(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "La Rotonde, 15 D�cembre 1932- Volume 1- No. 3"



DEBUT 



/ 



START 



"V 









• 1 









■ 



II ■»-.. 



V 




- ./ 



wv 



r 



1 

1 ' 

[ *' 
1 / i 


4 

1 


I 

1 - , ^~— 

f 4 • • . 
1 / 

I X 

1 * 

if • 

• 
' • .. . - . 


1 
1 

l 

I 

> ^ 


1 * ' 

LE NEGATIF ORIGINAL 


* 1 



DE CET OUVRAGE A ETE 
REPRODUIT DAPRES LES 
SPECIFICATIONS DU ALA 
MICROFI LM NO RMS ET 
EST CONSERVE A LA ^ 

BIBLIOTHEQUE GENERALE 
DE L'UNIVERSITE 
D'OTTAWA 

THE ORIGINAL NEGATIVE 
OF THIS WORK WAS 
REPRODUCED ACCORDING 
TO ALA MICROF ILM NO RMS 
SPECIFICATION AND IS 
KEPT AT THE GENERAL 
LIBRARY OF THE 
UNIVERSITY OF OTTAWA 



/ 



» y 



ayii 



#r 



c- 



A. 



' 1 



.'. 






* 



^ 



F 



. 






• 



.. ^ ' 






. 






* - 



' 'T 






V 



• 



\ 



. > 



. ** 



v/ 






fl 



1 






•_-■■■ 



~4f 



\ 



LAOUAUTEDE 

CEnE MICROCOPIE 
REFLETE CELLE 
DE L'ORIGINAL DO NT 
NOUS DISPOSIONS 



O 



THE QUALITY 






OF THIS MICROCOPY 
IS FAITHFUL TO 
THE ORIGINAL COPY 

WE HAD 



s 



- v. 



\ - 



■«r 



U ' 



f 



- * 



> 










I 



9 



f ■ 






> 




■ " ■■ T^ VTTT 






" - ■ ■ ' 



V • 



1932 



+ 



\ 



. 



» 



* . 



■ 



r' . 



,' 1 



"V 



! 



X 










' . 



■ 



\ 




.. ' 



' 


1 


— 








..- 


, 


, 


J 


. 




■ - 


j 


»-_-.._,._. 


- .1 

_ ,' i ; 'ia 




■* 1 



, 7 



-■- 






• 









.. ■■ 






*■*■ 






j. iL 



. . 



J _•>■! . 



(•* *\" 









\ 










I 



■■■■ ■ ■ 






.la, "t *' 








g fli*** 1 " 



■•s 



r. 



«.-i t a hi j ii " i • 






-- -r -P 7~ 



■■ . 



~~ 



■*^ jr 



<\ 






-T» 






^ 



■■ ; i" "" -- - 



• £"■ 



, 



I 



>_.;j. 



r 



•■-T y 



. * 



•*— »r- 









■ - 



- *--T— — 



H. - ' ■■» ■ ! ■» ■ - ■: • - ■* ■ 



' .^ * 



-T , f—r* 



I. 






Mb 



( 



I 



-**r 



• * w. 










-L._- 



>•• 






- — «««-- — 



,4 ,» '.X. 



. 



-T^— «S 



..-'•• 



• 



■? r^-r — -T — 



; ,. ■• v '•', / ' , .,- *i--- ,."*" ' 



»! 



• ^ 



'*■> • . 



' i; ■ " ' : i ii'B' <" 



j I "J - *" . ' - 



/ 



: ; - V-"\ r ? ;"." »«- 



r 



H* 



^» 



.-( 



»»»i'.' '-'.?, 



j 



^ 



• 









„ 



»W»„^,.^*.' 












rv 



LA ROTONDE 



18 e ANNEE 



1949-50 



«•',.,, 



v 



I I 



r 



[ 



1 









■ 

■ 

/ 



* 



* 



* 















• 



t 



■ 






. 



■ 



K 



- - 



__ 






t- - .■>- 






C*. &+.*„ m. ., ....> r ; - n . . ..►- - 



■ iiiJfTi. 



* 



• 



■ 



••: 



f . 



Page 6 



LA ROTONDE 



14 mai 1949 



< \l I I \-U| I 14 III <\ I I I I I Mill I ANNM 



\&* 






> 



• . ■ ■ . 



Hi idols ottivicrs, M I i| i.ebn.i ■ :• • ::. m I ml 



: i i . 

. ■ . ■ ■ 

i 



' its ) H M Ft Ha me I 

R i itudi . ! Vin< unl 
". H Wen 



<?. £. 0. c?. 



Tfcfrv /^rf/te derhiere 



■ 



\ I I I \ I ION 

"i »"». Hi I I < » H V • / p.i- . . ! ,|| | | 

' ' I" ill |t. II 'III. (I.I lis I ,i Hi, 

II i|lll \ Ml S le . nl ii: l .' 
' H • | * I * \ < M s I'll I ' I I ,l||< li H / quel 

l|IM s i \ ! I .i il - v . Illl Ir/ ||, | I,! -, p|| 

'» ' ' 1 1 ■ t K I til i 1 1 1 1 

I illtclll 



III \\l!l\ I II 




Fini$$<ints '49 



I.KGE I0UJ1 1 hi 



Ir 


ne Aul'i.-, 




1 


M 


1 1 it-He 1 


LI Of 


■ 


In-,, , ,u Brum i 


1 111. 




- 


irrtu'ii i 


1 1 




l« 




, 






• 


'1 11 






- :.. iuiii 


;...,■ 






) L 1 . i: C, - N 


■ 




1'. 


ulux* 1 


. 




M 


• II 






D 








lu 






" 


) 


Ki-* 






G 


1 sldllll 


>■ 




M 

i 


. 1 




' 


M 


ry A ' ' 


. 




', 


,i.-i '■' 

. ! 






UNI VI KS1II 






l'i 


■ 






h 








ft 


■ 






I 




, 




I 1 


... Ch 






; 








1!, 


Crc 1, 




• 


v 


1 






lln in' i iii 1 'unn ei 






'■• 


■ . . 1 


i; . 




. 


, i . 


1 


■ 




■ 


.' 




M 


in -1 H. i 


■ 




1 : 


re Htirpni 






Ai 


In : 


' 




Hi 


' ' 1 




i ' 


■ 


II 


• i 




V 


■ 


. 






; i • 


■ 




•■• 


| , 


• 




• 


•-.. Mi 






M 


• 






••■ 


■ > 


' 




I.K;-- 


• ■ 






II. 1 s . • , ■ 


. 


'.' 






■ 












N 


. 


.'. 






1 




- 




. 




-' 




••" • 






H 


1 






'A 


i 


i 




. 




•■■ ' 




• 




i 




" 










'. . . 







I : h 

1 1 . I . H i j r i i 1 1 1 1 1 1 B i i . ■ 

1 ,,M«rf, W 
I U W f I 

IWH, 







' 


■ "1 II:. 




HTII 1' 

■ , 


• 






W.I 
• '. 1 


• 


■ 

• i : 


■ 




M,. 






i i 


n 


1 










II 


• 










1 


• 




• 






' 






I . n . 






1 






• 

i 












1 i •, 
■ 






















■ 












' 














■ 


. 




i 




' 








1 




( (■• 


• 


1 




















M 








. 


' 


:.' 


■ 


' 






■ 


•• '1 

• • 


f 



. 



■' 



v , M 






• 



I 






I'OUI \ UN .11 111 lis (!i tnllctll 



PHARMACIE BRULE 

A deux pis ()»■ 
II \l\ I, KM M 



M 






.-.•.•-"" 






f 



Ml HI < l« I UK I UK it 



\ I ..Win 



I 
- • h"i k ; 

: pi 

in 

K Ml I 



L. GUINDON 



. 



■ 













> 






' "i . ■ . , 

i .iif .,,,. . 

Lu c id u , 

llll.jl'l !• « I'lllll 

I <• 1 1 nphi i ill j I 1 1 • iiil 
\ i 1 1 i I lu-hini 

piHIll I i I II i rillll. I I ... 

'• \ i ' 

-I II III I i I \|i ||| MH, ., 

1 1 . i r ■ I . i i • . 1 1 1 n i 1 1 1 . n i 1 1 1 1 1 i n 

\' i ll IMi. II ill. I IUK(I|I III 

I'll \ \ HI I \ \|«,| ,i , ,,, 

' 'tl! IpK I .111 pi I I | hlilpl 

I itllM |l!'l I i '.I'll pi I 111 

1 1 1 U I ' I iiii, i i . , i • i 1 1 1 1 1 p I < 1 1 ' il. Inn 

kl \ Mil. I ! .11 Illl. ■ 

I \ 







K!R3Y TAILLEUR 






\ i ' i 'i 



'"I'M 
I I v- I 



I HI i: \riiii 



i * i : 1 1 1 i i ■ , 



IFS PLAYER S SONT FRAICHES D'ABORD PARCl c,,/.ii, 

I foitns pour qard«M leur fraicheur grace a ki 
tonstonfe verification du doqre dhumiditc el it- 

K-mp, 'intii-f dans la manufacture dr ciqareMes la 
pin. modprne au Canada 

L\i IES PLAYERS SONT DOIIBLEMENT FRAICHES 
PARC! QUI re sont les cigarettes qui .•• venderO le 
plus viti' nu Canada 

Sp' • ifn-/ "Dos Player's s .1 vous plod Mild o'u 
Medfltm Fume? la cigarette livi . Iran In- d" 
■muffi. lur.' lou|ou. s fran be 

nu maqasin . doublement i 



v.:. 






ran no pour vous 






11 \ i . 



■' I 



.- 



!■ 
■ 



28 septembre 1949 



Avcz-vous 

des nouvelles 
pour La Rotonde 

Signalcz 
5-5441 



, r 



") 



XVIIIe armee. No 1 



: ( 



< k 



** 



%.s& 



^ 



wrf-u 



L'initiation aux Arts 
va bon train . . . Vous 
verrcz les "bincttes" 

des inities dans la 
prochaine 

t Rotonde 



Directeur: KOSAIKF KKAl'LK 



Journal des etudiants de lanKue francaise de l'l niversite d'Ottawa 



Kedacteur en chef. J KAN TOUCHETTK 



Elus au congres de FNEUC.I mortage _ 

J'AI VISITE POUR VOUS . . . 



«)*•.-:..> 



8BBB 



fc:! «-*«^r 



S 



E.ors du congres de FNEL'C, tenu a Ottawa au debut de septembre, le 

T. K. I'. Itecteur a ete elu president hon<»raire ainsi que M. I'aul 

Desmarais, au poste de vice-president de ta meme association. 



GRADUATION DES GARDE MALADES 



Samedi le dix septembre eut lieu 
le couronnement de trois annees 
d'etude et tie devouenient. V.n 
etFet, dix se])t jeunes lilies do 
I'lOoule de« lufirmieres recevaient 
li'iirs diplomes de ^arde-malades. 
I. a graduation eut lieu dans la 
- illc aeademique d<' I'l'niversite 
d'Ottawa, oil, environ cinij cental 
parents rt amis vinrenl applaudirl 
les nouvelle- (;raduees. I. a reve- 
i 'niie Sin-in I- i aneoise de < 'hantal, 
■ i et nee de ;ous «rraduees, le 
!'• i ■' J i '. I .aframboise, 
rex'teur ik 1 I'l'n versite et nionsieui 
I'hilippe • an! ave, con ul ^em'-i i! 

d'HaTt i, puienl |e place 

nneur. 1 .<• revel end !'.■! v 
(iernlron pre idait la reunion. 

i ri-i'iTi • deb ot a par un 

■ ■ i . ■ I ■ • 1 1 1 1 ■ " I ! 1 1 ■ u j 11 • i • " 

par in. nil' 

• ' ( i , I ." I A I'ill- 

■ 



tribution des prix speciaux et des 
diplonies. Ce.s diplomes furent 
presentes par le Keverend I'ere 
N'oi niaiidm, seereta re de Mr. 

• i- (1 i )• t av, a. I'.ti mi les k'-' j 
ptiantes de p-nx speciaux, nuii ~ 
mentionrrons mademoiselle Anne! 
liambnek qui ^aj;ne la buursu du | 
docteiir J II. Campbell et eelle de 
monsieur .lack T'lorence ; made I 
iic ( 'iovei II. im injrs merita I 
la nii'iia! He d'i i et mademoiselle i 
I-* ranees Penny, la Iniurse *''".» 
jrrain et Charbonneau". Mademni- 
selle Kejeanne Lepage deeroeha 
une a it i e bum se pri entee par l'.i-- 
social ion des anciennes de 1'eeole. 
A t<>, lies ces ^raduees, no is 
olTrons nos sincere^ felicitations. 
AiuJi^x' CLOUTlFJi. 



I.e directeur de la Kotonde — 
Kosaife pour les intimes - est un 
homine tres sajje . . . maia en 
meme temps tres rude pour les 
nouveaux journalistes. Tous doi- 
vent subir l'epreuve imposee par 
ce dictateur. 11 ne m'a pas oublie. 
Jujrez par vous-meme: je dois 
vi. us Faire un reportage sur les 
faculty's el eolli'Kes affilies. V 
vbyez eela? I'n article necessai- 
rement rempli de ehiffre et de 
noin qui doit et re en meme temp 
tres interessant, Meme si mrni : 
article ne re-pond pas aux condi- 
tions exitrees, jama; du moins la 
satisfaction du devoir accompli 
car j'ai du depen ier environ ! 
trente-eini] pour cent de mes 
forces aceumulee-: "sa^ement" 
pendant mes vaeances alio de ren- 
contrer les personnel renseijrnees 
sur les faeultes rt colleges affilies. 
KAl'l'LTE DK MKDK( INI'. 

I ,a medeeine prend de phi en 
9c voffTfe, I.e-- futurs amants 
de l'alfreux bistouri affluent de 
tous les euins du pays. Cette 
annee, il y ,cn a soixante-neuf rjui 
endossent pour ja premiere fois 
I'uniforme blanc; eitHiuante-cjuaLrc 
,n premiere annee et (juin/.e en 
deuxieniv annoe. Les professeurs 
ne manquent p:i pui que cet-te ! 
anriee seulement i! y en a 
nl \ i- 1,'. • e _ ilndr'c au 
enl 11 -it, et troj) lonir de 

i !,- nommer ici. ('ejiendant, 
il est a ii'inai >pii'i qu'il y a beau- 
tuup de i.-'rbntes parnr, ces pro- 
fo r.ii - tous tres eompetents. Kn- 
tre autre--. Ic doeteur .lean Kttori 
et le doeteur Ludwij; Von Berta- 
lantl'y. directeur de l*in-.titut de 
Iiii ilojrie de \ ienne. 

1 \( II.TK DK (iKNIK 

A la faeulte de ^enie il r.'y a 
pas eu de ch.uu'f-nients si ce n'est 
la nomination du doeteur Conve\ 
comme profe.-seur de "mechanics". 



FACULTE DE PHILOSOPHIE 

I.cs "Amants de la Sagesse" de 
la faeulte de Philosophic pleurent 
la perte de deux bons professeurs: 
le Keverend I'ere Leo Ducharme 
et le reverend I'ere Gerard Ga- 
jrnon. Tous deux sont alios pour.- 
suivre leurs etudes de philosophic; 
I'un a Louvain et l'autre dans la 
capitale americaine. Dieu envoie 
des epreirves mai.s li envoie aussi 
des consolations. Pour - secher 
lours larmes, les phlTosophes ont 
le reverend I'ere .lean Petrin ipai 
revient d'Kurope et a qui on a 
colifie. le coin's d'ont holo/ie. II y 
a aussi le reverend E'ere Stroict 
qui fera I'histoire <\<- la phi 
phie medievale et le F'ere Praet 
qui enseijynera a ceux - qui ont le 
courage d'entreprendre une Lr6i 
ieme annee d'etudes philosophi- 
que . 

Cette annee a la Paculte de Phi- 
losophie -,1 y a ''>U laics sur un 
total d'environ lot) etudiants. I'n 
petit conseil en passant: n'ecou- 
ti / pas les etudiants de premiere 
annee ear ils vont essayer de vou- 
faire croire qu'ils comprennent 
quehjue i hose a la philosophic 
I A( I I.IK DES AIMS 

II me fait plaisir maintenant de 
parler -de la Paculte des Arts. 
aiinon* lou.' a i voipui i 
ivei de belles annee.i que 

riuus avons pass-ees la. Pour quel 
qius-uns, ce sont des souvenirs 
de travail intense; d'atltres, des 
souvenirs d. paresse desarmante 
et entin, pour quelques-uns, des 
souvenir- de tendie insouciance, 
comme le dit si bien la chanson. 
< 'eux qui sont la cette annee ainie- 
ront plus tard a e rappeler com 
merit il- ont du bucher. Kh oui, 
il faut bucher cette annee a la 
i'aculte des Arts car le travail de 
I'annee compte maintenant pour 
quarante pour cent et de plus, les 
absences et les retards seront se- 




vorement controles. L'an passe, 
quelqu'uri qui frequentait la Fa- 
eulte des Arts devait se lesujner 
a cirer ses souliers deux fois par 
jour regulierement car on lui raar- 
chait sur les pieds asse/. souvent a 

, i- du trop grand nombre d'ele- 
ves. Mais, imaginez-vous la situa- 
li >n cette annee! i.e local est le 
meme et le nombre des eleves 
atteint le ehjffre .imposant de six 
cent.-,, soit une augmentation de 
vingt-einq a trente pour cent '- ur 
l'an passe. Ceux qui ont des pe- 
tits curs n'allez pas en classe, la 
raison suffira a justifiervotre a!j- 
sence. 

Je vois deja des decourages (pui 
ne veulent pas poursuivre la lec- 
ture de ce reportage paree que 

l'element feminin a ete oublie. 
Vous savez bien que je n'ai pas 
fait si grand oubli, j'ai .^imple- 
ment voulu garder le dessert pour 
la tin. 

COLLEGE SOTRE-DAME 

Malheureusement, ces jeunes 
lille- n'ont pas pu entrer avant le 
19 septembre. Elles etaient bien 
peinees mais le sacrifice en valait 
la peine puisqu'elles ont mainte- 
nant de magnifumes locaux. La 
beaute, 1'exterieur, ces choses 
comptent beaucoup pour elles. 
Maintenant. disent-elles, l'etude 
eia bien plus agreable et bien 
plus facile. 'Plus agreable, je 
1'admots; plus facile, j'en doxite 
fortement. 

La restauration des locaux etait 
cept-ndant bien opportune puisque 
cette annee. seulement dans le 
. francais. il y a vingt-deux 
demoiselles (tres serieuses pour 
leur age) dans le cburs des arts. 
[•.'lies ont aussi un nouveau pro- 
fesseur: reverende soeur Marie du 
Thabor qui e e t chargee de 1 ensei- 
gnement '\v~ sciences. Le 20 sep- 
tembre elles i nt eu l'avantage 
d'assister ii une conference donnee 
par Mile Horsinger,. doeteur eu 
droit de l'univei - ite de Zurich. 
Mile l!oi-. nirer paria des respon- 
ds la jeune e modeine, 

I a's anciei ne J i go duivont 

fain -ubir an> rn '"vei 

i r.e ii "' >' 

. 

■ 

i:i;rvi'Ki: 

I.e ' . : . i : ■ - .. 

...... ■ ■ , . .,'• ive- ••'■'' ' "" I '• 



. 



ont 

ih< 

. i • 

«: • • 

n 

,! i 
■ \ . . 






i i i 



' 



I - it 



r 






\ 



le ,, 

• ■ il 
ier.' ' 
>! 



t I. 
ujii i 

M flit 

i ; hi 

- 



Dix-sepl eleves finissantes de 1'eeole d'Infirmieres de l'i niversite d'OOawa ont recti leurs diplomes, 
.pres trois anrv.es d'etudes ardues et de pratique a rhnpital General. On voit el-haul les jeunes lilies 
( , I)(|((11 .,, 1 M,,.. ,„ cup.., no- de la K. S. lranco.se de (hantal. s.ff-C direct rice et de la pet.te Jose 
, imoureux bonquetiere. < e son.. Miles \nne Itamhiick. Carmel P.edard. Irene Itoisvert. Siruone lto K e- 
„ ni s Iherce I arda.s. P.a,b,ra Leu is. I.ojs Moran. (lane Ouelle.U- e. Thelma Ryan. d'Ottawa; Aurette. 

Iblumer de Krnora Out.: loan 15 ■. de Helle^ille, Ont.; Clover llastines, de La Jamaique: Rejeanne 

,,. 1MM . de Hull n-c Moraille.de Haiti; Maureen Murray, de llarrj's Ray. France Penny . de Halifax 

1 . ., ,ii i Ph >! Le l* »•'" iur GiUterl Duivii I 

\,.,,.~ I .iM-u.iv. de sudbury. ' 



•i \ , i ■ ivein 

--• ;- -i ■ \ . lent 

■ ■ ■ , ■ : ' .;i f >••' 
lie • i 

.... - ! 

•\ \ ! ■ 1 1 .i 1 1 • ' 

la Rotonde. '' ■'" - 

bre. 1 Ti i '. ' colli Lripni e - de- 
\ i op* pi'etev ■•--!.-• de • I 

■ , re peei . . in college la! 
mi eelle i . ! " \ eimenl du collesr ■ 
-i > i*uvi!le de 1 1 'l'i 
Ponne cham e ;i ce inalhem - 
expal i ic 

,1'aimei .ii- bien vou |>ai er de* 

infirmiere -. et de - normal ienne - . 

malheiireu-emen . je n'a pi 

',, ii joindre, ( 'es jeunes till-* i 

in! i occupees ... Ce -er- i pour 

i 1 |»roi ham numer > 



<. B 



OIVIN 



■ 






- 



-. - 



/ 













• .'■ _ • w ' : _ 









— 



" i . 






n — H 



• 



- - - 















■ 



ji '-f y f. i l. . 



»-4 — - — - vt 


















Pa*e 2 



LA. ROTONDE 



t 



28 septembre 1940 



La 13c Conference Annuelle de la Federation 
Nationale des etudiants des Universites Canadiennes 





(Photo " Le Dr o it" par Gilbert Dupuis) 



Sur cette photo. nou< Toyon*. premiere ranree de caufk« a droits: MM. fiille* Trahai. vice-pre- 
sident, de I'l nnersite Mc(»ill; Gordon G*3 nne I noth}. president* de l'l ni»ersiti de I or onto. Eugene 
Lavigne. rice-president. I rmersite d'Ottawa. Deuxtene ran ere. de traurhe a droite: MM. Roger Hamel. 
pre-ident de- etudiaau de II mver-ite d'Ottawa; (.eratd Mardooald. \ ire president, de ITimerMte de la 
( oiombie lintannique Donald Seldon. secretaire-tre fcarier, de 1*1 ni\er*ite MrMaMer; (.ill*-. Hurteau. or- 
ffani-.ateor de la conference, de 1*1 niteriite <TOta« a. 

L'Universite d'Ottawa regoit la F.N.U.E.C. 

er effet i ic le? bo arses et non lea M n- oar 1»- nombre. de vo- 

*ont ce jui aident frai lume» et fa f - jo'ie* -ofnme 

meaa - r >' Ei i >n^eqje nce. ? a a' • - jf.re <» 

- igg< re que !e jrouverjjf- ' annee. 



Octroi de $25.00 i Tins. 
dePhycholosie. 

En collaboration avec les gou- 
veroemepts provinciaiix, le gou- 
vernement federal tente de pous- 
ser a fond tin systeme de deve- 
loppement pour 1'hygiene mentale 
dans les universites, hopitaux et 
cljniques. Or, il existe un teat 
staVwlardise, le Wechsler-Beilevue, 
d'ont la version anglaise est deja 
Utilisee. L'on a confie a l'lnstitut 
de Paychologie de l'Universite 
d'Ottawa la tache de parfaire une 
adaptation canadienne et francai- 
.se de ce systeme. A cette fin, 'le 
gouvernement donnait recemment 
a 1'Institut un octroi de $2. r >,0O0. 
lequel don servira. et a deja servj 
en partic, a sqbventionner ce pro- 
jet. Le personnel qui s'occupe de 
la rechecche est imposant tant par 
son nomhre que par' ses qualifi- 
cations. Un di recteur de recher- 
ches est assiste de six a huit tech- 
niciens. nombre d'employes, un 
psychiatre consultant ainsi qu'un 
gtatisticien consultant. A date, 
eet ete. Ton a 3eja abattu beau- 
coup d'ouvrage. De toute fac.on, 
I'a-nalyse du test est fortement 
avancee et Ton espere qu'en sep- 
tembre prochain, les normes di ag- 
nostiques seront completes, les 
testa et recherche* au point Res- 
fen, la publication des manuels . . . 
et l'lnstitut- de Psychologie aura 
fait un pas de plus dans la taehe 
ingrat e, ma is tres humanitaire 
qu'il poursuit au Canada. - 



-\ ; — ; — ■ ~ 

Deuxieme centcfiaire de la 
naissance de Goethe 

En 1749 >naisaait a Francfort- 
sur-le-Main le plus celebre din 
eerivains allemands, poethe. Plu- 
^osophe par la profondeur de sa 
pensee, artiste a rimagination 
toujoura eh' evei!, Goethe devatt * 
donher au monde" intellectuel dew- 
dram es, des poesies *ou debor- 
deraient les flots de son lyrisme, 
des oeuvres inoubliables telles que 
Eaust, Werther^ Iphigeni«. 

Pour commemorer dignement le 
souvenir du maitre, *l'Universite 
d'Ottawa presenteVa Monsieur 
Paul . Freed dans un concert-cau- 
serie a la salle academiqiie le di- 
manche, deux octo-bre prochain, a 

huit heure.< et trente. - 

Nu. mieux que Monsieur Free<l, 
professeur attitre de litterature 
a 1 I e m a n d e a l'Universite, et 
par sa natioiialite compatriote du 
grand maitre, ne peut nous pre- 
senter Goethe dans sa vie et son 
oeuvre. - Nul mieux que lui ne" 
p*eut ajouter de considerations plus 
flVlseea ni plus judicieuses. 

Les auditeurs auront le plaisir 
d 'entendre les principa-ux' airs 
d'operas que les oeuvres de Goethe 
ont inspires aux musiciens. 

Nptons que 1'orateur parlera 
dans -les deux langues o ffjcielles. 
Tous les etudiants avides de cul 
t'ure s'y donnent rendez-vous. 
Inutile d'ajouter <iue les etudiantes 
seront les bienvenues. 

L'entree est libre. 

Louis DBSBIENS »51. 









I 






-7T*- 



~- 



. 






■■ »» 






28 septembre 1949 






-<— rr- 



rotonde' 



Page 3 




•5-Mp 



point de vue 






- 



':. --■ ^- " »v™>?."-"" ' l.^,... ' ■«r*^^y^. ' ■■ ■ ■ T -— ^ ■> - -. ; , .■■ - ,,. . 



L'l d'Ottawa jeceval; 

d"j_7 a_j 10 .-ne iem r 

■-- • :..^ ■■ :- deJe^aei-a !a 

rorrference fir.nx 

- K ■ . ;.„• • ••■ - |'n:v< 

:• '" •■ i ■ • -. ■ . - tar.! 

■ .; • • ■ ijtjn ■• a . 

''■' ' ' ' '-..«•- 

■• - •• -•-..-■; 

I..- 

■ ' ' " I " ''■ ■.:. 

'. ' 



A .;•:. po;n! . ••. A 

-•-. fae 1 0.imk> »nale de^ !»■ 

•' • nd 






• 









r*-* - - 

! '-| ■*! r i ■ 

pa- -■ ■ 

reduction ; r, >rdee> au« 

un:yej — ■. : -_■. . 

pai _\ . :.. : „;<-., , - ... 

fer. cojt e.ev. .. e: 

\ •■-" • . .• \>h\ • ■ u ran •• 



■ ': ■ ■ -.- r. - t! 
- 

■ 
• ,.r.^.-.^-- dt 

.... f . 



■ 






- - 



. 



I . 



•-.-•-. reitere i r f .*»- 

.v. i a--.- a 

i Llgue dj Trophee VilIeneUYi. 

I^i pre- a -, :■ - naies /:•; rham- 

.:... :.i. II .-..-mule que 
-. piiit p ,-. el 

repri . »-r -j^ 

en; -•-.-. t:jre et 

I fferentes 

ZTT. Art • - ■ ■ ■ - 



: - 

iff ■ • ■:• 
'..i • • e par*w 

■" ':' " .. .' ." 



res. .Ma;- cette f - h^Ere pay-. 

• et : aff.:. . 

possible ai grand organ.5me dit 

■ ' ' ■ -. '.■■■■■-.■ 

nale J- - Etud.ani ■ :. r. a*-.en i 

le re; .- s'o; servate ir- er.; 

en Europe • : • -- - -_-. , 

mondial ; , .- : . a to- . 

»ur ,- ta] 

Cependant !a Fedet < 

avar.: -•• 
inn< •■ ;•' .- .j^~ - f ., .,- - . - 

elle a 

mite- i'<caj> de- .- ..--•.. |> a -. 



► . r - jn : ver 
" * • . • " " . ■ ' ■ • i'et u •i jan t s ^ rr. • 
I le ann^- 
-ir, tel projet per met 



r*T *■. t 4r v «e -dt """• 

e'.'.e- : '■■ - , ■ pa- 

:'f • • ..• - [ ■ 

-•- ■•<»: - *- .1 -Ti-v*-'--'-*- sva.t. au dire 
■ ■ • - et au r.otre. r,rgani -• 

!>• pr*-- 
ful mai 



' - .a* 'a i 
enter.du 



avee, • ■ • . nte: •: . .■■ • 

*rai! a : .-...: er< de Canadjens ■: .•-^•- On« adresse la parole le 

- - '• ■■■-- etude." a i K. 1*. Laframboise, recteur; I T ho- 

L'etranger, tn Europe par exem. 



dar: - !p- mf!*»« a ven r 
Le • i .• ir-- livre* ap 
• *• -^ le< tare i int. La 

f- rte rna nar.uel* util >e< 

anada v. nt sous ;.r r «^ a ux 
' '•* et ion; . -' le? de 
T ' -nto par |ibraire« q ij 

- - ■' •-' " f - - et le justice et dt 
" ■" '- L* pi - e«t etonnant > 

■ •■■•■ avance^ et =pe- 

n . 



» i';. .. Martin, Minbtre de 

la Sante; Son Honneur !e Maire 

d Ottawa . !'h<tnora(>le Li li Cecile 

cabinet de T ronto. ainsi que 

pre5Jderit de !a Pederatl5iTdes Etu- 
d;ar.t«. qui ^ut .-r. imposer a tou« 
avec -a formidable rr. .>-tarhe mi- 
Kt ; ■ . .-. ce fut la ran- 
I nnee dan- !a rut au Vew-Edin- 
. . et > r ^r.r memorabl e "Hoi 



'•■ '! ' *- dei tent souvent au , '" recreat»ve"; le lendemain. r »- 
h " J " ' ' ' ' *-'- to. mn ;..« > .brt- ''^^^'t'j'.i- se vendent chez cept -.e/. le Prem.er MmjsUe, 

tan n que -er.» pre»ente -. ' •''" J 

mission Roy ale Ma«5ey a Ha.f.-. 
en Janvier. I] p>,r<e de di 

gouvernement federal a IV I 
tion i'uperieure jn.ver.-.ta.re. L'on 
y etablit le princine de re.«pon 
sabil.v du gouven^ement en ma. 
tiere dedication, les condu •--.- 



actueaiea ou =e ti -..-• ... e«« fantastrque, ii Ton songe qu'un 

rite des ecole, et plus particu- l«vr« ,*> vend $13 ici "et $7 aux 
lierement des etudiant.,. Le a itlg . Etats-Lnis, et quon en vend a 
gest :ons y abondent. I! appert [ ceia de, miiliers d'exemplaire* 



— j — 

id. Au proMeme - u 'Uper au Lac Meach ; le sur- 

•r. apporte com me remade : • ndemain, reeej>t;<»n chez le Gou- 

: cooperaitvea etudiantes. verneur fJer.eral et. pour cloturer. 

reuvent, tel qua Montreal 

P*- exemple. importer d:recte- 

ment des impr.meur- americain* 

-•-■ - port <ie douane? Le t< *al 

nt ce surplus verse aux libraire* 



VISLTEZ LE 

TEA GARDEN 



145 SPARKS 




APRES LA PARTI E 



OTTAWA 



un banquet mirifique le samwli au 
Su»ndi5h Hall, ou tout le monde 
pleurait d'avoir a quitter Ottawa 
k "r I'epaule du voisin. (Ii^ pleu- 
raient sur 1 epauie du voisin avant 
de quitter Ottawa— mais le- mar- 
tinis, eux etaient bien. bien *ecs!) 
Entretemps Ton avait tenu les 
elections et deux de* notres l'em- 
portaient haut la main. I* Pen 
Recteur etait el«i a I'unanimite 
d^nt d'Honneur de la Fe- 
deration TH>ur 1'annee academique, 
taridis que Paul Desmarais des 
Arts etait elu vice-president pouf 
tout I'Ontario. Ses voyages le 
meneront aux universites de To- 
ronto, Queen's, Western Ontario 
et le rameneront, nous l'esperons, 
a I'-.-ivnr-'' d'Ottsw*, p our quel- 
t}ues-ung de ses cours." • 

Jean VINCENT. 




Membre de la "Canadian University Press' 

Meniere de la Corporation deg Escholiers Griffonneurs 

A la Direction *"" r 

Directeur: Rosaire Beaule 

Dir.-adj.: Jean Vincent 

Secretaire: Roger Baillot 
A la Redaction 

Redacteur en chef: Jean Touchette • 

Red. -adj.: Andree Cloutier 

Secretaires: Jean-Roch Boivin, Ikiguette Charrette, G^les Grenier 

Redacteurs: Jeanne Berthiaume (C.N.D.), Thomas Delorme, Jean- 
M. Dery, Louis Desbiens, Jean-P. Gosselin, Fernand 
Labelle, Reine-A. Lachaine, Paul-A. Meilleur, Robert 
Morel, Solange Roy (C.B.), Berthe Vaillancourt 
(E.l.) 

Sports: Gilles Hurteau, Raymond Martin, Guy- H,artubjse, 
Jean Drouin, Guy Joubert. 

Au Service des Nouvelles 

Chef de la npuvelle: Cy Goulet - 

Nouvellistes: Guy Morrisette, I^ouis Vincent, yvon Bourbonnais, 

Jeannine Leduc (C.B.). Gilberte Berthiaume (E.L), 

Madeleine Mantha (C.N'.h.) ... 

Illustration: Roger Ba+llot 
Gerant financier et circulation: 
Awiaeura 



' " ' ' ■ '.- t 

•uestions .de 



I ' 






, 



On veut t'enroler dans le Corpi- 
Ecole dea Officiers Canadiens: 
prends sur toi, mon gars, ."pe.nse- 
z'y" deux^foia ^avant d'agir. 

Tout d'abord, ce n'est pas ta 
place: parce que le gouvernement 
tienverras promener loin d'ici, un 
voyage paye jusqu'a Vancouver, 
peut^etre; parce que pendant trois 
ou quatre mois tu pourrAs te faire 
des amis parmi les etudiants Ties 
autres , universites canadiennesj 
parce que tu y feras du sport en- 
masse; parce que tu arriveras a 
croire que tu vaux reellement les 
cinq piastres par jour qu'on te 
paieras Je dimanche comme In sc-, 
riiaine, nourri, loge ..et habille; 
parce que si. par hasard, on f«:i 
voje a \alcartier, tu trouverag la 
KM iiaiKYuille de Hytown bien mo- 
nntune apn-s la vie du p'tit mil. 
lionnuirc in va'canee-a- 



LES INFANTS DE FINTER 



Les enfants catholiques d'age gcolaire de Finter, ce petit village 
de logis d'urgence pre»g de Rockcliffe, n'ont pas encoj^L. commence 
Pecole. L'an derni£r, lis etaient transports aux ecoiesde la villa en 
autobus. Cette annee, ils aont 21Q a Finter et 160 a Uplands aana, 
ecole. Les parents de Finter demandent aux autorite* da la villa de 
remedier a la situation scolaire Inadequate qui leqr est faite. "Nous 
n'accepterons jamais, a declare un porte-parole, d'envoyer nos enfants 
en ville. On ne peut Jaisser des jeunes voyager ainsi, sans surveillance." 

La ville d'Ottawa percevant les loyers, bien que Finter soit en 
dehors des Iimites de 14 ville, s'est engage? 'a foumir les services 
essentiels a cette population, et a donc 1'ecole aUssi. Les parents de 
Finier veulent une ecole a eux. *C'est juste. Jusqu'a maintenant on 
ne la leur a- pas donnee, 



. . . 



Denis Boyle 
K. P. Ar-TramWay, o.m.i, Ii. IV B. Ju lian , o . m.i. 



TELFUUIONE: 5-5441 



ADfeStfE: 173, rue Waller, Ottawa/ 

Autonse comme eitvtn 1 postal de seconde classe 



^~ 



Journalisme etudiant et 



tv.rtiiT, e'est lout pics de ^ueU-c. 
et Quebec, e'est . . .; parce que- si 
\fk guerre ecjatail tout/J eotrpi I i 
pourrals tout de suite r^clamei I 

c mm4« !<-n o't.U'r.-ie:-: parce t\ 
fin, tu y serais trop bien! 



Voila pourquoi la, population canadienne-francaise- en particulier 
proteste et ne manque pas d'appui. Tous les moyens -de defense ont 
ete mis en oeuvre avec une, magnifique coordination. M. Lionel Jacob, *t 
mfatigable representant des citoyens de Finter, a" Tappui de Son 
Honneur le Maire d'Ottawa," de TAssooation canadienne-francaise 
d'Ontano, de la Saint-Jean-ffaptiste d'Ottawa, de Mgr l'ArchevequeT 
On a obtetiu aussi l'intervervtion de M. J.-O. Gour, depute de Russell 
au federal et de l'honorable Louis Cecile, ministre du Tourisme et de 
la Publicite. Tous sont interve nus aupras du ministre de PRduratinn,- . - 
TWTTJana Porter, et du ministre des Affaires mimic ipales, M. George 
H. Dunbar. ^ 



r* — 



^al- Bravo, messieurs! L.-s afnoliqups et les Canadiens-franva's, les 



etudiants de l'UnH-ersite d'Ottawa en , .articular, sunt avec VOUS et leR 
enfants de Finter. finiront bien par ;,v„ :,■ IV,,,!,. di ieui choix—on dit 
«iu'il -eerati asft'ez facile^e la bur doimer. On n' a Han sans lutte. 
I. histoire nous l'apprend< 






AZULLE. 



.U.C cest 

notre affaire . ; ; 






La Rotonde 



-.. 



Le premier ministre du Canada, M. Louis St -Laurent, a rencontre 
les delegues de la Federation nationale des etudiants des universites 
canadiennes. en conjjres a Ottawa. Le premier ministre a ete photo- 
uraphie en compagrnie de deux etudiants de son Alma Mater. I'univer 
*ite Laval: Mile Marthe Laframboise d'Ottawa, etudiante en Sciences 
sociales. et M. Pierre Tremblay. president de TAssociatiiin des etudiants 
de I'universite Laval. 

(Photo -'I.e Droit" -- par Gilbert Dupuis) 



Conference '50 d Vancouver' 

II est question de teni r la prq- 
chaine convention annuelle de la 
FN'El'C sur le campus de l'Uni- 
vergite de Colombie-B^tannique. 
mais le projet serait si couteux 
pour les delegations des autres 
universites qu'i] ne survivra pro- 
bahlement pas aux premieres 
gelees, Les etudiants* de l'Ouest 
ont fait leur politesse, qui se 
fera l'hote chanceu^ maintenant ? 



F*F! 



LE 
LAURIER - 
TEA ROOM 

REPAS SERVIS 

...-^ - ..--- e 

")8 rue Laurier E. Ottawa 



Plusieurs decades se sont ^coulees depuis la publication, 
au Canada francais, dtf premier journal etudiant; aujour- 
d'hui une centaine de *'feuilles estudiantes-' paraiBsent regu* 
'lierement dans nos universites, colleges et maisons d'ensei 
gnement superieur. . . 

Les raisons qui ont preside a leur fondatron respective" 
sont multiples; necessite da c re er de s lient> av e c l e a ancfens; 
de suivre la mode qui se repandait dans d'autrgs colleges, 
d'intensifier la vie inteTIectueTTe^d'eveilier les 'consciences 
des "bourgeois etudiants". Pendant plusieurs annees, toute- 
fois, les etudiants n'ont publie que des "revues litteraires", 
genre tour d'ivoire, ou Ton traitait exclusivement de ques- 
tions abstraites, souvent sans lien avec la realite ou le 
milieu. Leurs publications n'etaient 'alors que des orne- 
ments de colleges, sans fotiction sociale. 

En 1943, des representants de plusieurs journaux 'etu- 
diants se reunissaient a Montreal et fondaient la. Corpo- 
ration des Escholiers GrifTonneurs. Leur Manifesto com- 
prenait deux points prlncipaux: 1. — le journal doit refleter 
1'activite inteilectuelle, Sociajfi. et sportive des etudiants; 
2. — le journal doit diriger 1'opinion etudiante, en somme, 
facunner la conscience collective. 

Voila une formule ideale de journalisme vers laquelle 
La Rotonde tendra cette annee. L'equipe nombreu.se qui la 
redige est consciente de son role et ne demande pas mieux 
que tit- st-rvir . Ja comrnunaute etudiante de l'Universite 
d'Ottawa. Afin de refleter les multiples activites de notce 
cite universitaire, nous avons etafeH un servic e de no uv e HeS 
et nous publieroQs La Rotonde beaucoup plus frequeminent 
que ramdernicr. Be plus, des collaborateu; s traiteront. en 
editorial ^e problenies etudiants, v.g. leurs besoins finan- 
ciers dans la pours trite d'etudes universitait , rorj.ranis;i- 



^uHgnona' en ^passant I'etr.tnge consell donne pa,- M. le .Ministre 
de I'lnstruction publique 4'«nvoyer ees etifants-dans les ecoles pubttques 



La Federation Canadienpe des 
Universitaire* — Catholiques don- 
nait dernieremeht* quatre bourses 
a des "etudiants de l'Universite 
d'Ottawa. Ce pas marque- une 
orientation pratique toute nou- 
velle, ou a peu pres, a la Fede- 
ration. L'on a reproche a cer- 
tains grands organismes interna- 
tionaux de trop se preoccuper de 
venir en aide aux etudiants des 
autres pays, negligaant ainsi. quel- 
quafois les interets dfes notres. 
Et il semble que dc ce cote-la une 
certaine "reform e s'impose. De 
toute facon la Federation des'Uni. 



v e r I i ta i r es" Ca th ol i q ues , fi 1 iale de 
Pax Rom-ana au Canada, comprend 
lt?^JPJ!PM , ^lf s . < l u niilteu, uni vers i- 



d Ottawa ou .1 y a de la place. Conseil -bien etrange dans un pays 
democrat.que ou Ton parle tant dtr liberty de toutes sortt-s. II est — 
consolapt devoir qne les Franco-ontariens savent juger de l'importance 
d une telle chose. 11 s-'agit en effet de "Fame meme de 1'erifance, de 
nos petits catholiques et Canadiens-francais de 1'ecole primaire. 
• . Dans 1'ecole secondaire.le probleme garde son acuite, mais peut- 
etre est-il moins bien compris de plusieurs. Partout autour de nous, 
on constate plus d'accroca. 

Dana l'enseignement superieur, univerait aire, oil il a'a^it de jeunes 
hommes de 20 a 28 ans, on ne peut nier qurte probleme soit bien 
different. Laissons aux gens competents, bien informes et respon- 
sables le soin de le resoudre. Ils ont pour les guider 1'amour d- la 
langue fran^aise et la soumisskm aux ensei^nements de 1'Eglise 
cathohque. T 

A. de La Voye 



\ 






Pour fos articles de toilette 
la 

Pharmacic Brule 

A deux pas de 
"~I'UNIVERSITE 



Tkl... jr.- 1200 res: fci267 

LE CENTRE DES 
FLEUR5 

Angle des rues 

Osgoodei et College 

Ottawa. Ontario 















/ - 



' 



i 



taire ici au pays et_ veut tenter 
dans les annees a venir d'apporter 
sa solution. Depuis deja de nom- 
breuses annees, FCUC presente 
aux etudiants un programme qui 
nc peut etre qu'interessant pour 
des intellectuels catholiques. Cette 
annee plus qu'avant elle appor- 
tera une reponse tangible aux dif- 

ficultes. 

L'an dernier, la grande cam- 
pagne de souscription pour les 
etudiants necessiteux d'Europe 
etait menee par I'-JSS et la FCUC. 
X)r, cette annee, si le projet est 
accepte des dinireants de la Fede- 
ration des Etudiants, WVC veut 
conduire seule sa campagne, Kt 
voici le point le plus interessan.t: 
jusqu'a concurrence des fond* 

amasses fan dernier, lors de la 
campagne conjoints ($700), l'on 
ferait des bourses d'unc valeux de 
•"•(> |». \<H> dc i'nnrent. rWg 
Au-dessus de $700; 7. r > p. 100 ies \ 
funds iraie*nt aux bourses. _Ce qui I 
veut dire enoi nunienl, vu qu'au- 
paravant rien n'etait donne a nos 
etudiants. FsptTons qu'une telle 
proposition pjlaira a m»s conseils 
Cinqaante pouf'cent de $700 fct 
du surplus, ce tfe'eat 




i 



Les Commandements du .Baby Sitter 

(Extrait du "IlabyTSjtting Course", brochurette en preparation 
aux editions CLERMONT' **■* 

Be+ies de dix-huit ans toujours refuseras, 
Car voici ta devise: "Ma vertu premierement!" 

X XX 

Au desir contraire ne succomberas, 
De peur d'agir trop carahinement. 

XXX 

Tous autres plus jeUnes accepteras, 
Sans difference de sexe evidemment. 

XX X 

i ere e*— were fionoreras, 

Pour etre paye geneivusement. 

>--^ XXX 

. - La suce au btbt tu donneras, 
Quand il criera seulement. 



^. 



Dans le lait chaud ton doTgt tremperas. 



a bebe un traitrc brulement 
* ; X x 

Ses couches tu changer;*. 

En Le fermant lea y.-u\ f>ii«h<jucint'nt. 

-\ \ x 

De la poudre i: ;i 4.y'< Own ..sanpoji'dypras, 



• 



En plus ib' la campagne de so\i> 

i i iption. la ^deration j.]-L^^nteia 



p. 100 

tion (U-< loisirs et de* sports. Knfin It; lecteur poiirra trouver certes paj la quelque chose a .1. 
(Tans La Rotonde de brefs exposes sur les divers asnecta de dai * nerl 
a prise que traverse la soeiete muderne. Pourquoi inelure 
(te tels sujets? Parce que nous -sorrmies cemvaineus qui 
leiite eatholiqiie a quelque chose a faire jiour hater 1'aveuc- 
menl d'un monde oil regnera lajustiee, 1'amour, la charite 
et non plus l'individualisme du riehe, la haine du pauvre. la 
"lutte (\vs classes, — En d"autres mftts. nous voulons que 
I'elite catjuilique vise a la competence non |iour exploiter la 
soeiete rctais pour la servir. 



Pour. qu'U s.ul cr»nft>rtablo-**pt "in inn enient"'. 
X " ; XX 



Bebe turbejeeraa,- 






/ 



Puissent tous les lecteurs de La Rotonde_no^s_aider a 
realiser ce noble but. _, 

Rosaire Beaule 



cette annee connne par les autre? 
ann.ees unv serif de can 
rum^ sur un .all jet d'intert'-t ge- 
neral. S'ajoutciout. au program me 
dea sessions d'etudes qui se dph- 
neront le soir. 

Kt voila .'. . urf programme 
charge, interessant ... a condition 
qU*ii recoive l'appui de tous et de 
chacuh«dea universitnires . . . Les 
quatre bourses, ce n'etait qu'un 
debut ... 

Jean VINCENT. 



Avec une toilc sur to; ncVessair. im.nt. 
X XX 

" Aver lui t*R|huseraSj 

JComnic.-un bebu ...liumblcmonL -. I r — — 

x x x 

La proctiainc oncU'C attentb. 
. En etudiant .•.(.'•niMisement. ^-^ - * 



x 



x 



Aims minuit, temps' double tu cbargeras. 
Par ordre thi Rtireau -rhf-Plapemerrt; 

x x x „ -■- 

En partant exigerasj-^ 

l'n taxi poliment. 



\r 



, , G.B. Publiciste^autorise de la brochurette. "Baby-Sitting 
Course", dont lejj auteuts conjoinU fort connus sont 

LACROIZENSKI et LALIBERTOVICH7 

• . *-. — 



. •*- 






> 



"U Carabin" 




¥ 



, . 



., .. 



x 



-, +-.i ■■■ 









.- • 



" 



! 






V 






I • < 






- 

- . 



' ' ' 






, 



W 



: 



} 






. 



- 



i 



_z 








\»i — 



■ 



•' 



• > » 






4 - . 



... ■:.«*. j. 



■- - v » . — ■ 






- 



sr 



> 



/ 



/ 









- — r — — , , ,,, - 
. r J ' f > * 



<> 



-• 



*~ 




LA ROTONDE 




* * 



-fcr r=»- 



-, ' • 



m1:ui 



28 septembre 1949 



28 aeptembre 1949 



L A R>0 T>0 N D E 



H, 



Lee journalists Mint del gtns <|iii trouvent quand meme le temps 
de *e reposer. Vous pouve/ voir tCl les messieurs et demoiselle* de 
La Rotonde itu Mfs> desNifficiers, rue Waller, le 20 weptembre dernier. 



> 1 -v 

eureuse initiative 

Le Gouvernemeut de. 1'Ontario 
vous offre de l'arge»t! Afin d'a}- 
der a defrayer 3 lehaui cout des 
voyages que doivent faire ies etu- 
diants pour se rehdre - a l'univer- 
site ou au college, le Gouverno- 
ment de l'Ontariq, paye, chaqiie 
annee sur un billet aller et-retour 
toute somme excedant dix dollars. 

Condi t'iorih: 

1) Demeurer en Ontario; 

B) Suivre los coyjs reguljers du 
j'uur dans Une universite ou 

collc-e; 

■'■> Av aniens, de 

1'anriee precedente. 

Pmtr plus d'information, s'adYes- 

SeT au. BuVeau da •one- 

ral de l'Universite d'Ottawa-; 



f 



r\ 



SP 










- 




Le Club Grenat ct Gris Inc. 



■■ 



4- 






GRAND SUCCES 

La premiere reunion de I'equipe de La Rotonde 

• Service des nouvellest'coniie a Cy. Goulet 

• Des jeunes lilies a La Kotonde 



Martli sdir il y a une su- 
rname, redact eurs, collabora- 
te rs, garcona de bureau^ 



jrentilles eollaboratrices.se re- 
unissaient po-ur la premiere 
assemblee geiierale de l'annee 
academicuie 49-50. ^Nous 



t .. 



etions plusieurs la-haut (au 
Mess, bien entendu), presque 
trente-cinq meme ! 

Le direeteur Rosaire ouvrit 
les assises lorsqu'jl nous conta 
ses experiences au journaTis- 
me etudiant. En un expose 
succinct et tres au point, il 
sut definir .cette vie d'equipe 
si precieuse, si difficile a ac- 
querir et a developper. 

A son tour, notre gentille 
Huguette evoqua fort a pro- 
pos la petite note de charme 
et de gaite que peut apporter 
a un journal etudiant la col- 
laboration <Je redactrices. 

De toute facOT, si ca ne 



portante la charge <lu dfrec- 
tenr, jg capitajri e de l^quipe. 
Celui-ci doil cumuler Tauto- 
rite finale, son. mot est loi et 
1'iiii qu'il prenne en conside- 
ration Its decisions dti Cunsei 1 



" Cy veut qu'on lui telepKone 
Si jrous ete« president 

sidonte de 1'imc ou I'autte des cent 

un? PKgasiaationg, federations sn- 
cietes, ■• ou chilis do 

no tic camps /;,. 

cultcs. lo- eeolc. 

aiTUMa de ri'nivfisit.' d'Otra-Aa. 
veuillez^'s'i^na],.,- ,--.,.141 d*id \ 



Gnfrnanr* des quatre bourses Be la F.C.I .C. : MM. r,eor«es full 
Ntlson MonM'ortdn, Raymond I.au/on et Andre Ferragne. 



a I'assemb'ee combien est im- :: octofcre M |a laser a U Kotonde 

l»nrlun<n In ,,ln.,.-,^., ,1., ,1."«.... . ' . -— * 



votre nom, 
mJjiseJles 



adrei se, rf. niesde 
.VijLre Jiuai«ro 4J4 



K-jihrinc . 

P9tH COUp <!«• main esTessen- 
tie! au Don foiu-tiunr.enient de 






Rotonde, eh bifenl ^a ne mar- 
ehera jamais. II y a un ser- 
vice des nouvelles, une equipe 
impe»ante, un nouvel impri- 
meur,des dejeuners-causeries 
mensuels, des reunions heb- 
domadaires du conseil, on 
publie a tous les 12 jour-s, 
beaucoup de photos et cari- 
catures ; chacun a maintenaht 
sa tache bien d6teTmln&. 
Tout cel^ e'est du neuf, cepen- 
dant, il faut se mefier du trop 
neuf et des beaux elans qu'il 
fait.naitre . ... 

II faut aussi se mefier d'une 
trop vaste organisation q-ui 
etend partout ses ramifica- 
tions.^ Notre avTSeur sut dire 



et de lequipe, il doit en ' juger 
la Va4eur— et agir en conse- 
quence. Le Pere aviseur pre-} 
cisa une fois de plus ses fonc^ 
tionfl a La' Rotonde, qui ne 
sont pas celles d'un agent de 
police . . . 

Le redacteur prit-ewsuite la 
parole. La Rotonde prend 
une noUvelle forrtiule cette 
annee: elle s'occupe de trans- 
mettre de la nouvelle. Mala 
pas la nouvelle aux depens de 
tout. Juste part faite aussi 
aux idees car le journal doit 
refleter et former a la fois le 
milieu. Si cet equilibre est 



Tiotre. service d'information. NoVic 
vous ufTrons en retour deja pu- 
blicite._ De ,2 hres a 4 bres 30. 
tous les jows, le numero est 
5-M41-. — . — 

Le Chef des Nouvelles. 



Choses d'hier et d'aujourd'iuii. . 
Le programme Larocque 

M O N PROli R \ M M E 

Kn Aota.it pom LAROCQUE. vous aurez vote pour- 
-J) Ifcdtin (annuaire des adresses) 



Ui) ( ' <lit< ' c>t distribue" pa r la Federation 

m <\ynnv ^ratuitement a tous lus meftibrej de'la 
Federation. 

2) Journee I niversitaire "~ 



./ 



Obedierices ' 

les mois d*ete, K void 
^comment etait reparti notre con- 
tingent du Corpa-Ecole des Offi- 
ciers Canadiens. 



Une journee par annee ou les Itudianta pour- 
ront celebrer a coeur \10ie. ' 



II f ut une epoque deja assez 
. lointaihe ou l'Universite d',0ttawa. 
faisait meilleure figure dans Ue 
domaine sportif qu'en 1949. 

Kn efTet, au debut du siecle la 
pubjs^nce des 6quipes sportivee 
da College d'Ottawa etait quasi 
lejfendaire. Toute la ville d'Ot- 
tawa'supportait- le^club du college 
parcc qu'il b> .representait dij?ne- 
ment, Au rugby, particnlierement, 
I'equipe etait invincible et rempor- 
tait k's bonneuVs les plus coiwoi^- 
l's. Ku fait, le college d'Ottawa 
cn'-a le rug-fcy canadicn. 

Qaelles sont les causes dv I 
cadeiMl <les aanees passees? 
t^u'est-ce qui a cause le re+rait <!• 
e«|iii|M' ; - ,1,- eafftttM .-. nior dans les 
differ ejjtj eonsoun athletiques. Je 
eiois qu'il est perniis d'arl*irmer 
que la situation actuelle provient 
du fait qu'il n'exisuit pas de 
yroupe pour aider, la promotion 
du Bi>o*t— e« — gene ta l. ■ Le s «?s- 
)UTCes peciiiiiaiirs etant limn 

il s'en-mvit u; 1 appreciable 

dans r<»re-ajii.-aiiuii sportive a 
l'universite. ■ • *. - ■ ■ 



1 



*W 



- Le probleme pee^whkite.se posair 
depuis pin ,, ri'n: 

ltd d'Ottawa. I'n gTOUpe dan 
ciens resolus.se ]n..p..se-i.:nt de !e 
r«?soudre.. Ce grdupe qui sVst 
donnd le nom de Club Grenat. et 
.Ori s Inc. a com me premier ( |. .• 
de redonner a l'universite sa repu- 
tation d'antan dans le sport senior 
intereolletfial. 



la formation de ces £<njipes. II y 
a. en plus d'exceflents skfeurs et 
nageum a l'universite qui de- 
vraient faire valoir leurs talents, 
tandis que I'equipe actuelle du 
football avec un entrainoment plus 
intense serait en mesure de s'op- 
poser aux equipes du circuit inter- 
collegial senior. 

Bref, les pos^ibilltcs sont tres 
brillantes, il ne i<e«te qu'a les con- 
cretiser. Donnons-nous le mot, ejlH 
ceux. qttv rmssedent la capacite "et 
les talents sportifs s« con- 

naitre, on les recevra avec Joi« 
dans le sein des e«iuipes en for- 
I mation. 

Pour ceux qui ne peuvent pren- 
dre une' part active aiix iporta -ij 
rests une autre alternative; faire 

<oiiiiailie In B ff fty jelle association. 
en' ]..ti!ei- ; , vo-! parents et. a vos 
anils. plus les niembres seront 
iioml.ieux, plus le projet aiu-a 
chance de reussir. 

Trllc (U'viait fi tre notre attitude 
et telle elle sera. " Anciens et 
eleveg actuels donnon nous la' 
main; enseiiiide mehons a blt»n 
cen.- initiative dTgtf6 <le BOtTfl 
appui. 

K. MAKTLX. 

I'.S.— i^our plus d'infoiinatiun. 
adresse/.'-vou* au It. ^* Ix-mieu\. 




■ B| ^Mi Wi "iJud. 



Cea jrentilles demoiselles etaient deleRUees au conjrres 
Laframboise d'Ottaua. 



de ^.N.K.l.C. On j reconnaitra Mile Martha 



ENFIN UNE MENTION 



T 



— 



I/organisation tompretKirait 



Parade 

Festival sur glace 

Choix d'une reine des etudiants 

I <'ncours de toutes sortes, etc. 

3) Revue etudiante 



Hargreaves, J. B. Hay, G. D Hur- 
atteint. tous peuvent envi- teau. J. J. Kaufman, M.S--J&* 



sa^er une annee excellente. 



marche pas cette^annee krh*- Le Chef des Nouvelles par- cut M." 'yirCU^nT^r^'v 
Rotonde, eh bien! ca ne mar- la, parla, parla ... II sera Murphv- w G \U S I v 1 

certainement I'atout decisif -j. Sinclair, X P. Th.biu it' et' Tm. 



Au Camp Borden: R. Baillot, J. 
P. Beaulne, P. S. DegrosU>is, R. J. 



pherson, J. R. McCarnejc P. Mer 



de La Rotonde dans le futur, 
et n o us de vr o n s alors eno>- 
mement a lami Cy. 



t Le president de la Federa- 
tion debita aussi une courte 
harangue et su^era un 
"year-book" universitaire. La 
Rotonde ne pom ait rien pro- 
mettre, mais Ton dt-cida de 
faire enquete. 

Une fois les deliberations 
finies, un gouter attendait. les 
"journalistes" et tous surent 
lui faire les honneurs rhili- 
tairos en l'expodiant "au plus 
sacrant" en Tautre monde . . . 

J. V. 



Touchette. 



< CLUB DE BRIDGE 

IMVERSITK D'OTTAWA 

Invitation cordiale a tous les amateurs a 
faire partie du 

Club de Bridge de ri'niversite d'Ottawa 
,M, Andre Dugre, president — 1-0394 • 
Club de Kridgedes eleves 

S'adresser a *L ] e Prof. Gerald Hebert 



> 



A JMontreal: J. C. Besserer, j*. 
M. CunninVham, D. J. Jenkins. B 
Poirier, J.Sylvain, R. Thibault et 
R. Weir. 

A Yalcartier tpre^de Quebec) : 
C Coulet, R. Hamel. C. Lebrun, 
A. Payette, A. Taschereau et J 
Vincent. 

A Shilo, Man.: p. Bowie. F 
Rudden, I). C. Schelletter, et P. 
Villeneuve. 



Tout comme fl est pos s ,bl e dVn organiser pour 
1LS.S., pourquoi n*en pas faire pour la Fede>a£on 
ne sommes-nous pas capables'' ' ^eaeration, 



4) Carte detudiants 

■ 



igasin 
5) Comite des sports 



. 



£ ■* '• * '. ' 






ue 



G) 




En Colombie-Britannique: A. 

(Esquimalt), M. Kearney 

(Esquimalt), K. . Lauzon. (Cbilli. 

wack). G. F . MacGuire (Vancou- 

ver) et W. J. Vad (Vancouver). 

In peu partout: I). R. Dashney 
Hlarnetield, Ght.), p. Daviault 
(Pic-ton- et Valeartier), P. Four- 
nier (Winnipeg), J. ^. Lamond 
'''"ton), R. Lavigne (Kingston), 
J. Leduc (Petawawa), R. T. Mc- 
Guir6 (Fredericton, N.-B.), J. d. 
Moar (Whitehorse, Yukon), et R. 
iParadis (BaprleJield). 



A 






NETTLETON BIJOUTIER 

DIAMANTS et MONTRES 

Inspect ion des montres 



CN.Ri; C.P.R., N.Y.C. 
Fteparations: une speciality 






• 



■ 



KIRBY TAILLEUR 

Toutes sortes de reparations 
NETTO^/iGE et PRESSAGE 



SERVICE RAPlbE 



Tel.: 3-5166 



Le Pavilion des etudiants 

prOpDW par M. Hurtiau i m i etu ! J . lant \ ,t ' 1 ««ie 

v*JEET!i S ue ,e *mi*mmm de i a 



aura a surmonter, l'organisati.m 
croit cepemlant pouvoir accomplir 
sa tache «u cuurs des. cjnq annees 
a venir. 

Le Club Grenat et Gn's Inc. 
travaillera. en etroite cooperation 
avec l'association athletique de 
l'Universite, elle en sera le sup- 
port financier. En plus de soute- 
nir les equipes seniors de l'uni- 
versite, le club GTenat et Gris pro- 
jette l'erection d'un immense sta- 
dium sur le U^rrain'de l'Ovale. Ce 
centre sera dote de toutes-les com- 
modites propres a la pratique du 
football, du- hockey interieur et 



La Rotonde ubtient une mention 
Consent des^ d[fficultfs qu'e lle Jiosaire Ileaule nomrae aviseur 

universitaire de ia C.frG. 

Au courg de ses assises dYtr. 
tenu es a FIle-au x-Noix. pour les 
gargons, et a Montreal pour les 
fllles, la Corporation des Escholiers 
Griffonneurs a distribue ses coups 
de griffes habituejs, qui n'ont Hen 
que d'aimable et de flatteur, puis- 
qu'ils sont destines a mettre en 
lumiere'.le merite particulier de 
queftpjes journaux etudiants. La 
.proclamation officielle en a e£e 
faite- par le president sortant de 
charge, M. Yves Martin, le, dernier 
soir du camp; la griffe d'hzur ne 
fut attrrbue que fif semaine sui- 



• utres sports. 

,% a h c *:J\}* ?. "Q.U s. _eleves, r .allons 

demeuns indifFerents devant un 



tel projet? est-oe que nous allons 
nous-contenter d'approuver la con- 
duite, 1'esprit combattif de.. an- 
ciens sans y mettre du nOtre? 
Non, il faut prendre une part 
active au mouvement. ear ap 
.tout, nous en serons ks b4nefi-4 
ciaires. I^es Anciens ont confiance 
en nous, ils comptent sur notre 
appui. Avant de former le club 
Grenat et Gris Inc. les anciens se 
at renseignes, il. s ont enquete, 
Ha croient a la reussit.-. Ne les 
decevons pas, nous •ofmna cap.i- 
tdes de leur manifes«er notre 



vante, au camp des Griffonne'uses 

tonine Maillet. "'__" 

Le tneme'de 1% semaine, "Grif- 
fons . . . Neufs:", ihdiquait claire- 
ment qu'iL^'agisaait, pour les jour- 
nalistes etudiants de revernir leurs 
connaissances journalistiques 
de retremper leur enthousiasme, 
avant d'entreprendre une nouvelle 
annee au servfee du monde etu- 
diant, chacun dans son milieu. 

Pies d'une quarantaine dc .grif- 
fonneurs ont participe a ce con- 
gres et, au moyen de discussions, 
de cau-en.s et de travaux prati- 
ques, ils se . sont- prepares, dans 
Panfttence ^xgeptiognellefflBri joy- 



Eacholiers Gritfonnetirs j>i 
.taient lea quatre griffes attii 
aux journaux etudiants les plus 
meritants: 

La (irifTe d*Or, reserVee an jour- 
nal qui a marque le plus d'amelio- 
rations dans son allure generale, 
a ete'decerne a Liaisons, journal 
des etudiants de 1'Universite St- 
Joseph, N.-B. La Rotonde de 
l'Universite d'Ottawa, 'et Gamier, 
du College Garnier de Quebec,- ont 
merite les deux mentions. 

La Griffe d'Argent decernee au 

journal le plus artistement pre- 
sente, a ete remise au S.T.R. du 
Seminaire des Trois-Rivieres. Le 
Dome"."!! 
de-la-Poca 



Cours de Journalisme 



La faculte des arts organise 
cette a.n nee,. un nouveau CQJtfs. du 
"it. celui de journalisme. M. Jac- 
ques 1L_ A.rcand, courrieriste par- 
lementaire du quotidien Le Droit, 
en est le titulaire. 

Tous les etudiants, interesses 
pourront acquerir dans, ce cours, 
les connaissances elementaires, ne- 
cessaires a l'activite du journa- 
liste. Instruit de Ta valeur et* de 
la portee du journalisme, ainsi que 
de son histoire, l'etudiant sera en- 
suite initie a la technique et a la 
pratique de cette profession. Ainsi 
l'eleve connaitra les mille secrets 
que comportent un interviou, un 



T^leph 



one - 



Le professeur Pingpo'ng viendra- 
•t-il donner une seance de magie? 
Nous preparer- voue jun baJ1 Une 
telle s'est-elle evanouie^p'endant le— 

de hifdogie?* (Juej <lU e ce 
soit, tju'il s'agisse du prochain "ou 



de sa femme, pous sommes inte- 
resses a connaltre les details. 

Maintenant que La Rotonde est 
presque hebdomadaire, nous pon. 
vons pubdier les nouvelles et potins 
avant qu'ils ne soient trop vieux 
si Yoqs nous aidez a les denicher. 
Vous n'avez rien a ecrire,' rien 
a signer. Un coup de telephone a 

'4&5441 suffit. Un reprererttant de 

' l'e« 



!N 



article d'information ou un article ''^"J 1 * ^^^^tique se tfeni: a 

'";" "T-^'UV"!' . " I editorial, le choix dca divrr^ «.r*M nos bureaux - de - hre3 a 4 hr, 
CTCoTlege de hainte-Anne- ■**»* w, »'i J«-eflQ«x oes ojveys- ettiae- ■<-■- , _• . 

catiere, et le C.S:C. du ^ d'imprimerie ^Ur fane de, ^ ] 

tiirjS, la mise en page et unefoule J 

d'autres "trues" du metier. 

If sera plonge aussi dans 1'etude 



appui et notre cooperation en for- euse des villages etudiants. .a 



Kobcrtson Frircs 



Anciens eleves 

Merceries et chapeaux 

Pour hommes 

* *&*** • Ottawa, Ont, 



OPTOMETRISTE 

Spt'cialiste pour la vue 

• 

", Nicholas . Tel.; 4-3220 

Ottawa 



mant trois ' equipes— seniors: 
hockey, au tennis, et au. baTknr 
panier et cela. <U-^ cette annee. 

Avec le nombre d'etudiants a 

la faculte de.s arU, <le nuMb-.-me, 

-4le-jrenie et mrtre^, nous po u von s 

en faisait preuve de bonne volonte 

trouver U-s e ff e Otifg neeessaires a 



dormer un nouvel elan a leurs 
feuilles. Les CSRIpeUrS ont pU 
profiter de l'experience exception- 
"nelle des trois conferenciets in- 
vrter: MM. Piene Juneau, I ->r- 
nand ('adieu et Jacques L nnrrry. 

Avja fin du camp, 1'Executif 
1948-r»4^-»de la Corporation des 



College Sacre-Coeur de Vi c t o ria- 
vrlle, ont recu les mentions" atta- 
chees a cette griffe. 

La Griffe d'Azur, attribuee au 
meiJleur journal etudiant feminin, 
e t--a-ete meritee par Feu Itoulant, du 
College N I'ame de — Bellevue du 
Quebec. .Mentionn'ons a. la C'ritfe 
d'A/.tir: 1^ Rosier, du I'ensionnat 
St Charles de Sainte-Rose, et l>o- 
cete* de l'lnstitut Pedagogique de 
Montreal. 

I a <iriff« de Pourpre, reservee 
ail meilleur journal mimeograph Y 

a et^l accoa dec a Promea u , du 
College Sacre-Coeur de Sudbury, 
Ont, Mi 

Pourpre:, (^uerbes, de iWademic 
Querbes de MoUpfeal, et Tele d'Or, 
de l'Ecole des Science. Don 
ques de Quel- c; 

De meme a la fin du camp. 



des bus relatives au Irbelles et a la 
llberte de la presse," afin de pos- 
stnler toute connaissance dont jouit 
un journaliste d'experience. 

Co cours Sera donne le soir seu- 
Iement.de sept heures et demie 
a neuf et demie, le jeudi proba- 
blemenjfc. 



jour de repos. 

Or, done, par consequent, aver- 
tissez-nQus- de l()l T ce qui se 
passe dans la vie sociale. "roman- 
tique, dramatique ou poetique. 
Surtout, nous voulons les pronos- 

de votre vie d'etudiant 
d'etudiantes. Plus" c 'est futurible, 
mieux c,'est. 

J'attends impatiemment 
appels telephoniques. 

Le Chef des Nouvelles. 



vos 



• 



.• 



La Medecine est-elle en train 
de mourir au Canada Frangais ? 





A THANKSGIVING TREAT STARTING on. 10th! 






R. GODBQUT, ,Prop. 



41 Nichols- — Tel. 2-0242 



Le rendez-vous universitaire 

~- ANGLE KING EDWARD et SOMERSET 



SERVICE'- QUALITE - COURTOISIE -'' 



S 



Direction, E. KARAM, 



// 



ancien 



/# 




L onto YOUHG • Celeste HOLM 




TO THE STABLE" 



ElftiN 




semblee des journalist, etudiants 
proceda "a 1'election d'un nouveau 
1 1 executif. A la presidene'e 
en remplacenient de M. Yves Mar- 
tin, ex-directeur du Copain de 
.^herbrooK k e. on d«-signa Fernaml 
Dumont, du journal Le Carabin, de 
l'universite I. aval. Mile Antonine 
Maillet, <'X-redacti^ice. a lileuetles. 
de S],-J">,-ph, N.-i:.. etait. rempla- 
cee par Mile -Jehanine Methot. de 
Feu Roulant, dti College .\ 
Dame 3e BeTfevue. 

A M. Romeo Leblanc, secretaire 
de la Corpo et ex. di Wot CBr dp Vie 
Etudiante, a sucrrdr M. Ralph 



■ I.a medecine au Canada fran- 
cais esf-elle une peisonne 1 » i -. • ri 
portante? Celui-la serait bien au- 
dacieux mjj icpondrait .\ cette 
question par un pui retehJissanL 



ft condition que cela r appo rts de 

gros interets. Les jeunes- niede- 
cins ne songent plus aux* saci -dices 
m*ee*snires'. ffjg nc- pensetat mfa 
faire de l'argent. 11 n.> faut done 



(est par un rton categonque <iu il ! , 111C ..• , , ... 

. „ ^„ l yi P Hs 9 etonner que e met ecm re- 

faut repondre." C'est en ces ?, •, ( . ,, ' . ./ f? 

„ t , , ,„ ^ < -'' ,v ' moins de -consideration 



-mes (jue le docteur Adrien Plouffe! , 

. , ( l" autietoi.-, et que la -medecine 

n'ait pas totijours bonne presse. 



directeui -adjoint du 
-ante de la ville de Montreal, a 
portf un diagnostic au recent coH- 
vrr. •-- du ('omite (\cs hOpitaux ca- 

tholiipies du Quebec, 



."Nous avons. dit -il, d'excellents 
praticien-st chirttrgiens, medecins 
de- enrnpagne, special 1 Stel dans nftUr n - 1,r 1 ' 5 ta r fl'eTi¥pa re" po i n t ' 



i'urs v , .ft rualgrc 

rexcellence <les services qu^ellc 
pourrait icndre B la populat ion A la 



Les medecins ne veulent pal de la 

medecine d'Ktat. ajoute le confe- 
rcncier, m: ; s i,e font-ils pas tout 
en ce moment pour la veMha ine- 
vitable? Aurjons-nou.s le co urag e 
de prendre tea Rlesurts heoesaah*ea 



,MA1N ELGIN 
HOME OF THE BKAVE" 



LITTLE ELGIN 
•SHOE SHliNE" 



I'lodg^n. dn-'clenr artuel a Vie Ml,,,l, ''" a ' «-a'iadiemie-francaise sii- 
Etudiante; M. Pierre Martel. di- Mt llTlt> cHsC morak ' « «"«? <TTSC 









recteur du S.'I'.R., a ete elu pu- 
blicist e, poste occupe par M. An- 
dre Payette. M Rosaire Beaule, 
direeteur de I.a Rotonde, a etc 
nom me au poste d'aviseur univer- 
sitaire dfl la'C.E.G. 

(Reproduit de Vie Etudiante) 



tel lement grave tnie le plus oj.ti 
mists des docteurs Tardniieux se 
dernandent avec cffaremenT" si 
notre profession n!eat.paa-en train 
de mourir". Pourquoi? ''Pa.rce 
qu'en 1049. la. medecine est. de- 
venue un sacerdoce d'argent. I* 
mot d'ordre semble etre de .servn 



de»prexogativefl que nous n'aurona 

U defendi-e?"" [, e doCjtgUT 
PlotdTe SO8C I. »n ie :. 

si nos univeis-ites'de Montjeal et 
de Laval font tout leur devoir?' 

E4 H'cohclut que-ir ., u \ 

et poa-universites pourraTeni, 



.- 



ce point, seTrvrer a un *exaTT*1 

conscience (i ui ne serait pas 
fn utile". 



. (Reprodint de POeil, 

- 15 julllst 1949.) 



. \ 






K 



4- 




















/' . 











-4-TW- 



~\ 



^-f 



. y i *•'■ — > 









T v 



1 







fl *» 



X. 



. 



■■ Jtf ' .. SL 1 > 



■ if i . --. 




f. . . 



' ."■".:?■ T 



^-<_ 



Hfc_- 



Page^ 






— *- 



. - » ■ 



DED1CACE 

Nous dedions cette page a tous les 



"nouyeaux" qui, s'etant inscrits a une 
faculte ou ecole de l'Universite, ont du 
passer par les "transes" de I'initiation. 

Qu'ils recoivent id I'expression de notre 

* - . < 



■\ * .■ 



plus sincere sympathie. 

Si, par hasard, certains d'entre eux 
s'inquietent de'la raison d'un tel hon- 
neur (!), nous devrons leur dire que nous 
n'avions plus de materiel a publier et 
que nous avons du forcement adopter 
cette mesure . . . 



II nous faut tirer une consequence 



de cette penible situation - - sans la col- 
laboration de TOUS Tes etudiants de 



l'Universite, La Rotonde devra paraitre 
moins sou vent. 




• ■ 



■- ■IIIIBI1 I 



J 






28 sepfcembre 1949 



LA ROTONDE 



Page 7 



McGill senior e erase nos carabins 30-0 

' Le 21 septembre 

Rochon, William et Tiny** Wilson se distinguent pour le Grenat et Gris — Irving, 
Hackett, Wilmot et Robillard senaationnels pour McGill 
par G. HURTEAU 



Les Redmen <Je Vic Obeck 
eurent peu de difficultes a 
disposer du Grenat et Gris 
date une partie d'exhibition 
disputee au Mqlson Stadium 
mercredi soir, devant quelque 
7,000 fervents du football. 
Notre equipe intermediaire- 
en venait aux prises pour la 
premjere fois cette annee, et 
tficne d'autant plus difficile, 
elle devait affronter les re- 
doutables joueurs du McGill 
•Senior. 



presentait. Rochon recut le 
ootte et se rendit a sa propre 
lOe verge. L'Universite re- 
touma le botte et McGill de- 
clencha une attaque redou- 
tabJe; les -Redmen pousserent 
de la 4le et se rendjrent a la 
3e de L'Universite pour per- 
dre le ballon. Dunlap du Var- 
sity et Rocky Robillard du 
McGill eehangerent des bottes 
formidables. 



~yi i 

1 



Et alors elle prendra de nouveau 
I'aspect d'une revue mensuelle. Vous 
ne le voulez pas? Alors, collaborez a 
La Rotonde! Sacrif iez quelques minutes 
de vos loisirs! Vous ovez du coeur au 
moins! _ _: . ,_ ., 



vos services 



Les Carabins 
etaient tou jours sur la defen- 
hpvp d/»n* lour pronr^ 7o*io, 
I /elegant Harry Irving, an- mais MrCiD ne parvenait \>m 
ien^ joueur c\v* Stampeder.s l compter: Williamson, Ro- 

fien et Wilson furent super - 



iU ' ( ';^r. pres,„ta tout un 

spectacle a la toule lonlqu'iJ 
completa trois longues passes, 



aeux a Hackett et une a Wi|. 4 dirent a la 21 e d'Ottawa, d'ou 



mot. qui devaien't resulter en 
touches pour .McGill. 

Leaver tijrinenx Mare .Ro- 
chon contrebalanca les efforts 
de Iryjng et de Hackett par 
courses effrenees, sea 
plortfceons audactBux, et ses 
violents "tackles-. WiMiam- 
■on et Wilson travaillerent 



tuerent den courses et des 



plongeons sjM-ctaculaires, tan- 
dis que Sabourin. Smith, Mc- 
fc-Iligott fet Beaudry se ,dis- 
tinguerent fortement a la de- 
fensive pour nos Carabins 



be* a la detensfve". Mais" les 
proteges de Vic Obeck se ren- 



Wayp er . f r a pp a la lijrne rus- 

qua la Qt, a la I'm flu premier 
quart. 



Finalement le rapide Hack- 

I -tt dans une brillante course 
contourne le flanc gauche 
pour traverser ^debout la 
ligne. marq^uant ainsi la pre- 
? miexe majeure de l'engage- 
S£ T. I" ,nra;feS Ut <,fTt ' c " mvnt Les deux-equipes com- 



battent sur un pied d'egalite 
en champ centre jusqu'a ce 
que McGill bloque. un botte 
de Dunlap. Cinq joueurs de 
la Metropole'sc disputent la 
4^ossessiotr du ballon avec 



Si vous aidez La Rotonde, e^lle pa^ 
raitra seize fois cette annee, dont huit 
avant Noel. Vous pouvez entrer de la 
copie six jours avant chacune des dates 
indiquees plus bas! 



s 
> 



m 

» 









Or 3 



complete/ puis Marc manque 
un 'placement' 1 a la firi du 
deuxieme quart. Le. McGill 
1'emporte toujours par 16-0. 

Au troisieme qu^lTle, Var- 
sity decleneha une offensive|r 
determinee. Dunlap courut 
brillamment jusqu'a sa pro- 
pre 4%. Rochon passes du 
milieu du champ a Dunlap. 
et celui-ci fit une course spec- 
taculaire jusqu'a. la 23e du 
McGill. Rochon lanca ensuite 
a Williamson qui etaitHtout k 
lait decouvert en territnire 
ennemi; mais "celui-ci echap : 
pa le ballon, ratant ainsi une 
louche certaine pour le Gre 
nat et Gris.. McGill bloqua 
un autre botte et prit posses- 
sion du ballon sur sa propre 
49$. Irving continua a joiut 
d'une facon brillante lorsqu'il 
passa a Hackett sur notre 
30e "verge. Hackett pfofita de 
sa Vitesse pour compter sa 
deuxieme touche et la qua- 
trieme du McGill;' Robillard 
convertit. Les Redmen re- 
viennent plus forts— que ja- 
mais. Cette" foTs-ci,. 'ce Wnt 
Valois, Robinson ,et Rocky 
Robillard . qui br;illent. Le 
McGill se rapproche toujours 
jusqu'a. ce que Robillard 
reussisse un ma^nifique pla- 
cement pour un autre trois 
points a la fin.du troisieme-) 
quart. — - 

A la" quatrieme reprise les 
Carabins africhent une tenue 
surpnnante-apres avoir nm- 
siderablement faibli aux deu- 
xieme et Jrpisieme quarts. 
Notre liirne tieji.t Serine e) 



anisation des jeux a 
rilniversite 

L'ASSOCIATION A^HifeTIQUE 
(onseil de direction ^ 

President honoraire: Le T. , R, .Pere Recteur 

Moderateur et tresorier: "R. P. Raymond Lemieux, O.M.I. 

Moderateur-adjoiht'et secretaire: R.TT^Mol Cote, O.M.I. 

Directeurs: 

Liifues intercollegial et intersoolastique: Defris Harbic 
Li^ues intramurales du cpurs universitaire: R. Lemieux et 

P. Cote, O.M.I. . 
Litfues intramurales du cours d'Immatrrculation: 

— pour les pensionnaires, division senior: A. Saint-Sau- 
veur, O.M.I. 

— pour les pensionnaires, division junior: R. Duguay, O.M.I. 



— pour les externes: CapU Lucien IMlon, dir.-adjoint des 
x ^-^__< ligues intercol._ot inleiscol., |fU)fesaeur a l'lnstitut 

lucation physique 
Represedtant de l'lnstitut d'Education physique: R. P. Mederic 

Montpetit, O..M.I. 
Representant du Club Grenat et Gr ia. foe. 
Representant des Anciens " , . 

Conseiller: R. P. Rodrigue Normandin, O.M.I.. grarfd prefel 
de discipline 
Distribution des Iikucs -^ 

'Co«ra> imiversitaire: — Medecine, jf^oftophie, Arts, Commerce,. 



Scien ces, Education physique. 



■ 



Liu ues intercollegiales: 

Rugby — I>e Circuit intercol. de la Vallee de l'Ottawa et du 

Saint- Laurent: CO., AkGill.' Queen's. St. paf s f 

Carleton, • R.M.C, Bishop, Loyola, * MaeDonald/ 

'Dawson. 

Ballon-au-panicr— U.O"., Queen's, R.M.C, Bishop, Loyola, 

MaeDonald, DaWson, Univ. Mtl, Sir George William 

' C ol leg e . 



JZ* 



Hockey— CO., Queen's, St. Pat's, R.k.C, Carleton. 

Natation — CO., Queen's, St. Pat's, Carleton. 

Ski— CO., St. Pat's, Carleton. 
Ligue junior de la Cite: au hockey et au ballon-au f -panier— Une 

equipe de l'CO. 
Ligues, interfacultes de l'diversite,: 

Ballon-au-panier - - Il-.c-key — Balle-moire. 



# 






losses du McGill. Pelletier 
passe a Huekley -qui relaye a 
Wilson; (■«• dernier j*eme 
ensuite le ballon | Jtodion 
qui coupe a travers une fnule 
d'adversai rea pour un gain de 
11 verges. Robinson inter- 
Cepte un,. passe .!«• Ilochon 61 
court comme un veritable de- 
mon jusqu'a notre lSe Verge. 
Rodders contourne le flanc 
g&Udle et se rend a la 9e 
verge. Sur un jeu semblable 
Robinson relaye aBlauer qui 
traverse poDjp l a " cinquienie 
majeure -du McGill. Le con- 
vert de Robillard fut bloque 
par Douk Norton et le 



Ltcues intramurales ii l'Universite entre les differentes facultes 

et eeoles, selon les diverses saisons s|)ortives. 
X.R. (Lundi, mardi, jeudi et vendredi soirs.'de 8 ii 10 hres, p.m.) 
A ces memes heUi-es les .salles de jeux seront ouverts aux univcr- 

sitaires. 
Courvd"Immatriculation - 

Ligues interscolastiques: , t ■•■ 

Categories: Seniors — .Juniors — Midgets — Bantams. 
Liy ues: Ruphy - Ho ckey — BaUo n-au-panier. 

M'.n'a'f's^'TUTe — ' K(oli- Technique — 



■6 lff B s. T' !H. 



rommerce U.S. — Lisgar — Nepean, ("ollegiate,- 
Lisue juvenile _ de ' la Cite: t'ru de hock 

versile. ( Immatrieul:Tt e»ri i 
I .in lies intramuraTesTTtn , Hockey 

— Baseball — Balic-inolle. 

Pensionnaires: inercredi, samedi e^ *dimanche, p.m. 
Kxternes: lundi, mardi, jeudi. .vendredi. de 4 a « p.m. 



BaUon-au-panier 






N.B. ,\ on n^mes heures les salles de ^creation seront 

ouvertes aux externes. — 



DATES DE PARUTION DE 
LA ROTONDE 

1.-' 28- septembre 1949 

2 10 octobre 1949 

3 - 21 octobre 1949 

4 - 2 novembre 1949 

5 - 14 novembre 1949 
6-25 novembre 1949 

7 - 7 decembre 1949 

8 - 19 ddcembre 1949 
LA ROTONDE, 
173 rue Waller, Ottawa. 
Telephone 5-5441 






~ i- 



Mais r'etait tout simple- 
ment la Question d'une equipe 
de calibre senior". . . Plus ex- 
perimentee et mieux prepa- 
ree, le McGill faisait face a 
notre vaiHante equipe qui ne 
pratiquait que (lepuis une se- 
mame eT~4emie. Mal^re tout. 






Heures de bureau - de 200 a 4.30 p.m. 
tous les jour*, sauf le dimanche. 



■HS - 












* 



-*-. 



# 




1. 




„- 


; ' 





























v ■ 


-— ■* 

























- 



nos gars ont fait bonne fi- 
gure; leur jeu fut tres irre- 
Kulier et faible par moment, 
mats par contre. la li K ne se 
montra superieure trestle du 
McGill a eertaines phases du 
premier et du dernier quarts. 
En effet. notre ligne devait 
montrer dds le debut qu'elle 
poavait;tenir tete aux atta- 
mss reiterees des Redmen 
Rochon botta a Rocky Robil- 
lard, qui saisit le ballon sur 
sa propre 25e verge. Rocky 
se faufila jusqu'a la 30e verge' 
oil il fut terrasse par Rheau- 
me. Irving passa d'abord a 
Marshall .qui se rendit a la 
42e. Valois du McGill effectya 
ensuite. .tin plongeon jusqu'a 
la 50e.. La ligne du Grenat 
et Gris se resserra et McGill 



. compte se porta a :;0-0. llnn- 
'Dunlap qui fait un eff(jrt su- nan du Grenat et Gris lait 
preme atin d ! le resairir. son apparition «-t le centre lui 
Mais Hlauer pousse le ballon, passe- directement la balle; 



toute la longueur du champ, 
et sen empare en traversant 
la liiaie pour compter unr 
atitre touche. Plus tard 
Irving lance une magnifiqlie 
passe de 40 verges a Wilmot 
qui compte une troisieme 
majeure pour McGill. Wil- 
mot Idi-menie convertit- pour 
donner une avance de 16-0 
aux Redmen.. Mais nos Cara- 
bins reviennent a la charge; 
Rochon part de sa 25e et 
reussit a effectuer une course 
de H verges. Puis Pelletier 
t>at son chemin jusqu'a sa 
propre 39e. Williamson effec- 
tua un foudroyant" plongeon 
ju4qu'i la SOe, Rochon, Wil- 
liamson et Wilson tienneht la 
foule sur Jes epines par leurs 
courses decevantes et nom- 
breuses. McGill est puni a 
maintes j-eprises pour infrac- 
tions; sur une serie d'exten- 
yitma etrnag""p h)f ig eons. "~M J 
__ Carabins se rendent a la 15e 
essays a rfeux reprises de du McGill. Une passe de 
percer 1'obstacle qit'on leur Rochon a Rheaume est in- 



Mreiifian reussit une passe de 
20 verges a Dunlap sur notre 
25k ver^e. McG ill rep ousse 
les Carabins qui devront re- 
prendre possession du haJlon 
sur leur 5e verge, Sabourin 
saisit une longue passe de 
Rochon et parvient a sa 30eJ 
verge. McGill prend posses- 
sion de la balle et Rochon 
intercepte un lance de Irving. 
Celui-ci court, arrete, tourne 
sur lui-meme et reussit a 
effectuer une course sensa- 
tionnelle de 40 verges ayqnt 
d'etre^bloque. Rochon relaye 
'a Wilson^ qui plonge jusqu'a 
ce qinr soit terrasse sur la 
25e de McGill. A la demiiere 
mise au jeu, une longue passe 
de Rochon a Charlie Bur- 
roughs est bloquee. Le 
coppte-final, McGill SO; Tni 
versite 0. 

. ^Victoire, Victoire, tu n'es 
qu'un a qifllt 










- — j — i t—r~ 



-2 — ,,_ 



— _.. 



• • 



'- fc.ii i) ■■ 









\ 



■j. I 



- - ■■■■ . ' 






•f 



B 



X - 



. 



•• 5 r- 






«i 



■ ' 




-* — 



•« 



-'- •••'* 














I 



. 



X 



— J. 



PAre 8 



LA ROTONDE 



28 septembre 1949 



9 



Enquete ''Gallup" 

La Rotonde inaugure'cette annee, une ge>ie d'enquetes sur divers 
aspects de la vie etudiante. Pour mener a bien ces enquetes tres 
i nter essantes parce que tres revelatrices, il est es»entiel d'avoir hi 
collaboration de tous et de chaeun dea lecteurs de La Kotonde. 

Cette premiere enquete portera sur un point materiel de la, vie 
de 1'etudiant hors de ses cours. T'es-tu deja airete a perwer combien 
tu pouvais fumer de cigarettes par jour, boire, de Coca«-Cola, engloutir 
de gateaux et de hot-dogs, mastiquer de boites de chewing-gum, etc. . . 
Et si tu realises tout a coop que les 2,000 lecteurs de La Rotonde 
font probablemej^ Jlous comme toi, combien crois-tu qu r il se fume de 
cigarettes dans une seule journee ? De me"me pour tout Je reste. 

L'enquete te revelera done, j'en suis sur, des chiffres effarants/j 
representant des sommes fabuleuses. Tellement que tu auras aiitsi 



Mil* 




€ SEMPTINNE 

par Jeanne Berthiaume 



que les autres etudiants, presque l'envie de cesser .pendant une seule 
journee toutes depenses et d'acheter avec l'argent economise par 
tous une Cadillac ou un chalet dans la- Gatineau pour les - etudiants 
amateurs de sports d'hiver eu d'ete. . . 

i Nous comptuns sur tor pour nous aider a mener a bien cette 
enquete: H te suftit de repondre aux questions (le plus souvent par 
un chiffre) qui suivent. SOIS FRAN< " 



Que 4 fuines-t« .*....'. ... 

cigarettes 
mbiende •cigarette* par jour. 

Combien sur ce nomine sent enipruntees 

( omhieir. dv p nquit ?rde tannr*^ Jltpe PSJ ue ...77 

Combien bois-tu <ie liqueurs doucea par j"ur 

Combien par jour, avales-tu 

gateaux hot-dojrs sandwiches fruit-. 
Combien mn?tiquES--tu ric paquets de ch«nv4ng-gum par **»mawu;. 



internal io- 



wiflles-iu de~saes de peanuts par semaine. -. 

( >mbien de fois vas-tu au cinema par semaine.. 

, (-n'oublie pas ta douce irioitie: indique-le) 
ribien t achetes-ta de poefyt&ookl ou de revues par mois.. 



Detache ce coupon eVremets-le a un representant, de la RdtoTRfc 
ou deposfe-le a 173 rue Waller. 

■■•-• '• . " _ J KAN PIKTTE 



• ■ rf 



Le Droit" vcut aller de I'avant 

Le journal Le Droit a lance, il y a quelque temps un 
vaste eoncours d'abonnements. L'interet que suscite cette 
^__campajrrie laisse presager d'heureux resultats. Nous nous 
en~*reTrnjis5f)n»: 



En effet, De Droit jouV-ttn-4= » l c onnenticl e n 1 Ontaw ... 
celui de defend re et de propager la culture -francaise et la 
religion catholique. II ne se. passe pas une semaine. en 
cette province, sans que nos droits scolajres soient leses. 
■ Sans Le Droit, qui serait sur la breche ]mur etaler publique- 
ment nos 'jrriefs et reclamer justice? 



Quant a la necessite du journal catnoliqtrej un regard 
quelque peu profond sur le monde saura nous lmdiqiier 
indubitaUement: la liberte. la justice et la charite que 
prone I'Kvartgile sont aujourd'hui oubliees de notre societe 
materialiste. Un cha'ngement s'impose. A sa source, il faut 
_J{ krouver i«rpres«e catholique si nous voulons que- les solu- 
tions, .proposees soient conformes a notre condition d'homme 
et de chretien. 

Nous souhaitons que Le Droit continue et intensity LI 
tte en ce sens. Puisse-t-IY recevoir lappui financier et 



L'occasion nous etait donn 
dernierement de faire la connai 
sance, tres breve d'ailleurs, de 
deux fern mea distinguees, tres ac- 
tives s^irMe plan catholique fltter- 
nattonal. s 

/ Mile de Semptinne, native de 
la Belgique, est actuellement la 
presidente de la Federation des 
Jeunesses femmines catholiques. 
Personne ti«-s cultivee, faisant 
preuve d'une philantropie desinte- 
ressee et d'un herolsme catholi- 
que exemplaire, elle fait partie 
de > cette force <jui apporte du 
secours materiel et moral aux jeu 
nes de toutes les nationalites, qui 

jitil sbuffert ^occupation alleman- 
dc. Kn effet. ette est la fondatrice 
du mouvement des jeunesses fe- 
i'ffVmines en Relpique et dep ui yf 
]'J'2>\ la presidente arrive de cette 
organisation devenue 
u.'ilc. • 

'T.a Federation, «lisait-elle. est 
inbTgiiage vivanl 3? la ^rande 

fiaternite chretienne a travels le 
monde; elle donne a la jein 
catholicpje feminine, en memo 
temps que des moyens dc tra- 
vniller a etendre' U regne du 
Christ, une possibilitc ma^rnit'Kpue 
de collaborer avec toutes les 
tjrmneir -vtrrohtes" au bor>b«up ^t, a-| 
Ja paix universelle. En effet, 
notre organisme realise 1'union 
des forces catholiques de la jeu- 
nesse- feminine tout en maintenant 
1'autonomie de chaque organisa- 
tmrj adherente, et surtout elle r<-s 
f serre les liens-tie fraternite. entre 

Cette ienime est une apotrd. 
d'action catholique, voyageant p"&r 
tout le monde afin d'organjger 
ion catholique qui est le seul 
moyen d'etabllr la paix durable 
chez les hommes. 



ct#i 



Mile H. V. Borsinger, doctdur en 
droit de 1'Universite de Zurich, 
aecompagne Mile <ie Hemptinne 
dans sa tournee de l'Amerique. 
Elle est actuellement le presideqto 
;AaaaciAtioa sea JFemmes uni- 
verei tai rea catholiques de Suisse. 
Femme de profession liberale. elle 
est animee d'un dynamisme ecla- 
tant et d'une persunnalite tout a 
fait originate. 

Au cours d'une causerie intime, 
elle esquissait pour nous un vif 
portrait de la Suisse, sa patriei 



Elle nous soulignait 1 'atmosphere 
de bonne entente qui existe dans 
ce-pays, malgre la disparite d'ori. 
gine, de langue et de Religion de 
la population. . J/exemple de ce 
pays est tres grand. II devrait 
etre imite par les Nations Unies, 
qui ont beaucoup de diff icultes a 
s'entendrp . . . 

Mile Borsinger etait venue nous 
parler da son pays et de la jeu- 
nesse europeenne. Son message, 
elle^ nous l'a communique: 

"II est temps que la jeunesse 
feminine du monde s'unisse de 
plus en plus afin de lutter contre 
les forges anti-eathttlique*". 



Ces deux femmes ont lance leur 
appel a la jeunetae feminine, il 
nous reste maintenant a agir., 



AVIS IMPORTANT AUX 
1EUNES FILLES . 

Du 17 au 22 octobre inclusive- 
ment, une cinquantaine d'etudiants 
de TUniversite jouiront du privi- 
lege de se promener au large, vetu 
de la tunique de sous-lieutenant: 
e'est 3ire que d'la broue, y en 
aura! 

Ce privilege est obligatoire 
pour les membres de no^re con- 
tingent pendant toute la duree de 
la Semaine de : l'Officier-Cadet, en 
marge de la campagne annuelle 
de recrutoment qui bat son plein 
depuis le 21 septembre et se con- 
tinues jusqu'au ID novembre . . . 



12 octobre 1949 



h 



La Federation 

prepare pour 

vous un 



"Football Hop" 
Le 12 novembre 



. r 



a l ^( 



v.c 



•. 1 



V 



XVIIleannSe, No. 2 



v><- 



-*? : 



V 



>\ 



tlj 



>-jt; 



BAL' DE 
MEDECINE 

Le 25 novembre 

"■■» 

iateau Laurier 



Direrteur: Rowaire Beaule 



Journal des etudiants de langue francaise de l'Universite d»t)tta 



wa 



Redacleur en chef: Jean Boivin 



' --> 



MAISON 







La Marine Canadienne 

a besom de jeunes 

chefs 

La division universitaire 
({'instruction navale (U.N.T.D.) 
vous off re l'occasion, tout en 
poursuivant vos etudes, de vous 
preparer au grade d' off icier 
dans la Marine permanente ou 
dans la Reserve navale. . 

L'U.N.T.D. vous offre en outre 

• Une precieuse experience 
qui vbus aiders dans 
vos etudes. 



Une solde de $153.00 par 
mois, loge et nourri, 
pendant la periode 
d'entrainement. 

Des croisieres d'ete, au 
Canada et a I'etranger. 

L'occasion de pratiquer des 
sports varies sur terre 
et sur mer. 




Une bonne camaraderie et 
l'elargissement de vos 
horizons. v 

Le bureau de renseignements 
de TU.N.T.D. sera ouvert entre 
une heure* et deux de Tapres 
midi, a tous les jours du 3 au 15 
octobre dans la chambre 409 
Pavillion des Vetsnr 



Toutes demandes descrip- 
tion devront 6tre remises avant 
le 21 octobre.! 

Lieut. Commandant Jacques Bonneau 

Off icier Commandant 

3-4053 






LES ETUDIANTS RECLAMENT l/AIDE Succes sans precedent 

FINANCIERE DE L'ETAT r 



» 



- Le 20 janvier 1950, la Federation nationale des etu- 
diants des universites canadiennes (NFCUS) presentera un 
important memoire a la commission Massey, reclamant 
Taide financiere de TEtat pour les jeunes Cahadiens qui 
poursuivent des etudes universitaires; quelque temps plus 
f^11rai e meme memolre aera 80Umis au Kfouvernement 

i • V J oi1 ^' J1 me semble, un pro jet susceptible de soulever 
bien des discussions, voire d'ardentes polemiques entre 
autonomistes et "centralisateurs•^ Cependani, il- serait 
bien malneureux que, pour plusieurs annees a venir, ces 
divergences d'opinion privent les etudiants de l'assistance 
nnanciere dont lis ont besoin. . ' " 

Necessite de 1'aide financiere 

wa Dans son ^PP 01 ^ P° ur fannee 1945-46, le ministere de 
R c c a !l on en ° ntari ° n °us donne les statistiques suivantes: 
sur 56,000 gradues des ecoleS primaires et superieures, seu- 
Iement 3,900 (soit 7 pour cent) j&nscrivirent aux univer- 
sites Or les conclusions de la commission Harvard, telles 
qu adaptees au Canada, etabhssent que de 17 a 25 pour cent 
des jeunes ont les aptitudes necessaires pour recevoir une 
formation universitaire. Ainsi, en 1946, seulement un tiers 
environ des jeunes Ontariens, intellectuellement capables 
de frequenter l'universite, ont pu s'y inscrire. La pnncipale 
cause de cette lamentable situation reside dans 4e fait que 
tres peu de.peres de famille peuvent disposer annuellement 
de $1,000 pour chaque fils qui veut aller a l'universite. Afin 
de s . en convaincre on n'a qu'a lire les statistiques 
pubhees par le ministere du revenu national (1946). En 
effet, 52 pour cent des Canadiens ont des revenus annuels 
variant entre $1.000-$2,000 et 14 pour cent encore ne 
ga*nent que $700-$ 1,000. 

On peut conclure que seuls les jeunes gens riches ou 
possedant une certaine aisance .financiere ont le privilege 
de frequenter l'universite. Pourtant tous ceux qui ont les 
aptitudes requises devraient posseder ce privilege, peu 
importe leur condition sociale. L'Etat, dontle rdle est de 
voir au bien commun, a l'obligation d'aider les moins 
fortunes. 

Formes d'aide financiere 

Actu ellem ent, le gouvernement federal (ou les gojiver- 
nementr provinciaux en certains cas) aident les etudiants 
de trois facons, par T* 

l*~Le programme d'assistance financiere aux veterans 

presentement aux etudes. 
2 — Le Dominion Student Aid Fund qui a prete $250,000 

depuis sa fondation. 

3 — Le Dominion-Provincial Student Aid Plan qui a 

remis des bourses pour un montant de $140,500 et 

prete pour $55,000 en 1947-48. 

Mais ces trois programmes d'assistance financiere sont ina- 

dequats-pour corriger la situation actuelle. Tout le monde 

en convient. N.F.C.U.S. propose d&nc: a — que le gouveme- 

ment federal (avec le CQJCPura_dea_^QUvernements provin- 



que 
Lea 



mercredi cinq octobre, quel 
part sur le globe terreatre. 
n verts" (navets dea arts, 
U.O.) ge. sont \ reunis pqur Be 
mieux connaitre.l Pour s'&jnuaer, 
sajnement. se refcreer^ oublier un 
peu les etudes qlii deja les tien- 
nent toug.occupes. P#ur certains, 
certes, trop" oocupea. 

Votre "reporter" est arrive la 
pour avoir la su'rpriae de aa' vie. 
Eh oui! II n'y avait pas moins de 
six cents peraonnes.. Et, ce qui 
eat mierfx, pas moins de six cents 
sour ires. Et ca, e'etaif une soiree 
organisee par dea gara de l'Uni- 
|-veraite. Et pour les gars de KUni- 
veraite. Croyez-le ou non, ce fut 
un aucces. 

A mon arrivee, Gaby Beaudry, 
preaident dea arts, adressait la pa- 
role. Suivirent les numeros les 
plus varies: dea "cheers" a la 
boxe, et de la boxe aux dames de 
folklore: notre folklore canadien 
eat un des plus beaux qui soit", et 
Ton a .pu constater comment il 
peut remplacer avec avantage la 
"trop grande sentimentality ou le 
sans gene de certaines danaea mo- 
dernea". 

Tout le monde etait content. 
Les Peres l'etaient aus3i. . . Ttens, 
«a me fait penser a une question 
que je me suis posee hier. Les 
gars sont-ils genes? . . . J'en ai 
va qui parlaient a un Pere et qui 
ne lui ont meme pas presents la 
gentille demoiselle qui les accom- 
pagnait. Qu'en pensez-vous T 
L'homme dea cavernea est pour- 
tant disparu. 

D. L. 



c • 

Suite des elections Hamel-Larocque 

Commission Desmarais^Mullin 
Salle x de spectacles et de receptions 

-ez-vous sbuvenance dos se realisent rarement. Une 

fois le stagede projet^tteint, 

disparaisye*nt jusqu'aux 



^"Ayez^V' 

elections de la federation aux 
Arts Tan dernier? Ce fut un 
branle-bas general peadantj elections suivantes. 
plus de trois semaines. Cha- 
que candidat et cabaleur s'en 
donna a coeur-joie: en quel- 
ques jours ils epuiserent la 
reserve de calories accumu- 
les o*oTam>4es vacances: Les 
candidats se depenserent san3 
compter: en pkis de immen- 
se quatitite de salive doni ils 
inonderent le sous-sol de l'edi- 
fice des Arts, ils ouvrirent 
meme leurs bourses pour en- 
richir les imprimeurs locaux 
qui beneftciereht de contrat{sl a, ^ ra ^ on - 
substantiels. — .- '' 



En effet, des avalanches de 
buvards propagandistes nous 
presentant les candidats et 
leur programme electoral cou- 
vrirent bientot le parquet des 
classes et des corridors. L'Hy- 
dro-Electrique se plaignit 
meme d T avoir vu dfsparaitre 
ses poteaux des rues Cumber- 
land, Waller, Nelson, College, 
sous la tapisaerie des ^tnnon- 
ces electorales. Votez pour 
celui-ci . . . Votez pour celui- 
la . . . Le bois s'etait trans- 
forme en papier! 

Ordinajrement, un electeur 
ne tient pas un compte rigou- 
reux des promesses et pro- 
grammes d'elections, car ils 






ils 



Peut-etre nos politiciens 
son|-ils plus consciencieux, 
peut-etre ont-ils plus d'egwds 
pour leurs electeurs ... . Telle 
semble etre la situation a 
l'Universite, car figurez-vous 
que le grand principe, le the- 
me de la campagne electorale 
de 1'automne dernier: "La 
maison des etudiants" a ete 
le sujet d'importance anorde 
a la derniere seance de la fe- 



On en vint a une decision et 
un comite d'enquete fut insti- 
tue pour etudier le projet a 
fond. Cette commission est 
formee de Paul Desmarais, 
vice-president de la F.N.E. 
U.C. et Chef des affaires ex- 
terieures de la Federation, et 
de Marc A. Mullin, vice-pre- 
sident de la section anglaise. 
Ges deux personnalitSs etu- 
diantes emploieront tout leur 
temps et meme leurs loisirs 
a mener a bien cette tache. 
Paul et Marc ont un travail 
formidable a accomplir d'ici, 
au quinze novembre, date ou 
*le rapport sera presente a la 
Federation/ S'il vous plait, 
mesdemojselles, tenez-vous a 
(Suite a la page 6, col. 1) 



Ut INCIPIT SIC FINIT 



commission 



ciaux) distribue annuellement dix mille bourses d'une valeur 
de $500 chacune; b — qu'on adapte au Canada le Fullbright 
Act americain. Cette loi stipule que les pays en dette avec 
les Etats-Unis peuvent en rembourser une partie en accor- 
» dant chez eux des bourses d'etudes pour les etudiants ameri- 
cains qui voudraient s'y rendre. Comme beaucoup de pays 
doivent des sommes considerables au Canada, plusieurs cen- 
taines_ des notres pourraient aller etudier a 1'etranger. 

Si de telles mesures sont adoptees, notre pays aura fait 
un pas de plus en vue de placer l'education universitaire- a 
— — la portee de tous les jeunes Canadiens. 
I 'importance de l'education universitaire, 

Dans un discours qu^l prononcait en septembre dernier, 
au Chateau .Laurier, devant les delegues de N.F.C.U.S., 
l'hon. Paul Martin declarait : que les idees menent le monde 
et il ajoutait: "Les universites, parce qu'elles forment des 
hommes de pensee, ouvrent la marche de la civilisation". 

Or. un bon moyen pour permettre aux jeunes de devenTf 
des "hommes de pensee" qui "ouvrent la marche de la civi- 
lisation", e'eat de les aider financierement dans leurs etudes. 
Et si Ifon peut depenser annuellement'400 millions de dollars 
pour les jireparatifs militaires, pourquoi ne depenseraif-on 

pas quelques millions pour l'education? — -^ 

"Quant aux etudiants, s'ils .recoivent l'assistance finan- 
ciere de 1'Etat, ils auront un devo'r plus rigoureux que 



La Federation nous 

communique... 

I.'elablissement d'une 
des debatg 

Depuis sa fondation, la Societe 
des DebaU fran^ai* a cte sous-4» 
controle de la Faculte des Arts. 
Cette situation ne manqua pas de 
logique aussi longtemps que la 
majorite des etudiants de l'Uni- 
versite d'Ottawa s'inscrivirent a 
la Faculte des Arts. Cependant, 
avec la creation de nouvelles fa- 
cultes et ecoles, il apparut que la 
societe des debats devait, indis- 
cutablement, relever de- la Fede- 
ration des Etudiants, corps repre- 
sentatif de toutes les facultes.et 
ecoles. — r- — - t 



Les lSITies de» arts en revolte — Catalogue des lois et 
Les etudiantes a la cuisine. 



jamais de mettre plus tard leur conlpetence.au SERVICE 
de la societe. Rosaire Beaule 



Voila pourquoi, _tout derniere- 
ment. la Federation etablisSait 
une Commission des debats fran- 
Cais dont le role sera de voir a 
l'or^ranisation du debat public an- 
nuel et du debat inter-universi- 
taire (Trophee Vill6neUvo>. '■« 
presidence en a ete confiee a Mon- 
sieur Luc Mercury president ac- 
tuel *de rir>stitut-4e Ph4lo»ophi«,.-» 
l^e secretaire demissionne 

M. Rosa ire Ueaule, secretaire de' 
la Federation, a remis sa demift- 
sion. M. Jean Vincent le'remplace. 



Lundi le 26 septembre, date 
fixee pour le commencement 
de l'initiation a l'Universite. A 
10 heures, nouveaux et vieux se 
reunissaient au gymnase'pour l'ou- 
verture officielle de la semaine et 
-pwiT- la l ect ur e dea reg lements. 
Tout alia- bien jusqu'a 10 hres 13. 
Les froshs, dociles aux directives 
de leurs alnes, s'etaient groupes 
dans un bout du gymnase. Hall 
aussitot que le president des Arts 
commence a parler, les verts, selon 
un entendement prealable.se mi- 
rent a ponctuer chacune de ses 
affirmations de" hourras prolonges 
qui lui couperent la parole com- 
pfetement. Apres un bon cinq 
minutes de ces interruptions -in- 
tentionnees, les dirigeants impuFs- 
sants, firent appel a tous leurs con-, 
freres pour faire cesser cetlfe anar- 
chic Tous les vieux se ruerent 
sur les inities et les reduisirent an 
silence. 

Apres cette introduction un peu 
mouvementee les verts se calme- 
rent -et firent leurs, les dogmes de 
l'initiation. 



merits, les autrea. 



Pleins d'enthousiasme, jeunes et 
vieux sortirent du^gymnase, deci- 
des, les uns, a briser . les re£le- core ici. cris et chant-; ne tflris- 



server. Pendant les jours qui sui- 
virent, ce ne fut que fanfaronnade 
sur originalite, originalite sur fan- 
faronnade. Jour apres jour, un 
groupe se forme et descend en 
ville pour donner une! demonstra- 
tion— aux — passant* — C'est a — qui 

fera Taction la plus extraordi- 
naire On les voit sur la rue. je- 
tant leurs "cheers" a qui vouiin 
les entendre ... Un groupe fait 
le tour des couvents pour en r.* 
clamer la fermeture et le retour 
des etudiantes a leurs cuisines. \$n 
autre, parade dans les principaux 
magasins de la ville y ''istribuant 
des feuilles de "papier blanc". On 
raccnte meme que quelques-uns 
ont eu l'audace de penetrer dans 
une - des institution's ' les ^plU5 Tet^ 
pectables de la capital^ ... '■■- 

Puis, vient la grande parade. 
Precede du spectaculaire corps de 
clairon de ^Academie de La Salle 
et d'urj constable a tnotocyclctf -, 
les frpchs, formant deux lijrnes 
d'une longueur imposante. deam- 
bulent, <lans les rues de la capi- 
tale et se grbupent ensuite ,*i 
1'Ovale de l'Universite pour a 
ter a' une partie • de Rugby. Kn 



pas. 



lite p. 0. cot. 3) 



• .-. - 



f, i I. . .fm i i. 



■ V^ — ,;■■ ., . 



i •*■ 



■ -• ■ • * ■ '- •- r - 






' M l* — r ' * t u> - r — r-- 1 



U 



** 



U-'—^V 












■*~r- 



/ 



- — ^~ 



----- 



f , ..-i. • — 






f!*' 



1 - * ■ »!• • ■="■ 



:v--- 



m 



. 



— 



7r ? 



A 






-L_ 






% 






. 



. 



•^-r- 



I 






■ I I ' J» 



r » f - — _ ■ ■ m . ,i 



" r t V 



■" -■ 



'■■ ■'■' 













< 



A 




/** 



v 






Page 2 



•j' 



&- 



z 



V frsA_~R OTONDB 



12 octobre 1949 



12 octobre 1949 



LA ROTONDE 



Le docteur Jean 



J'ai rencontre, pour vous tndn - rDana^Jes huprfjw 

sieur le docteur Jean Ettori, pro- SOnTdivises un t^f 

J.$f&£ur de biochimi«-a 1» fac*lte 

~y de medecine de I'Uiiiversite d'Ot- 

C_/tawa. Avant d'accepter ce poste 

il etait pfefesseiir agrege a 1'Uni- 

versite de Paris. II a aussi ensei- 

gne en Afrique du Nerd; et depuis 



la guerre 4\ a fait des travaux de 
recherches a rUniversi^' de Cam- 
bridge. InterVoge-Jur ia'part qu'il 
fait a l'enseignement et a la • re- 
cherche, le docteur affirme que 
l'enseignement doit passer, dan* 
une faculte de medecine, avant les 
travaux personeJs de ffcherches 
II espere cependant continuer ic-i 
ses reehefches des que J'amenage- 
ment de son la-boratoire sera com- 
plete. 

. . Je questionne ensuite le profes- 
seur sur la vie de nos confreres 
jtudianU. franca i«. * 



lfis etudiants 
sont di vises en t^l categories. UM 
simples staglaires, .puis 
ternea et leg internes qui asaistent 
le chef de service. 

"Les etudiants francais * ont 
vraiment beaucoup' de travail; IU 
orit peu de loiaira: A cause de 
cela, et de leur grand nombre— - 



SCHUMAN 

Au cours d'une brillante cere- 
monie. •aamedi le ler octobre, 
I'Universite honora M. Robert 
Sc human*. ministre franca/m des 
■affaires., -exterieures. d'un degre 
hoaerihque en droit. 

[. Schuman, de parage dans la 



"La situation a'est beaucoup 

amelioree depuis la fin de la guerre 

mais lea etudiants francais vivent 

sou vent encore dans des conditions 

materielles tres peniblea. Seuls 

les bouraiera et les jeunes soute-j 

nus par leur famille peuvent pour- 

. suivre leurs etudes. II est prati- 

quenent impossible aux etudiants 

"en medecine de faire un travail 

r remunerateur en dehorV de leurs 

heures de cours. Un etudiant ca- 

nadien peut difficilement s'imagi- 

ner les difficultes rencontrees par 

son epilogue francais." 

Le professeur nous donne en- 
suite quelques precisions fort inte- 
resaa»te9 sur I'enseignement de 
la medecine dans, *les Facultes 
francaises. Je lui cede de nou- 



ils sont plua de mille a la Faculte 
de Paris, rien que- pour la pre- 
miere annee, — il leur eat pratique- 
ment impossible de poursuivre des 
travaux de recherche en meme 
temps que leurs etudes. C'est 
apres six ou sept annees d'un 
travail tfrdu et un concours tres 
difficile Jfbe lea candidata deja 
selectionnes par Hexternat sont 
adjriis a l'internat: lea eltnr sont 
peu nombreux et leur titre a une 
grande valeur. Les meilleurs cli- 
niciens .font ainsi trois ou quatre 
ans d'internat avant de s'etablir. 
L'etablissement lui-meme est cou- 
teux et difficile en raison du 
cout de • Installation et du prix 
eleve des voiturea." 



capitale avant d'assister aux as- 
sises des Nations Upiea, accepta le 
parchemin des mains de Son Exc. 
Mgr Vachon et se declara enchante, 
qti'un tel honneur lui echut; c'etait 
son premier doctorat depuis le 
jour ou ses efforts seoluires lui* 
avaient apporte un titre a l'Uni- J 
versite de Stransbourg en 1910 
*»'"• M- Schuman, reconnu comme 



JAZZ 



. .--^^^^^^** . 



veau la parole, 

"Apres une annee de P.C.B. les 
etudiants commencent des la pre- 
miere annee leurs Etudes cliniques 
en meme temps que lea sciences 
fondamentaie*. Des 1*. premies 
jour ils sont mis en contact avec 
lea malades. C'est-a-dire que la 
clinique occupe une place emi- 
nente dans i'etude de la medecine. 
Le raffinement dans le diagnostic 
purement clinique est toujour* 
pousse a un haut degre en 
France. En principe lea examens 
de laboratoire. 4a ; radio doivent 
aeulement confirmed le diagnostic. 



Une derniere question, monsieur 
le profesaeur: encou rage z -vous un 
etudiant canadien a pa rf a ire aes 
etudes medicales en France? 

"Surement, mais a une condi- 
tion: on doit d'abord faire ses 
etudes de base dana son pays 
d'origine. Pour connaitre le milieu 
ou on va pratiquer, pour etre en 
a>-mpathie avec les gens que \\,n 
veut soulager, il faut avoir ete 
en contact avec eux pendant de 
longues anneea d'hopital. G'eat 
pour cela qu'il eat preferable 
d'avoir fait sea etudes dans le 
paya ineme oil Ton veut s'etablir. 
"Ceci dit. il est tout indique 
pour un Canadian francais de se 
diriger pour un an ou deux vers 
les hopitaux francais qui forment 
d'excellents cliniciens. Le stan- 
dard de Va .profession medicale est 
vraiment tres eleve en France. 

Lea grandea Facultea: Paris, 
Lyon et leurs hopitaux soht des 
endroits tout designea pour qui 
veut devenir un clinicien averti 
et pour qui veut apprendre la pro- 
fession medicale dan g le s ens pletn 
du terme. 



Tame dirigeante du M.R.P. Fran- 
cais, fit remarquer que la Lorraine 
sa petite patrie, etait voiaine, dans 
son histoire, a notre pays. Le 
Pere Marquette, avant de venir 
s'a venturer au Canada, avait ete 
professeur a 1'Universite de Pont- ; 
a-Mouason; de phJs,' ajouta-t-il, de J 
nombreux liens culturels et reli- 
gieux reliaient le Canada' a l.t 
vieille Franc.-. 

Le R. P. Arthur Caron, vico- 
recteur, prononca le diacoura de 
presentation; et en plus dea doyens ' 
et des profesaeurs des differentts 
facultes, une, forte delegation de 
diplomates et d'hommes d'Ktat 
-'< tait rendue a la salle de^recep- 
tion de l'Ecole Nortn»l^. J J»QttT_Ja 
cerdmonie. 

^ Benoit Garceau 



II 



~> 



♦ 



FANTAISIE 



Les normaliennes, comme tQ j|. 
jours d'ailleurs, donnent toute leur 
attention au professeur. Pour- 
tant, le 28 septembre, quelques j 
sourires s'esquissent sur les vi- 
sages, c'est que, voyez-vous, .1h 
l'autre cote de la rue parviennent 
des echos: Ottawa Varsity! 

V-A-R-S-I-T-Y! Rah! Rah! Rah! I 
et le temps monte . . . monte . . 
monte, et les jeunes filles avec ' 
lebrs minois dblouis participent a 
l'enthousiasme genera] maia le 
maltre, toujoura caJme, annohce 
pour Pinforma'tion de toutea: "Les 
cours sont commences a l'Univer 
site" . . . et le travail continue. II 
ri'y a done pas lieu de salarmer!!! 



^JA2z, jazz de feu ! 
• T-oume et tourne, tourbillon rougi'. 
Demon turhultueux, 
Brulant les viamlea que tu bbuges. 
Je t'adorc. 
O toi, 

Ma aeuje joie 

Au sein des rythm< ■? incoTbres 
. De ma vie 
Sans umies. 
Ta magi© 

Me fait oublier celles qui me detestent, 
r«»lle qui me deteste . . . 
Et que je crois aimer. 
Si tu pouvais la transporter 

Dans les rythmes de mes vers, ^_ 

Je la f era is toufner sans treve 
Dans ton tourbillon 
De passion. 
' Celle qui me deteste, jazz, tu dois en rin' 
Kt tu doia dire 
Que ton delire 
Satisferait tous mea desirs. 
Mais les poetes 
Et leurs grisettes, 

Les as-tu invites a ton bal furieux ? 
Toi qui connais monsieur le Diable, 
I)is-jnoi s'il est amiable 

Car j'irai'lui parler sous peu ■ 

Dans son feu 

Aussi vivant que toi, jazz rouge et bleu . . . 

Jean-Claude Thibaudeab 




W 



Membre de la "Canadian University Preag" 
Membre de la Corporation des Escholiera Griffonneurs 
A la Direction— 

Directeur: Roaaire Beaule 
Directeur-adjoint: Jean Vincent 
Secretaire: Roger Baillot 
A la Redaction — ' % 

Redacteur eh chef: Jean Boivin 
R^d.-adJ.: Andree Cloutier 

Secretaires: Huguette Charette, Gilles Grenier 

« Redacteurs: Jeanne Berthiaume (C.N.D.), Jean Touchette, Jean 

I>ery, Louis Desbiens. Jean-PTGaBselin,. -Femand 

Labelle, Reine-A. Lachafne, Paul-A. Meilleur, Ro- 

l»ert Morel, Sofange Roy (C.B.), Berthe Vaillan- 

court (E.I.), Yvon Bourbonnais, Thomas Delorme 

GillesHurteau, Guy Hurtubise, Jean Drouin, Guy 
Joubert. 

Au Service des Nouvelles: "* i 

Chef de la nouvelle: .Raymond Martin 






Page 3 



Sport*: 



Nouvellistea: Guy Morrissette, Louis Vincent, Jiunnine Leduc 

-->, (C.B.), Gilberte Berthiaume (E.I.), Madeleine 

Mantha (C.N.D.), Jean Cote (C.U.P.) 




RECEPTION 



Reine-Aimee Lachaine. 
e.e.m. 




UNE CATASTROPHE 

.„ J.'.'. SEE "' r * Pproch * to "'» ur » •• "•-jo"" b«.ucoup trap vit.. 

72Z . 1 '"""," '" vou f < """"" "" li " "' on ""'«« "»<" >« "-«»«» 

prr»,nt N ,l qu.lqu. pe„ d* preference pour le.prit conserv.teur. 

Le co„»e.l de „ I. de I. r.pit.le eient d.nn.ncer ,v W un« cru.uee 

*>S£%2>*' bitMit ^ "" *"— ' -« «SSS P.r 

r™,? p ,lh " ,r! " '""««•«! qu».«n».p»u. f.it puur merlter tel euur- 
rou*: l-„„r nous. „t.ye„» l„ y .u» dOt.uw.. po „ r v.u,. .mi, e.udi.n., 
qa, .,p»to. «. «r».t.ir S ho,pi„Her 9 . cette nouvelle ne peu. que f.i e 

devait nou« truitter pour ne jamais revenir 

) monstreK dacier qui foncez sur nos paisibles rues, routes de 
.„« A r T ferr<?e ', corome dis ^» les Carabins. cyclopea a I'oeil 
bn ant defendez-vous. navancez paa a Parriere et.ne debarguez pa.de 
a lutte maib trjompkez et coimne ^ tramw ^ ^ Q P J^ 

v,vez a ceux go, vous ont vu naitre. Loin de moi Hdee de faire W 
^ naUre Pt l ^™- IV— que sans tramways. je JZli 
Plus d excuse pour mea retard, repei^g*^ tramway Wvte perdra 
cinquante pour cent de n saveur. P 

nenn^H^' C ° mh '^ " est J inter ^ Sant P oflr "Prendre confiance en son 

ZiZau 7 """ r ^^ Ct U n ' CHl Pas d * m ^»^- P'ace pour le 
faire que dans nos cher.s tramways. 

cornW^Llf be " eS . re,atl0n8 S ° nt "^ d ' Une chute dan « «" tramway. 
comb,en de belles am.t.es oM geme<.amTTe fumoir a I'arriere. combien 

de enq cents sauvea a lire debout .e Journal des autres . . . et voila le 
ma.re qui veut nous priver de tout cela. - 

en j!' me * ( T e *u n0e8 n ' BVOn8 P8S dit notre ^nier mot. Debout. 

J.-M. Dery 



Election au Notrc-Dam« 

Depuis deja^pjusieura jours ae ! 
preparaient des evenements qui ne 
pouvaient [qu'influencer fortement 
notre monde moderne. Devalua- | 
tion du dollar, demission du pre- 1 
mier .ministre Queulfle, elections 
•U College Notre-Dame. Nos gen- | 
tilles consoeurs en effet se pro- 
noncaient; l'avenir dira si elles 
choisirent juste dans tous les cas. 
De toute fagon. l'election des 'di- 
rigeantes du Notre-Dame pour 
l'annee 49-50 est tout a l'hon : I 
neur de celles-ci, et noua le3 en fe- 
licitons. Sur ce, les reauItaU: . 
Presidente: Madeleine Nault 
Vice-presidente: Eillen Doolan 
Sec franc.: Jeanne Berthiaume 
Sec. angl.: Barbara Keon 
Tresor. franc.:' Marcelle Sigriest 
Tresor. aiijfl.: Annette Desgro- 
seilliers 

Comite du sport: 

Badminton: Jeanne Berthiau- 
me. Huberte Pineault 

Bowling: ? ? ? 
\ Natation: Gertrude Braun 
Kt voila. Les elections une fois 
terminees, lea demoiselles du. No- 
tre-Dame procederont sous peu a 
initier les nouvelles. La Rotonde 
voua donhera un reportage sur la 
chose au prochain numero. 



LE CENTRE IDEAL POUR MAGASINER 

Merceries pour Jiommes et jeunes gena. 
Vetemehts pour pretrea. 

i 

THl 





R. J. Bastien, R.O. 

j ; OPTOMETRISTE 
Specialiste pour la rue 



~5T Nicholas - Tel.: 4-3220 
Ottawa 



Jeudi. le 29 septembre. a l.;.{ 
beure de l'apres-midi, s'eat accom- 
pli un fait d'armes qui paasera a 
la- posterite. Pour la premiere 
fois dans l'hiatoire du couvent 
Gloucester, un groupe represen- 
tatif d'etudiants de J a capitale 
etaient recus par les couventines. 
Ceux-ci firent leur entree triom- 
phale dans les corridors de l'au- 
guste couvent un peu apres le 
commencement des coura. Selon 
l'uaage nos "Froaha" envoyerent 
des ovations rep**U-es qui reson 
nerent entre lea m ur a em us d 
vieille ecole. Apres le discours 
d'uaage prononce par la aoeur. les 
verts viaiterkfU^tes c6fridors avoi- 
smants. tt:sse-Teu'n Trent ensuite 
d,ans la salle de recreation ou un 
gouter tres bien asaorti les atten- 
dait.* Aprea quelques bonimertts 
(prononces en groupe) et la prise 
de photographiea, on lea pria de 
ae retirer, car une reception sem- 
blable avait ete preparee pour la 
police. Celle-ci, parait-il, etait en 
retard et c'est pourquoi il fut im- 
posaible pour les univeraitaires de 
la rencontrer. 

Les Vi-Tts ont cependant un re- 
gret. L'absence des couventines 
les aurait empecher de diffuser le 
message de conversion qu'ils 
api.ortaie^it. "R.I. p. bonnes mena- 
gvrea. . . decedeea par suit.- de 
Peducation" pleurait un placard 
fum?bre "qu'ils montraient. Une 
autre affiche criait, desesperee. 
"Pas langue latine. . . mais cui- 
sine". Une autre avertissait: 
"L'education pervertit la feinme'". 



ELECTION AU C. B. 

An (mllege Bruyere, grande ca- 
hale! On elit le conaeif! Vingt 
noma ont jailli du chapeaQ. Qui 
l'emporte? A la preaidence, Yo- 
lariti* Desjardins. Elle nous dit 
gentiment: "Merci de la confiance 
que voua m'accordez". Et 1'on ap- 
plaudit la premiere officiere. A 
la vice-preaidence, Suzanne La- 
belle. C'est Pex-aecretaire: on la 
aait zelee. Le secretariat revient 
a Solange Roy. Quelle femme 
d'affaires! Le ministre "avec" 
portefeuille — Anne Rouleau — 
Attention ramie! Ou ne ae TaTsse 
pas "router". Premiere conaeil 
lere: Gloria David: "I regret but 
one thing, dit-elle. I have loa.t my 
vote". Deuxieme conaeillere. Mi 
cheline DesRoches. Elle eat "toute 
heureuse" d'etre a notre* aervice. 
Propagandiate: Lorraine Racine. 
C'eat une nouvelle venue du Col- 
lege d'Youville. Evidemment, elle 
parcourt beaucoup de chemin dans 
un moia. EspeH>n# que "Ft eh e V* ^ 
et "Affichea" te suivent! 
Felicitations a toutea! 
1^ presidente de la Societe des 
Debata ne sera elue qu'au moia de - 
decembre. II nous faudra attend re 
pour vous presenter cette nou veil e 
"fille des muses". 



Illustration: Roger Baillot * 

Gerant financier: Denis Boyle 
Circulation: J.-C. SiroiB. 

Conseillers: R. P. A. Tremblay, o.m.i., R. P. B. 
^ ADRESSE: 17}. rue Waller, Ottawa 

Autoriae comme envoi postal de seconde claaae 



re ouverte 

1 Ottawa, le 12 octobre 1949. 
Cheres demoiselles du 

couvent Gloucester, 
Touches de votre gentille recep- 
tion du 29 septembre, et recon- 
naisaants de voa gracieuaes atten- 
tiona, lea nouveaux iniiiea de la 
faculte dea Arts de l'Univeraite 
d'Ottawa ont l'honneur de vous 
inviter a un the <\u\ se«a aervi 
dana le local 114 de l'immeuble 
de la faculte des Arts, le SOIe- 
vrier 1950, a 2 hrea M de 1'apres- 
TOldi. 

- Le the sera suivi d'une cauaerie 
qui aura comme sujet: "La femme, 
l'education et la cuisine", causerie 
qui aera presentee par une auto- 
rite ties competente en la matiere, 
monsieur le professeur Zelay Mi, 
sogyne. 

En attendant le plaisir de vous 
recevoir, nous demeurons, 

^-s=»*.*^vos meilleurs amis. 
. - .-,...-_« liiiLies 'i:). 



Leu idees exprimee* dans ces pa>;es ne sont pas necessairement 
'celles de I'l'niversite ou de la Federation des etudiants 



// 




N 



— 



•-*~ 



ous n aimons pas 



.'attitude des etudiants 
du Quebec . . . " 

II est malheureux d'avoir a revenir sur ce vieux pro- 
bleme mais a vieille maladie, vieux rerriede 



DATES HISTORIQUES 

Avec ce numero commen- 
cera une serie d'articlcs inti- 
tules "DaUs historicmes", ceci 
dans le but dattirer l'atten- 
tion de la gent etudiante sur 
certains faits de notre his- 
toire qui sont ignores, me- 
connus ou oublies pour la plu- 
part. 

Toutefois, il ne s'agira pas 
<ie tracer a la queue leu- leu 
tin nombre incalculable de 
dates r ce serait perte de temps 
et d'espace. Ce travail com- 
prendra plutot 1'examen de 
chaque mois, a commencer 
par octobre, puis le choix d'un J 
ou de deux faits importants, 
le tout suivi d'un commen- 
taire, si besoin il y a. 

Ainsi, le 22 octobre 1692, 
Madeleine de Vercheres 
echappe aux mains des Iro- 
quois. Cet episode de l'his- 
toire du Canada est connu par 
tous jusque dans les infimes 
details. Y a-t-il necessite de 
commenter cet acte d'herois- 
me? , II suffit de le mention- 
ner pour sentir s'eveiHer en 



Un mot de I'Aumonier des 
etudiants 

Chers etudiants: 

Au mois d'aout dernier, le conseil d'adrainistration de 
I niyersite me confiait-J^ charge d'aumonier des etudiants 
Cette fonction nouvelle chez-nous, a ete creee uniquement 
dans le but de s^ervir vos interets les plus eleves. Elle existe 
deja dans la plupart des universites cathollques.. Bon nom- 
bre duniversites qui ne professent pas notre foi font de 
mdme ou affectent a un service analogue un homme ordi- 
nalrement appel^ conseiller des etudiants. 

L'experience a appris a ces educateurs la necessite de" 
wVS^ ■ dl fP° sltlon des Jeunes qui se preparent a exercer 
bientot dans la vie leur noble metier d'hommes- et de Chre- 
tiens un guide et.un.ami a qui ils peuvent recourir en toute 
lberte pour exposer leurs problemes, leurs difficultes, voire 
leurs doutes avec l'as*urance d'etre accueillis, compris, 
eclaires, et encourages. ■ * F ' 

Pour sa part, votre universite n'estime aucun sacrifice 
trop onereux Iqrsqu'il s'agit de favoriser la formation inte- 
Krale de la jeunesse. 



Dans les temps troubles et angoissants oue nous tra- 



Le Corps Ecole des Officiers Canadiens reunit chaque 
ete des etudiants de tous les colleges et universites du Ca- 
nada. En plus de placer face a face l'element "anglais et 
francais, il oppose devant les m£mes difficultes, Jes memes 
situations, J'etudiant canadien-francais du Quebec a cek*i des 

-autK&jjrQviiiceSj de l'Ontario tout specialement. 

Ces rencontres provoquent necessairement? des echanges 
d'opinions, des jugements bases sur les reactions que susci- 
tent les memes circonstances. Et la conviction s'et,ablit de • 

-plus-en- plus- profonde- qa'il existe-un^ -difference marquee nous toute-notre fierte.mitio- 
entre l'etudiarit quebecois et le non-quebecois. Je' ne fUs nalp_ 
pas une contradiction insurmontable sur les problemes rela- 
tifs a notre survivance mais une diversite d'idees assez frap- 
— paiite qu'a amenee notre evolution dans des milieux aojivent 
depourvus de toute analogie. 

Ce que nous, etudiants franco-onlariens, reprochons a 

. eeux ,j u Quebec, c'est de nous considerer comme une colonie 

spirituelle. de faire certains l 
de l'affirmer moins format 



nale. 

4-e 23 octobre 1786, Lord 
Dorchester arrive a Quebec. 



yerspns 1 Eglise et la patrre comptent sur chacun de vous 
Votre devoirjciuel c'est de vous preparer genereusement 
aux responsabihtes qui demain seront votres. Pour cela il 
yous faut developper avec plenitude votre personhalite 'et 
faire fructi ner lesions magnifiques oue Dieu vous a departis 
Vous yaudrez plus tard dans la m,esure ou vous aurez fait 
grandir I Esprit en vous, ou vous aurez etabli en vos ames 
la pnmaute du spirituel. Ce n'est j)as tache facile. Cette 
pnmaute a etablit de haute lutte. Elle requiert lumiere, 
reflexion, vouloir energique et sout'enu/ 

Le role de l'aumonier est de vous aider dans toute la . 
mesure de ses forces a faire dominerSn vous la vie la plus 
haute qui sort: la vie spirituelle sans laquelle tout ne serait 
que fohe mcoherente" selon le mot du marechal Lyautey. 
l, est a apporter a la solution de vos problemes la lumiere 
de Celui qui est la Voie, la Verite et la Vie. 

Ce role, votre aumonier est resolu a le remplir de son 
mieux et a n'epargner pour vous ni son temps ni ses soins. 
Des le debut de cette annee academique, il vous invite cor- 
dialement a frapper a sa porte quand bon vous semblera et 
vous assure du plus sympathique accueil. II est votre au- 
monier etmJe^i'autre preoccupation que de vous assister 
dans la pours.uite de votre ideal d'etudiant catholique. 

.A tous, il souhajite une annee f ructueuse et couronnee 
oe tous les succes, une annee qui comptera dans votre vie. 



i 



-t*T- 



E. THIVIERGE, o.m.i., 

Aumonier des etudiants. 



Pour la seconde fois, sfr Guy 
Carleton. Lord Dorchiester. est 



Pour des Initiations plus 



lis aont tout de meme revenus 
heureux d'avoir brise la glace rjui 
"gelait" les relations entre univer- 
sitaires et couventines. Leur mis- 
sion de paix accomplie, ils pouront 
commencer leur premier aemestre, 
contents. 

* II parajt, cependant, que le 
gouter, par un oublt tres excu- 
sable, etait. reste- dans les cuisines 
avoisinantes. . . 



Du 21 au 24, le college Bruyere 
etait en retraite, retraite des. plus 
interessantes puisquVHf nous fut. 
precbee par nul autre que notre 
ancien ami, I'auteur du pageant 
universitaire, le reverend IVre' I. 
Tremblay. o.m.i. 



Un editorial paru recemment dans un iournal local 

faisait mention de 1'entljousiawne des "froehV' de cette 

nomme r! ^UN.au^a. *nn*e et- sou.ignait cependant que lesprit d'initiation 5w 

n.ula Ia* l anadiens tran-.-.jourd'hui n'est plus celui d'avant la guerre. En effet. nos 

e^iS^ dCI>l,iS la *™ 3 W Whs le reiour des^ 

I rittruu^ume^ autant tdufi veterans n'ont pu maintenir eet esprit "collegien" oui ! 

fr am >™- ,. . . quils se suuv,,,,,,.,,! ,,u,l a rm ., t;lit t-llement d 'entrain dans la peri ode d'ini iation Ce"a 

Ce,t a une fausse impression que nous avons tous l-.r un, grajldfi .par tcontn- B *tm n *™*#memron l^J3S5fcl1«S 

.nteret a d.ss.per. Meme si Irs etudiants franco-ontariens ff § leur sueees dans les d%ge ass( , z m(]y , )n . ]inent pS^iStofiSSSdS 

, attaeln.Mt une nnportamv tuute special,- au fait Canadien, H li'ttes pour \a survivance. Ce 5fittfj MiHs lel ^ plus m^nlr^J^^^^^nJ^ 

est JN.H-STK de leur re_procter d^ublier le fait can adien- ^^^" tajfc hien m\^ a^ourd'hu4 « JS& rSSStftoS^L^ffl 

frativais. C*Sa! ce en quoi ie resumenl ' 

d'opinions, qui remontent periodiquement a 



XT ' " 

Aious avons parmi nous, un au- 
tre Pere du pageant. (Vtte fois 
comme professeur dans la personne 
du Pere Perron. Les cours de 
"Preparation au manage" promet- 
tent d'etre tres interessante. 
* ♦ * 

Nous voila rendue a 20 gra- 
duees cette annee. Hourra! En 
effet, une retardataire vint faire 
un chiffre rood. N'est-ce pas mi 
gnifique? ' 




CHEZ BIDOU d 

CHOCOLAT. LIQUEURS, CIGARETTES, EPICERIfi 
Prix raisonnables — - — r- 



H. METHOT, Prop. 



RUE LAURIER 



HH»- 




Au C a nada, deux cultures: antflaise v\ francais.'. Deu\\ 
religions. !.• catholicisme et le protestantisme. Et c'est 
1'opposition de ces deux cultures et de ces religions oui 
le probleme. 

"Parce iru'ii est impossible- <!<■ preciser lc-s lignes §e de- 
marcation entre le reiigieux et le culturel, toute atteuite, tout 
reproche au caractere culturel prnvoque du meme coup des 
reactions cTordre reiigieux. Kt l'invx'rse est vrai. 

Poser des doutes sur la valeur .le^ notre "education,, ne 
nous considercr (jue colonie spirituelle, c'est nous accuser 
de capitulation insensee, dc bete r'elachemenL. Aussi bien 
dire que -nous nous fondohs. gradtiellement dans le grand 
tout culturel, et reiigieux. Une telle solution nest jamais 
entree et n'entrera jamais dans notre esprit. 

. La malheureus.e tendance de plusieurs etudiants que- 
becois de se considerer les seuls Canadiens, a afTirmer bien 



« .. w^n wiMcwiciiii^ _^ ^zz_ —— i- win au, uun nu en gram e maionte. des ptnHinnt« annfo-ni 

■i <w ;..> ,, les droits de 1, nZktian l .' "" "' U> attem,n l l . niH ' ux <°" .est-ce a Dire des 



haut que notre attitude, qu'ils associent erropement a un 

canadianisme den'omme integral, conduira a la disparition 
de notre integrite religieuse et culturelle. •occasionne d'ajgreg 

~ — malentendus que leur etroit prbvinciaTisme ne fait qu'ancrer 
plus solidement dans leur esprit. 



de notre integrite religieuse et culturelle, "Occasionne d'aigres fhapai's— en plus a #aus^ (!.• 

TTTTi4oTtfrrm4>ic nilfJ l^iir /»fi-/«if ^W»v?nnI'.TIc™V, »,,. Cull /ni'.in^roi- TapprOChe &0. "1.1 rCVOtUtlOn 



La solution au probleme, c'est la Collaboration libre et 
volontaire, eclairee et genereuge des deux groupes, non 
r assimilation, non l'integratjon. lilt le Franco-Ontarien est 
.autant plus que le Quebecois libre et volontaire, eclaire"et 
genereux. Sa connaissance exacte des faits est souvent plus 
Claire et plus precise et il peut juger en toute justesse de 
pensee les concessions a conaentir ou a exiger. 

Le compromis est ce qui importe 1 faut bien le com- 
prendre. non noua le reprocher 



son'pouvoir ponr sauveirardcr 
les droits de la DOQulatiftp 
vaincue. 

Ym effet, le s'ystemg <ie 
gouyernement ajprs en vi- 

KlieU£x3M gouvernement civil — 
mettait en. quest ion nos lois 
francaises, fermait l'entree 
au\- fonctions administratives 
et judiciaires el menacait une 
condition essentielle de l'exer- 
cire (le la n 'ligion" catholi(jue 
romaine a savoir que le gou- 
verneur ne devait admettre 
aucune juridiction emanant 
du siege de Rome. 

Par son aide inestimable, 
grace "a l'action persistante 
de 'Carleton". nous dit M. 



pouvons nous attendre a mieux (ou ,est-ce ii'pire) 
initiations dr.< annees tfui s'en viennent . . 

Ce meme editorial merit ionnait aussi que dana phwietiri 
universites on donne jx.ur les verts des causeries. forums et 



americaine— la race canadien- 
ne franeaise obtint elle aussi 
sa "Magna Carta" avec 1'Acte 
de Quebec, qui est au point 
de vue» territorial, politique, 
legisiatif et reiigieu x, un e 
victoire eclat unte pour nos 
ancetres; en effet, avec 1'Acte 
de Quebec, ils possedaient en- 
fin un document sur lequel ils 
pourront appuyer leurs re- 
vindications futures. 

Solange Roy 



autres qui ont pour but d'informer les nouv.-aux dTTdrga^ 
riisation et -des activftes.de I'mstitution. ExceUente initiative 

qu il serait bon de prendre en note p<»ur tes annees a venir 
Cest un des meilleurs moyens de mottre jes nouveaux au 
courant de la multitude djorgai 4 isatibris qu'ils -opt a Tuniver- 
site pour prendre leurs inter. -ts et les aider dans leur tacPle. 
L'initiation n'est pas d'ailleurs exclusivement une pe- 
node ou leg etudiants ont oarte blanche pour aller parader 
en ville i !J dormer une demonstration d'humour ;iux passants- 
ce nesl pas mwi plus un pretexte pour thartyns er les verts' 
Le but general on. pour, mieux dire. I'orientation generale de. 
I initiation, c'est ladaptation du ^Ybch" an genre de vie un 
peu different qu'il entreprend. Pour le mettre dans I'atnTov- 
pnererer pour l'introduire aux e]eve S de la faculte. on lui 
impose des taches qui le mettent en contact avec tous ses 



tmuveaux pontrerear Mais l'initiation n'est certainement pas 
complete si le noiueau n"a pas une idee - generate rfes difTe- 
rents mouvements etudiants avec lesqueks il aura de^ rela- j ' 
ttons du ratit son cours. C'est pourquoi il serait a suggerer ' 
pour les annees qui s'en viennent de preparer un pro gramme 
d information^ qui pourra etre donne sous forme de cohfe- 
rences ou encore qui bourra Otre imprinie et distribue aux 
verts . . .. et peut-etre meme aux moins verts. 

Cette initiative ajoutee a toutes U-s manifestations 
ongmales dont nous avons ete les temoins cette annee ' 
feront des initiations a venir les plus amusantes et aussi 
les plus profitable*!. 



— v- 




,\ 




















* 












1 


■ 


— ■ — , — 




• 


-. 




( ^ 








p™ rsr 1 


- - • • . 


























1 


•c 










\^ 






— . 














% 
















> 


' 


■ 








| 












- 


















*\ 


^^^ 


^^^ 


_™^^^^^ 






mm^ammm^mmgmmmm^^^^^^^r 




^^^^ 


■ 




^ ^^^^U-^j^^g- 















I 



I u 






Page 4 



U 



LA KOTO.VDE 



: . . *i2,o^ib^e ( iD4» 



,, 12 octobre. 4949 

— >'■• • — j • . ,. 



Act*a$s Etudiantes LES "VIEUX LOUPS DE MER" 






hh ROTONDE 



Page 5 



i 



FEDERATION PES ETUDIANTS DE L'UNIVERSITE 

^OTTAWA 

«x»cimr 

President 

Deux vice-pr£«idents 

Secretaire 

Tr^aorier 

Quatre conseillers: 

Arte, Medecine, G6nie, Philosophic 

•* ■ • • 

AFFAIRES EXTERIEURES 

Federation Canadienne des Universitaires Catholiques 
Entr'aide Interriational aux Etudianta 
Federation Natrorrale des Etudiants des University 
Canadiennes ™ 

Jfcresse Universitaire Canadienne (Fulcrum, ftotonde) 
Corporation des Escholiers GrifTonneurs (Rotonde) 
National Federation of Catholic College Studenta 
(Arts, section anglaise) 

• • • 
ORGANISMES tlN DEPENDANTS 
Praternite des Etudiants adultes 
Legion of Mary 
Asjpciation__athJ^tique 
- "^" " Ecdle n urinal e" 



par BERNARD CAJtfSSB 



2 



Lcs jeunes infirmicrcs 
donncnt tc ton 

Initiation 



Initiation ici, initiation la, de- 
puis la rentree des cfisses, on ne 
park que d'imitation; l'epidemie 
n'a pas fait grace a 1'Ecole des 
Irtfirmieres puisque la aussi les 
vertes ont du passer sous le joug. 

On les a vues, par exemple, ha 
layer le portique du Chateau Lau- 
rier au. milieu de la eohue noc- 
turne, laver lcs fenetres des trams 
avec du 1 papier de toil . . . enfin, 
passons! Ces jeunes frizes se sont 
promenees Un pcu partout en ville, 
armees d'une bouteille de Coca. 
Cola, et-cela pendant une semajne, 
*n ?*£"« dc so umjs 



f 



Institut de-Esychologie 
Institut d'Education physique 
Ecole des Infirmieres 
Society Sainte-Cecile 

• • • 

V ORGANISMES AFFILIES 
Recreatif 

•English Debating Society 
Washington Club 
La Rotonde 

Cercle litteraire et artistique 
The Fulcrum 

Service de correspondance 
Science Club 
Comite de Publicite 
Commerce 

Commission des debats 
Comite d'education sociale 
Cercle Saint-Thomas (ph.) 
• 






■fefc 



ECOLES ET FAfcULTES REPRESENTEES 
POSSEDANT LEUR CONSEIL: 

Arts— Philosophic — Sciences — G6nie — Medecine 
• • • 

NOS ASSOCIATIONS ETUDIANTES 

La Rotonde se propose de mettre 1'etudiant de 1'Uni- 
versite d Ottawa au courarit de ce qui se passe aux mille et 
un organismes etudiants. A cette fin, nous publierons 
cette annee le schema de toutes lea -activites, en les repas- 
sant toutea_lea unes apres^s autres/ Les nombreuses rami- 
fications seront elucideSs, Ton verra si possible, tout, tout, 
tout. . . Alors nous sollicitons l'aide~des organismes, des 
_L_ecoles el.facuJtes. 

Ce plan general,, nous -voulons le cohipleieiL_ayaWWi«- 
commencer nos reportages. Si par malheur nous avons 
omis quelque ehoee, a vous de, nous le dire. . . il v a toujours 



quelqu un a- nos bureaux, sur la rue Waller, a chaque apres- 
midi. Et au prochain nurhero, alors, avec un premier repor- 
tage sur "Nos activites etudiantes". 




LE CEOC 

VOUS OFFRE: 

• In brevet d'off icier 

• Un emploi pour tout l'ete 

• Un bon. salatre 

• Une vie saine au grand- air 

• L' occasion de rencontrer 

des universitaires des 
a utrex ..pr«» v i nces 

• Des voyages 



DE 



• Une experience profitable 
pour la vie civile. 

Pour plus ample* informations: 
rendez-vous 

173 RUE WALLER 

ou signalez 9-^623 



LE T. R. P. RECTEUR 
RETOUR LE 10 NOV. 

Le Tres Rev. Pere J. C. La- 
framboise a quitte Ottawa le 
HJ soptembfe -afin d'assister. 
au Congres International des 
universites catholiques, vingt- 
quatre universites etaient re- 
presentees a ce congres, tenu 
du L0 au 23 sept.-mbre. (Luis 
le palais des Congregations 

-Romaines. 

Pendant soji sejour a Rome, 
le Rev. Pere Recteur rencon- 
trera le Rev. Pere I )esc hate- 
lets. Superieur General des 
Oblats de Marie-Immaculee. 
II sera recu en audience pri- 
vee par Xotre Saint-Pere le 
Pape et il rendra aussi visite 
au Premier Ministre d'ltalie. 
Le Recteur visitera plu- 
sieurs universites reriommees 
d'Europe afin de trouver des 
professeurs eminents pour la 

I future faculte de droit. 



C'est dire que no* consoeurs sa- 
vent preter leur concours aux or- 
ganisations etudiantes. SeridnV 
nous plus betes? . . . 
Lei infirmieres s'amusent 

Le trois octobre dernier, nT.s 
noilvelles compagnea manifeste- 
rent leyrs tailents de musiciennes, 
de comediennes et d'organisatrices, 
ilans un concert varle et diver- 
tissant. 

Us invites d'honneur: les Rev. 
Peres Gendron et Gravel. 

En guise d'ouverture, le groupe 
chanU un "ALLO" harmonieux. 
Les nouvelles «urent noiis arracher 
des larmes (de fpu-rire) par leur 
interpretation fantaisiste de plu- [ 
«ieurs scenettes tres bien reussies: 
lecon ie">iano par Madeleine Sa- 
bourin et Therese Gagnon; un 
court voyage dana une tres an- 
cienne ^bagnole conduite par Mar- 
garet /Couture, et enfin, urie . ope- 
ration majeure avec Estelle Lan- 
driaiilt et Raymonde Guay, patien- 
te et chirurgien-en-chef. 

Un intermede musical suivFt 
avec Bertha Turpin. Coleen haw* 
ning inberpreta quelques chansons. 
Pour tout dire en une ligne* la 



L'Universit^ a etc tres aranU- 
geusement representee -a la base 
navale d'Ha.H/ax cet *te par envi- 
ron une vingtaine de membres de 
notre division universitaire de la 
Marine canadienne. 

Le voyage pour s'y rendre fut 
peu fecond^en evenements mais 
bien confortable, ''premiere classe" 
tout le long du trajet. Malheureu- 
sement, quatre de nos "gentle- 
men-seamen" n'ont pas pu jouir 
de ces privileges. . Pour avoij 
oublie l'heure du depart a Mont- 
real, ils ont dp «ttendre le train 
suivant et l'un d'eux, magnifique 
exempl§ de l'ingeniosite etu<liante, 
a elu domicile pour la nuit dans 
un certain petit compai ■timeht, 
peu confortable et tres freqaente. 



a l'arriere-partie du wag 
fffffgfi assure- que l'odeur (y etaiL 
supportable mais que ca nkvalait 
pas un "berth". ' ' 

RendUs a -Halifax, un autobus 
nous conduit au J4.M.C.S. Stada- 
cona et de la, a nos cabines. Six 
de nos "comperes d'Ottawa etablis- 
i>Wit - leurs quartiers-g^neraux 
dans une certaine cabine "no. 12". 
Cette cabine, d'heureuse memoire, 
etait destinee a devenir prover- 
biale dans la suite en raison des 
nombreuses et tapageuses reu-' 
nions des amis d'Ottawa, qui s'y 
tenaient periodiquetnent. II va 
sans dire que le .groupe de 1'tJni- 
versite a acquis une reputation 
ejiviable dans ce vieux "Block F" 
ou nous logions. Ce soir-4a de 
notre arrivee, en prenant une le- 
gere collation, nous avons pu cons- 
tattr i« Itixje et I'excellente dispo- 
sition de ce "cafeteria" tres mo. 
derne ou nous devions prendre 
pos repass Le' "gunroom" ou salon 
ne fut pas .neglige. De fait, tout 
1'ete durant, on y allait apres les 
repas s'insUller a 1'aise dans de 
grands fauteuils et tout en ecou- 
tant la musique de la radio, y 
siroter son cafe (ou bien quelque 
autre breuva'ger cgmme de veri- 
tables "homraes de distinction". 
Cette sailed manger fut employee 
comme salle de dana£__pour 



eiitraThement. Arrives trop Urd 
pour le cours d 'introduction, nou* 
avons aussitot ejitrepris un sta^e 
de deux semaines a l'ecole de 
oqmmunioationa avec exercicea 
pratique* de morse «t % de sema- 
phore chaque matin., Ensuite 
suivn un cours d'une semaine k 
l'ecole de genie et une autre se- 
maine fut consacree a 1'etude de» 
armements des novices. Puis vint 
le cours principal, le sujet majeur 
et indispensable pour tout officicr 
de marine: la navigation. Durant 
trois semaines, noUs avons eu la 
chance de nous famiiiariser avec 
les instruments de navigation lea. 
♦plus modernes, de connaitre et de\ 
resoudre les different problcmeaj 
que suscite cet art. enfin la chance/ 
d'entrer en contact avec tout ce 



r&PWN^*^ 



I-' 






*s 



I 



Wi' 



S*n 



1 . ' 









j 



: T 






m 



'*>*i 



11 que comporte le rok tres impor 



Unt et sans contredit le plus int«- ' 



ressant a l»ord d'un navire, celui 
du navigataur^Suivjrent ensuite 
des per.odes dee^familiarisation 
en genie electrique, en "seaman- 
ship" et en ce qui regarde les tor- 
pllles et les sows-manns. 

Durant tout ce temps, les mes- , , 
«>eurs de la medec.ne, essayaient 
a coeur joie leur bistouri dans de 
vraies victimes a Thopital de la 
marine. 

Mais tous, medecins et autrea 
tfadeta, j devaient 



-■ 



kC 



fef%f^ Pn ? 4V U 



jy 



Vous leS. reconnaisaez? Ce sont nos jeunes navots en debandade. 



leur respect aux jeunes vest a les d'en haul de la rue Elgin. 



<. 



,Ct n'est pas xomme patienta que 



A BROCKVILLE JE SUIS ALLEE 



On les voit ci-hipt payant 
—Photo Baillot 



rencontre r 
bientot, lors de la croisiere d'un 
mois, en mer. Ceux qui entre^ 
prirent "ce lonj: voyage" eurent le 
privilege non seulement de mettre 
leurs connaissances theoriquea a 
i'essai, mais. encore ils se rendi- 
rent juaqu'i New-York apres 
avo.r longe la cote pendant quel- 
que temps. 

Maintenant que les "vieux loup* 
de mer" sont de retour a l'Univer- 
«ite, en ressassant leurs souvenirs, 
ils ne peuvent que se demander 
pourquoi vous, Vous ne suivex pas. 
leur ' exempJe. 



je suis allee « Brockville, mais 
bien comme etudiante garde-ma- 
lade en psychiatric C'est dans cet 
hopital d'Ontario , que j'ai connu 
ce que c'est un aliene, un fou, 
comme disent trop souvent les 
gens. Cette appellation fait mal 
au patient rendu" plus susceptible 
par sa condition mentale. 

Laissez-moi vous dire tout d'a- 



soiree fut des plu.s orikinala* -W f M CRmme SaHe d * dM 

o f ganlsatr.ces ^iten^ et ft T ^ T^ i S** 
citation, P.„. f„^;„- rr\ V clusavement pour les 6 



citations. Pour terminer, Tout le 
groupe chanta en choeur, puis le 
Pere Gendron remercia les iriqr- 
mieres et tout specialement les 
etudiantes en premiere annee pour 
un si beau succes. 
Election 

S'il y^das. initiations un pen 
partout, il y a aussi des election. 



i nc ;„«„«,. •„ ., , *" - i"' w ". ,u »^'eni-jeurs pu 

bm .nhrmu,,, ont elu leur ,,, Uun f) , u ^ ™ , £ 

Ml. Void comment fj est const,. , Mais M phl , (1 ,-' t( l )Ut 



PAUL'S 

Credit Jewellers 

Le roi de la trophee*. 



5, rue Nicholas, 
Prop: PAUL LAPERRIERE Ottawa 



J-PAUL DAOUST 



tue: 

President*: Lmirette Iloudreault. 
vTce-preaid ente: Joan Mynes,. 
Sec. fraiycaise; Gisele .lolicoeur. 
Sec. anjrlaise: Vena GomcIIr. 
Tresoriere: Marthe JolicoftOx^.- 
ConHeilleres-: 

3e annee: Francaise: Jacqueline 
KojH Anglaise: (iene Couture. 

2e annee: Francaise: (.ilberte 
Berthiaume; Anglalfte: Mary 
Street. 

Ire annee: Francaise: Raymonde 
'•nay; Anglaise: M argot Couture. 

On nous apprend en <K-rni«re 
heure que la retraite ' franca:.-,, 
prechee par b> R. Pere Gadoua- 
aura lieu du 14 au 17 octobre, et 
1« retraite anglaise, du 21 au 24, 
et sera prechee par le'Pere Hen- 
nassy. 



ises ex- 
pour les cadets et 
autres dfTiciers de reserve. Par 
aill.urs, chaque samedi soir les 
cadets avaient le loisir d'emmener 
<les invites(ees) au "gunroom*'. ■ 
Le lendemain de notre arrivee. 
nous fumes cquipes de pied en 
tap. Tous furent tres satisfaits 
dU nouvi-l "unif.inne sauf jpielqUeB 
u ns qui trouverent leurs pantalons 



cela. la 

ville d'Hulifax elle-meme nous 
preparait unr interessunte lecon 
j Phistoire locale ; \ I'oceasion djy 
bjcentenaire de sa fondation pai 
Cornwftltis. Concerto, opeTettW, 
defiles de tous genres, regattes, 
pageants historujues. - V!sitOs« de 
nayires americains et anglai i 
nombre d'autres evenements s. 
BUCC^dereftt afitsi sans fin, tout 



Initiation chez les ."" 
scolastiqucs . . . 

U ¥ *-»«teicsfiiBtra»r«. I'mstffut 
de philosophie; des boucles bleues, 
des reglements a observer, des 
impitoyables policiers en quete 
d'infractions. . . II y a eu la 
soiree, et sans aucun doute chaeun 
se rappellera du cynique procc-r 
aux chandelles que les amants. 
de la sagesse i.e. les' seniors, in- 
tenterent contre les imties. Sou^ 
les lueurs falottes (sym^ole d'hu- 
militet son hnnneur CyrflG I 
tant, appuye sur un bouquin qu'6n 
« J PPHI, -.!„. f; redr eul furte 

afTai,re a ecoutcr. di>tmguer «t 
surtout porter jugepien t tant Its ' 
plaidoyers etaient J.. . re 

autres celui de notre ami I), lv 
Latin, francais, igj^aJi furent 
cu.smes sans vergo^n,. e t surtout 



mmf 



Jacqueline Mitchell 
TEL. 6-1200 RES. 3-12C7 

LE : .CENTRE DES 
FLEURS 

" Angle des rues 
Osgood* ef College 
Ottawa, Ontario » 



lY-te. 

Et voila, tout cela plus une 
-wide plus que suffisunte durant 
trois mois. FA pourquoi? Sim- 
plement pour que nous nous sou- 
mettions a une demi-heure d'exer- 
cices de culture physique le matin, 
quelques heures de cours par jour 

et (,eux S?" 1 " 1,8 de Parde a tons les 
si* --jours. — i ~ 

Ces cours, eependant, consti- 
tuent la partie importante de cet 



saupoudres a raison ptir les rirea 

que dedencherent le m u. ir'^euj, 

.''unique mot intelligible d„ ^ 

ees: COT PA RLE! ^fc»-«^ 

C^eut ete san, doute finir 
une note discordante que de tout 
terminer la. Disons que ces mes- 
sieurs, maintenant nos freres d«- 
partage avant de deiruster 1, s 
sandwichs de Moriasda Lamotbe, 
firent de leur mieux pour faire 
danser les compagnes des ffeng 
de deuxieme. Tant bien que mal, 
nous devions endurer, etant tous 
maintenant d'une meme belle et 
»rrande famille. Le greffier 




cours de trois mois, je n'etais 
pas bien brave! J'avais peur du 
nouveau genre de vie qui m'atten- 
da it au village brock villien. J'avais 
peur, mais de quoi au juste? Des 
mauvais coups que pouvaient m'as- 
sener les malades mentaux. les fu- 
rieux surtout. Et dire que je suia 
revenue saine et sauve! . . . 

A quoi done attribuer cette 
crainte futile mais non moins re- 
elk-?' A 1'ignorance du compor- 
tement du malade aliene, de son 
histoire de cas qui nous renseigne 
bur a*a~ Lauras- d'emportement et 
d'accalmie. Bien souvent, nous 
erafgnons parce que nous ne cher- 
chons pas nos raisons de craindre, 
paralyzant ainsi nos actions. C'est 
par 1'etude attentive de chaque 
patient, la comprehension de sa 
condition nerveuse, I'explication de 
Ml reactions, auxijuelles il faut 
toujours s'attendre, que nous re- 
j»rimons la peur. 

T*» proldeme de-la peur eta 
regie, il s'en posa un autre .qui 
me semblait indechifTrable. Com- 
ment peut-on ramener ces grands 
malades a la vie normale" J'etais 
jjuj tfehlpe de ThomSsTTinrn'- 
<JuIe et ce n'e^t qu!apre« avoir vu' 
j'ai cru! J_ ' • 



ment, il y a les cas chroniques qui, 
eux, ne peuvent -guerir, mais les 
autres ne font qu'un certain. stage 
d'internement dependant de 1'acui- 
te de leur maladie. N'allez pas 
croire que les malades mentaux 
sont malheureux d'etre internes. 
Au contraire, plusieur.s benissent 
lisons ou on les recoit avec 
hospitalite, leur prodiguant les 



Louis Vincent, 
nl'autre jbur, me demkndait du 
naut de sa dignity ce que je 
pensaia de l'initiation. Je 
nose pas me prononcer per- 
sonnellement car je ne suis 
pas la seule ' victim'e. 

Alors, j'ai: cru bon d'inter. 
yiouer tous les "Frochs" que 
j'ai eu la chance de rencon- 
trer. O'est la que j'ai cons- 
tats que la majorite appre- 
ciait fortement l'initiation 
tres raisonnai^|^de notre de- 
voue Moe Jana. 

Les autres, moins satis- 
faits, pour des raisons qui se- 
rvient majeures ailleurs mais 
moindres chez-nous, m'ont ex- 
prime un certain mecontente- 
ment , qui se basait sur le 
manque de severite de la part 
des seniors a notre egard. 



r 1 

de ' nos" ''invasions" des 
couvents de haute renomm^e, 
la Notre-Dame, le Bruyere. 

de nos "visites" aux Edi- 
fices parlementaires . . 

de notre "passage" aux 
collegiates . . . 
v En un mot, je puis con- 
clure que l'esprit universitai- 
re a pris naissance meme chez 
les plus indifferents. Les 
Frochs sont fiers de leur belle 
semaine et ont hate de faire 
souffrir a leur tour d'autres 
innocents 1'annee prochaine. 

Felicitations aux organisa- 
teurs qui, par un devourment 
inlassable, meriterent le suc- 
«('s remporte. 

par Lucien Lapointe. 






■ -Awcune ""penitence pnhl i. | nkv^imiP 
aue imoosee. telle nup nm. K I, J* , 4"C 



que imposee, telle que pro- 
mise 



AfTaiblissewjent des - regie* ^ l }^ d 'E ducation Physique- A l'u. 

mon'fa anrao m,r>l n ,... n ^~.*.-, niversite d'Ottawa J<Wa4. !.:.._ . 



passer im toute -sa~-vie. Bridem- 1 vrlle, j'ai 'retenu par-des?us tout,. 



bord que malgTe ma desigTiation a »oin« appropries, le pain quoti- 

... . . .... .j .._ ..* i _-« Btrti i m^i 



dien et le grite. Penetrez a l'inte- 
rieur et vous constaterer qu'il y 
regme joie, bonne entente et con- 
tentement. Les traitements les 
plus en usage sont ITiydrotherapie, 
I'electrotherapie et la psychothe- 
rapie. Ce dernier est le plus im- 
portant, car il s'agit de compren- 
dre le malade, de le faire parler 
afin de decouvrir ses idees peut- 
etre jamais emises jusque-la, idees 
qui, aujourd'hui, sont- cause du 
bouleversement mental. A ses4 
heures d'accalmie, le malade a be- 
som de recreation, de. divertisse- 
ment soit intellectuel ou physique. 
S'il est artiste-peintre ou musi- 
cien, qu'il pratique son art, ainsi 
son esprit etant pecupe, il oubliera 
ses troubles jllusoires et halluci- 



natoires. C'est a ce moment que 
l'occupation therapeutique entre 
en jeu dans la maniere d'interes- 
ser les malades et c'est pourquoi 
on trouve des instructrices a uni- 
■ form es v er t s — et — aoiffes blanches 
dans la salle de travail de.ces ho- 
pitaux. Pour. les gtni qui aimenl 
In K-ctuit'. il y a unt- bibliotheque 
a leur disposition. 

Bt c'est ainsi qu'ii la lumirre do 
^experience et de la connaliSJOTCe 
tlH'oiuiuc, le dernier voile de mes 
preju^es est tomb^. L T aTIe ne>meri- 



que le malade' mental est une per- 
sonnje. humaine avec tous les pri- 
vileges attaches a ce titre. il a 
droit au respect et ce droit pou» 
empeche de le regarder de haut. 
A ce droit correspond le devoir 
pour moi, pour vous, de travailler 
a la rehabilitation, a la readapta- 
tion de ces malades aux cadres de 
la vie normale. A quoi bon, en 
effet, les hopitaux, si le malade 
une fols gu£ri, tbmbi dans un mi- 
lieu qui le traitera en paria, si les 
bienfaits d'une convalescence lui 
sont refuses ... De cela, nous 
vous entretiendrons une autre fois. 
Par Berthe Vaillancourt, e.g.m. 



ments apres quelques joUrs 

(ex.: trottoir des Arts). 

Nos aines pretendant etre 

f severes, prenaient les horns 

r des froshs d^linqaants mais 

sans les rapporter au comite 

central ; . .^ __n 

Les seniors manquaient 
de force dans le commande- 
ment: plutot que d'ordonner 
en Gestapo, ils demandaient 
gentiment aux verts s'ils vou- 
laient faire telle ou telle cho- 
se. . , , 

Heureusement, ces plaintes 
n'etaient^pas generales. .1a 
majorite conservera de bons 
souvenirs . . . 

de nos parades au Plaza 
et aux joutes d€ rugby (avec 



L'heureuse innovation de 1'Ins- 






Goethe a la salle Acadcmiquc 



niversite d'Ottawa denote bjen que. 
notre Alma Mater pro gTeSge t 
raeme pren<l de 1'avam. -„r leg 
autres colleges. En effet. elle est 
la premiere univereite canadienne-- 
francaise a mettre ce cours a la 
portee des eleves. 



Tel qu'annonce dans notre der- 
niere edition, 1'Universite d'Otta- 
wa consacrait le dimanche 2 
octobre a la memoire de Goethe. 
L'honorabie T. Rinfret, jug e en 
chef de la Cour -supreme et son 
epouse representaient le Gouver- 
neur general du Canada et Lady 
Alexander of Tunis au concert- 
causerie, dont l'auteur etait M. 
Paul Freed. 

Monsieur Freed 



< 'e*t un faux p rejijge' que de 

ciuire qu'un, mu-, uric twig tal peut gllprir. et il guirit. 

italiaef da ws"T m- asile doivej De' mon court <iav»' a Brock- 



fut presente 
jjpar M. Emmett O'Grady comme 
une competency vn la . matiere. 
D'orig UM allemande, diplome de 
ITniversite de Vienne et piofes- 
seur de litterature allemande a la 
faculte des Arts. Monsieur Freed 
nous (it t'eloga enthousiasme du 
^•-■riic universe! de fioethe. "Ma- 
danu Freed n ous donn a lecture de 
Li partie anglaise du programme 
et le It. P. ShevennelL o.ni.i., de 
la p;nti«' franvaise. 
<Jui est (Joethe? 




JEUNES GENS, 

vdtre mariage 



teur de Werther, Herman et Do- 
rothee, Iphigenie, Faust. C'est 
Faust et les poemes lyriques qui 
ont place Goethe parmi les plus 
grandtr poetes. 3clon Monsieur 
Freed, "Faust" n'a pas d'egal en 
litterature allemande. 

Les qualities maitresses de ses 
oeuVres, ce sont la sincerite et la 
simplicite. Goethe ne pouvait 
ecrire de poemes d'amour. que 
lorsqull etait en amour. II aimait 
la verite. Son style est elegant 
et pur. 



II faut le preparer, el des maintenant. Solver 
les Cours par .correspondance de Preparation au 
mariage. 

Demandez au comploir du CENTRE CATHO- 

LiqUK, . angle Stewart et Waller, le feuille de* 
renseignements sur notre ('ours de Preparation au 
manage. 



!■ '. 



" . 



Ne en 174!» a Francfort-sur-le- 
Mein. il devait donner a 1'AlIema- 
gne le plus eelebra de ses poetes, 
celui de qui Napoleon devait "dire: 
'•Voila un homme". 

Gellie universel et tres precoce, 
Je plus grand lyrique de son age, 
Goethe fut bout: poete, acteur, 
peintre, commergant, musicien, 
ministre d'Etat, linguiste {\\ ecri- 
vait des lettres en sept langues 
dirrerentes^-; '1 etudia la philoso- 
phie, la medecine, la geologie, le 
droit, les mathemati<)ues. l'his- 
toire et Pagrieulture. Recu avocat 
a 22 ans. A 27 ans, il est premier 

ministre. [ 

&$ vie, est tissce d'un labeur 
inlassable. A quatre-vingts ans, 
ses oeuvres retmies" formaient 
soixante volumes. Deux jours 
avant sa mort, il aHaThercher uri 







peu de terre dans son jardin pour 
I'analyser. II mourut en" 1832. 
L'oeuvre de Goethe^ 

Elle comprend des drames, oo- 
medieyr tr a gedi e s, iliscourg l politP' 
<]ues et sociaux, des lettres, des 
poemes lyriques. Goethe est l'au.- 



Goethe et les musiciens 

Les oeuvres du pqete ont inspire 
bien des musiciens. List, Men- 
dhleson, Gounod, Beethoven, Mo- 
zart, Schubert, Shurnan, Bhramms. 
Tous fur ent-saisis par la quaiite 
de son art. Beethoven dira de 
lui: "II est le plu.s pr^-ieux joyau 
de notre nation". Schubert et. Bee- 
thoven y ,ont puis 
d'oeuvres nioubliiible"s. 
Goethe et l'esprit francais 

(.oethe manifesta un grand in- 
teret pour -la cul'ture'et les auteurs 
francais. Cm trouve dans son 
theatre des vers 
comme ceux qu'on trouve dans 
Corneille et Racine. 

Son a u teur favbri est -Moliere, 
qu'il considerait comme un esprit 
"hautement cultive et aimable". 
I! lisait et relisait le "Misan- 
thrope". Goethe ne cachait pas 
non plus son admiration pour Cor 
neille et affirmait que "un si ma- 
gnifique sommet rie peut se reali-i 
ser deux fois .dans aucune autre 
ville". Corneille etait pour lui un 
"grand poete dramatique capable 
de faire passer son ame dans celle 
du peuple". 

On dit meme que . sa mere se 
faisait un orgueil de se presenter 



Cet Institut se developpera par 
etapes. En 1949-o0. il 3 e contente 
d'offrir aux etudiants la premiere 
annee de ce cours, quitte a ajouter 
les trois autres annees qui per- 
mettront a un eleve d'obtenir le 
degre p.A. en education physique 
ou encore- un B.Sc. en education 
physique. Ce cours ressemble de 
beaucoup a celui des Arts, mais on 
y ajoute une £tude en psychologie, 
en biologic et en commerce, puis 
un cours de pedagogie. L'eleve 
pourra ensuite se specialiser en 
travaillant encore -un an pour ob- 
tenir sa maitrise. 

II est toujours interessant de'sa- 
voir a quoi une chose abdutit. 
Dans ce cas le but est* allechant. 
Les individus qui possedent un de- 
gre d'Education Physique sont 
tres rares et en meme temps sont 
en tres grande demamde. Toute 
industrie moderne, toute--compa- 
gnie d'assurance, tout college et 
meme bien des- villes, telles Mont- 
real, Sherbrooke, Trois- Rivieres, 
attendent des hommes competents 
pour mettre en oeuvre un pro- 
gramme recr^atif qui devrait faire 
partie de leurs occupations. 

Et voila la tache da ' Capitaina 
Tilon a 1'Universite d'Ottawa. Au 
High School, c'est lui qui s'oc- 
cupe de 1'organisati.u, dej sp ( ,rts 
chez les externes. A la faculte .de*_ - 
Arts, il enseigne les lujetfl requis 



en dehor? du cours "pi ajpFi des arts 
j»our ul.tenir yn degre en educa- 
tion physique. II s'occupe aussi 
Uguei fhTerscolast iques «-t 

Intereollegiales. En •, ma 

question eoncernant les fruits du 
Tabeur d'un tel cours. il me repen- 
dit: "Si j'avais a him d:^p, sittr.n 
5,000 individus possedant un-d< 
en education physiq;^. \\ me^erait 
dramatique*- facile de les placer tons ,, ( j es pa. 
laires plu.s qu'atti ay.iM: 5, I ,, 
cours comme celui-ci. contfnua-t-il, 
donne a un individu to.it le mate- 
riel propre a former un chef solftfc 
dans pes prineipes r eligieux aiissi 
bien que danTtDTit-ce^qui concern* 
le corps". . * 

Nous sommes ftcra de notre Uni- 
versite parce qu'elle a pris 1'ini- 
tiative de farmjer ckez_4es— etu- 



ainsi, en francais: "Je suis la 
mere de Goethe". Et n'avait elle 
pas raison, la bonne vieille, de res-, 
sentir un petit frisson d'orgueil ? 
Car " toutes : '"liea " meres J ne sont pas 
la mere de Goethe! . . . 

Louis Desbiene 



diants des chefs competents, ca- 
pables de diriger demain la iociete 
dans toutes les spheres de l'acti- 
vite humaine. 

Guy Hurtul 



- TRIBUNE LIBRE 

Des aujourd'hui, vous avez 
le droit de critiquer les arti- 
cles qui ne vous vont pas (cri- 
tique constructive £videm- 
ment 1) 

La parole est a tous. Ne 
vous fcenez pas. Une colorine 
speaale vous est accorded. 



i 













naukafliipl 



. 



4 . W"*** 









I, . 



-2 r- 



— • 



-^■. • ..' 



^T— 






I 



■^s 






-\ 



^ 






4 ' 



• •' 










£# 



t 



- I 



- U_ Li 



?r 









Page 6 



LA 



ETUDIANTE A LA MODE 

"La Rotondt", comme toutes les I conjbattre 1'etatisation de son 
t.M.'iantes a ia raode,^ecevait metier. Souvent, est-il vieux, tres 
Waifi, d.son.sle tout de suite, ajocc.ipe; ses interims personnels 
l.n.ontre de celles-ci, elle rece- 1 «d»t peut-etre eussi en jeu. Mais 
vail duns un but purement et unf IVti-d.ant! ... 11 est jeune, plein 



ROTON D E 

a — i — -** ; 



12 octobre 1949 



quement -intellectual. Desireuse de 
donntr.u see "membres'" une meil- 
k orb comprehension du journa- 
1 j -.m,e etudiant, elle avait invite 
1 crnand Dumopt, etudiant en 
"m:k'« socialetf- de Laval et pre- 
scient de la Corporation des 
Km ho L ,-rs (Jnffrnneurs a venir 
jas. r di' journalisme lors d'un 
di-jt-uner-ca liberie. 

r» rn.-r.d *!» intitule sa caus< m. : 
Lt.< uw.^ actuelles. du journa- 
lisme etudiant. 

Ce sd"nt d'abord quelques mots 
d'histoire: un monde a part, en- 
dormi, qui tout a coup prend con- 
science .de lui-mcme, de ses 
taches et de ses possibilites. 
Quinze ans sonfc maintenant ecou- 



de pep et de -santa. ... Et parfois' 
aussi, plein de bon sens. Et c'est 
dang le journal qu'on trouve corn- 



En un mot, le journal doit avoir 
dans le milieu- la place qui lui 
revient: 1'exprimer et le dinger. 
11 doit donner a l'etudiant la place 



L University perd un 
trophee au tennis . 

Le Lisgar a enfin reussi a enle- 
ver a l'Universite le trophee inter- 
scholastique au tennis. Durant 
onze annees consecutive*, soit de- 
puis 19b'8 l'Universite avait 'rem- 
porte 1'embleme de la suprematie 
au tennis. Ce fut une cuisante 
defaite pour nos porte-couleurs 



Au Pantheon des Sports 



me en pilule Ja pensee etudiante»r ca? le Lisgar rempqrta les hon- 



neurs au compte de 5 a 0. Bien 
que nos representants: Raymond 
Lalonde, P. et B. Masse, R. Lortie, 
M. Viau Be soient rendus en finale 



qui lui revient dans le monde: lui et aient joue avec brio, ils ont du 



apporter le point de vue que lui 
(ul est en mesure d'apporter. 

L. Desbiens 

L - 



L'etudiante et Torientation 



Depuis envirop soixante ans on 
a"" constate dans la societe une ten- 






' ncjL A_ amil io.rer.-ia lumditi w d« f * er 
4e*,— Les etudiants »e sont orga- ] a femme. On lui a reconnu les °DLTA * s *»M« Nous avons done 



baisser pavilion deyant des adver- 
saires plus experimented et en 
meilleure condition physique. En 
effet, Lisgar, ennemi proverbial de 
l'Universite, avec des joueurs tels 
que Ned Rainboth, champibn ju- 
nior de la region, a fait preuve 
de superiority .marquee. 

Depuis 1926 l'Universite a ete 
le detentetir du trophee de 



Marc Rochon. notre spectacu 
laire etoile, a fait ses debuts 
comme "coach", vendredi dernier. 
Bien que ses jeunes aieht subi un 
revers de 6-0 aux mains de 
"Tech" dans la ligue jnter*colas« 
tique junior. Marc est plein d'en 
thousiasme et se promet bien de 
rempofter la premier championnat 
junior, "Deal temps modernes", a 
l'Universite/ On se souvient que 
le dernieXtrophee fut gigne alors 
que^mtfnsteur Denis Harbic jouait 
dans le-rhamp arriere (environ 15 
ans). Si Marc reussit a cqmmu- 
niquer sa science, son flair, sa 
rapidite a ses jeunes, le champion- 
nat est dans le sac 



Un local pour 
Pexecutif des Arts 



nises. et voila que maintenant, on 
" semI>le~"tourner sur pl|ceT C*est 
tout particulierement le cas de 
nos journaux. Ils semblent tour- 
nec.sur place. z .. a 



memes droits qu "a 1 ' h o n i me. Fi- 



Btt-Ce qi 



nis . . . les jours oil la femme n'est 
qu'un etre pour la cuisine. Finis 
les jours oil. la femme n'a mot a... 
dire sur las questions sociales. po- 
liti que a t . t ww siw i q w B q» 



esj).-rance tjirc 1'an prochain le titre 
sera de nouveau dan6 nos mains' 



Nos felicitations a Gaetan Va- 
etudiant en medecine, podr 



Le conseil de l'Association des 
Etudiants de la Faculte des Arts, 



Le Pere Raymond Lemieux, mo- 
derateur des sports, en collabora- 
tion avec M. Denis Harbic, direc 
teur, voulait organiser une exhi- 
bition entre l'Universite et le col- 
lege Carlaton atr Landsdowne, 
sous les lumieres. Il 8 ont fait les 
demarches necessaires aupres des 
autoritea et ont obtenu le fameux 
champ. De^son cote, M. T. p. 
Gorman ne se fit aucunement prier 
pour mettre ses lumieres a l a dis- 
position des deux clubs. Tout 
allait bien jusqu'ici. Cependant 
les "tres sportifs messieurs de 
1'Hydro", trop gentils pour refu- 
ser, se contentercnt de charger un 
tarif exhorbitant pour Jeur fluide 
electrique. C'est pourquoi, la par 
tie fut jouee sous la lumiere du 
bon Dieu, saraedi apres-midi. 

Notre club- de "footbaH" a deux 
capitaines, cette annee. En efTet, 
apres un vote entre les joueurs, 
Bud Archibald et "Tiny" Wilson; 
furent elus avec le meme nombre 
tie-* 



12 octobre 1949 



LA ROT/ONDE 



SPORTIFS 

par Gilles Hurteau 



ciera desormais d'un locaJ person- 



tarie 7 . . . Ou ne serait-ce pas un 
malaise apporte par une crise de 

croissance? 

Nos journaux soufTrent plutot 
d'un manque d'orientation, S*-lon 
Fernand, "il nous man<)Uf le sens 
et la pensee de 1'origine". L'etude 
du role que^doit" jouer un journal 
dans sob milieu nous apportera 



t -., 



'sans doute la solution au pro- 
blem e. 

Le journal doit ftr'e l'expresslon 
du milieu. II doit aussi le depas- 
ser, en ce qu'il doit le diriger. II 
doit apporter son point de vue 
dans le domaine de l'education, 
des loisirs, de la eulture. 11 doit 
orienter la pensee de ses lecteurs. 

L'etudiant doit apprendre a con- 
najtre le monde dans lequel il se 
lancera plus tard. S'il a actuelle- 
ment des revendications a faire. 
valoir en politique ou dans la 
societe, s'il est en favcur— d'uoe 
recherche plus etendue dans le 
domafhe screntifique, s'il est oppo- 
•t'etatmation de la medecina, 
il doit parler. Car il jouecS peut- 
etre un role dont il est seuUcapa.- 
ble, un n>le qui. lui revteht. \je vue de l'eludiante. 
medecin ne pou'rra peut-etre pas 



gardent autant que l'homme. Fi- 
nis Jes jours ou on croit la femme 
moins lntelligente que l'homme., 
enfin, finis les jours oil lui sont 
defendues les etudes avancees. - 

Aujourd'hui, la femme se pre- 
pare a sa vie future par Tetude. 
Tandis que nos grand'mere* n'a- 
vaient qu'un but: Le mariage vers 
l'age de r8 ans. Lea jeunes filles 
d'aujourti'hui veulent une profes- 
sion et le mariage un peu plus 
tard. La femme doit jouer un role 
de plus en plus important sur le 
plan politique, social, religieux, 
national et international. La for- 
mation qu'elle-recoit de ses etudes 
et la carriere entreprise sont a 
elle pour la vie. En cas de necessi- 
ty elle est prete a faire face a tout. 
Apres le baccalaureat, on grand 
nombre de professions sont ouver- 
tes- a l'etudiante: la medecine, le 
journalisme, le droit, les sciences 
politiques. la dietetique, les lettres. 
la bibliotheconomie, le professorat, 
les recherches scientifiques, etc. 

Dans la prochaine edition de La 
Kotonde. cetaines de ces profes- 
sions seront traitees au point de 



sa brillante victoire sur Dick j nel, situe au sous-sol de l'edifice 

^'herr^, un j ni i eu j - qui a conau da ;4c la^ I'aruU'^ das Arts 

grands succes dans tous lea. tour- 

nois regionaux. Par sa victoire, 

Gaetan a merit* le trophee Hegg- 

veit, epibleme du championnat en 

simple pour le tournoi "Invita- 
tion" du club Rideau. 

A quand la formation d'une 
equipe de calibre senior au' tennis? 
L'Universite possede des joueurs 
tels Gaetan Valois, Stag Brau^ 
et autres capables de_pprtor di- 
gnement seB couleurs. 

Kay. Martin 



quusemble vouloif faire beaucoup ?' Cr ° TX - N o*" fi ^< , HaTions aux 
parler de lui cette annee. benefi- br,llants capitaines et nous leur 

Rouhaitons d^decrocher les plus 
hauts laurier8. 

Les inseparables amis lvte 
Genest et Faul Allen deviendnmt- 
ils les "Touchdown Twins" de 
l'Universite? Tout 'seinble aller 
assez bieiyjosqu'ici. Genest prend 
plaisir a dem olir Tennemi sur la_ 
ligne pour permettre a ^llen de 
gagne d'importantes verges. 



Ut Incipit Sic Finit 

(Suite de la page 1) 

Ce qui commence bien, finit bien... 
Une- mei-veilleuse soiree etudiante 
couronne tfl semaine d'initiation. 
C'est tout de meme bien amusant 
l'initiatioh . . . Louis Vincent 



Jeanne Berthiaumc 



7- 



M. Whitney Corcoran, etudiant 
en 3e annee de Commerce, a ete 
choisi comme president de la 
societe des debuts angiais, pour la 
presente annee academique, Cette 
nomination s'est faite lors d'une 
reunion d'ur^encc. tenue dimanchd 
niat:i). le 2 octobre. 



MAISON DES ETUDIANTS 



Depuis longtemps deja, le local 
qu'il partageait avec lesmultiples 
organisations du "Matric", au 
sous-sol de l'Fcole des Sciences, 
etait devenu par trop exigu, et 
ne repondait pips du tout' aux qom- 
breuses activttes et exigences des 
"aristos" des Arts. 

Maintenant, ces messieurs ju- 
bilent! Bien cales au 1 fond des 
fauteuils, leurs longs pieds instal- 
les sur le large bureau, grillant 
une cigarette ou suc/ant leur pipe, 
ils benissent les autorit^s qui leur 
ont si genereusement fait don de 
cette "taniere". 

Quand on possede un local, il 
faut bien le "garnir", n'est-ce 
pas? Attention, messieurs de la 
Federation, le conseil des Arts 
fera- une descente chez le treso- 
rier de la Fede, avec une longue. 
reclame d'articles de bureau indis- 
pensa.bles. Vous ne pouvez tout de 
meme pas, il me semble. laisser' 
ccs dignes conseillers diriger les 
destinees de l'Association des 
Arts", dans la nudite quasi totale 
<le leur local'! 



.„ ',1m J ^andonne cett. annee, POUr 1. premiere fois d.pui, 

n» *' < "' art J de " ieC ' e ' '" f00tba " 'ntermidia.re; le firuk 

Ottaw.-3t-Uurentd.na l«, u .l „ otre eqnipe intercolle^iale evolt 

din, rr.iT n,t r casion d ? ,,ou8 ritM >* •»*«««. 

™ H °„ 7 "T * d * t ° 6 ° nn " ' W****** « reputation 
d antan dans le sport senior intercollegial 

La campagne du Cldb Grenat et Gris, pour la resu'rrection 
des sports de cahbre senior a l'Universite, bat son plein. On nous 

GRENAT eVgTiT i^tr: *»* Wta,M ' "P^tanl °d U 
p. . A T 4 ET ,r RlS ' ,nc " doivent rencontrer tous les joueurs de 

:.T„re7C^r. ,e ™ jour8 - d afin de ieur *• •» — ^ 

Le CLUB GRENAT ET GRIS, inc., tiendr. tout probablemen' 
21 oTLT , ! °T " U "^ >th ''"" d8n " " Kyn, " a " aux environs d, 

UZ ? T "T'T ''*"*" deS meil| 0'»-« equipes de;r«»t du Canada 
comme apeakers'' de CTcons.an.e. Ce ,era aan., doote une m. e m 
flqae occaalon.pour les Rochon,' le a Beau.iry, les Wilspo e tJes William 

1C3 Vf uiJ ty > les C o rn a l l i e r, U e 



Varsity dfroute le Carleton 16 a 6 



Baraabe et bien d'autres. Invitation 
rir l oct„bre Wtive. dStUwa d'assister a ce £™ 

* * 



Samedi dernier, sur le vAr- 
doyant plateau de la .cote de 
Sable, qu'on appelle commune- 
•ment 1'Ovale, les Carabins ont 
triomphe des etudiants df» Carler 
ton par I'imposaat pointage de 1C» 
a G. La joute ne fais'ait point 
partie du programme regulier. 

Des le debut des hostilites, dcu\ 
^superbes plongeons de Slim Wil- 
liamson et un magnifique botte 
portererft notre equipe e« terri- 
toire ennemi. 

Apres avoir essuye deux revers 
consecutifs contto notre ligne, les 
equipiers de MacWaters se virent 
dans Tobligation de hotter, mais 
Archibold perca la ligne ennemie 
pour "etouffer" le botteur. €e 
fut sur le jeu suivant que Slim 
WniiamSon decida de faire des 
siennes: II lanca un long ballon 



FRAIS SUR GLACE 

Dans les journaux quotidiens on 
mentionne deja a grands coups de 
manchettes les perspectives sur*le 
hockey pour la saisort d'hiver. Cha- 
q«e chroniqueur sportif y .va Je 
Mfl potin, le hockey fait place a u 
baseball, une effervescence indes- 
criptible regne. Sur une plus 
basse echeljeja meme chose se 
produit presentement a l'Univei- 
site, les potins vont leur train. 
C'est dans le but de eonfirmer cer t . 
taines de ces , rumeurs et -d'en 
faire evaporer quelques autres que 
cet article a ete redige. 

Au hockey .^ 

Circuit Junior City 

Dans un avenir 



Jean Cote, sec. 






(suite de la page 1) capable dabritcr iiik- patfe de 

distance jusqu'a cette date, spectacle, un orpheon. une dis- 

II ne faut pas qu'un projet cofheque. une piscine, des sa- 

d'une telle importance WJtl l( ; ns de reception, une salle 

n-dmt ;i rien pour les beaux d'amusernenLs interieur^^tebrl 
yeux de . . . Madeleine v d'V- Me l>adnii?Uon. ping-i>on^. bil- , 

vette. etc. lards. <,ui)le.s et autres, et i 

ii • • i , . cnambrea pour les invites de 

Le but pnncpal esl de |.ro- ,„ FY .,l«. rat on. 
senter quelque choset de con- 

cret auj sujet d'un 'home" Le x:6te financier du brojel 
etudiant. Avant d'atteindre : - s era ensuite le sujet d'etude 
(*• stao;e> les membres du co- \ <te nos deux h'ommes d'afTai- 
mite d'enquete devront ren- ; r< ' ; Ha s'appliqueront a eta- 
cf>ntrer les autorit6s gouver- Dnr ll " bilan financier quant 
nementales pour obtenir une ' au coTH approximatif de 



THEATRE 



George McPhail. qui jouait une 
tres belle partie Tan dernier, ne 
peut s'aligner cette annee. J|\ ne 
pent pratiquer puisqu'il est enre- 
gistre aux cours du soir. 

L'Association des Anciens vient 
d'organiser une ligue de quilh-g. 
Le circuit comprend 8 equipes. 
Cinq sont c o m p o s e e d'anclens 
elevps, l'une est formee de Peres, 
une ; an (re d'eleves actuels et 
meme les professeurs laique?; en 
ont une. Des partie's tres achar- 
neesr *e jouent tous les lundis sbirs 
a 8.30 heures au York Academy 
(coin York et Dalhousie). 

Nous tenons a souligner id la 
bunne conduite des verts lors du 
la recente partie de rugby. Les 
nouveaux,. sous la tutelle-de Mot 
Janna supporterent le dub de 
Ifurs ens. applau.iis.sements. mu- - 
s.que et le reste. Vraiment, ce 
fut une belle manifestation dV,. 
prit sp«»rtif. ! 

ZIZZ Cuy Jibber. 



Nous^ne pouvons <fon'tinuer.sans rappeler le magnifique effort d, 
^ Carab.ns contre le Carleton la semaine derniere. La Hgne surtou 
mente tous nos eloges pour avoir etouffe 
tentatives si nombreus^s du Carleton. 



a maintes reprises les 



^-- ,e a.,it pour don-J ,e Cenat et &^^' S. "^ ^^ .^g 
ner » po.nts au urenat et Gns. veau valoir a 1'Auditorium Gor- 
Marc- Rochon pa*sa la peau del man. En effet, l'ouverture offi- 
perches pour cielle du circuit junior se fera le 
17 octobre de ce mois. Plusieurs 



compter le point additionnel. 

-, -• » ^^ iiiuin. nusieurs 

Les Corbeaux semblerent pro- veterans de riquipe junior de Tan 



• art Fait . f d f Concer ^ nt I"* de constater que nous avons au sein de 
rlZrl ^ d ! 8 athl ^ teS acc0m P lis ^i ne veulent p^s se fu.r, 
L Grenat ^ C^T T^* 80nt CGUX ^ Ui *v«lu.i«,U.di. avec 
L?.T ^ 6t - qUl aujourd ' hui »»<« "tisfaits d'afficher une 

tenue pass.ve et de suivre les developpements dans la coulisse. Que 
ceux qu, possedent Thabilete necessaire se fassent connaitre a tout 

QU , Ie°".Srir V - ri , a ° UVCrU ^ SC,n dM ^ Uipes ^^^»on 

leur Aim M t^ "°, UCleUX ' CUX aU3Si * dU d6VOir (,U ' i,S ° nt ™«* 

• sunnn^T r I' ? ,U SC fa88ent Un deVoir d'encourager et de 

supporter activetnent tout.es nos equipes durant l'annee ' 



fiter de l'intermission pour refaire 

leurs forces. Apr.-s 8 mi mites de nons ftntre autres 
jeu dans la seconde ; moitie. Calla- j l'as scoreur du^ circuit l'an der- 
Khan reus^t une m^rnitique pous- \ nier. -R*ne 'Cousirieku alias Eze- 
see pour compter les 5 points du|nicki, Bruno Trepanier. Claude 
Cependant leur point I Labrosse. Andre Brunet, Maurice 



FOOTBALL 
INTERSCOLASTIQUE 

Dans la premiere partie de 
football inter -acholastique de l'an- 
nee, jouee vendredi, le :*(), contre 
1'Bbole technique, nos Carabins 
seniors firent assez pietre figure, 
lis se firent def oncer litterale- 
ment par les rouges et noirs, poyr 
etre blanchis dans Un pointage 
de 38-0. Nos juniors fihent un 
peu mieux. . . L^s gars du.Tech 
ne retissirent k\ faire qu'un touche 
contre eux; resultats, 6-0. 

Mais la n'est pas la fin de* 
Thistoire. _, , lis firent ua retour 
sensationnel mardi passe, L'equipe 
de Don Loney tint les puissants 
joueurs du Glebe en respecrUuk" 



•/ 



che, rant toute la partie pour annuler, 



qui n'est pas 

deja si mal lorsqu'on regarde la 
defaite du 30. . . Notre ligne 
senior s'est visiblement amelioree. 
Les juniors promettent encore 
plus. . '. -Ds defffent le Nepean 
n3^ US " vle ^Yi^^ Wwm ^ P° ints cdntre.3. 

Tinm Knti^o •mf.-...- t>.... d i__ .. . 



Wif> 



CES AGAPES MEDfCALES 



charte d'incorporation. JF.n j travaux d'excavation, de cons- 
effet, la Federation de rUni- \ truetion et d'amenap:ements, 
versite veut etre reconnue . <«e notre future centre etu- 
comme \xm_- societe legate in- J diant. Rt si'il y a lieu, d'aug- 



Ne manouez pas d'aller 
voir Jean-Louis Rou\. Guy 
Provc^st, Ginelte Letondal 
et Hugette Oligny, \g 22 
ortohre dans la piece d'EIoi 
de Grandmont: "Un fils a 
tuer" En foule a 1'Ecole 
Technique. 



Dimanchc. le 2 octobre, un dj 
jeuner -intime reunissait guelque 
vingt-cinq confreres <lc trpi 
annee de medecine. C'etait U- pre- 
mie|f^ , H^^^erle^e--df jftmrrs ,\ ';, 
qui se repeteront toua . 



mitie 
. premier dimanches du m 
alteint trou buti : Une reunion in- 

I permet tie's ecfumgefl aim- 

'.iu\; la rpesse et une petite eatr- 
e permettent de nous retremper 
aux source- de doc-trine; unrtrniv. 
uriu- partie 'du programme fournit 
une r.-rr-'-ation educative. 



tation mfaillii.u. ,,,„. I)l( , u a 
I'Egrlise leur donnent el nor, ,,.-, 

idon ccllc (|il , lV,„nt pa.cn H3 

protestani veulent fern faire aVbii 
l; ' "P-ritualite* du medecin 



dependants de l'Universite et 
capable de contracter des em- 
prunts, d'emeUre des obliga- 
tions et d'exercer les opera- 
tions financieres propres a 
une corporation et. surtout 



pour solliciter un emprunt-dV f" >* <«miculte cette der- 
trois cents mille dollars du l 11 !^ f a Pe. il restera a .exe- 



gouvernement provincial. 

I Is ^devront ensuite voir au 
chdix* d'un site propice a la 
construction d'un edifice. Ce 
Rite devrait §tre assez rap- 
preiche de l'Universite pour 
etret facile dacces a tous les 
etudiants et assez vaste pour 
la construction d'un Edifice 



menter la. cc^isation annuellc 
des etudiants a la federation. 

y Enfin, le tout sera sou mis I 
Tapprobation des autorites de 
l'Universite. §i l e rapport 
passe sans difTiculte cette der- 



cuter le projet. 

Nous esperons que Initia- 
tive sera un succes, peut-etre 
y logera-t-on un jour la salle 
de redaction de La Kotonde. 
esperons-le. 



Bonne 

Marc. 

r 



chance, Paul 
^ay Martin 



et 



Les Compagnons de la 
chanson seronl presenter 
e* programme double avec 
'*La caverne des splen- 
deurs", de F^lix Leclerc. 
probablement le 29 novem- 
bre. "^ ■■ 



-nrs. le H. p, Renaud et le R. p. 
U-Kauir. £* Pere Danis R 
laissa qux-lques pensees pruti.|Ues 
propres a la meditation: ha rt( 
site d'une vie chretienne v«-< :ue 
et 2 — la necessite d'une spiritua- 
ls.' propre a la profession me- 
<inale. 71 adapta le prohleme de 
la vie , chrettenne a l'etudiant en 



medecine : nous scanmes ba ignes 
de tous cfiteg par un materialisme. 
par un. retour au paganisme; les 
oorrrmarwiements de Dieu sont de- 
venus pour beaucoup un souvenir 
historique que chacun interprete 
a. sa guise. C'est precisement hi 
qu'il faut reagir: chez nous-memes 
et par 1'entremise de nog contacts 
professionnels, reUblissona a sa 
plate le decalogue. L'essentiel, 
c'est d'inberpreter et de vivre ces 
commandemenu selon 1'interpr*- 



;^rrws i ; r Je 

se rappo (Tir 

*'»* le ( hrist dan^ chacun de nos 

patients. Comme le disait le i»r 

"xniUiZ au discours d'orjverTnrr de 

notre faculte de rm -u. 

Christ n'a-t-i] pas I. f .,, t 

son mm.stere parnn les' malade- ' 

tefl aveujrles. la. h-,,, 

rtK eurs?" 

Le Pere KenaucT deveioppa une 
ide> qui ne pent t'errncr .pie dar,^ 
un esprit seient.fique et ^n.fonde- 
ment religLeux; _l'Qiiand on fajt 
urie decouverte sclent ifi () ue.. c\ 
<*"»< qu'il y avait quelque chn e 
de "couvert". Ce quelque chose, 
real une paVtie de la v,cntr. I ., 
verit e exists done meme'sn n. 
ne la Ctfmiaissions pas auparavant. 
"Par la science, <„, decouvre Qei 
verites; en d'autres termes. des 
fragments de la Verite. done du . 
Beau et du Bon; comm& Dieu ♦ 
au-plus profond de chaque chove 
decouverte, plus le savant decou- 
vre de verllea nouyelles, ,plus il 
se rapproche de Dieu. • 

Le Pin-e Legault nous a presente 
un film tres interessant et ihstruc- 
tif sur la geographic economique 
du fleuve St-Laurent. 

H.-P. Bazinet, e.e.m. 



live deT rTl , C , harHe - 2 a ° U8t dU ,,Droit *' et toUt ^ e la -'ratSiite- spor^ 
t.ve de la Capitale, nous pr.ent de souhaiter im rapide retablissement 
a notre vertig.neAix Marc Rochon. 

* ♦ 

Gabriel Beaudry et Bill Larochelle, tous deux etudiants de l'Uni- 
vers.te representa.ent le Canada aux jeux Oiympiques qui eurent lieu 

inte^ILT. 19 / 8 - > Gaby, . qUl ' V ° ,Ue act -»— t avec notre equ," 
mter.ollegtale. fa,sa,t part.e- du contingent des rameur^. Bill Laro^ 
chelle. ancjennement des Mustangs de Western, fait fureur ces jours-ci 

IZ acres' ^ ™ » ^ !g "^ ? ^ ^ 
f . imfl Billy Ko^r, qui evoluait jadis avec le Canadien sur leur 
fameusej,gne de Joliat-Morenz-Boucher sera Vinstructeur de nos 

CitTa S ura e ST*"' ?? Y**"*™ ^^ *> >• H«n» J«nio 

^eTouera" t '2 t " ° Ct ° bre ' nQtre <^'Pe intercolle- 

giaie jouera sa premiere partie le .'{ decembre. 

* * 

soir, .» 1Ub ^ ^ Hd f e aUra "" ^ BnCe * r ^ li ^ res t0 «« 1^ dimanche. 
Tisait lorn " PaVi " 0n deS artS - La 9emaine ^HTte-re Ton 

V cTL, H DeSOrmeaux et Jacque^Ranger . la Presidence et b 
Vice-Presidence respectivement. 

"rTjJf** , An f i<m& r mb,< ^ t aVoir ab30r be tout Penthousiasme que 

ZltZ 1 < T at,on d l c, , ub Grenat et Gris - A ,a suite de *w 

gurat.on de leur nouvelle hgue de quilles, leur enthousiasme les a 
■•rte a lancer un defi sans pareil au corps etudiant. II nous faut 

'tt\T^!^2--* d ' une -- c - ^^J im ^bu a te_a^ du sang-froid 

<it bftrrsnerrs afiri de former une equipe formidable qui saur, 

r-ausser notre prestige aupres. des "Old Boys". 



additionnel "fut bloque par Archi 
bold. 

Apres une 'vertigineuse course 

de 35 verges, Rochon fut blcsse. 
Le meTdecin dit que Marc a un 

cartilage dechire a la jambe 
gauche. 

Peu apres, un savant jeu de 
passes de Cathcart a Allen, a 
Wilson, a Williamson, permit a 
ce dernier une majeure. Cath- 
cart rata le placement, laissant !e 
compte: 11 a 5. 

Au , milieu du- quatrieme quart, 
MacPhail, de Carleton, reussit un 
rouge, alors que Thompkins, -qui 
avait environ 25 verges a fajre, 
jugea sagement de ne pas sortir^ 
le ballon. 

Quelques minutes avant la tin, 
deux plongeons de Wilson, une 
longue passe - de Williamson a 
Allen et deux "autres eourses de 
Tiny porterent le pointage a HJ-d 
pour les Carabins. Le solide 
Kopack manqua la cible de tres 
ejrei pt>yr le eonVerti. 



Parent. Charlie Sirois dont les 
coups d'epaule retehtissants en 



11 faut remarquer que c'est la pre- 
miere annee depuis trois ans que 
Ws proteges de Marc Rochon 
jouent Jans la ligue junior. Si 
l'on-en jage*par le Commencement, 
nos juniors, avec-l'exprience qu'ils 
aufont acquise d'ici quelques se- 



._ .. — v "' •"""'<• acquise a ici quelques se- 

fa.sa.t une menat^pour les adver- j ma ines, pourront faire honneur-jui 
sa.res. Dans les buts laisses va- [ High-School de l'Universite\ 



cants par McLeod nous verrons a 
l'oeuvre Georges Fournier qui a 
fait ses preuves dans le circuit Nmw "perons que ' Te "Houver'eiiT 



senior pour le Grenat et Gris. 



intramural. 

* - 

Ferent^pl^DaBIemehrTe'saut des 
rangs juveniles au calibre junior: 
Tibi I^elletier. Robert Gauthier, 
Hubert Coijtantj Clermont Fre- 
chette, Germain Cleroux et Jean 
de Varennes qui est considere 
comme aspirant serieux au poste I quinze ans de service comme en- 



tralneur sera a la hauteur de sa 
position et saura .developper toua- 
les talents de nos porte-couleurs. ~ 
Pour ma part, je lui souhaite un 
heureux sejour dans notre milieu 
etudiant et beaucoup de succes 
avec l'equipe. M. Boucher herite 
du poste de A, Garland, qui apres 



i 



Nous sou hai tons un prompt 
retablissement a 
Marc Rochon ' 

La Kotont? 



de gardien de buts de releve. 

F:n plus - de ceux-ci, plusieurs 
nuuveaux dont la "reputation com- 
me artistes du baton les a pre- 
cedes a l'Universite et qui sem- 
blent posseder l'etoffe necessaire 
seront mis a l'essai. Nous lan- 
cons un appel a ceux-ci; -faites- 
vous connaitre au plus tot au pere 
Lemieux ou a l'entratneur car les 
repetitions rommenceront . cette 
semai ne. 

L'equipe Junior sera cette annee 
pilotee par Bill Boucher, ancienne 
etoile des Canadiens, dont le pere 
fut autrefois une etoile au rugby 



traineur sportif a pris sa retraite. 

Six equipes se diviseront les 
honneurs du circuit Junior cette 
annee: le Grenat et Gris, St. Pats, 
St-Charles, Hull- Volant. Monta- 
gnards et le Burghs. Esperons 
que l'Universite remportera cette 
annee le championnat. 
Circuit intercollegial Ottawa- 
St-Laurent 

II est encore trop tot podr faire 
des precisions sur ce circuit dont 
les activites ne commenceront que 
le 3 decembre. Mais le Pere Le- 
mieux nous assure que l'entrai- 
neur aura l'embarras du choix car 
le nombre des candidats semble 
tres eleve. 

K. Martin i 






VERTS INITIES AU- FOOTBALL 



• 



r " ■ ■ 






'•Vfrl.^' ont succombe aux 
attaquea rttte'reos de leurs grands 
fp'-res par If pointage de f>a 0. 
dans une joute amicale disputee a 
''Ovale re ler n,-t,,( 1I( , dernier. 

A|"< avoir bataille sur un pied 
degalite pendant toute la pre- 
n.-re moTtie^ de l'engagement, 
1 eq«ipe de la Rhetoriqu e declan- 
cha une offeiisive formTdable que 
nui eff ort d es '•Verts" ne put 

'arreter. Apr.-s U ne serie de 
courses etrr.ruc.. et de plongeons 
anducieux, les Rheto'riciens se ren- 
dirent jusqu'a la dixierne des 
."Verts". ■■De" la-TSSueur~nT une 
Pourt e - fen aatio n iu r Ue sur, le flanc 
gauche, coupa brusquement, se 
fautila a travels plusieurs adver- 
s aires et traversa debout la ligne 
pour compter la seule majeure de 
renjragement. Ray Lachance reus- 
sit le convert! et les Rhetoriciens 

.pr>naient une avance decisive de 
,; 8 Us •'Verts" revinrent a la 
j charge mais la technique defen- 
sive tout a. fait heterodoxe de. 
Fadversaire semblait les bafouer 

eompletement. 



. A TorTensive tant qu'a la defen- 
sive -nos "Verts'! presentaient en 
tout temps une regularity impo- 
sante; ils jouaient avec sys teme 
et entrain. .Mais nos Rhetoriciens 
ottblierent leur jeu systematiqae 
pour se livrer entierement au jeu 
scientifique. Ils demontrerent un 
repertoire de "plays" des plus 
vacies, ae se servant jamais de la 
meme formation, r»j a 1'wffen.sive, 
ni a la defensive. A 4'offensive. 
leur formation la plus avanta- 
KM-use_ semblait e^r-e celje ou huit 
j | » 1 1 e u rs , se passaient le ha lion 
dans le champ arriere; et de tout 
leTiig et le x.ag (jui sVn produisit 
c'etait ou bien "Two Ton 
O'Roorke" ou bien "Yankee" be 
&ueur qui etTectuaient des plon- 
geons retentissants. A la defen- 
sive les Rhetoriciens 'brillerent 
par leur absence Le dynamique 
O'Rourke affichait une tenue se'n- 
satiohnell'e on faisant de violent 
"tackles" tandis que ses copains 
se dj_sputaient a l'arriere pour sa- 
voir qui jouerait a la position de 
surete. 





Voici quelque* enthousiasten du tennis qui participent au tournoi organist au College Notre- 
Dame. Ass.ses. de gauche a droite. Liae Lalonde. Pierrette Viau. "(.erf Braun, Huberte Pineau et 
Josette Fortier; debout, Jeanne Berthiaume. Ann Coff.n. Rita Bryand et Franco.se Dery. 

, - - * —Photo Baillbt! 



a. 



I 



T 



.»., 



i * 



i 



. 



4^- 






-U 



* 



- 



e 






** 



- 



1 T-: — m l , . - ■ ■ ■ 






\ 



' 



I * 



' * 



> 



r 



r 



.. \ 



7 






'i rv ■ 



T 



1 .r=r^- 



,/"* 




Page 8 



LA ROTON DE 



12 octobre 1949 



21 octobre 1949 



Les loisirs: un rythmic 



Nous n'avons pas besoin de reV 
monter hien'haut pour nous aper- 
cevoir qu'il y a un rythme qui 
conduit leg ehoaea dVi-bas,— un 
mouvement d'elan et de repos dans 
1 1'activile de ces chosea. II existe 
un ensemble de periodes ordonnees 
et continues qui s'enchainent, sw 
succedept, se completent. Ainsi, 
par exemple, le mouvement des 
vagues cyj encore celoi du coeuf 
(systole et diastole) qui dans un 
grand rythme continu est compose 



notre cultuw. Pour continuer 1'al- 
legorie, ces loisirs doiveht etre 
dans 'fe sens - de nos lignes de 
force. Surtuut dojvant v'offrir tela 
que repondant a une necessity, ils 
atelfFTioTreHentiere participation. 
Quelques-uns trouvent dans le 
cinema, le football, le bridge, les i 
echecs.'les soirees en tete-a-tete I 
une reponse a cette necessite des 
loisirs. D'autres semblent de- 
pourvus de toute ressource et' un' 



K 



art au 



Glebe- 






. simple ehangement d'occupation 
des petits r^thmes d'elan et de ^ detend: passer du latin au 
repos.. Tout ne se fait done pas tfrec. Lto " 
par corvee ni d 'ail leurs par rela- 
chement. IT existe un rythme et 
la' periode d'elan enchaine urrfc*pe- 
riode de repos. 

La place des loisirs: function du 
repos, loisir humanisant 



Karl duPlessis etait'l'un des ar- 
tistes invites au tre'nte-quatrierhe 
d'une Jijtfe de concerts du soil au 
Glebe collegiate, le trois octobre 
dernier. 

"Karl a interprete la Sonate en 
sol mineur de Scarlatti, puis il. 
s'est surpasse dans le Concerto elf 
re mineur~de Tschaikovski. Pour 
Tune comme pour l'autre piece, 



Dan*-U«W-ia vie iUi'honww^V, " 18 de ,a Popart d " &*"*• Ce . T avi3h eUient les'deux^autres ar- 



il existe eg a l e m e n t un tet rythme; 
un temps oil l'homme travaille, [ 
etudie , e n. un m o t se donn a a *es-- 



* % 




preoccupations, un autre ou il se 
repose, emploie son temp#~-a~de»-| 
detentes de nature a_ dormer un 
moment de repit a ses membres et 
par le fait meme a preparer une 
autre periode de travail. De la 
1'importance^ des loisirs et la ne- 

"cessite, de les rendre le plus enri- 
chiasants possible. De la egale- 
ment le probleme des loisirs. (far 

~" J. Fori considere cette periode de 
repos par rapport a l'ensemble, 
le tout qui eat- la vie, elle est 
d'une necessite continue e ty on or 
ganiaatioo . aat souvent eomplexe. 
II faut revenir a la nature et nous 
y plonger afin de nous rcfaire dira 
notre ami Sertillanges. 

- — En somme, le loisir considere 






comme tel sera it une transforma- 
tion d'energie qui permette a l'in- 
dividu de se recreer sainement, 
mai* qui permette aussi (creer) 
son humanisation. Nous - * ne som- 
mes pas des objets de musee, ni 
des objets ^ue le ha sard faconne. 
II ne s'agit pas de precher 1'asce- 
tisme, a fortiori, les escapades qui 
brisent le rythme. Savoir trouver 
les loisirs (repos dans la detente, 
recreation dans le changement 
d ' occ u p a tion- -rnrtrrtueHe, quoti- 
diennje, je dirais routiniere) qui en 
mdlant l'utile a 1'agreab.le, facilite 
la periode d'apres notre occupa- 
tion de demain matin a 9.00. Sa- 
voir trouver des loisirs qui ne 
sont pas en eux-memes des fins 
qu'on convoite entierement pour la 
satisfaction de la "chere viande" 
mais qui sont a notre portee d'etu- 
diants. Un certain St-Exupery dit 
quelqoe part: "Si ton ami boite ne 
le fais pas danser, offre lui une 



moyens de detente sont l'»»*i8tance etait rivee au ^clavier 
\ autark^oue les gens. ! « U ' UI> artiste *t vjrtudjft y«hait. 



varJLes tout 

Gba^un boit danr^h verre selon 
*le -ooirtenant de son verre. 

Tous nous voulons presenter 
une association qui organise les 
loisira, pouvant repondre aux 



Et on n'a pas menage ses ;tpplau 
dissements. Surtuut apres 1'audi- 
tion du concerto.. 'Bravo, Karl! . . . 
1 I/avenir est prorhetbeur. 

Norma Derrick et Myron Mc- 



'n'est pas la huitieme^ merveille, 
mais , . . presque. Une associa--^ 
tion de g ens", qu i co mpre nant l'im- 
portance des loisirs, sa place dans 
la vie, la necessite de les bien 
organiser, l'athmosphere a creer 
entre jeunes gens et jeunes filles, 
essaie de repondre a ce besoin. 
Ce h-'est pas evidemment des mo- 
niteurs ou autres specialistes ; Us 
onti'toutefoisi une formule et dis- 
posent de certains moyens, ..„L'Or- 
dre de Bon Temps. 

(A suivre) 

P. A. Meilleur 



tistes au programme.' Norma pos- 
sede une voix souple et jolie . . . 
cpnime s.on sourire. M. McTavish, 
a l'orgue, a Interprete deux oeu- 
vres soiennellea^et pompeuses mais 
aussi tr^s nuancees. L'orgue, ca 
nous, transporte dans les .profon- 
deurs. ca elargit les horizons . . . 



Trie soiree comme celle-la.ca ne 
$e manque pas. Surtout quand on 
se rappelle le mot de Keats: "Un 
instant de beaute est -une joie pour 
faujours" 

Demandez a ceux qui y sont 
alles . . . 




— -*- 



Federation Cfthftdiennc 
dct Universitaircs 

Catholiques 

Banquet au Chlteau 
. Laurier 

Le 29 octobre 1949 
Vor J: Vincent: 5-4165 



Direeteur: Roaaire Beaule 

-^— ■ ■• — >- , , 




XVIIIe artnee, No. 3 



BAL DES 
PHILOSOPHES 

Le 1 ckccfnjbre 



>f 



Chateau Laurier 



i 



Journal des etudiants de fangue fran^aise de l'Universit^ d'Ottawa 



RMacteur en chef: Jean Boivim 



.-*♦ * 



\p" 



Le comte Carlo Sforza, ministre des Affairea ep-angeres d'ltalie. 
Soir Excellf net Mgr -Alexandre Vachon; chanceHer dr 
rUni^erait^ d'Ottawa, le doctorat ea sciences politique:* qui lui fut 
confere le 26 aeptembre. 

• V • - (Photo Le Droit — par Pierre Normandin) 



L'insigniriance de 
Tetudiant 






Un confrere m'a deconseille 
d'ecrire cet article parce que, 
selon lui, la situation que je de- 
plore presentement est la meme 
qui sevit 'de par le mondc depuis 
presque toujours; qu'importe j'en- 
tame encore, esperant ne pas 
semer dans un champ sterile et 
avare de promesses. v 

-• Je ue me rrouve auciine qualifi- 
cation pour justifier ma conduite; 
je n'ai pas l'age, I'experience ni 
la connaissance requise pour po- 
ser au prdicateur, au moraliste, 
mais l'indignation que je ne veux 
taire me dicte de risquer l'amitie 
de nombre d'entre vous et je m'in- 
cline a son imperieux desir. 

La manehette qui mclue le mot 



par Jean-M. Dery 

Etudiants, confreres, votre mis- 
sion se trace et la tergiversation 
serait une lachete indigne de vous 
qui aspirez a la -gouverne d'un 
monde meilleur. 

Votre gouvernement, e'est vous; 
nous somme* une democratic qui 
se gouverne par ses membres et 
notre federation, e'est nous et 
pour nous; alors il est obligatuire 
de s'y interesser, e'est une condi- 
tion "sine qua non" p*6ur sa 
reussite. 

Nous sommes une societe, cha- 
que faculte est une ramification 
qui doit fournir sa seve, chaque 
membre de la faculte est un indi- 
vidu plein de potentialites qu'il se 
doit d'exploiter. 

Nous sommes un peuple qui vit 







La Marine 
a besoin de jeunes 
CHEFS 



insitfnifiance -demande une expli- 
cation."* Je concois l'individu, com ] par la pensee; nous avons notre 
chaise plutot". Le repos doit done "] e Une * oulte dans un verre , journal, nos journaux. e'est a nous 
itr« A ane i. i;««,» a- i»Ai-« -» --".*** tt f comme un arbre dans la de nous mieux connaitre, de nous 

foret, comme un membre de 



etre dans la ligne de l'elan et en- 
richissant dans un sens, le sens de 




a 

societe «t si, par mauvaise vo- 
lonte. pat manqu*- d'Mucation ou 
par deformation il centralise sa 
vie autour de sa propre petite 
personne exclusivement, alors, il 
devient insignifiani parce que 
pour ses freres il ne signifie rien, 
il ne leur vaut que le spectacle 
d'un etranger qui joue sur une 
scene isolee, devant une salle vide. 
II n'est plus un membre de la 
famille etudiante, la verite s'im- 
pose! 

La vie etudiante e'est un monde 
entre deux generations, un monde 
trop sage pour etre enfant mais 
qui pourtant n'a pas I'experience 
ni la responsabilite de conduire 
immediatement ses freres. C'est 
une phase pourtant ai-eomplete en 
elle-meme qu'il en faut oublier 
l'aspect transitoire ; c'est une vie 
qui a ses propres exigences et 
ell^s sont aussi graves que celles 
de l'animal politique que nous 
deviendrons. 

L'universite est urt etat, un gou- 
vernement, une population, une 
societe; c'est un probleme econo- 
mique, social et politique" que le 
aeul bon sens, que l'amitie, la 
franchise et le courage suffisent 
a gouvernex. 



exterioriser par la plume. 

Nous avon3 nos organismes in- 
tellectuels, litteraires, artistiques, 
sportifs; leur survivance depend 
exclusivement de nous; n'atten- 
dons rien de 1'exterieur, nous se- 
rons peut-etre decus. 

Et voila pourquoi je parle de 
1'insignifiance de l'etudiant; de- 
puis trop longtemps, la majoritr 
de nous, moi compris, avons 
oublie ces axiomes, ces verites 
trop blessantes parfois; et au- 
jourd'hui nous sommes les pre- 
miers a parler da. manque de col- 
laboration de celui-ci et de 
celui-la. 

Etudiants, ne soyons plus des 
insignifiants; aidons nos confreres, 
soyons membres. de notre societe 
et non parasites; que Ton dise de 
nous que nous sommes indispen- 
sables, ce serait un bel eloge! De-. 
mollissons les barrieres de l'indif- 
ference, offrons de notre temps, 
vivons pour d'autres que nous. 

D'autres Toht dit ftvant moi: 
Aidez-voua les uns les autres . . 
Mais quand je vois le manque de 
vitalite de.la plupart d'entre nous 
je ne p>ux m'empecher de penser 
que demain, le monde sera bien 
triste si luiort tomba du cuLe 
il penche. 



coLejuL.. 



La division universitaire 
construction nayale (U.N.T.D.) 
vous offre l'occasion, tout en 
poursuivant vos etudes , de vous 
preparer au grade d 9 off icier 
dans la Marine permanente ou 
dans la Reserve navale. 

LU.N.T.D. VOUS OFFRE EN OUTRE 

• Une precieuse experience qui 

vous aidera dans voi 
etudes. - : : 



5? 



Une solde de $ ji o/z.u U par 
mois, logeet nourl, pendant 
la periode d'entrainement. 

Descroisi^res d'ete au Canada 
et a Tetranger. 

L'occasion de pratiquer des 
sports varies sur terre et 
sur mer. 

Une bonne camaraderie et 
Felargissement d e vos 
horizons 



Le bureau de renseignements de 
I'U.N.T.D. sera ouvert entre une heure et 
deux de I apres-midi, jusqu'au 14 octobre 
dans la chambre 409, Pavilion des Arts. 

^Ap*£s cette date, pri&e de s'informer 

aupres du 

Lieut. Commandant Jacques Bonneau 

Officier Commandant 

3-4053 

Toutes demandes d 'inscrip- 
tion devront Atre remises avant 
le 21 octobre. 



F.C.U.C. EN CONGRES A 







Causeries sur I'Amerique latine par 
." 1c R^v. P^re Sanschagrin, 



de retour du Chil 



__; — ,it c arte reJi^ieuse du monde 
est aujourd'hui menacee par le 
tlot erivahissant de masses sans. 
d.ieux, d'kiolatres, d'heretiQUog, On 



que beaucoup se diront a la fois 
catholiques et . commtmistes n'en 
connaissant pas la difference. II 



"CANADA" 1949 



» ne parle que de ^ommunisme, 
d'existentialisme. On parle de 
_ guerrea religieuses, de martyres, I anti-pa 



est facile de voir Cdmbieh ce ter- du ministre du Commerce et s'a- 
rain devien propice a toute pro- dresse partieulierement aux hom- 
pa»rande. Les anti-religieux, les "^s d'affaires, aux etudiants, aux 



L'edition francaise de "Canada 
1949" vient de paraitre. Sous un 
format c omm ode et fort-attr a y aht, 
cet ouvrage preeente une revue 
offici«lle de la situation actuelle 
et des progrea recents au Canada! 
au point de vue economique, social 
et cultural. II est publie d'ordre 



tnenacen: TTe*T~ a S e ~a«nmr--=timf. rha.uie^sec^e, chaque 



der ou va le monde. On connait 
les injfotkes de Yougoslavie. de 
HonKrie. L'etude de la situation 



eou- 



doute des plus revelatrices. 
Ce qu'est I'Amerique latine 



Conferertciers et a tous ceux qui 



rant d'idee en tire partie. 

Toutes les forces doivent s'unir 
Le, Communisme et Je P*rotes- 
relig^euse actuelle ^nn^s-pays tantisme semblent deployer une ^ 
de l Amenque latine serait sans activite plus gt&nde. Les vingt- "Canada 1949" est un volume de 

cinq prochames annees seront done quelque 3^0 pages et contient, en 

decisive*: qui l'emportera, des \ P* us de sea chapitres reguliers. 

communwjtes, des protestants, ou ^s articles speciaux sur le pe- 



F.C.U.C vise au rayonnement et 
a Texpansion de 'Eglise 



dans 



les milieux universitaires 



~r- 



. ,/ " ? 



La section locale de la Fe- 
deration Canadienne des Uni- 
versitaires Catholiques annon- 
ce l'organisation ^'une jour- 
nee d'etudes a Ottawa le 29 
octobre prochain. Deux sujets 
s'mteTBTOBTir aux progres du-€^4-feront toBjBr"de' ce" congfe"* 
nada. II traite .de l'organisation des universitaires catholi- 
economique du pays sous tous ses ques : la radio et la .bibliothe- 
aspects et les statistiques qu'il que- nationale. Chaque sujet 
contiant sont les plus recentes. sera 6tudie par un comite dont 



Decouverte et ^colonisee par lea 
Kspagnols. 1'Am^rtque latine four- 
nit a la chretiente le tiers de ses 
adopter. Fait remarquable, elle 
eat le seul continent qui n'ait 
cowju le schisine, soit partiel, goit 
total. 



Ceile masse de chretiens, de ca- 
tholiques, doit done etre une partie 
trea importante d« forces de 
I'Eglise. Une etude eclairee de 
la situation peut nous demontrer 
comment la reality en est triste. 
Comme" partout dans Te monde 
entier, les ennemis du christianis- 
ma ont place l'Eglise dans une 
situation qu'on peut appeler, je 
crois, precaire. 

L'Amerique latine et la 
Frane-Maconnerie 



Pour ne mentionner qu'elle, la 
Franc-Maconnerie a fait la un 
travail gigantesque depuis la con- 
quete espagnole. 

C'eat I'infiltration dans le gou- 
vernement pour s'emparer de 
1 'education: les ecoles sont neu- 
tres, les catholiques (les vraia) 
tres peu nombreux, . doivent sou- 
ten ir leurs propres ecoles. La 



des catholiques? . . .• Qui l'em- 
portera, la Verite ou l'Erreur? . . . 
Le combat se livre, la verite est 
en peril. Par la grande realite du 
Corps-Mystique, je dois prendre 
les armej. Je dois m'interewser 
au probleme, le bien connaitre, et 
je dois prier. ■; 

Le R. P. Albert Sanschagrin, 
de retour du Chili, nous exposera 
bientot le probleme dans ses de- 
t atls. Le Pere Sa nschagrin" a vi- 
site viftgt-deux des vingt-trois 
pays de I'Amerique du Sud durant 
♦es deux dernieres annees. 11 
s'adressera successivement a cha- 
cune des facultes, dans la semaine 
du vingt-six octobre. 

Sanschagrin 



trole du Canada, sur la citoyen- 
nete et sur le phoque de YWittk. 
Le texte est abondamment illustr.e 
de plus de 150 gravures dont huit 
planches en coulenrs. II contient 
en outre 100 tableaux statistiques 
ainsi que des diagfammes et des 
graphiques et deux cartes hors- 
texte. 

Les commandes doivent etre 
adressees a l'lmprimeur du roi, a 
Otta wa, en meme te mps q u'une 



la direction a ete confiee a 
des experts. .Voila bien une 



Catholiques de" faire commu- 
ne en se joignant a elle, il 
faudrait au moins se rappeler 
que c'est la yofoiyte formelle 
du Pape de voir tous les in- 
tellectuals de chaque pays 
Jotndre ~le Tnouyenrent mon- 
dial "Pax Romana"*que- re- 
presente la F.C.U.C. au Cana- 
da. L'experience demontre 
qu'il est sage de tenir compte 
des enseignements pontifi- 



. 



caux. Tant dans le domaine 
nouvelle manifestation de Tin- 1 de la presse que dans celui 
teret et de la sollicitude tou- 1 cles questions ouvrieres, . par 
jours en eveil avec lesquels exemple, les papes avaient 

donne des directives tres pre- . 
cises, capables d'apporter la 
solution aux grands proble^ 
nres sociaux de notre temps. 
Trop tard les nations catho- 
liques se sont rendu compte -, 
de leur erreur en ignorant ces 



nos universitaires tachent de 
collaborer a l'expa£siftn et au 
perfectionnement*de tout ce 
qui peut contrjbuer a Uedu ca- 
tion de notre peuple. 

En plus de participer au re- 
levement materiel de nos fre- 



remise de 25c. par bon ou mandat 
postal. Les timbres-poste ne sont 
pas acceptes. Si Ton envoie des 
pieces de nionnaie. _celles-ci ile-J 
vront etre placees entre deux car- 
tons, dont les bords seront ensuTte 
eolles ensemble. 



Rcgne de terreur au Notre-Dame 

Maquillage "Klccnfx" 



res d'Europe, si tristement ! directives. 
eprou*es par la derniere gue-. r> ans un autre rdre d*i- 
re, de faciliter Tacces au pays | d ^ es y serait f or tement a de- 
d'etudiants catholiques et de i sirer qUe les universitaires 
"personnes deplacees la F.- 1 ca tholiques fassent connaitre 
C.U.C. se propose de defrayer i i eurs vues sur leg ^ vene . 
une partie des depenses en- mQntSt i es courants d'fdee^ 
trainees 'par le voyage fit le 1'opinion publique. les publi- 
sejour au pays des gens qu - ^tions, et bien d'autres ma- 
elle y aura fait venir. _ , nifestafions de l'activite in- 



Le but propre de la F.C.- 
U.C. est loin de se confiner a 
de telles oeuvres de secours. 
Elle groupe tous les gradues 
d'universites .catholiques com- 
me tels afin de leur faire pren- 
dre conscience de leur solida- 
rity, les inviter a collaborer 
d'une facon efficace a 1'ex- 
pansion et au rayonnement de 
1'Eelise dans les milieux pro- 



La visite surprise des jeu- 1 1'usage de la cigarette sont ta- 
nes "navots" de l'universite I bous. De plus, afin de mar- 
au college Notre-Dame sem- j quer leur entiere soumission 

ble avoir porte fruit. A leur aux anciennes. et pour aider fessionnels et universitniros. 
masse ignore a peu pres tout de tour, les gentilles et" jolies au reserremeht des relations S'il incombe a tout chretien, 
i religion, de la foi. a ce point vestales du haut de la rue amicales entre les deux grou- independamment de son de- 

— : — r~, : — -Elgin sont dans les affres pes, les irfitiees— doivent ap-'*gfe" social, de cooperer dans la ' nes"de~reclTercn^e'sr"les"univer- 

p-ii j . ! d'une initiation pour- le moins prendre a reconnaitre les an- , mer.ure du possible a la diffu- 

DllletS de saison gratuits [f lgolo. . ,-_■ Clemres, leur manifester un sion do la verite ei du catho- 



tellectuelle de notre peuple. A 
eux revient la< tache d'eclai= — p- 
rer ceux a qui les circonstan- 
ces ont refuse des etudes 
avancees. A cet»effet, la F.- 
C.U.C. a organise dee conf6- -<■ 
rences, des forums publics ou 
radiophoniques sur les ques- 
tions sociales, elle a publie , 
des articles et des brochures 
pour exposer le point de vue 
catholique sur ces memes 
questions. 

Apres de nombreuses an- ■ * 



-^ le**17 octobre. au bureau 



Afin de mousser l'interet des 
etudiante et les encourager a as- 
-Histor^ux parties de football et 
de basketball jouees a l'Univer- 
itr cette annee, I'Asaociat i,.n 
Athletique inaugure un nouveau 
systr livreU/ 

de billetj perjnet. 

'i.)nf .- 1 1 i v vtiidmnis memtn-es de 

la Fedt-ration d'assister 
les pun;. on 

peut se las prbcurar uprta hmdi, 



Figurez vous !«■ visage de 



sitaires catholiques se sont 
(suite a la page 2, col. 2) 



respect d'esclave, etre pretes licisme, a combien plus forte 
en tout temps a repondre a ' raison l'elite dort-elle se met- 
I v m,. t r> i? -m< ^rS ■^"•sdcsirs.etremuniosa-tnu- tre hardimenfde la parti.- et 

draSu^^s^fif/^^ (iu - iour ,ru,u ' b,,i i,st ' r *» ° yens ,es pius s0rs 



LE BOTTIN 49 50 



nicssu-ui-v. |e bottin de l'Univer- 




,.nv ( .,,.s,,auw ,„, ,,,s. ,1 un Knfh , „„ , , u , numlv allx inj . ,.,,„,.„., commi||1 „„, „, llis „ r 
.a loims ( r ( . s attributS l.-s plus recoil- ..... , 1 t # rt TTl ;„ ( i:,.;,i, w .^ 

t»wa. on v^.w, 1 . ,i.. i ,,,,.. !„„,,;. tt&« d'ecrire mi potae sur ce aue lea^fforts mdividuels 



T ll ' m,u ne, le rise. H'k*tve-&i pruej?j teuii " Alma Mut, ' r '." afin <iVn 
,iu ,,r " , ■ A*--A\~^:silt%li*\i faire' "tin chant <l»- ralliement. 



I'ortants de la nature humal-j 



tentefaienl en vain. 



u eh 
.l.emifux. 11 suir-i drpresentiT i .-»e-voi> % <| ici leui }i*U niinoi.s si ^ 

carte de la Federation pour Unvoir. naturellement p«>rte a sVn 

I.' Association Athletique eapere 
da., cette facon attiref les foules 



seau, archtviste <le ITTniveraite, 

i|iii a iiionti-' nne activite (k-hoi' 

o*ante. poUf la l-ude t;'ii hie , qu'est la' 

loniniliitinn alnhnhfttiniiA des' nonis 

tu e llcm e nt 



ralli(7ii ent. Nt' f a ut-il d one pas que le- ,., iul , ( , , i; -,. , ;M . 

ii 'el les . de- ' inteljecliiels s'linissenf cu\ <M , I: , [llr 



* ^^ent pott, 1 M ^S^^^S -si. ,n leur fl ual,t,,le ,•„,,• ^^Jchi , P «K 

fere t'ouvrir et a s'epan.iu.r a la ! v,nnt s>lU « [ Au [ ,h (i U m « ej ,|, s, : n,.u,:s d'id6es; afin «le ho!tin ,,.,„ m<fc f:iil S((11 
to* grande joie des jeunes horn- : mitT1U , versitication et fa -; n> V((ir au ni()ll! | ( , r mi i^ r . 1( . profframme ,,,,,„.,„„. 



Huchan.es a ses parties. In ,H mes S(1 n> - (T _ fairt , (|< . s t .f. 
plan ne pent que plaire aux etU- 






■ 



— 



.■ ; "•■•' 






hC . 



^ 



'j-ri/'l 






iliant". puis<pie, comme nous avoris 
oublie de le noter explieitement, 
ces billets ne couteront rien, Votre 
cotlsation a. l'Association Athleti- 
que que vous aveLdeboursee au 
debut de l'annee vous donna droit 
a votre livret, a vou$ d'an pro- 
nter . . . 



forts surhumaiu pour dissi- 



muler les joies qui etreignent 
leurs sensibles jeunes coeurs. 

Les anciennes ont •vTafment 
mis tout en oeuvre pour ren- 
dre memorable cette initia- 
tion. Le port des bijoux, et 



de solfetfe. saljte. \k'^ principes chretiens. 

.,/ -•,,,••, , 1tr\ ("aire prevaloir ainsi le bien 

l '-' cecJ a deUute [l y ** 'f^i- -air lo mal et opposer ai 

Hues jours. Patience, votre i trines erronees la verite eter- 



vrendra nouvelles ini- 



nelle de la Revelation, seule 



; deja. celles de -le Korme source de la paix que le monde 
regardent avec apprenension 
octobre 1950. . 

(suite a la page 5 col. 5),. 



desire? 

Avant de passer outre a 
-ftnvitation que la Federation 
lance a tous les universitaires 



proehaicu-.,du 
venir que 

des elcr- 
de I'an (iernu-r. promettait 
['edition et la distribution gra- 
te du bottin par fa Federation! 
a chacun des etudiants. C'etait 
tfea inliuessant a l'epoque. Tela 
Test davantage aujourd'hui r^ — r 



Rst-ce que M. Larocque verra a 
faire accepter son projet? E«t-ce 
qur !a Federation nous donnera le 
bottin? Nous l'esperons! 



-*- 



W 



. : A 






• 


. - 




- 






■ • 


• T - ' 




"> 





■ 

i >, 



\ 



-*J- 



— : — •- 



'1 



> 

7- 






~.\ ■ , 













___ 




^ 



— — 



'V 



_ 






-• • • ■ • • r. 



< mJm ■' 



\ 



V 






1 



. 



Paget 






LA ROTONDE 



s 

21 octobre 1949 



21 octobre 19- 






— • 



— 



Qu, 



vous . - : f 



costumes de bain;| prcndre aoin ties enfants, it .moins 
la saison, qu'importe q(]e madltme ret ourne a son rdle 




x ." la temperature," toujours le disquc 
,t. iinje it retourne sansVesse: "la 
femme est incomprise; elre est 
iia.t.r (i, fagon indijrrre". 



La femme, (que Dieu ait pitie fini^p'our ne plus jamais fttwur* 

tie son am*!) recommence le m»me i moins ... 

petit manege que Ton voit naitrej A & 0INS quk "madame com- 

avec le menage du printemps. le ^ >ell|J a UlUirpe; H moins 

age d'automhs, te^lnanteaux! - madanu . ,,(„,,,, foyer- =** 26 octobre -1*13: victofnr-de 



Dates Historiques 



important de mere-et de maitresse 
de maison, et alors nous serons 
lx - de continue? i* nous 



(hateauguay. De Salaberry et ses 
trots cent Voltigeurs ecrivent une 
des plus glorieuJJes pages de notre 
histoire nationale. 



Eh b en, a qui la faute? Depuis ' SO ur'ire. 



I laiaaei tournex la.iete par son 



('invention de la radio, que Ton 

• peut fermer a volonte, de • depit 
. . s'aeuaine sur le pauvre (liable 
male qui ne sait ou jeter la tete 
sinon sur l'epaule de sa petite 
amie. Quel supplice! 

D'un cote, la partisanne du fe- 
minisme, emmitoufflee de four- 
'rures 1'ete, et chaussee de nylons-; -^ 

l'hiver;. de l'autre "la jeune femme d ^yttflWA 
q u i c r i e a 1'enmtiffipa J i ^»- ' 

rette au T>eo et le stylo a la main, 



Q u'en' dites-voua les amis?, Vive 
es femmes d'hier! 

J. M. Dery 



Congrcs de F.C.U.C. 



'"■ l suite 




Des juia.1812, la guerre eclate 
entre VAngleterre et leti EtaU- 
Unis et indirectement entre le Ca<- 
nada et ses voisins americains. 
L'invasion commence aussitot; les 
americains avancent, remplis de 
cohfia.nce, certain- de 1'appui des 
C^anadiens.francais — deja aupa- 
ravant ("en 1775) les nouveaux su- 
jets b r i t a nniqu es avaien^. *accordc 
li'ur j^de aux revolutionnaires "an- 
glais. CapanHant, dis le? pre- 
miers engagements, les Ameri- 
cains >'apercoivent de la fidelite 
des Ca-nadi( i n.s-francais envers In 



Les Realisations de la 
Federation pour I'annee 
1949 • 50- 



a moins que ce r* soil un dfterykr j-trouves des interets et des de- 1 CoMroBpe. 
portatif qui ^mplaee s v.irs eommuns. All su.,et. de La victoire de Cnateauguay est : 

pas. messieurs, i-elle nw , n . fod&tttion le .j ^ffao^ ^' **^" ****»» *> lu * 6 ' 



mafson.i — 

Grands dieux que la femme eat 
illogique. "Frailty, thy name' is 
woman"- a su dire le scripteur de 
Sir Lawrence Olivier. 11 merit! 
bien que cette phrase ?oit appre- 



du mari est .erfee A claCdan, l.-fmaa Greenwood disait dans cmtwfte de la fidelity el du courage 

«n article public dans "Le du tanad^n-franeu, \,„,^m. 



Droit" du 10 novembre 1.94&: 

"Ln raison des besoins natio- 
naux et internationaux. de 
IViction cathoKqui sur. tous 
les plans, les univexsiUires 
tee a -tous les HamlaU, t ^ r( ^ xt J^a^hliliq4ca--Cttnadi¥n^^» | dcnt 



-Voltigeurs renssissent a mettre en 
deroqte scj>f millr -oldats ameri- 
cains . ^ Leur commandant, De Sa - 
laberry, merite alors \kiv son genie 
mllitaire le surnom de "Leonidas 
canadien". 
t'etttf vutuii e , p xr lusi ve m e nt ta 



Apre\s de lon^ues ec penibles d^liberatiorw con* 
cernant certains points ue son programme pour I'an- 
nee 49-50, la Federation acs Ktudiants de TUniversite 
d'Ottawa en vint finalement a delimiter une |>olitique 
^ener^ale" v pou V le present terme aeademique. 

Le programme de La Federation, issu en partie de 
promesses d'electionsr en partie de la bonne volonte 
dts etudiants du conseil/s'avere des plus interessants. 
II apportera, et. ce sera quelque chose qui plaira sans 
doute a tous, vune contrfbution. plus^efficace de la 
Federation a la vie de nofl etudiants. 

1— Aide tangible aux cons'eila de facultes 
2 Afriliation di nouvelles facultes ou" ercoles 
'. -Negociations pour la Maison des Ftudiants 
4 — Organisation de la conference de septembre 

de la FNEUC 
5 — Reorganisation daa-.4ouniaiuc et deh a^a 
— Revision de la Constitution de la Federation 
7 — Semaine de Citoyennete canadi 



«v 



LA ROTONDE 







Alempre de la ^anad vt .,, sity Vrc ^„ 

Membra do la Corporation, deyfoc holiers tGriffonn«a,r g 
'irec fioril- ~ 



Directeurc Kosaire Reaule 
Directeur-adjoint: Jvan Vwicent 
Secretaire: Roger Kail lot 
A la Itedaction — 

. Redacteur 'en chef: Jean Hoivin 
Red.-adj.: Andree Clputier 
Secretaires: HuguetteiOharette, (itllep Grenier 



Lettres a La 
Rotonde . . 



1 ' r 



» 1 H 



Page 3 



^N 



RMacteurs: Jeanne Berthiaume (C.N.I) ,, .),,,„ Tou,h,tte, Jean 
I?ery. Louis Desbiens. Jean-P. Gosselin, Fernand 



Sports: 



ActiTftes socfales ft ttUlfW — r ~ 



l_Kootball Hop 
2 — Jour national d»\s Ktudiants Univeraitaires 
et Bal des Etudiants 






-pme4«t« C^l-Hrwi apTeS-celfe intensifitl , | eU r 8 activity et Aadienne-fran^aise. efface tout 
bouta<le de dire que je su, 5 nm,s- t . ontri bu.T plus intei^ement <loule £fa paI . fc&ttM <& ca 

i a la rastauration de l'Ordre nadieTls -f,., , K . sti ,. Meu tres lors de 



eux 



. mais passops. 



Le role de la femme d'aujour- social." Or, la F.L'.L'.C. a des , n reV( ,i utlon amencaine. Desor. 
■fi'-hui. «4»n* nueltiue sohere aue Ce «>«arl»««.j ^t^hlJK^' 'Klll> — POSSE-de '. ._ _..." ' i i^ 



jis, nous pouvons marcher la 
soit est devenue d'egale impor- j ses secretariats IiationaUX et : iHe naute conscients nu .devoir 
tan«e a ceiui 3e~T1iomme. La un secretariat mondial qui bien accomp ii. « - 

femme est i^aniejenne -autaot! servent RU besoin de services 4 Sbtahge RO^^B. 

que ehimiste, chef de bureau au. ^'information et d'agetlt de 
tant que depute, et d'un geste communication entre tous les ! 



irreflechi, elle a rejete sa . supe- 
riority sociale que nous lui accor- 
dions de bon coeur; ceci elle ne le 
concede pas maia- il est logique 
que si la femme do\t evoluer dans 
les* memes cadres que - l'homme, 
des lors, -elle a droit d'exiger les 
memes ^vantages et privileges, 
mais pas pins ... 



,,Le charme feminin, si nos 
amies, sont logiques ayec elles- 
memes est une chose du passe, 
l'egalite sociale- -exige aussi l'ega- 
lite de moe\irs; et la plupart des 
milieux oil la femme s'est infiltree 
demande . une yirTlite, je dis bien, 
une virilite, -qui force-a admattrej 
la desuetude de I'expression: sexe 
faible. 

Alors. s'il n'y a plus de sexe 
faible, il n'y a plus necessite a se 
plier aux moindres desirs et or- 
dresde madame. Finies les cour 
toisies, finies les politesses extra- 
vagantes, finie 1'aide' que nous ap- 




3 — Initiation dans v les facultes et ecoles 

4 — Serie de conferences de la FCUC en fevrfer 50 

o— Organisations iWs debats inter-qniversitaires 

et de fin tl*annee 
(>— Celebration du Mardi-Gras, le 21 fevrier 
7 -.r- Soire e 'd'ad k»» des fini.ss^r)ts 



intellectuels du monde. CttfCS (3 6 

Forts de cette cohesion Je? ! 
intellectuels peuvent travail- P n f- nn H ^> 
ler de concert a la realisation ^U<-U! 1U^ 
de l'ord re social dont parle M". 
le Dr. Greenwood. Le\ir tache 
la plus difficile, mais la plus 
eminemment salvatrice, n'est- 

ce pas la poursuite de cet or-j Sit d , autre p,^ , trouv ^ 

dre sociai-en faisant ressortiri quelques etudiante . d 'outre-fron- 
la primaute de la doctrine , ti ^ re _ pour VOUR faire ceg repro _ 
chretienne et en travaiUant ; ches , tl M fwt pag imputer a la 
ensemble a. la faire compren. ;totalit ^ ]es erreurs d>un petit 
dre et mettre en pratique parj groupe et „ ^ bon en ceg cir 



(suite de la page il) 
tent a avoir a remplir ce role les 
porte a mepriser tout ce qui n'est 
pas du Quebec. 



eeux qui jusquUcL -soit pari eomrtSTlceSi trirecr-dinugement que 
•ignorance, soit par apathie, vous - tes sens ^ posaMer> 



11 est a rioter que ^certains points de ce . pro- 
gramme; qui fut trace en mai dernier, furent deja 
soit pousses a bon terme, soit en voie d'etre realises^ 
Ainsi, la conference de la. Federation nationale des Etu- 
di a nts d es Universites canadienhes, connut un succes 
sans precedent, l'initiation marcna bon train dans plu- 
sieurs facultes et ecoles, la nouvelle Commission des De- 
bats 1 rancais fut mi»e «ur pied, l'tn» s'u ecupe presente- 
ment d'affilier. si possible, toutes jes facultes et «coles 
a la Federation, les deux journaux furent bel et bien 
reorganises,, un comite special voit en ce moment a 
reviser la constitution de.la Fed^, un autre s'occupe 
de 1'organisatioTi deja Semaifte de la Citoyennete, le 
Football Hop aura lieu le 12 novembre. etc. Somme 
toute, un beau programme, de belles realisations . . . 
Ajoutons a tout cela le comite special Deamarais- 
Mullin re la Maison des Etudiants, et si toutes ces 
closes sont faites, la Fede aura connue une annee" 
49-50 plus que fructueuse a tous les points de vue. • 

R. MARTIN 



bart Morel. Solange Roy (C.B.), Berthe Vaillan- 
Sixurt (E.L), Yvon .Boorbonnais, Thomas Delerme 
Gilles Hurteau, Guy Hurtubise, Jean Drouin, Guy 
Joubert. • -% 
A" Service des Nouvelles: 

Chef de la nouvelle: Raymond Martin " ' ■ ' 

Nouvelirstes: Guy Morrissette, Louis Vincent, tannine Leduc 
(Q.B), Gilberte Berthiaume. (E.I.). Madeleine 
Wantha (( .N.D.). .lean C5te (T~tr:Fj Cy. Gbulef 



On rcvicnt a Tassaut 

l* eongms de la Federation cana<Iicnne des ieunc< J,l 
— «n. l „T,„n,». „;■„„■,. et progresiif '. Et cl ,„ii n™, '^ • dhi ' a un J*rti fort 

. w^££ gSW 4 S2SS2 s:;/" l f pW?jS 



M. Jean Touchette, 

" v ; Mi :. n ' aimon ° " ti "" i " ?^ 

du ^uei^ ^vie^ i^e^dore ses assises a Montreal 

tre 
une. 
C 
ont rencontre trots ou quji 

' *" ' S? a ,:: ia tegK ^7^;'— ent.dans un expose 

Uans le sens S ™ mat,er « -'n^itutionnelh, abonda 



mier contact M son, ,„is aux che- dans le sens i 
, .. ^uoaciiu, remand voux "i nnmAi a. i ... m«ho ic sens SUlVant. 

llllli'^ rt l ■ i . .IT.. ... ■ "UUVcllf >> 



Illustration: Roger Baillot 
Garant financier : Denis BoyTe 

Circulation: J.-C. Sirois. 

Conseillers: 






» 



*• P. A. Tremblay, o.m.i., R. p. B. Julien, o.m.i 
ADRESSE: 173. rue Waller, Ottawa 

Autorise comme envoi postal de seconds ^classe 
Les id«ea **P<j";** dan. ces page* ne sont pa. neeeaaa.^ment 
- de 1 Uiuversite oa de la Federation des etudiants 



»nivc, ,, ,espec,ve S . Ca^ no V. ^S ' ^^^1^^^^ avons de n u Ve ^ 
^ SUN t*« « U^ - pp| -.erapas^LrtS f h ^^ 

i^^-^iM^^S^ vie " nenVde nouveaux 

iaffaire de S part ? wSSdu^ Hn ?, ^r Q ^, menace e9t 
communisme J4sH nous ' ,T* " Justlce S0C1 ale conduit au 

misere n'ait passaoltp i . trouv ^ une formule ou la 

" yapeii d'armes plus efficaces 



"Morf pere est plus richfe que le 
tien" ... etc. Voyona. messieurs. 
ce temps est passe^aepuis long- 
u-n.ps. j e l*e*j>ere . . . et un'uni- 
varsitaire ne doit pas s'arreter a 
des chicanes de elocher 






iaux-an eaaayaat- de jo«ee^»^ ^^v_lli.^! lata ^ ment A.l artjltoration de la condition 
xands perscutes ou aux d»fpn. P „ ' — ; — -~" - ^_ 

™^'±^ Z?!"*'™™**™ une bien- 



religion chez I' 




fieux 

grands perscutes ou aux defen 
seurs des grandes idees car Ton 
J vous jugera comme -un homme a 
1'esprit etroit. 

II est vrai qu'au Canada en fai- 
sant Imposition des deux raii- 
gions et des deux cultures, nous 
nous trouvons tout de suite en 
face d'un. probleme; mais en ca 
qui eeneerne les etudiants cana- 
diens^francai* du Quebec " et de 
l'Ontario, il n'y a et n'aura pas 
de probleme tant ~qa^ n n'y »aura 
pas des tetes chaudes et des ca- 
rabine aux" lunettes a fleurs de lys 
pour essayer de regler an_ pro- 
blivnc qui n'existe pas 

II est reconnu que l'etudiant du 
Quebec est fier de son metier, de 
sa race, de sa langue et de sa f.n, 
mais, Jl ne faut pas le confondre 



veillanee toute i^teraelle et Zi to^T?**™? Une bien - 
de ceiui qui dirJU iesTstin^' dTSSK^y?' ?? id ' S,S 
■ Le but Mt bon. Ex^minons la methode 

* * • 



/' 



avec quelqpes fanfftiques du 24 



tout queja necessite de s^urtir 
devier^t "imperieuse. N'avons- 
nous pasvu jusqu'ici les in- 



Quant a La question de la for- 
mation au point de vue francais 
dans l*enseignement ontarien. le 



n'en ont pas tenu compte? 

Les univefsitaires catholi- 
ques ont -saussi leurs propres 

problemes. Etr e'est ici sur- sujet est trop delicat et complexe 

T pour le traiter en quelques lignes. 
Je vous dis'seulement que daniTlelT 
milieux bilingues de-1'Ontario, oil 

tellectuels Se debattre dans flelement anglais est en grande 

une individualite deprimante .{ majority 11 est absolument impos- 
portions a tout instant. oUi c est , -.. , JLt rt ;„ Q a i« a a - • i * . 

et dangereuse ? les medecins.J sible de donner a la formation* pu- 
les avocats. les inginieurs^ le*-ram«nt franchise repanouissement 
t ecrivains , les professeurs et quelle trouve dans les milieux [ej 
tea autres categories - de di- plus essentiellement francais de la 
plonies d'universites sont unis province de Quebec. 
sur Fe plan -professioni" V r ou^ peproehea aussi aux etu 

Pourquoi" ne le seraient-ils diants quebecoia leur "etroit pro- 
pas aussi sur le front intellec- vincialisme". Pouvaz-vous, a Jus-« 
: tuel el n-ligieux. Avant "Pax te tlt-re, accuser i'etroit pn.vin- 
INtrnana". il leur etait impossi- _ cialisme ceux qui ont a coeur <lf 
1,1^ d^ S e faire entendre com- "j jwiuver du to r u r bil l on dej el e m e nt s 
me intell.'ctiu-l> gftthnKljues. St rangers la purete de la lantjue.j 
Maintenant qtt« 1'organisme de la religion et dw moeurt rk 

lv, -pour "UOi n'en prtofi- leurs anc&tres pares qu^ls ss 
terajent-ils pka? ' vli ' l:i ''^ !, '" r ^ i ' u| <' condition dt 

A fa lumion- » ecs'quel- '»*»» "^ 

.- .<, UC s reflexions, il Herein ' V'V"""" ', 

T . v,d,.nt que la F.C.UJC. po*»e- *£«" * ***** '"':" sa " 

t^ l.-^m.,,. -s»,ial ot n-lHri.us. «■ '" 'f '-.•. '" vt ' n '" * 

A n..us de now y inttassser; "-"t»""- » "-'■ • j*t» 

. A n„i,s de reneoura^er it ,1,: f^. "** ! lite 

a son Mtivite par n->s ,l,ni,rs •'"; l 7"; gj* -" - ' »■ 

'me mal place i>U I>aJ- mauvai.<e; 

volonte. ne Extent dlj mama venin, 

e^ relations entre les cana<i 

francais de Eputei lei provinces. 
Si ceci ne'vo'us iklhtfall i>as, 
M. Touchette, le mieux sera it de 
roller la question lors d'un debet 
oratoire auquel je vous invito \ 
vouji d'accepter ou de refuser . . .• 
; — !__: — Jean-Jacques Laionae 



si nous le pOiiyonS, mats sur- 
toul par notre cooix'-ralion. JJJ 
notre~ay»pa^hie, pom- «'n as- 
surer la survie, Texpansion et 
epanouissement universcl. 

J. H. Lacombe, B.A.. B.Ph.. 

president togional de 



• - 




- 




. 






"Ayez de la religion pour votre art; ne croyez pas qu'on 
produise rien sans elevation dans Tame. Allez la tete levee 
vers les cieux r — Ingres. 

Je viens te parler aujourd'hui, cher lecteur, de Tun «ies 
grands malaises de notre -monde etudiant. En effet Ton 
constate de plus en plus que la Religion est relegue^e au 
second plan et qu'elle n'a plus aucune influence sur nos 
actions quotidienneiL-^ Et pourtant, corabien sont impor- 
tantes ces quelques pratiques religieuses que TEglise nous 

propose pour completer notre vie'spirituelle e"t la disposer jt,in i"e vous am iez rencontres' par 
a la saintete. 

La religion peut etre compare* a une huile: de memo 
que lbuile, etant un combustible, de*veloppe une chaleur 
ainsi la "religion est le foyer de chaleur en nos ame.V - Tout 
comme 1'huile est un lubrifiant v la religion est douce a. nos 
vies. Elle dorme-Dieu a l'intelligence oour Tilluminer; (,uan,l 
Jesus *e retire, 1'obscurite attend sur lea^apfils: Lsr reli- 
gion, donne Dieu au coeurria reTrgiorr rtonne Dieu a | a volonte 
pour la soutenir. Livree a elle-meme. elle est ehaneelante 
mais avec le secours divin, elle devient plus forte, plus 
constants, dependant. Ia religion doit surtout etre une * 



«o^„-^^^^ e secretaire-tresorier de 

recrutement ^^ de nouveaux m 1!,^^ *bnlernent au 
groupent plus de mn^^m?u!? ^ Ur CCS dube ^ ui ** 
universites La £\ ™d?^LF* u **' n <» c ^arades ties 

travallS'^^C^ ,e V^^ HMmu,. 

universites eV co le^f ^^^"^at'on de clubs dans l4 

par certaines personnes a Ha ^ nl T m ^^/^'serajuge 

Propagande du lit^^^r^n^T^^ * !f 
pagnes electorales. travail dans les cam- 



hasaid! 

• Les relations "en t 
vinces n'ont jama 
nes.au point de via- etuthant. Ken 
• terite et J_a_. collaboration n'ont ia- 



faire 



II sera interessant de constat 



sera pOussee dans 



ia quel point 1'af- 






T „„ u»nauicn u aajourn nui. 

JSW . n>est Pas borne ati point de ne pas sentir tr 
Born «i tin changemen , SafWinno h -r^—' ! . Ir ■ 



main , ran ^. . :*&\.krth&x^ «entir fe" 

■^^ ce, ^os^sobl, de progres #j*!^^ *" ^^ 






♦ + i ., " . » r""». r* '^"Ki'-'ii mile .muloui etre une 

totale oblation de soi-meme par lag u elle nous redisous chanue 

jour: 'Seigneur, me voiei dispose a faire votre^vwlonte 

vous m»vez place sur ierre pour une fin speciale. !),• tout 

mon coeur je veux correspond re a voa desseins- vbici roes "" v "*' 

forces et ma sante. voici mes facultes- intelleetuelles voici hpr 'V f "' < '° n . lm<> ,il plupart aussi. 



\ndrc Garant, e. e. sc. s. 



ce qu'il y a de plus noble «lans mon etre; one t<>uTsoit con 
sacre a votre service". 

Faisons un examen de conscience et vovons si e'est 
ainsi que nous eomprenons notre religion. - 

Ne laissons-noiis pas de eote la plupart des don, .pie 
•Irsus nous a f ait? Nous avona le Inuiheur de pouvqtf 
assister a la messe toua les jours ;- combien en profite.nl ? 
Im parmi'eeirx qui y assistent, combien avec piete ferveur 
et sincerite? Kt rEucharistie'.' Qu'y a-t.-il de plus capaWe 
dejeyer el de fortifier une ame que la confession et la com- 
munion frtqrremes? Et combien de SaTntes Hosties de^ 
tmet's a ties etu diants demeurent dans le fiboire. 

. . Et le devoir d'etat? Fort souvent. nous le balancons. 
non< nous -en debarrassons avec hate sans aueun souci de 
tairo la volonte de Dieu. "Surfou! combien sont pris de la 
peur de 1'efTort": Bwladfe si repandue chez les ,m lines gens 
et jeunes filles. I/on ne sait plus se renoncer, se plier a un 
reglement. auv exigences de la religion du Christ. Pourtant 
nous savons tous que les chemins de fleurs ne conduisent pas 
a la gloire: "La couronne de lauriers. dit Laeordftire, n'a 
jamais ceint que des fronts meurtris". 

Ktudiant. qui croit a Jesus-Christ et a son Eglise. lutte 
' ne nas devenir rl.» nf< Hpnii_<>hi*<ltioi\B r»«r.-«r«. i u .- ,.« „ 



Accepter immecliatement la tutelle d'un parti e'est 
a 2r ''on C ^T ' l ; ,>,n ' *>**• *** - rlslgnerl ne 

Su«..h '„c \Z a " or P mi "r °" ini " n ,les conceptions 
on Ijolue. ' , ' a(l '' l ' S ,l,Vl ' J " s "" ri "te'-ieur desqnels 

— i — ■ ■ > ' ■■ ^- _■ 



Coinnie la plupart de< etudiants 
d'Ottawa. j'ai hi et relu votre ar- 
ticlfi intit.ule '.'Nous n'aimons .pa.s 
fortitude de? etudianEaT du Que 

riTOe la plupart ausji, »;f t .™"" «»«fe Vieux eliohe. mais terrible verite 
H«W1 unaTgne de ^S^.^ 7resait W?, ^nangrex flyeciuX Le milieu les- fats 
■qtf .,,u, arrant qui en E* "» ut ' s accuseiit des transformations qui ag ksent sur 
„„,,, ggmm. et qu, <H (1 vent mod.fier ses conceptions St^£ 

Leapacs me nfan^ue pour n| 

fuler urfe a- une U>Utes les ideej 
qui const it ufnt . u> U<uj.{ do 

contenterai de com 

1 ' <'<•- produita du travail. 
©mmeneairl par •• 



(V lilH-.ralism,. >„,,. ,„vrhr le |,-,ni. !„,•„ „ ( ril s,„t ., 

' , , ' , ; 1 :::: 'I"" 6voIut -«»> «««ibie d,. P uis qlk .i,,u,s a„„o,,, 



fuiro ,•,■,„„„. ,,,„-„,i,,., , notr. mi<n"'V„c ,,,,,' '" " r ' v . lh '»-T .'••■Kroujxr.s ficono- 

en s< .j CT en„.„,. d, IW.nm-r mo,n, (ivit,.. Wft ' C ^S3 <K«« P'«,r ,„ fair t - 1 H-„.-ficier la colloc- 

tor m a t e Ur surtout au onmt .<» i,n* ,-. — . — • 

,S.;i. 1 l ';:.''!":'':'" £** m { ^m ******** 



ignernent 

formateUr surtouj au jiuint de vup 

franca 



,.«., M v. uwii « mc.mi^-i iiiini, et a mjm rugose,, june 

pour ne pas devenir de ces demi-chretiens, comme il y en a 
trop. dea hommes qu'on a .baptises a l«'ur insu. qui repetent 
a certaines dates traditionnelles quelques form u les de pnere. 
sr-TnenTp irs ne 1'oubHent pas. Sois. au r.mtraire, urTcrovant 
digne de ce nora; qui, par une volonte libre et reflechie. 
adhere aux dogmes chretiens. comprend et con naif sa reli- 
gjon, met absolument d'accord sa vie intime et sa vie publi- 
que avec ses croyances:- en un mot un Chretien sincere, 
qui honore autant la Foi' que celle-ci contribue a le grandir 
et a I'ennoblir. 

En terminant, je vOus demande de ne nas me considerer 
wmme un "sermonneuT" mais. comme un etudiant qui a 
reflechi sur ce grand malaise dont je viens de vous parler. 

Yvon Rourbonnais 



rnnrrnltii. «♦ »>, - ^ i ' ^- * { i»wti uevra- surveiiier, 
M. Touchette, dur.nt les huit £ ^ V V P ' P v ft ^" lem ° (,a,,s l * ( ^aM..; cas dinger le me^aniame de 
ans .pie j'a, etudte dans les colle- economique. 

ft du tjiiebw, -je-nHtf jarmt.5 ren- . Gfi qui n'est qn'un aspect le la errose g S !o , , 
contre un seul etydiant qu&eooia j mique, soCiale et politique. — *— 

qiu considfiait lee> Cludiauts fntn '• U ne s'agit pas de rftnoneer a cette liherte dont h- m'o^i 
co-ontariens i omme" une" colonie meme nous est si chere. Mais il sera ditfieile de la vo-iloir 
>pmtuolle. Mais 'ec que j'a, cons- f ntiere dans I'ordre politique mais limftee dans Tord're econo 
uite et ce qua je suls tier de dire, mique quand les idees deja etablies des ehefs nous se r( , n t 
«ar j'tn eufs eonvaincu, e'est m> ™P^»y» jrU*M le tremplin que peut Itrele parti ol.scuivira 
N's^etiKliants dji o,ue.Le»: cwside-" noire ideal et notre r 
pent leur province comme le cha- 



teau-fort de la vieille civilisation 
franvaise"et de la religion qu'elle 
apporta de I'au-dela des merv. 

Si. par hasard, vous enviez le 
noble role qui e$t echu aux etu- 
diants quehecois, de con.server et 
de faire fructifiei '. malgre tous les 
obstacles, tout le bon que la 
r'rance a Reverse d'elle-rneme" en 
notre paysj ne pensez pas que la 
fierte quel ces etudiants , res*en- 



• 



i — 



L 



, 



_*=^ 



'4 




individuelle. 

a'un^?lT^i^^? ,W ? ^^ujettissant a la tu telle 
dun part, politique des l'age de vingt et un ans. que Yetu- 
fliant. cet homme de demain. sera en mesure dWomplir 
le devoir qui lui incombe. ! 

L'idee paraitra pretentieuse, d'un desinteressement im- 
■possible aux espnts qui ne visent qu'un bonheur mesquin. 
' Mais le devoir de chacun est de mettre en relief les 
» qui aggravent progressivement la situation, et'. 
le ch^fitm qui monte vers la lumiere. s 

Jean Touchette 



t . ' ■ 









\ 






*» , 



■ 






./ 



. ^U 






. 



J 



'-. - 



, <*¥> 






d 






: 









} 






.< .PM» 4 



3^ 



LA ROTONDE 



21 octobre 1949 



Potins feminins . . . 



cole Normal. 



Oi 



ez les Infirmieres 






Le 1 octobre, grand boule- 1 Des. rumeurs nous arri\ cut 
versemcnl a I' Ecp Ie Norma [| t ravers les longs corridors 
le . . . un groope ici, tin autre |3a? rhopital. II paraitrait que 
la fit LQU jase . . . Dc QttoiJii rVderati on.diacu te une gra- 
e^agit-il ? Sbyona un pen in- Vt - ane bien grave question. 
(list-rets _ e'est permis par- L'ecole des InlirrnieiVs d«»jt - 
fois e1 voyons ce qui se dii . . ,4-flHB ou ne doit-elJe pas avoir 

il'ao ruitt-iiJDiit.M.tn :. I., i.' 



i"»uu. (i interrogation .« » ™« viHiiiifm pani cae p u B 
pour Normariens et Normal- 1 983. Kn 19 10, 1* CO. id char- 
♦ iennes. Kt le resultat ".' Vofei. fcealt da son administration 

Presidents entre ^W5 ? p, i t t No " K g/ B P«»S" 

cVst-a-dire, president, gen£ *»* ?f f"25— "^ 1°"' 

rale, "gentille, petite,' blonde. S*?^ a " ** V«?A> n J 

courte; jolie et pimpante , . . <k ' sort,r [e ta » )ls % b,e » v * 

reVard anime . . . caraetere Wft " ous / senons ^ eu reuses ! 

de chef. Vous la eonnai*sez? ( e , le iran ^ avec I intention 

Qui, e'est notre Rejeanne Bou- ! le leQr pr f eter mam **£ **?* 

_^__ dreault d'Ottawa. V%** J**!?""** activites, 

~ -t — lj— 1 etc. —■ Alory.au 

Et la classe A . . Vbyonsse rencontrer .'." 

leur chpix. C'est une"Jacqua= ~ • — ■■ 

line Blais de Tlmmins. "Gran- o- .. . R 

Hvmm Ste.Familird'OtUwa: 




21 octobre 1949 



LA ROTONDE 



* etc. — Alors, au hon-plaisir de 
'»e rencontrer .7 - B#»»t-A*n*» '• r™ 



■ -JCO NSEIL ETl IIIANT DC NOTKE-1MMK 

ifcr*« du con-.nl etudiant du C oUegc 



De 



Notre-Dame sont - recemment entres 



cienne accomplie raffolant de i . 

la musique classique . . . ne t unl88a i? nt ^ r la V e : M " e 

\, Simone-Dagenais, graduees '49 

I. . J _ I I T 1 11 T «•• • » i 



J • """ ____^i_r_ - (Photo Newton) 



meprisant pas le "hot-jazz 

Un coup d'oeiLdans la clas- 
se B. .Vous savez'qui? i* Jo- 
lie petite chataine aux yeux 
clairs et brillants . . . un bon 
sourire pour tous . . .en d'au- 
tres mots: une bonne petite 
-__di rec trice declasse. Mile The- 
. rese Gravelle du Sault Ste 
Marie. 



de l'Ecole des Inf irmieres- 4e 
l'U-.O. et M, George Duchar- 
me, etudiant *de la 4e annee 
de medecine. Nous leur sou- 1 

haitoni bng^ue vie. beaucoupj Nouvelles (fe Bruvere 

de bonheur et une nombreu- 




de contradiction chez I'homme 



se posterity. 



MWu£ fl ri d T, tttte manie inc °ntrolabU 
S ^..i!n? P membres du sexe soi-disant superieu 

de soutenir 1 inverse des opinions et des idees exoTslv 
devant^ A la lecture de cette phras^ ^nS^e 

sentira vise, tous ceux qui sont supersatures de cette me f 
tahte perverse sont convaincus que ce ne sont paTetx £.1 
en sont imbus mais bien Ieurs .yoiains. Q 

^'esprit de contradiction est inhere] a la nature hu- 
lt reconnu que daas ce domaine. les 

tiu mot . dhithiour vive McKeough, etudiant en 5e an-' P^* **£»* Micheiine trrdisant" a presque fatalemen Z' trei h^£\^ °T 

. reglementaire^ nee Hpmprt«.mp ^ir^pr-pc «t mise en tetedes excur- luf-meme et une confiance ilSl?d a] c^nu 1 , t! ' !l de 

lement i«n. ce ou'il emit samir • i i». *.• _ ,' q . u " ava »ce, dans 



La semaine derniere a eu 
lieu la premiere reunion du 
conseil collegial. Je vous as- 

(NJXL3L 

pas.) , 



t ■ messe d e mariage unissant ' Su ^ e qu on a jase. (X.D.LH. en ^nt imbus mais bier 

_.P Q ue _ dl rj dupetit_?rire Mile. M.-Paule Mantba, ^a^[^?y s n en doutoris pas.) L'esprit de contradi 

felix de Cornwall, le choix de; duee '48 de 1'Ecole des Infir- fct ".'f? est ^^ <** tres bon- maine. mais e'est un fai 
classe-e. "Chef dans la force] mieres de 1'U.O. et M. John ne » »dees: -liommes lemportent de 1 

du mot . . . d'humour vive, 1 McKeough. etudiant en 5e an-' u *»or<i. --—notre Micheiine tredisanf* a nresoue faf 



COMMENTAIRES 
SPORT1FS 

par Gilles Hurteau 

Avec Inauguration de la ligue" Junior-Cite cette se- 
maine, la masse £tudiante tournera un regard inquisiteur 
vers la nouvelle edition de notre equipe junior tlans le circuit 
de Len Belaire. Avec la perte de "Rocket" Lalonde, Parent. 
Veillette, Drummpnd, McLeod et bien d'autres, Billy Boucher 
aura-t-il de quoi xombler les vides ©ecasiormes par la perte 
de tant d'habiles "Hockeyistes"? Apres avoir eu 1'occa- 
aion.de pratiquer a maintes reprises avec nos juniors, votre 
chroniqueur ose predire que notre equipe sera quasi 
aussi forte que wile de Tan dernier. L'equipe sera proba- 
blement moins spectaculaire au debut a cause de ['appa- 
rition de plusieurs recrues; H leur^audra quelbues. parties 
pour prendre de I'aplqmb et ensuite vous les v&*6Z certain 
nement afficher une tenue impressionnante. C'oh4iint, % de 
Chavigriy r Gauthier, Charron et autres, P4it du constater 
des leur premiere joute contre* les Irlandais gu'ils evoluaient 
dans une ligue plus robuste, ou il fa'udra patiner it "liack 
checker" contijiuellementl Maia_Cousi nea u u^- ^rejs^ ~Rou « 
leau, Labrosse et Trei>anier qui sont encore eTigibles cette 
annee, -for meront-le nucleus d'une e qu ipe b ie n balaneee o,ui 
devra etre Tune des plus puiftsantes cette annee. 



Page 5 



OTTAWA' 

Ouverture de la ligue 

Junior City cette 

semaine 

La ligue Junior City inaugura 
cette semaine une nouvelle saison 
qui promet d^etre J'une des plus 
prosptres. Le circuit Leelair a 
beaucoup progTesse depuis une 
couple de saisons et 1'additiun, Pan 



DU LOYOLA 



Dimanche dernier devant plus de 3,000 
personnes - Pointage 17 A 5 ^ 

par Guy jouhert ' 

Wilson est merveilleux; William- r C'ett ici que Slim Williamson 

son est brillant. English est le botta le-^Kick off" pour ,65 ver- 

'".illeur pour les perdants. , j gea . Le baUon sortit a l'autre bout 

JJimam'he apres-midi, -elegant ' **** 'terra wi, et le bon coup de Slim 

une foule de u,;i00 personnel. ies nous fit '%*&& 10 yerKea. 

Sq&&Wt da Te.i Kd wards inni- ', ^yola tentarent de se rallier 

( g*rent une euisante defaite «ux ', mai » ®n vairt. Constan/.a recou- 

dernier, du St^ Charles et. du (lie. Wa!,u "> d« Loyola sur leur pro- vre un l ' all °n en J:erritoire ennemi, 

I nat et Gris ne fit qu'accroiire | 'in- ,)1e tf'iain. ha foule plutot an- tBBmpklBi et Wilson plongent t«»ur 

tci«-t general et donna plus d'im l ipat hi( !"t' durant la pfemteTg a '""" et * nc o»"e une fois Tiny 

pdrtance au hockey junior dans Inu ' ,i< -' fut .emervetrlee des bril- com P't« un majeur. I.c coiuerti e.st 

la capitale. hin es courses de Wilson et VVi!- bon •* ^ compte "est maintenant 

liamson dans la seeonde moitie 1, " () - 

La ligue sera un peu plus fai- u ^ m ^ English pa.sa tn,:< fo,s er, sue- •• 

^wr-h, McG^e, H;, S p. ? r ftt (W\f. 



Rene Cousineau affiche tou jours une tenue des plus bril- 



ble cette atmee -du au fait que rs 
plusieurs joueurs qui 
jfua-,eat depuis nombrs 



la 



i moins interessante. Las , 
1 «« d'-sUn- (leilx , hll)S sVr hangerent le ballofl ^^^^T' ~ £ 'T 

tr^ le-UT^-T oueurs pleins de to . ■ ^»f ?,.« j » »t i y iifi . d un P f „ c „n ^ ^^^ 



v.w ... Vl/ ... v, uuiuuui viv C | Mciteougn, etuaiant en 5e an- 
et piquante . . . reglementaire; nee de medeeine. Sinceres U- , 

Kile est tellement en- "re qu'il croit savoir* A 



» 



•» 



;-■:. 



par excellence a 1'Ecole ^or- licitations, et meilleurs sou 
male . . . remplit son role de haits. 
Ledeau a la perfection", - _ 

l-.»ry ; pwriente de te elawe. ' Uenise Tremblay. M.-Thire.e veau ^SsfSS^ n °"- 
K Kh ou.! et elle le^nerite. Beliveau, Carn^n Lefebvre. ' £ f^-i "• faar ' 



I homme aemble se faire un point d'honnm? de nf pat e7re' 
du meme «,«!, que ses interlocuteurs et aurtout desm Inter 
l'<utr,ce.«. I M wfuse-en effet a accepter lea opinions de 
sea compaKnea et e'est tout un art pou7une jeune fin" que 
r,, " . fa . , L e , a „" meU i: e ^'e»e Pent avoir raiion aLSo? 



lantes dans les pratiques. Mon copain de ligne Tan dernier f eB sunt a former une autre equiSe 

semble plein d'entrain et il . joue avec une determination re doutable ^t tout indique qS'ils 

remarquable; il patine a vive allure et pousse la rondelle Be rpnt lequipe a battre cette an 

ay c finesse pour ensuite mystifier ses adversaires avec c|es 

fei'ites a la "Cousineau", et d6s lancers decevants. Cbusi- 

ne \\x est l'un de>ces rares joueurs qui se distinguent aussi equipe Tormi 

bi. " a la defensive qu'a rortensive. II y a quelques annees, ' i es Young, 

Cou^e se montrait l'un des meilleurs "back-checkgr^" de la 

ligu^ ihterscholastique, et Tan dernier il affichait une tenue 

des i>ius aggressives a 1'ofTensive. Notre dynamique hocke\- 

iste de Gatineau-MiUs pourrait bien etre 1'inspiration du 

club cette annee. E t a quan^ Je contrat de $50,000 avec le 

TricoloreY Couse ? . . . 



Nous sommes en grande rec |rice. • »«•' ;»••"•« ae conviction les 

U discotheque sera en 7 -^ "* VO,res qUe,ques iours ^paravant. 

Umd etre une maroue d'originalite comme le p'enTse 



etoiles aux yeux, le rose aux 

joue* . . . adepte de la geo- preparation pour notre Lae. La cuwrotheque 

metne. successeur de Pytha- j-ostumee a r.Krasion ,1,. I'lLd- e^verte • inee et n. j 'y" , *" ,a,,ie comme le pense 

gwe. <»w-en. Nnus vous inv.terions espeTOTlH I a ^, rmr de nou- i tm ! ( i ^ P '- ' ,spn ,h ' .'"n'radiction masculin est 



L T n mot de notre ^secretiti- '"''n, mais 
»•<•? Mile Carmen Belanger t — 

de Sudbury, ' jolie petite Noua summes 



hou reuses 

Sr^S?^ "" Wmm .,. , to 

1 passee. Noun croyona avoir re 
Un soupir de soulagement. marque que notra kola n'a 

tout le monde est satisfait T. Iris ,.„ i <inr v : <iU , p,;;,, •,,.„ 
Nos pre sidpnt..s represented "; ' ' r \ ; s|t ; ^"2^ 



iveaux che^-dw.:-:.!;:- BSKS 2 sss* bana 33-Banat 

auditions continueront aus,, n ?. '^e^i "cl conlr'^'r'"' ^"V*' ,,omaine P««» 

mais avec e„ plus une co„rt, | c , r> r ' t ' y m ^ h ^^ * «*rce plus Bouvenf qu'on ne 

biOgrapSfeda Ia,it,ur a Thon- lelfiS" EtMtSSfcS ( '° ntrar "- W «»W^ I'"- k» Plus 

neuF. et un commentaire sui rev ,1, ^onn-i re ' ''r"" ^ 0m ! '" , " ,( ' s n,u * «^«^ 

loeuw en| i»l... VrUm.n \ W CronTwell et Suline, deviennent 

tyrann.ques que les autoerates cpr'ds 



.•^r^'^- •• , "'" 1T ' ^^^ ■*■ 



vraimGnt -lanrreTtie tie l'l 
Xormale. Un groa "BRAVO* 

N.I) L.R 



mis "»Q lit". — Uhers 
"navots", peut -e tr e gue « ■■ 
N nous. !e gouter ne seratt pas 

Vions pas qu'il -exifttait autant ^ f" - ^ ^T "jgSl 

dpjnliPs-jeunes filles a 1'KcoIe IlanU ' S ' ' " A J an P r '»cha»n? 
Normals. OilbeVte Berthiaume (c.i.) 



rfda news". 

Jeaiiniiui Le4u** 








TEL. 6-1200 



RES. 3-12U7 



Le Centre des fleurs _ 

\\NMLK DES RfKS CLSCOOIjK KT COLLEGE 
OTTAWA ONTARIO 






■ I 



LE CENTRE JDEAL POUR MAGASINER' 
_Miereeries pour hommes et jeunea gena^ 
Vetements pour pretre*. 



THOius 



fioii 




«♦. 



isfien, R.O 

opTOMtnuisn: 

gjrfffsflste pour la tat 
Ollawa 



tea PHvnn <rt8 n_ e c» . l^aminV/.-vous 



nfitr? il I ^"es-VWia coupuhtea. Mai,- k S-» 

• ■ ,'m- , : ; p . ,ll,rr ' '"' '■'i'"» ''•• contradiction^ vou 

, ' a ,, ]>'r •""""■'," : M " li, '' r - «wi*P« «V« m.'i 
hr. — ■ * "" ' ' Pwsonnages dans 1, ••.\!,sa„- 



Parmi nos recrues, il y a lieu de signaler le persistant 
de Chavigny, qui sera certainement le plus spectaculaire des 
nouveaux chez les juniors cette £nnee. Andre jouit d'une 
habilete et d'une. finesse des plus remarquables et il se dis- 
tingue par son jeu scientifique. Ses prouesses sur la glace 
nous rappellent en-partie le style de Denis P§pin, notre 
ancienne etoile. 

Andre de Chavigny nous, arrive du College Gamier, de 
Quebec, ou il jouissait d'une magnifique reputation comme 
joueur de tennis. Nous souhaitons la bienvenue au cham- 
pion junior dff Canada. . 

. ' • » ■ .» 

Maintenant qu'Allie Garland a pris sa retraite comme 
Jnstructfiur de _hockey_ a_J!Hni¥ersite, Ton *powrra peut-etre 
retourner a la procedure reguliere de doter nos equipes de 
gouret de trois lignes . . . qui joueront . . . 9ur la glace. 



Notre equipe de quilles a subi deux revers de s uit e darip 
la ligue des anciens. Guy Cloutier nous promet qu'ils se 
reprendront des lundi prochain . . . contre les professeurs. 

* ■ M * 

L'equipe de Natation promet d'etre puissante cette 
annee: de retour pour d^fendre-4eur championnat nous y 
trouverons Jim LeSueur, Cloutier, Claude Rinfret, Ray 
Lauzon, Frank Fournier et Jim McEvoy. Une rumeur 
circule a 1'erTet que nous possedons au sein de notre insti- 
tution un "magnifique nageur en la personne de Luc Cyr. 



jeimes , joueurs pleins de ta- ' ^rti^li^> H,S i ' ^ »« »vl« «temie, -q uait iM.apfa t a- 

i» . •■ ,, pai ticulitie dans le premier ciuart - , . t«^i<» 

aa Hotter. Le grand Slim, qui ne 
Dans le 2e quart. Loyola, apres veut pas se debarrasser de la ' 
: passes- parfaites de' English, etait balle court avy au lieu d.e hotter, 
nee. Nos traditionnels rivaux du I sur<%otre lOe. Cependant; le mur II fit untgain de 20 verges. 

.alignent toujour? ' une de pierre forme de Norton. Beau- j Le ballon passa a Loyola qui ne , 
midable et les Powers, .dry, Kopaek, Archibald. Costanaa, ' fit rien de bon. Rheaume encore 
les Dagenais forme- : McElligot. Reynolds, fut toaWffTima fois intercepte. Slim prolite 
PWlt le noyau d'une equipe re- lable. Tompkins interceptii une de J'occasion pour courir 2T, verges 
doutal>le,^XeLa renat et G rtg-gous Passe, ,>our placer le Carabin a en 2 essais et compte le lie majem 
1'habile d rectiun de Bill Boucher 1'ofrensive. U grosse machine de l'equipe d'Edwards. Wilson re- 
devrait etre aussi puissant que comm<mcait ji.stement a bien fonc. ! ussit le convert! pour porter le 
Pan dernier malgre la perte de j tionner ^.lorsque le drapeau fut pointage a 17-5 en faveur de Boi 
sept ou huit joueurs de boa cali- | baisse a' mi-mat. indiquant la fin vaillants equipiers. 
bre. Lalonde r et , Hurteau ont de la premiere moitTe. 
gradue 'avec 1'intercollegi 
dis que le fougueux Armartd VeiL 
lette s'alignera avec l'equipe de 



* *. 



Loyola se montra feroce des lei r»\ 
premier siffle, et ils etaient l ? n -K ggne Qt tCFTCUT aU ? 



, marche et deja a notre lOe. Ko- : 
Valleyheld dans la puissani e hgue na „ h , C) - h . 

nili .... • . ." v. • "J pat'K et Slim enrayerent leur mar 

Quebec junior. Lattberte. qui. 'an ^ • ..* buA,.._ i, 



che, et Rheaume bloqua une passe 
qui aurait ete fatale. 



Notre-Dame^ 

(suite de la page 1) 



Quebec' jtmior. l>a!iberte. qui. 1'an 
dernier fut acclame comme le 

joueur le plus utrte a son club. q e I&Uile: . Mais avant que cette ini- 

n'est pas de retour cette* annee Varsity bonillait de determina- tiation passe a l'ordre du SOU- 
tandis que les classes semblent tion - Bre n naff court pour 10 ver- \ venir, que diriez-vous mesde- 

"nuire" au retour de Parent et de ^ es - Slim et Tiny qui ne se lais- moiselles d'une visite amicale 

De retour Dour for- sent darner' le pion par personne. a 1 edifice des arts, ce serait 

deciderent de faire chacun leur rendre la politesse a nos jeu- 

10 verges. Finalement, Brennan nea navots et cela leur cause- 



Morissette. Lie retour pour 
mer le noyau de l'equipe", les 
adversaires auront a surveiller 
Cousineau, Rouleau, Sirois. Bru. 
net, Fournier, Labrosse, et Cos- 



passe a Wilson pour 30 verges, le ! **ait une agreable surprise. Fi- 

petit Tiny' decide d'en courir 40- gurez-VOUS "cours interrom- 
pour compter les premiers points. PUS aux arts par Un gTOUpe 



tantini. L'instructeur Billy Bqu- i • -■ — > ° K «...«,. ^- ,-».. «w *w« H t 

cher a une foule de recrues "et ^* converti fq.t bon, mais le mon- de jeunes filles". ca . passe- 

1 •■■Ha A n A™;,. 9XL-Z2* J!.: J_ J_ 1*Qlf a 1'Vi ia4-rvi«*n- 



rait a 1'histoire. 
• * 



comme la partie de cette Semaine : sie>ur en chemise Zebree" decide de 
J 'indique, "de Chavigny, ConUnt, i nous punir. 5.0. . ^# 
Charron^ Gauthier et compagnie 
sont du ca" " 

mer une bonne equipe. mieux equilibrees cette annee. • Pilon en est 1'entraiheur 

Leurs equipes etaient dotee«= <ie f (chanceux. va). Sous peu l'e'- 
Le St-Jean-Baptiste, le Monta- jeunes joueurs et 1 'experience ac- ! quipe se mesurera a celle du 
gnard et le Burghs s'entrainent quise 1'an dernier devrait porter a college Carleton. 



Une equipe de natation est 
libre qu'U faut pour for- 1 queU€ v ™ dernier devant etre j en voi e de formation, le major 
»onne equipe. mieux equ.hbrees cette annee. ; Pilon en est 1'entraineur 



dans le plus profond silence. Mais profit cette annee. 

les trois equipes qui tramaient la I Jean Drouin 



Bonne chance. 

Ray Martin. 



[pSH5H52SHS25HSZ5HS2SaSB52sisi^^ 



v«*ux 

oils 



Nous sommes heureux de constater a la suite de la j 
recente victoire du Grenat et Gris au depens de Loyola que ! 
notre champ arriere s'est finalement retrouv. La ligne 




Pour .voa articles de ajJKett* 



la 



Pharmacie Brule 

A deux pas de 
I'lTNIVERSITE 




«r . . 



Lt ne faut-.l pas bien Hue mo,,,,,,,,- runtn,!, 
A licomniun, vo.x v,ut-on ,u',l s, redu.s, ' 
> <., , ne fasae pa. ,r!ater en tous Reux 
<-pnf contrariant qu'il a nm des eieux" 

- -n.m,nt d-autrui nV,t .iarna.s pour hii plan-,- 
Prend tououn en main lopnHon ,-onlra •«■ ' 
M pci.s.-ra..t Pai-aitn- un homme du emmun 
Si Un voya.t qu',1 fOf de 1'avis de queleJw ' 

Win prend rontre lui-menie assez aouVenl lea arm ( M- 

Aus"tot";;;irv ,t,m ^^ snn v^ m ^ ^ ' 

^Auss.tot quil leajoH dans la bourne d'antm!. . 



Les^ifficultes technique* nous empechent de donner un 

compte-rendu du banquet des Anciens, ten u au Colisee 

la semaine demiere. 

Lea lecteurs voudront bien nous excuser. 



- 



»■ 





' 



i« 




sive conunueiie. lea n.awaras, qui expenmenie uepuis ki 
debut de Tanijee, aurait-il trouve une formation Lien ordon- 
nee au talent que lui apportent Slim Williamson. Wilson. , 
SabouHnr Rrennan, Rochou et autres? 



FOOTBALL HOP 



CYMNASE 



12 NOVEMBRE 



e rendez-vous universitaire 



\N(iLK KING EDWARD el SOSlEUSKT 



SERVICE - QrALITE - COIRTOISIE 



Direction, E. KARAM, "ancien 



T-T- 







•;■ yei - ' 



^ 









/■ 




■ 



■\ 



, 4 



± 






- * 









< 



—, 



< 



. l J> 



< 






%> 



S , 



• ' \ 



I 









**» nUXfifl 



- 

JO _f_ 



a 












mm 



MM 



! 






Page 6 



LA ROTONDE 



2* octobre 1949 



L'ORDRE BE BON TEMPS . 



i 






Tu te demandes maintenant, ami forvction etait de recreer lea gena, 
qui me lia,qu'e»t-ce que l'O.B.T.? ! on le nomma: Ordre de Bon 
Kt si reellement il vaut la peine ' Temps, 
qu'on s'y inter esse. Ce serait ' 
peul-etre malhonnete de vanter 
*un produit sans meme que tu aies 
l'occasion de constater .sun effica- 
cite. Aussi, je te sais (comme je 
me sais) curieux d'experiences, in- 
terease quand on peut comprendre 
par soi-meme . . . grand chercheur 
d'air libre. En deux mots, je te 
donne une idee de 1'organisme, 
croyant qu'une visite a l'O.B.T. te 
fera connaltre en pratique ce que 
je te dis par des mot*. 
l*n peu d'hi*toire: 



II y a quatre ans, quelques per- 
sonnel* de Montreal, dont Roger 
Varin (Jeunesse Canadienne) At 
t.uy Messier, constatant un pro- 
bleme des loisirs chez lea jeunes, 
se toumerent vers notre folklore 
pour voir ce qu'on I pourrait ' y 
trouver. lis y trouverent* l'Ordre 
de Bon Tempa. L'adaptant a 
notre 20ieme siecle, cet organisme 
sembla egalement une reponse a 
notre cafard d'aujourd'hui, notre 
nostalgie pour des loisirs mixtr-s. 
sains et organises, 1'ennui "qui em- 
Au premier temps de la colonie brotffHe les enfants le" dimanche'' 



que". Soifc qu'il y ait <Yecul ou 
sdit qu'il y ait avancement. Mais 
une chose en mouvement ne se 
concoit pas demeurant au meme 
points De meme dans la course 
chaque en jam bee conduit_a_un but 
qu'on convoite, ainsi , egalement 
lans 1'ordre de 1'humain tout 
mouvement semblerait le pousser 
plus avant, et daMs Page, et dans 
ses experiences et dans l'epanouis- 
sement de sa personality toute en- 
tiere. Cest un enrichissement.qui 
se fait chaque jour et meme dans 
les loisirs. Le contact, les echan 



franchise, • nos a'ieux*. noils rap- 
porte-t-on, souffraient de maints 



comme dit.la chanson. "L'idee s'est 
repandue et voila. Maintenant on 



— ! ■ ' 



maux. En effet, la nostalgic du compte des groupes dans tous les 

sol natal, le nouveau mode de vie, principaux centres du Quebec et I 

le scorbut" semb ifilei ■">»• part _ de I'OriHrlO La '.• 

parmlles habitations d a (up l»ia nominee* da" TO..B T. grandit 



~. 



U 



ne pensee 



// 



UNE V1LLE" ET SA PARESSE" 









28 octofcre J949 __ 



i 



JJne autre des belles histoirea de la vallee de I'Outaoiraia, presentee 
par les fabrieants de fournawses electorales. "AIRCHAUD" . . . Ce 
soir, Albert Lowertown, et son epouse Lucienne, sont a se chauffer tout 
pres du poele a bois (le charbon est trop cher). Albert dit a son 
epouse: 

Albert: (fade-in) Dis-moi done' ma femme qu'est-ce. qu'on pourrait 
bien faire ce soir? " 

Lucienne: Bien, mon vieux, je n*ai aucune idee. On pourrait bien' 
jouer au cribbage ou lire le feuilleton du journal. 



ges d'idees, le travail a une meme Albert: Nwi, ca me tente de »ortir ; de m'amuser aifteiirs ce soir. 

cause etablissent un fond commun 

ou chacun prend et donne selon sa 

mesure. A l'O.B.T., dans oe sens, 

soit dans les' excursions, les soi 

rees populaires (avee atmosphere ) 

les "iases", les vq 



de 



•ases 
camps soit dans les bals-sautes, 



mant. Champlain, en homffie clair- jour en jour, 
voyant, deeida de remedier a la 
situation en organisant des noirpps 
populaires qui devaient dissiper le 



Objet; amuser *t enricHfir 

Ce que l'Ordre se propose e'est 



I 



Lucienne: Je vais regarder la page dee spectacles a Ottawa (30 se- 
condes, puis bruit de feuilles froissees>. ^~ 

Albert: T*is? . 4 ■ ' • ~- ■ | ... 

Lucienne: J'ai fini. , 

4 , 



• 



^ AlbertL_Ueja? 



Lucienne: Y a rien! 



partout il se ■ cree un climat qui* 

favorise le, don de ce qu'on a a Albert: Ben, franchement, je ne suis pas aurpris. Ca fait des annees 



ofTrir, et de.ee qu'on peut retirer. 
I participatron il*d^»i....geDa. leur 

aide a s'ex*primpr. a donner un 
cafard et chasser l'ennui. Ainsi, a - pourtant quetyue chose que le sens de>bo,uche naturel a leftr sens so- 1 Lucienne: II ne faut pas dire cela. 11 y a des groupes qui ont fait 
intervalles reguliers on se reunis- commun ^trouve, par lui-meme. \ cial. Les mimes, decorations, ] leur possible pour renouveler l'elan artistique. 

sait tantot chez l'un tantot chez Amuser les gens quels qu'ils chants, musiques, developpent la ... . - *.. ... 

«f M -k... b«„. _* u ,. . - , , , , . • ' Albert; Jene crois pas que personne ait faik tout son possible car 

itre, cbez Foutramcourt. chez soient, mais dun amusement qui sensibilite et le sens esthetique. , ... t . 2 .' 

r .w.rhnt »f l'Ati «'o«i,e a it r^ ■ u i j - i ii alors, il y en aurait au mo.ns un qui aurait reussi. Pas vrai ? 

Lesx^arbot, et Ion aamu.sait fer- soit ennchissant, en ce sens que Le don de soi, e travai pour les 



que la ville se meurt a, p'tit feu, et meme les geris intelligents 
sont trop betes ou trop paresseux pour s'«n preoccaiper. 



mement, Cet organisme. dont ia'ceiui^qui participe donne un pe*u autres, favorisent l'esprit commu- , Lucienne: Je me/^lemande, mon ¥ieuXr*^^-u n'as pas raison. 

— de lui-meme pour recevoirquelque nautaire et enchainent les gen* que les elans sont souvent comme des feux de. paille. 

La soiree du 12 



Je sais 



1± 



hovembre 

La.- Federation parle 



peu des autres. Nous avons deja dans une grande ronde de charite 

vu la fonction du repos. Detendre et d'amour. Peu a peu la vie 

par le chanpement d'activite, mais , d'equipe profite de notre sens inne 

, de' telle sorte que ce changement de sociabilite; il s'exerce une acti- 

L a d'activite ne soit pas une soiree . vite bilaterale, Ton se sent mi 

Federation parle La Fede- P ei "due a s'embeter ensemble a peu res|)onsable, indispensable. 

ration agit. C\?sl fait, ce sera coeur > oie - Ce *° nt des moments; Nous sentons que nous aussi vou- L uc i en ne: Aujourd'hui, on dit que l'on aime cela mais ^uand arrive 

le temps r de consacrer son temps, past, plus personne qui > . 



Albert: Je te le dis moi, la situation >est a crier! Si on a trois a 
quatre beaux spectacles par armee, c^t rlsns le plus, et pis 
?a vient surtout de l'exterieur. Je me rappelle le temps que 
le moncfe aimait oa le theatre «t pis on craignait -pas d'en 
faire. *• - •■ ■ 



pour le 12 novembre: une grande de detente, qu'il s'agit d'org aniser.j Ions amuser les pens et leur dire 

•e etudiante. Tout le monde • Vrai< ^ fa co. n » ce que lesjoisirs 4 que, 

y sera . . . non ? Je vous I'assure! soien t adaptes et au niveau cul- 

II parait que fa ne coutera pas ture! et au • ran ^ social. Nous 

l'obole de la veuVe . . . N'est-ce navons P a9 tous le meme mode 

pas que tous les etudiants. seront de vie ni le meme mode de nous 
presents? | amus-er. Ce qui semble commun 

Cette soiree, donnee par la Fe-f k t0US teutefot s ™** da ^ ^ tre 

- I kM 

deration en l'honneur de notre 



heritage passe, et le present his- 



soutfle mot. U n'y a meme plus rien de paroiasial, pis jusqu'.i 

Dans la joie l'homme p.ononce l'Universite qui n'a pas d'encouragement du public. 

3ea paroles; Albert: ("est peut-etre parce qu'il n'y a p** de public qu'jl n'y a pas 

Les paroles ne suffisent pas, <le spectacle. 

il les chante; - • 

Les parolee chantees ne suffisent Lucienne: Le public se trouve toujours si on leur donne ce qu'il faut et 

Plus, 



REUNION PUBLIQUE 

1)L LA FEDERATION 

I,K 9 NOV EM BR K 



sal;.ea(aitemkhe 



S INVITES! 



— — 







XVI lie annee, No. 4 











r . 






: CONCOURS 
EtlMINATOIRE POUR 

LE DEIiAT INTER- 
IM VER f SITAjRE 

1 NOVEMBRE 
UUU MER( *URE 

tel. ;i-:uo2 



— 



r— v- — ' = , ■ . ; -- ■ ■— ■ - -- 

cteur: KosaireHeab^e , Journal des etudiants de langue franchise cJe l'Universitp d'Ottawa 

" ' ■".—■- -• V U-l J — ; ; 1 -i- , hmm -, ; — : ; , . . ■ ■ . f - , ;— . - ■- 

.* . \ . 



liedacteur en chef: Jean Jloivrn 



DEFICIT A LA FEDERATION 



Le comity local de P.N.E.U.C. 




' equipe de fooCball intercollegiale. 
promet d'etre un succes. On nous 
dit que Marc nous montrera com- 
ment "hopper" sur une seule jam- 
be. Moe Jana conduira une Conga 
"Line et Peter Porteous nous pro- 
met de la musique, et encore de la 
musique . . . bien rythmee avec 
?a . . . 

Kntin, tout s'annonce bien pour 
que les etudiants ne s'ennuient 
pas du tout. II y** a meme une 



toriquer- le- folklore. De la une Sans meme qu'il s'en apercoive, 



surtout si la publicite est "bonne et nourrie. II n'y en a pas_.de 
spectacles, e'est tout. 



sentence pour ceux qui vont s'em- 
beter. On les jette dans un canot I * e " s ' 

et on les fait chavirer au milieu ! qu on cherche . a *«****- 
du canal Rideau. Cest asses "de- 
gouUnt", n'est-ce pas? Si vous 
ne voulez pas qu'une telle chose 
vous arrive, amusez-vous, faites 
les fous ... 

J'ai entendu dans les coulisses, 
que cette soiree . . . devrais-je le 

dire ; ..,.que cette soiree etait \ favori r pas . les temps excessive 
comme un complot monte par la 
P^ederation pour voir si les etu- 
diants sont vraiment interesses 
dans les activites estcUdiantines de 
ce jrenre. _Entre nous, les gars, il 



base qui servirait d'elan avant la 
course, la course etant Je genre 
des loisirs. De. la les danses et 
les chants de folklore comme un 
des moyens de l'O.B.T. Ce serait 
un peu chanter a contretemps ega- 
lement que de presenter a des ru- 
raux, des citadins, des etudiants 
le meme mode de recreation. Cest 
en partant de ceci que l'Ordre 
trouve ses gens car il repond aux 
problemes du milieu, s'adapte aux 
essaie de combler le vide 
II est 
surtout une chose que cet orga. 
nisme vise dans ses amusements: 
I'assainissement des relations en- 
tre jeunes gen» et jeunes ftlles. 
Qui done a dit la jeunesse "ce 
n'est pas un age, e'est le climat 
du coeur". Chacun de nous ne 



ses mains! Albert: ("est que l'on a pas forme le public. Il faudrait leur donnei 
Font des gestes et ses pied* de * a so u P e avant d'arriver avec le steak; en tous les cas, il 

nous reste rien qu'une chose a faire.pis e'est de continuer a 
aller au 'show' tant que ga durera. On n'a pas le terops de 
s'occuper de ces affaires-la nous autres. . ^^ : 



est a r 

l« .- octobre, 'le com'ite local 
de la Federation de* JStiuliants de. 
L T niveraitea ^'anadiennes ae reu- 

VUH puui -- dciinir et lancer son 
programme de l'annee. Vingt-cinq 
etudianti representaient diverses 
facultet de l'l'niversite." 

Apri"- une breve introduction, 
M. Pail I)esmaTaisT""vice-presi- 
national, exposa le program- 
me db i'annee qui ne manquera 
pas d'interesser tous 16s etudiants 
■ le ITJniversite. 
Cartet. d'achat pour 1e« etudiants 

Une carte qu'il pourra acheter 
au comite local deJ^.E.U.C. per- 
mettra a l'etudiant de jouir d'une 
reduction sur toute marchandisc 
achetee dans un magasin local. Ce 
.ysteme, intrpdult a titre d'essai, 
i -ervira, d'experience a I'etafelisae- 
rnent futur d'un syateme national. 



oeuvr? 

Journee nationale des etudiants 

Toutes les universite* canadien- 
nei,dodieront eette anrure une join - 
nee Jx l'etudiant. Cette journee 
WW marquee ii I'UnWfr^ite d'un 

pageant et de manifestations .t i 
diantes. 

Knquete sur le Cout des livres 

Cette enquete aura pour but de 
determiner les causes <lu bunt 
cout des livres employes par les 
univeisitalies et, si possible, de 
trouver une solution au probleme. 

Lea membres du conseil local 
de 'F .X.E.U.C. noinmes rdcemment 



sont: President, Andre Lapraiiie; 
secretaire, Louis Vincent. 

-LOUIS VINCENT 



"Donnez-nous la r^_^ 
justice quotidienne" 

Lea "meds" voulaient pro- 
tester . ■.}. et e'est ce qu'ils 
firent de facon aasez speeta- 
eulaire. _On avait distrilwe 
aux etudiants de toutes lei 
tatuLtes des passes g^ratuites 
pour assister aux parties de 
football intercollegiale . . , a 
toutes les facultes sauf a la 
medeeine. 



"La Rotonde n'orne plus les poubelles 



■- •- 



bondissent. 
(A suivre) 
Paul-Andre Meilleur 



N.B.— Le 22 octobre, il y a 
grand bal saute au Manege mili- ; . 
taire de Hull . . . 800 invites . . . 
des gens de partout . . . du plai- 
sir . . . on t'y verra? 



Annoneeur: Vous venez ^'entendre un autre episode d'une histoire 
bien touchante qui a du vous faire pe'nser. Qu'arrivera-t-il 
d' Albert et Lucienne? Esperons que le prochain episode sera 
plus tfai . . . D'ici la votre commenditaire vous dit Bonsoir 
et. Bon Show ... 

J. M. DERY 



-5 ;=. 



I 
I 

E 

/ 



faudrait bie_n_£aire bonne impres- 
sion devant ces messieurs de la 
Federation pom quMIs nous en or- 



ment froids, de meme les-periodes 
excessivement chaudes ijui amor- 
tissent plutot que de donner un 
regain- de vitalite. Le mors de 
septembre serait un point d'equi- 
libre qui dis-pose Riui §1 ShCCQA 
La question de ces .elations est 
■•pineu-.e mais rnmbien enrichis- 



ganisent dautres, de ces soirees. 5antes peuvcnt devemr cos rencon " 

•pour leur n,„:.,v, ,,ue nou> avon ' ,( ' s '"'^u'on veut bien essayer de 

toujour re bun vieux ^*lUg« '-■""' rah^er les mterets. les ten- 

... h - u | 1( . n ,._ Jr r|n ; , |V . dances vert le Soulier. 

Ca ffe vera jms trop fnrcant de En soninie. les loisirs fei iTTi 

fane actt «''• preseoce. Quant a J. vraiment oeuvrc BSOStrxzctiVC Bfl 



I ■ i _ ; encon- 

t vi-v !*• ! ' - rbire7 

. paa de me la presenter . . . 

■ ■■- "" , ■- ~~™' L. V :• 






un peU pin-- 

fratn ■ • » - 1 u i qui tsi pratique. Touti 

chose tend a u n«- tin quelconqu.; 

11- n'est. ..par" de 'veMtsWr - 



Tel.: .1--.166 



Robertson Fr^rcs 

Anciens eleves 
Merceries et chapeaux 
pour hommea * 
153 RIDEAU - Ottawa, Ont. 






LE 

LAURIER 

TEA ROOM 

RRPAS SERVLS 






58 rue Laurier E. 



Ottaw. 




II y . a de cela oractement un 
jn premier coup d'oeil vous 
apprenait que La Rotonde impri- 
ckucnavant sur papier- jour- 
nal!: c 'etait un premier pas, mais 
non le seul, vefs le but ultime qui 
Bet de deter le campus d'un jour- 
nal— vraiment etudiant et non un 
ornement de poubelle. Par le 
• a chaque numero, vous pou- 
viez en retrouver un grand nom- 
. xemptaires dans les paniers 
a rebut, et sur le parquet des 
aaUfei de classe, mais, aujuurd'bui, 



j'm'enfputistes, au moyen de rap- 
ports sur toutes les activites uni- 
versitaires ; d'autre part, les K»an- 
des "hols" du campus contribuept 
a aa solide page edttomle en y 
discutant sagement mais sur tin 
ton naturel de proMU'mes qui nous 
touehent <le pies. 

Autre progres. L'an passe ' a 
pareille date, notre feuille n'avait 
encore - paru qu'une seule fois alora 
que vous lisez actuellement la 
quatrienie livraison tie I'ailnee aca- 
demique *4S>-T>(). La Kotonde etait 
4es etudiants apportent chez-eux j na^uere bien luin en arriere de~ 
T.pie de La Kotonde et. nous autres pufettcatlftns universitaires 



Nos futurs saigneurs ne 
prirenfe pas de temi>s a reagir. 
lis profiterent 4e la part it 
U.O. contre Bishops pom 
mettre a dessein un plan d'at- 
taque quf.leur permettrait de 
faire une entree triomphale 
. . . et gratutte a I'Ovale. lis 
se masserent derriere un au- 
tomobile et, munis de ce be- 
lier roulant, foncerent sur les 
gardien^ de la porte qui po- 
liment, s'eeirterent . . . 



Notre conseil est dans de jolis draps— 






Imprevoyance financicrc de 
Tancien executif 



Cest une manie chez les etudiants (que, personnellement jt ne 
de_.avoue pas) de-critiquer not. org-ar-isoies etudiants; Quelque foLs ca 
donne des resultats appreciable*rsnentionnons entre autres l'amabilite 
avee laquelle la Federation s'empresse de nous informer de tous ae» 
faits'et gestes cette annee. 

Beaucoup d'entre nous se deinandent souvent a-quoj sert l'argent 
sde nojtre .cotisation annuelle a la FcVleration, on se pose d'ailleurs U 
meme question pour tous les autres organismes y inclus la commission 
athletique. Eh bien, M, Marc R. Mul lin, le vice-president du. conseil 
de -la Federation, a eu l'amabilite de nou^s donner un rapport complet 
de l'etat financier de cet organisme etudiant pour la periode acade- 
mique 11)48-1941), alors que M. Gaston Lamontagne . en etait le pre- 
sident. 






iOMMAIRE 



"» 






• I roire, ils la lisent .- . . 
Pouny_K»f1 

C*-flBl peut-etre que La Rotonde 

't'ert i-\„i~ la rev lie pie+ique excUl- 

sivemejBt littraire, artistique et 

scier.titrque d'autrefois: tout en 

certains articles aprea- 

Uci .. not pii)u*-s de culture, elle 

.. )a presse professionnelle 

.M.uquins poussiereux le 

r.i- former une "tete bien 

pleine Notre journal doit avant 

tottl f...-e r-onnaitre la vie etu- 

diante et y faire -participer les 



du pays; elle Test mdins mainte- 
nant. elle rival isera bientdt avec 
les hebdos de la Canadian I'ni- 



f ! Pour mettre un peu plus de 
piquant dans la partie qui 
devenait assez monotone (nos 
cEtTabins compterent presqiie 
un point a la minute) les 
* J meds" exposerent leurs 
griefs devant tous les specta- 
teurs. Des slogans, barbouil- 
les sur des affiehes multico- 
lores, nous racontaient leurs 
deboires: "On s'oceupe* (\e^ 
autres facultes . . . les "med^^- 
sont delaisses", 'Donnez-nous 
aujourd'hui notre passe quo- 
ti<li»qine", "Toutes" les facul- 
tes ont leurs passes . . . seule. 
la medeeine n'en a pas" (et 
il n'y a pas a dire que les gars 
de Bishop ont besoin de me- 
decins!). 



II n'y a naa {le dtHtt.e niie, 



Recettes : 
Anciens 



Etudiants. aux cours du jour «... 

Institut de philosophic 

Pemsionnaires 

Medeeine — 

Divers 



. .. 



Recettes brutes 

Moins cotisations d'eleves "deplaces" 

Recettes totales ... v m 

Depenses: 

La Rotonde 

• The Fulcrum >..., 

Taux de membres pour organisations 

•••• • — • •*— - 



300 00 
1,456 00 
132 00 
•925 00 
1,080 00 
5 00 
. $ 3,898 00 
9:? 0D 
3.805 00 



exterieur. 



I ^" I p' i'ft r. n nv ■ ■Tnventi' > ni 

Activites sociales : - 

Club scientifique 

, : Impi inies — Atfiches, papeterie, etc 

^Fournitures » 

I'hototfraphe ■ M _uw»»..-i_ _?- 

Deficit de l'annee precedente..... 

i/ivers i. 

Depenses totales , 

Diftcil : 18 septembre..... 



$ ,1,980 71 

791 G.) 

Ofi ST 

709 80 
80 79 
14 94 

H8 73 

K7 » 



10 75 

12.. 47 

| 4)868 50 
561 58 



L'Ordre de B< 
Temps en congres 



SZSZSZSZS252SZs ^ 5 2^'2525HS2S2^^ 



m 



— Imor._n-.ri. H^«urr«mr.l. Otts-wa. 



4 




veis.ty l'res_. el de la I ..r... >' ( lev.i»»l vvHv. para.lv «l'.-t ! 
les nouvelles que vous lise/. ir, (|j . in(s ^ lor ^ ^ .»,„,„•,,. 
sont queluue f »eu plus fruicb. -i 1)n( {>u ; tOUcKeCS DrofOTlM 
a point que ces m — ts rapports ]n-- i n ,. M ( 
rimc< lb'.-, annexe pacse^es, c*eat 
du en grande part a la partition 

plus t'ie<ruente et pom tuelle <iu; 
est notre en fin. 

Par contre. si votu- .-sprit iri- 
tique dans nos patres les erreurs 
typo«-rapb:.|iies et autre** qui s'y 
clis.ent plus .re<]uemrnent (|u'au- 
p*Sravaot< s i la tn\ae en page h f aai 

pas toujo n's |iaifaite. nongez que 
c'l'si une iipe behivolte <iu i fait 
tout |e tiavnil. ie dirais de la 
pontr a I'ecldsion. Jniawinez un peu 

quelle tache. ineonibe a nos jouf- 
nalistcs: sitoi q. Auinero est-il 
entre vos m ains que le prochain a 



COMMENTAIRES 



Ce chitfre de deficit est pri accord avec la balance des fond, de 



la Federation chez le PFocureur. La Federation doit au ProcUreur 
$.">i*. 1. .".(). Ce[)endant, de cette -omme, $205.00 est du a la FW^ratlon, 
j ce qui une fois deduit donne un clefieit total de $35*3.50. 

Nous tenons 1 vous faire remarquer que ce deficit ne doit pas 
.tic atiiihu.- au present conseil de la Federation, mais bieji a eelui 
<le l'an .dernier.' '.'■_*! ________ 

-— — - ~— — _. _vm— ■ 



L'Ordre de Hon Temps a 
obtenti un franc succes dan> 
1'or^anisation de son congres 
reijioTial a Hull en derniere 
fin de semaine: sessions <Fe- 
fude. rencontres, bal saute au 
Manege, en B OBHHC quelque 
(hose de "formidable qui in- 



Pi .senteme nt,, la Fed eration est dans ,|e jolis^jdraps mais, ava* 



deja depass.- l'etat d'enibryon, pour 
I'analotfie . Q u » " 



R(K;KR HAMKL — "Journal" 



poTm 

youle/-vous, e'est un rythme: il 
faut rediger l«;s .aitleles, les <\;\c- 
tylOtypei'. les cumber; on les re- 
volt sous foVnie d'i^Tireuves en R_ 
I,,', on lea colle a lii mise en paire 
COl T i gi e e B ijWB tour comme epreuve, j 
avant de laisser imprimer et di<- 
tribuer LA ROTONDIJ. dans fea 
ecoles et faculte de TUniversit*'. 
Et ca recommemce aussitot poMl 
lc prochain numero. 

^ ' C¥ GOl'LF.T 



le conseil actuel, parmr lequel on.._'ompte des COthpeteOCCS en arimr 

nistration, nous esperoha rju'elle en sortira. Afin de remedier a c 
situation perlodique pour la moins paralysan^e, que iliriez-vous d'une 
reformation tutale du systeme de pei--;-ption des cot Nations ? A nvon 
avis, C6 serait atta<iuer le probleme a sa cacine. " 

Fn terminant. je tien.-, a soulij-nei uue La. iiotomlr g • :nan_rera 

pM la plus- i partie du magot pour la periode l'.M »-.">'). ear 



di(|iie b.ien • clairement com- ; i'adininistration e_ la redaction pfocedenl aver caution cette ant 
ment les jeunes ppnvent orgn- 1 An lieu de 'riK nnrV"-". »* ■•»" .'"■■. d"- f 1 «»«<> 71. -»o^ dpiv" ■' ■"■- a la 



t-pjjer. leurs loisirs sans pour ivdnation la 'r'aUonnable Boinme de $1,200 pour seise edition--. I; 
cela aflpr a Fencontre de la i ... souha iteFqug l a F gde i' a tl nn, a y .mt ' . faimmt^ mw e ffwts e xt r w . ^ b- 

ti.nre-. pour batei la pai ation d'un journal, nous aeeordera le montant 

desire. . . v . '* ' ' " . . .' "' ■; 



morale catholique . . . 






La Rotonde felicite les or- 
tjanisateuis de cette fete et 
•#Ile n'a qu'un regret: ne pou- 
voir en donner"*" un compte- 
rendu plus complet. 



• _- 



Ray. MAIJTIN 



Nous regl'ettohfi. de ne pouvoir. 
faute d'espace, publier tous les 
twi-Bf. ftjllf Noa collaborateum 
roudront bien nous evcuner. 



I, 'Ottawa Journal et le ( iti/en sont les deux seulfc quoti- 



diens de la C'apitale qui nous permetrerrtrd*ulitise? r 1eur-i yi'ffnel^ 
te.s. La Rotonde peut ainsi epar^ner plusieurs dollars. Noun 
les remercions bien sincerement. I_e jjeste les honor 



m 



'. 



—_._ - 



... . •,•> 








■*m* 









'I 



___ 




' 



I 












4 



■' — 






+TT 









\ 



■ 

■_^ui_ i ■ ,i~i 






— *Vtt" 



— — *- ' ! " ; 









^±r 



""-j r^_^ 



. • ■ , 



' 



\ 



"Shf 



% . 






-rrr 



*'*PBBSP I ! 









'*■'' — 



1 1 in' 



Page 2 



LA ROTONDE 



28 octobre 1910 



28 octobre 1949 






r 



i T 




r 



QUAND ON EST SOLD AT! 

Ton commandant resect eras, malgre ta superiorite 

naturellement.;' . „., ___._- — r ^z: 

Lea cuifliniers aro recieras, sans tea connaitre , hejas 

peTsonnellement ; ~\ * 

La police tu t'uiras, comme tout soldat bravemen* ; 
Lis aer^entS tu Scouteras, du moins en apparent 

docilement ; 4 ' 

Cofnpa»?nons d'armea cheriras. sans entfueulade 

fraterneUement ; 
Ton lit tous lea matins tu feras; qu'il paraisse bien 

- superiieiellement.; ■^ 

Ta douche toi-memg tu prendras y. tftuf w moW une 

^_ fois Tan; - ■ 

Trois mois au camp tu passeras, 1e*fceixips fu^ra 

rapidement; • *s 

voisins tu diras, que tea eflfets, t'appartiennent 

exclusivement; 



. 



Tes bottes tu poliras, en fredonnant tout gaieme'rit; 
Tes uniformes pres&eras, quand on te le dit 

evidemment"; 
pave chaque deux scmarnes recevras, a ton pere 

l'enverra promptement ; 
Une p'tit e' tfoutte tu prendras, afin de vivre plus 



.pieinement ; 
Une grosse goatte tie prendras pa< a fin de vivre 

plus longuement 
Ta bai'onnette ne te servifas que pour manger 

— poHfflent'; 

^Ton fusil ne tireras sur aucun ofTieier ouvertement ; • 



y 



—~——r^- 







Protestations vehementes d'un etudiant 



LES I.IVRKS 



Dialogues d'hommes 
et de betes 



/ 



Vous etes-vous deja , demande 
d'ou vient Te succes des oeuvres 
de Felix Leclerc? Peu d'ecrivains 
canadiens, s'il en est, voient la 
cinquieme edition de -leurs ouvra- 
ffa* s'ertlever aussi rapidement <iue 
la premiere. 

Reconnaissons d'abord a Leclerc 
un talent facile, un esprit d'ob- 
servation tres exerce, un amour 
passionne de la nature, des hum- 
bles et do3 pauvres, une psycho- 
logic profonde des petites gens. 
En fa,ut-il davantage pour alimen- 
.ter un esprit reveur, une. imagi- 
nation vagal>onde et toujour* en 
eveil, uoe plume avide de couvrir 
des pages et des pages. Un eeri- 
vain- ainsi doue, cree naturellement 
les recits lea plus feerlques, les 
j contes les plus poignant* . 

"Dialogues d'hommes et de be- 



par JEA.N I'OTE 






Les jeunes fill?*s ne frequenteras, ni autre* * host 

pareillement; 
< hez-toi en septembre reviendras, p'tit parleur, gros 

faiseur, militairement. N s 

Par coeur tout ceci apprendras ca te serviras ' 

assuremtnt; ", 
Un p'tit conseil en passant, choisis 1'infanteri 

c'est emballant. 

1 Ton ami, 






Jean. 




— — 



Un Cine-Club est-il possible? 

pa/ Jean-Paul. St-Pierce 



tea", qui vient de paraitre aux 
Editions Fides, groupe des contes 
et des fables. - Certaina .rappel- 
lent Adagio, Allegro ou Andante. 
Comme tous les recits, ils sont 
inegaux et d'interet divers. II en 
est de charmants. de delicats. 
D'autres montrent quelques fai- 
blesses. Ils ont un caractere com- 



.J'en'ai assez, Et je proteste. 
Ces types sont revoltanfcs! En 
plein 20e siecle; e'est tout de 
mamc un peu fort! Tu te de- 
uiandes de quoi j'en ai assez, con- 
Lre quoi je proteste, quels sont 
(/Is types revoltants dont je parle? 
Je te le ditui en deux mots. J.c. 
te feraf rencontrer le module typi- 
que. 

Tu le connais.il s'uhsoit a le^ 
cotes en classe. Le latin ne, 1'in- 
teirs-e pas. les mathematfques et 
la litterature non plus. Par ail 
leurs, cela ne lui deplait point. 
11 etudie ses "tests", fait ses de- 
voirs, sans y prendre gout.^sans 
gacrer. Quand il .quitte Tuniversite, 
ses botujuins pendus au bout de 
bas, ses jombes le trainent diffici- 
lement; son epinedorsale ferait un 
bon "cerceau"; tu croirais que ses 
yeux ternes fixent le bout de ses 
soufiers; tu te; trompes-, ils ne ftx- 
cnt rien du tout; ils suivent la eour- 
be. Au demeurant, il ne souffie pas 
de son allure. 



rante-huit heurcs. dans le "harem" 
du roi du Siani. 

I'eiit-etre qu'ii la suite de cette 

"initiation**, notre insigniiiant ne 

possederait plus un atome d'in>i 
gnifiance. 

Peut-etre qu'il connaitrait un 
«out paiticulier pour" le" latin, 
qu'il atfectionnerait ^a Jitterature 
et savourerait les mathematiques. 
II pourralt jurer contre, tout au- 
taut . . . 

Peut-etre que son epine dorsale 
M tranaformerait en "luirre .fixe", 
que ses jambei connuitraient uiu.' 
.elasticite inattendue et que ses 
yeux cligneraient a Ja vue d'une 
■"nui uittlieiine", bien decoupee . 




V 



Membra de la "Canadian University Pr«s" 
r=-^ Memitr^de- la Corporation des- Esc liui ier a fJritfDnneqra" 



Peut-etre que-ie. rhum et autres' 
liqueurs lui devoileraient un ave- 
nir colore, romanes-que. Peut-etre 
aussi, en semit-il degoute? (11 
^n aurait teliement bu 



A la Direction — 

Directeur; Rosaire Beaule Ji-^. 

Directeur-ad joint: Jean Vincent 
Secretaire: Jacques Lalonde 
A la Redaction — - ^ 

Redacteur en chef: Jean Roivin 
Red. -adj.: Andree Cloutier 

Secretaires: Hu}<ueite Charetle. Gilles Creni-i 
Hi'dutttui.s: Jeanne Derthiaume (C.N.D.). Jean Touchette, .Kan 
I)«-ry, Loiris DesbJ^ha, Jean-P. (JosseTin, Fernanl 
LaUlle, Reine-A. Lachainc, Paul-A. Me;lleur, Ro- 
bert Morel, Solange Roy (C.B.>. Berthe Vajllan- 
couft "fE.I.), Yvon Bourbonnais. Thomas Delormc 

SporU: Gilles "Hurteau. G«y-4fuftutri*e-, Jean* 'Drourn. 
Joubert. 

Au Service des Nouvelles: 

Chef de la nouvelle: Raymond Martin 

NouvelRstes: Guy Morfi?sette,- Louis Vincent, Jeannlne. Leduc 
(C.B.), Giiberte BerlhiaTime (E.I.), Madeleine 
Mantha (C.X.D.), Jean Cote (C.U.P.) Cy. Goulet. 
Andre Chenier, Odette Parisien, Jacqueline Blais. 



) 



• 






A..jdu"id'hui, lorsqu'on en tend j semblald*. Vu que les. moiive- 




uler de culture populaire, on 
1»en.^e au cinema dont la tache «i 
considerable est souventes fois 
liandicapes par des "producers'^ 
que des ambitions commerciales 
m .dent indifferents a l'abetisse- 
ment ou a la culture de la masse 
des *pectateurs. 

Mais que pouvon?-nous quand la 
production, nous echappe? Edu^ 
quer le spectateur semble le seul 
palliatif a ce grand mal. Cette 
education dans un domaine si com- 
plexe consisterait a developper le 

sens ' critique du spectateur*. 

La tache est grande, interes- 
sante, mais non impossible. La 



ments d'idees et les institutions 
qui en decoubmt prennent sou-. 



Une gcntiMe "normalienne'V 
blen decoupee, ne I'excite en rien. 
Son allure dertieure la meme. Si 
des confreres le trainent, bon pri- 
mal gre. dans un "party", il ac- 
eepteia I4 "douce cdrnpag-nie". 
'sans soLidlk'r (le povre). II trem- 

mun. cependant; tous sont mar- J>era scs ,-, Vres dans i es p i us f? n es 
•xiues d'une cerUihe mela-ncol*. ; litmm .^ : si ne sait pas i cs a|)|)lt ;.. 

parfu.s latente et discrete, parfois , cier S . M m . ,„ rejette p^ 

profonde et presque desesperee, 

Ainsi le Soulier dans les labours. 

Niclaiss*,- la*' Mordee, la Niohec, 

font une impression penilro e< re- 

muent jusqu'au fond de Tame. 

Dans la Mordee. drame poignant 

de l'amour eperdu pour la seduc- 

trice ogueilleuse qui vous rend le 



JL n'a rien tie poetKpie en lui. 
II ne comprend rien aux fins ga- 
sons des |kii<>. au canal, a la 
lune ... 



coeur en 



vent naissance dans les milieux I .attemt au paroxisme. 



universitaires., lt M -Berait opportun 
de creer un precedent dans notre 
region en instituant un cine-club 
etudiant. Ainsi apres s'etre edu- 
ques en matiere_de cinjjffia_sous 
l'egide de maitres dans la ques- 
ttofiT noUs mettrons nos connais- 
sances au seryice du milieu ou 
nous evoluerons. Mais comme 
dajni toute entreprise qui ne veut 
pas pietiner sur place, une me- 
thode s'impose, une methode oil >e 
joindrait futile a l'agreable. Pom 
eviter les faux pas du debut, oh 
vitalite et le developpement ton-. 4xuirzait s'inspirer de la methode 



jours croissant des cine-clubs eu- 
ropeens ont nie cette impossibi- 
lite. 

De meme, la necessite de telles 
institutions se faisant sentir aussi 
chez-nous, je ne vois pas d'entra- 
vps assez serieuses a la creation 
et au maintien d'un organisme 



Contes et fables, tous veulent 
etre un'appei' vibrant a la *ince- 
rite, ft I'aniour, a la charite. Notre 
epoque d'egoisme brutal a besoin 
qu'on lui rappelle non seulement 
la grande loi de l'amour, mais les 
douceurs, les joies ineffable* de la 
charite. 



La politiqu* no renrtamnie pas. 



: Peut-etre qu'il s'irri^erait, eu 
•bon politicien qu'il serait devenu, 
et qu'il s-aiTogerait b2 titre d!at- 
dent "creditiste" . . Peut-etre 

qu'il renicrait tout. tin Si 
pas . . 



Illustration: Roger % Bail lot 
Gerant financier: Denis Boyle 
Circulation: J.-C. Sirois. 

Conseillers: R. P. A. Tremblay, oim.i., R. P. B. Julien, o.m.i. 
ADRESSE: 173, rue Waller, Ottawa 



Autoris'e comme envoi postal de seconde classe 



Peut-etre qu'il trouve"rait a re- 
dire contre les diri«eant* des di- 
verse** organisations etudiantjes. 
Peut-etre que son coeur se gon- 
flerait 'd'orgueil a la pensee qu'il 
fait partie, sans le savoir. de 
numbreux oruanismes etudiants, 
tres importants. Peut-etre aussi, 
qu'il prendrait sa plume et noir- 
cirait une page de "La Rotone", de 



Lea ideea exprimees dans ces pages ne sont pas riecessairement 
cellea de PUniversi te ou de la Federation des etudiants 



Maisoh des etudiants 






cure 



ambeaux, la douleur activites univc rsitai res ne 



ses decon venues eu de ses appre- 

p ,;,; 1 Nations. Peut-etre enfin qu'il re- 

aucune frayeui. Meme. | w f»W»U na tete. lourde d idees. et 

mettrait celTes-ci au service de ses 
confreres etudiants. au service de 
la masse. Peut-etre . . . 

Jai dit peut-etre, et je le l 
pete (peut-etre), parce que cette 
fameuse initiation qui transform!-. 
rait du tout au tout, J'insignifiant 

'a j a mais • 6t » — 



rintercssent pas. II ne s'en foute 
m*me pas! II est indifferent . . . 



Tu U 



niaintenant? 



ini. raajnnaiti 
Cest lui N qui nie revoke et que je 
rejette comme un vieux chiffon. 
C'est • Un dont notre ami J.-M. 
D ery diratt, j'en suisyftr, qu'il est dom j.'ai 
1'insignifianl^^.des ....insignifiants. '' executee. C'est 




europeenne en tenant compte de 
la difference de .milieu et de 
moyens. 

Voici- une note explicative rhi 
processus suivi par irn cine-clubr ' 
."Apres la representation du filni, 



membres doivent remplir un^ — 




Exaotement! Un insignifiant dans 
A 1 occasion de la publication-- de r .« 

, , i.^j-4- toute linsignifiance <lu mot. 

ce nouveau volume, les Editions , * 

Fides vi'ennent de reimprimer Celui-la deviait etre condamne 

Adagio. Allegro et Andante. a 'Mapper" jus(|ii'a la derniere 

Dialogues d'hommes et de betes, poutte, tort i\\\ tonneau de rhum, 



de Felix Lecler, est un volume de 
220 pages, edite chez Fides, 2"> 
est, rue Saint-Jacques, Montreal 
(1), en vente partout an prix de 
$i.r.o. 



et, etre ensuite confine pouf qua- 



pourquot je ne 
sais pas. Je dois m.'en tenir a des 
probabilites. Je me demande si 
cela ne serait pas unebonne chose 
de tenter 1'experience . . . Qu'en 
dis-tu?y *"' • % 



Lors du dernier congres de N.F.C.U.S.. tenu a TUniver- 
site d'Ottawa, plusieurs delegues ont ouvertement manifest,' 
leur etonnement de voir que nous ne posseidions pas de Mai- 
son des Etudiants — "a Union House" selon l'expr-essif terme 
anglais. Nous leur avons repondu que la fondation recente 
de notre Federation locale des Etudiants et sa preeaire situa- 
tion finaneiere avaient, jusqu'a ee jour, emj)ecne la construc- 
tion d'un tel edifice; 

Au cours des- conversations qui suivirent, notre dele- 
gation eut 1'avantage de recueillir une foule de rensetgne- 
ments relatifs aux problemes financiers que susoite'la cons- 
truction d'une' liaison des Etudiants; elle-a aussi obtenu 
d'amples details sur les solutions que les chefs etudiants des 
autfes universites ont apportees a ces problemes, 

Riche d'une te'He information, notre Federation locale 
__t de mettre sur pied la Commission Desmarais-Mullin 
qui a pour mission, avec le concours de l'Universite et du 
gouvernement provincial, de doter les universitaires d'Ot- 
tawa d'une Maison bien a eux. Nbus esperons que ce pro jet 
recevra l'appui de tous parce qu'il est avantageux au point 
de vue financier et aussi l'unique moyen_de creer un esprit 
communautaire chez les etudiants. * — - — — 






La federation et les etudie nts 



a. charjue soir ef maTTn, qni parle 
a son cure sans jouei a la ca- 
chette avec sa foi, il 1st biep .bas 
dans l'echelle sociale; n'e.-i n- pai 
a ton compte? Apres tout, est-ce 
a la science, 'lui? Est-ce 
.qj'il *.ait lf^- < -auSes. dernierts* dt- 
l'homme avec des muts de quinze 
lettres? I'eut-il- faiic un discours 
elegant sur la necessite de la 
religion dans les ecoles?- Lui, n'a 
pas le savoir, mais du gros boh 
sens il en a n revendre. Il sait 
agir. Dans l'autre vie, fju'est-ce 
qui comptera, dix ans d'etudes ou 
une vie chretienne? 

La premiere pensee du journa- 
lier moderne quand tu lui dis que 
tu es etudiant; Un autre voleur! 
De sa part il # y a de Incompre- 
hension, mais de la tienne n'y 
aurait- il pas quelque merite a ce 
compliment? Est-ce qu'il y au- 
rait aujourd'hui des com munistes, 
[des gens de la haute franc-macon- 
nerie, des fascist.es, si la classe 
dirigeante ayait suivie ,une voie 
chretienne? Est-ce que le journa- 
lier possederait cette ranCoaur en- 
ver's la JbtfMtf s^il ajgait He l>ien 
iervi par des hommes dont plus 
tard tu seras 1'heritier? 

Et le pourquoi de cet etat de 
choses, de cette inetabilite sociala 
aujourd'hui, c'est ce manque d'es- 
prit de sacrifice dans un monde 
gave d'effronteries et d'occasions 
de marcher dans des routes tortu- 
euses et pavees de plaisirs. 
■ . 1^ — remede est • en-dedans 



LA ROTONDE - : Pa8e y 

. 

Un clement nouveau 
dans ta vie 

4S ^ooperatioo^s le monde etudiant 

Si nous voulons (aire 1'histoire des principaux motive 
ments etudiants actuels, point n'est besoin ile deterrer les 
vieim boiiquins poussiereux de nos grejU€ f tf). EOUJ n'avons 
qua regarder le* quinze dernieres annees qui viennent de 
V.ouhr. Pendant cette periode,'le veritable \journalisme 
etudiant, les caisses populai fes et enfin, tous ces or^anismes 
essenliels au bon foneti«*memeji1 d'une soeiete etudiante ont 
vu lejour. Au delait, tout marchait bien. tres- bien meme. 
Les etudiants etaient interesses a ces nouvelles actjvites 
i;n\i- qu ils comprenaient la necessite de leurs existences. 
Pafii I'urdeur a diminue et les etudiants demeures convain- 
CUS de [importance des organisations nouvellernent eeloses 
ancerent le cri d'alarme. Ntk-essite de la collaboration, de 
1 union! Tel etait en resume le stijet des camps et journaux 
etudiants. Ce cri d'alarme lance il y a cinq ou six ans est 
malheuiTusement encore d'actualite. 

Comme vous pouvez le constater, le manque de colla- 
boration n'est pas une maladie to.u.te_Jiouv.ellfikl..Le pro- 
bleme est grave; les pessimjgt es dir aient sans remede. Cette 

i-nnlarfio -arlzr "XXtZiVr* ,T., CT «. ■ i.^^ . .. • -. ■ ,, . , . , 



Jean Piette 



Soiree recreative 



questionnaire succinct. Apres quoi, 
forum sur un aspect precis du 
film, dirijfe par un invito compe- 
tent. Peu apres, visite de studios 
de cinema pour leg membres".' 

Des competences en la mat! ere "? 
Nous sommes privileges en.ee sens. 

les experts de t*0.NtF; dont les 
lahoratoires sont situes a proxi- 

nite accede rrfient volcmtieis. jt 

suppose, a notre invitation. Ajou- 

"TOIl a cela la pfe'tence dans notre 

voifja age, d'e l € m e lite dange r s. 

ntfi liU'diaiM- 1\ i-rcrieux - pai'fois 

>;u exemple, loraQu'il ^'a^iia 
d?obtenir des films i- tranter.-. 

Juequ'UM, un cine-clul, semlde l,ne ******* ** WW*"*" ;i,,l > 

realisal.le «he/-nous; rton pas jM san,< - g' ,,erm,r?nt a tm,s vX a 



I'.e samedi, 23 (Ktohre, au sous- 
sol de l'eglise Saint-Joseph, 
reunion des anciennes et des 
nouvelles du College Notre-Daine. 
In programme varie contribua 
a faire de cette reunion un veri- 
table succes. 

Apres quelque? mots de bien- 
venue du maitre de ceremonie, 
Kevin Mooney, ii 1'adiesse de nos 
invites, le ilorteur et niadame Bux- 
ton, la sciiee (•umme'nca, Dienlot 

ea B noa un "spot dance'-. 

Les gagnants, Madek-ine Ma 
el Jean I ;< •>--'!.. reeorent -deaa gre« 
BUC/Ona comme prix. Puis, ce fut 



rrmis npjrlivcons ce facte ur necr<- 
•Mfe au niaintieji d'une tHle ins- 



*uti preaence intera -e et : r " '"•'"'" , '" 1 **»*• ' 
ictive, dan- reorganisation, de 

s'>'icum.ix "de deve!M|. 
nej chez eux un sens cHtique en 
face de la production (ineihato- 
^raphique actuelle.'*. * 



■ Ijariin de faire plus ample con- 



Jean-Paul St-Pierre 



.•.nee. 

aloi que nous avons ryu 
i'Miii d*un Veiitalile concert "de 
munque populaire. Au piano: 
Dave, et Jerry. 

Le 'lunch termine, Kevin icvint 
au micro. II renieicia au nnm de 



N.B. — Ceux que la "patente" in- 
teresse. je pourrals les mettre en 
communication avec le realisateur 
i'un cine-club. 




tuus-^le comite .d'orgariisatpm qui 
s'etait devoue pour decon r l:i Malic , 
et preparer la cltarmante collat 
tion. La fete se continua encore 
juscpi'a nunuit. 

(suite a la page C>, col. '•'<) 




Avantageux au point de vue financier 

La Federation des Etudiants devra emprunter la somme 
de trois ou quatr.e cents mille dollars et il peut sembler 
.paradoxal de dire que le projet est financierement avanta- 
geux. Cependant tel est le cas. D'abord, nous obtiendrons 
probablement un pret sans interet du gouvernement. Cer- 
tains precedents sont la pour nous aider. Enfin, le pret 
sera remis sans que les etudiants aient a accomplir.de gros 
sacrifices ; chaque etudiant qui s'inscrira a l'Universite devra 
payer enyiron dix dollars annuellement pour le rembourse- 
ment de la dette et au bout de vingt-cinq ou trente ans la 
Maison des Etudiants sera completement payee.' 

Unique moyen de creer un esprit communautaire 
chez les etudiants 

Tout le monde 1'admet. nous manquons rTesfwit univer- 

sitaire, d'esprit communautaire. Point n'est besoin de signa- 
ler les recentes polemi(jues de Tan dernier pojir prouver 
1'affirmation. 

Tout'dememe, le fait s'explique. Tres pen d'etudiants 
se connaissent, tres peu ont la. chance de se rencontrer. 
t >h ! il y b bien dvs pefits grou pea uiii se voient chaque j6ur 
au restaurant du coin ou bien . . . a la taverne. Mais C*est 
la I'lntime minorite et la masse, faute de moyens necessaires 
pour empecheri»-4)aiasaucexl'une mentalite iL-barmii^.e_stjde = 
\ < nue individualiste. - , 

Nous rt'i-lamons un •"'home" autre nue Irs restaurants ♦•! 
tes tav ernes' OU nous jionrnms rencontrer les etudiants tfe 
tftutes Jes t'aenltes et ecoles, oil nous pourrons discuter 
nous "pourrons nous rei-rt'-fV en amis et on fr-eres. A cette 
Condition, 1'esprit universitaire naitra. 

I. a . Majsqn_des Etudiants; c'est une necessity. 

Ros;'.ire lUaul*'' 
'.-■■. . 1 ■ • * • 

M. Roger Hamel ira.en fin de semaine presiderje, Cpiifppes 

de la Canadian Fedt-ration of'Caiholic Coll e g es Stud<mts.a 
Windsor. Nos plus sinceres. felicitation-*. • S 



temps de ta vie, le temp* d'un 
ideal encore frais, cette vie a la 
bonne franquette qui te semhle 
s»na rtsponsabilite immediate, a 
qui la ratt»ches-tu ? Ou est Dun 
dans ta vie; a la chapel le de 

I'nlVei^ite? Toi, tu demeui- 
1'Ovale -ou en ville. Tu ne le voiT 
<lU£_l£_ilimanche quand tu le v. .is 
en tout. 

Tu s;iis, toi, etudiant v pourquoi 
tu « ,tte terre. Tu con 

les poui-.iuojs des. choses reli- 

■ Tt tfti t S .Taconduite en " est-SIle 

con^equente? • Acadeniiquement 

parlantr- tu e»- intelligent. - 
Ce bon paysan qui cultive sa 

terre, a la sue*ur de son front, 

pour son pain quotidien et celui 

de ses enfants. qui dit sa priere Tiajadie,* elle "court" tlans notre universite. 11 est inutile 

<!<• pleurer ou de critiqier elerriellemerit', il convient plutot 
d examiner les faits et d'apporter eusuite^quelques sugges- 
tions constructives et pratiques. . ' ~~ 

Cooperation ici a rUniversite . «; — - *"" 

hi. a rUniversite, comme dans tontes les universites 
d ailleurii..Ja Federation des etudiaiits esi la principal:- orga- 
nisation etudiante. Malheureusement, c|ep"uLs sa fondation. 
elle a rarement eu une collaboration genereuse et sincere^du 
*c6rps etudiant tout eatier. 

Pourquoi ? 

Parce que la majorit6 ne croit pas a la necessite de son 
existence justement parce que la majorite ignore le role que 
la federation a "joue jusqu'ici et_la^ mission qu'elle se doit 
de remplir dans Tavenir (rapju-oche et lointain). 

Logiquement, je suis en droit de conclure que si la Fede- 
ration veut la collaboration de tous, elle doit nwttre a jour 

les oeuvres accomplies et meme celles encore a l'etat de 
projet. Comment voulez-vous que leiretudiants s'interessent 
aja Federation s'ils ne savent pas ce qui se passe dans la 
tete des gros bonnets? r 

Tout de meme, cette reponse n'a pas la pretention de 
resoudre le probleme; au contraire, elle eq pose un autre les 
etudiants seront-ils satisfaits des oeuvres accompMes? je 
devrais plutot dire: qu'est-ce que les etudiants exigent? . 
Personnellement, je crois qu'ils exigent trop. Je dois m'ex- 
pliquer. Si nous comparons nos realisations etudiantes avec 
celles des autres universites, nous sommes loin en arriere. 
Les ^tadlants se basent la-dessus pour appuyer leurs reven- 
dications et c'est justement la qu'est la faute. Nous ne 
pouvons pas avoir, immediatement,.les memes organisations—^ 
etudiantes des autres universites parte que nous sommes 
moins 1 nombreux et par consequent moins fort comme 
groupe. La Federation et tous les etudiants qui compren- 
nent la situation presente devraient, afin de faire taire les 
critiques et de gagner la collaboration de toiis, expliquer 
les projets immediats de la Federation qui reussiront certai- 
nement a nous placer sur le meme pied que les autres 
universites au point de vue des organisations etudiantes. 
Par exempje, si tous les etudiants connaissaient l'impor- 









de 
nous. C'es-t la wligion dui man- 
que, religion de la" famille, de 
I'ecole <jui garantit l'homme con- 
tre les perils de- la vie. 

Kt puisque nous en sommes a ce 
stage d'etudiant. faisons de no* 
vies etudiantes une gig d'aposto- 
lat. - C h aai o n* le* grands voleurs 



de notre monde, les voleurs dames. 
A 1'errmplc de Notre-Seigneur en 
croix qui fit de la conversion d'un 
voleur son dernier apostolat; fai- 
sons a nos prochains ta grace 
d'etre chretien*. Kt tout le monde 
sera heureux . . „ 



tance de la Maison des etudiants, ils encourageraient certai- 
nement ceux qui se devpuent sans compter pour faire de Cfi 
projet une realite. L'importance>le la maison des etudiants 
est primordiale. 

Avec cette maison nous serins en mesure d'avoir un 
cinema etudiant, des danses, des concerts a des prix raison- 
nables. Surtout, nous pdu'rrons" nous rencontrer et nous 
connaitre 1 _Tout 5a ce n'est pas une chimere, Qa-a'«n-^vtent. 



t¥ 



Fernand I^ibelle 



VELO CLUB 

l'autre jour, 



Kn regardant, 
lonirue filee de l-icyclettes ftp- 
puyees au le mur de l'.-difiie des 
Artaj j'ai eu une idee que je VOU- 

drais toaiftettre 
oace 



a votro- intelli- 



I'l'in-ciifoi ne pas prffaittMT un 

dO B de c\clistes .1 I'l 'niveisite? 
II y ;i . : 5" 35 < 1 1 1 1 > - exis- 

iitMive.ai clufc apperterail des ecti-" 
yttes d'un genre }>< clal, incoh 

U*. ".'e vous 

transmel jfR - del 1 in, mpn 

f.e cluh qni piiuirait prendre 

noin, "N'elo Club", qu fprelque cho- 

semlilal)!e. H 'ompo.-ei ai! <]•■ 

tous les ardents du 'Velocipede'" 

■qnr des i rent en faire partie, Je 

q,iol>nie, faculte (prils soient. De 
1 ntc ft la page »',. col. .!) 



Comme vous voyez, la Federation travaille et bientot 
nous serolls sur le meme pied que les autres universites. 

Jean Boivin. - 



Message du president Hamel 



- 

11 n'est jamais trop tard pour souhatter 



a tous les 
etudiants, au non. de 1'executif de la Federation, de francs 
succes academiques. Et encore bien moins pour demander 
a chacun la cooperation necessaire pour mener a bien les 
projets d*nn corps etudiant qui se veut unilie et fort. . 

Quoigue le sbort occune imp plnrp xL'ordro maieur dans 
vos activites ext ra-curriculaires. il ne jaut pas bonier la 
votre role et vous dire satisfart d'aVoir, par exemple, sim- 
plement terjter de *'faipe requipe". T'est une erreur mat- 
lieiii-euscment commune. 

Tournez lea, yeux ..aiileurs .et si les dehaU. te Jft'ffetairo] 

le dramat ique , le bridge meme. ete., ne vous interesseut pas 
de Tacon active, alorsr'le moindre que nous poiirroiis exijer 
de No^as ce sera rassistance au\ diverses manil'estal 1. 
nous saurons monkrOans tons les domajurs. 

Mais, tout comme le civisme, l'csprit universitaire est 

'une FouTe de petites ehos(>s et il y a mille et tin nmwns de 
K> mauilestcr, vous le savez aussi luen que moi 



—j a. w - — f- •■>• ^». .v.. .«»<.,. ^.--i i/hii vjur 1111N. • ; 

Dans tout ce que nous entrepreneurs, nous e x| g eon a votre 
aide, votre critique constructive. Nous voulons votiv parti- 
ci|>ati(»n active, serieuse e t V n th ousiasTe. En un m ot, mma 



■ — 1 -■—- - — ~.-v, v,w h.v..wh>j».ioi.v . Kin «.iii una, iiim> 

voulons vous savoir associes, vous et votre "college 'spirit" 
a tout ce qui est proprement -etudiant. 



Done, succes a tous et en tout . 






Roger Hamel. 










•-i*. 






1 









1 






z r-\ 






■+-, — - 






■*■ A, 






■ ts. 



I 






■ 



- — ^£ 






Page 4 



L A R O TJ) N D E 



28 octobre 1919 






UN FILS A TUER 

CRIBLE DE BALLES 

* 

Quatre monies: monde intran- I II est interessant de voir uh 
in. monde reveur, monde type tel Eloi de Urandmont, fruit 
■eumia et monde inexperimente ; emoulu de ses humanites retour- 

ner au jeu des trois unites. Mais 
arrete la comparaiaon a nos 
classiques frangais. 



fatjjB nvondes qui filent dans le 
U ci .;» suns l'ordonnateur Charite 
.. ( 'qpspi « oension, quatre mon- 

<!< *> qui devaient necessairement 
i n i au choc, et le choc 



Je ne crois pas avoir code ii un 

e>.i vui.r an nun, ci it- turn . . , ; 

. . ; sentiment de demgr. en di- 

- .Jam produit, engloutir dans lc . . , 

. ,, -ant des verites ft si a la suite de 



in vera d* la famillc et df 



It ■ • ,.i . n quelques mots, le 

i i hologiquej qui const i- 

''.•t at M a **J»irbstantieile -moelle" du 

ne qui Q .1 n oilait pour la 

premiere fo:$ sur nos planches 

locale*; "Un fils a tuer", eeuw e 

d*un jeune com patriot^.— Eh>i] de 

Grandmoni- 

Tou jours ihteresaante one inno- 
vation. nm« "»ff*&Jre ^b^'sir »" 
dux-re et tache ingrate" a vouloir meme oeuvre plutor que -.-( 
denigrer un debutant maia si na— toyer dans tfne alliance, il ne pent 
tional que soft 1'atmosphere, -si se produire qu'un eclat de pre 



Lnnis J on yet nous re pe tons: "l.'art 
de plaire an theatre c'est l'ar: 
(IViTiic de- pieces; c'est cnsuite 
et h.en au-dcssous de ce sommet 
i'art de liv mujl^er et de le 
'niie*". alms il mnis faut s 'attar-' 
ih'i sur 1'oeuvrV elle-ineme avant 
nnstatei les acteurs. 



l'n texte dramatique est un 
i'eiiri'jN m.-iane,e domaeinat ion et 
de mot's. Kt si ces deux term of 
_ae - aoMnL. c onfronted. dans, une 



universels Que soient les senti- 
ments. I'objectivite d'une feuille 
Ttudiante s'linpuse.. ' 



Si ma m. 
fl existe 36 situations jlj-anijiti- 
ques. L'auteur"-debutant d'hter 
soir a mise trois aetes sur* une 
seule d'elles: la rivalite des pin- 
ches, rivalite d'idees, rival1te^rt*a5?| Nnos -voira done en" scene &VeH 
. piration. Passe encore, mais de . quatre personnages: le pere. fiei 



mes.>e. l.e verbe d'Kloi de Oram! 
niont est fort et gracieux. sa 
phrase est souple et pleine. ses 
idees sunt solrdes ainoh origfnales 
et nous gqfiterions la lecturs de 
son ^exte. Mais ce n'est pas dn 



CE QUE J'EN PENSE 

Kvideminent, la question ne nous 
etait pas adressoe ma is puisqu'elle 
nous com'erne entiexement pour- 
quoi ne pas y repondre en toute 
franchise ? 

Monsieur Dcry, fort de quel- 
ques petites experiences pe-rson- 
nelles, esttrop porte a generaliser 
la question. Parce que des feni- 
mes d'intelligence superieure, veu- 
lent ameliorei . leur situ. 
creei des droits, et 'Cxercer unc s 
puifession honnral'le, vous ftn 
faite le rejaroche ii.UiuUs.* Se-' 
ruit-ce que vpus ne voulez pas i|Ui 
oeJle,s-]a vous ecrasent de leur sii|ie- 
rioi'ite? Vous ne deviie/ paa V >ufl 
inqui^'ter a ce point, puisiiu'elley 

SOnt en l.ien petit Jiombre. .-Cc 
sunt des jeunes lilies (pn, apies nil. 
cours d'etudes aVani'ees. se Bpi 
liseront aim de ehoisir una car- 
r »? r . e — <f e !&** clioiv. jm. in- s"y de- 
vouer ertfierement. 



=aar 



L'ATTITUDE 



_^^_ 



2S octobre 1949 






MOT DE LA FIN? 

* — ' - ' ■ — -»l 



I 



Vou4_jPfe,&embh'7.. pa.s vtrp /<• nnst 



Monsieur ^ndre Garant, etudiant "en sciences sociales T " <1> at sn 
BeJl«s-L«ttreR, nuuiie ties bien l'ironie mqrdante, 8 ait multiplie 
volonte los sareasmes plaisoinU, le tout d'une maniere ponderer; 
Mais il ne sait pas lire .■• . . 

Ii nie cat^goriquenient l'existence du probleme en plus rte 
meprendre. SQr sa nature. Par probleme, j'entends bien divtjj- 
site d'opinion relative a ngs (juestions . da survivance. (Cf tful 
etait d'ailleurs bien speeitie dans lo cnnpiienie pfifagTaphe de I*artk*le 
en 'question. Cf. La Rotonde, 12 oc.tobre, pag"e ^g ' 

.Monsieur Carant semble penser qu'il s-'a4rit d'une "simple prise de 
cheveox S propos de la sui>eriorite du degre d'instruction- dun.s nos 
universites respectives". 

truant a l'actualite de eeUe situation dont il paraiita. kjnlfj 
i'iu-v, citons tout simplement le* commeBtaires <*pn f> P?T - 

pVgne la parutimi du meme art ic'le~ dans VIK KTl'IMANTK et LI 
DEVOIR. ' j. 

'-'Ce n'est-. > . pns une. provocation ffratuite dirigee oontre 
etlidiants quebwois. niais 1'expres.sion d'une opinion (que Ton peui 
accepter ou rajetei ) sur une situation o!e fait". (Vie Etudiante) 

*'. . . . ahordft dg.f ace u n pro bleme intcres s anU ( Le» D e ? u ii".>*' ; — 7" 



ta a l'exclusion tbtale de Paction j de sa mission, imbu de son ideal 

qui ne peut concevoir l'attitude 
revoltee -tfuft fils reveur super-sen- 
sitif. las de l'amour de xeyx qui 
I'environnent \i comme il le dit 
lui-meme, deserteur couratreux de 
la societe; deux coeurs de'femmes 
qui reaj^issent bien diff eremment ; 
I'un toujoun souniis, Tautie qui 
eomprend enfin par la Souffrance. 
•deux meteores- qui s'eelipsent de- 
vant>-4es l)olides mnweulwis,- : -cons- 



pour offrir une joute oratoire, il y 
a peche theatral. et je dirais 
_^_^_ nveme peche m oriel parce qu'au 
detriment de la cause dramatique 
il superpose argument sur argu- 
ment, controversc sur controverse. 
Et toujounTde Grandmont, nejrligej 
le criterium du theatre, le niouve- 
ment et Taction. S'il n'y a p^as 
de progression, il n'y a .pas et ne 



peut y avoir de stability lojrique 
" ou-d'enchainement dans la trame-Jtants dati.s la voie q.ue chacun s'est 



Et Ton retourne 
point de depart. 



tristement au 



ciein-t du grand probiame social qui 
existe actuellement dans no'.ie 
pays aussi Wien que dans le monde 
entier. Xous sortoiis tl'utie guerre 
Ou des milliers de jeunes soldat- 
sont puyta ft nous oubliez '.que 
toutes les jeunes filles ne pourront 
jamais ttta mattresaea de ma 



theatre; 1'iinajfination <jsV re lfe "et meres d.e famillf. ("roye/.-You* 
Kuee a un plan hop infeneur. (pi'il serait ju*te que celles-1a de 

yiennent des etraa sans but dans 
la vie alors (ju'elles p'yurraient 
rewire de jrramts serrrces ^i leur 
patrie dans une sphcie sociale et 
politique? 

Cette menje guerre a arrachc 
les femmes a leur' foyer malpre 
elles. Elles ont travaille et rem- 
phu-f leurs maris dans diverses 
positions et cela pour aider a kh- 
gner la lutte et ramener fc plus 
vite possible un pere aux enfants. 

Et ces t'oura^euses garde-ma- 
lades qui sans se soueier de'fxim- 
bes, au [>erjl de leUf- -v4er of)t par- 



le 5uis n 



e Canadien 



»i 



L'article paru dans la Rotonde 
du 12 octobre-intitule: "Nous n'ai- 
moas pas l'attitude des etudiants 
du Quebec" ne pouvait qu'engager 
une polemique; ce fut peut-etre le 
seul but de 1'auteur. Neanmoins, 
un sujet aussi grave se preterait 
mal aux exigences d'un fantaisistv 
desireux de s'attirer qufelque kIo- 
riole publique. On ne seme pas 
ainsi la discorde dans son propre 
milieu. Triste heros qui souleve- 
rait pour cela les cendres de son 
pays. 



' fils), il accusait parfois des 
Constances qui n'etaient pas 



Cepehdant, n'y 'a-t-il pas suflfi- 
samment de contestation chez tous 
les peuples qui tentent de resou- 
dre des problemes de races et de 
langues sans que les milieux etu- 
— drants — drun — meme pays, d'une 
meme race surtout, soient atteints 
de cette gangrene qui desajrreire 
Tedifice social. 



tracee. Guy Provost fut un pere 
assez convaincu mais dont le jeu a 
revetu une uniformite que lui im- 
posait le caractt-re de son person- 
nafre; quant a Jean-Louis Roux (le 

n- 
de 

mise, inconstances de ton autant 
que de mimique. Les deux fem- 
mes ont ete honnetes: Hujruette 
Olipny, la maman, une Donalda 

17e siecle, et Ginette Letondal, 
If * " • " '•*„ki i . • 

jeunc amoureuse deeme et sacri- 
fice, ont joue des personnapes sans 
trrande mobilite . . . Ce que nous 
pouvons reprocher au nouveau 
dramaturge, e'est ! d'avoir classe 
ses personnages, d'avoir trop "ca- 
tejrorise" . . . Mais assez dit, nous 
attendons detnain, la realisation 
des promesses que 1'habile manie- 
ment du dialogue nous a m M> 



Chronique du 
Norm ale 



LA ROTONDE 



Tout ce qui "precede repond indwectement a Jeah-Jacquea Lulond* 
qui lui, au moins, eut la generosite de 'quelques**arTii-matiorui, mem* 
s'il declare que l'esnaee lui manque. Je suis certain que I-a Rotondi 

accueiikia >es envolees s'il vent hien se danner la <>e1ne de les t>crire 

Tout d'abord. il n'a" jamais "rencontre un seul etudiant quebecV 
•qui considerait les etudiants franco-ontariens " comme one colonic 
[.spirituelle". Puis, il s'empresse- d*affirmer que "les. etudiants du 
Quebec" cmiMdercnt leur prOVfflce comme le ^f**«*..-f»^ de la..YifiHi 
civilisation francaise et tie la religion qu'elle apporta de 1'aU-dela 
des mci>". <es deux affirmations ne vont-elfos pas a re nc o nt re ! 
de lautre et la^d«rnifie ne eontredit-elle -p*s, -apt«_un aspect. 
moins, la definition suivante de la patrie canadTenne: - 

"... . tout concourt dans notre hlstoire pour que ce domalne qui 
sVtend de l'Atlantique au Pacifique soit la "demeure" veritable de tou.* 
les Tanadiens. Qu'iei e't lii il y ait j>lus de population franchise OU 
anglaise, cela ne fait rien a la chose sacree qui forme I'heritasrc 
commun." (1) 



couru les champs de bataillc pour ^ Canada, est leur patrie 



voiler. 



Faut-il ressusciter les morts? essentiellement francais du Que- 



Faut-ib faire ravivre les vieilles 
luttes de noa .pires a travers des 
siectaa d'angoisses et de tour- 
ments? I>eur sang ne f 
qu'un: un etre. un homme, irn but: 
e'est afin de -se I j 
daires (pTils .-e son! 31 genei 
ment do»nnes. X'on croirait qu*ila 
bnjfc failli: des tils proditru. 
^ jev'ent et crient: "N ous a vans 
plus . . ." .ou "Ndus n r aimons 
pal . . ." Nous acharnerons-nous 
vraiment a diviser la race en cate- 
gories ou en classes pour con- 
damner l'opinfon de l'un- ou de 
i'autre? 

Qu'on ne defende pas ses con- 
victions personnelles au nom de 
•nous" car cette maniere d'agir 
comporte une srrande resyonsabi- 
^^^tL Mais, venons-en au point 



J.-M. Dery 



epineux de ce debat: la culture 
francaise en Ontario. 

N'on, notre formation sur ce 

point n'est pas celle des centres 



life et pour cause: nous avon s tra- 
verse de lourdes epreuves: nous 
sommes des grands blesses de 
guerre (qui oubliera le reglement 
XVII? |. Ives luttes que nous avona 
sffronteea pour as3urer la suryi- 
vahce de notre lan^ue. houa ont. 
■ mi pSy que plus o-u moins 
atfaibli. ma.s l^ga**-^ IWhrtT^;,^ 
TTaT! Tt-le coeur bat pin- fort 
pour lefl membres qui lui re-ienl! 
Que fatit-il dire de plus? Que 
1'on discute inutilement un pio 
blcme regl* <U vieille date et de 
pousser plus loftl l'lntolerancc ne 
saurait <pie nranifester une im- 
maturity d'esprit. Pourquoi se seT 
parer? Pourqyoi sa lapider? Le 
meme sang coule dans nos vein.es. 

Serrons-nous plutot TaTTnain. 

~j — , . . 

Huguette Charette 



sa uver les soblats biess^9? De- 
yant cette souff ranee humaine, si 
elles s'etaient pamees comme les 
femmes d'hier au lieu de faire 
preuve d'une force surhumain, au- 
raint*6lles sauve tant de vies? Les 
femmes franchises qui ont parti- 
cipe a la Resistance, n'ont-elles 
pas ete "vi riles", et ajnsi contri- 
bue a liberer leur pays ? Vous 
voudriez qu'apTcs avoir exerce de 
tels metiers, elles se readaptent 
aussi facflement ii une vie - nor- 
male? 

Vous exigez d'elles ce que nous 
n'avons pas exigd des soldats: 
qu'ils revieijhent promptement et 
sans difficultes a la vie civile. 

Quelquefois, la— mere de famille 
a du abandonner son foyer pour 
aider a gagner le salaire suffisant 
a la formation et l'education de 
enfants. Celle-la n'a pas 
usurpe. Lorsque le mari suffira a 
la tache elle sera tres heureuse 
de revenir a ses devoirs de mere 
et de maitressc de maison. 

Voila les raisons pour lesquellcs 
vous ne respecteriez pas ces fe»n- 
mes. Vous leur refuseriez la 
"cotirtoisie. l'aide, l'encourajre- 
ment" (jue vous leur devez. Vous 
avez assure que nous etions illo- 
ifiques. Les affirmations gratuites 
sans valeuT, monsieur. 

X'ous voul" ■/. nous t'oieer a ad- 

mettre la desuetude de l'e\prr 

sion. sexe faibie, Si q \& it cliarmc 

in e t chofe da psss^: I!e- 

iraiile/. done autour de VOUS. Fle- 



Le chateau-fort, il est partout, en Quebec comme en Ontario, au 
Nouveau*Kr tin's wick comme en Alberta. Et a l'heure actuelle, je me dt- 
mande qui lutte le pips activement "a sauver du tourbillon des element* 
etrangers la. purete .de la langue, de la religion . . .", les Franco 
Ontariens qui bataillent pour, leurs ecole.s ou les Quebecois qui 
retranchtnt dans leur securite. ne sentant pas que le Canada, tout 



Et pour compenser pour les appellations de "snobisme oU mau- 
vaise volonte" de. Monsieur Lalonde, je le remercie de ,1'invitation a 
la joute oratoire maia j'ai terriblement peur des carabins aux lunette^ 
a fleiira de lys et du fanatisme du 24 juin, 

Compris ? . _. 

Jean TOUCHRTTE 



AVi* aux ■■- iivtara«H#a*-fet inte- 
fesses!) II paraitra regruliere- 
ment sur la page des potins, une 
colonne ^allouee aux cancans des 
Normaliennes. Apres avoir vu 
vingt-8ix generations figees dans 
une torpeur lamentable, l'Ecole 
'Normale tire ses fils d'araignee, 
s'epousset^ le dos, se frotte les 
yeux, voit ehfin le jour et pointe 
le museau dehors, pour donner 
signe de vie! Auciine allusion aux. 
"Belettes" qui se pendant aux fe- 
netres pour avoir un "birdseye 
view" de la rue^Wtlbrod . . . Jl 
s'aj;it lc! de se montrer le nez 
dans Ja Jlotonde^ 

I ■ raisons sont ken simples: si 
la Federat on Se secoue pour faive 
Un pro- plus de broue cette annee, 

.__ pouxuuui e 4 ^rait -on mqins de 

. l'E<'ole Normale ? ( ("est a notre 
a vantage d'ailleurs de se fane 
connaitre "et d'etre connues ". . 
Que dire des nombreux - eurieux 
■' ^du Geni e qui daident des regard* 
^crulateius pun Jes fenetres du 
Normale a coeur de jour? lis se- 
ront beaucoup .plus en mesuie de 
V, connaitre les - Normaliennes par la 
voix des "Potins feminins" si 
celles-hV daiffnent bien s'extei -io- 
riser un peu, vous ne pehsez pas? 
Et notre professeur d'arithmeti- 
— __que qui s'extenue ii nous jncplquer 
sCs idees "revolutionnaires" 
I'enseignenient rationnel . . . 



Page 



Plaidoyer d'un normalien 



Je peux prouver d'une maniere 
perpendiculaire, horizontale, verti- 
cale et sfm-ale «}ue si nous, les horn, 
mes^ sonimos ce que nous sommes, 
la faute en retombe sur les fem- 
mes. Et voici. 

IMeu. ayant cree son chef-d'oeu- 
vre. I'homme, pi it une de ses cotes 
et s'l'ii servit pour faire la Jemmfe. 
Cat) nous laissait.uij' corps impar- 
faitr— «iai.s e'est bien la faute d" 
la femme. Toutefois, ca fut Am 
It ni diction que* cette perte, . car 
c'elait la seule partie qui faisait 
defaut. En tous cas, I'homme. est. 
t«1MI (toutes ses parties sont 
dB no me nature); les femmes ne 
le sont pas. 

Nous *tmimes rlatTeiirs. • WSfe 
r«\iye. Les femme., 
sont teilement. ^jitees que e'est le 
seul moyen d'i.Jttenir un peu de 
Cooperation, Nous sommes mni- 
C« ipii depend dt la pi 8 
mi re femme encore. Elle>-a su si 
i'iin nous t romper |,.| S de. l'inci- 
dent de la pomme i|ue le tour nous 
est reste. Nous ne pouvons ja 
nia is admetlre (jue nous avons. 
tort. La faute retombe sur. la sa cornpaKm! 
premifers femme. Sous sommes 



restes tenaht le sac lorsque vint 
Je chatiment du crime: "Tu ga- 
gnoras ton pain a la sueur de ton 
front". Et tout eela parce que 
nous avons admis 1'erreur en 
dant a la "sagesse" de la femme 
(Kve). Pouvez-vous nous blamer 
si Ton ne veut pas s'exposcr ii 
nouveau de nos jours? 

Et les ivrognes! D'apraj La- 
'-. "l'alcool produit une cer- 
taine exaltntioq, du delire". Or, 
la femme est reeormue emnni .• 
'■tain :-..-duisante. Biaintenant, il 
Adam (notre premier homme) 
n'avait pas connu cet etat de l'es- 
prjt snscite par le.- charmes d'Eve, 



Voyons mesdemoiselles ! ! ! 

Billet d Andree 

- Eh bien, voila, il fallait s'y attendre un jour OU I'autre. Made- 
moiselle sort ses griff es et d'un coup de patte magistral detruit le 
prestige masculin. Revanche? Qui sait? La. femme, eprise de 
liberte (seraiUce encore l'influence de la coupable emancipation?) 
lance a la figure de eelui qui lui a ouvert les po.rtes de la libre vie, 
qui l'a sortie* de 1'esclavage, 1'injure de 1'animal qui mord son sauveur. 

Mais la femme, confuse au centre de tant de chemins nouveaux, 
affolce par cette liberie si faeilement eonquise, ne sait plus comment 
se pffuVer a elle-meme qu'elle est ce cju'elle se croit, et afin de s'affir- 
mer dans son opinion elle puise chez un homme (Moli^re) I'argumcnt 
necessaire a son insulte. 

Je concede en partie l'esjuit de contradiction chez I'homme au 
moins; tout autanf que chez la femme. Mais consultons les dieux at 
nous verrons qu'aprei tout no uTm e sommes pas Bj tristes personnagfs 
qua Ton nous voudraient peindre. £— 

L'homm'6~est teilement complaisant envers la martyre da monde 
, et 'elle se montre pourtant si ingrate. 

L'homme est teilement humble dans son- vetement quand elle ne 
pense qu'a se parer de ses plus beaux atoms. 

L'homme est teilement prat up e, quand pourtant la femme ne 



■•- 






tation? ' 

— Xuus scmnies frileux 



aurait il cherche par quelque 

-tmclsr cette i^iea;,: WW» «h» «*» pres^-ptmr^rejeter le leiidTOaliMTO Wtallir'- 

L "homme est teilement franc quand elle. est si peu sine. - e dans 
a CoUpable coquetterie. 

L'homme esT teilement aariettx quand elle ne sVvade qua dans son 



constant banj'Uage. 



n<- b- -era.t pas* I'- fem - 

dans leurs grandes exigences, lora 

de la premiere operation, ont p.,, , ^^ * "P* qUjl »*■**** ** nublier. me.demo .elles, autant 

!a ,na.,o,,t,. de RM nil.rio, OOah^s _q« ll ne mms faut pasrenier. 

J 'en ai assez dit (ma vie es 

oi-la itberte 



deja ; en danger). Oh! mais sa 
tout de meme, mesdemoiselles. qui 
rhomma-.ne. saurait que faire san; 



RoIa,nd Proulx 



sur 



. Com: 

hien il benirait La Rotonde si celle- 
ci_ pouvait satisfaire la curiosite 
des etudiants du laboratoire, de 
.physique, qui divusent deja l'atten- ; 
tion des Normaliennes pendant ses 
lecons d'arithmetique! Autant de 



MALADIES MENTALES 

' PROBLEME DE REHABILITATION 



Oh, toi, c. 

T'aura done asservie?. Et n*aboutira-t-elle 
Qu'a fournir un pretexte afin 4 fe tout heurtcr. 
Kt ainsi se priver d'une gloire immortelle? 

Oh toi, cruelle femme, que ferais-tu de nous 
1 Si pour ta liberie. Ton immolait nos etres 



J'ai v.-cii pendant queiquea mob 
a I'interieur des murs d'une insti- 



tution mentale' et j'ai vu .plus 
raisons pourquoi il faut U tout' d'un patient (piitter I'hdpital tout 
prix que . les Normaliennes se I a fait etabli. Avec quel courage 

montrent le nez dans la Rotonde! j cependant, doit-il etre k arme pour que d'essayer de les resoudre. On 
II y a.maintehant un groupe a retourner dans la societe parmi ces' entendaa cKuchoter: "Ce n'est pas 
1-IEcole Normale charge de faire parents et amis devant lesquek il 
circuler la Rotonde. de ramasser peut > etre- ^Jaja— en disgrace. 
et de rediger nouvelles et potins j Le psychiatre a prevu ce pro- 



qui devront venir de vous toutes , j bleme. Avant de quitter I'hopital, 
les NormaUenneal Mile Gisele l'individu a ete entraine a se Join- 



Rochefort s'occupe de la circula- 



dre au groupe, a refaire sa vie 



(1) Georges Simard, o.ro.i., Pour l'education dans un Canada 
souverain, p. 128. 




iADEMOISELLE'B.A. 



a ii bal. au concert 
resistor h ce charmc feminin que 
voua ii tant, Vous <:-v<-v. 

!'• premier a y succomber. Voua 
m'en direz des nouvelles. n'e.st-ce' 
Pas ? ... • 



Je - vous , conseille.^ monsieur 
Iniy, vous et vos partisans, de 
changer au plus vite d'opinion sur 
Fes femmes d'aujourd'hui si vous 
Voule/. CUritlniHfl "de Jeter la tete 

sur repaule.de vos petites amies..." 
Jacqueline L. 



C'est une simple mise au : point... 

II y a deja quelques semaines, 
les jeunes inities aux differentes 
facultes de l'universite parcouraient 
joyeusement (?) les rues de !a 
capitale ... Et parmi leurs nom- 
.breyx objectifs se trouvait natu- 
rcllement la visite de certains cou- 
vents et colleges feminins. Grand 
deployment d 'affiches et de pan- 
cartes: "A vos cuisines Miles"; 
"Why study Latin and- Algebra ?"* 
etc. . —7 . — 

Qu'est-ce a dire messieurs? Oh! 

nous comprenons bien que le fait 

des etudes avancees pour la jeune 

fille n'est pas sans soulever main- 

tes protestations et objections. 

Meme. c'est un sujet fort goute 

'udiants . . , s'il faut en juger 

par un debat de Tan dernier: "lPi 

I lieli.Mc ,,11 Cordon Hleu". II sem- 

,ble (pi'il soit tout a . fait" iiiipos- 

ibje au^lire llu sexe fort, d'ulliei 



Wu.uk s^ciaux, *fl« '«• ""-nts: «« Imecajnurftrt bfen caraetr-ristiqu^ 5 1; 

n.c.t. et Eachez de "' ^ ■ e W^ ddmesjiques^ Les ,. tU(k , s phi i osuphi / 



laid d'ab.o'd. on ne pent ntei 
que la jeune fille, un etre hnTMin, 
done ' po - -, . I . i n t une inteHigen 
le droit et le devoir de la dew* 
loppejs et cela en autiin-t qu'elle le, 
desire etqu'olle le peut, Il n'etai: 
pas danlries desseins d'Adam (pie 
sa posterite feminine soit d'une 
intelligence inferieure ii sa descen- 
dance masculine . A . Le bacca- 
laureat s'offre a la jeune fille et 
par ce moyen elle peut .parfaire 



A 1 

ses Etudes, qui elargiront ses dif- 
ferent* pointa de vue et qui, par- 
tant, la rendront plus apte A ae- 
complir son role futur. 

Mais ce cours qu'elle entreprend 
non par snobisme mais par ideal, 
ne l'empeche^ms de developper en 
elle les qualites qui conviennent a 
la future maitresse de maison. Je 
dirais meme que toute jeune' fille 
qu'elle soit dans n'rmporte quelle 
position, aaura toujours apprendre 
a "euisiner" si elle le veut r6elle- 
ment. 

Ce n'est pas. le fait d'etudier 
pour un baccalaureat qui empech. 
la jeune fille d'etre aecomplie sur 
tous rapports. Et ici je ne veu\ 
pas insinuer que la "veritable'' 
bacheliere a.tteindra ce dejrre dt 
perfection mais je veux etabli 1 
'pie. aya-nt une plus grande vue 
d'ensemble sur tout ce qui !'. r. 
toiire. elle 'sera necessairement in- 
clinef vers Tr - differentes? wi< | 



tion. Pour toutes nouvelles et sociale. II a passe la plus grande 
bavardages a faire paraitre (gos- j par tie de ses journees dans les 

CwImb d'occupation therapeuti- 



sips) vous voudrez ,bien vous 
adrecser a Mile Yvette Doyon. A 
la redaction: Mesdemoiselles Jac- 
queline Blaia, Odette Parisien et 
Rachel Piche. Pour toutes infor- 
mations quelles qu'elles soient, voir 
Jacqueline} Blais, au* Foyer, tele- 
phone 5-4*54. 

On elan de vous toutes, Norma- 
liennes. Cette colonne est 
vous! ' 



— — 



que ou on> l'a distrait par des 
-programmes lvidiophoniques, dial 
ques, journaux. exercices physi- 
ques, bravaux ; manuals', etc. Si 
une nouvelle offan tation est neces- 
saire on le confie au B ureau de 
Sante qui se charge de lui trouvei^j 
une situation ou encore I'encou 
rage a poursuivre ses etudes. 
C'est done a nous qu'sppartient 



le devoir de faciliter la voie vers 
la rehabilitation. Trop souvent. 
la -societe est plus anxieuse de se 
delwrrasser des problemes que 
presentent les maladies mentales 



Paris applaudit lc 
II 



CHILDREN'S CONCERT" 



surprenant, c'est un "fou"; il re- 
viont d'un asile d'alienes".- 

Que penser d'une femme qui, 
autrefois obje.t d'un amour pa«- 
sionne revicnt ilans son foyer pour 
y trouver un epoux frotd, honteux 
d'avoir comme epouse une alienee? 
N'est-ce pas suffisant pour^ an- 
nihiler les resultats de plusieurs 
mois d'hospitalisation et de trai- 
tements. 

Il faut done abolir ce, sentiment 
de honte comme si une maladie 
mentale etait une. tache sur l'his- 
toire familiale. Elle est devenue 
un probleme national" dans les 
pays le* plus -civilises, Notre pro- 
pre province possede .".-'5 institu- 
tions publiques et privees donnant 
une moyenne de 14,55m patients, 
soit 3ftJ7 par 10,000 de population. 
Elle est une epieuve, j'en con- 
vlens,' msls une tache? Loin de 
la. Car, enfin, qu'ost-ce qu'yne 



Aux vengeances sans nom, redoutables remous 
Qui, pareils a ton coeur, s'imposent comme maitres? 

Sola fiere avec mepris, ta vanite le veut 
Et s'il est autre coeur que tu voudrais esclave, 
I 'rends note qye le mien, satisfait de bien peu 
S'offrirait a ton coeur, une impuissante epave. 

Thomas T'Aquin 



— 1 



&*m?. 



Vivants Temoignagcs 



Dans la publication parisienne, 

,1'Ecran Francais, dont on connait 

la severite des jugements, parais- 

, sait au debut du mois sous la si- 
gnature de Raymond Barkan, un 
article intitule: "Un remarquable 
documentaire canadien". Ce film, 
destine a rendre populaire les con- 
. certs d'initiation a la musique em 
se servant comme thetne ce qui 
I 'eat fait. en ce sens dans la region 
de la capitale du pays, met en 
scene les enfants des _. ecole.s d'Ot- 
tawa et de Hull. 

Vpici l'article tel que paru dans 

_ I'Ecran/ Prancars du ,'» octobre: 



emme. 
les philosophiques ne Jri 
gacheront pas: au contraire 
eleverortt son SsprK et Ja jeune 
fille comprendra fort bien ave<- 
saint Thomas qua la femme e I 
"officios***. 

. . . Mais de la a dire qU'il est 
preferable qu'elle reste dans in 
cuisine bien- a l'ecart des scien. -.■ 
avancees, il y a une manger p:t 
voila pourquoi nous protestons vi 
vement ... 

Helene Verreault 



tographie. Children's ( 'oncerl est 
une sorte de reportage qui nous 
montre Jes methodes employees au 
Canada (hatgene Kash est lini- 
tiat.ur der ce mouvement) pour 
developper la sensibilite et l'edu- 
cation musieale des enfants. Avec 
ii'u- teilinique "appr(Tpriee, le film 
nous revele tous les a -ne. ! - d'un«- 
pedairugie aussj attraetivi- (pi'ef- 
ficacc. Et e'est merveille d'ob- 
server les reaction- de-- visages de 
ces pet its garo '•"■ et de ces petitaa 
filles auxquels on explique les par* 
ticiilarites cits instruments a cor- 
de. a vent et. a percussion. In 

i^re fort interessant est in 1 

des 



Dana "une salle de vision des 

-Elysees. vient d'etre pro-.lem.net celui ou. a p b*/ dif- 

un court . metrage canadien f'erent.s genres .de cris, <■>' iniMfc 

^1 .ie tres remar(|Ue au Fes- I de "fut 111 fl melomanes apprend fi 

tival d'Edimbourg. Intitule Chil- connaitre les Nftrmoniquas de !a 

_ dren's Concert (Concert pour en- «oix .humaine. 

fants), il a ete pr.Kluit ,.ar l'Office ChU<lreH*a Concert, sur un tlmuc 
national du film dif Canada. Lai ^ nouvt , a „. n , lU , , (in iirme que. la 



maladie mentale? 

Selon I'Acte de Pennsylvanie de 
I9$3, une maladie mentale asl 
"une maladie qui diminue la ca- 
paeite d'une personne a exercer 
son controle, son jugement et sa 
discretion cojicernant ses int4rets 
personnels, ses relations limjah II 
de sorte qu'il soit recommandable 
et meme necessaire <l'etrc soni 
surveillance et guide". 

Hone, synipa'h'f. sincerite et 
comprehension. voila I'essentiel. 
Leurs sentiments et leur intuition 
out ete aiguises i>ar la souffrance. 
Line petite drlicate^se. un mot, un 

sonnre ri.-'ne, <er..n! apprecu--.. I 'e 
Stmt rev pehts ;o-t>-s de con t >>i - :■• 



Trapu. le teint rose, les che- 
veiix nous, l'oeil a la fois doux 
et vif derriere ses lunettes d'e- 
caille, tel apparait le Docteur Au- 
joulat. ("est un vrai Francais de 
France, equilibre, solide, sachant 
parler, mais ne parlant qu'apres 
avoir .agi. II a trente-six ans,' il 
vient de rentrer d'Afrique, ou il 
a passe neuf annees consecutives, 
oil il a mis debout tout un re* 
seau diaition missionnaire, medi- 
cale et sociale. 

lie docteur Aujoulat, jeune me- 
decin et jeune marie, s'est embar- 
que en 1936 a destination du Ca- 
meroua a Yaounde. } La. il dut 
tout ereer. D'abord, il s'installa 
dans une cave et comment par 
recruter de la main-<i'oeuvre indi- 
gene qui deboisa quelques arpents 
et fit basruler une colline dans une 
vallre. Cela demanda du temps, 
mais le docteur Voyait grand et 
voyait loin. II avait ainsi fabrique 
de toute piece un vaste plateau 
bien aere. bien expose, oil pou- 
vaient <e disposer harmonieuse- 
ment les diverses constructions de 
son centre medical. II ouvrl une 
briquetterie et fit venir des char- 
pentiers. ("est ainsi que sortirent 
de terre un dispensaire central de 
cent dix pieds de long flanque d< 



, ■ r . 

leur donnant d'abord une forma- 
tion theorique, puis pratique. 11 
dut pendant la guerre, fabriquer 
ses~ proprea medicaments. Une 
plantation de coton et de ricin fut. 
installee pour fabriquer de l'buate 
et de 1'huile. Dea bananea furent 
distillees pour fabriquer de l'al- 
cool. Le beurre de cacao servit a 
faire d'excellents suppoaitoires. 
|_Les amandes de pahnes fournirent 
un corps graa qui permit de pro- 
longer la vaseline. 

Mais il n'etait pas alle a Ya- 
ounde comme medecin seulement. 
il etait parti aussi comme mission 
naire. Apres an an, quand les 
exigences de batisaeur lui eurent 
laissi' un- peu de r6.pit, il se lanc> 
dans Taction catholique. II tint 
avec les indigenes -lea plus in- 
fluents, des cercles d'etude, cer 
cles d'education religieuse et d'en- 
quetes sur le milieu noir, ce qui 
contribua beaucoup a T'expansion 
du christianisme parmi lea indi- 
genes. 






C'est pourquoi le Docteur . Au- 
joulat repete inlassablement que 
les laics missionnaires sont neces- 
saires, non pas des celibataires. 
dont les noirs ne compTennent pas 



l'etat de vie, mais des ''menage*, 
deux ailes, une maternite, un pa- vivants t^moignages d'amour chre 
villon de chirurgie. un pavilion * tiem - '« ui "a"itent une maison 



qui a idem a ratxouver la route. 



camera, dans le 










realisation est due a la collabo- 
ration d'Eugt-ne Kash. second chef t . omme W&tr?i est capable de 
d'orchostre «le l'orchestre philar- traiter , t . c suj( q. s i es |MUs diffi 
m.-nique d'Ottawa et violoniste ^ u faut souha iter que cet 
Ee, qui a recemment donne des exteUen£ i\\ m eanadien connaisse 
recitals a Pasis, et du metteur en ^ , ;ir „ t , dlffuslon Pn France ; - 
scene Gudrun Parker. — ■ * 

Admirablement decoupe et pho- R. T-- 



A son ret. .111 |.re .-ntez-lui mi 

foyer ou regne une entente mu^u- 

elter^ou il -.cntii.i .pi'jl e.-l voiilli 
e1 ainie; oil Ton portera inti'ret a 
ses projet.s nouveaux; oil I'M 
eloeiimentaire^saura 1'arracher ii sa ' tendance ix 
la "litude ei) l'entrainnnt aux reu- 
nions sociales n ren-rendre ses 

sport s favoris . Ainsi, il s'ou- 

bliera, lui-meme. et son terrihjej 
cauehemav. 



destine au clerge, l'habitation du 

inodcrm et M dt-pendances. |e 
1owt en materinux detinitifs. bri 



Giaek MeJoche. e.g.m. 



.pies, ci mem et hoIs^dTT pays: 

Ti'iidan! lea premieres annees, 
le (lorteur merni_de front la direc- 
Lion de cnantiers <!?• eo.nst ruet em 
celle de I'hopital, la tournee de~ 
postes en bfousse, sa'vTSTf ami Hale 
et Taction catholique a Yaounde 
."Un tel travail demande evidem- 



claiit-. qui ont beaucoup d'enfants. . 
et qui incarnent le bonheur. Le 
noirs ont les yeux fixes .sur la 
f ami tie. ' La presence^ d'un foyer 
chretien fait parfois autant 
bien qu'un missionnaire. 






I/e Docteur Aujoulat va ret 
ner bientot la-bas, fonder one 
ecole normale d'instituteurs. g\ 
poqssec de plus en ■ jdus loin cette 
oeuvre* intelligente et salutaire 
r^ent. chez celui qui l'assume et qu'il a entreprise; aider les Noirs 

a se sauver eux-memes sur le.*- 
Iriplo plan: materiel, intellectue! 
at epirituel. 



Te mine" a bien, une grande disci- 
pline de pensee. de method*-, el 
d 'organisation. 

Le docteur Aujoulat se forma 
des assistants parmi les noirs, en 






Andre Ferfagne 



/ 



T* «■ ■ ■ - ■*■ ■ 






c 



V.J 









-4 



^ 



' 












,^_ ■ — : «,t 



i . 



' 



- 



-*. 



4* 






_te~ 



V- 



Page 6 



DA RO.TON.DE 



28 octobre 1940 



FEDERATION CANADIENNE DBS UNIVERSITA1RES 

CATHOLIQUES 

PAX ROMANA 

Janrafei d'etude — 26\ 29 octobre 1949 

UNIVERSITE D'OTTAVVA 

\ i irliedi. 28 octobre: i ,, 

T.fJO p.m. Inscriptiofi des detegn&rft rUnivfersite— Salle 

Academique. ' 

6 \ •■"> p.rrr. Ouverture. . . 
Allocutions: 

Vice-recteur de lTniversite 
M. H: Lacombe, president regional 
Me ('. Gagnon, president national 
Thcnu- de la journee: 

M. Louis Charbonneau, responsable — j 

< ii.cili, 29 octobre: - • • i 

>.::o .a.m. Messe a-4'Univi-rsiU''. 
. Aftsemblee pleniore. 

Formation des commissions— 

a) Bibliotheqiies: 

Responsable: R. P. A. Morrissct. o.m.i. 

b) Radio-Tele vision: 
Kesponsable: M. Florelit Foxget 

12.30 pjil Diner a l'Universite. 
2.00 p.m. Seance des Commissions. 
MO- p.m. Assemblee pleniere. 

Rapports des commissions- 



■ 




*r 



28 octobre 1940 ' 



LA ROTOPE 






Page 7 



- ' < 



' 



7 00 p.m. Banquet au Chateau -Laurier. 

LA FEDERATION ET LES . ETUDIANTS " 




os dirigeants 



Le T.K. Pere Kecteur a eu Finslgne honneur reeemmcnl d'etre rec.ii eh audience par Sa ?aintele le 
'aire Pie Ml. Nou* le voyon* Ui en cumpagnie de son secretaire et de deiu gardes suisses du palai. de la 

■Uig-V at i e a wi ■ ■ " > ^~i - ■ :> ' •■'■ ■ ■ (courtoisie du "J | - J'j 



Velo-Club 



Nouvel/e fetardee 



Dans les plaines du Far-West quand vient la unit" on plu>. 



(suite de la page :;) 
r il n'y a aueuii. incon .. 



Banquet des anciens au 



dans les populaires e t populeux centres urbains de Test quand uh mi ■ ce que ce club soit nn 
se leve le jour, le canadien ne peut lever. les yeux et regarder ! (au contraire), de plus, dis-je, nos. . 
au loin flotter le "flag" national.' effiSHaa^a compagne* -xka cull. 

Dans un volume de Moore, edite eft 191-5, et intitule gea affile pojuraient aussi enj . 



"The Clash*, l'auteur suggere que Tune des meilleures f aeons 
de realiser l^Hte nationale, l'entente et" la comprehension 
entre deux importants groupes ethniques, serait sans contre- 
dit de fixer le choix sur un drapeau national. Le vieux Kin& 
dans toute sa finesse politique, a fait semblant d'essayer 
tout eji prenaht biert soin de laisser les taches onereuses de* 
decisions a son successeur. M. J.-T. Richard, un ancien de 
l'universite, sembje vouloir pcJQsser d'avant le. projet." et 
pour cause: ' TTiffde a son drapeau, et meme la province de 
Quebec a so"n drapeau. Quel beau lys dans la main de notre 
cher celibataire, Maurice. 

Et nous, peuple atomiqiie, resterons sans etendard pro- 




vacances 

ressenti cette lacune dans notre autonomic? II est temps 
que le pays soit assez liberal de pensee pour penser com me 
nous. II nous faut un drapeau pour pouvoir le defendre a 
la prochaine guerre; bien plus, il nous faut un- "flag" pour 
la St-Jean-Baptiste. Sinon, il nous faudra flag-eller nos 
chefs et deputes. ... 

Un patriotard 



devenir mem ores*. - - — ; — ' '— 

Claque membre du club posse '■- 
derait une bjcyclette en ordre se- 

lon'la loi. II apprendrart aux feu- 1 rauj, j (Ulls pas««l sous le toit de 
nions. routes les questions techni- ; i eur .\lma Mater, pres de 200 an- 
qaei qui re^aident la bieyetotta, pefini ifevei de ri'niversiu se re- 
ai.nsi que les lois rtlfiitiVtt a la ; unissai.-nt an Colisc-e, jeudi soir, 
circulation. Kvidemment. if ue ; | e 1;!) , )our ^ n Kn f m \ banquet don- 
soj-tirait jamais en bicyclette. Banil ne par l'Association des Anciens. 



L'hon. Chevrier, conferencier 

invite 



l'ortant les couleurs gienat.et, Les elections du nouvea. cn- 
gris (|ui leur rappelaient les heu- seil e\ une danse termineren: cetie 

interessante soiree. 

Louis VinceQt * 



apporter avec lui, outils et pieces 
change**, necessaiies aux r» v - 
paratitfns les plws ordinaii' . 



Modernisme 










pare, nie co'nnais-tu mieux que je te connais ? 
Sais-tu 'm 'aimer autant que j-'aime tes^ tonnelles? 
Et quand je pars, relis-tu mes sonnets, 

Mes villartelles? 
Car tres sou vent, quant approche la nu>t, 
Je pose sur tes fleurs des vers penses pour elles . , 
Dis-moi, se sont-elles enfuies 

Mes villanelles? 



Dis, les as-tu donn^es a la brise d'avrfl 

Qui peigne tes gazontf, pare infidele? 

Ton saule a-t-il pleure mes refrains inutiles, 

• Mes villanelles? - 
Je viens te reclamer ces vers ecrits pour toi, 
Mais tes arbres verts et tes fleurs si belles 
M'ont i'ait (.ublier, dans mon desar.roi 

Mes villanelles? j* _ 

Jean-Claude Thinaudeau 






m 



L'honorable Lionel Ghevrier, 

pr^skkn.t honoraice ~de l'asaocia- 

tion, etait le qonferencier invite, 
.ncycliste n^urche n fut pr6sent ^ ^ Mfrr Lucien 

•becanc sans etie i Beaudoini c ^ sccr ^ e de lan- 

gue franchise de la Conference 
catholique canadienne. j 

Apres avoir loue le progres re- 
par mesure de pre- luarquaWe reaH ^ par l' un j V er. sl t, 

.t so,, influence nationale, mon- 
sb'iir Chevrtei' pivcisa le lole-de 



avec- lui son materiel 
de reparations^ il devrait aussi, 
totijours apporter une "trousse de 
secourisme 
cautions. 

initier ses memlir.es sui les pre- 
miers soins a donner aux blesses 
et peut-etre, encourager 1'obten- 
fcion cle -la badge d'Ambulance-L. 
Saint-Jean peut se ra PP orter il trois fboses: 

•Mais les reunions interieures . ^ignement de la verite. difTu- 
devront eire plutot raves, tandis s,6n ( de ,a ^' lU ' et ^stinct.on. en- 

que les activties exterieures j ^ le h ' en et Ie mal et ' con ^ 

tfttence de cette dernivre, infuse" 



Tianiversite en ces termes: = 

"Le role de toute urriversite 



('-'hikes"! seiont nombreuses. t'es 



Au cours de ces randonnees. le- 



le bien". 



excursions aiiront, autant que faire 

se peut. toujour* un but aucial J1 m>us "veitit en^uite des dan- 



gers de la specialisation a 



mombres pourrbnt faire des visi-| t'ame et M.idigna que rilniver- 
tes industrielles a des usines ou'-^' tl.'CHtawa avait garde dans 



Larigaudie et ies 
Gratte^ciel 

Secoue par les metro* ou 
les trains sureleves dont les 
rails courent a hauteur du 
premier etage, noye dans une 
foule ou les horn mes sont vi- 
goureux, -lea. iemmes splendi- 
des, foule blanche au centre d« 
la ville, noire a Harlem, jau- 
ne au quartier chinois, ecrase 
de chaleur en ete, de froid en 
hiver, domine par les gratte- 
ciel dont quelques-uns faits 
de cubes superposes et purs 
de lignes, sont tres beaux, dont 
d'autres singeant le.gqthique 
a. coups de colonnes et de 
parjrouiHes sont bideux, dejeu- 
nant en hate d'un sandwich 
ou d'un malted-milk, lance au 
soixantieme etage d'un build- 



par Gilles Hurteau 

Si notre ieqnipe de football intercoll^giale continue a 
afficher la tenue qui l'a caracterisee en fin de seniaine alors 
qu'elle declassait le Bishop's par le pointage phenomenal 
de 56 a 1, nous pouvons deduire a juste droit oue nos magni- 
Tiques porte-couleurs doteront rtotfe institution d'un autre 
championnat. / 

Les statistiques telles qu'empilees en fin de semaine 
donnent un apergu general de la force respective des dif f6- 
rentes dquipes. La victoire du McGill au depens de Queens' 
j>ar le pointage de 17 a 12 le.semaine derniere semble etablir 



~ r^"^" 



-r^— 




ILIE BISHOP SAMEDI DERNIER 






par Guy Jou 



Williamson et Wilson sont les 
heroa du jour! 

De retour dans leur familiere 
'•n.einte, apres i^ne absence de 
deux semaines a l'etranger, le 
Gremtt" et Gils deploie une' puis- 
sant offensive pour battre |e Bi- 
shop au compte de 56 a 1. 

II serait hop long ici de 
narrer les hauts faits des joueurs 
en partlcu lier. Nous 



plus bas tes compteurs^ 

Le fait saillant de la partie est 
survenu avec la derniere seconde 



etttbliB- de , jeux de la premiere moitie. 




les Redmen comme 1'equipe a battre; rappelons que le Grenat Bishop 
et Gris ne faisait qu'annuler avec les Gaels de Kingston il v 
a deux Semaines. Les puissants Redmen iouiss,'nf- d'nno tk 
putatlon des plus enviablts et le fifit nue leur equipe est dotee 
de trois anciens joueurs des Stampeders de Calgary ne peut 
etre indique sans ffemissement de notre part. Cependant le 
: be* -effort du (irenat et Gris crmtre le Rishop's pourrairdtV r; 
une preface d«'s succes oui nous attendent pour la fin de la 
.-ai>on. Si Ton ea juge par la puissance de chaque epuipe du 
c ircuit Ottawa St-Laurent, il n'y a pas un super-club et le4 1 ' a pie s inidi. 
Grenat et Gris a line magnifique chance de remporter le La fcgne forme 
championnat. Nous anticinons une vive lutte avec le McGill Archibald, Norton, 
pour la premiere place. Mais ljnaintenant que Ted Edwards 
a rfo a sL -arep^rtir egalement la, puissance <Un& ses deux 
eauipes nous s ommes d!av4« que notre club intercollegial 
nera de taille a vamcre le McGill te 12 novembre et de conser- 
ver ainsi un record parf ait. ';<•.,-*•■•. 



son s'en empai'e et etnrrt toute la 
longueur du champ pour aller 
compter -un "touch-down", sous le 
nez des joueurs du Bishop "ebau-. 

dis". 

Le brillant Tiny Wilson a reussi 
des courses magninques toute 



Le Grenat et Gris e^t done en plern vol et le seul chib 
qui puisse lui obstruer la route Semble' etr e le McCiill. Si 
notre offensive peut conseryer son elan contre ,le Carleton 
et le St. Pats puis amasser toute.sa force pour le joute du 
12 now, nous ne pouvons qu'entrevoir une victoire finale. 
D'ailleurs nos Garabins sont puissants dans les airs et sur 
terre. et la'grande variete d'attaques qu'ils ont utilisees dans 
les dernieres parties a, porte a 74 le total des points qtfils 
ont corrlptes en trois parties regulieres, soit une mo\cnn, 
<'e 25 parj partie. 

Le rr\erveilleux "Slim Williamson" est naturellement !e 
noyau de ^'offensive des Carabins, mais jl recut un excellent 
support de Wilson, Brennan, Sabourin et autres — Le retour 
prochain ie notre amiable Marc Rochon servira certaine- 
m^.Tt-a aufermenter notre diversite d'attaque. 



Le Grenat et Gris obtient un 

magnifique succes 



!»ar JEAN >1NCENT 



"Venez rencontrer les etoiles 

du Footall d'hier et d'aujour- 

d'hui", me lan^ait a la figure le 

placard. Kt alors y'y suis all 

djmiiarpjia_j.ee n'etait pas complique, on 

qu'a s'y rendre. Kt je me. 
rendu. Mais,lpassons pa 
risque de s'eterniser. ^ 
^Il^T"a^rfit foule au~ 
Dffs^jpBns. foufes sortas-- 
fJJSt ajiSSi quelques Jean, 
arms'. Je vou'JKfti^gt'e.i 
de les Vencontrer. 11 y" 
lement de ces gens. 

Le programme lisait, (ce n'est 
pas tous les programmes qui li- 
sent) qu'il y aurait ce soir-Ia 
plus d'une chose interessante. Et 
e'etait, encore plus intereSsant que 
ne pouvait le dire le programme. 

Films, "cheers", discours et 
moultes autres choses se succe- 




gaillarde de sa_ derniere .w'ximn 
au Loyola. Leur entrauaeur, Ted 
Edwards, presenia Tea jouears k !a 
foule qui leur fit an aecueij cna- 
leureux, on ne peut plus. 

Me Jean Jfccjurd. M aot-re w de- 

ite, deveriu presque une >n*tJtSr. 

universitaire, sut, dans un 

jjnuccinct. donner te- pour- 

etles activites du Club Gre- 

|nat etbOrW- «-• 

Ah out! J'allais" OUWieV -\e *U- 



. 



nfeux c'oryphee 



de Beaudry, 

Kopack, Rhe- 

aume, Reynolds, Costanza. fut 

oo.me une palisaade que les enva- 1 toit 'Las invites dVh<*nnetir, trois 

hisseurs ne purent franrtiir. [ colosses qu'il me ferait peur d'af- 



("etait vraiment emballaat. Tott» 
vetus de facorus identkiaea; ce* 
quelques quarante am.* du brart 
et du tapage ont certe* troov^ le 
moyen de nous faire eourir de» 
vieux frissons de "college spirit"* 
dans le dos. 

Un gros mere i pour one A*#lt* 
mahrfestation de irotre initiative 



op 



Void maintenant 
compteurs: • 



la liste des 



Williamson:. K. pqints (:{ ton- 
chees). *" ~~ r ~ r 



Telletierrlt) points (2 toucheesVXarochelle, tous trois des fameux g 
• Wilson:. 8 points (1 touche, 3 Rough Rideu-s d'Ottawa. 



convertis). 

Cathcai t : 7 points (1 touche, ? 
convertis). 

Brennan: 5 points 1 touche). 

Dunlap: •"> points (1 touche). 

Devine: ", points (1 toucheh- 

Rheaume: 1 point ("Safety"). 



des manufactures quelconque. On ^tfe sphere, un juste milieu. II 

pourra aussi s'adonner a des en^^ta sur le statut national de ^ ascenseu 

quetea regional sur une localite "- mvemte, etald, par son l>,l,n- harce ,. rf telephones, envi- 

designee, une region spec,,,,. ,l »uto. et «n programme blrful, L^j ( , e m s? ^JJg 

la vallee de l'Outaouais. turel. j j e 

Apres ;ivoii •'parle de- nomhreu- 



TEL. ^-1200 KKS. S-12'67 

Le Centre des fleurs 

AXt.LIC-DESRUES pSGQODE KT COLLEGK 
oiTAU \ ONTARIO 




Ce club qui a pour hut. des loi- 
sjrs sains et emballants, doit tou- ses facultes de l'Universite qui 
tre caracterise par la gaiete ; donnent un apercu assez complct 
frtimhe camaraderie unis-|de toutes -les connaissances uni- 
t tous les memhies, l'eminins , versitaii es. il soulijrna la fonda- 
et uiasrulins. On parle souvent. ' tion de la nouvelle faculte tie 
denps jours, de loisirs organise-;, ''droit. 

de facjon saine et educative. .!' "I, 'institution de la faculte de 

'time du'avec l'ebauche du projet droit rejouit les avoeats et consti- 

quc je vous ai trace, il y a moyen tue une excellente Innovation. 

Pourquoi n'aurions-nous pas une 
faculte de droit au eqntre meme 
du gouvernement I'edtial. dans la 
JEA'N CO'I'K v ville ou iriegB la COUJ -ilpVenic (111 
pays? 11 n'y a |>as de doln j 
cette faculte iciidr.i de tres pru- 

c;eu\__ aatiices". 



de preparer un l»on plan et d'en 
tirer des realisations tres Inte.res* 

:intes. 
■ V 




l'our \os articles dc t.oUlte 
la 



Prrarmacic Brul^ 

^\ deu-x-pas.de 



I' INI VERS ITE 



>oiree recreative 



tB <l>' la page 2) 
•Ic • ill, a f.-licitCr- au noin de 
tOUtes les initiees, en I'honneur 

■ eli.-s la soiit'-e f>tt f aCffttl 
et en mon noin pei.-on'nel. le co- 
in;, e. [g niaitie dj ceremonie qui 
s'est Scqu iCte de sa taehe avec une 
mail rise toute prnfe : -.«»ionnel]e, nos 
deux artistes pianistes, et le doc- 
teur et madame Buxton, qui ont 
■ai -K-raeimisement aeceptc notre tn- 
vitation„. 

I.oi:! e Radakir 



"K: si Ton compte' les kmo- 
•vations a pport e a g pal I'l uivrr- 
,••. on sa tiouv eri t',:c- ,i. 

I'.icultes, de sjv 

institut . : e'est un joli Minn all 
faveur de n m\<i [tt d'Ottawa^ 

M te^niina en icnd.in, Homina 

BtlX Ohlata, fondateuis et e,,n- 

tinuateurs <h- la gf>ancUl oeiivre 

dV'ducation-qu'e.'t -l'Universite, e, 

fit u n apnel au x a n c i e n s pour -la 

defeiKlre corltre toutes les atta- 
ques qu'on pomt-ait popter contre 
elle. 



soir par les lumiere.-i de 
Broadway, jete de rimmen<.- 
salle de Radio-City au\ 
"night-clubs" ou des "girls" 
en serie levent, sur un ryth- 
me identique de* .iamhes 
standard is^es, puis de nouv- 
eau dans son grand hot> : 
des hommes mecanises 
vent comme tin potentat. |.> 
touriste, ebloui, amuse, fati- 
gue, doit Vivre ici sur 
herfs. -2 — ^ • 

Scoju- de vie, future'.' IV uU 
etre! AJais alors il vaut rr.:- u\ 
r&rograder. Nulle prlncesse 
de r^gfende ne posaede 

doutc le luxe d'une 
de Wall-Street ;ivee se 
manicures/ ses ondul; 
son cireur negre, sa 
bain et son 1'rigidaire. 
Mais I'ho'mme van; 






taua'.. que cette debauehc (I. • . 



d'ondes, de Vitesse et (ie eon- 
fort. Et le frere CO«vers«qui 
trait les vaches au fond d'une 
Trappe a plus tfe grandeur 

^vraie-que le businessman d.* 
New York avec ses dix t.'i, . 
phones et ses vingt seer \ 
res. 



"SUM WILLIAMSON EN VEDETTE" 

Bobby Wilson et Brennan sont toujours'aussi effectifs 
que Tan dernier et Tiny surtout fait invariablement des gains 
appreciable^ a chacune de ses courses. 

La grande sensation de la saison dans le champ arriere 
.ependant Slim Williamson qui a su inspirer son club a 
maintes reprises; lorsque Rochon fut blesse au debut de la 
saiaon 1'instructeur Ted Edwards fit une decision des plus 
sage en inserant Williamson a sa place. Slimiest l'arrien 
le^ plus versatile du club et certainement le plus agressif. 
Williamson est une excellent coureur et il n'a pas d'egal quand 
il s'agit de percer une ligne et d'effectuer de longs gains. II 
excelle surtout dans les longues passes et depuis quelques 
temps, il a retrouve sa bonne condition et a commence a 
effectuer de longs bottes. Les partisans du football sont heu- 
reux de constater que Slim Williamson evolue avec un brio 
superbe et il connaitra certainement une annee magnifique 
et au football ct au basketball. Nous osons predire que cette 
annee Slim remportera le trophee Rochon comme Ie meilleur 
athlete de l'Universite. 

EN VOYAGE AVEC LE VARSITY . . . 



Cedule de rootball 

29 'OCTOBRE 
OTTAWA 

CARLJETON 



fraternelle et universitaire. irraa-i» 
freres du Club Grenat et Gria!- 



fronter dans un petit cojn noir, 
sont presentes a la foule et font 
leur icoprbette. Nuls autres que 
EMn Loney, Andy Gordon et i Bill 



G 



:> NOVEMBRK 
OTTAWA 

V9 

ST.- PAT'S 



12 NOVEMBRE 
OTTAWA 
vs 
] McGILL 



Rough Kidars d'Ottawa. [Jj 

L'pn nous avait dit que rious C| 
rencontrerions des etoiles d'hier I 
et d'aujourd'hui. Pas- des etoiles 
comme celles dans le ciel. mais des 
vraies etoiles. 

L'on ne m'a pas desappointe. 
J'ai rencontrg le pere Castonguay ! 
ot Mgr Prud'homme, ces deux as J 
qui tie lH'JO a 1900, rapporterent 
plus d'une fois dans leurs bras la 
c-ou|>e Grey CTfUf vieille Alma 
Mater. Et le pere Filiatreault j 
done, ce spectaculaire "fullback" ' 
qui, en 1907,- nous jragnait ^n 
championnat senior du Dominion, ■ 
puis les Quilty. et .Cornellier, les , 
Barnaby. Le Club Grenat et Gris ! 
peat a ju&te droit etre fier de ses 
premiers membres d'honneur! Et 
il y a bien de quoi! 

Les invites d'honneur, nos Roirjrli j 
Riders, e'etaient deja trois etoiles ; 
d'aujourd'hui. Mais il y en avait ' 
bien d'autres encore au gymnase ! 
ee soir-la. Notre equipe intercol- [ 
legiale y etait, revenue toute ! 



FOOTBALL 

HOP 

au 

GYMNASE 

de 

1'UNIVERSITE 

■ - 

12 novembre 

• • 

Vcncz fclicitcr nos 

vaillants portc- 

coulcurs 



SZS2S2S2S2SZS2S2S2S2S2S2S2S2Sa 







*• 



"Heurrux qui comme Ulysse a 
Un beau voyage" ... Vous 



ivez vo us im aginer "combien heu- 
Lita apres DEUX voya- 



•- i»vec notre fameux club de 
! - ttaal] .... 

;il des joueurs est tre> 
1 i ite. On voit des boute- 

i iMi.c- P aul R oulea 

i • Paul Allen du tufi 
Le ehpaur principal 
Geneat. Buckley 
. qui se chargenl de 
parol e s , e ptiolta ; M<> 
• ••• Kopack avec des modu- 
gnent «le '< ■ru»o M sop- 
It ;• r. Wt la -flanir". 

qui huilent le plua 
emafque Archibald. Dm 



V. | " .'"■'. 

milieu de ce tintnmarre, le 

Pore Lc-inicux, tres devoue 

•ii . lit son l>re\*aire . . . 

"~ deo?c- -s ava n ts "Coachsr*! fed 

.rd? et Jim C'onyers dliscutent 

strategic a employer tout en 

• "ceux quf tie 'cTi^ntent 




pas": Slim et McF.Iligot. Le grand 
SI i m . sans doute trop oecupe a 
calculer le nombre de verges qu'il 
rera durant la partie, se conten- 

te de regarder.Ie paysage "<ana- 

dien" -qui se deroule a ses .vcun . - , 

Costa n/.:i aaaaye sans guccej a 

eriseighej l'ltnlien a qui veut bien 

iter ... 

Monsieur Denis Harbic et Rou- 

Icjau difftutenl ,de finances . . . 

Le repertoire da tbansqns "po* 

i n" daa '•Chanfeurs!! ^il 

maintenant e p di i^, 6c o ^tea - |eg M 

d, 

" ■ j. ■ 
Biffin nous,y sRnm . • I* 

per* LemietTH no'ts intioduit dans 

un "chic restaurant" el nous <\r- 
,., mii raviLToltant T-Bohfe 

(la meil!. are partie 'du voyage) 
Au retoyj-, "J'oncle" .Jos Ken 

nrdy nous donne son A 1. 1. Star . . 

la's chants i cc'onnm ncent. c! 

, '.-st de ia la vieille t'api 

•ale . . .' 

■(•;uv lorr.F.KT 




C^&uieM 



r 




At* 



FAC 



UlT^- 



~r: •; •■ 









-■ -• 



iUf! 



s ont 




' ' 7 q<// #e quit »*s m/x uvxes 



f ARETTE$ PLAYERS 



NAVY 



CUT 



• 



.-—^ — -"— 











■ ■« ■"»' 



-4 






■ 



\- 



Page 8 






e* 



LA r6T0N.DE 

— : : 



28 octobre 1949 



9 novembre 1949 

■* - -— - 






UNE AUTRE OPINION 



1 








UN 1 FILS A TUER 



T-* 



r«om prendre c om m en t r 
: at fads* que la piece d'L'loi de 
ete auesr mal re- 

CT« d ■ .i .■; certains en- 

j d'aburd- que 

a'est pas gam defauts: le 



^ 



■fcr-ftn,' nrojette iWpliif nn 
do j.'ur sit-L'. f. »•! provoque le 
que 1'ini 



-^~ 



tuple est a son t ■ > 1 1 ; 1 ■ k- . e;raleni*nt 

regr ettab i rernenl 

.nvr'aisemblahle qu'immoi al quoi- 
ES mal de fecondite pent, .que prevu. logique, impr.oyabl.-. 



tX 



-Tr-trotnrer-inatiere k e flfcrcg i - . *n b£» 

le Ma- il me semblerait, 'in juste 

dc ne pa i\ FILS A TUER, 

USteT sur des imperfections et 

d«s i pear busker dans l'om- 

beau cote de cette realisa- 

i l'oeuvre a de la valeur. 

•st un Suvae psy'ehologique en 
crouj actea 



•"-:,- 



able Ijase. --*ur un prob 
eMore son actual ite:, ui 

'lablp au jeune h#mme que fut 
— aiUL,pgre>_£t uq, per£ qui yeut.ixu. 



jfout drame 



~ pefte r ^^SenT Tils'- le- devoir et la 

^mission qu'il a choisis pour lui. J'y 

a question de la liberte de 

vocation: un pcre_j»eyt>il choisir 

•cation de Son Tils?" ("est l'o 



-y^ 



pint, n fjls peut-il suU 



-4. . 



vre .■*« aspirations, meme si elles 
•imt ctmtraircs a celles. dc- -son J 
? Cest lVpinion du f Is. 

I.e rkJeau se leve sur deux for- 
ces en presence. II nous en lais- 
se bientot voir 1'inconciabilite: deux 
Ties tout a fait semblables par 
se gout" de Ta'venture, absobis, dc 
-. ( ompletement opposes 
parte que trop ressemblants. 

A sappoeer que le pere ait^ingt 
«mp», comme son fils, je suis sur 
que tous deux s'envoTeraient vers 
le pay> ou e'est toujours le prin- 
tetnps. Mais 1'age fait jouir Tun 
du r«bjltat de sa soif d'aventure, et 
donne a i'autre de desir puissant 
d*) rvouveaux horizons. Si la rea- 
lite actuelle est pour Tun une aven- 
tirre, elle ne Test pas pour I'autre. 
C'est re que le pere ne comprend 
pas: Son fils est comme il le fut 
lai-meme. attire vers l'inconnu, et 
' partira. Rien. ne peut le retenir: 
ni les pieurs d'une .a)tere, ni I'amour, 
nr rien au raohde.' II se donne a 
ton ideal. C'est la loi du destin. 

L'absolutisme des deux condtiira 



ie pere a tuer lesfUs-qui s'enfuit. 
Le drame est tout interieur. La 
M en est simple: un aliime 
-*epare deux etres, et une mere 
tente vainement de les rapprocher. 
I^es situations sont def-inies des 
le debut, rien de neuf oii d'etran- 
«er ne -vlent completer Je.sujeT. Et 
c'est vraiment ce que je consi<lcre 
comme un explofr^ormidable: Eloi 
de Grandmont a pu nous interes- 
*er ju<qu*a la fin, sAns jamais rien 



j J>e (irandtiiont n respecte la loi 

: .,-• das hroti tmiten: dc lieu, 

de teiu|)-., d'actiMn. Comme dans 

".uiil tra:'. dies eiassirpies'. 

;"aut«tfr «ou« fait voir une- action 

preparer dc longua main. 11 ^taWit 
;les situations qui sont Voesxtra &6 



| . • » . , . IfUIf .-.ICC 

iK^lil.ietiscs anTie«»s. Jlrurais ftefft- tm^ 



Wt»nnkHis H >• a ttneme d'intc 
tsl ej \x£ Seroii a A-^iippinc. 



Radio-College- 

'a. aison de Kad.o 

■ a .i:- ina flchg, le i; 

octobre di iur Ies^ondaa—de 

L .."A-U^xauri dc 
hou veil* -ai-.oi de vin^t soma. 
cataWuant 25C emissions, Badio- 

Collejfe ctinjicia les arts. lea 
sv:*-.iye<, rjnstairc dc la littci'ftXf" 
ture, re tbcatre, la po'esie e1 la 
nma.pic dtpuia u- dibul 3u vingt- 
ieme s,cclc iusflu.'a tlfifi joura, En- 



scries consacr^ea. au 



mour entre Jnnic. .\- line . 



et Ur.tanniciis. Petrt-$tri la loii 
iiV:t-elle pas absolue? Je ne ci.ms 
pa- (ju'elle soit a* rejeter, Elle ])eut 
sMuf'nir av antageusement 1'intcici i 

F/interpretation qu'en ont donnee 
Jean-Louis Roux, Guy Provost. 
HutfuaUe Olig-ny et £Iinatta--Let<>n- 
dal ne merite que des "elttices. Guy 
Provost, le pere, incarnait toute 
la force de son personnag-e. Jean- 
Louis Rtnix nous donna un Jean, 
subtil, moqueur, cruel mais a'tta- 
ehant. HuKuette 01i'gny t . c'est la 
mere qui comprend tout, ne peut 
rien, et pleure. Interpretation des 
plus vraies: nous avons vo tomber 
des larmes. Ginette Letondal, tou- 
te ingenue, cha,rmante. Elle s'ap- 
pelle Ilelene. La Mle Helene. 

IN FlfvS ^A TUER meritait 
d'etre vu. Souhaitons que la Socie- 
te des Concerts Blading continue 
a nous presenter des oeuvres dra- 
matiques de valeur et des artistes 
consommes. C'est une initiative no- 
ble, saine, une initiative entre 
d'autrcs qui laisse presager noire 
futur theatre national que nous 
attendons tous* 



4 

LOUIS *DESBIEN'S 



Dates historiques 

Le 6 novembre 4837: les Fils 
de la liberte aux prises avec les 
mem lues du Doric Club. 

("est a Montreal qu'eut lieu la 
premiere emeute de la rebellion de 
1837. A la lecture de la famcuse 
proclamation Russell, des murmir- 
res d'indi^nation s'eleverent a 
Montreal. La jeunes.se canadienne- 



francaisc qui depuis longtemps dc- " " ! ' 



■o a iol egio, k mooch -dPs pla n tp. 

rie hu- 



I.a culture que veut diffuser 
'-.Coiiejre est celle (jui est a 
la fuis du type- estuetique et du 
'ypc intelieeluel. Pans la prepa- 1 
ration du prugtamma, las dJTttr 
teui-s de Radio- College ont voulu i 
facilitcr I acquisition Je la techni- ' 
(|tie d'un art et donner, en outre, a ; 
ses auditeurs l'occasion de pottci 
juj,'ement sur la valeur des oeu- \ 
vies dans le domaine de la litte- 
raiure et des arts. On s'est aussi 
prop, mc de susciter ^de l'interet . 
pour les disciplines seientifiques. 

Cet aoheminement vers la dpu 
ble culture a toujours inspire les 







* 



REUNION PCBLItriJE 

[Ji: LA I EDERATION 



LE 9 NOVIvMBKK 



SALLE A( AUEMKJIE 



TOU.SlNviTES! 







XVIlIe ann^e No. 5 



•S 



' 



^2jJ«ii 







La Federation 
prepare pour 

vous un 

x, "Football Hop" 

■ 

Le 12 novembre 






IHrecteur: Ros'aire L'eaule 



Journal des etudiants de langue frahgaiae de rUniversite d'.Ottawa^" 



- 



Redactcur en rbef: Jean Roivin 

__: : . — ; ; — 



i 



Cette photo majrnifique est celle du Chateau de Bouviyne. 
efforts p»MeJ de Radio-Colle»c Hollande. oil s'est tenu le Seminar de 1'I.S.S. Notre delefeue. Frrv.is 

J Ducharme. n'a pu s'y rendre. ~V x _ 



J.C. 



— 



JE VEUX SAVOIR POURQUOI? 

earROCH BEAUDET 



J^.-P*4!.POurquoi cette mentalite 
chez les etudiaTlts et les etudian- 
tes d'employerdans la lansrue fran- 
caise des mots anglais. Serait-«- c 
la par hasard une nouvelle con- 
ception du patriotisme? ou est- 
ce que ccs chcrs etudiants et etu- 
diantcs auraient entrepris avec 
tout le devouenVent qu'on leur 
coiW.it, la dure mais Jnoble tache 
dViSeliorer le sort de n|>tre vocabu- 
lair^ fian^ais?, Aussi se peut- 
il que ce soit la la morgue . d'une 
irrande culture aequise par de 



et "inside news" dans la dernicre 
Rotonde, que je n'ai pas la bon- 1 
caption moderne du patriotisme. . . 

Aussi c'est peut-ctre une entre- J 
prise de la part de*i etudiants et i 
3es efudiantes ' pour ameliorer le i 
vocabulaire fianvais? Si tel eat-j 
le cas, malheur aux ^randes lan- 
fhei qui disent que les etudiants 
et les etudiantes de ri'niversjte 
d'Oltawa ou dc I ecolea affiliees ne 
font rien ou m tiavaillent a peu 
pros pa>. 

Que la' honte va etre euisartr 
pour ces commeres eff rontees 



sirait se devouer pour la i 
nationale, saisit ('occasion r ell 






apporter de nouyeau a Tintri^ue. 

.Vfajne du style, >ans doute. Mais et militnne. ictte aisbciatloit tra 

: imagination puissanie. verVe vaillait soil p;u sea c.rits soit p&l 
we wtf i ee pec "ordmafre; — a la conquete del dTq 



nationale, saisit l'occasion r elle i*«wi* i»»K«« canauienne | aianies metuont un nouveau rtic- 

forma une association. "Les fils qui serait ■ melange de francais tionnaire fianvais ameliore stir le 
de la liberte*. A la fois civile et ^■ a *W»l Voila autant de que-- marebe!... Kt lerflique ccs ,,„„. 



I! est t ! e grettabl e qu< • 

fa"neux . coup de feu. >.u(oi-i- <li 



- 



ItH'R vos ASSURANCES 

% 

G. Arthur Desjardins 

}."'. rue Dalhousie 
-- Ottawa 




TeL:5-G388 



Res. 3-5790 



■ - - 






*~ . -■ 



R. J. Bastien, R.O 

OPTOMETRISTE 



Specialiste poor la vue 



•». Nicholas 



Tel.: 4-3220 






OtUwa 



•evendiqu.-, p;n leur cbef. Louis 
•loseph l'apineau. 

Leur manifeste paile oiiverte- 
ment de secession et reclame a 
•lauts cris l'emancipation de notre 
Pays de toute autorite humaine si 
e n'est celle de la democratic 
(.'association encourage la revolu- 
tion industrielle preconisee par 
l'apineau, elle contribue a sur- 
exciter les , esprits et a fortifier 
:'csp-ianc .les patriotcs; sa J>uis-. 
m ce est telle que les magistrate 
anglais prennent peur et que la 
jeune.-.s,. smtflaise forme, en tri'i-c 
dl n'ponse. un parti semblable: !e 
Doric Chil.. 

Le 6 novembre, les membres du 
PfiCk Club lancent de» picrf es ^trr 



anneea d'etmle? ou 
simplement ■ 1'ambition dc former j lorsque vos chera ctiuliants et etu. 
une veritable langua canadienne | diantes met ti ont un nouveau dic- 



Federation Canadienne 

del Universitaires 

Catholiques 

Banquet au Chateau 
Laurier 

Le 29 octobre 1949 



Vo ? rJ. Vincent: 5-4t65 



ON EN VEUT V AVORTEMENT 



—*~ 



LG. S'ORIENTE VERS UNE 
NOUVELLE FORMULE 






Ri'ciimmundati<»n.s du comite Radio-Television. 
RecommandationH du comite des bibliotheoues. Les 
elections. Rosaire Beaule, vice-president- Desir des 
etudiants d'amender la constitution. 

•iation. Me Claude Gagnon, de 
Quebec, a etc reelu pour un second, 
.mandat. Voici la liste desautres 
otriciers: j vice-president, Camille 
Laurin.de Montreal, Guy Trem^ 
May, de QueUoc, et Rosaire Beau- 
It d'Ottawa; soeretaire adminis-^ 
tratif. Me Cfuy Dorion; secretaire 
ral, M. IL Lacombc. d'Otta- 



I i Federation canadienne des 

universitaires catholiques tenait 

_•:) octobre, sa journee d'etude 

mnuelle dans notre universite. 

Nos universitair9s catholiques ont 



ument aborde les problemes 
rnodernes de' la radio, de la tele- 
's. on et des bTbliotheques. Les 
jourpaux quotidiens ont donne en 
recommendations 



detail les recommamlationa qui|-wa; aviseur. le Dr Marcel Roussin^ 
.nt etc faites. II serait inutile, de 
lei repeter toutes ici. Nous nous 



- 



,-i»ntenterona de- degager le sens 
.- -n.-ral des differentes recomman- 
dationa dee deux" comiies: Radio- 
Television et Bibliotheques. 

( omite de la Radio-Television 



Le Better Business Bureau d'Ottawa 



s'oppose aux cartes d'achat k 
prix reduit pour les etudiants 

Le Better Business Bureau d'Ot- I ducing this Purchasing Card S>s- 



tawa et Hull n'est evidemment pas 
en favour du systeme de cartes 
d'achat que le comite local de N.F. 
C.U.S voudrait introduire a Otta- 
wa. Dans son bulletin du 2 novem- 
bre, le Better Business Bureau fait 
mention des demarches effectuees 
par Paul Desmarais, vice-president 
de N.F.C.U.S., en vue | d'pbtenir 
une reduction pour les etudiants 
dans re*- matfasins locaux. Le 



tern in leading Canadian cities, so 
that approximately 00,000 stud- 
ents might benefit." • 

"In conversation with Mr. Shef- 
field of (arleton College, this 
office was assured that to date the 
student council of the College 
knew nothing of this purchase 
card system. ,v 

"'It is quite apparent, that pref- 
erential, or special discounts, wii: 
continue to be a thorn-in-the-sidv 
of legitimate business and conse 



texte se lit comme suit 
d'Ottawa; publiciste, Leo-Paul I'. 

naers, d'Ottawa'; repr^sanlant au 

_» Ajk „ r , » _ . h.i circulating a "purchase c ard quently must always be a controv- 

dc Pax Romana. Roberl . ,. . *. IUit , „, __:_, ., : . , rt 

t, ,, Jiri*u m r. ... i '" r the sum of $1.00 to mini 

Boyle, d Ottawa. M. Benoit Sv! ■ . ,. . . 

. „ I ... . . ' !>ers. entitling them to preferenti- 

vain, de Rimouski, a ete re^lu tre . .. 

al _ discounts in certain itore I 

was recently suggested to the 

National Federation of Canadian 

Monsieur Plorcnt Forget, attiste : '« constitution I'niver.sity Students that a similar as each one is submerged another 

. • realiaateur de Radio-Canada, t La constitution actuelle do F.« , purchasing card system be inlro one pops up, or so it seem 

-r.geait ce comite. Le plan qu'il' C.C. ne repond pas aux desirs des duc«*d in Canada. M. Paul Des 



sorter. . i 

Les etudiants veulcnt amender 



ersial subject for th»- Better 
Businees Bureaux." 

"We have more or less .success- 
fully com batted several proposed 
discount schemes in the past but 



Un nouyeau president 

en medecine 
be 2 novembre dernjer. 
Monsieur Wilfrid Leblane/T. 
ete elu president de la Societe 
d'Esculap^; il rempiace Jean 
Pesmarais qui, maintenant 
interne a 1'hopital du Sacre- 
Coeur de Hull, ne peut plus 
satisfaire aux exigences de la~ 
constitution. Nos plus sin- 
c^res - felicitations au nou- 
veau president. Quant au de- 
missionnalre, il nous permet- 
tra de le remercier pdblique-. 
ment pour son magnifique 
travail. Nos lecteurs se rap- 
pelleront sans doute qu'avant 
d'etre president des etudiants 
en me4eei«e r -Jean Desmarais 
avail ete le president-fonda- 
teur de la Federation des etu- 
diants de I'Universite d'Ot 



tawa. 



* 






S'il faut en (roire le B.B.B. le 



Nouvelle retardee . . . 

Cercle franqais a la 
. (aculte de medecine 

Jeudi le 20 octobre se reunis- 
saient au secretariM de la faculte 

les 
M.rd.que la societe Radio-Canada d i ants universitaires et les diplo- Bureau on October 2oth to discuss _ forme cej^endanl (jue toutes les Pr«>fe«seur« Gaulin et Btton ainsi 
prenne lea dispositions necessaires m .s. Cat* formula ue pent sati< the possibilities of ' such ;i system mesuren ntn-essaires ont etc P rn,e i!j-?? que ques e u ants de langUe 
? pour venir en aide aux_ ppstes faire les deux elements qui com- operating in Ottawa. Desmarais poor mwttre le (arleton au-cou- ran^aiae < la facu^ta/- 

l*«^«l l'/iw ;.»....„„ . ..._: y. ave up to understand that local- i ant de ce nouveau systeme. D'ail- L assemblee avait pour but 

ly. sruaOtta attending .Ottawa leurs M. Sheffield affirme n'avoir • etabhssement d'une organisation 



otavt trace couvrait tout le do- 1 etudiants, <jui font partie de ce '»arai<. Vice-president, r^preaehi (arleton. n'a recu aucun rensei- ' * ™* . . . *T, 

Maine radiophonique. *.' ' ..movement. L.CL.C. &" qu'uu m^ Ontario „n the National Toun gnemenl nant ce projet. f* mtfdecme de 1 Umversite d i 

La F.C.U.C. jrecommande . d'a- j seul fhapitre groupant les etu- ell of the Federation, visited this Monsieur f» aU l Desmarais nous 'in- *?' K. P Dams, o.m.i, 



I'n versitv and ('arleton College" 



tions <|iii affluent dans mon pauvn- meres verront le buste de ces d.-i 
esprit et auxqueTles ce dern:»i ' niers l.rillei sur les pfoqes ptiW>' 
cherrhe a repondre avec toute j ques '•'. reconnai leu. 

I'influltfcnce *l(.n! il gsl capable. d.'-v ei. me-* pour la Sagu'e fran- 

\'raiment si c'est du pa t» ia tl i W »e-l calae.... Oh! Souhaitons (pie l.-.n 
i 'est la une revailution fanta>t : - progenitiire ait autant d*Sbnejra- 
que dans ce domaine. revolution tion. et la langue fra>i(,-ai-e iuTVl- 
egale a celle de la boinbe ar<.mi- via san*. doute . . . 
<pie dans le domaine scientifique. Mais si c'est la la marque d'une 1 



La Federation 
prepare pour 

vous un 



las "Fils de la Liberte" assembles 
a la place St .Jacques. Ces der- 
niei^i ripostent; iU n'ont que le 
tepips de m di.-perser avant que 
'e< trmipes anglaises n'intervien- 
nent. Apre cette esearmouche, 
Gosford empiisonne les chefs \des 
"Fils de la Liberte" et o'rdnnna 
leur dissolution. On les.trouvera 
plus tard sur les champs de ba- 
taille de Saint-Charles, de Saint- 
Denis et de Saint-Eustache. 
— ■— — Solange Roy, C.B. 



Kh oui. parce que je cpdyata que, 

pour nous Canadiens-Fi ancais, le 

|>ati lotisme eonsistait a possedcr 
I aen notre hin^ue francais. et 
ensuiti- a parler ties bien I'anirla.s 
D'ailleurs comme pour Ie Canadi-'o 
Anglais il consiste a -av<ai p.u 
faitement. sa lanmie ane l.t i -e. I'uis 
l'i»n m'avait toujours dit d'em[)loy 
SX des mot- francais loYsque .it 
voulais parlci .,u eerir<' en t an 
cais; a nioins evidemment que je 
ne me-titionne des titres ou des 
expressions <|ui ne peuvent se tra 
'lui.r sans fthnnget de saHa, .!«• 

mSme lorsque je' voii^is 
p«Het OT ecrire^ en an-bus. II m. 
<eml.lait que e'etait-. le meilb'iu 
moyen d'.-tre VeTitahl ejnen t cai . 
dien. Que voulez-ous ? C'est cette 
conception de patriotisme qu'on 
m'a enseigne dans les colleges de la 
province de Quebec . . . 

Mais j« vors, par certains mots 
que lVn rencontre dans des ar- 
ticles 7rancais, tels que "hike" 



grande culture qu'on se plait a 
afficher partout, ie serais decu 
d'avoir etudie tant d'annees! K,h 
oui! I'arce que je connais nnmli-x- 
tie gens qui n'ont ele (|u'a ! '■ 
primaire. al dont la'culture dans 
ce domaine est eirale ; , | a • 
Oh! Je dois faire erreur! C*eil 
gens ont peut-etre acquis cette cul- 
ture en -cotoyant les etudiants e; 
les etudiants du cours classique. 
Si OUi <piel influ. -nee hearer,^. I ;l 

claajse^ etudiante exerce-t.-elle mii 



n.onde ... ' 

C'est peut.-ctre la. ranil.itu.n 

de fawner une heritable hangue 
canadienne! Pas si mal. Les etu- 
diahts d'an iomd'hiii sont bien plus 
intelligents <)u'autrefois! Quel ini- 
tiative! Et ile quel patriotisme nos 
etudiants et nos etudiantes d'au- 
jourd'hui sont animes! Ah si les 
Laurier et les LaFontaine vivaient 
de nos jours, que d'adeptes ils au- 
raient. Mai*' ils n'y sont plus! 
Dieu-soit loue! ... 




radiophoniqueB de3 minorites. i posent F.C.C .(' a cause des aspi 

♦^•^^^••♦Wia Ton en vint a discuter des rations et besbins differents. et par 
functions de la radio: divertir, consequent ne peut apporter de 
rensei«ner et ehseigner. II res- ( rnaultats pieinement profitable.-. W©uM be involve<l and that the 
->rt des idees apportees que nous pour tous. .Les etudiants veulent ! Federation mm aiming at Intrh 
levrions exiger davahtage des deux chapitres: chapitre des etu- ' 
realisateurs et commanditaires. d ants, et chapitre des diplumes. 
Kxiger de meilleurs textes et de Os deux chapUfes >e reumraient 
neilleures emissions; *ert un mot -tcparement. etudieraient en re 
»n iue Radio-Canada accroislae son ^ard de leurs aspirations et be- 

nivea-u intellectuel. ioina respe-ctifs les problemes ap 



jamais fait un tel enonce. II y ;t\ 
certainement erreur grave de la 
part du Letter Business Bureau. 



Reunion publique de la 



federation ce soir 



En ce qui concerne la television, ! portes. et ersurre apporterUient 
a ete. miggere que les autorites leurs solutions a hi reuniori pie- 

voient a ce que tous les program- nieie. • - ■ . 

met soie'nt de bon gout et que l'on [ Ainsi les et,udian:>- rc,>ietvd. -om , lni ' '' 
jmmediatement a p rt- j la place qiu leur <-st due' 



"Football Hop" 
Le 12 novembre 



c«imm«ice 

parer les programmes culturels et . 

fd ucatif!-. —-—^ 



(omite des bibliotheques 

La discussion j^a en 



tabagisme 



bonne 
i»artie sur les moyens de rendre 
)«a bibliotheques paroissiales plus 



BALDE 
MEDECINE 

Le 25 novembre 
Chateau Laurier 



BANQUET DES 

PHILOSOPHES 

Lc 1 decembre 

Chateau Laurier 



\. 



Le cercle Anti-tabagiamu^ fpude 

|e let 'novembre H'j'jj , oar un 

gTOttpc il'etudiants dc lTniversite 

uttrayantee pour le public et de .d'Ottawa sous la direction con- ] e> ,, n/ ,. hcure- au plus. tardT 

les revitaliser en quelque sorie joinre ite MM. Andre Ferra^ne, 

aftn que leurs livres soient sou- &m& Martm et Gabriel Clement, 

ent mis en circulation chaque a pour but ultimo dc sauvetrarder 

annee.' On a aussi ■ insiste sur et de maintenir le portefeuille 

'impqrtance de creer <lans les hi- : universit.tire ainsi (pia' proteger 



> e vu. ii j aurjEi grande asaem an "yea. book" cette annee. En- 

blee generale a Is Salle Acad.- tierement sous les auspices de la 

l.;i (federation des Rtu Fc>«leratioM. |a publication d'un 

tie l'l'n!ver--tc d 'Ott aw a "year lu.ok" rep>oidrait :t or !-C- 
TTemrFa~efr~r ; ffe t s e? premieres a?^ soin qm ndaCB depu;s nornbr. 
liailn llllYltftai da L'tABea " esl. a ...d'anneis ii ITnivcsite. Le livn 
, (ftrr ,,,1, .nt invitt n el q " c-.m'pien.lrail quebpic 26€ pafret 

a K.d.rution eompte interes-»er ; environ dcu\ mtllea dollars d< 



ietudiant a Itti no ml. reuses ICI] pholuS la binette de pratiqu.mcn 
.•lU-s. La reunion common..' -us les etudiants df TCniversitt 

auit heures et se terminera vers passera*t en rav'uc nos facult.s c 

♦ coles. Ie orp.s" pTofessorai; — ler 

imissaots. Ita. organismes etu 

Deux points occuperont la pre- djants. enfin tout ce qui a trait i 

miere place «lans les deliberations. ) a v ie academique et extra-curri 

culaire de I*umv6fsita1re. C'est un 



in mm p ienne i — Irea, 
bs etudiants 






L'on sait que 'dej t 



'•Iiotheques paroissia^les-ruralesdes j la santc physique, intellectuelle et dopuis quelques. mois. certains a un te ] ^yre, bien relie et a la pre- 



!ayons specialises afin de donner, morale dc I'etudiant. 
(iix travailleurs de la terre, le 
,-out. et i,'attachement envers son 
ootier. De plus on srcggera la 
• reation de centres diocesains Bl 
* bibliotheques ambulantes pour 
uppleer a Tinsufflsance des. bi- 



— Imprimtrie B«aurpffar<l, Ottawa. 




ot.heques paroissiaies. fhtfin ils 

t donne leur appui au memoire 
i-resente par 1'Association cana- 
dienne des bibliotheques, en ce qui 
I trait a la formation d'une biblio- 
bi que nationale. . . . 

Les electtoiu) 

Ia'h elections tenues par la 
He-deration canadienne des univer- 

tes catholiques ont confirme 
dans leurs postea la plupart de 
membrafi de 1'executif de 1'asso- 



la Federation preparers des plans. 
I'o.fr assurer U- bon f.mctionnr ' .uuis.-ent des projets L'on dis 
ment de cet organisme et assurer <-'.»era a la Salle Academique de 



I'cntiere collaboration de .tous ses • I'-pportumte. de ces projets, Paul 

membres. un depot de $2/K) sera De«nBra4a fern mppert d. Cf uo 

per\'u comme ga^'e de t'olelite a sa a Vt6 fait a date. II est a espo* 

profni i. une perio.de* deter- rer <pi'une maison des etu*iia«4* 

m j n ,.,, • d'evrail faire ja -n I. .■tud : ants, 

Comme tons les autres cercles. 



les Anti-tabagistes ont aussi leur 
devise: 'Me suis plus fort que le 
tabac" . • M 

Tons ceujt-qui desirent devenir 
membres de ee cercle sont cordiale- 
ment invites a le faire le plus tot 
possible. Pour de plus amples 
s, veuillez vous a dresser a la 
direction de ee cercle. • 

Andre Ferragne 



Ii j a quelque temfs. 'Mark 



Mullin etait charge «le faire en 'ement. done au 



quote des possibiLtes de publiei 



projet de grande envergure, man 



sentation attrayante, sera .un 
venir que tous cheriront lorsqu .Is 
Seront gradues tout autant qu'a- 
lors qu'ils sent otuiljant^. 



FX-yoila les.sujets qui sero nt a 
discussion ce soir ii lassemblet 
generale de la Federation. C'est 
entendu, tous sont invjtes cordia 



qui viserait a parfaire la forma- 
tion tant medicale que paramedi 
cale des etudiants de Iangue fran 
caise: 

- Au cours de la discussion, pro- 
fesseurs^ et eleue-s contribuerent u 
delimiter le champ d'action du fu- 
tur or^anisme. II fut question de . 
contacts avec- le ' monde medical 
francais et canadien-fmncais, au 
moyen de conferences, de films et 
de services Jitteraires. Le profes; 
seur Kttori. anciennement de la 
faculte de Paris, a deja approche 
l'attache cultural de l'Ambassade 
fran^aiie, a ce sujet. -On envisa- 
ges egalement le grand avantage 
qu'il y aurait pour les eleves a 
presenter des^fravaux en francais 
sur .les questions medicales.- Enfin. 
on mentionna la possibility de 
puiser aux divers autres domaines 
|"du savoir humain, puisque le me 
decin doit viser a un humanisme 
integral. 

L'idee d'nne— tetle' organisation 
suscita rontHousiasme des eleves 
presents, qui se -porterent garants 
d'un interet egalement profond 
chez t<ius les etudiants canadiens- 
francajs. ^ 

» Les etudiants de Iangue fran- 
chise inities au francais et desi- 
reux de profiter des multiples 
avantages de roTganisation seront ' 
invites a le faire. 
Want de se 



. 



" 



revoir a huit' 



lieures, a la Salle Academique. 



■ 



Nom Carahins, mecontents d'avoir annule con tre St-I'at's, 
sanredi dprnier. se promettent de vaincre McGill le 12 novembre,. 
a I'Ovale. 

— TOUT LE MONDE Y VA! — 






separpr <jn proceda 
a la formation d'un comite 'prnvi-, ■ 
soire qui cotnprend: MM. Pierre 
Caulin de'^ cinquiemo annee, Fer- 
nand PoTrier >\f> nunt-' --> Jp"« 
P*ul Bugeaud de trolsierae, "Ri- 

•nard \ias--n or me et 

Jean Lamont de premiere annee. 
qui sont'-rcs»pectivement president. 
vice-president, secretaire et con- 

seillers. 






t .^ 



\ 






, ». 






ri 



: — i — -L^— — — '^ 



' 



"z. — tj_4 1_, ; 



' . - . 



S 



\ I 



f— ^ — — 






• 



— wSfS. 



* -1 ' 

■ ' -L 



i 






'v " -" 



— 



-. . ■ . .. ■ ■ 












«■'■ . " t • * , m 



\- 













■I 



•fr 



, A » u 



-y 



■ i i «> ■■ i ' 









\~ 



»u- 



■ -T- — II I III 



* '1 






»« ■ • 



*—• 



' 



: 






9 novembre 1949 

- 



LA ROTONDE 



Page :J 



- — 



> ebbs politiques 




e 



ean Tou-hette, 
f de cbcun e*t de 
relief le erreurs -*qui 
progressvement la 1% 



litiqueafin qu'ils ;iicni lu char 
se faire valoir tout en profitant de 
bonne heure de 1'expenence d 
certains de nos grands politicians; 



:Teclaire le ehemin quj car ce n'est certalnem6nt pa.s en 



s U limiere. (Tou- 
lieu d maudiie leg 
vous sea it plus pre ti- 
mer uncehandelle a fin 
r et de ous apereovoir 
de a v chnge nu'ine , s 
ne chanrez pas. 

lors «s prochaines 
>derales, quatre-vingt- 



demeurant dans "l'ignorance.-cras- 
se" de la chose publique, comme le 
sont un grand nombre d'etudiants. 
qu'ils se fongeront en vue de leur 
taehe future, , . 

Pourquoi' nous, interesaes aux 
affaires de notre pays, n'aurions- 
nous pas la chance comtne les 



autres de nous allier a un parti 
l cent les etudiants, j politique' de notre choix, qui 
it inscris a la Faculte j. reponde a notre ideal et a nos 
i-uront roit de vnte; aspirations? 

,bre, an moms; vmp- \ Vous > qui vous coiff ez du TtUee- 
cent deces etudiants ^ d efepseur de no§ ijbertes. ne 
Hit leu rarnere, de, faites p ^ en -^ qup To(| . 
lirectes pu indirectes : , e Reu , j en profiter 

rincipau parti* Polt»f~-iapW»ra est- -poiir-tons. . . alors 
dVdre mrement pojir 1 ^ y mit - p univwiit4 dM au _ 
i bien 'lueconomMme dian(s int - reHs . rt ftUX c , ub9 ^^ 

>>IHI; , . . tiques, pourquoi ne pus leg laisser 

ngumse iK.ole des ^ u , eu| . ^ uise? _ Il!j ont droit 

litiques >t sociale* de j; ]q gyjg eomtiie- voua et moi. . 

-v~«de* Un wand ; car w . e . m ^ ra p peIle hienie mot 

eunea, sar.entent v.,> ^^ eft d - finj ^^ up ..^ 

de diplonat* peu ex- ^ oir „ ^^gj ~ jj-^ ^ ^ . 

core toue neu**che*. ^ ■ ^ aUX ^ rejJset , ; .. 
alors qtiil serai t d une _ - 

le, IT cespolitici*-ns en Andre fiarant, 

joindiea Un "elub- no. - — . — ,» . . ,< — __; *^» y pg| 




I 



.Membre de la "Canadian University Press". 
>l ombre de la Corporation des Escholiers Griff onneurs 
A la* Direction-— 

DireCteur: Rosftire Beaule 
_• Directeur-adjoint: Jean Vincent 

Seci ciairo: Jacques Lalonde . 

A la Kedactioji— j j X 

lu<l;utcii] en chef: Jean Boivin^ ^ 
i:c.i.-a<ij.: A4idr.-c Cloutier rT ' 
• Secretaires: Iluguette Charette, Gilles Grenier . 

Redaeteuis: Jeanne Berthiaume (C.N.D.), Jean Touchette. JeAn 
Dery, Louis Desbiens, Jean- P. Gosselin, •Fernand 
Labelle, Reinc A. i.achaine, Paul- A. Meilleur, Ro- 
bert Morel, Solan-*' Roy (C.B.), Berthe Vaillan- 
court (K.I.), Yvon Bourbonnais, Thomas Deloi uw 






I ,,re d'une larjfeui de S pieds et 

ITClli ♦ ♦ ♦"* 'I'^ne lon^ueui <!«• .,o, ,'..HiU. r«mi- 

me un clocher, a une. hauteur de 

7."> pieds. Le so-mmet pointu touclie 

l»ies(|ue au faite-de la monta/ne. 

«• rmttftthqm* a e w tcllo j'Les racines des artire* qui ! it 

pUMUri jaune couvrent. se sont faites un Bhemifl 

l,- v mu, ewpruntw, . lr;iV( . IS le roc et pendent ^, 

\ :.• !••<■- on pt .w () ue 



e de !-;." 6) 



;i](»iii - -!- I'ai I'-en-*'^-!.^ } 
:tTr— T\c<> --lirioen.iiH.- l 



le videi Les couleurs sont iei en- 
Eria varices* !.<• Mane et le 



,„, . liAl .,,, '"-"o. y recnent. Par- un etrpit 

k .mwo4 *n*i s'ailienl I«a84« d'unpied de larjceur. nous 

ft'ia et an Jioii-. A penetrons dans \ la "Cathedrale" 

rtrottST'lw < "mU-im- propremen^ dite. Plu-ieurs (it: 

eujieuses noti- ii appent ericoi e 

•n.einei,: «!,• Cfl -Nous | etna i <pi..n I plus pi,-. 

•' " "" !m ;M " rnent une t£tt de ne^re aux cfafe' 

' """• v,,,x crepu* el une pellte tet, 
lioiy magninnn^nt ^Iptee 

aux: cleu-. I.ei.. I 

a cu !i»i- I'lu- ieur« I* retour vers la »orti'a dl 

<• coU.i-v, cepri ■ caverne, t'effectue par un pa 

■ h ' I'-'i mi < |m fait face a !a "CathWrali " 

'■ ' ' !>'■" I'm- derniv-re petite .chambre n-W. 



.Spoil . (,il'Ie ; . Iluiteau. Coy HuiIuI.kh, Jean Dwitm, Guy 

JLZ" 



Au Service des Nouvelles: 
Chef de~la noUVfill; 






Lc Moi etudiant devant Tavenir 



■ 



__ 



. . . 



Le probleme de la 
bonne entente 

1 ' lui en qui reposent toutes nos 
iestin6esj a perrriis que notre 
'se di.stin^ua par PheterffjareTierte d« 

pi population. 

hire <iue ce fait d'fcetei 
est un nialijeur poo.r l'un 
I'autre des deu\ | rait faj:a 

prenve d'un manque de jugemenl 

.leploi -able; *nia:s faire en sorte 
■pie mm> i')r<ifition- de eel t'lat de 

eta -■!■ e •■'. ;■- in. hi ,i\i. faire preuve 
,1 : in jiii" l d'an dl.»veiiH'- 

ment dTgne d'un ^CanadleW de 

bonne vol on U'. 



\l;.iCn — — 

N..iivell.-t.'. : Gua.'. Morrissette. Vincent, Jeannine^Li 



nature! que la mi.-e 

en pontart sttbite de - deu-x un-.- 

Madeleine lilfci eiife> i Hanfpar ieurs moeurs 



par leur lantrue.. a 



Vuqu- 



iir nprt' milieu. _^ 

bien malheureu- 






(C.Bj, Gilberte Bertbiaunie (K.I.). 
Mantha (C.N. D.). Jean ( fite" fi I P I I .. eontet . 'i u ' 
. "' ~And.- Cheaieri ddette JPari ien, Jacqueline Blais, 5*™** ,n,i "' 'T' 

en pa»-e P i .lueheUa ' - ., 

mt financier: I>enis Boyle 
Circubitiiin: J.-C. Sirois. _ , 

elller-: -- H. P. A. Tremblry. o.m.i.. K. P. 1-5. Jul ien, 
\DKKSSi:: I7:f. rue Waller. OUaua 



Que text a 1'homme de' s'arj 
touie sa vie si au declin d< 
earriei'e en ce monde. un seuT i. 
ifard retrospectif suffiaait a lu 
aioi.tier dans> toute sa nudiie, 
l'atl'reust? variU qu'il n"a pa's 

action du bien gfifioox- 
pli e t la* jort' retributive de Pamlt'u 
•t <le I'appni otfert, sans arriere- 
m tiM-e, a ceux qu'il appelh 
freres. 

t^ue sett a l'etudiant de m 

ir le succi 

-'.I 'i.'appni ie pas sa .contributin i 
si humble >oit-elle. a la pTOgTti 
liofl iinmiHiiate ile son milieu ,et 
-de fvon pays.- 



L'a|tj)at du prestij; •, 
'TauueaJ" de oes differentes sphe- 
res professionnelles semble le iv- 
mede a la crainte du futur que 
certains psychologues mode, 
veulent attribuer ii notre jeune- ia, 
Mais oil va le bonheur du t>:en 
^accompli *ponr iui-meme? Coni- 
bien "y .a-t-il de ^ens de bureaux .1 
de comptables qni n'app ortoin 
(pi'un interet bmite a leur fon - 
tion sociale. PouKpioi cette trcp/ 
imposante partie de notre civili- 
sation a/pente-t-elle les sep: 
de la vie sans nulle joie api*a 
rente? Kile a sacrifie son bonheui 
au veaiu d'or et a la hlgatfltln el 
elle^'ose [ft r«nie<- de ]»eur de 



aliants de notre tint 



infer les fondations de la .phi- 
I'n _hief irw.nl a tra\. iu.^phie qui l'a inspire. 



cr au ja. int 
la vie. 



\/ *¥#&£■- re vHerait (] 

fappelai .- deja la centrallsat'.o: 

toi «>o l'm-i»rftibanee ii \p,,< pounpjoi deptorei ee i'e- 



-• 



-.. n 



TITP I 

i . •'« « nature 

i> retrouve tou! na-- 



le am \ ..reiiament cbe/. IVtud.an. qui en 

• • ,,„ -. premii res »envoleea ? « •■ 




Am nvoi postal d 

Pes- ideea expr imee* dans res paj:er> ne sont pax necesitairement, 

•-.lie- de I'l ni'vei -lie .mi de la I 'ederation des etudiants ^ 



ifis 



races et que nous ne fa- . .. . , .. , 

, ■• .' . 11 extste «fam* none -aei. (- 
eonn.ons. pour U- < anada r une- per- .. ... 

N en est un; 

deux fendan. . d edu 

II ne »!affR P4M 'a veulent c.eiler et 



igii out illu.-sU'e k- paj:c 



■ pu- le bien de pour >r 

fei-mer en un mot intransi^ea'ii'' 

le champ 'Taction futur. "A nmi [a 

■ ..^*te. ffue m'imp.. 
'•''-'«' de • ttlellts :i,-s ' ftivorabl. ,, , 1'hnmmr. 



qu'il faUt blame 

ti'on de d< 



J.'adjia- .| i. I'liMmme •'.• ,,.; 



histoire. n.o, ;du< de reve.iier ie- ap^poi-w. r..qn uxs^nmn i.ui. ue ^^ mat u.re - sociale mais l'indiv:- 

' ! "• l " , ! ' .iualiie 0«4 fantonyme 9* Ten: 



\/CnC IC l^"Nl l\/CI C C /" I ^* •manque iPintere] que • notre 

VtKb UiNt INvJUVtLLt r.L-U.v-. 

I ,],. , , ,(;; a cuttUl I ale. 






et ile !a' comprehension mutuelle. 
•f^e besoin de s'imposer datt- 
moride. de faire son num, if*< 



La fleniicrr ass«-nil>lp.' .1.- l;i»P. inatiuil eanadirmlr , .. : ^isolation 

I'nivcrsitaircs eat huliqucs. n'a fait qufi ,;; >' '' ft*li s ""' : lu * J |**j ' ''' i,M " s K ' ,yin ' '' '' 

u,: ~ "» N ""' , n cet'te pai 



'< de 



,;i " l; B'^<H'« est B IS VOgUe; he;lr ,, UI ] u i , ( -Ver,a.t. et .,,!' 



i-i-t (k-])uis loiijrtuwps. I'ii orpramsme 

.liplnnics it »-tii<lianls Re pent s;tt isl'aiiv aux rxiirftnCs (le j tatei . ..., lp f ,7 n 

tons. La Federation dea Ktudiant.s do l'l'niv i-rsit^ -a .In rt€ ,.-| 

1*1 



y 



■ 



I d'.-uty: 



ux prime da,iremont scs Wees suf 1«- s'ujel; 

V tout, n.on.ni, . ■ v;.:i:r de |. :r tin de rhomme. e'esr b.eu. Le 

Host Evident (III*' la^rnrt'Sflltalinii etudiant.' a la F.C.I ,n -t- ; f _ 1( . n|t) ._ ^ M ,. l , ni() i a : M ., lt ,,,,, pi , MM e de 1'homme; e'est I'mimo. 

^ ""* " " '• — -^ ■- H I WlVP ' frnytVe il C&LmSL.. . .... ...- ...u.:*i n_ ... , • 



bjen 






iiiooiie an plafond, un jjcmpe df 



-mrF 



de unit. Se- i 
-,„■ ,,., pi -,ne_n.l : ,en n.be .V !, :t! : on £ 

m 91 aft e i ■ un « "'''•''^ ' '•••""' 

uche Mtentrt ' ' : ' ' ' ' ' '" " : 

' d« I'.lil lible et .),> B 

qui brill.-. oj>l 
cpiai I d|te 

' •■ de la CaArri: 

I. all. Tile. ;,v. ■• aftj v. ( !le- I ., 

turelles qui run entbou- 

HUNil 



el If 
Ll'eile tint d 
p 

! (fi :itnl :n 1 It "|i 

emem 

■ 
. dan un nil onnof? 

ilo.ia t.-! .iu P. txl — 

\' ehaipi. p. i . d. • 
. 
• 'ill Ills. It'an- 

nl :'i 
\ ■''.! I mii nan: 
.UVlofW 

ond 
(L p eda do 




pt )y.o r{r * 
■ .n'est pas adiHpiatc. qu'clk- mt pent contfoJer el a peine ml 

«iu-«»r Irs dt'cisions «.|iii y sont prises.^ Kt imiirtaiit la FC I i tabic; flef tnrovli 

dinrnTTTOs. 




pi^tfliilif! p.»-.t f ,i.e,. tabu-. Mais la vie, ce fragment .1. 
IV-tei mte. ne 'devry it-elle pas la - 
ser apre- >on depart *, queli 

trop b'ref? di< 
:omme nous 

mbre? Laisson-< 

peu de notre immortalite a nos 

; nieicenaue au.our- sembIables . que^s oeuvres, que 

stituc et dhu!; ' ,,u,n ' l " M ,n ' l,Ul * m nos realisationlr^prosperent et 
notrt ' " l1 "' 1 '^ «fc l« mecanfsation el f,-uctitient. que le monde soit meil- 
leur mi du moin* plus interessanl 
nous, a cause de nos 
oeuvr,es sociales et politiques, de 



i 'e-t pourquoi re jal \>\ 
r ia i.fifilie entente rona 



Nous connaisaons les efforts (jui sont tentes par lelT 

., ,. .. ii. - .-.■ l if eonstituefa t.>ai"iri p.»ui 

membres diplomes de. 1 executif pour trouver Ia s.dnt.on au ^ n ^^.^ capUal , 

probleme. Cependant je crois que lc seul remedy a v appot^, dvvo ns-aborder de Race. K; , lIt .,, ,,,«„„., axclueivement 

tor aerait la reproduction du systeme de Pax Roman* iei ,,.,,, , mcmU qui ne pardonne. pj 

meme au Canada: un chapitre national des tateU«£u«4a di- j 1 "'"" 1 ' 1 "' 11 ";^ ZlT"^ * "^ " U1 *™m» •* -P* « ?„*, ,Itleralres et intelkl 

plfimds, et un chapitre national etudiant. 11 ne *%g*i pas J^2; ^il'^no-re" .'■»„. - ', r * n4 * fH ,,:,s rinit ^ tivc P^son- 



, quel nou.- pel don- notre temps .. 

ici de safTranchir de la tutelle de nos aines. mats bien plufol nmis . lltal , ltM , p. ,i,a, meme qu'il • ****' u ' m ' lwu ^ £ * ni a **$* :> 

. . ,,. ,. *u i- a., i." „.i , i pci •.onne humaine au rang d unite 

de.se trouver une vote. L etudiant cathohque a finalement eat l*oa des plus ImporUmn de ; i , lim>1U)lK . ., la d.^iflj e n sSe 

compris que la F.O.U.C se. compose de lot? runivemtaire, lheu.e ..,. ii ne -,t, a .un JW |e k ' ma ; c u amiise Que 

et non seulement d'un organisme. d'um- chart e. Et lorsqu'il ^- VCI i ' 1 " - i, - n " '" **"*?% di.ble, nous ,n- somme?-"ivas-que 



nomiqt 



tea et pol 



itique- 



s'apprete a donner sffn apport, alors qa'fls eherehe un point j; 1 ' |V 



de- num. 



^'entente, la F.CU.O. lui oftre la solution, mais pas tout** 



ii, ,N- ne pouv»ms fonder au seln 






i -.a! inn de L2 h L5 

»-*l*orhe i i ml ^^ 

illeL:de hois, on la , 



e ha.-'. I 11(1 dell\ 

n son < »ti i < 1 
Potrti 
t dev? did) 



'Cathedale* 



I'our uis articles de toilette 
la 

Pharmacic Brule 

V- (leu v pas de 



II M\ I K'SITF 




de la (rand*! ChatBse 
»u.s c niMg ea 

d';M' \ ■ 
iui .nnusci.udn nM ' 'warier E. 



. ,<VMe rrande chaai j 



V 



LAURIER 
TEA ROOM 

U! I : U\1S 






<Hta«a 




alors que la plupurl 'Tes pay.- 

Cette annee,la F.CV.C. instainv un projel qui demit j ^°^ ^*tL^?Tto 
.*.. . XT 7. ,. . .. sedoulei amentablement. le I a- 

rcncontrtT une approbation unanime. Nos etudiants ratho- . na |;i |)ren . ut la c hane« qui lui 

liques ne peuvent en ce moment participer en bloc an ronjrres ' ( . ta ., ( , t v,. lt( . ,i, fallfef am place 

internationauk que st>us les auspices d 'organi a me a neut r ea en v I ai de parmi h» "plus PEffrneH 

ou soi disant ndutres. Or pour rafTTfemiion. ( \st crdrnrilire da ftiemrln-. 



■»■ i ~ — 



j>our Pete qui s'en vient. la L ( ' L'.(\ enverra plusieurs etu 

s'acbemineront de* university 



v.ulon- continuer 
Ijfriraper recbrlle ^cbnom 



I. a i>aii df reaponsabilite ne 
retuinl.ejait-elle j»as partiellemenf 
sur l'etudiant lui-meme qui ^e 
soumei de bot^ ere. ou du moms 
saiu resistance notable a cet e'at 
(1. chose anprm al ? ^e point de 
vue n'est il pas trop st< 
n'est- il pas urn- poussee vn 

•.- -uiiale Kam I0UC1 chari- 
table de la soeiete qoe 'JOB BflflfM 
a dominei 7 



diantfl a Petranger. Us b acn«aimiei^n* u« u.i.u-,,,,- ^ ..„,„„; ■ el 

d'Ottawa. Montreal et Laval vers rKuu)|.r et part icipenml . i!( , |u mon ^ Jj „„„. ne vpu- 
au grand dongr^a mondial fle Pax Rortana, <pii se tiendra 

Cette .'mure a Amsterdam. De la nos repjv-ontants trri.nt le 
pel, a Rome, jmur Pannee sainte. Prpjet mSgliifiqUC 

.•t divnio tPun oV^anisme !<•! £fU€> la PC . U . C . 



i .. 



: p-rinioJei au de 
,,,, ,i tioaa favtf c&Q^neitc%i 
,,,,, perer dans notwi pjays I'uniW 
\a pin- parfaite: (W w avens be- 



•/ 









,1,. toute ■'■<■- i" Mi 

undj binaiH.- een.u.mi- 

livie actuelie"mi nt. 



La Fe.loralinn des Ktudiants dr ri'nivcrsilr d'Ottawa 

votall derffieremenl s.m, all'iliation orTiciette a la F.'M'.l 




vum»ii AiniiivM .... ..o pvn.t «- ■• ■.,."•-•- ■- : oudre, nom- 

(V qui rrvient a dm~ que tons nos Hud.;u,ts sont mamtrnani -j^ (1 ,, u 

ruondn-HS de la 1'Vdrratmn Canad.Mnp. d.-s 1 n.versitai.vs - ^ JT ^ 

Cathbliques, Nous n'avons.que peu «l«' mmm,n<anvs a. '■ ; . ., .'importance'. 



Xon',1,,, rqnl les prbWeTBto 



oaiH ce gesie, nous i^ayuiia a, i»mi< f .«.v« -i ••- ..-.. 
la nevessite de nous unir pour creer et anudiorcr. 

Jean Vin«< nt 



Je ne veux pas pivche. le pes- 
,,. \u eontraire. je v..i ? 
Paventr avec beaucoupr^e eonfian- 



"Que je m'exteriorise, quo 
donne un peu de moi-meme, un 
peu de cette ambition que j'ai a 20 
ans, que je laisse quelque chose de 
durable, que je transmettre ma se 
curite, que mon pTesti^e deteigne 
sur ceux que j'aime et j'aurai me 
rite un peu I'immortalite qn, 
Wechoit. Voila ce qu'il nous faut 
dire loj-sque t^ur les bancs d'ecole. 
parce que nous n'en aurons pent 
etre pas Te'couragre' plus tard 



Voila des choses qu'il ne tan: 
pa* negliger lorsque nous d 
tons securite et prestige social. 



I! 



l oraqu e nous iey<ms d'avenir, 
QUel e«1 au !e le but faUt M "^dtr.M-r et maitriser . le 

■ le.ant de Teeolie, univei-.' -„nde de peuv dVtre maitnse „.,• 

Fane de Tanrent! Combiafci , \ [ *»"•*>•*•<>" * Pa> le^monde_ 

"iau- - I.M.L. 



;i-.l< iij a uv a ia medceins. do nun 

re, mats il e-t un fan que nous, pj 
pa • niei . i-VRt que s: 






la bonne entaat« il eat imp.. 

p.)tit les < atiatbet.- de i'"iii 
etr .eaeenseiit |'"IH' \* I>leine 
sata.ii dC 

: •entente pous ne pourrons 

jama:- rattier le- !.a!:i':ile- iquTI 
nous-f rmH r n e ng ay rr avei lei BUtres 



COmpMt «'t d'attendre d'elles le* 
resultaLs qu*ell^s"?ern?ent en me 



sure de ROUS d'Uinei . Et eelte. 

'entente' nous l*o1>tiendfon<i lorsqii"" 
1'element frahcaifl et 1'eh-menr 
.a n glais seroht disposes a '.'■<•: 
Vonce mi, ;,,-,•( ssaircs. 

. Ii'iiij autre I •.:. •, m , pi.n- 

vfui- solider a la baee I. 
rolatiot'^- qui existent iie;;i rntrr- 
i. deux raoes ethni«pies <lu p 

ivons tout lieu d'esji. ) l 
un Ca na da Ii "C puissaut qui 
,2adiera par son unite une place 
enviable parmi toutes les autre- 
nations du monde. 

JT. .lacipies I/alonde 






- 



o 



m 







- 



■■■■ II 



t I 1< 



'X' 







*1- -» Tl 



Page 4 




* 



LA ft 




musical 






HU 



OT 

— V 



D E 9 novembr* 1S49 

- ■ ■i nn M il HI ■! M»«W«M«W»WWW««B»«)^W«B«HIWI««WWM»<W«^»^|^ » ll ni • 

kNSME INTEGRAL % 



K 



Apres avoir parrot 
dea Humanites, I'etudi 

iLlfZZZ" 1 '* °* ^ Cett * de " i * me "3*1 d8 P«"- doit .'arrtUr, j«U* 

S^ fl-Wuf ^^r^r^N^ ." ed «- - «*"" primitive^ 8Ur leg , nn ^ 2o3 
eel* q e Itur irat a profusion ■ lorsqu apparaisaent tour a tour j mieu^^u^lui ne peufap 
la radio.* cnma e* las diaquea I Verdi. Auber. Rossini, Puccini, et'^^ le _ avanUires * 
Moms encore en connalt^m fau- ] nombre d'.utre. compositeur. ^\^ y ^M^ L uTZ 

mer-.te. j yinc<m vzn : .en%a 

En 1831. Chopin arrive a Paris. I guivijJ 



d'etape notre, il nous est sans doute per- 

rji.1. .;..!■ de recoctnaitre certain*-* -It:;! 



, aux exigences 

j Jodie ra Me* 1* 



teur. 

Demandez a .ceTm qui 



^ — ^„„ ^j, 1001, ixnuptn »rr:we a rans. 

une senate ou une symphonie du ] i/on acelame ce nouveau prodifre. 



ou bien pi] 
des cours q( 



L'etudiant qui pen.se doit 



CeKbre compositeur allernand. „ brillant virtuose de l'ecole ro- ; ( 

Ludw* van Beethoven, ce qu'U. „«■*,„.. Apres Iui. Richard r £*ZZ "" T 

aart. ,cr ce, persona***. *Brr AVa*ner v.endra donner , cette f^T?. 8Ur 8a posit,on 

Oven'" vous renondra-t il n*ti»T" - - j i face de 1 humamsme, qui est ca 

w* n . »ous reponora-i-u peut- penode du romantiame musical .>,- . , , , 

etre.. P. t 0W» ou e,t-ce que j'ai ' «,„ apo ^ e en valeur et en gloire. ***£ ^ de *«?"• de * ar 
MKffltrJ ce tyK-^Ah oui. je'Tous Ie s auteur* -allemands- qui d " nre . et da 5 ir -. ^ cour8 '' 
.*ne . n,v ffl , ,«,^ pas lui qui a . saJTroBt Warner sermrt impre- J ' , 1 ° t nt • t f n . donn 5 s - ° nt ^ 

developpe-r tout I'homme 
de en | uj , 

au 



ciance*. dont tout* oewvrt nu- 
; main* tst le partag*. 

Ive system* actual d'atfucatiun a 

! acuJU do* Art* doone a I'etu-.- -- 

•-• diam une trop gra)ifti hbert, dans triCra '^ ^ 
:■■<• * rit-h matiere*. en moms ( ynir,! « 1 '•' - 
te»npa qu'fl lui permat une u p 
jrrande s;p^c;aU6ation aiom qu'.l 
nest pas > .ffisfimineipt prepai. .. 
- . fjWfcVo r l.'uhe d'aidteur." de 



trop aouven* pre 
k ts pexaoaneis 
L* chois de 1'etudiaat plua aw 
resae au B.A. qu'a la eompeuacr 

tra aux matitre* t actios pJut 
qu'a CK-ll'-t d'auuat fim Xc-rir . 
dilfi* lea 
*tudl»nt« opter. 
pour tei ou i*J s-jjet, aaaa mm 
■■■■: vi'-'uter de c« dun I [] s*ac ». " j 
n'ont fanau«t«r j« •-• ri»;c :'« ■.. 
rh'i.n »u< pai i .jj if, .-. v .•; ■ 



.9 »ov«rmbr« 19-49 

IIEPONSE A m: 

ious n'aimons, 
(t ftudiant 



A ROTONDE 




Page 



* 



ft 



II.. 



AU RUGBY 

w 



; .1 

- i 



II ne faut jamais oubtier I' University 



■H 



>a*va du«)Vi< v*cu 

• * -■ C a .; fi> i - 

'fMMraU |»oi 



d'Ott 



awa/' Fitzgerald 



I^ rugty se pratique a 11J*W*-J Quilky. it premier ^porter T« nonj 
nite depuia 1876. Fiuirerald, /:«->-.' "flying *yi/f" *» J.- Alex Cas- 
meux redacteur aponif du Teie-j <.on™jpy, \t cjIossc, qui donatit 

■in) apj*ji aw\ o.iil. -::f:-^, wanl <i*' 
^lyH op raphe <lt: roputat^on 



pend de 1'autre. 

fti rh, '. A- 



\ 



inv ••■ewes- de rcchauds? ^^s .^p'w^ m aent:r 

fin. rest- queKrUe^Woie qui se romantiMne latent. p 



prop re 



rapporte au .. poelv. comrae 1-indi- peuple jrermanique. 

que son wiaiifi-famiJIt* - . ' , ,.,<- •• s;s 

Tv , ,,,. , • L ecoie RLSfch. nee au -.\1-Xe 

Da.uir.ea, 



culture? 

,'San- \ 



qui esl 

I 



fhii-r.* ;. 

<i.- . :.r 



>{t. 



• au "irrand 



ir". Hi ' VfAiloir i^norer 
"utement. eonntR de 

ui. vo?s <de£fer«n? -'-vamin*ni , , * ,. t. me d'edu-f 

! ^T-S-- k^ • 

■ l v m ... . x, Hufciw stc m. -et Ra c k m.-rrr^ — — « / ■ ■ 

skj i » r.: . -- ■ ■• .-.e en ~^~ ,. . - ( - . 

•» ,. ....... noff. C'ettP leooe- «f<ll<> <>n^r:i #/■ \ r^ — . ■ 



^ <ett€ jeune-.e.. //■ J) | 

-3 l\Ot"orT4ri^ 






Me]' ..tura. ef 

>tc % une re i du style. 

...J '* ■* 

en miique. Ur - iJC ^- 

apfMjrtant touc- a 1'art interna 



ce~ que 
.-an* car.naisienrs 
Mas ]a musique a une hiitorre. 
uw belie hiatoire, dont le 5 cha- ' 
pitres ecrits en lettres d'or. de- 



HoUvea . 



dune e x pre ssion >ai.*;-sante. Gou- 
meurent a jamais pour ia ^lojre ^ ^- -^ ! - \ , Sa^t-S. 
.le re* ironies que ie mond- net ' Go ^^ Debussy. Rav,!. 

' Faure Openljach. t-t combien d'au- 





• 



me 

'if 



.N«.»u> tecum* bi^» ingrata <le n't 




iit 



a 



■ 



remerciemtnt.s a Iendroit du iouTrTat- 
Krami^uotidien frangais d'Ottawa, qg 
vigilant et le gardien de.sinte^esse de 
' en somiries des plus touches. 

En effet. lors de la partition du V 
i.-Autres pays d'Europ,- Matnc". il daignait faire a La Rotonde 

periode et les musiciens qui l*bnt ts Pa*ne et la Beljfique eurent st-il dont peut dependre sa survivancc 

marairf* ^«» irands maitre.. surtout ave.- Nous citons : 'X'enthousiasme qui < 

."at t , ^^ ^ ank , chacune des quatre .pages du premier nu 

1- Anfrleteere. la Suisse ?a TrhL mnntro /n,',! f~..A— . . i_ *1- i . 



presque toujour, meconnus de leur ' ;- 3ure u ^ enr » cn - Jj combien 

-—- — '— " ■ . vJS . .- tres musiciens de ulent ont mai- 

vivant. '.--» .' a. , , 

_ ' que cette epoque moderne de ' . 

Comme. toute oeoivre humame. musrque-francaue. 

la m musique flit sujexle a l'evolu r ,^ 

tion, bonne ou mauvaise selon.la 

periode e 

marquee*. 



jyato n,-! ur) "mwH tb 

.»■ Droit", le ['in; 

fait U* defeuMuii 

Ire !'^ t j-na' N->,- 

Itirne '. M, : . | <j< 
i .'noru' d*uiV -.<•' 



V.- iit, '.:r, 

priiH'-pau: 
furl m>di 



• ' 



Musique primitive 

VieiHie comme lliumanite, la 
musique est un don inne- chex 
Ilwimne, qui chanta peut-etre 
avant merne de parler! De bonne 
heure. il invents les instruments. 
Les premiers chants s'effectuaient 
■ & I'uriisson ou a-Hoctave. 

~T- — ^ >♦-- ' • / '. 



cosiovani^r' « Se ' !! T D ch ^ Jn ° nt f e qu,il faudra <* ue ,es redacteurs 1 
ma^ 2t t t'? *™ * ^, u aoient vi ^ fe "ts s'ils n e veulent la voir J 
mane et la Polojrne. (apres Cho- .son jeune competiteur" 

dial' 1 ! < rodui5iTent d ". ««-«•»*■ Colkborateurs. redacteure; directeur. i 

don, le. oeuvres. pour etre moi«f Rotonde" se joignent ,x>ur remercier -Le Dm 
connue^. n en sont pas moins par^tendu la planche de salut. qui. nous^n si 
fo^de reels cheis-dWr,. # sauvera du naufrage . 



.manifest*- ■*•»«;•? 
de "Matri \ 

"lit Rotond 
r viet-ime dt* 



■•I'lnnei 

vsptit 

.■qiNe. 



et 



-»»*«, 



■ v*u.»li 
itteompe 

trop evident 
^ Quar.f > It* phiiua^n • *,* 

metirde-'"!... ' !! " !Mf ' "?-« "-- ^-^ •• 
■1efe«raWi!r f -"' i -^- av«- ^ .„ _ (I ^, 



-> 



EcoJe impres-*»onni«-t»' 
Amerique 

L'n des evenements 



£4 
ca* racier is - 



Rena'issaace 

La polyphonie (ou chant en'^lu- 
sjeurs paitisa) ne date que du JXr ~^^-*-jJ* ^^liatoire contamporaine 
eiecle apres Jesus -Christ. De cette 



de 






methode nouveMe et harmonieuse 
du chant, nait. au debut du XVlIe 
siecle. TopeTa, que nous devons aux 
Italiens. II connut des lors one 
si jrrande vo^ue quil s'imposa dans 
l'Europe toute entiere. 
• • • 

Ecole classique 

Tandis que I'opera brillaii en 
France d'un vif eclat, surtout avec 
Lulli et Rameau, la musique pure- 
ment in strum errtaJe et la musique 
reli-rieuse prenaient en Ailema-rne 



a ete diffusion universe) le 
formule du jazz. 

Le jazz nous a apporte; aii point 
de vue de recrlture syncopee, de 
1'utilisation du dynamisme ryth- 
mique et de 1'orchestration riche 
en SnstrumentR a vent et en per- 
cussion, des revelations extreme- 
menr interessantes. Le composi- 
teur qui en est le plus represen- ;| 
tatif est Georges Gershwin, auteur 
de la fameuse •'Rhapsody in Blue". 

'e rap:de tableau <le TevolutTon 



rr 




faudie et 
jeunes filles 



un * developpoment considerable, j musicale a t ravens les ajres nouVa 
Le* compositeurs succedent aux conduits, au troublant carrefour de 
compositeurs, les jrenies aux gi- 1 tendance?, de jrouts et d'idees 



nies. Bach, Raendel, Gluck. Haydn, 
Mozart, voila autant de «eants de 



ou 



se trpuve la,. 7nusique , d'aujour- 
d'hui. L'orientatibn de hos pieces 



ta p en see musicale qui formerent m<KJernes e«t assurement, dan* ^oh 

ensemble la grandeur, lamagni- enaalnbte, un peu deconcertantc 

fique du XVIIIe ?iecle musical. pour les auditeurs. 

* * • Bt real ainsj que la hvujque. 

Ecole romantique depuis »e?« premiers temp? de la 

I— Principales ocotos . . e- a traverse les" ages, se- 

apogee. mant paTtoul la paix. la jaie <lan> ' 
A I'aurore du romanti*me n La musique. cet art 



cal.en AIJ.EMAGNE. tr<--. ,rrand* ' *' &**£* '>' ar les *°™' F« "^oux 

» parler '"- ttngmff, la musique k 
une hiatoire; une belle histoire.' \e- 



nonw a rati: eoihoven. We- 

ber, Sehuberi, pTohhlers d'une 



main muet du passe glorieux ^d 



riouvelie forme Drasieal^ our en- 
traina par la suite Mendelsshon C ** J^^es que le mohd#* a trjop 
Schuniann. Llat, AVajrr.er. ,' ** l ' 

L opera reprend soudainesneht. 



[■'■' 



Les jeunes filles sont i'image precieuse 
mere lorsqu'elle a^Pa it not re age-' 

Petites ou grandes, blondes ou brunes, el led 
claires nettes et saines, et Dieu lui-meme doit ft 
torsqu II les voit passer 

Plus tard seulement quand tu sera 
decouvnras ^parmi dies, ta femme de demain. 

Aujour^hui, considere-les tout simplement r 
me de tranches compagnes, 

Une education .Xausse nous a trop souvent apprr 
a ne -voir dans la femme qu'une occasion de peeheraj 
lieu d y deceler une source de richesses. 

Mais soeunv cousines. amies, les jeunes filles ~37iL 
les compagnes de notre vie. puisque dans notre bontli 
Chretien, nous vivons, cote a cote, sur le meme palierf 
Sans doute la camaraderie entre garcons et filled 
est^chose infiniment delicate qu'il faut menef a 
prudence et regler chacun pour soi a sa propn- nusurr> 

Mais e'est un manque a gagner certain que dV 
negliger ce tfOll dje Dieu que sent les*vraie> eunes 
fill* - - / 

| ■.:• &nt une vertu de purete donf le nivoiiH«m«'nt 
nous est saltrtaire, a nous qui devons LatailN-r sflnK 
««•><♦• |M»ur mamlenir en nous cette meme pur- 

Si elles savent se tenir a leur place — 'et C est 
.deUea qu«- defend en I.-ur presence la t. nu. ,•-• 

c^jis— leur mtluenee pe.jt etre p rof o nd e , 

." <>ii\ de Lariyavid!. 



>OF»» 



Vont aliouec 

""" nf<'i "It}* 4 *, x^rt-.ut 4- ,.-s 
compare a m$ifi- q U '*m .. ;:. r ,- 
' etudkaht. de Itfnifcfctrt W ■• 
•emhle q« vi-i.- de^Tuit rtrf I 

;v;\,:\[ .;<. ■<, r , ,,,,,, .. _^ n ^ r .^ ^ 

dttttt* aviv ,.•<•;:, clifr*-rr»u*e ft' 

pqurrajj etre tnsvijenee *a n .^ 

-rufues respactivifti .Jo, A ,;. Vm 

tftn qjuatqorx r ,.,.... f , r ^.^ r 

. aW .-(, rA4uiae4 I h v»rt« ■' 

, forum recem mt .Y<1,x.--..n %. 

-■)-< << ,. 4UAPNM I •■ "La JV-t-^TX 
''.-,.- NVlifli ,-r'J ,,,.'!,-• , M^« 






I ■ 
Iftllfll 




re*i^r 



W* NOl n*H*4 






fd T,.., 






d,'u«ur] 



m*i :-nte ctl\ -.' • i\ !■ 

■■■■■, ■ .-:.:'.: W' !<l | 

i (■:,.'•. <'ni,", ! 
I ■ ■<■■ lo'li al.^JJt'S'.'. 

• : ytinjrjie Miult; 1 !-: 
u nb- ■•■ : i}e ;*',:ior' h I 



■ 
■1 






h .ft.- -il. 



rf^*%J 



tinaa 






[C* 4* rVpeter a qalMn^ae vouUi* nous 
ix to* fraaco-oau.: ra: loui i -» r 

■rn* War aduratiaa fraacaiae, 

>»/»: » : ^. p«. U .•■onaj!«anc imps 
ft^iM»a - K » a» <Wi Ita'Jou o.- • de 
" ' iH^^^^^r^^^^H^ faai dlma^visaee «u fail f rancais. 

■•*'' r "•-'' '■•••■ • '•■' raffrraei og Ixrn \ 

. • ' •".-~i. ^j, nous p<> .ns de> doutes sur la 
|flftP»« '-rf •• ' niwrwt* d'Ottawa, casnnie si nous 

h a I* i«aia*iaa 4*+ 144 r* d'aa eaelaia Rroape de la province 






)>uin • adversi 

<i n de I'i ';.'.•: i| 

■,i •' - >'.• Vli 'm J l -,!(' l.,u 
'■<■' ■>■■ I ►-' •,. ;,, r ; ,. ... j ., l ,- I ■ , . 
try yicGlfij ■';,,,- ri-. n'^i-i-.i , ■ 
i »cin p .' ; . . - \ - j .-I,.- ••; idei i o i. 
i:t -iipl.Tiiiiit. oanadien.. 
l.'ep"viH' <,ui »e compare ;i nos 
ohjuripinrimMs niodernes date dc 
.I'Hic: ,,!(„-.; ,, ut . n- n iverKv;e faiaa 
KOI f>VDIT .-e tynui l>arl!t (|,> /L'mon intereol!^;a!o de 
p .!'•. '.'i i lion* de MUji-tR, ' ta ^^ ' "'^-e liirqe. qui. ope.ru j.i> 
i;, ■^■'■i-n:s-.:.r 1 . ;>• ■-.■;■ 'i ,(Vn ! '' ::;i - ''"'mcidc 'e^aU'inon 
adeb-ine. N on. notre aV4M ' ''^rivee a I'UniVersite d.i 
h drou ,,n cbenuo trt ^ celebre per> Fallon, prevur^ 
me. <>i> e^da'vr du H ' ur (,f ' i: «ramis instnrHeurv, di 1 
,ii, ,...,„... nigby tel que Rock ne. Ce f„t 

.p. aro.nolat n'a ^alem<>nt V<%)c*<{uc trior ie-.i < 
m '.ujours eile t\ ^'Jre rbil, ivmporUi « champion^ 

'.er raW f!?t,ls W';!^^^; ^^[S^*ft&4j\*P ' 
dy 'jfaiete; «i e'n * »-* f >an»pi' v rmals ;<:atu*dien.>. 
;..., :■! n . jutfement J -«* prenuer de ces champiomuits 
el convaincu. 'anHdien.y sous le regime moderne 

ie ^irccede a Y,> ,tu ''"^y- .date de 1R94 et ramiflc 
femplit a me. " notr< ' merq-.oire les exploit? d. 
Thef. (> M ui ^^ ^ UI *' horn me, qui faisait )-ar 
pourtant eprjsc j ■•*** . ; d ^ : ^^ *W}P*. *^jp* '}"'» 

aeadeniiqiHJK ■] ' ! faut -rappftle: .. ^ [<■ . 
nt t<»vd. lit i .•■ i i *'^»' d'Ottawa corpptait. alor^' I 
tdei.-rr.vr. eieve.s dont moms d'e deux < 



Uti«^ 

i« de 

K "^ej 

^T 

levril 
■|_ 

|- »» 

^H 

Jrand^ h; 
d'aUird ftt 
he de la pa^i 
!a belle fa 



On | ,- iirnaier e:-..:: ..... | 
t 1 - a ■.-. ti dat •! \t ■■ pers 

ton arrivj* a i'l'mver.^it,- 
infitrueteur pac excellence. 
a&ASi* 1 epoque d> 1'instri 
Philippe Cornell*-: . le pj 
botteur de' tous les- temp 
venteur du botter en ' spiral 
pere brilla en 19IJ, alorTq\u^)!/ . 
w;t ha i i i i Varsity . JO-B ; ,catw f - >; 
''urnttnicv botta les 10 jjt , . 
C^ette victoire prond an»/ 
tranp^e importance enconl i 
rappflle que -Varsity etarf . 
a-Tinre impion du C«ada. et ' 

<jue, Phil n'avait que 20,'/ 



Lapis 



:que. 



-,. ' 



A-.-. 



le ni 



■ i:ci 

v." 



Ui 



du , d .(-^, . j|an>f la ; >rrande conr; c v . da^i 
• - ■• dernior groupe qii'ol 

•.- w. .ruter les 15 As qui devaient . i 

poser. .. l^equipe celebrc.' ' 
Le deuxieme championnat v.r i 
-; dien date de .. .I89i5; au nwinbre dee 
i athletes de ce temps se tnmvaient 

.ALONDEJen plus de Mifr I'md'hoinme, 



I 





sfl 



r 



VISIT KZ L E ! 

TEA GARDEN 

APRES LA PARTI E 



145 SPARKS 



OTTAWA 



Le rendez-vous universitaire 



ANGLE KING EDWARD et SOMKKSET 
SERVICE - -QUALITE ( ()l 'RTOISIE 



I 



Direction, E. KARAM, "ancien 



n 






i 




T^ 



m 



!fl 



pi 

i 

S 




H. T 



'•t 




-< «-. - .. 





■ « 


I , \ 












» 






V 








- •• 


* 




v • 
















.4 












f — ' 






i 


. 






*»i. ' ■ ■ 


















. * 






/: -• :-} .. 






. • 


















(■ 


' 


























»^ 












• 


















_a *« /"4 ,r ' 



<« 



I— rai.i" i- 

ruR i ? rjp#rd 
C»vv»« 



«w >'Siai 
1 prav.n 
intra. 'e. 

i \ !'irf,J 

5 . tr r.c, 

"I ".'.tf 



M 



. !■ 


fn 








irt 


ll/- 

et 


« 


V* 

d;> 


I 



Le meilleur 
au fait q 






vSlW. 











&S2S2tf5ttiSS525Z5ZSSS3S2S& 



■ 
I' i 






- 



* 



>^ ^ 



. . 



, . 



: 



ti ■ **- 



?*** y 



vr, { 



- V 

1 



/ 



" 



, 



3h~*~5 v 




v 



y 



LA R (H4)N D E 



9 novembre 191 l J 



-5HB 



— 



— 



— A 



CATHEDRALE ENTERREE! 

par Jean C6te 






* 






I ,.iii<- Nature est .un..admirable 

'arch.tecte dont nos yeux ravis. ne 

.- d'admirer les chef- 






d 'o i ni v r y- g r a rtd k is Sgjj eT d 'U he ' . aT- 

:r dgconeartaate. ctayes'-avec 

!i ' '""te . 1'c)ie»id'ue"_ de 

S; des phenomene"s lou- 

Tjotlrs pTuifiiomBrtttx. Mir la'cou- 

the l e, •(• presentent ii 

I'humni. • i ; i t 1 - leur magnificence, 

1'interieur du sol, (les 

; . telles le.-x grot- 



san.t a J'extremitc d- hi caverne. qai. souvent, prennent -In forme 
nous devons reven r a renVfee-He d'uny jmutVser senihlen: Btro*« 



Masse president 

I. a' classr.deUtilii : I ettres a pin 

raste salle Notrg gyjde nM duites"dans & roc sonde par-ia^eem ■ cvnsqH administra- 

edridutt pa*, ce long corna'pr ou: main de rhommc. el parjfols', sim- 

quelquea fo.s,' il faut/aa c oin i •mentacollces* la. 

' ■■ Le Miimt des Merveilles 

• flOU.& reliant a Le couloir abou.tit._a la ; •(' ha 

8 |» titis "Thambnea nil nous ne des Merveilles: un veritable mu- 



!'"'iv ilci faute d'e Nous descendons " : quelqne- 

pour" s'y rendre. Du plafond .et marches (i'un escal.er de bois* ej 



{<■ fours polis ])ai- I'cau ct les ans. . :r tine passerelie amena«Y-e fe 
I nt dee p.crris de toutes di- long de la parol, nous nous sacta 



te.». qui i' a p t w p nt f'hoininc devant unehiidftfc .1 de Wllilftflls ui ana devani) les c ifn* sit -as. m»H 

de beauti arcnitec- formations differehtes. Devant ce tiplei 



turak, en formation constan te 



depu4* -de* mUlenuirfis, 1 



Dans la vallee de- la Gatiheau 



iples qui s'offrent 



nos yeux. 

-»■ 



n oniene, le vi-io-ur d e m e w rS ^ 1/ a n cBf ; ga u e h e -t h Ce*t-de 



perplcxe. gn •cli'. ■!. 



p.el re-. 



(suite -fill- page 2) 



.%'««*•- province de Q 



! •..,.—•,.•; pi ta e ar !u nxda -pro- 
vino-du Canada it avoir »«t av an .j 






tage. de posseder une grotte tout 
a fait s])eiLacuiaue avec Ifie Q 
mensions de 4T-", .« -m i t , , 
scs ..-hamlnes el ■'' 

rfof^rpea varfe ea 06 8f ' rengwrtrent 
1— _ -4ty^m#rvei llf de crt^s, 

allant- des cm et <fe> fo? 

sile.-. aux stalucl aux *ta- 

r^ gr> ] ', . Situei 

[JO ...va. daha lei contrS 
forts de nos vieiilea La^urenude^. 



ICI L'ON CHANTE 



Une, deux, frois, quatre, i 
notes de vocalise et l'echo nous 
revienl aVSd eirfq [uifna deBdi- 
dants de vie et d'entra.n pout 
mer la mllsique et rKarninnii- a 
rEeoJe-Normale! Kh oui! Nott4 
tif du conventum 19 «comite . musical u surgit dertii 

l'n pinlVssi-ur rm«ii!e. syilipa- . me nt et cVst a 
" lr captivant, te! est noire ,i u '"-ji ,, ^ u ' i J nou> fat piv- 

i<lent 
nmeti o'<;iady. ICotre modi 

•-, V- Urverend lTi •■• bw trtt;i V"'»"> eo otiale a e z &farthe 
q.mu. vuiir a la cans, *« Wellahd? :tle fdt U- C^>0 



■ . T -1<Mv,rtl> r..-i ' ail" ■" « , la>^ique' :> I'aia.t jji 
Tft~.7 5ymp:^h ifl - d e sea colieque< pj " lc - v I, ' ,ll( -' l - ,t: jueqiraux larroei 



{♦ novembre 1949 

T— 



LA R O T O N D E 



Page 7 



COMMENTAIRES 




JL^ 



i 



par Gilles Hurteau 



la Oiasee A. .t"est inutile de v.... 

dire que Mar the a ,un pehd 

*ur la_ uu«si«j^e__ w . >,;,,... 
assiquefT" Para't que Tchaik^- 



:,0 Lad. die aJouU ail pit- 

to ree q ue de la vallee de la" (Jai>- 
neaa, un rt» chef -pa-rti«»Vier. 

i fj pel : laj d " : &ia r \ 
ti-.us nioiitagne.-. escarpees. Quel 

«(iie< .-'nalct-, an 

pare d« | ueiueiit, en 

['illusion d*'-' i •• dai mi 
enc ii e nexp ■ \ ■ P 
pr^pret, qui gHmpe «h le Qanf d • 
la mohtafrae, you.- moi i de- 

ment, ne' 'v. as a4«4't'»nt qua i , 
large pliitefwinie natmelle. l)e 
eette terraaM Rasonneuse, vom 
jetez un coup d'oeil sin •"!•■ petit 
lac. qui. deux cents pied^ phi' baa, 

vous renvolt I'image tulcie dee. 
coni.feres et des l-ouhaux qui 1 le 
*>ordent. Kn vous retournant vera 
la gauche, vous aperccvei Tent 
de la eaverne qttl," Tffmme urte 
gucule largement Muverte. vent 
"vous. engloutir. 

La "Cirande Chambre" 




Mile Yvei... D OV OM, d f Wiill 

? ,:ul "? ,l "" "" t-apreaente Men la iminde . 

il e-t un dtgne , e,u e-enlan' . J; : ramji . ^^ y ^ ._ 

Tt ' Slce . '' :: M;il< -" 1 ( ' h " eomWan a,t le 



te. il fait- honneuj; 



c.hoeur sou- 



. ix-' M * co nf i' 



-a patte au cuurs de la 



■■; - ■ )rn.,aue;l,.ute-en.t 1 a,naco 1 :: 

^^ d11 m ,„:,,.,,. evenie. i 

de mid noste. • ' , ... 



. .. 

_"», ,, . . , „ Iwnnes cordea vocalea — surt.^n i\ 

-•Le Tj-e-iua i, Maurice Lafl.un , *'*>■* ,, 

, ,, . pnumona pom i\,\ i 

I un ;Mci en de j Acadcune . 

de la Salle. Maurice a n 

e-qmt -'dVn'trnin dtn.-thtia ■ -:.«mrr« • He utanV .J. " 

DB eJ U ; i- felugeqe Bruyere, I'.. A., demi rrai 

1 'T!m|iI.!!;,I>1<. : ipt ,- , .. r . . .. 

■ ^ m a eitiar . -I ! eli\. <»n. er» «ir 

in anirien d • ; I in ctfmpte mainttfna 

hen . P 

'i'un ...r. . rjn jeaupl 

Le Seinje Cottae i ll ej . i:. i nan I 

I'daiiehaid an..:, n _d^ S.-nrjiaii'- y>-i; 

d'J l Lanthiei. dti Sy | jnjKT 

'«?n . : .. . ' K'n. h 

ii a ttrtifc \ i ,,,,-, • 

il ial t. pjie ■ |m ii-> in " , 

adivauli: aricien dii .11 ilu-, m 

: ,* bi D .1 • ■ -i) 

l"' ' . . i .,,,, . eulemenij qui 

! »-<lf. 

rer. I 

Le s.-M-tai.e. B : ,ni, ' ,v """ 

un an.i.n du Wfffl S,h.i..l. ^1 '''^-Ailfifi :JJ4MWit^. d-«>^^_ 

a-M..u de son n ,;,UM fr»rjiwg ki ia nn » ab e e mpli . 

,,,,,„ si -.ii en juge de l'executi r. d'u 

la demtere sian 



SUITE KT KIN 



ORDRE DE BON TEMPS 

an*irraa|ioni apmu-u^s , te et g e nerale , d'aetivite par 

'■nililent peut-i*-t.e i-eaueouj. -pjins autre* fait SODFdie M ant 

speculatlvea qua -pratlquea el tu d'air" de bian-aiac et de «impli. 



L'ouverture qui donne aocea ii ' '"' ; ' niuu,,lls »PP°&*<LJIfi J*^J* nenle , d'activltf parmj i»-> 

rintejueur de la Ouweme Uflecb ; '' ;, " beawdBgjpJiw «»trea fan Sourd . 

a une longueur de 18 pieds et une ■ S,KHUlat!Ves '^e - prati«,ue^ e. tu iWr" de bien-aiae et de simpl 



hauteur de 12 pieda. La myste- 
rieuse promenade. souterraine 
commence pour le visiteur a vide 
de curiosites. Sur une pente douce, 
nous suivons un tunnel dont la 
hauteur varie entre 6 et I) pjeds. 
Deja les ^5 pieds de longueur du 
tunnel sont franchis et nous attei- 
gnons le vestibule de la Grande 
• '-harobre. Celle-ci, aux dimensions 



te .leiuandes -ans d(»ute, ami. qui " ? '' ( ':'i on offie ce qu'o'n a dan> 
lit eei choses. m eela est tel. Cr dea eireonstanees qui >'y pretenf. 

Bemblant de philoao ghne dea [oiSi i 1 >tte detente fait bublter momen- 
«nonce ne d<nt~ pas renter dj|Q^ < ^anemeill les g ra v es - pieiHTup: i - - 
I'ardre des eboeea pan -•. eule Hon* qui germinent tout le 
ment. Kn pratique on I ',.uld:.- 
pour a' a nro e w Lout RnnnamiiL 

Tout de ineme caa alees (ef (U. 
ton.le \2. 21 OCtobrej exi^mt tie? 

moyena pour 6tre transposee^ sui 



lon«/ 



l.e du convenl urn u 

ume davhre "\u aon \'< 

)«••> -pMi alee, i 'e 
'i"ii-- von.- prouvei M ■ j 1 1 ; 1 1 ■ 

-- f ■ .!••.-- H !• ses 



solo a la derniere seance. P 
im me queUe a etudie MMM li 
repteui De Kidder d'Ottaw.^. I'a 
rait aussi .quelle s'y conna 
tnoti.all. <Avis mux intere^ -♦-*' I 
i-li voiUi notre comite musical! 
Faut dire bien haut: To Kod 



Ob jet perdu : le "scoring punch" de nos Juniors 

One courte analyse nous fait constater que l'an dernier 
iioK "hookeyistes" commencerent la afiaon-en lions pour ter- 
i miner, en moQtons, alors qu'ils se faisaient eliminer par le 
St- Pat's en trois joutes consecutives- Mais cette somnQ= 
lence qui devait mettre une fin si brusque 4 des debuts si 
proraetteurs Tan dernier, nous ne croyons pas qu'elle soit 
une maladie oontagieuse'qui soit la cause de 1'inefficacite 
jusqu'a date de nos porte-couleurs dans le circuit Junior City. 

Le Grenat et Gris n'a pas connu les douceurs de la vic- 
* »ire au coura de seadeux prerniers effortsjet ^a, e'est dO an 



Par Guy Joubert 

Slim Williamson, - Baby Wilson 
hrillent a l'otfensive, Norton, Hue- 
kley sont bolides, a la detensive. , 

Lai 2,000 pursonnes ont ont 
assiste . a une partie mouve- 
iiientee au possible. Les deux 

clubs deployerent de la vitesse. un 
grand courage et un heau ieu 
d'ensemble. 

Le seul majeur du Gaileton fut 
compte par McGee dan.s le premier 
quart, Apres un "fumble" par un 
des notres, les colleyiens s'empa- 
rent du ballon sur notre 30e verge, 
fet en trois essais reussis.-,ent leui- 
seul majeur de l'apres-midi. Cal 



manque de pratique a ce que pretendynt les gerts d* [a lahan botja le convert} portant lr 
coulisse. C'ee't evidemment le grind mal ; mais ce "bbbo^' pointage* a «i-0. " Peu de temp's 



du Grenat et Gris e'est le "bobo" de toutes les equipes du 
circuit. — ■ ; — ^-— 

La -defense des-<€*|8«kmB laisse enUevoir une laib)ess e 
ala rm a n te puisque le club a aJlou^ dix points a^ses adversaires 



er) deux joutes, -soit une moyenne d'exactement 5 buts par 
joute. Pendant ce temps,. 1'attaque n'a produit (ju'utv seul 
but, ce qui porte nos fervents a s'ecrier; 'Ou est notre scoring 
punch?" rl faut- neanmoins reconnaitre la combativite de 
r6qutpe et ce'sera certainement notre premier atout dans hi 
course au championnat. Mais, cette combativite est attribua- 
ble aux recrues de4'equipe; par contre, Tinsouciance des vete- 
ran? darrs les premieres joutes saute aux yeux. Cette lethar- 
:'ie subite est reellement incomprehensible; seula Sirois et 
Cousineau parmi les joueurs de Tan dernier y ont echappe 
puisqu'iLs ont servi dynamo a 1'equipe jusqu'a date. 

Billy Boucher envisage la lourde tache d'impregner dans 
le cerveau de chacun de ses proteges que le jeu d'en- 
.seroble est de rigueur afin d'atteindre un certain degre de 
succes. Tant que nos avants persisteront a garder te caout- 
chouc et a ne pas le passer, nous auront de la difficulty a 
>ortirs vainqueurs de chacune de nos p»ute.^ T:t nous recla 
up ms des victoires ! ! ! 

Irietla: *' 

Les Carabins de Ted Edwards' tenteront de continuer 
leur elan victorieux dans le etreuit Ottawa-St -Laurent, alors 
• fii lis rehcontreront les nuloutables pprte-couleuTa dp McGill 
•'ii fin de semaine. Une victoire decisive est ile rigueur afin 



lecroche p lea honneurs. car le McGill mene le circuit par 

la fajble marge d'un point. N«»tiv elnh a acquis la reputation 



Ber nar d . M a chante" cette aftnee! 

»eerela:! 5. Blai 



• 



lennni hoinme. («t Kotondt : Jl en jour, mais au cours de se? e-c 
oet e to e ) •*■ parieneei uuteeedentes' il en 

vetiu U deiouviir des constante." 



Moyrn: la variati«m dam 
, le rythme 



La forroule 



'liehtionne . plus Imut est. 4 V8 



respectables de 126 pieds de Ion- ' ,e ,,la " (,e rac ' tivit «'- Voici ( done ia disloquant les .adre< de eea fi- 
gueur par 20 de largeur. retienti fornui|e de r()HT - ***? *"£****" * IU1 '"irhtr.t la teneu. de 

surtout 1'attention par sa cons- ! Vant je ts ' Tiss * un * m,,t *■ VwprW lem ■ p..<ition et .!, h ■ ,1 ftecupation. 



de 10(11 1 (U„ s J^ — 1^. j^ j,)^. tie >»h 
sieul>. i»reoeeupation- .,u! m, 

vent a e e a bl e nt' leut quotidi, i i: 

1 que |e retour au natural u- trouve sa plemtu'le. sa f..ne et 
jeunTl el fait (ourifc le- jjfens .-n ">n ■ «*p;inouis.seme«t dan d.-- mo- 



ll les»juell«'s 1 1 s'appuie. Ce n'est 
cas un groupe ferine; aucunement 

Con«*«U 1 "*•> ; U ne association sp«H-ialiste explo. 

"' P«ventfa. fiom me ti(nl t . xc l u . s , V ement les*danse-s « 



'i'etre "chaud ei froid"" a travers ses campagncs cet automne. 
PI nous faudra certainement une etiuipe complete ef bien 
dispose* alin de remporter cette victoire finale. 11 va de Boi 
que th'* blessiu-es frequentes a des joueurs de premier ordre 
auraient sensiblement rt'tanler 1'elan continuel de l'e<|itipe 
a maintes reprises. A plus forte raison faudraii-il que 
llOcJlOU, Kojiack. Sabourm. Pell'-ticr el ;mi; nt t'tai- gj 

dispoa pour cette *joute importante- 

Or. rapi>orte que ('Association Amateur de Ski a retabli 
Hud Archibald dans ses cadres, le pendant ainsi eligible .pour 
faire partie <le notre equipe intercollegiale cette an nee Bud 

,in .-kii'ur accompli, ayanl'fait partie du corps ties ins 



han an, piece nnisical, ie themQ' i antl0 p hique , u n/ ip-oupV da-m 



doiatton?. <>ti aura it pene u 
giner one imuique qui . exploit. . 



les chants <le folklore, un club phi 



lisateur, un mnuvement da 
catholiaue reconft u par le clerp*'. 

un oiganisme de moniteurs aub- 



truction remarquable. La voute 



de cet organ: sou- . 




('et amusement it base d'eqiiipe 
qui n'est qu'a 9 pieds du sol, n'est I Esprif : un ^»urire a donner tin *l « foiroer de- c^mimintautel 

soutenue par^ aucune colonne; j ^ an ~ , "" t -""'I't' il . existe ( i ( -. «'t « 'e-t dan- . .• iem qjj'nne art 
seuls les murs'supportent les mil- 1 niem! '" '' lUu - 0| » >'" ten-n:n * » r ia l e jut poeoihle, Ontends 
liers de tonnes de roc sun'lom- ' l ' ommiin ' ■«'• Uul ae leunissen! .. • le- [oiuh* seroiH orfcairisi 
bant nos tetes. L'idee- que cette '''"' , ' VUi ' l'^"^>nt a-peu p..< base df RfcTasile dans „n u.i- 

rlehrea id«efl sdT quelque choae, Ifeu social -donne et qu*il y aun 
soil parce qu*j^ se completenl des equipe> agissj 

'action fun. ,.„ V11( . ,|» ttne j classe ou -telle autre, 
pour ae re- '«'•- loJatrs de la 



masse formidable pourrait s'elfon- 
d^rerr ne nous vient memc pas a 
l'esprit, tellement 1'impression de 
solidite et de security est forte 



chez nous. 

Tout au fond de cette franie 
salle, a l'extreme gauche, une 
chamhre minuscule iert de "cen- 
4^a4e elec-tr4que^r-EHe- diffu se d ans 
toutes les parties de la cavern e, 
la Jumiere neressaire,- A-l'angle 
droit* de la grande salle, 



action t'\ 
fin a atteindre, soit 

-leer e ngemble 

""'" , l^rce m -'-•(iiendenf d'un. 

'"'•'i ce frroupe jaHlii da do des 



organ isant 
oiatrs de la m»j ■■• fc ., ,. 
" i toiil vruo-. den ctudi.,,,-.. de." Inune 

pa*o1j*«e (plan paioi 
("^ ,lr J<-'.n.'- qui qui un problenie 
»i«irt#a qui .'auparavajjj Bern, das I.. -.., . Citons pour imaVer 

l ' 1;, "'" : , , " i " ! ' '"'•'•• [We • " ,; •' * -hau-ini^ui q* 

tS aiolhs. (j if i organise des soiriaa 

I 'ans ce - r "' -■ l'n a ii 



tin -pou i 
I '■ ndre. - 
un cen t rt 1 



pnrr 



popplaircs 
ins ro.ii.T ,. ant danaei 2^000 pel ,,„„.- 

ay falrq. daoaaivHi '«• Kq'ulc'VarA hevia qui egali 



'•'''" 'implement le do i j -,., 

I .i -..(nation donm 
v. 'rsite. .. ette deinieie sotrv ent d l f- ' 



ventionne par une prganisatj 
vile. . . Tout simplement "c*es4 
une a-soiiation d'animateurs d.- 
tntsirs <pii s-e d°nnent pour but 

pose Jes Men.- a I'inteirt. a |net,.| re])an.»uissenient de la per 

m hraffl ^, lam U pct.t r ythui e , d u4 htimafne", lis essaient, du ra 



ii ' ] '" '"'"' un qutdam | - Is/ repctent . aprfa Tagore- pi 

h ' " , "" 1 - M"'on puis.se dire) i seulemtent je fasseSde ma I 

ne pas -<•- loiairs i\un aeul diVel que rtffl I de Impll et.de • 

: ""«nt |i " i:.I. de cette sfmbhil.le- a une . flute de r, 

facuu ii y a variation dans le genr 

! "est une. 

eiretir courantc que eel organiwie 
ifi ie~tieini an foUdoVa. Peal 
pe'ut-Jtre un de sea mpjten dan 
I'organi .ation de soirees popu'lai 
res, mais j] t ,'y a pa<t ., |ll p r< ,i n . |. 






-... qui .•••;, 

une l; " u! "- w fratornite 'parmi U e de cet. grandea sauterie 

trouee dans le mur, nous permet ,,„ e ( .,, ,„ , :i m ,,,. ,,„,„„ ,„„,„,,.,„ „. ,, '' ' 

oHicr^^n n \?^ C ^™f«'"> di co.d.alh.. ,le v a„, des .and,,,,,,, „„ I - 

p. ei e, forme par la. reunion ^es Vpr.nouis par le sourire de- Ipe o^anlsant lea ioUirs dans 

<\u»e stalactite et dune ,talag- ( .g a ^, Ghaeun sent que la pfe un m$L eurrier E D Lmmo 

,-?!!:* : ^— — ' ■■ s ■ .■ I * W V '"•' , Pa» ^flfflifclflfc.' quit bqui riaumai , in , 

Vers W entrailles de la caverne y** ^ °g e limat d e i ra ue h e rramantssttdn par d... !,,,,, 

Kgalement e'ette on.itie el -, des q , 



Pour s engager dans le corridor sur hase d'amusements en com- 
de 100 pieds de longueur, condui- Tnun.de participation indlviduelle 

s r 



font fiortir toutej las, possibUitel 
daDj un'type, en -le pendant tola* 



y a ies excursion a^ei] bicyclette, a 

plod, en autohu-, sur le pou- | 
camp, natamaux (U N.i"l. I'a.iu,.- 

lUjiitioni de dispues-, ie ek»a> 

ma, le a.nai'. en gr«3ujie, ele. Kn 

'"""". lea loi ii ion] organises 

• '' lnp Le du milieu en 

viie de dexerSre. 
In dernier mot 

Kt voila mon ami ce que. -t dans 
ses errandes lignes I'O.H.T. Sans 
doute le groupe est-jeune, sa f.u. 
mule n'est pas dehnitivement eta- 
blie, son evolution se fait de join 



que tu puisees emjdir de n 

TTTa 3 






Les 



Compagnons 



Samedi le 12 
Salle ACADEMIQUE 
"LA DAME 






DE L'AUBE 



. ,.- r 






tTUCteurs a Mont-Tremblant il y a deux ans. Roger Haniei. 
Paul Allen, Gaby Lieaudry. Pete Power. Pierre Dion et Pierre 
' sont de retour pour former le— noyau de regu ipe. 
recrues il y aurait lieu de rnehtjonnerTtiiy Lafrati: 
• .lean Bover qui evoluaient avec I'l'nivi 
,. Claude Richer et (lharlie Burroughs gui nous arrive!! 

de 1'Ecolfi Technique d'Ottawa La coui^ aix heir 

• portera. notre puissante gquipe a Cam p ITflr-tune^ Sain 
et Canton. N.-V. 



NATATION 



OHAWA BAT CARLETON 



temp 

a{)ies, notre puissant* machine se 
mit en marehe. Slim court pour 
vingt verges, une longue ;»asse d»* 
Brennan a Rheaume, une autre 
course vertig ineuse de Slim et fi- 
nalement, Baby Wilson paise 1a 
Iigne payante pour cinq points. 
Marc (J'le manque jamais), Ro- 
chon adininistra un savupt coup 
de pied au ballon pour le pa 
entre les deux perches et compter 
le convert! portant le 'polntege a 
d-6. 



LA LIGUE DE QUILLES 






Le mo.ia,. dernier l'Association 
des Anciens de rUniversrte inau- 
gura une ligue de quilles avec un 
conseil executif comme suit: 

V 

President: M. Chs-Henri Clauc'e 

SofllV iTMrWKrc^J Houlay 

Statisticien: M. Maurice Rochon 

Kx-otl'icio: K. \\ Guindon^ o.m.i 

""Cette ligue formee' de huit equi- 
pes. dont Tunc se compose d'etu- 
diants, se disputent tous les Jundis 
raquette.se sont joues "* sur les 
cette sajle, une lutte acharnee se 
continue tf^tlhe' semaine a'Tautie 
afin d'obtenir la premiere place. 
Quoique certaines equipes sem- 
blent etre plus fortes que les 
autre*, tous essaient de se rendre 
aux eliminatoires. Ayant termine 
Jaj_4igme semaine de la pre miere 



-kik- 



demie, 1'equipe Guay et Letellier 
se tiennent nez-a-nez pour la pre- 
miere place avec un total de 2tf 
points- ehacun-. '• — 

I'endant re temps 
qui semblent etre inchpables de 
rouler contre leurs aines. veulent 



essayer de se rendre en 4iem,j 
piece. lis se sont donnes le mot 
d'ordre: "Pourquoi se faire rouler. 
lorsquion peut rouler les autres?" 
Alors, a lundi prochain contre les 

Peres! i ! ! 

■ ■■■ 

Voici le rapport s^oumis par le 
statisticien" lor* la seance du 24 
octobra: 

Alignement den equipes: 
Guay... ,.. 2o 

Letelhtu - '6., 

'^Menaid ^^R^if.^W 1 : 

Marcil 16 

BeTIexnare' - .7. 12 



■< 



Hebert . 
Clout ier 
Guindon 



Hautes moyennes: 

1— J. Bisson 2505 

2=#; La perr i ere . r .246Q 
:j— J. Saint-Denis ....1806 

4—K. G Marcil 2381 

5— E. Guay 2283 

Haute serie: 

5 J. Bisson: 096 
Haute (orde Simple: 

R.- Letellier, 265 




sees de Wilson, il pasta la ligne 
blanche pour nous donner le poin- 
tage de 17 a »">. Pe nouveau Ro- 
chon passe la caps^ul** eatre les 
cure-dents.. . . ' — ■ 



l'om liuir le hal. dans le der- 
nier quart, "Speed Ball" Brennan 
compte Te quatri&irfe majeur. Ro- 



encore unt- fbia te 



Immodiatement apren le 
off", Tiny Wilson 'court* 40 verges 
pour ramener le ballon en terrain 
enenmi. Cue savante. passe de 
Brennan a Buckley permet i\ 

.('■u <-iiivant, on voit Slim 
emerger du champ arriere^ eourir 
comme uri po franchlr l'en- 

ceinte du terriu>iic payant pom 

porter le pointage a 11-*;. Rochon, 

une fois encore. tone le petit 
monsieur ell chemise Zehree a 

elevi as. en signe de trioin- 

phe. Le cmnpte est done 12-6, Le 

dcuxieme (jnart ne fut pas tos' » 

excitant. ('.pendant NortoaJ Umtt Rochon joua exaetcnjdfib 

i:v. IrenHmhi «•• I i ■ ■ Mtftr« ra.leo.n I 

(Irani ti v'nXa de | ' points. Marc est bii 

03 ffoxPW M'l-cia- '■-» une.iaiul.e et n'c I im Jh.i faite- 
lenient a priS plajsil a dem'ola ; ' 'i'li- 

I'adveraaira. Edwardj vroyanl v .,.. . , . 

., , . , —Nous Ctdicitofi le gerant du • 

ne action laisaa-ie tms . , . .. _ . ., ... , • 

.... Cluli, I ami Paul Rouleau, pour son 

Snap en at - dant •••> i>i i- „ -, ,. .. ... , . ■ 

y »pi It d .a-.-an. -a: on, Paul a fait 
nutes. 



chon reussit 
converti. 



Notes 



! . 




R. J. Bqitien r R.O 


• 




OPTOMETRISTE 




Specialiste pour la vue 


... 


9. Nicholas - Tel.: 1-322-1 




O t( awa . 




--• 




. _^_. 





MM tr»i»une pour les joiirnali 



Dapa la seconds moiUaX nos ("a . Au lieu dWrire sur le dos de 
rabina tpmptent deux fois. Dan notre 'conlpagnon-nous'avons ivi 
le ' 
de 



troiaieme quart. Slim s'illustra tenant une belle table .* notre UU- " .Hull. V\\. 
eau. \r-ies de beHea pons- position. • 



LE (T.XTRK IDEAL PQCR-^ 
MAGASINER 

Merceries pour homines et 
'-■*—- j eune< pens. 

\ • tements, pour pietjes 



Triomas 

Maya sin 



Moncion 

a Rayon 
9S rue (HAMPLMN 




pi em 



de 



I..- 2 novembre. avail devtvndra autbi i i 

ne de ''.■'H'U'e de nal 
n 



reunion ue i 
... le natation! I alne 

; il I 

en IM "i,. j participe 
in de l'an 
ninaiafua : < loutier. 
Rinfrt-t et 1 I •• 

lirecteui kd n'n,l de 
ile. et profe 

•«H ..'in.' ■' a' d'l'd'i. at iofi p'nv 

' 






_»• 



— - 



d< i'aS;,-Ti|li,er 

L'nlvi • d;- 

Q leen'a el 

\ '"" " ' ' - alnii -,- ce prabl^mei, II 

i - I pom 

tous i. eta ' 
e rendre it la ^rocha 

\ ia 1 1 rin 



\ 



I 'an- an avenii' | RppOl I he, f I'm 

v«m- ite de\ia -lrt'4'iidn 1 s<m t rophj 

-o.i s.a.t . eontre Si. 

f'arl. :.i!... Sfiasi. grande pdiaibi- 

litc que ai ■ < I] \ ienne nous rendi a 

\ .a ' ! d.'cni'n !• Notre 

.•m'u"' doll aton a metl re' h \\-u- 

tiamenirii: ail pin- to't po 

- -. an bail] 
t 'ha iiiaa:' ne. ei J'lant. seront n 



.I ^position de not iv equipi 

* 4 



I ■"- ' !•■ m;c de natation d 
Da hie confmefi' e i i l^me ieu 
J'eRfraTHi 

m. una- contre 

>4<>u' an commencement de 

joTriyier. iElIes pfomettent d'.-trr 

!'lrn in forme pnur I P : 

b\ ui ..■• ;. Cai letoh. 

■ " . ■ 




9 mv m afye efrcont 

A/bc/6l/£Z P/IS QUf 
'14 "/H/IO "QAtrt/Afi4Pf£/i "wifflllMijletf 



U^fU 



CIGARETTES PL- AYFV 



i • < 





I 



\ . 



rT" 






'• .• i ■ 






V 



__. 3 



. 










:• 



■ •■» . r« i . i 






. 






r'- 1 - 






«*"" r- 



% 



— 



- 1 """ 



. ' ' ■ ! 






* - 



\ • 









• J 



t 

PageS 



19* novembre l£ajftj 



LA ROTONDE 






L'HALLOWE'EN 
CHEZ LES 



-»~ 



-ij_; ; 



Le S »ewerii%* 191ft 



mif du defunt, on soumet diffe* 
rents organes' 3 l'inspection de 
rassistanre. l T n oeil (raisin pele), 
une main (guilt de 'euir Templi ik 

■ ma M en 
main tundis qu'un epncort de gla- 

A i n pe i'llMl'owVr, '''"^ d'ell'mi «-t 4 d'horreur 

;iiT;rm.»-rv:-: ont eiiiin daigcti <k- jfl p->^ de realisms 



iwl aaj efr ; leur uniforms pour eiwlo-'- 

a fe.-qirir 
e la f. I 



I 



JJUuai'iv. 



P.epuJ! 7 iffi iia.-unV en sa 






it a une tin, mome les j 

tourmenis injposea par la rWQjj j 

leuse el oti aliunie les lumieres 

eh* ■ das tfpfo a iinntl ,„.;n f.j ri . honncur au "punch" et ; 

■ mysUM-iou.-e.-... Que result , . evtiier, pnncipe actif de toute 

de tout ccla? Des. ombres WtttegS' soiree. Puis les juyes des eostu- 

••Vilttrolores se diriment ver> £ mes ie « plus originaux raj 

e de- Creation. Des araignoes ] eur verdict aux applaudisse-ments 

ipeftdjfef aux lustres et des ci- de j a a alle. 

'• (uHto a'i\ fenetres cr£ent un ■ , , • 

Utiiiciirnhf l r ;' iMprtipilf a *'' 1W1- Mais l'heure avahce et demairT 

loween. • il faudra nous lever tot. On 

., __" , ,. A i — -t l. a J PUrn t- dune la soiree au nvlieu 

In couple dArabesavec bur- a^^ „u„„» . « ,.. 

' ... des chants et des r;res. • Chacrme 

nous ecarlates pt serouels manes 



regagne sa ehambre oil uh som- 
.at la march,. Puis le defil*^, r6paratour la renlettra dv 

continue compose de Chinois nas- p , omb ^ 

. -dlants, de grandes dames de 

1'ere victorienne et des bebes roses , 

- >i"i reprendra son cours dans quelques 
Des fantomes sums i gur * > 



re face aux exi- 
gences de la vie d imirmiere. qut 



et joufflue. 



de Mephistos grimaoants font fris- 
gonner d'elegants papillons aux 
;ules diaphane.s. Mais soudain 
deux joueurs nous t r ansportent 
;jux* jours de gloire du Varsity 
Football. Team. Et nos as 
n-enores) du footliall se livrent a 
9aa passes et des "taekles" dignes 
dun "Roehon'" et <\'uj\ "William- 
•i!" en herbe. S'agit-il veiitable- 
m.'nt de nos ealmes et digit ia intir- 

' miffli ? ??? ? . ' . 




BANQUET 

DgS 

PHILOSOPHES 

Chateau Laurier 
I decembre 




XVIIIe ann6e No. 6 



i 



BALDE 
MEDICINE 

Le 25 novembre 
Chateau Laurie^, 



!. ~ — - ' 

Journal des etudianta de langue fran^aise de rUniversite- d'Ottawa 



__ „ — 



-*r—. 

Kedacteur en chef: Jean Boivin 



La federation etablit un 



lluit anerennes etoilea In football a rUnivej-site on k recu des cartes de membra* ^norainaa ler* 4U- iU 
premiere reunion officielle du club Grenat et Gris Inc. On les v#it ici em ou rant le tsvfflMr jw i im— i * 



notre fameuse euuipe de ISi'O: a gauche M. William Kichards. la Rev. IW«- l'h t Upt*> <^r jwUwu , 

Ekldie Harnabe et Jean T. Richard; a droite. Mgr Georges Prudhomme. le Re-v. P«« tL Fib«trm*L «ev 

Pierrette I^eBlanc -f^- ei * urs A,ex Gastonguay et Silver Qui It y. (Photo par A. Lapoint*— The Fiiksnuni • 




se 
un 



Paft jrrandVliosr. mais^nfin puis, mobile,, met tait de 1'ar^ent it <• .t. N'uu- arrivona enfin au qiiatrie- 



Assises 

de ta C.F.C.C.S. 

R.H. 



Mais voiei qu'un remous 
forme, parmi les groupes et un - s,ue " l ' ou * tertez a le <;iVH '' • Lafin d« ie pi pa|apht Laaeul aui oooiiaa 

photographe J.raque sa camera Au point dv rue miMiQattiii '" ' ' ?* t ^ e " ta fm ' une °' )inion V* 

vers nuns. Deux eclairs silloji- ,' vi sr> f^anU. * j<- paeUffl r>l.-.nenu'i»t mpm Tau- 

aent la piece et e'en est fait.— . *' a charjte chretienne empdche ' ' ! ' 1 " 

Sotre photo est maintenant trans- ' r'«aone*ation d'un ju^emer.r (|U: , Aujourd'hul I'hoaima^^na 
aux leeteurs de la Rotonde Be T»it trop dur. II ne fait mtfmn 
m a notre posteritc. I.e came- Jil,u ilUt>l, » *>**** H»e -lauteur- dc J *" »•«««•■ inteiie<-tueues qua ,,, M , orjJ .., ;ilf . rmei u d , 

faire d.in> 



lamei, 

•Saniedi le 



»ii disparait pour faire place "Q il ' n f»ensez-vous M a deja pre 



I nt -lu'il pourra 



la i cinquienje paragTapbe 

C ' : "'"',"M I ». i y s av.-nturc un peu tiuj, 
n lorsqtrtj affrme, -elle a reje 
KUpjerlorfte ^ociale que nous 



.. un diablotin, gesticuUnt du haut ^-'itc ..de.< art;ek-s dur.e meillcui. J'' 1 "" f' ' d .rnainc. Aujourd'hlii. jut ac,ord...ns de i.on c .eur' 1 . C'esi 
■ l-une table pour nous annoncer un h««m^ II faut done attrd.ue, ». "•"»'»'•■ «• *« ™a d'une pent,- , a ra* faUque je n'antei 



—^ **t S3BQJBnlllt> 

f dtrnit i :-,t : 
Windsor es- anrraei.it* de La" 

Canadian J-'ederati on rm*rrl 

Collejre Students 

I-'univt-rsite d'Ouu»-> en^ t Jiaft^ 
labl'-ment representee 'daiif ii 
sonne de Rujrer Hamel. le a*ne*o#ear 
de la federation def jj^wit^^ gp : ^. 
runiversrt*. qu j p,,^ 4. 

tance avait fiitntfrne IhlMWini ,6t 



. • 



^oncours "felin" ou*"Gat Contest". I'abacnce de composition et l'inco- \ ? mit ' f ,r, ' Ier f'" a «»• H"" acce.l.-.a humiiu . ai i Mu t[re la Btxperfcrntej P^^r *«" dehlwratmnK i 

'V cencours. eonsaste en jeux de hen-ncc des idees au temps limite " tt,u 1 s : /^ s -_ desir *; a ' s velle ,,ul a aoeia'ftSfti fetnmes d'bier. meme I ( ^rc»«n. presidenl Ar i» 



•» -:■ 



mots autoi* du mot "cat". Celles ' du a la fatigue des longues veilles ;°f so, ' des Pnnci|K-s. (one sair-te , M()rj .^ ind . p -. re (plus en mesure 



■ iui aurorft Je plus grand nombre de con sacraas a 1 etude, 
'•onrres reponses recevront un prix Au point de vue des idee> 
apres le verdict des juges. 



! nitouche disent-ilsL 

de iuger) n aurait voulu ailmet- 

aryumanti ,,u, 'faparUaih ■ Ui ' a vuix haUUl ^ ette ™ il *- 



Le manque de ~ 11 i t e dan> les 
• Pour repoeer un peu les menin- idges rendta critiEue de e^ t ai 
des^parikipantes du concours- 1 ;.n difl 
questionnaire, , on fait appel aux .pen^ye de Ta-t, - dus devpnsTltc 
Lalents de raconteuse du fantome- ei i.ti.- chacunc des phra- 
attitre de 1' Boole des Innrmiere*. nu'-mc a .|"eli|ue.s'endp.its noil 
Drape d'un suaire blanc il s'avance gaisissons pas tns Men.— qu J e-:'- 
dana la salle eclairee par la lueur re qui est un supplice. k- fait que 
dune seule bougie. . . Au milieu la femrrre s'acharne sur [e pauvie 
.iun silence sepulcral on entend 'male" (expression tres vulgaire) 



Deba-tirig Society, s'«*i **« ^ ajBau. 
sir de 1'mceompmgtkvr « sjttmr 
d'observateur. 



N>uf college* etaieart nynMrn 
taa, dunt R^-P»u. lea— ipii imn. 
U).vola, Jdarianapolifc. Wmx mmiX * 
et quatie autre*, de VOatoa •»«. 



une votx oavemeuse nous detailler 
une autopaie recente. Pour nous 
faire mieux romprendre 1'anato- 



C.N.D. 




l-e« etmttantcs du collejgfe .Notre- 




Ihtme. apres Telection de leur-coo-4 

«rl, B€ sont mises a 1'oeuvre, aussi 

l>ien dans le domaine sportif que 



dan* le domain* intellectuel. 

Le tournoi de. tennis dont la 
photo- de* participates a deynie- 



Beraient tout auaal d6cooaua qua '•«' aharma feaninin quo|qu'an diaa 

cetix de M. Dcry. en jriwvj g n ' ati VI ItfrvnW pa> paajt de dispa- 
rt Nas la presomption d'affirmei taitre. Dieu a bien fait ce w qu'il 
eat.-ui .piement que rbommt* d'hic a fait. II est vrai que le ran* 
vaut plus < t ae -celui- d'aujourd'hu ip*- la femwe d'attjou rd 

j! > a tuuj.iuis das exceptions j dans, fa aoaiata jjaap and a plan de I>ans un atmoKpbere ■d*tma«n!* 

n!est-ce pas? H ma raata done h alrllitii piala'fl ne s'agit.pas de *■ 'ordaale et de f r»ternrte, ie» jmaw-f 

iep.»n.ln- du wit-m^nt ^ux avan force physique mas plutot de s force , suivants fuient tour a tour tSmtut*.. 

eta dt M l»eiy. intallactualla. Si M. Dery compre , 

natt Impression *>exa fa I'Temiereroent: Praaaeaanor let. 

Directem.-nl eomme v.ulanl d.re 'faible d'r- changes d'idee% entre lea «i 

.. prit". j'admets avee hu que Tex au ■*•*<•■ d ** 1* pneiwe. aft 

l.aateur. dan. ,.„, UHH* -n,- ,,, ^^ ne ^ ^ ^ , n , respundanca pluh alKnadatrt* ««' air 

i-agraphe. «,m_ble croue qujl y a I} 4 , , flW t<tm ^--^ , " f reunion^ r.e«.unale« *im *wA***~ 

eux aortaa de f-mmes, la tete, MJ ,, „, , - 

, . . , .. ... , inea »"t donne des preuves de tmu 

mvtfta, la eei veil* d et 1 in ', 1 . • • 

r. . ». . ■ " , 11 , 1 ■■ , l, '" r - capaettaa dans le domaine n 

Dans la raponse a M. Dery. tellectyalisec. Loin de moi la ore- intellectuel > Deuxiememejit Aider {Tune fa-'. 

11..V n> tont a nia .lisp .s:- tention d'affirmei (|"«* de teHes von plu* concrete a la 

tii>n. la repun-e diiecti •' 1'existent pas el h'onl " pst heurt * u,t qu»" \* femme' de 1'aititude cmfb«liq'a» 4 

recte. existeea. Le genre humain in ? nu«»> il 

•• d'una multitude d'in- l ' Iu "' l,t ' i "> i "- r losriqae, (expression 



ou iefait que ce pauvre honune 
est oblige de jeter la tete sur 
1'epaule desa petite amie? — la , 
deuxierne alternative nny parnit gj 

ires |>eu probable 



a 




— m . 



de I. 



Montreal 

"Duraat la fin da tern a in* du 11 Sur le plan local, il semhle que 
I au l.'l dernier. 1'Universite de : 4e probleme le plus pressant soit 
f Montreal recevjit lea delegues a celui des 'relafionr entre les co- 

Ila Conference annoelle de l'En- ; mkes locaux et les conseils detu- 
Tralde CriTversitafre Internationa j d'anfa H est a noter que lA com- 
' le. Environ voixante delefruea, et mission qui mit la que*4aon a 
j obtervateurs. represeatant vtngt . l'gtude Aiiggera qua BaaB adopte les 
%on1ir|Tsitaa ' at«; Garleda, discutt*- • cadres qui existent actuellemnet i» 
' rent ferroe perPlarrt trois jotir>. ITnTvfefsite - d'Ottawa, un comiW 
• r« ndirent mpp<fru-«Je leurs aetivi- des relations exterieures qui ae 
W» propVa* e* detimit^rent le pro- charge de represent er lLl'l et 
rpnxoiaaa poux ramr- autres or^ranismes du genre aux 



Li* etudianta de lTnirersite sa- 
iuaaac le rerour de leur Recteur ' 
4ver una joie profonde. VI nous 
reaieat apres un «ejour de plus 
•ta* «arfux nei» en Europe, au cours 
ftuiuel .1 a assist* a un coogrea 
tee* reeteurs (funtversitea catho- 



Mercredi dernier, la Fe\de>ation 
elablissait un precedent nans pa- 
red. En effet, l'executif tenait sa 
premiere assejnblee publique. 

Une - -alle cluinsemee en fut te"- 
nioin et elle ne fut psa decue. 

En tenant caa assises piibliques, 

I« but du conseil des etudiants 

etait de faire pai^ aux etudiants 

.du travail et xies oeuvres acconi: 

pa. la ,1'e.U-ration, de faire 

un peu de puldicite et ainsi Inte- 

* tl *.' 1.. . . I 1 \ 1 I > . 1 



Vtntent. R<^aire , I:- nombra ploa grand d'et n.liant- . vit.--. du conaail ei aiiasl daaa le 

Andre Laprairw et Pad De-ana- tttUkfeit D.I', et laJBM aux aa* l.ut de recev.»ii- des augeaatioaa 

j rais as*i*Uient 1 1 . • > Imaux et aux univers-ites le et des e ritiqu aa constructive*. En 

'tear- de NETS. :iienir 1 igfe] pa»»?ant, Roger tit allusion au fait 

-. , , apres l'expiration de leur I. our.- qu». :,, ation n'est pas.eonune 
L agenda, des pius cnargea; 



M} Federation dea EtudUnt 

d'Ottkaa asawt ch>*i*i. 



"fvumon* 4«u conseils etudiants. 
Im Tonference souligna 



ASSISTANCE TRES MAIGRE MAIS 
ASSEMBLEE MOUVEMENTEE 



r»rnrr»«- •*•:•• i« t- 



de 1'Universite. II exposa leurs 
griefs et demand* a la Federation 
d'essayer de remedier a la situa- 
tion. 

M. Paul Desmarais, tresorier de 
la Federation, exposa ou il etait 
rendu au sujet du projet de la 
inaison des etudiants. Paul es- 
pere que la Federation pourra em- 
prunter du pouvernement provin- 
cial la.somme.requi.se, soit environ 
;| l.'.n.onn. f, t emprunt devta etre 



salt a examiner, tant sur le. plan 
national et local, le* moyens d'ae- 
tion artucls aV-1 E( I. at a donner 
ses suggestions sur la revision des 
cadres' de cet organiarte~»ur* je 
plan international. 



d'un an.' si res e. .mites et ficoles 
le jujfent a prupo>. 

En ce qui regarde la OOAatitU- 
tion d'un "organisme mondial en 
remplacement du World Student 
Relief, i! fut deci.le que les brga« 
nismes tels, 1'IUS et autres ne 



rre po u r- - 
rioris assumer une telle dette. Sy 
I'btenons la som me desiree, 
la direction de , PUnivVrsite nous 
promet son consentement. Ce- 
pandanL aajant d'emprunter. la 
Federation devra se faire incor- 
Lne constitution nouvelle 
est aussi de necessite a cause de 



annoncee surles 
To t al ag es proven ant des 

Euts-Unis 



Les infirmieres dans 
la federation 



- Quant a l'LSS, au point de vue 

national, Ton decida qu'une l>onne 

La famille deja gmnde de la Fe- partie de* energies a depenser du- 

deration des etudiants verTa aan.s , ant 1'anneV courante le seraient 

CiiMBCi da in FNEUC ahaait. lors du AMWtM ^„^ M ii.akifT7?ir U « Mn . 1 ,^ » j 

1 doute avec satisfaction la venue | iur i a consolidation des cadres df 

d'un nouveau groupe qui n'est pas l'executif. L'on donna une impor- 



plusi- [iblftni le cioire. un. 

societe chargaa • prinsoraialamfnl 

du cote social de la vie etudian'.e. 

Avant d'exposer les buts des' J'"*™^*'™ des differents colle^.s 
il.lees. II. Roger Hanul. le ( f «minins- oujmtres ecoles. 
president, aounafta la bienvenue a fc <'ependant, dans toute cette his- 
ceux qui s'etaient rendus a l'mvi- 1 toire, la Federation n'entend pas 

devraient pa* sinter sur I'artTJailt i f 1 ta^ on - e t presents aux etudianta moner en dictatrice. L'opinion 

mamhres de Texeeutif genprale seia sqndee afin de aa 

voir si chacun est consentant a 
Activites de la Federation donner $10 w a u Federation, afin 

Un compte rendu des activites «l<? pouvoir payer la dette dans un 



ile ce nouv.el ELM 



M Rtrhmy Lore. . preatdeat na- 



< uaea jg itaa du eoraite exacutif natio- 
mi de ce mouvrrr.ant. tenu 



du tout k dedaigner. En effet. les 

Xnivaraita da Montreal, dimanehc infinnieTr8 Ti<rn nent denvoyer une 

darmar. que las compagn.es cans ^ m ^ Federmtion d iaant 

*mtn** aaaeMiilaa et IfeDraw 

ftiU Book vendant dapuis deux . 



tance speciale a 
de l'organisme. 



('administration 



now das rrarea atnericains qu'ils 
pufcliant «C diatribuent a prix d'ou 
ire-froBtieTa. D eat a esperar que 
las autraa ntaiaona de publications 
lUCTTCtat bientdt cat example. 



Indirect em en I 



div i d bg aux K<»«t^ 



n'y aurait diant 
inte de' M. Dery) pour la_dia^i 



En prenant le meme tun at la 



ramenta differents 



:n ,x tempe - ia Y " r i t tJ ut aa. uuryi pour ul.ois^ Tel fut k tbrme 

BUSSl l'hom parit.on de lexprit ehevaleresque discussion. De« B ys teiaae s 




qua pli 

d 'edition saelaisaa me- 
aHUt preset* «n«- rv{ une enquete au 
• anatfha; sur at tsur das livres pour 
proiassionnaas. Caa 



(pi'elles aoceptaient de faire partie 
da la Federation a condition', ce- 
pendant, de ne pas payer de cod- 
sat ion pour cette annee. Si Ian 
prochain. el les se declarent satis- 
fa.tes (nous en sommes assures) 
eHes s'affUieront alorj definitrve- 
ment. 



remen: parue. dans la Rotonde, a 

vu Suzanne Mineau^ rpmporter la 

lira finale. Huberte Piheau 

se rendit a la semi-finale, pour 



nve en tant qu'etre humain ne fat et mnl ( » U1 troyait que c'eUit tout 1 proposes et Adoaanea fanar afcsaoar 

^ meme attitude qua M. Dery. /avan g^ exc<K>tit>n ;l , a p^ M ^ ^ -.mplement le manque de savoir-vi- toser re* deur^ajajt 

^rais avec la merm. confianca en :<l j, , k . ( . 1;i((M h;(lll< . m ,., lt ^ . 

• mfailhbilite de mon ju^ement que , a ,„„ , ; ...^ _ (J( . ^ 

: homme d aujourd hui vaut moms »^, t , , . Kn.Iia.qnt le dernier paragraphe 

1 • .... . , lectuahsees. i|. y a une marc.- j ■ . ^ 

que celui d hier. Aussi mon aitice * Je me suis prise a hie poser une 



commeneerait ainsi: 



Entrea autres, LI fm neaaPttauaju'-uL 
eaaayerait d a ugme n t s* ie «m^s>- 
bre des membres a la Caawdun 
Federation of CatihwlK- CsiBeare 
Student** en rncrtart ies ct>B- 
arriere pour que ' de 1'est et de roueat lr da asm a 



aa tauae tourner la se^ofndre au rrmme deja 
manege, ae ies cm-rcher. Auss. mess,,,.,-, tete pas so* sourire?" _' ad- afin de rendre 
que l.un vnt naitre avec la re- I si rcma ppwaj en toute franchise mettant que ce retour soil poX' 
TOurjTTiuMmpuila I-niinaarrjuiti que voua n'en ave/ ftltyli 8 U il f H*H en.endu. Que voulez- 



pa 1 



tional. 






preparer aux tournois de badmin- 
ton qui promette^t d'interessantes 
competitions. Tous les lundis 
2 a 5 neures, les courts de badmin- 
:»n de la salle St-.Joseph sont 

disposition des amateurs de ce 

port, qui toutes, ambitionnent la par pertains arguments. Rlen de 

oupe remportee Tan dernier par ' )|U)< facile "'est'-ce pas? 

I ise Lalonde. Qu'atre equipes se „ ier ,.[, >mme all;ut a , a ^^ 

disputeront cette annee, le cham- tous les dima - nehes> communiait 

P.onnat du jeu de quilles. Berna- 1 f re quemment et assistait meme 

dette .Richard, Marjorie Nadon, ; qU elquefois aux vepres Hier 

Kdeen Doolon, et Barbara Mo- | j'homme aui avart choisi le maria- j 

>oney, sont les chefs de ces ^ comme son 6tat dfe vie avant 

. equipe?. ,^ ; ^.rT - - il de penaer ou & s'acheter una- auto- 



question. "Est-ee qu'il faut vrai 
J pse c... re qua dans c«-.monde ment que la femme ne revienne de 
I. homme (que Dieu ait pitie boulaseTle, il existe encore dt's :,() e t 80 ana en 
i.erdre conu-e Suzanne Mineau" par- lo '"" ;un ''; *' ; '•'-'-Wnjcnt done) re- . jeunes filles accompUes, 11 .sat; it Thorn me 
le compte de 6 a 4. ,••?)! ,.ih. le meme petit manege <b- Ifia - hercher. Aussi messie 

rnfatigabks^jiportives lais- 
.ant la raquette de tennis* pour se ;ouj oUrs le diaqua tourna at re rencontres, je vous r^pntafi v»us messieurs, mieux vondrait , « >n decida- a us, 

. r/.si;,,,;.,., ., v „.^'-..^» Federation <** CsJfaeiae Caflajaar 

a Pas' Bsona- 

'rane iarterRB*! 
>ue etn^iar- 
ainsi parvenir au but ftaf a-w 
des* Tnoyerrs de^a afrprtni w -i* — panr 
l'organisme final 11 aT 
Pax Romans 




Ce journal est imprime aux 



ATELIERS BEAUREGARD 
OTTAWA 



£ 



Nous leur aouhaftons la plu.« 
cordiade bienvenue et nous eape- 
. rons que tous les colleges .feminins 
se dieeat coavaincoas • nuirront cet example ou plutot ce 
<pitaTss pourront lancer sur k " fWl€ ^ apportfta l'union neces- 
laarehc eaandien leurs livrss a un 
prua de 15 a 20 p. 100 moms eleve 
que? le prix aetuei a cause de 
r ssauxe d as aius twm du doUar et 
moeaque du teate 

Df bat intcr-universitaire 

H Lac Merrure. presi 

t> des debat.^ 
ipnrwnd q-j^ ) p yran 
+Mrm*r*t ca*re enire I-aval 
r»«al et Ottawa, se tiewirs 
■r U8fc_"-** L'aide 
raSum ><mv«<af::a; 
• -me. L'T'nrv 
/Uttaaca- 
et aaaaaai 
W^HJfreaJ. pair mesi 
BeanJf et Raymond I 



L'Universite d'Ottawa obtint de 
I'execuitf de l'ISS'sa sanction au 
projet d'une campai^ne de sous 
enption FCUC-iSS. Les fond 6 
amasses seraient divises egalement 
entre 1'ISS et la Federation cana-. 
dienne des "Universitaires eatho 
liques. 

Aux flection*. Jean X'incent 
chef de la delegation de j'l'niver 
site d'Ottawa. fut elu representant 
des etudiants des univerattap d'On- 
tarto sur le romite national de 
1'ISS. • 






Ea sur ce. x>n ae seaaars. «mt 
sans a\ Loyola ceaasa* .siii^ 

j ge des sessions nnnrwTWa aV .f.iwr 

ganisme l'an" prochain. 

Ray MarttoB' .. 






CHOMEDRS 

VOYEZ 

L'ANNONCE 

EN PAGE 2 




de la Federation fut ensuite ex- 
pose par Roger. On ne peut ac- 
cuser la Federation d'indqlenee si 
on en juge par le bilan des choses 
accomplies et des projets en mar- 
che. En voici quelques exemples: 
Fors du congres de la -FNEUC re- 
cemment tenu a Ottawa, vingt 
uaiversites furent les hotes de la 
Federation; la reorganisation den 
journaux, reorganisation qui per- 
mit a La Rotonde d'etre presentee 
aux etudiants pratiquement toutes 
les semaines, et au Fulcrum, de 
imblier un numero de douze pages 
1 .^ulierement; 1'urTiliation des so- 
cietes des debats qui est chose 
faite, • et qui dbnnera un nouvel 
essor a ces societes qui languis- 
saient. Tel est ie bilan des eboses 
accomplies. Au rang des projets, 
citons parmi les principaux: celui 



ti mps assez. limite. 

II y a de la bonne volonte de la 
part du conseil des etudiants, e'est 
a nous maintenant de nous mettre 
resolument a la tache. 

Une entreprise comme celle-ci 
demande beaucoup de bonne vo- 
Iont^et un peu de chance. 

L'assemblee fut en general tres 
bien dirigee et les divers points 
au 'programme furent tour a tour 
aliorde* et passes au crible. Mais, 
notre executif a fait preuve de 
negligence coupable en s'abstenant 
de presenter un seul item en fran- 
cais. " 1 ** v 

L'Universite d'Ottawa s'enor 
gueillit de son bilinguisme et les 
etudiants pareillement, pourquoi 
alors ces derniers ne ' se font-ils 
pas un devoir de suivre la meme 



de la maison des etudiants, qui est Politique dans leurs reunions et 



en voie de se realiser dans un 
avenir assez rapproche; celui du 



leurs conversations. 



Bien que M. Roger Hamel ait 

Year Book", dont ^organisation I souhaite la bienvenue dans les 

deux langues, l'executif du Conseil 
des etudiants n'a pas rendu jus- 
tice au groupe minoritaire fran- 
cais present. 

Comme toujours, on a presume 
que les Canadiens de langue fran- 
CaJsa comprenaient^ tous l'anglais 
du fait qu'ils etudiaiont dans une 
institution bilingue. Pourquoi ne 
pas avoir presume la meme chose 
du groupe anglais au lieu de les 
excuser de- leur ignorance coupahk 
s ;• apres- ■ tout, ils ftttP 



Aaseaablee paMiqae de la Federation; de gauche a droite, MM. 
Lac Mercier. Andre Larecqne. le R. P. LegauU O.M.I.. Paul Desmarais, 
Jesa Visrent. Roger Hamel. Mark Mullin. Rosaire Beaule. 

— Photo Desbiens 



.-, 



va i»on ttain, et enfin, Paf- 
fiiiatioTi a la FederatiorT'dSs colle- 
ges et ecoles fern i nines d^p: affi- 
li('s si l'universiie. A ce sujet, 
on nous apprend en derniere heure 
que I'ecole des Infirmieres a remis 
a l'executif une lettre demandant 
son entree a la FederationT 

II y a quelque temps. Mark Mul- 
lin etait. eharge del faire enqwete 
sur les possibilites. de pul>lier un 
"Year Book" cette annee, entiere 
"merit sous les siuspire^. de la 
deration. Une enquete aupres de 
plus de six cents etudiants vient 
de donner des resul t: its e n c oura- 
geants. En effet, plus de .quatre 
cents sont en -faveur de la menu re. 
Nous en verrons sans doute la rea- 
lisation a la fin de l'annee. 

M. Doyle expliqua ensuite lUtti- 
tude dps etudiants de raedecine 
envers les organisations etiidiantes 



dient a la meme institution que le 
premier groupe. 

« e * . m -'j '.». 1 




Au sujet de la maigre assistance, 
je n'ai qu'un mot: "C'EST IN- 
COMPREHENSIBLE" mais lisez 
plutot l'article de J'en Pique qui 
traite specialement du sujet en 
page editoriale. 

Ray. Martin 



- / 






' 



\ 



r 





-%rr---^ 



U - 



1^ 



-* — ■»? 



— 



• 



■- i 










• "•:• 



J « 



* . 



— - — - 






C 



& 









• 













n ■ i ■ 



i 




. 




1 







Page 2 



LA ROTONDE 



a 19 novembre- 1949 

-3 — - — .1 



19 novembre 1949 



L A ffb T O N D E 



DONNER et se dormer ™ofessorat la 



La. profession la plus ded&ignle' 






r ^ 



\e 



on- 






lis la.r* et les missions: I'Evangile triomphe de I'erreur re- dcs etu diantes , »e'st bien I'enaelgi ' 

tea etudiants de 1'Cniversite bgieuse, le peuple passe pour son/^ment. Pourquoi? I.a cause pr*- Ee« edeve* -a%^i*>ur$ d'llisNdi '«' nkme -peu*-U sulislster ? I.a F 

nnus pour- leur plus grand Men, de la l>ar!>arie a micro de cette indiffeien je -du Canada, du Cottage Bruyere, nation canadienne re, lo — 

y TiitMsif envers les missions. !; , jrfvttttaffofl; crois. t'epildon publique. On leur Beccanpagnaee de leur professeur,. par de? amis qui veraent chaqtm 

"dice de/gt-nero-ite nous a souvent repete: "E'enseigne- rehdaient visile dwrilerement' au annee une summe de 1 10.00; 2o 

e ri i-roire que le terrain est E«* v <dr: merit e.-t la plus ingrate de* pro- bureau de la Fondatipp canadienne, par dcs millionnaires. nidividus at 

i r. ncore" .p ,\u point de vift de la CdnQft&fl ' "" ,rr que rue Spark* d. Walter- H. lb . *|g draresd* de ■ eonti ibuer an 

t cnfdf] Kjourdijui, I'argent ne c ,„.,..,,.« ,,• ''•' ,u ' information leur ve'nait, la bert _k< ivcut avec un sounro Invn public; 9o- par des legs. I.a 

;,, U ii i." . tter de ' ^ .plupart dU &£mj) . ge pi i Want et raeonta a-. compte H u rent, 

,. . '' ' : " s *' nv manques ou de pi qui . h cordiajite, PhisioTre d« . ..- qtfa'tre met 

}, ( ,\;,. a.T,,n e«{ tinali.-ee par If netaient pas fc&M . . mi ml ei.- . T, , „ 

\.\ii: -era,? encpts pfya par- inanaji.a P 6 ["ha ,: ita auaHl •eafree ;•• i.a Feftd a d ton <mnaidiapne 'a aaur dam deja fait see preuy ! 

.- >• ,i rpier irni-ii,' pretre, triimairiti ft Dleu, PJ* " n I't-dajrogue.^ I K de pron mr dee Ik. cs ,,; in : \ :i pae rrfl ( .]i,. ft 

Kn effety Tenseignement est une nationaies, I'interet du. public dans d'infopraation pour la ftC.A.f; e1 

lea m I La re 

par inflliers a divers 

lit.. * iien. Elle 

crnaac eoaune "."'iV.-.A' fitre tafaaee a dea to'utdi d'esprit, ciaux tie renfosea* . la vfta | I'iristi|ratrice ih-< si p gi^y Jgtan 



"7> 




misaionnajre, .instituteur. ins4'itu ' "nv l" s-'."-i d ',','!■' des I T" , ' !l ' ,ai ' :t1, (le eaptti l'attention des M««a anistkiues flattent la fifru-. i-jimpatriote et ami, Guy Beaulne. ' 

tnec-missionnaire, etc., etc. El " U ' ^ aU> Aleves ,-t .surtmit'de la soutenir; natmnale'et doit^n raffirmer, uhe Elk- dirige un vaaia centre d'ir. 

cela, parce que ce don rep<>rid a un '. Kn etfet. la vie de rEgli^ n'est | a gaiati, l'entxain q\ii doivept nation amie du pfojrres ne peut se formations d^ter et rulturel, eHe 

besoin de ces peuplades arrieivt-.s, qu'un immense sarrfdoce. et neu tou.iours aninn-r un professeur; le permettre 'de neglijrer le develop- recevait Pan dwrnier des demajides- 

parve qu<- les prctres-missionhai- n'est plus h-gitime 'que de parlei di'^interessement et la philanthro- I-nun: et. le rayonnement de aa de_qiiarante-deux pays; at res de- 

it's font apper a nous, et pa/ce du sacerdoce def ndeles. Comme p i t .. L a bonne humeur est essen- personnalite propre. Chose . et range mandes requierent sou vent des rt- 

que e'est notre devoir de soldat e'est tout le corps, en. chacun da tielle, le Canada semblo iriconscient de ehervhes approforidies dans des 

u Chrs.it. ses membres qui est v.vant, ainsi Le professeur doit po sseder des c<> fait - ■*• dirp ^ue la culture zorre^ inexplorees. ,La HoUande, 

H III Will . le plus humble des fideles, le plus notions ass< . z approfondiaa suf n ' ex »^ PttS jej? CerWs pas, jar PXftmple. drsirait I'histoire du 

■ - ."- • <>3»MM des laics participe a l'oeu- t(mt su j et sco i aire> intellectuel at Notre P*^ a from « des ©crivains, nmuvenier^t theatral au Canada et 

be sujet traite est dune impor- vre sa cerdotale de l'Eglise. C'est gocia , €ar ga tache n . est p&s seu i e . des mus.ciens. des danseurs, etc.. ceci, , po ur lenseigma- dans ses 

tance priroomiaie^our nous, etu- en fonction de cette obligation que ment d'instroire s^a eleves mas •*«•. ,1>une incontestable distinc- ecoles. Or, aucun travail de ce 

uiants cawoivques, car^oanajre je traite rax dans, le prochain ar- ^^ lJe ]e& " Wuquer U . ^aluc tiun Mais Teffort est depourvy de genre, n'avait encore ete fait. 



A 






:>. 



monde civilise d'aujourd'hui, mi- tic i e , du la'icat missiormaire. 
ehr^tien, mi-pa^en, nous avons des 

devoirs" rehgieux" a renvplir. En Andre Eerragne 

eflat* qu'iL s'agisjje. de vie priv 



o\i la maltresse "prend la place des n ■•oareaa pecuniaire^: et le succes Faciliter les relations interna^ 
parents et doit faire leur educa- est disperse. Ce qui m anque, c'e.st tionalen. culturelles. favoriwr- en- 
tion. U duit jeui doniwJUa Hidaai. ' fr tl " tn ie j[ ..solldJL. d T une lhap ir a ti on tea pay* Exchange ^e Vues, d'oeTr^ 



Un Nouveau Club 



ou de vie professibnnelle, ou so"- • 

elaia, on ne peut. comme la ten- lj * iire a La Roto nd« 
dance existe 'malhepreusement' 
ehez plusieurs, considerer le pro- 
blem e religieux conime un phend- 

mene-isole, separe, 'dont on pour En discutant avec un ami des 

rait, u voldnte, circonjverire Je activates etudiantes a l'Universite, 
champ d'application et -limiter il m'est venu a l'idee un projet qui 
^'amplitude. lJi religion met en semble etre d'un interet general. 
jeu la fin derniere de 1'homme: 



En effet, le professeur est Parent *' et ~ u " uu "d^ri^t d'ordre national. 1j vtps,- d'e'tudiants, de professeur > . 
formateur de l'etudiant d'aujour- ^ H^'bert faisait remarquer a ce .volla le pourquoi fondamental de 
d'hui, de Khomme de demain. C'est su J et ^ ue Quebec, presente sur ce la 1 Eondation Caaadienne. 



point, glorieuse exception: encou- Avant de partir, M. Herbert 

rag«« par le iWr^i; e'est elle qui nous montra une collection adrn 

de le plus d'orgaaes culturels rable de peiptures canadiennes, 

ej elle d>s t , ri bue annuellement typiquea, Celles de MacDonald. 

trentc a quarante bpurses detudes d'A. (loutier, de A. L. Carson, et. 

.lornaineVVenselgnemenrdes^tits f ' t I 1 " >UT V6iwi * de la P eintuie - I^urquoi ne i endriea^uus ' pai 

dans les jardins. d'enfanc-e; l'en- deIa lllU,mlure ou de la n,us '- vous-memes visite* a M. Herben. 

lp plupart doivent encore se sei(rnement pril , miy<< srcom]ain . ,. t TO; «**a series enchajites.de la jrran- 

uvemr de notre "Science Club" ,. fois uni vcrsitaire. Ee rftle I,om '- l;i I,( >ndatlon caruui.enne ■ deur de son oeuvre. de sorf patn,, 



pourquoi le professorat est plas- 
tics baut dans J'echelle des .pro- 
fessions rsociales. » 

flusieurs aventures s'offrent a 
l'etudiante (jui se dirige vers ee 



souven 



. ■ , " "Olui qui' n'est pas avec mdi est 

eoatre moi; celui qui n atnaase pas • v _ A ■ . . . , parfoi.s universitaire. Ee roll 

' ? avec moi disperse " (Matth XII "' * n " derm ? r ' de *** debUtS e "" que Joue le professeur est essen- co,nble uno lacunt; un e organisa- tiablfi ardenL^et de ^n sourrrrr- 

) no) ; thousiastes. d« ses beaux projets, tiellement le m -. me tout en aiff ^. tion assez forte pour regler les accueillant. 

^ ttrop beaux . . . peut-etre), enfin, rant un • pfoblemes canadiens. Cet orga- FMKRKKTT E BOUR BONXAIS 

l.appel des missionnaires: de son declin gradual. .Dis%hs-le 

Lea obligations essentielles de franchement, cette affaire- a' fini en Le P*^^** r ^* l ' sl um ' P rofes " 

notre condition de chretien' nous nueue * M ( o.um, s„ .,- sl " n - auas, f ^ rarK,e ( ' ue ^ute^- les 

soat'li'eureusement'rappelees par "taire de lorganisaitWn, j'ai pu ^tres ma,s ,-Vst la s«u!e ,,u, tient 

nos missinoBaiPes et de la facon- concur U- bon du club, ses la- ^ *5| 5» a l&! 1« <»' '"" ■ 

la plus coVrete qui soil. lis ne <-ur.es. a.nsi,que les raisons de son hl " Mi ' nit «' ""..lleure ou pire. |/IM V KKsm-; KEEl SK 

manquent pas -non plus de nous msueces. Vf»ici ee (jue j'aura J^li. 

proposer de* moyens pour y sa- suggerer comme substitut a $50,000.00(1 

t >faire. Leurs appels ripetes ganra d'activite. « 

le rneme pied d'egall.te: .n autre \ • Nt ' v " us *" n fillU ' s ?••• ne. 



.* 






LA PRESSE Uni 




. — "a-. 



touchent urie. generosite souvent 
sommeillante. Remercions-les de 
BO i. ouvrii ains; k-s yeux aorl'atat 
r..l de l'hujnanit^.,avec l'autbrite 
•l'in : . ; Oat U>'ui sa'critie a la 

pour-suite d^in fr ■. 
• '- Lev :t'-nt en 



Nr vous en lanes pas, 

Nous Botnmea a l'Upiversite' .,,,,■ . pa d 'affaire de presidant, *^& V H< - dt * WJniyawite d'Ottaara 

pour recevoir une instruction, de vice-president, etc.. qui. dans nv: ""' ' lu Jefferion Military- Col- 

, mais surton pour recevoir bien , ''"'-'' , ' ;i 'iui un mfllionnarra du 

une formation et autant qu»- pes ! "placotagl " en rfegji Rflola, George Armstr.mg, otfrait 

une formation complete:. < '. 

NToiM a\ '• a notr< Bujeta el d'organlser ' , '"' k*«»H*ira-aij trtteation enaeigm 



cu ltu r e' gL M ierul c, des. corele- de FI y a moyen •• auj#arl«rll# de la race Blal 



t?-mus, et reconnaissants veulent 
remafceier . . . tous ces valeureux 
vieillards de la Society d'Adrnm 
tTation . . ," 

Nous attentions av.«- impatience 
le prochain Q-E g U i , a it ^'il m 
nous annoncera p i leruptiotr du 

Moru-Koyal" 
IMI< 
Ene 



Membre de la "Canadian University Presa" 
Membre de la Corporation des Escholiers Griff onneura 

A lu Direction — -. -- ' ' t ' .; -, — ^ 

; Directeur: Kosaire Beaule 

l>irecteur-adjoint: Jean- ■Vincent 
Secretaire: Jacques Ealonde 

A la' Redaction — - _. 

Redaetaur en chef: .lean Boivin 
Kod.-adj.: Andree' Cloutier ' . 

S acft t a tra a; Hujru#tte Cba'ratta, Gillaa Grenier 
Hedacteurs: Jaaane HeT'thiaume (C..\.U.), .lean Touchette. Jean 
Dery, Lotiia Deslneris, Jean-E. Gosse'lin. Eeniand 
I.al.eile, Eein.'-A. Eachatne, Paul A. Meillvur, , Ro- 
f bert Morel, Solange Roy (C.B.), Uerthe Vaillan- 

- 1 . '.. court (E.I.), Yvon Houi l.ounais, Thomas Delorme 

Sports: (Jilles Ilurteau, (Juy Hurtubiae, .lean Erouin/ Guy 
-3 — * -— --aotrbert. - 



Au Service des Nouvelles: 

Chef de lu nodvelle: Raymond Martin 

Nouvelii.-»tes: Guy Morrissette, Eouis Uinc an t, .leannine Eeduc 
(C.B.), Gilberte Berthiiiume 
Maatlui (C.N I».l. .lean Cote (T.IT.P.) Cy. Goulet s 



Jl___ Andxfi-_Cheniei . QdetLa Pari Leu. Jacqueline Blaki. .-,,,« 
" Alise en page: J. Touchette' . 
Gerant financier: Denis Boyle 
Circulation: J.-C. Sirois. 

rt>aa (llarai R. V. A. Tremblay, o.m.i., R. P. B. Julien, o.m.i. 
ADRESSE: 17.J. rue Waller. Ottawa 



Autorite roname envoi postal 1 mde classe 

I. i«n IdSaa exprimees dans ces pages ne sont pas necessairement 

celles de II ntveraite ou de la Eederat ion des etudiants 



7^ 



MATIERE D'OPINION. .. 



V 

Je ne partage pas vos 
idee*, mais je ,'defe'ruirai 

jusqu*a la mart vovrr 
droit de les rxprinu-i ... 

\'olf:i 



Le diat ipgua prem 
de la province lie i citant un 

jour un texte de- son grand 
LjOUla Si-Laurent, dii-ait: ".k- <■ 
t -on opinion, in;,:, a- n 
l^e pas". 1. -ungate un |. w 
brutal,' je te COTKl dti, p 
tout dj mein. uiir aUitULk 

loual 

E'autie part, m.id.nue R ■><. evelt. 

■dans_SEa "Memoiraa", noui eonfi 



ter I'opinion d'autrui. de pc 
(E.E), Madeleine-^pour .t te rontrp wn* mome 

interromp"re 1'interlocuteui . et de 

1 ' i I ■ I \t i I *; 1 \ 11 1 1 I .". 

lit jutttiai inntt* 

ou le non-sens des aiEirnxttions 
uvancees. Si humble et si pep 



*V ' 



EQUIL1BRE 

Une Hociete etudiante comme celle •Vjue nous formons, 
.jfrr** k« |>lus inextricable mV*lange-de caracteres et de person 

nulites. ■ • 

Ainsi, notK rerrcoTTlruiT M de c e s ' s por t iftf qui limitent — 
leura pensees aux: champs de ruifby ou <le baseball, (it de 
"iiitt'lk-ctuels'' (jui ne se sont jamais sali les. mains k toucher 
1111 ballon de rutfby oil un baton d« liaseball. ; 

. ' j Si jfi di'vais trojiver .l'etlidiant' niodele, ce n'est certaine- 
m'ent pa.s dans l'lineou dans l'autre de ces categories que ju 
!'• chercheraid, car l'etudiant modele est celui qui s'cil'orcc 
i\v nicttrc je l'ctiuilib'e dans k* df\flo|)pement de ses facull 

6e sportif, aux epaules colossales et a la figure de lut- 
tnir. pent compter des milliers d'admiratcurs et . . . d'admi- 
ratrtces, enth ouai a am er des legions d'amateurs de sports, et 
que s<m ilTuatre ei Irea intelligent J <H,ir d'j»e publicite exlri..onlinaire ; si pour developper ses 
.•)M,ux. ne refusaii , muscles il a du neglige' son intelligence et son esprit e'est 



un monstre comparable a un eyejopc. 

. Quv d'etoiles sportives ne sont pas capables de dire deux 
mots de suite en leur langue sans faire des fautes a fain- 

/«nu*^ 



1* -• * II" V *^_ 14 <\ ^Iri 1 €% v/" \ .-\T '• VrirT? ~~^~i %*-\j\M\i li 



^L- 



- - . . • . • . . . ■ ' . "... —j r 

La Reunion publique de la Federation 



AM pantheon du sport collegia!' ou uniyersitaire soulTrent d'un 
rttardement intellectuel de plusieurs annees! 
pr epare a i ,,,n quejtet le Cette question se pose aussi pour ces "int ejlectn els" qui 

Type «on>u!t.e. a liWeite d'e\ t -. [n'vhent en sens contraire, et elle est peHt-etfe plus prave. 
.-tail raapeetea p.i :, pre«l-.i«ar il est certain que dans notre miileu. il y a beaucoup plus 
nt, lul-mome. Belle lecom d'hu - [ d'intoUectuote (jui ne font aucun :port (pril rxiste de SpoPtiTs 
inil.te.ct de. . tr^i ,{+• eh. h i.-nu-* '•■qui n'etudient pas." -• 

-^Atin d'4 le grave pacha de On ne i>eut demander a tous les etudiants de devenir 

'a;-orin. inent donl I'oi tine etoile dans tel ou. tel sport, toais jr soutiens que'eeux 

to iveal a ma. .a>er: ' a-' : en ., qui n'oiit jamais ou le courage de s'adonher a on jea d'eiiuijic 

r,vrvi;e.- -mnr-nr^it- pa^t-int^,.. oa fntitvitiuel. ont a so uffrir d'un grave desequilibre dan s letrr. 



de. gen. n m. me .de fo rmation d'honrme. 



lane (k-s restrictions da ip. < ertains de. ees, "intcllectuels" donn.'i'ont coVnme raison 

i m, soit dernier, la ,onse,l Hop" ■ Qu'en penaez- ' ? a " ,M " ^ Ue L e **" «$ ^ 5$ Kg ^ ' fal1 ; 1 " COi^tUUo^, d'at. 

aines gens, je tres, qu lis n ont pas ae talents pour les s|M>rts, et -d aut.res 

Me.rai que d'ane personne. (Jin/nt qu'ils n'ont .pas le t emps de jouer. Ces raisons neuvent 



osj etudiant;: de 1'UniversiU' te- 
nait §a premiere learnon puhli- 
t|ue a ki .salJe academique. Mal- 



vous : 

It l'il fallnrt \ niimci ei '"i'e~ par 

t iettJaritea. les habitude.- d'un 



.I'une seule person ne (maia b la exister, mais aucune d'elles n'est sufTisante pour excuser ces 
pjueHeJ beaucoup .lame :l • p'ut gjeux" de vingt ans qui comniencent a ressentir des 

Kre Hnt^ruse pHiblu.te donnee a ,r rou d un autre, la kste des hr , m) Kntl ,, „ f;lllT ,, rhumatisihes et a avoir la colonneTrtebrale en arc-en-ciel. 

ret evenemnet. <kins Ea Kotonde. ^ u?>p „ >et . afltiyitfe ^tud.ant,. ,. vlU ,,. tU . U] ^ vr . , ( . ,.„. _ „., 

s'alongerait indefiniment. 



le Fulcrum £l sur de n ag nbr auaa< 

pancartes. la aaJle eta it quaul de- 
.serte. Une assez forte delegation 
de la faculte de Medecine (je dis 
aasez forte, en raison de l'ensem- 
bie) etait present e; en fait, elle 
formadt le noyau de 1'assemblee. 
Un petit groupe d'infirmiercs, le 



?t?e 



Rejifarde/.-les passer ces p't itvieux. la tete basse, le teint 
te geptent -toajajtrg^yjr bleme et les yeux etires pour avoir trop ''pense" -quels pro- 

blemes ils jxiurraient se poser pour compliquer davantatre 



Cette peraonne" n'a pas de aaxa, 



la vie. 



coupabiesv 
Cat-ce cela le metier etudlant? soco 

Ili.n que la major iu- -eml.le par- " 
tager cette opinion, je ne la par- 
tage 
v. 

fhiaox, prenez la tampa de rafli- d'A-iam.- son age aat m ftyatara; nn esprit moins fatigue mais bien developpe en meme temps' 

chir cinq minutes sur la question. elle~se ' croit vieille de sagesse et <!"«' ifea muscles -formes aUx sports. 



age pas Hernandez a ceux que'«»»' •»« » reu<»uve <\u-v les till- Gertea non. l'etudiant equiiibre n'est pas ce "corps sans 

on jugez aata«Mc parmi vous: d'fiva autant qua fibaa tal frera5 ^ te " n \ "c«IJ« tete sans corps ? \ mais e'est bien celui qui a 



personnel des deux journaux dejet vous verrez; vo,us en arriverez nou > lui attribuons nn jugement i , Soyez Cet intellectuel qui joue Oil ce sportif qui meuble 

I'universite. trail jeunes filles du ,, me ronclusion tres co&tradic- d'enfant; mais, qufxapOlti lage son intelligence et vous serez un etudiant equiiibre et peut- 

Bruyere et ujie quinzaine d'etevea 1 ,,, . ,. ., »,„< actions. ^_ aujourd'hui plus que jamais! etre cet etudian.t modele que tous cherchent. 

des cours du soir " formal en t le v.,„ a ,vn«,i ,,„ M n..n i„ u li.n. e per.onne a un faible p.ue 



reste de l'auditoire. 



Nous avons un eonseil etudiant 



!.. (Ii-russion, ce,qui "n'est eertes 



Comm£ vous rppresentatif. il nr f aut- -jms aaf 
Je voyez, ce n'eUit pas riche. (Au | ( . ontentt . r de i es eTTre et puis de »e P" *"* ^ M>l - ,ua,s ' ,ic H a v " ' 



J. -Jacques Lalontle 



'>-^: — qiii a_d.u re .cin«f ' 




jdomm.. .cette . "' ^""^^ « "" ' • PK"U l-a graruJe part 

-k-rner.taire ne r; aoccupTpas » ,a " tanl aux fatura homroa a de de ces ii]„ melange deplorabl e- de- jarf a 



a Montr.-al oil il rencontra 

r iux i u: r h,,n ,e " hn,,iu,: "^ piu: " ,! " ( b'ab'a'o::!,,; 1 : ^S? ft 

notre monde civilise. -la legislation !* * ,l ' Ur ^' d affWrf8 ' ^ ' - l " ***** ^^ du S^N^mite HISTOIRES DE -V 

connaissances genera les de telle facon que des specurtfciir^ 



MORON" 



sur les sciences ? 



depourvus de connai,,anees pour- r ''^ «^ «'" m Je Q-L neu r : ' ! l '"'versite 






rem. aamedi apres-anidi a Varsity 



raient 



etre donnees gratu,te m e nTf«Tfe-rH r ici. sans commentates, ^^real ou ,1 pwntatt une 

s etudiant. de I'UniveraitS ^*«*n»« traits dfTiul article d, ' «* aPNBUC ■ 




tente. avec plus ou moins de suc- 
ces, de conserver vivante? et effect 

trves des notions de justice et de Ce moyen, ce sont les films. <e 
charite parfois Inen pres d'etre strait tres facile pour la Eede- pour _ 
oubliees. II n'en va pas de meme ration de nommer un cojnite com- et es co '' t '^ es affilies. 
en pays de missions. Et pour . P«>>". dieene, de deux representant* Qu'en dites-vous, messieurs de 

nous en rendre compte, deman- par faculte (dix a dou'ze en tout)\ la Federation ? Ea depense serait 'Tose de la pierre angulairc, e rr-r? t 'J*ii lIlia ' n ' ; ^" ,>11, l ' 
issionnaires < es repre.entants devraient etre p>eu considerable, l'organisation hier matin, le ler novomlrre '2021. K ^ 

par Son Eminence le cardinal 



premiere page intitule: Entin. le la( ! u -' Jit -' aaaiatail I'aul Desmara 
(iymnasf! (,e 1 I Tniv ei r a i ta d'CKtawa. 



dons, a nos vaillants missionnair. 

du Basutoland. par exemple. quel vhoisis pour leur desinteTessement, /relativement simple, les benefices 

role admirable joue la foi chre- pour leur interet^dans les sciences • P our toils, tres considerables. Ees 

tienne qui s'opix>se..diEectement a et surto ut pou r leur. habilete dans copains auxquels j'ai mentionne la 

la sorcellerie et au fetichisme, au le choix de films. Je suggererais chose ont trouve l'idee exeellente. 

d6bordement des moeurs et aux que la Federation se reserve le ' Cest maintenant a vous d'agir; 

injustices des conditions sociales. droit de nomrrfer ces representants, ne nous <lesappointez pas. _ 



Cest pourquoi, dans' la mesure ou (qui, a propos P devraient etre sur ! ^^__ Langevin Cote 



Pratt, doyen de nos anciens" .. 

"... nos ancetres carabins ne se 
sont pas sacrifies pour rien ... On 
a garde les bienfaits d'un gymnast- 
pour nous, etudiants de 2021 . . ." 

'Le etudiants de EU de M 



le Carleton et le cojlege' St- Pa- 
trice d'Ottawa ont fait des de 
marches pour faire partie de la 
Federation. Aprea I Inclusion de 
ces quatre coHegeo, FNEUG re- • 
preserrtera toUtes lea principal' 
uniyersites du pays. 

LOU pt VINCEXT ; 



point de vue quantite. • • evident - cr0iser M hrHS et ^ Uendre Vim . 
inent. ) pcaaiaJe de eafl messieurs. (I ne 

A quoi faut-il attribuer cette i faut pas effe contvants comme des 
apntkie,. ce ; manque d'interet de la j aveugles envare *eux qui leur ten- 
part deis etudiants des Arts vis-a- dent la main. D'ailleurs, bs.cri- 
vis leur.s organisations representa- tkjue.s tbntre la Eederation -sent 
tivtss? Paut-il concrure que re innornlo-aMt"-- et demontrent le 
sont dea ecerveles, des hiffiaa pour contraire. mais elles demeuient, 
-qui il faut ,t macho^i^ler >, to u s l es- toujcwirs au i * t^ ge da criti qu e e n , | 
Aliments avant de leur presenter, j coulisse .lahiais elles ne sb 
ou bien que (• e6U social de la dent a la Federation 
vie etudiante les interesse plus de BUggaations. • 

que tous les ajtttTJB aspects de { ■,., . p,,,^,,,,, ];i 

Tout porte t u (j( nJ ,Visej n ibliqui - rner 



loir dOminer la discussion, 

autre pair.' de manclie> 



V a 



(De n'est pas qu'un caus«u»-. e'est idees, ses opinions, ce qu'il a pense 

un stiategiste ,hors paii\V Tres de lui-meme. { 

En groupa se ifunit en un cm liuml.k«ment, ) e-n saluant a gau-' Vanite! Confiance en son propre 

endiojt pour jaser de choses ehe. ft droite. en serrant la main I raisonneiiient! Manque de com- 

abtrad et faire put, •<• .1. a tout la mondcj .1 pailltra dans ' prehension ou de sympathie pour" 

ronnaissanc»-s <le ehaeiin. I. "on er, le wtron, se. joint a un groupe ou tout ce que nous aurions voulu 

a parlei d • rrmversatioti va bon train et ne penser it rrue.i*rotre talent Irrrrite-- 

t<^L notre ami pfecite. s'empre-se dit pas on paafl mot pendant an ne nous a pas perm is de deduire. 



ua an d'af'mne-WTie.s- id jaa a ' t r qj j .categ"^- motM-< opr mmme til faut savotr Quelle peur de s'avouer sa pro- 
1 ''t-'"- .pi. - et s.Jtir. litesTjn dam, Von parle wae^pfe faibk'sse. sa vraie mediocrite 

foriae ,,.,. ;ivan.A.et I'mi am.-ne jui le ideas, "b. tres' viteinent, tmiaaeiet Ton s'^fountlt soi-meme en • 



tepiS ;.• ry;o.i. . •: / tiourrr_ lr J , <'br»^mt-.<. puis ■bfuyjinim.'rit^'va 'MaJft"* 1 ^!! forx, 

fait pa l'attention. politicions en tam 



-*w>tre metier ettaiian.t? T 

. le eroire. 



malh'eui 



tout fifariaaulea 

tampa d'election. 'afin sr 
,rd>.. debate a dji faire oroira que Ton a compTe- 

r e pr e s entants feend4e le ' ii! tlV> - paasa aim de se voir tendre . tf nu-nt ui&uD ... E^t je connais 

Ea rnj atudaaoCe <k- la tnajaure le raient vou "' "" '"' ; - dm I ' |K ' S ,flu en s0nt P»rvaaw i 

PBtte dCS eleves des Arts <emhlc recevoir Uh i ■. i ..,-'• v "i a a^ W, ooint .p.'ils ' -e eonvainquent 

o r.sumer SuTvre les coii ra ci suggeatidnS -le tons et MWcTm ■' Ittu " f»?i m *« l " i " 11 '^ " ' •' : ' ,! '.'!. '' em,-: ,1 he faut tquli 

r ne pas perdre .a >colar , ? lne ,..,-!„,■ ^^'^ ' ' ]UV l?U1 " mcillPl,r "J" 

S tous I,- 3gaa& ,,, - aadua. Pa ap - ^3$** 

jpie j'approuvei et souvent y eon- 1 tions, le; 

tee que a 

ri'appmuye pas). Asstster a t':*lb.ir -ag." 



>. 






■ 1:1 n ' 1 



»n 



M I 



VOUS QUI CHOMEZ 



' 






e'est ce matin a 10 hemes qu'dura lieu Vouverture officielle du bureau de placement, 
orenavant, vous pourez faire vivre vos femmes honorablement, payez vos dettes, fumez vos propres 
cigarettes. Tout cela grdce an uouveau bureau de placement. Venez vous informez samedi le 9 J9 a 10 heures. 

CAVH DES ARTS 



—— 



ptogmm ma a hrfl * ■ appriyoi , iten . 

ftt to rara . anil perdre ma: ■ ■ ' , ltM - ,ie te 

" lain? dai 

M uf le parquel •'"'•' [ l>K [ : „ . I ' "'' *s ' 

A - , ' . ■ ... 

-m.ianees aVac mm a in >" " ^. " : '"" i ' -.^ 

M - n n' i ,' H . ..ie fin i.| i i . » r la K .J cru , r . ' , . ' —a , __ ftiun ;i a ntaye, s appropriant 



.,< \. .m. - ' 

a-dei l:i de loia ' I •"-> d'etiale! 

... 'tUendu. 

!.•• v u • rceratisi 

d'.-iivi..- I. - ;■ ..us 

\ QUJ le eonna » ••/. p'e tyj c ' '•■ "--i"- •■■' mo • 

'. \1 I 

..... _ 









riTTrittarrrn — trwnnl — :r battrr 



i Kaie: deux heui -■- el ii n. .piart ). 

!•.• i|u.' dire de < eux qui wiaib 

: . m. in rag'ulit*- 



•' '■ t.'t a 



••nt danj !e- buj .I'y. de celer les .n.i. j ].. ••• |n> 

l.twiiiuV feminiftes da POutaouais difference corjuHente, La Ro'tonde 
alin <|e le>< accompagner till POP 
-oir at d'opater ainsi les eamara- 
des et posaedei ensuite la 'repu- 
tation, d'un Don Juan. .I'ai meno- 
eu vent d'un pairi recemment: 
enjeu $l,on objet: leqtrel ac ittv 
pagnersii: la plus jolie demoiselk 



vpu gave d'un reportage cample) 

u'muti's di ■ -e.Uer ei 

niiri «•' page. 

\]n ami qui vous reviendra a 
L 'ecc aaia Pi 

F. D; 

... 



\ c tori !>■• I .'un mo'l que ro • • ••• 

autoi ita;i BCta M 1 " '■ ' ' ' '« ' ^ ' 

rendiTi: redout able i\;\u-- la d I r l;> 9UU« de vo! -♦• d.,-.' • 



a se demander si s'anri nva-.t po nrtjant7 t ree IntereaT'l 

i ttffra paa aa -me- aaat i-lw iuum'. lajj ■ 

manie da vivolr, Rien na mate ee qui Sal lariaux, e'aat ipi'il 

ftatte plua .ajietite persi.nne .pie n'a meme pas porte attention a 



de regaer en rpi et maitre da; 

salon de tel nouvau elub litte- 
rairc, s'cii'ntitique, ou politiipie. 



VOtre pensee, ou du moins n'a pas 
snisi l'idee qui s'en degageait. 
Pourquoi ee Uiantpie de respect 



Quel phara IP ae ' iqU'll poUj ce qui est le" pltra cher a la 

uonente la discusj»ionI I personne humaine; ses piamres 






LE 



LAURIER 
TEA ROOM 



ri:p\s sekvis 

58 rue Eaurier E. Ottawa 



- — 







■*. — . 



k' 



m. , m 



• i ■»■ ■■■ ■ ■■■ »" 









1 






• • In 






— r 



^. 










i m^i 

















— — i — 






■ 



*. • i. . — 



P*ge4 



LA BOTONDE 



19 novembre 1949 



._. 












:• - . ' 



ON S'IDENTIFIE . . . 



On a pari* d'Identite. k«s 4 boute-en- train des .*!< 



echo* par-lant encore .d"'Iden*ite". 
Mais qu'est-ce done que cei\e 
"Identite"? C'est tout un point 



folklore) *e charge-rent de donner a 
chacun toute Pactivite physique 
qui nfanque ' pendant la semaine. 







d'interrofration pour ceux qui Hal Oil M demande encore comment 
,conna*ssent de* TEcole Nqrraalei les mui> ont pu tenir bon! Comme 
'que ce qu'ils voient par les'fene- ' intei mede. nous avfong le plaisir 
tres! Ouriosite bien legitime, tout ' d'entendiv MurieTle Charbonnea.u, 
de, meme •'. . . Or, pour .les inte- Yvette v P.oyon et Eugene Bruyere,, 
it-sses. voici! dont notre professeur de chant 

. X- .«♦ aurait tie (it-re. SouJighons let le 

Ce fut sous le_theme "tous se , , , . • . 

. " "' ,• r-'-i 'Sketch' rendu par un groupe du 

con na it re que normahennes et z , 

"" d'fine"' pensionnat de Sturgeon— bout de 
i omedifi que nous ,jui(ins long- 

tempn dans la memo ire! On remit 
cedent lurs de leur soiree ilu 4 no- i . r . 

,. .a Fernanda I.aframhoise le pnx 

vombre. Un tel enthousiasme de- . .. . , . ... _ 

. . . ,, <Iu concours d identity. Pour ter- 

vatt inevitablement mener au 

, . , . ... - - miner on servit un gouter savou- 

succes, La joie et la gaiete furent . 

a Plui . u .e u i, m u m**^^™: *^^^ f,u k " 

IMS, s il vous plait, ei aeguate. 



nonmaliens firenfc — prcuve 

initiative et d'un entrain sans pre 



de gr'enat et .gris tlottaient au-des- 
sus .des tetes. etj de gigantesques 



• avec appenit par tous les assis- 



tants. ■ Personne ne s ! en rrtnnrrre 






points dhrrterrogation surgissauent .... ., 

- ... ,.. ., 1 estomac sonnant 

de tous les- coin?. Cnncurr 5 et _ 

-•nuvert d'affiches e* de 6aT!catUre! *f b*LiftP«£ 8 i entrain- ©4 « la 

,,oui H f.v.,. identifier pursqu'il g»'*tc ^ tons revnent le succes de ment d'une autre annee seolaire. 
~ Ta 1 ! -rinaitre". 



,1— 



-fa— rerrrre. mai« poB paittcnliore- 

nient a Rachel Piche, I'orga 
, Jamais v.eux jeu na fut pjus tiii , ( , (| Ih(lr ,. | <Uyi!!t( . ; k nu . s . 



.gfficaae 



r- Bernard et < lau d ■ ■■ q ui -roe <rMf pjtr^HgU! pudi ,tiklP0 



p.,ur metrre tout l'monde dans le t] -, rvnt |es (Jans< . s . a n „ s oh anteur, 
au debut* 

' Wnrrn^Mne -. 

n lj " ,hli:1 dr ' lux beffjM 

P« ' •*«** uk compter pour \i 

»* ml 5 "" n '" i<» 'el g-pfitei A :..,-.. /in 

•atrline-et aipsl, tf ,.„; „„.,,,• »v y a ,.v, , ,;,./,ie 

*" l i ft WlWt'ffBtTfum'feft eUW-s l^ni arj „ ull t . id e nt'it e .' uit auee^.v t r> afa\nt! 



(lan.i. ' J inaiiV 



; — . - 







1 



CANCANS ET ■ 

ANECDOTES 



OH * tn-au taqumer la nornia- 
' Henn a en. lui ehantant qu'elle fie 
•([uente "l'enceinle de- vieilli 
les'.' les murs dt- TEei.it' Normale 



lavent fredonner des airs- autre-- rendant-rr -hr-saibr-rhi soirjs-'sol dv 






ment enchant eirrs 1 THIement que 
les futures institutrices appren- 
nent sous peu a turluter que "Le 
plttj beau refrain de. la vie est 
relui que Ton chante a l'Bcole Nor- 
male!'* Toute un^* enigme pour 
les mal-<avises qui n'ont jamais 
sejourne dans 1 'edifice de la rue 
WilbrodT Mais aux euriaux de la 
dochiffrer ... la normalienne elle- 
methe est incapaible de toucher du 
doigt,- la tormule precise qui fait 
de son an nee la plus belle de ses 
annees soolaires. ContentonSrpous 
de griff onner en guise de potine, 
au cours de 1'annee, qUelques anec- 
dotes, cancans et toqua^es qui en- 
^oleillent de jour en jour notre 



stage Sous- les portiques de TEcole 
.\'<*rmale. Notre ecole en sera 
d'autant plus chere a celles qui la 
frequentent et elle paraitra sous 
une autre lumiere a ceux qui n'y 
sont pas. Or, du habillage, en 
'volci! '' ' • 



M. Benetaau s'extenue pendant 
toute une petiode. un 'bon matin, 
pour nous explidWr comment les 
mauvaises herbes se repandent 
vite. Sa theorie est hien prouvee 
le lendemam, lorsque C. R. se fait 
piquer, — on soupconne ou —par une 
tdaflfe de hardane* que le hftsard 
avait depose sur son sie^e!! Dis 
doric, pauvre chouette, ca pique 
encore? 




ARTISTES ET 



COCA • COLA 



"I.a pause qii, lat'iaiehit" . .• . 
Pus tjtudiants de la tacuhe ^iles 
Art- pN-uv. ni ma adopter 

cette pause .pii rafr ejl BC 



hi faeuhe. I e c(?q .■ | d? A it - 
aver hi permi^ion des autoi 
y a fait installer un distrihuteur 
de '•cokes" pour la plus grande 
joie de ceux qui "lit s,.:f. Les 
clients sont nombreux mais les 
cintj sous sont rare* et c'est mal- 
heureusement la seule piece ma- 
glqcre qui ^command. I Ja tnexhina 
de ronfier la bdttleitle esperee . 



s i c 



Certains voient .lans ce li<pjide 
fameux un fort bon nioyen de 
donner a leur-. boutons dor&a "" 
>rillant jicrinu . . . Lftj profits, 
s'il y en a, iront grOHKi Is csissj 
du tresorier du conseil. 



F^xemple assez pratique tout df 
meme! 

D'apres le Per* Lamoureux, "ac- 
querir une nouvelle idee, c'est i- 
organiser ses experiences ante- 
rieures".- II parait qu'on avait 
demande a un eleve d'ecole pri- 
maire de definir 1»- S^ixbole dfis 
Ajiotres. Sur quoi l'««leve a re- 
pondu: le bol dtmi lequel Notie- 
Seigneur.. a ^|ave les pietla des 



apotres! Que <iire <iu quotient in- 
teHectuel de reltri-la? 

»"est tout un lirouhaha chaque 
semaine, lursque les normalieftne^ 
recoivenl leurs lecons poui 
mardi et le jeudi' apres-mvdi. 11 y 
a des surprises, blen entendu! Pn 



19 novt'mbre lD4ii 



SOIREE DU 12 NOVEMBRE 



• 



t^t — *~ 



■j 



Roger en 




visite 



, Lundi, le 7 novembre. l'executif 
<le notre eoolo recevait comme eon 
ferencier Roger Harnel. president 
de la Federation des etudiants. 



Sujet: AtTjJiation de notrr ecole'a 'onbttrr -un de ces accessor v^ ■■ 



la Federation. RoSOC DOUS a ren- 

seigne sur les avantages d'y ap 

parfenir. II nous a diM-nt le pm 
e-ramnie que s'est trace I'execinif 
present de la Federation, cvmpre- 
nant la Mai. son des etudiants. le 
"Year ttook", -les cartes d'etu- 
es comprcn- 
nent, etc. II nous a .propose 1 de 
demander a faire partie de la Fe- 



deratiffTT cette aimee comme essaT. 



Nous payerons notre contribution , 

rrruni ' > ' !a nicotine qui nn- 



Parotomne ^rnrmrin au commence- 



tjTn Sove mbiv. :e,us avons so,,- r approchez de Un. 

diantes intinniere- el avona pro 



•i. R esulta t i Favorable a 

i. \l..|->. r 



le demandant 

nptrj- aifiliai ion •■■ no 

oos la* rei -' . 

.V'ei.rifpae;!! 
y^yait. MavW' Mulliri. lion Fi.rlin 
et I>on Theriault qui vcr 
nous parler du ' 'i >k'\ Nous 

!ewr avon-, fait Im.ii aecueil el 
ren«»rci<>ns d'etre— venus. • Honne 



e'lianee "dans vi>tre projet ! 1 . 11. 

si m .ii une coaferenee par 

dean-Mary .Joly' BUT UOM Journafl 

au Centre d'Orientatiob. II nous 
a appris bien <1. d'utie 

tnaniere Men mteressante. Au 
bon plaisir de ' vous re-entendre. 
Lean .\f;u ;•. ' „ '^zz 




"Les dames du palais" 

Madame Colette Vvei, de son 
vnal nom Antoinette de BergeVis 
aborde 



e'e>t le hanheur. 

Colette Yvet estime que la jeune 
tiile qxri 7?e— thrive ver« le - Itroit 
choisit pour elle. la plus haute 
-miwsion soeiale a cote de 1'homme. 
Le- bras manquent a la moisson, 
lea ftmmsa chretiennes catholi- 
ques sont neeessaires pour s'wii- 



/ 



sa destinee 



Le furneur a^ titujours les p. 
gainies des access o. res ipii lui sont 

ires pour-satisfaire ta, 
sion. Si. par hasard, il vc n 



Chsque mots de novembre nous 
ramene l'dnouMiaible* "Football 
ifiop'-V U ■-■■mm a fotirn it Hoccanion 
l>ien opportune de montrer notre 
appreciation a nos vaillants porte- 
couleurs. Les demoiselles, avec 
leur gentilles«se eoutumjere, o|jt 
daigne se jo'indre a nous pour ce- 
lebrer (. . . (dans r le Seigneur I. 



s'empresserait .raequeru ee qui 
lui maiKiue. ear il ne saurait vivre 
sans eel a. 

I.e t'unutir -e reconnalt aisc- 
ment. Ses doigts sont d'un jaune 
luun. oli h-s <lirait sales. S'il 

porte la moustacha-^iujja^ barbi.'. 

on apeii,oit Is meme 1 .marque, la 
m,eme couleui, a remplacement4 



gare. Parfojs, es dents aussi sont 

hruni 

p're^ne »a marque sur sa victimeT 



'de qui 



I. toute oine: rodeur en- 



ra< U r;stW|U( * <!■' humidi 



slice fJialeine 'l" funu m m 

81lJft.pl 

- ■ ■ 



r^- 



II est inutile de raoonter ^a soi- 
ree: vous y etiez suremen^. Vous 
avez eu du' phfcisir, vous avez "ap- 
plaud i avec les Siutres, et vous 
vous etes balances (artistique- 
ment) aux divers rythmes de l'or- 
chestre. Ia.*k "me<l.s" nous ont 
servi un sketch apprete a leur fa- 
con. O'etait bien. Ne trouvez- 
VQU9 pas^ Mais, j'ai vu (ce'que 



COMMENT AIRES 



j'appelle vu . . .) do mes ' propTes 
yeux, vu . . . uqe demoiselle trehi- 
c ,_ bier a la vue des chocs e lec.tr i. 
("eta it bien . . . feminin. 



Puis, 'vmrv deux harmoniques. 

Jommy -Kault a fait valoir- 



talents de "tap danger". Au piano, 
Kevin Mooney Kt Bob Clapin. 
numiques de rewnantK. 
tai B T ! hoUS Hit* p ouffer de "nreV " 



Audi.' < '.urifre nous interpreta. 

v., tous >ures a daps le styl«- de Jol -on, les meil- 

leure< pieces du re p er t oire de 

"Mamy" et "California; 

•quon disc: il 

osait.trop maj i'auilaeiT. eta.' 

belle*'. 



S'il n'a pa« une education* par 
!e fumiuir de pi pi 



f n lT P, 1 p ' f i i nn'ur de p i pe on de ( •• ■ ' 

gye., tt l < irf eontauueen: un !e 

quide hnmatrc .uue^t de la sahve joi , ( , urs (]( , fll(HklI , qui - se ppAgw| . 



qtt'en- 
• T|u'!-1 <e trouve. il projetle a 

i.a . <)<• !;i ; . dm quantitef 



terent sur Tetrad.- improvi 

la, •suite de leur entraineur, "ta<L 

Kd wards. 






mdustj n-lles d«- ci-tte mixture, au 

dethmen' de ..--une- : ,j convu . nl rtp f( . 1;( . lter les . 

-M—PW nisateurs de cette soiree, dont 



• acle a lem 
entvura»e. avjtlenf. a intervalles 



-fa^ulie^-Uo. rfcretlon tre de cePenionies . Vnt . , K , n 



chargee* de porsonr 



ment nartyrej que Tatmosphere de 

cinemas, clubs, salle- as 

..:t rendu al>solur«ent 

irrespirable par les relents de ci- 

jrari'.\ cigarettes et <le pipes, de 

verses par une legion, ite Tna nja- 



Pred Hourgeois, president du Co- 
in ire Social, et Paul Rouleau, mai- 



ine main 



Voiiw:- je ne voulais pas raeon 



Aujourdlu,], on trouv. pa.faitr ler - et j* m'apercois que c'est 



chose faite. C'est un plaisir bien 
cimiprehensible que de revenir sni- 
des chose- aimaldes. 

liOUJs 



dans ses ouvrages de 
| qu estions sociales interessant. la 
femtne moderne. Entre autres, 
"le- (fames du palais' : , roman ou 
elle oppose i»ie avocate en vogue, 
on man, avocat moins favonse; 
il en sourTre et elle se -aeritie La manie de lusage du tabac, 



ques (Htrange progres de 1'hygie 
n.'i I^>s fern mes meme s'excu-^ 
sent de leur toxicomania talxtgi- 
que en pretemlant que le geste 
de fumer est elegant. 



ce vieil ennemi de toutes les dro- 
gue-.- creatrices de paradis artifi- 
,-t qui detraq'uent I'esprit et 

le cl>rps, ce vieil ennemi de tons 
les empoison nenients qui usent 
prematurement le capital de sante 
des humains, a habituellement pour 
cause 1'imitation: l'enfant fume 4 
pour singer son pore, pour singer 



R. J. Bastien, R.O 

, ,^__ — is*,. 

OPTOME TRISTBt^ 

Specisliste pour Is vue 



9. Nicholas * Tel.: 4-3220 

— (T 



Ottawa 



V.-. 



per de 1 enfanc. coupable. pour 

, v. ... un camarade plus grand. I etu 

reunir les foyers desunis. pour ,. , , . 

...-"' ' ' diant le fait. 

-faire les peuples dans leur .. ,. 

soif <le la justice, ear elles po 



pour singer d'autres 



dent le sens maternel. l'intuition 

I 



I fumeurs les plus favru 

Is e 



C'eaJ encore M: Benateall, qui. 
paraTt,n. Ssl I5H admire par cer- v "^ une en-Parliculiexi Y. Ch. 



taine.s norma! iennes . . . A l'oc- 
n d'ui •• lec<-n do gr-ammaire 
anglaise notre devoue professeur 
Lerminaitses definitions des quatr.' 
genres dc phrases, en demandant 
a une eleve de lui donner un exeni 
pie <i ogatTVfc On 
.-'est levee en lui demandant: 
"What are you doing frmight?" 
, L L 



necessa ire pour voir jusqu'au fond ayant confiahce du mal 

des coaurs et deviner les motif-; font, ties ravages' deja aecompfis, 

caches qui nous pevelent pourquod et. comprenant -pi'ils mutdent. cha- 

une chose sal faite et ronniMit elle que jour davantage. leura qua 1 t. 

est faite. ntelUn't u idles et lauf -ante, arri- 

Mai> qu«i doif Hre !,• hut de ia V " u; : ' ''"^ ,r! MettW ,H1 
jeune lille deMrant ^•engal<er <ia,, " ,;lriit • ,1 '' f """ 

<-arriere? Son but doit etre '"■ | " la ^'i.,.!. tres f. 

d'a.der rhomn.e. He iVe.de, ma,- T, ' IU ' w1 la resolution prise par 

mm Be le surpass W. Kile ne doit ta " 1, - t " 1 "^ du cercle ANTI-TA- 

pa opter pnur cette vocation avec 

fbTgUe'll de SOB jeune. cerveau tS- 
ininin proclaim ant y* hatTtfl < OJS 



par Gilles Hurteau 

Vt-ndrtxii dernier le Gren«t et Ciris, doue d'un esprit 
combatif reniarq|iabk', (}esirant a tout prix vaiiurr le puis? 
,-ant Mc-(Jill afin de cpnaerver les chancea qal lui restarem 
' de remp ort er la palme, vit toute une saison spcttaculair 
. : rooler dans un instant. 

Nos vaillants poxte-couleurs avaient du combattre en 

lions afin de se traneher une avance de 7 points et dans un 
brin de temj)s. urn- viitoire certaine nous est glissee d'entrc 
tea mains. Serait-co l'ironie du sort qui aurait pennis a 
deux athletes nuUfs d'Ottawa, Gene Robillard et Gr ain:, tie 
servir de dyimmo a la puissante attaqtir que declenchail U 
MeGill dans, la derniere minute de jeu ? En elfet, Robillard, 
un pH»seur de luxe* a- montre beaueoup <le versatile 
d'initiative dans les tactiques ofl'ensives a crepioyep. < i 
lui qui tira les deux longues passes & la tin de la joute qu. 
devaient donner possession du ballon au MeGill sur notre 



LA ROTO N D E 

L.n ' i a— ■ ] $ 



Pagi- 5 



Derniere partie de football de la saison 






-^_ 



Piliers tie I'equipe 



HOCKEY 



; ■ pr emi^r^ vergd. Nous transmettons la tin malheureuse de 



lengagement a la posterite. 

Xe-gout amer que nouaJaiaae le__aojiYjenir dece dernier 
/ engagement ne peut servir neanmoins a nous faire oublier 
que depuis trois ans, le Grenat et Gris, n'a perdu qu'une 
joute reguliere; tous se souviennent sans doute de ce blan- 
chissagt? qu'ont subi nos Carabins Pan dernier aux mains 
d'une equipe du Queen's qu'on avait dotee.de joueurs de 
calibre senior. Mais a part de 9a, les statistiques des joutes 
regulieres demontreraient le record enviable qu'a accumule 
le Grenat et Gris depuis trois ans dans le football inter- 
.collegiak 

Parties jouees G P N 

S 18 14 1 - 3 ._• 




UUniversite herd 

re fun r aty a fan '«.., son, chambionnat 

huts. K cu&j fj/om , tarda a ddiiniti 

des resuRata dans I'esperanee, (| par Gay Jouhert • *• 

•1 . i urtehei s4eot une h ; j 

l«ure tcnuc, cfe|»tndaut. n trap :. 3 

pouv- pou 

■ leurx ethoc^. J.^n;! 
St-(') 

contenre >i'ui 
Mardi "Tn H|l "St«Jfep T^npl 

n -tie 1 . 

partieMea 4 easais, 4X »Vendr. 

Mimtiisfnard- aaos namil t4i partie se deroula a une vive 

dfc-JU>uvaaU au pwinuiyce de allur^. t,rpjy vite menu.-, puj .qio 

ti^.sieura-.iftn 'jnurwrii 1 in jam. U , ?*t -*w* , nnde» t\tt — la — lia, — lUthiilaul 
ludiant.. nous deiuandoiw.-du, iioug* . I Blanc, tit. p«ti.^*r da 



Quoique le record de ?> victoires et de 3 joutes nuttes 
cette annee ne soif pas aussi imposant que celui des ahnee 
precedentes, nous osons affirmer que nos porte-cou leurs re- 
presentaient I'equipe la plus fort que nous ay ions possedee 
depuis nombre'd'annees. 

Mais la graduation cette annee de plusieurs de nos 
meilleurs joueurs poun*ait etre un eigne precurseur de3 
malheurs qui nous attendent. C'est un fait que plusieurs 
annees de direction sage» de recrutement et de labeur sont ne- 
cessaires afin de construire unemagnifique equipe, quelqu'en 
soit le sport. Or^voici qu'apres trois ans nous constatons 
plus qu'a 1'ordinaire, que le depart de plusieurs "key players" 
est de quoi faire froncer les sourcils; c'est que nos meilleurs 
joueurs nous laissent et qu'il faudra necessa irement les rem- 
placer. Et ces pertes sont d'autant plus sensibles lorsqu'il 
s^agit du vepsatiie- "Slim" - Williamson, notre :'. triple JBifiiUU.it 1;. 
de Tiny Wilson, nofe magnifique petit coureur qui est d'une 
consistance remarquable quand il s'agit de pereer. la Ibjne 
ennemie et d'eff ectuer de longs g ains ; puis Ray Sabourin 
. qui est si magnifique a la defensrve et a PofTensive comme 
receveur de passes. Sur la ligne des blmiueurs, nou« ressen- 
t irons certainement la i>erte des Reynolds, des Beaudry. et 
des Buckley. Et puis les autres, Allan, Genest, Devine et 
Obberofner, ce sonftous de magnifiques joueurs. Or, nous 
en arrivons a une conclusion pratique: il s'agit de Bonder le 
terrain des aujourd'hui, de prendre les mesures u.-e.^sair.- 
afin de remplir les cadres laisses vides par cette graduation 
| n masvse. — Dtridement. les etiak's nuisfiit . 

IlIETLA rie-r 

Certains TOUeUrg de football acelatm-nt la I'm <!•• la saison: 



WILSON 



appartii 
rhau . le 

'.un..- et Gii#_ne peut faire ro 

•iu'annuler avec I. 'enililes In* 
-ill:. 



J' 



Je v.ii- -fa:ie allei". Les suppwf- 

> rioivgnt fairf un ar*e 1 n . 

md:ti eha<| ue fois. qu'ils von* vo . - 

a Lguvrt ^ Sj vpyg >• < . u I e z 

im supporteurs, encourajjez-les 



peau de e<*«-tMin entre ltv. lonjruef 
perch. p wiser le poinLauo. 

eliminant par le fait meme J'eijui- 
pe de JP'e<|_ Kdwards. 



<ea tr«>is paitles* 




-| ■ Pes le debut de e hostiljUw^ jl 
..--T-duit facrtc-dr-wffiwmer-^iu* 

,(Urm* t *saire, la irro-aaur. la ra deux dul>s affichaitntunt «*•»• 

pidite; mai, .1 vou S manque- dtr ^" ue ' tan \ a M*»™* 0** ,; ' 

de I'e-aj>rlC^a com bat v Re ^^ v - '"" "* bouseuJa de ct. 

et de le*pr;t d'eau pe, qui cor, * f***! 5?^* Ce QUe nOS °^ 

apa*sar U-romlelle lorsqu'un DO- abins d*»^W>* de compter, 

pa.n e*i en mesUscrre portion qua ' 
voQs. Messieurs, nous ne voulons 



pas voCre perte, nous ne vouloms 
pas faire une critique destruttive, 
mais nous voulons essay et de 
metire le doigt sur V.^obo. pour ' pwr ** P ro J eteT 
e gruerir. Reoommencons de nou- 
veaxi, et bon succes! 



liamson pour un substantiel gain 
de 25 verges. Sur le jeu suivant, 
Rochon adnasea un formidable 
coup de pied a l^ar^iere du ballon 

err^ 



BRIDGE 



nemi et compter un f, touch in 
goal" portant le pointage a 1-0. 
Bob Cathcart prit un "ballon 

- — r* I errant" et couriit 40 verges avant 

d'etre plaque 



Dimanche, 7.30 p.m., l'heure du 
Les concurrents s'ame- 
nent, anxieux de remohter leur 
moyenne. 



Mfae 



brutalement par 

I'etoile du t^algary Tarnlinson. 

Dans le second quart, les Garabins 

inspires par la lutte tewue de leur 

arriere quart, deployerent une 

puissante offensive. Brennan cOu- 

rut pour 10 verges, Slim tit 15 

On li hate d*instatterTe»"chai- ; *««•*« pour echapper ia pilule. 

se«< les tables et las compteurs Wilson .s^an "amparaj et en criant 

On se choisit une liqueur, on allu- "touch down" en compU un. "Bad 

me une cigarette, on tire ehaqun News" Burke nous donna espqir *. 

>.»n jeu de r«tui, pas meme tiesoin e " reuiraissBnt le converti. - A Ia 

de bra cutter: *'- n dP 1 *!*' prenviire moitie, le ca- 

dran iftdioateur marquait 7-0 en 
La hgua de qofiiaa dw Anew M fW , a o yr x^ vous, au Qiao on joue faveur de nos vaillants porte-cou 
I e i in ina lundi de rnier sa premtefv i le Du plicate.— qui- con siat e .-a ffaire. y^M: . 



WILLIAMSON. 



QUILLES 



I.es appuieme- portent a jout-r a chaque equipe. laa ne'-mes 

de 



ixoisicme quart fut'-'jm pi * 



ronde. 

rune que r©quipe~Guay a acquis • marns de 'caries. II n'e.st dwnc 
!a supeiKMhe dans le "ronlage" 1 pTua n a Vas aa ire, d a aotf hat ^ram |a«> rnonotone,. MeGill pres-ait 1'atta- 

. pendant, il ne faut Djaj se li. r de ScMajp pour etre heureux. UJ <V*i «t nos Carabins etaient in- 
ftUX appartnees' eat I'equipe <ie^ suffij. de bien faire valoir ehacune : franchissables. Finalement. arri- 
itudiants, considerea incapable^de de «-e- eartes it amsijon a une va le dernier quart. 
roulei. ['est r-nf «)ir Kv Contre agttle chance de . gagner. indepen- , ^ ■ 

I'Aqnip, Gutndonile Pte Lceix, damment de la presence „u de ^>^n,er quart, tn «^ S devaste,, 
ei prrrertt :, points; la samaina l'absenre des A* m * 

.,.i,-^- ■■i\'«.|utp<. v;^liey» I Adien_ il'.r.e le degout q ue j'on ren- 



5 points; 
1 1 as- Pro! , • i v e qt a u I '. r i jlffl- 1 > rd 



dnit enseipner une'lecon sur "U 

to u p" t.r. p] chainementl Avis 

aux itiferesses qui pourraient !.*i 

repsergner sur'ee sujet! 
1 , | toutes les theories Nsur l'emanci- 

Encouragez La Uotonde! Cast pat'ion de Is feranitX Kile dolt 

VMre •joumaj it vous aussi. nor - d'abwafl et a vafrt tont\ chercKer a 



Andre Fei i a 

Ldent du Den fcs 
VntirTabagisme, 



nnes! 



.Tacqueline 1*1. i • 



RES. :{-il>(,7 



Le Centre des fleurs 

ANGLE DES RUES OSGOODE ET COLLEGE 

II noen fera plaisir de donner aux etudiants un rabais de 
20% sur leurs schsts. 



- ~ 



aider la -oe:»'te, s;in- pOUT eela 
dedaignei- completement le cote 
material da Ia question. 

Vest e a j q a' a sss rfj 'le nous mon- 
trer Mrne ( .)lett«' Vver dans a 
roman sur les avocates. Cette 
question sans doute interessera 
toutes les jeunes filles i&t specia- 
lement c elles qui desirent se diri- 
ger vers l'Ecole de Droit. 

Madeleine Mantha 



— — 



Pour \os. articles de toilette 



Pharmacie Brule 

A deux pas de 
I'UNIVERSITE 



-s- 









vt 





les mis airirnidtt cjut- doivnavant ils auront te ti'inps dr 
Bllivre leurs cours et d'etudicr leurs v len>ns: d'aiitivs. phia 
cnthousiasU's ^-uL-C'tre, attendent avec anxiete frmverture 
de la saison de hockey et de ballon-au-l)anicr-.. 

Tout aemble iridiquer que rgquipe de hockey mt< ■ 

le^rial sera des plus tormidabk\< eett,. annee: 4a premiere 
l>ratique nous amenait ane ((iiarantaine d'asjiirants de tOUtes 
les facultes. l.'n voyage que l'on proposait pour noa hoe*key- 
iHtes a Albany. N.-Y., pendant lea vacanees de Noel est 
tombe a l'eau ... A Tan prochain, peut-etre. 

Les juniors de. Billy Boucher ont laissc leur lethargic 
momentanement settlement pour y retourner; pourtant, lis 
en sortiront pobr de bon. 

. . NATATION 

Vendredi, le 4 novembre, one ri&union de lKquipe de 
Natation jrroupa une douzaine d'etudiants au Cafeteria de 
1'Ovale. Ils elirent au poste de jrerant, Henri St-Jacques (3e 
Arts). Le capitaine de I'equipe sera choisi lorsque J'equipe 
sera formee. Pour, tous renseignements coneemant 1 jajurpe 
de Natation, -ies nagetlrs peuvent s'adresser au gerant ou 



f u ii n t.^. 



na ire, q uand 



• lui <le n«is p'orfe-cou leurs. 
S- fti rr'eta!*. ]a'ma+s surverm. 
Nous n'aurion's" point perdu' 



Lundi P" :iV< ' ( ' d< * s -f l ' uv ennuyanu 

i i i' ea au C 

A \ i . 

cap" qui I eftl ei i 

que je,- I 

additional 

|e:u- to t al <>n '■ 
'jeune-" p< faire 

•'vieiix'". 



Rieji 



assez fri^T 



l^a ne Montr^atai 

^.,j,. m'attarder w ,n!t a *?*}**• ^M? ''""' 

ment ... toute particu- '-«'" 'i"Vlle prH feu DVbord 

LropliraM. teile qu ""' l '" 1 '- 1 ' I'< < 

:. ..hu- de discuter une main tp" 1 !^ ;uoes, nos Indlens, Sa i 



telephoner a 3-7027. 






CHEZ BIDOU 

CHOCOLAT, LIQUEURS, CIGARETTES, EPICERIE 
Prix raisonnables H. METHOT, Prop. 

RU*: LAURIER , 



at juiUsmenl de jouer, au COi 1,! '• l;l d.<t*rmination dan? 

.•..•e< melSt)T& ' '* me - l e ballon en leur rm^se^riou. 

rjevar.t le< v.-i: < et* . Ma • ,U <"'>nrent. Iwuwulenl. avnneenl 

.. <,t • ,:U,1 , ' " . J Dense bier, que la plnpar. j comment un majeur. Pour finir 

equipe Uela.te ^ pa, le> P «tltS _^ - ^ ... ,,,„„.,.,; ..... ^ggf. pnr _ 

boys . possedatt la Haute ( orde 
,.• ' „._. ... . . . , vront venir pi.ur mieux appreeier. 

Simple av,, J,. I elui-ci devrr: 

ceder I'ho nneur h Cucien Marcil ''•■; la premiere* ^easion. 
qui rtuiia une pel te corde de I « ; lu notre eoijSel 

Felicitations! President: Locien Uesormeau^. 



Voici le rapport d Bcien 

poor la seance du 7 novernbre: 

llautes Mojennes 

1 — J. Bisson 202 

I y,\\. cia.Kle 20J 

3 M. I.ap-iriere W6 

4— E. Guay t '...,. HMi 

S— J. St-Den is ; 193 



SocretaiTe-tre-sorier: i V.. Giae- 
cone. 



'. . i ? .dent M. Rangei , 
Representant : J.-P. Patry. 
<*.»nseilJer: M. I-auzon. 



Umt le pbintagC 7-7 a vee 2a BC 
condes «!«• jeu. Lors.ru'il y a vie. 
il y a ewrpoir^ . . . le fameux dra- 
peau rouge vint tuer ce sentiment, 
inconnu des dumnt-s et projetta 
les supporteurlH des Carabins dans 
la plus profonde tristosse. Pom 
nous class er vainqueurs. il fallait 
une vhct»ir«- et nous arrivons a ipn 
mrrteh nul. 



m 



40 
:I0 



Nous avons divLse 1'annee 'en I 
trois seri e nnq ses- 

sions; ehacune. I,es~<leux premiers 
jragnants de chaque serie dovront 
concourir dans un eliminatoire '■ 
pour determiner leqvipe (4 jou- J 
eurs) qui ira chercher la coupe a j 
Kingston cet hiver. Nous avons 



6 r^*ge! O desespoir . . . 

MeGill ennemie*^ 
\i me J*uis»j« blancihi «Ihii>. 



lea jouites de rugby 

Que pour voir un match nul 

fletrir tant de lauriers'! 

Voici ce qoe'dirait 1 'Ovale. '. s'il 
pouvait pcurtar: Me« amis tourpJowh 



Haute Serie: P (.Vevier^ 

Haute <V,nle ^imple:- 
l.ert. 267. 

- \li linemen t des Fajuipes 

Guay ....■ £_. 

Ijttelher • 

Menard- ..-.. ..jrfrtf.'..'.v;f.vr. 

Bellemare u, 22' comme celui que nous avons cette j memorable. Dans mes preweier- 

Marcil M ..r..... 21 

Cloutier 11 

Hebert 10 

Guindon- ....:.*.,....: i... 



!>r, confiance, avec un club nauri une autre page de ce grand litre* \ 



annee. que nos bridgeurs ferontj chapitres, je remfer.me le Per*; Ct>r- 
cette annee, mevlleure figure que 
Pan passe, dans les joutes interaco- 



g , lastiques. 



nellier avec s*« vaillants ottoM* 
lisrs, sur nvon dernier Slim Wil- 



J. P. Patry. tiamson atee sea co-equipiers. 



-V 



- • 



ajfe 



-'. Maa 



:,«. v,.. 



■ 







-L_ 



7 \\m\+ c;. .- ■ , . - 






**L 









*' 









b 



v, P 



X.7W 






" , * 






\ ' 



I 



'^ T l 






■•a*""" 1 " 



— M ff 



-> 



Page 6 



LA ROTONDE 



— 






19 novembre 1949 






LA DAME DE L'AUBE 

Leg Compa^nons de &t-Laurent. Re nee David, la pelerine, joua 
recurent an accueil chaleureux de j son role tvec aobrie te et mystere. I 
4a^pa T ^- d> s eiud i awt^qui un t en- 



UNE CARRltiRE 

LA MEDECINE 



vahi tous Les sieges de la salle 
Acadomiqua samedi dernier. Ini- 
ttateur* dans Ieur domatne d'un 



Des 



mtions, un re- 



-f*armr-tM carrleres ouvertes 






POUR HAUSSER LE _ 
NIVEAU INTELLECTUEL 



Hi 






Son netree en scene a arrache bien 



art auissi sincere et prenant que le des exclamations de lauditoire. 

theatre, il ne faut pas se surpren- [ 

dre de Pinteret de plus en plus ! Yvette Thuot, la servante hdele, 



ouvrai rtma-fftnatibn- 1 * *«*»«»*. »'«»* des. plus interes-.j Les nombreux etudiants qui en francais) -que .musicale. Lorsque 

one norte aur un monde ineonnu I***** 9S* »«-eomrtHlit la mede- " s^Ptenibre del nier envahirent. le j'entendis cette choral* en juillet 

2L ^ u 1"ak!!!1" ; tine. ■"»*•« P°»* entendre la chorale dernier, . j* no pus mampecher 

Au debut, seuls les horomes ' de l'Institut Cath'olique de Purs, d'admirer le travail d'un, si beau 

avaient acce* a cette profession, la Faluche, furent des plu* eton- groupe at de cemfiure^aa'aU- St- 

mais avac les annees, les idees ont nea (,ev ant cat elan qui accompa- Jean, le vrai, le beau chact, etait 

imnd to <^7Teur"porte Pet'udTant ■ robuste, quelque peu bavarde, pit- j evolue et enftn la pratique en, est i*™ 11 les chansons. | apprecie. 

des-ireux de cuHure. L'art drama- 1 toresque' dans son Langage comme J permise a la femme. Je vois d'ici i P.eraoime ne peut nier avec quel Confreres des prairies, vous avez 
tique, s'il donffe 
tcur, apporte au spec&ateur 

du beau, developpe son imagine- H personange qui 

tion, exerce tan jugement et son ! teresse. pas pour le sexe faible. Et pour- ; u , ne J«unesse au sortir d'uae guerre Que diable, ces etudiants francp- 

Iquoi? Je vous le demand* La de six ans, et qui deja manifeste aibertains nous surpasSent, .nou* 

Madeleine, Langlois a interpret* | medecine requiert de celui qui la 'cette esperance ardente envers qui excellons dans les "hits ame- 

le role de U mere. Triste et ren- ■! pratique cei-taines qualites que la' 1'avcnir. On pourrak dire autant ricains". Et Dieu Rait si ces afTji- 

fermee au debut, elle avait une ftmme possede a un tres haut d'elbges a "Coeur Joie", chorale nations sont logiquesj 

idee fixe qui disparaltra avec Par- ' degre. i Par exemple, il faut une'^mle du scoutisme franca is. | Quelle, consolation de penser 

rivee de la belle Adela, Helene ties grande comprehension du pa- Leur representation a la Salle qua ce 'College d'Edmonton, un 
I!* ?T^ **? "i* **™ de Loiaelle. Ce.Ue-ci remplira le vide tent et de son caa. at qui mieux 
1 aube d Alexandre Casona tra- tniUS€ par Ja 5U pp 0sie morl d'A^ + que la famme.»«k daviner at-com- 
duit de lespajrnal par Jean Camp. Clique, et apportera le bonheur prendre jusqu'au" fond l'ame d'une 
IjC caractere de la piece, eomme | noM/1Illia , 



re. L'art drama-' toresque dans son Langage commeJ permiae a la femme. Je vois d'ici ' rersorme ne peut nier avec quel oomreres des prairies, vous avez 

beaucoup a l'ac- 1 ««"» ••• "le**, remplissait son role lair aceptique de ces messieurs de enthousiaaoie le choeur interpreta humilie nombre des etudiants de 

tpectateur le gout ! » *» perfection. C'eat peut-etre la Faculte, qui persiat^nt danaj"^> P ie ce» *u programme. C'est I'eat. Un rapide examen de con- 

»pe son imagina- ' 1« pcTaonange qui ra'a le plus in- j leur idea que cette profession h'aat I*- lin caractere frappant de voir science en fit aonger plus d'un. 



esprit ap tique, ambellit des jours 
qui, sans lui. saraient peut-etre 
plus gris. 

Avec cette verve qui les carac- 
terise, on sans intelligent du jeu. 













1 decembre 1949 



CARICATURISTES! 
VOYEZ 



L'ANNONCE 
EN PAGE 4 



M ' . - ; ' 



Directeur: Rosaire I eaule 

— * 






XVIIIe ann6e No. ' 


j 




/ 




1 


TOUS AV 
CHATEAU 
I CE SOIR 






! . • r 








Journal des etudiants de langiie fran^aise de TUnivecsite d'Ottawa Redacteur en chef: Jean Boirin 

, i L ■ > .',...-. 



// 



personne? 
tea costumes, sont ceux du "peuple Lionel Viueneuve campait un *■ . 



Acadumique revetit ce meme at- veritable chant y repand une 
niosphgi^ .ijin-1 , sjgnp de judkve.- fiance gau?te> Una maniere 
meat pxudigieux! 

t'ne troisiorne chorale, celle du 



Texprimer fut leur "fanrtaatique ' 
aventure". 

encore un tact infini. college Saint-Jean d'Edmonton. Ces trois choeurs de diant ont 
ro TWr-rhrijT Tjla peuple aux grand-pere bpn et sympathique. CeMe b V U8qUL . ri e, ce manque de api-.ta ay paya du Quebec, la te- : '^ete. la ou jit ctamtaTaHt, 1'ea- 

mentalite de leur institu- 
- Xlea ambassadeura de pre- 



. multiples sjverautipns avec sa ; Anne Major, un beau -tils elegant. ^ icnt „^ qne noqg remmrq0oBs moignage de leur survivance. "lis " P'-it. b me, 
— . *— ^ coacaptioj, bien ^rUeuhere de la le n.e.lleur cavalier du bourg. Les ullL . lwuef ^ ^ hez lea memhres (Iu rwstent (i<wlv vrai5 & du Canada tfa* Das 
^- . : ; . ,. vi e v ja_maniera der penser a lui ES5 petiUen&nts etaient mg e- s „ xp fon> ne se rencontri ; qu . ex . .j nm: *\*, res gars demos rmrofsae* » 1 ^ ^'^ 



seul, ses moeurs spec tales.; 



"La dame de l'aube" est un jeu "' "'• 
(!<• symbolique et de reel. Une 



' ««^M"' lto fus - ^ptiunuelle.nent cnal TuTuX 



gars ae mes pnrorssejr- 
de l'oue^t". affirmait Mgr Ba,u- 



Mens sana in corpore aa ho, se 



— ^ 






pelerine mysu'-rieiwe. Cbujpurs ve 
tud <fe "liT'cagiuile mure, qui vient 



Le* < ompagponj ae s«»nt montre 
une autre fois digues de leui 
hommee. ^ou,s*pouvonj dire aver 



U ea t evident QU'il fau t' a la dou x. Kt il continuait: "Algr Van- f )lail "" ■ llire L « corpore hdo, _ . , ie I'elite. 



on ne salt d .ou, et.qui.diL.se ran- -,-.,■ , w . • ,, .,, 



dre a St-Jacques de Conipofitelle, 



gnoh.v at Montreal whether they 



femme qui se dee&ne a la mede- dry dierehait visiblement c»»m '' 5 ■ ,M? " e lurette qu'il existe a 

une force indefectible tant ni,-nt i] seiait possible de repandie l*Unlv«TrtUk Mais penft-on en af- 

it i naval <iu'au a aya iq ua, La mo- un tel temoignagi la-bai (est) '"""'i autant du mens sana? J'en 

Vst pas pOt|| ces feni- daQ'9 toilte* BJ VJgQftUl Q] :^iiialc" ^OUta fort. N'twi (jue je condamne 

niel.ttes qui I'evanouisseM a la Las ehgpteura da collegex affilie* a ,,w tfiVara clubs: hockey, tennis.* 



apparait de temps a autre dans ()]av j ; ,, ,,'.. \j ()ll ,. u ; ,, r ., ,. -. , , '.', inoindr* doulaUT ct qui M panient BOfaa I'niversite. se chaigeient ,le '" :,i '"'- |,u '' ''"' i-ontraire. La ma 

eeJHE noble ta«h.-. an MtreptanaBt ,M ' ■***• pcriode de materialisme. 
im»>rdi. un.. 'funnily- il:m< .l'^t p. up- atrir- 1 e»t_ d'etre enclin a mottre au ran- 

call tOUt effotH lTitellertih I 



un pefit bourg monta^naujc an 

Ksp ugna. -Qo la croit borteusa de 



>n from an American or 



a [a vue du sang. 



i^ mort, jajouae at eaueile; ell« e^st 

'pour eux le destin qui les conduit , 

i ' .-, m , , table 'du 

ou il veut qu il» anient, le destin 

aux arrets implacable- eT tern 

bles. < "i-st meme une impression 

que nous gafclons longtemps; mais 

voila que vers la lip de la piece, on 

sapercoit que "La dame de l'aube" 

apporte plutdt le llonheur: une so.- 

iution heureuse a un amour mi- 

pnsjnble, la consolation a une mere 

qui peurra voir le corps de sa fille 

''retourner en pousaiere". 



Tout 



gptilisirprjy. iT . ey alUavsgive n ^- W lfr j rsnnt ' ceppn,l;itn no 

du theatre! (and tni/untraTKh. -I,. , ( ,. n^t-datu tout, '• til ful toute 

i. -ure" mei s I t l 11 ** 1 ' 1 ^ fa^uhiM, s^appliqueront a '""■ senafftlon, on se l'imagine. On "? meme - lJ y^»--une limite a tout. 

Ufa Ewgttaft '"thaattf*' ** &&* anlue^, patrr plus tard '"■ p«»'va;t eroire .pa'a trois mill ¥?-*« « toBU sincerjtel des 

»u lager la misere ha nrjtte dli \ eux Quebec, les etu- "nranisines «|ui rehausseraient le 



;; means tempo, tempapamenC, 



maine. Kt eelles -ia au lieu d'etre •' w ; "' ■ damaoraienl tiil.i.s h leur -niveau i ntelfectu el des etud.anu 

, a la nu-ir: d'une critique mi|H nalionalite ef qu'un <les moyi-ns .s'i"ip"swit au plus tot! i'aimi 

,"'„,.',_ JJ. j . tpyaWe de la pail des nieml.ie- P«>ur le prouver residait dans l'exe- aaflxrtti un genre chorale? Pour- 



bcautiful language, speech culture, 



oh yes!— even path«»s and coura- 
■ ers'tat merit ■».-" 



\e oppose, devTaient plutot cutmn ,|, chants, tofiUerea et reli- ^ uo ' P 8 * 



Andre Chenier 



etre I'ol.i.i de leur admiration.' 
Louis Deshien<' • Louise Radakrr 



gieux. • Le tout fut interprete 
avec une rare maitnsc: tant au 



point de vue langue (accent tres ^iN rS^UILLAN I 

L'HISTOIRE 



-4 



Nouvelles de 
F.N.E.U.C. 

Carleton membra ae la FN El C 

La Fedeiation Nationale des 



LE CONSEIL DES ARTS S'EXPLIQUE 

...DanN le numero de no»embre du sei t qua prouver le contraire de 

sie au compte de d g tf M "^ail iants .)*'i" nal The Fulcrum, en pages 2 C e que 1 vous avancez. En fart, 

par jnille etudiants dans lea urr- ei ;. il y avait une lettiv aXRwrte ert-ce. qne le prrncipe ti& nos de- 

versites. " Le docteur Lortie a >ete I Hureasee: "The Committee in motraties n'est pas:.J^in gouvei- 

choisi pour diriger ces assises im- ! charge of the Philosophers' Ball", nement du peuple, par le peuple at 



Le 2'A novembre marque le debut 
de la rebellion de 1837 avec la ba- 
taille de Samt-Denis. Le 25 ne- 
vembre, les Patriotes sont. def ait* 
a Saint'Gharlee, puis ils sont 
ecraaea a Saint-Kustache le 14 de- 
cembre; ils s'essaient de nouveau 
san« succee en 1838. La repres- 



EtUdianU das Universites Cana- ' POrtantes. Les delegues et profes- Camme tout consei] qui sait vivre. pour le peuple"? ' Bat-ce qucdans Si ° n S6ra * 1<>rS p,Us ?ruoHe c * u ' en 
**- -•_. «• — • ■• — .. i- ■ 1837, les prisons se remplirom. 



L'heure de Taction a sonne' 7 

Dit le directeur de La Rotonde I 



Dmianche dernier, les membres 
de 1'equipe de la Rotonde se reu- 
nisaient pour un second dejeuner- 
causerie; aprea la mease a l'Ovale, 
Us 'ont "devor4^ un succtrient de- 
)uls Rosaire BeauTe, direc- 
teur, leur adressa la *>arole en 
termes convaincus sur les taches 



"A nous, etudiants catholiques, 
qui disposerons demain de quelque 
nfluence sur la' marche de la 
societe, incombe le devoir ngou- 
rcux de reintegTer la morale ca- 
tholique dans nos vies, de tra- 
vailler directement ou indirecte- 
ment a la promotion ouvriereet a 
f-ravenement de la justice sociale. 



fl MouUgna. d'abord* la joie et 
I'eaperance d'une paix definitive 
quapporta la victoire de 1945; le 
ciel, cependant, devait vite s'as- 
sonibrir: le nazisme, le fascisme et 
la menace japonaise etaient choses 
du paase, certes. mais leur anni- 
h i la ti on allait — fav oriser- l^ e r p an- 



tioiPde la Russie communiste. 

Nous vivbns aujourd'hui dans 
une peri ode troublee; la tension 
entre la Russie. et les Etats-Unis 
est de plus en plus en plus grande: 
t^est la guerre des "nerfs". 

La guerre des amies • va^t-elle 
etrfl declenchee? II faut esperer 
que non, parce qu'elle pourrait 
etre le suicide du monde; on ne 
peut imaginer dans quel etat de 
destruction materielle et morale 



Ace prix nous meriterons vrai- 
ment d'etre appeles "l'elite* r -de la 

.'■." 

Une idee emise par le conferen- 
cier a souleve des protestations de 
1 auditoire, a savoir que le .capi- 
Laliame — eat — m a uv a i s ; • mauva is 



dans sop essence parce qu'il corh- 
porte necessairemewt une division 
desastreuse entre le capital et le 
travail; mauvais dans ses reali- 
sations a cause de ses ahus per- 
manents et sataniques. 



Fanfarons aux Arts 

Le Conseil des Arts est a for- 



Le Saint Pere benit les etudiants de 
TUniversite d*Ottawa 

Entrevue avec le T. R. P$re Recteur 



Dans 



une entrevue qu'il nous Le Pere Recteur nous donna 
accorda avee toute la bienveillanee : aussi quelques-unes de .ses im- 
que nous lui connaissons,' le R. jg.j pressions sur les -univetsites euro- 
arrive , peennes. Elles sont beaucoup 



lyairamboise recenrment 



d'Europe, oil il 4iaaisia au cOngrear 
des rec tours d'universltas "Cfttho- 



diennes vient cfaffilier officielle- seur » n'auront apparemment au- i le cohiseil des arts repond par un tel campagnes electorales i 
ment le college Carleton. L'Uni- ( ' un «- <lepense a defrayer. ; de ses membres a cette lettre oVUM s'efforce pas de saisir I'opinion 

vertii.te d'OUawa et le Carleton! Lijcue nationale dew debais 



-•,. .<•* 



formeront ensemble un comite qui 
se chargera d'inaugurer a Ottawa 
un systeme de cartes dachat a 
prix redurt pour lea etudiants et 
qui* se chargera d'organiser lea 
fetes da FN BUG en Janvier pro* 
cnain. 



La Rotonde et The Fulcrum. pubhque et de faire des promeases 

Paul Desmarais de niversite , f '. ! en consequence? Si la majorite 

-d'OtUwa se vit Conner la charge Mons,eur le "pl>'losophe". n a. me pa« leOoia du parti au 

de procurer le trophee national a „ , pOUVoir, eat-ce qu'il ne se fait pas 

la ligue. qui comprend maintenant *° m * r l un ? , ,a denn,tlon du m ^ *»ttra aux elections suivantes? 

les quatre ligues de debate du JT??*? 1 * * UwMli *« ; y* * ""j. I>ans le douxieme paragraphe; 
•t*anada (y conrpris la ligue du 



dee villages entiers seront brules. 
LinsurTection sera detinitivement 
etouffee. 

11 nous arrive souvent en ju- 
geant cette rebellion de condamner 
totalement 1 'attitude du gouveme- 
ment anglais et de considerer les 



Prochaine conference de FNEL'C 

Lb prochaine conference natio- 

orfale de la Federation aura lieu du 

12 au 15 septembre 1950. Le site 

'n'en a pas encpre ete choisi, bien 



sagef*se ou encore, 



qui i n tituler "Why not sami-formaP', Patritrt « ^ mme «-«* rnartyrs de 



fc etudie la philosophie, i^.. : I. psy- 1 voos dig^rtaz sur les regies de nOS drnits 



Trophee Villeneuve). Ce sera ie 

trophee de la FNEUC Macdonald- ino ° K !*' ' a moiaie. la logique et r e tiquette a obaenrcr a un bal. .En pareille matiere, il ne s'agit 
Laurier. II a ete suggere que lei _ »"««P»»y«»qu« Apres avoir, Cest tout a fait hors de la ques- ! paa de denigrer la poWtique an- 

debat pour le championnat natio- 1 9 **"**? votre lettre ' * «* «H bion. N'ave Z -vou 5 pas vu lea affi- ' glaise mai 8 



nal suit tenu a Ottawa. 
Assemblee regionale des 






que rUniverskte de Colombie-Bri- 

tannique se sqit off arte a recevoir presidents de la FNEUC 

les delegues. II semble touteiois 

qu'ane universite du centre du 

pay<s f era it mieux I'anaire. 

Seminar de Quebec __i_^ 

L'ete prochain, la FNEUC aura 
un grand semi/iar national. II se 
tiendra au lac Quareau, au nprd, ToTt***. J}n~*>m 
<\e Montreal, et groupera cent etu- 
diants et quinae pr.ofes-seur, de , 

toutes les universites du Canada; -^ " . . .~-r -t-Zl.^— J—n 

ce seminar durera 20 jours. La Prochaine "ROTONDE' 
representation etudiante sera choi- 

Date de parution - 



Les presidents Iocaux de la pro- 
vince d'Ontario se rencontreront 
prochainement et mettVont en 
ctmimun leur<r problemes'.- M. Des- 
marais nous apprend que la reu- 
nion .se tiendra- prol>ablement a 



• x 



-r 



, 



LE (JHWHI IDEAL p6lIR 
MAGA8INER 

•Merceries poor horn meg et 
jeunes gens. 
. Vetements pour pretres 

Thomas Moncion 

Magaala a Rayon 



gr» rue CHAM PLAIN 



30 NOVEMBRE 



-*— w 



Deadline : 

I NOVEMBRE 



AVIS aux interesses 



, de determiner si oui 
nous nave, pas prot.te de voa ; rh « 8 aU x Arts, les annonces dans , ou non cette rebellion eta it juste. 
COOTS de log.que tres sagement. I U Uolonde et The Fulcrum? On! r . Ma _• 

, . . ■" Cette insurrection n etait pa^ 

Arcauraiui plutot votre lettre ' parI * du ba , nq " et , des P»>losophes le?iUme . U pcupIe n ^ uit M 
nm. s verrons. Premie, para-: * ™ »•* *^BaI dea ph.losophes. realit - menac ^ ^ ^^ vifi ^ 
graphe: "Every year, the philo- V 0US ete , s *? nt en retord en s "«" | dans sa liberte. ni dans ses bien* 
sophers are asked -to vote formal. | rera " t ^e > ^ppeler Banquet au ^ |ui re f u «it ceruina droiU po 
semi-formal or optional for .their y u ' u de ^'' — * | litiquea: ce grief suffiaafc a mo- 

annual Ball. Once again, the de- I)aMs la uemiere partie de votre tiver une agitation constitution- 
ciaion Was made on the latter lett,e vou * voafct que l'on fasse ■ nelle mais non a legitimer une 
Choice, much to my disappoint- (i ' <*-'tte soiree levenement social prise darmes. Seulement une mi- 
ment ... and I would like to know ,l »' lij nnee, q<ie ce soit quelque nor i te -se-jete dans cette aventure 
why the students are allowed to (hose de 'Ji^ne et de plus eleve necesaairement vouee a l'insucces 
vote?" Et vous continuez en ten- n ue ,a conception du mot "danse" a cause du manque dargentC(far- 
tjint de prouver que les etudiants ,,e vous approuve: Mais afora,- 
n't.nt jmis le droit d'emettre leurs . Permette-/. cette remarque: pour- 
opinions ou de voter. Premiere- c ' uoi ^'avoir pas acrit un article defendit etaient justes mais les 
ment. si nous avions suivi yo| r.ej P p Pj'jfewo ntrtr;lea avantagea qoTl niethodes dont i-Lle se servit sont 
conseil, nous n'aurions meme pas y aurait il WJJanJaaT un Bal? a condamner 
n 'pondu a votre lettre car nous PaTHWyifti de votre -plan d'epai- 
n'aurions p as a nous oc cuper^ de ' K ne « l,, " ,nt |t* vacances pourrait 
v'ous ne voulez pas ;ti,i,M ;ulx ■'"''••^ etudiants. 

Chaily 



iiques, nous apprit qu'il nous avait 
apporte d'outre-mer le plus beau 
cadeau qu'un recteur puisse faire 
a ses etudiants. Ce cadeau, nous 
l'avons devine, c'est la. benediction 
df Notre Saint- Pere le Pape. 

Durant le temps qu'il passa -a 
Ro]]he, le Pere Recteur. eut deuJ? 
audiences avec le Chef de l'Eglise 
catholique et put, tres a son aise, 
entretenir durant plusieur* minu- 
tes, Sa Saintete sur plusieurs pro- 
blemes qui se rapportent a I'Uni- 
versite. Le-.Saint-Pere, tres pater- 
nel, montra un grand interet a 
tout ce 'que notre Recteur lui com/ 
muniqua et, apres 1'avoir encou- 
rage a contincier. Poeuvre com- 

mencee, le benit et en meme 
mer presentement. une fanfare | tem ^ ( ,,- nit - tous ]es c , tudiants de 

d etudiants a la faculte des Arts. ; ii!„j ver3 i te . 
1'uaage de la bombe atomique peut Ce projet, en voie de realisation, 

ft<m.s" conduire. La Russie ef^ses avait ete consign^ dans le, rapport R n p| us d'avoir visite la A'ille- 

♦aatellitea etant militairement ecra- | Ferragne sur les possibilites . de Sainte, le Pere Recteur a voyage 

M-s, le oommunisme serait encore former des cercles ou societes ♦dans" plusieurs pays eurqpeens 

'>ien vivant parce que c'est un mal nouvelles repondant auk gouts des ( j on t rp:spagne, la France et la 

etudiants. Le premier pas ver un Befeiqua; c'est avec emotion qct*il 
cercle musical qui pourrait se j nous a par *i e de ces- pays qui por- 
rattacher a la societe. • Saint e-Ce» 'ten t encore et qui portero nt l ong- 
cile, sera done la formation de| temps Vempreinte impitoyable dej 

>lle. on' de- , , a KM ^ n n()US .^peignif avec 
un realisme frappant, 1'etudiant 
oblige de Vendre des fruits sur le 
coin des rues pour gagner sag 
coui;s. "Mais, nous rit-il remar- 



ptea -considerabes que nos~UntveT^ - 
sites canadiennes^ Cet etat de 
chpses, en plus d'etre explique pai 
la difference d'age. et de popula- 
tion de ces pays, s'explique par le 
fait qu'a peu pres toutes ces uni- 
versites, etant subventionnees par 
1'Etat, affiant leurs cours a des 
prix qui conviennent a pru pres a 
toutes les hniirsfrt - ' ■ 



Et c'est en demaYidant aux etu- 
diants de PUniversite d'avoir le 
gout de I etude 1 conime le posse- 
dent "tes- etudiants europeens, que 
le R. P. Recteur term ina ^pette 
agreable entrevue. 



A la Federation 

Andre Laprairie elu aux 
, Affaires ext. 



La question de l'affiliation 
des colleges feminins et. la 
formation du nouveau comite 
radiophonique furent les deux 
sujets principaux discbtej* a 
la Federation mercredi soir 
dernier, le 23 novembre. 






tie 



Comite des debats (ran^ais 



ideologique <jue la bombe atomique 
ne peut detruire, un maJ qui prend 
naissance partoUt ou l'on rencon- 
tre de la misere. de 1'injustice, de 
la license dans les idees et dans 
|e, s moeurs et Dieu sait que meme 
noa domocratias, rongees par 
cette gangrene, sont bien lentes a 
en guerir. 



mes et de munitions. 

Les principeK que 1'Asscmblee 



II ne suffit done pas de penser 
aux preparatifs militaires. il im- 
porte, si nous voulons" exterminer 
le communisme, de reformer notre 
s'M'iete moderne, denuce de toutC 
morale chretaenne, ha see «ur l'in- 
diVMuayama et sur Pinatmct de 
profit, oette societe oil les abus 
daa classes profe**sionnelles, oil la 
dictature linanciere caractarlsee 
par un capitalisme amoral ont 
donne naissance au communisme. 



mandc des adherents. Le but de 
cette fanfare, n'en est pas tene- 
ment un d'etudes musicales. mais 
bien plutot une occasion d'encou- 
ragement pour nos talents alnsi 
qu'un moyen de les connaitre. 
Cette fanfare repond a un l>esoin 
en meme temps qu'a un desir dun 



vide. Vous etes 
d'ecudiet dans les 



Itien chanceux 
conditions ou 



grand nombre d'etudianU. En nue }>).■,, souv«-nt d aient le ventre 
groupant nos talents musicaux. le 
Conseil des Arts montre le souci 
qu'il a de donnur aux etinlmnu 
que la chose interesse, les j)ossibi- 
Iites de s'adonnar avec des confre- 
re^, a leurs pasae-temps favoi 



quer, nous sen tons cette soif d'ap- 
prendre et d'apprendre toujours 
plus, qui persiste en eux, malgre 



Jean. Cote 



On fete Sainte Catherine 



!>on . 



votre opinion. 

que I'opinion de la majorite de vos 

confieres soit ecoutee mais vousl 

voulez que seule la votre prevale. I P.S.— Cn dernier mot. Je crois 

N'est-ce pas otre egoiate et meme 1 que c'est alter un peu loin que de 

illogique? Votre comparaison— comparer a n'importe quel Tom, 

"When a civic committee is asked; Dick et Harry de la rue, un etu- 

... I have never heard of the com- j diant de premiere et de deuxieme 

miittae asking the public what kind annee des Arts qui, en fait, avant 



of laws fl»ay would like . . , they 
ask the opinion of no one"— ne 



a* 



un an sera en phUosophie. Ave*. 
vous tant evolue dapuis ce tamps? 



■ 



. * 






L'insurrection n'etait pas legi 
.time mais il ne faut pas condam 
ner trop severement les Patriotes; 
ils n'etaient pas de vulgaires bap- 
dits, la passion et 4a violence les 
Bveuglaient. Quant aux chefs, ils 
manquerent tout simplement de 
jugemenit, ainsi, Papineau, qui 
avait mie le fCu aux barils de 
poudre ne trouva rien de mieux 
que de s'enfuir aux rTtata-TJms des 
qua las Patriptea eurant pris les 
amies Solange Roy, C.B. 

— 1\« B«M>rac*rti Prvwi. Ottawi 



•! | mbve Ton 

■le t';i!''ieriiie ,1'. 
..i ;.l ia, pal i "line des 'jcun<- 

lui po'rle totil pnilospplTe 
i pacta; et & preuva, le 

I <•. ;i u soir, i('-.~. boas ell- 
fnn's <iu l'<rf r.eaui-hanip, 
I'egjde de I'Association dvs <tu 
d anU de l'Institut aa Philo?ophfcf 



Larbuss< fait honneur aux 53 

r&na; el pouj n'c^re, pa de 



cr- 




■ < ' ■ ■ " - 



A 



— 



, 



tnvpagnes de leurs saeurs, 

ima l*tClB de la science, ae reunis- 
■:• i la salle de PeCota* Ma/e- 
nod pour offrii -lin hommage filial 
a .die (ju'ils considi'rent leur pro- 
paLrcmne. Des jeux, du chant, 
de la danse comma l'aimaient nos 
in ies et meres, de la musique, de 
la tire qui collait, en un mot du 
plaisir pour tout le monde, et de 
la joie sur tous les visages. 

t hacuri, pour roccasion, avait 
vide le grenien pantalons pas 
trof> propres et chemises qui au- 



Les jeu.Q< avail nl ac 

1I..1 . p|« : , poui feoul |e liiiinJc. ' 
•,oniic. ni ■!•' I ■■ c m n: 

A |> i. ■ i qui 

su i \a i» it- num. 'I'!.' de naa ttl I 

iiariie 
i i :,.!], i-h acun prifje erachuirr du I 



pi Beauchamps jusqu'a 

les In- oires et t I 
se suctederent sans interruption; 
r que la pHUbadphia peut. algui- 

ser les esprits! Si vodS voulez !a 

recette pour oes "parties" qui ne 
ralentissent pas, veuillez consul- 
tor les gars de< l'Institut; ils se 
montent ensemble line aojree qui 
vaut iii.eiiir un bal, et je suis sin- 
cere en vantant nos gars; l'humi 
Tile esl 



saver.-^r-v- 



I'n comite des debats francais a 
ete fbrme recemment all faculte 
des Arts. M. Gaston Savard, vice- 
president de la Societe des DebaU 
francais, affili^e a la Federation., 
est president du comite aux Arts. 
II nous a fait part qu'il y aurait 
cette annee (juatre debats pemi- 
publics eh la salle academique. 
XJhaque classc aurait done son de- 
bat. Les candidats de chaquc 
classe pour ces debats seront 
choisis au cours de decembre, par 
elimination. CeJle-ci consisbera en 
un discours de cinq minutes sur un 
sujet quelconqueT Chaque classc 
choisira aii'si ses meilleurs oia- 
teurs pour la representer au debat 
semi-public. 

Ije comite, forme par un repre- 
sentant de chaque classe, se com- 
pose de M. Gaston Savard, 4e 



Tfols repr6sentante» 
l'ecole des infirmieres ve- 
naient mettre un peu de cou- 
leur dans les profondes deli- 
berations de l'executif. Ces 
messieurs, touches de I'inte- 
ret que leur portaient les p;en- 
tilles infirmieres, procederent 
a l'affiliation conditionnelle 
de l'ecole des infirmieres. On 
decida en plus que les colleges 
feminins seraient officielle- 
ment affilies avant la fin de 
fevrier s'ils le voulaient. 



Monsieur P.-Andre Meil- 
leur presenta ensuite le pro- 
jet d'un programme radiopho- 
nique etudiant qui serait pre- 
sents par les universitaires. 
Aide de M. Dery et avec le 
concours du poste. CKCH qui 
pr£te Rratuitement ses ser- 
vices aux universitaires, M. 
Meilleur compte pouvoir faire 
de ce projet une reussite. La 
Federation assura M. Meil- 
leur et son comite de l'appui 
de tous ses membres. 

La Federation avait requ 
avant la seance un message 
de M. Andre Laprairie, l'in- 
formant de rfa demission 
comme president du comite 
local de FNEUC. Celui-ci fut 



vous vous trouve/ et vo„s_ -bs annee. M. Jcan-Haude Thibodeau. da ^ , e cou|>a rfe ]ft r ^ union 

auaai bien envies de vos uonfrerea 

d'outie -mer qui considerent - le 



::e annee. M. Louis. Vincent eTT^ |)r ^ klent des atfaires ex . 
Paul Larouche, 2e annee et M u -. rRMnvs (i(> , fl F^eration. 



Cana tla comme un pays de rjenW Robefge, lere annee. Le R. P. I 



se et prosper; te". 




J. M. Dery 



Jour 



anxietel 



Jour de gloirel 






!' 



/ • 



'V 



i-. •. 



JL^_ 



u 






I 



> 






1 



— 






' 



# 






fggmm^mmmfm 



^.^w-%'* 



ir 



•wnpnt*" 



~»*^ -^--^ 






... ■■ 






• 



aZ- 






-,,.,..v>r 



V 



"7^ 



T • 



LA ROTON DE 



1 decembre 1949 



1 decerabre rS49 



L A • R O TO N D E 



• 



Page 3 



Le 25e anniversaire du 



• 



Samedi dernier, nous eedebrions 
la fete patn.na.le de not re college, 
jour attendu avec impatience, 
parce que jour de conge annuel! 
Cependant, il convenait cette an- 
nee, de celebrer - .avec plus de 
solennite cette~ -fete puisrru'elte 
marquait l'ouverture de la U.">e 
ann*e d'existence de notre college. 
La jouxnee debuta par une n 
a la chapelle.. La presence du Re- 
verend Pere Recteur qui a bien 
vnulu celebrer la messe, et celle 
des collegiennes en -prand costume ^ 
academiqoe donnait a cette cere- 
monie la solennite voulue. 



~+- 



~<*b 



^ 



Le dejeuner fut simple et fami- 
ker. Nous avons toutes bavarde 
gaiement au-dessus de nos tasses 
de caife\ Puis nous 
sees r Tfir"par!oif pour y remercier 
de Ires Reverend Pere Lafram- 
boise dont la' premiere visite de- 
puis son retour d'Europe fut pour 



Profitant de sa presence, nous 
ui avons preaente une requete 
■here a toute collegienne: que la 
ollation des grades ait lieu an 
Japitol. S'il ne put nous donner 
jne reponse precise, il promit ce- 
-pemhrnt- de prendre notre demands 
en consideration. Apres avoir 
[JoShe avec aisance quelques im- 
pressions, de son voyage, le Reve- 
rend Pere nous donna une demi- 
journee de coni^e. Tous voterent 
• pour le lundi pwitin! IV cette 
visit?,- nous gardons Ie plus agre- 
able souvenir! • •' 

Pout 'tarmtnei, les presidents* 
de chaque clas^e adresscrent qui , 
ques mots de remer^iement^-ife 
Soeur Superieure pour le dejeuner 
quelle nous 
ftrert 



En glanant au C.N.O. 

La retrafle anhuelle avait lieu 
la semaine derniere. Elle etait pre- 
p hffB P^r ? p H " rft Max««d Belang&r.,, 



o.m.i., professeur a la faculty des 
Sciences politiques de l'Universjte. 
Predicateur d'une eloquence simple 
et natqreile, le Pere a su ca'pter 
Pattention des collegiennes, et 
s'attirer l'admiration' de toutes. 
I'rois jours de recueillement' pro 
fond repoiient de 1'etude et durtia 
la la journulier. 



Toutes *e quittcicnt enehantees* 
de cette fete -mais surtout de la 
belle fin de semaine en perspee 



nous un veritable plaisir. ve. 



M. Mark Mullin couvoquait der- 
ment le Conr-eil executit 
etudiants du. College a un,e us&em- 
Idee tres -importante. . . On y dis- 
CUterait la question d'actualite: le 
fauuiux Year Look, suje't in teres- 



LETTRES A LA ROTONDE 



jt ■ _ 



*. _. 



- 




a 



A propos d'un deficit 

"La Rotonde" publiait recem- I ceitu mim-nt eviter un deficit, 
ment un article contenant le rap- j Mais^voila que, de toute cette som 

me, a^tpeine trois cents "doHar^ 
<$ 300.00) iiguront sous' le nom de 



Membre de la "Canadian. University- Press" 
Membre de la C orporatiort des Escholiera, Griff onneurs 



port financier de la Federation 
depuis septenibre- li>48 jusqu'a 

mars 1949. Cet article— enrich i . la Society des "Aneitns, Poit-o. 
commentaires d'un certain M. j considerer ce paiement seulemeni 
Ray. Martin— attribue un deficit -eomme-un premier verseraent a la 



A la Direction — 

Di recteur: Rosaire Beaule 
Directeur-adjoint: Raymond Martin 
Secretaire:, Jacques Lalonde 

A la Redaction — 



de ttoia cent yinquante-six <Iollars 
(•$368.00) a 1'incompetence et au 



suite d'une entente entre le nou 
veau conseil dc la Federation et 



manque de prevbyance de Tancien ; celui de la Soci^tc d« Anciens, ou 
eonseii yoila oii la quality du doH-en encore le prendre comm 



paiement final? Le rapport, lui. 

n'.ippoite pas de detail's, donnani 
au leeteiir I'lmpression d^in 



jugement de .\1. Martin devient 

doiileuse. S'il avait au prealaljle 

.•<>n-ullv eeiix que s» n artirlo \n- 
sant, <lfbat exl raoi dinairr; .>/» en . culpe. il est fort probable qu'on lui iViaicbe conclu apres lequeJ aucun 
de irrand- profits. I'ne seule ' iiurait expliqui d'une - facon claire autre versement n'eat prevu. Ceu.v 
c h o.^ e ^'Jaisait deiaut; M. Mullin et nettr lea faits suivants: d'une qui se seraient laisses entrain 
briHait par son absence^ sans part, triors que le ehangerqenj de un pareil "acte de charite" som 



s a si g racieusement cfamtg. retenu chca lui "bar une ma- conseil a lieu en mars, l'annee fi d seula aut.Piira coupabl** 

la<lie des conies vocales. . . -Nous nan*'ia'ire elle se pouhsuit jusqu'en du deficit, et nous ne comprenon.- 

xiiuiU cyHv J a- juin. II imi.orte done de determi- pas pourquoi nos .succesaeurs vou 

ner si lerreur s'e.st produite sous draicnt nous en faire porter. la re< 



Mes impressions sur le Canada 



Au debut de septembre. le pu- I moeiirs. par le. respect de l'indi 
ie d'Qttawa avait le plaisir d'en--rvidu rru'elle inculquc a ses menL- 



blierd 



ui souhaitons une 
lesceiue 

le rcKime dej'ancien ou du nou- ponsabilite. Nous esperons don. 

veau conseil. D'autre part, vu ce que ,etie nuse au point suffira a 

On entreprend une >e..e den- ■ ni£ . nit . oUanRWnent. I- fait de con- j ex p IiV,uer I 'apparent deficit du 

quhes anpres des coHf«U I 5 miter 1« rapport furancer au mo- dernier cone* et qu'elW? mettra 

ment de Election devient non fin a lincident regrettable de 

moina importanl si la critique doit j I'm r tide de M. Martin. 

rtrrjuvte et «;e«« conclusions diem. 

de 'confiance. Toutefois, 1'auteui 




Redacteur en chef: Jean fioivin 

Red. -adj.: Andree Cloutier 

Secretaires: Huguette Charette, Gilles Grenie"r 

Redacteurs: Jeanne Berthiaume (C.N.D.), Jean Touchette, Jean 

Dery, Louis Desbiens, Fernand Labelle, Reine-A. 

Lachaine, Paul- A. Meilleyr. Robert Morel, Jean 

Vincent, AndYe (henter. O d e Hc Parisin (K.N.t, 
, Solange Roy (C.B.):. Berthe Vaillancourt (B.I.), 

■Yvon Boia-bunnais. .__, .__ 1 . , 
Guy Joubert 



«e^~ 



Redactoui sp<»rtif: 

Collaborateur.s- sj>ortifs: Gilles Hurteau, lean Drnttin. <iuy ct a 
Hurtub 



-ts: 



Au Service des Nouyellej 

J Mi. f des Nouvelle I . Viment 



Western hors de 
FNEUC et t.S.§.? 

The Gazette, organe des etu- 
diants de Western. Ontario, nous 
rapport e dans son nnmer-o du 18 
novembre que le-tionaeil des Btu- 
dianU de l'Universite parlerait de 
se retirer d la Federation Natio- 
nal des Etudiants des Universites 
Canadiennes (FNEUC) ainai que 
du Service Internationflf' des Etu- 



diants (S1E). 



— -^---de la vie. 



Les principals raisons de cette 
disaffiliation semblent etre d'or- 
dre financier. Le Conseil de Wes- 
tern a .su4>i, l'annee derniere un 
deficit de $150; elle paye tout de 
meme a W*BUC, cr-tte annee, la 
•eenjiM de $125. Le Conseil des 
etudiants a dont resolu qu'aucune 
SOmau ne serait versee a FNEUC 
• iv.w.t qu T il ne sttvh'e a. ^a©H«s tins 



I.il. 1-uoLe. aux affaires e-.',- 
louligna que FXEl'C et 






_tendre la ehora4e LA FALLCJ1K 
a la.salle atcademique de l'Univer- 
site. Cette chorale groupe des 



bnjs..n'e£t- ce | p jn j& un bel a&pcct.-l tarefr. 



jeunes gens et des jeunes filles de 
llnstitut Catholique de Paris, 
venus remencier les Canadiens de 
1'aide apportee par eux durant 
!a derniere guerre. Avec l'autori- 
sation de lauteur, voici un extrait 
d'une lettre recue d'un des jeunes 
gens de cette troupe francai.se de 
Paris, qui a eu la bonte de bien 
vouloir Hie trane>mettre m inj 
pressloifs e^t ceFles de ses compa- 
gnes et camarades, sur le panada. 

". . . CVtait. en effet. la pre- 
miere fois que je sortais de France 
pour aller dans un pays loihtain. 
Wt je n'aurais voulu rester dans 
1'arrrbrance du dobarquement. ani- 
me par quelque sensibility prc*pre 
a notre jeuj^efi^e. jiour t'exprimer 
ce que je rwae'ntak a l'egard de 
ton pays et de dire par quoi il 
m'avait reellament interesse. 

Reflex jT>ns, documents que j*ai 



diantes sur tea' differentes orpani- 

iaXiont **t entreprises du conseil. 

Chacune pUUFTfl apj>orU-r ses itifT- 

ons. On renlediera afriii aux 



un beau temdigna^e du Canada ? 



Je rue aouvieiis encore <le la J 
reflexion dt' I'e pous e d'un chirui- 
gien d'Edmunston qui me disa.it; 
'Nous nous distrayons tous en- J 
semble, riches et pnuvres, bour- 
geois et ouvriers" — Je lui temoi- 
gneis mon admiration, pensani 

n alheure^ usement -dans^ n 
vieille Europe i! 'n'^h etait - pa. « | 
sncqre tou jour's' ain,s>i, et, elle 
me r^pondre: 'p(»urquoi pn??" 
Oui.' pourquoi pas ... en tous ca.« 
parce qu-'au i-'anada le respect de 
1'homme est re»te en honncur. 
parce qu'on est penetre de cette 
idee que celui qui travaille a cote 



- * 



¥ 



i la suite d'un maixjue d'expe* 
^ience,- fa{ || .pp U> -«t.t i«««^k|J — 



(iaxtun Lamontagne. 
ev-pnisident de la 
=rr Federatfon 




\d joint: Jean I 
— — w- Nouvelli-*t 

'i'i • Madelenji tha (i 

Blai i E.!N ■ 
Gerant financier : Denis Boyle 
■""CScutM Sfi S*irois. — • 

Conseilkr. ft, p. A. Tit ml . . \[. )\ R JuTi 



deu^x oi 



PERSOJbI_NALI.tE, 

Pes millions d'etres humains peuplent la terre; autant de 
personnalites devraient surgir. Chaque individu porte en 
lui les elements susceptibles de l'61ever au-desstis de la me- 
diocrifce pour faire de lui une personnalit^. La phipart des 
hommes manquent de personnalite ; cette lacune psycholo- 
gique est une -plate universelle qui engendre un grand 
nombre de maux actuels dont souffre l'humanite. 

La vraie personnalite e'est 1'epanouissement, le develop- 
pement integral de toutes nos facultes. Qui realise cet id6al ^v 
sacrS atteint le sommet lumineux de la Ve>ite, l a plenitude 



L'achevement complet des aptitudes physiques, 
intellectuelles et morales forme un etre superieur capable 
de rendre meilleur le moncle. II faut respecter la hierarchie 
des valeurs: les soins apportes au corps doivent etre subor- 
donnes.aux facultes superieures et servir au benefice de ces 
dernieres. Seul le developpement des dons, physiques ne # 
saurait donner une personnalite riche et durable; cell*- 
const mite sur des bases^p^rissables disparaltra sans laiaser 
une parcelle de genie, un rayon de lumiere. L'intelligence 
n acquerra de reelle valeur que si ettc est soumise aux lois 
sumatutvllts. Piusieurs se sont cree une personnalite puis- 
sante dans le domaine intellt'ctuel, ils sont parvenus a Tapo- 
gee do la tfloiiv; mais oubliant leur formation morale, ils 
^ narent dea detiructeuft-qui ont fir anam is aux generations^ _ 
SlFr np n a r e vain t »a e de We i.jrouts et monstruositcs. Voltaire, Diderot en sont de 



rnples frappahCi. rD'autres ont compris que la peraonnn- 

,T '" r i+A»vaten: .1.-...,!, * iitc complotc s'opere dan.- le itevelopp^menl Conjoint dc- 

""'" fiellm nVuii.'Ht f6cult6s pn.pres mix trois • ordn-s ; une svnthese harmn 

nen "jcuse et equilibree de leu: s" aptitudes en ont fait des per. 



Ia-i- prieren de qos adeptej du 

>ki ont ete exaii- ces: la neijre eat 
entin WTTVttk Lei KKIl BOO? dt'ia 

aires, 

■ ' • ■■ 

I) an autre cut«- la natation fate- 
!<tujoiir> nns huit. Hnnne 
chanve dan- eea eoneeurs 



sajfk de problemas etudiants — a 
omis ces precautions et nous nous 
voyons ilone dans l'oldipation de 
ilaii/'u-r nnus-nn-mes la situation. 

Tour quieontpje >*y connait. in 
cause est tres apparente, nous 
diriom meme saute aux yeux des 
ja premi^pe lecture du rapport 
financier: Is Soeiete des Anciens 
n'a paa leinis a la Federation Uuil 
ce ouVlle lui devait, Au moment 



N I'.L.I).— M. Gaston Lamon 
ta^n«- ne priae- pas le fait que 
nous ayon.s aceuse son executif 
d 'incompetence en matiere finan 
den. il se defend, e'est leiritime 

Ma is vouloir intenteX--au present 
executif le hiame pour le deficit 
de Ian dernier, e'est moins fegl 
ttmtr. 



oimalit es eminentes: Ozanam, Veuillot. P«>tfpiir.. Clmidel 
orrF-mrrp^rjurce de \ '. -rite et de Forced — 
Le paovivet le riche, I'illettra et !•• savant se doivent 
de consoljder dans la mesUre oti ils le peuv^ent les aptitude- 
«;U"ils Ont rr.aes al'm .!.• tain- valoir la digaite de la personnr 
- humane et d'exefterune profond* et bienfalsante inH,.,.,,., 

. - ■■_«>!. ,r leurs somblabli 

Les idees exprioues dans ces pages ne sunt pas ■<■■■■■ ir nssen^ -^ . . :. W R 



M)K'F ■-! rue Waller, (Htaua 



ad 



ceWe* de FUaiv erstte ou de la F^derj 



UN 



UN PAS pent nous s^mer' ( a parait facile: Cum r m 
pour une bille. une I6gere pouss«5e auffit a aoua transmettif 
un mouvement continu, vers I'intini. Mal.s la' aussi il t'auj. 



- 

iyejj le 
autres depensen de PNBJ 
sir: dep end a nt , la separal 

ant (|ii'i\5«. 

'• <l'''a:!:. f.uie |h.ui- 



UN TRESOR EST CACHE 



Orateur invite u la So< 

Saint -Jean- Baptiste ' de- Montreal 
en juin dernier. M. Marfue Har- 



Je reye de la fondation .lui. 
.•«<de de folklore ou choraK 
ayant -pour But de mettre a joai 



Le 1 tmedl du nSeia de 

iiuvenihie est toujuiirs *attertdu 
aver • ..mi, impatierref de la part 
dc toie- lea » hevaliers et des jeunes 
filles da t-.u- les cantons. Pour- 
qttoi? ( e jour coinmunement aj> 



d etecUona elf' mars dernierj '» M. bmdnta/m- dmm'a s«n' 

nous laissions au nouvel executif ,h, ' >art U4f ,a ^deration il;Taissait 

environ six cents dollars < IfcWHMM) > . : Un sur P ,us de ?«00. C'est faux, 
ti -. .... ! .. . - , •" I nar 



h I5i rat lui aussi un membre &!£*! "^^ W " , "" *^ 

,,, ., tionnaire anplais-francais ne don- 

curps mystique du, < hrist. ( 'est „ 

ne aucune traduction-, de ce tenne 
une rsoon, B ai» doute. pour l^n.od..,,-.. .ionne une occasion aux 



I'ere du marxjsme telle que n.,,i> roles, 



compter avec fe frottcment journalfer aux conventions de la., ."- I hildthclistCS 
vie courante, avec le choc brutal et inevitable des passions. 
qui ralentissent notre marche. Et pourtant, il ne faut pas ,:t " n " 

s'arreter! L'agir est le seul moyq n de perfectionhement de (U ' n " s ^ tteu, . s - 
I'homme: "Le oui est toujours plus pres de la verite quele~" 



l.eau. folkloriste. affirnuiit ., m ftos .; ces t^esors inouj*". II est temps 



II etan evident meme ators "qoe] P * PW que M '-Montague "ne sa 

p.nvdle BOrnme ne .pouvait sutTire ViUt paS du tout Ie ""WW Q"«' 

a defrayer toute.s les .lepenses ne- ' ,erct * Vrait ,a Federation,.^'ayan- 

litts a la Federation juaqu'a Jama,s € ' tahli un lm,,Jfet aVec le ^ 

la fin de Tannc*- acndemique. Pa, ;iulorit * s - a ^ «""-» d« Tannee. 

centre, l';iii dernier, sept cent cin- 2) _M. Lamontagne attribue U 

(juante CtaQ) Anciens de i'L'niver- deficit au fait que le* Ancien.- 



Xinis citons i«i. poaj !.• banffiee 
un extrait du 
rapport *Jerrajme-5ur las f O SsiU p 
Iites de former ^wur lea etudiant.- 
des Arts, des casdef mi soeietesl 
nouvelles r«-p.»ndanf ,au\ xrout 
etudiants 

"Nous PTOposons cfa uuuveau 



traditions etaient en voie dr di 
paraltrc et il ajoutait: "Je" ne vois- 
de "refujge pour nos traditions <jue 
dans les semiruiires, colleges et 
couvents ir . 



quelle le Canada ne c.nnaitra paa f,Jl s et gaXCOJUi de .envvisci |, , -He avai.nl contrilun- un dottai n ont pas donne .a la Federation la 






l'avon- -nine en France. 

fl m'a plu cvalement de von que 
rapportes, entretiens avec cama- le tOael des etudiants de hcaucoup 
-ades m'ont permis de me faire j-de fannlUs etait de vivre <lun 
une idee plus objective sur ce qtfe j chrUtianiamae 
j'appelltrai,- — permets-le moi — , la 



• 



( 



France d'Outre-Atlanttque. (II eat 
evidjprrt que tout ce qui va suivTe 
B entend non du Canada entier 
mais de celui que^ j'ai ' eonnu: cen- 
tres francais des Man times, une 
grande partie • du Quebec 
Ottawa.) 



!•■ ne te parlerai pa dc tout ee 
qu'ii petit y avoir jl'amc jitaln, 
au serfs cop 

pay.-: 
tout ee qui a pu f rapper notre Q 



vivant. <onst; VlM 
ment repense et non com me Ve- 
nant "de la religion de ss H 
dans un pays ou il y I aucune 
ition rtellement matei laliste. 
Par la ehcoj-e le Canada pi"a ason- 
rt*'."ti que le ( hi ist ianism.- etait un 
"humanisme integral" romme 1'au- 
rait dit Jacques Maritalh. 



J'aimera | paiement m;i 

di WJll rOVnbien la .France 



• est ilmi qua las etudiaittes se 
reunissaient saasdi »oir a la saHe 
M Blesaed Sacrement*' pour eelebi i 

ia "Sadie Hawkins" et montrer a 
leurs amis qu'e"lie<; peuvent une 
fois 1'an. etre de Inmhes es*orte«. 

I,.- h.i..- dfl Ifl !M»rtaient 

Hre a qu e tous le bo nqa et de -cw- 



| ($1.00) ehaciin poui un abonne- st >'»nie d'arg*nt qu'il e«jp<'rait re 

| ment a La KoU.nde; la meme eheae (evoir - D'accord. Cependant, a'il 

sappliquait a cinquante-huit i7>H) aVait conclu au ih ' hut de i'ann.-e 

autre au FuIcTOIII une .entente avec les Ancren- 

cet iJncident ne serai t pas ftrrive 

En percevsnt *ses dm au nioii '-' Bat la question. 

la Federation aurait -uu R. Beaule 



- repose r , 
/ "la route est dure, dans la montagne", meme si q& demande 

un. effort. Nous ne sommes pas habitues a 1'effort parce' v° ua H m » ) " 

que, le mot Hatffque, il vient du fort, (ex forte) et nous cercle (cerc,t ' de i' hl!atl '«' 1 

sommes faibles. Comment dreaaer *k yolonte 4>n» nn monde ^ ?5£^ lV " 

nu vous n'avez meme pas a choisir une marque de savon d J ants - ^f us avons 

pour conserver votre teint d'ecoliere, ou le coiffeur decide de 



sajre; des legumes, urn- feuille '.{*■ 

chair, un oignon, et ahtsi de suite 

■Seloa la tradition de 
jotirnee. les jeunes tilles deman- 

daient les mesaieur.s a dahsi 

dent les honneurs di 
M. Boo ere-. Rani u lTni 

■ ' . • cm epou 




n en vcut a F.D. 



■■.mmen ia.r ranee ronillle c!w)) ,. approuvons. Fn leuc donnani 

l! Sana-ifcuifi onifuent* dans h etudiants iuina aypsobatjqn^ux elections, n< 

e)lr-«t in j.atiiudu vos 1 arirNrr,- reinonTe ^Totere ■- ,1, Jul v ,. f , des 1,,u " 



Sui i.i pace editonale de La i I'aFfaire: elle l'a su! Or nous avon- 

" ■•« '• ,lu 1'' RoVUnbfa dernier, elu a la Federation des represen 

f " '-nvait un amele satiricjue ■ tants du corps des etudiants poui 

et pjquant, "tut it ul.- Reunion pu- fsconner. jruider. mener a bien no- 

F. .L-ration. intents. II? *e devouent pom 

,.-,, n , 1(1 jj { noui. \.,u- r.ippnci«.r IS, I 

-approuvons. Fn leuc donnant notr. 

OMa^leV 



•nnalite 

■ i 

i I • ■ -Kivie- - comme a\. .; - 



out ee (\ 
■ chrettes. 



fe 




res. etc.): cet enrichissement 
Ueotuel nim ? a steryr, — les 

i.i%r'.'- ferment la jeunes 
.- . uVst"-.il x»a* vrai?— *nai* je . peux \ "oils* en onelejuea mote ee que' j'a 
-retention, qne "la W1 , )ri ... ,.,. , (1H . ,|,,, |. , 
,ch-c" retart propose tfaHbres ' cbt^twTei appns du Cana<la 



oue Al l. ii i le 
man* el • 



Ton 



e soi 



Lots. 



NOUS avons voulu des contacts 



' humains et e'est de ces contacts 
aVec la population. canadienne que 
j'ai vraiment appris quelque chose 
de ton pays: 

fl m'a semlde profondement 
chretien; tu ne peux sa voir quelle 
satisfaction a pu etre notre de 
nous trouver chez nous sur ce 
point, ailleurs que chez nous. 

Le culte de la familleV chre- 
tienne par son jrrand attachement 
a 1'EajIise romeine, par le divouc- 
ment a .son elerjre, par son educa- 
tion, par la probite dans ses 



a-tf Canad 
nous faisons 



a.' voila ridoe qu^C nous 
ons de ton pays! je Is 



trouve asiez 1'ielle !!...". 
Paul Aljrret, 

F.ole Superieure d« s Scrtmeee F« ... 
nomiques et Commerciales" de 
lTniversite, catholique de Paris 

Andre Ferra«ne 



en amunes em •• 
Ft 1* vie continue. 

Jeanne llerthiHtimc 



L'ne-enquete menee dans quin .i nous. Concede. Permettes 

universites canadiennes a r*V& Vo.n,.; 1 rai.-.on: Palnnentat i.m 

que la plupart des maffasim de tldienne que nous-offre 1 

livres universitaires ne tenait v.:. 
compte des listes de prix envoy, r 
par les compn\^nie.s- de livres. On 
se rappelle, qu'il y a quelques He 



es qu 
■ tout- tfhe- fois mache. une n ' su1 '' n.- ; ,t,-n .1- 

foi \ ( .p.n fcwtes etudianteft 

Je croji ojje I a l: .• 
rinstrumeiit efffcace par tequel la 

15 'lemeraire. Petit Nape- i'^'' BftM M fair* omnaitre. \ 

I • ■ ■ ' n . Pourquoi? Ii fut de*ble p'ai annee ell« apt plus (pi, 

la uiaiiri. ance a cette K' 11 Ml *i*» '^** peettHaJts tonl appa 

nion puplique. PaUvre F.I>.. ver rents, 

1 sneore Je larmes ' l*«i |! Ne t'npcrcois-tu _pa^s que to di 




"digeree", la nourriture d'un esprit cultive (?). sur une 
boule ou avec la television on aura meme plus se derantfer 
pour aller au cinema, sur la terre ou le culte du Createur Be 
relluit souvent a une courte messe dominicale de midi. sans 
rien Changer a nos lit mites conceptions de la justice et de 
-laxharite. L . 

i confort" 



constate i 
Cent des etudiants 
de la faculte de.- Arts avaient 
comme "rioMiies" la cidleeti-in des 

timbres de toutes sortee. Tous 
ces philaaaeliftea au#a4eat done 

avanta^e a se jrruuper- autour d*un 
expert en la matiere et de pouvoir 
faire des eohaaajta de timbres aaM 
trop de difficultes et- .sans pel te 
d'ar^ent'*. 

'e prdpos ftion n'a paa encore 

• ■il des Arts. 

mail elle le sera luentot et mil 



Folkloriste emirite- qu'il est. M. 
Barbeau eonnait nos ' posi- 
tions, et ses |iar.iles s'adressent a 
nutie Fniversite comme,, a tout 
autre. Par quel ' moyen*'peiit'^He 
remplir son - devoir? Pour 

ma part, je me reserve au chant 
foH<lo riq u e; "^ - — - ■- > '^. • — "ttf - 

vains. musicien.s et chanteur 

I .les bases d'un renouveau 
folklori<|ue. Purmi les ' pionniers. 
mentionhons: M. Barheau, Ernesf 
Gaghbn, Charles Marchand, Oscar 
O'Brien; ces hommes n 'ont 'pas h6- 



pour les collegestJde s'interesser au 
folklore. • cette V'ame sensible et 
lyrique de notre peuple". Que les 
maisons d'ense.ignement facilitent 
aux etudiants les contacts avec le 
chant folklorique. 

Quelle part petit jouer cette uni- 
versite? Je le repete: un moyen 
quelconq'ue d'mteresser 1'etudiant 
au folklore. Que durant les huit 
annees de cours, il puisse en faire 
connaissamye. P^ur_£fi_jqui est du 



Et Ton ne s"appen;<>it pas que la lanieux 

\ante par la pUblicite, n'eai pas un sefviteur, mais un tyran 

dont te ri'irnc -est celui de la mediocrite. Un pas peut nous doute qu 'elle rencontrera l'approba- 

en tirer, un pas yignnf psqnp ? "L'homm.' • >t une chose qui t! " n do conaeH. Ce nouveau cercle 

doit etre surnionte.;"..(|i>ait Ni«*tzche. Lin pas MKCKSSA1RK' lepojaiiaj l aux.voeux de plusiem , " u '<''- ,; 

si Ton a compris. une bonne fois. toute la puissante realite e fatdia nl . • de 

dli-Cui pa mysliijiir. netrc force et notre responsabilite dans t timbres. 

Ie ChrisL Comment laisser cho.mer nos dons accumules! 

rhaciue talertt doit rendre au centuple. T--.~ 

I aUX todies. II n'y en a guere que deiix 



cluint a cette institution il se 
l>orne au religieux. II y manque 
des chante populaires, appropries 
a notre me'ntalite. La chorale du 
Juniorat accompjit un travail mer 
veilleux sous ce. rapport. 

Qu'est-ce qui rutarde degTou^ 
site a se devouer corps etamelper les etudiants, "iiiteresses-au* "» 
pour la conservation de cet art. chants du folklore? Parmi les cen 
Parmi ceux-ci, Charles Marchand j taines qui ffeijuentent la Maison. 
est celui qui donna une poussee il s'y en trouve sGrement. Deja! 






formidable au folklore.. 11 fondu 



de 1'EcoJe. Normale, se font en- 



Troul.adoiiis de Rytown. au temlre 'des voix meJodieuses. Que 
jourd'hui le Quatuor ATouette. Ion place a la tete de ce groupe 





Depub 'rente ans, des tresors >'" di recteur competent en la ma 

"tit trouyea dans ce . tiere^ce n'est pae cela qui man- 
ne. Le Musee national at loces est assure. I^s 

Ctmmis d*fl mrlltrrT^e c laus J a s, si ti d iants a qui on leur enseignera 
arranirees dans leurs multijdes ll ' veritable .hant, n'-pamlron; 

-i: :'.uuu tevu-s et ^,000 n»e~ airs qui nous viennent do la gro- 

rieuse U'cole 



maines, le magasin de l'Univer- 
site de Toronto ne pouvait plu«- 
acheter de livres de la - compagnie 
—La London Life offre aux etu MacMillan tant qu'il les reven- 
diants du MicGill une assurance drait a ,prix reduit. NFCtJS 
pour les accidents qui he leur co . Bsaatera cette annee de trouver 
flra que 12.50 jpar tennsl .jtcadt- 1 une solution equitable a ce pro- 
mique I blejne. 



rable. n'est-ce pas? . eomme m»»i, V.lK. que Jes etudianf 

La Fede aecoioplu u„i „,-, ^ ^ ^ney dowejlt leur con 

sentemertt sur le . "Year Iiook" ' 
Ils s T y interessent. On, loue cette 
initiative, on en discute, on ne 
pourrait s'en priver. Dans la.rc- 
eente enq'uete, la majorite approu 
ve le projet. De meme, nous at- 
testons notre desir de voir se rea 
liser concretement l'idce popu 
laire: construction d'une maison 
etudiante. •-**" 



line 
quo- 
a cuisine 
n'e-t-elle done paa necessaire elle 
aussi? Pourtant, qui parmi voa 
amis se preoccupent d'etudier 
scrupuleusement les differentes 
manieres d'appreter les mets? 
Pourquoi? lis doivent vaquer a 
leurs occupations, soit scolaires, 
soil personnelles. C'est leur devoir. 
Sont-ils justifies? Gertes. D'ail- 
leurs, lorsque la nourriture ne-farli 
paa Paffaire, le cuisinier le aalt; 
Pan pease la Fede ne faisait paa 



de ^intelligence. II est facile de rateler (\<-x feuilles mortcs 
et malaise (Te creuser un puitfi, il est aussi aise d'entasser ee 
• Hie disent les livres et difficile d'eriper un cadre qnf puisse 
soutenir ce qu'ils disent et ce qniU ometteni, 

Rien n'est fexipeant comme noire religion: Le Uhrisf 
nous a commande la perfection du I'- re II <-st venu appOTteT 
le glaive. . . TeTYeur des paresseux et des de*>ikw, la Intle 
»sl la condition dc noire vict<>irt\ "La vnlonte <lc S€ sin- 
juissn- au nun »Mi de a gerifices por som tels el par la grace 
Ciel eel ce qui det crrnini- fi dillT-rencp" entre les honlme.V: 



^erroviaires re 



di'ii trois rent- de pirhli.'Os et ces 
UltS I ,ul,|K ' a,i "' 1 - ,u ' *0Bt 4Bukra can- 



de fer Xationaux 

nous comnuiniepient que de nou- 
veau cette annee il y aura d( 
duct ions s'ur lea tanfs de VOJ 
| ljoccasmn des vacances 'le N*©i I 
pour les etutliant Ce laux en- 

Im«. 1!>-1«j -ot le 

deYra s 'eff ec tu er pas plus tard 
a graei' «l'i que le 2."» Janvier I960, 

( — henPtipTOT 



nues. M. L'abW Savard. dit de 
la documentation amassee sur . le 

folklore: "Cela r:. ( .pe]!e le trav.i;! 

du mosai.-te qui, aprei le passage 

'I''-. J'.-.r!-. | uei!!e le moindre 

fragrnient de la veiri. i,- ,1, p ar 
qiiehiue bean matin, restitue a 



?ur le fer afiqara-.f^sra -..lei! eg r a T e ^ i 

voyag e de t eauui }• Veyonbl ' fiwudrait - il ■ hu rajn? r*i 



des . jonpleurs de 
France. Un atmosphere de fran- 
che faiete par le faiUmeme- sera 
rt-pandu davanta^re. I,es chansons 
du folklore seront m:eux chanteet 
ear eiles .>er..ril mieux compi 

Fleureusement. que l'Ecole 
Musique saave - la 'situation. , 
Chorale Paiestrina presente dan , '/♦. 
concerti recital , dee enani 

de pi.-n.ie.e valeur. Cela- merit.' 



: 



dc 



Jchanninc Met hot; 

V'icc-in-esidente 



<'or|)oration dvs Ksehnlirrs (Jn'ironncurs. 



Et puis, le nombre des votes 
enregistres | lore das elections aux 
Ait* Pan dernier, he prouve-t-il 
pas 1'interet croissant qui exiate 

(Suite en pace 6) 







La Rotonde prcsct>tcra un numcro, 
special le 14 d*cembre 



PnlllTOnt 

reux' qui rtahtant <i'nn point a 

r.-tuue du Canada ou d'un 

flu Canada a certains endroHa de 

la. frontiire anierie.iiin . . 

Comme par le passe des reprc 
sentanta des comp agn ies de che- 
mina de fer se feront un plaisir 
de solliciter votre demande tout 
en vous vantant le confort, le aer- 
vice irreprochahle des compaf?nies 
qu'il repre«eptent. 

Les taux seront de un billet 



normal et une demie. 



II e il S d.-f 11'.'' *ltV- 

04] que aenl c\-<\ tcj 'i 1 "' 
vrrnt l g r wi e di ' ^ i ti s titu tl onti. No* 

tre Cnive'isite. sttOte a quelque 

ij ce de eel arstuial qu'est le 

Musee. est-dnrrr tres priv LI ejrteT. 
Autre .a van tape a B^precier, En 

cette ville nnuue, s e t rotfve K's 
ililes folk lor istese: M. I'.;u- 

beau et Em He Boucher. Ce der- 
nier, fidele interprete " de Mar- 
chant possede- un collection de 



de. feiieitattomT l'u p.-i., dc pS 
neceaaaiee qu'ui) organisnle 

du gen re exis-te puu r lea etu diants. " ' ' 

1-ai.ssoiis le dernfer mot, a M. 
Chanipa.erne, <lu Conservatoire de,, -, X* ' ■ 
Muslflue ■ province de (jue'- 

bee. "U', folklore.' qiruest wne ima- 
nnore; de .n,.-, emdtfona spoil- 
tauee.s r . ost lVxpression et-hniqiK: 
de notre peuple et devrait fipurcr 
au pr o gramm e scolaire au meme 
titre que l'Histoire du Canada 



dont l'otude fait connaitre les 
quality •nationalas". 



chants tres bien earnie. Qu'en 

yerrons-nous le heros aller pu.ser A bon- enteadeur 

a ces fontaines de Jouvence et | ' 



nou« divulcuer les trouvailles. 

~ k i — '■ 1 = 



A. Chenier 



I 






1 : •- i -- 



•■* 




, ^ 



. J 






■ 




«s 



***• 






■*> 



- -*-**--• 















' ' ... ' ii ' - ■ " ■ ■■■ 



.1 ^ 



Pa««F 



I*.Jl K u I ON I) I 



mbre IS J!) 



1 decembre 1949 



L A KT) T .0 N D K 



Les 



- 



\ 



an summun de I art 




troupe niise de rehoiuirit* 
rnuod.ale, Les Cosaque* tiu Don, 



Confession dPun Philosophe 



. 



■ 



•m» i*«i^ct.on <je Kucque Serge Une personnalite 

larotT. notw oat donne la aemaine 

•lernicre un concert que nous pou- 

■ *W <HJaIi6r de -Mm de :*■■** J roptenac. 

>ur.". Luacipie. .soupiesse. puis- 1 

,aare. variete. harmoiu>. toutes "i"*" 5 Pt ^^ s^eur. cr^eompdee* par un tout jeune debu- 

e^imtesewentieltes a U beaute. -i de son devo,r * ft * ,r au Canada 



» novembre 1098: mort du 



Louis de Buade, 'militaire de 



Mieu\ vaut provem'r que gtlerir et jkqIu nave/, jamais .guiite la jo.- £ 

afih dY-viter l'lncomprehension, 'je courinitrc pour la soule.fin de von- . . in 

previeiis ic lecteur qu'il ne s'aiat I naitre. lake «"*•.,. d'appli- Ld Loi UU 

'pas ioi d'une these developpee par q'uer ses conftaiSsariees nbuVelle- • // 

un*philosophe ou encore moins d'un memt acqulses. 

traite compost' par un crudit et ' La corinak C 

savant disciple de saint Thomas et presque'la somnie das connaissan- 



moindre 



comme. Louis XIV agissait en 
France selon -lee lois et les prero- 



■s iea earacleristfques oeces* 
ta:re» a ta creation d'une oeuvre 

■ aleur. e'etait cela qui char mau «» ?"» * la Xouronne. . 

Jusquurci la Nouvelle- France 



-* enfensl—rnt 
Serge Jar off est un grand ar 
t .ata. M*i» tlast- un a rt is t e , p euu-. 
.juatre pieA, dii pppeeTet/* 

*a desmmm* esV enyg^ua. Son gdn 5y?teme <Je 
Mention d^a!nche de, slaves . f||t parej , k ^ 



n avail «ete qu'un comptoir de 
commerce et un etablissement re- 
! Jigiaax, rroniSMac'-.vouIuT "en faire non d'approfolidir 

Mais 



In etl'ort, c'est un acte eiier- 



, i igique physique ou iutellectu'el. 
■e Mantain. IJ s agit tout au ceaj non pa* connaitre <son aspect , To - . ic i im . !tll , 



plus dt- qnel')u;s reflexion! eparsea l/iolo^ique .mais puiscr dans la, 



tant dans I'etude de la philosophic 
et <iui, en touie humilite, avoue 
son impuissance a devenir uh 
^rand penseur mais qui n'en con- 
serve pas moins un profond m'c 
ret pour une tranche du savoir 
qu'il lui est permis d'effleurer si- 



Mais si mon incompeti 
manifes'te, pourquoi m'attaquer au 



*ujet? C'est que la chance m'est 



existant en 

prince SWnbu' qu'-^u, q u"i '. F *»£ t " "***** i «! i :\**T t *° ri * *°° r ™ ""' rt * 1ou " P»»- 

M ,. rarch:e des gfficiers et reunit les 
-* *• d.recteur. qu, se de- /.^^ r ^ raux 

juxqu a 



avec mpi qu'un 

■i succes null d'une tuite d'efforts; 
psychologic, senrtet lintellect,' , r . ., .. 

• i * w i. ' ./T.clTprta ropetes dun meme sujet, 

> analyser -franchkunent et se de ,, ■ , , , 

>u efforts de plusieurs. dans un 

couvnr tout autre que Ion se - ,„, . -. ,-. - - ._._ . v 

... - . A , a meme fml ( nmment alors realiser 
?royah. b cmerv-eiller devant la* ._ ; ... ..,.-.r„j„l .. 

creature si coffnplete que? Dieu a 

crcce, n'est-ce ' pas la un plaisir 

de 1'homme 1 , . f V% 



non par la peu pr«wptes 
encore a leurs debJELxnaljrre hei 
progres immenses realises dans 
-noire-- «ii*cle qui aUtat fait leur 
tot que d'abaisser, de yanter plu- ' ••claiVe', mais par la connaissance 



un projet, al.tenidre un certain 

but, si Ton opte pour la loi du 

moindre effort? ("est mon opinion 

.s que la mrfjorite des etudiants et 

( o-inprendre un peu plus notre i f _ j; t >„ '' 

■■ y ~d* ■■ . Hu*iiant,es, de ce milieu, ont popu- 

univcr* etaon rouaafciriysterTPtir?"^— ~ttz rnrn i , ,r . 

r"' ' lan»e cette loi. du moindre effort. 



p . n ^ r " tot que de ditqucr et je nc vou-' (,etS »uya premieres qui nc 

Comme celle de Louis XIV sa ; d rais pas hl ; sst . r pagfer Joccasll , n . frcnt rimperfection; compi^ndre 
-enolhmee de noa plu« grand* 'P 0,,:,< ' ue entra.an canrlit avec, le ! sans mentionner «jue j'ai uussi des 1 u e nous ne sommeaw-pas une hor- 
HjraAea- de theatre. Le simple re- i C ^ tt ? a *? ;1 ^ P?"» e "ait pas preferences comme tout le monde; : lOR^ ^u'un onfanf peut reparcr sil 

de a inpirer dans4e9 affaires de )tr\ j^ voicT ' pour ce quVllcs valcnt parvient.a replacer les j)ic<-es tant 

car je ne les renforcis par aucune wen ^ ue ma ^ Q 1 ** nous sonjmes 
citation; c'est tout et seulement ce "^ es *ngcs •de'ehus des cieux", et 
<\ut- je perrfe que notee rationalitc entralne des 

^merkis glrsscr un mot aux : responsabihtes dordre moral at 
scientistes, a e'es messieurs, rois af>cial - 

cprouvettes et maitres' des labo- Kt m,lls nc ^mrnes pas prttti- 

li-£ioua^ne-aoint m w>> qu e des-f 

qui volent dans 



* petit doigt. un souleve- 1 . • 
me^<epauie,. un mt expfes- j, ^ , 
- r fumaemt a rempiacer ce que 



*ppeller»is une note ^oupiree 
par une intonation des, plu *' p i\s- 

intea, ou v.ce-vexaa^ 
' Sous la d.rection de re 
issJ-.ot 'lilwimnc.' u vhwtur «V yingt- 
-i>ia chanteir" ruaaea, aiTaBure 
otique. qpi a^pvirtenl a."TOecP 
i'expre«5ton inctmn»ie 



rwns-dF Tfane o*4Mil*le. Umuut*-- Ma caractere autoritairc 



nmse eat toute pleine de my^tere. 



Frontenac, encourage* la decou- 
*'erte du M ;»:, gagna 1'amitie 

de« differente? tribus sauvages. 
Sa guerre implacable contre les 



Aru'.a^awt leurs ain Iro- , 

<R - , ... , , ratoires. a ces esprits pratiques,' 4 JlUUi nu 

quoj*.- am ena pius tard < 1701 J 1* ^ fA . ■ ■■ , ' irrand«; distraits 

7 enfouis dans les volumes de comp* B **" us _SL 5traiM 

signature de la pa:x perpctuel e , ...... t ,. .* ' 

t,_ . * * tahihte et du mathematique et te - 

entre Franoais et sauvages en- 

herais. 



La bombe atomiquc ne doit pas etre 
un instrument de destruction 






Vu Ketat actuel des choscs sur 
l '.. i inU'.rnational, on se de- 
mande ce (juc feraient les decou- 
vreurs" de la bombe atomique s'ils 
pouvaient revenir trois -ans en 
niicre? I'eut-ertre comme le 'In 
mis^e Nobel, v©udraient-ils voir 
leur invention retourner au neant? 
('hose certaine, le secret est trop 
i.»ur«l pour qu'il n'appartienne- qu'a 
un seui peuple, ou meme a un seu'l 
•^rt»upe«de peuples. La bonibe, 
atomique, cette i arma effroyable, 
deviendra T5t ou tan! l'affaire re- 



i.i pas Unit au point de 
vue etude, que a 'applique cette 
opinion, car chacun souffre soi- 
incnic de cette parcsae ■i-ntellec- 



et emporte, malgre les travers et 



tuelle etonnante e>t meme honteuse 
1 pour de_s gens qui vont consacrer 
leur vie au travail de l'esprit. 
Mais je specific ici les etudiants 
et etudiantes, airsolument indiff. 
rents aux activites gocialea ou 
spor.tives de ,leur institution, acti- 
vites qu'un pel it nornbre essaient 
d'oTganiser. S'ils n'ont pas aujour- 
d'hui un bon esprit, une ambition 
fiecesaa^re, comment pourront-ils 
plus tai-.l, se d^youer pour leurs 
■ties; leur province et leur 




11, est done plus que temps pour 

itions de suni r afih d'ev'it er La 

cataatrophe. 3'il y a eu moyen 






lenient pris par la mature qu'ils ,|( ' K ' ve en rdve? Non ? ceux H™ 



Xs pTui francs et. Ie| plu. 



-x. 



etudicnt, et si pey intoreaaea 



nicaee- p erner comme Yrxxi<* ait connu. 

da W* P tHf" 1" ; ae repouaaenl: Ia.1 

'^ffinem • »»eau ! 

»t le i»en. un «utre genie, -p-> 



.d'autres choses (ju'a leur speciali- 
te qu'ils n>int pas le temps de 
la-tetc et de se poser des 
IBf Kt si, jamais les pn. 

:rand-'-'" ** s ° u,ev "- s ™ ] ^ r V± 

erneur" que la Nouvelle- nt *^ re " 



,n, degouf pour lea cho- ie , fa ible*ses de sa politique, 
granges; ejle a.me Texagera- 1' rron tenac >ut apprecer a leur 
IVttraordinaire; elle a com- jU . le va i eBr> j es Talon el - lesMber- 
- la rea- 
»"*ercate3r 'qia gt que pen 



Solange Itoy 



-epient de 

et.de Pa com. 



nouveau 

■ 



r n'ayant pas lexperience 
QU la f.>in,u:um nccc-s.va;re- pourl 
les resoudre adequ at ement. lis 



t nous T apostrophent ainsi nous con- 

ant 'tree -mal parce qu'ils 

noun -veulent mal connaitre. ■' 

L'on veut aujourd'hui une i>o- 

plus instruite, plus apte ii 

sa|isfaire aux exigences d'un 

mood* ccu^piique et complexe dont 

la mecanisation, et la surpopula- 



Mivent illegitimes. el 
ationisme est une'ehim- 







sunt tcljement - prft j>ar \'a 

tateriel qu'ils >c demandeirt lou- 
jours le -"comment" de !a eJl 

so trquoi 
l-nomme esU\) at ^ n : ' 

'il ne 

ailt 

de ci.- 

divi- 



f ranches se re<-onnaitrpnt'' dans 
res phrases eourante*. ld«-squ'il 
s'agit d'une organisation: "QttHlfl 
i angent avec q&, moi, j'ai 
"up d'autres c hose's a faire." 
ou encore "Jo m'en fiche, ga ne me 
tenLe pas". On laisse les autres 
se surpasser pour nous. On laisse- 1 — 
meme les autres penser pour nous. 



i.lir un controle international 
conti"e l'emploi'des gaz et des mi- 
. r<a>es. pmirquoi n'y aurait-il pas 
nioyen d'en etatblir un contre l'em 
ploi de # la bombe atomique? Cha- 
cun savait fort Men au eours.de 
eette derntaxe gUerre que s'il em- 
ployait les gaz toxiqu.es, il aurait 
en a en subir les consequences 



moins 



apres. En consequence, J univers 

'ut delivre de cette arme barbaf-e. 

* Pourquoi vainqueurs et vaincus 



aerie de -iceouvertes, fameuae: 
de grands savants*, la l<o periodt- 
(pue- des elements a ete trouvee 
paf Mendeleieff, un russe; l'elec- 
tron pa*r Thomson, un anglais; la 
theorie de la relativite par Kin- 
stein, un allomand. persecute par 
Hitler; le nucleus de I'atome par 
Rutherford, un neo-zelandais; la 
structure atomique par Noeils 
Bohr, un danois; le c^lotron par 



>,"" ■ ■ ■> i ti 1 1 ■ V, , i ■ t m . , „ „ — 4m 

Pri^re 



Pa^e 5 



Anderson, un» a*nencaTri} Me "neu- -X ant ^berche-t-il un refuge, "a qui 



tron par Chad wick, un anglais; la 
radio-activite artificie+ie par Irene 

cherehee pur les auti ndru Curie et Joliot, des -francaia; la 

:6t ou t.u,l le secret de poliehi- 

nelle. 

Alois? Alors, que. -deviendra le 

monde? 



transmutation de l'uranium par 
£ermi, un italien; la 1 theorie du 
metrotone par Yokawa, un japo- 
nais; une autre formule fut-de_- 
couverte par Hartt, un allemand; 
fct — 1& — fiasion — da — 1 'uraa itHn--- par 



Meiner, un autrichien. ' * 

( ette (iecouverte appartient done 
a tout l'univers. Pourtant. l'uni- 
vers est dans la crainte a cause 
d'elle car jamais arme de guerre 
ne fut aussi redoutable. Alors que 
[JfiJjaVeiot d'un soldat d'Alexandre 
tuait un homme, le canon de Na- 
poleon en tuait 12, la grosse Her- 
tha 88, la V2 des na/.u L68,, la 



vingt-(pjatre he mil.e aToqiique, clle. en a Tue 



d'un seul coup 100.000. "Kt il ne 

s'agFssait 

d'autres termes, si les puissances 



turn en onj fail un Jot oil se cn„, » eB UronB . nm]B <iang mUj in(Ji ^. 

aml,ltl( " malheureuse pour notre ins 






uTcThomirfe, "sea" paTstbns el 

- ntutiuii respective ausoi bien que 



pour nous-memes? Kon! effoi 
eons- nous de col laborer aver nos 

' ,i : 1 - - <■»' -"si.i,.,.,_ ;;ni oiran 

ipn ne peuvent-.rienv.i.n.-, dWnu 

vivanl Abandon- 

nons cette devise lie la | 
moindre eff( t yous 



* \ 



" r au " " i( mond Jlawtin 'ex-rcdarteur sport :f J . k ..— ,«,.„ 

- - x d'une .^vell, junpicment 

I ,.., paseKo.te,- 

la , ! du temp P< 

!• II rempla «?"»■ Iffif* ,1,/ 



monde qui vit selon les priiicpes 

raiaoa 1 1 de t ;i morale, on 



t de 
oat. oo aigu a certain*- in?- rieure du rem place i 

lean V:ncent pour qui la Jachi "^ ;i ! ' ; "^" : ■ ' 5 "?" '" 

'ire a ' I , ' S ^ r «dWttre qu, ^"^ im ° n k COni 



nauraient-ils pas le droit apres de 1'Axe avaient ete_en_ possession 
une aoasi sanglante epreuve, de de la bombe atomique, une jour- 
dormir en paix et d'appliquer enfin nee avant nous, ils auraieni con- 
au progres et au bien-etre de 1'hu- L-qHii Le monde • a ,1'heure qu'il est. 
inanite,- ce.S <lecouvertes des uns La vie ou la mort, il n'y a pas 
et des autres qui ont produtt le j de milieu: tel est le sujet d'un 
•nt de IVnergie atom -gumentaire americain dont 

;l nest peutreUe pas v*»e'I f W)ffice national du lilm vienL <le- 
• *«ule invention au" monde qui- soit , realiaec- iaxa— voraion-franvaiae jn- 
aussi internationale que celle de titulee: "Ktre ou ne pas .etre", qui 
'cnergie atomique. Kile est en \ sera distribye I'mh hainement ^Uuis 
eltet la reaultaitte de toute une 1a serie Vlgio, de cet organi me. 



i -n i..,i M force".. 
Lise I.alonde 



Grand CdWffiVfcs 
de caricatures 






L'Auteur de "La Flute 
Enchantee" 



Educateur 
"educatrice ? 



ou 



L<a femme se- rcvcle-t-elle meil- 



Prenen8 d'abord au point de yue 
purement j)syehologi.pie. Ou >'cn- 



Seigrneur, Vous av^Z mis ert moi un coeur qui bat a 
grands cojips profonds et un vit' Besoin d'aimer, pour que je 
m'.-panouisie un jour tolalcment dans la joie. et dans 
I'Amour. 

Seig-neur, dans Votre Infmie Sagessej Vous avez reserve 
pour moi une jeuncHrffc t*ue Vous avez fake belle et bonne 
et pure. 

Et Vous la preserves /'coin me la pupille deJVotre oeil". 
Seigaeur, je Vous denTande de la benir, celle qui sera 
demain ma fiancee; 

Aidez-la, Seigneur, ii se garder limpide de coeur pour que 



cbnte-t-il ses peines, a qui'pose- 



ponse la.connaitisez: c'est 

la maman. Kn effet, qui sait mieux 
que la mere tenir ce role ilelicat 
de protectrice, de conseilleret- de 
gpide et par le fait meme de for- 
mat rice? 

Mais - j Tu u b liuns. p as, -la-were ast-l 



d'abord femme. Les qualites 
qu'on vient de reconnaitre a la 
maman protectrice, Dieu. dans .son 
Tnfinie~sagesse, a done dti en depo- 
s'er une "pincee" dans chaque 
coeur de .femme. Et comme le pro- 



des compagnons de noblesse. 

Seigneur, je Vous ofTre las difTieultes de'mes propres 
tentations pour qu'elle-meme soit aidee a triompher de celles 
qui l'assaillent. 



t -ii milie et une questions'.' La re- ^ 3- n ^ ez .'JQ°j di ^. ne d'elle, Seigneur, et que la -pensee de 

iiotre premier Berceau me fasse consjderer la chastete du 

avec regret, 

de plus beau 

et que j'ai me 



Amen. — r: 






Le Laicat Missionnaire 



• 



Entendu.geaeralement. le laic tal par son honnetete et sa valeur 

missionnaire est un aide, homme ! p r o ft ss io i m eUej 11 lui faudra done 

feRseur est cense prendre la place ' uu fewniB - <! ui a»«urera jes M9P«1 liaitll oxtrerncment -rich'e de com- 

des parents, qui le fera mieux vicas techni Ques en pays de mis- ' petencea tecliniques. 



qu'une in?titutrice? L'ecole sera 



sions. II n'est pas un religieux: 



tjn une iii.-iHuuuc. u ecuie sera ^- * — ° „\ i/„.,.« ..*:„— -.i - n 

la continuation, le parachevement aucun vot ' u » e »'*"ache au Supei- ^ I ormation soeiale: si Ion 
de 1'education recue la la mat,on. rieujiilcJa^miasio^ Jl.j» u t elre "*** aux mulU ^ embetemenU, 



I^a oil la base aura manque, l'ecole ' ma "" " *'****** P* r contrat 
9&t»- -h^une, On * vec la mi8s i<>"- H "gat pas uq| 
s'entend done! La femme est 
mieux douee que la gente mascu- 
line pour inculquer aux -oniants 



<(]ii cours primaire p a r ticuli^r s* 
ment) des prineipes qui formeront 
des etres sains dans leur triple vie, 
physique, intellectuelle et morale. 
Messieurs, ne baissez pas la 
tete, vous serez satisfaits, Je vous 
concede une chose. Passe le cours 
primaire, vous prenez la place 
d'hormeur. . ..en tanf que profes^ 



seur. . . eigne- 

probtemea ardus «1'A1- 
phi el de (Jamma. I'initiat'mr' 
loia de phj stqtte i 
ia> t i p an Je mypl lies 

dissections — < 'ruels!! t, Car le ]>io- 



doaneatigue, On lui Contie les res- 
ponsabilites qui l'associent a l'oeu- 
vre meme de la mission. Les seules 
c -:k iterations de lucre ou d'inte- 
ut ne sont pa*s suffisantes pour 
cxpliquer une telle existence du 
• hvouement. II faut de plus le 
desir iw\ 3e cooperer a l'oeuvre 



il n> i ait pas a l.'epreuve. 

Si Ton pre u ce 



peuyent cauaer la relations 
joUrnalieres avec les "tlSfligenes, les 
employes, radminTsVration 



aux 
prises avec les problemes sociaux 
Mf plug fivers: instruction, ren- 
forcements ou abolition des cou- 
tumes md Irenes, etc., il est evi- 
dent que le laic missionnaire qur* 
veut etre a la hauteur de sa tache 
devra- agir en responsable. "Com- 

religieuse de la mission sans quo! m ' nt lt ' ^ r:itil sinon eh etant 

parfa.toment eclaire avant son de- 
part sur toutes les questions im- 
I>ortantes de l'heure present e. 



st-n>. et c'est le sens veritable que; 






- 



je Voudrals faire ressorpr 3a 



o> r OtHnaf ion ] 



f e seaur dim* ce 



, dull ut'e-.tuclilodlquc^4iii-cis . court- 
haiaona humble- 



a la aer entre, mande i*n tempn f un^i^ra hle p ar \- ^— — ^OJ^S'saajMai i»lii;.Mo^>h±quc-- 

•e des nonint-eux ■< " nu'un moyen a la forma- 

! cour* cette annee. , tu,n ,!c 1'homme, que I'etude d.- la 



i page %} 



■ '" ' ' ' paj pxati: 



— 



R. J. Bastien, R.O 

OPTOHETRISTE 



__ SpeciaiUte poor la rue 

• 

, 9. Nicholas - Tel.: 4 322) 
Ottawa 



Louis Yineer. - ' science des sciences est une I'm eff 



Kt ne m'olijectez pas que la plus 
ig-rande part de notre connaissance 



pour 



r 
l 



dumenl dan.-, un cimetiere de la 
'grahde cap! tale autriehletme; une 

•. eu\. .-lien-he en vain la tQlIlbe 
rfe >nn i-po'ix, que !a i BBt 

--de— hri r-a v i r . — :— 



nant le poete de 'chef des 



nou< 



elle-m'eme et qui satisfaH d'autant 



n'est due qua I'llsage exaj^eie de 



la- n-wmioire; la philosophic he 



««u»«. piu. Mi-*tr. rtr,,t > ,.„ l b„, I;;-. ^oite ■■■ .. te, wm ,„„,„.,„, ^ ;, u . „ r ; iiM , t ; m , ; t 



; pour la pre.=se UB i.re. Espe- awtrsanaBt solides .pie celles de la 

maticre elle-mome. Ses prim- 
immuables soiit tellement - conso- 



que ses hombfeuses corres- 
pon*lantei ne lui donneront pas 



LE 

LAURIER 

TEA ROOM 



;• ' i;EPA&SEaVI = 



7 



rne Ijiurrer E. «— — Ottawa 

- !>•• Committee* 1 du Varsity. 



irop de fil a retordre. Jean c5l 8 ' 

sera son adjoint. leternel changement des theoriej 

La page de« sport>. ta p'us lue ' ^^ientitiques. Oui. meme si notre 
par lea etudiants a ce que l'on dit. I -^ence est speculaClV*, pure dans 
sera soje la direction . de Guy son abstraction et son objet, elle 
Joubert. II remplace Gilles Jlur- " c " dem. ne pas moins un eom- 
teau dont le« nrrmbrcuses aetivifaea Pas tii-s fidele' pour orienter la vie 
extra^univer^itaires l'empechent-de ; et '^" s * en deduit des conclu-iii 
*uivre r«-guli»rement |*|mpo8ahf fJuns •£&&* pratique qui M 
nornbre • .'•s_-^>portives pr< ' ncgliger vu jeifr ob^ectivite 

sehtemerit ".rv. marc^e" a 1'Uni- I eternelle. Que dire de 1'ethique ? 
.. ; - SaftS. elle. 1'hnmnie perseverait 

- — ui L_l dans SS folle course a la gloire 



i'ct ri'autant plu* noble. 

("Les philosopher" une "gang 
de mem«-res!". Votw regardere/ 
' autour de vous le premier decern- 
ore au Chateau Laurier et peut- 
ctre changerez-vous d 'opinion l 
Notre petit club de hockey l'an 






L*UoiSCfSme de Toronto a ac- saRH *<Wc1 de la -moralite qt{i doll 

ement .-.on propre pr«»grHmme I otre la pieiie tlttglllajrs 

radioph(mique. -Tous !es jcudi ' J e |*6difice vital qu'il eleve gia- 

, aoir les •etudiants d u V.u i*y fo nt ' dueTIement' pour e n atteindrg) Ift 

: ehlenTIre sur le ame,.' »"eal i sa UoW /omplpte 









TEL. fi-1200 , MS { . 1M(7 

Le Centre des fleurs 

ANGLE DES RUES OSGOODE ET COLLaGfr. 



»uj • aea un tirame. ■" ■■viuu <cuiupiyoe a ia 

B aWussTdn OU encore un J\ Vx suppo ,„r ,,ue la ) l h 1 loso,,hie 

8 -Ml, pie speculative, f aurail-il 

un mal a npmer le rr.iet dr' la ma- 

tie»e, a heglTger pour un instant 
|a gla. inf" qii i } , .Jfius paralyse £ t a 
pfrcer le ,br pui) lard q\il nous fveu- 

i:lc. a ..'elevt-r par ;on intellect a 

uri degre . op< i <\ e < 

J quadxup^dejf et pt^aqu'effleurer 
^srangesr Faut-Il triujour 



plaifeir de don^er aux etudiants un rabai^.de 
20^ sur leurn achate. 






\< 



treindre, in cmmafRsaffce au sen- 
sible "ou plutot la limitei ,, 
Voug etes vraiment malheureux si 



dernier a fait, honte ii plusieurs. 
facultos!) 

Bfetsieurs, je V,0Uj demande en 
toute sincerite d'essiiyer de mieux 
comprendre ceux qui s'inteliessent 
a la philosophic, et surtddt de 
mieux compn lourquor ils s'y 

intnressent. Kt nous, fious vous 
demandi-ions de voir au retablis- 
soment des valeurs, d'avoir un 
plus ?rand respect pour les types 
rnquTsiteura qu! n'ont 
T)a.s pour but immediat 3e s'ins 
taller dans la vie et de" s'y instal- 
ler en eonquerant; cntendons-nous 
d'abord sur ce que c'est que notre 

fin et nous poiirrons ensuite colla- 
bor«r plus entierement. 

Nous avons la- satisfaction du 
travail accompli pour lui-meme et 
si vou.-, rcsseritez le meme plaisir 
que moi dans la brUnche de B 
ou vous vous .eomplaisez, je suis 
houreux et tier de vous serrer' la 
rpain. 

J. M. Dery, I. Ph. 



"LA KOTO N DE" 
Theme: Noel 

Prix: de $5.00 au gagiiaiit 
Derniere entree des 
chefs-d'oeuvre 
LE 7 I)E( EMBRE 




ToUte la ville tesonne encore 
aux echos tumultuous de la cent- 

vingti'-l'ie it'pre-.elltatliUl d'llll 



opora famyix. L'on ne se 
pas d'en admiicV 



P r, sent i] s'ehtend dl !MS lu ^*»aW^ ' Notre 

•Vblontairei qui part«rt en pay ' '' : ;i m P«»^« «> N '•' -"- 

de mi.-.ons porter temoiunage d ies - utM » 

.. ,om dan.. ...utes ], ' ,XiT RadapUr 

manifestatioaa de lew v, pei '" ,X; " " ■ ' ' D 

nalle la.ip.e. spirituetle, pi ' lem P^ I'aashftilatii . U 

mffn* &ogktioa . ftteat, L'activite 

■Im la <lctin.tu,n meme (run "a!. »' : ^ !rt nn:i! re. coffe 

] Ul . elu '\ _ ^"^^ci . '^ »adigenes et les gou- 

?-— •— ""%*?•' ne;uc.!it.s V i ol».tr .vent 

Lc nent mi-?'- "dli!icikr""""fa tnoniiqqn 

• qpatBlr O H lui-m*'-me, il at mora! qua toujemra de- 

j, sentira celte mU l'on (a • pour le 

mystique, • e de ii ardent de con- 'sic i de cbnnaitre a 

in Viennje en.loi mre. Wolf-1" or ne v D VM > au ■ ' '""^ b's bases et leVraoyens mis 

art vient §t done de i>. ,. qwoaui x&T* 

. I;| roa m --oar pas Eou jours Id 

Ce mftme .M.v.ar't, q *JJ d^ro gTaTTTe-ji 

on celles 



d'une C< dans 

nbre 



aaobrej 1 T : * i ' 

.^. . , ... He i -ban ■ imbre el fi 

omibre solitaire err.- ep 

deUx pt-rsimnes— ^nnnTi:. \>r ■ 



\ 



vante pleurent dans I'orabre. 

! une lic-uie du maim. Je cim, «i 

la neige ■■ de tm " IK a,lt ' 1 ^ "» li:i; ' 



ule votre 
te et nous, 

i es eii - Un ■ '■ 



1 'hef l'oeuvre aebeve d'un 



.1 'ir.i.iaiii-atiori et: 

" ra€ de tuns', lui qui eompose des ma- « ui " nt surveiUe et aultTvs Teclo- 

eclat BOmp-] ^__ t s|llII de? ,. ll( . n: 



nuets a qiiatie ans. lui; "l'enfant 

prodige", qui sait a < inq ans tout 
ireme puissant: on loue Laejixrc, , , _. , . 

d.-,a I'awtaa*. ' ^ ^ l ' n,>,mak ' ment n autre :in:l 
deroulent sur 



varies 




appris a quarantc ans, lui qui joue 

du clavecin, de Torque, du vi<ilon, 
— virtuose sans niaitre — ; ee jcune 



K bm me qui. accueitpaglBi de s-on ou il a tant produit, 



pi-re ou da ■'sa* rtiere, parcourt l - .\u- 

triche. la France et I'lthlie, rem- 



•••. 



portant partout des 'aucces, 4ei 



triomphes entho . 1'arrc de douze ans. pnis 1'artiste 

.t.wd-imiice que tout le monde (je C0B.ce tj i'autcur tie r 

applaud:', poui qui piodui^e des I Unsurpassable de gr&ce, d'ampleuT 
oeuvres est une co ndi tion uuima4s> et de fraiche ur jtuemie. (in l'a 



Odette I'arisien 



Mozart qui avail atteint le 

met de la perfection musicale, ' le 

cinq decembi-e de cette annee 1 7 1 H 



tUS, 

On a oi 



l'enfant_ pTodige 

qui < ompo.-e *snp oi.mier opera a 



!a l.eaute »t la -l-andeur de 
sa vie apostoliipie. (juahd enfin il 



a !a dlaposftion de tout ehretien. 
Le sens du laicat missionnaire. 



avide de hater f'ach-f-veme! t 

au rtgne de Dieu dans sa pleni- 
tude, 



la formation de ^es laics 

i a formation profonde qu'exige 
!a VfJCatipn de laic missionnaire 

deit etre ouverte: il df>it avoir dl 
npetence* profes-mnaelles ex.- . 
[gjites et mnalssa^c 



euint aii. u.ur. le prochaln 

article traitcra sur l'organisation 
et les realisati'.»n< de quelques- 

•(.•iations 



du laica unaire. - ■■ ■• 

Andre Ferragne 



de son etre; W* u r enie etonnant .t 
.\. aute.ui; d'oeuvres si va- 

abreusefl i pai faites,. 

la imisitpie • "ftait trop 
savant e" pour les orcilles du pea-. 

l.le el de hi noblesse | ce n 




Le rendez-vous uhiversitaire 

\N(;/.E KI\(; EDW ARD et SOMERSET 

COURTOISIE 

Di/ection/ E. KARAM, /; ancien 



' s da ng^feuus hes domain' 
Son action soeiale pout avoir ii 
■ er car chacun n'a pas en 

tous les besoins au.tquels il ci\l , 

aura a faire face Ur>*> f ; pasiin . 

i'ua telle formation n ,i,. p au i K. )U leau. 

' i «Hre qu'une question de bofi sens, , . ..,,,,.,.,.,1.,. A rt <- ntAthm nn 
ou plutoi on le mepri __. . _ ' anntt -ui>. ,/\rt>,. section an- 



Paul Rouleau- 
^Y^ar Book" 



. 



Car Mo-arl se 1-titte sail: C( 



des ecliec., coup, iteS Rar es M 1- 

. , ,. par 1 experience el la. reflextorr. 

an'es, que_U.ii'igl- haliei-i.com- 

'■'iir nu'-diocre. etivietix.de : . Cette fijrmahou peu; .•!■,• eon- 



glolre, de Jon rival. .Mais Wolf- 
tram- Aniadeus ' ne CJ 



!'.'o!\(M; i'e. la 
vi e:r et fa sou tl'raneo; 

'Ainsi se |iii'c:se 
Via .a' I il 'fut perp.'-tiu-lU-ment 

c*andamnc u travmller au milieu de 
I ile diff 

; il (iut prod life dans 

is ces 

• ■ 

• c io 1 rein pas -soil elan, mate 

1 

et it- i • etel'ji 



pas inn.'-; 
quel que ''chose t \e travailb"- 






e/lai.-i'. au poste'de re<lacieur au- 

; . pour la section 

Arts, a ete acceptcc jmr le < 'on- 
.le sa dei 1 

•. uveau 1 

on ■"spirituelle;- Valb- ' ' ^^f^^'^ 1 

devra tenir compte 3e l'i l J lll ' i; m tormar une 

jr(|i!(i (j 1 el du la : ■ de fedacl Ion qui rerfiifl 

col tcilea aveje ties gens . ■ qtrf doivenf prendre 

moeui 1 -ouvent decadent ni:a-c 1 i ■ Tea 

• a acquerii ranvtctlffna r , " ]a On 1 

personnallej diautani — ^lu*-— fWjo .\,| , • 

fond.es qu' 

.-a disposil am un <lirccleur de 
lien adaplt 

1 I -luatiu'! . 
1'a'ic 



<le lui; par 

tauitei s • C 1 . contre son 



E»couragez nos 
arinonceurs 



.--' • 



K 



. 



•••■" - " -.-■' 



V 






-♦- m 



Vf "'.' 






*-, -- -J 












\^^ 






.. 1 E 



1 *«+■** 




HE1V. 






^^•m^ZwR 








^ft4 






■ d^'.in/^awii 






- L 







" - 1 



-r— 



• ■• ■ ■■ " 



— — — K* 






J 



Page 6 



;- - • ■' 



LA ROTONDE 



Interviou d'une . . . 



Hongroise eprouvee 



.±\*-. 



Nota<*-L'interviouee ainsi que 
"1'interviatrice" deairen't demcurer 
dans l'anonyrhat. DLsons aaule- 
ment que la premiere 'est une etu- 
diante garde-malade de premiere 
annee et n'e*t au Canada que de- 
puis environ /un an. 

Cet interviou prit place tout 
simplement dans la- chambre <le 
S. . ., a la residence des garde- 
malades. 

( — Bonjour 8. . '* Si tu veux etre 
gentalle, tu vas repondre aux quel- 
ques questions que je vais te po- 
ser au nnm de La Rotonde. Ca 
te va? aJors- commen^onj. 

Ou est-tu nee et< comment tc 
ont Soouleaa t 
nees? 



— Est-ce qu'il y a un souvenir 
qui. t'est particulierement doulou- 
reux ? 

— Le jour qui fut certaineraent 
le plua sombre de notre .histoire, 
fut lorsque 20,000 gar cm i s - d e la 
jeunesse slovenc tomberent. sous 
les fusils communistesf en mai 
1945. 

— Quand decidas-tu de venir au 
Canada ? __ 

— Lorsque nous avons vu. mon 
frere et moi. que nous ne pouvi<jn.s 
rejoindre nos parents, nous avons 
decide d'emrgrer dans' une contree 

il'i-iitre-mer. Quand s'ouvnt l'emi- 



de "I; 



(Suite d»"la' page 5) 



gratton an-t^aflada, j'y suis venue 

is mpn HsxszJX y ■• e.uvirn uu S- 

..., Figaro 

' y , " 178?; Mai/ l^ajMT^W* 

-rat; iai tra- *** >»U'asse Joi-mcine dans sh„, 



-^Je suis nee en STovanie, un 
des petits pays d'Europe. .fai vt-.-u 

^ 8 la campa^ne .iusqu'a ce que RMfi vail).' a l'h..p:lal Strathconu et en 

• efcud. -.-. eomniencrtit A.,c< u l'^cojc 

wt tit ; no u.T somim?*, . UWHilgcS' a' des ~ ; — — 



' Quel contraate entre la vie et la 
musique de cet homme. L'une, 
remplie de deception, .dc troubles, 
de souffraneesj * 1'autre, respirent 
une fraiche candeur, une, sjmpli- 
cite toute naturelle, comme de 
quelqu'un qui vit dans un . pays 
enchant'eur. Art de verite et de 
perfection. art d'une exquise 
beaute" et d'une etonnante jeu- 
nesse. i ' 

Mozart nous legue ce qu'il pos- 
sedait de 'plus sublime, ■ de plus 
.grand. Son oeuvre demeure, mo- 
nument^ imperissable et preeieux. 
Les operaij^de la dernieae decade ' 
de sa vie sont des che'faWoeuvnr 
acheves, surtout "Les |kc< de 
17Mi. el •\l<nn).7.)an", 



lui pour s'enquei ir du pux'. . . d'un 
Requiem. . . pour un inconnu! 
Etrange vi.siteur, que l'imagination 
la plus pauvre tranaforme vite v en 
un 7Uessager mysterieux, venu 
pour lui rappeler que son heure 
approchait et que le prix de toutes 
ses sQufTrances altait etre enfin 
acquitte". 

(Louis' Paiot. "Mozart"). 
Mozart s'applique a la composi- 
tion de ce Requiem avec une per- 
si stance acharnee. Mine par la 
soutfrance et la maladie, il ne vit 
plus que dans 1'attente et dans la 
ctainte de la mort. 11 ne. pensc 
plus qua cette oeuvre qui iloit 
etre la plus belle et qu'il doit ter- 
miner au phts-totr— - — ■ . 



1 deccmbre 1349 


- • 


iter 


— , 



1 decembre 1949 



L A 

-*■- — — 



ROTONDE 




Lei activites colleigiales se con- 
tinuent au Bruyere: les etudiantes 
se # rendent nombreuses aux audi 
tions de disques toutes les . deu\ 
semaines et aux exercices du 
choeur de chant. 



I 



OMMENTAIRES 
SPORTIFS 




Page 1 



par Gilles Hurteau 



I m^-*****M SOMITE SPORTIF DES ARTS 

ndes choses de son equipe de Vcndiedi. dernier, ^dans les cata- Rouyn" accepta l'ingiate tache de 
ski cettaa annee. pimanche, nos cbiSbaa souriantes de l'cdilice des vice-^)re«ident. Lorsque le presi 
du ski, les "Rois da la Gati- Arts,' le Comite Sportif de la fa- dent ne fera. pas *on devoir Raal 



lu idtta. 



Hou rr a t ytu « nw u'y Hiie — qnd- 



— vu as-tu rait ' 

fill**' fti ttirinnf ' ' 



let s ii jets que ■ 



i. ' ..* 



*i' je 

School. En jkism; 

flada, 



Mais In nx>rt terrasse entln <•»• 
giant deja pensee et.de \'exp\ 
derhler opera'^e 1741, ultimi i "'' l: '. Mozart. ' l'en- 



N'ous "avons eu dernierement la 
viaite de M. Roger Hamel, pr'esi 
dent de la Federation, atin d» 
nous.initier au "Year Book".~Le« 
- ■li'i'j-'icunc:: accueUlirenl av^s^ t-n 
thousiasmc cette idee et m.mme 
un comite dont Mile Anm 
Rou 1 a -t | ;i '' presidente 

J)ans chaciuc classc il y ft une re 
"tante: Miles "Tf«T« nt- Vei 
rt-auli. Ik'lene Bela»Vger, Jdfequc 



Le Sport Inler-fac 

Voicrcjue depuis plusieurs annees4!on deplore le manque 
d'organisation des sports entre les facultes a 1'Universite. LOn 
s'empresse d'affirmer qu'il existe un "embroglio" superhe 
et que seuls les athletes qui dotent nos equipes intercollc- 
giales sont en mesure de profiter de "notre cinq piastres" 



<lv inilU-s en a,it<»l>us (QUelquas 



• - 



t— 



ne faudrait-il pas analyser la situation et prendre »en consi- 
deration tous les facteurs qui" sont gfites a intluencer I'orga- 
nisation dans le domaine du sport inter-faculte. 11 ne s'agi- 
rait pad de considerer nos equipes ' intercollegiate* ; tous sont 

d'accord sans doute qu'il nous faut bien monter nos equipes t*jy du conseil des 

afin-4e-€onserver le prestige -d«iM «ou^> iouissons aup»vs d e s i !? ? -° US , rend " ii che ' Wl " " t.t.nte «aus 

autres intitutions. . Quelque chose de f a mitler te« at- ,, attll 

„\ tend; ••i.'iuaretK and Wisky 



droit 



■.-.lire di s Arts se nommait un pre- devra le ramener dai 
i lent. Votie humble correspon- ehemin. . . 

ft r^ 9 ^" t el y rt * , ? ! i L e I »t devint membre de 

Wal Urinm fut aifftn urn**. VA ,^allon sportive. II devra. en 



neau", sortirent bien vito leurs. 
planches et leurs parapluies et se 
diritfi'reni en cachette vers "Camp 
Fortune" dans le but de se prati- 
quet pour ne pas trop deKappuin- 
Eer leui.s nombreuses admiratrices 

i i' ' /,. . ■ . I ...v U »s».», jtiq iv.iiiuiihmm; IK'S 

dans les courses a ven.r. *d n,e perm;t de tr.omphe, . , ,, , KU€3 ^ hallon . panierj hwkey H 

hien In run- hucun Ar»i..o •.-.>.^ ..... ' w ' vt 



la valeur entre tea deux nonimes miirillv 7*2 -.- ' , , . T. 

miu-aux, sera responsahle des h 



Et bien! afin d'eviter que ca nous retombe sur le nez, , ,- ■ ; oien ie pur hasard. Ap.es t.o.s -~^-h»».«., taK « vy 

aiidrait-il rias anAlvsnr la aftjiftffnn nt nn.n,!,.,.,.,, ,.™,; 1 -Apres--wi traM d'une douxaine ; , -,,, „„ ne lt (1 , ri ^^-molle. Ln un mot. .1 devra 

. ■ ■ r ar\ -i ■ i * . . \\ . . .. i ..... A ... 



de 



predion de Is u.'; ;i f.uu pre4Jga, k "diVin ntu "' lU: '' u " l " nv BalaHieTrJdfeqiic 

B i:i.-j qui>la. te rr, -:', pj m aee Landreviljle <t Madel. 

ir.ai.-- co'ncue_: La Flute Knc-Vianti-'e. ' "".«■* 'fosse Li . i , Mozart .se j . nn< ' 



ie aux trislesAe?, :iu\ d^i'tp- 

F1(li . I .,,.,, ,,, u |r. poor r 



-j»i. Flute Fin nan 



iajrs mj 

" ••!. ti ,n-urif |m ince, Tafhi io 4 % , 



-^^ 



meme e qu*en : A 

i 3! ni N v les attain 

' (*? ! -{ 'H ' Jpt'ML iiion.strileUV, -for- 1 



'-.\ .» t re--. HMi^-- 



Et la'ijiii'i re ? E 
'X-inU-rrompu. te^ etudes? gad!.:.. 

furent tea exp<-i i de guerre? d e4 la cintjara, 







Vote tavorable -^ tu m*ti? 

i^ parj . 

;j _. U£i ; _ ., r - v . - ,, ,. bar emprunt de .,$450,000. et le tour A_u_tre noiiye ial£ , 

'd.-.la fteine -1,1., N,,,,. gamtn N '"' il ' !*«••*>»« l " lkk ' 1 ' a d * d * *" F>r. ndre par-' 

furent inlei,<Tm, ' ; »»«? d *uU! a '' Lv ' U '' x >'^"^'"^alcs et 

PW ■ I'.nvasiun ailemaml,- | | .• ■ ■ . TO Up S '• lamin,,. aprc „-: liffj ^ ffc « Wmmenee-par la natation. En 

avrU. K'-il. La .ms.-rv n«nmcn lea lecteara anl ^aij aul ■ \i a delivn r la Fdl. tierorganiae par lajeff. >ons representees a u 

ca alors. .Notre lanjrue'fut dt-fen- "• ' 'd-- la Nun, ffri une M Flfita > M * 1 :tI M,n f t,,, "" : ' ru ' d « iVn " crtm '' ?)Urs de natation fj^i a'orga- 

th..usia*me des universitaires. tiise entr. )-• coU^£B|i fVimnjns.de 
94 pout cepl .les #tudiants ont I la ville. lionna chance a nos na- 

donno leur aj>pui au prop-res. ! tfeuaes et SpeJcialement a Eatelle 

Allege „, dan . ,. , mVf .„,. ,, )r „ n „, , ); , ily su , . w kn n ;^X , ; u ■ '"' '" ^"^j '■' " t - CileS »»""■ "?<?««--! .. 

pouxrji-maintenaut faire les de- — ■ — — 




"Mais il n'est pas necessaire d'elaborer une- these pour 
montrer la place considerable que tiennent les sports dans 
la vie en general. * Les foules et les sommes immenses qu'ils 
.deplacent le demontn* a 1'^vidence. C'est sans doute une 
minorite qui les considere .comme une profession, mais la 
gnrnde majority trouve^Ti e a \ un passe- t empa 16^ t img ruTreTci 



voir au bon forutionne-jiunt 

t,n P „or fi -„ ..,-_„,, 1(; d £ ^^ ■ ~ p de ^e = r ^ ^ 

« K-alea., fhacune dea liifues. 

Laligue de ballon-^panier com 
mencera avec le mois de docem 
bra. Ceux parmi vous qui ont le 
moindre talent sont -pries de don 



and 



PaVnil _^ie* rapresentants ' d. 



Wild Wun.en"; ne v<,u s y nu-pre- , •" "" ^. ,op ~ en » nw °° 

■* ' cdasse qui avaunt droit dt> suflf ra- 

ti.-/, pas c est M-uhment une. , „ , , T . 

..u-.«-„- - 1 » •. ..,. .. .->■ ■.■ Mf a -on remaniuait^. Roland Baau- 



ohanson. 

La Donlop ea| vit.- pairouvue 



ge on ronianpia 

dry <:,-■ haiicaiM-i, Pierre Brise- 

l»ois (5e F.). Robert Pelletier 



due. Des pr.-tr.->. de« pro* 

des docteurs, di-.s atudiants furgni "[ *UML J» M ;-»* X— 

mis en prison Cea per.onrves L m,tl€ °*™ n * Oran S € 



M ma troi> tt 

II i ";.!i: ilwiiitf." ■ • 

Stir ce lojeaiurTo aasax 



eoncentration. ' Ja me mu tnfuiu v^-t 



«• i " Ca iiNkI j. "^n- creant J'opera Aflemarfd, Mo- 






Mas la paix foanqua la aU^i.'L... ..u^oranjr.- a Toronto mais notre , a ..,,,■„, Kn ... int „ , , 

Itahens emprisonmuenl no.,,n- mm, a* qJStia* IV-ta.t de caWl j£* S^&f^^SSr ^T 

et les envoyaient dans le,s ,am P . nacelle '„, r ..u^ acc-identelle. ' I ? TtttoTJ^ n" Sa£ 

de .concentration. Bienu,t. lea eom- II parait , ( u, dan.la " bataille an- 7 ... . <J V in '" U81c,e " • f nible 



)4SO.0OO.0D. Si. on ajrree ii sa de- 
mande. elle pourra annoncer la 
^onaUuction du centre universi- 
probab lenient pour le_prin- 



Lettre a La Rotonde 

(Suite de la~page 2) , 
ehai letudiant? Sejpn /opinion «e 



de. concentration. BientOt. ]e« un, Il p: „,,i. ..,,ue claaa la UtniUe on- I 

m „n,„es don, |„ ,.„,,,„,,,„ .. t . ; ,„„,;, ,.„„',. .,,,,,„;' ,, ".' '^ "^ ^.M„-,ar.. 

un rrosh aura,, lance a la .i -,„ c ,, " f™ ' "f'"' '"" T" S " i '" '" "" ml "^x avantaKcs au.x activile, -e^antei-yenaien; 

,ic Erk I-,,,,, une ,„„„,„„' .... ';„;;, ":;;;";:;• '' i :;;r lu ' *fe r "" -.— ■« tad r f '— «• >— » cette „„» d e i>„. 

.-Mtf-M .caeLiocde". r ( ,u, : '""„„ " „' ™**5 '" ^" re . ' .«™ '""" . >™ *¥■ ''' "■ „„■ f,„,„ , ,, ^ alurit ,. 

a sul., de mm -trtta'rt* >„ \ '"" ' ' ' de, ,l„d,anls; v„us les conn:,, 

«g».t.S«,u: <),,,, 'a „a. ■„....,.. '•!,','„'.;,. r'''? ^ " ieUX """"""• C ^" d ' nnl - ' V ">'"'- '""«-™r P.D., un pe„ 

Bfl .-BBtaji qui „„ ' „ ' "■ J " n r""" ' """ ! "" ' " aS S" "" Us n ' i,u '""" >U ' *»*k<*** «.v.P- Tu blim^. 

r. :, , ,- <t F«ui qm inspire ces doucea "" lanujs e veritable "Colleee sninif . 

f -:: , ; .."; ' , ' i " , " k :\ " 'h***-. -•>, » v„i„„ t ,, ,., tem „ :^„, c^- „»'"!,, ; J;! t: " ""' u " s ' '" repnH ' hes " conduit - 



nomment partisans, commencerent 
a ae'battre contre nous, L (s «tu- 
diants «*unirent a nous dans les 
organisations aarhaliquwi Kien 
qu'elles etaient defendues. ' 

T—Est-ce,. que tu en a 
partie? 

— Oui, j'ai fait paxtla de la 
"Slovenian Students Otganl 
tion". qui est une branch,- d. I',., du patient 



temps prochain. Inutile de repe- K&nfte, Tesprit'de corps et llnterrt 



k r anisation Internationale de Tax 
Romana. 

^Qni etait votie chef? 



• • »-' 1 •«» »oioiin,-, su teria- 

i '; , ' l ' , ""-' lt " ' IU ' "^'WUe.edynamismea 
•■.te <a mus.que; eVst ,on 

toute CTrtierrr—sfTrr erne :<ensibie~ - e"t~ 



— Le McGill. ouvrira 1' 

■pr<K-hajn un maganin de livres 

. ... .. . , 



»>out. Rep.o.-h- aux etudiant I**"*' **** «eellement le 

leur manque d'union. e'est Hlogi- y^Jtabk moyen de stimuler la 

que, Les etudiair eront un: "■' .se?~Ce~7n'oyen he cree-t-i! pa- 

■auu„,,ne ,■:;";„:!.'" """ " S " n "" "'""'"• " Uan " " S |H,Un " nt ! e '<■"<•""»«.,; une eer.ainc antipathie.? Le moyen 

is 'm .,„,,,v„, a„„ ,„, s r^" .;:;:"":;. r „ "!-—' - *^ >■-< 

autontes &>*;vAft -T,,, L'i,,t« --- «— *^-» ^- j-^-J ._ ... . "t. d encourae-er le« effort. «> 



distraction ou un repos honnete qui en vaut bien d'autres 
surement." 

Et cette gxande majorite -c'est la masse etudiante; or 
cbnatatons que le proupement etudiant depasse de beaucoup 
lea moyen* limites qui sont mis a notre disposition, ("est 
une consequence qui provient de 1'instabilite d'une periode 
d'apres-guerre ; les autorites sont certainement en mesure 
tie juger comment et jusqu'a quel point- il faudrait y reme- 
dier. Malgre que m les commQdites soient inade<iuates, 
avouons qu'il y a eu un veritable prop;res depuis que les 
ctudiants ont realise qu'ils devaient prendre eux-memes la 
bride afin de dinger leurs destinees (dans le .sport inter- 
facult^. . . naturellement) . 

La faculte de Medecine jouit depuis plusieuri. annecs 
d'une magnifique organisation sportive. Leur UgUfi de ballon- 
au-panier fonctionne a merveille; lis ont toujours su orga- 
niser a chaque ann^e de magnifiques ligues de hockey ct de 
balle-molle. La Federation des Etudiants inati^ura l'an 
dernier la ligue de hockey inter-faculte; et c'est a la suite 
d'une saison fort mouvementee que I'lnstitut de Philosophic 
s'empara du trophee. 



ner leur nom h leur representanl 
de cl a a s e . Qu' o n aa^ la diaa, .nou« 



nos jeunes skieurs sont en! i{ & Jr ->« Jean Laurm (be tr.), Keal . 
bonne eonditiOn ? I 1 Mais Pete '-riviere, (ieranl Pellet.er (7e P.), ™™ZT *? U " e '«»• .'W"; 
Power et Pienv D.on decdent 6, ^ DuteaTttfl f 7e A., ct Guv Jou- p' "" To L « "' Slf^ ° U 

adventurer dans le ^ Austin. - »»«-t (He P.). Les classes anglaises ' ^S^ 8C *"?"• 22? 
lis se rendront Men car une force ' de Belies-Uttres, de Retbo \t d,'^^ n ™^* e] , £**~^* **** 



pwp.ulsvie giganteaque le« p 0Us . : i'hilo n'etaient pas representeeij. 
sent: C'est le petit I'ierrot Genest. Iital Lariviere, le "Flash de 
Roger Hamel dirige l'typratuin ' * ■ . 

par des nrdres mi)itaires. 'encou- 
rage pai ir-- chanaoD d§ Caul 
Allen. 



Guy Joubert 



Voir: nos 



hero- 






la 



tr 



■ • hd*u - .i 
Slalom; il est tres facile de dis- Sr dcvelopper 



CINEMA GRATUIT 



L»epuis quelque temps, il semble qu'on connait. Plueieor* de. rei» 
t'niversite un films ont meme gagne des pre 



. . . -- — — «-• — — ■ »-••■»»-■ o.w*.- un iiiiii.i «;i*i Mil/in- Kiiijne aes ore 

t.nguer 1,< jamhes de Gaby Beau- interet particulier pour le crhema. miera prix a des festivals (a Ve- 

dry des poreaux du monte-pente v . U Rotonde a deja publie des ar- nise et a Bruxelles. par exemple^ 

■v, lu W a short: pour urles a c , sujet . La semaine (> sont des nJms canadjens JL 

loe.-asMM, 1 ne fonmdahle od.U! dernM-re on faisait meme une en, pendant on y montre parfois da. 

de l.o;iles a m.te- nous assaillis. ,,o,-. te sur les krQutfl dos etudianty fllms etran ^ ers) fait pour d ^ Ca 

Noa Tech. Aces . Claude -Richer .Je croisJ qu'il serait a propos de nadiens. Pourquoi n'en profite- 

et Charlie tJutTOOghi ont sorti vous m*»ttre au courant d'une OTfU rions-nous pas? 
f laura fttaea iouires.-i_.noir- en insation deja existante dans nqtre I 'O N K ne hi' 
Or voici que la faculte des Arts vient de l'aeonner son attendant que J T. leur en orb ' -'v' r ^- J« veux parler de rOfTicT-^. n >J*-' ha na " e pas ' ou pll J 

national du film. Beaucoun i^no- „ ' . puoiiquement-lv 

,; ', kt p ** progranmie de ses representation,- 

lent < ue cette organisation donne „«;_ j. - . 

-r- abn de nc pas fajre concurrence 



Comite sportif dans le but de participer activement au con- ! cure de nouvaavbf- 
rant de reorgani -- 



^LeDocteur Umbret Erlick. sera adTnfmatre par les auto,,,, ^m^F^^!^' 
pretre, de pUnivaraiM Kn.-hantee . un daftse* man -tous lea \m* et Pttf 

bomo.e vetu de noir se presente a sieurs fois par jour. 



Pierre (>ron 





tution. Ce 

sion de classe 

lui permet 

Arts. Le nouvel orga _ 

projets et toutes less iiulications portent a croire que le 

hockey et le ballon-au-panier commenceront (ies,.4»^,de^.tit de 

decern ore. L'on s'empresse de fencer de> delis a toutes les 

facultes; alors messieurs, profitcz-en. L'oCcaslon de vous 

disputer les honneurs entre b' S f a cultes se montre <l«-s plus 

allechantes; calculez vos chances les gars, rdecaaion est toute 

belle d'evoluer avec brio sur l'une deli equipes eu formation. 

Larochelle et Beaudry a Phonneur 

Bill Larochelle et Gabriel Beamlry out tous deux l 
une invitation pour participer aux Jeux de 1'Empire en N'ou- 
velle-Zelande. Bill est un ancien coureur olympique fit etoik 
de Western au football intcrcolleprial. l'l dt-vra quitter 
Ottawa a la mi-decembrc afin de participer aux concours (!«■ 



ptusieurs avrc -k- mot documenr 



"!'<-.Vei '. i ivah- de •••die .i'Kmi ,-.- 

Anii '^' j; ■•'■- CtoOdj difend rOj^yftlia alle, au cinema pour 

M JS - ; ii ' ; " l - :, ' l to ide... .p.,,,,- iro.ua 

,,1,,: i creet il pen veulent s"y cml..'- 

11 V! "- t«£ a voir ties tilms sees et trop 

capita. ne (,:<>- Laframhuise pr,,, ^. M , ils Les documenUorc en 

re,a;ent h,aur, 1; , ,,,,-ux v„u lea question sont des plus mtw-s-ants 

-'• u< i'"< n-i"T et LOUV1 . cnt | pn pr ,. s t()US ^ 

sujeis imaginables, Aux rapreaen 



Ion-, boujoufi 

tain.' I'.ud An hihald 



I 



son retour. 



d'annees a la rame. a du rejeter 1'invitation de participer i 
ces concours. Notre jeune athlete de la Capitale nous atTr- 
mait qu'il ne p owvait disposer du fem p q r e c ^uii pour faire le 
long trajet. sans qu'une absence prolongee nuise sensibl-'- 
ment a sea etudes. Gab s'empressa (Tajout'er qu'il preferait 
de beaucoup .quitter son Alma Mater avec aon~dip)6me de 
bachelier que dc remporter une victoire en Nouvclle-Zelande. 
Bravo! (lab, tu aura sans'doute I'cK'easion dfi tfi repXi^idrc 



LaiSsons don< ca uie^ieu] 

leur travail penilile. t)| svronl 



tatiorws francaises cette annee il "y 



aux fhtatre's locaux et alin de 
eontroler plus faciiement le nom 
hre dei s|n.:fnteurs. Cep.endant. 
-iui. -onque voudra se donner la 
peine de signaler. Ottawa 9-2341 
et de donner son nom et son atfrea 
ae recevra avartt chatpie represen- 
tation le programme complet des- 
film-s a etre mont res. . Les repre- 
sentations sont donnees au Con 
act] national des Recherches, OH 
Sussex, a H.:J0 hres p.m. J'ai tele 
phone a 1'O.N.^. et on m'a assure 
qu'on se feiait un plaisir de re 



■AM flWfce fatigues ,| e lour pie ;t tu ■*■ " lms sur » "»«*« auv p< , n(jre ft V(1s ;vl>peIf! tele.phonique«» 
Wl^re jfflirnfte de s£ mai ili iau. *' >wwl ti "» <iactuahte. gar J±„ Ml „ n ^ t ^ a[nr nr m(mmw . 

TV.nriesoiwenu. jou,, de la tran »'.— 'phn, ,„ Kg -_ la psy- ( pas Vl) ^T£ Z^^l 



chologie et sur bien d'autres 



cabine i hex. Lemay. 



la prochaine representation n'est- 



„... , . ' • .T" * _ , 7"»V* ""'* -^"--'- - ioiu, it- sou venu. ,|ouu <ie la Iran 

course; Bill est sense reprendre ses etudes a 1'Universite i quiiin.- ., de ja W lituda de u-m 

*" n »»-**■» ujets. Ee pfiS nit.-.e.ssant c'est 

.,uc la plupart dc ces films on: ~ K! "° ^^ ^ ^ ^^ 

m m t,.umes pa, iwi l v, l ;, l ,^f ,iy "'- imeam ' e -^ 1 '^- 

ressera ) . 



"Gab, qui evolue avec un brio superl^ depuis nomfec 

I'.S. M, Miiiudei .•xmu^gz 

a nglfcism ea w aia nous Brahma d\i uim (O.N.F.r.- On >• voit sou- 
etre ctmuwi.s de nns .skieurs. - vent des scene** *»t «4< i »«- t»f»t**nf , in«>«; 



1 anjjevin Cote 



.i 



Succes financier du Football Hop 




amusa'n 
i 



al de medecine com porta, a part du ceremonial habituel. des Rcenes tres 
tea . . . nous en sommK runvainnu (Courtoisie du "Journal") 



BaL UK MEDECINE — Le quatrieme bal annuel de la Societe d'Eeculape " fqt 

tout un evenement social", au Chateau Laurier le 25 novembre. De gauche a. droits 

Mme D. Magner Mme Thibaudeau Kinfret, Mme^V, Magner; derniere range*. Dr. D. 

mT7' ?». %-r t a lT r " ,€ lL P Arthur <*™OM.U le juge .n chaf M. Thibaudeau 
Kinfret et M. W. Leblanc president de la Soeiete d'EscuIapt, 

(Courtoiaie de 4 i*Eyening atizen"> 







s sont d'accord a dire 

que [e Football Hop a n mp.ir- | „ ,„•,,, (il . s:;i4.000 It et- 

te un franc succes Si on en :tl , lU ,. a J( llc . Tul , irUo 

.lujre par le rapport sounus ,, . 

i.. i.v.ri -.« «•: « ..J t± par 1«' gouvernement provincial 

la reaeration, on pourrait 

ajfutar que ce fut un succes i' mn i '" i ' ir| "' ldl, ' s ,l:ins 1( ' 

sans "precedent du morns — an doma i ne den maladies ment al- 
point de vue financier. Pour 
la premiere fois, Ja- Federa-. 
Hon n'enregi strait pas un de- 
ficit pour une soiree de ce 
jrenre. Voici le rapport donne 
par ^red Bourgeois, organi- 
sateurlde la soiree: 



recettes: $135.50 
depenses: $127.00 
Felicitations a Fred et a 
sea collaborateurs ainsi qu'al 
tous les etudiants qui se sont ' 
rendus. . i Ce succes en I 
appellera certainement d'au- 
tres (d'autres succes, d'autres j 
soirees et d'autres etudiants n 1 



l.E PENTRK [DEAL TOUR 

MAGASINER 
Merceries pour'"hommes et 

i jeunes gens. 
v VStements pour pretrca ■ 



Thomas Motion 

Magaain a Rayon 

85 rue CHAMPLAIN 
Hull. P.Q. 




de leu 



I r banquet des philosophes aVn vienJt^^Ceftain 
>ura camaradea plus fortunes . . . ** ? > 



s veulent amasser de fargent en cirant les rhaansareji 

(Photo Martin) 






ST 



1 L ■*•»-- 

1 "l»Hi 



^S^l* 



^^'^'^^^ 






75j-» 



-V #»f 



— 



— i 






■ 







r-r 









*• •■ - -- .- . •. 



-*. 



-X .,--.-- * 






I 



•<&• 



V 



Page 8 




LA ROTONDE 



1 decembre 1949 



SPECTACLES ET CONCERTS 



Enfin, nouj atirons le plaisir d'entendre a Ottawa un 
.tfruupe fantasiste de renommee Internationale: . Les Compa- 
prions de la Chanson- Personnc n'a le droit de manqui -r C€l 
spectacle. Dans la meme soiree, Felix fctdffc donnera sa 
pike "\a- P'tit Bonheur". aide de Jean Coutu et de Quy 
Maufettc 



.*-. 



Tout le-monde au .Glebe Collegiate le ft decembre. 



\- 



.< . 



Mala 



-T*T- 






I 



A tvux qui ont entendu J'an dernier Maleuzynski, le 
plus grand wterprete de Chopin, la propagande n!est pas 
n.'vessaire. V'oicl un petit mot pour ceux qui n'ont pu l'en- 
tendre par le passe: Aeheter vos billets sans plus tarder. 
AdTesser vos lettres comme suit: Canadian. Concerts and 
Artists Inc., P.O. Box 1222, Ottawa. -^ 



- 



^r*— rr 



Les Compagnons de St-Laurent 



-" \- 






Ne manquez pas les Compajrnons de St-Laurent. lis 
vtendrqnt vers le milieu de decembre .dans le "Malade Ima- 
tfinaire" ' lis sont passes maitres depuis lonjrtemps comme 
interpreLes de M»li^r» ' ' " • \. 



•, 1 £ \\7TT "RlJOr^ «T»nd role, aurait pu Pemporter 
113 WILDIVUI/ sur notre coiwoeur du Foyer! wJ 

. . - . Ah, normalienne, normalienne ! 



$10,000^0111 le 

pourtant bien pris le* SCmindf 50 

•Ta a Fair Je Soe}". &^**»} inioyeO* pour t'exterioriser et te Grace a une zenereuse contribu- 

La bite, .montrc ses grosses dents: fgfr t connaitre. Mais, fait sur- ton de $10,000 du Conseil Cana- 

ux Jiarbouillc npf fenetre>; prtnant . un e U-ve^ie physique ou dien pour la Reconstruction, alTilie 

Frciman nwnte see ..handle*. On Je chimieT-persiste encore a a ,1* UNESCO, notre troisieme se,' 

ne peilt s'y tromiH-r! Kn d.ra per |a „ j. no , i minar en Europe ^ ch<>se ^^ 

de l-Ecoie .wmaie.f "TO professeu'rs Tapped le -flneuflea" p( , ur rete 1Wi0 . Telle est la re 
fourmillent d'mdmdm ; ; |ion qimli!il . al , f . tout de mc- :jo ^ S8nU; nouvelle annonoee par 
chorale > e xtenue a nu>: te pauV re. etudiant (si a jjr Marcus Long, president de 

harmSn7*er de* airs de SO^l qui, ^a-j^. a^Ieur*!) oublie , peut-etre rE .L\L du Canada an coagres 
foi en font bomber,-***- -uuir- ^ son i a boratoire de physique 

ecmite r.vi air met en branle *a» » ^~ ^„ ••LABOHatoire"' pJutot 
projet* pour Ja "Suiree d'arbre de qu 'un "labORATOlRF."! En at- 
Npfil^JBj U rterniaT l iJ Mffr H* > 4; jnaada d f. ^ i fU iapprcnne, M. Be- 
raire nous-reserve ses surprises! cnard ^Vxereera proUWorrient a 



moms 
corridors 
affaires; la 



cofltrres -de 



Montreal. 



Quant au site du prochain semi- 
nar, le Dr Long a revele que 
. l'executif qu'il dirige avait re^u 



1 des off re* de la Hollande, -de !a 
Suisse, de 1'Allemasrne et de la 
France. 



malgre tootes ces "e*brou«- lui d e»cendre encore les stores au I 
ses" la vie est encore essentielle- ne2 ; 

ment la meme. Lenseignement the- j impossible de mettre un point 
orique et Tenieignement pratique fj na j MM glisser cette recette de H semble cependant que le choix 
se poursuivent -de jour en jour, *n ; bpnheur. puisee darts' un des cd,urs ' porte sur la France, si Ton tient 
laiss&nt.. par ci par la. bur? rayons de j^i^ principal: "Quand on n'a compte d'une pressante invitation 
soleill pas ce qu'on yeut, on veut ce qu'onjdu gouvernement francais et des 

Inutile de dire que lenseigtoe- a - Ain »» on a toujours ce qu'on facility' de location. Car 1'E.IM. 






Les Cosaques 



taaOt pratique esi-un vrai oaucbe- i v ? ut 

.nar par l>out! Mais, les reponses heur du phdosophe. la consolation frontiers suisse et a 
j 7r^~ : — nnp p ,-uv<»nt -nous sortu dei tieves du > pes simists. . . et du pHit "ni- milles de Geneve, une 
iv,,| e primaire sont. pour nor^ ^^^" dans sbn laboratoire d'cn repos qui serait ideale 

, location du Seminar. 



iSut.' de la page A) 



pr:maire sont. pour nor- 
malienft e t norruju'licnne.-. une com- 
pensation en elles-memes! IT pa- 
ent a notre musique. Les peuples rait que durant I'expiicauon dune 



Aphorisme qui fera le bon- possede a Combloux. pros ds la 

a quetqae." 
maison de 



face 1 



psr Jacqueline l.lais 



Le Carabin 




A ne considereTque e^tteV"^ ,ww 



qui 
re? sources 



LE BUDGET DE LA FEDE 



EST DIE DES REVENUS: 



^ v ■ ! 



T# 



p.rof«ndcur ou^c$«t^4$uteur sure-Jj^- ;iuil " :i ' m '- 
• -ievee d'ttn son, nous uuiiioug Cf 
pnxedf ridicule dans des gosiers 
hiimaifls. Mais ehez le russe mys- 
tique, cette expression n'est que 
t.i loali.sation de ses gouts et de 
se.s dispositions d'ame. lis Ont ba> 
—soin de mysticisme et nous le re- 
trouVon.s' v dans l'etendue de ' leurs 
voix, dans le son etrange de leur 
f.ir'H-, Wans les contours brillant.s 
l my .-.Li Tirux de leur melodic Le 
-iiriomi-nt suiaigue a .pu sembler 
<>arbare x a quelques-uns; il est l'ex- 
prc^sion essentielle d'uh senti- 



jmejli corro&p ondant 



I-e«- tin'bre* de voix 
pom- so completer. Sans voulofr <i 
nrecier ni mem°« ignorer la valour 

cnois et des hMlf, jf 
file nous pouvons dire avec raison 
fue ce son; surtout les barytons 
me nous avons ainres. Certaii-s 
d'entr'eux ayaient une voix excep- 
tionnelle. 

Et que dire «l'un Ensemble §i 
pai fait. Pas une seule fqw ils 
ont manque a une mesure rigou- 
reuse. 

Lm Cosaques ont reussi i -a— se 
matntemr sans etre c o m p r i s en 



.).. i. •• av.-c We4)st -r r*'ur sa d^-"*. "- - ■ 

^i™« „tK. ,,/ w s i»"' r**** •« a r Arts ^ _582_etudiant $2,910.00 



'down I 

; core cette nouvelle general <»n <j ii 
<i««clare que le.* vieujc, en emigrant 
aux i jds, vsyagent durant' 

la nuTK-parce qu'il/y a n 
circulation! 

Ilevant des intellectuels .le la 
torts, normaliens et n-»rrnal:ennes 
auront sans Jbute a modifier leur 
methodolagie dans un avenir aslez 
rapproche. Les tactiques stroiDt 
modern i&ees. a un te) — point que 



b) Med: 

ci Ed. Phy... 

«li «;f-n:e 

e» Inst. I*hilo.< 

Moins 

2. I-a Rotonde > 
a i Annonces: 

\ft editions 



263 etudianu- 1,315.00 

7«'» etudiant^ .380.00 

M etudlanLs 2X0.00 

44 etudiants 220.00 



50 etudiants 



a $70.00... 



5,105.00 
250.00 



4.k;,:,.iim 



Moins com- de 15''- 



1. 120.00 
168.00 



«#52.00 



1'instit.utrice -devra finir >a lecon ; 
d'histoire. en disant: "Vdus-.vpulez 
yavolr ee qui | 



b) 



Ventes: 
16 editions a 
>uscriptiuna 



$12.00 192.00 

— ci, : — ; . : 100.00 



Le-Qr musique religieuse est 
mystijtue ©He aussi; il y a quelque 
cbose que nous ne retrouvons pas 
dans notre repertoire: ni chez Pa- 
b'strina, ni -chez Vittoria ou Pe- 
rosi. . FaU<lrait-il cohclure de lit 
qu'il ne convient qu'a des russes 
• de chanter ainsi? Je ne le crois 
pas. I. a musi(jue est ('expression 
de l'ame d'un peupTe l.n musique [ 

• • st plus sensible - que la 
notre: !'aint- ocoidentale . est plus 
ft iide Miie l'an>e brientale. No, 
Ump cathOdrales, les «edi- 

Aoss . de no- grandea vilk-s tSSSS 



pays etranger 8'ili aTmpot^t-^ J ** " av '' lorsque -les Iro- 

tout en s'exprimant dans le V o- Mu«»i- fondirtnt *ur eux? Eh. b:en. .3. The Fulcrum 

eablf russe c'es: <!u uniquement \ so > vz aux «»ut** deraain. a la. a; Annonces: 

a leur musK-alite et a leur ail. lis n,?m ^ heu!e - meme.nosU-. meme 

lai*sent au critique une plus j ' ,anc 

grande obtecttvite pou» JUjKK. . .. , , , .. 

■ J ' "'La tache de la normalienne en 

Puis apn-.s la y ..souplesse des est unt . e p uisante < sa ns doutel 

on en t jjge par les repercussions 
qui se font sentir sur certains 



1 .244.no 



^J7 editions a $85.00 ..<.. 

M..ins com. de 15* 



595.00 

89.25 



h t 



voix," c'est la louplesse des cor;.-.. 
Deux dan.ieurs e<Juilibristes exe- 
cutent des numeros fort applaudi.s. 

R.-mercions les Canadian Com 
certs -and Artists -qui nous ont 
procure 1'avantage d'entendre lea 
Otiaqoes. Sounaitons que focca- 
renouvelle s60Tent. 



Venter: 

7 editions a $5.00 



« | Souscrip: 



505.75 

30.00 
40.00 



system ei nerveux! Les echos du ' , F x » ra . 



578 7 






Foyer nous rapportent que Jean- 
nine t'ollin a joue recemment le 
role de Lady Maebeth? sornnr 
K-ule, dan- une scene tr<s realiste 
et sans parr-Wie' (>i\ *e demande 
I.ouis Dssbiefbi en quoi Judith Anderson, dani 



a) F. C. U. <■ 

'tistlis (cotisations de Pan passe) 

les Debats Franks 
d) Societe des Deliata Anglais 

Vi r. 



204.49 

I4JM 



•>0.00 



14 decembre 1949 



l 



Joyeux Noel 

et 
Bonnes 

Vacances. 



A~0 >v 




XVIIe ann6e No.jS 



La reprise 
des cou rs 



le 9!!! 



Directeur: Rosaire Heaule 



Journal des etudiants de langue frangaise de l'Universite d'Ottawa 



Redacteur en chef: Jean Boirin 



— 



Message du T: R. P^re Recteur 

Nous voici de nouveau a la veille de Nool, la fete de la 
joie, du bonheur et de la paix, la fete de Jesus-Knt'ant. Vos 
eeettn, j'en &ma sur, chers etudiants, ont hate" de chanter 
avec tout le monde chretien l'hymne de la reconnaissance' a 
ia Miserkorde divine pour ce bienfait supreme de la venue 
du Christ sur cette terre. 

Kt i>ourtant, chcrs amis, des millions d'etres humains ne 
connai.s,sent pas encore la bonne nouvelle, ce sont les pauvres Jawriet prochain. s'agit. d'un. ,. 
paiena aaais dai^a les tenebrea et [ej onibrejL de la mort. lis 34cia d^miftsions hebdum aduir es-- zxn ^-" 



- 



Les etudiants au micro 

_ t '_ - , (.irace a la bienveillance du poste CKCH de Hull et a 

lesprit d'initiative de deji&^iSualantH, Paul- A. Meilleur 

et Jean-M. Dery. 

" i ' ■ 

■ 

."^~t- n projet, dont on parlait do- , les debats inter-universitaires; sur 
puis Inajptemps, va naitre le l problemes d'actualito, 



Ee >avent pasTque^Te" Christ est venu plein de mansuetude au po^CKCH, H^^^Ynl^!^ ?! Kuer ?' les - prob ^ mes 
avec sa doctrine de lumiere et de vie. 

J'arrive d'Europe ou j'ai porte mes pas jusqu'au rideau 
de fer — Wfrriprp re rideau des generations entieres de jeunea 



etudiants de langue francaise de 
l'universite d'Ottawa ~"~ 



^ens^comme vous grandissent mailitenant .sans connaitre 
Ditfli. Son Christ et l'amour divin. Satan vient do lancer un 
npttvel enhemi contre'le Christ et la Verite, une religion nou- 



(e ne sera pas un programme 
Kenre ••(arabin"* 



tninera le programme, 
^a— • — Klsctian dss ofticiers 



l.*:di'e s'est concretise^' dimancfie 



Avani. de 'lever l'assembtev 
niernl.ies <iu comite ont elu les 

vellh. le communisme qui.vcut faire oublier au monde ^hre-^'i^^^^'^^Z^Z re * po ^ bles '«l«/p»o«ra'mme: 
tien >on Origine et u destinee. Des tenebres descendent | d'un comite , possodant l'appui de Annonceur: Jean Vincent. 

ontree«. • i. . i .: a.... ,•».. i:--^ 

Ahimateairl Pa\il-A. Meilleur 



sur ces contrees. 

En cette mrit de Noel pensdns a tou« ces malheureux 
qui ne connaissent pas le Chfist ou qui sont en train de 
I'oublier! Esclaves de la tyrannie, du mensong/e, de la. force 
et de la barbaric Dans cette nuit affreuse qu'est leur vie, 
la chaleur de 1' Amour divin ne repand plus les bienfaits de la 
charite.chretienne et de la justice. ♦ -. 

Malheur a nous si nous allions oublier que nous devons 
au Christ et a sa doctrine les bien-s de cette vie, les avan- 
tages de notre civilisation et surtout une authentique liberte. 
Kn dehors du Christ..et sans Lui tout n'est que tyrannie et 
esc lavage parce que laisser a l'homme et a ses viles passions. 

Approchons-nous done de la creche de Bethleem pour y 
adorer l'Enfant-Dieu. AUons-y apprendre lea grandes lecons 
de la charite, de la justice, de l'oubli de soi et de l'humilite, 
afin que jamais les tenebres ne descendent dans nos^mes 
et dans nos foyers. 



Le 8 decembre 1949. 



J. C' Laframboise, o.m.i. 



!.-i Frderatipn des etudiants. 

Les membres du eomitg ont fait 
remarque (ju'ilv ne veulent pas Realisatcurs : M. Bergeron, di- 
d'un programme genre "Carabin". , m teur dos progiammes a CKCH 
Cette formule employee chaque 
semaine a Radio-Canada est trop 
decriee et a bon droit. lis. tache- 
ront plutot de realiser un pro- 



et Jean-M. Dery. 

V 

Bruiteur: Robert Beaudin. 



gramme manifestant pleinement 
notre vie universitaire, e'est-a- 
dire nos preoccupations intellec- 
tuelles, sociales, spbrtives, etc. 
Ainsi. au cours d'un programme 
d'une demi-heure, La Rotonde pre- 
senters cinq minutes de -nouTelles 
f-«t de comment aires appropries,' 
puis il y aura un forum d'une quin- 
zaine de minutes sur des questions 

etudiantes, vnrT.—bj "Year Book", 



Sketch's; Xouis Desbiens et Be- 
noit Garceau.- 

Nouvelles: La Rptondp. 

Nous sommes assures que ces 
emissions hebdomadaires auront 
un franc succes et nous prions nos 
lecteurs d'etre aux ecoutes tous 
les dlmanches soirs, huit heures, 
CKCH. a partir du 15 Janvier. 

• — Rosaire Beaule 



En Europe 



Les etudiants de l'univexsite La- 
val, aides de M. Adrien Pouliot, 
doyen de la faculte des Sciences, 
organ'isent a 1'occasion de l'Annee 
Satnte une t o u rnee e n Europ e pour 
Eats IftfiQ. ft ill invitent les etu- 
diants de l'universite d'Ottawa a 
benefieieF des avantages -suivants 

qui leur sont orTerts: '. 

r 

Kn s'assurant les services de 
l'agence de voyages Daunou , de 
Paris, ils poUrront faire une touT- 
nee avec paquebot particulier. 
bona, hotels, pour -une ■somme tres 
modique ($500) malgre un itine- 
raire tres charge: Cherbourg. Pa- 
ris, Milan, Rome, etc. . . 
-i 

Le depart aura lieu a la fin de 
mai et le retour a La fin de juillet. 
Tout etudiant ou etudiante que le 
projet interesse voudra bien com- 
muniquer au plus tot avec notre 
ami Pierre Tremblay, president 
1 des etudiants de Laval, 29 rue 
Couillard, Cite de Qui bee. 




Total de> levenus 



7,4« 



DK PEN SES 



;ide: 



Hollywood a 

Wrightville 

Mereredi, le 6 decembre," I'OfTice 
national du Film faisait appel i\ 
quelques etudiants et etudiante.J 
de L'Universite d'Ottawa pour 
• tourncr un film sur I' Acts de ', 
l'Amerique Britannique du Word. 
Ceux-ci se rendirent a la salle St- 
Raymt>nd a Wrightville et hi pan 
dant trois jours, sous la direction 
ile directeurs competent.-., dlploye- 
rent tant bien I JBTTf talent 

d'acteurs et d'actrices. 



1. K- editions' a 'f 130.0 %££SM 

2 Fraft (radmTnistrafmn 292.0ft 



The Fulcrum: 



l. 7 editions . j 

- F;.. .i'adm;? JQ • 



• '' : > 1 ,iu . r 

K>C U: P ...Z~Z7.. 

e. I S S 
dj Corp 

sTn.J i B s 

f» C. F. C. C. S 



.» <HI 



1. 170 



M. Camiile Ducharme. profes- 
>:.»<■! i!i» '"Montreal, est le profes- 
ieur et il explique a se.s y 

attentifg la constitution de 



HUM 



Hon journalistes des deux sexe»r-accoinpagne.s de leurs amis et am : ps. s e d.lasstnl isainement et ou- 
hlient pour un soir les soucis de faire ^araitre La Wotonde r^uli^rement. 

' "' (Photo La Rotonde ► 



LI' locaux: 

a» F. P. V. f. - (K> 

- »»,N, j-. (\' F . e.,,. 1 y ....... ; — ^Ttm- 

e» C F. C. ( . S. <v.ya^ 

d» I. S. S. <voyages>. MM 



iS'i uo 



il les amene mdme 

pa f leme nt ou ii leur reve^ l g ;• 
plans des Peres de la Confed.- 

.it ten-. 
soiil Marc Roclioir, Leonard 
Lebel, Oattde Paradfs, Poy I'ou- 

rv DTon, Pete Power, Fretl 
Bo:: • i ■"rancoi.su Ollivier, N: 

Fontaine, Louise Gob'eil, Si- 
te Tas< hereau, Josette Belleau, 
rctte Viau et Madeleine Man-^ 
ths. 






NOUVELLE, DE DERNIERE HEURE \ 
Date officielle de la sortie, (vous savez laquelle) • - 



Faculty des ARTS 



21 DECEMBRE 



Faculle Ctclt\sia>tique 



l7o.no 

... 1.000.00 
T.Societe des Debate Anglais . !=tft.ftft 



,.". Plan,,.pour maison des etudiant 

6. Foods poor le "Year Book" 



8. Societe des Debats Francais I'O.ftO 

— ft*;..: o« 



* 1.560.4ft 

Moins le deficit et les depenses depuus le debut de Panhee 586.00 



ReaeTre prevue J^, 









9«5 t -. 



<*•>* 



Pierre Caron a le role de Walter, 
"clove le plus intellectuel du grou- 
pe et Paul Rouleau*, celui de "Geor. 
«res".-le mauvais esprit de la clas- 
■se. . Nos deux etoiles apfes «cet 
iirthiense i" succes ; son^ent a" nous 
quitter pour Hollywood. Mais 
dans un interviou special qu'ils 
ont bien voulu m'aeeorder, ils 
m'on^ assures qu'ils flnirsient teurs 
Etudes svant leur depart. 

Madeleine 





"Un* lawU«s' «'«»t U»t« 

U»miK«» c- i«Uf ar*t. 

Tw.gf,4. 



Bureau de 

Placement 

t 

Cet uriranisme approuve par la 
Federation se propose de faciliter 
Ia vie des etudiants en leur pro- 
curanf quelques remunerations ac 
quise par un "certain" travail. 

Le processeus est tres simple; 
on s'inscrrt au bureau, de place- 
ment et eelui-ci, eh retoUr, se 
chmve de trouver l'emploi neces- 
saire. 

- Un point est a mentionner: le 
salaire minimum est de cinquante 
cents l'heure. Ccpendant, le fonc- 
tionnement de cet orgSaisnia nu- 
ns debourses. et Has 
diriceants. ■»■ p a rm attent de rele- 
nir 1"> p tnus de char 

eures de travail des em 



cune des 

p l oy sSi Cs tarif sert a eouvnr l*-> 
'frais ae pui.licit--et d'admin^str.i 

Mori. | 

In autre detail a signaler: e< 
cl!e oi'K'anisatinn est une en- 
trt-pri.se priwe. File est cette an- 
: <c aux mains d'un ^r6upe d'etu- 
dian's qui s'y cngagent a ieur? 
proptea riaques pour le bien des 
universitair- 






**■ 



Si, au mois de' mai, les resultats 
s'av\.Tcnt excell6n:s. l'orjjanisation 
cicvendra propriete legaje de la 
Federation qui en fer» beneficier 
la Maison des Etudiants." 

Monsieur Pierre Fortin, qui a 
concu cet orfranisme, en est le 
president, Ses* accolytes: Mes- 
sieurs Roch Besudet et Andre 
Poupart, respectivement vice-pre 
sidenv et publicists. 

Vu les difficultea financiers*., It' 
president doit annoncer que l'on 
ne pourra ss mettre en marche 
avant jsnvier. 




. ■ 






•4> 






t • 






. — - • 






si 



■ V 







^4***> 



k O 



■asp** 



■ 







— 



■i ■ ■ 'i ■ 



■ 4», ...... 










» J 



Page 2 



LA ROTO N DE 



■ ' ■ ' 



"Nous n'avons pas ['influence que 
nous devons avoir' 



■ . * - 






,r iif . . 



/ 



-II 



I )« « liir atioii du K. P. l.afontaine, o.m.i. — Pax Koroana et la 

Assemble* enthousiaste — Pro- 



FCUC ranadienne 

_i -4m~... « 






gramme de l'annee. 






I* - -*« 



"Je croia que rttraa n'avons pas ment entre les universitaires des Us. instituts et ecoles de 1'Uni- 

l'influence que nous dovons avoir 'nation's que la guerre ' limit' desu--^ versire. • 2.-~La creation de cel- 

i> wie que nous n'avons pas les con- nies, puis la creation d'une orya- i lulos dans chjtgue faculte, ecole 

victidna t^ue nous devrioiis avoir", nisation catiholique ihternationale.^Oii instltui, ayant cwnm 

declarait recemment le K. 1\ La- pour contreflalancer celle des pro- 

fontaine, o.m.i., lors de la pre. |eatant«, des communistes ou 

Oiler* assemblee pleniere de la sec- autr'es. Eniin, ofTrir une espeee 

lion locale -de la Federation Carat- de »'maison de. compensation" ou 

ijienne des Universitairea Catholi- de "eeritraSe <b s echanges" aux 

qu.es, au Salon vert de l'Univer- universitaires catholiques, et cela 

site. ' J .'-our tous leurs besoins: religieux, 

Devant une vingialne d'etu- ^ieritifiquea, pn-fessionnels, etc... 

diants et etudiantes enthousiasmSs, ' - IJa Federation Canadienne des 







14 decembre 1949 



le R. P. Lafontaine, prgfeaseuj de L'nivi iiholiquea fut fon- 
Droit canonique et conseiller de dec a Quebec en 1935, sous Pins- 
la FCUC iqcale, rappela le devoir .-wants de Pax B > 
de 1 etudiant catholique, en jnuli- mam, par da representajits des 
int que la tache etait lourde et Cniversites Laval, Montreal et 
que tous devaient cooperer. C'est Ottawa. La_ FCLC reunit surje 



r 



en ayarit nous-memes des convic- plan eatboiique, les diyer 3 gro n-_ 

tions religieusea- profondes r rap- pes unlveriitairca catholiques du 

pelait le Pere> que nous pourrons Panada franca is. ( ette fed 

o*ercer"une veritable influence sur thm i Romana 



la diffusion de la pensee catholi-' 
que par. des forums, des causeries 
et des conferences. Files devront 
interesser a', la FCUC, les "-«■ 
njsationg universitairea deja exis- 

es, , c'est-a-dire prendre des 
(1 Bpositions qui rrecessitent une 

n puissa-nte dans leur milieu 
fespectif. S^-Siii le plan infc*u-" 
f:u-ulter'-la«Jtf^£-»<wganj^^ 
conferences puhliQui ties de 

forums. File verra •igaleuicnt a 
oygy niaer des communion-dejeu- 
ners pour tons les etudiants de 
i'l nrversite. 



la societe. Chacun de nous, dit qui e i le se< t mondial au 

en terminant le Pere Lafontalne, service des Federations LJnivar- 

< r oit s'attacher a realiser "Pinclu- ■»l!qucs.' EUe a pour 

i du Christ dans sa vie person- but de faiw regner totalement U 

nolle afin de rayonner dans ' la caiholicisme dans le mon'de uni- 

i»piete". re; dans toutes ses mani- 



Jtlana une. breve allocution, l e ' ftatatk <41ee 



, 



\ 



president Kosaire Ileaule, raj)pela 



las grandes lijrnes de Pax Romana 
et'de la PCUC. Pax Romana a ete 
fnnde en 1921, a Fribourg en 
Suisse. La premiere reunion as- 
semblait des universitairea catho- 
liques de dix-huit pays. Cet orga- 
nisation "a comme fins principales, 
etabliaseroent d'un rapproche- 



B et de travailler a cette 
ouuvre ile concert avec les forces 
catholiques universeHes. 

f.cs membres presents ont en- 
suite discuio d'un programme 
d'action pour l'annee courante. n 
fut decide: 1. — La creation dune 
cellule centrale pour les chefs. 
avi«c rnyonnement dans les facyj- 



< Matric' , Grandh . . . 



: — rr- ^—— . m. 

LETTRE OUVERTE AUX rlTUblANTS 



A la suite de cette ^lal>oratiorr 
ie prosTamme, le R; , P. Lafon- 
6 a exprime i'ayi* rrue "i^i -une 
uftiverstte ' s'organise snljdement 
R n'en re.«te pas au stage des for- 
mules. *los autre* universites sui- 
vront eei exernple pour former un 
tatholique". 

de presque 
\*- : t t sm u l t *# e t e ci»l t- 
taient a ceUe reunion, ont elu 
un seicretaire • pouf'Tahnee cou- 
rante en la personne de Louis I)*h- 
bien« (Inst. Ph.). Snulignons' pour 
finir que les chefs de la !•' 
cette ahnee. sont pleins d'ardeur 
et qu'ila' recoivent l'entiec appui 
,de ]a^ Federation des etudiants de 
VV'q., affiliee a.I-X'rc. 



CLUB DE.SCIENCks 

h ir — — 

Udncien et le nouveau 

En.ocU>bre 1948, un nouve-1 cusganisme voyait Je jour dans le milieu 
etudiant de notre Universite. Sous 1'initiative de certains plus hardis 
que les autres, on allair T6pondre a un besoin qui ae faisalt sentir de 
plus en plus; un Olub de Sciences otaitionme. Arme d'un noro impo- 
sant, Les disciples de Pasteur, le club se mettaii en marche. Une dejL. 
•plusieurs conferences projetces par les membrej du nouvrtl . exeeutif 
etait organisee. Quelques semaipes plus tard une quaramtaine d'^ta- 
di.uits ullnient visiter ley prinripales usines de Cornwall. A Noel, on 
paHaii de completer une constitution pour le aouvea organTrntniB. Les 
res pas?erent, les cours reprirent et on n'entondit plu» parler 

aisciple 1 ! de Pasteur. Qu(fleifr etait-tl arrive? La discorde s'etait 
mise danj? l'exeeutif ; certains youlaient dea. joonierences en francais, 
d'autrcs en angiais; lea uns voulaient des cartes de membres vert 
pale, les autres les voulaient jaune fonce. Malgre tout, le brouhaha, 
OH commenca a prendra lenom de ceux qui vnulaiejitdeyenir membres. 
I'ix donnerent leur aom (et leur %\M), dix dans toute PUniversite. 
d;x apres un commencement si e-nthousias_te, apre.s de si beaux projetsf 
Peu a p'eu le club scteijrnit, lea activites ews&rent, l'exeeutif ae dis- 
toqua. ! de PasteuT rendaient lame a Dieu. 

.Mai s tout .nVtait. pas mort. II en Eestait un, le seul rayon de 
lumiere, le seul espoir de vie. Rene Charte*bois, eUnlfant en troisieme 
annee des Arts, rcprend la torch e. Dans la-1nrrte* no. 5 a 1 'Ovale- des 
rumeurs^circulent, une affivhe app aratt: "Sou mi pictures wiJl he shown 
in recreation hall, harrack No. 5 after prayers— S.]f> p.m. . .' . prise 
L'"c.". Cette representation. avai> lieu le 20 novemh.re. ' Le 27. dans 
ia hutte no. 2. une -autrecreprestfntatw«r:cihem'atographique etait donnee 
a laquelle M. Charh bos nous ahnoneait qu'on re<T^ani-ait le Club de 
Sciencns (les disciples de Pasteur ressuscitaiem ! ). que les elections 
auraient lieu dans un^avenir rapprx>che, que tea aetivites du club 
4 sjraielit co;np<j.s«es de une.ou deux conferences et •surtout de repre- 
sentations de films education's touchant a .dee sujete d'ordre scien- 
;ues et <le que'.ques films* /ecreatifs. 

— - Pand a nt v gu > ttmt «*<-la se passait, ua autrst diaeipJe 4* Paetew^ 
. u plutot un- ex^Psciple, revenait a la vie. I* V.) novemhre, en deu- 
xieroe page La" Rotonde publiait une, lettre. Je cite: "Ne faudrait-il 
pas, par un moyen quelcompje, permettre a noa etudiants, pas tant aux 



14 dckertibre 1949 

> 



LA ROTONDE 



Page 3 







Membre-de la "Canadian University Press" 
Memhre de la Corporation des Escholiers Griffonneors 

A la Direction — 

Directeur: '..Rosaire Beaul6 
Directeur-ad joint: Riiymond Martin 

Secretaire: Jacques Lalonde , 

A la Redaction — 

RedacteUr en chef: Jean Boivin . — 1 — ; — — 

Red. -adj.: Andree Cloutidr 

Secretaires: Huguette Charette, Gilles Grenier 



Redacteurs: Jeanne Berthiaume (C.N?I>.), Jean Touchette, Jean 
Dery, Louis Desbiehs, Fernand Labelle, Reine-A. 
Lachaine, Paul- A. Meilleur, Robert -Morel, Jean 
Vincent, Andr6 Chenier, Odette Parisin (F.N.), 
Solamre Roy (C.B.), Berthe^ajllancourt (E.I.), 
Yvon Bourbonnais. 

Redacteur sportif ; Guy Joubert 



M. HERVE CYR 

M. Herv6-W. Cyr, pr-ofesseur a 
PInstitut de Psyoholoigie de notre | 
Universite, a ete -noiume..' inspec- 
teur bilingue des 6coles onta- 
riennes, annoncait recemment le 
mini3tere de 4'Education. Cette 
nouvejte nomination porte k qua- 
torre, \q nombre des inspecteurs 
\ bilingues. 

Le houvel inspecteur qui entrera 
en fonction le ler Janvier 1 950, 
demoure & Ottawa et est actuelle 
ment profess eur (i'h'istoire at 
dV>rientation a Pec ole se cpndaire 
d^Eaetview, en ^us d'etre pr 



C<511abOrateiirs siportifs: 
. i liuriubise. 



Gilles Hurteaii, Jean Drouin, Guy 



Au Service des" Nouvelle- 

Chof des K oil veil es: 
J Adjoint: Jean Cote 



.ouis Vincent 



M. Cyr a fait seS etudes a l'Uni- 
versite d'Ottawa ou il obtint une 
maitrise ea— Arts et a l'Universite 
'[<• Tftrnnto, ou il recut le de«re 
de liacholier en fHHlajriHfie. A 
Pepoque, le ministere de l'Fduca- 
tlun de 1 'Ontario, lut-avaitr .deja 
un eertlficat" eh orientation 
profess ionnelle. . 

Notre journal est heureux <l'..f- 



~^-7~ 



illusion? 

Kt iHvjrtant s'il est un rrionU'nt dont il faut profiler pom 

No.PTelltftai; Innnnine Lecluc-4CX.L GUberte -BerthiqurtLJ ffftft not ' v V^-^n d'esy frlknCe nous y voici parvenus, 

ux, . , T . a * .' - vr - SOs ra"«totioy k- (» rs t pour tous leg flOI f W ies do lows los temps que le Ch. 

pour sa' nomiujitjon 



i KM), Madeleine Matltha (C.N.I J. ), J 

. '• .), ';, Qoi '< ■• >'■ OB IMan 'bar,! f.U.P.) 

L»enu- Boyle — rr 
Siro.ii. - 



D 

("".irculat On: J « 

K. I'. A. Tremblay; o.m.i.. R. P. B. JuHj 



adkp:sse; 



173. ruF-*Wallct'. Ottawa 



UN 




Autorise corame envoi, postal de seebnde classe 

Les idees exprimees dans ces paues ne sont pas necessairemerit 
celles "de l'l niversite ou de la Federation des etudiants 



futur? hommea de sciences qu'aux futurs .hommes de loi, de lettrw, 
d'afTaires. d'acquerir des connaissances generales' sur les sciences ? 
Ci moyen. ce eont les films". Apparerriment cette idee de Mima devait 
avoir du bon. Pans deux milieux different s la mfifflfc mf&Mtlom 4 tai t 
posee. Qu'ert reapltera-t-il ? 

M. Charlefcois merite d'etre felicite de son initiative, e'eet splen- 
dide. Mais ... (ah," pourquoi faut-il qu'il y ait toujour* une ombre 
au tableau!) son idee d"un Club de Sciences comporte plusieurs points 
faibbs. Dans le nom lui-meme: Club de Sciences, nous sommea d'abord 
frappes par le o ot_CJtelu^Cflar Jropliqne u»..— feutif- *Ju. A*f . 
Cnarlebow, (jueWe malheureu/e idee, allez-vous commettre l'erreuf qui 
fut fa tale au club de Pan dernier?' Pourquoi faut-il un executif eJu? 
Ce qui va arriver, c'est que, mattres absolu« du club, les membres de 



T^— 



: 






Age de deux numeros, "Matric" 
journaJ dee 6tudiants du High- 
School, fait preuve deja d'une 

jrrande vitalite. ,Les etudiants de >ur au hon«*ion (for year- le, en actions. II est de lintention lexeeut f. daho r( | debordants denthousiasme. vont bientfit perdre ihte- 

.mma triculation ont com, e V»\**»J~ the «-• ^ - ^ /ft ^ de publicite de demander ret. La d soorde va se.^pandre au sujet de proWemes Souvent insi- 

a fondat 10 n de cette feu, lie une JMdjA e. want you o collect aox etudiants ^e solhcrter de i'an- prnfttnu, df, compn.ations de toQtej sortes vont 's'ajouter et Yaffaire 

lacune assez grave dans Idur mi- « « um of two thousanu dollars in nbne e de leurs parents et amis va tomber-aOleau y„ u . ? oe oui n t »rriv> i'.n A* n \L i ™ /m u 

•propre. ou lis pourraient expnmer .^pendinjr money on pm.tojrraphs Nous savon N s qUe ces annonccs au- : tr . ra .„ n li«: *■ , / , - 

- opinion^-librement leur man-' and- engravinffs .... We A ,ut une valeur ne«ligeable en fait I ** 0nt techm< I ue - un oqcanisme auquef seuls 



*>f 



opim< 

quait. Sous Phabile direction de wa "t you to collect adverttsenpn' 

W L'Heureux, 1'oquipe nouvelle- Jn tne ctty of .Ottawa as muxh as 

tnent formee donna le jour a ce p<»- siKlt?: we do not want students 

journal qui peut certes rivaliser to V^lic't thosj patens who al- 

avec lew meilleures publications r °arly advertise in* the Revue de 

sdian'tes. L'niversite -d'Ottawa . . . -The 

I Vpuis nombre d'annees, les etu- r »»OB why we do not want the 

du .High-SchJ>ol s'expri- students to . soiluuL" 'palrdns .in Ot- devoir di> - revenir avec au mmns 

maie nt pay vo ix <re La Rotonde. Ulvv "« i>; 'he fact -that the Hiocesan une annonce apres lets vacance dc 

L| ;iiiiuitk>n etait en soi delicate. Camp o ign in fav o u r o f t he Uni. v 



"de publicite. elies setont plutot 
one contribution a one i-au^e dlg&e 
dVnfour.-i '.-in. •; de la part dc 
'■'■ nou> croyons oue si 

t.idiants ont foi en cette can 
*<-. s'i'v d<'-sirent vrahmmt ;in 
"Year- Book", chacun se fera un 






Universitaires jugeaient que ^-rsity of Ottawa is still going Le succes ou Hnsucce, d« C« 

High-School ne faisant pas par- •*? prr> - et i n flueri<*ora certain. 

.-e de l'Universite proprement I);in .eloues mots tires de ^attitude du Conseil Administra- 

J.te ,1 ne devait pas s'exprimer ; , , e ttre du r^ r aux \£*£ « — ^ **^* ****** -*- "^'^ "^ ^M **& P art « le hmD (fflUja-jerait v*s 

Zjt* iT'Lfrl*™ de " r f Uni - ^ -ntenu un defi sadre:,sant ' a ***** '»-c non seulement 

irtfc Le matric, a son tour, ^„ M „ ,_„.., j rJ le succes du "Year Book" mais 



tous par lequel on nous demande " 
netart pas satrsfait. et P«^^t« : de prouvc ue n( ^ go|nniM c • _; ,u. ss ; ] e b*^ de toutes les 

■ du hies, non seulement d'imaginer de ; ^treprises "futures. des __it^ 

' diants de site d'Ottawa 



.-" 



a juste raison, de l'attitude du 
journal. La meilleure solution se 
trouvait dans la publication d'un 
nouvoau journal, redige exclusi- 
v.«ment par I'immatriculation. Et 
c'est ce qui arriva.. 

•Matric" nous donne des articles 
interessants et solides presentes 
Je facon tres attrayante. Sa pre- 
sentation biliggue concoure a lul 
donner ce cachet qui fait qu'un 
journal est le reflet meme du mi- 
lieu. Au Matric et a son equipe, 
bonne chance, et joyeux Noel! 




' 



Pharmacie Brule 



A deux pas 
T UNIVERSITE 




heaux reves. et de beaux plans, 
mais aussi des les rtviliser par ^npendent dirertement de 1 'effort 
notre initiative et nos etTurts per- ! P orson nel que chaque etudiant est 

r»ret a apporter a la cause du 
''Year Jiook". Depuis des annees 



.-■onnelsr. 



Si nous desarons avoir un "Year 
S«plt!. f cette annnee nous devons 
cumurer un total de $2,000 en pu- 
blicite d'ici le 16 Janvier prochain. j 
Cette tache est d'autant plus diffi- ; 
cile cfu'elle doit etre accomplie gur- 
tout durant les vacances de Noel, 
et que les annonces 1 doivent etre ; 
en grande partie. aolliait^es. en de- 
hors d'Ot/fcawa. Cependant, les 
membres du comite des annorices \ 
de 1 "equipe du "Year Book" croit 
en un succes eclatant- s'ils peuWnt L 
etre assures de Pappui de to~us\ 
les etudiants. 

Lor* du plebiscite sur la ques- 
tion du "Year Book" la plupart 
des etudiants se declarerenr/ en fa- 4 
veur du projet. Meme, plusieurs 
s'offrirent a aider de n'importe ! 
quelle facon au succes de ce projet. 
Cee etudaints auront bientot la 
cnance de transformer - leurs paro- 



que les 6tudta!*ts d'Ottawa veulent 
prouver qu'ils sont capables d'ap- 
puyer les organisations eitudiantes. 
Confrere, voici ta chance. 

—Mark R. Mullin 






\r 



LE CENTRE IDEAL POUR. 

^ MAGA8TNER 

.Merceries pour hommes et 

jeunes gens. 

Vetements pour pretrcs 

Inomas Moncion 

Magasin a Rayon 
8r, rue CHAM PLAIN 



Hull. P.Q. 



ad. ants pourvus de connaissances avancees ont acces. Maie non. 
rer»ondrez-vous M". Charlebois. nous voulona donner dea representations 
de frlns en partie scientiflques mais a la portee de tous, en partie 
•--en-'raux et en partie recreatifs. I'idee est excellence maie faut-il un 
Club de Sconces pourja reali«er? Voyoni messieurs', il'ya une 
focttfule plus simple, la formule ideal, qui simplifierait 1'afTaire ot en 
atrgmentecait lee chances de reu.vife. Bp but. c'est la representation 
de films dncumentairew et 'parfojs recreatifs surtout dan fi le domajne ' 
des Sciences ;.l'ideal. c'est la presentation'gTfttuite de ces -filma (n'arra- 
chez paa 6<>c. -aux etudianta M. Chariebois). Le moyen d'aocomplir ceci 



ENTRE NOUS 

JOIE DE V1VRET 

Peut-on parler de la joie de vivre dans ce mondc 
ebranle par les gruerres et de nouveau trouble par les 
querelles et les egoismes nationaux? 

Peut-on oser.croire a la joie de vivre quand les 
individus et les' societes, desireux de se liberer de 
toute tutelle, de toute autorite diving s'acheminent 
vers" leur propre destruction ? - 

. N e serait-il pas mieux alors de dire simplement 
que le mondc a perdu la notion de.la joie pour se voir - 
doter de 1'inquietude deprim a n teetpessimiste 7 

Voila des questions, mon ami, que tu t'es proba- 
blement posers puisqu'elles sont aujour.d'hui la hantise 
de la jeunesse. 

Xa situation est appararument triste. Vas-tu 
perdre confia nee dans la vie et t'abandonner a la l'ata- 
lite du sort? II ne le faut pas.! 

Sj tOUfl lei jeuni-s" pcnlaietit conftapce dans l'avc- 
nfr, i|n ies portesfianibeauj* 

i'r[!Ui;'u>iasnu'V. Kt tiotrr roo ndfe d e vi e m kaij bien !»ltw— 
malad.'. terriblemeril maliub'. 



Est*il vain de crier 



^Paix sur la terre 



Je ne sais si nous entonnerons tous aussi intensement. 
en cette liuit proehaine de Noel, le Gloria solennel de la 
mease de minuit. 

"Ololre a Dieu dans les hauteurs. . . " Le rappel a 1949 
ans de distance, de cet evenement inoui par lequel un Dieu 
assume. 1'humbU* .nature huniaine. r^donne certes de la frai- 



cheur ix notre xeconnaissanCe. Gloire a Lui, en verite r qui 
>ie-6hargewalor*tru ptrids-fie-notre decheancc, eti nou's appor- 
tant les /plus definitives esperances — le merite et la- certi- 
tude d'un rachat desormais possible. 

Mais "Pfiix sur la terre". . . A quoi bpn-tant y insister? 
aeur a 1 Inst.tut de Rsyahoioirie de-Une fois de plus nous formulerions le voeu, pour retrouver 

ie jour d'apres, la meme tension Internationale, la. meme 
menace de Kucisre, le desarroi de la Chine, les eonflits d'inte- 
rets, la cupidite- des homines? De quelle paix s'a^it-il done? 
Nous en avons bien ftS8fez de l^ppeler, si elle ne sait etre que 



langnissante, tnd6ol e o et comme perdue d'ayance parce que 
trop chargree de contradictions. Serions-nous en face d'une 
autre "verite devenue folle"? Les bonnes intentions n< 

r;icln rai<>iit-el!es, qu'un miraKe;.les desiis pacificim s, une pun 



au * p 
d'On; 



•ur bilingue 



Noel chrctien . . 
Noel paien! 

■Noel, N'u'-l! 



s'est oll'ert en :»teur. Kt done pour les" hommes de 

notre epoque. Porjr mus ttWs. Qm-ls que les pessi- 

piisrae3 et tes clifVi. omplia de l'lllsto 

1 YYy ^\t Vw* CI 'lit 17 1 >^ rfr 1 W^ ^"v niivoii In .» 1^ u ^. ^ • «. _» ».. Ji ^-i »— i __ V _ ^ _* 1 .... 



Les tbndes gfrillent 

N'h-1. No'^l! 

Tout est blancheur 

On donne son coeur 

r-. N o e l,- N ot i ll 

— 4*a nuit est douce 

Le champagne mousse. 

Noel, No"l! 

Les cloches sonnent 

Le.s voix chantonnent 
■I. No^l! 

On fete la naissance 

On Fit," on danse 

Noi-1, N"o'-l! 

I a paille dans la creche 

La Kiere dans les gorges seches 

N'oeL N< 



ose au vinytime sieele, le chretien sait quel sens donner 
hi effort. Kut-f'tre le momlo s 'r; t-il pour un t& 

divisions i .de plus . ■. pro fond — 

peUTerit meme paraitre irreductihb-s | peut-etre au cdtttrafri, 
grace aux liens <iu'a multiplies la technique modenie, le 
moniie sest-il duja mis efleetivcnienf en marehe vers son 
unite. A travers 1<> penible eh»'minement historique. une 
j^seule realisation sollicite le travail des Chretiens: une huma- 
nite en paix. Objeetif que les nations feront bien d'attendre 
le plus tot possible pour peu qu'elles tiennent a compter des 
descendants. Une autre guerre, selon le pressentiment 
inquiet du Vatican, pourrait bien prendre les proportions 
^d-'tm "suicide ttuTnonde" 



Cirand jour do- p a ix - 



me, ici, n'est-ce* pas encore utopie? En parlant de 
paix, ne cederions-nous pas a de plaisantes" mais illusoires 
perspectives? Que peut, la-contre, un homme?. . . 

C'est mal poser les donnees d'une solution. Car c'est 

; tout rhomrffe qui prepare aujourd'hui sa destinee et qui est 
r ar whfe . d'une offensive de paix. C'est le coeur et l'esprit 

| de chaque homme quldoits'impregner du message du Christ. 

j Et ce message, c'est que nous nous aimions les uns les 
autres. Dans la justice, et dans la charite. II n'y a pas 
d'autre voie pour accorder la societe avec elle-raeme que de - 
rejoindre et toucher d'abon! l'homme. Une fois les esprits 
humains convert is a la paix. les representations collectives 



-n 



< >n <lepensc a grands frais 

\uel. N^Cil — — — 



Symbolc de la pau\Tetc 
Que de 

People.- a tren'tir • 

Pwaqw lia . 

< >n reve a TKrifant 

1 

■ 

Pronne chance au\ nou-Y e a 



— ♦M-on-t -pacifiques: et Irs- moetTt^ se feront justes et chari- 
• tables; et les institutions fourniront le cadre d'exercice et 
^ay-mcTfrrrtrn de cetter-palx, la "relornie <U:s structures 
s*effectuera pas autrement. 



ne 



fondent cette 
rcapemnce: que tous les hommes en vienn.nt a vivre en ir^ 

ternelle unite.. ■ 

ri que fou> lag .-iuV-tieTis -fortenl" aux 
'>s (I Tu'nivers, [.a paix promise re--n-r; 

[tt'ils^soient de 
I iiiinc voLmt^l ... 



r pas vainere par ]'a 
i t'a ii ■ • ton. Trout c-t 



li; ; 



est le suivant. . Vn comitje eaUnomme par la I-'ederation. Si un des 



qui 

elle CXist e.^Tu , 
i IF 



lb 



lacqn e a Lajulrv 

I oiycrsiie Laval 



congidera>-le), il se fait tout simplement remplace (ceci ne'aerait pas 



J>lisserneii! 
da' 

hommes. 



d'n'omme • 






pussliile pour u-S membre eb>. > 0B rnmit* rtroisit les MlmV et organTse~ 
les representation* (qui sont ouTertes aux etudiant* des faculte* uni- 
versitaires et de* colleges afTilies). Pas d'elections. "pas de disconfes ' 
dans_L'executif, pas de cotisauon, t-out va bien. on a les representations 
qu'on veut et pour rien; c'est simple n'est-ce pas? 

'Tour rien, c'est ce que tu penses", me diront ces sages messieur* 
de la PY«deration. Mais voyons messieurs, les films peuvent etre 
empruntes saiw frais la plupart du temps, d'autres peuvent etre loues 
pour une somme variant de 50c. a $2 du film. II y a moyen de iouer 
un projecteur de l'Urriversite pour $1.50. En ce qui ooncerne la salle. 
il doit y avoir moyen d 'arranger ca. -Voyons messieurs, est-ce trop 
cher pour une entreprise si profitable pour tant de monde? -> .• 

I^angevin Cote. 





8 joie- (In 



[U n> 



1 • homme qui I i'i- 
la! m ait prom de 



nel des Hbl 

pour "M i • 
phe. des '< 
\\ qui 
fr ere n t . 

Tu veux acquerir la |oie ae i .■ : u-«-V N'hesite pas. 

_H te faudra^ dfti as ^ayantaire; tn 

..l,! [en ice 'et ea vaut mi(^»* que 

honneurs. la g^Otre »•; I aie.-in . 

Rosaire Bea 












■ 



N.D.L.D. 
a A. 



i 



"How a 

. . - - .. . .. ' ix with tne.^e l.n 

- • 



r de diii 



iutant de voire, me.-demoi- 

— 






CHEZ BIDQU 



CHOCOLAT, UQUEURS. CIGARETTES, EPICERIE 

. H. Mr^tfOT. Prop. 



Prix raisonnables - 




RUE LAUKltfR 



-. 






-T 



SOUhtAlTS 

• - 
La Rotonde ett hcureusc d'exptlfner 

a ses collahoratcurs et collaboratriccs, 

scs mcillcitrs vocux d'un Noel jaycux 

et d'une annee prospere ei sainte. 

La direction 



■^ .... . 



""■•'7 



■ 






• 




.. emottonalry as u 

pltrtQl 

jeux d ane 

,,'JeT i eB 'i '-■ • "• \' , n. ni- 

ne- l'a pas encore troiive). 

de votri 
.Ie ksjix Anstennt ejp&mi 

one opinion qui m est < 

de I 'at I i Ude <■• 

rvice a plu TJh autre poTn a m 

»tre propre eQnfort mais *■<■]■'. 



Nous so mm. a fatigues .de 
notre 



role 



en npnmaiil i<i le"i' \ 

a 



Nire-un pjl - (grand serviee .• 

a un grand n,dn*b« d''-t n.li.. 

en leur enunurani les attltudefi 



• vmrc ami 



tie vows' pr-- 



I exajnen de cona- 

pie m.us n'aimons pas «be/. elle. C mbien de fois. .par 

<'-t-il arrive d 

rencontrer voti-e ami. a moiiie 

cliem'.n a~U lieu 'de EqaJ^Ura l'a.t 
Vous ne manifestez pas vuhr tenure cottforftftblemant assises au 



('«• i|ue nous n'aimons pas 
chez vous 



pbra*«— eat— aaaaa >fravc. elle de- 
mande une explication. Quand 



est il arrive de payer Votre 
part dans vos diferentes sorties? 



N"' ol:;-: efl plus 

que notre role ne 5 

hi (.mfer: ,] r ,-,. hrau j 

I lYtudiar.te ,n,l.]»en- 



'■flante actuelle. Si nou- rc.'ardons 
< liose.s . superlieiellejuent. on 
dirak. qur tons les etudiants sont 
fous" dea jeunes filles qui ont la 
3« leur sourire dn hnut de 
Mars la situation 
a chancre et ehnngera de plus en 
us, je l'es-pere! 



(Suite # en page 10, col. 4) 



■*' 



"ihr. 











mm lk i • ' , j;iM - 




























































/ 


% - 








• 








• 


I 










1 


« 
















/ 






















1 1 










■ 










, 




• 
















t 




• 






















«^ 
































• . 










































• 






» 




1 






































| 






■NflpBMfl^i 








* 









































- - rr^r 



JlJ^- 



Page 4 



L A 1* O T N D E 



14 decern bre 1949 




St 

PAR PAUL-ANDR£ MEILLEUR 



Comite conjoint de F.N.E.U.C. 



r 



14 decerobre 1949 



Depuis deux mille ana, le mei- 



mr-socialifiime base sur des eonside- 



sage de paix donne par la Christ, rations pbysiologiques realisant le 
a Bethleera ae repute d^annee en j'urhomme de Nietzsche. Apres 
annee. Depuia deux nrille ana, la ] 'extermination maladive de tail- 
memo message de fraternisation lions d'etres humains, apres la des- 
en function du aang verse par. un \ truction systenaatique de la libcrte, 
Christ- Redempteur circule aur| du cuite religieux,-a-pres un regne 
toutes les levres pour la courte de t-anditisme en Europe* de tcr- 
p«riode d'au mo ins una nuitf l'lna- , mnsme aur lea autre* continents 
tant de rattraper le passe et de le vient une menace encore plus sus- 
reunir au futur. On arrete meme pecte. L'Allemagne vaineue est a 
les batteries et les engins de peine couple en secteurs d'occu- 
guerre, ear cette nuit-la le P&re pattens, par lea vainqitturs que Ton 
commun des hommea, l'Auteur, pi-edit a Phorizon de la toile un 
source :de toua les etres est ne, le conflii aussi devastateur sinon 
i'ere qui a lance par son File le pJm, Paftout, en Chine, en Greet; 
message de paix, de justice, de efl Palestine, dan* les pays SIavobv* 
eharite. - Et pour tant se mystere. ttfrnt cette cause.de fomentation, 



de joj e se mhde pqur beaucbup une \<..[ etat tragique, |a confrontation 

illusion que Ton conserve ' pour i!e~ "ideologies-" qu'on appelle guerre 



" "forrmiler on ne sait trop quoi. Et IJU'oil qtialtfie de guerre 

pourtant tout c£ regne instaure ,jw ne rfr.- 



par le- Christ sembde un- rnythe, 
invention d'a'ieux dqnt la necesaiie 
d'un Eire premier pour expliqueT 
les C hoses avivaleur imagination. 
Ma;a aujouniT m i, re cegne est pe- 



Kt c'est la quelquesmncs de* sa'nre 






'-■» 



..ilisations de Rhomme, qui. off- 

•lianl ion origine hie Pieu et 

ii.cit dans le rationalisme et le 

. sei it edtfier une ch 

rrme; la doctrine est .^urannee pai 

. 20 aisles du travail createur dejff"* — £« ?* »»%** 
'homme. -eat deauete compare* , olua qu un my*he La 

- 7T» j.j _*». '« i'„_ „«,.,♦. eat la veritable guerre froide mi la 

la vente -objective que Ion peut 

i u««^, <\„ ««_ «-u ture anti-traditionaelle ou nia- 
trouver dans les choaea. On ac- 

. » , ... •• ' ,. _,.._*„ _ terianate a supplante-Ia culture 
cepte veJontiers que le monde a . 

c -• ., ._• — mml „„_„• - iradittonnelle ou cnretienne. 

besom d un? image pour se* repre- 

w j;"<»;-;i« k" .<>;.(. I. homme ne pense plus en fono- 
senler dee chosea difficile* ajuuair ' , , 



dana 1'obseurite. II enflamme d'une 
ronde folle tout ce qui 1'entoure, 
ce qui ae ^.rouye au-dehors de luv 
n'eveille en lui aucun interet, ne 
presente nulle valear. Cet indivi- 
dualisme reusait a panetrar par- 
tout et a marcjuer <ie sa marque 
de commerce tous les domairres de 
la vie humaine. \ 

Dan.v les sciences, il exalte et di- 
vinise la raison humaine indivi- 
duelle,- )ui rtH.'onnaiftsant une - 'h^ 
borte aWolue pour la d6couvertc 
de )m verite. la. traiUnt en oracle 
:nfaillil>le. Dans la litterature et 
■dana 1'ait, il reveille tous les ins- 
'-n attisant ./Ties, passions. 
le domaine de la moral*, i; 
a ff a ibl it at detruit tous le« Uaoa 
moraux ej. tenia de deracinef *« fn\ 
ancree sur l'espernace. Daru la 
rttr-'prorrnrnTqup, rl devicnt ptnV-- 



*"■■• - ' ■•• • — 






hK ROTO KB K 



Page 6 




Une rwtntf conference aur la Semaine etudiante nationale. qui 

aura Keu en Janvier prochaia, reuniaaait le comite local de la N.F.C.l'.S. 

et Ic president da tneme. organism e a Carlaton. Noua vojons de 

gauche a droite: Dour Hart le. president de N.F.C.U.S. a Carlaton, Paul 

Deamarais, Tice-prosid«at national de N.l t .1 .S. «-t Andre Lapraine 

president local. (The Fulcrux.n 

• i • ■ i i - i * i ■ ' ' * 





_ , -~, — 

Ecole des infirmierjes 



On se coiffe, on s'amuse 




.;—"*; , t -^ 



tion- d'un principr premier, gene- 
rjteuf -de tout, maig voulant 
firmer, nie les l>ase^ meiues de son 
orlglne. II off re a la- vue un af- 



iTun cajpitalisme individuel ou eta- 
tii|iie. fait de ;iallion,S d'etre 
esclaves, et sillonne sa " aVaielv 
par .de» <ie -ang et de 

Dans la \ ie politujut' el 
t »*s! anarx-hie ou tyran- 
w'e . Tel parait etre ia 

magLstrale sur kiquelle.on a voulu 
agrandir les cadres et charter le 
ton des Ziuances. . 



EQUIU BRE PA Rt'A IT 



!.«•> soirees d'adieo s« 
"SHe — Il^fiBlereinent tes~ infirmiere*. 



ILaifer 



faisaient ofTiciellement leurs adieux. 1'our la circunst*nre. toaut le* 
mmiH eUient invite* a one aaaraaa daasaate. Inutile a> 4ire «*e Uat 



senter 

maia qu'il qualifie (lui) d impos- 
sible. En aotnane, I'image • da 
Chriat, d'un homme-Dieu dans le ; 

'temps c'est \ine pure tradition. 

• - ..... , - „ f ran<*hissoment de tout ce qui peut 

Dana aon sens de "dieu tombe . ]u} rappde . qqe Dieu e> ,. 

orgueil de l-homme a eat-il a. de- , ^ cenlrH le, qull est non seu- 

mesurement -«eeru qu il ae pa.e l» ^ ^ #ri ^ ine maijj ^^ ^ 

luxe de conatituer une culture an- , ^ - ^ Kt ^ nous ^ 

thnopocentrique ou rhomme de- Voyom (Ung un mdn(Je ferm - nuJ ; hommea.^De no* jours element, 

v.ent le centre de sea penaeea, de , {em%nt sM[mi ^ ^ dont , a reli . I vient pour procher ea »eme rr- 
se,a activites, le pnncrpe en fonc- 
t;on duquel sea activites sont di- 



ipatart, lhistoiie de attentivoment une fugue da Bam 
la musique a un cours de geome-' et l'on verra comme il manipule 
trie (hypothese hardie!). .Jean-Se- habilement sa con'atruction; aujet. 
baatien Bafh serait le theun rn • re^>onse, reprise du aujet a I'oc 
pnne, f ml duquel deooulent une tave, contre-aujet, episodea, atretta 
.K^er^inutt^a grunoe. le. fon , c , de t ,p ductions pleiade et cadence finale. 



le monde a>st bien amuse: les infirmieres soot recoamaes pour leur 
amabilite et leur entrain- Nous 'voyona sur la photo. ■■ group* qui 
profile d'un moment de r*^p't pour se desalterer. 



Quatre heuxea da l'apres-midi, 
samadi, le 3 decembre! Grand 
emoi chez lea InfirmieTea. La pre- 
mjfeTQ annee re^oit les resultats 
des examens ecrita durant la se- 
maim*. ' fJur're groupe, 42 ont 
paaseea avec 8tS«:es. Toutes se pre- 
parers pour la ceremonie du di- 
manche sor !•• couronnement de 
leu rs efforts:, la priae de coiffe. 
Apre» trois mbia de preparation, 
eMes *e santent .pretes a mettre 
en pratique les theories recues 
pour le ooin des malades. 

soiree du di mane he arii 
enfin. Chaque etudiante "ane- pre- 
miere a'aat cfcoisie une marraina 
parmi lea etudiantes de troisieme 
et do duuxivme annee^ La m ar- 
raine aide sa filleule, a endosaer 
correctement I'uniforme d"e l*tnn*f- 
miere, excopte la coiffe. A Jiuit 
heures, le ceremonie commence. 
Lea etudiantes entrent accompa- 
gnees de teur marrame. Apres 



Grace a loan Mylers, presidenjEe 
anglaise at sea collaboratrices, 
tous ceux pfeaentf . se aont bien 
amuses. Notre ecoie, rue Stewart, 
POUT la premiere foi8, recevait 
dana sdn enceinte, les amis dee 
infirmieres. La salle de recreation, 
dans le sous-sol etait decoree de 
banderollos rougos at bianches 
avec des bouquets de ballon a aouf- • 
flea multic>lores'~et "des pahcartes 
jfTrant nos felicitations a la pre- 
miere annee. Andre Laprairie, 
nytre maitre de ceremonie, avec 
M l>')nhomie coutumiere, noua ra-' 
quolques histoires. Deacon 



toutes ont prises l^ur place* le 
programme commence. 



versationa joyeuseo s'engagent de 
route? parts. Nos dignes chape"-' 
*fons, M. et Mane CJouture, M. et 
Mme Kennedy, et Mile Adams 
participent au plaiair general, tin 
plancher et une musique invitent, 
un y va . . Apr£e une telle de- 
pense d'energie un gouter bien 
reusel, nous, aide k nous "reca- 
lorier". Avec un- regain d'energie 



J Bienvenue. Mile L. Boudreault 
Mile Joan Myles 
Piano. Mile Gisele Jolicyeur 



steppes Russe* soufflent sur le , 

monde. ma.s sana aucun doute. le tjTu \ V*** * 1 ^ ^ ^"^ ™ " *"**■ sur aucune 
»•***«. du Christ «^«*-ea^tu?To^?^ -sur aucun com P o«teur; il 

annee rev.endra et trWphera. cat "-' ' ^|^~^T^ IT ^ aI,todhtart «- ^ *™™* «™*=~ 

tout passera ma.s aes paroles n, , 'T' F?S£. I* 1 ? PPUt S^--fS^f- S^f^2 et U natUrt '- 
passeront pomt. II y ade C a deux ' ''"• T^ ^ "SJ^^llS. ° Dt PUl ^ C ° mmt *"* 1V 

mille ans, le Chriat eat venu pour-Vn T^ ^^ ""» u T . fa,t '- 5? ""^^ d ' architecturf - 
utahli, Tordre entre Dieu et l« " <* J** MUe B °" h ^ mU8,c * le ' a m «"« "■ nature, mais 

ineure e t dameurera toujours _ aurtout dans, un fervent dialogue 
rhomme «le la fugue. I'honuue du j avec son Dieu." C'eat pourquai ses 
contrepoint. le comp<»5tteur au ! pieces sont fermes, decidees, mu.- 
Rtyle serre. ordonne, severe. Mais -res. Jo le repete: aucun tauaicien '■ 



LETTRE A LA ROTONDE 



4, Prise de coiffe. 



tous se donnent la main pour des- 

"dra laa- ballona^ et* lea bande*-.- 
riilles'. . et c'est deja l'heure de 
partir. Avec regret tous quit tent 
un lieu oil Ton s'est si bien amuse 
esperant . . . y revenir . . . dan? 
le* memeii «r*6T™Uneea--p4tt« tard. 



gk>a est 1'idol.trie du- moi. lVspe- ***. v <*",Ie.Createur. Et aurtout 

ranee, la possession du monde. >' "^ qm J,onun f i de « »P~tateu, • p n . en . reste pas moins ^ ^ ^ 

L'hon.me s^t retourne vers ^i- ^^^J'T^l ""£ \ ^^ d \™—* subsequent,' et de,taeth 



Absolutio-SLd'une confession 
d'un philosophe . m 






± 



rigeea? l>e monde riche par vingt 

siecles d'experiences et de labeura 

regorge-t-il de puissance materiel- \ 

5i demesurement developpee 

quelle concoure a se detruire eUe- ... . ■-•«*----. • ,„ , - . - t . ,•-,.. vie qui noua environnent. 

n veut se^nisser a la dignite d etre _ . . . ' '»" analyse un pen de prea son 



mrftnre afrn de soutenir ou justifier ' -"">u. ue ntruor »^*s • ont puig ^ chez ^ ]eur nourrit B n 

sa position precaire. Cet homme ; han ^ men ] : S .^ "V™**?™ morale quotidienne. Pourtanr, 



avec autant d'equilibre 
niethode que -Jean -Sebac tie n 



>*est eleve un piedestal sur lequel ' <,Hn " !e " ^verses- spheres de l.i g 



ni'-me? C'est pourtant le spec- 



par soi 
tnele que le peintre hurhann tient 



i* 



trnent .ivant U)Ul 



son echelle des vai' 
^roow. hierarchie le Cette mseeunte politique, cette 
a a.Ticher en aaison annuelle,. ^ne /Miltii Aii ,„ >; ^ _,_„_ I ^£ jj~^ mec.anUation excessive. ! a . a 



Pourquoi, d'un autre cote, c^r- 

■ attei- : " : ;; ' 1 : li ; 1 " -'/"; -n^U. | uins musiciena craignent-ila BacK 

lujoqrd'hui? ("est qu'il demeure. 
•unme nous Tavons vu, le eom- 



n-'tre pensee. ■ k u ..«,««;« ---- •■ aujoqrd'hui ? ("eat qu'il demeure 

^•ninonie^ on y, rencontre que les c 



culte du mot .rel^ll.- ;i 

immense fresque ou le desir de . 

, , , aiice superieure. 
homme de s elever a la hauteur '. . nt 

_, . . , , des ideaux k quels, a traver> 

>n Dieu a tachete (pjeujuc peu , ^ .__ *r_ ; , -tit 



de d-un peuple 

horreur dtria rehgion, dont- 1 



larche ?£*& ,kl ' J ' V,m - \ nuatnenie al ,„;„.,, ^^ k raHure ^^i 
^m.u-me degre. -*o.t lea aeeorda , i( ,ue. ee qui fait que aes oeuvres 
nante et de sont , p,,^. , a ^^ ^il* a 



ieeles.de coeui ***** '"' *• f <^eme«r , 



lo ro i n a n't e . 




Dans mon petit catochistne, on toad ausai par praliqua cehii qui mathematHjues". . Voyona. rotom^ 
m'n ensoiirne euo- la confeasion tient a deveiopper son tBUlligence bos ,ar Toa pieda. Et parUot de 
ma enawgne quo- ia ^conios .^ ^ ^ sciences materielles. mothematiques i'tn viena a votre 
etait le recit de aes pecnes et non^ ^^ ^ ^ ^ p ^ jt ^ ^ p.iio.ophia raiaonnee et non ap- 
paa de ceux des autres. Pourquoi touj ^ ^ r ^ % ^^ ^ ojftare, : priao par coeur. Si roua raiaon- 
cacher aoua up faux titre, la rea-" V0U5 ne tes pas pratique. Maia ne:.a«a ai bias tos theses philoso- 
lite' A votre place, cher philo- ' voua fachea poo: ceat use verite. phiquea. aujet ahotran jusqu'au 

• *♦.!• i*..*;,u. aoo un nasi. ' troiaiowa degre. je ne comprenda 

sophe, j aurais mtUule 1 article. , ae. u» n« ^ ^ con]unt TOUs ne pouvcz voua 

•Accusation dun phdosophe" ^ ^^^ _, ^ rih . iiP-''"'" ^^ * m » themati 

- pour voua Are qu* depuis one. *"-• «*t «ncret 
couple d'amnooa votre aOttodc. les 

gars "de l'institut, n'est pas tres £; surtout ne venez pas parler 
airnee da vos amis daa sciences. d'bumiHte\ Apres Kattitude de^ 
Pourquoi. coa nex eWi^air. cet air cr j^ plua haut, ?a pourrait cho- 
de prince ot de ninbtre loraqu'on I qu er i e bon sens de plusieurs. Et 
voua ranconare ot loraque voui dadieurs qu*eat-ce .quil en reste 
nous paries. Na voua en faites ■ ^ cette humihte apres s'etre 
, paa parce qua votre philosophic j rante d'etre humble 

tiste, a a f aire avec des eprou- ! ^^ ^^j^^, €n lat ; n Nous aussi ' 



Les marrainea deposent succes- 

oment la coiffe symbolique sur 

la tete de leur filleule, Puis, celle-. 

I ci allume la lampe de charite au 

• flambeau allegorique porte par 

Gisele Meloche, Jeanne Mance a 

l'occaaion. Par ce geate elle vient 

d'accomplir un rite qui la con- 

sacra infirmiere ... en herbe pour 

trois ana, apres lesquels elle pour- 

ra graduer. 



C. Berthrautne 



Monsieur l'aapirant au B.PK est 
done off usque de ae faire nommer 
-non pratique" par aes anciens 
,onf reres qui au lieu de se con- 
sacrer uniquernent a la philoso- 
phje ont prefere devenir "roi des 
•epn»uvettes". (Je me demande ce 
que le physicien, pourtant scien- 



. 5. Engagement de Jeanne Mance. 
Toutes les etudiantes. 

6. Recitation. Mile E. Christin. 

7 Chorale: Mere Cherie. 

Daniel Lord, S.V. 

8. Piano. Mile B..Turpin. 

y. Recitation. Mile M. Sabourin 

Mile M: Sheahan 

10. Remerciemenst. Mile R. Gay 
M. Couture. 

11. Chorale. God of all nature. 



vettes ') . **« no nierai pas que cer- 
tains l'aient^lit, mais ne vous atU- 
~quex paa. a u ^"messieurs de* scion 



12, Un mot du representant de 
ll'niversite — R. Pere R. Gendron, 
directeur de l'Eoole des Infirmie- 
res: 11 felicite les eleves et les 
encourage a continuer dans la voie 

Comment i qu'eUes oht choisie. 

voua pour l'humi- 1: . ^ Joiree se term i ne par 



N.F.C.U.S. 

a I'attaque 

La NFCUS prepare un memoi- 
re qui sera presente a la commisV--' 
sion Massey pour 1'aide federate a 
I'education. Ce memoire sera 
presente de nouveau par le presi- 
dent de KPCUS quand la commis- 
sion reprendra ses sessions a Hali- 
fax apres Noel. 

Ce memoire eat divise en trois 
parties. Tout d'abord, il parle de 
la situation actuelle des bourses 
accordees aux universites cana- 
diennes et demon tre le besoin d'une 
aide plus elaboree de la part du 
gouvernement federal. La deux 
ieme partie demande plus" expres- 
sement l'aide du" Dominion pour 
des institutions nationales telles 
que I'Office National du Film, les 
Oun'nai l Natfonanx ilea" ATCa.it la 



noua rotudiona, aix aeures par ae- : Jt ^ aTe c la vantardiae? Je croyais 
maine at ce n'ost. paa parce qua que tout philosophe. et d'autant 

ie sert. 
nt etait 



• 



j ours, u n 

i djis". 

He m 



as. auxy'mesyteurs doa »f^ --j^ y dlfear -Tdee" au lieu d a » oa>. pfag ig. ptetosophe 
elaT mais ascertains monsleurs" | cffjxt ^ • , jD to\og\e* r et -theod:cee" q j e j e « on ralaonnemei 
des sciences. VPourtant la philo- 



^'Dieu aauva le roi". 



-■ " "-avail di 

& LHmmitt I -, rorart, — 

'dm' • ■ ' rtw 

/. U i. .' . . • • , i , • ^ T . • . , n _• * . i t . • . . 



que 

au lieu de "meUphysique" qu* i^jque 
n o ua so e nm es-pius fous que vc 
Je connaia plusieurs sieves des 



• . 



de la prise de coiffe 
decemb 



future commission de 1'UNESCO. 

La. troisieme partie pour s a part . 

pr<>uve par l'exemple des gouver- 
Notre soiree a.roccasion de . v 

nementa des pays etrangers. 1 lm- 

de cette aide a l'educa- . 



Autre -principe n de philosophic ! sciences qui vom dwmeraieut 



J'ai resume Xranchement et aim- 



ee «oir. 

noas fetons la 



premiere annee. 



nemeius u«n 
i portance de 



fil a retordre en phUosophie; aaala ***** H«* te « 3i J» 



■ 



Tar I 'Hum nie ife"^ 



univcr 
***** 



M .J)s.- BOD 

Hela ' I ■„ 



•mum* '- »n L .ir a va i » o ur . Vii WfM e ^h a-n^ h ^ g fi ^ , 



i .»,. ' 



' ' i - le lo> lis, on rai 

' ■"'" i '"'" on m r q r u,!< Lfc ooMien 

■ nee - , d 







tres important; avont cloute d:s- 

lott a'entendra sur les j. 99ut i ar5ce ; e defi de leur en ■ rCnhrers it -oquentent, I ec.,le 

es Quentendez-Vou.H par montrt . r e n chimie. physique ou d/s science* A ^vou* de la chan- 

nr^taule"? Si vous ei mathernatique. I>ites-rr.o: done .ger DO i'aimez pa 

par cours pratique celui qui pre- ^^. ^^^^ Yvu% ne porUvtex 

le nueux a notre profession ^^ ^ ^^^ ^ u ve jl"l e ^'de San. doute. monsieur Hau>. 

Rn fre. II vous sera. pratique d.aller , i6n de TotT ,- ft .H» ! - t cet article en vue <4 

a l'institut si vous voulex fare » 

un aNvorat, nota.re. oraUur. ou . Auriex-vous oubhe par ^hasartJ que ^ rrtapcr /ar la repon , e Enlre 
pr.yfe^ion"de ce genre; mais d'un »«* &* ^™* ph4osuphea_de_LlS& fr TOWr: - n m^f, choi^rsser drmr un 

autre cvte. il vous sera aussi pra l tut. vou- avex failh a double re- ^^ moin? fl!e ,,, arit et plu , pg^. 



' "" rmn, ' ! ; ' ' ' '^ "oaitfUuit., -p.rieMe,., r - „ ' 

'* S' U ' f ' nn ;i 3o r.tlrrnv. Les car^- <*P ■, 

do ,,!„, cette riatiqu. \ mijque 



curjlisation hi I 'pai 

'•• ''Jiri-t. FAh- B prech.'- le rr 

juntas; uru- basse ci hten " i 

'"" , " n ''" '■' 'in.n'^ie. e u.u.su-ai 



melod ie sjmple^et yarieei les a y- . nouyel hi. ,,,,, , 

• les rnodtij:!- ""' lugu< ■ jneh^i-e 

■ 



-' ;•« rtaew. D-,.u la i rnpi, da I ^era Leeti 

■'""■ Ul d ' ' ' llinif 'n de. („„-. So mineur; Bach ne cralrrt pas . vous exhorter a ecouter la n 



tique detudie.r les sciences si rotJ prise •■ •.hemaUques 10 et TI q VF 

wouWa lairo un chamiste. phy.si quo votro *eole plane be de s~ 



cien. ingenieur. etc Mais on en- 



toire /Aes 



— H. >far«jui< 




" 



' > 



en partant-de-lajjustcie.et.de JVga- .*** f . air ? ,! "-' innovaUpna, de se 



lite-.. a l'ii.Tita 

ful 

mort 

(Suite a la b«#o 7, col. 2)- 



• ,■ , ''veo plus d'atUTitiun 



tique de Jean-Se^bastieti Bach 



du'sang et de' ~. U , le fait ' le -^WRa «-'«■* J 1 IiX J""" r - '''"^ "•'■ '•• p«oreiii - , 
„ ir . Fiwlwii-. »« >• • -• ,il(Tt ' r " nfs elemepta . ne viennent f«>«o taute votre ame, to. if ve 
nr. f. homme la d . .- hroder aur SOU theme, sur son *en s esthefqu*. V-m^ere, 



plan bien determine. Qu'on i 



— ^Marcol Ch, 







. 



POP'S IIsIN 

( -AKKIERK" 



i . 



( hem in de Montreal 



rUfrafehiasemertU 



pour lea akieurs 






memsrms 






. m 



mm mmwmm* 







Ask for it either umj . . . both 
lrtnie-m*rki mean the tame thing. 






< 






- 



-h- 



v. I 



- "•■ - 


~~" ' 


. 1 « 






1 









-^ 









X 



— ' . " - 



' ' ■> 



_i. — •- 



a 






_y- 



>, r.^'.'-r 



'*< 






• 



J. ~r 



S 1 



— -> 









^■■■MNMI 









" 1- ■ - ' ■ ■»-' 



— *, 



", ■ ■ * 






Page 6 



LA ROTONDE 



14 decembre 1949 






14 decembre 1949 



LA 



ROTONDE 



I'ngu 7 



-7T- 



~ f -f»* 






tNs 







BANQUET DES PHILOSOPHES 

R. I. 



.J? ^ 

(Repas' 



Ironie 



Plaisir) 







er decembre: j.,u. d'anxicte, I et conseiller.; noys etions tous hen- ' 
r de glnire, I dit la carieatu- ' reux de 1'avoir parmi nous. 

deux semaines de tc~. I Le. j ( ,v fl "Meo" Bergel ■,•„, ,,,,1-u 
d.- phono* anxieux, dU im H h> ^ b u - ■ de Pa scn) r ncrrin le rccteur BT^r 
He-routes les jeime.-, Biles dj , ' franc/ais. • ., anglais el on cspa-' 
j'pGnlMes.-'dj Inn;-- v-'-^TTrfi* v • -vtritwe? 

era papaj et d'"i.().i:." a u\ ron 

i in do banquet . .. . da fayt de l.i 

r de Ja . . 

0.11 cm;. 
ooflel blanc ! ' " 



PAUVRE MONDE, PAUVRE ETUDIANT! 

par J. M. DERY 



Ecole Normale 



Noel de Normalienne 



. 



qumse doftafa, e| arborant une 
Qe conquel 
mii- If bras droit) 



: ' dan 






. ■ 
■ •I- cbmpag ne ouyrenl la di 
4nns mi eoiri T« h» - ;* h->j • pleure 



1IAN(HM PI S Pllll.OSiiPHES _ E* T. U. Wm Rerfen, eftft r o rat euj. l u nle ^ hamrnef des philo- ',.,. 

Mini. ■>. (<<nii le nr.>iiii» r 1....V '.1/. .!.-.«»»!..» .. .. r'K.-. . . - .. I f~ i« . - . i .. -nun* uu Vll.i.iail ...III) 



I 



soplus (en., le premier Juai de decembre au CluK.au Lauricr. De gauche a d.oite. Mile Jacqueline (a. .','"!; 

""*•• ^ T. IL Pere RecUur. Gab? P.camlry. nrx*tr!en! du colisefi o?5 An- M unique Majcr le- I 

^— - l^iiOifiiu!. Ostiguy M-SMiaite. fu 

i - '• — » L: "^ -' ^ VT7 1 ., —. ^ . '. ■. * . 



acr r><"" 



la 



'W^t 



rage du menu- 



ii-.Il ■ 

ti-nt Rnvilaifun a* la dans> 

leur confrere Pete et ehaeun 
me aver son 



Un nuage qui a ose ae glisser 
sur notre cieT*. »lea examens! 

"Aussi, ressemblons,-nous a ces 
affreux aquelettes, 

Que la\mort, au detour du 
dhemin sombre, guette, 

Et qu'une apre bourrasque aura* 
▼ite emportes"! 



. uirrcile-de Tautra, qut^aail " 









PE 





on! etc Mgei rares cet 
HUtonine a I.a Kot 



aUI felrciler -U-comite) ma 

Dans un o».n. , tin- para--'p.- ut-etiv 

• .'mnnns rtTLt'ce nu il v avai l r ,.i, r -*- ■- / - i - — r 1 

, v . t v*4*^_p +1 un autre W 

," (i< '; '•'• ,le dart et un pe, partem 

TaMr - **™ x^yaia voir Olma ,i, Havlland, 

Huts d usage, les to^ts_meme, ,,. ,,,„ SSSSl ^ouvent le 

,t sur Jinv.ta.om annahle et bien .. Snake p,^ ^^ cerU -, : 

.a 'Ma.. 
Bane un autre coin, quel- 



,,. ,i, 'rinmi de -ii n 'vau'e 



line main d'acier nous serre le 

coeur, le sang se refroidil, la res- 

pjnition s'accelere. Mais le re- 

I rtexe n'est que monientane. Le 

'ynuage sed'ssipe et la note pes- 

simiwtc se perd.dans le tourbllton 

de Noel qui nous a deja assailliij^ 

D'ailleurs, les examens ne sent pM 

de si affreux cauchemars, puisque 

• lee . prof esseqr* flous chantent <pie. 

ten'est pas la peine d'apprendre 

nos notes par coeur pour les exa- 



tt^; 






reconnais bulnWeraent!; 

due 4|ue les diaciplea cPEsculape Ottawa. 

^ tat rien -qui vaille la peine 

ire rappxirie' a la itntoqde .' ( 

Bien au euiitia:re. IU .^unt' pftn 
actif.s qu e j a m a i e ; Les cv e n e m ei 



-tMmlatentsHfr- — UP faygn-flg ftQ'e" penetre, aiura, » «« «»^« u «, i«jcn»«^«ra 

ffifil puur finu et les niinois s'epanouissent^ .Lea-j-intlufitablement son .partake et la 



'arjrenl puur finu 



ne revue medic-ale 



etiaTnwfcih? Capri, bar ^pplaudl 



extras. >n m m- .chaleur.a.x qui | 

' eiudlAnlt^n..me>|cr | li/ent H le rerifeWieseat, time 
sociaux, culturela et autre* ae son (iv /nsoecinr est la prepare -•• 

a un rythme tei que •'' m^duale. Je 



av<.ns a peine le temps de 
xiiuffler avant les examei, 
triels. „ 



l> bal 



1 — 














- 








. 


- .«■■■'■ 


— ■ ■ . 1 


<* V 



"iit redigea par - des T i ». ■ , 

..„..-„ . '. ,l " •' ^e congifi de \.H. la plupart : 
diants avet; les eomeihl et sou- ta 

dirert.un de leurs prufesseurs. I.a * aCt ' or J ; ( " ««« l£ P 1 ^ 

i '.-venement social de la sail -.' |>lq|)aii des chefs de departement '' BJ WWB Nftlpli 

rttredit le gra'pd Bal »»nt Vonsen'ri "a "sin ve'.llei " la •"& 



■ ■tt m . tv.Mn -p.>urtant si i>eu 
-h,n> fefl tigues interfacukea de , ' ; -l'-t fatb...u,ue de I Eapagne ( , : . r ,. n(liellx: {) , n . (V v . IUUl|l . . s 

'** : -^ avajt^d ei m- pi.,., ,,u, i 

pOUl so pare' i\r BOS plus heAUX 
et Vims . OuHei "m.'ii.i^ei". 

eruets et s, Bommes que 

V(Ais e.tes! . . . Mais 1'heure avap- 
. fin de la deuxieme partie 
. . . et apres un beau et long tour 
d'automobile chacurf etait heureux 
■ le se retrouver au vaste "Rencii 
House", Whoupee . ... HI f II,.! 
S'fiflytrj La iuke-box n'ep ti- 

mhuBU plus de gjjfftir: pas un seul 



Un rayon -de soleil penetre, alors, 



Lne^autre innovation 

uvtnl >•' ore moytn d'As renl encore une fbla I'amltil que 

de la faculte, ' je a .Hudiants portent a Ieur chef 
preparstuHi et n.m fondatipft eai I ■■ er.flrax vacan. 

he piemier nuruero ne parait ta -pai N - S"! y en a <i 

avant i'aufomne 1950* Us art;^ ouaa^uM . { ui vomptent le.-, jouis I 



-U«fc 



annuel de la des diaciplee dactton das articles praparaa dan 

dapu (jui a eu lieu [jj veu- leurs fervieea., Ia» com ite de la 

dredt, vingt-cinq novembre dernior levue thedim'.e n'a pal u .:■" _. 

au Chateau TTaurier./ Je n'insist.' ni le dealr de con traind re .] 

I-a Rotonde . t les journaux qu'un a ecFfFe un J article. ■ 11 de 

H»caux o^_j, u l»lie dee reportageii awade <iue evux qui sen croient 

I., e. # . ,< ■ 



!'- ne 1'ont pj, 

fieine Aimee Laehjiine. ^.e.i 



Nos annonceurs 
meritent voire 
encouTageYtxent ' ,nt dv t€pm pom ( ' 116 ou h ' 

° aiirateur. Kt Ton chantait In 



+ tout edimne dajis lev- salons 



du 



SOIREE ETUDIANTE 

DU CO N V E N T LJ M 1 9 S - 6 5 



Chateau: ah. re que rest l>eau des 

c ■■ot'iirs (fadoh-scents qui s'atnuaent 

franchement! '- r ■ 

Kt prets pout |es CQUM du nia- 

tiii (!) chacbn s'en rctourna au 
foyer la - tete pleine de souvenirs 



.■I pbotos auxqqela je ue puis rien cajjahlca !■ (aiaent Ce JQornaJ a 

.louter. Gr&ce au trav&il <le M, pour hut de st:nrulei le trava 

loud ttaforafi et du conrfti peraemai, 11 dcyntit aussi servir ''' ,p porte-feuill • vuie: mala apres 

" Bal, e* fttt un | faire Borinaitre notre jeune Fa -"- < "'" ' " ' iu conventuni ]!,: '" ••'"^ '!'" *>* ^mt * 9 tout. I«argen! s'etfVSTe .rune fatjon 

•'tit. » ara e d i- Je 10 de cette -n.. 



.1 d:.- .le ined- I,,. 



, Dans une culture! il fa 

note* deux fondation*: dan. un . v "" iW ' - ' !§S8*H!M H 

l»i. -cedent numero, de la Kntonde, 

I parle de la fondati-m d*nn' l>ejeuners.caiis.-r -..■ 

OUxae francais— ar-hr^Farulte Se 
rnedecjnej une icvue medicale doit 
anaai wot le Jour sou> pen 



M une 



.'liante sous la* j.; 

de mon iftii Ei inieti Gradj 



etutfiants eataollquw de i. ( , bui de cette n eta 

premiere et de troisieme annee se ,1 . ves/.une f.a 



I ou de I'aut',- et I'mi en ti uave tou- 

Ikrnard AU,s.se.' seer.-; - !' m:i> ' ,l " ''' <*"n>!» ,e 

■In I- nVcembro sijnt rare 

ment r^uv i el nia.ietnoiselle 

IpunPK <Ti\l^ — «-UUS5ra,lQne a .cojnpt£r_4m^-CDurs- 

^/ 1 ta # i c i ^ n") .,,i au bureau et pour au moins 



joues s'empourprent sous la neige 
cir»glante. Les yeux brillent, les 
regards a'anhnerct. Le coeur fre- 
tille e't se rechauffe, pendant que 
les eaprits fourmillent de pen-ee^ 
de Noel. On magasine, on* pre- 
pare des surprises, on fredonne 
des chants familiers, on entretient 
de beaux reves. La normalienne 
surtout, reVoit son coin de village 
ou.de ville, enseveli sous la neige, 
son foyer et tous ceux qui lui sont 
chers. Elle evoque ses souvenirs 
des Noels passes, la messe de mi-] 
nuit, le revelllon et son reve s'in- 
tensifie. Qui salt^ elle songe peut- 
*tre aussi a celui qui l'attend. 

Mais e'est deja No*)? II y a a 
peine quatre mois, 'cette meme nor- 
malienne "situajt ses reves dans un 
milieu bien loin de chez elle! Ses 
horizons a'elargirent, ses experien- 
ces s'accumuleren.t Se souvient- 
elle encore de ses premieres im- 
pressions de l'Ecole Normale, de 
ses professeurs" surtout? Sans 
doute, elle revolt aussi _Unir !• 
brouhaha dflS. premieres elections. 



Historiquement, nous apparte- monde a reconstruire ou un'monde 
nona encore a l'ere chr^tiepne, \ a maintenir? Cette derniere pos- 



mais noa aetea sont-ils toujours 
dans 4a tonalite du concect ange- 
lique pevgu par les heureux ber- 
gers de Palestine? Les homme- 
[Termant l'oreille a la saine doc- 
trine du Christ, 1'ont ouverte aux 
fables et aux trompeuses sirenea 
de l'erreur ou du mal. Conse- 
quences: un univers de ruines, un 
monde bouleverse par les g uaf r aa , 
un indescriptiWe chaos social rap- 
pelant l'ere des cavernes ou [a 
securite de l'individu ^eposait es- 

sentiellement' sur les reaaources 
personnel lee de sa .force jointe a 
a ru ;e. Dan; sa .so f de d^niina- 
tlon, 1'homme rejette tout ce qui 
peut entraver sa course. Il veut" 
a tout prix jouir de cette fa 
liberte qui lui pcrmet de regler 
modus vivendi; i| ignore sa 
cun&cience.__et. la loi morale parce 
que celle-ci serait une vaix repro-. 
batrice pour sa conduite, celle-la 
un obstacle a sos ambitions. r \us<\ 
lo ngt e jttp a que 1'homme, aveugle 
par l'appat du bien terrestre, re- 
jettera la doctrine du Dieu nais- 
•ant, aussi longte«ips • que l'hom- 
me reglera sa vie- sur ees fausses 
notions de moralite, le chaos sera 



sil-IIite n'en est peut-etre plus une 
car l'ordre international a cede en 
derniere inetarx-e au puissant cri- 
terium de la primaute de 'la force. 

Et Ton ose esperer que l'etu- 
diant (ia jeuncsse .pj'il nous faut 
observer plus"*specialement) main 
tiendra une optimiste ^opinion de 

Tavenir et de la securile qu'il est 
en droit d'exiger d'elle! 



soutfrance son salaire . . . 



-La situation intemationnle? 
QueHe fresque ridicule malgre le 
sublime' que 1'homme dans son or- 
gueil veut lui . attribuer. D'un 
*c6te, l'aigle americain (democra- 
tic aux entrailles a moitie corrom- 
pues par la bureaucratie) sernant 
dans_^§es griffes puissantes, ses 
pays satellites qui, ignorants de 
leur sort futur, persistent a s'of- 
frir en victimes. De 1 'autre, l'ours 
russe, affame par l'ambition -et 
pourauiyaixt son chemin a travers 
lEurope, pressant ses lourdes pat- 
tes et se« cruelles griff ee>- : .sur les 
etats minoritaires qui ne savent 
se defendre. LVnjeu: le monde 
de l'avenir, la jeunesse qui pousse, 
cette jeunesse etudiante qui d'un 
oeil effare regarde TimpitOyahle 
duel qui se prepare: deux ideolo- 
gies qui se toisent pour se mleux 
detruire .quand elles se croitont 
fortes pour se grfffer et se 
dechiqueter.' 



h -nr reiaiis pour de 



ft* 



cercle?? 



i ie i 



'- pew oai nejoi.n. , , r ,.. 

luel.pie.- foil d.-i;, a i tra 




--ty i -meft t i 



Jeunes fillcs 

"n Qfi ail puj IB ' u'neT |< une 



pour au 

"iu- >em.. Vive la phi-lo* 

so-[.hie. comnie ,| t Romeo "Hei- 
Iteigeronl 



Btquand vin4 la feWslflfl dls lft*"f.pgygpeetlve 3'un e- s oci e t e Be4i 

princi- 



dejeiintM-- ^rrrrt d'evcetlerr 



MOtWf Cercle a ete lond- 

!.. collaboration du dbataur Jean 

Bt^ori, professeui ' ' l ' *?. sal! °- ,u ' < " ; "" ' " '' " tT " ui " eL 



r*8unir en aeHor*; «f- , '"' , i" 1 " maiii* dh .nu- 



de faire niTin;i: ■■ «-apfTv» 



du docteur Eugene Caulirr; prd 
»eur d'urologie, et du Reverend . 
l'ere LorerT/.. PS 

►us leg etudianta de bxngue U*n* I.e.sport 

caiae une occasion "d,. parlei de 
meulecine en frangais". poui 



■ • le plan academique ter mon 



I > t e ndre^i i n e j,»xp reaaion -4k 



..-•. i Sigou • .: 
■ 'il nie<i<-i-.ui ;, .,.. 

vent encore i. ^ 



• ■ sans tressaillii inouver 

detinir ma s 

JJ tri;] .. PB BSt noble et vriand. trop fr'aflil 

me„ie. car on -e -ent InCftplMe 

«'• ''■>■- TOfyre Sfb] ausal, 

feprouve it. JJaii 



Vol rr 



nt, de methodolo- 

irie, de peda g og ie et tout ee qu. 
a'ensuit, lui parutent complexi 

■ 



fc't notre jeui elle ne con- 

-solide pas aea. VUSa dan.- tun- i:pe- 



Il eik—inutile de nier que l'ins- 
tai>iiite internationale, la* guerre 
des ner/s, cette guerre froidc en 
to ,t point semblable a la periode 
ait une forie influence ou re- 
percussion sur I'etudiant ,11 la 

faut constater et de]>lorer. II faut 
■ les vigiles de I'etudiant 
qui se demande s'il ne sacriric pas 
une large part de sa vie pour se 
retrouvef bientot chair' a canon, 
s'il n'est pas un optimiste que, 
lui aussi, on immolera pour le 
pyys, et je ne doute pas 'qu'a cer- 
tains moments son ardeur a I etude 
ne soit pas aussi ardente qu'ell'e le 
devrait. Et Ton n'en peut blamer. 
Sa situation deplorable suffirait a 
decourager 'les plus audacieux; 
e'est done dire que s'il aubit. son 
cours (et le cas existe), il en 
vient as'imaginer que duraTTTwe^te 
phase importante de sa vie, ses 
potentialites s'effritent dans une 
inactivity relative tandis que tout 
son etre appelle Taction. Et il 
se retirera des rangs etudianU 
pour a'engouffrer et se perdre 
dans ce monstre, la masse, oil il 
ne devient qu'un individu trop sou- 
vent bouscule- et oublie; e'est un 
exile dans le desert des villes. II 
se module a l'image de cette foule 
pour qu'elle le reconnaisse comme 
un des siens; il sacrifie ses cbn- 
naissances a l'ignorance populaire 
et ses aspirations a. la jalousie 



des mecontents; il troque son be- 
ret academique pour la cocarde rev 
volutionnaire: et ce type fut dej.i 
une promesse d'avenir mais cet 
avenir menacant et impitoyable 
n'a pu que l'effrayer, I^effarer el 
le iletruire. 



AUCAM ET AD LUCEM 

Parmi lex diverse*: associations sionnaires, medecins, ihfirmiers, 
de Laics Missionnairea exiatantes sages-femmes, professeurs, inati- 
qui ont n«pondu avec entihouv.a.; tuteurs, journalistes, ingesrfears, 
me aux deux grands appels de etc - Depuis novembre iyi,3, elle 
l'Eglise contemporatne: I'appel ' dispose d'un Institut de farmatioa 



aux missions et I'appel a Taction 
catholique, deux des plus floris- 
sante« et des plus actives s.-m 
blent etre les mouvements "AU- 
CAM" et "AD LUCEM". 

AUCAM 

( L'"Academica Unio Catholicas 
Adjuvans Missiones".) Elle fut 
fondee par des etudiants de TUni- 
versite de Louvain, pour assurer 
aux pays de missions Taide intel- 
iectuelle de laics catholiques. Des 



culturelle et spirituelle, avec cer- 
cles d'etudee et bibliotheques. 

L'AD LUCEM n'est ni une con- 
'■ zregation ni un tiera-ordre mais 
j un effort missionnaire. See fond a - 
! teurs ne pr6tendent pas avoir in- 
vent* quoi que ce soit mais ila 
veulent, plus specialement que 
d'autres mouvements, auTrir en- 
core davantape les horizons de ce 
SENS CHRETIEN, eommun a 
toute TEglise (et qa'ifcs voudraient 
commun meme avec les figl'ise 



groupas d M4 AUCAM" existent en partes) en attendant son rayon- 
France, en Belgique, en Pologne, nement sur tons lea peuplea. 



etc. Les groupes de Belgique et 
de. Pologne se sont federes en 
Union nationale et ceux de pran e 
.se sont unis a la Ligue Mi 
naire des Etudiants de France. 
L'AUCAM n'a cependant pas de 
centre international 

• Elle a fonde et entretient: lo La 
Fondation Medicale de Tuniverske 
de Louvain au Cor*go (Fomulac), 
qui a des etablissements Jt Ki- 
santu, Katana, Jasu. etc. 2o Lea 
Centres agronomiques de TUniver- 
8ite de Louvain au Congo (Cadu- 
lac), pour le perfectionnement de 
U culture et de Televage. ;io Un 
centre d'edition qui comprend une 
section scientiflque et une section 
de vulgarisation et une revue, la 
revue de PAUCAM. 4o Une li- 
brairie qui vend des ouvrages de 
caractere missionnaire. 5o Enfin. 
une section donne chaque annee 
plus de deux cents conferences 
universitairea. Cette section 

d 'education aucamiste pour les 
etudiants univeraitaires organise 
egalement pour ses membres des 
retraites. comanunions generales, 
ete. 

— (L "Associ a t i on- des la le s Uni - 



C'est la le sort de I'etudiant qui 
e ses reflexions sur la situa- 
tion internationale prendre quel- 
qu'emprisc sur lui." II lui faut 
.au oontraire resistei U- 

bios si nger a consolid' 



PC par Si 



honnete, ignorante de la'fourberio 

iiicgaie, " n ' Ma,s lrl : ; lm,r<lc 

dema.n. eBfl - ! '' 0M,k '' '' : " luint! 

de Tarn- . v. D, ry 



versitaires Catholiques et Mission- 
naires".) L'Ad Lucent n'est . ni 
urfe soriete privee Au service des 
miseionnaires, ni un office de pla- 
cement pour europeena. Elle joue 
un role preponderant dans PEglise 
a cote du clerge missionnaire; elle 
ne. peut se contenter de laics 
mediocres. -Fondee en 1932, cette 
association vise a Tunion fra- 
ternelle entre les races, fcjle a 
pour but d'unir tous les esprits 
pleinement catholiques, e'est-'.- 



Ce mouvemeat ne se hmite pas 
laics missionnairea; mais le 
laic missionnaire est la raison 
d'etre de tout PAD LUCEM. Dans 
ce service des peuplea' de missions, 
elle interesse non aeulement les 
etuJiant- ntellectuels. mais 

tous les chretiens, de tous les hori- 
zons, de toutes lea techniques et 
de tous les pays. Elle s'adresse 
a i toutes les vocations mission 
naires: departs isolea, departs darts 
Tadministration ou 1'armee, de- 
parts par equipes "AD LUCEM" 
dans des fondations lancees a cet 
effet. 

Depuia 15 ana d'existence. TAD 
LUCEM a envq^e aux chantiers 
lointains 80 laics environ. Phi- 
sienrs fondations ettf ete realis«'e< 
dont celles fort connues du Came 
roun. De« hopitaux. des colleges, 
des aeolas, de« dlspensaires, des 
oeuvres sociales, des entreprise* 
economiques sont geres par des 
laics missionnairea, mais les bras 
manquent encore, les demandes des 
indigenes et du clerge arrivenf 
reuses. 

m — L'AD LUCEM, depuia oetu'bre- 



1947, a recu djes ' atitres mouve- 
ments europeens similaires la 
charge du Secretariat internatio- 
nal du laicat missionnaire. 

A la suite de tels exemples de 
la part des Europeens, un mouve- 
ment somWable a ete organise au 

('anada et mal^re (\ue ce mouve- 
ment en est qua ses debuts, on est 
en droit d'en esperer les plus ni- 
pMCs progrts. higez-en vous-me. 



dire UNIVERSELS, au-dessu d« 

incomprehensions (,, 

mtellectuelTea et snirituelles) dan, , ^- - 



ruterqent, la formation et le 
soutien <\<.'s auxiliaire mis- 



r erragpe 



. 



urtant 
T( - If- techereher. Je voudrais leur 

n en a; d aiBi i e Poceti 



me 



•"'" F ttori Aux bunions g*ne ague de balle-maMeV ' -t .«• ne vj>udraja pas trop souvent 

■n lesi lew* etudiant s paJfti rTelrr l, trewtmn - ifhrm 1'avoii le rse-^vcux 



'"iiiKiin- ahnea pn 

ent les d.ve, „ : ., , ' : '■ "" 1; "- ronl 



p1 do rique, pal h 



i..e pre fl " uin«'e ont remporte un "><•• oni »u ajoutei a i comm a d e trop a oml>r e Sm ten- 

La Hgo H i'lieiirea.'tuelle n 

paient leUl a.dnnte et a 

gatichi e wax gatdi 

i .i entier, tout"mon i 

pjw Lnd" 

In .idole-eent 



di ballon au panier eai 



que d,m pmWerne med " ta *" ;irtlve ' T " " 

•n '/.•- 






prennent ,mft- ft d, , 

ftl lieu totls les jeudi 



R. J. Basrien, R.O 

ril'TflMI-rrKISTF 
Sperialivte pour la Wl.- 



!». Nicholas 



Tel.: 4-3220 



Ottawa 



LE 



LAURIER 
TEA ROOM 

REJPAS SKRV1S 



1*0* rue I.aurier E. OttitWa 



•oi U \OS VSSURANCES 



G. Arthur Dcsjardins 



.129, 



rue Dalhousie 

Olldttii 



Res. 3-5790 



"'IV -I.: 3«&1<6 -Z^Z 

Robertson Freres 

Aniien eleves 

Merceries et chapeat.x 
pour homines 

la.i KIDEAU - Ottawa, ()nt. 







.n. Quel duiL et \ 
merrt pr atiqui 
en d 






Par la SU 

de nom- 

MEME Mi:S: \(.i: 
et ec lies qui l'entouivnt, aut-unt (SuUe de Ja page 4i 

e;J oublie >a -clauses? 11 en 

off.l- S ' un m > i}u '* 

.mo rale -t w r< |* **** lVfat tra^i.pie de- 

.. notre tiocla f.«cond en inventions. 



un n.Miveaii niondi- >'eni|^ira de 
son esprit, el d'une Kran.de' p 

■.{>■ |pj ■ doute ]>' • 

■ .'M.-nide. ani.i :e. 
,,ui*l.. .dierrj^. • Au: -i dure 

peuletre, quj :,er. !>ien loin 

la-fcaU ... ' _' 

.-- \ 

9e pen! | que toil coeur se i>ar- 
tagc am L? N.e-I e^Sj t'Vit grj 

a hate niaintenant de -rrrp- 



procher monde-, de com, 

| nrunaiuer A&B nou.veaux ideal- i ,,. i) . t ,, ,],. .y l'ierre Ca£QB 
- ■ S..nV«-oin de pays luf apparait en . n C fhins "Co ntTmero. 

•ore, et elle revc,.. . . | ux y»noftta d a concours de ' > 

— Iac(pielinc Blais Rol 

■- \ '; 



• pent etre pourquoi l'<-n 
;i tbeaoin que le Christ nous repctc 
paroiaft, qu'il a dite*. Surtout 
.|u'on se jrrefTe sur cet arbrc df 
Car I'arbre est p*us fort que 
les dements du sol. Ukraine totrfrf 
a lui. 

— Paul-Andre Mpilleur, 

. 

GAGNANTS 

|,es daasiaa de Mile .lacpieline 







■ 






■^r 



>l 



• 









'"IT 



' . 






-. ,. ,-..)- 







■ - ■ 



. 






Page 8 



% - m^maHimmm 



tBM*Mb*Z ii ■ "lii 



- . 



LA ROTONDE 



14 decembre 1940 

i_i i 



U Pete Noel 



• • • • 




V. 



Furie ♦ . . 



INSPIRE PAR "THB GRAND CANYON SUITE* 

"CLOUDBURST" 



IX 



DE GROFE 



**? 



■jr- 



Is-S! 



. . . TY>ut s'eteint. * 

La ijuit envahit .courre tout le paysage. 

Des nuagas s'avancent f urtivement, pousses par un faibde vent. 

Mais ce vent, ambitieu*, augmente; les nuagas se noircissent: 

lis sont plus noirs que la nuit. * 

Le vent siffle, 






►*t3 



,0 ■.■-.■.-■ 



5r 



L'air est lourd, accablant. 
Soudain, un eclair! le tonnerre! 

fce~spwrtiade grandiose de la nature en colere qu'inspire la musique, 
La remplit d'inquietudes a l'approche du tonnexre.de 1'orage. 
Les eclairs ere vent les nuages, 
Si'llonnent la nuit. 

La pluie s'abat dans l'epats torrent nonore d'une averse penetrant*, 
Entrecoupee de la furie £clatante, 

De la magnificence sauvage du tonnerre. . 

^P_erjtfnjie.ne peut parti i 






Tenement ce spectacle hypnotise: 

La pluie, 

Los eclairs, 

Le tonnerre,. 

I,e vent, ''-- - . 

Tout s e c amhrin e en pro p ortion s gigttnte.vfue*^ ■— — - 

four jin.duire une impression de grandeur terrible. 

Regarded . . . ! . 

Ira! Ynycz, a la ruTrrfrrevdes eclairs,- 






— * 



IL X A UN PERE NOEL! — Cette photo le prouve assez bien. Quelques etudiants joyeux et bruyants 
sont alios lui rendre visile dans un magasin l ( ocal. Premiere ranges de gauche a droite: Don Rheaume 
Charlie Brimm, le Pere Noel et Madeleine Mantha: a 'arriere. dans le meme ordre: George McPhail 
Rent Pre*,. Moe Jana. Dick Vale et Paul Landrv ( p hotp The Fulcrum) 



te Press. Moe Jana. Dick Vale et Paul Landry. 



i grande aiguille pierreuse qui Siecroule 



Terrarai e par la fo.udre! 

Kill- s'efTrite, <!!<■ c dans le torrent mugissuntf 

ears centaim--- <lv pieds plus bas. . . 
Apres -ce coup de tete, l'oroge ^decline, 
Calnie, apais«», satisfait de litre dvchalne, 
D'avoir latsse eclater son trop plein de puissance. 
La pluie cesser 
Les eclairs faihlissent . '~'~ : • , ' ' , t :. 



Le tonnerre se tait, , 

Le vent tomDe, "' 

I^es nuages s'eku g ne n t 

Et laissent pereer la lune 

Qui vient illuminer les profondes et mysterieuses gerges du canyon, 

Etrrcdonner sa paix et sa douceur a la nature. . . 

Henri L. 



Directeur du 
"Year Book' 9 



. 



■ 






if e u 4. 



A/ a 



• • 



' 


■ : ; k 


- 



























au *7. R. Petie RecUuSi, 

t V 



... 



au 



GotyiA 



\ ice -president tie In 

I t«li ration 

MARK Ml I, LIN 






a 



hml 



V 



ea&a 



eiudi&titi 



<&e la tyed&udiOH, 



a+ 



> 



%. ^ 



VUniversite 



* 



d'Ottawa 
vous souhaite un 






it 



eux 



W! 



-•— - - • ...t.^u lfa. 



14 dec«mbre 1949 



■ ■ * 



LA ROTONDE 



3R 



-»■ — 



Page 9 



BONJOUR 
LES SPORTIFS 

par Guy Joubert 



La demission de Gilles Hurteau, un signe de notre direc- 
teur Rosaire et me voila chers lecteurs et "trices". Je sais 
que -GiHes etait tres goute de vous tous, sa colonne. 6tait une 
des plus interessantes de notre journal, mais ses trop nom- 
breuses activites l'ont force a laisser son posto vacant. Je 
vous demandcrais done d'etre un peu indulgents a moil 
egard; je vous promets de faire de mon mieux 

Sans autre preambul nous voila: 
Junior City 9 ■» 

Nos pauvres juniors, -malgre leur bon courage, n*e 
peuvent pas gagner de parties. J'avais 1'occasion de les voir- 
a-1'oeuvre lundi dernier. II est tres difficile de dire ce qui ne 
va pas chez eux. lis ont du courage, de la temerite meme, 
ils ont des passes precises, un celebre gardien dans la per- 
sonne de Jake de Varennes et tout de meme ne gagncnt pas. 
T^ ill Boucher est un tres bon pilote, le Pere Lemieux fait 
Timpossible pour essayer d'aider ses equipiers et tout de 
meme ils ne gagnent pas. "Tenez un peu les gars, ne vous 
laisst'zpas aller encore. Tant qu'il y a vie, il y a esperance". 
Peut-etre que le Pere NoOl saura a pporter l'elixir. revelateurt 

Hallon-Panierr^ — ^ — -- 

La nouvelle ligue de ballon-panier inter-mural fonc- 
tionne comme unej'prd' de 1950, e'est-a-dire qu'elle va-bien. 
Le circuit, comi)te 9 clubs, et il se joue deux parties par. 
semaine (a moms que le Pere Lemieux ne nous fasse un 
cadeau de"NoeId f un autre soir?). Les clubs sont assez bien 
balances et la campagne promet d'etre des plus interes- 
santes. Je profite de 1'occasion, et du fait que je suis presi- 
dent de cette lfrgue pour remercier le Pere Lemieux. II est 
le createur, le Pere % le Mode>ateur,* le President honoraire 
de cette ligue. 



Apres seulerment deux he ores de 
pratique, lea Oarabins de Bill 
Boucher font une bouchee du Car- 
leton. Les "Ravens" doivent ce- 
der sous une avalanche de' coups, 
au compte de 3 a 0. 

. La preiraiere periode fut assez 
rapide si jW— ttent compte du 
peu de ^fmiliarite que le« joueurs 
.avaient de la- gilace.. Au di-l.ut, 
les deux clubs semblaient (un 
peu) desarient«s; finalement apr»» 
14 minutes jie jeu, Ray Lachance 
trouva le nord tt lit scinullcr la 
premiere lumiere rouge de la, sai- 
son. Ses deux ailiers, Hurteau et 
Lafleur, obtinrent une assistance 
sur ce coup d 'eclat. 

. t P eu de temps apres' Touverture 
"de Ta "deuxiome session", Bore- 
ham compita de nouveau sur une 
passe de-Rizetto. Les quelque 2f>0 
pi rsonnes qui garnis sajent? 1p <s 
M cstraxles du Palais Gor- 
man," furent temoinjj d'un jcu ik 
ou moifia parlait, 
d't-lans individuals arretes au pre- 
mier c*7*tact de l'ennemi; i 
cornme/ dir^it Michel Mormandin, 
"a un jeh.tr^vs decmi^u". 'A la der 
nitre minute de jeu, Morissette, 
avec l'aide de Dumont et dePio 
secki, fit penfat.rer la rondeile dans 
Je fid.et. 



Quilles' 

Tousl 



les Hindis soir, le "York Academy" est envahi par- 
ies nombreuses equipes de l'Universite. Notamment Tequipe 
des Peres, des professeurs laics, <iuatre equipes d'anciens et 
une equipe d'el&ves quiVsera bientot dangereuse. Les boules 
roulent, les quilles sautent, et des records s'etablissent. Cette 
initiative de 1' Association des Anciens^'^BSt certainement 
digne de mention, puisqu'elle permet a tous, professeurs, 
anciens et eleves de se rencontrer dans une atmosphere 
recreative loUSble. 



Les passionnes des planches devalent deja les pentes -partie -. 
des centres de ski des alentours. Bien^que la neige ne soit 

pas encore tres abondante et que notre club de ski ne soit Alignments" 

pas encore a 1'entrainement oflficiellement, quelques etu- 
diants n'o nt pu re sis t e r a I a t trait. . . Mais- nous pouvons- 
prevoir que la stiison du ski battra - bientot son plein. 

Depouillement _ 

. . . . de l'arbre de Noel! Ce gros paquet adresse a Pete 
(ienest, joueur d'interieur sur le defunt club de rugby. 
Voyons ce qu'il renferpie? Une brouette! Li«ons>-la note: 
'A Pete, pour t'aider a rouler ton ' posterieur. . ..(signe) 
Les gars". 

Voki une poUpee pOur Dick Parisien. Lisons. . . "Pourfgut^rtuts: .McOlinton. Armstrong, 
amuser le fruit de ton amour". . . (Pour le benefice de nos 



lecteurs, J>ick est marie et pere d'une belle fille depuis le' 
4 septembre). 

Pour le Pere Leniieux . . . Imagines . . . Un livret de 
billets de saison, gracieusete des etudiants en Medecine!" 

Au club Junior City, un groa has de Noel plein de v ron- 
delles, pour qu^? Je club les port* 1 avec l»rio. dans los fttota 
ennemis ... 

Pour Denis Harbic, un immense tracteur pour l'aider a 
trainer son bazou alias Hudson . . . 

T3n lar^e album j)our Charly Sirois. i/all)iim contient 
des photos de toutes ses nombreuses admiratrices; auto- 
graph iees a part de ca . . , ..(-Quel -Don Juan!V 

Un syllogisme pour le Pere Gadouas: 

Majeure: Slim Williamson 

Mineure : Bobby Wilson 

Conclusion: Touch down. 
Sur ce, a Tan prochain ... 



osute 



Httee 



-M^-k 



TEL. 6-1200. 



Le Centre des fleurs 

ANGLE DES RUES OSGOODE ET COLLEGE % 

II noun fera plaisir de donner au\ etudiants un rabaig de 



20% sur leurs achats. 



LE VARSITY DEFAIT CARLETON 



impetueux et prolifiqucs. 
Dans >}a_ troiaieme periode. |e^ l 



joUeurs des deux camps sem- 
Wftient extenuC-s et s^ eonte.M- 
taient de patiner et de raanquer 
les fiJets. "Butch" Houle rompit'la 
monotonie en at.trapant une puni- 
tion pour s'etre eleve les coudes- 
un peu haut. 

- Le Grenat et Gris eut un avan- 
tajre marque dans les lancers sur 
le cerbere ennemi, Nos Cana-b/ins 
lancerent 40 fois et Sanschagrin 
dut faire 20 arrets au cours de la 



Q.U.: buts. Sanschagrrin; defen- 
ses, Houle et l'etrbco"; "centre, T^- 
chance; ai-les, I^afleur et Hurteau; 
substituts: Home. Rizetto, Tes- 
sier ,Boreham, Dul>e. Piosecki, Du- 
mont, Morissette et Bond. 

Carleton: buts, Cherrier; defen- 
ses, Hooper et Kennedy; centre, 
Miller; ailes, Bergeron et Beattie; 



Ftiivler,- Sinclair, Arbuckle, 
mas, Lombardo et Irvine. 



Tho- 



u. d'ottawa 
McDonald college 



56 
34 



D'apre* le pointage, il est inu* Marc Rochon fit traverser la 
tile de dire qu'il s'agit ici de la balile dans le filet pour 5 points. 
premiere partie de ballon-panier II est plus spectaculaire que ja- 
disputee dans la nouvelle ligue mais, il ne fait jamais un mou- 
Ottawa-St-Laurent. . vetftent inutile, lorsqu'il bouge 

e'est avec la -grace d'uh cygne qu'il 
***** fait, il est rembieme de l'ele- 
gance en plus d'etre un perfec- 
•tionniste. 



premier a placer ie ballon d^ns 
le panier r ^pres quelques minutes 
de jeux. 



Nos Carabins ont montre une 
pr»V sion remarquable dans leurs 
lancers. • 



.hick I'rennan semblait trouver 
Touverture chaque fois qu'il *lan- 
cait la balle, il compta 13' points 
dans la soiree pour s'assurer lei 
hdpneuis haut la main. 



si". 11 pr^para'des jeux magni#- 
fpies, demontra une vitesse remar- 
tiuable. . "Gates" joue "a'vec sa 
tete". ^11 compta 11 points, ma 
se knoncra un peu belligerant, et 
I a r! lit re George Gilr^oredut lui 
<li-cerner & punitions. Ce sont deg 
alibre, qu'il nous fa'ut: 



Diek "Doc" Parisien a joue une 
bonne partie avec 5 points. Lors- 
qu'il aiira repris sa forme d'an- 
tan, il saura donner au club les 
paniers qu'il faut pour gagner 
"c-haude" parties - 



une 



Bonneau, le numero 13 du club, 
malgre ses courtes apparitions sur 
le plancher de tuiie, a retwsi a 
* 1 .4! faugueux, rapide, inielligent I con^Ur 4 points. "C« Bonneau a 
"*Cates" Valois fut le pivot orfen- un lancer remarquable", disart un 



temoin oculaire a la partie d# 

samodi. 



Le Sueur a montre de la prect. - 

sion dans Jes lancers de punitipn 
et en a reussi 2 sur 2. M . 

Bob Cat>hcart a bien j^ue. les 
2 minutes pendant lesqueiles il a 
evolue. Ironie-du sort, il nY 
compte. 



Slim"" Williamson, I'etoile o 
sive au football, s'est avere un 
precieux atout defensif. Le grand , 
•'Slini" trouva tout de meme le 
temps de faire 8 points, en plus 



'our lev pcrdanu, Shipley vient 
j premier rang avec 10 points, 

David- 
son en a obtenu 8, tandis que Sore-, 



d'ompecher l'ennemi de compter. 

Donald Rheaume "le beau blond" 
fit lui aussl 8 points. Don s'est 



ameliore d'une facon sensible, tout P Qmer •«• 

, . . ,., . notres. 

laisse prevoir qu il »connaitra une 



-saison - exceptiormelle: -II- est un 

peu lent mais sa precision le place 

4-4ans ja categorie des bon's joueurs. 



Las. amis, il faut venir en foule 
a ces parties. , Je sais que les 
joutes du samedi soir ne sont pas 
tres favorabies et nuisent peut- 
etre^ un peu) a vos "activit es so- 



Poux terminer ,e-t a la demande 
populaire, voici : V . !j 

On commence par une victoire; 
On continuera ainsi. 
Ilfaut, nous couvrir de gloire, 
Et nous imposer aussi. 
Qu'on se le dise, les amis: 
II nous faut ce championnat a tout 

prix. ... 



ley et Delahio en compterent 4 et 
3 respecUvememt. Walh, Garant, 
Pazur Edwards et KLmpton ne 
purent dejouer notre grand "Slim" 
et resterent impuissants devant le 
bien defendu-par les 



ciales", mais il n'y a pas de lois 
qui vous empechent de venir, ac- 
compagnes. de votre "doice moitie" 
. . . Kit vous les "Moitiees", insis- 
tez aupres' de votre "Beau-Brum- 
Inel" pour qu'il vous y conduise. 
On devrait se faire un point d'hon- 
neur d'assister a ces parties, un 
'"snobisme" meme. . . 

(Guy Joubert) 




qv/ #f c*i£ MS Aitx dmts 



■ 



CIGARETTES PLAYER 



NAVY CUT 



■^ 







,iJ\ 












^~ .- 



• 



v 






• 



i-s - 



» 












w y 



»• 






Page 10 



LA ROTONDE 



14 decern bre 1049 



» 




La Presse Universi taire 



"The Gateway" cesae d'etre 
publie 
" Le directeur, Don Smi 
redactrice en chef, Irene Bower. 

man, r^signent. On blame le man- 
que* 'de prevoyanee des an 
axliteura. 

A cause de la tache Lrop Iqurde 
que la pubUcTatiyn du journal uni- 
?er ita m- :.• ,, 

Uu Gateway, journal o\ el ,diam- 

.le !'» o vt-rsitr- di- 1 All.rrta. a r'.-- 

ses fonctions. Cfil ftc je i 

r:< mi vide tres .grand dans la 

'prcsse, universitaire canadienne. 

The Gateway paraissait deux fois 

la semafne et passait pour Tune 

des publications etudiantes les 

niii'ux faites a u Canada . 



Le 7 decembre dernier, VI Jniversite d'Ottawa decernait un doctorat 
en droit ( honor ih causa) au lieutenant-gouverneur de TOntario. On 

li,-. u».i .(i rccevanUk narrhrmin de wnn F.s Mgr Varhnn ,, ,,„ ,' h 



_. — - 






- 



uttribuees pour une large part. 
Americains veulent domjner 
le ntonde: ils sont arropants et se 
vaiiu-nt a qui'veut les Entendre de 
leur "American way of life" et 
apptfUerit eel a leur culture; ils sunt 
assuiffes d'argent veulent la se- 
gregation; leur justice est ~cor- 
rompuc. ils sont domines par la 
femme, ils ont la passion du potij 
voir et ayec cela ils veulent m 
faire lea del'enseurs de la demo- 
cratic contra la Russie materia. 
lisle! 

Tout d'ahord, on pourra Idamer 
attitude BUT 'Texportation 
(its idces americaines" par Irs to;i 
ristes, les films et les nouvelles < i" ' 



ne cessent de rapporter la prospe- 
f)henomenale du pays. Lea 
touristes ne ereent certainement 
pas bonne impression en visitant 
les sanctuaires en "jeans", trai- 
tant les 1 eux aacres comme de 
simples objetf de curiosite. Les 
cinemas montrent des americains 
blase*, ayides de fortune, deifuint 
une blonde provocatrice, se faisan*. 
nb.ir en pointant un revolver 
Lis Kuropeens ne conmaissent pas 
Us Anivsricains ehez-eux, et e'egfc 
poUrquoi ils ne lee comprenm-n! 
pas. S'ils les conna-issent, ils 
s'apercevraient vile que l'afrabi- 
lite et rhosprtalite sont deux qua- 
lites indeniabjes de TAjnericain. 



Soiree etudiante 
Lundi, le 2J — 
Achetez vos BiJIets 



f. 




*•■■«•. 



Semaine etudiante 

nationale 

du 23 au 28 Janvier 



-s 



VOL. XVIII 



Mercredi le 18 Janvier 1950 



Journal des etudiants de langue francaise de l'Universite d'Ottawa 



Quand il pense... 



1 



Le directeur Don Smith attrilnia 
le manque d'aide au manqwe 
d'etudiants inities a la 'tache de 
journaliste universitaire. "A cause 
de In nejritpfmce dr* rrrui pes ante- [ 
rieures i\m n'onr-rras *n entrairu 
des etudiants plus jeunes.JVqu | 
-. -irttou uiu journal n'avait, cettr armee, que - 
J deux membres au courant de la 
publication d'un journal. "La v ta- 

d'initier- les nouveatix saw In. conaafluenioe de cette atti- 

lourde pour 1'equipe actu-elle 
M: ;l'-v a:t neglige; !<iir> etudes 
ir arriver a fane leur travail. 
, il n'en tient qu"au>. .etudianK qui [ centre une atmosphere femJ 
Le 7 decembre dernier, rtfniver-, :)....• 11 loua' la tache accomplfe. " ..an!, ,!,• /.,■„,• qu'ils commericent 't consid.--.-r 

-tp d'Ottawa reeevait 1 -honorable ; ;.;«r VI uive, utfi d'Ottawa i fr ]»av nouvelle equq»e et de recommcnc£jLj^* ?1< l u, ' folH •«■»« "»> fard. 



Un doctorat decern^ 
a I'H.on. Ray. Lawson 



(suite de la page '•'» » 
•Stag* I'arti**-* 



tittle feminine; lfs~' f SCag Par 
! ■■ bontmes p.nj du prendre 
alternative afin de trouver refuge 



_ aae- 'ghe 



Ray JLawaon . lieytenant-gouver- Ob^ats dans le domaine de la a ^aire paraitre a nouveau the.. 



fwrcS'sioTi 



Trrrrr --de la province, a 

d'une ceremonie au eours de. la- 



frrnrattwr-iritei hii ' iuelle,, e t sun fl«t « w a y . 



Marrhandise rare 



■ 




quelle Ton souligna son titre et 
-is prerogatives de visiteur offi- 
» iel. Aprea le discdurs du T. R. P. 
Recteur, un doctorat "honoris cau- 
-a" en droit lui fut decerne par 
Son Excellence Monseigneur Va- 
t Iwn, chancel ier de l'Universit^. 

Cette imposante collation de 
.grade eut lieu dans, la Rotonde de 
I'edifice principal. Des personna- 

■,"des etudiapts et etudiantes au travail 
en 'grand nombre ajoutaient de la 
i iirnite'a la oeremonie. 

M. Lawson, monsieur le juge 
Thibaudeau Rinfret, le Tres Re- 
verend Pere Laframboise, les mem- 
bres-; du senat "universitaire, les 
doyens des facult^s ainsi que^plu. 
sieurs "dignitaires du domaihe uni- 
versitaire, civil et militaire, defi 
'.lent dans la procession d\>uver- ; (Jiroux. 
tire entre deux rangees d'etudiants 



<i't ducati ice dans un temps 
Op le monde a grandement besoin 
dei iioiiiu's de la morale. II in- 
•ieta sur les avantages extiaonli 
naires qui s'offraient de nos jour? 



En attendant. The Gateway Tot ou tard. les etudiante* de- 1 

n'existe plus. Esperons <iue la vmnt s. demander sT~elle.s n'ont 

Federation de I'U. d!A. trouvera pas eu tor t de derei comnie 

1'anhee prochaine une equipe ca- une "maichamlise" rare. Elles s»- 

paWe de remplir sa tache aussi raient certainement plus heureu- 

4 la jeune generation, et dont elle ' ) ' e,r r J ue '*• falt^ J'.'<&qtiipf-- de <> ei elbs pouvaient compremfre 

devait appremlre a profiter en l ' nn "- que les services et l'amour d'une 

s'exercant a la formation du ea I.S.S. en Kurope femme soht au-dessus de toute va- 

ractere et a Tacquisition des « or- • (The Acadia Athenaeum i leur- et ne devraient* jamais etre 

-antes. 11 affUma (me_le >u< Latlitude de^ etudianu v..-*. ^tiquetes comnie une vile marchan- 

- es_de demain serAit proportionne V ;.s du pjiibieme albmand fut peuf- ; <Ii,<e M«rf«^ Calla^han disait en- 

etre le sujet qui souleva le -j>lus °° re: " ,n America, a- beautiful. 



d'aujourd'hui et que 
chacun forgeait son avenii . U ter- 
mina par ces mots: "Ne detournez 
jamais vos yeux de cot KoifflBn 
!»eul vouj* faire leus^ir ou vous 
irnjer; cet hottime, r'esj v'ou?; 
nreme!" 

"O Canada" fut chante, i>a? la 
chorale du Seminaire Universitaire 
sous la direction du IL P. Mam ice 



d'interet chez les observateurs a ' elegant wonaan is n ° longer 



attitude d'autant plus 
deconrertante que les americains 
ne s'y attendaient pas. Certes, ils 
prevoyaient quelque!« frictions pour 
<•*- qH^regard'e' leiir^op^portunisme, 
et d'etudiantes en toge. Nouveau bureau de l» L.l .IV ils prevoyaient Un manque de com. 

Apres avoir souligne les fonc- A la ( 4uite de l'eehec du Mct.ill Prehension de la part du vieux 
lions et les attributions, du vrsi- Daily a publier les nouveftci> ^po; - f- ' >» t ine nt mais jamais ils n'au- 
'• ::r ofTiciel, le pere recfem (letinit Hvei ef intoi un' v.r :;a;i c - ,1,- l«i|lH ptttti tjtfBt ft hiitteraietit 
le role et la necessite des univer- universites de? provinces mai iti- a ^ a MP* 



Bouvigne. Mais une autre idee.j "y^ 1 "^ of l(>v «* and fbarming cum 

non moiti.s important**, go» r ir vulH ' PanIohVRTp";'"sh"e Ts mstead a «ym. 

ddn.« les sessions. du Seminar fut I bot--e* a quality product offered 

celk ile 1'attitude des Europeeiis | at a competitive price". Cee ligne« 

vis-a-viv des Ktats-Lnis et du plan ! en <*. ise "t asser par etles-mfmes. 

Marshall, ., 

hx-outez-moi bien Je ne veux 

pas commincer de polemi<pie. Je 
suis s incere da hK ce que j'avance; 
d'ailleura. re sont des. faits con- 
eretl »i pvowis, Cet article ne 
s-'adresse pas a toutes 1eS eti: 
diante-v. Que eellc a qui le rha- 
peau ne fait pas, ne s'offusquent 
pas. Que les autres agissent au 



CAMPUS 
COAT 



in the 



sites: inculquer les principes fon- mes, le Xaverian Weekly rap|H>rte 

riamentaux, base de toute etude que quatre jouinaux ^universiten 

>«< ientfnque ou sociologique. Is provinces maritimes out mis 

Ayant retju de son Excellence sur pled un bureau regional de fa 

Monseigneur Vachon le parchemin i'.I'.I'. Ce bureau se' i barrel a di 

bii ^conferant la -titre de-docteur tftinsmettre 4e«r noYivelTes ehncir 

en .droit, M. Lawaon pionou^a un nant 

>urs de remon ioment fort ap. gion. 



les cotes d'opinions dont 1'implan- 
tation en Kurope pourrait leur etre 



Ottawa University 
Colours 



$16.95 



: — — , - „- y«^°^ V4 C i uiuvvrsiie a uiiawa j^q q 

La^ Revue A nnueU^abandonnee 

' . " Te,, « wt ^ decision diLconseil des ^udiants—ITn. m mm ;.. '^ ' ' 






y 



Le major Menard nomme 
officier residant du 

C.E.O.C 

Lt H-«5olonel I-.-P. Trudeau, commandant du Royal 22e Re^i 

ment — Le major Menard est un specialiste en Artillerie 

— B a servi en ItaJie et en Hollande pendant la guerre 



universites 



6-4218 






,'. ,*m iM^fi 




I* contingent de l'Universite 
(POttawa da Corps Ecole des Of- 
ficiers Canadiens a main tenant un 
nouv«l offieier d'etat-major resi- 
dant, dans la pereonne du major 
Vincent Menard, recemment pro- 
mu a ee grade, en meme temps 
qu'il reeevait sa nomination d'of- 
ficier cTetat-major a notre univer- 
site. II reraplace le major Louis- 
Fremont Trudeau, DSO, promu au 
grade de lieutenant-colonel. Le 
miniatere de la Defense nationale 
a nomme le lt-colonel Trudeau, 
commandant du Royal 22e Regi- 
ment dana lea tnac» duqa«| il mm MX. 



campagne d'ltalie. 

Ces promotions ont ete annon- 
eees ar Quefcec, le 2r dicembre der- 
nier par le brigadier J.-V. Allard, 
CBE, DSO, ED, commandant mi- 
litaire de l'Eat du Quebec. 

Le major Menard eat un militaire 
de earriere. .11 a fait sea etudea 
secondaires a l'Academie de Quebec 
ou il gradua en 1937. U entra 
ensuite au college militaire de 
Kingston ou il passa 2 ana, gra- 
duant en 1940. Verse dans la force 
active en Janvier 1940 avec le 
gmde d% flatrunant. le Major Me- 
senr, ddrant la derniere guerre, te nard ^^^ €n AngIet#rre en 

1942. II suiva a l'Ecola -4'eUt- 



Telle est la decision du-conseil des etudiants— Une co» 

sion pefm-ffnente est cependant etablie — Programme 

radiopnonique le 22 Janvier — Une semaine etu- 

d**" 1 * — „ J -- M - ^ r y a 1'E.U.L, Foy Poulin 

a la F.N.E.U.C., Pierre Genest ^irpoblirlste 







. Un des projets les plus chers a 
1'executif de la Federation des etu- 
diants et qui lui a coute enorme- 
ment de travail vient (Techouer. 
Lora de la premiere reunion de 
1'executif tenue apres le retour des 
vacances de Noel," Marc R. Mullin, 



fut decide que le conseil allait de- 
frayer lea i.fraia de publicite a con 
dition que tous les revenus du 
Bureau retournent-aux .etudiants. 
Paul Desmarais exposa ensuite 
a la Federation les differents pro- 
jets de NFCUS pour, la semaine 



7 j ' — — • *- ««""««, jets u« nr^vo pour la semaine 
couvrant de gloire au cours de Ja. _ prfe5ld , ent du domit6 d « I* Revue ' nationale des- etudiants our se 

rnmnocm. <4 , lf.i; A annuelle. - Drnrnti la »nn n .» J.. 1 *: j__ _r . M 




annuelle, prespnU le rapport du 
travail accompli par la commis- 
sion. 

Grace a ses agents de ventes, le 
comite a vendu pour $900 d'an- 



tiendra du 23 au 28 Janvier. Le 
programme de la semaine com- 
prendra un buffet au mess des off i- 
ciers au Colisee, des seances cine- 
matographiques, des conferences. 



nonces durant les vacances de des emissions radiophoniques et 



No*J, soit la moitie du montant 
exige par les Autorites pour eom- 
meneer la publication de la revue. 
Le comite etait done ftnanciere- 
ment incapable de poursuivre aon 
"oeuvre". De plus, le comite da 
redaction n 'etait pas suffisamment 
prepare pour "pondra" le Year 



diff^rentes manifesUtions etu- 
diantes. 

Le rapport des conferences te- 
nues" pendant les vacances fut 
doime par les delegues de Ja Fe- 
deration. Ray Duplessis fit le 
raipport de la conference tenue par 
la Presse Universitaire Cana- 



Book avant le premier mars salon, dienna a, Montx*aL Roaaire Bemula 
rexigence de Hmprimenr. Alora, fit ensuite un bref resume de ses 
une solution restait: abandon ner le j demarches aupres de la commis- 
projet. Ce que l'on fit. Mais on sion Massey a Quebec o« il pre- 
n'etabht pa ? moins, une commission senta le memoire de la Federation 



permanent* q^i devra preparer le I Canadienne des Universitaires Ca- ! des Arts. 

fari'«> n viAm *-...!..— - - * * I .• 



Premiere emission 
radiophonique 
dimanche soir, 
le 22 Janvier 

La premiere emission radiopho- 
nique des etudiants de l'universite 
d'Ottawa passera sur lee ondes 
du poste CKCH, dimanche aoir 
prochain, le 22 Janvier, de 8 heures 
a 8 heures 'et demie. Le comite 
en charge de remission lui a donne 
pour nom: "La Federation pre- 
senter Nos universitaires au mi- 
cro." 

Cette realisation que tous sou- 
haitaient depuis longtemps, se 
realise enfin grace a la biehveH- 
lance du poste CKCH de HuM et a 
l'esprit d'initiative de deux etu- 
diants, Paul-A. Meilleur et Jean 
M. Dery. 

La premiere emission preaentera 
a la population francaise de la 
vallee de IXhitaouais, quelques- 
uaea dea principades organisation* 
unrversTtafreB, teTfes que la Fede- 
ration des etudiants. et le journal 
La Rotonde, ainsi qu'une scenette 
sur la vie etudiante a la faculte 



major de 1'Artilerie a Larkhill, en 
Angleterre, un -cours .d'etat-major 
d'artillerie de campagne d'ou i! 
«radua en 1944. Comme .pocia-l .S2!^?jG?«! S ^ Ptem . br !. ?. n *»»?»««•». «vec Me Guy Dorion. C'est done surtout une presen- 



liste en artillerie "I.G.", il fut at- ] f eprenne ,e traVai V P»ul A.^leil- 

leu 



ir fut ensuite. invite a fajre un 



La Federation proceda ensuite a 
1'election d'officiers pour quelques 



tache au 2ieme Army Group Royal 
Artillery, poste qu'il oecupa jus- 
qu'en juillet 1944. 

. aonnel est complet et les emissions 

II combattit. ensu.te dans les connnenceront le 22 Janvier. 

Ce bureau.de placement des etu- la presidence du eonvite loTaTde 



rapport sur le comite radiopho- 1 posies devenus vacant s." J.-M De- 
m ^ e i r e cemment nomme: le per- ! .-y fut elu a la presidence du co- 

mite local de rKnttfaide universi". 



tation de notre university dont 
sera l'objet cette premiere appa- 
rition au micro. Par la suite, les 
emissions adopteront un caractere 
definitif ou les etudiants prendront 
ta.re internMionale, Foy Poulin a une part plus active" 

ment" dans la campagne ctttalie et 'J ' "'^ ut -' 8 "' l^g^ftt^ C ° m ^ ,OCal de Aux ^"^s/tout le monde, di- 

en Hol, ;i n<l ( . Pendant £ nop,- "TlnZnT 5 ", " ^ T ' ^ ^T *3*- ^ *[»«*• -ir prochain a 8 heure,. 

tm feu. le major Menard oecupa .. r( " 

lender", •'flattery Clptaih^, La RotOlidc 

'Battel y j '(.nnnander" el d' ,l Ad- 
jdoant'.' 11 fut alors nu ' nt J° nn< -'VJpviPinir' 






j. dans 1m ds p e eh e s (M.I.I). ) A i 



quelques mois d occupation en Al- 1 t < * « 

nard t^v,nt nebaomadaire 



lie MAJOR VINCENT MENARD. I(,nia ^ mi - '? ma35I 

.recemment nomme offieier d'etat- '" .' ,ays au mois ,|( ' »«Ptcmbre 

maj.ir a demeure <lu contingent dii !^~! -'• " • 

C.E.O.C. de l'univ<-rsit,e d'Ottawa, (Suitr en page . col 



Congres de Pax Romana a 
Amsterdam en aout 



aSte deKiil •- ijlio.s a Pa* Itomana, du 1-1 au !:■ 

une partieipera " 



SEMAINE NATIONALE DES ETUDIANTS 

bofa de la conference tie la Federation nationale <l« •- 
liants ties universites eanadit- nnes. tenue a Ottawa 



A com p t e r ; de cette -semafne. 

journal devient hebdoma- 

daire. puhlianl -1 pages enaqne 

mercredi; a cauie d'un budget tics 



mon -"aout. 



senter des editions de six ou de 
huit pages. 

Nous avons adopte cette poli- 
tique dans le b 



canadienne. La representation ca- 



etudiants ties universites eanadiennes, tenui- a Ottawa en 
sept em bre dernier, il fut decide d'instituer une journee na 
tionale pour les etudiants canadiens. Une decision subsequen- 
te de I'exeCUtif- dfe cet organlsrfie etablissait une semaine 
-nationafe a la place d'une seule journee. 

Ha« but: manifester la solidarite. la fraternite et I'linion 
de tous les etu4iants du Canada sans distinction fje religion 
ou de nationalite. * . - 

Programme a l'universjte d'OUawa 
Lundi, 23 Janvier: biiffet dansant au mess des otTKier 

( lsee) _ .-j . (17;. Waller; tel.: 5*5441) au plus pour le* Canadiens -d* lanirue an- 

■• Mard. so.r: act.vites sgwtivg au Kymnase de 1 Lniver- t;u . (i |e vendn>di mj(|| Quant 1U1X ^,. 

.. ... , i • . ii i- i ';iitir!cv personnels ils sont ton- 

Mercredi soir: grand concert a JasalU; acatk-mique tie ' ^ ^ j^^ ^ nnus ]( , s e? 



'Le congres des universi- 
Uial de Pax Romana qui se tiendra 

a Amsterdam, en H.-llande. au ta l rM ,a,m>ll, UH's du monde en 

CQUra du mois d'aout prochain. tier ■*•***• du 1^ an 27 aout. Lev 

M. Andre Patry. E.E.D.. pi ofes-mr etudes du congres porteront sur 

'intellectuel a 
ion", r 



limit.-, re n-esi qu'exceptionnelle- * ', a MCUlti des L«-ttres de I.av.l, "La C«mperation de Tin 
im-iit (pie nous pourrons vous pre- est - en charge de ^organisation i' oeU vre de la Redt-mnti 



nadienne-francaise <jui sb remlra Tne messe po tif.eale ouvrira le 

aux assises sera assea forte. ... -. „ ~ , 

. ..... ,. , congres le IS) aout. S. Em. le ear- 

La federation canadienne des ,. . T • - 

dinal Jongh, primat de Hollande. 



rUniversite'. avec KuKeneKash. Karl du Plessis "et Norma 
Derrick. 

Le proVramme pour le reste d< 1 la semaine sei-a annonc4 
la semaine prochaine, dans La Rotonde du 25 Janvier. 



ut.de donner un ' universitaires cathylitjues (FCUC) 

meilleur servfee aux (organisations I qui jrroupe les universitaires de P*le^Xara la messe en. presence Mm 

etudiaiit.-s en partk'ulier et aux lau^iie francaise de- Quebec, Mont- 1 congresslites de tous les pays.-ca- 

etudjants -en ^enrra'l. real et Ottawa, compte sur la col- tholiques, 

Tout, nouvelle non redigee devra »•*««*»• des Newman Clubs, une 

U>llBUllss a mm l.u.vau •"•t'ani.-ation soeur de la FCUC / l '^ '"'POsaiAes assises *e elo 

lurcront par un pelerinape a Ronu •. 
Au Vatican, les con^ressistes se- 
ront l'objet d'une audience parti 
< uli-re de la part de Sa Sainted 



Le congres comprendra deux 

caijere ut 

perons i-refs, dactylogrraph[esI eti gtandes reunions. La premiere, p vn 

remis le jeudi soir au plus tard. . m terfed.'.rale. irmupera les din 

t m ■ ' - 
La direction •- | K'^nts de tous les mouvements af- 



( Suite en pajre .1,.col. .) 







LA F.C.U.C. DEVANT LA 





MASSEY (voir en page 4) 



^v 






, 






• 






• 







fc 



y 









--J. 



~*.^ 



— 



B#3 



Page 2 



LA ROTONDE 



IB Janvier 1950 



/ 









. .a^ 



— 




ftrait te nierrrerlt 



l.e« 



Membre de la "Canadian University Pr«s« 

Membre de la Corporation des l\si holier* (Jriffonneurs 

Rosaire Reuule, directepr; Raymond Martin. directeur-adjoirU; 

Jean Boivin, redact ear en chef; Andree Cloutier, red .-adjointe J 

-Xouia_yincent, chef des nouvylle a; Jenn Cote, adjoint. 

Adresse- 173. rue Waller, Ottawa- .Tel. .".-."» I II 

Autorise comme envoi postal de secontle crasse 
id.es exprimee* dans ces pages ne sont pas necessairement 
relies de I'Universite ou de la Federation des ctddiants. 



LE PAPE PARLE ET QUE 
FAISONS-NOUS? 



— rr-r «s=— ; 



A ('attention des dirigcants 



tg,- — 



"La vraie valeur d'un homme se 
determine en examinant dans 
quelle meeure et dans quel jMfea 
il est parvenu a se libeYer du Mor. 
— Einstein. 



Nous avons sur notre campus une foule d'activitcs ou or yania a 
tions etudiautes. Cei tame.- v,.mi de 1'avant ef apporu-nt reeTJeTxien 
quelque chose a la masse etudiante; d'autres p^tinent sur place et 
in- donnent rien de conCret et de profitable. 



18 Janvier 1950 






♦ LA ,HO.TONDE 

■« . . J' a 



Re 



esol 



ion 



1950 



•» . 






•? " 






~^T 



P»«e 4 3 



Un^autre premier 4e l'Aa; ... 
'n bee ici, deux bees par la, 
La benediction de pap 
Des vdcux en celeorant, 



I'omnie J'exitfe ifi tradition, 

On fait dei preijBte, - ^ 

Des bons et dos.matfvais - 
p-Uie uii s'aXHM d'une resolution. 

< 

Devenir s erreux 



SPORTIFS 

par Guy Joubert 



N. 6. 'Per* le Pape a prononce le 24 decembre dernier une alio 



•-lo- 



cution speciale iC Toccasioa de l'Annee Sainte. Je youdr'ais resumer 
le* grandea -rhjnea dense message et le commented en regard a notre 
I>ositioh d'etudiarits catboliques. 



Pourquoi cet etat lamentable commun a plusieurs de nos acti- 
V i tt'.s ? ; t • - . ^ 

II n'y a pas heu d'enumerer ici toutes les causes; je ve'ux simple*, 
merrt signaler "celle que je crois la plus importante. Elle consiste 
dans la recherche des titres ou dps honneurs et dans le re jet des 
responsabililes. Ce n'est pas nouveau. . C!fttt un m'&l 'commun a 
beaucoup d'organisations paroissiales, politiques, etc. En somme, a 
n'est qu'une des multiples manifestations d'egoisme et d'orgueil 
Beaucoup d'universitaires sont des elementaires dans ce domaine; iis 
ne savant pas que lorsqu'on accepte la couronne on doit aussi s 'ocean, i 
du royaume. Ceux qui n-'ont jamais entendu parler d'une petite qu*aTTfe 
appelee communement "devouement" ne devraient 'pas essayer d'acea- 
parer des charges pour se paref d'un titre et negjiger ensujte leurs 
responsabilites. 'En.iagieeant ainsi, ils privent la masse etudiante du 
bien qu'e-lle est en droit d'attendre d'eux. 



LE SENS DU MESSAGE T77 

Sa Sainte te a d'abord demande aux athees et aux incredules 
"egares, decus ou en proie a ramerturhe" de revenir a Dfeu, source 
ile' toute joie et de toute esperance. Aux dissidents et aux pecheurs, 
il a aouhaite que l'Annee Sainte soir l'annee du retour detinitlf au 
l«rcail. * ■ • •• 

Le Pape a ensuite souligne la faillite de l'ordre tiifmain que les 
hommes ont voulu edifjer sans le concours de Dieu; on S'est mepris sat 
la valeur de la. personne humalne eYi voulant lui assigner une Jin ter- 
restre. Ceta^a~"proroque de terribles consequent es: la perte'de'la 
dignite de J 'homme et "de la famille, la negation des libertes fonda 
men 

den 6 nee 
desseins de Dieu." 

Le Saint Pere exprime en dernier lieu une sollfcitude particuliere 
pour ceux . qui ont k souffiir des regimes temporels, leur laissant 
•r-rance du bonheur eternel. 



entales, Tasservissement d'une classe sur une autre. Et li le Papf 
nonce le capitalisme et le communisme "opposes l'un et 1 'autre aux 



. ET NOUS 



. , . i L e monde d'aujourd'hui va mal puree qu'il est anemique au point 
«U» vue moral. Et tjuand les mdividus ti ansL'iv--t'tit les l'>>*~ -drvirre «;. 
il ne faut pas se surprendre de voir Its institutions humaines. fruit.- 
•les rapports entre les indivjdus. afficher un esprit contraire aux v< 
-hretiennes de la justice, de "Tamou'r et de la charito. I>e di-tours 
pon t ific a l donne implieit^ment une eonsigne claire a tnus les hommes 
et particulierement aux catholiques: celle de reformer Teurs - mot- ui - 



.Not organisations fonctionneront bien quand ceux qui les dirjgent 
ou veulent les diriger auront . cotnpria qu'ils doivent se'libenr de leui 
Moi, s'ils veulent a^occuper de- la chose p.ubliq<je. 

Jean ^OIVIN 



Sans pecdre la tele 

<ai il y aula d'autres fetes 
Ou il faut etre joyeux. 

Ne plus etre a^ssoiffe, 
Ne plus etre gourmand 
Mais toujours aussi charmant 
Avec la douce moitie. 

Pour tout dire— - 

II ne faut pas en rire— 

etudiant^ 
Cent pour cent. 



Nos (a -t.-urs remarqueront que notre colonne a ete quelnue pea 
redutte. Contrairement a Qe que v„„ s geriez portes a croire, les id 

Sffi TyS^ • rW Mi " " ll """'" t K ^»^ nu, no lc r tt »tv composec de six- clubs: Me- 

heroe so^le pied . . . tfec]n0 ^^ ^ y 



P1 ' 

remtere reunion de rasspciation sportive 



, L!Associatibn sportive a ten 
londi dernier sa premiere reunion 
la i'-ndation de HDnfversite 
(1H-4S) . . 



Pete .Mathews fut elu president 
et voici ce qu'on a decide: 

r t 



Une llgni de hockey interfa- 



THAISA 



■m 



Nous n'aurons pas de 
revue annuelle 7 



Meroracll dernier, aprvs plus d'une heure de discussions, I'executif 
de la Federation des etudiants a decide d'abandonner le projet de la 
Revue annuelle (Year Book). Cette decision en a peine plusieutv 
** Je suis certain que les membres du conseil sont du nombre. Mais i! 
elaljt impossible d'agir autrement. ' Voici les facteurs 
cette decision: *"" * "^ r_ , " 



qui motivent 



.'» 









Facteur temps ,._> . , — - 

L'origine du projet remonte au mors d'octobre; si Ton avait entre- 

la realisation de la Rfeytte a cette periode de l'annee. elle serait 

maintenant une certitude. II etait normal cependant de consulter les 

rendue quelques j«»urs avant les vacances de No- 1. II eemble que les 
membres du comite de la Revu* n'euifnt pas alors le temp 
laire pour rencontrer des etudiants «le that,ae faeult.' au 
vente des annonces. 



Destination: Vatican 

. L'Annee Sainte a debute dans 
L-ette Jiuit de la naissance et le 
"oeur du chretien a tressailli d'es- 
poir. Espoir d'une paix a laquelle 
jfi s'etait habitue 4 ne plus croire, 
lu'on pensait irrealisable . 



Ht voila que le Vicaire du Christ 
ians son paternel amour, conyie 
les hommea de toutes" lerf nations 
a tourner leurs regards vers Rome, 
a se rendre en pelerinage "venerer 
le lieu de la sepulture du Prince 
des Apotres", et dans un meme 
elan d'amour pour le Christ, s'y 
donner la main afin qu'il donne 
la paix a notre temps. "Paix aux 
Ames, paix aux families, paix a 
la patrie", paix entre les nations", 
a demande au Seigneur, notre 
Saint-Pere le Pape. 






individuelles puis de mettre Dieu dans" la 'soeiete en transf. >rmant les 

tutions politiques, ecorromiqaes et .^uciale.s selon les riorme^ de 
la morale chretienne. 

. • f 

Voila une tache ardue, mais tiuan.l on a du .oeur of de 1'idedl, 

quand on realise pleinement tea devoirs qui nous inc ombenfe comny 
de la Bbcletd -i'- demain, alors on o'enviaftge plus l'avci ir en 
function de I'ar^ent mais plutot en fonction d'une mission, d'un 

\ieeet les diiTicultes pour y arriver ne nous paraissent pluq (n iufmun- ll!;4 " ;s ayarent vendu <■ 00. d'annol i oil ],-, moltleTdu montant 

tablet, * - ' c ' xi)r( ' J ,;i ''' '■ 



Facteur ardent 

Merc're^n le 11 Janvier, date ou Ton ftbendoflna le projet, |e« etu 



I'uisscl'Annre sainte qui comity nee, i 
i la force .de li 

Rosaire rJtRi 



<-. 



Liberte de presse et 

-= journalisme etudiant 



BALLbN AU PAMEK 
Le State' Teacher College humilie de sa defaite de Tan de. 
aux mams de nos porte-couleurs (o5-54) devait recevoir notre clul,* 
intercollegial ces jours-ci. Comme la date coincidait avec une partie 
4* Jlgue, le Pere Lemieux dut remettre l'engagement. 11 est possible 
que notre club retourne les bait re sur leur propre pjancher. 

HOCKEYISTES INTERCOLLEGIAUX 
Measieurs, croyez-le ou non mais de bonne source j'apprends que 
vous accompagnerez le club de Ballon qui irait combattre le Clark.on 
Teck de Posfcdam, N.Y. 

HOCKEY 

L % an dernier, a la mome date, le Pere Lemieux recevait une invi- 
tation -de I'Universite Laval pour jouer eontre leur club pendant le 
grand festival d'hiver. Nous navions pas de dub alors, mais cette 
annee cest different. Actuellemerit, Jes autorites sportives des deux 
unive^tit«8 sont en pourparlers et nous avons raison d'esperer que' 



Ar.ts, Commerce, Sciences et G&iie 
Tera gee debuts sur- 'la patinoire 
locale ce soir. Les parties refcu- 
Heres se jduejcmt le mercredi et 
leudi k 7 heuies et :)0 du soir et 
le dimanehe apres-midi a 4 heu- 
res 30. 

Une ligue de Hallon-Panier, for- 
mee des representants de chaque 
fat-ulte commencCra a -oper-er des 
la fin de la sajson de hockey. 
Nous verrons evoluer toute une 
pleiade de bons joueuis, notaro- 
ment, Art Williamson, Wally 
Kopack,' Peter Mathews/Paul Lan- 
dry et -autres. La lutte promet 
d'etre des plus contestees ejt le Pere 
Lemieux offrira . un" tr»phee a 



— 



Fondation d'un club de psychologie 



L'Ins'titut de Psychologie de.1. Stuart Conger, vice president, 
I'Universite d'.OtUua vient dV-'l Antoinette - Vaillaneourt, vice- 
jouter un .nouveau sujet de gloire ! presidente, 
a sa reputation deja bien etal'lie, 
par la ereation d'un club de psy- 
cKiolbgle. Ce «-lul. aglfa comme 
stimulant a l'etude de la psycho- 
logie et favorisera la rencontre des 
membres sur le terrain recreatif. 




ff~ iCLT T£UT™ l T .^r? iUin * ie * ^ capitals, l^uipe qui s .rder. le. "prlier 
Auim ucu uunk m a. j uui ene-vei*s ia-rm-jfrvrier. i.i-.»> 



la mi^revrier. 

SPECTATEURS 

Les billets de saisop 5-6-7-8 vous donnent droit d . aui pa, 

mtercollegiales rhr Ballon-Panier. Messieurs, vous pouvez venir accom- 
pagnea sans frais additionnels . . . Mesdemoiselles, il n e reste <,ue 
1 parties a jouer,— vous devez satisfaire votre COrtdaitt sous peu . 

Venez voir evoluer des etoiles telles que le celebre Marc Rocnon 
•golden Boy" Rheaume, "Flash" Rrennen. et autres ... Si votro 
' petit" ami ne veut pas vous y eonduire, venez-nou^ jfoir. Nous Vous 
ferons penetrer dans 1'enceinte. 

BILL LAROCHELLE 

Bill, etudiant aux arts, represente le Canada aux Jeux de VKm- 
pne. II prendra part aux courses de L^d ej 440 verges. Bill est aussi 
un des 4 a porter le baton dans la course a relais d'un demi-.mlle 



La bulle d'indictio n du jubile 
universel de 1950 mentionne ce 
souhait qui aoua touche plus -que 
tous les autres: "Que la purete et 
ra force Thrdtienne fleunssent au 
front de la jeunesse et que celbj-ci 
renqpntre dans, l'age mur et dans 
la vieillesse des exemples lumi- 
neux". Ce voeu de Pie XII, nous 
nous d. vons en tant qu*etudiants 
catholiques le realiser pleine- 
ment. Alois nous serons ces hoiru- 
BieB.de bonne volonte a qui Dieu 
donne la paix. 



II partira sous peu par avion. On -e souvier^t que Hill portait les "l^afte.n j Recherche? de 

couleurs du Canada aux Je*t Olmpiques de Londres WU dernier ' 
m avant de Signer son contrat avec les Rough Riders. 



- ON NAGE AU NOTRE-DAME 

Attention! Attention! Un groupe de nazeuses amhitionnent le titre 
de championnes an Notre-Dame. Cost mercredi le 25 Janvier quelle* 
[•enconlrej ont le Carlet^m Colle/e ainsi qtfe le Bruycre au bain Plant. 
Tous spnt invites a y assister. mercredi soir. le 25 Janvier a 8 hies SO. 



plan. 

i 

Au moment o^-nous allons sbus 
presse, no]^apprenona qu'une 
ligue inter-classes au^hockey com- 
mencera sous peu ses operations.' 
Nous aurons des informations plus 
completes a vous offrir dans la- 
prochaine Rotonde. 



Les professeurs a l'Jnstitut ' de- 
viennent ipso facto membres ho- 
noraires. Certaines conditions ac- 
compagnent l'adhesion des mem- 
hies actifs qui peuvent etre des 
anciens eleve s ou des eleves actuels 
en psychologie. 



• Le conseil executif elu le 13 de- 
cembre 1949 se compose comme 

suit: "• — ' — ^ _ 



- . . ..- 



Jean-Marie Joly, president, 



Mario Lavoie, secretaire, 
Roger Lemay, tresorier. 

Le R P. Shevenell, Q.M.L, di» 
recteur de l'lnstitut de Psycho- 
logie, a ete choisi comme presi- 
dent honoraire alors que Mile Mar- 
the Leduc occupera le poste de 
secretaire-correspondante. 

De^s Janvier, le nouveajj club 
inaugurera ses activites par 'une 
conference sur un sujet psycholo- 

Pour tout renseignement supplp- 
mentaire au sujet du club de psy- 
chologie, priere de vous adr ess er a 
l'un ou a l'autre membre de I'exe- 
cutif ou a la secretaire-c«Tespon- 
dante. 



Billet 



La nouvelle *hncc 



LK MAJOR MENARD 
NOMME ... 

(Suite de la page 1) 

1 fut attache, a son -retour. 



Un vibillard, deja bien connu, 
courbe la tete, nous tourne le do?, 
et lentement, Vpresqu'a regret, se 
i,4i?se et disparait dans les ombres. 
II est trop vite oublie. Un olin 
d'oeil! Et e'est un beau poupon 
fc-ose qui surgit tout bajgne de lu- 
miere! Frimousse fraiche, regard^ 
naif, menottes tendues, il gagne 
infailliblement les coeurs. On l'en- 
Jeve, on le serre bien fort, avide 
de fraicheur, ardent d'espoirs 
parce (ju'on a, connu la fatigue, 
les revers, les deceptions. Petit 
Nouvel An! 



l'Armee, a Quebec. En TJ4S, il a 



d'etat-major a Kingston a la suite 



Au Bruyerc 



^,.m 



Aoge de Paix et de Prosperite, qui 



suivi A vec_ grand sueeit,: le c Q urs nous souffle a l'oreille un mes^ge 



Robes tongues et . . . 
graduation 

Les cours reprennent le 10 Jan- 
vier mais une dizaine de philo- 
sophes gelees. s'y sont rendues le 
9 au matin. Dieu que e'est beau 
d'aimer l'etude! 

Avez-vous vu nos nouvelleg ba 
gues? Eh, oui. nous-- lee a vons 
eiles! . . . Juste au bon moment 
aussi: avant les vacances. Tous 
les ont admirees et . . . quelques 
uns les ont gardees!! 



sublime pour l'Annee Sainte. Dai- 



BOURSE RHODES DECERNEE A 
' PAUL CREPEAU 



Facteur redaction 



Tournons nos coeurs du cote du 
\ a! .'-ari-et. en union avec tous les 

" n " u; '"•- '"' l'"^*' 1 Pramettre I, materiel poui le ler mai, „.,„ | oura tl „ |)nt ., 
re par l'imprimeur, • ' . ' . ■ . 



<le penitent 
<b? par"don de l'Annee Sainte. 






_Z^r^f''ry^ Keime^ly. deb-tfUe du MeGill Daily, a la 

.a Canadian T'niver^ty T'ie<~ (('.r.I'.i, ' eal en fltT 

de decembre dernier, a declare qtn rnal 

universltaire au Canada qui ne potfvmit publier un cempte-Teh^] 
gral dcs discussions quj avaie'nt Men aux 



e tudtanf d e 1'ft niver sit e ". 



1 Kennedy trouve I >n -intolerable, mai*. il !i: ic.iai 

at rien changer de sa propre autmrfte^ pa 
journal <-st sous la jun-liction dirpcte da conseil etudiant. Le M 

' » 9 ■ I ddE <'a.'is lYi!.':.L'a*:on de ne puMier que les motion* ac 

toes ou rejeteesj pnee, lee diaeussionl sur 

d'autres proJ4 



Cetti remarque de Ciyde Kennedy, a }n conference de tg'- ClLP, 
montre bien urv'darr. e] < i u i , de notre ppinio rr, !'''•; paF 

unique. Si un journal etudiant doit, du jr.,int de'vue financier, dependre 
-tl'-Un ■ 'n_e^£tu4ianL .iiuquel jl e.-l allilie^ \1 nc .doit pa,- c-..iaaulan: 



\ * 







etre lie, du point de vue des id«'-rs espriniees. 'a cet orga'msme etudhrirt 

Le journal etudlanl doll pouvoir s'e^riroej 1 av : 

• tre-r-estreint par les organ+wies etudiant oti autres ;V I' univ e isi 

Cette liberte de la presse etudiant, est essentielle pour qu'efie 

. puisse vraiment etre au service de to rtu.lianjs de I'univei 

mixn* si. cette liberte peut ' gener «|iiel<(uefoi;. ttfrtftia partiauliOT ..o 

une organisation quelconque.. La"lil>«i!'' de pres.-e -reconnue par let 

Nations-Unies, dans sa Declaration universelle des Droits de 1'Homme, 

.iqe semble, etre mise en pratiijnJ ausbi. Lien dans, le 
etudiant que dans le monde exterieur. . 

» . Jean Cdt# 



mi 'It TOCTLS ( KS R AlSOlSfSTNOUS VALKONS l»ls i,i 
> LAK HOOK. 

r-^aii.- BeauW " 



Jean < ote 



CLUB l)E SCIENCE 



"^— 



GHEZ BIDOU 



Au moment oil njMl ill-oi- 

'. ndus aprirenons que MM. 
. Rene Charlebobj et Louis Blab 

' ■■ • ■ ol president 

' da > | ib de Scien 



(HO( OI.AT. \A()\'i:\ KS. ( iCARKTTF.S. Ml'ICKKIK 



1'nx i'ai.-i)iinal>uv> 



II. MKTHOT. Pftrrr. 



Les autres, membres de IVx.' 
; f • pros 

ne. • - 




.M. Taul Crepeau. iini^iit efl 
droit a n'niversiti- de Montreal, 
'•t aneleii .d-ve de lTniv. 
d'Ottawa", a frTerTte Isi " ' • 



E&odi 1-950, division de la 



duquel il fut nomme au Quartier- gne sourire> NouveJ A „ et 
General, loan, be d\.„Sr«MC=A ; ter a la jeune normalienne. l'ac- 
Quebec, comme dfficier d'etat-ma- c U n» I »lissement d'ideals de plus en 



y>r de 8e eta 



^vx; 



plus beaux, de phis en plus gran- 



I.e major Viment Menard s'est (!,ssants - Tu lui reserves les plus 

d'.'an:,, l.eure.u^. de sh .ecente I)rt ' ( ' ieuses 9«P«rieneea dont elle J 

nomination conune Offcier d'etat- (h ' v,a fairt> P'"°^ision pour pre- 

niajor r.rsulant au cmt ingent du pa, ' er un aVi l ni t' beau "et grand, 



-^Jw>til^ r de-d4re-"<|ue--la- c o nv e i - sa - 
tion etait des plus animees mardi 
matin. Chacune s'enipressait dc 
souhaiter une bonne annee a toutes 
ses compagnes et de raconter se» 
exploits de vacances. Ce n'etait 
certes pas un retour triste! • 






Qu'est-ce que 1'on en tend di're, 
aiTMJruyere. au N*otr6-Dame, et. a 
peu pies partout? On parle de 
la graduation, de la robe Tongue, 
flfes receptions, etc., cela e'est na- 



- i «&; & :z: ]miw - '•'■'■ i,, "^ ai " » » S^KS^ 

de vue universitaire, le ma- mwmm - .pitol?. du gymnase * 

Menaxd. aintetow vu-ement „ y a • peine ()Uoli)U(> joui . s _ 

6cononnquee et porh normalienne faiaait ses deiu.N en , 1 - ut " l 'f re l!n e " tcndr «- v »«* P»r- 
m auxqueltoS il donne un, . tanf . qT ,. in , tituf ,,,,. (|m , Ul , **!*•* • • ?. 

large part de SOB temps. II Sit ma , ne d'ensei^meni a la ran, feffll pe.don, ave, ,,,,,, notre 

,x papa de deux jren- pa , rTll , , ,. ,,. i(Ie ||( . { , Ian BEoieaaffir ; ( ,, ,,.,igion U K^rend 

8 de rang, isulee au mi- .Tore Perron; nous le rernerrions> 

N'mMi- n.iiTnal est lieureuy. nu lieu t,:un ( ' h+1 "''P *«*» Mane et ;i [i de SM I. (.ones instructions et lui 




. ''«»•! ( I'tT-e st a ge dc 'J"' 

Giau-j 

, n KO.M.WA 



iRKS ITEiVW 



.i l'l'mver-:!.. d'Ottawa ou il o 
"'i en 1946 

i lieenee en phtlosophie Van- 



.•'' bancsj2asaea les uns i-uige!. II, i a 

-vclle "mam'/.elle"; M o ( ImM— le- 

, 1-1,, en rnouchahj i its, 

des regard- :i i-FM •• 

batae *iu4 , • 



'" de ■-■ p ..:e 1 i. 

i mm de limtter la uW du " , ' ,n ' ,,u ' : l " '""• | " ^ WJ*™* < ! Sy^b'SuStoto . 



ii iu nil nc uriiiil'l in IIUUII till i-..^.,. j,, > " n u "• 

, decWe q i la ^ vt fal ' '" i,! -<"> F^* 5 * : ' • ■ ' •■ M d, : \n 

" ,.' ' " madien se nuidi,,,,: I" "mam^elle" sonne la .cloche 

ence iiiilitujue. i e . - i_ .._••._ 






. ■ »■ '^ r ^. 




*k 






Tel. 2-0292 



TAItLEU 

TOUTP;S SOKTKS DE RKPA RATIONS 

ni-:tt<)ya(;i«: \>:t PBESgAGg 

SKRVICK RAPIDE 
R. Godboul, Prop. 









11, rue Nicholas 



LE 

LAURIER 

TEA ROOM 

' ' \s SEKA 



Vs rntlainifr K. 



Ottawa 



Nos dnnonceurs 



meritent votre 
encouragement 






u 



m wf - 



■ " ■■' ■ ■ ■ ! ■ < 



/ 




vQ U Htt ^ Lt an:., un eo ur a d e dro it, 



_ il r . , ■• iriauieri . se i enriront "■ - 1 " 1 p""r er 

' }ll ^<\ P=T !; ' W« ,.aa .^up^re 

. ; u,ne,e^ ( „„.,,,, .,,,,u.i,.„ '" v . ,M;i . un '»<»is. ^oil du <:;esi rrmrrmndfe 



Hi aiuif au IU sept. -ml. re et le 



-» - ... ....,,i l41 , ,,, .-ii:j»ii-iiiri| e Ul .... 

'' A1 '- ' v < i ; i: I » i: Al | ., ;[11 , . (j( ., ( . IU ,)n ults ( j' 0t . cout_dj; voyage (avion, hotels et ' '" ( ' l L. ■■■'■ 

*'* <i, -"- ! ;t NJnhn i^iennenl des succe.sj : |oiTr en Enr.^r) est de 1500. ™ *™J*_ 1 

i e Montreal , ,,..,,,,,,,;,•.., ., pp,.. j 'eux qui seraie'nt int.'-i essei a Caiiv '■'■"' •"''a'H.t t 

, .. i il..... i i- ,-n vnvdm nanimnl cr, »^...n..„ „_ kJ.:_._ ... 1 



(il orateur loHng i ' mettr? en 

AAY/. (j i >--t. Paul Crepeau. Son elo common leati oh avleo Rosaire 

cquisition de Western , , : ,. !l(( , qlii a ,, inni . [a ^ m p]u ,,,,„,,, I7;; Wa !k-r. tel. 

London. Le 10 jant iei ijernien le 

ditlon de . " K^abi i< i dc 
Vasalius", un aes meHleurs li- 



fois a notre uni ve i -.;■■ lui-s 
dea debats inter ai\l\ ersitaire 
maintenant' avec un.succes -tou- 

vres •-!'■' tua ]•■':- fcenrps a 61 ;,ll ~r' «v**\d, runiyersit^ rti 

a.imi'r .<_ !.i bibllothiique de 1'uni- Montreal., 

' fe«{» j «• te s„n ardenf I la Cficto des p 

'°; ■' *«3M*n« .-lu.lian..-, et gee g*M 

'■ ■'"»' , - / V. '*':"" '" dermtltl«, lui ont mer.te Kann 4 

do VasaJu.s. 1-,,,,,,,,,,, a r g-Jpnt-J 

! "' , ""' r1, ,, " ,,, ■ '"' ! *%«NMM« •' real, la nudadlg du reeteur. 
intioda:ie la disse.Mi.in compb 

par d«« .►! «s et d.'- . X'ntie i<.|iiu;il *.jTi t* a Paul 

dacouyertei individuelles. i. inceri et Lui sau- 

livre, imprimve en 1551) est d'une luiite- de rempoi tei eOoere d'autres 
grande rarete. Q< -rfs. 



^_ *r. 



0. L.DEROUIN 




de~ Ja niaitn 

< '„'cst une de morneaux 

emmitoufTles qui envah i nt !a 
bonne heure le matin, 

t uqu es, "nvninii^", mi- 
tJiine.s et bottes, el ' ; n llllent. au- 
t"!ir d;i poeie poill degeli' 



«• \t\ pr 



pieds tout glaees et un net lout 



I'et • , beau ti- 

de la campagne Itiute Idancln-. 
monde oil le poele parle de 
chaleur, d'int unite., de-vie mode '• 

\J faniiiiale. Petit muiide i 
in "•mallei,;,, ., v ,•: aime un au- 

1 peel de la v '•• . . . 
•l:u'.]in Ikn B 



Le Kende/.-Votis l'nr\ ersitaire 

Angle 
K I N J I : i I > H A R I > el SI I M K R B 11 

SKRVITE 1 QIAIITR T 
cor RIO IS IK 

Direction, E. KARAM, 
"ancien" 






SALON DE' BEAUTB 

• pour 
DA$IES el MKSSIKIRS 



J. B. MEUNIER, prop. 

IVI 1-00HS *• 70 l.aurier E 
I Ml an a 



Ifr 



i 



I 



\ 



. 



• • 



" ^ >»■ ; 



1 



' » 






S 




'. 



-7-"- 



i 



i\ 






5^V^T 



— 



. 






. 



: : 



» *■> «* 






** 



• - 



* 



Page 4 



LA ROTONDE 



18 Janvier 1950 






La F.CU.C. pre sen te un me moire a la 
Commission Massey 

Presente le 10 Janvier a Quebec par M. Guy Dorian et Rosaire Beaule — Recommandations 

au sujet de la radio, bibliotheques, education. 






■v 



& 




*r 



• ' 



Tendances politiques dans le 
memoire de la F.CU.C ? 



Marcel Roussin, Honorius taonmbe, Leopold Demers resi- 

gnent — Le president et le vice-president nient 

toute teinte politique. 






Le 10 Janvier dernier, la fede- ; le monde, il importe absolument, (b) Que de* con*eiller» culture!* 



ration canadienne des utuyersitai- que nous apportions aux etudiants 

res catholiques qui greupe les etu- et aux universites du Canada, 

diants de Montreal, Laval et d'Qt- l'aide financiere dont ils ont be- 

tawa, soumettait a la commission soin. 



d'enquete un memo: re concernant 
la radio, les bibliotheques, et les 
bourses d'etudes. • 

Le memoire f ut presente a la 
commission Massey, siegeant a 
Quebec, par Me Guy Dorion, secre- 
taire administrate du, mouvement 
et par notre confrere, Rosaire 
Beaule, vice-president national de 
('organisation. 



"La F.C.U.C.- recommande: 

1) L'octroi par les gouverne- 
ments prov'incia'ux, ou - par les 
gouvernements provinciaux de 
concert avec le federal, de bourses 



soient nommes pour 
tion des emissions. 



la prepara- 



(c) Que la Commission de sur- 
veillance devrait tendre a relever 
le niveau intellectuel et moral des 
emissions. 

(d) que Radio^Canada tienne 
-compte des deux *groupements 



et prets aux etudiante de facon a cthniques principaux et accorde des 
permettre a tous ceux qui oiit-laalcctroia aux postes des minorites. 
talents voulus d'entreprendre des 






etudes universitaires. 



Le troisieme point du rapport *> Laide prov,n*iala aux urn- 
nous ~intere*se plus particuliere- veniWt. sans distinction de reli- 

un plan , pon et de n*tionalite. 



(e) Qu'il 
I grammes commandites sur le r$.| 
seau de Radio Canada. 



1 



ment car, il preconise 
d'assistance financiere aux univer- 
sites et aux etudiants plus com- 
prehensif et plus complet. De plus, 
ce plan sera it plus apte a favo- 
riser une contribution marquante 
de la part des etudiants au bien 
culture!, intellectuel, economique et 
social de la nation. 

La F.CU.C. note" avec raison que 
les universites et les etudiants 
canadien* sont aujourd'hui en 
butte a de graves difficultes finan- 
ciere* par suite du cout eleve de la 
vie, des manuels de classes, etc. 

-La Conference nationale des 
universites canadienne* et la Fe- 
deration nationale des etudiants 
..4^._,«Aiy*rai^ . caoadienneA ont 
eta'bli d'une facon indubitable la 
veracite de cette affirmation. 

Void le text* tel que donne par 
* le memoire concernant ce sujet: 



3) L'application au 



I 



Daqs unciieclaration a Ja presse. sitaires. Catholiques aia toute ten 
canadienne, dimanche le 8, Marcel dance politique dans le memoir*, 
Roussin declara qu'il re&ignait da j mais affirma- que le bref rappelait 
la Federation* Canadienne- des Uni- que l'education etait du domaine 



ver*itaire8 Catholiques a cause de 
certaines tendances politiques con- 
tenues dans le memoire que la 
FOUC devait presenter a la com- 



provincial d'apres la Constitution. 
II menkionna que le memoire con- 
tenait une demande d'aide finan- 
ciere au federa, vu que, d'apres 



mission Massey. M. Roussin qui les statistiquea, le gouvernement 
est un.ancien president de la Fe- federal prelevait plu* de taxes que 



deration remit sa demission- avec 
celles de Honorius Lacombe, secre- 
taire-general et de Leopold De^ 
mers, propatgandiste. 

M. Roussin communiqua a la 
presse que la Federation avait in- 
ny est pas de pro, ejus dans le memoire certaines 
clauses , "hors des s pheres d'acti-J 
vite de la Federation". II fit en- 
tendre que le memoire contenait 
des passage* qui recommandaient 
que certains domaines de taxa- 
tion, "voles" par le federal de- 



(f) Que l« double pouvoir posse- 
d« preseutement par Radio-Canada, 

- «f "*7* de *urveiller et de contrdler la ra- 

dune loi similaire au Fullbnght Ain „ „.„ ., . Z T_ ' • — ~ "" P "" * 

Act des Etat*-Unis apres entente lj£ '" P [ ^toter *n reaaauJ vaient etre remis aux provinces, 
avec les provinces". ZL'T > T\ 0I ^ nisme A ,nd *' ! CJ»»de Gagnon. president de la 

: pendant ayant k la fois jundicUon Federation Canadienne des Univer- memoire" 
En plus de ce plan general, !a' 8Ur ** »dio-*Ut.«t privie. 
F.CU.C note que les minorites de! Pour cc qui eit du troisiem. 
langue franchise devraient etre point, la F.CU.C. ayant pris eon> 
traitees par les gouvernements | naissance du rapport pre«ente par 
provinciaux au point de vue d'exlu- l' a .sociation canadieime des biblio- 
cation de la meme maniere que la theques inUtule- "iT" biblioth^. 



les gouvernements provinciaux. 

- Hosa ire Beaule", viee-presidrrrt de 
la FCUC, dans un comrtlunique a 
la Presse Canadienne, nia lui aussi 
que le memoire avait une teinte 
politique. "Aucune mention n'est 
faite dans la redaction finale du 
memoire "a Teffet que le federa) 
eut vole certain* domain** de 
taxation aux province*. Le me- 
moire ne contient que ce qui a 
trait a l'education". II ajouta: 
"Je n« crois pa* qu'il y ait ^'opi- 
nion politique d'exprimee dan* le 



Bonjour^es sportifs 

A Ire 

EN PAGE 5 





■~*=-j,^^^M 







"Comment faire djrer 

ii // 

I amour 

VOIR PAGE 4 A 



— r- 



V 



M 



VOL.. XVIII 



-~T- 



Mercredi le 25 Janvier 1950 



— ; ■ — r-p \ _ ' r- 

intl des etudiants de langue francaise de l'Universite d'Ottawa ■ 



-*-, 



NO, 10 





A OTTAWA 






que 
minorite anglaise Test dans la pro- 
vince dr~Qu$bec, notammeht par 
de* subventions aux ecoles et uni- 
versites. 



•■ 



Da'ns le premier point du rap- 
port, la F.CU.C apporte plusieurs 
iJBBBMtlHI cgncgtnADJL la radio en 
general. Parmi les plus impor- 
Untes on r eleve les suivantei: 

(a) Q'une loi federale sur la ra- 
dio soit adoptee affn de recon- 
naitre aux universites le droit d'ex- 
ploiter leur station radiophonique 



"Si noua voukms que notre jn : 
fluenca cultnrell* aille de pair I independamment de tout con t role 
avec notre influence politique dans federal. 



theques intitul*. "La bibliothe 
que nationale du Canada, sa natu- 
re et fonctions eventuelles" endos- 
*e les recommandations de ce rap- 
port. 

Elle suggere en plus que 1'usage 
de la post* *oit gratuit pour le ser- 



doljrbKothequw. Elle »ouIP 
gne aussi la nec«ssite detablir, 
avec l'aide financier* conjoint* des 
gouvernements provinciaux at fe- 
deral, des bibliotheques publiques 
dans to us le* centre* ay ant ufle 
population d'au-dela de 10,000 de 
population. 






5 barbiers a voire service — J'anprecie votre encouragement 
MERCI! REVENEZ ENCORE. 

King Edward Hotel's 

Barber Shop 

One Minute from Station — Une Minute de la Gare — 
597 LITTLE Sl'SSEX ST. — OTTAWA 
TIME GRAVELLE. Prop." 
_5_J»arbers at your j»er vice— L*pp*e<iate your enroura^emeni 
THANK YOU] CALL AGAIN 

*•«• NiKht - Soir. 2-6M2 



Day — Jour. 



Chez les inffrmitrcs 



LeC 



Le "Carabin" est choLsi lors de la conference de la C.U^. — 

Amelioration a *JLa Rotonde" soulignee par le jury 

— Le irophee '*Southam" a t4 The Gazett^ et le 

• trophee **Bracken" au journal |'Sheaf n 

Le "Varsity", quart ier-general de Tagence 

"Unipress" avec FEurope — La 

prochaine conference a Ottawa. 



Vacances, N..-1. Jour de l'An, 
comme e'est loin deja! II nous 
L faut maintenant se remettre a . 
Toeuvre et a Tetude Le- ■ ' I n.versite de Montreal 

dpuvipm. on«/.„ .. ' ' a »<»«»nde, de 1'Univer.site dPOt 
taua. Ix» juge des journaux fran- 



Notre confrere, le journal des 
etudiant* de 1'Universite Laval, 
Le ( arabin a et* proclame le mell- 
leur journal universiuire de lan- 
gue francaise, lors de la confe- 
rence annuelle de la Canadian Uni- 
versity Press fCTTJ.F.T qufFest 
tenue a Montreal, du 29 au 31 de r 
cembre dernier. Pour la premiere 
fois cette annee, un trophee spe- 
cial etait decerne a un journal 
etudiant d'une universite de langue 
franchise. Trois journaux etaient 
en lice, le vainqueur. Le Carabin. 
de llniversite Laval, te Quartter 



nue generale parmi le* journaux 
de langue anglaise ayant una cir- 
culation de 3,000 et plus. D'autre 
part, le trophee "Bracken" decerne 
pour le meilleur Editorial de l'an- 
nee, a tt£ d^ceme au journal 



Seminar na 

Fort Lennox cet ete 



AU MICRO 



orum sur le 



Un Seminar d'une duree de trois 
semaines sera tenu au cours de ; 
1'eVte? prochain, par la Federation 
Nationale des Etudiants des Uni- 
versites Canadiennes (F. N. E. II. 
C), a annonce reoemment le pre- 
sident de la Federation, M. Richey 
Love, etudiant en droit a l'Uni- 
veraite "Dalhousie, Nouvelle- 
Ecoese. 

Cent etudiants, deux represen- 
tant* par chaque millier d'univer- 
sitaires, se rendront au Seminar 
grace a des bourses speciaTes _ pouf 
la ciTconstance. L'universit6 d'Ot- 
tawa, pour sa part, a droit a une 
representation, officielle de deux 
del.6gu.es, '" . 



Sheaf de 1'Universite de Saskat- 
chewan et a son redacteur, M. 
Jack Stedman. Pour la tenue ge 
niiale des journaux d'une circu- 
lation de 3,000 ou moina, le tro, 
phee "Jacques Bureau" a ete gagn^ 
par le journal Silhouette de TUni 
versite Mc-Master. de Hamilton. 
Ontario. 



Le -Seminar se tierxjra a Fort 
Lennox, site historique situe a 
42 millea de Montreal sur le Ri- 
chelieu. C'est un endroit bien 
connu de tous ceux qui ont^ parti- 
cipe aux camps de vacances de la 
J.K.Ct. , Les assises, qui 
trois semaines, debuteront le 14 
aout pour se terminer le 4 sep- 
tembre. - 

Le corps professoral se compo- 



sera de 12 p^pfesseurs et d'un 
doyen, dans la personne du Dr. 
Leon Lortie, professeur a l'Uni- 
versite de Montreal. On choisira 
trois professeura dans thacune 
des quatre regions de- la F. N. E. 
U. C. 

Le theme du Seminar est un 
"Releve canadien" qui sera etudie 
eh trois points de vue daffererrts: 
1 — ' l'economi* canadienne; 2 — 
1'histoire et la geojraphie cana- 
diennes; et 3 — h»s humanites ca- 
nadiennes. 

Richey Love, en annoncant ce 
programme, a fait remarquer que 
le but du Seminar etait d'amener 
a une nieiljeure ccnnprehensi.Qn smIj 
les problemes des diverges regions 
canadiennes, les etudiants des~uni- 
versites canadiennes. Ce premier 
Seminar canadien eat done un pas 
de plus vers l'unite canadienne. 

L'organisation du Seminar a etef 



cinema 



L 



F.N.E.U.C. a l'universite 
Montreal, sous la direction 
Jean Provost, president et 
Grilles Bergeron. 



La deuxieme emission du pro- 
gramme radiophonique "Nos etu- 
diants au micro'', qui passer* sur 
l«e ojuU* de C'KCIl, dimanche. soir 
prochain a 8 heure.s, sera consa- 
cree a 1'etude de la position de 
1'etudiant vis-a-vis le cinema. Au 
cours du programme, vous enten- 
drez un forum sur le cinema, au- 
quel prendront part Mile Jeanne 
Berthiaume et MM. Roger Leger, 
Langevin Cote et Jean-Paul Saint. 
Kerr*. M. Jean-Marie Joly, pro- 
fesseur a 1'Institut de Philosophie 
et a 1'ecole de Psychologic de 
1'Universite, donnera une causerie 
sur le point de vugjsy^ologique 
du probleme: 1'etudiant et le 
cinema. 

. Le service de nouvelles de La 
Rotonde donnera, cqmme a cha- 
que emission, un court bulletin de 
nouvelles. Vous entendre* de plus 



a la section locahr de la un compte TenolT^iteir activities 



sportives a 1'Universite. 



Absence de salles de cinema 

dans la capitale 



La conference qui se tenait ;i 

'Universite de Montreal, reuni.s- 

cais etait M. A-.-Ft M ercier. gerant- iatt 88 ndacteurs de djfferentt 

universitaires membre.s 



troupe de la deuxieme annee a 
1 de belles et bonnes vacances 
et a efe re joint par le/groupe an- , 

de ]a premiere annee pour la ' ***'• el ,,e ^Bveae- J-u.naux 

fp a ntre* des- clas=e?. le 



\ 



rjr*- 






- MERCERIES POUR JEUXES GENS AU 



t 



GOUT DISTINGUE 



DOVER'S Limited 



2 MAGASfNS 




BANK et QUEEN 



60, RIDEAU 



Au ,ie- la conference." lea 

<! M;;"tr,a. Da,ly Star. ^^ ^ . ^.. (| . -^^ 

•"" n:i1 La ,{ '- f-netionnement ,1, Pa^i 



ment-Journal. .fuotidien- de Qu.- d« la Canadian University Pre 
L* premiere et la troisieme an- ll ' nt n ' " nal '•» R«»««»n«b- 

Dt en service durant le temp. Apxi* avoii decern* [* |i:i i, r!( . a , S2 **!*S?^! ^ Ro f re lieav - 
** Kfia ,(2ue de es de: ("arabin. M. C^-V. L,J!n ' ****** * J " Urna! - 

mandent 1 execution des rfgvoirs de r£dacteuf dt 

-•^innrmiire, mat* ;im.-i quelle beihr^* imtriiimr i 
mtBto* de-*e ' P r u f O ifi -un reettonde sWait eonsid^ral.Ve'm'enL" '"' lct, ;; nne " lent ll " V -^<^ *b 

.-I^pr.t de X-,1". en fa.sant ray- a,,,,,,, oepnis I'an ' - flt ^fifej "T^' ^ *£ fl . n 

onnner de la syihpathie. de* m au p v ,, (1 ,- fa- tenue ge ! v coo P erik * J? *» nouvelles forme 

HTrer. Jw^n atmosphere «,u' -!e qu'au. point -le.vue d, -r ? * * f*^ UU aemiiiar dt ' 

rend joyeux. a tous ceux qui n'onf veil,, et des editoriaux ' '^ e ' nat,on:i1 St "dent Servie, 

pas choi«i de passer ce' temps de The (Jazette, journal de, etd- 2" ,- AIIemapnc - U * ont 

r a jo a iisaa ee cloucs au lit de Pho- 'liant, de 1'Universite Western ^T™* ■' ^f™^? ^ Uotidien *T 
P^l! . Ontano. a deeroehe • le SSl2SlJ2L^ 

USA IT Janvier, Soeur .K,„» »^" pS la me.ieu. Z^*^ t ' yT ^ *" ' 

I anada. Le Quartier Latin, jouc^ 

— inal de? etudiants de TUniversTle 



Uaidojederale aux etudiants 

reclamee dans le memoire de 

F.N.E.U.C. 



coise de Chantal. direct; <<■ de 
1 ' Ecole des.Inflrmieres.' dopne une 




Compliments 




O. PROULX 

— FLEURISTE ' 



196, RIDEAU 
99, BANK . 

♦ 




Tel. 3-7793 
TeL 2-1585 




conference avec com me sujet, 'La 
garde-malade ideale", aux points 
de vue professionmd, social et._re-. 
ligieux. 

Nous desirous souhaiter un 
prompt retablissement a notre 
compagne, Francoi.«e Laron(fe, 
hoapitalisee a I'H opital General, 4 
IT"suite d'un accident^'urvenu^ le 
Jer Janvier. 

Un groupe d'infirmieres' ent'hou- 
siaates . . . et optimistes ont for- J 
me une equipe de ski. Esperons 



L^ conseil des Arts 



C« fut 



s emeut 

ceriainement une belle 
de la part du conseil 



<de M on t r ea l, s'peroffert a former 
I un comite de traduction anglaise - 

franca;, e et francaise'-anglaise. 
rr fa»-i!itt r le travail de l'agenw 

de nouvelles. '. 



initiative 

des arts que la guignolee du 19 ,1. 



Rosaire Beaule, dt La Rotonde. 

conjointement avec un delegue du 



Un memoire de HI pages prepa- 
re par la Federation Nationale dea 
Etudiants des Universites Cana- 
diennes, a ete presente fe 20 Jan- 
vier dernier devant la Commission 
Royale sur les Arts, les Sciences 
et les Lettres, a Halifax. 

Ce memoire. est le fruit de deux4 
ans de travail par les differents 
comites de la F.N.E.U.C. a travers 
le Canada. Voici les principaux 
points du memoire. 
F.N.E.U.C. reclame: 

1^-Bourses et dons federaux aux 
etpdiants-universitaires qui ob- 
tiennent un haut niveau acade- 
mique. 

2 — Aide sou* form* de pr$ts 
aux etudiants-universitaires qui 
n'entrent pas dans la section 1. 



."?— Vues et recommandations 
concernant les institutions natio- 
nals t. lies que l'Office National 
du Film et le Musee national. 

4 — Vues et recommandations 
concernant reorganisation educa- 
tionnelle, scientifique et culturelle 
des Nations Unies. 

Le memoire fut presente par 
Richey Love, etudiant en droit a 
l'universite Dalhousie et president 
de la F.N.E.U.C. ainsi que par 
Jack Madden de l'universite de 
Toronto. 

La majeure partie des proposi- 
tion* que contient le mimoire 
avaient ete adoptees a la dtrniere 
conference annuelle, tenue a Ot- 
tawa en septembre 1949. 



INSTITUT 

DE 



Geographie 

De source sure, nous apprenons 
cjue l'an prochain 1'Universite 
d'Ottawa donnera un reel essor a 
l'etude de la geographie en fon- 
dant un institut pour cette bran- 
ch*. ■> Le Canada accuse certaine- 
ment une grave lacune dans ce 
domaine. Le Parlement cajiadien 
a lui seur, manque de plus de qua- 
rante geographes. L'Institut nou- 
veau donnera un cours de plusieurs 
annees et pourra meme offrir a ses 
eUves le Doctorat eh Geographie 
apres quelques" annees d'etudes 
supplementaires. 

Cette initiative sera certaine- 
nient accueillie avec joie tant par 
ceux qui s'interessent a la geo- 
graphie que par le public cana- 
dien. 



La ville d'Ottawa presente un 
probleme bien ennuyant auVcirte- 
phile franyais: vingt salles de 
spectacle rivalisent entre elles 
pour la faveur du public et, pour- 
tant, pas une-'seule ne presente 
regulierement des pellicules tour- 
nees en France ou dans le Quebec. 

II y a de cela quelques annees 
deja, le Rideau offrait une fois la 
semaine, le mercredi,/^ _ d^s films 
francais; aujourd'hui\^seules de 
trop rares exceptions se montrent 
la tete dans Ottawa, telles "Mon- 
sieur Vincent", "Le* enfant* du 
paradis", "Passionnelle" et "La 
maison du Maltais" qui ont joui 
d'un privilege tout a fait special 
dans certains cinemas anglais He 
la cite. La premiere de ces vues 
animees a prevalu parce qu'uni- 
versellernent acclamee par la cri- 
tique, les trois autres, parce que 
shocking et revealing (sic) d'apres 
la reclame . qu'oii.. leur _a. faite. dans 
nos quotidiens! 

Depuis que le Glebe ne presente 
que des films choisrs, - le gerant 
nous promet des metrages fran- 
cais, mais de temp* a autre seule- 
ment puisque sa clientele est pres- 
que exclusivement anglophone; Je 
lecteuT'y pourra voir cette se- 
maine ^Aux yeux du souvenir' 



de tout premier ordre; nous *om- 
nres fatigues des fadeurs holly- 
woodienne* et il est temps qu'on 
nous apprete un menu meilleur a 
digerer. 

Une vingtaihe de salles vouees 
aux platitude* de Hollywood font 
fortune chez-noua,; pourquoi alors 
une salie francaise ne pourrait- 
elle pas se tailler urt morceau du 
gateau? Nous sommes quarante- 
hurt mille (48,000) Canadien* de 
langue francaise a Ottawa, tous 
clients potentiels d'un* telle entre- 
prise et Dieu sait que la France a 
besoin de no* dollars canadiens 
pour remettre sur pied son econo- 
' mi* ;■ voici un woven pratique de 
lui aider. 

Enfin, on reconnait que le cine- 
ma ne fait pas que distraire la*- 
spectateurs, il fait pour une large 
part l'education du populo; n'eet- 
ce pas qu'au detriment de sa cul- 
ture franeaiee, notre milieu" eet 
intoxique de* ; films americani- 
"sants? No* organismes patrioti- 
ques doivent *avoir que le cinema 
francais est une des planches de 
salut de notre langue et de notre 
culture. Pourquoi ne doteraient- 
ils pas Ottawa d'un cinema fran- 



cais? -Un-peujrie interesse au film 
qui met en vedette Michele v Mor- francais c'est un people qui lit 
gan. . . Pour ce qui est du fran- 
cais, U n'y a la de francais que le 
nom car on y met a 1'afTiche des 
westerns .d'outre quarante-cin- 
quieme. : ' ■ -_.- 

II resulte de cette situation 



Agenda 



que la temperature se mettre de 
"la partie". 

Nous avons entendu parler, ya 



cetttbre. Sous la d.rection du dy. SSSL^Z '"Z "l *"**"* *" 
namique .1,0. Sir*}*'-]*, rho,e, • > V d "^° P °" r 

ont marche ronden,,nt. m ^ ™? ^ '^'^ -s a 

«W»^ -ent dans 1..7;i Mtl " n ^ Jl*»U»Uei tg ««« 

et amasserent pour les pauvres la ,rains ,)0 '" 1,s ^fegu^* qui par- 



belle somme de $21.70 qui fut dis- ' tit ' i I ,eront aux prochaines "eonven 

tnl.uee a quelques - faniiljes de Ja tions ae la C -U.P. 

ville. Cette colleete a rechauffe V. f , | 

"eur de plusieurs mamans qui T* J!**"*! " nt '^^P^ Voi T™ 

voyaient approcher le jour de l'an ! ^ L ^ Kdtl>nde » fait par l'entre- 
guement dQ Cine-Club. Quand ;aV4 ' c inquietude. 5Erp|rons que ce ' UIS< ' (K ' ;,,rT directed, pour la te- 
aurons-nous -de 3 erlaincissemenU? . D el acte se. perpetuera pour Te , nae de la prochaine conference 
> Notre executif a trac* son pro- j annees a venir . . . Done, a annuelle de'la C.U.P., a I ' Uni v tT - " 
gramme pour les mois a venir. II ; 1'annee- procaine et un gros merci \ site d'Ottawa. Celled se tiendra 
- LaJx au*. charge et intercjsant. | de la part des moins fortunes. | probablemenC en dec^mbre vm 




. 



de la Semaine Etudiante 

Mardi: ("etait conge! 

Mercredi soir: Concert, tel qu'annonce, a la sal- 
ie academique, a 8 heures et ^0. Admission grratuite 
sur presentation de votre carte d'etudiant. 

Jeudi soir: Vues animees d*un int^ret particulier pour 
les etudiants, a la salle academiau.e, 8 heures et 30. Meme 
condition d'entree que mercredi soir. 

Vendredi soir: Danse du Bon Vieux Temps, a 8 heures 
et 30, au gymnase de 1'Universite. Meme condition d'admis- 
sion que les soirs precedents. . Procurez-vous vos billets 
d'admission aupres de votre president .de classe. 

Comme on peut le voir la F.N.E.y.C. qui organise cette 
semaine etudiante, se donne beaucoup de. mal pour te faire 
profiler d'acliviles interessantes. N'oublie pas que cette 
semaine etudiante qui se celebre par tout le Canada, est ta 
semaine etudiante. 



A,M.C.U.C. 

— d£rKf.€-rU.Cr —(Association Mis- 
sionnarr* Canadienne des Univer- 
sitaires Catholiques) est reconnue 
comme un sous-comite de la F. C. 
U. C. Telle est -la decision que le 
conseil de ce dernier organisme a 
prise a son assembl*e du 18 Jan- 
vier dernier. 

Cette association a pour but 
d 'aider- les missions catholiques 
*ur un plan eurturel, scientiftque 
et professionnel. Nous sommes en 
droit d'esperer les plus rapides 
progres pour cette nouvelle asso- 
ciation. 

Andre Ferragne, le president de 
cette nouvelle organisation, est a 
preparer un plan assez detaille 
dont les quatre points principaux 
seront: la formation spirituelle de 
ses membres, leur formation mis- 
siologique, les rapports avec I'ex- 
terieur, la propagande. 



anormale que le cttoyen d'Ottawa 
qui desire ardemment voir un film 
francais doit prendre son courage 
a deux mains et visiter le Cinema 



Pour les raisons precitees et 
de ParisT rue Laval, a Hull. C'est pour Unt d'autres, il nou* faut a 
un 1ongu voyage qui rend heureux, 
sans doute, mais au retour duquel 



Ottawa une salle de cinema fran- 
cais, et tout de suite! L 'a venir et 
on se ra i t tan t * da re * t a r chex^oi ^ notre CttrtOT6 et de j a nouvelle 



le reste de son age: il. faut con- 
sacrer au trajet par autobus et 
tram plus de temps qu'il n'en faut 
pour assister a la representation 
cinematographique eilc meme. Si 
au moins on entrait prendre son 
siege tout a sa guise, en arrivant, 
ce ne serait deja pas trop mal; ce 
qui est pis, il faut faire la file 
indienne pendant une ou deux" 
heures pour arriver aux portes du 
Pa'radls, ou du moins, du Paris. II 
n'y a la que six cents places pour 
les elus entre tous ceux qui sont 
appeles a jouir de la vision beati- 
fique a son seng premier. . . 
• L'ete passe, je hantais le Paris 
et le Pigalle de Quebec mais de 
retour aux etudes, j'y songe deux 
fois avant de sacrifier line soiree 
entiere pour tenter ma chance a 
Hull. Si le film francais interesse 
tant le monde qu'il faille refuser 
l 'entree aux gens qui accourent 
d'Ottawa, pourquoi n'y aurait-ij 
pas a Ottawa une salle de cinema 
francais? Du cote esthetique, le 
cinema francais e*t riche en ac- 
teurs, en actrices et en techniciens 



les journaux et * les revues pour 
mieux connaitre ses artistes fa- 
voris; il se peut qu'en meme temps 
il jettera un coup d'oeil sur les 
autres article* de redaction et, 
ainsi, le francais reprendra *a 
place dan* le ooeur et J'e sprit de 
nombre de Canadien* qui ont 
oublie l'origine de leur* peres. 



industrie du cinema canadien-fran- 
Cais en depend pour une part. 

Cy Goulet 



Nomination d'un 
des ndtres 



Quebec (Special) — Monsieur 
Charles Borly, etudiant en science* 
politique*, a 1'Universite d'Ottawa, 
vient d'etre mi* en charge des 
echange* -d'etudiant* pour la Fe- 
derattmr'Canadienne des urfiversi- 
taires catholiques a la suitetTtme 
decision de l'executif de cet Orga- 
nisme. Monsieur Boily, qui a fait 
un voyage d'etudes en Espagne 
Pete dernier, e'occupera de* echan. 
ges d 'etudiante canadien* et euro- 
peen* pour l'ete prochain et de la 
venue de personne* deplaceea dan* 
les universite* catholiques du 
Canada. 



•» 




ymoF 



* 






S 






-^ 



■■■; 



m 



— 









Page 2 



LA ROTONDE 



25 Janvier 1950 



L'infirmiere modele 



Ecole normale 






(Coniptoe kikIu d'une conference - 

d^nnee lundi dernier, par Soeur 
tie Chantal, directriee de 
le des Infirmieres.) 
La iraide inaladc ideale doit pos- 
iifcffti il'apir, sa formation Intel- '^ ****&* i* »*«* Ront 
-ii-. nmr;ilc et r,.li K i.Mi^ >!..« . ctemte>. lee rent- des vacant 
. de premier ordrc. D'ou • *PY : ^- lbs . soiC saute el 

I'inipoVfettee d'une formation so- , d& J"'nl.eur deja demode. . E 
l»de, At-iieuse et fonci er emeat- refi- -*""""■•■ 'ancienne routine qui 

<nW N mnhLagses sorrHhrs s u s ; our a. " .. 'Anvicri ii'- I 

q ; i i linu'e I'rr I M aatuero de pari 

. We incomparable da sou. des mala Hmra.re a l'heqle & 

' des, l..::.-lle est transforms- et male prend une nouveile allure 

nift par Ie Christ dim »**«•> M «***»* 

da cj&iitfl. de justice et de daw IVl ' * M I" 

meni; N'oublions pa.. eh. re*- I ,iU11 '-> ,,: • deuumt du. imm- 

..., v , t ,. ,.,„,„,, Iln ... , r .ie nomalieS 

appoKona '' lurpnsea pour I*autre m 
melod e Fala >n> en aorte 'i 11 ' •'** eparpillee dana l« 

que* la n.v fa | -et.danto i. n hri-e dejttaiWUe en ville et en campa- 
aVmdnie, afi'n «,iTvi! " [*$** 

toujour* sur celle du Change d'exp and tog 

tes auront complete leur semainc; 



sur 







•\OS, fMVFRSlTAlKKS At MICRO" — Li photo qne tous voyer ci-de**ns. a rlr pri»e 



n m. e xerc c he auvoup ' tr'rnfhien-ce 

ceux qui entrent en contact ,m ' mes A de situations, eomparai- 



Solanje Roy, Jean C6te, L6uto Desbiens. Rosa ire Raul 



(Photo I ! ipointe, La Rotonde) 



. 



I f 



L'^un.uue.qu'eLe ie veu.lle Du, .^ n ^ne^n t! ^D . .h ^ dim.nche soir derner. imm- diatcmen. afR^TTa premiere emission de 

1 "Noi Universitaires au Micro". Premiere ranker, d • gmrrtn? a drntTe. on reconiuTI Henri "Bergeron dir. 
des Pr.,rrammes a C.K.CIL. M. de Varenne.s. Aurele Laco te. .Ica^e d'erth aume. Bernard Carisse. |\ 
aVOC tile. M elk. e s toiKiuimtnt -_ -^ v M<>i|I ,. nr Th0r {. e Iawlis M j M . „,. rV; 2U . m , I}in< . e de ^^h,. i.^ r ,.i, P . J«a Vnwent. \mc Mercure. 

I.onne, .si $es convictions reliK'en- ,uv ' u ''"'' l "*^ au vu ei (,u vtt " 

. sont solides et eclairees, si elle ' BW eowidon eonnait*ont un ftun 
connait, pratique et enseipne la mlUamajlt rare, assurement! 

drmu- morale, elle peui accompiir Nouvel horaire. nouvelles elec _ — : 

une somme debien considerable: t; "" ( 'omnie, pai Us an 

elle remplit done un rGle social et n ^ l>a^es. le comiie ItEOralre D r ^ tTlf , >, r p 'f m j ccjntl 
reli-rieux d"'une grande portee ere- c!»»0*S " SU n chaj)eau de bonl ' 3»>n/# 

- ant .chez. elk> de« ||hll|llllllH et sit6t N ° f ' 1 - question de donner a 
des devoirs. Chaque infirmiere est mutant de normaliennes et norma 
pour sa'part, et ne I'oubUo ns ja U«M P«*ibjos la ehanca <l'y met- 
ma ( is. responsabOe de la repuUtion t!V k ' ur l » ot ^ & voi ^ qu'en 
du ' corps entier. Ailors. elle devrait t"lasse A. Mile Gisele Charbnn- . 
,VfTorcer d'y acquerir hon seule"- • n «* u devient presidente, Mile Nt>g- 
pient la science theorique mais mie Guindbn en ('lasses B, M. Ber- 
autant le sens social, l'esprit de '. trand MJchaud en Classes C, Mile 
corps, la solidarity de saine fra- ' Jocelyne Upens«k- en Classes E, 
lernite. C'est ce que notre devouee j Soeur Ste-Veronique, 8,Cn »D 
. directrke Vefforce de nous incul- Classes F. La nouvelle presidente 
~^SeT~VST son ~ eXempTe— BTTtar "W=4 ^ ♦^w*** ^ p » 
bortations toujour^ si a point: ' avant }» ■prod 
Nutrs* frarderons un souvenir emu ralre - 
et reconnaTssant <le 
givus^ eeittir^e -at sy nvprfthique 
seme dang le coeur 
I'enthou&iasme dans la pra tique 



"Nos universitaires au micro 



La Federation- des. Ettidiantd J'eauJe. MarceJ la & I '''" ■• Louis an q g pl usUora forums «<t eau- 

presentait dimanche soir dern:ei F t ab ' l e m r , Aur-le l.aeoste e( .lean serrei jut des proldemcs d interet 

a 8 V heures, snr les oncres de l'o*e-. cultural et social, m-enssant • les 

C.K.C.H. "Nos I niversitaires au -Au da%ut <1 i?on, rannnn .'nria'if--. Assez scjjvent aussi des 

Micro". Cette premiere emission ifui transpoitait lea antlite is au sketches seroht prasantea. II va 

d'une serie de treize, fut un SUCCea bureau de La Rot ntle, d'ou Jean- vans till •«•. -qu'a clmque emission, on 



rH .^ tte .^ !m ^ - titntte . , -:eL>.ygJl!t au x^^axUcjpaTRSj^^sJtfai^ ^i ;?Ll\?ill.a'u.\^iJJ.'i-ur^ dus nouveL _ 

_i, •„„ .'-x-« „ «**• felicitations de nombreux auditeur.-. des mamrhettea de I'annee ainsi les tant > nerales que sportives, 
.w.nainp ?>ceance line-. . . 

Ces debuts prometteurs Missant qua leg nouvelles tl a tualitel pr. >venant tie 1 University. 




du Men et de la verite, le.courage" J J 0, ' t,1 - vm ' Boocha*d la Classe \ ' 

de 

dc 

ideal 



,,,. ,!.;,•) M, i y7 de miH^n* <le^v.t;x-t|m di.»<-ut ai en '. r' er .'pp;--* qfrlry-.ns ■ aiin^ ! ?. AuT^To 




sens de la justice et de la charite. 

Par le fait meme nous aimerons 

""dhVahtage -tous le.s |oura notre si 



*-/ i .>**••* 



quilles hel.ti,.matl.ur>'s. On s'y -Jeanne Berthiaume. Sohintre R >>* et !''"'•. taienl pour le Hni 

donnj kufcajnjt d'enthouiiasme ?|arie-Ther< e Law!;-, aind que pnntettipa»prochann, ta eonatruftion (.-, ., leur sou- 

qbe notre professeur de mathewa MM Bernard Carl,-.-, Rosaira du OAUvel Edifice da la fu-ulte da n< un.au • dans 

belle vocation . et avec le poete *<l™*\ Esl ce e„ ,1:,, a-^ez? — , ^ A " ' ■''■■''■ '' '- l,: " ' ' : ' : ' " *« 

DOUl pourrons dire: "Quand on Bfott un ,r„i-ie,n, mm,te a ,.,', ^^ ^ ^ ft ~ 

•Sana, H n'y a pas de.pe;ne, ou s'il naissahce, celui de 1'annuaire.. On „.,,',,,. 

y a peiive, on l'aime." y fompte parmi lej respofi 



An 



Touted nos 



FUGITIVE" 

Le magnifique film "Furi- 



Soeor Marcelle is, a.g.j 

Mile .Jacqueline Bla ' ." '"' i,,; £ r " 



endr s I .Mi .'inition d'nn adolescent: — 

1 1 ■■■ ■ i I,.. - \" : * ■• i ..:•■■ .•;!, ,.| beaucoui) 

ItetJona ao ■ • • H .■ 1 'i lea in i i ;,. d'in depen- 



,. de • lunriBsion. 

laine-de-.lesi Mile Noen . re ^ Ls t'omi^esT I^OUfl Ii«f iBWf n .,.,.,■ bea 

'ii age • et 

dan- touttil ! • .1 m ■ he:,.. He 

ne gran 



'"' III MM 1 ~ "-. 


mmm --. 


; 






h|^i 








25 Janvier 


1950 








£a\ 




















\^-~~** 






V 



LA 



Ia 



~i 



a 



I .es 



Tarait le merrredi 

Membre d«t la "Canadian University Press" 

Membre de la Corporation dea RKcholieTs Criffonneurs 

Jloaaire Beaule, directeur; Raymond Martin.- dtrecteUT-adJoinl : 

Jean Boivin, redacteur en chef; Andree Cloutier, red.adjointe; 

Louis Vincent, ch^f de H nouvelles; Jeair Cote, adjoint. 

Gay Joubert, redacteur aportif, A. Cote, publiciste 

Adresse— ^173, rue Waller. Ottawa Tel: 5-5441 

- Autori.se com me envoi pontal de second*- classe 
idees exprimees dans ces pages ne sont pas necessairement 
celles de l'Universite ou de la Federation des etudianta. 



R v>T N D E 

'—, " — — 



- 1 
i — 



^ ... .■^ a 4- 



Page 3 



:\ 



SOYONS FIERS 

D'EtRE ETUDIANTS 

Nun d'unejaertfiJluj ae limite au port d'un ecuason sur un "blazer", 
ou a ruaage d'une excellente formulfi mondaine.de presentation mais' 
possedons pJutot If noble sentiment d'etra fiers d'etu<iier parce que nous 
sorranes convaincus du sens profond de notre metier. Ce 'point* afcteint. 
nous puiserons a sa juste valeur et nous exploiterons les richesses de 
la vie etudiante. « 

Cette semaine, la section locale de la Federation Nationale des 
Etudiants des Universites Canadiennes a mis -tout en branle pour 
donner a_cgjbe fierte un moyen de s'epanouir a 1'Universite et a l'exte- 




A LA DEFENSE 

des organisations etudiantes 

II se trouve enormement de personnes qui ne voient nfB 
uun bon oeii les diverses organisations etudiantes qui 
couvrent les^ campus des universites canadiennes-. Evidem- 
ment il ne s agit pas des associations sportTyea dont je veux 
parler. Celles-la, tout le monde veut les conserver et leur 
taire prendre de Tampleur; belles semblent de premiere 
importance. . . Les organismes pour, lesquers on marutfeste 
une certame aversion. s^ont les conseils etudiants, les iour- 
?^" X -* i e3 5 om ^ reu , x eomites mis sur pied pour servir la 
Cite etudiante. On les considere souvent comme une perte 
de temps, un moyen pour tea universitaires de s'evader de 
leurs bouqums ou encore une plate- forme dont se servent 
quelques esprits prematures et bruyants. C'est une opinion 
que je respecte sans la partager, pour parler comme un haut 
personnage politique de la province, de Quebec. 




neur. 

ceux; qui ortt donne de leur temps, de leur travail et peut-etre meme 

quelques succes scolaires pour I'organiaation de ces manifestations. 

Mais gare, la fierte n'aat pas' 1'apanage d'un jour ou d'une certaine 
semaine. C'est au contraire un 

etudiants tous les jours de I'annee. II importe que nous, futurs diri- 
aaants de la societe, soyons armes d'une solide provision de fierte et 
de courage pour assumer les lourdes respons»bilite 3 qui nous attendent. 

C'est ici a 1'Universite que nous preparons les armea dont nous 
nous servirons demain. L'avenir nous reserve des surprises et, chose 
certaine, le* sort sera impitoyable ehvers ceux qui n'auront pas pris 
au serieux leur metier d'etudiant. Car etudier est un. veritable metier 
^rutwru"en di^ent -ceux qui l'WVli?ag^ntn?tfmni"e^uTie"8ineTuye7 iTrTTnTe rT 
nement ou un refuge contre les difficulty de la vie journaliere de 
l'ouvrier. 

Y a-t-il un metier' plus interessant et plus passionnant que celui 
de faconner son avenir? L'etudiant ne travaille pas sur une matiere 
inerte, vide de sens et. de promesse, mais sur lui-meme. ce qu'il sera 
dejnain. . -■ . ' - _j^ 



Je voudrais cependant essayer d^etablir la neeessite des 
organisations etudiantes. 3= - 

En principe, un etudiant vient a l'universite pour acqii^. 
rir une triple formation: morale, inteUectuelle ou profes- 
'fwA ' ^ Ial * ' P € r sonn e ne vient nier la legitimise et 
l urgence de la formation morale et inteUectuelle-; 1'enseigne- 
ment qu on nous procure est la pour 1'attester. Mais la for- 
mation sociable qui devrait etre la conclusion, et rorientation 
des etudes est souvent maigre sinon delaissee. 

La formation sociale, c'est. encore le sens social ou le 
civisme developpe dmra une large hieaiire. Elle tire sa raison 
detre du fait que l'homme tend naturellement a vivre en 



LETTRES 

La liberie de presse 
de M. Cote- 



Dans La Rotonde du 18 Janvier | 
dernier, M. Jean Cote, redacteur- \ 
adjoint au service des nouvelles, a | 
commente un mot de M. Clyde 
Kennedy qui disait ■que-"sotr jour 
nal (le McGill Daily) etait le aeul I 
journal universitaire au Canada ! 
qui ne pouvait publier un eompte i 
rendu integral de8 discussions qui j 
avaient lieu aux seances de l'exe- ■* 
cutif du conseil etudiant de l'uni- \ 



versite." 



\ 



n a mwtfmm^m^ » i universe ec a rexce- w t^t> w- xaiv ^ uc i-iiuuime tena naturellement a vivre en 

Profitons-en, et encourageons par notre participation activer societe et que cette societe, pour etre efficace i.e servir le 
temns. de leur ir av »n *t hufjn. «.i-.. bien commun, doit posseder des cadres et des chefs qui sacri- 

fieront une part de leurs interets personnels pour l'interet 

,«P-na ff e a un jour on OTUne certame d^innnivS-^r 1 " 16, ° n P "™^ d ^ finir la formation Sociale 

etat d'ame qui doit caracteriser les l t PrZr n H? ^^ • ^f T^ ' *°™\ ct ™ Jnebranlable et 

ee. II importe que nous, futurs diri- 1^™^^^?. fle . rv . lr la Cl . te .etudiante puis, demain, de 

Et cela sans but 



Maigre cela, un grand nombre, je dirais meme le plus grand 
, nombre, trouve la vie etudiante fade et ennuyeuse. 

Pourquoi? Parce qu'ils ne rayonnent pas de la fierte attachee a 
leur metier, ils n'ont pas conscience de le faire aimer, d'y apporter Iftur 
contribution, ils ne se sentent pas lies et indispensables. Ils savent 
Mu'ils peuvent deserter la communaute qtudiante sans par cela trahir 
les interets communs. En consequence, ils agissent tel que le font les „ 

paasagers d'un train fatigues du voyage. Leur mot d'ordre reste: ~*r^' ^ nthoUs . ,asmt -' seul ne «^» ^ « &» man,p,e l'esprit dequipe. 

L'equipe est un groupe de personnes qui. se proposant une tache 
:ise, ont le bonheur de s'entendre pour agir. L'esprit d'equipe. 



je peux aVcroaher ce nv . . degre-la, j'vas t'y fouter le camp". 



mettre ses.talenta au service de, la societe 
egoiste. 

Les organisations etudiantes sont les meilleures ecoles 

, V > " n * t 1 J on <*<>ciale; parce qu'elles s'adressent a des jeunes 

dont 1 enthousiasme n'a pas encore ete balaye par les decep- 

^ n ' S i e J J a J' ,e: parce QM' e "e» component bien plus de s&cri- 

On y entre souvent pour des motifs egotstes, on en sort 
IHms souvent avec un esprit de charite communautaire. 

Rosaire Beaule 






L'ESPRIT DTQUIPE ; 

Depuis quelques annees on entend- beaueoup parler d'equipe. de 
<hef-d|equjpe et a tout l>out de champ un nouveau groupe apparait. 
Mais helas, combien de mouvements intexessants, restent ea^lan parce 



OH out d'esprit che, certains trouvecait une «ur« ■inf.illil.l. s:!, g* r kTsl .J^2EZ£? m £!*; »>™ V*- >^'* f**«P°- Tres 
ifestaiert. -a* pen plus .Hhteret vb-a-vi, Ie.» ocean „ %V ESL* f.f^S^ ' " M,, ^*»2 « """^ dc ""-"' v rcati 



manifostaiertt ur, pen phis d'interet vis-a-vis les organ 
nombre existantes a 1'Universite cette annee. 



A ceci, $.. Cote remarque que j 
c'est Vun danger existant -qui n'eat | 
pas unique," II pretend que la j "„ 
restriction \de la liberte de la prea- ; 
se-axiste aifleurs qu'au McGill 1* 
Daily ( peut-etre. est-ce, d'aprea lui, 4 - 
le cas deXa Rotonde?). l\ affirme a 
done que "le journal etudiant doit i 
pouvoiri s'exprimer avec liberte et j 
ne pas etre restreint par les orga- * 
nismes etudiants ou autres a l'Uni- J 
versite". M, Cote a parfaitement j 
ralSon d'affirJfcer que le journal • 
doit etre libre de s'exprimer. II } ' 
a aussi raison de dire que ce meme j 
journal ne doit pas etre restreint *' 
par les prganismes etudiants ( je J 
dis bien: etudiants), a condition j 
que ces organismes soient sur le : 
meme pied d'egalite que le journal 'S 
lui-meme. 

Mais ee que je veux refuter 
(sans pour cela perdre - J'amitie de 
1'auteur, un confrere de classe), 
c'est 1'expression "ou autres" qu'il 
a ajoutee. Cela veut dire que M. 

.Coti_XfiXMSfi_ ._de_yoir sa "liherteV L— 

frestreinte par les organismes etu- . 
diants "ou autres". que ces orga- 
nismes lui i soient superieura ou 
non. Sans avoir mentionne de * - 
noms, M. Cote" s 'oppose de ce fait 
a l'autorite civile, a 1'autorite re- 

ligieuse, a 1'aufcorite- univeTsftaire, 

et peut-etre a d'autres. 

En consequence, M. Cote " voii- 
drait que, en redigeant La Ro- 
tonde, on ne tienne eompte ni du 
tres hon. Louis Saint- Laurent, ni 
de S.S. Pie XII, ni du Tres R. P. 
Laframboise. Aurait-il 1'intention 
d'aller en remontrer au premier 
ministre, d'enseigmer la theologie 
au Saint-Pere. de remplacer le 
Tres R. P. Recte.ur dans l'adminis- 



don. M..-Bernard Kane... Mile Marie-' Ia main en leur lll! * lilf1 ' "> 



«c ..«*x R41 .i.. H « c ...in * u^» Paule Lefevre. Mile Odette Pari- ' reux eow eou ra. liana toutea ! d n l'aud 

■\ i; . , s '!' a ,, , '-^ sen /' e . demain liam «t Mile Claire Morria I a i ','. ^W^T^Me chan.-e ei bon hommage d -in.- a ehac nt d - 

Voir a la Salle Academique. , , ,. ... _. „2™' c " succef' ■■„„ ... . ri 

II y aura aussi undocu- ^acthm d e Pannyalre ...,-; majn ™ cc f , 




ou de. hockey, par exeniple. oil ehacun s'appliqUe a son role, oil tons 
les joueurs s'unissent pour ten. Ire vers un but unique. C 



ion de l'Uni versite"? M. Cote 



Maigre ce nomi»re. nous eonstatons cette annee a rUauVeaajU qua d'equipe est indispensable dans une university qui vtlit progreaser" et 

l'ideal -di- fraiern-te etudiante pren.l racine parmi n.»u>, ROUS nous aboutir a un ideal trace tlavance. En effet deux tetes val.ent mieux 

decouyrona. Prenona eonacien^e de notre force, vivonj une vie cons- qu'une et pour meher a bonne fin tOdtes les act ivites .etudiantes. il faut 

iruetive et ajriaSante dans notre milieu present, .demain DOUS serons 'l'"' ehacun donne le meflleur de sui. 
ides penseurs e*t des travailleurs de premiere ligne. Demain. c'est nous. I p- ..rinrinanv n^tonU, .'. r„ n •» l> .. , • ,. . 

uea prmcipaux oostaelea a 1 esprit dequ.pe sunt l ambition. 1 envie 

•Animes-de eee sentiments d'aapair et de tierte, unis par le mem. et forgnett; L'amhitieux en effet n'est jamais satisfait de la fonetFon 

ideal, ftoua edifierons on Canada furl et prosp ere, un Canada dont nous T" In- revier.t parce que son but est d'arriver. L'envieux se fait moms 

••- Hinnns le di.ut ,|Vfre ; , iu-te titre fier's. [ d'illu.m)ns sur lui-mOn il ne se resigne'pas a sa malcTiance ou 

Raymond Martin i a sa mediocrite. U> bien ou le bonheur d'autrui lui f-nt mal. L'oruueil- 

.leux voit rien d'admirable chea les autres. tout U succes lui revient. 
II n'y a pas moyen de' faire d'equipe avee des gens comme reux que Je 
viens de mentionner. encore hien moins aVec un chef jaloux de son 



SE VAINCRE SOI-MEME 



autorite, qui n'a pas. le souci de se faire comprendre et obeir. 



"Le pire ennemi de l'homme. .'est lui-meme". a observe quelqu'un ' ' * Une vraie ^ ui P e doit «tre plutdt composee de gens qui sont.atten- 
qualque part I'.obablement que ce personnage a confess* cola, tm • tlfs ai,x mantes, des autres et qui font partager la joie demurs succes. 



soir qu'il s'est decouvert sur le niiroir dc sa conscience. La verite def 
THSsertion. memo si ©lie n'est pas evidente, n'en est pas moms in.ln- 
bitable 

5 ' • 

Chaque homme possede ce cote pait.culier de son Caractere qui 
lui fait «;ch # ec et ce n'est pas en refusant de le voir que celui-ci ou 
ceIui*4a>-paiViendra** t a-;,ce , tte maitrise de soi qui caracterise non pas 
ellement J'homTRc d'action mais plutot rhomme d'aetion realisateur. J 

Le type entreprenant et plein de^ljonnes, 1 idees, poursuivant la rea- 
lisation de projets louables, partictilierement, dans une oiganisaUon 



, » . ... . y -»...» ^ — M _ .. .._ ^,.„..„. w wu, r>tui v«_- i|.i ii aivuiu^iii, uans ie groupe. [ w ■• vvnimir |fuur inns les 

•t'.d.ante.^aura tt surmonter tie, obstacles qui. pour une large part. £ntin l'equipe trouve toitte sa f.,rce et toute son ampleur dans celui autres. Si tu e S interesse a 

Malheureusement une meeflf.nai^anrp de h.k qui ] a conduit; faire du journalisme, c'est -a- 



viennent de lui-mome. 

nuuiie ou un incbncevable. orgUeil. le pousse a jeter le blame sur ses 
< unfreies, oubliant (pi'il" ne pent etre infaillible etAencore ivmins, paifait. 
est ties courant ei: tnus ceux qui sont meles a quelque organisa- 
tion que ce soit. peuvent le constater ]>ei sonnellement. 

L'homijie par ('obligation qu'il a -in vivre:. au sei'n d'.uw societe. 
ffoit elierehei, dans ses' eoiitaets a\ee , . .emblubles, a atterue 
tote subversif tie on feajwetere pcwr t'-viter les fmltements et le ; 



.Aussi ehacun doit-il tenir sa place et jouer son role; r.dee de servir' 
devrait soutenir le dernier equipier aussi bie.n que le chef. Enrin la 
sympathie et 1'encouragement mutuelsdes membres est un merveilleux 
stimulant a Taction e^ les equipiers doiyent avoir une grande consi- 
deration les ana pour les autoes indopendamment de leurs foncth ns 
respertives.puistiu'ijjjjpecont -tmis^Ps- parlies essentieftes de l'equipe. 

L'anie de l'equipe est toute interieure; l'uni te -de l'equipe he tient 
qu'a l'engagement des volontes qui s'accordent pour agir. L'esprit 
d'equipe est une ame elargie, une amp a plusieurs. tar chaque individu 
aent bien qu'il rie pourrait faire seul ee qu'il accomplit dans le groupe. i 



a. je le'crains, une fausse notion 
,ra de la liberte. ^Ca liberte dont jouit 
La Rotonde. est *una liberte non 
pas absolue, mais relative; ear-il 
faut considerer les autres autori- 
tes legitimement etablies. Ici has, 
notre liberte est physique et mo- 
rale. La premiere est absolue, la 
L'envieux se fait moins|seconde est relative. C'est ce qu'il 

rte faut 'point oublier. 

Kn terminant, je tiena absolu- 
ment a ce que M. Cote, mon con- 
frere, ne me retire pas ..son amitie. 
Je fais cette remarque sans amer- 
tume, sans voulnir l'amoindrir aux 
yeux de ses lecteUrs. J'ai con- 
fiance qu'il voudra accepter ce que 
lui 



je 

dans 



propose en 

La liotofMe. 



ami, en jasant 



Henri Langlois 



I., chef doit Stre l.e foyer .principal de l'equipe. . un entraineur 
pret a soutenir ses membres quand tout va mal et qui poaaede omme 
les autres l'obligation de servir; il reste" equipier tout en etant 
Chf^ Par son appreciation jfy travail dc ehacun. par son enthou- 
oour 1'ideal commun. paa le don de communiquer rlairerneirt 
ses idees aux antres, par celui aus.-i d'ac.-nvcluT les eqilSpiera les un's 
t autres a l'activite commune, c'est lui qui doit fare ,le l'equipe 



VEUX-TU FAIRE DU 
JOURNALISME? 



Cette invitation 
toi comme pour 



est pour 
tous les 




dire, rediger des nouvelles, 
faire des reportages et des 
ent revues, connait re les de- 
tails do correction, de mise en 
page, etc., donne ton nom a 
un represent ant de -La Ro- 
tonde ou present e-toi en per- 
sonne au bureau du journal, 
*-+73~Wnller. Tu auras TW- 
que donne le trav*ail d'equipe casion d'apquerir line. e\pe>- 

chacunv_ ; rience precieuse. N^attends 

. T. ^ . LPas q«'«»n aille le chercher.. 

Andree Cloutier [nffre tes services _plutot. 



! 



••- 



• ! . 



i_ 



r 



- 



■ 
* 



«4W.« 



' \ 



I- 



. 



&"&&&>&£ 



,1. .', ... .i,.' ,.",.,'. ''i J 



f 



-- .; ^ _1 



/ 



-^-tX 



' - »_ ■- - ' ' X!— i 

■"■■awapB 



'J.:, ,J'.' 



-?- — - 



Page 4 



LA ROTONDE 

=- > — , 1 



25 Janvier 195(f 



25 Janvier 1950 



- 



i 



SPLEEN 



Quand la route n'sat qu'un biiibs d'&pines 
Sur 'lttquel jc live traine en me cifvantje coeur, 






. 



. ' 



■-*■ 



Quant? -rien ne bat plqa, la. an fond de la poitrine 
Qu'une cloche d'atrain, qu'un marteau oppregseux. 

— Quand 1 'ideal se meurt, rosier sous la rafale, 
Quand un amour reel nous semble une utopie, 
Et le bonheur, pas plus qu'une rapide esrale, 
Sur Tocean si fern, ou nous coulons nos vies, 

Quand la seconde n'est que la repetition 

Des secondes et dee minutes en allees. 

Et quand la vie n'est plus qu'une resignation, 

Quand les rythmes battants se sont tous exiles, 

Que reste-t-il alors au pauvre coeur en peine? 
Que reste-t-ff alors au pauvre coeur sans ciel ? 
Au fond du toucbilron une blanche sirene, 
Grisantmon coeur tache de sa chanson de miel? 

Ou le vervt, 
Battant les au vents 
He coups "excitants, 



-v — 



J- 



Enervants ? 

Chere muse dis-moi qu'il me reste une flamme, 
VascillajLte sous la tourmente de mon ame. 
Une flamme planant, ainsi qu'une framee, 
Brillarite daos ;le noir de ma mi sere infame. 



L A ^0 T N D E 



Page 6 



Comment Faire Durer U Amour 



"Nous nous aimerons toujours", leurs facultes. La sensibilite fe- 
tel est le voeu qu'echangent en, minine n'est pas la meme que la 
toute sincerite nances et jeunes ; sensibility masculine; 1'intelli- 
maries. Tourquol Ce voeu se rea-j gence masculine fohctionne autre- 
.lise-t-il si rarement et comment 1 ment que l'intelligence feminine; 
faire durer' 1'amouT? Volti ce a rhorhme n'aime pas de la meme 
quoi repond M. le chanoine Jean 
Violet; * fondateur de 1 'association^ 
du mariage chretien et grand apo- 
tre de la famille. Cette causeVie 
colncidait avec la Semaine de la 
famille et des nances. 



. 



muse, parftMmoi des yeux de mon anin? . 






GALY 



L'amour est une puissance ipi- 
rituelle. II vient de Dieu et il 
retourne a Dieu, qu'on le conaidere 
sous le double aspect de la voca- 
tion religieuse ou de la vocation 
au mariage. II ne peut etre se- 
pare de la charite et de la perfec- 
tion morale. C'est parce que les 
epoux oubllent trop facilement les 



maniere que la femme. 

Le premier devotr de l'homme 
et de la femme soucieux de par- 
venir a une parfaite harmonie sera 
done un effort pour sortir de sa 
propre nature' afin de comprendre 
la nature du conjoint. Le danger 
est d'autant plus grand qu'au 
Pours de la premiere annee de 
mariage tes joies de l'union con- 
jugate risquent de les jeter dans 
l'illusion. lis croient s'aimer par-, 
ce qu'ils sont dans un etat, d'eu- 
phorie mutuelle. Mais quelques 
annees de vie commune suffisent 
pour leur prouver que les baisers 
et les tendresses ne peuvent com- 



De dtux choses l'une. Ou les 
epoux auront assez de loyaute et 
d'humilite pour reconnattre leurs 
de/awts et leurs imperfections et 
par amour pour leur conjoint, ils 
feront les efforts necessaires pour 
s'en corriger. Ou ils auront la 
pretention 



BON JOUR 



p-ST Guy Joubert 






exigence*- $pirituelles de l'amour 

qu'il en vilnnent trop souvenf iff f "** ft™ ?f comprehension 

laisser leur amour .se corrompra 



BANG BANG! 



-v; 






A BAS LES COWBOYS! 

L'influence americaine, aoit cine- i s'engage entre le bien et le mal: 



et finalement se detruire. 

Les epoux oublient leur faibles- 
se ej; s'imaginent qu'ils aauront 
mener a bien leur amour sans le 
seoours de Dieu: ils ont une Con- 
fiance exageree en leur propre 
moyen. Ils devraient se rappeler 
que par le sacrement de mariage, 
. I. Mis-Christ leur apporte les se- 
cours qQ'ijs auront a faire true- 



de coeur et de 



et d'intimite 
voiehte. 

II y a une autre epreuve que les 
epoux auront a surmonter. lit 
appartiennent l'un et 1 'autre a 

des milieux different*; ils ont recu de^qualites qui enrichissent la vie 
une education qui n'est pas jden- ' commune, 
tique lors meme qu'ils sont issus 
d'une meme souche sociale. De 
ces differences nattront des ma- 



d'aimer sans se corri- 
ger de leurs defauts et l'amour en 
souffrira jusqu'a en mourir si le 
defaut est grave. 

L'amour exige l'humilite cette . 
disposition intime qui fait que Ton 
ecoute les conseils de 1'autre et 
que, par amour pour lui on est 
dispose a se corriger. On le volt 
pour durer, l'amour implique des ^ 
efforts eggstants en vue de se cor- 
riger de aefauts -qui nuisent a la 
bonne hnrmonie. 

Ces quelques considerations suf- 
fisent a pronver que l'amour n'tst 
pas realise du seul fait qu'on s'est 
fait une declaration d'amour et 
que cette declaration a eW accorh- 
plie avec grande joie. L'amour 
implique necessairement la lutte 
contre oes de/auts et la conquet e . 



>ki una foil de plus a' notre causerie.. he».. 1 „„i:., iaire. Sur Um ' a " lri ' Mn ^ on,1,!ll(; partie 
>rtif de eejttv semaine, nncnne nouvelt e " «" g e ^s& tfo nT'Et- ■ ft »^^ lun •*" l*««*t"' ~ <ilre 



enfahtement et 



L'amour .est un 

ceux qui n'ont pas compris l» ne- 

, cessite de la lutte et de l'effort ne 

' ' connaitront jamais l'intimite de 

coeur. Au lieu de s J approfondir 

tous les jours, l'amour des epoux 



, qu'ils ' auront a supporter d'abord 

\- .: i. I et-qu'il conviendra ensuite de cor- 

Autres rai»aas r ^ er Mais ^ qui „ t p i us ^^ 

Mais il est d'autres raisons d'or- c'est que les epoux entrent dans 

die humain et psychologique qui la vie conjugale avec leurs habi- 

expliquent trop souvent les echecs ; tudes, leur earactere et leurs de 

de l'amour. . fauts. lis en souffrent du fait 

La premiere est que rhomme et qu'ils vivent en comnTun et- d u ^fa i t .' ^nUtT 

la femme sont de nature diffe- au'ils s'aiment. 
lis sont sexties dans toutes 



Nous voici 
le menu sporti 

club IvnJor City perd tuujours avec sun entrain caracUristique, les 
sifieurs, a cause de la penurie de cristaux blan. , <1 ,,,,,,1 .valuer IB? 
•ks pentes du fymhase; la Ugue de hockey intermurale est devenue 
un cjrcuiL a.|uatique, seul l'e(juipe lutercoUegiale de liallun au punier 
f .lettr ni t-.i;,(.u m au milieu de CO chaos-meieoi olo^ : qi,e.- 

(be/ les In^enieurs 

Kotre correspondent chez les Ingenieurs nous fait part du 
-sage fijivant: "Trois facultes ((.tmie, Economie politique, Psychol'ogie) 
se sont reunies.en vue de former un "club faculte". Malheur. . Ou 
aihm-jious? S<' •; yaiilaiiLS ra sont pre.^entcs. Malgr^ 

nombre, ces dernrers ont pris^la. dec i s ion ' d l hrtr« parttfl d. 
Interfaculu-. . ;{ hourras pour leur courage, . . II qj f audi ait pas 
tToire cependant qu'ils seront les heureux fajfn»lrtl du iiopdfc. 
etant donne gue chacun des joueurs sera dans lobligation de gfiaaar 
pendant une heure sans interruption. II est encore temps de donnci 
-iwnnom. Fuuimns un club de- 8 ou if Tt encore . . a nous de decrucher 
le trophee. . . (Andre Cotei. 
Junior City 



I >n nous rappqrte que le ~cuach** ftitl Boucher apres chaque partie 
de sorf club (lequel perd avec la monotonie de l'automnei leur chante 
toujours la- meme chanson. . . Bill a adopter "I got a lovelv bunch 
of Coco Nuts" ... 
Hockey 



BALLON PANIER 



SENSA7I0NNELLE VICTOIRE DE L'U.O. 



D 



awson renverse, 63 - 45 — Brennan compte equipiers ne iui nassaient pas la 



15 points et Williamson 12. 



Golden I Joy" Kheaume, spocii- 
"(iafes Valois" ,,n pins de faire liste sur la defensive, compta 4 
dc « l« ivantes a Brennan e points. Don joue une bonne par- 

a Slim, ti'ouva le moyen de COjnp- tie, il commence a prendre con- 
maiuii'.a.-.si.^ame, sumedi derniei'., . ter dix pdinU dont seulenu-nl, drux fiance en lui-meme; il devrait etre 

dans la seconde rejuise. On sait r a son meilleur prochainement. 
(jue* Gates freqUente cette institu- 
i.uii depuis deja quator?9 ans. II 
a brills tant au ballon panici 
qu'au tennis, football et m«-mc an 
p ing- po njg. t;ates est un chapitie 
paviUol «; jl ": ^-*?^»^e edition de me- 
• icciri- ijiii sera pubiifi en juin par 
'Uhiversite. 

■ T - • ' -— • 



dans le gymnase devant une tfM 



^'' ; cotrleurs br1ll*nt d'un 

. atli'licieiil hur su;> 

■ i fp1 tie plii dans le 

inaine de la (ii B le. 



Les . diminutifs equipiers 



apres 

uon+v,' 



Une partie ffitilc en emo- 
'"On en a vue-de toutes- les 
couleurs" comme dirait uh .savant 
professeur. 



Joueur t ■onsciencieux, pacfait ' gen- 
tilliniiini.', -ont ses (|ualites domi- 
nantes. Kn un mot Don fait du 
beau travail. . . 



Armand Bonneau, 
COUrtea apparitions 
rher de tuile, compta quatre pa- 
niers en moins de temps qu'il- taut 
pour leer ire. 



Bob Cathcart etait aussi de Ja 
partie, mais ne compta pas. "Ce 
PQUt 1. 1 prochaine-fois", nous 
dt*ftrt- Bob ttpres la partie. 



points*- nonl deux lancers libres" stir 
deux essais. 



. 



se fanera jusqu'a. en mourir. 
L'amour est. une puissance de vie 
et de perfectionnement constant 
parce qu'il vient de Dieu et que 
Dieu est a la fois amour ' et 



i 



tente. 



qu'ils s'aiment. 
Solution 



:.. 



matographique ou soit musicale ne 
peut etre negligee si Ton veut eta- 
blir des donnees gur les tendances 
populaires qui se per^oivent ici 
au -Canada, autant dans les mi- 
lieux francais que dans les grou- 
pements anglais. " 



Nous avons eu 1'ere du drame 
psychologique et l'enoque du -jazz. 
II reste quelques vestiges de la 
pe>iode "ronvans-detectives" et le 
swim? persiste encore sur les juke- 
box malgre (ju'tl ait ete presque 
:otalement b#ip*6 par le.s f*enti- 
mentalesT" ballades crossbyienries.* 



(Le Devoir) 



nos 2 antagonistes font des — — 

prouesses a en rendre jaloux Joe * » TT^/^T TD 

Lopis et Yvon Robert mais coranyi jf\ (J J CJ U l \ 

il convient. le bon gagne! 



LA VIE... 



I>es dix chansons vedettes Mi 



L/Jb L AfKIQC/ E * I ' evon de * hn ° au Bruyere ] tre a profit ses vacances des fetes, 

MISIQCE POI'CLAIRE , '^ Le professeur; — Si lhomme a failli etre l'hote de l'Etat pour 

Jusqu'a ces dernieres annees, epouse une belle femme. il en sera une dure* de 60 jours. Quelles 
notre httorature de voyage etait v it* jaloux; si Hhomme epouse une- belles' vacances! MeiHeure cl 
bien modeste. Avec Jacques He- femme laide, il en sera vite de- 
bert, elle s'est enrichie d'abord des polite: done 1'homme— He doit 
psdpitants recits de son aventure.se marier. Mademoiselle: 
autour des Ameriques. Ce pre- poche «e syllogisme? 

L'cl.v.- (spontanementi:— "C'est 
blaspheme". 



primaient sur les ondes a la fin de 
decembre, six avaient une saveur 
qui ne pouvait que faire le.-delice 
des vachers les plus difficiles en 
ehoix rmwcal. Celt l'AgB d'br des 
■ .vvbnvi-tc ; ; on rapporte qu'un 
jour un COWboy rencontre un con- 
frere qui a lu mam bandee et lui 
demande: "T'es-tu battu?" L 'au- 
tre- di- lepondre: "Non. je me suis 
pincc le doi^t dans iiih (.'Uttare!" 
Roy Rogers, Eddie A mold -et Gene 
Autry se sont acquis une tell* re- 
putation que des vedettes aussi 
scintillantes 
1 1 ay me B et 

pu ' faire mieux pour p la ire aux 

it admirateurs, que de 

s'accaparer leurs repertoires, ou 



a l'ete. Leonard. 



pas 
par oii 



A discuter 



mier ouvrag* de notre jeune et 

vaillant com[)atriote lui a valu tin 

prix litteraire de la Province de 
Quebec. 

Voyageur inlassable. Jaequef 

..dc vivie avec sun 

intrcp:de camarajde 



t rf 



II est plus parfait de parler que 
de ne pas parler 

Or la femme parle plus que 

fhpmaai 



Nos representants dans la ligue Intercollegiale partiront pour la 
vieille Capitale le 16 du mois prochain. Nos equipiers entendent bien 
opposer une vive resistance aux joueurs de Leo Bourgault. . . On sait 
que Laval aligne des gars" tel que Spike Lahberte. qui joue pour lfe a 
Citodelles dans la iigue "Junior" de Montreal, et un autre individu 
dont le nom nous manque qui joue pour les As. Attention les gars, 
il faiit y aller hardtment mais prudemmerit. . . d'un autre cote: "A 
vaincre sans perils on triomphe sans gloire" . . . 
Ballon an panier 

La ligue de ballon Intermurale fonctionne a merveille. Est-ce le 
foudroyant president qui communique ses- calories aux equipes, ou si 
c'est le gout du jeu qui envahit^les participants. . . Nous eroyons que 
la deuxieme hypothese est la plus -probable, vu que nous connaissons 
le president intimement. ... 
Iri et la 



Le f-ranc-tireur Brerman man- 
quant la cible ties raremenC, .s'as- 
sura lea honnauts pour les noti'e*. 
Jack latl^a de toutes les positions ... 
possibles, lanca souvent mais lant J,m te Sae . ur r ^ ,sslt 

dedans. II compta 15 points. 

Slim Williamson qui s'y connait 
dans l'art de compter des buts' tant 
au football qu'au ballon-panier, 
setnblait satisfait de son effort 
hebtlomadaire. Le grand Slim reus- 
sit le- doiAc total de 12 points, dont 
huit dans la premiere moitie. 

Le rapide renard du plancher 



I 'one la feoune est plus parfaite 
qiie I'homme. 






r a oont e cette nouvelle 



Mais ce qui est gTave, tre.s grave 

meme c'est l'ampleur qu'a prise 

la vogue des westerns ; a l'ccran, 

sur disque, dans les revues. Sofia 

partout. Parcourons ensemble 

quelques domainea ou le gout ame- audiieups 

ricain s "impose et modele le troul 

de la masse au Canada 

Ft. comme consequence, toute la 

z FILMS ; journee .dnrant, nous ne pouvonfl 

= ' . tourner le ' commutateur radiopho- 

Debutons avec les insjpides nique "qu'aussitot Ton nous perre 
nJms,de ^owlwys. qui regnent sur | es oreilles de telles melodies JUH ' slt ' vt tfhwnour 



>londanileH 

■mment. M. Jean-Cfaud« La- 
doiHauu, Leo pour les intimes, 
Jacquea Du- atteignaH ll'ge vnii de z\ 
IHie autre annee d'aventui es, Pour mai«|uej- cet cv.neinent 
ccttv fois autbttl do etw H portant. une reception en bou 

fiit de»a6t m A < tub A ht iui tXopat? .-amedi denrter. 
Iiqm.lc. Ceo fin promene en* sputters au 
epopee, eat ufficie UemenJ .,,,,. i. omrt ie dTattrager une pneumonic 

"" 'wssrnrflirue ouvrai?e en Helix me»nb-v S v,, dn flun 5ni*#eVsi- Dominion Rubber 
volumes venant de - paraltre aux t a Wt . - 



un- 
ite ill e 



SOS. 



Editions Fidej 

! du moms y puiser assez souvent. 



1'a avise 



risque 
Or la 
Co., son four 
quelle n'avait 



l'n livre passionnant. d'un intr ' I'sjehobmie* feminine 
ret humain saQS 6gal; un hvre u — H t*a regardec '.' 
la fois instructif et distrayant P*?n^er que <• 'e tait moi 
puisque I'auteur 



li 



X 



les' ecrans" locaux autant que par; 
tout le pays. Peu importe la ye- ■ 
leur des artistes, peu importe laj 
mise en scene plus ou moins ela- 
boree, peu importe tous les arti-j 
fices que le directeur s'est ingenie I 
a inventer pour enjoliver son pro- 1 
duit, en un mot peu importe le 
■iemblant d'originalite duquel se. 
vante les responsa-bies, essentiel- 
lement la trame demeure toujours 
— hr meme. j Voici le scenario 
que: Un bel et grand Adonis, 
coiffe d'un Stetson dernier cri, 
arrive dans un village pour y rez 
tablir I'ordre et le discipline. Au 
"saloon" du coin, les delinquants 
sont a deguster un verre de lait 



sait emaillei de 
un recit par 
ailleHirs Ires riche de souvenirs et 
ROMANS POPl'I. AIRES* d'impressions d'un voyage a tra- 



V I'ombre 

l'n camarade 



ni 

lilus -de "Claques'" en magasin. On 
demande a celles. qal possedtnt les 
ck'vait quatre paires qu'il a disseminee^ 
depuis sept'embre a. Wrightville, 
Hull et Ottawa, de.bien youlojr | 
' lui expedier c!o.D 



desireux de met- 



La litterature est a base telle- 
ment commerciale, sa vente tel- 
lement restreinte, que tres'.peu de 
gens peuyent se permettre de gar- 
nir leur bibliotheque. Les editeurs 
| se sont alors empresses de mettre 
sur les marches les fameux livres 
a format et a prix reduits. Le 
succes de tels volumes leur don- 
nait bientot raison. Mais e'en est 
rendu a Un point ou la majorite 
de ces "pocketbooks" nous comp- 
tent des belles histoires du far- 
■west et les peripeties dTTopalonK 
Cassidy et les oeuvres de Zane 



\fiA vingt-cinq pays et colon 

Chacun des. volumes est omr de 
bandeaux*, culs-de-lampe, cartes et 
couverture en couleurs de Jmoqam 
(Jagniei. L'ouvrage est egale- 
ment . illustre de 61 magnifiques 
photo^raphiw hors-texte en hilio- 
gTavure;" J, 

*"La route du desert" et "La 
route noire", les deux volumes 
d'AUTOUR DE L'AFRIQUE 
constituent un cadeau ideal pour 
toutes circpnstances. II n'est rien 
■le plun agrea-bie que de recevorr: 
un beau livre et, surtout, un livre 






et projettent de jouer un mauvais 
tour au plus riche des ranchers. 
Le chef de la band*, un gros me- 
chant, est tout habille de noir. 
(C'est le mouton' n61r.de la famille 
— vous l'avez devine.) Cette bande* 
vole le betail du rancher; aussi tot. 
•ils ont a leur trousse la vedette 
du film qui d'un seul coup de re- 
volver tue la moitie des confreres! 
du gros meehant*pui8 une batatlle 



Grey forment toute la somme des 1 ui vi ent de paraitre. 
connaissances litterafres de la "La Route du desert", 17G pages, 
masses Meme les "best-sellers" et'-U illustrations en heliogravure! 
emfta du livre. je preoccupent 1-' dessins et carte de l'Afrique: 

•fl.^V^par la poste: $1.65). 



les 

de tels romans! 

En ce qui concerne les commen- 
taires, nous y reviendrons, vouiez- 
vous? 

J.-H: 15ER1T 



•N.D.L.R.— Pas 
naire. 



dans le 'diction- 



"La Route noire", 196 pages, 30 
illustrations en heliogravure, 12 , 
rie de l'Afrique: 41.50. 
(par la poste: $1.65). 

En vente partout et a Fides, 25 
est, rue Saint-Jacques, Montreal- 1. 



— Lecomifleux 






La ligue Inter-faculte au ballon-panier fera ses debuts vers la' 
premiere semaine de fevrier. I.es talents ne sont pas tares, le s eapi 
feajnea dea equipessQnl uptimiste^,.et la_luUe promet d'etre <les pftrf 
contestees. . .Paul Landry du Commerce dit a qui yeut Tentendre 
que son equipe est de calibre superieur. Nels Monforton des Arts nous 
apprend que sop club remportera le championnat. Pete .Mathews dfl 
Medecine entend bien gainer, tandis que Wally Kopack des Sciences 
ne .suT^|>as de WW mutisme. . . Qui decrochera ce fameux tropheq 
nffert par 1'Association Sportive'.^ 

Ne manquez pas de vous rendre au bain. Plant mercredi prochain 
pour assister aux cfoncpujs tnutiqiia*,. Les demoiselles du Carleton, 
du college Bru v. re «t du Notre'-Dame se dis-pute'ront la palme ; . . 
Jamais on ne verra tant de "chores" sur tant""©"^!!" , . . 

a mercredi .-prochain soyez <le beau, de bon, de l>onne huirieur 



"Marc Rochon ne semblait pas 

da'ns son assiette; peut-etre que 



sa aouce moftie n'etait pas a la 

partie T 1} a cependant brille par 

son style ties perfectionne et "par 

»on habilete defensives— -Marc a 



- 



DERNIERE 
HEURE 

Vendredi dernier, notre 
c'ub du Junior' City rem- 
portait (enfin) sa deux- 
ieme victoire de la saison 
au depens du fougeux St- 
Jean-Baptiste. 

Felicitations. 



malgre ses p our j es perdants, Mattews fut 
plan-- i e meilleur avec 16 points, suivi 
de Reszetnik avec 10 points et 
R-iplcy "Believe it or not";- avec 6. 
Taylor compta' 4 points, tandis que 
Causa et Vchida, 3- chacun. Ross 
et Yamashita termine la liste avec 
2 et 1 respectivement.^ I ; 



aussi huit 



Tous et chacun devraient se 
faire un' devoir d'assister a ces 
parties. Les engagements "deJbn- 
tent a 8 heures* et le tout est- ter- 
mine vers 9 heures et quart, ce 
cjui vous dbnne 10 mintrtes- pour 



XJ? 



conduire votre compagne a la 4.er- 
niire representation du Elgin. 
reussit G points bien que ses co- Venez, venez, ne tardez pas. 



J 



NOS CARABINS L'EMPORTENT 
ENCODE AU HOCKEY 



Samedi dernier, dans la vaste 
enceinte du Palais Gorman, notre 
equipe intercollegiale obtenait un 
autre triomphe sur le Carleton. 
Nos Carabins remporterent la 
palme par le compte de I a 1. 



Armsrong sauva les "Corbeaux" 
en prenant Sanschagrin par sur- 
prise dans le troisieme engage- 
ment. 

Rizetto se distingua a sa fagon 
en etant puni deux fois au cours de 

Tessier. sur l'aide de Hurteau et la V arUc - ' 



Qoxer, fit scintlUer la premiere 
rouge du duel. Dix minutes apre.s, 
Boreham compta sur un effort in- 
dividuel. Dover l'imita 4 minutes 
plus tai-tl et produisit tans aide. 
J 



Nos, joueurs ont affiche un jeu 
scientifique." Des belles passes, 
des coups de patin rapides et de 
beatSS elans tant individuels que 
collectifs, nous montrerent que les 
notres sont murs pour combattre 











BONHEUR OU ES-TU? 



je te coure' 



— — "Bonheur, ou es-tu? 
Voila des ann**s que 

— "Icil Que veux-tu?" 

— "Te connaitre pour un jour, 
Etr e heureux grace a toi, 
Pendant deux fois douze heures. 
Mais tu te ris de mot 

Et tu nie brises le coeur, 
Car si je t'entends bien, 
Je ne te vois en rien". 
bien 



— "Ouvre bien grand tes yeur, 
Malheureux'aveugle que tu es. 
Regarde depuis les cieux * 

Jusqu'a la terre o^ tu es: 
Je suis la, dans lt>Wa!e1leui riu soir, 
Dans les fleurs et les cheveux blonds, 
Dans tout ce que tu peux voir 
Qui est beau et sent bon. 
Et je puis etre a toi, a jamais. 
Car-**est-tof qui me fais". 






i 



THAISA 




U^~ 



AUX NO 



UVEAUX ^TUDIANTS •• 



cues 



SONT 



. 






^ Dans la seconde session, le di-'Mes equipiers de Laval, 
minutif mais prolitique Ray La-» Pi-re LejnieuxT les gars, ont 
chance recut.dcs passes parfaites faim et soif. de gloire; il ne v6us 
de Houle et PetroCco pour donner reste qu'a'trouver l'opposition 
un .-a van tage d e 4-0 aux stens. digne de nos vaillants eneviHers. 
' ■ " * - . 








TIME o 








a year of 

TIME 

only *4.75 

(Instead ol S6.00) 




SPECIAL 
COLLEGav 

RATES 






QW #£ COl££ SHS MX IWttS 



CIGARETTES PLAYER 



NAVY 



CUT 



You toy* $1-25 on your sub- 
scription to T4M£. SI. 25 on LIFE 
—a total savings to you of $2.75 
- under the regular 1-year sub- 
scription prices! less than a, 
dime a week each for TIME, and 
. ( LIFE -instead of 20* a copy at 
* the newsstand. ' r 

j AnJ»Quion<vht("b»loK)l>WNt \ 

I of o n««- /ow Special Halt lo> j 

itudtnlt ond •ducalori ■ 

o.nty $7.50 uyfw 

. 1 f,V» dailnn l.%% thi/n ll.# togvtar | 

|._ mhttfinfifin anc« - o<-' > ai\» (mil ■ 




o year of 

LIFE 

only $4.75 

(instead el S6.00) 



■ i 



t 



^AVE by ordering 

"TIME ^ LIFE * FORTUNE 

today — through — 

Gabriel Beaudry 

AGQNT 




p.ittr 



. » 



■Tel. $4tifr -1 



,-. 







- 












> r 



V 



\ 










.*v* 



Page 6 



U ROTONDE 



. 25 Janvier 1950 



— . — - . ■ ■ ■. » 



-*-r 



LE CLUB DES SCIENCES EST NE 



•. Lorsqu'il y. a quelques mois, £&£! et re troisieme 6 it le bre au 

quelques cloves parent de f. n- . degre privilege que tous lea n, an ^ fc g ^^.^ ^^ du 

-tier un cluh de science* u l'Lui? Ures du GJ poseront en ideal. ..... ..... urv— -*-- -« 



ALLOCUTION DE LHON. 
RAY LAWSON 



( luh de Screw ea tenue 



versite cVOtti twisieme .degre est un U,rc. _ 

sourire Beaucoup et en lateifessa d l.onneur et tPf^M ^ , w tf|| 

n ne pouvatt oublier ■ le un, fo»s elus °*^leme^, soni ^ ^ fe - „. 

Kit etfe rPSPl-VP, an.fihUi^m<Lml>ivs a vie. Jin* '^ k....:^ :i „~ 

■"iotwtes P" 81 ""*' 



que peu. ..O 
- sort-^qui avai 
de science* qui, l'an dernier, avail., d'atteindre #• degre aMktt 



<-uate. fut elu reprcseutant de 
en vain, tente de se fra>WTm^he- ' memhres ont tous les moyens n, . . ., pT ri -j 

min a havers r.nduTerene* geie-'leur -" disposition ,,,„• decker ^^ \, ^aculte ' 

rale des elevee. cet honneur. Le candidal doil ' 

Mais apres quelques semaines i montrer un interet partieulier 

de travail ardu nos organisateurs j pour le Club et donner lin expose 

pleine d'initiative ont vu leur ] scientifique qu'il defendra en pre- 

oeuvre eouronnee ditsucees. Le'sence de sea confreres membres, 



Club de Sciences nest plus un pro- 
jet, mais bien une realite. 

Le Club de Sciences est une vaste 
organisation qui comprend et les 
etudiants et tout le puMie. Le 



Comme vous le voyez, le Club 
'de Sciences 8ft plein de vie et de 
pro messes pour 1'avemi. I epen- 
dant il a droit d''exiger yotre coo- 
peration. -Cette organisation com- 
dans un yote pns par lea membres m touU& m ^^ m peut viv , e 

deja accreditee.' Comme, vous le [ et do||ner sQn ^ rendement si 
voyez, decrocher ce titre d hon- 



Apros ce travail le candidat dcvi a 
x>btenir les deux tiers des voix 



premier but du Club de* Sciences neur demande un certain travail. 



est de dormer a ceuic qui s'inte- 

la 



mais c'est justement ce qui gran- 
chance dtra IMntetet que Ton pent deja 



,ressent aux scinces. 
d'etre mis en evidence et de faire remarquer dans le Club de Seien- 
profiter Igurs confreres de leura ces. Ce ux qui feront partie du 

eonn aiooonee a -seie n t ifiq u o s . 

N'irrvporte qui peut faire partie 
du Club de Sciences. Le premier j de 1'Universite d'Ottawa. 
degre admet le pubHc; le deuxieme sident, k cause meme de aes fonc- 
dMT« admet fes etudiants en ge- 1 tions, est automatiquement niem- 



et n'uncourageut pas les ox-ganisa- 
teurs. Ce« organisateurs travail- 



t-roisienie degre &exont Consideres 
comme la "creme" dea scientistes 

Le pre- 



Du fer eh depots prodigieiu 
dans le nord-e8t de l'Ontario et 
lent pour vous et en re tour ne vous ZL d»«a le Labrador; de 1'huWe et du 

demandent qu'un peu de coop6ra- ! En UnT qu'homme qu. a quel- j gaz qui changent totaiement 1'eco- 
tion". Tous les dimanches aoir a 4 ue P e .4 d'e*pertence dan* la vie nomie d« 1'oueat. L'approvision- 
1'Ovale et pins prec is emcw t a-.-l^j golmmerciale du paya, j'aimerais i nemervt Is plug considerable du 
"baraque" numdro deux le Club de : aujourd'hui, avec votre consente- j mon de en uranium pour utilisation 

ment, Reverend Pere Recteur, pacifique ou pour la aecurite na- 
m'entretenir avec vos etudiants de jtiQnale est dans noa frontierea. 



EN BRBF 



Conference de Gerard Filion ' 

Monsieur Gerard Filion serait im/ite a adr«sser !a parole aux 
etudiants de rUniversite^ au debut du moia.de fevrier. Cette decision 
a dte prise par l'executif local de la F.C.U.C., lors d'une reunion tenue 
mercredi dernier le 18 Janvier. M. Gerard Filion, direeteur bien connu 
du journal Le Devoir, parlerait du role social de l'etudtant-. Tr6s verse 
dans I'etude des sciences sociales, M. Filion saura certainement donner 

aux etudiants une causerie brillante et interessante. 

• • ♦ 



. 



-* ~»: 



Cabale honnete 

C'est au milieu de mars qu'auront lieu lea elections annuelles de 
la Federation. La F.CAJ.C. prepare une campagne pour combattre la 
cabale malhohnete et de mauvais gout. Une lettre circujajre, instrui- 
sant les' etudiants sur la Federation des etudiants et les encoirrageant 
a faire une cabale honnete, sera distribuee a to.ua. 

La F.C.U.C. se propose aussi d'inviter les candidats a rencontrer 
les <electeurs dans des*" assemblee^publiques i la aalle academlque. 
Chaque candidat pourrait ainsi presenter son programme et exposer 

ses "opinions politiques". 

• ♦ * 

Recital en mars 

Le chapitre etudiant de la F.C.U.C. a Ottawa projette la presen- 
tation d'un recital pour le debut du "mois de mars. Au programme, 
nous entendrions M. Robert Choquette, dise'ur de renom et Mile Gau- 
thier, cantatrice. 

M. Choquette qui jouit d'une grande reputation dans tout le 
Canada, interpretera plusieurs chefs-d'oeuvres tandis /jue ' Mile 
Gauthier, qui etudie presentement le chant a New- York, chantera 
plusieurs oeuvres a succeg. _^^ 

Nul doute qu'un pareil recital rencontrera la satisfaction de tous 

les etudiants. 

♦ • • 

Jour nee pour l'Annee saint* 



l.e 7 deeembre dernier, l'l'ni- Lea preuvej qu'une I'i -'Videnc* 
VOvalt versite ji'Ottaiva d«'turnait un docVi g«j a W*ni notre sol aont- 

lorai en droit "honoris causa" a part.xit «'-videntes. La rtVompense 
1 'honorable Ray. LaWBOfl, liente- <\i .< h tifs est a portee de 

nant-ROuvernpur de la province. A !a main. Les chances de ejJcces ■ 
cette occaiiion. il -urunonc.a un.dii- -jiaat.audsr ^ grander, ici.au ('Hflftdd 
tours que nous nous devons de , qu'eJles le sont darfB n'importe 
transmetlre a tous les etudiants. qiuflle partfe du monde; elles sont 
Nous reproduisons ici la" partie df plu?r- grandes qntr dans la - plupart- 
son di scours oil il insrste. sur les des contrees. 
tvantages extraordinaires qui 
a'oiTrent de nos jours a la jeune 
generation et dont elle devrait 
ipprendre a profiler en s'exercant 
j la formation du caractere et it 
I .M quisiiion des connaissances.. 

Nous publieron-s dans les nu- 

meros suivants les autres parties 

j- les etudiants ne font pas leur part de 8on discours qui ont un interet 

par lieu Iter pour les etudiants. 



I'ne richesse fabuleuse coule 
dans les veines et les arteres de 
notre pays. 

Les nouvellcs tous les jours s'al- 
lient au* surprises qui affectent 
notre propre fortune pour chanter 
notre prosperite. 



Sciences presente plusieurs films 
ties interessants sur les actualitea 
scientifiques. Pourquoi ne vien- 
driez-vous pas. Jusqu'ici les as- 
sistances furent asaez considera- 
bles mais soyez certains que^vous 
ne serez pas de trop. Plus les 
assistances * eeront nombreuses, 
plus le. Club sera en megure de 
j vous faire profiler de tous les 
avantages qu'il peut vous donner. 






t 



Lors d'une assemblee tenue le 18 Janvier dernier, la F.C.U.C. a 1 
adopte le projet d'organiser une journee speciale a l'occasion de l'Annee 
aainte. La Rot on d* offrira une edition speciale pour preparer cette 
journee qui promet d'etre memorable. 

On n'a pas encore divulgue les activitea de ; la journee mais on 
assure que Ton fera tout pour assurer a cette initiative tout le succes 
qu'elle m^rite. 

* ♦ ♦ ♦ 

L'Annuaire 1949-50 . 

La seizieme Mition du bottin de l'Univeraite, cduf.de 1949-50, 
vient d'etre publie. II contient une foulei.de renseignements sur l.'Uni- 
versite en general et les facultes en particulier, plug des notes sur les 
activity ^tudiantes et les diverse* societes de 1'Universite. Le bottin 
donne aussi la liste complete, avec adresse et numero de telephone, des 
etudiants et des professeurs. On peut se procurer le bottin au Centre 
Catholique (50c.). — — ■ ^-^ — «... 



certains aspects de la vie des af- 
faires et leur faire entrevoir les 
chances extraordinaires de succes 
qui leur sont offertes. 

La, plupart d'entre . vou« etes 

habitues * a entendre des discours 

et i lire des articles exposant la 

richesse de -nos ressources natu- 

relles. Peut-etre avez-vous eu de 

la difficulty a concilier cela avec 

Allons-y tous d'un- bon coup cet ^ouiement d'une partie des 

d'epaule et en plus de nous >ns- |talent<J et des corope tences que 

truire nous aurons montrer de la \ nous formans et qui 8 . en vont 

bonne volonte et de 1'esprit social. | oUt re-frontiere «u ils pengeht 

. J.-Jacques Lalonde j t™uver de plus grandes chances 
* • ; de succes. 

~~ ~ "f Aujourd'hui, selon mon opinion, 
LettTC a la Direction cette tendance est chose du passe. 

i Bile est m6me renversee; plus 

• qu'une petite partie du talent de 

j nos voisins du sud se toutne main- 

I tenant vers le Canada pour y de- 

I velopper les ressources naturelles, 

Plus je me dis fier d'etre Cana- i pour exploiter la prosperjte cana-> 

dien, d'appartenir a ce pays rendu j dienne, et pour dinger le domaine 

legendaire tant par son histolre vaste et nouveau de notre produc- 



La paix et 1'abondance so refle- 
tent sur chaque individu. 

Y a-t-il deja eu ■•• durant toute 

> l'histoire de I'humanite un temps 

plus favorable pour graduer de 

cette grande university et pour se 

lancer dans une carriere? 



Pas de drapeau 
canadien! 



Compliments 



O. PROULX 



FLEURISTE 



96, RIDEAU 
99, BANK 



r 

Ta 3-7793 
T«. 2-1585 



que par son ascension vertigineuse 
dans l'echelle sociale et economi- 
que du monde, plus je reve pour le 
Canada cette destinee noble et 
haute qu'est certainement la" sien- 
ne, plus je regrette Me ne pouvoir 
arborer le drapeau CANADIAN 
avec autant de fierte que le Russe 
ou l'Anglais salue h? Trien. 

Quand le Canadiun-' pourra-t-il 
dire, "je vis pour mon -dra*jTeau, je 
me bats 'pour mon drapeau"? 

II est inconcevable que le Cana- 
da, pays qui figure parmi les na- 
tions les plus fortes du monde 
n'ait pas de drapeau et soit oblige 
d'emprunter a son ancienne "belle- 
mere" l'Union-Jack, qui a si sou- 
vent flotte au vent pour nous mon- 
trer que nous etions une race 
"vaincue".* 

Nous voulons un drapeau mais 
nous ne voulons pas qu'il y ait un 
soupcon d'Union-Jack. Cette opini- 
on reflete certainement I'opihion de 
la majorite des Canadiens tant de 
langue anglaise que de langue 
franchise 

Par l'abolition des appels au 
conseil. souverain on coupait Jes 
derniers liens qui nous ratta- 
chaient a l'Angleterre, eh bien 
qu'on nous montre que cette ac- 
quisition de notre independance 
totale n'est pas qu'une affaire sur 
le papier en nous donnartt un dra- 
peau bien CANADIEN et essen- 
tiellement CANADIEN, quoiqu'en 
disent leg orangistes de Toronto 
et d'un peu partout. Nous som- 
mes fiers de notre pays, mail nous 
•n serons beaucoup plus fiers lors- 
qu'il aura son propre drapeau. 

Jean-Claude Thibodeau 



tion industrielle. 



Disette d'universit^s 

Le recteur du College Sir George 
Williams de Montreal, dan's un 
discours aux etudiants des univer- 
sites canadiennes assistant a une 
cohfereKce de cinq jours du mou- 
vement des etudiants chfetiens, a 
reclame l'etafclissement d'un plus 
grand, nombre d'universites at de 
colleges au Canada. 

Le recteur Henry-F. Hall a de- 
clare que 1'augmentation rapide de 
la population du Canada et l'eten- 
due de notre territoire deman- 
daient plus d'universites. 

"Des 1940, l'Atsociation educa- 
tive Canada-Terre-Neuve avait 
fortement recommande 1'erection 
de 50 nouveaux colleges", a-t-il 
precise. 

En autant que je le sache, aucan 
d'eux n'a encore ete construit et 
depuis cette recommandation . . . 
il y eut la guerre. 

II a ajoute qu'il aimerait voir 
les conditions d'admission h 1'uni- 
versite fondees sur "quelque chose 
d'autre que l'argent ou Jea rela- 
tions". 



II n'y a certainement jamais eu 
dans le passe de si grandeg chan- 
ces de succes que maintenant et 
pourtant. dans le passe, avec des 
chances beaucoup moindres, "pin- * 
sieurs de nos gens ont reuasi trea 
bien. 

Notre heritage du. passe nous a 
laisse, dans ce pays libre, un stan- 
dard de vie inegale par d'autres 
en meme- temps qu'une richeilae en. 
fait de systeme gouvernemental et 
de liberte religieuse. 

Dans cet atmosphere bienfai- 
sant, le Canada a besoin de vous 
et vous dodommagera largement de 
toute contribution que vous deci- 
derez de faire pour son bien-etre 
et pour son progres. 



BRUYERE 



President honoraire 
delaC.U.P. 

Montreal. — Le 8 Janvier dernier, 
H. $. Southam, du Citizen d'Ot- 
tawa, a ete" elu president hono- 
raire de la Presse Universitaire 
Canadienne. Cette nouvelle a 
ete annoncee par les officiels de 
la C.U.P. 

-» — -La C.U.P. est une organisa- 
tion sans iiiteret personnel au 
service des universitei cana- 
diennee. 



Un gros ouWi que 1'on m'a heu- 
reusement rappele. . . il devait y 
avoir une mention speciale pour 
les paniers de Noel, distTibuea a 
plusieurs families pauvres par les 
eleves du College. Ce fut vrai- 
ment edifiant de voir toutea les 
colle^giennes participer a cette 
oeuvre! Peut-etre entree l'indice 
de. plusieurs vocations sociales ? 
. .-. qui gait? . . . 

Dommage que les meesieurn 
(surtout les jeunes messieurs,) de 
1'Universite ne crurent pas bon de 
venir se renseigner sur "La 
femme, cette inconnue". Madame 
Vinay, dans son xntereagante cau- 
serie, contrairement a ce qu'on 
aurait pu le.croire, n'a pag loue la 
femme, figure politique ou sociale, 
mais la femme dang son role 
cache, comme soutien du "sexe 
fort", de son compagnon, I'hom- 
me. . . C& vous intereese, mes- 
sieurs? Alors, on en repariera. . . 

Les activites sont plutot des 
passivites de ce temps-ci. La neige 
semble avoir emigre en pays, loin- 
tains et Ton dit adieu au ski, aux 
sleigh-drives. Les etude* en be- 
neficieont peut-etre? . . . 

Mais qud eat ce nouveau "mal 
qui repand la terreur" chez leg col- 
legiennes? Qui les rend Ti^vreu 
ses et meme les alite pour des 
jours a la fois* La Grippe! Voui 
oourtise-t-elle ausai? 

Quant a la natation, qu'advien 
dra-t-il? Qui rim, verra. . . 



Nouvelle sensationnelle 

dans 

La Rotonde du 8 







i > — .... .I. 



DEMAIN SOIR 

U. D'OTTAWA 

vs 

OSGOODE HALL 



ZSf-. 



1 



Mercredi le ler fevrier 1950 



VOL. XVIII 



Journal des etudiants de langue franchise de 1'Universite d'Ottawa 

■' i i -i i j- ■ -^. — i : ^___ ___^^____ 



NO. If, 

- 



UN SUCCES ECLATANT 






— r 







CELEBRATION ENTHOUSIASTE DE LA 
SEMAINE ETUDIANTE 

v Grace a la Federation et au comite 
local de F.RE.U.C 



La semaine etudian-te qui vient fet fut servi duranj; le cours de la 

le se terminer vendredi a connu soiree; un probleme n'a pas enc(»i« 

in tres grand succes a l'Univer-{ete elucide: comment un etudiant 

ne. Des .manifestations etudian- avec ses . deux mains seulement, 

Jes de tous genres ont eu lieu, etLpeut-U transporter a la fois, son 

les- diverse? act i v it es . ont s 'tF=n^4^iaeiet tc. cello <le- *a .i;ompagne et 

semaine deux" tassi's de cafe? Quelqtie*- 



resser nos cai*abins. La 

etudiante, inaugufee cette annee ana ont tente de trouver la-sol u- 



! site. 

Buffet 
^.es activites conimencerent hin- 
di soir par une soiree etudiante 
donnec au pare Lansdowne, au 
mess des ofFiciers. Dans les ma- 
gnifiques salles du mess, les etu- 
diants evoluerent au son de la mu- 
l.a photo que vous voyez ci-dessus, a ete prise a la demeure de M. du Plessis, apres le concert de mer-lsique de Peter Torttous. Un buf. 
credi dernier. Premiere rangee, de gauche a droite. M. Eugene Kash, Miles Norma Derrick et Joan 
llrown et M. John Hards. Deuxieme rangee. dans le meme ordre, MM. Roger Hamell, Owen Carroll'et 
Karl du Plesbis, Mile Louise Boyer, M. Bex Le Lacheur (a denii-cache) et Mme Le Lacheur. Troisieme 
rang«'e. M.Paul Desmarais et Mile Solange Boy. (Juatrieme rangee. Mile Valerie Hutchinjjs, MM. Rajr 
du Piessis, Bosaire Beaule et Pierre Daviault. ~^ (Photo Lucien Lapointe, "La Rotonde") 



''J'AI VU LESPAGNE..." 



par la federation Natiunale des! tion erPpTfrmettant^sur une olive 
PJtudiants des Universites Cana-! t-t en projetani le tout sur le plan- 
diennea fut organisee par la Fede- ' cher et dans le dos de . . . 
ration des etuditrnts de PITrtiver- ' Partout. de la cuisine au salon 

ce ne fut qu'un va-et-vient conti- 
nuel; en somme, tout le monde 
s'amusa bien. A la fin de la 'soiree, 
les - etudiants se dqnnerent rendcz- "' 
vous au, Ranch House ou ils* trou- 
verent une atmosphere moins aris- 
tocrate et plus joviale. 

^ Ballun-panier ■ 
Mardi soir, -devanx une aaiia- 
tance de quelques deux cents etu- 
diants et etudiantes, une partie de • 
balldn-panier fut disputee entre le 
College Carleton et 1'Universite. 
Le Grenat etlGrisdnt rfider Tti 



Musique qu on sert . 



Lors d<- men arrive^ de 1'Ku- situation du regime Franco et j'ai 
>pe, plusieurs amis me question--., cru_ qu'ill vous plairait du savoir soin d'echajiges internationaux. 



Je voudrais exprimer ici toute la 
satisfaction que j*eprouvais mer- 
credi soir dernier a gouter l'ex- 
cellent menu qu'on nous a pre- 
se&t£ a l'occasion de la "semaine 
>tgne pour survivre a be- 1 etudiante, en la Salle Academique 






palme aux visiteurs qui 1'empdr- ' 
terent par une maige decisive. 

Concert 

Mercredi, les etudiants* qui 
s'etaient procure des billets, as- • 



merit actuej de l'fcls|>a ■■■ 



par CHARLES BOILY 



n<re5it; pour une fois, je f*w 

trfet attentivement ... , 

— As-tu vu Franci»? 

- As-tu assiste a une corrida? 

question me fut poaae sou- ' 

vent: "Oh! Charlie,' a propoa des 

petite inrpagnoles . . .-' ,. u Ln tout^em»erHieu i rappeloda 

-des (1'iingy, acrnitrffis an- 
cette dor- - 

indiscrete ... C'est a 



slitalent a uq concert gratuit ou 

(iguraient des artistes des plus re- 

\ pu:nf de vue sur le gouveme- [ File est aujourd'hui "dans un etat llu l^S Rev. QS \\^<ux: nommes. Eugene Kash, le hril- 



, penilile. I y a en Fs-pagw 
et d"e in 



■ eiwp a 



Vfle .e»pagno!e. - 
P*ranjco re mjorte la pjl^. 
me. 

Tre mdndlale, il eat] 
impo iu chef es- 



la demande 3u d6vou^ dire 

adjoint de.La .Rotonde que je vipu.-* • 
Cej fptt*l*ptes lignes 

- Et en v i tun di 
mois I't'-te dernier. 

Lei premiers conta la 

nhiaule iberique s*>nt tenihU- 
petiHe c a n a d i en hab it u ^ a iToyitger i -. . i . i;.;,o France esl Ijpwra 

riant. Je voyaj-eais en 
lOndC' classe (\:i\\^ lea trains i 

PagnoTs 'il y o i tsnea d 

trains de I'Europe)^ et • 

M'lelqUc chose de formidable. .. J«> 
une inisere indescriptible et 
'I'voltante; mais apre» un se^oux. 
I.' qvalque deux mois, j'ai compria 
lj iir situ;iti<in coniplexe. 

: SanLander, "ville de cent m 
hoc-;, est s.ituea dans le nord de 
I'Espagnc - iu let horda do la iler. 
1 'est .un centre universitaire inter- 
national et auaii un centre de vil- 
lejdaturc -emhlahle a San-Sehas- 
tien. A rCnTversite —lnternatio- 
"i'e de Santander, nouf etions a 
peu pres ;<(H) etudiants venns <le 
1'Furope occidentale, du Maroc. et 
«n bon nomhrC de V-Ameriqu(? du 
Nord et du Sud. C^t danjaToette 
vill« aux mille contrastes que j'ai 
/•oudoye le peuple espagnol. J</ 
voulais' connattre a tout prix la 



de 1'UniVersite sous la presidefice 



L'artlste invite etait Eugene 



Kash. violoniste de renom, qui a 
II ne faut pas paui; tela accuser rendu avec sa virtuosite habituelle, 

!■': a i)ci>. car il n-'ast pas du tout 



lant violoniste canadien, Norma 
Derrick, sopranol y r ique, gagnante 



au recent festival de musique. Karl 
du Ple.ss]s, pianiste de grand talent 



rranco. car il n'est pas ,iu tout "p a i tit,." en re mineur pour viohm A ., ' '' ' , [ .. r "" Z7 
un danger International. SI nous B< hcSmobm at Gigue". de Ba-ch ' i " '^ ( '"" a le«t etudiant a lUni- 
retrooyon, encore lei traces dun- ,| ont un arrangement pour piano I^—!* "?. '* F* ^5 ^J™' 



i. -il. te en page 2, coIj i) 



angement pour piatfB am . ipnne vetl ,. tt) . 
Qe KiU'linianinoit avait eta joue 
prec ed ero m eni par Karl du He 



Al MH'RO 



Rex Le Lacheur a p deiix 

groupes- de chansons. "aV 

cntre autres, un air de -Aiio-,, de 



au New York 



Stage Door Canjteen. eUtient 



: artistes invites. 



I .In,, 



-Jeudi. le magrtilique film "Fu- 
^Benvenuto" de Diaz et "Nichavo" ^t^ '- lait B l'ecran de la Salle 



LES DEBATS 

pagnol de 3e relevei ra- IklTCDIIMIV/PDCITAIDPC f* V;UKl - Ziara - sans W*« i es ; Academnue atasi que "Le ski de 

PMi.Mm-nt pendant ee IW I tnUrllf tKol I MllftO nppili Imposes par des applau J France?*, documentaire attr la.,M«» * J* 
' nt1lf . .... . .. diiaamahU incessant*. rrtqtle francaise du aki. - dansant. Nous 

conniK. _ LemtssiOP du .> fevrier procliain f a pe7\u de 1? 



par st . ra conaaerfe ejitH-rement aux 



grwtdes hattom e1 ,;,.;,, CTest'ce que juris" annoncej Xorma Derrick, gagnante au n 

par |e fait exclu de 10 ;,. r^alisateur du pjogramme ra- , ,,,..,, l]e Musique. a rend 

N. C. et de. granllea aiophoni^Jja, Jean-Marie Dery. Lai aV „ ,■,;,,, ,-t simplicitc feminir 



La eharmaate soprano lyrirjue. 

v- 
endu 
ne 
denx prem.eres emission* dfi i'«es ,,-,. ,, m f»lt son charme d'ailleur , 
L'JEspagy RU CJ>mplet a soflffetl , m ivei-,itaiii's au . micro" ont ap ?$ e \\ a Victoria" de BononVihi - ' < Ie ^ _& ra nds-peres. Nptons 

Diak, "I Know Where I'm Going", 



i n n ' internatponales. 



erueHernenl de oette guerre civile, porta: n la dU etudiante an pro- 



Soiree 

La seinaine fut cloturee. ven 
dredi, par une soiree" du bon vieux 
: chips a laquelle il ne manipiait 
ni la couleur, ni l'entrain des veil 



tructif. 



ma. racon- K , ;ulimo auaal interessant qu'in- a , Folklore Irlandais, "La Fon- 

tfline <li- Caraoue.t".- de Letorey, et 
"My Jnhann". de Urieg: Le Tout 
as sa t sonn c de grac i e ux*sour i r es . 



D.imanche prochain, ils nous re 



Que de' trist 

terent des amies espa.gholes, Aprea 

.p . avnagc, toute. rEspagne e*tail 

h rebatir et Franco s'esi mia 

■• :.-.'■« ♦ i .. ... , ■; „♦"';'.» ' v ie ndrenf av e c un oxpose original 

I oeuvre toil! de juite car partout . ,. ,., \ . . 

. .... ., ., , et captivant des debars ipteruni- 

daiis 1 Espa me "ti voit de la re . ' . . ' 

... \ ■ vers-itaires. lis nous feront con- 
construction ties modermv - . ,., . , ,,, 

,-. ,,,.. , - ■' » • . • ,„ naitre 1 histonque de ces deliats,. 

En 1044 le* forces communistes . z ,- . . 

du monde entier ac.usent Franco ^^' les universites qui y 

ml( , nlation:ll prennent part et le trophee \ ,lle- 

Russis neuve I 11 ' revient au gagnant. 



d'etM un danger 

C'est par- sympathie a la 

que presque tons lea pays du 

monde coupent leurs relations avec 
1'Espagne. — 

•si I'on p«ut diiv que ^lepuis 



quimre ans l'E*pagne a veeu toute lis sunt 



seul^dans sa peninsule sans beau- 
coup d'ande itrangere!: 



"Xos uniVersitaircs au micro" 

en profiteront pour presenter les 

sura de I'Ujiivt-rsin- dans le 

prpqhain <li„bat interuniversitaire. 

noit Garceau, Bosaire 



Beaule, Kaymond"-fio1Ty ot -J.-M. 
Dery. ' 



Pianiste de grand talent, Karl 
du Plessis, exreuta la suite '•Par- 
tita" en mi majeur. deja mention- 
nee, . un "Prelude ,une Gavotte -•: 
Gigue, la Sonata en si bemol de 
Scarlatti, la Ballade numero 1 en 
sol mineur de Chopin et La Ciun- 
panella, de Paganini-Liszt.' En 
rapocl il rnterpr.'.ta "Dause des 
Sal-res". "Nous souhaitbns au 
jeune virtuose -un grandr^iu>ce9: ■ 



en passant, que totttes ces demons- 
trations, sauf celle de lundi, etaient 
offertes grnttfftement »ux etu- 
diants par la Federation. 

C.E.O.C. 



M. L. 



Campagne prolonged 

Au corps d'entrainement des <U ' 
ficiers Canadiens, Ton nous ap- 
prend que la campagne de recru- 
tement pour cette annee sera pro- 
longee d'environ un mois. Ctttfl 
mesure >erait due au fait que la 
cote intellectuelle dew candidats 
accuserait presentement un niveau 
Infarleur de quinze points a celui 
do l'an passe. 




\ — 









-m. 



■ 



I 



•^-M-lU 



' ' 



t *i 









_L_- 






\ * 



i 






_ 








r 



Page 2 



LA ROTONDE 



ler fevrier 1950 



ler fevrier 1950 



Jeunesse, espoir du monde 

Ca sieole, qui nous a donne la psychanalyse et la bombe atomique, 
menterait de rester dans THistoire comme le sieele dea Jeunes. Jamais, 
CDQime. aujourdTiui, on ne s*est penche, pour le bien et pour le mal, 
sur les prableme'i de Tenfance et de la jeunesse. Directeurs de con- 
sciences, educatjeura, medecins, legisJateurs, tout un monde de savants 
et d'hommes de coeur aussi bien que de dictateurs irrteresses. a con- 




e$10,11 






—cen tre sea efforts sur les' Jeu nes, pour les forme jy fr a rfri rgiiar, le s p ro c hai T i: - Cfe 1 SeffilnSr s' an n onc e 
guider ou les accaparer comme future chair a canon. comme devarit etre Tevlnement de 



— «; 

. ■ » 



• 



La jeunesse, en effet,-r-et cela a ete reconnu en tout temps et 
en tous lieux — est le reservoir naturel des forces vires- tT-tm pays. 1 La 
jeunesse, c'est le monde en devenir. C'esl Tespoir de demain en gesta- 
tion. C'est deja, la poateritx-. La jeunesse, e'est la releve de la garde 
a assurer sur le tresor de touie civilisation. 

Le Jeune d'aujourd'hui n'est plus le "petit" deg temps antiques, 
Teapece d'esclave soumis au bon plaisir du "pater familias" entre les 
mains de qui, sa volonte,' sa vie meme etaierft deposees. Le Jeune 
d'aujourd'hui est conscient, trop conscient de ses droits, garantis 
cqmme ils le sont par la societe moderne. Est-il aussi conscient de pes 
devoirs? Et ceux-la qui ont pour mission de Telever, de la former, 
de la gtttder, en ont-ils - eux-memes pleine conscience? Et s'irs l'ont, 
cette conscience, savent-ils la communiquer aux ames neu'ves qui leur 
-sont confiees? 

Dans notre monde sans, ame, balance au gre des courants politique* 
comme une coquille de noix a la derive, Jes Jeunes ont une grande 
mission a remplir: assurer la releve de ringt slides de civilisation 
rhretienne, recevoir, maintenir et transme,ttre le flambeau des vertu< 
ancestrales. La jeunesse a la force du feu et son existence jamais 
assouvie tant qu'il lui reste un aliment a devorer. Epoque d'enthou- 
siasme, elle a toute Tardeur de ce feu interieur, image des flammes 
de Cet Esprit qui "renoujtellera la face de la terre" comme le chunte 
la Liturgie. Et. c'est dans la mesure oil ' cette force combustible est 
inutilisee ou mal utilisee que la machine du monde fait des rates et 
que les nations gliseent vera leur deelin et leur guise. 

Aussi, cette force d'enthousiasme, de feu interieur, en puissance 
dans la jeunesse^ a-t-ell besoin d'etre non pas domptee mais canalisee 
comme ces giganlesques barrages qui transforment les torrents impe- 
tueux en fleuves majestueux, generateurs de vie. Ceci implique une 



etJ2 fevrier 



Les etudiants de TUniversite La- 
val ont organise un Seminar qui 
aura lieu dang 1'enceinte de leur 
university, les 10, 11 et 12 ipvrie'r 



rannee a Laval. 

I.e Tfieme general de ces" assises 
sera le suivant: "L'etudiant Chre- 
tien face a u monde present". Ce 
theme general sera t-tudie SOUS 
rin<| aspfcts differents que voici: 

1 — La situation du probleme et 
inventaire des grands courants 
doctrinaux qui s'offrent a notre 
adhesion. 

2— aspect Chretien. 



cole normale 

Est-ce, l'hiver? Eat-ce le prin 
temps ?, On ne saljt plus. L'ne 
brise chaude nous caresse la joue 
au sortir, le matin; une bouna 
que de nefge nous fouette fa 
oreilles au retour, le soir. Le ther 
mome-tre descend, le thefmomelr • 
m^nte, —II redescend ... . puis, re- 



Bruyere 



1.« "Beamish Lodge" devient-il 
le lieu de rendes-vous des univer- 
sitaires et des collegiennes? ""Oh 
aurait pU le croire eh y entrant 
dimanche aprfe-midi dernier. Qu^y 
est-on venu faire? du ski? ou 
serait-ce du ski de chalet? Quoi- 

qu'il en soit, on se sentait vrai- 

t w -r i- un atmosphere de ree esprit "etu- 

ment chez soi pamu ces etudiants 

si gais et enthousiastcs. 



3— aspect culturel. 

4 — aspett..„economiquc et politi 
que. 

5 — taehe partjculit- re de 
diant. 

■ La formule adoptee sera celle 
de conferences suivies de discus- 

•uTTchaeun des sujets, enu-l 
meres. 

Parmi les di'stjngues co nfeV en 
ciers qui adresseront la parole du 
rant le Seminar, on , compte M, 
Charles de Konink, doyen de la ' 
faciilte de 1'hilosophie.de Laval . 
le R. P. Richard Ares, S.J. I ' 0lts ' le , m,dl - Le ' nye va " tl1 f ^- 

IMusieurs universites eanadien ' dre f et s ^ utter lui ™™? 
pes sont tK's interessees a envoyer ^Neige "mi non, l'entreprise .1 , 
des representants a ce Seminar 7 f«vrier se poursuivraj S'il neigt. 
(jbi promet d'etre des plus inte- : comme on 1'espere bien, on aiira .. 
ressants. Pour notre part, la Fe- courir derriere le tratneau . . 
deration des Etudiants enverra U n Sinon '. ce sera , un "sleigh-drive r 
ou deux representants. _ ■ sans "sleigh-<Jrive"! Dans l'un ou 



monte! Normaliennes (et norma- T 
liens!) sujvent d'un oeil inquiet 
b's caprices du mercure, en ruin; 
nant derrttn la tete, les proje: 
du "sleigh-drive" J . . On applau 
dit en voyant, an bon matin, ta 
capuchons blancs sur les pieux dt- 
cloture; puis ,on fait la moue en 
©coutant les gouttes tomber dei 



INFIRMIERES 

Felicitations a l'executif de la 
I deration! 

\ous avons passe une semairfe 
mouvementee, interessante dans ma ' e: 6 n - 45, 



l'autre cas, le Ranch' House nou< 
recevra a bras ouverts — pardor ' 
a portes ouvertes! le 7 au soli 
On s 'en tend? 

Rassemblement a l'Ecole Not 



diant". 



Du meme coin, depart en auto- 
Lea gars de la federation bus: 7 h. 00. 



Encore du nouveau! vraiment 
notre curiosite est ai 
done se cache ce grand , 'eo>ini 



possrdent un flair extraordinaire; Du Ranch House, "sleigh-drive": 
rui'seel "on (,uan,, H saerit d ' or 8ra nise r "« con- ! 7 h. 30. 

cert bien goute de tout le monde: Jletour au Ranch House: 8 h. 30. 



■■ 



prise de conscience g^nerale,de leurs devoirs par les Jeunes et pai 
ceux qui sont leurs guides naturels. A ces derniers incombe une tache 
de formation spirituelie et morale au premier chef. II ne sufTit j»as dt 
dire aux jeunes: Voila le "but. Voyez comme il est beau dans le 
lointain. A vous de 1'atteindre. Allons, un peu d'effort et en avant! 
II faut aussi leur mettre en mains les moyens d'y -parvenu-, envers et j" ^ 
contre tous. les obstacles. Envoie-t-on* un athlete sur le terrain 
d'epreuves sans un entrainement intensif au prealable? La grande 
arme, 1'arme unique de defense et de conquete du monde est la vie, 
intenseanent vecue, de l'esprit, ce qui, pour nous, chretiens, revient a 
dire, la vie de 1'ame en premier lieu. 

Quant aux Jeunes, il 4eur faut concevoir dans tout© sa grandeur 
et sa noblesse la beaute d'une vie'eentree sur les valeurs^spirituelles 
•t morales. Valeurs non pac vegetatives, inertes et flasques mais 
Jntenseinent conquerahjes, dignes du <- sacrifice d'une vie entiere. Jtli 



fleux" qui assiste a. notre cour. :| ******* vt des *»»*"* *• tous les 

de phUo? Et quand -eet- 'incident geT } r ^r-. T* ^ — "—^ r~ 

a'ut-il passe? Repondez-nous vite. I ' nous * tv * doim *« 



iine conference 



Souper de feve^ au lard: 9 h. ,30. 

A on xc heures et demle, lea por- 
tes se referment, et les autobu.- 
fileht vers Ottawa! 



leur faudra rompre avec la carence contingente- Rompre avec 1'indo- 

lence, avec. la veuierie, avec la propension au moindre effort. Illeur * ' 

faudra se forger des ames de martyrs, apprendre a renverser les 

idoles modefnes quoi qu'il leur an puisse couter, comme leurs peres I 

dans la foi renversaient les faux dieux. « -- '- ' - orgamser une excuraion ep 



nous brulons de le savoir! ! u " c «««•"«««• par M. R. Robj- 

Tout ce que l'universite a taauf ! c **" d ™* RoTne ' Ville Sainte - M " 
le conge de mardi) nou. l'avons. I ^^^-w* remplace Guy Sylvestre 
Le conferencier de dimanche a dans •« P«ge litteraire du journal 
runiversite, monsieur Jean Ho, fut j " Le Dro,t "- " a Vls 't« l'Europe 
le notre mercredi matin dernier. ' pIus d ' une fo,s et Rome r « 80U - 
La causerie portait sur sa conver- ; N ' ent •«■•»«>"» <*»™ ses murs. C'est . . 

sion. II nous fut done donner la donc di,e *>e le.s mfirmieres fe- P' e ^;.,^Pto»r a tout, enfin, tout 
grande joie d'entendre un grand ! r - ont leur Pelennage de l'Annee 
chretien, un grand mystique et un Sa,nte ' lundi. 

grand thbmiste. Quelle belle ame! Pour ,undi . h ' ,; - nous projetons 
quel catholicisme tuuehant et vrai!" notre "sleigh-drive" (tour de car- 
Q|Ml exemple pour nous etudiantes • V,ole) annu el- Si la temperature T\. 
cathoHqxresi — nous aid€ - bien entendu, c ar il est : norma 

Pauvre Micheline! Encore une l,1( ' n important d'avoir beaucoup malj 



Ceux qui connaissent le Ran. ' 
House, savent ce qui let attend, 
une cabane en "log", salle de dan 
se, pttites tables a quatre aou« 
des lampes a gaz, gros foyer de 



ce qu'il y a de plus ruatfque at <k 
plus invitant. Sens compter, It- 
"sleigh -drive" proprement dit, et 
le souper aux feves! II n'y a 



qu'une condition: tout le monde 
nous aide, bien entendu, ear-4L^t ^ *^ accompagne! .Voyez-y, 



son projet tombe a 1'eau (c'est 
le -temps de le dire* Flic voujait 



de neige DOW amortizes' plon- 



iena .' 



geons 



II leur faudra s'habituer a 
• dire Non! a toutes le.s testations; celle du plaisir, celle dtr-desistement- 



No'ua ics«ivons une surprise k 



Quant aux nor- 
Eh bien, leur situation 
nest pas critique! ... . 
On se Verra tous, alors? 



T 



La neige de lundi et de mardi \ Tou * nb * am>8 ~ P° ur k ' 1-L 
itimiJ******^™ d'autres epaules, celle du petit confort en j,^^^ 1 ^ encoUra ^ e ' maia ] ^ " 



i mardi so4r prochain! 



toufles, celle aussi. peut-etre de ce que le monde appello la reus 51 te. \*^*Z % r *! umidit * de mer " ed | 

«r Zi™ n n ^ ^T^fe propre de la personnel 11 avant „ fin & V ^. Q ^ ? 

Wu^Wra non seulement se prendre en ^charge eux-memes mais Allons> ret9urnons a nos ^ tu . 

oeaux, porter aussi celiu aes autre?. 

Jeunesse delivree de l'obsession du confm-t materiel ^yant le 
.courage deregarder la vie 



layaat.iieur de i de Die'.r. rhn he 1'fl pa^-^ncor^ faiU 



prete a risquer. le temps pour l'eternite. jeunesse chretienne, espojr 
du monde de dem/iin. 



vraiment sei ce qu'il pa- 

rait i; c'est le temps d'etudier, si 



// 



J'AI VU L'ESPAGNE . . . 

(suite de la page 1) 



// 



W L. CZARNIECK1 

- 



dictature en Eapagnerca sont les- Les peuples de l'homispher, 

cirrnnitan p es actuejle* du pays . ouesi n-'ont pas le droit de restev 

qui le demande. Mais cette die- sourds aux appels espagnols. C, 

tature n'e.st pas celle d'Hitler et sont eux qui combattiront les pre 

(N.D.L.R I., ^rand "ecorn , Mussolini. elle_en differe corn- miers les forces communistes, cette 

H.-ux" ne se cache pas, parce qu'il &******• Aus »»' " ^ut avouer ( doctrine nefaste. 

4 n'y a pas de grand "aedrniflapx". ?.? *" . hs|,a ^ nt " "' Bwdatt pai n. terminant, je souhaite que 

.Mais ,| v a un petit "ecornifleux" Ill,e,tv i de P resse . le contraire ad- ; l'Espagne soit memlvre de l'O.N.F 



et il cadie pa ' 

sa pe tite taille . . 



W it 4 m r n p ercuasiona terribles. et du Traite Nord-Atlantique ej 
gne n'est pas prete a rece- qu'elle recoive 1'aide du Plan Mar- 
vmr' im gouvemement democrate ! shall le plua tut possible -comme la 
t-1 1. Canada et les Ktats-Vnis. 11 ' s j bien dit le Rev. Pere" Recto. 
fa.i.lra attendee encore" plusii-urs ,lan< un article paru dans le-j<- 

nal Le Droit. 




Blason authentique 



pour les etuiliants 
de TUniversite d'Ottawa; ' 

A PORTER SUR TON "BliAZER" 



Que tu sois en Medecine ou aux Arts, 
tu trouveras le blason qui te convient, chez 



LA ROTONDE 



BONJOUR 
LES SPORTIFS 

par Guy Joubcrt 




Paare 3 

'••■- - '-I 



LE TROPHEE DE L'O.I.S.A. NOUS RESTE 



O joie, O tnomphe, O victoire, mes amis 
Enfin, le junior-cite sort de sa lethargic 
. Voici^.chfijx-lactaurar-ftotre. intr e duc<>i o n p o u r aujou T U ' h ur. 



1NTER-FACULTE 



IfOllvll pUIII^T~~ 

L'ouverturo de la ligue intej?-faculte se fera mercredi le ler fevrier. 
Pour la partie initiale, les Arts et le Commerce se disputeront hf 
palme a 8 h.eurea. Le second duel mettra a.ux prises" les Sciences 
et l'Education Physique. 

11 est bon de noter qu'un arbitre impartial, juste, desinteresse et 
competent officiera dans chacune des parties. Ce Salomon est gra- 
cieusement offert a la ligue par l'Associatlon A^hletique. Une magni- 
flque coupe sera offerte a l'^quipe victorieuse. 

Au. Hockey — 

Dieu le permetJtant, la ligue continuera a evoluer. Jusqu'ici, la 
Providence ne nous a pas permis de jouer. 

_ — ■■-. .- ' ^-INTEUCOLLEGIALE- """^ 



Pour la troi8ieme annee conse- 
cutive, TUniversite remporte le 
champlonnat de nage du Ottawa 
Intercollegiate Swimming Asso- 
ciation. Cette association, fondee^ 
en '47 est maintenant sous la pre- 
sidence_de Guy Cloutier.. Les 
e<jnij)es^n" competition cette annee 
furent: chez les garcons: le Col- 
lege Carleton, le College, St- Pa trice 
et TUniversite; chez les fillesv-lei 
Couvent Notre-Dame et le College 
Carleton. 



La ligue Otbawa-SULaurent, -a— eause—de-la rarete de patinoiros ■- r **? ist *' e 43 et e n. laisserent 25 au : den (C.i; 2— N. Read* (C.); 



(surtout pour les clufbs de Mqati««aU--a du diacontinuer ses activites 
oificielle*. La majorite des parties seront jefuees a titre d'exhibition. 



^ 



Notre" equipe intercollegiale partira pour Quebec le 16 fevrier; 
elle afTrontera les Carabins.de LavaL vendredi, a Toccasion de leur 
festival sportif. Immediatement apres la partie, les joueurs revien- 
dront dans la metropole. Nos equi piers seront les'hotes du Forum 
pour la partie Rangers-Canadiens le samedi soir. 

Ski— 

Notre equipe de ski est formee: Capitaine, Bud Archibald ; Gab 
Beaudry, Jean Boyer, Guy Laframboise, Charles Burroughs, Claude 
Richer (representant actuel du Canada a Lac Placide) et Paul Allen. 
— —Bud nous present*- la cedule des activitea de. son-dub et nous nous 
empressons de la rendre publique: 

4 fevrier: Au CoWege St. Michel, a Stowe, "Vermont. 

11 f6vTier: Tourrioi Intercollegial Intermediaire a St-Sauveur. 

17 fevrier: Invitation au carnaval de McGill. 
Ballon au panier — ' - 

Samedi deTnier,_TUnivei-site de Montreal etatt dans nos murs, 
Au moment ou nous allons sous presse, nos porte-couleurs sont en 
avant 18-4. 

Samedi prochain, le college Bishop sera .Thote du Grenat et (iris 
Nous lancons un dernier appel au grand public. Cette partie sera la 
derniere de la saison dans le gymnase local. A cette occasion, tous 
les bitt>bs de saison donneront dibit au porteur de penetrer dans 
Tenceinte ovale a deux etages. Encore une fois, nous vous supplions 
d'etre presents et d'apporter votre support tant moral que vocal. 



5D: Guy Cloutier (capitaine), W. 
Abbot, Ed. Abbot, Andre Brunet, 
Jean Drouin, Raymond Lauzon, 
Jim LeSueur, Claude Rinfret, 
Henri St- Jacques (geraht), et J. 
C. L. Pilon tinstructeur). 

L'Universite obtint la victoire 
aVec un total de 33 points tandis 
que Carleton, 24 £t St. Pats, !>. 



100 verges: 1— E. Abbot (O.U.); 
2— W. Edward (C); 3— G. Tomp- 
kins (S.P.). 

50 verges, brasse: 1— K. Mc- 
Lare <C); 2— C. Rinfret (O.U.); 
3— N. Porter (S.P.). 
^-30 v er g es, 4ifcw~4 — G. Rinfret 
(O.U.T; 2— T. Duggan (S.P.); 3— 
D. Sinclair (C). 

:,0 verges, sur le doa: 1 — G. 
-eherrter (C); 2 — G. Cloutier 
(O.U.); ^— H. Poulin (S.P.). 

50 verges, libra: 1— F. McGee 



On Idi en presente une. 
"Maintenant un steak 
Ont fait partie de 1'equipe 40. (C.)^ 2— L. Dagenais (3.P.); 3— "porterhouse". 

C. Rinfret (OU.) 

Plongeons: i — . J. LeSueur 
(U.O.); 2— G. aoutier (O f U.); 



3— R. Carwadine (C). 

200 verges, relais: 1— Universite 
d'Ottawa; 2— Carleton; 3— St. Pa- 
trick's. 

Chez les demoiselles: 



Chez les filles: 
Chez lea filles^ le_Carleton a^en-.i ^Sil-yexges^up^ftdqa: 1--J. Asp- 



DIVERS 

Ping-Pong et pool peuvent etre joues les lundi, mardi et mercredi 
soirs, par les eileves des Arts; le jeudi par la Medecine, et vendredi 
par Teducation physique. Messieurs, T profitez de ces soirs pour vous 
reCr^er sainement, dans un milieu pUr et abstinent. 

Je mentionne ici le nom de Charlie Siroisr (il m'a demande de 
p'arler de lui)-__ 

JUNIOR CITY 

Enfin, voici de bonnes nouvelles de ce cote. Oui, messieurs, nos 
Juniors, sortant de leur lethargic, ont finalement tiuuve le fond du filet 
ennemi. lis ont dispose du Hull-Volant au compte phenomenal de 11-4. 
Les Cousiheau, Sirois, Brunet-et Pelietier brillerent "d'un ' vif eclat. On 
a meme esperance a la coupe Memorial. v*~-^ 



Notre-Dame. 

Claude Rinfret gagna la course 
de. 300 verges et en plus, remporta 
un total de 9 points pour etre 
choisi meilleur nageur de la soiree. 
E. Abbot arriva premier dans la 
course de 100 verges. Jim LeSueuf 
se classa premier dans le plongeon 
avec 37 points, sum de pres par 
Guy Cloutier avec 36 points. Joan 
As|>den du Carleton iut choisie la 
meilleure nageuse et Gertrude 
Braiin du Notre- Dame .la meilleure 
plongeuse. 

Voici le resultat du concours: 
Chez les garcons — - -^ 



C'est la vie... 

A-- 

Vengeance: 

Un etudiant du Matric a Tocea- 
Bion de sa sortie du dimanche en- 
tre au "Lans Garden" et qom- 
mande: 

"Une assiette de feves au lard, 
mademoiselle". 




P. Viau (N.D.). 

50 verges, !ibre:_ 1— G. Walker 
(C); 2— A. Rankin (C); 3— P. 
Viau (N.-D.). 

50 verges, brasse: 1 — J. Aspden 
(Cji 2— R. Carne (C); 3— R. 
Lynch (N.-D.) 






Plongeon: 1— G. Bfaun (N.-D.); 
2— A. Rankin (C); 3^P. Parkin- 
son (N.-D.). 

125 verges, relais: 1— Carleton; 
2 — Notre-Dame. 

L'equipe de TUniversite devra 
maintenant faire face a TUniver- 
site McGill, le 4 fevrier au Bain 
Champagne. 



VICTOIRE 5-1 CONTRE McGILL 

Notre club de hockey intercollegial- a remporte samedi apres- 
midi, une brilliante victoire, au compte* de 5 a 1, au depens du McGill 
qui ne fut pas dangefeux. 



Interdite, 
pas. 

"N'ayez pas peur, je vous paye- 
rai", ajoute le jeune homme, 

La servante apporte le steak 
juteax; Pierre prend le . plat de 
feves au lard, le pousse de Tautra 
cote de la table. II approolje le 
steak, ses yeux s'allument de plai- 
sir: il s'arme d'un couteau, et, d'un 
sourire narquois, murmure entre 
ses dents: 

— - Maintenant, mes m . . . 
feves au lard, j'vas vous montrer 
comment un collegien peut manger 

ca un steak! 

- 
* • « 



I 



2 



A NOS CONSOEIRS DU NOTRE -D AMI' 

Gonflees de Tespoir de CQnquerir le monde 
Elles se sont lancees avec grace dans Tonde. 
Et les spectateurs au bain Plant 

De voir evoluer des beautes comme Mant^h 
(U-rtrude Braiin, Ann Jones, parle-moi de cela. 
"He 1'ami, quel e.-t oe apJe U tCla dans Teau?'" 
— Mon cher, nul autre que Pierrette Viau..." 
Les deux seduisantes: Lynch et Parldnaoo 
Ne purent rejoindre le Carleton 
"Des dieux 'point de sourire; ' p leu' fez o sirenes 



Nos Aqua-Soems n'aniverent que deuxiemi 

ST 



Fleuris' 

L'unique magasin 
'de 

T 

'/ '-. 

Cecile Paquette 



324 Rideau 



Tel. 3-8771 



r=Sr^ 




Reve: 

Une amie a une autre amie: 
*— Je serais la jeune fille lj 
plus heureuse si je pouvais com- 
biner les quahtes de mes deux 
amants: Ronald est gai, debon- 
naire, adorable et ricbe; Robert 
desire me marier. 

♦ * • 

Invitation: 

En notre epoque de materialiste 
raisonne, chacu'n s'efforce de de- 
truire les croyances populaires, en- 
tre autre celle de Texistence du 
pere Noel. Avis est donne de ne pas 
tenter la chose aupres de Foy 
Poulin, car il possede depuis le 25 
dexremnre une superbe . . . Tou- 
jours charitable, rl est desireux de 
faire partager sa joie a tous. II 
Tance done une invitation inUres- 
see, a toutes eelles qui adorent 
les randonnees en auto par un soir 
de plelne lune. 



o year of 

TIME 

only *4.75 

(instead of $6.00) 



You tavt $1.2$ •" yo«r 
scription to TIMi. $1.25 on LIFf 
—a total savingi to you>of $2.7$ 
under the regular 1-yeor *ob- 
scription price*! lo»* »liaii o 
dime a week eocn lor TIMt and 
lift -instead of 20* a copy at 




COLLEGE 
RATES 

a year of 



Entendu au telephone a TOvale: 

Your voice is clear, mellow and 
serene as the soft spring breeze . . . 

* * »•■ 



LIFE 

only $4.75 _ 

M (insieod ol $6.00) J • ♦ 

* V. Calstrophe: 

ortfer ina >Un philosophe. ] 



SAVE by ordering 

TIME * LIFE * FORTUNE 



LE 

LAURIER 
TEA ROOM 

REPAS SERVIS 



58 rue Laqrier E. ' Ottawa 



, .« • / 




,.- 6-1201) 



RES. 3-1267 



? 



Le Centre des f leurs 

Angle des \rues osgoode et college 

II nous fera plaisir de donner. aux etudiants un rabais de 
, S 20% sur leurs achats. 



the newsstand^ ^^ fcx/oy - fnf Ovgfc - 

Gabriel Beaudry 



Methode d'etude: 



Grace a Topportunite qua bien 
voulu leur accorder le Pere" Nor- 
mandin, Jim, Foy, Gerry. Gaston 
ef Ray sont presentement a pre- 
parer," dans la solitude antipathi- 
que de leur chambfe, leur th<'st> 
pour Tobtention de leur licence en 
philosophie. Touti en leur conseil- 
lant de ne pas s'epuieer a la tachc 
nous leur souhai tons— xm^sUcces' 
retentissant. 



Andyovtontvbwib»*ofO*1UNt J*"., 

of a n«w low Specie' *«»te i©# | 
ilwdenr* ond tdveaton 

onfy $7. $• o yeo» . 

five dollars let* than th* reoulo* | 

tubtcfipHon pfxt-onlf one-holt I 
I of »ne JI.Mocw newsifond 

I p/ic«i J 



A G EN T 
w- COMMERCE 
3-.1627 



M. LANDREVILLE TAXI 



LIMITE 



TAXI AVEC COMPTEURS ET RADIO 



35c pour le premier V4 mille, 2 passagere 



TELEPHONE 



2-3726 — 2-3727 — 2-3728 



Limousines de fpassagers et transports 
40 autos a votre service 



82 RUE ALBERT 



OTTAWA 



pcis au'depourvu 
lundi dernier, s'avise d'inviter une 
petite amie de Tan dernier a Tac- 
compagner au buffet dansant. Nous 
dormons ici un bref apercn de la 
conversation telephonique. 

"Est-ce je pourrais purler a . . . ? 

"C'est regrettable, mais elle ne 
demeure plus ici. Elle demeure au 
numero . . . et elle est mariee." 

"Pourriez-vous me donner son nu- 
mero de t^le ... Puisse ravteSnt 
soudaln il s'ecrie "Elle est mariee? 
Oui. Euh! 

Lentement le pauvre Gus remet 
Taccoustique en place, eberlue, de.- 
contervanc6. ■ \ 

MORALE: — Ne jamais perdre con- 
tact trop Iongtenvpe avec ses amies. 



"QUELQUE8 ARPENTS 
DE NEIGE" 

II est malheureux tout de meme 
que la clique royaliste de TAn- 
cienne France ne puisse venir Jeter 
un coup d'oeil sur ces "quelques 
arpents de neige"* ou il pousse 
maintenant du persil en Janvier. 
. (Quartier Latin, 20 janv.) 



/ 






-n — ■—*- 



-A- 






' 



v 






. T 






•*ff • •> 



S 



. 







4— 



t 



• 



-«*- 







i 




Page 4 




LA RCVTON.Dj: 



I'arait le mercredi 
Menibre de la "Canadian University Press" 






Membre de la Corporation des Lscholiern Gfiffonneurs 
Rosaire Beaulc. direc-teur; Raymond Martin, directeur-adjoinf, 
Jean Boivin, redacteur en chef; Andree Cloutier, red.-adjointe; 



— .. . . - 



ler fSvrier 1950 



-• — • 



"NOUS NE SOMMES PAS UN 
PEUPLE DECADENT" 

Sous ce titre, nous publions la suite du discours de 
Ihonorable Ray Lawson, dont nous avians reprqduit la pre- 
miere partie, la semaine derniere. Vous pourrez lire la fin 
de cette allocution dans ka Kolonde du 8 fevrier. 



pour on mode de vie complete 
ment different. 



- 



"~~^ -fcOTrtS-rtir«hf, cheFdea nouvelles; Jean Cote, adjoint. 

Guy Joubert. redacteur spdrtif, A. Cote, publiciste 

Adreaae 173, rue Waller. Ottawa. Tel. 5-5441 * 

Autorise comme ehvoi postal de seconde clause 

Leu idees exprimees dans ces paxes ne sont pas necessairement 

celles de TUniversite ou de la Federation des etudiants. 

IE CHANOINE CARDIJN DECLARE: ~~ 

LES CATHOLIQUES ONT LE POUVOIR 
DE VAINGRE LE COMMUNISME 

Rentnmt d'un voyage en Afrique et- en" Amcrique. la Z *S ^iTZ'. £ 5 £hT2 !£&?*, im ' 

t.enne, vient de confier ala Docurnentatran r : «holi.,u. ,,„•,," ,, „ ; ,i n 'o S . qrtnelTot™ n,»,l, I , ,,, 

impresses. De son periplv. le Pere lie la .I.O.C. rapports antw ta«o n d'ejcprimei- la meme ,.„, ",! ' 

rimpn-ssln qu'un order hoaveu est en gestatfch: "II est id*.. 2J3? " r """ ; ' "' » "'"" J " 

inutile et dangertux de v,„,loir fenorer ou nier un fait fl •,„: ,, ,„. ,, gg; £^ 



Je m'apcrcois- que je vous en- 
tretiens de beaucoup de choses qui 
sont du domaine tempore!, meme 
si je sais que plusieurs d'eritre 
vous sont destines a l'Eg-lise. Je 
sais aussi que le but traditionnel 
d'une formation catbolique est de 
fa ire des saints. 

Mais en tant qu'homme d'expe- 
rience dans le domaine des' affai- 
res, je vous certifie que le com- 
merce a des debouches avantajreux 
pom- lesrtaintfl et'prise la saintete 
beaucoup plus "qn'bn pourrait le 
err, ire. 

■ n axioms des affaires que 



LA VIE EST 
UNE ERREUR 

La vie est une erreur 
Comme l'amour, une douleur. 

Quand on est ivre, 
Nous pensorrs vivre, 
,. Mais quand revient la raison, 
Ballot, noug cxisto ns? 



^ous liaon* aujourd'hui beau- 
coup d'ecrita coneernanrt ces autres 
facons de vivre. Nous entendons 
parier de cruaute, d'asservisse 
ment, de pauvrete et meme d'athc- 
isme. Mais meme en face dp. ces 
caracteristiques negatives, nous 
entendons en outre parier de la 
penetration ©ffarante de ces au- 
tres facons de vivre, qui ont en- 
tana* deja une »rrande partie de 
la China et dj l'Luivpe. 

Lea 



dtis affa i res , r j 



rnd: ' de* flt>uYprnp,ment Ban 

r.ccux qui Kwalent s'inquTe~ter du fait influent 



Exister, 

C'eat trainer 

Son corps ermuye 

A travera lea anneea. 

Vivre, 

C'est mourir, N " 

Mourir d'amour 

Un peu plus toua lea joura. 

Helas, je ne vis plus. 

Fade comme la. rue, 

La temps s'enfuit -=- . 

Tralnant son ennui. 



J'ai compria 1'autre aoir 
• 'm tout mVst si no.r: 
~~39 B'ai pluamon coeur 



Soiree du 

LUNJl GRAS 

Voir article, Page 6 



■j - - ; 




-^ 



Domain soir 

ENCOURAGtONS 

nos orateurs 



VOL. XVIII 



Mercredi le 8 fevrier 1950 



Journal des etudiants "de langue franchise de rUniveriite d'.Ottawa 



NO. 12 



^'enfant; 
II sest evade sournoisement. 



Notre parlement se reveille 



important. . . -La eWiCtgflstiqite, ;."<fe net ordre nuuvu.n, 

c'est la creation d'un proletariat numdin). ..>..C*$ unr et'aban.l .nYid.pVr... 

immens. lour de Babel;- une ruehe m<ammepmif*b\e. ... A pa i .mieni , r - ' ,i, 

I avant-gatxj^-tre ce pj a leteria l s-. tf e uv e !«• wmrnuiii Xl - > , ™-J ?r*r 

t ■ • ' mi • i ■*.-■. -*'in «te~oevemr enrhrturnnstes de 

. . Le n.mmunisme a revr.He ( } e s.a torpeur el de son com-- wirrfre ,l'h,n, .,,. svst -. nu , ( . t '- m ,,., rii , ( , 

d inicnorite une grande partk d§ la dass_e ouvriere du I '' B9& t .', lapp,,.,.;,.,. t^LJl 

monde el en a fait le ierment le plus dynamiqiie— yui j,,' nlhnce dam toua [e. d,- to , nv , infarr ., a,,.', ' "' 

devenir le nlus terrible—d,. rMd&Un ZShZuJjF* . '.^T ^ n;1 ! 

que 



. "~ .'••"- »»»"«' ,'«.!..■. ».v w-vw^t uuvijbi«uil ♦ ■ ""- h"cicviciu ie le mauneijH; et lapprecier a ratine 

iSnm e en a fait Ie ferment le plus tlynamiq.ue— qui pel i >nf!ance danj -tous [a de ti h M«ate*n 6ir»ti a< i 

.,nn- le plus U-mbte-<I, revolution &S3£ ^-^ * \ 2 Z 

Quelle doit etre rattitude des -catholi^ues? Nombreux [an * ilfl< «•••> n.d, , P cum]lluI11 , ms ..i,,, , : aiTe . 

Hit les botirecois li>> iii.lii<tui«.U Im oAmmamAn^o l«« <*..,.... lourde d e.s— le m<iLi'iU-i#i« »««.« 



sont fes boofg< i Mustriela, les commercants. I ^ir.i^^., ,,„.,,.. 

ciers qui adopten-t a regard du cbmmuni ;»i. iine Mtiitu^ utu tiU^U'w ;.. \,,, n . ,•.,,.„* rIl .„ 1)l( ., ..„ , Mll 7"de^7 

n|gativ6. ^ftl.' attitude se niauil\";t.' par uih' coalni. „],,!,, '" ' * iw.lionra 

ddicte dee' loia permettant dTarreter ou de baiinir tea chefi • " v rtriel qui rntiRtrak J m stupeur 

rnrnmumstes ou de conlisquor [eura biens. La prease et la "''' SUJ J '- !! :,,,i h " : " ; lion ,)<■ p iiu j 

radio se livmd a des campaniles auti-eommum 



'•' suis une grande personne 
I'ujsque je raisonne. 
% De me. voir ainsi vieillir, 
( ela me coupe le sourire. = 
Je^n^aime plus rien, 
N'i le mal. ni W bien. 
I'as meme le uouvenii 
N'e peut me rejouir. 
Peut-on vivre 
me le sourire? 
nment ("-fre souri 



Rai i ' ,i "" a! ' 

el . no i., 



.. Satis son coeur d Ten f ant? 
•• 
Mft une erreur 
me Tamour, une Jouleur. 



ment. • attit ude a ntie Qmmunlate-e84 accompagn^e ^f aire ;*' ,ir " ei\.nou«.rianc« done la , , )llM , )( (iM1 

attitude s dc ia l e po a i t iv e , cv>t une - 4, oppeajthm- jliai iaaTq ir e ' hBt > 1 * 1 1 ;' ^^ w*m e*yn un ,;,„, iiture »"- 

. a toutes les r.eformes Indispenaablea et urgentes". Kt re ' M ' l, i''«' dt-mdent. <■, ,,,,., .q,,, P ; nde , - ;i ,j utu , . „ 

Chanome Canlijn n'hesite pas a Tatrirmer: "eel anticom* ■<** : -U«Me. . raisai,.-... iv.h ouratrem, •'.,'< MHTTUDatt 

muniBme fait le m du communiame". P*5bord, farce que I du.rertient tennis mU^aaK. ^UU VJi/lU 

3ituatien intok'.-rable des masses ouvrieres est mi, bouillon d< 

culture nonr 'le fnmmimivm.. Pnunif,, nn *.„„. ^*.*. ^.'i. _*. ^ ^ • ■ ■- - -'*— i— • 



TIIAISA 



Un plan double pour aider les 
etudiants gradues a continuer leura 
etudes outre-^ner et pour fournir 
au Canada, en * tant que nation, 
Poccasion de faire connaltre les 
oeuvres c.ea artistes, des musiciens 
et de« autres competences dans le 
domaine culturel- aux peuples eu- 
ropeehs'est presentement a I'etude 
au gouvernement. 

On espere que le plan aera pos- 
sible en utilisant la reserve mone- 
taire £eUe qui eat due au Gou- 
vernement canadien. • Cea fonds 
qui se chiffrent a $70,000,000 ne 
peuvent etre changes en d'autre 
unite monetaire. Done, pour ren- 
trer dans see fonds le Canada de- 
vra depenser ce montant dans les 
pays endertes. Une bonne partie 
de ce mon tant sera consacree a 
1 "achat d'ambassades' et aux sa- 
lairee des attaches canadiens, et 
I'autre, qui ne sera pas a dodaigner 
si le plan se realise, sera employee 
a des fins culturellea. 



» 

Bureau de 
placement 

Veux-tu_ faire du "baby-sitting" 
(authentique . . .), veux-tu laver 
la vaissolle, devenir porteur, dac- 
tylo, waiter, es-tu pret a devenir 
"Jack fjf all trades"? AJors, va 
17,000,000 et n'apportait aucitlrfr^inscrixa.au bureau de placement 

contribution ;» IVvliifntinn il<»- ion. tie In I-\'.H.-. ,-,»,/.„ 



technique au Canada, ainsi que la 
creation d'une commission natio- 
aale du retaUissement de la jeu- 
aesse. M. Massey souligna que *e 
'•anada depensait par mois, pour 
le secours direct, la somme de 



contribution a l'edufation des jeu- 
nes gens et jeunes fllles. 



AU MICRO 



de la Federation. 



L'ctudiant et la 
guerre froide 



T 



A la Federation 
Debourse's: $954.77 



Cette organisation qui fut f on- 
dee cette annee promet beaucoup 
pour les prochains mois. Notre 
dynamique (et p-*tit) Pierre Fortin 

qui fut l'initiateur ds^htrepriae;! mQ& ^m^To^^lCiZ 
a env-oye cette sen^ine plus de meros qu'elle a publie jusqu'ici. 
m.lle lettres aux industries, aux Un rapport plus, detaille sera pu- 
commercante et a tous les gen*|blie dans la ..prochaine Rotonde 



Andre Cote, gerant financier 
pour La Rotonde. 

Paul Desmarais, dans son rap- 
port qu'il fit a la Federation, le 
ler fevrier, declara que la Fede- 
ration avait ddpense jusqu'ici, cette 
annee, la somme'-totale de $954.77. 
Paul Desmarais, tresorier de la 
Federation, souligna entre autre 
que La Rotonde avait accumule un 



llommajfe a Tlnstltut 
de Psycholo^ie 

Les L T niversibaires au micro ont! 
bien choisi le sujet du forum de 



d'affaires- de la capitale'. II vous 
pr.unet des positions sous peu. 
Pour avoir une position, tout ce 
que vous avez a fain.-. c'e*t de 
donner ..votre- -nom, — ee (jue vous ! 



mais nous pouvens donner les 
grandes lignes du rapport: 

Du ler septembie 1949^- au 31 
deeembre 1949: 

D^penses 

Revenus 



$2,623.49 
1,541.41 



Balance 

Prets le'mboursalil.'v 



1,082.08 
127.31 



- 



culture rout le. communisrhe. Ensuite, parce-..qUe e'ej atmo 
sphere die persecution suscite des apoires marxi Or 

lea catholiques, qui adoptent-4H*e- attitude anticommuniste 



QUE PENSER DES COWBOYS? 



virulent *, ne doivent pas ae faire d'illnsion: Ua sont en Je "»>»!»««. lee eaMeiiea.d'an du piu> ignor*ai i»-dtfan ni„- 
oppositionavec-les directives du Pape. Le Pape veut la '" l "'- ,t il ne rel^e done pa S savant, chacui, ehSlu ill 
deproletansation. Il-yeut une .attitude constructive et-r4a4i- <lv M1 " <ie P Q rt tr un juirement en-, miioiw de u 






satrice. dans le domaine social et economique. I veut Bai 
.chretiens .enthojafiiajatea et dynamfques. Le Pape veut un 
mouyernent ouvrier Chretien. "Cette attitude positive, dit 
le Chanome Cardijn, parviendra a demasquer la solution 
commumate, qui est un remede pire que le mal^ Une doc- 
trine ouvriere authentique, des chefs ouvriers authentiques 
un mouvement ouvrier authentique, seront les seuls- anti- 
dot ~ 



-r- 



,,.t. 



ipiuajeuia Vlltettt dans la guerre, raconte le Cnanoine 



ardijn le seul moyen d arreter la menace communiste dan^ 
Je monde Ou pent craindre que la solution no soit i)ire que 
Le communisme, fort probablement, subsisterait 



.a t-ulture (?) de an 
thou.raste ou ,.,,,■ ,n les du- , „hes voisin S nne secu. 
majp^ej traits rlUnw nn mu ntoe pmmk deteindre .of lui er ^ 

dent et de facon si suennct, erte ainsi une illusion, de .tabi- 
ma,s si je mcxclame jus^u'a me lite. L'attrait americain n'^t 
d^.ander si c est du cinema, de la i certes pas (Jo . ),ur culture la- 
Vfrn^A dfi k^tOrature que; quelle denoncs un coupaWe man- 
le far-west mspne. je *uiawum-er«4 que de maturity m ais ies sommes 



CO'URS DES 
ARTS 






L« journal Varsity du 23 Jan- 
vier a annonc^. sous ie titre de 
"Rapport du. President", qu'un 
noiAeau cours des Arts de trois" 
*ns seulement a ete propose pour 
remplacer le cours actuel fqui est 
de quatre ans). 

Etudes serieuses 



tonnages competents dans le do- 
mains de l'ed'Ucation, d"hommes de 
sciences, de parlementaires et au- 
tres. Un des plus fervents en- 
.thousiastes de l'idee fut 



youlez faire | prefei -ablement ) et 

le temps que .vous avez a vutre 

disposition et Pierre se demenera - 
leur troisieme emission radiopho- P " U1 V0Us en trouver une. Pom 
nique: l'etudiaht et la guerre froi- , dt '^ taver les frais encourus par 
de. Mile Helene Verreault et MM. l'*&J*Pr»Wi la Federation se garde] 

Ce tarif est : ; . 

nouveaute de 
pourle moment, paitieiperont a la ' Vcnt re Prise mais, uno- fuis le pro flntk An *\r\anra 

discussion. Ce sujet interessera > e[ ,anc *« ,a Federation diminuna VlUIl UC Otlcllt" 



uc, .vine neiene verreault et MM. € "*'**** *« lcuciai111 

Le projet d'adoption de c,e plan" Paymond Uchance, Marcel Desva- ,5 p - 10 ° des -^daires. C 
a recu I'appui, au Canada, de per-' rennes et un autre encore inconnu ini f )ost: ' a cause de la no 



Dopenses totales.. 954.7' 



sans aucun d»>ute un tres grand 
nombre d'eludiants a cause de son 
actualite »-t surtout a. cause 
effetl psychoLogiques de !a guerre 
froide sur les etudiants.. 



.e tarif a 10 p, 100 et .mehie a , AlU Club de science, M. Rene 
100. Soulignons. en passant. Co.-beil a ete elu repre.entant de 




second phu, m B0 «t ereec: des *. L »ni'S oT^niime*5 Me p U - 
putattons .,„,, M n,,,,,,nt certe 8 1,1,,-n, , IUJ dfl par leur |eur 11 
P8J,. Mais,alors. .om.nent ex P !i- ; arounns-le. le,o savoir-faire on 

" U, ' r "° ltr , *" ? K " <*** *»"■" vainere 1-, intelligeW, n 



concerns noi i 






le i'oursar 
tuel par un co.ir.s de trois jins c^ui 
comprendrait une certain! mieura 
,| '' fP^cjali at ion avec ujw [a>^e 
pad acaordee a la culture. Ce- 
pendaht, cfila dpmapderaii de la 

is haot 



de . "que Pierre 1-ort.n n'ohtient au- lu ,i.-. lca]Ut lje ,. <MM meree, aloYs tpa 

ment, durant ces dernieres anne-s, effcts P--ychok>giques de la jru.-rre ' curtG 'emune.ation pour la tache , M ,He Jeannette Maisonneuve se vuit 

ML Denton Massey, ancien Con- f ''° ide ** los ttu<liants ' I f~™2 ^SL ent, ' ep,end f ? U ' U " Rortee au poste de represenUntv 

massey, ancien con-, .travaille seulement pour Ie bien du Bruyeie 

vateur pour Toronto-Greenwood. ISC Gi2aa Chacon rendra hum- des etudiants. Merci et felicitations.- Maintenant 'seuls les memb.es 

9 inage a Hnslitut de Psycho de INerre. , lu ( , ul , (K . ,;,, m . u onl le ^ m 

lLq.vers.ted Ottawa, qu. a ,1,,, In ,„,, bureau de placemen ,,•,..,,, aux representations c ln £ 

l'acceptation d'une resolution rf I TTi ell"^? " ^'^ **"** *" K ' a rraphiques du Club. 

, i - 4 population canad.enneen general eat en marche depuis 'deux ana :. I.c , l)n <eil du C-lul. <le science v^nt 

commandant une enquete sur e et uix etu.iinnt-* <fOtt-ive-. *.n „«r ri-„ n -vt r-u ■ e ' sctiue i eni 

r ' (l -\»x inulw.nts ttOltaW* en par 1 T n.x uoite. M. Maurice GhafcTlon, de Hummer Jacques Lab.nde' de la 

besom dun meilleur entrainement ticu ier. fault ami na« *> oni ii j„ a *' w ■ * * 

ute en page.^, col. -J) A e des arts, publiciste franca.s, 



Dans son premier discours, le 

man, IM M. J iStesey proposait ri '"^versite dOttawa. , 

,, ,.' ,. . *.'.. rendu d f immensea services 



Une invitation de la part du 
Conseil etudiant de Laval pour le 
Seminar qu'il tiendra du 10 au 12 
fevrier *ouleva un vif debat a la 
Federation. II fut decide que deux 
delegu^s seraient envoyea au Semi- 
nar pour represen-ter les eteudiants 
d'OtUwa. y 

Quant au festival d'hiver ae 
1'Universite Laval auquel une forte 
delegation de 1'Universite avait 
ete invitee, il fut decide que les 
etudiants qui voulaient a'y rendre 
pourraient le faire au nom de la 
Federation, mais celle-ci ne s'en- 
gage pas a defrayer le voyage. 

Le rapport des activites du co- ' 
mite de la Federation Canadienne 
des Universitaires Catholiques fut 
donne par Rosaire Beaule, presi- 
dent regional. Vint ensuite U 
rapport du comite radiophoniqUe * 
rendu par Paul Andre Meilleur. 
Le Comity radiophonique a deja 
realise deux emissions-, il recut.de 
la Federation une motion de feli- 
citation pour le beau travail ac- 



compli jusqu'ici. - - 

Andre C6te fut nomme gerant 
financier de La Rotonde en rem- 
placement de Denis Boyle, sur une- 
recmnmandatroTr~o*il"directeur de 
La Rotonde. 

Une autre motion fut passee, 
pour souscrire un montant de $37.50 
afih d'envoyer une equipe de quatre 
joueufs de bridge a Toronto pour 
coricourir_au:£-ham_pi_anJia t de 
bridge des universites canadienhe*s. 
Les joiieurs reprrsenteront a To- 
ronto re club de bridge de T'Univer- 

• (jui fonctionne depuis deux ans. 









DU TROPHEE vaLENEUVE 



Pour la r.»ien.ie annee consecu- etre fav.uisi-e ou non ? 



-^lus for TetpIui utTtyprsel encore, fct, mem AiTe" perTTTu ^ ^ eni "i-ment m, ie 

disparaissait le probleme-ouv-Hrr resteraft entier. Tnns fcg '"' v ? »?/_ hnRr>g da ***** mi ' itoe ^ vie afrn de , ? 'c co". 

}£™*»* sincere d<>iv,nt souhaitcr la paix sans conflil , -u et le *.■ ie vie ^. ^* 




de succes. oniversitaire que 




pne dee dis ipb. rte r. ^^ 

ncation mala Ton ne peut user des j des valeurs. 



I 



mernes pretextes en notre Canada. 



que 






< clut-ct sigTiinerait un suicide pour 1'Kurope . t pour urn- 
■jrrande. partie de l'humanit ^ 

Or la guerre precisement est (iee a la solution du pro- 
Dleme du proletariat. ■ 

a 

ojipose 

leme 

S™i7lfTS n l f *?¥■ I-' ost '*' afTi, ' me I'Aunu-nHo,- 
wi^ r la - J -.? C InuUIe d'adopfet une polifiqiTe <r.m- 

irpente surtout sur Ie plan ouvrier, Ce sont la-rles pr,,. 
..blemcs concrets qu il faut ,V.>„u,lre : les Con«e«S ffush 
les vacances ouvneres, rwlucatidn ouvriere, |« sens de 

^^^g^^ a ^r^p^^ : ' - r- °» w; - 

. science. Sty ce^rrain, les chretien^ltevnUeWro \,Z U "'"" d ° ** 

tables.. II ne suff!t pas d'avoir a la bouche etnTecrlre dans ~ — ~ 1 — — t 

d p ^ai:t' 4 " , toutes ,es ^^ *+&*. *■ a j ^f feg ,,y a f - ^^sss^ss.^ 



Dana la premii , ee de ce 

u {^aoM veau "ct 
Vh; de Rocke- t v lu(ll , r au n , oins — ^ scjenc{> ; 



lalianL- -de-vra 



_I1 nous faut toutefois reconnal- 

tnie la penetration ame, 

en nitre w<A v a |Tt\in1iasan. saha 

Tail touiourw des si'ennes; 

(tifrlcain "impose 

maintenant de par tint le monde. 

ef !"argbnt, le prestige de la 



Bi garde! 

>• .ntlm-nre du western 
'nfdnr san, grande importance; 

tant un .imi,sari 

''"••• 'P'i deirra t. , lo ,,, ,,,, 
avanl qu'il n,- ,,,» trop'taisd, 

b awerieainea 

« notre pauple a] 

el fail.ie (p.iand le gelthl des Ktats- 

I'nis luidicte la cmdujle a BUivre. 

boot ne r Bommea tou4 de 

meme pai si petita et si fklblea qui 

' et vivre 

n " ,r ' ■ vie. Kt seulenn-nl 

P.'ir e m a. T teo S e n ^lutaire pour- 
BOUf edifier une culture na- 
tionale -en un Canada irni. . 



J-m: dkkv 



natureJIe,, une .Jangue etrang. 

Ciencea . , ;ino 

MUittje re qui r egsrde 1 ' I m m a n i Bi 

onde et la tro :-m, aa^ 

'"' , ' h dam 

• BVafa la baae d'*ducntio« 

Bf^ne" ale acquise durant la pro. 

'" ''"I'lee acta; ••rtains 

en4s. const] vr: . 

udant., ie president a avoue 
qu'il y avait plusietHMr- prohlemes. 
qui retwdtraient Pexecu tlon de ce 
prpjet. II a eoncili en disant que 

•'"" de l'ent reprise depend 

>di!...it du rocrutement d'elev. . ,t 
de professeurs <|iii nnritent une • 

•' 'lans la vie acadernlque; *'ot 

J Q />° ■ 8 ' il dit, que. par ar ; , 

mique. ,,n peuj entendre' claasi 

que" 



Laval. Montreal et dttavva. Rront R<iymond H,.ily, do Plnstitufc de 

en lice. !.-• jet ,du -debat est: plui ( - Rosaire Bejra 

"I/aide federate a l'e.lucat ion 'uni- la faculty. de> Arts, qui rep 

Eet-c< qu'elle doil teronl l*Uniyera ti i Montreal, et 



versitaire 



JL. 



t^uestion messieurs Benoit Garceau et .lea/i dix-huit annees, le" tropl.e, . ,-nt.to les tn.is universites de Ian- 

Canada. 

debat aura lieu a 
messieurs Martial Asselin et Ga- Nttta iC^nrltofM a nos orateurs ,a sa,le acaderoique demain soir a 

1 Kip^inte. 44Mdiants en droit un puccos eclatant qui now-rC5ti- . hllit heurt ' ? •* denvie. Le 
a rtn '. Laval de Quebec. ,lu ' ru ]e t^ophee Villeneuve. sym- d'entree pour les etudjfjaij eat de 

, bole de la suprematie oratoiie trente-cinq sous. 
Kos pt.rto-rouleu! i n*. n Bonti 



A MONTREAL 



t 



\- 







mocr 



I 




POCK I/Hl-|{()!S\li; 

Ne croyez point catuc qui vous 
diront que la jeunesso est, faite 
POUT .s'amuser: la jrune.^e n'est 
point faite pour le plaisir," elle est 
faite pour rh^o^ame. (Claudel) 




pas ;i 1'miv premiere jo'uti ..-.„„. 

meme s'ils partidpeKt pour la • 
premiere fuis a un deoat inter- 

I B B n des 

.ersiL' 
. '< i I ■ < ■ ater-riiiA 

. 1'aj.L dernier. Xos orateur.- 

-■riit i de w mpoi fee* ia 

e et do rapportcr en nn m 
8 Crophee \*illeneuve qui nous 
iv/iit quititg en l!i I, . 

i 

Le ir oph e c Villeneuve — *r 
onne comme enjeii a la Ligue des 
Debats f nter-Qni verai Laire par feu 
Son J B mht e n ce le Cardinal Rodvi- 
R-ue Villeneuve, en f932. L'Unr- 
versit4'd'Ottawa remi)orta le \fo 
phee en .cette premiere annee— 
1932 — ainsi que durant les annees 
1935, '37, '40, '41, et '4,6. Nous 
avons done jrajrne en 1'eapace de 



A OTTAWA 




JBAN-M. DERY 



■ 








-'* 








;, s 




i 


.• 










.: 



-' 



.' «r— ► 



■ " ^ -»- 






L i 'it 






J».w 






T- ' 



■ 



r 



- 

• r 






Bage 'i 



LA ROTO N D K 



8 fevrier 1950 







QUE J'EN PENSE . . . 






A l'oceasion de la presentation .manure poiirrait-on l'imposer aux 
du meriioire de la Societe" Histo indjvldus de cea deux ctVlHsai 
rique de Quebec a la Commission .km U t ovulation est tout a faiL 
royal* dVnquete aur 'les Arts, lea contraire? Done, r'epetona-lei cette 
Sciences tt h Lettres, una quei- n ". du simple point de vue 

tlkorique est psychoiogiquem.n 
impniiihlg * ■ • i in. ■■■ 



tion a ete soulevee; la creation 
- ^on m a n uel > umqu t fr« .d 'hUt ai rtf < rt tt 
Canada- Cede question 'n'etait 
pas nouvelle. . 

Car c'esl un faiX ftU Canada, eer- 



par 



.taintv i associations dites tie 






bonne entente, revent d'un marine! 
unique d'histoir.e du Canada. Cho- 
se ordinaire chez des esprtts < 



J.-C. Ladouceur 



a! il ne sera p 
<le la part de BOS compu- 
triutes unjelais. Nous venous de 

il; «... „\ 
•uUera plus la vraie histoire 
mais 1 histoire oukklle. l'histoire 
'foUefifi, m?Sv au,8ervK;e.d. 
eiens de la bonne ententi 
histoire ". 
sieur le chano [fie Cioulx a*u» profit. 



otre. C-rrr noi < ■■ k B 

attea-te que ce tteTtfQct rine 3'ab 

Mais en pratique. . qua .-Stra t (jnn gofcBfl t)^xe dj 



ptibn d'un if! manual du ft la 



ordinaire*, je veux dire chez dea collaboration de quelquea histo- 
utopiste?. (Tel .est le eas de • dais? Je di* que" < 

senateur David, qui, le 4 mai 11/44, un avortcraent et j'empkie ki le 

presentait dans ce dortoir public mot meme de Chapais; La ra 

vul^ai renieiit appele ' sennt, une en est Wen simple. C"est que notru 



motion ayarur trait a 1 'enseigne- 



d'tinr extraordinaire 



■^ ' ■■■ 



ment de rUtstovre du Cunada. <"e-r eompkxite par le fait quelle ae 
honorable htorisieur, senateur ca- divide . n deux jnuiios. L'annee 
nadien-franeais de not.v settlement, 1760, comme .voua le save/, mar- 
projetait la realisation 4'un manuel que "i'kiat apique faeture" de .cea 
unique d'histoire. qui incnlquerait .i d eu x ua r ti cs : fie li e ueiio rie - fnt un 



un meme pa'.rioti.sme it tons lei 
Canadiena.- At ce projet, la voix 







Entre aulrea, quelques bptimia- 

teg. il y en aura toujour.-;, seniblcnt 
,|e qui se fe'rait-Hk? Non p: IHt I ' BJ C Ulatn ee qui peut presque heuieux de pouvoir demofttrer .pi. 



uniluterafe et illimiUo a toujour.? 

mure -ksavantaire. Bl 11 

ridicule de pan i eli 

at! .pas dam ]<• domaine 

biatorique. Suppoaona que cette 

que tion du manuel .unique passe 

de J'etat de projet a Petal di' reali- 
sation, ce volume d'histoire Ber,»i 
uppai partial, s'il est mv 

partial il ne' tfeja jam;.'- gOfBpti 
des cana d rlrta^* Pe Dtutre, 



recrime Mr prodiirifuse hi>' 
voire 'meme une eponec glorij 
du Quebec rcpondit: non^ Et parte Puis vpjci que cette fameuse : 
qu'elle se sentait nttaquee danf-mjt.hn a 1'epoiH-,'. Alois corn- 
tout ce qu'elle a de plus -che* , menc a une ere nouvelle: [§ regime 
Elle reconmit que le motif evoque anjrlai . A a '.'-inn- »*0".r)f)0 Ca- 
etait cortes Kmahle, que ee aejai'. ha Ca fut 

une excellente • I toua lea une dine poui ejix, | 

i nanu e lg dTiiatuhe dans les dfx q canadiena et ^e de- 

provinces, fussent de i\ fa vaienl dd 

conner. reaprit des Canaditn par b '>"' !" ! 

manteTc ft t naptrw r un yfiig |>i tifoiid T ?adiii e t ue i'en 17D1, 

sentiment de solidarite nationale Pal peiiihles par ttaqnelh 



a'iL.e*t -partial e'est-u 

nyme (TBiMoire ofTieielle. it ne 

. in pa- aee'apte de I r el6metit ca- 



LA CALCULATRICE 



■8 fevrier 1950 



LA ROTONDE 









MODERNE 



JUk. t 



\ 



le 



Page 3 



La science modernc a tou 
a fnt ex))lore: depui.s le ,savon qui 
ne fait plus de mousse, jusjqu'au 



la Ik> unique qui entraina a 

son tour la "bombe hydro^env"; 
! ni.es deux . ensemble reussii.uit 



i olar. Tour sin leUf tfttnt' j'Wen ft- dettulre la, terrel 



. I'arait [e mercredi 
Mcnibro do la **( anadjan Lniver.-ilv 1 
Menii.ie de la < oi •|>orati|»n^ t\> s |v,h.,t,.ts O r ttfo w ne tW! 



Le visage la i que de 
I'eglise au Canada 



de reeheirlu', lea savants mirent 
ranle un projet formidable. 



Kosaire IJeaule, direct* ur; Uayntond Martin, ' directeur-adjoint ; 
1 Jean Koivin, redacteur en diet ; Andree ( lnutier, rcd.-attiiiinte -; 

Luuis \ luteal, 4 lief d«a nouvelk-*; Jean Cote, adjoint. -~f ~ 



totH iaire. 

Le premier travail qua cette cal- 
ice cut a aecompiir conc er- 

nait la "tisis-ioii" aloiui<|ue. I n 

probleme iemblable> eat exi^«'' cent 

ana. de travail assidu et penible 

de tout uiathc!ir.it ri.-n; Hessir 
ainsi l'a-t on haj^tisee, se montra 
le taille au probleir.e et put re 
met'tre hi" solution ; ,pr. s e. Ml tn» 

u .!<• de caJeUla formidables.- Ca 
fut un reel service pour 1'huma- 
nite! I>e tons ces ch iff res naquit 



uvulatriiie petit avoir un 
usage plus "humanitaire que celni 
de produire des eng-ins de nun: 
En etl'et," ils veulent conatrutre 
une autre machine qui pourrait 
jouer aux' lichees! Croyez'Tu'en. 
les plus grands savants au mondc 
i.Mt. assemblya, non pas pour 
faliriquet des Unnbes .car enfin. * 
la ''ouil-e atoniique, et maintcnant 
la "bnnine hydrogene", n'etaient 
.pie de^ accidents), mais )>i<n pom 
perfect ionner un robot qur joue- 



BUREAUX DE I. mewe, H y adrait de 



PLACEMENT 

v Suhc de la p;.^<- 1) • 

du 'Centre CatihoHque de l'Cni- 

II ak un autre aapact que DOUfl finite, a pris charga de rorgani- 



naihen-francais et avec 1, 



SmmM 



et un patriotisme vraiment cana- <e petit peuple resMant dans ce 

dien. Mais parce que ce projet qui appelona aujourd'hui 1;. 

etait louable, elle voyait (pi'il p«mn Q __furent les 
n'etait pas par le fait meme. 



lisable et justifiable. Telle fut la 
raison de 1'opposition de la 
vince de Quebec. . 



fajts sailla'hts de l'histoire cana- 

dienne. Pendant Lflfttfl cette ]><•■ 

pro- riode il n'y a pas' de piov.ru. du 

Haut-<anada. dont I'etablissement 

inmence avec la migration i\r< 

. - En jjrincipe, un manuel ■ unique , (>vai; , t( . Kt (l . nVst qtrUprea 

^=Tetmt ra1t jl sous de comniunes as- }# . s ^^ ^ , 7!) , ^ ^ lg67 f)U0 

pirations toua ies canadiena? Ou ^ p rovincos res tantel cninu n- 

i plutOt. obtiendrait-it- le . resultat cont ;i jouer ur) rdte i mport ant 

prevu? A pr:m.. abord, je ne le (}an ^ ]t . d(>m;lino htatoriquas Pour- 

AtiAin nac XTF mnniA uni'ae Vina _ ?N _ .„ . 



crois pas. £t meme apfes une 



quoi cette breve revue de This— 



SerlWSe- etude, je v 'J-^toire? Simplement pour vous 

impossible d'en arwver a une con- m , >ntrei , ( . omhit , n spt ; cra i e tat la 
elusion favorable. Ce manuel uni- lM)s ; uon de la pr ovince de Quebec. 



que au point de vue theorique *t , a kg anc j enne du ,, aVs . , 
done une impossibilite!,-- 11 ■ aul I -i ; "?»-.- «-..* wl:- 1.. ...__: 



n';iv"i, pai en\ iaaffe^ et q 

taut, eal tre* important. 1'e qni 
i-pendtait • cette | >n - du 

manuel enrique? Du federal pu 

" rUmveraiW a qui 

SKt7« dvux services (rllrent de lVmploT. ",, 

anaaa. • — __• • hie. -rt rccomnrenceTr— ta"maehiii«-. 



faisaient. ont bien vu cju^il fallait 

ainai que l'o'n peut voir la te'rri- 1 reapecter les structures politiques 

detre un peu psycho bgue poll, , )lt . slLuation (]ans laqacl , e seraient dftg provinces. A plus forte raj. 

.pouvoir le ^onstater. ( je d.raia pblc - s Ies histyriens peu fortunes. ! su n. n'ont-ils pas s'onge a runiti- 

meme, qu il a ag.t simplement qui auraient a ^^ & mSinue] c ^ on ^^ et pddagogique . lls 

uniquedont Tusage s'etendrait non auraient marche a l'insucces cer- 



1 



autour de aoi. Deux groupes ethi 
niques se partagerit Jnotre pay.s. 
Groupes divers par le sang, pat 
l'histoire et par leis hjeredites cull 
turelles. Nous sommes en face di 
deux civilisations. DJun cote il 
a I'anglo-saxonne pr^testante, 
tendrfhee materialLste et de l'autre, 
la ¥ civilisatlon"twuicame. la notre 



seulement a la. province de Quel,,., Iain Et j,.^ phls qu'iln'est lo- 

hose jfique, ni opportunj ni possible de 



materiellement impossible. Car, 
coniment saujait-on esperer la 



faire disparaitre, en L95Q, les par 
lements provinciaux, il n'est logi- 



realisation d'un volume d'histoire quCt opporlun 8t possible de creer 

qui devrait e ml. rasaer trois. srecle.^ 



catholiqu^ et tres 



Vous voyez qu 'ici la sdution de eel 
* grave probleme. pose par ce^-detur 



civilisations irreductil les, n'aurait' 

(lUi;_ 1 on 



spiritualiste 



ej dont la moitie du . inanuel desire 
serait absorbe par la province la 
plus vieille, cellc de Quebec? Mais 
dira t-on. il y aurait tduJUUl 
comproiuii. N'y espeicz point! 






Diiailleurs, il n'y a qu'unc histoire 
: et e'est I'MsttnYe vnrH Meme- si 



noa compatriotes anglais ne tien- 
nent ]ia.s.ii riiistoiie. nolis n'avons 



son issue que .dans' ce 
designe sous le m>m tie melting- 
pot, et 'que Ton appellt en langaire 
parlementaire, la citoyennete ca- 
nadienn.-. 

core. Car comment salarait-on es- 
■perer un m 

il ne peut y avoir qu'un mariaxe 
de raison? C'est-a-dirt, comment 
urions-nous realiser runite*"uans 
un pays comme le notr* ou H tve \^^ poM^uyoit continue, la 
peut y avoir qu*unlonl Or, il] P^odigleuse aventure cowmen, 
arrive que meme en pnincipe, ce P ; " nos peres. Ainsi. vous voyez 
manuel luuqnfl d'histoirel demande . qu'en pratique ce^manuel sera 00 
1'unite^puisque ^ans Cetat^ ntiell'e bien impartial, ou bien jiartial. 



pas a en rtrugir dans aucune page. 
e impossible en ('",,! catte hUioire que nous en- 
tendons tran«mettre itltegrale- 
.anau^ damour ia ,u m< , nT ,. a , n(]; ^ ( , )nsi(i(V „ n , ,., 

que c'esl dans la meditation de ce 
pasai glorieux qu'il faut pulser 



A la suite des piopos (pie je 
viens de tenir on me r-piochera 
}.ieui-etre mon atroi tease dv 
On aur;. cment tort. "Cat, 




grarrdy avantai2re« ft jouer contre 
une calculatriee.- elle ne pourrait 
pas triche-r ta moins que aes • in 



<,uy .biuhert,. redacteur sporlil. A. Cote, publki^te 

Adrcsse -ITi, rue Waller, Ottawa Tel. .-~>U1 

Au»orise com m e envoi post a l de seconde elaaae 

Lew ideea exprimeea dans tc-s pages ne sont pas necessairement 

tclles.de ri'niveisili- uti de la I ederatitm des tludianU. 



$QC!g)e desJniirmieres 
Misslonnaires 



data* a. Mo nW eHlj^drinii- 



une bonne vnille 1 

eroi -niileu e q ripa a 

•ttre le ni?/. oil tdk n'a pas 

r d affaires. MTirl Kom est Rosette: 

J ^ '.">n a^e. | , pa. 



j/einme-ni , t .Uet 

1 pUrToTrt: — Alli f ,'dB ' Bl l 'i , t ' n. 



C 






MOTIFS D'ESPOIR 



. - • olfi- 

smenl S01 fnfim 

1 

I 1 1 1. Defel 
tHque de 

Me Xlf, I'rovitla Mater 
2 iVv.mt 1 947, 1 
1 .iia.niqiieiuent clfl 

iliei 
iV-gie par des tola pro] pea qui la 



milieux. 
principal de leur \ U-s 

^- - * - A 1 . ,,; p ar des 

slaifftS, jippi n»r'u r ' 1 
aux- oeuvces tie la Societe. I in 
outre, elks recoivent une i 



ventures ne veuillent la rendre au^. 
si humaine que possible), puis. 
re Ton voit que cette "intelli- 
gente" macihme va remporter la 



*ation du BUreau. Ce Bureau serj 

d'ayem\ de li;ii<.m eqtre la Com - M 

on du" Service Civil, le Set". , 

v . ... , j ,„ . , part,., on n a qu a coupcr le cou- 

N4iUanal-d*43acvment 1 , v , * _ 

rant rlectrique, replacer les. pi, ce 

Ldu jeu d'e chece ou bon nou« sem 



( 'ertains journitux de lan^ue f ran^aise n© manquant pas 
une seuie occasion de mettre a la vue du public les ma"nii'es- 
it ions d'i i ito le rance raciale dont font preuve quelques indi- 
vidus du_ groupe ethnique'anglorcanad^en. ^e suis cTrtaln 
que les jounTamr concernes ont des raisons serieuses pDuT 
motiver leur attitude. Cependant, il faut aussi devoiler le 
beau cote de la medaille. 

II m'a et6 donne en diverges circonstances. de passer! et e " toutes choses. — "L'aposto- 
plusi e urs j ours ^vee des univeraftaires de tontes res Tegions lHt **■ faet4Hits- s e \ulieis du i t etnr 



du Canada. Une impression me restej leur cqmmun desir 
de connaitre le Canada francais, He le comprendre et de 
l'estimer a sa juste valeur. 



PW a m^chemm entre les Con- fci ^, (, faul un ^ ardent de 



gtvgations p e i l fj i e us e a et -les 1 

ciatiohs pieuses. Hevenant sur ce 
sujet dans un "mutu proprio", Pri- 
mo feliciter, 11' mars Ui-lx.- S.S 
Pie XII insiste de nouveau sur le 
caractere seculier de ces institats, 
caracteii OQJ doit paraitre partout 



11 olfre des positions (FeTc 



n'ayant pas de Douche, nesterait 



nir une position deviennent 4 ***> a!ora *? ] 'W™ ] '- 

plus en plhs preea.re,. Sur 400 ¥y atU '" d ***, serart agnr en hy- 



Cette in "ii serait une vio- 

lenle t £pia J*" «g :1 --'»'"£ Mu"uv,e la . ^^^.^ . Coupei 

provmciale en m 

le domaine edUoatiophd he 

. que d inceS. « Ain?t. 

par le nroyen de ce manuel unique 
Ottawa controlerait dans les epolcs 
du -Canada 1'enseignemint d'une 
niatiere important*: l'histoire. I >t- 
.•■•tie n.aniere,' apres peu d'ann.'es 
].• federal trouverait d'excellem. ■-. 

Ra pour entendre son anroi- 
Eion cent ralisatriee, en es~ayant 
d'imiioser aux ecuk*s -tl'autres ma- 
ntiels uniformes. Alors surgirait 
l'ecole unique. Le passe BXOllVf 
que ""les peres de la eon fed <'-i a 
tion", (|ui savaient bien ce qu'ils 



lidelement exerce non seulement 

dan;.le siede mais aussi, poui 
ainsi dire, par le moy.n du alecle* 1 

n'est pas rare.nort plus de lire dans 1 rs publicalions Ifl met " bl ' es lle l ' es socia « s 8t '- 

etudiantes des articles sur la (uiltureVaimdienne-fraiicatae ™* ^^1^" ''" monre ' 

,t sa vitalite. . "^"^"r "»■**«*■ rommrlwTnis- du momie; 

w . travaillant dans |e monde, et s'en- 

Une autre manifestation de cet esprit de collaboration 4 tiaineront a la perfection , 
est apparue lorsque la Federation nationale des etudiants tiennc par- in. vie interieuri 



positions qui heront dt-niandees 
catte annee a j'Universite, envi- 
■ • " .1 U) seront iemplies. Ce 
fait est du au grand nombre d'L'ni- 
v<rsites canadiennes qui deman- 
dent aussi des positions pour, leurs 
etudiants et qui divisent ainsi taot- 
niement les chance^ .Ten ol.tenir. 
C^uant aux . gradues. ^0,000 de 
mandes sont faites dans tout le 
Canada pour 1,200 positions offer- 
tea, ce qui ne laisse a.l'Unfversite 
qui JK'U pies dix candidats poten 
tiefs. 
' Le bureau de placement essayera 
de 1 omedier a lu situation en 
s'adressant aux anciens, desquels i 
ils esperent obtenir un.assez grand 
nombre de positions. Les possi- 
bility's d'un bureau de placement 
rttgulier <jui pourrait aller a la 
recherche des positions sont tres 
minceil I.Vntreprise demanderait 
un personnel plus viombreux et un 
charge d'affai 



uu xy-sti-me unique d'educati.m. Kt 

meme malgre cela en mat h en <l'e ! Bttejfe ny n t but la xyut^. Actual- 
ducat.on. notre survivance exige U ' ment - ,e Bureau de monsieur 
que nous conservions intetrraie C*W"U1 M eontente de Tecevoir 
n.ent, je dirais nu'-me, farouche } ** |>1W#i»W nationaux. tout.- lea 
ment une independance absolue; ce 9f*uihil tea de placament et dc 
barrel- *««««* comparar lei positions offertes 



qui congi 



mr-nt la 
federaux. 



route aux 



energique- 
onvaln- 1 



andidats pmir trou^fiC^: 
ii qui remplira mieux lea con 
dftiona stijni:. 

La Fi'xb'u ation consul, rera pro- 
l.adlement 1'annee jiroehaine les 



U dune junction des deux 
bureaux. En attendant, rmus 



-avons a I'T 'nivei <\u- deux 1'Ui eaux quj. a «on re tour d'Europe, affir 



comme tout a - veux L'.union. '^ pjacejnenl qui, loTaqunis ■ 



do tou.s les Canadiena^ Mais non 

pas pour noUS, une union 

nyme d'assimilation. Or. cette 
union, n.ms la trouverons non pas 
la realisation^j^d^n manuel 
iimque, mais dan- ie*re«pecC de hi 
( .-'->n!ederation, puffique ce qui nous 
divise ee n'est pas ce qui ^Vstyjl 
passe hier. mais ce qui se passe 
iiii.iourd'hui. Ainsi. que Ton nc 
sraquiete pas, cette histoire vraie 
qui s erait introuvable dans un 
manuel-unique, loin d'ensejgner la. 
haine de l'anglais, nous le montre 
tel qu'il est et fait du canadien- 
francais un type a l'echine aussi 
dure-.que l'echine anglaise. Ce qui 
a mon sens, contribue beaucoup 
plus que tout autre dioae a faire 
dire a cKaque ennadien: u J'ai un 



eomp ,! organkci,'.- offnronl . .u-, .M'rieux, pki^ mui.s qu. 

aUX ..etudiants un service au le - tudiant.- canadient^T 



competent que celuj etal.li dans 



un grand nombre dTniversito* ea- plus s.neux, ils sont certainement 



nadienne-. 



pocrite, mais eniin la caJculatrice 
n'a pas d'honneur a proaerver, 

tandis. que jioiia, aana honneur . . . 

< "est ainsi qu'a 1'mvanir, pb 
lea huinmea aeront hypocrites, pj 
ils soront honores. Mala je doute 
fort que ce temps vienne, done, 
inutile de commencer a pratiquei ". 
—Michel LeBEL 




Ruse scientifique 



Recomment, 'le ministre italien 
de l'education envoya un inveati- 
gateur a Turin pour faire enquete 
sur un rapport voulant que deux 
etudiants au cours auperieur aient 
passe leurs examens de Grec et de 
Latin grace a 1'aide d'une tierie 
pet onne qui leur tranametteit les 
reponses par radio aans fil. 

Voicj comment nos ruses earn. 
piues s'y j>rirent: 

L'un se plaignant d'un ma 
qui serait conti- d'oreille, - cacha. .son appareil _t£s. 
cepteur sous un epais bandage qui 
ltd eouvrait la tete. L'autre tit 
preuve d'autant d'imagination en 
oulant son appareil recepteu/ 
sous un- jdatre enveloppiint un 
bras casse". 



taine de delegues passeront trois semaines sur cette He du 

Richelieu a parle.r du passe pt du prAggftt dc notre pays et ii 

chercher les moyens propree a faire disi>araitrr les i-aust-s a tonaadras s'est wtrrneV comm. 

des dissenssions qui existen t entre les deux prineipaux gfou champ daction, selon 1'orientation 

pes ethniques. 

En somme, on ■ jieut condilre qil'un pro'fohd sentiment 



de solidarite et de comprehension se developpe chez tous les 



etudiants du Canada, tant de langue francaise que de langue 
anglaise. II faut esperer que-cette amiti6 ne^pordra pas do ^ ".ontrer k yioatg - a. |a .i qu e de 
son intensite une l'ois la vie etudiante ac-hevee niais <|uelk' ,Egl1 H ' MS conn***- 

se consolidera et se perpeCtiera pour la plus Errand Wen du ;en ' ,,ar , I,M " " lairt ' s - le vi - 

Canada I * aKV et "' ;Jt ' SK * sti nue de j'EgUsc: 

— Rosaire Moatih- " K "' ,r "' ' ! ' 1 , cru '< ne &**& suf " 

- ■ ". 1 . *■ tisnnt puisqu elle, approuve et en- 



rt'tl'ioacite de leur apostolaf. • 
La Soci.qr dfiS liitirnu.'i-es Mia- 



ile ass promotaurs, l'apost'olat * en 
pays irrrideles. N'otis savons--que 



le Japon les appelle et les attend. 

("est done la. d'abord, qu'elles de- 



Hon geiierale, pratique en Ccono 



nlie danaetrtiqUe, iadiayenaab te i '' cste 4t3Ba defuuLe 



itat. 

Les A.1..M. (.orient un umtV., m, 
nuinn. ; ,tyle classique^ I'our 
devenir un meml-re de tette So- 



saintete- *et la ferme resolution 
d'aecepter une vie de sacrifices II 
faut dc plus, une sante compatible 
"ia vk Wposloffque. 

. — A Montreal egalement, nous 
savon.^ que deux membres d'une 
equipc labjue missionnaire sont 
jartis_le, ID nnvgmbre dernier a 
destination des Indes. II' s'agit 
de M. .la.ques Dubuc, l.C, et de 
Mile Pierrette Belahger, qui 
vvaisemblablement les premiers 
lares canadiens h aller etablir 1. hi 



but de travailler a y implanter 
l'Kglise. Ce depart de deux jeunes 
de chez-noUa qui quitti*ent le 
pays le jour meme de leur mariage 
pour aller s'etablir aux Indes dans 
in but missionnaire, est peut 

.■lit le plus sensationnel 

nts dans la vie 

missionnaire de notre pays. lis 



/nit 10 int.- 
25Trti '■' 

'■<• --oir -. api os le souppr au 

.eans", j^adore in'a«sg>ir prfea du. 

ue mettre les^deux pieda dana 

le fourneau, allunre, ma pipe (aauhS 



in- ie) et songer a ce que j'ai vu 
dans la jou/nee. Ce' sont ces mots 
bien sirnple.s que' je vous env. 

Comma vou k devinek; je vfen 

de.bien loin. Je viens de Tune 
des dernieres" rufes du petit bourg-* 
u'uutre-iiviu-re. Voua aavez, cette 
usine a allumettes entouree de 
■maisoh-*; -Naturellement, -arriVee 
a Ottawa, je fus un peu depay: n 
des grosses maisons Comme j*'en 
avais jamais yuea, du monde . . . 
plein les trottoirs, des autojno- 
biles et'des p'tits chars a n'en plus 
finir . . i'ejfljfe bleu assez pour 
depayser une paiivre paysanne 
comme moi! 

M. le directeur, j'ai ete bien 



r 



en pay^ da minion dans le } sUi '^'"; e " du J )eu dfr U»rique 

jrens d'Ottawa. L'autae jour # dans 
un restaurant frequente par des 
etudiants, je rencontrai urr gi*oupe 
d'etudiantes conaommant un "aun- 
day" en faisant leurs devoirs. Ties 
gentilles. elks engagerent la con. 
vcrsation avec moi, mais quand je 
leur"-dia que je fumais la pipe, 
toutes seclaterent.de rire. i 



paitis-aux Zudes-commo mis- 'Je reatai vraiment confuse, mais' 
sionnakes Jaiques, non pas _par 

gout d'aventure, mais tout sim- 



plement parce que le fait d'etre 

missionnaire eat umr vocation, 

Cpirtme M. Dubuc le disait lui- amies. Klles fument la cigarette 

meme dans une conference donrke et se ino ( |uent de ma pipe!!! Kst- 



quel ne fut. pas mon etonnement 
quand. moins de deux minutes plus 
tard, je vis I'une dlelks sortir un 
Players et en distribuer a ses 



Inquietude spirituelle 



au seminaire .de Mont-BBttrfer 

av.-.jit boa depart: "Je suis 

nieur, disait-il. Je pouirais comme 
beaucoup d'autres partir pour les suis seule. 
service - d 'i.e..' . oTffpagnie 



ce 1-ogique? Ma bonne, vieille pipe 
me conserve les doigts bien blancs, 
et je ne la, fume que 'lorsque je 



courage fortement "les laics a se 1 "'"" 
lunar darts' l' aposfo bit missimx- , anK ' aiSe ' vl m - e ^ire ainsi un, 
naire. Mais^rmrqu,., das | a ic a a .V:'"^!!. _!." Cr * tiVe " • Je P ourni j s 
dea nri'trcs" D'abord. pout. 



ne 



suppose 

iductions. grecque et la- 
tinc le ir etaient trans mi see -par 
une ti erce personne qui" ava it ^tab li 
■•raux dans DflC 
rnaison situ^e graa de l'ecole. 
in-ident donne raison 
affirmatiom du &4bl Pexe Ri 




fM -vi aux pal.< 

Une expression resume bien rattiludo re ligi e ns ^ bVtfi in que pour one catholi- 

^rand nombre d'et udiants actuals: Le inanqiu' d'iiumit'tudf ..MUoJi-faut-^portertine ^utitn. 
spirit nolle. Ils sont legion ces Jeun es, ni ferVents, ni in- an voile de neiirj'el ansuite lent 

niontier I'cxi.-tence de ces gi > 
monde <pii v.vout de leur ! 



crovants. guj a ppartierinc ril a des families chfetiennes, qui 

fnnt lewa-Atndea dans nos uni vers ites cath olique s. assjstvnt 



tant bien que mal a la messo .du dinianche, se resignerrl ; i : [v?Rl fumlere e] toss? i" 11 " 
faif'o lours Paquea et tout de meme n'oscnt abaiK}onner ouver- . fairfr facft a la vie comhie a la 
tement lours pratiques r eligje uses qu'ila oonsidereDt cepen- .mort. 
dant comme une corvoo. 



La ! dea Intirmieres Mis- 

encora qu'ii ses. 



Qes .l.'iinos, .disait (i. Margel, rovelont cetXv, "synibu^.' iannaires n/eat ej 
de la croyance et de I'incroyance au sein d'une memo -tmo". &&*&. Aucune de 



difficilenient etre mi.-sionnaire. Je 
me BUia done en^raiie au service 
d'un Hihdou qui me fournira I'oi- 
"i d'ut.:: ej Dies cunnaiasancea 
d'ingi nieur. J'essaierai de vi?w 

.online aUX, de no' illeler ;i kill' 
vie. Kt par la. to:, 

r i'anl las cuadfttwa acanonnqif . 
Tsafalaa d r un coin de ee pays, je 

pourrai gagner leur amitie et leur 

-lei'ouvrir un peu ce que 
faire )e Chrisj.ianisme lorsqu'il a 
pria racine daira 1'ame d'un foyer 
chretien". 



see filles n'est 
,1 potirsuivait: "S'il y^Tun devoir pour Ie"cfo>^anf, e'est — • duvllen : e-tT-T- 

..prondro coriscjencfi de tout Cfi qu'il y a eD lui de non-croyant". n,ai \ t " i " ; »' 1il ' [ ' ""■' l § " 

Ivn <l]< t. I.- prnbTeme est la: Rendre aux hommes une 



de leurs doigts jaunis par la nico- 
tine, quand ce n'est pas "de leurs 
denes*, et ont le front de fumer en 
public? 

En .m oi-meme, je plaignais bien 
pauvre demoiselle qui avail 



Cos je unes filles. es- 
claves de la cigarette, ont honte 



de la peine a decojier le papift 

de et rouge de a4f l**vres et 
.qui laissail Voir a traversda fun 

des yeux pieVta, ['dopes" par cette 

nicotine. Que ca eoute eher par 
de fiajre qujelgue chose seule- 
ment pour faire comme les au- 
tre&! . . , '. - ' ■*'■■■'. 






inquietude spirituelle. solon le mot de St-K.\upery. 

"Rendiv uni- iti-iuietude spirituelle", le probleme est Societe des Apotres 



font sentir dan.; llv.rlise. -Dieu tl ' n;uit - ma ] a la ?Pniaine piochain-. 

i dea vocations poor, v pour-: je Vuus tnv ^ ia i d'autres de «ea-- 
vo,r. En effet, de nos jours, bien iffl P ,fMioM ' 



difTicile a r os oudr e (itiaml on sait aue les Jeunes n'ont plus 
le temps tie penser ou plutot n'ont plus la volonte de s'.in-.'i«>- 



mail "que Ies_ etudiants europeeiu 



Kn tout eas, s'ils ne sont pas 



paya a moi! 



et e'eet le CANADA' 



plu.s detei'miries. 

- 




% <c\lnimt ^ctei 



, ,. . , OTTAWA. OWT. 
CANADA 



TEL. 2-4819 



1 AVE DALY 



-rr- 



des jeunes gens ont i a vocation 



- • 'JO S ETTE 



Ldique des Missions missionnaire, mais parce, qtr-ils nej N.D.i..l{._Xe finq'uiete paaj lo- 
ur rofrchir t ar PHI ur des rllver^ rUnr snnete ^mhlahle ¥ , > . pre -' nr K? d f- stin ^ ; ' 1 '•' u> . . . eWe* . M viendront bfen 
pour renecnil teih uu m IIS sont OTIS par I amoiU Cre.s ai\_C „ . ■ Ottawa.:. 4a. Suciutu giause «t-qu , aueui ,v, njexi tc a fumer la pipe .. . o..e ne fori- 

"' „■ m " .. . . -. , . i\^ Apotres CaXquaa des M -re p ( ,ur leur as. ui . r le sou- paa-da noa-^MH 

II y a certainement repons r a v.. proDieine; Je \ieus de rertc ' society placed sous k- pa •P^K**!, mr*\ et temporel, 
lire un nunirro de la Chrgpique So -iale de France cpnaacr e ^onatfe 3e 513 ne des Apo- 



npe id mix problemes • spirituets de la jeurresse fi'an- 

.enist'. I 'ii ri . I '.i.ui'-h^rd envisage i- - Vrffrs moyens a em- 

ployer ai'm rje, p* rtraiHtsea actuela. II est yrai 

names plfi mi tpitfe mftferj m" ■• 
le not 1 
toua I*'.- pays. 1 .1 



tres, fill aceuejllie dans h 



A 

ot In 



vo'ent leur sublime 



nouir avec tt> rcsui'.it q e '■ a m(s» 



tB Je ( OMM \M)I:MI.\T 






Voila, la substance des reponses adeqnates mais non 
completes, evidemment. B3I> problemos spiritue.ls do la Jeu- 
nesse Canadienne. Le clerge a un role a jouer mais noug 
aussi, ne l'oublions pas. 

—Jean ROiyiN. 



-Z^ZSP 



d\ 1 - ■ - ),: 'onanire,- 

n'iwporte q el pnya die mis- 
slon. 

I.a fitoc ete n'.';-t ptt a I" 

ment parler un institut relisrieuv, 
BTen que iaa membres vivent en 
communaute . salon l'esprjt de 
l'Evantrile. Les A.L.M. sont stric- 
tovmeiit laujues, ce caractere laique 



. v,m ' ,: '- • A.UW. 

I ae to n ph rdtionnc ^orten tont into llec 

I 1 e Ch'f'l tl -ifiVine evfn.sj dans -.-;i verlti ot aUfisi dans ., personnel de 

( hi -• I---. ires. Beaui Jetrn ■. dit 

alteres.fiq Vral Dleu, avfdes" (TAriSolu; Diirnent resse 

de fa Reb'trjon qui ne leu> parait pas lieroiquo. m.-iis 
■efalito (\oa pant-oliflards et d'anrmies. • " . 
\].y Le Christ ianisme expose dans m Myatiqnei Gt qui 
"-J a tue la Voi ..-dans les nnus. eej sunt .-notre moral i*ine4 
gxsahffue, nos catechismes alist raits, nos B^rirfOtlfi 
soporiliques. 




Me. ' ""' : '* s "'' la . »' re . ss ^ 'P* 

, .,. ■ . ai l:M^.; 

\i* tde 1\ . ( onsiderez la 



liairc—sociale, une infirm icre, une 



lenno iles 



Universi 

Oette 



m BON joi kn M.1STI-: 



dei 



U, . .- >„. . . ., 1 1 . \ uiniuiuv ia SO- 

• < • ■ tion Miss on ■ , , ... .. • , ■ , , 

1 .... "•''«• UMi/U 1 indoidii el la na urn 

nn • des I niverai , , , , 

io.mt le gouyerflcmenl parce que 

Ihomme 



veil,, association permettani 
grand rtombre de ndi unuEaraitalrea 

de servir en terre missionnni' 
done opportune. Kile formeia ej 
pfuidera ceux qui partiront en pays 
de mission porter t?moignagre de 
leur* christianisme dans toutes les 
manifestations de leur vie person 



permettant un contact Immcdiat nelle 4a, 'n»«r spirituelle, profes- 
avec les populations. Une 1 nuxi- slonne,le ' «*ide et familiale. 



-Andrd Perragne 



est transifoire et seule- 
ment les inslUu+i^ms et les ideaux 
survivrnt. 



Ne manquez pas dc lire 



//, 



.* 



e que j en pense 



»i 



par 

Jean-Claude Ladouceur 

en page 2 



*■ 



-» - . - - >.-T- 






w* 



- :-. -V 



-- 



— ! « 






- 



'- r- 



Uu^.- 







i " 



oj 



>. 











^ f 


^pp 


-» 














' 


» 






V 




• 






• 






- 


•" 
















. 




















































- 


- - - 














Iji j.-i ^.-.vj,.^ 






. 









^■HP 



> ?. - »--»f ■■■ 1» = 



«•=*= 






7*; 



Pa*e4 



LA R-OTON-DE 



—i — «- 



— 



"^"^ 



8 fevrier 1950 



SOCIETE 



avan. 






. .mala Lien juml. mi 

Po : / . 

I'll 

IV ees jrvweura de n 

r arhe t cr br ^rr^ quetqi; i 






ne 

■ ■• 

u 

tu n'est (j.i'un mot qq'on chu 
comma hi Den Qutehette 
Xuisemble sacrllige.Vr n G . > 

■ de la nuit, . : '•»'«■- M paliier - 
C»tf&ji Cffaignant qu'un un><nous soupei • 

Kt Kamoure\jx,Uien,seul, k ae*_ i. bnne 

I "iv, -I est 1ft ftJMu ami 
II e.-rt la mais bien . , me dan.s 1'oubli 

tOjeurs Tloigls "'"^Ml/fam jniff"onnek frimnusm^ 
Mesdames de pbuffer: Ics blonde* et les rout 
Ate. csvchcut: leur aana-gcnu.- Et pourquor? II I. 
On n'ose pardonner aon peche. II e«t laid. 

U — — — -i-; -1*. *^|. !» 



e^ Ai& 






8 fevrier 1950 

-.-■..'.- . ■: .- — -r— -p — - 



~ — — '-. 



LA R.OTONDE 



Page 5 



ft* 



'• 



. " ■- » •■ c uuruiuiii |JUi(lH'iUUIf, Jes SO 111- 

■ urmfff^ 

i ■■: \,, i iiiifM i., .nf Mm i., . .. i. ..4,1.... i_ let. . *" — -> ' ■ **" — ****-"*»" *-*"- 



! " — ; . ■ — * . " ■ : '— » —^* «t__ -a iin_iun;u,si^ '['MIS CUliQlXUrEllt.- 

"' lUl " -es, ' denotent 

•J'^;,, Mn "' , L ^lie urv c onf6rt mora] 1 q ,'ils en Wonnais sent la puis!" 

* kr -I, i-mMmamliUircr-nons pWeja I'heroihin, e, cUo aus'si. n ' sauce comma stimulatrice • d e~ 

-, les orcilk's de buns mots sar srni ehsunW kvnm. f «>.. ....;.. ... . , ••• ... 



R 08 ' ,l ,M; ' I-" i at Ufui ch.ix d* program: 

,P r damour. lei cpj ()li< . itr , 

«* 1"" fOU« toil re .Is veulcnt atteindre Ra 

, " M "; 1, ''' I Vm^u m amenel qi?uu decoulomjm t ' 

"; n ; V l ^ ,cmtort jl - — &-a f^Iquti la surprodtKtion de ro- 

f. 10Uf '' ,i '"-'"- "£«J ; v„ns. -I.'nn tr^ de nag 

2 \ ' uanufa, B l.ullos. ,t ,1 










bmaii 

-• iy«h [i p.'.i. iandc contribution 

,(•1 .1. . . I. ..:..- i 



Vu et entendu 



<««cert— 

I.ors de U semaine etudiante, un 






prendre une diaaice! 

Morale: Pauvre Fedeiatfon, 



• qu. li t\,ui auMitot joindru a hi deeou- 

sanfifint \& radio.roraaw qui vo y n ationnelle la crtatton 

;' '— radiophomque a la lit. |MI> aoir .ur u, ondta, djW.Jd'uni oeuvr^ canadiahne (ou tra- 

■nea.ne ;mi;u>, ,le r-nt Vapter un anditoire sinon tout dtWtten d'un texU- anu'-ric^in) et 

i& •<';." tevl «^ dirtVrent. du moins, plu. .„,,„. m J(ll MioiiaM,s. il se^l.le 

■•^ ne laut ,, lt ,s P a.wuste et pta ( ,,tatif d, la .,„•,.„ Un M1Vl ,„, w stfr le S „„do. 

,:..,„.,,..„, ,iu ,adn,-.chc,U,le Qj^ yUiritentj et-U,.', „| e une We de conviction qui 

d« femlljatonsluns courtoisie des inanui.r!,,,-,,-,,,,^ i c nouvcau -prodult 
quj nou s trn uvons dans noa plus! des compa^nies de tabac et de pate MIAN 

j^^u^mrvnrr- fr m S Kn^ ! I ^e^niii^iiSlwS^"- l„uer 

.!■■ Vla^ah hdmon.1 ..aloux Delly E„ ee quii-oncerne le programme \ « niorfopole commercialise d fe la 
el < .uette devjent 1- fru.mphechez ;. lui-menie. Von emploie une tout j litterature radiophonique' II lui 
pom de . ,an hrsprez. Rot*H (i,o-| autre forniule: Ton peint maint, | .ev^nt une certaine part de 
r'll'r, * (SrlJ?n ° n ^'^^Sne-TamiTle. un mi U eu; les ri te ear il a porte eur les Ondes- 

I. erre Dagenais. _^^ uiir^a, o^it P ru 9 ejr tta te ^hWri , de caimdieift- ■ qui n'au- 

(1 Lon peut ™?* l *&* , "" ; in ,,am,n "' **! la klt ^ *• aaaiea, rai.nt jamais pu connaitre un si 
deuve sous d.vers angles- m,r (a amission aux parents, la ti- y^ste public admirateur Pierre - 
I vous etc-s-yous .b-ja arrets a pen- Valite .lambitions entire vof.ini et Dajrenais et surtout Grignon doi- 
i que lheure ou le pr^ammc amis. Jes probttme. sociaux; tout- vent a ces procedures publici'taires 

akl -S STS*? C ^ " tK * te,a a . ,,I,,vU ' a une Silllt ' e u " Peu commerciales, le succes qu'ils me- " 

eZ-INOUS • ,a,)u ; lanl a »*•■■ -lae-nd Kon eon- .mom,, nu-iodramatique que. 4e.^ ritent. Certain*- textes' ont a la 

ion et que Ion an pre- programme! tmmnMa preeedem. 
yi Q^lt ea l^amo ntagne, baryton. • ,aie la mise eiuonde, lb est ne- meat. 

ei'ssaiio >niia culnn l>hauM i.« /^- i xt 

des 

der- 

mefier de 

o«-ro- 

eur et 

dont la trame meme est ds^ne tout 

au plus d'un.faible roman a dix 



notre 



BONJOUR 
SPORTIFS 

par Guy Joubert 

Nuuii UidM tll.tittlttiM florUB <le romanmeH an sn it-t th- 
3-de'mier poeme sur . nos Aqua Soeara du Notre-Damp 



HOCKEY 



CEDULE 



LE CLUB DE BRIDGE A KINGSTON 



- On m*a mome traite de poisson . . . Vous saisissoz . . . Aqu ; . 
-Soe ura . . . — Potaa on . . ■ . * Cm r tinii o g. mcs ^HneH r noua e eri 



/■ vona ces articles dans le but de suseiter Tinteret chez K 
"populo" etudiant. 



JUNIOR CITE 



I/cnfant prodigjw dea Sports -a rUnivefrsite cette annee 



Dimanrhe 1,' lL'-Arts vs Phye, 
■ a termine Sea artjvit ea lundi dfrnit-r aux Muimj.,des Monta- QfiL & &OgJ 

! ' Ai, -. I'hilo 



KTiards. Ce que nos lectcurs ne savent i>a.s c'est <\\u 
Montatrniirds out jouc tiois parties avec un Eoiffme ineligible: 
Normalement, ce qui aurait du se'produire ajite etouile par le 
Bon Pere Lemieux. Nous avons perdu, il^ est vrai, njais 
personiii' ne pout accuser l'Universite d'avoir manque d'es 
prit .sportif. "Une retraite jrlorieuse est.mieux qu'une vie- 
toire honteuse .- ." i r , J fc 



-rr-^T 



UN TALENT 




■ayer a auer au concert 7 Jai pas 

de billet special, mais j'ai mon ' K,ne CtrangAre . . . Meme Caoa. , 

btflel 4e. U-confederatb«v; ^peux ^ ien -^anjcais. le prand- vainqueur lnilles ^-antes) i>referent un b , au qae 1'aiT jidreaae aux mamans aux 

■ des ^Singirtg Stars of To-MorroW ™'^« 4'a«oir ou Ion von les ,„our- tendres. Nous y trouvnns sous; leurs ravages sont 

la peine d'etre entendu. mioureux aux prbea avec la au moins, juie signification, un lahles - - - 

?blj re>ertotre chojsl et piatsanl maintw difftculftte; Uts parents element pgytiwT og lque, un artist, ' MaK en- somme" il' ne faut pis 



-. Un camarade kl,r l ous P»rvint jusqu'aux nioindres ^ariee qui aime encore son niari 

proche et lui de- '^ "'"•■* <ie la salle. Sa 'diction '' "'P "' m les avance* de Tasp 

. tu es seul?" _:Pa»faite chins cinq langues <fran rant - l'amoureuse- se" sauve du ni 

i . Pais nnirl«i t - iinlln. ..II — I 



fOmirie elle est meconnue. 
Atm a Larou 

Quelcju'un rencon 
*au/erie. etudian 
nier. II contempt 
riotee et mouvante. 
compatisaant l'approch< 
mande: "DU done, . 

•Oui, ma switchboard a pas pjj < e cais. anglais, italien. allemah d, .■ 
f«ire remplaeer!" | Phenol) fut vite remefquee pal 

C j rftm daaeique— - ''V ur ma -part, e'est la p\ 

Un professeur du Mairic est en m '"*e foil qtie je comprend^ dis- 
train d'expliquer P3lyeucte. On que nior <lu " lhant espmgnol "INr- 
«*n et*t aux reproches de Pauline et ^ Ia "' 
Je .Severe, et le proTesseui parle ha ioU|>le"a»e d. lt Vu ix. . 

raccomubttitm des termes vio- lLUU '- P* > < M B brdlant accoflfp 
b-nta. tels que "barbare inhumain. trnau '" r ' <un admirable maiti 

• Ma.seriet. aoi 

I'n eieve 1'interrompt soudain: ' "~ ,J '' i:n "m«. ;,. | a 

Puce" de Berlioz et "'Sur la mai- 



milieu qu'il aime.faire croisade contre -cette for- 

malgre les de- ; mule ringtieme siecle; il est. de 

se plaire a nous j bona ronfans-fjeuves, il en est de 

Miauvais;'- encour ageoni les uns. 

Le problomc du roman-fleuve bannissons le,s autres, mais ne 

;tout cofnme le probK-me- radtophp. lestohs pas indifferants 

, nique en general en est un^dej_.- _j , M ' J} 



BAZAR ANNUEL 
DES - 



~==- u VerriTft)r*m est un 
Hein? Ou ca? 



Pre4ect« 






Mda Hire" de Pepin ^cette p 
-Ben ,ici: "On m'y verra bra- . ne c,ure M^e quelques- secon-! 
ver . . .** Oh'! -ation originale de la 

' . '. - "C hanaen dfl Toreador" de Blzat 

jumor de Maine ae ^ . d ' : . ,a ""'"^ *&B*f ** 
SanrNSaens el i -r.fin. Toutes sea 



lit via.ment trop agacer par 
*es c*naritablas confreres. Une lualites luijalurent de kmgl ap- 

fWance decida de s'en meler et f P. lltUd !".?" i ^ " vation e "- I 



INFIRMIERE 

13 fevrier 
30 rue Stewart 



de brochures sur les grands 
composHeura . vifiat d'etre laneea 



Mozart sur le disque 

nabmKuie, apprendront avec ; Marie Gaboury, est un critique 
*r^qu'une magftiffque coUec- musical averti dont M. Wilfrid 



IJALLON AU PANIER 

line fois de plus, nos vaillants port e-cou leurs du plan- 
clu-r de. tuiles ont attache un autre crane a leur ceinture 
Leiir-victime-r H£ BteU~et^Or"^e* 1'universite de Montreal. 
Pointaye: 5d-Sd. Seul Marc Rochon ne semblait pas satiafait 
de sa recente tenue. Je crois que je commence a vieillir", 
nous disait Marc. ' Ne crains rien. vieux. tu es encore bon 
j)our dix ana". ■ 

Sime(li dernier, le Bishop etait notre clerniere victime 
de 1'ann^e .... 

SKI 

r 

Hud Archibald a re^u une let t re bien desappointante cea 
jours derniers. La missive vniait de Saint Mikes de 1*« 
de Vermont. Uud et sea chevaliers' des planches avaiei.: 
invities a prendre part a un concours de ski dans cet Ktat. 
• Cependant, on lui a an nonce qu' a cause de la penurie de 
cristaiix blancs, Tinvi^tion aetaTBtmae a plus tard . . . 

HOCKEY _ ~ 1_ 



ijja pub linns jci une p artie de 
la cedule de hockey de la ligue 

InterfaeuHe. 



Lundi le 6 M> d| WB .Arts' 
Maiv'.j le 7— Phiio vs Sciences 
Mercredi le 8 — Meds^vs Sciences 
Jeudi le c mm va ciiilo 
\ eo | edj :- tQ Cnmnt v».Phjr§. 

'd. A- Knr. 



M. Lucien Desormeaux, presi- 

'Icnt «lu club de bridge de l'Uni- 

veraite, nous annonoe que quatre 

detegu6s seront ofTiciellement en- 

a Kingston pour le tournoi 



>«uVr»n»veeertra4>e---^- bri dge < du , fo % >C ™* & U&M**>» 



idB. Quatre autres delegues 
qui auront lee memes pouvoirs que 
la dfr log at ion o ffiewllo 



-M:u-.li ;.■ II \i ; i K,d 

a Ear, 

Jeqda \- \<; M.,c va Philo Id 
8c. Pol. - 

Lundi le l'ii Sfcien.ccj vs Coniai. 

Jeudi le I.!- > ArU % ya.'( ~. i 

Dimanche le 20 — Sciences vs 
Phys. Ed. &' I 



aussi a Kijigston vendredi et sa- 
njedJ pour essayer leur chance sur 
leu* trophees convoitps: Tun 
pour le meilleur joueur et l'autre 
pour )a meilleure eguipe. 

Le club.de bridge de 1'Universita 

a ft.- fonde il y a deux-ans par un 

jh d'universitaires enthou- 

siastes des cartes. II compte ac- 



tuellcment plus de 30" membres 
tous aussi competent* les uns que 
les autree dans le manicment des 
cartes. • 



-fcrmdl, lc 30 janv-ier dern i e r, 

n avait lieu la troisieme reunion 



Not a Bene — •• 



•lye.-- parties doivent commeneef 
i a 7 Jures 311 les mercredi. et jcudL 
Le dimanrhe^a 2 bres 30. 



■ieUrs les docteurs Jean EUori et 






I^es jeunes de TUniversitc vont bon train dans leur cir- 
cuit respectif. Les Juveniles aojnt en premiere place dan* 
leur lipue. Sur un total de 12 parties, nos jeunes ont baisse 
I>avillOn deux fois, annule deux fois pour obtenir huit vic- 
toires. Avec un ausai brillant record, nous sommes portes 
a nous poser la. question suivante: "Qui est ce brillant en- 
traiheur?" Chers lecteurs* nul autre que le tou jours... trea 
devoue Pere R. Lemieux. Le pere nous avouait la cause de 
.'..lifln.* 8UCC ^ S - "J' a > .^implement vole quelques "plays" a Diclc 
Irwin, emprunte la conduite imposante de Denis Harbic, et 
avec un peu de moi-raeme, voila". 

Chez les "Bantam", la encore, les succes sont a la mode. 
Nos Seniors Interscolastiques ont triomphe du Lisprar 



les capitaines de chaque cIhI) 
doivent avertir le president de la 
li.uoe Babe IMatheus une jonrnee 
n l'avanio sr b-ur Huh ne peut 
renfplir leur engagement tel qite 
ciWhile. In- capitaine n<- remplis- 
«ant pas ccs conditions sera rc- 
nierci*- ilexes functions -et Bon 
club disqualify. Babe m'entend pas 
a rire ii ce sujet. 



Le premier conferencier, mon 

aleuz Jlenri-Paul " l{a/inet, eum- 

Jmenca la soiree en nous rappelant 

l'anat<»mie fort complexe du ge- 

»A la snit^ d'une recfintfl COnjH- nnu: lea pe et les meiuaqqea 

reme a Marbu rg, All an \< -uU-iit . I..- bouiase.s .synovial-^ , 



Fair- Play? 



f'elletier bii-meme, chef d'orches 
Hf au • Metropolian Opera de 



■» " -•"' 



avertit lee .intereeae d'aVoir a lui 

la paix. Peu de temps apres, 

-in c-rpain plein d'admiration abor- 

-notre junior: u Sair-tu'~que fH 

inceux en m . . . qu'il y ait une 



S.R. 



Tout Ic mondc 
^$t invite 



■a— P 



ATTENTION! 



AMATEURS DE CINEMA 
Vtrtrt. nimez le cinema^.' Mais, 
•• ; pTotectrfce des animaux!" j-vous aimencz Ken mieux y aller 



HAVE VfH HKAKI) THE JOhP \i;oi 1 TH4-: 

JBW, I |.l\(; SALES WoM\> AM) THE I AliMEUS SON .' 



STARTS NEXT MONDAY 



Joan Davis 



Andy Devi ne 



ru ( 




\m 



>^> -. HURD HATFIf L0 

4 



a j»ri< rt-duit: Eh bien, I'occ 
vous %n est offerte. Decoupez l'an- 



m Kftlo^ Un rfremi.r New- York, a fiiVT'l Wa^ion d^ 

v " iun ' *>■<■ ■« ^ disque" grands eloges 

l-ra^ait cee jours derniers. un -Mozart sur le disque", <,6 pa. 

dc-ux:, -me: -Hach sur le disque"' gea, ma^nirique .couvertuie en 3 

U '' 1 * '-**?! *\ aeux . nilt ^ teuTi de Jacoue, cia^nier. aol 

v ^ethove-M g» |e disque- , ; ,n out et chez PedUeu^ 

.-naikowaki -*ur !• disqfte" sont Fides. ZS eSTT^Ue SaWjacques 
en preparation. 



•lomreal-1, au prix de'-^O.GO rpai 
•s plaquettes, Jean- la poste: SO.Go). 



nonc e c K i ■ tlfC'ftlru ItldOalf q ' be Vous 
Tnypr^Uttiia cette RUloii. 

US au Uuichct du mome 
'hed'tre. et VOUa aure^. voire an- 

baiaa. 



loan Davis dins 




TZidtcuc 



' ' a.i'j.. f , n,,i 



Students! 



..-•., 






CLIP THIS AD AND PRESENT IT TO OUR 
CASHIER TO BE ADMITTED AT REGUL\R 
8TUDENT PRH E-MATINEE OR EVENING 
REGARDLESS OF AGE! 



"The. Travelling SaleaH-«man". 

•' ••"' Davij dans un filn? quij 
• aux I.uiU.eiv est ac- : 
tueHement a l'afficho a u theatre 
i^ideau. "The Travelling Sa:. 
I woiflifi" uu«> production de Colum- 
bia, sera a raffichc le i:{ fevrier 
prochain et presentera avec la ve- 
dette Joan Davis, Andy Devine, 
A dele Jergens, Joe Sawyer eft Dean 
Riesner. X^e second film sera 
"Chinatown, at Midnight" avec 
Hatfield. 



INDECISION 

r " •<'<•"<• »Hs sue le grfe de mon coeurl il pTeut 

Kt mon amour veille dans 1(2 grie di la pluie . 
A Iuff y»Qur ygjlle;, mim ,nmottr.M(»m > 






Sojffitnus de mon coaur . . . dhwmrirhs de la pluie . 

'' n< I del rire 

Apres svolr tant pit 

I praaque dWd e m Vl ,, m% mm 
1 '"• d neige et j'ai tant. pleu.e - . 

■ I '; , r t '-"if-vard,. taj !nnjrs lnimuti 

,u_nl emDrajsi bij d i — 

'« In pluie et la neige de <fc nuit 

Scan-lale! — cela, iMaut le taire - 



en .s em i-finale^ — L'equipe Intercollegiate prat ique assez reg» 
Heremenl en vue de la partie de Quebec. . Je crois que nos 
joueurs ne nous feront j)as honte dans la yieille Capitale. 
Une victoire nous-aiderait enormement a faire ce pas vers 
la Grande Ligue inter-universitaire . 



DIVERS 

Charlie Sirois a quelques atfresses a Quebec 
eonsulte-le au plus vite. 



. S.V.P. 



Jean-Pierre Beaulne etait a nos bureaux vendredi der 
nier. Jean-Pierre est etudiant a Os^oode et nous apprend 
que John McCormac, le nouveau centre des Leafs, est un 
etudiant serieux en premiere annee de droit: 



II est editVant de noter avec 
.quelle- minutic toutcs les vilb 

grande majorlte francai.se d.i Ca- 
nada francais observerit lc bilin- 
guisme dans la sigjialisation de 
leurs rues. On observe eet exem- 
ple parfait de courtoisie meme 
dans des villes ou il n'y a que 2 p. 
100 ou l{ p. lOO.d'anglais comme a 
Trois- Rivieres ou St-Hyacinthe. 

Par contre, on s'etonhe que dans 
des villes ii f.u-te proportion fran- 
caise,. Ottaw a par exemple ou 45 
p. 100 de la population est fran- 
caise. il n'y ait s»gnali«i- 

tion an^-laise: Stop. No parking, 
etc. 



ieal 

frais du transport seront defrayes 
par l'Association Athleti«iue de 
rilniver8ite. Les autres -depenses 

i autre deJegues officiels sont 

s pjar la Federation. 

D'aprc's le temoignage.de i 
qui les ont vu jouer, les equipe.s 
Patry-Giaconne, Fflfe-Simard, l*a 
radis-Clouiier, Roua'seau-Seeours, 
ont plus, qu'une bonne chance de 
rapporter mj ou meme, 'les deux 
trophees. 



TRAUMALISMES DU GENOU 



Faculte de nicdecine. I.'as^em- 
Tv[ee ciait. sous la presidence ' de 
monsieur Pierre Gauli'n. Mes- 



1 R.ossigiiol. professeur de chi- 

rurgle brthopedique, rehausaaient 



ge nerate.; d u Circle francais ib? la a .reunion de leur pivwtnce. L*= 



Inion A llemainte n"etudiants' 



sujot/ a 1 etude 
du jrenou. 



nouvelle ' assoemfioh allemande 
d'eUidiants a ete fomlec. T;OUS b II 

• * d ant« d'Atlemagne, sans dis- 
tinction des .zones sont libres d'y 
partie iper en devenant membres. . q cs f aitR 
Un comite de quatre etudiant s a 
lu pom* representer cette nou- 
velle organisation., et les relations 
etfangeres des Universit.es alle- 
mandes sont entre les mains d'un I 
comite special. 

Le but principal de cette orga- 
nisation est d'emettre des 
des faits sur lea prbblen i 
rants. Ceci permettra en plus de 
trahsmettre aux autorites djoeej*- 
pation les pro jets, et les- sugges- 
tions des etudiants. 

lode nadioactif 

Les etudiants de medecine de 



lei facteurs qui determinent et li- 
mitent les mouvements, goit la 
forme.de 1'articulation elle-meme, 
sa capsule et sea ligaments." 



remis en memoirfe, m>n> 
etions bien prepares a ecouter l'ex- 
pose d'anatomie pathologique de 
| M. MacDonald Ca/a. Celui-ci noui 
parla de toutes les lesions qui 
ppuvent resulter .I'une chute "on 
d'un choc violent au genou^frac 
tures, luxations, et j'en passe . . . 
M. Gaston Lamontagne etait 
Charge de discuter le diagnostic 
des dilferentes fractures, luxationi 
et autres lesions" qui suivent le 
traumalisme du genou. Comme le 
cur6 de la chanson de Trenet: "II 
s'en est bien tire . , ." 



l'Universite du Manitoba se ser- 
vent maintenant d'iode radioactif 



Le "fair-play" serait-il par ha- 

sard une vertu canadienne-fran- 
• « - — *— 

^aise", 



■ Z~ •.'» ^ Paul Roule^;i evolue miUirtunllil ^[>0BP- Cafleton Place] 

Paul a joue pourre f;ttneux Junior Cilr. ej son talent n'a pas 
^te oubli^ par le proprietaire du Carieton. Nous lui Souhai- 
t-ons heancoup de succes avec son nouveau club. 

Non, il n'y a pas de poeme aujourd'hui . . . 



II serait a espprer que les villes 

a nlajorite anglaise mais a forte 
proportion franeaise comme I5a- 

thurst, IVfoncton, Sudbury, etc., 

at preuve de la meme cour- 
¥ qlJC Ies~A 
fraricaise. 



M. Jean Fortier. no\is_j)ai'la en 
suite non sans humour des traite- 

pour dieiiostiquer" ^etTIa"^ j "J*" 1 * Ji *P^?!L l * a auK *^ r8e « ^ 

mice fois, d'apn-.s le Manit.-ban. ^^/ U «J nou * " ^^ d ^ rivi ' 
quo-4'on^a4^ usage au-Canada de I- .}" «^iel^s_cpmpr.quee- 



II a «te choi.,1 par Jimmy Fidlers 
wmm " "Le film de la semaine". * 



Si feu, le grand ciel indecis 
Veut tour a tou* qu'il pleuve et neige 
Mon coeur desole ne, peut rire ainsr, 
D'un rire leger comme un ciel qui neige 



«•■ ■ 



Mon coeur n'est pas un coeur 'de jeune fille 
yui peut rire et tout-a-coup pleurer 
Pleurer son gris sous un ciel azure '. 
Mon coeur n'est pas un coeur de Jeune. fife 

— Jean-Claude THIBAUDEAU 



*mu^ r. r 1 



' ■ 



/ 







RANCH HOUSE 



DANSE TOUS LES SOIRS 



MHtANm.MI ' iNTS I'Ol'H 



SOIREES 

ou 



"SLEKiH-DRIVES' 



^^— 



Le Rendez-V'ous I'niversitaire 
A*frglc 



KING- EDWARD et SOMERSE'I 
SERYK E a QUALJTE 



. 



•~-c- 



Pour rom articles de toilette 



Is 

Pharmacie Brule 



A fU-ux paa de 



I'UNIVERSITE 



COURTOISIE 



Direction, E. KARAM, 



"ancien" 






■ 

'- (Sal&beTry) 



. 



R. J. Bastien, R.O. 

OI»TOMETRISTE ^ 
Specialiste pour la vue 



9 k Nicholas 



Tel.: 4-322C 



Ottawa 




materiel radioactif sur le corps 
humain. 

Exposition de Ijvres 
Vne exposition de livres, com- 
manditee par le British Council, a 
ete euverte le 10 Janvier dernier a 
l'Universite Western. Le but de 
• ex position 'eat de faire niieux 
connaitre le Royaume-Uni et la 
langue anglaise. C'est, du moins 
Ce que pretend la Cazette, ]e jour- 
nal de Western. 
. ..Une exposition de ce genre- s'- 
tenuc ^lmultanement a l'Univer- 
site de Cobombi e-Brit annique et a 
Laval. I'lus t-ard cette ann^e. une 
Exposition semblabre aura lieu a medical, 
l'lniversite de Toronto. — Reine-Aimee Laehaine 



de poids. de tractions de chevllles 
et de brockes. C'^tait - a faire 
dresser les cheveux sur la'tete. 

Le docteur Rossignol fit la cri- 
tique des travaux du point de vue 
clinique. II ajouta quelques pre- 
cisions aux travaux de nos clini 
cienj en herhe . . mais il n'en 
retrancha pas trop. 

Au docteur Ettori_ revenait la 
tache la plus ingrate: la critiqu, 
linuuistique. II IHiccomplit avec le 
et la ■ bonte**qu'nn lui connait. 
On sait o.ue le but de notre cercle 
est de nous faire acquerir une 
meilleure connaiseanee du francais 



i 







VISITEZ LE 

. "S p ort sman's 



>9 



-/portsman's 



^hirlwOqirvy 



POUR TOUS 
VOS BESOINS 



•-"**• 



LE QL7ARTIER, GENERAL POUR 

vos Articles de sports 

Charles Ogilvy Ltd 



■ ;•■*-. .J 






v^H 






..;». • *•. 



V 






-r-r. r 



- 



r. 



r » 



•- 



-,• 



J A 












bC 



R 















*- » ■ . '»■ "■ ,L! ,^ ? U ■ ■ ' 



-*U*, 






•A- 



-r-r^ 



Page 6 



LA , ROTONDE 






8 fevrier 1960 



CARABINS 



Depuis deu* ana, fee Carabins de silent de i'Univeraite de Toronto, 
Montreal et lea Studiants de To- Mr. S. Smith, liana lea chambres 
ronto _ ae vrsitent annuellement. du Senat, et vont enauite au .."Hart 
Cos Visiles ont pour but de faire House". 

Le aoir au theatre de "Hart 



nrieux connaitre aux etudiants 

leurs actfvit«a~ re s pec t 

ereer la bonne entente entre lea 



" ila a«sist«r<*nt a un fikn de- Lde nuuwro 



Molnor "The Guardsman' 1 qui fut 



Sylvain Cloutier, aneien conseil- 



lerde la Fed6ration, xMassu Bel-- d'avoir dea representanta a Que 



leau, eelebre Directeur de La Ro- 
tonde (il y a environ 4 ana de 
cela) et auaai Berg"evin (inoublia- 



deaac grroupee de kang-ue differente tree apprecie. Dimanche matin, il 



- 



En fin de semaine du 27 Janvier, 
45 etuduants et etudiantea d*e 
Montreal ae rendaient visiter lea 
etudianta de Toronto. 

Lea visiteurs furent reyua au 
Trinity College. La reception fut 
suivie d'un souper . . . et d'une 
soiree. Ca briae la glaee . . . 
Puis, les invite* ae rendirent dans 
le* foyers de leurB holes. Cette 
visite aux demeures eat la plua 
interessantes dea parties du voy- 
age, para!t-il. , 

Samedi matin, toua viaitent 
1'Upiversite de Toronto et le nou- 
Vel edifice de machinerie. Puia, 



rrr 



leaXarabina sont recua par le pre- 



y eut une meaae a la chape'le 
Newman. A 2 h res, toua lea au- 
tre* etudianta qui desiraient ren- 
uontrer lea Carabins furent in- 
vites a un the deasert et e'est ainsi 
que ae termine la tournde. 

Les visiteurs enchantes sans au- 
cun doute apporterent avec eux ur 
livret sijrn^ dea presidents des 
deux universites, ■ contenant des 
photos priaea d'un voyage ante- 
rieur, soit le dernier voyage des 
etudianta de Toronto et a Montreal. 

Parmi lea Caraibina de Mont- 
real se trouvaient quelquea art-' 
ciens et illustres oleves de l'Uni- 
verarte d'Ottawa: 



-*i 




.--dea 

Arts). 

M. J. -P. Beaulne, etudiant do 
Osgoode Hall, s'est fait passer 
pour 'un etudiant" de l'U. de M. 
Nous reconnaissons bien par la le 
Beaulne de 1'Institut de Philoso- 
phie dea anneea dernieres. 



OS 



delegi 



les 



Quebc 



Enfin, nous sommes certains 



bee. Notre cher parlement fedc- 
ratif a pria un pea de temps a se 
decider, maia ila ae aont derides. 
Ms ont reussi a comprendre apre* 
uhaudes discussions qu'il etait tres 



UNE VICTOIRE . . . 
. . . UNE DEFAITE 

. Nous ■ fumes temoina de la de- 
faite de nos orateurs a Ottawa et 
non de la victoire des notrea a 
London . . . ironie du aort! (ou 
des • orateurs). Maia le fait est 
iue la defaite ne fut pas plus ctii- 



jsante que la victoire ne fut ecla- 
. lanLe,. En_eft!et..no3 i^rateura per- ' 
jdirent con tre -Osgoode Hall par le 
i pointage de 2 a 1 tandis que notre 

equipe, a London, rem porta la 

palme, 2 4 1. 

A l'Universite de Western On- 
tario, nos orateurs qui devaient 



rentes dans la vieille capitale de la 
province de Quebec. 

Le Carabin du ler fevrier noua 
dii que dea renseignements divera 
donnea par lea organismes travail- 
la M a 1'elaboration du prochain 
Seminar laissent presage, aa re- 
ussite totale. La plupart des uni- 
versites eanadiennes enverront 
leurs delegues. Aucune« n'a en- 
core decline l'invitation. Toronto 
et McGill enverront chacun dix re- 
preaentanta. n 

De plus, la aociete Radio-Canada 
a manifests le desir de cfoquer 
sur le vif des diacussions tors du 
Seminar. 



NOUVELLES 
BRUVANTES 



DEBATS AU BRUYERE 

important pour nous d'etre repre- H y a au . ooUege une aociete 



Bourses du Rotary <■ 

Oscar Ga'uthier et Rene Martin, . eleven de la premiere annee a la 
Faculty dea Arts de 4'lTniversite, sont lea heureux bcn^fici.aires de wf^hdro^ negative dan* le .sujet 
deux bourses de $5(X chacune, donnees par le Club Rotary dpttawa. 
Ces boursea sont idecerneea annuellement aux etudiants meritants 
designes par le T. R. P. Recteur. 

Nios plus aincsres felicitations aux .deux gagnants. 



Bi-Hebdomadaire 

"The Gazette", journal des etUdiants-de l'Universite Western, 
J?nta'rio .publie depujs une sernaine deux foia la semaine. "The 
GazetU" sera bi-helxlomadaire jusfju'au 10 -mars,, date a laquelle^e 
journal redeviendra hebdomadaire jusqua la parution dii dernier 
Jtumero pour l'annee 1949-50, soit le 24 mars. 



"La socialisation est unt 
entrave a la liberte humaine" 
otaicnt Kevin Mponey et Don4 
Ryan-r ' lis remporterent la paln.e 
pour la societe des del.ats >ngla:> 
d* 1'Univei-site- par line deeision 
divisee ilc^. trois jupes. 

Con tre Osgoode Hall, ici, a l'Uni- 
versite, Tony Dunn et John lk-n- 



« VhiIIoUv de livres a Laval 



- 



Vne cueillette de livres frangais se fait actuellement dans les 
diverses facultes de l'Universite Laval. < es liwes, revues, bnxhuies- 
qui rempliront tout un waj-on de fret— seront envuye.s a la population 
franc^aiae de I'oUgat canadien.' 



Ces 



- • • 
livres seront une aide jlrecieuse entre lea mains des etudian^ 
trancais de 1'ouest, depu:s lWole pnniaire jusqu'au gt«d« unLv^i-fritairei 
pour leur aider a poursuivre leuc' lurte pour la <';>n.servation de fenl 
rutlure francaise. ■ 






\ssemblte tumultueuse 



<|iii defendaient l'afrinnative 
du memo -siijet durent eedOi aoua 



" af9. 



pour thenie: 
"L'ctudiant chretien devant le 
nionde actuel". Nous n'avons qu'a 
reflechir quelquea minutes aur la 
multiplicite et 1'importance des 
problemes qui *y seront discutes 



des debate qui nouia prepare de 
belles aurpriaea. La premiere noua 
aera aervie lundi proenmin, le 6 
fevrier, aflora que le college fetera 
notre bonne soeur auperieure. Les 
orateurs du jour -aurorit a diacuter 
Moiiere. Eat-il le legialateur des 
bieoaeances aociales? ou le cor- 
rupteur de la je unease? Voila ce 
que vous aaurei lundi en venant 
ecouter noa charmantea Compagnes 
Monique Provencher et Therese 
Lamarche et leura dig-nea, adver- 
saires Micheline Desrochea et An. 
nette Bisson. Et . . . vous etes 
tous cordjaleonent invites car e'est 
le* premier et le aeul debat pu- 
blic ... Lea autrea auront lieu 
dana rintimite. On yous en don. 
nera des nouvellea. 

MOTS DESPRIT CHEZ 
LES PH1LOSOPHES 

Pendant un coura de psychologie 



pour *om convaincre da vantage I v 'Z.i T Psychology 

, i , ■ , . 1 autre jour, notre professeur a'ef- 

dea bienfaits spintucls et aociaux # AM- u j * • • • 

que pourront nous apportev <K ^ C r !" de , nOUe fa,re «»*»9<«rt 

telle, assises. E^L-TV- ^ ™ V " nt * P " ler 

: - - -| <M 1 heredite, des caracteres aem- 

blables. Ceci rappela au pere 
l'iilstoire vrai^ de deux cousins 
| g-ermains qui, etant maries, "ae 
| battaient comme chien et chat" 
jparce que leurs caracterea etaient 
) trop semblables. 



LUNDI -UK AS 



Peter Porteou* . Revue municale ' "J^~"' a '"'— " Tan &* SI™ a'il 
M ,-. i »« ^ avait mar »e u ne etrangere . . . (Ici 

Nous celebrona le Mardi Gras. :i fit „_ .,__ ,„ .. ,. \ 

lund,. le 20 fevrier prochain. C'est , ilftK ' , ?"** m0, - M 
les arguments eerasants des fut.r. , que noU3 annonce , a Fcd€ration . g* ^ spontanement notre 

!,- . • . Me-iene . . . et tout le monde de 

i ne grande soiree qui groupera 

environ S00 etudiants et jeunea 



-M. Michael Anka. aneien etu- 
'I ■■•int dev.ri'-n.vei-it.^ Bj revu du . titles sera organisee par la Fede- 
baneau par Osyoode HhII rein- ration. 

lomtions d'un presi- 11 semblera peut-etre ironique 
dent impartial et competent iconi- 



se niettre k rirej Vraiment, on a 
dii plaisir chez les philosophes. On 

rit tout de mwiie! 



nicni ne pouvait-il pas I'dtre '.' >. 

Le debat fut" vif et interessant 
Tuny Dunn demontraj, les 

de la socialisation en 

falsant un tableau de la aituation 
actuelio en Angleterrs, Tons eel 



de celebrer le Martli Gras un lumff, 
des raisons majjcurea ont 



POPCT.AKITE 

Le college devient vraiment en 
vogue, par ses efldves. Une de nos 



La dernlew «MenibXee>4e la FWewition*^ i«na contredjt l'as- arrive goua peu il'Angletei r« oft I 

aemblee la plus tumultueuse jamais 1.1, ICftn/ft (", f u t litt. :ilt . sor: , 

ralement un barrage de resolutions et dc 'cb'ntrc-res,>luti»ns. ile ICTUtins, Va -^ans dire .,u*il etaTt vers.- dm;- 
de sorties oratOirea pour ou contre tel projet. Kn un'mot. un vrai^la question Jni, n Heniu»,s V 1*1 ♦•- 

.feu <pas de joie!..- tendit qoc l'lndividu M ROU 

Que f.iut-il -en p^nser? • Serai t-ce, uh StfRe avant-coureur de ' alisati.n ee qu'il 

6ttCtiona de mars? QU almalcmcnLJIn^leair chez nos odik-s d'imitt-:' V WeTtall d'argent Lea otatenra 

ies «eance? oragr-uses de no iatives? ..C*eaL--.diffkile a do la TnX un- d^ 

dire! Pr.»bab!ement que les prochain. --s sauront nou» renieigner hat solide dans tequel tea .-' 



obiig,;. la Federation a lixei la «iate jolies linissantes, blonde, grande r 
a " -"• -'"''e. a apparemment attire Pat- " 

Mftja il ne nii.n<|iHia rien de tention d'un gentil reprcsentant de 
I'esprit de la fete.- I/ui chest i e d{? , l'Universite a London. L'impres- 
Peter , Pott^oua viendra encore • sion fut st~forte qu'il ne put s'em- 
nous cbaiinei de ses melodies et I^Vlier d'en faire mention lors de 
niettre de l'entrain dans la. BOiree "" Interview a I'FKA. N'eat-ce 
avec s.s rythmea ' aud a mericaina P*fft wwsieurs, que 
*Me notea promel one Cungra 1 1-2-1 •'• v ""< des beaut- 
la Cung/a! . . . l--j--'5 la (unga! . 
I la Janna! .. . . ). 



la-desaus. 






[ .- 




T T A W 



L I M I T t CV 



Angle R idcau et D alhausw 



Le centre d' achats de la 
basse'ville a Ottawa 



tiques et les- pFc 

idaTenU 



concretes 






I •■ debat 'fui caractei ise par un 



SB dc-bi; Impeccable maia aussi par 

une ci us la de 

tiniiion .i tief du sujet. 11 

le bien que le p y o bi e m e de la 

'.nera toujours diffi<,-ile a 

r es owir e ■ ■ . — ^^ — ■■ — t- — — : — 



nous aussi 



Mesdemois'elles 
des 

,^rpY»« r nitfsfpntf qui: j).ouwu riva Couycnts dffilies 



a la bien > dea 

etudiants du Genie qui ont. fait les 

.lemarches fflgce. -;i:ie.s, nous aai 
rons Je jilaisir d'assister a une 



li-er avec les meiileurs "Floor 



8 pi ' d'analyae tr^praFeajL^gar SI calna. Kn somme, ,-«• 

lit! rll'bit lulu. i"i'illi liiuiu n4loD;'nn<. .,/».-.i i • .-. « .«!>£. ..« _ ... . _._ . • 



iee nlonatre: mliaique 

extra<n-dinaire, ."Floor Sbow" s. n 
-nel. p'.ai.sij fou. briliant. ex 
■van;, e clataff t, m y r ifiqu e , bor.--. ■ 

irtout . . . ?a ne coutera 
tpH cent cents . . . 



06. Kideau 



Tel. 1-1928 



( u <» p s r l v 



< ommandez nos plats chinois pour manger a votrt table 



4' 



TEL. 6-1 -'(to 



- RES. 3-1267 



Le Centre des f leurs 

ANGLE DES RUES OSGOODE ET COLLEGE 

II noua fera plaisir de dortner aux etudiants un r aba is de 
20% suf leura achats. 






— 



AU LIEU DE 
PAYER 5 SOl'S 



CH AQl K IOIS, 

ABON^EZVOUS 
A 

LA ROTONDE 






SEULEMENT 

M SOUS 
POUR TOUS 



LES NUMEROS A VENIR 



• 



CONFERENCE SPECI ALE DU CHANOINE VIOLLET 

vendredi, 4 heures, a la talle acad^mique, pour les etudiants V 



■ 



• 



•- . - 



*«► 






r 



LIRE EN PAGE 3 

LA LETTRE DU 

PRESIDENT 



1- 



V 







BIENVENUE AU 

TROPHEE 

VlLLENEUVE 






Mercredi le 15 fevrier 1950 



VOL. XVIII 



Journal des etudiants de langue francaise de PUniversite d'Ottawa 

l 1 — ' 'yn 1 1 i - 



♦ • 



NO. 13 







$ 



AU MICRO 



HOMMAGE A LA FACULTE 
DE MEDECINE 



• 



PUBLIC INVITE 



La procaine emission de "Nos I Jean Mercier, profe.sseur a la Fa- 
Universitaires au Micro'*, qui pas. j culte d# M«decine, 
Sera sur les ondes de CKCH, di- 



MAISON 
ES ETUDIANTS 

i ^i est . l a . Bra J?'f "ouvelle que nous apportait a nos bureaux, ces jours derniers 

tg"^ J* «dera.H,n, Roger Hamel. be T. R. P. Recteur venait de !ui remeUre 

milt"*! . allendue de P ULS P |us d « «««>•» setnaines-j'allais ecrire depuis plus de quatre 

mint. tins. — , — — ■— — -^ -^ ». — 



■P 



vaiu/^i* '* "1 



manche soir prochain a 8 heures; 
sera consacree a nos etudiants en 

Mtxlecine. 

, — — • • 

Une courte discussion — proba- 
blement la derniere de la serie 
d'emissiona — reunira autour du 
micro, MM. Jean-Paul Ba2inet et 
Marcel de Varenries, etudiantg en 
Medecine. Le sujet discute sera: 
"L'etatisation de la Medecine". 

Nous aurons de plus l'occasion 
d'entendre un sketch ties interes- 
sant, .du a la plume du Docteur 



Les artistes invite.s sont le fa- 
meux Choeur de .Mede.iue et M. 
Jean Laplaine. violoniste, etudiant 
a la Faculte de Medecme:' 

Pour cette emission, le public 
sera admis. Si voua voulez assis-' 
ter a CfBtte emission" radtophonique, 
rendee-vous au studio . "C" du 
poste CKCH. 121, rue Notre-frame, 
a Hull. Nous faisons remarquer 
aux interesses qu'rl n'y a que |9€ 
sieges disponibles. Personn'e ne 
sera admis apres 7 heUres et 50. 



etudiant"!!!!! l° US P ° UrreZ le ,ire u ( ! ans ,a lettre publiee plusbas, notre maison des 
eiudianls que nous pourrons envahir des qu'elle sera construite (!), sera erigee 

SJf! a - U " , • °? pnereux bienfaiteur qui desire demeurer anonyme. Qui que vous 

so>ez, genereux bienfaiteur, soyez sur que tous les etudiants de l'Universite d'Ottawa 
vous disent un grand MERCJ du fond du coeur. 

En attendant cette maison, objet de nos desirs les plus ehers, les autorites de 
lESSZEZ le ' conscie "t e . s f u besoin urgent d'un lieu de reunion pour les organisations 
etudiantes e les etudiants en general, ont tenu a melt re a la disposiloin des etudiants 
des loans temporaires, situes a 175, rue Waller. 



Voi c i te teste de la lettrF du T. R. P:^Recleur : 



v 









VISHINSKY A LA FEDE 

IMTHARME S'E( HAUFFE — MISE AU POINT 1)1 
VICE-PRES. ANDRE I AR(K QIE. 



UNIVERSITE D'OTTAWA 

Ottawa, Canada 
Rureau <Ju Recteur 



V 



Au President de la Federation des Etudiants 






Dans une reunion orageuse de la Federation, re !> fevrier 

dernier. M. Ducharme. de laJiiciillc de Medecine. qui repre- 

_senl«til \Nilti1d l.ehlane a la Federation, declara qiu- si 



rattitude de. la Federation vis-a-vis de la fctcult** de Medecine 
m changeait pas. celle-ci aurait a I aire lace a "un autre 
\ ishinsky"'. M. Duchaime laisait cetle declaration a i'occa 
sion dune session extraordinaire pour regler ler; dillerends 
«{iii ex i s tent entre le> Diseipk^ dlNculape et la- Federation. 



Le T.. ^. P. Recteur annonce que l'Universite 
; a regu d'un bienfaiteur qui desire rester anonyme un/' 
don genereux dans le but de permettre aux autorites^ 
de l'Universite d'organiser une maison des etudiants. 

Le Conseil d! administration a commence des 
nego.ciations en'vue d'acquerir une propriet'e. a cette 
fin 



Temporairement les autorites.de l'Universite" 



met'tronr r.cu's^peiT a la disposit"bn~cTes etudiants i 
locaux situes a i75.rue Waller. 



•• J'.-C . Laf ramboise , O.M.J. 



Le 10 fevrier 1950? 



- " r 



[■*** 



r. fin do semrniM-ih-rmw rw jfe- ■ 



champian w mm 



\v dHTerend \v\i du rhbix de la "I ON" |>i i \ | ; 

ulioii qui derail .1 re 
fin do 
IHtnar 1 1. un ^111 -qtu 

d ° ''-•"" "' "■ w :;;Tr;::,:::::::;ln,,::r:i;;;-;;::. ***>-*+ >■■'■■ ■^■- ***** = « ^ ^^ 

jeuiif .sku-ur »k-ii1 i\v iinipurier U- Fond e^ fcs' course** tit- re la is. * du ("ahadj 



.MUM/*. — -r- 

l.V IHVJCT 



lo place , 



.iii.Mi. un vif debal avsil eii 



•t»m ; s an ^h/^i^ du prcsidon' 
raient env<»y»'s. 



dclium-K f'taifiil 1 oujourjj*. cavo/eVi- 



I{«Kor •Hamel, pr^nlllwit jto la 

I tdirnliori. aprrs avoir con-,iilto la 



rJoTlTe des memores" At la Pi-t"* M ,,J|S Ptrsonm^loment los d<- 



a caus,d,> £ j#or 

B.comwfl ont «u tint pt,v ta premii - rf i a : . 

Maim- . I'atis hi .01; iciul*. iM'f» a I • 

* j; " U '" r - ' ,a " U ICS^e-dnis l.:^u. (<ula.,o. ( i ndt . ' 

Rmjer Man.ol rt - fptgna facilemeW la .'«mr.-«f-4r fund IV . ( . „;,„. .......wi;, .,,„,. a,,,,, ri... a ' 

LLquipe tanaaienne clont (laude vrgu quelques annii-s S Hull mi 

i dea concowfl resio- ,.-, , ,. it . , . ..... • - ■ ,rH " «• 

, W onceur 8 „ui ont P „ U r buf ^V^ ^^^^^^]^ mu ^^S^ 

. dMrfifr nn rnnYsentant pui.r l,s ' ^ " " • * ** ***** « " ^ ** *** 
co^o^rK_nromrra«x. II parrmrfirf^ s, '"" 1,,rs P«M!L-C<umer le.rubaa, Daw^ d e H u l l , nu lli K h-S<h««l de 



a IY\lc< i«in . 

pondif que les dtdti;ius a\ai»-ni tie j>r«>liniinnit( 



rhmsis par la Federation et no,, najg^toneeura qui out p.n,. lu.f ;"" '.' 'Z^Z ""'"'"' •" s,x,, ' ,,u "•■ «« , »«*'"'i-. mamienan. « Kockcliflfc-. 

par lui-meme ej' qu'il he ronnais- de elmisir .... repriaettUnl i.tu.r les . ** ,,U ° ,M v """ u - &} " f H se« Etudes au coUiRe Nofre 



deration, opta pour le eHoix del.'^ ,U - s ' nvov ' s - 1r;,n Vi.uenl, so- U- (rajrf do 8 milles en *1 minutes. ,,ans la iUUrsi ' » fond «• • 
Ifavitl d VI- f V ill h crt;,airie - «"*''» s -'» l*' president d'avoir !."> me. Nprcs plusieurs aulres nuht ' s •! "'P s '. se elassa p 

ar in. »pre< eur-a joi oxorrc . uno ,o r f a ine pression -jHoir vieloires. il est I'heureux elu pour Parmi lew t anadiens. C'lau 



a la Kolonde. ef Raymond du- friiro accepter » les candidats ci 
I'les-sis, directeur du I'ulerum. [ s# (Suite en pa^e 4, ol.T',, 4 el ;. » 



dans | a cOUTM de fond de 18 kilo- runiversite, puis a Tecole Techni- 

remier que pour venir eello annee a I'uni- 

pm.r !•«'-... ,es vanaoiens. i laude o< - versite oil il suit le tour* de pr, 

represenler le Canada au l.ae I'la- <upo le - I7ieme ranp.^AXs -ne<l miere annee d'Education PfiyaioilC 

ride. II quitle la capitale a la mi- l.aflu que par un seul anuricain. Felicitations, Claude ! 













LE TROPHEE REVIENT AU BERCAIL (Ore en page 6) 



- — ; te 





■i — 




■*' 






• 


Eff : 


• 


• 






•f 


1 

r*Maar. ... 








* 


' 




I 

t ' 


-. 


, 






- 


f 




• 




T*?*' ' 


'' 




1 
















k 


• ■ ' ■ 

■ 


• , 






- 


| p 




* 






1 


V 


•m 


• - ., 


. } — 


• 


c 

I. 






» 












' • 


1 


. 




'*" ' 


' 




y 




% 














* 












1 
























«'* ■ 






• 




















, 












. 




























' 
















. 






n rr 




-« 

























. 


• — 


— ^ 






■ . . 


' 




— ■,-. 

















. 


' 


* 




; 1 * 


■■ ;« 


■ ■■ ■- • 


































* 


P 




J 




• 












1 


., •> 






■ 


1 














' ^ 








i 


* 

» . 1 




- ji 


7h 
















r 














,_ r ^ - t 






■ ym 



. 






j» 1. 



i. \~~inrro xi> e 



« ■ ' ■ ■ ■ 



ii-5 — ■ — — 



— — 



" 



UNE y^NNEE UNIVERSITAlKt Lin * 



// 







Nulls publfotui ri-apres . un ini« Ti-Mint article i 
Ir emit d'uv dYtmtes mm < i -itaire .Ian- 

lea diffeicntes 11 11 1 \ tr.silt s canadienne-. V.i Universites 

ntarquerez sans doute dans tcs chiffres cites que VYestern 
It niversite d'dlUuH est la seconde universite an Pronto 
Canad a' mi il e n rou t e le muiua rites* poor - eTudicr 



b 



Frais Li \ res el ! ran 

.ijiii- den 
cription pement ii.ihh Iota! 

!.♦)■. 
2o5. • ,o £. 



Cct homme, Vest 

r 



15 Yevrier rf)sV) 



15 fevrier 1950 



LA ROTONDE 



ft (rlvte aussj. (el article e-l nprnduit «lu t arabin. 
journal <h- etudiants ft. rV w ip t oH i Lioitl. 

I * 



Tout. i-oiiipti! fait, un ft i . . i i . i n i 4 { tii fretptente 
une Universite* eloighee de soil foyer doit dehorn ei 
la a dm me de $1,025. p.w armee {Sour completer sea 
etudes, ("est I'imeressante* e ri q u PI e~ ~ condu i te Pan 
dernier, par un comite de NTCl'S, assiste de la 
division educationnelle du Bureau Federal de !a 
Statistique rrni nous le lev tie. 

Lea enquetcurs,. travaillant sur- -un echantillon- 
de 1,291 etudiants des 15 university ..da pliys, oht 
cherche a obtenjr, des chijfres sig,.ilicatifs sur le 
cout moyen de-la vie* universitaire au pays. 

On a constate entre autres, que la moyenne 
"Oea frais description avail) -monte de 30.7 p. lop 
7 ~T2enitis'~19^»-a0'; (elio-a- passe de- | li) * V_4 - • »""" 



rairies-- 

CCrTC 
A: 
t olombie- 

Brilannique- 



L85. 



162. 



SOT. 

100. 



•fh'ui b ;ir* flj§- l'lumo-' 

^ *i2> La wftoiii-.pl -r-n (iv'crmbre dernier, dans la 

rUniyersite, alors qu'il lui etait dgcerne* un- 

' honori Ltecouis, «.ui eat d'un tres grand 

llf*V»»t 4k £t#- •r,,,lf,. ,, »,, i • ,.... ,.,.,' !• .,*- „.„*.„>., 1.. 




(^ 



' 









is totaux comprennent egalement les depen*es 
de vctements, de buandene, de soma uiedicaux ea 
de recreation 

A L'l'lOKIZON 



moment va se comporter le budget etudiant 
dans J'avenir? 

I senible que les -autorite* uhi\ crsitaire- a 



jiteret, a . . •»» rjx qui Pont entendu. 



Pour reuaxir dan* les affaires au homme gagner. 
< ana da. chaque ind*%idu ft%M hob Lee grander institutions_mjfder- 



pameport a -a prupre de^tinee et nee sont devenues vastes et pros- 
*■ »akur est dttermmee par "^ perea justement par res mo yens et 
antrea huit. heure»" Huit heure.- aciuellement. une recherche iaten- 
de summeil. f . . Huit heures.de. ae *e pourauit pour trouver des 
traraiK . . et "les autres huit hommes qui ne craignent paa le 
heuret» . , 1 tra Tail. dee hommes d'honneur. des 

Bien employees, <e» autres huit hommes qui oitt les ressources et 



I'araii le mercredi 

Membre de la "Canadian University Press" 

Membre ^de la Corporation des Escholiers Ciriffonneurs 

Kosaire Jeaule. directepr; Raymond Martin, directeur-adjoint; 

Jean lloiviq, redacteur en chef; Andree Cloutier, red:-adjointe; 

Louis Vincent, chef des nouvelles; Jean (6te, adjoint. 

Guy Joubert, redacteur sportif, A. Cote, publiclste 



— f- 



t ravers le pays soient determinees a ne pan. laisser . heures peuvent devenir un poten ' e « capacites voulues. 



Mais'- ces depensea n'ont pas giimpeau nieme iy thin 

les frais d'enleetien. 
. quelques . ehiffres Compiles pour l'annee uniyer- 
sitarre VJi7-iX. ■: 

I deperrees de cha-wbre el pension: 

— Dans les residences d'Vtudiants et les fra- 
ternites: 1349. 

— Pour chamhre et pension dans une meimr 
«»»ijM)n privee:-$2aX 



— Pour chamhre dans une maisoti privee et 
gc nsio n ailleurs ^ restaura nts ): $42 7. 



Dt fae 

les Vw.\ 

Coptrei 'dea depfinses plus. Lourdi 
-ndiuit. eoxnpei 

et 






LES "REVELATIONS" DES STATIST IQI 
Le 

I 
Prai> l-ivres et I • 



L'niver- 
Maritimi 

DaV 

Mount ^lliaon.. 
New -Brunswick.. 
Quebec— 
l.araL . 
Montreal ... 
BfcGiU 
Onlarfo— 
OTTAWA 

Queen's v 

McMaster 

1 ; 



cription pement tretien Total 



$181. 
240 
215. 

2;;.v 
250." 

2R0. 



54. 

70. 

' 47. 
Rt - 



4S0. 



:^>60. 
1,011. 

bUo 



395. Mid, 

12(». . 1.121. 
JTv 1.217. 



136. 
215. 

.'.22<; 



40.. 



-375. 
350. 
128, 



895. 

1.U12 



'i ■ — : — r-^...... 

monter les frais d'inscriptiun. de -peur d'interdire a tiel contre la maladie et un wti mu- 

ii.wnbre, de jeynefe Canadivna rijrcfh.a_redufsl.iunj taiff ^era un plus arand lucres , '•«- grandes ent reprises cummer- 



Ft \oici la raison pour laquelle 



universitaire. dan- les affaires. Si elles nont cialeW depensent des millions pour 

La situation rmanei^rpj"dy| y ,aiYf, ry" < "^ w. *>**■* employ ee», elles apportexoai. a . dca- hnnrs it et des prix dao^ 
tique Aoiuellernent^ Au cqurs des annee^.passees, la . '''"diyidu qui les utilise une a me. • 1«* don»aine» imaginables. 
proportiondes depenges des universites qui fut portee '»*>ration surprenante. Elles oppo- Pen im portent nos antecedents. 
aux -subventions des gouvernements -Va cesse"] * rnt un "bstacle tres puissant au j ** vous,avez le caractere e( I'equi- 
de d- tandis -^que eelle de^ eturliant> rrime et epargnent " de nomhreux. pement pour renforcir une orga- 

tontinuillement ac<» ue. De 1JU1 a |&1, par exem- >o«»cis au cleree. a la police et aux nisatiorl dans ce monde ou la com- 



Adresse- 173, rue Waller, Ottawa Tel. *-5441 

Autorise com me envoi postal de seconde classe 
Les idees exprimees dans ces pages ne sont pas necessairement 



". 



cellea de l'Universite ou de ra Federation des etudiants. 






Les etudiants sont 



.j».-ii~i . -i 



rr S5 



peu cuneux 



Page 3 






ouverte au pre 
aux membres de la Federation 



— 



Cbers confreres, 

Dans quelques semaines, ce sera 



fait de notre cinq dollars?", apres' 
la parution du budget dans les 
jourhaux dB TtJniversite. Ces me- 
mes. »e plaignaienfe que The Ful- 
crum ne paraisfaifpas assei" sotP 

tive -que^d gr an t s ix "i i m ra^^t ^ m&h ^ff»»ent jamais d;aid,-. 

C est encore eux qui trouvaient La 



le terme d'ane autre annee pour la 
Federation. Je dis une autre an- 
nee, mais'en realite, elle n'est se- 



en mars que les elections ont lieu, 
en avril toils preparent leurs exa- 
mens et les ecrivent en mai. II ne 
nous Teste que six niois. d'octobre 
a, mars. 

I'ndanL-CBaaix-moiSr la- Fede- 
ration s'eat faite bien des amis, et 
sans doute, quelques : ennemis. Je 
ng aejai pas assez pre so mptueux 
pour vous dire si nous' avoirs T-^a- 



sident de la Fjuderatioii Nationale 

des Etudiants des Universi tes Ca- 

nadiennes (EjjIEUC); un autre, 

gnft ou perdu du t err ain, maia nous vJce-pi;e3ident de la Fede ration Ca, 

n a»«ns €er|ajfiejw»eflt_pas_ pietini nadienne des I'niversitaires (a 



sur place. _ Les critiques que j'ai 
recues rt'e totites j.ait, ImWcon- 
vainqueht:-dans K 



P e, les- i - u l iyon tions >f**uvei nenu-nia tituaient 

a niOft-ie da reven a U>Ul d'un grrtupe lepresentat-.i 

1 QO. Pendant ce temns. le> revc-m^ dM>i 

r**-i ixWkUAWanl i r.<,^A.M,.«» J„ — !„,*_ , -* - . a ? ' 



I.e Jeu. l^s amusements. I'cxrr- I-e Fait que vous soyez rrche- ou 

, ' 1 ' I '' I portion "tombi 'ce. la lerlure et Im etudes sonl panvre n'est pas un facteur pri- 

^ye'WlWPiS for. rgV.ljma-inj» lous.-4fe»-itenu> qui rnaBuWat nos mwdial dan- vos chances de'suc- 

l»i over. ant d .: evUununt huit heure- de sommeil el nos <?*■ Aujourd'hui, chacun a un 

tag .knit hturrs de travail". Man» ce P»rUge dans Iherilape le pHi» ri- 

i qui cumpte vrai-nunl i 'e-l la ma- t- he du monde. ('est notre legs, 

ninuimn „&e ititts que nou remplis-„ n - les Qf« la citilisation a apporte en 



I': 



p. 100 sur l'an dernier; el,* ■ ueiorrt. a 



' i •*. 



;,<tvnm:' 



ra 



•te,' 
.. ■ . -. ■ 
... 

ne j,'iande 

Le second -".«--imilierait a la wise in? 

d\n svsteme d'aide tiouV« rm mentale. M-m- 

blable au plan britannique et mm susreptible d'en- 

Irainei le conTrole de la haute education par I'Etat 



urganisation* M>ciales. 



petition prime. 
Le fait que v« 



Kotonde "trop mince" mais ne 
donnaient jamais d'articleg, Enfin 
je pourrais m'eterriiser'. . . 

Pour les affaires exterieures,. 
l'Universite fut tres*' bien repre- 
sentee par son corps etudiant. Un 



de nos confreres fut elu vlce-pre- dues pour l'annee proehaine! 



(^ue savons-nous, en arrivant a dans laquelle se trouyent les in- 
n'niversite, des 1,200,000,000 non, telloctuels de coureur? ' -^N » 

rhretiens? Que savons-nous de la Teuton due que nous. I ■„,,,„ T3T£^ ' ¥** 

MM^-«^S SEH^ nou. 

^ des musulmans. des chmois,, 1 attention luffisamatent attiree d^afiia asi phi. ,,„„,„ MX- 

! Hfnca1n3? P^nons-nou. p05tolal „ „, .^^ 

ne page .sur la religion des , modm i.e. jgm ^-al-les de m . Mau c 

••hinois, iur l'histoire du Japon, r^pondre d'une inanicie satisfai- 

tlerature hindoue? Et -an Prqyidenee ar. • ■'".• terme d 



sur 



U.oiirrues (FCUC); un autre, dele- 
d'Ontario au Service Interna- 
tiv.nal del Etudiants (ISSf; nu.l- 
ui'iiie, vice-presideiU de la.l-'ede- 
ration Rationale des Etudiants des 

''S,. I',, ir 

no mmer g.uj i una . . . 

e (|ui est plus important, 
noire propre campus et nous 

n'avon.s certaineanent pa- vi^ete, 



autre- huit hewres' . 



Ipirt ♦ «ale a chacun de nom?. 



f.~ 



t|ue serajl il a<benu d< ,a spmme jttttale i\u savoir et de 

f d'un I In. ::..i- Edison, d'nn Alex an- ,,M,Tr - '«•- decottvertrs des stcrles 

Gr a ha m Bell, dim »tenr> Vuif tr * "* vV ' lr **' H n> a pa* d-'homm, 

•fun -ir I homas Saunders. pu dun '' ,n I>"'"" < • u '"\IViiIvut kimm 

>ir Frederick Banting s'lk s'etaieni v ou-mertu Til, m pent pas eir« 

tous les soirs a des plaisir.s ' t "" Ut ' t> ; » d'aulres, vous ne poutez 

inutile- |u-qu*a minuft? Temporler avec vous. 

etpre^«ion- dont * ^^tagfcfle l'histoire, le rotre 

pre»»e p*»ur deer ire le- e>t ,e u,us ruh <' heritage depuis 

mainienant ' r f °"»niencement des siicles. * 



attend apn a aoro ni quittg 1 ' l ; ri i - . tend de nous? i':t a ce que lei ' , '"'-' ( ' '^' la FederatTon .■ 

, en saurons-nous plus iong? -n- attendent ile iiu'awumpll. iVli, p 

Que savons-nous des problemes re- nolis: une gfande competepi &9J tics vieille-~e*-41 

-ieux, s-bciaux, moruux. qui .a tiiique. an -suit .,..,■ ^tcq^eniant , '^^vZZ^' T T* "-T ^ '* ? T *t 

posent,'a 1'heure aetuelle, ti^fct* ve s.l.de et son^k ,..mnu. iom d'etre ,-on.plet. "" Cette annee, ^^JT^^S^^S^^^ Ratline Cetti ion, 

i'H.,er. one doetnne qii ne te, - BO«J -o,,, ine... po,, . d- mu.vvlle, S $W ^ * • Umvers.te au, a Im, au Col.see. n,„, ,„, U > , 



I.a confercni |e ae 1.^ r 

Canadienne <\t^ Km- more manifestation bo 



donneront bientbt des emplois aux 
membres de la Federation, a- cha- ' 
que etudiant en particular, 

Les plans pour une maison des 
'etudiants ont ete dresses et je 
crois que le pro jet se realisera 
sous peu. Un comite pour la 
revue annuelle a ete forme qui 
travaillera des cet automne. L'ar- • 
gent necessaire a ete mis de cote 
de sorte qu'il pourra commencef 
immediatement a fonctionner. Ton- 
tes 4es -annonces ont daja ete yen- 



Notre comite local de FNEUC a 
TecemtneulczorgantBa avac le con- 



cours de la Federation, une "Se>* rf 
niaine etutliante" pour repondre . 
la demande du comite national. 
Cjnq soirees, celles du 23 au 'I, 
Janvier, ont apporte" aux etudiants 
des spectacles qui ont interesse 
tous les membres. de la Federa- 
tion. Il y eut des danses, di 
'liarties de Ballon-Panie.r, un cm- . 
u n programme de_vues ani- 
ligne tjue toutes 
activu.-. aaf la piemioitt <le hi 
rmaine. etaient liratuites j.our • 
membres de la. Federation. 
fe vrier nxftchsin, la &*i 

orga- 



. maniere pressante et. angoissante 



devant les regards inquiets des 
intellei'tuels non-chrotiens ? 

Et si nous ne savons rien ou 



—, „ „;,. ,, ,,u, ,x,hc ia v„l„n.,. W««K«ionj <l,n, notre troupe; ,. ' ' ' '17 I " • ,* KilT* '"""""'"' ''"' ,: ' "" '»« * 



jusqu'au sacritiee de la .vie, une ••PWdaBt, plusieurs corps refu- J 
doctrine cjui prumet^avec une as- sent ' encore de si- joindre a noqs. 



prepque rien de tout cela, meme m r ance, ti.mvte dans la Verjte en ( ^ n ° ,{ * I ' t aux colleges ail'ilie.s de se 



lines 7 ou 8 annees d'etudes uni- personhe. l'avenemetit. rl'une hu- i oin< ^'e k anous; ils n'y montre 

ilelas, nun! "mt aucun interet. (Ceci se Tom- 



:: 



-ont 



sert la 

urand- hommes 

-tandardl-ee^: un rmmml < ette gmafle University vouk a 

prelai 7 un homme de science m«»ntre ou il se trouve, comment 

un brillant diplomate . . un v«ius pouvez latteindre et les 

Le content, stat.sfque et to. <ommenta:re, de pui>Hant f inanficr . . ; . un aTant . me illeurs moyens de lutiliser 

lenquete nous indiquent qu'en lt»50. sur tous les garde de lisdu-trie un minim' p . « wu , . .. 

plans de l'horizon universitaire. de, problem c-s J, la finance .. v ° ^ J ° hnS ° n: ~ 

ineitrai wimplPYsi demsndent una aulmluu v*. ... U8 * ve " toUs ,es T * coina du 

apaas les mots qui decrivent les savoir a explorer et a fouiller de 



nous plus tard venir en aide* d'une 
maniere intelligente aux non-chre- 
tierts? Comment pourrons-nous 
leur montrer qu'on 4es aime chre- 
tiennement, qu'on veut sincere- 
ment leur Yrai bonheqr. Pour- 



ut que de nous instruire m<), nent on jeeris ces lignes, l'Fao- 
lemes missiologiques de : h ' des Infirmieres considere la po- 
1'ouviir devant nous de' slhilite d ' une ^filiation perma- 



lu'immediate. 



^3? 
< Kti'nseigrrements piiises -daiu If 

' I- nancial Po-t" _>s Janvier 1950.T : 



JEAN (NTERVIOUE 



UNE 




Le metier de journalist.- p , lU( . tu fts p'U^y cj 

ressant a cause de - - „,i,u poue .- died le i 

-mome. — Una fois, il nous I , Law* 



..rales et les faineants sont d'une fond en comble". 
-icn.l.cat.on b.en differente . . |, urant VOs etudefl vous av „ eu 

Si voua-aspirez aux honneurs. a | e temps et la chance de venir en 

une pos.t.on enviable ou a la pros- contact avec des intelligences su- 

prrHe daa* qnelqne ligne que ce perieures: que ce soil vos profes 

snit, il seralt bon de donner une. deur* ou encore le temoi K nage de 

pen-ee au des,r et a Ja volonte «ue pensee ou iTaction que ceux qui 

vous avez de travailler pour at|«.,n- HO nt maintenant morts ont laisse 

dre y.rs ambitions cummc un hVr j laR4 , faipfriiBakli a 

Iff vnna ne faile^ rien de plus toute Ihumanite. 

que ce qui vous est specifiquement i. , . 

sin- a — iire que la pluparf. 



versitaires, * cpniment - pourrons- ' 'ma'nite nouvelle? 

L'A^.M.C.r.r. (L'Associatioii » ,n,ui - puisqVila jouissent de tous 

missionnaire canadienne des Uni- . lc> * av 'antages d'un groupe affilie 
yersitaires catholiques*) n'a pas sans payer . leur cotisationj *Au 
d'autre but que de nous instruire m< »'ient ou jeeris ces lignes. 1'hYo- 
des proble 
riieure, d 

quoi faut-il que trop souvent, desjlarges bori/ons BOT la vie catlm- 

commuhistes, des athees, des pro- lique totale, de fairs naitre dans 

tenants aient gagne avant nous la.' notre coeui de 1'inteiOt, de la sym- ^''^n"' f' 1 '" \g* demarches pour 

confVance des non-chretiens? Au patbie, dtl devouement a l'egard s ' a ffU> e r. 

reste, jquelle confiance . les non-*de n,os freres de couletir et de Dans 1'execulif lui-meme. nous 

chretiens peuvent-ils avoir dans nous suggerei . de nous -montrer ' avons" peut-etre parle plus que nous 

des intellectuels catholiques 

iOfft d'une ignorance crasse 

1'ejjard des problemes qui sont vi. 



du 7 au 10 septembre et a reiq- sera determine par la presence de 



poipts de vue. Lea d^elegues de tion. 
tqutea fel partie-- du Canada *<mi Mais ce qui est le plus Impoi 
retourtrei avec une opinion, je ' tant cette annee. e'est que la 1 
crois, assez louangeuse a l'egard ration a ete le -centre de reunion 
de I University d'Ottawa: de toutes "les facultes de l'Uhiver- 

site. Murne s'il n'y avail pas d'au- 
tiv raison pour * son : existence, 
celle-ci serait suffisante. C'est 



tau\ pour eux, peuples non-chre- 

ns? Et "quelle excuse trouver 

. eette ignorance sinon le te; 

■ * st a fi ie ei une indifference de cpeiir 

iraid de la situation tragique 



demande dans voire travail, si eons H - 
iernC ^' dc T • *•*** aurun effort personnel. * 




En decembre pfochain, la cm 
ference annuelle de la _ Presse Uni- 
versitaire Canadienne sera . tenue 

ici sur invitation de La Kotonde. j pourquoi j'affirme que si tous les 

A la conference de cette annee. |. etudiants de l'Universite ne sont 

tenue a Montreal, The Fulcrum a pas tous membres de la Fsdij 

"leTineHubTt T Sh ' e V>^iporte le troisieme p,,x parmi t.on. celle-ci aura manque son oh- 

journaua anglais. La Kotonde jectif. — ^— 

raiput aussi des louanges pou,- de crois qtu- t'exprime l'opinion 

I'amelioration marquee qui arac de l'executif en meme temps que 

les nnmeros de cette annee. le. mien, rorsque je dis que nous 

hi. j'aimerais reniercie tous 'ceiix n'avon.s pas fait tout ce que nous* 

qui les moyens de donner a ceux qui •> v ""- kgl mais nous avohs sans f qui ont tnivaille dans les jour- noua etions .propose dj faire flu 

a rattendem de nous, la vie de Die... doute fait quelque chose. D*ai] oaux, apecialement Rosaire Beaule commencement de ranneev Noua 

Xous vferrons ain,i -'miviir de- leurs, fen reparlsral plus loin, e! Ray bup'leasls POUX le mairni- savons tous que bien des menibi 

vant djuh U- possibifites de 1'ac- '■ sat de* contmuer. j'aime- fjique travail .pi'ils ont accompli, auiaumt pu .faire beaucoup mmux 

ROH du laiV miS810nna.ire en |hem tCX an? chose que j'avais The Fulcrum est plus v..lumin.ii\ Les elect. ons. auront lieu, comme 

femps qu'urie pjua large, plua ban- d»te lors de la repnipfi ouverts. de el mieux peesente qui! ne In ja- d ordinaire sn la deuxieme semaine 

t£, phifl fc< >nde. « !'• ael 'Tour nou.-. la Te ,.,. H f. a Kotonde est da- de mar-. Ce sera le temp- d'of- 

Amlie Fen. d.-n.ti on des etudiants n'est iiu'iu. vehm hebdomadaire. Si i,. Fed-.- frir vos services. I »■ Slliull||||||| v 

travail jr temps pn rtol" Rons I mieux connue SUr le pour se presenter (fe strict mm; 

sommes <\r* etudiants. et ROS \i- campus . I, par' ma) seront affichees sou- pen. A 

sees principals sonl arademiquefi tOUH ceux qui se pre-enteront je 

"Bonne chance el que vol re 



"TEMOIGNAGE CHRETIEN 



M 






?^y ch :» nu» 3-en general d'nn.- rrawt fnjrc une 

'"no "autfj ':; : : [on i -nt. 



-il nous faut c 

" nge elttlorr apres un p 



importante pour en fin 

.1 i 



etudes 
.tier: 



— Q ui, el 
de i 



«u. ->r scron, . nms^ f( . , WI ^ m q ~ |H . r .„ nm . 
es citrrt.nl dan- di\ ».u vinffl ... i . 
Silfl diei. ?et.e •::••- ----- •- " Ur l * ***** ** riM ■" ,l «l«tclque 



vieille ab-urdite (hi( . ... 

ie s mexr^me^ que t mu i i wa ai s s ea c tun pie a* aeeamVTb^ e 

beaucoup moin- que <M\ one na ' f>1 ' '^ v ''' rrttt 

Mill. ■ i.nil-i iw.a ■ 




Rien nVmpedie que la pTupari ; 

Vous pnldu.n- ci-apr'es, un me- ■ .. ^entrr- nous. ;iu,n. tunsseii! au\ j-,, p^agraRunf rad top honique t , ' » l In TOsia^mr nr falbl i sse j amais", 

age d<- Jean-Paul Kirhcr. rr-ar erfl viles' etndUn ten beaucoup de nnin ,.. ln ,, , f( . inangUTe cede an- A tous lea me mbres de l'cxcVulil 

dant le journal p.-ri-ien -demoi- i '' Jf^5 "" • > l.ait des Drng res rjmiaequa- -n luel. ^-merci". (e hit une belle 

-■ m i. -> j ^ o - . hies. _ i)p p ent l'<-coiiter tt.|js_ |.- '^P' i ieii.c 

dj manches scilrs .'» ( K( II. \ pari" v "'"- mes confreres 



Dan- qnin/e an- d'ici. dans \m | 
an-, qqelqucs-un* d'ent're vous se- 



. d,e pa, lou ^ connaianw 

. (Sltalol. duranf vo.re Me m 

p *oanaiite a. ,h -^demurs dauiourdhu, b 

I A^'ourVhut- le -chef S ' U r^' ! • ^ ^ '^n-ahi.ites a leurs ™* ^ ^""^ fe '™ ' 

MallMiircu-emenl. plu-iears'd'en 



r e. '''"h - •' ^'« , " c 
'Ten". i el - hebdoma- .. * , ■- *■! . < 

d.iiir <a!bolii|in- li.in.ai-. que phi 
-tettrx -rmt— rhi voir | la h'ibtiolt.. 
Viie de 41 ntvfr-.l^, vmtt d'e-fre lo 
par t«uit cathohquc intt're-se q 



\ pari ' • •' ."■ - K%n n i rrrii inenilu<- 

TTTOTll Rtf Moin.lle- ne ITnix er-ite. le de la f . d< i ..l : ..;. 

I nnjm? ratffo p h onhrirf dimne"! n o iis i ar s na t"o¥i»ura Tail notre po- 
me "*W* POO* bien faire notre t.i.h, 






-n*n donna une n ellcnwm 

plus ai ■. Inteavioi, 



I oui portent aetuellemeut le 



j. die Dtnxieafna du college bfotre- 
Da.i t \"< . a ave-i trTute de .^n- 



Ire von- tie le seront p 



Mai-. 



lardeau de- v ramie- responsshili- 
Pai unde, mem rheVekeronl demnin des horn- r W^e* : vottS ' *' ^ ^^-b tournez 

<- De pins, ,: ?.,nt :.: < v:,. mf . v , . ,. -*** ' jamai- le, yeux de eel h..mme ,,,.. 

^naitre son nom? Le v..ici: Mile ■ landujm.n! ■ ..M-jr uyu 4iua. iinUs ttfJiimW ' rtaiU ATT , i ft,',, ''*' ^ ~* 

Mariadel Carmen de la Rosa. „e q „e , — ^s^autrT. ^ ~^Z*^v£& " 

A.-turomarqued'autresch., ,e point. J'aime mieux vot^e fa,,n des .rand.; hommes que Tusai M,M ' 



t — Bonsoir, mademoiselle. \\ 



t 



parait que .c'est la premier^ .fois, 
qu'uno bourse Altrusa est attiibuee 
a une me xicaine. e tudhint au Ca- 
nada. Estrce vrai? 
— En effet, c'est exact. Cepen- 
' dant. j'- dots avouer que je n'ai 

» . . .lien fait d'extraordinaire pour, me- 
cites cette bourse. J'ai du-remplir 
un nombre imposant de for mules. 
. Notes de (lasses depuis le debut 
de mon cours (coura appele clas- 
"siqiie ici) et enfin toutes sortes de 
formalites concernaht ma famille, 
mr sante. etc.' ' . ,,.. 



fnailfe I indes nouvelles 

internal ionales d'ifn point de vue 
ehrt ticn. 

' * 

que vous les i d'apri 

von; . cuire* par unci taisies qu d 

a. et honnfite. .lecture Jiien m uin 



chaque dintanche un program 
ni et different. 






(j " ( in'..\ 



a.fTv 



Bien a vous. 
ROGER B. II AM li 

president. 



peur- >owr rarre - Teuv>»ir ou rouS 
bri-er.' t et homme, c'e.st 70US- 



Pour oil contre Moliere, an Brnyere 



sex bien interessantes it Quel. 
. B$fl pat tit a rire. 
En-r-effet, pemdaTTt 



,dr lane. .1 me semble que -'..t liicyiez le mieux im'iter. 

Iilll-i riimantinno - - --^«->. 



plu^juimantique. 



mes pre 
"i .is jouiji. dans cette vieille <•;.- .-tudes. 
pjtale, je' ne pouvais m'habituei 

'ant de soutanes. Jej^'avais 
jamais vu darts toute ma vie au- 
tant de pi ! de soeurs. ""■"■ 

-^Le IvTJxlque ei\ on .pays tic 

'lique pourtanti 
- En effet,- 90 p 100 de la po- 
pulation environ;- cennndant, il 



Que comptes-td faire api 



, • 



! ous .vous apercevrez que ce*. 



horn rjies sont monies a- travers les 
rsngs et que la major it e sont mon 



'ai assez de COnnsUUSIICne en tes avec un equipement bien 

Sfifiaea et e. -onom e- 7 >olitique; a ferieur et svec des chances' bien 

mon retour a Mexico. Je veux tra- 1 moindren que celled qui vons'sont 

vailler pour mon pays.. offer tes 

—C'est un bel ideal que tu as P.ien des gens crlUqnent et ex- 

la. Je-^ te soubaite roues sortes priment leur - mecontentement 

de tonnes chances et te remercie comme s'il etait tout a fait etran 



de m'avoir aecorde cette entrevue re'. Ir*-, roioste et inedit. dabjolir 



manque ierriblement de pret-rea et , qu, m'a fatt voir une partie do toute division de race "ou'de Vrov- 
de rehgieuses. _.. | vrai visage du Mextque, OS e, de lais-er le ra-illeur 

: — 1_» ~ , 



' Fleuris^e. • 

L'unique ma^asin — 
de 



._... 



• 



Cecile Paquette 



324 Kideau 



Tel. 3-8771 




de la porndgraphie. N'-n- Uvoti qui i 8^ fe > f mouveniehl 3ei 

- de coftstater combien. idees I travers le ■ monde ot sur- 

- ni la ; -'i e et l'ignorance tout en Elirtipe,' on tic -aura it eon- 

■ r 1 1: 1 t r < - 1 1 1. dans opa . oilie r an meilleur ft i de. 

et d \rals lecti 'attendez 

. — . . ,.*• *■• • , 

Am. rfrs, ne Croye/.-vou 

I qu'il •• | que temps de 



(Pu,nT- ahon ' ,A 

reaglr? De .|ue!le facon? Se Jean-Paul Ricber", \.-.rn-Mi ■■■■■ dea I 

Laurentides.- V.Q.) ' ' " ' ' ' : ' 



centeater de 1'indilTerence, da si- 



Mile- Marc 'He ti . lurage 

Frt et bonne chance a leurs race** 
seurs. 



mmn 



, \S 



.•■ 



; 




i 



it 



■ 






+? 










ryv .. . 



^J' 



Y 



i M 



Page 4 






"-- 



- 


• 1 

ROTp.NDB 



3T3E 



Wf ' . 



- — rr- 



» ' •»'. '■■■ «" 













» 
























!f> fevrier 1 !»:>() 
1 ■' I 


"^■H< 



15 fevrier 1950 



AMOUR ET MARIAGE CHRETIEN 



La c oncep tion moderne de la 
feneration et de I'amour 



Si chez l'homme, l'acte- mope de 
la generation ne diflere en rion de 
relui de rnnimaf, il existe cepen- 
dant une difference enorme entre 



l'unique loi. tandis qu« I'amour hu- 
in.iin doit etre\ avant tout, «piii 

tool. 



CHANOINE VIOLLET 



I na - la xonaiss . ftm .pai- «nxuie. — Si 



..I 



La reputation du chanoine Jean Viollei nous etait deja connue. 
On parla'it 4e lui com me d'un horn me qui cynnait tous leg details de 
la psychologic de I'amour. (ependant, loraque je Hi apparaitre ce 
vieux prt'tre a barbe blanche, je ne pu m'empecher de penser (jeune 
lea motifs qui* 'inspiren t Tun et que je suis : (est toujour* la nu-me chose, on autre qui vienl nous 
rautre: chez ('animal 1'instinct est dehiter ses lecons supra-theoriques mr un sujet oil justement nous 

aurions besoin de directive*' pratiques. Je ne m'elais jamais si bicn 
trompe. 

Nous Bommea obliges de ne donner ici que la substantihque moelle 
des trois conferences qui nous ont paru plus particulierement in'te- 
ressantcs pour les etudiants Lisez-les ct vous verrez 1'erreus- de mes 
premieres impressions. 




Comment employer les amu'es 
qui separent la puherte du ■ 
maxiage? 

Mai* • coinmV chez l'homme, l'ins- 



.-.. : 



tinct aexue] apparait des la p,u- 

IktU'-, c!est*&-dire urte dizaine 

. d'annees" avant le manage, une 

-r 1 — quualyon grave ge TKtscr C un inien t 

.employer ces annees? Pendant 

— cette pdriodc, les parents se doi- 

v*»ut de dovelopper Ifs puw««K^ 



merit v n liaiu<- est du. en grande 
partie a ce q'u'pn a compj Is i 

s ans fausse puduur a 




la jeunesse de la "I. canto ds Poeu 
vie de Dieu". 



Hole de la societe civile H 
de 1-Egli.e 

— I^a .delete. c'ivUe doit' auTsV etre 
yaote, Kile do-it Vorganiscr 



• " :ir le Pl» " ranr lial.; C'est mai'n- 
Role-de t'Egti** et de TEtat en tpnanrTETaT qui touehe'rtmpot et 



nous adoptons sincerement cette 
attitude, nous respecterons les 
jeunes filles et nous nous reser- 
verons- ainsi . un eoeur qui n'ap- 
portera pas de disillusion a !a 
femme que nmil voulom «) 
un jour, 



Soiree -patinage 
bientot 



on- 

^■nereuses d u coeur de ieurs en- regard de la" securite familial** d " n " '-«ux imv M;!ri f r nmt r M " Ie> piv 

Cants, et de cultiverJiaL-flualiies . . , . . .„ .; Le nsunhr !?"?? dp *» 8e *» ahtc «» general; 

....ntueiu-s inhZent^ au vlritsVl, U m<mde so ^» nT »« •uJourThui W «„^t,«ns. 



Voila. v en resume, le sujet trajte 
avec franchise et clarte par l'eipi- 
nent eonferen,c'ier, vendiedi de> ■• 
nier, dans une conf/Mcme spcc-tlc 
poiir les etmliants, a la sallr 
demique ; / * ' 

, Nous xievons nous pivparet en 
fonctiori de la rencontre avec 
n«tre future femme. Que dimu- 
sUSt SJ elle etait temoin de t.uis 
flog flirts.^dfc nus aven-turep wenti- 
mentales? Que du;aieirt ^9 ei.- 
fants s'ils poTrvaipnt - et re " b&wo l H* 
4km 



L'ere de I'atomq a change la faae 

di- i'univ.r,, f>„ l,. SJl it. Le neon 
Q lernplate la lampe'a gaz. Le - 
foyer a d»mission6 en faveur du 
calorifere (porte-calories). Le 
poejfl ek'i'trh]ue a remplace le 
posle a deux ponts> Mais, diable! 
le vin^tienu' siecle aurait-il pou's 

modernisnie revolutionanire. 
jus.jua deteler la "gris'e" du trai 
neau, pour y substituer un tracteur 
.1'acier, |ors <lu "sleigh-drive" trA- 
ditionnel? ("est hitn ce qui nous 
arnva le soil du 7. HeaVeusement 
'lu'il y eut des compensations pal 
ailleu | i.,. s grelots tint'aient tel 
lement qu'ili grelotraipnt; les fa. 




LA ROTONDK 



Page 5 



Leo Gravelle nous visite 



ma v.-rvc j'ecriniis djSfl pagfiS v.t _ ilea 'pages, cependant, je 




naux eclairaient, mrme si on s'y 
objecUitjf et la lune souriait.comme 



SJ elle nous 



eomprenaitj Nos 
fct — dt** 



eapahle- d,- n .,: t - 






srnouT.- St les parents nianquent 
a leurs irhlifatitaii leurs en fa 11 u 
.lhaut iroht fatolemeru a 1'incon- 
duite. 
Comment fajrr ceite education? 
Les adolescents, doivent d'ab ord r 



- inkiii max "prublemes de la 




men-" Ces explication-: feicn- 
naftre rber^cux "hi derotion 



d'effort 
land .i!ii,wn 
il"lli:ili'i ;1 «-t 

nombre de 

:;e temj.nrelle; e Me 3oTl " u,mim '-' «i"e noo rions 

! a l'' justice "an imaux 

raisnnnahle-' 

pete doit ^r^"^* En ippendFee 7.- conTeTei 



R.YIe du pefp- 



> ner un ideal moral trva elev<j 
Adaptation des epoux 



_J mere" et en m§me temps, ils serontcuiite de s slews: e'esJ rtienie une *«ftt« * Vimportoaii el ditfieile" ^ * .^ f les ' l ' u " T '"' j'^Jris- 



-^ Z ^jpoiOera respecter davantage les . iaiei . f>kkn .J pruhleme d«' la bonne entente ei ^ewnj une al j^ . 

jeunes filles. images vivan ,•„ uri . parents sunt hi,. :1 t.e k-s epmuc *Nr-sorJetix pro uelle. Us auron! cette qoela ' ,,,' 

leur-mcre. ^5-n\ i. de leurr- enfant.-. Nome sepose du fait au'il Mil.*** svxu *^" '^i les randVfl , if . ■'..'.. \.'._ 



bosses qu'ils'^frcttcnt. .encore, et 
eertiama myopes durent empocht-j 
des- verrer^tri ne tear s.-iviront-' 
pins. Les foyers du Ranch -II. m ■ ... _ ^ 
. lumineux '.et chau.l . 
' ' enfcl ■ ., r| 

» -hauffaieni lea nez rouges et ptip 

1 tou'fce allure an son du 
rire el de [a rhu Iq ie. < '■ ; d.i t 
ilXkti hi^juie pri.inait' et- que ROUS en 
g^ardcK.n. loiurtrnips tf sou^nir.'- 'na. 

Mais riiiver n'est pas fini et 
l'fnthi.11 .,::, ..,„,. J jat enfbre son 
plein^ -La preuve? I'n ••skating. 
party " eat en btanle pour sjrmeili, 

|. \vr J*. \ part (fes ces quelques 

es broufe s et des seances ljtte\ 
suit son cours 



de celte neige bient'aiaantc pour lea skieurs, et pour nous 
tous qui nous nous contentons de "ski de chalet"? 

Au moment oil vous Jirez e§s lignea .voire humble 
rtulaeteur sera dans un milieu' de recueillement, de jiriere, 
de sollitude: vous I'avez tous devine, je serai en ndraite 
fermee. - 

J'aimeraia vous en dire plus long sur ma vie, mais 
sans attendre davantage, passons aux nouvelles de la se- 
tnaine. 

BALLON-PANIER 
- : r^-Same<:li denHeiv-«os rapides Carabins infligeaient une 



autre defaite a leurs adversaires. Cette fois e'etait le Bishop, 
de Montreal, qui a du baisser pavilion devant notre trop forte 
machine. Gotnme d'habitud« "Gittcs Valms" a obtenu 1c 
l>lus haut pointage individuel de la soiree avec 24 points. 
Sont dignes de ^mention: "Slim" Williamson 2*3, Rochon 1'.. 
Brennan 12, Bonneau 7, et ''Golden Boy" Rheaume avec 4 

HOCKEY 

Motre club intercolletfial tentera de terminer sa saltan 

sans defaite dimanche a Montreal alors qu'ils rencontreront 

le Loyola. (Malheureusement, votre correspondahjt' ne sera 

Ipai d<- la partie.) Tl est bon de noter ici que nos port.- 

touleurs joueront la_ veille a Quebec «ontre les Carabins de 

Laval. Pour 1'occasMon. notre club sera ivnfoivi par la piv- 

♦ •ju»- de. Bourdon. . Diguer. Dannflt, Williamson t q, de g oy er, 

laiil io-efit 



ordre. le Toronto . . Cette annee. tre« de' ,»lus et qn oeH de moins 



On doit egab-ment donner a 
I'a^descent des rensei^nii. 
e x ac t s su r 1'eclat^menl 



l'r«\o>ance e\ces>i\ ( - 



d.ux MKWUUai l.ien difTerente. i " l -' Pal ' ,l '~ <U ' ** lUnu 

Seducteurs , !)„„ Juan) 



bert 



pu . '•' hmmi envisagent la vie de 

-que du.t "" .. vvu ! '."" l"«'V"". ■>'■ v,-ut facon diverse foTFe oontradlctblre 1 i (, ° nfelen< " ' nnus parla aussi 



de ces jeunes seducteurs^-n herhe. 

Galants, polia, affectueux, Hs • le 

sont seulemcnt pour s.-duirc. Se'ul 

un "module de son sexe et qui 1$ * /homm * fclilfL^I condsmce ,eu[ 1^ ^ f mjj^ihi "rtewmlTniiiitii f^^ & **t!? 4 l^s attire, ds sont 



se faire Torientation spirituelle de ^"^T.tous les risques, et pdur ce j parfois. A cause <le ce fatt. il y a 
I'adolescont eft 1'aidant a deve- falie ' on calfu,e eton P'end des dans le manage toutea le*' possi- 

1* les domabres. , hilites' d'une lente sei>aj5toin 



lopper les qualites qui en f er ont a f u! * ances (,ans * l,u< 



propareront a son role "futur. ; la vio ' en Sl> P' "P»es energies et coup de detachement et. t\'h 



On doit completer cette fcduc's- *" *°? "^T' ^ ^^ ^ 

tion par des notions prec.es. suvl^ T ^ QUJ . font t0Ut 



ia psychologic de 1'autre sexe en 



leur poaslhle pour nourrir letn fa- 



raison du ohoix difficile qde com- " mi,le - et ^j ensuite. et saulament 
porte le manage.' (Quel psycho- t *' ul * L '. * lluenl * M WtfVldeiice. 
■ logue pent se Vanter de posseNflef 1 
fond cette p.sycliologii- >i decon- 
ceitante a cause de son eter CONSTITI fTIOKJ 



uhangement?) Pour achever cette 




B 



unii- 

lite. Le conjoint doit s'efforcer de 
Mer pour comprendre Tautre. 
il doit aussi ecouter I'autre tout 
>n <-:ant pret a modifier son juge- 
ment et aifisl la vie cpojugale s'en- 
riebiM de I'apport de rhacun 

Conference speciaTement pour 
les etudiants 



egoi'stes. Eux et ceux qui le»-| 
envient sont en train de transfor- 
mer la femme en instrument de 
jouUsanco.-' I] s " ont beaucoup de 

l n' ( .ut pas encore 
tiouv,'- la j.iie. 

" K,x fiP*»l s n e lusion. | ( . . CQn . 

ferenciei noi.s incita a devcl- 

s nots - ■ m aacu|i«es afin 

que ncrti-e future femme n'ail 

<\ou> deyons aimef a favance] de deslllus'loii el 

BOtrt future femme in.-oi.- 1 ri.. u .' -appuyce sur nous. 



broufes et q"es seances 
de sui' son eoars- 
regulier. Soulignons en passant 
la conference que donnait le do< 
teur Hohert Hauthier, a la Salic 
Academi.iue. le 27 janvier,- devant 
tout un auditoire d'instituteurs et 
d'institutrices, au retour de son 
voyage en Europe. A la Suite de 
cette. conference, monsieur Josse^ 
rand. Inspecteur General des etu- 
les libres en France, visitait l'ecole 
normale afin de se familiariser avec 
les methodes de l'enseignement du 
franeais au Canada. Beau temoi- 



: • U1J \'a|lrylirM, « 1 ,ji. 

I Education physfque 



M.diill .Senior aeeepteroni-ils I'itn'itat ir»n '." . . I.rs Red 
-it invil.':- a venir 1 leui force cont re ii 

tHjtiip.' de hockey. Ce serait uiu- belle Occasion de prendre 
:!;-b.' pour4*i d« "."-0 au Kootball . 



voua invitons cordialemeiH; messieura 

.!' Lk sL-fftlrtnirpfOThaijie conjmeticera la toi mi-ftnjile 

-pottr les Jav^nitea de la Villc, loem,- «-!, 



MMIrlir.S 



SKI 



■ 



Claude Richer, nous represcniait an I .a. Placlde |>()tir 
L-bampionnats du nemde. jl se cla.->sa le premier de 
1' e quip e Gwadienne. Claude nous repfeaentara a Banll' 



gnuge du lien d'amitie et d'entr' 
aide qui existe depuis si longtenn 

la" France et le Canada' 
Beau temoignage sur tout des pro 
grcs remarfpiables rmi s 'ope rent 
PUisse|dans ! e domaine de la science P , 
■ !dagogin,ue! 



VISHINSKY A LA FEDE (suite de la 



lomjtrt et graduelle initiation 1! M . t -I..L J^ 

ft devodc. a Tepoque du ma. 8U ClUb ' dC S-CICnCC 

M^e. le "secret conjugal", . I., Scum,-,- ft ,,»o. n de ct 

If, le chanoine Viollet sffirmait, lunanci,, 

. que le redresi emenl '' rif: '' ,i '* 

ram 

SEMINAR A LAVAL 
DatlM le prochain jiumero de La tl 
R6fnndY,~ vOtia pourre/- lire i.n , o 
...»,.,,-»-)» m,e^,n, dn M ! ' ^' *«" ** "-">- * U „.„,,.,„„„ ■„,,. ,,. JTISS^S^ . "" 

■ r n : ' ls*-~ <,..- 'nnS^X^ss: 

ltnl les intent**** rf e la M,- .,1 ,.!,,.„„ 



sous pen. II fait do- cross-country. Bud Archibald 1'accom- 
pagBera peut-etre . . . Ainsi que Gaby Beaudry <t Jean 
Boyer. 

Notre equipe pratique toujours avec ardeur en vue du 
• loarnoi d'invitation qui aura lieu a McGill prochalnement! 

DEBAT 
De tous les Sports pratiques a lTJniversite. c'est sans 

1 . « I * ♦ - « I i\ I lr\Livi ««•■• • «vn<a- ■ x. -^ I.. 1.. 1 ■ 



doute le Debaf qui est le plus rude jmisque les orateurs ont 
a se debattre pour triompher. Nous avions des feemosthenes 




mande du pere Leniieux. 



. pour un 

j I'aile droite. A I'oceasion, Irvin total de ^-points. En voyage, il 

isionde jaser le place au centre et nous const a- chambre avec Dussault.. 

tons quil donne meilleur rende- 

ment au centre qua sa position 



avec le rapbde petit joueur du C 'a 

nadien. 11 est d'une humilite eton. 

nante pour un joueur de hockey 



habituelle. II dit qu'il aime beau- 



professionnel. II a repondu aver coup mieux jouer au centre: "II y 
empressenunt a nos questions. Kn a plus d'initiative personnelle la 
un mot. Leo. ancien du St. Mike's, j qu'a droite". niaia comme ils man- 



Pour terminer, je lui demandais 



de Toronto, semblait heureux de 
passer une soiree aU college. 

La premiere chose qu'il nous a 
dit: "Le club qui termine la saison 



quent d'ailiers droits, ej qu'ils oftt 
trois bons centres je dois ecouter4^ 

Irvin. . . " 

Au sujet des 70 parties de cette 
en deuxieme gagnera la coupe annee: "Nous fcagnons un meil- 
Stanley. Tu te souviens de Tan leur salaire, il est vrai, mais les 
dernier, alors que nous etions en chances de nous faire blesser sont 
troisieme et que nous a.vons pres- plus nombreuses. D'ici la fin de 
que battu Detroit en semifinale? la saison nous jouons du hockey 
Qu'est-il arrive a Detroit? Ils de detail, les Boys 8 ont fatigues et >.f : M ° n Ch * r ' '* Bi,enCe eSt 
Onl perdu a un club de quatrieme ' ca joue'plus dur. "AveV mille pias- ' ' 



ce qu'il pensait de la premiere li- 
gne du "( anayen". "Laeh ne 
cherche que le gouret de Richard, 
souvent "Rip" est en bonne posi- 
tion de compter, mais Elmer passe 
a Richard. Si Lach passait aussi 
souvent a Riopelle qu'il passe a 
Richard, Rip serait un aussi bon 
compteur que Maurice". 

Je crois ici que Leo aurait aime 
en dire davantage a ee sujet. mais 
il semblait chercher des phrases, 
finalement lira la conclusion sui- 



Guy Joubert 



! 



Sans atout a Kingston 

o-'ipc Gtabeone-l^tr ^, coin - DUUdifl CflPjCCnttfa. Nos proiis. Patrv r^unit 4aa joueui - 

men V a rannec en lion, g agnanl tl joucuf-s ,e debattaient. Kst-ouesL ramassa ses 'idees .et presents 
petit Club (dimanche soir) et contl-e les proftssionnels ^ nord-sud. protestation au juge, i.e. Percy 
' :ir " i '" aBeJLas resultata furent dans I'ordre' Sheardon.- directeur du tournoi Le 

■ ' ^'-Scco.,, » rwal: Cloutier-Pftr adis, Fige- } gort vacilhii Us grands 

-' '■ 'ffii . aYer ^-SI piard i CiftSCpne .- Pa ■ 1 y ei Rousl" ljyres dea [pig du "Bridge a' ou^aiant 
N,m " ' n d<- ,i... iea«£*co!i*a. VA ion ath-. s'effeuiUaient et*nos coeurs trem-' 

ct»iluc le* pqind 



IT ldlv-s.. 



2c t.ia.coiu Pali\ 



Lai indi- letique, gratfe a la Co6|R5ration el blottaltfnt Knfin. ce fut'- cause per- 

!, "- ;;tl '' - Bri'.l i i ': nliat final (,,„■ 2g)T ^T 

. . federation • .■ ehjn 
Roasaaau*Seooui - 

le h.-ormeau.x i \ -, ..,..- 

dea pairs a Kingston* C 
■ lub asro 

ies unlvi 
aucun -iicce- paiticulier. IU de-^.eoHeg«s ^uiv.-ir. 



le. Fraser-StaiiKeland, 

McGia 

2e. Paradis-CIoutier. 
te. MciUWan-Whitehead. 
Toronto, 
lie. tJiaccone-Patrf. 
Lie. Filfe-Simard. 
Samedi apres-^nidi et samedl 
L'mversitc d« b oir, ee-/u^ les toumoisde "Qua- 



I ' n Toront... .JMcGiU de M.-nt.val. W*9- ' tre". l ine eqidpp de "Quatre" con- 

h«u* age qui le, tit passef tern de London, Queen'q de fcii te en deux palres jou'ant J^ 

a 1.. e place. \,,u, avions ton, M.Ma-rcr-de-Tramilton. Cat- monies- cartes, Tune «st-ouest, l'au. 

m Bt rniv,-,s;tc d'6ttaw. fm tie nord-sud. Resultat (sur 28): 
■'! heures du matin, iamedi. on an. le. M-cMaster. 

Oonca P a radiB - Cloutte r comme L'e. McMaster. 

etant les gagnanls du tournoi. On T{e. Western. 



Ie. C 'loutier-Paradis 
l'e. Filfe-Simard 
Me. (iiaccoms' I's f try 







(piandvint la Jotttfl intercolleiriale peut i*naginer la joie qui nous 

—( Kingston) ftf f M ^ir U it* f%i sf samedi v.- 

I <esl pourquoi on decida d'en- deux hemes, quelqu'un vint re- Et le fameux trophee 

sur notre equipe puis(|u t . nous avons gngne le trbpheo Ville-! Vov " ! ' k ' ux <**« ,| " Joueurs. elamer des points sur une- "dou- 1 McMaster qui Pavart douhlement 

neuve. V | On proegda a t'eliminatoire qui hlure" ojuj avait "parait-il" ete OU-J merite. 

DIVERS \ i el,t l«uau Grand Club pendant ' Mice . . 

La li^ue de Ballon -Pa nier fonctJonne un inn moins bienj "__ "*"■■ - ■ ' ' ■ ■■ --■*■ 

depyft^lnlKjue temps .-;": Messieiir^v : ni« 1 1.-/. tin iwv'r^^"^^'-' ~ . - - 



Ce fut un -veritable 



;^le. Tniversite d'Ottawa. 
">e. Carleton. 



Les Dridtreurs en voyage 

—I ' » '""" , i 



. l.a.l ■ ii 



■'A- 



LUNDUGRAS 
AU COLISEE 



Ire hi nieMjre d. paiticjner an ,1. 

'■ ..r-;...,! ..W.p,,. :„:,;-,. I " ' n '"■■■ '"" V.AH . J 






»o mais par des 
qui 



.-au Seminar -nV ! 

ro; • ■ " «•' 

I ne-deCiHlM du COmUe Qui ; enr«chir I- Remm eommc .etanl une eau** de 

•ara la *%*& du Lundi-(.rav a EtmejO. 

'-»'«e le Chbts de I, ^,|le ||i r le U *™ &?"? fc ■ ft 11 * U * l( (l ,l Ivn .. „ , , 

_ a doni . , Ull """'* avaienl eti pgf la 1 ' ,NM >ll( 

•iftdi prochain dan. Ie ia^^'arene d,,,, "" n r * ""n pa? f.r1. Iven. Mr' ^ Hanul WmTt Jue la I ,,i, «l*oh, 1« l': K u„-r.. M. TT., r,,7l 

ui Celiac* au parr LsUBl l u u He. M ' M ] " <l,,,,v **■ rr,n " ralioM * *'*'"* '-annee.-* nVfatt* pa- ay' JH w a que la .ontnTrrr ,i,,i . ;1 . 

g rele\ant rxclu^ivrment du • 'i'«ilibi .-.- ,»;,,,,. | a tjiculiii «!«•■> _i' c > ,a lediralion «!'.,•: ,i,; rx 



hope volonfe. rendez-vous aux parties, c'est le moins que 
vous pouvej faire , . . II ne rest.' que 1 <>u :> partiea a jnuet 
fj'icj les finales, el le pr 6a idont n'e ntend pas faire une -tour 
<ie Balnd avec son eircuit*. . . 

Vous ave/. dotnie \wtiv tiom p<»ar jmjer . . . 

Pnnrquo i ne pax vous pf$sent r j? . . i 

Je retrrt tte (l'av.»ii- a me re|Md*-i\ mais ( 'liarley Si.r'M's me 
deman K dc iUws a m.> lecteurs qu'il >,. seni en gruwile far 
• < '."m! a bate aJa proebnine satseffi de boeke^. 

.Maintrnanl. diers lecteitrs, nous v.Qlci a la partie la plu 
'•• tic it-drr eokmne ... a la detnande poptdaire : 
voiei , .'. kw vura d- te '^e maiii e . . . == 



M. Ducharme denptnita eri 

-dent W 
la solrjk orgaai v p,, r Is led,- 



ii 



Tel qu'il fat aaaaBce, l««t etc- presHfaot, il •-'. n 



qde meme ^ r,s > pi^dominait, mais il -,«• de- 



lantl pOOrreal se procurer les si eelu l -ri Co nsuh>H la l", deration. ma,,,!il s ''l n'.v avait pas un pea 

out de 7.",c le couple, hi responsahilile du rfntix retom- defection de la pari de la lacnll. 

1 -.a soijeu sera afrrementee d'une bait rntierement su r lui. 1 d e Medectnrr — tt-unnins.a ....'..n . 



aprementee d'une 
evue musicale*et la -musiipie . 1 ;. 
Mimic par r*rc*««tJ-e de Wen, 
allamme. 



"our repondre a la demande OS 
o©U>r^u* etudiants. qui re»i«i 
oent qu'il n'y eu pas de place 



11 ])i op,,, a qu'on > 
roll aux prochrfines elections d, 

mais. \tidr,'- LarOcque! de Me- 



rntierement 

"IN A( TUK VISHINSKY" 

Le president demanda ensuite a ileeine, souli^na que les deux d, if 
mons.eur Ducharme (p.tiles ,'taienl niers presidents de la Federation 
intentions. M. |» -icharme af- av ; ,ie.\f etc candid^ de la Me- 
la M«>decine etait el.'o- decine ,-| ,,„e deux "deleuueK de 



irmn qtrr- ... .. ,„,,.„- ,,„,, rno . oww , M 4|lu , (I( . 1|V (jeleMUes de 
quce par l'allitude deja Ted/ration Medecine. dont M Ducharme" l„J 

-in (a aa laculle devien- en Europe comme .delfgues de la 

dra,t «uu autre Visbinsky'l a la I Ydcratmn a I I S.S. dans les annee', 

proposa ensuite Is passed, Andre Laprairie ajoula 

que le president cPlSS cette an- 



de dc_ placer lout aulour "^u 

'anrhcr des tables ct des chaises 

.1 les etudiants pourront causer 

n lets a_tete avec leurs petites 

imies. 



motion que M. Doyle soil 'envoy 
comme deUHtue nu Semfnar de |,«- 
▼al en plus- des deux autrcs deja 



une 



sontee, chaque 

1 



annee, pom 



tons mrr-xjul Syaionl • parti, ip, 
aux ocllvitcfi ctudlan^es. \p.. 



MIS SPOIMS A l/IMVKRSITI 

A IM ports .sont Jotli • • 

I 1 rle ih'db Icjua sonj convert* de tenrierR, 

Au t.nni>-, ad l»allcn panler, qiii i'<\ lo roT? 
Chorchez persnnne d'atltre que "Gates V .-di. is". ^ 

\ .; u'li'liivs 01\tnpi*|u«-s <l.- l'el.' cfernle 

-liv rarrm'il pour bous r 
■X I'au u i- ie hvs \-,Tt "t • 

< >-i a (I- ,- .'•tmlrs: " Tiiiv • . 
«'■. .1! nve '-il a ces Brjllan 
l."'--q M ils rmrt ent de leur l : n iv.-r it. "■ " 



., F,}\ l)irii! Nous avions il y a plij>ieurs aiinee.q 
Le savant et liojble pere Corn&Ser 



nee, avait ete choisi a la Faoulte 
de Medecine mais qu'il avail de- 



n u v i f de b at. -dj fjir "mini is ~qOT 
ineme si cejte routume ,lajt eta- 
Mie depuis nomine SarmTes/S st- 
rait preferable de cor*N»mflndei 

la oiree pa.rce que la F ederatio n 
n'avail pa s le dr'oil de d, l.oi.-.-r 
un moiitani pnurJItng activite < 
nVfait pas ofTieielle. 

mtti \in«,,il pro, ,os., que '*;,r 

^ent qui devrnil et,<- depertsi pour 

• ••tie Boiree sod tranarere i la 
t*ak«ft_du Lundi-t.ra.s. La mo- 

• ion fut passee et acceptee que le 
prix des billets pour la soiree da 
2i) Terrier soit de 75c, 



■■■ • » 



-»— 



, 



•• . 



Ctjmpliments 
de 



1.. 



o. 



PROULX 

FLEURISTE 



96, KIOKAll 
H. HANK 




Tel. ^-i 

■■■ "V « 



qw we com /us mx ihms 



C K|A R tjgl T E ^vt^^a* ^ER'S NA,VY CUT 






r<t 






. 



<•«? 



" m,mi 



■ 1 



. ■•■ 



> *»_UU. Wi» * 



-*■■»• ■-*■— ■ 



_^1___^ 



. . f 







■I ■ ■ - 






Page 6 



LA ROTONDE 



-_ .- . — , 



- r •' - 



15 fevrier 19*50 



LE TROPHEE RE VIENT AU BERCAIL 

V ictoire dc nos oratcurs a Montreal i par sa ,in . 6t lw cir ^ onstance « «."» accompaguent cet act*, or, dan 

tin iI.'IkiI il'i'in inn 












In film (Tune riehe*se excep- 
tionnelle! 

Fabiola — la fille de Fabien. 
rhonime le plus riche de Rome, a 
l'epoque la plus malheureuse de 
la chretiente. 



Sous le regne de Maxenre. 

L 'atmosphere froide et tendue 
qu'on rtous presente de Rome, laisse 
presager 1'erejmille foia barbare 
des grandes persecutions. Un pre- 
texted la declanchera. Ces "chiens 
de s ehretiens" seront livres -a la 



et a Ottawa — Question de poesie? 

Le trophee Vineneuve* revient sur nptre campus, apres 
une absence de trois ans, grace a la tenue exceptionnelle de 
nos orateurs a Montreal, MM. Raymond Roily et Rosaire 
lioaule, et a Ottawa, MM. Jean-Marie Dery et Renoit Garceau. 
Les deux victoires ont ete obtenues, par une decision de deux 
juges contre un dans les deux villes. C'est la septieme fois 
en dix-neuf ans que le trophee Villeneuve nous revient. II 
faut dire que nous y avons un droit quasi paternel. puisque 
test luniversite d'Ottawa qui avait l'hohneur "de le rem- 
porter la premiere annee qu'il devint J'erijeu de la Liirue des 
Debats Interuniversitaires, soit en lf>.'$2. 
i ■ . ' , • . . - 

>-■--* LE TROPHEE , 



un debat d'emporte -piece le defenseur de ITniversite d'Ottawa ae 111 
fort de ce principe pour prourer que ia fin dc cet acle. quest I'aidr 
universitaire* est la federalisalion de 1'education. Ce qui equiv.ut a 
dire encore, que- la meralite de Facte est ici 1'injustice. II a'est 
attaque en termes non equivoques, a la centralisation, prouvant que 
•lobjet que. Ton dit etre Laide « I education, n'est qu'un mantcau qui 
couvrc cette fin reelle cr-haut mentionnee: la centralisation. 



FAISONS UNE 
CABALE 
HONNETE 



*■ 



■ 



RO^AIRE BEAULE 



I 



pat dre des lions ou du feu, et 

comme leur chef jadi >. ■ ii Le trophee Villeneuve a ete presente en HK52 par le 

nnnie de la cioix Cardinal Jean-Marie-Uodrigiie Villeneuve; O.M.I., a la Ligue 

lis aeceptent la wort comme ufieT** WBili Interuniversitaires. II est depute, le symbole de 

,,,., iw .,„.. ;. prologue !a sjUMSmatJi oraloire ent.e Je> I tmetsiles Laval. Montreal 

cHm ?iv,,, » 1I .fv,.;i'i..Mv ..< ;..• it OltaiMl 1 ! ■■ ■ _, . r - .... "■- '■ , '«W' _ >.■ <L ? 






tt 



* 



d'uri livre raefyeille; 
('est l'arrivee de Constant in et de 
ses . troupes qui mettra fin au.\ 
persecutions., Fabiola- a'est de- 
elaree chretienne et evitera l a' mo rt 
de justesse. 

Le sujet est done- d'une aetualite 
testable, en notre 20icm< 
cle oil la lutte contiV"!?" christia- 
nisme vient de toutes parts, ou 
i'atmosphere brutale • de deux 
guerres et la tension actuelle per- 
mettent de faire des rapproche- 
ments qui he sont | e que 
du roman. 

L'esseme . me-me du cinema a«l 
la realite. C'est daiis le reel qu'il 
triomphe. En .nous laissant guide? 
par cette norme, nous pouvons af- 
firmer que "Fabiola" nou* donne 
un apercu exact de ce que fut le 
massacre. D'un cote, une tech- 
nique fameusc en plus des pro- 
cedes habituels, nous ,en trouvons 
de. nouveatix qui sont d'un read- 
me cruel. De 1'autre, nous voyons 
evoluer l'ame du film, une action 
dramatique intense ou s'affronte- 
ront la fureur et la charite; 1'exem- 
ple heroique des chretiens trans- 
formera des ames paiennes en ame's 
i nreiienneB, 

l.v< deux • vedettes du film, 
eheie Morgan et Henri Vidal, 
de premier ordre. Si MicheTe M<,, 
«/an est remarquable. Vidal triom- 
ph< . II a l'idan de laVjeiine-se. sa 

■niption. de l'ideal. L'e 
le transfonne. Miclu'le ■ MjO 
Lrea expletive, cLao Lc i 



Le trophee est lait de (juatre plaques d'onix. incrustees 
dans un cadre dar-ent. Le tout est surmonte <Tune statue 
en argent symbolisant un orateur. 

■ 




"La nation cahadienne-francaise, a declare pour sa part M. 
Rosaire Beaule, est aujourd'hui menace jusque dans ses bases: apreij 
avoir reussi a restreindre son autonomie financiere au Quebec, on 
tente maintenant de miner son autonomie culturelle. indispensable 
moyen pour elle d'assurer sa survivanee et son epanouissement. Et 
comment le fait-on? En lui offrant .hypocritement de ISf fW l l \ ,m 
I] etablit que laide federale reelamee pour I'education universitaire 
itait le prelude de )» federalization de Onaeignement, eette federali 
salfon qui mettrail sous le controle- d'unc majorite an«lo-.prote«tanl«' 
foti J le sysleme d'ensei^nement canadien. Nous de\on s batailler pour 
-auvetfarder I'autonomie provinciide en matiere d'education car elle 
rtportd a une ncces.ite ereee par la duaiile des cultures au Canada". 
H lermma en montrant que les prdvinccs doivent et peirrent aider 
Teducation d'une facon adequate. 

* A OTTAWA 

MM. BeOfiii (iarceau et Jean-Marie I)erv remporter.. 
pour II njversite d'Ottawa, la palme contre tears adversaires 
de Quebec, MM. (iabriel Lapointe et Martial Asselin. La 
decision des ju^es fut de deux contre un pour luniversite 
d'Ottawa. Alors que Laval obtenait 442 points, Ottawa en 
decrochait 454. 

Le meilleur orateur, e'est-a-dire celui qui obtint le plus 
de points de la part des trois juges, fut Renoit Garceau, ora- 
teur d'Ottawa. 



a 



nuVjl-e-fiiit nV-t banal 

i '•" i . 

nfi»n ce Fab u- lea It- 

rpjjbBi du pa 

nn'e. Aufcsi, et pit f«-t jm^ 



.qi.. • 




■i t au _•••• 



t/ 



i 
i at] i | 
■ ttufcHM ^«rryrffinni 

I'ii'ii^L'e. n:ii au clhQiua (r,r.rf-- 



nmiiirv. qui au clTiduiu cnnch i ^. ' t 

•l"'' e Tatftti 

le Iivm dhrije notrc ,im»p * 

qui vuit ce-ijiir le recit d^crit. <).• 

si rirhagi nation eat cwpaWe dc 




Le jury se ccmiposait de Thonorable juge Tasehereau. 
jufre de la Cour Supreme du Canada, comme president du 
jury, de Me. Lucien Lalonde, du Ministere des Anciens C'om- 
baMants, et du docteur Jean-Paul Landry, de PHopital Gene- 
ral d'Ottawa. 

Me Lionel Mougeau, ancien president de la Societe des 
Debats francais a I'lniversite, aKissait comme president du 
debat. 

CEUX DE LAVAL 

Cabriel Lapointe, de Laval, a souIiRne le point de vue des pro 
vinces, tandis que son confrere. Martial Asselin. faisait ressortir le 
point de vue des etudiants unirersitaires. Lautonomle des provinces. 
Karantie par Particle 93 de la Constitution, ont-ils remarque. ne doit 
pas etre lesee par cette aide federale en matiere d'education, parce 
qu'il y a la un &rave danger decentralisation dans le systeme educatif 
propre a chaque province. 

JEAN-MARIE DERY 

M. Jean-Marie Dery a debute par un court resume des objections 
npport.ees par les adversaires au projet d'aide federale pour ensuite 
sattarder a etablir qu r -il n'y avait pas jeellemwit infraction a la 
constitution de 1H67. II sest ensuite attaque a ceux qui refus'ent le 
projet en les proclamant coupables du fait qu'ils entravent IVssor 
du pays et sa reconnaissance internationale. '< es gens, a-t-il dit. 
manquent au devoir de hon citoyen et deducateur. II a ensuite etabli 
la neees>ite de laide federale aux universitaires en monlrant la situa- 
tion actuelle et il apporla quelqucs .olations au prohleme. telles que 
les bourses ou ,,rets. En y „i.e de CPnefatrion, il apporta quelques no,, 
... phllwophie so,Taleet tern.ina en lanean. un appel a«v „udh„H^ 
de meme «,ii'an\ petn ei minis. 

I5I;\()1T iiWU L\| 

TTT. " Lv **&•*» -*'«'• "• Mument Irpnque du t aaad;,, mat- 
la seuJe condition que le g n n vernem a n | Wfr%\ wmm- an aide ., (Via 
,; " 1r,, v U!ni - C3caJ aw ««■ then 

ireeau eommenca son | pour ens nont rer „ 

,H s, "' , ■ "' raire ....!,.,, ,, , ,,,! ,.,,; ilir lill; „ 

m elrn i to 4»n tr e U -oi nwi^ i iu ip.,!,., p 










^N 



y 



125 POSITIONS 

POUR VOUS 
LIRE EN PAGE 5 

j — 



wsr 



22 fevrier 1950 



m 



VOL. XVIII 



Joaraal^itudiants de langue franchise de l'Universite d'Ottawa 



NO. 14 



AVANT LES ELECTIONS 



Chambrc pour le president dans la 



laison 






Consequences d'un tel projet 



* -Nous arrivons a une periode de l'annee academique qui ae/iaanque 
jamais de couleur ni de vie: c'est le temp.., des election^!/ Depuis 
quelques jours deja. le campus bourdonne de rumeurs a propos de la 
candidature 'de celui-ci ou de celui-la. Les panneaux -reclames tapis- 
seront bientot les mur* et les poteaux des atentonrs. les* papiers 
buvards et les feu il lets de propaganda Ke distriboeront dans tons les 
coins du rovaume. i) \ aura dlscours par de>sus discours. accusation 
,1 «.„.«-acc Us a«on. j na * ir ™^'?\™'!*SgZXm h ' u «- A '•«« prendre, 1« |>»« I. eer.ilude eo retour. d'.voir 

,A« milieu de t.«. « brouh.h.. de t«,l. e,,te e.bale. i. est bon ' SON DBS STCDUNre-.^wC^-.t d""' -TTTT ' f ' ' tor ^.* "' ti<,U * S " m ° in - 

et jeter un coup d'oeil sur la situation smverMtaire a Ottaw^; la majorite des etudiants. mais elle pensation. d'autant plus au'il de '< ( " est donc un homme debrpuil- 

graduation du mo.s de juin verra disparaitre de nos rangs nombre n^n a pas moins cause une vra vivre presque contTn^eliement 

d etudiants qui, jusqu ici. ont rempli des fonctions si importantes qu'il Krande joie et une profonde sat is -" a M Ma lfiOn ~~ * 

semble a prime abord impossible de jamais eonbler le vide proverbial faction. Depuis mercredi dernier,! 

que leur depart fera dans nos cercles execnrtl^. *« langues sont allees bon train ;| C * Projet est cependant difficile 

...... .,..," «">* foule de rumeurs. de eaceures * . r ^ a,iser et c>»t'*ux election-, 

M . 1 ^FT^vl? m0m€Ut 'T t U Pr ^ ldenCe de 1a «l ** P->je,s a ete entendus *£**** <«ue se decidera le sort 

I-ederat,on des Ktud.ants de rin.yersrt* d'OtU.a: qu. remplaceta p, rt et d'.utres. parmi les elu ' de ,a «* dui «* d ^ ' »« laison. Pen- 

RoBerHamel? El.rons-nouS a sa place un baUilleur tout (eu et tout diant ,. |fV«l dit beaucoup de fi * z hien * >« President de la 



-*- 



lard, bon adminisirateur eti sur- 
tt'iil, omimi de devouement, qu'il 



flamme qui voudra tout chambarder des les premiers mots, et ensuite faussetes. majs aussi bea 



ucoup de ; F " 1 * de v «"a etre un administrateur 



nous faut a ce poste. 



Jean C6te 



Mouvement Canadien 



Les etudiants des universites ca- 
tholiques canadiennes auront dans 
un avenir assez rapprqche, une or 



nous abandonner dans de beaux dr.ps? Ou u'elirons-non. pas plutot choses vraieSf ou du moin 7 " , qui connait son affaire et qui puisse 

uu type sincere et devoue qui saura CONTINLEK Voeurre deja com- sont dans le domaine des possibi- rendre service » tout«- leS or- 

mencee sans pour cela defoncer les portes ouvertes? II faudra Wiener | lU s. V I ganisatiorls etudiantes sqr le cam- ',' "" S.IlT'rCrT "'• 

a bon terme le projet d'affiliation de certains colleges et prg.nismes; , \ pus aussi bien qu'a chaque etudiant [* < i 7 -S^t .,' !! '"' 

il faudra faire fructifier les plans pour le "year book". II faut pour « <*' W—** q"c Ian prochainj en particulier. Les eLu„Tel" ! T, T actuellement en 

cela un president assez conservateur pour suivre la l. K ne de conduite ,e P r ^ident de la Federation soit ! ront done desormais le grand pa- ' 

marquee par son predecesseur et assei progressiste pnur alUr toujours nomm ^ responsable de la Maisontron de la Mai.son des etudiants 

de Pavant. " «*m etudiants. Kvidemment. il au- sous le nom de president de la 

■ ., , . ., . . . , . rail ! » a fhambre personnelle dans Federation. 

Le conseil executif. dont nous entourerons le futur president de U Maison et y prendrait ses repas 

notre Federation, sera-t-il Torme de non-eutites qui ne soufflent mot i est lui qui serait le grand patron 

au cours des deliberations regulieres? An sortir de .'assemblce. torU* de la MaLson: il verrait a U bonne 



la F.C.U.C. dans' les trois univer- 
sites catholiques et franchises au 
pays, soit Laval, Montreal et Ot- 
tawa. 



est 



Autre pom.. Le president de la Actuellement. la F.C.U.C. 
■ ' eoe etant 'le> enu un salnrip v*»m ' 
de 1'appui de leurs confreres de plaisir. le. «en. de c^te trempe marche administrative de ceT-d -rement (c'est inevitab e .'onjet r^ *?"**?? TT ° "^ 
crit.quent -ns ces.se les decisions prises par le comite qn'ils sont H a ce que tout se pas.e dans lor- 1 ^ critique s^eres et nombre^ 

incapables d ec.a.rer de leurs .dees et de leurs vues en temps opportun! dre. CVrt *£. contredit une b**. «B la part des electeurs. cZ SSi I ZTwSSSZ 1? 
Nous ne voulons pas de ces individu* au sein de notre sy.teme gouver «ne onereuse qui demande ut horn- done dire que la place est reservee Z » VU ^ImmZ^l u " 
nementaL Nous devrons fournir an. capitaine de notre barque un me serieux pour la mener a bien * un homme dune trempe solide ? ** « I* 

equipage experimente. devoue et capable d'apporter du ^ien a la reus- j mana qui est une organisation si- 

Wais voila> point difficile de! j e nc u u is uas. uu ur m a nart mi,aire » ur •« P»»n international. 



site de toutes les entreprbteH et a la solution de tous" les problemes 
de la Federation. 



pas. puui ma p art 



Hi.-«ie |a dajue ,;:,;.. y Acl Unuriqua 61 

rtlliue du KoM. I.e. dkersep meanrea de aeenrit , ,, 

, : .v,rnemen» ; ..,|.,al. en m 'tfaldw I,n - , ■, :, |„„. ,,- pay* d 
de diTe M. ^afffail, lliml jamais Irsc -lev dr.. 



V 



ce pro>t:.Ie present de la Fede- j que plusieurs candidats a la pre- 

rat.on. , Ys.-a-dire le grand patro^, sidence. voient dans cette fonction , , ?r , r *"".? nSTS** 
II nous est tout aassr important d elire aux bureaux de 173 Waller de la Mai>on. ne payerait pas un ,|e grand patron de h mIi ; inCer ' ' ° St U " 

un executif solide quil lest aux Bretons de choisir demain un loca- MB poor sa chambre, n.TTplus pour ehmce exceptionnelle d fi "T " mouvemcnt ta » a dien des universi- 
taire pour 10. rue Powning' ( «>t le president entoure de aon « penaibn. (e qui veut dire que^araenl Car il faut bien ta ' res «*"«*«■•». distinct de I'or- 
executif qui devra noirtmer aux poste>-clef. des etudiants de marque. «'tte generosHe equivaudrait a un dre compte que celui c » 7L ' " lllX, ^ Uon des di « ,,onu ^ ** . iotale-. 
Qui substituera-t-on a I'aul Uesmarais. tresorier de bt Fane, par -alaire de $40,) a S..U0 „„i,r la , -andidature a la chare ThM. nlen, mdependant de ct ' lu '- ci - CS 
exemple? C'est Q un probleme type parmi tant dautres. )| faudra duree de l'annee academique. Pre. dent de la Fede est pre! hi M6ft nit>uvt,nu ' nt scrait l '° ,n P"*e de re- 
assurer la rontinuation des emi-iorts radiophoniques de 'Nos Iniver dpuia lout de suite que nous ap June foiution ingrate on! ml UJ prtst>ntan,s des «•****»■ locatoi de 
sitaii'es au Mirro". . Jean-Marie Dtry et 1'auI-Andre- Meilleur sont du . prouvons. ce. projet tel qu'annonce 'sera pen de loisir ner ' n"' I "'*, tha(une *& ""iversites catholiques 

groupe de finissants cette annee; qui les remplaeera? Ft a la direction - - '• ' . . ' , ^ sonnels -4S canadiennes: (iuebee, Montreal. 

de nos deux journaux? Kaxmond du I'lessis laissera s a char«e Ottawa. Saint Dunstan. Saint 

editoriale du Fl I.( Kl M tn mai. mais it qui done? Ft a I A RO f A kl r\ I fN A TQ DDr^D A Dl PP Francois-Xavier, Saint-Jpseph et 



, 



• ditoriale du FULCRI M en mai. mais a qui done? Ft a I A RO 
IOM»K. qui la Fed. ration nomrmr;- telle a la place de Uosaire 
Beaule? 

[out le monde 
_ >oila. a.utant d? questiona diffieile* a resoudre qui Wl p W Jta des : m :i iront lie ,1, 

maintenant au futur executif. lonttcmps avant quil ne ^oit elu par le mar.. I.a e 
college- electoral des etudiants. 



d.ants. \v, ur ons-nous que Je* el... sefolTl e« debut nou „ ", ,', ".,. ','^Z V,ns,rl ™" du ^^icrsme-dans la 

rilG parses des candidal et leurs mefai.s, , r li r nr^S.^1 ^ '^ f ~^ ** * ^^ 



rederala qua aou« m\\jt\\on ,,,. De port* auciin dangei 

plus grave". ^ 






faire plus beaj) <iu'un.- image cine- 
matograph-ciuc, n'est-il pas ties 
difl-'icile, sinon p Vt squ'i m p o ssible, 

de tirer d'un volume u'n film qui 
lui soit superieur?_. . . Evidgn:- 
ment. tout depend de l'imagination 
que nous avons ... 






A MONHiKAL 

ifalMbl -^ - - SSS^i pil : nntr F. ^luiP^tenail le 
contre un 



point de vue de j^n^ tiv e V M^ & tem+ w fonTlUZto 

b, <*n tf.oupe d'etAidiimts de l'Universite avait 



' 



Et poiir levenir a Fabiola. nous' 
ne croyons pas que ce soit un. pa- 
• geant, comme certains le pensent. 

Tin pageant comme la couleur en a 
. * fait de "Joan of Are". Mais un'e 
histoife - "merveilleuse et bien re- 
ussie. 

Louis Desbiens 






c Zlu Montreal. nos oraieurs, MM. Raymond Boih 
clent de la Societe des Debats francais a PUniversite, M Uc 

™^^T£rt^r aC ^ br ^ aVW -thousiastn" 
apres le debat, la victoire de nos orateurs. 

HeaulV M ° ntr<:aK 1a Pa,me de premier «ratetMM^vint a Rosaire 

RAYMOND ROILY 

Dans son discours. M. Kavmnnd Bofly B^lacutc do l a mor^lite de 
I acte qui est specific premierement par son objet et deuxiemement 



Ql KSTION ])K POKSIE7 
Dans des t.mstions tKordie jtiri(lir„ie, on ne tail pus de 
poesie, lueiif reman,tier avec imnie les orateurs de Uval 
dans etir rtplfquj. Ces messieurs de Quebec se^n,«M,uerent 
ouvertement de failure poetique des discours de nos deux 
orateurs, mats nous cro.vons en tout t . sincerity «,u'il leur fera 
plaisir de KOUter^ces vers que nous leur dedions fraternelle 
ment. v 



Pout avoir le trophee, il faut bien s'aadUFer 
Detre deux foifl vainqueurs; que se. t de semmurer, 
trainer trois a zero si 1'on vient a perdre? 

La victoire est fragile et pourquoi dire m 

Mats voyons. souriez! Ne faites pas ce bee 
Nous vous serrona la main, chets amis de Quebec. 



tT"Vn autant -qi 



monlre""t» 



— . .. .. „. , .„.....- ..wjc ptOvoir » i t j, 

leur devouement. leqr quotient dinlelliKence <cr rompte ca aossi et 

% en consequence, ne tenant compte de leur- prome-.-es dNenge ^ . q ; «: -{lu i. j 

rnt^qu'ellea sont reellement touhaitables et. MlelOttt» reali- ^ca; '- il nous m 

*" f ' ' qu'il y 

Nous aurons | notre tete de arands incapabM. «. de i^ office, 
selon que ch.cn j ptcttra du sun el w.tera Unnetement ■ m. da> ^ l« chose pubhque. 

*m* d e q u H qi >e« t^a !t p i - *• 



Sat re loeur. Le bilinmiisme se- 
rait reconnu. rtfTiciellemcnt par la 
0t copnaitre sous nnu ,- ., i,,* constitution. 

dv,nt av " ■■*•" aeT] l, but de cc mouvement sera.t- 

u-mps pour evaluer ,„, comparer Kinserfon d,, cathoHrisnw-dana la 



Br r mmu^tieua*ment k I'univers.te. 8n viserait de plus 

de ccux qui vcu- . a avoir une representation aupres 

les corps pul.lies et des or,a.„>;, 

M ***** 'ion. ae lelement unive r sitaire «a- 

ihbliqne du t anada. 



cer :eusement! 

< y bO| IN ' 
— : ~-'— . \ la F-ederation: 

INTERNES AU MUNICIPAL? -- 

Macl)«>nai<l (aza 
' l, v]> .:>■ 1"' «. les etu- reau des syndic- eingp a hu; - 

dmntx en luedtvin,- de ITIniversitc ei nam tie pouvori3 en conrrar ■! ( . Sir .-. 

: — -~r — V k ' e-.pres'Uleace'. HUgla'ft I ! 



Plume ou Parole 



La nun elle 0rg.n1ft.tlon s'alTi- 

• -<• l'a\ Komana. NeeUon 

des etudiants catholiques.. 
«K ou la PAJiOl . ' 

principalis ictWitcs aux- 

queTTi*^ sadonuerait !• :iuu\ement 

c.nadien, Beraient: l — rorsanfa.- 

rl n de conferences, de. cercles 



1 Ja H'<- ;x a la | 

<*ui mct- 
• irfiatro orateur« de 






. dlmanche s,.ir pi i 
le S6 .Janvier, a S heiu e> et d\ ; (udes. d'une campairne annucUe 



Itdenl ;iupali»'ii.ment de.J. ; iaII$. 



■ ■ 



rh.ll' ar 'r 5! 'r^ HaH M Vi<, ° r J ~°^"- "•"•'-ttjUpterpreta aver 
cnukrur In. fur.na lacrima. de Donizetti. 1/amour de moi. qui est 

i U ..L« ,e it?*?™" fran?aise « et ' en ra PPe'. Santa Lucia, du folklore 
italien. II etait accompasne rtu piano par Mme .Ueitftrd. :.J ...~^- 

-r Impriraerie B«aur*v»rd. Ottawa 



>' '' - ' , 






que It ea oe rHopitaT 






la salle ai'a.k'mique. 



tre^jue d'ici quelque 'tu •■ EWirotrfl et ,Bud ArchrhaM. 

Aux Art 
. MMkiMBJ iiua him i h lueuvsun iivuvcau ci qu une uecisiuu iavn-, ' re>jp^..».». . . .^ u .. ,« 
.: itdmi. ,. tlTre-4'.i nUir.es. rable ' amotre imliiiiMoii ■'llijiii ] TftTlTT Ueaudjy et M- Hoy. 



<*'drh; IM(t! „ t ,.,; iirc 



de souscription. conjointemciit awe 
le secretariat international de Pax 



vent \e cysteine en tiuore. la -|jesti<»n sera discuteo a -^ ux Arts: 
' i H'ul nos futuVs medecins nouveau et qu'une decision fav. I're-fih <■ Fred.. Rour^eois, 



ctpat- approu 



Quelques mod eel ns de I'hopital' sera. - II Ost.' tout a I'avantajre du | Vice-presidence: Andre Perra- 

eete-nt encore .. Cfl geate de prestifce d»; M Cap* tale eanadienne K»*' soudrc eea jeunes orateurs \nu 

tion avec une universite de posseder une. solide Ek-ole de A I'ltiAtitut de Philosophic: 

l)ilint#ue et catholique comme la Medecine locale; le meilleur moyen j Louis Desbiens et TJiomas D£- 

notre. C'eat ce qu*ii faut eroire d'y arriver. ces*. de nous donner , lorme se presentent a la presi- 

puisque lassemblee publ-ique tenue la m*in dans eette entreprise. : dence. 

mert»redi pasae n'a meme pas Jait Nous fournirons ensuite la bonne II y a certainement d'autres 

aurjrir la question Car lorsque la rolonte et les camfidats en nom j candi iats, mats ils ne sont pas on- 
Mi«.«; n . ,.; i i_ a-_- \. i i ■ ...mi .. TTTT— . «. 1 ip-~a-„__ -,..»:i_ _-' 



question vient sur le tapis, le bu- ; bre auffisant 






• 



core ennnus. Esperons qu'ils se 

i 



mi. .lean (.'..le et .Trail-*'-. 

Sirois, porte-parole de la PLr.MK 



Iwf.uana; 2 — ('organisation de jour- 
II es detudea nationales pitir les 
universitaires canadiens eatholi- 



. H«»* r • »r- MiiiMiniiaiH-s « .-.ii.itiu-iis (HIIIOII- 

• «M. ,.,:, \ „„,.,,, ,., ,,„„ ,. : , _ r _ p s . timi ( 

I'OUrhe. defenieiirs: An L. T> A rrrvt t- t ... ._ -- 



imirhc, d.fenseurs de la PAKi 
: kin • pine we que devront re- 



»- ...... V utr, .Jill 

conilattiont eloquemment (TT, poui 
la vktoire de leur point de vue 
«t1t 



. Tous les etudiants- et etudiantc'o 
«ont invites a ce debat qui prometl 
d'etre interessant. 



probldm'e oil 1'opinion fles itfifveraL 
taires catholiques sc doit d'etre 
eonPue. 

Le comite local de la F.C.U.C. 
soumettra qn rapport concernant 
ce prbjet, a la Federation dea etu- 
diants de l'Lniversite d'Ottawa, 
des 1. prochaine seance de cet or- 
ganism e. -~ 






Vi. 






-» — f-r 



^*-^ 



•.>fo 



PffKV % 



jJJtfta* 



-•>«• 




■Mfe 



\ 



■"■P*T 



l»W* H i !»1*M 









Page 2 



% . 



=n 



LA ROTONDE 



22 fevrier 1950 







A Windsor 

DEMONSTRATION GRANDIOSE 

I'ne reunion monstre de lous les anciens de Windsor et de la 
region, groupait, dimanche. le 13, plus de 700 gradues de notre 
I'ltiveraite dans la ville de lautomobile. 

ture des' rapports dies different* 



^v ^1 X^ 




SERMON DOUVERTURE 

La journee debuta par une 
grand'messe d'ouverture 'chantee 
par Son Excellence Mgr Cody, 



- hmh 



toes regionaux. 

IJANQUET 
Mans la n Ufniflq tte *alle (le ban- 



laquelle assistaient Irs personna- 
lites les plus "hiarquantes de la 
region el de 1'Universite. Le K. 
P. Lamourcux, vice-rceteur da 
l'Universite, et directeur de l'ecole 
normale, determina le role de l'uni- 
veorsite et en particulier, eelui de 
l'Universite d'Ottawa rfans la for- 
mation de competences religieuses 
et.professionnelles. "Comme _ les 
autres universites, l'universite ca- 
tholique doifr preparer ses eleves a 



d£_Londoiu -4. quet de Dioiel l'rince-LdoLKu-d. 
gran-diosement 1 decor6e aux eeu 
leurs de TAlma Mater, tous le.s an 
cieiis cloves et les dignitairea de 
l'Universite etaient convies pour le 
banquet qui clotunait la 'jpui 
Parmi les hautes personnalites pai 
lementaires presentes, on remar- 
quait le ministre de la sante, M 



Sur nos ondes 

Hommage au\ arts et aux 
sciences appliquces . . Diin.in 
die It- -•'>. a >» RTtS p.m., lamis- 
sion "\t's iimvi i -.jtaires au micro" 
rendru h h la faculty 

arts et a l'ecole des sciences -appli- 
quees. En plus, suivant sa nou- 
velle politique, il y aura presenta- 
tion d'ai't.stes de premiere valeur, 
tons etudiants uii etudiantes a 
l'l 'nisei ■sit,- meme, I'mianehe, le 
vingt-six fevrier noris entendrons. 
deux artistes dnnt -lei' nom<? ne 



Paul Martin, le ministre des trans- .ppus sent pas o'nepre parvenus. II 
, y[. Lionel Qheynar, le .mi-,y aura presentation ivgulicrc ft 



bien remplir les laches qui les at- 

tendent -dans la .vie. Son caractere 

• religieux ne I'aveugle pas sur le 



fait qu'ils ont une vie terrestre a 
remplir . -. ." 

Insistant sur Te fait que TUni- 
versite devajt former des compe- 
WtH — pr o fessio wne llcs, — le — pe re 



.• du transport provincial, M 

Louis Cecile, et monsieur le sena- 

teur Gustave Lacas.se. Le T. R. P. 

LaframboTse, invite d'honneur au 

I banquet , felicita 1 'association A*'* 



. ■ Lamour.eirjt .jieclara: "Cette supe- 
riorite professionnelle est d'une 
importance capitale pour nous, ca- 
tholiques ontariens qui sommes 
* dans cette province, une mino- 
rite ..." 

Parlant au point de vue reli- 
gieux, de l'importance de la for- 
mation du caractere: "C'est moins 
par leurs connaissances que par 
leurs vertus'que les nomrhes s*as- 
surent de la vie 6ternelle". 

Dans Tapres-midi, le comite 
central de l'Association des an- 
ciens sous la presidence du doc- 
teur Horace Viau, d'Ottawa, se 
rassembla pour entendre la lee- 



anciens de Windsor et en 'parti- 
culier le president monsieur Ro- 
meo Masse, pour le grand succen 



de la fete, et souligna la presence 
d e s n o m bre uses pcroonnalitc o qui 



bulletins de nouvelles au^ant uni- 
ver.sitaires que sportives. Soyez 
lifii dimanche a H hres 
pour- la Mixieme emission regu- 
liere de votre emission: "Nos uni 
versitaires au micro". 



"TITCOQ" 



-y figuraient. 

Dans' le discours de circonstance 



RAPPORT FINANCIER 

De scptembre au 31 decembre 1949 

Depenses : ^ x 

La revue annuelle... 

~ — Instiiut de P hf l p e op l il o 

Legation 

Photos 

Haut-parleors (louage) 



Delegation <le G.F.CCS....:, 

Consefl di la M6decine '. "... 

< kmiite Se N.F.c.U.S 



Papeterle de la Federation 

DeleKaiiun rje la (MJ.P 

S«H-iV't(- drs Dehats 

l-o.o ....'.;. .'...<...' '. 

Preta aux Arts 

Comite social 



:;i.2G- 

20,00 
17.f)0 
35.12 
1.G0 
79,30 

•75.(10 
7.oo 
10.00 
55-00 
50.00 
Mii.oo 
67.^7 
5.00^ 



Office national du film..,-.;..-..- : J ».oo 

Don au -Conseil des Arts... '...' 10.00 



Le plus grand succes de Fri- 



qu'il prononca, le Reverend Pere j doKn/ sur les planches, est actuel- 



Recteur souligna que le Canada 
avait besoin plus que jamais de 
citoyens bien formes. 

"II faut au Canada des jeunes 
gens competents, qui puissent de- 
celer l'immense richesse de nos 
terres, organiser notre economie, 
rendre nos industries plus efflca- ] 
ces, gouverner notre population, 
eduquer l'esprit public, enseigner 
a la future generation un mode de 
vie conforme aux traditions chre- 
tiennes* etdemocratiques de Ja na- 
tion". 



PRESSE UNIVERSITAIRE 



— »» — 



BANN1SSEMENT DES ATHEES- 
AGNOSTIQUES . 
Le principal de l'universite 
Queens, le docteur Wallace, a 
banni le groupe Athee-Agnostique 
du campus de son universite. • A 
cette occasion, il a dit: "II n'y a 
pas de place a Queens pour aucun 
club ou organisation anti-reli- 
j^ieuse'.. A la suite de cette allo- 
cution, le club CCL'F du campus a 
respectueusement soumis une. re- 
solution au principal lui deman- 
dant de reflechir plus longuement 
sur sa decision de hannir — Je 



aus*i intime que possible avec 
PIUS dans le buti.de produire du 
materiel afin que nous puissions 
etudier le programme de N ^'IUS, 
son but et ses chances.de subces. 
II n'y eut aucune tentative do 



lement sous presse et sera en li- 
bra! rie au debut d'avril. Tolft le 
monde se souvient des nombreusea. 
representations theatrales de Tit- 
Coq, l'an dernier «'i Montreal, et du 
succes enorme que notre auteur 
dramatique canadien, M. Gratien 
Gelinas, a remporte a cette occa- 
sion. ' • 

>• 

La parution de Tit-Coq promet 
a 1'avance une grande demande en 
librairie. C'est un volume de 192 
pages, avec 24 photos hors-texte. 
Prix: $1.50, et par la poste. $1.60. 
Pour eviter tout retard ennuyeux, 
commandez votre exemplaire im- 
mediatement a Fides t 25 est, rue 
Saint-Jacques, Montreal, P.Q. 



Pret a la F.O.U.C 

Salle academique (louag-e) ... 

Aflfich'es 

Imprimerie (billets, etc.) 

Telerihones ... 
"La Rotonde" 
"The Fulcrum" ... 



60.00 
10.00 
-13.00 
59.88 
10.54 
.... 1,253.05 
... 703.05 



22 fevrier 1960 

-,_ i — _1£ 



L A RHOTT) N D E 







e 






Parait le mercredi 



IXc* 



Total 



••• ........... 



2,722.61 



lievenw*: 



Revenus d'une danse fc 

Don du Pere Guindon 

Remboursement " *de Marchand 

Electric j ....;. 

Contributions du Genie de Fan 

p**4*8 e 

Remboursement de I.S.S 

F.C.U.C. (Pret remis) 

"La Rotonde" 

"The Fulcrum" 

Total 



40.50 
6.00 



34.20 

200.00 
15.25 
150.00 
675.10 
421.36 
1,541.41 



N.B — La cotisation des etudiants n'est pas 
encore entree dans le livre du tresorier. Selon le* 
budget, la somme de $4,885.00 devrait etre collectee. 



— 



L -• 



Membre de la "Canadian University PrMs M " --—. 
Membre de la Corporation des Escholierg Gxiffonneurs 
Koaalr* 45eaule, directeur; Raymond Martin, directeur-adjoint; 
Jean Boifin, redacteuren chef; Andree Cloutier, red.-adjointe; 
Louis Vincent, chef den nouvelles; Jean Cdti, adjoint 
Guy Joubert, rMacteur sportif, A. Cote, publiciate 

Adresse 173, rue Waller, Ottawa Tel. 5-5441 

Autorise comme envoi postal de seconde classe 

Lea idees exprimees dans ces pages ne sont pas ne««sairement 

celles de 1'Universite ou de la Federation des etudiants. 

CHERS ELECTEURS~ 

La cite etudiante parallelement a la societe civile doit 
se twumettre a Tune des exigences d e la democratic- le 
sorutin populaire. Ainsi, dans quelques jours, ceux 'qui 
aspirent a la direction de la Federation des etudiants ou des 
conseils de fatulte iront devant le eorps-etudiant reclamer 
un mandat; les candidatures, selon la rumeur, seront nom- 
breusea et nous nous en rejouissons parce qu'eltes denotent 
linte ret de plus en plus grand des etudiants i l'egard de 
f- — leUFS organisations. r r*™ ue 



• / 



■ 



Page 3 



// 



NOTRE 



// 



>v 



"7 Ccpeiiilunt. pour assurexjii..progres de la Cite etudiante 
il convent de ne pas elire le premier venu, de ne pas se laisser 
u -h. :ler par «les cabaleurs a gage^ma is de considprpr iY^rA 
pt-avant-tout : 1 ) les qualftes persomietles era candidat, 2) h-s 
motifs qui le poussent a se presenter, 3)~1a comprehension 
«iu il a des chargea -qu'il veut remplir. 

On ne vote pas pour -un candidat simplement parce qu'il 
est bon athlete Je hockey, de ski ou de football; on juge 
plutot an homme a ses capacites intclleetuelles, a son juge- 
ment et a son esprit d'initiative. 

Plusieurs etudiants convoitent de^, postes seulement pourj 
1'honneur qui s'y rattache; malheureUsement, ces aventuriers 
reussissent sou vent & se faire elire; Cela explique le som- 
meil.de certaincs organiaa tiona ... II faut done voter pour 
le candidat qui a un programme REALISTK. pour le candidat 
qui a fait ses preuves ailleurs, pour le candidat <|ui a travaille 
. dans le passe, sans exjger un salaire ... 



ASSOCIATION DE JEUNES 

« J£ ^■",Z ny ! rm itux - moia - " OU9 " on " per<lu «"•«»<* « T « « m 

Zi.rr'; • v r nouH dit » ,e comiii *«® Z 

^«7™ M T I' " ,PPr,>Che " U * °"> Mim <» d'ortaiUU* et d-org«- 
m« futurs artni «, que Ton anHfote chez „«, j eune8 4 un retrui . 

rel6ve r. n t e e„Tnr . tr ° P '?**' "" Vim ' Mrt «'» «• P"P« W U 

dan. nos gr , Bd m o u ,emaU de aurvie. Et ., l'an me £2** 
tenter an, solu ,„„. „ mt mmUf q „ e ,„ „.„„„,„„ £** \ul 

,.Uo. 7" C ' > "• borati ■" , "™ il « «*" «» m^vemeat, et uae org.at 
-.tea de jeane»e. U» mdaqa, d. eomprehenaioa en ce damaiae 

Z v.Wa K t r > Veme - nt i *""" Unt '•»"—"<»- d* '•*««. „a. T 

se ZZL J - ' da " 8 "" CadrM -V CW 4 '•«»" de. aiaea gu'aa 
M farme en te domame.et an ne doit p., 1'oabHer ai Ton ne Veut 
faire de oembreux faux pas. ' - . ' Ut 

„„ !' <>U r 8 S^ 5 *..*^ ''" "«" b '«'du eamite eentral trouveront aou» 
pea la r„ rmu ,e adeqa.ale. « a qaoi iU Ir.v.iHenl. „ ous , e s . v " >n " 

dan! Tea ,rnen " n : T "'"""" C " P,U8 «•- Mlt « '«-■* *^£> 
tZ^\t ° V"" £, ' m ""» ir « «!««- PO«r natr, survte e.mn,e 

eroape ethnique. Nous attenduna enarmement de notre nouvelle W 
,»t..n de I. Jeaneaae. elle reeevr. aan, compter notre .pp,i7,„ ™ 
re.ele dan, aea vsees re quelle doit franrhemen. a ... 



LETTRES 



At. iio|ftke; T B fi aul€ t ' , 

Directeur,"^ • 
"La Rvtonde". 
Monsieur, 

J'ai bien aime la dernidre "Ro- 
tonde", surtout Article in(itult»: 
"Vishinsky a la Federation", et 
j'aimeraig feliciter 1'auCe.ur pour 
l'impartialite avec laquelle il a 
traite du sujet. Cependant, il m'a 
cit<i incorreetemeht sur deux 
points: . ^ 



J. V. 



Aux universitaires catholiques 
d'y voir tout de suite 



C» MLm O* C» 



Derniere chance aujour- 
d'hui, pour faire application 
prendre le vote des etudiants de\J p 0Ur le C- E O C 



McGill sur la question de 1'IUS, le 
Conseil ayant rejete definitivement 
le projet. 

Vendredi dernier, la SAC de 
XL'niversite._ de Toroato a vote en 
faveur de l'union a 1'IUS. Aupa- 
ravant, les membres du Corfseil 
etaientr alles dans les f:u-u!tf.s pour 
avoir l'oplniop de la majorite des 



groupe. La resolution donne pour 

raison que l'universite accepte des etudiants a ce sujet. 

etudiants de nombreuses religions.] 

En effet. l'universite permet aux 

etudiants de poursuivre leur pro- 

pre r,-l»L'-i«»n. Sur re. le princiita! 



A'oyez le major Vincent 
Menard a 173 Waller.* 



\ 



Conference 

l/aWtnnce franeaise presente ce 



ie en commun 



A LA COMPAGNIE DU MASQUE 



Dans une petite lie au milieu 
de la riviere . des Mi lie-lies, tin 
groupe de jeunes gens et de jeunes 
filles reunis par Charlotte et Fer. 
nand Dore', vivent et travaillent 
intensement. Une vieille cabane 
de planches, non moins vieilles, les 
preservent tant bien que mal des! 
rayons du soleil, mais helas moins 
bien de la pluie. 

Culture physique en plein air, 
expression corporelle, scenario 
d'improvisation, des jeunes fer- 
v.-nts.. rev/snt d'un theatre vivant 



MAISOX D'ETUDIANTS 

La Mai son des etudiants 



ri'nivo-rsitc du -Saskatchewan sera 
a repondu que l'universite a tou- \ construite avec l'aide de 120,000 
jours wif de bonnes traditions en fermirrs dp cette province^ Le 
matiere de rHigiofr et qu'il vmilatt plan de cet aide est le suivant: 
ronlinuer ces bonnes traditions, chaque fermier devra donner le 
l*n des etudiants qui avait pris produit d'un acre de ble durant 



soir, M. le chan,oine Thellier de^'*' neuf.- -Tout !c travail d'r?rga- 
I'oucheville. dans une conference . nisation de la niai.ii) v st i«))arti 
i'eut-on encore sanvrr •nttelaus, eL_chatun a -;i tache. 
• la personne huniaine? \ A la salle Qui dV'pluchti les patatos. qui de 
de academi(|tie a S heures et dt'mi«\ preparer le bois 1 * qui de voir au 



part au groupe Athee-Agnostique lanm-e 19.*r0. Selon le Sheaf, jou r- 

a nie vigoureusement en disant nal de cette universite, les fer- 

qu.'il n'\ avait aucune intention mierv . assurent qu'ils , vont aider, 

do former un club dans le sen- Lee 700 fermiers et leurs epouses 

inusite du mot. "Tout ce que nou- qui ont assiste la semaias^ernic.ct. 

vouToKr, dit-il. c'est discuter intel- a If semaine etudiante agrico'le onf 

ligemment. N as n'excluons per- bien demnntre l'interet que porte 

sonne et nous invitons tous ceux les fermiers vis-a-vis -l'universite 

qui veulent prendre part serieuse- et aussi vis-a-vis l'ouvrage qu'a 

ment a nos discussions". Quel accompli l'universite dans le domai- 

effet a eu le bannissement du ! ne agricole. Us reconnurent aussi 

groupe? nous l'ignorons. Tout ce le besoin d'agrandissement des fa- 

que nous savons c'est que les reu- '< ctrftes. ^ 

nions se poursuivent toujours a la 
meme place et a la meme heure. 
McGILL REJETTE 

rNFClTS-IUS ^*— 





feu. qui de preparer les repas. 
Les moyens" materiels stmt on 



disposition une maison ^cemme 
celle qu'ila r^vaient depuia^to*- 
jours. 

A la pointe de Pile de Montreal.- 
sur les bords de la Riviere-des- 
prairies, une vaste maison de 
trente pieces, met a leur service 
des chambres nombreuses et eclai- 
rees, un atelier de couture, un 
atelier de construction de decors, 
des salles de repetitions, un secre- 
tariat, une vaste salle de recep- 
tion et une cuisine apacicuse. 

L'n vieux ouigipjer francais, chef 
'ii' carriere, .-'inU'-ressant au tra- ' 
vail d.- <ts jeunes- gens, donne a 
peu de frais ses services Comme 
cuiainier. Et voila gue un a un 
les grands dfairs el de la 

• '•mpagnie <Iu Hasque * se, i- 
sent. Toujour-- ils ont travir!!.' h 



Nous n'avons paa le droit non plus de voter pour un 
candidat -<iui ne aait'.rxen de la charge qu'il veut remplir; 
I'experience est necessaire pour plusieurs fonctions, notam- 
ment la Presidence de la Federation des etudiants. la direc- 
tion des joumaux, etc - • 

Ce qui import e, ce n'est pas de faire elire ses amis mais 
plutot les hommes qui sauront se sacrifier pour la cause 
etudiante et ainsi assurer son progres constant. 

l La Rotonde, pour sa part, eombattra toute cabale mal- 
honnete afin que la verite triomphe. 

Rosaire Beaule 



. ne peut frlua .pauvres. Matgre former nne equip e forte, homo- 



tout, lVnthousiasme au travail nej-K^ne, p.i- un meme amour 

<dfl dejnentjt pas et la f«\ en leur du theatre et un m$me d('-*ir de 



^ 



? L'Associartion NFCUS-LUS a 
proteste d'une maniore v»''h(''mentc. 
. au cours d'une discussion de deux, 
heures contre le Conseil de 1'unK 
versite McGill. A la suite de cette 
discussion, un vote de 11-0 a cte 
donne contre la requete d'union a 
1'IUS. Le conseil, a la suite de ce 
refus a ajoute: tenez un contact 



, Pour vos articles de toilette 



la 






Pharmacie Brule 

A deux pas de 

punTversite 







nuttier, el 1 'amour du theatre s'ac- 
croft on do|>it des fa