 



687. — Saint-Cloud, 19 juillet 1806. 

On propose à Sa Majesté de renvoyer à ses fonctions en Italie le 
commissaire des guerres Augier. Il étail accusé d avoir reçu de l'ar- 
gent dans le pays conquis, et il s'est justifié. 

Puisqu'il s'esl justifié, Le placer à la Grande Armée 



088- — 29 juillet 1806. 
Ordre donné dans le Conseil d'administration <lr la guerre. 

Aucun militaire ne doit se rendre isolément en Dalmatie. 
Nul ne doit passer l'Isonzo sans un ordre de l'Empereur. 



689. -- Saint-Cloud, 29 juillet. 1806. 

Le département de Marengo est-il dans le commandemen! du général 
Montchoisy (') ou sous l'autorité supérieure du général Menou? 

Le département de Marengo dépendra du général Me- 
nou. 



690- -- Saint -Clou d. 29 juillet 1806. 

A Drjean. 

Donnez l'ordre aux généraux Darnaudat r . Dutruy 8 ), 

l Vntoine Couis Montchoisy, général de brigade (8 mars 1793) el de 
n n septembre 1795), baron de l'Empire 3 février 1813). Cf 
pièce 358. 
?. Henry-Pierre Darnaudal général de brigade, du 3 juillel 1793 
3. facques Dutruy, général de brigade, du 13 juin 1793. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉOK 233 

Dazemar^), Déviai i - . Leguay( 3 ), Quétard 4 de se ren- 
dre à l'armée ditalie où ils recevront leur destination, et 
vous écrirez au vice-roi, commandant en chef mon armée 
d'Italie, que mon intention est qu'il y ait trois généraux 
de brigade à Cattaro, deux à Stagna, deux en Dalmatie. 
11 emploiera ces généraux dans ces différentes positions. 



691- — Saint-Cloud, 31 juillet 1806. 

Le général Joseph Lecfii (*) s'est rendu à Ancône, où il attend de 
nouveaux ordres; quelle sera sa destination ultérieure? 

Se rendre chez lui. 



692- — Rambouillet, 24 août 1806. 

Le général d'Hautpoul, nommé sénateur ("), doit-il conserver lé com- 
mandement de sa division de cuirassiers ? 

Il doit rentrer au sénat. 



693- — Saint-Cloud, 30 août 1806. 

On propose de continuer au général Piston ('), commandant d'armes 
à Wesel, le traitement d'activité sur le pied dé guerre. 

Accordé jusqu'au 1 er janvier 1807. 

1. Sur Dazemar, voir plus loin, pièces 932 ?.t 934. 
"2. Sur Deviau, voir plus haut, pièce 244. 

3. François-Joseph Leguay, général de brigade (6 mars Isûli et baron 
de l'Empire (26 avril 1810), tué à la Moskowa. 

4. Jacques Quétard, général de brigade (23 juin 1799) et plus lard 
(14 juin 1810) baron de l'Empire. 

5. Joseph Lechi, de Brescia, général de brigade au service de France 
depuis le 19 décembre 1799, emprisonné pour une « infamie » qu'il com- 
mit à Barcelone, employé par Murât dans l'armée napolitaine, mort en 
1836. Cf. Alb. Lumbroso, Teodoro Lechi e la sua famiglia, p. 6-13. 

6. Joseph-Ange, comte d'Hautpoul. général de brigade (13 juin 17970 

et de division (lOoctobre 1796), avait < té u me sénateur lelÔmai 1806 

mais il allait être blessé mortellement à Eylau. Cf. la troisième série 
du général Thoumas sur les Grands cavaliers de l'Empire. 

7. Joseph Piston, général de brigade (23 septembre 1793) et de divi- 
sion (21 décembre 1805); Napoléon l'avait nommé commandant d'armes 
;i \\ esel le 11 avril 1806. 



J.;'i ORDRES il APOSTILLES M NAPOLÉON 

694- — Saint-Cloud, 30 aoûl 1806. 

A la séance du < onseil d'administration de la guerre, donl le mi- 
nistre Mare! rédigea le procès-verbal, l'Empereur prononce ces paroles: 

Il faut un brevei à part pour être censé de la garde. 
Les aides-de-camp des colonels-généraux el des généraux 
commandant les corps ne font point partie de la garde. 
11 en est <U' même des officiers d'administration autres 
que l'inspecteur aux revues et le commissaire ordonnateur. 
En général, tous les officiers qui seraient appelés <'n temps 
de guerre el extraordinairement pour le service de la 
garde se trouveraient dans le même cas 



)■)'.)."». Paris, 3 septembre 1806. 

Le général Pannetier (') peut-il quitter la Grande Vrmée pour aller 
présider le collège électoral «lu département de l'Ain '.' 

Non. 

«90. — Saint-Cloud, 13 septembre 1806. 
Le généra] Humberl demande te traitemenl il:' réforme de son grade. 

Accordé. 

697. — Saint-Cloud, 14 septembre 1806. 

I..' général nV division Grouchy désire commander la division d'Haul 
commandée en ce momenl par un général de bris 

Renvoyé au ministre de la guerre pour donner le coin 
mandemenl de lu division d'Hautpoul au général Grouchy 

et lui donner I Ordre de se rendre sur le champ à son 
poste. 

1. Claude-Joseph Pannetier, général de brigade (29 aoûl 1803), romii 
de Valdotte (31 décembre 1809) lieutenant-général (1G avril 1815) 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 235 

CUS. - Saint-CIoud, 20 septembre 1806. 

A I ><■ je an. 

Donnez l'ordre au sénateur d'Hautpou] d'être rendu à 
s;i division avant le 1' octobre afin d'en prendre Je com- 
mandement: il se rendra en droiture à Wûrzbourg. 

Donnez l'ordre au général de brigade Defranee de se 
rendre à la division du général Nansouty pour y prendre 
le commandement de la brigade de carabiniers. 

Donnez aussi Tordre au général de brigade Durosnel l 
de se rendre à Francfort pour y commander la cavalerie 
du corps d'armée du maréchal Augereau. 

090. — Saint-CIoud, 20 septembre L806. 
1 Dejean. 

Le général Groucby auquel j'ai donné le commandement 
d'une division de cavalerie, n'est pas encore à l'armée; fai- 
tes-moi connaître s'il est parti; il faut qu'il soit rendu à 
sa division avant le 1 er octobre. 

Donnez l'ordre qu'avant le 1 er octobre le général Ga- 
zais ( 2 ) soit rendu à l'état-major de la Grande Armée, que 
le généra] Margaron 3 ) ait rejoint sa brigade et que le gé- 
néral Saint-Sulpice l ) soit également rendu à sa division 
pour la même époque. 

Donnez l'ordre au major du .V régiment de chasseurs 
de se rendre à son régiment en l'absence du colonel: aux 
majors des 8 e et 1!)' régiments de dragons, de se rendre 
à leurs corps pour remplacer leurs colonels qui ont été 

1. Antoine-Jean-Auguste-Henry Durosnel, général de brigade (24 dé 
cembre 1805), comte de l'Empire (24 avril 1808), général de division 

16 avril 1809). 

2. Louis-Joseph-Eksabeth Cazals. général de brigade au corps du 
génie (25 décembre 1805) et baron de l'Empire '.'21 décembre 1m ,v 

3. Pierre Margaron, général de brigade (29 août 1803) et de division 
(16 aoûl 1313). baron de l'Empire (28 janvier 1809). 

■5. Raymond-Gaspard de Bonardi, comte de Saint-Sulpice, général de 
brigade, du 24 mars 1S(>3. qui fut promu divisionnaire le li février l s;| 7 



236 ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 

faits généraux el au colonel du 3 e régiment de cuirassiers 
d'être rendu à son régiment avant le 1" octobre. 

700. — Saint-Cloud, 20 septembre 1806. 

1 l)i i' an. 

Le décrel ci-joint vous fera connaître que j'ai nommé 
le général Rampon L ), comme l'année passée, pour com- 
mander les gardes nationaux du Nord. 

Vous donnerez au marécha] Kellermann pour aide-de- 
camp le chef d'escadron Rebillot du 8 hussards - et 
l'adjudant-commandant Dupral 8 pour chef de l'état- 
major. 11 si' servira des ordonnateurs des 5' et 26 e divi- 
sions militaires ainsi que des généraux de division et de 
brigade qui se trouvent dans ces divisions. 

Vous donnerez au général Rampon le général de bri- 
gade Moreau 4 pour commander l'avant-garde de ces gar- 
des nationaux à Sainl-Omer. 

Indépendamment du général de brigade Moi-eau qui sera 
sous les ordres du général Rampon, il sera autorisé à pren- 
dre dans la 1(>< division militaire les officiers qui lui se- 
raient nécessaires pour organiser son corps de gardes na- 
tionaux, de manière qu'il y ait un général de brigade pour 
commander 3.000 hommes de gardes nationaux. 



701- — Saint-Cloud 23 septembre 1806 
I Dejean. 
Donnez l'ordre au général de division Oudinot qui 'Si 

l Vntoine-Guillaume Rampon, général de brigade 'Il avril 1796) e 
de «11- septembre 1800) comte de l'Empire (26 avril 1808 

2. Paul Rebillot, oé à Faverney en 1766, cavalier en L785, lieutenant 
• ■il 1792, capitaine en 17'.':;. cl ■ - dron le 7 avril 1805, major en 1807, 
dani commandanl chef d'étal major du maréchal Kellermann en 
1843 -"ii- chel d'étal major de Clauzel en 1815, retraité la même année 

6. Jean-Etie ;-Benoît Dupral adjudant-commandanl depuis 1795, oV- 

vail tomber à Wagram le 6 juillet 1809 après avoir reçu doux jours 
auparavant le grade de général de brigade 

i. Jean-( laude Moreau, général de brigade (29 aoûl l s <>M baron il 
l'Empire (3 mai 1810 q ii devail rendre Soissons en 1814. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 23 1 

à Paris, de se rendre à Mayence où il devra être arrivé le 
1 er octobre. 

Donnez aussi ordre à l'adjudant commandant Jarry qui 
est à Neuchâtel de se rendre à Mayence le plus tôt pos- 
sible. 



702- — Mayence, 29 septembre 1806. 
1 De jean. 

Il faut à Mayence un colonel d'artillerie. Le chef de ba- 
taillon qui s'y trouve est un bon officier: mais il n'a pas la 
tête assez vaste pour une si grande besogne. Envoyez-y 
donc un colonel qui y demeure et qui puisse diriger l'im- 
mense matériel de cette place. Il serait même convenable 
d'y avoir un général d'artillerie. 



703- — Mayence, 30 septembre 1806. 

Le général de division Clauzel^) se rendra en Italie où 
il sera sous les ordres du vice-roi, chargé du commande- 
ment de tous les dépôts de l'armée de Naples. 



704- Mayence, 30 septembre 1806. 

Le général de brigade Reille ( 2 ) écrit d'Ochsenfurt que le ministre lui 
envoie Tordre de rejoindre le grand quartier général ; or il « commande 
depuis huit, mois une des plus belles brigades de l'armée et Sa Majesté 
sentira combien il serait pénible pour lui de devoir la quitter au mo- 
ment où la guerre va recommencer. » 

Il n'y a pas d'inconvénient à laisser cet officier ici 

1. I, homme que Napoléon regrettera de n'avoir pas nommé en 1815 
ministre de la guerre ; cf. sur lui notre Dugommier, p. 197. Bertrand 
Clauzel, général de brigade (5 février 1799) et de division (18 décembre 
1802). baron de l'Empire (11 juin 1810), devait être fait maréchal de 
France le 30 juillet 1831. 

2. Reille, qui sera général de division trois mois plus tard (30 dé- 
cembre 1800), et qui deviendra maréchal de France (17 septembre 1847 
commandait depuis le mois de janvier 1806 nue brigade <lu 5* corps. 



238 ORDRES II VPOSTJLLES M NAPOLÉON 

705- Posen, 8 ..<'lui.iv L806. 

Mac il. .11 La Morlière, général de division l i .1.- retour de L'île de 
France, demande de l emploi. 

Lui accorder, avec son traitemenl d'activité, un congé de 
six mois. 

706. - Berlin, lu novembre 1806. 

Dejean rend compte qu'il a exécuté l'ordre de S. M. du 25octohro.| i 
el envoyé à Wesel le général Grandjean Sa Majesté avait désigné 
I egrand ; maïs Legrand est à la Grande Armée, il y avait erreur de 
nom. et Sa Majesté .-. voulu sans doute fixer son attention sur Grandjean 

qui esl à l an ■ .le- i ôtes, etc. 

Approuvé ce qu'a l'ait le ministre 



70?. Décision concernant Gouvion Saint-Cyr. 

I e général Gouvion Saint-Cyr, revenu dans ses foyers en vertu d'un 
congé que lui a accordé S. M. le roi de Naples, demande s'il doil 
retourner dans le royaume de Naples. 

Berlin, 15 novembre 1806. 

Renvoyé au prince de Neuchâtel par ordre de l'Empe- 
reur. 

Berlin, 16 novembre 1806. 

Le prince de Neuchâtel renvoie au général Dejean le pré- 
sent i-appori : l'Empereur ne m'a rien dit, mais il paraîl 
que le généra] Gouvion peut attendre des ordres en France. 
L'intention de Sa Majesté n'est pas de l'appeler à la Grande 
Armée. 

I François-Louis Magallon, comte de La Morlière, général de L795, 

idier le 6 janvier ei divisionnaire le I février). Cf. lettre îs7 
1 Co esp., n* 11 "T.. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 239 

708. — Berlin, 23 novembre 1806. 
I Dejean. 

Le traitement dos Prussiens était un projet que je pro- 
posais au roi de Prusse. Ce prince n'ayant pas voulu y 
adhérer, les prisonniers prussiens doivent être traités 
comme l'étaient les prisonniers autrichiens. 



709- -- Fin novembre 1806. 

Le généra] Grouchy demande l'aigle de la Légion pour le chel des 
cadron Dupuy, son aide-de-camp ('). 

Refusé. 

Il demande le grade de capitaine pour le lieujenanl Lafayette, son 
aide-de-camp et ancien aide-de-camp du général Canclaux : « cet excel- 
lent officier a chargé à mes côtés à Prenzlow, est entré dans la ville 
pour sommer M. de Ilohenlohe ; il a été blessé au passage du Mincio 
en ftalie, et il est lieutenant depuis près de quatre ans . 

' Refusé. 

Il demande le grade de capitaine pour son aide-de-camp Honore de 
Monaco C) ; « cet officier est lieutenant depuis la bataille de Hohenlinden 
où il l'ut grièvement blessé, et, avec une poignée de dragons, au fau- 
bourg de Prenzlow, il a fait mettre bas les armes à un bataillon prus- 
sien ». 



Faire capitaine, mais passe dans la ligne. 



710- — Posen, 8 décembre 1806. 
Le général de brigade Yvendorff ( s ) demande de l'emploi. 

1. Jean-François-Guillaume Dupuy, dragon dans Condé en 1779. sous- 
lieutenant en 1 792 . lieutenant en 1793, capitaine en 1794, chef d'escadron 
en l'an XIII. retraité en 1809. 

2. Honoré de Monaco, chasseur au 23' régiment en l'an VII, sous- 
lieutenant et aide-de-camp de Grouchy en l'an VTII, lieutenant en l'an IX, 
devenu capitaine et, le 6 juin 1807, un des officiers d'ordonnance de 
l'Empereur, premier écuyer de l'Impératrice plus tard prince de Mo- 
naco sous le nom d'Honoré \ 

3. Jean-Frédéric Yvendorff, général de brigade depuis le 24 décem 
bre 1805. 



2 10 ORDRl - l I VPOS l il l.l S Dl N VPOLÉON 

Lui envoyer l'ordre de se rendre auprès du général Bour- 
cier à Spandau. 

7 11. -Varsovie, 12 janvier 1807. 

Proposition d'accorder un congé de six mois à M. Esperl ('), colonel 
du 102', armée de Naples. 

Refuser cette permission. 



712. - Ostende, 1 er mars 18tt/. 

On propose à S. M de nommer colonel du 6' hussards, à la place di 
sieur Pajol, un des deux officiers ci-après, sortanl du Y régimenl de 
hussards el nommés colonels le même joui-: le sieur Vallin était major 
et le sieur Boudinhon, chef d'escadron. 

Approuvé pour Vallin (-'). 



713. Finckenstein, 23 avril 1807. 

Les commandants des corps d'élite nouvellement formés en Italie des 
i ompagnies de grenadiers et de voltigeurs, jouiront-ils de l'indemnité 
de représentation 

Oui. 

714. — Finckenstein, 30 mai 1807. 

! Dejean. 

Donne/ ordre au général de division Souham de se 
rendre en Italie pour prendre le commandement de la di- 
vision que lui confiera le vice-roi. 

I. Pierre Esperl - rpril ne faut pas confondre avec Jean-Baptiste 
Esperl ou Esperl de Latour, comme lui, baron et, comme lui, général 
de brigade - l'ut nommé baron de I Empire le 12 novembre 1809 el 
général de bi igade le 6 aoûl 181 1 

-.'. I ouis Vallin devinl général de brigade (5 décembre 1812) el fut 
nommé lieutenant général le 3 juillel 1815. 

:;. Souham, ancien cuirassier el gendarme, lieutenant-colonel 

du 1" bataillon des volonl il - de la < orrèze en 1792, général de bri- 
gade le 30 juillet 1793 el de division le L3 septembre suivant, el qui 
61a là : un an 1 «uffi pour obtenu les premiers grades. 



ORDRES II APOSTILLES DE NAPOLÉON 241 

Donnez ordre au général Dallemagne Q-) de se rendre 
au quartier-général de la Grande Armée pour y être em- 
ployé au commandement d'une division. 



715- — Finckenstein, 6 juin 1807. 

On a désigne pour remplacer le gênerai Préval au camp de Pontivy 
le général de brigade Paris d'Illins que S. M. a remis en aclivile par 
décret du 25 mars dernier. 

L'envoyer au camp de Boulogne. 



716- — Tilsit, 2 juillet 1807. 

On propose d'accorder à VI 11 ' Marguerite Dujard, nièce du général 
d'artillerie de ce nom ('), une somme une fois payée de 2.000 francs. 

Accordé, proposer en outre une pension de cinq cenls 
francs. 



717. — Tilsit, 7 juillet 1807. 
Berlhier à De j eau. 

L'état des blessures du général Thiébanlt 3 ne lui per- 
mettant pas, quant à présent, de servir d'une manière ac- 
tive, S. M. vient d'accorder à ce général la permission 
de rentrer en France pour y prendre les eaux. 

1. Claude Dallemagne, général de brigade (23 décembre 1793) et de 
division (15 août 1790). baron de l'Empire (19 juin 1813). 

2. Cf. plus haut, pièce 316. 

3. Paul Thiébault, qui n'était encore que général de brigade (depuis 
le 30 avril 1800), avait écrit que « l'usage régulier des bains de Barèges 
était seul capable de le sauver du malheur d'être estropié pour tou- 
jours », et il reçut un congé de quatre mois. En réalité, comme il le 
raconte, il avait été désigné pour commander une brigade du corps de 
Davout, et de la sorte, en se plaçant « sur le terrain chirurgical », il 
«. échappa, du moins quant à cette époque, au malheur de servir avec 
le prince. d'Eckmûhl ». Cf. son amusant récit (Mémoires, IV, p. 100-105). 



2A2 ORDRES II APOSTILLES Dl NAPOLEON 

ils Saint-Cloud, I aoûl L807. 

l.n l .ni \lll. les armées françaises passèrent sur le mont du grand 
Sainl Bernard h reçurenl «le l'hospice des fournitures en vin, fron 
ci chandelles donl le montant s'élève, suivanl un certifical de la chambre 
administrative du Valais <-\ le bordereau arrêté par le commissaire des 
guerres Dalbon, à une somme totale de 18.961 fr. 75. On propose d'or- 
donnancer ce paiement sur les i<>nd> des dépenses extraordinaires de 
la guerre, de l exercice courant. 

Accordé. 



71Î). Paris, 17 aoûl L807. 

Le 16' régiment demande que le cœur de La tour d'Auvergne soit 
dépose au monument que l'Empereur fait élever à la gloire il'- ses 
armées. 

Approuve. 

720. Rambouillet, 7 septembre 1807. 

On rend compte qu'il faut dépenser à Alexandrie, en sus des 2.400.000 
francs déterminés pour cette place par le budget de cette année, un 
fonds supplémentaire do 600.000 francs; il est nécessaire de « mettre la 
Bormida dans son nouveau lit pour prévenir bien des accidents». 

Approuvée la dépense de six cenl mille francs pour cette 
année. 



721. Rambouillet, 10 septembre 1807. 

Le général Roguet (') demande une prolongation de congé. 

Je l'ai placé à Paris dans la division. 

I François Roguet, général de brigade (29 aoûl 1803) el <\<- division 
(24 juin 1811), chambellan de l'Empereur, colonel en second d*'s grena- 
diers de la garde comte de l'Empire (26 février 1814). 



ORDRES El APOSTILLES DE NAPOLÉON 243 

722 — Rambouillet, 10 septembre 1807. 
.1 Clarke. 

Donnez ordre au général de brigade Roguet de prendre 
le commandement, dans la Ire division militaire, des trou- 
pes d'infanterie qui s'y trouvent, hormis de celles de la gar- 
nison de Paris. Il sera sous les ordres du général de di- 
vision commandant la 1« division militaire. 



723. -- Rambouille', 10 septembre 1807. 

On propose de confier le commandement d'un régiment provisoire à 
M. Dulong Ci, major du 31* régiment d'infanterie légère. 

Il n'y a pas besoin de décret pour cela. 



724. — Rambouillet. 15 septembre 1807. 

L'épouse du chef de bataillon Danloup-Verdun (*), du i' régiment de 
ligne, demande avec instance qu'il soit accordé à cet officier un congé 
d'un mois avec appointements pour se rendre à Paris où sa présence 
est indispensable. 

Lui accorder un mois de congé. 



725. — Fontainebleau, 1 er octobre 1807. 

Lettre de Marmont à l'Empereur sur le général Guillet (') qui s'est 
rendu coupable de concussions 

Renvoyé au ministre de la guerre pour me faire un rap- 
port sur cette affaire. 

1. Louis-Etienne Dulong de Rosnay qui devint général de brigade 
(12 avril 1813). et lieutenant-général (18 mars 1815). 

2. Louis Danloup-Verdun qui passa au service de Westphalie et qui 
fui nommé le 8 janvier 1814 général de brigade au service de Frani e. 

3. Pierre-Joseph (Juillet, général de brigade depuis le 30 juillet 1790. 



244 ORDRES ET APOSTILLES Dl NAPOLÉON 

7^c. Fontainebleau, I octobre 1807 
Rapport -m L'affaire du général Guillet. 

Suspendre le général Guillet et le mander pour rendre 
compte de sa conduite. 

7*27. - Fontainebleau, 11 octobre 1807. 

Le général ^.ubrée, employé à l'armée de Dalmatie, venant d'essuyer 
dcu.v maladies irraves, demande l'autorisation de rentrer eB France pour 
respirer l'air natal : <>n propose de lui accorder un congé de trois mois 
avec appointements. 

Accordé. 

728. — Fontainebleau, 14 octobre 1807. 

L'intention ôr I l tnpereur étant de faire passer dans un autre dépar- 
lement le général de brigade Chabert, actuellement employé dan.-, la 
22* division, on propose à S. M. de l'envoyer dans la 15° division ou 
dans la le/ ou dans la 26*. 

L'envoyer à l'armée de la Gironde. 



720- — Fontainebleau, 14 octobre 1807. 

Le général de brigade Jomard (*), nommé chef d'état-major du camp 
de Boulogne, demande a rester dans la 19' division militaire el a garder 
le commandemenl du départemenl du Rhône, à cause de sa mauvaise 
santé. 

Proposition qui déshonore le généra] pour qui elle est 
faite. 

730. — Fontainebleau, 14 octobre 1807. 

On prie S. M. de faire connaître commenl Elle veut que soil traité, 
en ce qui concerne les services administratifs, le régiment espagnol «le 
Ijisitania que le général commandant la 10" division militaire vient de 
réunir en entier à Perpignan pour \ attendre de nouveaux ordres. 

Ce régiment doil être parti. 

l Jacques Jomard général d< brigade depuis le 29 août 1803. 



ORDRES ET APOSTILLES Di: NAPOLÉON 245 

731- — Fontainebleau, 20 octobre 1807. 
A Clarke. 

Je vois dans l'état des hommes présents à l'armée de 
réserve sur le Rhin qu'il y a 7.400 hommes proposés pour 
la retraite ou la réforme, et 800 hommes de cavalerie; ce 
cpii fait plus de 8000 hommes. Vous sentez combien il 
est malheureux d'avoir à notre charge un si grand nom- 
bre d'hommes inutiles qui seraient plus heureux chez eux, 
qui y propageraient un bon esprit el ne coûteraient rien à 
l'Etat. 



732- — Fontainebleau, 28 octobre 1807. 
Auguste de Forbin (') demande à suivre Sa Majesté à l'armée. 

Renvoyé au général Clarke pour l'employer auprès du 
général Junot, comme officier d'état-major. 



733- — Fontainebleau, 1 er novembre 1807. 
Paroles dites au général Dallemagnc. 

Vous êtes trop âgé et trop cassé par les fatigues de plus 
de trente ans de service pour entrer de nouveau en cam- 
pagne (2). 

734. — Saint-Cloud, 2 novembre 1807. 
A Clarke. 

Donnez ordre au général de brigade Rigan ( :i ) de pren- 

1. Auguste de Forbin La Barben, lieutenant en 1S07. atlaché a l'état- 
major de Bessières en 1809, chef d'escadron en 1815 et lieutenant-colonel 
honoraire en 1817, chambellan de la duchesse de Guastalla, directeur 
des Musées loyaux en 1816. 

2. Pourtant il fut nommé le 25 mars 1809 à Wesel commandanl de la 
25* division militaire. 

3 Antoine Rigau, général de brigade (12 janvier 1807), baron de l'Em- 
pire (2 février 1809). 

Ordres et apostilles de Napoléon. , 



246 ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLEON 

dre le commandement de la brigade provisoire de cuiras- 
siers. 

Au général de brigade Dupré '» de prendre le comman- 
dement de la brigade provisoire de chasseurs. 

Au général de brigade Privé 2 de prendre le commande- 
menl de la brigade provisoire de dragons. 

Au généra] Laroche ( 3 ) de prendre le commandement 
des hussards. 

Nous donnerez l'ordre au général Boussart (') de se ren- 
dre à Bayonne pour commander la cavalerie du 2 corps 
de la Gironde. 



735- — Fontainebleau, 3 novembre 1807. 

« On supplie S. M. de vouloir bien faire connaître si M. le maréchal 
duc il'' Danzig doil conserver pendanl son séjour à Paris le traitement 
dont il jouissait à la Tirande Armée. » 

Le duc de Danzig a quitté l'armée pour rentrer an Sé- 
nat: il n'a donc plus rien de commun avec la guerre. 



?;{<». — Fontainebleau, 9 novembre 1807. 

Le général Impuni demande pour chef d'élal-major le général d>' bri- 
gade Barrois ou le vénérai de brigade Legendre. 

Accorder le général de brigade Legendre ( 5 ). 

I < laude François Dupré, général de brigade du 29 août 180o. 

2. Ithier-Sylvain Privé, général de brigade du 14 mai 1807. 

3. Jean-Baptiste-Grégoire Delaroche, dit Laroche, général de brigade 
depuis le 1<» juillet 1799 et qui devini général de division le 2 fé- 
vrier 1808. 

4. André-Joseph Boussart, général de brigade (14 décembre 1801) et 
de division (16 mars 1812), baron de l'Empire (10 février 1809). 

5. François-Marie-Guillaume Legendre, général de brigade depuis le 
j'i (Icreinbre W»:>. devait être nommé le 27 novembre 1808 baron de 
1 Empire ; il prit le nom de baron d'Harvesse. Voir sur lui les Mém. de 
rhiébault, V, p. 5T:: : il était chef d'étal-major de Dupont à Baylen et 
Thiébaull assure qu'il avail les mains vides, mais non les mains netles, 
el que. .-i lui. Thiébault, avait été juge dans le procès de Baylen, il 
aurai! condamné à morl Legendre, toul comme Dupont. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 24"i 

737. - - Fontainebleau, 9 novembre 1807. 
A Clarke. 

Les trois généraux de division qui commanderont le 
corps d'observation des côtes de l'Océan, seront les géné- 
raux Morlot, Musnier et Gobert. Vous donnerez l'ordre 
en conséquence à ce dernier de quitter la Grande Armée 
pour se rendre à son nouveau poste. 

Les généraux de brigade seront les généraux Brun. Le- 
franc, Lefebvre et le prince d Isembourg. 

Les trois adjudants commandants seront ceux que vous 
me proposez : Peste-Turenne-Laval. Dhalencourt et Cha- 
lus. 

J'approuve également le choix des officiers de l'état- 
major. 

738- — Fontainebleau, 11 novembre 1807. 

On propose pour l'armée des côtes de 1 Océan qui doit avoir trois 
divisions d'infanterie, les six généraux de brigade Brun, Lefranc, Le- 
febvre, le prince d'Isembourg. Desenfans et Wouillemont. 

Je n'accepte pas les généraux Desenfans el Wouille- 
mont. 

739- — Fontainebleau, 15 novembre 1807. 

Le général de brigade Jomard représente de nouveau que l'état de sa 
santé le met dans l'impossibilité de se rendre à Boulogne. 

Mettre en réforme. 



740. -■■ Fontainebleau, 15 novembre 1807. 
A Clarke. 

Donnez ordre au général de brigade Maison ( ! ) de se 
rendre à Bordeaux pour être employé dans son grade dans 
le corps d'observation des côtes de l'Océan. 

1. Nicolas-Joseph Maison, général de brigade depuis le 10 février 1800 
el qui devait être baron (2 juillet 1808), puis comte de l'Empire (14 août 
L813), général de division (21 août 1812), marquis, et, le 22 février 1829, 
maréchal de France. 



248 ORDR] - I 1 APOSTILLES DE NAPOLÉON 

741. Milan, 21 décembre 1807. 

On rend compte <\r> accusations portées par Marmont conlre le gêné 
rai Guillel ci propose d'en renvoyer l'examen à une commission. 

Renvoyé à une commission particulière prise, sur les 
lieux. 



74'.$. - Paris, 12 janvier 1808. 

Le général Maison, chef d'état-major du 1" corps de la Grande Armée, 
a reçu l'ordre de se rendre à Bordeaux pour être employé au corps 

d'observal les côtes de l'Océan: il demande à rester au 1" corps 

sous les ordres du maréchal Victor, sa santé ne lui permettant pas de 
voyager avant d'être rétabli ; il a des rhumatismes violents qui le re- 
tiennent au lit et l'empêchent de se livrer à aucun genre de travail. 

Je suis surpris que le ministre me présente une pa- 
reille demande: il devra exécuter son ordre aussitôt qu'il 
ne sera pas malade. 



743- - Paris, 18 janvier 1808. 

Le maréchal Kellermann écrit à l'Empereur : « Le général de brigad» 
Desenfans (') qui vient de mourir, laisse une veuve et quatre enfants 
il n'y a que des dettes à payer ; cette famille intéressante ne peut plus 
compter que sur les bienfaits de Votre Majesté... » 

Renvoyé au ministre de la guerre pour fixer sa pen- 
sion. 



744. — Paris, 29 janvier 1808. 

On propose de faire passer M. \meil. major des chevau-légers bel- 
dans un autre régimenl (*). 

Il restera au corps. 

1. Nicolas-Joseph Desenfans avail été promu général de brigade le 
28 janvier 1794. 

2. Auguste-Jean-Joseph-Gilberl Vmeil devint colonel du 24' chasseurs 
baron de l'Empire (9 mars 1810) el général de brigade (21 novembre 1812). 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 249 

74.'». — Paris, 18 février 1808. 
I Clarke. 

Vous recevrez un décret qui concerne le général Lari- 
boisière. Il pourra prendre quelques officiers d'artillerie 
de ma garde pour les employer dans son état-major. Vous 
lui donnerez tous les documents et instructions nécessaires. 
Lorsqu'il aura ses états et qu'il sera bien instruit, la veille 
de son départ, il viendra me trouver et j'aurai un travail 
avec lui sur celaC 1 ). 



740. — Paris, 3 mars 1808. 
A Clarke.' 



Donnez ordre au général de brigade Ducos de se rendre 
à Bayonne où il sera employé. 



747- — Paris, 7 mars 1808. 

Le général de brigade Franceschi-Delonne (*) demande la permission 
de rester au service du roi de Naples. 

Renvoyé au ministre de la guerre pour lui délivrer cette 
permission. 



748- — Paris, 14 mars 1808. 

On demande les ordres de S. M. sur le général Belliard qui paraît 
destine a remplir les fonctions de chef d'étal-major de S. \ le grand- 
duc de Berg. 

Oui. 

1. Lariboisière devait commander en chef l'artillerie de l'armée d'Es- 

2 Jean-Baptiste Francesqui, dit Franceschi-Delonne. aide-de-camp de 
Soult colonel du 8' hussards, gênerai de brigade (24 décembre 18051 
aide-de-camp du roi Joseph qu'il servit à Naples et en Espagne, baron 
de 1 Empire (23 juin 1810), fait prisonnier par les Espagnols etl mort 
dans les prisons de Carthagène le 23 octobre 1810 ; cf. L. Hennet, l es 
2 Tin r " ?5 ~ 76 (>t Sainte - Reuw ' Nouveaux lundi*. \l. 



250 ORDRES 11 VPOSTILLES DE NAPOLÉON 

741» - Paris, 16 mars 1808. 

Percy, chirurgien en chef de la Grande ^rmée, demande à passe) 
quelques mois dans ses foyers pour rétablir sa santé. 

Accorder un congé de trois mois: le remplacement pro- 
visoire est autorisé. 

750. - Paris, 19 mars 1808. 
A Clarke. 

Donnez ordre ;in général Cavrois ' de se rendre à Val- 
ladolid ci d'y être arrivé le 28 mars. 

Donnez ordre au général de division Chabran, an général 
de brigade Nicolas: 2 ) ef au général de brigade Yiala( :i ) 
qui est à Rodez, de se rendre à Perpignan. Ces trois gé- 
néraux commanderont la division venant d'Italie qui ar- 
rive à Perpignan le 30 mars. Vous ferez connaître au gé- 
néral Chabran qu'il est sous les ordres du général Du- 
hesme. Vous joindrez à cette division un adjudant com- 
mandant. Ainsi le corps du général Duhesme sera com- 
pose de deux divisions, celle du général Chabran et celle 
du général Lechi et de deux brigades de cavalerie, lune, 
de chasseurs italiens el napolitains que commandera le 
général Viala, et l'autre, de deux régiments provisoires 
de cuirassiers et de chasseurs que commande le général 
Bessières ( 4 ). 

Donnez ordre au général Caulaincourl qui est à Poi- 
tiers, de se rendre a Burgos où il devra èlre arrivé avant 
le 28 mars. Il lui sera donné une brigade de cavalerie de 
régiments provisoires. 

Donnez ordre au sous-inspecteur aux revues Porte( 5 ) qui 

1. I .ouis-.Josoph Cavrois, général de luigadc, du 24 juin 1794. 

2. Jean Nicolas, général de brigade {'2'A octobre 1806) et baron de 
I i mpire (2 mars 1811). 

3. Sébastien Viala, général <]<• brigade (23 octobre 1806) et chevalier 
de l'Empire (22 octobre 1810). 

i Ki'i M .mil l'.i'ssieivs, L'i-neral de brigade (24 décembre 1805), baron 
de l Empire (16 décembre 1810), lieutenant-général (23 avril 1821). 

7t. Porte avait été adjudant général et il défendit Bellver en 1794 
contre les Espagnols : cf. notre Dugommier, p. 346. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 25 1 

est dans la 10e division militaire de se rendre à Barce- 
lone pour y être aux ordres du général Duhesme. 

Donnez ordre au général de brigade d'Agoult de se ren- 
dre à Pampelune pour prendre le commandement de la 
citadelle et aussitôt son arrivée, le général Darmaignac se 
rendra à la division du général Merle. 



751- — Paris, 19 mars 1808. 

Sur le tableau d'organisation de l'infanterie de l'armée d'Italie l'Em- 
pereur a indiqué les destinations suivantes : 

Le 1" bataillon du 13" régiment sera formé au 2' corps. 

Florence. 

Le 4' bataillon du même sera formé à Belluno. 

Florence. 

Le 1" bataillon du 42' sera formé au "J corps. 

Verrue. 

Le 4' bataillon du 53* sera formé à Belluno. 

Camps/ 1 ). 
Le 4 S bataillon du 84' sera formé à Ceneda. 

Camps. 
Le 4' bataillon du 106* sera formé à Serravalle. 

Camps. 

Le l" bataillon du 1" régiment d'infanterie légère sera formé au 
2' corps. 

Verrue. 

1. Ces camps, formés aux environs d'Udine et d'Osoppo, étaient au 

nombre de deux. 



2h2 ORDRES l! APOSTILLES Dl NAPOLÉON 

:•)>> Paris, 20 mars 1808. 

Clarke à Berihier '). 

Sa .Majesté a ordonné les dispositions suivantes. 

Le, général Cavrois, employé dans la 12 e division, se 
rendra â Valladolid où il recevra de nouveaux ordres: il 
lui est enjoint d'y arriver le 28 mars. 

Le général de brigade Caulaincourt, employé à la ré- 
serve de cavalerie, à Poitiers, se rendra à Burgos où il 
prendra Je commandement d'une brigade de cavalerie for- 
mée de régiments provisoires; il a ordre d'y arriver le 
28 mars. 

Le corps d'observation des Pyrénées Orientales, com- 
mandé par le général Duhesme, sera composé de deux 
divisions d'infanterie et de deux brigades de cavalerie. La 
l re division d'infanterie sera commandée par le général 
Lecbi. La 2 v division, qui doil arriver le 30 de ce mois à 
Perpignan, sera sous les ordres du général de division 
Chabran; le général Nicolas et l'adjudant commandant De- 
vaux y seront employés. 

La 1" brigade de cavalerie reste sous les ordres du gé- 
néral Bessiëres; la 2 brigade sera commandée par le 
général Schwartz et sera composée de chasseurs italiens 
cl napolitains. 

Le sous-inspecteur aux revues Porte, employé dans la 
10 division, sera chargé du service des revues au corps 
d'observation des Pyrénées Orientales 

Le général Darmaignac sera employé à la division des 
Pyrénées occidentales sous les ordres du général Merle; 
il sera remplacé dans le commandement de la citadelle de 
Pampelune par le général d'AgOUlt. 

Tous ces officiers se rendront en poste à leur desti- 
nation. 

i. et. ii pièce 7T>n ; il csl intéressaal de voir comment Clarke irans 
lift [es ordres de Napoléon. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 253 



753- — ■ Saint-Cïoud, 24 mars 1808. 

Le général de brigade Maison demande un congé de quatre mois 
pour l'aire usage des eaux de Bourbonne. 

Accorder le congé. Le remplacer au l 1 ' 1 corps en Por- 
tugal. ' 

754- — Saint-Cloud, 31 mars 1808. 

Le général de brigade Ruby (') demande à reprendre le commande- 
ment du département de l'Indre ; atteint de la goutte et dans un état 
d indisposition continuelle, il déclare que son âge et ses infirmités ne lui 
permettent plus de servir en campagne. 

S'il est hors d'état de marcher, lui accorder sa retraite 
ou un commandement d'armes. Tous les généraux de l'in- 
térieur doivent pouvoir faire la guerre. 



755. — Avril i808. 

M J " Speiser demande une pension alimentaire. Son mari était lieute- 
nant de canonniers décoré de la croix de Saint-Louis et elle a eu quatre 
fils : l'un, capitaine d'artillerie, mort à l'explosion de la citadelle de 
Plaisance ; l'autre, lieutenant d'artillerie, mort des fatigues de la guerre 
devant Slralsund ; un troisième, ouvrier à !a I e compagnie d'ouvriers ; 
un quatrième, conducteur d'artillerie, qui écrit à l'Empereur au nom de 
sa mère. On prie Sa Majesté de décider sur ces diverses demandes. 

Accorder toutes t'es demandes ( 2 ). 



750. — Bordeaux, 5 avril 1808. 
A Clarke. 

Donnez ordre au général de division Lagrange de se 
rendre à Burgos, quartier-général du maréchal Bessières, 
où il sera employé en sa qualité de général de division. 

1. Sébastien Ruby, général de brigade, depuis le 23 mars 1798. 

2. Le 12 avril 1808, la mère des quatre Speiser obtient une pension de 
trois cents francs. Cf. notre édition des Mém. de Griois. I, p. 223. 



254 ORDRES il APOSTILLES DE NAPOLÉON 

7 ."> 7 • — Bordeaux, 6 avril 1808. 

De <i U( .'' traitement «luit jouir le général \lenou (.'), depuis la nomina- 
tion du prince Borghèse comme gouverneur général des départements 
■m delà des Vlpes? Il jouissait d'un traitement de deux cent mille francs. 

Il continuera d'être traité de même pendant lonte l'an- 
née nécessaire pour aider de ses conseils le gouverneur. 



758- — Bordeaux. 12 avril 1808. 

Tout ce qui reste dû d'arriéré de solde sur 1806 et 1807 
aux sous-officiers et soldats présents à La Grande Armée 
leur sera payé sans délai. 

7.'»i> — Bayoune, 11 mai 1808. 

Deux compagnies de grenadiers du ti" de ligne et une compagnie de 
voltigeurs du 14" léger, destinées à Corfou, ont été faites prisonnières 
par les Anglais. Faut-il, comme le demande le gouverneur-général, en- 
voyer à Corfou une autre compagnie de grenadiers du 6* et une autre 
compagnie de voltigeurs du 14* léger '.' Ou ne vaut-il pas mieux former 
de nouvelles compagnies? 

On peut former une nouvelle compagnie; il ne faut point 
que de nouvelles compagnies se rendent à Corfou. 

760- — Bayoune, 21 mai 1808. 

Les troupes portugaises doivent être traitées comme les 
troupes françaises. 

7G1- -- Bayonne, 25 mai 1808. 

I i- général Rej l i demande la permission de se marier avec \l n ° Pi- 
laf) e. 

I VIenou réside alors à Florence comme gouverneur général de la 
I oscane 

2. Jean Pierre \ntoine Rey, général de brigade depuis le 18 février 
1808 fui nommé I anm-r >uivanlr i'JN uni ISii'.u banni de l'Huiidre. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 255 

Approuvé, renvoyé au major-général pour le faire con- 
naître au général Rey. 



762- — Bayonne, 29 mai 1808. 

,4 De j eau. 

Les trois départements formés de la Toscane et des 
départements de Parme et de Plaisance sont réunis à 
l'Empire. 

763- — Bayonne, 1 er juin 1808. 

Trois officiers du 53 e do ligne dénoncent le colonel Songeon C) qui les 
aurait proposés pour la retraite à leur insu. 

Renvoyé au ministre de la guerre pour faire punir les 
officiers. 



764- — Bayonne, 2 juin 1808. 
.4 Dejean. 

Toutes les troupes françaises qui sont soit à Ancône, soit 
à Rome, soit dans le royaume d'Italie, soit en Toscane et 
à Parme et Plaisance, doivent être soldées et nourries par 
les soins du ministre de la guerre et du ministre de l'admi- 
nistration de la guerre. Ce sera à compter du l^ r juillet. 



765- — Bayonne, 2 juin 1808. 
Berthier à Clarke. 

D'après les intentions de Sa Majesté, j invite Son Altesse 
Impériale le grand-duc de Berg à donner Tordre à tous 
les officiers, chefs de bataillon ou d'escadron et majors, qui 
conduisent à l'armée d'Espagne des régiments et balail- 

1. Jean-Marie Songeon devint chevalier de l'Empire (30 octobre 1810) 
et général de brigade (25 novembre 1S13) : « triste et lugubre officier si 
jamais il en fut ». (Thiébaull. Mém., IV. p. 541.) 



256 ORDRES I I APOSTILLES Dl NAPOLÉON 

Ions ou escadrons de marche, de retourner en posle aux dé- 
pôts de leurs corps respectifs, pour veiller à leur organisa- 
tion, après l;i dissolution des <lils bataillons ou escadrons de 
marche et leur incorporation dans les régiments provi- 
soires, lorsque ces officiers n'appartiendront pas à ces ré- 
giments provisoires d'après leur première organisation. Je 
recommande à Son Altesse Impériale de leur faire toucher 
leurs Irais de posle sur les fonds mis à la disposition de 
l'intendant général de Tannée d'Espagne. 



766- Bayonne, 5 juin 1808. 
A De, jeun. 

La solde des mois d'avril et mai de Tannée courante sera 
payée à toute la Grande Année el à l'avenir les paiements 
de solde seront tenus exactement au courant. 



7(>7 — Bayonne, 7 juin 1808. 
A Dejean. 

A dater i\y\ I er juillet prochain, mon intention esl que 
les vivres, l'habillement et la solde des troupes qui sont à 
Rome, à An cône, dans le royaume d'Italie et dans la Tos- 
cane, soient payés par le payeur de Tannée d'Italie. Le 
bois, la lumière, l'indemnité de logement seront seuls 
payés par le pays. 



708 - Bayonne, 15 juin 1808. 

L'adjudant-comraandanl Donnadieu doit-il se rendre à l'armée de 
Portugal "ii continuer d'être employé à l'armée d'Italie? 

Il n'y a pas de difficulté à le laisser en Italie. 



OKDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 25'î 

709. — Bayonne, 15 juin 1808. 

On propose de faire rentrer le général Sorbier ('), aide-de-camp du 
vice-roi d'Italie, dans le corps du génie avec son grade de général de 
brigade. 

Il doit être employé dans larme du génie et compter 
comme tel : il n'est plus aide-de-camp du vice-roi: je ne 
lai fait général de brigade qu'à cette condition. 



770 -- Bayonne, 18 juin 1808. 
Bertliicr à Clarke. 

D'après les intentions de Sa Majesté, j'ai déjà donné 
des ordres pour que tous les officiers qui ont conduit à 
l'armée d'Espagne des régiments, bataillons ou escadrons 
de marche, fussent renvoyés au dépôt des corps auxquels 
ils appartiennent, immédiatement après l'incorporation de 
ces régiments, bataillons ou escadrons de marche dans les 
différents régiments provisoires. 

771. — Bayonne. 3 juillet 1808. 
1 Clarke. 

J'ai reçu votre lettre de 28 juin. Le sieur Marion( 2 ) était 
commandant d'armes et non général de brigade; par con- 
séquent, il est hors d'usage qu'il puisse ainsi être remis 
en activité sans un décret; ce sont des classes bien diffé- 
rentes. ( 

1. Jeàn-Joseph-Augustin Sorbier, général de brigade dans la ligne 
depuis le 19 décembre 1807. Le 8 juin 1808. Napoléon l'avait réintégré 
dans l'arme du génie et le 17 août suivant il l'autorisait à se rendre 
auprès du vice-roi qui l'emploierait selon sa convenance. Mais le 
21 mai 1800 Sorbier mourait à Vérone d'une blessure reçue le '29 avril 
précèdent h Soave, près de Caldiero. 

2. Charles-Stanislas Marion, colonel en 1800, commandant d'armes à 
Plaisance avec rang de général de brigade le 20 août 1805. commandant 
le département des Pyrénées Orientales le 28 juin 1S08. tué à la M>>- 
kowa. 



258 ORDRES I I VPOSTILLES Dl ttfAPOLÉON 

J'approuve que vous tiriez de L'armée de Naples cinq 
officiers d r artillerie et quatre de l'armée d'Italie pour être 
dirigés sur l'armée d'Espagne. 

J'accorderai volontiers un supplément aux tonds destinés 
aux travaux d'Alexandrie, si les travaux qu'on fera avec 
ce supplément, n'accroissent pas la dépense. Ecrivez donc 
au général Chasseloup qu'il pousse les travaux le plus 
qu'il pourra et qu'il vous fasse connaître combien il peut 
dépenser en sus. 

??•>. - Bayuniie, 6 juillel 1808. 
Berihier à Dejean. 

1.600 hommes de la garde de Sa Majesté le roi d'Espagne, 
dont 1.200 d'infanterie et 400 de troupes à cheval, partent 
de Naples pour se rendre à Madrid. D'après les intentions 
de l'Empereur, j'invite Votre Excellence à donner des or- 
dres pour que cette troupe, à son passage sur le terri- 
toire français, trouve tous les secours dont elle a besoin, 
en vivres, liqueurs, etc.. dans les différents lieux de loge- 
ments militaires qu'elle aura à parcourir. 



773. — Bayonne, 14 juillet 1808. 
Berihier à Clarke. 

L'Empereur ordonne qu'il soit formé à Bayonne une 
division de réserve, commandée par le général Grandjean 
qui est en Poméranie et qui a l'ordre de se rendre en 
France. Il ordonne aussi qu'il soit formé à Perpignan une 
division de réserve commandée par le général de division 
Chabot ' . 

77 4. — Rayonne. 20 juillet 1808. 

On rend compte à S. VI. de paiements faits à S. V I. le grand-duc 

l. Louis-François-Jean Chabot, général «le brigade (30 juillet 1793), 
éral de division CIO septembre 1795), baron de l'Empire (30 août 1811). 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 259 

de Berg comme maréchal do l'Empire postérieurement à la décision 
du 29 août 1807 qui porte que les grands dignitaires de l'Empire no 
peuvent recevoir que le traitement attribué aux grandes dignités. 

Tout cela doit être restitué, honnis l'indemnité de dix 
mille francs. 



77.") - Toulouse, 26 juillet 1808. 
Berthier à Clarke. 

L'intention de l'Empereur est que vous pressiez l'arrivée 
du général Grandjean à Bayonne; veuillez lui écrire de 
ne point perdre un moment pour s'y rendre. 



77C — Toulouse, 28 juillet 1808. 
Berlhier à Clarke. 

L'Empereur vient d'autoriser le général Mathieu Du- 
mas (^ à se rendre en Espagne, auprès du roi pour servir 
sous les ordres de Sa Majesté dans son grade de général 
de division des armées françaises; le général Dumas doit 
en conséquence continuer à être porté sur le tableau dès 
généraux français en activité de service dans le royaume 
d'Espagne tant que Sa Majesté Catholique jugera ses ser- 
vices utiles. 

777- — Bordeaux, 2 août 1808. 

^ H a été mis 22.000 francs à la disposition de l'officier commandant 
l'artillerie à Pampelune pour transports d'artillerie et de munitions au 
camp de Saragosse ; ces fonds sont épuisés et l'officier demande pour 
le même objel un nouveau crédit de 10.000 francs. 

Approuvé. 

1. Cf. les Mém. de Mathieu Dumas. III. p. 311-310. (Dumas vil Napo- 
léon à Toulouse.) 



260 ORDRE? Il \i-osi M l I - Dl \ VPOLÉON 

77*. Saint-Cloud, 16 août 1808. 
1 Clarke. 

Vous donnerez l/ordre au général Saint->Cyr qui com- 
mande à Boulogne de se rendre à Perpignan pour pren- 
dre le commandement du corps d'armée de Catalogne; il 
y joindra aussi le commandement de la ÎO division mili- 
taire. Nous donnerez l'ordre au général de division Van- 
damme de se rendre à Boulogne pour y prendre le com- 
mandement du camp de Boulogne, il conservera aussi le 
commandement de la 16e division militaire. 



77ï> - Saint-Cloud, 17 août 1808. 

On prie S. M. de décider quel gouvernement .-apportera la dépense 
du passage de 10. OUI) Italiens qui se rendent on France 

Au compte de la France. 



780. — Saint-Cloud, 17 août 1808. 

On demande à la charge de qui seront, pour la nourriture, l'habille- 
ment et l'entretien, les troupes île liesse, de Bade et de Nassau qui 
vont entrer en France. 

Au compte de la France. 



781. — Saint-Cloud, 18 août 1808. 

Une division de 7.990 hommes de troupes polonaises qui se rend en 
France, doit arriver ■< Mayence par bataillons du 12 au 29 septembre 

Me proposer des généraux pour commander cette divi- 
sion qui se dirigera sur Sedan. 



782. 18 août 1808. 
I c général de brigade Sionville ('), qui vient de mourir a Dijon, lai--'' 
l i i piè( e 601. 



ORDRES El APOSTILLES DE NAPOLÉON 261 

une fille de quatre ans; on propose d'admettre Mademoiselle Sionville 
■ maison d'Ecouen lorsqu'elle aura l'âge requis. 

Accordé. 

783- — Paris, 21 aoûi 1808. 

Il ne doit être accordé aucun congé aux militaires em- 
ployés aux armées avant le mois de décembre i 1 . 

784- — Saint-Cloud, 1 er septembre 1808. 

Le ministre de la guerre écrit : «Le général de division Merniet, dont 
le congé expire, m'a annoncé que. l'Empereur lui avait donne verbale- 
ment Tordre de rester à Paris, son intention étant de l'employer active- 
ment ». 

Il faut remployer en Espagne. 



785- — Saint-Cloud, 8 septembre 1808. 

Le généra] de brigade Brou '-} pourra être employé à 
une des divisions de dragons qui passent et cà laquelle il 
manquerait un général de brigade. Il y a assez de géné- 
raux de cavalerie en Espagne pour les généraux qui s'y 
trouvent. 

786. — Saint-Cloud, 9 septembre 1808. 

On propose d'élever au grade de général de brigade l'adjudant-cmu- 
tnandant Blondeau ( 3 ). 

Le faire général de brigade. 

1. On voit que « les affaires d'Espagne deviennent sérieuses ». (Lettre 
de Napoléon au vice-roi d'Italie, 17 août 1808.) 

1 \ndré-François Bron de Bally. général de brigade depuis le 30 no- 
vembre 1801 et qui sera, le 1 janvier 1813, baron de l'Empire : cf. sur 
lui Journal de Desaix, p. 156. 

3. Jacques Blondeau fut nommé géi'éral de brigade le 1? octobre 
> -ant et il fut fait baron de l'Empire le 1 janvier 1813. 

Ordres et apostilles de Napoléon. , 17 



262 ORDRES ET APOSTILLES Dl NAPOLÉON 

787. — Saint-Cloud, 21 septembre 1808. 
i ommenl faul il traiter le maréchal Jourdan, major général? 

Il doit être traité comme un maréchal commandant un 
corps d'armée. 

788. Saint-Cloud, 9 octobre 1808. 
A Clarke. 

Le général Montbrun (') se rendra de suite à Bayonne. 

Le général Beaumont( 2 ) continuera à commander la ca- 
valerie du 1 er corps, mais il Faut qu'il rejoigne de suite 
sa cavalerie. 



789- — Saint-Cloud, 10 octobre 1808. 

L'armée de Portugal prendra le nom de fc corps de 
l'armée d'Espagne, La l re division se réunira à Angoulême; 
la 2e, à Saintes; la 3 e , à La Rochelle, et la cavalerie, à 
Niort. 



790. — Paris, 5 novembre 1808. 
Berîhier à Ney. 

Quoique j'eusse rendu compte à Sa Majesté des fonc- 
tions de chef d'état-major que remplit en ce moment, au 
6 e corps de l'armée d'Espagne, M. l'adjudant comman- 
dant Jomini ( 3 ), cependant Sa Majesté m'a donné l'Ordre 
de m'adresser à Votre Excellence pour qu'Elli indiquât 
le général qu'Elle juge propre à remplir ces importantes 

1. Louis Pierre Montbrun, général de brigade (24 décembre 1805) h de 
division (9 mars 1809) baron (27 novembre 1808), puis comte de l'Em 
pire (15 octobre 1809), tué h la Moskowa. 

2. Marc Antoine Bonnin de la Bonninière 'le Beaumonl (1763-1830), 
page du roi el capitaine avant 17s 1 .». colonel en 1792, général de brigade 
-•n 1795 h H-' division en 1802, premier écuyer de Madame Mère, sé- 
nateur en 1807, comte en lsus. pair ru 181 î. 

3. Antoine-Henri Jomini venait d'être fait baron de l'Empire (27 juillet 
1808) el il fut promu lo 7 décembre 1810 général de brigade. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 263 

fonctions. J'ai besoin en conséquence que Voire Excel- 
lence me mande quel est l'officier-général sur lequel Elle 
a jeté les yeux pour cet objet. Si toutefois Elle désire 
que M. Jomini conserve ces fonctions, je proposerai 
volontiers à l'Empereur de l'élever au grade de général 
de brigade s'il le juge convenable. J'attends à cet égard un 
mot de la part de Votre Excellence. 



791- - Vitoria, 7 novembre 1808. 

Faut-il envoyer les ordres nécessaires au général Dulauloy que Sa 
Majesté a l'intention, dit le maréchal Soult, d'employer à l'armée d'Es- 
pagne ? 

Oui. 



792- — Vitoria, 9 novembre 1808. 

Le général Grouchy, blesse à Eylau, ne peut monter à cheval et re- 
joindre l'armée avanl un mois. 

L'employer en Italie. 



793- — Aranda, 25 novembre 1808. 

Le généra] Solignac (\) supplie l'Empereur de ne pas le laisser dans 
1 inaction. 

Renvoyé au major-général pour l'appeler en Espagne; 
il ne peut qu'y être utile. 

1. Jean Solignac, neveu du maréchal Jourdan, né a Milhau m 177J 
adjudant gênerai dès l'an II, général de brigade le 25 décembre 1799' 
destitue une première fois en mars 1806 et réintégré en avril 1807 géné- 
ral de division le 17 novembre 1808, destitué une seconde fois le' 12 no- 
vembre 1811 avec ordre de se rendre au lieu de son domicile et d'y 
rester tranquille remis en activité le 1" janvier 1814, réformé sans trai- 
tement et raye des contrôles le 23 décembre 1815, rétabli dans se-; droits 
a la retraite le 24 mars ISP». Cf. plus haut la note 3 de l'ordre impérial 
du 22 avril 1806, les Mém. «1- Thiébault, passim, et notre Jounu,! de 



264 ORDRES I I A.POS1 lll.l - D] N VPOL1 ON 

7H4- — Aranda, 27 novembre 1808 
A Clarke. 

.Ii désire que le maréchal Kellermann vienne le plus 
loi possible à Bayonne pour surveiller les dépôts et faire 
rejoindre les conscrits. 

Le dépôt de Pau a déjà 2.000 hommes de cavalerie. 

Je suis étonné que le 15 novembre, le général Bourcier 
ne soil pas arrivé. Dites-lui qu'il inspecte les dépôts de 
Pau. de Vitoria et de Burgos 

Donnez l'ordre à tous les colonels, chefs de bataillon, 
capitaines et lieutenants, soit d'état-major, soit d'artillerie 
et du génie, qui sont à Mayence, et deviennent inutiles par 
la suppression de la Grande Année, de se rendre à Bayonne. 

Quant au général CanueD 1 ). il a une affaire conten- 
lieuse. qui doit, axant, élre terminée. 

Le général Dorsner est trop vieux: il faut l'employer 
dans quelque inspection d'artillerie. 

Le général Du Muy: il faut l'employer quelque part (-). 

Les adjudants commandants doivent tous être envoyés 
au quartier général. 

795- — Arauda, 27 novembre 1808. 
A Clarke. 

Je suis étonné que vous ne me fassiez pas connaître 
les nouvelles apportées par les parlementaires venus de 
Cadix, de la ville de Barcelone. 

Je vous avais donné Tordre d'envoyer à Bayonne les 
quatre généraux revenant de Cadix à Paris: cependant 
je ne les vois pas venir. 

Le colonel du 86' n'étant pas arrivé de Portugal, vous 

- mon Canuel. général de 1793, brigadier le 30 septembre, division 
nain- le 28 novembre. 

2. Jean B ptiste-Louis-PhUippe de Félix d'Ollières, comte du Muy d<- 
Saint-Maime, maréchal de camp (9 mars I7ss el lieutenant général (6fé- 
\ rier I 



ORDRES 11 APOSTILLES DE NAPOLÉON 

devez donner l'ordre au major de se rendre sur le champ 
à Saint-Sébastien. 

Donnez aussi l'ordre au major du 47e de venir à 
Saint-Sébastien pour prendre le commandement du 2 e et 
du 4 V bataillon de ce régiment qui sont à 1 armée de Por- 
tugal. 

796. — Madrid, 7 décembre 1808. 
A Clarkc. 

li n'y a pas de difficulté à relâcher l' adjudant-comman- 
dant Martial Thomas; je croyais vous en avoir donné 
l'ordre ( 1 ). 

797- Paris, 7 février 1809. 

La mésintelligence du gênerai Sarrazin avec toutes les autorités de 
Cadzand paraît rendre son changement de destination indispensable ; 
on pourrait l'envoyer à Boulogne et le remplacer à Cadzand par te 
général Ficatier ( 2 ). 

Approuvé. 

798. — Paris, 11 février 1809. 

Rapport sur les plaintes porté"'- contre le gênerai de brigade Guillet, 
et proposition de le réformer sans traitement. 

Approuvé. 



799- — Paris, 17 février 1809. 
A Clarke. 
Donnez ordre au général de brigade Abbé 3 . qui est à 

1. Martial Thomas fut quelque temps après nommé baron de l'Em- 
pire (6 octobre L810) ei général de brigade (25 novembre 1813). Il avait élé 
arrêté comme complice rie Dupont à Raylen, et Thiébault (Mcm., 1\ . 
p. 256) assure que, s'il avait été juge au procès, il aurait condamné 
Martial Thomas à la destitution. 

2. Florentin Ficatier. baron de l'Empire (10 septembre 1808) el général 
de brigade (22 octobre 1808). Cf. Feuilles d'histoire, III, p. 186. 

3. Louis-Jean-Niçolas Abbé, général de brigade depuis le l" mars 
1807, devinl baron de l'Empire (30 octobre 1810) el général de division 
(31 juillet IKin. 



266 ORDRES II APOSTILLES Dl NAPOLÉON 

l'armée de Naples, de se rendre à Milan pour être employé 
clans L'année d'Italie. 

Donnez ordre également au général de brigade Huard (') 
de se rendre à .Milan pour être employé dans l'armée 
d'Italie. 

Donnez ordre au général de division Lamarque, qui est 
dans le royaume de Naples. et au général italien Peyri( 2 ) : 
qui est employé dans la même armée, de se rendre à Mi- 
lan, pour être employés dans le royaume d'Italie. 



800. -- Pari>, I mars 1809. 

L'adjudanl commandant Martial Thomas demande un congé de deux 
mois ci à l'expiration <!<■ son congé un emploi dans l'armée active. 

Lui donner Tordre de se rendre en Italie. 



801- — Paris, 4 mars 1809. 

Le général de brigade Sabatier ('), employé à l'armée d'Espagne, de 
mande sa retraite 

Il peut faire la campagne encore. 



802- - Paris, 6 mars L809. 
A Clavke. 

J'approuve que vous lassiez, revenir d'Espagne les gé- 
néraux de brigade La Grange ' et Brou et le général de 

1. Léonard Huard, général de brigade (1" mars 1807), baron de l'Em- 
pire (21 novembre 1810), tué h la Moskowa. 

2. Oui devait être nommé, le 2 mars 1811. baron rie l'Empire, mais 
qui s'- laissa surprendre el écraser le \9 m;ii 1813 à Kônigswartha ; aussi 
fut-il remplacé par Fontanelli : pourtant, en janvier 181-i. il commandait 
Mantoue. 

:;. Jusl Pasteur Sabatier; cf. lettre 681. 

4. Adélaïde-Biaise-François Le Lièvre de La Grange, général de bri 
gi de depuis 1*' 25 juin 1807, blessé à Essling el amputé d'un bras, nom- 
mé général de division le 29 juin 1809, baron, puis comte de l'Empire 
(10 juin 1813 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 267 

brigade D'Avenay l . Ces trois généraux seront employés 
dans les divisions de cavalerie de l'armée d'Italie. 

J'approuve que vous envoyiez en Italie les adjudants- 
commandants Boussin, Centamine ( 2 ) et Hénin. 

Il reste toujours à nommer un général de division de 
cavalerie qu'il faudrait encore pour l'armée d'Italie. 



803- — Paris, 8 mars 1809. 
I Clark e. 

Donnez ordre au général de division Sahuc( 3 ) de se ren- 
dre à Milan pour prendre le commandement d'une divi- 
sion de cavalerie d'e l'armée d'Italie. 

^ Donnez ordre au général Aimeras (*) qui est à Longonc 
(île d'Elbe) de se rendre à Milan pour être employé dans 
1 armée d'Italie; il sera remplacé dans le commandement 
de Longone par le général de brigade Callier( 5 ). 

Faites-moi un rapport sur le général de brigade Ro- 
mand ( 6 ). 

Faites-moi un rapport sur le nombre des généraux de 
division et de brigade et des adjudants commandants ac- 
tuellement existant et, si ce nombre n'est pas complet, 
conformément à la dernière organisation de l'armée, pro- 

1. Archange-Louis Rioult d'Avenay, général de brigade depuis le 
25 juin 1807 et baron de l'Empire depuis le 15 janvier 1809 ; mort le 
1" juin 1809 d'une blessure reçue au passage de la Piave : qui voudra 
le connaître, devra lire les Souvenirs de Gonneville, son aide-de-camp. 

2. Claude-Christophe Boussin, adjudant-général chef de bataillon en 
1794 et chef de brigade en 1790. retraité en juillet 1810. — Théodore de 
Contamine, adjudant-commandant à la fin de 1804, pris à Trafalgar. 
blessé à Raab. à Liitzen et à Leipzig, maréchal de camp (8 février 1815 

3. Louis-Michel-Antoine Sahuc, général de brigade (21 août 1799) el 
de division (24 décembre 1805), baron de l'Empire (24 juin 1808). 

4. Louis Aimeras, général de brigade (14 décembre 1801) el de division 
(16 octobre 1812), baron de l'Empire (27 septembre 1810) ; voir *ur lui 
le tome premier des Mém. de Griois (p. 183), qui connut Aimeras à Lon- 
gone et notre Jeunesse de Napoléon, (II. p. 245 et 310. 

5. Hubert Callier, général de brigade (10 septembre 1799) qui fut baron 
de l'Empire (5 aonl 1812) sous le nom de baron de Saint-Apolin et, 
sous la Reslauration (21 janvier 1818). lieutenant-général. 

fi. Ballhnzar Romand, général de brigade depuis le 23 juillet 179fi. 



268 ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 

posez-moi des officiers pour nommer aux pla< s vacuités. 

J'ai renvoyé il y a longtemps» dans Jes bureaux de la 
guerre des livrets contenant les états de service des gé- 
néraux de division et de brigade, des adjudants comman- 
dants et des colonels, des capitaines employés aux états- 
majors, etc., pour qu'on les mît à jour. Renvoyez-les-moi. 
car il faut s'occuper sérieusement de l'état major de l'ar- 
mée. 

Proposez-moi un général qui ait été blessé dans les der- 
nières campagnes pour mettre à Parmi', afin que le gé- 
néral Pouzet ( x ) soit disponible eL qu'il puisse rejoindre l'ar- 
mée. 

804- — Rambouillet, 11 mars 1809. 

On propose d'envoyer le général de Broc commander les trois égi- 
ments de troupe à cheval qui doivenl être réunis à Ulm. 

Je l'ai destiné à servir en Italie. 



805- - Rambouillet, 14 mars 1809. 
Le général el sénateur Demonl i i offre ses services à l'Empereur. 

Renvoyé au major-général pour faire connaître au gé- 
néral Demonl que j'accepte ses services; qu'il forme ses 
équipages et se tienne prêt à partir. 

806- — La Malmaison, 21 mars 1809. 

\ Clarke 

Vous donnerez l'ordre au général de division Pacthod 

1. Pierre-Charles Pouzet, général do brigade (10 février 1807) cl baron 
de. l'Empire (26 octobre 1808) sous le nom do bnrnn do Saint-Charlo? ; 
tué le 22 mai 1809 h Ebersdorf. 

2. Josoph-L;nironl Donmnt. général do bricodo (T> février 1799) ot do 
division ("21 décembre 1805), sénateur (19 moi îsoiît. 11 fui employé au 
corps de Davout el ii oui à Eckmiihl un cheval tué sous lui. 

3. Michel Marie Pacthod, général de brigade (6 juin 1795) el de divi- 
sion (T6 novomhro 1808). comte (h^ TFmpiro (9 octobre 1813). 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 2G9 

de se rendre à Milan où il prendra les ordres du vice-roi 
pour êlre employé à l'armée d'Italie. 

Les généraux de division Lasalle^) et Grandjean se ren- 
dront à Strasbourg. 

Le général Puthod( 2 ) se rendra à Paris. 



807- — Paris, 30 mars 1809. 
1 Glarke. 

Réitérez Tordre au roi de Naples. de faire partir snr-le- 
champ pour Milan les généraux Lamarque, Huard Abbé 
et Peyri. Ces officiers n'étaient pas arrivés le 25. 



808. — Paris. 30 mars 1809. 

Le général Grandjean ( 3 ) a, par suite d'un incendie près dp Tolosa, 
perdu quatre chevaux et trois mulets ; on propose de lui accorder un? 
indemnité de 1350 francs, pour la valeur de trois chevaux seulement, 
celte perte étant d'une nature particulière. 

Accordé. 



809- — Paris, 5 avril 1809. 
A Clarke. 

Le général Roguet ayant été nommé général dans ma 
garde, il ne faut plus le compter dans le corps où il se 
trouve. 

1. Le plus brillant des grands cavaliers de l'Empire, général de bri- 
gade (1" février 1805) et de division (30 décembre 1806), comte de l'Em- 
pire en juin 1808 ; mort à Wagram, de la mort la plus brave, comme 
dit Thiébaulf. et d'une mort aussi prématurée que déplorable. 

2. Jacques-Joseph-Marie Puthod. général de brigade (19 octobre 1799) 
et de division (24 novembre 1808), baron de l'Empire (23 mai 1810 

3. Il avait commandé à l'armée d Espacne une division du 3* corps 



270 ORDRES il APOSTILLES DE NAPOLÉON 

810. - Paris, 5 avril 1809. 

.1 Clarke. 

Faites-moi connaître si le général Via! est parti pour 
1 [talie }). 

811. — Paris, 7 avril 1809. 

Le général Rostollant, blessé au siège de Saragosse, demande un 
congé île convalescence ; on propose de fixer la durée de ce coneé à 
trois mois. 

Accordé. 



812- — Paris, 8 avril 1809. 
A Clarke. 

Présentez-moi des lettres, telles que celles que j'ai si- 
gnées pour le commandant de Palmanova, pour charger 
du commandement de Venise le général Vial. 



813- — Paris, 12 avril 1809. 

Le général Beaurgard (') demande à être remis en activité; il n'a 
que il ans el il n'y a aucun reproche fondé à lui faire. 

Le minisire le placera s'il le juge convenable. 



SU. — Paris, 13 avril 1809. 
On propose le général de brigade d'artillerie Le Noury ci pour chel 

de lelaf-major irenéral < 1 ; 1 1 ■ M 1 1 < ■ r • i < ■ (1rs armées d Allemagne. 

1. Via! avail été désigné, en effet, le ■,'.'! mars pour l'armée d'Italie; 
mais, comme on va le voir, Napoléon pensai! i le nommer commandant 
de la place de Venise mise en étal de siège 

2. Charles-Victor Beaurgard, dil Woirgard, général de brigade depuis 
le 16 avril I7(>:;: il avait été réformé l« S septembre 1802; il fut remis 
ej, activité le 17 avril 1809 et envoyé en Espagne; le 19 février 1 81 o il 
étail tué au combal de Valverde, près de Badajoz. cf. \. Chnquel. I" 
lenciennes, p. 243 244. 

3. Henrj Marie Le Noury venail d'être nommé brigadier (13 mars 
1809); il devint baron de l'Empire (2 juillet I*"* 1 el divisionnaire (25 no- 
vembre 1813 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 271 

Je ne veux pus que ces fonctions soient remplies par 
un généra] ( 1 ). 

815- — Paris. 18 avril 1809. 

Le général Joseph Morand désire faire la campagne qui va s'ouvrir. 

Ecrit par Clarke. 

Lui mander que l'Empereur est satisfait de sa conduite 
en Corse et m'en a parlé avec éloge, que le bien de son 
service exige qu'il reste dans cette île pour continuer à 
la conserver à la France et à la maintenir dans la situa- 
tion où elle se trouve et qui est satisfaisante sous tous les 
rapports. 

816- — Schœnbrunn, 17 mai 1809. 

On propose d employer le général do brigade Rostollanl en Allemagne 
ou dans une division de 1 intérieur. 

Dans le nord. 24 e division militaire. 



817- — Paris, 30 mai 1809. 
(Note de Clarke.) 

L'intention de l'Empereur est que toutes les demandes 
d'admission ou d'avancement dans la Légion d'honneur 
lui soient présentées par M. de Lacépède. 

818. _ Ebersdorf, 31 mai 1809. 

Le général de brigade, comte Pannetier. dont la santé est rétablie, 
demande à servir à l'armée d'Allemagne. 

Accordé, le faire venir à l'armée. 

819- — Schœnbrunn, 7 juin 1809. 

Le frénéml de brigade Maison désire être appelé à l'armée d'Alle- 
magne. 

1. On nomma le colonel Lepin. 



272 ORDRES ET VPOSTILLES DE NAPOLÉON 

Il se rendra à Hanau pour être employé au corps d'ob- 
servation de l'Elbe commandé par le maréchal duc de 
Valmy. 

820. Schœnbrunn, 12 juin 1809. 

Le général de brigade d'artillerie l a Martinière demande sa retraite. 
Accorde sa retraite. 

821. Schœnbrunn, 19 juin 1809. 

L'adjudanl commandant Verger ('), naguère blessé, demande le <?rade 
de général. - 

Accorde, l'employer pour commander en France dans 
un département. 

822. — Schœnbrunn, 27 juin 1809. 

Le général duc <l ^brantès, commanduit en chef l'armer de réserve 
en Allemagne, demande pour chef d'état-major le général de brigade 
Harispe, employé présentemenl au 3" corps d'armée d'Espagne ('). 

Le général Harispe connaît très bien l'Espagne; il est 
de cette frontière; il est utile; le laisser en Espagne. 

H'Zl) - Schœnbrunn, 25 juillet 1809. 

Kapporl de Clarke, du 6 juin, à l'Empereur sur l'extorsion de sommes 
considérables à des prisonniers anglais qui résidenl à Verdun el sur le 
remplac enl du général Wirion. 

Renvoyé à une commission spéciale composée de MM. 
Lacuée, président, Gassendi el Mole, conseillers d'Etat, 

I. Pierre-François Vergei Desbarreaux fut. en effet, le l ( .» juin 1809 
nommé général de brigade. 

l 'n sail que Jean-Isidore Harispe général <\<- brigade depuis le 
29 janvier 1807. baron de l'Empire r:c, octobre 1808) el bientôt général 
de division (12 octobre 1810\ devin) maréchal de France Ml décembre 
1 85 1 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 273 

pour procéder, conformément au règlement du 11 juin 
1806. 

824. -- Schœnbrunn, 17 août 1809. 

On propose d'approuver le congé de quatre mois que. le ministre a 
cru devoir accorder au général de brigade Debelle. 

Le placer sur l'état des officiers non employés: ou a été 
peu content de cet officier eu Portugal. 



825- -- Schœnbrunn, 24 août 1809. 
Berthier au duc de Feltre ( 1 ). 

D'après les intentions de l'Empereur, je donne l'ordre 
à M. le général de division sénateur Demont de partir 
en poste pour se rendre à Paris et au général de divi- 
sion La Grange, blessé à Vienne, de se rendre à Linz 
pour remplacer le général Demont dans le commandement 
de la province de la Haute-Autriche. 



826. — Schœnbrunn, 10 septembre 1809. 

Le général Lechi, naguère employé au siège de Girone, demande un 
congé de convalescence. 

Accordé. 



827. ~ Schœnbrunn, 8 octobre 1809. 
Au duc de Feltre. 

Je fais donner l'ordre au général de brigade Fran- 
ceschi( 2 ) de se rendre en Toscane où il sera employé; il 
ne comptera plus à l'armée d'Espagne. 

1. Depuis le 15 août 1809 Clarke, déjà comte d'Hunebourg '24 avril 
1808), est devenu duc de Feltre. 

2. Le Jean-Baptiste Franceschi cité plus haut, pièces 414 et 671. 



274 ORDRES II APOSTILLES DE NAPOLÉON 

828. — Schœnbrunn, Il octobre 1809. 

i e générai de brigade Maupetit ( ) demande à être employé soil dans 
les divisions de l'intérieur soil sur les côtes 

Donnez-lui l'ordre de se rendre à Versailles pour être 
employé dans les régiments provisoires ( 2 ) qui sont en 
Espagne. 

82D- — Schœnbrunn, 20 octobre 1809. 
lu duc de Feltre. 

Donner au général Grouchy l'autorisation de se rendre 
à Paris pour soigner sa santé et au général Fresia ( ;1 ) tor- 
dre de Je remplacer dans le commandement de la l n di- 
vision de dragons de l'année d'Italie. 



K30 — Schœnbrunn, 28 octobre 1809. 

Le généra] de brigade Valentin (*), employé à l'armée d'Italie, de- 
mande à passer à celle d'Espagne 

Accordé; il se rendra à Paris. 



831. — Fontainebleau, 30 octobre 1809. 
\u dur de Feltre. 

Il sera formé une division de réserve de l'armée d'Es- 
pagne, sous les ordres du général de division I. oison. La 
1" brigade sera composée de deux bataillons de chacun 

1. Pierre Honoré Vnne Maupetit, général de brigade depuis le 30 dé 
cembre 1806, baron de l'Empire (2 juillet I V||N - 

2. I»'' dragons. 

3. Maurice-Ignace Fresia, d'abord colonel el brigadier en Piémont, 
puis irénéral de brigade en Franco lM avril ls02) el de division (3 juin 
1807 . baron de I Empire sous le nom de baron d'Ogliano (7 juin i v " s 

4. François Valentin, général de brigade depuis Le 14 décembre 1801, 
blessé naguère à Raab (14 juin 1809), allait être nommé le 9 décembre 
f809 baron do l'Empire. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 275 

des 26 e , 66 e et 82e régiments de ligne, d'un bataillon hano- 
vrien et d'un bataillon de la légion du Midi. Les deux ba- 
taillons du 26 e de ligne seront commandés par un major, 
les deux bataillons du 66 e , également par un major, et les 
deux bataillons du 82 e , aussi par un major. 



832- — Fontainebleau, 31 octobre 1809. 

Le général de brigade Gardants, ex-ambassadeur à la cour de PerseC), 
qui se rend dans ses foyers, par ordre de l'Empereur, demande quel 
est le traitement dont il doit jouir. 

Il est revenu de Perse sans ordre, et par cela, a déplu 
à l'Empereur; du reste, pas d'inconvénient à remployer 
dans son grade. 

833. — Fontainebleau, 12 novembre 1809. 

Le général de division Glauzel, du 11« corps d'armée, se 
rendra sur-le-champ en poste à Paris pour y recevoir 
des ordres du ministre de la guerre et être employé à 
l'armée d'Espagne. 

834. — Paris, 18 novembre 1809. 

Le maréchal Ney demande que l'adjudant commandant .Tomini. chef 
d'élat-major du 6 e corps de l'armée d'Espagne, reçoive une autre desti- 
nation. 

L'employer avec Berthier( 2 ). 



835- — Paris, 21 novembre 1809. 

L Empereur ayant décide le 31 octobre (pie le général de brigade 
Gardane pouvait être employé dans son grade, on propose de L'envoyer 
en Espagne. 

Approuvé. 

1. Un décret daté de Finckenstein (12 avril 18071 l'avait nomme ministre 
l>lénipotentiaire « près l'Empereur de Perse ». 

2. L'Empereur a d'abord écrit de sa main Berthier, puis il ;< barré 
ces deux mots et écrii le duc d'Auerstaedt, puis il a récril Berthier. 



276 ORDRES il VPOST1LLES DE NAPOLÉON 

83G- — Paris, 23 novembre 1809. 
h/ duc de Feltre 

Je suppose que vous avez donné ordre au général Rey- 
nier de se rendre à Taris afin de présider lui-même 
à la formation de son corps. 



837. - Paris, 25 novembre 1809. 

Le l'ourneur, ancien membre du Directoire, se trouve dans la dé- 
tresse : « il est à ma connaissance, écrit le duc de Feltre, que sa pro 
bité lui a lai' refuser une somme considérable que les Génois lui of- 
fraient pour être payés par le gouvernement d'une créance qui leur 
était due ».- 

Le sieur Le Tourneur ayant été directeur, il n'y a pas 
difficulté do lui accorder une retraite convenable. Me faire 
connaître ce qui peut lui convenir, afin d'assurer son exis- 
tence^). 

838. — Paris. 30 novembre 1809. 

Le chef il<' bataillon Hercule sollicite une gratification pour venir au 
secours de sa nombreuse famille (*)• 

Lui donner 3.000 francs. 



839- — Paris, 13 décembre 1809. 
\l. m'a ordonné de faire payer ;i Al. le général de division 

1. L'ancien chef d'état-major de Moreau, général 'le brigade (13 jan 
vier 1795) fi de division (1" novembre 1796), un de nés [dus habiles i, r <' 
néraux, disait Thiébault, et que l'Empereur proclama un honnête homme 
qui servait bien et eut une carrière distinguée. 

2. Par un décret du 1 er février 1810, et à partir de ce jour, I e Tour- 
neur reçut une pension de dix mille francs qui annulait, il esl vrai, la 
solde de retraite dr. 2.832 francs 50 qui lui avait été accordée par décret 
du 27 frimaire an XI. (On sail qu'il étail général de brigade.) 

3. Berllner écrit alors au duc de Feltre (30 janvier 1810): < Je vous 

un cher duc de Feltre, une lettre de ce pauvre diable d'Her 
cule, m vous ai ad I décision de l'Empereur qui lui accorde 

3.000 lianes. Si, comme il le dit. il n'a pas touche cette gratification. 

vais ferez une lioun uviv en la lui faisant toucher le plus tôl pos- 

Milh- amitiés 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLEON Oti 

Reynier une indemnité particulière : j'ai fait acquitter à cet officier- 
général une somme de cfta: mille francs. — bue de Feltre. 

Approuvé. 

840 - Paris, 15 décembre 1809. 

Au duc de Feltre. 

Donnez au général Sainte Croix, ancien aide-de-camp du 
duc de Rivoli ( x ), le commandement de la brigade de dra- 
gons de la division Caulaincourt qui se trouve le plus 
près de Bayonne. Donnez-lui l'ordre de partir sur-le-champ 
pour l'inspecter, l'organiser et se tenir prêt à marcher avec 
elle. 



841- - - Trianon, 18 décembre 1809. 
Berthier nu dur de Fellre. 

L'intention de l'Empereur. Monsieur le duc. est que 
désormais en Espagne, soit dans les gazettes, soit dans les 
rapports, on ne donne point à la division polonaise le nom 
de polonaise, mais celui de division du grand-duché de 
Varsovie, et qu'on ne donne pas non plus à la division des 
troupes allemandes le nom allemandes, mais celui de divi- 
sion des troupes de la confédération du Rhin. 



842- — Paris, 28 décembre 1809. 

On propose de nommer eolonel du 2* cuirassiers, en remplacement 
du sieur Chouard ( 2 ) qui sollicite sa retraite, le colonel en second Rol- 
land qui se trouve à la suite du corps. 

1. Charles Descorches de Sainte-Croix, général de brigade depuis te 
21 juillet 180*', allait être nommé comte de l'Empire (14 février L810) et 
Napoléon disait tout haut en lui frappant sur l'épaule : « C'est avec 

pareille étoffe que je fais mes maréchaux o ; mais le 11 octobre 1810 

à vingt-huit ans. Sainte-Croix était tué d'un boulet de canon en Portugal 
à Villafranca. 

2. Louis Chouard, colonel du 2"" cuirassiers depuis le 27 décembre 
1805, baron de l'Empire depuis le -.'7 novembre 1808 et qui sera nommé, 
le G août 1811, général de brigade. 

Ordres ei apostill rs de Napoléoi ' 



278 ORDRES ET APOSTIU.I> 1)1 .NAPOLÉON 

Laisser le colonel Chouard. — N. 

L'Empereur n'accorde |);is la retraite au colonel 
Chouard qui devra continuer à commander son régiment. 

Le comte de Lobau. 

. 843- — Janvier 1810. 
Le dur de Feltre à Bessières. 

L'Empereur a été informé que Votre Excellence avait 
autorisé le général de brigade Gency à se rendre à Meu- 
lan. département de Seine-et-( )ise. Sa Majesté m'ordonne 
de vous en témoigner son mécontentement. Elle s'est ré- 
servé à elle seule le droit de déplacer les officiers-géné- 
raux employés dans ses armées et la permission que vous 
avez accordée au général Gency est dans la classe de celles 
que je ne puis expédier moi-même qu'après avoir pris les 
ordres de l'Empereur. Si les généraux en chef pouvaient 
par leur propre autorité permettre aux officiers-généraux 
de s'absenter de P armée, il en résulterait souvent que les 
ordres de l'Empereur ne trouveraient pas à leur posté les 
généraux auxquels ils seraient destinés. Conformément aux 
intentions de l'Empereur, j'adresse au général Gency 
l'ordre de retourner à l'armée du Nord où il attendra la 
décision de Sa Majesté sur sa destination ultérieure. 

S44- -- Paris. 13 janvier 1810. 
On propose d'employer le généra] Fabre (') à Ghambéry. 
L'employer dans la 13' division militaire. 



S45. — Paris, 21 janvier 1810. 

Le maréchal prince d'Eckmiihl demande un congé de six semaines 
pour le général de division Gudin l i. 

l i i. la lettre 74. 

2. César-Charles-Etic Gudin, général de brigade (o février 1799 

ei <!>■ divig illel 1800), comïo de l'Empire (.7 juin 1808); blessé 

mortellement a \ aloutina. 



ORDRES ET APOSTILLES DF. NAPOLÉON 279 

Aussitôt que sa division sera placée. Me faire connaître 1 
le général qui la commandera en l'absence du général 
Gudin. 

846- — 23 janvier 1810. 

Le prince d'Eckmùhl pourra venir à Paris dès qu'il 
aura terminé le second mouvement des troupes, prescrit 
dans l'ordre du 18 ( x ). 

847- — Pari-. 23 janvier 1810. 
Marcf, dur de Bassano, au duc de Fellre. 

Sa Majesté désire que vous lui présentiez dans le con- 
seil de ce jour un rapport sur la question de savoir s'il ne 
conviendrait pas que votre ministère fît recette des deux 
ou trois millions portés au budget des Etats romains poul- 
ies dépenses de l'administration de la guerre et que vous 
disposiez de cette somme sur vos ordonnances. 

848. — Paris, 29 janvier 1810. 

Le sieur Guyon ( ; ). colonel du 12' régiment de chasseurs à cheval, 
demande un congé de trois mois. 

Accordé le congé au colonel avec ordre au major de le 
remplacer. 

849- -- Paris, 8 février 1810. 
Au duc de F élire. 
Le général de brigade Belfort ( 3 ), proposé pour le coni- 

1. Le 10 janvier précédent Napoléon avait dit que Davout ne pourrait 
avoir de congé que lorsque les troupes seraient établies dans leurs 
quartiers d'hiver et les arrangements terminés avec la Bavière qui pre- 
nait possession de Salzbourg et de l'Innviertel. 

2. Claude-Raymond Guyon, baron de l'Empire (28 janvier L809), fui 
nommé l'année suivante (6 août 1811) général de brigade. 

3. Jacques Renard, dit. Belfort, général de brigade depuis le 24 dér 
cembre IS'ir». 



280 ORDR] - l.l VPOS I ILLES DE N M'oi io\ 

mandement de Flessingue, a servi dans la cavalerie et 
paraît peu propre à ce commandement. Présentez-moi un 
officier-général ayant servi dans l'artillerie ou le génie. 



850- Paris, 8 février 1810. 

Au duc de F e lire. 

Je ne crois pas que le colonel Donnadieu, du 17' régi- 
ment, ait assez de tête pour commander un régiment. Il 
1 au 1 l'employer à l'état-major du due d'Auerstaedt. 



851. Paris, 9 février 1810. 

<)n demande un congé de quatre mois pour le sieur Beurmann i'i. 

colonrl du 17 dragons. 

Accorder le congé et le remplacer. 



852. Paris, 15 lévrier 1810. 

Le général Lechi, qui a obtenu en septembre 1809 un congé de con- 
valescence de trois mois, sollicite une prolongation. 

Accordé. 



s;,:î. — Paris. 1»; février 1810. 
1// duc dr Feltrc. 

J'ai destitué le sieur Lenormant - . commandant d'ar- 
mes de I classe à Savone. Je désire que vous me remet- 
tiez une note sur cet officier qui s'esl permis d'avoir avec 
le pape une correspondance indigne d'un militaire. Don- 
ne/ ordre que trois heures après la notification que vous 
lui aurez Faite de sa destitution, il parle de Savone. l'ro- 

1. Frédéric \ugusle Beurmann, baron de l'Empire depuis le 27 no 
vembre l Vi|V fui promu général de brigade le »'> aoûl 1811. 
" i n réalité < iuillaume Normand 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 281 

posez-moi un bon officier pour le remplacer. Vous dé- 
signerez au sieur Lenormant le lieu où il doit se retirer. 
La police a tous les renseignements qui regardent cet 

individu. 



854. -- Paris, 2 mars 1810. 

La veuve du colonel d'artillerie Galbaud-Duforl i i demande une pen- 
sion. 

Renvoyé au ministre de la guerre pour me rendre compte 
des services du colonel et de la pension dont jouit sa 
veuve. 



855- — Paris. 4 mars 1810. 

Le colonel Donnadieu est réellement malade ; on lui a accordé un 
congé de convalescence de quatre mois avec appointements. L'Empe- 
reur est prié d'approuver cette décision. 

Accordé. 



856- — Paris, 8 mars 1810. 

L'Empereur désire confier les fonctions de chef d'état-major de 
l'armée française à Naple's à un général de division : on lui propose 
le «rimerai Drouet. 

Le général Drouet n'est pas disponible dans ce moment- 
ci: il faut en présenter un autre. 



857. — Paris, 11 mars 1810. 

Le colonel Donnadieu. rïu 47*, m'a informé que S. M. lui avait marqué 
l'intention, dans l'audience du 4 mars, de lui rendre le commandement 
de <nn régiment : doit-on l'envoyer sur-le-champ aux bataillons «le guerre 
du 47' ou le laisser jouir du congé qu'il a obtenu'' 

Le faire partir pour son régiment. 

1. Camarade de Napoléon au V 1 régiment d'artillerie; cf. \. Chu- 
quet. La jeunesse de Napoléon, II, p. 181 et 3?7. 



'482 ORDRES II APOSTILLES DJ NAPOLÉON 

858- — Paris, 27 mars 1810. 

Un propose 'I" renvoyer à leur dépôt, où il sera statué sur leur sort, 
les militaires hors d'état de servir qui existent dans les bataillons de 
guerre de l'année de Naples. 

Approuvé. 

859- — Compiègne, 24 avril 1810. 

M. de Bourmonl sera nommé adjudant-commandanl el 
employé à Naples. 

8<>0. — Compièiriir. 24 avril 1810. 

On propose à l Empereur d'accorder au général Humbert une indem- 
nité de 1.500 francs pour le dédommager des dépenses extraordinaires 
qu'il a faites lorsqu'il a été remis en activité : cél officier, encore jeune, 
esl réellement 1res malheureux et plein de dévouement. 

Accorde 

801- — Compiègne, 26 avril 1810. 

On propose d'employer dans les divisions territoriales formées en 
Catalogne deux généraux de brigade qui onl servi sans interruption. 
I.efebvre O et Cabanes-Puymisson i i. 

Envoyer l'un el l'autre en Catalogne, ce sont de Jxmis 
officiers. 



802- — Anvers, 5 mai 1810. 
h/ duc de Feltre. 
Envoyez le général Bronikowski ■ au 3e corps à la 

1. Si n Lefebvre était général de brigade depuis le 14 décembre 

1801 et devait être nomme, le 23 octobre 1811, baron de l'Empire. 

2. Marc ( abanes, colonel du 17 régimenl d'infanterie légère baron 
de l'Empire (2 juillet 1808) sous le nom de baron de Puymisson, général 
de brigade depuis le 18 février 1810; cf. Feuilles d'histoire, l\ p 279 

:;. Nicolas Oppeln comte Bronikowski, général de brigade depuis le 

18 février 1810 



OHDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 283 

disposition du général Suchet pour servir avec les Polonais 
qui sont là. 

Donnez le commandement de la dernière brigade d'ar- 
rière-garde de l'armée d'Espagne au général Pannetier. 



863- — Laeken, 15 mai 1810. 

On propose de donner le commandement de la 14' division militaire 
au général Sahuc. 

Donner le commandement de la 14 e division au géné- 
ral Grandjean. 

864. — Laeken, 15 mai 1810. 

Le général Sol-Bauclair. qui commande à Bayonne. est assujetti à 
des dépenses extraordinaires ; on propose de lui accorder une indem- 
nité. 

Accordé 3.000 francs une fois payés. 



865- — Laeken, 16 mai 1810. 
' Au duc de Felire. 

Je ne sais pourquoi le général Drouet( 1 ) se trouve en- 
core dans le Tyrol et pourquoi il n'est pas revenu en 
France: il me semble que le Tyrol et le Salzbourg sont 
depuis longtemps réunis à la Bavière et que je n'ai plus 
rien à voir à ce que fait la Bavière. 



866- — Saint-CIoud, 13 juin 1810. 

Le général de brigade Constantini O craint de ne pas répondre à la 
confiance de l'Empereur qui lui donne le commandement de Flessingue. 

Lui donner sa retraite. 

1. Drouet, comte d'Erlon. qui devint maréchal de France : il com 
mandait en chef, depuis le 8 octobre 1809, le corps d'armée bavarois 
(7* de l'armée d'Allemagne) ; cf. lettre 856. 

2. Vincent-Marie Constantini, général de brigade depuis le 19 avril 
1803. 



284 ORDRES II APOSTILLES DE NAPOLÉON 

8G7. — Saint-Cloud, 1 1 juin 1810. 

<>n communique à l'Empereur un extrait du rapport de l'administra- 
tion de s. unir Maure sur lc> opération- devanl cette il»' e.l la conduite 
de ses tiabitants. 

Renvoyé au ministre de La guerre. Il faut tâcher de l'aire 
venir les officiers d'état-major de Sainte-Maure et voir 
la tournure qu'on doit donner à cette affaire. 



8G8- - Paris, l ( .t juin 1810. 
Berlhier au dur de Feltre. 

L'intention de l'Empen ur esl qu*aucun officier ne quitte 
l'Espagne sans un ordre de lui et que ceux qui ont besoin 
de se rétablir, se rendent à Vitoria, Burgos et Madrid ou 
enfin dans une des principales villes de l'Espagne, à por- 
tée du corps d'armée dont ils font partie. 



*<;;>. Procès-verbal du conseil d'administration tenu à Saint- 
Cloud, le 21 juin 1810. 

D'après un rapport du comte Andréossy sur les plaintes portées 
contre le général Duhesme et les autres personnes qui ont partagé 
l'autorité à Barcelone sous les ordres de ce général. l'Empereur charge 
le ministre de la guerre 

1° De l'aire l'aire une enquête sérieuse' à Barcelone sur 
Ions les objets de plainte: 

2° De demander au général Duhesme le compte des 
contributions qu'il a levées et de leur emploi, cl un mé- 
moire détaillé sur son administration: 

3° D'ordonner au duc, de Tarente de faire conduire à 
Paris par la gendarmerie le commissaire Grobert avec 
Ions ses papiers; 

!" De faire venir à Paris, pour être entendus, le re- 
ceveur des contributions et le consul de sa Majesté qui 
a été arrêté par ordre du général Duhesme et au mépris 
du caractère dont il était revêtu. 



ORDRES I I APOSTILLES Dl NAPOl ÉON 285 

870. - Saint-Cloud, 23 juin 1810. 

Au duc de Feltre. 

Donnez ordre au général de division Reille, mon aide- 
de-camp, de se trouver à Bordeaux le 15 juillet pour pren- 
dre le commandement des quatre régiments provisoires 
qui arrivent du 5 au S dans eette ville, les inspecter, leur 
faire fournir ce qui leur manque el entrer avec eux en 
Espagne. 

871. — Saint-Cloud, 4 juillet 1810. 

Au duc de Fellrr. 

Donnez ordre à la division Dupas (^ de se rendre à Bor- 
deaux. Vous donnerez ordre an général Drouet de se rendre 
à Bordeaux pour prendre le commandement de cette di- 
vision el des deux régiments de cavalerie qui y sont joints. 
Ces deux régiments sont formés des 3e et 4e escadrons des 
7e et 20e de chasseurs. 



872. — Rambouillet. 10 juillet 1810. 

A dater du 11 juillet, présent mois, une estafette partira 
tous les jours de Paris à minuit pour Amsterdam et re- 
viendra d'Amsterdam à Paris. Une estafette portera les 
paquets des ministres pour Bruxelles. Anvers. Amsterdam. 
Le présent décret sera communiqué h tous nos ministres 
afin qu'ils n'expédient plus de courriers. 



873- - Saint-Cloud, 19 juillet 1810. 
Auguste (\o Forbin, capitaine ex-adjoin,t, donne sa démission. 
Accepté. 

1. Pierre-Louis Dupas, général de brigade (29 aoûl 1803 ri de divi- 
sion (24 décembre 1805), comte de l'Empire fin février 1809) 



286 ORDRES 11 APOSTILLES Dl NAPOLÉON 

K74. Saint-Cloud, 19 juillel 1810. 

M. Ronzier ('), colonel a la suite cl commandant le 3" régiment pro- 
visoire, est passé au commandement du 95' el a été remplace par le 
colonel en second Braun ; on prie S. M. d approuver ces dispositions. 

Approuvé. Proposer le décret. 



875- 25 juillel 1810. 

nu propose de nommer \1. Latour n, colonel à la suite, à l'emploi 
de colonel du 26 régiment il infanterie légère. 

Ecrit par le comte de Lobau. 

Ce régiment esl donné par l'Empereur à M. Guéhéneuc, 
l'un de ses aides-de-camp. 



STG. - Saint-Cloud, aoûl 1810. 

Le maréchal dur de Reggio emploie au corps d'observation de Hol- 
lande le général de brigade Devaux disponible : on prie l'Empereur de 
faire connaître s'il approuve cette disposition. 

Renvoyé au comte de Lobau pour me Taire connaître 
quel est ce général. X. 

L'Empereur approuve cette disposition. -- Par ordre, le 
comte de Lobau. 



877- - Trianon, 5 août 1810. 

Proposition de confier au général d'artillerie Favereau (') le comman- 
dement de Flessingue. 

Refusé. Pourquoi aller chercher des officiers réformés 

1. Pierre-François-Gabriel Ronzier <i IH sera promu le :il janvier 1814 
général de brigade et tué le 7 mars M 1 à Craonne. 

2. Joseph i atour, qui sera général de brigade te 4 août 1813 et baron 
île i Empire le 24 jam ier 181 i 

3. Charles François I éger Favereau, général de brigade (22 décembre 
1 795) * et de division 1 15 juillet 1799) 



ORDRES 1.1 APOSTILLES DE NAPOLÉON 287 

depuis longtemps dont on n'ent mi plus parler et qui sont 
casés, tandis qu'il y a tanl d'officiers en activité dont on 
ne sait que faire? 



M78- — Trianon, 10 août 1810. 

Le maréchal prince d'Ecknnihl demande qu'il soil accordé un congé 
de convalescence au général de division Friant. 

Il faut que la division ait pris une position définitive 
avant qu'on puisse accorder un congé au général. 



879. — Saint-Cloud, 18 août 1810. 

Pouchelon ('), colonel du 33 e régiment d'infanterie de ligne, demande 
un congé de Irois mois avec solde pour se rendre aux eaux thermales. 

Approuvé, le faire remplacer par le major. 



880. — 22 août 1810. 

Le général de brigade Barquier ( 2 ) demande à prendre rang en cette 
qualité à partir du 28 germinal an X. 

L'Empereur refuse. Il prendra rang du jour du décret 
de nomination ou de confirmation par Sa Majesté. 



881. — Saint-Cloud, 22 août 1810. 

On propose de remettre en activité l'adjudant-commandant Villet, 
admis à la retraite en 1806. 

L'empereur a décidé qu'il resterait dans l'étal de re- 
traite jusqu'à nouvel ordre. -- Le comte de Lobau. 

1. Llienm'-François-Raymond Pouchelon, baron de l'Empire (26 o< 
tobre 1808), devinl général de brigade (8 octobre 1812) : voir sur lui les 
\lrm. de Dedem, p. 210 et 226. 

2. Joseph-David Barquier venait d'être promu le 24 avril 1810 général 
de brigade; on trouvera sur lui une courte notice dans notre Charles 
de Hesse, p. 413-414. 



288 ORDRES 1.1 APOSTILLES Kl NAPOLÉON 

882 - Saint-Cloud, 27 aoûl 1810. 
1// duc de Feltre 

Je crois qu'il n 'y a pas à hésiter à l'aire venir le sieur 
Casanova de Barcelone, le général Lechi, ceux qui fai- 
saient parlif de la commission, el toutes les personnes qui 
peuvenl donner des renseignements sur cette horrible af- 
faire ' . 



883. — Saint-Cloud, 3 septembre 1810. 



Le général de brigade Boyer de Rébéval I i demande un congé de 
trois mois; il esi seul pour commander la division Gudin, e.t l'on en- 
verrai! à sa place le général de brigade Barbanègre. 

Refusé. Donner ordre au général Barbanègre ( 3 de se 
rendre à Hambourg sous les ordres du général Morand ( l ) 
qui a besoin de trois généraux de brigade. 



884. — Saint-Cloud, 11 septembre 1810. 

Le maréchal prince de Ponie-Corvo demande un congé de six mois 
pour ses aides-de-camp, les chefs d'escadron Villatte et Steck, les chefs 
de bataillon Sevrel el Vilmain, el les capitaines Gentil Saint-Alphonse 
el Lejeans qu'il désire emmener avec lui en Suède. 

Accorder un congé de quatre mois. 



885. — Saint-Cloud, 13 septembre L810. 

Le général < habran demande une prolongation de congé jusqu'au 
I octobre. 

Le mettre en réforme. 

1. L'affaire Lechi ou Canton; cf. ( onard, Wapoléon et la Catalogne, 
p. :;iî 103. 

2. Joseph Boyer, colonel du 2 régimenl de chasseurs à pied de la 
garde, baron de l'Empire (15 fanvier 1809) sous le aom de baron de 
Bébéval général de brigade (5 juin 1809), puis de division (20 no\em- 
l»,.- 1813 

3. Joseph Barbanègre, général de brigade depuis le 21 mars 1809 el 
baron de l'Empire le 20 août <l<' la même année, le défenseur de Hu- 
ningue en 1815 

',.i harles Morand qu'il ne faul pas confondre avec Joseph Morand. 



ORDRES II APOSTILLES DE NAPOLÉON 289 

88G. — Saint-Cloud, 21 septembre L810. 

Le prince de Ponte-Gorvo demande que ses aides-de-camp jouissent 
de leurs appointements pendanl le congé de quatre mois que S. M. leur 

a accordé pour le suivre en Suéde : ils sonl peu fortunés et il- fonl Le 
service d'aide-de-camp près de sa personne jusqu'à nouvel ordre ('). 

Accorder les appointements. 

887- — Saint-Cloud, H septembre 1810. 
Au duc de Feltre. 

Mon intention esl que vous ne donniez point d'ordre 
directement à mon armée d'Allemagne, mais que vous 
adressiez tous les ordres au prince d'Eckmùhl, lequel est 
à même de les exécuter en sollicitant les modifications que 
les circonstances demandent ( 2 ). 



888- — Fontainebleau. 8 octobre 1810. 
Au dur de Feltre. 

Pourquoi le général Gérard est-il venu à Paris et pour- 
quoi ne l'a-t-on pas fait partir pour retourner à son poste( 3 )*? 



i. Mais, le 10 décembre lslO. Xapoleon écrivait que la situation de 
ces officiers français, aides-de-camp du prince royal de Suéde, était 
« forcée et point naturelle », et il décidait qu'à l'expiration dr leur 
congé de quatre mois, ils reviendraient en France pour être placés 
dans des régiments. Le 20 janvier 1811, Bernadotte demandai! de ies 
garder tous, et au moins Gentil Saint-Alphonse : Napoléon répondit, le 
24 lévrier, qu'un prince étranger ne peu? avoir d'officiers français sous 
ses ordres, mais qu'il permettait à ces messieurs d entrer au service de 
Suède. 

2. Le 'i octobre, Napoléon écrit de même à DavouJ qu'il commande 
toutes les troupes qui son! en Allemagne el que « rien ne doit s'exé 
cuter sans son ordre 

3. Gérard était alors employé dans une division du 9 corps de 
l'armée d'Espagne. C'esl Maurice Gérard, général de brigade (13 no 
vembre 1806) et bientôt général de division (23 septembre 1812), plus 
tard maréchal de France (17 août 1830). 



'-"• , < l 0RDR1 - i l \l'o-i ILLES DE NAPOLÉON 

889- — Fontainebleau, 8 octobre 1810. 

L'Empereur a ordonné de lui présenter un général de brigade pour 
commander la 1" brigade d'infanterie de la division Caffarelli ; on lui 
propose le général de brigade Dembowskj qui se trouve à Paris par 
contre. 

Il Faul nommer un Français 



SIM». — Fontainebleau, 12 octobre 1810 

lu duc de Fellre. 

Faites passer une gratification de six mille francs au gé- 
néral Bu(|iui . commandant la gendarmerie en Espagne, 
pour les dépenses qu'il a faites. 

891. — Fontainebleau, 13 octobre 1810. 

Lettre du général Lechi, <>n italien, à 1 Empereur ; il se dil le doyen 
<!c 1 armée italienne et la victime de ses ennemis. 

11 me semble que jusqu'à ce que cel individu soit ac- 
cusé en forme, on peut le laisser chez lui sous la garde 
d'un gendarme. 



892- — Fontainebleau, 28 octobre 1810. 

'in propose d'employei L'adjudant-commandant ^' m ^ < ■< m i dans la 2' di- 
ihi 9' corps. 

J'ai nommé le général Thiébaull pour chef d'état-major 
au 9e corps ( 2 ). Le ministre enverra l'adljudant-comman- 

1. Louis-Léopold Buquet, général de lui-, nie depuis le 20 octobre 1804. 
Napoléon l'avait chargé (lettre du 17 septembre 1810) île faire une en- 
quête - m- I''.- exécutions el brigandages qui se commettaient en Es- 

- el notamment sur le trafic de la libération des prisonniers. 

2. rhiébaull étail général «le division depuis le 17 novembre 18<>S. 
■■ Il connaît la Galice et le Portugal, écrivait Napoléon, et il peut être 

itile au général Drouet >. 'qui commandait le 9* corps). A ce pro- 

pos rhiébaull remarque .Mrm.. |\. p. 'ii'.ii. que l'Empereur se souvint 

de lui pour suppléer à ce qui manquait à Drouet, a ce comte d'Erlon 

que toul li' monde nommait le comte «I Erlon <'t que personne m- 

ut le génér il cl Erlon 



ORDRKS ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 291 

dant Songeon à Avignon pour réunir les troupes qui y ar- 
rivent et les faire filer sur Perpignan. 

893- — Fontainebleau, 10 novembre 1810. 

Le général Drouet d'Erlon, commandant en chef le 9* corps, annonce 
qu'il n'a pu encore se procurer aucun officier supérieur d'artillerie. 

Renvoyé au ministre de la guerre. Comment l'officier 
qui commande l'artillerie du 9 e corps T 1 n'est-il pas ar- 
rivé? 



894- — Paris, "2 - 2 novembre 1810. 
Au duc de Feltre. 

Je vous envoie d'horribles documents sur le général 
Lechi. Faites sur-le-champ arrêter et mettre au secret 
ce scélérat, afin qu'il n'échappe pas. On a peine à con- 
cevoir qu'il puisse exister un pareil monstre. 



895- — Paris. 14 décembre 1810. 
A Berthier. 

Il faudra faire partir de Bayonnej un convoi de trois 
millions, dont un million destiné pour l'armée de Por- 
tugal, un million pour l'armée du Centre et un million 
pour l'armée du Midi. 



890. — Paris, 21 décembre 1810. 

On demande si le général hollandais Wedel l • esl maintenu el em 
ployé dans son grade, ou s'il lui sera accordé une pension de 3.000 fr. 

Renvoyé au prince architrésorier pour faire une en- 
quête et me faire connaître ce (pie c'est que ce général. 

1. Le général Gouin. 

2. Ehrard-Gustave comte de Wedel qui fui nommé, le 7 février 1811, 
général de brigade au service de France. 



V'.'V ORDRES I I VPOS 11LLES Kl NAPOLEON 

Sî>?. Paris, 2 janvier 18J I. 

Le général de division Vial, employé à l'armée d'Italie, a obtenu re 
23 avril dernier un congé de trois mois .'ivre appointements; il sollicite 
une prolongation de congé <!<■ la même durée : -es affaires ne sont 
poinl terminées 

Accordé. 



898- — Paris, 2 janvier 1811. 

L'architrésorier de l'Empire envoie son rapport sur le général hol- 
landais VVedel, qui mérite d'être distingué. 

Le l'aire venir à Paris où le ministre s'assurera à quoi 
il est bon. 

899- — Paris, Il janvier 1811. 

1 Berlhier. 

Mon cousin, donnez ordre que le général Gardane soil 
suspendu de ses fonctions et rentre en France pour rendre 
compte de sa conduite dans l'expédition dont il a été char- 
gé^). Faites mettre ce témoignage de mon mécontentemenl 
à l'ordre de l'armée d'Espagne. 



900- — Paris, 12 janvier 1811. 

On propose d'admettre à la retraite le général Qiiantin, commandant 
supérieur de Belle fsle ; ses infirmités s'aggravent d'une manière son- 
sib-Ie 

Accordé. 



I. ci II résulte ries nouvelles de Londres, avait écrit l'Empereur le 
2G décembre que Silveira se vante d'un succès à Pinhel sur l'avant 
garde du général Gardane », et Napoléon traitait Gardane d'imbécile 
et d'archiimbécile. Cf. ["hiébault, Vlém., IV, p. 128-431 et 551; ce fut 

rhiébaull qui, par son rapport, détermina la suspensi le Gardane; 

mais, comme il dit, le malheureux s'était montré incapable de conduire 
des Iroupes 



ordp.es et apostilles m napoléon 293 

901. - Paris, 13 janvier 1811. 

On propose d'accorder au général de brigade Chanlatte, remis en 
activité ('), une somme de quinze cents francs: c'est pour payer son 
uniforme. 

Accordé. 



902- — Paris, 13 janvier 1811. 

Le gênerai Molitor demande vainement à porter la décoration de 
l'ordre du Mérite militaire de Bade ; « la pensée que S. M. pourrait, 
dit-il, ne pas être contente de moi. serait trop désespérante ». 

Renvoyé au ministre de la guerre pour lui répondre 
que je n'étais pas mécontent de lui, mais que cet ordre, 
n'étant pas le premier du duché de Bade, ne convient 
pas à un général de division. 



903. — Paris, 23 janvier 1811. 

On propose d'admettre à la retraite le général de brisrade .Tairas em- 
ployé à l'armée de Naples n. 

L'employer dans l'intérieur et dans son grade. 



904. — Paris, 31 janvier 1811. 

Le maréchal duc de Raguse demande un congé pour venir momenta- 
nément à Paris et arrêter l'organisation des régiments croates. 

Il n'y a point de difficultés d'accorder ce congé. Me 
faire connaître qui est-ce qui commandera le militaire et 
qui dirigera l'administration pendant l'absence du duc de 
Raguse. 

1. Antoine Chanlatte était général de brigade depuis le ?4 octobre 1795. 
•?. François Jalras, général de brigade depuis le 1 février 1805 ; il 
allait être nommé le ?7 décembre 1S11 baron de l'Empire. 



Ordres et apostilles de Napoléon. 



294 ORDR] S II VPOS riLLES Dl \ \ l m » i i <>\ 

905. Paris, 7 février 1811. 

< m propose '!'• nommer le colonel du 84 régiment, Gambin, général 
de brigade, pour le pourvoir dun commandement d'armes de 2 classe. 

Accordé, lui donner un commandement important en 
Hollande. 

906. Paris, 7 iï'\ rïer I8t I. 

• tu propose d'employer l'- général Wedel dans la l.v division mili- 
taire. 

L'employer en Qlyrie. 



!><»7 - Paris, 9 février 1811. 

Donnez l'ordre au général Plauzonne de se rendre à 
Toulon. Vous lui ferez connaître les troupes qui seront 
mises sous son commandement. 

Un adjudanl commandant sera également envoyé à 'fou- 
lon pour être employé sous les ordres du général Plau- 
zonne. 

Le général Plauzonne et l'adjudant commandant devront 
être arrivés à Toulon avant le 1 murs - . 



908- Paris, 1 1 février 1811. 

Le général Lechi est tombe malade a l'Abbaye; il est dans un étal 
qui fait craindre pour ses jours ; sa mère ne pourrait-elle le voir, de 
même que le médecin, en présence d'un officier de gendarmerie : 

('.<• détail ne me regarde pas: le général Lechi n'est pas 

1. Jean-Hugues Gambin, comte de l'Empire depuis le 26 avril 1810, fut 
nommé le ."> mars 1811 général de brigade. 

2. I es troupes devaienl se composer de 15.000 hommes : elles seraienl 
prêtes à partir de Toulon au 10 mars; elles étaient, disail Vapoléon, 
destinées à la Sicile et. le 28 février, il envoyait à Plauzonne qui com 
mandail l'expédition, l'ordre de [es réunir el tenir dans la main de façon 
qu'elles pussenl s'embarquer à chaque instant. Mais le s mars, I I in 
pereur renonçait à cette expédition de Sicile pour l'entreprendre, croyait- 
il, avec plus de chances en 1812. 



ORDRES ET APOSTILLES M MAPOLÉON 295 

en prison pour des affaires d état, mais pour des délits 
ordinaires; c'est aux officiers de justice à statuer ce qui 
convient. 

909- — Paris, 14 février 1811. 
Plaintes portées contre le colonel du 5' cuirassiers, Quinette. 

Renvoyé au conseil d'état, section de ta guerre, pour en 
faire un rapport^). 



910. — Paris. 10 mars 1811. 

On prie S. M. de déterminer le traitement du maréchal duc de Reggio : 
il a conservé provisoirement la totalité de ses équipages de campagne. 
et il demande à toucher, comme commandant du corps d'observation 
de Hollande, un traitement de général en chef, outre un traitement ex- 
traordinaire do 10.000 francs par mois. 

Accordé, ayant bientôt le commandement cl un camp à 
lui confier. 

911- — Paris, 10 mars 1811. 
Au duc de Felire. 

Le général Quesnel C 2 ^ doit commander la division de 
Puycerda; il aura sous ses ordres le général Gareau. 11 lui 
faudrait un second général de brigade et un adjudant 
commandant: faites-moi connaître ceux que vous aurez 
nommés. Proposez-moi la nomination d'un auditeur qu'on 
puisse y envoyer pour être intendant de la Cerdagne Es- 
pagnolc. 

1. Deux ans après, jour pour jour, le 11 février 1813, Napoléon or- 
donnera d'employer ce Quinette, « contre lequel il y a eu des plaintes, 
mais que, du reste, on dit brave homme sur le champ de bataille » et 
de lui donner une brigade de cuirassiers. Il l'avait nomme baron de 
l'Empire le :» octobre 1S0S et général de brigade le t'> aoûJ 1811. Qui- 
nette pril le nom de Quinette de <Vrney. 

2. François-Jean-Baptiste Quesnel du rorpt, général de brigade (VA 
juin 1795) et de division (1 février 1805), baron de l'Empire (16 de 
cembre 1810). 



296 ORDRES M APOSTILLES M NAPOLÉON 

912. - Paris, 13 mars 1811. 

I e général de division \ial demande un congé d'un an pour suivre 
un procès de divorce qu'il dul abandonner en L809 lorsqu'il offrit ses 
services à Sa Majesté. On propose de lui confier Le commandement de 
la 18' division que le général de brigade Veaux occupe en ce momenl 
par intérim. Celte destination lui permettra de se rendre à Paris aux 
époques où l'instruction du procès rendra sa présence nécessaire. 

Approuvé 



913. - Paris. 25 mars 1811 

1 e colonel du 23 chasseurs ri cheval, Lambert ('), demande l'autori- 
sation de se rendre au dépôt pour en connaître les ressources. 

Accordé de se rendre au dépôl pendanl deux mois. 



914. — Pans, 25 mars 1811. 

On propose d'accorder une solde de retraite au général de brigade 
Osten. 

La demande-t-il ? 



915. — Paris, 28 mars 1811. 

On propose d'accorder au général de brigade Plauzonne qui com- 
mando les troupes rassemblées a Toulon, un traitement extraordinaire 
de 500 francs par mois. 

Ne lui rien accorder de fixe, mais me proposer tous 
les semestres de lui donner une gratification. 



916. Paris, 5 avril 1811. 

Majesté a accordé un congé au général Dessaix (') qu'Elle a rem- 

1. Urbain-François Lambert, baron de l'Empire depuis le 20 juillet 
1808 devait être nomme général de brigade le 6 aoûl 1811. 

2. Joseph Marie Dessaix, le Bayard de la Savoie (1764-1834), général 
de brigade (29 août 1803) et de division <9 juillet 1809) comte de l'Em- 
pire (11 juillet 1810V 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 297 

placé par le général Souham ; mais ce dernier qui doit subir L'opération 
de la fistule, annonce qu'il ne peut, partir ; on propose d'envoyer, au 
lieu de Souham, le général Carra Saint-Cyr qui sérail remplacé à Ham- 
bourg par le général Montriehard qui est à Paris 

Le général Carra Sainl-Cyr a sa destination qui est le 
commandement de la division de Hambourg, Le général 
Dessaix sera maintenu à sa destination ; son congé sera 
abrogé. 

917- -- Paris, 11 avril 1811. 

Le général de brigade baron Boyer de Rébéval, employé à l'armée 
d Allemagne, demande un congé. 

Laisser le prince d'Eckmùhl maître de lui accorder cette 
permission. 



918. - Paris, 11 avril 1811. 
Le général YYedel a reçu l'ordre de se rendre à l'armée d'Illyrie. 

Gela étant, le charger alors de la formation du régiment 
d'Illyrie et envoyer le général B.aillet La Tour A) pour 
être chargé de la formation de trois régiments dans le 
Nord sous les ordres du prince d'Eckmùhl. 



919- - Paris, 19 avril 1811. 

Le général de brigade Kister ( 2 ) est envoyé à Danzig ; mais H y a 
déjà dans cette place le général de brigade Bachelu qui commande en 
second et qui est moins ancien. 

Mon intention est d'envoyer un général de division pour 
commander en second. Envoyer le général Kister. 

1. Louis-Willibrod-Antoine comte de Baillet La Tour, général de 
division au service de France depuis le 6 mars. 

2. Georges Kister, général de brigade depuis le 5 février 1799. baron 
de l'Empire (29 juin 1808) celui que Zozotte Thiébaull appelait plai- 
samment Klister. 



298 ORDRES ET APOSTILLES Dl NAPOLÉON 

920. — Pari-.. 19 avril 181 1. 
On propose <1 admettre à la retraite le général de brigade Dazemar. 
L'Empereur a ajourné cette proposition ( 1 ). 



921 Paris, 19 avril 1811. 

< in propose de rendre à ses premières fonctions le général Romeuf 
si à \ tenue (*)• 

Il peut encore rester tout le mois de mai. 



922- — Saint-Clou. 1. 21 avril 1811. 
1» duc de Fellre. 

Faites-moi un rapport sur le général Danloup-Verdun 
qui est au service de Westphalie. Où a-t-il servi? Est-ce 
un bon officier? 



923- — 28 avril 1811. 



Le général de division comte Grenier ('), chef d'étal major de l'armée 
dr Naples, demande un congé. 

Refusé. 

924- — Saint-Cloud, 2 mai 1811. 

On ine.t sous les yeux de Sa Majesté des certificats qui constatent que 
le chef de bataillon Sevrel (*), ex-aide -de-camp d<> S. \. le prince royal 
de Suède, esl retenu malade . : i Stockholm. 

1. Ecrit par le comte de Lobau. C'esl ce Dazemar pourtant, que Na- 
in voulait remplacer le l septembre 1810 à l'île d'Elbe parce qu'il 

lui - paraissait incapable de commander un poste aussi important ». 

2. Il étail .-' Vienne pour rapatrier les militaires français qui quit- 
taienl le sen ice «I Vutriche 

3. ' es Paul Grenier, le Grenier des armées «lu Rhin, général t\i- 
division (11 octobre 1794 el comte de l'Empire (3 mai 1810). 

\. René Sevret, né à Niort en 1 77r.. volontaire au 2 bataillon des 

Deux-Sèvres el sous-lieutenanl en 1792, lieutenant en IT'.iT. capitaine 

en 1 70« chef de bataillon rw 1807 el aide-de-camp de Bernadotte en 
orl Umi - ers 1850 



ORDRES ET APOSTILLES Dl NAPOLÉON 299 

L'autoriser à rester à Stockholm autant que sa con- 
valescence l'exigera. 



925. — Saint-Cloud, 14 mai 1811. 
Au duc de Feltre. 

Le colonel du 8^ régiment d'infanterie légère Pourail- 

ly (!) n'est pas encore à son posle: faites-moi connaître 
pourquoi. 

92<5. — Rambouillet, 15 mai 1811. 

Par cet ordre le ministre a été chargé de témoigner 
le mécontentement de l'Empereur au général Danloup- 
Verdun - . de lui faire connaître qu'il ne devait rendre 
aucun compte à son gouvernement, sauf ce qui est relatif 
à la comptabilité et à l'administration des troupes sous 
ses ordres, et qu'au premier acte d'insubordination il de- 
vait être traduit devant une commission militaire.) 



927. — Caen, 24 mai 1811. 

Le maréchal Pérignon, gouverneur de Naples, dont le consé expire à 
la fin do ce mois, désire savoir si S. M. n'a pas de nouveaux ordres à 
lui donner. 

Le ministre me fera connaître quels sont ses désirs là- 
dessus. 

928- — Alençon. 1 er juin 1811. 

Pour remplir les cadres des détachements incorporés dans les batail- 
lons de guerre en Espagne, faut-il tirer les sous-officiers de Fontaine- 
bleau seulement ou en partir du dépôt d'Angers 

J'approuve qu'on les prenne à Fontainebleau. 

I. Bernard Pourailly, baron nV l'Empire depuis 1808. allait être promu 

ont 1811 général de brigade. 
2 Qui commandait les troupes westphaliennes à Danzig. 



.",11(1 ORDR] - l l APOSTILLES Dl NAPOLÉON 

929. _ Saint-Cloud, 15 juin 1811. 
Lu duc de Feltre. 

Le général Duppelin [ x ) doit rentrer à sa division, la 
place de Danzig en a suffisamment. 



930 Saint-Cloud, 1/ juin 1811. 
. 1 /( duc de Felire. 

Faites solder au maréchal duc d'Elchingen tout ce qui 
lui est dû pour ie temps où il a élé eu Espagne. 



931. Saint-Cloud, 26 juin 1811. 
lu duc de Feltre. 

Donnez ordre au général Vandermaesen ( x ) qui revient 
de l'Ile de France, de se rendre à Rayonne où il est 
nécessaire qu'il soit du 5 au 10 juillet. Il recevra là des 
ordres du major-général. 

932. — Saint-Cloud, lu juillet Isll 

M. le duc de Feltre me présentera un rapport qui aura 
pour objet de mettre à la retraite le général Dazemar. 

933. Trianon, 13 juillet 1811. 

Le général de division Mermel a été rappelé de Par de Portugal 

par ordre de \ M. pour être employé dans l'intérieur. On propose de 
lui confier le commandement de la 27" division militaire. 

Approuvé. 

1. Jean Duppelin, général de brigade le 28 mars 1809 et baron de 
l'Empire le 19 décembre de la même année. 

2. L'ubin-Martin Vandermaesen, né en 1766 k Montreuil (Seine-et : Oise). 
général de brigade depuis le 5 février 1799, devait commander une di 

m à 1 armée <l Espagne ri mourir le 1 septembre 1813 a Ascain 
«I Min' blessure reçue la veille à l'affaire de Saint-Jean-de-Luz. 



ORDRES ET APOSTILLES 1)1 NAPOLÉON 301 

934- — Trianon, 13 juillet 1811. 

On propose d'admettre à la retraite le ornera] de brigade Dazemar 
tombé dans un état de démence absolue. 

Approuvé. 



935. __ Trianon, 14 juillet 1811. 

Faites-moi connaître quels sont les colonels en second 
nommés pour commander les dépôts, et pourquoi ils n'y 
sont pas encore arrivés. 

Donnez ordre au général d' Audenarde (*) de se rendre 
à Saintes, pour prendre le commandement du dépôt sous 
les ordres du général DefYance. 



936. __ Trianon, 19 juillet 1811. 

Un demande l'autorisation de tirer de l'Ecole de Fontainebleau les 
sous-officiers nécessaires pour compléter les cadres des 5°"" bataillons, 
en remplacement de ceux que le décret du 18 juin a prescrit d'incorporer 
en Espagne. 

Me remettre l'état des sous-officiers qu'on demande. 



937. — Trianon, 19 juillet 1811. 

Pierre-Louis Trocmé, conscrit de 1810, de la commune de Roi/\ (Ar- 
dennes), neveu de feu le colonel Maingarnaud. ayant droit d'être placé 
à la fin du dépôt comme petit-fils d'un vieillard de soixante-dix-sept ans 
dont il est le soutien et dispensé de marcher comme conscrit, sollicite 
l'autorisation d'entrer dans la garde royale d'Espagne ou l'un de ses 
oncles est officier supérieur. 

Accordé. 



I. Charles-Eugène de Lalaing, comte d'Audenarde, officier en Autriche 
(1799-1801), capitaine en France (1804), chef d'escadron (1805), major 
(1807), colonel (1809), général de brigade (5 décembre 1812) el lie 
nant-général (30 juillet 1823). Cf. Feuilles d'histoire, I, p. 130. 



302 ORDRES 11 APOSTILLES M NAPOLÉON 

Ulis Saint-Cloud, 25 juillet 1811. 

Le général i ouin i i a reçu sur les fonds de la couronne une somme 
de 6.250 fr. pour frais de lable qui revenait au général Lariboisièrc ; il 
ne veul rembourser cette somme que sur l'ordre de l'Empereur. 

Renvoyé à Duroc. 



1)39. — Saint-Cloud, 25 juillet 1811. 

Le généra] de brigade Maison, employé dans La 17' division militaire 
désire obtenir le commandement du départemenl de la Lippe: sa santé 

est mauvaise depuis qu'il est en Hollande. 

Accordé. 

940. Saint-Cloud, 26 juillet 1811. 
Au dur de Feltre. 

Je désire que vous donniez l'ordre au général Molitor 
de mettre en marche pour Utrecht au 5 août les 18 e el 
93' de ligne qui formeront une brigade, les 56 e et 124 e 
de ligne qui formeront une 2<= brigade. 

Le 2h' chasseursi sera attaché à ce camp. 

Le maréchal duc de Reggio se rendra à Utrecht pour 
prendre le commandement de ce camp . 

Vous ordonnerez au général Durutte 2 de réunir vers 
les premiers jours d'août, dans les positions qu'il a in- 
diquées dans les bruyères de Zuidlaren. le '2 e de ligne, 
le :-i7 e . le I2.V. 

Le 23 e chasseurs sera joint à ces trois régiments. 

Ce camp sera égalemenl sous les ordres du duc de 
Reggio. 

Vous donnerez pour instruction au duc de Reggio de 

I. Joseph-Christophe rnuin. général de brigade (9 mars 1806) el co- 
lonel du régimenl d'artillerie nY In garde, baron de l'Empire <ir> juin 
1808 - nom de baron «le Grandchamp. Cf. sur lui Norvins, Mé- 

morial, III. p. 182 el Boulart, \âém p 160 

'.'. Joseph Frai - Durutte, général <\>' 1 1 1 ï cr .• < * 1 * • (26 septembre 1799) el 

de divis 17 aoûl 1803), comte de l'Empire (14 aoûl 1813). 



ORDRES I I APOSTILLES Dl NAPOLÉON 303 

passer en revue ces troupes, de les Faire manœuvrer Fré- 
quemment et d'envoyer fies notes sur leur instruction. 



941. — Saint-Cloud, 29 juillet 1811. 

Ordonner au maréchal duc d'Elchingen, d'aller pren- 
dre le commandement du camp de Boulogne en rempla- 
cement du général Vandamme qui prendra le commande- 
ment de la 14 e division militaire. 



942. -- Rambouillet, 7 août 1811. 
1// duc de Feltre. 

Donnez Tordre au général de brigade Donnadieu de se 
rendre aux îles d'Hyères pour y prendre le commande- 
ment de ces îles et être chargé de leur défense. 



943. — Rambouillet, 7 août 1811. 

!.'• généra] de brigade Morangiès demande un congé de trois mois 
avec solde. 

Accorder ce congé à dater du le' novembre. 



944- — Rambouillet, 7 août 1811. 

L'inspecteur aux revues Lamer, ancien général de division (V demand< 

à être mis en activité dans son grade et employé comme inspecteur gé 
néral d'infanterie. 

Hefusé. 

'■ Dès lr 24 iiiin 1810 Clarke disait, que Lamer était mi brave homme 
qui mentait (}<■< égards, mais que sa demande était tardive «'I ne pou- 
vait être accueillie, « vu le nombre des généraux divisionnaires oxis- 
1,1,1 » ; cf. sur Lamer qui lui chef d'état-major île l'armée des Pyrénées 
Orientales notre Dugommier, p. 194 [95. 



:;il'i ORDR] - Il VPOST1LL1 - DE NAPOLÉON 

!)4.V Rambouillet, 11 aoûl 181 1. 
1// duc de Feltre. 

Chargez un officier de faire une enquête el de procéder 
à l'interrogatoire des 800 prisonniers renvoyés de Figuiè- 
res, afin de recueillir tous les renseignements et d'arriver 
à connaître les causes de la surprise de ce fort. 



946- - Paris, 15 aoûl 1811. 
Napoléon dit ce jour là au général Joseph Morand : 

Je suis satisfait de vos services en Corse et je vais 
m occuper de vous sous peu de jours. 



i)47. — Paris, 20 aoûl 1811. 
Au duc de Felti e. 

Donnez ordre au général Donnadieu de partir dans 
vingt-quatre heures pour se rendre à l'île Port-Cros. afin 
de pourvoir à sa défense ainsi qu'à celle de l'île du Le- 
vant. Failes-lui connaître que je compte sur lui pour dé- 
fendre celte île importante, pour en surveiller la batterie 
cl être toujours sur pied. 



948. — Paris, ~2\ aoûl 181 1 
Berlhier mi Uuc </'■ Fellre. 

.le viens de donner l'ordre à M. le maréchal duc de 
Raguse d'envoyer de suite à Burgos l'état-major, les esca- 
drons cl généralement tous les détachements du L'Y régi- 
ment de chasseurs, hommes et chevaux, qui sont à l'armée 
de Portugal OU dans ses dépôts. Ce régiment cessera de 
faire partie de l'armé.' de Portugal; il appartiendra désor- 
mais au corps d'observation de réserve et sera attache 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 305 

à la division du général Caffarelli. L'intention de Sa Ma- 
jesté est que les (500 hommes montés de ce corps, qui 
doivent partir d'Auch dans les premiers jours de septem- 
bre, se rendent à Bnrgos pour y attendre la portion de 
ce régiment que l'armée de Portugal va envoyer dans celle 
place. 

L'Empereur m'a fait connaître que le 14^ régiment de 
chasseurs se rend du Piémont à Pau et qu'il est destiné 
à être attaché à la division du général Souham. 

D'après ces dispositions, la cavalerie du corps d'obser- 
vation de réserve sera composée de la manière suivante: 

Le 9e régiment de hussards, attaché à la l re division, 
général Reille. 

Le 15e régiment de chasseurs, attaché à la 2e division, 
général Caffarelli. 

Le 14e régiment de chasseurs, attaché à la 3 e division, 
général Souham, et le régiment de chasseurs royaux ita- 
liens, attaché à la I e division, général Severoli. 

Ce qui fera à peu près 5 ou (K)0 chevaux par division. 



940. -- Saint-Cloud, 22 août 1811. 

Donnez ordre que la 31 e division militaire soit sous les 
ordres de M. le maréchal prince d'Eckmùhl. 



950. — Trianon, 29 août 1811. 

L'adjudarU-commandant Carrion-Nisas (') doit au gouvernement 20.00U 
francs qu'il est hors d'état d'acquitter ; V. M. serait-elle disposée à lui 
accorder, non seulement les droits qu'il réclame, mais encore une grati- 
fication de vinpt mille francs ? 

Approuvé. 



1. Il devint maréchal de camp (5 juillet 1S15), et Napoléon l'avait fait 
le 2 novembre 1810 baron de l'Empire. 



306 ORDRE? I I VPOS I III I S DE \ Xl-ol.l ON 

951. Compiègne, 30 aoûl 1811. 

Proposition d'envoyer «luis la 22* division militaire le général de bri 
_■ . 1 1 1 < • Penne (') disponible. 

Approuvé, si le généra] Penne est l'ancien colonel du 
112 e . étant un excellent officier, et le général Berthier ayant 
besoin d'avoir un bon général auprès de lui. 



<>.*>*>. Compiègne, 30 aoûl 181 1. 

I e sieur Audibert, maréchal <\> x - logis, a rejoint sans autorisation le 
12 cuirassiers parce qu'on ne lui avail donné dans les grenadiers à 
cheval de la garde que le grade de brigadier fourrier; le général Wal- 
tlier le connaîl pour un excellenl sujet cl lf redemande ; on prie S. \1. 
île faire connaître si elle approuve qu'il soil rappelé dans la garde. 

Le laisser dans son ancien corps '12 e de cuirassiers). 



953- — Compiègne, 30 août 1811. 

Clarkc propose d'employer Legrand i i sous les ordres du maréchal 
duc de Reggio et ajoute qu'il est assuré que 1. «'grand recevrait cette 
destination avec reconnaissance. 

Ne peut-on l'employer à l'aire des inspections, en atten- 
dant qu'il ail une destination? 



954. ('. |uè'jiie. 7 x'pteiubre 1811. 

1 // duc de Feltre. 

Je suis surpris qu'un homme d'honneur comme le gé- 
néral Dode veuille se marier avec la fille d'un notaire 
déshonoré et chassé de son corps. Cette proposition seule 

1. Raymond Depenne, dil Penne, baron de l'Empire (14 juin 1810) el 
général <\r brigade (6 aoûl 1811), tué !<■ I'.' juin lsi:> à Bierges-lez- 
\\ a\ re. 

2. Il s'agil de Claude-Juste Uexandre Legrand général de brigade 
septembre 1793) el de division (20 avril 1799), comte de l'Empire 

;' juillel 1808 



OKDKES ET APOSTILLES 1)1 NAPOLÉON 307 

est un déshonneur. Si ce général persistait dans un pa- 
reil choix, le corps de l'artillerie devrait le chasser ' . 



1)55- — Compiègne, 7 septembre 1811. 

Le général de brigade Du Roure-Brizon i i, qui s'esl bien conduit à 
Breda sous les ordre» du due de Reggio, désire être employé sous les 
ordres de ce maréchal. 

Refusé, lui accorder sa retraite. 



Î)ÔC>. — Compiègne, 7 septembre 1811. 

On propose de confier au général de brigade Girardol i le comman- 
dement de Walcheren. 

Il faut lui donner sa retraite. 



957- — Compiègne, 7 septembre 1811. 

Le vice-amiral Villaret-Joyeuse sollicite des frais de déplacemenl et 
de premier établissement. 

Cela est contre l'usage de la guerre. 

1. Guillaume Dodede la Brunerie, baron de l'Empire depuis 1808 el 
général de brigade depuis le 13 mars 1809, dm ait être nommé sous la 
Restauration (20 août 1S14) général de division et sous le gouvernement 
de juillet (17 septembre 1847) maréchal de France. Il appartenait, non 
au corps de l'artillerie, comme dit Napoléon, mais au corps du génie. 
A la suite de la lettre impériale, le ministre de la guerre écrivit à Dode 
le 18 septembre : « Des considérations cpji vous sont étrangères el qui 
ne doivent vous donner aucune inquiétude, ne me permettent pas de 
vous accorder l'autorisation de vous marier ; rien ne s'oppose d'ailleurs 
à ce que vous fassiez un nouveau choix que je serai fort aisé de pou- 
voir approuver. » Mais Dode s'obstina et avec raison, et il épousa « : e 1 1 < ^ 
qu'il aimait. 

2. Du Roure, général de brigade depuis le 29 juin 1792. avait suivi la 
fortune de Lafayette ; il fut en 1809 employé à l'armée du Nord ; mais 
Napoléon n'aimait pas ces généraux de 1809. 

3. Jean-François Girardol, général de brigade depuis le 30 juillet 1793 



308 ORDR] S I I VPOS LILLES D] \ VPOLÉON 

<».'),s. Compiègne, 10 septembre 1811. 

I c général Vlolilor, qui commande la 17 division militaire, sollicite un 

consé de doux iihm-. 

Un congé avant Le mois de janvier est impossible; sil 
persiste, proposez an général pour le remplace!- clans sa 
division 

!).-,!>. \nvers, 3 octobre 1811. 

Au duc de Fcltre. 

Donnez le commandement de L'armée de Catalogne au 
généra] Decaen. 

9bO- — Utrecht, 9 octobre 1811. 

i in propose d accorder une indemnité de l.SOOfr. par an aux généraux 
d'artillerie commandants titulaires des écoles d'artillerie et du génie en 
exercice, en remboursement de Irais extraordinaires de bureau. 

Renvoyé à M. le comte Daru pour savoir comment cela 
se faisait jusqu'à celte heure. 



961- -- Utrecht, 9 octobre 1811. 

On propose l'adjudant commandanl Berthelemy comme chef détat- 
major de la 17" di\ ision militaire. 

Est-ce l'adjudant-commandanl de ce nom qui a été em- 
ployé en Espagne? Si c'est Le même, l'admettre au trai- 
tement de réforme. 

9f>2 - Amsterdam, Il octobre 1811. 

Placer le fils aîné de M. le maréchal duc de Coneglia- 
no( x ) dans le 8 e régiment d'infanterie! Légère, commandé 
par le colonel Rome, en qualité de lieutenant. 

1. Jean-Bon Moncey, qui sera plus lard colonel (]w :; hussards; cf. 
nos Episodes et portraits, III' série, p. r.O 171 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 309 

963 — Nimègue, 30 octobre 1811. 

Le général de brigade Donnadieu, commandant l'île do Port-Cros, a 
quitté son poste sans autorisation parce que sa santé est mauvaise et, 
«lit le général Du Muy. se montre peu subordonné ; faut-il lui accorder un 
congé ou le remplacer dans l'île de Port-Cros ? 

Lui donner une retraite de 2.500 francs et lui ordonner 
de rester dans une ville que désignera le ministre à plus 
de cinquante lieues de Paris. 



964 -- Nimègue, 31 octobre 1.811. 
Le général Chaberl (') demande la solde entière de son grade. 

Refusé. 



965- — Nimègue, 31 octobre 1811. 

Le général Quentin a contracté pendant son commandement à Belle- 
Isle une dette de 5.8C6 francs : il prie S. M. de lui accorder celle somme, 
à titre de gratification. 

Lui accorder la retraite 2 ). 



966. — Dusseldorf, novembre J811 ( 3 ). 
Paroles dites au général de division Damas. 

Je regarde comme détachés du service de France tous 
les officiers français qui servent dans mes troupes de Berg. 



967- — Compiègne, 11 novembre 1811. 

On propose de confier au général Castex (*) le commandement de la 
brigade de cavalerie formée des 23 e et 24" régiments de chasseurs. 

1. Impliqué dans la capitulation de Baylen, il avait été détenu à 
l'Abbaye pendant dix-huit mois, mis en surveillance et réduit au tiers 
de ses appointements. 

2. Et pas autre chose ; l'Empereur refuse la gratification. 

3. Il est à Dusseldorf du 2 décembre, à midi, jusqu'au 5, à 6 heures 
du matin. 

4. Bertrand-Pierre Castex, génér.il de brigade (21 juillet 1809) et de 
division (28 novembre 1813). 

Ordres et apostilles de Napoléon. 20 



llO ORDRES 11 APOSTILLES Dl NAPOLÉON 



Approuvé. Lui donner l'ordre de porter Le plus grand 

soin à me! Ire en état ces deux régiments. 



908- — Amsterdam, 20 novembre 1811. 

On propose de confier le commandement de l'île de Goréc au général 
\ achol i i. 

Ce général n'esl pas en règle. Il n'y a pas de décret 
de moi qui le reinette en activité. Il est temps que le 
ministre se mette en règle et qu'il me présente un décret 
pour mettre en activité les officiers en réforme qui ont 
été appelés lors de la descente des Anglais. Tant que cela 
ne sera pas fait, ces généraux seront illégalement em- 
ployés ei soldés. Ce travail est urgent à l'aire. 



969- Saint-Cloud, 21 novembre 1811. 

<>n propose d'employer dans l'intérieur le général David Bruce ( : ) qui 
esl hors d'état d'entrer en campagne. 

Je ne veux point de généraux qui ne soient destinés 
qu'à l'intérieur. S il n'est p;is bon pour l'aire la guerre, il 
Paul le mettre dans les commandements d'armes ou lui 
donner sa retraite. 



♦>7u. - Saint-Cloud, 23 novembre 1811. 

• m propose à Sa Majesté de donner uni' autre destination au sieur La 
Grange qui a été nommé colonel du 15 chasseurs donl le commandemenl 
a été également conféré par s. M. au sieur Faverot. 

1. Martial \ 'ai :hol, général de brigade depuis le 25 septembre 17'.»:; 
- en traitemenl de réforme au commencement de 1797, avait été ap 

pelé en septembre ]sn<ï au commandemenl d'une brigade de gardes 
nationales actives. De nouveau employé (8 février 1812), i' fui tué, le 
23 août 1813, «levant Goldberg. Cf. sur lui la « Note o de V Rebièrè. 
/..■< généraux Vaehot, p. 7-23. 

2, David Bruce, général de brigade depuis le 12 janvier 1811. 



ORDRES E'J APOSTILLES DE NAPOLÉON 311 

Renvoyé au comte de Lobau, pour lui donner un ré- 
giment vacant. 

N. 
— Sa Majesté écrit au ministre de la guerre de lui don- 
ner le 20 e de chasseurs. 

Comte de Lobau. 
- Il parait cpie M. le colonel Lagrange a eu une des- 
tination; affaire nulle. 

Comte de Lobau. 



971- — Rotterdam, 26 novembre 1811. 

On propose de nommer colonel du 6 e régiment d'infanterie, à la place 
de M. Devilliers promu général, M. Jean-Etienne Barré, colonel en se- 
cond du régiment d'Isembourg, dont on joint l'élat de services. 

Cet état de services n'est pas en règle. Dans quel ré- 
giment a-t-il été capitaine et chef de bataillon? Quelles 
campagnes a-t-il faites? 



972- — Saint-Cloud, 30 novembre 1811. 

On propose d'envoyer les généraux Corbineau (') et Seron dans la 
30* division militaire. 

Approuvé pour le général Seron. 



973- — Paris, !» décembre 1811. 
Au duc de Fellve. 
Le duc d'Elchingen demande à venir pour mi mois à 

1. Corbineau l'ut le 25 décembre mis à la tête de la 6' brigade de 
cavalerie légère (7' et 20 e chasseurs, 8* chevau-légers) ; c'est Juvénal 
Corbineau. l'un des trois Horace de la Grande Année, le frère de Con- 
stant ci (I Hercule, baron de I Empire (10 octobre 1808), général de bri- 
gade depuis le 6 août 1811 et aidede-camp de l'Empereur, bientôt 
(23 mai 1813i général de division. 



312 ORDRES 1.1 APOSTILLES DE NAPOLÉON 

Paris: je ne vois pas d'inconvénien! à accorder un congé 
à ce maréchal ' . 



!>? l Paris, 1 ( .» décembre 1811. 
I e général de brigade Bouvier des Eclaz i i demande un congé. 

Accordé, et renvoyé au comte de Lobau pour l'aire con- 
naître ce qu'est cet officier. 

21 janvier 1812. 
L'employer dans une division de cuirassiers ( 3 ). 

;)7.V Paris, 22 décembre 1811. 

Depuis >"ii arrivée à Plaisance, écrit le duc do Feltre, Vf. de Bour- 
tnonl n'a cessé de demander la permission de venir à Paris, j'ai écarté 
relie demande avec soin, et je n'en parle aujourd'hui à V. M. que 
pour lui demander quels ordres Elle veut que je donne à M. de Bour- 
monl et dans quel lieu Son intention esl de l'employer.» 

Puisque cet officier se trouve placé el qu'il a fait la 
guerre avec nos troupes, je pense qu'on peut l'employer en 
Italie et le laisser là. Il faut surtout l'empêcher de venir 
dans l'Ouest. Il n'y a pas d'inconvénient que sa femme 

aille 1 le joindre ' . 

1. Mais le 14 janvier 1812, le maréchal est mi?- à la tête du 3* corps 
d'armée : el le 22 février il a ordre de « marcher doucement vers les 
frontières de Russie. 

2. Joseph Bouvier dr> Eclaz était colonel du 14° dragons lorsqu'il fui 
nommé harem de l'Empire (22 novembre 1808) et l'Empereur l'avait fait, 
le 8 octobre 1810, général de brigade. 

3. Le 7 décembre 1813, sur une plainie de Rampon, l'Empereur or 
donnai! de l'arrêter. 

4. Napoléon se défiail instinctivement de Bourmonl ; il se fâcha contre 

e qui lui avait donné le commandement du département des Apen- 
nins. Fallait il donc employer « un ancien chef de chouans »? El « que 
pensaient nos troupes de se voir commandées par un pareil homme » ? 
(lettre du I9janvier 18120 \.ussi en avril 1812, refusait il de placer Bour- 
himui au quartier-général. Pourtant, comme Bourmonl servait bien, il 
fui nommé général de bri_ r anV le 2s «i-pimibre tsi:; ,•! l'énéral de di\i 
si<>n le 13 février lst i. 



ORDRES ET APOSTILLES 1)1 NAPOLÉON 313 

97<;. — Paris, 30 décembre 1811. 

Le 28 e régiment de chasseurs (qui a trois escadrons en 
France, à Orléans et le quatrième qui est à Vienne, Isère), 
formera une 14 e brigade de cavalerie légère qui sera 
commandée par le général de brigade Beurmann. 



1)77. — Paris, 1 er janvier 1812. 

Le général Dode écrit le 24 décembre 1811 qu il a trouvé dans 
M" 1 " Virginie Pérignon « toutes les convenances de caractère, d'édu- 
cation et de fortune », que cette famille « est digne de l'indulgence de 
Sa -Majesté ». 

Renvoyé au grand juge pour savoir si ce n'est pas le 
notaire qui a fait des actes frauduleux et a été chassé 
par le corps des notaires, comme portant atteinte à la 
confiance que doit inspirer ce corps. 



978- — Paris, 7 janvier 1812. 

Le grand juge écrit que le père de M eI " Pérignon avec qui le gé- 
néral Dode veut contracter mariage, est un notaire qui a été forcé de 
donner sa démission pour acti-s frauduleux. 

Renvoyé au ministre de la guerre par ordre de l'Em- 
pereur. 

979- — Paris, 9 janvier 1812. 

\u duc de Fellre. 

J'ai nommé le général Compère Q-) général de brigade. 
Cet officier est au service de Naples. Je le rappelle au 
service de France. Il doit être actuellement à Paris. En- 
voyez ce général dans la 6 e ou 8e division de l'armée où 
il sera employé dans son grade. 

1. Claude-Anloine Compère. Sa nomination date du 10 janvier 1812. 
On sait qu'il fut tué à La Moskowa. Cf. la leltre de Napoléon à Berllner 
(Supplément Lecestre, II, p. 184.) 



S I i ORDR] - l I VPOS'J ILLES Dl \ VPOl EON 

;»so — Paris, 16 janvier 1812. 

On propose de mettre le gênerai Cavrois à la disposition du ministre 
de la guerre en attendant de plus amples renseignements sur sa con- 
duite à 1 armée de Portugal. 

Renvoyé au ministre de la guerre pour le suspendre de 
ses fonctions, lui assigner à plus de quarante lieues de 
Paris un lieu où il se) retirera, el prendre des informa- 
tions sur son compte. 



981- — Paris, 17 janvier 1812. 

L'Empereur demande un rapporl pour nommer colonel 
du 8 e chasseurs M. Edmond Périgord; y joindre le pro- 
jet de décret ' . 

982. Paris, 23 janvier 1812. 

Le minisire de In guerre, conformément aux intentions 
de l'Empereur, accorde au général de division Molilor un 
congé d'un mois avec solde ( 2 ). 



983. - Paris, 26 janvier 1812. 

Il est nécessaire d'envoyer un général aux bouches du Oatlaro : c'est 
le [M>mi qui sera probablement attaqué. 

H faut envoyer un général en ïllvrie. 



\)H4 - Paris, -1 février 1812. 
1// duc </'• Feltre. 
Donne/, ordre ;iu général de division Morand de partir 

1. Ecril par Tabarié ; le surlendemain, 19 janvier 1812, Edmond de 
Périgord étail nommé colonel. 

2. Le général Osten faisait l'intérim : mais, dès le is février, \l<>lit<>r 
qui commandait en Hollande, eut ordre 'le se rendre aussitôt à son 
poste; Napoléon le consola en l'assuranl que ce commandement étail 
« une marque de grande confiance ». 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 315 

d'ici au 10 février pour se rendre à Hambourg où il pren- 
dra les ordres du prince d'Eckmùhl sur sa destination ul- 
térieure. Il est nécessaire qu'il soit rendu à Hambourg 
avant le 15 février. 

Vous donnerez ordre au général Durutte de se rendre 
également à Hambourg, où il devra être arrivé le 15. Il 
prendra, comme le général Morand, les ordres du prince 
d'Eckmùhl sur sa destination ultérieure. 

Donnez ordre au général de division et aux généraux de 
brigade commandant dans la 32e division militaire d'être 
tous à leur poste au 15 février. Je suppose que vous avez 
soumis à ma signature la nomination des commandants 
d'armes de cette division et celle des généraux de brigade 
qui doivent commander les départements. 



1)85- — Paris, 6 février 1812. 

Le sieur Calamini, lieutenant des troupes italiennes, appelé comme 
témoin dans l'affaire du général Lechi, est détenu depuis plusieurs mois 
à la Conciergerie ; il demande à être transféré dans une prison mili- 
taire. 

Accordé. 



986. — Paris, 6 février 1812. 

Le général de division Vial, commandant la 18' division militaire, de- 
mande un congé de quinze jours avec appointements pour se rendre à 
Paris où l'appellent des affaires importantes 

Approuvé, après la conscription. 



9g7 _ Paris, 8 février 1812. 
Au duc de Feltre. 

Donnez ordre au général Grouchy d'être rendu àMayen- 
ce le 18 février pour y être à la disposition du major-gé- 
néral C 1 ). 

1. 11 allait commander le 3" corps de cavalerie. 



316 ORDRES ET APOSTILLES Dl NAPOLÉOJJ 

1)88. - l'a ris. s février 1812. 
Lu duc île Feltre. 

Le général de brigade Porson , [ j étanl accoutumé au ser- 
vice au-delà des Alpes, il faut l'y laisser dans ce moment. 
Vous sentez qu'il est nécessaire que le prince Borghèse 
ail quelqu'un qui lui soit utile. 

Donnez ordre au général Charpentier ( 2 ) de partir de 
Paris pour se rendre à Vesoul où il devra être le 15 fé- 
vrier. Il remplira les fonctions de chef d'état-major de 
l'armée commandée par le vice-roi. 



989. _, Paris. 24 février 1812. 
Le général Valentin sollicite sa retraite. 

Je n'accepte point de retraite d'un général quand il faut 
marcher. 

990. — Paris, 27 février 1812. 

La portion française de l'équipage d'artillerie du 4* corps n'a pu 
partir en entier ; on a dû laisser 120 caissons à munitions à Vérone et 
S. M. a proposé de faire partir de Mayence les chevaux qui manquent 
pour rejoindre les attelages vers Glogau. Il existe d'ailleurs à Danzig 
80 caissons à munitions qui n'ont pas de munitions et qui pourraient 
être donnés au corps d'Italie. 

Les voilures qui sont à Danzig, sont destinées à rem- 
placer les pertes que fera Farinée. Il ne faut donc point 
penser à affaiblir cette réserve; il faudrait plutôt s'oc- 
cuper de l'augmenter. 11 Faut donner l'ordre au général 
d'Anthouard de faire conduire les 120 caissons par des 
bœufs il de prendre en Bavière les chevaux qui les con- 
duiront jusqu'à Ratisbonne où on les fera prendre par 
des chevaux d'artillerie qui partiront de Mayence. 

1, Jean-François Porson, général de brigade (29 juin 18101 et baron 
de l'Empire (23 octobre 1811). 

Henry-François Marie Charpentier, général de brigade (30 juillet 
1799) el de division (16 février 18041. comte de l'Empire (14 février 1810). 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 317 

991. - Paris, 3 mars 1812. 
An duc de F élire. 

Donnez ordre au général Plauzpnne, chef d'état-major 
de l'armée de Catalogne, de se rendre à Paris, Le général 
Decaen prendra un autre chef d'état-major. Il y a plus de 
généraux qu'il n'est nécessaire à l'armée de Catalogne. 

Le général Plauzonne sera employé à la Grande Armée ( 1 ). 

Choisissez vous-même le chef d'état-major que doit avoir 
le général Decaen parmi les généraux employés à l'armée 
de Catalogne. 

992- -- Paris, 11 mars 1812. 

Le général de brigade Bertrand ('), commandant le département des 
Bouches-dn-Rhin, demande le commandement du département des 
Forets. 

Les Bouches-du-Rhin est plus convenable. 



993- — Paris, 14 mars 1812. 

Le général Gérard, ancien aide-de-camp du prince de 
Ponte-Corvo, partira en poste pour se rendre à Stettin. au 
quartier-général du prince d'Eckmùhl, où il devra être 
au plus tard le 22 de ce mois. 



994. — Paris, 15 mars 1812. 

« On rend compte à Sa Majesté de la conduite du général Camus (*) 
à l'occasion de la reddition de l'île Sainte-Maure et on propose d'ac- 
corder la retraite à cet officier-général. » 

1. Le vice-roi eut quelque temps auprès de lui. pour l'aider, outre son 
chef d'état-major, le général Plauzonne qui était, dit Napoléon dans une 
lettre du 30 avril, un officier de mérite ; puis Plauzonne fut employé à 
la 13' division d'infanterie du 4" corps. 

2. Antoine-Joseph Bertrand, général de brigade (28 octobre 1808), 
baron de l'Empire (3 mai 1809), commandait le départemenl des Bouches 
du- Rhin depuis le 11 mai 1810. 

3. Louis Camus, général de brigade depuis le 1" février 1805. 



318 ORDRES II APOSTILLES DE NAPOLÉON 

Je ae vois rien dans ce rapport qui motive la mise en 
retraite de ce général: il peut toujours être employé en 
ligne. Il paraît seulement qu'il ne peut pins 1 être comme 
gouverneur. Mais il peut très bien servir à la Grande Ar- 
mée. L'envoyer au grand quartier-général à Erfurt où on 
l'emploiera. 

U!>5. — Paris, 16 mars 1812. 
.1» duc de Feltre. 

Donnez ordre au général de division Paclliod de se ren- 
dre en [llyrie où il sera employé sous les ordres du général 
Bertrand. Il esl nécessaire qu'il y soit rendu pour le 1 " 
avril. 



996. Paris, 30 mars 1812. 

Le prince Camille Borghèse se plaint des paiements faits on hillon 
aux troupes qui traversent l<' Piémont. 

Renvoyé au ministre de la guerre pour statuer. 



!)!>?. Paris 3 avril 1812. 

Les quatre demi-brigades de marche doivent fournir une 
division sous les ordres d'un général de division et de deux 
généraux de brigade qui doivent pouvoir partir de Co- 
logne avant le t.") mai. Cette division prendra le titre de 
l rt ' division de réserve de la Grande Armée. 



<M)H Saint-Cloud, * avril 1812. 

Il Faul prendre des mesures pour éloigner les Espagnols 
des villes où se trouvent des garnisons françaises, afin 
qu'ils ne communiquent pas leur maladie. 



OKDRLS 1.1 APOSTILLES DE NAPOLÉON 319 

999. — Saint-Cloud, 12 avril 1812. 
Au duc de Feltrc. 

Je réponds à votre lettre du 11. Ce ne sont pas des 
recrues espagnoles qu'on annonce être arrivées à Stras- 
bourg; ce sont des prisonniers atteints de la maladie, et 
dans le plus mauvais état. 



1000. -- Saint-Cloud, 12 avril 1812. 
Au duc de Feltre. 

La l re division de réserve de la Grande Armée sera com- 
mandée par le général Heudelet (*), qui restera jusqu'au 
5 mai à Mayence. Passé ce temps, il ira visiter les ba- 
taillons qui arriveront, et organisera sa division. 

Vous donnerez ordre au duc de Valmy d'être rendu le 
1 er mai à Mayence où il aura le commandement de la 
25 e division militaire et de tout ce qui est relatif à la 
formation de tous les bataillons, escadrons et convois d'ha- 
billement destinés à la Grande Armée. 



1001. -- Saint-Cloud, 19 avril 1812. 

Le duc de Bellune réclame le paiement d une somme de cent mille 
francs qui lui serait due sur son traitement. 

Renvoyé au ministre de la guerre pour le faire solder. 



1002. — Saint-Cloud, 30 avril 1812. 
Au duc de Felire. 

Penne est un général jeune et actif, qu'il est dommage 
de laisser en Corse. Donnez-lui Tordre de se rendre à 

1. Etienne Heudelet, général de brigade (5 février 1 700 1 ef de division 
(24 décembre 1805), comte de l'Empire (2 juillet 1808) 



320 ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 

Paris. Il sera remplacé en Corse par un autre général 
plus âgé. 

1003- — Soint-Cloud, 1 mai 1812. 

1// duc de Feltre. 

On m'assure que le général de cavalerie Ferrière nui 
sort du service de Hollande, n'a jamais servi ni comme 
lieutenant-colonel ni comme colonel de cavalerie, son 
avancement ayant été très rapide en Hollande sans rai- 
son. Faites-moi un rapport sur les services de cet offi- 
cier {*). 

1004- — Saint-Cloud, 5 mai 1812. 

1// duc de Felire 

Donnez ordre à la 2e division de réserve, composée des 
6 e , 7 e , 8e et 9 e demi-brigades provisoires, de se réunir à 
Munster du 12 au 20 mai: elle sera là à la disposition du 
major-général. 

Le général Heudelet commande, je crois, cette 2 e divi- 
sion de réserve; je suppose que vous avez désigné les 
deux généraux de brigade et V adjudant-commandant qui 
doivent y être attachés. 

Faites moi connaître quand la 3e division de réserve, 
composée des 10e. Ile, 12e et 13 e demi-brigades provisoires, 
sera prête à partir de Boulogne, d'Anvers. d'Utrecht, de 
Chambéry, pour se réunir à Wesel. 

Proposez-moi un général de division pour commander 
eetle 3e division de réserve. 



L005 Dresde, 28 mai 1812. 

Dejean rend compte 'l une enquête -mi- 1e> commissaires Penot. Sapia 

I. I.c 25 décembre 1811. Ferrière avait été mis à la tête de la 12* hri- 
cade de cavalerie légère française. 



OKDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 321 

et Grobert : Penot est en jugement ; Sapia sera mis en retraite ; Gru- 
bert reprendra l'exercice de ses fonctions. 



Approuvé. 



1000. — Posen, 1 er juin 1812. 



Le général Gauthier ('), employé en Illyrie, demande à être envoyé 
dans une armée active. 

Le laisser en Illyrie! 



1007. — Posen, 1 er juin 1812. 
Au dur de Fellvc. 

Vous ne me laites pas connaître le général de brigade 
qui commande la 2e brigade des cohortes du 1 er ban. Le 
général Molitor qui sent limportance de mettre ces trou- 
pes sur le meilleur pied, y portera tous ses soins, et vous 
proposera les remplacements d'officiers qui y sont néces- 
saires. 



1008. — Thorn, 4 juin 1812. 
Au duc de Feltre. 

Le général Wedel est Prussien; 2 ); il me semble assez 
inutile à l'armée; présentez-moi une manière de l'em- 
ployer qui ne lui soit pas désagréable, mais qui ne le mette 
pas en contact avec les Prussiens. 



1009- — Danzig. 8 juin 1812. 
Le général Kister étant dans l'impossibilité de faire la 

1. Jean-Joseph Gauthier, volontaire du Jura, aide-de-camp de Le- 
courbe, chef de bataillon en 1796 et de brigade en 1799, baron de l'Em- 
pire (19 décembre 1809), général de brigade (6 août 1811), blessé a 
Ligny et mort de sa blessure le 26 novembre 1813. 

2. Erhard-Gustave de Wedel était, en effet, Prussien ; né à Loga dans 
l'Ost-Frise en 1756, il avait fait ses études à Magdebourg et à Halle ; 
il entra au service de Hollande lorsque l'Ost-Frise devint hollandaise 
par In traité de Tilsit. 



322 ORDRES M APOSTILLES DE NAPOLÉON 

guerre d'une manière active à cause du mauvais état de 
sa santé et de ses blessures, esl autorisé à rentrer eu 
France. 

1010. - \ ilna, 9 juillet 1812. 

Le général Humbert, admis à la solde de retraite, demande l'autori- 
sation de passer aux Etats-Unis. 

Approuvé. 



ion. — Gloubokoïé, 22 juillet 1812. 

Au duc de Feltre. 

Donnez ordre au généra] de brigade Bazancourl ( J de 
se rendre en poste à Danzig pour être employé dans la 
place sons les ordres du gouverneur. 



1012- — Gloubokoïé, 22 juillet 1812. 
Au duc de Fellre. 

Il est nécessaire que vous portiez une attention spé- 
ciale sur le 11 e corps de la Grande Armée que commande 
le duc de Casliglione. Ce corps est composé de la 3()e di- 
vision que commande le général Ilcudelet. forte des l re . 
6 e , 7 e . 8e, 9c et 10 e demi-brigades provisoires. Cette di- 
vision doit être partagée en trois brigades. Il y faut donc 
envoyer trois généraux de brigade. 

De la 31 e division dont je viens de donner le com- 
mandement an général Lagrange (celui qui a un liras de 
moins); il remplace le général Seras. Celte division qui 
se compose des 11 1 . 12 e et 1> demi-brigades dont la réu- 
nion se t'ait à Slellin. sera partagée eu deux brigades. Il 
y l'anl donc deux généraux de brigade. 

De la 32e division que commande le général Durutte. 
Celte division se compose de trois bataillons du régiment 
de Belle-Isle. de trois du régiment de Ré, de trois du 

1. Le Cat <le Bazancourt, général de brigade depuis le ft mars i v " v 



ORDRES El APOSTILLES DE NAPOLÉON 323 

régiment de Walcheren, de deux du l< r régiment de la Mé- 
diterranée et de trois du 2 f de la Méditerranée. Elle for- 
mera trois brigades. C'est encore trois généraux de brigade 
qui sont nécessaires. 

- Enfin de la 34< division, commandée par le général 
Morand et pour laquelle il faut deux généraux de brigade. 

Il faut donc dix généraux de brigade pour l'infanterie. 

Il en faut un pour commander la cavalerie, composée 
des 8 escadrons de dragons, et un autre pour la cavalerie 
du lie corps, vu qu'en cas d'événement, la Saxe, la Prusse 
et les autres puissances fourniraient des détachements de 
cavalerie. 

C'est donc 12 généraux de brigade à fournir. Je crois que 
plusieurs existent déjà. 

Il faut aussi pour chaque division des adjoints d'état- 
major et des adjudants commandants. 



1013- — Gloubokoïé. 22 juillet 1812. 
Au duc de Feltre. 

Je donne ordre que la brigade d'Erfurt se rende dans 
la Poméranie suédoise pour faire partie de la 34e division 
de la Grande Armée qui sera sous les ordres du général 
Morand (de celui qui a été gouverneur en Corse). Cette 
34e division appartient au 11 e corps que commande le duc 
de Castiglione. On laissera une compagnie d'artillerie et 
200 hommes pour la garde de la forteresse. 

La 34 e division se composera de deux brigades. 

La l re sera formée des deux bataillons du 3 e et du 10.V, 
des deux bataillons du 29e et des deux bataillons du 113 
qui sont à Erfurt et vont se rendre à Stralsund. 

La 2e brigade sera formée d'un régiment westphalien, 
du régiment no 4 de la Confédération, et d'un régiment de 
Hesse-Darmstadt, au total, de douze bataillons 



324 ORDRES M APOSTILLES DE NAPOLÉON 

L014. Gloubokolé, 22 juillet 1812. 
An duc de Feltre. 

Donnez ordre aux généraux de brigade Gault, Cosson, 
Schramm. Lambert, Jalras, Normand, Godart, Barthélé- 
my. Dufresse, Schobert, Fabre, Evers, Castella, Marga- 
ron, Soyez. Lanchantin, Franceschi, Heyligers el Ber- 
trand de partir pour êlre employés à la Grande Armée. 

Le général Cavaignac^) commandera la brigade de ca- 
valerie du lie corps el sera remplacé à sa division par 
le général Schobert. 

Le général Gault 2 ) sera envoyé à la division Heudelet 
qui a besoin de trois généraux de brigade. 

Les généraux Schramm et Cosson( 3 ) seront envoyés à 
la division Morand en Poméranie. 

Le général Castella ') se rendra à Kœnigsberg pour y 
être employé sous les ordres du gouverneur. 

Le généra] Soyez( 5 sera employé au 9 e corps sous les 
ordres du duc de Bellune. 

les autres généraux se rendront à Vilna. au quartier- 
général de la Grande Armée. 

Il n'y aura plus dans l'intérieur de la France qu'un 
généra] de division et un général de brigade par division 
militaire, indépendamment des généraux commandant les 
brigades de gardes nationales et de quelques postes et 
provinces qu'il Faut excepter, comme les îles d'IIyères, les 
îles d'Oléron, les provinces au-delà des Alpes, la Hol- 
lande, les bouches de l'Escaut, le Texel et la 32« division 
militaire qui auront un général de brigade par départe- 
ment. 

J. Jacques Marie Cavaignac, général do bric-ado '12 septembre 1806). 
lieutenanl général (21 octobre 1814). 

2. Benjamin C-mll, honorai do brigade, du 6 août 1811. 

3. Jean Vdam Schramm, général de brigade (24 décembre 1805) el 
plus tard lieutenanl général ; Antoine-Alexandre Cosson, général de bri 
gade f22 octobre 1808 et, comme Schramm, baron de l'Empire en 1808 

4. Pierre-François-Gilberl Castella, général do brigade (18 décèmbn 
1802), qui devait rendre Pilla u. 

5. Louis-Stanislas \ ivier Soyez général de brigade (29 aoûl 1803), 
baron de l'Empire (2 juillel 18 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 325 

Vous ferez en sorte d'ailleurs qu'il y ait un colonel ou 
chef de bataillon pour commander dans les autres dépar- 
tements sous les ordres du général de la division militaire. 



1015- — Moscou, 30 septembre 1812. 

Le général de division comte Lauriston, ci-devant notre 
ambassadeur à la cour de Russie, sera rétabli au nombre 
de nos aides-de-camp pour reprendre son rang et jouir 
de toutes les prérogatives et émoluments attachés à cette 
place, à compter de son départ de Saint-Pétersbourg. 

1016- — Moscou, 18 octobre 1812. 

Proposition d'accorder un congé de convalescence de six mois à 
M. le baron Dulong, colonel du 12 e régiment d'infanterie légère ('). 

Approuvé. 

1017- — Smolen.sk, 11 novembre 1812. 

Le général de brigade Pastol ( 2 ). malade, s'est rendu à Paris ; on de- 
mande les ordres de l'Empereur. 

Accorder un congé de trois mois. 



1018- — Paris, 23 décembre 1812. 
Au duc de Feltre. 

Je viens de nommer général de division le général de 
brigade Dubreton, commandant à Burgos( 3 ). 

1. Il était à l'armée du Midi en Espagne et les officiers de santé 
assuraient qu'il devait, par suite de blessures graves et qui lui avaient 
fait perdre l'usage d'un bras, prendre les eaux de Barèges. 

2. Yves-Marie Pastol, général de brigade le 30 mai 1809 et baron de 
l'Empire le 15 août de la même année sous le nom de baron de Kera- 
melin, mort le 31 mai 1813 de deux coups de feu qu'il reçut ce jour-là 
au combat de Neukirch. 

3. Jean-Louis Dubreton, général de brigade depuis le 6 août l s ll 

Ordres et apostilles de Napoléon. 21 



326 ORDRES El APOSTILLES Dl NAPOLÉON 

Envoyez-moi des propositions pour donner des récom- 
penses à la garnison el aux différents corps de l'armée 
d'Espagne qui se soûl distingués. 

.1 ai également nommé l'adjudant commandant Doucet 
généra] de brigade et l'adjudanl Laborde adjudant com- 
mandant ' . Remettez-moi sous les yeux les officiers qui 
auraient rendu des services dans la journée du 23. 

Faites-moi connaître quel grade a dans la Légion d'hon- 
neur le générai Ilulin et quelle marque de satisfaction je 
peux lui donner. 



1019. — Paris, 24 décembre 1812. 

Le minisire annonce que le général Motte I i, qui commande le dé- 
partemenl de Vïontenotte, ne peut rester dans ce département parce 
qu'il a des infirmités et que l'air de la mer lui est contraire ; le prince 
Borghèse désire qu'il soil employé dans la 27' division militaire el 
remplacé au départemenl de Montenotte par le général Stedman. 

Donner la retraite au général Lamothe (sic). 



1020. — Paris. 26 décembre 1812. 

Au duc de F dire. 

Je désire que vous présentiez à ma signature le projet 
de décret qui nomme le général comte Reille général en 
chef de Tannée de Portugal, en le datanl du jour où vous 
lui avez envoyé sa lettre de nomination. 

1021 Paris, 8 janvier 1813. 

Le général Caffarelli t'\ demande qu'il soil accordé au général Thié 

l. Pierre Doucel el Laborde, ainsi que Ilulin s'étaieni signalés, comme 
- lil dans la journée «lu 23 octobre, en arrêtanl Malet. 

?. Roberl Mniic. général de brigade depuis le 13 juin I7(>r>: voir sur 
lui le Journal <]<■ I >esaix, i». 141. 

:;. Voir plus haul sur Caffarelli la pièce 79 el lire sur lui les Mémoires 
de Thiébaull (IV, p 570 573 578 q ii le nomme un paon sans cervelle, 



ORDRES 11 APOSTILLES DE NAPOLÉON 327 

bault un congé de six mois avec appointements pour le rétablissement 
de sa santé. 

Approuvé sa rentrée en France. 



1022- — Paris, 6 février 1813. 
Au duc de F élire. 

Le général Belliard fera les fonctions, au quartier-géné- 
ral, d'aide-major général chargé du détail de la cavale- 
rie. Il sera au quartier-général auprès du vice-roi. Faites- 
lui connaître que je compte sur son activité pour l'orga- 
nisation de toute la cavalerie française et alliée, et pour 
réunir tous les états de situation et renseignements con- 
venables. 



1028- — Paris, 7 février 1813. 

Au momenl où l'on expédie au général de brigade Dode l'ordre de 
se rendre à Magdebourg pour commander le génie au corps d'obser- 
vation de l'Elbe, il sollicite un congé. 

Il n'y a pas lieu à accorder ce congé, ce général devant 
s'occuper de l'organisation du génie de son corps d'armée. 



1024. — 10 février 1813. 

Le général Lejeune est arrivé à Paris et or demande les intentions 
de Sa Majesté à son égard. 

lui reproche son incapacité profonde, sa nullité, et surtout rimportanci\ 
la satisfaction béate avec laquelle il commettait des sottises, embrouil- 
lait et confondait tout. Mais Thiébault se plaignit du « sapajou », c'est- 
à-dire de Caffarelli au duc de Feltre, et le duc de Feltre blâma Thié- 
bault : il jugeait que Thiébault poussait au noir la situation de l'armée 
el jetait « des cris d'alarme liés exagérés » ; il approuvait Caffarelli qui. 
de son côté, accusait Thiébault de rester inactif dans Vitoria avec plus 
de 3.000 hommes et de «perdre son temps à écrire des rêveries ». Fina- 
lement, Thiébault demanda un congé de six mois et de l'emploi à la 
Grande Année, cl, comme il écrit dans ses Mémoires (IV. p. T>S7), il 
reçut son conee courrier par courrier. Clarke H Caffarelli étaient contents 
di' se débarrasser de lui. el — ce que Thiébault ignore — Clarke, en 
expédiant ce congé, disait à son secrétaire-général : « Thiébault, qui est 
de si peu d'utilité, ne pont il être admis à la retraite ? - 



32(S ORDRES I I APOSTILLES DE NAPOLÉON 

Le mettre en arrestation ' . 



10^5. — Paris. 10 février 1813. 

Le maréchal duc de Tarente demande l'autorisation de rentrer en 
France. 

Le vice-roi a dû la lui donner. 



1020- - Paris. Il février 1813. 

Le général de brigade Donnadieu, admis à la solde de retraite le 
30 octobre 1811 pour avoir quitté sans autorisation le commandement 
de l'île de Port Cros et s'être montré peu subordonné envers le général 
commandant la 8' division militaire, demande du service à l'armée. 

Refusé. 

1027- — Paris, 20 lévrier 1813. 
Au duc <lr Feltre. 

M. le duc de Feltre, donnez ordre au (lue d'Abrantès, 
gouverneur de Venise, d'être rendu le 1 er mars à Laibach, 
pour y prendre provisoirement le commandement des pro- 
vinces illyriennes en place du général Bertrand, afin que 
ce dernier soit libre pour organiser son corps (-)• 

1. Tes quatre mots sont de la propre main de l'Empereur. On connaîl 
Louis François Lejeune, le peintre et l'auteur de Mémoire*, aide-de- 
camp de Berthier, baron de l'Empire depuis le 6 octobre 1810, général 
de brigade depuis le 'SA septembre 1812. i\'oir sur lui la notice de Léon 
Hennet, Les lolonloires de Paris. il. p. 76 78). Ce qu'on sait moins, c esl 
qu'il étail dan- la retraite de Russie chef d'état-major du 1" corps de 
la Grande Armée el qu'au mois de janvier 181X il revint à Paris sans 
autorisation de JiiTtliier. « qui n'accordait que des retraites ou des dé- 
missions • bous prétexte qu'il avait deux hernies, l'une à l'estomac, 
l'autre à l'aine gauche, et qu'il ne pouvait trouver qu'à Paris les secours 
convenables. Voilà pourquoi Napoléon le fît arrêter, et il en voulut à 
Lejeune : le 21 novembre 1813, le général étail admis à la retraite et le 
[8 i mvier 1814 sa retraite étail fixée à 2.000 francs 

"?. On sait que le général comte Bertrand vint (\r< bonis de l'Adige à 
Irande Vrmée avec quatre divisions, dont deux, la division italienne 
Peyri el la division française Morand, formèrent, avec la division 
wurtembergeoise Franquemont, le l" corps d'armée. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 320 

1028. — Paris, 2 mars 1813. 

On a prescrit, selon l'ordre de l'Empereur, au général de division 

comte Sebastiani ('), de partir sur le champ en poste pour se rendre a 

Magdebourg ; il assure que S. M. l'a autorisé à resler encore sept ou 
huit jours à Paris. 

Il est urgent que le général Sebastiani parte le plus tôt 
possible, et ce temps perdu est funeste. 



1029- -- Paris, 6 mars 1813. 
Au duc de Fellre. 

Le comte de Valmy persistant dans la résolution de de- 
mander sa retraite, présentez-moi le projet de décret pour 
la lui accorder. 



1030. — Paris, 7 mars 1813. 
Le duc de Fellre à HuPin. 

Je viens de renouveler aux généraux de division La- 
poype et Sebastiani l'ordre de partir sur le champ pour 
la Grande Armée. L'Empereur n'accorde à l'un et à l'autre 
que jusqu'à demain 8 mars à midi pour que cet ordre 
soit exécuté. Je vous enjoins expressément de vous tenir 
informé de l'heure h laquelle ces deux généraux parti- 
ront de Paris, et demain h midi vous me ferez un rapport 
sur cet objet ( 2 ). 

1. 11 commandait en chef, depuis le 15 lévrier 1813. le 2 e corps de 
cavalerie. 

2. Le 8 mars, à midi, Hulin répond que Sebastiani est parti le matin 
à 8 heures et Lapoype, il y a un quart d'heure. Napoléon avait insisté. 
le 6 mars, sur le départ de Sebastiani qui ne voulait partir que le 11, 
parce qu'il avait à acheter des chevaux et des selles, parce qu'il allait 
« passer, le 8. des actes qui intéressaient la fortune de sa fille »; Na- 
poléon s'emporta. « Tout cela, disait-il. est ridicule et fait perdre du 
temps; c'est aux Russes, et non à moi, que Sebastiani doil demander de 
ne pas encore ouvrir la campagne. » 



330 ORDRES l I VPOST1LLES DE NAPOLÉON 

L031. — Trianon, 8 mars 1813. 
Au dur de Feltre. 

Vous recevrez un décret par lequel j'ai nommé général 
de brigade le colonel Picquet \. du 6 e de dragons; il est 
convenable que cet officier se rende sans délai en France. 



1032 P;ui<. 8 mars 1813. 

Au dur de Feltre. 

Faites sortir le général du génie Lejeune (-) et laites le 
partir sur le camp pour Tannée 3 ). 



1033- - Trianon, 10 mars 1813. 

On prie S. M. de faire connaître si le général Lejeune doil être com- 
pris parmi les généraux de brigade du génie. 

Le général Lejeune n'a pas les qualités nécessaires à un 
officier du génie: il faut l'employer à commander une 

brigade. On pourrait l'envoyer dans les provinces lllv- 
ricnnes. 



1034. - Trianon, 10 mars 1813. 

Le généra] de division Exelmans annonce qu'il esl hors délai d'en- 
Irer aussitôl en campagne el demande un congé de convalescence (*). 

Lui accorder un congé en nommant un autre officier 
pour le remplacer. 

1. 11 'Mail à l'armée de Portugal. Cyrille Simon Picquet, baron de 
1 ' 1 : 1 1 1 ] » : r . - do -.•j.i.'iidii-c lsusi. drvinl liniicnaul urenéral (6 juillel I >> 1 r. i . 

2. Lejeune étail général dans la ligne, el non général du génie, el 
cette erreur de Napoléon, relevée par les bureaux, provoqua la unie 
suivante. 

2. Le général avait été conduit le 19 février à la prison militaire de 
I Vbbaye : il en sortil le 9 mars. 

:;. Exelmans venail de recevoir le commandement do la 4' division de 
cavalerie légère qui faisait partie du 2' corps de cavalerie de la Grande 
Armée; mais il n'était pas encore guéri d'un coup de pistolet qui l'avait 
atteint à la cuisse droite, en 1812, près de Vilna. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 331 

1035- — 13 mars 1813. 

Le duc de Bellune demande, d'Erfurt, le 8 mars, des ordres sur sa 
destination 

Répondez au duc de Bellune que je lui ai confié 
le commandement du 2^ corps de la Grande Armée. 



1030. — Trianon, 17 mars 1813. 

Le général Grillot ('), guéri de ses blessures de Wagram, désire faire 
campagne. 

Renvoyé au ministre de la guerre qui lui donnera ordre 
d'être rendu le 25 mars à Mayence pour être employé 
dans le 1^ corps d'observation du Rhin. 



1037- -- Magdebourg, 24 mars 1813. 
Manthion, sous-chef de Vélat-major généra] au duc de Fellre. 

Je vous préviens, monsieur le duc, que d'après de nou- 
velles dispositions arrêtées par l'Empereur, M. le général 
de division baron Morand reçoit l'ordre de se rendre au- 
près de M. le prince d'Eckmùhl à Stendal pour prendre 
le commandement de la l re division du 1 er corps. La dis- 
position qui attachait M. le général Lapoype à cette di- 
vision, est annulée; ce général reste gouverneur de VVit- 
temberg. 

1038. — Paris, 31 mars 1813. 
Le duc de Fellre à Régnier. 

Général, Sa Majesté l'Empereur et Roi vient d'apprendre 
par S. A. le vice-roi d'Italie, lieutenant de l'Empereur, com- 
mandant la Grande Année en l'absence de Sa Majesté, 

1. Remy Grillot. général de brigade (2 juillet 1809) et baron de l'Em- 
pire (29 août 1810). 



'AS2 ORDRES 11 M'OSTILLES DF. NAPOLÉON 

que vous avez quitté sans permission le corps dont Sa 
Majesté vous a confié le commandement. Sa Majesté a 
vu également sur les feuilles qui constatent le passage 
des officiers à Mayence, que vous étiez arrivé dans cette 
ville. S;i Majesté m'ordonne d'envoyer à votre rencontre 
M. le major d'infanterie Baltazar, mon aide-de-camp, afin 
qu'il vous remette l'ordre de retourner sur le champ au 
commandement du 7c corps. L'Empereur m'enjoint éga- 
lement de vous témoigner son mécontentement de ce que 
vous avez quitté votre poste sans la permission du vice- 
roi qui en a porté plainte. L'Empereur ordonne cà tous 
les officiers d état-major ou autres qui auraient pu vous 
accompagner et revenir en France avec vous et qui. en 
effet, se trouveraient près de vous au moment où la pré- 
sente vous parviendra de retourner à l'armée sur le 
champ: aucun d'eux ne pourra continuer sa route pour 
rentrer dans l'intérieur ni venir à Paris sous aucun pré- 
texte quelconque ou pour quelque raison que ce soit^). 



1039- — Avril 1813. 
Note pour le dur de Feltre. 

Dresser un tableau en sepl colonnes. 

i' colonne, le complet en officiers. 

2" ce qui est mort. 

3° ce qui a été Fait prisonnier. 

I' ceux qui ne sont pas de retour. 

.V ceux qui sont présents. 

6° - les pinces vacantes. 

7 les propositions du corps. 

id. pour les régiments d'Italie. 

Faites-moi dresser un étal de tous les officiers que j'ai 
fait envoyer soil sur Mayence. soit sur Magdebourg, qui 
ont été tirés soit de ma garde, soil de Saint-Cyr. pour 
ces deux points. 

1. Cf. la lettre de Napoléon à Clarke. (Supplément Lecestre. 11. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 333 

Enfin, je m'en rapporte à lont ce que je vous ai mandé 
hier relativement aux officiers d'Espagne. Il faut que tous 
soient rendus à Mayence le 17. et qu'à leur arrivée ils y 
trouvent leur destination. 

Si vous avez encore besoin d'officiers, demandez-en en 
Espagne, et tenez correspondance avec Bayonne et Per- 
pignan pour être instruit par leur passage de leur pro- 
chaine arrivée. 

1040. — Avril 1813. 

Le général Vandamme rend compte au ministre qu'il a éloigné de 
Hambourg et envoyé à Wesel le général de brigade Yvendorff, âgé, 
incapable, plus nuisible qu'utile. 

Ce général avait été mis en retraite. 



J04L _ Paris, 3 avril 1813. 
Bevlhiev au duc de Feltre. 

M. le duc de Feltre, l'intention de l'Empereur est que 
vous expédiez l'ordre au général Thiébault et que vous 
lui donniez des lettres de service pour prendre le comman- 
dement de la 3' division de la Grande Armée, composée 
des seize bataillons des seize régiments qui sont destinés 
h fournir des hommes au 1 er corps. Cette division, comme 
vous le savez, a ordre de se réunir à Wesel L 

1042- — Paris, 3 avril 1813. 

Berthier au duc de Feltre. 

M. le duc de Feltre, l'intention de l'Empereur est que 

1. 11 esl curieux de rapprocher ce» ordre du texte des Mémoires de 
Thiébault (V, p. 25) : « Je reçus l'ordre de prendre le commandement 
de la 3' division de la Grande Armée, composée des seize troisièmes 
bataillons des régiments du 1" corps et de la rejoindre en poste à Wesel 
où elle s'organisait... Ce 1" corps était celui de Davout, du plus exé 
crable chef de la Grande Armée. » 



334. ORDRES El APOSTILLES Dl NAPOLÉON 

Votre Excellence donne l'ordre au général de division 
Via] et de lui expédier des lettres de service pour prendre 
le commandement de la 6 e division de la Grande Armée. 
composée des douze premiers bataillons des régiments qui 
font partie du 2* corps et qui se réunissent à Wesel. 



1043- - Paris, 1 avril 1813. 
.1// duc de Feltre. 

Le gêné] al de brigade Penne n'était pas arrivé le 20 
mars au corps d'observation de l'Elbe. 



1044. - Saint-Cloud, 7 avril 1813. 
Comment composer le conseil d'enquête sur la reddition de Pillau ? 
Proposez-moi la réunion de ce Conseil 1 . 



1(14.-,. - Saint-Cloud, 8 avril 1813. 
Au duc de Feltre. 

Donnez ordre au comte de Yalmy 2 ), de se rendre à 
Wùrzbourg, où il prendra, comme général de division, le 
commandement de la cavalerie du corps du prince de la 
Moskowa. Il esl nécessaire qu'il soit rendu le 11. au [tins 
tard, à Wùrzbourg. 

1040. — Saint-Cloud, Il avril 1813. 

On propose de décréter que le conseil d'enquête .sur la reddition de 
Pillau sera composé des généraux Desbureaux, Préval el Chouard. 

1. Un mois auparavant, le 7 mars, Napoléon avait ordonné d'arrêter 
le général Castella «i 111 avail signé cette capitulation ainsi »me les offi- 

- du génie el de l'artillerie s'ils avaienl approuvé la reddition, et le 
26 H prescrivait de renvoyé] à un conseil d'enquête toutes les pièces 
relatives à l'événement. 

2. < I. Supplémenl Lccestre, il p. 223 >■' 229, les lettres où Napoléon 
pardonne à Kellermann fils ses « «otlises > en considération de son 
père et <!>■> services personnels rendus à Marengo. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 335 

Le général Desbureaux n'esl pas propre à cela, et il n'est 
pas nécessaire de ne nommer que des généraux: on peut 
nommer de bons officiers supérieurs. 

1047. — Saint-Cloud, 13 avril 1813. 

On propose à S. M. de laisser à l'armée d'Aragon dans leur nouveau 
grade les généraux de brigade nommés le 28 janvier dernier, :\fesclop 
et Rouelle (')■ 

Approuvé, si on eu a besoin; si on n'en a pas besoin, les 
faire venir à Paris. 



1048. — Saint-Cloud, 14 avril 1813. 

On propose d'accorder un congé de trois mois avec appointements 
au sieur Lubienski ( 2 ), colonel du 8 e régiment de chevau-légers, qui a 
été autorisé par le vice-roi d'Italie à rentrer en France pour rétablir 
sa santé et soigner une blessure. 

Refusé. 



1049. — Paris, 17 avril 1813. 
Savanj, duc de Rovigo, au duc de Fdtre. 

Monsieur le Duc, votre Excellence connaît les ordres 
de Sa Majesté, relativement aux personnes qui se sont 
fait remarquer par des opinions exagérées, et notamment 
sur M. le général Garnier; je pense qu'Elle lui donnera 
une destination qui l'éloigné de Paris, où sa présence peut 
ne pas être sans inconvénients ( 3 ). 

1. Jean Mesclop était adjudant commandant et Pierre-Michel Rouelle, 
colonel du 116' régiment lorsqu'ils furent nommés généraux de brigade. 

2. Thomas Lubienski, promu, le 15 mars 1814, général de brigade, 
donne sa démission le 1" juin de la même année. 

3. Clarke répond ;i Savary que l'Empereur a ordonné d envoyer Gar- 
nier commandant d'armes à Laibach. Cf. sur Garnier notre Jeunesse de 
Napoléon, 111. p. 239 et 305. 



336 OKDIil - Il \P0SI1LLES DF. NAPOLÉON 

1050. — Mayence, 18 avril 1813. 

« Y. M., écrit Berthier, a bien voulu dire à l'adjudant commandant 
Carrion-Nisas qu'il serait attaché à un grand état-major, et il demande 
des ordres 

Qu'il se rende d'abord au quartier général ' . 



1051- — Dresde, 16 mai 1813. 
Faut-il admettre le général Chabran a la solde de retraite? 

Accorder sa retraite. 



L052- — Dresde, 16 mai 1813. 

< >n propose d accorder au général Nansouly un congé de i-onvales- 
cence avec appointements jusqu'au l" septembre prochain. 

Accordé jusqu'au 1er août 



1053- -- Dresde, 24 mai 1813. 

Le général de brigade Van Helden i demande ;i rentrer au service. 

Renvoyé au ministre de la guerre pour me faire an rap- 
port. 

1054. - Liegnitz, 6 juin 1813. 

1// duc de F élire. 

J'ai nommé le général du génie Dode. pour commander 

1. On sail que Carrion-Nisas n'inspirait pas confiance à l'Empereur : 
le 26 avril 1810, lorsqu'il demandait le grade de général de brigade, « il 
n'esl - militaire, répondait Napoléon, el ne sait pas assez les 
manœuvres pour cela ». Le 2i juin 1813, il le destituera, avec ordre de 
se tenir tranquille à cent lieues de Paris, parce qu'il « n'avait aucune 

té militaire el parce qu'il - s'était lâchement conduit à Gei 

2. C'est le maréchal de camp fd i 20 septembre 1792) qui avait été fait 
prisonnier dan- Francfort le 2 décembre 1792; cf. \ Chuquet, L'expé- 
dition de Custine, i>. 186-202 Mais le 30 juillet Mi. le du.- de Feltre 
avait déjà écrit qu'il ne pouvait remettre Van Helden en activité. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 337 

le génie du corps d'observation de Mayence; il doit se 
rendre près du duc de Castiglione. 



1055- — Dresde, 19 juin 1813. 

Le général comte Belliard, sera premier aide-major gé- 
néral, chargé particulièrement de tous les détails de la 
cavalerie de l'armée, et il touchera, en conséquence, un 
traitement extraordinaire de cinq mille francs par mois. 



1056. — Dresde, 22 juin 1813. 

Au duc de Feltre. 

Je vous envoie une dépêche de Trieste qui me paraît fort 
extraordinaire, faites la vérifier. Ecrivez-en au commis- 
saire-général, et au duc d'Abrantès lui-même. Si le fait 
se trouvait vrai, il faudrait ôter l'autorité à un homme 
qui se serait avili jusqu'à ce point (*). 



1057. — Dresde. 7 juillet. 1813. 

On demande un fonds de 36.960 francs pour servir à la première mise 
d habillement des 168 blessés sortant de divers régiments et incorporés 
dans le bataillon du train des équipages. 

La garde a au budget de l'armée un crédit sur ses mas- 
ses qui n'est pas consommé; s'adresser au directeur-géné- 
ral de l'administration de l'armée. 



1058- — Dresde, 7 juillet 1813. 
Au duc de Feltre. 

Je vous renvoie le décret que vous me proposez pour 
la nomination d'un commandant de Hambourg: ce n'est 

1. Junol, dont la folie commençait, avait bâtonné de la façon la plus 
inattendue et la plus cruelle un prisonnier. 



338 ORDRES ET APOSTILLES Dl NAPOLEON 

pas un officier de chasseurs que je voudrais mettre là. 
mais un officier qui sortît de L'artillerie ou du génie, soil 
un général de brigade, soil un colonel ( x ). 



L059. — Dresde, 14 juillet 1813. 

M. le général de division comte de Lobau, aide-de-camp 
de Sa Majesté, esl nommé aide-major de la garde impé- 
riale; l'Empereur lui a confié les détails dont était chargé 
S. E. M. le maréchal duc de Dalmatie; en conséquence, 
tout ce qui devait être fourni à M le maréchal sera envoyé 
directement à M. le général comte de Lobau. 



1000. — Dre>de. 1/ juillet 1813. 

le général de brigade Donnadieu. en retraite à Tours, demande l'au- 
torisation de venir à Paris pour régler des affaires de famille. 

Refusé. 



1061. — Dresde, 22 juillet 1813. 

I e ministre rend compte du résultat, des informations prises sur le 
général Cavrois, suspendu de ses fonctions, et propose de lui accorder 

!a retraite. 

Accordé. 



1062- Mayenoe, I e ' aoûl 1813. 

On propose de conserver à l'armée d'Espagne réorganisée par le 
maréchal Soult, le général d'artillerie Berge i i, puisqu'il n'y ;i à cette 

ar • que deux colonels, l'un, directeur du parc, et l'autre, malade. 



Approuvé. 



1. 11 nomma I ousard. 



2. François Berge, général de brigade depuis le 26 mai 1813, sera 
lieutenanl général le 3 octobre 1823 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 339 

1(M>3. -- Dresde, 6 août 1813. 

On propose le général de brigadr Tousard (') comme commandant 
d'armes à Hambourg. 

Approuvé. Le nommer commandant d'armes à Ham- 
bourg, si celle place lui convient et s'il est propre à la 
remplir. Il est nécessaire qu'il soit rendu à Hambourg 
avant le 15 août. 



1064- -- Dresde, 7 août 1813. 

On soumet à l'Empereur le rapport de la commission d'enquête de 
Pitlau. 

Approuvé la conclusion du rapport du ministre. 



10(55. — Gôrlitz, 24 août 1813. 

Le duc de Dalmatic annonce que le général Thouvenot C) convient 
mieux au commandement de Bayonne que le générât Lhuillier. 

Si le général Thouvenot convient mieux, il faut lui don- 
ner le commandement. 



1066- — Pirna, 19 septembre 1813. 

Le général Dulauloy qui doit acheter des chevaux pour l'artillerie 
de la garde, demande une avance de 50 à 100.000 francs, parce qu'il ne 
peut se procure)- des chevaux sans argent comptant. 

Accordé. 

1. Antoine-Etienne Tousard, ancien chevalier de Malte, général de 
brigade dans le corps du ^énie (5 juillet 1807) et baron de l'Empire 
(16 septembre 1808). 

2. Pierre Thouvenot, général de brigade (15 octobre 1802) et baron 
de l'Empire (13 février 1811) ; il allait être promu, le 25 novembre 1813. 
général de division, et le 6 septembre, il fut confirmé dans le comman- 
dement supérieur de Bayonne qu'il exerçail provisoirement depuis le 
8 août. Thiébaull le nomme un brave el digne général, plein de mérite 
et d'honorables qualités. 



340 ORDRES 11 APOSTILLES DE NAPOLÉON 

1067. Pirna, 1'.' septembre 1813. 

MM. Deyssautier, directeur d'artillerie, cl Cunéo d'Ornanb, comman 

tiant d'armes à Antibes, vivaient en mauvaise intelligence; le 11 décem- 
bre 1812, ver- les 3 heures après-midi, ils se rencontrèrent sur le rem- 
part ; Deyssautier demanda que les soldats d'artillerie fussent exemptés 
du service de la place pour .-'exercer dans leur arme, el cette demande 
« faite d'un ton peu convenable, l'ut reçue d'autre part avec aussi peu 
d'égards ) : de là une dispute, des propos insultants; Deyssautier leva 
sa canne ; Cunéo le désarma, le jeta par terre, lui donna des coups de 
pied sur le ventre. On propose de les mettre tous deux à la retraite | i. 

Approuvé. 



1068- - Dresde, 20 septembre 1813. 
Lu duc de Feltre. 

Proposez-moi des récompenses pour la garnison de 
Saint-Sébastien. Faites-moi connaître si le général Rey qui 
la commande, est celui qui a été colonel du 57e. ou si c'est 
celui qui était gouverneur de Burgos ( 2 ). 



1001). - Dresde, 27 septembre 1813. 
Rapport sur une pension à accorder à M. le maréchal Jourdan. 

L'Empereur ne conçoit rien à ce rapport. Si c'est l'Em- 
pereur qui donne la retraite au maréchal, l'article 52 de 
L'acte des Constitutions y a pourvu: il a la moitié de son 
traitement. Mais si c'est le maréchal qui la demande. l'Em- 

1. Cf. sur Deyssautier la lettre 676. Quanl à Cunéo d'Ornano 
(François-Antoine), lieutenant avant la Révolution capitaine en 1792, 
chef de b n 1795, chef de brigade en 1799, commandanl d'armes 
à antibes depuis 1801. mis à la retraite par décrel du 19 septembre 1813, 
mais rappelé a l'activité par les Bourbons et replacé à \ntibes le 20 no- 
vembre 1814, il ferma les portes de la ville à Napoléon revenant de 
1 lie d'Elbe ; ce qui n'empêcha pas Napoléon de le nommer commandant 

rieur de la place de Valence le 16 juin lMr> d'autant que Cunéo 
! le 20 mai, écril à Davoul que o son dévouemenl pour l'Empereur 

ne pouvait être suspect Retraité en 1816. Cunéo mourut à Rome en 

1840. 

2. ( ''lait relui qui coramandail le 5' gouvernemenl à Burgos, Em- 
manuel Rej . 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 34] 

pereur ne conçoit pas où les bureaux de la guerre ont pris 
cette logique qui lui ferait cumuler la moitié de sou trai- 
tement avec une pension. Dira-t-on que les sénateurs cu- 
mulent la pension avec leur traitement? Mais c'est que le 
Sénat a une dotation, et que le traitement des sénateurs 
n est point payé par le trésor. Si on accorde une pension 
militaire aux conseillers d'Etat en activité, on a tort. On ne 
conçoit pas comment un officier peut jouir d un traitement 
d activité et d'une pension 



1070. - Dresde. I e1 ' octobre 1813. 

Les deux bataillons de fusiliers de la garde westpha- 
lienne seront demain formés en un seul bataillon qui sera 
composé de 800 hommes, officiers, sous-officiers et sol- 
dats au grand complet. On choisira Jes meilleurs officiers 
et sous-officiers, surtout les officiers. On n'y fera entrer 
aucun Prussien. Le bataillon sera complété par des hom- 
mes délite pris sur tout le reste de la brigade. Ainsi com- 
posé, le bataillon sera remis après-demain au général Cu- 
rial et fera partie de la 2e division de vieille garde. 

Un bataillon d'infanterie légère westphalienne sera re- 
mis après-demain au général Dulauloy à 8 heures du ma- 
tin. Il est destiné à escorter les réserves d'artillerie de la 
garde. 



1071. — Dresde, 3 octobre 1S13. 

Au général Bernard (M, commandant la brigade westphalienne à Neu- 

stadt. 

J'ai l'honneur de vous transmettre les ordres de S. M. relativement an 
bataillon de fusiliers we-stphaliens attache à la garde impériale - 
I »rouol 

Le bataillon gardera sa musique; le cadre retournera 
à Erfurt. d'où il sera dirigé sur Cassel. Ce bataillon sera 

JnJruf 7 * B htf a ? QUi Veaail d ' être f3iL lr 28 septembre précédent, 
eral de brigade ; voir SU r lui A. Kleinschmidt, Geschichte des Kô- 
mgreichs Westfalen, p. ■',?:, 570 H 591. 

Ordrfs ei apostilles de X 



, ,V ORDRES 11 VPOS I II II - i»l \ M'oi.i ,o\ 

organisé comme lus autres bataillons westphaliens; il sera 
attaché à la seconde division de la garde; il sera soldé et 
habillé par la Westphalie, el conservera l'uniforme west- 
phalien. 

L072. Dresde, 3 octobre 1813. 

1;/ général Bernard. 

Ecrit /"//• Drouol. 

Monsieur le général, l'intention de S. M. l'Empereur est, 
que vous complétiez le bataillon de fusiliers westphaliens 

destines à l'aire partie de la 2' division de vieille garde, et 
que vous choisissiez dans toute votre brigade les officiers, 
sous-officiers et soldais qui ne pourraient pas être fournis 
par les deux anciens bataillons de la garde royale 

1073- Mayenoe, 6 novembre \*V.\. 

On propose <l<" nommer le général <le brigade Emmanuel Rey général 

de ili\ i-' m 

Ce général sera nommé général de division quand il 
reviendra des prisons d'Angleterre; proposer son avance- 
ment dans la Légion d'honneur et une lettre de satisfaction 
à lui écrire. 



1074. — Saint-Clou. I. 13 novembre 1813. 

À compter du 11 du présent mois de novembre, le comte 
Daru ' reprendra les fonctions de ministre secrétaire 
d'Etat: en conséquence, il contresignera les actes émanés 

île nous depuis le dil jour. 

!. fl étai* ministre secrétaire d'Etat, depuis le 17 avril 1811, mais il 
été nommé le 15 mai 1813 directeur de l'administration de l'armée. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 343 

1075. — Saint-Cloud, 15 novembre 1813. 
1// duc de Feltre. 

Vous devez avoir donné l'ordre au général Harispe de 
se rendre à Bayonne. Réitérez-lui par toutes les occasions 
l'ordre de s'y rendre ( 1 ). 

107<>. — Saint-Cloud, 19 novembre 1813. 

On demande les intentions de l'Empereur à l'égard du général de divi- 
sion Damas, que les circonstances de guerre ont forcé de quitter !e 
grand-duché de Berg. 

L'employer au service de France dans son grade de gé- 
néral de division et le mettre à la disposition du duc de 
Raguse -' . 

J077- — Saint-Cloud, 19 novembre 1813. 

Le général el sénateur Demont, nommé au commandement des gardes 
nationales à Rochefort, a reçu ordre de se rendre ;i Strasbourg pour y 
commander les gardes nationales qui s ; y organisent ( 3 i : il demande une 
indemnité pour ses mission- el déplacements, et on propose de lui ac- 
corder une indemnité une fois payée de 6.000 francs. 

Approuvé. 

1078. — Saint-Cloud, 19 novembre 1813. 

On propose de donner au général de brigade Duclaux ''i qui a perdu 
trois os du nez par te froid pendant la campagne de Russie le comman- 
dement du département de> Forêts 

S'il ne peut pas servir dans l'armée, il ne peut servir 
dans l'intérieur à moins qu'il ne soit susceptible de guérir. 

1. Soult venait de demander quHarispe fût employé à l'armée d'Es- 
pagne où il voulait lui donner le commandement de l'arrondissement 
de Salnt-Jean-Pied-de-Port. 

2. Il fut, deux jours après cette décision, le 21 novembre 1813. nommé 
général de division au service de France. 

:;. CI. noire Usaee en Ihl I, p. 6, 135, 159, 165. 

4. Pierre-Alexis Duclaux. colonel du 11 cuirassiers, baron de l'Em 
pur (21 novembre 1810), venait d'être promu, le3 septembre L813, général 
de brigade. 



:i i i ORDRES l 1 VPOS1 [LLES Dl \ \I'»U.I ON 

1079- Sainl-Cloûd, L9 novembre 1813 

On propose de confier le commandement < lu départemenl de la Haute 
Loii'e au de brigade Mural de Sistrières (') qui revient de la 

de \n s, amputé de la jambe droite. 

11 ne faut pas employer d'hommes amputés, cela a de 
grands inconvénients. Cette règle s'attache au génie et à 
l'artillerie II faut que les hommes soient valides. 

1080 Paris, 24 novembre 1813. 
1// duc de Fellre. 

J'ai nommé le général Lafon-Blaniac, général de divi- 
sion -' . Mon intention est qu'il soit employé en Italie. 
Il sera à la disposition du prince Borghèse qui l'emploiera 
comme il le jugera convenable, jusqu'à l'organisation de 
l'armée de réserve. 



1081- Paris, 25 novembre 1813. 

ènéral de brigade Davoul l i encore malade, doil il être admis au 
traitement de non-activité ? 

Accorder sa retraite. 



L082. Paris, ! décembre 1813. 

Au duc de Fellre. 
Le 1 bataillon du 18 e léger, les 3' et I' du 8 e léger, le 

1' du .") de ligne, le 1' (.\\\ 11 1 ' (le ligne, le :> du 23 de 

ligni formeront une brigade de réserve d'Italie, dite bri- 

1 Michel i Mural de 6istrières venait d'être nommé, le '.' sep- 

tembre IS13, général de brigade. 

uillaume-Joseph Nicolas Lafon Blaniac, général de brigade 1 12 sep 
lembre l v| n'> et de i ! • novembre 1813 

3. Mexandre Davoul frère du maréchal, baron de l'Empire (22 no 
■ embre l v ' € téral de brigade I 1811 



ORDRES ET APOST1LL] S DE NAPOl ! OIS 345 

gode de réserve de Genève, où ils se réuniront le pins tôt 
possible. Cette brigade sera doua de près de 5000 hom- 
mes. Faites-moi connaître quand elle pourra se trouver 
réunie à Genève. Chargez un général, de ceux employés 
de ce côté, de la passer en revue, de nommer à toutes 
les pinces vacantes et de veiller à l'instruction «les ba- 
taillons. 



1088. - Paris, 6 décembre 1813. 
Au duc de F élire. 

Donnez ordre au général Henry (*), qui est à Bruxelles, 
de se rendre à Bruges: il y mènera avec lui 100 gendar- 
mes d'élite. Il aura sous ses ordres les 1500 gardes natio- 
nales qui arrivent de Cherbourg- et avec cette force, il 
prendra toutes les mesures pour poursuivre, et avec la 
plus grande activité, les déserteurs et réfractaires de la Lys. 
La Belgique a besoin d ; être surveillée, et il paraît que 
c'est ce département qui se comporte le plus mal. Le gé- 
néral Henry pourra étendre cette opération au départe- 
ment de l'Escaut. Envoyez vos ordres par estafette extraor- 
dinaire. Instruisez le général Roguet. Donnez ordre éga- 
lement au général Saunier ( 2 ) de prendre le commande- 
ment d'une centaine de gendarmes d'élite, et de faire la 
même opération dans les départements des Deux Nèthes 
et des Bouches de l'Escaut. 



1084. — Paris, 10 décembre 1813. 

On propose de confier au général de brigade Jouan (*) le commande- 
ment du départemenl du Léman. 

1. Jean-Pierre Henry, major-colonel de la gendarmerie d'élite, baron 
de lEmpire (3 ma, 1809), général de brigade depuis le 6 mm 1812 

2. Louis-François Saunier, colonel de gendarmerie, baron de l'Em- 
pire (11 juin 1810), général de brigade depuis le 23 novembre 1811 
devint sous la Restauration (19 juillet 18-20) lieutenant-général. 

J. Jacques-Casimir Jouan, chevalier de l'Empire (18 oui 1810 el eé 
néral de brigade '1 octobre 1813). 



346 ORDRES l l APOSTILLES 1>I NAPOLEON 

Approuvé, on le chargera du commandement de la bri- 
gade qui se réunil à Genève 

L085- Paris, 15 décembre 1813. 
Au duc de Fellre. 

.1 ai pris un décrel qui aomme le général Grouchy com- 
mandanl en chef de la cavalerie de I arme et le général 
Nansouty commandant toute la cavalerie de la garde. Aus- 
sitôt que le généra] Grouchy sera arrivé à Mayence. don- 
nez ordre au général Nansouty de se rendre ici après avoir 
organisé les gardes d'honneur et passé en revue la vieille 
garde et tous les dépôts de cavalerie de la garde, afin de 
presser l'exécution de toutes les mesures que j'ai ordon- 
nées. 

1086 Paris, 21 décembre 1813. 
.1// duc de Fellre. 

J'ai nommé le général Grouchy commandant de la ca- 
valerie de la Grande Armée. Donnez-lui l'ordre de partir 
au plus tard dans la nuit pour se rendre à Strasbourg où 
il passera la revue du .">■ corps de cavalerie el le tiendra 
prêt à se porter partout où il sera nécessaire. Le rappel 
des appointements du général Grouchy est uiw chose im- 
possible, mais faites lui payer une gratification pour son 
entrer en campagne (*). 



1087. Paris, 23 décembre 1813. 
I a duc de Fellre. 

Comment se Fait-il donc que le général Harispe qu'on 

demande tant dans le Midi, n'est pas encore arrivé à Pau? 

l Cl sur cctlc mission de Grouchj notre Usaee <-n 1814, p. 7. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 341 

1088. — Paris, 25 décembre 1813. 

Le général Gérard partira sur le champ en poste pour 
se rendre à Bel fort et parcourir la frontière jusqu'à Wis- 
sembourg, en passant par Strasbourg » . 



1089- — 30 décembre 1813. 

Le maréchal Brune n écrit le 27 au duc de Fellre : «Je suis venu uni- 
quement à Paris pour demander du service à l'Empereur : je pars demain 
pour ma terre où j'attendrai que Sa Majesté daigne jeter les yeux sur 
moi pour avoir un lion soldat de plus. » 

A renvoyer au ministre de la guerre. 



1090- — Paris, 1 er janvier 1814. 

Le général Solignac supplie l'Empereur de lui permettre de reprendre 
du service, fût-ce comme simple soldat. 

I /employer sons les ordres du général Maison. 



1091- — Paris, I e '' janvier 1814. 
Noie sur la levée en masse. 

L'Empereur désirerait qu on lui désignât des généraux 
de! division et de brigade, des colonels et des cbefs de ba- 
taillon, les plus propres à être à la tête dune insurrection 
à faire dans les départements du Haut-Rhin, des Vosges, 
du Doubs. du Tarn, du Léman, de l'Yonne, à Chaumont 
et dans le Dauphiné. Il faudrait que ce fussent de bons 
militaires, connus par le rôle qu'ils ont joué et la consi- 
dération de leur famille; par exemple, le général Bcrck- 
heim convient très bien pour L'Alsace. Sa Majesté a 

i Cf. sur la mission de Gérard noire Alsace en 1814, p. 8. 

2. Brune était en disgrâce : 'es 13 e.t 22 juin 1811, Napoléon avait 
écrit à Mollien que le maréchal devait rendre au trésor 785.000 francs 
indûment reçus des villes hanséatiques. 

3. Sigismond-Guillaume de Berckheim, général de brigade (12 juillet 
1809) et de division (3 septembre 1813), baron de 1 Empire (9 mars 1810). 



348 ORDRES ET APOSTILLES M NAPOLÉON 

ordonné la formation de 300.000 hommes de gardes natio- 
nales, pour être réunis à Nogent-sur-Seine et à Meaux: 
ils formeront la réserve de l'armée qui est à Langres. Il 
faudrait également lever 20.000 hommes dans les 2 :•■■ el 
4 divisions, qui serviraient de réserve au corps d'armée 
qui se réunit à Epinal. On en réserverait également en 
Alsace pour servir de réserve à l'armée de Colmar. 



H>!>'„>. Paris, 3 janvier 181 1. 
Lu duc de Feltre. 
par Berthier. 

L'intention de l'Empereur est qu'il soit nommé un gé- 
néral pour se rendre à Troyes et prendre le commande- 
ment de la 2e division qui se réunit dans cette place. 



1093- - Paiis. 3 janvier 181 I. 

()n propose à S. M d'approuver que le général de brigade BuquetC 
prenne le commandemenl supérieur de Juliers 

Cet officier est assez valide pour les divisions actives 



1094- Paris, s janvier 1814. 

On propose d'envoyer à la division de réserve sous les ordres du 
général Musnier de la l onverserie le général de brigade Jarry qui esl 
à Paris sans destination. 



J'ai déjà employé le général Jarry - . 



1. Charles-Joseph Buquet, colonel du 7:.'. bar le l'Empire Ml o < 

général de brigade (23 septembre 1812); malgré l'observation de 
l'Empereur, il fut nommé commandanl supérieur de Juliers; on 1815. 
•mmanda Landau puis le départemenl des Vosges. 
o Comme commandanl une brigade de la ! division de la réserve 
n]i\ ision ! lufoui i 



ORDRES II APOSTILLES 1)1 NAPOLÉON 349 

1095- — Paris, 8 jam ier 581 I. 
1// duc de Feltre. 

Donnez ordre au général Gruyer ] . qui est de Lure, el 
que j'ai vu ce malin, de se rendre en poste à Langres. 
Il prendra le commandement du département de la Haute- 
Saône, ainsi que de tous les gardes champêtres, militaires 
pensionnés et gardes nationales qu'il pourra réunir. Aussi- 
tôt qu'il sera possible, il réoccupera Vesouï en s'y portant 
avec toutes les forces du pays. Il occupera aussi le Pont 
de Saône le plus tôt possible. Vous le préviendrez que le 
duc de Trévise arrive le 10 à Langres avec une année 
qui se réunit dans cette position. 



1096- — Paris. 8 janvier 1814. 
lu duc de Feltre. 

L'adjudant-commandant Simon - commandera à Lan- 
gres el aura sous ses ordres toutes les gardes nationales 
de la Haute-Marne. Le général Gruyer se rendra d'abord 
à Langres pour, aussitôt qu'il aura pu réunir des trou- 
pes, occuper Pont-de-Saône et Vesoul; il sera chargé de 
tout ce qui est relatif au département de la Haute-Saône. 

1097. — Paris, 10 janvier 1814. 
.1// duc de Feltre. 

Je réponds à votre lettre du 9 janvier. Le major-géné- 
ral donne ordre que le grand quartier général se rende 

1. Antoine Gruyer. général de brigade depuis le ïo février 1813. 

2. li s'agil de Jean-Baptiste-Charles Simon de La Mortière, adjudant 
commandant depuis le 3 octobre 1803, admis, sui sa demande ;< la re- 
traite, le 16 août 1811 ei remis le 6 janvier lsl-i en activité de service. 
La Restauration le fit. le ^ décembre 1820, maréchal de camp. L'ordre 
parut impliquer contradiction, el les bureaux demandèrent si Simon 
commanderait seulement à Langres: « il commandera, répondit Clarke, 
à Langres où seronl les gardes nationales ». 



350 ORDRES ET VPOST1LLES DE NAPOLÉON 

à Châlons-sur-Marne, ainsi que les troupes el le matériel 

du génie el «le l'artillerie, inutiles à la défense de Metz. 

L098 Paris, 13 janvier 181 1. 
.1/; duc de Felire. 

J'approuve que la 1 rc division, de la réserve soïl com- 
niaudée par le général Dul'our. La seconde ne saurait l'être 
par le général Rusca. Ce général n'a pas l'habitude de ce 
genre de guerre de plaine, où il faut manœuvrer contre 
de la cavalerie. Le général Rusca pourrail être conve- 
nablemenl employé dans le commandement d'une place 
ou dans un pays de montagne. 



L099- Paris, 17 janvier 1814. 
1// duc de Felire 
Ecrit par Berlhier. 

L'Empereur, Monsieur le Duc. vient de me l'aire con- 
naître qu'il a donné des ordres à V. E. pour Faire armer 
Troves. Vitry el Soissons. S. M. m'ordonne en même temps 
de m'assurer demain malin axant la parade que les dis- 
positions nécessaires aient été prescrites. 



1 LOO. Paris, 20 janvier 1814. 

On propose d'accorder un congé d'un mois au colonel Marbol (') 
blessé à Leipzig où il eut, >lii il. une cuisse traversée «I une Qèche. 

Accordé 

I 101. - Paris, 23 janvier 181 1 
1// duc de Felire. 

Ecrivez au générai Bourmont, à Troyes, qu'il doil se 

I. L'auteur des Mémoires; il était, depuis le I r> novembre 1812, co- 
m •.':; i ègimenl de chasseurs 



ORDRES ET APOSTILLES I)L NAPOLÉON 35] 

rendre à Bar-sur-Àube, pour se mettre à la tète du 113^ 
régiment ( ; ). 

l]0->. Paris, 23 janvier 18J 1. 

I // duc de Feltre. 

Donnez ordre au général Lery de partir demain 21 pour 
se rendre à Ghâlons afin d'y prendre le commandement 
du génie. 

1103. — Meaux, lô février 1814 à 7 heures du soir. 

\ u duc de Feltre. 

On ne sait pas ce qu'est devenu le général Guye( 2 ). Il 
y a ici un général Ronzier qui est sans instructions et 
qui ne fait rien; je lui fais donner l'ordre de se rendre 
au quartier général. 

1104. — Surville devant Montereau, 19 février 1814. 

S. M. ordonne que le général de brigade Montbrun ( 3 ) 
sera suspendu de ses fonctions et traduit devant une com- 
mission d'enquête pour justifier de la conduite qu'il a le- 
nue à Moret où il avait ordre de tenir et qu'il a évacué, 
ainsi que dans la forêt de Fontainebleau, qu'il a évacuée 

]. Blessé d'un coup de feu au genou gauche le 11 février à la dé- 
fense de Nogent-sur-Seine, il reçut le 17 l'autorisation de se rendre en 
Maine-et-Loire pour se guérir et il eut un congé de convalescence de 
deux mois avec appointements, o Ce Dourmont. écrivait alors Napoléon 
à Joseph, est le fameux chef des chouans, dont je suis extrêmement 
content. > 

?.. Nicolas Guye, général de brigade depuis le 8 janvier 1814. Le 16, 
l'Empereur mandait à Clarke d envoyer Guye au quartier-général, el 
le 17, apprenant que Guye était blesse, il écrivait au ministre: - Vous 
pouvez le garder, je le supposais en bon état. » 

3. Alexandre Montbrun, le frère du grand cavalier, général de bri- 
gade depuis le 18 octobre 1812. La commission d'enquête, composée 
de trois membres, Tilly. Gassendi el Dejean, conclut en faveur de 
Montbrun: en se retirant sur Essonnes, Montbrun était sans reproche, 
car M obéissait à un ordre, du duc de Reggio, et s'il n avait défendu ni 
Moret ni la forôl de Fontainebleau, il n avait que des troupes toul ré 
cemmenf levées, dépourvues d'instruction et qui ne tenaient pas. 



;]7)-J ORDRES 11 APOSTILLES Dl NAPOLÉON 

sans tirer un coup de fusil, tandis que, moyennant quel- 
ques abattis, cette forêt devail être impénétrable à la cava- 
lerie el même à l'infanterie en nombre triple, el enfin 
pour s'être retiré sur Kssonnes sans avoir vu l'ennemi. 
Le ministre de la guerre nommera la commission d'en- 
quête 

1105- - Château de Surville, 20 février 1814. 
Lu duc de Felli e. 

J'ai été peu satisfait du duc de Bellune, mais pas assez 
pour ne. plus i employer, comme il a ordre de se rendre 
à Paris, je ne verrais point d'inconvénient à l'employer 
dans In 13 e ou la 16 e division militaire ( : ). 

1106- - Mogenl sur-Seine, 21 février 1814. 
1// duc de Feltre. 

Dirigez sans délai un bon officier du génie, un bon of- 
ficier d'artillerie sur Soissons, e1 nommez un bon général 
pour commander dans cette place Que Ton mette à profit 
les l'aides «pic l'on a faites, que l'on prépare la coupure 
du pont de l'Aisne et que l'on augmente Ions les moyens 
de défense. Donnez sur-le-champ ordre que les généraux 
Verdun et Berruyer soient soumis à une commission 
d'enquête pour examiner ce qui les a portés à abandonner 
la ville, et faites publier l'ordre que vous donne/, pour 
leur mise en jugement 

1. Le ministre l'envoya dans la 13* division; lire d;in? Fain. Manuscrit 
de mit huit cent quatorze, p. 133-135 la « terrible scène entre \ 
poléon el le duc de Bellune el voir ?nr le rôle de Victor notre I ! 

il. p. 64-74; cf. aussi la lettre de Berthier à Marmont, I" janvier 
en n'esl aussi ridicule que la manière donl ce général évacue le 
pa> - 

2. Danloup-Verdun qui étail à Compiègne. e.l Berruyer (Pierre-Marie 
de Berruyei I d< m ■ ■' depuis e 18 janvier 181 'i qui •■ • 

ris. 



ORDRES ET APOSTILLES DÉ NAPOLÉON 353 

1107- — Troyes, 27 février 1814, à 9 heures du matin. 

Ecrit par Berthier. 

M. le maréchal duc de Tarente, l'Empereur mu charge 
de vous l'aire connaître que, comme le plus ancien, vous 
avez le commandement des troupes du duc de Reggio, 
du corps du général Gérard et de la cavalerie du comte 
de Valmy et du général Milhaud 

1108- — Fismes, 4 mars 18U. 

Le général Nansouty demande que son neveu le capitaine Laloyère i 
soit nommé chef d'escadron. 

Ecrit par le comte de Lobau. 

L'Empereur a décidé qu'une autre proposition serai l 
faite en faveur du capitaine Laloyère, mais pour être placé 
dans la ligne. 

1109- — Chavignon, 10 mars 181L 
Au duc de Feltrc. 

Le mauvais état de la santé de M. te général comte 
Nansouty ne lui permettant pas de faire un service actif 
à l'armée, il est autorisé à se rendre à Paris pour s'y ré- 
tablir. 



1110- — Fontainebleau, 31 mars 1814, à 6 heures du soir. 
Berlluer à Macdonald. 

L'intention de l'Empereur est que les troupes séjour- 
nent demain dans les différentes positions où elles cou- 
cheront ce soir. Donnez-en l'ordre à ee qui est sous votre 

1. Cf. les Souvenirs de Macdonald, p. 250; il dit qu'il reçut ce com- 
mandement, « en sa qualité de plus ancien maréchal ». 

2. Beuverad, comte de Laloyère, devait être fait maréchal de camp 
le 19 mars 1815. 



355 I IRDRES l I \ I m >- rLLLES Dl \ U'ol.l o\ 

commandement el au duc de Reggio. Faites-moi connaître 
le lieu où chacun séjournera demain. 

Vous savez qu'en arrivanl cette nuil à ViUejuif, l'Em- 
pereur a appris que Paris avait capitulé 

1111. Lyon, 12 mars 1815. 

Dans une audience au général de brigade Molle qui venait offrir ses 
ser\ ices, 1 Empereur dit : 

Général Molle, vous clés général de division; suivez-moi 
à Paris: j'ai besoin de braves. 

1 J J *> . - Paris, 21 mars 1815. 

/ i rit par Davoul, ministre de lu guerre. 

Faire connaître au maréchal Masséna que S. M. l'auto- 
rise à venir passer quelque temps à Paris, dans le cas 
où il n'y verrait pas d'inconvénient Dans celle hypothèse, 
il remettra le commandement an général Miollis. Dans le 
cas où il jugerait utile au bien du service de rester dans 
son commandement, il donnera au général Miollis l'autori- 
sation de venir à Paris. 

11 L3. Paris, 21 mars 1815. 
I Davoul. 
Donner l'ordre au général Reille de se rendre à Paris 

1114. Paris; 26 mars 1815. 

Marbol colonel du 7 hussards, ass l'Empereur de son dévouement 

ri promet de lui ii\ rer \ alenciennes 

I. Wacdon ppelail ce bille) . il du dans ses Souvenirs, p. 261 : 

.1' marchais suj les traces de l'Empereur; j'étais arrivé entre Troyes 

<-i Villencuve-l'Archevèquc lorsqi rdre me parvinl de [aire halte 

partout nu je me tr< '-m posl scriplura on ajoutail : « Vous s; 

sans doute que l'ennemi esl maître de Paris . 

! I e 26 mars, Reille esl chargé de commander le 2' corps 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 355 

Renvoyé au ministre tic la, guerre par ordre de l'Em- 
pereur. 

1115- — Paris, 27 mars 1815. 

.4 Davout. 

Mon cousin, j'approuve que vous envoyiez à Orléans le 
lieutenant-général Boyer, baron de Rébéval. pour y com- 
mander l'infanterie. 

J'ai nommé Ordener pour commander le I e ' de cuiras- 
siers ( 1 ). Celui que vous avez envoyé restera à la suite, 
à la disposition du général Pajol. Remettez-moi l'état de 
situation de cette division. Il faut un général de brigade 
d'infanterie pour deux régiments d'infanterie. 



llllj. — Paris, 27 mars 1815. 

A l'audience, après la parade, l'Empereur s'entretieni avec le colonel 
Jean-Baptiste Faivre. 

Pour quel motif avez-vous été déplacé? 

Faivre raconte qu'il était commandant d'armes à Douai et qu'il a élé 
mis à la retraite parce que le duc de Berry avait vu des aigles sur ses 
boutons. 

Si cela est. vous serez réemployé ( 2 ). 



1117. — Paris, 31 mars 1815. 
\1. de Thiard (') demande à être confirmé maréchal de camp. 

Me faire connaître ses services et me proposer ce que 
le ministre jugera convenable. 

1. .Michel, comte Ordener, qui devait être maréchal de camp en 1831 
et lieutenant-général en 1846; cf. Henri Lot, Les deux généraux Ordener, 
p. 89. 

2. Cf. nos Feuille* d'histoire, III, p. 276. 

3. Le comte Thiard de Bissy avail été nomme maréchal de camp 
sous la première Restauration (4 juin 1814). 



356 OKDR] - Il APOSTILLES l'I NAPOLEON 

1 | L8. - Paris, avril L815. 

l.r 1 ou le 2 avril, Napoléon s'entretint avec !<• maréchal de camp 
d'Allon. 

d Alton. Sire, permettez-moi de rappeler à Votre Ma- 
jesté la promesse qu'elle me fit, le 24 octobre 1813, du 
grade de général de division pour l'époque de ma sortie 
d'Erfurt 

Napoléon. Je m'en souviens. Etes-vous ancien'.' 

D \i T<>\. Sire, j'ai pins de six ;ms de grade. 

Napoléon. Cela ne souffre donc aucune difficulté; je 
suis content de vos services et je vous autorise à l'aire 
connaître ma réponse au ministre de la guerre qui nie 
féru nn rapport ( 1 ). 

Il il). - Paris, 10 avril 1815. 
Rapport du général Chartrand i i sur sa mission dans le Midi. 

Renvoyé au général Drouot, pour voir ce qu'on pourra 
faire de ce général. 

L120- - Paris, 13 avril 1815. 
Drouot à Cambronne. 

Mon cher général, j'ai mis sons les yeux de l'Empereur 
la demande contenue dans voire lettre du 11 de ce mois. 
S. M. a décidé que vous aviez droil ;m\ trois mois de i»ra- 
tification accordée à la garde venue de l'île d'Elbe 



L121. Paris, 13 avril 1815. 

Davoul a M asséna. 

L'intention de l'Empereur esl que vous nous rendiez on 

l D'Alton i Davout 3 avril ; Feuilles d'histoire, III, p. 370. D'Alton 
fut comme général de division le 13 avril. 

H en l hartrand général de brigade depuis le 

19 septembre 1813 fusillé à Mlle sous la seconde Restauration. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 357 

poste à Paris pour y recevoir de nouveaux ordres. J'a- 
dresse le même avis à M. le lieutenant-général Miollis et 
à M. le maréchal de camp Corsin (*). Sa Majesté a désigné 
pour le commandement supérieur de la 8 e division mili- 
taire M. le lieutenant-général Grouchy et pour le comman- 
dement particulier de cette division, M. le lieutenant-gé- 
néral Verdier ( 2 ) qui reçoit l'ordre de se rendre sur-le- 
champ à Marseille. 



1122 -- Paris, 17 avril 1815. 
M"" la générale Reynier demande l'augmentation de sa pension ( 3 ). 

Renvoyé au ministre de la guerre pour porter sa pension 
à 6000 francs. 

1123. — Paris. 22 avril 1815. 

Le maréchal de camp Girard ('), resté dans le département de la 
Sarthe. paraît entièrement dévoué aux Bourbons. 

Renvoyé au ministre de la guerre; j'ai destitué ce géné- 
ral; ainsi il faut le faire remplacer. 



1124. — Paris, 28 avril 1815. 

On propose de nommer sous-lieutenant au 2' chasseurs à cheval le 
sieur Dubois de Thainville f), âgé de 17 ans, élève à l'Ecole de marine 
à Toulon, puis au Lycée impérial de Paris ; son père, consul général 
de France en Barbarie, sollicite pour lui cette faveur. 

Quand il y aura des emplois vacants. 



1125- — Paris, 30 avril 1815. 
Le maréchal duc de Valmy demande que sa retraite soit fixée. 

1. André-Philippe Corsin, qui devint lieutenant-général en 1823. 

2. Jean-Antoine Verdier, sénéral de division depuis le 6 septembre 
1800. 

3. Elle avait obtenu (24 juin 1814). une pension de 4000 francs. 
i. Louis Girard, nommé le 8 janvier 1814 général de brigade. 
.">. Charles-Victor-Prosper Dubois de Thainville. 

Ordres et apostilles de Napoléon. x 25 



358 ORDRES I I APOSTILLES l'i NAPOLÉON 

Régler sa pension selon la loi 

I L26. Paris, I"' mai 1815. 
1 Davout. 

Donnez ordre que" le dépôt du 5 e régiment de ligne et 
celui du 11 e qui sont dans la 7 r division militaire se ren- 
dent l'un et l'autre à Dijon. Instruisez tons les commis- 
saires des guerres et les préfets de celle disposition, afin 
qu'ils dirigent tous les seineslriers et les recrues de ces 
deux régiments sur Dijon. 

1 1 1* T - Paris, 2 mai 1815. 
1 Davout. 

Mon cousin, chargez le général Donna ( 2 ) du comman- 
dement du Tort de Blaye, près Bordeaux: c'est un homme 
sûr. 

1 lt>s. 8 mai 1815. 

i_/adjudant-commandanl Requin, qui jouissait de sa s<>lilr de retrait 
à Lyon, expose qu'au mois de mars, il fut appelé au commandement 
de la 7' compagnie du bataillon sacré qui suivit l'Empereur jusqu'à 
Paris ; il sollicite le grade de maréchal de camp; on propose de le re- 
mettre en activité dans ><>n grade. 

Réponse, de Davout 

Le laisser en retraite: il y a quatre ou cinq décisions 
de Sa Majesté qui font connaître qu il faut, auparavant 
Ht songer à ceux qui sont en retraite, placer tous ceux 
en non-activité. 

I. Un décret «lu 1 mai 1815 éleva sa solde de retraite de six mille 
francs à vingt mille francs, el Lefebvrc. duc de Danzig, recul la même 
augmentation «le pension. 

v. Etienne Donna lui fail maréchal de camp le lendemain (3 mai 1815 
cf. sur lui les Feuilles d'histoire, IV. p. 188 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 359 

1129- — Paris. 12 mai 1815. 

Le général Flahaut M me fera faire I état de toutes les 
pinces vacantes dans les régiments d'infanterie et de ca- 
valerie. A la dernière revue, le 9 e de dragons manquait 
d'officiers. Au défaut d'en nommer, on aurait l'inconvénient 
de faire des avancements au moment de la guerre: il vaut 
mieux avoir par régiment huit ou dix officiers de plus que 
moins, puisqu'on les paye et qu'ils se trouveraient là pour 
remplir les places vacantes. 

Le général Flahaut me remettra la situation des cadres 
de tous les régiments de l'armée. Ceux des I e , 5° et G e 
bataillons sont-ils organisés? Quels sont les régiments où 
cela n'est pas fait? 

Les escadrons sont-ils formés et complets partout ? Com- 
bien cela emploie-t-il de colonels, majors, chefs d'esca- 
dron, capitaines, lieutenants et sous-lieutenants? 

Combien y a-t-il d'officiers de tous ces grades employés 
aux gardes nationales levées? 

J'ai levé à peu près 400 bataillons de grenadiers de 
garde nationale; ce qui fait 200 colonels. 400 chefs de 
bataillon, 400 capitaines adjudants-majors. Tout cela est-il 
nommé? Combien en manque-t-il ? 

Je vais avoir besoin d'officiers pour les cadres de 21 
bataillons de tirailleurs de la garde nationale de Paris et 
pour 12 bataillons de Lyon; ce qui fait 36 bataillons. Il 
faudra 7 à 800 officiers de tous grades. Les a-t-on sous 
lia main? Combien y a-t-il de colonels, majors, chefs de 
bataillon et d'escadron, capitaines, lieutenants et sous- 
lieutenants non employés? Où sont-ils, par divisions mi- 
litaires? 

Y a-l-il des officiers à la suile. indépendamment du fi e 
bataillon par régiment d'infanterie et du .V escadron par 
régiment de cavalerie? 

Combien y a-t-il d'officiers de tous grades employés aux 

I. Cf. sur Auguste-Charles-François, baron, puis corrçte de Flahaul 
La Billarderie (général de brigade le \ décembre 1812 et <!<' division 
le ".'î octobre 1813) l'étude «If F'rédéric Masson dans Jadis, première 
série. 



.'itill ORDRES l I APOSTILLES l>l NAPOLÉON 

corp-- francs? En avoir L'état par numéros de corps francs 
et par départements. 

On a donné sous le dernier gouvernement beaucoup de 
retraites à des capitaines. Lieutenants cl sous-lieutenants 
qui avaient en un prompt avancement. 11 y en a beau- 
coup qui ont eu de petites retraites et qui ont pris des 
métiers pour vivre mi qui sont dans la misère. En faire 
faire- le dépouillement et en avoir le nombre, afin que 
dans le cas où il y aurait insuffisance d'officiers, on puisse 
les rappeler ou les employer. 

L'Empereur veut avoir tous ces états sur-le-champ et 
veut qu'on emploie des moyens extraordinaires pour cela 



1130- — Pan-. 17 mai 1815. 

Carnot, ayant rappelé à l'Empereur le nom du général de brigade 
Duvignau qui redemandait du service, Napoléon lui répond : 

.le vous autorise à dire au ministre de la guerre (pie 
mon intention est de l'employer activement, aussitôt qu'il 
me sera proposé. 

1 L31. - Paris, 18 mai 1815. 

Le général Villaret-Joycuse (.') demande à être remis en activité de 
service. 

[•{estera en retraite. 



1 132 - Paris, 20 mai 1815. 

Dans une audience accordée au maréchal de camp Duvignau l'Em- 
pereur lui dil : 

Je suis satisfail de vos services, et je promets de vous 
employer et de vous accorder la décoration de la Légion 
d'honneur. 

1. Jean-Marie Villaret-Joyeuse trère du vice-amiral, colonel d'artil- 
lerie en 1801 ei directeur de l'arme a la Martinique, général de brigade 
(?8 août 1808). avait été fait prisonnier de guerre. Il ne revint en France 
qu'en 1814 et les Bourbons le miienl à la retraite. Napoléon lui en 
voulait H l'avait destitué le 21 aoûl 1810 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 361 

1133. — Paris. 20 mai 1815. 

Le maréchal de camp portugais Freire-Pego (') désire être « iraité 
romme les autres généraux français parmi lesquels il a toujours rang. » 

Renvoyé au ministre de la guerre pour lui faire donner 
un seeours et me faire un rapport sur la manière de 
l'employer. 

1134. — Paris. 22 mai 1815. 

A Davoul. 

Mon cousin, changez le général Avice( 2 ) qui commande 
à Beauvais et remplacez-le par un officier général plus 
actif. Tous les détachements qui passent par Beauvais y 
sont entraînés à la désertion. 



1135- -- Paris, 23 mai 1815. 

On propose d'élever au grade de lieutenant-général le maréchal de 
camp Lafîtte (') qui commande le département de l'Ariège. 

Il est trop jeune: il faut lui donner une autre espèce 
de récompense. 

1136. — Fin mai 1815. 

J'approuve que la somme de 80.000 francs soit mise à 
la disposition du duc de Dalmatie à titre de première 
mise. 



1 13?. — Paris. 3 juin 1815. 

Le lieutenant-général Drouet d'Erlon regrette que le maréchal de 
camp Bonnaire ('). commandant supérieur de Condé. air été rappelé 
à Paris. 

1. François-Antoine Freire-Pego, général de brigade depuis le 18 oc- 
tobre 1812. 

2. Jacques-Philippe Avice, colonel du 29 e dragons, baron de l'Empire 
(12 novembre 1809), général de brigade (6 août 1811). 

3. Michel-Pascal Lafitte, colonel du 72". baron de l'Empire (17 mai 
1810). général de brigade depuis le 9 mars 181 :5. 

4. Jean-Gérard Bonnaire, général de brigade depuis le 25 novembre 
1813. fusille sous la seconde Restauration. 



362 ORDRES II APOSTILLES DE NAPOLÉON 

Renvoyé au ministre de la guerre. Toul le inonde dit 
beaucoup de bien de eel officier. 



I L38. Paris, 6 juin 1815. 

Ecril par le comte de Flahaul, 

On propose à l'Empereur, pour remplacer le général Avice dans le 
commandemenl de l'Oise, les maréchaux de camp Jalras, Duviguau el 
(Cabanes Puj misson. 

[/intention de L'Empereur i\sl que le commandement <iu 
département de l'Oise soil donné au maréchal de camp 
Puymisson et le commandement du département de la 
Somme au maréchal <lc camp Jalras. 



| L39. l'uris. !» juin 1815. 

On propose d'employer sous les ordres du lieutenant-général Gazan('), 
qui commande en chef pour la défense des places de la Somme el de 
la 16' division militaire, i>s maréchaux <lr camp Gardane el Morgan. 

Um seul maréchal de camp paraîtrait suffisant, vu qu'il 
y ;i déjà celui qui commande le département de la Somme: 
en ce cas. y envoyer le général Gardane. 



I no. Paris, 1 1 juin 1815. 

■■ J'ai, écril Davout, envoyé Brimj à Strasbourg; cel officier-général 
.•lyanl été frappé de destitution il esl nécessaire i|n<' sa remise en acti- 
vité -'■il régularisée par un décret. ■ 

Quand el pourquoi a-l-il élé destitué ' ' 

1. Honore rhéodore Vfâxime Gazan, général de 1799 (brigadier le 
i avril h divisionnaire le H' octobre), comte <!<■ l'Empire sous le nom 
de comte de la Peyrière (27 novembre 1808). 

2. Napoléon ne se rappelai! pas le décrel qu'il avail rendu le 22 mai 
|815 : " l. Le général Brunj esl destitué, il sera mis en étal d'arres 
tfon. II. Il sera fail une enquête sur les actes arbitraires qu'il s'esl per- 
mis, tels que faire massacrer des citoyens, démolir <\c< maisons, etc., 
lorsqu'il étail déjà informé du retour de l'Empereur à Paris. » Jean- 
Baptiste Bruny. colonel du 62*, baron de l'Empin (31 décembre 1809 
était général de brigade depuis le 6 août 1811 



TABLE DES ORDRES ET APOSTILLES. 



i. A Berthier, brunaire an VIII 

2. Brunaire an VIII 

3. à Reinhard, 15 novembre 1799. 

4. Paroles dites à Carnot, 15 novembre 1799. 

5. Apostille, 16 novembre 1799 

t>. A Berthier, 17 novembre 1799 

7. Ordre, 18 novembre 1799 

8. Ordre, 20 novembre 1799. 

9. Ordre, 20 novembre 1799 

10. Berthier à Hédouville, 20 novembre 1799- 

11. Apostille, frimaire an VI II 

12. A Berthier, frimaire an VIII 

13. Apostille, 22 novembre 1799 

14. Berthier à Brune, 23 novembre 1799. 

15. Ordre, 26 novembre 1799 

16. Ordre, 26 novembre 1799 

17. Ordre, 26 novembre 1799 

18. Forfait à Berthier, 26 novembre 1799. 

19. Clarke à Berthier, 28 novembre 1799. ••■ 

20. Ordre, 29 novembre 1799 

21. Ordre, 29 novembre 1799 

22. Ordre, 29 novembre 1799 

23. Apostille, 29 novembre 1799 

24. A Berthier, 29 novembre 1799 

25. Apostille, 2 décembre 1799 

26. A Berthier, 2 décembre 1799... 

27. A Berthier, 2 décembre 1799 

28. A Berthier. 5 décembre 1799 

29. Apostille, 6 décembre 1799 

30. Apostille, 6 décembre 1799 

31. Note pour Berthier, 7 décembre I799-- 

32. Clarke à Dupont, 11 décembre 1799. ... 

33. Hédouville à Berthier, 12 décembre 1799- 

34. Apostille, 14 décembre 1799 

35. Ordre, 1 5 décembre 1799 

36. Maret à Berthier, 17 décembre 1799. ... 

37. Instructions de Werlé, 18 décembre 1799 

38. A Berthier, 20 décembre 1799 

3q. Note pour Berthier, nivôse an VIII. ... 

40. Clarke à Colli, 22 décembre 1799 

41. Berthier à Bessières. 22 décembre 1799. 

42. Berthier à Hédouville, 24 décembre 1799 

43. Ordre, 24 décembre 1799 



Pages. 

7 

7 

7 

8 

8 

8 

9 

9 

10 

10 

11 

1 1 

12 

12 

12 

l 3 

'3 

'3 

14 
15 
'5 
10 

17 
'7 
17 
18 

'9 
19 
•9 
19 
20 
20 
21 
21 



23 



24 
24 
24 



364 ORDR] S II AI'OM 111. 1— DE \ VPOl I ON 

44. Ordre, 25 décembre 1799 24 

45. Note pour Forfait, 25 décembre 1799 -4 

46. Note pour Berthier, 25 décembre 1799 25 

47. Clarke à Dupont, 25 décembre 1799 2 5 

48. Clarke à Berthier, 25 décembre 1799 J(l 

49. Clarke à Berthier, 25 décembre 1799 20 

50. Note pour Berthici, 26 décembre 1799 27 

51. Ordre, 26 décembre 1799 27 

52. Ordre, 26 décembre 1799 28 

53. Clarke à Berthier, 26 décembre 1799 

54. Clarke à Berthier, 26 décembre 1799 28 

55. Clarke à Berthier, 26 décembre 1799 29 

56. Clarke à Berthier, 26 décembre 1799 29 

57. Clarke à Broussier, 26 décemhre 1799 29 

58. Clarke à Dupont. 26 décembre 1799 2v 

59. Note pour Berthier, 29 décembre 1799 30 

60. Ordre, 29 décembre 1799 30 

61. Ordre, 29 décembre 1799 31 

62. Berthier à Hédouville, 29 décembre 1799 31 

63. Ordre, 30 décembre 1799 31 

64. Ordre, 30 décembre 1799 32 

65. Ordre. 30 décembre 1799 33 

66. A Berthier, 30 décembre 1 799 33 

67. Clarke à Berthier, 30 décembre 1799 33 

68. Clarke à Berthier, ^o décembre 1799 ... ... 33 

69. Clarke à Lefebvre, 30 décembre 1799 ... ... 3; 

70. Note pour Berthier, 31 décembre 1799 34 

7i. A Berthier, 31 décembre 1799 35 

72. A Berthier, t janvier 1800 35 

73- A Berthier, 2 janvier 1800 36 

74. A Berthier, 2 janvier 1800 }j 

75- Clarke à Lefebvre, 2 janvier 1800. ... 37 

76. A Berthier, 3 janvier 1800 37 

77- A Berthier, 3 janvier 1800 38 

78. A Berthier, 4 janvier 1800 38 

79. A Berthier, 4 janvier 1 800 40 

80. A Berthier, 4 janvier 1800 40 

81. Clarke à Lannes, 4 janvier 1800 4r 

82. Note pour Berthier, 5 janvier 1800 41 

8l. A Berthier, 5 janvier 1800 41 

84. Au ministre des finances, 8 janvier 1800 42 

85. A Berthier, 8 janvier 1800 4 

86. Maret à Locré, 8 janvier 1800 ••• 44 

87. Clarke à Carteaux, 8 janvier 1800 44 

88. Clarke à Berthier, 8 janvier 1800 4Ç 

89. Clarke à Berthier, 8 janvier 1800 4; 

90. A Berthier, 9 janvier 1800 46 

91. A Berthier, 9 janvier 1800 47 

92 A Berthier. 9 janvier 1800 4- 

93 A Berthier, 9 janvier 1800 47 

94. Clarke à Berthier, 9 janvier 1800 47 

95. Clarke à Berthier, 9 janvier 1800 48 

96. A Berthier, 10 janvier 1800 48 

97- Ordre, 10 janvier 1800. ... , 49 



ORDRES ET APOSTILLES 1)1 NAPOL1 ON 365 

98. A Berthier, 10 janvier 1800 49 

99. A Berthier, 1 1 janvier 1800 50 

100. A Berthier, 1 1 janvier 1800 51 

101. A Berthier, 11 ianvier 1800 51 

102. A Forfait, 1 1 janvier 1800 51 

103. Maret à Berthier, 1 1 janvier i8co 52 

104. Maret à Hédouville, il janvier 1800 ^2 

105. Maret à Forfait, 13 janvier 1800 52 

106. Apostille, 13 janvier 1800 53 

107. Apostille, 13 janvier 1800 53 

108. Oidre, 14 janvier i8co 53 

109. A Berthier, 14 janvier 1800 c.4 

110. Maret à Berthier, 14 janvier 1800 54 

ni. Apostille, 16 janvier 1830 54 

112. A Berthier, 16 janvier 1800 55 

113. A Berthier, 16 janvier '800 ... 55 

114. A Forfait, 16 janvier 1800 55 

115. A Berthier, 18 janvier 1800 56 

116 Clarke à Berthier, 18 janvier 1800 56 

117- Clarke à Berthier, 18 janvier 1800 ... 56 

118. Clarke à Lefebvre, 18 janvier T 800 ç7 

119. A Berthier, 19 janvier 1800 Ç 

120. Berthier à Dupont, 19 janvier 1800 58 

121. A Berthier, 21 janvier 1800 58 

122. A Berthier, 21 janvier 1800 s^ 

i2j. A Berthier, 21 janvier 1800 58 

124. Clarke à Moreau, 21 ianvier 1800 59 

125. Clarke à Berthier, 21 janvier 1800 60 

126. Apostille, 22 janvier 1800 61 

127. A Berthier, 22 janvier 1800 61 

128. A Berthier, 22 janvier 1800 61 

129. Apostille, 23 janvier 1800 61 

130. Clarke à Lefebvre, 23 janvier 1800 62 

131. A Benhier, 24 janvier 1800 62 

r 32 A Berthier, 24 ianvier 1800 62 

i 33 A Berthier, 24 janvier 1800 63 

r 34- Apostille, 24 janvier 1800 63 

135. Ordre, 25 janvier 1800 63 

136. Ordre, 25 janvier 1800 64 

137- A Berthier, 25 janvier 1800 64 

138. Apostille, 26 janvier 1800. ... 64 

139. A Gardanne, 29 janvier 1800 64 

140- A Le Marois, 29 janvier 1800 65 

141. Berthier à Thompson, 29 janvier 1800 65 

142. Ordre. 29 janvier 1800. 65 

143- Clarke à Hédouville, 29 janvier 1800 66 

144. Ordre 31 janvier 1800 67 

145- Ordre, 31 janvier 1800 67 

146. A Duroc, 31 janvier 1800 67 

147- Apostille, 1 février 1800 68 

148. A Berthier. 2 février 1800 68 

149- Ordre, 4 février 1800 68 

150, Apostille. 15 février 1800 69 

151. A Berthier, 16 février 1800 69 



36C ORDRES i i APOSTILLES M NAPOLÉON 

52. Apostille, 20 février 180c 70 

ï$. Apostille, 20 février 1800 70 

54. Clarke à Berthier, 27 février 1800 70 

55. Clarke à Berthier, 27 février 1800 71 

;6. Duroc à Berthier, 1 mars 1800 71 

57. Apostille, 5 mars 1800 71 

58. A Berthier. 8 mars 1800 72 

59. Arrêté, 8 mars 1800 72 

60. A Berthier, 8 mars 1800 73 

61. Apostille, 9 mars 1800 73 

02. Ordre, 10 mars 1800 74 

63. A Berthier, 10 mars 1800 74 

64 Apostille. 12 mars 1800 75 

65. Duroc à Berthier, 12 mars 1800 75 

66. Clarke à Berthier, 13 mars 1800 je 

67. A Berthier, 13 mars 1800 76 

68. A Berthier, 14 mars 1800 76 

69. A Brune, 14 mars 1800 76 

70. Apostille. 14 mars 1800 76 

71. A Berthier, 15 mars 1800 77 

72. A Berthier. r6 mars 1800 77 

73- Apostille, 18 mars 1800 77 

74- A Berthier, 18 mars 1800 78 

7>. A Berthier, 19 mars 1800 78 

76 Ordre, 20 mars 1800 79 

77- Apostille. 28 mars 1800 79 

/8. Apostille, 2 avril 1800 79 

79. Apostille. [2 avril 1800 79 

80. Apostille. 12 avril 1800 80 

81. Clarke à Carnot, t2avril 1800 80 

82 A Carnot, 14 avril 1800 80 

83. Maret à Carnot, 16 avril 1800. 81 

84. Ordre. 16 avril 1800 81 

85. Apostille, 18 avril 1800 81 

86. Apostille, 18, avril 1800 82 

87. A Carnot, 19 avril 1800 S2 

88. Note de Carnot, floréal an VIII 82 

89. Apostille, floréal an VIU 82 

90. Apostille, 23 avril 1800 83 

91. A Berthier, 24 avril 1800 83 

92. A Carnot, 27 avril 1800. 83 

93- A Carnot, 29 avril 1800. 84 

94. A Carnot, 29 avril 1S00. 84 

95. Duroc à Berthier, r mai 1800 85 

96. Apostille, 2 mai 1800 85 

97- Apostille, 1 mai 1800 85 

98. A Berthier, 2 mai 1800 86 

99- Apostille, 5 mai 1800 86 

ioo. A La< uée, ; mai 1800 89 

-01 . A Lacuée, ; mai 1800 86 

- 1 ":. A Lacuée, 5 mai 1800 S7 

' A Lacuée, 5 mai 1800 87 

"j. Ordre, 5 mai 1800 87 

205 A Lacuée, 7 mai 1800 88 



ORDRES ET APOSTILLES 1)1 NAPOLÉON 36"ï 

206. A Lacuée, 9 mai 1800 88 

207. A Lacuée, 10 mai 1800 89 

208. A Lacuée, 11 mai 1800 89 

20c. A Lacuée, 11 mai 1800 89 

210. Notes pour Lacuée, 14 mai 1800. 90 

211. A Lacuée, 15 mai 1800 90 

2T2. Apostille, 22 mai 1800 90 

213. Apostille, 24 mai 1800 91 

214. A Carnot, 24 mai 1800 9 1 

2 15. A Carnot, 1 juin 1800 91 

216. Maret à Carnot, 1 1 juin 1800 9 2 

217. Apostille, 6 juillet 1800. 9 2 

218 A Carnot, 7 juillet 1800. 93 

219. Ordre, 10 juillet 1800 93 

220. Ordre, 26 juillet 1800 93 

221. Apostille. 26 juillet 1800 93 

222. A Carnot, 1 août 1800 94 

223. Apostille, 7 août 1800 94 

224. Apostille, 9 août 1800 94 

225. Apostille. 9 août 1800 94 

226. Apostille, 9 août 1800 95 

227. A Carnot, 13 août 1800. 95 

228. Maret à Carnot, 13 août 1800 95 

229. Bourienne à Carnot, 15 août 1800 95 

230. Maret à Carnot, 24 août r 800 9^ 

231. Apostille, 26 août 1800 9^ 

232. Apostille, 30 août 1800 96 

233. Décision, 24 septembre 1800. 9 

234. A Bernadotte, 2 octobre 1800 96 

235. Maret à Carnot, 3 octobre 1800 9? 

236. Apostille, brumaire an IX 9~ 

237. Propos tenu à Sherlock, brumaire an IX 9? 

238. Apostille, 23 octobre 1800 9, 

23g. Apostille, 23 octobre 1800 9" 

240. Ordre, 24 octobre 1800 9^ 

241. Ordre, 29 octobre 1800 99 

242. Apostille, 29 octobre 1800 9^ 

243. Apostille. 8 novembre 1800 ' °° 

244. Apostille, 23 novembre 1800. lo ° 

245. Apostille, 23 novembre 1800. lo ° 

246. Apostille, 18 décembre 1800. l0 ° 

247. Au ministre de l'intérieur, 24 décembre 1800. l0 ° 

248. Au ministre de l'intérieur, 24 décembre 1800 ... ' ol 

240. A Berthier, 31 décembre 1800 io' 

250. A Berthier, 5 janvier 1801 i°' 

251. A Berthier, 6 janvier 1801 i° 2 

252. Apostille, 7 janvier 1801 10 2 

253. Berthier à Larrey, 8 lanvier 1801 ,o2 

254. Apostille, il janvier 1801 i° 2 

255. Apostille, 12 janvier 1801 <o3 

256. Apostille, 12 janvier 1801 103 

257. A Talleyrand, 13 janvier i8or ro3 

258. Au ministre de l'intérieur, 14 janvier 1801 i°4 

259. Au ministre de la guerre, 16 janvier 1801. i°4 



3(38 



« » i ; ■ > i : i S i i M'osï ILLES in N VPOLEON 



260. Apostille, 17 janvier 1801. 

261. Bourrienne à Dugua, 25 janvier 

262. A Forfait, 27 janvier [801. 

263. A Berthier, 27 janvier 1S01. ... 

264. Apostille, 30 janvier 1801. 

265. A Berthier, 2 février 1801. 

266. Apostille, 3 février 1801. 

267. Apostille, 8 février 1801. 

268. Apostille, 8 février 1801. 

269. A Berthier, 13 février 1801. ... 

270. A Talleyrand, 13 février 1801. 
A Fouché, 15 février i8or. 

272. A Berthier, 17 février 1801. ... 

273. A Berthier, 22 février 1801. ... 

274. A Berthier, ?2 février 1801. ... 

275. Apostille, 25 février 1801. 

270 A Talleyrand, 28 février 1801. 

277. Apostille, 28 février 180c. 

278. Apostille, 28 février i8or. 

279. Apostille, 2 mars 1801 

280. A Lacuée, 17 mars 1801. 

281. Apostille, 21 mars 1 801 

282. Ap >stil le, 28 mars 1801 

283. A Talleyrand, 29 mars 1801. ... 

284. Nominations, 29 mars 1801. ... 

285. Apostille, 29 mars 1801 

286. Apostille, 29 mars 1801 

287. A Berthier, 1 avril 1801. 

288. A Berthier, 1 avril 1801 

289. A Berthier, 4 avril 1801. 

290. Apostille. 5 avril 1801 

291. A Berthier, 12 avril 1801. 

292. A Berthier. 16 avril 1801. 

293. Apostille, 18 avril 1801 

294. Apostille, 19 avril 1801 

295. Apostille. 25 avril 1801 

296. Apostille, 30 avril 1801 

297. Apostille, 3 mai 1801 

298. Apostille, 7 mai 1801 

\postille, 10 mai 1801 

300. Apostille, 13 avril 1801 

301. Apostille, 13 avril 1801 

302. Apostille, 17 avril 1801 

303. Apostille, 20 avril 1801 

304. Apostille, 21 avril 1801 

305. Apostille, 23 avril 1801 

306 Apostille, 7 juin 1801 

307. Apostille, 12 juin 1801 

308. Apostille, 23 juin 1801 

309. Apostille, 30 juin 1801 

310 Apostille, 2 millet 1801 

311. Apostille, 2 juillet 1801 

312. Apostill", 5 juillet 1801 

313. Apostille, 70 juillet ifcoi. 



1801. 



ORDRES ET APOSTILLES Dl NAPOLÉON 309 

314. A Forfait, 30 juillet 1 801 118 

313. Apostille 30 juillet 1801. 118 

316. Apostille, 5 août 1801 118 

317. Apostille, 5 août 1801 119 

318. Apostille, 9 août 1S01 119 

319. Apostille, 12 août 1801 119 

320. A Berthier. 13 août 1801 120 

321. A Berthier, 22 août 1801. 120 

322. Apostille, 27 août 1801 120 

323. Paroles dites à Mermet, 27 août 1801 1.20 

3*4. Ordre, 28 août 1801 121 

325. Apostille, septembre 1 801 121 

326. Apostille, 4 septembre 180 1 121 

327. Apostille. 4 septembre 1801 [21 

328. A Fouché, 9 septembre 180 1. 122 

329. A Berthier, 21 septembre 1801 122 

330. Apostille, 24 septembre 1 801. 122 

331. Au préfet maritime de Rochefort, 25 septembre 1801 122 

332. Apostille. 29 septembre 1 801. 123 

333. A Berthier, 1 octobre 1801 123 

334. A Fouché, 1 octobre 1801 123 

335. A Forfait, 3 octobre 180 1. ... 123 

336. Apostille, 7 octobre 1801 124 

337. A Berthier, 9 octobre 180 1 124 

338. A Berthier, 9 octobre 1801 t24 

339. Apostille, 10 octobre 1801 124 

340. Apostille, 10 octobre 1801 125 

341. Au ministre de l'intérieur, 10 octobre 180 1 125 

342. Au ministre de l'intérieur, n octobre 1801 125 

343. Apostille, 13 octobre 1801. 125 

344. A Berthier, 15 octobre 1801 126 

345. A Berthier, 15 octobre 1 801 126 

346. Aposti le, 18 octobre 1801 126 

347- Apostille, 18 octobre 1801 126 

348. Apostille, 20 octobre 1801 126 

349. A Berthier, 20 octobre 1801 127 

350. Apostille, 20 octobre 1 801 127 

351. Apostille, 21 octobre 1801 127 

352. Apostille, 21 octobre 1801 127 

353. Au ministre du trésor public, 23 octobre 1 801 128 

354- A Berthier, 26 octobre 1 801 129 

355- A Berthier, 27 octobre 1 801 129 

356. Apostille, 28 octobre 1801 129 

357- Ordre. 30 octobre 180 1. 129 

358. Apostille, 30 octobre 1 801 130 

359- Apostille, 31 octobre 180 1 130 

360. Apostille, 2 novembre 1801 130 

361. Apostille, 2 novembre 1801 '30 

362. Apostille, 2 novembre 1 801 131 

363. Aposti'le. 4 novembre 1801 13 1 

364. Apostille, 8 novembre 1801 1 3 r 

365. Apostille, 10 novembre 1801 » 3 ' 

366. A Leclerc, 13 novembre 1801 '3- 

367. A Lannes, 14 novembre 1801 <3 2 



370 



OHDRl - I I APOSTILLES Dl \APOLT\ON 



368. Apostille. 14 novembre 1801 

309. A. Bei'thier, 15 novembre 1S01 

370. Apostille, 17 novembre 1801. 

371. Apostille, 22 novembre 1801. 

Apostille, 24 novembre 1801 

373- Apostille, 25 novembre 1801. 

374- A Fugière, 29 novembre 1801 

\ Lagrange, 29 novembre 1801 

370. A Morangiès, àg novembre 1801. 

577. A Le Roy, 29 novembre 1801 

378. Ordre, 4 décembre 1S01 

379. An ministre du trésor public, 7 décembre 

380. A Berthier, 7 décembre 1801 

381. Apostille. 8 décembre 1801 

382. A Berthier, 13 décembre 1801 

383. A Berthier, 20 décembre "Soi 

384. Apostille, 20 décembre 1801 

{85 Apostille. 2\ décembre 1801 ... ... 

386. Apostille, 23 décembre 1801. ... ... 

387. Apostille 26 décembre 1801 

388. Apostille, 27 décembre 1801 

389. Apostille, 29 décembre 1801 

390. Apostille, 29 décembre 1801 

391. Apostille, 16 janvier 1802 

392. A Berthier, iôjanvier 1802. 

393. A berthier, 16 janvier 1802 

394. A Berthier, 16 janvier 180? 

39Ç. Apostille, 2 février 1802 

396. A Berthier, 4 février 1802 

apostille, 4 février 1802. 

\ Berthier, 8 février 1802 

399. Apostille, 8 février 1802 

400. Apostille, S février 802. 

401. Apostille, 8 février 1802 

402. A Talleyrand, 1 5 février 1802 

403. A Decrès, 18 février 1802 

404- A Berthier, 22 février 1802 

405. A Le Marois, 26 février 1802 

4"o. Apostille, 1 mars 1802. 

407. Apostille, 4 mars 1802 

408. Mai et à Berthier, 7 mars 1802. 

409. Apostille. 19 mars 1802. 

410. A Murât. 20 mars 1802 

411. Apostille, 20 mars 1802. 

412. Apostille. 25 mars 1802 

4'3- Apostille. 29 mars 1802 

414- Apostille, 5 avril i?02 

11 ; \ Berthier, 1 7 avril 1802 

416. A Bessières, m avril 1802 

417. Apostille, 24 avril 1802. 

, !•■' I >i(lrc. 28 avril 1802 

J19 A Berthier, 29 avril 1S02 

420. A Berthier, 29 avril 1K02 

421. A Berthier, 29 avril 1802 



1801 



ORDRES II APOSTILLES DE NAPOLÉON 371 

422. Apostille, 30 avril 1802 146- 

423. Apostille, 3 mai 1802 146 

424. Apostille. 4 mai 1802 147 

425. Apostille, 6 mai 1 802 147 

426. A Berthier, 6 mai 1802. 147 

427. Apostille, 10 mai 1802 147 

428. Apostille, 10 mai 1802. 148 

429. Ordre, 16 mai 1802 148 

430. Ordre, 16 mai 1802 148 

431. Apostille, 16 mai 1802 148 

432. A Berthier, 21 mai 1802 148 

433. A Berthier, 21 mai 1802. 149 

434. Apostille, 21 mai 1802 149 

435. A Bessières, 22 mai 1802 149 

436. Apostille, 23 mai 1802 150 

437- Apostille, 23 mai 1802 150 

438. A Berthier, 27 mai 1802 150 

439. A Berthier, 27 mai 1802 151 

440. Ordre, 28 mai 1802 151 

441. A Berthier, 1 juin 1802 151 

442. A Berthier, 15 juin 1802 152 

443. A Bessières, 15 juin 1802 152 

444. Ordre, 18 juin 1802. 152 

4 J 5- Apostille, 22 juin 1802. 152 

446. Apostille, 25 juin 1802 153 

447- Apostille, 26 juin 1802 153 

448. Apostille, 28 juin 1802 ... 153 

449. Apostille. 28 juin 1802 1 53 

450. Apostille, r juillet 1802 153 

451. A Berthier, 3 juillet 1802 154 

452. A Berthier, 4 juillet 1802 154 

453. Apostille, 8 juillet 1802 154 

454. A Berthier, 8 juillet 1802 154 

455. Apostille, 8 juillet 1802 155 

456. A Berthier, 8 iullet 1802 155 

457. Berthier, 16 j uillet 1802 155 

458. A Berthier, 16 j uillet 1802 156 

459. Apostille, 16 juillet 1802 156 

460. A Berthier, 25 juillet 1802 156 

461. A Berthier, 26 juillet 1802 156 

462. Apostille, 30 juillet 1802 156 

463. postille, 1 août 1802 157 

464. Apostille, 2 août 1802 157 

465. A Benhier, 9 août 1802. ... 157 

466. A Berthier, 9 août 1802 158 

467. Apostille, 11 août 180? 158 

468. Décision. 13 août 1802. 159 

469. A Berthier, 14 août 1802 159 

470. Apostille, 25 août 1802 159 

471. Décision, 27 août 1802 159 

472. Ordre, 29 août 1802 if>o 

473. Ordre. 30 août 1802 160 

474. Apostille, 4 septembre 1802 160 

475. Apostille, 4 septembre 1802. 160 



372 



ORDRl S El APOSTILLES i»i NAPOLEON 



4-->. 
47". 
478. 

479- 

.180. 
4S1. 
482. 

483. 
4X4. 
18 5 . 
486. 
487. 
488. 
489. 
49°- 

492. 
49J- 
494- 

495- 
496. 
497- 
498. 
499- 



3 U J" 
5O4. 

5°5- 
506. 

50/. 
508. 

509. 
510. 
511. 

512. 

514. 

516. 

5>7- 
5.8. 

5 '9- 

520. 

521. 
522. 
5 2 3- 
524. 
525- 

527. 



Apostille, ig septembre 1802. 

A Berthier, 20 se|)tembre 1802. 

Paroles dites à Gency, 22 septembre 1X0 

Apostille, J4 septembre 1802. 

Apostille, 24 septembre 1802. 

Apostille. 27 septembre 1802. 

Apostille, 1 octobre 1802. 

A Talle'yrand, 5 octobre 1802. 

Apostille, 6 octobre 1802. 

A Berthier, 9 octobre 1802. 

Bourrienne à Berthier, 9 octobre 1802. 

A Decrès, [6 octobre 1802. 

Au ministre de l'intérieur, 21 octobre 1802 

Apostille, 21 octobre 1802. 

A Decrès, 28 octobre 1802. 

Apostille, 29 octobre 1802. 

A Talleyrand, 31 octobre 1802. 

Apostille, 2 novembre 1802. 

A Berthier. 11 novembre 1802. 

Décision, 22 novembre 1802. 

A Berthier, 23 noxembre 1802. 

A Berthier, 23 novembre 1802. 

Au grand juge, 24 novembre 1802 

A Berthier, 30 novembre 1802. 

A Berthier, 30 novembre 1802. 

A Berthier, 30 novembre 1802. 

A Berthier, 1 décembre 1802. 

Apostille, 2 décembre 1802. 

Apostille, 4 décembre 1802 

A Berthier, 7 décembre 1S02. 

A Decrès, 9 décembre 1802. 

A Berthier, 10 décembre 1802. 

A Berthier, 11 décembre 1802. 

A Berthier, 11 décembre 1802. 

A Berthier, 11 décembre 1802. 

A Berthier, 13 décembre 1802. 

Apostille, 15 décembre 1802. 

Apostille, 16 décembre 1802. 

A Berthier, le [6 décembre 1802. 

Apostille, 17 décembre 1802. 

Apostille, 17 décembre 1802. 

Apostille, 18 décembre 1802. 

A Decrès, 21 décembre 1802. 

A Berthier, 30 décembre 1802. 

A Berthier, 31 décembre 1802. 

Décision, janvier 1803. 

ion, 9 janvier 1803. 

ion, 10 janvier 1803. 
A Berthier, 13 janvier 1803. 
Apostille, 14 janvier 1803. 
Apostille, pluviôse . m XI. 
Apostille, 21 janvier 1803. 
Apostille, 26 janvier 1803. 
A Berthier, 28 janvier 1803. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 373 

530. Apostille, 3 février 1803. 180 

531. A Bertbier, 9 février 1803 ]8o 

532. Apostille, 11 février 1803 180 

533. Décision, 14 février 1803 181 

534. Décision, 16 février 1803 181 

535. Apostille, 21 février 1803 181 

536. A Berthier, 21 février 1803 181 

537. A Berthier, 25 février 1803 182 

538. A Dejean, 1 mars 1803. ... 182 

539. Apostille, 4 mars 1803 182 

540. Apostille, 7 mars 1803 182 

541. Apostille, 20 mars 1803 183 

54.2. Apostille, 23 mars 1803 183 

543. Apostille, 23 mars 1803 183 

544. Apostille, 24 mars 1803 183 

545- A Berthier, 25 mars 1803 184 

546. Apostille, 4 avril 1803 184 

547. Apostille, 6 avril 1803 184 

548. Apostille, 7 avril 1803 184 

549. A Decrès, 13 avril 1803 184 

550. A Decrès, 13 avril 1803 185 

551. A Berthier, 16 avril 1803 185 

552. A Berthier, 16 avril 1803 185 

553. Apostille, 18 avril 1803 185 

554. Apostille, 18 avril 1803. 186 

555. Apostille, 18 avril 1803. 186 

556. A Talleyrand, 18 avril 1803 186 

557. A Decrès, 19 avril 1803 186 

558. A Berthier, 20 avril 1803 187 

559. Apostille, 21 avril 1803. 187 

560. A Berthier, 21 avril 1803 187 

561. A Dejean, 23 avril 1803 188 

562. Apostille, 23 avril 1803 '88 

563. A Dejean, 24 avril 1803 188 

564. A Berthier, 24 avril 1803 188 

565. A Berthier, 2 mai 1803 189 

566. A Berthier, 9 mai 1803 190 

567. A Berthier, 9 mai 1803 190 

568. A Berthier, 9 mai 1803 191 

569. A Berthier, 9 mai 1803 ... 191 

570. A Talleyrand, 14 mai 1803 191 

571- A Grabinski, 17 mai 1803 191 

572. A Berthier, 22 mai 1803 192 

573. A Berthier, 22 mai 1803 192 

574- Maret à Treilhard, 26 mai 1803 193 

575. A Dejean, 6 juin 1803 193 

576. Apostille, 9 juin 1803 193 

577. Au ministre du trésor public, 1 5 juin 1803 194 

578. Apostille, 17 juin 1803 194 

579. A Berthier, 19 juin 1803 194 

580. A Dejean, 3 juillet 1803 194 

581. Apostille, 8 juillet 1803 195 

582. A Berthier. 17 juillet 1803 195 

583. A Dejean, 17 juillet 1803 u,6- 

Ordres e' apostilles île Napoléon. * ?4 



374 ORDRES II APOSTILLES DE NAPOLEON 

584. A. Berthier, 25 juillet 1803 "v" 

585. A. Berthier, 14 août 1803 i°7 

586. A Berthier, 31 août 1S03 '99 

587. A Berthier, 4 septembre 1 803 200 

588. A Berthier, 5 septembre 1803 200 

5S9. A Berthier, 12 septembre 1803 200 

590. Apostille, 22 septembre 1803 201 

591. Apostille, 20 octobre 1803 201 

592. A Berthier, 21 octobre 1803 201 

593. Apostille, 27 octobre 1803 202 

594. Apostille, 27 octobre 1803 202 

595. Apostille, 2 novembre 1803 202 

596. Apostille, 2 novembre 1803 203 

597. Ordre. 7 novembre 1803 203 

598. Ordre, 9 novembre 1803 203 

599. Apostille, 23 novembre 1803. 205 

600. Apostille, 30 novembre 1803. 205 

601. Apostille, 11 décembre 1803 295 

602. Apostille, I e ' février 1804 206 

603. Apostille, 15 février 1804 206 

604. Apostille, 15 février 1804 206 

605. Apostille, 27 février 1804 206 

606. Apostille, 7 mars 1804 2o5 

607. Apostille, 12 mars 1804 207 

608. Décision, 16 mais 1804 207 

009. Apostille, 21 mars 1804 207 

610. Apostille, 18 avril 1804 207 

611. Apostille, 23 avril 1804 ••• 207 

612. Apostille, 27 avril 1804 208 

613. Apostille, 28 avril 1804 208 

614. Apostille, 2 mai 1804 208 

615. Apostille, 18 mai 1804 208 

616. Apostille, 21 mai 1804 208 

617. Apo ? tille, 16 juin 1804 209 

618. Apostille, 11 juillet 1804 209 

619. Apostille, 25 juillet 1804 209 

620. Apostille, 25 juillet 1804 » 210 

621. Apostille, 13 août 1804 210 

622. Apostille, 20 août 1804 210 

623. Apostille, 26 août 1004 210 

624. Apostille, 8 septembre 1804 211 

'25 Apostille, 19 septembre 1804 211 

626. Apostille, 19 septembre 1804 211 

627. Apostille, 2 octobre 1S04 212 

628. Apostille, 19 octobre 1804 212 

029. Apostille, 9 novembre 1804 212 

630. Apostille. 21 novembre 1804 212 

631. Apostille, 24 novembre 1804 213 

Apostille, 31 décembre 1804 213 

633. Apostille, 3 janvier 1805 213 

634. Apostille, 22 février 1805 213 

633. Apostille, 22 février 1805 214 

^36. Apostille, 22 février 1805 214 

637. A Joseph Morand, 27 février 1805 214 



ORDRES 1.1 APOSTILLES DE NAPOLEON 



3/5 



638. Apostille, 15 mars 1805. . 
639 Apostille, 15 mars 1805. . 

640. Apostille, 20 mars 1805. . 

641. Apostille, 20 mars 1805. . 

642. Apostille, 21 mars 1805. . 

643. Apostille, 28 mars 1805. . 

644. Apostille, 31 mars 1805. . 

645. Apostille, avril 1805. 

646. Maretà Marmont, 4 avril 1805 

647. Apostille, 17 juin 1805. ... 

648. Apostille, 16 juillet 1805. 

649. Apostille, 16 juillet 1805. 

650. A Berthier, 9 août 1805. ... 

651. Apostille, 20 août 1805. ... 

652. A Berthier, 20 août 1805. 

653. A Berthier, 27 août 1805. 

654. Apostille, 28 août 1805. ... 

655. Apostille, 12 septembre 1805 

656. A Berthier, 16 septembre 180 

657. Décision, 19 septembre 1805. 

658. Berthier à Daru, 7 novembre 1S05 

659. Apostille, 27 novembre 1805. 

660. Apostille, 9 décembre 1805. 

661. Apostille, 11 décembre 1805. 

662. Apostille, 17 février 1806. 

663. Apostille, 17 mars 1806. .. 

664. Apostille, 26 mars 1806. .. 

665. Apostille, 27 mars 1806. .. 

666. A Dejean, 31 mars 1806. 

667. Apostille, 2 aviil 1806. .. 

668. Apostille, 4 avril 1806. .. 

669. Apostille, 4 avril 1806. .. 

670. Apostille, 10 avril 1806. .. 

671. Décision, 22 avril 1806. .. 

672. A Dejean, 25 avril 1806... 

673. Apostille, 27 avril 1806. .. 

674. A Berthier, 6 mai 1806. .. 

675. Apostille, 9 mai 1806. 

676. Apostille, 21 mai 1806. .. 

677. Apostille, 23 mai 1806. .. 

678. Apostille, 31 mai 1806. .. 

679. Apostille, 31 mai 1806. .. 

680. Apostille, 1 juin 1806. 

681. Apostille, 12 juin 1806. .. 

682. Apostille. 13 juin 1806. .. 

683. Apostille, 7 juillet 1806. .. 

684. A Dejean, 13 juillet 1806. 

685. A Dejean, 17 juillet 1806. 

686. Apostille, 19 juillet 1806. 

687. Apostille, 19 juillet 1806. 

688. Ordre. 29 juillet 1806. .. 

689. Apostille, 29 juillet 1806. 

690. A Dejean, 29 juillet 1806. 

691. Apostille, 31 juillet 1806. 



214 
215 
215 
215 
216 
216 
216 
216 
216 
217 
217 
217 
218 
218 
218 
21S 
219 
220 
220 
221 
221 

223 

223 
223 
223 
224 
224 
224 
224 
225 
225 
226 
226 
226 
227 
228 
22S 
229 
229 
229 
229 
230 
230 
230 
230 
231 
231 

23' 

231 

232 
232 
232 
232 
233 



376 ORDRJ - l I APOS1 III l - DE \ VPOLÉON 

692. Apostille, 24 août 1806 233 

693. Apostille, 30 août 1806 233 

694. Décision, 30 août 1806 234 

695. Apostille, 3 septembre 1806 234 

696. Apostille, 13 septembre 1806 234 

697. Apostille, 14 septembre 1806. ... 234 

698. A Dejean, 20 septembre 1806 235 

699. A Dejean, 20 septembre 1806 235 

700. A Dejean, 20 septembre 1806 236 

701. A Dejean, 23 septembre 1806 236 

702. A Dejean, 29 septembre 1806 237 

703. Ordre, 30 septembre 1806 237 

704. Apostille, 30 septembre 1806 237 

705. Apostille, 8 octobre 1S06 238 

706. Apostille, 10 novembre 1806 238 

707. Décisions, 1 5 et 16 novembre 1806 238 

708. A Dejean, 23 novembre 1806 239 

709. Apostille, fin novembre 1806 239 

710. Apostille, S décembre, 1S06 239 

71 1. Apostille, 12 janvier 1S07 240 

712. Apostille, 1 mars ^807 240 

713. Apostille, 23 avril 1807. 240 

714. Apostille, 30 mai 1807 240 

715. Apostille, 6 juin 1807 241 

716. Apostille, 2 juillet 1807 241 

717. Apostille, 7 juillet 1807 241 

718. Apostille, 4 août 1807 242 

719. Apostille, 7 août 1807 242 

720. Apostille, 7 septembre 1807 242 

721. Apostille, 10 septembre 1807 242 

722. A Clarke, 10 septembre 1807 243 

723. Apostille, 10 septembre 1807 243 

724. Apostille, 15 septembre 1807 243 

725. Apostille, 1 octobre 1807 243 

726. Apostille, 4 octobre 1807 244 

727. Apostille, 14 octobre 1807 244 

72S. Apostille, 14 octobre 1807 244 

729. Apostille, 14 octobre 1807 244 

730. Apostille, 14 octobre 1807 244 

73i. Apostille. 20 octobre 1807 245 

732. Apostille. 28 octobre 1807 245 

733. Paroles dites h Dallemagne. i' r novembre 1807 245 

734- A Clarke. 2 novembre. 1807. 245 

735. Apostille, 3 novembre 1807 246 

7^>. Apostille. 9 novembre 1807 246 

737. A Clarke, 9 novembre 1807 247 

738. Apostille, i 1 novembre 1807 247 

739. Apostille, 1 ; novembre 1807 24- 

A Clarke, 15 novembre 1807 24- 

741. Apostille, 21 novembre 1807 248 

742. Apostille, i"" janvier r8o8 2j8 

743. Apostille. 18 janvier 1808 248 

744. Apostille, - 1 '' janvier 1808 248 

745. A Clarke, 18 janvier 1808 24» 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON .,, 

746. A Clarke, 3 mars 1808 249 

747. Apostille, 7 mars 1808 249 

748. Apostille, 14 mars 1808 249 

749. Apostille, 16 mars 1808 250 

750. A Clarke, 19 mars 1808 250 

751. Apostille, 19 mars 1808. 251 

752. Clarke à Berthier, 20 mars 1808 252 

753. Apostille, 24 mars 1808 253 

754. Apostille, 31 mars 1808 253 

755. Apostille, avril 1808 253 

756. A Clarke, 5 avril 1808 253 

757. Apostille, 6 avril 1808 254 

758. Décision, 12 avril 1808 254 

759. Apostille, 11 mai 1808 254 

760. Apostille, 21 mai 1808 254 

761. Apostille, 25 mai 1808 254 

762. A Dejean, 29 mai 1808 255 

763. Apostille, 1 juin 1808 255 

764. A Dejean, 2 juin 1808 255 

765. Berthier à Clarke, 2 juin 1808 255 

766. A Dejean, 5 juin 1808 256 

767. A Dejean, 7 juin 1808 256 

768 Apostille, 15 juin 1808 256 

7Ô9- Apostille, 15 juin 1808 257 

770. Berthier à Clarke, 16 juin 1808 257 

lli. A Clarke, 3 juillet 1808 257 

772. Berthier à Dejean, 6 juillet 1808 258 

773- Berthier à Clarke, 14 juillet 1808 258 

774- Apostille, 2ojuillet 1808 258 

775. Berthier à Clarke, 26 juillet 1808 259 

776. Berthier à Clarke, 28 juillet 1808 259 

777. Apostille, 2 août 1808 259 

778. A Clarke, 16 août 1808 26c 

779- Apostille, 17 août 1808 260 

780. Apostille, 17 août 1808. ... 260 

781. Apostille, 18 août 1808 260 

782. Apostille, 18 août \ 808 260 

783. Décision, 21 août 1808 261 

784. Apostille, I er septembre 1808 261 

785. Ordre, 8 septembre 1808 261 

786. Apostille, 9 septembre 1808] 261 

787. Apostille, 21 septembre 1808 262 

788. A Clarke, 9 octobre 1808 262 

789. Décision, 19 octobre 1808 262 

79°. Berthier à Ney, 5 novembre 1808 262 

79L Apostille, 7 novembre 1808 263 

79 2 . Apostille, 9 novembre 1808 263 

793. Apostille, 25 novembre 1808 263 

794. A Clarke, 27 novembre 1808 264 

795. A Clarke. 27 novembre 1808 264 

796. A Clarke, 7 décembre 1808 265 

797. Apostille, 7 février 1809 265 

798. Apostille, 11 février 1809 265 

799. A Clarke, 17 février 1809 265 



378 ORDRl - Il APOSTI1 I I - DE NAPOL1 <>\ 

800. Apostille, 4 mars 1809 266 

Soi. Apostille, 4 mars 1809 266 

802. A Clarke, 6 mars 1809 266 

S03. A Clarke, 8 mars 1809 267 

804. Apostille, 11 mars 1809 268 

805. Apostille, 14 mars 1809 268 

So<>. A Clarke, 21 mars 1809 268 

807. A Clarke, 30 mars 18C9 269 

808. Apostille, 30 mars 1809 269 

809. A Clarke, 5 avril 1809 269 

810. A Clarke, 5 avril iScy 270 

811. Apostille, 7 avril 1809 270 

812. Apostille, S avril 1S09 270 

813. Apostille, 12 avril 1809 270 

814. Apostille, 13 avril 1809 270 

815. Apostille, 18 avril 1809 271 

816 Apostille, 1 7 mai 1809 271 

817. Ordre, 30 mai 1809 271 

818. Apostille, 31 mai 1809 271 

819. Apostille, 7 juin 1809 271 

820. Apostille, I2juin 1809 272 

821. Apostille, 19 juin 1809. ... 272 

822. Apostille, 27 juin 1809 272 

823. Apostille. 25 juillet 1809 272 

824. Apostille, 17 août 1S09 273 

825. Berthier au duc de Feltre, 24 août 1809 273 

826. Apostille, 10 septembre 1809 273 

827. Au duc de Feltte, 8 octobre 1809 273 

828. Apostille, 14 octobre 1809 274 

829. Au duc de Feltre, 20 octobre 1809 2^4 

830. Apostille, 30 octobre 1809 ' 274 

831. Au duc de Feltre, 30 octobre i8co 274 

832. Apostille, 31 octobre 1809 275 

833. Ordre, 12 novembre 1809 275 

834. Apostille, 18 novembie 1809 275 

835. Apostille, 21 no\ embre 1809 275 

836. Au duc de Feltre, 23 novembre 1809 276 

837. Apostille, 25 novembre 1809 276 

838. Apostille, 30 novembre 1809. 276 

839. Apostille, 13 décembre 1809 276 

840. Au duc de Feltre, 15 décembre 1809 

841. Berthier au duc de Feltre, 15 décembre 1800 277 

S42. Apostille, 28 décembre 1809 277 

843. Duc de Feltre à Bessières, janvier 1810 278 

844. Apostille, 13 janvier 1810 278 

845. Apostille, 21 janvier 1810 278 

Ordre, 23 janvier 18 10 279 

Maret au duc de Feltre, 23 janvier 18 10 279 

848. Apostille, 29 janvier 1810 279 

849. Au duc de Feltre, 8 février 1810 279 

850. Au duc de Feltre, 8 février 181 o 2S0 

Apostille, 9 février 1S10 280 

852. Apostille, t5 février 1F10 280 

853 Au duc de Feltre, 16 février 1810 280 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 379 

854. Apostille, 2 mars 1810 2S1 

855. Apostille, 4 mars 18 10 2 8i 

856. Apostille, 8 mars 1810 281 

S57. Apostille, 11 mars 1810 281 

858. Apostille, 27 mars 1810 282 

859. Apostille, 24 avril 1810 2S2 

860. Apostille, 24 avril 1810 282 

861. Apostille, 26 avril 18 10 282 

862. Apostille, 15 mai 1810 282 

863. Apostille, 15 mai 1810 283 

864. Apostille, 15 mai 1810 283 

S65. Au duc de Feltre, 15 mai 1810 283 

866. Apostille, I3juin 1810 283 

867. Apostille, 14 juin 1 810 284 

868. Kerthier au duc de Feltre. 19 juin 1810 284 

869. Ordre, 2 1 juin 18 10 2 $4 

870. Au duc de Feltre, 23 juin 1810 285 

871. Au duc de Feltre, 4 juillet 18 10 285 

872. Au duc de Feltre, 10 juillet 1810 285 

Sy^. Apostille, 1 9 juillet 1810 285 

874. Apostille, 19 juillet 1810 286 

875. Apostille, 25 juillet 1810 286 

876. Apostille, août 1S10. ... 286 

877. Apostille, 5 août 1810 286 

878. Apostille, 10 août 1810 287 

879. Apostille, 18 août 1810 287 

880. Apostille, 22 août 1810 287 

881. Apostille. 22 août 1810 287 

882. Au duc de Feltre, 27 août 18 10 288 

883. Apostille, 3~septembre 18 10 2 88 

884. Apostille, 11 septembre 1810 288 

885. Apostille, 13 septembre 1810 2S8 

886. Apostille, 21 septembre 1810 289 

887. Au duc de Feltre, 22 septembre 18 10. 289 

888. Au duc de Feltre, 8 octobre 1810 289 

889. Apostille, 8 octobre 18 10 290 

890. Au duc de Feltre, 12 octobre 18 10 290 

891. Apostille, 13 octobre 1810 290 

892. Apostille, 28 octobre 1S10 290 

893. Apostille, 10 novembre 1810 291 

894. Au duc de Feltre, 22 novembre 1810 291 

895. A Reithier, 14 décembre 1810 291 

896. Apostille, 21 décembre 1810. ... 291 

897. Apostille, 2 janvier 181 1. ... ... ... 292 

898. Apostille, 2 janvier 181 1 ... 292 

899. A lîerthier, 1 1 janvier 181 1. ... 292 

900. Apostille, 12 janvier 181 1 292 

901. Apostille, 13 janvier 181 1 293 

902. Apostille, 13 janvier 18 11 293 

903. Apostille, 23 janvier 181 1 29? 

904. Apostille, 31 janvier 18 11 293 

90;. Apostille, 7 février 181 1. 294 

906. Apostille, 7 février 181 1 294 

907. Ordre, 9 février t8ii 294 



380 ORDRES I I APOSTILLES DE NAPOLÉON 

908. Apostille, [4 février 181 1 294 

909. Apostille, 14 février 181 1 295 

910. Apostille, 10 niais 1811 295 

911. Au duc de Feltre, 10 mars 181 1 295 

912. Apostille, 13 mars 1811 296 

913. Apostille, 25 mars 1811 296 

9'4- Apostille, 25 mars 181 1 296 

915. Apostille, 28 mars 181 1 296 

916. Apostille, 5 avril 1S11 296 

917. Apostille, 11 avril 181 1 297 

9'8. Apostille, 11 avril 1811 297 

9'9- Apostille, 19 avril 1 S 1 1 297 

920. Apostille, 19 avril 181 1 298 

9-i. Apostille, 19 avril 1811 298 

922. Au duc de Feltre, 21 avril 181 1 298 

923. Apostille, 28 avril 181 1 298 

9 2 4. Apostille, 2 mai 181 1 298 

9-5. Au duc de Feltre, 14 mai 181 1 299 

926. Ordre, 15 mai 181 1 299 

927. Apostille, 24 mai 181 1 

928. Apostille, I er juin 1811 299 

929. Au duc de Feltre, 15 juin 181 1 300 

930. Au duc de Feltre, 17 juin 181 1 300 

93i. Au duc de Feltre, 26 juin 181 1 -00 

932. Au duc de Feltre, 10 juillet 181 1. 300 

933- Apostille, 13 juillet 1S11 \oo 

934- Apostille, 13 juillet 181 1 301 

935- Ordre, 14 juillet 181 1 301 

936. Apostille, 19 juillet 181 1 -01 

937- Apostille, 19 juillet 181 1 301 

938. Apostille, 25 juillet 181 1 302 

939- Apostille, 25 juillet 181 1 302 

94o. Au duc de Feltre, 26 juillet 181 1. 302 

94i. Ordre, 29 juillet 1811 303 

942. Au duc de Feltre, 7 août 181 1 303 

943. Apostille, 7 août 181 1 ^03 

944- Apostille, 7 août 181 1 303 

945. Au duc de Feltre, 11 août 1811 ^04 

946. Paroles dites à Joseph Morand, 15 août 181 1 304 

Au duc de Feltre, 20 août 1811 -04 

Au duc de Feltre, 21 août 181 1 304 

949. Ordre, 22 août 181 1 305 

950. Apostille, 29 août 1 S 1 1 305 

9Si. Apostille, 30 août 1 S 1 1 306 

952. Apostille, 30 août 181 1 306 

953. Apostille, 30 août 181 1 306 

954. Au duc de Feltre. 7 septembre 181 1 306 

9S5 Apostille, 7 septembre 181 1 307 

956. Apostille. 7 septembre 1S11 307 

957 Apostille, 7 septembre 181 1 ... 307 

apostille, 10 septembre l8ll. 308 

959. Au duc de Feltre, 3 octobre 181 1 308 

960. Apostille, 9 octobre 181 1 308 

961. Apostille, 9 octobre 1S11 308 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLÉON 381 

962. Apostille, 14 octobre 181 1 308 

963. Apostille, 30 octobre 181 1 309 

964. Apostille. 31 octobre 181 1 309 

965. Apostille, 31 octobre 181 1 309 

966. Paroles dites à Damas, novembre 181 1 ... 309 

967. Apostille, 11 novembre 181 1. 309 

968. Apostille, 20 novembre 181 1 310 

969. Apostille, 21 novembre 1811. 310 

970. Apostille, 23 novembre 181 1. 310 

971. Apostille, 26 novembre 181 1. 311 

972. Apostille, 30 novembre 181 1. 311 

973. Au duc de Feltre, 9 décembre 18 11 311 

974. Apostille, 19 décembre 1811. 312 

975. Apostille, 22 décembre 181 1 . 312 

976. Ordre, 30 décembre 181 1 313 

977. Apostille, I er janvier 1812 313 

978. Apostille, 7 janvier 181 2 313 

979 Apostille, 9 janvier 1812 313 

980. Apostille, 16 janvier 1812 314 

9S1. Ordre, 17 janvier 1812 3*4 

982. Ordre, 23 janvier 18 12 314 

983. Apostille, 26 janvier 1812 314 

984. Au duc de Feltre, 4 février 18 12 314 

985. Apostille, 6 février 181 2 315 

986. Apostille, 6 février 1812 3 J 5 

987. Au duc de Feltre, 8 février 1812 3'5 

988. Au duc de Feltre, 8 février 181 2 ... 316 

989. Apostille, 24 février 1812 316 

990. Apostille, 27 février 1812 3 ID 

991. Au duc de Feltre, 3 mars 181 2 317 

992. Apostille, 11 mars 1812 3 1 7 

993. Ordre, 14 mars 1812 } l 7 

994. Apostille, 15 mars 1812 3' 7 

995. Au duc de Feltre, 16 mars 18 12 3'S 

996. Apostille, 30 mars 1S12 3'^ 

997. Ordre, 3 avril 1812 3 18 

998. Ordre. 8 avril 181 2 3' 8 

999. Au duc de Feltre, 12 av 1812 3 IQ - 

1000. Au duc de Feltre, 12 avril 18 12 3 r 9 

1001. Apostille, 19 avril 1812 3'9 

1002. Au duc de Feltre, 30 avril 181 2 3 ] 9 

1003. Au duc de Feltre, 4 mai 18 12 3 2 ° 

1004. Au duc de Feltre, 5 mai 181 2 3 2 ° 

1005. Apostille, 28 mai 1812 3 2 ° 

1006. Apostille, I er juin 1812 3 2) 

1007. Au duc de Feltre, I er juin 1812 î 21 

1008. Au duc de Feltre, 4 juin 181 2 J 2 ' 

1009. Ordre, 8 juin 1812 3 21 

1010. Apostille, 9 juillet 1812 322 

ion. Au duc de Feltre, 22 juillet 1812 3 22 

1012. Au duc de Feltre, 22 juillet 1812 322 

1013. Au duc de Feltre, 22 juillet 1812 3 2 3 

1014. Au duc de Feltre, 22 juillet 1812 3 2 4 

1015. Ordre, 30 septembre 18 12 ••■ 3 2 5 



382 ORDRES l l APOSTILLES l»l NÀPOLÉOJJ 

1016. Apostille, 18 octobre 1812 325 

1017. Apostille, 16 novembre 1812 325 

1018. Au duc de Feltre, 23 décembre 1812 325 

1019. Apostille, 24 décembre 1 Si 2 326 

1020. Au duc de Feltre, 26 décembre 181 2 326 

1021. Apostille, 8 janvier 1813 326 

t022. Au duc de Feltre, 6 février 18 13 327 

1023. Apostille, 7 février 18 13 327 

1024 Apostille, 10 février 1813 327 

1025. Apostille, 10 février 1813 328 

1026. Apostille, 11 février 1813 328 

1027. Au duc de Feltre, 20 février 1813 328 

1028. Apostille, 2 mars 1813. 329 

1029. Au duc de Feltre, 6 mars 1813 329 

1030. Le duc de Feltre à Hulin, 7 mars 1813 329 

1031. Au duc de Feltre, 8 mars 1813 330 

1032. Au duc de Feltre, 8 mars 1813 330 

1033. Apostille, 10 mars 1813 330 

1034. Apostille, 10 mars 18 13 330 

1035. Apostille, 13 mars 181 3 331 

1036. Apostille, 17 mars 1813 331 

1037. Monthion au duc de Feltre, 24 mars 1813 331 

1038. Le duc de Feltre à Reynier, 31 mars 1813 331 

1039. Note pour le duc de Feltre, 31 mars 1 813 332 

1040. Apostille, avril 1813 333 

1041. liertbier au duc de Feltre, 3 avril 1813 333 

1042. Berthier au duc de Feltre, 3 avril 1813 333 

1043. Au duc de Feltre, 4 avril 1813 334 

1044. Décision, 7 avril 1813 334 

1045. Au duc de Feltre, 8 avril 1813 334 

1046. Apostille, 1 1 avril 1813 334 

1047. Apostille, 13 avril 1813 335 

1048. Apostille, 14 avril 1813 335 

1049. Savary au duc de Feltre, 17 avril 181 3 335 

1050. Apostille, 18 avril 1813 336 

1051. Apostille, 16 mai 1813. 336 

1052. Apostille, 16 mai 1813. 336 

1053. Apostille, 24 mai 1813. 336 

1054. Apostille, 6 juin 1813 33° 

io5v Ordre, 19 juin 1813 337 

1056. Au duc de Feltre, 22 juin 181 3 337 

1057. Apostille, 7 juillet 1813 337 

1058. Au duc de Feltre, 7 juillet 18 13 337 

1059. Ordre, 14 juillet 1813 338 

1060. Apostille, 17 juillet 1813 338 

1061. Apostille, 22 juillet 1813 338 

1062. Apostille, 1 août 1813 338 

1063. Apostille, 6 août 1813 339 

1064. Apostille, 7 août 1813 339 

1065. Apostille, 24 août 1813 339 

1066. Apostille, 19 septembre 1 Si 3 339 

io57- Apostille, iq septembre 1813 340 

1068. Au duc de Feltre, 26 septembre 1813. ... 340 

1069 Ordre, I er octobre 1813 34o 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLEON 



383 



[070. Apostille à un rapport, 27 septembre 18 13. 

1071. Apostille, 3 octobre 1813 

1072. Drouot au général Bernard, 3 octobre 181 3. 

[073. Apostille, 6 novembre 1813. 

[074. Ordre, 13 novembre 1813 

[075. Au duc de Feltre, 15 novembre 1813. 

1076. Apostille, 19 novembre 1813 

1077. Apostille, 19 novembre 1813 

[078. Apostille, 19 novembre 1813 

1079. Apostille, 19 novembre 181 3 

[080. Au duc de Feltre, 24 novembre 1813. 

ro8i. Apostille, 25 novembre 1813 

[082. Au duc de Feltre, 4 décembre 1813 

[083, Au duc de Feltre, 6 décembre 18 13 

[084. Apostille, 10 décembre 18 13 

1085. Au duc de Feltre, 15 décembre 181 3. 

[086. Au duc de Feltre, 21 décembre 1813. 

1087. Au duc de Feltre, 23 décembre 1813. 

to88. Ordre, 25 décembre 1 S 1 3 

[089. Apostille, 30 décembre 1813 

[090. Apostille, I er janvier 1814 

1091. Note, 1 er janvier 1S14 

[092. Au duc de Feltre, 3 janvier 1814 

1093. Apostille, 3 janvier 1814 

[094. Apostille, 8 janvier 1814 

1095. Au duc de Feltre, 8 janvier 1814 

1096. Au duc de Feltre, 8 janvier 18 14 

1097. Au duc de Feltre, 10 janvier 1814 

8. Au duc de Feltre, 13 janvier 1814 

[099. Au duc de Feltre, 17 janvier 1814 

100. Apostille, 20 janvier 1814 

toi. Au duc de Feltre, 23 janvier 1814 

102. Au duc de Feltre, 23 janvier 1814 

103. Au duc de Feltre, 15 février 1814 

104. Ordre, 19 février 1814 

105. Au duc de Feltre, 20 février 1814 

106. Au duc de Feltre, 21 février 1814 

107. Berthier à Macdonald, 27 février 1814. 

108. Apostille, 4 mars 1814 

109. Au duc de Feltre, 10 mars 1814 

110. Berthier à Macdonald, 31 mars 1814. 

ni. Paroles dites au général Motte, 12 mars 1815 

112. Note de Davout, 21 mars 1815 

113. A Davout, 21 mars 181 5 

114. Apostille, 26 mars 18 15 

115. A Davout, 27 mars 181 5 

116. Apostille, 37 mars 1815 

117. Apostille, 31 mars 1815 

118. Conversation avec d'Alton, avril 1815. 

r 1 9. Apostille, 10 avril 1 8 1 5 

120. Drouot à Cambronne, 13 avril 1815 

121. Davout à Masséna, 3 avril 1815 

122. Apostille, 17 avril 1815 

123. Apostille, 22 avril 1815 









•• 341 








.. 341 








.. 342 








• • 342 








■ • 342 








• 343 








• 343 








■ 343 








• 343 








■• 344 








■ 344 








• 344 








• 344 








• 345 








•• 345 








• 346 








•■ 346 








•• 346 








■• 347 








•• 347 








•• 347 








•• 347 








•• 348 








.. 348 








■• 348 








•• 349 








• • 349 








•• 349 








•• 3;Q 








•• 35o 








•• 35o 








• 35o 








•• 35i 








•• 35i 








•• 35i 








•• 352 








■• 352 








•• 353 








353 








•• 353 








•• 353 








•• 354 








.. 354 








• • 354 








■ • 354 








• • 355 








-• 355 








• - 355 








• • 356 








- 356 








.. 356 








• • 356 








• • 357 








... 357 



384 



ORDRES 11 APOSTILLES Dl N APOLLON 



i 124. Apostille, 28 avril 1815. 

11:5. Apostille, 30 avril 1815. 

1 120. A Davout, 1 niai 1815. ... 

11 27. A Davout, 2 mai 181 5. ... 

1128. Apostille, 8 mai 1S15. ... 

1 1 29. A Flahaut, 12 mai 18 15. 

1130. Mot dit à Carnot, 17 mai 18 

1131. Apostille, 18 mai 181 5 

1132. Mot dit à Duvignau, 20 mai 

1133. Apostille, 20 mai 181 5. ... 

1134. A Davout, 22 mai 181 5. 

1 1 35. Apostille, 23 mai 1815. ... 

11 36. Décision, fin mai 181 5.... 

1137. Apostille, 3 juin 1815. ... 

1138. Décision, 6 juin 181 5. ... 

1 139. Apostille, 9 juin 1815. ... 

1140. Apostille, il juin 1 8 1 5. . .- 



15- 

181 



357 
357 
35S 
358 
358 

359 
360 
360 
360 
36i 
361 
3 r " 
36i 
3 6 ' 
362 
362 
362 



INDEX DES NOMS. 



Les noms de lieux sont en italique. On n'a mis dans cet index ni Bonaparte ou 
Napoléon ni Berthier ni Clarke ou le duc de Feltre, ni Dejean dont le nom revient à 
chaque instant. 



Abbé, 265, 269. 
Aboukir, 63. 
A^en, 189, 201. 
Agoult(d'), 85, 251, 252. 

Aire. 161, 183. 

Aisne, 352. 

Aix, 13, 32. 

Aix (ile d'), 126, 198. 

Ajaccio, 171. 

Àlassio, 163. 

Albignac (d'), 27. 

Alençon, 201. 

Alexandrie (Egypte^, 18. 

Alexandrie (Italie), 92, ni, 112, 

173) 190, 227, 228, 242, 258. 
Allemandes (troupes), 277. 
Allix, 87. 
Aimeras, 267. 
Alquier, 108. 
Alsace, 347, 348. 
Alton (d'), 356. 
Ambleteuse, 203. 
Ambrosi, 55. 
Ameil. 248. 
Amiens, 127, 135, 136, 138, 169, 173. 

201. 
Amsterdam, 285. 

Ancône, 24, 27, 227, 235, 255, 256. 
André (d'), 119. 
Andréossy, 39, 210, 284. 
Angers, 4% 53, 54, 65, 76, 299. 
Angoulême, 262. 
Anselme (d')» 27, 34. 
Anthouard (d'), 316. 
Antibes, 112, 199, 340. 
Anvers, 113, 285, 320. 
A os te, 90, 91. 



Arçon (d'), 27. 

Arena (frères), 121. 

Ariège, 361. 

Armée. 

Armée d'Allemagne, 270, 271, 289, 

297. 
Armée d'Angleterre, 49, 53, 59. 
Armée d'Aragon, 335. 
Armée de Batavie, 29, 45. 
Armée de Dalmatie, 231, 244. 
Armée de la Gironde, 244. 
Armée de l'Ouest, 54, 56, 60, 69. 73. 

99, US- 
Armée de Xaples, 231, 237, 238, 

240, 258, 266, 281, 282, 293, 298. 
Armée de Portugal, 253, 262, 265, 

273, 291, 300, 304, 305, 326. 
Armée de réserve, 78, 79, 80, 81, 

82, 84. 87, 88, 89, 91, 92. 
Armée de réserve sur le Rhin, 245. 
Armée d'Espagne, 250, 252, 255, 

257, 258, 259, 262, 263, 272, 273, 

274, 283, 284, 285, 291, 292, 326, 

338- 
Armée d'Italie, 20, 27, 31, 34, 42. 

48, 49, 54, 64, 74, 79, 82, 93, 95, 

99, 152, 233, 251, 256, 258, 266, 

267, 269, 274. 
Armée d'Orient, 22, 43, 51, 53, 72, 

73, 74, 76,90, 102, 132, 140, 152. 
Armée du Rhin, 15, 16, 17, 18, 19, 

20, 28, 30, 32, 33, 34, 42, 49, 51, 

57, 58, 59, 60, 61, 63, 65, 67, 74, 

75, 76, 7^, 82, 107. 
Brigade de réserve de Genève, 345. 
Corps d'observation de Hollande,. 

286. 



: ;si ; 



(>i;di;i - i i \i'iis| ii.i.i > Di \ \i-tii i o\ 



i orps d'obseï vation de TElbe, 272, 

334- 

Corps d'observation de Mayence, 

Corps d observation des côtes de 

l'Océan, 247, 248. 
Corps d'observation des Pyrénées 

1 » dentales, 252. 
■ s d'observation du Rhin (l er ), 

Division de réserve (l re ) de la 
la Grande Armée, 318, 319. 

Division de réserve (2 <le ), 320. 

Division de réserve, (3"' e ), 320. 

(bande Année, 223, 235,238,241, 
246, 247, 248, 250, 254, 256, 264, 
318, 319, 322, 324, 329, 331, 332, 

333. 334. 344. 34 r >- 
Dcmibriçades. 

2 e demi-brigade de ligne, 179. 
demi-brigade de ligne, 138, 
197, 201. 
4"-" demi-brigade, 41, 179. 
;<-■ demi-brigade, 69. 
6 e demi-brigade, 9, 27. 
7 e demi-brigade, 167, 189. 
8 e demi -brigade, 179. 
10 e demi-brigade, 189. 
1 I e demi-brigade, 105. 
12e demi-brigade, 189, 200. 
14? demi-brigade, 8, 23, 27, 72. 
1 51 demi-brigade, 192. 
i6e demi-brigade, 156, 190, 192. 
1 7. demi-brigade, 180. 
19e demi-brigade, 84. 
20e demi-brigade, 180. 
22 e demi-brigade, 72. 
23 e demi-brigade, 180. 
26 e demi-brigade, 197. 
2')" demi-brigade, 190. 
30 e demi-brigade, 8, 23, 27, 72, 

'95, "97- . 

demi brigade, 200. 

demi -brigade, 200. 
37 e demi-brigade, 140, 149. 
40' demi-brigade, 72. 
1 I e demi In igade, 27, 72, 140. 
44 e demi-brigade, 197- 
45 e demi brigade, 27. 
5 |r demi-brigade, 9, 127. 
53 e demi-brigade, 190. 
- \" demi-brigade, 180 
55 e demi brigade, 27, 69. 

demi-brigade, 72. 



59 e demi-brigade, 23. 
60 e demi-brigade, 72, 180. 
61 e demi-brigade, 200. 
62 e demi-brigade, 110, 190. 
63 e demi-brigade, [89, 197. 
65 e demi-brigade, 23, 192. 
66" demi-brigade, 69, 189. 
69 e demi-brigade, 161. 
70e demi-brigade, 84, 198. 
72* demi-brigade. 84, 195, 197. 
77e demi-brigade, 133, 189. 
78 e demi-brigade, 95 , 192. 
79e demi-brigade, <>, 30, 41, 7<% 

201. 
82e demi-brigade, 14c;, 189. 
84 e demi-brigade, 189. 
86 e demi-brigade, 84, [89. 
87 e demi-brigade. 185. 
88<" demi-brigade, 148, 195, 1 
89 e demi-brigade, 173, 180, 189. 
90 e demi-brigade, ni, 180, 192. 
cji L demi-brigade, 190. 
96 e demi-brigade, 72, 175. 
97 e demi-brigade, 190. 
99 e demi-brigade, 190. 
102 e demi-brigade, 190. 
107 e demi-brigade, 180. 
108 e demi-brigade, 200. 
1 10 e demi-brigade, 169, 173, 180. 
i 1 i c demi-brigade, 185, 196, 200. 
112 e demi-brigade. 185. 
2 e demi-brigade légère, 74, '75, 

'95- '97- 
4 e demi-brigade légère, 74, 139. 
5 e demi -brigade légère, 167, 189. 
6 e demi-brigade légère, 72, 148, 

200. 
7 e demi-brigade légèie, 198,201. 
8 e demi-brigade légère, 199. 
9 e demi brigade légère, 30. 
1 I e demi-brigade légère, 167, l8 >. 
14 e demi-brigade légère, 180, [89. 
1 5" demi-brigade légère, 139, 195. 

"97- 

17 e demi-brigade légère, 72, 90, 

127, I?5» .197- 
19 e demi-brigade légère, 72. 
20 e demi-brigade légère, 19. 
21 e demi-brigade légère, 74. 
22* demi brigade légère, 74- 
24 e demi-brigade légère, 7~- 
25 e demi brigade légère, 200. 
26 e demi-brigade légère, 200. 
29 e demi-brigade légère, 7°- 



ORDRES ET APOSTILLES DE \ M'uï.l < >.\ 



:\s: 



31 e demi-brigade légère, 185. 
Demi-brigadesprovisoires ,320, 322. 
Régiments. 

2 e régiment de ligne, 302. 

3 e régiment de ligne, 323. 

4 e régiment de ligne, 243. 

5 e régiment de ligne, 344, 358. 

6 e régiment de ligne, 254, 311. 

1 i e régiment de ligne, 344, 358. 

13e régiment de ligne, 251. 

18e régiment de ligne. 302. 

22e régiment de ligne, 22g. 

23 e régiment de ligne, 344. 

26 e régiment de li^ne, 275. 

33e réçjiment de ligne, 287. 

37e régiment de ligne, 302. 

42e régiment de ligne, 251. 

46e régiment de ligne, 242. 

47 e régiment de ligne, 265, 280, 
281. 

53 e régiment de ligne, 251, 255. 

56 e régiment de ligne, 302. 

57 e régiment de ligne, 340. 

62 e régiment de ligne, 217. 

66 e régiment de ligne, 275. 

82 e régiment de ligne, 275. 

84 e régiment de ligne, 251. 

86 e régiment de ligne, 264. 

93 e régiment de ligne, 302. 

95' régiment de ligne, 286. 

105 e régiment de ligne, 323. 

106 e régiment de ligne, 251. 

1 12 e régiment de ligne, 305. 

1 13 e régiment de ligne, 323, 351. 

124 e régiment de ligne, 302. 

125 e régiment de ligne, 302. 

I er régiment d'infanterie légère, 

2SI " 

8 e régiment d'infanterie légère, 

2 99, 308, 344. 
12 e régiment d'infanterie légère, 

325- 
14' régiment d'infanterie légère, 

254- 
18 e régiment d'infanterie légère, 

344- 
26 e régiment d'infanterie légère, 

286. 
31 e régiment d'infanterie légère, 

243- 
Régiment de Belle Isle, 322. 
Régiment de Hesse-Darmstadt, 

323- 
Régiment delà Confédération, 323. 



Régiments de la Méditerranée, 323. 

Régiment de Ré, 322. 

Régiments provisoires, 250, 252, 

256, 257, 274, 285, 286. 
Bataillon auxiliaire du Var, 19. 
I er régiment de cavalerie, 73, 131. 
2 e régiment de cavalerie, 23, 36, 

163. 
3 e régiment de cavalerie, 130, 

I44-. 
5 e régiment de cavalerie, 9, 30, 

36.. 
8 e régiment de cavalerie, 7^. 
13 e régiment de cavalerie, 30, 36, 

18 e régiment de cavalerie, 77. 
19 e régiment de cavalerie, 136. 
20 e régiment de cavalerie, 144. 
24 e régiment de cavalerie, 131. 
I e ' régiment de chasseurs, 195, 

200. 
2 e régiment de chasseurs. 73. 
5 e régiment de chasseurs, 235. 
7 e régiment de chasseurs, 7^, 285 
8 e régiment de chasseurs, 195, 

3M- . 
1 I e régiment de chasseurs, 74. 
12 e régiment de chasseurs, 195, 

279. 
14 e régiment de chasseurs, 305. 
13 e régiment de chasseurs, 30, 

47, 61, 73> 77, 3°4, 305. 3io, 

3"; . 

20 e régiment de chasseurs, 195, 

285. _ 
21 e régiment de chasseurs, 30, 73, 

76, 201. 
23 e régiment de chasseurs, 296, 

302, 3p9- 
24 e régiment de chasseurs, 63, 

302, 3°9- 
25 e régiment de chasseurs, 144. 
28 e régiment de chasseurs, 313. 
Chasseurs italiens et napolitains, 

250. 
Chevau-légers belges, 248. 
2 e régiment de cuirassiers, 131, 

-77: 
3 e régiment de cuirassiers, 236. 

4 e régiment de cuirassiers, 200. 

6 e régiment de cuirassiers, 197, 

200. 

Cuirassiers (divisions de), 31 2. 

4 e de dragons, 57. 



: [88 



t»iil>l;i - i i VP0S7 H il - m \ u-oi.i on 



5 e de dragons, 30, 75, 101. 

6 e de diagons, 330. 

7 de diagons, 200. 

8 e de dragons, 7}, 77, 235. 
de dragons, 9,73, 77, 124, 

10'' de dragons, 230. 

1 2 f de dragons, 14S. 

1 5 e de dragons. 139, 195. 
de diagons, 23, 200. 

18 e de dragons, 195. . 

19 e de dragons, 161, 183, 235. 

- 1 de dragons, 200. 
I >ragons (divisions et brigades de), 

261. 274. 277, 323. 

1 ' de hussards, 1 io, 121. 

6' de hussard 

7 de hussards, 181. 

de hussards bis, 76, 181. 

8 e de hussards 195, 236. 

9 e de hussards, 305. 

IO-' de hussards, 1 13. 

1 I e de hussards, 9, 30, 47, 73, 77. 

I2« de hussards, 51, 7}>, 77- 
Brigade provisoire de cuirassiers, 

de chasseurs, de dragons, de 

hussards, 246. 
. Irras. 216. 
Artillerie, 140, 169, 170, 171, 

1 80, 191. 

1 : régiment, 155, [69, 170, 171. 

2 e régiment, 169, 170, 171. 

3 e régiment, 169. 170, 171. 

4 e régiment, 148, 168, 169, 170, 
172. 

5 e régiment 90, 169, 172. 
1 égiment, 169, 172, 191. 

7 e régiment. 169, 172. 

8* régiment. 170, 172. 

>;itaillon du train d'artillerie, 
148. 

7' bataillon du train d'artillerie, 
.87. 
Canonniers vétérans piémontais, 

191, 192 
Aspre(d'), 86. 
Aubrée, 231. 244. 
Aubugeois, [6. 
. 1 11. h, 201 305. 
Audenarde (d'), 301, 
Audibert, 306. 
Aufranc, 172. 
Augereau, 69, 145, 207, 22! 

3=3, 337- 
er, 226, 227, 2 2 



Autichamp (d'), 60. 

Auxerre, 90. 

Aitxonnc, 88, 90, 1 ;_• 

Auzou, 226. 

Avenay (d'), 267. 

Avesnes, 189. 

Avice, 201, 361, y>2. 

Avignon, 134, 189, 198, 291. 

Bacciochi, 19, 41. 

Bacheler, 297. 

Bâcher, 84, 89. 

Bade (troupes de), 260. 

Baillet La Tour, 297. 

Bâ/e, 2$, 46, 59. 

Baltazar, 332. 

Baraguey d'Hilliers, 221. 

Barbanègre, 288. 

Barbou, 27. 

Barbuat, 1 17. 

Barcelone, 251, 264, 284, 288. 

Barquier, 287. 

Barré (J.-E.), 217, 311. 

Barrois, 246. 

Bar-sur- Au be, 351. 

Barthélémy fN.-M.), J 39, 3^4- 

Bas fia, 102, 199. 

Batave (République), 29, 32, 59 
69. 70, 133- '53, '54, 160. 

Bavière, 283, 316. 

Bayonne, 105. 126, 187, 197, 198, 
246, 249. 258, 259, 264, 277, 
291, 300, 333, 339, 343- 

Bazancourt, 322. 

Beaufort, 145, 154- 

Beaumont, 221, 262. 

Beaurgard, 270. 

Beauvais, 36 1 . 

Béguinot, 27. 

Belfort, 279. 

Belfort, 347. 

Belle-Isle, 103, 192, 213, 214. 

309- 
lielliard, 205, 249, 327, 337. 
Bel lu no. 251. 
Berckheim. 347. 
Berg (grand duché de), 249, 

3°9, 343- 
Berçatne, 108. 
Berge, 338. 
Berlin, 107. 
Bernadette, 'j\, 96, 99. 100, 1 10, 

117, [21, 12'-, 145, 1-8, 2l6, 

230, 288, 289, 298. 
Bernard (G.-B.), 341, 342. 



68 r 



201, 
283, 



' 1 3. 
220, 



ORDR] S II APOSTILLE 



DE NAPOLEON 



m 



Bernardin de Saint-Pierre, 159. 

Bernier, 60, 67. 

Berruyer, 352. 

Berry (duc de,, 355. 

Berthelemv des Radiais, 210, 217, 

308. 
Berthier (César), 305. 
Bèrthier (Léopold.i, 40. 
Berthollet, 162. 
Bertrand, 318, 32S. 
Bertrand, (A.-J.), 3 1 ?, 3-4- 
Besançon, 46, 114, 187. 
Besnard, 60. 

Bessières (Bertrand), 250, 252. 
Bessières (François), 27. 35. 
Bessières (J.-B.), 18, 24. 36, 145, 149, 

152, 201, 253, 278. 
Béthencourt, 146. 
Beurmann, 280, 313. 
Beurnon ville, 107. 
Beyrand, 202. 
Biscaye, 198. 
Bizanet, 209. 
Bizerte, 171. 
Blaye, 358. 
B/ois, 27, 28. 
Blondeau (Jacques), 261. 
Boinod, 53. 
Boisgérard, 1 17. 
Bon, 68. 

Bonaparte (Jérôme), 1 18. 
Bonaparte (Joseph), 224. 
Bonaparte (Louis), 49, 201, 223, 230. 
Bonelli, 55. 
Bonnaire, 361. 
Bonnay de Breuille, 124. 
Bonté, 83. 

Bordeaux, 64, 113, 189, 247, 285. 
Borghèse (prince), 254, 316, 318, 

326, 344. 
Bormida (la), 242. 
Bottari, 171. 
Bouches de P Escaut (département 

des). 345. 
Bouches du Rhin (département des\ 

3.17. 

Bouches du Rhône, 32. 

Bouchotte, 209. 

Boudet, 27, 34, 79. 

Boudinhon, 240. 

Boulogne, 127, 198, 203, 204, 244, 

247, 260, 265, 303, 320. 
Bourbier, 68. 
Bourcier, 221, 240, 264. 



Bourg-en- Bresse, 90. 

Bourges, 85. 

Bourmont, 282, 312, 350. 

Bourrienne, 95, 104, 163. 

Boussart, 201, 246. 

Boussin, 267. 

Bouvier dès Eclaz, 312. 

Boyé, 178. 

Boyer (Henry), 36. 

Boyer de Rébéval, 288, 297, 355. 

Braun, 286. 

Bre'da, S7, 69, 174, 3°7- 

Brescia, 54, 190. 

Bresson de Valmabelle, 133, 210. 

Brest, 1 1 , 1 2, 1 4, 1 6, 3 1 , 5 1 , 1 26, 1 28, 

] 33, >3 6 > ] 37, H?, I4 r ', 149, 150, 

167, 172, 176, 183, 192, 204. 207. 
Bret, 226. 

Briançon, 17, 39, 114, 166, 198. 
Bribes, 90. 
Brice-Montigny, 27. 
Brigg, 129. 
Briot, 174. 

Broc (A.-L. de), 223, 268. 
Bron, 261, 266. 
Bronikowski, 282. 
Broussier, 9, 13, 29. 
Bruce, 310. 
Bruges, 345. 
Bruix, 11, 103, 198. 
Brun, 247. 
Brune, 9, 10, 12, 30, 33, 54, 56, 60, 

64, 66, 68, 73, 76, 87, 95, 99, 107, 

220, 347- 
Bruny, 362. 

Bruxelles, 32, 51, 285, 345. 
Bruyère, 176. 
Bual, 86 

Buffon (Victor), 184. 
Buquet (C.-L.), 348. 
Buquet (L.-L), 290. 
Bureaux de Pusy, 164. 
Burgos, 198, 250, 252, 253, 264, 284, 

304, 303, 325, 340. 
Cabanes-Puymisson, 282, 362. 
Cadix, 135, 137, 264. 
Cadzand, 265. 
Caen, 42, 51, 140. 
Caffarelli, 40, 290, 305, 326, 327. 
Caillet, 16. 
Calais : 168. 
Calamini, 315. 
Callier, 267. 
Calon, 3:-,- 



Ordres et apostilles Je Napoléon. 



390 



ORDRES l I \l'o- MLLES DJ \ U'oi.i o\ 



'3i 95) 



336. 



Calvados, 30, 32, 4 
( ah in (général), 91. 

L'ami). 11 érès, 104, 106. 
1 '.imbronne, 3 
l 'ampagnol, 39. 
Campredon, 49, 218. 
Camus général), $17, 
Canclaux, 58, 
Candras, 208. 
Canuel, 264. 
Capraja, 157. 

xssonne, 144. 
Carnot, 8, 80, 81, 8 

96, 97, 360. 
1 arpentras, 91. 
Caria Saint-Cyr, 8 1 . 
Carrion-Nisas, 
Carteaux, 1 5, 44. 
Casablanca, 25. 
Casalta, 183. 218. 
Casanova, 288. 
Cass , 541. 
Casiella, 324. 
•ex, 309. 
Catalogne, 260, 282, 308, 
Cattaro, 233, 314. 
Caulaincourt Armand . 

.83. 
Caulaincourt (Auguste , 223, 25c 

^52, 277. 
Cavaignac (J.-IS. . 1 29. 
Cavaignac J.-M.), 324. 
Cavrois (L.-J.), 250, 252, 314, 338. 
Cayenne, 169, 170, [72. 
Cazals, 235. 
Ceneda, 251. 
Cents (mont), 1 58. 
Cerdagne, 295. 
Chabert, 166, 244. 309. 
Chabot, 85 

Chabran, 202, 250, 232, 288, 330. 
Chaillou, 16. 
Chalbos, 27. 

Chalon-sur-Saône, 64, 74, 
vns-sur- Marne, 1 ■;. 
Chalus, 247. 
Chambarlhai . i • 
Chambarlhac tils , 1 
Chambéry, 180. 19.'. 
Champeaux, 70, 72. 

mpeaux-Palasne, 57. 
( !hampionnet, 19, 54, 
Chanlatte, 203. 
Charbonnie 



124, 160, 



\, 161. 

3 51 », 






Charles, 185. 

Charpentier, 316. 

Chartrand, 

Chartres, 28, 47. 

Chasseloup- Laubat, 111, 112, 258. 

Chaumont, 71, 347. 

Chavardès, 74, 226, 227. 

Chazaud-Dutheil, 1 r6. 

Chois}', 145. 

Cherbourg, 31, 345. 

Cho/let, 21. 

Chouard, 277, 278, 334. 

Cisalpins compagnie des volon- 
taires), 83, 90. 

Citia Castellana, 106. 

Civita Vecchia, 2 5, 

Clarke, 14, 20. 

Clary, 230. 

Clauzel, 237, 275. 

Clémencet. 48. 

Clément (Claude), 120, 1 

Clément (J.-\".;, ji:<i. 

L '1er mont, 1 10, 189. 

Cluy, 1 16. 

Coéhorn, 71. 

Colbert ' Edouard), 214. 

Colli, 10, 23, 29, 2i 8. 

Colmar, 348. 

Cologne, 213, 318. 

Connues, 1 7, 62, 

Compère, 31 5. 

Compilgne, 83. 

Condé, 36 1 . 

Congés militaires, 261. 

CVw/', 190. 

Conscription, 194. 

Constantini. 283. 

Contamine, 267. 

Copenhague, 1 10. 

O//W, 143. 

Corbineau, 311. 

Cor/ou, 234. 

Corneille le grand . 182, 184. 

Corrèze 'département de la 

Corse. 11. 12. 51, 84, 89, 102, 121, 
157, 165, 199, >i6, 228. 319, 

Corse bataillon . 199, 271. 

Corsin, 

Cosson, 324. 

Cotcntin, 30. 

Couin, 

Coulon, 175. 

Courbevoie, 144. 
xnces, 30. 



ORDRES I l APOS1 ELLES DE NAPOLÉON 



39] 



Crabbé, 225. 
C renia, 92. 

Cunéo d'Ornano, 340. 
Cuoq, 76. 
Curial, 341. 
Cuvillier-Fleury, 60. 
Dalbon, 242. 
Dallemagne, 241, 245. 
Dalmatie, 231, 232, 233. 
Dalton, voir d'Alton. 
Damas (Etienne), 213, 309, 343. 
Danloup-Verdun, 243, 298, 299, ^2. 
Danzig, 297, 300, 316, 322. 
Darmaignac, 177, 251, 252. 
Darnaudat, 232. 
Daru, 221, 308, 342. 
Dauphiné, 347. 
David, 29. 

David (le peintre), 63. 
Davout Alexandre), 344. 
Davout Louis), 93, 143, 205, 212, 
216, 22 F, 223/278, 279, 280, 287, 

289,297,305, 315, 31", 33U 354- 
362. 

Dazemar, 233, 300, 301. 

Debelle (J.-V.-].), 39, 53, 99, 100, 

182, 187. 
Debelle 'Alexandre), 182, 217, 273. 
Debilly, 133. 
De Bry (Jean), 125. 
Decaen, 308, 317. 
Decker, 211. 
Decrès, 122, 164, 172, 176, 178, 1S4, 

186. 
Defrance. 36, 74, 235, 301. 
Dejean (Jean-Antoine), 213. 
Dejean (Joseph-Fulcrand), 35. 
Delaborde, 1 17, 219. 
Delorme Pierre , 36. 
Delort (M.-J.-R. , 226, 227. 
Dembarrère, 25, 27. 
Dembowski, 290. 
Demont, 268, 273, 343, 
Deplanque, 186. 
Derosse), 63. 
Desaix, 7, 162. 

Desbureaux, 15, 27, 30, 334, 335- 
Desenfans, 247, 248. 
Déserteurs, 156, 167. 
Desfourneaux, 98. 
Desgenettes, 102. 
Desjardin, 27. 
Desmoulins 'Camille), 1 14. 
Desportes (Félix), 142. 



Dessaix, 296, 297. 

Dessein, 137. 

Dessolle, 79, 1 10, 130. 

Destaing, 147. 

Deux- Xèt lies (département des , 
345- 

Devaux, 108, 252, 286. 

Deviau, 100, 233. 

Devilliers, 31 1. 

Devisme, 226. 

Devrigny, 208. 

Deyssautier, 229, 340. 

Dhalencourt, 247. 

Dièche, 27, 32. 

Dieppe, 166. 

Dijon, 72, 73, 74, 76, 84, 85, 87, 88, 
89, 90, 93, 95, 260, 358. 

Dode, 306, 313, 327, 336- 

Dommanget, 68. 

Donna, 358. 

Donnadieu, 131, 148, 176, 256, 280, 
281, 303, 304, 309, 328,338. 

Dorsner, 264. 

Douai, 167, 203, 355. 

Douas (département du), r 25, 347. 

Doucet, 326. 

Dragons (l'arme des!, 215. 

Dromadaires (régiment des), 146. 
Drouet d'Erlon, 281, 283, 285, 291, 

361. 
Drouot, 342, 356. 
Dubois-Crancé, 27, 34. 
Dubois-Thainville, 94. 
Dubois-Thainville (fils), 357. 
Dubreton, 325. 
Ducellier. 174, 211. 
Duclaux, 343. 
Ducos, 87, 249. 
Dufour, 15, 16, 56, 64, 1 10, 126, 20S, 

350. 
Dufresse, 324. 
Dugommier, [09. 
Dugua, 99. 104, 178, 195. 
Duhem, 174. 
Duhesme, 1 ~, 92, 144, 250, 251, 

252, 284. 
Dujard ("commissaire des guerres), 

118. 
Dujard (Marguerite), 241. 
Dulauloy, 53, 263, 339, 341. 
Dulédo, 226, 227. 
Dulong, 243, 325. 
Dumas (Alexandre , 1 10. 
Dumas (Mathieu), 1 15, 207, 2159; 



392 



ORDRES I I APOSTILLES M \ M'ni.i (i\ 



Dumoulin, i 8, 25, 41 , 8r , 1 |6. 

Dumoustier. 1 [8. 

I )u Muv, 264, 

Dunkerque, 167, 169, 1 ,. 1 9, 18?, 

196, 204. 
Dunn, io, 64. 
I >upas, 285. 
Dupin (E.-H.-V.), r8. 
Du pin Maurice , père. de George 

Sand, 209. 
Dupont François). 36. 
Dupont Pierre), 8, 14, 15, 

29, 58, 209, 246. 
Duppelin, 300. 
Duprat, 236. 
Dupré, 246. 
I Hipuch, 38, 50. 
Dupuy (J.-F.-G. , 239. 
Dupuy de Bordes, 121. 
Duroc, 67, ;i,75, [46, 147, 154, [56, 

160, 207, 208, 230, 302. 
Durosnel, 2^,^. 
Du Roure-Brizon, 307. 
Durutte, 302. 315, 322. 
Diisseldorf, 46. 
Dutruy, 232. 

Duvignau, 97, 22^, 224, 360, 362. 
Écouen maison d' . 261. 
Egypte, 7. 8, 13, 17, 43, Sh 73- [ °3, 

106, 1 18. 134, 162. 
Ehrettbreitstein, 46. 
Elbe 'île d' , 136, 157, 165, 170. 174. 

'7 r >, 185, 199, 267. 356. 
Embrun, 148. 
Kmmanuelli, 55. 
Épinal, 348. 

Erfurt, 318, y_^. 331. 341, 556. 
xui département de 1'), 345. 
Espert (Pierre). 240. 
Espinassy (d' , 50. 
/ ^sonnes, 352. 
Estafette, 285. 
Estève (J.-B.). 15; 
Estourmel d 1 . :~. 35. 
I Eugène (prince), 225. 22<>. 
Evers, 

1 1> elmans, 531 >. 
Fabre de l'Aude, 147. 
Fabre < Jabriel . 37, 
Faivre, 21. 
Favart, 48. 
F ivereau, 27, 286. 
Faverot, 310. 



Fénérols, 201. 
Ferino, 88. 

Ferrari. 163. 

I errière, 320. 

Ferrol (le , 198. 

Féry, 97. 

Ficatier, 265. 

Figuières, 304. 

Flahaut, 359, 362. 

Flessingue, 137, 280, 283. 286. 

Florence, 231. 

Fontainebleau (Kcole de), 299, 30t. 

Fontainebleau (forêt de), 351. 

Fontarabie, 198. 

Fontenay (de), 1 1 

Forbin (Auguste de), 243, 285. 

Forêts (département des), 317, 343. 

Forfait, 13. 51, 52. 55, 105. 118,123, 

203. 
r-ouché, 107, 109. 121,211. 
Fournier- Verrière, 79. 
Franceschi j -B. , 144, 226, 227, 

-73- 5-4- 
Franceschi- Delonne, 249. 
Francfort, 84, 89, 235. 
Frégeville, 58. 62, 148. 
Freire-Pego, 361. 
Frère. 40, 41, 157. 
Fréron M " ,147. 
I resia, 274. 
Friant, 28". 
Frioul, 231. 
Fririon, 220. 
Frotte, 66. 
Fugière, 1 34- 
Galbaud, 17. 

( ialbaud-Dufort, 205, 281. 
Galériens napolitains. 227. 
( lambin, 294. 
Gand, 69, 1 [89 
Ganteaume, 118, 1 19. 
Gap, 148. 
Garches, \ 

( Jardane, 221, 275, 2^,2. 362. 
Gardanne, 10, 21, 28, 42, 64, 66, 

84. m;. 
Garde (la impériale, officiers qui 

en font partie, 234. 
< lardes-côtes, 14''. 
( lardes nationaux. 2 
Gar< au, 1 }, 295. 
Garnier, 23, 

Gault, 324. 



ORDRLi ET APOSTILLES Dl NAPOLEON 



393 



Gauthier, 141, 321. 

Gautray, 36. 

Gazan, 27, 362. 

Gency, 161, 278. 

Gênes, 54, 1 10, 162, 163, 171, 178, 

228, 276. 
Genève, 84, 87, 88, 8g, 90, 125, 185, 

345, 346. 
Genèvre, 158. 

Gentil Saint-Alphonse, 288. 
Gérard, 289, 317, 347,353- 
Gévaudan, 226. 
Gex, 159. 
Gilly, 138. 
Girard (L.), 357- 

Girard (P.-L.i, chef de brigade, 54. 
Girardot, 507. 
Girone, 273. 
Glogau, 316. 
Gobert, 141, 247. 
Godait, 324. 
Gœttingue, 193. 
Corée, 310. 
Goro, ni. 
Gothard, 92. 

Gouré de Villemontée, 160. 
Gouvion, 43, 44, 56, 138, 168. 
Gouvion Saint-Cyr, 96, 215, 238, 

260. 
Grabinski, 191. 
Grandjean, 80, 230, 238, 258, 259, 

269, 283. 
Granville, 204. 
Gratien, 1 17. 
Gray, 139. 
Grenier, 298. 
Grenoble, 121. 148, 168. 
Grigny, 78. 
Grillot, 331. 

Grobert, 73, --4, 226, 284, 321. 
Groix, 186. 
Gromand, 15. 
Grouchy, 10, 92, 226, 227, 234, 235, 

239, 263, 274, 315, 346, 357. 
Grouselle, 68. 
Gruyer. 349. 
Guadeloupe {La), 109, 125, 141, 142, 

149, 170, 172. 
Gudin, 1 17, '44, 278, 279, 288. 
Guéhéneuc, 286. 
Guénand, 99, 113. 
Guériot Saint- Martin., 39, 48, 1 15. 
Guillaume 'chouan , 62. 
Guillaume (entrepreneur), 203. 



Guillet, 16, 243, 244, 248, 265. 

Guillot, 54. 

Guyane, 152. 

Guye, 351. 

Guyon, 279. 

Habert, 143. 

Hambourg, 288, 297, 315, 333. 537, 

339- 
Hatiau, 272. 
Hardy, 130. 
Harispe, 272, 343. 346. 
Harmand, 100. 
Harty, 21. 
Hatry, 25. 
Haute- Loite (département de la , 

344- 
Haute-Marne département de la , 

7i,349- 
Haute Saône département de la , 

349- 
Hautes-Alpes (département des), 

17- 
Hautpoul (d'J, 221, 233, 234, 235. 
Haut- Rhin département du;, 347. 
Haiïy, 101. 
Hector dit Legros, 9. 
Hédouville, \o, 20, 24, 25, 27, 30, 
31, 32, 43, 52, 56, 60, 65, 66, 129. 
Helvétiques (demi-brigades), 139, 

166, 177. 198. 
Hénin. 231, 267. 
Hennezel (d'), 50. 
Henry (J.-F.), 345- 
Herbin, 44. 
Hercule (chef de brigade), 149, 150, 

218, 276. 
Herman, 10. 
Hesdin, 161, 183. 
Hesse (troupes de), 260. 
Heudelet, 319, 320, 322, 324. 
Heyligers, 324. 
Heyne, 193. 
Hoche, 20, 206. 
Hoche (M me ), 206. 
Hohenlinden, 239. 
Hohenlohe-Ingelringen, 239. 
Huard, 266, 269. 
Hubaine, 155. 
Huche, 85. 

Hul'm, 72, 138, 32(1, 320. 
Mulot. 68. 
Humbert, 53, 54, 105, 117,211, 234, 

282, 322. 
llvères, 303, 324. 



394 



ORDRES 1 I VPOS1 [LLES DJ \ \l'ol I ON 



Ile-de-France, 53, 155, 139, [64, 

1 70, [83, 300. 
lllyrie, 294, 314, 31. S, 321, 32.x. 
Illyric régirnent d'), 
Imbert, 226, 227. 
Indre département de 1' ,253. 
Intendant-général de la grande 

Armée, solde, etc., 223. 
Invalides hôtel des), 21, 87. 
Iranda, 142. 

Isembourg (prince d'), 247. 
Isonzo, 232. 
1 strie, 231. 
Itzig, 77- 
Ivrée, n)o. 

Jablonowski, 1 37, [48. 
Jailliot, 28. 
Jalras, 293, 324, 362. 
Jarry, 216, 237,348. 
Jaubert (l'interprète), r8o, 181. 
Jersey (Gazette de), 164. 
Joba, 2 2\). 
Jomard, 244, 247. 
Jomini, 262, 263, 275. 
Jordy, 16. 
Joséphine, 104. 
Jouan, 345. 

Joubert 'général), 106. 
Jourdan, 59, 123, 125, 224, 202, 

34o. 
Juliers, 1 73- 54« s - 
Jullien (les), 103. 

Junot, 175, 214, 245, 272, 328, 337. 
Kellermann (général , 31, 76, 231, 

329. 334. 353- 
Kellermann (maréchal), 230, 248, 

264, 272, 319, 357. 
Kister, 297, 321. 
Kléber, 7, 13, 18, 22. 
Kœnigsberg. 324. 
La Barolière, 42, 4-. 
La Barrère, 1 8. 
Laborde, 320. 
La< épède, 271. 
Laclède, 2 1 5. 
Laclos, 202. 

I..!' ombe Sa !it M l' lui. 30, 1 10. 
Lacour, 60. 
I.a. rosse, 105. 
Lacuée, 86, 87, 88, 89. 90 98 109, 

188. 200. 209, 272. 
Lafaj eue lils, 22<>. 2 39. 
J.ii Fère, 1 ; ;. 1 57. 
Lafitte M P. ,361. 



La Flèche, 28. 
Lafon l-.lie), 77. 
Lafon- Blaniac, 344. 
Lagrange (colonel), 310, 311. 
Lagrange foseph), 110, 134. 188. 

-33- 
Lagrange le manchot , 266. 273, 

322. 
Laharpe, 81. 
I.a Haye, 103. 
Lahoussaye, 217. 
Laibach, 328. 
Lalance, 129. 
Laloyère, 353. 
Lamarque, 15, 266, 269. 
La Martinière, 103, 272. 
Lambert V . F.), 296. 324. 
Lamer, 303. 
Lamoignon, 104. 
Lanchantin, 324. 
Landau, 46. 
Langres, 348, 349. 
Languedoc (canal du), 147. 
Lannes, 41. 63, 127, 132, 178, 220. 
Laplanche-Mortières, 201, 225. 
Lapoype, 151, 153. 154, 329, 331. 
Lariboisière, 50, 249, 302. 
Laroche ou Delaroche, 246. 
I.a Rochelle, 16, 56, 202. 
Larrey, 102, 151. 
La Salette. 39. 
Lasalle, 269. 
Latour (Joseph), 2S6. 
La Tour d'Auvergne, 242. 
I.a I our d'Auvergne, élève du Pry- 

tanée, 1 59. 
Latour-Maubourg (Victor ,51. 
La Tournerie, 50. 
Laurent, 36. 
Lauriston, 160. 325. 
Lauriston (M" ,e de), 100. 
/.ai/sa;i>te, 89, 90. 
l.ai'aî. 

Le Brun (Alexandre), 28. 201, 210. 
Le Brun consul), 184. 
Lebrun (François), 162. 
Lebrun 'capitaine aide-de-camp de 

1 (avout ,212. 
Lechi, 233, 250, 232, 273, ^80, 288, 

290. 291, 2<;4, 315. 
Leclerc (beau-frère de Bonaparte, 

18. 60. 101, 129, 131, 132, 149, 

150, 151. 153. 
I edée, 177, 183. 



ORDRES ET APOSTILLES M NAPOLEOJS 



395 



Lefebvre (général), 247, 282 
Lefebvre (maréchal), 8, 24, 34, 3", 

47, 61, 62. 64, 68. 1 12, 246. 
Lefranc, 247. 

Legendre de Luçay (M me ), 166. 
Legendre d'Harvesse, 246. 
Légion de la Loire, [26. 
Légion des Francs, 65. 67, jj, 145. 
Légion du Danube. 12. 
Légion du Midi, 275. 
Légion italique, 67. 
Légions italiennes, 72, 78. 
Légions Polonaises, 12. 127, 178, 

191. 
Legrand (général), 117, 238, 306. 
Leguay, 233. 
Le Havre ; toi, 122, 137, 147, 155, 

166, 169, 173, 204. 
Leipzig, 350. 
Lejeans, 288. 
Lejeune, 327, 330. 
Lelasseur, 1 14. 
Léman (département du), 143. r ,4;. 

347- 
Le Marois, 65, 142, 227. 
Lemay, 1 1 6. 
Lemelle, 1 16. 
Le Xoury, 270. 

Le Pelletier de Monterai!, 76. 
Lepin, 271. 
Lépreux, 175. 
Leroy, 172. 
Le Roy, 135. 
Lery, 226, 351. 
Lespagnol, 202. 
Lespinasse, 50, 1 13. 
Lesseps, 142. 
Lestrange, 80. 
Le Tourneur, 49, 27'.. 
Levai, 27. 

Levant (île du), 304. 
Levasseur (général), 158. 
Levée en masse (la), 347. 
L'huillier, 339 

Liébault, 98, 99, ioo, 184, 194. 
Liébert, 78, 97. 
Liège, 35. 
Ligniville, 99. 
Lille, 113, 127, 356. 
Lins, 22 r, 273. 

Lippe (département de la), 302. 
Livrets (les) du consul, 150. 
Lobau (comte de). Voir Mouton. 
Locré, 44. 



L^oire, 60. 

Loire-Inférieure, 52. 

Loiret, 30. 

Loison, 274. 

Lorient, 128, 137, 192. 

Lorphelin, 60. 

Lostange, 222. 

Louisiane (la), 148, 169. 

Lubienski , 335.. 

Lucotte, 80, 95, 155. 

Lunéville, 124. 

Lure, 349. 

Lusitania (régiment de), 244. 

Luxembourg, 46. 

Lyon, 18, 27, 31, 58, 88, 109, 110, 

113, 138, 143, 188, 358, 359. 
Lys (département de la), 345. 
Macdonald, 18, 19, 20, 58, 100, 108, 

'45- 3 2 ^, 353- 
Mack, 13, 21. 84. 
Maçon, 161, 189. 
Madrid, 7, 258, 284. 
Maestricht, 189. 
| Magallon. 110, 164, 238. 
Magdebourg, 327, 329, 332. 
Magny, 74. 
Maillefer, 11, 14. 
Maingarnaud, 301. 
Maison, 247, 248, 253, 271, 302, 347. 
Malartie, 98. 
Malher, 214. 
Matines, 189. 

Malte 9, 11, 16. 22, 31, 32, 89, [91. 
M tDidie, 31, 65, 66. 
Mantoue, 144. 218, 219, 228. 
Manucci, 171. 
Marbot (J.-A.), 27, 28, 31. 
Marbot (Marcellin), 110, 350, 354. 
Marchand, 25. 

Marengo (bataille de), 127, 153. 
Marengo (département), 232. 
Mares, 205. 
Maret, 22, 44, 52, 54, 65, 81, 94, 93, 

96,97. 143, 175, 193,216,234,279. 
Margaron, 235, 324. 
Mari 55. 
Marion, 257. 
Marmont, 50, 81, 216, 220, 231, 243, 

248, 293, 304, 343- 
Marseille, 14, 15, 19, 41, 132. 14C), 

i57, 357- 
M art in, 108. 
Martinique (la), 148. 140, 169, 172, 

'73- 



: i< h i 



OHDRES II VPOS'J ILLES l»l NAPOLEON 



Marulaz, 21 7. 

Masséna commissaire des guerres , 

225, 
Masséna maréchal 1, 74, 
1 ro, 225, 277, 354. 
Massol, 27, 31. 
Mathieu (Maurice), 27, 31. 
Mauco, 27. 
Maupetit, 274. 
Maurice, 57. 
Mayence, 46, 237, 260, 204, 315, 

3'9, 33', 33^, 333, 336, 346. 
Mayenne, 64, 66. 
Mazade, 79. 

Mfuitx, 348. 

Meissonier, 172. 

Mêlas, m2. 

Ménard (commissaire), 102. 

Ménard (général), 27, 142. 

Mengaud, 27. 

Menou, 141, "44, 232, 1?]. 

Menton, 191. 

Mériage, 229. 

Merle. 47 57, 251. 252. 

Menuet, 96, 120, 207, 261, 300. 

Mesclop, 335. 

Mesny, 226. 

Metz, 14, 19, 46, 173. 

Meulan, 278. 

Meunier (Hugues), 15. 

Meyer (J.-B.)i '"', '46. 

Michel (J.), 14, 19. 

Milan, 92, 215, 224, 225, 266, 267, 

269. 
Milet, 201. 
Milet-Mureau, 49. 
Milhaud, 42, 49, 353. 
Mi fic:o (le), 23g. 
Miollis, 219, 354, 357. 
Miqtiel, 21 5. 
Mireur, 102. 
Mole, 272. 
Molitor, 148, r62, 293,302,30», 314, 

321. 
Monaco ( I lonoré, prince de), 2 y>. 
Moncey, 18, 107, 123. 137, 168. 
Mon. 1 ,08. 

Mondoubleau, 8. 
Monet, 79. 
Monnet, 174. 
Monnier, 78, 80, 86, 91. 
Montbrison, 139. 
Montbrun, 262. 
Montbrun (Alexandre), 351. 



Montchoisy, 130, 183, 232. 
Monte'litnat . 139, 

Montenotte (département de), 326. 
Monthion, 331. 
Montigny-Pontis, 1 18. 
Montrichard, 143, 149. 152, 154, 

'74, 297- 
Mont-Tabor, 18 

1, 2 18. 
Morand (Charles), 288. 
Morand (Joseph), 62, 83, 111, 112, 

100. 214 216, 271, 304, 314, }i?> 

3-3, 324, 33'- 
Morangiès, 134, 303. 
Morbihan, 25, 60, 76. 
Moreau (Jean), 210 
M mi eau Jean-Claude), 236. 
Moreau ( Pierre , 1 25. 
Moreau (Victor), 18, 19, 20, 29, 59, 

63. 
\ foret, 351. 
Mores, 1 59. 

Morgan (général), 187, y>z. 
Morlaix, 1 26. 
Morlot, 1 1 2. 247. 
Mortier, 27 160, 184, 193, 349. 
Motte, 326, 354. 
Moulins, 104, ic</, 1 27. 
Mouton, comte de Lobau, 278, 280, 

287, 3", 312, 33*- 
Mulâtres (officiers), 180. 
Muller i François), 27, 31, 78. 
Munster, 160, 320. 
Murât, 18, 26, 106, 10S, 120, 122, 

138, 140, 150, 22 1, 24<y, 255, 259. 

Murât de Sistrières, 3 ^4. 

Musnier, 247, ^48. 

Mylius, 75. 

Nancy, \ j, 

Nansouty, 76, 184, 217,235.330, 

34", 353- 
Xantes, 52, 53, 65, 78. 128, 137, 

140, 185, 201. 
Naples, 224, 258, 200 
Nartez, 70. 
Nassau .troupes de), 200. 

irre, 108. 
Neuchâtel, 237. 
\ eustadt, 341. 
Xey, 130, 165, [66, 177, '86, 221 

22-,, 202, 275. 300, 303, 311, 334 
.V/rn, 60, 02, loi . 

général), 250, 252. 
.\ Unes, 197. 



ORDRES ET APOSTILLES DE NAPOLEON 



391 



Mort, 262. 
Nivet, 93, 138. 
Noguès, 40. 
Nogent-sur- Seine, 348. 

Normand, 324. 

Normand (Guillaume), 208, 280. 

Novare. 91. 

Obenheim (d'), 17. 

Ochsenfnrt, 237. 

Oise (département de 1'), 362. 

O'Keerïe, 1 14. 

Oléron (Ile d'), 164, 198, 324. 

Olivier, 148. 

Olivier Defosse, 66. 

Opéra (Loges de 1'), 175. 

Oraison (d'), 14, 19. 

Ordener, 145, 353. 

Orléans, 28, 30, 313, 335. 

Ornano, 176. 

Orne (Département de 1'), 37. 64, 

65, 66. 
Orsattoni, 156. 
Osoppo, 226, 231. 
Osten, 182, 296. 
Os tende, 205. 
Otto, 165. 
Oudinot, 236, 295, 302, 306, 307, 

333, 354- 
Pacthod, 268, 318. 
Padoue, 224, 226. 
Pajol, 355. 

Pahna Nova, 226, 270. 
Pampelune, 198, 251, 252, 259. 
Pannetier, 220, 234, 271, 283. 
Paris d'Illins, 207, 223, 241. 
Parme, 185, 255, 268. 
Parra. 44. 
Passait, 160. 
Pastol, 325. 
Patel, 90. 
Patoureaux, 36. 
Pau, 305, 346. 
Paulet, 82, 217 
Penne, 306, 319, 334. 
Penot, 320. 
Percy, 250. 
Peretti, 55. 
Péridier, 68. 
Pérignon, 10, 299. 
Périgord (Edmond de), 314. 
Perpignan, 244, 250, 252, 258, 

260, 291, 333. 
Perse, 275. 
Peschiera, 144. 



Peste-Turenne Laval, 247. 

Pétersùourg, 142. 

Petiet (Alexandre), 113, 163. 

Petiet (Claude), 1 10. 

Pétigny, 79. 

Petion. 207, 216. 

Petitguillaume, 44. 

Peyri, 266, 269. 

Peyron, 9. 

Pianelli, 55. 

Picquet, 330. 

Piémont, 158, 167, 188. 

Pierrefitte, 34. 

Pierron, 48. 

Piéton de Prémalé, 159. 

Pillait, 334, 339. 

Pille, 27. 

Pinon, 1 15. 

Piombino, 199. 

Piston, 233. 

Pizzighettone, 92. 

Placy de Gaide, 86. 

Plaisance. 253, 255. 

Plauzonne, 94, 294,296, 317. 

Poinsot, 181. 

Poitiers, 189, 250. 

Polonais (officiers d'état-major), 

220. 
Polonaise (division), 277, 283. 
Polonaises (troupes), 260. 
Poméranie, 258, 324. 
Ponsard, 40. 
Pons de Verdun, 137. 
Pontarlier, 163. 
Pont de Saône, 349. 
Porson, 316. 

Port-Cros, 304, 309, 328. 
Porte, 250, 252. 
Porto-Ferrajo, 176, 185. 
Porto- Legnago, 112, 144, 228. 
Porto- Longone, 176, 185, 267. 
Portugaises (troupes), 254. 
Pouchelon, 287. 
Pourailly, 299. 
Pouzet, 268. 
Précy, 1 [9. 
Prenzlow, 239. 
Préval, 130, 241, 334- 
Prisonniers, 8, 239, 304, 319. 
Privât, 130, 131, 132. 
Privé, 246. 
Projean, 16. 
Pully, 43, 78. 
Puthod, 269. 



398 



ORDRES I I VPOSTILLKS !>l NAPOLÉON 



Puycerda, 295. 

Quantin, 15. 136, m j, -'14, 292, 

Quenza, 55 
Quesnel, 

1 
Quinette, 
RafFet, 150. 
Raguse, 1 50. 
Rambouillet, [63. 
Rampon, 
Raouda, 162. 
Ratisbonne, 1 60, 316 
Ravel, 

Ravenne, [31. 
AV illc de , 180. 
Rebillot, 236. 
Reille, 22c), 221, 237, 285, 30;, 326, 

354- 
Reinhard, 7. 
Rémusat (M. de . 184. 
Rérausat M de , 166. 
Renaldi, 

Rennes, 25, 47. 73. 80, 152. 
Requin. 69, "4, 122, 358. 
Reubell 11. 1. . 27, 32. 
Keubell |. J.), 16 
Réunion l la), 53, 1 
Revest, 2 \ }. 
Rey (E.). 340, 342. 
Rey (G.-V.), 13. 78. 
Rey(J.-P.-A.), 254 255. 
Reynier, ,31. 

Reynier M me ), 357. 
Rhône ( I er bataillon du 69. 
Rhône (département du . 244. 
Richard (J. P. . 95. 
Richery, z~-.. 
■ 245- 
Runini, 228. 
Rivaud, 64, 76. 
Rivoli, 2r, 
Robin, 140, 224. 
fàwYTrt -/ . f#/ÏJ ( /a ), 112. 144. 

Rochambeau, 2 2. 

Rochefort, 126, , 137, 139, 

154, l~2, I76, 178, 
2 2 S. 

Roe lerer, 175. 

Roguet, 2.42/243, 269, 345. 

301. 
Romain- États . 
Romand. 267. 



Romans, 198. 

Rome, 23, 24, 255. 

Rome (colonel), 308. 

Romeuf, 1 1 5. 298. 

Ronzier, 286, ^ 1. 

Rostollant, 220, 270, 271. 

Rouelle, 335. 

Rouen, 33, 77, 78. 135, 165, 177. 

Rougé, 178. 

Rouvillois, 68. 

Royer, 60. 

Ruby, 253. 

Reuil, 143, 177. 

Rusca, 136, 350. 

Sabatier, 230, 266. 

Sabres d'honneur, 26, 151, 153,155, 

"57- 

Sahuc, 267. 283. 

Sahuguet, 43, 61, 78, 91, 99. 

Saint-Bernard (le , paiement des 
fournitures de 1800, 242. 

Saint Brieuc, 133. 

Saint-Cloud (affaire de), 18,24. ; 

Saint Cloud, 177. 

Saint-Cyr «école de , 332. 

Saint-Domingue, 121, 129, 130, 
i3R '37, 1 39^ 146, 147, '48, 149, 
150, 153, 154, 160, 166, 167, 169, 
170, 171, 172, 176, 179. 182, 188, 
200, 202, 2 1 2. 

Saint-Germain général , 217. 

Saint-] lilaire, 138. 

Saint-Jean d'Acre, • 

Saint -Malo, 105. 

Saint-Martin (île de . 153. 

Saint- < bner, 195, 1 1 , 1 19, 2^. 

Saint- Sébastien. 265, 

Saint-Sulpice, 

Saint- Trop, 

Saint- Veit, 23. 

Sa in te -Croix, 278. 

5 tinte Lucie, 169, 172. 

Sainte-Maure, 284, 317. 

Sainte-Suzanne, 59. 

Saintes, 262, 301. 

Saliceti, 55, 89. 

Salva, 41. 

Salzbourg, 28}. 

Sandoz CF.), 86. 

Sandoz-Rollin, 

San Remo, [63. 

Sanson, 45. 

Saôtii . 

Sapeurs, 1 73, 1 



ORDRES I I \P0S1 II LES DE \ VPOLEON 



399 



Sapey, 56. 

Sapia, 320. 

Saragosse (camp de), 259, 270. 

Sarrazin, 153, 171, 207, 265. 

Sarihe (département de la), 64, 66, 

357- 
Saunier, 345. 
Savone, 280. 
Savournin, 50. 
Saxe maréchal de), 209. 
Scalfort, 201. 
Schauenbourg, 27. 
Schimmelpenninck, 133. 
Schobert, 324. 
Schramm, 324. 
Schwartz, 252. 
Sebastiani, 124, [80, 
Sedan, 260. 
Ségur, 209, 223. 
Semestriers, 172. 
Sémonville, 103. 
Sénégal, 139. 
Senneville, 39. 
Seras, 220, 322. 
Seron, 70, 210, 311. 
Seroux, 30. 
Serravalle, 251. 
Severoli, 305. 
Sèvres, îjy. 
Sevret, 288, 298. 
Sganzin, 203. 
Sherlock, 97. 
Sicard, 124. 
Siepel, 226. 

Simon de la Mortière, 349. 
Simplon, 92, 158, 185. 
Sion, 129. 
Sionville, 205, 260. 
Sivry, 82. 
Soissons, 350, 352. 
Sol-Bauclair, 94, 283. 
Solde des troupes, 254, 255, 256. 
Solignac, 226 263, 347. 
Somme (département de la). 362. 
Songeon, 255, 291. 
Songis, 39. 

Sorbier (général d'artillerie), 39. 
Sorbier (général du génie), 257. 
Souchet d'Alvimart, 206. 
Souham, 240, 297, 305. 
Soulès, 40. 
Soult, 106, 143, 221, 263, 338, y^ } , 

361. 
Soyez, 324. 



Spandau, 240. 

Speiser les , 253. 

Spinola, 163. 

Spital 171. 

Stagno, 233. 

Steck, 288. 

Stedman, 320. 

Stendaï, 331. 

Stettin, 317, 422. 

Stockholm, 298, 299. 

Slralsund, 253, 323. 

Strasbourg, 16.46, 58, 59, 67. 269, 

343, 346, 347, 362. 
Suchet, 20, 58, 92, 283. 
Sugny, 50. 
Tabago, 169, 172. 
Tabarié, 79. 
Talhouet (M ,ne de), 166. 
Talleyrand, 64, 103, 108, 110, 133, 

142, 160, 162, [65, \C)l. 
Taponier, [.5. 

Tarn (département du;, 347. 
Tende, \ 5 8 
Texel, 324. 

Thiard de Bissy, 355. 
Thiébault, m,' 241, 290, 326, 327, 

333- 
Thionville, 147. 
Tholosé, 48. 

Thomas (Martial . 265, 266. 
Thompson, 63. 
Thouvenot, 339 
Tilly, 27. 43, 53, 54, 100. 143. 
Tolosa, 269. 
Toscane. 2;;. 273. 
Tout, 1 5. 
Toulon, 9, 11, 12, 13, 16. 31, ro6, 

118, 119, 135, '37, 157, 171, 172 

185, 192, 294, 296. 
Toulouse, 18, 40. 51, 63. 144, 189. 
Tours, 27, 28, 30, 98, 1 13. 180. 
Tousard, 338, 339. 
Toussaint (Louverture 98, 110,211. 
Travers, 68. 
Treich, 14, 15. 
Treilhard, 193. 
Tries te, 337. 
Tritz, 61. 
Trocmé, 301. 
Trouble, 68. 
Troyes, 181, 348, 350. 
Tuncq, 15. 
Turin, 92. 116, 121. 122. 157. 187, 

188, 189, 190. 



',1111 



ORDRES II VPOSTILLES M NAPOLÉON 



Turreau. i 29. 
Tyrol, 283. 
l 'dîne, 25 1 . 
/ r lm, 
l frtubie d' , , 

i '/><:. ■ .'. J02, 

Vabre, 208. 

Vachot, 310. 

Vaillant, 218. 

Valais, 129, [30, 155, 185, 188, 242. 

Valcin, 59. 

Valdonj , 21 1. 

Valence, 121, 148. 

Valenciennes, 13, 29, 212, 354. 

Valentin, 274, 316. 

Valladolid, 198, 250, 252. 

Vallin, 240. 

Vandamme, 63, 70, 12-. 213, 260, 

3°3i 33 >■ 
Vandermaesen, 300. 
Van I lelden, 336. 
Vannes, 42. 60, 64, 65, 66. 
Var (colonnes mobiles du), 107. 
Vaubois, 9, 22. 
l'ait i pays de , 
Vaufiéland, 219. 
Veaux, 296. 
/ 'endée, 52, 60. 
/ 'endônte, \ 61 . 
Venise, 270, 3 2. s. 
l'en l oo, 16. 
Vf mure, 181. 
/ 'erceil, 1 90. 
Verdier, 357. 
Verdière (A. J. . 214. 
Verdière J. C), 27. 32. 
/ r erdun, 1 37, 189. 
Verger-Desbarreaux, 272. 
Verneuil, 66. 
Verninac, 165. 
Verny, 8. 
Veron, 68. 

/ 'étone, 163, 226, 316. 
Verrières, 50, 229. 
/ 'ert ue, 251. 
Versailles, 18, 30, 76, 85, SS, 90, 

131, 145, 274' 
Vesoul, 3 '6, 349' 
Veyrat, 62. 
Vial, 191, 270, 291, 296, 315, 334. 



Viala général , 250. 

' 'icence, 226. 

Victor, 248, 319, 3^4, 33i, 352. 

/ tenue- Autriche), 229, 298. 

Vienne France), 163, 313 

Vignes général), [86. 

Vignolle, 93, 133. 

Villaret-Joyeuse, ^07, 360. 

Villatte, 57, 288. 

l 'illefranche, 191, 1 99. 

Villejuif, 354. 

/ i lion- itre \ Lot-et-Garonne ,175. 

Villeneuve (Suisse), 129. 

Ville-sur-Aixe, 1 12. 

Villet, 75, 287. 

Vilmain, 288. 

/ 'ilna, 324. 

Vimeux, 27. 

Vincent (colonel du génie), 36. 

Vire, 201. 

/ 'itoria, 264, 284. 

/ 'ilry -le -François, 350. 

Viviès, 96. 

Vonderweidt, 82. 

Vosges département des), 347. 

Vouillemont, 247. 

Walcheren, 307. 

Walther, 221, 306. 

Watrin, 1 53, 200. 

Wedel, 291, 292, 294, 297, 321. 

Werlé, 16. 22. 

Wesel, 233, 238, 320,333, 334. 

Westplialienne (garde), 340. 

Westphaliennes (troupes;, 298, 299, 

323, 341, 342. 
Willot, 1 19. 

W'irion, 73, 99, 1 14, 1 16, 272. 
Wissant, 196. 
Wissembourg, 347. 
Wittemberg, 331. 
Wolff, 68. 

Wiïrzbourg, 160, 235, 334 
Yen (île d'), 186, 193. 
Yonne (département de 1'), 347. 
V van, 87. 

Yvendorft, 239, ^. 
Zura, 231. 
Zayonschek, 147. 
Zuidlaren, 302. 



Imprini par D( Di Bi iwei ei Cie, i.illiî — i-akin — lyon — brugbs. 



>i*v» 






■*w 



\£* 


■*?* 






« _ i 


Cv ^ 




8> ^ 
2: 


*A *\ 




- . ■ v H 


■ 


«Jt> 


i- .-■' 


\^Ê^^KÊf^^ *f^JMÈ IV- v 


i 



■»#■ 



*9jb 



a^W 










5k$r 



**>'. . 






& 



>t^ 



lr*i