(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "The Oxford Book Of French Verse Xiiith Century XXth Century"


125 959 




Keep Your Card in This Pocket 

Books will be issued only on presentation of proper 
library cards. 

Unless labeled otherwise, books may be retained 
for two weeks. Borrowers finding books marked, de- 
faoed or mutilated are expected to report same at 
library desk; ofoerwise the last borrower will be held 
responsible for all imperfections discovered. 

The card holder is responsible for all books drawn 
on this card. 

Penalty for over-due books 2o a day plus cost of 
notices. 

Lost cards and change of residence must be re 
ported promptly. 




Public Library 

Kansas City, Mo. 



The 

.'** *-*- - .** 

Oxford vBqdrk 

r* *, " " v *' /*'' "' 

Of French v erse 

xiii th Century xx th Century 

Chosen by 
St. John JLucas 

Coll. Unlv Oxon. 



Oxford 

At the Clarendon Press 
London : Humphrey Milford 



TO THE MEMORY OF 

FREDERICK YORK POWELL 

SOMETIME REGIUS PROFESSOR 
OF MODERN HISTORY IN THE 
UNIVERSITY OF OXFORD, ANTD 
A LOVER OF THE POETRY 
OF FRANCE 



Impression of 
First edition, 
Second edition, 1926 



NOTE 

THE Compiler desires to thank very heartily the various 
owners of Copyright in French poetry who have so 
courteously given him permission to print a large selec- 
tion from the authors whose poems are their literary 
property. He is especially indebted to M, Robert Vallier, 
administrator of the Revue de Lamartine\ M. Charles 
Delagrave, the publisher of the definitive edition of 
Alfred de Vigny ; M, Gustave Simon, the literary re- 
presentative of the heirs of Victor Hugo; M. A. Messein, 
for the selections fiom Verlaine ; M. E. Fasquelle, for the 
poems of Gautier, Banville, Richepin (Fasquelle, gditeur, 
Paris) and Rostand ; the Soat6 du Mercure de France 
for those of Rimbaud, Verhaeren, Samain, Laforgue, 
Rodenbach and Gurin ; M. A. Lemerre for extracts from 
Heredia and Sully Prudhomme ; M. L. Vanier for poems 
of Mordas and Corbiere (Messein, gditeur, 19, quai de 
St. Michel, Paris) ; and M M. Deman of Brussels foi 
those of Mallarmfi (Gallimard, Sditeur, Nouvelle Revue 
Fran^aise). 

The Compiler makes these acknowledgements with all 
the more pleasure since his work, in its original form, met 
with a most cordial and kindly reception in France. It is 
hoped that the present edition, which has been revised and 
consideiably enlarged, will enjoy a similar good fortune. 

St. J. L. 
LONDON, August^ 1925. 



FRANCE, M&RE DES ARTS, DBS ARMES ET DES LOIX 

Dt7 BELLAY 



INTRODUCTION 



THE first poem in this book was written in 
France some time in the twelfth century ; it dates, 
therefore, from the epoch when French lyric 
poetry may fairly be said to begin. It is true that the 
song of Sainte Eulalie, which is older by two centuries, 
is lyrical in form ; but it is composed in the old, uncouth 
lingua romana ; the dry bones, as it were, of Latin, 
which afterwards became quickened to new and wonderful 
life in French, Italian, and Spanish. An Englishman 
who glanced casually at the Song of Eulalie would 
imagine it to be written in a mixture of Dutch and 
Italian, and it has more interest for the archaeologist in 
language than for the lover of poetry. 

The Chansons de Geste, dreary and monotonous enough 
to our impatient modern sense, yet often redeemed by 
a sudden note of rugged pathos, as when Berthe aux 
grands pieds is lost in the woods, or the Belle Aude dies 
of grief at the feet of Charlemagne, drag their slow length 
along through the twelfth and thirteenth centuries. Their 
language, so full of the rough gutturals of the Noith, must 
have been the despair of the would-be lyric poet ; but 
farther South, where the sun was kind and life more gay 
and leisured, the lingua romana developed rapidly, and 
Provence probably had a flourishing school of poetry 



INTRODUCTION 

before the singers of Picardy and Champagne had leaint 
their art. The elaborate and chivalrous etiquette of 
Provencal society was reflected faithfully in the songs of 
the troubadours : it was a peculiarly artificial civilization 
with oddly candid immoralities, and in its poems there is 
often a comic contrast between the subtlety of the form 
and the naivete of the subject. 

Provence in the twelfth century may be defined as 
a state that flourished under the benevolent tyranny of 
a great number of queens. Women*, for perhaps the first 
time in history, were supreme, though their supremacy 
certainly differed from that so fiercely desired by our 
modem self-emancipators. It is not surprising to find 
that the early lyrics of the North of France adopt for the 
most part the same immortal theme. The Chansons de 
Toile they were called this because women sang them 
over their tapestry are admirable little pictures of some 
troubled, or doubtful, or happy moment in the life of 
a lady who is a lover. The fair Erembor is suspected 
of faithlessness by Count Renaud, but convinces him (very 
easily) of the contrary ; and the fair Doette hears the 
news of the death of Count Doon, and becomes a nun at 
Saint-Pol. The language of these little sewing-songs is, 
of course, still the language of the Chansons de Geste, but 
the skill with which the dialogue is presented, the few 
words that give the scene, and the haunting icfrain, com- 
bine to endow them with a charm for which we shall sigh 
in vain when the Strephons and Chloes of riming Abbe's 
and court Anacreons strut through their self-conscious 
idylls. The original genre does not appear to have sur- 
vived the twelfth century, but it was revived later on in 
vi 



INTRODUCTION 

a more elaborate form by a poet of Arras called Audefroi 
le Batard. 1 Various other kinds of lyric poetry begin to 
appear at the end of the twelfth century, motets, serventois, 
pastourelles, rotrouenges, rondeaux, la'is, lallettes, and virelais. 
It is from these rather complicated forms of verse that the 
ballades and rondeaux of Villon and Marot are descended. 

When exactly the poetry of the troubadours first began 
to influence the North of France is a vexed question ; 
probably it was about the time when Richard Cceur de 
Lion was lying in a German prison and Bertrand de Born 
riding to battle at the head of the lords of Aquitaine. 
The Courts of the North were visited by the troubadours ; 
those of Eleanor of Poitiers, wife of our Henry II, and 
of her daughter Marie of Champagne, became famous 
for their refinement ; and early in the thirteenth century 
the singers of Champagne and Picardy began to use the 
most characteristic forms of Pro\enal verse: the tendon, 
an argument between two poets ; the alba and the serena, 
sung at dawn and at evening beneath the window of the 
beloved ; and the chanson, a form governed by highly 
complicated rules. Chrestien de Troyes, Thibaut de Cham- 
pagne, Gace Brule", Conon de Bthune, these are some 
of the writers whose songs keep for us a faint fragrance of 
those far-off, passionate days, and are relics of the * early 
sweetness ' that Pater found in Aucassln et Nicolete. 

We need not consider the sudden death of Provencal 
art ; but it is worthy of note that the decline of the 
troubadour poetry of the North is due to the same cause ; 
I mean the altering of the peculiar social conditions to 
which it owed its birth. For it was essentially a Court 
1 Gaston Paris, Za Literature fran false au moyen Age. 



INTRODUCTION 

poetry ; the poet declaimed or sang his verse to an audience 
of knightly rimers and noble ladies, and was untroubled 
by the attention of a larger public. It was an aristocratic 
art, and so soon as it was adopted by the bourgeois poets 
of Arras it lost its essential character. By the end of the 
thirteenth century it was extinct ; yet, brief though its 
duration was, it has an intense effect on the literature of 
Europe, and we may trace its influence in Dante and in 
Petrarch. 

It is in the sombre years of the fourteenth century that 
the new era of poetry begins, and Guillaume de Machault 
is the name usually associated with the first effusion of 
that deplorable cataract of ballades and rondeaux. The 
chief penalty that these hard-and-fast genres impose on 
those who cultivate them is as we may see from the 
innumerable clever imitations of our own time that almost 
any one can write them fairly well, and that almost every one 
writes them in exactly the same manner. The learned 
Christine de Pisan and the sagacious Deschamps employ 
the ballade without the least discrimination for any kind of 
subject ; they moialize, they preach, they sing the praises 
of the glorious dead and discuss their own physical ailments 
in the same sempiternal cantering measure. Deschamps, 
it is true, is redeemed occasionally by a certain fine malice, 
a hint of that esprit gaulois which runs like a vein of 
mercury through French from the bragging scene in the 
Geste du Rot down to the poems of Mathurin Regnier and 
BeYanger ; Froissart's verse has a delicate refinement that 
may be the last trace of the troubadour influence ; but for 
the most part one emerges from a long course of this 
literature anxious only to take Du Bellay's advice and to 
viii 



INTRODUCTION 

leave all these rondeaux^ ballades ', vyrelatx, chant* royaux^ 
chansons et autres telles efisserles qul corrumpent h goust de 
noire langue. If only the splendid creatures would be 
themselves ! But they are wholly content to follow one 
another like meek sheep ; they use the same catchwords ; 
the same patient rimes do duty over and over again ; and 
when we have read the heading of one of their poems we 
can guess almost exactly what the poet will sing, or rather, 
say. Only an occasional folk-song, or a plalnte like the 
Ofivier Basselm, can save the epoch from being wholly the 
prey of its ' representative * ballad-writers. 

Yet this artificial, impersonal genre became vivid and 
human in the hands of two fifteenth-century poets; the 
one a 'man of refined and exquisite talent, the other a 
lonely and wayward genius. It has been the custom to 
speak of Charles d'Orle*ans as if he were merely a clever 
versifier with a sense of music in words that was denied 
to his forerunners ; but any one who has toiled through 
the greater part of the work of those forerunners will 
realize at once, when he reads the lallade written at 
Dover, or Dieu, qu'il la fait Ion regarder, that here at last 
is a poet with a distinct personal utterance ; a poet who 
perhaps has not any very profound thoughts or great ideas, 
but possesses a gentle, unforced melancholy or gaiety that 
is often perfectly expressed. His limitations are obvious, 
but his success within their bounds is complete. 
The other, the earliest great poet of France, 
Ung povre petit escollier 
Qui fust nomine" Frangois Villon, 

transformed the poor jaded ballade into a living lyric; 
filling it with heroic melancholy in the Dames du temps 

ix 



INTRODUCTION 

jadis, and with grim terror in the Pendus^ and with 
exquisite sympathy for the pathos of old age and weariness 
in the lines written for his mother. Like all genius, he 
stands alone and defies all effort to place him in the line of 
literary evolution. He came at the most unlikely period, 
he wrote in the most out- worn forms, and he was a burglar, 
and had a supreme sympathy with all manner of rogues, 
male and female. Yet he has none of the affectations of 
the ballade- writers, his poems are amazingly original and 
vivid 5 he is eloquent, gay, cynical, pious, scurrilous, and 
remorseful in turn, and yet never gives us the impression 
that he is posturing. His piedecessors had one mood, 
and it was insincere. He has a hundred, but he is con- 
vincing in every one of them. To read him after the 
earlier * metre ballad-mongers 9 is as invigorating as to hear 
the wind in the mountain-pines after sitting in a drawing- 
room full of hot air and small-talk. 

He stands alone. Clement Marot, who edited his 
works, learnt nothing from him except perhaps the fact 
that poetry should be the expression of a personality. 
The neat, genial rimes of the author of U Adolescence 
Clementine are personal but not poetic ; they are full of 
good sense, clearness, and malicious gaiety ; they possess, 
indeed, as Brunetieie has pointed out, all the fine qualities 
of French prose ; but only on a few occasions do they 
rise above the commonplace. If Marot is depressed, it is 
not the pathos of self-tormented, toiling humanity that 
makes him sad, but the little accidents of his own existence ; 
and when he rejoices he is merely gay ; sunshine and love 
and flowers awake in him no fervour of exultation ; he 
likes the good things of this world, and says so without 
x 



INTRODUCTION 

undue emotion. There are great voices in the seas and 
among the hills ; the earth is full of stnfe and strange 
passion, and Europe echoes with the vast conflicts of 
kings ; the poet, however, is content to look at the shop- 
windows and to write about nothing in particular in 
excellent French. 

He died in the midst of the great awakening, that 
amazing pageant in which he played so small a part. At 
times he seems dimly to have "realized the splendour of the 
new epoch : 

Le monde rit au monde, aussi est-il en sa jeunesse, 

but he was content to abide till the end amid the old 
shadows, for he loved neatness rather than beauty of 
language, and the finer enthusiasms found no place in 
a temperament so discreetly and pleasantly mediocre. 

ii 

In the last days of the year 1494 the army of Charles 
VIII surged down the Alpine slopes into Italy, and 
thenceforward, until that sinister battle of Pavia in which 
Francis I lost all fors Phonneur, Italy was the centre and 
focus of European learning and chivalry. It was the 
amazing vision of a mode of life more passionate and more 
comely than their own, a mode for which gallant soldiers 
and scholars enthusiastic concerning all new things were 
just then apt, that first enthralled the strangers from 
beyond the hills. 

They found a country which is still to us, as to them, 
an earthly paradise; where, amid superb cathedrals and 
palaces and beautiful walled cities, dwelt a race that 

xi 



INTRODUCTION 

numbered life itself amongst the grand arts. The love of 
beauty for its own sake, the careful delight in the details 
of existence as well as in its passion and its poetry, so 
that an artist in metals would spend months in engraving 
a sword-blade, and a squabble about Greek enclitics would 
be conducted with all the fury of a religious war; the 
intellectual ruffians who entertained great poets, and trans- 
lated Plato, and burnt each other's towns; the wily and 
terrible masters of intrigue- who were Christ's vicars on 
earth ; princes of the Church ; condottien ; women like 
those Titian painted, and feasts as we see them in the 
pictures of Veronese; colour everywhere, and music, and 
amazing luxury : one can imagine how wonderful this 
crowded and vivid existence would seem to a Frenchman 
of the time; how eagerly the Fiench temperament, always 
curious concerning every kind of material excellence, 
would absorb the details and investigate the causes of such 
exuberant and intense vitality. 

To the student of literature the most significant feature 
of the Renaissance is the revival of learning. Scholarship 
had continued throughout the Middle Ages, but it was 
utilitarian ; learning was a weapon for the hand of the 
jurisconsult or the theologian. Humanism appears with 
the discovery of the art of printing ; and when the great 
Venetian editions of the classics were issued scholarship 
was not merely a useful accomplishment but had become 
a high passion. The scholar was no longer an advocate 
who rolled Ciceronian thunder across the court, or a priest 
primed with Augustine : he was a happy hedonist who, 
like Ronsard, would lock his door and read the Iliad in 
three days. When the Sorbonne petitioned Francis I to 



INTRODUCTION 

suppress the printers it understood what a fatal blow was 
being aimed by the new learning at the official residence of 
pedantic darkness ; it knew that the message contained in 
these old, ever-new books which were multiplying so 
rapidly was the message of liberty. But it committed the 
error of confusing liberty with impiety, and of regarding 
the enthusiasm for Greek and Latin as essentially pagan. 
Faguet has pointed out 1 that the humanist of the Renais- 
sance had two personalities : one which went to church 
and loved the king, and one which adored Jupiter and 
loved Amaryllis. Pico della Mirandola is the type of this 
dual character, and the story that he was buried in the 
Dominican habit is strangely suggestive. In the poetry of 
Ronsard and the PJe*iade we find all the characteristics of 
the complete humanist : the passion for learning, the sense 
of and craving for style, the realization of the beauty of 
natural sights and sounds, and the ever- haunting conscious- 
ness of the brevity of life and earthly lote. In Ronsard, 
however, the love of learning for its own sake soon changed 
into a desire to use all his knowledge in glorifying and 
enriching his own poverty-stricken language. It seemed at 
that time as if poetry in France was henceforward to be 
employed, as Marot employed it, in genial commonplace, 
or devoted, as the ballad-mongers devoted it, to conven- 
tional essays in dreariness ; that the language had grown 
anaemic for lack of healthy exercise and sweet air. New 
blood was needed, and Ronsard found it, as Dante had 
found it before him, and as Andre" Chenier would find it 
at the end of another epoch when verse had grown stale, 
in the poets of Greece and Rome. Style was what was 
1 Seizteme Sikh : tude$ Ktt&raires. 



INTRODUCTION 

needed, style, and a language which should express noble 
and delicate emotions, uniting the wistful beauty of 
Theocritus and the Georgics with the resonant ardour of 
Pindar and the Aeneld. The Renaissance was full of fine 
ambitions, and this poet's dream was not the least splendid 
of them. 

The official manifesto of the Pleiade, La Defence et 
Illustration de la Langue Fran$oyse, was written by Du 
Bellay and appeared in 1549. We learn from it the means 
which Ronsard was to employ in order to redeem French 
poetry from the prison which had Marot for governor. 
New themes of inspiration must be found instead of the old 
hackneyed subjects, and new genres instead of the eplssertes 
of the balladists. These new genres must be derived 
mainly from the Greek and Latin writers ; the poet is to 
cultivate the epic poem ; the idyll, as Theocritus wrote it ; 
the ode, majestic as that of Pindar or lyrical as that of 
Anacreon; the tragedy of Sophocles; the satire of Horace 
in place of the coq-a-Pasnc of Marot ; the epigram of 
Martial and the pltoyables elegies of Ovid, Tibullus, and 
Propertius. Then the language must be enriched by new 
loan-words from the Greek and Latin ; and not from 
Greek and Latin only, but by grafting from Old French, 
and by collecting curious words from the special vocabu- 
laries of hunting and falconry and the "various handicrafts. 
Mere translation from the classics is deprecated, and so is 
writing in Latin and Greek instead of French ; but it 
is the reformer's duty to steep himself in those ancient 
literatures. Lls donques et relis prern'ikrement, 6 poete futur ! 
feulllette de main nocturne et journtlle les exemplatres grecx et 
latins, puts me laitse totttes ces weilles poesits Franfoyses.,. 



INTRODUCTION 

It may seem surprising to some readers that the com- 
pilers of such a formidable edifice of rules should ever 
after have written anything in the least resembling poetry. 
It is not impossible that the elaborate study of form 
demanded by the Defence had a fatal effect on the inspira- 
tion of the less robust members of the Pleiade; that 
Jodelle, with his tedious tragedy, and Baif with his 
pedantic Mimes and attempts at a new orthography, are sad 
examples of an elegiac poet wasting all his strength in 
dramatic attempts, and of a scholar trying to become a poet 
by rule. Even Ronsard himself, that master of the lyric, 
leaves us with the impression that, though he often sings 
because he must, he often also sings because he knows the 
rules of singing. There is much in Le Bocage Royal to 
remind us that Malherbe, the perfidious Malherbe, learnt 
his art from the poet whose verse, as we are told in 
a certain scandalous story, he erased altogether ; we have 
a chilly premonition, when we read it, of the pseudo- 
Arcadian shepherds and shepherdesses of the seventeenth 
century with their high heels and their crooks : 

Houlette de Louis, houlette de Marie 

Dont le fatal appui met noire bergerie 

Hors du pouvoir des loups. 

But the marvel is not that there should be any insipid 
exercises of the kind in the work of Ronsard, but that 
there are so few ; that the favourite of kings and the self- 
ordained reformer of French poetry never lost his exquisite 
sense of the beauty of youth and the spring, and the pathos 
of winter in the fields and winter in the heart. We are 
apt, I suppose, to look on old poetry to a certain extent 
with the benevolent eye of the antiquary ; but how seldom 

2958 b XV 



INTRODUCTION 

the shorter lyrics of Ronsard give us the chance of this 
attitude 1 A poem such as Mignonne, allons vozr si la rose 
has all the fieshness and fiagrance of a summer day at 
dawn ; it is impossible to contemplate it with intelligent 
interest as a specimen of sixteenth-century poetry ; we 
might as well try to refuse to be thrilled by the coming of 
spring because the spring happens to be a million years old. 
Ronsard may have gone to the Greeks for this quality, 
and to the Latins for the other, and to Petrarch for a 
third, but the real sources of his inspiration are betrayed 
by the visions that the verses keep for us : sunshine and 
bright rain, changeful skies and awakening flowers. The 
immortal novelty of great art is a trite theme, but it is 
worth reiterating when even Pater writes of these poems 
as if they were specimens of remaikable tapestry in a 
museum. 

In enumerating the characteristics of humanism, we 
spoke of its abiding consciousness of the brevity of life and 
love. That sense is the canker which lies in the heart of 
intellectual paganism, the pathos of 

Beauty that must die; 
And Joy whose hand is ever at his lips 
Bidding adieu . . . 

The sudden thought of * the night of perpetual sleep * 
breaking in like a cruel intruder amid the loveliness of the 
long safe summer days ; the bewildering tragedy of early 
death, these are the phantoms that begin to haunt the 
poets of the Renaissance, and lend to French poetry a new 
note of wistfulness. 

Si peYissable est toute chose ne'e, 
Que songes-tu, mon me emprisonne*e ? 



INTRODUCTION 

Ronsard finds no answer to that question ; if he hopes at 
all, it is for an eternity of fame, and for repose par let 
ombres myrteux ; Du Bellay, at least when he writes under 
the influence of Petrarch, yearns for un plus clalr sejour, 
where he can meet the ideal beauty, as Dante met Beatrice, 
in a heaven too full of strange light to have colour and 
warmth. The points of view may be limited and literary, 
but they are expressed, as far as Ronsard is concerned, 
in two sonnets of exquisite and immoital loveliness, the 
Quand vous serez lien -vleille and Comme on void sur la 
branche au mots de May la rose. 

In the prolific nature of his genius and his passionate 
curiosity for new metres and old words Ronsard is a typical 
son of the Renaissance ; Du Bellay, with his melancholy, 
his petulance, his wayward gentleness, seems like a poet 
of our own time, and his verse probably appeals more 
intimately to Englishmen than the greater but less personal 
art of his friend. His first collection of poems, Z/05-u*, 
was written when he was manifestly under the influence 
of Petrarch, but he renounced this influence early in his 
short life, and his satire Centre les Petrarquistes contains 
an excellent summary of all the characteristic mannerisms 
affected by the disciples of the great Italian at Lyons 
and elsewhere. The greater part of his work is extra- 
ordinarily personal and virile ; it is largely autobiographical; 
we can follow him step by step in his pilgrimage of love 
and despair, just as we follow Byron ; but Du Bellay at 
least never gives us the impression that he is secretly 
rather pleased with the role of a misunderstood lost angel. 
His pessimism is never languid ; and his ironical power 
at its best in the sonnets that narrate the election of a pope 

2958 b Z XVll 



INTRODUCTION 

is amazing. He was a scholar ; it was not the literature, 
however, but the visible remnant of a mighty age which 
evoked the great series of sonnets that remains his supreme 
achievement. If any one ever imagines that a city is not 
merely a collection of houses and palaces and temples, but 
has a strange life of its own, he will imagine it when he 
looks across Rome at sunset from the Pincian. The 
place will seem to him the prison of some fettered Titan, 
a colossal Prometheus who has incurred the anger of a 
jealous god, and been hurled to the earth and bound there, 
and so lain for centuries, buffeted and wounded, but 
immortal. This is the impression that Du Bellay has en- 
shrined in the Antiqultez. fie Rome. He has looked beyond 
the gloom and grandeur of the Caesarean palaces, the 
mouldering amphitheatres and forsaken temples, and has 
seen the vast and deathless spirit of the city, and heard 
it weeping for its ruined splendour. 

The other stars of the Pl6iade are of lesser magnitude. 
Re*mi Belleau has left a few delicate lyrics ; Daurat, the 
master of Ronsard and Baif, wrote in Latin ; Baif went 
astray in pedantic wildernesses, and Jodelle and Pontus du 
Tyard are only pleasing to the lover of literary bric-a-brac. 
The learned ladies of Lyons and their circle are more 
interesting. Sieve's DeRe was responsible for the in- 
fluence of Petrarch on the Ple"iade ; and Louise Labe, 
that fair Amazon, wrote intensely passionate poetry full 
of the obscure symbolism that was being cultivated in 
Italy. The Lyons school, indeed, had definitely broken 
with the traditions of the previous age, and had developed 
a mystical cult of beauty that was based on the Platonic 
theory of Ideas. But the spirit of the Pl&ade is on the 



INTRODUCTION 

whole hostile to obscurity in thought and in language. 
Ronsard realized that French had all the delicate and 
accurate clearness of tone that belongs to a perfectly-tuned 
violin ; that it possessed, beyond all languages but Greek, 
a power of expression that could be sharply definite without 
losing its harmony ; and to him, as to all great poets, ex- 
pression seemed finer than mystification. 

Malherbe was crowned king of the realm of c classical * 
poetry, but it was Ronsard who conquered its domain and 
built its palaces. It has been said that every movement of 
reform contains perceptibly the germ of its own decay, and 
this is pre-eminently true of the woik of the Pleiade, 
a work which seems, regarded superficially, somewhat 
spiritless and short-lived, It was Ronsard who first 
realized the height to which the Alexandrine could be 
raised ; there is nothing in the early literature to compare 
with the noble dignity of his Consols a Charles IX; but 
only the cold cleverness of Malherbe is necessary to change 
this dignity into pompous rhetoric. It was Ronsard who 
first showed any discrimination in the use of dainty diminu- 
tives and strange loan-words, and we have only to glance at 
Du Bartas who would be suspected of parody if he were 
not the most solemn Calvinist that ever compiled inflated 
fustian to see what amazing pinnacles of lunacy an un- 
inspired disciple may reach. Ronsard was a great poet, 
having authority ; he was also a scholar, with the scholar's 
weakness for imposing rules ; and, unfortunately, the first 
to take advantage of such rules, and to strengthen them 
and contract their limits, are usually those who are designed 
by nature to be pedants and not poets. 

To Ronsard and the Pl&ade, besides a high dignity of 

xix 



INTRODUCTION 

style and a lyric sweetness never before approached, we 
owe the modern genres of poetry, the free lyric, the ode, 
the various forms written in Alexandrines, the sonnet, and 
the great strophe Malherlienne, which was in reality the 
strophe Ronsardienne, for Malherbe has only added a 
syllable to each of its lines. To Malherbe we owe the 
perpetualizing of these forms reduced to their lowest terms 
of mechanical accuracy by a frigid intelligence. Ronsard 
and Malherbe will be lemembered together as the supreme 
examples of the ancient truth that the letter kills and the 
spirit makes alive. The Plliade is immortal; Malherbe 
will be recalled only as the uninspired prophet of a dawn 
that had already risen, as the thin voice of an epoch which 
stole the lyrical forms of its despised forerunners and 
found nothing lyrical to say. 



Ill 



With the beginning of the so-called classical epoch 
comes the decline and fall of lyric poetry. Enfin Malherbe 
TOirf; but Malherbe can no more be held directly respon- 
sible for the literary iniquities of the seventeenth century 
than he can be lauded as the originator of its great drama. 
He is the spokesman of the new age, and his verse is the 
official pattern, rather than the cause, of all the ensuing 
machine-made rhetoric. 

The Renaissance was a leturn to individualism, to 
personal freedom of thought and action. Fay ce que vouldras 
was the inscription on the portal of Rabelais' Th6lme ; be 



INTRODUCTION 

intolerant and suspicious of all formal control which is 
based on outworn and arbitrary rules ; 

Be your own star, for strength is from within. 
And one against the world will always win ! 

this is the most startling of the qualities that distinguish 
the temperament of the Renaissance from that of the 
Middle Ages. In Castiglione's Corteglano and Montaigne's 
Essals we may see how this new spirit affected the man of 
affairs and the man of thought; and Ronsard's passion 
for personal fame and the poignant heart-sickness of Du 
Bellay's Regrets are widely different examples of its in- 
fluence on the poets. The Reformation was a reaction 
against this spirit of self-culture and self-expression, and 
a perfectly logical reaction. The religion of the Middle 
Ages had led men, like sheep, in flocks ; and the reformers 
realized that the new individualism had rapidly become the 
sworn enemy of that particular kind of spiritual direction 
and was developing into an extreme form of pagan non- 
chalance. But whatever the theological defects of in- 
dividualism may be, it is a necessary adjunct to any period 
of great lyric poetiy, and when the literature of any country 
loses this quality and falls into the careful hands of cliques 
and coteries we may conclude with toleiable certainty 
that, for the moment at least, its singing season is over. 
Poetry in a cage of rules is like an imprisoned bii d : she 
will pipe a formal tune for you, but the wild sweetness of 
her woodland voice was lost with her liberty. 

It has been said that the continued eagerness showa 
by the French temperament to impose the restraint of 
authority on its art is produced by the distrust of its own 

xxi 



INTRODUCTION 

exuberance. The ' reform ' which is usually attributed 
to Malherbe was probably carried into effect for another 
and less subtle reason ; it was due to a social movement in 
some degree analogous to the moral reaction which we 
spoke of a moment ago. Poetry became domesticated and 
went to live at the H6tel de Rambouillet. Or rather, it 
went there to die. The day of the Prjcieuses began, and 
Vincent Voiture was their laureate. There is no doubt that 
these amiable ladies exercised an influence on French litera- 
ture that was not altogether for evil: for they admitted it to 
their salons on the understanding that it should behave well, 
or, at least, that it should avoid the grosser improprieties 
of language. The verse of Mathurin Regnier, for example, 
they would not tolerate, and, though Voiture was quite 
as indecent, it was indecency with a difference. We owe 
to them much of the courtly grace and charm of eighteenth- 
century prose in the form of letters, maxims, and 'characters', 
and an immense quantity of amusing light verse ; epigrams, 
squibs, lampoons, and sonnets of love- sick shepherds who 
desire to end their days en T amour cPUranie. They were 
the foes of the lihriins^ of the unlucky Th6ophile who 
wrote the notorious couplet about the dagger that blushed 
to see the blood of its master; they required men of 
letters to be men of the world and not owlish persons in 
a dusty library, and thus they prepared the way for the 
realism of Moliere. On the other hand, they were respon- 
sible for a gallantry that usurped the place of passion, for 
introducing the specious euphuism of Gongara and Guarini, 
and for making literature generally a social and impersonal 
art and so completely effacing the lyric. This last achieve- 
ment of the Precleuses was consummated by Richelieu 
xxii 



INTRODUCTION 

when he founded the Acad6mie Francaise in 1635. The 
official lecognition of impersonal literature had taken place ; 
the Alexandrine rose to icy heights of classical dignity ; 
the grand style was fixed, and the path was plain for the 
superb rhetoric of Corneille. The Cid was produced 
in 1637. 

No man of genius was less of an innovator than Cor- 
neille, except, perhaps, Dryden. His method is the method 
of the contemporary dramatists : the grandees of Spain in 
the Cid are typical < sword and cloak * heroes, splendid and 
declamatory as their fellows in Hernani, but not \itally 
characterized; supreme phantoms, but aloof from human 
nciture. The Stances de Don Rodrigue are immortal speci- 
mens of eloquence ; but as examples of what a man should 
say when confronted with a hideous dilemma they are less 
satisfactory. Rodrigue, in fact, is a Superman, though he 
would scarcely have pleased Nietzsche ; and this tendency 
to elevate its characters to the rank of demigods is the 
chief defect, to an English sense, of the * grand style *. 

At the moment, however, when the dominion of this 
formal art seems to be complete, a writer appears who is 
content to abjure the austere regions of the classical drama 
and to devote his incomparable talent to fables and conies^ 
each of them a litrle treasury of good sense and gay 
humour. La Fontaine realized that the language of his 
time was not the absolute property of a muse on stilts ; 
the verse of Voiture, with all its defects, proved that it 
was still capable of an exquisite elegance, but so far no 
one had been adventurous enough to associate grace with 
simplicity. La Fontaine was able to extract all that was 
vital from the example of his predecessors, and to leave 

xxiii 



INTRODUCTION 

whatever was cold and fruitless ; from Malherbe he ac- 
quired a certain dignity ; a wise restraint that never wholly 
left him even in his most facetious conte\ from Voiture 
and his school he derived felicity of expression, the sense 
of the mot juste His work, 

Une ample come'die, .a cent actes divers, 
Et dont la scene est 1'univers, 

is a real return to nature to human nature, for all his 
animals are really human, and in this quality lies his affinity 
with the great dramatists who were his fiiends. His 
characters are types of everyday, greedy, kind, harassed 
humanity; when we read him we are far from the 
tremendous personages of Corneille, but we are some 
distance 5 also, from Racine's stern presentment of human 
weakness and from the terrific clairvoyance of Mohere. 

Boileau, the draftsman of the poetical statutes of the 
seventeenth century, advised the ambitious poet to study 
nature and nature only ; but this advice implies no liberty, 
it is qualified by restrictions which result in the study of 
natuie becoming the study of certain moral types. No 
one can help admiring the good sense and powerful, if 
limited, logic of the redoubtable opponent of the Precleuscs 
and champion of formalism; he has all the qualities of 
a splendid fighter, and in spite of his ciushing power 
of invective he was far too wise to be bitter; but his 
enthusiasm for literary law and order makes him support 
all that is most unlyrical in poetry. His contempt for 
Ronsard (whom he did not read) is rather amusing when 
we remember all that Malherbe owed to the earlier poet. 

The early pait of the eighteenth century is remarkable 
xxiv 



INTRODUCTION 

only for its prose. The anaemic odes and allegories of Jean- 
Baptiste Rousseau are neat illustrations of the inevitable 
fate of formal verse, and Voltaire, the grand Voltaire, is 
content, so far as his theory of poetry is concerned, to 
follow the obvious footprints of Boileau. His Henrlade is 
as cold and pedantic as La Pucellc or the Franciade\ it is 
for the most part in his epigrams and occasional verses 
that we find the admirable irony and wise humour which 
make Candida immortal. The age of Reason continues 
its grim course, but after a time we find a sentimental 
spirit beginning to invade prose literature; 1'Abbe* Pivost 
writes Manon Lescaut and translates some of Richardson's 
novels ; and although for many years this new spii it finds 
no expression in poetry, its appearance is a definite step in 
the direction of romantic art ; even when it existed side 
by side with the classic style, it was in reality its enemy. 
The far-sighted Boileau knew this when he laughed at the 
type of lover who murmurs tendenyjV voits hals in the ear 
of his mistress. He had detected one of the eternal 
commonplaces of sentimentaKsm. 

It was a writer of prose who gave the death-wound to 
the faded and uninspired remnants of the classical tradition 
and made existence possible for lyric poetry, Jean- Jacques 
Rousseau's NouveZle Heloise appeared in 1761, and the 
return to nature and individualism began in earnest soon 
after its appearance. One's own emotions and other 
people's tears, the effect of beautiful scenery on the sensi- 
tive temperament, the freedom of passion, the sublime self- 
assertiveness of love, these were the themes which this 
new writer proclaimed with extraordinary lyrical fervour. 



xxv 



INTRODUCTION 

Another prose writer, Buffbn, quickened the languid 
interest in the beauty of the world with his magnificent 
works on Natural History, which appeared during the 
latter half of the eighteenth century. The Abbe* Dehlle 
and Saint-Lambert began to write poems of nature which 
would have shocked Wordsworth ; but if their form is 
often contorted and absurd they at least show a desire 
for simplicity in their choice of a subject. Quite near the 
end of the century Pompeii (one might almost add Greece) 
was disinterred, and the writings of Winckelmann and 
Brunck aroused a keen if somewhat unscholarly enthusiasm 
in the art and mythology of the Hellenes, an enthusiasm 
which is commemorated in the quaint and charming 
aitificiality of First Empire furniture and decoration. This 
is another instance of reaction against the * classical ' 
tradition, which was influenced almost entirely by the 
Latins. It was in the midst of this little Greek 
renaissance that Andre" Chlnier lived. To him, as to 
Ronsard, the spirit of that old literature came with strange 
fragrance across a desert of unctuous and inept conceits. 
Like Ronsard, he was strongly influenced by the Alex- 
andrians. His mother was a Greek, and we may 
presume that her beautiful native country was the chief 
topic of conversation in her salon when Lebrun Lebrun 
c Pmdare ' and the rest of the neo-Hellenes were present. 
But whilst Lebrun and his friends were solemnly 
comparing the Tiers fitat with Latona and calling the 
Tennis Court Delos, 1 Andre* ChSnier was writing elegies 
that have the soft yet clearly-cut beauty of a Sicilian coin 
of the great period, and idylls that have really caught some 
1 Faguet, Dix-hmtteme Stick - fades htttraires. 
xxvi 



INTRODUCTION 

of the fieshness and simplicity of Theocritus. Part of 
his work is marred by the rhetorical tricks of his time, but 
no praise can be too high for these little pictures in which 
the beauty of some incident of pastoral life, some golden 
moment of a long summer day, is made eternal. 

Yet these little poems were, after all, only studies that 
he executed whilst he was on his way to greater achievement, 
for he had wide ambitions, and was a sharer in the new 
enthusiasm for nature which the writings of BufFon had 
aroused. The fragment of his Hermes shows us that he 
aspired to be the Lucretius of his epoch, and his metrical 
innovations were daring and successful. He had a keen 
sense of music in words, and one has only to read his 
contemporaries to discover how completely this sense was 
lost in France when he wrote. But his tragic death 
came, as it came to Keats, at the moment when he was 
preparing for a loftier flight ; his poems were not published 
for many years ; and it is the voice of Lebrun c Pindare *, 
after all, that sings the swan-song of the eighteenth 
century. 

IV 

The writers of the great epoch of French lyric poetry 
are sufficiently well known in England to make a detailed 
account of their art superfluous in this volume. It is, 
however, worth while to observe that the germ of almost 
every quality which the poets of the nineteenth century 
possess is to be found in the work of a master of prose. 
Chateaubriand is the genius of the revolt against the 
classical fetish. 

His temperament is as modern as that of Verlaine. 



INTRODUCTION 

He is the realization of the type foreshadowed, with certain 
gross limitations, by Rousseau in the Confessions , mile 9 
and La Nouvelle Heloise^ the type of the lonely, self- 
analytical soul that sees all the world through the darkened 
glass of its own moods. He is so intensely individual 
that the only characters in his fictions which really live 
are faithful reflections of his own personality ; the rest are 
the shadows of shades. Though he has left hardly any 
verse, he had in a supreme degree the sensitive imagination 
of the poet ; any one who has studied his work carefully 
will be astonished, when he reads modern French poetiy, 
to find so great a part of it apparently consisting of 
Chateaubriand rendered in verse. He is the pioneer of 
the Romantic movement; his deep sense of man's unity 
with nature is echoed in Lamartine's Le Lac as clearly as 
his wonderful descriptive power is reflected in Leconte de 
Lisle's Sommeil du Condor, in Les Elephants and in a 
hundred other * pictorial ' poems. In Vigny and Musset 
we find something of his haunting sense of the lacrymae 
renim, and in the latter, at any rate, the same luxury of 
regret ; and his idea of the epic of Christianity and his 
historical method are distinctly traceable in Hugo's Legende 
des Siecles. He is the genius, as we said, of the revolt 
against the Classical tradition, which had dwindled at 
the beginning of the nineteenth century to a mere lifeless 
mimicry of forms that were themselves essentially derivative. 
He represents, too, the revolt against pagan mythology; 
he is weary, as he says somewhere, of a nature that is 
peopled with a crowd of undignified gods, and he extols 
the finer conception of a single soul pervading all natural 
things. His point of view is distinctly aesthetic ; it is 
xxviii 



INTRODUCTION 

the imaginative beauty of Christianity that appeals to him, 
another modern characteristic. Above all, he has the 
sense of composition, of literary structure ; a sense 
which France, of all countries, is the least likely to lose, 
but one which had grown very feeble at the end of the 
eighteenth century. He was a consummate artist. He, 
and not Che"nier, whose works he read some time before 
their publication in 1822, is the protagonist of modem 
French poetry. 

Another and earlier writer of prose shares with Chateau- 
briand the honour of being a founder of the Romantic 
tradition. In La Lltterature considered dans ses rapports 
a<oec les Institutions soclales Madame de Stael had ex- 
pounded her theory of the distinction between the Northern 
and Southern literary temperaments, and in a subsequent 
work, De TAllemagne^ she developed this theory further, 
insisting on the importance of the Northern literature, and 
revealing to France two elements from which her poetry 
had long been estranged, the grotesque and the macalre. 
It is after the publication of these books that the influence 
of other European literatures, which we find in Voltaire 
and Jean- Jacques Rousseau, begins to assume an extreme 
importance. Shakespeare becomes more than a mere 
name ; Byron and Walter Scott are regarded as the high 
priests of sentiment and local colour, and the cult of the 
f Gothic Age ', that phantasmagoria of wicked barons and 
snow-pale princesses, of grim donjons and sinister forests 
where all the devils lurk, becomes a fever : 

Voila" que de partout, des eaux, des monts, des bois, 
Les larves, les dragons, les vampires, les gnomes, 
Des monstres dont 1'enfer rSve seul les fantdmes, 



INTRODUCTION 

La sorciere, chappe*e aux se"pulcres deserts, 
Volant sur le bouleau qui siffle dans les airs, 
Les ncromants, pares de tiares mystiques 
Ou brillent flamboyants des mots cabahstiques, 
Et les graves demons, et les lutins ruse's, 
Tous par les toits rompus, par les portails brises, 
Par les vitraux de*truits que mille Eclairs sillonnent, 
Entrent dans le vieux cloitre ou leurs flots tourbillonnent. 

But all this fustian of ogres and broomsticks was only the 
fiist wild exuberance of the Romantic spirit, the excessive 
delight of a poetry that found itself free at last from the 
galling chain of rule and convention. A great part of it 
was polemical : when Gautier writes Albertus^ ' he only 
does it to annoy' the prim personages who still try to 
floor the youth of 1830 with the Classical cudgel ; and the 
careless insolence of some of Musset's early poems has 
the same end in view. The true value of the Romantic 
movement lies, not in its couleur locale, its Gothic pinnacles 
and Spanish balconies, but in its ultimate return to genuine 
personal expression instead of rhetoric, in the new richness 
and lyrical quality of its language, and the new variety of 
its poetical forms. 

For the fiist twenty years of the century the little bad 
poets of the Empire Millevoye, Chenedolll, and the rest 
continued to perpetrate their amiable nothings, until, 
in 1820, the appearance of Lamartine's Meditations inau- 
gurated the great period of French lyrical verse. The 
book was welcomed with intense enthusiasm ; here at last, 
it seemed, was the poet of the new France, the singer 
whose voice was exquisite with all the vague yearning of 
modern idealism and all the poignant melancholy of modern 
regret; a poet intensely personal and sincere, with few 

XXX 



INTRODUCTION 

but very noble ideas, and with a richness of diction and 
mastery of harmonious verse that must have seemed Jike 
witchcraft to the little rimers of the Empire. 

He was not destined to be alone in greatness. The 
magnificent poetry of Hugo began with the publication of 
the Odes in 1822, and soon afterwards came the Poemes 
Antiques et Moderns* of Alfred de Vigny, first-fruits of 
a genius which only reached its full dignity many years 
later. The golden galleon of romance set all sail for 
Eldorado ; Cromwell was published, \vith its polemical 
preface : and the simultaneous apparition of Hernant and 
the too famous pourpomt of Thlophile Gautier showed the 
opponents of the new spirit, as a contemporary remarked, 
that the theatre had become the veritable abomination of 
desolation. Sainte-Beuve, himself a poet who had c died 
young *, joined the cenade, and his critical influence became 
apparent in the technique of the subsequent works of 
Hugo ; and Alfred de Musset, the wayward, idle appren- 
tice of the Romantic movement, amazed the world with 
Namouna. 

After the first fervours of enthusiasm had waned, and 
when the battle was won and the Acade"mie Franchise 
rose to the occasion with an honourable surrender, the 
conquerors began to set their house in order, and to define, 
though not to contract, the bounds of their own domain. 
There was a recrudescence of that spirit of orderliness 
which seems eternal in French literature ; a new Classical 
spirit, with none of the warping rules of the dead tradi- 
tion, is apparent in the dignified restraint that all the 
great poets manifest in their treatment of the language- 
With Musset to take as an instance the most irresponsible 

xxxi 



INTRODUCTION 

of them wUd licence has matured into noble freedom ; 
and the Lettre a Lamartine and the Nuits express the 
most personal emotion with the utmost with a classic 
dignity. A kindred restraint gives Alfred de Vigny's 
later poems their austere grandeur : 

Depuis le premier jour de la creation, 

Les pieds lourds et puissants de chaque Destined 

Pesaient sur chaque tefce et sur toute action. 

Chaque front se courbait et tragait sa journe'e, 
Comme le front d'un boeuf creuse un sillon profond 
Sans dpasser la pierre ou sa ligne est borne*e. 

Ces froides de"ite"s liaient le joug de plomb 

Sur le crane et les yeux des hommes leurs esclaves, 

Tous errants, sans e*toile, en un deceit sans fond; 

' Levant avec effort leurs pieds charge's d'entraves, 
Suivant le doigt d'ahain dans le cercle fatal, 
Le doigt des Volonte*s inflexibles et graves. 

And we find the same quality in Hugo's mature work : 

Tout reposait dans Ur et dans Je*rimadeth; 
Les astres e*maillaient le ciel profond et sombre; 
Le croibsant fin et clair par mi ces fleurs de 1'ombre 
Biilkit a 1'occident, et Ruth se demandait, 

Immobile, ouvrant 1'oeil a moitie* sous ses voiles, 
Quel dieu, quel moissonneur de l'e*ternel t6 
Avait, en s'en allant, negligemment jet6 
Cette faucille d*or dans le champ des ^toiles. 

It was to majestic harmonies of this kind that the wild 
music of Romance gradually developed. As regards sub- 
ject, also, the great poets freed themselves from anything 
that was conventional in the Romantic revival ; Hugo, 
xxxii 



INTRODUCTION 

allowing wrath to 'embitter the sweet mouth of song\ 
aired his political hatreds in Les Cbatiments, and \\rote 
the epic of the world in the Legends des Stecles ; and the 
Vigny of Les Dsstmees, with his stoical pessimism and 
abiding idea of Nature as la grande indifferente, seems very 
distant*from the Vigny of Madame de Soubise. 

S'il est vrai qu'au Jardin sacie des Ecritures 

Le Fils de 1'homme ait dit ce qu'on voit rapporte" ; 

Muet, aveugle et sourd au cri des creatures, 

Si le Ciel nous laissa comme un monde avorte, 

Le juste opposera le d6dain a 1'absence, 

Et ne repondra plus que par un froid silence 

Au silence e*temel de la Divinite". 

It would require considerable ingenuity to trace the 
intimate connexion between these lines and the epoch that 
adored Hernani and sang Aiiez-'vous vu dans Barcelone. 

There was, however, one poet who was content to 
remain for his whole life a Romantic in the sense in which 
that word was used in 1830. Theophile Gautier has 
stolen our hearts away so often with his exquisitely 
finished poems that when we are compelled to admit that 
he is not in a line with the great poets of the nineteenth 
century we feel self-convicted of treacheiy to a benefactor. 
For the readers who hold that poetry can be great in- 
dependently of great ideas Gautier is naturally and logically 
the king of rime, but they who hold the contrary opinion 
are compelled, when they read him, to sigh the lack of 
many a thing they sought. He is a master of descriptive 
poetry, an incomparable word-painter, a carver of gems ; 
any one who reads the best poems in Emaux et Gamees 
will afterwards discover that they absolutely decline to be 

xxxiii 



INTRODUCTION 

forgotten ; but we remember them as we remember frag- 
ments of music, or colour in some picture : seldom because 
they are the noble expression of noble thoughts. They 
never appeal to our profound emotions, for the simple 
reason that they were constructed unemotionally, or rather, 
with the highly restrained emotion that an artist in ivory 
feels when he executes an extremely intricate piece of 
work. Gautier would have said that this was precisely 
the kind of emotion that the poet should feel. And this 
is the shibboleth of his camp. From him, and still more 
from Leconte de Lisle, the poets of the Parnasse Contem- 
ftorain of 1 866 claim their descent. Their return to 
a rigid theory of verification was a reaction against the 
loose methods of various disciples of Lamartme and 
Hugo; a deliberate conspiracy (to quote M. Sully 
Pmdhomme, one of their most distinguished poets) 
* against the excessively facile line, the line which is 
feeble and flabby, fluid as water, and as formless '. The 
passion for order once again obsesses French verse ; no 
matter how exotic or commonplace his ideas, this phantom 
bestrides Pegasus behind the poet : it is equally obvious 
in the terrible and haunting dreams of Baudelaire and in 
the agreeable palinodes of Banville. We may view the 
future of poetry in France without foreboding, conscious 
that, in spite of the amusing revolts of transient eccentricity, 
the love of symmetry, the desire for comely order, will 
never wholly forsake the art of a nation so justly famous 
for her tradition of harmony in construction and clearness 
in idea. 

ST. JOHN LUCAS. 

xxxiv 



AUTEUR INCONNU 

- XII Siecle 

Belle Erembor 

vient en mai que Ton dit as Ions jors, 
^ Que Franc de France repairent de roi cort, 
Reynauz repaire devant el premier front, 
Si s'en passa lez lo meis Erembor, 
Ainz n'en dengna le chief drecier amont. 
E ! Reynaut amis ! 

Bele Erembors a la fenestre au jor 
Sor ses genolz tient paile de color. 
Voit Frans de France qui repairent de cort 
E voit Reynaut devant el premier front. 
En haut parole, si a dit sa raison: 
' E \ Reynaut amis 1 

; Amis Reynaut, j'ai ja vlu eel jor 
Se passisoiz selon mon pere tor, 
Dolans fussiez se ne parlasse a vos. 
Jel mesfaistes, fille d'empereor. 
Autrui amastes, si obliastes nos. 
E ! Revnaut amis 1 

c Sire Reynaut, je m'en escondirai ; 
A cent puceles sor sainz vos jurerai, 
A trente dames que avuec moi menrai, 
C'oncques nul home fors vostre cors n'amai. 
Prennez 1'emmende, et je vous baiserai. 
E ! Reynaut amis ! * 



AUTEUR INCONNU 

Li cuens Reynauz en monta lo degre". 
Gros par espaules, greles par lo baudre*, 
Blonde ot lo poll menu recercele', 
En nule terre n'ot si biau bacheler. 
Voit PErembors, si comence a" plorer. 
E ! Reynaut amis ! 

Li cuens Reynauz est montez en la tor, 
Si s*est asis en un lit point a flors, 
Dejoste lui se siet bele Erembors ; 
Lors recomencent lor premieres amors. 
E ! Reynaut amis ! 

Gaiete et Oriour 

XHe Siecle 

T OU samedi a soir, fat la semainne, 
*-^ Gaiete et Oriour, seiors germainnes, 
Main et main vont bagnier a k fontainne. 
Vante 1'or et li raim crollent : 
Kli s ? entraimment soueif dorment. 

L'anfes Gerairs revient de la cuitainne, 
S'ait choisie Gaiete sor la fontainne, 
Antre ses bras Tait pris, soueif 1'a strainte. 
Vante . . . 

'Quant avras, Oriour, de 1'agiie prise, 
Reva toi an arriere, bien seis la ville: 
Je remanrai Gerairt ke bien me priset.' 
Vante . . . 

Or s*en vat Oriour teinte et marrie ; 
Des euls s'an vat plorant, de cuer sospire, 
Cant Gaie sa serour n'anmoinnet mie. 
Vante . . . 



AUTEUR INCONNU 

6 Laise % fait Oriour, ' com mar fui nee ! 
J'ai laxiet ma serour an la vallee. 
L/anfes Gerairs Tanmoine an sa contree/ 
Vante . . . 

L'anfes Gerairs et Gaie s'en sont torneit, 
Lor droit chemin ont pris vers la citeit : 
Tantost com il i vint Tait espouseit. 
Vante Tor et li raim crollent, 
Ki s* entraimment soueif dorment. 



c Pastourelle 

XIITe Siecle 

lp\E Saint-Quentin a Cambrai 
**^ Chevalchoie 1'autre jour. 
Les un boisson esgardai, 
Touse i vi de bel atour : 

La colour 
Ot fresche com rose en mai. 

De cuer gai 
Chantant la trovai 
Ceste chansonnete : 
c En non IDeu, j'ai bel ami, 

Cointe et joli, 
Tant soie je brunete/ 

Vers la pastoure tornai. 
Quant la vi en son destour, 
Hautement la saluai, 
Et dis c Deus vos doinst bon jour 
Et honour I 

a B 2 



AUTEUR INCONNU 

Celle ke ci trov ai, 

Sans delai 
Ses amis serai.' 
Dont dist la doucete : 

* En non Den, j'ai bel ami 

Cointe et joli, 
Tant soie je brunete. J 

Dele's li seoir alai, 
Et li priai de s'amour. 
Celle dist: 'Je n'amerai 
Vos ne autrui par nul tour, 

Sens pastour 
Robin, ke fianciS 1'ai. 

Joie en ai, 
Si en chanterai 
Ceste chanson nete : 

* En non Deu, j'ai bel ami, 

Cointe et joli, 
Tant soie je brunete.* 

GUILLAUME DE MACHAULT 

c. I 

4 Rondeau 

"DLANCHE com Iys 5 plus que rose vermeille, 
^ Resplendissant com rubis d'Oriant, 
En remirant vo biautS non pareille, 
Bknche com lys, plus que rose vermeille, 
Suy si ravis que mes cuers toudis veille 
Afin que serve loy de fin amant, 
Blanche com lys, plus que rose vermeille, 
Resplendissant com rubis d'Oriant. 



JEAN FROISSART 

2337-tc. 1410 

Ballade 

US toutes flours tient on la rose a belle, 

Et, en aprs, je croi, la violette. 
La flour de lys est belle, et la perselle ; 
La flour de glay est plaisans et parfette; 
Et li pluisour aiment moult Fanquelie ; 
Le pyonier, le muget, la soussie, 
Cascune flour a par li sa rnente. 
Mes je vous di, tant que pour ma partie : 
Sus toutes flours j'aimme la Margherite. 

Car en tous temps, plueve, gresille ou gelle, 
Soit la saisons ou fresce, ou laide, ou nette, 
Ceste flour est gracieuse et nouvelle, 
Douce et plaisans, blancete et yermillette; 
Close est t point, ouverte et espanie ; 
Ja n'i sera morte ne apalie. 
Toute bont est dedens li escripte, 
Et pour un tant, quant bien g'l estudie : 
Sus toutes flours j'aimme la Margherite. 

Mes trop grant duel me croist et renouvelle 

Quant me souvient de la douce fl curette ; 

Car enclose est dedens une tourelle, 

S'a une haie au devant de li fette, 

Qui nuit et jour m'empeche et contrarie; 

Ms s ? Amours voelt estre de mon aye 

Ja pour creniel, pour tour ne pour garite 

Je ne lairai qu'a occoision ne die : 

Sus toutes flours j'aimme la Margherite. 



EUSTACHE DESCHAMPS 



C UI je, sui je, sui je belle \ 

H me semble, a mon avis, 
Que j'ay beau front et doulz viz 
Et la bouche vermeillette ; 
Dittes moy se je suis belle. 

J'ay vers yeulx, petits sourcis, 
Le chief blont, le nez traitis, 
Ront menton, blanche gorgette; 
Sui je, sui je, sui je belle. 

J'ay dur sain et hault assis, 
Lons bras, gresles doys aussis, 
Et par le faulz sui greslette; 
Dittes moy se je suis belle. 

J'ay bonnes rains, ce m'est vis, 

Bon dos, bon cul de Paris, 

Cuisses et gambes bien faictes; 

Sui je, sui je, sui je belle? 

J'ay piez rondes et petiz, 
Bien chaussans, et biaux habis, 
Je sui gaye et foliette; 
Dittes moy se je sui belle. 

J*ay mantiaux fouirez de gris, 
J'ay chapiaux, j'ay biaux profBs 
Et d* argent mainte espinglette; 
Sui je, sui je, sui je belle? 
6 



EUSTACHE IDESCHAIVfiPS 

J*ay draps de soye et tabis, 
J'ay draps d'or et blans et 
J*ay malnte bonne chosette ? 
HDittes moy se je sui belle. 

.xv. ans n*ay, je vous dis 

est mes tresors jolys, 
S'en garde ray la clavette ; 
Sul je^ sul je^ sui je belle $ 

!Bien devra estre Hardis 
Cilz qui sera mes amis, 
Qui ara tel damoiselle 5 
IDIttes moy se je sui belle. 

Et par Dieu je li plevis 
C2 ue tresloyal, se je vis, 
LI seray 3 si ne chancelle ; 
Sui je, sui je, su.1 je belle $ 

Se courtois est et gentilz, 
Vaillans, apers^ bien. apris, 
II gaignera sa cj\zerelle ; 
Dittes moy se je sui belle. 

G*est un mondains paradiz: 
Qu.e d* avoir dame toudis ? 
Ainsi frescrie, alnsi nouvelle ; 
Sui je, sui je, sui je belle ? 

Entre vous accouardiz, 
iPensez: a ce q[ue je diz ; 
Cy fine ma chansonelle ; 
Sui je, sui je a sui je belle ? 



EUSTACHE DESCHAMPS 



7 Balade amoureuse 

Comment lamant^ a un jour de Penthecouste ou moys de 
May, trouva s'amie par amours cueillant roses en un 
jobs jardm 

T E droit jour d'une Penthecouste, 
-*^ En ce gracieux moys de May, 
Celle ou j'ay m'esperance toute 
En un jolis vergier trouvay 
Cueillant roses, puis lui priay : 
Baisiez moy. Si dit : Voulentiers. 
Aise fii; adonc la baisay 
Par amours, entre les rosiers. 

Adonc n'ot ne paour ne doubte, 
Mais de s'amour me confortay; 
Espoir fu des lors de ma route, 
Ains meilleur jardin ne trouvay. 
De la me vient le bien que j'ay, 
L'octroy et li doulx desiriers 
Que j'oy, comme je Tacolay, 
Par amours, entre les rosiers. 

Cilz doulx baisier oste et reboute 
Plus de griefz <jue dire ne say 
De moy; adoucie est trestoute 
Ma douleur; en joye vivray. 
Le jour et Teure benistray 
Dont me vint li tresdoulx baisiers, 
Quant ma dame lors encontray 
Par amours, entre les rosiers. 
S 



EUSTACHE DESCHAMPS 

I/ENVOY 

Prince, ma dame 3. point trouvay 
Ce jour, et bien m'estoit mestiers ; 
De bonne heure la saluay, 
Par amours, entre les rosiers. 



BalaJe 

OR n'est il fleur, odour ne violette, 
Arbre, esglantier, tant ait douceur en ltd, 
Beaute, bonte", ne chose tant parfaitte, 
Homme, femnie, tant soit blanc ne poli, 
Crespe ne blont, fort, appert ne joli, 
Saige ne foul, que Nature ait forme", 
Qui a son temps ne soit viel et us, 
Et que la mort a sa fin ne le chace, 
Et, se viel est, qull ne soit dirFame" : 
Viellesce est fin et jeunesce est en grace. 

La flour en may et son odour delecte 
Aux odorans, non pas jour et demi ; 
En un moment vient li vens qui la guette; 
Cheoir la fait ou la couppe par mL 
Arbres et gens passent leur temps ainsi : 
Riens estable n'a Nature ordonne", 
Tout doit mourir ce qui a est n ; 
Un povre ace's de fievre Fomme efface, 
Ou aage viel, qui est determine : 
Viellesce est fin et jeunesce est en grace. 

Pourquoy fait done dame ne pucellette 
Si grant dangier de s'amour a ami, 

9 



EUSTACHE DESCHAMPS 

Qui sechera soubz le pie" com Terbette ? 
C'est grant folour. Que n'avons nous mercy 
L'un de 1'autre? Quant tout sera pourry, 
Ceuls qui n'aiment et ceuls qui ont ame", 
L'y refiisant, seront chetif clame", 
Et li donnant aront vermeille face, 
Et si seront au monde renomme 1 : 
Viellesce est fin et jeunesce est en grace. 

I/ENVOY 

Prince, chascun doit en son josne ae" 
Prandre le temps qui lui est destine". 
En 1'aage viel tout le contraire face : 
Ainsis ara les deux temps en chierte 1 . 
Ne face nul de s'amour grant fierte" : 
Veillesce est fin et jeunesce est en grace. 



(Sur la mort de Bertrand du Guesclin) 

T^STOC d'oneur et arbres de vaillance, 
*-* Cuer de lyon esprins de hardement, 
La flour des preux et la gloire de France, 
Victorieux et hardi combatant, 
Saige en vos fais et bien entreprenant, 

Souverain homme de guerre, 
Vainqueur de gens et conquereur de terre, 
Le plus vaillant qui onques fust en vie, 
Chascun pour TOUS doit noir vestir et querre: 
Plourez, plourez flour de chevalerie. 

O Bretaingne, ploure ton esperance, 
Normandie, fay son entierement, 



EUSTACHE DESCHAMPS 

Guyenne aussi, et Auvergne or t'avence, 
Et Languedoc, quier lui son mouvement. 
Picardie, Champaigne et Occident 

Doivent pour plourer acquerre 
Tragediens, Arethusa requerre 
Qui en eaue fut par plour convertie, 
Afin qu'a touz de sa mort les cuers serre: 
Plourez, plourez flour de chevalerie. 

He* ! gens d'arrnes, aiez en remembrance 
Vostre pere, vous estiez si enfant ; 
Le bon Bertran, qui tant ot de puissance, 
Qui vous amoit si amoureusement ; 
Guesclin crioit ; priez devotement 

Qu*il puist paradis conquerre ; 
Qui dueil n'en fait et qui ne prie il erre, 
Car du monde est la lumiere faillie : 
De tout honeur estoit la droicte serre : 
Plourez, plourez flour de chevalerie. 

Salade 

(A Geffroy Chaucier) 

O SOCRATES plains de philosophic, 
Seneque en meurs et Anglux en pratique, 
Ovides grans en ta poeterie, 
Bries en parler, saiges en rethorique, 
Aigles treshautz, qui par ta theorique 
Enlumines le regne d' Eneas, 
L'Isle aux Geans, ceuls de Bruth, et qui as 
Sem6 les fleurs et pknt4 le rosier, 
Aux ignorans de la langue pandras, 
Grant translateur, noble Geffroy Chaucier. 
n 



EUSTACHE DESCHAMPS 

Tu es d'amours mondains Dieux en Albie ; 

Et de la Rose, en la terre Angelique, 

Qui d* Angela saxonne, et puis flourie 

Angleterre, d'elle ce nom s'applique 

Le derrenier en Tethimologique, 

En bon angles le livre translatas 

Et un vergier ou du plant demandas 

De ceuls qui font pour eulx auctorisier, 

A ja longtemps que tu edifias, 

Grant translateur, noble GefFroy Chaucier. 

A toy pour ce de la fontaine Helye 
Requier avoir un buvraige autentique 
Dont la doys est du tout en ta baillie, 
Pour rafrener d*elle ma soif ethique, 
Qui en Gaule seray paralitique 
Jusques a ce que tu m'abuveras. 
Eustaces sui, qui de mon plant aras : 
Mais pran en gr^ les euvres d'escolier 
Que par Clifford de moy avoir pourras, 
Grant traoslateur, noble GefFroy Chaucier. 



L ENVOY 

Poete hault, loenge destruye, 

En ton jardin ne seroye qu*ortie: 

Considere ce que j'ai dit premier, 

Ton noble plant, ta douce mlodie. 

Mais pour s^avoir, de rescripre te prie, 

Grant translateur, noble GefFroy Chaucier. 



EUSTACHE DESCHAMPS 

11 Rondel 

WENEZ a mon jubite : 
* J'ay passg la cinquantaine : 

Tout mon bon temps est al: 
Venez a mon jubile". 

Mon corps est tout affol6. 
Adieu I de moy vous souviengne ! 
Venez a mon jubil : 
J'ay pass la cinquantaine. 

CHRISTINE DE PISAN 

c. 1363 te. 1430 

12 Balade 

est venu le tres gracieux mois 
De May le gay, ou tant a de doulgours, 
Que ces vergiers, ces buissons et ces bois 
Sont tout chargiez de verdure et de flours, 

Et toute riens se resjoye. 
Parmi ces champs tout flourist et verdoye, 
Ne il n'est riens qui n'entroublie esmay, 
Pour la doulgour du jolis moys de May. 

Ces oisillons vont chantant par degois. 
Tout s'esjouist partout de commun cours, 
Fors moy, helas ! qui sueffre trop d'anois, 
Pour ce que loings je suis de mes amours; 

Ne je ne pourroye avoir joye, 
Et plus est gay le temps ef plus m'anoye. 
Mais mieulx cognois ades s'oncques amay, 
Pour la douceur du jolis mois de May. 

13 



CHRISTINE DE PISAN 

Dont regretter en plourant maintes fois 
Me fault cellui, dont je n'ay nul secours ; 
Et les griefs maulx d'amours plus fort cognois, 
Les pointures, les assaulx et les tours. 

En ce doulz temps, que je n'avoye 
Oncques mais fait; car toute me desvoye 
Le grant desir qu'ades trop plus ferrne ay, 
Pour la doulgour du jolis mois de May. 



Balade 

avez fait par vostre grant doulgour, 
Tre"s doulz ami, que vous m'avez conquise. 
Plus n'y convient complainte ne clamour, 
Ja n'y ara par moy deffense mise. 
Amours le veult par sa doulce maistrise, 
Et moy aussi le vueil, car, se m'ait Dieux, 
Au fort c'estoit folour quant je m'avise 
De refFuser ami si gracieux. 

Et j'ay espoir qu'il a tant de valour 
En vous, que bien sera m'amour assise, 
Quant de beault6, de grace et tout honnour 
II y a tant que c'est drois qu'il souffise; 
Si est bien drois que sur tous vous eslise; 
Car vous estes digne d'avoir trop mieulx, 
Et j*ay eu tort, quant tant m'avez requise, 
De refFuser ami si gracieux. 

Si vous retienne et vous donne m'amour, 
Mon fin cuer doulz, et vous pri que faintise 
Ne soit en vous, ne nul autre faulx tour; 
Car toute m'a enderement acquise 

14 



CHRISTINE DE PISAN 

Vo doulz maintien, vo maniere rassise, 
Et vos trs doulx amoureux et beaulz yeux. 
Si aroye grant tort en toute guise 
De reffiiser ami si gracieux. 

Mon doulz ami, que j'aim sur tous et prise, 
J y oy tant de bien de vous dire en tous lieux 
Que par raison devroye estre reprise 
De refruser ami si gracieux. 

Balade 

T AD IS par amours amoient 
^ Et les dieux et les deesses, 
Ce dit Ovide, et avoient 
Pour amours maintes destresses ; 
Foi 3 loiault^ et promesses 
Tenoient sanz decepvoir, 
Se les fables dient voir. 

Et du ciel jus descendoient, 

Non obstant leurs grans hauteces, 

Et a estre araez queroient 

Les haulz dieux pleins de nobleces ; 

Pour amours leurs grans richeces 

Mettoient en nonchaloir, 

Se les fables dient voir. 

Lors si tare's contrams estoient, 

Nymphes et enchanteresses, 

Et les dieux qui lors regnoient, 

Satirielz et maistresses, 

D 'amours, qu^a trop grans largeces 

Mettoient corps et avoir, 

Se les fables dient voir. 

15 



CHRISTINE DE PISAN 

Pour ce, princes et princepces 
Doivent amer et savoir 
D 'amours toutes les adresces, 
Se les fables dient voir. 

Rondeaux 



. . 

O IANS vairs yeulx, qui mon cuer avez pris 

^^ Par vos regars pleins de laz amoureux, 
A vous me rens, si me tiens eiireux 
D'estre par vous si doulcement surpris. 

On ne pourroit sommer le tre*s grant pris 
De vos grans biens qui tant sont savoureux, 
Rians vairs yeulx, qui mon cuer avez pris. 

Tant estes doulz, plaisant et bien apris, 
Qu'ou monde n'a homme si doulereux 
Que, s'un regart en avoit doulcereux, 
Que tantost n'eust par vous confort repris, 
Rians vairs yeulx, qui mon cuer avez pris. 



16 a 

IE souvent vais au moustier 

C'est tout pour veoir la belle 
Fresche com rose nouvelle. 



S 1 



D'en parler n'est nul mestier, 
Pour quoy fait on tel nouvelle 
Se souvent vais au moustier ? 

II n'est voye ne sender 
Ou je voise que pour elle ; 
Folz est qui fol m'en appelle 
Se souvent vais au moustier. 
16 



CHRISTINE BE PISAN 

// /// 

TT\URE chose est a soustenir 

"^ Quant cuer pleure et la bouche chante. 

Et de faire dueil se tenir, 

Dure chose est a soustenir. 

Faire le fault qui soustenir 

Veult honneur qui mesdisans hante, 

Dure chose est a soustenir. 

ALAIN CHARTIER 

c. i386-ti449 

18 Ballade 

Ofolz des folz, et les folz mortelz homraes, 
Qui vous fiez tant 6s biens de fortune 
En celle terre, 6s pays ou nous sommes, 
Y avez vous de chose propre aucune ? 
Vous n'y avez chose vostre nes-une 
Fors les beaulx dons de grace et de nature. 
Se Fortune done, par case d'adventure, 
Vous toult les biens que vostre vous tenez. 
Tort ne vous fait, aingois vous fait droicture, 
Car vous n'aviez riens quand vous fustes nez. 

Ne laissez plus le dormir 2, grans sommes 

En vostre lict, par nuit obscure et brune, 

Pour acquester richesses a grans sommes, 

Ne convoitez choses dessoubs la lune, 

Ne de Paris jusques & Pampelune, 

Fors ce qui fault, sans plus, a creature 

Pour recouvrer sa simple nourriture ; 

Suffise vous d'estre bien renommez, 

Et d'emporter bon loz en sepulture: 

Car vous n'aviez riens quand vous fustes nez. 

2958 IT C 



ALAIN CHARTIER 

Les joyeulx fruicts des arbres, et les pommes, 
Au temps que fut toute chose commune, 
Le beau miel, les glandes et les gommes 
SoufHsoient bien a chascun et chascune. 
Et pour ce fut sans noise et sans rancune. 
Soyez contens des chaulx et des froidures, 
Et me prenez Fortune doulce et seure. 
Pour vos pertes, griesve dueil n'en menez, 
Fors a raison, a point, et a mesure, 
Car vous n'aviez riens quand vous fustes nez. 

Se fortune vous fait aucune injure, 

C'est de son droit, j& ne 1'en reprenez, 

Et perdissiez jusques a la vesture: 

Car vous n'aviez riens quand vous fustes nez. 

AUTEUR INCONNU 
19 Complainte populaire 

XVe Siecle 

NTILZ gallans de France, 
Qui en la guerre allez, 
Je vous prie qu'il vous plaise 
Mon amy saluer.' 

c Comment le saluroye 
Quant point ne le congnois?' 
C I1 est bon a congnoistre, 
II est de blanc arm.6; 

4 II porte la croix blanche, 
Les esperons dorez, 
Et au bout de sa lance 
Ung fer d'argent dore7 
18 



AUTEUR INCONNU 

4 Ne plorez plus, la belle, 
Car il est trespass^: 
II est mort en Bretaigne, 
Les Bretons 1'ont tue". 

'J'ay veu faire sa fousse 
L'ore*e d*ung vert pre", 
Et veu chanter sa messe 
A quatre cordelliers.* 

20 Complainte Normande d*un Auteur 
inconnu 

XVe Siecle 

LJ ELLAS ! Ollivier Basselin, 

^ ^ N'orrons nous poinct de vos nouvelles? 

Vous ont les Engloys mys ^ fin ? 

Vous scuttle's gayement chanter 
Et demener joyeuse vye, 
Et les bons compagnons hanter 
Par le pays de Normandye. 
Jusqu'a Sainct L6, en Cotentin, 
En une compaignye moult belle, 
Oncques ne vu tel pellerin. 

Les Engloys ont faict desraison 
Aux compaignons du Vau de Vire 
Vous n'orrez plus dire chanson 
A ceulx qui les soulloient bien dire. 

Nous priron Dieu de bon cueur fin 
Et la doulce Vierge Marie 
Qu'il doint aux Engloys male fin. 
Dieu le Pere si les mauldye ! 

19 C 2 



CHARLES D'ORLEANS 

7 _ _ 1391-1-1465 

JBallaJcs 

21 i 

regardant vers le pais de France, 



Ung jour m'avint, Dovre sur la mer, 
Qu'il me souvint de la doulce plaisance 
Que je souloye oiidit pais trouver. 
Si commengay de cueur i souspirer, 
Combien certes que grant bien me faisoit 
De veoir France, que mon cueur amer doit. 

Je m'avisay que c'estoit non s^avance 
De tels soupirs dedens mon cueur garder, 
Veu que je voy que la voye commence 
De bonne paix, qui tous biens peut donner. 
Pour ce, tournay en confort mon penser: 
Mais non pourtant mon cueur ne se lassoit 
De veoir France, que mon cueur amer doit. 

Alors, chargeay en la nef d'esperance 

Tous mes souhaitz, en les priant d'aler 

Oultre la mer, sans faire demourance, 

Et & France de me recommander. 

Or, nous doint Dieu bonne paix sans tarder 

Adonc auray loisir, mais qu*ainsi soit, 

De veoir France, que mon cueur amer doit. 

ENVOI 

Paix est tresor qu'on ne peut trop louer, 
Je he" guerre, point ne la doit priscr; 
Destourb6 m'a longtemps, soit tort ou droit, 
De veoir France, que mon cueur amer doit. 



CHARLES D'ORLEANS 

22 ii 

XTOUVELLES ont couru en France 
^ Par maints lieux, que j'estoye mort ; 
Dont avoient peu de desplaisance 
Aucuns qui me hayent a 1 tort. 
Autres en ont eu desconfort, 
Qui inpayment de loyal vouloir, 
Corame mes bons et vrais amis. 
Si fais a toutes gens scavoir 
Qu' encore est vive la souris. 
Je n'ay u mal ne grevance, 
Dieu mercy, mais suis sain et fort ; 
Et passe temps en esperance 
Que Paix, qui trop longuement dort, 
S'esveillera et par accort 
A tous fera Hesse avoir. 
Pour ce, de Dieu soient maudis 
Ceulx qui sont dolents de veoir 
Qu'encore est vive la souris. 
Jeunesse sur moi a puissance ; 
Mais Vieillesse fait son esfort 
De m'avoir en sa gouvernance, 
A present faillira son sort : 
Je suis assez loin de son port. 
De plourir vueil garder mon hoir 
Lou6 soit Dieu de paradis 
Qui m'a donn6 force et povoir 
Qu'encore est vive la souris. 

ENVOI 

Nul ne porte pour moy le noir, 
On vent meillieur marchl drap gris ; 
Or tiengne chascun, pour tout voir, 
Qu'encore est vive la souris. 



CHARLES D'ORLEANS 

23 iii 

"DRIEZ pour paix, douce Vierge Marie, 

* Refne des cieux et du monde maistresse, 

Faites prier, par vostre courtoisie, 

Saints et saintes, et prenez vostre adresse 

Vers vostre fils, requgrant sa hautesse 

Qu'il lui plaise son peuple regarder 

Que de son sang a voulu racheter, 

En deboutant guerre qui tout desvoie ; 

De prieres ne vous veuillez lasser, 

Priez pour paix, le vrai trsor de joie. 

Priez, prlats et gens de sainte vie, 
Religieux, ne dormez en paresse, 
Priez, maistres et tous suivant clergie, 
Car par guerre faut que 1'estude cesse ; 
Moustiers destruits sont sans qu'on les redresse, 
Le service de Dieu vous faut laisser, 
Quand ne pouvez en repos demeurer; 
Priez si fort que briefment Dieu vous oie, 
L'Eglise veut a ce vous ordonner ; 
Priez pour paix, le vrai tresor de joie. 

Priez, princes qui avez seigneurie, 

Rois, dues, comtes, barons pleins de noblesse, 

Gentils hommes avec chevalerie; 

Car meschants gens surmontent gentillesse; 

En leurs mains ont toute vostre richesse, 

Debats les font en haut estat monter, 

Vous le pouvez chascun jour voir a clair, 

Et sont riches de vos biens et roonnoie, 

Dont vous deussiez le peuple supporter; 

Priez pour paix, le vrai trsor de joie. 



CHARLES D'ORLEANS 

Priez, peuples qui soufFrez tyrannic, 
Car vos seigneurs sont en telle faiblesse 
Qu'ils ne peuvent vous garder pour maistrie, 
Ni vous aider en votre grand destresse ; 
Loyaux marchands, la selle si vous blesse 
Fort sur le dos, chacun vous vient presser 
Et ne pouvez marchandise mener, 
Car vous n'avez sur passage ni voie, 
En maint p6ril vous convient-il passer ; 
Priez pour paix, le vrai trsor de joie. 

ENVOI 

Dieu tout-puissant nous vueille conforter 
Toutes choses en terre, ciel et mer, 
Priez vers lui que brief en tout pourvoie ; 
En lui seuleraent est de tous maux amender ; 
Priez pour paix, le vrai trsor de joie. 

24 ru 

T AS I Mort qui t ? a fait si bardie 
^ De prendre la noble Princesse 
Qui estoit mon con fort, ma vie^ 
Mon bien, mon plaisir, ma richesse ! 
Puis que tu as prins ma maistresse, 
Prens moy aussi son serviteur, 
Car j'ayme mieulx prouchainement 
Mourir que languir en tourment, 
En paine, soussi et doleur. 

Las ! de tous biens estoit garnie 
Et en droicte eur de jeunesse I 
Je prie a Dieu qu*il te maudie, 
Faulse Mort, plaine de rudesse ! 

23 



CHARLES D'ORLEANS 

Se prise Feusses en vieillesse, 
De ne fust pas si grant rigueur ; 
Mais prise 1'as hastivement 
Et m'as laissie* piteusement 
En paine, soussi et doleur. 

Las ! Je suis seul sans compagnie 1 

Adieu ma Dame, ma liesse ! 

Or est nostre amour departie, 

Non pour tant, je vous fais promesse 

Que de prieres, a largesse, 

Morte vous serviray de cueur, 

Sans oublier aucunement ; 

Et vous regretteray souvent 

En paine, soussi et doleur. 

ENVOI 

Dieu, sur tout souverain Seigneur, 
Ordonnez par grace et doulceur, 
De Tame cTelle, tellement 
Qu'elle ne soit pas longuement 
En paine, soussi et doleur. 

Rondeaux 



T E temps a laissie" son manteau 
" De vent, de froidure et de pluye, 
Et s'est vestu de brouderie, 
De soleil luyant, cler et beau. 

II n'y a beste, ne oyseau, 
Qu'en son jargon ne chant ou crie: 
Le temps a Iaissi6 son manteau 
De vent, de froidure et de pluye. 



L 1 



CHARLES D'ORLEANS 

Riviere, Fontaine et ruisseau 
Portent, en livre"e jolie, 
Gouttes d' argent et d'orfaverie, 
Chascun s'abille de nouveau. 
Le temps a laissie* son manteau. 

26 it 

ES fourriers d'Este" sont venus 

Pour appareillier son logis, 
Et ont fait tendre ses tappis 
De fleurs et de verdure tissus. 

En estendant tappis velus 
De verte herbe par le pais, 
Les fourriers d'Este sont venus 
Pour appareillier son logis. 
Cueurs d'ennuy piega morfondus, 
Dieu mercy, sont sains et jolis ; 
Alez vous en, prenez pais, 
Yver, vous ne demourrez plus; 
Les fourriers d'Este sont venus. 

27 iii 

I "\IETJ, qu'il la fait bon regarder ? 
^ La gracieuse, bonne et belle ! 
Pour les grans biens ojii sont en elle, 
Chascun est prest de la louer. 

Qui se pourroit d'elle lasser I 
Tousjours sa beaulte" renouvelle. 
Dieu, qu'il la fait bon regarder, 
La gracieuse, bonne et belle ! 
Par deca, ne delzl la mer, 
Ne sgay Dame ne Demoiselle 
Qui soit en tous biens parfais telle ; 

35 



CHARLES D'ORLEANS 

C*est un songe que d'y penser. 
Dieu, qu'il la fait bon regarder ! 

28 iv 

A LLEZ-VOUS-EN, allez, allez, 
*-** Soussi, Soing et Merencolie, 
Me cuidez-vous, toute ma vie, 
Gouverner, comme fait avez ? 

Je vous promet que non ferez ; 
Raison aura sur vous maistrie : 
Allez-vous-en, allez, allez, 
Soussie, Soing et Merencolie. 

Se jamais plus vous retournez 
Avecques vostre compaignie, 
Je pri a Dieu qu'il vous maudie 
Et ce par qui vous reviendrez : 
Allez-vous-en, allez, allez. 

29 v 

T AISSEZ-MOY penser a mon aise, 
^^ H^las ! donnez m'en le loysir* 
Je devise avecques Plaisir, 
Combien que ma bouche se taise. 

Quand Merencolie mauvaise 
Me vient maintes fois assaillir, 
Laissez-moy penser a, mon aise, 
H^las ! donnez m'en le loysir* 

Car afin que mon cueur rapaise, 
J'appelle Plaisant-Souvenir, 
Qui tantost me vient resjoiiir. 
Pour ce, pour Dieu I ne vous desplaise, 
Laissez-moy penser a, mon aise. 
26 



CHARLES D'ORLEANS 

30 v? 

O ALUEZ moy toute la compaignie 
^ Od present estes a chlere lie, 
Et leur dictes que voulentiers seroye 
Avecques eulx, mais estre n'y porroye, 
Pour Vieillesse qui m'a ea sa baillie. 

Au temps passe", Jeunesse si jolie 
Me gouvernoit; las! or n'y suis je mye, 
Et pour cela, pour Dieu, que excuse" soye; 
* Saluez moy toute la compaignie 
Ou a present estes $ chiere lie, 
Et leur dictes que voulentiers seroye. 

Amoureux fus, or ne le suis je mye 
Et en Paris menoye bonne vie ; 
Adieu Bon temps, ravoir ne vous saroye, 
Bien sangl fus d'une estroite courroye. 

Que, par Aige, convient que la deslie. 
Saluez moy toute la compaignie. 



FRANCOIS VILLON 

1431- 
Les Regrets Je la belle Heaulmiere 

ADVIS m'est que j'oy regreter 
La belle qui rut heaulmiere, 
Soy jeune fille soushaicter 
Et parler en telle maniere : 
4 Ha! viellesse felonne et fiere, 
Pourquoi m*as si tost abatue ? 
Qui me tient ? Qui ? que ne me fiere ? 
Et qu*a ce coup je ne me tue? 

27 



FRANCOIS VILLON 

*ToIIu m'as la haulte franchise 
Que beault m'avoit ordonn 
Sur clers, marchans et gens cTEglise : 
Car lors, il n'estoit homme n6 
Qui tout le sien ne m'eust donne*, 
Quoi qu'il en fust des repentailles, 
Mais que luy eusse habandonne* 
Ce que reffusent truandailles. 

6 A maint homme Fay reffuse", 
Que n'estoit a moy grant sagesse, 
Pour Famour d'ung garson ruse", 
Auquel j'en faisoie largesse. 
A qui que je feisse finesse, 
Par m'ame, je Famoye bien ! 
Or ne me faisoit que rudesse, 
Kt ne m'amoit que pour le mien. 

* Si ne me sceut tant detrayner, 

Fouler au piez, que ne Famasse, 

Et m'eust il fait les rains trayner, 

Si m'eust dit que je le baisasse, 

Que tous mes maulx je n'oubliasse. 

Le glouton, de mal entechi, 

M'embrassoit. * . * J'en suis bien plus grasse! 

Que m'en reste il ? Honte et pechie\ 

c Or est il mort, pass6 trente ans, 
Et je remains vielle, chenue* 
Quant je pense, lasse ! au bon temps, 
Quelle fus, quelle devenue; 
Quant me regarde toute nue, 
Et je me voy si tres changed, 
Povre, seiche, mesgre, menue, 
Je suis presque toute enrage"e. 
28 



FRANCOIS VILLON 

* Qu'est devenu ce front poly, 

Ces cheveulx blons, sourcilz voultiz, 
Orant entroeil, le regart joly, 
Dont prenoie les plus soubtilz ; 
Ce beau nez droit, grant ne petit ; 
Ces petites joi notes oreilles, 
Menton fourchu, cler vis traictiz, 
Et ces belles levres vermeilles ? 

* Ces gentes espaulles menues ; 

Ces bras longs et ces mains traictisses ; 
Petiz tetins, hanches charnues, 
Eslevfes, propres, faictisses 
A. tenir amoureuses lisses ; 
Ces larges rains, ce sadinet 
Assis sur grosses fermes cuisses, 
Dedens son petit jardinet ? 

' Le front rid, les cheveux gris, 
X-es sourcilz cheuz, les yeulz estains, 
Qui faisoient regars et ris, 
33ont mains marchans furent attains ; 
Nez courbes, de beault loingtains ; 
Oreilles pendans et moussues ; 
Le vis pally, mort et destains ; 
Menton fronce", levies peaussues : 

c C'est d'umaine beault Tyssue I 
Les bras cours et les mains contraites, 
Les espaulles toutes bossues ; 
Mamelles, quoy ! toutes retraites ; 
Telles les hanches que les tetes, 
I>u sadinet, fy 1 Quant des cuisses, 
Cuisses ne sont plus, mais cuissetes, 
Grivel&s comme saulcisses. 
29 



FRANCOIS VILLON 

Ainsi le bon temps regretons 
Entre nous, povres vielles sotes, 
Assises has, crouppetons, 
Tout en ung tas comme pelotes, 
A petit feu de chenevotes 
Tost allumees, tost estaintes ; 
Et jadis fusmes si mignotes ! . . . 
Ainsi emprent a mains et maintes/ 



Grant Testament, xxxviii-xli 

OI ne suis, bien le considere, 

^ Filz d'ange, portant dyademe 

D'estoille ne d'autre sidere. 

Mon pere est mort, Dieu en ait Fame ; 

Quant est du corps, il gist soubz lame . , 

J'entens que ma mere mourra, 

Et le scet bien, la povre femme 

Et le filz pas ne demourra. 

Je congnois que povres et riches. 
Sages et folz, prestres et laiz, 
Nobles, villains, larges et chiches, 
Petiz et grans, et beaulx et laiz, 
Dames a rebrassez collez, 
De quelconque condicion, 
Portans atours et bourrelez, 
Mort saisit sans exception* 

Et meure Paris et Helaine, 
Quiconques meurt, meurt douleur 
Telle qu'il pert vent et alaine ; 
Son fiel se creve sur son cueur, 

3 



FRANCOIS VILLON 

Puis sue, Dieu sect quelle sueur ! 
Et n*est qui de ses maulx Talege : 
Car enfant n'a, frere ne seur, 
Qui lors voulsist estre son plege. 

La mort le fait fremir, pallir, 

Le nez courber, les vaines tendre, 

Le col enfler, la chair mollir, 

Joinctes et nerfs croistre et estendre. 

Corps femenin, qui tant est tendre, 

Poly, souef, si precieux, 

Te fauldra il ces maulx attendre? 

Oy, ou tout vif aller es cieulx. 

Ballade 

Des Dames du Temps jadis 

TP\ICTES moy oft, n'en quel pays, 

^~* Est Flora, la belle Rommaine ; 

Archipiada, ne Thais, 

Qui fut sa cousine germaine ; 

Echo, parlant quand bruyt on maine 

Dessus riviere ou sus estan, 

Qui beault6 ot trop plus qu'humaine? 

Mais od sont les neiges d'antan i 

Ou est la tres sage Hellois, 
Pour qui fut chastre" et puis moyne 
Pierre Esbaillart a Saint-Denis? 
Pour son amour ot cest essoyne. 
Semblablement, ou est la royne 
Qui commanda que Buridan 
Fust gect^ en ung sac en Saine ? 
Mais ou sont les neiges d'antan 1 

31 



FRANCOIS VILLON 

La royne Blanche comme lis, 
Qui chantoit a voix de seraine ; 
Berte au grant pie", Bletris, Allis ; 
Haremburgis qui tint le Maine, 
Et Jehanne, la bonne Lorraine, 
Qu'Englois brulerent a Rouan ; 
Oil sont elles, Vierge souvraine ? . 
Mais oft sont les neiges d'antan ! 

ENVOI 

Prince, n'enquerez de sepmaine 
Oft elles sont, ne de cest an, 
Que ce refFrain ne vous remaine : 
Mais oil sont les neiges d'antan 1 

34 T>ouble Ballade 



ce, aimez tant que vouldrez, 
Suyvez assemblies et festes, 
En la fin ja mieulx n'en vauldrez 
Et si n*y romprez que vos testes : 
Folles amours font les gens bestes ; 
Salmon en ydolatria ; 
Samson en perdit ses lunetes. 
Bien est eureux qui riens n*y a 1 

Orpheus, le doux menestrier, 
Jouant de fleustes et musetes, 
En fut en danger de murtrier 
Chien Cerberus a quatre testes ; 
Et Narcisus, le bel honnestes, 
En ung parfont puis se noya, 
Pour Tamour de ses amouretes * . . 
Bien est eureux qui riens n'y a I 
32 



FRANCOIS VILLON 

Sardana, le preux chevalier, 
Qui conquist le regne de Cretes, 
En voulut devenir moullier 
Et iiller entre pucelletes. 
David le roy, sage prophetes, 
Crainte de Dieu en oublia, 
Voyant laver cuisses bien faites . . . 
Bien est eureux qui riens n'y a ! 

Amon en voulst deshonnourer, 
Faignant de menger tarteletes, 
Sa seur Thamar, et desflourer, 
Qui fut inceste deshonnestes ; 
Herodes pas ne sent sornetes 
Saint Jean Baptiste en decola 
Pour dances, saulx, et chansonnetes . . 
Bien est eureux qui riens n'y a ! 

De moy, povre, je vueil parler ; 
J'en fuz batu, comme a ru toiles, 
Tout nu, ja ne le quiers celer. 
Qui me feist mascher ces groselles, 
Fors Katherine de Vausselles? 
Noel le tiers est, qui fut 1. 
Mitaines a ces nopces telles, 
Bien est eureux qui riens n'y a i 

Mais que ce jeune bachelier 
Laissast ces jeunes bacheletes, 
Non I et, le deust on vif brusler 
Comme ung chevaucheur d'escouvetes, 
Plus doulces luy sont que civetes. 
Mais toutesfoys fol s'y fya : 
Solent blanches, soient brunetes, 
Bien est eureux qui riens n'y a! 

33 



FRANCOIS VILLON 
Ballade 

JDes JPemmes de Paris. 

qu'on tient belles langagieres 
__ Florentines, Veniciennes, 
Assez pour estre messagieres, 
Et mesmement les anciennes; 
Mais, soient Lombardes, Rornmaines, 
Genevoises, mes perilz, 
Pimontoises, -Savoisiennes, 
II n'est bon bee que de Paris. 

De tres beau parler tiennent chayeres, 
Se dit-on, les Neapohtaines, 
Et sont tres bonnes caquetieres 
Allemandes et Pruciennes ; 
Soient Grecques, Egipciennes, 
IDe Hongrie ou d'autre pays, 
Espaignolles ou Castellaines, 
II n*ebt bon bee que de P,aris. 

Brettes, Suysses, n*y s^avent gueres, 

Gasconnes, n^aussi Toulousaines ; 

De Petit Pont deux harangiexes 

Les concluront ; et les Lorraines, 

Engloises et Calaisiennes, 

Ay je beaucoup de lieux compris ? 

Picardes de Valenciennes ; 

11 n'est bon bee que de Paris. 

ENVOI 

Prince, aux xiames Parisiennes 
De beau parler donne le pris; 
Quoy qu'on <iie d'ltaliennes, 
II n'est bon bee que de Paris. 



FRANCOIS VILLON 



$6 Grant Testament^ Ixxivlxxix 

nom de Dieu, comme j*ay dh, 
Et de sa glorleuse Mere, 
Sans pechie soit parfait ce dit 
Par moy, plus mesgre que chimere. 
Si je n'ai eu fievre eufumere, 
Ce m'a fait divine clemence; 
Mais d'autre dueil et perte amere 
Je me tais ? et ainsi commence; 

Premier, je donne ma povre ame 

A la benoiste Trinite, 

Et la commande a Nostre Dame, 

Chambre de la divinite; 

Priant toute fa charite" 

Des drgnes neuf Ordres des cieulx, 

Que par eulx soit ce don port6 

Devant le Trosne precieux. 

Item, mon corps je donne et laisse 
A nostre grant mere la terre; 
Les vers n'y trouveront grant gresse: 
Trop luy a fait fain dure guerre. 
Or luy soit delivr6 grant erre: 
De terre vint, en terre tourne. 
Toute chose, se par trop n'erre, 
Voulentiers en son lieu retourne. 

Item, et a mon plus que pere 
Maistre Guillaume de Villon 
Qui est6 m'a plus doulx que mere: 
Enfant esleve* de maillon, 

35 



FRANfOIS VILLON 

Degete" m'a de maint boullon, 
Et de cestuy pas ne s'esioye, 
Si luy requiers genoullon, 
Qu'il n'en laisse toute la joye, 

Je luy donne ma librairie, 
Et le Rommant du Pet au DeaUe, 
Lequel Maistre Guy Tabarie 
Grossa qui est horns veritable. 
Par cayers est soubz une table. 
Combien qu'il soit rudement fait, 
La matiere est si tres notable, 
Qu'elle amende tout le mesfait. 

Item, donne ma povre mere 
Pour saluer nostre Maistresse, 
Qui pour moy ot douleur amere, 
Dieu le scet, et mainte tristesse; 
Autre chastel n'ay, ne fortresse, 
OCi me retraye corps et ame, 
Quand sur moy court malle destresse, 
Ne ma mere, la povre femme. 



57 Ballade 

Que Villon feit a la requests de sa mere pour frier 
Nostre-Dame. 

"TNAME des cieulx, regente terrienne, 
**^ Emperiere des infernaux paluz, 
Recevez moy, vostre humble chrestienne, 
Que comprinse soye entre vos esleuz, 
Ce non obstant qu'oncques rien ne valuz. 
Les biens de vous, ma dame et ma maistresse, 



FRANCOIS VILLON 

Sont trop plus grans que ne suis pecheresse, 
Sans lesquelz biens ame ne pent merir 
N'avoir les cieulx, je n'en suis jungleresse. 
En ceste foi je vueil vivre et mourir. 
A. vostre Filz dictes que je suis sienne ; 
De luy soyent mes pechiez aboluz : 
Pardonne moy comme a FEgipcienne, 
Ou comme il feist au clerc Thophilus, 
Lequel par vous fut quitte et absoluz, 
Combien qu'il eust au deable fait promesse. 
Preservez moy, que ne face jamais ce, 
Vierge portant, sans rompure encourir 
Le sacrement qu'on celebre a la mcsse. 
En ceste foy je vueil vivre et mourir. 
Femme je suis povrette et ancienne, 
Qui riens ne scay ; oncques lettre ne leuz ; 
Au moustier voy dont suis paroissienne 
Paradis paint, ou sont harpes et luz, 
Et ung enfer od dampnez sont boulluz : 
L'ung me fait paour, 1'autre joye et Hesse* 
La joye avoir me fay, haulte IDeesse, 
A qui pecheurs doivent tous recourir, 
Comblez de foy ? sans fainte ne paresse. 
En ceste foy je vueil vivre et mourir. 

ENVOI 

Vous portastes, digne Vierge, princesse, 
lesus regnant, qui n*a ne fin ne cesse. 
Le Tout-Puissant, prenant nostre foiblesse, 
Laissa les cieulx et nous vint secourir, 
OfFrit a mort sa tres chiere jeunesse. 
ISTostre Seigneur tel est, tel le confesse, 
En ceste foy je vueil vivre et mourir. 

37 



FRANCO IS VILLON 
38 Ballade 

De bonne doctrine a ceitx de mauvaise vie. 

CAR on soies porteur de bulles, 
Pipeur ou hasardeur de dez, 
Tailleur de fauhc coings, tu te brusles, 
Comme cenlx qui sont eschaudez, 
Traistres parjurs, de foy vuydez ; 
Soles Iarron 5 ravis ou pilles : 
Oft en va Facquest, que cuidez ? 
Tout aux tavernes et aux filles. 

Ryme, raille, cymballe, luttes, 
Comme fol, fainctif, eshontez ; 
Farce^ broulle 5 joue des fleustes; 
Fais, es villes et es citez, 
Farces, jeux et moralitez ; 
Gaigne au berlanc, au glic, aux quilles, 
Aussi bien va or escoutez 
Tout aux tavernes et aux filles. 

De telz ordnres te reculles ; 
Laboure, fauche champs et prez; 
Sers et pense chevaulx et mulles ; 
S'aucunement tu n*es lettrez ; 
Assez auras, se pr-ens en grez. 
Mais se chanvre broyes ou tilles, 
Ne tens ton labour qu'as ouvrez 
Tout aux tavernes et aux filles. 

ENVOI 

Chausses, pouTpoins esguilletez, 
Robes, et touies voz drappilles, 
Ains que vous fassiez pis, portez 
Tout aux tavernes et aux filles. 
38 



FRANCOIS VILLON 
39 L'JEpitaphe 

En forme de ballade que felt Jetton pour luy et ses 
compagnons, s* attendant estre pendu a*uec eux. 

RE RES humains, qui apres nous vivez, 
N'ayez les cuers centre nous endurcis, 
Car, se pitie 1 de nous povres avez, 
Dieu en aura plus tost de vous mercis. 
Vons nous voiez cy atachez cinq, six. 
Quant de la chair, que trop avons nourrie, 
Elle est pieca devore et pourrie. 
Et nous, les os, devenons cendre et pouldre* 
De nostre mal personne ne s'en rie, 
Mais priez Dieu que tous nous vueifle absouldrel 

Se freres vous damons, pas n'en derez 

Avoir desdaing, quoy que fusmes occis 

Par justice. Toutesfois, vous sc>vez 

Que tous hommes n'ont pas borr sens assis; 

Excusez nous puis que somraes transsis 

Envers le filz de la Vierge Marie, 

Que sa grace ne soit pofur nous tarie, 

Nous preservant de Tinfernale fouldre. 

Nous sommes mors, ame ne nous harie; 

Mais priez Dieu que tous nous vueille absouldre! 

La pluye nous a buez et lavez, 

Et le soleil desechez et noircis; 

Pies, corbeaulx, nous ont les yeux cavez, 

Et amcne" la bari>e et les sourcilz. 

Jamais, mil temps, nous ne sommes assis; 

Puis 93, puis la, com-me le vent varie s 

A son plaisir sans cesser nous charie, 

39 



FRANCOIS VILLON 

Plus becquetez d'oiseaulx que dez a couldre. 

Ne soiez done de nostre confrairie, 

Mais priez Dieu que tous nous vueille absouldrel 

ENVOI 



Prince JJiesus, qui sur tous a maistrie, 

Garde qu'Enfer n'ait de nous seigneurie: 

A luy n'ayons que faire ne que souldre. 

Hommes, icy n'a point de mocquerie, 

Mais priez Dieu que tous nous vueille absouldre ! 



TVT 
** 



Rondeau 
ORT, j'appelle de ta rigueur, 



Qui m'a ma maistresse ravie, 
Et n'es pas encore assouvie, 
Se tu ne me tiens en langueur. 
One puis n'eus force ne vigueur; 
Mais que te nuysoit elle en vie, 

Mort? 

Deux estions, et n*avions qu'ung cuer; 
S'il est mort, force est que devie, 
Voire, ou que je vive sans vie, 
Comme les images 3 par cuer, 

Mort! 

41 Grant Testament^ clxziz-clxv 

ITEM, j'ordonne a Saincte-Avoye, 
* Et non ailleurs, ma sepulture; 
Et aifin que chascun me voie, 
Non pas en char, raais en painture 
Que Ton tire mon estature 
D'ancre, s'il ne coustoit trop chier. 
4 o 



FRANCOIS VILLON 

De tombel ? Riens ; je n*en ay cure, 
Car il greveroit le plancher. 

Item, vueil qu'autour de ma fosse 
Ce que s'ensuit, sans autre histoire, 
Soit escript, en lettre assez grosse, 
Et qui n'auroit point d'escriptoire 
De charbon ou de pierre noire, 
Sans en riens entamer le piastre; 
Au moins sera de moy memoire 
Telle qu'elle est d'ung bon follastre. 

CY GIST ET DORT EN CE SOLLIER, 
Qu' AMOURS OCCIST DE SON RAILLON, 
UNG POVRE PETIT ESCOLLIER, 
QUI FUST NOMM^ FRANCOYS VlLLON. 
OXCQUES DE TERRE N*OT SILLON. 

IL DONNA TOUT, CHASCUN LE SCET : 
TABLES, TRESTEAULX, PAIN, CORBEILLON. 
AMANS, DICTES-EN CE \T:RSET. 

Rondeau 

REPOS eternel, donne & cil, 
Sire, et clart^ perpetuelle, 
Qui vaillant plat ni escuelle 
N'eut oncques, n'ung brain de pevciL 
II fut rez, chief, bar be et sour cil, 
Comme ung navet qu*on ret ou pelle. 

Repos eternel donne a cil. 
Rigueur le transmit en exil, 
Et luy frappa au cul la pelle, 
Non obstant qu'il clit : 6 J'en appelle ! 
Qui n'est pas terme trop subtil. 
Repos eternel donne cil. 



MARGUERITE DE NAVARRE 



43 Chanson Spirituelk 

(Pensees Je la Retne is Navarre, etant dans sa litiere 
durant la maladie du RoL) 

DIEU, qui les vostres aimez, 
J'adresse a vous seul ma complaintej 
Vous, qui les amis estimez, 
Voyez Tamour que j'ai sans feinte, 
Ou par votre loi suis contrainte, 
Et par nature et par raison. 
J'appeUe chaque Saint et Sainte 
Pour se joindre h mon oraison. 

Las! celui que vous aimez tant 
Est de*tenu par maladie, 
Qui rend son peuple malcontent, 
Et moi, en\ners vous, si bardie 
Que j'obtiendrai, quoique Ton die, 
Pour lui tres parfaite sant6. 
De vous seul ce bien je mendie, 
Pour rendre chacun content^. 

Le dlsir du bien que fattens 
Me donne de travail matiere. 
Une heure me dure cent ans, 
Et me semble que ma litiere 
Ne bouge ou retourne en arriere, 
Tant j'ai de m y avancer dlsir. 
0! qu'elle est longue, la carrire 
Ou, a la fin gist mon plaisir! 

Je regarde de tous costls 
Pour voir s'il arrive personne; 



MARGUERITE DE NAVARRE 

Priant sans cesser, n'en doutez, 
Dieu, que sante* a mon Roi donne; 
Quand nul ne vois, Pceil j'abandonne 
A pleurer; puis sur le papier 
Un peu de ma douleur j'ordonne : 
Voila* mon douloureux mestier. 

O 1 qu'il sera le bienvenu, 

Celui qui, Frappant a ma porte, 

Dira < Le Roi est revenu 

En sa sant6 tres bonne et forte 1* 

Alors sa sceur, plus mal que morte, 

Courra baiser le messager 

Qui telles nouvelles apporte, 

Que son fr^re est hors de danger. 



CLEMENT MAROT 

44 Chant de May et de 

TTOULENTIERS en ce moys icy 

^ La terre mue et renouvelle. 
Maintz amoureux en font ainsi, 
Subjectz a faire amour nouvelle 
Par legierete" de cervelle, 
Ou pour estre ailleurs plus contens ; 
Ma fa<;on d*aymer n'est pas telle, 
Mes amours durent en tout temps. 

N*y a si belle dame aussi 
De qui la beault^ ne chancelk; 
Par temps, maladie on soucy^ 
Laydeur les tire en sa nasselle; 

43 



CLEMENT MAROT 

Mais rien ne peult enlaydir celle 
Que servir sans fin je pretens ; 
Et pource qu'elle est tousjours belle, 
Mes amours durent en tout temps. 

Celle dont je dy tout cecy, 
C'est Vertu, la nymphe eternelle, 
Qui au niont d'honneur esclercy 
Tous les vrays amoureux appelle : 
'Venez, amans, venez (dit elle), 
Venez a moi, je vous attens ; 
Venez (ce dit la jouvencelle), 
Mes amours durent en tout temps/ 

ENVOI 

Prince, fais amye immortelle, 

Et la bien aymer en tens ; 

Lors pourras dire sans cautelle : 

6 Mes amours durent -en tout temps/ 

4? Epistre 

Au Roy, pour avoir este derobe 

/^\N diet bien vray, la maulvaise Fortune 
^"^ Ne vient jamais qu'elle n'en apporte une 
Ou deux ou trois avecques elle (Syre). 
Vostre cueur noble en spauroit bien que dire; 
Et moy, chetif, qui ne suis Roy ne rien, 
L/ay esprouv ? et vous compteray bien, 
Si vous voulez, corame vint la besongne. 

J'avois un jour un vallet de Gascongne, 
Gourmand, ivrongne, et asseur menteur, 
Pipeur, larron, jureur, blasphemateur, 

44 



CLEMENT MAROT 

Sentant la hart de cent pas & la ronde, 
An demourant, le meilleur filz du monde, 
Prise", loue", fort estime des filles 
Par les bordeaulx, et beau joueur de quilles. 

Ce venerable hillot fut adverty 
De quelque argent que m'aviez departy, 
Et que ma bourse avoit grosse apostumc; 
Si se leva plus tost que de coustume, 
Et me va prendre en tapinoys icelle, 
Puis vous la meit tresbien soubz son esselle 
Argent et tout (cela se doit entendre), 
Et ne croy point que ce fust pour la rendre, 
Car oncques puis n'en ay ouy parler. 

Brief, le villain ne s'en voulut aller 
Pour si petit ; mais encore il me happe 
Saye et bonnet, chausses, pourpoint et cappe; 
De mes habitz (en effect) il pilla 
Tous les plus beaux, et puis s'en habilla 
Si justement, qu'a le veoir ainsi estre, 
Vous 1'eussiez prins (en plein jour) pour son maistre, 

Finablement, de ma charnbre il s'en va 
Droict a 1'estable, ou deux chevaulx trouva; 
Laisse le pire, et sur le meilleur monte. 
Pique et s'en va. Pour abreger le compte, 
Soyez certain qu'au partir du diet lieu 
N'oublia rien fors qu'a me dire adieu. 

Ainsi s'en va, chatouilleux de la gorge, 
L edict vallet, monte" comme un Sainct Georges, 
Et vous laissa Monsieur dormir son soul, 
Qui au resveil n'eust sceu finer d'un souL 
Ce Monsieur 1& (Syre) c'estoit moy mesme, 
Qui, sans mentir, faz au matin bien blesme, 
Quand je me vey sans honneste vesture. 

45 



CLEMENT MAROT 

Et fort fasche" de perdre ma monture; 
Mais de Targent que vous m'aviez donne", 
Je ne fuz point de le perdre estonne ; 
Car vostre argent (tres debonnaire Piince) 
Sans point de faulte est subject a la pince. 

Bien tost apres ceste fortune la, 
Une autre pire encores se mesla 
De m'assaillir, et chascun jour m'assault, 
Me mena^ant de me donner le sault, 
Et de ce sault m*envoyer a Fenvers, 
Rithmer soubz terre et y faire des vers. 

C*est une lourde et longue maladie 
De trois bons moys, qui m'a toute eslourdie 
La povre teste, et ne Teult tenniner, 
Ains me contrainct d > apprendre 3. cheminer 
Tant afFoibly m'a d*estrange manlere ; 
Et si m*a faict la cuysse heronniere, 
L'estomac sec, le ventre plat et vague: 
Quand tout est dit, aussi mauvaise bague 
Ou peu s'en fault que femme de Paris, 
Saulve Thonneur d'elles et leurs maris* 

Que diray plus au miserable corps 
Dont je vous parle il n*est demoure' fors 
Le povre esprit, qui lamente et souspire, 
Et en pleurant tasche ^ vous faire lire. 

Et pour autant (Syre) que suis a, vous, 
De trois jours Tun viennent taster mon poulx 
Messieurs Braillon, Le Coq, Akaquia, 
Pour me garder d'aller jusqu'^ quia* 

Tout consulte", ont remis au printemps 
Ma guarison ; mais r k ce que j'entens, 
Si je ne puis au printemps arriver, 
Je suis taille de mourir en yver. 



CLEMENT MAROT 

Et en danger, si en yver je rneurs, 

De ne veoir pas les premiers raisins meurs. 

Voi& comment, depuis neuf inoys en ca, 
Je suis traicte". Or, ce que me laissa 
Mon larronneau, long temps a Fay vendu, 
Et en sirops et julez despendu ; 
Ce neantmoins, ce que je vous en mande 
ISF'est pour vous faire ou requeste ou deniande; 
Je ne veulx point taat de gens ressembler, 
Qui n'ont soucy autre que dissembler; 
Tant qu'ilz vivront ilz demanderont, eulx ; 
Mais je commence & devenir lionteux, 
Et ne veulx plus a voz dons m'arrester, 

Je ne dy pas, si voulez rien prester, 
Que ne le prenne. II n'est point de presteur 
(S'll veult prester) qui ne face un d^bteur. 
Et S9avez-vous (Syre) comment le paye? 
Nul ne le s^ait, si premier ne Pessaye; 
Vous me devrez (si je puis) de retour, 
Et vous feray encores un bon tour. 
A celle fin qu'il n'y ait faulte nulle, 
Je vous feray une belle cedulle, 
A vous payer (sans usure, il s'entend) 
Quand on verra tout le monde content; 
Ou si voulez, a payer ce sera 
Quand vostre loz et renom cessera. 
Et si sentez que soys foible <le reins 
Pour vous payer, les deux princes Lorrains 
Me pfcgeront. Je les pense si fermes 
Qu'ilz ne fauldront pour moy a Tun des termes. 
Je sgay assez -que vous n'avez pas peur 
Que je m'enfuye on que je soys 
Mais il faict t>on asseurer ce qu*on 

47 



CLEMENT MAROT 

Bref, vostre paye, ainsi que je 1'arreste, 
Est aussi seure advenant mon trespas 
Comme advenant que je ne meure pas. 

Avisez done si vous avez desir 
De rien prester; vous me ferez plaisir, 
Car puis un peu j'ay basty i Clement, 
L oh j'ay faict un grand desboursement ; 
Et Marot, qui est un peu plus loing, 
Tout tombera, qui n'en aura le soing. 

Voila le poinct principal de ma lettre ; 
Vous sgavez tout, il n'y fault plus rien mettre. 
Rien mettre ? Las 1 Certes, et si feray ; 
Et ce faisant, mon style j'enfleray, 
Disant : ; O Roy amoureux des neuf Muses, 
Roy en qui sont leurs sciences infuses, 
Roy plus que Mars d'honneur environne", 
Roy le plus roy qui fut one couronne", 
Dieu tout puissant te doint pour t'estrenner 
Les quatres coings du monde gouverner, 
Tant pour le bien de la ronde machine, 
Que pour autant que sur tous en es digne.* 



46 Rondeau 

Dt T amour du Stecle Antique 

A U bon vieulx temps un train d'amour regnoit 
'** Qui sans grand art et dons se demenoit, 
Si qu'un bouquet donn d*amour profonde, 
C'estoit donn^ toute la terre ronde, 
Car seulement au cueur on se prenoit. 
4 8 



CLEMENT MAROT 

Et si par cas jouyr on venoit, 
Sgavez-vous bien comme on s'entretenoit ? 
Vingt ans, trente ans : cela duroit un monde 
Au bon vieulx temps. 

Or est perdu ce qu'amour ordonnoit: 
Rien que pleurs fainctz, rien que changes on n'oyt; 
Qui vouldra done qu'a aymer je me fonde, 
II fault premier que 1'amour on refonde, 
Et qu'on la meine ainsi qu'on la menoit 
Au bon Tieulx temps. 



Chansons 
47 / 

QUT veult avoir liesse 
Seulement d'un regard 
Vienne veoir ma maistresse 
Que Dieu maintienne et gard : 
Elle a si bonne grace, 
Que celluy qui la veoit 
Mille douleurs efface, 
Et plus s'il en avoit. 

Les vertus de la belle 
Me font esmerveiller ; 
La souvenance d'elle 
Faict mon cueur esveiller; 
Sa beaut^ tant exquise 
Me faict la mort sentir; 
Mais sa grace requise 
M'en peult bien garantir. 

29D8 49 



CLEMENT MAROT 

48 ii 

PUTS que de vous je n'ay autre visage, 
Je m'en voys rendre hermite en un desert, 
Pour prier Dieu, si un autre vous sert, 
Qu'autant que moy en vostre honneur soit sage* 

Adieu amours, adieu gentil corsage, 
Adieu ce tainct, adieu ces frians yeulx. 
Je n'ay pas eu de vous grand advantage ; 
Un moins aymant aura peult estre mieulx. 

4 p Hi 

"VTE scay combien la haine est dure, 
^ Et n'ay desir de le sgavoir; 
Mais je sgay qu'amour, qui peu dure, 
Faict un grand tourment recevoir. 
Amour autre nom deust avoir; 
Nommer le fault fleur ou verdure 
Qui peu de temps se laisse veoir. 

Nommez le done fleur ou verdure 
Au cueur de mon leger amant ; 
Mais en mon cueur qui trop endure, 
Nommez le roc ou dyamant : 
Car je vy tousjours en aymant, 
En aymant celuy qui procure 
Que Mort ne voyse consornmant. 



/^HANGEONS propos, c'est trop chante" d'amours: 
^* Ce sont clamours, chantons de la serpette: 
Tous vignerons ont a elie recours. 
C'est leur secours pour tailler k vignette ; 

50 



CLEMENT MAROT 

O serpilette, 6 la serpillonnette, 

La vignolette est par toy mise sus, 

Dont les bons vins tous les ans sont yssus. 

Le dieu Vulcain, forgeron des haults dieux, 
Forgea aux cieulx la serpe bien taillante, 
De fin acier trempe* en bon Tin vieulx. 
Pour tailler mieulx et estre plus Taillante. 
Bacchus la vante, et dit qu'elle est seante 
Et convenante a Noe* le bon horn 
Pour en tailler la vigne en la saison. 

Bacchus alors chappeau de treille avoit, 
Et arrivoit pour benistre la vigne ; 
Avec flascons Silenus le suyroit, 
Lequel beuvoit aussi droict qu'une ligne; 
Puis il trepigne, et se faict une bigne; 
Comme une guigne estoit rouge son nez; 
Beaucoup de gens de sa race sont nez. 



Epigrammes 
JLe Lieutenant Criminel et Samblangay 

T ORS que Maillart, juge d'Enfer, menoit 
" A Monfaulcon Sambkn^ay Fame rendre, 
A vostre advis, lequel des deux tenoit 
Meilleur maintien? Pour le TOUS faire entendre, 
Maillart sembloit homme qui mort va prendre, 
B Et Samblancay fut si ferme vieillart, 
Que Ton cuydoit, pour vray, qu'ii raenast pendre 
A Monfaulcon le lieutenant Maillart. 

51 E 2 



CLEMENT MAROT 

/2 !De Out et de Nenny 

T IN doulx Nenny avec un doulx soubzrire 
^ Est tant honneste, il le vous fault apprendre: 
Quant est d'Ouy, si veniez & le dire, 
D'avoir trop diet je vouldroys vous reprendre; 
Non que je soys ennuy d'entreprendre 
D'avoir le fruict dont le desir me poinct; 
Mais je vouldroys qu'en le me laissant prendre 
Vous me disiez: *Non, vous ne Taurez point/ 

J3 2)e FAbbe et de son J^akt 

TVyfONSIEUR TAbb6 et monsieur son valet 

** Sont faictz egaulx tous deux comme de cire: 

L'un est grand fol, Tautre petit folet; 

L*un veult railler, Fautre gaudir et rire; 

L'un boit du bon, 1'autre ne boit du pire; 

Mais un debat au soir entre eulx s'esmeut, 

Car maistre abb6 toute la nuict ne veult 

Estre sans vin, que sans secours ne meure, 

Et son valet jamais dormir ne peult 

Tandis qu'au pot une goute en demeure. 

F4 2)e Soy Mesme 

PLUS ne suis ce que j'ay est^, 
" Et ne le sgaurois jamais estre; 
Mon beau printemps et mon est6 
Ont fait le sault par la fenestre. 
Amour, tu as est mon maistre: 
Je t'ai servi sur tous les dieux. 
O si je pouvois deux fois naistre, 
Comme je te servirois mieuxi 

52 



MELLIN DE SAINT-GELAIS 



f Sonnet 

T70YANT ces monts de veue ainsi lointaine, 

Je les compare a raon long desplaisir: 
Haut est leur chef et haut est mon desir, 
Leur pied est ferme et ma foi est certaine. 

D'eux maint ruisseau coule et mainte fontaine ? 
De mes deux yeux sortent pleurs i loisir; 
De forts souspirs ne me puis dessaisir, 
Et de grands vents leur cime est toute pleine. 

Mille troupeaux s'y promenent et paissent; 
Autant d'amours se couvent et renaissent 
Dedans mon coeur, qui seul est ma pasture; 

Us sont sans fruict, mon bien n'est qu'aparence ; 
Et d'eux i moy n'a qu'une difference, 
Qu'en eux la neige, en moy la flamme dure. 



PIERRE DE RONSARD 
Sonnets 



c A VANT le temps tes tempes fleuriront, 
*** 'De peu de jours ta fin sera born6e, 
; Avant le soir se clorra ta jourae*e, 
'Trahis d'espoir tes pensers periront: 

53 



PIERRE DE RONSARD 

fi Sans me fleeter tes escrits fletriront, 
fc En ton desastre ira ma destined, 
4 Pour abuser les poetes je suis ne'e, 
k De tes souspirs nos neveux se riront. 

4 Tu seras fait du vulgaire la fable, 

L Tu bastiras sur Tin certain du sable, 

* Et vainement tu pemdras dans les cieux.* 

Ainsi disoit la Nymphe qui m'afFolIe, 
Lorsque le ciel, tesmoin de sa parolle, 
D'un dextre Eclair fut presage a mes yeux. 



T E vous envoie un bouquet que ma main 
^ Vient de trier de ces fleurs epanies: 
Qui ne les eust ce vespre cueillies, 
Cheutes terre elles fiissent demain. 

Cela vous soit un exemple certain 
Que vos beautez, bien qu'elles soient fleuries, 
En peu de temps seront toutes flaitries, 
Et, comme fleurs, periront tout soudain. 

Le temps s'en va, le temps s'en va, ma dame, 
Lasi le temps non, mais nous, nous en aliens, 
Et tost serons estendus sous la lame: 

Et des amours desquelles nous parlons, 
Quand serons morts, n'en sera plus nouvelle: 
Pour ce, aymez-moy, ce pendant qu'estes belle. 



54 



PIERRE DE RONSARD 

?8 in 

TE veux, me souvenant de ma gentille amie, 
^ Boire ce soir d'autant, et pour ce, Corydon, 
Fay remplir mes flacons, et verse 1 'abandon 
Du vin pour resjouir toute la compaignie. 

Soit que m'amie ait nom ou Cassandre ou Marie, 
Neuf fois je m'en vois boire aux lettres de son nom : 
Et tol si de ta belle et jeune Madelon, 
Belleau, 1'amour te poind, je te pri', ne Toublie. 

Apporte ces bouquets que tu m'avois cueillis, 
Ces roses, ces oeillets, ce jasmin et ces lis: 
Attache une couronne a Pentour de ma teste. 

Gaignons ce jour icy, trompons nostre trespas : 
Peut-estre que demain nous ne reboirons pas. 
S'attendre au lendemain n'est pas chose trop preste. 



TVTARIE, levez-vous, vous estes paresseuse, 
'*"'** Ja la gaye alouette au ciel a fredonn^, 
Et ja le rossignol doucement jargonn^, 
Dessus 1'espine assis 3 sa complainte amoureuse. 

Sus debout, allons voir 1'herbelette perleuse, 
Et vostre beau rosier de boutons couronn6, 
Et vos ceillets mignons ausquels aviez donn 
Hier au soir de Teau d'une main si songneuse. 

Harsoir en vous couchant vous jurastes vos yeux, 
D'estre plustost que raoy ce matin esveill^e; 
Mais le dormir de Taube, aux filles gracieux, 

Vous tient d'un doux sommeil encor les yeux sillee. 

Qa ga que je les baise et vostre beau tetin 

Cent fois pour vous apprendre a vous lever matin. 

55 



PIERRE DE RONSARD 

60 V 

(~^ OMME on void sur la branche au mois de May la rose 
^-^ En sa belle jeunesse, en sa premiere ileur, 
Rendre le ciel jaloux de sa vive couleur, 
Quand Paube de ses pleurs au poinct du jour Parrose: 

La grace dans sa feuille, et Pamour se repose, 
Embasmant les jardins et les arbres d'odeur: 
Mais battue ou de pluye ou d'excessive ardeur, 
Languissante elle meurt feuille zt feuille de"close. 

Ainsi en ta premiere et jeune nouveaute", 
Quand la terre et le ciel honoioient ta beaute", 
La Parque t'a tuee, et cendre tu reposes. 

Pour obseques regoy mes larmes et mes pleurs, 
Ce vase plein de laict, ce pannier plein de fleurs, 
Afin que vif et mort ton corps ne soit que roses. 

61 lit 

UAND vous serez bien vieille, au soir, & la chandelle, 
_ Assise aupres du feu, devidant et filant, 
Direz chantant mes vers, en vous esmerveillant : 
Ronsard me celebroit du temps que j'estois belle. 

Lors vous n'aurez servante oyant telle nouvelle, 
Desja sous le labeur i demy sommeillant, 
Qui au bruit de mon nom ne s'aille resveillant, 
Benissant vostre nom de louange immortelle. 

Je seray sous la terre, et, fantosme sans os, 
Par les ombres myrteux je prendray mon repos: 
Vous serez au fouyer une vieille accroupie, 

Regrettant mon amour et vostre fier desdain. 
Vivez, si m'en croyez, n'attendez ^ demain: 
Cueillez des aujourd'huy les roses de la vie. 



PIERRE DE RONSARD 
62 vii 

(A la Royne tPEcosse.) 

CNCORES que la mer de bien loin nous separe, 
*-* Si est-ce que Tesclaic de vostre beau soleil, 
De vostre ceil qui n'a point au monde de pareil, 
Jamais loin de mon cceur par le temps ne s'egare. 

Royne, qui enfermez une royne si rare, 
Adoucissez vostre ire et changez de conseil j 
Le soleil se levant et allant au sommeil 
Ne voit point en la terre un acte si barbare. 

Peuple, vous forlignez, aux armes nonchalant, 
De vos ayeux Renauld, Lancelot et Roland, 
Qui prenoient d'un grand cceur pour les dames querelle; 

Les gardoient, les sauvoient, ou vous n'avez, Francois, 
Ny os6 regarder ny toucher le harnois 
Pour oster de servage une royne si belle. 

6$ via 

TE veux lire en trois jours PIHade d'Homere, 
^ Et pour ce, Corydon, ferme bien 1'huis sur moy: 
Si rien me vient troubler, je t'asseure ma foy, 
Tu sentiras combien pesante est ma colere. 
Je ne veux settlement que nostre chambne're 
Vienne faire mon lit, ton compagnon, ny toy; 
Je veux trois jours entiers demeurer a requoy. 
Pour follastrer, apres, une sepmaine entiere. 
Mais si quelqu'un venoit de la part de Cassandre, 
Ouvre-luy tost la porte, et ne le fais attendre, 
Soudain entre en ma chambre, et me vien accoustrer. 
Je veux tant seulement a luy seul me monstrer: 
Au reste, si un dieu vouloit pour moy descendre 
Du ciel, ferme la porte, et ne le laisse entrer. 
57 



PIERRE DE RONSARD 

Odes 
64 i 

MIGNONNE, aliens voir si la rose 
Qui ce matin avoit desclose 
Sa robe de pourpre au Soleil, 
A point perdu ceste vespree 
Les plis de sa robe pourpree, 
Et son teint au vostre pareil. 
Las ! voyez comme en peu d'espace, 
Mignonne, elle a dessus la place 
Las ! las 1 ses beautez laisse" cheoir ! 
O vrayment marastre Nature, 
Puis qu'une telle fleur ne dure 
Que du matin jusques au soir ! 
Done, si vous me croyez, mignonne, 
Tandis que vostre age jfleuronne 
En sa plus verte nouveaut^, 
Cueillez, cueillez Tostre jeunesse : 
Comme ^ ceste fleur la vieillesse 
Fera ternir vostre beaut. 



-} FONTAINE Bellerie, 
^~S Belle fontaine cherie 

De nos Nymphes quand ton eat? 

Les cache au creux de ta source 

Fuyantes le Satyreau, 

Qui les pourchasse la course 

Jusqu'au bord de ton ruisseau: 
Tu es la Nymphe eternelle 
ma terre paternelle: 

5S 



PIERRE r>E RONSARD 

Pource en ce pre" verdelet 
Voy ton Poete qui t'orne 
D'un petit chevreau de lait, 
A qui Tune et Fautre corne 
Sortent du front nouvelet. 

L'Este" je dors ou repose 

Sus ton herbe, oil je compose, 
Cach6 sous tes saules vers, 
Je ne scay quoy, qui ta gloire 
Envoira par Funivers, 
Commandant H la Memoire 
Que tu vives par mes vers* 

L'ardeur de la Canicule 
Ton verd rivage ne brule, 
Tellement qu'en toutes pars 
Ton ombre est espaisse et drue 
Aux pasteurs venans des pares, 
Aux boeufs las de la charrue, 
Et au bestial espars. 

I6 5 tu seras sans cesse 

Des Fontaines la princesse, 
Moy celebrant le conduit 
Du rocher perc, qui darde 
Avec un enroue" bruit 
L'eau de ta source jazarde 
Qui trepillante se suit. 

66 in 

TJAY refraischir mon vin de sorte 
-* Q^il passe en froideur un glacpn: 
Fay venir Janne, qu'elle apporte 
Son luth pour dire une chanson : 

59 



PIERRE BE RONSARD 

Nous ballerons tous trois au son : 
Et dy a Barbe qu'elle vienne 
Les cheveux tors a la faon 
D'une follastre Italienne. 
Ne vois tu que le jour se passe? 
Je ne vy point au lendemain : 
Page, reverse dans ma tasse, 
Que ce grand verre soit tout plain. 
Maudit soit qui languit en vain : 
Ces vieux Medecins je n'appreuve: 
Mon cerveau n'est jamais bien sain, 
Si beaucoup de vin ne 1'abreuve. 

6? W 

A la Forest de Gastine 



sous tes ombrages vers, 
Gastine, je te chante 
Autant que les Grecs par leurs vers 

La forest d'Erymanthe. 
Car malin, celer je ne puis 

A la race future 
I>e combien oblige* je suis 

A ta belle Terdure: 
Toy, qui sous Tabry de tes bois 

Ravy d'esprit m'amuses : 
Toy, qui fais qu'a toutes les fois 

Me respondent les Muses: 
Toy, par qui de ce mechant soin 

Tout franc je me delivre, 
Lors qu'en toy je me pers bien loin, 

Parlant avec un livre. 
60 



PIERRE DE RONSARD 

Tes bocages soient tousjours pleins 

D'amoureuses brigades 
De Satyres et de Sylvains, 

La crainte des Naiades. 
En toy habite desormais 

Des Muses le college, 
Et ton bois ne sente jamais 

La flame sacrilege. 

68 v 

j sa Maistresse 

TEUNE beaute", mais trop outrecuide 
^ Des presens de Venus, 
Quand tu verras ta peau toute ridle 

Et tes cheveux chenus>, 
Centre le temps et contre toy rebelle 

Diras en te tangant, 
Que ne pensoy-je alors que j*estoy belle 

Ce que je vay pensant ? 
Ou bien, pourquoy a mon desir pareille 

Ne suis-je maintenant ? 
La beaut6 semble a la rose vermeille 

Qui meurt Incontinent. 
Voila les vers tragiques, et la plainte 

Qu'au ciel tu envoyras, 
Incontinent que ta face de"painte 

Par le temps tu voirras. 
Tu sc>is combien ardemment je t'adore 

Indocile a piti^, 
Et tu me fins, et tu ne veux encore 

Te joindre a ta mome". 
61 



PIERRE DE RONSARD 

O de Paphos, et de Cypre regente, 

Deesse aux noirs sourcis ! 
Plustost en cor que le temps, sois vengente 

Mes desdaignez soucis, 
Et du brandon dont les coeurs tu enflames 

Des jumens tout autour, 
Brusle-Ia moy, a fin que de ses flames 

Je me rie a mon tour. 



69 vi 

T>e ? Election de son sepulchre 

A NTRES, et vous Fontaines 
<** De ces roches hautaines 
Qui tombez contre-bas 

D'un glissant pas : 
Et vous forests et ondes 
Par ces prez vagabondes, 
Et vous rives et bois, 

Oyez ma voix. 
Quand le ciel et mon heure 
Jugeront que je meure, 
Ravy du beau sejour 
Du commun jour, 
Je defens qu'on ne rompe 
Le marbre pour la pompe 
De vouloir mon tombeau 

Bastir plus beau : 
Mais bien je veux qu'un arbre 
M'ombrage en lieu d'un marbre, 
Arbre qui soit couvert 
Tousjours de vert. 
62 



JPIERRE 

33 e moy puisse la terre 
Engendrer nn lierre, 
Ivl'embrassant en rnaint tour 

Tout a Fentour r 
Et la vigne tortisse 

Ivlon sepulcre embellisse, 
Faisant de toutes pars 

TJTn ombre espars. 
T >a vlencLront ctiaque 
A. ma. feste- 
-A^vecqiies leurs troiipeatLX. 

Les pastouxeaiix: r 
^uls ayant fait 1'office 
I>e lexir beau sacrifice, 
iParlans a Fisle ainsi 

JDiront ceci s 
Que tu es renomme'e 

3Z> y estre tombeau. nominee 
JD'un, d.e c[ui 1'univers 

Chante les vers i 
Et qxii onq en sat vie- 
Ne fut bnisl^ ci^nvie, 
JvdCendiant les Iionneurs 
3Des grands Seigneurs I 
ne r*apprist 1* usage 
De l'ainoureu3C breuvage 

1'art des anciens 
IvTagiciens ! 
IVEais bien a. -noz caxapagnes 

Fist voir les Soeurs compagnes 
Foulantes I'Jierbe ausc sons 

De ses cliansons. 
Car il fist a sa lyre 



PIERRE JDE RONSA.RJD 

SI bons accords eslire, 
Qu'il orna de ses chants 

Nous et noz champs. 
La douce manne tombe 
A. jarnals sur sa tumbe, 
Et Phumeur <jue produit 

En &lay la nuit. 
Tout a I'entour Pemmure 

L'herbe et 1'eau qu murmure, 
L > un tousjours verdoyant, 

L/autre ondoyant. 
Et nous ayans memoire 
I>u renom de sa gloire 
Luy ferons comme a l?an 

Honneur chaque an. 
jAJnsi dira la troupe, 

Versant de rnalnte coupe 
Le sang d*un agnelet 

A.vec du laict 
I>esur moy, qui a 1'heure 
Seray par la demeure 
Ou les heureux espris 

Ont leur pourpris. 
La gresle ne la neige 

N'ont tels lieux pour leur siege, 
la fbudre oncque la 
e devala : 

bien constante y dure 
L *immortell e verdure, 
Et constant en tout, temps 

Le beau IPrintemps. 
Le soln qui solllcite 

Les Rois, ne les incite 



PIERRE BE RONSARD 

Le monde miner 
Pour dorniner: 
Ams comme freres vivent, 
Et morts encore suivent 
Les mestiers qu'ils avoient 

Quand ils vivoient. 
La, la j'oiray d'AlcSe 
La lyre courrouce'e, 
Et Sapphon qui sur tons 

Sonne plus dous. 
Combien ceux qui entendent 

Les chansons qu'ils respandent 
Se doivent resjouir 

De les ouir 1 
Quand la peine receue 
Du rocher est deceue", 
Et quand le vieil Tantal 

N'endure mal ! 
La seule lyre douce 

L'ennuy des coeurs repousse., 
Et va Tesprit fiatant 
De Tescoutant. 

Vli 
EL Aubepin fleurissant, 

Verdissant 
Le long de ce beau rivage, 
Tu es vestu jusqu'au has 

Des longs bras 
D'une lambrunche sauvage. 
Deux camps de rouges fourmis 

Se sont mis 

En garnison sous ta soucfae: 
65 



PIERRE DE RONSARD 

Dans les pertuis de ton tronc 

Tout du long 

Les avettes ont leur couche. 
Le chantre Rossignolet 

Nouvelet, 

Courtisant sa bien-aime*e, 
Pour ses amours alleger 

Vient loger 

Tous les ans en ta rame"e. 
Sur ta cime il fait son ny 

Tout uny 

De mousse et de fine soye, 
OQ ses petlts esclorront, 

Qui seront 

De mes mains la douce proye. 
Or vy, gentil Aubepin, 

Vy sans fin, 

Vy sans que jamais tonnerre, 
Ou la coigne*e, ou les vents, 

Ou les temps 
Te puissent ruer par terre. 



71 

\ 7ERSONS ces roses pres ce vin, 
^ Pres de ce vin versons ces roses, 
Et boivons Fun a Tautre, a fin 
Qu'au cceur nos tristesses encloses 
Prennent en boivant cjuelque fin. 
La belle Rose du Priutemps, 
Aubert, admonneste les hommes 
Passer joyeusement le temps, 
Et pendant que jeunes nous sommes, 
Esbatre la fleur de nos ans. 
66 



PIERRE DE RONSARD 

Tout ainsi qu'elle defleurit, 

Fanie en une matinee, 

Ainsi nostre age se flestrit, 

Las I et en moins d'une journee 

Le printemps d'un homme pent, 
Ne veis-tu pas hier Brinon 

Parlant et faisant bonne chere, 

Qui las ! aujourd'huy n'est sinon 

Qu*un peu de poudre en une biere, 

Qui de lui n'a rien que le nom ? 
Nul ne desrobe son trespas, 

Car on serre tout en sa nasse, 

Rois et pauvres tombent la bas : 

Mais ce-pendant le temps se passe, 

Rose, et je ne te chante pas. 
La Rose est Phonneur d'un pourpris, 

La Rose est des fleurs la plus belle, 

Et dessus toutes a le pris : 

C'est pour cela que je 1'appelle 

La violette de Cypris. 
La Rose est le bouquet d* Amour, 

La Rose est le jeu des Charites, 

La Rose blanchit tout au tour 

Au matin de perles petites 

Qu'elle emprunte du poinct au jour. 
La Rose est le parfum des Dieux, 

La Rose est Thonneur des pucelles, 

Qui leur sein beaucoup aiment mieux 

Enrichir de Roses nouvelles, 

Que d*un or tant soit precieux. 
Est-il rien sans elle de beau? 

La Rose embellit toutes choses, 

Venus de Roses a la peau, 

67 F 2 



72 



PIERRE DE RONSARD 

Et TAurore a les doigts de Roses, 
Et le front le Soleil nouveau. 

Les Nymphes de Rose ont le sein, 
Les coudes, les flancs et les hanches ; 
Hebe" de Roses a la main, 
Et les Charites, tant soient blanches, 
Ont le front de Roses tout plein. 

Que le mien en soit couronne", 

Ce m'est un Laurier de victoirer 
Sus, appellons le deux-fois-ne", 
Le bon pere, et le faison boire, 
De ces Roses environne". 

Bacchus, espris de la beautg 

Des Roses aux feuilles vermeilles, 
Sans elles n*a jamais est^, 
Quand en chemise sous les treilles 
II boit au plus chaud de 1'Este". 



T T'fe Dieu, que je porte d*envie 
- * Aux felicitez de ta vie, 
Alouette, qui de Pamour 
Caquettes d6s le poinct du jour, 
Secouant la douce ros6e 
En Fair, dont tu es arrosee. 

Davant que Phebus soit Iev6 
Tu enleves ton corps Iav6 
Pour 1'essuyer pres de la nue, 
Tremoussant d'une aile menue : 
Et te sourdant a petits bons, 
Tu dis en Fair de si doux sons 
68 



PIERRE DE RONSARD 

Composes de ta tirelire, 
Qu*il n'est arnant qui ne desire 
Com me toy devenir oyseau. 
Pour desgoiser un chant si beau ; 
Puis quand tu es bien esleve'e, 
Tu tombes comme une fuse"e 
Qu'une jeune pucelle au soir 
De sa quenouille laisse choir, 
Quand au fbuyer elle sommeille. 
Frappant son sein de son oreiile : 
Ou bien quand en filant le jour 
Voit celui qui iuy fait 1'amour 
Venir pres d'elle a Fimpourreue, 
3De honte elle abaisse la veue, 
Et son tors Fuseau delie" 
Loin de sa main roule a son pi^* 
Ainsi tu roules, Aiouette, 
M!a doucelette mignonnette, 
Qui plus qu'un rossignol me plais 
Chantant par un taillis espais. 

Tu TTIS sans ofFenser person ne 5 
Ton bee innocent ne moissonne 
Le froment, comme ces oyseaux 
Qui font aux hommes rnille m.aux ? 
Soit que le bled rongent en herbe, 
Ou soit qu'ils Pegrenent en gerbe i 
Mais tu vis par les sillons verds, 
De petits fourmis et de vers r 
Ou d'une mouche ? ou d*une ache 
Tu portes aux tiens la bech^e, 
Ou d^une chenille qui sort 
Des feuilles, quand THyver est mort. 

A tort les mensongers Poetes 
69 



PIERRE IDE RONSARD 

Vous accusent vous alouettes 

ID'avoir vostre pere hai 

Jadis jusqu'a 1 'avoir trahi, 

CcHipant de sa teste Roy ale 

La blonde perruque fatale, 

Dans laquelle un crin d'or portoit 

En qui toute sa force estoit. 

Mais quoy ! vous n*estes pas seulettes 

.A. qui les mensongers Poetes 

Ont fait grand tort ; dedans le bois 

Le Rossignol a haute vois 

Gach dessous quelque verdure 

Se plaint d'eux, et leur dit injure. 

Si fait bien 1'Arondelle aussi 

Quand elle chante son cossi. 

Ne laissez pas pourtant de dire 

jMieux que devant la tirelire, 

Et faites crever par despit 

Ces menteurs de ce qu 3 Us ont dit. 

Ne laissez pour cela de vivre 
Joyeusement, et de poursuivre 
A. chaque retour du Printemps 
"Vos accousturnez passetemps ; 
Ainsi jarnais la main pillarde 
I>'une pastourelle mignarde 
Parmi les sillons espiant 
Vostre nouveau nid pepiant, 
Quand vous chantez ne le desrobe 
Ou dans son seln ou dans sa robe. 
Vivez, oiseaux, et vous Haussez 
Tousjours en 1'air, et annoncez 
3De vostre ciiant et de vostre aile 
Que le Printemps se renouvelle* 
70 



PIERRE DE RONSARD 

75 Institution pour T Adolescence du Roy 

tres-chrestien Charles IX de ce nom 
OIRE, ce n'est pas tout que d'estre Roy de France, 
^ II faut que la vertu honore vostre enfance: 
Un Roy sans la vertu porte le sceptre en vain, 
Qui ne luy est sinon un fardeau dans la main. 

Pource on dit que Thetis la femme de Pele*e, 
Apres avoir la peau de son enfant bruslee, 
Pour le rendre immortel, le print en son giron, 
Et de nuict Femporta dans Pantre de Chiron, 
Chiron noble centaure, a fin de luy apprendre 
Les plus rares vertus des sa jeunesse tendre, 
Et de science et d'art son Achille honorer, 

Un Roy pour estre grand ne doit rien ignorer. 
II ne doit seulement s^avoir Part de la guerre, 
De garder les citez, ou les ruer par terre, 
De picquer les chevaux, ou centre son harnois 
Recevoir mille coups de lances aux tournois: 
De sgavoir comme il faut dresser une embuscade, 
Ou donner une cargue ou une camisade, 
Se renger en bataille et sous les estendars 
Mettre par artifice en ordre les soldars. 

Les Rois les plus brutaux telles choses n'ignorent, 
Et par le sang vers leurs couronnes honorent: 
Tout ainsi que lions qui s'estiment alors 
De tous les animaux estre veuz les plus fors, 
Quand ils ont devore* un cerf au grand corsage, 
Et ont remply les champs de meurtre et de carnage. 

Mais les Princes mieux naiz n'estiment leur vertu 
Proceder ny de sang ny de glaive pointu, 
Ny de harnois ferrez qui les peuples estonnent, 
Mais par les beaux mestiers que les Muses nous donnent. 



PIERRE DE RONSARD 

Quand les Muses, qui sont filles de Jupiter, 
(Dont les Rois sont issus) les Rois daignent chanter, 
Elles les font marcher en toute reverence, 
Loin de leur Majest banissant Tignorance: 
Et tous remplis de grace et de divinite, 
Les font parmy le peuple ordonner equite". 

Us deviennent appris en la Mathematique, 
En 1'art de bien parler, en Histoire et Musique, 
En Physiognomic, a fin de mieux sgavoir 
Juger de leurs sujets seulement a. les voir. 

Telle science sceut le jeune Prince AchiUe r 
Puis servant et vaillant fit trebucher Troille 
Sur le champ Phrygien et fit mourir encor 
Devant le mur Troyen le magnanime Hector: 
Jl tua Sarpedon, tua Pentesilee, 
Et par luy la cite" de Troye fut bruslee. 

Tel fut jadis Thesee, Hercules et Jason, 
Et tous les vaillans preux de Pantique saison, 
Tel vous serez. aussi, si la Parque cruelle 
Ne tranche arant le temps vostre trame nouvelle. 

Charles, vostre beau nom tant commun a nos Rois, 
Nom du Ciel revenu en France par neuf fois, 
Neuf fois, nombre parfait (comme cil qui assemble 
Pour sa perfection trois triades ensemble), 
Monstre que vous aurez 1'empire et le renom 
De huit Charles passez dont vous portez le nom. 
Mais pour vous faire tel il faut de 1'artifice, 
Et des jennesse apprendre a combatre le vice. 

II fant premierement apprendre a craindre Dieu, 
Dont vous estes Fimage, et porter au milieu 
De vostre COBUT son nom et sa saincte parole, 
Comme le seal secours dont Phomme se console. 

En: apres, si voulez en terre prosperer. 



PIERRE DE RONSARD 

Vous devez vostre mere hurablement honorer, 
La craindre et la servir : qui seulement de mere 
Ne vous sert pas icy, mais de garde et de pere. 

Apres il faut temr la loy de vos ayeux, 
Qui furent Rois en terre et sont la haut aux cieux: 
Et garder que le peuple imprime en sa cerveUe 
Le curieux discours d'une secte nouvelle. 

Apres il faut apprendre a bien imaginer, 
Autrement la raison ne pourroit gouverner: 
Car tout le mal qui vient a 1'homme prend naissance 
Quand par sus la raison le cuider a puissance. 

Tout ainsi que le corps s'exerce en travaillant, 
II faut que la raison s'exerce en bataillant 
Centre la monstrueuse et fausse fantaisie, 
De peur que vainement Fame n'en soit saisie. 
Car ce n'est pas le tout de scavoir la vertu: 
II faut cognoistre aussi le vice revestu 
D'un habit vertueux,. qui d'autant plus offence, 
Qu'il se monstre honorable, et a belle apparence. 

De la vous apprendrez a vous cognoistre bien, 
Et en vous cognoissant vous ferez tousjours bien. 
Le vray commencement pour en vertus accroistre, 
C'est (disoit Apollon) soy-mesme se cognoistre: 
Celuy qui se cognoist est seul maistre de soy, 
Et sans avoir Royaume il est vrayment un Roy. 

Commencez done ainsi : puis si tost que par Page 
Vous serez homme fait de corps et de courage, 
If faudra de vous-mesme apprendre a commander, 
A ouyr vos sujets, les voir et demander, 
Les cognoistre par nom et leur faire justice, 
Honorer la vertu, et corriger le vice. 

Malheureux sont les Rois qui fondent leur appuy 
Sur Paide d'un commis, qui par les yeux d'autruy 

73 



PIERRE DE RONSARD 

Voyent 1'estat du peuple, et oyent par 1'oreille 
D'un flateur mensonger qui leur conte merveille. 
Tel Roy ne regne pas, ou bien il regne en peur 
(D'autant qu'il ne Sait rien) d'ofFenser un trompeur. 
Mais (Sire) ou je me trompe en voyant vostre grace, 
Ou vous tiendrez d'un Roy la legitime place: 
Vous ferez vostre charge, et com me un Prince doux, 
Audience et faveur vous donnerez a tous. 

Vostre palais royal cognoistrez en presence, 
Et ne commettrez point une petite offence. 
Si un Pilote faut tant soit peu sur la mer 
II fera dessous Peau le navire abysmer. 
Si un Monarque faut tant soit pea, la province 
Se perd: car volontiers le peuple suit le Prince. 

Aussi pour estre Roy vous ne devez penser 
Vouloir comme un tyran vos sujets ofFenser. 
De mesme nostre corps vostre corps est de boue. 
Des petits et des grands la Fortune se joue : 
Tous les regnes mondains se font et se desfont, 
Et au gr6 de Fortune ils viennent et s'en-vont, 
Et ne durent non-plus qu'une flame aUumSe, 
Qui soudain est esprise, et soudain consumed. 

Or, Sire, imitez Dieu, lequel vous a donne* 
Le sceptre, et vous a fait un grand Roy couronne", 
Faites misericorde a celuy qui supplie, 
Punissez rorgueilleux qui s'arme en sa folie : 
Ne poussez par faveur un homme en digmt, 
Mais choisissez celuy qui l*a bien merite": 
Ne baillez pour Argent ny estats ny offices, 
Ne donnez aux premiers les vacans benefices, 
Ne souffirez pres de vous ne flateurs ne vanteurs : 
Fuyez ces plaisans fols qui ne sont que menteurs, 
Et n'endurez jamais que les langues legeres 



PIERRE DE RONSARD 

Mesdisent des seigneurs des terres estrangeres. 

Ne soyez point mocqueur, ne trop haut la main, 
Vous souvenant tousjours que vous estes humain : 
Ne pillez vos sujets par ran$ons ny par tallies, 
Ne prenez sans raison ny guerres ny batailles : 
Gardez le vostre propre, et vos biens amassez : 
Car pour vivre content vous en avez assez. 

S'll vous plaist vous garder sans archer de la garde, 
II faut que d'un bon ceil le peuple vous regarde, 
Qu'il vous aime sans crainte : ainsi les puissans Rois 
Ont conserve le sceptre, et non par le harnois. 
Comme le corps royal ayez Tame royale, 
Tirez le peuple a vous cTune main hberale, 
Et pensez que le mal le plus pernicieux 
C'est un Prince sordide et avaricieux. 

Ayez autour de vous personnes venerables, 
Et les oyez parler volontiers & vos tables: 
Soyez leur auditeur comme fut vostre ayeul, 
Ce grand Francois qui vit encores au cercueil. 

Soyez comme un bon Prince amoureux de la gloire, 
Et faites que de vous se remplisse une histoire 
Du temps victorieux, vous faisant immortel 
Comme Charles le Grand, ou bien Charles MarteL 

Ne soufFrez que les grands blessent le populaire, 
Ne soufFrez que le peuple aux grands puisse desplaire, 
Gouvernez vostre argent par sagesse et raison. 
Le Prince qui ne peut gouverner sa maison, 
Sa femme, ses enfans, et son bien domestique } 
Ne scauroit gouverner une grand' Republique. 

Pensez longtemps devant que faire aucuns Edicts: 
Mais si tost qu'ils seront devant le peuple diets, 
Qu'ils soient pour tout jamais d'mvincible puissance, 
Autrement vos Decrets sentiroient leur enfance. 

75 



PIERRE DE RONSARD 

Ne vous monstrez jamais pompeusement vestu, 
L'habillement des Rois est la seule vertu. 
Que vostre corps reliiise en vertus glorieuses, 
Et non pas vos habits de perles precieuses, 

D'amis plus que d'argent monstrez vous desireux: 
Les Princes sans amis sont tousjours malheureux. 
Aimez les gens de bien, ayant tousjours envie 
De ressembler a ceux qui sont de bonne vie. 
Punissez les malms et les seditieux : 
Ne soyez point chagrin, despit ne furieux: 
Mais honneste et gaillard, portant sur le visage 
De vostre gentille ame un gentil tesmoignage. 

Or, Sire, pour-autant que nul n'a le pouvoir 
De chastier les Rois qui font mal leur devoir, 
Punissez vous vous mesme, afin que la justice 
De Dieu, qui est plus grand, vos fautes ne punisse, 

Je dy ce puissant Dieu dont 1'empire est sans bout, 
Qui de son throsne assis en la terre voit tout, 
Et fait un chacun ses justices egales, 
Autant aux laboureurs qu'aux personnes royales: 
Lequel nous supplions vous tenir en sa loy, 
Et vous aimer autant qu'il fit David son Roy, 
Et rendre comme luy vostre sceptre tranquille: 
Sans la faveur de Dieu la force est inutile. 



74 A son 

A MELETTE Ronsardelette, 
*^ Mignonnelette, doucelette, 
Tres-chere hostesse de mon corps, 

Tu descens li bas foiblelette, 

Pasle, maigrelette, seulette, 

Dans le froid royaume des mors; 



PIERRE DE RONSARD 

Tautefois simple, sans remors, 
De meurtre, poison, et rancune, 
Mesprisant faveurs et tresors 

Tant enviez par la commune. 
Passant, j'ai dit: suy ta fortune, 
Ne trouble mon repos : je dors. 



JOACHIM DU BELLAY 

Sonnets 

7? i 

\ 7OUS qui aux bois, aux fleuves, aux campaignes, 

* A cri, & cor, et a course native 
Suivez des cerfz la trace fugitive 
Avec Diane, et les Nymphes compaignes: 

Et toi 6 Dieu 1 qui mon rivage baignes, 
A tu point veu une Nymphe craintive, 
Qui va menant ma Iibert6 captive 
Par les sommez des plus haultes montaignes ? 

Helas enfans ! si le sort malheureux 
Vous monstre $ nu sa cruelle beaute, 
Que telle ardeur longuement ne vous tienne. 

Trop fut celuy chasseur avantureux, 
Qui de ses chiens sentit la cruaute*, 
Pour avoir veu la chaste Cyntrenne, 



77 



JOACHIM DU BELLAY 

76 ii 

CI nostre vie est moins qu'une journe'e 
*"* En Feternel, si Fan qui faict le tour 
Chasse noz jours sans espoir de retour, 
Si perissable est toute chose ne'e, 

Que songes-tu, mon ame emprisonne'e ? 
Pourquoy te plaist I'obscur de nostre jour, 
Si pour voler en un plus cler sejour 
Tu as au dos Faele bien empane'e ? 

La est le bien que tout esprit desire, 
La, le repos ou tout le monde aspire, 
La est Tamour, la, le plaisir encore. 

La, 6 mon ame, au plus hault ciel guidee, 
Tu y pourras recongnoistre 1'Idee 
De la beaute", qu'en ce monde j' adore. 

77 ///' 

"C RANGE, mere des arts, des armes, et des loix, 
* Tu m'as nourry long temps du laict de ta mamelle: 
Ores, comme un aigneau qui sa nourrisse appelle, 
Je remplis de ton nom les antres et les bois. 

Si tu m'as pour enfant advou quelquefois, 
Que ne me respons-tu maintenant, 6 cruelle? 
France, France, respons & ma triste querelle: 
Mais mil, sinon Echo, ne respond a" ma voix. 

Entre les loups cruels j'erre parmy la plaine, 
Je sens venir l*hyver, de qui la froide haleine 
D^une tremblante horreur fait herisser ma peau. 

Las ! tes autres aigneaux n'ont faute de pasture, 
Us ne craignent le loup, le vent, ny la froidure : 
Si ne suis-je pourtant le pire du troppeau. 

78 



JOACHIM DU BELLAY 

78 zv 

TVALHEUREUX Tan, Ie mois, le jour, Pheure, 



et le poinct, 
Et malheureuse soit la flateuse esperance, 
Quand pour venir icy j'abandonnay la France : 
La France, et mon Anjou, dont le desir me poingt. 
Vrayment d'un bon oyseau guide* je ne fiis point, 
Et mon coeur me donnoit assez signifiance, 
Que le ciel estoit plein de mauvaise influence, 
Et que Mars estoit lors a Saturne conjoint. 
Cent fois le bon advis lors m*en voulut distraire, 
Mais tousjours le destin me tiroit au contraire: 
Et si mon desir n'eust aveugle" ma raison, 
N'estoit-ce pas assez pour rompre mon voyage, 
Quand sur le sueil de Phuis, d'un sinistre presage, 
Je me blessay le pied sortant de ma maison ? 

79 v 

T_JT EUREUX qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage, 

* * Ou comme cestuy li qui conquit la toison, 

Et puis est retourne", plein d'usage et raison, 

Vivre entre ses parents Ie reste de son aage 1 

Quand revoiray-je, helas, de mon petit village 

Fumer la chemlne*e : et en quelle saison 

Revoiray-je le clos de ma pauvre raaison, 

Qui m'est une province, et beaucoup d'avantage? 

Plus me plaist le sejour qu'ont basty mes ayeux, 
Que des palais Romains Ie front audacieux: 
Plus que le marbre dur me plaist 1'ardoise fine, 
Plus mon Loyre Gaulois, que le Tybre Latin, 
Plus mon petit Lyre", que le moot Palatin, 
Et plus que Pair marin la doulceur Angevine. 

79 



JOACHIM DU BELLAY 

So v? 

QIFHEUREUX est celuy qui peult passer son aage 

Entre pareils a soy ! et qui sans fiction, 
Sans crainte, sans envie, et sans ambition, 
Regne paisiblement en son pauvre mesnage ! 

Le miserable soing d'acquerir d'avantage 

Ne tyrannise point sa Ebre affection, 

Et son plus grand desir, desir sans passion, 

Ne s'estend plus avant que son propre heritage. 

11 ne s'empesche point des affaires d'autry, 
Son principal espoir ne depend que de luy, 
II est sa court, son roy, sa faveur, et son maistre. 

II ne mange son bien en pais estranger, 

II ne met pour autry sa personne en danger, 

Et plus riche qu'il est ne voudroit jamais estre, 

<?/ vii 

IE ne te conteray de Boulongne, et Venise, 
** De Padoue, et Ferrare, et de Milan encor', 
De Naples, de Florence, et lesquelles sont or* 
Meilleures pour la guerre, ou pour k marchandise: 

Je te raconteray du siege de PEglise, 

Qui fait d'oysivete* son plus riche tresor, 

Et qui dessous 1'orgueil de trois couronnes d'or 

Couve rambition, la haine, et la feintise: 

Je te diray qu'icy le bon heur, et malheur, 
Le vice, la vertu, le plaisir, la douleur, 
La science honorable, et 1'ignorance abonde. 

Bref, je diray qu'icy, comme en ce vieil Chaos, 
Se trouve (Peletier) confusment enclos 
Tout ce qu'on void de bien et de mal en ce monde. 
80 



JOACHIM DU BELLAY 

82 viit 

TL fait bon voir (Paschal) un conclave serr6, 
-* Et Tune chambre a Tautre egalement voisine 
D'antichambre servir, de salle, et de cuisine, 
En un petit recoing de dix. pieds en carre": 

II fait bon voir autour le palais emmure*, 
Et briguer 1ft dedans ceste troppe divine, 
L/un par ambition, Fautre par bonne mine, 
Et par despit de Tun, estre Pautre ador: 

II fait bon voir dehors toute la ville en armes, 
Crier, le Pape est fait, donner de faulx alarmes, 
Saccager un palais : mais plus que tout cela 

Fait bon voir, qui de Tun, qui de Tautre se vante, 
Qui met pour cestui-cy, qui met pour cestui-la, 
Et pour moins d'un escu dix Cardinaux en vente. 

83 ix 

T'AYME la libertg, et languis en service, 
^ Je n'ayme point la Court, et me fault courtiser, 
Je n'ayme la feintise, et me fault deguiser, 
J'ayme simplicity et n'apprens que malice. 

Je n'adore les biens, et sers a Tavarice, 

Je n'ayme les honneurs, et me les fault priser, 

Je veulx garder ma foy, et me la fault briser, 

Je cherche la vertu, et ne trouve que vice- 

Je cherche le repos, et trouver ne le puis, 
J'embrasse le plaisir, et n'esprouve qu'ennuis, 
Je n'ayme a discourir, en raison je me fonde: 

J'ay le corps maladif, et me fault voyager, 

Je suis ne* pour la Muse, on me fait raesnager: 

Ne suis-je pas (Morel) le plus chetif du inonde? 

2058 Si G 



JOACHIM DU BELLAY 

4 X 

TE hay du Florentin Pusuriere avarice, 
^ Je hay du fol Sienois le sens mal arrest!, 
Je hay du Genevois la rare verite", 
Et du Venetien la trop caute malice. 

Je hay le Ferrarois pour je ne sc.ay quel vice, 
Je hay tous les Lombards pour 1'infidelite", 
Le fier Napolitain pour sa grand* vanite*, 
Et le poltron Remain pour son peu d'exercice. 

Je hay 1'Anglois mutin, et le brave Escossois, 
Le traistre Bourguignon, et 1'indiscret Francois, 
Le superbe Espaignol, et Fyvrongne Thudesque: 

Bref, je hay quelque vice en chasque nation, 
Je hay moymesme encor mon imperfection, 
Mais je hay par sur tout un sgavoir pedantesque. 

8? xi 

"CLATTER un crediteur, pour son terme allonger, 

* Courtiser un banquier, donner bonne esperance, 

Ne suivre en son parler la liberte* de France, 

Et pour respondre un mot, un quart d'heure y songer: 

Ne gaster sa sante* par trop boire et manger, 
Ne faire sans propos une folle despense, 
Ne dire a tous venans tout cela que Ion pense, 
Et d'un maigre discoizrs gouverner Pestranger: 

Cognoistre les humeurs, cognoistre qui demande, 
Et d'autant que Ion a la Iibert plus grande, 
D'autant plus se garder que Ion ne soit repris: 

Vivre avecques chascun, de chascun faire compte: 
Voik, mon cher Morel (dont je rougis de honte), 
Tout le bien qu'en trois ans a Rome j'ay appris. 
82 



JOACHIM DU BELLAY 



86 T>*un yanneur cle BU aux J^ents 

A VOUS troppe legere, 
** Qui d'aele passagere 
Par le monde volez, 
Et d'un sifflant murmure 
L'ombrageuse verdure 
Doulcement esbranlez, 

J'ofFre ces violettes ? 
Ces lis et ces fleurettes, 
Et ces roses icy, 
Ces vermeillettes roses, 
Tout freschement ^closes, 
Et ces oeilletz aussi. 

De vostre doulce halaine 
Eventez ceste plaine, 
Eventez ce sejour: 
Ce pendant que j'ahanne 
A mon b!6, que je vanne 
A la chaleur du jour. 



87 

EN ce moys delicieux, 
Qu'amour toute chose incite,. 
Un chacun a qui mieulx mieulx 
La doulceur du temps imite, 
Mais une rigueur despite 
Me faict pleurer mon malfaeur. 
Belle et franche Marguerite, 
Pour vous j'ay ceste douleur. 

S 5 G 2 



JOACHIM DU BELLAY 

Dedans vostre ceil gracieux 
Toute doulceur est escrite, 
Mais Ja doulceur de voz yeux 
En amertume est confite, 
Souvent la couleuvre habite 
Dessoubs une belle fleur. 
Belle et franche Marguerite, 
Pour vous j'ay ceste douleur. 

Or puis que je deviens vieux 3 
Et que nen ne me profite, 
IDesespere" d'avoir mieulx, 
Je m*en iray rendre hermite, 
Je m'en fray rendre hermite, 
Pour mieulx pleurer mon malheur. 
Belle et franche Marguerite, 
Pour vous j'ay ceste douleur. 

Mais si la faveur des Dieux 
Au bois vous avoit conduitte, 
Ou, desper d'avoir mieulx, 
Je m*en iray rendre hermite : 
Peult estre que ma poursuite 
Vous feroit changer couleur. 
Belle et franche Marguerite, 
Pour vous j*ay ceste douleur. 



88 ^ Ceres 



ID BOARD E, 6 Ceres la grande, 
^^ Danser la rustique bande 
Des laboureurs assemblez 
A la semence des bledz: 

84 



JOACHIM DLJ BELLAY 

Fay que le grain ne pourrisse 

Par la pluie, et ne perisse 

Par Thyver trop avanc 

Le sillon ensemence". 

Que la malheureuse avne 

Ne fbisonne sur la plaine, 

Ny toute autre herbe qul nuit 

Au grain dont vient le bon fHiict. 

Qu'un fort vent mesl6 de gresle 

Ne renverse pesle mesle 

Le bl6 sur terre iiauls6 

I>e telle Fureur bless6. 

Que les oyseaux qrii ravissent 

H)u froument ne se nourrissent, 

Ny ces monstres d'anmiaulx, 

Qui font par tout tant de maulx. 

^lais fay que le champ nous rende, 

A.vec Tine usure grand e, 

Les grains par nous enserrez 

Soubs les sillons labourez. 

Ainsi sera. Qu'on espanche 

Un plein pot de crme blanche, 

Et du miel delicieux, 

Coulant aveccjues vin vieux. 

Que 1'hostie inviol^e, 

Avant que d'estre irnmole 7 

Par trois fois d y un heureux tour 

Cerne ces bledz a Tentour. 

O'est assez. MToissons parfaictes, 

Autres festes seront fkictes, 

Et seront tes cheveux saincts 

D'espicz couronnez et ceinctz. 



JOACHIM DU BELXAY 

I>edans vostre ceil gracieux 
Toute doulceur est escrite, 
Mais Ja doulceur de voz yeux 
En amertume est confite, 
Souvent la couleuvre habite 
Dessoubs une belle fleur. 
Belle et franche Marguerite, 
Pour vous j*ay ceste douleur. 

Or puis que je deviens vieux, 
Et que rien ne me profite, 
3Desesper d'avoir mieulx, 
Je m*en iray rendre hermite, 
Je m'en iray rendre hermite, 
Pour mieulx pleurer mon malheur. 
Belle et franche Marguerite, 
Pour vous j'ay ceste douleur. 

Mais si la faveur des Dieux 
Au bois vous avoit condultte, 
Ou, desperg d'avoir mieulx, 
Je m'en iray rendre hermite : 
Peult estre que ma poursuite 
Vous feroit changer couleur. 
Belle et franche Marguerite, 
Pour vous j*ay ceste douleur. 



88 ^ Ceres 



TDEGARDE, 6 Ceres la grande, 
A ^ Danser la rustique bande 
Des laboureurs assemblez 
A la semence des bledz : 

84 



JOACHIM I>U BELLA.Y 

Fay que le grain ne pourrisse 

Par la pluie, et ne perisse 

Par Pliyver trop avanc 

Le sillon ensemenc6. 

Que la malheureuse avne 

ISTe foisonne sur la plaine, 

Ny toute autre lierbe qui nuit 

A.U grain dont vient le bon fruict. 

Qu'un fort vent mesle de gresle 

3STe ren verse pesle mesle 

Le bl sur terre hauls 

IDe telle fureur blesse. 

Que les oyseaux. qui ravissent 

Du froument ne se nourrissent, 

Ny ces monstres d^animaulx, 

Qui Font par tout tant de mauLx. 

fay que le cHarnp nous rende, 

une usure grande, 
Les grains par nous enserrez 
Soubs les sillons labourez. 
Ainsi sera. Qu'on espanche 
TJn plein pot de cr6me blanche, 
Et du miel delicieux, 
Coulant avecques vin vieux. 
Que l*h.ostie inviol^e, 
Avant que d'estre immole, 
Par trois fois d'un lieureux tour 
Cerne ces bledz a Pentour* 
C'est assez. M^oissons parfaictes 9 
Autres festes seront faictes, 
Et seront tes cheveux: saincts 
D'espicz couronnez et ceinctz. 



JOACHIM DU BELLAY 



8g Epitaphe d'un petit C&zen 

"pVESSOUS ceste motte verte 
-* ' De lis et roses couverte 
Gist le petit Peloton 
De qui le poil foleton 
Frisoit d'une toyson blanche 
Le doz, le ventre, et la hanche. 

Son nez camard, ses gros yeux 
Qui n'estoient pas chassieux, 
Sa longue oreille velue 
D'une soye crespelue, 
Sa queue au petit floquet, 
Semblant un petit bouquet, 
Sa gembe gresle, et sa patte 
Plus mignarde qu'une chatte 
Avec ses petits chattons, 
Ses quatre petits tetons, 
Ses dentelettes d'ivoyre, 
Et la barbelette noyre 
De son musequin friand : 
Bref^ tout son maintien riand 
Des pieds jusques a la teste, 
Digne d'une telle beste, 
Meritoient qu'un chien si beau 
Eust un plus riche turnbeau. 

Son exercice ordinaire 
Estoit de japper et braire, 
Courir en hault et en bas, 
Et faire cent mille esbas, 
Tous estranges et farouches, 
86 



JOACHIM: r>u BELLAY 

Et n'avoit guerre qu'aux. mousches, 
Qui luy faisoient maint torment. 
Mais Peloton dextrement 
Leur rendoit bien la pareille ; 
Car se couchant sur I'oreille, 
Finement II aguignoit 
Quand quelqu*une le poingnoit z 
Lors d'une Jbabile soupplesse 
HCappant la mouche traistresse, 
La serroit bien fort dedans^ 
Faisant accorder ses dens 
J&~LL tintin de sa sonnette 
Comme u.n clavier d^espinette. 

Peloton ne caressolt 
SInon ceulx qu'il cognoissoit, 
Et n^eust pas voulu repaistre 
JD^autre main que de son maistre, 
Qu'Il alloit tousjours suyvant r 
Quelquefois marcliolt devant, 
Faisant ne s^ay quelle Feste 
D*un gay branlement de teste. 

Peloton tousjours veilloit 
Quand son maistre sommeilloit, 
Et ne souilloit point sa coucne 
Du ventre ny de la bouche^ 
Car sans cesse il gratignoit 
Quand ce desir le poingnoit r 
Tant flit la petite beste 
En toutes clioses bonneste. 

Le plus grand mal^ ce diet-on, 
Que feist nostre Peloton, 
(Si mal appell6 doit estre) 
C'estort d > esveiller son maistre, 

87 



JOA.CHI1VE JDTJ BELL AY 

Jappant quelquefbis la nuict, 
Quand il sentoit quelque bruit, 
Ou blen le voyant escrire, 
Sauter, pour le faire- rire, 
Sur la table, et trepigner a 
Follastrer, et gratigner, 
Et faire tumber sa plume, 
Comme il avoit de coustume. 
L/Eais quoy ? nature ne faict 
En ce moncie rien parfalct i 
Et n*y a chose si belle, 
Qui n'ait quelque vice en elle. 

!Peloton ne mangeolt pas 
H>e la cliair a son repas z 
Ses viandes plus pris^es 
C'estoient miettes brises 
Que celuy qui le paissoit 
JDe ses doigts amollissoit r 
-A.ussi sa bouche estoit pleine 
Tousjours d'une doulce lialeine. 
Tvl!on-dieu, quel plaisir c'estoit 
Quand !PeIoton se grattoit, 
Faisant tinter sa sonnefcte 
sa teste fblette I 
plaisir, quand Feloton 
Clieminoit SUJT un baston, 
Ou coif^ d'un petit linge, 
-Assis comn^e un petit singe^ 
Se tenoit mignardelet 
D^un maintien damoiselet ! 

Ou sur les pieds d.e derriere 
IPortant la pique guerriere 
Tvlarcboit d*un front asseur6, 
S3 



JOACHIM DU BELL AY 



ura pas mesur r 
On couch dessus 1'eschine, 
-A^vec ne sgay quelle mine 
II contrefaisolt le mart J 
Ou quand il couroit si fort, 
II tournoit comme une boule y 
Ou un pel o ton, qui roule ! 

IBreF, le petit JPeloton 
Semt>Ioit un petit mouton r 
Et ne feut one creature 
3Z>e si benigne nature. 

Las, mals ce doulx passetemps 
I>Je nous dura pas longtemps t 
Car la mort ayant envie 
Sur l*ayse dte nostre vie, 
Envoy a devers IMuton 
Nostre petit P*eloton y 
Qui maintenant se pourmeine 
P^armi ceste umbreuse plaine s 
I^ont nul ne revient vers nous. 
Que mauldictes soyez.-vous, 
Filandieres de la vie, 
31>*avoir ainsi par envie 
Envoy^ devers Pluton 
Nostre petit !PeIoton r 
Feloton qui estoit digne 
X>*estre au ciel un nouveatz signe, 
Temperant le Chi en cruel 
D*un printemps perpetuel. 



JOACHIM DU BELLAY 
e Rome 



go i 

TT\IVINS Esprits, dont la poudreuse cendre 

*-^ Gist sous le fais de tant de murs couvers, 

Non vostre loz, qui vif par voz beaux vers 

Ne se verra sous la terre descendre, 

Si des humains la voix se peult estendre 

Depuis icy jusqu'au fond des enfers, 

Soient a mon cry les abysmes ouvers, 

Tant que d'abas vous me puissiez entendre. 

Trois fois cernant sous le voile des cieux 

De voz turabeaux le tour devotieux, 

A haulte voix trois fois je vous appelle: 

J'invoque icy vostre antique fureur, 

En ce pendant que d'une saincte horreur 

Je vays chantant vostre gloire plus belle. 

pZ // 

T E Babylonien ses haults murs vantera, 
*" Et ses vergers en Fair, de son Ephesienne 
La Grece descrira la fabrique ancienne, 
Et le peuple du Nil ses pointes chantera: 
La mesme Grece encor vanteuse publira 
De son grand Juppiter Fimage Olympienne, 
Le Mausole sera la gloire Carienne, 
Et son vieux Labyrinth' la Crete n'oublira. 
L'andque Rhodien elevera la gloire 
De son fameux Colosse, an temple de Memoire: 
Et si quelque ceuvre encor digne se peult vanter 
De marcher en ce ranc, quelque plus grand* faconde 
Le dira: quant a moy, pour tous je veulx chanter 
Les sept costeaux Romains, sept miracles du monde, 
90 



JOACHIM DU BELLAY 

$2 til 

VTOUVEAU venu, qui cherches Rome en Rome, 

^ Et rien de Rome en Rome n'apper^ois, 

Ces vieux palais, ces vieux arcz que tu vois, 

Et ces vieux murs, c'est ce que Rome on norame. 

Voy quel orgueil, quelle ruine: et comme 
Celle qui mist le monde sous les loix, 
Pour donter tout, se donta quelquefois, 
Et devint proye au temps, qui tout consomme. 

Rome de Rome est le seul monument, 
Et Rome Rome a vaincu seulement. 
Le Tybre seul, qui vers la mer s'enfuit, 

Reste de Rome. O mondaine inconstance! 
Ce qui est ferine, est par le temps destruit, 
Et ce qui fuit, au temps fait resistance. 



qui de son chef les estoilles passoit, 
Et d'un pied sur Thetis, 1'autre dessous PAurore, 
D'une main sur le Scythe, et Fautre sur le More, 
De la terre, et du ciel, la rondeur compassoit, 

Juppiter ayant peur, si plus elle croissoit, 

Que Torgueil des Geans se relevast encore, 

Uaccabla sous ces monts, ces sept monts qui sont ore 

Tumbeaux de la grandeur qui le ciel menassoit. 

II luy meist sur le chef la croppe Saturnale, 

Puis dessus Testomac assist k Quirinale, 

Sur le ventre il planta Tantique Palatin, 

Mist sur la dextre main la hauteur Celienne, 

Sur la senestre assist Teschine Exquilienne, 

Viminal sur un pied, sur Tautre PAventin. 

9 1 



JOACHIM DU BELLAY 

4 * 

QUI voudra voir tout ce qu'ont peu nature, 
L'art et le ciel (Rome) te vienne voir: 
J'entens s'il peult ta grandeur concevoir 
Par ce qui n'est que ta morte peinture. 

Rome n'est plus : et si Farchitecture 

Quelque umbre encor de Rome fait revoir, 

C'est comme un corps par magique Sfavoir 

Tir6 de nuict hors de sa sepulture. 

Le corps de Rome en cendre est devalle", 

Et son esprit rejoindre s'est alle* 

Au grand esprit de cette masse ronde. 

Mais ses escripts, qui son loz le plus beau 
Malgre* le temps arrachent du tumbeau, 
Font son idole errer parmy le monde. 



HTELLE que dans son char la Berecynthienne 
-* Couronn^e de tours, et joyeuse d'avoir 
Enfant^ tant de Dieux, telle se faisoit voir 
En ses jours plus heureux ceste ville ancienne: 

Ceste ville qui fut plus que la Phrygienne 
Foisonnante en enfans, et de qui le pouvoir 
Fut le pouvoir du monde, et ne se peult revoir 
Pareille a sa grandeur, grandeur sinon la sienne. 

Rome seule pouvoit a Rome ressembler, 
Rome seule pouvoit Rome faire trembler: 
Aussi n'avoit permis 1'ordonnance fetale, 

Qu'autre pouvoir humain, tant fust audacieux, 
Se vantast d'^galer celle qui fit gale 
Sa puissance a la terre, et son courage aux cieux. 
92 



JOACHIM DU BELLAY 

pff vii 

TPELZ que Ion vid jadis les enfans de la Terre, 
* Plantez dessus les monts pour escheller les cieux, 
Combattre main a main la puissance des Dieux, 
Et Juppiter centre eux, qui ses foudres desserre: 

Puis tout soudainement renversez du tonnerre 
Tumber deca dela ces squadrons furieux, 
La Terre gemissante, et le Ciel glorieux 
D'avoir a son honneur achevl ceste guerre: 

Tel encor' on a veu par dessus les humains 
Le front audacieux des sept costaux Romains 
Lever contre le ciel son orgueilleuse face: 

Et telz ores on void ces champs deshonnorez 
Regretter leur mine, et les Dieux asseurez 
Ne craindre plus la hault si effroyable audace. 



97 

MME Ion void de loing sur la mer courroucee 
Une montaigne d'eau d'un grand branle ondoyant, 
Puis trainant mille flotz, d'un gros choc abboyant 
Se crever contre un roc, oft le vent 1'a poussee: 

Comme on void la fureur par 1'Aquillon chassee 
D'un sifflement aigu 1'orage tournoyant, 
Puis d'une aile plus large en 1'air esbanoyant 
Arrester tout a coup sa carriere lassie : 

Et comme on void la flamme ondoyant en ces lieux 
Se rassemblant en un, s'aguiser vers les cieux, 
Puis turaber languissante : absi parmy le monde 

Erra la Monarchic: et croissant tout ainsi 

Qu'un flot, qu*un vent, qu'un feu, sa course vagabonde 

Par un arrest fatal s'est venu' perdre icy. 

93 



JOACHIM DU BELLAY 
$8 ix 

AND ce brave sejour, honneur du nom Latin, 
_ Qui borna sa grandeur d'Afrique, et de la Bize, 
De ce peuple qui tient les bords de la Tamise, 
Et de celuy qui void esclorre le matm, 

Anima centre soy d'un courage mutin 

Ses propres nourissons, sa despouille conquise, 

Qu'il avoit par tant d'ans sur tout le monde acquise, 

Devint soudainement du monde le butin: 

Ainsi quand du grand Tout la fuite retournle, 
Ou trentesix mil* ans ont sa course borne"e, 
Rompra des elemens le naturel accord, 

Les semences qui sont meres de toutes choses 
Retourneront encor a leur premier discord, 
Au ventre du Chaos eternellement closes. 

99 x 

I voudroit figurer la Roraaine grandeur 
^ En ses dimensions, il ne luy faudroit querre 
A la ligne, et au plomb, au compas, a 1'equerre, 
Sa longueur et largeur, hautesse et profondeur : 

II luy faudroit cerner d'une egale rondeur 
Tout ce que TOcean de ses longs bras enserre, 
Soit ou PAstre annuel eschauffe plus la terre, 
Soit ofc soufle Aquilon sa plus grande froideur. 

Rome fut tout le monde, et tout le monde est Rome. 
Et si par mesmes noms mesmes choses on nomine, 
Comme du nom de Rome on se pourroit passer, 

La nommant par le nom de la terre et de Fonde: 
Ainsi le monde on peult sur Rome compasser, 
Puis que le plan de Rome est la carte du monde. 

94 



JOACHIM DU BELLAY 

100 xi 

qui de Rome emerveille" contemples 
L'antique orgueil, qui menassoit les cieux, 
Ces vieux palais, ces monts audacieux, 
Ces murs, ces arcz, ces thermes, et ces temples, 
Juge, en voyant ces mines si amples, 
Ce qu'a ronge* le temps injurieux, 
Puis qu'aux ouvriers les plus industrieux 
Ces vieux fragmens encor servent d'exemples. 

Regarde apres, comme de jour en jour 
Rome, fouillant son antique sejour, 
Se rebatist de tant d'ceuvres divines: 

Tu jugeras, que le daemon Remain 
S'efforce encor d'une fatale main 
Ressusciter ces poudreuses ruines. 

101 xii 
"CSPEREZ-vous que la posterit6 

*^ Doive (mes vers) pour tout jamais vous lire? 
Esperez-vous que Fceuvre d'une lyre 
Puisse acquerir telle immortality ? 

Si sous le ciel fust quelque eternite", 
Les monuments que je vous ay fait dire, 
Non en papier, mais en marbre et porphyre, 
Eussent gard leur vive antiquit. 

Ne laisse pas toutefois de sonner, 

Luth, qu'ApolIon m'a bien daign6 donner: 

Car si le temps ta gloire ne desrobbe, 

Vanter te peux, quelque bas que tu sois, 
D'avoir chant6 le premier des Frangois, 
L'antique honneur du peuple a longue robbe. 

95 



REMI BELLEAU 

1528-1157; 
102 Auril 

A VRIL, 1'honneur et des bois 
** Et des raois: 
Avril, la douce esplrance 
Des fruicts qui sous le coton 

Du bouton 
Nourissent leur jeune entance. 

Avril, I'honneur des prez verds, 

Jaunes, pers, 

Qui d'une humeur bigarre'e 
Emaillent de mille fleurs 

De couleurs, 
Leur parure diapr^e. 

Avril, Thonneur des soupirs 

Des Zephyrs, 

Qui sous le vent de leur aelle 
Dressent encor e*s forests 

Des doux rets, 
Pour ravir Flore la belle. 

Avril, c'est ta douce main 

Qui du sein 
De la nature desserre 
Une moisson de senteurs, 

Et de fleurs, 
Embasmant TAir et la Terre. 

96 



REMI BELLEAU 

Avril, I'honneur verdissant, 

Florissant 

Sur les tresses blondelettes 
De ma Dame et de son sein, 

Tousjours plein 
De mille et mille fleurettes. 

Avril, la grace, et le ris 

De Cypris, 

Le flair et la douce haleine: 
Avril, le parfum des Dieux, 

Qui des cieux 
Sentent Todeur de la plaine. 

C'est toy courtois et gentil, 

Qui d'exil 

Retires ces passagres, 
Ces arondelles qui vont, 

Et qui sont 
Du printemps les messagres, 

L'aubespine et Taiglantin, 

Et le thym, 

L^oeillet, le lis et ies roses 
En ceste belle saison, 

A foison, 
Monstrent leurs robes ^closes. 

Le gentil rossignolet, 

Doucelet, 

D^coupe dessous 1'ombrage 
Mille fredons babillars, 

Fr^tillars, 
Au doux chant de son ramage. 

2958 9^ 



REMI 

C*est a ton lieureux retour 

Que 1 'amour 

Souffle a doucettes Haleines^ 
"LJn feu croup! et couvert^ 

Que 1'liyver 
Receloit dedans nos veines. 

Tu vois en ce temps nouveau 

L'essaim beau 
13 e ces plllardes avettes 
VoIIeter de fleur en fleur, 

^our Podeur 
Qu'ils mussent en leurs cuissettes. 

Ivlay vantera ses fraisclieurs, 

Ses Fruicts meurs, 
Et sa feconde rose, 
La manne et le sucre doux, 

Le miel roux, 
IDonfc sa grace est arrose. 



]NIaIs moy je donne ma 

A. ce mois, 

QuI prend le surnom de celle 
Qui de l*escumeuse mer 

Velt germer 
Sa naissance maternelle* 



REMI BELLEAU 

103 Sonnet 

T UNE porte-flambeau, seule fille heritiere 
*"* Des ombres de la nuit au grand et large sein, 
Seule dedans le ciel qui de plus viste train 
Gallopes tes moreaux par la noire carriere: 

Seule quand il te plaist qui retiens ta lumiere 
D'un ceil a demi-clos, puis la versant soudain 
Montres le teint vermeil de ton visage plein, 
Et les rayons sacrez de ta belle paupiere: 

Laisse moy, je te pry, sous le silence ombreux 
De tes feux argentez au sejour amoureux 
De ces rares beautez qui m'ont Fame ravie, 

Et causent que sans peur j'erre dedans ce bois 

Vagabond et seulet, comme toy quelquefois 

Pour ton mignon dormeur sur le raont de Latmie* 

104 La Cigalk 

TLJA que nous t'estimons heureuse, 
* * Gentille Cigalle amoureuse i 
Car aussi tost que tu as beu 
Dessus les arbrisseaux un peu 
De la ros^e, aussi contente 
Qu*est une Princesse puissante, 
Tu fais de ta doucette voix 
Tressaillir les monts et les bois. 

Tout ce qu'apporte la campagne, 
Tout ce qu'apporte la montaigne, 
Est de ton propre, au laboureur 
Tu plais sur tout: car son labeur 

H 2 



REMI BELLEAU 

N'offenses, ny portes Jommage 
N'a luy, ny a. son labourage. 
Tout homme estfme ta bonte, 
Douce prophete de I'este*! 

La Muse t'aime, et t'aime aussi 
Apollon, qui t'a fait ainsi 
Doucement chanter, la vieillesse 
Comme nous jamais ne te blesse. 

O sage, 6 fille terre-nee, 
Aime-chanson, passionne"e, 
Qui ne fus one d'affection, 
Franche de toute passion, 
Sans estre de sang ny de chair, 
Presque semblable a Jupiter. 

ESTIENNE JODELLE 



10? Aux cendres de Claude Colet 

C I ma voix, qui me doit bien tost pousser au nombre 
^ Des Immortels, pouvoit aller jusqu'a ton ombre, 

COLET, a qui la mort 
Se monstra trop jalouse et d^pite d'attendre 
Que tu eusses parfait ce qui te peut defFendre 

De son avare port : 

Si tu pouvois encor sous la cadence saincte 
D'un Lut, qui gemiroit et ta mort, et ma plainte, 

Tout ainsi te ravir, 

Que tu te ravissois dessous tant de merveilles, 
Lors que durant tes jours je faisois tes oreilles 

Sous mes loix s'asservir: 



ESTIENNE JODELLE 

Tu ferois escouter a la troupe sacrle 

Des Manes bien heureux, qui seule se recre 

Entre les lauriers verds, 

Les mots que maintenant devot en mon office 
Je rediray neuf fois, pour Fheureux sacrifice 

Que te doivent mes vers. 

Mais pource que ma voix, adversaire aux tenebres, 
Ne pourroit pas passer par les fleuves funebres, 

Qui de bras tortillez 

Vous serrent a Pentour, et dont, peut estre, Fonde 
Pourroit souiller mes vers, qui dedans nostre monde 

Ne seront point souillez : 

II me faut contenter, pour mon devoir te rendre, 
De tesmoigner tout bas a ta muette cendre, 

Bien que ce soit en vain, 
Que ceste horrible Sceur qui a tranche* ta vie 
Ne trancha point alors I'amiti6 qui me lie, 

OCt rien ne peut sa main. 

Que les fardez amis, dont ramitie* chancelle 
Sous le vouloir du fort, evitent un JODELLE, 

Obstme" pour vanger 

Toute amitie rompue, amoindrie, et volage, 
Autant qu'il est ami des bons amis, que 1'age 

Ne peut jamais changer. 

Sois moy done un tesmoin, 6 toy Tumbe poudreuse, 
Sois raoy done un tesmoin, 6 toy Fosse cendreuse, 

Qui t'anoblis des os 

Desja pourris en toy, sois tesmoin que j'arrache 
Maugre" Tinjuste mort ce beau nom, qui se cache 

Dedans ta poudre enclos. 
lor 



ESTIENNE JODELLE 

Vous qui m'accompagnez, 6 trois fois trois pucelles, 
Qu'on donne a ce beau nom des ailes immortelles, 

Pour voler de ce lieu 

Jusqu'a" 1'autel que tient vostre mere Memoire, 
Qui regaignant sans fin sus la mort la victoire, 

D'un homme fait un Dieu. 

Pour accomplir mon vceu, je vois trois fois espandre 
Trois gouttes de ce laict dessus la seiche cendre, 

Et tout autant de vin; 

Tien, reoy le cypre"s, 1'amaranthe, et la rose, 
O Cendre bien heureuse, et mollement repose 

Icy jusqu'a la fin. 

JEAN-ANTOINE DE BAIF 

1532-11589 
106 T>u Tnntemps 

A froidure paresseuse 

De 1'yver a fait son temps; 
Voicy la saison joyeuse 
Du de*Iicieux printemps* 

La terre est d'herbes orne"e, 
L'herbe de fleuretes Test; 
La feuillure retourne'e 
Fait ombre dans la forest. 

De grand matin, la pucelle 
Va devancer la chaleur, 
Pour de la rose nouvelle 
Cueillir 1'odorante fleur. 

Pour avoir meilleure grace 
Soit qu*elle en pare son sein, 
Soit que present elle en fasse 
A son amv, de sa main: 



DE 

Qui, de sa main 1'ayant ue 
IPour souvenance d^mour, 
Ne la perdra point de vue, 
La baisant cent fbls le jour* 

MEais oyez dans le bocage 
Le flageolet du berger, 
Qui agace le ramage 
Du. rossignol bocager. 

Voyez 1'onde clere et pure 
Se cresper dans les ruisseaux ; 
IDedans, voyez la verdure 
ces voislns arbrisseaux- 



La mer est calme et bonasse ; 
Le ciel est serein et cler, 
La nef jus<ju'aux Indes passe ; 
Un bon vent la fait voler. 

Les menageres avetes 
Font gra et la un doux fruit, 
Voletant par les fleuretes 
P*our cueillir ce qul leur duit. 

En leur rucHe elles an^assent 
I>es meilleures fieurs la fleur, 
C^est a fin qu'elles en fassent 
Du miel la douce liqueur. 

Tout resonne des voix nettes 
De toiates races d^yseaux, 
P*ar les cHams, des alouetes, 
Des cygnes, dessus les eaux. 
103 



JEAN-ANTOINE DE BAIF 

Aux maisons, les arondelles, 
Les rossignols, dans les boys, 
En gayes chansons nouvelles 
Exercent leurs belles voix. 

Doncques, la douleur et 1'aise 
De Tamour je chanteray, 
Comrae sa flame ou mauvaise, 
Ou bonne, je sentiray. 
Et si le chanter m'agrle, 
N'est-ce pas avec raison, 
Puis qu'ainsi tout se recre'e 
Avec la gaye saison? 



PONTUS DE TYARD 



10 7 Sonnets 

SI c'est fidelit^, aimer mieux que la flame 
Qui brille en voz beaux yeux me devore le cueur, 
Que des faveurs d* Amour jouissant et vainqueur 
Me laisser dans Tesprit imprimer autre Dame: 
Si c'est fidelitl, le beau trait qui m'entame, 
Bien qu'il me soit cruel, n'estimer que douceur, 
N'asseoir ailleurs qu'en vous le comble de mon heur, 
L'honneur de mon honneur, ny 1'Ame de mon Ame: 

Si c'est fideliti, ne vouloir aspirer 

Qu'a ce qu*il vous plaira me laisser aesirer, 

Ny me hausser le vol qu'au mouvoir de vostre aesle: 

Si c'est fidelitl, autant aimer ma vie 
Qu'elle vous agr^ra pour en estre servie, 
Je viens icy jurer que je vous suis fidelle. 
104 



PONTUS DE TYARD 

108 ii 

"DERE du doux repos, Sommeil pere du songe, 

* Maintenant que la nuit, d'une grande ombre obscure, 

Faict a cet air serain humide couverture, 

Viens, Sommeil desire*, et dans mes yeux te plonge. 

Ton absence, Sommeil, languissamment alonge, 
Et me fait plus sentir la peine que j'endure, 
Viens, Sommeil, Passoupir et la rendre moins dure, 
Viens abuser mon mal de quelque doux mensonge. 

Ja le muet Silence un esquadron conduit 
De fantosmes ballans dessous 1'aveugle nuict, 
Tu me dedaignes seul qui te suis tant devot! 

Viens, Sommeil desirl, m'environner la teste, 

Car d'un vceu non menteur un bouquet je t'appreste 

De ta chere morelle, et de ton cher pavot. 



OLIVIER DE MAGNY 
lop 

Ay!" ON Castin, quand j*aper9ois 
*-^-*- Ces grands arbres cians ces bois 
Dlpouille's de leur parure, 
Je revasse a la verdure 
Qui ne dure que six mois. 

Puis, je pense a nostre vie 
Si raalement asservie, 
Qu'el* n'a presque le loisir 
De choisir quelque plaisir, 
Qu'elle ne nous soit ravie. 

105 



OLIVIER DE 

Nous semblons a 1'arbre verd 
Qui demeure, un temps, convert 
De malnte feuille naive, 
]Puis, des que 1'hiver arrive, 
Toutes ses feuilles il perd. 

Ce pendant que la jetmesse 
Nous repand de sa richesse, 
Tousjours gals, nous florissons ; 
iMais soudain nous jfltrissons, 
Assaillis de la vieillesse. 

Car ce vieil faucheur, le Terns, 

Qui devore ses en Fans, 

Ayant ail^ nos ann^es, 

Les fait voler empennees 

Plus tost que les mesmes vents. 

Doncques, tandis que nous sommes, 
!Mon Castin, entre les hommes, 
N^ayons que notre aise cher, 
Sans aller la haut chercher 
Tant de feux et tant d*a tomes. 

Quelque fbis il faut niourir, 
Et si quelqu'un peut guerir 
Quelque fois de quelque peine, 
En fin son attente vaine 
Ne sait plus OL! recourir. 

L/esperance est trop mauvaise. 
-AJlons doncques sous la braise 
CacHer ces marons si beaux, 
Et de ces bons vins nouveaux 
Appaisons notre m^saise. 
106 



OLIVIER DE MAGNY 

Aisant ainsi notre cceur, 
Le petit archer vainqueur 
Nous viendra dans la memoire; 
Car, sans le manger et boire. 
Son trait n'a point de vigueur. 

Puis, avecq* nos nymphes gayes, 
Nous irons guerir les playes 
Qu'il nous fit dedans le fknc, 
Lorsqu'au bord de cet estang 
Nous dansions en ces saulayes. 



n o Sonnet 

MAGNY 

T |OLA, Charon, Charon, Nautonnier infernal! 

CHAROX 
Qui est cet importun qui si presse* m'appelle? 

MAGKY 

C'est 1'esprit eplore* d'un amoureux fidelle, 
Lequel pour bien aimer n'eust jamais que du mal. 

CHARON 
Que cherches-tu de rnoy? 

MAGNY 

Le passage fatal. 

CHARON 

Quel est ton homicide? 

MAGNY 

O demande cruelle ! 
Amour m*a fait mourir. 

107 



OLIVIER DE MAGNY 

CHARON 

Jamais dans ma nasselle 
Nul subget a Pamour je ne conduis a val. 

MAGNY 

Et de grace, Charon, re^oi-moy oans ta barque. 

CHARON 

Cherche un autre nocher, car ny moy ny la Parque 
N'entreprenons jamais sur ce maistre des Dieux. 

MAGNY 

J'iray done maugrl toy; car j'ay deaans mon ame 
Tant de traicts amoureux, tant de larmes aux yeux, 
Que je seray le fleuve, et la barque et la rame. 



LOUISE LABE 

1526-11566 
in Sonnets 

'"TOUT aussitot que je commence a prendre 
-*- Dens le mol lit le repos desir, 
Mon triste esprit hors de moy retire" 
S'en va vers toy incontinent se rendre. 

Lors m'est avis que, dedens mon sein tendre, 
Je tiens le bien ou j'ay tant aspire", 
Et pour lequel j'ay si haut souspir6, 
Que de sanglots ay souvent cuide fendre. 

O dous sommeil, 6 nuit a moy heureuse! 
Plaisant repos, plein de tranquilite', 
Continuez toutes les nuits mon songe; 

Et si jamais ma povre ame amoureuse 
Ne doit avoir de bien en verite", 
Faites au moins qu'elle en ait en mensonge. 
108 



LOUISE LAB6 

112 n 

THANT que mes yeus pourront larmes espandre, 
A A 1'heur pass6 avec toy regretter; 
Et qu'aus sanglots et soupirs resister 
Pourra ma voix, et un pen faire entendre; 

Tant que ma main pourra les cordes tendre 

Du mignart lut, pour tes graces chanter; 

Tant que Tesprit se voudra contenter 

De ne vouloir rien fors que toy comprendre; 

Je ne souhaitte encore point mourir: 

Mais, quand mes yens je sentiray tarir. 

Ma voix cass^e, et ma main impuissante, 

Et mon esprit, en ce mortel sejour, 

Ne pouvant plus montrer signe diamante; 

Priray la Mort noircir mon plus cler jour. 

iii 

"MTE reprenez. Dames, si j'ay ayme; 
-* ^ Si j'ay senti mile torches ardantes, 
Mile travaus, mile douleurs mordantes: 
Si en pleurant j'ay mon tems consum^ 

Las ! que mon nom n*en soit par vous blasm : 
Si j'ay failli, les peines sont presentes; 
N^aigrissez point leurs pointes violentes: 
Mais estimez qu'Amour, a point nomm^ 

Sans votre ardeur d'un Vulcan excuser, 

Sans la beautS d' Adonis acuser, 

Pourra, s*il veut, plus vous rendre amoureuses: 

En ayant moins que moi d'ocasion, 
Et plus d'estrange et forte passion; 
Et gardez-vous d'estre plus malheureuses. 
109 



LOUISE LAB 



7/4 Elegie 

UAND TOQS lirez, 6 Dames Lionnoises, 
^ Ces miens escrits pleins d'amoureuses noises, 
Quand mes regrets, ennuis, despits et larmes 
M'orrez chanter en pitoyables carmes, 
Xe veuillez pas condamner ma simplesse, 
Et jeune erreur de ma folle jeunesse^ 
Si c'est erreur: mais qui dessous les Cieus 
Se peut vanter de n'estre vicieus? 
L ? un n'est content de sa sorte de vie, 
Et tousjours porte a ses voisins envie: 
L'un, forcenant de voir la paix en terre, 
Par tous moyens tache y mettre la guerre: 
L'autre, croyant povrete" estre vice, 
A autre Dieu qu'or ne fait sacrifice: 
L'autre sa foy parjure il emploira 
A decevoir quelcun qui le croira: 
L y un en mentant de sa langue lezarde, 
Mile brocars sur 1'un et Tautre darde: 
Je ne suis point sous ces pianettes ne'e, 
Qui m'ussent p& tant faire infortun^e. 
Onques ne fiit mon ceil mani, de voir 
Chez mon voisin mieus que chez moy pleuvoir* 
Onq ne mis noise ou discord entre amis : 
A faire gain jamais ne me soumis. 
Mentir, tromper, et abuser autrui, 
Tant m'a desplu, que mesdire de lui. 
Mais si en moy rien y ha d'imparfkit, 
Qu'on blame Amour: c'est lui seul qui Pa fait, 
Sur mon verd aage en ses laqs il me prit, 
Lors qu'exerjois mon corps et mon esprit 



LOUISE LABE 

En mile et mile euvres ingenieuses, 
Qu'en peu de temps me rendit ennuieuses. 
Pour blen savoir avecque 1'esguille peindre 
J'eusse entrepris la renomme'e esteindre 
De celle la, qui, plus docte que sage, 
Avec Pallas comparoit son ouvrage. 
Qui m'ust vu lors en armes fiere aller, 
Porter la lance et bois faire voler, 
La devoir faire en 1'estour furieus, 
Piquer, volter le cheval glorieus, 
Pour Bradamante, ou la haute Marphise, 
Seur de Roger, il m'ust, possible, prise. 
Mais quoy ? Amour ne peut longuement voir 
Mon coeur n'aymant que Mars et le savoir: 
Et me voulant donner autre souci, 
En souriant, il me disoit ainsi : 
* Tu penses donq, 6 Lionnoise Dame, 
Pouvoir fuir par ce moyen ma flamme : 
Mais non feras ; j s ay subjugu^ les Dieus 
Es bas Enfers, en la Mer et es Cieus, 
Et penses tu que n'aye tel pouvoir 
Sur les humeins, de leur faire savoir 
Qu'il n'y ha rien qui de ma main escLape? 
Plus fort se pense et plus tot je le frape. 
De me blamer quelque fois tu n'as honte, 
En te fiant en Mars, dont tu fais conte: 
Mais meintenant, voy si pour persister 
En le suivant me pourras resister.* 
Ainsi parloit, et tout eschauf d'ire 
Hors de sa trousbe une sagette il tire, 
Et decochant de son extreme force, 
Droit la tira contre ma tendre escorce : 
Foible harnois, pour bien couvrir le cceur 

in 



LOUISE LABE 

Contre FArcher qui tousjours est vainqueur. 

La bresche foite, entre Amour en la place, 

Dont le repos premierement il chasse: 

Et de travail qui me donne sans cesse, 

Boire, manger, et dormir ne me laisse. 

II ne me chaut de soleil ne d'ombrage: 

Je n'ay qu* Amour et feu en mon courage, 

Qui me desguise, et fait autre paroitre, 

Tant que ne peu moymesme me connoitre. 

Je n'avois vu encore seize hivers, 

Lors que j'entray en ces ennuis divers ; 

Et ja void le treizieme este 

Que mon cceur fut par amour arrest6. 

Le terns met fin aus hautes Pyramides, 

Le terns met fin aus fonteines humides ; 

II ne pardonne aus braves Colises, 

II met a fin les viles plus pris6es, 

Finir aussi il ha acoutume" 

Le feu d* Amour tant soit-il allum^c 

Mais, lasl en moy il semble qu*il augmente 

Avec le terns, et que plus me tourmente. 

Paris ayma CEnone ardamment, 

Mais son amour ne dura longuement, 

Medee fut aymee de Jason, 

Qui tot apres la mit hors sa maison. 

Si meritoient-elles estre estim^es, 

Et pour aymer leurs amis, estre aym^es. 

S'estant ayme" on peut Amour laisser, 

N y est-il raison, ne Testant, se lasser? 

N'est-il raison te prier de permettre, 

Amour, que puisse a mes tounnens fin mettre? 

Ne permets point que de Mort face espreuve, 

Et plus que toy pitoyable la treuve; 



LOUISE LABE 

Mais si tu veus que j'ayme jusqu'au bout, 
Fay que celui que j'estime mon tout, 
Qui seul me peut faire plorer et rire, 
Et pour lequel si souvent je soupire, 
Sente en ses os, en son sang, en son ame, 
Ou plus ardente, ou bien egale flame. 
Alors ton faix plus ais me sera, 
Quand avec raoy quelcun le portera. 



JEAN PASSERAT 

1534-1-1603 

Swnct 
1? Sur la mort de ThuUne 

OIRE, Thulene est mort: j'ay veu sa sepulture. 
^ Mais II est presque en vous de le resusciter; 
Faictes de son estat un poete heriter: 
Le po^te et le fou sont de mesme nature. 

L'un fuit rambition, et Fautre n'en a cure, 
Tous deux ne font jamais leur argent profiter; 
Tous deux sont d'une humeur ais^e a irriter, 
L'un parle sans penser, et Tautre a Taventure. 

L'un a la teste verte, et 1'autre va couvert 
D*un joly chapperon faict de jaune et de vert; 
L'un chante des sonets, 1'autre danse aus sonettes. 

Le plus grand different qui se trouve entre nous, - 
C'est qu'on diet que tousjours fortune aime les fouls 
Et quTeJle est pen souvent favorable aux poetes. 
2958 113 I 



JEAN PASSERAT 
u 6 Fittanette 

T'AI perdu ma tourterelle; 
^ Est-ce point celle que j*oy? 
Je veux aller apres elle. 

Tu regrettes ta femelle, 
Helas! aussi fais-je moy. 
J'ai perdu ma tourterelle. 

Si ton amour est fidelle, 
Aussi est ferme ma foy; 
Je veux aller apres elle. 

Ta plainte se renouvelle, 
Toujours plaindre je me doy ; 
J'ai perdu ma tourterelle. 

En ne voyant plus la belle, 
Plus rien de beau je ne voy; 
Je veux aller apres elle. 

Mort, que tant de fois j'appelle, 
Prends ce qui se donne a toy! 
J'ai perdu ma tourterelle; 
Je veux aller apres elle. 

NICOLAS RAPIN 



777 A jdchille de Harlay 

COURAGE, grand Achille, oppose a la fortune 
^-^ Ce bouclier de Vulcan, ce mur de fin acier, 
Ce rempart d'innocence en ce coeur justicier, 
Comme un roc qui re*siste aux courroux de Neptune. 
114 



NICOLAS RAPIN 

Ta vertu soit tousjours toute telle et toute une, 
Insensible aux appas d'un puissant financier, 
Impenetrable et sourde aux charmes d'un sorcier, 
Qui de crainte et d'espoir ta Constance importune. 

Destourne tes pensers des faveurs de la cour, 
Maintien ton grave front, quoyque le temps qui court 
DSsireroit des mceurs qui fussent moins austeres. 

Aux grands maux comme sont les nostres d'a present, 
Le meMecm perd tout, qui se rend complaisant; 
Les bruvages amers sont les plus salutaires. 



VAUQUELIN DE LA FRESNAYE 

Millies 

118 i 

"CNTRE les fleurs, entre les lis, 
^ Doucement dormoit ma Philis, 
Et tout autour de son visage 
Les petits Amours, comme enfans, 
Jouoient, folastroient, triomphans, 
Voyant des cieux la belle image. 

J'admirois toutes ces beautez 
6galles a mes loyautez, 
Quand 1'esprit me dit en I'oreille: 
Fol, que fais-tu? Le temps perdu 
Souvent est cherement vendu ; 
S'on le recouvre, c'est merveille. 

115 I 2 



VAUQUELIN DE LA FRESNAYE 

Alors, je m'abbaissai tout has, 
Sans bruit je marchai pas a pas, 
Et baisai ses levres pourprines : 
Savourant un tel bien, je dis 
Que tel est dans le paradis 
Le plaisir des asmes divines. 



lip // 

TDASTEURS, voici la fonteinette 
* Ou tousjours se venoit mirer, 
Et ses beautez, seule, admirer 
La pastourelle Philinette. 

Voici le mont oil de la bande 
Je la vis la dance mener, 
Et les nymphes I'environner 
Comme celle qui leur commande. 

Pasteurs, voici la verte pree 
Oil les eurs elle ravissoit, 
Dont, apres, elle embellissoit 
Sa perruque blonde et sacr^e. 

Ici, folastre et decroch^e, 
Contre un chesne elle se cacha ; 
Mais, par avant, elle tascha 
Que je la vis estre cach^e. 

Dans cet antre secret encore. 
Mile fbis elle me baisa; 
Mais, depiris, mon cceur n'apaisa 
De la flamme qui le devore* 
116 



VAUQUELIN DE LA FRESNAYE 

Done, a toutes ces belles places, 
A la Fontaine, au mont, an pre, 
Au chesne, a Pantre tout sacre", 
Pour ces dons, je rends mile graces. 

120 Sonnet 

paresseux sommeil ou tu gis endormie 
Desja par si long temps, 6 France, eVeille-toy, 
Respire dedaigneuse, et tes offences voy, 
Ne sois point ton esclave et ta propre ennemie. 

Reprend ta liberte", gueri ta maladie, 
Et ton antique honneur, 6 France, ramentoy: 
Legere, desormais, sans bien sgavoir pourquoy, 
Dans un sentier tortu ne donne a Festourdie. 

Si tu regardois bien les annales des rois, 
Tu connoistrois avoir triomph6 mille fois 
De ceux qui veulent or amoindrir ta puissance. 

Sans toy, qui centre toy despite ouvre le sein, 
Ces ventres de harpie, ejunez par soufFrance, 
N'auroient jamais os6 passer le Rhin germain. 



AMADIS JAMYN 

1540-11585 
121 

CSTANT couchS pres les ruchettes 
*~* Ou faisoient du miel les avettes, 
En ces mots je vins a parler: 
Mouches, vous volez a vostre aise, 
Et ma maistresse est si mauvaise 
Qu'elle m'empesche de voler. 

"7 



AMADIS JAMYN 

Vous volez sur les fleurs escloses, 
Et moissonnez les douces choses 
I>u thym, du safran rougissant, 
Et du saule a la feuille molle ; 
^lais sur les moissons je ne vole, 
Dont j*alme a estre jouissant. 

Mouchesj de Jupiter nourrices, 
H>es odeurs qui vous sont propices 
Vous faites la cire et le miel ; 
Et rooy, des beautez de ma dame, 
Je ne produis rien en mon arne, 
Que plain tes, que deuil et que fiel. 

On dit, 6 coleres abeilles, 
Qu*en vos pointures nonpareilles 
Vostre destia se volt born.; 
^-lais celle dont les traits je porte, 
Las I en me blessant n'est point morte 
33e la mort qu'elle m*a donn 

Ha ! je voudrois estre une mouche, 
Pour voleter dessus la bouche, 
Sur les cheveux et sur le sein 
De ma dame belle et rebelle ; 
Je picquerois ceste cruelle 
A peine d*y mourir soudain, 



118 



122 



GUILLAUME DU BARTAS 

1544-11590 



arreste-toi, ne passe la campagne 
Que Nature mura de rochers d'un coste", 
Que TAuriege entrefend d'un cours prcipit; 
Campagne qui n'a point en beautg de compagne. 

Passant, ce que tu vois n'est point une raontagne: 
C'est un grand BriarSe, un ggant haut mont6 
Qui garde ce passage, et defend, indomte*, 
De 1'Espagne la France, et de France TEspagne. 

II tend a Tune Tun, a Tautre Pautre bras, 

II porte sur son chef Tantique faix d' Atlas, 

Dans deux contraires mers il pose ses deux plantes. 

Les espaisses forests sont ses cheveux espais; 
Les rochers sont ses os ; les rivieres bruyantes 
L'&ernelle sueur que luy cause un tel faix. 



PHILIPPE DESPORTES 

123 Fillanelh 

OZETTE, pour un peu d'absence 

Vostre coeur vous avez change 1 , 
Et moy, scachant cette inconstance, 
Le mien autre part j'ay rang: 
Jamais plus, beautl si legere, 
Sur moy tant de pouvoir n'aura: 
Nous verrons, volage bergere, 
Qui premier s'en repentira. 
119 



PHILIPPE DESPORTES 

Tandis qu'en pleurs je me consume, 

Maadissant cet esloignement, 

Vous, qui n'aimez que par coustume, 

Caressiez un nouvel amant. 

Jamais legere girouette 

An vent si tost ne se vira: 

Nous verrons, bergere Rozette, 

Qui premier s'en repentira. 

Oft sont tant de promesses saintes, 
Tant de pleurs versez en partant? 
Est il vray que ces tristes plaintes 
Sortissent d'un cceur inconstant? 
Dieux ! que vous estes mensongere I 
Maudit soit qui plus vous croira ! 
Nous verrons, volage bergere, 
Qui premier s'en repentira. 

Celuy qui a gaignS ma place 
Ne vous peut aymer tant que moy, 
Et celle que j'aime vous passe 
I}e beaut4, d'amour et de foy. 
Gardez bien vostre amitig neufve, 
La mienne plus ne varira, 
Et puis, nous verrons a Fespreuve 
Qui premier s*en repentira. 

124 Chanson 

BIEN heureux qui peut passer sa vie 

Entre les siens, franc de haine et d*envie, 
Parmy les champs, les Forests et les bois, 
Loin du tumulte et du bruit populaire ; 
Et qui ne vend sa liberte" pour plaire 
Aux passions des princes et des rois I 



PHILIPPE DESPORTES 

II n'a soucy d*une chose fncertaine, 

II ne se paist d'une esperance vaine, 

Nulle faveur ne le va decevant ; 

De cent fureurs il n*a Tame embrase*e 

Et ne maudit sa jeunesse abuse*e, 

Quand il ne trouve a la fin que du vent* 

II ne fremist quand la mer courrouce'e 
Enfle ses Hots, contrairement pousse"e 
Des vens esmeus soufHans horriblement ; 
Et quand la nuict a son aise il sommeille, 
Une trompette en sursaut ne 1'esveille 
Pour Tenvoyer du lict au monument. 

L'ambition son courage n'attise, 

D'un fard trompeur son ame il ne desguise, 

II ne se plaist a violer sa foy ; 

Des grands seigneurs Toreille il n'importune, 

Mais en vivant content de sa fortune 

II est sa cour, sa faveur, et son roy, 

Je vous rens grace, 6 deitez sacrees 

Des monts, des eaux, des forests et des pres, 

Qui me privez de pensers soucieux, 

Et qui rendez ma volonte" contente, 

Chassant bien loin la miserable attente, 

Et les desirs des coeurs ambitieuxi 

Dedans mes champs ma pensee est enclose. 
Si mon corps dort mon esprit se repose, 
Un soin cruel ne le va devorant : 
Au plus matin, la fraischeur me soulage, 
S'il fait trop chaud, je me mets a Fombrage, 
Et s'il fait froid, je m*eschautFe en courant. 



PHILIPPE DESPORTES 

Si je ne loge en ces maisons dories, 
Au front superbe, aux voOtes peinture*es 
D'azur, d'esmail, et de mille couleurs, 
Mon ceil se paist des tresors de la plaine 
Riche d'oeillets, de Us, de marjolaine, 
Et du beau teint des printanieres fleurs. 

Dans les palais enflez de valne pompe, 
L 'ambition, la faveur qui nous trompe, 
Et les soucys logent communement : 
Dedans nos champs se retirent les fe"es, 
Roines des bois a tresses decoiffees, 
Les jeux, Pamour, et le contentement. 

Ainsi vivant, rien n y est qui ne m'agr^e. 
J'oy des oiseaux la musique sacre, 
Quand, au matin, ils benissent les cieux ; 
Et le doux son des bruyantes Fontaines 
Qui ront, coulant de ces roches hautaines, 
Pour arrouser nos prez delicieux. 

Que de plaisir de voir deux colombelles, 
Bee contre bee, en tremoussant des ailes, 
Mille baisers se donner tour a tour ; 
Puis, tout ravy de leur grace naive, 
Dorrmr au frais d'une source d'eau vive, 
Dont le doux bruit semble parler d*amour I 

Que de plaisir de voir sous la nuict brune, 
Quand le soleil a fait place a la lune, 
Au fond des bois les nymphes s'assembler, 
Monstrer au vent leur gorge dcouverte, 
Danser, sauter, se donner cotte-verte, 
Et sous leur pas tout Fherbage trembler* 



PHILIPPE DESPORTES 

Le bal finy, je dresse en haut la veue 
Pour voir le teint de la lune cornue, 
Claire, argente*e, et me mets a penser 
Au sort heureux du pasteur de Latmie : 
Lors je souhaite une aussi belle amie, 
Mais je voudrois, en veillant, 1'embrasser. 

Ainsi, la nuict, je contente mon ame, 

Puis, quand Phebus de ses rays nous enflame, 

J'essaye encor mille autres jeux nouveaux : 

Diversement mes plaisirs j'entrelasse, 

Ores je pesche, or* je vay a la chasse, 

Et or* je dresse embuscade aux oyseaux. 

Je fay 1'amour, mais c'est de telle sorte 
Que seulement du plaisir j'en rapporte, 
N*engageant point ma chere Iibert : 
Et quelques laqs que ce dieu puisse faire 
Pour m'attraper, quand je m'en veux distraire, 
J'ay le pouvoir comme la volont^. 

Douces brebis, mes fidelles compagnes, 

Hayes, buissons, forests, prez et montagnes, 

Soyez t^moins de mon contentement : 

Et vous, 6 dieux ! faites, je vous supplie, 

Que, cependant que durera ma vie, 

Je ne connoisse un autre changement. 



THEODORE-AGRIPPA D'AUBIGNE 

^551-11630 
12? L'Hfver 

TVTES volages humeurs, plus sterilles que belles, 
^^ S J en vont; et je leur dis: Vous sentez, irondelles, 
S'esloigner la chaleur et le froid arriver. 
Allez nicher ailleurs, pour ne tascher, impures. 
Ma couche de babil et ma table d'ordures ; 
Laissez dormir en paix la nuict de mon hyver. 

D'un seul poinct le soleil n'esloigne I'hemisphere ; 
H jette moins d'ardeur, mais autant de lumiere. 
Je change sans regrets, lorsque je me repens 
Des fri voles amours et de leur artifice. 
J'ayme Phyver qui vient purger mon cceur de vice. 
Comme de peste Fair, la terre de serpens. 

Mon chef blanchit dessous les neiges entasse"es. 

Le soleil, qui reluit, les eschauffe, glace*es, 

Mais ne les peut dissoudre, au plus court de ses mois. 

Fondez, neiges; venez dessus mon coeur descendre, 

Qu'encores il ne puisse allumer de ma cendre 

Du brasier, comme il fit des flammes autrefois. 

Mais quoil serai-je esteint devant ma vie esteinte? 

Ne luira plus sur rnoi la flamme vive et sainte, 

Le zele flamboyant de k sainte maison? 

Je fais aux saints autels holocaustes des restes, 

De glace aux feux impurs, et de naphte aux celestes : 

Clair et sacre* flambeau, non funebre tison 1 

Voici moins de plaisirs, mais voici moins de peines. 
Le rossignol se taist, se taisent les Sereines. 
Nous ne voyons cueillir ni les fruits ni les fleurs ; 
124 



THEODORE-AGRIPPA D'AUBIGN^ 

L'esperance n'est plus bien souvent tromperesse, 
L'hyver jouit de tout. Bienheureuse vieillesse, 
La saison de P usage, et non plus des labeurs 1 

Mais la mort n'est pas loin; cette mort est suivie 
D J un vivre sans mourir, fin d'une fausse vie : 
Vie de nostre vie, et mort de nostre mort. 
Qui hait la seurete*, pour aimer le naufrage? 
Qui a jamais este* si friant de voyage 
Que la longueur en soit plus douce que le port ? 



FRANCOIS DE MALHERBE 



126 Consolation a M. du Terier 

"PA douleur, du P&rier, sera done ^teraelle? 
-^ Et les tristes discours 
Que te met en Tesprit Tamiti^ paternelle 
Uaugmenteront toujours? 

Le malheur de ta fille au tombeau descendue 

Par un commun tr^pas, 
Est-ce quelque dedale, ou ta raison perdue 

Ne se retrouve pas ? 

Je sais de quels appas son enfance toit pleine, 

Et n'ai pas entrepris, 
Injurieux ami, de soulager ta peine 

Avecque son mepris. 

Mais elle toit du monde, ou les plus belles choses 

Ont le pire destin; 
Et rose elle a vcu ce que vivent les roses, 

L'espace d'un matin. 



FRANfOIS DE MALHERBE 

Puis quand ainsi seroit que, selon ta priere, 

Elle auroit obtenu 
D'avoir en cheveux blancs termini sa carriere, 

Qu'en fut-il advenu? 

Penses-tu que, plus vieille, en la maison celeste 

Elle cut eu plus d'accueil? 
Ou qu'elle eut moins senti la poussiere funeste 

Et les vers du cercueil ? 

Non, non, mon du Pener, aussitdt que la Parque 

6te 1'ame du corps, 
I/age s'eVanouit au dega de la barque, 

Et ne suit point les morts. 

Tithon n'a plus les ans qui le firent cigale; 

Et Pluton aujourd'hui. 
Sans gard du pass, les mlrites Igale 

D'Archimore et de lui. 

Ne te lasse done plus d'inutiles complaintes; 

Mais, sage a Pavenifj 
Aime une ombre comme ombre, et des cendres Iteintes 

liteins le souvenir, 

Cest bien, je le confesse, une juste couturae 

Que le coeur afflige', 
Par le canal des yeux vidant s,on amertume, 

Cherche d^tre allege; 

Meme quand il advient que la tombe spare 

Ce que nature a joint, 
Celui qui ne s'emeut a Tame d'un barbare, 

Ou n'en a du tout point. 
126 



FRANfOIS DE MALHERBE 

Mais d'etre inconsolable et dedans sa mmoire 

Enfermer un ennui, 
N*est-ce pas se hair pour acque*rir la gloire 

De bien aimer autrui? 

Priam qui vit ses fils abattus par Achille, 

Denue* de support 
Et hors de tout espoir du salut de sa Tille, 

Regut du rconfort. 

Francois, quand la Castille, inggale a ses armes, 

Lui vola son dauphin, 
Sembla d'un si grand coup devoir jeter des larmes 

Qui n'eussent point de fin. 

II les scha pourtant, et, comme un autre Alcide, 

Contre fortune instruit. 
Fit qu'a ses ennemis d*un acte si perfide 

La honte flit le fruit. 

Leur camp, qui la Durance avoit presque tarie 

De bataillons e"pais, 
Entendant sa Constance, eut peur de sa furie, 

Et demanda la paix. 

De moi, deja deux fois d'une pareille foudre 

Je me suis vu perclus, 
Et deux fois la raison m*a si -bien fait rsoudre 

Qu'il ne m*en souvient plus. 

Non qu'il ne me soit grief <jue la tombe possede 

Ce qui me fut si cherj 
Mais en un accident qui n'a point de remede 

II n*en faut point chercher- 
127 



FRANCOIS. DE MALHERBE 

La Mort a des ligueurs a nulle autre pareilles ; 

On a beau la prier, * 

La cruelle qu'elle est se bouche les oreilles, 

Et nous hisse crier. 

Le pauvre en sa cabane, oft le chaume le couvre, 

Ebt sujet a ses lois ; 
Et la garde qui veille aux barrieres du Louvre 

N'en defend point nos rois. 

De rnurmurer centre eile et perdre patience, 

II est mal a propos; 
Vouloir ce que Dieu reut est la seule science 

Qui nous met en repos. 

127 Chanson 

TLS s'en vont, ces rois de ma vie, 
*- Ces yeux, ces beaux yeux, 
Dont l^clat fait palir d'envie 

Ceux mme des cieux. 
Dieux, amis de I'innocence, 
Qu'ai-je fait pour m6riter 
Les ennuis oS cette absence 

Me va prcipiter? 

EHe s'en va cette merveillej 

Pour qui jiuit et jour, 
Quoi que la raison me conseille, 

Je brfile d > amour. 
DieuXy amis de Finnocence, 
Qu'ai-je fait pour m6riter 
Les ennuis ou cette absence 

Me va prcipiter? 
128 



FRANCOIS DE MALHERBE 

En quel efFroi de solitude 

Assez carte* 
Mettrai-je mon inquietude 

En sa liberte*? 
Dieux, amis de 1'innocence, 
Qu'ai-je fait pour mSriter 
Les ennuis oft cette absence 

Me va prcipiter? 

Les aJHigds ont en leurs peines 

Recours a pleurer: 
Mais quand mes yeux seroient Fontaines, 

Que puis-je espe"rer? 
Dieux, amis de 1'innocence, 
Qu'ai-je fait pour mriter 
Les ennuis ou cette absence 

Me va pre"cipiter? 

128 Paraphrase du Psaume cxfa 

Stances. 

N'ESPERONS plus, mon ame, aux promesses du 
monde ; 

Sa lumiere est un verre, et sa faveur une onde 
Que toujours quelque vent empeche de calmer. 
Quittons ces vanity's, lassons-nous de les suivre; 
C'est Dieu qui DOUS fait vivre, 
C'est Dieu qu'il faut aimer. 

En vain, pour satisfaire a nos laches envies, 

Nous passons pres des rois tout le temps de nos vies 

A soufFrir des m6pris et ployer les genoux: 

Ce qu'ils peuvent n'est rien ; ils sont, comme nous sommes, 

V^ritablement homines, 

Et meurent comme nous. 

2958 129 K 



FRANfOIS DE MALHERBE 

Ont-ils rendu 1'esprit, ce n'est plus que poussiere 

Que cette majeste* si pompeuse et si fiere, 

Dont Flclat orgueilleux e'tonnait Punivers ; 

Et, dans ces grands tombeaux oil leurs ames hautaines 

Font encore les vaines, 

Us sont manges des vers. 

La se perdent ces noms de maitres de la terre, 
D'arbitres de la paix, de foudres de la guerre; 
Comme ils n'ont plus de sceptre, ils n'ont plus de flatteurs ; 
Et tombent avec eux d'une chute commune 

Tous ceux que leur fortune 

Faisait leurs serviteurs. 



12$ Sur la Mort de son Fils 

QUE mon fils ait perdu sa dipouille niortelle, 
Ce fils qui fut si brave, et que j'aimai si fort, 
Je ne Timpute point a 1'injure du sort, 
Pnisque finir a Thomme est chose naturelle. 

Mais que de deux marauds la surprise infidele 
Ait termini ses jours d'une tragique mort, 
En cela ma douleur n'a point de rSconfort, 
Et tous mes sentiments sont d'accord avec elle. 

O mon Dieu, mon Sauveur, puisque, par la raison, 
Le trouble de mon ame 6tant sans guirison, 
Le vceu de la vengeance est un vceu lgitime, 

Fais que de ton appui je sois fortifi^ ; 

Ta justice t*en prie, et les auteurs du crime 

Sont ills de ces botf|paux qui t'ont crucified 

130 



MATHURIN REGNIER 



130 Sfances 

CI vostre ceil tout ardent d'amour et de lumiere 
^ De mon coeur vostre esclave est la flamme premiere 
Que comme un astre saint je revere a genoux, 
Pourquoy ne m'aymez-vous ? 

Si vous que la beaute* rend ores si superbe 
Devez, comme une fleur qui ifetrit dessus 1'herbe, 
feprouver des saisons Toutrage et le courrous, 
Pourquoy ne m'aymez-vous? 

Voulez-vous que votre ceil en amour si fertik 
Vous soit de la nature un present inutile? 
Si 1'Amour comme un dieu se communique a tous, 
Pourquoy ne m'aymez-vous? 

Attendez-vous qu'un jour un regret vous saisisse? 
C'est a trop d*Int6rets imprimer un supplice. 
Mais puisque nous vivons en un age si dous, 
Pourquoy ne m'aymez-vous? 

Si vostre grand beaute* toutes beautes escelle, 
Le ciel pour mon malheur ne vous fit point si belle: 
S'il semble en son dessein avoir pitie" de nous, 
Pourquoy ne n^aymez-vous ? 

Si j'ay, pour vous aymer, ma raison offensle, 
Mortellement bless6 d'une flche insens^e, 
Sage en ce seul gaid que j'en benys les coups, 
Pourquoy ne m'aymez-vous ? 

131 E 2 



MATHURIN REGNIER 

La douleur, m'e'trangeant de toute compagnie, 
De mes jours malheureux a la clartS bannie; 
Et si dans ce malheur pour vous je me resous, 
Pourquoy ne m'aymez-vous ? 

Fasse le del qu'enfin vous puissiez recognoitre 
Que mon mal a de vous son essence et son etre. 
Mais, Dieu ! puisqu'il est vray, yeux qui m'etes si doux, 
Pourquoy ne m'aymez-vous ? 

i$i A Monsieur le Mar juts de C&zwres 

TV^ ARQUIS, que dois-je faire en cette incertitude ? 
"**-* Dois-je, las de courir, me remettre a 1'^tude, 
Lire Homere, Aristote, et, disciple nouveau, 
Glaner ce que les Grecs ont de riche et de beau, 
Reste de ces moissons que Ronsard et Desportes 
Ont remport du champ sur leurs 6paules fortes, 

tu'ils ont comme leur propre en leur grange entass6, 
galant leurs honneurs aux honneurs du pass6? 
Ou si, continuant a couniser mon maitre, 
Je me dois jusqu'au bout d'esp^rance repaitre, 
Courtisan morfondu, frnitique et r8veur, 
Portrait de la disgrace et de la de"faveur; 
Puls, sans avoir du bien, trouble de reverie, 
Mourir dessus un cofFre en une hStellerie, 
En Toscane, en Savoie, ou dans quelque autre lieu, 
Sans pouvoir faire paix ou trlve avecque Dieu? 
Sans parler je t'entends: il faut suivre 1'orage. 
Aussi bien on ne peut ou choisir avantage: 
Nous vivons a tatons: et dans ce monde ici 
Souvent avec travail on poursuit du souci ; 
Car les Dieux, courroucls contre la race humaine, 

133 



MATHURIN REGNIER 

Ont mis avec les biens la sueur et la peine. 
Le monde est un brelan oCt tout est confondu: 
Tel pense avoir gagne", qui souvent a perdu, 
Ainsi qu'en une blanque oh par hasard on tire; 
Et qui voudrait choisir souvent prendrait le pire. 
Tout depend du destin, qui 5 sans avoir egard, 
Les faveurs et les biens en ce monde depart. 
Mais puisqu'il est ainsi que le sort nous emporte, 
Qui voudrait se bander centre une loi si forte? 
Suivons done sa conduite en cet aveuglement. 
Qui peche avec le del peche honorablement ! 
Car penser s'affranchir, c'est une reverie. 
La liberte" par songe en la terre est cherie; 
Rien n'est libre en ce raonde, et chaque homme depend, 
Comtes, princes, sultans, de quelque autre plus grand. 
Tous les homines vivants sont ici bas esclaves, 
Mais suivant ce qu'ils sont ils different d'entraves; 
Les uns les portent d'or et les autres de fer; 
Mais, n'en deplaise aux vieux, ni leur philosopher 
Ni tant de beaux Merits qu'on lit en leurs e*coles 
Pour s'afrranchir 1'espnt ne sont que des paroles. 

Au joug nous sommes n6s, et n'a jamais 6t6 
Homme qu'on ait vu vivre en pleine Iibert6. 
En vain, me retirant enclos en une 6tude, 
Penserai-je kisser le joug de servitude; 
Etant serf du desir d'apprendre et de savoir, 
Je ne ferais sinon que changer de devoir. 
C'est TarrSt de nature, et personne en ce monde 
Ne saurait controller sa sagesse profonde. 

Puis, que peut-il servir aux niortels ici-bas, 
Marquis, d'etre savant ou de ne l^tre pas, 
Si la science, pauvre, affreuse et m^prisee, 
Sert au peuple de feble, aux plus grands de ris^e; 

133 



MATHURIN REGNIER 

Si les gens de latin des sots sont demgres, 

Et si Ton est docteur sans prendre ses degrSs ? 

POUITU qu'on soit morgtiant, qu'on bride sa moustache, 

Qu'on frise ses cheveux, qu'on porte un grand panache, 

Qu'on parle baragoain et qu'on suive le vent, 

En ce temps du jourdhui Ton n'est que trop savant. 

Du siecle les mignons, fils de la poule blanche, 
Us tiennent a leur gr la fortune en la manche; 
En credit Sieve's, ils disposent de tout, 
Et n'entreprennent rien qu'ils n'en viennent a bout. 
*Mais quoii me diras-tu, il t'en faut autant faire. 
Qui ose a peu souvent la fortune contraire. 
Importune le Louvre, et de join et de nuit; 
Perds, pour t'assujettir, et la table et le lit; 
Sois entrant, effronte, et sans cesse importune: 
En ce temps Fimpudence Sieve la fortune/ 

II est vrai! mais pourtant je ne suis point d'avis 
De degager mes jours pour les rendre asservis, 
Et sous un nouvel astre aller, nouveau pilote, 
Conduire en autre mer mon navire, qui otte 
Entre Tespoir du bien et la peur du danger 
De froisser mon attente en ce bord Stranger. 

Car, pour dire le vrai, c'est un pays Strange, 

Oh comme un vrai Protee a toute heure on se change, 

Ou les lois, par respect sages humainement, 

Confondent le loyer avec le chitiment; 

Et pour un meme fait, de meme intelligence, 

L'un est justicie, 1'autre aura recompense. 

Car selon TintSret, k crSdit ou 1'appui, 

Le crime se condamne et s'absout aujourd'hui. 

Je le dis sans confondre en ces aigres remarques 



MATHURIN REGNIER 

La eminence du roi, le miroir des monarques, 
Qui plus grand de vertu, de cceur et de renom, 
S'est acquis de clement et la gloire et le nom. 
Or, quant a ton conseii qu'a k Cour je m'engage, 
Je n'en ai pas 1'esprit, non plus que le courage. 
II faut trop de savoir et de civilite, 
Et, si j'ose en parler, trop de subtilite. 
Ce n'est pas mon humeur; je suis mlancolique, 
Je ne suis point entrant, ma facon est rustique, 
Et le surnom de bon me va-t-on reprochant, 
D'autant que je n'ai pas 1'esprit d'etre mechant. 

Et puis, je ne saurais nie forcer ni me feindre; 

Trop libre en volonte, je ne me puis contraindre. 

Je ne saurais flatter, et ne sais point comment 

II faut se faire accort, ou parler faussement, 

Benir les favoris de geste et de paroles, 

Parler de leurs aieux au jour de Consoles, 

De hauts faits de leur race et comme ils ont acquis 

Ce titre avec honneur de Dues et de Marquis. 

Je n'ai point tant d'esprit pour tant de menterie; 

Je ne puis m'adonner a k cajolerie, 

Seloa les accidents, les humeurs ou les jours. 

Changer, comme d'habits, tous les mois de discours. 

Suivant mon naturel, je hais tout artifice: 

Je ne puis dguiser la vertu ni le vice; 

Offrir tout de la bouche, et, d'un propos menteur, 

Dire: 'Pardieu! monsieur, je TOUS suis seniteur;* 

Pour cent bonadies s'arreter en la rue; 

Faire sur Fun des pieds en la salle la grue; 

Enteodre un marjolet qui dit avec me'pris: 

c Ainsi qu'anes, ces gens sont tous vetus de gris; 

Ces autres verdelets aux perroquets ressemblent, 

135 



MATHURIN REGNIER 

Et ceux-ci mal peignes devant les dames tremblent/ 

Puis, au partir de la, comme tourne le vent, 

Avecques un bonjour, amis comme devant. 

Je n'entends point le cours du ciel ni des planetes; 

Je ne sais deviner les affaires secretes, 

Connaitre un bon visage, et juger si le cceur, 

Contraire a ce qu'on xoit, ne serait point moqueur. 

De porter un poulet je n'ai la suffisance, 

Je ne suis point adroit, je n'ai point d'eloquence 

Pour colorer un fait ou detourner la foi, 

Prouver qu'un grand amour n'est sujet a la loi, 

Suborner par discours une femme coquette, 

Lui conter les chansons de Jeanne et de Paquette, 

De*baucher une fille, et par vives raisons 

Lui montrer comme Amour fait les bonnes maisons, 

Les maintient, les eleve, et, propice aux plus belles. 

En honneur les avance et les fait demoiselles; 

Que c'est pour leur beaux nez que se font les ballets, 

Qu'elles sont le sujet des vers et des poulets, 

Que leur nom retentit dans les airs que 1'on chante, 

Qu'elles ont a leur suite une troupe beante 

De langoureux transis; et, pour le faire court, 

Dire qu'il n'est rien tel qu'aimer les gens de Court, 

Allegant maint exemple en ce siicle ou nous sommes, 

Qu'il n'est rien si facile a prendre que les hommes, 

Et qu'on ne s'enquiert plus s'elle a fait le pourquoi, 

Pourvu qu'elle soit riche et qu'elle ait bien de quoi. 

Quand elle aurait suivi le camp a la Rochelle, 

S'elle a force ducats, elle est toute pucelle. 

L'honneur estropi6, languissant et perclus, 

N'est plus rien qu'une idole en qui Ton ne croit plus. 

Or pour dire ceci il faut force mystere, 
Et de mal discourir il vaut bien mieux se taire. 

136 



MATHURIN REGNIER 

II est vrai que ceux-la qui n'ont pas tant d'esprit 
Peuvent mettre en papier leur dire par Sent, 
Et rendre par lews vers leur muse maquerelle; 
Mais, pour dire le vrai, je n'en ai la cervelle. 

II faut etre trop prompt, crire a tous propos, 
Perdre pour un sonnet et sommeil et repos. 
Puis ma muse est trop chaste, et j'ai trop de courage 
Et ne puis pour autrui fa$onner un ouvrage. 
Pour moi, j'ai de la Court autant comme il m'en faut ; 
Le vol de mon dessein ne s'etend point si haut; 
De peu je suis content, encore que mon maitre, 
S'il lui plaisait un jour mon travail reconnaitre, 
Peut autant qu'autre prince, et a trop de moyen 
D'lever ma fortune et me faire du bien. 
Ainsi que sa nature, a la vertu facile, 
Promet que mon labeur ne doit e*tre inutile, 
Et qu'il doit quelque jour, malgr6 le sort cuisant, 
Mon service honorer d*un honnete present, 
Honnete et convenable a ma Basse fortune 
Qui n'aboye et n'aspire, ainsi que la commune, 
Apres Tor de P6rou, ni ne tend aux honneurs 
Que Rome dpartit aux vertus des seigneurs. 
Que me sert de m'asseoir le premier a la table, 
Si la faim d'en avoir me rend insatiable, 
Et si le faix lger d'un double gveche', 
Me rendant moins content, me rend plus empeche"? 
Si la gloire et la charge, a la peine adonnee, 
Rend sous rambition mon ame infortun^e? 
Et quand la servitude a pris Fhomme au collet, 
J'estime que le prince est moins que son valet. 
C'est pourquoi je ne tends a fortune si grande; 
Loin de 1'ambiuon, la raison me commande, 
Et ne pretends avoir autre chose sinon 

137 



MATHURIN REGNIER 

Qu\ra simple bnefice et quelque pen de nom, 
Afin de pouvoir vivre avec quelque assurance, 
Et de m'dter mon bien que I'on ait conscience. 

Alors, vraiment heureux, les livres feuilletant, 
Je rendrais mon dlsir et mon esprit content; 
Car sans le revenu 1'etude nous abuse, 
Et le corps ne se pait aux banquets de la Muse. 
Ses mets sont de savoir discourir par raison 
Comme Fame se meut un temps en sa prison, 
Et comme d^Iivre'e, elle monte, divine, 
Au ciel, lieu de son etre et de son origine; 
Comme le ciel mobile, ternel en son cours, 
Fait les socles, les ans, et les mois et les jours, 
Comme aux quatre lments les matieres encloses 
Donnent, comme la mort, k vie a toutes choses, 
Comme premierement les hommes disperses 
Furent par 1'harmonie en troupes amasses, 
Et comme la malice en leur ame glissee 
Troubla de nos aieux 1'innocente pens^e, 
D'oilt naquirent les lois, les bourgs et les cit^s, 
Pour servir de gounnette a leurs m6chancetes. 
Comme ils fitrent enfin r^dtrits sous nn empire, 
Et beaucoup d'autres plats qui seraient longs a dire; 
Et quand on en saurait ce que Platon en sait, 
Marquis, tu n'en serais plus gras m plus refait; 
Car c'est une viande en esprit consomme'e, 
Lgere a Testoinac ainsi que la fiime'e. 
Sais-tu, pour sayoir bien, ce qu'il nous fkut savoir? 
C^est s'affiner le gout de connaitre et de voir; 
Apprendre dans le monde et lire dans la vie 
D'autres secrets plus fins que de philosophic, 
Et qu'avec la science il faut un bon esprit. 

Or, entends a ce point ce qu*un Grec en icnt: 

138 



MATHURIN REGNIER 

Jadis un loup, dit-il, que la faim ^poingonne, 
Sortant hors de son fort rencontre une Konrse, 
Rugissante a i'abord, et qui montrait aux dents 
L'msatiable faim qu'elle avait au dedans. 
Furieuse, elle approche ; et le loup, qui l'a\ise, 
D'un langage flatteur lui parle et la courtise: 
Car ce fut de tout temps que, ploiant sous PerTbrt, 
Le petit cede au grand, et le faible au plus fort. 
Lui, dis-je. qui craignait que faute d'autre proie 
La beste Tattaquat, ses ruses il emploie. 
Mais enfin le hasard si bien le secourut, 
Qu'un mulet gros et gias a leurs yeux apparut. 
Us cheminent dispos, croyant la table prete, 
Et s'approchent tous deux assez pres de la bete. 
Le loup, qui la connait, malin et defiant, 
Lui regardant aux pieds, lui pariah en riant : 
'D'ou es-tu, qui es-tu? quelle est ta nourriture, 
Ta race, ta maison, ton maitre, ta nature^ 
Le mulet, tonn6 de ce nouveau discours, 
De peur ing^nieux, aux ruses eut recours ; 
Et, comme les Normands, sans lui rlpondre voire; 
c Compere, ce dit-il, je n'ai point de mmoire ; 
Et comme sans esprit ma grand-mere me vit, 
Sans m'en dire autre chose au pied me I'gcrivit.' 

Lors il leve la jambe au jarret ramassee, 
Et d'un ceil innocent il couvrait sa pense"e, 
Se tenant suspendu sur les pieds en avant. 
Le loup qui I'aper^evait se leve de devant, 
S'excusant de ne lire avec cette parole, 
Que les loups de son temps n'allaient point a 1'^cole. 
Quand la chaude lionne, a qua 1'ardente faim 
Allait precipitant la rage et le dessein, 
S'approche, plus savante, en volont^ de lire. 

139 



MATHURIN REGNIER 

Le mulet prend le temps, et du grand coup qu'il tire 
Lui enfonce la tete, et d'une autre fac.on, 
Qu'elle ne savait point, lui apprit sa legon. 

Alors le loup s'enfuit, voyant la bete morte, 
Et de son ignorance ainsi se reconforte : 
c N*en deplaise aux docteurs, Cordeliers, Jacobins, 
Pardieu, les plus grands clercs ne sont pas les plus fins.' 



752 Abrege de Confession 

PUTSQUE sept pche*s de nos yeux 
* Ferment la barriere des Cieux, 
R6veYend Pere, je vous jure 
De les abhorrer en tout point, 
Pourvu que je ne trouve point 
L'impatience et la luxure. 



Ces deux ,sont naturels en moy : 
II n'y a ny rigueur ny loy 
Ny beau discours qui m'en retire; 
Et quand un simple repentir 
M'en voudroit enfin divertir, 
humeur les feroit dldire. 



J'ay tach^ de les viter 
Tous deux en disant mon Pater 
Et lisant la Sainte ficriture; 
Mais au milieu de mes combas 
Des flatteurs me disent tout bas 
Qu'ils sont enfans de la nature. 
140 



MATHURIN REGNIER 

Ce n'est point Dieu qui les a mis 
Au nombre de nos ennemis ; 
C'est quelque Pandore seconde, 
Qui, pour affliger les humains, 
A. seme" de ses propres mains 
Ce mensonge par le monde, 

Car je ne sais point d'Augustin, 

De Carme ny de Celestin, 

Tant soit-il ferme et plein de zele, 

Si rernpli de devotion, 

Qui puisse, entrant en action, 

Tenir une loy si cruelle. 

Faites done, ainsi que j'ay dit, 
Que je puisse avoir ce credit, 
Pour etre net de conscience, 
Comme les vieux Saints Pont 6t, 
D*6ter de ce nombre arrete 
La luxure et Fimpatience. 



135 pitaphe de Regnier 

T'AY vecu sans nul pensement, 
^ Me laissant aller doucement 
A la bonne loy naturelle, 
Et si m*^ tonne fort pourquoy 
La mort osa songer a moy, 
Qui ne songeay jamais a. elle. 



FRAXfOIS MAYNARD 
La Bdk 



, que dans mon coeur j'ai si longtemps seme, 
Et que ma passion montre a tout 1'univers, 
Ne veux-tu pas changer le destin de ma vie, 
Et donner de beaux jours a mes derniers hivers ? 

N J oppose plus ton deuil au bonheur ou j 'aspire. 
Ton visage est-il fait pour demeurer voil? 
Sors de ta nuit funebre, et permets que j 'admire 
Les divines clart6s des yeux qui m'ont brule. 

Ou s'enfuit ta prudence acquise et naturelle? 
Qu'est-ce que ton esprit a fait de sa vigueur? 
La folle vanite* de paraitre fidele 
Aux cendres d'un jaloux m^expose a ta rigueur. 

Eusses-tu fait le voeu d'un ^ternel veuvage 
Pour 1'honneur du mart que ton lit a perdu, 
Et trouve* des CSsars dans ton haut parentage: 
Ton amour est un bien qui m'est justement du. 

Qu*on a vu revenir de malheurs et de joies, 
Qu'on a vu trbucher de peuples et de rois, 
Qu'on a pleur6 d'Hector, qu'on a bru!6 de Troyes, 
Depuis que mon courage a fle*chi sous tes lois ! 

Ce n'est pas d'aujourd'hui que je suis ta conquete; 
Huit lustres ont suivi le jour que tu me pris; 
Et j'ai fidelement aim$ ta belle tete 
Sous des cheveux chataks, et sous des cheveux gris. 
142 



FRANCOIS MAYNARD 

C'est de tes jeunes yens que mon ardeur est nee, 
C'est de leurs premiers traits que je fus abattu ; 
Mais, tant que tu briilas du flambeau d'hymgne'e, 
Mon amour se cacha pour plaire i ta vertu. 

Je sais de quel respect il faut que je t'honore, 
Et mes ressentiments ne Pont pas viole"; 
Si quelquefois j'ai dit le soin qui me dlvore, 
C'est a des confidents qui n'ont jamais parle. 

Pour adoucir 1'aigreur des peines que j'endure, 
Je me plains aux rochers, et demande conseil 
A ces vieilles forts, dont l*paisse verdure 
Fait de si belles nuits en dpit du soleil. 

L/ame pleine d'amour et de m^lancolie, 
Et couche 1 sur des fleurs et sous des Grangers, 
J'ai montre" ma blessure aux deux mers d'ltalie, 
Et fait dke ton nom aux chos Strangers. 

Ce fleuve imp^rieux a qui tout fit hommage, 
Et dont Neptune mme endura le mepris, 
A su qu'en mon esprit j'adorais ton image, 
Au lieu de chercher Rome en ses vastes debris. 

Cloris, la" passion que mon cceur t'a jur^e 

Ne trouve point d'exemple aux siecles les plus vieux. 

Amour et la Nature admirent la duree 

Du feu de mes dsirs, et du feu de tes yeux. 

La beautg qui te suit depuis ton premier ge, 
Au d6clin de tes jours ne veut pas te laisser ; 
Et le temps, orgueilleux d'avoir fait ton visage, 
En conserve FSdat, et craint de 1'effacer. 

143 



FRANCOIS MAYNARD 

Regarde sans frayeur la fin de toutes choses, 

Consulte ton miroir avec des yeux contents: 

On ne voit point tomber ni tes lis ni tes roses, 

Et 1'hiver de ta vie est ton second printemps. 

Pour moi, je cede aux ans, et ma tete chenue 

M'apprend qu'il faut quitter les homines et le jour ; 

Mon sang se refroidit ; ma force diminue ; 

Et je serais sans feu, si j'etais sans amour. 

C'est dans peu de matins que je croitrai le nombre 

De ceux d qui la Parque a ravi la clarte". 

Oh ! qu'on oira souvent les plaintes de mon ombre 

Accuser tes mepris de m'avoir maltraite" ! 

Que feras-tu, Cloris, pour honorer ma cendre ? 

Pourras-tu sans regret ouir parler de moi, 

Et le mort que tu plains te pourra-t-il deTendre 

De blamer ta rigueur et de louer ma foi ? 

Si je voyais la fin de Tage qui te reste, 

Ma raison tomberait sous Texces de mon deuil ; 

Je pleurerais sans cesse un malheur si funeste, 

Et ferais, jour et nuit, Famour a ton cercueil. 



T TN rare crivain comme toi 
^ Devrait enrichir sa famille 
D'autant d'argent que le feu roi 
En avait mis en la Bastille 
Mais les vers ont perdu leur prix, 
Et pour les excellents esprits 
La faveur des princes est morte; 
Malherbe, en cet age brutal, 
Pgase est un cheval qui porte 
Les grands hommes a PhdpitaL 
144 



FRANCOIS MAYNARD 



git Paul qui baissait les yeux 
A la rencontre des gens sobres, 
Et qui piiait toujours les cieux 
Que 1'ann^e eut plusieurs Octobres. 
Ce grand pilier de cabaret 
Avecque un hareng soret 
Humait des bouteilles sans nombre ; 
Passant qui t'es ici porte*, 
Sache qu'il voudrait que son ombre 
Eut de quoi boire a ta sante. 



HONORAT DE RACAN 

1589-11670 
j 7 Stances 

HPIRCIS, il faut penser a faire la retraite ; 
* La course de nos jours est plus qu*a demi faite; 
L'age insensiblement nous conduit a la mort: 
Nous avons assez vu sur la mer de ce monde 
Errer au gr des flots notre nef vagabonde; 
II est temps de jouir des delices du port. 

Le bien de la fortune est un bien pSrissable; 
Quand on batit sur elle, on batit sur le sable ; 
Plus on est Sieve", plus on court de dangers ; 
Les grands pins sont en butte aux coups de la templte, 
Et la rage des vents brise plutdt le faite 
Des maisons de nos rois que les toits des bergers. 
zoos 145 L 



HONORAT DE RACAN 

O bienheureux celui qui peut de sa mmoire 
EfFacer pour jamais ce vain espoir de gloire, 
Dont 1'inutile som traverse nos plaisirs ; 
Et qui, loin retirl de la foule importune, 
Vivant dans sa maison, content de sa fortune, 
A, selon son pouvoir, mesur ses dsirs ! 

II laboure le champ que labourait son pere ; 
II ne s'informe point de ce qu'on dlibere 
Dans ces graves conseils d'affaires accabls ; 
II voit sans int&et la mer grosse d'orages, 
Et n' observe des vents les sinistres presages, 
Que pour le soin qu'il a du salut de ses bles. 

Roi de ses passions, il a ce qu'il desire. 

Son fertile domaine est son petit empire, 

Sa cabane est son Louvre et son Fontainebleau ; 

Ses champs et ses jardins sont autant de provinces, 

Et sans porter envie a la pompe des princes 

Se contente chez lui de les voir en tableau. 

II voit de toutes parts combler d'heur sa famille, 
La javelle a plein poing tomber sous sa faucille, 
Le vendangeur ployer sous le faix des paniers ; 
Et semble qu'a 1'envi les fertiles montagnes, 
Les humides vallons, et les grasses campagnes 
S'efforcent a remplir sa cave et ses greniers. ' 

II suit aucune fois Tin cerf par les foulees, 
Dans ces vieilles forets du peuple reculees, 
Et qui meme du jour ignorent le flambeau; 
Aucuae fois des chiens il suit les voix confuses, 
Et voit enlin le lievre, apres toutes ses ruses, 
Du lieu de sa naissance en faire son tombeau. 



HONORAT DE RACAN 

Tant6t il se promene au long de ses Fontaines, 

De qui les petits flots font luire dans les plaines 

L'argent de leurs ruisseaux parmi For des moissons ; 

Tant5t il se repose, avecque les hergeres, 

Sur des lits naturels de mousse et de fougeres, 

Qui n'ont d'autres rideaux que 1'oinbre des buissons. 

II soupire en repos T ennui de sa vieillesse, 

Dans ce meme foyer oft sa tendre jeunesse 

A vu dans le berceau ses bras emmaillotes j 

II tient par les moissons registre des anne"es, 

Et voit de temps en temps leurs courses enchaine'es 

Vieillir avecque lui les bois qu'il a planters. 

II ne va point fouiller aux terres inconnues, 
A la merci des vents et des ondes chenues, 
Ce que nature avare a cache" de tresors; 
Et ne recherche point, pour honorer sa vie 
De plus illustre mort, ni plus digne d'envie, 
Que de mourir au lit od ses peres sont morts 

II contemple, du port, les insolentes rages 

Des vents de la faveur, auteurs de nos orages, 

AHumer des mutins les desseins factieux; 

Et voit en un clin d'ceil, par un contraire ^changCj 

L'un d6chir6 du peuple au milieu de la fange 

Et 1'autre a mSme temps 6lev6 dans les cieux. 

S'il ne possede point ces maisons magnifiques, 
Ces tours, ces chapiteaux, ces superbes portiques 
Ou la magnificence tole ses attraits, 
II jouit des beaut^s qu'ont les saisons nouvellesj 
II voit de la verdure et des fteurs naturelles, 
Qu'en ces riches lambris Ton ne voit qu'en portraits. 
147 L 2 



HONORAT DE RACAN 

Crois-moi, redrons-nous hors de la multitude, 
Et vivons de*sormais loin de la servitude 
De ces palais dores ou tout le monde accourt: 
Sous un chene Sieve" les arbrisseaux s'ennuient, 
Et devant le soleil tous les astres s'enfuient, 
De peur d'etre obliges de lui faire la cour. 

Apres qu'on a suivi sans aucune assurance 
Cette vame faveur qui nous pait d'espe"rance, 
L'envie en un moment tous nos desseins de"truit ; 
Ce n'est qu'une fume ; il n'est lien de si frele ; 
Sa plus belle moisson est sujette a la grele, 
Et souvent elle n'a que des fleurs pour du fruit. 

Agreables deserts, sejour de rmnocence, 
Ou loin des vanitls, de la magnificence, 
Commence mon repos et finit mon tourment, 
Vallons, fleuves, rochers, plaisante solitude, 
Si vous futes t6moins de mon inquietude, 
Soyez-le de'sormais de mon contentement ! 



THtOPHILE DE VIAU 



23 8 ApoHon Champion 

TV/TOI, de qui les rayons font les traits du tonnerre 

-**'* Et de qui Tunivers adore les autels, 

Moi, dont les plus grands dieux redouteraient la guerre, 

Puis-je, sans dlshonneur, me prendre a des mortels ? 

J'attaque malgr moi leur orgueilleuse envie, 
Leur audace a vaincu ma nature et le sort; 
Car ma vertu, qui n'est que de donner la vie, 
Est aujourd'hui force a leur donner la mort. 
148 



THEOPHILE DE VIAU 

J'afFranchis mes autels de ces facheux obstacles, 
Et, foulant ces brigands que mes traits vont punir, 
Chacun dornavant viendra vers mes oracles, 
Et previendra le mal qui lui peut advenir. 

C'est moi qui, pgnteant la durete" des arbres, 
Arrache de leur coeur une savante YOIX, 
Qui fais taire les vents, qui fais parler les marbres, 
Et qui trace au destin la conduite des rois. 

C'est moi dont la chaleur donne la vie aux roses 
Et fait ressusciter les fiuits ensevelis ; 
Je donne la dure et la couleur aux choses, 
Et fais vivre l'e"clat de la blancheur des lis. 

Si pen que je m'absente, un manteau de t6nebres 
Tient d'une froide horreur ciel et terre couverts ; 
Les vergers les plus beaux sont des objets funebres; 
Et quand mon ceil est clos, tout meurt dans I'univerf 



MARC-ANTOINE GERARD DE SAINT- 
AMANT 

i594-t 
139 

! que j'aime la solitude I 

Que ses lieux sacr^s a la nuit, 

du monde et du bruit, 
Plaisent a mon inquietude! 
Mon Dieu ! que mes yeux sont contents 
De voir ces bois qui se trouverent 
A la nativiti du temps, 
Et que tous les siecles reverent, 
Etre encore aussi beaux et verts 
QuMtx premiers jours de 1'univers ! 
149 



MARC-ANTOINE BE SAINT-AMANT 

Un gai ze"phyre les caresse 
D'un mouvement douce et flatteur. 
Rien que leur extreme hauteur 
Ne fait remarquer leur vieillesse, 
Jadis Pan et ses demi-dieux 
If vinient chercher du refuge, 
Quand Jupiter ouvrit les cieux 
Pour nous envoyer le deluge, 
Et se sauvent sur leurs rameaux, 
A t>eine virent-ils les eaux. 



Que, sur cette pine .fleurie, 
Dont le printemps est amoureux, 
Philomele au chant langoureux, 
Entretient bien ma reverie ! 
Que je prends de plaisir de voir 
Ces monts pendant en precipices, 
Qui pour les coups du dsespoir 
JSont aux jualheureux si propices, 
Quand la cruaute* de leur sort 
Les force a rechercheir la mort. 

Que je trouve doux le ravage 
De ces ers torrents vagabonds, 
Qui se pr6cipitent par bonds 
Dans ce vallon vert et sauvage, 
Puis glissant sous les arbrisseaux, 
Ainsi que des serpents sur Fherbe, 
Se changent en plaisants ruts-seaux, 
Oh quelque Naiade superbe 
Regne cornroe en son lit natal, 
Dessus un tr6ne de crystal ! 
150 



MARC-ANTOINE DE SAINT-AMANT 

Que j'aime ce marais paisible ! 
II est tout bord d'ahziers, 
D'aulnes, de saules et d'oziers, 
A qui le fer n'est point nuisible. 
Les nymphes, y cherchant le frais, 
S'y viennent fournir de quenouilles, 
De pipeaux r de joncs et de glais ; 
Oii Ton voit sauter les- grenouilles, 
Qui de frayeur s'y vont cacher 
Sit6t qu'on veut s'en approcher. 

La, cent mille oiseaux aquatiques 
Vivent sans craiiidre, en leur repos, 
Le giboyeur fin et dispos, 
Avec ses mortelles pratiques. 
L*un, tout joyeux d'un si beau jour, 
S 'amuse a becqueter sa plume ; 
L'autre alentit le feu d' amour 
Qui dans 1'eau mme se consume, 
Et prennent tout innocemment 
Leur plaisir en cet element. 

Jamais I 9 t ni la froidure 
N'ont vu passer dessus cette eau 
Nulle charrette ni bateau, 
Depuis que Tun et Fautre dure ; 
Jamais voyageur altere 
N'y fit servir sa main de tasse; 
Jamais chevreuil dsesper6 
N ? y iinit sa vie a la chasse j 
Et jamais le traltre hame9on 
N'en fit. sortir aucun poisson* 



MARC-ANTOINE DE SAINT-AMANT 

Que j'aime a voir la decadence 

De ces vieux chateaux mine's. 

Centre qui les ans mutine's 

Ont dploye* leur insolence ! 

Les sorciers y font leur sabbat ; 

Les demons follets s'y retirent, 

Qui d'un malicieux bat 

Trompent nos sens et nous martyrent ; 

La se nichent en mille trous 

Les couleuvres et les hiboux. 



L'orfraie, avec ses cris funebres, 
Mortels augures des destins, 
Fait rire et danser les lutins 
Dans ces lieux remplis de te" neb res. 
Sous un chevron de bois maudit 
V branle le squelette horrible 
D'un pauvre amant qui se pendit 
Pour une bergere insensible, 
Qui d'un seul regard de piti6 
Ne daigna voir son amitie 1 . . . 

Tant6t, sortant de ces mines, 
Je monte au haut de ce rocher, 
Dont le sommet semble chercher 
En quel lieu se font les bruines ; 
Puis je descends tout a loisir 
Sous une falaise escarple, 
D'ou je ^regarde avec plaisir 
L'onde qui l*a presque sap6e, 
Jusqu'au si^ge de Pal^mon, 
Fait d'^ponges et de limon. 



MARC-ANTOINE DE SAINT-AM ANT 

Que c'est une chose agrable 
!D J tre sur Ic bord de la mer, 
Quand elle vient a se calmer 
Apres quelque orage effroyable, 
Et que les chevelus Tritons, 
Hauts, sur les vagues secoues, 
Frappent les airs d'etranges tons 
Avec leurs trompes enrouees, 
Dont 1'eclat rend respectueux 
Les vents les plus imptueux ! 

Tant6t 1'onde, brouillant 1'arene, 
Murmure et frmit de courroux, 
Se roulant dessus les cailloux 
Qu'elle apporte et qu'elle reatraine. 
Tantdt elle tale en ses bords, 
Que Fire de Neptune outrage, 
Des gens noye"s, des monstres moitt, 
Des vaisseaux brisks du naufrage, 
Des diamants, de 1'ambre gris 
Et mille autres choses de prix. 

Tantot, la plus claire du monde, 
Elle semble un miroir flottant, 
Et nous repr^sente 1' instant 
Encore d'autres cieux sous 1'onde. 
Le soleil s'y fait si bien voir, 
Y contemplant son beau visage, 
Qu'on est quelque temps a savoir 
Si c'est lui-mSme, ou son image, 
Et d*abord il semble a nos yeux 
Qu'il s'est Iaiss6 tomber des cieux. 

153 



MARC-ANTOINE DE SAINT- AMANT 

Bernieres, pour qui je me vante 
De ne rien faire que de beau, 
Recois ce fantasque tableau 
Fait cFune peinture vivante. 
Je ne cherche que les deserts, 
Ou, rvant tout seul, je m'amuse 
A des discours assez diserts 
De mon ge"nie avec la muse ; 
Mais mon plus aimable entretien 
C'est le ressouvenir du tien. 



Tu vois dans cette posie 
Pleine de licence et d'ardeur 
Les beaux rayons de la splendetir 
Qui m*claire la fantaisie : 
Tantdt chagrin, tant6t joyeux 3 
Selon que la fureur m'enflamme 
Et que Fobjet s'ofFre a mes yeux, 
Les propos me naissent en Fame, 
Sans contraindre la liberte" 
33u d^mon qui m'a transport^. 

Oh 1 que j'aime la solitude ! 
C'est T^l^ment des bons esprits, 
C'est par elle que j'ai compris 
L'art d'Apollon sans nulle ^tude ; 
Je Faime pour 1'amour de toi, 
Connaissant que ton humeur Faime ; 
Mais, quand je pense bien a moi, 
Je la hais pour la raison mme ; 
Car elle pourrait me ravir 
L'heur de te voir et te servir. 

154 



VINCENT VOITURE 

1598-^1648 

240 Sonnet 

TL faut finir mes jours en I 5 amour d'Uranie; 
-* L'absence ni le temps ne m'en sauraient guerir, 
Et je ne vois plus rien qui me put secourir, 
Ni qui sut rappeler ma liberte" bannie. 

Des longtemps je connais sa rigueur infinie; 
Mais pensant aux beaute*s, pour qui je dois pe"rir, 
Je be*nis mon martyre, et content de mourir, 
Je n'ose murmurer contre sa tyrannic, 

Quelquefois ma raison par de faibles discours 

M'incite a la r6volte et me promet secours; 

Mais lorsqu'a mou besoin je me veux servir d'elle, 

Apres beaucoup de peine et d'efForts impuissants, 
Elle dit qu'Uranie est seule aimable et belle, 
Et m'y rengage plus que ne font tous mes sens. 

Rondeaux 
141 i 

A foi, c'est fait de moi; car Isabeau 
M'a conjur6 de lui faire un rondeau, 
Cela me met en une peine extreme. 
Quoi ! treize vers, huit en eau, cinq en 
Je lui ferais aussitdt un bateau. 

En voila cinq pourtant en un monceau, 
Faisons en huit, en invoquant Brodeau, 
Et puis mettons par quelque stratageme : 
Ma foi, c'est feit 1 

155 



VINCENT VOITURE 

Si je pouvais encor de mon cerveau 
Tirer cinq vers, 1'ouvrage serait beau. 
Mais cependant je suis dedans Ponzieme, 
Et ci je crois que je fais le douzieme, 
En voila treize ajust6s au niveau : 
Ma foi, c'est fait! 



742 // 

\7OUS parlez comme un Scipion, 
* Et si vous n*tes qu'un pion, 
D'un mot je vous pourrais deTaire ; 
Mais une pal me si vulgaire 
N'est pas pour un tel champion. 

Je vous le dis sans passion, 
N'ayez point de preemption, 
Et songez de quelle maniere 
Vous parlez. 

Eussiez-vous le corps d'Orion, 
Avecque la voix d'Arion, 
Devant moi vous vous devez taire; 
Ne craignez-vous point ma colere ? 
Qu*est-ce-la, petit embrion ? 
Vous parlez ! 

143 Hi 

bon Frangais politique et d^vot 
Vous discourez, plus grave qu'un magot ; 
Votre chagrin de tout se formalise, 
Et Ton dirait que la France et Tliglise 
Tournent sur vous, comme sur leur pivot. 

156 



VINCENT VOITURE 

A tous propos vous faites le bigot, 
Pleurant nos maux avecque maint sanglot; 
Et votre cceur espagnol se dguise 
En bon Fran^ais. 

Laissez TEtat et n'en dites plus mot; 
II est pourvu d'un tres-bon matelot; 
Car, s'il vous faut parler avec franchise, 
Quoique sur tout votre esprit subtilise, 
On vous connait, et vous n'etes qu'un sot 
En bon Frangais. 

GUILLAUME COLLETET 

1598-11659 
744 Sonnets 

La Maison de Ronsard 



T E ne vois rien ici qui ne flatte mes yeux ; 
^ Cette cour du balustre est gaie et magnifique, 
Ces superbes lions qui gardent ce portique 
Adoucissent pour moi leurs regards funeux. 

Le feuillage, anime" d'un vent dehcieux, 
Joint au chant des oiseaux sa tremblante musique; 
Ce parterre de fleurs, par un secret magique, 
Semble avoir de"robe* les dtoiles des cieux. 

L'aimable promenoir de ces doubles allies, 
Qui de profanes pas n'ont point It^ foul^es, 
Garde encor, 6 Ronsard, les vestiges des tiens. 

Dsir arabitieux d'une gloire infinie ! 

Je trouve bien ici mes pas avec les siens, 

Mais non pas, dans mes vers, sa force et son gnie. 

157 



GUILLAUME COLLETET 



** 

A FIN de temoigner a la posterite* 
^* k Que je fus en mon temps partisan de ta gloire, 
Malgre* ces ignorants de qui la bouche noire 
Blaspheme parmi nous centre ta deite ; 

Je viens rendre a ton nom ce qu'il a me'rite'. 
Belle ame de Ronsard, dont la sainte me'moire 
Remportera du temps une heureuse victoire, 
Et ne se bornera que de Pe'ternite*. 

Attendant que le ciel mon de"sir favorise^ 
Que je te puisse voir dans les plaines d'lilise, 
Ne t'ayant jamais vu qu'cn tes doctes Merits; 

Belle Sme, qu'Apollon ses graces me refuse, 
Si je n'adore en toi le roi des grands esprits, 
Le pere des beaux vers et 1' enfant de la Muse. 



PIERRE CORNEILLE 

1606-11684 

Stances a la Marquise 

A/[ARQUISE, si mon visage 
'*** A quelques traits un peu vieux, 
Souvenez-vous qu'a mon age 
Vous ne vaudiez guere mieux. 

Le temps aux plus belles choses 
Se plait a faire un affront, 
Et saura faner vos roses 
Comme il a ride mon front. 

158 



PIERRE CORNEILLE 

Le m6me cours des planetes 
Regie nos jours et nos imits, 
On m*a viz ce que vous tes 
Vous serez ce que je suis. 

Cependant j'ai quel<^ues charmes 
Qiai sont assez ^clatants 
Pour n* avoir pas trop d'alarmes 
JQe ces ravages du temps. 

Vous en avez qu'on adore, 
IVTais ceux que vous ixiprsez 
Pourraient bien durer encore 
ceux.-la seront 



Us pourront sauver la gloire 
Des yeux <^ui me -sennblent doux, 
Et dans mi lie ans faire croire 
Ce qju'il me plaira de vous, 

Chez cette race nouvelle 
OCi j^arrrai quelque credit, 
Vous ne passerez pour belle 
Qu'autant que je 1'aurai dit. 

Pensez-y, belle MEarquise r 
Quoiqu'un grison fasse efFroi, 
II vaut bien qu'on le courtise, 
il est fait confine moi. 



-5$ 



PIERRE CORNEILLE 

747 pitaphe tP Elisabeth Ranquet 

*\JE verse point de pleurs sur cette sepulture, 
* ^ Passant ; ce lit funebre est un lit prcieux, 
Oil git d'un corps tout pur la cendre toute pure ; 
Mais le zele du coeur vit encore en ces heux. 

Avant que de payer le droit a la nature, 

Son anie, s'6levant au dela de ses yeux, 

Avait au Cr&iteur uni la crlature; 

Et marchant sur la terre elle tait dans les cieux. 

Les pauvres bien mieux qu'elle ont sent! sa richesse: 
I/humilite", la peine taient son allegresse; 
Et son dernier soupir fut un soupir d'amour. 

Passant, qu'a son exemple un beau feu te transporte, 

Et loin de la pleurer d'avoir perdu le jour, 

Crois qu'on ne meurt jamais quand on meurt de la soite. 



/4? Stances de "Don Rodrigue 

[Le Cict, Acte I. sc. vij 

OERCE jusques au fond du coeur 

* D'une atteinte impreVeue aussi bien que mortelle, 

Miserable vengeur d'une juste querelle, 

Et malheureux objet d'une injuste rigueur, 

Je demeure immobile, et mon ame abattue 

Cede au coup qui me tue. 
Si pres de voir mon feu recompense", 

O Dieu I I'&range peine ! 
En cet affront mon pere est Toffens^, 
Et Foffenseur le pere de Chimene 1 
:6o 



PIERRE CORNEILLE 

Que je sens de rudes combats ! 
Centre mon propre honneur mon amour s'inteYesse : 
II faut venger un pere, et perdre une maitresse ; 
L'un m'anime le cceur, Tautre retient mon bras. 
Rgduit au triste choix, ou de trahir ma flamme, 

Ou de vivre en infSme, 
Des deux cote's mon mal est infini. 

O Dieu 1 l'trange peine 1 
Faut-il laisser un affront impuni ? 
Faut-il punir le pere de Chimene? 

Pere, maitresse, honneur, amour, 
Noble et dure contrainte, aimable tyrannic, 
Tous mes plaisirs sont morts. ou ma gloire ternie: 
L'un me rend malheureux, 1'autre indigne du jour. 
Cher et cruel espoir d'une ame ge'ne'reuse, 

Mais ensemble amoureuse, 
Digne ennemi de mon plus grand bonheur, 

Fer, qui causes ma peine, 
M'es-tu donne" pour venger mon honneur ? 
M'es-tu donne" pour perdre ma Chimene ? 

II vaut mieux courir au trpas ; 
Je dois a ma maitresse aussi bien qu'a mon pere: 
J'attire en me vengeant sa haine et sa col ere, 
J'atdre ses mpris en ne me vengeant pas. 
A mon plus doux espoir Tun me rend infidele, 

Et Tautre indigne d'elle; 
Mon mal augmentc a le vouloir gu^rir. 

Tout redouble ma peine : 
Aliens, mon ame, et puisqu*il faut mourir, 
Mourons du moins sans offenser Chimene. 

29r,s 161 M 



PIERRE CORNEILLE 

Mourir sans tirer ma raison! 
Rechercher un tre"pas si mortel a ma gloire! 
Endurer que 1'Espagne impute a ma mmoire 
D'avoir mal soutenu Thonneur de ma maison ! 
Respecter un amour dont mon ame e"gare"e 

Voit la perte assume ! 
N'e~coutons plus ce penser suborneur 

Qui ne sert qu'a ma peine: 
Aliens, mon bras, sauvons du moins Thonneur, 
Puisqu'apres tout il faut perdre Chimcne. 



Oui, mon esprit s'e"tait de*gu : 
Je dois tout a mon pere avant qu'a ma maitresse ; 
Que je meure au combat, ou meure de tristesse, 
Je rejidrai mon sang pur, comme je Tai recu. 
Je m'accuse deja de trop de negligence. 

Courons a la vengeance, 
Et, tout honteux d'avoir tant balance", 

Ne soyons plus en peine, 
Puisqu* aujourd'hui mon pere est offense", 
Si 1'ofFenseur est pere de Chimene ! 



Stances de Polytucte 

\JPolyeucle, Acte IV sc. 11] 

COURCE d^licieuse, en miseres f6conde, 
^ Que voulez-vous de moi, flatteuses voluptes ? 
Honteux attachements de la chair et du monde, 
Que ne me quittez-vous, quand je vous ai quitted ? 
Allez, honneurs, plaisirs, qui me livrez la guerre : 



PIERRE CORNEILLE 

Toute votre felicite", 

Sujette a Fmstabilite, 

En moins de rien tombe par terre, 

Et comme elle a PSclat du verre, 

Elle en a la fragility. 

Ainsi n'espe"rez pas qu'apres vous je soupire. 
Vous e*talez en vain vos charmes impuissants ; 
Vous me montrez en vain, par tout ce vaste empire, 
Les ennemis de Dieu pompeux et florissants. 
II tale a son tour des revers e"quitables 

Par qui les grands sent confbndus ; 

Et les glaives qu'il tient pendus 

Sur les plus fortunes coupables 

Sont d'autant plus inevitables, 

Que leurs coups sont moins attendus. 

Tigre alte're' de sang, Decie impitoyable, 
Ce Dieu t'a trop longtemps abandonne* les siens ; 
De ton heureux destin vois la suite effiroyable : 
Le Scythe va venger la Perse et les Chretiens ; 
Encore un peu plus outre, et ton heure est venue; 

Rien ne t'en saurait garantir; 

Et la foudre qui va partir, 

Toute prete a crever la nue, 

Ne peut plus etre retenue 

Par 1'attente du repentir. 

Que cependant Felix m > immole a ta colere ; 
Qu'un rival plus puissant e"blouisse ses yeux; 
Qu'aux d^pens de ma vie il s'en fasse beau-pere, 
Et qu'a titre d'esclave il commande en ces lieux: 
Je consens, ou plutot j'aspire a ma ruine. 

163 M 2 



PIERRE CORNEILLE 

Monde, pour moi tu n'as plus rien: 

Je porte en un coeur tout chre'tien 

Une flamme toute divine; 

Et je ne regarde Pauline 

Que comme un obstacle a mon bien. 

Saintes douceurs du ciel, adorables ide"es, 
Vous remplissez un coeur qui vous peut recevoir : 
De vos sacre"s attraits les ames posse'de'es 
Ne congoivent plus rien qui les puisse e"mouvoir. 
Vous promettez beaucoup, et donnez davantage: 
Vos biens ne sont point inconstants, 
Et Pheureux trepas que j'attends 
Ne vous sert que d'un doux passage 
Pour nous introduire au partage 
Qui nous rend a jamais contents. 



PAUL SCARRON 

i(5io-ti66o 

i?o Epitaphs 

LUI qui ci maintenant do it 
Fit plus de piti6 que d'envie, 
Et soufFrit mille fois la mort 
Avant que de perdre la vie. 
Passant, ne fais ici de bruit, 
Prends garde qu'aucun ne 1'eVeille ; 
Car voici la premiere nuit 
Que le pauvre Scarron sommeille. 



164 



ISAAC DE BENSERADE 

i6i2-f 169 

Sonnet 

OB, de mille tourments atteint, 

Vous rendra sa douleur connue, 
Et raisonnablement il craint 
Que vous n'en soyez point e*mue. 

Vous verrez sa misere nue ; 

II s'est lui-mSme ici dlpeint: 

Accoutumez-vous a la vue 

D'un homme qui soufFre et se plaint. 

Bien qu'il efit d'extrlmes souffrances, 
On voit aller des patiences 
Plus loin que la sienne n'alla. 

II souffrit des maux incroyables; 
II s'en plaignit, il en parla; 
J'en connais de plus mis^rables. 

FRANCOIS MAUCROIX 



Stances 

/^HLORIS, je vous le dis toujours, 
^-^ Ces faiseurs de pieces tragiques, 
Ces chantres de gens he*roiques 
Ne chantent pas bien les amours. 

De beaux mots leurs ceuvres sont pleines, 
Us sont sages comme Catons, 
Us sont discrets pour les He*lenes, 
Et muets pour les Jeannetons ! 

165 



FRANCOIS MAUCROIX 

Tout ce qu'on nomme bagatelle 
Deplait a ces rares espnts ; 
On dirait qu'ils sont en querelle 
Avec les Graces et les Ris. 

Pour moi qui hais la muse austeie 
Et la gravite" de ses tons, 
Je vous ai choisi, ma bergere, 
Pour le sujet de mes chansons. 

Au doux murmure des fontaines 
Je mSlerai des airs si doux 
Que les dieux des prls et des plaines 
Deviendront amoureux de vous, 

Mais gardez bien d'etre infidele 
A votre fidele berger ; 
Car, ma Chloris, pour tre belle, 
II n'est pas permis de changer. 



JEAN DE LA FONTAINE 

1621-1-1695 

3 La Cour du Lion 

A Majest6 Lionne un jour voulut connaitre 
De quelles nations le Ciel Tavait fait maitre. 
II manda done par deputes 
Ses vassaux de toute nature, 
Envoyant de tous les c6te*s 
Une circulaire Venture, 
Avec son sceau, L^crit portait 
Qu'un mois durant le roi tiendrait 
166 



JEAN DE LA FONTAINE 

Cour ple*niere dont Touverture 

Devait tre un fort grand festin, 

Suivi des tours de Fagotin. 

Par ce trait de magnificence 
Le prince a ses sujets e*talait sa puissance. 

En son Louvre il les invita. 

Quel Louvre 1 un vrai charnier, dont 1'odeur se porta 
D'abord au nez des gens. L'ours boucha sa narine : 
II se fut bien pass de faire cette mine. 
Sa grimace de*plut. Le monarque irrite" 
L' envoy a chez Pluton faire le dggoiite. 
Le singe approuva fort cette se've'rite', 
Et, flatteur excessif, il loua la colere 
Et la grifFe du prince, et 1'antre, et cette odeur: 

II n'e*tait ambre, il n'tait fleur, 
Qui ne fut ail au prix. Sa sotte flatterie 
Eut un mauvais succes, et fut encor punie. 

Ce monseigneur du Lion la 

Tut parent de Caligula. 

Le renard tant proche : fc Or c.a, lui dit le sire, 
Que sens-tu ? dis-le-moi. Parle sans de"guiser.' 

L'autre aussit6t de s'excuser, 
All^guant un grand rhume : il ne pouvait que dire 

Sans odorat; bref il s'en tire. 

Ceci vous sert d'enseignement. 
Ne soyez a la cour, si vous voulez y plaire, 
Ni fade adulateur, ni parleur trop sincere, 
Et t&chez quelquefois de rlpondre en Normand. 



167 



JEAN DE LA FONTAINE 

Le Rat qui s'est retire du Monde 

T ES Levantins en leur lgende 

" Disent qu'un certain rat, las des soins d'ici-bas, 

Dans un fiomage de Hollande 

Se retira loin du tracas. 

La solitude Itait profonde, 

S'entendant partout a la ronde. 
Notre hermite nouveau subsistait la-dedans. 

II fit tant de pieds et de dents 
Qu'en peu de jours il eut au fond de 1'hermitage 
Le vivre et le couvert; que faut-il davantage ? 
II devint gros et gras : Dieu prodigue ses biens 

A ceux qui font vceu d'etre siens. 

Un jour au dvot personnage 

Des d3pute"s du peuple rat 
S'en vinrent demander quelque aum6ne le"gere: 

Us allaient en terre Itrangere 
Chercher quelque secours contre le peuple chat ; 

Ratopolis tait bloqule: 
On les avait contraints de partir sans argent, 

Attendu l'e"tat indigent 

De la re"publique attaque"e. 
Ils demandaient fort peu, certains que le secours 

Serait pre*t dans quatre ou cinq jours. 

'Mes amis, dit le solitaire, 
Les choses d'ici-bas ne me regardent plus: 

En quoi peut un pauvre reclus 

Vous assister? que peut-il faire, 
Que de prier le Ciel qu'il vous aide en ceci ? 
J'espere quM aura de vous quelque souci.' 

Ayant parlS de cette sorte 

Le nouveau saint ferma sa porte. 
168 



JEAN DE LA FONTAINE 

Qui dsignai-je, a votre avis, 
Par ce rat si peu secourable? 
Un moine ? Non, mais un dervis : 
Je suppose qu'un moine est toujours charitable. 

La Laitiere et le Tot au Lait 

DERRETTE,*sur sa t&e ayant un pot au lait 
* Bien pos sur un coussinet, 
Prtendait arriver sans encombre a la ville. 
Le"gere et court vltue, elle allait a grands pas, 
Ayant mis ce jour-la, pour tre plus agile, 

Cotillon simple et souliers plats. 

Notre laitiere ainsi trousse"e 

Comptait deja dans sa pense"e 
Tout le prix de son lait, en employait Pargent; 
Achetait un cent d'oeufs, faisait triple couve"e: 
La chose allait a bien par son soin diligent. 

4 II m'est, disait-elle, facile 
D'e'lever des poulets autour de ma maison ; 

Le renard sera bien habile 

S'ii ne m'en laisse assez pour avoir un cochon. 
Le pore a s'engraisser cofitera peu de son ; 
II tait, quand je 1'eus, de grosseur raisonnable : 
J'aurai, le revendant, de 1'argent bel et bon. 
Et qui m'empechera de mettre dans notre Stable, 
Vu le prix dont il est, une vache et son veau, 
Que je verrai sauter au milieu du troupeau?' 
Perrette la-dessus saute aussi, transport^: 
Le lait tombe; adieu veau, vache, cochon, couve"e. 
La dame de ces biens, qurttant d'un ceil marri 

Sa fortune ainsi rgpandue, 

Va s'excuser a son man, 

169 



JEAN DE LA FONTAINE 

En grand danger d'etre battue. 
Le re"cit en farce en flit fait ; 
On 1'appela le Pot au la if. 

Quel esprit ne bat la campagne ? 

Qui ne fait chateaux en Espagne? 
Picrochole, Pyrrhus, la laitiere, enfin tous, 

Autant les sages que les fous, 

Chacun songe en veillant ; il n'est rien de plus doux. 
Une flatteuse erreur emporte alors nos ames ; 

Tout le bien du monde est a nous, 

Tous les honneurs, toutes les femmes. 
Quand je suis seul, je fais au plus brave un d^fi ; 
Je m'ecarte, je vais dtoSner le sophi ; 

On m'elit roi r mon peuple m'aime, 
Les diademes vont sur ma tte pleuvant. 
Quelque accident fait-il que je rentre en moi-mSme : 

Je suis Gros-Jean comme devant. 

156 La Mort et h Mourant 

T A mort ne surprend point le sage: 

** II est toujouTS pret a partir, 

S'ltant STI lui-mdme avertrr 
Du temps oil Ton se doit rlsoudre a ce passage. 

Ce temps, he'las i embrasse tous les temps : 
Qu'on le partage en jours, en heures, en moments, 

II n'en est point qu'il ne comprenne 
Dans le fatal tribut ; tous sont de son domaine ; 
Et le premier instant ou les enfants des rois 

Ouvrent les yeux a la lumiere 

Est celui qui vient quelquefois 

Fermer pour toujours leur paupiere. 

D6fendez-vous par la grandeur, 
170 



JEAN DE LA FONTAINE 

Alllguez la beaute", la veitu, la jeunesse: 

La mort ravit tout sans pudeur; 
Un jour, le monde entier accroitra sa richesse. 

II n'est rien de moins ignore", 

Et, puisqu'il faut que je le die, 

Rien ou Ton soit moins prepare". 
Un mourant, qui comptait plus de cent ans de vie, 
Se plaignait a la Moit que pre'cipitamment 
Elle le contraignait de partir tout a 1'heure, 

Sans qu'il eut fait son testament, 
Sans Pavertir au moins. f Est-il juste qu'on meure 
Au pied leve* ? dit-il ; attendez quelque peu : 
Ma femme ne veut pas que je parte sans elle ; 
II me reste a pourvoir un arriere-neveu ; 
Souffrez qu'a mon logis j'ajoute encore une aile. 
Que vous Stes pressante, 6 desse cruelle ! ' 
'Vieillard, lui dit la Mort, je ne t'ai point surpns; 
Tu te plains sans raison de mon impatience : 
Eh ! n'as-tu pas cent ans ? Trouve-moi dans Park 
Deux mortels aussi vieux ; trouve-m*en dix en France. 
Je devais, ce dis-tu, te donner quelque avis 

Qui te disposal a la chose: 

J'aurais trouv^ ton testament tout fait, 
Ton petit-fils pourvu, ton b^timent parfait. 
Ne te donna-t-on pas des avis, quand la cause 

Du marcher et du mouvement, 

Quand les esprits, le sentiment, 

Quand tout faillit en toi? Plus de gofit, plus d'oule; 
Toute chose pour toi semble Stre Ivanouie; 
Pour toi 1'astre du jour prend des soins superflus ; 
Tu regrettes des biens qui ne te touchent plus. 

Je t'ai fait voir tes camarades, 

Ou morts, ou mourants ? ou malades: 
171 



JEAN DE LA FONTAINE 

Qu'est-ce que tout cela, qu'un avertissement ? 
Aliens, vieillard, et sans rplique. 
II n'importe a la R6pubKque 
Que tu fasses ton testament.' 

La Mort avait raison. Je voudrais qu'a cet age 
On sortit de la vie ainsi que d'un banquet, 
Remerciant son hote, et qu'on fit son paquet: 
Car de combien peut-on retarder le voyage ? 
Tu murmures, vieillard ! Vois ces jeunes mounr, 

Vois-les marcher, vois-les courir 
A des morts, il est vrai, glorieuses et belles, 
Mais sures cependant, et quelquefois cruelles. 
J'ai beau te le crier ; mon zele est indiscret : 
Le plus semblable aux morts mcurt le plus a regret. 

Zj-7 La Grenmllk <jui se veut faire 
aussi grosse que le boeuf 

T TNE grenouille vit un boeuf 
*-' Qui lui sembla de belle taille. 
Elle, qui n^tait pas grosse en tout comme un ceuf, 
Envieuse s'&end, et s'enfle, et se travaille 
Pour ^galer Fanimal en grosseur, 
Disant : l Regardez bien, ma sosur, 
Est-ce assez ? dites-moi. N'y suis-je point encore : 

Nenni. M'y voici done ? Point du tout. 

M'y voila ? 

Vous n*en approchez point/ La chtive pcore 
S'enfla si bien qu'elle creva. 

Le monde est plein- de gens qui ne sont pas plus sages : 
Tout bourgeois veut batir comme les grands seigneurs ; 
Tout petit prince a des ambassadeurs ; 
Tout marquis veut avoir des pages. 
173 



JEAN DE LA FONTAINE 

if8 Lei Montagne qui accouche 

T TNE montagne en mal d'enfant 
^-^ Jettait une clameur si haute 
Que chacun, au bruit accourant, 
Crut qu'elle accoucherait, sans faute, 
D'une cit6 plus grosse que Paris: 
Elle accoucha d'une souris. 

Quand je songe a cette fable 
Dont le r6cit est menteur 
Et le sens est veritable, 
Je me figure un auteur 
Qui dit: 4 Je chanterai la guerre 
Que firent les Titans au maitre du tonnerre/ 
C'est promettre beaucoup; mais qu'en sort-il souvent? 
Du vent. 

ifp Le Singe et le Leopard 

T E singe avec le leopard 

^ Gagnaient de 1'argent a la foire. 

Us affichaient chacun a part. 

L'un d'eux disait : Messieurs, mon m^rite et ma gloire 
Sont connus en bon lieu. Le roi m'a voulu voir; 

Et si je meurs, il veut avoir 
Un manchon de ma peau, tant elle est bigarre, 

Pleine de taches, marquet^e, 

Et vergete"e, et mouchet6e. J 
La bigarrure plait. Partant chacun le vit; 
Mais ce fut bient6t fait; bientSt chacun sortit. 
Le singe, de sa part, disait: 'Venez, de grce, 
Venez, Messieurs : je fais cent tours de passe-passe. 

173 



JEAN DE LA FONTAINE 

Cette ciiversite dont on vous parle tant, 

Mon voisin leopard 1'a sur soi seulement; 

Moi je 1'ai dans Tesprit. Votre serviteur Gille, 

Cousin et gendre de Bertrand, 

Singe du pape en son vivant, 

Tout fraichement en cette ville 
Anive en trois bateaux, expres pour vous pailer; 
Car il parle, on I'entend: il sait danser, bailer, 

Fane des tours de toute sorte, 

Passer en des cerceaux ; et le tout pour six blancs ; 
Non, Messieurs, pour un sou : si vou^ n'etes contents 
Nous rendrons a chacun son argent a la porte.' 
Le singe avait raison. Ce n'est pas sur 1'habit 
Que la diversity me plait, c'est dans Tespnt : 
L'une fournit toujours des chosets agieables; 
L'autre, en moins d'un moment, lasse les regardants. 
Oh ! que de grands seigneurs, au leopard semblables, 
N'ont que I 'habit pour tous talents ! 



160 Les Animaux malades de fa Teste 

F IN mal qui r^pand la terreur, 

^ Mal que le Ciel, en sa fureur, 
Inventa pour punir les crimes de la teire, 
La peste (puisqu'il faut Tappeler par son nom) 7 
Capable d^enrichir en un jour TAch^ron, 

Faisait aux animaux la guerre. 
Us ne mouraient pas tous, mais tous gtaient frapp6s : 

On n'en voyait point d'occupls 
A chercher le soutien d'une mourante vie: 

Nul mets n'excitait leur envie; 

Ni loups ni renards n^piaient 

174 



JEAN DE LA FONTAINE 

La douce et 1'innocente proie; 

Les tourterelles se fuyaient: 

Plus d' amour; partant, plus de joie. 
Le lion tint conseil, et dit : * Mes chers amis, 

Je crois que le ciel a permis 

Pour nos pchs cette infortune. 

Que le plus coupable de nous 
Se sacrifie aux traits du celeste courroux: 
Peut-tre il obtiendra la gurison commune. 
L'histoire nous apprend qu'en de tels accidents 

On fait de pareils devouements. 
Ne nous flattens done point; voyons sans indulgence 

L*e*tat de notre conscience. 
Pour moi, satisfaisant mes app&its gloutons, 

J'ai dvor6 force moutons. 

Que m'avaient-ils fait? Nulle offense; 
Meme il m'est arriv quelquefois de manger 

Le berger. 

Je me dvouerai done, s*il le faut; mais je pense 
Qu'il est bon que chacun s'accuse ainsi que moi ; 
Car on doit souhaiter, selon toute justice, 

Que le plus coupable prisse.* 
' Sire, dit le renard, vous ^tes trop bon roi ; 
Vos scrupules font voir trop de dlicatesse. 
Eh bien! manger moutons, canaille, sotte espece, 
Est-ce un pche? Non, non. Vous leur fites. Seigneur, 

En les croquant, beaucoup d'honneur; 

Et quant au berger, Ton peut dire 

Qu'il tait digne de tous maux, 
Etant de ces getis-la qui sur les animaux 

Se font un chim/Srique empire.' 
Ainsi dit le renard; et flatteurs d'applaudir; 

On n'osa trop approfondir 



JEAN DE LA FONTAINE 

Du tigre, ni de Tours, ni des autres puissances 

Les moins pardonnables offenses: 
Tous les gens querelleurs, jusqu'aux simples matins, 
Au dire de chacun, Staient de petits saints. 
L'ane vint a son tour, et dit: J*ai souvenance 

Qu'en un pre* de moines passant, 
La faim, T occasion, 1'herbe tendre, et, je pense, 

Quelque diable aussi me poussant, 
Je tondis de ce pr la largeur de ma langue; 
Je n'en avais nul droit, puisqu'il faut parler net.' 
A ces mots, on cria haro sur le baudet, 
Un loup, quelque peu clerc, prouva par sa harangue 
Qu'il fallait de*vouer ce maudit animal, 
Ce pel6, ce galeux, d*ou venait tout leur mal. 
Sa peccadille fut jug6e un cas pendable, 
Manger 1'herbe d*autrui ! quel crime abominable ! 

Rien que la mort n'etait capable 
D'expier son forfait. On le lui fit bien voir. 
Selon que vous serez puissant ou miserable, 
Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. 



161 Le Vieillard et les Ttois Jeunes Hommes 



I N octog^naire plantait, 
'Passe encor de batir; mais planter a cet age! 
Disaient trois jouvenceaux, enfants du voisinage: 

Assure"ment il radotait. 
'Car, au nom des dieux, je vous prie, 
Quel fruit de ce labeur pouvez-vous recueillir? 
Autant qu'un patnarche il vous faudrait vieillir. 
A quoi bon charger votre vie 
176 



JEAN DE LA FONTAINE 

Des soins d'un avemr qui n'est pas fait pour vous ? 
Ne songez de*sormais qu'a vos erreurs passe"es; 
Quittez le long espoir et les vastes pense*es; 

Tout cela ne convient qu'a nous.' 
c II ne convient pas a vous-memes, 
Repartit le vieillard. Tout gtablissement 
Vient tard, et dure peu. La main des Parques blemes 
DC vos jours et des miens se joue e"galement. 
Nos termes sont pareils par leur courte durde. 
Qui de nous des clarte*s de la voute azure*e 
Doit jouir le dernier? Est-il aucun moment 
Qui vous puisse assurer d'un second seulement ? 
Mes arriere-neveux me devront cet ombrage : 

Eh bien I de"fendez-vous au sage 
De se donner des soins pour le plaisir d'autrui ? 
Cela mme est un fruit que je goute aujourd'hui : 
J'en puis jouir demain, et quelques jours encore; 

Je puis enfin compter 1'aurore 

Plus d'une fois sur vos tombeaux/ 
Le vieillard eut raison : Pun des trois jouvenceaux 
Se noya des le port, allant a l*Ame*rique; 
L'autre, afin de monter aux grandes dignite*s, 
Dans les emplois de Mars servant la re*publique. 
Par un coup impre*vu vit ses jours emporte*s; 

Le troisieme tomba d'un arbre 

Que lui-m^me ii voulut enter; 
Et, pleura's du vieillard, il grava sur leur marbre 

Ce que je viens de raconter. 



JEAN DE LA FONTAINE 

162 U Alouette et ses petits avec le 
Mdtre d'un champ 

* E t'attends qu'a toi seul : c'est un commun proverbe. 
Void comme Esope le mit 
En credit. 

Les Alouettes font leur nid 

Dans les ble*s quand ils sont en berbe, 

C'est-a-dire environ le temps 
Que tout airae et que tout pullule dans le monde: 

Monstres marins au fond de 1'onde, 
Tigres dans les foiets, alouettes aux champs. 

Une pourtant de ces dernieres 
Avait laisse" passer la moitie* d'un printemps 
Sans gouter le plaisir des amours printanieres. 
A toute force enfin elle se r^solut 
D'imiter la Nature, et d'etre mere encore. 
Elle batit un nid, pond, couve, et fait e"cJore 
A la hate: le tout alia du mieux qu'il put. 
Les bls d'alentour murs avant que la nite*e 

Se trouv^t assez forte encor 

Pour voler et prendre Tessor, 
De mille soins divers 1'alouette agit^e 
S'en va chercher pature, avertit ses enfants 
D'etre toujours au guet et faire sentinelle. 

' Si le possesseur de ces champs 
Vicnt avecque son fils, comme il viendra, dit-elle, 

Ecoutez bien: selon ce qu'il dira, 

Chacun de nous de'campera.' 
Sitot que Talouette eut quitt sa famille, 
Le possesseur du champ vint avecque son fils. 
'Ces ble*s sont murs, dit-il: allez chez nos amis 
178 



JEAN DE LA FONTAINE 

Les prier que chacun, apportant sa faucille, 
Nous vienne aider demain des la pointe du jour/ 

Notie alouette, de retour, 

Trouve on alarme sa couvde. 
L'un commence: *I1 a dit que, Faurore leve*e ? 
L'on fit venir demain ses amis pour Faider. 
S'il n'a dit que cela, repartit Falouette, 
Rien ne nous presse encor de changer de retraite; 
Mais c'est demain quM faut tout de bon ecouter. 
Cependant soyez gais; voila de quoi manger.' 
Eux repus, tout s'endort, les petits et la mere. 
L'aube du jour arrive, et d'amis point du tout. 
L 'alouette a Fessor, le maitre s'en vient faire 

Sa ronde ainsi qu'a Fordinaire. 
'Ces bles ne devraient pas, dit-il, e*tre debout. 
Nos amis ont grand tort, et tort qui se repose 
Sur de tels paresseux, a servir ainsi lents. 

Mon fils, allez chez nos parents, 

Les prier de la meme chose/ 
L^pouvante est au nid plus forte que jamais: 
fi ll a dit ses parents, mere! c'est a cette heure . . . 

Non, mes enfants; dormez en paix: 

Ne bougeons de notre demeure/ 
L 'alouette eut raison; car personne ne vint. 
Pour la troisieme fois le maitre se souvint 
De visiter ses b!6s. 'Notre erreur est extreme, 
Dit-il, de nous attendre a d'autres gens que nous. 
II n'est meilleur ami ni parent que soi-mdme. 
Retenez bien cela, mon ls. Et savez-vous 
Ce qu'il faut faire? II faut qu'avec notre famille 
Nous prenions des demain chacun une faucille: 
C'est la notre plus court; et nous acheverons 

Notre moisson quand nous pourrons/ 

179 K 2 



JEAN DE LA FONTAINE 

Des lors que ce dessein fut su de 1'alouette: 

< Cest ce coup qu'il est bon de partir, mes enfants ! * 

Et les petits, en me" me temps, 

Voletants, se culebutants, 
* De"logerent tous sans trompette. 



i<?3 Le Savetter et k Financier 

T TN savetier chantait du matin jusqu'au soir: 
^ C'tait merreille de le voir, 
Merveille de 1'ouir; il faisait des passages, 

Plus content qu'aucun des sept Sages. 
Son voisin, au contraire, e"tant tout cousu d'or, 

Chantait peu, dormait moins encor: 

C^tail un homme de finance. 
Si sur le point du jour parfois il sommeillait, 
Le savetier alors en chantant P&reillait; 
Et le financier se plaignait 

Que les soins de la Providence 
N'eussent pas au marche" fait vendre le dormir 

Comme le manger et le boire. 

En son h6tel il fait venir 

Le chanteur, et lui dit : ' Or 93, sire Gregoire, 
Que gagnez-vous par an ? Par an ! ma foi, Monsieur, 

Dit avec un ton de rieur 
Le gaillard savetier, ce n'est point ma maniere 
De compter de la sorte; et je n'entasse guere 
Un jour sur 1'autre: il suffit qu'a la fin 

J'attrape le bout de Tann^e; 

Chaque jour amene son pain. 

Eh bien ! que gagnez-vous, dites-moi, par journ^e ? 

Tant6t plus, tantCt moins: le mal est que toujours 

iSo 



JEAN DE LA FONTAINE 

(Et sans cela nos gains seraient assez honnetes), 
Le mal est que dans Tan s'entremelent des jours 

Qu'il faut ch6mer; on nous mine en fetes; 
L'une fait tort a 1'dutre ; et monsieur le cure" 
De quelque nouveau saint charge toujours son pr6ne/ 
Le financier, riant de sa naivete", 

Lui dit: Je vous veux mettre aujourd'hui sur le tr6ne. 
Prenez ces cent e"cus; gaidez-Ies avec soin, 

Pour vous en servir au besoin.' 
Le savetier crut voir tout 1'argent que la terre 

Avait, depuis plus de cent ans, 

Produit pour 1'usage des gens. 
II retourne chez lui : dans sa cave il enserre 

L'argent et sa joie a la fois. 
Plus de chant: il perdit la voix 
Du moment qu'il gagna ce qui cause nos peines. 

Le sommeil quitta son logis: 

11 eut pour h6tes les soucis, 

Les soup9ons, les alarmes vaines. 
Tout le jour il avait Tceil au guet; et la nuit, 

Si quelque chat faisait du bruit, 
Le chat prenait Pargent. A la fin le pauvre homme 
S'en courut chez celui qu'il ne reveillait plus: 
c Rendez-moi, lui dit-il, mes chansons et mon somme, 

Et reprenez vos cent 6cus.' 



Invocation 

DOUCE Volupt, sans qui, des notre enfance, 

Le vivre et le mourir nous deviendraient 
Aimant tiniversel de tous les animaux, 
Que tu sais attirer avecque violence ! 
181 



JEAN DE LA FONTAINE 

Par toi tout se meut ici-bas. 

C'est pour toi, c'est pour tes appas, 

Que nous courons apres la peine: 

II n'est soldat, ni capitaine, 
Ni ministre d'Etat, ni prince, ni sujet, 

Qui ne t'ait pour unique objet. 

Nous autres nourrissons, si, pour fruit de nos veilles, 
Un bruit de"licieux ne charmait nos oreilles, 
Si nous ne nous sentions chatouille's de ce son, 

Ferions-nous un mot de chanson? 
Ce qu'on appelle gloire en termes magnifiques, 
Ce qui servait de prix dans les jeux olympique$, 
N'est que toi proprement, divine Volupte", 
Et le plaistr des sens n'est-il de rien compte*? 

Pour quoi sont faits Jes dons de Flore, 

Le Soleil couchant et PAurore, 

Pomone et ses mets dlicats, 

Bacchus, I'&me des bons repas, 

Les forets, les eaux, les prairies. 

Meres des douces reveries? 

Pour quoi tant de beaux arts, qui tous sont tes enfants 9 
Mais pour quoi les Chloris aux appas triomphants, 

Que pour maintenir ton commerce? 
J'entends innocemment : sur son propre de"sir 

Quelque rigueur que 1'on exerce, 

Encor y prend-on du plaisir. 

Volupte", Volupt^, qui fus jadis maitresse 

Du plus bel esprit de la Grece, 
Ne me ddaigne pas, viens-t'en loger chez moi; 

Tu n*y seras pas sans emploi: 
J'aime le jeti, 1'amour, les livres, la musique, 
La ville et la campagne, enfin tout; il n'est rien 
182 



JEAN DE LA FONTAINE 

Qui ne me soit souverain bien, 
Jusqu'au sombre plaisir d'un coeur me'Iancolique. 
Viens done; et de ce bien, 6 douce Volupte", 
Veux-tu savoir au vrai la mesure certaine? 
II m'en faut tout au moins un siecle bien comptl; 

Car tiente ans, ce n'est pas la peine. 



JEAN-BAPTISTE POQUELIN DE MOLIERE 

1622-1-167? 

16$ A Monsieur Le Fayer, sur la 
Jttort de son Fils 

\ UX larmes, Le Vayer, laisse tes yeux ouverts, 
**' Ton deuil est raisonnable encor qu'il soit extreme, 
Et lorsque pour toujours on perd ce que tu perds, 
La sagesse, crois-moi, peut pleurer elle-mlme. 

On se propose a tort cent preceptes divers 

Pour vouloir d'un ceil sec voir mourir ce qu'on aime ; 

L'efFort en est barbare aux yeux de 1'univers, 

Et c'est brutalit^ plus que vertu supreme. 

On salt bien que les pleurs ne rameneront pas 
Ce cher fils que t'enleve un impr6vu tripas, 
Mais la perte par la n'en est pas moins cruelle : 

Ses vertus d'un chacun le faisaient reVe>er, 

II avait le cceur grand, 1'esprit beau, Fame belle, 

Et ce sont des sujets a toujours le pleurer. 



183 



CLAUDE-EMMANUEL LUILLIER, 
dtt CHAPELLE 

Rondeau 

166 Sur ks Metamorphoses 

mises en rondeaux par Benserade 

A LA fontaine oil Ton puise cette eau, 
** Qui fait rimer et Racine et Boileau, 
Je ne bois point ou bien je ne bois guere. 
Dans un besoin si j'en avais affaire, 
J'en boirais moins que ne fait un moineau. 

Je tirerai pourtant de mon cerveau 
Plus aise*ment, s'il le faut, un rondeau, 
Que je n'avale un plein verre d'eau claire 
A la fontaine. 

De ces rondeaux un livre tout nouveau 
A bien des gens n'a pas eu 1'heur de plaire ; 
Mais quant a moi, j'en trouve tout fort beau, 
Papier, dorure, images, caractere, 
Hormis les vers, qu'il fallait laisser faire 
A La Fontaine* 

ANTOINETTE DU LIGIER DE LA 
GARDE, DAME DESHOULlfcRES 

1633-11694 

167 AlUgmc 

FVANS ces prs fleuris 

*~* Qu'arrose la Senne, 
Cherchez qui vous 
Mes cheres brebis. 



ANTOINETTE DESHOULIERES 

J'ai fait, pour vous rendre 
Le !Destin plus doux, 
Ce qu'on peut attendre 
D'une amiti tendre r 
Mais son long courroux 
D^truit, empoisonne 
Tons mes soins pour vous 
Et vous abandon ne 
Aux fureurs des loups. 
Seriez-vous leur prole, 
Aimable troupeau, 
Vous de ce hameau 
L*honneur et la joie ; 
Vous cjui, gras et beau, 
3VTe donniez sans cesse 
Sur Therbette ^palsse 
Un plaisir nouveau ? 

Que je vous regrette I 

Mais II faut cder : 

Sans chien, sans houlette, 

3?uis-je vous garder ? 

L'in juste Fortune 

Me les a ravis. 

En vain j'importune 

Le Ciel par mes cris ; 

II rit de mes plaintes, 

Et, sourd a mes craintes, 

Houlette ni chien, 

II ne me rend rien. 

Puisslez-vous, contentes, 
Et sans mon secours, 

185 



ANTOINETTE DESHOULI&RES 

Passer d'heureux jouis, 
Brebis innocentes, 
Brebis, mes amours ! 
Que Pan vous deTende : 
Hlas I il le salt, 
Je ne lui demande 
Que ce seul bienfalt. 

Oui, brebis cheries, 
Qu*avec tant de soin 
J'ai toujours nourries, 
Je prends a tteioin 
Ces bois, ces prairies, 
Que si les faveurs 
Du dieu des pasteurs 
Vous gardent d^outrages 
Et vous font avoir, 
3Z)u matin au soir, 
33 e gras p^turages, 
J'en conserverai, 
Tant que je vivrai, 
La douce me" moire ; 
Et que mes chansons, 
En mille facons, 
Porteront sa gloire 
Du rivage heureux 
Ocl, vif et pompeux, 
L'astre qui mesure 
Les nuits et les jours, 
Commen^ant son cours, 
Rend a la nature 
Toute sa parure, 
Jusqu^en ces climats 
186 



ANTOINETTE DESHOULI&RES 

Ou, sans doute las 
D'eclairer le monde, 
II va chez Tethys 
Rallumer dans 1'onde 
Ses feux amortis. 



NICOLAS BOILEAU-DESPRtAUX 



168 Chanson 

X7OICI les lieux charmants, oh men a*me ravie 

* Passait a contempler Sylvie 

Ces tranquilles moments si doucement perdus. 
Que je 1'aimais alors ! Que je la trouvais belle ! 
Mon coeur, vous soupirez au nom de Pinfidele: 
Avez-vous oublie* que vous ne 1'aimez plus? 

C'est ici que souvent, errant dans les prairies, 

Ma main des fleurs les plus chines 
Lui faisait des presents si tendrement re$us. 
Que je Faimais alors ! Que je la trouvais belle I 
Mon coeur, vous soupirez au nom de Tinfidele : 
Avez-vous oublie* que vous ne Taimez plus? 

169 jpitre a M. Racine 

QUE tu sais bien, Racine, a 1'aide d'un acteur, 
Emouvoir, 6tonner, ravir ua spectateui I 
Jamais Iphiglnie, en Aulide immole"e, 
N'a cofit6 tant de pleurs a la Grece assemble, 
Que, dans Pheureux spectacle a nos yeux ^tal6, 
En a fait sous son nom verser la Champmel^- 
Ne crois pas toutefois, par tes savans ouvrages, 
187 



NICOLAS BOILEAU-DESPREAUX 

Entrainant tous les occurs, gagner tous les suffrages. 

Sitot que d'Apollon un gme inspire* 

Trouye loin du vulgaire un chemin ignore*, 

En cent Iieux centre lui les cabales s'amassent ; 

Ses rivaux obscurcis autour de lui croassent ; 

Et son trop de lumiere, importunant les yeux, 

De ses propres amis lui fait des envieux. 

La mort seule, ici-bas, en terminant sa vie, 

Peut calmer sur son nom 1'injustice et 1'envic; 

Faire au poids du bon sens peser tous ses Merits, 

Et donner a ses vers leur legitime prix. 

Avant qu'un peu de terre, obtenu par priere, 
Pour jamais sous la tombe eut enferme" Molire, 
Mille de ses beaux traits, aujourd'hui si vante*s, 
Furent des sots esprits a nos yeux rebute*s. 
L'ignorance et 1'erreur a ses naissantes pieces 
En habits de marquis, en robes de comtesses, 
Venaient pour diffamer son chef-d'oeuvre nouveau 
Et secouaient la tte a Tendroit le plus beau. 
Le commandeur voulait la scene plus exacte ; 
Le vicomte indigne" sortait au second acte ; 
L'un, d^fenseur ze*le* des bigots mis en jeu, 
Pour prix de ces bons mots le condamnait au feu, 
L'autre, fougueux marquis, lui declarant la guerre, 
Voulait venger la cour immole'e au parterre. 
Mais, sit6t que d'un trait de ses fatales mains 
La Parque 1'eut ray 6 du nombre des humains, 
On reconnut le prix de sa muse 6clipse*e. 
L'aimable Comgdie, avec lui terrass^e, 
En vain d'un coup si rude espra revenir 
Et sur ses brodequins ne put plus se tenir. 
Tel fut chez nous le sort du theatre comique. 

Toi done qui, t'6levant sur la scene tragique, 
188 



NICOLAS BO1LEAU-DESPREAUX 

Suis les pas de Sophocle, et, seul de tant d'esprits ? 

De Corneille vieilli sais consoler Paris: 

Cesse de t^tonner si Penvie anime'e, 

Attachant a ton nom sa rouille envenime'e, 

La calomnie en main, quelquefois te poursuit. 

En cela, comme en tout, le ciel qui nous conduit, 

Racine, fait briller sa profonde sagesse, 

Le me" rite en repos s'endort dans la paressc ; 

Mais par les envieux un ggnie excit6 

Au comble de son art est mille fois monte: 

Plus on veut Faffaiblir, plus il croit et s'elance. 

Au Cid persecute* Cinna doit sa naissance; 

Et peut-etre ta plume aux censeurs de Pyrrhus 

Doit les plus nobles traits dont tu peignis Burrhus. 

Moi-m&ne, dont la gloire ici moins rpandue 
Des pales envieux ne blesse point la vue, 
Mais qu'une humeur trop libre, un esprit peu soumis, 
De bonne heure a pourvu d'utiles ennemis, 
Je dois plus a leur haine, il faut que je 1'avoue, 
Qu*au faible et vain talent dont la France me loue. 
Leur venin, qui sur moi brftle de s^pancher, 
Tous les jours en marchant m'enipe'che de broncher. 
Je songe, a chaque trait que ma plume hasarde, 
Que d'un ceil dangereux leur troupe me regarde. 
Je sais sur leurs avis corriger mes erreurs, 
Et je mets profit leurs malignes fureurs. 
Sitot que sur un vice ils pensent me confondre, 
C'est en me gulrissant que je sais leur rlpondre; 
Et plus en criminel ils pensent m'eriger. 
Plus, croissant en vertu, je songe a me venger. 

Imite mon exemple ; et lorsqu'une cabale, 
Un flot de vains auteurs follement te ravale, 
Profite de leur haine et de leur mauvais sens, 
189 



NICOLAS BOILEAU-DESPR6AUX 

Ris du bruit passager de leurs cris impuissans. 

Que pent centre tes vers une ignorance vaine? 

Le Parnasse fran9ais, ennobli par ta veine, 

Contre tous ces complots saura se maintenir 

Et soulever pour toi I'^quitable avenir. 

Et qui, voyant un jour la douleur vcrtueuse 

De Phedre malgr6 soi perfide, incestueuse, 

D'un si noble travail justement tonn6, 

Ne bnira d'abord le siecle fortune" 

Qui, rendu plus fameux par tes illustres veilles, 

Vit naitre sous ta main ces pornpeuses merveilles 2 

Cependant laisse ici gronder quelques censeurs 
Qu'aigrissent de tes vers les charmantes douceurs. 
Et qu'importe a nos vers que Perrin les admire; 
Que 1'auteur de Jonas s'empresse pour les lire; 
Qu'ils charment de Senlis le poete idiot, 
Ou le sec traducteur du fran^ais d'Amyot: 
Pourvu qu'avec 6clat leurs rimes dbite"es 
Soient du peuple^ des grands, des provinces goOt6es ; 
Pourvu qu'ils puissent plaire au plus puissant des rois ; 
Qu'a* Chantilly Cond6 les soufFre quelquefois ; 
Qu'Enghien en soit touchl; que Colbert et Vivonne, 
Que La Rochefoucauld, Marsillac et Pomponne, 
Et mille autres qu'ici je ne puis faire entrer 
A leurs traits dlicats se laissent pe'ne'trer? 
Et plfit au del encor, pour couronner I'ouvrage, 
Que Montausier voulflt leur donner son suffrage! 
C'est 3, de tels lecteurs que j'offre mes Merits. 
Mais pour un tas grossier de frivoles esprits, 
Admirateurs zelgs de toute oeuvre insipide, 
Que, non loin de la place ou Briochg preside, 
Sans chercher dans les vers ni cadence ni son, 
Jl s*en aille admirer le savoir de Pradonl 
190 



JEAN RACINE 

1639-71099 

Hj/mnes traduites flu Breviaire Romain 

170 Le Lmidi^ a Marines 

T^ANDIS que le sommeil, rparant la nature, 
Tient enchaine's le travail et le bruit, 
Nous ronapons ses liens, 6 clarte* toujours pure! 
Pour te louer dans la profonde nuit. 

Que des notre reVeil notre voix te be"nisse ; 

Qu'a te chercher notre cceur empress^ 
T'ofFre ses premiers voeux; et que par toi finisse 

Le jour par toi saintement commence". 

L/astre dont la presence e"carte la nuit sombre 

Viendra bientdt recommencer son tour: 
O vous, noirs ennemis qui vous glissez dans 1'ombre, 

Disparaissez a Tapproche du jour. 

Nous t'implorons, Seigneur: tes bontls sont nos armes: 
De tout pe"ch6 rends-nous purs a tes yeux ; 

Fais que, t'ayant chante" dans ce s6jour de larmes, 
Nous te chantions dans le repos des cieux. 

Exauce, Pere saint, notre ardent'e priere, 
Verbe, son Fils, Esprit, leur nceud divin, 

Dieu qui, tout gclatant de ta propre lumiere, 
Regnes au ciel sans principe et sans fin. 

17 1 Le Lundi^ a Fepies 

* RAND Dieu, qui vis les cieux se former sans matiere, 

A ta voix settlement; 
Tu separas les eaux, leur marquas pour barriere 
Le vaste firmament. 

191 



JEAN RACINE 

Si la voute celeste a ses plaines liquides, 

La terre a ses ruisseaux, 
Qui, centre les chaleurs, portent aux champs arides 

Le secours de leurs eaux. 

Seigneur, qu'ainsi les eaux de ta gr&ce f6conde 

Re*parent nos langueurs ; 
Que nos sens dgsormais vers les appas du monde 

N'entrainent plus nos cceurs. 

Fais briller de ta foi les lumieres propiccs 

A nos yeux e'claire's : 
Qu'elle arrache le voile a tous les artifices 

Des enfers conjures. 

Regne, 6 Pere e" tern el, Fils, sagesse mcre^e, 

Esprit saint, Dieu de paix, 
Qui fais changer des temps Pinconstante dure*e, 

Et ne changes jamais. 



772 Le Mardi, a Laudes 



vigilant nous reveille; 
Et ses chants redouble's semblent chasser la nuit: 
Je*sus se fait entendre a Fame qui sommeille, 
Et 1'appelle i la vie, oh. son jour nous conduit. 

'Quittez, dit-il, la couche oisive 
Oil vous ensevelit une molle langueur: 
Sobres, chastes et purs, Tceil et 1'ame attentive, 
Veillez: je suis tout proche, et frappe a, volre coeur.' 
192 



JEAN RACINE 

Ouvrons done Foeil a sa lumiere-, 
Levons vers ce Sauveur et nos mains et nos yeux, 
Pleurons et g&nissons: une ardente priere 
E carte le sommeil, et pgnetre les cieux. 

O Christ, 6 soleil de justice! 
De nos cceurs endurcis romps 1'assoupissement ; 
Dissipe 1'ombre paisse ou les plonge le vice, 
Et que ton divin jour y brille a tout moment 1 

Gloire a toi, Trinite" profonde, 
Pere, Fils, Esprit saint : qu'on t'adore toujours, 
Tant que Tastre des temps ^clairera le monde, 
Et quand les siecles meme auront fini leur cours. 



Cantique 

17$ Sur les vaines occupations 

des gens du siecle 



charme vainqueur du monde 
_ Vers Dieu m'6leve aujourd'hui ? 
Malheureux 1'homme qui fonde 
Sur les hommes son appui ! 
Leur gloire fuit et s* efface 
En moms de temps que la trace 
Du vaisseau qui fend les mers, 
Ou de la fleche rapide 
Qui, loin de 1'ceil qui la guide, 
Cherche 1'oiseau dans les airs. 

De la Sagesse immortelle 

La voix tonne et nous instruit: 

2958 193 



JEAJST 

* EnFants des Jhommes, dit-elle 9 
I>e vos soins quel est le Fruit ? 
!Par quelle erreur, ames vaines, 
H>u plus pur sang de vos veines, 
.A-chetez-vous si souvent, 

un pain qui vous repaisse, 
une oml>re cjui vous laisse 
PMus afFara6s ue d^avant ? 



* Le pain <jue je vous propose 
Sert aux. anges d^aliment 5 
Dieu lui-mme le compose 
De la ileur de son fronaent. 
C'est ce pain si delectable 
Que ne sert point a sa table 
Le monde que vous suivez. 
Je l*ofFre a. cjui veut me suivre i 
-A-pprocHez. Voulez-vous vivre ? 
mangez, et vivez.* 



O Sagesse I ta parole 
Kit clore 1'univers, 
JPosa sur un double pole 
La terre au milieu des airs. 
Tu dis ; et les cieux parurent, 
Et tous les astres coururent 
Dans leur ordre se placer. 
A.vant les siecles tu r^gnes ; 
Et qui suis-je, que tu daignes 
Jusqu'a moi te rabaisser ? 

Le Verbe, Image du Fere, 
Laissa son trOne ^ternel 



JEAN RACINE 

Et d'une mortelle mere 
Voulut naitre homme et morteL 
Comme 1'orgueii fut le crime 
Dont il naissait la victime, 
II dpouilla sa splendeur, 
Et vint pauvre et miserable 
Apprendre a rhomme coupable 
Sa veritable grandeur. 

L'ame heureusement captive 
Sous ton joug trouve la paix 
Et s'abreuve d'une eau vive 
Qui ne s'puise jamais. 
Chacun peut boire en cette onde, 
Elle invite tout le monde; 
Mais nous courons follement 
Chercher des sources bourbeuses 
Ou des "citernes trompeuses 
D'ofc Peau fuit a tout moment. 



Epigrammes 

i 
z/4 Sur riphigenie de Le Clerc 

"CNTRE Le Clerc et son ami Coras, 

*~* Tous deux auteurs rimants en compagnie, 

N'a pas longtemps sourdirent grands dbats 

Sur le propos de son Ipklgenie. 

Coras lui dit: 'La piece est de mon cru*; 

Le Clerc rpond: *Elle est mienne, et non vdtre.* 

Mais aussit6t que 1'ouvrage a paru, 

Plus n*ont voulu Tavoir fait Fun ni Pautre. 

195 o 2 



JEAN RACINE 



17 T Sur I' Aspar fie M. de Fontenelle 

UQrlgine des Slfflets 

S jours passes, chez un vieil histiion, 
Grand chroniqueur, s'e'mut en question 
Quand a Paris commenca la mthode 
De ces silHets qui sont tant a la mode. 
'Ce fut/ dit Tun, f aux pieces de Boyer/ 
Gens pour Pradon voulurent parier: 
<Non,' dit Tacteur, 'je sais toute Thistoire, 

Que par degr6s je vais vous de"brouiller : 
Boyer apprit au parterre a bailler; 
Quant a Pradon, si j*ai bonne m^moire, 
Pommes sur lui volerent largement ; 
Or quand sifflets prirent commencement, 
C'est, j'y jouais, j'en suis temoin fidele, 
C'est a \ Aspar du sieur de Fontenelle/ 



in 

176 Sur Je Germanicus de Pradon 

QCJE je plains le destin du grand Germanicus ! 
Quel fut le prix de ses rares vertus? 
Pers6cut6 par le cruel Tibere, 
Empoisonnf par le traltre Pison, 
II ne lui restait plus, pour derniere misere, 
Que d'etre chant par Pradon. 
196 



GUILLAUME AMFRYE, ABB& 
DE CHAULIEU 

1639-11730 
Stances 

277 A la Solitude de Fontenay 

C'EST toi qui me rends a moi-meme : 
Tu calmes mon coeur agit$ 
Et de ma seule oisivetl 
Tu me fais un bonheur extreme. 

Parmi ces bois et ces hameaux 
C'est la que je commence a vine; 
Et j'empecherai de ir/y suiyre 
Le souvenir de tous Dies maux. 

Emplois, grandeurs tant de"5ire*es, 
J'ai connu vos illusions; 
Je vis loin des preventions 
Qui forgent vos chatnes dories. 

La cour ne peut plus m'6blouir; 
Libre de son joug le plus rude, 
J'ignore ici la servitude 
De louer qui je dois hair. 

Fils des dieux, qui de flatteries 
Repaissez votre vanite, 
Apprenez que la ve*rit6 
Ne s'entend que dans nos prairies. 

Grotte d'ou sort ce clair ruisseau, 
De mousse et de fleurs tapissle, 
N'entretiens jamais ma pense 
Que du murmure de son eau. 
197 



DE CHAULIEU 

Bannissons la flatteuse ide"e 
Des honneurs que m'avaient promis 
Mon savoir-faire et rnes amis, 
Tous deux main tenant en fume'e* 
Je trouve ici tous les plaisirs 
H>*une condition commune ; 
Avec l*clat de ma fortune 
Je mets au niveau mes dsirs. 
Ah ! quelle riante peinture 
Chaque jour se montre a mes yeux, 
JDes trsors dont la main des Dieux 
Se plait d'enrichir la nature ! 
Quel plaisir de voir les troupeaux, 
Quand le midi brule Therbette, 
Ranges autour de la houlette, 
Chercher le frais sous ces ormeaux ; 
Puis sur le soir, a nos musettes 
Ouir r^pondre les coteaux, 
Et retentir tous nos hameaux 
IDe hautbois et de chansonnettes ! 
Mais hlas 1 ces paisibles jours 
Coulent avec trop de vitesse ; 
Mon indolence et ma paresse 
N'en peuvent suspendre le cours- 
IDeja la vieillesse s'avance ; 
Et je verrai dans peu la mort 
Ex^cuter Tarr^t du sort, 
Qui m'y livre sans esprance. 
Fontenay, lieu d^licieux, 
OQ je vis d'abord la lumiere, 
Bient6t, au bout de ma car Here, 
Chez toi je joindrai mes aieux. 
198 



ABBt DH CHAULIEU 

Muses, qui dans ce lieu champetre 
Avec soin me fites nourrir, 
Beaux arbres, qui m'avaient vu naitre, 
Bient6t vous me verrez mourir ! 

Cependant du frais de votre ombre 
II faut sagement profiler, 
Sans regret, prt a vous quitter 
Pour ce manoir terrible et sombre, 

Ou de ces arbres, dont expres 
Pour un doux et plus long usage 
Mes mains ornerent ce bocage, 
Nul ne me suivra qu'un cypres. 



JEAN-FRANfOIS REGNARD 

178 Epfare a M. . . . 

SI tu perax te rsoudre a quitter ton logis, 
Oil Tor et I'outremer brillent sur les lambris, 
Et laisser cette table avec ordre servie, 
Viens, pourvu que 1'amour ailleurs ne te convie, 
Prendre un repas chez moi, demain, dernier Janvier, 
Dont le seul appetit sera le cuisinier. 
Je te garde avec soin, mieux que mon patrimoine, 
D'un vin exquis, sort! des pressoirs de ce moine 
Fameux dans Ovil^, plus que ne fut jamais 
Le dgfenseur du clos vant6 par Rabelais. 
Trois convives connus, sans amour, sans aflfaires, 
Discrets, qui n'iront point r^v^ler nos mysteres, 
Seront par moi choisis pour orner le festin. 
199 



JEAN-FRANfOIS REGNARD 

La par cent mots piquants, enfants ne"s dans le vin, 
Nous donnerons Tessor a cette noble audace 
'Qui fait sortir la joie, et qu'avotirait Horace. 

Peut-e*tre ignores-tu dans quel coin recule* 

J'habite dans Paris, citoyen exile", 

Et me cache aux regards du profane vulgaire? 

-Si tu le veux savoir, je vais te satisfahe. 

Au bout de cette rue ou ce grand cardinal, 

Ce prtre conqurant, ce pre*lat amiral, 

Laissa pour monument une triste fontaine 

Qui fait dire au passant que cet homme, en sa haine, 

Qui du trSne Abrade* soutint tout le fardeau, 

Sut re"pandre le sang plus largement que Peau, 

S*e*leve une maison modeste et retiree, 

Dont le chagrin surtout ne connait point Pentre"e. 

L'ceil voit d'abord ce mont dont les antres profonds 

Fournissent a Paris Thonneur de ses plafonds, 

Ou de trente moulins les ailes ^tendues 

M'apprennent chaque jour quel vent chasse les nues ; 

Le jardin est e*troit; mais les yeux satisfaits 

S'y prominent au loin sur de vastes marais. 

C'est la qu'en mille endroits laissant crrer ma vue 

Je vois croitre a plaisir Toseille et k laitue; 

C'est la que, dans son temps, des moissons d'artichauts 

Du jardinier actif secondent les travaux, 

Et que de champignons une couche voisine 

Ne fait, quand il me plait, qu'un saut dans ma cuisine; 

La, de Vertumne enfin les tre*sors prScieux 

Charment Igalement et le gout et les yeux. 

Dans ce logis pourtant humble et dont les tentures 
Dans Teau des Gobelins n'ont point pris leurs teintures, 
Oh Mansart de son art ne donna point les lois, 

203 



JEAN-FRANfOIS REGNARD 

Sais-tu quel h6te, ami, j'ai 16911 quelquefois? 

Enghien, qui ne suivant que la gloire pour guide, 

Vers I'lmmortalite" prend un vol si rapide, 

Et que Nerwinde a vu, par des faits inouis, 

Enchatner la victoire aux drapeaux de Louis; 

Ce prince, respect6 moins par son rang supreme 

Que par tant de vertus qu'il ne dut qu'a lui-meme, 

A fait plus d'une fois, fatigu de Marly, 

De ce simple sejour un autre Chantilly. 

Conti, le grand Conti, que la gloire environne, 

Plus orn par son nom que par une couronne, 

Qui voitj de tous cdtes, du peuple et des soldats 

Et les coeurs et les yeux voler devant ses pas, 

A qui Mars et 1* Amour donnent, quand il commaride, 

De jnyrte et de laurier une double guirlande, 

Dont P esprit penetrant, vif et plein de clarte", 

Est un rayon sorti de la Divinite", 

A daign quelquefois, sans bruit, dans le silence, 

Honorer le r^duit de sa noble presence. 

Ces he'ros, mepribant tout Tor de leurs buffets, 

Contents d'un linge blanc et de verres bien nets, 

Qui ne recevaient point la liqueur infidele 

Que Rousseau fit chez lui d'une main criminelle, 

Ont soufFert un repas simple et non prepar6, 

Ou Fait des cuisiniers, sainement ignor6, 

N'Stalait point au goiit la funeste elegance 

De cent ragouts divers que produit 1'abondance, 

Mais ou le sel attique, a propos repandu, 

D^dommageait assez d'un entremets perdu. 

C'est a de tels repas que je te sollicite; 
C'est dans cette maison oil ma lettre t'invite. 
Ma servante deja, dans ses nobles transports, 
201 



JEAN-FRANOIS REGNARD 

A fait a deux chapons passer les sombres bords. 
Ami, viens done demain avant qu'il soit une heure. 
Si le hasard te fait oublier ma demeure, 
Ne va pas t'aviser, pour trouver ma maison, 
Aux gens des environs d'aller nommer mon nom ; 
Depuis trois ans et plus, dans tout le voisinage, 
On ne sait, gr&ce au ciel, mon nom ni mon visage. 
Mais demande d'abord ou loge dans ces lieux 
Un homme qui, pousse* d'un dsir curieux, 
Des ses plus jeunes ans sut percer ou PAurore 
Voit de ses premiers feux les peuples du Bosphore; 
Qui, parcourant le sein des infideles mers, 
Par le fier Ottoman se vit charge* de fers ; 
Qui prit, rompant sa chaine, une nouvelle course 
Vers les tristes Lapons que gele et transit TOurse, 
Et s'ouvrit un chemin jusqu'aux bords retires 
O& les feux du soleil sont six mois ignores, 
Mes voisins ont appris Thistoire de ma vie, 
Dont mon valet causeur souvent les de"sennuie. 
Demande-leur encore ou loge en ces maiais 
Un magistral qu'on voit rarement au palais; 
Qui, revenant chez lui lorsque chacun somrr.eille, 
Du bruit de ses chevaux bien souvent les reveille ; 
Chez qui 1'on voit entrer, pour orner ses celliers, 
Force quartauts de vin, et point de cranciers. 
Si tu veux, cher ami, leur parler de la sorte, 
Aucun ne manquera de te montrer ma porte: 
C'est li qu'au premier coup tu verras accourir 
Un valet diligent qui viendra pour t'ouvrir ; 
Tu seras aussit6t conduit dans une chambre 
Ou Ton brave i loisir les fureurs de d6cembre. 
Dej& le feu dress6 d*une prodigue main 
S'allume en pltillant. Adieu jusqu'a demain. 



JEAN-BAPTISTE ROUSSEAU 
179 

pOURQUOI, plaintive Philomele, 

* Songer encore a vos malheurs, 

Quand, pour apaiser vos douleurs, 

Tout cherche a vous marquer son zele ? 

L'univers, & votre retour, 

Semble renaitre pour vous plaire; 

Les Dryades a votre amour 

Pretent feur ombre solitaire. 

Loin de vous 1'aquilon fougueux 

Souffle sa piquante froidure; 

La terre reprend sa verdure ; 

Le ciel brille des plus beaux feux : 

Pour vous Famante de Clphale 

Enrichit Flore de ses pleurs ; 

Le zephyr cueille sur les fleurs 

Les parfums que la terre exhale. 

Pour entendre vos doux accents 
Les oiseaux cessent leur ramage ; 
Et le chasseur le plus sauvage 
Respecte vos jours innocents. 
Cependant votre ame, attendrie 
Par un douloureux souvenir, 
Des malheurs d'une soeur chgrie 
Semble toujours s'entretenir. 
H^las ! que mes tristes pens^es 
M'ofFrent des maux bien plus cuisants ! 
Vous pleurez des peines passe'es; 
Je pleure des ennuis presents; 
203 



JEAN-BAPTISTE ROUSSEAU 

Et quand la Nature attentive 
Cherche a calmer vos dlplaisirs 
II faut me"me que je me prive 
De la douceur de mes soupirs. 



180 Ode tiree du Psaume XLf^Iff 
Sur Faveuglement des hommes du szecle 



accents de ma voix la terre se reveille; 
Rois, soyez attentifs ; peuples, ouvrez Poreille : 
Que 1'univers se taise, et m'ecoute parler. 
Mes chants vont seconder les accords de ma lyre : 
L/esprit saint me pnetre ; il m'^chauffe, et m'mspire 
Les grands v^ritls que je vais rvler. 

L'homme en sa propre force a mis sa confiance; 

Ivre de ses grandeurs et de son opulence, 

L'e"clat de sa fortune enfle sa vanit6. 

Mais, 6 moment terrible, 6 jour pouvantable, 

Oil la mort saisira ce fortun coupable, 

Tout chargS des liens de son iniquitg 1 

Que deviendront alors, rpondez, grands du monde, 
Que deviendront ces biens oft votre espoir se fonde, 
Et dont vous talez 1'orgueilleuse moisson ? 
Sujets, amis, parents, tout deviendra sterile; 
Et, dans ce jour fatal, Thomme a 1'homme inutile 
Ne paiera point a Dieu le prix de sa ranpon. 

Vous avez vu tomber les plus illustres t^tes; 
Et vous pourriez encore, insens^s que vous 6tes, 
Ignorer le tribut que Ton doit la mort ? 
Non, non, tout doit franchir ce terrible passage: 
304 



JEAN-BAPTISTE ROUSSEAU 

Le riche et 1'indigent, 1'imprudent et le sage, 
Sujets a meme loi, subissent meme sort. 
D'avides Strangers, transport's d'allgresse 
Engloutissent deja toute cette richesse, 
Ces terres, ces palais de vos noms ennoblis. 
Et que vous reste-t-il en ces moments supr&nes ? 
Un spulcre funebre, oil vos noms, oh vous memes 
Dans P6ternelle nuit screz ensevelis. 
Les hommes, gblouis de leurs honneurs frivoles, 
Et de leurs vains flatteurs dcoutant les paroles, 
Ont de ces Te'rite's perdu le souvenir: 
Pareils aux animaux farouches et stupides, 
Les lois de leur instinct sont leurs uniques guides, 
Et pour eux le present parait sans avenir. 
Un piecipice affreux devant eux se presente; 
Mais toujours leur raison, soumise et complaisante, 
Au-devant de leurs yeux met un voile imposteur. 
Sous leurs pas cependant s'ouvrent les noirs abimes, 
Oil la cruelle mort, les prenant pour victimes, 
Frappe ces vils troupeaux, dont elle est le pasteur. 
La s'an^antiront ces titres magnifiques, 
Ce pouvoir usurp, ces ressorts politiques, 
Dont le juste autrefois sentit le poids fatal : 
Ce qui fit leur bonheur deviendra leur torture ; 
Et Dieu, de sa justice apaisant le murmure, 
Livrera ces mchants au pouvoir infernal. 
Justes, ne craignez point le vain pouvoir des hommes; 
Quelque Sieves qu'ils soient, ils sont ce que nous sommes : 
Si vous Stes rnortels, ils le sont comme vous. 
Nous avons beau vanter nos grandeurs passageres, 
II faut meler sa cendre aux cendres de ses peres ; 
Et c'est le meme Dieu qui nous jugera tous. 
305 



FRANf OIS-MARIE AROUET DE 
VOLTAIRE 

1694-1-1778 
A Madame du Chatekt 

CI vous voulez que j'aime encore, 
^ Rendez-moi Page des amours; 
AU crepuscule de mes jours 
Rejoignez, s*il se peut, Paurore. 

Des beaux lieux ou le dieu du vin 
Avec P Amour tient son empire, 
Le Temps, qui me prend par la main, 
M'avertit que je me retire. 

De son inflexible rigueur 
Tirons au moins quelcjue avantage. 
Qui n'a pas 1'esprit de son Sge 
De son jlge a tout le malheur. 

Laissons a la belle jeunesse 

Ses folatres emportements : 

Nous ne vivons que deux moments; 

QuM en soit un pour la sagesse. 

Quoi ! pour toujours vous me fuyez, 
Tendresse, illusion, folie, 
Dons du ciel, qui me consoliez 
Des amertumes de la vie! 

On meurt deux fois, je le vois bien: 
Cesser d'aimer et d'etre aimable, 
Cest une mort insupportable; 
Cesser de vivre, ce n'est rien. 
206 



F.-M. AROUET BE VOLTAIRE 

Ainsi je dplorais la perte 
Des erreurs de mes premiers ans; 
Et mon ame, aux dsirs ouverte, 
Regrettait ses garements. 

Du del alors daignant descendre, 
L' Amide" vint a mon secours ; 
Elle tait peut-etre aussi tendre, 
Mais moins vive que les Amours. 

Touche" de sa beaut nouvelle, 
Et de sa lumiere 6clair^, 
Je la suivis ; mais je pleurai 
De ne pouvoir plus suivre qu'elle. 

182 Les 'f^ous et les T"// 



, qu'est devenu ce temps 
Ou, dans un fiacre promen^e, 
Sans laquais, sans ajustements ? 
De tes graces seules ornee, 
Contente d'un mauvais soup^ 
Que tu changeais en ambroisie, 
Tu te livrais, dans ta fohe, 
A Tamant heureux et tromp6 
Qui t'avait consacr^ sa vie ? 
Le ciel ne te donnait alors, 
Pour tout rang et pour tous tr^sors, 
Que les agrments de ton ge, 
Un cceur tendre, un esprit volage, 
Un sein d'albatre, et de beaux yeux. 
Avec tant d'attraits prgcieux, 
H^las ! qui n'eut te friponne ? 
Tu le fus, objet gracieux ; 
207 



F.-M. AROUET DE VOLTAIRE 

Et (que 1* Amour me le pardonne !) 
Tu sais que je t'en aimais mieux, 

Ah, madame ! que votre vie, 
D'honneurs aujourd'hui si remplie, 
JDifFere de ces doux instants ! 
Ce large suisse a cheveux blancs, 
Qui ment sans cesse & votre porte, 
Philis, est Fimage du Temps : 
On dirait qu*il chasse Fescorte 
Des tendres Amours et des Ris ; 
Sous vos magmflques lambris 
Ces enfants tremblent de paraitre. 
H6las I je les ai vus jadis 
Entier chez toi par la fen^tre 
Et se jouer dans ton taudis. 

Non, madame, tous ces tapis 
Qu'a tissus la Savonnerie, 
Ceux que les Persans ont ourdis, 
Et toute votre orfevrerie, 
Et ces plats si chers que Germain 
A graves de sa main divine, 
Et ces cabinets o& Martin 
A surpass^ Tart de la Chine ; 
Vos vases japonais et blancs, 
Toutes ces fragiles merveilles ; 
Ces deux, lustres de diamants 
Qui pendent a vos deux oreilles ; 
Ces riches carcans, ces colliers, 
Et cette pompe enchanter esse, 
Ne valent pas un des baisers 
Que tu donnais dans ta jeunesse. 



208 



F.-M. AROUET DE VOLTAIRE 

lipigmmmes 
183 i 

TPvANCHET, si meprise jadis, 
*~^ Fait voir aux pauvres de ge"nie 
Qu'on peut gagner TAcad^mie 
Comme on gagne le Paradis. 



(Sur un Christ habide en Jesuite) 

A DMIREZ 1' artifice extreme 
-*-^ De ces moines industrieux; 
Us vous ont habille comme eux, 
Mon Dieu, de peur qu'on ne vous aime. 

18? ni 

{Inscription pour ime statue de VAmouf) 

UI que tu sois, voici ton maitre; 
II Test, le fut, ou le doit Stre. 



Q 



186 iv 

(Epitaphs) 
dont la supreme loi 



Fut de ne vivre que pour sou 
Passant, garde-toi de le suivre-; 
Car on pourrait dire de toi: 
1 Ci-git qui ne dut jamais vivre.* 

209 



F.-M. AROUET DE VOLTAIRE 



187 V 

CAVEZ-VOUS pouiquoi JSremie 
^ A tant pleur pendant sa vie? 
C'est qu'en prophete il preVoyait 
Qu'un jour Lefranc le traduirait. 



188 VI 

(Sur le portrait de Voltaire mis entre ceux de 
La Beaumelle et de Preron) 

T E JAY vient de mettre Voltaire 
*~* Entre La Beauraelle et FrSron: 
Ce serait vraiment un Calvaire, 
S'il s'y trouvait un bon larron. 



189 vii 

(A M* Grefry sur son opera du i Jugement de Midas ') 

T A Cour a dlnigr6 tes chants, 
*-' Dont Paris a dit des merveilles. 
Hllas ! les oreilles des grands 
Sont souvent de grandes oreilles. 



190 viii 

T 'AUTRE jour, au fond d'un vallon, 
^ Un serpent piqua Jean Fr&on. 
Que pensez-vous qu'il arriva? 
Ce fut le serpent qui creva. 
210 



R-M. AROUET DE VOLTAIRE 

zpz A Mawnontel 

TVyf ON trs aimable successeur, 

De la France historiographe, 
Votre indigne prdcesseur 
Attend de vous une pitaphe. 
Au bout de quatre-vingts hivers 
Dans mon obscurit6 profonde, 
Enseveli dans mes diserts, 
Je me tiens deja mort au monde. 
Mais sur le point d'etre jete" 
Au fond de la nuit 6ternelle, 
Comme tant d'autres Font etc", 
Tout ce que je vois me rappelle 
A ce monde que j'ai quitte". 
Si vers le soir un triste orage 
Vient ternir Tclat d'un beau jour, 
Je me souviens qu'a votre cour 
Le vent change encor davantage. 
Si mes paons de leur beau plumage 
Me font admirer les couleurs, 
Je crois voir nos jeunes seigneurs 
Avec leur brillant talage; 
Et mes coqs d'Inde sont Timage 
De leurs pesants imitateurs. 
Puis-je voir mes troupeaux belants 
Qu'un loup impun&nent d^vore 
Sans songer a des conqu^rants 
Qui sont beaucoup plus loups encore? 
Lorsque les chantres du pnntemps 
R^jouissent de leurs accents 
Mes jardins et mon toit rustique, 
Lorsque mes sens en sont ravis, 

2ir P a 



F.-M. AROUET DE VOLTAIRE 

On me soutient que leur musique 
Cede aux bemols des Monsignis 
Qu'on chante a l'Ope"ra-Cormque. 
Je lis cet eloge eloquent 
Que Thomas a fait savamment 
Des dames de Rome et d* Athene; 
On me dit : c Partez promptement. 
Venez sur les bords de la Seine, 
Et vous en direz tout autant 
Avec moins d'esprit et de peine.' 
Ainsi, du monde dtoompe", 
Tout m'en parle, tout m'y ramene ; 
Serais-je un esclave e*chappe" 
Qui tient encore un bout de chaine ? 
Non, je ne suis point faible assez 
Pour regretter des jours ste* riles, 
Perdus bien plut6t que passes 
Parmi tant d'erreurs inutiles. 
Adieu, faites de jolis riens, 
Vous, encor dans Page de plalre, 
Chantez Alonzo, B^lisaire. 
Nos, solides historiens 
Sont des auteurs bien respectables ; 
Mais a vos chers concitoyens 
Que faut-il, mon ami? des fables. 

ip2 A Horace 

T'AI d6ja pass6 I'age ou ton grand protecteur, 
^ Ayant jou6 son rdle en excellent acteur, 
Et sentant que la Mort assie"geait sa vieillesse, 
Voulut qu'on 1'applaudit lorsqu*il finit sa piece. 
J'ai v6cu plus que toi ; mes vers dureront moins ; 



212 



F.-M. AROUET DE VOLTAIRE 

Mais au bord du tombeau je mettrai tons mes soins 
A suivre les lemons de ta philosophic, 
A mlpriser la mort en savourant la vie, 
A lire tes ecrits pleins de grace et de sens, 
Comme on boit d'un vin vieux qui rajeunit les sens. 

Avec toi 1'on apprend a soufTiir Findigence, 

A jouir sagement d'une honnete opulence, 

A vivre avec soi-meme, a servir ses amis, 

A se moquer un peu de ses sots ennemis, 

A sortir d'une vie ou triste on. fortune*e 

En rendant grace aux dieux de nous Tavoir donnee. 

Aussi, lorsque mon pouls inegal et presse" 

Faisait peur a Tronchin, pres de mon lit place, 

Quand la vieille Atropos, aux humains si severe, 

Approchait ses ciseaux de ma trame lgere, 

II a vu de quel air je prenais mon cong6; 

II sait si mon esprit, mon cceur, Itait chang6. 

A Madame Lulltn 

TLJli quoi! vous Stes 6tonnle 

* * Qu'au bout de quatre-vingts hirers 

Ma muse faible et surannee 

Puisse encor fredonner des vers? 

Quelquefois un peu de verdure 

Rit sous les glacons de nos champs; 

Elle console la nature, 

Mais elle seche en peu de temps. 

Un oiseau peut se faire entendre 
Apres la saison des beaux jours; 
Mais sa voix n'a plus rien de tendre; 
II ne chante plus ses amours. 

213 



F.-M. AROUET* DE VOLTAIRE 

Ainsi je touche encor ma lyre, 
Qui n'obit plus 3. mes doigts ; 
Ainsi j'essaye encor ma voix 
Au moment mme qu'ellc expire. 

*Je veux dans mes derniers adieux, 
Disait Tibulle a son amante, 
Attacher mes yeux sur tes yeux, 
Te presser de ma main mourante.* 

Mais quand on sent qu'on va passer, 
Quand Tame fuit avec la vie, 
A-t-on des yeux pour voir H)lie, 
Et des mains pour la caresser ? 

Dans ce moment chacun oublie 
Tout ce qu'il a Fait en sante", 
Quel mortel s'est jamais att6 
D*un rendez-vous a Tagonie ? 



elle-meme 3. son tour 
S'en va dans la nuit ^ternelle, 
En oubliant qu'elle fut belle, 
Et qu'elle a v^cu pour 1'amour. 

Nous naissons, nous vivons, bergere, 
Nous mourons sans savoir comment : 
Chacun est parti du n6ant : 
Ou va-t-il ? . . . Dieu le sait, ma chere. 



214 



PONCE-DENIS COUCHARD LEBRUN 

!7 

Arion 

QUEL est ce navire perfide 
Oil Pimpitoyable EumeVide 
A souffle* d'horribles complots? 
J'entends les cris d'une victime 
Que la main sanglante du crime 
Va pre"cipiter dans les flots, 

Arretez, pirates avares ! 

Durs nochers, que vos mains barbares 

D'Arion respectent les jours 1 

Arretez! e*coutez sa lyre: 

II chante ! et du liquide empire 

Un dauphin vole a son secours. 

II chante! et sa lyre fidele 
Du glaive qui brille autour d'elle 
Charme les coups impe'tueux, 
Tandis que le monstre en silence 
Sous le demi-dieu qui s'e*lance 
Courbe son flanc respectueux. 

Le voil^, tel qu'un char docile, 
Qui remporte d'un cours agile 
Sur la plaine immense des mers! 
Et du fond des grottes humides 
Arion voit les N^rlides 
Courir en foule a ses concerts. 

215 



PONCE-DENIS fiCOUCHARD LEBRUN 

O merveilles de 1'harmonie 1 
L'onde orageuse est aplame, 
Le ciel devient riant et pur, 
Un doux calme enchaine Bore*e, 
Les palais flottants de Nere*e 
Bnllent d'un immobile azur. 

Jeune Arion, bannis la crainte ; 
Aborde aux rives de Corinthe: 
Periandre est digne de toi. 
Minerve aime ce doux rivage; 
Et tes yeux y verront un sage 
Assis sur le trone d'un loi. 

Sur une %)ame Toete 

EGLE, belle et poete, a deux petits travers : 
Elle fait son visage, et ne fait pas ses vers. 

196 ^Dialogue entre un pauvre Poete 
et fAuteur 

N vient de me voler ! Que je plains ton malheur ! 
Tous mes vers manuscrits ! Que je plains le voleur! 



JEAN-FRANOrS DUCIS 
197 A mes 'Penates 



dieux avec qui j'habite, 
Compagnons de ma pauvrete", 
Vous dont Toeil voit avec bontg 
Mon fauteuil, mes chenets d'ermite, 
216 



JEA.N-FRA.N5OIS DUCIS 



lit couleur de carmelite, 
Et nion armoire de noyer, 
O fries Penates, rnes dieux lares, 
Chers protecteurs de mon foyer I 
Si mes mains, pour vous fetoyer, 
IDe gateaux ne sont point avares, 
Si j'ai souvent vers pour vous 
Le vin, le miel, un lait si doux, 
Oh 1 veillez bien sur notre porte, 
Sur nos gonds et sur nos verrous, 
Non point par la peur des filous ; 
Car que voulez-vous qu'on m'eniporte ? 
Je n'ai ni trsors ni bijoux, 
Je peux voyager sans escorte. 
IVIes vceux sont courts : les voici tous : 
Qu*un peu d'aisance entre chez nous, 
Que jamais la vertu n'en sorte. 
Mais n'en laissez point approcher 
Tout front qui devrait se cacher, 
Ces ^chappes de T indigence 
Que Plutus couvrit de ses dons, 
Si surpris de leur opulence, 
Si bas avec tant d'arrogance, 
Si petits dans leurs grands salons. 
Que je n'ignore en sa misere 
Cet aveugle errant sur la terre, 
Sous le fardeau ^les ans press6, 
Jadis si grand par la victoire, 
Maintenant punt de sa gloire, 
Qu'un pauvre enfant dja lasse", 
Quand le jour est presque efFac6 ? 
Conduit, pieds nus, pendant Torage, 
Quetant pour lui sur son passage, 
317 



JEAN-FRANfOIS DUCIS 

Dans son casque ou sa faible main, 
Avec les graces de son &ge, 
De quoi ne pas mounr de faim! 
O mes doux Penates d'argile, 
Attiiez-les sous mon asile ! 
S'il est des coeurs faux, dangereux, 
Soyez de fer, d'acier, pour eux; 
Mais qu'un sot vienne a m'apparaitre, 
Exaucez ma pnere, 6 dieux : 
Fermez vite et porte et fen&re! 
Apres m'avoir sauv6 du traitre, 
DeTendez-moi de Pennuyeux, 



NICOLAS-LAURENT-JOSEPH GILBERT 

1751-11780 
ip 8 Aateux a la vie 



T'AI r^l6 mon coeur au Dieu de Pinnocence; 
^ II a vu mes pleurs penitents ; 
II gu6rit mes remords, il m'arme de Constance: 
Les malheureux sont ses enfants. 

Mes ennemis, riant, ont dit dans leur colere : 
* Qu'il meure, et sa gloire avec lui ! ' 

Mais a mon coeur calm6 le Seigneur dit en pere: 
^Leur haine sera ton appui. 

C A tes plus chers amis ils ont pre*te* leur rage: 

Tout trompe ta simplicity ; 
Celui que tu nourris court vendre ton image, 

Noire de sa mechancete*. 
218 



NICOLAS- LAURENT-JOSEPH GILBERT 

* Mais Dieu t'entend g&nir, Dieu vers qui te ramene 

Un vrai remords ne* des douleurs, 
Dieu qui pardonne enfin a la nature humaine 

D'etre faible dans les malheurs. 

< J'veillerai pour toi la pitie, la justice 

De Pincorruptible avenir; 
Eux-meme pureront, par leur long aitifice. 

Ton honneur qu'ils pensent ternir/ 

Soyez beni, mon Dieu, vous qui daignez me rendre 

L'innocence et son noble orgueil, 
Vous qui, pour prot^ger le repos de ma cendre, 

Veillerez pres de mon cercueil ! 

Au banquet de la vie, infortun6 convive, 

J'apparus un jour, et je meurs; 
Je meurs, et sur ma tombe, ou lentement j'arrive, 

Nut ne viendra verser des pleurs. 

Salut, champs que j'aimais I et vous, douce verdure ! 

Et vous, riant exil des bois ! 
Ciel, pavilion de riiomme, admirable nature, 

Salut pour la derniere fois ! 

Ah ! puissent voir longtemps votre beaut sacre*e 

Tant d'amis sourds a mes adieux ! 
Qu'ils meurent pleins de jours, que leur mort soit pleurle, 

Qu'un ami leur ferme les yeux! 



219 



6VARISTE DE PARNY 
ipp Sm la mort cfune jeune fills 

CON age gchappait a 1'enfance; 
^ Riante comme 1'innocence, 
Elle avait les traits de 1* Amour. 
Quelques mois, quelques jours encore, 
Dans ce cceur pur et sans detour 
Le sentiment allait 6clore. 
Mais le ciel avait au tr6pas 
Condamne" ses jeunes appas. 
Au ciel elle a rendu sa vie, 
Et doucement s'est endormie 
Sans murmurer centre ses lois. 
Ainsi le sourire s'efFace ; 
Ainsi meurt, sans laisser de trace, 
Le chant d'un oiseau dans les bois. 



JEAN-PIERRE CLARIS DE FLORIAN 

200 Le Thiksopbe et le Chat-huant 

PERSECUTE, proscrit, chasse* de son asile, 
* Pour avoir appel^ les choses par leur nom, 
Un pauvre philosophe errait de ville en ville, 
Emportant avec lui tous ses biens, sa raison. 
Un jour qu'il mSditait sur le fruit de ses veilles, 
(C'tait dans un grand bois,) il voit un chat-huant 

Entoure* de geais, de corneilles, 

Qui le harcelaient en criant: 
220 



JEAN-PIERRE CLARIS DE FLORIAN 

'C'est un coquin! c'est un impie, 

Un ennemi de la patne! 
II faut le plumer vif : oui, oui, plumons, plumons ! 

Ensuite nous le jugerons/ 

Et tous fondaient sur lui: la malheureuse bete, 
Tournant et retournant sa bonne et grosse tlte, 
Leur disait, mais en vain, d'excellentes raisons. 
Touche* de son malheur, car la philosophic 

Nous rend plus doux et plus humains, 
Notre sage fait fuir la cohorte ennemie, 
Puis dit au chat-huant : ; Pourquoi ces assassins 

En voulaient-ils i votre vie? 
Que leur ayez-vous fait ? ' L'oiseau lui re*pondit : 
4 Rien du tout. Mon seul crime est d*y voir clair la nuit.* 



201 Le Rot de Perse 

T TN roi de Perse, certain jour, 
^ Chassait avec toute sa cour. 
II eut soif, et dans cette plaine 
On ne trouvait point de fontaine. 
Pres de la seulement e"tait un grand jardin 
Rempli de beaux cdrats, d'oranges, de raisin: 

* A Dieu ne plaise que j'en mange I 
Dit le roi; ce jardin courrait trop de danger: 
Si je me permettais d'y cueillir une orange, 
Mes vizirs aussii6t mangeraient le verger/ 



JEAN-PIERRE CLARIS DE FLORIAN 



202 Le Thenix 

T E Phenix, venant cT Arable, 

^ Dans nos bois parut un beau jour: 
Grand bruit chez les oiseaux, leur troupe re*unie 

Vole pour lui faire sa cour. 

Chacun 1'observe, 1'examine : 
Son plumage, sa voix a son chant melodieux, 

Tout est beaute*, grace divine. 

Tout charme 1'oreille et les yeux. 
Pour la premiere fois on vit ce*der Fenvie 
Au besoin de louer et d'aimer son vainqueur. 
Le rossignol disait : 4 Jamais tant de douceur 

N'enchanta mon a"me ravie. 
Jamais, disait le paon, de plus belles couleurs 

N'ont eu cet e*clat que j 'admire : 
11 Sblouit mes yeux et toujours les attire.' 
Les autres re*p6taient ces eloges flatteurs, 

Vantaient le privilege unique 
De ce roi des oiseaux, de cet enfant du ciel, 
Qui, vieux, sur un bucher de cedre aromatique 
Se consume lui-me'me et renait immortel. 
Pendant tous ces discours, la seule tourterelle, 

Sans rien dire, fit un soupir. 

Son epoux, la poussant de 1'aile, 

Lui demande d'oft peut venir 

Sa rSverie et sa tristesse: 
6 De cet heureux oiseau d^sires-tu le sort? 

Moi ! mon ami, je le plains fort : 

II est le seul de son espece.* 



LOUIS DE FONTANES 
203 A M. de Chateaubriand 

T E TASSE errant de ville en ville, 
^ Un jour, accable de ses maux, 
S'assit pres du laurier fertile 
Qui sur la tombe de Virgile 
Etend toujours ses verts rameaux* 

En contemplant Purne sacre"e, 

Ses yeux de larmes sont converts ; 

Et la, d'une voix e'plore'e, 

II raconte I Tombre ador^e 

Les longs tourments qu'il a soufferts. 

II veut fuir Tingrate Ausonie, 
Des talents il maudit le don, 
Quand, touchl des pleurs du ge*nie 3 
Devant le chantre d'Hermmie 
Parait le chantre de Didon. 

{ Eh quoi! dit-il, tu fis Armide, 
Et tu peux accuser ton sort! 
Souviens-toi que le Meonide, 
Notre modele et notre guide, 
Ne devint grand qu'apres sa mort. 

'Uinfortune en sa coupe amere 
L'abreuva d' affronts et de pleurs; 
Et, quelque jour, un autre Homere 
Doit au fond d'une ile e*trangere 
Mourir aveugle et sans honneurs. 

223 



LOUIS DE FONTANES 

c Ainsi les maitres de la lyie 
J*artout exhalent leurs chagrins : 
Vivants, la halne les de*chire ; 
Et ces dieux que la terre admire 
Ont peu compte" de jours sereins. 

* Longtemps la gloire Fugitive 
Semble troubler leur noble orgueil ; 
La gloire en vain pour eux arrive, 
Et toujours sa pal me tardive 

Croit plus belle au pied d*un cercueil. 
' Torquato, d'asile en asile 
L'envie ose en vain t*assie"ger ; 
Enfant des UvXuses, sois tranquille : 
Ton Renaud vivra comme Achille ; 
L'arret du temps doit te vengcr. 

* Le bruit confus de la cabale 
A. tes pieds va bientot mourir ; 
IBientot a moi-meme on t*6gale, 
Et pour ta pourpre triomphale 
Le Capitole va s'ouvrir- 3 

Les derniers mots que Pombre acheve 
IDu Tasse ont calm6 les regiets ; 
!Plem de courage il se releve 
Et, tenant sa lyre et son glaive, 
Du destin brave tous les traits. 
Chateaubriand, le sort du Tasse 
JDoit t'instruire et te consoler. 
Trop heureux qui, suivant ta trace, 
Au prix de la mSme disgrace, 
Dans Favenir peut t'galer I 
Contre toi du peuple critique 
Que peut FInjuste opinion ? 
224 



LOUIS DE FONTANES 

Tu retrouvas la muse antique 

Sous la poussiere potique 

Et de Solyme et d'llion, 

Du grand peintre de TOdyss6e 

Tous les trsors te sont ouverts, 

Et dans ta prose cadence 

Les soupirs de Cymodoce'e 

Ont la douceur des plus beaux vers. 

Aux regrets d'Eudore coupable 

Je trouve un charme different ; 

Et tu joins dans la mme fable 

Ce qu' Athene a de plus aimable, 

Ce que Sion a de plus grand. 



ANDRE CHENIER 

1762-11794 

204 L,a Jeune Tarentine 

"DLEUREZ, doux alcyons ! 6 vous, oiseaux sacr6s I 
* Oiseaux chers a Tlthys, doux alcyons, pleurez! 

Elle a ve"cu ? Myrto, la jeune Tarentinel 
Un vaisseau la portait aux bords de Camarine: 
La, 1'hymen, les chansons, les flutes, lentement 
Devaient la leconduire au seuil de son amant. 
Une clef vigilante a, pour cette journe'e, 
Dans le cedre enfermg sa robe d'hymSne'e, 
Et For dont au festin ses bras seraient pate's, 
Et pour ses blonds cheveux les parfums pr^par^s. 
Mais, seule sur la proue, invoquant les 6toiles, 
Le vent imp^tueux qui soufflait dans les voiles 
L'enveloppe: 6tonne et loin des matelots, 
Elle crie, elle tombe, elle est au sein des flots. 
2958 225 Q 



ANDIl CHfiNIER 

Elle est au sein des flots, la jeune Tarentine! 

Son beau corps a roule* sous la vague marine. 

Te"thys, les yeux en pleurs, dans le creux d'un rocher 

Aux monstres deVorants eut soin de le cacher. 

Par ses ordreb bientot les belles Ne"re*ides 

L'elevent au-dessus des demeures humides, 

Le portent au rivage, et dans ce monument 

L'ont au cap du Ze*phyr depose" mollement; 

Puis de loin, 3. grands cris appelant leurs compagnes, 

Et les nymphes des bois, des sources, des montagnes, 

Toutes, frappant leur sein et trainant un long deuil, 

RSplterent, helas ! autour de son cercueil : 

* Helas ! chez ton amant tu n'es point ramen6e ? 

Tu n'as point revStu ta lobe d'hym^n^e, 

L'or autour de tes bias n'a point serre* de noeuds, 

Et le bandeau d'hymen n'orna point tes cheveux.' 

20? Clytte 

AT ES Mines I Clytie: 'Adieu, Clytie, adieu. 
**** Est-ce toi dont les pas ont visite" ce lieu ? 
Parle, est-ce toi, Clytie, ou dois-je attendre encore ? 
Ah ! si tu ne viens pas seule ici, chaque aurore, 
Re>er au peu de jours oft j*ai v^cu pour toi, 
Voir cette ombre qui t'aime et parler avec moi, 
D'Elys^e a" mon coeur la paix devient amere, 
Et la terre a mes os ne sera plus le*gere. 
Chaque fois qu'en ces heux un air frais du matin 
Vient caresser ta bouche et voler sur ton sein, 
Pleure, pleure, c'est moi ; pleure, fille adore*e ; 
C'est mon ^me qui fuit sa demeure sacrle 
Et sur ta bouche encore aime a se reposer. 
Pleure, ouvre-lui tes bras et rends-lui son baiser/ 



CHNIER 



206 Hercule 



mont ennobli par cette nuit ardente, 
Quand Tinfidele 6poux d'une Spouse imprudente 
Re9Ut de son amour un present trop jaloux, 
Victime du centaure immol6 par ses coups ; 
II brise tes forets: ta cime paisse et sombre 
En un bucher immense amoncelle sans nombre 
Les sapins rgsineux que son bras a ploye*s. 
II y porte la flamme ; il monte : sous ses pieds 
Iitend du vieux lion la de"pouille heYoique, 
Et I'ceil au ciel, la main sur la massue antique, 
Attend sa recompense et Pheure d'etre un dieu. 
Le vent souffle et mugit. Le bficher tout en feu 
Brille autour du he*ros, et la flamme rapide 
Porte aux palais divins l^me du grand Alcide 1 



207 J'etais un foible enfant . . . 



TOTALS un faible enfant qu'elle tait grande et belle; 
^ Elle me souriait et m'appelait pres d'elle. 
Debout sur ses genoux, mon innocente main 
Parcourait ses cheveux, son visage, son sein, 
Et sa main quelquefois, aimable et caressante, 
Feignait de chatier mon enfance imprudente. 
C'est devant ses amants, aupres d'elle confus, 
Que la fiere beaut^ me caressait le plus. 
Que de fois (mais 5 helasi que sent-on a cet age?) 
Les baisers de sa bouche ont presse mon visage! 
Et les bergers disaient, me voyant triomphant: 
6 Oh ! que de biens perdus ! O trop heureux enfant !* 

237 Q 2 



ANDRE CH&NIER 
208 La Flute 

"""TOUJOURS ce souvenir m'attendrit et me touche, 
* Quand lui-mlme, appliquant la flute sur ma bouche, 
Riant et m'asseyant sur lui, pres de son cceur, 
M'appelait son rival et de*ja son vamqueur. 
II faconnait ma levre inhabile et peu sfire 
A souffler une haleine harmonieuse et pure; 
Et ses savantes mains prenaient mes jeunes doigts, 
Les levaient, les baissaient, recommen^aient vingt fois, 
Leur enseignant ainsi, quoique faibles encore, 
A fermer tour a tour les trous du buis sonore- 



209 

F\IEU dont Fare est d'argent, dieu de Claros, Icoute. 
^ O Sminthe*e-Apollon, je p^rirai san$ doute, 
Si tu ne sers de guide a* cet aveugle errant/ 

C'est ainsi qu'achevait 1* Aveugle en soupirant, 
Et prls des bois marchait, faible, et sur une pierre 
S'asseyait. Trois pasteurs, enfants de cette terre, 
Le suivaient, accourus aux abois turbulents 
Des moJosses, gardiens de leurs troupeaux belants. 
Us avaient, retenant leur fureur indiscrete, 
Prot6g6 du vieillard la faiblesse inquiete: 
Us l^coutaient de loin, et s'approchant de lui : 
6 Quel est ce vieillard blanc, aveugle et sans appui ? 
Serait-ce un habitant de Tempire celeste? 
Ses traits sont grands et fiers; de sa ceinture agreste 
Pend une lyre informe, et les sons de sa voix 
limeuyent Fair et 1'onde, et le ciel et les bois.' 
Mais il entend leurs pas, pr6te Foreille, espere, 
Se trouble, et tend d6ja les mains a la priere. 
228 



ANDR6 CHEN1ER 

fi Ne crains point, disent-ils, malheureux Stranger 
(Si plutot, sous un corps terrestre et passager, 
Tu n'es point quelque dieu protecteur de la Grece, 
Tant une grace auguste ennoblit ta vieillesse !) ; 
Si tu n'es qu'un mortel, vieillard infortune 1 , 
Les humains, pres de qui les flots t'ont amene", 
Aux mortels malheureux n'apportent point d'injures. 
Les destins n'ont jamais de faveurs qui soient pures. 
Ta voix noble et touchante est un bienfait des dieux ; 
Mais aux clarte's du jour ils ont ferm6 tes yeux. 

Enfants, car votre voix est enfantme et tendre, 
Vos discours sont prudents plus qu'on efit du 1'attendre; 
Mais toujours soup9onneuxj 1'indigent Stranger 

Croit qu'on rit de ses maux et qu'on veut I'outrager. 
Ne me comparez point a la troupe immortelle; 
Ces rides, ces cheveux, cette nuit e"ternelle 5 
Voyez, est-ce le front d'un habitant des cieux? 
Je ne suis qu'un mortel, un des plus malheureux I 
Si vous en savez un pauvre, errant, miserable, 
C'est a celui-la seul que je suis comparable: 
Et pourtant je n'ai point, comrae fit ThamynSj 
Des chansons a Phebus voulu ravir le prix; 
Ni, Iivr6 comme CEdipe a la noire Eum^nide, 
Je n'ai puni sur moi Tinceste parricide; 
Mais les Dieux tout-puissants gardaient a mon d^clin 
Les tlnebres, Texil, 1'indigence et la faim. 

Prends, et puisse bient6t changer ta destinee I * 
Disent-ils. Et tirant ce que, pour leur journee, 
Tient la peau d'une chevre aux crins noirs et luisantSj 
Ils versent a 1'envi, sur ses genoux pesants, 

Le pain de pur froment, les olives huileuses, 
Le fromage et Tamande, et les figues mielleuses, 
229 



ANDRfi CH6NIER 

Et du pain a son chien entre ses pieds gisant, 
Tout hors d'haleine encore, humide et languissant, 
Qui, malgre* les rameurs. se Ian9ant a" la nage, 
L'avait loin du vaisseau rejoint sur le rivage. 

* Le sort, dit le vieillard, n'est pas toujours de fer. 

Je vous sake, enfants venus de Jupiter; 

Heureux sont les parents qui tels vous firent naitre! 

Mais venez, que mes m.iins cherchent i vous connaitre; 

Je crois avoir des yeux. Vous tes beaux tous trois. 

Vos visages sont doux, car douce est votre voix. 

Qu'aimable est la vertu que la gr&ce environnel 

Croissez, comme j'ai vu ce palmier de Latone, 

Alors qu'ayant des yeux je traversai les flots : 

Car jadis, abordant a Ja sainte Deles, 

Je vis pres d'ApolIon, a son autel de pierre, 

Un palmier, don du ciel, merveille de la terre. 

Vous croitrez, comme lui, grands, fe"conds, re've're's, 

Puisque les maiheureux sont par vous honoris. 

Le plus age* de vous aura vu treize annees: 

A peine, mes enfants, vos meres e"taient ndes, 

Que j'^tais presque vieux. Assieds-toi preb de moi, 

Toi, le plus grand de tous; je me coniie % toi. 

Prends soin du vieil aveugle. O sage magnanime ! 

Comment, et d'ofr viens-tu ? car Tonde maiitime 

Mugit de toutes parts sur nos bords orageux. 

Des marchands de Syme* m'avaient pris avec eux. 
J'allais voir, m'^loignant des rives de Carie, 
Si la Grce pour moi n'aurait point de patrie, 
Et des Dieux moins jaloux et de moins tristes jours, 
Car jusques a" la mort nous esp^rons toujours. 
Mais, pauvre et n'ayant rien pour payer mon passage, 
Us m'ont, je ne sais ou, jete* sur le rivage. 
230 



ANDRfi CHE1NIER 

Harmonieux vieillard, tu n'as done point chante" ? 
Quelques sons de ta voix auraient tout achete". 

Enfants ! du rossignol la voix pure et lgere 
N'a jamais apaise" Ie vautour sanguinaire, 

Et les riches, grossiers, avares, insolents, 

N'ont pas une ame ouverte a sentir les talents. 

Guid par ce baton, sur 1'arene glissante, 

Seul, en silence, au bord de Ponde mugissante, 

J'allais, et j'coutais le belement lointain 

De troupeaux agitant leurs sonnettes d'airain. 

Puis j'ai pi is cette lyre, et les cordes mobiles 

Ont encore rlsonne sous mes vieux doigts dSbiles. 

Je voulais des grands Dieux implorer la bonte*. 

Et sur tout Jupiter, dieu d'hospitalite", 

Lorsque d'e'normes chiens a la voix formidable 

Sont venus m'assaillir; et j'^tais miserable, 

Si vous (car c'e*tait vous), avant qu'ils m'eussent pris, 

N'eussiez arme* pour moi les pierres et les cris. 

Mon pere, il est done vrai: tout est devenu pire? 
Car jadis, aux accents d'une ^loquente lyre, 

Les tigres et les loups, vaincus, humilie's, 

D'un chanteur comme toi vinrent baiser les pieds. 

Les barbares ! J'&ais assis pres de la poupe. 
c Aveugle vagabond, dit Tinsolente troupe, 
Chante; si ton esprit n'est point comme tes yeux, 
Amuse notre ennui ; tu rendras gr&ce aux Dieux . . .' 
J'ai fait taire mon cceur qui voulait les confondre; 

Ma bouche ne s'est point ouverte a leur r^pondre. 
Us n'ont pas entendu ma voix, et sous ma main 
J'ai retenu le dieu courrouce" dans mon sein. 
Byrne", puisque tes fils d^daignent Mnemosyne, 

231 



ANDRE CHfiNIER 

Puisqu'ils ont fait outrage a la muse divine, 

Que leur vie et leur mort s*e*teignent dans 1'oubli ; 

Que ton nom dans la nuit demeure enseveli! 

Viens! Suis-nous a la ville; elle est toute voisine, 
Et che*rit les amis de la muse divine. 

Un siege aux clous d'argent te place a nos festins; 
Et la les mets choisis, le miel et les bons vins, 
Sous la colonne ou pend une lyre d'ivoire, 
Te feront de tes maux oublier la me*moire. 
Et si, dans le chemin, rapsode ing^nieux, 
Tu veux nous accorder tes chants dignes des cieux, 
Nous dirons qu'Apollon, pour charmer les oreilles, 
T'a lui-me*me dicte* de si douces merveilles. 

Oui, je le veux; marchons. Mais oft m'entrainez-vous? 
Enfants du vieil aveugle, en quel lieu sommes-nous ? 

Syros est Pile heureuse oil nous vivons, mon pere. 

Salut, belle Syros, deux fois hospitaliere ! 
Car sur ses bords heureux je suis deja venu. 
Amis, je la connais. Vos pe"res m'ont connu ! 

Us croissaient comme vous, mes yeux s'ouvraient encore 
Au soleil, au printemps, aux roses de 1'aurore; 
J'6tais jeune et vaillant. Aux danses des guerriers, 
A la course, aux combats, j'ai paru des premiers. 
J'ai vu Corinthe, Argos, et Crete, et les cent villes, 
Et du fleuve jEgyptus les riv4ges fertiles ; 
Mais la terre et la mer, et Page et les malheurs, 
Ont Spuise" ce corps fatigu^ de douleurs. 
La voix me reste. Ainsi la cigale innocente, 
Sur un arbuste assise, et se console et chante. 
Commenfons par les Dieux : Souverain Jupiter, 
233 



ANDR6 CH&NIER 

Soleil qui vois, en tends, connais tout, et toi, mer, 
Fleuves, terre, et noirs dieux des vengeances trop lentes, 
Salut! Venez a moi, de FOlympe habitantes, 
Muses! vous savez tout, vous, dlesses; et nous, 
Mortels, ne savons nen qui ne vienne de vous.' 

II poursuit; et deja les antiques ombrages 
Mollement en cadence inclinaient leurs feuillages; 
Et patres oubliant leur troupeau delaisse", 
Et voyageurs quittant leur chemin commence*, 
Couraient. II les entend, pres de son jeune guide, 
L'un sur 1'autre presses, tendre une oreille avide, 
Et nymphes et sylvains sortaient pour Fadmirer, 
Et Fecoutaient en foule, et n'osaient respirer: 
Car en de longs detours de chansons vagabondes 
II enchamait de tout les semences fe"condes, 
Les principes du feu, les eaux, la terre et Fair, 
Les fleuves descendus du sein de Jupiter, 
Les oracles, les arts, les citls fraternelles, 
Et depuis le chaos les amours immortelles; 
D'abord le roi divin, et 1'OIympe, et les cieux, 
Et le monde, ebranles d'un signe de ses yeux, 
Et les Dieux partages en une immense guerre, 
Et le sang plus qu'humain venant rougir la terre, 
Et les rois assembl6s, et sous les pieds guerriers 
Une nuit de poussiere, et les chars meurtriers, 
Et les heros arm^s, bnllant dans les campagnes 
Comme un vaste incendie aux cimes des montagnes, 
Les coursiers herissant leur criniere a longs flots 
Et d'une voix humaine excitant les h^ros; 
De la, portant ses pas dans les paisibles villes, 
Les lois, les orateurs, les recoltes fertiles; 
Mais bient6t de soldats les remparts entourls, 



ANDRE CHENIER 

Lcs victimes tombant dans les parvfs sacrls, 
Et les assauts mortels aux Spouses plain tives, 
Et les meres en deuil et les filles captives; 
Puis aussi les moissons joyeuses, les troupeaux 
Belants ou mugissants, les rustiques pipeaux, 
Les chansons, les festins, les vendanges bruyantes, 
Et la Bute et la lyre, et les notes dansantes. 
Puis, dlchainant les vents a soulever les mers, 
II perdait les nochers sur les goufFres amers ; 
De I, dans le sein frais d'une roche azure*e, 
En foule il appelait les filles de Nre*e, 
Qui bient6t, & ses cris, s'levant sur les eaux, 
*Aux rivages troyens parcouraient les vaisseaux; 
Puis il ouvrait du Styx la rive criminelle, 
Et puis les demi-dieux et les champs d'asphodele, 
Et la foule des morts : vieillards seuls et soufFrants, 
Jeunes gens emporte's aux yeux de leurs parents, 
Enfants dont au berceau la vie est termine'e, 
Vierges dont le trpas suspendit Fhyme'ne'e. 

Mais, 6 hois, 6 ruisseaux, 6 monts, 6 durs cailloux, 

Quels doux fr^missements vous agiterent tous, 

Quand bientdt a Lemnos, sur Tenclume divine, 

II forgeait cette tranie irresistible et fine 

Autant que d'Arachn^ les pieges inconnus, 

Et dans ce fer mobile emprisonnait Vdnus ! 

Et quand il revetit d'une pierre soudaine 

La fiere Niob6, cette mere the"baine, 

Et quand il rptait en accents de douleurs 

De la triste A^don Timprudence et les pleurs, 

Qui, d'un fils m^connu maritre involontaire, 

Vola, doux rossignol, sous le bois solitaire; 

Ensuite, avec le vin, il versait aux hros 



ANDRfi CH&NIER 

Le puissant nepenthes, oubli de tous les maux, 

II cueillait le moly, fleur qui rend 1'homme sage; 

Du paisible lotos il mllait le breuvage: 

Les mortels oubliaient, a ce philtre charme*s, 

Et la douce patrie et les parents aim^s, 

Enfin 1'Ossa, I'OIympe, et les bois du Pgnee 

Voyaient ensanglanter les banquets d'hym^nee, 

Quand The'se'e, au milieu de la joie et du vin, 

La nuit oft son ami re9ut a son festin 

Le peuple monstrueux des enfants de la Nue, 

Fut contraint d'arracher 1'epouse demi-nue 

Au bras ivre et nerveux du sauvage Eurytus. 

Soudain, le glaive en main, Tardent Pirithotis: 

4 Attends ; il faut ici que mon affront s'expie, 

Traitre 1 ' Mais avant lui, sur le centaure impie, 

Dryas a fait tomber, avec tous ses rameaux, 

Un long arbre de fer he'risse' de flambeaux. 

L'insolent quadrupede en vain s'ecrie ; il tombe, 

Et son pied bat Je sol qui doit etre sa tombe. 

Sous I'effort de Nessus, la table du repas 

Roule, e*crase Cymele, Evagre, P6riphas. 

Pirithoiis gorge Antimaque, et P^tr^e, 

Et Cyllare aux pieds blancs, et le noir Macarie, 

Qui de trois fiers lions, d^pouill^s par sa main, 

Couvrait ses quatre flancs, armait son double sein. 

Courbe", levant un roc choisi pour leur vengeance, 

Tout a" coup, sous 1'airain d'un vase antique, immense, 

L'imprudent Bianor, par Hercule surpris. 

Sent de sa tte Inorme ^clater les debris; 

Hercule et sa massue entassent en trophe"e 

Clanis, D^mol^on, Lycothas, et Riphe"e 

Qui portait, sur ses crins de taches color^s, 

L'he"re*ditaire ^clat des nuages dor^s. 

235 



ANDRE CHNIER 

Mais d'un double combat Eurynome est avide. 
Car ses pieds ague's en un cercle rapide 
Battent a" coups presses Far-mure de Nestor. 
Le quadrupede Helops fuit. L'agile Grantor, 
Le bras leve", 1'atteint. Eurynome Tarrlte. 
D'un Arable noueux il va fendre sa tete, 
Lorsque le fils d'lige'e, invincible, sanglant, 
L'apercoit, a 1'autel prend un chine brfilant. 
Sur sa croupe indompte'e, avec un cri terrible, 
S Glance, va saisir sa chevelure horrible, 
L'entraine, et, quand sa bouche ouverte avec effort 
Crie, il y plonge ensemble et la flamme et la raort. 
I/autel est dpouille". Tous vont s'armer de flamme, 
Et le bois porte aux cieux des hurlements de femme, 
L'ongle frappant la terre, et les guerriers meurtris, 
Et les vases brisls, et Tinjure, et les cris. 

Ainsi le grand vieillard, en images hardies, 

DSployait le tissu des saintes melodies. 

Les trois enfants, 6mus a son auguste aspect, 

Adroiraient, d'un regard de joie et de respect, 

De sa bouche abonder les paroles divines, 

Comme en hiver la neige aux sommets des collines. 

Et, partout accourus s dansant sur son chemin, 

Homraes, femmes, enfants, les rameaux a la main, 

Et vierges et guerriers, jeunes fleurs de la ville, 

Chantaient : * Viens dans nos murs, viens habiter notre ile ; 

Viens, prophete Eloquent, aveugle harmonieux, 

Convive du nectar, disciple aime* des Dieux ; 

Des jeux, tous les cinq ans, rendront saint et prospere 

Le jour ou nous avons recu le grand 



236 



CHNIER 

210 Sur la mort d^un enfant 

T 'INNOCENTE victime, au terrestre s6jour, 

*-* N'a vu que le printemps qui lui donna le jour. 

Rien n'est reste" de lui qu'un nom, un vain nuage, 

Un souvenir, un songe, une invisible image. 

Adieu, fragile enfant e"chapp6 de nos bras; 

Adieu, dans la maison d'ou 1'on ne revient pas. 

Nous ne te verrons plus, quand, de moissons couverte^ 

La campagne d't rend la ville dlserte; 

Dans 1'enclos paternel nous ne te verrons plus, 

De tes pieds, de tes mains, de tes flancs demi-nus, 

Presser Fherbe et les fleurs dont les nymphes de Seine 

Couronnent tous les ans les coteaux de Lucienne; 

L'axe de 1'humble char a tes jeux destine", 

Par de fideles mains avec loi promen^, 

Ne sillonnera plus les pr^s et le rivage. 

Tes regards, ton murmure, obscur et doux langage, 

N'inqui^teront plus nos soins officieux ; 

Nous ne recevrons plus avec des cris joyeux 

Les efforts impuissants de ta bouche vermeille 

A b^gayer les sons offerts a ton oreille. 

Adieu, dans la demeure ou nous nous suivrons touSj 

OL! ta mere deja tourne ses yeux jaloux. 

211 A Charlotte Cord ay 

QUO I \ tandis que partout, ou sinceres ou feintes, 
Des laches, des pervers, les larmes et les plaintes 
Consacrent leur Marat parmi les immortels, 
Et que, pretre orgueilleux de cette idole vile, 
Des fanges du Parnasse un impudent reptile 
Vomit un- hymne infUme au pied.de ses autels, 



ANDR CH&NIER 

La ve*rite se taitl Dans sa bouche gkce*e, 
Des liens de la peur sa langue embarrassed 
De*robe un juste hommage aux exploits glorieuxl 
Vivre est-il done si doux ? De quel prix est la vie, 
Quand, sous un joug honteux, la pensle asservie, 
Tremblante, au fond du cceur se cache a tous les yeux ? 

Non, non. Je ne veux point t'honorer en silence, 

Tot qui cms par ta mort ressusciter la France 

Et deVouas tes jours a punir des forfaits. 

Le glaive arma ton bras, iille grande et sublime, 

Pour faire honte aux dieux, pour reparer leur crime, 

Quand d*un homme a ce monstre ils donncrent les traits. 

Le noir serpent, sorti de sa caverne impure, 

A done TU rompre enfin sous ta main ferme et sure 

Le venimeux tissu de ses jours abhorre's! 

Aux entrailles du tigre, h ses dents homicides, 

Tu vins redemander et les membres livides 

Et le sang des humains qu'il avait deVors! 

Son ceil mourant t'a vue, en ta superbe joie, 

Feliciter ton bras et contempler ta proie. 

Ton regard lui disait: Va, tyran furieux, 

Va, cours frayer la route aux tyrans tes complices, 

Te baigner dans le sang fut tes seules devices, 

Baigne-toi dans le tien et reconnais des dieux/ 

La Grece, 6 fille illustre, admirant ton courage, 
Epuiserait Paros pour placer ton image 
Aupres d'Harmodius, aupres de son ami ; 
Et des chceurs sur ta tombe, en une sainte ivresse, 
Chanteraient Ne"me*sis, la tardive d^esse, 
Qui frappe le m^chant sur son trone endormi. 
238 



ANDR6 CHENIER 

Mais la France a la hache abandonne ta tte. 
C'est au monstre gorg qu'on prepare une fete 
Parmi ses compagnons, tous dignes de son sort. 
Oh ! quel noble d&iain fit sourire ta bouche 
Quand tm brigand, vengeur de ce brigand farouche, 
Crut te faire palir aux menaces de mort ! 

C'est lui qui dut palir, et tes juges sinistres, 
Et notre affreux se"nat et ses affreux ministres, 
Quand, zi leur tribunal, sans crainte et sans appui, 
Ta douceur, ton langage et simple et magnanime 
Leur apprit qu'en effet, tout puissant qu'est le crime, 
Qui renonce a la vie est plus puissant que lui. 

Longtemps, sous les dehors d'une allegresse aimable, 

Dans ses detours profonds ton ame impenetrable 

Avait tenu caches les destins du pervers. 

Ainsi, dans le secret amassant la templte, 

Rit un beau ciel d'azur, qui cependant s'apprete 

A foudroyer les monts, a soulever les mers. 

Belle, jeune, brillante, aux bourreaux amenee, 
Tu semblais t'avancer sur le char d'hym^nle; 
Ton front resta paisible et ton regard serein. 
Calme sur l'e"chafaud, tu me*prisas la rage 
D'un peuple abject, servile et f6cond en .outrage, 
Et qui se croit encore et libre et souverain. 

La vertu seule est libre. Honneur de notre histoire, 
Notre immortel opprobre y vit avec ta gloire; 
Seule, tu fus un homme et vengeas les humainsj 
Et nous, eunuques. vils, troupeau lache et sans ame. 
Nous savons rlpgter quelques plaintes de femme; 
Mais le fer peserait a nos d^biles mains. 

239 



ANDRE CHNIER 

Non, tu ne pensais pas qu'aux manes de la France 
Un seul traitre immole' sufrit & ta vengeance, 
Ou tirat du chaos ses debris disperses. 
Tu voulais, cnflammant les courages timides, 
ReVeiller les poignards sur tous ces parricides, 
De rapines, de sang, d'infamie engraisse's. 
Un scelerat de moins rampe dans cette fange. 
La Vertu t'applaudit ; de sa male louange 
Entends, 'belle heroine, entends Pauguste voix. 
O Verm, le poignard, seul espoir de la terre. 
Est ton arme sacr6e, alors que le tonnerre 
Laisse re*gner le crime et te vend a ses lois. 

212 La jfeune Captive 

T 'EPI naissant murit de la faux respect^ ; 
" Sans crainte du pressoir, le pampre tout Te*t 

Boit les doux presents de Tauroie; 
Et moi, comme lui belle, et jeune comme lui, 
Quoi que Flieure pre*sente ait de trouble et d'ennui, 

Je ne veux point mourir encore. 

c Qu'un stoique aux yeux sees vole embrasser la mort, 
Moi je pleure et j'espere ; au noir souffle du nord 

Je plie et releve ma tete. 

S'il est des jours amers, il en est de si doux ! 
HSIas ! quel miel jamais n'a laiss^ de dugouts ? 

Quelle mer n'a point de tempte? 
' L'illusion f^conde habite dans mon sein. 
D'une prison sur moi les murs pesent en vain, 

J'ai les ailes de Tesp^rance: 
fichappee aux r^seaux de Toiseleur cruel, 
Plus vive, plus heureuse, aux campagnes du ciel 

Philomele chante et s*6lance. 



ANDR6 CH6NIER 

* Est-ce a moi de mourir ? Tranquille je m'endors, 
Et tranquille je veille, et ma veille aux remords 

Ni mon sommeil ne sont en proie. 
Ma bienvenue au jour me rit dans tous les yeux ; 
Sur des fronts abattus, mon aspect dans ces lieux 

Ranime presque de la joie. 

' Mon beau voyage encore est si loin de sa fin ! 
Je pars, et des ormeaux qui bordent le chemin 

J'ai passe" les premiers a peine. 
Au banquet de la vie a peine commence", 
Un instant seulement mes levres ont press6 

La coupe en mes mains encor pleine. 

* Je ne suis qu'au printemps, je veux voir la moisson, 
Et comme le soleil, de saison en saison, 

Je veux achever mon annee. 
Brillante sur ma tige et Phonneur du jardin, 
Je n'ai vu luire encor que les feux du matin, 

Je veux achever ma journee. 

4 O mort ! tu peux attendre ; loigne 3 6loigne-toi ; 
Va consoler les coeurs que la honte, I'eiFroi, 

Le pale dsespoir d^vore. 
Pour moi Pales encore a des asiles verts, 
Les Amours des baisers, les Muses des concerts, 

Je ne veux point mourir encore.' 

Ainsi, triste et captif, ma lyre toutefois 
S'Sveillait, 6coutant ces plaintes, cette voix, 

Ces voeux d'une jeune captive ; 
Et, secouant le faix de mes jours languissants, 
Aux douces lois des vers je pliais les accents 

De sa bouche aimable et naive. 
2958 241 R 



ANDR6 CH&NIER 

Ces chants, de ma prison t^moins harmonieux, 
Feront a quelque amant des loisirs studieux 

Chercher quelle fut cette belle: 
La grace de"corait son front et ses discours, 
El, comme elle, craindront de voir finir leurs jours 

Ceux qui les passeront pres d'elle. 

213 Saint-Lazare 

f^ OMME un dernier rayon, comme un dernier z6phyre, 

^~* Animent la fin d'un beau jour, 

Au pied de l^chafaud j'essaye encor ma lyre; 

Peut-e"tre est-ce bient6t mon tour; 
Peut-etre, avant que Theure en cercle promenee 

Ait pos6 sur Ismail brillant, 
Dans les soixante pas ou sa route est borne"e, 

Son pied sonore et vigilant, 
Le sommeil du tombeau pressera ma paupiere ! 

Avant que de ses deux moitils 
Ce vers que je commence ait atteint la derniere, 

P^ut-Stre en ces murs efFray^s 
Le messager de mort, noir recruteur des ombres, 

Escortg d'inflmes soldats, 
Remplissant de mon nom ces longs corridors sombres, 

Oti, seul, dans la foule a grands pas 
J'erre, aiguisant ces dards persScuteurs du crime, 

Du juste trop faibles soutiens, 
Sur mes levres soudain va suspendre la rime; 

Et, chargeant mes bras de liens, 
Me trainer, amassant en foule a mon passage 

Mes tristes compagnons reclus, 
Qui me connaissaient tous avant Taffreux message, 

Mais qui ne me connaissent plus. 

342 



CHNIER 



Eh bien! j'ai trop vecu. Quelle franchise auguste, 

De mile Constance et d'honneur 
Quels exemples sacrls, doux a Tame du juste, 

Pour lui quelle ombre de bonheur, 
Quelle Themis terrible aux t6tes criminelles, 

Quels pleurs d'une noble piti, 
Des antiques bienfaits quels souvenirs fideles, 

Quels beaux ^changes d'amide", 
Font digne de regrets Phabitacle des homines? 

La Peur bleme et louche est leur dieu. 
Le de"sespoir ! . , . la feinte 1 Ah ! laches que nous sommes, 

Tous, oui, tous. Adieu, terre, adieu. 
Vienne, vienne la mort ! Que la mort me dSlivre ! 

Ainsi done, mon cceur abattu 
Cede au poids de ses maux? Non, non, puisse-je vivre! 

Ma vie importe a la vertu: 
Car Thonnete homme enfin, victime de 1'outrage, 

Dans les cachots, prcs du cercueil, 
Releve plus aiders son front et son langage 

Brillants d'un gen^reux orgueil. 
S'il est crit aux cieux que jamais une Spee 

N^dncellera dans mes mains, 
Dans 1'encre et Pamertume une autre arme tremp^e 

Peut encor servir les humains. 
Justice, vrit6, si ma bouche sincere. 

Si mes pensers les plus secrets 
Ne froncerent jamais votre sourcil severe, 

Et si les in fames progres, 
Si la ris^e atroce ou (plus atroce injure I } 

L'encens de hideux sclrats 
Ont pln6tr6 vos coeurs d'une longue blessure, 

Sauvez-moi; conservez un bras 

243 R3 



CHNIER 

Qui lance votre foudre, un amant qui vous venge. 

Mourir sans vider mon carquois ! 
Sans percer, sans fouler, sans ptrir dans leur fange 

Ces bourreaux barbouilleurs de lois, 
Ces vers cadave*reux de la France asservie, 

Egorge ! . . . O mon cher trsor, 
O ma plume! Fiel, bile, horreur, dieux de ma vie! 

Par vous seuls je respire encor, 
Comme la poix brulante agitee en ses vemes 

Ressuscite un flambeau mourant, 
Je soufFre, mais je vis. Par vous, loin de mes peines, 

D'esp&rance un vaste torrent 
Me transport*. Sans vous, comme un poison livide, 

L/invincible dent du chagrin, 
Mes amis opprime's, du menteur homicide 

Les succes, le sceptre d'airain, 
Des bons presents par lui la mort ou la- mine, 

L/opprobre de subir sa loi, 
Tout eut tari ma vie, ou contre ma poitrine 

Dirig^ mon poignard. Mais quoi ? 
Nul ne resterait done pour attendrir 1'histoire 

Sur tant de justes massacres; 
Pour consoler leurs fils, leurs veuves, leur mgmoire ; 

Pour que des brigands abhorred 
Fr^missent aux portraits noirs de leur ressemblance ; 

Pour descendre jusqu'aux enfers 
Chercher le triple fouet, le fouet de la vengeance, 

De*ja leve" sur ces pervers; 
Pour cracher sur leurs noms, pour chanter leur supplice ! 

Allons, 6toufFe tes clameurs; 
Souffre, 6 cceur gros de haine, affame de justice. 

Toi, Vertu, pleure si je meurs. 



FRANOIS-RENfi, VICOMTE DE 
CHATEAUBRIAND 



214 Le Montagnard exile 



j'ai douce souvenance 
Du joli lieu de ma naissancel 
Ma soeur, qu'ils gtaient beaux les jours 

De France! 

O mon pays, sois mes amours 
Toujours ! 

Te souvient-il que notre mere 
Au foyer de notre chaumiere 
Nous pressait sur son cceur joyeux, 

Ma chere, 
Et nous baisions ses blancs cheveux 

Tous deux? 

Ma soeur, te souvient-il encore 
Du chateau que baignait la Dore ? 
Et de cette tant vieille tour 

Du Maure, 
Ou Fairain sonnait le retour 

Du joui ? 

Te souvient-il du lac tranquille 
Qu'effieurait 1'hirondelle agile, 
Du vent qui courbait le roseau 

Mobile, 
Et du soleil couchant sur Teau 

Si beau \ 

345 



R-R., VICOMTE DE CHATEAUBRIAND 

Oh ! qui me rendra mon H6lene, 
Et ma montagne, et le grand rhene ? 
Leur souvenir fait tous les jours 

Ma pelne 1 
Mon pays sera mes amours 

Toujours ! 



PIERRE-JEAN DE B RANGER 

1780-11857 
2iy Roger Bontemps 

A UX gens atrabilaires 
'*"* Pour exemple donn6, 
En un temps de jniseres 
Roger Bontemps est n. 
Vivre obscur a sa guise, 
Narguer les mcontents; 
Eh gai! c'est la devise 
Du gros Roger Bontemps. 

Du chapeau de son pere 
CoifFe" dans les grands jours, 
De roses ou de lierre 
Le rajeunir toujours ; 
Mettre un manteau de bure, 
Vieil ami de vingt ans ; 
Eh gai ! c'est la parure 
Du gros Roger Bontemps. 

PossSder dans sa hutte 
Une table, un vieux lit, 
Des cartes, une flfite, 
Un broc que Dieu remplit. 
346 



PIERRE-JEAN DE BERANGER 

Un portrait de maitresse, 
Un cofFre et rien dedans ; 
Eh gai 1 c*est la richesse 
Du gros Roger Bon temps. 

Aux enfants de la ville 
Montrer de petits jeux; 
Etre un faiseur habile 
De contes gravel eux : 
Ne psirler que de danse 
Et d'almanachs chantants ; 
Eh gai I c*est la science 
Du gros Roger Bontemps. 

Faute de vin d*6lite 
S abler ceux du canton ; 
Pr^f^rer Marguerite 
Aux dames du grand ton ; 
De joie et de tendresse 
Remphr tous ses instants ; 
Eh gai ! c'est la sagesse 
Du gros Roger Bontemps. 

Dire au Ciel : Je me fie, 
]Mon Pere, a ta bont ; 
De ma philosophic 
Pardon ne la gaite" ; 
Que ma saison derni^re 
Soit encore un prin temps ; 
Eh gai 1 c'est la prire 
Du gros Roger Bontemps, 

Vous, pauvres pleins d'envie, 
Vous, riches dsireux, 
Vous, dont le char dvie 
Apres un cours heureux ; 
347 



PIERRE-JEAN DE BE RANGER 

Vous, qui perdrez peut-Stre 
Des titres clatants, 
Eh gai I prenez pour maitre 
Le gros Roger Bontemps. 

216 JLes Souvenirs du peuple 

parlera de sa gloire 
Sous le chaume bien longtemps. 
L'humble toit, dans cinquante ans, 
Ne connaitra plus d'autre histoire. 
La viendront les villageois 
Dire alors a quelque vieille: 
* Par des rcits d'autrefois, 
Mere, abregez notre veille. 
Bien, dit-on, qu'il nous ait nui, 
Le peuple encor le revere, 

Oui, le revere; 

Parlez-nous de lui, grand'mere, 
Parlez-nous de lui.* 

*Mes enfents, dans ce village, 
Suivi de rois, il passa; 
Voili bien longtemps de g a : 
Je venais d'entrer en manage* 
A pied grimpant le coteau 
OCi pour voir je m'tais mise, 
II avait petit chapeau 
Avec redingote grise. 
Pres de lui je me troublai ; 
II me dit : Bonjour, ma chere, 

Bonjour, ma chere. 
II vous a parle", grand'mere ! 
II vous a parl6 ! 

248 



PIERRE-JEAN DE B&RANGER 

* L'an d'apres, moi, pauvre femme, 
A Paris 6tant un jour, 
Je le vis avec sa cour : 
II se rendait a Notre-Dame. 
Tons les coeurs taient contents ; 
On admirait son cortege. 
Chacun disait : Quel beau temps I 
Le ciel toujours le protege. 
Son sourire tait bien doux ; 
JD'un fils Oieu le rendait pere, 
Le rendait pere. 

Quel beau jour pour vous, grand'mere ! 
Quel beau jour pour vous ! 

' Mais quand la pauvre Champagne 
Fut en proie aux Strangers, 
Lui, bravant tous les dangers, 
Semblait seul tenir la campagne. 
Un soir, tout comme aujourd'hui, 
J'entends frapper a ma porte; 
J'ouvre ; bon Dieu 1 c'^tait lui 
Suivi d*une faible escorte. 
II s'asseoit ox! me voila, 
S'^criant : Oh I quelle guerre I 
Oh 1 quelle guerre ! 

II s'est assis la ? grand'mere ! 
II s'est assis la ! 

' J'ai faim, dit-il ; et bien vite 
Je sers piquette et pain bis ; 
Puis il sche ses habits, 
Meme a dormir le feu Finvke. 
Au rveil, voyant mes pleurs, 
II me dit : " Bonne esperance 1 

249 



PIERRE-JEAN DE BfiRANGER 

Je cours de tous ses malheurs. 
Sous Paris, venger la France." 
II part; et comnie un tre"sor 
J'ai depuis garde" son verre, 
Gard son verre. 

Vous 1'avez encor, grand'mere 1 
Vous Favez encor I 

* Le void. Mais a sa perte 
Le he"ros fut entraine". 
Lui, qu'un pape a couronne", 
Est mort dans une !le dserte. 
Longtemps aucun ne Fa cru ; 
On dlsait : II va paraitre. 
Par mer il est accouru; 
L'^tranger va voir son maitre. 
Quand d'erreur on nous tira. 
Ma douleur fut bien amere, 
Fut bien amere. 

Dieu vous b^nira, grand'mere, 
Dieu vous b^nira ! * 



217 JLes Himndelles 



au rivage du Maure 
guerrier courb sous ses fers 
Disait: *Je vous revois encore, 
Oiseaux ennemis des hivers. 
Hirondelles, que Tesprance 
Suit jusqu'en ces brillants climats, 
Sans doute vous quittez la France : 
De mon pays ne me parlez-vous pas ? 
250 



PIERRE-JEAN BE B^RANGEPv. 

* Depuis trois ans je vous conjure 
De m'apporter un souvenir 

Du vallon ou ma vie obscure 
Se berait d'un doux avenir. 
Au detour d'une eau qui chemine 
A jflots purs, sous de frais lilas, 
Vous avez vu notre chaumine: 
De ce vallon ne me parlez-vous pas ? 

* Lr'une de vous peut-e"tre est ne'e 
Au toit oil j'ai re9u le jour ; 
La, d'une mere infortune 
Vous avez du pleurer Tamour* 
Mourante, elle croit a toute heure 
Entendre le bruit de mes pas ; 
Elle coute, et puis elle pleure; 

De son amour ne me parlez-vous pas ? 

* Ma soeur est-elle marine ? 
Avez- vous vu de nos gar9ons 
La foule, aux noces convive. 

La c^l^brer dans leurs chansons ? 
Et ces compagnons du jeune age, 
Qui m'ont suivi dans les combats, 
Ont-ils revu tous le village ? 
De tant d'amis ne me parlez-vous pas? 

6 Sur leurs corps l'tranger peut-tre 
Du vallon reprend le chemin ; 
Sous mon chaume il commande en maitre; 
De ma soeur il trouble Phymen. 
Pour moi plus de mere qui prie, 
Et partout des fers ici-bas. 
Hirondelles de ma patrie, 
De ses malheurs ne me parlez-vous pas ? * 



CHARLES-HUBERT MILLEVOYE 

1782-11816 
218 La Chute des feuiJhs 

"T\E la dpouille de nos bois 

^ L'automne avait jonch la terre; 

Le bocage tait sans mystere, 

Le rossignol 6tait sans voix. 

Triste et mourant a son aurore 

Un jeune malade, a pas lents, 

Parcourait une fois encore 

Le bois cher a ses premiers ans. 

* Bois que j'aime, adieu ! je succombe ; 

Votre deuil me pre*dit mon sort, 

Et dans chaque feuille qui tombe 

Je lis un presage de mort. 

Fatal oracle d'Epidaure, 

Tu m'as dit : " Les feuilles des bois 

A tes yeux jauniront encore, 

Et c'est pour la derniere fois. 

La nuit du trepas t'environne; 

Plus pale que la pale automne, 

Tu t*incl5nes vers le tombeau. 

Ta jeunesse sera flftrie 

Avant Fherbe de la prairie, 

Avant le pampre du coteau/' 

Et je meurs I De sa froide haleine 

Un vent funeste m'a touch^, 

Et mon hiver s'est approch6 

Quand mon printemps s^coule a peine. 

Arbuste en un seul jour d&ruit, 

Quelques fleurs faisaient ma parure 5 

251 



CHARLES-HUBERT MILLEVOYE 

Mais ma languissante verdure 
Ne laisse apres elle aucun fruit. 
Tombe, tombe, feuille e"phe*mere, 
Voile aux yeux ce triste cherain, 
Cache au de*sespoir de ma mere 
La place ou je serai demain! 
Mais vers la solitaire alle 
Si mon amante de*sole*e 
Venait pleurer quand le jour fuit, 
Eveille par un Ie"ger bruit 
Mon ombre un instant consolle.' 

H dit, s^loigne . . . et sans retour. 

La derniere feuille qui tombe 

A signal^ son dernier jour. 

Sous le chine on creusa sa tombe. 

Mais ce qu'il aimait ne vint pas 

Visiter la pierre isole*e; 

Et le pltre de la vallle 

Troubla seul du bruit de ses pas 

Le silence du mausole'e. 

MARCELINE DESBORDES-VALMORE 

1787-^859 

219 Souvenir 

/^\UAND il palit un soir, et que sa voix tremblante 
^^ S y lteignit tout a coup dans un mot commence ; 
Quand ses yeux, soulevant leur paupiere brulante, 
Me blesserent d'un mal dont je le crus blessl; 
Quand ses traits plus touchants, 6clairs d'une flamme 

Qui ne s'fteint jamais, 
S'imprimerent vivants dans le fond de mon Htme; 

II n'aimait pas, yaimais r 

253 



MARCELINE DESBORDES-VALMORE 

220 La Couronne effeuiUee 

T'IRAI, j'irai porter ma couronne effeuille'e 
^ Au jardin de mon pere ou revit toute fleur; 
J'y re*pandrai longtemps mon ame agenouille'e : 
Mon pere a des secrets pour vaincre la douleur. 

J'irai, j'irai lui dire, au moms avec mes larmes : 

' Regardez, j'ai souffert . . / II me regardera, 

Et sous mes jours change's, sous mes paleurs sans charmes, 

Parce qu'il est mon pere il me reconnaitra. 

II dira : * C'est done vous, chre ame dsole"e ! 
La terre manque-t-elle a vos pas e"gare*s? 
Chere ame, je suis Dieu: ne soyez plus troubled; 
Voici votre maison, voici mon cceur, entrez ! ' 

O cl&nence I 6 douceur I 6 saint refuge ! 6 Pere ! 
Votre enfant qui pleurait vous 1'avez entendu I 
Je vous obtiens deja, puisque je vous espere 
Et que vous poss&iez tout ce que j'ai perdu. 

Vous ne rejetez pas la fleur qui n'est plus belle; 
Ce crime de la terre au ciel est pardonne". 
Vous ne maudirez pas votre enfant infidele, 
Non d'avoir rien vendu ? mais d'avoir tout donne". 

ALPHONSE DE LAMARTINE 

1790-1-1869 

221 Le Lac 

A INSI, toujours pouss^s vers de nouveaux rivages, 
** Dans la nuit ^ternelle emportls sans retour, 
Ne pourrons-nous jamais sur I*oc6an des ages 
Jeter Tancre un seul jour? 

354 



ALPHONSE DE LAMARTINE 

O lac ! Pannde a peine a fini sa carriere, 
Et pres des flots che*ris qu'elle devait revoir 
Regarde ! je viens seul m'asseoir sur cette pierre 
Ou tu la vis s'asseoir ! 

Tu mugissais ainsi sous ces roches profondes; 
Ainsi tu te brisais sur leurs flancs de*chire"s: 
Ainsi le vent jetait 1'lcume de tes ondes 
Sur ses pieds adors. 

Un soir, t'en souvient-il ? nous voguions en silence ; 
On n'entendait au loin, sur 1'onde et sous les cieux, 
Que le bruit des rameurs qui frappaifent en cadence 
Tes flots harmonieux. 

Tout a coup des accents inconnus a la terre 
Du rivage eharm6 frapperent les ^chos; 
Le flot fut attentifj et la voix qui m'est chere 
Laissa tomber ces mots: 

O temps, suspends ton vol I et vous, heures propices, 

Suspendez votre cours i 
Laissez-nous savourer les rapides d6lices 

Des plus beaux de nos jours! 

< Assez de malheureux ici-bas vous implorent : 

Coulez, coulez pour eux; 
Prenez avec leurs jours les soins qui les deVoient ; 

Oubliez les heureux. 

'Mais je demande en vain quelques moments encore, 

Le temps m'e'chappe et fuit; 
Je dis a cette nuit: "Sois plus lente"; et Taurore 

Va dissiper la nuit. 

255 



ALPHONSE DE LAMARTINE 

* Aimons done, almons done ! de 1'heure fugitive, 

Hatons-nous, jouissons ! 
L'homrne n'a point de port, le temps n'a point de rive ; 

II coule, et nous passons ! J 

Temps jaloux, se peut-il que ces moments d'ivresse, 
Ob. 1'amour a longs flots nous verse le bonheur, 
S'envolent loin de nous de la mme vitesse 
Que les jours de malheur? 

H quoi ! n'en pourrons-nous fixer au moms la trace ? 
Quoi 1 passes pour jamais ? quoi ! tout entiers perdus ? 
Ce temps qui les donna, ce temps qui les efface, 
Ne nous les rendra plus? 

fiternite*, ne*ant, pass, sombres abimes, 
Que faites-vous des jours que vous engloutissez ? 
Parlez: nous rendrez-vous ces extases sublimes 
Que vous nous ravissez? 

O lac I rochers muets ! grottes I fort obscure ! 
Vous que le temps e*pargne ou qu'il peut rajeunir, 
Gardez de cette nuit, gardez ? belle nature, 
Au moms le souvenir 1 

Qu'il soit dans ton repos, qu'il soit dans tes orages, 
Beau lac, et dans Faspect de tes riants coteaux, 
Et dans ces noirs sapins, et dans ces rocs sauvages 
Qui pendent sur tes eauxl 

Qu'il soit dans le z6phyr qui frSmit et qui passe, 
Dans les bruits de tes bords par tes bords re'pSte's, 
Dans Tastre au front d'argent qui blanchit ta surface 
De ses molles ckrt^s I 



ALPHONSE DE LAMARTINE 

Que le vent qui gmit, le roseau qui soupire, 
Que les parfums lagers de ton air embaume", 
Que tout ce qu'on entend, Ton voit ou Ton respire, 
Tout dise: <Ils ont aimeM ' 



222 Le Cmcifix 

I que j'ai recueilli sur sa bouche expirante 
Avec son dernier souffie et son dernier adieu, 
Symbole deux fois saint, don d'une main mourante, 
Image de mon Dieu; 

Que de pleurs ont coule sur tes pieds que j'adore, 
Depuis Theure sacre ou, du sein d'un martyr, 
Dans mes tremblantes mains tu passas. tiede encore 
De son dernier soupir ! 

Les saints flambeaux jetaient une derniere flamme ; 
Le pretre murmurait ces doux chants de la mort, 
Pareils aux chants plaintifs que murmure une femme 
A 1'enfant qui s'endort. 

De son pieux espoir son front gardait la trace, 
Et sur ses traits, frappe's d'une auguste beaut^, 
La douleur fugitive avait empreint sa grace, 
La mort sa majeste". 

Le vent qui caressait sa tlte e*chevele"e 

Me montrait tour & tour ou me voilait ses traits, 

Comme 1'on voit Hotter sur un blanc mausole*e 

L'ombre des noirs cypres. 
2968 257 s 



ALPHONSE DE LAMARTINE 

Un de ses bras pendait de la funebre couche; 
L/autre, languissamment replie" sur son coeur, 
Seinblait chercher encore et presser sur sa bouche 
L'image du Sauveur. 

Ses levres s'entr'ouvraient pour 1'emorasser encore; 
Mais son ame avait fui dans ce divin baiser, 
Comme un llger parfum que la ilamme d6vore 
Avant de 1'embraser. 

Maintenant tout dormait sur sa bouche glace"e, 
Le souffle se taisait dans son sein endormi, 
Et sur Tceil sans regard la paupiere affaiss^e 
Retombait ^ demi. 

Et moi, debout, saisi d'une terreur secrete, 
Je n'osais m'approcher de ce reste ador, 
Comme si du trSpas la majest muette 
L*eut deja. consacr. 

Je n'osais! . . . Mais le pretre entendit mon silence ? 
Et, de ses doigts glacis prenant le crucifix : 
*Voi& le souvenir, et voila FespSrance: 
Emportez-les, mon fils ! * 

Oui, tu me resteras, 6 funebre heritage! 
Sept fois, depuis ce jour, l*arbre que j'ai plant^ 
Sur sa tombe sans nom a chang6 de feuillage : 
Tu ne m'as pas quitte". 

Plac6 pres de ce coeur, helas! o\i tout s'efface, 
Tu Tas centre le temps dfendu de Poubli, 
Et mes yeux goutte a goutte ont imprimg leur trace 
Sur 1'ivoire amolli. 

258 



ALPHONSE DE LAMARTINE 

O dernier confident de 1'ame qui s'envole, 
Viens, reste sur mon cceurl parle encore, et dis-moi 
Ce qu'elle te disait quand sa faible parole 
N'arrivait plus qu'a toi ; 

A cette heure douteuse ou Tame recueillie, 
Se cachant sous le voile e"paissi sur nos yeux, 
Hors de nos sens glacis pas a pas se replie, 
Sourde aux derniers adieux ; 

Alors qu'entre la vie et la mort incertaine, 
Comme un fruit par son poids de"tache* du rameau, 
Notre ^me est suspendue et tremble a chaque haleine 
Sur la nuit du tombeau; 

Quand des chants, des sanglots la confuse harmonic 
N'eveille deja plus notre esprit endormi, 
Aux levres du mourant colle" dans Tagonie, 
Comme un dernier ami; 

Pour claircir Thorreur de cet itroit passage, 
Pour relever vers Dieu son regard abattu, 
Divin consolateur, dont nous baisons 1'iiuage, 
R^ponds, que lui dis-tu? 

Tu sais, tu sais mourir 1 et tes larmes divines, 
Dans cette nuit terrible oil tu prias en vain, 
De Polivier sacr6 baignerent les racines 
Du soir jusqu'au matin. 

De la croix, oil ton ceil sonda ce grand mystere, 
Tu vis ta mere en pleurs et la nature en deuil; 
Tu laissas comme nous tes amis sur la terre, 
Et ton corps au ccrcueil ! 

259 S 2 



ALPHONSE DE LAMARTINE 

Au nom de cette mort, que ma faiblesse obtienne 
De rendre sur ton sein ce douloureux soupir : 
Quand mon heure viendra, souviens-toi de la tienne, 
O toi qui sais mourir! 

Je chercherai la place ou sa bouche expirante 
Exhala sur tes pieds I'irreVocable adieu, 
Et son ame viendra guider mon ame errante 
Au sein du meme Dieu* 

Ah I puisse, puisse alors sur ma funebre couche, 
Triste et calme a la fois, comme un ange Iplore", 
Une figure en deuil recueillir sur ma bouche 
L'he*ritage sacre* i 

Soutiens ses derniers pas, charme sa derniere heure; 
Et, gage consacre* d'espe>ance et d'amour, 
De celui qui s'eloigne a celui qui demeure 
Passe ainsi tour a tour, 

Jusqu'au jour od, des morts percant la voute sombre, 
Une voix dans le ciel, les appelant sept fois, 
Ensemble eveillera ceux qui dorment a 1'ombre 
De l^teraelle croixl 



22j Le Gallon 

1V/TON coeur, lass! de tout, m^me de PespeVance, 
1Y1 ^^ pi us (i e ses yoeux importuner le sort; 
Pre*tez-moi seulement, vallon de mon enfance, 
Un asile d'un jour pour attendre la mort. 
260 



ALPHONSE DE LAMARTINE 

Voici P&roit sender de Pobscure vallee: 
Du flanc de ces coteaux pendent des bois epais, 
Qui, courbant sur mon front leur ombre entremelee, 
Me couvrent tout entier de silence et de paix. 

La, deux ruisseaux caches sous des ponts de verdure 
Tracent en serpentant les contours du vallon; 
Us melent un moment leur onde et leur murmure, 
Et non loin de leur source ils se perdent sans nom. 

La source de mes jours comme eux s'est e"coule*e ; 
Elle a passe* sans bruit, sans nom et sans retour: 
Mais leur onde est limpide, et mon ame troubled 
N'aura pas rlflechi les clart^s d'un beau jour. 

La fraicheur de leurs lits, I 7 ombre oui les couronne, 
M'enchainent tout le jour sur les bords des ruisseaux ; 
Comme un enfant berce" par un chant monotone, 
Mon ame s'assoupit au murmure des eaux. 

Ah 1 c'est U qu'entour^ d'un rempart de verdure, 
D'un horizon born6 qui suffit a mes yeux, 
J'aime a fixer mes pas, et, seul dans la nature, 
A n'entendre que Tonde, a ne voir que les cieux. 

J'ai trop vu, trop senti, trop aim6 dans ma vie; 

Je viens chercher vivant le calme du LSthe". 

Beaux lieux, soyez pour moi ces bords oh Ton oublie: 

L'oubli seul d6sormais est ma felicite". 

Mon coeur est en repos, mon ame est en silence; 
Le bruit lointain du monde expire en arrivant, 
Comme un son Sloigne* qu'arlaiblit la distance, 
A I'oreille incertaine apportl par le vent. 
261 



ALPHONSE DE LAMARTINE 

D'ici je vois la vie, a travers un nuage, 
S^vanouir pour moi dans F ombre du passe; 
L/amour seul est reste", comme une grande image 
Survit seul au reVeil dans un songe efface". 

Repose-toi, mon ame, en ce dernier asile, 
Ainsi qu'un voyageur qui, le coeur plein d'espoir, 
S'assied, avant d'entrer, aux portes de la ville, 
Et respire un moment Fair embaume" du soir. 

Comme lui, de nos pieds secouons la poussiere ; 
L'horame par ce chemin ne repasse jamais: 
Comme lui, respirons au bout de la carrieTe 
Ce calme avant-coureur de l'e*ternelle paix. 

Tes jours, sombres et courts comme les jours d'automne, 
DSclinent comme Fombre au penchant des coteaux; 
L'amiti^ te trahit, la pitie" t'abandonne, 
Et, seule, tu descends le sentier des tombeaux. 

Mais k nature est la qui t'invite et qui t'aime; 
Plonge-toi dans son sein qu'elle t'ouvre toujours: 
Quand tout change pour toi, la nature est la meme, 
Et le mime soleil se leve sur tes jours. 

De lumiere et d'ombrage elle t'entoure encore: 
Dltache ton amour des faux biens que tu perds; 
Adore ici l'cho qu'adorait Pythagore, 
Prete avec lui 1'oreille aux celestes concerts. 

Suis le jour dans le del, suis Fombre sur la terre ; 
Dans les plaines de Fair vole avec Faquilon ; 
Avec le doux rayon de Fastre du mystere 
Glisse a travers les bois dans Fombre du vallon. 



ALPHONSE DE LAMARTINE 

Dieu, pour le concevoir, a fait 1'intelligence : 
Sous la nature enfin decouvre son auteur! 
Une voix a 1'esprit parle dans son silence: 
Qui n'a pas entendu cette voix dans son cceur? 



224 Le Coquilhge au lord de la mer 

(A une jevne etrangere) 

QUAND tes beaux pieds distraits errent, 6 jeune fillc. 
Sur ce sable mouille, frange d'or de la mer. 
Baisse-toi, mon amour, vefs la blonde coquille 
Que Ve*nus fait, dit-on, polir au flot amer. 

L'e*crin de POcan n'en a point de pareille; 
Les roses de ta joue ont peine Fe*galer; 
Et quand de sa volute on approche Poreille 
On entend mille voix qu'on ne peut demeler. 

Tant6t c'est la tempete avec ses lourdes vagues 
Qui viennent en tonnant se briser sur tes pas, 
Tant6t c'est la foret avec ses frissons vagues, 
Tantdt ce sont des voix qui chuchotent tout bas* 

Oh 1 ne dirais-tu pas, a ce confus murmure 
Que rend le coquillage aux levies de carmin, 
Un cho merveilleux ou Timmense nature 
Resume tous ses bruits dans le creux de ta main ? 

Emporte-la, mon ange ! Et quand ton esprit joue 
Avec lui-m&ne, oisif, pour charmer tes ennuis, 
Sur ce bijou des mers penche en riant ta joue, 
Et, fermant tes beaux yeux, recueilles-en les bruits. 
263 



ALPHONSE DE LAMARTINE 

Si, dans ces mille accents dont sa conque fourmille, 
II en est un plus doux qui vienne te frapper, 
Et qui s'Sleve a peine aux bords de la coquille, 
Corame un aveu d'amour qui n'ose s*chapper; 

S'il a pour ta candeur des terreurs et des charmes ; 

S'il renait en mourant presque dternellement ; 

S'il semble au fond d'un coeur rouler avec des larmes ; 

S'il tient de Tesp^rance et du ggmissement ; . . . 

Ne te consume pas a chercher ce mystere ! 
Ce melodieux souffle, 6 mon ange, c'est moi ! 
Quel bruit plus ternel, et plus doux sur la terre, 
Qu'un cho de mon cceur qui m'entretient de toi ? 



227 F'ers sur un Album 

T E livre de la vie est le livre suprSme 

^ Qu'on ne peut ni fermer ni rouvrir i son choix; 

Le passage attachant ne s'y lit pas deux fois, 

Mais le feuillet fatal se tourne de lui-mme: 

On voudrait revenir & la page oil Ton aime, 

Et la page oft l*on meurt est deja sous nos doigts ! 



22 ff Ferrate 

(Improvise en sortant du cachot du Tassi) 

LJ OMME ou Dieu, tout glnie est promis au martyre ; 
A A Du supplice plus tard on baise rinstrument; 
L'homme adore la croix oft sa victime expire, 
Et du cachot du Tasse enchasse le ciment. 
264 



ALPHONSE DE LAMARTINE 

Prison du Tasse ici, de Galilee & Rome, 
Echafaud de Sidney, bucheis, croix on tombeaux, 
Ah ! vous donnez le droit a bien me"priser 1'homme, 
Qui veut que Dieu Peclaire, et qui halt ses flambeaux! 

Grand parmi les petits, libre chez ks serviles, 
Si le genie expire, il I'a bien meYite; 
Car nous dressons partout aux portes de nos villes 
Ces gibets de la gloire et de la verite". 

Loin de nous amollir, que ce sort nous retrempe! 
Sachons le prix du don, mais ouvrons notre main. 
Nos pleurs et notre sang sont Thuile de la lampe 
Que Dieu nous fait porter devant le genre humain! 



227 La Cloche du village 

I quand cette humble cloche a la lente volee 
Epand comme un soupir sa voix sur la vallee. 
Voix qu'arrte si pres le bois ou le ravin ; 
Quand la main d'un enfant qui balance cette urne 
En verse a sons pieux dans la brise nocturne 
Ce que la terre a de divin ; 

Quand du clocher vibrant 1'hirondelle habitante 
S'envole au vent d'airain qui fait trembler sa tente, 
Et de Pe"tang rid^ vient eiHeurer les bords, 
Ou qu'a la fin du fil qui chargeait sa quenouille 
La veuve du village a ce bruit s'agenouille 

Pour donner leur aum6ne aux morts: 
265 



ALPHONSE DE LAMARTINE 

Ce qu'veille en mon sein le chant du toit sonore, 
Ce n'est pas la gait6 du jour qui vient d'clore, 
Ce n'est pas le regret du jour qui va finir, 
Ce n'est pas le tableau de mes fraiches anne'es 
Croissant sur ces coteaux parmi ces fleurs fanees 
Qu'effeuille encor mon souvenir; 

Ce n'est pas mes sommeils d'enfant sous ces platanes, 
Ni ces premiers elans du jeu de mes organes, 
Ni mes pas gares sur ces rudes sommets, 
Ni ces grands cris de joie en aspirant vos vagues, 
O brises du matin pleines de saveurs vagues 
Et qu'on croit n'e'puiser jamais ! 

Ce n'est pas le coursier atteint dans la prairie. 
Pliant son cou soyeux sous ma main aguerrie 
Et mSlant sa criniere a mes beaux cheveux blonds, 
Quand, le sol sous ses pieds sonnant comme une enclume, 
Sa croupe m'emportait et que sa blanche gcume 
Argentait Therbe des vallons! 

Ce n'est pas meme, amour, ton premier cr^puscule, 
Au mois oil du printemps la seve qui circule 
Fait fieurir la pens6e et verdir le buisson, 
Quand 1' ombre ou seulement les jeunes voix lointaines 
Des vierges rapportant leurs cruches des Fontaines 
Laissaient sur ma tempe un frisson. 

Ce n'est pas vous non plus, vous que pourtant je pleure. 
Premier bouillonnement de Tonde int^rieure, 
Voix du coeur qui chantait en s*6veillant en moi, 
M6lodieux murmure embaum d^ambroisie 
Qui fait rendre a sa source un vent de po^sie ! . . , 
O gloire, c*est encor moins toi ! 
266 



ALPHONSE DE LAMARTINE 

De mes jours sans regret que 1'hiver vous remporte 
Avec le chaume vide, avec la feuille morte, 
Avec la renomme*e, echo vide et moqueur! 
Ces herbes du sender sont des plantes divines 
Qui parfument les pieds, oui, mais dont les racines 
Ne s'enfoncent pas dans le cceurl 

Guirlandes du festin que pour un soir on cueille, 
Que la haine empoisonne ou que Fenvie efFeuille, 
Dont vingt fois sous les mains la couronne se rompt, 
Qui donnent a la vie un moment de vertige, 
Mais dont la fleur d'emprunt ne tient pas a la tige, 
Et qui seche en tombant du front, 
* 

C'est le jour ott ta voix dans la valle*e en larmes 
Sonnait le dlsespoir apres le glas d'alarmes, 
O& deux cercueils passant sous les coteaux en deuil, 
Et berce*s sur des coeurs par des sanglots de femmes, 
Dans un double se*pulcre enfenn^rent trois ames 
Et m'oublierent sur le seuil ! 

De Taurore a k nuit, de la nuit a Taurore, 
O cloche, tu pleuras comme je pleure encore, 
Imitant de nos coeurs le sanglot gtouffant; 
I/air, le ciel, r^sonnaient de ta complainte amere, 
Comme si chaque etoile avait perdu sa mere, 
Et chaque brise son enfant ! 

Depuis ce jour supreme ou ta sainte harmonie 
Dans ma me"moire en deuil a ma peine est unie, 
Oti ton timbre et mon coeur n'eurent qu'un m8me son, 
Oui, ton bronze sonore et trempe* dans la flamme 
Me semble, quand il pleure, un morceau de raon ame 
Qu'un ange frappe & Funisson ! 
267 



ALPHONSE DE LAMARTINE 

Je dors lorsque tu dors, je veille quand tu veilles; 
Ton glas est tin ami qu'attendent mes oreilles; 
Entre la voix des tours je dSmele ta voix ; 
Et ta vibration encore en moi rsonne 
Quand 1'insensible bruit qu'un moucheron bourdonne 
Te coavre deji sous les bois ! 

Je me dis: *Ce soupir melancolique et vague 
Que 1'air profond des nuits roule de vague en vague, 
Ah ! c'est moi, pour moi seul, la-haut retentissant ! 
Je sais ce qu'il me dit, il sait ce que je pense 
Et le vent qui Fignoie, a travers ce silence, 
M'apporte un sympathique accent.* 

Je me dis : * Get e"cho de ce bronze qui vibre, 
Avant de m'arriver au cceur de fibre en fibre, 
A fre'mi sur la dalle ou tout mon pass6 dort ; 
Du timbre du vieux d6me il garde quelque chose : 
La pierre du spulcre ou mon amour repose 

Sonne aussi dans ce doux accord ! * 

* 

Ne t'etonne done pas, enfant, si ma pensle, 
An branle de Tairain secretement berc^e, 
Aime sa voix mystique et fidele au tr^pas, 
Si, des le premier son qui gmit sous sa voute, 
Sur un pied suspendu je m'arrete, et j'^coute 

Ce que la mort me dit tout bas. 

Et toi, saint porte-voix des tristesses humaines, 
Que la terre inventa pour mieux crier ses peines, 
Chante ! des cceurs brisks le timbre est encor beau t 
Que ton gemissement donne une ame a la pierre, 
Des larmes aux yeux sees, un signe & la priere, 
Une melodic au tombeau! 



268 



ALPHONSE DE LAMARTINE 

Moi, quand des laboureurs porteront dans ma biere 
Le peu qui doit rester ici de ma poussiere; 
Apres tant de soupirs que mon sein lance ailleurs, 
Quand des pleureurs gage's, froide et banale escorte, 
Dposeront mon corps endormi sous la porte 
Qui mene a des soleils meilleurs, 

Si quelque main pieuse en mon honneur te sonne, 
Des sanglots de 1'airain, oh! n'attriste personne. 
Ne va pas mendicr des pleuis a Thorizon ; 
Mais prends ta voix de fe"te, et sonne sur ma tombe 
Avec le bruit joyeux d'une chaine qui tombe 
Au seuil libre d'une prison ! 

Ou chante un air semblable au cri de Talouette 
Qui, s j e*levant du chaume ou la bise la fouette, 
I)resse a Taube du jour son vol melodieux, 
Et gazouille ce chant qui fait taire d'envie 
Ses rivaux attaches aux ronces de la vie, 
Et qui se perd au fond des cieux! 

228 La Figne et /a Maism 

MOI 

/*""\UEL fardeau te pese, 6 mon Ime! 
^^^ Sur ce vieux lit des jours par Tennui retourne". 
Com me un fruit de douleurs qui pese aux flancs de femme, 
Impatient de naitre et pleurant d'etre ne*, 
La nuit tombe, 6 mon ame! un peu de veille encore! 
Ce coucher d'un soleil est d'un autre Taurore. 
Vois comme avec tes sens s'ecroule ta prison ! 
Vois comme aux premiers vents de la prScoce automne 
Sur les bords de l^tang oii le roseau frissonne 
S'envole brin a brin le duvet du chardon ! 
269 



ALPHONSE DE LAMARTINE 

Vois comme de mon front la couronne est fragile, 
Vois comme cet oiseau dont le nid est la tuile 
Nous suit pour emporter a son frileux asile 
Nos cheveux blancs, pareils a la toison que file 
La vieille femme assise au seuil de sa maison ! 
Dans un lointain qui fuit ma jeunesse recule, 
Ma sere refroidie avec lenteur circule, 
L'arbre quitte sa feuille et va nouer son fruit : 
Ne presse pas ces jours qu'un autre doigt calcule, 
Benis plutot ce Dieu qui place un crpuscule 
Entre les bruits du soir et la paix de la nuit ! 
Moi qui par des concerts saluai ta naissance, 
Moi qui te r6veillai neuve a cette existence 
Avec des chants de fete et des chants d'esplrance, 
Moi qui fis de ton cceur chanter chaque soupir, 
Veux-tu que, remontant ma harpe qui sommeille, 
Comme un David assis pres d'un Saiil qui veille, 
Je chante encor pour t'assoupir? 

I/AME 

Non 1 Depuis qu'en ces lieux le temps m'oublia seule, 
La terre m'apparait vieille comme une aieule 
Qui pleure ses enfants sous ses robes de deuil. 
Je n'aime des longs jours que 1'heure des t^nebres, 
Je n'^coute des chants que ces strophes funebres 
Que sanglote le pretre en menant un cercueil. 

MOI 

Pourtant le soir qui tombe a des langueurs sereines 
Que la fin donne a tout, aux bonheuis comme aux peines ; 
Le Hnceul meme est tiede au cceur enseveli : 
On a vide ses yeux de ses dernie'res larmes, 
L'ame a son d^sespoir trouve de tristes charmes, 
Et des bonheurs perdus se sauve dans Toubli. 

270 



ALPHONSE DE LAMARTINE 

Cette heure a pour nos sens des impressions douces 
Comme des pas muets qui marchent sur des mousses : 
C'est 1'amere douceur du baiser des adieux. 
De Pair plus transparent le cristal est limpide, 
Des mots vaporisis Tazur vague et liquide 
S'y fond avec Fazur des cieux. 

Je ne sais quel lointain y baigne toute chose, 
Ainsi que le regard Toreille s'y repose, 
On entend dans Tether glisser le moindre vol ; 
C'est le pied de Poiseau sur le rameau qui penche, 
Ou la chute d'un fruit de'tache' de la branche 
Qui tombe du poids sur le sol. 

Aux premieres lueurs de Taurore frileuse, 
On voit Hotter ces fils, dont la vierge fileuse 
D'arbre en arbre au verger a tisse" le re*seau : 
Blanche toison de Pair que la brume encor mouille, 
Qui traine sur nos pas, comme de la quenouille 
Un fil traine apres le fuseau. 

Aux pre"caires ti^deurs de la trompeuse automne, 
Dans Toblique rayon le moucheron foisonne, 
Pret a mourir d'un souffle a son premier frisson ; 
Et sur le seuil desert de la ruche engourdie 
Quelque abeille en retard, qui sort et qui mendie, 
Rentre lourde de miel dans sa chaude prison. 

Viens, reconnais la place ou ta vie Itait neuve ! 
N 7 as-tu point de douceur, dis-moi, pauvre ame veuve, 
A remuer ici la cendre des jours morts? 
A revoir ton arbuste et ta demeure vide, 
Comme 1'insecte ail6 revolt sa chrysalide, 
Balayure qui fut son corps? 
371 



ALPHONSE DE LAMA.RTINE 

Moi, le triste instinct m'y ramene : 
Rien n*a chang6 la que le temps ; 
Des lieux ou notre ceil se promene, 
Rien n'a fui que les habitants. 

Suis-moi du coeur pour voir encore., 
Sur la pente douce au midi, 
La vigne qui nous fit 6clore 
Ramper sur le roc attie"di. 

Contemple la rnaison de piej re 
Dont nos pas userent le seuil c 
Vois-la se vStir de son lierre 
Coninie d'un vetement de deuil. 

6coute le cri des vendanges 

Qui monte du pressoir voisin, 

Vois les sentiers rocheux des granges 

Rougis par le sang du raisin. 

Regarde au pied du toit qui croule : 
Voite, pres du figuier sch.e", 
Le cep vivace qui s'enroule 
A Tangle du mur ^br^ch^ ! 

JL'hiver noircit sa rude corce ; 
Autour du bane rong^ du ver 
II contourne sa branche torse 
Comme un serpent frapp6 du fer. 

Autrefois ses pampres sans n ombre 
S'entrelagaient autour du puits ; 
Pere et mere goGtaient son ombre, 
Enfants, oiseaux, rongeaient ses fruits. 



ALPHONSE DE LAMARTINE 

II grimpait jusqu' la fenetre, 

II s'arrondissait en arceau; 

II semble encor nous reconnaitre 

Comme un chien gardien d'un berceau, 

Sur cette mousse des allies 
Oil rougit son pampre vermeil, 
Un bouquet de feuilles gele*es 
Nous abrite encor du soleil. 

Vives glaneuses de novembre, 
Les grivesj sur la grappe en deuil, 
Ont oublie" ces beaux grains d'ambre 
Qu'enfant nous convoitions de FceiL 

Le rayon du soir la transperce 
Comme un albatre oriental, 
Et le sucre d'or qu'elle verse 
Y pend en larmes de cristaL 

Sous ce cep de vigne qui t'aime, 
O mon &me ! ne crois-tu pas 
Te retrouver enfin toi-meme, 
Malgre" Tabsence et le tr^pas? 

N*a-t-il pas pour toi le del ice 
Du brasier tiede et rchaufFant 
Qu'allume une vieille nourrice 
Au foyer qui nous vit enfant ? 

Ou Fimpression qui console 
L'agneau tondu hors de saison, 
Quand il sent sur sa laine folle 
Repousser sa chaude toison? 

373 



ALPHONSE DE LAMARTINE 

I/AME 

Que me fait le coteau, le toit, la vigne aride? 
Que me ferait le ciel, si le ciel tait vide ? 
Je ne vois en ces lieux que ceux qui n'y sont pas. 
Pourquoi ramenes-tu mes regrets sur leur trace? 
Des bonheurs disparus se rappeler la place, 
C'est rouvrir des cercueils pour revoir des trepas ! 



Le mur est gris, la tuile est rousse, 
L'hiver a rong le ciment; 
Des pierres disjointes la mousse 
Verdit 1'humide fondement; 
Les gouttieres, que rien n'essuie, 
Laissent, en rigoles de suie, 
S^goutter le ciel pluvieux, 
Trafant sur la vide demeure 
Ces noirs sillons par ou Ton pleure, 
Que les veuves ont sous les veux. 

La porte oil file 1'araign^e, 
Qui n'entend plus le doux accueil, 
Reste immobile et d6daigne 
Et ne tourne plus sur son semi; 
Les volets que le moineau souille, 
D^tach^s de leurs gonds de rouille, 
Battent nuit et jour le granit ; 
Les vitraux brisks par les greles 
Livrent aux vieilles hirondelles 
Un libre passage a leur nid. 
274 



ALPHONSE DE LAMARTINE 

Leur gazouillement sur les dalles 

Couvertes de duvets flottants 

Est la seule voix de ces salles 

Pleines des silences du temps. 

De la solitaire demeure 

Une ombre lourde d'heure en heure 

Se de*tache sur le gazon : 

Et cette ombre, couchSe et morte, 

Est la seule chose qui sorte 

Tout le jour de cette maison ! 



II 

Efface ce sejour, 6 Dieu! de ma paupiere, 

Ou rends-le-moi semblable a celui d'autrefois, 

Quand la maison vibrait comme un grand cceur de pierre 

De tous ces cceurs joyeux qui battaient sous ses toitsi 

A 1'heure oh la rose*e au soleil s'evapore 
Tous ces volets feme's s'ouvraient a sa chaleur, 
Pour y laisser entrer, avec la tiede aurore, 
Les nocturnes parfums de nos vignes en ileur. 

On eut dit que ces murs respiraient comme un etre 

Des pampres rjouis la jeune exhalaison; 

La vie apparaissait rose, a" chaque fenetre, 

Sous les beaux traits d'enfants niches dans la maison. 

Leurs blonds cheveux, epars au vent de la montagne, 
Les filles, se passant leurs deux mains sur les yeux, 
Jetaient des cris de joie Fe*cho des montagnes, 
Ou sur leurs seins naissants croisaient leurs doigts pieux. 

375 T 2 



ALPHONSE DE LAMARTINE 

La mere, de sa couche a ces doux bruits leve"e, 
Sur ces fronts ingaux se penchait tour a tour, 
Comme la poule heureuse asbemble sa couvge, 
Leur apprenant les mots qui bnissent le jour. 

Moins de balbutiements sortent du nid sonore, 
Quand, au rayon d*e"te* qui vient la rveiller, 
L'hirondelle, au plafond qui les abrite encore, 
A ses petits sans plume apprend a gazouiller. 

Et les bruits du foyer que 1'aube fait renaitre, 
Les pas des serviteurs sur les degre*s de bois, 
Les aboiements du chien qui voit sortir son maitre, 
Le mendiant plaintif qui fait pleurer sa voix, 

Montaient avec le jour; et, dans les intervalles, 
Sous des doigts de quinze ans r6ptant leur le^on, 
Les claviers rsonnaient ainsi que des cigales 
Qui font tinter 1'oreilie au temps de la moisson ! 



Ill 

Puis ces bruits d'anne'e en ann6e 
Baisserent d*une vie, helas! et d*une voix; 
Une fenetre en deuil, ^ 1* ombre condamnee, 

Se ferma sous le bord des toits. 

Printemps apr&s printemps, de belles fiancees 

Suivirent de chers ravisseurs, 
Et, par la mere en pleurs sur le seuil embrasse'es, 

Partirent en baisant leurs sceurs. 
276 



ALPHONSE DE LAMARTINE 

Puis sortit un matin pour le champ ou Pon pleure 

Le cercueil tardif de l'aieul ? 
Puis un autre, et puis deux; et puis dans la demeure 

Un vieillard morne resta seul I 

Puis la maison glissa sur la pente rapide 

Ou le temps entasse les jours; 
Puis la porte a jamais se ferma sur le vide, 

Et 1'ortie envahit les cours! . . 



IV 

6 famille! 6 mystere! 6 coeur de la nature, 

Ou Famour dilate* dans toute crlature 

Se resserre en foyer pour couver des berceaux! 

Goutte de sang puisne Partere du monde, 

Qui court de coeur en coeur toujours chaude et feconde, 

Et qui se ramifie en kernels ruisseaux I 

Chaleur du sein de mere ou Dieu nous fit clore, 
Qui du duvet natal nous enveloppe encore 
Quand le vent d'hiver siffle a la place des lits; 
Arriere-gofit du lait dont la femme nous sevre, 
Qui, meme en tarissant, nous embaume la levre; 
Etreinte de deux bras par Pamour amollis! 

Premier rayon du ciel vu dans des yeux de femmes, 
Premier foyer d'une toe oft s'allument nos toes, 
Premiers bruits de baisers au cceur retentissants ! 
Adieux, retours, departs pour de lointaines rives, 
Mtooire qui revient pendant les nuits pensives 
A ce foyer des cceurs, univers des absents! 



277 



ALPHONSE DE LAMARTINE 

Ah I que tout fils dise anatheme 
A I'insens6 qui a vous blaspheme ! 
Rveur du groupe universel, 
Qu'il embrasse, au lieu de sa mere, 
Sa froide et stoique chimere 
Qui n'a ni coeur, ni kit, ni sel I 

Du foyer present volontaire, 
Qu'il cherche en vain sur cette terre 
Un pere au visage attendri ; 
Que tout foyer lui soit de glace, 
Et qu'il change a jamais de place 
Sans qu'aucun lieu lui jette un cri ! 

Envieux du champ de famille, 
Que, pareil au frelon qui ^pille 
L'humble ruche adosse"e au mur, 
II maudisse la loi divine 
Qui donne un sol a la racine 
Pour multiplier le fruit mur! 

Que sur 1'herbe des cimetieres 

II foule, indifferent, les pierres 

Sans savoir laquelle prier ! 

Qu'il r^ponde au nom qui le nomme 

Sans savoir s'il est n6 d'un homme, 

Ou s'il est fils d'un meurtrier! . . . 



V 

Dieu! qui rlvele aux cceurs rnieux qu'3, I'mtelligence J 
Resserre autour de nous, feits de joie et de pieurs, 
Ces groupes r^trlcis ou de ta providence 
Dans la chaleur du sang nous sentons les chaleurs; 



ALPHONSE DE LAMARTINE 

Oft, sous k porte bien close, 
La jeune nichee e*close 
Des saintete"s de Paniour 
Passe du kit de k mere 
Au pain savoureux qu'un pere 
Ptrit des sueurs du jour; 

Oil ces beaux fronts de famille, 
Penchls sur Tatre et 1'aiguille, 
Prolongent leurs soirs pieux: 
O soirs! 6 douces veille"es 
Dont les images mouillees 
Flottent dans 1'eau de nos yeux ! 

Oui, je vous revois tous, et toutes, simes mortes! 
O chers essaims groupgs aux fen&res, aux portes! 
Les bras tendus vers TOUS, je crois vous ressaisir, 
Comme on croit dans les eaux embrasser des visages 
Dont le miroir trompeur re'fle'chit les images, 
Mais glace le baiser aux levies du dsir. 

Toi qui fis la m^moire, est-ce pour qu'on oublie? . . . 
Non, c'est pour rendre au temps a la fin tous ses jours 
Pour faire confluer, la-bas, en un seul cours, 
Le passl, 1'avenir, ces deux moiti^s de vie 
Dont Tune dit jamais et Tautre dit toujours. 
Ce pass^, doux 6den dont notre ame est sortie, 
De notre ternit ne fait-il pas partie? 
Oil le temps a cess6 tout n'est-il pas present? 
Dans Timmuable sein qui contiendra nos ames 
Ne rejoindrons-nous pas tout ce que nous aimames 
Au foyer qui n*a plus d'absent? 



279 



ALPHONSE DE LAMARTINE 

Toi qui formas ces nids rembourre"s de tendresses 
Oil la niche humaine est chaude de caresses, 

Est-ce pour en faire un cercueil ? 
N'as-tu pas, dans un pan de tes globes sans nombre, 
One pente au soleil, une valise a Pombre 

Pour y rebatir ce doux seuil? 

Non plus grand, non plus beau, mais pareil, mais le me"me, 
Oh Finstinct serre un coeur centre les cceurs qu'il aime, 
Ou le chaume et la tuile abritent tout 1'essaim, 
Oft le pere gouverne, ou la mere aime et prie, 
Oii dans ses petits-fils Paieule est rejouie 
De voir multiplier son sein ! 

Toi qui permets, 6 pere! aux pauvres hirondelles 
De fuir sous d'autres cieux la saison des frimas, 
N'as-tu done pas aussi pour tes petits sans ailes 
D'autres toits prpars dans tes divins climats? 
O douce Providence 1 6 mere de famille 
Dont 1'immense foyer de tant d'enfants fourmille, 
Et qui les vois pleurer, souriante au milieu, 
Souviens-toi, coeur du ciel, que la terre est ta fille 
Et que 1'homme est parent de Dieu! 
MOI 

Pendant que Time oubliait Theure 

Si courte dans cette saison, 

L 'ombre de la chere demeure 

S'allongeait sur le froid gazon; 

Mais de cette ombre sur la mousse 

L'impression funebre et douce 

Me consolait d'y pleurer seul: 

H me semblait qu'une main d'ange 

De mon berceau prenait un lange 

Pour m'en faire un sacre* linceul! 
280 



MILE DESCHAMPS 

1791-1-1871 

229 A une mere qui pleure 



un voleur de nuit, chez vous, la mort avide 
S'est glisse . . . Et voila qu'il dort sous le gazon, 
Le beau petit enfant, lui qui dans la maison 
Tenait si peu de pkce et laisse un si grand vide! * 

Quand le fil de uos jours lentement se divide 
Sur le fuseau fatal, et que notre toison 
Tombe mure et jaunie, a Parriere-saison, 
Insens^ qui se plaint du moissonneur livide! 

Mais qui done, avec vous, qui ne gtoirait pas, 
Voyant que votre Abel se lasse au premier pas, 
Que son rire si vite en un rale se change? 

Pourtant re'fle'chissons que Dieu dut bien 1'aimer, 
Puisqu'il le prend & Tage ou, sans le transformer, 
De Penfant rose et blond il va se faire un ange. 



230 Rodrigue pendant la lataille 



la huitieme journfe 
De la bataille donn^e 
Aux bords du Guadaldte"; 
Maures et chr^tiens succombent, 
Comme les c&Irats qui tombent 
Sous les fleches de 
281 



E1VEILE 

Sur le point qui les rassemble 
Jarnais tant d*liommes ensemble 
IsPont combattu tant de jours ; 
C'est une batallle immense 
Qui sans cesse recommence, 
I?lus Formidable toujours. 

Enfin le sort se decide, 

Et la Victoire Homicide 

Dit : * .A.ssez pour aujourd*hui I 

Soudain 1'arme'e espagnole 

Devant 1'Arabe qui vole 

Fuit ... Les Espagnols ont fui I 

Rodrigue, au bruit du tonnerre, 
Comme un vautour de son. aire, 
S^^chappe du camp tout seul, 
Sur son front, altier naguere, 
Jetant son manteau de guerre, 
Comime Fon fait d^un linceul. 

Son dieval, tout bors d'tialeine, 
M[arch.e au Iiasard dans la plaine, 
Insensible aux 6perons 5 
Ses longs crins m^connaissables, 
Ses pieds trafnent sur les sables, 
Ses pieds autrefbis si prompts. 

Dans une sombre attitude, 
Twlort de soif, de lassitude, 
Le roi sans royaume allait, 
Longeant la cote escarpe, 
Broyant dans -sa jnain crisp^e 
Les grains d'or d'un cliapelet. 



EMILE -QESCPJAMPS 

pierres de loin lances, 
Par son e"cu repousses, 
En ont bossele 1 le fer ; 
Son casque dfbrm pese 
Sur son cerveau, que n'apaise 
Signe de croix ni JP&fer. 

Sa dague, a peine attached, 
Figure, tout ^br^che'e, 
Une scie aux mille dents 5 
Ses armures entr'ouvertes 
Rougissent, de sang couvertes, 
Comme des charbons ardents* 

Sur la plus haute colline 
II monte ; et, sa javeline 
Soutenant ses membres lourds, 
II voit son arm^e en fbite., 
Et de sa tente dtruite 
Pendre en lanabeaux le velours j 

II voit ses drapeaux sans gloire 
Couches dans la fange noire, 
Et pas un seul clief debout ; 
Les cadavres s'amoncellent, 
Les torrents de sang ruissellent 
Le sien se rallume et bout. 

II cria s * AJb. ! quelle campagne I 
Hier de toute FEspagne 
J*^tais le seigneur et roi r 
X6res, Xolede, Seville, 
Pas un bourg, pas une ville, 
qui ue rut a moi. 

283 



fiMILE DESCHAMPS 

* Hier, puissant et clebre, 
J'avais des chateaux sur TEbre, 
Sur le Tage des chateaux. 
JDans la fburnaise rougie, 

Sur Tor a mon effigie 
Retentissaient les marteaux. 

c Hier, deux rnille chanoines 
Et dix fois autant de moines 
Jeftnaient tous pour mon salut ; 
Et comtesses et marquises, 
A.U dernier tournoi conquises, 
Chantaient mon nom sur le luth. 

* Hier, j 'avals trois cents mules, 
Des vents rapides mules 9 
IDouze cents chiens haletants, 

Trois fbus, et des grands sans nombre 
Qui, pour saluer mon ombre, 
Restaient au soleil longtemps. 

* Hier j 'avals douze armies, 
Vingt fbrteresses ferm^es, 
Trente ports, trente arsenaux ... 
Aujourd'hui, pas une obole, 

Pas une lance espagnole, 
Pas une tour a crfoeaux ! 

* Prisse la nuit fatale 
Ou, sur ma couche n a tale, 
Je poussai le premier cri ! 
Maudite soit et prisse 
La Castillane nourrice 

A. qui d'abord j*ai souri 1 

284 



6MILE DESCHAMPS 

* Ou plutot, folle chimere ! 
Pourquoi le seln de ma mere 
Ne fut-il pas mon tombeau ? . . . 
Je dormirais sous la terre, 
Dans mon caveau solitaire, 
Aux lueurs d'un saint flambeau, 

6 Avec les rois, raes anctres, 
Avec les guerriers, les pretres, 
Dont le trpas fut pleur ; 
Ma gloire et 6t sauv^e, 
Ht TEspagne prserve 
J)e son Rodngue abhorr6 1 

* Et mon pere, a ma naissance, 
En grande rjouissance, 

Fit partir deux cents hrauts 1 
Et des seigneurs tres avares, 
Aux joutes des deux Navarres, 
Firent tuer leurs taureaux i 

fc Chaque ma done eut cent cierges, 
On dota cent belles vierges 
Pour cent archers courageux, 
On donna trois bals splendides, 
On brula trois juifs sordides . . . 
Ce n*taient q^amours et jeux ! 

* AJb ! que Dieu m'entende et m*aide I 
Ce fer est mon seul remede ; 

IVTais saint Jacques le defend- 
Ce que je veux, je ne I 5 ose ; 
Car l*veque de Tolose, 
Qui m*a b6ni tout enfant, 
385 



MILE DESCHAMPS 

6 Promenerait sur la claie 
Mon cadavre avec sa plaie, 
Aux regards de tons les miens ; 
Puis, sur une greve inculte, 
Le livrerait a 1'insulte 
Des loups et des Boh&niens. 

c Mais les trahisons ourdies, 
Les chagrins, les maladies 
Sauront bien me secourir : 
Assez de honte environne 
Un front qui perd sa couronne, 
Pour esplrer d'en mourir. 

c Car quelle duegne insensle 
Me croirait Thumble pens^e 
De vivre avec des ^gaux ? . . . 
Celui qui de si haut tombe 
De son poids creuse sa tombe . . . 
Mort au dernier roi des Goths I ' 



CASIMIR DELAVIGNE 

1793-1-1843 

231 La Brigantine 

T A brigantine 
^ Qui va tourner 
Roule et s'incline 
Pour m'entrainer. 
O Vierge Marie, 
Pour moi priez Dieu ! 
Adieu, patrie ! 
Provence, adieu ! 
286 



pere 

Verra, sotreent 
JPallr rna mre 
-A_n bruit cLix vent- 
O Vierge 3VTarie, 
moi priez 
j 7 patrie 1 
3VTori pere, axileu I 

La vleille 

Se confira 

H>ans sa 

Et ciormira. 

O Vierge TvdTarie, 
moi prxez 
L y patrie I 
aicileri ! 



soeur se 
Et ait a<SJa r 
J^ai Fait tin reve 5 
II revIencLra.* 
O "Vierge TVl!arIe ? 
JPour moi priez H>ieii I 
u, patrle I 



I>e mon Isaure 
I-re moiacliolr 
S y agi te en c o re 
En m* appellant. 
O "Vierge IS^Larie, 
moi priez 
patrle I 
acileu 1 
287 



CASIMIR DELAVIGNE 

Brise ennemie, 
Pourquoi souffler, 
Quand mon amie 
Veut me parler? 
O Vierge Marie, 
Pour moi priez Dieu ! 
Adieu, patrie ! 
Bonheur, adieu 1 



232 JLes JLzmbes 



un vain re>e du matin, 
Un parfum vague, un bruit lointazn, 

C'est je ne sais quoi d*inceitain 
Que cet empire; 

Lieux qu'a peine vient ^clairer 

Un jour qui, sans rien colorer, 

A chaque instant pres d'expirer, 
Jamais n'expire. 

Partout cette demi-clart 
Dont la morne tranquillity 
Suit un cre*puscule d*6t^, 

Ou de 1'aurore, 
Fait pressendr que le retour 
Va poindre au celeste sjour, 
Quand la nuit n'est plus, quand le jour 

N*est pas encore! 

Ce ciel terne, ou manque un soleil, 
N'est jamais bleu, jamais vermeil; 
Jamais brise, dans ce sommeil 
De la nature, 

288 



CASIMIR DELAVIGNE 

N'agita d'un frgmissement 
La torpeur de ce lac dormant, 
Dont Teau n'a point de mouvement. 
Point de murmure. 

L'air n'entr'ouvre sous sa tiedeur 
Que fleurs qui, presque sans odeur, 
Conime les hs ont la candeur 

De 1'innocence ; 

Sur leur sein pale et sans reflets 
Languissent des oiseaux muets : 
Dans le ciel, Tonde et les forets, 

Tout est silence. 

Loin de Dieu, la, sont renferm^s 
Les milliers d'etres tant aim^s, 
Qu'en ces bosquets inanimes 

La tombe enroie, 
Le calme d'un vague loisir. 
Sans regret comme sans d^sir, 
Sans peine comme sans plaislr,. 

C'est la leur joie. 

La, ni veille ni lendemain ! 

Us n'ont sur un bonheur prochain, 

Sur celui qu'on rappelle en vain, 

Rien a se dire. 

Leurs sanglots ne troublent jamais 
De Tair Tinalt6rable paix ; 
Mais aussi leur rire jamais 

N'est qu'un sourire. 

Sur leurs doux traits que de paleur I 
Adieu cette fraiche couleur 
Qui de baiser leur joue en fieur 
Donnait Fenvie ! 

289 u 



CASIMIR DELAVIQNE 

De leurs yeux, qui charment d'abord, 
Mais dont aucun e"clair ne sort, 
JLe morne clat n'est pas la mort, 
N'est pas la vie. 

Rien de bruyant, rien d'agite" 
Dans leur tnste felicite" I 
Ili> se couronnent sans gait6 

De fleurs nouvelles. 
Us se par lent, mais c'est tout bas ; 
Us marcher^ mais c'est pas a pas. 
Us volent, mais on n*entend pas 

Battre leurs ailes. 

Parmi tout ce peuple charm ant, 
Qui se meut si nonchalamment, 
Qui fait sous son balancement 

Plier les branches, 

Quelle est cette onibre aux blonds cheveux, 
Au regard timide, aux yeux bleus, 
Qui ne mele pas a leurs jeux 

Ses ailes blanches ? 

Elle arrive, et, fantSme ail^ 5 

Elle n'a pas eacor vol6 ; 

L'effroi dont son cceur est trouble^ 

J'en vois la cause i 
N'est-ce pas celui que ressent 
La colombe qui, s'avancant 
Pour essayer son vol naissant, 

Voudrait et n'ose ? 

Non ; dans ses yeux roulent des pleurs. 
Belle enfant, calnie tes douleurs ; 
La sont des fruits, la sont des fleurs 

Dont tu disposes, 
390 



CASIMIR DELAVIGNE 

Laisse-toi tenter, et, crois-moi, 
Cueille ces roses sans effiroi ; 
Car 3 bien que pales comme toi, 
Ce sont des roses. 

Triomphe en tenant a deux mains 

Ta robe pleine de jasmins ; 

Et puis, courant par les chemins, 

Va les repandre. 

Viens, tu prendras en le guettant 
L/oiseau qui, sans but voletant, 
ni ne chante, et partant 

Se laisse prendre. 

ces enfants tu jouras ; 
Viens, ils tendent vers tol les bras ; 
On danse tristement la-bas, 

Mais on y danse. 
Pour quo! penser, pleurer ainsi ? 
Aucun enfant ne pleure Ici, 
Ombre reveuse ; mais aussi 

Aucun ne pense. 
Dieu permet-il qu'un souvenir 
Laisse ton coeur entretenir 
ID'un bien qui ne peut revenir 

L^idee amere ? 

* Oui, je me souviens du passe", 
Du berceau vide oil j*ai laisse 
reve a peine commence, 

Et de ma mere.* 



291 



ALFRED DE VIGNY 

1797-1-1863 

233 Molse 

T E soleil prolongeaifc sur IA cime des tentes 

*~* Ces obliques rayons, ccs flammes e*clatantes, 

Ces larges traces d'or qu'il laisse dans les airs, 

Lorsqu'en un lit de sable il se couche aux deserts. 

La pourpre et Tor semblaient revtir la campagne. 

Du stSrile Ne"bo gravissant la montagne, 

Moise, homme de Dieu, s'drrete, et, sans orgueil, 

Sur le vaste horizon promene un long coup d'ceil. 

II voit d'abord Phasga, que des iiguiers entourent ; 

Puis, au dela des monts que ses regards parcourent, 

S'6tend tout Galaad, fiphraim, Manass6 

Dont le pays fertile a sa droite est place" ; 

Vers le Midi, Juda, grand et ste'rile, e*tale 

Ses sables ou s'endort la mer occidentale ; 

Plus loin, dans un vallon que le soir a pali, 

Couronne d'oliviers, se montre Nephtali ; 

Dans des plaines de fleurs magnifiques et calmes, 

Jericho s*apercoit : c^est la ville des palmes ; 

Et, prolongeant ses bois, des plaines de Phogor 

Le lentisque touffu s j e"tend jusqu'a S^gor. 

II voit tout Chanaan et la terre promise, 

Oil sa tombe, il le sait, ne sera point admise. 

II voit; sur les Hbreux tend sa grande main, 

Puis vers le haut du mont il reprend son chemin. 

Or, des champs de Moab couvrant la vaste enceinte, 
Presses au large pied de la montagne sainte, 
292 



ALFRED DE VIGNY 

Les enfants d'Israel s'agitaient au vdlon 

Comme les ble*s epais qu'agite 1'aquilon. 

Des 1'heure ou la rosee humecte Tor des sables 

Et balance sa perle au sommet des Arables, 

Prophete centenaire, environne* d'honneur, 

Moise dtait parti pour trouver le Seigneur. 

On le smvait des yeux aux flammes de sa tete, 

Et, lorsque du grand mont il atteignit le faite, 

Lorsque son front pera le nuage de Ditm 

Qui couronnait d*e*clairs la cime du haut lieu, 

L'encens briila partout sur les autels de pierre, 

Et six cent mille He"breux, courbe*s dans la poussiere, 

A Fombre du parfum par le soleil dore, 

Chanterent d'une voix le cantique sacre; 

Et les fils de Levi, s*6leyant sur la foule, 

Tels qu'un bois de cypres sur le sable qui roule, 

Du peuple avec la harpe accompagnant les voix, 

Dirigeaient vers le ciel Thymne du Roi des Rois* 



Et debout devant Dieu, Moise ayant pris place, 
Dans le nuage obscur lui parlait face a face. 

II disait au Seigneur : c Ne finirai-je pas ? 
Ou voulez-vous encor que je porte mes pas? 
Je vivrai done toujours puissant et solitaire? 
Laissez-moi m'endormir du sommeil de la terrel 
Que vous ai-je done fait pour etre votre ^lu ? 
J'ai conduit votre peuple o^l vous avez voulu. 
Voila que son pied touche a la terre promise. 
De vous a lui qu'un autre accepte Tentremise, 
Au coursier d'Israel qu'il attache le frein; 
Je lui legue mon Itvre et la verge d'airain. 

293 



ALFRED DE VIGNY 

; Pourquoi vous fallut-il tarir mes esprances, 
Ne pas me laisser homme avec mes ignorances, 
Puisque du mont Horeb jusques au mont Nebo 
Je n'ai pas pu trouver le lieu de mon tombeau ? 
He"las ! Vous m'avez fait sage parmi les sages ! 
Mon doigt du peuple errant a guide" les passages : 
J'ai fait pleuvoir le feu sur la tete des rois ; 
L'avenir a genoux adorera mes lois ; 
Des tombes des humains j'ouvre la plus antique, 
La mort trouve a ma voix une voix prophe*tique, 
Je suis tres grand, mes pieds sont sur les nations, 
Ma main fait et deTait les generations. 
He*las 1 je suis, Seigneur, puissant et solitaire, 
Laissez-moi m'endormir du sommeil de la terre ! 



* Helas 1 je sais aussi tous les secrets des cieux, 
Et vous m'avez prete" la force de vos yeux. 
Je commande a la nuit de de'chirer ses voiles ; 
Ma bouche par leur nom a compte" les e*toiles, 
Et, des qu'au firmament mon geste 1'appela, 
Chacune s'est hate"e en disant "Me voila." 
J'impose mes deux mains sur le front des nuages 
Pour tarir dans leurs flancs la source des orages ; 
J'engloutis les cite*s sous les sables mouvants ; 
Je renverse les monts sous les ailes des vents; 
Mon pied infatigable est plus fort que Tespace; 
Le fleuve aux grandes eaux se range quand je passe, 
Et la voix de k mer se tait devant ma voix. 
Lorsque mon peuple soufTre, ou qu'il lui faut des lois, 
J'e"le"ve mes regards, votre esprit me visite; 
La terre alors chancelle et le soleil he"site; 
Vos anges sont jaloux et m'admirent entre eux. 
294 



ALFRED DE VIGNY 

Et cependant, Seigneur, je ne suis pas heureux ; 
Vous m'avez fait vieilhr puissant et solitaire, 
Laissez-moi m'endormir du sommeil de la terre ' 



' Sitot que votre souffle a rempli Ie berger, 
Les hommes se sont dit: "II nous est etranger"; 
Et les yeux se baissaient devant mes yeux de flamme, 
Car ils venaient, helas! d'y voir plus que mon ame. 
J'ai vu Pamour s^teindre et Tamitie tarir; 
Les vierges se voilaient et craignaient de mourir. 
M'enveloppant alors de la colonne noire, 
J'ai marche derant tous, triste et seul daps ma gloiro, 
Et j'ai dit dans mon coeur: "Que vouloir a present?" 
Pour dormir sur un sein mon front est trop pesant. 
Ma main laisse Feffroi sur la main qu*elle touche, 
L'orage est dans ma voix, l'clair est sur ma bouche; 
Aussi, loin de m'aimer, voila qu'ils tremblent tous, 
Et, quand j'ouvre les bras, on tombe a mes genoux. 
O Seigneur! j'ai vecu puissant et solitaire, 
Laissez-moi m'endormir du sommeil de la terre 1 * 

Or, le peuple attendant, et, craignant son courroux, 
Priait sans regarder le mont du Dieu jaloux ; 
Car, s'il levait les yeux, les flancs noirs du nuage 
Roulaient et redoublaient les foudres de Torage, 
Et le feu des Eclairs, aveuglant les regards, 
Enchainait tous les fronts courbgs de toutes parts. 

Bientot le haut du mont reparut sans Moise. 
II fut pleure". Marchant vers la terre promise, 
Josue" s'avancait pensif et palissant, 
Car il tait de"ja Mu du Tout-Puissant. 
295 



ALFRED DE VIGlSTY 



La Maison du Berger 

CI ton coeur, gmissant du poids de notre vie, 
^ Se traine et se debat comme un aigle blesse", 
Portant comme le mien, sur son aile asservie, 
Tout un monde fatal, 6crasant et glace* ; 
S'il ne bat qu'en saignant par sa plaie immortellej 
S'il ne voit plus 1'amour, son e"toile fidele, 
Eclairer pour lui seul Thorizon effacS ; 

Si ton ame enchaine'e, ainsi que Test mon ame, 
Lasse de son boulet et de son pain amer, 
Sur sa galere en deuil laisse tomber la rame, 
Penche sa tete pale et pleure sur la mer, 
Et, cherchant dans les flots une route inconnue, 
Y voit, en frissonnant, sur son paule nue, 
La lettre sociale 6crite avec le fer; 

Si ton corps, fre'missant des passions secretes, 

S'mdigne 'des regards, timide et palpitant ; 

S'il cherche a sa beaut de profondes retraites 

Pour la mieux . d^rober au profane insultant ; 

Si ta levre se seche au poison des mensonges, 

Si ton beau front rough de passer dans les songes 

D'un impur inconnu qui te voit et t'entend, 

Pars courageusement. laisse toutes les villes; 
Ne tern is plus tes pieds aux poudres du chemin ; 
Du haut de nos pensers vois les cite's serviles 
Comme les rocs fatal s de 1'esclavage humain. 
Les grands bois et les champs sont de vastes asile 
Libres comme la mer autour des sombres iles. 
Marche a travers les champs une fleur a la main. 
296 



ALFRED DE VIGNY 

La Nature t'attend dans un silence austere; 
L'herbe 61 eve a tes pieds son nuage des soirs, 
Et le soupir d'adieu du soleil a la terre 
Balance les beaux lys comme des encensoirs. 
La foret a voil6 ses colonnes profondes, 
La montagne se cache, et sur les pales ondes 
Le saule a suspendu ses chastes reposoirs. 

Le crepuscule ami s'endort dans la vallee 
Sur 1'herbe d'emeraude et sur Tor du gazon, 
Sous les timides joncs de la source isole"e 
Et sous le bois reveur qui tremble a 1'horizon, 
Se balance en fuyant dans les grappes sauvages, 
Jette son manteau gris sur le bord des rivages, 
Et des fleurs de la nuit entr'ouvre la prison. 

II est sur ma montagne une epaisse bruyere 
Ou les pas du chasseur ont peine a se plonger, 
Qui plus haut que nos fionts leve sa tete ahiere 
Et garde dans la nuit le patre et 1'etranger. 
Viens y cacher 1'amour et ta divine faute; 
Si 1'herbe est agitee ou n'est pas assez haute, 
J*y roulerai pour toi la Maison du Berger. 

Elle va doucement avec ?es quatre roues, 

Son toit n'est pas plus haut que ton front et tes yeux ; 

La couleur du corail et celle de tes joues 

Teignent le char nocturne et ses muets essieux. 

Le seuil est parfume', TalcSve est large et sombre, 

Et, la, parmi les fleurs, nous trouverons dans 1'ombre, 

Pour nos cheveux unis, un lit silencieux. 

Je verrai, si tu veux, les pays de la neige, 
Ceux ou 1'astre amoureux d^vore et resplendit, 
297 



ALFRED DE VIGNY 

Ceux que heurtent les vents, ceux que la neige assiege, 
Ceux oft le p6le obscur sous sa glace est maudit* 
Nous suivrons du hasard la course vagabonde. 
Que m'importe le jour? que m'importe le monde? 
Je dirai qu'ils sont beaux quand tes yeux 1'auront dit. 



Eva, qui done es-tu? Sais-tu bien ta nature? 
Sais-tu quel est ici ton but et ton devoir? 
Sais-tu que, pour punir 1'hommc, sa creature, 
D'avoir port la main sur Tarbre du savoir, 
Dieu permit qu'avant tout, de Tarn our de soi-metne, 
En tout temps, a. tout age, il fit son bien supreme, 
Tourmente" de s'aimer, tourmente" de se voir? 

Mais, si Dieu pres de lui t'a voulu mettre, 6 femme! 
Compagne delicate ! Eva 1 sais-tu pourquoi ? 
C'est pour qu'il se regarde au miroir d'une autre ame, 
Qu'il entende ce chant qui ne vient que de toi : 

L'enthousiasme pur dans une voix suave. 
C'est aim que tu sois son juge et son esclave 
Et regnes sur sa vie en vivant sous sa loi. 

Ta parole joyeuse a des mots despotiques ; 
Tes yeux sont si puissants, ton aspect est si fort, 
Que les rois d'Orient ont dit dans leurs cantiques 
Ton regard redoutable a Fe"gal de la mort; 
Chacun cherche a flechir tes jugements rapides... 

Mais ton coeur, qui dement tes formes mtr^pides, 
Cede sans coup ferir aux rudesses du sort. 

Ta pensee a des bonds comme ceux des gazelles, 
Mais ne saurait marcher sans guide et sans appui. 
298 



ALFRED DE VIGNY 

Le sol meurtiit ses pieds, Pair fatigue ses ailes, 
Son ceil se ferine au jour des que le jour a lui ; 
Parfois, sur les hauts lieux (Tun seul lan posle, 
Tioublee au bruit des vents, ta mobile pensee 
Ne peut seule y veiller sans crainte et sans ennui, 

Mais aussi tu n'as rien de nos laches prudences, 

Ton cceur vibre et resonne au cri de Fopprime, 

Comme dans une glise aux austeies silences 

L'orgue entend un soupir et soupire alarme". 

Tes paroles de feu meuvent les multitudes, 

Tes pleurs lavent Finjure et les ingratitudes, 

Tu pousses par le bras Fhomme... II se leve arme". 

C'est a toi qu'il convient d'ouir les grandes plaintes 

Que Fhumanite triste exhale sourdemenL 

Quand le coeur est gonfle" d'indignations saintes, 

L'air des cits FetoufFe a chaque battement. 

Mais de loin les soupirs de tourmentes civiles, 

S'unissant au-dessus du charbon noir des villes, 

Ne forment qu'un grand mot qu*on entend clairement. 

Viens done ! le ciel pour moi n'est plus qu'une aureole 

Qui t'entoure d'azur, t'^claire et te defend; 

La montagne est ton temple et le bois sa coupole; 

L'oiseau n'est sur la fleur balanc^ par le vent, 

Et la fleur ne parfume et Foiseau ne soupire, 

Que pour mieux enchanter Fair que ton sein respire; 

La terre est le tapis de tes beaux pieds d'enfant. 

Eva, j'aimerai tout dans les choses crepes, 
Je les contemplerai dans ton regard reveur 
Qui par tout rpandra ses flarnmes color^es, 
Son repos gracieux, sa magique saveur : 
299 



ALFRED DE VIGNY 

Sur mon cceur de"chire" viens poser ta main pure, 

Ne me laisse jamais seul avec la Nature; 

Car je la connais trop pour n'en pas avoir peur. 

Elle me dit: ' Je suis Timpassible theatre 

Que ne peut remuer le pied de ses acteurs; 

Mes marches d^meraude et mes parvis d'albatre, 

Mes colonnes de marbre ont les dieux pour sculpteurs. 

Je n'entends ni vos cris ni vos soupirs; a peine 

Je sens passer sur moi la comldie humaine 

Qui cherche en vain au ciel ses muets spectateurs. 



*Je roule avec de*dain, sans voir et sans entendre, 

A cote" des fourmis les populations; 

Je ne distingue pas leur terrier de leur cendre, 

J'ignore en les portant les noms des nations. 

On me dit une mere et je suis une tombe. 

Mon hiver prend vos morts comme son h6catombe, 

Mon printemps ne sent pas vos adorations. 

*Avant vous, j'6tais belle et toujours parfume*e, 
J'abandonnais au vent mes cheveux tout entiers: 
Je suivais dans les cieux ma route accoutume 3 
Sur Taxe harmonieux des divins balanciers. 
Apres vous, traversant 1'espace oft tout s'e'lance, 
J'irai seule et seieine, en un chaste silence 
Je fendrai Fair du front et de mes seins altiers.* 

Cest la ce que me dit sa voix triste et superbe, 
Et dans mon coeur alors je la hais, et je vois 
Notre sang dans son onde et nos morts sous son herbe 
Nourrissant de leurs sues la racine des bois. 
Et je dis a mes yeux qui lui trouvaient des charmes: 
* Ailleurs tous vos regards, ailleurs toutes vos larmes, 
Aimez ce que jamais on ne verra deux fois.* 
300 



ALFRED DE VIGNY 

Oh ! qui verra deux fois ta grace et ta tendresse, 
Ange doux et plamtif qui parle en soupirant? 
Qui naitra comme toi portant une caresse 
Dans chaque Eclair tombe" de ton regard mourant, 
Dans les balancements de ta tte penche"e, 
Dans ta taille dolente et mollement couch6e, 
Et dans ton pur sourire amoureux et souifrant? 



froide Nature, et revivez sans cesse 
Sous nos pieds, sur nos fronts, puisque c'est votre loi ; 
Vivez, et dldaignez, si vous etes deesse, 
L'Homme, humble passager, qui dut vous etre un Roi; 
Plus que tout votre regne et que ses splendeurs vaines 
J'aime la majeste" des soufFrances humaines: 
Vous ne recevrez pas un cri d j amour de moi. 

Mais toi, ne veux-tu pas, voyageuse indolente, 
Rever sur mon epaule, en y posant ton front? 
Viens du paisible seuil de la raaison roulante 
Voir ceux qui sont passes et ceux qui passeront. 
Tous les tableaux humains qu'un Esprit pur m'apporte 
S'animeront pour toi quand devant notre porte 
Les grands pays muets longuement s'^tendront. 

Nous marcherons ainsi, ne laissant que notre ombre 

Sur cette terre ingrate oii les morts ont pass; 

Nous nous parlerons d'eux a Theure ou tout est sombre, 

Oii tu te plais a suivre un chemin efFac6, 

A rever, appuye aux branches incertaines, 

Pleurant, comme Diane au bord de ses fontaines, 

Ton amour taciturne et toujours menac6. 



301 



ALFRED DE VIGNY 



235 La Co/ere de Samson 

T E desert est muet, la tente est solitaire. 

*~* Quel pasteur courageux la dressa sur la terre 

Du sable et des lions ? La nuit n'a pas calm6 

La fournaise du jour dont 1'air est enflamme". 

Un vent leger s'eleve a I'horizon et ride 

Les flots de la poussiere ainsi qu'un lac limpide. 

Le lin blanc de la tente est berc mollement; 

L'ceuf d'autruche allum veille paisiblement, 

Des voyageurs voiles intrieure Itoile, 

Et jette longuement deux ombies sur la toile. 

L'une est grande et superbe, et Pautre est a ses pieds : 

C J est Dahla, 1'esclave, et ses bras sont lie's 

Aux genoux r&inis du maitre jeune et grave 

Dont la force divine ob6it a Tesclave. 

Comme un doux llopard elle est souple, et r^pand 

Ses cheveux de'noue's aux pieds de son amant. 

Ses grands yeux, entr'ouverts comme s'ouvre 1'amande, 

Sont brulants du plaisir que son regard demande, 

Et jettent, par Eclats, leurs mobiles lueurs. 

Ses bras fins tout mouillls de tiedes sueurs, 

Ses pieds voluptueux qui sont croise"s sous elle, 

Ses flancs, plus ^lanc^s que ceux de la gazelle, 

Presses de bracelets, d'anneaux, de boucles d'or, 

Sont bruns, et, comme il sied aux filles de Hatsor, 

Ses deux seins, tout charge's d'amulettes anciennes, 

Sont chastement presses d'6tofFes Syriennes. 

Les genoux de Samson fortement sont unis 
Comme les deux genoux du colosse Anubis. 
302 



ALFRED DE VIGNY 

Elle s'endort sans force et nante et berce"e 
Par la ptiissante mam sous sa tete placee. 
Lui, murmure ce chant funebre et doulouieux 
Prononc6 dans la gorge avec des mots he"breux. 
Elle ne comprend pas la parole etrangere, 
Mais le chant verse un somme en ba tete legere. 

' Une lutte eternelle en tout temps, en tout lieu, 
Se livre sur la terre, en presence de Dieu, 
Entre la bonte d'Homme et la ruse de Femme, 
Car la femme est un etre impur de corps et d'ame, 

* L'Homme a toujours besoin de caresse et d'amour, 

Sa mere 1'en abreuve alors qu'il vient au jour, 

Et ce bras le premier 1'engourdit, le balance 

Et lui donne un desir d'amour et d'indolence. 

Trouble dans Faction, trouble dans le dessein, 

II revera partout a la chuleur du sein, 

Aux chansons de la nuit, aux baiseis de Paurore., 

A la levre de feu que sa levre devore, 

Aux cheveux d^noues qui loulent sur son front, 

Et les regrets du lit, en merchant, le suivront. 

II ira dans la ville, et la les vierges folles 

Le prendront dans leurs lacs aux premieres paroles. 

Plus fort il sera ne, mieux il sera vamcu, 

Car plus le fleuve est grand et plus il est emu. 

Quand le combat que Dieu fit pour la creatuie 

Et contre son semblable et contre la nature 

Force FHomme a chercher un sein ou reposer, 

Quand ses yeux sont en pleurs, il lui faut un baiber. 

Mais il n*a pas encor fini toute sa tache: 

Vient un autre combat plus secret, traitre et lache; 

Sous son bras, sur son cceur se livre celui-la ; 

Et, plus ou moins, la Femme est toujours DALILA. 



ALFRED DE VIGNY 

{ Elle rit et triomphe; en sa froideur savante, 

Au milieu de ses soeurs elle attend et se vante 

De ne rien e"prouver des atteintes du feu. 

A sa plus belle amie elle en a fait 1'aveu: 

Elle se fait aimer sans aimer elle-mme; 

Un rnaitre lui fait peur. C'est le plaisir qu'elle aime; 

L'Homme est rude et le prend sans savoir le donner. 

Un sacrifice illustre et fait pour Itonner 

Rehausse mieux que Tor, aux yeux de ses pareilles, 

La beaut qui produit tant d*e*tranges merveilles 

Et d'un sang pr6cieux salt arroser ses pas. 

Done, ce que j'ai voulu, Seigneur, n'existe pas ! 
Celle a qui va Tamour et de qui vient la vie, 
Celle-la, par orgueil, se fait notre ennemie. 

La Femme est a present pire que dans ces temps 

Oii, voyant les humains, Dieu dit: "Je me repens ! " 

Bient6t, se retirant dans un hideux royaume, 

La Femme aura Gomorrhe et I'Homme aura Sodome; 

Et, se jetant de loin un regard irrite*, 

Les deux sexes mourront chacun de son c6te*. 

'Eternel! Dieu des ''forts! vous savez que mon ame 
N'avait pour aliment que 1'amour d'une femme, 
Puisant dans Famour seul plus de sainte vigueur 
Que mes cheveux divins n'en donnaient a mon coeur. 

Jugez-nous. La voila sur mes pieds endormie. 
Trois fois elle a vendu mes secrets et ma vie, 

Et trois fois a vers6 des pleurs fallacieux 
Qui n'ont pu me cacher la rage de ses yeux; 
Honteuse qu'elle e*tait plus encor qu'e'tonne'e 
De se voir decouverte ensemble et pardonne"e; 
Car la bont6 de THomme est forte, et sa douceur 
Ecrase, en 1'absolvant, Tetre faible et menteur. 

304 



ALFRED DE VIGNY 

'Mais enfin je suis las. J'ai Tame si pesante 

Que mon corps gigantesque et ma tte puissante 

Qui soutiennent 3e poids des col Dimes d'airain 

Ne la peuvent porter avec tout son chagrin. 

Toujours voir serpenter la vipere doree 

Qui se traine en sa fange et s'y croit ignored; 

Toujours ce compagnon dont le coeur n'est pas sr, 

La Femme, enfant malade et douze fois impurl 

Toujours mettre sa force a garder sa colere 

Dans son cceur offense", comme en un sanctuaire 

D'ou le feu s'e'chappant irait tout deYorer; 

Interdire a ses yeux de voir ou de pleurer, 

C'est trop! Dieu, s'il le veut, peut balayer ma cendrc. 

J'ai donn mon secret, Dalila va le vendre. 

Qu'ils seront beaux les pieds de celui qui viendra 

Pour m'annoncer la mort ! Ce qui sera, sera 1 * 

II dit et s'endormit pres d'elle jusqu'a 1'heure 

Ou les guerriers, tremblant d'etre dans sa demeure ? 

Payant au poids de For chacun de ses cheveux. 

Attachment ses mains et brulerent ses yeux, 

Le trainerent sanglant et chargS d'une chaine 

Que douze grands taureaux ne tiraient qu'avec peine, 

Le placerent debout, silencieusement, 

Devant Dagon, leur Dieu, qui gmit sourdement 

Et deux fois, en tournam, recula sur sa base 

Et fit palir deux fois ses pretres en extase; 

Allumerent Tencens, dresserent un festin 

Dont le bruit s'entendait du mont le plus lointain ; 

Et pres de la gSnisse aux pieds du Dieu tue 

Placerent Dalila, pale prostitute, 

Couronn^e, adore"e et reine du repas, 

Mais tremblante et disant : * IL NE IIE VERRA PAS ! * 

2358 ^05 x 



ALFRED DE VIGNY 

Terre et Ciel ! avez-vous tressailli <TaIlgresse 
Lorsque vous avez vu la menteuse maitresse 
Suivre d'un 021! hagard les yeux tache*s de sang 
Qui cherchaient le soleil d'un regard impuissant? 
Et quand eniin Samson, secouant les colonnes 
Qui faisaient le soutien des inamenses Pylones, 
licrasa d'un seul coup, sous les debris mortels, 
Ses trois mille ennemis, leurs dieux et leurs autels? 

Terre et Ciel ! punissez par de telles justices 
La trahison ourdie en des amours factices, 
Et la delation du secret de nos cceurs 
Attache" dans nos bras par des baisers menteurs! 



256 Les Destinees 

*P\EPUIS le premier jour de la creation, 

^ Les pieds lourds et puissants de chaque Destinee 

Pesaient sur chaque tte et sur toute action. 

Chaque front se courbait et tragait sa journle, 
Comme le front d'un boeuf creuse un sillon profond 
Sans depasser la pierre ou sa ligne est borne*e. 

Ces froides Deites liaient le joug de plomb 

Sur le cr&ne et les yeux des Hommes leurs esclaves, 

Tous errants sans e"toile en un dsert sans fond ; 

Levant avec effort leurs pieds charges d'entraves, 
Suivant le doigt d'airain dans le cercle fatal, 
Le doigt des Volont<s inflexibles et graves. 
306 



ALFRED DE VIGNY 

Tristes Divinites du monde Oriental, 
Femmes au voile blanc. immuables statues, 
Elles nous e"crasaient de leur poids colossal. 

Comme un vol de vautours sur le sol abattues, 
Dans un ordre kernel, toujours en norabre egal 
Aux tetes des mortels sur la terre epandues, 

Elles avaient pos leur ongle sans pitie* 
Sur les cheveux dresses des races Sperdues, 
Trainant la femme en pleurs et 1'homme humilie. 

Un soir, il arriva que fantique planete 
Secoua sa poussiere. II se fit un grand cri : 
4 Le Sauveur est venu, voici le jeune athlete ; 

c II a le front sanglant et le c6t meurtri, 

Mais la Fatalite meurt au pied du Prophete ; 

La Croix monte et s'6tend sur nous comme un abri ! * 

Avant Fheure oil, jadis, ces choses arriverentj 
Tout homme ^tait courbl, le front pale et fltri; 
Quand ce cri fut jet, tous ils se releverent. 

Detachant les nceuds lourds du joug de plomb du Sort, 

Toutes les nations a la fois s^crierent : 

c O Seigneur 1 est-il vrai ? le Destin est-il mort ? * 

Et 1'on vit remonter vers le ciel, par voltes, 
Les filles du Destin, ouvrant avec effort 
Leurs ongles qui pressaient nos races desole"es; 

Spus leur robe aux longs plis voilant leurs pieds d'airain, 
Leur main inexorable et leur face inflexible ; 
Montant avec lenteur en innombrable essaim, 

507 x 2 



ALFRED DE VIGNY 

D*un vol inapercu, sans ailes, insensible, 
Comme apparait au soir, vers 1'horizon lointain, 
D'un nuage orageux 1'ascension paisible. 

Un soupir de bonheur sortit du cceur numain ; 
La terre frissonna dans son orbite immense, 
Comme un cheval fre*mit delivre" de son frein. 

Tous les astres e"mus resterent en silence, 
Attendant avec 1'Homme, en la meme stupeur, 
Le supreme dcret de la Toute-Puissance, 

Quand ces lilies du Ciel, retournant au Seigneur, 
Comme ayant retrouve" leurs regions natales, 
Autour de Jehovah se rangerent en chceur, 

D'un mouvement pareil levant leurs mains fatales, 
Puis chantant d'une voix leur hymne de douleur 
Et baissant a la fois leurs fronts calmes et pales: 

' Nous venons demander la Loi de 1'avenir, 
Nous sommes, 6 Seigneur, les froides Destinies 
Dont 1'antique pouvoir ne devait point faillir. 

* Nous roulions sous nos doigts les jours et les annles : 
Devons-nous vivre encore ou devons-nous iinir, 

Des Puissances du ciel, nous, les fortes ain^es? 

*Vous d^tmisez d'un coup le grand piege du Sort 
Ou tombaient tour a tour les races consterne"es : 
Faut-il combler la fosse et briser le ressort ? 

* Ne menerons-nous plus ce troupeau faible et morne, 
Ces hommes d'un moment, ces condamne's a mort, 
Jusqu'au bout du chemin dont nous posions la borne? 

308 



ALFRED DE VIGNY 

c Le moule de la vie 6tait creus6 par nous. 
Toutes les Passions y repandaient leur lave, 
Et les vnements venaient s'y fondre tous. 

' Sur les tables d'airain oh notre loi se grave, 

Vous eiFacez le nom de la FATALITE, 

Vous dliez les pieds de 1'Homme notre esclave. 

6 Qui va porter le poids dont s'est gpouvantS 
Tout ce qui fut cree? ce poids sur la pensee, 
Dont le nom est en bas: RESPOKSABILITZ ? 3 

II se fit un silence, et la Terre aifaissee 
S'arreta comme fait la barque sans rameurs 
Sur les flots orageux, dans la nuit balancee. 

Une voix descend it, venant de ces hauteurs 

Ou s'engendrent, sans fin, les mondes dans 1'espace ; 

Cette voix de la Terre emplit les profondeurs: 

e Retournez en mon nom, Reines, je suis la Grace. 
L'Homrae sera toujours un nageur incertain 
Dans les ondes du temps qui se mesure et passe. 

c Vous toucherez son front, 6 filles du Destin 1 
Son bras ouvnra Teau, qu'elle soit haute ou basse, 
Voulant trouver sa place et deviner sa fin. 

* II sera plus heureux, se croyant maitre et libre 
En luttant contre vous dans un combat mauvais 
Oil moi seule, d'en haut, je tiendrai l^quilibre. 

*De moi naitra son souffle et sa force a jamais. 
Son m6rite est le mien, sa loi perptuelle: 
Faire ce que je veux pour venir otj JE SAis.' 



309 



ALFRED DE V1GNY 

Et le choeur descendit vers sa proie e'ternelle 

Afin d'y ressaisir sa domination 

Sur la race timide, incomplete et rebelle. 

On entendit venir la sombre Legion 

Et retomber les pieds des femmes infiexibles, 

Comme sur nos caveaux tombe un cercueil de plomb. 

Chacune prit chaque homme en ses mains invisibles ; 
Mais, plus forte a present, dans ce sombre duel, 
Notre ame en deuil combat ces Esprits impassibles. 

Nous soulevons parfois leur doigt faux et cruel. 
La Volont transporte a des hauteurs sublimes 
Notre front e"clair6 par un rayon du ciel. 
Cependant sur nos caps, sur nos rocs, sur nos cimes, 
Leur doigt rude et fatal se pose devant nous 
Et, d'un coup, nous renverse au fond des noirs abimes. 
Oh ! dans quel de"sespoir nous sommes encor tous ! 
Vous avez elargi le COLLIER qui nous lie, 
Mais qui done tient la chaine ? Ah 1 Dieu juste, est-ce 
vousl 

Ajrbitre libre et fier des actes de sa vie. 

Si notre cceur s'entr'ouvre au parfum des vertus, 

S'il s'embrase a 1'amour, s'll s'elve au ge"nie, 

Que 1'ombre des Destins, Seigneur, n'oppose plus 
A nos belles ardeurs une immuable entravc, 
A nos efforts sans fin des coups inattendus ! 
O sujet d'epouvante a troubler le plus brave! 
Question sans reponse oil vos Saints se sont tus ! 
O mystere! 6 tourment de I'ame forte et grave! 
Notre mot 6ternel est-il: C'ETAIT ECRIT? 
SUR LE LIVRE DE DIEU, dit I'Orient esclave; 
Et TOccident rlpond: SUR LE LIVRE DU CHRIST. 
310 



ALFRED DE V1GNY 
237 La Mort du Loup 



T ES nuages couraient sur la June enflamme'e 

A -* Comme sur 1'incendie on voit fuir la fumee, 

Et les bois etaient noirs jusques a Phorizon. 

Nous marchions, sans parler, dans Phumide gazon, 

Dans la bruyere e"paisse et dans les hautes brandes, 

Lorsque, sous des sapins pareils a ceux des Landes, 

Nous avons aper^u les grands ongles marques 

Par les loups voyageurs que nous avions traques. 

Nous avons 4coute*, retenant notre haleine 

Et le pas suspendu. Ni le bois ni la plaine 

Ne poussaient un soupir dans les airs ; seulement 

La girouette en deuil criait au firmament; 

Car le vent, e*leve* bien au-dessus des terres. 

N'effieurait de ses pieds que les tours solitaires, 

Et les chenes d'en bas, contre les rocs penches. 

Sur leurs coudes semblaient endormis et couches. 

Rien ne bruissait done, lor^que, bdissant la tte, 

Le plus vieux des chasseurs qui s'etaient mis en quete 

A regard^ le sable en s'y couchant: bientfit, 

Lui que jamais ici Ton ne vit en defaut, 

A d^clar^ tout bas que ces marques recentes 

Annoncaient la dlmarche et les grifFes puissantes 

De deux grands loups-cerviers et de deux louveteaux. 

Nous avons tous alors prepare nos couteaux 

Et, cachant nos fusils et leurs lueurs trop blanches, 

Nous allions pas a pas en 6cartant les branches. 

Trois s'arretent. et moi, cherchant ce qu'ils voyaient 3 

J*aper9ois tout a coup deux yeux qui flamboyaient, 

Et je vois au dela quatre formes l^geres 



ALFRED DE VIGNY 

Qui dansaient sous la June au milieu des bruyeres, 

Comme font chaque jour, a grand bruit, sous nos yeux, 

Quand le maitre revient, les le*vriers joyeux. 

Leur forme e*tait semblable, et semblable la danse; 

Mais les enfants du Loup se jouaient en silence, 

Sachant bien qu'a deux pas, ne dormant qu'a demi, 

Se couche dans ses murs Phomme, leur ennemi. 

Le pre tait debout, et plus loin, contre un arbre, 

Sa louve reposait comme celle de marbre 

Qu'adoraient les Romains, et dont les flancs velus 

Couvaient les demi-dieux R&nus et Romulus. 

Le Loup vient et s'assied, les deux jambes dresse*es 

Par leurs ongles crochus dans le sable enfonce"es. 

II s'est juge* perdu, puisqu'il e*tait surpris, 

Sa retraite couple et tous ses chemins pris; 

Alors il a saisi, dans sa gueule brulante, 

Du chien le plus hardi la gorge pantelante 

Et n'a pas desserre" ses machoires de fer, 

Malgre* nos coups de feu qui traversaient sa chair 

Et nos couteaux aigus qui, comme des tenailles, 

Se croisaient en plongeant dans ses larges entrailles, 

Jusqu'au dernier moment ou le chien Strangle*, 

Mort longtemps avant lui, sous ses pieds a roule*. 

Le Loup le quitte alors et puis il nous regarde. 

Les couteaux lui restaient au flanc jusqu'a la garde, 

Le clouaient au gazon tout baigne* dans son sang ; 

Nos fusils Tentouraient en sinistre croissant. 

II nous regarde encore, en suite il se recouche, 

Tout en Ie"chant le sang rlpandu sur sa bouche, 

Et, sans daigner savoir comment il a pe*ri, 

Refermant ses grands yeux, meurt sans jeter un cri. 



412 



ALFRED DE VIGNY 



J'ai repos mon front sur mon fusil sans poudre, 
Me prenant a penser, et n'ai pu me re"soudre 
A poursuivre sa Louve et ses fils, qui, tous trois, 
Avaient voulu I'attendre, et, comme je le crois, 
Sans ses deux louveteaux, la belle et sombre Teuve 
Ne 1'eut pas laisse" seul subir la grande preuve; 
Mais son devoir e"tait de les sauver, afin 
De pouvoir leur apprendre a bien souffrir la faim, 
A ne jamais entrer dans le pacte dcs villes 
Que 1'homme a fait avec les animaux serviles 
Qui chassent devant lui, pour avoir le coucher, 
Les premiers possesseurs du bois et du rocher. 

in 

Helas! ai-je pense, inalgre" ce grand nom d'Hommes, 

Que j'ai honte de nous, dbiles que nous sommesl 

Comment on doit quitter la vie et tous ses maux, 

C'est vous qui le savez, sublimes animaux ! 

A voir ce que Ton fut sur terre et ce qu'on laisse, 

Seul le silence est grand; tout le reste est faiblesse. 

Ah ! je t'ai bien compris, sauvage voyageur, 

Et ton dernier regard m'est alle" jusqu'au coeur! 

II disait : c SI tu peux, fais que ton ame arrive, 

A force de rester studieuse et pensive, 

Jusqu'a ce haut degr6 de stoique fiert6 

Oii, naissant dans les bois, j'ai tout d'abord monte* 

G^mir, pleurer, prier, est Igalement lache. 

Fais e"nergiquement ta longue et lourde tache 

Dans la voie oft le Sort a voulu t'appeler. 

Puis apres, comme moi, souffre et meurs sans parler.' 

.313 



ALFRED DE VIGNY 

238 La BouteiUe a I a Mer 

i 

/"^OURAGE, 6 faible enfant, de qui ma solitude 

^* Recoit ces chants plaintifs, sans nom, que vous jetez 

Sous mes yeux ombrages du camail de Pe'tude, 

Oubliez les enfants par la mort arretls ; 

Oubliez Chatterton, Gilbert et Malfila'tre; 

De 1'ceuvre d'avenir saintement idolatre, 

Enfin, oubliez 1'homme en vous-mSme. !Ecoutez : 

ii 

Quand un grave mann voit que le vent Pemporte 
Et que les mats bnses pendent tous sur le pont, 
Que dans son grand duel la mer est la plus forte 
Et que par des calculs 1'esprit en vain repond; 
Que le courant l'6crase et le roule en sa course, 
Qu'il est *ans gouvernail, et partant sans ressource, 
II se croise les bras dans un calme t>rofond. 

in 

II voit les masses d'eau, les toise et les mesure, 
Les meprise en sachant qu'il en est e*crase", 
Soumet son ame au poids de la matiere impure 
Et se sent mort ainsi que son vaisseau rase". 

A de certains moments. Tame est sans resistance ; 
Mais le penseur s'isole et n'attend d'assistance 

Que de la forte foi dont il est embras^. 

IV 

Dans les heures du soir, le jeune Capitaine 
A fait ce qu'il a pu pour le salut de* siens. 
Nul vaisseau n'apparait sur la vague lointaine, 
La nuit tombe, et le brick court aux rocs indiens. 

II se rgsigne, il prie; il se recueille, il pense 
A Celui qui soutient les p6les et balance 
L'equateur he'riss6 des longs me'ridiens. 

3 T 4 



ALFRED DE VIGNY 



Son sacrifice est fait; mais il faut que la terre 
Recueille du travail le pieux monument. 
C'est le journal savant, le calcul solitaire, 
Plus rare que la perle et que le diamant; 
C'est la carte des flots faite dans la tempete, 
La carte de l'cueil qui va briser sa tete; 
Aux voyageurs futurs sublime testament. 

VI 

II ecrit : fc Aujourd'hui, le courant nous tntraine, 

Desempare*s, perdus, sur la Terre-de-Feu. 

Le courant porte a Test. Notre mort est certaine : 

II faut cingler au nord pour bien passer ce lieu, 

Ci-joint est mon journal, portant quelques etudes 

Des constellations des hautes latitudes. 

Qu'il aborde, si c'est la volonte de Dieui* 

VII 

Puis, immobile et froid, comme le cap des Brumes 
Qui sert de sentinelle au detroit Magellan, 
Sombre comme ces rocs au front charge d'cumes, 
Ces pics noirs dont chacun porte un deuil castillan, 
II ouvre une bouteille et la choisit tres forte, 
Tandis que son vaisseau, que le courant emporte, 
Tourne en un cercle ^troit comme un vol de milan. 

vin 

II tient dans une main cette vieille compagne, 
Ferme, de Pautre main, son flanc noir et terni. 
Le cachet porte encor le blason de Champagne: 
De la mousse de Reims son col vert est jauni. 
D'un regard, le marin en soi-meme rappelle 
Quel jour il assembla Tequipage autour d'elle, 
Pour porter un grand toste au pavilion bni. 

3*5 



ALFRED DE VIGNY 

XVII 

Les courants 1'emportaient, les glacons la retiennent 
Et la couvrent des plis d'un pais manteau blanc. 
Les noirs chevaux de mer la heurtent, puis reviennent 
La flairer avec crainte, et passent en soufflant. 
Elle attend que !*&, changeant ses destinies, 
Vienne ouvrir le rempart des glaces obstines, 
Et vers la ligne ardente elle monte en roulant. 

XVIII 

Un jour, tout e"tait calme et la mer Pacifique, 
Par ses vagues d'azur, d'or et de diamant, 
Renvoyait ses splendeurs au soleil du tropique. 
Un navire passait majestueusement ; 
II a vu la Bouteille aux gens de mer sacr6e : 
II couvre de signaux sa flamme diapr6e, 
Lance un canot en mer et s'arrete un moment. 

XIX 

Mais on entend au loin le canon des corsaires ; 
Le nggrier va fuir s'il peut prendre le vent. 
Alerte ! et coulez has ces sombres adversaires 1 
Noyez or et bourreaux du couchant au levant ! 
La frigate reprend ses canots et les jette 
En son sein, comme fait la sarigue inquiete, 
Et par voile et vapeur vole et roule en avant. 

xx 

Seule dans l'Oce"an, seule toujours ! Perdue 
Comme un point invisible en un mouvant dsert ? 
L'aventuriere passe errant dans Tltendue 
Et voit tel cap secret qui n'est pas dScouvert. 
Tremblante voyageuse a flotter condamnge, 
Elle sent sur son col que depuis une anne"e 
L'algue et les go6mons lui font un raanteau vert. 



ALFRED BE VIGNY 

XXI 

Un soir enfin, les vents qui souiHent des Florides 
L'entrainent vers la France et ses bords pluvieux. 
Un pecheur accroupi sous des rochers arides 
Tire dans ses filets le ihcon prcieux. 
II court, cherche un savant et lui montre sa pribe, 
Et, sans I'oser ouvrir, demande qu'on lui dise 
Quel est cet elixir noir et mysterieux. 

XXII 

Quel est cet Elixir ? Pecheur, c'est la science, 
C'est 1'elixir divin que boivent les esprits, 
Trsor de la pensee et de Pexplrience ; 
Et si tes lourds filets, 6 pScheur, avaient pris * 
L'or qui toujours serpente aux veines du Mexique, 
Les diamants de PInde et les perles d*Afrique 3 
Ton labeur de ce jour aurait eu moms de prix. 

xxm 

Regarde. Quelle joie ardente et slrieuse ! 
Une gloire de plus luit dans la nation. 
Le canon tout-puissant et Id cloche pieuse 
Font sur les toits tremblants bondir 1'emotion. 
Aux he"ros du savoir plus qu'a ceux des batailles 
On va faire aujourd'hui de grandes fune'railles. 
Lis ce mot sur les murs : * Commemoration I * 

XXIV 

Souvenir eternel 1 gloire a la dcouverte 

Dans Thomme ou la nature, gaux en profondeur, 

Dans le Juste et le Bien, source a peine entr'ouverte, 

Dans 1'Art in^puisable, abime de splendeur! 

Qu'importe oubli, morsure, injustice insensee, 

Glaces et tourbillons de notre traversed? 

Sur la pierre des morts croit 1'arbre de grandeur. 

3*9 



ALFRED DE VIGNY 

XXV 

Get arbre est le plus beau de la terre promise, 

C'est votre phare a tous, penseurs laborieux ! 

Voguez sans jamais craindre ou les flots ou la brise 

Pour tout tre*sor scelle du cachet prcieux. 

L'or pur doit surnager, et sa gloire est certaine: 

Dites en souriant, comme ce capitaine: 

4 Qu'il aborde, si c*est la volonte* des Dieux 1 * 

XXVI 

Le vrai Dieu, le Dieu fort, est le Dieu des idees! 

Sur nos fronts oh le germe est jete" par le sort, 

Rpandons le savoir en fcondes ond6es; 

Puis, recueillant le fruit tel que de Tame il sort, 

Tout empreint du parfum des saintes solitudes, 

Jetons Pceuvre a la mer, la mer des multitudes : 

Dieu la prendra du doigt pour la conduire au port. 



VICTOR-MARIE HUGO 

239 Loisque f enfant parcAt .... 

T ORSQUE Fenfant parait, le cercle de famille 

" Applaudit a grands cris. Son doux regard qui brille 

Fait briller tous les yeux, 

Et les plus tristes fronts, les plus souille's peut-8tre, 
Se d^rident soudain a voir Tenfant paraitre, 

Innocent et joyeux. 
320 



VICTOR HUGO 

Soit que juin ait verdi raon seuil, ou que novembre 
Fasse autour d'un grand feu vacillant dans la chambre 

Les chaises se toucher, 

Quand Tenfant vient, la joie arrive et nous claire. 
On rit, on se rlcrie, on 1'appelle, et sa mere 

Tremble a le voir marcher. 

Quelquefois nous parlons, en remuant la flarame, 
De patrie et de Dieu, des poe'tes, de Ta^e 

Qui s'e*leve en priant ; 
L'enfant parait, adieu le ciel et la patrie 
Et les poetes saints ! la grave causerie 

S'arrete en souriant. 

La nuitj quand 1'homme dort, quand Pesprit reve, a Pheure 
Oh Ton entend gemir, comme une voix qui pleure, 

L 7 onde entre les roseaux, 

Si 1'aube tout a coup la-bas luit comme un phare. 
Sa clart^ dans les champs eVeille une fanfare 

De cloches et d'oiseaux. 

Enfant, vous etes Taube et mon ame est la plaine 
Qui des plus douces fieurs embaume son haleine 

Quand vous la respirez j 

Mon ame est la foret dont les sombres ramures 
S'emplissent pour vous seul de suaves murmures 

Et de rayons dors. 

Car vos beaux yeux sont pleins de douceurs infinies, 
Car vos petites mains, joyeuses et bnies, 

N'ont point mal fait encor; 
Jamais vos jeunes pas n'ont touch6 notre fange, 
T^te sacre^e! enfant aux cheveux blonds! bel ange 

A l'aureok 



331 



VICTOR HUGO 

Vous Stes parmi nous la colombe de 1'arche. 

Vos pieds tendres et purs n'ont point Page ou 1'on marche, 

Vos ailes sont d'azur. 

Sans le comprendre encor vous regardez le monde. 
Double virginit^ 1 corps oil rien n'est immonde, 

Ame ou rien n'est impur ! 

II est si beau, 1'enfant, avec son doux sourire, 
Sa douce bonne foi, sa voix qui veut tout dire, 

Ses pleurs vite apaise*s, 
Laissant errer sa vue e'tonne'e et ravie, 
OfFrant de toutes parts sa jeune ame a la vie 

Et sa bouche aux baisers! 

Seigneur! pre'servez-moi, prservez ceux que j'aime, 
Freres, parents, amis, et mes ennemis meme 

Dans le mal triomphants, 

De jamais voir, Seigneur, 1'ete sans fleurs vermeilles, 
La cage sans oiseaux, la ruche sans abeilles, 

La maison sans enfants ! 



240 Tristesse d'Olympio 

T ES champs n'e'taient point noirs, les cieux n*6taient 

" pas mornes; 

Non, lejour rayonnait dans un azur sans bornes 

Sur la terre tendu, 

L'air 6tait plein d*encens et les pre"s de verdures 
Quand il revit ces lieux ou par tant de blessures 

Son coeur s'est r6pandu. 
322 



Vi^lUK 

L'automne souriait; les coteaux vers la plaine 
Penchaient leurs bois charmants qui jaunissaient a peine ; 

Le ciel tait dore*; 

Et les oiseaux, tourns vers celui que tout nomme, 
Disant peut-etre a Dieu quelque chose de 1'homme, 

Chantaient leur chant sacre*. 

II voulut tout revoir, Fe*tang pres de la source, 
La masure ou raum8ne avait vide leur bourse, 

Le vieux frene plil, 

Les retraites d' amour au fond des bois perdues, 
L'arbre oil dans les baisers leurs ames confondues 

Avaient tout oublie. 

II chercha le jardin, la maison isol6e, 

La grille d'od 1'ceil plonge en une oblique allee, 

Les vergers en talus. 

Pale, il marchait. Au bruit de son pas grave et sombre 
II voyait a chaque arbre, helas! se dresser 1'ombre 

Des jours qui ne sont plus. 

11 entendait fre'niir dans la forSt qu'il aime 

Ce doux vent qui, faisant tout vibrer en nous-me'me, 

Y reveille 1'amour, 

Et, remuant le chene ou bala^ant la rose, 
Semble Tame de tout qui va sur chaque chose 

Se poser tour & tour. 

Les feuilles qui gisaient dans le bois solitaire, 
S'efforpant sous ses pas de s'e"lever de terre, 

Couraient dans le jardin; 

Ainsi, parfois, quand Tame est triste, nos pens^es 
S'envolent un moment sur leurs ailes blesse*es, 

Puis retombent soudain. 



VICTOR HUGO 

11 contemph longtemps les formes magnifiques 
Que la nature prend dans les champs paciliques; 

II rva jusqu'au soir; 
Tout le jour il erra le long de la ravine, 
Admirant tour a tour le ciel, face divine, 

Le lac, divin miroir. 

H6las ! se rappelant ses douces aventures, 
Regardant, sans entrer, par-dessus les cl6tures, 

Ainsi qti'un paria, 

11 erra tout le jour* Vers 1'heure oil la nuit tombe, 
II se sentit le coeur triste comme une tombe, 

Alors il s'teia: 

* O douleur ! j'ai voulu, moi dont Tame est tioublee, 
Savoir si Fume encor conservait la liqueur, 
Et voir ce qu'avait fait cette heureuse valle*e 
De tout ce que j'avais laisse* Isl de mon cceur 1 

*Que peu de temps suifit pour changer toutes choses! 
Nature au front serein, comme vous oubliez 1 
Et comme vous brisez dans vos metamorphoses 
Les ills mysterieux oh nos cceurs sont lie's ! 

; Nos chambres de feuillage en halliers sont changers ; 
L'arbre ou fut notre chifTre est mort ou renverse"; 
Nos roses dans 1'enclos ont e*t ravagles 
Par les petits enfants qui sautent le fosse". 

*Un mur clot k fontaine ou, par 1'heure 
Folitre, elle buvait en descendant des bois; 
Elle prenait de Feau dans sa main, douce fie, 
Et laissait retomber des perles de ses doigts! 



VICTOR HUGO 

4 On a pave* la route apre et mal aplanie, 

Oil, dans le sable pur se dessinant si bien, 

Et de sa petitesse etalant Pironie, 

Son pied charmant semblait rire a cot du mien. 

* La borne du chemin, qui vit dcs jours sans nombre, 
Oh jadis pour m'entendre elle aimait a s'asseoir, 
S'est use"e en heurtant, lorsque la route est sombre, 
Les grands chars gernissants qui reviennent le soir. 

' La foret ici manque et 13. s'est agrandie . . . 
De tout ce qui fut nous presque rien n'est vivant ; 
Et, comme un tas de cendre Iteinte et refroidie, 
L'amas des souvenirs se disperse & tout vent! 

' N'existons-nous done plus ? Avons-nous eu notre heure? 
Rien ne la rendra-t-il a nos cris superflus? 
L'air joue avec la branche au moment ob. je pleure; 
Ma maison me regarde et ne me connait plus. 

'D'autres vont maintenant passer oil nous passamea. 
Nous y sommes venus, d'autres vont y venir; 
Et le songe qu'avaient 6bauch6 nos deux ames, 
Us le continueront sans pouvoir le finir ! 

c Car personne ici-bas ne termine et n'acheve ; 
Les pires des Jhumains sont comme les meilleurs, 
Nous nous r^veillons tous au meme endroit du xeve. 
Tout commence en ce monde et tout finit ailleurs. 

fi Oui, d'autres a leur tour viendront, couples sans tache, 
Puiser dans cet asile heureux, calme, enchante", 
Tout ce qua la nature a Tamour qui se cache 
Mle de reverie et de solennite'! 

325 



VICTOR HUGO 

{ D'autres auront nos champs, nos sentiers, nos retraites. 
Ton bois, ma bien-aimee, est a des inconnus. 
D'autres femmes viendront, baigneuses indiscretes, 
Troubler le flot sacre" qu'ont touche" tes pieds nus. 

4 Quoi done 1 c'est vainement qu'ici nous nous aimlmes ! 
Rien ne nous restera de ces coteaux jBeuris 
Oil nous fondions notre etre en y melant nos flammes ! 
L/impassible nature a deja tout repris. 

* Oh ! dites-moi, ravins, frais ruisseaux, treilles mtires, 
Rameaux charges de nids, grottes, forets, buissons, 
Est-ce que vous ferez pour d'autres vos murmures ? 
Est-ce que vous direz i d'autres vos chansons ? 



vous comprenions tant! doux, attentifs, austeres, 
Tous nos chos s'ouvraient si bien a votre voix ! 
Et nous pretions si bien, sans troubler vos mysteres, 
L*oreille aux mots profonds que vous dites parfois ! 

* Repondez, vallon pur, repondez, solitude y 
O nature abrite en ce desert si beau, 

Lorsque nous dormirons tous deux dans Pattitude 
Que donne aux morts pensifs la forme du tombeau; 

* Est-ce que vous serez a ce point insensible 

De nous savoir couch6s, morts avec nos amours, 

Et de continuer votre fete paisible, 

Et de toujours sourire et de chanter toujours? 

* Est-ce que, nous sentant errer dans vos retraites, 
Fant6mes reconnus par vos monts et vos bois, 
Vous ne nous direz pas de ces choses secretes 
Qu'on dit en revoyant des amis d*autrefois? 



VICTOR HUGO 

* Est-ce que vous pourriez, sans tristesse et sans plainte, 
Voir nos ombres flotter ou marcherent nos pas, 

Et la voir m'entrainer, dans une morne Itreinte, 
Vers quelque source en pleurs qui sanglote tout has? 

c Et s'd est quelque part, dans Fombre oh rien ne veille, 
Deux amants sous vos fleurs abritant leurs transports, 
Ne leur irez-vous pas murmurer a Toreille: 
Vous qui vivez, donnez une pense'e aux morts? 

*Dieu nous prete un moment les prs et les Fontaines, 
Les grands bois frissonnants^ les rocs profonds et sourds, 
Et les cieux azure's et les lacs et les plaines, 
Pour y mettre nos coeurs, nos reves, nos amours; 

'Puis il nous les retire. II souffle notre flamme. 
II plonge dans la nuit 1'antre ou nous rayonnons; 
Et dit a la valise, ou s'imprima notre ame, 
D'efFacer notre trace et d'oublier nos noms. 

* Eh bien ! oubliez-nous, maison, jardin, ombrages ! 
Herbe, use notre seuil 1 ronce, cache nos pas ! 
Chantez, oiseaux ! misseaux, coulez ! croissez, feuillages I 
Ceux que vous oubliez ne vous oublieront pas. 

c Car vous tes pour nous 1'ombre de 1'amour mime! 
Vous tes Foasis qu'on rencontre en chemin ! 
Vous Stes, 6 vallon, la retraite supreme 
Ou nous avons pleur^ nous tenant par la main ! 

*Toutes les passions s'eloignent avec FSge, 
L'une emportant son masque et Tautre son couteau, 
Comme un essaim chantant d^histrions en voyage 
Dont le groupe d^croit derriere le coteau. 

327 



VICTOR HUGO 

* Mais toi, rien ne t'efFace, amour ! toi qui nous charmes I 
Toi qui, torche ou flambeau, luis dans notre biouillard! 
Tu nous tiens par la joie, et surtout par les larnies; 
Jeune homme on te maudit, on t'adore vieillard. 

'Dans ces jours oil la tete au poids des ans s'mcline, 
O& 1'homme, sans projets, sans but, sans visions, 
Sent qu*il n'est deja plus qu'une tombe en mine 
Ou gisent ses vertus et ses illusions; 

6 Quand notre a*me en revant descend dans nos entrailles, 
Comptant dans notre coeur, qu'enfin la glace atteint, 
Comme on compte les morts sur un champ de batailles, 
Chaque douleur tombee et chaque songe e*teint, 

* Comme quelqu'un qui cherche en tenant une lampe, 
Loin des objets rels, loin du monde rieur, 

Elle arrive a pas lents par une obscure rampe 
Jusqu'au fond dsole du gouifre intlrieur; 

* Et la, dans cette nuit qu'aucun rayon n'^toile, 
Uame, en un repli sombre oil tout semble finir, 

Sent quelque chose encor palpiter sous un voile ... 
C'est toi qui dors dans Pombre, 6 sacre" souvenir! ' 



241 Oceano Nox 

! combien de marins, combien de capitaines 
Qui sont partis joyeux pour des courses lointaines, 

Dans ce morne horizon se sont dvanouisl 

Combien ont disparu, dure et triste fortune! 

Dans une mer sans fond, par une nuit sans lune. 

Sous 1'aveugle oc^an a jamais enfouisl 



VICTOR. HUGO 

Combien de patrons morts avec leurs Equipages ! 
Uouragan de leur vie a pris toutes les pages, 
Et d'un souffle il a tout disperse* sur les flotsl 
Nul ne saura leur fin dans 1'abime plo'ngee. 
Chaque vague en passant d'un butin s'est charged; 
L'une a saisi Pesquif, 1'autre les matelots! 

Nul ne salt votrc sort, pauvres ttes perduesl 
Vous roulez a travers les sombres Itendues, 
Heurtant de vos fronts morts des e"cueils inconnus. 
Oh ! que de vieux parents, qui n'avaient plus qu'un revc. 
Sont morts en attendant tous les jours sur la gre"ve 
Ceux qui ne sont pas revenus ! 

On s'entretient de vous parfois dans les veillees. 
Maint joyeux cercle, assis sur des ancres rouillees, 
Mele en cor quelque temps vos noms d'ombre couverts 
Aux rires, aux refrains, aux re*cits d'aventures, 
Aux baisers qu'on d^robe a vos belles futures, 
Tandis que vouz dormez dans les goemons verts! 

On demande : Ofl sont-ils ? sont-ils rois dans quelque ile ? 
Nous ont-ils de'Iaisse's pour un bord plus fertile? 
Puis votre souvenir meme est enseveli. 
Le corps se perd dans Teau, le nom dans la m^moirc. 
Le temps, qui sur toute ombre en verse une plus noire, 
Sur le sombre ocan jette le sombre oubli. 

Bientot des yeux de tous votre ombre est disparue. 
L'un n'a-t-il pas sa barque et 1'autre sa charrue? 
Seules, durant ces nuits oft Forage est vainqueur, 
Vos veuves aux fronts blancs, lasses de vous attendre, 
Parlent encor de vous en remuant la cendre 
De leur foyer et de leur cceurl 

329 



VICTOR HUGO 

Et quand la tombe enfin a ferme* leur paupiere, 

Rien ne sait plus vos noms, pas me'me une humble pierre 

Dans l'troit cimetiere oii l'e"cho nous re*pond, 

Pas meme un saule vert qui s'efFeuille a 1'automne, 

Pas meme la chanson naive et monotone 

Que chante un mendiant a Tangle d'un vieux pont ! 

Oft sont-ils, les marins sombre*s dans les nuits noires ? 
6 flots, que vous avez de lugubres histoiresl 
Plots profonds, redoute"s des meres a genoux! 
Vous vous les racontez en montant les mare'es, 
Et c'est ce qui vous fait ces voix de'sespe're'es 
Que vous avez le soir quand vous venez vers nous! 

242 Nuits de Juin 

T > ETE, lorsque le jour a fui, de fleurs couverte 
*-* La plaine verse au loin un parfum enivrant; 
Les yeux feme's, Toreille aux rumeurs entr'ouverte, 
Ori ne dort qu'a demi d'un sommeil transparent. 

Les astres sont plus purs, Fombre parait meilleure; 
Un vague demi-jour teint le dSme kernel; 
Et 1'aube douce et pale, en attendant son heure, 
Semble toute la nuit errer au bas du del. 

243 U Expiation 

I 

TL neigeait. On ^tait vaincu par sa conquete. 
Pour la premiere fois 1'aigle baissait la tete. 
S ombres jours ! Tempereur revenait lentement, 
Laissant derriere lui bruler Moscou flimant. 

330 



VICTOR HUGO 

II neigeait. L'apre hiver fondait en avalanche* 

Apres la plaine blanche une autre plaine blanche. 

On ne connaissait plus les chefs ni le drapeau. 

Hier la grande arme'e, et maintenant troupeau. 

On ne distinguait plus les ailes ni le centre. 

II neigeait. Les blesses s'abritaient dans le ventre 

Des chevaux morts; au seuil des bivouacs d6sole*s 

On voyait des clairons a leur poste gele*s, 

Rests debout, en selle et muets, bkncs de givre, 

Collant leur bouche en pierre aux trompettes de cuivre. 

Boulets, mitraille, obus, male's aux flocons blancs, 

Pleuvaient; les grenadiers, surpris d'etre tremblants, 

Marchaient pensifs, la glace a leur moustache grise. 

II neigeait, il neigeait toujours! La froide bise 

Sim 1 ait ; sur le verglas, dans des lieux inconnus, 

On n'avait pas de pain et 1'on allait pieds nus. 

Ce n'^taient plus des cceurs vivants, des gens de guerre, 

C'ltait un r6ve errant dans la brume, un mystere, 

Une procession d'ombres sur le ciel noir. 

La solitude, vaste, Ipouvantable a voir, 

Partout apparaissait, muette vengeresse. 

Le ciel faisait sans bruit avec la neige Ipaisse 

Pour cette immense armee Tin immense linceul; 

Et, chacun se sentant mourir, on e*tait seuL 

Sortira-t-on jamais de ce funeste empire? 

Deux ennemis! le czar, le nord. Le nord est pire. 

On jetait les canons pour bruler les affuts. 

Qui se couchait, mourait. Groupe morne et confus, 

Ils fuyaient; le dlsert devorait le cortege. 

On pouvait, a des plis qui soulevaient la neige, 

Voir que des regiments s'e*taient endormis la. 

6 chutes d'Annibal! lendemains d'Attila! 

Fuyards, blesses, mourants, caissons, brancards, civieres, 



VICTOR HUGO 

On s'6crasait aux ponts pour passer les rivieres, 

On s'endormait dix mille, on se reVeillait cent. 

Ney, que suivait naguere une arme*e, a present 

S'lvadait, disputant sa montre a trois cosaques. 

Toutes les nuits, qui-vive ! alerte 1 assauts ! attaques ! 

Ces fant6mes prenaient leur fusil, et sur eux 

Us voyaient se ruer, efFrayants, te'nebreux, 

Avec des cris pareils aux voix des vautours chauves, 

D'horribles escadrons, tourbillons d'hommes fauves, 

Toute une armSe ainsi dans la nuit se perdait. 

L'empereur tait la,*debout, qui regardait 

II e*tait comme un arbre en proie a la cogne'e. 

Sur ce giant, grandeur jusqu'alors e'pargne'e, 

Le malheur, bucheron sinistre, e*tait mont ; 

Et lui, chne vivant, par la hache insulte", 

Tressaillant sous le spectre aux lugubres revanches, 

II regardait tomber autour de lui ses branches. 

Chefs, soldats, tous mouraient. Chacun avait son tour. 

Tandis qu'environnant sa tente avec amour, 

Voyant son ombre aller et venir sur la toile, 

Ceux qui restaient, croyant toujours a son dtoile, 

Accusaient le destin de lese-majestl, 

Lui se sentit soudain dans Tame ^pouvant^. 

Stuplfait du d6sastre et ne sachant que croire, 

Uempereur se tourna vers Dieu; Phorame de gloire 

Trembla; Napoleon comprit qu'il expiait 

Quelque chose peut-^tre, et, livide, inquiet, 

Devant ses legions sur la neige seme"es : 

Est-ce le chldment, dit-il, Dieu des armees ? 

Alors il s'entendit appeler par son nom 

Et quelqu^un qui parlait dans Fombre lui dit: Non. 



VICTOR HUGO 

II 

Waterloo ! Waterloo 1 Waterloo ! morne plaine ! 
Comme une onde qui bout dans une urne trop pleine, 
Dans ton cirque de bois, de coteaux, de vallons, 
La pale mort melait les sombres bataillons. 
D'un c6t c'est F Europe et de 1'autre la France. 
Choc sanglant ! des he*ros Dieu trompait l'espe*rance ; 
Tu dsertais, victoire, et le sort tait las. 
6 Waterloo! je pleure et je m'arrete, hlas! 
Car ces derniers soldats de la derniere guerre 
Furent grands; ils avaient vaincu toute la terre, 
Chasse vingt rois, passe" les Alpes et le Rhin, 
Et leur ame chantait dans les clairons d'airain ! 

Le soir tombait; la lutte 6tait ardente et noire. 

II avait ^offensive et presque la victoire; 

II tenait Wellington accule" sur un bois. 

Sa lunette a la main il observait parfois 

Le centre du combat, point obscur ou tressaille 

La mle*e, efFroyable et vivante broussaille, 

Et parfois Thorizon, sombre comme la mer, 

Soudain, joyeux, il dit : Grouchy ! C'ltait Blucher ! 

L'espoir changea de camp, le combat changea d'ame, 

La me"Iee en hurlant grandit comme une flamme. 

La batterie anglaise ecrasa nos carres. 

La plaine oii frissonnaient nos drapeaux d^chir^s 

Ne fut plus, dans les cris des mourants qu'on ^gorge, 

Qu'un goufFre flamboyant, rouge comme une forge; 

Gouffre oft les regiments, comme des pans de murs, 

Tombaient, oil se couchaient comme des pis murs 

Les hauts tambours-majors aux panaches ^normes, 

Oil Ton entrevoyait des blessures difFormes! 

Carnage affreux! moment fatal! L'homme inquiet 

333 



VICTOR HUGO 

Sentit que la bataille entre ses mains pliait. 

Derriere un mamelon la garde e*tait masse"e, 

La garde, espoir supreme et supreme pense"e ! 

Allons ! faites donner la garde, cria-t-il, 

Et landers, grenadiers aux gutres de coutil, 

Dragons que Rome eut pris pour dcs legionnaires, 

Cuirassiers, canonniers qui trainaient des tonnerres, 

Portant le noir colback ou le casque po!i, 

Tous, ceux de Friedland et ceux de Rivoli, 

Comprenant qu'ils allaient mourir dans cette fete, 

Saluerent leur dieu, debout dans la tempe"te. 

Leur bouche, d'un seul cri, dit : vive Pempereur ! 

Puis, a pas lents, musique en tete, sans fureur, 

Tranqmlle, souriant a la mitraille anglaise, 

La garde imp6riale entra dans la fournaise, 

He"hsl Napoleon, sur sa garde penchd, 

Regardait; ct, shot qu'ils avaient debouche* 

Sous les sombres canons crachant des jets de soufre, 

Voyait, Tun apres Fautre, en cet horrible goufFre, 

Fondre ces regiments de granit et d'acier, 

Comme fond une cire au souffle d'un brasier. 

Us allaient, Tarme au bras, front haut, graves, stofques, 

Pas un ne recula. Dormez, morts hlroiquesl 

Le reste de Tarmle hesitait sur leurs corps 

Et regardait mourir la garde. C'est alors 

Qu'elevant tout a coup sa voix desesp6r6e, 

La D^route, geante a la face efface, 

Qui, pale, 6pouvantant les plus fiers bataillons, 

Changeant subitement les drapeaux en haillons, 

A de certains moments, spectre fait de fumees, 

Se leve grandissante au milieu des armies, 

La Deroute apparut au soldat qui s'^meut, 

Et, se tordant les bras, cria: Sauve qui peut! 

334 



VICTOR HUGO 

Sauve qui peut! affront 1 horreur! toutes les bouches 
Criaient; a travers champs, fous, perdus, farouches, 
Comme si quelque sodHe avait passe" sur eux, 
Parmi les lourds caissons et les fourgons poudreux, 
Roulant dans les fosse's, se cachant dans les seigles, 
Jetant shakos, manteaux, fusils, jetant les aigles, 
Sous les sabres prussiens, ces vtrans, 6 deuil ! 
Tremblaient, hurlaient, pleuraient, couraient. En un 

clin d'ceil, 

Comme s'envole au vent une paille enflammle, 
S'vanouit ce bruit qui fut la grande armee, 
Et cette plaine, helas, oil Ton reve aujourd'hui, 
Vit fuir ceux devant qui 1'univers avait fui! 
Quarante ans sont passes, et ce coin de la terre, 
Waterloo, ce plateau funebre et solitaire, 
Ce champ sinistre ou Dieu mela tant de nants, 
Tremble encor d'avoir vu la fuite des grants! 

Napol6on les vit s^couler comme un fleuve; 

Hommes, chevaux, tambours, drapeaux ; et dans I'e'preuve 

Sentant confus^ment revenir son remords, 

Levant les mains au ciel, il dit : Mes soldats morts, 

Moi vaincu! mon empire est bris6 comme verre. 

Est-ce le chatiment cette fois, Dieu severe? 

Alors parmi les cris, les rumeurs, le canon, 

II entendit la voix qui lui r6pondah: Nonl 

III 
II croula. Dieu changea la chaine de ^Europe. 

II est, au fond des mers que la brume enveloppe, 

Un roc hideux, debris des antiques volcans. 

Le Destin prit des clous, un marteau, des carcans, 

335 



VICTOR HUGO 

Saisit, pale et vivant, ce voleur du tonnerre, 
Et, joyeux, s'en alia sur le pic centenaire 
Le clouer, excitant par son rire moqueur 
Le vautour Angleterre a lui ronger le cceur. 

Evanouissement d'une splendeur immense! 

Du soleil qui se leve a la nuit qui commence, 

Toujours Fisolement, 1'abandon, la prison ; 

Un soldat rouge au semi, la mer a Phorizon. 

Des rochers nus, des bois affreux, Pennui, Pespace, 

Des voiles s'enfuyant comme Pespoir qui passe, 

Toujours le bruit des flots, toujours le bruit des vents! 

Adieu, tente de pourpre aux panaches mouvants, 

Adieu, le cheval blanc que Cesar peronne! 

Plus de tambours battant aux champs, plus de couronne, 

Plus de rois prosteme's dans Pombre avec terreur, 

Plus de manteau trainant sur eux, plus d'empereur! 

Napoleon tait retomb6 Bonaparte. 

Comme un romain bless6 par la fleche du parthe, 

Saignant, morne, il songeait a Moscou qui brula. 

Un caporal anglais lui disait: halte-lal 

Son fils aux mains des rois, sa femme au bras d'un autre ! 

Plus vil que le pourceau qui dans logout se vautre, 

Son se"nat, qui 1'avait adore*, 1'insultait. 

Au bord des mers, a llieure ou la bise se tait, 

Sur les escarpements croulant en noirs dlcombres, 

II marchait, seul, r^veur, captif des vagues sombres. 

Sur les monts, sur les flots, sur les cieux, triste et fier, 

L/ceil encore bloui des batailles d'hier, 

II laissait sa pensle errer a Taventuie. 

Grandeur, gloire, d n^ant ! calme de la nature ! 

Les aigles qui passaient ne le connaissaient pas. 

Les rois, ses guichetiers, avaient pris un compas 

336 



VICTOR HUGO 

Et 1'avaient enferme" dans un cercle inflexible* 

II expirait. La mort de plus en plus visible 

Se levait dans sa nuit et croissait a ses yeux, 

Comme le froid matin d'un jour mystrieux* 

Son ame palpitait, deja presque chappe*e. 

Un jour enfin il mit sur son lit son 6pe, 

Et se coucha pres d'elle, et dit : c'est aujourd'hui ! 

On jeta le manteau de Marengo sur lui* 

Ses batailles du Nil, du Danube, du Tibre, 

Se penchaient sur son front ; il dit : Me voici libre I 

Je suis vainqueur ! je vois mes aigles accourir ! 

Et, comme il retournait sa tete pour mourir, 

II ape^ut, un pied dans la maison dserte, 

Hudson Lowe guettant par k porte entr*ouverte. 

Alors, giant broye" sous le talon des rois, 

II cria : La mesure est comble cette fois ! 

Seigneur ! c'est maintenant fini 1 Dieu que j'implore, 

Vous m'avez chati^ ! La voix dit : Pas encore 1 

244 Tuisque le juste... 

pUISQUE le juste est dans 1'abime, 
* Puisqu'on donne le sceptre au crime, 
Puiscjue tous les droits sont trahis, 
Puisque les plus fiers restent mornes, 
Puisq^on affiche au coin des bornes 
Le dlshonneur de mon pays; 
O R6publique de nos peres, 
Grand Pantheon plein de lumieres, 
D6me d'or dans le libre azur, 
Temple des ombres immortelles, 
Puiscju'on vient avec des chelles 
Coller Tempire sur ton mur; 
w 337 z 



VICTOR HUGO 

I*ulsque toute ame est afFaiblie, 
Puisqu'on rampe, puisqu'on oublie 
Le vrai, le pur, le grand, le beau, 
Les yeux indigne"s de I'histoire, 
L'txonneur, la loi, le droit, la gloire, 
Et ceux qui sont dans le tombeau ; 

Je t*aime, exil 1 douleur, je t'aime ! 
Tristesse, sols mon diademe ! 
Je t'aime, altiere patrvret I 
J'aime ma porte aux vents battue* 
J'aime le deuil, grave statue 
Qui vient s*asseoir a mon cot6. 

J'aime le malheur qm m'^prouve, 

Et cette ombre ou je vous retrouve, 

O vous a qui mon coeur sou tit, 

I^Ignit^, fbi 5 vertu voil^e, 

Toi, Hbert6, il^re exilee, 

Et tol, d6vouement, grand proscrit J 

J^aime cette ile solitaire, 
Jersey, que la libre Angleterre 
Couvre de son vieux pavilion, 
L'eau noire, par moments accrue, 
Le navire, errant e charrue, 
Le flot, mysterieux sillon. 

J'aime ta mouette, o mer profonde, 
Qui secoue en perles ton onde 
Sur son aile aux fauves couleurs, 
Plonge dans les lames g^antes, 
Et sort de ces gueules b^antes 
Oomme Fame sort des douleurs* 

33S 



VICTOR HUGO 

J'aime la roche solennelle 
D'ou j'entends la plainte ternelle, 
Sans treve comme le remords, 
Toujours renaissant dans les ombres, 
Des vagues sur les e"cueils sombres, 
Des meres sur leurs enfants morts. 



24 y JLunct 

FRANCE, quoique tu sommeilles, 

Nous t'appelons, nous, les presents I 
Les t^nebres ont des oreilles, 
Et les profondeurs ont des cris. 

Le despotisme ipre et sans gloire 
Sur les peuples dcourage*s 
Ferme la grille Spaisse et noire 
Des erreurs et des pr^jug^s; 

II tient sous clef 1'essaim fidele 
Des fermes penseurs, des he*ros, 
Mais 1'Id^e avec un coup d'aile 
ficartera les durs barreaux, 

Et, comme en Tan quatrevingt-onze, 
Reprendra son vol souverain; 
Car briser la cage de bronze, 
C'est facile a Poiseau d*airain. 

L*obscurit6 couvre le monde, 
Mais l'Ide illumine et luit; 
De sa clart6 blanche elle inonde 
Les sombres azurs de la nuit. 

339 Z 



VICTOR HUGO 

Eile est le fanal solitaire, 

Le rayon providentieL 

Elle est la lampe de la terre 

Qui ne peut s'allumer qu'au del. 

Elle apaise l'me qui souffre, 
Guide la vie, endort la mort; 
Elle montre aux mchants le goufFre, 
Elle montre aux justes le port. 

En voyant dans la brume obscure 
l/Ide, amour des tristes yeux, 
Monter calme, sereine et pure, 
Sur 1'horizon mystrieux, 

Les fanatismes et les haines 
Rugissent devant chaque seuil 
Comme hurlent les chiens obscenes 
Quand apparait la lune en deuil. 

Oh, contemplez Tid^e altiere, 
Nations! son front surhumain 
A, des a present, la lumiere 
Qui vous gclairera demain ! 



246 Le Chasseur Noir 



passant? Le bois est sombre, 
Les corbeaux volent en grand nombre, 
II va pleuvoir. 

Je suis celui qui va dans Fombre, 
Le chasseur noir! 

340 



VICTOR HUGO 

Les feuilles des bois, du vent remues, 

Sifflent. . . on dirait 
Qu'un sabbat nocturne emplit de hue"es 

Toute la foret; 
Dans une clairiere au sein des nues 

La lune apparait. 

Chasse le daim ! chasse la biche, 

Cours dans les bois, cours dans la friche, 

Void le soir. 
Chasse le czar, chasse I'Autriche, 

6 chasseur noirl 

Les feuilles des bois 

Souffle en ton cor, boucle ta gutre, 
Chasse les cerfs qui viennent paitre 

Pres du manoir. 
Chasse le roi, chasse le pretre^ 

6 chasseur noirl 

Les feuilles des bois 

II tonne, il pleut, c'est le deluge. 
Le renard fuit, pas de refuge 

Et pas d*espoir 1 
Chasse Pespion, chasse le juge, 

<5 chasseur noir ! 

Les feuilles des bois 

Tous les demons de Saint-Antoine 
Bondissent dans la folle avoine 

Sans t'mouvoir ; 
Chasse Tabb, chasse le moine, 

& chasseur noir 1 

Les feuilles des bois 



VICTOR HUGO 

Chasse les ours ! ta meute jappe. 
Que pas un sanglier n*chappe, 

Pais ton devoir ! 
Chasse Csar, chasse le pape, 

) chasseur noir ! 

Les feuilles des bois 

Le loup de ton sentier s'^carte. 
Que ta meute a sa suite parte ! 

Cours I fais-le choir i 
Chasse le brigand Bonaparte, 

6 chasseur noir ! 

Les feuilles des bois, du vent remu^es, 
Tombent. . . on dirait 

Que le sabbat sombre aux rauques hues 
A. fui la foret ; 

Le clair chant du coq perce les nues ; 
Ciel I Faube apparait I 

Tout reprend sa force premiere. 
Tu redeviens la France altiere 

Si belle a voir, 
L*ange blanc vitu de lumiere, 

C) chasseur noir I 

Les feuilles des bois, du vent remue'es, 
Tombent. . . on dirait 

Que le sabbat sombre aux rauques hues 
A. fui la foret 5 

Le clair chant du coq perce les nues ; 
Ciel ! Taube apparait I 



VICTOR HUGO 



247 LEnfance 

T 'ENFANT chantait; la mere au lit, extnue, 
" Agonisait, beau front dans 1'ombre se penchant; 
La mort au-dessus d'elle errait dans la nu^e; 
Et j'e"coutais ce rale, et j'entendais ce chant. 

L 'enfant avait cinq ans, et pres de k fenetre 
Ses rires et ses jeux faisaient un charmant bruit; 
Et la mere, & ( c6te* de ce pauvre doux etre 
Qui chantait tout le jour, toussait toute la nuit. 

La mire alia dormir sous les dalles du cloitre; 
Et le petit enfant se remit a chanter. 
La douleur est un fruit; Dieu ne le fait pas croitre 
Sur la branche trop faible eflcor pour le porter. 



248 T>emain^ des Faube... 

"PvEMAIN, des Paube, a Theure ou blanchit la campagne, 
*^ Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends. 
J'irai par la fort, j'irai par la montagne. 
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps. 

Je marcherai les yeux fix^s sur mes pense*es. 
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit, 
Seul, inconnu, le dos courbe", les mains croisles, 
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit. 

Je ne regarderai ni Tor du soir qui tombe, 
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, 
Et quand j'arriverai je mettrai sur ta tombe 
Un bouquet de houx vert et de bruyere en fleur. 

343 



VICTOR HUGO 



24^ jEl/e cro ait pris ce pit... 

rjLLE avait pris ce pli dans son age ^nfantin 

*-' De venir dans ma chambre un peu chaque matin* 

Je I'attendais ainsi qu'un rayon qu'on espre; 

Elle entrait, et disait: Bonjour, mon petit pere! 

Prenait ma plume, ouvrait mes livres, s'asseyait 

Sur mon lit, dlrangeait mes papiers, et riait, 

Puis soudain s'en allait comme un oiseau qui passe. 

Alors, je reprenais, la tte un peu moins lasse, 

Mon ceuvre interrompue, et, tout en e'crivant, 

Parmi mes manuscrits je rencontrais souvent 

Quelque arabesque fblle et qu'elle avait trac^e, 

Et mainte page blanche entre ses mains froisse>, 

Ou, je ne sais comment, venaient mes plus doux vers. 

Elle aimait Dieu, les fleurs, les astres, les pre"s verts, 

Et c^tait un esprit avant d'etre une femme. 

Son regard refl^tait la clart6 de son ame, 

Elle me consultait sur tout a tous moments* 

Oh ! que de soirs d'hiver radieux et charmants, 

Passes a raisonner kngue, histoire et grammaire, 

Mes quatre enfants group^s sur mes genoux, leur mere 

Tout pres, quelques amis causant au coin du feu! 

J'appelais cette vie ^tre content de peu ! 

Et dire qu'elle est morte ! He"las ! que Dieu m'assiste ! 

Je n*e"tais jamais gai quand je la sentais triste; 

J'ltais morne au milieu du bal le plus joyeux 

Si j*avais, en partant, vu quelque ombre en ses yeux. 



344 



VICTOR HUGO 



Qttand nous habitions tous... 

QUAND nous habitions tous ensemble 
Sur nos collines d'autrefois, 
Oil I'eau court, oft le buisson tremble 
Dans la maison qui touche aux bois, 

Elle avait dix ans, et moi trente; 
J'e"tais pour elle Funivers. 
Oh ! comme 1'herbe est odorante 
Sous les arbres profonds et verts 1 

Elle faisait mon sort prospere, 
Mon travail lger, mon ciel bleu. 
Lorsqu'elle me disait: Mon pere, 
Tout mon coeur s'^criait : Mon Dieu ! 

A travers mes songes sans nombre, 
J*6coutais son parler joyeux, 
Et mon front s*c!airait dans Tombre 
A la lumiere de ses yeux. 

Elle avait Fair d*une princesse 
Quand je la tenais par la main. 
Elle cherchait des fleurs sans cesse 
Et des pauvres dans le chemin. 

Elle donnait comme on de"robe, 
En se cachant aux yeux de tous. 
Oh! la belle petite robe 
Qu*elle avait, vous rappelez-vous ? 

345 



VICTOR HTJOO 

Le soir, aupres de ma bougie, 
Elle jasait a petit bruit, 
Tandis qu*a la vitre rougie 
Heurtaient les papillons de nuit. 

Les anges se miraient en elle. 
Que son bonjour tait charmant ! 
Le ciel mettait dans sa prunelle 
Ce regard qui jamais ne ment. 

Oh 1 je Favais, si jeune encore, 
Vue apparaitre en mon destin ! 
C*tait Tenfant de mon aurore, 
Et mon toile du matin ! 

Quand la lune claire et sereine 
!Brillait aux cieux, dans ces beaux mois, 
Comme nous allions dans la plaine ! 
Comme nous courions dans les bois ! 

Puis, vers la lumiere isol6e 

^toilant le logis obscur, 

Nous revenions par la valle'e 

En tournant le coin du vieux mur ; 

Nous revenions, coeurs plefns de flamme, 
En parlant des splendeurs du ciel. 
Je compos ais cette jeune &me 
Comme 1'abeille fait son miel. 

IDoux ange aux candid es penses, 

Elle ^tait gaie en arrivant... 

Toutes ces choses sont passes 
Comme 1'ombre et comme le vent I 



VICTOR HUGO 



jV/f AINTENANT que Paris, ses paves et ses marbres, 
- LVA Et sa brume et ses toits sont bien loin des mes yeux ; 
Maintenant que je suis sous les branches des arbres, 
Et que je puis songer a la beaute* des cieux; 

Maintenant que du deuil qui m'a fait 1'ame obscure 

Je sors, pale et vainqueur, 
Et que je sens la paix de la grande nature 

Qui m'entre dans le coeur; 

Maintenant que je puis, assis au bord des ondesj 
Emu par ce superbe et tranquille horizon, 
Examiner en moi les vrits profondes 
Et regarder les Beurs qui sont dans le gazon ; 

Maintenant, 6 mon Dieu ! que j'ai ce calme sombre 

De pouvoir de"sormais 
Voir de mes yeux la pierre ou je sais que dans Pombre 

Elle dort pour jamais; 

Maintenant qu'attendri par ces divins spectacles, 
Plaines, forets, rochers, vallons, fleuve argentl, 
Voyant ma petitesse et Toyant vos miracles, 
Je reprends ma raison devant l'immensit ; 

Je viens a vous, Seigneur, pere auquel il faut croire; 

Je vous porte, apais6, 
Les morceaux de ce cceur tout plein de votre gloire 

Que vous avez brise"; 

Je viens a vous. Seigneur! confessant que vous etes 
Bon, cl&nent, indulgent et doux, 6 Dieu vivant! 
Je conviens que vous seul savez ce que vous faites, 
Et que l'homme n*est rien qu'un jonc qui tremble au vent ; 

347 



VICTOR HUGO, 

Je dis que le tombeau qui sur les morts se ferine 

Ouvre le firmament; 
Et que ce qu'ici-bas nous prenons pour le teime 

Est le commencement; 

Je conviens a genoux que vous seul, Pere auguste, 
Poss&iez rinfini, le rlel, Tabsolu; 
Je conviens qu'il est bon, je conviens qu'il est juste 
Que mon cosur ait saigne", puisque Dieu 1'a voulu! 

Je ne rsiste plus a tout ce qui m'arrive 

Par votre volonte*. 
L'ame de deuils en deuils, 1'homme de rive en rive, 

Roule a Te'ternite'. 

Nous ne voyons jamais qu'un seul c6t des choses ; 
L/autre plonge en la nuit d'un mystere efFrayant. 
L'homme subit le joug sans connaitre les causes. 
Tout ce qu'il voit est court, inutile et fuyant. 

Vous faites revenir toujours la solitude 

Autour de tous ses pas. 
Vous n'avez pas voulu qu'il efit la certitude 

Ni la joie ici-basl 

Des qu'il possede un bien, le sort le lui retire. 
Rien ne lui rut donne*, dans ses rapides jours, 
Pour qu'il s'en puisse faire une demeure, et dire : 
C'est ici ma maison, mon champ et mes amours ! 

II doit voir peu de temps tout ce que ses yeux voient; 

II vteillit sans soutiens. 
Puisque ces choses sont, c'est qu'il faut qu'elles soient; 

J'en conviens, j'en conviens 1 



VICTOR HUGO 

Le monde est sombre, 6 Dieu! rimmuable harmonic 
Se compose des pleurs aussi bien que des chants; 
L/homme n'est qu'un atome en cette ombre infinie, 
Nuit oil montent les bons, ou tombent les me*chants. 

Je sais que vous avez bien autre chose a faire 

Que de nous plaindre tous, 
Et qu'un enfant qui meurt, desespoir de sa mere, 

Ne vous fait rien, a vous, 

Je sais que le fruit tombe au vent qui le secoue, 
Que Poiseau perd sa plume et la fleur son parfum ; 
Que la creation est une grande roue 
Qui ne peut se mouvoir sans ^eraser quelqu'un ; 

Les mois, les jours, les flots des mers, les yeux qui pleurent, 

Passent sous le ciel bleu ; 
II faut que Pherbe pousse et que les enfants meurent; 

Je le sais, 6 mon Dieu ! 

Dans vos cieux, au dela de la sphere des nues, 
Au fond de cet azur immobile et dormant, 
Peut-ltre faites-vous des choses inconnues 
Oil la douleur de 1'homme entre comme Ailment. 

Peut-tre est-il utile a vos desseins sans nombre 

Que des Itres charmants 
S'en aillent, emport^s par le tourbillon sombre 

Des noirs tenements. 

Nos destins t^n^breux vont sous des lois immenses 
Que rien ne de*concerte et que rien n'attendrit. 
Vous ne pouvez avoir de subites cllmences 
Qui de*rangent le monde, 6 Dieu, tranquille esprit! 

349 



VICTOR HUGO 

Je vous supplie, 6 Dieu! de regarder mon ame, 

Et de conside*rer 
Qu'humble comme un enfant et doux comme une femme 

Je viens vous adorer! 

Conside"rez encor que j'avais, des Paurore, 
Travaille*, combattu, pense", marchl, lutte*, 
Expliquant la nature a Phomme qui Pignore, 
liclairant toute chose avec votre clarte"; 

Que j'avais, affrontant la haine et la colere, 

Fait ma tlche ici-bas, 
Que je ne pouvais pas m'attendre a ce salaire, 

Que je ne pouvais pas 

PreVoir que, vous aussi, sur ma tte qui ploie 
Vous appesantiriez votre bras triomphant, 
Et que, vous qui voyiez comme j'ai peu de joie, 
Vous me reprendriez si vite mon enfant I 

Qu'une ame ainsi frappSe a se plaindre est sujette, 

Que j'ai pu blasphemer, 
Et vous Jeter mes cris comme un enfant qui jette 

Une pierre a la mer 1 

Considrez qu'on doute, 6 mon Dieu ! quand on souffire, 
Que 1'oeil qui pleure trop finit par s'aveugler, 
Qu*un tre que son deuil plonge au plus noir du gouffre, 
Quand il ne vous voit plus T ne peut vous contempler, 

Et qu'il ne se peut pas que Fhomme, lorsqu'il sombre 

Dans les afflictions, 
Ait prsente a Pesprit la s^r^nit^ sombre 

Des constellations ! 
350 



VICTOR HUGO 

Aujourd'hui, moi qui fus faible comme une mere, 
Je me courbe a vos pieds devant vos cieux ouverts. 
Je me sens e'claire' dans ma douleur amere 
Par un meilleur regard jete" sur Tuoivers. 

Seigneur, je reconnais que Thomme est en d6lire 

S'il ose murmurer; 
Je cesse d'accuser, je cesse de maudire, 

Mais laissez-moi pleurer! 

Helas I laissez les pleurs couier de ma paupiere, 
Puisque vous avez fait les hommes pour cela ! 
Laissez-moi me pencher sur cette froide pierre 
Et dire a mon enfant: Sens-tu que je suis la? 

Laissez-moi lui parler, incline" sur ses restes, 
Le soir, quand tout se tait, 

Comme si, dans sa nuit rouvrant ses yeux celestes, 
Get ange m^coutait ! 

H6las! vers le passe* tournant un ceil d'envie, 
Sans que rien ici-bas puisse m'en consoler, 
Je regarde toujours ce moment de ma vie 
Oh je Tai vue ouvrir son aile et s'envoler. 

Je verrai cet instant jusqu'a. ce que je raeure, 

L'instant, pleurs superflus! 
Oh je criai: L'enfant que j'avais tout a Theure, 

Quoi done ! je ne Tai plus ! 

Ne vous irritez pas que je sob de la sorte, 
6 mon Dieul cette plaie a si longtemps saign^ 1 
L*angoisse dans mon ame est toujours la plus forte, 
Et mon coeur est sounds, mais n'est pas 



VICTOR HUGO 

Ne vous irritez pas! fronts que le deuil reclame, 

Mortels sujets aux pleurs, 
II nous est malaise" de retirer notre ame 

De ces grandes douleurs. 

Voyez-vous, nos enfants nous sont bien ncessaires, 
Seigneur; quand on a vu dans sa vie, un matin, 
Au milieu des ennuis, des peines, des miseres, 
Et de Pombre que fait sur nous notre destin, 

Apparaitre un enfant, tlte chere et sacrSe, 

Petit tre joyeux, 
Si beau, qu'on a cru voir s'ouvrir a son entree 

Une porte des cieux; 

Quand on a vu, seize ans, de cet autre soi-mme 
Croitre la grace aimable et la douce raison, 
Lorsqu'on a reconnu que cet enfant qu'on aime 
Fait le jour dans notre June et dans notre maison; 

Que c'est la seule joie ici-bas qui persiste 

De tout ce qu'on reYa, 
Considerez que c'est une chose bien triste 

De le voir qui s'en va ! 



252 J'ai cueilli cette fteur . . * 

T'AI cueilli cette fleur pour toi sur la colline. 
^ Dans Tipre escarpement qui sur le flot s'incline, 
Que 1'aigle connait seul et peut seul approcher, 
Paisible, elle croissait aux fentes du rocher. 
L'ombre baignait les fiancs du morne promontoire ; 
Je voyais, comme on dresse au lieu d'une victoire 
Un grand arc de triomphe clatant et vermeil, 

352 



VICTOR HUGO 

A Pendroit oil s'&ait englouti le soleil, 
La sombre nuit batir un porche de nules. 
Des voiles s'enfuyaient, au loin diminu^es; 
Quelques toits, s'clairant au fond d'un entonnoir, 
Semblaient craindre de luire et de se kisser voir. 
J'ai cueilli cette fleur pour toi, ma bien-aime'e. 
Elle est pile, et n*a pas de corolle embaume'e, 
Sa racine n'a pris sur la crte des monts 
Que Pamere senteur des glauques goemons; 
Moi, j'ai dit: Pauvre fleur, du haut de cette cime, 
Tu devais t'en aller dans cet immense abime 
Oil Talgue et le nuage et les voiles s'en vont. 
Va mourir sur un cceur, abime plus profond. 
Fane-toi sur ce sein en qui palpite un monde. 
Le ciel, qui te cre"a pour t'efFeuiller dans Fonde, 
Te lit pour Poce'an, je te donne a Tamour. 
Le vent melait les flots; il ne restait du jour 
Qu'une vague lueur, lentement effacle. 
Oh! comme j'tais triste au fond de ma pense*e, 
Tandis que je songeais, et que le goufFre noir 
M'entrait dans Tame avec tous les frissons du soirl 

^Paroles sur la T>une 

MAINTENANT que mon temps dcroit comme un 
flambeau, 

Que mes taches sont terminfes; 
Maintenant que voici que je touche au tombeau 

Par les deuils et par les ann^es, 
Et qu'au fond de ce ciel que mon essor revaj 

Je vois fuir, vers Fombre entraine*es, 
Comme le tourbillon du pass qui s'en va, 

Tant de belles heures sonnies; 
2968 353 A a 



VICTOR HUGO 

Maintenant que je dis : Un jour, nous triomphons, 
Le lendemain tout est mensonge! 

Je suis triste et je marche au bord des fiots profonds, 
Courbe" comme celui qui songe. 

Je regarde, au-dessus du mont et du vallon, 

Et des mers sans fin remue'es, 
S'envoler sous le bee du vautour aquilon 

Toute la toison des nuees; 



J'en tends le vent dans Fair, la nier sur le 

L'homme liant la gerbe mure; 
J'coute, et je confronte en mon esprit pensif 

Ce qui parle a ce qui murmure ; 

Et je reste parfois couch6 sans me lever 

Sur 1'herbe rare de la dune, 
Jusqu'a" Pheure ou 1'on voit apparaitre et rever 

Les yeux sinistres de la lune. 

Elle monte, elle jette un long rayon dormant 

A 1'espace, au mystere, au gouffre; 
Et nous nous regardons tous les deux fixemenr, 

Elle qui brille et moi qui souffre. 

Oh done s'en sont allls mes jours 6vanouis? 

Est-il quelqu'un qui me connaisse ? 
Ai-je encor quelque chose en mes "yeux e*blouis 

De la clarte de ma jeunesse? 

Tout s y est-il envois? Je suis seul, je suis las; 

J'appelle sans qu'on me r^onde; 
O vents! 6 flots! ne suis-je aussi qu'un souffle, h^las! 

H61as! ne suis-je aussi qu'une onde? 

354 



VICTOR HUGO 

Ne verrai-je plus rien de tout ce que j'aimais ? 

Au dedans de moi le soir tombe. 
O terre, dont la brume efface les sommets, 

Suis-je le spectre, et toi la tombe? 

Ai-je done vide" tout, vie, amour, joie, espoir? 

JPattends, je demande, j'implore; 
Je penche tour a tour mes urnes pour avoir 

De chacune une goutte encore. 

Comme le souvenir est voisin du remord ! 

Comme a pleurer tout nous ramene ! 
Et que je te sens froide en te touchant, 6 mort, 

Noir verrou de la porte humainel 

Et je pense, Scoutant g&nir le vent amer, 
Et 1'onde anx plis infranchissables ; 

rit, et 1'on voit sur le bord de la mer 
Fleurir le chardon bleu des sables. 



Booz endomnt 



r>OOZ s^tait couch de fatigue accable"; 
*^ II avait tout le jour travaille dans son aire, 
Puis avait fait son lit a sa place ordinaire; 
Booz dormait aupres des boisseaux pleins de bl6. 

Ce vieillard poss^dait des champs de He's et d'orge ; 
II tait, quoique riche, a la justice enclin; 
II n'avait pas de fange en Teau de son moulin, 
II n*avait pas d'enfer dans le feu de sa forge. 

355 Aa 2 



VICTOR HUGO 

Sa barbe 6tait d'argent comme un ruisseau d'avril. 
Sa gerbe n'ltait point avare ni haineuse; 
Quand il voyait passer quelque pauvre glaneuse, 
Laissez tomber expres des pis, disait-il. 

Get homme marchait pur loin des sentiers obliques, 

Vetu de probite* candide et de lin blanc; 

Et, toujours du c6t6 des pauvres ruissdant, 

Ses sacs de grains semblaient des fontaines publiques. 

Booz tait bon maitre et fidele parent; 

II &ait g6nreux, quoiqu'il ffit conome; 

Les femmes regardaient Booz plus qu'un jeune homme, 

Car le jeune homme est beau, mais le vieillard est grand. 

Le vieillard, qui revient vers la source premiere, 
Entre aux jours kernels et sort des jours changeants; 
Et 1'on voit de la flamme aux yeux des jeunes gens, 
Mais dans 1'oeil du vieillard on voit de la lumiere. 
* 

Done, Booz dans la nuit dormait parmi les siens; 
Pres des meules, qu'on e6t prises pour des de*combres 5 
Les moissonneurs couches faisaient des groupes sombres ; 
Et ceci se passait dans des temps trs anciens. 

Les tribus d'Israel avaient pour chef un juge ; 
La terre, oil Thomme errait sous la tente, inquiet 
Des empreintes de pieds de gant qu'il voyait, 
Etait encor mouill6e et molle du deluge. 

^ 

Comme dormait Jacob, comme dormait- Judith, 
Booz, les yeux fermes, gisait sous la feuillee; 
Or, la porte du ciel s'6tant entrebaillee 
Au-dessus de sa tete, un songe en descendit. 



VICTOR HUGO 

Et ce songe &ait tel, que Booz vit un chne 
Qui, sorti de son ventre, allait jusqu'au ciel bleu; 
Une race y montait comme une longue chaine ; 
Un roi chantait en has, en haut mourait un dieu. 

Et Booz murmurait avec la voix de Fame : 
'Comment se pourrait-il que de moi ceci vint? 
Le chifFre de mes ans a passe quatre-vingt, 
Et je n'ai pas de fils, et je n'ai plus de femme. 

'Voila longtemps que celle avec qui j'ai dormij 
6 Seigneur! a quitte ma couche pour la v6tre; 
Et nous sommes en cor tout meles Fun a 1'autre, 
Elle a demi vivante et moi mort a demi. 

' Une race naitrait de moi ! Comment le croire ? 
Comment se pourrait-il que j'eusse des enfants ? 
Quand on est jeune, on a des matins triomphants, 
Le jour sort de la nuit comme d'une victoire; 

'Mais, vieux, on tremble ainsi qu'a 1'hiver le bouleau; 
Je suis veuf, je suis seul, et sur moi le soir tombe, 
Et je courbe, 6 mon Dieu! mon ame vers la tombe, 
Comme un boeuf ayant soif penche son front vers Teau.' 

Ainsi parlait Booz dans le reve et 1'extase, 
Tournant vers Dieu ses yeux par le sommeil noyes ; 
Le cedre ne sent pas une rose a sa base, 
Et lui ne sentait pas une femme a ses pieds. 

* 

Pendant qu'il sommeillait, Ruth, une moabite, 
S'etait couchee aux pieds de Booz, le sein nu, 
Esprant on ne sait quel rayon inconnu, 
Quand viendrait du rveil la lumiere subite. 



VICTOR HUGO 

Booz ne savait point qu'une femme tait la, 
Et Ruth ne savait point ce que Dieu voulait d'elle. 
Un frais parfum sortait des touffes d'asphodele; 
Les souffles de la nuit flottaient sur Galgala. 

L'ombre tait nuptiale, auguste et solennelle; 
Les anges y volaient sans doute obscure*ment, 
Car on voyait passer dans la nuit, par moment, 
Quelque chose de bleu qui paraissait une aile. 

La respiration de Booz, qui dormait, 

Se melait au bruit sourd des ruisseaux sur la mousse. 

On e*tait dans le mois ou la nature est douce, 

Les collines ayant des lys sur leur sommet. 

Ruth songeait et Booz dormait; Pherbe e*tait noire; 
Les grelots des troupeaux palpitaient vaguement ; 
Une immense bont6 tombait du firmament; 
C*e"tait Pheure tranquille ou les lions vont boire. 

Tout reposait dans Ur et dans Je*rimadeth ; 
Les astres e"maillaient le ciel profond et sombre; 
Le croissant fin et clair parmi ces fleurs de Tombre 
Brillait a Toccident, et Ruth se demandait, 

Immobile, ouvrant Toeil a mortiS sous ses voiles, 
Quel dieu, quel moissonneur de F^ternel 6t6 
Avait, en s*en allant, negligemment jet6 
Cette faucille d'or dans le champ des etailes. 



35 



VICTOR HUGO 



Un peu de Musique 
t 

"pCOUTEZ! Comme un nid qui murmure invisible, 
*^ Un bruit confus s'approche, et des rires, des voix, 
Des pasj sortent du fond vertigineux des bois. 

Et voici qu'a travers la grande forSt bnine 
Qu'emplit la reverie immense de la lune, 
On entend frissonner et vibrer mollement, 
Communiquant aux bois son doux frlmissement, 
La guitare des monts d'Inspruck, reconnaissable 
Au grelot de son man die oh sonne un grain de sable. 
II s'y mele la voix d'un homme, et ce frisson 
Prend un sens et devient une vague chanson. 

'Si tu veux, faisons un reve. 
Montons sur deux palefrois; 
Tu m'emmenes, je t*enleve. 
L'oiseau chante dans les bois. 

*Je suis ton maitre et ta proie; 
Partons, c'est la fin du jour; 
Mon cheval sera la joie, 
Ton cheval sera Pamour. 

'Nous ferons toucher leurs ttes; 
Les voyages sont % aise"s; 
Nous donnerons a ces betes 
Une avoine de baisers. 

'Viens! nos doux chevaux mensonges 
Frappent du pied tous les deux, 
Le mien au fond de mes songes, 
Et le tien au fond des cieux. 

359 



VICTOR HUGO 

* Un bagage est ndcessaire ; 
Nous emporterons nos voeux, 
Nos bonheurs, notre mi sere, 
Et la fleur de tes cheveux. 

* Viens, le soir brunit les chSnes, 
Le moineau rit j ce moqueur 
Entend le doux bruit des chaines 
Que tu m*as mises au coeur. 

* Ce ne sera point ma faute 
Si les forSts et les monts, 
En nous voyant c6te a cote, 
Ne murmurent pas : -Simons ! 

*Viens, sois tendre, je suis ivre, 
O les verts taillis mouill^s I 
Ton souffle te fera suivre 
Des papillons r^veill^s* 

* Lr^envleux oiseau nocturne, 
Triste, ouvrira son ceil rond ; 
Les nymphes, penchant leur urne, 
Dans les grottes souriront, 

Et dironts ct Sommes-nous Folles ! 

C*est Lr^andre avec Hro ; 

En 6coutant leurs* paroles 

Nous laissons tomber notre eau.** 

* Allons-uous-en par 1* Autriche 1 
Nous aurons Faube a nos fronts 5 
Je serai grand, et toi riche, 
Puisque nous nous aimerons. 

360 



VICTOR HUGO 

* Allons-nous-en par la terre, 
Sur uos deux chevaux charmants, 
Dans 1'azur, dans le mystere, 
Dans les e*blouissements ! 

* Nous entrerons a 1'auberge, 
TSf, nous payerons Ph6telier 
De ton sourire de vierge, 
De mon bonjour d'e*colier. 
Tu seras dame, et moi comte; 
Viens, mon coeur s'epanouit, 
Viens, nous conterons ce conte 
Aux e*toiles de la nuit.* 

La melodic en cor quelques instants se traine 
Sous les arbres bleuis par la lune sereine, 
Puis tremble, puis expire; et la voix qui chantait 
S*e*teint comme un oiseau se pose; tout se tait. 

256 Apparition 

TE vis un ange blanc qui passait sur ma te*te; 
^ Son vol e"blouissant apaisait 3a tempe^e 
Et faisait taire au loin k mer pleine de bruit. 

Qu*est-ce que tu viens faire, ange, dans cette nuit? 
Lui dis-je. II r^pondit: Je viens prendre ton ame. 
Et j'eus peur, car je vis que c'e*tait une femme; 

Et je lui dis, trembknt et lui tendant les bras: 

Que me restera-t-il ? car tu t'envoleras. 
II ne re"pondit pas; le ciel que 1'ombre assi^ge 
S'4teignait... Si tu prends mon ame, m*e*criai-je, 
Od remporteras-tu ? montre-moi dans quel lieu. 

II se taisait toujours. 6 passant du ckl bleu, 
Es-tu la mort? lui dis-je, on bien es-tu la vie? 
Et k nuit augmentait sur mon ame ravie, 

361 



VICTOR HUGO 

Et Tange devint noir, et dit : Je suis 1'amour, 
Mais son front sombre &ait plus charmant que le jour, 
Et je voyais, dans Pombre ou brillaient ses prunelles, 
Les astres a travers les plumes de ses ailes. 

JULIEN-AUGUSTE-P6LAGE BRIZEUX 

1806-^858 

2?7 Le Convoi d'une pauvre Fille 

QUAND Louise mourut a sa quinzieme annee, 
Fleur des bois par la pluie et le vent moissonnee, 
Un cortege nombreux ne suivit pas son deuil : 
Un seul pretre, en priant, conduisait le cercueil; 
Puis venait un enfant, qui, d'espace en espace, 
Aux saintes oraisons repondait a voix basse; 
Car Louise Itait pauvre, et jusqu'en son trpas 
Le riche a des honneurs que le pauvre n'a pas. 
La simple croix de buis, un vieux drap mortuaire, 
Furent les seuls apprets de son lit fungraire; 
Et quand le fossoyeur, soulevant son beau corps, 
Du village natal 1'emporta chez les morts, 
A peine si la cloche avertit la contree 
Que sa plus douce vierge en tait retiree. 
Elle mourut ainsi* Par les taillis couverts, 
Les vallons embaumes, les genets, les bids verts, 
Le convoi descendit, au lever de J'aurore. 
Avec toute sa pompe avril venait d'eclore, 
Et couvrait, en passant, d'une neige de fleurs 
Ce cercueil virginal et la baignait de pleurs; 
L'aubgpine avait pris sa robe rose et blanche, 
Un bourgeon &oil tremblait a chaque branche; 
Ce n'&aient que parfums et concerts infinis, 
Tous les oiseaux chantaient sur le bord de leurs nids. 
363 



JULIEN-AUGUSTE-PELAGE BRIZEUX 



Le Tont Kerlo 

T TN jour que nous e"tions assis au pont Kerlo, 
^^ Laissant pendre, en riant, nos pieds au fil de 1'eau, 
Joyeux de la troubler, ou bien, a son passage, 
D'arreter un rameau, quelque flottant herbage, 
Ou sous les saules verts d'effrayer le poisson 
Qui venait au soleil dormir pres du gazon; 
Seuls en ce lieu sauvage, et nul bruit, nulle haleine 
N'eVeillant la vallle immobile et sereine, 
Hors nos ris enfantins, et Fe*cho de nos voix 
Qui partait par vo!6e et courait dans les bois, 
Car entre deux forcts la riviere encaissle 
Coulait jusqu'a k mer, lente, claire et g!ace*e; 
Seuls, dis-je, en ce desert, et libres tout le jour, 
Nous senrions en jouant nos cceurs remplis d'amour. 
C'Stait plaisir de voir sous 1'eau limpide et bleue 
Mille petits poissons faisant fr^mir leur queue, 
Se mordre, se poursuivre, ou, par bandes nageant, 
Ouvrir et refermer leurs nageoires d'argent; 
Puis les saumons bruyants; et, sous son lit de pierre, 
L'anguille qui se cache au bord de la riviere; 
Des insectes,sans nombre, ails ou transparents, 
Occupes tout le jour a monter les courants, 
Abeilles, moucherons, alertes demoiselles, 
Se sauvant sous les joncs du bee des hirondelles. 
Sur la main de Marie une vint se poser, 
Si bizarre d'aspect qu'afin de l^craser 
JPaccourus ; mais dej^ ma jeune paysanne 
Par 1'aile avait saisi la mouche diaphane, 
Et voyant la pauvrette en ses doigts remuer: 
*Mon Dieu, comme elle tremble! oh! pourquoi la tuer?* 

363 



JULIEN-AUGUSTE-P6LAGE BRIZEUX 

Dit-elle. Et dans les airs sa bouche ronde et pure 
Souffla lgerement la frSle creature, 
Qui, deployant soudain ses deux ailes de feu, 
Partit, et s'eleva joyeuse et louant Dieu. 

Bien des jours ont pass6 depuis cette journle, 
HelasI et bien des ans! Dans ma quinzieme annee, 
Enfant, j'entrais alors; mais les jours et les ans 
Ont pass6 sans ternir ces souvenirs d'enfants; 
Et d'autres jours viendront et des amours nouvelles; 
Et mes jeunes amours, mes amours les plus belles, 
Dans 1'ombre de mon cceur mes plus fraiches amours, 
Mes amours de quinze ans refleuriront toujours. 



259 La MaisQn du Moustoir 

6 MAIS ON du Moustoir ! combien de fois, la miit, 
Ou quand j'erre le jour dans la foule et le bruit, 
Tu ra'apparais! Je vois les toits de ton village 
Baigne's a Fhorizon dans des mers de feuillage, 
Une gr^le fume au-dessus, dans un champ 
Une femme de loin appelant son enfant, 
Ou bien un jeune patre assis pres de sa vache, 
Qui, tandis qu'indolente elle pait a Fattache, 
Entonne un air breton si plaintif et si doux 
Qu'en le chantant ma voix vous ferait pleurer tous. 
Oh ! les bruits, les odeurs, les murs gris des chaumieres, 
Le petit sender blanc et borde" de bruyeres, 
Tout renait comme au temps ou, pieds nus, sur le soir, 
J'escafadais k porte et courais au Moustoir; 



JULIEN-AUGUSTE-PELAGE BRIZEUX 

Et dans ces souvenirs oft je me sens revivre, 
Mon pauvre coeur trouble" se dllecte et s'enivrel 
Aussi, sans me lasser, tous les jours je revois 
Le haut des toits de chaume ct le bouquet de bois, 
Au vieux puits la servante allant remplir ses cruches, 
Et le courtil en fleurs ou bourdonnent les ruches, 
Et Paire, et le lavoir, et la grange; en un coin 
Les pommes par monceaux, et les meules de foin; 
Les grands bceufs tendus aux portes de la creche, 
Et devant la maison un lit de paille fraiche. 
Et j'entre; et c'est d'abord un silence profond, 
Une nuit calme et noire; aux poutres du plafond 
Un rayon de soleil, seul, darde sa lumiere 
Et tout autour de lui fait danser la poussiere. 
Chaque objet cependant s'e*claircit : ^ deux pas, 
Je vois le lit de chene et son coffre; et plus bas 
(Vers la porte, en tournant), sur le bahut 6norme, 
P^le-m6le bassins, vases de toute forme. 
Pain de seigle, laitage, Icuelles de noyer; 
Enfin, plus bas encor, sur le bord du foyer, 
Assise a son rouet pres du grillon qui crie, 
Et dans Tombre filant, je reconnais Marie; 
Et, sous sa jupe blanche arrangeant ses genoux, 
Avec son doux parler elle me dit : fi C*est vous i * 



CHARLES-AUGUSTIN SAINTE-BEUVE 

x8 

Sonnets 

260 i 

'liTAIS un arbre en fleur ou chantait ma Jeunesse, 



J 



Jeunesse, oiseau charmant, mais trop vite envole", 
Et meme, avant de fuir du bel arbre effeuilJe*, 
II avait tant chante* qu*il se plaignait sans cesse. 

Mais sa plainte dtait douce, et telle en sa tristesse 
Qu'a deTaut de te"moins et de groupe assemble, 
Le buisson attentif avec l'e*cho trouble 
Et le coeur du vieux chene en pleuraient de tendresse, 

Tout se tait, tout est mort I Uarbre, veuf de chansons, 
6tend ses rameaux nus sous les mornes saisons; 
Quelque craquement sourd s'entend par intervallc; 

Debout il se deVore, il se ride, il attend, 
Jusqu'a Fheure ou viendra la Corneille fatale 
Pour le supreme hiver chanter le dernier chant. 

261 it 

T 'AUTRE nuit, je veillais dans mon lit sans lumiere, 
^ Et la verve en mon sein a fiots silencieux 
S'amassaitj quand soudain, frappant du pied les cieux, 
L'lclair, comme un coursier a la pale criniere, 

Passa; la foudre en char retentissait derriere, 
Et la terre tremblait sous les divins essieux; 
Et tous les animaux, d'effroi religieux 
Saisis, restaient chacun tapis dans leur taniere. 

Mais moi, mon Sine en feu s'allumait a 1'lclair; 
Tout mon sein bouillonnait, et chaque coup dans Fair 
A mon front trop charge* de"chirait un nuage. 

J*e*tais dans ce concert un sublime instrument; 
Homme, je me sentais plus grand qu'un element, 
Et Dieu parlait en moi plus haut que dans Forage. 



CHARLES-AUGUSTIN SAINTE-BEUVE 
262 Souvenir 

IPVANS Pile Saint-Louis, le long d'un quai dlsert, 

*-^ L'autre soir je passais ; le del tait convert, 

Et 1'horizon brumeux cut paru noir d'orages 

Sans la fraicheur du vent qui chassait les nuages; 

Le soleil se couchait sous de sombres rideaux; 

La riviere coulait verte entre les radeaux; 

Aux balcons a et la quelque figure blanche 

Respirait Fair du soir; et c'etait un dimanche. 

Le dimanche est pour nous le jour de souvenir; 

Car dans la tendre enfance on aime a voir venir, 

Apres les soins comptes de Texacte semaine 

Et les devoirs remplis, le soleil qui ramene 

Le loisir et la fete, et les habits pares, 

Et Plglise aux doux chants, et les jeux dans les pie's; 

Et plus tard, quand la vie, en proie a la tempete, 

Ou stagnante d'ennui, n'a plus loisir ni fete, 

Si pourtant nous sentons, aux choses d'alentour, 

A la gaitS d'autrui, qu'est revenu ce jour, 

Par degres attendris jusqu'au fond de notre ame, 

De nos beaux ans brisls nous renouons la trame, 

Et nous nous rappelons nos dimanches d'alors, 

Et notre blonde enfance, et ses runts tr^sors. 

Je rSvais done ainsi, sur le quai solitaire, 

A mon jeune matin, si voil6 de mystere, 

A tant de pleurs obscurs en secret d6vor^s, 

A tant de biens trompeurs ardemment espere's, 

Qui ne viendront jamais, qui sont venus, peut-8tre! 

En suis-je plus heureux qu'avant de les connaitre? 

Et, tout revant ainsi, pauvre reveur, voila 

Que soudain, loin, bien loin, mon ame s'envola, 

Et d*objets en objets, dans sa course inconstante. 



CHARLES-AUGUSTIN SAINTE-BEUVE 

Se prit aux longs discours que feu ma bonne tante 

Me tenait, tout enfant, durant nos soirs d'hiver, 

Dans ma ville natale, a Boulogne-sur-Mer. 

Elle m j y racontait souvent, pour me distraire, 

Son enfance, et les jeux de mon pere, son frere, 

Que je n'ai pas connu, car je naquis en deuil, 

Et mon berceau d'abord pos6 sur un cercueil. 

Elle me parlait done et de mon pere et d'elle; 

Et ce qu'aimait surtout sa mmoire fidele, 

C6tait de me conter leurs destins entrained 

Loin du bourg paternel oft tous deux e"taient ne"s. 

De mon antique aieul je savais le manage, 

Le manoir> son aspect, et tout le voisinage; 

La riviere coulait a cent pas pres du seuil; 

Douze enfants (tous sont morts) entouraient le fauteuil; 

Et je disais les noms de chaque jeune lille, 

Du cure*, du notaire, amis de la famille, 

Pieux hommes de bien, dont j'ai r6v6 les traits, 

Morts pourtant sans savoir que jamais je naitrais* 

Et tout cela revint en mon ame mobile, 

Ce jour que je passais le long du quai dans Tile. 

Et bientSt, au sortir de ces songes flottants, 
Je me sentis pleurer, et j'admirai longtemps 
Que de ces hommes morts, de ces choses vieillies, 
De ces traditions par hasard recueillies, 
Moi, si jeune et d'hier, inconnu des aieux, 
Qui n'ai vu qu'en r^cits les images des lieux, 
Je susse ces details, seul peut-6tre sur terre, 
Que j'en gardasse un culte en mon cceur solitaire, 
Et qu*a propos de rien, un jour d'&e*, si loin 
Des lieux et des objets, ainsi j r en prisse soin. 
H^lasl pensais-je alors, la tristesse dans Tame, 
368 



CHARLES-AUGUSTIN SAINTE-BEUVE 

Humbles hommes, 1'oubli sans pitie* nous re'clame^ 
jEtj sit6t que la mort nous a remis a Dieu, 
Le souvenir de nous ici nous survit peu; 
Notre trace est legere et bien vite efFacge; 
Et moi qui de ces morts garde encor la pense*e, 
Quand je m'endormirai comme eux, du temps vaincu, 
Sais-je, helas ! si quelqu'un saura que j'ai vcu ? 
Et, poursuivant toujours, je disais qu'en la gloire, 
En la m6moire humaine, il est peu sur de croire, 
Que les cceurs sont ingrats, et que bien mieux il vaut 
De bonne heure aspirer et se fondre plus haut, 
Et croire en Celui seul qui, des qu'on le supplie, 
Ne nous fait jamais faute, et qui jamais n'oublie. 



F^LIX ARVERS 

i8o6-ti85i 

26$ Sonnet 

TVA"ON &me a son secret, ma vie a son mystere: 
^^- Un amour Sternel en un moment congu. 
Le mal est sans espoir, aussi j'ai du le taire, 
Et celle qui 1'a fait n*en a jamais rien su. 

H^las! j'aurai pass6 prs d'elle inapergu, 
Toujours a ses c6ts, et pourtant solitaire, 
Et j'aurai jusqu'au bout fait mon temps sur la terre, 
N'osant rien demander et n'ayant rien reju. 

Pour elle, quoique Dieu Fait faite douce et tendre, 
Elle ira son diemin, distraite, et sans entendre 
Ce murmure d'amour e*lev6 sur ses pas; 

A I'aust&re devoir pieusement fidele, 
Elle dira, lisant ces vers tout remplis d'elle: 
Quelle est done cette femme?* et ne comprendra pas* 

2958 369 B b 



AUGUSTE BARBIER 
264 T>ante 

P\ ANTE, vieux Gibelin 1 quand je vois en passant 

^ Le platre blanc et mat de ce masque puissant 

Que 1'art nous a laisse* de ta divine tite, 

Je ne puis m'empScher de fre'mir, 6 poete! 

Tant la main du g6nie et celle de malheur 

Ont imprime' sur toi le sceau de la douleur. 

Sous r&roit chaperon qui presse tes oreilles, 

Est-ce le pli des ans ou le sillon des veilles 

Qui traverse ton front si laborieusement ? 

Est-ce au champ de 1'exil, dans Pavilissement, 

Que ta bouche s'est close a force de maudire? 

Ta derniere pensle est-elle en ce sourire 

Que la mort sur ta levre a clou6 de ses mains ? 

Est-ce un ris de pitie" sur les pauvres humains? 

Ahl le mfipris va bien a la bouche de Dante, 

Car il re^ut le jour dans une ville ardente, 

Et le pave" natal fut un champ de graviers 

Que d^chira longtemps la plante de ses pieds. 

Dante vit, comme nous, les passions humaines 

Rouler autour de lui leurs fortunes soudaines; 

II vit les citoyens s'e"gorger en plein jour, 

Les partis e'crase's renattre tour a tour; 

II vit sur les buchers s'allumer les victimes ; 

II vit pendant trente ans passer des flots de crimes, 

Et le mot de patrie a tous les vents jet 

Sans profit pour le peuple et pour la liberte*. 

6 Dante AJighieri, poete de Florence, 

Je comprends aujourd'hui ta mortelle souffrance; 



AUGUSTE BARBIER 

Amant de Beatrice, a Fexil condamnl, 

Je comprends ton ceil cave et ton front dcharn, 

Le dugout qui te prit des choses de ce monde, 

Ce mal de coeur sans fin, cette haine profonde 

Qui, te fafsant atroce en te fouettant I'humeur, 

Inonderent de bile et ta plume et ton coeur. 

Aussi, d'apres les mceurs de ta ville natale, 

Artiste, tu peignis tine toile fatale, 

Et tu fis le tableau de sa perversitS 

Avec tant d'dnergie et tant de v^rite", 

Que les petits enfants qui le jour, dans Ravenne, 

Te voyaient traverser quelque place lointaine, 

Disaient en contemplant ton front livide et vert: 

c Voila, voila celui qui revient de Fenfer ! 9 



265 

ton visage est triste et ton front amaigri, 
_ Sublime Michel- Ange, 6 vieux tailleur de pierrel 
Nulle larme jamais n*a mouill6 ta paupiere ; 
Comme Dante, on dirait que tu n'as jamais ri. 

Helasl d'un lait trop fort la Muse t'a nourri, 
L'art fut ton seul amour et prit ta vie entiere; 
Soixante ans tu courus une triple carriere 
Sans reposer ton cceur sur un coeur attendri. 

Pauvre Buonarottil ton seul bonheur au monde 
Fut d'imprimer au marbre une grandeur profonde, 
Et, puissant comme Dieu, d^effrayer comme Lui: 

Aussi, quand tu parvins a ta saison derniere, 
Vieux lion fatigue, sous ta blanche criniere, 
Tu mourus longuement plein de gloire et d'ennui. 

371 sb 2 



AUGUSTE BARBIER 



266 L* Adieu 

A H ! quel que soit le deuil jete 1 sur cette terre 
** Qui par deux fois du monde a change" le destin, 
Quels que soient ses malheurs et sa longue misere, 
On ne peut la quitter sans peine et sans chagrin. 

Ainsi, pres de sortir du celeste jardin, 

Je me retourne encor sur les cimes hautaines, 

Pour contempler de la son horizon divin 

Et longtemps m'enivrer de ses graces lointaines : 

Et puis le froid me prend et me glace les veines, 
Et tout mon cceur soupire, oh ! comme si j'avais, 
Aux champs de Tltalie et dans ses larges plaines, 

De mes jours effeuill le rameau le plus frais, 
Et sur le sein vermeil de la brune de*esse 

pour toujours ma vie et ma jeunesse. 



GfiRARD DE NERVAL 

1808-1-1855 
267 Les Cydatises 

\tl sont nos amoureuses? 
Elles sont au tombeau! 
Elles sont plus heureuses 
Dans un sejour plus beau ! 



o t 



Elles sont pres des anges, 
Dans le fond du ciel bleu, 
Et chantent les louanges 
De la mere de Dieu ! 
372 



G6RARD DE NERVAL 

6 blanche fiancee! 
6 jeune vierge en fleur ! 
Amante de*laisse"e, 
Que ftetrit la douleurl 

L'e'ternite' profonde 
Souriait dans vos yeux,.. 
Flambeaux e*teints du monde, 
Rallumez-vous aux cieux! 



268 Delfica 

T A connais-tu, Dafne", cette ancienne romance, 
*" - ' Au pied du sycomore, ou sous les lauriers blancs> 
Sous Polivier, le myrte ou les saules tremblants, 
Cette chanson d'amour...<jui toujours recommence? 

Reconnais-tu le temple, au peristyle immense, 
Et les citrons amers ou s'imprimaient tes dents ? 
Et la grotte, fatale aux hCtes imprudents, 
Ou du dragon vaincu dort 1'antique semence ? 

Us reviendront, ces dieux que tu pleures toujours ! 
Le temps va ramener Tordre des anciens jours; 
La terre a tressailli d'un souffle prophe'tique,.. 

Cependant la sibylle au visage latin 

Est endormie en cor sous Fare de Constantin : 

Et rien n'a d^rangl le severe portique. 



373 



GfiRARD DE NERVAL 

269 J^ers dores 

1LJOMME, libre penseur! te crois-tu seul pensant 
* * Dans ce monde oft la vie delate en toute chose? 
Des forces que tu tiens ta liberte* dispose, 
Mais de tous tes conseils 1'univers est absent. 

Respecte dans la bte un esprit agissant; 
Chaque fleur est tine ame a la Nature e"close ; 
Un mystere d'amour dans le me"tal repose; 
* Tout est sensible 1 * Et tout sur ton tre est puissant* 

Grains, dans le mur aveugle, un regard qui t*6pie; 
A la matiere meme un verbe est attache"... 
Ne la fais pas servir a quelque usage impie ! 

Souvent dans Tetre obscur habite un Dieu cache*; 
Et comme un ceil naissant convert par ses paupieres, 
Un pur esprit s'accroit sous l^corce des pierres 1 

270 jDans les Bois 

\ U printemps, Foiseau nait et chante : 
** N*avez-vous jamais oui sa voix ?... 
Elle est pure, simple et touchante 
La voix de 1'oiseau dans les bois ! 



^, 1'oiseau cherche Toiselle; 
II aime, et n'aime qu'une fois ! 
Qu'il est doux, paisible et fidele 
Le nid de 1'oiseau dans les bois! 

Puis, quand vient 1'automne brumeuse 
II se tait... avant les temps froids. 
Helas! qu'elle doit Itre heureuse 
La mort de Toiseau dans les bois ! 

374 



ALFRED DE MUSSET 

i8io-ti857 

271 La Nuit de Mat 

LA MUSE 

prends ton luth et me donne un baiser; 
La fleur de l'glantier sent ses bourgeons clore. 
Le printemps nait ce soir ; les vents vont s'embraser ; 
Et la bergeronnette, en attendant 1'aurore, 
Aux premiers buissons verts commence a se poser; 
Poete, prends ton luth et me donne un baiser. 

LE POETE 

Comme il fait noir dans la valle"e ! 
J'ai cru qu'une forme voile*e 
Flottait la-bas sur la forSt. 
Elle soitait de la prairie; 
Son pied rasait 1'herbe fleurie ; 
C'est une Strange reverie; 
Elle s'efFace et disparait. 

LA MUSE 

Poete, prends ton luth; la nuit, sur la pelouse, 
Balance le zephyr dans son voile odorant. 
La rose, vierge encor, se referme jalouse 
Sur le frelon nacre" qu'efle enivre en mourant. 
6coute ! tout se tait ; songe a ta bien-aim^e. 
Ce soir, sous les tilleuls, a la sombre ram6e 
Le rayon du couchant laisse un adieu plus doux. 
Ce soir, tout va fleurir: Pimmortelle nature 
Se remplit de parfums, d'amour et de murmure, 
Comme le lit joyeux de deux jeunes poux. 

375 



ALFRED DE MUSSET 

LE POETE 

Pourquoi mon coeur bat-il si vite? 
Qu'ai-je done en moi qui s'agite 
Dont je me sens pouvante*? 
Ne frappe-t-on pas a ma porte? 
Pourquoi ma lampe % demi morte 
M'Sblouit-elle de clarte*? 
Dieu puissant ! tout mon corps frissonne. 
Qui vient? qui m'appelle? Personne, 
Je suis seul, c'est 1'heure qui sonne; 
O solitudel 6 pauvrete'! 

LA MUSE 

Poete, prends ton luth; le vin de la jeunesse 

Fermente cette nuit dans les veines de Dieu. 

Mon sein est inquiet; la volupte" Toppresse, 

Et les vents alte"re"s m'ont mis la levre en feu. 

6 paresseux enfant 1 regarde, je suis belle. 

Notre premier baiser, ne t'en souviens-tu pas, 

Quand je te vis si pale au toucher de mon aile, 

Et que, les yeux en pleurs, tu tombas dans mes bras ? 

Ah ! je t'ai console* d'une am^re souffrance ! 

H^las ! bien jeune encor, tu te mourais d'amour. 

Console-moi ce soir, je me meurs d'espSrance; 

J'ai besoin de prier pour vivre jusqu'au jour. 

LE POETE 

Est-ce toi dont la voix m'appelle, 
O ma pauvre Muse ! est-ce toi ? 
O ma fleur! 6 raon immortelle! 
Seul tre pudique et fidele 
Ou vive encor 1'amour de moi! 



ALFRED DE MUSSET 

Oui, te voila, c'est toi, ma blonde, 
C'est toi, ma maitresse et ma soeur! 
Et je sens, dans la nuit profonde, 
De ta robe d'or qui m'inonde 
Les rayons glisser dans mon cceur. 

LA MUSE 

Poete ? prends ton luth; c'est moi, ton immortelle, 

Qui t'ai vu cette nuit triste et silencieux, 

Et qui, comme un oiseau que sa couvle appelle, 

Pour pleurer avec toi descends^du haut des cieux. 

Viens, tu soufFres, ami. Quelque ennui solitaire 

Te ronge ; quelque chose a ggmi dans ton cceur ; 

Quelque amour t'est venu, comme on en voit sur terre, 

Une ombre de plaisir, un semblant de bonheur. 

Viens, chantons devant Dieu ; chantons dans tes pense"es, 

Dans tes plaisirs perdus, dans tes peines passees; 

Partons, dans un baiser, pour un monde inconmu 

liveillons au hasard les e"chos de ta vie, 

Parlons-nous de bonheur, de gloire et de folie, 

Et que ce soit un rve, et le premier venu* 

Inventons quelque part des lieux oil Ton oublie; 

Partons, nous sommes seuls, 1'univers est a nous. 

Voici la verte ficosse et la brune Italic, 

Et la Grece, ma mere, oh le miei est si doux, 

Argos, et Ptelgon, ville des h6catombes, 

Et Messa la divine, agreable aux colombes; 

Et le front chevelu du Pelion changeant; 

Et le bleu Titarese, et le golfe d' argent 

Qui montre dans ses eaux, oft le cygne se mire, 

La blanche Oloossone a la blanche Camyre. 

Dis-moi, quel songe d'or nos chants vont-ils bercer? 

D'oti vont venir les pleurs que nous allons verser? 

377 



ALFRED DE MUSSET 

Ce matin, quand le jour a frapp ta paupiere, 

Quel sraphin pensif, courbe* sur ton chevet, 

Secouait des lilas dans sa robe lgre 

Et te contait tout has les amours qu'il rSvait? 

Chanterons-nous 1'espoir, la tristesse ou la joie? 

Tremperons-nous de sang les bataillons d'acier? 

Suspendrons-nous Famant sur 1'e'ctielle de soie ? 

Jetterons-nous au vent I'Scume du coursier? 

Dirons-nous quelle main, dans les lampes sans nombre 

De la maison celeste, allume nuit et jour 

L'huile sainte de vie et d'&ernel amour? 

Crierons-nous Tarquin : ' II est temps, voici 1* ombre ! * ? 

Descendrons^nous cueillir la perle au fond des mers? 

Menerons-nous la chevre aux 6be"niers amers ? 

Montrerons-nous le ciel a la M^lancolie ? 

Suivrons-nous le chasseur sur les monts escarped ? 

La biche le regarde; elle pleure et supplie; 

Sa bruyere 1'attend ; ses faolis sont nouveau-ns ; 

II se baisse, il l^gorge, il jette a la curie 

Sur les chiens en sueur son coeur encor vivant. 

Peindrons-nous une vierge a la joue empourpr^e 

S'en allant a la messe, un page la suivant, 

Et d*un regard distrait, a c6t6 de sa mere, 

Sur sa levre entr*ouverte oubliant sa priere ? 

Elle Scoute en tremblant, dans Pe'cho du pilier, 

R^sonner l^peron d'un hardi cavalier. 

Dirons-nous aux he*ros des vieux temps de la France 

De monter tout arrays aux crneaux de leurs tours, 

Et de ressusciter la na!ve romance 

Que leur gloire oubli^e apprit aux troubadours ? 

Vetirons-nous de Wane une molle 6l^gie ? 

L'homme de Waterloo nous dira-t-il sa vie, 

Et ce qu'il a fauche du troupeau des humains 

378 



ALFRED DE MUSSET 

Avant que l'envoy de la nuit gternelle 

Vint sur son tertre vert 1'abattre d'un coup d'aile 

Et sur son cceur de fer lui croiser les deux mains? 

Clouerons-nous au poteau d'une satire altiere 

Le nom sept fois vendu d'un pale pamphl&aire, 

Qui, pouss par la faim, du fond de son oubli, 

S'en vient, tout grelottant d'envie et d'impuissance, 

Sur le front du ge"nie insulter I'espSrance 

Et mordre le laurier que son souffle a sali ? 

Prends ton luth ! prends ton luth ! je ne peux plus me 

taire ; 

Mon aile me souleve au souffle du printemps. 
Le vent va m'emporter ; je vais quitter la terre. 
Une larme de toi ! Dieu m'e"coute ; il est temps. 



SM ne te faut, ma sceur che'rie, 
Qu'un baiser d'une levre amie 
Et qu'une larme de mes yeux, 
Je te les donnerai sans peine; 
De nos amours qu'il te souvienne, 
Si tu remontcs dans les cieux. 
Jc ne chante ni Tesplrance, 
Ni la gloire, ni le bonhcur, 
Helas ! pas mme la souffrance. 
La bouche garde le silence 
Pour e*couter parler le cceur. 

LA MUSE 

Crois-tu done que je sois comme le vent d'automne 
Qui se nourrit de pleurs jusque sur un tombeau, 
Et pour qui la douleur n'est qu'une goutte d'eau ? 
O poete 1 un baiser, c'est moi qui te le donne. 

379 



ALFRED BE MUSSET 

L/herbe que je voulais arracher de ce lieu, 

C'est ton oisivete" ; ta douleur est a Dieu. 

Quel que soit le souci que ta jeunesse endure, 

Laisse-la s'elargir, cette sainte blessure 

Que les noirs slraphins t'ont faite au fond du cceur; 

Rien ne nous rend si grands qu'une grande douleur. 

Mais, pour en 8tre atteint, ne crois pas, 6 poe'te, 

Que ta voix ici-bas doive rester muette. 

Les plus dsespe*re"s sont Jes chants les plus beaux, 

Et j'en sais d'immortels qui sont de purs sanglots. 

Lorsque le pelican, lass d'un long voyage, 

Dans les brouillards du soir retourne a ses roseaux, 

Ses petits affeme's courent sur le rivage 

En le voyant au loin s'abattre sur les eaux. 

Deja, croyant saisir et partager leur proie, 

Us courent a leur pere arec des cris de joie 

En secouant leurs bees sur leurs goitres hideux. 

Lui, gagnant a pas lents une roche ^levle, 

De son aile pendante abritant sa couv^e, 

P^cheur m^lancolique, il regarde les cieux. 

Le sang coule a longs flots^de sa poitrine ouverte; 

En vain il a des mers*Toufll la profondeur : 

L'Ocan 6tait vide et la plage dgserte; 

Pour toute nouniture il apporte son cceur. 

Sombre et silencieux, Itendu sur la pierre, 

Partageant a ses fils ses entrailles de pere, 

Dans son amour sublime il berce sa douleur, 

Et, regardant couler sa sanglante mamelle, 

Sur son festin de mort il s'affaisse et chancelle, 

Ivre de volupt 5 de tendresse et d*horreur 

Mais parfois, au milieu du divin sacrifice, 

Fatigue" de mouiir dans un trop long supplice, 

II craint que ses enfants ne le laissent-vivant 5 

380 



ALFRED DE MUSSET 

Alors, il se souleve, ouvre son aile au vent, 
Et, se frappant le cceur avec un cri sauvage, 
II pousse dans la nuit un si funebre adieu, 
Que les oiseaux des mers dlsertent le rivage, 
Et que le voyageur attard6 sur la plage, 
Sentant passer la niort, se recommande a Dieu. 
Poete, c'est ainsi que font les grands poetes : 
Us laissent s*gayer ceux qui vivent un temps ; 
Mais les festins humains qu'ils servent a leurs fetes 
Ressemblent la plupart a ceux des p&icans. 
Quand ils parlent ainsi d'esplrances trompSes, 
De tristesse et d'oubli, d'amour et de malheur, 
Ce n'est pas un concert a dilater le coeur. 
Leurs declamations sont comme des pes :, f 
Elles tracent dans 1'air un cercle blouteSant, ? 
Mais il y pend toujours quelque goutte de sang. 

LE POETE 

O Muse 1 spectre insatiable, 
Ne m'en demande pas si long. 
L*homme n*crit rien sur le sable 
A Fheure ou passe Taquilon. 
J'ai vu le temps oil ma jeunesse 
Sur mes levres tait sans cesse 
Prlte a chanter comme un oiseau; 
Mais j'ai souffert un dur martyre, 
Et le moins que j'en pourrais dire, 
Si je Tessayais sur ma lyre, 
La briserait comme un roseau. 



381 



ALFRED DE MUSSET 



272 Chanson 

A SAINT-BLAISE, a la Zuecca, 
** Vous tiez, vous 6tiez bien aise 

A Saint-Blaise. 
A Saint-Blaise, a la Zuecca, 
Nous e"tions bien la. 

Mais de vous en souvenir 

Prendrez-vous la peine ? 
Mais de vous en souvenir 

Et d'y revenir, 

A Saint-Blaise, a la Zuecca, 

Dans les prls fleuris cueillir la verveine? 
A Saint-Blaise, a la Zuecca, 

Vivre et mourir la! 



273 Souvenir 

T'ESPIiRAIS bien pleurer, mais je croyais soufFrir 
^ En osant te revoir, place 2, jamais * sacre"e, 
O la plus chere tombe et la plus ignoree 
Ou dorme un souvenir 1 

Que redoutiez-vous done de cette solitude, 
Et pourquoi, mes amis, me preniez-vous la main ? 
Alors qu'une si douce et si vieille habitude 
Me montrait ce chemin? 

Les voili, ces coteaux, ces bruyeres fleuiies, 
Et ces pas argentins sur le sable muet, 
Ces senders amoureux, remplis de causeries, 
Ou son bras 



ALFRED DE MUSSET 

Les voil&, ces sapins a la sombre verdure, 
Cette gorge profonde aux nonchalants detours, 
Ces sauvages amis, dont Pantique murmure 
A berc mes beaux jours. 

Les voila, ces buissons oh toute ma jeunesse 
Comme un essaim d'oiseaux chante au bruit de mes pas. 
Lieux charmants, beau desert ou passa ma maitresse, 
Ne m'attendiez-vous pas ? 

Ah ! laissez-les couler, elles me sont bien chores, 
Ces larmes que souleve un coeur encor blessS 1 
Ne les essuyez pas, laissez sur mes paupieres 
Ce voile du passe* ! 

Je ne viens point jeter un regret inutile 
Dans l*6cho de ces bois, ttooins de mon bonheur, 
Fiere est cette foret dans sa beaut6 tranquille, 
Et fier aussi mon coeur. 

Que celui-la se livre & des plaintes ameres 
Qui s'agenouille et prie au tombeau d'un ami. 
Tout respire en ces lieux ; les fleurs des cimeticres 
Ne poussent point ici. 

Voyez ! la June monte a travers ces umbrages. 
Ton regard tremble encor, belle reine des nuits; 
Mais du sombre horizon deja tu te dggages, 
Et tu t'&panouis. 

Ainsi de cette terre, humide encor de pluie, 
Sortent, sous tes rayons, tous les parfums du jour; 
Aussi calme, aussi pur, de mon ame attendrie 
Sort mon ancien amour. 

383 



ALFRED DE MUSSET 

Que sont-ils devenus, les chagrins de ma vie ? 
Tout ce qui m'a fait vieux est bien loin maintenant ; 
Et rien qu'en regardant cette vallge amie, 
Je redeviens enfant. 

O puissance du temps ! 6 l^geres annees ! 
Vous emportez nos pleurs, nos cris et nos regrets ; 
Mais la pitie" vous prend, et sur nos fleurs fane*es 
Vous ne marchez jamais. 

Tout mon coeur te binit, bonte* consolatrice I 
Je n'aurais jamais -cru que 1'on put tant souffrir 
D'une telle blessure, et que sa cicatrice 
Fut si douce sentir. 

Loin de moi les vains mots, les frivoles penses, 
Des vulgaires douleurs linceul accoutume", 
Que viennent Staler sur leurs amours passes 
Ceux qui n'ont point aim6 ! 

Dante, pourquoi dis-tu qu'il n*est pire misere 
Qu'un souvenir heureux dans les jours de douleur ? 
Quel chagrin t'a dict cette parole amere, 
Cette offense au malheur ? 

En est-il done moins vrai que la lumifcre existe, 
Et faut-il Toublier du moment qu'il fait nuit? 
Est-ce bien toi, grande ame immortellement triste, 
Est-ce toi qui Tas dit? 

Non, par ce pur flambeau dont la splendeur m'e'claire, 
Ce blaspheme vant6 ne vient pas de ton coeur. 
Un souvenir heureux est peut-gtre sur terre 
Plus vrai que le bonheur. 

384 



ALFRED DE MUSSET 

Eh quoi ! 1'infortune' qui trouve une e"tincelle 
Dans la cendre brulante oft dorment ses ennuis, 
Qui saisit cette flamme et qui fixe sur elle 
Ses regards dblouis; 

Dans ce passe" perdu quand son ame se noie, 
Sur ce miroir arise" lorsqu'il rve en pleurant, 
Tu lui dis qu'il se trompe, et que sa faible joie 
N'est qu'un afFreux tourment ! 

Et c'est a ta Francoise, a ton ange de gloire, 
Qua tu pouvais donner ces mots a prononcer, 
Elle qui s'interrompt, pour conter son histoire, 
D'un e"ternel baiser ! 

Qu'est-ce done, juste Dieu, que la pensee humaine, 
Et qui pourra jamais aimer la ve'rite', 
S'il n'est joie ou douleur si juste et si certaine 
Dont quelqu'un n'ait doute" ? 

Comment vivez-vous done, Granges creatures ? 
Vous riez, vous chantez, vous marchez a grands pas, 
Le ciel et sa beaute", le monde et ses souilluies 
Ne vous drangent pas ; 

Mais, lorsque par hasard le destin vous ramene 
Vers quelque monument d'un amour oublie", 
Ce caillou vous arrcte, et cela vous fait peine 
Qu'il vous heurte le pie". 

Et vous criez alors que la vie est un songe ; 
Vous vous tordez les bras comme en vous rveillant, 
Et vous trouvez facheux qu'un si joyeux mensonge 
Ne dure qu'un instant. 

2358 385 C C 



ALFRED DE MUSSET 

Malheureux I cet instant oft votre ame engourdie 
A secoue* les fers qu'elle traine ici-bas, 
Ce fugitif instant fut toute votre vie; 
Ne le regrettez pas I 

Regrettez la torpeur qui vous cloue a la terre, 
Vos agitations dans la fange et le sang, 
'Vos nuits sans esprance et vos jours sans lumiere; 
C'est la qu'est le nant! 

'Mais que vous revient-il de vos froides doctrines? 
Que deraandent an del ces regrets inconstants 
Que vous allez semant sur vos propres ruines, 
A chaque pas du Temps ? 

Oui, sans doute, tout meurt ; ce monde est un grand reve, 
Et le peu de bonheur qui nous vient en chemin, 
Nous n'avons pas plut6t ce roseau dans la main 
Que le vent nous 1'enleve. 

Oui, les premiers baisers, oui, les premiers serments 
Que deux etres mortels ^changerent sur terre, 
Ce fut au pied d'un arbre efFeuillS par les vents, 
Sur un roc en poussiere. 

Us prirent a tlmoin de leur joie e'phe'mere 
Un ciel toujours voi!6 qui change a tout moment, 
Et des astres sans nom que leur propre lumiere 
Dvore incessamment. 

Tout mourait autour d'eux, Toiseau dans le feuillage, 
La fleur entre feurs mains, Tinsecte sous leurs pi6s, 
La source dess6che"e oil vacillait Timage 
De leurs traits oubli^s; 
.386 



ALFRED DE MUSSET 

Et sur tous ces debris joignant leurs mains d'argile, 
Etourdis des Eclairs d'un instant de plaisir, 
Us croyaient gchapper a cet Etre immobile 
Qui regarde mourir I 

Insens6s! dit le sage. Heureux ! dit le poete. 
Et quels tristes amours as-tu done dans le cceur, 
Si le bruit du torrent te trouble et t'inquiete, 
Si le vent te fait peur ? 

J'ai vu sous le soleil tomber bien d'autres choses 
Que les feuiiles des bois et I'e'cume des eaux, 
Bien d'autres s'en aller que le parfum des roses 
Et le chant des oiseaux. 

Mes yeux ont contempt des objets plus funebres 
Que Juliette morte au fond de son torabeau, 
Plus afFreux que le toast a Tange des tSnebres 
Porte" par Romeo. 

J'ai vu ma seule amie, zL jamais la plus chere, 
Devcnue elle-raeme un s6pulcre blanchi, 
Une tombe vivante ou flottait la poussieie 
De notre mort che"ri, 

De notre pauvre amour, que, dans la nuit profonde, 
Nous avions sur nos cceurs si doucement berc6! 
C'toit plus qu'une vie, helas ! c'6tait un monde 
Qui s'Stait efFac6 ! 

Oui, jeune ct belle encor, plus belle, osait-on dire, 
Je Fai vue, ct ses yeux brillaient comme autrefois, 
Ses l^vres s y entr'ouvraient 7 et c'etait un sourire, 
Et c'gtait une voix ; 

387 C c 2 



ALFRED DE MUSSET 

Mais non plus cette voix, non plus ce doux langage, 
Ces regards adores dans Jes miens confondus ; 
Mon cceur, encor plein d'elle, errait sur son visage, 
Et ne la trouvait plus. 

Et pourtant j'aurais pu marcher alors vers elle, 
Entourer de mes bras ce sein vide et glace", 
Et j'aurais pu crier : * Qu'as-tu fait, infidele, 
Qu'as-tu fait du passe* ? * 

Mais non : il me semblait qu'une femme inconnue 
Avait pris par hasard cette voix et ces yeux ; 
Et je laissai passer cette froide statue 
En regardant les cieux. 

Eh bien ! ce fut sans doute une horrible misere 
Que ce riant adieu d'un etre inamme*. 
Eh bien ! qu'importe encore ? O nature ! -6 ma mere J 
En ai-je moins aime* ? 

La foudre maintenant peut tomber sur ma tete; 
Jamais ce souvenir ne peut m'etre arrach^ ! 
Comme le matelot bris^ par la tempete, 
Je m'y tiens attach^. 

Je ne veux rien savoir, ni si les champs fleurissent, 
Ni ce qiu'il adviendra du simulacre humain, 
Ni si ces vastes cieux Sclaireront demain 
Ce qu'ils ensevehssent. 

Je me dis seulement : * A cette heure, en ce lieu, 
Un jour, je fus aim6, j'aimais, elle dtait belle. 
J'enfouis ce trlsor dans mon a*me immortelle, 
Et je Temporte a Dieu ! * 
388 



ALFRED DE MUSSET 
274 A la MaUbran 

Stances 

I 

C ANS doute il est trop tard pour parler encor d'elle ; 
^ Depuis qu'elle n'est plus quinze jours sont passes, 
Et dans ce pays-ci quinze jours, je le sais, 
Font d'une mort rcente une vieille nouvelle. 
De quelque nom d'ailleurs que le regret s'appelle, 
L'homme, par tout pays, en a bien vite assez. 

il 

O Maria-Felicia ! le peintre et le poete 
Laissent, en expirant, d'immortels he*ritiers ; 
Jamais 1'afFreuse nuit ne les prend tout entiers. 
A defaut d'action, leur grande ame inquiete 
De la moit et du temps entreprend la conque"te, 
Et, frapp6s dans la lutte, ils tombent en guerriers. 

in 

Celui-la sur 1'airain a grave" sa pense"e; 
Dans un rythme dor^ Tautre 1'a cadenc^e; 
Du moment qu'on l^coute, on lui devient ami. 
Sur sa toile, en mourant, Raphael 1'a laissSe; 
Et, pour que le nant ne touche point a lui, 
C'est assez d'un enfant sur sa mere endormi. 

IV 

Comme dans une lampe une flamme fidele, 

Au fond du Parthenon le marbre inhabits 

Garde de Phidias la mSmoire Iternelle, 

Et la jeune V^nus, fille de Praxitele, 

Sourit encor, debout dans sa divinite*, 

Aux si^cles impuissants qu'a vaincus sa beaut^. 

389 



ALFRED DE MUSSET 

v 

Recevant d'age en &ge une nouvelle vie, 
Ainsi s'en vont a Dieu les gloires d'autrefois ; 
Ainsi le vaste e"cho de la voix du genie 
Devient du genre humain Puniverselle voix... 
Et de toi, morte hier, de toi, pauvre Marie, 
Au fond d'une chapelle il nous reste une croixl 

VI 

Une croix! et Poubli, la nuit et le silence! 
ficoutezl c'est le vent, c'est I'Oc^an immense; 
C'est un pecheur qui chante au bord du grand chemin. 
Et de tant de beaute, de gloire et d'espgrance, 
De tant d'accords si doux d'un instrument divin, 
Pas un faible soupir, pas un echo lointain! 

VII 

Une croix! et ton nom ecrit sur une pierre, 
Non pas mSme le tien, mais celui d'un epoux. 
Voil^ ce qu'apres toi tu laisses sur la terrc ; 
Et ceux qui t'iront voir a ta maison derni^re, 
N'y trouvant pas ce nom qui ftit aim6 de nous, 
Ne sauront pour prier oft poser les genoux. 

VIII 

O Ninette! ou sont-ils, belle muse adoree, 

Ces accents pleins d'amour, de charme et de terreur, 

Qui voltigeaient le soir sur ta levre inspire, 

Comme un parfum llger sur Taubpine en fleur ? 

Ou vibre maintenant cette voix plore*e, 

Cette harpe vivante attach^e a ton coeur? 

IX 

N'6tait-ce pas hier, fille joyeuse et folle, 
Que ta verve railleuse animait Gorilla, 

39 



ALFRED DE MUSSET 

Et que tu nous lan^ais avec la Rosina 

La roulade amoureuse et Pceillade espagnole ? 

Ces pleurs sur tes bras nus, quand tu chantais le Saulc, 

N'tait-ce pas hier, pale Desdemona? 

x 

N*e*tait-ce pas hier qu'a la fleur de ton age 
Tu traversais TEurope, une lyre a la main ; 
Dans la mer, en riant, te jetant a la nage, 
Chantant la tarentelle au ciel napolitain, 
Coeur d'ange et de lion, hbre oiseau de passage, 
Espiegle enfant ce soir, sainte artiste demain ? 

XI 

N'etait-ce pas hier qu'enivre"e et be*nie 
Tu trainais a ton char un peuple transport^, 
Et que Londre et Madrid, la France et 1'Italie, 
Apportaient a tes pieds cet or tant convoke". 
Get or deux fois sacre qui payait ton genie, 
Et qu'a tes pieds souvent laissa ta charite"? 

XII 

Qu'as-tu fait pour mourir, 6 noble creature. 
Belle image de Dieu, qui donnais en chemin 
Au riche un peu de joie, au malheureux du pain ? 
Ah ! qui done frappe ainsi dans la mre nature, 
Et quel faucheur aveugle, afFame" de pature, 
Sur les meilleurs de nous ose porter la main ? 

XIII 

Ne suffit-il done pas a Pange des tenebres 
Qu'^ peine de ce temps il nous reste un grand nom? 
Que Gricault, Cuvier, Schiller, Goethe et Byron 
Soient endormis d'hier sous les dalles funebres, 
Et que nous ayons vu tant d'autres morts cl&bres 
Dans 1'abime entr'ouvert suivre Napoleon ? 

391 



ALFRED DE MUSSET 

xiv 

Nous faut-il perdre encor nos tetes les plus cheres, 
Et venir en pleurant leur fermer les paupteres, 
Ds qu'un rayon d'espoir a brille" dans leurs yeux? 
Le ciel de ses 6lus devient-il envieux? 
Ou faut-il croire, he"las ! ce que disaient nos peres, 
Que lorsqu'on meurt si jeune on est aime* des dieux ? 

xv 

Ah! combien, depuis peu, sont partis pleins de vie. 
Sous les cypres anciens que de saules nouveaux! 
La cendre de Robert a peine refroidie, 
Bellini tombe et meurt ! Une lente agonie 
Traine Carrel sanglant a I'e'ternel repos. 
Le seuil de notre siecle est pavg de tombeaux. 

XVI 

Que nous restera-t-il, si 1'ombre insatiable, 

Des que nous batissons, vient tout ensevelir? 

Nous qui sentons d^ja le sol si variable, 

Et, sur tant de debris, marchons vers Favenir, 

Si le vent, sous nos pas, balaye ainsi le sable, 

De quel deuil le Seigneur veut-il done nous vitir? 

XVII 

Helas! Marietta, tu nous restais encore. 
Lorsque, sur le sillon, 1'oiseau chante a 1'aurore, 
Le laboureur s'arrete, et, le front en sueur, 
Aspire dans Pair pur un souffle de bonheur. 
Ainsi nous consolait ta voix fraiche et sonore, 
Et tes chants dans les cieux emportaient la douleur. 

XVIII 

Ce qu'il nous faut pleurer sur ta tombe hative, 
Ce n'est pas 1'art divin, ni ses savants secrets: 

393 



ALFRED DE MUSSET 

Quelque autre e"tudiera cet art que tu crais ; 
C'est ton ame, Ninette, et ta grandeur nai've, 
C'est cette voix du coeur qui seule au cceur arrive, 
Que nul autre, apres toi, ne nous rendra jamais. 

XIX 

Ah ! tu vivrais encor sans cette ame indomptable. 

Ce fut la ton seul mal, et le secret fardeau 

Sous lequel ton beau corps plia comme un roseau. 

II en soutint longtemps la lutte inexorable. 

C'est le Dieu tout-puissant, c'est la Muse implacable 

Qui dans ses bras en feu t'a ported au tombeau. 

xx 

Que ne l'touffais-tu, cette flamme brulante 
Que ton sein palpitant ne pouvait contenir? 
Tu vivrais, tu verrais te suivre et t'applaudir 
De ce public blas la foule indifferente, 
Qui prodigue aujourd'hui sa faveur inconstante 
A des gens dont pas un, certes, n'en doit mourir. 

xxt 

Connaissais-tu si peu Tingratitude humaine? 
Quel reve as-tu done fait de te tuer pour eux ! 
Quelques bouquets de jfleurs te rendaient-ils si vaine, 
Pour venir nous verser de vrais pleuis sur la scene, 
Lorsque tant d'histrions et d'artibtes fameux, 
Couronn^s mille fois, n'en ont pas dans les yeux ? 

xxn 

Que ne dltournais-tu la tete pour sovrire, 
Comme on en use ici quand on feint d'etre mu? 
H^las ! on t'aimait tant, qu'on n'en aurait rien vu. 
Quand tu chantais k Saule, au lieu de ce 
Que ne t y occupais-tu de bien porter ta lyre? 
La Pasta fait ainsi : que ne l'imitais-tu ? 

393 



ALFRED DE MUSSET 

XXIII 

Ne savais-tu done pas, comedienne imprudente, 
Que ces cris insensls qui te sortaient du coeur 
De ta joue amaigrie augmen talent la p&leur? 
Ne savais-tu done pas que, sur ta tempe ardente, 
Ta main de jour en jour se posait plus tremblante, 
Et que c'est tenter Dieu que d'aimer la douleur? 

XXIV 

Ne sentais-tu done pas que ta belle jeunesse 
De tes yeux fatigue's s'e*coulait en ruisseaux, 
Et de ton noble coeur s'exhalait en sanglots ? 
Quand de ceux qui t'aimatent tu voyais la tristesse, 
Ne sentais-tu done pas qu'une fatale ivresse 
Bercait ta vie errante a ses derniers rameaux ? 

xxv 

Oui, oui, tu le savais, qu'au sortir du the*ttre 
Un soir dans ton linceul il faudrait te coucher. 
Lorsqu'on te rapportait plus froide que Talbatre, 
Lorsque le me'decin, de ta veine bleuatre, 
Regardait goutte a goutte un sang noir s'^pancher, 
Tu savais quelle main venait de te toucher. 

XXVI 

Oui, ouij tu le savais, et que, dans cette vie, 

Rien n'est bon que d'aimer, n'est vrai que de souiFrir* 

Chaque soir dans tes chants tu te sentais palir. 

Tu connaissais le monde, et la foule, et 1'envie, 

Et, dans ce corps brise" concentrant ton glnie, 

Tu regardais aussi la Malibran mourir. 

XXVII 

Meurs done! ta mort est douce et ta tache est remplie. 
Ce que 1'homme ici-bas appelle le g^nie, 

394 



ALFRED DE MUSSET 

C'est le besoin d'aimer; hors de la tout est vain. 
Et, puisque t6t ou tard Tamour humaia s'oublie, 
II est d'une grande &me et d'un heureux destin 
D'expirer comme toi pour un amour divin ! 



27$ Chanson de Fortunio 

OI vous croyez que je vais dire 
^ Qui j'ose aimer, 
Je ne saurais, pour un empire, 
Vous la nommer. 

Nous allons chanter a la ronde, 

Si vous voulez, 
Que je Padore et qu'elle est blonde 

Comme les blis. 

Je fais ce que sa fantaisie 

Veut m'ordonner, 
Et je puis, s'il lui faut ma vie, 

La lui donner. 

Du mal qu'une amour ignor^e 

Nous fait souffiir, 
J'en porte Tame dchiie*e 

Jusqu'a mourir. 

Mais j'aime trop pour que je die 

Qui j'ose aimer, 
Et je veuk mourir pour ma mie 

Sans la nommer. 



395 



ALFRED DE MUSSET 



276 La Nuit 

LE POETE 

T E mal dont j'ai soufFert s'est enfui comme un rve; 
^ Je n'en puis comparer le lointain souvenir 
Qu'a ces brouillards le*gers que 1'aurore souleve, 
Et qu'avec la rose"e on voit s'eVanouir. 

LA MUSK 

Qu'aviez-vous done, 6 mon poete? 
Et quelle est la peine secrete 
Qui de moi vous a se'pare' ? 
Hllas! je m'en ressens encore, 
Quel est done ce mal que j'ignore 
Et dont j'ai si longtemps pleur^ ? 

LE POETE 

C'&ait un mal vulgaire et bien connu des hommes; 
Mais lorsque nous avons quelque ennui dans le cceur, 
Nous nous imaginons, pauvres fous que nous sommes, 
Que personne avant nous n'a senti la douleur. 

LA MUSE 

II n*est de vulgaire chagrin 
Que celui d'une ame vulgaire. 
Ami, que ce triste mystere 
S^chappe aujourd'hui de ton sein. 
Crois-moi, parle avec confiance; 
Le s6vdre dieu du silence 
Est un des freres de la Mort ; 
En se plaignant, on se console, 
Et quelquefois une parole 
Nous a delivre"s d'un remord. 

39 6 



ALFRED DE MUSSET 

LE POETE 

S'il fallait maintenant parler de ma soufFrance, 
Je ne sais trop quel nom elle devrait porter, 
Si c'est amour, folie, orgueil, experience, 
Ni si personne au monde en pourrait profiter. 
Je veux bien toutefois t'en raconter 1'histoire, 
Puisque nous voila seuls, assis pres du foyer. 
Prends cette lyre, approche, et laisse ma me'moire 
Au son de tes accords doucement s'eVeiller. 

LA MUSE 

Avant de me dire ta peine, 
O poe'te ! en es-tu gue"ri ? 
Songe qu'il t'en faut aujourd'hui 
Parler bans amour ct sans haine. 
S'il te souvient que j'ai recu 
Le doux ndm de consolatrice, 
Ne fais pas de moi la complice 
Des passions qui t'ont perdu. 

LE POETE 

Je suis si bien gue"ri de cette maladie 

Que j'en doute parfois lorsque j'y veux songer, 

Et quand je pense aux lieux -ob j'ai risque" ma vie, 

J'y crois voir a ma place un visage Stranger. 

Muse, sois done sans crainte; au souffle qui t'mspire 

Nous pouvons sans pe"ril tous deux nous coniier. 

II est doux de pleurer, il est doux de sourire 

Au souvenir des maux qu'on pourrait oublier. 

LA MUSE 

Comme une mere vigilante 
Au berccau d'un fils bien-aim, 

397 



ALFRED BE MUSSET 

Ainsi je me penche tremblante 
Sur ce cceur qui m'^tait ferine". 
Parle, ami, ma lyre attentive 
D'une note faible et plaintive 
Suit deja Taccent de ta voix, 
Et dans un rayon de lumiere, 
Comme une vision lgere, 
Passent les ombres d'autrefois. 

LE POETJS 

Jours de travail ! seuls jours oil j'ai v6cu ! 

6 trois fois chere solitude I 
Dieu soit loue", j'y suis done revenu 

A ce vieux cabinet d'tude ! 
Pauvre rduit, murs tant de fois de*serts, 

Fauteuils poudreux, lampe iidele, 
6 mon palais, mon petit univers, 

Et toi, Muse, 6 jeune immortelle, 
Dieu soit loue", nous allons done chanter! 

Oui, je veux vous ouviir mon ame, 
Vous saurez tout, et je vais vous conter 

Le mal que peut faire une femme; 
Car e'en est une, 6 mes pauvres amis, 

(Helasl vous le saviez peut-tre 1) 
C'est une femme a qui je fus soumis 

Comme le serf Test a son maitre, 
Jong d&este"! c*est par 1& que mon coeur 

Perdit sa force et sa jeunesse ; 
Et cependant, aupres de ma maitresse, 

J'avais entrevu le bonheun. 
Pres du ruisseau, quand nous marchions ensemble, 

Le soir sur le sable argentin, 
Quand devant nous le blanc spectre du tremble 

De loin nous montrait le chemin ; 
398 



ALFRED DE MUSSET 

Je vois encore, aux rayons de la June, 

Ce beau corps plier dans mes bras... 
N'en parlons plus...je ne preVoyais pas 

Oft me conduirait la Fortune. 
Sans doute alors la cole* re des Dieux 

Avait besoin d'une victime; 
Car elle m'a puni comme d'un crime 

D'avoir essaye* d'etre heureux. 

LA MUSE 

L'image d'un doux souvenir 

Vient de s'ofTrir a ta pense*e. 

Sur la trace qu'il a laisse 

Pourquoi crains-tu de revenir ? 

Est-ce faire tm rcit fidele 

Que de renier ses beaux jours ? 

Si ta fortune fut cruelle, 

Jeune homme, ais du moins comme elle, 

Souris a* tes premiers amours. 

LE POETE 

Non, c'est a mes rnalheurs que je pretends sourire. 
Muse, je te 1'ai dit : je veux, sans passion, 
Te conter mes ennuis, mes rv;es, mon dlire, 
Et t'en dire le temps, 1'heure et 1'occasion. 
C'tait, il m'en souvient, par une nuit d'automne 
Triste et froide, a peu pres semblable a celle-ci; 
Le murmure du vent, de son bruit monotone, 
Dans mon cerveau lasse" bercait mon noir soucL 
J'^tais a la fen^tre, attendant raa maitresse: 
Et, tout en 6coutant dans cette obscurit^, 
Je me sentais dans Time une telle d^tresse, 
Qu'il me vint le soupgon d'une in 

399 



ALFRED DE MUSSET 

La rue oft je logeais e*tait sombre et de"serte ; 
Quelques ombres passaient, un falot & la main ; 
Quand la Jaise soufflait dans la porte entr'ouverte, 
On entendait de loin comme un soupir humain. 
Je ne sais, 3. vrai dire, h quel facheux presage 
Mon esprit inquiet alors s'abandonna. 
Je rappelais en vain un reste de courage, 
Et me sentis fremir lorsque Pheure sonna. 
Elle ne venait pas. Seul, la tete baissee, 
Je regardai longtemps les murs et le chemin, 
Et je ne t'ai pas dit quelle ardeur insensee 
Cette inconstante femme allumait dans mon sein ; 
Je n'aimais qu'elle au monde, et vivre un jour sans elle 
Me semblait un destin plus afFreux que la mort. 
Je me souviens pourtant qu'en cette nuit cruelle 
Pour briser mon lien je fis un long effort. 
Je la nommais cent fois perfide et deloyale, 
Je comptais tous les maux qu'elle m'avait causes. 
Helas! au souvenir de sa beautS fatale, 
Quels maux et quels chagrins n'etaient pas apais^s! 
Le jour parut eniin. Las d'une vaine attente, 
Sur le bord du balcon je m'e*tais assoupi ; 
Je rouvris la paupiere a 1'aurore naissante, 
Et je laissai flotter mon regard Sbloui... 
Tout a coup, au de*tour de 1'etroite ruelle, 
J'en tends sur le gravier marcher a petit bruit... 
Grand Dieu 1 pre'servez-moi 1 je Tape^ois ; c'est elle ; 
Elle entre. D*ou viens-tu ? qu'as-tu fait cette nuit? 
Rgponds, que me veux-tu? qui t'amene a cette heure? 
Ce beau corps, jusqu'au jour, ou s'est-il 6tendu? 
Tandis qu'a ce balcon, seul, je veille et je pleure, 
En quel lieu, dans quel lit, a qui souriais-tu ? 
Perfide 1 audacieuse! est-il encor possible 
400 



ALFRED BE MUSSET 

Que tu viennes ofFrir ta bouche a mes baisers? 
Que demandes-tu done ? par quell e soif horrible 
Oses-tu m'attirer dans tes bras puises? 
Va-t'en, retire-toi, spectre de ma maitresse ! 
Rentre dans ton tombeau, si tu t'en es leve"; 
Laisse-moi pour toujouis oublier ma jeunesse, 
Et quand je pense a toi, croire que j'ai re've' I 

LA MUSE 

Apaise-toi, je t'en conjure ! 
Tes paroles m'ont fait fr6mir. 
O mon bien-aim6 ! ta blessure 
Est encor prete a se rouvrir. 
Hllas ! elle est done bien profonde ? 
Et les miseres de ce monde 
Sont si lentes a s'efFacer ! 
Oublie, enfant, et de ton ame 
Chasse le nom de cette femme 
Que je ne veux pas prononcer. 

LE POETE 

Honte a toi qui la premiere 
M*as appris la trahison, 
Et d'horreur et de colere 
M'as fait perdre la raison ! 
Honte a toi, femme a Tceil sombre, 
Dont les funestes amours 
Ont enseveli dans Tombre 
Mon printemps et mes beaux jours ! 
C'est ta voix, c'est ton sourire, 
C'est ton regard corrupteur, 
Qui m'ont appris a maudire 
Jusqu'au semblant du bonheur 5 
a cs 4 oi 



ALFRED DE MUSSET 

C'est ta jeunesse et tes charmes 
Qui m'ont fait d6sesprer, 
Et si je doute des larmes, 
C'est, que je t'ai vu pleurer. 
Honte toi; j'Stais encore 
Aussi simple qu'un enfant; 
Comme uae fleur a 1'aurore, 
Mon coeur s'ouvrait en t'aimant. 
Certes, ce coeur sans defense 
Put sans peine Stre abuse"; 
Mais lui laisser 1'innocence 
6tait encor plus ais. 
Honte toi ! tu fus la mere 
De tnes premieres douleurs, 
Et tu fis de ma paupiere 
Jaillir la source des pleurs ! 
Elle coule, sois-en sfire, 
Et rien ne la tarira; 
Elle sort d'une blessure 
Qui jamais ne gurira ; 
Mais dans cette source amere 
Du moins je me laverai, 
Et j'y laisserai, j'espere, 
Ton souvenir abhorr^ ! 

LA MUSE 

Poete, c'est assez. Aupres d'une infidele, 
Quand ton illusion n'aurait dur6 qu'un jour, 
N'outrage pas ce jour lorsque tu paries d'elle; 
Si tu veux Stre aim^, respecte ton amour. 
Si FefFort est trop grand pour la faiblesse humaine 
De pardonner les maux qui nous viennent d'autrui, 
Epargne-toi du moins le tourment de la haine; 

402 



ALFRED DE MUSSET 

A deYaut du pardon, laisse venir Poubli. 

Les morts dorment en paix dans le sein de la terre: 

Ainsi doivent dormir nos sentiments e*teints. 

Ces reliques du cceur ont aussi leur poussiere ; 

Stir leurs restes sacre*s ne portons pas les mains. 

Pourquoi, dans ce re"cit d'une vive 'soufFrance, 

Ne veux-tu voir qu'un reVe et qu'un amour trompe*? 

Est-ce done sans motif qu'agit la Providence ? 

Et crois-tu done distrait le Dieu qui t'a frapp6? 

Le coup dont tu te plains t'a prserv6 peut-tre, 

Enfant, car c'est par la que ton coeur s'est ouvert. 

L'homme est un apprenti, la douleur est son maitre, 

Et nul ne se connait tant qu'il n'a pas soufFert. 

C'est une dure loi, mais une loi supreme, 

Vieille comme le monde et la fatalite", 

Qu'il nous faut du malheur recevoir le bapt&ne, 

Et qu'a ce triste prix tout doit tre achet. 

Les moissons, pour mfirir, ont besoin de rose*e ; 

Pour vivre et pour sentir, Fhomme a besoin des pleurs : 

La joie a pour symbole une plante brise'e, 

Humide encor de pluie et couverte de fleurs. 

Ne te disais-tu pas guri de ta folie? 

N*es-tu pas jeune, heureux, partout le bien-venu, 

Et ces plaisirs lagers qui font aimer la vie, 

Si tu n'avais pleure*, quel cas en ferais-tu ? 

Lorsque au de"clin du jour, assis sur la bruyere, 

Avec un vieil ami tu bois en liberte", 

Dis-moi, d'aussi bon cceur leverais-tu ton verre, 

Si tu n'avais senti le prix de la gait6 ? 

Aimerais-tu les fleurs, les pre*s et la verdure, 

Les sonnets de Ptrarque et les chants des oiseaux, 

Michel-Ange et les arts, Shakspeare et la nature, 

Si tu n'y retrouvais quelques anciens sanglots ? 

403 D d 2 



ALFRED DE MUSSET 

Comprendrais-tu des cieux Pineffable harmonic, 

Le silence des nuits, le murmure des flots, 

Si quelque part la-bas la fievre et Pinsomnie 

Ne t'avaient fait songer a I'Sternel repos ? 

N'as-tu pas maintenant une belle maitresse? 

Et lorsqu'en t'endormant tu lui serres la main ? 

Le lointain souvenir xles maux de ta jeunesse 

Ne rend-il pas plus doux son sourire divin? 

N'allez-vous pas aussi vous promener ensemble 

Au fond des bois fleuris, sur le sable argentin? 

Et dans ce vert palais le blanc spectre du tremble 

Ne sait-il plus, le soir, vous montrer le chemin ? 

Ne vois-tu pas alors, aux rayons de la lune, 

Plier comme autrefois un beau corps dans tes bras ? 

Et, si dans le sender tu trouvais la Fortune, 

Derriere elle, en chantant, ne marcherais-tu pas? 

De quo! te plains-tu done? 1'immortelle esp6rance 

S'est retrempe*e en toi sous la main du malheur. 

Pourquoi veux-tu hair ta jeune experience, 

Et ditester un mal qui t'a rendu meilleur? 

6 mon enfant ! plains-la, cette belle infidele, 

Qui fit couler jadis les larmes de tes yeux ; 

Plains-la I C'est une femme, et Dieu t ? a fait, pres d'elle, 

Deviner, en soufFrant, le secret des heureux. 

Sa t^che fut pnible ; elle t'aimait peut-etre ; 

Mais le destin voulait qu'elle brisit ton coeur. 

Elle savait la vie, et te Ta fait connaitre ; 

Une autre a recueilli le fruit de ta douleur. 

Plains-la 1 son triste amour a passe* comme un songe ; 

Elle a vu ta blessure et n'a pu la fermer. 

Dans ses larmes, crois-moi, tout n'Stait pas mensonge; 

Quand tout Taurait 6t&, plains-la! tu sais aimer. 



404 



ALFRED Z>E MUSSET 

r-E POETE 

Tu dis vrai ; la haine est impie, 
Et c'est un frisson plein d'horreur 
Quand cette vipere assoupie 
Se droule dans notre coeur. 
Ecoute-moi done, 6 desse ! 
Et sois temoin de mon serment ; 
Par les yeux bleus de ma maitresse, 
Et par 1'azur du firmament ; 
Par cette tincelle brillante 
Qui de Vnus porte Ie nom, 
Et, comme tme perle tremblante, 
Scintille au loin sur 1'horizon ; 
Par la grandeur de la Nature, 
Par la bont du Crateur, 
Par la clart tranquille et pure 
De Pastre cher au voyageur. 
Par les herbes de la prairie, 
Par les forts, par les pr6s verts, 
Par la puissance de la vie, 
Par la seve de Funivers, 
Je te bannis de ma meYnoire, 
Reste d'un amour insens^, 
Mystrieuse et sombre histoire 
Qui dormiras dans le pass^ ! 
Et toi qui, jadis, d'une amie 
Portas la forme et le doux nom, 
L'instant supreme od je t*oublie 
Doit etre celui du pardon. 
Pardonnons-nous ; je romps le charme 
Qui nous unissait devant Dieu* 
Avec une dernidre larme 
un ternel adieu. 



ALFRED DE MUSSET 

Et maintenant, blonde rveuse, 

Maintenant, Muse, a nos amours ! 

Dis-moi quelque chanson joyeuse, 

Comme aux premiers temps des beaux jours. 

Deja la pelouse embaumee 

Sent les approches du matin ; 

Viens veiller ma bien-aimee 

Et cueillir les fleurs du jardin. 

Viens voir la nature immortelle 

Sortir des voiles du sommeil; 

Nous allons renaitre avec elle 

Au premier rayon du soleil ! 

277 Chanson de Barberine 

>EAU chevalier qui partez pour la guerre, 



B 1 



Qu'allez-vous faire 

Si loin d'ici? 
Voyez-vous pas que la nuit est profonde, 

Et que le monde 

N'est que souci? 
Vous qui croyez qu'une amour d^laiss^e 

De la pense"e 

S'enfuit ainsi, 
H^las ! helas ! chercheurs de renomm^e, 

Votre fume*e 

S'envole aussi. 
Beau chevalier qui partez pour la guerre, 

Qu'allez-vous faire 

Si loin de nous ? 
J'en vais pleurer, moi qui me Mssais dire 

Oue mon sourire 

Ktait si doux. 



ALFRED DE MUSSET 
278 JLa Nuit de Ttecembre 

temps que j*e"tais e"colier, 
Je restais un soir a veiller 
Dans notre salle solitaire. 
Devant ma table vint s'asseoir 
TJn pauvre enfant vtu de noir, 
Qui me ressemblait comme un frere. 

Son visage e"tait triste et beau : 
A la lueur de mon flambeau, 
Dans mon livre ouvert il vint lire. 
II pencha son front sur ma main, 
Et resta jusqu'au lendemain, 
Pensif, avec un doux sourire. 

Comme j'allais avoir quinze ans, 
Je marchais un jour, a pas lents, 
Dans un bois, sur une bruyere. 
Au pied d'un arbie vint s'asseoir 
Un jeune hdmme vetu de noir, 
Qui me ressemblait comme un frere. 

Je lui demandai mon chemin ; 

II tenait un luth d'une main, 

De 1'autre un bouquet d'^glantine. 

II me fit un salut d'ami, 

Et, se d^tournant a demi, 

Me montra du doigt la colline. 

A Page ofc Ton croit a Tamour, 
J'^tais seul dans ma chambre un jour, 
Pleurant ma premiere misere. 
Au coin de mon feu vint s'asseoir 
Un Stranger v^tu de noir, 
Qui me ressemblait comme un frere. 
407 



ALFRED DE MUSSET 

II dtait morne et soucieux ; 
D'une main il montrait les cieux, 
Et de Fautre il tenait un glaive. 
De ma peine il semblait soufFrir, 
Mais il ne poussa qu'un soupir, 
Et s*vanouit comme un rve. 

A l*age ou l*o n est llbertin, 

l?our boire un toast en un festin 

Un jour je soulevai mon verre. 

En face de moi vint s'asseoir 

TJn convive vtu de noir, 

Qni me ressemblait comme un frere. 

II secouait sous son manteau 

Un haillon de pourpre en lambeau, 

Sur sa t^te un myrte sterile ; 

Son bras maigre cherchait le mien, 

Et mon verre, en touchant le sien, 

Se brisa dans ma main d^bile. 

TUn an apres, il 6tait nuit, 

J*tais a genoux pres du lit 

Oh venait de mourir mon pere. 

AM chevet du lit vint s'asseoir 

Un orphelin v^tu de noir, 

Qui me ressemblait comme un frere. 

Ses yeux taient noys de pleurs ; 
Comme les anges de douleurs, 
II tait couronn^ d*pine ; 
Son luth a terre tait gisant, 
Sa pourpre de couleur de sang, 
Et son glaive dans sa poitrine. 
408 



ALFRED DE MUSSET 

Je m'en suis si bien souvenu, 
Que je Pai toujours reconnu 
A. tous les instants de ma vie. 
C'est une Strange vision ; 
Et cependant, ange ou dmon, 
J*ai vu partout cette ombre amie. 

Lorsque plus tard, las de soufFrir, 
3?our renaitre ou pour en finir, 
J'ai voulu m'exiler de France ; 
Lorsqu*impatient de marcher, 
J*ai voulu partir, et chercher 
Les vestiges d*une esp^ ranee ; 

A. Pise, au pied de 1'Apennin ; 
A. Cologne, en face du Rhin ; 
A. Nice, au penchant des valises ; 
A. Florence, au fond des palais 5 
AL. iBrigues, dans les vieux chalets 5 
A^n sein des AJpes d^sol^es ; 

A Genes, sous les citronniers ; 

A Vevay, sous les verts pommiers ; 

Au Havre, devant l*-A.tlantique ; 

A Venise, a l*afFreux Lido, 

OCl vient sur l*herbe d'un tombeau 

Miourir la pa*le 



Partout oiiy sous ces vastes cieux, 
J'ai lasse" mon coeur et mes yeux, 
Saignant d'une ternelle plaie ; 
Partout ou le boiteux: Ennui, 
Train ant ma fatigue apr^s lui, 
L^I'a promen^ sur une claie 5 " ' * 
409 



ALFRED DE MUSSET 

Partout ou, sans cesse alte"re* 

De la soif d'un monde ignore*, 

J'ai suivi P ombre de mes songes ; 

Partout ou, sans avoir vcu, 

J'ai revu ce que j'avais vu, 

La face humaine et ses mensonges ; 

Partout ou, le long des chemins, 
J'ai pos mon front dans mes mains 
Et sanglote" comme une femme ; 
Partout oft j*ai ? comme un mouton 
Qui laisse sa laine au buisson, 
Senti se cfenuer mon ame; 

Partout ou j'ai voulu dormir, 
Partout ou j'ai voulu mourir, 
Partout ou j'ai touch6 la terre, 
Sur ma route est venu s'asseoir 
Un malheureux v^tu de noir, 
Qui me ressemblait comme un frere. 

Qui done es-tu, toi que dans cette vie 

Je vois toujours sur mon chemin ? 
Je ne puis croire, a ta m^lancolie, 

Que tu sois mon mauvais Destin. 
Ton doux sourire a trop de patience^ 

Tes larmes ont trop de pitie". 
En te voyant, j'aime la Providence. 
Ta douleur meme est sceur de ma souffrance ; 

Elle ressemble a ?amiti6. 

Qui done es-tu ? Tu n'es pas mon bon ange ; 

Jamais tu ne viens m'avertir. 
Tu vois mes maux (c'est une chose Strange!) 

Et tu me regardes souffrir. 
410 



ALFRED DE MUSSET 

Depuis vingt ans tu marches dans ma vole, 

Et je ne saurais t'appeler. 
Qui done es-tu, si c'est Dieu qui t'envoie ? 
Tu me souris sans partager ma joie, 

Tu me plains sans me consoler ! 

Ce soir encor je t*ai vu m'apparaitre. 

C^tait par une triste nuit. 
L'aile des vents battait a ma fenetre ; 

J*tais seul, courb6 sur mon lit. 
J*Y regardais une place chrie, 

Tiede encor d'un baiser brulant ; 
Et je songeais comme la femme oublie, 
Et je sentais un lambeau de ma vie, 

Qui se d^chirait lentcment. 

Je rassemblais des lettres de la veille, 

Des cheveux, des debris d'amour. 
Tout ce pass^ me criait a Toreille 

Ses kernels serments d'un jour. 
Je contemplais ces reliques sacr^es, 

Qui me faisaient trembler la main : 
Larmes du coeur par le coeur d^vor^es, 
Et que les yeux qui les avaient pleurees 

Ne reconnaftront plus demain ! 

J'enveloppais dans un morceau de bure 

Ces mines des jours heureux. 
Je me disais qu'ici-bas ce qui dure, 

C'est une meche de cheveux. 
Comme un plongeur dans une mer profonde 

Je me perdais dans tant d'oubli. 
De tous c6ts j'y retournais la sonde, 
Et je pleurais seul, loin des yeux du monde, 

Mon pauvre amour enseveli. 
411 



ALFRED BE MUSSET 

J'allais pos^r le sceau de cire noire 

Stir ce fragile et cher trsor. 
J'allais le rendre, et, n'y pouvant pas croire, 

En pleurant j*en doutais encor. 
Ah I faible femme, orgueilleuse insensee, 

Malgre" toi tu t'en souviendras ! 
Pourquoi, grand Dieu ! mentir a sa pense r 
Pourquoi ces pleurs, cette gorge oppressed, 

Ces sanglots, si tu n'aimais pas ? 

Oui, tu languis, tu soufFres et tu pleures ; 

Mais ta chimere est entre nous. 
Eh bien, adieu i Vous compterez les heures 

Qui me sSpareront de vous. 
Partez, partez, et dans ce cceur de glace 

Emportez 1'orgueil satisfait. 
Je sens encor le mien jeune et vivace, 
Et bien des maux pourront y trouver place 

Sur le mal que vous m'avez fait. 

Partez, partez ! la Nature immortelle 

N'a pas tout voulu vous donner. 
Ah ! pauvre enfant, qui voulez etre belle 

Et ne savez pas pardonner ! 
Allez, allez, suivez la destine ; 

Qui vous perd n*a pas tout perdu. 
Jetez au vent notre amour consumed ; 
6 tern el Dieu ! toi que j'ai tant aime, 

Si tu pars, pourquoi m'aimes-tu ? 

Mais tout a coup j'ai vu dans la nuit sombre 

Une forme glisser sans bruit. 
Sur mon rideau j'ai vu passer une ombre ; 

Elle vient s'asseoir sur mon lit, 
412 



ALFRED DE MUSSET 

Qui done es-tu, morne et pale visage., 
Sombre portrait vetu de noir ? 

Que me veux-tu, triste oiseau de passage ? 

Est-ce un vain reve ? est-ce ma propre image 
Que j'apercois dans ce miroir ? 

Qui done es-tu, spectre de ma jeunesse, 

Pelerin que rien n'a Iass ? 
Dis-moi pourquoi je te trouve sans cesbe 

Assis dans 1'ombre ou j'ai passe. 
Qui done es-tu, visiteur solitaire, 

H6te assidu de mes douleurs ? 
Qu*as-tu done fait pour me suivre sur terre ? 
Qui done es-tu, qui done es-tu, mon fr^re, 

Qui n'apparais qu'au jour des pleurs ? 

LA VISION 

Ami, notre pere est le tien. 

Je ne suis ni 1'ange gardien, 

Ni le mauvais destin des hommes* 

Ceux que j'aime, je ne sais pas 

De quel c6t6 s'en vont leurs pas 

Sur ce peu de fange ou nous sommes. 



Je ne suis ni dieu ni 
Et tu m'as nomm^ par mon nom 
Quand tu m'as appe!6 ton frcre \ 
Ou tu vas, j*y serai toujours, 
Jusques au dernier de tes jours, 
Ou j'irai m'asseoir sur ta pierre. 

Le ciel m'a confi6 ton coeur. 
Quand tu seras dans la douleur, 

413 



ALFRED DE MUSSET 

Viens a moi sans inquietude ; 
Je te suivrai sur le chemin, 
Mais je ne puis toucher ta main ; 
Ami, je suis la Solitude* 



27 p Sur une Morte 

"CLLE tait belle, si la Nuit 
*-' Qui dort dans la sombre chapelle 
Oil Michel- Ange a fait son lit, 
Immobile peut 8tre belle. 

Elle tait bonne, s'il sufEt 

Qu'en passant la main s'ouvre et donne, 

Sans que Dieu n'ait rien vu, rien dit ; 

Si Tor sans piti fait 1'aumdne. 

Elle pensait, si le vain bruit 

D'une voix douce et cadencee, 

Comme le ruisseau qui g6mit, 

Peut faire croire la pensee, 

Elle priait, si deux beaux yeux, 
TantCt s'attachant a la terre, 
Tant6t se levant vers les cieux, 
Peuvent s'appeler la priere. 

Elle aurait souri, si la fleur 
Qui ne s'est point panouie 
Pouvait s'ouvrir a la fraicheur 
Du vent qui passe et qui Poublie. 

Elle aurait pleure", si sa main, 
Sur son cceur froidement pos^e, 
Eut jamais dans 1'argile humain 
Senti la cSleste ros^e. 
414 



ALFRED 



Elle aurait aim, si Porgueil, 
Pareil la lampe inutile 
Qu'on allume pres d'un cercueil, 
N'efit veill sur son coeur sterile. 

Elle est morte et n'a point vecu. 
Elle faisait semblant de vivre. 
De ses mains est tombe le livre 
Dans lequel elle n'a rien lu. 



HfiGESIPPE MOREAU 

1810-11838 
280 La Pbulzie 

O'lL est un nom bien doux fait pour la po6sie, 
^ Oh! dites, n'est-ce pas le nom de la Voulzie? 
La Voulzie, est-ce un fleuve aux grandes iles ? Non ; 
Mais, avec un murmure aussi doux que son nom, 
Un tout petit ruisseau coulant visible a peine ; 
Un geant alter le boirait d'une haleine; 
Le nain vert Ob^ron, jouant au bord des flots, 
Sauteiait par-dessus sans mouiller ses grelots. 
Mais j'aime la Voulzie et ses bois noirs de mures, 
Et dans son lit de fleurs ses bonds et ses murmures. 
Enfant, j'ai bien souvent, a 1'ombre des buissons, 
Dans le langage humain traduit ses vagues sons; 
Pauvre ^colier leveur, et qu'on disait sauvage, 
Quand j'6miettais mon pain a Toiseau du rivage, 
L*onde semblait me dire : * Espere ! aux mauvais jours 
Dieu te rendra ton pain.' Dieu me le doit toujoursl 
C'&ait mon Iig6rie, et Foracle prospere 
A toutes mes douleurs jetait ce mot : * Espere ! 



HfiG^SIPPE MOREAU 

Espere et chante, enfant dont le berceau trembla; 
Plus de frayeur: Camilla et ta mere sont la. 
Moi, j'aurai pour tes chants de longs e"chos...' 

Chimere ! 

Le fossoyeur m'a pris et Camille et ma mere. 
J'avais bien des amis ici-bas quand j'y vins, 
Bluet clos parmi les roses de Provins: 
Du sommeil de la mort, du sommeil que j'envie, 
Presque tous maintenant dorment; et, dans la vie, 
Le chemin dont lupine insulte a mes lambeaux, 
Comme une voie antique, est borde de tombeaux. 
Dans le pays des sourds j'ai promene" ma lyre; 
JPai chant^ sans 6chos, et, pris d'un noir dclire, 
J'ai brise* mon luth, puis, de 1'ivoire sacr6 
J'ai jet les deVis au vent,,, et j'ai pleur^I 
Pourtant je te pardonne, 6 ma Voulzic! et meme, 
Triste, j'ai tant besoin d'un confident qui m'aime, 
Me parle avec douceur et me trompe, qu'avant 
De clore au jour mes yeux battus d*un si long vent 
Je veux faire a tes bords un saint pelerinage, 
Revoir tous les buissons si chers a mon jeune ige, 
Dormir encor au bruit de tes roseaux chanteurs, 
Et causer d'avenir avec tes flots menteurs. 



PIERRE-JULES-THEOPHILE GAUTIER 

iSii-tiS;^ 

281 Terza rima 

QUAND Michel- Ange eut peint la chapelle Sixtine, 
Et que de l^chafaud, sublime et radieux, 
II fut rede$cendu dans la cite" latine, 
416 



THEOPHILE GAUTIER 

II ne pouvait baisser ni les bras ni les yeux ; 

Ses pieds ne savaient pas comment marcher sur terre; 

II avait oublie" le monde dans les cieux. 

Trois grands mois il garda cette attitude austere. 
On 1'eut pris pour un ange en extase devant 
Le saint triangle d'or, au moment du mystere. 

Frere, voila pourquoi les poetes, souvent, 
Buttent a chaque pas sur les chemins du monde : 
Les yeux fichus au ciel, ils s'en vont en rvant. 

Les anges, secouant leur chevelure blonde, 
Penchent leur front sur eux et leur tendent les bras, 
Et les veulent baiser avec leur bouche ronde. 

Eux marchent au hasard et font mille faux pas ; 
Ils cognent les passants, se jettent sous les roues, 
Ou tombent dans les puits qu'ils n'aper9oivent pas. 

Que leur font les passants, les pierres et les boues ? 
Ils cherchent dans le jour le rive de leurs nuits, 
Et le feu du de*sir leur empourpre les joues. 

Ils ne comprennent rien aux terrestres ennuis 
Et, quand ils ont fini leur chapelle Sixtine, 
Ils sortent rayonnants de leurs obscurs rSduits. 

Un auguste reflet de leur ceuvre divine 

S 'attache a leur personne et leur dore le front, 

Et le ciel qu'ils ont vu dans leurs yeux se devine. 

Les nuits suivront les jours et se succe'deront 
Avant que leurs regards et leurs bras ne s'abaissent, 
Et leurs pieds, de longtemps, ne se raffermiront. 
2ws 417 E e 



TH&OPHJLE GAUTIER 

Tous nos palais sous eux s'6teignent et s'afFaissent ; 

Leur ame a la coupole oil leur ceuvre reluit 

Revole, et ce ne sont que leurs corps qu'ils nous laissent. 

Notre jour leur parait plus sombre que la nuit; 
Leur ceil cherche toujours le ciel bleu de la fresque, 
Et le tableau quitte* les tourmente et les suit. 

Corame Buonarotti, le peintre gigantesque, 

Us ne peuvent plus voir que les choses o?en haut, 

Et que le ciel de marbre ou leur front touche presque. 

Sublime aveuglement ! magnifique dlfaut ! 

282 LEscurial 

s 

DOSE comme un de*fi tout pres d'une montagne, 
* Uon aper9oit de loin dans la morne campagne 
Le sombre Escurial, a trois cent pieds du sol, 
Soulevant sur le coin de son paule 6norme, 
6l6phant monstrueux, la coupole difForme, 
D^bauche de granit du Tibere espagnol. 

Jamais vieux Pharaon, aux flancs d'un mont d^gypte, 
Ne fit pour sa momie une plus noire crypte; 
Jamais sphinx au desert n'a gard6 plus d'ennui; 
La cigogne s'endort au bout des chemine*es ; 
Partout Therbe verdit les cours abandonees ; 
Moines, pretres, soldats, courtisans, tout a fui! 

Et tout semblerait mort, si du bord des corniches, 
Des mains des rois sculpt6s, des frontons et des niches, 
Avec leurs cris charmants et leur folle gaite", 
II ne s'envolait pas des essaims d'hirondelles, 
Qui 3 pour le reVeiller, agacent a coups d'ailes 
Le g^ant assoupi qui rSve eternit6! ,.. 
418 



THOPHILE GAUTIER 



283 Pastel 

T'AIME a vous voir en vos cadres ovales, 
^ Portraits jaunis des belles du vieux temps, 
Tenant en main des roses un peu pales, 
Comme il convient a des eurs de cent ans. 

Le vent d'hiver, en vous touchant la joue, 
A fait mourir vos oeillets et vos lis, 
Vous n'avez plus que des mouches de boue 
Et sur les quais vous gisez tout salis. 

II est passe*, le doux regne des belles; 
La Parabere avec la Pompadour 
Ne trouveraient que des sujets rebelles, 
Et sous leur tombe est enterre" Famour. 

Vous, cependant, vieux portraits qu'on oublie, 
Vous respirez vos bouquets sans parfums, 
Et souriez avec me*lancolie 
Au souvenir de vos galants de*funts. 



-?<?4 Chinoiserie 

n'est pas vous, non, madame, que j'aime, 
Ni vous non plus, Juliette ni vous, 

Ophe'lia, ni Beatrix, ni m^me 

Laure la blonde, avec ses grands yeux doux* 

Celle que j'aime, a present, est en Chine ; 
Elle demeure avec ses vieux parents, 
Dans une tour de porcelaine fine, 
Au fleuve Jaune, ou sont les cormorans. 

4x9 E c 2 



THEOPHILE GAUTIER 

Elle a des yeux retrousse*s vers les tempes, 
Un pied petit a tenir dans la main, 
Le teint plus clair que le cuivre des lampes, 
Les ongles longs et rougis de carmin. 

Par son treillis elle passe sa tte, 
Que I'hirondelle, en volant, vient toucher ; 
Et, chaque soir, aussi bien qu'un poete, 
Chante le saule et la fleur du pcher. 



D 1 



28? Symphonic en Blanc Majeur 

leur col blanc courbant les lignes, 
On volt dans les contes du Nord, 
Sur le vieux Rhin, des femmes-cygnes 
Nager en chantant pres du bord. 

Ou, suspendant a quelque branche 
Le plumage qui les revet, 
Faire luire leur peau plus blanche 
Que la neige de leur duvet. 

De ces femmes il en est une, 
Qui chez nous descend quelquefois, 
Blanche comme le clair de lune 
Sur les glaciers dans les cieux froids ; 

Conviant la vue enivre*e 

De sa borale fraicheur 

A des rgals de chair nacr^e, 

A des debauches de blancheur ! 

Son sein, neige moul^e en globe, 
Contre les camlias blancs 
Et le blanc satin de sa robe 
Soutient des combats insolents. 
430 



TH6OPHILE GAUTIER 

Dans ces grandes batailles blanches. 
Satins et fleurs ont le dessous, 
Et, sans demander leurs revanches, 
Jaunissent comme des jaloux. 

Sur la blanch eur de son paule, 
Paros au grain ^blouissant,, 
Comme dans une nuit du p6le, 
Un givre Invisible descend. 

De quel mica de neige vierge, 
De cjuelle moelle de roseau, 
De quelle hostie et de quel cierge 
A.-t-on fait le blanc de sa peau ? 

A-t-on pris la goutte lacte 
Tachant Fazur du ciel d*hiver r 
Le lis 3. la pulpe argente ? 
La blanche ^curne de la mer, 

Le marbre blanc, chair froide et pale 
Oil vivent les divinite's ; 
L 'argent mat, la laiteuse opale 
Qu'irisent de vagues clarts; 

L'ivoire, oti ses mains ont des ailes, 
Et, comme des papillons blancs, 
Sur la pointe des notes frIes 
Suspendent leurs baisers tremblants ; 

L'hermine vierge de souillure, 
Qui, pour abriter leurs frissons, 
Ouate de sa blanche fburrure 
Les paules et les blasons ; 
4*1 



286 



THOPHILE GAUTIER 

Le vif-argent aux fleurs fantasques 
Dont les vitraux sont ramage*s ; 
Les blanches dentelles des vasques, 
Pleurs de 1'ondine en 1'air figes ; 

L'aube'pine de mai qui plie 

Sous les blancs frimas de ses eurs; 

L'aMtre oh la melancolie 

Aime a retrouver ses paleurs ; 

Le duvet blanc de la colombe, 
Neigeant sur les toits du manoir, 
Et la stalactite qui tombe, 
Larme blanche de 1'antre noir ? 

Des Groenlands et des Norveges 
Vient-elle avec Se>aphita? 
Est-ce la Madone des neiges, 
Un sphinx blanc que 1'hiver sculpta, 

Sphinx enter-re" par 1'avalanche, 
Gardien des glaciers e"toil6s, 
Et qui, sous sa poitrine blanche, 
Cache de blancs secrets gelSs ? 

Sous la glace ou calme il repose, 
Oh ! qui pourra fondre ce cosur ! 
Oh I qui pourra raettre un ton rose 
Dans cette implacable blancheur ! 



un ange gardien prenez-moi sous votre aile, 
Tendez, en souriant et daignant vous pencher, 
A ma petite main votre main maternelle, 
Pour soutenir mes pas et me faire marcher! 



422 



TH&OPHILE GAUTIER 

Car J6sus, le doux maitre aux celestes tendresses, 
Permettait aux enfants de s'approcher de lui ; 
Comme un perc indulgent il soufFrait leurs caresses 
Et jouait avec eux sans te'moigner d'cnnui. 

O vous, qui rcssemblez a ccs tableaux d'e*glise 
Ou Ton voit, sur fond d'or, Pauguste CharitS 
Pr6servant de la faim, prSservant de la bise 
Un groupe frais ct blond dans sa robe abrite", 

Comme le nourrisson de la Mere divine, 

Par pitie", laissez-moi monter sur vos genoux, 

Moi, pauvre jeune fille, isol6e, orpheline, 

Qui n ? ai d'espoir qu'en Dieu, qui n'ai d'espoir qu'en vous. 

287 Noel 

T E ciel est noir, la terre est blanche ; 
^ Cloches, carillonnez gaiment ! 
J6sus est n6 ; la Vierge penche 
Sur lui son visage charmant. 

Pas dc courtines festonnecs 
Pour preserver 1'enfant du froid ; 
Rien que les toiles d ? araign6es 
Qui pendent dej> pouttcs du toit. 

II tremble sur la paille fraiche, 
Ce cher petit enfant Jdsus, 
Et pour 1'dchaufFer dans sa creche 
L'&nc ct le boeuf aoufflent dessus. 

La neige au chaume pend ses franges, 
Mais sur le toit s'ouvre le Ciel, 
Et, tout en blanc, le chceur des anges 
Chante aux bcrgers : ' Noel ! Noel 1 ? 



THJaOPHILE GAUTIER 



288 pendant fa Tempete 

T A barque est petite et la mer immense, 
** La vague nous jette au ciel en courroux, 
Le ciel nous renvoie au flot en de"mence : 
Pres du m&t rompu prions \ genoux ! 

De nous a la tombe il n'est qu'une planche : 
Peut-etre ce soir, dans un lit amer, 
Sous un froid linceul, fait d'^cume blanche, 
Irons-nous dormir, veille"s par Pe"clair ! 

Fleur du paradis, sainte Notre-Dame, 
Si bonne aux marins en pe"ril de mort, 
Apaise le vent, fais taire la lame, 
Et pousse du doigt notre esquif au port. 

Nous te donnerons, si tu nous delivres, 
Une belle robe en papier d'argent, 
Un cierge jl festons pesant quatre livres, 
Et, pour ton Je"sus, un petit Saint-Jean. 



289 Ce que disent les Hiwnctdles 



plus d'une feuille seche 
Parslme les gazons jaunis ; 
Soir et matin, la brise est fraiche, 
Hlas ! les beaux jours sont finis ! 

On voit s'ouvrir les fleurs que garde 
Le jardin, pour dernier trsor; 
Le dahlia met sa cocarde 
Et le souci sa toque d'or. 
424 



TH6OPHILE GAUTIER 

La pluie au bassin fait des bulles, 
Les hirondelles sur le toit 
Tiennent dcs conciliabules : 
Voici Thiver, voici le froid 1 

Elles s'assemblent par centaines, 
Sc concertant pour le depart. 
L'une dit : c Oh ! que dans Athenes 
II fait bon sur le vieux rempart ! 

c Tous les ans j'y vais et je niche 
Aux metopes du Parthenon. 
Mon nid bouche dans la corniche 
Le trou d'un boulet de canon.* 

L/autre : fi J'ai ma petite charnbre 

A Smyrne, au plafond d'un caf6. 

Les Hadjis comptent leurs grains d'ambre 

Sur le seuil, d*un rayon chauffe^, 

J*entrc et je sors, accoutum^e 
Aux blondes vapeurs des chibouchs, 
Et parmi des flots de fumdc 
Je rase turbans ct tarbouchs. * 

Cclle-ci : * J'habite un triglyphc 
Au fronton d'un temple, a J3albeck. 
Je m*y suspens avec ma gnffc 
Sur mes petits au large bee/ 

Celle-li : c Voici mon adresse : 
Rhodes, palais dcs Chevaliers ; 
Chaque hiver, ma tentc s*y dresse 
Au chapiteau des noirs piliers. * 

425 



THEOPHILE GATJTIER 

La cinquieme : * Je ferai hake, 
Car P&ge m'alourdit un peu, 
Aux blanches terrasses de Malte 
Entre Peau bleue et le del bleu.' 

La sixieme : * Qu'on est a Faise 
Au Caire, en haut des minarets I 
J'empslte un ornement de glaise, 
Et mes quartiers d'hiver sont 



6 A. la seconde cataracte, 

Fait la derniere, j'ai mon nid 3 

J'en ai not6 la place exacte, 

Dans le pschent d ? un roi de granit.* 

Toutes : c Demain conabien de lieues 
Auront fil^ sous notre essaim, 
Plaines brunes, pics blancs, mers blcues 
Brodant d ? cunie leur bassin ! 9 



A.vec cris et battements d'ailes, 
Sur la moulure aux bords ^troits, 
Ainsi jasent les hirondelles, 
Voyant venir la rouille aux bois. 

Je comprends tout ce qu'elles disent, 
Car le poe'te est un oiseau ; 
Mais, captif, ses 6lans se brisent 
Contre un invisible re"seau ! 

IDes ailes I des ailes ! des ailes ! 
Comme dans le chant de Riickert, 
Pour voler la-bas avec elles 

soleil d'or, au printemps vert ! 

436 



THEOPHILE OAUTIER 
2po I " 



3 1'oeuvre sort plus belle 
D'une forme au travail 
Rebelle, 
Vers, marbre, onyx, e"mail. 

Point de contraintes fausses I 
Mais que pour marcher droit 

Tu chausses, 
Muse, un cothurne 6troit. 

Fi du rhythme commode, 
Comme un soulier trop grand, 

Du mode 
Que tout pied quitte et prend ! 

Statuaire, repousse 
L/argile que ptrit 

Le pouce 
Quand flotte ailleurs Tesprit, 

Lutte avec le carrare, 
Avec le paros dur 

Et rare, 
Oardiens du contour pur ; 

Emprunte a Syracuse 
Son bronze oft fermement 

S'accuse 
Le trait fier et charmant; 

!D 7 une main delicate 
Poursuis dans un filon 

D'agate 

Le profil d'Apollon. 
437 



G-A.UTIER 



3?eintre ? fuis Paquarelle, 
Et fixe la couleur 
Trop frle 
four de l*mailleur. 



Fals les sirenes bleues, 
Tordant de cent fafons 

Leurs queues, 
Les monstres des blasons ; 

JDans son nimbe trilobe 
La Vierge et son J<sus, 

Le globe 
Avec la croix dessus. 

Tout passe. - L'art robustc 
Seul a l*ternite, 

Le buste 
Survit a la 



Et la mdaille austere 
Que trouve un laboureur 

Sous terre 
ReVele un empereur. 

Les dieux eux-mmes meurent, 
Mais les vers souve rains 

Demeurent 
Plus forts que les airains. 

Sculpte, lime, cisele ; 
Que ton r^ve flottant 

Se scelle 
Dans le bloc resistant ! 

428 



PIERRE-MARIE-VICTOR-RICHARD DE 
LAPRADE 

291 La Mort cfun Chene 



QUAND Thomme te frappa de sa Ifche cogne, 
roi qu'hier le mont portait avec orgueil, 
Mon &me au premier coup retentit indignge, 
Et dans la forSt sainte il se fit un grand deuil, 

Un murmure clata sous ses ombres paisibles: 
J'cntendis des sanglots et des bruits mena9ants ; 
Je vis errer des bois les h6tes invisibles, 
Pour te dgfendre, hllas ! contre 1'homxne impuissants. 

Tout un peuple effray partit de ton feuillage, 
Et mille oiseaux chanteurs, troubles dans leurs amours, 
Plancrent sur ton front, comme un pale nuage, 
Percant de cris aigus tes gemissements sourds. 

Le flot triste hSsita dans Fume des Fontaines; 
Le haut du mont trembla sous les pins chancelants, 
Et 1'aquilon roula dans les gorges lointaines 
L'6cho des grands soupirs arrach^s a tes flancs. 

Ta chute laboura, comme un coup de tonnerre, 
Un arpent tout entier sur le sol paternel; 
Et quand son sein meurtri re^ut ton corps, la terre 
Eut un rugissement terrible et solennel. 

Car Cybcle t'aimait, toi 1'ain^ de ses chines, 
Comme un premier enfant que sa mere a nourri ; 
Du plus pur de sa seve elle abreuvait tes veines, 
Et son front se levait pour tc faire un abru 
429 



VICTOR DE LAPRADE 

Elle entoura tes pieds d'un long tapis de mousse, 
Od toujours en avril elle faisait germer 
Pervenche et violette a Podeur fraiche et douce, 
Pour qu*on choisit ton ombre et qu'on y vint aimer. 

Toi, sur elle gpanchant cette ombre et tes murmures, 
Oh ! tu lui payais bien ton tribut filial ! 
Et chaque automne a flots versait tes feuilles mures, 
Comme un manteau d'hiver, sur le coteau natal. 

La terre s'enivrait de ta large harmonie ; 
Pour parler dans la brise, elle a cre*6 les bois ; 
Quand elle veut ge"mir d'une plainte infinie, 
Des chines et des pins elle emprunte la voix~. 

Cybele t'amenait une immense famille; 
Chaque branche portait son nid ou son essaim : 
Abeille, oiseau, reptile, insecte qui fourmille, 
Tous avaient la pature et Pabri dans ton sein. 

Ta chute a dispers tout ce peuple sonore ; 
Mille ^tres avec toi tombent anlantis ; 
A ta place, dans 1'air, seuls voltigent encore 
Quelques pauvres oiseaux qui cherchent leurs petits. 

Tes rameaux ont broy des troncs dlja robustes ; 
Autour de toi la mort a fauch6 largement. 
Tu gis sur un monceau de chenes et d'arbustes. 
J'ai vu tes verts cheveux palir en un moment. 

Et ton e"termt6 pourtant me semblait sure I 
La terre te gardait des jours multiplies... 
Sa seve afflue encor par 1'horrible blessure 
Qui desslcha le tronc s^par6 de ses pieds, 

430 



VICTOR DE LAPRADE 

Oh ! ne prodigue plus la seve a ces racines, 
Ne verse pas ton sang sur ce fils expire*. 
Mere ! garde-le tout pour les plantes voisines ; 
Le ch6ne ne boit plus ce breuvage sacr6. 

Dis adieu, pauvre chene, au printemps qui t'enivre : 
Hier, il t'a pare* de feuillages nouveaux; 
Tu ne sentiras plus ce bonheur de revivre. 
Adieu les nids d'amour qui peuplaient tes rameaux! 

Adieu les noirs essaims bourdonnant sur tes branches, 
Le frisson de la feuille aux caresses du vent, 
Adieu les frais tapis de mousse et de pervenches 
Ou le bruit des baisers t'a rjoui souvent! 

6 chne, je comprends ta puissante agonie ! 
Dans sa paix, dans sa force, il est dur de mourir; 
A voir crouler ta t^te, au printemps rajeunie, 
Je devine, gant! ce que tu dois souffrir. 

Ainsi jusqu'il ses pieds Phomme t'a fait descendre; 
Son fer a d6pec6 les rameaux et le tronc; 
Get tre harmonieux sera fumde et cendre, 
Et la terre et le vent se le partageront! 

Mais n'est-il rien de toi qui subsiste et qui dure ? 

Oil s'en vont ces esprits d^corcc reconverts ? 

Et n'est-il de vivant que Fimmense nature, 

Une au fond, mais s'ornant de mille aspects divers ? 

Quel qu'il soit, cependant, ma voix be"nit ton 6tre 
Pour le divin rcpos qu'a tes pieds j'ai gotit^. 
Dans un jeune univers, si tu dois y renaitre, 
Puisses-tu retrouver ta force et ta beaut6 ! 



VICTOR DE LAPRADE 

Car j'ai pour les foiits des amours fraternelles ; 
Poete vetu d'ombre, et dans la paix revant, 
Je vis avec lenteur, triste et calme ; et, comme elles, 
Je porte haut ma tete, et chante au moindre vent. 

Je crois le bien au fond de tout ce que j 'ignore ; 
J'espere malgre* tout, mais nul bonheur humain : 
Comme un chene immobile, en mon repos son ore, 
J'attends le jour de Dieu qui nous luira demain. 

En moi de la foret le calme s'insinue; 
De ses arbres sacrds, dans Tombre enseveli, 
J'apprends la patience aux hommes inconnue, 
Et mon coeur apaisS vit d'espoir et d'oubli. 

Mais rhomme fait la guerre aux forets pacifiques ; 
L'ombrage sur les monts recule chaque jour ; 
Rien ne nous restera des asiles mystiques 
Ou Fame va cueillir la pense*e et Tamour. 

Prends ton vol, 6 mon coeur ! la terre n'a plus d'ombres, 
Et les oiseaux du ciel, les reves iniinis, 
Les blanches visions qui cherchent les lieux sombres 
Bient6t n'auront plus d^arbre oil dposer leurs nids. 

La terre se dgpouille et perd ses sanctuaires; 
On chasse des vallons ses h6tes merveilleux; 
Les dieux aimaient des bois les temples se*culaires, 
La hache a fait tomber les chenes et les dieux. 

Plus d'autels, plus d'ombrages et de paix abrit^e, 
Plus de rites sacrls sous les grands domes verts ! 
Nous le*guons a nos lils la terre deVastee, 
Car nos pres nous ont llgul des cieux deserts. 



VICTOR DE LAPRADE 



II 

Ainbi tu gdmibbdib, poete, ami des chcnes, 

Toi qui gardes encor Ic culte dcs vieux jours. 

Tu vois Fhomme altgre" sans ombre et sanb fontaines... 

Va! Pantique Cybclc cnfantera toujouibJ 

Lcve-toi ! c'est assez pleurer *>ui ce qui tombe ; 
La lyre doit savoir pr6dire ct consoler ; 
Quand Tesprit te conduit sur le bord de la tombe, 
De vie et d'avcnir c'e&t pour nous y parlor, 

Crainb-tu dc voir tarir la scve universelle, 
Parce qu'un chcne cst moit et qu'il e"tait g^ant? 
(!) poete ! ame ardcntc en qui 1'amour ruisbellc, 
Organe de la vie, as-tu peur du ne*ant ? 

Va! Poeil qui nous r6chaurTe a plus d'un jour a luire; 

Le grand semeur a bien dcs graines a semer. 

La nature n'cst pas lasse encor de produire: 

Car, ton cceur le sait bicn, Dieu n'cst pas las d'aimer. 

Tandis quc tu g6mib sur cet arbre en mines, 
Mille germes la-bas, d^pos^s en secret, 
Sous le regard de Dieu veillent dans ces collines, 
Tout prcts a s'dlancer en vivante fordt. 

Nos flls pourront aimer et rcver soub leurs ddmes, 
Le poete adorer la nature et chanter ; 
Dans Tombreux labyrinthe oft tu vois deb fantdmes, 
Un id6al plub pur viendra leb vibiter, 

aosa 433 F f 



VICTOR DE LAPRADE 

Croissez sur nos debris, croissez, forts nouvelles! 
Sur vos jeunes bourgeons nous verserons nos pleurs : 
D'avance je vous vois, plus fortes et plus belles, 
Faire un plus doux ombrage a des h6tes meilleurs. 

Vous n'abriterez plus de sanglants sacrifices; 

L'&ge emporte les dieux ennemis de la paix. 

Aux chants, aux jeux sacre*s vos sejours sont propices; 

Votre mousse aux loisirs ofFre des lits e*pais. 

Ne penche plus ton front sur les choses qm meurentj 
Tourne au levant tes yeux, ton cceur a 1'avenir. 
Les arbres sont tombes, mais les germes dcmeurent; 
Tends sur ceux qui naitront tes bras pour les blnir. 

Poete aux longs regards, vois les races futures, 
Vois ces bois merveilleux a 1'horizon 6clos j 
Dans ton sein proph^tique ecoute leurs murmures; 
Ecoute: au lieu d'un bruit de fer et de sanglots, 

Sur des coteaux baign^s par des clartls sereines, 
Oii des peuples joyeux semblent se reposer, 
Sous les chenes ^mus, les hitres et les frSnes, 
On dirait ^u'on entend un immense baiser! 



434 



JOSPHIN [VICTOR-JOSEPH] SOULARY 

1815-11891 

292 Reves ambitieuv 

OI j'avais un arpcnt de sol, mont, val ou plaine, 
^ Avec un filet d'eau, torrent, source on luisseau, 
J'y planterais un arbre, olivier, saule ou frne, 
J'y bdtirais un toit, chaume, tuile ou roseau. 

Sur mon arbre, un doux nid, gramen, duvet ou laine, 
Retiendrait un chanteur, pinson, merle ou moineau; 
Sous mon toit, un doux lit, hamac, natte ou berceau, 
Retiendrait une enfant, blonde, brunc ou chcitaine. 

Je ne veux qu'un arpcnt ; pour le mesurer mieux, 
Je dirais a 1'enfant la plus belle & mes yeux : 
* Ticns-toi debout devant le soleil qui se lve ; 

' Aussi loin que ton ombie ira sur le gazon, 
c Aussi loin je m'cn vais tracer mon horizon.' 
Tout bonheur que la main n'atteint pas n'est qu'un re>e. 

293 Les deux Corteges 

in\EUX corteges sc sont rencontre's a T^glise. 
-^ Uun est morne ; il conduit le ccrcueil d'un enfant ; 
Une femme le suit, presque folle, toufFant 
Dans sa poitrine en feu le sanglot qui la brise. 

L'autre, c'est un bapt&ne: au bias qui le d6fend 
Un nourrisson gazouille une note ind6cise; 
Sa mere, lui tendant le doux sein qu'il e*puise, 
L'embrasse tout entier d'un regard triomphantl 

On baptise, on absout, et le temple sc vide. 
Les deux femmes, alors, &e croisant sous 1'abside, 
Kchangent un coup d'ceil aussitdt dkStournC 1 ; 

Et mervcilleux retour qu'inspire la priere 
La jeune mere pleure en regardant la bicrc, 
La fcmmc qui plcurait sourit au nouvcau-n6! 

435 *' f 2 



CHARLES-MARIE-RENE LECONTE 
DE LISLE 

1818^1894 

2(}4 Les Hurleurs 

T E soleil dans les flots avait noye ses flammes, 

*^ La ville s'endormait au pied des monts brumeux : 

Sur de grands rocs lave*s d'un nuage e"cumeux 

La mer sombre en grondant versait ses hautes lames. 

La nuit multipliait ce long ggmissement. 
Nul astre ne luisait dans Pimmensit6 nue; 
Seule, la June pale, en Icartant la nue, 
Comme une morne lampe oscillait tristement. 

Monde muet, marque" d'un signe de colere, 
Debris d'un globe mort au hasard disperse*, 
Elle laissait tomber de son orbe glac6 
Un reflet se*pulcral sur 1'oc^an polaire. 

Sans borne, assise au Nord, sous les cieux dtoufFants, 
L'Afrique, s'abritant d'ombre 6paisse et de brume, 
Affamait ses lions dans le sable qui fume, 
Et couchait pr&s des lacs ses troupeaux d'eldphants. 

Mais sur la plage aride, aux odeurs insalubrcs, 
Parmi les ossements de bceufs et dc chevaux, 
De maigres chiens, pars, allongeant leurs museaux, 
Se lamentaient, poussant des hurlements lugubres. 

La queue en cercle sous leurs ventres palpitants, 
L'ceil dilat^, tremblant sur leurs pattes fe*briles 3 
Accroupis 50" et 1^, tous hurlaient, immobiles, 
Et d'un frisson rapide ague's par instants, 

436 



LECONTE DE LISLE 

L'6cume de la mer collait sur leurs echines 
De longs polls qui laissaient les vertebras saillir ; 
Et quand les flots par bonds Jes venaient assaillir 
Leura dents blanches claquaient sous leurs rouges babines. 

Devant la lunc errante aux livides clarte*s, 
Quelle angoisse inconnue, au bord des noires ondes, 
Faisait pleurer une ame en vos foimes immondes? 
Pourquoi g6missiez-vous, spectres e*pouvante"s ? 

Je ne sais ; mais, chiens qui hurliez sur les plages, 
Apres tant de soleils qui nc reviendront plus, 
J'entends toujours, du fond de raon passe" confus, 
Le cri ddsespe're' de vos douleurs sauvages ! 

2pf Midi 

AAIDI, roi des e^s, ^pandu sur la plaine, 
IV* Tombe en nappes d'argent des hauteurs du ciel bleu. 
Tout se tait. L/air flamboie et brQIe sans haleine ; 
La terre est assoupie en sa robe de feu. 

L'Stcnduc est immense, et les champs n'ont point d'ombre, 
Et la source est tarie oii buvaient les troupeaux ; 
La lointaine forSt, dont la lisiere est sombre, 
Dort Ijl-bas., immobilej en un pesant repos. 

Seuls, les grands bl6s mfiris, tels qu'une mer doree, 
Se d6roulent au loin, d&Iaigncux du sommeil; 
Pacifiques enfants de la terre sacre, 
Us ^puisent sans pcur la coupe du soleil. 

Parfois, comme un soupir de leur ame brQlante, 
Du sein des pis lourds qui murmurent entre eux, 
Unc ondulation majestueuse et lente 
S'veille, et va mourir zl 1'horizon poudreux. 

437 



LECONTE DE LISLE 

Non loin, quelques boeufs blancs, couches parmi les herbes, 
Bavent avec lenteur sur leurs fanons pais, 
Et suivent de leurs yeux languissants et superbes 
Le songe intrieur qu'ils n'achevent jamais. 

Homme, si, le coeur plein de joie ou d'amertume, 
Tu passais vers midi dans les champs radieux, 
Fuis! la nature est vide et le soleil consume: 
Rien n'est vivant ici, rien n'est triste ou joyeux. 

Mais si, disabuse* des larmes et du rire, 
Alte"r de Poubli de ce nionde agite*, 
Tu veux, ne sachant plus pardonner ou maudire, 
Gouter une supi6me et morne volupte, 

Viens I Le soleil te parle en paroles sublimes ; 
Dans sa flamme implacable absorbe-toi sans fin ; 
Et retourne a pas lents vers les cite*s infimes, 
Le coeur trempe" sept fois dans le ngant divin. 

2gff Le Sommeil du Condor 



del^ Tescalier des roides Cordilleres, 
^ Par deli les brouillards hant^s des aigles noirs, 
Plus haut que les sommets creus^s en entonnoirs 
Oil bout le flux sanglant des laves familiSres, 
L*envergure pendante et rouge par endroits, 
Le vaste oiseau, tout plein d'une morne indolence, 
Regarde TAmlrique et 1'espace en silence, 
Et le sombre soleil qui meurt dans ses yenx froids* 
La nuit roule de TEst, oii les pampas sauvages 
Sous les monts Stage's s'largissent sans fin; 
Elle endort le Chili, les villes, les rivages, 
Et la mer Pacifique et rhorizon- divin; 

438 



LECONTE DE LISLE 

Du continent muet elle s'est empare*e : 

DCS sables aux coteaux, des gorges aux versants, 

De cime en cime, elle enfle, en tourbillons croissants, 

Le lourd de"bordement de sa haute mare*e. 

Lui, commc un spectre, seul, au front du pic altier, 

Baignc* d'une lueur qui saigne sur la neigc, 

II attend cette mer sinistre qui 1'assiege: 

Elle arrive, deTerle, et le couvre en entier. 

Dans 1'abime sans fond la croix australe allume 

Sur les cOtes du ciel son phare constelle. 

II rale de plaisir, il agite sa plume, 

II e'lige son cou musculeux ct pele, 

II s'enlcve en fouettant 1'apre neige des Andes, 

Dans un cri rauque il monte oil n'atteint pas le vent, 

Et, loin du globe noir, loin de 1'astre vivant, 

II dort dans Fair glace*, les ailes toutes giandes. 



Elephants 

T E sable rouge cst commc une mcr sans limite, 
-^ Et qui flambe, muctte, affaiss6c en son lit. 
Une ondulntion immobile remplit 
L'horizon aux vapeuis de cuivre ou 1'homme habite. 

Nulle vie ct nul bruit. Tons les lions rcpus 
Dormant au fond de Tantrc loign6 de cent lieucs, 
Et In girafe boit dans les fontaincs bleues, 
J/a-bas, sous les dattiers des panthcres connus. 

Pas un oiseau ne passe en fouettant de son aile 
I /'air cpais ou circule un immense soleil. 
Parfois cjuelque boa, chaufFe dans son sommeil, 
Fait onduler son dos dont Fe'caille Dtincellu. 

439 



LECONTE DE LISLE 

Tel Fespace enflamm6 brule sous les cieux clairs; 
Mais, tandis que tout dort aux mornes solitudes, 
Les lphants rugueux, voyageurs lents et rudes, 
Vont au pays natal a travers les deserts. 

D'un point de Phorizon, comme des masses brunes, 
Us viennent, soulevant la poussiere, et Ton voit, 
Pour ne point deVier du chemin le plus droit, 
Sous leur pied large et sur crouler au loin les dunes. 

Celui qui tient la tete est un vieux chef. Son corps 
Est gerc comme un tronc que le temps ronge et mine ; 
Sa tete est comme un roc, et 1'arc de son e*chine 
Se voute puissamment il ses moindres efforts. 

Sans ralentir jamais et sans hater sa marche, 
II guide au but certain ses compagnons poudreux ; 
Et, creusant par derriere un sillon sablonneux, 
Les pelerins massifs suivent leur patriarchc. 

L'oreille en Iventail, la trompe entre Jes dents, 
Us cheminent, Pceil clos. Leur ventre bat et fume, 
Et leur sueur dans Tair embrase* monte en brume ; 
Et bourdonnent autour mille insectes ardents. 

Mais qu'importent la soif et la mouche vorace, 
Et le soleil cuisant leur dos noir et plissS ? 
Us rgvent en marchant du pays d4laiss, 
Des forets de figuiers oil s'abrita leur race. 

Us reverront le fleuve 6chapp6 des grands monts, 
Ou nage en mugissant Fhippopotame norme ; 
Ou, blanchis par la lune et projetant leur forme, 
Us descendaient pour boire en toasant les joncs. 
440 



LECONTE DE LISLE 

Aussi, pleins de courage et de lenteur, ils passent, 

Comme une lignc noire, au sable illimite* ; 

Et le desert reprend son immobility 

Quand les lourds voyageurs a Thorizon s'efFacent. 



298 Le Coeur de Hialmar 

T TNE nuit clairc, un vent glace". La neige est rouge. 

^ Mille braves sont la qui dorment sans tombeaux, 
L'e'pe'e au poing, les yeux hagards. Pas un ne bouge. 
Au-dessus tourne et crie un vol de noirs corbeaux. 

La lune froide verse au loin sa pale flamme. 
Hialmar se soulcve entre les morts sanglants, 
Appuye" des deux mains au tron9on de sa lame. 
La pourpre du combat ruisselle de ses flancs. 

Hold ! Quelqu'un a-t-il encore un peu d'haleine, 
Parmi tant de joycux et robustes gardens 
Qui, ce matin, riaient ct chantaient a voix pleine 
Comme des merles dans I'e'paisscur des buissons ? 

Tous sont muets. Mon casque est rompu, mon armure 
Est troupe, et la hache a fait sautcr ses clous. 
Mes yeux saignent. J'entends un immense murmure 
Pareil aux hurlements de ]a mer ou des loups. 

Viens par ici, Corbeau, mon brave mangcur d'hommes 1 
Ouvre-moi la poitrine avec ton bee de fcr. 
Tu nous retrouvcras domain tels quc nous sommes. 
Porte mon cceur tout chaud a la fille d'Ylmcr. 

Dans Upsal, ou les Jarls boivcnt la bonne biere, 
Et chantent, en heurtant les cruchcs d'or, en choeur, 
A tire d'aile vole, 6 r6deur de bruy^re 1 
Cherche ma fiancee et portc^lui mon cceur. 

44* 



LECONTE DE LISLE 

Au sommet de la tour que hantcnt les corneilles 
Tu la verras debout, blanche, aux longs cheveux noirs. 
Deux anneaux d'argent fin lui pendent aux oreillcs, 
Et ses yeux sont plus clairs que 1'astre des be?ux soirs. 

Va, sombre messager, dis-lui bien que je Paime, 
Et que void mon coeur. Elle reconnaitra 
Qu'il est rouge et solide et non trcmblant et bleme; 
Et la fille d'Ylmer, Corbeau, te sourira! 

Moi, je meurs. Mon esprit coule par vingt blessures. 
J'ai fait mon temps. Buvez, 6 loups, mon sang vermeil. 
Jeune, brave, riant, libre et sans fltiissures, 
Je vais m'asseoir parmi les Dieux, dans le soleil! 



2pp Les gifts 

/^ OURONN&S de thym et de marjolaine, 
^-^ Les Elfes joyeux dansent sur la plaine. 

Du sentier des bois aux daims familier, 
Sur mi noir cheval, sort un chevalier. 
Son e*peron d'or brille en la nuit brunc; 
Et, quand il traverse un rayon de lunc, 
On volt resplendir, d'un reflet changeant, 
Sur sa chevelure un casque d 7 argent. 

Couronne"s de thym et de maijokine, 
Les Elfes joyeux dansent sur la plaine. 

Us Pentourent tous d'un essaim lc*ger 
Qui dans 1'air muet semble voltiger. 

443 



LECONTE DE LISLE 

Hardi chevalier, par Ja nuit sereine, 
Oft vas-tu si tard? dit Ja jeune Reine. 
De mauvais esprits hantent les forets; 
Viens danser plut6t sur les gazons frais. 

Couronnes de thym et de marjolaine, 
Les Elfes joyeux dansent sur la plaine. 

Non ! ma fiancee aux yeux clairs et doux 
M'attend, et deraain nous serons poux. 
Laissez-moi passer, Elfes des prairies, 

Qui foulez en rond les mousses fleuiies ; 
Ne m'attardez pas loin de mon amour, 
Car voici dejii les lueurs du jour. 

Couronne*s de thym et de marjolaine, 
Les Elfes joyeux dansent sur la plaine. 

Reste, chevalier. Je te donnerai 
L'opale magique et Panneau doi, 

Et, ce qui vaut mieux que gloire et foztune, 
Ma robe fil^e au clair de la lune. 

Non ! dit-il. Va done ! Et de son doigt blanc 
Elle touche au cceur le gucrrier tremblant- 

Couronn^s de thym et de marjolaine, 
Les Elfes joyeux dansent sur la plaine. 

Et sous l^peron le noir cheval part. 
II court, il bondit et va sans retard ; 
Mais le chevalier frissonne et se penche ; 
II voit sur la route une forme blanche 
Qui marche sans bruit et lui tend les bras : 

Elfe, esprit, demon, ne m'arrete pas ! 

Couronns de thym et de marjolaine, 
Lob Elfes Joyeux dansent sur la plaine, 

443 



LECONTE DE LISLE 

Ne m'arrete pas, fant6me odieux ! 

Je yais e"pouser ma belle aux doux yeux. 

O mon cher e*poux, la tombe eternelle 
Sera notre lit de noce, dit-elle. 

Je suis morte 1 Et lui, la voyant ainsi, 
D'angoisse et d'amour tombe mort aussi. 

Couronne"s de thym et de marjolaine, 
Les Elfes joyeux dansent sur la plaine. 



CHARLES BAUDELAIRE 

1821-1-1867 

300 L'sf/battvs 

GOUVENT, pour s'amuser, les homines d'Squipage 
^ Prennent des albatros, vastes oiseaux des 
Qui suivent, indolents compagnons de voyage, 
Le navire glissant sur les goufFres amers. 

A peinc les ont-ils de"pose*s sur les planches, 
Que ces rois de Fazur, maladroits et honteux, 
Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches 
Comme des avirons tramer d c6te* d'eux. 

Ce voyageur ail4, comme il est gauche et veule! 
Lui, naguere si beau, qu'il est comique et laid ! 
L*un agace son bee avec un brfile-gueule, 
L'autre mime, en boitant, 1'infirme qui volait ! 

Le Poe'te est semblable au prince des nue*es 
Qui hante la tempSte et se rit de Tarcher; 
Exil6 sur le sol au milieu des hues, 
Ses ailes de ggant TempSchent de marcher. 

444 



CHARLES BAUDELAIRE 



301 Don Juan aux Enfers 

QUAND don Juan descendit vers Ponde soutcrraine 
Et lorsqu'il eut donn6 son obole a Charon, 
Un sombre mendiant, Pceil fier comme Anththene, 
D'un bras vengcur et fort saisit chaque aviron. 

Montrant leurs seins pendants ct leurs robes ouvertes, 
Des femmes se tordaient sous le noir firmament, 
Et, comme un grand troupeau de victimes offertes, 
Dcrriere hu trainaient un long mugissement. 

Sganarelle en liant lui r6clamait scs gages, 
Tandis que don Luis avec un doigt tremblant 
Montrait a tous les morts errant sur les rivages 
Le fiK audacieux qui railla son front blanc, 

Frissonnant sous son deuil, la chaste et maigre Elvire, 
Pros de l'e*poux perfide et qui fut son amant, 
Semblait lui rdclamer un supreme sourire 
Qb brillat la douceur dc son premier serment. 

Tout droit dans son armure, un grand homme de piene 
Se tenait i la barre et coupait le flot noir; 
Mais le calme h^ros, courbS sur sa rapiere, 
Regardait le sillage et ne daignait rlen voir. 



445 



CHARLES BAUDELAIRE 



302 La Geante 

"PvU temps que la Nature en sa verve puissante 
*~* Concevait chaque jour des enfants monstrueux, 
J'eusse aim6 vivre aupres d'une jeune geante, 
Comme aux piedt> d'une reine un chat voluptueux. 

J'eusse aim voir son corps fleurir avec son ame 
Et grandir librement dans ses terribles jeux ; 
Deviner si son coeur couve une sombre flamme 
Aux humides brouillards qui nagent dans ses yeux ; 

Parcourir a loisir ses magnifiques formes; 
Ramper sur le versant de ses genoux dnormes, 
Et parfois en e*te" 3 quand les soleils malsains, 

Lasse, la font s'&endre a travers la campagne, 
Dormir nonqhalammeat a 1'ombre de ses seins, 
Comme un hameau paisible au pied d'une montagne. 

Le Bakon 

des souvenirs, maitresse des mattresses, 
6 toi, tous mes plaisirs ! 6 toi, tous mes devoirs I 
Tu te rappelleras la beaut6 des caresses, 
La douceur du foyer et le charme des soirs, 
Me"re des souvenirs, maitresse des maitresses! 

Les soirs illumine* s par 1'ardeur du charbon, 

Et les soirs au balcon, voile's de vapeurs roses. 

Que ton sein m'&ait doux ! que ton coeur m'^tait bon ! 

Nous avons dit souvent d'impe'rissables choses 

Les soirs illumines par Pardeur du charbon. 



CHARLES BAUDELAIRE 

Que les soleils sent beaux dans les chaudes soirees! 

Que Fespace est profond ! que le coeur est puissant I 

En me penchant vers toi, reine des adore'es, 

Je croyais respirer le parfum de ton sang. 

Que les soleils sont beaux dans les chaudes soirees! 

La nuit s'e*paississait ainsi qu'une cloison, 

Et mes yeux dans le noir devinaient tes prunelles, 

Et je buvais ton souffle, 6 douceur, 6 poison ! 

Et tes pieds s'endormaient dans mes mains frateinelles. 

La nuit s'paississait ainsi qu'une cloison. 

Je sais Pait d'eVoquer les minutes heurcuses 

Et revis mon passe" blotti dans tes genoux. 

Car a quoi bon chercher tes beaute*s langoureuses 

Aillcurs qu'en ton cher corps et qu'en ton coeur si doux ? 

Je sais 1'ait d'dvoquer les minutes heureuses ! 

Ces serments, ces parfums, ccs baisers infinis, 
Renaitront-ils d'un goufFze interdit a nos sondes, 
Comme montent au ciel les soleils rajeunis 
Apres s'&re Iav6s au fond des mers profondes? 
(3 serments ! 6 parfums ! 6 baibcrs infinis ! 

304 Hymne 

\ LA tres-chere, a la tres-belle 
-^ Qui remplit mon cccur de 
A Fange, i Tidole immortelle, 
Salut en immoitalitc* ! 

Elle se rpand dans ma vie 
Comnne un air imprSgne" de sel, 
Et dans mon &me inassouvic 
Verse le gofit de 1'dterncL 

447 



CHARLES BAUDELAIRE 

Sachet toujours frais qui parfume 
L'atmosphere d'un cher re*duit, 
Encensoir oublie" qui fume 
En secret a travers la nuit. 

Comment, amour incorruptible, 
T'exprimer avec ve*rite* ? 
Grain de muse qui gis, invisible, 
Au fond de mon e*ternit6 1 

A la tres-bonne, a la tres-belle 
Oui fait ma joie et ma sant6, 
A 1'ange, a Pidole immortelle, 
Salut en immortalit6 I 



trzste 

QUE m'importe que tu sois sage? 
Sois belle! et sois triste! Les plcurs 
Ajoutent un charme au visage, 
Comme le Jfleuve au paysage; 
L'orage rajeunit les fleurs. 

Je t'aime surtout quand la joie 
S'enfuit de ton front terrass'e*; 
Quand ton coeur dans 1'horreur se noie; 
Quand sur ton present se de*ploic 
Le nuage affreux du passe*. 

Je t'aime quand ton grand ceil verse 
Une eau chaude comme le sang ; 
Quand, malgre* ma main qui te berce, 
Ton angoisse, trop lourde, perce 
Comme un rale d'agonisant. 



CHARLES BAUDELAIRE 

J'aspire, volupte" divine ! 
Hymne profond, de*licieux ! 
Tous les sanglots de ta poitrine, 
Et crois que ton cceur sMlumine 
Des perles que versent tes yeux I 

Je sais que ton cceur, qui regorge 
De vieux amours de* racings, 
Flamboie encor comme une forge, 
Et que tu couves sous ta gorge 
Un peu de 1'orgueil des damne"s; 

Mais tant, ma chore, que tes rves 
N'auront pas reflate* TEnfer, 
Et qu'en un cauchemar sans troves, 
Songeant de poisons et de glaives, 
Uprise de poudre et de fer, 

N'ouvrant a chacun qu'avec crainte, 
D^chiiFrant le malheur partout, 
Te convulsant quand 1'heure tinte, 
Tu n'auras pas senti 1'gtreinte 
De I'irr^sistible D^goQt, 

Tu ne pourras, esclave reine 
Qui ne m'aimes qu'avec effroi, 
Dans Fhorreur de la nuit malsaine 
Me dire, r&me de cris pleine: 
6 Je suis ton gale, mon Roi ! * 



449 Gg 



CHARLES BAUDELAIRE 
$06 Recueillement 

COIS sage, 6 ma Douleur, et tiens-toi plus tranquille, 
^ Tu rclamais le Soir; il descend; le voici; 
Une atmosphere obscure enveloppe la ville, 
Aux uns portant la paix, aux autres le souci. 

Pendant que des mortels la multitude vile, 
Sous le fouet du Plaisir, ce bourreau sans merci, 
Va cueilhr des remords dans la fete servile, 
Ma Douleur, donne-moi la main ; viens par ici, 

Loin d'eux. Vois se pencher les de*funtes Anndes, 
Sur les balcons du ciel, en robes suranne"es ; 
Surgir du fond des eaux le Regret souriant; 

Le Soleil moribond s'endormir sous une arche, 
Et, comme un long linceul trainant a" 1'Orient, 
Entends, ma chere, entends la douce Nuit qui marche, 

307 Spleen 

T'AI plus de souvenirs que si j'avais mille ans. 

Un gros meuble a tiroirs encombre*s de bilans, 
De vers, de billets-doux, de proces, de romances, 
Avec de lourds cheveux routes dans des quittances, 
Cache moms de secrets que mon triste cerveau. 
C'est une pyramide, un immense caveau, 
Qui contient plus de morts que la fosse commune. 

Je suis un cimetiere abhorre* de la lune, 

Ou, comme des remords, se trainent de longs vers 

Qui s'acharnent toujours sur mes morts les plus chers. 

Je suis un vieux boudoir plein de roses fan&s, 

Ou git tout un fouillis de modes suranne'es, 



CHARLES BAUDELAIRE 

Oh les pastels plaintifs et les pales Boucher, 
Seuls, respirent Fodeur d'un flacon de"bouche\ 

Rien n'dgale en longueur les boiteuses journe*es, 
Quand, sous les lourds flocons des neigeuses annles, 
L* Ennui, fruit de la morne incuriosite", 
Prend les proportions de Pimmortalite". 

De*sormais tu n'es plus, 6 matiere vivante ! 
Qu'un granit entoure" d'une vague e*pouvante, 
Assoupi dans le fond d'un Saharah brumeux! 
Un vieux sphinx ignore" du monde insoucieux, 
Oublie* sur la carte, et dont 1'humeur farouche 
Ne chante qu'aux rayons du soleil qui se couche. 

30$ Un Voyage a Cy there 

IV/j'ON cceur, comme un oiseau, voltigeait tout joyeux 
*'* Et planait librement a Tentour des cordages ; 
Le navire roulait sous un ciel sans nuages, 
Comme un ange enivre* du soleil radieux. 

Quelle est cette ile triste ct noire ? C'est Cythere, 
Nous dit-on, un pays fameux dans les chansons, 
Eldorado banal de tous Jes vieux garpons. 
Regardez, aprcs tout, c'est une pauvre terre. 

lie des doux secrets et des fetes du coeur ! 
De 1'antique Ve"nus le superbe fant6me 
Au-dessus de tes mers plane comme un arome 
Et charge les esprits d'amour et de langueur. 

Belle ile aux myrtes verts, pleine de fleurs 6closes, 
Ve'ndre'e a jamais par toute nation, 
Ob les soupirs des coeurs en adoration 
Roulent comme Tencens sur un jardin de roses, 

45i eg 2 



CHARLES BAUDELAIRE 

Ou le roucoulement dternel cTun ramier ! 
Cythe*re n'tait plus qu'un terrain des plus maigres, 
Un desert rocailleux trouble par des cris aigres. 
J'entrevoyais pourtant un objet singulier! 

Ce n'tait pas un temple aux ombres bocageres, 
Ou la jeune prtresse, amoureuse des fleurs, 
Allait, le corps brule* de secretes chaleurs, 
Entre-baillant sa robe aux brises passageres; 

Mais voila qu'en rasant la c6te d'assez pres 
Pour troubler les oiseaux avec nos voiles blanches, 
Nous viraes que c^tait un gibet a trois branches, 
Du ciel se ditachant en noir, comme un cypres. 

De froces oiseaux perches sur leur pature 
Dltruisaient avec rage un pendu deja mur, 
Chacun plantant, comme un outil, son bee impur 
Dans tous les coins saignants de cette pourriture; 

Les yeux gtaient deux trous, et du ventre efFondre* 
Les intestins pesants lui coulaient sur les cuisses, 
Et ses bourreaux, gorges de hideuses d6lices, 
L'avaient a coups de bee absolument chatre*. 

Sous les pieds, un troupeau de jaloux quadrupedes, 
Le museau relev6, tournoyait et r6dait; 
Une plus grande b8te au milieu s'agitait 
Comme un ex6cuteur entourl de ses aides. 

Habitant de Cythere, enfant d'un ciel si beau, 
Silencieusement tu soufFrais ces insultes, 
En expiation de tes infSmes cultes, 
Et des pchs qui t'ont interdit le tombeau. 

453 



CHARLES BAUDELAIRE 

Ridicule pendu, tes douleurs sont les raiennes! 
Je sends, a 1'aspect de tes membres flottaots, 
Comme un vomissement, remonter vers mes dents 
Le long fleuve de fiel des douleurs anciennes. 

Devant toi, pauvre diable au souvenir si cher, 
J'ai send tous les bees et toutes les mkhoires 
Des corbeaux lancinants et des panthres noires 
Qui jadis aimaient tant a" triturer ma chair. 

Le ciel e*tait charmant, la mer &ait unie; 
Pour moi tout e*tait noir et sanglant de*sormais, 
Helas ! et j'avais, comme en un suaire e"pais, 
Le cceur enseveli dans cette allegoric, 

Dans ton lie, 6 Ve*nus, je n'ai trouve* debout 
Qu'un gibet symbolique ou pendait mon image..* 
Ah ! Seigneur ! donnez-moi la force et le courage 
De contempler mon cur et mon corps sans dugout! 

309 UHorkge 

LJORLOGE! dieu sinistre, effrayant, impassible, 
* * Dont le doigt nous menace et nous dit : 'Souwens-tot ! 
Les vibrantes Douleurs dans ton cceur plein d'effroi 
Se planteront bient6t comme dans une cible; 

Le Plaisir vaporcux fuira vers 1'horizon 
Ainsi qu'une sylphide au fond de la coulisse; 
Chaque instant te de*vore un morceau du d^lice 
A chaque homme accord^ pour toute sa saison. 

Trois mille six cents fois par heure, la Seconde 
Chuchote: Souviens-toi / Rapide avec sa voix 
D^nsecte, Maintenant dit: Je suis Autrefois, 
Et j'ai pomp6 ta vie avec ma trompe immonde ! 

453 



CHARLES BAUDELAIRE 

Remember! Souvtens-toi / prodigue ! Estv mentor/ 
(Mon gosier de mental parle toutes les langues.) 
Les minutes, mortel folatre, sont des gangues 
Qu'il ne faut pas lacher sans en extraire Tor! 

Souvlens-tol que le Temps est un joueur avide 
Qui gagne sans tricher, a tout coup! c'est la loi. 
Le jour de"croit ; la nuit augmente ; souvtens-tol I 
Le goufFre a toujours soif; la clepsydre se vide. 

Tantdt sonnera 1'heure oft le divin Hasard, 

Ou 1'auguste Vertu, ton Spouse en cor vierge, 

Ou le Repentir meme (oh ! la derniere auberge !), 

Ou tout te dira : ' Meurs, vieux lache ! il est trop tard ! * 



LOUIS BOUILHET 

1822-11869 
310 F'ers d une Femrne 

QCJOI I tu raillais vraiment, quand tu disais : * Je 
t'aime!' 

Quoi I tu mentals aussi, pauvre fille ! . . . A quoi bon ? 
Tu ne me trompais pas, tu te trompais toi-me'mc, 
Pouvant avoir Tamour, tu n'as que le pardon ! 

Garde-le, large et franc, comme fut ma tendresse. 
Que par aucun regret ton coeur ne soit mordu : 
Ce que j'aimais en toi, c'6tait ma propre ivressc ; 
Ce que j'aimais en toi, je ne 1'ai pas perdu . . . 

Ta lampe n'a brul^ qu'en empruntant ma flamme. 
Comme le grand convive aux noces de Cana, 
Je changeais en vin pur les fadeurs de ton 
Et ce fut un festin doat chacun s'^tonna. 

454 



LOUIS BOUILHET 

Tu n'as jamais e*t, dans tes jours les plus rates, 
Qu'un banal instrument sous mon archet vainqueur, 
Et, comme un air qui sonne aux bols creux des guitares, 
J'ai fait chanter mon reve au vide de ton coeur . . . 

S'il fut sublime et doux, ce n'est point ton affaire. 
Je peux le dire au monde et ne te pas nommer: 
Pour tirer du ne"ant sa splendeur e'phe'mere, 
II m'a suffi de croire. II m'a suffi d'aimer. 

Et maintenant, adieu I Suis ton chemin, je passe! 
Poudre d'un blanc discret les rougeurs de ton front ; 
Le banquet est fini quand j'ai vide* ma tasse; 
S'il reste encor du vin, les laquais le boiront ! 



THEODORE DE BANVILLE 

1823-1*891 
311 A la Font-Georges 

CHAMPS plein de silence, 
Ou mon heureuse enfance 
Avait des jours encor 
Tout fites d'or ! 

6 ma vieille Font-Georges, 
Vers qui les rouges-gorges 
Et le doux rossignoi 
Prenaient leur vol ! 

Maison blanche oft la vigne 
Tordait en longue ligne 
Son feuillage qui boit 
Les pleurs du toit 1 

455 



THfiODORE IDE BANVILLE 

O claire source froide, 
Qu*ombrageait, vieux et roide, 
Un noyer vigoureux 
A. moitI6 creux I 

Sources I fraich.es fbntaines ! 
Qui, douces a mes peines, 
Frmssiez autreFois 
Rien qu*a ma voix ! 

IBassin ou les laveuses 
CHantaient insoucieuses 
En bat tan t sur leur bane 
Le linge blanc ! 

O sorbier centenaire, 
IDont trols coups de tonerre 
Avaient laiss^ tout nu 
Le front chenu ! 

Tonnelles et coudrettes, 
"Verdoy antes retraites 
JDe peupllers mouvants 
A. tous les vents ! 

O vignes purpurines, 
IDont, le long des collines., 
Les ceps accumul^s 
Ployaient gonfls ; 

Ou, 1'automne venue, 
La Vendange mi-nue 
A. Pentour du pressoir 
Dansait le soir 1 



THgOIDORE IDE BANVILLE 

6 buissons d*6glantines, 
Jetant dans les ravines, 
Comme un ciine le gland, 
Leur fruit sanglant ! 

IVIurmurante oserale, 
Ou le rangier s > effirale, 
Saule au feuillage bleu, 
Loin tains en feu I 

Jtameaux lourds de cerises I 
Molssonneuses surprises 
A. m-jambe dans 1'eau 
3Du clair ruisseau ! 



chemins, fontaines^ 
Acres parfums et plaines, 
Omb rages et rochers 
Souvent cherch^s ! 

Rulsseaux: ! forSts ! silence ! 
O mes amours d'enfance ! 
!MCon amc, sans t^moins, 
Vous aime moins 

Que ce jardin morose 
Sans verdure et sans rose 
Et ces sombres massifs 
H> 'antiques ifs, 

Et ce chemin de sable, 
Oxl j'eus 1'heur ineffable, 

la premiere fois, 
3D*ouir sa voix ! 
457 



THEODORE DE BANVILLE 

Oh reveuse, 1'amie 
Doucement obie, 
S'appuyant a mon bras, 
Parlait tout bas, 

Pensive et recueillie, 
Et d'une fleur cueillie 
Brisant le coeur discret 
D'un doigt distrait, 

A 1'heure oCl les e*toiles 
Frissonnant sous leurs voiles 
Brodent le ciel changeant 
De fleurs d'argent. 



$12 * jNbus n'irons plus au bois* 



n'irons plus au bois, les lauriers sont coupes. 
Les Amours des bassins, les Naiades en groupe 
Voient reluire au soleil en cristaux de"coupe"s 
Les flots silencieux qui coulaient de leur coupe. 
Les lauriers sont coupe's, et le cerf aux abois 
Tressaille au son du cor; nous n'irons plus au bois, 
Oil des enfants charmants riait la folle troupe 
Sous les regards des lys aux pleurs du ciel trempe*s. 
Void Therbe qu'on fauche et les lauriers qu'on coupe. 
Nous n'irons plus au bois, les lauriers sont coupe's. 



458 



THfiODORE DE BANVILLE 

A Adolphe G&iffe 

EUNE homme sans mlancolie, 

Blond comme un soleil d'ltalie, 
Garde bien ta belle folie. 

C'est la sagesse ! Aimer le vin, 
La beaute", le printemps divin, 
Cela sufEt. Le reste est vain. 

Souris, meme au destin severe! 
Et quand revient la primevere, 
Jettes-en les fleurs dans ton verre. 

Au corps sous la tombe enferme 
Que restc-t-il ? D'avoir aim^ 
Pendant deux ou trois mois de mai. 

*Cherchez les effets et les causes/ 

Nous disent les rveurs moroses, 

Des mots 1 des mots ! cueillons les roses* 



3/4 A Georges Jtochegrosse 

"CNFANT dont la levre rit 
^ Et, gracieuse, fleurit 
Comme une corolle ^close, 
Et qui sur ta joue en fleurs 
Portes en cor les couleurs 
Du soleil et de la rose ! 

Pendant ces jours file's d'or 
OCl tu rcssembles encor 
A toutes les choses belles, 
Le vieux poete be"mt 
Ton enfance, et le doux nid 
Oii ton ame ouvrc ses ailes. 

459 



THT6ODORK JDK BA.NVILLE 



I bient6t, petit roi, 
Tu seras grand I souvens-tol 
JDe notre splendeur premiere. 
JDIs tout haut les divins noms i 
Souviens-toi que nous venons 
H>u ciel et de la lumiere, 

Je te souhaite, non pas 

I>e tout Fouler sous tes pas 

Avec un orgueil barbare, 

Non pas d'etre un de ces fbus 

Qui sur l*or ou les gros sous 

Fondent leur richesse avare, 

IMais de regarder les cieusc ! 

Qu'au livre silencieux 

Ta prunelle sacrie lire, 

Et que, docile aux chansons, 

Ton oreille s^ouvre aux sons 

]Mystrieux de la lyre 1 

Enfant berc6 dans les bras 
3De ta mere, tu sauras 
Qu*Ici-bas il faut qu^on vive 
Sur une terre d*exil 
Ou je ne sais quel plomb vil 
Retient notre clme captive. 

Sous cet horizon trouble^ 
Ah! malheur a 1* Exile 
2Dont la m6moire fl^trie 
Ne peut plus se rappeler, 
Et qui n*y sait plus parler 
La langue de la patrie I 



THfiODORE DE BANVILLE 

Mais le ciel, dans notre ennui, 
N'est pas perdu pour celui 
Qui le veut et le devine, 
Et qui, malgre" tous nos maux, 
Balbutie encor les mots 
Dont Porigine est divine. 

Emplis ton esprit d'azur ! 

Garde-le severe et pur, 

Et que ton cceur, toiijours digne 

De n'6tre pas reproche", 

Ne soit jamais plus tache" 

Que le plumage d'un cygne! 

Souviens-toi du Paradis, 
Cher coeur! et je te le dis 
Au moment oil nulle fange 
Terrestre ne te corrompt, 
Pendant que ton petit front 
Est encor celui d'un ange. 

Sculptew\ cherche avec soin... 

C CULPTEUR, cherche avec soin, en attendant Textase, 
^ Un marbrc sans dfaut pour en faire un beau vase ; 
Cherche longtemps sa forme et n'y retrace pas 
D'amours mystdrieux ni de divins combats. 
Pas d'Hrakles vainqueur du monstre de Nmde, 
Ni de Cypris naissant sur la mer embaume'e; 
Pas de Titans vaincus dans leurs rebellions, 
Ni de riant Bacchos attelant les lions 
Avec un frein tresse" de pampres et de vignes; 
Pas de Le*da jouant dans la troupe des cygnes 
Sous 1'ombre des lauriers en flcur, ni d* Artgmis 
Surprise au sein des eaux dans sa blancheur de lys. 
4 6t 



THEODORE BE BANVILLE 

Qu'autour du vase pur, trop beau pour la Bacchante, 
La verveine mele^e a des feuillcs d'acanthe 
Fleurisse, et que plus bas des vierges lentement 
S'avancent deux a deux, d'un pas sur et charmant, 
Les bras pendant le long de leurs tuniques droites, 
Et les chcveux tressds sur leurs tetes troites. 



PAUL VERLAINE 

1844-1-1896 
$ 16 Serenade 

la voix d'un mort qui chanterait 
Du fond de sa fosse, 
Maitresse, entends monter vers ton retrait 
Ma voix aigre et fausse. 



4 



Ouvre ton a"me et ton orcille au son 

De la mandoline: 
Pour toi j'ai.-fait, pour^toi, cette chanson 

Cruelle et caline. 

Je chunterai tes yeux d'or et d'onyx 

Purs de toutes ombres, 
Puis le Le"th6 de ton sein, puis le Styx 

De tes cheveux sombres* 

Comme la voix d'un mort qui chanterait 

Du fond de sa fosse, 
Maitresse, entends monter vers ton retrait 

Ma voix aigre et fausse. 

Puis je louerai beaucoup, comme il convient, 

Cette chair b6nie 
Dont le parfum opulent me revient 

Les nuits d'insomnie. 

462 



PAUL VERLAINE 

Et pour finir, je dirai le baiser 

De ta lvre rouge, 
Et ta douceur a me martyriser, 

Mon Ange ! ma Gouge ! 

Ouvre ton ame et ton orcille au son 
De ma mandoline : 

Pour toi j'ai fait, pour toi, cette chanson 
Cruelle et caline. 

3/7 Chanson d'Automne 

T ES sanglots longs 
*-' Des violons 

De 1'automne 
Blessent mon cceur 
D'une langueur 

Monotone. 

Tout suffocant 
Et blme, quand 

Sonne 1'heure, 
Je me souviens 
Des jours anciens 

Et 'je pleure ; 

Et je m'en vais 
Au vent mauvais 

Qui m'emporte 
De^a, dela, 
Pareil a la 

Feuille morte. 



PAUL VERLAINE 



318 Mon Reve familier 

JE fais souvent ce reve Strange et pe*ne*trant 
D'une femme inconnue, et que j'aime, et qui m'aime, 
Et qui n'est, chaque fois, ni tout a fait la mSme 
Ni tout & fait une autre, et m'aime et me comprend. 

Car elle me comprend, et mon cceur, transparent 
Pour elle seule, helas! cesse d'etre un probleme 
Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blSme, 
Elle seule les sait rafraichir, en pleurant. 

Est-elle brune, blonde ou rousse? Je 1'ignore. 
Son nom? Je me souviens qu'il est doux et sonore 
Comme ceux des aimls que la Vie exila. 

Son regard est pareil au regard des statues, 

Et pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a 

L 'inflexion des voix cheres qui se sont tues. 



3 ip Collogue sentimental 

TYNANS le vieux pare solitaire et glace", 
*~* Deux formes ont tout a 1'heure pass6. 

Leurs yeux sont morts et leurs levres sont molles, 
Et Ton entend a peine leurs paroles. 

Dans le vieux pare solitaire et glace", 
Deux spectres ont eVoque* le passe". 

Te souvient-il de notre extase ancienne? 

Pourquoi voulez-vous done qu'il m'en souvienne ? 

464 



PAUL VERLAINE 

Ton coeur bat-il toujours a mon seul nom ? 
Toujours vois-tu mon ame en reve? Non. 

Ah ! les beaux jours de bonheur indicible 
Ou nous joignions nos bouchesl C'est possible. 

Qu'il tait bleu, le ciel, et grand Pespoir ! 

L'espoir a fin, vaincu, vers le ciel noir. 

Tels ils marchaient dans les avoines folles, 
Et la nuit seule entendit leurs paroles. 



$20 Apres trots Ans 

VYANT pousse" la porte Stroite qui chancelle, 

Je me suis promene* dans le petit jardin 
Qu'e"clairait doucement le soleil du matin, 
Pailletant chaque fleur d'une humide e"tincelle. 

Rien n'a chang6, J'ai tout revu : Phumble tonnelle 
De vigne folle avec les chaises de rotin . . . 
Le jet d'eau fait toujours son murmure argentin 
Et le vieux tremble sa plaintc sempiternelle. 

Les roses comme avant palpitent; comme avant, 
Les grands lys orgueilleux sc balancent au vent. 
Chaque alouette qui va ct vient m'est connue. 

MSme j'ai retrouve" debout la Velle*da 
Dont le plitre s'6caille au bout de 1'avenue, 
GrSle, parmi Fodeur fade du rsda 

we 4 6 5 H h 



PAUL VERLAINE 



321 Sagesse 

T E ciel est, par-dessus le toit, 
*** Si bleu, si calme ! 
Un aibre, par-dessus le toit, 
Berce sa palme. 

La cloche dans le ciel qu'on volt 

Doucement tinte. 
Un oiseau sur Tarbre qu'on voit 

Chante sa plainte. 

Mon Dieu, mon Dieu, la vie est la, 
Simple et tranquille. 

Cette paisible rumeur-la 
Vient de la ville. 

Qu'as-tu fait, 6 toi que voila 

Pleurant sans cesse, 
Dis, qu*as-tu fait, toi que voila, 

De ta jeunesse? 



SULLY PRUDHOMME 

1839-11907 
322 Le Fase Brise 

T E vase od meurt cette verveine 
^ D'un coup d^ventail fut f6l; 
Le coup dut effleurer a peine. 
Aucun bruit ne Pa reVele". 



466 



SULLY PRUDHOMME 

Mais la lgere meurtrissure, 
Mordant le cristal chaque jour, 
D'une marche invisible et sure 
En a fait lentement le tour. 

Son eau fraiche a fui goutte a goutte, 
Le sue des fleurs s'est puis6 ; 
Personne encore ne s'en doute. 
N'y touchez pas, il est bribe*. 

Souvent aussi la main qu'on aime, 
EjfHeurant le cceur, le meurtrit ; 
Puis le coeur se fend de lui-meme, 
La fleur de son amour pe"rit ; 

Tou jours intact aux yeux du monde, 
II sent croitre et pleurer tout bas 
Sa blessure line et profonde. 
II est biisS, n'y touchez pas. 



323 Trier e 

AH! si vous saviez comme on plcure 
** De vivre seul et sans foyers, 
Quelquefois devant ma demeure 
Vous passenez. 

Si vous saviez ce que fait naitre 
Dans Tame triste un pur regard, 
Vous regarderiez ma fentre 
Comme au hasard. 

Si vous saviez quel baume apporte 
Au cceur la presence d'un coeur, 
Vous vous assoiriez sous ma porte 
Comme une sceur. 

467 H h 2 



SULLY PRUDHOMME 

Si vous saviez que je vous aime, 
Surtout si vous saviez comment, 
Vous entieriez peut-6tre meme 
Tout simplement. 



L* Habitude 

T 'HABITUDE est une gtrangere 
*^ Qui supplante en nous la laison. 
C'est une ancienrte me*nagere 
Qui s'installe dans la maison. 

Elle est discrete, humble, fidele, 
Familiere avec tous les coins; 
On ne s'occupe jamais d'elle, 
Car elle a d'invisibles soins: 

Elle conduit les pieds de 1'homme, 
Sait le chemin cju'il efit choisi, 
Connait son but sans qu'il le nomine, 
Et lui dit tout bas : ' Par ici '. 

Travaillant pour nous en silence, 
D'un geste siir, toujours pared, 
Elle a 1'ceil de la vigilance, 
Les levres douces du sommcil. 



Iflitranger 



T E me dis bien souvent : De quelle race es-tu ? 
^ Ton coeur ne trouve rien qui 1'enchaine ou ravisse, 
Ta pense"e et tes sens, rien qui les assouvisse: 
II semble qu'un bonheur infini te soit dfi. 
468 



SULLY PRUDHOMME 

Pourtant, quel paradis as-tu jamais perdu? 
A quelle auguste cause as-tu rendu service? 
Pour ne voir ici-bas que laideur et que vice, 
Quelle est ta beaute" propre et ta propre vertu ? 

A mes vagues regrets d'un ciel que j'imagine, 
A mes de'gouts divins, il faut une origine : 
Vainement je la cherche en mon coeur de limon; 

Et, moi-meme e"tonn6 des douleurs que j'exprime, 
J'e*coute en moi pleurer un Stranger sublime 
Qui m'a toujours cache sa patrie et &on nom. 



$26 Foix de la Tetre 

nPU montes vainement, o vivante marie, 
* De tous les cris humains par la terre pouss6s ! 
Centre les fiers soleils, vagabonde egaree, 
Tes flots aigus se sont vainement e'mousse's ! 

Tu n'es par aucun d'eux au passage accueillie; 
Tu peux longtemps encor dans riniini courir : 
Chaque e*toile a son tour par ta houle assaillie 
La sent glisser a peine et dans la nuit mourir. 

Quand pour 1'une tu fuis, au loin diminuee, 
Pour une autre deja tu grandis ; mais toujours 
Ton douloureux concert de plainte et de hu6e 
Dans son ascension trouve les astres sourds! 

Pourtant reste fiddle a la recherche errante : 
Peut-etre existe-t-il, plus haute encore aux cieux, 
Une sphere moins sourde et moins indiffe'rente 
Qui t'est moins e*trangere et te comprendra mieux. 
469 



JOS-MARIA DE HEREDIA 

1842-1-190$ 

$27 Fuite de Centaures 

TLS fuient, ivres de meurtre et de rebellion, 
* Vers le mont escarp6 qui garde leur retraitc; 
La peur les prScipite, ils sentent la mort prete 
Et flairent dans la nuit une odeur de lion. 

Ils franchissent, foulant 1'hydre et le stellion, 
Ravins, torrents, halliers, sans que rien les arrete; 
Et dja*, sur le del, se dresse au loin la cr&e 
De POssa, de FOIympe ou du noir Plion. 

Parfois, 1'im des fuyards de la farouche harde 
Se cabre brusquement, se retourne, regarde, 
Et rejoint d^un seul bond le fraternel b&ail; 

Car il a vu la lune 6blouissante et pleine 
Allonger derriere eux, supreme ^pouvantail, 
La gigantesque horreur de Tombre Hercul&nne. 



328 Le Labour eur 

T E semoir, la charrue, un joug, des socs luisants, 
^ La herse, 1'aiguillon et la faulx acr& 
Qui fauchait en un jour les pis d'une airee, 
Et la fburche qui tend la gerbe aux paysans ; 

Ces outils famihers, aujourd'hui trop pesants, 
Le vieux Parmis les voue Pimmortelle Rhle 
Par qui le germe ^cl6t sous la terre sacr&. 
Pour lui, sa tache est faite; il a quatre-vingts ans. 
470 



JOS6-MARIA DE HEREDIA 

Pros d'un siccle, au soleil, sans en etre plus riche, 
II a pousse" le coutre au travers de la friche; 
Ayant ve*cu sans joie, il vieillit sans remords. 

Mais 11 est las d'avoir tant peine" sur la glebe 
Et songe que peut-ctre il faudra, chez les morts, 
Labourer des champs d'ombre arrose*s par Tlirebe. 



'T'EL, nu, sordide, affreux, nourri des plus vils mets, 
* Esclave, vois, mon corps en a garde* les signes, 
Je suis n6 hbre au fond du golfe aux belles lignes 
Ou THybla plein de miel mire ses bleus sommets. 

J'ai quitt6 Tile heureuse, hllas 1 * . . Ah ! si jamais 
Vers Syracuse et les abeilles et les vignes 
Tu retournes, suivant le vol vernal des cygnes, 
Cher h6te, informe-toi de celle que j'aimais. 

Reverrai-je ses yeux de sombre violette, 
Si purs, sourire au ciel natal qui s'y reflate 
Sous Fare victorieux que tend un sourcil noir? 

Sois pitoyable! Pars, va, cherche Clariste 
Et dis-lui que je vis encor pour la revoir. 
Tu la reconnaitras, car elle est toujours triste. 

$30 La, Trebbia 

T 'AUBE d'un jour sinistre a blanchi les hauteurs. 
^ Le camp s'^veille. En bas roule et gronde le fleuve 
Ou Tescadron l^ger des Numides s'abreuve. 
Partout sonne Tappel clair des buccinateurs. 



JOSEi-MARIA DE HEREDIA 

Car malgre" Scipion, les augures menteurs, 

La Trebbia d6bordee, et qu'il vente et qu'il pleuve, 

Sempronius Consul, fier de sa gloire neuve, 

A fait lever la hache et marcher les licteurs. 

Rougissant le ciel noir de flamboiments lugubres, 
A I'horizon, brulaient les villages Insubres; 
On entendait au loin barrir un e'le'phant. 

Et la-bas, sous le pont, adoss centre une arche, 

Hannibal e"coutait, pensif et triomphant, 

Le pigtraement sourd des legions en marche. 



331 Soir de Batailk 

f E choc avait e"te* tres rude. Les tribuns 
" Et les centurions, ralliant les cohortes, 
Humaient encor dans 1'air, ou vibraient leurs voix fortes, 
La chaleur du carnage et ses Icres parfums* 

D'un ceil morne, comptant leurs compagnons d^funts, 
Les soldats regardaient, com me des feuilles mortes, 
Au loin tourbillonner les archers de Phraortes; 
Et la sueur coulait de leurs visages bruns. 

C'est alors qu'apparut, tout he'riss de fleches, 
Rouge du flux vermeil de ses blessures fraiches, 
Sous la pourpre flottante et 1'airain rutilant, 

Au fracas des buccins qui sonnaient leur fanfare, 
Superbe, maitrisant son cheval qui s'eflare, 
Sur le ciel enflamme", 1'Implrator sanglant. 



JOS6-MARIA DE HEREDIA 



332 ^ntoine et CUopatre 



deux Us rcgardaient, de la haute terrasse, 
L'ligypte s'endormir sous un ciel toufFant, 
Et le fleuve, a travers le Delta noir qu'il fend, 
Vers Bubaste ou Sais rouler son onde grasse. 

Et le Remain sentait sous la lourde cuirasse, 
Soldat captif bercant le sommeil d'un enfant, 
Ployer et de"faillir sur son coeur triomphant 
Le corps voluptueux que son Streinte embrasse. 

Tournant sa tte pale entre ses cheveux bruns 
Vers celui qu'enivraient d'invincibles parfums, 
Elle tendit sa bouche et ses prunelles claires ; 

Et sur elle courb^, Tardent Imp^rator 

Vit dans ses larges ycux e"toile*s de points d'or 

Toute une mer immense oil fuyaient des galeres. 



La Source 

T 'AUTEL git sous la ronce et 1'heibe enseveli; 
*~* Et la source sans nom qui gouttc a goutte tombe 
D'un son plaintif emplit la solitaire combe. 
C'est la Nymphe qui pleure un e*ternel oubli. 

L'inutile miroir que nc ride aucun pli 
A peine est effleure* par un vol de colombe 
Et la lune, parfois, qui du ciel noir surplombe, 
Seule, y reflate encore un visage pali. 

473 



JOS&-MARIA DE HEREDIA 

De loin en loin, un patre errant s'y de*salterc. 

II bolt, et sur la dalle antique du chemin 

Verse un peu d'eau restS dans le creux de sa main. 

II a fait, malgre" lui, le geste he're'ditaire, 

Et ses yeux n'ont pas vu sur le cippe remain 

Le vase hbatoire aupres de la patere. 



3 34 Le Recif de Corail 

T E soleil sous la mer, mystrieuse auroie, 
" liclaire la fort des coraux abyssins 
Qui mele, aux profondeurs de ses tiedes bassins, 
La bete gpanouie et la vivante flore. 

Et tout ce que le sel ou Tiode colore, 
Mousse, algue chevelue, anemones, oursins, 
Couvre de pourpre sombre, en somptueux dessins, 
Le fond vermicule 1 du pale madrepore. 

De sa splendide Seattle ^teignant les 6maux, 

Un grand poisson navigue a travers les rameaux; 

Dans Tombre transparente indolemment il r6de; 

Et brusquement, d'un coup de sa nageoire en feu, 
II fait, par le cristal morne, immobile et bleu, 
Courir un frisson d'or, de nacre et d'meraude. 



33? Le Lit 

iU'IL soit encourtin de brocart ou de serge, 
^Triste comme une tombe ou joyeux comme un nid, 
C'est la que Thomme nait, se repose et s'unit, 
Enfant, poux, vieillard, aieule, femme ou vierge. 
474 




JOSE-MARIA DE HEREDIA 

Funebre ou nuptial, que 1'eau sainte 1'asperge 
Sous le noir ciuciiix ou Ic rameau be*nit, 
C'est la que tout commence et la que tout finit, 
De la premiere aurore au feu du dernier cierge. 

Humble, rustique et clos, ou fier du pavilion 
Triomphalement peint d'or et de vermilion, 
Qu'il soit de chne brut, de cypres ou durable; 

Heureux qui peut dormir sans peur et sans remords 

Dans le lit paternel, massif et ve'ne'rable, 

Ou tous les siens sont ne*s aussi bien qu'ils sont morts. 

STEPHANE MALLARMfi 

1842-11898 

336 Les Ferietres 

T AS du triste h6pital, et de Pencens fe*tide 
*"^ Qui monte en la blancheur banale des rideaux 
Vers le grand crucifix ennuye" du mur vide, 
Le moribond sournois y redresse un vieux dos, 
Se traine et va, moins pour chauffer sa pourriture 
Que pour voir du soleil sur les pierres, coller 
Les poils blancs et les os de la maigre figure 
Aux fenetres qu'un beau rayon clair veut haler, 

Et la bouche, fi6vreuse et d'azur bleu vorace, 
Tclle, jeune, elle alia respirer son trSsor, 
Une peau virginale et de jadib ! encrasse 
D'un long baiser amer les tiedes carreaux d'or. 

Ivre, il vit, oubliant 1'horreur des saintes huiles, 
Les tisanes, Thorloge ct le lit infhge*, 
La toux ; et quand le soir saigne parmi les tuiles, 
Son ceil, a 1'horizon de lumiere gorg6, 

475 



STPHANE MALLARM& 

Voit des galores d'or, belles comme des cygnes, 
Sur un fleuve de pourpre et de parfums dormir 
En berfant l'clair fauve et riche de leurs ligncs 
Dans un grand nonchaloir charg de souvenii I 

Ainsi, pris du dggofit de 1'homme a Time dure 
Vautr6 dans le bonheur, ou ses senls apptits 
Mangent, et qui s'ente*te a chercher cette ordure 
Pour FofFrir a la femme allaitant ses petits, 

Je fuis et je m'accroche a" toutes les croisees 
D'ou 1'on tourne Fe'paule a la vie, et, b6ni, 
Dans leur verre, Iav6 d'dternelles rosles, 
Que dore le matin chaste de 1'Infini, 

Je me mire et me vois ange ! et je meurs, et j'aime 

Que la vitre soit 1'art, soit la mysticit6 
A renaitre, portant mon r8ve en diademe, 
Au ciel ante"rieur ou fleurit la Beaut ! 

Mais, h^las ! Ici-bas est maitre : sa hantise 
Vient m^coeurer parfois jusqu'en cet abri sfir, 
Et le vomissement impur de la Btise 
Me force a me boucher le nez devant Fazur. 

Est-il moyen, 6 Moi qui connais 1'amertume, 

D'enfoncer le cristal par le monstre insulte 

Et de m'enfuir avec mes deux ailes sans plume 

Au risque de tomber pendant rternit6 ? 



476 



STEPHANE MALLARMfi 



337 

TP\E l'e"ternel Azur la sereine ironic 
^^Accable, belle indolemment comme les fleurs, 
Le poete impuissant qui maudit son gnie 
A travers un d6sert sterile de Douleurs, 

Fuyant, les yeux ferme*s, je le sens qui regarde, 
Avec I'lntensite" d'un remords atterrant, 
Mon jime vide. Oft fuir? Et quelle nuit hagarde 
Jeter, lambeaux, jeter sur ce me*pris navrant? 

Brouillards, montez ! Versez vos cendres monotones 
Avec de longs haillons de brume dans les cieux 
Qui noiera Ic marais livide des automnes, 
Et batissez un grand plafond silencieux ! 

Et toi, sors des ^tangs le"the"ens et raraasse 

En t'en venant la vase et les pales roseaux, 

Cher Ennui, pour boucher d'une main jamais lasse 

Les grands trous bleus que font mgchamment les oiseaux. 

Encor ! que sans re"pit les tnstes chemine*es 
Fument, et que de suie une errante prison 
liteigne dans 1'horreur de ses noires trainees 
Le soleil se mourant jaunatre ^ Thorizon ! 

Le Ciel est mort. Vers toi, j'accours! donne, 6 matieie 

L'oubli dc Fld^al cruel et du Pe'che' 

A ce martyr qui vient partager la litire 

Ou le b^tail heureux des hommes est couch6, 

Car j'y veux, puisque enfin ma cervelle, vid^e 
Comme le pot de fard gisant au pied d'un mur, 
N'a plus Fart d'attifer la sanglotante id^e, 
Lugubrement bailler vers un tr^pas obscur . . . 

477 



STPHANE MALLARME 

En vain ! 1'Azur triomphe, et je Pentends qui chante 
Dans les cloches. Mon &me, il se fait voix pour plus 
Nous faire peur avec sa victoire me'chante, 
Et du me"tal vivant sort en bleus anglus ! 

II roule par la brume, ancien, et traverse 
Ta native agonie ainsi qu'un glaive stir; 
Ou fuir dans la reVolte inutile et perverse ? 
Jcsuubantt. L'Azur ! 1'Azur! 1'Azur! 1'Azur' 

33 8 &uenta,il Je Mademoiselle Mallatme 

RfeVEUSE, pour que je plonge 
Au pur d^lice sans chemin, 
Sache, par un subtil mensonge, 
Garder mon aile dans ta main. 

Une fraicheur de crpuscule 
Te vient a chaque battement 
Dont le coup prisonnier recule 
L'horizon delicatement. 

Vertige! voici que frissonne 
L'espace comme un grand baiser 
Qui, fou de naitre pour personne, 
Ne peut jaillir ni s'apaiser. 

Sens-tu le paradis farouche 
Ainsi qu'un rire enseveli 
Se couler du coin de ta bouche 
Au fond de Punanime pli ! 

Le sceptre des rivages roses 
Stagnants sur les soirs d'or, ce l'est ? 
Ce blanc vol ferine" que tu poses 
Contre le feu d'un bracelet. 
478 



STfiPHANE MALLARMfi 

33P Sonnet 

T E vierge, le vivace et le bel aujourd'hui 

*** Va-t-tl nous de"chirer avec un coup d'aile ivre 

Ce lac dur oublie* que hante sous le givre 

Le transparent glacier des vols qui n'ont pas fui ? 

Un cygne d'autiefois se souvient que c'est lui 
Magnifique mais qui sans espoir se delivre 
Pour n'avoir pas chante" la region oft vivrc 
Quand du sterile hiver a rcsplendi 1'ennui. 

Tout son col secouera cette blanche agonie 

Par 1'espace inflige"e a 1'oiseau qui le me, 

Mais non 1'horreur du sol ou le plumage est pris. 

Fantome qu'a ce lieu son pur e"clat a*>signe, 
II s'immobilise au songe froid de rne"pris 
Que vet parmi 1'exil inutile le Cygne. 

JEAN RICHEPIN 

1849-11917 
340 La Chanson de Atarie-des-Anges 

AVAIT un' fois un pauv' gas, 
Et Ion la hire, 
Et Ion Ian la, 

Y avait un' fois un pauv' gas, 
Qu'aimait cell' qui nTaimait pas. 

Ell' lui dit: Apport'-moi d'main, 

Et Ion la laire, 

Et Ion Ian In, 

Ell' lui dit : Apport'-moi d'main 
L'coeur de ta mcr' pour mon chien. 

479 



JEAN RICHEPIN 

Va chez sa mere et la tue, 
Et Ion la hire, 
Et Ion Ian la, 
Va chez sa meie et la tue, 
Lui pnt 1'cosur et s'en courut. 

Comme il courait, il tomba, 
Et Ion la laiie, 
Et Ion Ian la, 
Comme il courait, il tomba, 
Et par terre Pcceur roula. 

Et pendant que 1'coeur roulait, 
Et Ion la lairc, 
Et Ion Ian la, 

Et pendant que 1'coeur roulait, 
Entendit 1'coeur qui parlait. 

Et 1'cceur lui dit en pleurant, 
Et Ion la laire, 
Et Ion Ian la, 

Et 1'cceur lui dit en pleurant: 
T'es-tu fait mal, mon enfant? 



ARTHUR RIMBAUD 

1854-1-1891 

Le Ch aliment de Tartufe 

'T'ISONNANT, dsonnant son coeur amoureux sous 
* Sa chaste robe noire, heureux, la main gante, 
Un jour qu'il s'en allait efFroyablement doux, 
Jaune, bavant la foi de sa bouche 



480 



ARTHUR RIMBAUD 

Un jour qu'il s'en allait - ' Ore*mus ' un me'chant 

Le prit rudement par son oreille benoite 

Et lui jeta des mots afFreux, en anachant 

Sa chaste robe noire autour de sa peau moite : 

Chatiment I ... Ses habits e"taient de'boutonne's 
Et, le long chapclet des pe'che's pardonne"s 
S'Sgrenant dans son cceur, saint Tartufe tait pale. 

Done, il se confessait, priait, avec un rale. 

L'homme se contenta d'emporter ses rabats. 

Peuh ! Tartufe e*tait nu du haut juscpes en bas. 



542 Bateau Ivre 



je descendais des Fleuves impassibles, 
^-^ Je ne me sentis plus guide" par les haleurs : 
Des Peaux-Rouges criards les avaient pris pour cibles, 
Les ayant cJ cue's nus atix poteaux de couleurs. 

J'&ais insoucieux de tous les equipages, 
Porteur de ble*s flaraands ou de cotons anglais. 
Quand avec mes haleurs ont fini ces tapages, 
Les Fleuves m'ont laiss descendre oft je voulais. 

Dans les clapotements furieux des marges, 

Moi, Tautre hiver, plus sourd <juc les cervcaux d'enfants, 

Je courus! et les P^ninsules d6marr6es 

N'ont pas subi tohu-bohus plus triomphants. 

La tempete a b^ni mes eVeils maritimes. 
Plus 16ger qu'un bouchon j'ai dans6 sur les flots 
Qu'on appelle rouleurs 6ternels de victimes, 
Dix nuits, bans regretter Tceil niais dcs falotb. 

2058 48 i I i 



ARTHUR RIMBAUD 

Plus douce qu'aux enfants la chair des pommes sures, 

L'eau verte pntra ma coque de sapin 

Et des taches de vins bleus ct des vomissures 

Me lava, dispersant gouvernail et grappin. 

Et, des lors, je me suis baigne" dans le pocme 
De la mer infuse" d'astres et latescent, 
DeVorant les azurs verts oti, flottaison bleme 
Et ravie, un noye" pcnsif parfois descend, 

Oii, teignant tout a coup les bleuite"s, dlires 
Et rythmes lents sous les rutilcments du jour, 
Plus fortes que 1'alcool, plus vastes que vob lyres, 
Fermentent les rousseurs amcres de Pamourl 

Je sais les cieux crevant en Eclairs, et les trombes, 
Et les ressacs, et les courants; je sais le soir, 
L'aube exaltge ainsi qu'un peuple de colombes, 
Et j'ai vu quelquefois ce que 1'homme a cru voir. 

J'ai vu le.soleil bas tache' d'horreurs mystiques, 
Illuminant de longs figements violets; 
Pareils a des acteurs de drames tres antiques, 
Les flots foulant au loin leurs frissons de volets. 

J'ai rv6 la nuit verte aux neiges Sblouies, 
Baisers montant aux yeux des mers avec lentcur : 
La circulation des seves inouies, 
Et l'6veil jaune et bleu des phosphores chanteurs. 

J'ai suivi des mois pleins, pareille aux vacheries 
Hyst6riques, la houle a 1'assaut des re"cifs, 
Sans songer que les pieds lumineux des Maries 
Pussent forcer le mufle aux Oceans poussifs. 



482 



ARTHUR RIMBAUD 

J'ai heurte", savez-vous! d'incroyables Florides 
Melant aux fleuis des yeux dc pantheres, aux peaux 
D'hommcs des arcs-en-ciel tendus commc des brides, 
Sous 1'horizon des mers, a de glauques troupeaux. 

J'ai vu fcimenter les marais, e"normes nasses 
Oil pourrit dans les joncs tout un Leviathan ; 
DCS Scroulements d'eaiix au milieu des bonaces, 
Et les lointains vers les goufFres cataractant, 

Glaciers, soleils d'argent, flots nacreux, cieux dc braises, 
Echouages hideux an fond des golfes bruns 
Oil les serpents grants de'vore's des punaises 
Choient des arbrcs tordus avec de noirs parfums. 

J'aurais voulu montrcr aux enfants ces dorados 

Du flot bleu, ces poissons d'or, ces poissons chantants. 

Des e*cumes de fleurs ont b6ni mes derades, 

Et d'mefFables vents m'ont ail6 par instants. 

Parfois, martyi Iass6 des pOles et des zones, 
La mer, dont le sanglot faisait mon roulis doux, 
Montait veis moi ses fleurs d'ombre auxventouses jauncs; 
Et je restais ainsi cju'une femme a genoux, 

PresquMc ballottant sur mes bords les querelles 
Et les fientes d'oiseaux clabaudeurs aux yeux blonds; 
Et jc voguais, lorsque a travers mes liens freles 
Des noyds dcscendaient dormir a reculons* 

Or moi, bateau perdu sous les cheveux des anses, 
Jete* par 1'ouragan dans l'6ther sans oiseau, 
Moi dont les Monitors et les voiliers des Hanses 
N'auraient pas repcch6 la caicasse ivre d'eau, 



483 



ARTHUR RIMBAUD 

Libie, fumant, monte" de brumes violcttes, 
Moi qui trouais le ciel rougeoyant comme un mur 
Qui porte, confiture exquise aux bons pottes, 
Des lichens de soleil et des morves d'azur, 

Qui courais tache" de lunules electiiques, 
Planche folle, escoite" des hippocampes noiis, 
Quand les Juillets faisaient crouler a coups de triques 
Les cieux ultramarins aux ardents entonnoirs, 

Moi qui tremblais, sentant geindre a cinquante lieues 
Le rut des BeliSmots et des Maelstroms epais, 
Fileur 6ternel des immobilite's bleues, 
Je regrette 1' Europe aux anciens parapets. 

J'ai vu des archipels side*raux, et des iles 
Dont les cieux delirants sont ouverts au vogueur : 
Est-ce en ces nuits sans fond que tu dors et t'exiles, 
Million d'oiseaux d'or, 6 future Vigueur? 

Mais, vrai, j'ai trop pleurl. Les aubes sont navrantes, 
Toute lune est atroce et tout soleil amer. 
L'Scre amour m'a gonfl de torpeurs enivrantes. 
Oh, que ma quille delate ! oh, que j'aille a la mcr ! 

Si je desire une eau d' Europe, c'est la flache 
Noire et froide ou, vers le cre"puscule embaum^, 
Un enfant accroupi, plein de tristesse, lche 
Un bateau frele comme un papillon de mal. 

Je ne puis plus, baign^ de vos langueurs, 6 lames, 
Enlever leur sillage aux porteurs de cotons, 
Ni traverser Forgueil des drapeaux et des flammes, 
Ni nager sous les yeux horribles des pontons! 



484 



ARTHUR RIMBAUD 



343 Les Effaces 

TOTOIRS dans la neige et dans la brume, 
^ ^ Au grand soupirail qui s'allume, 
Leurs culs en rond, 

A genoux, cinq petits misere ! 
Regaident le boulanger faire 
Le lourd pain blond.. 

Us voient le fort bras blanc qui tourne 
La pate grise et qui 1'enfomne 
Dans un trou clair. 

Us coutent le bon pain cuire. 
Le boulanger au gras sounre 
Chante un vieil ah. 

Us sont blottis, pas un ne bouge, 
Au souffle du soupirail rouge, 
Chdud comme un sein, 

Et quand, pour quelque m6dianoche s 
Faponng comme unc brioche, 
On sort le pain : 

Quand sous les poutres enfumees 
Chantent les crofites parfum^es 
Et les grillons ; 

Quand ce trou chaud souffle la vie, 
Us ont leur Sine si ravie 
Sous leurs haillons, 

Us se ressentent si bien vivre, 
Les pauvres petits pleins de givre! 
Qu*ils sont la, tous, 

485 



ARTHUR RIMBAUD 

Collant leurs pctits museaux roses 
Au grillage, chantant des choscs 
Entre les trous, 

Mais bien has, comme une priere, 
Replies vers cette lurmere 
Du ciel rouvert, 

Si fort qu'ils crevent leur culotte 
Et que leur lange blanc tremblote 
Au vent d'hiver . . . 



GEORGES RODENBACH 

1855-11898 

Beguinage Flamand 



A U loin, le Be"guinage avec ses clochcrs noirs, 
**' Avec son rouge enclos, ses toits d'ardoiscs bleues 
Refle*tant tout le ciel comme de grands miroirs, 
S'e*tend dans la verdure et la paix des banlieues. 

Les pignons dentele*s e*tagent leurs gradins 
Par ou monte le Reve aux lointains qui brunissent, 
Et des branches parfois, sur le mur des jardins, 
Ont le geste tres doux des pretres qui b^nissent. 

En fines lettres d'or chaque nom des couvents 
Sur les portes s'enroule autour des banderoles, 
Noms charmants chuchote"s par la levre des vents : 
La maison de 1' Amour, la maison des Corolles. 

Les fenStres surtout sont comme des autels 
Ou fleurissent toujours des geraniums roses, 
Qui mettent, combinant leurs couleurs de pastels, 
Comme un rve de fleurs dans les fengtres closes. 
486 



GEORGES RODENBACH 

Fenctres des couvents! attirantes le soir 
Avec leurs rideaux blancs, voiles de marines 
Qu'on voudrait soulever dans un bruit d'encensoir 
Pour gouter vos baisers, levres appanees! 

Mais ces femmes sont 1.1, le coeur pacific", 

La chair morte, cousant dans 1'exil de leurs chambres; 

Elles n'aiment que toi, pale Crucifie", 

Et regardent le ciel par les trous de tes membres! 

Oh ! le silence heureux de Fouvroir aux grands murs, 
Ou Ton entend a peine un bruit de bane qui bouge, 
Tandis qu ? elles sont la, suivant de leurs yeux purs 
Le sable en ruisseaux blonds sur le pavement rouge. 

Oh ! le bonheur muet des vierges s'assemblant ! 
Et comme si leurs mains dtaient de candeur telle 
Qu'elles ne peuvent plus manier que du blanc, 
Elles brodent du linge ou font de la dentelle. 

C'est un charme impre*vu de leur due e ma sceur', 
Et de voir la paleur de leur teint diaphane 
Avec un pointill de taches de rousseur 
Comme un camelia d'un blanc mat qui se fane. 

Rien d'impur n'a fl^tii leurs flancs immacule's, 
Car la source de vie e&t enfeimde en elles 
Comme un vin rare et doux dans des vases scell^s 
Qui.veulent, pour s'ouvrir, des levres gternelles 1 

II 

Cependant quand le soir douloureux est deTunt, 
La cloche lentement les appelle a complice, 
Comme si leur priere 6tait le seul parfum 
Qui put consoler Dieu dans ses melancolies ! 

487 



GEORGES RODENBACH 

Tout est doux, tout est calme au milieu de Penclos; 
Aux offices du soir la cloche les exhorte, 
Et chacune s'y rend, mains jointes, les yeux clos, 
Avec des glissements de cygne dans 1'eau mortc. 

Elles mettent un voile a" longs plis ; le secret 

De leur a*me s'e*panche a la lueur des cierges I 

Et, quand passe un vieux prStre en gtole, on croirait 

Voir le Seigneur marcher dans un Jardin des Vierges ! 

in 

Et 1'elan de 1'extase est si contagieux, 
Et le coeur a prier si bien se tranquillise, 
Que plus d'une, pendant les soirs religieux, 
L'&e*, rpete encor les Ave de P6glise; 

Debout a sa fenetre ouverte au vent joyeux, 
Plus d'une, sans 6ter sa cornette et ses voiles, 
Bien avant dans la nuit grene avec ses yeux 
Le rosaire aux grains d'or des priantes 6to-les! 



345- T>ouceur du soir!.,. 

"PvOUCEUR du soir! Douceur de la chambre sans 

^ lampe! 

Le cr^puscule est doux comme une bonne mort 

Et Fombre lentement qui s'insinue et rampe 

Se de*roule en pens^e au plafond. Tout s'endort. 

Comme une bonne mort sourit le crepuscule, 
Et dans le miroir terne, en un geste d'adieu, 
II semble doucement que soi-mme on recule, 
Qu'on s'en aille plus pile et qu'on y meure un peu. 
4 8S 



GEORGES RODENBACH 

Sur les tableaux pendus aux murs, dans la me'moire 
Oft sont les souvenirs en leurs cadres de"teints, 
Paysages de Tame et paysages peints, 
On croit sentir tomber comme une neige noire. 

Douceur du soir ! Douceur qui fait qu'on s'habitue 
A la sourdine, aux sons de viole assoupis ; 
L'amant entend songer Pamante qui s'est tue 
Et leurs yeux sont ensemble aux dessins du tapis. 

Et langoureusement la claite 1 se retire ; 
Douceur I ne plus se voir distincts ! N'etre plus qu'un ! 
Silence ! deux senteurs en un meme parfum : 
Penser la meme chose et ne pas se le dire. 



346 En province., dans la langueur 
matutinale.^ 

province, dans la langueur matutinale, 
Tinte le carillon, tinte dans la douceur 
DC 1'aube qui regarde avec des yeux de sceur, 
Tinte le carillon, -* et sa musique pale 
S'efFeuille fleur a fleur sur les toits d'alentour, 
Et sur les escaliers des pignons noirs s'efFeuille 
Comme un bouquet de sons mouille"s que le vent cueille ; 
Musique du matin qui tombe de la tour, 
Qui tombe de tres loin en guirlandes fane"es, 
Qui tombe de Naguere en invisibles lis, 
En pgtales si lents, si froids et si palis, 
Qu'ils semblent s'efFeuiller du front mort des Annies 1 



489 



fiMILE VERHAEREN 
347 Rentree des Momes 



ON diraii; quc le site entier sous un lissoir 
Se lustre et dans Ics lacs voisins se reverberc; 
C'est Pheure o& la clarte 1 du jour d' ombres s'obere, 
Oil le soleil descend les escaliers du soir. 

Une toile d'argent lomtainement tremblantc, 
Lumiere d'or dont on n'aperpoit le flambeau, 
Se reflate mobile et fixe au fond de Peau 
Ou le courant la lave avec une onde lente. 

A travers les champs verts s'en va se d6roulant 
La route dont Paverse a lame* les ornieres; 
Elle longe les noirs massifs des sapinieres 
Et monte au carrefour couper le pave" blanc. 

Au loin scintille encore une lucarne ronde 
Qui s'ouvre ainsi qu'un ceil dans un pignon ronge" : 
La, le dernier reflet du couchant s'est plong^, 
Comme, en un trou profond et tnbreux, la sondc. 

Et rien ne s'entend plus dans ce mystique adieu, 
Rien le site vtu d'une paix mtollique 
Semble enfermer en lui, comme une basilique, 
La presence muette et nocturne de Dieu, 



Alors les moines blancs rentrent aux monastics, 
Apres secours portls aux malades des bourgs, 
Aux remueurs cass6s de sols et de labours, 
Aux gueux chrdtiens qui vont mouiir, aux grabataircs, 
490 



EMILE VERHAEREN 

A ceux qui crcvcnt seuls, mornes, sales, pouilleux 
Et que nul de regrets ni de pleurs n'accompagne 
Et qui pouiriront nus dans un coin de campagne, 
Sans qu'on Live leur corps ni qu'on ferme leurs yeux, 

Aux mendiants tordus de miseres avides, 

Qui, le ventre troud de faim, ne peuvent plus 

Se be*quillcr la-bas vers les enclos feuillus 

Et qui se noient, la nuit, dans les tangs livides. 

Et tels les moines blancs traversent les champs noirs, 
Faisant songer aux temps des jeunesses bibliques 
Oil Ton voyait errer des grants ange*Iiques, 
En longs manteaux de lin, dans For p&li des soirs* 

in 

Brusque, re"sonne au loin un tintement de cloche, 
Qui casse du silence a coups de battant clair 
Par-dessus les hameaux, et jctte a travers Fair 
Un long appel, qui long, parmi Pecho, ricoche. 

II proclame que c'est 1'instant justicicr 

Oft les moiness s'en vont au chceur chanter Te*nebres 

Et promener sur 1cm s consciences funebies 

La fioide cruaute" de leurs regards d'acier. 

Car les voici priant: tous ceux dont la jounce 
S'est consum^e au dur hersagc, en pleins tcrreaux, 
Ceux dont 1' esprit, sur les textes prceptoraux, 
S'dpand, commc un rejflet de lumiere incline'e, 

Ceux dont la solitude apre ct pile a rendu 
L'&me voyante ct dont la peau bleme ct collante 
Jette vcrs Dieu la voix de sa maigreur sanglantc, 
Ceux dont les tourments noirs ont fait le coips tordu. 

491 



EMILE VERHAEREN 

Et les moines qui sont rentes aux monasteres, 
Apres visite faite aux malheureux des bourgs, 
Aux remueurs casses de sols et de labours, 
Aux gueux chrltiens qui vont mourir, aux grabataires, 

A leurs freies pieux disent, a lente voix, 

Qu'au dehors, quelque part, dans un coin de bruyere, 

II est un moribond qui s'en va sans priere 

Et qu'il faut supplier, au chceur, le Christ en croix, 

Pour qu'il soit pitoyable aux mendiants avides 
Qui, le ventre trouS de faim, ne peuvent plus 
Se bequiller an loin vers les enclos feuillus 
Et qui se noient, la nuit, dans les tangs livides. 

Et tous alors, tous les moines, tres lentemcnt, 
Envoient vers Dieu le chant des lentes litanies ; 
Et les anges qui sont gardiens des agonies 
Ferment les yeux des morts, silencieusement. 

34<? Le Moulin 

T E moulin tourne au fond du soir, tres lentement, 
" Sur un ciel de tristesse et de melancolie, 
II tourne et tourne, et sa voile, couleur de he, 
Est triste et faible et lourde et lasse, iniiniment. 

Depuis Taube, ses bras, comme des bras de plainte, 
Se sont tendus et sont tombe"s; et les voici 
Qui retombent en cor, la-bas, dans Tair noirci 
Et le silence entier de la nature e"teinte. 

Un jour souffrant d'hiver sur les hameaux s'endoit, 
Les nuages sont las de leurs voyages sombres, 
Et le long des taillis qui ramassent leurs ombres 
Les ornie'res s'en vont vers un horizon mort. 
49* 



EMILE VERHAEREN 

Sous un ourlet de sol, quelques huttes de hetie 
Tres mise*rablement sont assises en rond; 
Une lampe de cuivre est pendue au plafond 
Et patine de feu le mur et la fen&re. 

Et dans la plaine immense et le vide dormeur 
Elles ilxent les trcs souffreteuses bicoques! 
Avec les pauvres yeux de leurs caireaux en loques, 
Le vieux moulm qui tourne et, las, qui tourne et meurt. 



349 Les Horloges 

T A nuit, dans le silence en noir de nos demeures, 
*^ Be*quilles et batons qui se cognent, la-bas; 
Montant et deValant les escaliers des heures ? 
Les horloges, avec leurs pas; 

limaux naifs derriere un verre, emblemes 
Et fleurs d'antan, chifFres maigres et vicux ; 
Lunes des corridors vides et blcmcs, 
Les horloges, avec leurs ycux; 

Sons morts, notes de Aplomb, marteaux et limes. 
Boutique en bois de mots sournois 
Et le babil des secondes minimes, 
Les horloges, jrvec leurs voix; 

Gaines de chines et bornes d' ombre, 
Cercueils scell6s dans le mur froid, 
Vieux os du temps que grignote le n ombre, 
Les horloges ct ]eur effroi ; 

493 



fiMILE VERHAEREN 

Les horloges 

Volontaires et vigilantes, 

Pareilles aux vieilles servantes 

Boitant de leurs sabots ou glissant sur leurs has, 

Les hoi logos que j'interroge 

Serrent ma peur en Icur compas. 



Vi* 

350 UAbremoir 

un creux de teirain aussi profond qu'un antie, 
Les e"tangs s'^talaient dans leur sommeil moire", 

Et servaient d'abreuvoir au b6tail bigarre", 

Qui s'y baignait, le corps dans 1'eau jusqu'a mi-ventre. 

Les troupeaux descendaient, par des chcmms penchants: 
Vaches a pas tres lents, chevaux men^s & Tamble, 
Et les bceufs noirs et roux <jui souvent, tous ensemble, 
Beuglaient, le cou tendu, vers les soleils couchants. 

Tout s'an^antibsait dans la mort coutumiere, 

Dans la chute du jour : couleurs, parfums, lumie'ic, 

Explosions de seve et splendours d'horizons; 

Des brouillards s'6tendaient en linceuls aux moissons, 
Des routes s'enfon^aient dans le soir infinies. 
Et les grands bceufs semblaient raler ces agonies. 



Cdui qui me lira..* 

qui me lira, dans les siecles, un soir, 
-^ Troublant mes vers, sous leur sommeil ou sous 

leur cendre 

Et ranimant leur sens lointain pour mieux comprendre 
Comment eux d'aujourd'hui s^taient arme*s d'espoir, 
494 



&MILE VERHAEREN 

Qu'il sache, avec quel violent e*lan ma joie 

S'est, a travers les cris, les revokes, Ics pleurs, 

Rue*e au combat iicr et male des douleurs, 

Pour en tirer 1'amour, comme on conquiert sa proie. 

J'aime mes yeux iieVrcux, ma cervellc, mes nerfs, 

Le sang dont vit mon coeur, le coeur dont vit mon torse ; 

J'aime 1'homme et le monde et j'adore la force 

Que donne et prend ma force a 1'homme et I'umvers. 

Car vivre, c'est prendre et donner avec liesse. 
Mes pairs, ce sont ceux-la qui s'exaltent autant 
Que je me sens moi-meme avide et halctant 
Devant la vie intense et sa rouge sagesse, 

Heures de chute ou de giandeur! tout se confond 
Et se transforme en ce brasier qu'est 1'existence; 
Seul importe que le d6sir restc en partance, 
Jusqu'a la mort, devant 1'lveil des horizons. 

Celui qui trouve est un cervcau qui communie 
Avec la fourmillante et large humanite". 
L'ebprit plonge ct s'enivrc en pleine immensit6 ; 
II faut aimer pour de"couvrir avec gdnie. 

Une tendresse Snorme emplit Taprc savoir, 
II exalte la force et la beaut6 des mondes; 
II devine les liens et les causes profondes; 
O vous qui me lirez, dans les siccles, un soir, 

Comprenez-vous pourquoi mon vers vous interpelle ? 
C'est qu'en vos temps quelqu'un d'ardent aura tir6 
Du cceur de la n6cessit6 mcme le vrai 
Bloc clair, pour y dresser 1'entente universclle, 
495 



JEAN MOREAS 

1856-11912 
3? 2 Q ue fonjette ces lys 

QUE Ton jette ces lys, ces roses e*clatantes, 
Que Ton fasse cesser les flutes et les chants 
Qui viennent lavlver les luxures flottantcs 
A Phorizon vermeil de mes ddsirs couchants, 

Oh! ne me soufflez plus le muse de votre haleine, 
Oh I ne me Cxez pas de vos yeux fulgurants, 
Car je me sens bruler, ainsi qu'une phalcne, 
A Pazur e*toile de ces flambeaux errants. 

Oh! ne me tente plus de ta caresse avide, 
Oh! ne me verse plus Tenivrante hqueui 
Qui coule de ta bouche amphore jomais vide 
Laisse dormir mon coeur, laisse mourir mon coein, 

Mon coeur repose, ainsi qu'en un cercueil durable, 
Dans la se're'nUe' de sa converbion; 
Avec les regrets vains d'un bonheur mise'iable 
Ne trouble pas la paix de Tabsolution. 



3?3 Never More 

T E gaz pleure dans la brume, 
" Le gaz pleure, tel un ceil. 
AhJ prenoo, prenons le deuil 
De towt cela que nous 



JEAN MORfiAS 

L'averse bat le bitume, 
Telle la lame Kcneil. 

Et Ton leve le cercueil 
De tout cela que nous fumes. 

Oh! n'allons pas, pauvre sceur, 
Comme un enfant qui s'entlte, 
Dans Phorreur de la tempSte 

Rever encor de douceur, 
De douceur et de guiilandes. 

L'hiver fauche sur les landes. 



35-4 Une jeune fills parle 

T ES fenouils m'ont dit : II t'aime si 
^ Follement quM est ^ ta mei ci ; 
Pour son revenir va t'appreter. 

Les fenouils ne savent <jue flatter ! 
Dieu ait piti6 de mon ame. 

Les paquerettes m'ont dit: Pourquoi 

Avoir remis ta foi dans sa foi? 

Son cceur est tann comrae un soudard. 

Paquerettes, vous parlez trop tard ! 
Dieu ait piti6 de mon ame. 

Les sauges m'ont dit ; Ne 1'attends pas, 
II s'est endormi dans d'autres ,bras. 

O sauges, tristes sauges, je veux 
Vous tresser toutes dans mcs cheveuX . . 
Dieu ait pitig de mon ame. 



JEAN MORAS 



Nocturne 

Wissr ihr warum der Sarg wohl 
So gross und schwer mag sein ? 
Ich Icgt' auch meinc Liebe 
Und nicincn Schmerz hmem. 

HEINRICH HEINE. 

T^OC toe, toe toe, il cloue a coups presses, 
* Toe, toe, le menuisier des tre*passs. 

'Bon menuisier, bon menuisier, 
Dans le sapin, dans le noyer, 
Taille un cercueil trcs grand, trcs lourd, 
Pour que j'y couche mon amour.' 

Toe toe, toe toe, il cloue a coups presses, 
Toe, toe, le menuisier des trpasse"s. 

'Qu'il soit tendu de satin blanc 
Comme ses dents, cOmmc ses dents; 
Et mets aussi des rubans bleus 
Comme ses yeux, comme ses ycux.' 

Toe toe, toe toe, il cloue a coups presses, 
Toe, toe, le menuisier des ir6passe*s. 

La-bas, la-bas, pres du ruisseau, 
Sous les ormeaux, sous les ormeaux, 
A 1'heure ou chante le coucou 
Un autre 1'a bais6e au cou.' 

Toe toe, toe toe, il cloue a coups presses, 
Toe, toe, le menuisier des trpasse"s. 

*Bon menuisier, bon menuisier, 
Dans le sapin, dans le noyer, 
Taille un cercueil tre"s grand, trs lourd, 
Pour que j'y couche mon amour/ 
498 



ALBERT SAMAIN 

1858-11900 



la nuit verse sa tnstessc au iirmament, 
_ Et que, pale au balcon, de ton calme visage 
Le signe essenticl hors du temps se de*gage, 
Ce qui t'adore en moi s'e*meut profond6ment. 

C'cst 1'heure dc pense"e oh s'allument Ics lampes. 
La ville, oh peu a peu toute runieur s'Steint, 
De"serte, se reculc en un vague lomtain 
Et prend cette douceur des anciennes estampes. 

Graves, nous nous taisons, Un mot tombe parfois, 
Fragile pont oh Tame a Fame communique. 
Le ciel se dcolore, et c'est un charme unique, 
Cctte fuite du temps, il semble, entre nos doigts. 

Je rcstcrais ainsi des heures, des ann6es, 
Sans 6puiser jamais la douceur de sentir 
Ta tete aux lourds cheveux sur moi s'appesantir, 
Comme mortc parmi les lumieres fan^es. 

C'est le lac endormi de 1'heuie a 1'unisson, 
La halte au bord du puits, le repos dans les roses; 
Et par de longs fils d'or nos cceurs li^s aux choscs 
Sous 1'invisible archet vibrent d'un long frisson. 

Oh! garder & jamais 1'heure clue entre toutcs, 
Pour quc son souvenir, comme un parfum s^cli^, 
Quand nous serons plus tard las d'avoir trop marche*, 
Console notre coeur, seul, le soir, sur les routes. 

499 K k 2 



ALBERT SAMAIN 

Voici que les jardins de la nuit vont fleurir. 

Les HgneSj les couleurs, les sons, devienncnt vagues. 

Vois, le dernier rayon agonise a tes bagues. 

Ma soeur, n'entends-tu pas quelque chose mourir ? . . . 

Mets sur mon front tes mains fraiches commeune eau puie, 
Mets sur mes yeux tes mains douces comme des fleurs, 
Et que mon Ime, ou vit le gofit secret des plcurs, 
Soit comme un ]ys iidele et pale a ta ceinture. 

C'est la Piti6 qui pose ainsi son doigt sur nous ; 
Et tout ce que la terre a de soupirs qui montent, 
II semble qu'a mon cceur enivre" le racontent 
Tes yeux leve's au ciel si tristes et si doux. 



5/7 Cleopatre 

i 

A CCOUD^E en silence aux cr^neaux de la tour, 
^** La Reine aux cheveux bleus serre's de bandelettes, 
Sous Fincantation trouble des cassolettes, 
Sent monter dans son cceur ta mer, immense Amour. 

Immobile, sous ses paupieres violettes 

Elle reve, pam^e aux fuites des coussins; 

Et les lourds colliers d'or souleve's par ses seins 

Racontent sa langueur et ses fievies muettes. 

Un adieu rose flotte au front des monuments. 

Le soir, veloutl d'ombre, est plein d'enchantements ; 

Et cependant qu'au loin pleurent les crocodiles, 

La Reine aux doigts* erispe's, sanglotante d*aveux, 
Frissonne de sentir, lascives et subtiles, 
Des mains qui dans le vent e"puisent ses cheveux. 
500 



ALBERT SAMAIN 

ii 

Lourde pese la nuit au bord du Nil obscur . . . 
ClSopatre, a genoux sous les astres qui brulent, 
Soudain pale, 6cartant ses femmes qui reculent, 
Ddchire sa tunique en un grand geste impur, 

Et dresse e"perdument sur la haute terrasse 

Son corps vierge, gonfl6 d'amour comme un fruit mur, 

Toute nue, elle vibre! et, debout sous 1'azur, 

Se tord, couleuvre ardente, au vent tiede et vorace. 

Elle veut, et ses yeux fauves dardent 1'^clair, 

Que le monde ait, ce soir, le parfum de sa chair . . . 

O sombie fleur du sexe Sparse en 1'air nocturne ! 

Et le Sphynx, immobile aux sables de 1'ennui, 
Sent un feu pe'ne'trer son granit tacitume; 
Et le desert immense a remu6 sous lui. 



Tannyre aux talons d 9 or 

la salle en rumeur un silence a pass6... 
Pannyre aux talons d'or s'avancc pour danser. 
Un voile aux mille plis la cache tout enticre. 
D'un long trille d'argent la flute la premiere 
I /invite; elle s'e'lancc, entrecroise ses pas, 
Et, du lent mouvement impiim par ses bras, 
Donne un rythme bizarre a F6tofFe nombreuse, 
Qui s'elargit, ondule, et se gonfle et se cieuse, 
Et se de*ploie enfin en large toui billon . . . 
Et Pannyre devicnt fleur, flamme, papillon 1 



ALBERT SAMAIN 

Tous se taisent; les yeux la suivent en extase. 
Peu a peu la fureur de la danse Tembrase. 
Elle tourne toujours; vite ! plus vite encore! 
La flamme e'perdument vacille aux flambeaux d'or ! , 
Puis, brusque, elle s'arrete au milieu de la salle; 
Et le voile qui tourne autour d'elle en spirale, 
Suspendu dans sa course, apaise ses longs plis, 
Et, se collant aux seins aigus, aux flancs polls, 
Comme au travers d'une eau soyeuse et continue, 
Dans un divin Eclair, montre Pannyre nue. 



Soir 

T E Se"raphin des soirs passe le long des fleurs . . . 
*** La Dame-aux-Songes chante a Porgue de 1'^glise ; 
Et le ciel, ou la fin du jour se subtilise, 
Prolonge une agonie exquise de couleurs. 

Le SSraphin des soirs passe le long des coeurs . . . 
Les vierges au balcon boivent I'amour des briscs; 
Et sur les fleurs et sur les vierges indlcises 
II neige lentement d'adorables paleurs. 

Toute rose au jardin s'incline, lente et lasse, 
Et 1'ime de Schumann errante par 1'espace 
Semble dire une peme impossible a" gu^rir . . . 

Quelque part une enfance tres douce doit mourir . , . 
O mon ame, mets un signet au livre d'heures, 
L'Ange va recueillir le rve que tu pleures. 



502 



ALBERT S AMAIN 



$60 Soir de ^Printemps 

PREMIERS soirs de printemps: tendresse inavouee... 

* Aux tiedeuis de la brise chaipe denote... 

Caresse adrienne . . . encens mystlrieux . . . 

Urne qu'une main d'ange incline au bord des cieux . . . 

Oh ! quel de"sir ainsi, troublant Ic fond des ames, 

Met ce pli de langueur a la hanche des femmes ? 

Le couchant est d'or rose et la joie cmplit Fair, 

Et la ville, ce soir, chante com me la mer. 

Du clair jardin d'avril la porte est entr'ouverte ; 

Aux arbres le*gers tremble une poussiere verte. 

Un peuple d'artisans descend des ateliers; 

Et, dans 1'ombre ou sans fin sonnent les lourds souliers, 

On dirait qu'une main de V^ronique essuie 

Les fronts rudes tachSs de sueur et de suie. 

La semaine s'acheve, et voici que soudain, 

Joyeuses d'annoncer la Paques de demain, 

Les cloches, s'lbranlant aux vieilles tours gothiques, 

Et revenant du fond des si^clcs catholiques, 

Font tressaillir quand m^me aux frissons anciens 

Ce qui leste de foi dans nos vieux os chr&iens! 

Mais deja, souriant sous ses voiles sSveies, 

La nuit, la nuit paienne, apprSte ses mysteres; 

Et le croissant d'or fin, qui monte dans Pazur, 

Rayonne, par degr6s plus limpide et plus pur. 

Sur la ville brfilante, un instant apaisSe, 

On dirait qu'une main de femme s'est pos^c ; 

Les couleurs, les rumeurs, s'6teignent peu a peu; 

L'enchantement du soir s'acheve. .. et tout est bleu! 

Ineffable minute ou Fame dc la foule 

Se sent mourir un peu dans le jour qui s^coule . . . 

503 



ALBERT SAMAIN 

Et le cceur va flottant vers dc tendres hasards 
Dans 1'ombre qui s'ltoile aux lanternes des chars. 
Premiers soirs de printemps: brises, le"geres fievres! 
Douceur des yeux ! . . , Tie"deur des mains ! . . . Langueur 

des levres ! 

Et 1* Amour, une rose a la bouche, laissant 
Trainer a terre un peu de son manteau glissant, 
Nonchalamment s'accoude au parapet du fleuve. 
Et puisant au carquois d'or une fleche neuve, 
De ses beaux yeux voile's, cruel adolescent, 
Sourit, silencieux, a la Nuit qui consent. 



TRISTAN CORBlfeRE 
$61 Lettre du Mexique 

La Vera-Cim, 10 f^vrier. 

*\ rOUS m'avez confie* le petit. II est mort. 

' Et plus d'un camarade avec, pauvre cher 6tre. 
L'^quipage . . . y en a plus- II reviendra peut-tre 
Quelques-uns de nous. C'est le sort, 

4 Rien n'est beau comme 93 matelot pour un hommc ; 
Tout le monde en voudrait a terre, C'est bien s(5r. 
Sans le de'sagre'ment. Rien que $a: Voyez comme 
De"jzi 1'apprentissage est dur. 

Je pleure en marquant 93, moi, vieux Frere-la-Gote. 
J'aurais donne* ma peau joliment sans fa9on 
Pour vous le renvoyer * . , Moi, ce n'est pas ma faute: 
Ce mal-la n'a pas de raison. 
504 



TRISTAN CORBlfeRE 

* La fivre est ici comme Mars en carme, 
Au cimetiere on va toucher sa ration. 

Le zouave a nomine* $a Parisien quand meme 
Le jardin tT accllmatation. 

' Consolez-vous. Le monde y creve comme mouches. 
. . . J'ai trouve" dans son sac des souvenirs de cceur : 
Un portrait de fille, et deux petites babouches, 
Et : marque. Catleau pour ma sceur. 

* II fait dire a maman : qu'il a fait sa priere. 

Au pere: qu'il serait mieux mort dans un combat. 
Deux anges e*taient la sur son heure derniere: 
Un matelot. Un vieux soldat/ 



JULES LAFORGUE 

i86o-fi887 

$62 Encore un Livre 

ENCORE un livre; 6 nostalgies 
Loin de ces tres goujates gens, 
Loin des saluts et des argents, 
Loin de nos phraseologies ! 

Encore un de mes pierrots morts; 
Mort d'un chronique orphelinisme ; 
C'^tait un coeur plein de dandysme 
Lunaire, en un dr6le de corps. 

Les dieux s'cn vont; plus que des hures; 
Ah! $a devient tous les jours pis; 
J'ai fait mon temps, je d6guerpis 
Vers ^Inclusive Sinecure. 

505 



JULES LAFORGUE 



Complainte du JZoz de Thull* 

TL e"talt un 101 de Thul6, 

-* Immacule', 

Qui, loin des jupcs et des choscs, 

Pleurait sur la me*tempsychosc 

Des lys en roses, 

Et quel palais ! 

Ses fleurs dormant, il s'en allait, 

Trainant des cles, 
Broder aux seuls yeux des 6toile&, 
Sur une tour, un certain Voile 

De vive toile, 

Aux nuits de lait ! 

Quand le voile fut bien ourle", 

Loin de Thul6, 

II rama ,fort sur les mers grises, 
Vers le soleil qui s'agonise, 

Fgerique 6glisc 1 

II ululait : 

* Soleil-crevant, encore un jour, 
Vous avez tendu votre phare 
Aux holocaustes vivipares 
Du culte au'ils nomment I* Amour. 

' EL comme, devant la nuit fauve, 
Vous vous sentez d^falllir, 
D'un dernier flot d*un sang martyr 
Vous lavez le seuil de 1* Alc6ve ! 
506 



JULES LAFORGUE 

* Soleil ! Soleil ! moi je descends 
Vers vos navrants palais polaires, 
Doiloter dans ce Saint-Suaire 
Votre coeur bien en sang, 
En le berjaht ! * 

II dit, et, le Voile tendu, 

Tout e"perdu, 

Vcrs les coraux et les naufrages, 
Le roi raille* des doux corsages, 

Beau comme un Mage 

Est descendu ! 

Braves amants ! aux nuits de lait, 
Tournez vos cle"s ! 

Une ombre, d' amour pur transle, 
' Viendrait vous gemir cette scle : 

6 II tait un roi de Thule* 
Immacule . . .* ' 



Complaints sur certains ennuis 

T 7 N couchant des Cosmogonies ! 
^ Ah ! que la Vie cst quotidienne . . 
Et, du plus vrai qu'on se souvienne, 
Comme on fut pietre et sans genie . . . 

On voudrait s'avouer des choses 
Dont on s ? 6tonnerait en route, 
Qui feraient une fois pour toutes 
Qu'on s'entendrait a travers poses. 



JULES LAFORGUE 

On voudrait saigner le Silence, 
Secouer Pexil dcs causeries ; 
Et non! ces dames sont aigries 
Par des questions de pre'se'ance. 

Elles boudent la, Fair capable. 
Et, sous le ciel, plus d'un s'explique 
Par quel gachis suresthgtique 
Ces tres-la sont adorables. 

Justement une nous appelle, 
Pour 1'aider a chercher sa baguc 
Perdue (oil dans ce teirain vague?), 
Un souvenir d'amour, dit-elle ! 

Ces 6tres-la sont adorables! 



EDMOND ROSTAND 

1868-11919 

Chanson de Joffroy Rudel 



chose bien commune 
^^ De soupner pour une 
Blonde, chataine ou brune 

Maitresse, 

Lorsque brune, chataine 
Ou blonde, on Ta sans peine... 
Moi, j'aime la lointaine 

Princesse ! 



C'est. cliose bien peu belle 
D'etre longtemps fidele, 
Lorscju^on peut baiser d'EUe 

L a traine-, 

Lorscjiae parFois on presse 
TJTne main qul se laisse ... 
!M[o!., j'aime la 3?rirxcesse 

Lointalne. 

Car c'e&t ctiose suprcmie 
GD'aimer sans- cju y on vous alme r 
lO'aimer toxijours, quand mcme, 

Sans cesse y 

DO'une an^ioxir Incertaine, 
JPIus noble d'etre vaine . . * 
Et j'aime la lointaine 

3?rlncesse. 

Cur c'est cJhose divine 
D^aimer qu.and on devine, 
Rcve, invente, imagine 

A_ peine ... 
Le seul rove int6resse, 
Vivre- sans r^vre, qu'est-ce ? 
Et j'aime la !Princesse 

Lointaine- 1 



509 



CHARLES GUERIN 

1873-1-1907 
$66 La pensee est tme eau... 

T A pens6e est une eau sans cesse jaillissantc. 

" Elle surgit cFun jet puissant du coeur dcs mots, 

Retombe, s'dparpille en perles, jase, chante, 

Forme une aile neigeuse ou de neigeux rameaux, 

Se rompt, sursaute, imite un saule au clair de June, 

S'6croule, d6croit, cesse. Elle est soeur d' Ariel 

Et ceint 1'e'charpe aux tons changeants de la Fortune 

Ou 1'on voit par instants jouer tout le ciel. 

Et si, pour reposer leurs yeux du jour, des femmes, 

Le soir, rcvent devant le jet mobile et vain 

Qui pleut avec la nuit dans 1'azur du bassin, 

L'eau pure les caresse et rafraichit leurs &mcs 

Et fait battre leurs cils et palpiter leur sein, 

Tandis que la pensSe, en rejetant ses voiles, 

Dans un nouvel essor jongle avec les e"toiles. 

3 67 L'Eros funebre 

UIT d'ombre, nuit tragique, 6 nuit dsesp6re ! 

J'^toufFe dans la chambre 01 s ! mon ame est mure'e, 
Oil je marche, depuis des heures, Sprement, 
Sans pouvoir assourdir ni tromper mon tourment* 
Et j'ouvre k fenetre au large clair de lune. 

Sur les champs nage au loin sa cendre bleue et brunc. 

Comme une melodic heureuse au dessin pur 

La colline immobile ondule sur Tazur 

Et lie a Thorizon les 6toiles entre elles. 

L'air fremit de soupirs, de voix, de souffles d'ailes* 

Une vaste rumeur gronde au bas des coteaux 



CHARLES GU^RIN 

Et trahit la presence invisible des eaux. 
Je laisse errer mes yeux, je respire, j'e"coute 
Les sombres chiens de ferme aboyer sur la route 
Ofc sonnent les sabots d'un passant attarde*. 

Et sur la pierre froide oil je suis accoude", 
Douloureux jusqu'au fond de 1'ame et solitaire, 
Je blaspheme la nuit lumineuse et la terre 
Qui semblent me souriie et m'ignorent, h4las ! 
Et sachant que la vie, a qui n'importe pas 
Un coeur infiniment desert de ce qu'il aime, 
Ne se tait que pour mieux s'adorer elle-mcme, 
Je re"signe Torgueil par oil je restais fort, 
Et j'appelle en pleurant et 1'amour et la mort. 

e C'est done toi, mon de"sir, ma vierge bien-aim6e ! 
Faible comme une lampe a demi consum^e 
Et contenant ton scin gonfl6 de volupt^ 
Tu viens cniin remplir ta place a mon cot6. 
Tu laisses dcTaillir ton front sur mon epaule, 
Tu codes sous ma main comme un rameau de saule, 
Ton silence m'enivre et tes^yeux sont si beaux, 
Si tendres que mon coeur se rpand en sanglots. 
C'est toi-me'me, c'est toi qui songes dans mes bras ! 
Te voici pour toujours mienne, tu dormiras 
Mel^e a moi, fondue en moi, pensive, heureuse, 
Et prodigue sans fin de ton ame amoureuse ! 
O Dieu juste, soyez be"ni par cet enfant 
Qui voit et contre lui tient son reve vivant ! 
Mais toi, parle, ou plutCt, sois muette, demeure 
Jusqu'a ce qu'iniidele au ciel plus pale, meure 
Au levant la dernicre toile de la nuit. 



CHARLES GU6RIN 

Deja 1'eau du matin pcse 3. Pherbe qui luit, 

Et, modelant d'un doigt magique toutes choses, 

L'aube a. pleins tabliers seme scs jeuncs roses. 

O la sainte rumeur de seve et dc travail I 

Ecoute passer, cloche a cloche, le bfitail, 

Et rauquement mugir la trompe qui le guide. 

La vall6e a ses tons d'emeraude liquide, 

Les toits brillent, les bois fument, le ciel est clair, 

Chaque vitre au soleil re*pond par un e*clair. 

La douceur de la vie entre par la fenctre. 

J'aime a cause de toi 1'aube qui vient de naitre, 

Et, mele"e a la grace heureuse du de"cor, 

Mon immortelle amour, tu m'es plus chcre en cor. 

Nous tremblons, enivr^s du vin de notre fievre, 

Et nous nous demandons tout bas et llvre a levie 

Quels matins purs, quels soirs lumineux et be*nis 

Couvent nos doigts tress6s comme les brins des nid&. 

Et ni la terre en joie et ni le ciel en flammes, 

Rien ne dltourne plus du rcve nos deux ames, 

Qui, parmi la rumeur grandissante du jour, 

Pleurent dans le silence inlini de 1'amour/ 



L'amour ? . . . rouvre les yeux, mon pauvre enfant, regarde! 

Le val est bleu de clair de lune, le jour tarde, 

La riviere murmure au loin avec le vent, 

Et te voila plus seul encor qu'auparavant. 

La bien-aira^e au front pensif n'est pas venue, 

Le sein que tu pressais n'est qu'une pierre nue, 

La voix qui ravissait tes sens n'est qu'ua ^cho 

Du bruit des peupliers tremhlants au bord de 1'eatu 

La longue volupt^ de cette heure attendrie 

Fut le jeu d'un de"sir expert en tromperie. 



CHARLES GU6RIN 

Va, ferme la croise, et quitte ton espoir. 
Mesure en t'y penchant ton morne foyer noir: 
N'est-ce pas toi, cet atre etemt oh deux Chimeres 
Bnllent d'un vain e"clat sur les cendres amies? 
Et puisque tout est faux, puisque meme ton art 
Aux rides de ton coeur s'e'caille comme un fard, 
Cherche centre Tassaut de ta peine insensee 
L'asile sur oil 1'homme 6chappe a sa pensle, 
Ouvre ton lit desert comme un sSpulcre, et dors 
Du sommeil des vaincus et du sommeil des moits. 



$68 Baigner au point du jour... 

"D AIGNER au point du jour ses levres de rosee, 

^ Secouer 1'herbe od la cigale s'est pos^e, 

Frissonner au furtif coup d'aile frais du vent, 

Suivre d'un ceil berce le feuillage mouvant, 

Preter Foreille au cri des coqs dans les villages, 

Aux chants d'oiseaux, au bruit des colliers d'attelagcs, 

Offrir I'e'cho d'une ame heureuse aux mille voix 

Sonores de la vie et voir de toits en toits 

Le bleu du ciel souriie a Tazur des fumees ; 

Quand 1'aiide midi pese sur les ramies, 

S'il longer, les yeux clos, et languir de s-ommeil, 

Comme un voluptueux Idzard, dans le soleil ; 

Sentir brQler le corps en amour de la terre, 

Plotter sur les rumeurs, sur Fair, sur la lurniere, 

Defaillir, se dissoudre en chose, s'enivrer 

De 1'arome charnel d'une rose a pleurer, 

Percevoir dans son Stre obscur 1'heure qui passe 

Et traverse d'un jet d'ettncelles 1'espace; 

sons 513 L x 



CHARLES GUfiRIN 

Et quand 1'humble Angelus a tinte", quand le soir 
Exhale au fond du val ses vapeurs d'encensoir, 
Que le soleil, au bord des toits, rasant les chaumes, 
Y fait tourbillonner des echelles d'atomes, 
Qu'un laboureur qui rentre a pas lourds de son champ 
fibauche un profil noir sur 1'or vert du couchant, 
Regagner son logis et, les doigts a la tempe, 
Berce" par la chanson discrete de la lampe, 
Assembler les mots purs du poeme rcve", 
Et sur les feuillets blancs du livre inachev6 
Fixer, beau papillon, le jour multicolore, 
Pourpre a midi, d'azur le soir, rose a Paurore. 

O fetes de la vie ou le chant d'un marteau 
Sur Penclume, la ligne heureuse d'un coteau, 
La source, le brin d'herbe avec sa coccinelle, 
Font tressaillir en nous 1'argile originelle ! 
Gloire a toi dans lather lumineux, dans le mont, 
Dans le mtal, dans 1'eau, dans 1'insecte, limon 
Universel par qui 1'humaine creature 
Rejoint le CrSateur a travers la nature 1 



^Descends plus bas encor... 

r\ESCENDS plus bas encor que Dante dans la nuit, 
*-^ Car c'est au fond d'un cceur a jamais solitaire 
Que le poete ceint du laurier te conduit. 

Rien, ni les chants du ciel ni les voix de la terre, 
Ne vient rompre 1'horreur de ces lieux sans 6chos, 
Image d'un orgueil qui s'obstine a se taire. 

514 



CHARLES GUERIN 

Hate-toi, marche ! Un vent familier des tombeaux 

Te souffle son air acre au visage et ranime 

La flamme entre tes mains qui haussent les flambeaux. 

Arrte, coute. Ici s'expie un ancien crime: 
Ce goufFre qui vous jette, impassibles te*moins, 
Un cri de mort, toujours le mSme, c'est 1'abime 

Oh 1'amour inf<cond se deVore les poings. 



370 Cest vous, voluptueux Chewier... 



vous, voluptueux Che*nier, vous, grand Virgile, 
Que j'ouvre aux jours dorfe de 1'automne, en revant, 
Le soir, dans un jardin solitaire et tranquille 
Oil tombent des fruits lourds de*tache*s par le vent. 
Je vous lis d'un esprit inquiet et j'envie 
Vos amantes, Chgnier ! Virgile, vos he>os ! 
Moi que rien de fe"cond ne tente dans la vie, 
La lutte ni Tamour ni les simples travaux, 
Et qui trouve, ironique entre les philosophes, 
A douter de moi-meme une ziprc volupte*. 
Je sens le coeur humain trop large pour mes strophes, 
Le vieil air douloureux d'autres Font micux chant6 ; 
Leur nom nourrit encor les clairons de la gloire. 
Pour moi qu'un rigoureux destin laisse inconnu, 
Je presse entre mes doigts la fltite us6e et noire 
Des pauvres, des railleurs, et des fous. Son bois nu 
Est plus doux qu'un baiser savoureux a ma bouche; 
Elle est ma confidante obscure et mon enfant 
Et rSpond comme une ame a Fame qui la touche. 
Un passant, que mon coeur sait Smouvoir, souvent 



CHARLES GUfiRIN 

Au temps des raisins mGrs s'arrete pour Pentendre. 
Je suis seul, et je joue, ignorant qu'il est la, 
Tour a tour dsole", voluptueux ou tendre. 
Chaque jour, sur les tons qu'hier elle modula, 
Ma mi'-ere sanglote et demande I'aumdne. 
Et le passant muet songe et baisse le front ; 
II m'lcoute et revient, et trouve, chaque automne, 
La flute plus plaintive et mon mal plus profond. 



Ecoute. Quelqu'un cbante... 

pCOUTE. Quelqu'un chante ou soupire, poete ! 

^ Un lied dont on ne sait s'il est triste ou rieur 

Te d&ionce l ? 6veil de Thomme int^neur. 

6coute, et que ta plume attentive soit prcte 

A recueillir T6cho dc cette voix secrete. 

licoute avec un soin prScieux aujourd'hui 

Le compagnon divin qui t'enseigne ton ame, 

Car demain, de*s les feux de Paube, il aura fui : 

Nul n'a vu rayonner deux fois la mcme flammc, 

Ni renaitre Tamour a sa jeunesse offer t, 

Et plus d'une ime en pleurs s'est v a i ne ment cherchde 

Dans 1'hostile rumeur de la vie ou se perd 

Le murmure incertain de la source cache"e. 



NOTES 



NOTES 

Auteur incpnnu (page l). 

I. Belle Erembor. i, 4. fez h meis, before the house. 
5. le chief drecter amont, to raise the head, 

n. 2, patle, the tapestry that she was working. 

HI. 2. selon, neai. 

IV. I. men escondtrai, justify myself. 2, 3. a = avec. 
5. prennez femmende, ' take our word for it/ 

v. 3. 7/zf/2w recercele, finely curled. 

vi. 3. ^W<? lui, at his side. 

3. Pastourelle. I. 4. to&w, damsel, 
ill. 5. sens, except. 

Guillaume de Machauk (page 4). 

4. Rondeau. 3. rmirant, looking at again and again. 
5. toudts, always. 

Jean Froissart (page 5). The chronicler. He found 
time, in the course of a life full of other scarcely less 
interesting activities, to write a great quantity of verse. 
His poems have been edited by A. Scheler. (3 vols. 
Brussels: Acad. R. de Belgiquc, 1870.) 

5. Ballade. I. 3. femlk, corn-cockle. 4.% 
gladiolus. 5. ranquelie, columbine. 6. pyonler, peony. 
muget, lily of the valley. 

n. 6,jd, jamais. 

in. 7. cremel, battlement. garite^ fortification. 

Eustacbe Deschamps (page 6). Knight and Clerk; 
iuissier d'armes to Charles V and Charles VI, chdtelam 
of Fismes and ballli of Senlis. He lived for a long time 
at the Court, and his works are full of interesting detail 
concerning the morals and manners of the time. His 
rather harsh poems have usually his own grievances for 
subject ; he is the first French realist. His works, in 

519 



NOTES 

many volumes, have been published by the Societe* des 
Anciens Textes Francois (1878-1894), and his life has 
been written by M. A. Sarradm. 

6. Flrelay. I. 3. w's, face, 
ir. 2. traitts, delicate. 

VI. 2. biaux profits, a good income, 
vn. 2. Its, grey-brown, 
x. I, plevls, promise, 
xi. 2. apers, candid. 

7. Balade amoureuse. II. 6. octroy, permission. 
ENv. I. a point, aptly. 

8. Balade. Or nest tljleur . . . i. 5. crespe, curled. 
II. 9. determine, inexorable. 

ENV. I. ae\ age. 4. 'thus both ages will be pleasant 
for him.' 

g. Balade (Guesclin). i. 9, guerre, lament. 

II. 2. entlerement, dial, form of enterrement. 3. or 
t'avence, come forwaid now. 4. quler lut son mottvemenf, 
grieve for his going (? monument). 7. Tragedtens, tragic 
authors. 

III. 5. Quesclin crioit : c Guesclin ! * was his battle-cry. 

10. Balade (Chaucier). i. 7. Isle aux Geans : according 
to mediaeval notions, England was inhabited by giants until 
Brutus conquered it. 

HI. i. Helye, Helicon. 3 doys, fount. lailHe, power. 
9. Clifford, English knight, a lover of letters. 

Chaucer went to France in 1377, probably on a diplo- 
matic errand. The ballad was written in 1391. 

11. RondeL Vene*& a mon jullU. Tarb6 sees an 
allusion in this poem to the Papal jubilee celebrated by 
Boniface IX in 1400. An immense number of pilgrims 
went to Rome from every country but France, which sup- 
ported Benedict XIII, then at Avignon. 

Christine de Pisan (page 13). Daughter of Thomas de 
520 



NOTES 

Pisan, astrologer to Charles V ; married to Etienne de 
Castel ; widow at 2 5. She was famous in France, England, 
and Italy. Her works have been printed by the Socie*t6 
des Anciens Textes Fran9ais. 

12. Balade. Of est venu e . I. 7. entroublie esmay^ 
' forgets its grief.' 

II. I. par degois, for joy. 7. Mats mieulx cognols . . . 
* but you will understand me better if you ever loved.' 

III. 6. desvoye, 'combines to change.' 

13. BaJade. Tant avexfait ... I. 7. aufort, after all. 
in. 2. falnt'ise, deceit. 

ENV. 2. j'oy, I hear. 

14. Balade. Jadls par amours ... 17. voir, true. 

II. I. jus, down to earth. 6. mettolent en nonchahir, 
thoaght nothing of. 

III. 4. satiriefa, little satyrs. 
ENV. 3. adresces^ wiles. 

15. Rtans <vairs yeulx ... t. vairs, changing, flashing. 

1 6. Se souvent vats ... I. moustier, church. 

Alain Chartier (page 17), Born at Bayeux, studied at 
the University of Paris ; secretary to Chailes VII ; went 
abioad on vatious political missions. 

18. Balade. Ofolx des f oh ... n. 9. lo%, renown, 
in. 9. fors, except. 

3tNV. 3. et perdisslez, even if you lose. 

Auteur inconnu (page 1 8). 

19. Complaints populalre. v. 2. oree^ edge. 

20. Complaints Normande. 4. soulhes, were wont. 
15. Ion cueurjin, 6 right good will.' 

Basselin lived in the Val de Vire, and wrote joyous 
ballads of love and war. We may presume that he 
died fighting against the English, though the word 



NOTES 

Engloys admits of another interpretation. This, in the 
interests of romance, we forbear from giving. 

Charles ^Orleans (page 20). Father of Louis XII. 
Taken prisoner at Agmcourt and remained in England 
for twenty-five years. 

21. Balade, En regardant ... I. 6. Combten, 
although. 

ill. 6. mats quatnsl soit, if it so happens. 
ENVo 3. destourbe, hindered. 

22. Balade. Nouvelles ont couru ... II. 6. Hesse, joy. 
ill. 6. hoir, heir. 

ENV. 3. tiengne . . . pour tout voir, hold for certain. 

23. Balade, Priez four paix ... II. 3. clergie^ science. 
26. Les fourriers d'Este ... I. fourriers, servants 

who precede tiavellers in order to find lodging. 9. picga, 
II y a piect) for long. II. prenez pals, begone ! 

28. dUleK-iJOus en . . . 3. culde^ think (cogitare). 

29. JLaissez-moy penser ... 9. rapaise, gi ow tranquil 
again. 

30. Saluex. moy ... 2. ch'tere^ mien. &, happy. 
7. or ny suts je mye, I am not a whit there (i. e. with 
youth) now. 1 5. sangle, girthed. 

Fi7/0(page27). His leal namewasprobablyMontcorbier. 
He studied and took degrees at the University of Paris. 
In 1455, having killed a man in a quarrel, he had to dis- 
appear, and thenceforward he led a life more thrilling than 
reputable in the company of a select band of scoundrels. 
He possessed some influence in high places, which rescued 
him from the gallows ; he was set free from the prison of 
Meung-sur-Loire in 1461. How and when he died is 
unknown. 

[(Euvres completes de Francois Fillon. Aug. Longnon, 
Paris, 1892. Etude biographique sur Frango'ts Villon. 
Aug. Longnon, Paris, 1877.] 

523 



NOTES 

31. La Belle Heaulmiere. i. 2. heaulmiere, * armouress,' 
courtesan. Probably so called from a peculiar headdress 
worn by files dejoie, 7. fare, stuke. 

II. 6. repent allies, remorse. 8. truandailles, filthy 

beggars. 

IV. I. detrayner, drag about, 
vn. 2. traictisses, delicate, 
vin. 8. feaussueS) skinny. 

IX. 8. grmeUeS) speckled. 

X. 3. a crouppetons, squatting. 4. pelotes, faggots. 
5. chenevotes, strips of hemp. 

32. Grant Testament ', xxximl-xh. II. 5. relrassez,, 
retrousse* s. 7. lourrelex, pait of the high coiffure worn by 
ladies. 

33. Dames du Temps jadls. I 2. Flora, Roman 
courtesan, v. Juvenal, ii 9. 3. Archplada, probably 
Alcibiades ! a fairly common mediaeval error. Thais, 
Egyptian courtesan who became a saint. 

II. 4. essoyne, penalty. 5. la royne, the Queen 

Dowager of Burgundy, who lived in the Tour de Nesle. 
This is the first reference in mediaeval literature to her 
strange tradition. In 1471 a graduate of Leipzig wrote 
a pamphlet entitled Commentanolus hutorlcus de adolescenttbvs 
Parlsiensibus, per Buridanum, natione Picardum^ ab tlllcttis 
cmusdam regmae Franciae amoribus retractis. Robert 
Gaguin, in his Compendium de Francorum gestis, a work 
written in the latter half of the fifteenth century, says 
that Buridan, when a scholar in Paris, escaped fjom the 
assassins hired to murder him by a Queen of France. 

m. I. Laroyne Blanche. Possibly Blanche of Castille, 
mother of St. Louis. 2. seraine, siren. 3. Berte 

au grant pie^ legendary mother of Charlemagne. One 
of the Carlovingian epic cycles is devoted to her. Allh : 
perhaps Aelis, one of the characters of the Chansons de 
geste (Aliscans, geste de Guillaume d'Orange); wife, 
according to the troubadours, of Rainouard au TineL 



NOTES 

4. Harembvrgis, heiress of Maine. Married Foulques V, 
count of Anjou, in 1 1 to ; died in 1126. 

34. Double Ballade. Pour ce, aime% ... I. 7. lunetes, 
slang for * eyes/ 

ill. I. Sarclana, Saidanapalus. 3 moullier^ woman. 

IV. 5. sornefesy jests, lies. 

V. 2. ru, stream. 4. mascher ces groselles^ ' chew 
such sour gooseberries/ 7. Mitaines a ces nopces telles* 
When a marriage ceremony was ended, the guests flicked 
each other with their mittens, saying, c Des noces vous 
souviengne ! ' Cf. the bad old custom of boxing the ears 
of children when a royal procession passes. 

vi. 4. chevaucheur d } escouvetes, a rider of broomsticks, 
a wizard. 



35- Ballade des Femmes de Pans. II. I. ticnnent ch 
are professors. 3. caquetieres^ babblers. 

36. Grant Testament ', Ixxiv-txxix. in. 4. fain, hunger. 
5. Or luy soit, etc.. Met my body be given to her (the 
Earth) immediately/ a grand oirre or <?/m?, by the 
best possible road. The phrase is used by La Fontaine. 
err 6) Lat. iter. 

iv. 4. matllon, swaddling-clothes. 5, Degete ma . . ., 

* has pulled me out of many a hole/ 8. quit n'en laisse 

. . < that he will not be altogether unhappy foi that reason/ 

V. 2. le Rommant du Pet au Dealle. The Pet au Deabh 
was a large stone at the door of a certain Mile de Bruydres, 
whose hotel was in the University quarter. The students 
took away the stone in 1 45 1 , and every one quarrelled about 
it. Le Rommant was an account, now lost, written by 
Villon of this^ affair. 3. Guy Talarie, one of Villon's 
disreputable friends. Made himself useful in a burglary at 
the College of Navarre, Christmas, 1456. Caught and 
imprisoned in the Chatelet, 1458; was subjected to the 
question ordinaire and extraordinaire^ confessed everything 
and was doubtless hanged (v. (Euvres completes de F~ 

534 



NOTES 

publi6es par A. Longnon ; pieces justificatives, 
p. Ixv). 4. grassy copied out. 

37- Ballade. Dame des cieulx ... i. 2. palu^ marshes. 
9. jungleresse, lidi. 

ir. 3. Egipcienne, St. Mary of Egypt. For many cen- 
turies there was a chapel in Paris dedicated to her. 4. 
Theopbilus, of Cihcia. Sold his soul to the devil and was 
redeemed by St. Mary. The learned Saxon nun Hios- 
witha wrote his history in the tenth century. 

in. 4. /M, lutes. 

38, Ballade de lonne doctrine ... I. I . porteur de bulks, 
pardoner, beaier of a papal bull of indulgence. Infested 
Europe in the XTVth & XVth centuries; usually an 
impostor (cf. Chaucer, Cant. 7!r.). 2. pipeur, swindler at 
dice. n. 2. faincttf, deceiver. $. farce, iphy faices; Iroulle, 
practise sorcery. 6. lerlanc, game of tables, ghc, card- 
game. qutlles^ skittles. Envoi, I. csgidttetcx, ornamented 
with points. 2. drappiHes, clothes. 

39. L 9 Epitaphs, n. 9. ame ne nous harie, let no one 
torment us. 

in. 8. de* a couldrcy c thimbles for sewing.' 

41. Grant Testament, clxitl-clxv. I. I. Salncte-A^oye^ 
seat of a community of nuns in the Rue du Temple. 
8. greveroit le plancher: M. Longnon explains this by 
saying that the chapel of the nuns was on the first floor. 

in. 2. raillon, bolt of an arbalest. 

42. Rondeau. Repos eternd ... 3. escuelle } bowl. 
5. re%, cropped. 

Marguerite de Navarre (page 42). Queen of Navarre, 
sister of 1 Fran9ois I ei . Born at Angoul&ne. Author of 
the ffeptameron. 

{JLes Marguerites de la Marguerite des Princesses^ 1 547- 
Dernieres poesies de la Reine de Navarre. A. Lefranc, 
Paris, 1896.] 

Clement Marot (page 43), Born at Cahors ; son of 



NOTES 

Jean Marot, Norman poet. Valet-de-chambre to Margue- 
rite de Valois. Edited Villon. He was implicated in the 
Protestant movement and had to leave Paris. He stayed 
at Ferrara, and at Geneva, where he fell under the ban 
of Calvin's displeasure. He died at Turin. 

[(Euvres de Clement Marot, ed. by Niort, 1596. 
(Euvres de Clement Marot, awe les outrages de Jean 
Marot, etc., 6 t, La Haye, 1731.] 

50. Changeons propos. in. 5. bigne, a bruise. 

51. Le Lieutenant crimmel et Samblan$ay. Samttangay, 
superintendent of finances under Charles VIII, Louis X, 
and Fran$ois I er , was falsely accused by Louise de Savoie 
of having agreed with her to embezzle the pay of certain 
troops. He was condemned to death and executed during 
the king's absence His innocence was afterwards publicly 
recognized. 

Melltn de Saint- Gelais (page 53). Bom in Angouleme. 
Resisted the influence of the Pl&ade. 

Ronsard {page 5 3). Born at La Poissonniere in the Ven- 
d6mois. Page to the Dauphin Fran9ois and to Charles 
Due d'Oilgans. At the age of twelve went with Madeleine 
of France to Scotland. Travelled in England, Flanders, 
Germany (with Lazare de Baif), and Italy ^with Guillaume 
du Bellay). His deafness made him turn from courtly to 
literary life. In 1548 he met Du Bellay at an inn in the 
Touraine. With certain friends they formed the famous 
brotherhood which was at first called la docte Brigade^ and 
afterwards la Plelade. It consisted originally of seven 
members Ronsard, Du Bellay, Baif, Belleau, Jodelle, 
Daurat, and Pontus de Tyard. Previously, Ronsard 
spent five years in the enthusiastic and incessant study of 
classical literature, his master being the great scholar 
Daurat, and his fellow pupil Antoine de Bai After the 
death of Charles IX he retired from the Court to his 
Priory of St. Cosme, near Tours. He died there in 1 585. 
526 



NOTES 

[GSuvres de Ronsard. I vol. in-fo., 1584. 6 vols., 
edit, by Marty- Laveaux in La Pleiads Frangalse^ Paris, 
1887-1893. 

On the Ple*iade: Claude Binet, La vie de Pierre de 
Ronsard. Bayle, Dictionnaire, art. Daurat and Ronsard. 
Morn, Dictionnaire, 1750, art. Dor at. Sainte-Beuve, 
Tableau de la Poesie f ran false au XVI e siecle, 1828. Fieri, 
Petrarque et Ronsard. Marseille, 1895. Emile Faguet, 
Seizieme Siecle. Etudes litter aires. Paris, 1898. George 
Wyndham, Ronsard and La PUlade. London, 1906. 
Hilaire Bclloc, AvriL Essays on the French Renaissance. 
London, 1904.] 

59. Sonnet. Marie, levez-vous . . . 2.ja t already. 5. 
Sus delout, up! 9, Harso'tr^ last night. 12. sillee^ 
a falconer's word, ' hooded.' 

Du Bellay (page 77). Born at Lire", in Anjou, of high 
lineage ; cousin of Cardinal du Bellay, whom he accom- 
panied on a diplomatic mission to Rome. In 1549 his 
Defense et Illustration de la Langue Frangoise the formal 
manifesto of the Pl&ade was published. On his return 
from Rome the Bishop of Paiis (Eustache du Bellay) 
made him a canon of Notre-Dame. He died at the age 
of thirty- five, in Paris. It is believed that he was buried 
in the chapel of St. Ciespin, on the right of the choir of 
Notre-Dame. 

[(Euvres, ed. Marty-Laveaux, La PUlade Frangaise. 
Paris, 1866-1867, 2 vols.] 

79. Sonnet. Heureux qui, comme Ulysse ... 3. usage, 
experience. 

86. D'un Vanneur de He aux Vents. This lyric is a 
translation from the Latin of Navagero, a Venetian scholar 
and adventurer. 

87. Fittanette. Encemoys... Cf. Ronsard, A Marguerite 
(Recueil des Odes) : 

527 



NOTES 

C'est done par toy, Marguerite, 
Que j'ay pris ceste couleui. 

89. Epitaphs (fun petit cbten. I , motte, sward. 

Read Belleau (page 96). Born at Nogcnt-le-Rotrou. 
Wrote a commentary on the work of Ronsaid and trans- 
lated Anacreon. 

Jodefie (page 100). Wrote some imitations of Greek 
tragedy. 

Jean-Antoine de Baif (page 1 02). His work 'repr&ente 
gmmemmenc ce qu'il y avait d'artificiel dans Je mouvemcnt 
de Ja Pl&ade' (F. Brunetiere). Founded an academy 
which had for its chief aim the uniting of music and 
poetry. 

[The works of Belleau, Jodelle, Baif, Pontus de Tyard, 
and Daurat are printed by Marty-Laveaux in La PUtade 
Frangalse^ 

Olivier de Magny (page 105). His poems show a strong 
Italian influence. 

[Let Amours, ed. by E, Courbet. Paris, 1878.] 

Louise Lale (page 108). Poet of the licole Lyonnaise. 
Lyons was inhabited by a great number of Italian emigrants, 
and was one of the chief halting-places for travellers between 
France and Italy. The work of its poets is learned, 
obscure, and mystical. Maurice Sceve and his sisters (or 
cousins), Jeanne Gaillarde and other wise ladies, were 
members of this group of writers. Louise Labe", accoutred 
in all points as a man le Capitaine Loys rode to the 
wars and perhaps fought at the siege of Perpignan, 

[GEuvres de Louise Lobe, edited by Chailes Boy. 
2 volb., Paiis, 1887.] 

Jean Passer at (page 1 1 3). Latin scholar ; one of the 
authors of the famous Satire Mentppee. Born at Tioyes. 
Studied jurisprudence under Cujas. Professor of Latin in 
the College de France. 

528 



NOTES 

115. Sonnet. Thulene was the Court fool of Henri III. 
[Les poesies fran$aises de Jean Passerat. P. Blanchemain, 
2 vols,, Paris, 1880.] 

Nicolas Rapin (page 114). Se*ne*chal de Fontenay. 
Wrote many Latin poems. 

117. Sonnet. Courage, grand Achille . . . AchiJIe de 
Harlay first President of the Palace of Justice. Faith- 
ful to Henri III throughout his struggle with the League. 
After the day of the Barricades (May 12, 1588), and 
when the king had fled from Paris, Guise tried to persuade 
De Harlay to join the adherents of the League. De Harlay's 
reply is historical : ' C'est grand pit'ie^ quand le valet chasse 
k maitre ; au reste, mon dme est a Dieu 9 man cceur est au 
rot, et mon corps entre les mains des me chants ; quon enjasse 
ce qu'on voudraJ J Je me suis trouve'S said Guise after- 
wards, , * a des batailleS) a des assauts et a des rencontres les 
plus dangereuses du monde, mats jamals je not he etonne 
comme d labord de ce personnageJ 

Vauquettn de la Fresnaye (page 115). A magistrate of 
Caen. Wrote an interesting Art Poetique. 

[Les diverses poesies de Jean Fauquelin Steur de la 
Fresnaie, publ. et annot par Julien Travers, 3 \ols. 9 
Caen, 1870.] 

Amadls Jamyn (page 1 1 7V Born at Chaource, near 
Troyes. A later star in the Pl&ade. Translated thirteen 
books of the Iliad. 

[(Euvres poetiques, 2 vols., Paris, 1584.] 

Du Bartas (page 119). Seigneur de Salluste. Born at 
Montfort (Gers). 

This ponderous and affected writer had a vast reputation 
in his day. His Creation du Monde was reprinted many 
times. His neologisms are more amusing than poetical ; 
his waves c floflottent,' and his lark ascends c avec sa tire- 
lire, tirant Fire a lire / &c. Goethe admired him. 

[OSuvres de G. du Bartas. La Rochelle, 1591.! 
2:08 529 Mm 



NOTES 

Desporfes (page 119). Born at Chartres. Ti availed in 
Italy, and went to Poland with the Due d'Anjou, after- 
wards Henri III. Court poet, rich and unimaginative. 
D'Aubigne (page 124). Born at Saintongc. Protestant. 
[CEuvres completes ', ed. by Resume, Caussade, and 
Legouez. Paris.] 

Malherbe (page 125). Born at Caen ; educated at Paris, 
Bale, and Heidelberg. Secretary of Henri d j Angoulcme, 
governor of Provence. Was presented to the king in 1 604, 
and thenceforward had supreme poetic authority. // re- 
duislt la muse aux regies du devoir. His life was written 
by Racan. 

In a dizain called Enfin Malherbe vint, Bunville has 
summed up the state of affairs at the end of the sixteenth 
century : 

Les bons rythmeurs, pris d'une fre"ne*sic, 
Comme des Dieux gaspillaient I'ambroisie ; 
Si bien qu'enfin, pour mettre le hold, 
Malherbe vint, et <jue la Po6sie, 
En le voyant arriver, s'en alia. 

126. Consolation a M. du Perier. Written in 1599. Du 
P&icr was a nadve of Provence and had some renown as 
a lei esprit, 

129. Sonnet sur la mart de son Jilt. Marc-Antoine de 
Malherbe, his last surviving child, was killed in a duel by 
the Seigneur de Piles in July, 1626. 5. The duel, how- 
ever, seems to have been fairly fought. 

\CEutjrcs foetiques de MaJherle^ ed. Louis Moland. 
Paris, 1 874. Contains life of Malherbe by; Racan. Poesies 
de F. Malherfa, ed. L, Becq de Fouquieres, Paris, 1874, 
contains Andre* ChSnier's commentary.] 

Mathurin Regnier (page 131). Born at Chartres. 
Author of nineteen admirable satires. 

[(Eiwres de Mathur'm Regnier. E, Courbet. Paris, 

I875-J 

530 



NOTES 

Maynard (page 142). Born at Toulouse. Disciple of 
Malheibe. 

[CEuvres poetlques. Notice par G. Garisso'n, 3 vols., 
Pans, Lemerre.] 

Racan (page 145). Born at Roche- Racan in Touraine. 
Disciple of Malherbe; has left a shoit account of his 
masters life. 

[GSwres completes. Ed Tenant de Latour, 2 vols., 
Paris, 1857.] 

Tbeophik de Vlau (page 1 48). Born at Chirac. Wrote 
satires, and a treatise on the immortality of the soul, which 
made him many enemies and resulted finally in a decree of 
perpetual exile (1625). The too famous couplet: 

Ah! voici le poignard qui du sang de son maatre 
Put souille" lachement ; il en lougit, le traitre ! 
occurs in his tedious tragedy of Pyrame et Tisle (1617). 

[_(Eu<ures, ed. Alleaume. Bibliotheque Elzvirienne, 
Paris, 1856.] 

Saint- Amant (page 149). Born in Normandy. Wiote 
elegies, mascarades, and a religious epic on Moses. 

Voiture (page 155). Court versifier. Bom at Amiens. 
An ornament of the H6tcl de Rambouillet, home of Leb 
Prcicuses. 

[(Euvres, avec le comm. de Talhment de* Rcaux^ ed. A. 
Ubicmi, 2 vols., Paris, 1855.] 

Colletet (yzge 157), of the Academic Frangaise, 

Corneille (page 158). Born at Rouen. Me'Kte, his first 
play, was produced when he was twenty-thiee; it was 
followed by Clitandre^ La Fewe, La Galerie du Palais, La 
Suivante, La Place Royale^ L* Illusion Comique all come- 
dies ; his first tragedy, Medee, appealed in 1635, and then 
came Le Cid^ Horace, Cinna, Polyeucte, Pomfee, Le Menteur^ 
La Suite du Menteur, Theodore, Rodogune, Heracllus^ Andro- 
mede, Don Sanche dAragon, Pertharile. The last play 
(1652) was a failure, and Corneille was so disgusted that 
531 M m 2 



NOTES 

he produced nothing for seven years, devoting himself to 
a translation in verse of the Imltatio ChristL In 1659 he 
regained his ancient glory with the lather unsatisfactory 
(Edipe, and wrote eight more plays, amongst them Sertorius 
and Attila. In his old age he was poor and neglected. 
His poems are printed in voL x of the Marty-Laveaux 
edition of his works (Paris, 1862-8). 

148. Stances de Don Rodngue. Don Dicgue, father of 
Don Rodrigue, has been struck by Don Gomcs>, Comte de 
Gormas. Diegue makes his son promise to avenge him. 
Don Rodrigue loves Chimene, daughter of Don Gomes. 

149. Stances de Polyeucte. Polyeucte, an Armenian 
noble wedded to Pauline, daughter of the Roman governor 
of Armenia, has become a Christian and defiled the altars 
of the Roman gods. 

Scarron (page 164). Born in Paris. Became paralysed 
at the age of seventeen. In 1652 married Mile d j Aubigne*, 
afterwards Mme de Maintenon, Wrote comedies under 
Spanish influence, and a travesty of the Aeneid in eight 
books. 

[(Euvres, 7 vols., Amsterdam, 1752.] 

Benserade (page 165). Couit versifier. The wretched 
sonnet about Job caused a vast deal of windy argument. 
Its rival was Voiture's equally vapid Ilfaut fmir mes jours. 

Maucroix (page 165). Couit versifier. Canon of 
Reims and Ion viveur. 

La Fontaine (page 1 66). Born at Chateau-Thierry, in 
Champagne. Fouquet, superintendent of finance to Louis 
XIV, became his patron. Published the Ode au Rot in 
1663; Contes et Nouvelles, 1664, 1671 ; six books of 
fables, 1 668 ; Philemon et Baucis, 1685. Wrote comedies. 

[Contes el Fables, ed. Jouaust. Paris, Librairie des 
Bibliophiles (Flammarion). (Entires, ed. Rgnier, 1 1 vols., 
Paris, 1883-1892] 

532 



NOTES 

Moliere (page 183). Born in Paris, educated at Clermont. 
Taplsster valet du rot ; resigned this position and became 
actor-manager, 1643. Ill-success at first ; toured the pro- 
vinces; appeared before the King Oct. 24, 1658. Les 
Precieuses ridicules, 1659 ; followed by twentv-eight plays. 
Le Mdlade tmaglnaire (1673) was the last. 

\Poesles diverse*) vol. ix, ed. Despois et Mesnard, 
1873-1900.] 

Chapelle (page 184). Born at the Chapelle-Saint-Denis. 
Part-author (with Bachaumont) of the celebrated Voyage en 
Provence et en Languedoc. 

[(Euvres, edo T. de Latour. Bibl. Elze"v., 1854.] 

Madame Deshoulieres (page 1 84). Bora in Pans. The 
* tenth muse ' of the Court. An opponent of Boileau. 

Boileau (page 187). Born in Paiis. Studied law and 
theology. The sworn enemy of the Precieuses and of 
Chapelain, and the ally of Racine, La Fontaine, and 
Mohere. Satires (1666), Art poetique (1673), Epitres 
(1669-1695) ; Le Lutrin (l 674). Presented to the King 
by Mme de Montespan. Abandoned verse in order to write 
the King's history (1677). 

[(Euvres, ed. Saint-Marc, 5 vols., Paris, 1747.] 

Racine (page 191). Born at La Ferte"-Milon, educated at 
Port-Royal. La Thebaide, his first tragedy (1664), was 
violently attacked, and throughout his career he had to 
endure the enmity of the pedants. Boileau always faith- 
ful to him. Quarrelled with the authorities of Poit- Royal 
and lost favour with the King. Andromaque (1667)? ^ es 
Plaideurs (1668), Britanmcus (1669), Berenice (1670), 
Bajazet (1672), Mltbrtdate (1673), Iphigenie (1674), 
Phedre (1677), Esther (1689), Atba&e (1691). 

[His poems are printed in vol. iv of the (Euvres 9 ed. 
Mesnard, Paris, 1865-1873.] 

174. Le Ckrc (1622-1691), a tedious tragic author. 
533 



NOTES 

175. L? ^Aspar ' de Fontenelle. Fontenelle was a nephew 
of Corneille, and none the less bitter against Racine and 
Boileau for that. Boyer : another dreary person (i 6 1 8- 
1698). 

176. P radon (1632-1698). Beloved by the Pre*cieuses. 
He wrote a Phedre, which was voted superior to Racine's. 
He is said to be quite unreadable. 

Chauheu (page 197). Born at Fontenay. 

Regnard (page 199). Born in Paris. Wrote comedies. 
Le Joueur (1696*, Le Distrait (1697), Democnte, Le 
Retour trnprevu (1700), Les Fohes atnoureuses (1704), &c. 

/.-#. Rousseau (page 203). Born in Paris. Wrote 
comedies, then c sacred odes/ in which the more imagina- 
tive critics have detected a lyrical quality. 
[GEuvres, ed. Amar, 5 vols., Paris, 1820.] 
Voltaire (page 206). Born in Paris, educated at Clcrmont. 
His first satiric wiitings caused him to be exiled from 
Paris in 1716. On his return he was suspected of being 
the author of other satires, and was imprisoned in the 
Bastille (1717, 1718). In the latter year the production 
of (Edipe made him famous. V Henrlade appeared in 1 7 2 3 , 
Marianne, 1724. He was again in the Bastille in 1726, 
and was exiled to England after a few weeks' imprison- 
ment ; he learnt English, met Bolingbroke and Pope, and 
studied the English philosophers. Zaire appeared in 1732, 
and between that date and his death in 1778 he wrote more 
than twenty dramas in verse. After his return from 
England he lived for some time at Cirey with Mme du 
Chatelet ; his famous quarrel with the luckless Desfon- 
taines began in 1738 and kbted for some years. He went 
to the Court, where he had Madame de Pompadour for 
friend. In 1 746 he was member of the Academy and gentle- 
man-in-ordinary to the King. He retired to the hotel of 
the Duchesse du Maine at Sceaux in 1747, and returned 
to Paris after Mme du Chatelet's death in 1749. In 1750 

534 



NOTES 

Frederick II invited him to live at Beilin. He stayed 
three years, and quarrelled with many people, amongst 
them Lessing, and at last with Frederick. Settled at 
Fcrney, where he lived in state till 1778, when he went to 
Paris. He had a final triumph iheie, and died in the 
same year. 

[His poems are printed in vols. 8 3 9, and 10 of the 
edition of his works published in Paiis in 1877-85 ] 

Ecottchard Lebrun (page 215). Born in Paris. His 
contemporaries called him e Pindare '. 

Ducts (page 216). Born at Versailles. Imitated 
Shakespeare: Hamlet (1769), Romeo et Juhette (1772), 
Le Rot Lear (1783), Macbeth (1784), Othello (1792). 

\_CEuvres completes ct fosthvmes^ 4 vols, Paris, 1826.] 

Gilbert (page 2 1 8). Born in Lonaine. "Wiote a satire 
on his own time. 

[Poesies diver seS) ed. Penet, Paris, 1882.] 

Florian (page 220). Born at the Chateau de Florian, 
near Nimes. Great-nephew of Voltaire ; acted in the 
Ferney Theatre when a boy. Wrote comedies and prose 
romances. 

[Fables, Paris, 1799.] 

Fontanes (page 223). Born at Niort. Grand Master 
of the University of Paris. 

Andre Clrtnier (page 225). Born in Constantinople. 
Son of a French consul and a Greek mother. Educated 
at the College de Navarre. Entered the army: had to 
leave it owing to ill-health. Travelled in Italy and stayed 
for some months in Rome. Secretary to the French 
ambassador in England for three years. Became in- 
volved through his writings and his friends in the political 
troubles of the Revolution ; arrested in Paris, March 7, 
1794. Guillotined in the same year. His poems were 
published in 1822. 

535 



NOTES 

[(Euvres poetiques, ed. E. Manuel. Edition Jouaust, 
Flammarion, Pans.] 

Chateaubriand (page 245). Bom at St. Malo. Lieutenant 
in the regiment de Navarre. Went to America, 1791. 
Served in Condes army, 1792-3. Obliged to emigrate to 
London, where he lived for some time in great poverty. 
Returned to France in 1 800. Atala, 1 80 1. Genie du 
Ckristianisme, 1 802. Secretary of the Embassy in Rome : 
Minister in the Valais. Travelled in the East. Elected 
to the Academic, l8ll; Napoleon disapproved of his 
Discours de r/ception. He published Les Natchex in 1826. 
He played a distinguished part in diplomatic and political 
life after the fall of the Empire. (Memotres d'Outre- 
Tombe, 1849.) 

[Melanges et poesies, vol. 22 of GSuvn's, 28 vols., 
Brussels, 1835.] 

Beranger (page 246), Born in Paris. His political 
songs had an immense popularity. 

[(Eut)res, Paris, 1876; Memoires, 1858.] 

Millevoye (page 252). Born at Abbeville. 
[Poesies, annot. par Sainte-Beuve, Paris, 1872.] 

Mme Deslordes-Falmore (page 253). Born at Douai. 

Lamartine (page 254). Born at Macon. His caily 
youth was passed in the country. One of the body- 
guard of Louis XVIII. Meditations, 1819. Nouuelles 
Mentations, 1823. Travelled in Italy. Chaige" d' Affaires 
at Florence. Harmonies poetiques et rellgieuses, 1830. 
Member of Academy, 1830. Travelled in the East. 
Jocetyn, 1835. & a Ckute <un Ange^ 1838. Recueille- 
menfs poetiques, 1839. Took a prominent part in the 
troubles of 1848. 

Emile Deschamps (page 281). Fervent Romanticist. 
Founded La Muse frangatse\ his essay La Guerre en 



NOTES 

temps de palx is an interesting criticism of the strife between 
the Classics and Romantics. 

[Poesies completes, 2 vols., Lemerre, Pans.] 

Castmtr Delavtgne (page 286). Born at Havre. His 
first poems, Les Messenlennes, made him famous. He 
\vrote many plays. 

[(Euvres, 8 vols., Paris, 1833-1845.] 

Alfred de Figny (page 292). Born at Loches. Soldier. 
Published Poemes antiques et modernes^ 1826. Took 
part in the feud against Classicism, but was rather an 
Egyptian ally of the Romanticists. Translated Othello and 
The Merchant of Venice^ wrote plays (Chatterton^ 1835) 
and novels (Cinq-Mars, 1826). His last and finest 
poems, Les Destinees, were published in 1863, though 
many of them were printed in the Revue des Deux 
Mondes more than fifteen years before this book appeared. 
The interesting Journal d?un Poete was published in 1867. 

[Poesies, Delagrave, Pans.] 

Hugo (page 3 20). Born at Besangon. His father was 
a general of the Empire. His early youth was passed in 
the house and garden of the Faubourg Saint-Jacques of 
which he has written in the Contemplations. The first Odes et 
Ballades appeared in 1822, when he was a fervent royalist 
of twenty; the second series followed in 1826, and the 
order 0f his subsequent volumes of lyric poetry is as 
follows: Les Orient ales, 1829; Les Feulttes a 3 Automne, 
1831; Les Chants du Crepuscule, 1835; Les Volx 
interieures, 1837; Les Rayons et les Ombres , 1840. In 
1841 he became a member of the Academy, and in 1845 
was made a peer of France, At this time he took an 
active interest in politics ; he was made a member of the 
Constituent Assembly in 1848, and of the Legislative 
Assembly in 1 849. He protested against the coup JEtat 
of December 2, 1851, and subsequently was compelled to 
leave France. He went first to Brussels, then to Jersey, 

537 



NOTES 

and finally settled in Guernsey. Les Chatiments appeared 
in 1 853 ; Les Contemplations, 1856; La Legende das Stecles^ 
first series, 1859; Les Chansons des Rues et des JBois, 
1865; LAnnee terrible^ 1872; La Legende des Siecks, 
second series, 1879 > tn * r d ser i s ? * $83 5 & ef Quatre Merits 
de F Esprit, 1883. He returned to Fiance when the 
Second Empiie fell in 1 870, and served in the national guard 
during the siege of Paris. 

Brizeux (page 362). Born at L orient. His family 
came from Ireland after the revolution of 1 68 8. 

Sainte-Beuve (page 366). Born at Boulogne-sur-Mer. 
He published thiee volumes of verse : Confessions de 
Joseph Delorme, 1827 ; Consolations, 1831 ; Pen sees tfAout^ 
1837. 

Arvers (page 369). Mes Heures perdues, Paris, 1833. 
He wrote comedies and vaudevilles, but he will be jc- 
membered only as the author of this beautiful sonnet. 

Barbier (page 370). Born in Paris. lamles (1830") 
brought him well-deserved fame. L* Adieu is from // 
Pianto, 1833. 

.M?rW(page 372). Nerval wrote much prose: a iccord 
of travel in Germany and Holland; studieb of Eastern 
life; several plays (Le Chariot d* Enfant, L'Imagier 
d } Harlem) , and a collection of stories called Les JFilks 
du feu. His translation of Faust is extremely fine. His 
life was unhappy; he committed suicide in 1855. 
[Poesies completes, Paris, 1877.] 

Alfred de Musset (page 375). Born in Paris, educated 
at the College de Bourbon. His first book of poems, 
Conies d'Espagnc et d'ltalie, appeared when he was twenty ; 
during the next eleven years of his life he produced all his 
best work : the Nuits> the Lettre a Lamartine, Stances a 
la MaKbran, Rolla, Uhe bonne Fortune, and most of the 
delightful prose Comedies et Prover&es, none of which 
were acted until Madame Allan produced Li Caprice in 
538 



NOTES 

1847, when they became extiemely popular. La Con- 
fession d'un Enfant du Slecle appeared in 1836. 
{(Euvres completes, 10 vols., Paris, 1865-86.] 

274. Stances a la Malibran. Mme Mahbran died in 
1836. 

275. Chanson de Fortunlo. From Le ChandeRer, act ii, 
sc. 3. 

277- Chanson de Barberine. Fiom Barberine, act hi, 
sc. 2. 

Moreau (page 415). Born in Paris. Le Myosotis, 
poems; stood apart fiom the Romantic movement. Died 
in the HCpital de la Charite*, aged twenty-eight. 

Gautter (page 4! 6). Born at Tarbes. Studied painting. 
His first poems appeared in 1830. Alberlus, 1832; 
Comedie de la Mort, 1838, His finest work is contained 
in Espana and Emaux et Camees, published respectively 
in 184! and 1852. 

Laprade (page 429). Born at Montbrison. Avocat at 
Lyons and professor of French literatui e. Published eight 
volumes of verse, a tragedy, and some studies in aesthetic. 

Soulary (page 435). Bom at Lyons. 
[(Euvres poetiqne j, 3 vols., Lemene, Paris.] 

Lcconte de Lisle (page 436). Born at St. Paul, lie de 
Reunion. Came to Paris 1845. Poemes antiques, 1852 ; 
Poemes et Poesies, 1853; Poemes larlares, 1862; Pomes 
tragiques, 1884; .Derniers Poemes, 1895. Translated 
Homer, Hcbiod, and some of the Greek tragedies. Les 
Erinnyes is an adaptation of the Eumenides of Aeschylus. 

[The works of Leconte de Lisle are published by 
Lemerre, Paris.] 

Baudelaire (page 444). Born in Paris. Translated 
the tales of Edgar Allan Poe. Les Fleurs du Mai 
appeared in 1857; its alleged immorality resulted in a 

539 



NOTES 

proces against the author, Petlts Poemes en Prose is, after 
Les Fleurs du Mai, his most noteworthy work, 
[Les Fleurs du Mai Calmann Le*vy, 1900.] 

Bouilhet (page 454). Born at Cany (Seine-Infe*rieure). 
Studied surgery under the father of Gustave Flaubert, 
\Meknis, 1851; Festons et Astragales, 1859; Denileres 
Chansons, 1872.] 

Banwlle (page 455). Born at Moulins. Les Carlatldes 
appeared when he was eighteen ; La Stalactite^, 1 846 ; Ode- 
lettes, 1846; Qdesfunambulesques, 1857; IdylksPrusslennes, 
1871, &c. Rewrote a large quantity of verse, several 
comedies, and many Contes. 

[Lemerre, Paris. Charpentier-Fasquellc, Parib.] 

Verlalne (page 462). Born at Metz. Poemes saturnlcns, 
1867; Fetes Galantes, 1869; La lonne Chanson, 1870; 
Romances sans Paroles, 1874; Sages se, 1 88 1; Jadls et 
Naguere, 1884 ; Amour, 1888; Parallelement, 1889 ; Chan- 
sons pour Elle> 1891. 

[(Euvres completes, 5 vols., Libraiiie LSon Vanicr, 
Paris, 1899-1900.] 

Sully Prudhomme (page 466). Born in Paris. Col- 
laborated in the Parnasse Contemporaln. Stances et Poemes, 
1865 ; Les Epreuves, Les Ecurles flAugias, Croquis 
Italtens, 1866-1872 ; Le Premier Llvre de Lucrke, 1 866 ; 
Les SoKludes, 1 869 ; Impressions de la Guerre, Les Destlns t 
La Revoke des Fleurs, 18725 La France t 1874; -^ w 
Talnes Tendresses, 1875 ; La Justice, 1878 ; Le Prime, 
1886; LeBonheur, 1 888; Les Solitudes, 1 894 ; Sonnet & 
Alfred de Vlgny, 1898; Testament Poetlque, 1901. 

[Lemerre, Paris.] 

Bere&a (page 470). Born in Cuba, educated in Paiis 
and Havana. La Ferldigue Hlstolre de la NouveHe-Espqgne, 
trs, from Bernal del Castillo, 1887; Les Trophies, 1893; 
La Nonns Alferez, 1894. 

[Lemerre, Paris.] 

54 



NOTES 

Mallarme (page 47 5). Born in Paris. Poesies Completes, 
1899. 
[Deman, Brussels.] 

Richepin (page 479). Born at Me"de*a, Algiers ; 
educated in Paris. Professor, traveller, sailor, porter, 
actor, &c. Also wrote dramas and novels. La Chanson 
des Gueux, 1876 ; Les Blasphemes, 1884 ; La Mer, 1 8 86 ; 
Mes Paradis, 1894; La Bomlarde, 1899. 

[Fascjuelle, Paris.] 

Rimbaud (page 480). Born at Charleville (Ardennes) 
(Euvres. 

[Mercure de France, Paris.] 

Rodenbach (page 486). Born at Tournai (Belgium) of 
a Flemish family. Educated in Paris and Ghent. Le 
Foyer et les Champs, 1877; Ode a la BeJgique, 1880; 
Les Tristesses, La Mer Elegante, 1 88 1 ; L'Hwer Mondain, 
1884; La Jeunesse Blanche, 1 886; Du Silence, 1 888; 
Le Regne du Silence, 1891 ; Le Voyage dans les Teux, 1893; 
Les Vies Encloses, 1896; Le Mtroir du Cid natal, 1899. 

[Lemerre ; Charpentier, Paris.] 

Verhaeren (page 490). Bora at Saint-Amand near 
Antwerp. Educated at Brussels, Ghent, and Louvain. 
Poemes, Almanack, 1895; Les Villes Tentaculaires, 1895; 
Poemes (nouvelle se*rie\ Les Heures Claires, Les Forces 
Tumultueuses, 1896; Poemes (3me srie), La Multiple 
Splendeur, 1906; Toute la Flandre, 1904-1908. 

[Mercure de France, Paris ; Deman, Brussels.] 

Moreas (Papadiamantopoulos) (page 496). Born in 
Athens. Travelled widely in youth; first came to Paris 
in 1872. Les Syrtes, 1884; (ed. Vanier, 1893); Les 
CantlIeg&^J&&6r^e Pelerm Passione, 1891 ; Poesies, 
188*6-1896 ; Les SfitfMn* 1899. 

[Vanier, Paris; Bibliotheque aitistique et litte*raire, 
Paris.] 

541 



NOTES 

Samaln (page 499). Born at Lille ; came to Paris in 
1880. Au Jar din de T Infante, 1893; HUrne Pencbee^ 
1897 ; Aux Flancs du Vase, 1898. 

[Mercure de France, Paris.] 

Corliere (page 504). Born at Moikix Les Amours 
Jaunes (1873, 1891). 
[Vanier, Pans.] 

Laforgue (page 505) Born at Montevideo ; educated 
at Tarbes and Paris. Lived four years in Germany. 
Poesies Completes (Les Complalntes, U Imitation de Notre- 
Dame la Lune, Le Concile Feerique, Demurs Vers)^ 1 894. 

[Vanier, Paris.] 

Rostand (page 508). Born at Marseilles ; educated 
there and in Paris. Dramatist. Les Musardises, 1890. 
His plays are : Les Romanesques, 1 894 ; La Princesse 
Lointalne^ 1895; ^ a Samarltalne^ Cyrano de Bergerac, 1897; 
VAlglon, 1899 > Chantecler 1905. The Chanson de Jeffroy 
Rudei is from the Princesse Lointaine. 

[Charpentier-Fasquelle, Paris.] 

Guerln (page 510). Born at LunSville (Meurthe-et- 
Moselle). Joies Crises^ 1894; Le Sang des Crepuscules, 
1895; Sonnets et un Poeme, 1 897 ; Le Cesur Solitaire, 1 898 ; 
L Eros Funebre, 1 900 ; Le Semeur de Cendres, 1 90 1 ; 
L 9 Homme Interieur, 1905 

[Mercure de France, Paris.] 



543 



INDEX OF WRITERS 



\Tkefigures refer to the numbers of the Poe?ns*~\ 



Arvcrs, 263. 

Baif, 106. 
Banville, 311-15 
Baibier, 264-6* 
Baudelaire, 300-9. 
Belleau, 102-4. 
Benserade, 151. 
B^ranger, 215-7. 
Boileau, 168, 169. 
Bouilhet, 310. 
Bnzeux, 257-9, 

Chapelle, 166. 
Chattier, 18. 
Chateaubriand, 214. 
Chauheu, 177. 
ChSmer, 204-13, 
ColleLet, 144, 145. 
Corbieie, 361, 
Comeille, 146-9* 

D'Aubigne*, 125. 
Delavigne, 231, 232, 
Desbordes-Valraore, 219, 220. 
Deschamps (mile), 229, 230. 
Deschamps (Eustache), 6-1 1. 
DeshouLe"rcs, 167. 
Dcsportes, 123, I2f, 
D'Orleans, 21-30. 
Du Bartas, 122, 
Du Bellay, 75-101 - 
Ducis, 197. Stances, 



Fontanes, 203. 
Fresnaye, 118-20. 
Froissart, 5. 

Gautier, 281-90 
Gilbert, 198. 
Guerin, 366-71. 

Heredia, 327-35. 
Hugo, 239-56. 

Jamyn, 121, 
odelle, 105. 

Lab^, 111-14. 
Laforgue, 362-4. 
Lamartme, 221-8. 
Laprade, 291. 
Lebrun, 194-6, 
Lisle, 294-9. 

Machault, 4* 
Magny, 109, no 
Malherbe, 126-9. 
Mallarme", 336-9. 
Marot, 44-54- 
Maneroix, 152. 
Maynard, 134-6. 
Millevoye, 218. 
Moliere, 165. 
Moreas, 352-5. 
Moreau, 280. 
Musfaet, 271-9. 



Florian, 200-2. 
Fontaine, 153-* 



j 43 
267-70. 



INDEX OF WRITERS 



Parny, 199- 
Passerat, 115, no. 
Pisan, 12-17. 
Prudhomme, 322-6. 

Racan, 137. 
Racine, 170-6. 
Rapin, 117- 
Regnard, 178. 
Regnier, 130-3. 
Richepm, 340. 
Rimbaud, 34 I -3 
Rodenbach, 344-^- 
Ronsard, 56-74. 
Rostand, 365. 
Rousseau, 179^ 180. 



Saint- Amant, 139. 
Sainte-Beuve, 260-2. 
Saint-Gellais, 55. 
Samain, 356-60. 
Scarron, 150. 
Soulary, 292, 293. 

Tyard, 107, 108. 

Verhaeren, 347~5 r - 
Verlaine, 316-21. 
Viau, 138- 
Vigny, 233-8. 
'Villon, 31-42- 
Voiture, 140-3. 
Voltaire, 181-93* 



INDEX OF FIRST LINES 

No. 
Accoudee en silence aux creneaux de la torn . -357 

Admnez 1'artifice extreme 18^ 

Advis m'est que /oy regieter . ... 31 

Afin de te*moigner a la postnt6 . . 145 

Ah ? qucl que soil le deuil jele* &nr cette tene . . 266 

Ah ! si voits baviez comme on plenre . . 323 

Ainsi, toujours poubfc.es verb de nouveaux rivages 221 

A la fontame oil 1'on puise cette eau ... . 166 

A la ties-chere, a la tres-belle .... 34 

Allez-vous-en, allez, allez 28 

Amclettc Ronsardelette 74 

Anties, et vous foutames 69 

A Samt-Blaise, a la Zuecca . . .272 



Au bon vieulx temps un tram d'amoui regnoit . 
Au loin, le J&gnmagc avec ses clochers noirs , 
Au pnntemps, T'oiseau nait et chante 

Aux gens atrabilaiies 

Aux larmes, Le Vayer, laisse tes yeux ouveits . 



46 

344 

370 

215 
165 



Avant le temps tes tempes fleuuront . 

A vous troppe legeie QO 

Avnl, 1'honnem etdes bois 102 

Ay ant poxibs6 la porte e*tioite qui chancelle , . .320 

Baigner au point du jour ses levies de rosee . . - 368 

Beau chevalier qui partez pour la guerre . . . 277 

Bel Aubepin fleunssant 7 

Blanche com lys, plus que lose vermcille ... 4 

Booz b'&ait couchd de fatigue accabl^ . . . . 254 

Captif au rivage du Maure 217 

Car ou soies porteur de bulles 3^ 

Celle qui de son chef les estoilles passoit ... 93 

Celui qui ci maintenant dort 15 

Celui qui me lua, dans les siecles, un soir . , . 35 1 

Ce n'est pas vous, non, madame, que j'aime , 284 

Ces jours passes, un vieil histnon . . . . 175 

C'est chose bien coramm 3^5 

Cest la hmtieme journ^t J , 230 

2908 545 N n 



INDEX OF FIRST LINES 

No. 

C'est toi qui me rends a moi-mme 177 

C'est vous, voluplueux Ch&uer, vous, grand Vngile , 370 

Changeons propos, c'est trop chante" d'amouis . . . ' 50 
Chlons,je vous ledis touj outs . . . .152 

Ci-gft dont la supreme loi - . . . .186 

Ci-glt Paul qui baissait les yeux 136 

Clons, que dans mon cceurj'ai si longtemps &eivie . -134 

Combien j'ai douce souvenance 2*14 

jComme je descendais des fleuves impassibles . -342 
Comme la voix d'ua mort qm chanterait . . . -316 
Comme Ion void de loing sur la mer courrouce'e . . 97 
Comme on void sur la branche au mois de May la rose 60 

Comme un ange gardien prenez-moi sous votre aile , .286 
Comme un dernier rayon, comme un dernier zephyre . 213 
Comme im vain re>e du matin . . . . 232 

Comme un voleur de nuit, chez vous, la mort avide . .229 

Couch sous tes ombiages vers 67 

Courage, grand Achille, oppose a la fortune . . .117 
Courage, 6 faible enfant de qui ma solitude . ,238 

Couronne's de thym et de marjolame . . . .299 

Dame des cieulx, regente ten ieune 37 

Danchet, si me" prise 1 jadis 183 

Dans ces pr6s fleuris . . . . . . .167 

Dans la salle en lumenr un silence a pass<3 .... . . 358 

Dans le vieux pare solitaire etglac6 . . . . -3*9 

Dans Tile Saint-Louis, le long d'un quai desert . . . 262 
Dante, vieux Gibelm i quandje vois en passant . . 264 

Dejk plus d'une feuille seche 289 

De la depouille de nos DOIS 218 

De Veternel Azur la sereine ironic 337 

De leur col blanc courbant les lignes . . . .285 
Demain, des Taube, a Theure ou blanchit la campagne . 248 
Depuis le premier jour de la creation .... 236 

De Saint-Quentm a Cambrai 3 

Descends plus bas encoi que Dante dans la nuit . . 369 

Dessous ceste motte veite 89 

Deux corteges se sont rencontie*s a l'6glise . . .293 

Dictes>moy oil, n'en quel pays 33 

Dieu dont 1'arc est d'argent, dieu de Claros, e"coute . .209 

Dieu, qu'il Ta fait bon regarder 27 

Divins Espnts, dont la poudreuse cendre . 90 

Douceur du soir 1 Douceur de la chambre sans lampe ! . 345 
Du paresseux sommeil oil tu gis endoimie . . 1 20 

Dure chose est a soustenir . . . . . 3 7 

546 



INDEX OF FIRST LINES 

No. 

Du temps que j'etais e"colier 278 

Du temps que la Nature en sa -verve puissante . . . 302 

Ecoute. Quelqu'un chante ou soupire, poete ' . . . 371 
Ecoutez! Comme un nid qni murmure invisible . -255 
figle*, belle et poete, a deux petits travers . . . .195 
Elle avait pns ce pli dans son age enfantin . . . 249 

Elle etait belle, si la Nuit 279 

En bon Frai^ais pohtique et d6vot . 143 

En ce moys d6hcieux 87 

Encores que la mer de bien loin nous separe . . .62 

Encore un livre ; 6 nostalgies 362 

Enfant don t la levre rit 314 

En province, dans la langueur matutmale .... 346 
En regardant vers le pais de France . . . . .21 

Entre Le Clerc et son ami Coras 174 

Entre les fleurs, entie les lys . . . . 118 

En un cieux de terrain aussi profond qu'un antre . 35 
Esperez-vous que la posterite* . . . . . . ior 

Estant couche" pres les ruchettes 121 

Estoc d'oneur et arbres de vaillance 9 

Fay refraischir mon verre de sorte ..... 66 
Flatter un cre'diteur, pour son terme allonger . . .85 
France, mere des arts, des armes et des loix . . .77 
Franfois, arreste-toi, ne passe la campagne . . .122 
Freres humains, qui apres nous vivez . . . 39 

Gentilz gallans de France . . . . ^ 19 

Grand Dieu, qui vis les cieux se former sans matiere . . 171 

Ha ! que nous t'estimons heureuse 104 

He" Dieu ! que je porte envie . - 7 2 

Hellas 1 Ollivier Basselin ...... 20 

H6 quoi ! vous 6tes e*tonn^c 193 

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage . . 79 
Kola, Charon, Charon, Nautonmer infernal . . . no 
Homme, libre penseur ! te crois-tu seul pcnsant . .269 
Homme ou Dieu, tout ge*nie est promis au martyre . .226 
1 1 orloge ! dieu smistre, efTray ant, impassible . . . 309 

lUtait un roi de Thul6 363 

II fait bon voir (Paschal) un conclave serre* . . .82 
II faut fimr mes jours en Tamour d'Uranie . . - 104 
II neigeait. On 6tait vaincu par sa conqufcte . . . 243 

547 Nn 2 



INDEX OF FIRST LINES 

No. 

Us fuient, ivies de meurtre et clc rebellion . 327 

Us s'en vont, ces rois de ma vie . . . .127 

Item, j'ordonne a Samcte-Avoye 41 

Jadis par amouis amoient . ... 14 

" 7 ai cueilli cetle fleur pom toi sur la colhnc . . 252 

'ai deja passe 1 1'slge oil ton grand protcclcui . . IQJ 

'aime a vons voir dans vos cadres ovule's . . 283 

'ai perdu ma torn tereDe ..... 116 

^ 'ai plus de souvenirs quc si /avals mille ans . 307 

J'ai reve"16 mon coeur au Dieu de Tinnocencc . :Q8 

J'ayme la liberte", et langnis en service . . 83 

J'ay v6cu sans nul pcnsement 133 

Je fais souvent cc r6ve Strange et p6ne"trant . . -318 

Je hay du Florentm Pusuriere avaiice ... 84 

Je me dis bien souvent : De quelle lace es-tu? . . .325 

Je ne te conteray de Boulongnc, et Venise . . .81 

Je ne vois rien ici qui ne flat te mes yen x . . . 144 

"'espe'rais bien pleurer, mais je croyais souffni . . 373 

e"tais un arbre en fleur oil cnantait ma jenncssc . . 260 

^tais un faible enfant qu'elle 6tait grande et belle . . 207 

eune beaute", mais Irop outrecinde'e 68 

eune homme sans m&ancolie . . . . .31.) 

e veux en me souvenant de ma gentille amie . . .58 

e veux lire en trois jours 1'Iliado d'Hom^rc . . 63 

e vis un ange blanc qm passait sur ma tStc . . . 256 

e vous envoie un bouquet que ma mam . . . -57 

{'irai, j'irai porter ma couionne effeiulle'e . . . .220 

obj par mille tourments atteinl 151 

La barque est petite et la mer immense . , . .288 

La Brigantme 231 

La connais-tu, Dafne", cette ancicnne romance . . .268 

La cour a d&iigre' tes chants 189 

La froidure paresbeuse 106 

Laissez-moy penser a mon aise .... 29 

La mort ne surprend point le sage . . . . .156 

La nuit, dans le silence en noir de nos demeurcs . . 349 

La pensee est une eau sans cesse jailhssanle . . . 30$ 

Las du tnste hdpital, et de 1'encens f6dde . , . , 336 

Las 1 Mort, qui t'a fait si hardie 24 

L'aube d'un jour sinistre a blanchi les hauteurs . . .330 

L'autel git sous la ronce et 1'herbe enseveli . . . 333 

L'autre jour, au fond d'un vallon 190 

L'autre nuit, je veillais dans mon lit sans lumiere . . 261 

548 



INDEX OF FIRST LINES 

No. 

Lc Babylonian ses haults raurs vantera . . . 91 

Le choc avait 6t6 tres rude. Les tnbuns . . . 331 

Le ciel est non, la ten e est blanche . . . .287 

Le ciel est par-clessus le toit . . . . . . 321 

Le d6sert est muet, la lente est solitaire . . . 235 

Le droit jour d'une Penlhecouste 7 

Le gaz pleure dans la brume . . . . - 353 

Le Jay vienl de mcltre Voltane . .188 

Le livre de la vie est le Uvre supreme . , . 2 25 

Le mal dont j'ai souffert s'ebt enfui comme un ive . .276 
Le inoulm lourne au fond du soir, Ires lentement . .348 
L'enfant chantait ; la mere au lit, extenue"e . . . 247 
Le Ph6nix 7 venant d' Arable . . . . .202 

L'epi naissant murit de la faux respecle . . . .212 
Le sable rouge est comme une mer sans hmite . . .297 
Les champs n'dtaient pas noirs, les cieux n'etaienl pas 

mornes 240 

Le semoir, la charrue, tin joug, des socs luisants . .328 

Le Seiaphm des soirs passe le long des fleurs 359 

Les fenouils m'ont dit : Ilt'aimesi . . 354 

Les foumers d'Este" sont venus . , . . . .26 
Le singe avcc le Idopard . . . . . . .159 

Les Levantins en leur 16gende 154 

Les nuages couiaient sur la lune enflamnie'e . . .237 
Le soleil dans les flots avail no}6 ses flammes , . .294 
Le soleil prolongeait sur la cime des tentes .. . . 233 
Le soleil sous la mcr, rnybt<hieuse aiuoie .... 334 

Les sanglols longs S 1 !^ 

Le Tasse, eirant de ville en villa .... 203 

L'dte", loisque le jour a fui, de fleurs couverte . . . 242 
Le temps a laissie son manleau . . . . 25 

Le vase oil meuit cetle verveme 322 

Le vicrge, le vivace el le bel aujourd'hui . . . - 339 
L'habilude e&l une dliangere .... 3 2 4 

L'innocente victimc, au terrestre 6jonr . . . .210 
L'oiseau vigilant nous leVeille . . . . .172 

Lors que Tenfant paiatt, le cercle de famille . . . 239 
Lois que Maillart, juge d'Enfei, menoit . . . " 5 r 
Lou samcdi a soir, fat la semainne . . . 2 

Lune porle-rlambcau, seule fille h6ritiere . . 103 

Ma foi, c'e&t fail de moi ; car Isabeau .... 141 

Maintenant que mon tempb d^crott comme un flambeau . 253 

Mamtenant que Paris, ses pav6s et ses marbres . . . 2^1 

Malheureux 1'an, le mois, le jour, 1'heure, et le poiuct * 78 

549 



INDEX OF FIRST LINES 

No. 
Marie, levez-vous, vous estes paress-euse . -59 

Marquise, si mon visage 140 

Marquis, que dois-je faire en cette incertitude . .131 

Mere des souveniis, maltresse des mattresses . 303 

Mes M&nes a Clytie Adieu, Clytie, adieu . .205 

Mes volages humeurs, plus sterilles que belles . . .125 
Midi, roi des etes, e"pandu sur la plame . . . 295 

Mignonne, allons voir si la rose 64 

Moi, de qui les rayons font les traits du tonnerre . .138 
Mon ime a son seciet, ma vie a son mysterc . . 263 

Mon Castin, quand j'apo^ois . ^ . . . 109 

Mon cceui, comme un oiseau, voltigeait tout joyeux . . 308 
Mon cceur, lasse" de tout, meme de Tesp6rance . . .223 
Monsieur l'Abb6 et monsieur son valet . . 53 

Mon tres-aimable successeur . . . . .191 

Mort, /appelle de ta ngueur . ... 40 

Ne reprenez, Dames, si fay ayme* . ... 113 

Ne S9ay combien la haine est dure . ... 49 

N'esperons plus, mon &me, aux promesses du mondc . .128 
Ne t attends qu'a toi seul : c'est un commun provel be . 162 
Ne verse point; de pleurs sur cette sepulture . . .147 
Noirs dans la neige et dans la brume . f . . . 343 
Nous n'irons plus au bois, les lauriers sont coupes . .312 
Nouveau venu, qui cherches Rome en Rome . .92- 

Nouvelles ont couru en France 22 

Nuit d' ombre, nuit tragique, 6 nuit de'sespe'ree . . . 367 

O bien heureux qui pent passer sa vie , . . .124 
O champs pleins de silence . . . . . 311 

O Dieu, qui les vostres aimez 43 

O douce Volupte\ sans qui, des notre enfancc . . .104 
CEta, mont ennobli par cette nuit aidcnte .... 206 
O folz des folz, et les folz mortelz homines . . ,18 

O fontaine Bellene 65 

O France, quoique tu sommeilles 245 

Oh 1 combien de marins, combien de capitaines . . 241 
Oh J quand cette humble cloche a la lente vole"e . .227 

Oh! que j'aime la solitude 139 

O maison du Moustoir J combien de fois, la nuit . -259 
On diet bien vray, la maulvaise fortune .... 45 
On dirait que le site entier sous un hssoir . . . 347 

On parlera de sa gloire 216 

On vient de me voler J Qne je plains ton malheur ! . . 196 
O qu'heureux est celui qui peut passer son aage . . 80 

550 



O reveuse, pour que je plonge . 
Or n'est il fleur, odour, ne viole 



INDEX OF FIRST LINES 

No. 

Or est venu le tres gracienx moys 12 

^ A Dlonge . ... 338 

, ne violette ... S 

O Socrates plains de philosophic . . 10 

Oui, Tceuvre sort plus belle . ... 290 

Ou nom de Dieu, comrne j'ay dit . , 36 

Ou sont nos amoureuses * 267 

Par dcla Tescaher des roides Cordilleres . . 296 

Pasteurs, voici la fonteinette 119 

Perce* jusques au fond du coeur .... 148 

Pere de doux repos, sommeil pere du songe . 108 

Perrette, sur la tte ayant un pot an kit . . . 155 

Persecute*, present, chass de son asile , . , 200 

Petits dieux avec qui j'habite 197 

Philis, qu'est devenu ce temps 182 

Pleurez, doux alcyons J 6 vous, oiseaux sacre*s . . 204 

Plus ne suis ce que j'ay est6 ..... 54 

Poete, prends ton luth et me donne un baiser . 271 

Pos6 comme un de"fi tout pres d'une montagne . . 282 

Pour ce, aimez tant que vouldrez . . 34 

Pourquoi, plaintive Philomele 179 

Premiers soirs de prin temps : tendiesse inavoue"e . 360 

Priez pour paix, douce Vieige Mane ... 23 

Puis que de vous je n'ay autre visage ... 48 

Puisque le juste est dans 1'ablme .... 244 

Puisque sept p&jhe's de nos yeux .... 132 

Quand ce brave se*jour, honneur du nom Latin . . 98 

id don Juan descendit vers 1'onde souterrame . 301 

219 
35<5 



Quand il paht un soir, et que sa voix tremblante 
Quand la nuit verse sa tristesse au firmament 

nd Thomme te frappa de sa l&che cogne . 291 

nd Louise mourut a sa quinzieme anne*e . 257 

nd Michel- Ange eut pemt la chapelle Sixtine . 281 

3uand nous habitions ensemble .... 250 

land tes beaux pieds distraits errent, 6 jeune fille . 224 

nd vous lirez, 6 Dames Lionnoises . . . 114 

nd vous serez bien vieille, au soir, a la chandelle 61 

nt vient en mai que Ton dit as Ions jors . . i 

L'aux accents de ma voix la terre se reveille . 180 

ic je plains le destin du grand Germanicus . 176 

_ tel charme vainqueur du monde .... 173 

Juel est ce navire perfide 194 

1 fardeau te pese, 6 mon ame . . . . .228 

551 



INDEX OF FIRST LINES 

No. 

Que 1'on jette ces lys, ccs loses clatantcs .... 352 

Que m'impoite quo tu sois sage .... 305 

Que mon fils ait perdu sa depomlle moitclle . . . 1 29 

Qu'es-tu, passant 2 le bois est sombre . f . 246 

Que ton visage est triste ct ton fiont amaigri . . , .265 

Que tu sais bien, Racine, a 1'aidc d'un acteur . . .169 

QiTil soit cncourtmd de brocart ou de serge . . -335 

Qui qne tu sois, void ton mattre . . . . 185 

Qui veult avoir lies->e 47 

Qm voudra voir tout ce qu'ont pen nature . . 94 

Qui voudroit figurer la Romaine grandeur . . ycj 

Quoit tandis que pai tout, ou sincdies ou feintes . . 211 

Quoi ! tu raillais vraiment, quand tu disais : * Je Vnime ' ' . 310 

Quoy qu 1 on tient belles langagietes . . . . 35 

Regarde, 6 Ceres la grande . 88 

Repos e"temel, donnc a cil . . .42 
Rians vairs yeulx, qui mon cuer avez pns . ..15 
Rozette, pour un peu d' absence 123 

Saluez moy toute la compaignie 30 

Sa Majeste Lionne un jour voulait connaitre . , -153 
Sans doute il est trop lard pour parler cncote cVcllc . -274 

Savez-vous pourquoi J^r^mie 187 

Sculpteur, cherche avec som, en attendant Pextase * . 315 

Se souvent vais au moustier 16 

Sic'est fid^ht^, aimer mieux que la flame * . 107 

Si j'avais un arpent de sol, mont, val, on plaine . . . 293 
S'll est un nom bien doux fait pour la po&>ic . . . 280 
Si ma voix, qui me doit bientost pousser au nombic . 105 

Si ne suis, bien le considere . . . . . 32 

Sinostrevie est moms qu'unc joum^e .... 76 
Sire, ce n'est pas tout que d'estie Roy dc France . . 73 
Sire, Thnlene est mort; j'ay veu sa se"pulltue . 115 

Si ton coeur, g6missant du poida de notie vie . . -234 
Si tu peux te xe*soudre a quitter ton logis . . .178 

Si votre oeil tout ardent d'amour ct de lumifcre . 130 

Si vous croyez que je yais dire 275 

Si vous voulez que j'aime encore . . jcSi 

Sois sage, 6 ma Douleur, et tiens-toi plus tranquille , . 306 
Son age e*chappait a 1'enfance ... . . 1 99 

Source dliciense, en miseres profonde . , . 1 49 

Souvent, pour s'amuser, les homines d'e*quipage . , . 300 

Sui-je, sui-je, ani-je belle 6 

Sus toutes flours tient-on la rose a belle .... 5 

553 



INDEX OF FIRST LINES 

No. 

Ta douleur, dti Pe*riei, sera done e"temclle . . 126 

Tandis que le sommeil, rdpnrant la naliue . i/o 

Tant avez fait par voslre grant doulgour . 13 

Tant que mes yeus pourront larmes espandre . . 112 

Tclle que dans son char la Eeiecynthienne 95 

Tel, nu, sordide, aflieux, nourii des plus vils mets . . 329 

Telz que Ion vid jadis les enfans de la Tene . 96 

Tircis, il faut penser a fa ire la retraite . . 137 

Tifaonnant, lisonnant son coeur amoureux sous 341 

Toe loc, toe toe, il clone a coups presses . . 355 

Toi, que j'ai recueilh sui sa bouche expirante . . . 222 

Totajours ce souvcnh m'altendnt et me touche . 208 

Tous deux ils regardaient, de la haute terrasse . . . 332 

Tout aussitdt que je commence a prendie . . in 

Toy qui de Rome emeiveille* contemples . . . 100 

Tu monte& vainement, o vivante maree ... 326 

Un couchant deb Cosmogonies ! ... 364 

Un doulx Nenny avcc un doulx soubzrire . . . 5 2 
Un jour que nous e*tions assis au pont Kerl6 . .258 

Un mal qui idpand la terreui . . , . .160 

Un octoge*naire plantait . . . . . . .161 

Un rare e*crivam comme toi . ... 135 

Un 101 de Perse, certain jour . .... 201 

Un savctier chantait du matin jusqn'au soir . . . 163 

Une grenouille vit un bceuf J57 

Une montagne en mal d'enfant 15^ 

Une nuit claire, un vent glace* La neige est rouge . . 298 

Venez a mon jubile" it 

Versons ces loses pies ce vin . . . . 7 1 

Voici les lieux charmants ou mon ame lavie . .168 

Votilentieis en ce moys icy 44 

Vous m'avez confi^ le petit 11 est mort . . . .361 

Vous parlez comme un Scipion 14 2 

Vous qui aux bois, aux fleuvcs, aux campaignes . 75 
Voyant ces monts de vcue amsi lomtame . . - ^ 55 

Y avait un' fois un pauv 1 gas 34 



553 



PRINTED IN GREAT BRITAIN AT THE UNIVERSITY PRESS, OXFORD 
BY JOHN JOHNSON, PRINTER TO THE UNIVERSITY