(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Biodiversity Heritage Library | Children's Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Le mystère de Sainte Barbe; monuments de la langue bretonne"

PURCHASED rOR THE 

UNIVERSITY OF TORONTO LIBRARY 

FROM THE 

CANADA COUNCIL SPECIAL GEANT 

FOR 

LINGUISTICS 



ARCHIVES 

DE BRETAGNE 

RECUEIL D'ACTES, DE CHRONIQUES 

KT DE DOCUMENTS HISTORIQUES RARES OU INÉDITS 

PUBLIÉ 

PAR ^ 

LA SOCIÉTÉ DES BIBLIOPHILES BRETONS 

ET DE l'histoire DE BRETAGNE 



TOME III 
MONUMENTS DE LA LANGUE BRETONNE 

LE MYSTÈRE DE SAINTE BARBE 



Deuxième partie 
DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 




NANTES 

SOCIÉTÉ DES BIBLIOPHILES BRETONS 



ET DE L HISTOIRE DE BRETAGNE 



M. DCCC. LXXXVIl 



LE MYSTERE DE SAINTE BARBE 



DICTIONNAIRE 
ÉTYMOLOGIQ.UE 

DU BRETON MOYEN 



»5 



ABREVIATIONS 



B. — Mystère de sainte Barbe. Le chiffre indique la strophe; suivi d'an astérisque, il se rapportée l'édition de la Bi- 

bliothèque Nationale. Deux nombres unis par un trait d'union signifient que le mot se trouve entre deux 
strophes, dans une indication scénique. Au commencement des articles, B est sous-entendu. 

C. — Catholicon. C ms. manuscrit latin 7656 de la Bibl. nat.; C a, éd. de 1499, Bibl. nal., x 1429 -)- ^- a ; c'est 

celle qui a servi à l'édition Le Men ; C b, éd. in-40 ; C c, éd. de 1 622, cf. Revue celtique, I, 3g5, Sgô. 
H. — M iddle Breton h'ours, edited... by Whitley Stolies. Calcutta, 1876. 
J. — Le grand mystère de Jésus... par le vicomte Hersart de la Villemarqué, membre de l'Institut. Paris, 186Ô. Le 

chiSre indique la page, b la deuxième colonne. Dans cette édition, 1';/ consonne est transcrit v (Préface, p. VIII). 

Jér. — Prise de Jérusalem par Titus (d'après D. Le Pelletier). 

M. — Le Miroiter de la Mort, en Breton... imprimet è S. Frances Cuburien, i575. 

N. — Vie de sainte Nonne. Le chiffre indique le n' du vers, d'après une nouvelle édition que j'ai préparée et qui pa- 
raîtra prochainement. 

NI. — An novelou ancien ha deuot... ymprimet e Qvemper Corentin... MDCL. Le chiffre indique la strophe. 
P. — Poèmes bretons du moyen âge, publiés... par le vicomte Hersart de la Villemarqué, membre de l'Institut. Paris, 
1879. Le chiffre indique la strophe. 

Z' — Grammatica celtica, 2» édition, Zeuss-Ebel, Berlin, 1S71. 

Dans ce dictionnaire, la lettre j' vient après l'i; et pour la place des mots qui contiennent i clj, u et v, on a eu égard, 
non à leur orthographe, mais à la prononciation ; ainsi i et « représentant les sonsj et v se trouvent après i, j,y, et 
u, V, représentant les voyelles i et u. 

Pour les références au vieux breton, voir le Vocabulaire vieux-breton de M. Lolh, Paris, iS83. 



DICTIONNAIRE 



ÉTYMOLOGIQUE 



DU BRETON MOYEN 



A 



I. A. ah ! ô ! 3i, SSy, 726, J 182, igb; a dea / B 570, 5gi. A semble un signe celtique de vocatif dans a 
feunten, B 256, a Deiiy, N i025, cf. vieux gallois a, ha, vieil irlandais, a, â, ha, comique a, = gr. S; mais 
dans la plupart des cas, le moy. bret. a, ha, vient du français ha ! de même que le bret. moderne ha, qui 
n'adoucit pas l'initiale du mot suivant comme le font les mots celtiques ci-dessus. 

a. A. de (génitif et ablatif latins), 5 ; ej- eo a tut prudant elle est (née) de parents sages, N 206; a se 
[exempt] de cela, J 127; là-dessus, J 2o5 ; [plein] de, N i5/; [pourvu] de J 6 b ; a vn opinion, du même 
avis, N 191 ; just a guer hac oberiou, juste en parole et en actions, J 1 19 b ; a ba^ ho la^aff, les tuer avec 
un bâton, N 1917, on dit aujourd'hui gant eur vaj- ,• an mestr a scol, B 82-83, auj. ar mestr skol ; H ; P ; 
écrit à, 5*, 79*-8o*. Prép. contractée dans ann du, am de mon, a^ de ton ; supprimée devant les autres adj. 
possessifs ; on a pourtant an materya hoprophecion, lisez -ou, J 234 b. Pour sa forme avi.-c les pron. personnels, 
voy. ahanen, ane:;aff. Elle forme des expressions adverbiales avec des noms ou des adjectifs auxquels on l'unit 
quelquefois en un seul mot dans l'écriture : a stat, a treux, aneuej. L'affaiblissement de l'initiale suivante 
est qqf. noté : a:je^ en de:;, de jour en jour, Ca ; il est prouvé par la rime intérieure dans tomniAFF a }iat, 



ir)2 DICTIONNAIRE ETYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

B 370, prononcez comme aujourd'hui a va/, (pour) de bon ; voy. aba, agoe^. A a qqf. un sens partitif : doe 
a daiivej, qui avait du bien, P 44 ; de là des locutions analogues au fr. rien du tout, comme den a neb lieny, 
nul quel qu'il puisse être, B ; cf. ne deux a nep re, il n'y a personne, J 68, ne gra... a nep bech a pechet, 
il ne fait point de péché grave, N 562. A reste tel quel devant Mn a : a Alexandry, B 162. En Léon, on dit 
qqf. dans ce cas ac'h qui semble ancien, cf. ah-an-ouff. La forme ab dans Joseph ab Arimathya, P43, est pu- 
rement latine. V. br. a, corn, a, gall. o. a, oc, vannetais a, ag =•■ lat, e, gr. èx ; v. irl. a, as, léon. a, ac'h = 
lat. e, ex, gr. il, gaul. ex.. Voy. eh-affn et eux. L'a et \'o viennent peut-être d'une confusion avec* a{p)o. 
Cf. Rev. celt., VI, 45. 

3. A-pron. rel., qui, 19, J. 9; ne forme qu'une syllabe avec la voy. précédente, dans netra a ve, quelque 
chose qui soit, J 9 ; se sous-entend : un tra so, une chose qui est, B ; ce qui ; s.-ent. : chetu so, voilà ce 
qui est, B ; que, N 292 ; ce que : chede arry (de a gry) voilà ce que tu feras, B 730 ; a querhet, ce 
que vous voudrez, J 45, a queret, ce que vous voulez, N 1 147. En bret. mod., a, dans tous les sens ci-dessus, 
adoucit l'initiale suiv. V. br. a, qui, v. irl. {s)an, a, -n, ce que, qui, que, corn, a, v. gall. a ; M. Rhys a montré 
en cette dernière langue des traces de l'ancienne consonne finale, probablement n. {Revue celtique, VI, 
51-57, cf. V, 462.) 

4. A particule qui se met entre le sujet ou le corapl. direct et ie verbe, dans les prop. affirmatives, J 3 b, 
P, H ; à, i3i*. Adoucit la consonne suiv. : Ne gonn en noar pe^ a graff, N 20, prononcez a raff ; ara ; il 
fait, J 9 b; voy. raff, alla/, ve^aff ; redouble qqf. la cons. suivante : ... assello guis, cherchera le moyen, 
B 728 = a s. ; cf. arry {a 3) et affaut. Ne forme qu'une syllabe avec la voyelle précédente, dans petra a 
hoarffe, B 746; A te a anaffe (.4. syll. en tout), P 232 ; se sous-entend : autrouniej... so, B 33. Se combine 
avec les pron. personnels, dans ain, a{, an ; se supprime devant les autres. V. gall. a, corn, a, originairement 
le même mot que a pron. rel.; ann doiir a verv, ' l'eau bout,' veut dire proprement '(c'est) l'eau qui bout. 
Le patois gascon emploie de même son pron. relatifs. — Lisez (Mei ayel, J 184 b ? 

5. A particule identique à la précédente, dans les phrases interrogatives avec conjugaison personnelle, a 
cleuet kuy? 771, a guelet huy ? G5o, a queffethuy? ijb, cf. ha gleva^-te, as-tu entendu, Bar!(a:(-Brei^, VI 
si cette expression doublement archaïque (on attendrait a glevjoud-te) répond bien au gall. a glywaist ti? 
L'a est supprimé dans cleuet huy, B, cf. gwela^-te, as-tu vu, Barj.-Br., VI ? 

6. A est-ce que...? devant le sujet : a te cleu ? 697, a huy... à cleuas ? i3i*, a me... a fallas quel ? 46 ; 
J 74, N 5o3, 667, i5i7, H ; devant l'attribut : a quen strij en hent ? le chemin est-il si étroit ? J 62 b ; avec 
négation : a me nam eux lech ? n'ai-je pas lieu } i ix ; a ne cleuet huy ? B 395, a nen deu ? 283, 467, a nen 
douchuy ? 642, a ne domp ny ? 589 ; J. 2 1 ; voy. an. Si, interrogatif entre deux verbes : da goujout a den... 
he guelse quel, B 365 ; N 182, J 28 b, 2o5. La forme complète est ac devant une voy.; cependant on a aeff... 
a e^neu .' B i33 ; c'est le même mot que le suivant. 

7. A. et, 328? J I 3, N 23i, P 43 (cf. Le Pelletier au mot crê) ; devant une voy., dans a ealej, et les 
anges, P 27S ; écrit ordinairement ha, hac. 

8. A il va : eja 489, mar da, 79*, N 3i3, P ; oll gant an mate^ cj a, la servante l'emporte tout, J 201 r 
ma fa masae me guynihuy ? où emportez-vous ma robe ? J 104 b, litt. où va ma robe avec vous ? tournure 
encore en usage auj. Goa^ oj goa^ e^a diff je vais de pis en pis, N 1 1 1 1. Gall. a, corn, a, = * agi, gr. 
ifti, irl. ato-m-aig, cf. lat. adigit me ; voy. ya et aff. 

9. A pour a^, de ton, H 1 1, cf. vann. ha, ha ç- ton, de * ah = *ath ? La prononciation a pour a^ est encore 
attestée par le vers gra goap az port, a^ sort ordur, P 241, cf. pour les rimes a stryff, iffam, jlam dy amour, 
P 239. 

10. A pour a^, te : me a pet, je te prie, P 222 ; tréc. me a pet, id., me a pade = léon. me a^ pade\, je te 
baptise. Il faut aussi admettre la prononciation a, à cause de la rime, dans Maria me a^ pet, N 743. 



DtCTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON AfOYRN igS 

II. A. pour (TU, le, devant r : a re man, ceux-ci, N 1517. Le P. Maunoir écrivait en un seui moKare, 
ceux ; on trouve ar devant r, H p. 53. Voy. a lech se. C a, anrearall, les autres Cf. Rev. celt.. 1 1 i, 396. 

i%bn, J 17.3 b, aban J io3 b, 452*, n: ban B 3-27, ^= a pan B 248, 6ôq, J 20 b, 142 b, N 1945, NI 392 
depuis que, litt. ex quando ; auj. aba. 

il..l>ndes, abbcsse C, du lat. abbatissa ; abat, abbc C, Vie de S. Gwennolé (Le Pell., s. v. caior) :, 
cartulaire de Landévennec, abbatt, du 1. abbatis ; abaty, abbaye, N 164, I72^, C. abatti, N 1948, abbati 
N i883, abbaty N 1788, de abat qX. à& ti, maison. Auj. id. Cf Rev. celt., iii, 397. 

A.baCr, timidité, peur, émoi, scrupule, heb — 264, 364; hep — P 1 17 ; NI 3o8 Mf 58 v» hep — quet, 
P 127, hep nep — B 191, Jér. On ne trouve que l'adj. abafT, étonné, embarrassé, dans J i83, 217, N 1740 ; 
couard, pusillanime, C ; abaf., effrayé, H, cf. abaff, humble, abaissé, NI 436. C'est aussi le seul emploi du 
mot en bret. actuel. L'abbé Henry, dans sa liste de mots peu connus, donne c abaf pe ambaf, étourdi, 
niais, timide.» {Kanaouennou santel, 1S42, p. i.) Tréc. aboff, haut Léon abaf. j^bafH, étonner, Jér., 
abaffet, étonné, N 1 1 10. Emprunté aux langues romanes ; en poitevin abaffé, cbaffé. 

i%.baîssatf*, j'ai honte (de dire), N 676; ahays (3 syll.), il étonne, J 610, abaisset, ébahi, B 540-541, 
abays.^et (4 syll.), id., J 2i5 b ; abaisset, a esbahi, » Ca, Ci. Du fr. ébahir, comme achap de échapper. 

A.bîs.ntlon : Nep ho em—egloutony, ceux qui s'abandonnent à la gourmandise, J i 3, abaitdoiias, il aban- 
donna, J 129, abandonet, abandonné, désolé, B 'igi,i i65 b; abandonne!, NI 180, du fr. 

i%.bar'<lahez, 4 syll.. soir, J i56, abredahe^. 4 syll.. J 202 b ,■ chede an dej abredahe-j clos, voici que 
le jour a tout à fait baissé, J 208 ; abredahe^ eu ane^y, c'est le soir, J 161 ; abretdahe^, C. Lton. abardae^, 
m., trécorois abardé, haut cornouaillais aberde {Bar^a^-Brei^, 387). Peut-être pour 'aprethaej, d'un verbe 
*apretaat, voy. apret. La dernière syllabe se confond qqf. en bret. moderne avec deij jour, par < étymologie 
populaire. » Le ^ devait être doux. Le P. Grég. et Le Gon. donnent aussi pardae'^. 

i%.barz em couraig, dans mon cœur, J 191 b ; abar:^, dedans, P. var. ebarj ; abar{ et ebar:^, C; a parj 
avant (deux jours) N 778 ; vann. abarh. léon. ebanf, [dijabar^, dans, abar^ avant; v. br. guparth, remotus ; 
gall. (s)parth. m. côté, Rev. celt. II, 333, irl. -scert, -scerdd. 

Abassat dan cas —, étonné de cet événement, NI 267, pour abaisset ? 

Abec, cause, raison, 118, 337, J 35 b ; Ca, Cb ; oar — , afin que, Jér. Léon, abck, m. cause ; abéki, 
abégi, contrefaire qqn. M. Perrot, Manuel... des écoles primaires..., livre de l'élève, p. 74, donne abeghi, 
blâmer, prétexter. Cf. v. irl. adb.ir, glossaire d'O'Ciery aba, cause ? 

Abece, alphabet ; abeceei*, qui apprend ses lettres. C ; du fr. abc. 
Abel, B 692, C, Abel. 

Abeuffi"ïêî*, abreuver, part, abeuffret, C, du v. fr. abeuvrer ; abftufffBeeh, abreuvoir, C, de lech. 
Ablioniinabl, abominable, 325, 492,736, abominabl, Ca ; aboniînabiclet, abomination Ca. 
abhoniinabldet, Cb, Ce, du fr. 

Abîl, habile, habilement, 61), P, C ; (rit) bien choisi, N 6o5 ; avec raffinement, J i23 ; sagement, N 5Si ; 
abill, B 31(1 ; comparatif ttèz'/oc/i, sup. abilaff, Ca, Cb, Ce, abillaff, abilhaff, Cms ; du fr. 

Abini, 325, J 97 b, NI 335, C, abym, J 11, 125 b, NI 137, abism, Cms, abîme; abîineS:, abîmé, pré- 
cipité. Doctrinal archristenien. Nantes, 1616, str. 20 a: \in Diatog entré an ael, hac ar pec'heup-, qui semble 
plus ancien ; du fr. 

Abit, habit, N 157, C ; un — a humanité, la forme humaine, J 23 ; abîtafT, et habitaff, Ca, habiter ; 
p. abitet, Cb, Ce, du fr. 



194 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

A.I>ois, 3 syll. : bout — de prison, être soumis, sujet à sa prison, 563. Du fr. obéir; voy. obotssaff, vann. 
aboeiseiii, et. fournis do fournissaff. 

A.I>ondancc : da — , et de plus, 473 ? abundancc, abondance ; abundafl*, abonder, C ; du fr. 

iVbonn mardi, fiente de cheval, Ca, abon mardi Cb, abouti mardi, Qms, léon. abouti, gall. ebodn, ebod. 
De ep(os) cheval, voy. ebeul, et d'un mot correspondant au gr. ovôoç. 

i%.bostol, apôtre, P, C ; apostol, N 53 ; pi. abestel, B i83, 348, 677, J 5o b, 5i, ign. N 91, P ; abestell, 
P 24, ehestel, NI 112 ; npostolic» apostolique. Ce, appostolic, Ca, du lat. apostolus. Le pi. est auj. 
ebestel. 

;%Lt>osto1, épître, C, pi. abostolou Cms, B i53* ; «bostoler, f épistolier, >> C. Du lat. epistola, sous 
l'influence de abosiol ; car on attendrait *estol, d'après escop. — i%.bT>ahani, .Abraham, H 18. 

i%.bi*»nt, f. sourcil C, an nyou-abrant, B 455 ; an diou abrant, NI 41, Cb ; abrantec, qui a de 
grands sourcils, C. Auj. abrant, i; corn, abrans, vcioy. irl. pi. abrai! et dû brûad ; macédonien àSpoureç, 
cf. gall. amrant, m., paupière ? Voy. bleu. 

AVir&mstn, maintenant, N i ; dès maintenant, B 83, N 47; désormais, N 383 ; voy. breman. 

Abry, abri, demeure, séjour, 491, J 142b; protection J 38 b, 140 b; en un — , (amours) réunies, J 27b; 
e drouc abri, en mauvais état, N 1897; de abry, à sa maison, NI 76, e pep abrj; NI 546 ; du fr. 

i%.bsant, absent, J 189 b, C; absence, absence Cb, absence Ce ; SittsenttxîT, absinter, Ca, 
absantaff. Ce, absantif, s'absenter N 542 ; du fr. 

Absoînaf, j'absous, N 1260, absoluaff et assolff, absoudre, C, p. absoluet, C, fut. absoluo, N i32i ; 
absoluenn, absolution, N 1257, C, absoluen, P; du lat. absolvere. 

iVbstîiîaf, pratiquer l'abstinence, N451, abstinaff, « abstiner, » C, maf abstiny /diou^ g"'"}, N 635; 
abstiuanc, N 633, abstinancc, N i23i, C, abstinence; du fr. 

A.bu8, tromperie, beb — , 18, hep — , J i5i b; abus, il trompe, J 140 b, N 638 ; oaf abuser, B i25 , 
p. abuset, B 604, 728, J 200 ; nen em abusse, B 343, auj. abusi (actif) ; cf. ar Goat predus ec'heux... abuset; 
Doctr., Dial. 12; abusion, tromperie, B m, 553, 74S, J lôS, C; du v. fr. abiision. 

i^c, dev. une voy., est-ce que : ac an nor a yoa digoret ? i 2ij ; ac evalse Ej respontej? ] yy ; ac eff 
so quel, est-il, B i33 ; ac eff so hoarue:;et netra, B 37 1 ; ac eff a fell muy diliuy quen .5" J 49 b ; ac eff so muy, 
y en a-t-il encore ? N 1 132. Si, entre deux verbes : ne onn quet... ac an doeou... am pardonhe, B 742, res- 
pont. . . ac ahanode e^ prejegue, J 1 04 ; leueret. .. ac e/ so ho^ esper, N 1 94 ; leueret ac eff so quet ma merdi. . . 
disquet, B 99 ; cf. N 828. Ce dernier sens est le plus primitif; dans l'interrogation directe on sous-entend un 
mot comme daoust, savoir (si), souvent exprimé en bret. mod. Le sens propre est >■ et » ; voy. hac. On voit 
par les exemples comment eff a formé peu à peu avec ac une locution conjonctive entre deux verbes ; auj. 
hag-lien. 

A.CC, beaucoup, tout à fait, 100, P, aç, Mf 8 v° ; ace disaec^on, J 1 3 ; buhan — , N 2o3 ; — a grâce, N 119, 
trugarecat —, J 40, ne gon — , J 27 b, men cret — , J 87 b. Le sens propre était « assez » ; Uffrinj — , N 270; 
par/et — da, assez sage pour, N 198; muy eguet — , extrêmement, B 466, cf. « assez et plus qu'assez n 
Amyot, Solon, V; punisset ace, J 1 12, = acecc blecet, J 1 1 1 b ; ascc, assez, C. Ecrit aç, aç!(, par le P. Grég. 
et ac, J 99 b. C'est une abréviation de acecc, cf. ac acecc eu, c'est bien assez, J 99 b. Le son de c doux, ç, ce, 
Cf, c:{c, fc, n'était pas le même que celui de s, cf. les rimes iras, acc, dil\cc, digxcas, J 87 b. Le P. Grégoire 
de Rostrenen, au commencement du XVIIIe siècle, dit que dans aç, etc., le c est un 5 prononcé plus forte- 
ment qu'en français, et que ç^- équivaut à ss. Au;, les sons f et s se confondent comme en fr. 

.A.ccent, accent; accentaflT, « accenter» (accentuer), C; du fr. 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 1^5 

Acceptab!, J 3o, 55 b, acceptable; e îicceptîif, l'accepter, m'y résigner, J 46 ; du fr. 

A.ceî«lent, accident; aecidentnl, accidentel, C& ; du fr. 

Accomplissairij, acquiescera, 735; acomplissaff, accomplir, Sg ; n.10 mis... fournis acomplisset, 
NI 424 ; du fr. 

Accoquînet, dérobé, retenu par fraude, N lûjj ; du fr. acoquiner. 

Accord : a un — , d'un commun accord, 29 ; accord, Ci, acord, Ca ; accondabl, « acco-dable, > 
canaff acordab'., chanter d'accord ; aceondafiT, Ce, acordaff, « acorder ; » accordanec, concor- 
dance, Ca ; du fr. 

AccusafT, Ca, accus, Ci, accuser ; prétérit, «cf/^sjs, J 120 b, éJ. 1622, i57;p. acc!;sf; CJ ; accusa- 
tiflr, accusatif, C ; accusation, accusation, J 121, éd. 1622, Ce; accuseui*, accusateur, f. accii- 
seres, C ; du fr. Voy. achtis. 

Accutumancc, Cb, f VI b. Ce, accoutumance ; du fr. 

Acecc, assez, J 99 b, 108 b, m b, ac^ecc, J i 55, a^cc-^c, B 56/ ; asecc, ascce^, Cb, a^sei^c. Ce ; vann. 
ac^és, P. Grég., asséss, dict. de l'A., assez; du v. fr. açeç, beaucoup {Romania, I, 166); auj. i assez» . 
Voy. ace. 

Acll, ah! 173, J 3i (étonnement), N 1 14 ; hélas! J 14, N 92 ; ach ! autrou Dos, P 28, ach Die, B 173 » 
ah, N 77. Gall. moy. ach (pour appeler), corn, ogh, hélas ! ogh govy, ah ! milheur à moi, cf. ach goa me, 
N 1657, J 126. En V. irl. ueh, moy. irl. ach., hélas. 

Achaeson : hep — , sans motif, 218* ; probablement par ch français ; du v. fr. achoison, occasionem. 

AclîantaO*(c/î fr.), enchanter, C ; acliantoui*, enchanteur, sorcier, J 76 b, C; f. achantoures, C; 
acliaiîtenez, enchantement, Cb, Ce; du fr. Le Ca donne en fr. ach.inter, achantcur ; cf. arragiaff. 

Acliap [ch fr.), échapper, J i65 ; hep achap, sans qu'il put échapper, NI 355 ; da—, te délivrer, te faire 
échapper, J 112b; achap, il échappe, B 397 ; Mf 4 ; mar achape, B 4o3, rac n.i acliape, J 70 ; p. achapet, 
J 216 b ; vous échapperez, J iG5 b, fut. achapy, B 7o5 ; prêt, achapis, 3oi ; du fr. 

Acliîflr(c/z fr.), fini, C, achiu, N 1371, 1700; acheff, Cb ; achieff, entièrem^-nt, Cb ; aehiff fournis, tout 
à fait fini, Ca ; acbîuaf, achiuaff, accomplir, Ca, acheuaff, Cb, aehiffaff, Cms ; achiuaff, B 242 ; aehief 
(ici), finit, J 237, P, achifher, qu'on achève! J 54, aehefheur (rime en er), (où) s'achèvera, J 21 b; achiuet 
(prononcez achivet, rimes B 197, J 43 b), achevé, fini, B 786, N 1281 ; accompli, N 1702, J 3o b,43 b, NI 5i, 
aeheuet, Cb ; achiuet beu, B 283 ; acheuus« " explectif ou finitiff, " Cb, acîieuadiii", ■■ antie- 
reté, » Cb ; acliiuanient, accomplissement, Ca ; acheitament, Cb ; du fr.; le Calh. écrit « achiver ». 

Aclius, accusation, J io3, prob. par cVz bret., d'un verbe *achusaff, tiré du latin accusare. 
Acoliâtet, rendu acolyte, N i686 ; acoîît, acolyte, C; du fr.; cf. vann. juistr = jésuite. Akolist, 
garjon, compagnon, Troude, dict. fr.-br. 9 1 5 b ; acolist, Sermon grêt var maro Michel Marin, Guingamp, p. 44. 
Acostez, de côté, en un lieu écarté, 220*. a cosle^, Ca ; léon. agostej, voy. costej. 

Acquêt : dre —, avec soin, 107, par ruse, 364, dre guir —, 176; en — , avec souci, J 3/ ; du v. fr. 
aguait, attention vigilante, pi. aguets (M. Thurneysen); cf. léon. akuiletenn, du fr. aiguillette. A dre acquêt, 
comparez : « soupçonné d'avoir /»ar aguet fait mourir Tatius. » (Amyot, Numa Pompilius, IV.) 

Accfuîte, il justifierait, 748; accuitaff, payer, récompenser, N 1372, accuitaf, absoudre, délivrer, 
J 36 b, acuitaff, Ni 287, v. i, acuytaff, NI 2S7, v. 3 ; dem acuitaff, pour se sauver, NI 442 ; acuitaff, se faire 
absoudre, N 356; s'acquitter de ses obligations, N 157; do em acuytaf, pour s'acquitter de leurs engage- 
ments, J 214 b ; acuytas, il délivra, J 128 b, var. a cuilas, rime en et, J 1 17 ; e^n acuytas, se sauva NI 199 ; 



jq6 dictionnaire étymologique du breton moyen 

acuiiet, acquitté, B 712, acuytet, i 182 b, acuytet, soustrait au danger, délivré, NI, 71, 73 ; a poanyou... 
hon genre aciiytci, NI 240; acuytat, fut sauvé, NI 277 ; 3 syll.; du fr. acquitter. Vu se prononce encore 
en brét. 

A.Ci*enii, entièrement, tout à fait, absolument, N 352 ; a crenn, N 240, a cren, P 140, cren, P 182, 
crenn, P 76, 162 ; auj. a-grenn, krenn. Voy. crenn. 

Actif, activement, J 54; (justifié) par l'événement, J 43 b ; action, action; actionic, petite 
action, Cb ; actoi", acteur, C ; actuel, 3 syll. : vice — péché actuel, NI 1 15; du fr. 

Acuyt, exemption : Diou:^ pretiet douen —, (1') exempter des vers de terre, Mf 7 v». Voy. acquite. 

i%.czoupai1*, choper, C ; du v. fr. achopper, assouper, h. Léon assoupi. Açjoup, achoppement, Grég. 

il^dal, depuis, H 53. — nta^, dès que. Ni 68, 628 ; léon. adal ma. Voy. tal. 

AdsivOLf Adam, J 4, C, NI 405. Adam rime à cafuoe^, P 5, et P i à condampnet, cf. elianfîn coiidamnet, 
P '.Si, ce qui témoignerait d'une pron. adaff. 

Acîai'ï'C, 3q3, J 72, 87 b, P, C ; a darre, NI 443, B 326, à darrc, 326*. de nouveau. Auj. adarre, = 
V. irl. aithirriuch, àaiii àc aitherrech, répétition, répéter, moy. irl. aitherracht, il répéta, prés, 'atesregû = 
ate-ex-regù, cf. v. irl. eirgitn, je me lève, lat. e-rigo, v. gall. *ciream. Rev. ccU., VI, 26-29. La suite des 
idées a dû être : relever, reprendre. Voy. heure, hapiat. 

Adeo adiu tna mab Devy, N 1074, 2 syll., adieu, 1^ 107?, 3 syll.; N 139 et 728,2 syll.; à dieu, 2 
syll. Mf 3, adieu ; auj. adieu (et ada, terme enfantin) ; du fr. 

Adevry, sérieusement, J 208 b ; avec autorité, J 3o b; adevry mat, J 23i b ; goelaff a devry, J 3, a 
deury, NI 478, a deuri, N 5i4, iT deffri, N 1440; expressément, B 420 ; a deffry, var. a devry, P 55, deffri, 
V "ji, deffry, P 263; deury, NI 485, deuffry, NI 5oi ; auj. a-\evri, avec attention, corniq. diffry, gall. 
difrif, sérieux ; irl. deithfireach, pressé (Stokes). 

A.clîal>ell, de loin, Cms, J 88 ; tréc. id. Voy. pell. 

AdîSarcl», après, par derrière, Ca, adilerch, Cb, de a de et dilarch = di-Lirch, trace, à Sarzeau larh, 
léon. lerc'h, corniq. lerch, lyrch, gall. llyr, irl. lorg, m. 

A.dit. A diouch a vuhel an Eal mat da Doue cannât un — -4 reuelas c/o.s d^r Joseph bout Herodes en 
despit, NI 430, un jour (?). Peut-être du lat. aditus, dans le sens vague de son synonyme antre. 

A.dmîsîïstï'aflr, administrer, C ; du fr. — Adoc-cam, peu à peu, Doctrinal, Dial. i, \oy. doen. 

Adolecentet, adolescence, C ; du fr.; avec le suffixe ■tet = lai. -tâtis. 
A.donay, 4 syll., 0^ cana, o — NI 430, Adonaï. 

Adoplafl", adopter; adoptîft', adoptif ; adoption, adoption, C^, Cb, Ce; adopcion, Cms ; 
du fr. — Adoi-ont, ils adorent, rime en or, vers prob. du XVI" s. sur une bible à M. Milin ; du fr. 

Adreff, par derrière, en arrière de, N 485, P 42, C; a dreff, B 479, P 128; adref, J i56 b, N 484; 
a dref an cle^ef se, au revers de cette épée, N 1451 ; tréc. adrenv, léon. adre, de a et "treffdos, cf irl. druim. 

Aduerb, adverbe, C ; du fr. 

Aduerser, adversaire, J 69 b ; aduei*site, adversité, C ; du fr. 

Aduertîssair, avertir, Ca, aduertisaff. Ce, aduertisydy, avertissez-les, N 1408 ; prêt, avertissas. 
J 197 b ; du V. fr. advertir. 

Aduocades, avocate, 810, P ; NI no; auocat, avocat, C, aduocat, Ca, Cb (au mot abec), plur. aduo- 
cadet, N 1494; aduocaascy, intercession, N i339, aduocaty {rime en ace), NI 5i8. Auj. alvokad, avocat; 
du V. fr. advocat. 



DICTIONNAIRE ETYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN I97 

A.e (i syll., comme cela a toujours lieu avec cette diphtongue), il allait, i3, 445*, léon. ac, ea, moy. gall. 
aei, corn, ce = *age. Voy. aff. 

A.edy : ej- —, il est, NI i5i, pan —, puisqu'il est, N 472, 53 1, 1777, ma:^ aedy an mylet, où sont les 
animaux, NI 287, aedo, il était, N 1780, me aedoae (2 syll.), j'étais, N 533, pan aedoff, quand je suis, N 33t ; 
1884, e^aedouff, je suis, N 1857 (rime en oh) ; pan aedouch, puisque vous êtes, N 1324. Voy. edy, ameur. 

Aesr", aigre et « aigreté, » Cb ; aegraflT, aigrir, C ; aegrdei', « aegreté, » Ce; du fr. Le Cath. 
écrit « aegrir. » 

i%.el, ange, B,N i, J 69, P, C ; eal, NI 332 (rime el), plur. ciele^, B 327, 724, J 74 b, N 1364, Nouel. 1 1; 
ealeif, P 278, NI 33o ; ale^, B 322, 322* ; aelic, petit ange, NI 36. Auj. ael, eal, él, plur. ele^, aele, corn. 
ail, pi. eledh ; du lat. angélus, d'où gall. angel ; cf. v. br. aior, auj. eor, ancre, du bas-lat. "angora. Aelej 
rime en et, J 98 ; cf. tréc. elet. 

/kenep, contre, J 79, J 66 b, 93, C, a enep, Cb, s. v. assaut, B 410, H i3; auj. a-enep. 

i%.enn, j'allais, N 1145 ; auj. aenn, eann, énn = gall. aivn. Voy. aff. 

1. A.ei*, l'air, 106, 35o, 5S4, J i3 b, 23i ;N1 228, P, C; ear, NI 141, ('rime en aer), Cb, auj. aer, ear, ér , 
dufr. 

2. Aei", héritier, 34, 216*, C, hear, Cb ; plur, aere:^, dans quel aere^, cohéritiers, Ca, qiietarej, Cb; 
fém. aères, B 35, 732; aei*aig, héritage, J 96 b (var. heritaig); du v. fr. hoir, cf. achaeson achoison. 

3. A.©!*, on va, H, gall. eir, = *agi-r. Voy. aff. 

A.ei*en, lier, 396, J 58 ; e aeren tenu, (s.-ent. il faut) l'attacher bien, J 107 b, var. eare'n; eren, C ; p. 
aereet, 3 syll., B 535, J 126 b, io3 b, var. ereet ; ère, licou, C ; léon. eren, lier, p. ereet, ère, lien ; vann. 
ariein, ariet, art ; tréc. erein, lier (des fagots), kevre, lien de fagots, m., pi. kevreo, de *com-re. La prem. 
syll. de aeren doit être une prép.; voy. ery. La syll. re, ry, ne peut guère correspondre au v. gall. ruim, 
Rev. celt., I, 95 ; cf. plutôt irl. airgithir, il est lié, O'Donovan, suppl. à O'Reilly ; v. br. ac-i(n) — ri(g)- 
tniniou, seratu, v. irl. (ad) — riug:=''ate-rigH ou. * ad-rigû, je lie Z^ 428 (cf. rcn, conduire, p. reet, rac. reg). 
De • a'^rcn ? Voy. baelec. 

A.©8, écrit ae!^, 383, aisément, certes; àes, 383*; aes, à l'aise, 525, ays, Cb ; aes, heureux, 732, N 898, 
commode, N 1394, i5i4(désir) satisfiiit, N 241, aisément, doucement, N 1912, P ; aise, Ca, commodité, occa- 
sion, N i58 ; aeset, tranquillisé, N 688, 1266 ; n'en doa quel acset (lis. aeset], NI 406, ce n'était pas aisé; 
aesîl>l, faciL', aisé, J 65, 220; du fr.; v. fr. aisible. Superlatif, aessaf : brases aessaf, dans un état de 
grossesse avancé, N 6S2 ; l'idée est la même que dans le fr. « embonpoint. » 

I. A.©t, allé, 204, 344, J 94, 210 b, N 1 17, 328, 1664, P ; aet eu... digucnef, (mon oreille) est tombée, 
J 74; aet omp, nous sommes devenus, N 1740 = "agatos; 2. aet allez J 2o3 b= * agite ; 3. aet qu'il aille, 
B 244, J 104 b, P ; aet gueneoch, J 1 18 b, aet car e scoacc e fallacou, N 1644, =* agato. Voy. aff. 

Aeiir (2 syll., rime en e et en ur, N i3i7), heur, bonheur; dre — , heureusement, N 955, avec plaisir, 
N i'i\y, dre e — , dans sa grâce, sa bienveillance, N ioi3; dre da — , N 1160, 1201 ; a eur mat, bonne 
chance à, N 1059 ; ma aeur, mon état (de femme enceinte), N 483 ; aeui*us, 3 syll., heureux, N 702. 
Voy. eur. 

A.©z, il alla, 809, J 181 ; ej- ae^, B 127, 181, NI i65, mar dae^, var. mar ae^ J 194 b; ae^ P ; gall. 
aeth, irl. -acht = *ag-ta. Le t peut s'expliquer par le même suffixe qui se trouve dans xÔtc-tio ; lat. nec-to, 
a.\\. flech-ten ; ae^ est contracté en e^ dans an den... ayej P 104, = aye^, avccy euphonique ; cf tne aiel 
j'irai, P 21, a yoae qui était, P 106. Voy. deu:;, aff. 

i%.f, J 70 b, aff, C, un baiser; afet, verbe, baiser, Cj, affet, Cb ; afvet... doj dou dorn, inf. J 46 b ; pe 

26 



iqg DICTIONNAIRE ETYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

da ej eu a/et (celui) qu'il a baisé, J 70 b ; prêt, en affas P i3i ; var. en effas P 80 ; Of affi/P 79 ; do corff... 
ej afif i i6o b ; an den... ma:( afifme... dejaff J 70 ; de^y... me affo, B 264; corn, amme, du lat. amare. 

i. AfF, je vais : e:^ aff 126, P ; e^a/B 126*, e^aff 782 ; je deviens (malade, fatigué), 408, 467 ; e:{afw.e 
vais-je, irai-je, J 124 b, ma ^af où je vais, J 20 b ; ej af/all je deviens faible, N 860; ma:f aff si je vais, 
nen daff P 42 ; auj. an ; de *aam, 'agami ; sanscr. ajâmi pousser (Stokes) ; irl. aig, va ! = lat. âge, gr. Sr^t. 
Voy. a 8, ema, ae^. 

2. A.ir, lui, coraplém. d'une prép. : ont aff P 81, NI 106, gant aff N 5o8 ; enn affP 174. Voy. haff. 

AiTaut gou:;out, faute de savoir, parce que je ne sais pas, J i23 b ; du v. fr. à faute, cf. Amyot, Lycur- 

gUS XXII. 

i%.flrection, affection, 277, J 53, 223 b, C, NI 137, Doctr. Dial. 24; désir, n'a que 3 syll., B 353, par 
exception, ion en ayant régulièrement deux ; du fr. 

A.frermaff', affirmer, Ca, affirmaff Cms; participe affermât Cb; affirmation, affirmation Ce ; 
afTeriueui*, celui qui affirme. Ce; du fr. 

1. A.fret, tout à fait, certes, expressément, 6, J 20, 22 b, 24 b, 41 b, 52 b, N igSo, P 40, 63, 134 ; a/et 
J i86b, Mf 3, a/vet J 100 b (plutôt que « baisé ») ; affet, var. avet} 187 ; explétif qui se joint à d'autres, comme 
affet don B 742, — guir 760, — plen 730, —pur 382, 738, — quer 54* ; ces adjectifs sont employés adver- 
bialement, affet vient du v. fr. a fait, affait, « entièrement » (Dict. de Godefroy, s. v. fait), cf. « tout à fait, » 
comme le vann. akoubik, bientôt, vient du v. fr. a cop, acoup, auj. « tout à coup ; » cf affaut. 

2. ASTeit,, effet : dre —, P 117 ; gant —, J 53, en effet; hep quen —, certes, J aSi b ; du fr. effet. 

1. iUSîez, variante de affet i : ho bue^ sa affe^ bras 441 ; pour le f, cf. que^quement. 

2. AtteXf aie, 519, par assimilation pour *a^/e^ de a^ vej, comme le tréc. ape = léon. a^ pe^ de *rtf ftef. 
Voy. affoe. 

AlTezy, tu seras, 5o8*, pour a ve^y, par l'analogie de *effe^y = ef ve^y. 

AfRn, du v. fr. affin, lat. affinis ; afllnite, affinité, C ; du fr. 

iVfflictîoii, affliction, 733 ; du fr. 

WflTo, vite, 2 5, 60, 369, J 46 b, 60 b, 107 ; tôt, C ; dès ce moment, N 345 ; léon. a/o, de/o, ardeur ; du 
lat./ocî/s. 

Affoe, (que) tu eus, P 19G, var. affoe P 221 ; aff voe, var. af voe P 206, =: a^ voe, P 201. Voy. affe^. 

Airpicfue, l'Afrique, C ; du fr. 

Affuat : hac a claf quen scaff han — , P 265, signifie, je crois, « et tombent malades aussi vite qu'une 
brebis ; » mutation nasale pour dauat, C ; vann. avat, cf. Rev. celt. III, 58. Voy. eynn. 

Affuy, envie, méchanceté, 7, i65, 175; opinion défavorable, 210; anffy j5i, auffi jbi' ; a/vi J 22, 
a/vy J 129 ; affvy NI i3, avy P 245, auy NI 64, C ; auy mat, bonne envie, Cb, dre affuy B 335, dre avy 
Jér. (Le Pelletier, s. v. dienn) ; auiaff, envier, C ; anffyus, envieux, B 790 ; auius, C, an auius, l'en- 
vieux, N 638, afuyus J 1 1 (3 syll.) ; auj. avi, anvi, avius ; du fr. 

Agace, g. agace, 1. agatha, Cms. D. Le Pell. donne agaç pie (agasse) et Agathe ; cf. Aga^, nom de 
femme, écrit au XIII"= siècle. (Cartulaire de Landévennec, 57.) 

Agoez, ouvertement, C, ague^ Cb ; a goe^ an tut, « coram populo, » N 1 156, a goe^ an bet, N 1847, 
agouei an bet N 744, NI 55 1 ; la mutation est exprimée dans Juoef. C. Le Pell. donne ahoue^, en public, 
gall. j'n ngivydd ; cf. iT\./iad, en présence de, rac. veid, voir, cf. gou^uout. 

AgreabI, aimable, agréable, J 191 ; du fr. 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN IQQ 

A.gi*emaiii, aigremoine, C ; du fr. 
i%.$;i*îpaiit, 453, Agrypant, 45o*, nom de bourreau. 

i%.gi*oaseiiii, agroasen Cb; a groasenn Ca, églantier. Amgroas, angroas, fruits de l'églantier, P. Grég., 
e^roes, fruits sauvages, Le Pell., vann. langroêssenn, enn angroâss, églantier, L'A., gall. eo^roe^, fruits de 
l'églantier. Probablement d'un adj. *acroes = *acrensis, cf. v. fr. aigrais, violent, acharné (Godefroy). Le 
plur. V. br. aceruission glose hirsutis, de même que le v. br. ocerou ; cf. v. br. aarecer, gl. cianti, = (a) *are- 
acr-î, V. br. arocrion, atroces, v. irl. aicher, vif, dur, lat. acer, gr. axpoç, aigu, gaul. AXPOTALVS, Schuer- 
mans, Sigles figulins, p. 61 ? 

i^L^uetou, 292*, aquetou 245, 378, aguentou, Mf 10, récemment, naguère. Aketao, eghetau, Pell.; cf. 
a-gent, auparavant. Voy. quent. Vann. keti ketan, à l'envi. La prem. syll. de quentaff nme en et, B 773. 

A. ^i^iiezou, J 204, agui:^you C ; quelquefois. Léon, a-vechou. Voy. gue:{. 

i%.giii]Ieteiin, aiguillette, C ; plur. aguilletouCb, Ce; auj. akuiletenn ; du v. fr. aguillete. 

A\\îx l ah ! ah ! (cri en arrachant un clou) J i58 b ; a ha ! en route, J 75. 

i%.lian»ii, d'ici, J 52 b (rime en ann], par licence pour ahanen. 

.Aliiiiie, de là, 12, 343, J 167, 2i5, P i32 (en dehors de la rime), a liane P 94, 157, Ca ; tréc. ac'hane, 
léon. ac'Itano, qui est plus ancien. Voy. ahano. 

iVhanech, de vous, 534, J 5o, pour ahanoch, par licence. 

ALliaiien, d'ici, 745, N 485; a hanen B i58, 268, eux a hanen, d'ici, N 11 ; ahanenn B 362, N i5i ; 
pell ahanenn J 42, a hanenn J 1 10 b, N 3o ; ahannenn, N 387. 

i%.liauo, 489, a haiio 402 ; ahano J 1G9, H, de là ; a hano (certains) de cela, J 58; de là, P 274; en léon. 
ac'hano, gall. hono, de lui. M. d'Arbois de Jubainville, Et. gram. 28, tire ac'hano de a, ac'h, de, avec an, 
article, et un pronom *do. Le second élément an, on, rappelle plutôt a); dans an-e:^aff, de lui; il peut dériver 
de a, 0, cf. oar-n-, sur. Le vann. a inou, de là, = *a eno. Le suffixe dans ahan-o rappelle celui de l'irl. occo, 
apud eum, cf. Rev. celt. VI, 5i. M. Stokes divise a-han — , et compare han-bout. 

A. Iiaiiocli, de vous, J 53, léon. ac'hanoc'h, gall. o honoch. 

i%.tiaiiO(le, de toi, J io3 b (= ahanot-te) ; ahanot B 276, a hanot B 712, de toi ; ahanot, de toi-même, 
« ultro, >i J 86 ; léon. ac'hanod, gall. o honot, comique ahanas. 

.A.Ii«iiof, de moi, J 144 b, a hanof J 32 b ; ahanoff N 1 1 14 ; a hanouf J 75, a hanouff B 2Û2, 587, 632. 
Léon, ac'hanoun, gall. honof, comique ahanaf. 

A. Imiionip, de nous, NI 90. Léon, ac'hanomp, gall. o honom. 

i%.lie î e^ahe, il irait, J 36 b. 

i%.liel, essieu, axe, C, auj. ael, m., gall. echel, fém.; dérivé d'un mot gaulois *axis (v. irl. ais, char f., 
O'Reilly ?) = lat. axis. Voy. asquell et esel. 

ilLhenii : ey ahenn, que j'aille, i5i ; ne dahenn, je ne pourrais aller, J i33 ; mar dahenn... de enouiff, 
B 296. 

i%liet, le long de, durant, H , — nos, J 61 b ; a het dej, P 23i ; a het pemdec bloaj, N 1 15 ; ahet e cro- 
chen, tout de son long, J 1 14 b ; ahet corden, (se pendre) à une corde P 263 ; ahet fun P 261, 280 ; ahet cam, 
pas à pas, P 274; peu à peu, B 5g ; miret a het cam, B. 192. Auj. a-hed, hed. Voy. het. 

./%liiiiip, 2 syll. ; ejahimp, que nous allions, J 182 b ; aimp, 2 syll. : maj aimp, N 129, ma^ a hymp 
NI 32, OTiZj- ahymp NI 91 ; ma:( ayimp 168, ma^ ahimp NI 298, ma^ a himp NI 342. 

i%.hint : ma^ — , qu'ils aillent, J 20 b. 



200 DICTIONNAIRE ETYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

1. A.y (i syll.), il ira -.pan—, 671, N 1888, P 16, 25o; ef ay i 36 b, e^ay N 1646, maf a>' J47, NI 377. 
Quand le sujet vient avant, on mctyel, iel (même différence qu'entre eu et so, il est). Le vers Yaha ay, bras 
ha bihan, P 278, est corrompu ; on attendrait ayel (ou a duy) hep sy, bras ha bihan, (tous) viendront, grands 
et petits. 

2. A.yî aïe! J 74, 108, 146. 

iliint, I syll., ma^ — , qu'ils iront, 598. 

iViouzomp, au-dessus de nous NI 8g (rime en u). Voy. diou:^. 

ilLioiii>n»fr, C, citer, ajourner à comparaître; auiomamant, ajournement, citation, N 1419, lis. 
aiournamant ? Du fr. 
A.ioutaff; ajouter C ; adioutadur, additamentum, Ci, Ce ; du fr. 

/klamaiicles, des amandes ; du pi. v. fr. alamande^, Ca. Alamandes, gai. alamande ; gue^enn ala- 
mand, g. alamandier, Cb. Léon, alamandej, amandes. 

./%.lan, Alain, N 1417, C. — i%Iaiiçoii, Alençon Mf 4. 
i%.lanii, alarmes, N 849 ; du fr. 

./%.lazn, haleine, C, ajlan NI 140 ; alaznaff^ haleter, C, tennaff e ala:;n Cb, auj. tenna he alan, tirer 
son haleine. Métathèse de *anatl, gall. anadl, f., v. irl. anîl, f., rac. an, souffler. Voy. eneff. Alapi = léon. 
ahin, halan ; a^lan = tréc. aelan. Le vann. anal vient d'une forme plus ancienne *anazl ; voy. bala^nenn, 
malapi. M. d'Arbois de Jubainville, Rev. celt., III, 897, explique un surnom de 1242, Alanasbacq, par Alan- 
Habasc, c haleine douce ; » Alan semble plutôt le nom bret. Alain. 

A\e, allée C ; tréc. aie, m., quelquef. f., du fr. 

A. lecli se, de ce lieu N 1289, pour an lech se ; allesse J 208, a llese B 893, allese 893*, offrent les 
deux assimilations de n et de ch ; alesse B 27S, J 61 b, 2o3 est analogue à a re man ; voy. a \i, an 2. Le 
moy. bret. abreman et le bret. mod. a du-:^e de chez vous, ont été formés de breman, tu-:(e, déjà débarrassés, 
par l'usage, de l'article qui les précédait originairement. Al lec'h se, Gwer^iou Br. /f. I, 356. 

i%.lexandei>, Alexandre P 246, lisez Alexandr, 3 syll., rimant à antre ; i^Iexandry, Alexandrie, 
B 16, i5i. 

.A.lhe, pourrait, na — denoiipt, B 652 ; na —, J 188, ne — J 11; tw allhe e^ ve quen, J 178 ; nealhemp, 
nous ne pourrions, B 644, na alhemp B 481 ; na alhenn je ne pourrais B 686 ; ne alhent ils ne pourraient 
B 563 ; na alher on ne pourra B 35 1, ne alhes, tu ne pourrais B 797, alhes B 275, a/Aef 275* ; ne alhet on 
ne pourrait B 6i5, 797, J i3 b ,■ ne alsent ils n'eussent pu NI 552 ; par mutation initiale, du verbe gallout. 

A.lbuez, m., clef, C ; pevar — , quatre clefs, J 166, 217 b; pi. alhue^ou Cb, N 1696 ; alhuezer, C, 
serrurier, fém. alhue:;eres Cms, Cb, alhue^ere:^ Ca ; alhuezet, fermé à clef, J 217 b. Léon, alc'houej, 
tréc. alc'houe, gall. allwydJ, m., allwedd, f. corniq. alweth, alwheth, vocab. comique alved, clausura, 
dialhyet, c\a\\s. M. d'Arbois de Jubainville, £■/. gram., 5o, tire a/c'/ioî/e^ du lat. clavis ; mais il n'est pas 
vraisemblable que Vou du bret. mod. vienne ici de aw:=aw, ni qu'il y ait eu primitivement un c avant / dans 
ce mot commun aux trois idiomes bretons. Peut-être rac. aie, cf. lat. arca. 

AA'ift conseil, H ; drouc — , mauvais conseil, J 1 6, P 1 74 ; dre e aly, dans sa sagesse, N 1 6 ; un aual a drouc 
aly, une pomme fatale NI 395 ; aliafT, conseiller H ; ef alias, 3 s., il te conseilla, t'instruisit J 129 b. 
Aliaff semble identique à aliaff allier ; en v. fr. s'allier veut dire s'obliger, s'engager à, et le bret. aliaff 
signifie engager quelqu'un à faire quelque chose ; cf v. fr. alli, m., alliance, ligue, complot. Léon, ali., conseil. 

./%.Iiafr, allier C ; e^ omp ny... Ou^ Roiie'n velly gant Mary alyet (réconciliés), NI iSg; aliancc, 
alliance 3 syll., J 28 b; alliés B 22, 727, P 169, famille, race, B 3o2, 715, 740, 743 ; alianç Mf 67 ; du fr. 



DICTIONNAIRE ETYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 201 

i%.lîboi*uill, Aliboron, « docteur imbécile » J 1 1 1 ; du fr. 

ililienas, Natur humen un den lie — Adam perdit l'humanité NI 476 ; du fr. aliéner. 

i%.lies, 3 syll., souvent, B i35, N iSg, H, G ; aljres NI 64 H ; a/^ei NI 169, a lies NI 474, alieux J 119 b, 
forme plus ancienne ; a-lieus, H, alieus Cb, Ce f" v ; a lieux, Ce f» un v». Voy. lies. 

i%.ll, autre NI 5i5 ; B Soi* — 802*, auj. ail, gall. ail, gaulois allo-s, d'où AUobroges " ceux qui viennent 
d'un autre pays i ; gr. aWvoç. Voy. arall et eil. 

i%ll»r, je puis : oulaf ne alla/ quel, 76* ; ne allaff, 289, 398, 476, J 6G ; ne allas B 274; a aller... de 
ordrenaf, qu'on peut ordonner, J 41 b, na allô den... oupff, B 604; na allô B419, ne allô B 52i ; a ail . 
J 117b; par mutation, de gallout. 

i%.llasl hélas ! 548, J 86 b, 129 b ; Nouel. 2 N 149, 1 176 ; Am. du vieill. (Le Pell., s\ v. disiac) ; P 74 ; 
allas, lat. proth dolor (lisez proh dolor) Ca, Cb, allas Doe ! ah Dieu ! Jér. (Le Pell. s. v. dinoe) ; allas, (pourquoi) 
donc, J i3i ; allas ! ma meslr quer, grit cher mat allons, mon cher maître, réjouissez-vous, J 9 ; allaz .'... 
Deo grattas .'... P 41. On dit de même en tréc. : alas, hast kaer ! allons vite ! dépêche-toi ! Du v. fr. allas. 

Allegaff, alléguer J 24, C ; aZ/egii^ je dis (la raison( J 35 b ; je demande l'a être prêtre) N i6yi ; alle- 
guet, Cb, Ce, aile g et Ca, allégué; nllegatioii, g. allegancc, 1. allegatio Ca; c'est peut-être alleganc 
qui est le mot breton, et allégation le fr.; du fr. 

A.lIegoi*îc, allégorique C ; du fr. 

A.lleluya, Nouel! Nouel! —! NI 325. 

Alouei", bailli C ; alouër, Grég., alouérr, l'A, du v. fr. alloué. 

Alounet, doré C, léon. alaouret, de ad-auralus cf. léon. alvokad de advocatus. 

AlteraflT, changer en mal, C ; altération, entrechangence Cb ; du fr. altérer, altération. 

i%.Iuiii, alun ; C, alum glace, alun de glace, Cb auj. alum, m ,• du fr.; cf. patrom de patron. 

Aluniaffet alumîfl*, allumer Ca, Cb ; alum, il allume, Cb ; alumet allumé B 573 ; alumiff, j'allu- 
merai B 5/2; alumei*, 1. incentor, g. embrase(u)r Ce,- du fr. On ne dit plus aujourd'hui que altimi. 
Beaucoup d'anciens verbes en a ont pris de même la terminaison i ; celle-ci, sous la forme ein, a presque 
supplanté a, en vannetais. 

i%.luiiiell, alumelle (lame) G ; du v. fr. 

i%.lusoii, aumône C ; B i 5 ; alùsen i 5" (rime en on) ; alusen (rime en on) B 129 ; alusen rime en en, 
NI 253 ; alusun, Cb, alusen Cb, f" un, b ; Gf, allusen Ce f" vi, v° ; alusen, dans maistre Pathelin [Rev. celt., 
IV, 452) ; plur. alusenou N 227 (la rime demande alusunou) ; alusoaei*, aumônier, Ca, alusuner Cb, Ce, 
alusonnier Cms. Tréc. alu^on, léon. alu^^en, gall. elusen, alwysen, du lat. eleemosyna. 

1. Am [a 2, avec pron. pers.), de mon, J 61, N q2 ; an profit am queffridy, l'avantage de mon affaire 
N 167 ; an fin... am buhe^, P 26 ; sae am foll, la robe de mon fou, J 104 b ; duel am queffridy, venu de 
mon message, B 162 ; deomp... am sal, N 25o ; amyoull franc, de mon plein gré J 20 b, am eoll • à ma 
volonté » C ; am goall, par ma faute B 484; am goall nam tamallet, ne me reprenez pas de mes fautes, 
P 221 ; lis Am gallout [glan], par ma propre force, J 177 b. 

2. Am {= a 3 et a 4 avec pron. pers.), me, J 14, 57 b, N i52 ; qui me, N 119, 5i8, P 280; am eu.v'fai 
N 214, ameux B 36, J 7 b, am oa j'avais J 195 b, amoa J 226 b, N 241 ; am oae j'eus B 634; amoae que 
j'eus J 180 b ; am be^o j'aurai J 18 am be j'aurais N 695, etc. Littéralement « il est, il était à moi » (après un 
régime) ou » qu'il est à moi », etc.; ainsi le tréc. ia, am eu^ avis, répond au franc. « oui, m'est avis » (comme 
on dit ia, a gredan, litt. u oui, que je crois»). Me am euj veut dire proprement « c'est moi que j'ai i ; cf. 

27 



202 ' DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

le gall. mi a gara/, j'aime, => ' ego qui amo '. Voy. ham. Aie a moar, var. me a moae P 14, lisez proba- 
blement me a goar je sais, cf. P 76. 

3. Am =a 6, si, avec le pron. infixé de la i'» pers. : approjf am be, essayer si j'aurais N 1 1 iC. 

4. Am et mon, H. Voy. ham. 

5. Axn pour an, le, devante, H; en 1266, Rev.celt., III, 898; en 1667, Ker-am-bars, Rev. celt., Il, 2i5, 
cf. gael. am bard, et la forme bretonne im devant m en i 426, Rev. celt., II, 207. 

i%.inaill, émail, C ; amaillet, émaillé Cb ; du fr. 

i%.nian, ici J 3, N 8, P, H, C ; en stat aman, litt. dans cet état ici, J 55 b ; auj. aman, ama, gall. yman, 
yma = "in-man, dans le lieu «. Voy. amen 2 et man. 

i%.iiianen, beurre Jér. (Le Pell., 5. v. aman) ; amanenn C. Auj. aman, amanen ; g3.\\. jnnenyn, corniq. 
emenin, v. corn, emmeni(n), dérivé de "emmen, irl. im, imb, (thème neutre en en-) pour *inguen = lat. 
ungtien substance grasse, allem. provincial anke, anken, m., beurre, rac. sanscrite anj, oindre (Siegfried). 

ilLinant, a ra auant, lisez amant, an oll drouc ober il fait pénitence de toute faute Mf 53. 

i%.niaiitaf, expier J 197 b ; secourir qqn, J 149; amantaff expieT, arranger les choses B 338; aman- 
taff... da, faire amende honorable à, B 426 ; ma no amante:} si tu ne les expies Mf 10 ; amantet expié, B 181 , 
741 ; réparé J 91 b ; amantet, faites amende honorable, B 426 ; en amantet, vous le paierez, J i63 b, 164 ; 
me... a amanto je m'amenderai N 38o, ten amanto tu le paieras B 290* ; (v. fr. je l'amenderois. Grillon des 
Chapelles, Esquisses biogr. de l'Indre, Paris i865, t. III, p. 3 14) ; du fr. amender. Voy. namanthe. 

Ambary, peine, souci, 540. Voy. amloary. 

/kxnbassader, ambassadeur NI 3 18 ; ambassal, ambassade J 179 b ; du fr. 

iVmbludet, réduit en poudre, 802 ; ambludi, fouler aux pieds le blé. Manuel... des écoles primaires... 
par M. Perrot, curé de Taulé, livre de l'élève, p. 75 ; Le Gon. écrit ambleûdi. Formé de am gaul. ambi, gr. 
(Jjji<p(, et de bleut, farine. 

A-mbolismal, (année) embolismale, C ; du fr. 

i%.inbout : da —, ■jt'i^da hambout 723*, manière d'être, état. Voy. hanbout. 

i%.inbi*, ambre P 90, C ; du fr. — A.inbroas, Ambroise, C ; du fr. 

iVmbuig. Me gray... — do dystrugaff NI 65 ; dre —, NI 359, embûches; du fr. 

Anider-e, désagréable 334; démesuré, excessif, déréglé, Vie de S. Gwennolé {Le Pell., s. v. am'^ere); 
ainder-eat, inconvenant, B 48. Léon. am:{ere, composé de dere, dereat, et de la particule négative am, 
V. irl. am. gall. et corniq. af,=^* sâmi- (Siegfried) ; voy. hanter. 

1. Amen. Flam Amen quenomp, chantons de bon cœur : Amen ! NI 109. 

2. i%.men. Guyr Roue'n goulaou so deuet dan traou laouen Da douen hon blam, hon sam bete amen NI 

4o5 probablement pour aman, ici, à cause de la rime. 

Ameur. Me en heny ameur cruciffiat je suis celui qu'on a crucifié J 178 (var. am crucifiât). On atten- 
drait a cruciffiat ; l'analogie de cette tournure a dû influer sur l'archaïsme ameur cruciffiet, qu'on m'a cru- 
cifié ; ameur = atn 2 et eur on est, cf. v. gall. rymawyr = ry-m-a-wyr, mihi sit [Rev. celt., VI, 44). 
M. Rhys regarde cette dernière forme comme déponentielle, et synonyme de l'actif rimawy. En breton eur, 
car (Le Gonidec), oar, P. Grég. est un vrai passif, comme en lat. itur on va, ou estur dans le v. lat. potestur 
{quod tamen expleri... potestur, Lucrèce, III, 1024). Eur est formé de eu, il est, et de r ;etoar estanalogue à 
wyr dans rymawyr. La forme même de oar témoigne de son ancienneté ; car elle ne se rattache à rien dans 
la langue moderne. Voy. eux, ouff. Il doit y avoir a 4 dans rymawyr, cf. aedy. 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 203 

i%Tn^uîn S en — me a!( trahino je te traînerai douloureusement, 3g4; iffam hac amguin, infâme et mi- 
sérable, 736. De am, ambi et de 'cuin = gall. cwyn, plainte. Voy. couen et queinyff. 
A-iaYt ami NI iSg. Ce mot fr. est resté en vann. 
y%.iiiiabl, 3 syll., aimable SSj, C ; amyabl, B 709, qui fait pardonner, J 91 ; amiabldet, 

amitié, C ; amlaplat, faire amitié, C ; du fr. amiable, qui se disait autrefois des personnes. {Amyot, 
LycKrgus, VIII.) Voy. scafhat. 

./%.iiiie^ues, 4 syll., sage-femme N 898 ; emiegues, C ; léon. amiege^, vann. mam-diéguéss par étymo- 
logie populaire, d'après ma»i, mère. Peut-être de *ambiyâcissà, rac. i, aller, cf. lat. amb-i-re, gaul. ambactos, 
serviteur (rac. ag), voy. ema, et gr. (x(ji.(p(TO)voç, servante. 

A.inîi*al, amiral Cms ; du fr. 

i%.inît, amict C ; habit de religieuse (fém. : ma lie dougo) N 234. Du fr., que le Cath. écrit lamitte. 

Amloary, 3 syll., peine, souci, 204, 276, 53o, 676, J 226 b ; amloari 2 syll. Mf 39 ; ambary, B 540. 
Tréc. ambloari, ambloariu, Mystère de Sainte Tryphine. Troude donne aussi en tréc. amblari ; prob. 
composé de dm. Cf. cornouaillais me/re affliction, souci, D. Le Pell.; vann. ÔM/ari, agitation, l'A. 

i%.iiinesec, voisin, Ca, amneseuc Cb ; ameseuc, Ce ,• amneseguez, (La, ameseguei. Ce, voisinage; 
léon. ame^ek, ame^^egie^, vann. amenée, amiseguiah. (L'A.) De *ambi-ness-âcos. Voy. nés. 

AmonetaflT, ammonetaff, admonester, exhorter ; da ober mat, à bien faire, C^ ,• part, ammonetet, C ; 
amonetet Ce, amonestet Cms ; amonetei*, da ober mat, amonesteur de bien faire ; amonesteur, id.; 
amonetus, hortatifF; amonetabi, amonestablez ; amonition, amonestance Cb ; du fr., que le 
Cath. écrit amonesler ; pour la chute de s, cf. detin. 

i%.inouc, retard : hep — , J 100 ; hep — muy J 104 b [hep amoiicq miiy, Grég.) ; goala moue, var. goar 
amour, lis. goal amouc, sans retard, sans remise, P 281 ; gall. amwc, qu'il défende, Rev. celt., VI, 17; de 
am- = amb de ambi, et -ouc, qui se trouve dans doug il porte ; infinitif en gall. amwyyi secourir, cf. dwyn, 
moy. bret. doen, irl. ro-uic, tulit (M. Rhys). Voy. Amoue^. 

iVmouez : da — , te relâcher, J 120 b (éd. 1622). De amouc, cf. gall. amn'j';/î défense, Rev. celt., VI, 26, 
et les inf. annoue^, maejur. Kendamoue:^, émulation. Le Pell., = *com-do-amb-uc-t(i-s). 

i%.nioui*, amour, charité, 175, SSg, 649, J 189, N 1200, i853, P i56, NI 208 ; maistre Pathelin, Rev. 
celt.. IV, 452; amie, amante, C; amoui'abl, aimable, agréable, B 265, 710; amoureux., amou- 
reux, C, auj. amourous ,-du fr.; vann. en am^ér amourabl, in tempore opportune, Pedenneu aveit santefiein en 
deuéh, Vannes, 1869, p. i34, du v. fr. amourable, aimable. 

i^nipai*, impair C : du fr., cf. tréc. dijanpar. 

i%.nipai*rai>et, tout effaré P 1 12, participe d'un verbe ^ gall. ymbalfalu, aller à tâtons, cf. palfalu, 
palfu, id. cf. amparfal Le Gon., ampafalek (mains) engourdii.s, Fci^ ha Br. 23 août 1S73; laouën parfa- 
lecq, paffalecq, morpion, Grég., pafala aller à tâtons, Pell. De am(bi) etpalf. 

A.mpai"l©t mat, affable, du v. fr. bien emparlé, C. 

iVmpechar, empêcher J 3i b, 11 5 b, ampechaff C ; ampeschaff Cms ; ampechet embarrassé (dans) J 53; 
ampeifî, obstacle, ce qui arrête, N 7o5 ; empêchement, empêchement, Cb, Ce: du fr. Tréc. te ifou 
em anpech, tu es dans mon chemin. 

i%.mplasti>, emplastr, a lousou glas, emplâtre C ; du v. fr. emplastre. ( — des herbes vertes, C). 

i%mplec î Querj d'à Jérusalem ha Bejlem drouc amplec, Jér. Le Pell. traduit (à tort sans doute) « va 
à Jérusalem et à Bethléem mal connu ». La rime demanderait emplec ; c'est peut-être le mot ampletdans 
en un drouc amplet, en piteux état, B 576, du fr. emplette. 



204 



DICTIONNAIRE ETYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 



^mpoe : Goude se da trugarecat Doe Ej tresont dinam ho ampoe P 146, est rendu par « désormais ils 
passèrent dévotement leur vie à remercier Dieu ». Le premier vers a une syll. de trop ; tresont ne peut 
guère venir de treiff tourner (il faudrait trosont) ; je soupçonne qu'on doit lire gresont, ils firent. Ampoe 
semble une forme nasalisée de apoe, effort. 

i%jnpoent. E mam hon —, sa mère, notre soutien NI 109, altération de apoe, amenée par la rime; cf. 
le mot précédent, et da map hon a^boue, ton fils notre appui, NI 97. 

i%.inpoeson, poison C ; nom tiré du fr. empoisonner. 

Amprefan, ' rubcta, toxicum ', C ; vermine, pl. ampreffanet, insectes, B 388. Léon, amprevan, in- 
secte; de am = ambi, qui marque ici l'idée de généralité, preff, ver et an, suffixe du diminutif. 

Ampressaff, synon. de hastaf, C ; espres ampresset, extrêmement pressé, J 5o b ; du fr. s'empresser. 

AmprestijH", emprunter, C; part, amprestet. Ce; ampresti que j'emprunte, N 68, pour amprestiff, à 
la rime. Léon, ampresta ; du fr. emprunter, mais sous l'influence de ;jres?a^ prêter ; l's de la forme emprunster 
n'est pas étymologique. 

i%.nipri8, 5; ; intention, résolution, 234, 679 ; e —, son vœu, son intention, i35 ; son pouvoir, 612 ; 
lacay... he — da, mettra ses soins à, 728 ; an pris (votre) dessein, instigation (var. ampris) } 233 ; pe dre —, 
dans quelle intention, B 307 ; dre neb —, B 100 ; dre —, par l'effet, par les actes, B 56 ; (disposé) pour le 
travail, B 5g ; so iffam dre ampris, ce qui est un acte odieux, B 217* ampris, g. amprise, Cms ; du v. fr. 

Ajnser, f., temps N ii5, P, C; amseret am^er, H ampser Mf 5 ; pell amser, longtemps, N 241 ; pep 
— , toujours, N 999 ; vie : ma — N 128 1 {chom enhy, 1282) ; da —, J i5 ; amseraflT, passer le temps, 
B 233, amseraf 233*; amseryaff, temporiser, C. Auj. am\er, fém.; v. gall. amser ; v. irl. aimser, 
amser, am ; rac. douteuse, cf. Rev. celt., IH, 32, 33. 

i%.mucc, aumusse, C; du fr., que le Cath. écrit aulmuce. 

1. i%.n, le, la, les, .1 3, 18; N i, 10, 18, 28; unan an sent, un des saints, N 14; woan voar an reau, 
minces sur la gelée N 286 ; a breman graet an claff, N 166 ; ma^ ase^^as... an tu dehou de... Tat, il s'assit 
au côté droit de son père B 182, cf. an coste^ dehou, P 167, voy. tu ; an despet da, en dépit de, B 358, J 78 b, 
80. An bloej man, cette année, Cath; qqf. on sous-entend man : anfetou, ces faits N 18, cf. tréc. unan an 
deio, un de ces jours (haut bret. " l'un des jours ..). Le Car écrit en un seul mot antuman, anknech, antraman, 
antuhont. Rime en en, Pan dlehenn mervel gant an poan, J. 18 ? Voy. ann. 

2. An, du, de la, des, = a 2 et ann i : ho leurras... an lech 334; an lech hont, de là-bas N 3 ; me compso 
... an merit N 167 ; an bet heb guelet den, sans voir homme du monde, B 395 ; an aval glas Eff ne debras 
tam, J 4; bount (lis. bout) an douar separet, P 36 ; an treit dan penn, des pieds à la tète, J 108 ; an penn... 
bet an troat, J 33;an knech dan tnou, C ; an gui:(uidigue^ an frouej tnan, N 419 ; dam a an guiryonei^ J 226 
(a an en une syllabe; var. a'n); gorroet an douar, H ; pan iff an bet, P 25 ; pan ay ma speret an bet man, 
N 1888. La distinction entre an 1 et an 2 subsiste dans le dialecte de Batz (Croisic) : enn treideo ann daot, 
les pieds de la table. Comique an preson govyn onon, e carcere quaerere unum, Gr. celt. 396. 

3. A.11 = « 6 avec n pour la négation ne : An deu n'est-il pas, J 204 b, andeu, andeueff n'est-ce pas, C ; 
an deu e/ quet n'est-il pas J 1 1 1 b, andeu hy B 467, an deu hy B 576, an deu quel B 61, J 91 ; an deu da 
goall eu, n'est-ce pas que c'est un tort à toi, B 690, an doude B 716, an dompny B 476, 642 ; an douchuy 
n'ètes-vous pas J 112, 234, an deu^ den n'y a-t-il personne J iio b ; an deux muy B 756 ; an doa n'était-il 
pas J 207 b, NI 72 an n'en doa, id., NI 33o an ne guelej te ne vois-tu pas J 112 b, lis. a; a ne gousode 
J 1 12 b, en 4 syll., lis. an g. Formes complètes : a nedeu me, n'est-ce pas moi, JjSg b ; anedindy ne sont-ils pas 
N i5o7. 

4. A.tk, de a 8 et an I : e^an glat, la fortune s'en va N 621. 



DICTIONNAIRE ETYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 2o5 

5. An,, et le, P 264. Voy. han et aj 4. 

6. An, qui le, de « 3 et (e)n : han mam... an ganas NI 56. On dit de même dans le dialecte de Batz : enn 
dut an helie, les gens qui le suivaient. 

Annf, trouble : memeux anaf dioutaff)a suis troublé à cause de lui, N 532 ; J loi b (voy. meur) ; anaff 
défaut, tache, B 664, P 245 ; blessure B 681 ; anaflfet, troublé N 559 (écrit aitaffet N 604, 652) ; claf hac 
anaffet. mutilé, difforme, blessé N 102 1 ; auaffet N 5o3 ; anaflFtis, frappé, troublé, N 1 177, écrit auaffus 
N 5 1 5 ; poaniaou anaffus, peines douloureuses Mf 63 v. V. gall. anamou, gl. mendae ; gall. anaf, v. irl. 
anim. M. Loth, Vocabulaire v. br. 39, admet en moy. bret. un doublet anam, contraire aux lois phoné- 
tiques ; mais le ms. de S'° Nonne porte en deux mots hep quel a nam , 976. Cf. ovoixat, blâmer ? 

i%.naff*, C, orvet, petit serpent qu'on dit aveugle ; anauff, C in-4 ; franc, auuain, Qa, Cb, Ce ; ana- 
fan, Cms. En petit Tréguier a;!)W(/, vannetais de Sarzeau ënan ; léon. anv, Pell.; corniq. ana/stellio. Ce 
mot semble identique au précédent ; cf. Rev. celt., V, 218. A Brest, anus dall. 

i%,iiaflroii, âmes des défunts, P 276, NI 127, anaffuon N 1267, anafuon H, anaffoun NI 180 rime à aban- 
donnet. an afvon J i3, anauon B 665, C, anavon P 218, léon. anaon, irl, anmin, plur, de anitn = moy. br. 
eneff. 

Aiihi'iin, sorte d'herbe, 1. salatrum, Ca ; ambrun Cb. Cf. embrune, airelle, Littré. 

A.11 chic : guelet ma quic an chic na mafigur, 623, au chic 623*, lis. autentic nam figur ? 

.ancien, 3 syll., ancien, vieux : Alexandry — , 16 la vieille Alexandrie (cf. Dioscorus bras, 3 ; A7inas 
félon, J 75 b); ancien J 7 b, 47, C ; (à nous) vieillards, J 53 b ; cusium eu dihuy ancien c'est une vieille cou- 
tume chez vous J 1 17 ; roen belly ancyen, le dieu puissant, l'ancien des jours, P 190 ; hep sy, ansien P loi, 
lis. hep sy ancien, délivré de ses fautes passées ? ancyen ! ô vieillard, P 232 ; aiiciendet (4 syll.) : an —, 
l'antiquité, les anciens, N 1384; dre anciendet, anciennement, Cb, dre ancientet Ce, tréc. ansien (3 syll.) 
ancien ; den ansien, vieillard ; du fr. 

>%.iiclin, une inclination, un salut : greomp ung anclin.-. dan Trindet, N 656 ; anclinafl*, s'incliner, 
C, dan naou glin anclinaff se mettre à genoux N 900 ; anclinaff s'incliner, Cb; anclynas il inclina (la tête) 
NI 52, 217, ej anclinas il s'inclina NI 56 1 ; part, anclinet Cb, Ce ; du v, fr. encliner. Les noms formés par la 
suppression de la terminaison d'infinitif sont fréquents en breton. Voy, le suiv, 

i^ncoft'liat, oublier P i5, ancouffat, var. acouffat, P 71 ; ancouffhat B 212, C; ancoufha, oublie! 
J 108; ancnuffhaet, 3 syll,, oublié, B 280, ancouffhas, oublia NI 87 ; ancouff*aus, oublieux Ca, Ce, 
ancouffhaus Ce : aneoTua, oubli H ; nam ancoffet, var, ancouffet, ne m'oubliez pas, P 28 ; ancouffhet 
Cb; nam ancouffhet, id,, B 585, nam ancouffhet quet, id,, B 5i6 ; ancouffhet, que vous oubliiez B 494, nam 
ancoffhet. B 22 ; ancouffhenn j'oublierais B 733, ancounhet oublié 5 10'* (rime en ouf) ; aucoffiiez, oubli 
C, ancouffne^ Cms. Léon, ankounaat, ankounac'hat, oublier, tréc, ankouat ; \'n léonnais s'est dégagé de la 
nasale^, comme Aans karanii j'aime r= caraff, et vann, kaniblen nuage = coiffabren ; cf, ancounhet. Le 
léon, ankounac'h, oubli, me paraît tiré de l'inf, ankounac'hat = *an-coff-ahat, cf. ancofua de ancoffhat et an- 
coiiffaus, léon, ankounac'hu^, tréc, ankouaïïs. Ancoffne:{ = an-coff-yie^, ci. fur-ne^, cuf-nae\. Gall. anghofio, 
oublier, de an privatif, v, br, an. v. irl. ê, ='en, de *n (lat. in, gr. à, etc.) et couff. 

Ancoiitraff, C, rencontrer : du v. fr. encontrer. 

i\.ncou, m., la Mort, personnifiée, N 80, C, ancquou N 1346 ; ef duy an Anquou ... pan troy en haf, 
la Mort viendra quand il lui plaira, P 227, (Voy, troy.) Léon, ankou ; v. br, ancou, mot passé en haut 
breton, ï Ankou, selon M, le C» Régis de l'Estourbeillon {Légendes bret. du pays d'Avessac, p, 5, extrait du 
Bull, de la Soc. Arch. de Nantes, 1882, t, XXI). Gall. angeu, v. irl. êc, = *enc-, de "ne, cf. ve'xui;, 

Aucn an lestr, ancre de navire, Cb, ancre an lestr Ca : anci-aff, ancrer, Ca ; du fr, 

28 



206 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

i%.ndre, André J Sg, Ce Ce; Andreu P 5i, Ca. 

iVndret, endroit, quartier, 28 ; ej —, en ta faveur, } by h ; em andret NI 487 ; en andret an cas, à ce 
sujet NI 5o5, en — sur, sur un terrain solide, dans une condition honorable, équitable, J 235 e pep —, de 
toute façon, N 196, io5i, pep —, N 1042; NI 170; dre nep —, en aucune façon, N 714; nep — , J 35 b; 
pebe!{ — , de quelle part ? N 662 ; a drouc — , d'un mauvais naturel, J 84 b ; souffisant enn — , assez 
digne pour, J 41 ; auj. em andret, à mon endroit ; du fr. 

i%.u<luUIen, andouillc, C ; pi. anduillou, Cb, anduill Ce; du fr. 

iVntlui*sts, endura, soufirit NI 444 ; du fr. 

;%.iiefl*ue, 2 syll., enclume 577, anneffn Ca, Cb, anneff Ce. Léon, anneo, vann. annean. f , irl. inneoin. 
t., ddùf indeoin, Cormac; de *ande-bn-is, ovtÎtutio; ? Voy. boem. 

i%.iiei*, corvée C, du 1. angariiini ; en léon. en aner, en vain. 

I. i%.nes, C, anaes Cms malaise, de an- privatif et de aes. C'est sans doute ânes qu'il faut lire, J G b, au 
lieu de ane:[ (var. aues, rime en es). — 2. i%.ne8, Agnès, Cms. 

i%.neual, C, animal ; masc; daou — , NI 144; — goe:;, bête sauvage, C ; pi. aneualet B 713, N i igS ; 
NI 140, anevalet, Nouel 9 ; aneualic, petite beste Ce ,■ aneualus, abondant de bestes Cb, Ce ; léon, 
aneval, pi. ed, gall. anifail, du lat. animal. 

iVneuez, bientôt (au futur), 21 5* ; nouvellement, naguère, J 104; de a 2 et «euef. 

i%.iiezaf, de lui J 6 b ; ane\aj rac nen cafafquet, car lui je ne le trouve pas, J 216 b (peut-être l'auteur 
avait-il dans la pensée une tournure comme ane^af... ne cafaf tam, cf. an aual... eff na debras tam J 4); 
ane^aff de lui N 432 ; an fi;\ — , la foi en lui, B i83 ; anejaff eu ma muyhaff couff, B 173 ; ane:;aff eff de 
lui-même, B 804; écrit aenesaf, J 108 (var. ane:^a/) ; ane^afu, H, a ne:iaff N 517. Léon, ane^han, tréc. 
anean. Pour la première syllabe an-, voy. ahano. M. d'Arbois de Jubainville, Rev. celt., I, 91, voit dans la 
seconde ef le pronom irl. -d, -id ; cf. de^aff, à lui ; cette syllabe ne se trouve qu'à la 3= pers., sauf dans des 
formations analogiques récentes. Pour la terminaison de ane^aff, cf. v. gall. racdam, de\antlm=s rac-d-(h)am. 
Voy. eff. C'est probablement l'h de *ham = *sam, irl. som, qui se trouve dans le vannet. anehon ; on trouve 
même quenavé-^ou, sans lui, l'A. Voy. ane^fof. 

i%.ueze, d'eux 556, J 22 b, Mf 3, H ; a ne^e, NI 411 ; nem boe quet... ane^eff {V\s. ane^e, rime en e), je 
n'en ai pas reçu (de ces dix écus) N 1 5o8. C'est probablement pour avoir été employés ainsi dans des phrases 
négatives, avec un sens partitif, que ces mots ahanouff, anejaff, etc., ont fini par remplacer à volonté les 
pronoms indiquant l'accusatif: nem boe quet aneje peut se rendre par « je ne les ai pas eus ». Voy. ane:^o. 

i%.iiezî, d'elle ; souvent explétif : greomp an guirione^ — , faisons justice, N 1496 ; mar bej aneiy 
yenien, B 369; hogoj de^ eu aneiy, J i85; quent bout de^ ane^y, J 61 ; ej- die be:[af fe\ ane^y... enhaf il 
faut qu'il y ait en lui de la bonne foi, N 1465, 1466 ; prêt eo... anhe^y N 913 ; cf lyst ho digare^ ane^y, 
J 219 b ; aneiy, ^^ ^^ i'^^ Béthanie), J 17 b ; d'elle, P 237, a neiy NI 379. 

iVnezo* d'eux, P ii5. Léon, aneiho. cf. gall. moy., onadunt, auj. naddynt. Voy. ane^e. 

iknezof, de lui H, rime avec tro. Vann. anehon, anehou; comique ano^o, anotho. Voy. ahano et anejaff. 

i%.nfigui*, sans figure, certes ? ou ' en figure , en personne ? J 182. 

A.11 fin, enfin N 635 ; du fr. Trec. anjin. 

i%.ngau, l'Anjou ; i%.ugiuiu. Angevin, C ; du fr. 

il^ngloutaff^ engloutir 737 ; du fr.; représenterait un verbe *englouter. 

iiLngoes, angoisse, Cb,} 124 b, 181 b, N 1 15, NI 210, Mf 58 v», an goes, peine, charge, B 75* ; an- 
goesdet, angoisse B 232, C ; augoessat, < angoissier », C ;,angoes>âus, « angoisseux >, C ; dufr. 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 2.0J 

i%.nhez, logement, demeure, 267, 809, amihe^ 812 ; aimej NI 63 ; annhezafT, loger, faire demeurer, 
B 724 ; peupler, remplir (des sièges) 329 ; habiter, [268 ; anhe'^af, 268* ; jnhe^as il mit (dans une tombe), J 1 56 ; 
pan aune^as, quand elle prit place, P 168; aniie^et logé, placé, N 657Ï; aniiejliet 220'. Léon, annef, meubles, 
annexa, meubler; tréc. dianniein, déloger. Gall. annedd f. demeure, anneddu habiter; cf. irl. anad, de- 
meurer ? 

Ail lioaz, demain : bed an hoa:[, N 191 5 (rime en an); da penn an hoa^^, dès demain, P 2^2 ; oar penn an 
hoa-i pour demain J 61 (var. oar choaj) ; ai'Iionz Ca, Cb. Je crois que dans peban out? Ha hoa:; ma^y, pan 
chenchy rout? P 241, ha hoa:^ veut dire « et de plus'i et non « et demain ». Le léon. varc'hoa^ =oar choaj ; 
le vann. arhoah contient aussi une prép.; le tréc. arhoa^ peut s'expliquer des deux façons, mais à condition 
d'admettre l'antiquité de la forme arhoa:; du Cath.; car la prép. ar n'existe que dans des composés anciens, 
tant en trécorois qu'en moy. breton écrit. Quoiqu'il y ait quelques exemples du changement de n en ;• en 
moy. bret. (voy. knech), je crois que les deux formes an hoaj et arhoa^ étaient originairement distinctes, an 
hoa:; = le lendemain, et arhoa!( = demain ; cf. a arhoaj, crastinus, Cb. 

1. Ann, le, la, les, 20 ; ann penn, 486 ; ann audiui, 33, an 33* ; ann goat, ann nos, J64 ; ann Anqiiou 
J 35, ann abec J 35 b, ann} 44 b ; H. Le Cath. écrit ordinairement an devant une consonne et ann devant une 
voy. : anneil heguile, anneil tu he guile ; anrearall, Ca. Auj. ann, vann. enn ; v. bret. ann (devant aor)\ la 
forme in se trouve dans des noms géographiques (XV« siècle, Rev. celt., II, 207, 208). Corniq. an, irl. an, 
an t, V. irl. -sin t, neutre -sau, de la racine pronominale qui se trouve dans le sanscrit sa, gr. h, v. lat. 
accus. su~m, so-s {ci. Rev. celt., V,*46i-466, VI, 32i). Voy. 5e, hi. Le v. gall. hirunn, quem, doit être pour 
irhunn, auj.yr hwn. 

2. Ann, du, de la, des ; annoll oll, « de tout en tout » C, auj. enn holl d'ann hall. Voy. an 2. 
Anna, Anne, f. NI 260 ; C ; du 1. Anna. Léon. Anna. 

Annas, Anne, m. J 75 b; NI 43 ; du 1. Annas. 

Anneu, trame, filasse, anneuenn, trame C^ ; anneuffenn Cnis ; anneuyfT, ourdir Ca ; anneuyet 
commencé, anneu ceij, trame de soye Cb, Ce, léon. anneu ; tréc. et gall. anwe ; de gueaff ûiser, et de 
an-, prép. 

Annîelaillafl*, « uide in goapat » C ; annichilaffCb, Ce; peut-être se rire, déjouer les efforts de ; du fr. 
annihiler. 

Annîuerseï*, Ca, aniuerser Cb, anniversaire ; du fr. 

Annoei*, onnoer, ounner, génisse, C. En léon. ounner, tréc. annoar; dim. onnei'ie Cb, v.youanc. 
V. gall. enderic, jeune taureau, gall. anner génisse, irl. ainder jeune femme, que M. Windisch compare à 
àvOripo; fleuri, cf. àOctpioi, vierges, (hésychius). 

Annoet, temps, C. Composé de oat, âge ; cf. gall. addoet, temps, délai. 

Annoez, 2 syll., chagrin, douleur, P 99; anoe^ P 219, annocf NI 88, anoijej- 2 syll. B 239, P 75 ; anoa^ 
B 618, 679, 394 ; J i34 ; annoa:; NI 60, 107 ; claff gant annoaj... e lat^aff malade d'envie de le tuer NI 124 ; 
anuoaz<Iei', NI Sg, annoaztlet, NI 498 , id.; anoazet, centriste J 104 b (var. a noa:[et) ; annoas;et 
NI 96 ; na anoa^et, ne vous tourmentez pas, J 61. Tréc. annoa^ chagrin (surtout d'un petit enfant) annoajet 
chagriné, qui pleure (1er n nasal). De *anoaeth, composé sans doute de goa^ pire ; cf. sioa^f, hélas. 

Annouez, C, admonester, avertir. Cf. v. br. anno, gl. sugerendum et persuadentitm, moy. gall. annoc, 
auj. irnno^ exhorter, annos exciter, de *ande-uc ? Voy. amouc et ainoue^. Le P. Grég. donne annog comme 
ancien breton, au mot « exhorter». Cf. annaoue et anaoiie, monitoire, P. Maunoir; a^navoë, anaouë, ana- 
thème, P. Grég.; a^^nawe D. Le Pell., anaoue m. Le Gon. D. Le Pell. dit que « ce mot est devenu rare ». Le 
y de apiavûë, a^nawe, vient prob. d'une métathèse ; cf. alapi et a^flan, arotiej et ajroiie. 



208 DICTIONNAIRF. ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

i%nniinciaflr.7ii autel, annoncer l'évangile, Cb, Ce : du fr. 

i%.iinuy, 2 syll., peine, NI 5i6 pi. anny aou NI 41 ; du fr. ennui dans le sens ancien. 

iVnquen, souci, douleur, J 11, 25 b; N 253 ; P ici ; H ; anquen et ancquen C, ancquen B 340, J 86; 
anquenn J iii b; plur. anquenou i 44 b; anqueniaou NI 53i ; anquenet, tourmenté, affligé, N 1597, 
i855. Auj. anken, gall. anghen, même racine que ancou. 

i%.ni'uuiet, enrhumé, C ; du fr. 

A.nseri*et, C, enclos, enserré; du fr. 

i%.iit, raie C ; auj. ant, creux entre deux levées de terre ; vann. andenn, raie; gall. nant, vallée, cor- 
niq. nans gaul. nanto gl. valles. d'où Nantua et le mot nant petit torrent, en Savoie. Cf. ajr de natr-. 

i%nthIplion, antienne C ; du v. fr. antiphone. 

Anteeliet, « entachiez, 1. infectus. » C ; du fr. entiché. Voy. teig. 

i%.ntei*ieii. En hy nao mis en lech dister e^ voue'n Saluer — Pan voant fournis acomplisset voe ganet 
scier anterin. NI 424, lis. Saluer anterin... e:^ voe ganet dre detin ? 

A.ntei*in : an ster —, tous les astres, P Sg ; fest — , grande fête, P i56 ; intègre, pur, N 660 ; entier, 
franc (envers qqn) N 569 ; entièrement, B 40, J 41 b, N 656 ; anteryn, pure, = intégra et casta, NI 170 ; 
du v. fr. enterin, cf. entériner. 

il^uterinas, il enterra, ensevelit? J i52b. 

i%.nticipalF, anticiper C, part, anticipet Cb, Ce ; anticipation, id.,Cè; du fr. 

Anticrist, C, ant:christ ; antecrist Cb, Ce; du v. fr. antichrist. 

A.ntiei*, 2 syll. entier, entièrement, N i352 ; J 8 b, 42 b ; entier oll, id., Cb ; antier le tout, J i3 b ; 
(juge) intègre N i435; intègre, sans reproche de, J :19 b, antyer, NI ij3, antier muntreur, meurtrier fiefié 
J 16 b ; tut — , gens sérieux B 4. Un eur avenant hac antier, P 107, rend per intégrant horam et dimidiam, 
soit qu'il y ait une faute de copiste, pour hac hanter, et demie (p. i52), parce qu'on dit habituellement eun 
eur hanter, une heure et demie, et non eun eur hag hanter ; soit que l'auteur ait traduit integram par antier, 
et exprimé vaguement l'idée de dimidiam ^paiT avenant (une bonne heure). 

Antioche, 3 syll., Antioche P 55 rime en e ; du fr. 

Antoan, Cet, Anton Cb, Ce Antoine ; auj. Anton; du fr. 

Antre, entrée C ; dre nep —, d'aucune façon, J 58 b, P 240 ; a drouc —, de mauvais caractère, J 234, 
un méchant a drouc antier, lis. antre, B 721 ; enn antre, à l'entrée ? explétif J 47 ; na ve mar sauant en — , 
quelque savant qu'il fût (litt. dans son esprit) B 121 ; dalet archant paramant (var. parauanl) enn — , (pour 
commencer) B 64; Y a ha mar be gou^vet, Rac se reif archant enn antier Eguyt nach repou^ pep re Da nep 
en mire a ve ret J 221, lisez : Ya ha mar be gou^uelje^t ; Racse reif archant enn antre Eguyt [en\ nach rep 
ouz pep re ; voy. rep. Hep atre, sans cause, J 114, lis. antre (rime en ant). Du fr. entrée. L'expression en 
antre revient à peu près à ces autres, si souvent employées comme explétif : quentaff prêt, quentaff guer, etc. 
Cf. « ayant donc Numa fait ces choses à son entrée » (= à son avènement), Amyot, Numa, VII. 

Antren, entrer 2o3, J 49, 207 b, Ca, Ce, H ; Mf 55, entren Cb, Ce, antreas il entra, P 68 ; antreet 
entré J 1 1 1, 2i3 ; entrez, J 5o b antreyt entrez J 47 ; fut. antreo J 35 b ; antreomp entrons, H ; dérivé de 
antre, comme autren de autre. 

Antrusar,'impitoyable P 65 ; a/i trugarei garment, NI 553, lisez antrugar e^ garment ,■ Mf 7 v; gall. 
annhrugar, de an et trugar. 

Anuoat, tanaisie, C. Argoat, arhôat, Pell., aroa^ Maun., arwad, arwa^, m..^ gwa^, f., oai, vann., 
gwéi, l.e Gon. 



DICTIONNAIRE ETYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 2O9 

^niioeit, Ca, anouet Cb le froid, auj. anoued, cf. vann. aouit, engelure. Gall. anmvyd, froidure. 

A.oun, I syll., peur i65, J G4 b, N 883, G; aoun, var. oun, J 202 ; aounîe, Ca, aounyc Ce ; aou- 
nus, Cb. peureux; rac aoun... iia, de peur que, P i3o. Léon, aoun, corniq. otvn ; gall. ofn, v. irl. omun. 
Voy. ehaffn. 

i%.oui>, or 437 N 97, NI 38, H, aoiir Mf 4 (i syll.) ourC; auj. aour, v. gall. aur ; du lat. aurum. 

Apaeseï» î ef — , qu'on apaise, J 36; appaesaff, apaiser, G; appessy apaiser, soulager, N 898 (rime 
en i); part, appaeset, Cb, Ce; du fr. 

Aparchant da abostol, appartenant a epistre, Cb ; e aparchent, ses parents, ses alliés, B 759, J 7 ; apar- 
chant, lis. aparchent (rime en ent), parent, N 641 ; dre apparehent, pertinenter, Cb ; aparchent, il 
appartient, {ouj imp, à nous) B 2o5 ; apparehant, il appartient, il est convenable, i bi \ an pe^ a aparchant 
ouch... ce qui regarde, ce qui a rapport à, Cb f° vi v» ; apparchentaff convenir, G ; du fr.Cf. Rev. Gelt. III, 228. 

i%.pai>isset, apparu N 4i3; que vous apparaissiez! 194; ^réi. apparissa.<; P 90, 134, apparissaff 
apparaître G ; sk'pptkrissn.Tit,, eminens, Cb ; apparissent, g. id.. Ce; apparîczanczdet, appa- 
rence, aspect B 60 ; apparition, apparition C. Du v. fr. apparir, apparissant, apparissanee. 

A.peII, de loin Ca, Cb, appell (je préfère) de beaucoup, 291*, a pell e^fellsoch, B 240 ; auj. a-bell, de 
loin. 

i%.pellaff*, en appeler d'un jugement, Ca; appelLiff a emgann, provoquer, Cb ; appellatiff*, appel- 
latif ; appellation, appellation, Ca ; du fr. 

Apert (ouvertement), — ha certen, bien certainement, 4 ; 400, N i253; du lat. apertè. Le Gath. ren- 
voie de appert à nobl ; cf. vann. apertis, industrie, léon. ampart, robuste, agile, actif. Le Gon. 

Aperz, de la part de, J 127 b, N 3 18, aper^^ B 425 ; auj. abeur^, vann. aberh. Voy. per^. 

ApetaflT, désirer 636 ; je désire, N i56; appetaff, désirer, Cb ; je désire N 450, N 1673; apetit, 
désir, volonté, B 3o8, 686 ; zèle, ardeur, goût, J 46 b, N i3o, 216 ; de apetit, B 194, de appétit N 791, à son 
gré ; appétit désir, J 26 b, 40 b ; bonheur, ardeur, N 1370 ; « appétit », G ; drouc apetit mauvaise humeur, 
mécontentement, N 628 ; drouc appétit, mauvaise passion, convoitise coupable, J 84 b ; appetus, appé- 
tible Cb ; du v. fr. appeler, appétit. 

iVpIen, certes J 78 ; a plen (je sais) parfaitement J 65 b ; en plein (dans la ville) B 477 ; a pleii cristenes, 
tout à fait chrétienne, B 174 ; tréc. a-blén, « plané », adv. du mot plen. 

Aplie ! dre —, avec zèle, application, 649 ; a drouc —, (action) venant d'une mauvaise intention, 688 ; 
dre drouc —, yii ; applî<iuafll", appliquer G ; applicaff Mf 2 ; huy... ho!( em aplic... da ve^aff, vous vous 
obstinez à être, B 779 ; da em aplic, prépare-toi, B 737 ; chem applicas, elle s'appliqua B 9 ; me menn em 
aplicquer]e veux qu'on m'exerce, B 90 ; tut... em apliquet, des gens qui se sont appliqués, exercés à, B ii3; 
em em applicquet, (moi) qui me suis appliqué, N 333, avec une ellipse du verbe être, encore usitée en bret., 
apliquet laborieux, appliqué, B 49 ; du fr.; on dit en haut bret. une e.xplique pour une explication. Le bret. 
aplik, le but, au jeu de billes, semble identique au moy. br. aplic, malgré son synonyme alp, qui peut en 
être tiré par analogie. 

Apocalips, Ca, apocalyps Ce apocalypse ; du fr. 

Apoe î dre — , avec effort, 332 ; dre neb — , par aucune preuve solide, aucune raison ? 108 ; en e — , 
sous sa protection J 8 ; reiff diff apoe Monet, m'accorder la grâce d'aller, P 207 ; appoe, fr. id., C, da map 
hon ajboue, ton fils, notre soutien NI 97 ; da Map... hon appoue NI 178 ; appoealT, » appoier » G. Des 
mots V. fr. qui sont devenus appui, appuyer. L'orthographe ai^boue montre que f n'était pas toujours pro- 
noncé devant une consonne. Voy. ha^nat. 

Apoes, an penn à tue-tête, 680; auj. a boue^ ar penn. Voy. poes. 

29 



2ia DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

^pOllo, Apollon 1 14 ; du lat. 

i%.postat, apostat 714, Ce; appostat, Ca ; du fr. 

ilLpparaill, appareil, préparatifs, B 3o, Ca, Ce ; appareil, Ce, appareill ; apparaillafT, Ca, Cb, 

appareiller, préparer ; du fr. 

^pparaiicc, apparence ; dre —, apparemment, Cb; apparance. Ce; du fr. 

A.ppni'îtoei", " appariteur, 1. apparitor » C. Le P. Grég. traduit ce mot bret. par € pariétaire n, plante 
(du V. fr. apparitoer, God.) Il y a peut-être quelque erreur dans le Cath. 

i%.ppai>teiiaiicc, appartenance Cb, Ce ; du fr. 

ilippenteic, Cb, appenteice Ca, appentis ; du fr. 

Appoentaff, appointer, C ; € appointement, br. id. n C ; du fr. 

A.ppolina. An Idolfin, — NI Syo. 

i%.ppotic]iiaer, apothicaire, ou épicier, C^t, apotiquaer Ce ; appotiquaererez, « appotiquai- 
rerie, cspicerie » Ca ; apotîquaerez, « apoticairie », Ce, appotiquaere^ Cms ; du fr. 

i%.ppotuin, Ca, apotum Ce, apostume. Vann. apotum, L'A. Du fr. 

/kpprautalT, imprimer C, du fr. empreinte, que le Cath. écrit aprainte ; cf. angl. to print. 

Appreciaff, apprécier, C ; du fr. 

Approfll', éprouver, voir si ; — ambe, éprouver si j'aurais, N 11 16; aproufuet éprouvé, souffert, 5o4* ; 
auj. aprou ; du v. fr. aprouver. — Appropi-îaff, approprier, C ; du fr. 

Apres, avec empressement, i25 ; = a près, vite, bientôt, P 261. Voy. près. 

AprestaflT, apprêter J 47 b ; em ein —, je m'apprête, J 99 b; aprestet apprèié, B242, 33o, prêt J 47 b ; 
apprêtez-vous, B 565 ; du v. fr. apr ester. 

Apret, de bonne heure, tout de suite, vite, J 17, N i3i, 957, P 237, 243 ; à temps, H ; a prêt, J 5, 
69 b ; N 64 ; à prêt 223*; apret mat de bien bonne heure, N 243; a prêt mad, bien vite N 1286; apret 
don, il n'y a qu'un instant, N 704; auj. abred, à temps, et de bonne heure. Voy. prêt. 

ApurafT, expier 751 ; apuret examiné, éclairci, 212' ; éprouvé, approfondi 97 ; accompli, vérifié, 
J 32 b, 144 b; an cur apuret, la charge qui lui était confiée ? N 752 ; du fr. apurer. 

Ar pour an, article devant r, H ; ar i^ecter, var. ar secter, la secte, J 14 b. M. d'Arbois de Jubainville a 
cité {Rev. celt., II, 2i5) des exemples de ar, à partir de i6i3-i6i4 (en Léon), et de er, lier, depuis 1549 (en 
Vannes), p. 2i3. D'après M. de la Villemarqué {Mém. de l'Académie des Inscr. et Belles-Lettres, t. XXIV), 
nous aurions dans l'inscription de Lomarec, irhaema -f- inri, « illius cujus est J.-C. in regem, » un exemple 
beaucoup plus ancien de la forme ir, en armoricain. Cf. v. br. ac-i-riminiou. Auj. ar, vann. er, devant les 
consonnes sauf les dentales ; v. gall. ir, gall. moy. yr, er ; auj. yr ne se met plus que devant les voyelles. 
Voy. ail, an, ann, hon, quen, knech, un. 

1. Arabat, adj. : quer^ — , c'est bien horrible, Jér.; auj. arabad eo, c'est défendu, tréc. abad. 

2. Arabat, n. ne — , ni les sornettes qu'il dit, N 1620 ; pU arabadou, sottises, B 248, J 201 b ; ara- 
badus, (homme) ■> âgé qui fait horreur par sa difformité... » Am. du vieillard, selon Le Pell.; peut-être 
plutôt « qui radote « cf. Sauvé, Prov. et dictons, n° 169; gall. arab, facétieux, plaisant. 

Arabi, Ca, Araby Ce Arabie; du fr. — Arabl, arable, C; dufr. Voy. ara:(r. 

Arall, autre, 21, P 201, C ; w« — , B 579 ; diou — , J 29 ; tro — l'autre fois, P ni ; an re arall P 57, 



DICTIONNAIRE ETYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 211 

C ; bro arall, pays étranger, N 3i ; arall, aral, H. Vann. arall, irl. araile, alaile, gr. àW^-iiXojv, mots formés 
par la répétition de allos (voy. ail), avec ilissimilation. 

i%.rat, 1. arc, g. arer (labourer) ; Ca, Cb. Voy. ara:{r. 

i%.i*aue, devant, avant (adv.), H ; araiic, a rauc, C ; araucq, en avant, P 42, de a et raiic, variante 
de rac. 

i%.razr, charrue Cb, Ce, arar^ Ca ; auj. arar, arer; gall. aradr, v. corn, ara(ter) ; du lat. aratrum, 
selon M. Loth ; mais il n'est pas impossible que le mot 'aratron ait été gaulois, cf. tara:;r, loua^r. 

A.r"l>al«8ti-, arbalète C ; î*i*l>alastrer, arbalétrier Ce ,• arbalestrer Cms ; du v. fr. arbalestre. 

Ai-bîtr, arbitre; ai-bitr'afr, arbitrer; arbitra^, Cms, arbitag, C, arbitrage; du fr. 

Arch, arche, huche, coffre, C, H ; arch an boet arche de la viande, arch an calon, thorax ; archguele 
•' chaslit ou sponde » C ; auj. arc'h, gall. arch ; du lat. arca. 

A-reliael, archange J 127 b, C; plur. archaele^ P 26, archealej P 278; tréc. arc'hel, arc'haele, = 
arc'h, du lat. arch — , et ael. 

i%.r-eliaiit, argent 41, 64; J i5b, 61 b, 85 ; Jér. (Le Pell., s. v. crac); argant, N 97, H, C, mot plu- 
riel, comme auj. : dalet ho^ archant, yt gant e J 86. Léon, et tréc. arc'hant, vann. et cornou. argant ; v. 
bret. arga(nt), corniq. argans, v. irl. argal, cf. gaul. Argento-ratum. Ce mot est peut-être un ancien em- 
prunt au lat. argentum. 

7%i>cliaS9 il commanda, aSo, 25o*, 287; comique arghaf, gall. archaf ]e demande, je commande; irl. 
arco, je prie, lat. precor, ail. ichfrage. 

Arclibaelec, Cci, arc bealeuc Cms, archiprètre. 

i^rdidiagon, Ca, Cb, arch diagoun Cms, archidiacre ; ai'ctadîagondet, archidiaconé, C ; auj. 
arriagon, de *arc'hiagon, gall. archiagon (à côté de archddiacon). 

Archedeclin, P i56; archeteclin P 2i5, (cA fr.) architriclin, majordome; du v. fr. archedeclin. 

Arclienaff, chausser, Ca, part, archenet, Cb, Ce; ai*ebeiiaî, chaussure, Ca ; archenat da roe. 
Ce, archenaff da roe, Cb, chaussure du roi ; auj. diarc'hen, sans chaussure. Gall. archen, chaussure, arche- 
nad habi.nement ; v. gall. archenatou, chaussures. 

A.i"chei", (c/ï fr.) huissier, archer, C, Mf 71 v" ; du fr. 

A.i*ehescop, archevêque, C, archescob N 1710; archescobdy, archevêché N 1742, 1757 ; fém. 
d'après N 175S (/le quemeret). Auj. arc'heskop, arc'heskopti. 

Archet, dans maistre Pathelin. Ahqen archet hop ysy (Rev. celt., IV, 452) veut dire «cercueil » 
selon M. Loth [R. C, IV, 456; V, 227). Une édition « qui compte parmi les plus anciennes» [Rev. celt., 
IV, 452) porte archer, deux autres ae cher ; M. de la Villemarqué a supposé ac cher. Le Cath. donne 
harchet den maru, châsse, auj. arched, m. (du v. fr. archet, coffret). 

Ardant, ardent, P 263 ; J 3o, 209 b, N 1045 ; — en carantei B 18, — gant carantej N 471 ; — dre 
carantetf NI S 10 an — carante:^, l'ardent amour, J 175 ; — hoantus, ardemment désireuse, 144* ; du fr. 

Arem, airain C, du fr. 

Ai*ei*, « areur » laboureur, C. Voy. arajr. 

7%.i*gantiei*, argentier, Ca, arganter, Cms, archanter Cb, Ce., du fr. 

Argant on, « 1. columbina, quedam herba » Ca ; archanton Cb. Cf. fr. argentine, Liitré. 

Argat, hucher Cms, entre les mots arch et arch an boet; erreur pour archat, dérivé de arch (plein un 
coffre), cf. Rev. celt., i, 399. 



212 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

^r^oez, intersigne C ; euel e coar dre un argoue^, comme une statue en cire ? N 902 ; aroe:{ signe, 
présage, B 685 ; aroe:^ an glan croas, B i85; ari/ef signe P 19, oare^ var. aruoe^, signe, P 235 (rime à 
hoar); jn/oa^ou signes ? N 1474; arvezaf, j'indique, N 65o. Argoe:^, argoue^, sont des orthographes 
étymologiques (comme agoej); aruej, aruoej, devaient se prononcer anvej ; auj. aroue^. La forme oare:{, 
amenée par la rime, s'appuyait peut-être sur une prononciation spéciale, cf. tréc. noade, aiguille =: nadoe\, 
dial.de Batz g^oMaier chaise = ^-aJoer. Une autre métathèse a lieu dans ajroue P. Maunoir, pour aroue^ ; 
«il y en a qui prononcent a:jre-winti,t dit D. Le Pell., pour le dérivé anvepnti. Une forme plus ancienne que 
aroue^ est aroued, dans arouedma, qui glose signaculum dans la vie de saint Pol de Léon (Rev. celt., V, 456). 
Cf. cornouaillais aroue^, f. rhumatisme, tréc. aroue : gall. arwydd, m, signe, v. irl. airde, n., := *are-vidion, 
analogue à l'allem. Verweis remontrance, rac. vid ; cf. norrois viti, marque. 

Argounou, dot C ; argourounlT, doter, Cb, Ce argourouet doté, Ca. En léon., id.; en vann. 
argouvreu, gall. argyfreii, = 'are-co-br-oves. Autrefois argobrou, argobraoui, Pell.; rac. bher porter, 
comme çepvV). 

y%.i*gu, discussion, dispute, 768 ; affaire (conclue) J 2i5 ; arguiflT, arguer-, argumenter, C, arguas elle 
l'argumenta, (le) reprit, B 12 ; «a arguet (3 syll.) ne refusez pas, J 143 b ; arguemant, argument, ar- 
gumentation, argument ; Ca, Ce; argumant, Cb, B 554; ai*guei*« « argueur » Ca, pi. arguerienn, Cb ; 
argumentation, argumentation. Ce; du v. fr. argu, m., arguement, etc. 

i^.rboaz, demain, voy. An hoa^. La prép. ar, (voy. Armor) n'a été conservée en breton comme mot 
distinct que par les Vannetais, qui lui ont affecté les emplois de oar. On trouve en vann. har en i554, et 
ouar en i 572 {Rev. celt., II, 21 3). Ar, gall., ar, v. irl. air, gaul. are, = itepi, sanscr. pari, lat. per, cf. ^rapdé. 

i%.rliuest, regarder, contempler (act.) 242, 285, 445*, 454 ; arhvest N 279, J 99 b, aruest NI 466, 
neutre : arhuest da, assister à, N 461, 4G2. Dren arhuest cant parce que cent le regardent N 1483 (cf. dirac 
mil den B 'i%]arhuesta[ff'\ je regarde B 284 ; arhvestas, il contempla, J 102 b; <?f arhuestet on va voir, ou vous 
verrez, J 144 b ; arhuestet, voyez, B 596 ; na archuestet ne regardez pas, ne lisez pas votre leçon N io85 
(rime en it) na aruestomp n'y regardons pas NI 454. Léon, arvesti; cf. goth. far-vait-l, spectacle, rac. vid. 

i%.i*iinatliia, Arimathie, 4 syll. J i5i b ; 5 syll. J i52 b ; Arimathya, 5 syll., P 43. 

Arîsmetic, arithmétique, C ; du fr., que le Cath. écrit arisme'tique. 

A.ristot, Aristote C ; du fr. 

i%.i*mafi*, armer N 849, C armet armé, Cb, Ce, J 64 b ; armeupei*, armurier C ; armou* 
armes, P 1 12, 1 14, C ; tut a armou, hommes d'armes, J 166 h ; tut a armaou, Nouel 14; armel, armoire 
C. V. gall. arm., arme, v. corn, armell, armoire ; du lat. arma, armarium. 

Arnior, « terre après la mer» Ca, aruor Cb, Ce; Armory, l'Armorique, N 440; an mor ar- 
morie, la mer armorique, N i393. Auj. Armor et Arvor ; du gaul. are près de, mori mer. En 1271, 
Armor ium, Rev. celt., III, 398. 

Arraîg bras, une grande rage; maladie, difformité N 1129; arragalT, enrager B 776; arragiaff, 
j'enrage B 408, arragiaf i 167 b; arraigas il enragea NI i63 ; arraget enragé, furieux, B 413, 686, 
J 22, 84 b, C; arragiet B 648-649 ; arraigent impf NI 553 ; arrago il enragera, B 730 ; arragamant, 
rage, fureur, B 3oo, arraigiamant J 22 b ; du fr. aragier, enrager. Arrag par apocope, comme ampoeson. 

Arre, encore, de nouveau, 76*, 182, 414, J 54, P 162, 223, C, H ; encore, de plus, J 12 b; NI 49 arre, 
var. atre, J io3. Je suppose que Hep goap Macabre are an Danec, P 244, doit se corriger en Hep goap 
MacabRE a REn Dance fren = re'n). Macabre conduit la danse. Stouaffarre, rcclino, Cb f° nu b ; stouaff arre 
Ce. Auj. arre, are ; contraction de *azre, cf. adarre. 

Arrêt : dre neb —, par aucun répit, 458; nou^eux aret a arretiff {ya.r. nouj eux... arretif] vous n'avez 



DICTIONNAIRE KTYMOLOGIQUF. DU BRETON MOYEN 21 3 

pas d'obstacle pour arrêter ? 246 ; noj eux (var. (le^ eux) aret am requetiff, vous n'avez pas de décision dont 
j'appelle ? 202 ; mors arrêt frein pour arrêter, C, liep nep arrêt sans s'arrêter NI 5o6 ; du fr. 

ArnetaflT, arrêter, s'arrêter, 247, 41 6 ; NI 7 1 5, 8ûy, C ; hep arretaff, B 3 1 , hep quel arrêta/ J 26, hep 
arrêta/ 3\* N 1273 (rime en a) ; hep arrêta P 63 (rime en a] ; hep arretaff NI 528 (rime en a); hep arrety 
N 1497 (rime en i) ; arretet arrêté NI 449; na^ em arrêt ! B 739 ; /lo^ em arretet! J 1 16 b ; ... en arrêtas an 
drase, ... l'empêcha de faire cela, B 3oi ; ne arretiff, je ne m'arrêterai pas, B 12S, ne areti/, 143 *; arrêta 
cessera, J 55 b ; mou!( arrêta J 210b; na arretamp ! J 17 ; dre anretaîg, par empêchement, en étant 
arrêté, N 11 42 ; du v. fr. arestage. Voy. a^rectet. 

Arretaoïi. Dalchet en — retenu aux arrêts, en prison NI iSi, 529 ; plur. de arrêt. 
Afi'ynio, il liera, enchaînera, P 2 5o ; vann. arimein ; du fr. arrimer. 

A.1-Ï-ÎI1, arrivé J 324, arrif S 60 b, ary B 164 ; arryitff'KX 41 par apocops de arrîuet, arrivé, B ^-jj, 
J 134 b, N 339, arryuet Nouel i, cf. échu, /ournis. 

Ai-rluout, arriver J 188 b, arriff W arrive B 48-49, i85-i86 ; arriiias arriva J4; arri/he arriverait, 
atteindrait, J i37*, pan arriusont NI 3io ; du fr. 

A,i"i*op;aiicc, arrogance C ; ari-o^anti, arrogant N ôio ; du fr. 

ArrousaflT, « arrouser » C, part, arrouset Cb, Ce ; arrousadur, arrosement; an*ousat>I, 
arrosable Cb. 

i%.l*saill, Cj, assaill, aissaill Cb assaillir, part, assaillet Cb, asailher, on attaque B 658 ; assailler J 69, 
ho assailse, qui les eût attaqués, P 246 ; ai'saut, assaut, Ca, assaut Cb ; assaîlleiii', 1. invasor, Ce ; du 
fr. assaillir, assaut, peut-être avec influence de la prép. celtique ar. Le Cath. écrit en fr. arsaillir. 

Art, art C, industrie, J 88 b, talent (de jouer) J 146 ; enn art miiyhaff, dans le grand art B 96 ; artifice 
B24; dre — , B 552; dre neb — , B 760; dre — soutil B 274; dre — dium oe clasq miret P m, (var. 
diuin, lis. diuir?) ; iing — magie, B on ; nep — dyaoul P 176 ; mot fém. : he poursuiuaff B 24. PI. arduo 
arts, sciences, N 1098 ; artifices, J 80. Léon, ardau ann diaoul, les artifices du diable , tréc. aber ardo, faire 
des manières ; du fr. art. 

A.rtîcl, article, C, pi. artidou Cb, articlou au /e^, articles de foi, B 1 54 ; — /ef N J045 ; — /c'if N 65o, 
artriclou fer; N 546 ; artîst, homme de génie, artiste, J 177; du fr. 

Ai'uea:. Qiiement en — , tous ceux qui la considèrent, Mf 3, à la rime ; ai>uez, air, aspect : an maru 
so peurgaru e arue:;, Mf 7 y" ; an maru ef eo garu e aruer; Mf 7 1 . D. Le Pell. donne arve-{ comme synonyme 
à'arvest, considérer; cf. arvef, m., mine, façon, air, Troude. Léon, arvechou, minauderies; à Plougonver 
arveiou /ail, grimaces, gestes, arviou, Buej ar pévar mab Emon Morlaix 1866 p. 3i. Voy. arhuest. 

Ai"uoai"z, 2 syll. dre — marpis e rusaff, le tromper par des fascinations magiques N 1476. Aruaar:( 
semble proprement l'infinitif du verbe v. br. ar-uuo-ar-t hui, «vos fascinavit », v. irl. ad-ab-ra-gar-t ; il 
serait = *are-vo-gar-ti-s, cf. gall. gwahardd prohibition; v. br. diuuohart 1. sine impedimcnto, nemine con- 
tradicente " Cart. de Redon, p. 752. Voy. garm. 

Arzorn, poignet C ; ar^ornn P; pi. arj-oniOH Mf 7 v">. Léon, a rjourn gaW. arddwrn ~— 'are-durna-, 

Asardet: estart — , 578 (lis. start), essayez ferme, — hasardez? ou asardet, et dur, cf. tréc. ;art, gaillard ? 

Ascension, P 34, C, du fr. 

Aselez, sein de robe Ca ; ascre Cb, Ce; asclezee, « celuy qui a gcron ou sain» C, ascreec Cb au 
mot barlen. Léon, askre, m. gall. asgre ; dérivé du lat. axilla? 

Ascloedenn, copeau C, auj. cornouaill. askloeden, askleuden, gall. asglodyn, dérivés du bas latin 
*ascla, provençal ascla, de 1. astula pour assula (Thurneysen). 

3o 



214 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

^spolenn, chardon C. Léon, askolen, f., vann. oskalen ; corniquc askellen, gal\. ysg^illen ; v. bret. 
scal. ; cf gr. sxoXujaoç. Va initial est pour e, cf. astandart. 

iVscorn, os J i36, C; pi. esqueni Cb ; ascornîe, petit os, Cb, Ce; trcc. askorn, léon. askourn, 
gall. i75CH'rn, = *ascurno-, de 'ascu- = v. lat. Oi.s-» (d'où ossu-arium, ossuaire), par une dérivation analogue 
à celle du lat. diu-ritus, cf. Bull, de la Fac. des L. de Poitiers, III, 352. Voy. quelorn. 

i%sen, âne H, NI 8, Cb; asenn Ca, Ce; asennes ànesse Ca, Ce. Auj. a^en, gall. asen, du lat. asinus. 

Asez, siège, repos, H ; asezafT, s'asseoir. C, H ; asejaf } -j ; ase'^as s'assit B 1S2, 347, asc^el assis 
J 7 b, 80 b ; Ce ; e\ ase^et que vous vous asseyiez, J 5o b ; ase^et asseyez-vous, J 54, i 5q b, N .S43, asejit, id. 
J 7 b ; asej il s'assied ; asezer, assoyeur, l. assessor, Cb, asejeur Ce. Léon, ajeja, tréc. a^ean ; du lat. 
assidere. A.sîs, assise 1. assisia, Cms ; du fr. 

A.8y, l'Asie 3o ; du fr. 

A.spic, C ; du fr. — i'Vsitîrnn', aspirer C ; du fr. 

i%.»«ti, cornière Cms, auj. ask entaille, gall. asg offense ? Probablement Ju v. fr. oscke, entaille. 
i%.squell, aile C ; asquelleroclienn, « chuette », Ca,- chasse-souris lis. chauve-souris, Cb. Ce. 
litt. 8 aile de peau » ; asquellet, ailé Ce. Auj. askel, f., gall. asgell ; du lat. a.villa. 

i%.squeut, (interroger) humblement li; an EjI a reuelas gant joa bras hac asquet, NI 61, (rime en et) 
= astut... hesaludas NI 22 ; astut he saluJas NI 84, 172 ; c.iras asquet, NI 177, asquet. certes, NI 565 semble 
le même mot que astut. Voy. le suiv. 

i%.squîpet : un pip —, un tonneau bien conditionné, 409 ; du v. fr. esquiper. Tréc. stipan, attifer, de 
*squipajf, cf. standillon = échantillon. Pour la substitution de a à e. cf astandart; akipet, S. Tryph. 40G. 

i%.S!^aign, enseigne J iij ; assaign enseigne 1. intersignium, Cb, Ce ; du fr. 

A.ssayll, (provisions) tout à fait (consommées) Jér. Voy. dyspayllet. 

A.ssant î a vn —, d'un commun accord, N i3So ; a drouc — (vous) qui aimez le mal J 97 ; adj. con- 
sentant à, J i63, 233 ; dan cas ej- voe assant, elle y consentit, NI 173 ; seis bloaj bras assaut sept années 
entières, certes, NI 278 (pour assur, à cause de la rime) ; as^santafT, permettre, accorder, B 635 ; « as- 
sentir»C; assentaff Cb ; me en assaut, je l'approuve, J 3^ Gildas en assur {Us. assaut, rime en ant), Gildas 
le reconnaît, N 748 ; dan... sarpant ef assantas, NI 396 ; se .. à assantaff]e le reconnais Mf 2 ; assente- 
inent, Ca, Cb, assantement Ce assantament Cms assentiment ; du v. fr. asseytt, assaut, assente, verbe 
assenter. 

iVsseniblair : be^a — , ensemble estre, Cb f° 5 v° b; be^.iff' assembla Ca, Ce, auj. assambles ; du fr. 

A.ssiclu, C, du fr.; dre assidu, assiduelament. Cb. 

i%.ssi{s;nation, C, dufr.; ass^inafl*, assigner, C, iisi-ùiJif j'assigne, je désigne comme, J 56 ; asinet 
assigné Ca ,• assignet Cb, Ce; du fr. Cf. la prononciation vulgaire siner pour signer. 

.Ass^iriaff, 4syll., Assyrie 435, Assiriaf 435* ; rime en aff : du 1. Assvria, avec nasale finale comme 
en tréc. Ayinan, Anne ; Fontanellan, La Fontenelle. 

Asaotofr, « assotir ■) C ; assotet (homm.) sot, fou, étourdi ; B 27Û, 614, J 72 ; NI 124, 3i 1 (action) in- 
sensée B 382 ; du fr. 

i%.ssuniption, assomption P 46, 1G6; du fr. 

i%.ssur, assurément 63o, J 5, N io65, P 280, NI 170; be^et assur, soyez-en sûr, NI 444; assu- 
rance, sûreté, assurance, Ca, Cb, Ce, assurance, P 241 ; dre assurance, certainement, N 824; du fr.; 
a»sui-in', assurer, C, me ouj assur, B i32, me ho-; assur N 818, NI 249 moj- assur N 412 ; me iif assur 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 2l5 

B 722, mef assur J 78 ; lion assurer, on nous assure, NI 3o8 ; assuret (vous nous) rassurez B 254 ; assuret... 
a JoiibLi, assuré de doubler P 272 (var. asseuret) ; (l'Écriture) infaillible, J 23 ; dre augur assuret, fort dans 
la science des augures, N 767 ; assuret, assurément, J 28, N 868, P 180 ; du fr. 

i%$;tftnclai>t, bannière, C ; du v. fr. estendard. — i%.stai>otli, nom de démon, B 26 à 27. 

i%.st»t : lie blcau —, ses beaux cheveux J 4 b ; ^ stat, B iSi ; a stat, clairement, parfaitement, J 207 b. 

7lt.st.enii, étendre J 32 b, 1 14 b, i35, C ; de nein — , à se pendre, P 263 ; rfoj — , pour vous disperser ? 
ou vous étendre par terre, vous renverser ? J 85 b, astennaff étcnàre NI 23i ; en astennat on l'ctendit NI 466 ; 
en em astetmas W. s'étendit NI 211 ; astennet étendu J i38 (éd. 1622) N 2i5, C; (nappe) mise, J49b; 
étendez, B i83, J 160 ; mettez (la nappe) J 49 b ; dre astenn, largement, 1. propensius, Cb. Auj. astenn, gall. 
estyn ; du lat. extendere. 

A.»t.i'ti\^b^ « astralabe » C ; du fr. 

yVstrîfl", vite 593, ai/r//" vivement, violemment J 207 ; a hast hac astir ha diablas, var. astirv. J 78, lis. 
astriv ha diblas (prononcé divlas) ; proprement « avec effort». Voy. striff. 

A.strol<»Ki, C, astrolof^j- B 91, astrologie; astrolos^ue-^, femme astrologue B 96 ; asti'oito- 

miati, astronome Ca, g. id.. Ce,- astrononiiam Cb ; du v. fr. astronomien. 

.i%.stuf:, misérable J 86 b ; stupiJe, terrifié, J 219 ; sarmon astiit dan dut cre, prêcher humblement aux 
hommes puissants, P 55 ; (saluer) humblement, Nouel 22, 172; daou loe:[n mut, astut meur, d;ux vils 
animaux NI 3oo ; astudîc, très chétif. Am. du vieill. (Le Pell., 5. v. dargut). Auj. astud, misérable 
cf. Rev. Celt. VI, 68. Peut-être le t vient-il d'un A". Voy. asqueut. 

Atachet, lié, attaché Ce fo IIII v» ; du fr. — Ataîg : heb —, sans tarder ? 797. Du fr. attache ? 

Ataii, toujours, P 264. Léon, atao ; cf. ga'.l. cto, encore? {Rev. Celt. VI, 57.) 

Atcaret, aimer de rechef C. Voy. adarrc et caret. 

Atcoan, Ca, at^coan Cb, Ce, second souper; atzcoaniafl'. Ce, ajconiaff, manger après souper; 
tréc. hadkoann, hadkoanian. 

AtcoezaflT, rechoir C ; part, atcoe^et Cb, at^icocjet Ce ; tréc. hadkouean. 

Atfei* : hep nep — , sans retard, 41 [afier 41*) ; heb neb arfer, sans interruption, 811, lis. atfer (rime 
en at) ; affer 81 1' ; NI 66 ; liep nep atfer sans aucun doute N 1426 ; sans aucune hésitation, ou sans aucun 
retard, N i 570 ; hep atfer sans doute ? N 436. D'après l'explication de M. de la Villemarqué, atfer signifierait 
« état, manière d'être 1 dans le vers coffat he atfer mecher so, P 26S ; mais ne pourrait-on pas lire hep atfer? 
Voici comme j'entendrais la strophe : A la fin du monde on verra une calamité, un bouleversement sombre 
et terrible ! Il faut (y) penser sans retard, avant que vienne le moment où à la face du jour, l'homme ap- 
prendra, sans aucun ménagement, quel sera son sort (éternel). An Eal mor (lis. mat) gant atfer A comps 
out y fier := avec respect NI 118. Hep atfer, sans hésitation NI 178: sans doute, certes, NI 426. Cf. gall. 
adfer, corniq. aduer, action de rapporter, de at -f- ber, tac. hher, porter. Pour le changement de v en f, cf. 
e^ foe, tu eus, P 212. Voy. atferant et avérant. 

Alferant : dann — , au contraire, d'un autre côté 71 ; dérivé de atfer. Voy. ancrant. 

Atîs, suggestion : dre guir — , par une bonne pensée, N 582, 606 ; a guir — , bien intentionné N 675, 
a drouc atys, par une mauvaise inspiration, P 259 ; aide, secours ,J 229 b ; dre atys an Sarpant, Nouel 3 ; 
dre drouc atys, Nouel 3o ; a drouc atys, NI 543; me /z )f attis, je vous y engage, N i25i. Atis, P. Grég. 
Cf. le v. fr. alisier, aticier, et enticer, enticher, angl. to enlice, exciter; il y a peut-être eu une confusion popu- 
laire avec attissaff, attiser. Vann. astissein, exhorter, e.\citer, l'A. 



2l6 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

Ati'ap ! en — , en la saisissant, 526 ; a atraper, qui est attrapé, saisi, P 231 ; atrapet. pris, J 70 b ; 
atrapo attrapera, J i65 ; du fr. 

i%.treflra ; aj tu da hunan, var. A'treff an tut da hunan J 77 b ; M. de la Villemarqué traduit « re- 
tourne chez toi ; cache-toi » ; le sens littéral est peut-être « rentre (et mtts-toi) de ton côté, à part ". Atreffa 
est l'impératif d'un verbe *atreffat, formé soit d'une expression adverbiale *atreff, corn, adrê, vers la maison, 
gall. adref; cf gall. adrefu. retourner chez soi, irl. atreba il habite, gaul. Atrebates habitants (d'où Arras), 
(voy. treff.) soit plutô; de adreff. en arriére, comme araucqât avancer, P. Grég. de arauc, en avant. 

1. Atnet, fr. id. C ; atredafi*, 1. rudero, as, Cb, Ce Auj. atredou, tas d'ordures ; en haut bret. atrets. 

2. A.ti:"et : pe dre —, pour quelle raison J 142 ; par quel abaissement ? J 5i b; me caffo... ma —, je 
trouverai moyen d'arriver à mes fins, J ii5 b; tut... a drouc —, gens scélérats, cruels, J 33 ; cj ay hon slat 
en drouc — , notre sort, notre vie finira mal, J 1 16. Troude donne e droite atred, m., en flagrant délit. Ce mot 
et le précédent viennent du v. fr. atrait, atret, provision, amas, préparatifs, intrigue, caractère ; a drouc 
«ire? répond à de maie atret (du lai. attrahere). 

i^tribuet, 4 syll. attribué, réparti, 92, 666 ; du fr. 

Attîsaft" iT'i tan, attiser le feu, C ; du fr. Vann. asstisein, attiser, l'A. 

A.ttom gucnn, « atour a femme » Ca, attorn Ce; du f. atoiir. 

Au par u ou v voyelle. 

A.11 ! ohé ! (cri de joie) J 1 19 ; hélas ! J 44 b ; malheur ! J 84; cf. hau. 

A.MCtoi*«te, autorité J 85, C ; en — ... en laça Ysay, (témoignage) mis en valeur par Isa'ie, J 23 ; au- 
torite, B 440, auierite C : autorite Cms ; auteritealt*, autoriser G ; auctorizabl, Ca, autorijabl. 
Ce autorisable ; du fr. 

ilLUcIiancc, audience, C ; aiidiancei*, audiencier, Cb, Ce ; du fr. 

A.uditoei*, auditoire, C ; auditor (rime) NI jb ; du fr. 

i%.udiui, autorité, puissance, 33, 323, N 260; — sautent, force d'esprit ? B 658; audiffuy, avec rimes 
en eff, B 585. Cf. rouchi « avoir Vaudivi, avoir l'audace, l.i hardiesse ». Le gloss. roman de Roquefort donne 
audivi, audivit, autorité, crédit ; le dict. de Trévoux cite c^s mots comme anciens, et ajoute : « On dit auj. 
audiat. 11 Provençal audei, f. hardiesse, audace (Honnorat.) 

i^ufflret, « AuflVoy, 1. Aufredus » C ; n. pr. encore existant en Bretagne. Au IX'' siècle Alt/rid. 

Augur, augure, présag?, N 767 ; du fr. — i%.ugustiii, n. pr., C ; du fr. 

.Auron, C auronn; ; du fr. 

i%.ui*uspîcy, science des aruspices, NI 770 ; du 1. *aruspicium. 

Ausaffeofl'! Cms, préparera souper; ausaf an bredou, préparer les mets, i (>\ da em aux, prépare-toi 
J 2o3 ; auset arrangé, traité B 386, 671 ; (mets) préparé, J 208 b ; préparez, J 40, 200 b ; traitez (-la) B 5q5 ; 
aushymp, nous préparerons J 200 b ; ej auso, qu'il prépare, J 47 ; ausset on traiterait B 454. Léon, ao'^a, 
préparer, tréc. ô-{an ; de aoj, façon, pour nao:;. Voy. pcnau.v. 

i%.usîll sa — , Ce, a ausil Cb, d'osier ; ausillee Ca, ausilec Cb, ausilcuc Ce. oseraic ; ausillenu, 
C, osier. Ausill, gl. vimina, vie de s. Pol de Léon, Rev. celt., V, 420. Auj. ao^il, m. Emprunté aux langues 
romanes : anc. bas latin ausariœ. 

i%.ustelery, demeure, hôtellerie, NI 67; du fr. 

A-wHlef i provost — , juge sévère, J izi, éd. 1622; qui vit dansjl'austérité, N 45i ; d'une manière aus- 
tère, N 390 ; du fr. 



DICTIONNAIRE ETYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 21 7 

^ut, rive C. Léon. aot. corniq. als, v. gai. allt colline, v. irl. ait, rive escarpée, hauteur ; c'est le même 
mot que le lat. altus, haut, et que l'allem. ait, vieux ; rac. al. 

i%.utenn, rasoir C, autennyc bihan petit rasoir Ce. Léon, aotemi, f., v. bret. j///», gl. ferula ; gall. ellyii. 
m., V. corn, elln, v. irl. altan, f. La racine est probablement art, pierre (irl.) 

Autentîe, authentique, C ; adv. ent — , Cb ; (science) exacte B 90 ; tut — , personnes honorables. 
B 1 13, J 173 b (N 33i, écrit antentk) ; réellement, J 199 b (rime en et, ce qui indique la prononciation par 
n nasale) ; selon les règles, N 1 1 3 i ; antcntkq, N 1814) ; (s'appliquer) soigneusement, B o* [ententic, B 9), N 
333, écrit antentic : du fr. 

Auter, autel P 224, C, H ; autern^', autcUagc, 1. altarium, Cb ; «uter* rime en ciir, P 2 1 2 ; ce mot 
vient en effet de "auteur = gall. allor, irl. attôir; du lat. altare. 

ilb^uti'amant, J 168 b, autremant, C, autrement ; tréc. pe'tramann, ou bien ; du fr. 

A.uti*ecuîdance, Ce, aittrecuidancc Ca, outrecuidance ; du fr. 

i%.uti*eu, accorder, octroyer, Ca, J 26, 32 b, consentement, Cb; autren droite, consentement en mal. 
Cb ; autreas 3 syll. accorda 146*, J i63 b, autreet accordé J 3i b, P 285, NI 408 ; accordez, P 8 ; aiitrehci. 
que vous accordiez J 34 b ; autreis j'ai permis N 398 ; ny a autreo nous accorderons N 220 (ces trois mots 
forment 4 syll., a se joint à Vy de ny) ; d'autre, autorisation, P. Grég., du fr. octroi, cf. Rev. Celt. III, 223. 

ilLUti-ouîeeat, dominer C ; auti'oaiez, seigneurie, C, NI 88, 4 syll., autrouniej B 33. pi. atttro- 
tiiCjOU 5 syll., domaines, B 42b ; du suiv. 

i!kLUti-ou, seigneur, monsieur; C; e — Tat, Dieu son Père, B 182; J4b; N 1 14 ; P 26, 27 ; C, H • 
aotrou N 146, autro N 92, aiitraou 38*; Nouel 9 ; pi. autronej seigneurs, messieurs, J 5 b, 216b; N 3o2, 
543, 1731; P 160, H; autrounej 228* ; N 472 (rime en on), 710 (id.) 1707 (id.). Léon, aotrou, cornou. 
ôtraou ; gall. alltraw, parrain, athraw, maître, instituteur; corniq. altraw beau-père = 'altravû, gén. 
-vonos, cf. V. irl. altram, nutritio ; même rac. que le lat. alere, altor. Voy. ilron. 

Av par 1' ou u consonne. 

.Aval, pomme NI 456, J 4, anal NI Si, C ; auall B 332, N 477, pi. aualou Cb ; aualeim pommier Ca. 
Ce. gue^eiin aual Cb, Ce ; auaSyc, petite pomme Ce. Auj. aval, m., gall. afal, m., v. gall. abal, v. irl. aball. 
gaul. avallo, gl. poma. Cf. vieux haut allemand apliol, lithuanien obiilys, pomme; v. h. a. opa^, auj. obsi. 
fruit. Dybri naual, NI 179, dibr'in aual, NI 327, manger la pomme. 

iVuaEopafl", envelopper qqn, le perdre, le tromper, 762 ; du fr. 

Aiiampe, >< auampie de chaussz » Cj, al(ia)s beyg an Iroat, Cb; du fr. ayant-pied, par le changement 
de ié en é, cf. bodre, lorc. 

jVuancc. Auber an — ho ran^con, faites l'avance de leur rançon N 191 1 ; dam — , pour m'avancer dans 
la perfection N i232 ; auanc, avantage, profit, N 633 ; secours, assistance, J 95 b ; auancc, offrande, don 
NI 268; auancenient, avancement, C; du fr. 

A.vai»ezaff", avancer, C; auanec payer (notre rançon) NI 137 don auanc pour nous sauver NI 433 
auanc il paie NI 390 auance, avance(-toi), B 369; liaf eni avance, J 88, da em auanec J 90; auancet, (nous 
voilà bien) avancés, B 3o3, aduancet, sauvé NI 520 (confiance) absolue, 141* avancé (dans la perfection) 
N 584 ; dre chance avaneet, par pur hasard J 28 b ; en signifianec avancet, en signe évident de ce que, J 1 1- : 
auancet, donné, offert NI i 58, avancet NI 297 ; auancet, avancez B 41 1 , 473 ; hos em auancet, 622;^ auancet. 
que vous protégiez NI 384; avancet, approchez, J 225 b, avancit J i32; auanciff j'avancerai, j'avantagerai 
B 42 (lis. auancaff, rime en aff, au présent) ; aiianc^he (nous) avancerait, nous ferait du bien, B 63, advan- 
cent ils offraient (des présents) Nouel 10, auancent NI 38 ; du fr. 



2l8 DICTIONNAIRE ÉTi'MOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

i%.unntaig, avantage, N 1024, C ; tnuy — a langaig, et même (elle a) plus de paroles, B 65o ; da — , et de 
plus, B 177, (rime avec la première syll. de flachiff, comme en général aig et aich riment à ag et ach parj 
et ch fr.) ; du fr. 

i%.uantur, aventure N 354, C ; dre — , par aventure, J io3 b, Cb ; — mat, bonne chance N 928 ; drouc 
avantur, mésaventure, malheur, J 82 b, P ii5 ; da..., à..., J i58 b ; conseru prudant ma auantur, [à Dieu) 
protège ma vie N jgS ; da bout vaillant e auatur, que sa conduite soit brave, N 1046 ; du fr. 

ilL varice, avarice J 12 b, 85 ; auarîcîus, 5 syll., N 614; avaricyus, J 12, avnricieux, avare : du fr. 

Ave gratta (3 syll.) l'Ave Maria (gratia plena) N 498, lie saludas Dre un Ave NI 84 ; greomp joa Da Maria 
dre un Ave, NI 844. 

A.uel, vent 106, N 126, 1109, P 65, C ; avel N 874; auelafl*, venter, Cb, Ce ,• auelec, plein de 
vent Ca, aueleuc Ce. Léon, avel, tréc. awel, f ; gall. awel, f. = *avella, grec âeXXa, éolien auiXXa, rac. av, 
souffler. 

i%.uen, joue, mâchoire, 377, C ; fém. : an nient avenn, J 79 ; auenat, C, coup sur la joue. Troude, 
dict. br.-fr., fait à tort ces mots masc. En gall. afwyn rênes; du 1. habêna. 

.i^uenant, (j'irai) avec plaisir, 40 ; un termen — , une bonne chose, 71 ; avenant (terme) convenu J 168 b, 
heureux, J 55; un eur avenant, une bonne heure P 107; pour la rime: avanant aimable, avenant, P 78, 
auanant agréable à Dieu, heureux, Nouai 20 ; du fr. 

i%.uiel« 3 syll. évangile N 463, C, aviel B 157, pi. auielou i53*, N 456, auyelou B 169, auielou 169*; 
auj. aviel pi. ou; corniq. awayl, aweyl ; du lat. evangelium. 

i\.uîl : re vil hac — ha bilen (lieu) vil, odieux, horrible, 491 ; heb reuil — de pilât, à la battre sans égard, 
cruellement, 457 ; reuill auill, 457* ; composé de vil. Cf. v. fr. avilance, avillance, mépris. 

.AlUÏs a diaraoc, auisement par devant, Cb, memeux — , m'est avis, 207, ameux avis i 193, = avis eu dif 
J 235 b ; avis, P; dre avis, avec sagesse J 102 ; dre lio^ drouc avis, par votre injustice J 1 18 b ; 7nemoa drouc 
avis, j'étais malavisé J 233 ; hoj aduis votre avis, J 81 (rime en a) ; du fr. On dit encore 'm eus avis. Le 
compose diavis malavisé, ne doit pas être confondu avec dieve^, vann. dieueli. 

ikuisafl*, aviser C ; — ... ma preseruaff, à me sauver, B 703, avisa/ ] 116 b ; pa em avisa/, quand j'y 

songe, J 167 b, pan emavisaf quand je songe J 25 ; pe^ a auis dichuy, que vous semble de B 239; dahem 

avys, penses-y, J 62 (c'est du moins le sens qui me semble probable) aviset avisez, rentrez en vous-même, 
J 221 b, B 216*; chenchomp guis hac en em auisomp, convertissons-nous, NI 448 ; auiset (tu t'es) avisée de... 
B 741 ; drouc auiset, malaviseB 743 ; auiset mat, bien avisé, Cb; pan em avisas,<\\iand il rentra en lui-même 
J 79 b ; en em auijas B 3, en em avisas 3* ; neauisent pas, ils ne se possédaient pas de rage, J i23 ; auisomp, 
avisons, examinons B 69; quen ne em auisse, jusqu'à ce qu'elle se ravisât B 284; du fr. 

i^uision : grueomp ny un — , tenons conseil, 69 ; du v. fr. avision (vision, songe). 

i%.uoeafr, 3 syll., rendre hommage, saluer (un souverain) N 32o ; ai'oea/ reconnaître, honorer (Dieu) 
N 966, avoca/, lis. avoea/ consoler J 212 ; dren Doe a auoeaff par le Dieu que j'adore, B 5o, avoea/l 100; 
avoeer, on reconnaît 147* roe auoeet, roi reconnu B 32, cf. 481 ; écrit auoet B 676 ; vn Doe auoeet Mf 2; so 
da un doe em auoeet, qui s'est donnée, dévouée à un dieu B 408 ; em avocet. lis. avoeet, (il s'est) déclaré (roi) 
J 108 b; auoehet, qu'on reconnaisse (comme dieux) B i23, auoeiff ]e reconnaîtrai B 12g, avoeif J 14g; 
auoesent Q[W\\s reconnussent B 488 ; auoe:^ 3 syll., prononcé auoee^, tu reconnais B 685 ; du fr. avouer. 

AuoeancîC. Dre — , par honneur, pour lui faire honneur NI 373, dérivé du précédent. 

.Auoeltr, homme adultère, « auoiltre », Ca, auoultr, fém. auoultres, Cb ; nuoeltriez, auoultriei^, 
crime d'adultère, n auoiltrie » Ca, auoltrie^ Cb, avoeltrie:^ H ; du fr. 

i%.uon, Cb, auonn Ca, fleuve. Le P. Grégoire donne comme ancien bret. avon, aven, avonn : cf Pond- 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 2I9 

aven, etc. Comique avon, gall. afon, f., = Abnna (géographe de Ravenne), auj. l'A von ; dérivé de ab, irl. 
abh, fleuve ; cf. gaul. ambe, rivo (glossaire d'Endlicher), s.inscr. ambit tau, lat. imber (cf. accipiiint inimicum 
imbrem, Enéide, I, i-z'i) ou.'ipo; pluie, lat. am-nis ; Hamn, nom de rivière, Cartulaire de Landévennec. 

i%.tioi-t;tfr, avorter ; auoi'ton, avorton C ; du fr. Léon, avoltin, avorton ; arvokin, t. d'injure; cf. 
Buej ar pêrar viab Enion, p. 276. 

i%.uti, foie C, auj. avu, corn, aui, gall. aj'ii, v irl. ôa = *aua, génitif moy. irl. aê. lis. jV (Stokes). 

1. jVjt,, de ton (= a 2 avec pr. pers.) ej deu... aj guenon SSj; pa)7 ay af corff P 25o; jj- disqiiiblyen 
} 57 b ; darn... aj secret J 60 b ; branc af iouanctet P 244 ; Foll a-; hol mat ha^nat atau, Nemet pemp plan- 
quen... Ne daye^ querchen a tensor, P 264, c'est-à-dire, je crois, « Insensé, de toutes tes richesses, il est bien 
certain que tu n'emporteras avec toi que cinq planches (en fait) de trésor»; ay goude après toi, P 70 (cf. 
léon. a-c'houde, ensuite) ; me trugareca Doe... aj bout duet, je remercie Dieu que tu sois venu, litt. de ton 
être Venu, de ta venue, P 82 ; cf. vann. ha pont = *ah bout, a; bout = <e tibi esse ». 

2. Aac, te, qui te, = j J ou a 4 avec pron. pers. : quement a^ a^eul. 271 ; me aj goano 'N 8S, me aj siipplx 
N 892 ; 7ne af erbet (me atf en i syll.) P 224; af eu.v tu as 373, 6;3, J 18 b, 85, N gSô, ajeux J 61 b; «f 
ve^o. tu auras J 18 b, aj ve que tu aurais J 66. On trouve à la fois dans les Poèmes Bretons a^ voe tu eus, 201 
affue \qù,affvoe 206, a hoae, var. a voue, 207; le renforcement de v en /constitue une seconde mutation 
en sens contraire de la première ('•■ étant un affaiblissement de bi. Le léon. aj poe ta eus, a renforcé direc- 
tement la lettre radicale. Voy. a 10. 

3. Ax = a 3 avec ef? An froe^ ay dogue^, le fruit quv tu portes P 202 ; on attendrait a dogue:;. Dans la 
strophe 106, ■.• pem^ec guej aj stoea, dan place A enor d^m pem^ec salace Affoe. je crois qu'il faut lire ef 
stoeaff, et traduire : quinze fois je me prosterne sur place, en l'honneur des quinze joies que tu éprouvas. 

4. A.Z, et ton : goude da glat plat, a^ eador. An hol ensquor da; enoraff P 264, = je crois, « après toute 
ta richesse, et ton siège d'honneur, et toute la foule qui t'honorait ». Voy. ha^. 

A.zei*ant, adj., partial : hep bout nep queuer avérant, sans pencher d'aucun côté, sans faire acception 
de personnes, N i486. Probablement pour 'azverant, =^atferant. 

Azes : ci — , que tu allasses, J 2i3 b. 

A-zeuIill', adorer 399 (rime à quentel). C ; ar;eul il adore B 271, 447* J 174, Ce- ajeulaff j'adore B 429; 
aïeule adorait, B 437 ar;eulent adoraient B 443 ; ajeulet adoré B i23, adorez ! B 55o ; le d est resté dans 
adeulas, NI 424 ; léon. aveuli, gall. addoli ; jiu 1. adorare. Le fr. adorer a donné a 'orifu, H 9 ; yoy. aio- 
ront. 

i%.z(r, mûr C;)ii-, := a;o, hao, vann. anv, P. Grég.; anve, aneu, L'A. Gall. addfed, mûr, v. bret. admet 
(raisin) sec, = vann. anved-ein P. Grég., anehuédein, L'A., mûrir, gall. addfedu. Le léon. dour hanvoej, 
eau croupie, eau de fumier, et le tréc. dour haoe, semblent avoir le même suffixe que le corniq. arve:;, mûr, 
moy. irl. abaid ; le vann. deure-anho, L'A , cornou. dour-hav (Troude), = a:;ff. De adm- =; *admos, ci. gr. 
àS|x«{vEtv, être en bonne santé, Hésychius, àâ-ivo';, dru, âS-pôi;, dru, mûr? 

Azfi'îtîïlT refrire C6, s. v. fritajf. Vov. adarrc. 

AaKfïas, odieux, exécrable, criminel, 526, J l'i, 86 b, 97, 1 14 b, 204 b; superl. iif gassaff B793; Troude 
donne u a^gas, étrange, surprenant ; ■> de aj- et cas, haine; gall moy. go-aleas, Mabin. 3,3oi. 
Azyent : ma:; —, pour qu'ils allassent, i83 ; ej aj ient Ni 442 ; ma; a; yent NI 162, s'ils étaient allés. 

ilL.znauout, connaître C; a;nauaff ]<î connais B 81 ; a;naffe reconnaîtrait, P 232, 235; a;naue^et 
connu Cb, B 3i2, J 67 b ; (var. anauc;et), a;naue;o connaîtra B ôii, a;navihet vous saurez J 164, a;navoe 
connut J 202 b, 2 1 1 b; aznauouclec, connaisseur C; aznauoudei^uez, C, a;nauodaeguej Cms 
connaissance, a;navoudegue; reconnaissance, H. Léon, anaout, anaoudek, anaoudege;. Anaout, gall. adna- 



320 DICTIONNAIRE ETV'MOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

froi = 'ate-gna-butis, cf. v. gall. am-gnau-bot, conscience, irl. aithnim, je sais. Voy. ha^nat. Apiavoe répond 
au comique annaboiv, gall. adnabu. 

i%.zciiiil, nuque 472, i'" syll. rim. en al. De at, a:;, et de qiiil. 

A.ZI-, serpent, couleuvre, C; ae-{r, NI 81 : fl^r an quoat, u couleuvre de bois», Ca, a^r coat Cb^a^r 
guyber couleuvre d'eau, C, (lisez .1 vipère»). Auj. aer f. gall. neidr f., pl. nadroedd ; v. bret. natrolion, adj. 
plur. ( qui a rapport aux serpents s ; v. irl. nathir, m., gén. nathrach, serpent d'eau; et. lai. natrix, id., 
litt. « nageuse ». Voy. neuf. 

A.zi*etî, componction, contrition, N i5o, C; hep aep-ec, sans regret NI 207 ; azrecat, avoir com- 
ponction des péchés, C, i^redecat Cms. A^rec'li tristesse, affliction, PelL; a^reoWs. ajrec tristesse, P. Maun. 
Le breton semble se décomposer en a^-rec'h. Corniq. eddrek, pl. edrege ; irl. aidrech, aithrechas, aithirge ; 
latinisé en arreum, Zimmer, Glossae hibernicae ; gothique idreiga, qui paraît emprunté au celtique (Stokes). 
Cf. Beitr. II, 216. 

Aasrectet : hep quempret —, veut dire je crois, « sans me repentir », litt. sans prendre regret, .1 99 b ; 
M. de la Villemarqué a traduit « sans prendre caution ». Var. hep quemeret arretet. Ajrectet semble dérivé 
de ajrec. 

i%.zrouant, 3 syll., ennemi, C ; démon B 38i, J i5, ii5, P 239, H ; ajroant ennemi P 238, 260, pl. 
Cb,ep-eiie>!t ennemis, H 3, adp-oiiant, démon, NI 543 ; pl. ejrevent P ig3, 242 ; »zrouantelez, inimitié 
Ce; azrouantus, 1. hosticus ; dre a^rouant, dre ap-otiantele:;, 1. hostiliter, Cb. Léon, aeraouant, 
démon, pl. crèvent. On pourrait expliquer ce mot par » tourmenteur », en le rapprochant de ajrec ; sa ter- 
minaison indique un dérivé d'un ancien participe présent. La rac. verbale peut aussi être la même que dans 
le V. bret. inruetir « incitât? » gall. rheuo, se mouvoir, auquel M. Stokes compare l'allem. regen. 



B 



ISabilon, Babilone, C ; du fr. 

Babouin, 3 syll., singe, t. d'injure, 290*; babouinaflTfrn uisag, C souiller le visage, babouynaff 
Cms ; du fr. babouin ; b. lat. bebuinare (XIII" s.) peindre des figures grotesques (Brachet). 

Bac, C bac, bateau ; du fr.; fém. comme auj. ba§;uic vilun Ca petit bateau, bagic bihan Cms. 

I. Bacc, bât, C, bace Cms; du v. fr. bast. — 2. Bacc crampoe^, C, pâte pour faire les crêpes, bace 
Cms ; tréc. bas, h. bret. basse, f ; du v. fr. paste? cf. bacc 1 et baradoes. 

Bach, croc, C; auj. bac'h f., gall. bach m., irl. bacc, m, Voy. diuacli. 

Bacheler, bachelier C ; baclielery, « bachelerie » Cb, Ce ; du fr. 

Bacimet, « heaume ou bacimetnC, bacinet, g. id. dus ; bacinet, g. bacimet, Cb; bacînaff, part. 
bacinet, heaulmer, Cb. 

Bacîn, bassin, vase, J 5i, C ; du v. fr. bacin. 

Baculaft*, « baculer, 1. baculare » (battre) C : du v. fr. 

Badalen, dague, C ; du v. fr. badalaire, Cath. s. v. dac. 

Badet (yeux) éblouis, obscurcis, N 1 125, i 543, 1796 ; na vaiy (prends garde) que tu ne nous trompes, 
N 1648 ; en badou, en maladie, J 147, var. badaou ; en frénésie P 1 14 , ej ay da hol mat dan badou, que 
tout ton bien soit perdu, N 1646; badouet, défailli B 393 ; sot, B 552. M. Loth admet à tort que drouc 
noj badou, dans maistre Pathelin, peut signifier « (avoir) mal la nuit durant i>, R. c, IV, 454; V, 226. Léon. 
bada, être étourdi ; badinella, éblouir par un choc à la tête, Troude ; h. 1. badaillet, bataillet, badaouet eo 
va fenn, la tète me tourne; tréc. batet, batorlet, étourdi, assommé; cf bac'h timide, étourdi, à Saint- 
Mayeux ; vann. bahein, être déconcerté. V. bret. bat, frénésie ; corniq. bad, badt, stupide, badiis lunatique ; 
cf. v. irl. bâith « idiota b, goth. bauths, muet, sourd, insipide. Cf. bataillât ; même racine que ba:( ? 

Badez, baptême : an stat a — , 661, N 1 120; lacat en badej, B 169; bf&dezaff", baptiser, 170, C, H, 
badetjafN 916; mo:; bade^ B 177; bade^as, B 18, .T 104; ef bade^at, on t'a baptisé, P 279; bade^et, batipsé 
146* N 914, P i5o, baptisez B i55 ; fut. badepff B 177 bade^o N 936; Badezour : an — , Jean-Baptiste 
J 104, C, H. Badizient, 3 syll., baptême N 980, P 149; badi^yent C. Léon, bade^, -a, -oiir, badisiant; 
gall. bedydd -io, -iwr, corniq. bedidhia, bedidhians ; à'o.ne rac. tirée du lat. bapt^o. 

3i 



222 DICTIONNAIRE É-n'MOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

Baee, bègue Cb]; cf. le Bec, surnom en 1260, R. c, III, 400 ? Du fr. 

Ba«suel, bêlement ; baeguelat, bêler C ; auj. begiat, corn, ft^^r braire ; cf. gall. ieic/îio mugir 
= irl. bêccim crier. 

Baelec, 2 syll., prêtre N 1671 ; P 140, C ; baeleuc, bealeuc, Cms ; baellec 8o6*-8o7* ; pi. beleyen N 523 ; 
fém. baelegues, C ; ef baelegiier, on t'ordonne prêtre, N 1697; part, beleguet, N 1684; baele- 
guiez, 4 s., prêtrise N 1688, C. Auj. belek, vann. bellek de 'ba^loc, ''baglâc, gall. baglog, qui a un cro- 
chet, irl. bachlach, rustre, dérivé du lat. baculus, bâton (pastoral). On trouve baelec en 1260, R. c, III, 399 ; 
ce mot a marche plus vite que daerou. Voy. da^rou. "Ba^lâc a donné en léon. bajloaek, béquille, par étym. 
pop. d'après baj et loa, voy. décroît ; le vannet. mdleu béquilles = gall. baglau avec le même changement 
de b bret. en m que mac'hbonal, séparé à tort de ba:^valan, Gloss. v. br. 182 ; cf. vann. dareu =:dagrau. 

Baetes, bette, C. Tréc. boetes, du plur. fr. bettes. 

Bagat, assemblée ; — chatal, — galantet, C ; plur. a hagadou, par troupes, prophétie de Gwinglàf (Le 
Pell.). Léon, et gall. bagad, gaél. bagaid, troupe; bagaid, bagailt, grappe, gall. bagad, corn, bagas ; en gall. 
bagwy a les deux sens ; du 1. bacca, baca, Thurneysen. 

Bagol, sain, robuste, Doctrhi. ar ch. str. 2. Eur plac'h var an oll bagol a jolis, anc. imprimé, Pell. Gall. 
tnagoll engraissé (Richards), cf. vann. divaq, maigre (Le Pell.). Voy. 7nae^ur. 

Baguet, poche ou bourse, J 210 ; baquet bagage, Am. du v., Pell., v. bag, distac ; du v. fr. bagues ; à 
Montbéliard baigotte, poche (M. Contejean). 

Bahu, Cms, bahut ? 

I. Baill, ubausen» Cms; auj. baill, qui a une tache blanche au front, gall. bal, cf. gr. (poXio;, id. 
(Hésych.) Pell. cite en fr. baillet, id.; cf. v. fr. « cheval bay, baille en front », God. En irl. bal^ m., tache ; 
gall. bali, m. tache blanche au front des chevaux. 

Balance* balance C ; balance, équilibre B 473 ; nenn dey... en —, il ne sera pas ébranlé, P 1G9 (cf. 
l'emploi de brancel P 265 ; balanzcafT, balancer C ; du fr. 

1. Balauenn, papillon C. Balavenn, balavennicq — Do'ûe, melvenn, Grég.; balafen, malaven, Pell., 
qui cite d'après un nouv. dict. ms. balenic Doue. Balafen, malafen, f., Gon. tréc. melvenn. Cf. gall. pilai ? fr. 
phalène ? 

2. Balauenn erch, flocon de neige, Cms. Vann. malhuenn, f, L'A ; léon. mal:^enn Grég., Gon., Troude, 
malien Pell. Le b moyen bret. vient d'une confusion avec le mot précédent. Peut-être le f du léon. est-il 
produit par l'analogie du syn. cal^enn, Grég. JCal^enn f. Trd. Voy. maluenn. 

Balazn, genêt Cb, balajnenn, C ; balaznec, genetaie C. Balan-du, nom d'homme, charte de 869. 
Cart. de Redon, p. 192. Au XIII' s. balanec, banalec, benalec, bana^lec, R. c, III, 400. Léon, balan, genêt, 
tréc. et île de Batz (h. léon.) baelan = * banian, cf. Ploubajlanec, tréc. Plaerannec ; vann. belann, benale, 
L'A.; gall. banadl, corniq. banathel ; même rac. que lat. genista (Stokes). Dans plus, patois français, balai 
veut dire genêt. Le br. balaen, balai, qu'on tire du v. fr. balain, flagcllum, peut venir de bal.ipt ; cf. corniq. 
bannolan, balai. 

Balbouzat, balbutier ;Çbalbouzei*, bègue C. Léon, balbou^a ; du fr. 

Baie, se promener, marcher, voyager, 275 ; o«f vale, J 206; prés, baie i3i, 282, J igS ; fut. baleo } 42. 
Auj. baie, cf. bali, avenue. 

Balen, baleine C, pi. balenet Cb ; balen, P. Grég.; du fr. 

Balet, al's scubell g. id., 1. cheruchus, Cb, Ce, balai ? 

Bali, fr. barbecane, 1. procastrium, C, baly Ce. 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 223 

Dallin, g. id. 1. sarabara, secundum usum presentem, licet aliud significat sarabara, Ca; nam sarrabella 
sunt brache (braccae) Ce. V. fr. bullin petit matelas (Finistère), God.; auj. en haut breton et en poitevin tissu 
grossier. 

Balsamît, fr. id. ou bammier, 1. balsamus C ; balesamit C)7js ; du lat. 

Baltasni-, NI i6o, Balthasar NI 142, roi mage. 

Balu, « perche qui soustient la raysa prendre beste» C. 

Baluent : salo a pep — NI 206 ; glar na — , NI 109. Souci, propr. tempête, de barr 2 et giient. 

Baiii, baume C ; bamafl*, part, bamet, oindre de baume, Cb ; du v. fr. bamme, G. 

Bau, vieille truie C. Léon, bano, banv, id.; v. irl. banb, porc, gall. banw. 

Bandenn, bande, lien, C; dre un banden, ensemble, P238, envn bandenn^ i4o5, (rime enaHn, par excep- 
tion pour ant ; auj. en eur vandenn, id.) ; a banden, id., NI io5 ; e pep bandenn, de toute façon ? N i i5o; du fr. 

Banel : e nep —, en aucun lieu, N 1488 ; léon. banel, f.; du fr. venelle. 

Ktaniei*, Cb ; banyei", C, bannière, auj. banniel m.; du fr. 

Banneeh, goutte J 144 b N gSS, C ; bannhech B 255 bannech 255* ; n'a guelo bannec'h guet il ne verra 
goutte, Jér.; banhe Cms ; J 201 (rime en ech) ; plur. bariechou H, bannechaou NI 16; baniieyc, gout- 
telette Ce. Léon, banne, bannec'h ; banne^, Pell. ; tréc. bannac'h. Le corniq. disait « ne voir, n'en- 
tendre, ne dormir goutte », banna, banné ; \v\. b anna goxxna v. irl. bainne, lait, cf. bann, jet. 

BannîssafT^ bannir, exiler, proscrire, C; banissaff Cb banissafli '4791 part, banisset Ce N152S, fut. 
banisso B 7G6 ; baitîssement, bannissement, Cb, banissement Ce; du fr. 

Baiiquetlou, banquets 297; du fr. 

Baiives, banquet P i56. Léon, banve^, m. Le Gon., banwe^, Pell. vann. bannhiiéss L'A. M. delà Ville- 
marqué a comparé l'irl. bainfheis, t., noces ; je penserais plutôt au plur. franc, banquets, cf. barrej f., du fr. 
ballets. 

Iïai*a, J 55 b, 202 b, N 427, C, H, pain ; baraei*, panetier, C, boulanger Cb, fém. -es C. Auj. bara, 
m., d'où le fr. baragouin ; gall. et corn, bara, de 'barg, cf gall. eira, neige, bera, pile, de *erg, *berg ; v. irl. 
bairg-en, pain, de * barginâ; rac. sanscr. bharj griller, lat. frîgo, gr. (ppuyw. 

Baradoes, paradis 33o; 559 (rime en aes), 6o5, J 141 b; P 190, Mf 71 v» ; B 319 (rime en os), Cb ; 
barados 319* ; NI 12, B495-496, [baradoes 495*-496*) ; J 98, 142 b ; J 35 b ; baradoues, baradoe:^. H; bara- 
:(oe^, ba^fa^oes C. Fém. : en hy, J 35 b ; Ae roas, NI 12. Léon, barado^, vann. baraoues ; du b. lat. paradêsus. 
Le b vient d'une mutation grammaticale, après l'article. Voy. pal, trindet. 

Barat, fraude, tromperie, N 1622, P 97, 186, C; baratafl', frauder. G, baratet, trompé, privé de 
son salaire B 3o3 ; barater, « barateur, tricheur » G. V. br. brat gall. brad v. irl. mrath, plus tard brath. 
Voy. bratellat. Pour l'insertion en breton du premier a, qui a passé dans le provençal barat, etc., cf. vannct. 
darask et drask, grive, L'A.^ cornou. duluf irmiQ = léon. dlu:^. 

Bai*az, « barate » G. Léon, éara^, f.; barac^, Grég., tréc. balaf, cornou. bares, = *baratli ; même 
racine que barill. 

Barba, sainte Barbe, 5 ; qqf. pour Barbara, par ex. ici ; Barbara, i, 787. Léon. Barba, tréc. Barban ; 
vann. Barbe, L'A. 

Barbaou Hervé, l'épouvantail de Hervé, Jér.; idolou barbou idoles, vains épouvantails, B 552. Bar- 
baou, m., être dont on fait peur aux enfants, Le Gon. Gf. v. fr. baboue, f. épouvantail d'enfant; barbeu, 
loup-garou, God.; angl. bugbear'? Voy. H. de la Villemarqué, La légende celtique, p. 264. 



a24 DICIIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DC BRETON MOYEN 

Barbari, Barbarie C ; du fr. 

Barber, barbier, fém. -es Cb, Ce ; barbieres Ca ; du fr. 

Barc, barque ; barg, « barche, » C ; du fr. 

BarfT, barbe C ; ober barff, Cb ,■ baru P, B 5/4 ; dirag da barv, J 1 14 ; barf Ce ; barfuec, barbu 
Ca. barffec Cms, barfeuc Ce ; barfueguyc, peu barbu C*. Au IXo s. Barb(-difeith} Cartul. de Redon, 
■66 ; léon. et tréc. barv, m., vann. barhue, fém. (L'A.); gall. barf, (.; du lat. barba. 

Bai*guet, busard C, auj. barged, va., corniq. barges, bargos, gall. barcud. 

Barill, barril C ; dim. barilllc, Cb ; du fr. 

Barlenn, giron, J lôo. Cb ; barlen C; barlennec, celui qui a un giron C. Auj. barlen, f. gall. 
iarlen, f. 

Bai*n, jugement J 65, H ; barnn, P 274 ; dre barnn, par punition B 382 ; barn en les ylis, Ce, bar dre 
/.J'., C6. Bai-n, juger J rjS b, N 963, H ; condamner, J ii3b, 116; barmi B34.g, P J62, C, prés, barnaf 
J 119 b, barn J 1 16 ; barn .' N 61 1 ; barnas J 114 b, ef barnat il fut condamné J 106, part, barnet J 82, 98 b, 
C; varnet Cms fut. barno J ii5 b, 178 b; bamei*, juge, J 94 b, i63 b, N 1426, C, H; barneur, 
B 543-544 ; barneur jugement Cb (par erreur). Je crois qu'il faut lire baru au lieu de barn, P 286, dans une 
strophe ajoutée au texte primitif, comme le dit M. de la Villemarqué [Poèmes bref., p. i55), mais qui est 
ainsi un distique de forme irréprochable : 

Maj souche den certen en maru hac ou^ pep baru peguenn garu eu 
Bih^uyquen en lecli ne pèche na ne koarshe her dre ve beu; 

« Certes, si l'homme songeait à la mort, (s'il pensait) combien elle est impitoyable envers tous (litt. à la 
barbe de tous), jamais nulle part il ne pécherait, et ne rirait de sa vie. >> Auj. barn f., jugement, gall. id. irl. 
barn, juge (Cormac) ; même rac. que breut? 

Baron, baron, C, seigneur, P 2 3, C, p!. baronnou C, baronou Cb, Jér. (Pell., s. v. mareea) fém. barones 
B 16, C ; baronnes Cms ; baroniez, baronie C, baronnie^ Cms ; du fr. 

1. Barr, branche C, P; — doiir binniguet, aspersoir ; — an quelyen, <> esmouchouer », — raesin, 
< rames de raisin», C ; barrou drein, rameaux épineux, J io5 b ; barraou eoat, branches NI i35 ; hep barr 
dillat, J i34 b, sans un lambeau de vêtement; ne ehommas barr, NI 220; hep repos bar, NI 565 ; un barr, 
B 393. « Bir se dit au sens de négative... comme... brin, pas, point. » Pell.; barr anpenn, sommet de la tête, 
C, bar an pen NI i35. Le sens propre est celui du v. irl. barr, m., « extrémité touffue " ; bret. mod. barr m. 
grappe, branche, sommet, comble ; corniq. bar sommet, baren branche ; gall. bar m. sommet, touffe ; cf. 
Thurneysen, Keltoroman. 44-45. 

2. Barr auel, coup de vent, N 1 109 ; hep — ner;f, sans aucune force, J 72 b ; gant — , (frapper) à grands 
coups, B 592 ; auj. bar, barrad, m. accès; cf. gall. bâr, m. colère, pi. baroedd ; irl. bâir, lutte. 

Barrabas, Barrabas J 117 b. 

Barrenn, barre, — an nor . la barre de luys », C, prob. du fr.; cf. pourtant bar^enen, Pell., bar:(ennen 
f. Gon. verrou. 

Barret, ■ barret ■■ C; eur barreten, une calotte, Am. du v., PclL; baretet, vêtu d'une barrette, 
Cb ; du fr. 

Barroos, barre Cms; du fr. barreaux? — Bartol, Bartole, 1. Bartoldus, C. 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 225 

Barz, ménétrier C. Au], bar^. Le Barje, n. pr. en 1284, fém. fiarf a (latinisé), commencement du 
XII« siècle, R. c, III, 400. Gall. bardd, v. gall. bardaul poétique ; v. irl. bard, gaul. bardos, chanteur, 

Bas : ha gentil ha — , 759, nobles et vilains ; auj. ba'^, peu profond, tréc. ba^ a speret, qui a peu d'esprit; 
corniq. bas, gall. bas; prob. du latin vulgaire bassus. 
barde. 

Basilic, Ce, basiliq Cb, basilique Ca basilic ; du fr. 

Bastart, bâtard ; f. bastardes, G. Bastart, n. pr., Xle s., Cartul. de Redon; surnom, Cartul. 
de Landévennec ; plur. an Vastardou, XII" s., ibid.; du fr. 

Bataîll, bataille, 658, J 69, P ; du fr. 

Bataut, immédiatement, J 216; tipnat —, B 456, J i38 b (éd. 1622); tipnat... —, B 164, 2o3 ; tout 
— , B 1 3i ; valant, NI 278. Tréc. bremâ-^ouden vatan, Buez ar p. mab Emon, p. 374 ; — vantan, p. Sgi ; du 
V. fr. bâtant, id., resté dans « tout battant neuf ». 

Bateau, bateau Cms ; du fr. — Bat'ellei*, C bateleur, batellour Cins ; du fr. 

Bau, lent, timide, io3 ; bauet, C, qui a les mains gelées. Cornou. ba>v, engourdi, léon. baivet ; bar», 
engourdissement, frayeur, Pell. de *bag-vos, cf. v. irl. com-baig t confregit ». 

Baudi>e, baudrier C ; du v. fr. baiidré. 

Baut ha larg cest tout ung C, bien, largement, gaîment B 38, 65, 376, certes NI 422, etc.; peur — , très 
glorieusement ? NI 8 ; du v. fr. baut, d'où s'ébaudir. 

Baz, bâton 294*, Sgi, N 1768,0, J 110; fém. : homan, J iio b ; èaff, Cms ; pi. bijyer, B 460, 
biper 457, bâtons ; — squeul, échelons, Cb ; t>azafr an squeul, mettre des échelons à une échelle, C ; 
bazat, coup de bâton, St Gv*'. Pell. Auj. ba^ î., pi. bisier vann. bah, bac'h (confondu à tort avec le 
moy. br. bach, Keltorom. 3g) cf. gall. bath, m., coin pour frapper la monnaie ; irl. bat, m. bâton. L'angl. 
bat semble d'orig. celt. ; le bret. ba^ représente un gaulois ''batta d'où peut-être le lat. vulg. batuere battre . 
Voy. badet. 

Bazaillat, bailler, C ; du fr.; le Cath. donne baailler et bazaillement. Du bas lat. *badac'lare, dérivé 
de badare, être béant, qui semble d'origine celtique. Voy. badet. 

Bazoul cloch, Cms, (battant de cloche), auj. ba^oul ,• vann. bahoule L'A. cf. v. fr. batail, ital. batocchio. 

Beaul, cuve C. Léon, beol, f., du b. lat. bacula, comme baill, m., baille, baquet? 

Beauselenn, fiente de beste menue, C, vann. bouple, m. L'A. cf fr. bouse. 

Bec, bouche 273, 3g7 ; face : ho bec d'am bec lequel ! S. Gw., Pell.; en — , en face J ig5 b ; teint, visage|: 
da ober — da, J 201 ; bec, pointe, C ; becq (d'une épée) N 1430 ; pi- ober begou (des teints) J 201 b ; beyg 
an troal, syn. à'auampe, Cb ; beguec, beschu C. Auj. bek, m., begek ; Le Pell. donne bechec, cf. beyg. 
Du fr. selon Keltorom. 45 ; c'est certain, du moins, pour beyg. 

Becc, vesce C, auj. bes, bens, f.; du fr. 

Beeli, poids, fardeau, J i3 b, 25 b, N 149, C, Y> \ un — a sechet, grande soif, NI 5o pi. bec'hyou B 74*; 
bicliyair, charger C. bechyaff, p. el. Ce, èeifc/i/ei, becliyus, onéreux Ce. Tréc. bec'h, m., gall. baich, 
m., de 'baccis, *bltad-cis, lat. fascis ? (Stokes.) 

Beclieun, cornette C, de beyg bout (du pied), cf. bechec, Pell., v. fr. beschu, Cath. 

Beelzebut, 3 syll. N 786, Belt^ebuth B 25-26, Be^lebulh 3o, Bel:(ebut 3o*. 

Beguei, nombril C, J gg; auj. begel, m., gall. bogail, m. et f ; en patois du Maine be'ùille, Pell.; du 
lat. buc(c)ella, Keltorom. 40. 

32 



226 DICTIONNAIRK ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

1. Bel» soûle (grosse balle à jouer) C. Mell, PcU.; ineéll, f., L'A. cf. mell, articulation. 

2. Bel. Jupiter ha Bel ha Venus 1 14, Habel 1 14*; il y a erreur : Vénus est déjà nommée, et le vers n'a 
pas de rime intérieure. Belus* 435. 

Belei*, cresson C. Léon. id. m., gall. berwr, irl. biolar ; cf. esp. herro, basque itur-belharra (propr. 
herbe de fontaine). 

Bell, bataille, guerre, C, P, N 1431 ; violence : dre neb — , B 644; désespoir : en — bras J 96 b ; dou- 
leur : hep bel, NI 34 ; bellnfT, batailler C ; bélier, C ; belloui*, Cms combattant, f. belleres C, 6e/- 
loure^ Cms; bellus, batailleur C. Gall. bel tumulte, guerre; du lat. bellum. 

I. Belly, bailli C ; du fr. — 2. Belly, f. pouvoir, puissance, SSg, J 22, P; Dde, Rôe —, S. G'v.\Rout'n 
— , NI 34, Roue'n velly NI 139, 288, roe vellj B 334. An froe\ af dogue:[ej belly, le fruit que tu portes dans 
ton sein, P. 202 (litt. en ta puissance, en toi). Auj. beli, f.; du v. fr. baille. 

Ben a ru de — , d'une rue à l'autre 619. Auj. e ben, f.; corniq.^-ien, m. et f.; cf. pennac? 

Benaet, Benoît Cms; du fr. 

BenafT, couper ; — an mein, tailler les pierres, C ; tourmenter de douleurs cuisantes, N 870, benaf 
N 1 1 34 am ben, (douleur) qui me perce J 127 b ; ne gallaf quen gant guentl hac anquen em bener N 894, cf. 
Je n'en puis plus, on me déchire ! (La Fontaine) ; ben»dui>, taille (Je pierres) ; benei* an mein, taillear 
de pierres C ; benus, taillable, dre ben, sculptabiliter, Cb. Auj. ben (pierre de) taille, bena, bener; irl. 
benim, cf. gr. ■ne-çveïv, tuer. 

Benedieite, pater reuerant, bénissez-moi, Révérend Père, N i258, mot lat.; bénédiction, 

bénédiction N 11 18, P; du fr. 

Beneflce, bénéfice (bienfait) Cb, bénéfice Ca ; pi. benejicjou bienfaits J 128 b, 236 b; beneflcet, 
bénéficié C ; du fr. Le v. gall. binjîc vient du lat. benejicium (pron. -kium). 

Benliuee, instrument, outil Cb, Ce; benhucc, Ca; pi. binhuyou, 3 syll. outils 67, 244, J i35 b, 
145 b (dés à jouer) ; me benuyo, 3 syll. je ferai de la musique B 369. Tréc. benvek, pi. binvio. 

Bénin, venin, poison J 54 b, N 1 168 ; méchanceté, uenim B 692 horreur, misère, venim B 325 ; uhel a 
velim (croix) haute et infâme J 114b; venimet, (abîme) horrible J 97 b ; vous vous fâchez, J 232 b ; 
venîuius, (froid) mordant, J 1 1 ; du fr. ^ 

Beniuolancc (bienveillance) C ; du lat. benevolentia. 

1. Benny, « corne, 1. musa, cornsmusj. C. Tréc. sac'h ar benio, cornemuse, L. biniou, d'où fr. id. 

2. Benny an neut « uolue, 1. pannus », C. Auj. béni, bini, f, bobine. 

Bennige, lisez bennig, bénir, N 1764 beni^ien 3 syll. N 1 132 binijyen C ; part, benniguet NI 18, J 140 
(éd. 1622), P, benniget J 127 b beniguet J 4, N 891, 1218, binniguet, B 178, C, biniguet Cms s. v. barr ; 
B 265, J 56 b, 57; prés, bennigaf N 1770 benigafN 949; bcnig N 236, i852 (avec un petit c au-dessus du 
g); fut. benigo N 937, ii3i, 1814; benigadenn, bénédiction N 1139. Léon, binipen, part, beniget ; 
du lat. benedico ; bennoez, bénédiction N 927, 11 58, 1694, P, benoe^ N 1068. Léon, benno^, vann. 
benoeh ; du lat. benedictum. 

ttc^ pas, de toute façon B 84 [pep, 84*); beb tna:; marnent, à mesure qu'ils mouraient, NI 224; cf. 
bepnet, toujours 12, N 18, i55, i385Nl 1, etc., bepred N 543 ; la i'» syll. rime en o, B 162 (tréc. bopret), 
corniq. beppres ; bemdez, chaque jour NI 72, bemdeij (rime ef) NI 346; pemdej Mf 4. Par mutation de 
pep, etc., cf. K. c. IV, 467. 

Ber, broche C, pi. you Cb auj. id., m., gall. bêr, f., cf. 1. veru. 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 227 

BeraflT, couler C, L. bera, gall. beru, cf. \. ferri, gr. cpépêaOotc. 

Biergei*, berger 375-376 ; du fr. 

Bergiez, « vcrgier», Ca, vergej aualou Cb ; du plur. fr. Voy. banve:^. 

Berit, nom de démon 27-28. 

Bern, monceau J 97, P, bernn C, B 396 adv. dre bern, Cb ; pi. bernou vie de S. Gw., P; bergnaou 
NI 181 ;dim. bernyc, C*,- bernngnalT, berignaff, amonccXer Ca, bernaff, beringnaff Cb, bernygnaff 
Cms ; part, bernet P, bernyet Cb ; ej bergnet, il étaitentassé, NI 96. Auj. bern, m., gall. bwrn, corn, bern; 
irl. nom. pi. bairne, multitude, cf. sanscr. gana, Stokes, R. c, VI, 269. 

Bernai-t, Bernard C ; du fr. 

Beronic î voar an — , sur la sainte image N i i3i ; du fr. Véronique. 

Berr, court, C, P, N 647 adv. e^ berr Cb ; en — amser J 17, e — amser N 760, en ber amser B 60, en 
berr termen B 82, en berr B i36, J 21 b, bientôt, en peu de temps ; dalchet — , tenu de court, gardé de près, 
J 220 ; — enterreten e metou, enterrée tout près de lui, J 192 b ; berrdei*, brièveté C, berder Ce, ; adv. dre 
berrder Cb pej berder a quemcraf ] 191 b, quel parti je dois prendre, lisez preder ? berrhat, abréger 
J 78 b ; berrhoazly, courte vie, P. Auj. berr, gall. byr, irl. bearr, cf. Birri m(anu), n. de potier 
(Allier) ; même rac. que 1. brevis, gr. ppa)(.ui;. 

Berri, le Berry C ; du fr. 

Bers, prohibition ; bersaff, défendre, p. berset ; berser, celui qui défend, C. Auj. bers, bersa, 
cf. b. lat. bersa, clôture. 

Bertelem©, g. id. (Barthélémy) C ; P; Bertheleme Cb ; du 1. Bartholomxus. 

Beru* « boyt, 1. lixamen, » bouillon, C ; beruet, bouilli, C, bervet ] 12 b, (chaudière) bouillante 
J 98 b; biruifi» bouillir C, birvif i 12 ; birvidîe, (cœur) brûlant J 209 b. Auj. berv, bervet, birvi, 
birvidik ; gall. bertv, etc.; cf. lat. fervere, etc., R. c, I, 59. 

Bei*z : a?n droite — am eux guer^et, « pour mon malheur, j'ai vendu », J87 (var. het^) ; peut-être ■< par 
ma faute, par une mauvaise inspiration >•. 

Berzut, miracle J 142 b, C, bur^ut N 41 1, S. Gw., pi. berpidou Cb, bur^^udou J 80, N 397; mystères, 
façons mystérieuses, J 164b; berzudec, berzudus, Cb, merveilleux; adv. dre berpit, Cb. Léon. 
bun^ud, vann. berhut ; dub. lat. virtutis. 

Bes, doigt, 262-263, (var. bej) ; C ; bes, bis, Cb; bes an troet doigt de pied, C ; pi. bisyat 3 syll. P. 
Auj. bes, bis, m., pi. bisied ; v. gall. bis. 

Bescol» cest ung uer, C bescoul Cms. Léon, beskoul, biskoul, f. chenille et panaris. Voy. preff. Vann. 
visscoule, m., panaris L'A.; sens originaire : cf. gall. bystwn, id., de bys doigt, twn fracture. Tréc. beskôl, 
m., panaris. 

Bescont, vicomte, f. — es ; bescontelez, Ca, Cb ; besconty, Cb, vicomte. Auj. bcskont; du 
lat. vicecomitem. 

Besou, anneau C ; — pe clochic ouch an scouarn, ioyau doureille. Ce; besouyen, celui qui fait 
des anneaux, C. Auj. bi^ou, d'où le fr. bijou, cf. gall. byson ; de bes, doigt. 

Besq, sans queue C, auj. besk; cf. v. fr. besque, m., qui désigne qq. infirme, God. ? 

Bes<iu<inn, dé à coudre C, dim. — îc Cb ; auj. beskenn, f. corniq. besgan, gall. byswain f., litt. 
« gaîne du doigt ». Voy. gouhin. 



228 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

Bestialet, (4 syll.) bestiaux, N 1 169 ; gens hébétés, J 72 b ; du fr. bestial. 

Bestl, fiel. Passion de N. S. (Pell.)'; vestl, J 143. Auj. bestl f., comparé à l'allem. bitter, amer, Etudes 
gramm. 66; corniq. bistel %a.\\. bustl, m. cf. X.fêl? bilis? 

1. Bet, monde N i, P ; beth, C, J "ij, l. enn hy, B 32o; pi. bedou B 3i5 en beth, dans le monde, J 27, 
var. bet ; en bet (nul) au monde J 9 b, N 629 (je ne sais pas) du tout, N 3i i ; (comment) donc, B 509* Guenn 
e bet heureux (est) son sort, J 56 b ; guenn è bet... an heny... M 57 v»; guen e bet en credas NI 93 ; guenn 
bet... an heny M 58 ; guen bet an bedis NI 4i5 ; guen da bet NI 184, majeu... guen da vet B 5o4* ; guen hon 
bet NI 142, 241 ; guen ho bet ho credas, heureux qui les a crus, NI 86. Pan finisse ho bet, P 182 ; en divej 
hon bet P 200 (destinée, vie). En Rombet ne chomyff, Jér. (Pell., s. v. bêt), lis. Rom quet ? bedis, habi- 
tants du monde, gens du monde, B 56, N 688, bedys NI 294. Auj. bed, m., monde, gall. byd, v. irl. bith, 
gaul. bitu- dans Bituriges, Bourges. L'expression Guenn e bet existe aussi en gallois et en comique. 
Voy. guinvidic. 

2. Bet, jusque, jusqu'à, J 55 b, P 257 beth Ce; bet Mary NI 481, — e ty,B 211, — gou^aff B 464, — coll 
J 1 16 ; bet aman, C, bet hac aman, J loi b, jusqu'ici ; bet an troat, J 33, bet en (lis. an) roe, B 83 ; bet en 
plantou,B 456, b. e. Map NI i23 b. e. ouff B 82, bet enn haff, B 84 J 47 b, bet en haff B 5o ; bet enn hy, B 37 ; 
bet enhy, î'i 202, 25g bet en och B 52, 60g bet enn he vers eax, } 2i5 h, var. bet e'nhe. Bed, N 48, 11 38, 1719 ; 
bed guelet jusqu'à ce que j'aie vu, N 517 ; bede B 97, C, J 12 b, N 2 , NI 3o3 bede an N 798, beden B 787, 
J 5g; N iSg, bedenn N 1674; bete NI 28; bete ma:^, jusqu'à ce que, NI 187. Bedec enhaff, N 1736. Auj. 
bete, betek ; v. br. bit, v. gall. bet. 

Itetbany. Béthanie, J 161 b ; Betany J 17 b. 

Betlileem, 3 syll., Bethléem, J 121, éd. 1622 ; 2 syll. NI 435 Be^lem, Jér. (Pell. v. amplec) Be^leem 
P, C ; 2 syll., NI 104, 3 syll. NI i53 ; Betjleem, NI 5o6. 

Beu, vivant, C, P ; beo, N 7, 476, 904 Cfr ; dre Doe beu, J 81 b ; an beu, les vivants, J 177 b, han beo et les 
vivants, N 963; ann hent beu, le chemin de la vie, J 177 ; (tombe) dans le roc vif, B 343 ; (hommes) vifs, 
B 470 ; compsou beo, paroles claires, N 1729 beo vivement (rime à tro) J 188 b ; en beu, (connaître) bien, 
B i33 ; credet beu, croyez bien J 5o, ententet — B 61, cf. 693 ; goulue j —, B 750 ej veo en vie ? N 286 ; 
beuair, vivre C, beua/U 248, bevaf J 38, beua/u, befuaff, H ; omj beva (rime en aff) en vivant, P 252, 
beuaff"]e vis B 157 ; ha re ej bevej, et tu vis trop, J 100 b ; sans rime, lis. hac e^ beiie^ re, s'il n'y a pas de 
lacune ; beu il vit J 17 b, P, veo Cb; bevas vécut J 2o5 ; fut. beuiffB 2o3, bevif J 235 b, ef bevifme J 24, beuyff, 
var. beuyf B 56 ; ma^ beuif, que je vive N 2i5; 2« p. beuy, P ; ma^ veohimp N 476, cond. bevhenn J Sg, 
3^ p. beuhe B 599, bevhe P part, bevet J 209; e^^omp be:{et... bevet, nous avons vécu, J 27 b. beuidiquez 
Cb, \\s.-gue:ç (act. de se nourrir). Auj. beo, beva ; gall. byw, v. irl. beo, =: *bigvos de *gvigvos, lat. vivus, angl. 
quick, cf. le nom gr. pîoi;. 

Beure, matin C, J 214, 23 1, P; tréc. beure, m., gall. et corn, bore, irl. buarach, id., gael. maireach 
demain, cf. allem. morgen. 

Beus, buis, C, beuxCc; beusit, C, lieu planté de buis; auj. beus, m., beupt, f; du 1. buxus, 
buxetum. 

Beuurag a guin ha met, beuurage de uin et de miel, C ; bevraig, breuvage, J 143 ; du v. fr. 

Beuzîfr, noyer, C, beupfP, p. et, Cb, léon. beup, gall. boddi, v. irl. bâdud ; propr. aller au fond, cf. 
lat. fodio, ou gr. ^u8(Ç(i). 

Beuenn, lisière de drap ou de toile C, léon. béven, f., id. et ourlet, Pell. 

Beuese, coupable C. auj. beve:(, aubaine, beveji, dépenser, sacrifier; V. gall. bibid, reus, v. irl. bibdu, 
nom. pi. bidbaid. 



DICTIONNAIRE ETYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 220 

Beuyn, chair de bœuf C. Auj. kik hevin ; corn, bowin, du lat. bovina. 

Bez, m. tombe (en ha/ J i 54 b) B 126, J 65, N 104, P, C ; pi. iou S. Gw., Cb ; dim. — Yc, Cb, bez- 
hat, ensevelir, P, C, J 23o, 1 53 b, lis. de même J 154, et non be^haf ; p. ber^haet 2 syll. J i54 b; prêt. 
be^lhis, var. bi^his J 164, bêchas J i63 ; fut. be^hif J i25 b ; bezret, cimetière C P J 97 b, pi. be^redou 
P. Auj. &ey, m. bered, f. gall. bedd, beddrod; même rac. que beupff? 

I. BezaflT, être, C, P, N 329, H; be:;afu H; ie,-a/BSi, J i3, N 5i5; be^a, J 9b, 119; lis. 6o«f, 
NI 5o ; be:;a an, 2 syll. NI i3 ; be:;aff rime à man, NI 72 ; honneiq be^aff, nous avons l'être, M 8, cf. B 273 ; 
an profoet... a laiiar hon be^aff (que nous sommes) Douar, M 8, cf. H 49 ; be^aff a ra il est, M 5, cf. vann. 
bout e hra. Da uejaff, à être B 335, da vet^aff NI 71, da ve\af 145*, da ve\a (rime aff) NI 141 ; ioaus ue^aff, 
B 682 ; bezout, N 247, 749, 782, B 5 17, P ; lis. bout, J 8 ; by:;out S. Gw.; da ve^out, B 3i 5, 346 ; semble 
un compromis entre ber^aff et bout, B 18, P, J 10, N 354, S. Gw. Ha bout heman... Et dire qu'il était...! 
NI 337; ou:; iff bout digr ace... A soingis, j'ai rêvé qu'il m'arrivait malheur, N 25, 26; dre he bout, parce 
qu'elle était, NI 21 ; claff voe... ho bout, de ce qu'ils étaient, NI 270. Da uout, B 624, da vout B 93, N io63. 
Participe (svec auxil. être) tej-e?, B 341, P, N655, S. Gw., J 10; betn i658 ; bed'H i39i.Ind. prés, d'habitude, 
mar beraff B 38i, ma na ve:^af^ 895, quen na ue^^aff B 45, maj ve^aff B 5oi ; seul maj ve^faff (sens futur) 
B 199 ; mar be^ei[ B 527 ; mar be^ P, N 443, J 21, mana ue^ B 661, ey vef J 12, a vef J 2o3 b, B 385, avej 
M 8 v", punisset vej B 497 ; [auj. léon. lo et 2» pi. be^omp, be^if]; 3» ef vejont, B 56o, M 67 ; pan uejer, 
quand on est, N 148. Prêt, viouff 2 syll. B 281, i s. B 184, 698, viouf 2, s. J 177 b, 23o b, 23i, i s. J 23o b, 
23i b, vioff2 syll. P, viof 2 s. J 81 b, i s. J 39, 233 ; 2« sg. viout 2 s. P, ne vyoude, 3 s., P.; 3°sg. uoe B 678, 
■ voe B 9 ; e sae brashaf voe sa robe qui était très grande, J \<j, ya voe, oui cela a été, J 2o5 b, voue N 960, 
NI 5, voae S. Gw.; PelL, v. ca:;r ; voe an fut le, i s., B ii3, voen id. J i5, 137, B 245, 434 ; difaccon... voe 
diff... fa^iaff N 1 545-1 547, cf. B 206, 329 ; de boe, voy. be^aff 2. PI. viomp 2 s. NI 2, i s. J 2 19, 223 ; vioch 
2 s. J 117, I s. P; viont 2 s. P, B 385, NI 4, etc., 1 s. NI 459, vyont 2 s. NI 73. Impér. bej P, J loi, B 164 
nave^ J i83 N 612, etc.; be^et qu'il soit B 411 NI i85, J 42, N i523, ve^e/ B 404, N 520, NI474; be^^omp 
B 69, NI 90; bept, soyez, B 221*, NI 274 {écrit hept), bejet J 19, B 3o4, P, ve:(et B 24, J 210, uijet B 640, 
bet 3 58; an peoryen be^^ent, N 618. Fut. et subj. ey ber;iff B 268, ve:^iff B 267 ; lis. vif ijf B 129 ; vepf 143*, 
"'Vff B 645, vi^iff'^ 67 J 43, B 96, lis. vepff B 5o3, vi^^ifu H, vifiy N 542, J 92 b ; 20 sg. ve^i J 62, vey 
B 562, P, vifi N 6i3, lis. vep N 1934; v^y B 810, J 61 b, vy:^y P; 3e vet(o N 29, etc.; ret vejo, N 227; 
ne vefo muy, N 428, ne vejo quen J 18, 21, voilà ce qui sera ; uejo B 5i ; da ue![0 graet, fiât, H ; i» pi. 
bi^limp H, vijimp N 2 53, 476, lis. gue:;himp, N 475 ? 2e pi. bi^çhyt, H, ve^ot P; 3° bepnt, var. vesint J 45, 
uepnt B 663, vepnt B 276, vipnt N 1202 ; vefowi P 266 doit être au prés. Gond. prés, et impf. du subj. mar 
benn B 740; venn, B 4o3, J 6 b, N 1541 ; ven, lis. ve,-, J 53 b. 2e sg. mar bes B 69S, ues B Sig, 697, ve$ 
N 609, 1584, ue^i B 689, vef P 25i. 3e sg. mar be, J 92 b, N i5i, B 140*, P; "e B 48, N 195 ; «e ue... conuer- 
tisset elle ne veut pas se convertir, B 648 ; ve N 356, J 68, B 121, na ve pour qu'il ne soit pas, de peur qu'il 
ne soit, N 854; prêt ve, var. e, J 100 b, lis. eu, rime dare(u) ; pa ne ve hy, sans elle, NI 474 pan ve huy... 
hon lesse J 72 b; mar be huy ve a rahe B 548, litt. « si c'était vous que ce fût qui fit .. ; hep gou:^out [an] 
eaux pénaux ve, J 217 b. Ra ve, qu'il soit, B 149* ra ue B 178 ; mal écrit re ve, N 1027 ; huy ra ve, soyez 
J i83 b. Cf. l'emploi mod. de pliehe plût (à Dieu), vann. beès, sois, beemb, soyons; ha na ve^ muy J 76 b 
doit être « et ne sit amplius », cf. na ve^et quen B 396 et ma^ ve:; pour qu'il soit, N 601. Ve an, i syl., J 3ob 
veu, lis. ven B 535, pour ve en. Mar bemp J 117, vemp 72 b, B 252, NI 5o. Mar bech N 172, uech B 5a8 
vech seriez J 6, 1 12, ef vech que vous soyez B 89, J 38 b maj vech id. NI 66, ra veeh id. J 7, 5o, cf. vann. 
beeh ; raenavech, B lii:^, rae... na vet U 12 v°. Fe«i seraient J 10 b, 23 b ; qu'ils soient 29 b, B 23 ; qu'ils 
fussent i65 ; pan vent 567, uent 663. Autre cond. pan vihenn si j'eusse été J 82 b ; ef vihenn que je serais 
J 3o b (cf. ef ve, ibid.); pan vihes J 2i3 b ; uihe fût B 574, vihe serait J i5 b, 58 b, B 201), eût été J 101 • 
Diaf vihemp, que nous soyons, P, euit na vihomp quel, NI 448, vihomp nous serions, J 220 b; biheck vous 
seriez P; vihet vous serez J 112, N i5o4, B 454, vyhet NI 275 ; ma; vihet, que vous soyez B io3 N 144 

33 



230 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

ra vihét B 55, J 48 b, N 1060 mar bihent B 700, s'ils étaient, ma^ vient, 2 s., pour qu'elles fussent, J 219 ; 
ex viher on sera M 12 V. 3e cond. vise eût été B 407, serait NI 410, B 248 N 841, vyse NI 112 ; ef vise que 
fût NI 472, vy\e NI 276 ; pan visent quand ils eussent été NI 552. Be^ a gret mat, vous faites bien, S. Gw., 
Rôe Gla^ren so en Ys be\ S. Gw., « c'est le roi Gwallon qui est à Is » ? bej liastyf dyvej, ib., trad. ■• je me 
hâte enfin » par Pell., doit être « sois pressé, hardiment. > Pénaux pe en stat? J 225 (s.-ent. « étes-vous»). 
Voy. le suiv. 

2. BezafT, avoir (ordonné) 1 18, dam be^af nouet N i3i i, goiide bout groet après que sera fait, ou 
après avoir fait, B 244 ; (le sens de « être » est plus probable dans trite:{ oiq hon bei^aff... claffet En deffoue 
Doue, NI 100); graciet am bout... soulacet B 5i4 ; be^et eu B 232, ou^ eux— lavareti 21, ef omp — ... bevet 
J 27 b. Mar be^ s'il y a N 278 B 36(-),pan vej B 68 ; ;7^ em be^ quand j'ai J 2o3 h; ma n. b. i iG, em bej j'ai 
(toujours)J 177 b, nem be^ je n'ai, je n'aurai (jamais) J 226 b ; on beje nous avions (depuis longtemps) B 727 ; 
m'em boa, j'avais, Doctr. 25, pi. hon boa NI 4G8 ; n'en (Vis.n'em) boue, je n'eus, NI 485, pi. 7iy hon boue NI Sg ; 
fut. am be^o N 3o2, nem b. 448, 2e sg. te vejo N 54, ne^ vejo N 807, P 25o, pi. hon bejo, no^ be^o, P, huy 
roj beyO, avoc. Path.;a:m be j'aurais, N 695, m 6, nem be B m, racnambe B 483 ; nof ^«455 ; an (lis. am) 
bise, j'avais ordin., Doct. 2b, hon bise nous aurions NI 408. Impér. ho bejet ayez NI 562, ho^ bet NI 542, 290, 
no:{be:{et N 32i. La forme naf be^et, n'aie, 'B 636, est impersonnelle (« ne tibi sit ») ; da vej couf, aie souve- 
nance, H, montre une conjug. personnelle «tibi sis»; vann. hé-ve' o\i pé chonge, L'A. Cf. ham be^if, que 
j'aie (mihi sim) J 198, hopysy, lis. e py:(y, que tu aies, Avoc. Path., voy. Etude sur ledial... de Bat^çç. 29-31. 
Quiquer, Dict. et colloq., Morlaix 1690, p. 171, donne â ny hon hemp, ' ô si nous eussions ', mar ô defent, 
'qu'ils ayent', etc., cf. p. 173 ; Grég. Graîwn., 1738, p. 92, ho pepJ, ayez, ho be^énd, ho deffénd, qu'ils aient, etc. 
M. Stokes, Zeitschr. f. vergl. Sprachf. N. F. VIII, i, rapporte bihenn et benn à une rac. celt. ba, venir, dont 
l'existence me semble douteuse, et les autres temps donnés ici à la rac. bhu : bout = cpûsiç, be^^aff je suis = 
*buyami, cf. gr. tputo), lat. fio. Corniq. tha vos d'avoir (fait), Créât 2340, cf. 221 1. 

Bezin, goémon C, auj. m., vann. behin; = *bethin de *boctin, ^bucotinos, du correspondant du gr. çûxoç, 
id., comme le gaul. rumpotinus, Pline, de rumpus ? 

Bezuenn, bouleau C; léon. be:jvenn f., singulatif de be^v, gall. bedw, de *betvos, cf. gaul. betu-lla, 
Pline, d'oii v. fr. boule, dim. bouleau. 

BibI, Bible; biblîan, « biblien », bibliothécaire, C ; du fr. 

Bicl, « bicle » (louche) C ; du fr. — Bideau, f bideau » C ; du fr. 

Bigam, bigame, — y, — ie, C ; du fr. 

Bihan, petit C, J 5i, N 291, P ; adv. e^ — , Cb. Mar dint — J 52 b, où bihan est assuré par la rime, 
• nos humbles pieds » ? Dan — han bras B 438 ; bian B 58o (var. bihan) ; byhan NI 2, bichan, C nedel 
hichanoch, quominus (néanmoins) C ; bihanoch Ce. An bihanaff, le plus petit B 579, Ce ; dan bihannaf même 
au plus petit J 94 ; da bihanhaf au moms J 26, 34 b, da bihanaf i 109, da bihanaff B 171, da uihanaff 663, 
da vihanaf 171*, da uianha/Sii, da vihanaff 7o3 ; da bianhaf i 129 b,'; byanaf am moins J 8 ; dim. biba- 
nic. Ce. — Bibannez, petitesse C, misère B 366, dihannej 366* ; bihanej misère J 141, N 654; diffi- 
culté, N 1708; manque, B 249, bihanes (rime ef) NI 58, byhane^ NI 454. — Bihanhat, apetisser C 
bihannat Cb, bihanat Ce, part, bihanhaet Cms ; bihanicligaez, amoindrissement C. Ane. livres behan, 
bec'han, petit, Pell. Auj. bihan, (d'où Morbihan) v. gall. bichan, v. irl. becc, même rac. que 5|jitx-po'ç? 

Bileu, vilain C ; adj., B 1 1, 269, 355 ; vn — B 140*, an — , J 74 ; vilain, manant, B 274 ; map an — , 
B 377 ; bilen ! J i3i bylen J i32, P ; pi. bilenet B 479, J 73 b ; villain (lieu) affreux B 325 (rime en in) ; 
vileny, cruauté, outrage, 210, J 91 b, ii3 b, villeny B 374; vileniet, 4 s. outragé J 79. En gall. 
bilain; Corniq. vyllan, Créât. 1678, du b. lat. "villanus. 

Bilieiin, caillou C ; bilien Cb auj. id. f., cf. gall. marienyn que donne Lhuyd ? 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 23 1 

Biou, 2 syll. me — , je suis son maître 37, men — J 147, var. me'n biaou ; an re man — glan an bel 
B 1 10 ; njy — , nous l'avons J 88 b, liuy byou vous le pouvez J 79 b, var. chuy byaou ; huy — knech ha tnou 
} 23-, var. chuy biaou ; chuy byaou reiff (Marie), c'est à vous qu'on doit (la bonne nouvelle) NI 256 ; an mat 
byaou an madou, le (Dieu) bon qui possède les biens, Autrou byaou an trou a knec'h, Jér. (Pell., v. piaou) 
cf. J 237; me he biaou, Jér. je possède cette ville. Grég. donne l'inf. piaouat, posséder, vann. e, byeu, L'A. 
Gall. piau, posséder ; mi biau, meum est, etc. Davies, corniq. me a bev, impf. a bewé. 

Bis, auel bis, bise, C ; du fr. 

Bisaig, visage SgS, J 33, N 1022, NI 54; visag, Ca ; visaig B 272, J 96 b, i6o, U 56. Auj. bijach ; 
du fr. 

Biscoaz, jamais (avec le passé) J 14, Am. du vieill. (Pell. v. coun) byscoaj J 58, 82 b, io3, 141, oll, 

jamais de la vie J gS, bi:(coa^ B 259, NI 32i, — franc J Sg b, bic-{oa^, lis. bi:{coa^, J 191. Be:^coa^ B 386, 
N 886, M 4, C, be^goa^ N 447 be^coat (lis. -a^) N i534, bescoa^ B 269, 488, be^icoas 26g*, biscoae^, var. bis- 
coua^l, P ; Il dans toutes les vieilles écritures biscôaej, » Pell. Auj. biskoa!^, corniq. bisqueth, bythqueth, de 
hyth, gall. et corn., toujours, (v. irl. bith-)^ jamais, locatif de *bitiis, monde, cf. be^coaj en bet, B 98, et de /lotif. 

Bisest, «bisexte » ; bisestus, bissextile, C, bisextus Ce y du fr. 

Bitaill, vivres, C, bytayll Jér. (Pell., v. dispaill) ; bitLailIaiT, « quérir son uiure» Cb, bitailha Ca. 
Du V. fr. vitaille, auj. victuaille. Trég. bétail, m. Gwerj. Br. I^. II, i83 (mal rendu « bétail n) ; betaill, Ar 
p. mab Emon 348 ; corniq. vytel. Mer. 275. 

Bizliiiyquen, jamais (avec le sens du futur), 200, C J n, 178, 2i3 b ; à jamais, B 34, J 6 b, 8, 99, 
var. bi^viquen. Bi^huiquen, jamais B 128, P, à j., B 263 (da b., B 7g8, da bijuiquen N i345, da bi:(uicquen 
M 5) ; bijhuicquen M 57 v°, bipiiquen jamais N 39, à j., N 2i5, 979, 1584 NI 4; by^vyquen Jér. (Pell. v. 
cousk), jamais; bi^vyquen à j., J 120 (éd. 1622) be^huiqucn à j. B 355, byshuiquen J 89 b, byshuyquen 
J 127 b, bishuiquen B 385, id.; bishuyquen jamais B 429, byshuyquen ] 95 b, bisvyquen J 122 (éd. 1622) An 
ioae bipuiiquen, la joie éternelle, P. Le dicton cité par Pell. s. v. bar{, Birvik, birviken Riwal var^ ne c'hourp 
out den, fait allusion à un événement de 1 5o5 ; mais \'r de birviken doit être plus récent. Lis. c'hoar:^ au 
présent, cf. bishuiquen ne louenhaff, B 45, {bisuiquen 45*) etc. Corniq. bys viccen, de *betbit-quen. Voy. 
bet 2, que^quement, biscoa^ et quen; auj. birviken, biken. 

Bizyan, Bizyen, 1. Bizyanus, C. — Blaes, Biaise C. 

Blam, blâme, crime, C, P, J 65 b, N 912, dre hon —, NI 187; péril N 647; blammîc, petite 
coulpe Cb; blam, blâmer, N i665 B 208, 484, C, blamaff C, blammaff Cms, part, blamet B 154, puni, 
J 35 b, 66, C, P, blammet NI 179, Cms; fut. blammo B 538, cond. blamhe B 775 ; hon blamher on nous 
blâmera B 476 ; blamus, plein de blasme ou de crime Cb. 

Blas, goût C, P; quen mat —, si bonne odeur J 23i ; blasbat, goûter C, Cb bla:[aff Cb. Auj. blas, 
f., gall. et irl. blas. 

Blason : un — , une image ? N 838 (t. de magie). Du fr. blason? 

Blasphein, blasphème C, blas/em J 81 ; blaspbeinafT, blasphémer C, blasfemaff i 75 b, B3i7, 
— madoeou B 357; part, blasfemet B 750; imp. blasphem N 627, blas/em (act.) J 141 ; prêt, blaffemas 
B 514; du fr. — Blecc, plaie, blessure, B 189; blecet, châtié, blessé, J 108 b; du fr. 

Blein, le haut (de la tète) J io5, 190; bleynenn an gue^enn cime d'un arbre C; bleyua, « conduire 
un ouvrage à sa perfection •>, Jér. (Pell., v. bleina) Blinchen, brinchin, cime, Pell.; gall. blaen extrémité, v. 
gall. bréni, proue, voc. corn, brenniat, proreta, v. irl. bruinecha, proretas. Cf. gaul. Brennos, irl. Brian, 
« chef» > 

Bleiz, loupC, N277, dim. — îc Cb, fém. blei:^es C, léon. blei^, v. br. et v. irl. bled, cf. 1. belliia (Stokes). 



232 DICTIONNAIRE Î'TYMOLOGIQUE DD BRETON MOYEN 

Bléu, cheveux, poils, 3g4, 697, bleau C, J 4 b (i syll.) ; sing. bleuenn, Ca, bleauenn 2 syll. B 802; 
bleuhec, chevelu, poilu, C. Léon, bleô, v. gall. bleu; cf. allem. (augen-)braue sourcil. Voy. abrant. 

Bleiit, farine C, J 201 b ; dim. bleudie, Cb. Au). Meut, m,, gall. blawd, m., de *mlâtos, moulu, 
(Thurneysen) cf. irl. bleith, moudre, prés, melim. Voy. malajf. 

Bleuzuenn, fleur C bleu^uen P M 5, pi. We^uC, bleu^u a guiny , Ce bleu^^f Cms ; bleu^ff an groaguej, 
Cms, rà y.oTajAiivia ; ief an sul bleup'ou, le jour des Rameaux, H 21 ; bleuzuyafT, bleupiiaff, ,Cb, Ce, 
fleurir, bteptyaff Ca, bleu^if Cms; bleujuiel (lieu) .fleuri, Cb ; bleuzuec, lieu fleuri, Ce, ble^uecCa; 
bleuzuîe, petite fleur Cb. Tréc. bleu fleurs, sul leiao j. des R. Gall. blodyn, irl. blâth, même rac. qu'en 
ail. blûthe, blume, lat. Jlos. 

Bleuin, 40 (ouvrier) bon, habile. Cf. Blévin, nom propre, en Haute-Bretagne. De bliou, prompt, vif, 
Basse-Corn., blim, Trég., Pell.; blyou, alerte, Grég.; même rac. celt. trfg- que dans l'it. brio, etc.; Kelto- 
rom. 5o. 

Olisic, « soefT, lat. blesus » C. Léon, bli^ik difficile sur la nourriture, Gon.; gall. blysig voluptueux, 
blys désir. 

Bloaz, m., an, C, N 7, J iij ; dou — , B 341 ; n'en doant quet — , ils n'avaient pas un an, NI 441 ; bloas, 
rime af , NI Sg ; abloej en bloej, C, glui^ P, pi. bloa^you P ; bloazuez, année N 1 909 ; blizien, 
année N i3 NI 224 bly!;yen NI 179, bli^en J 117, NI 82, blyjen S. Gw. (Pell., v. è/oa^) gly^en, m. : dou pe 
try —, P, glui^en C ; dou bloazyat, espace de deux ans C, dou hloa■^yat Ce ; gluyzifiat, glui- 
'{yffyat, «annuelier», C, glu^ifiat Cms; bloaziatdic, 1. annulus g. annuelier Ce. Léon, bloa^, m., 
gall. blwydd, bhvyddyn, voc. corn, blidhen, v. irl. bliadan, =*blêd— peut-être de "gvlêd — . 

Blonee, saindoux C, blounhec, blouhec, Cms. Auj. blonek, voc. corn, blonee, irl. blonac. 

Blont, blond C ; blondafl*, être blond. Ce ,- du fr. 

Blot, « bloquel », marchepied, C, bloc Ce ; du fr. 

1. Blouch, (couper) net, 596, 597, J 75 ; jaoïianc blouc'h jeune, sans barbe, Am. du vieill., Pell. Tréc. 
'n hi liivi^ blouc'h, en chemise; blouc'h, en bon état, bien portant; cf. blouhus, blouhéus, qui grandit, Pell., 
V. blouhe. 

2. Blouc'h, tout, tout entier, S. Gw., Pell. v. bloc'h; vann. bloh, cf. fr. en bloc. 

Bo I bo ! interj. 28. — Bôa, Bôa hassit brema, disquit ho cadanç (lis. hastit, et da disquif?), ho, ho, 
hâtez-vous, Am., Pell. 

Boas, coutume : lire g'i/îV --,N n23; a — netti i i5i ; boaset, accoutumé N 447 ; toaf^ei eou/'/ia/.' 
B i85 ; léon. boa^, v. irl. bês, =*béttus, cf. 1. con-suêtûdo. Et. gr. 3i. 

Bocc en prenn nœud dans le bois Ca ; bocenn, « boce » (bosse) C ; c boce », épidémie C ; bozcu, 
bossu, Cms, bocpi C. Tréc. bos, bosen, pi. boso, nœud dans le bois ; bosenn f. peste; du fr. « Nos bonnes 
gens n'osent nommer la peste, mais lui donnent le nom plus générique de bosse, de tumeur, etc. » Pell. 
V. bre^e. 

Bocer, boucher C ; boucher, bouchier, C ; boucherez, boucherie C. Vann. boser ; Le Bocer, n. 
pr., en 1284, R- '^- ^i 40i ; du fr. 

Boch, 1. bûcha (joue) C; bochat, soufflet; bochatafT, souffleter Cb, v. auen. Auj. boc'h f., 
gall. boch, cf. 1. bucca. 

Bodreou î cur —, une paire de gamaches ou guêtres, Am. Pell., v. baudreou ; cf. fr. baudrier. 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 233 

Boecc, Boèce C, n. pr. 

Boem douar, bom douar, « rayon de terre, » 1. sulcus, C. Vann. boem, bom, f. syn. de tôl douar, Un. 
« coup » de terre ; corniq. bom, pi. bommyn, v. irl. bêim, pi. bêmen; rac. de ben-aff, sufF. de han-u. 

Boest* boîte C, auj. boest, boestl, f., du v. fr. boiste. 

Boet, nourriture, aliment, J 6, M lo, C, pi. boedou .1 6, bôedou Jér.; boedenn, bon (d'une noix), 
moelle (d'une plume) C, boeden Cb; boetaff nourrir Cb ; boeta Ca ; boetet repu C ; boedec, C nourris- 
sant ; boeder lare « large en uiande » C. M. Stokes trouve ici dans -er une postposition ; j'y vois un suf- 
fixe, propr. nourrisseur abondant, cf. « nourricier». Auj. boed m., gall. bwyd v. irl. biad, n., v. gall. bit 
(pour "huit, V. br. boitolion, nourrissants; cf. bloaj, blijen) ; cf. 1. vîta et victus. Voy. beu. 

Bolot, pelote, paume, C ; du fr. 

Bols, arc de pierre, 1. fornix C (voûte) ; bols, vols, Grég., vols Maun. de *volt, du 1. voliita. 

Bonibni>t« bombarde, C Ctns, boumbart Cms; du fr. 

Bondal, « bondier 1. bonbizare » C, (retentir) entre les mots baudet bouderie; boudai Cm5,Cc;bont, 
1. bombus, C bruit, éclat. Gant an boat (var. bout, lis. bontj ou^ gront e\ sponthe J 232 (l'éclat de vos re- 
prochas) ; auj. boudai, du v. fr. 

Bonet, bonnet C. (après boulouart), bonnet Am., Pell. v. barret ; du fr. 

Bon ioiii*, bonjour N 1289; du fr. 

Bonn, borne C, bounnCms ; bonnnff, borner C, p. bonnet, Cb (ap. boug) ; du v. fr. bonne, bourne (Ce). 

Bont, <i bonde par ou len entonne le uin » C, bount Cms ; du fr. 

Bontez, indulgences de l'Eglise N 473; bonté, faveur, NI 254 diou:f e —, NI 532, d'après ce qu'il mé- 
rite ; du b. lat. bonitatis. — Bordell, " bordeau, » lupanar, C ; bordeller, C, débauché; du fr. 

Boi*dur, bordure C ; du fr. 

Bom, borgne C, S. Gw., bornnCms, Ce; bornet, éborgné J i36; dufr. 

Botes, soulier C ; eur botou pren une paire de sabots Am., Pell. v. baudreou ; botines, bottine C , 
du pi. fr. 

Boubancc, bombance C, bombans Doct. 2 5 ; adv. dre bombanec, Ce ; boubancafT, bombancier, 
Ce, bombancaff Ce ; v. fr. bobanee, arrogance. 

Boueli, bouc C, dim. -yc, Cb ; auj. bouc'h m., gall. bweh v. irl. bocc^ sanscr. bukka-. Voy. Keltor. 91 

1 . Bouel, boucle C ; bouclezi*, bouclier C ; du fr. 

2. Bouel, « boucle " 1. bubalus C, bucl, al. bouel. Ce, buffle ; du v. fr. 

Bouderie, huppe, oiseau, C, litt. « petit crieur » voy. bondal, comme houperieg Grég. de houpa, crier. 

BouK "« g'^fff barbe de chèvre, 1. stiriUum C ; bouyg a. g., Cb, bougie an gafr Ce; bouchic-gaïtr, 
id., bouch, touffe d'arbres, de cheveux, etc., léon. bojen, buisson, (v. boghen), boden, bod, touffe, Pell.; bodatt 
et bouchatt, L'A., bochat Maun. 

Bou^nran, « bougueran » 1. bissus, C ; du fr. 

Bouliazl, hache C, boueha:;l, dim. bouetaazlye, Cb, auj. bouc'hal, f., v. gall. bahell, ail. beil. 
Voy. Keltor. 84, 85. 

Bouyllouei*, « lauouer a mains ■■ C ; du fr. bouilloire. — Bout, " boule, 1. cepa » C ; du fr. 

Boulouai't, » g. id. ou basse court ou barrière » C; du fr. 

34 



234 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

Bourbonnes, g. id., C, le Bourbonnois, Ci; Bourbones, Ce. du fr. 

Bourch, bourg C ; la ville, les citadins N i35o; bourchîs, bourgeois, f. -es, C, bourchys, f.-es 
Ce ; pi. bourchysyen J 8i ; bourch ha ploueis NI 404, cf. 494, 543, comme en fr. «le cinq ou sixième ». 

Boiirdal, bourder, plaisanter. G, bourdall Cb, Cms ; bourder disonest « bourdeur deshonneste >> 
C , bourdeur Ce; bourt : gant e eohort nedeu — quet J 69 b vers rendu par « avec sa troupe que rien n'ar- 
rête » (bret. mod. bourd, qui est arrêté), je traduirais plutôt « ce n'est pas une plaisanterie », cf. nen beu 
(lis. deuj goap quet, J 228 ; du fr. bourde. — Bourdon, bâton (de la Mort) N 1914; du fr. bourdon. 

Bourgoing, Bourgogne, C Bourgoign Cb, Bourgouinn Ce; Bourgoignon, Bourguignon, 
f. -es, C, bourgoingnon, f. -es, Cb, bourguynon, f. -es. Ce ; Borgignnon, M 4 ; du fr. 

BourionnaflT, germer, bourgeonner, C ; du fr. — Bourraebes, bourrache C; du pi. fr. 

Boiinreau, bourreau, C ; e peu (lis. pen) an — , son bourreau en chef, B 449*-45o* ; bourreu B 697 ; 
pi. bourreuyen B 460*, 454-455, 643 ; boui-reuei*y,assass 704; BuEti du fr. 

BoutafT, bouter, mettre C; — eyi maes, mettre dehors, C; en hirvout ho bouta/] i3 ; gryt e bouta f 
mettez-le, J i65 b ; part, boutet J 23o b ; ef em boute j tu te mets (dans l'embarras) B 448* ; du fr. 

Boutaill, bouteille, G ; boutait lerj u boutaille de cuyr », 1. uter, C ; boutaîllat a guin, une bou- 
teille de vin B 368; boutoîller, g. id. (bouteiller, échanson) C., auj. boutaill, f.; du fr. 

Boutée, 1. calatus C., g. coffin, Cb, auj. boutek, m. hotte ; en tourangeau butet, id. Pell.; même rac. 
que le fr. botte et bouteille (récipient). 

Boutez, 38i, P 268, sort; prop. bienfait cf. P 188, 224; ^ bontej, voy. bondal? ou cf. v. fr. boutée 
poussée, boutade, voy. lignej ? 

Bouuetiei* «bouuier» 1. mandra C «estable a bestesu, Cb ; du fr. 

Bouzai*, sourd io5, 3i4, G, P — o«|', à, N 1454; bouzarafT, devenir sourd, C ; bouzardet, 

surdité C ; bouzaric, petit sourd Cb. Léon, boujar gall. byddar irl. bodhar, sanscr. badhiras, rac. 
bhe(n)dh, lier. 

Bouzellenn, boyau C, pi. bou^^ellou C, B SgS, J 98 b, bou^ellon Ce; du 1. botellus. 

Bozeunenn, u meleuc», 1. meledoda C boe^ennenn Cms. Prob. pour *bocjennenn, = bosen sorte de 
fleur, Pel., du fr. bosse. 
Brabanczon, 745 (mine) fanfaronne ; du fr. brabançon? cf. brabanci, se vanter, Maun. 
Brae, < broyé » Cms ; braeet, (pain) broyé C, braet Cb. Auj. brae; du fr., comme aer de hoir, etc. 
Bragai>d, brave (soldat) Am., v. braga. Cf. bragaldie^ou, braveries, Maun. Du v. fr. braguer. 

Braguesenn, « braier de chausses» Cb. Léon, brage^en, singulatif de brages, sing., du plur. v. fr. 
bragues, qui vient du lat. braca emprunté au celt. *vraca, d'où gall. gwreg-ys ceinture. Voy. gouris. 
(Schuchardt.) — Brahaing, « brahaigne », stérile, C. Auj. id., du fr. 

Brallafl^ ■■ braller » (branler) C, N 1457, branlaff. Ce ,- brallet, allez-vous-en, B 745 ; auj. bralla ; du fr. 

Bram, pet : bramet, peter ; brimiuyat, péteux C, brinmyat Cms, brimyat Cb, Ce. Auj. bram, 
m., gael. bram, corniq. pi. bremmyn ; de 'brag-me = lat. fragmen, cLfragor. 

Bran, corneille, bran an dour «cormarant» 1. alcedo, Cb ; pi. briny corbeaux B 713. Auj. branf. cor- 
beau, v. bret., gall. et gaél. bran, = v. slave vranu, lithuanien vantas corbeau et noir, cf. ail. schtvar-^, 
noir (Et. gram. 3i). — Branc, branche, rameau : — «f iouanctet P ; auj. id., m., du fr. 

Brancell, « brancelle » 1. oscillum C, g. branle, Ce ; brancel agitation, émotion, P ; brancellat, 
I branceller», vaciller C, g. branler Ce; g. brandeller, Cms; brancella, Pel.; du fr. 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUK DU BRETON MOYEN 235 

Brandonn, brandon, torche, Cms, brandon, C1.7, dim. -îc ; brandonafT, faire brandons Ci; 
du fr. 

Bi*anell, » uertenelle de huys»C; branel î. loquet, béquille, Pel.; tourniquel, Maun.; ar èrane// le 
traversier où est appuyée la latte (de la charrue) Grég., gall. branel, m. pièce de la charrue. 

Bi*aqueniai*t, braquemart, 597, braquemar 597*, rime à cert(en) ; du v. fr. 

Braquet, « braier de chausse » C ; du fr. braguette. Pour le q, voy. aquet. 

Bras, grand, gros, 3, J 5 b, N 229, C, P, (chose) importante N 1624 tra — ve ce serait étrange, mons- 
trueux, J 36 b ; (songe) extraordinaire J : 1 5 b ; (paroles) animées, B 245 ; dan — ... ha dan bihan, aux grands 
et aux petits, N 1498 ; holen —, gros sel B 483 ; amser — , (durer) longtemps, J 36 ; — casty, grande tris- 
tesse J 3o b; e« —, (accuser) gravement J 120 b (éd. 1622); bras es quasaff B 2y3, ?nar bras hoj casa/ } 85, 
cf. mar meur hon caras, J 4 ; un sourcy am gruy bras, N 81 1 ; adv. e^ bras, Cb. Gomp. brassoch J 62 b, 
N 6S4 ; sup. brashaff B 91 ; e sae brashafvoe sa robe qui était très grande J 19, brassaff B 406, 678 bras- 
sa/ J 10 b, 35 b ; an brassa ni/ver J 145 b ; brassa, rime a, NI 363 ; brases, grosse, enceinte C, N 682 ; 
p\uT. han groague^... brasesou B 661 ; braseset, rendue enceinte N 415, brasesset N 384; bras- 
der, grandeur G ; brassât, grossir (act. et n.) Cb ; brasony, orgueil N 591, brassony B 796. Auj. 
bras, grand, gall. et v. irl. bras, gros, d'où argot fr. bras, grand, brasset, gros. 

Bratell, • tartenelle de molin » alias trabell, C ; bratellat, « batelier », Ca, <. brateller » Cb, et 
tromper C. Pour ce dernier sens, cf. barat ? 

Brau, beau, NI xlii, brauffi^g, brao 437. Auj. brao ; du fr. brave. 

Bre. Mene^-Bre, le Ménez-Bré, près de Guingamp (prophéties de Gwinglâf), Pell. v. bagat. Gall. bre, 
montagne, colline, irl. brigh gaul. briga, cf. allem. berg. 

Breauyaff, broyer, Ca, Cb, breauyff Cms, part, breauet C, breauyet Cb, breuet Cms ; fut. breuo bri- 
sera B 394. Auj. brevi, corniq. brewy galL briwo, même rac. que breyenenn. 

I. Brech, f. bras C ; diou — J 19 b, diu —, N 1600 ; dyou —, NI 21 5 ; -- an rot rayon de la roue C ; 
dim. -yc Cb ; brecbyet, qui a des bras C6,- brichyet Ca ; brihyet Cms; briliadal, embrasser. 
Tréc. brec'h ; gall. braich, f.; du lat. brachium. — 2. Brech, (petite) vérole Cb. Auj. brech, f., gall. brech, 
f., gaél. breac, f.; cf. gall. brych tacheté, v. irl. èrec et mrech-t, lith. margas (Stokes). 

BreflT, bref, en un mot, 374, bref i 99, 184; en peu de temps, bientôt, B 59, 274, 747 ; en termen —, 
dans un court délai, B 57 ; be^^aff —, être à court d'argent, B 42, bref 42* ; be^af bref, id., J 143 ; en breff, 
brièvement, N 1730; breuial, bréviaire C, breuier Cb ; du fr. 

Breyenenn bara. miette de pain C breyenen Cb. Auj. brienen, f., corniq. brewyonen, singulalif de 
briwion, gall., pi. de briw, coupure, cf. gaul. briva, pont (allem. briicke), ce qui coupe, traverse un cours 
d'eau, = *brigva ; gaé\. bruan, morceau, miette. Même rac. que le lat. frange et l'allem. brechen. 

Breig, (pron. brej) 196, 649, J 3 b, trouble, mal ; du fr. brèche ? ou cf. brig ? 

Brein, pourri C, J, io5 b, 190 ; — aff, pourrir. G, part. — et Cb, prêt. — if N 117, fut. —y, breyno 
P; breinus, pourrissable ; breinder, pourriture Cb, Cms. Auj. id., v. gall, pi. (arci)-brenou, gaél. 
breun, de *breg-nos (brisé) décomposé, même rac. que bram. 

Breiz, Bretagne G, N 71, P, NI 245 ; en — man, N 784, 1784; — byhan la Petite Bretagne, S.Gw.; 
-ysel, la Basse-Bretagne, N 934; — isel, NI 509 ; goelet — B, titre, Brey^i Cb, Brij NI 384; Breizis 
ife//, bas-Bretons NI 332. Auj. Breij, van. Breih = BpiTxîa, Procope. 

Brell, « breive » Cms. 

Brenian, maintenant G, P, N 40, J i5 b brema Cms Am. Pell. v. bôa ; breman an prêt J 143 à 



236 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUi: DU BRETON MOYEN 

l'instant même ; breman ia tout de suite, B 798. Auj. brema, breman (« nasal) ; de (an) prêt man. Le Pell. 
donne bremâja, bremija, bientôt, tantôt ; bremiia, tout incontinent, Maun. 

Brenc an pesq branchie de poisson C ; auj. id., du fr. 

■Srenn, « bren », son C, auj. id., m., gall. bran, m., = 'brennos, de 'breg-nos brisé ? 

Bresel, guerre 677, J 36, 217 b, C ; breseler, guerrier C, breseleur Cms, v. bellaff ; bresele- 
qtiat, guerroyer Cb breselecat Cms. Auj. brejel, m., v. bret. et corniq. bresel =; *breselos, même rac. que 
l'irl. brissim, je brise, et que l'angl. to burst, éclater. Maun. a le v. breselecat. 

Bnesq, fragile C; dissipé, distrait, B88; adv. ef — , Cb ; breschder, fragilité C&. Auj. bresk, 
V. irl. brise, fragile ; même rac. celt. que le fr. briser. 

Breton, un Breton C ; pep —, NI 221 ; adj. : bro breton, le pays breton, N 425 bro bretonet, lis. breton, 
N 7o3, pobl — , NI 467 ; pi. Bretonet N 725, NI 255 ; bro Bretonet N 394 ; Bretonnet NI 245 ; bretones, une 
« brete », C, N i3oo ; bnetonerî, le pays breton N 721, Britonery N 332 ; bro Bretonery N 437. Auj. 
breton, Léon, bretoun ; du fr., comme le montre le /. 

Breulim, meule pour aiguiser C, breaulim Cms; bneulimaflr, aij^uiser C. Léon, breolim, f., de 
brou et de lem ,■ cf. gall. breuanllif. 

Breut, débat, plaidoyer, C, pi. breugou C, breiiio C, breuiou C, N 1406, breuigou N i4i3(pron. 
breujou); breutat, plaider, C, brutat faire un procès N 1623 breutet vous plaidez B 770 ; bi>eii- 
taour, plaideur C. Auj. breud ; v. gall. braut jugement, v. irl. brâtli, gaul. brdtus, de la rac. ber porter, 
d'où aussi le gaul. vergobretos u (magistrat) au jugement exécutoire. " 

Bi*euzi*, frère, C, P, J 9, pi. breudeur P 49, 148 (var. breuder, rime à quer(ent) ,- J 211 (rime en er) ; 
breuder } 54, 61, N i885; 1° syll. rime en et, J 69 b ; id. de bredeur P 62 ; breuzriez, confrérie C. 
Auj. breur, gall. brawd, v. irl. brâthir = 1. f rater, ail. bruder, etc. — Breuet, brevet, C ; du fr. 

Brezell, maquereau C. Auj. id., voc. corn, breithil, de brith v. gall., tacheté, bret. bri^, v. irl. brecht, 
mrecht. Voy. brech 2. — Bi'ezonec, langue bretonne NI i5o. Auj. id., léon. brejounek, m., gall. bry- 
thoneg, f. de l'adj. *brittânicos. 

Bï*y, égard, respect ; heb quen — , sans aucun égard, 491, 684, 699, 751 ; rac maj voe e bry traduit « son 
intention», J i85 b, semble plutôt être «sa parole, son assurance, sa promesse ». Jesu... Hac enff Rouen 
sent... En poan..., pebe:^ bry ! NI i54 (quel abaissement il daigna souffrir) He bryat, la respecter, NI 265, 
de^y e:ç voe bryet Gant an Eal revelet NI 57 (promis, annoncé). Voy. membry. Vann. bri égard, L'A.; dou- 
guein-bri, protéger, L'A, cf. s. v. signaler. Corniq. bry ; v. irl. brîg, vigueur, valeur. 

Bi'idol, uide in talm (fronde) C ; bridel Cms. Dérivé de brit ? 

Briec, Brieuc G ; natiff a — , Cb, a sant Brieuc, Ce, natif de S.-Brieuc. Auj. Sant Briek. Prob. de *bri- 
gâcos, de la même rac. que bry. — Brîg, brigue Cb, — us, noiseux C du fr. ; 
Brigandinou, brigandines C ; brigantet, « brigands » NI 42 ; du fr. 

Brîgnhen, gruau C, bringhon Cms. Auj. brignen, même rac. que brenn et breyenenn. 

Bris, meurtrissure 65o ; du fr. bris. 

Brit, bride C brid Cms ; bridaff, brider Cb, p. brydet Jér. Pell., v. cousr ; du fr. 

Bro, pays C, J 17 b, N 4, P; tremen dre —, voyager, NI 64 ; en bro man, en ce monde, J 55 b ; ma^ eu 
Of bro, qu'il est de votre pays, J io3 b ; pi. broe^ou B i3i ; brois, gens du pays, N 1791, broys J 81 ; 
d'am' brôys à mes compatriotes, S. Gw. Pell. v. bro; broha, retourner dans son pays, C. Auj. bro, f. 
gall. id.; t brogce Galli agrum dicunt», scolies à Juvénal, VIII, 234; v. irl. brog, mrug, champ, pays, cf. 
goth. marka, marche, frontière, 1. niargo. Broe^ou = *brogi-oves? cf. trae^ou. Voy. Keltor. 5o. 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN SBy 

Broc an barilt bouche dung barill C ; du fr. broc. 

Bnocb, blaireau C. Auj. broc'h, m., gall. broch, v. irl. brocc, de 'broccos, id., d'où le fr. broc (pointe), 
Keltor. 5o. — Brochenn, broche C ; du fr. 

Broennenn, jonc, — mor jonc marin, roseau ; dim. -yc, Cb ; pi. broenn, — mor, Cb ; bi*oen- 
nec, lieu plein de joncs, — palut, arundinetum, C, — mor, Cb. Auj. broenn, gall. brwyn, de ^broxn-. 
Voy. Keltor. 5i. 

Brog. Da buhe^... so euel horoloig Pan deu ferm e termen a squœ dien en cog Ha te dren maru diue:^ 
mar ditrue^ e^ brog Emœs aj gloat ha ty ... a rencq dilog M lo. Pron. broj ; « elle frappe », du fr. 
brocher ? 

Broiin, f mamelle C, J 148 b ; diu — B Sga-SgS, var. broff ; B SgS, var. vronn (rime en !v) ; bron Cms ; 
broiiiihas, allaita, P. Auj. bronn, f.; « brones dans les provinces les plus voisines de la Bretagne, en 
parlant dcsbétes». Pell. Auj. id., v. gall. et v. corn, bronn, irl. bruinne, cf. goth. briinjo. 

Bi*otiquîn et -aff, vid. in heus Cb ; du fr. brodequin. 

Brou, meule Ca, Cms, Cb, breau, Cb. Léon, breou, irl. brôo, gén. brôn, = sanscr. grâvan, cf. gall. 
breuan, angl. quern (Stokes.) — BrouezaflT, broc:;aff germer C ; du fr. brousse. 

BroudafT, aiguillonner, C, brondaff Cms; brout, pointe C. Léon, broud, corniq. bros ; prob. du 
germain, Keltor. 47 (angl. brad). 

Brouet, brouet 1. brodium, C ; braouhet breuvage J 143. Tréc. braouet, sang de cochon, dans ^ouben 
vraouet ; du fr. brouet. — BrouillaflT, Cb, Cms, brouiller; demi em — , à se morfondre, être confondu, 
324, — af 324*; broillaff, C ; du fr. 

Brout, (feu) ardent J loi, N 1661 Doct. 25 ; auj. broud, gall. brwd ; v. br. brot, zèle ; irl. bruth, cha- 
leur, cf v. h. a. bru-nst (Stokes), même rac. que berii. 

Broz, petite cotte de femme, C, corset Cb. Auj. bro:^, f., van. broh, = *broth, cf. v. br. brothrac, vête- 
ment brodé ? — Bruyant, n. de bourreau J 70 b, 107 b, Bruyannt J 109 b ; du fr. 

Brulueiiii, burlucnn « estoquion» 1. elleborus C^ bruluen Cms. Auj. bruluenn digitale, d'où h. bret. 
berlu; voc. corn, breilu, rose, cf. R. c. V, 219. — Brulusquen ? Petra so Jleriussoch eguit... Map den 
goude e maru.. .9 Charoignn en bet nen deux... A ve quen yffamus han rus e brutus quen, M 7 vo, 

Brum, brume C. — Brun, brun C ; du fr. 

Brusq, vif, prompt, .\m. Pell. v. bruscôat ; du fr. brusque. — Brusquenn tnel a bresche de miel • 
(rayon) C, brusquen Ce. En esp. bresca, id.; mot celt. correspondant au \ax. frustum ? 

Brut, bruit, voix, J 61, 99 ; gant —, avec bruit, J 11 h; na grae —, J 102 b, prob. il ne disait rien 
(nihil illi respondebat, Luc, xxiii, 9) ; Mary hep — a saludas NI 5o2, hep ober —, NI 22 ; bruit (qui court), 
N 639 > renom, gloire, J 80, N 810 ; un den a — ,69; an — mttyhaff B 98 ; groet — he repuiaff, tenez à 
honneur de, B 463 gruet diff ho^ brud, faites votre métier, B 470 ; gant brut, avec honneur, avec respect, 
N i58, 322 (etJ 142 b); troet eo em — ... dont il n'est venu à l'idée de, N 168. Cet emploi rappelle le v. 
gall. is brut (mihi), j'ai à cœur ; mais c'est un effet du vague qui envahit ks mots par suite de l'abus de la 
rime. Je soupçonne que he brut P 248 doit être pour hep brut. Auj. brud, f., renom ; v. fr. bruit cf. Amyot, 
Lycurgus m ; du fr. 

Brutuguen, fumier C, brutuguenn Cb, Cms. Bretuguen, Maun., burtughen, bûtughen, Pel. 

Buallier, fenêtre Ca, Cb, bualier Ce, buhalyer 1. rima, C, « petite distance entre les ays » Cb. 

Buan, 2 syll., prompt, rapide C; vite B 372, ey — Cb ; buhan 372*, N m, 1640, J 19, P 143 quen 
buhan, aussitôt B 12, J 79 b, P 270, 277, |N1 229 quen buan P 275 ; comp. buanoch. Ce ; buanee, irrité 

35 



238 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

B 125-126, 640, impatient, P i38, iSg, hors de soi J 14, 196; —gant regret, abîmée dans la douleur J 39; 
me 011^ groay —, B 397 ; buane^uez, courroucer, colère C, N 626, dim. -ic, Cb; buanequat, 

courroucer Cb part, -caet, 4 s., B 407 ; -cquaet ten J 04 b, -queat Cb ; -quaus, Cb, irritable. Auj. buan, 
etc. Pour buaneguej comme infinitif, cf. marchegue:^, la^re:^. V. br. buenion, prompts, R. c. I, 363 ; II, 120 ; 
gall. buan. En irl. buan veut dire u durable >>. Même rac. que buhe![ ? 

Bucell, mugissement, C, brucell Ca, Ce; bucellat, mugir C, brucellat Cb, Ce. Bucellat, mucella, 
Maun.; bucella, h.-l. bruncella, Pel. 

Bucb, vache, pi. biu C. Auj. buc'h, buoc'h, v. gall. buch, auj. pi. biw ; même rac. que gr. pouç, allem. 
den, kuh, etc.; bujjçuel anchatal berger C, an — bras, le grand pasteur, J 207 ; — enfant C, B 688, N 392 ; — 
l'homme, B 106, cf. mabden, P; pi. èuga/ef enfants N 661, S. Gw. Pell. v. gwe^a, P, var. bug aie ; bugale 
J 23 b, 206, N 466 NI 28 ; Doe an bugale Cb, an vugale Ca, dieu des pasteurs ; dim.-îc, petit pasteur Cb, 
pi. bulgaleygaou 5 s. petits enfants NI 14. L. bugel, enfant, van. bugul, berger ; gall. bugail berger, corn. 
bugel, id., irl. buachail, autref. berger, auj. enfant (O'Don.), de 'bou-calis, cf. gr. poux^oç. Bugale^, gall. 
bugeilydd, s= 'boucalies. 

Buguelenn, Cms. ; id. et goëguelenn, petit houx, Grég., b.-cornou. bug, bukkelen, Pel. Prob. de 'vo- 
colinâ (vo=ûi:o). Voy. quelenn. 

Buhez, f, vie : he hoary, B (titre) ; C, N 109, P; bue^ J 98 ; vuhe^ i5o*. Léon, id., gall. buchedd. 
Dérivé de beu ; = *biv-iâ ? 

Buyll, bulle, C, biiill. Ce; buyllet, bulle, 1. buUatus, C. Buill, Maun.; du fr. 

Bulbuenn, pustule Ca, Cms.; id., bourbonenn, porbolenn, van. burbuenn, brubeenn, Grég.; bourbounen 
Maun., bourpoullen, Pel. \oy. por/oleiinou. Même orig. que l'esp. burbuja bulle; cette onomatopée s'est 
assimilée à la rac. celt. berv. 

Bulsun an guiader navette de tisserand C ; bulsum, >' g. bondon » Cms. ; bulsun, bulsul, van. bur^un, 
gur^un, f. Gr. D'un dérivé du lat. verto, comme verticillus, b. 1. verteolus? 

Bur-ell, bureau, gros drap, C. — Buret, burette, fiole C ; du fr. 

Buron etfulort, tout ung, Cms, le privé ; du v. fr. buron, hutte (Stokes,) cf. Buron, XIIo s., R. c. III, 4o3. 

Burtell, " blutel », C ; burutell, <• buletell » Cms (bluteau) brutell Cb. Auj. id., du b. 1. barutel- 
lum, C. — Bui-tMl, vautour C ; bultur, Gr., gall. ffwltur ; du I. volturius. 

Burzut, NI 84 pi. bur^udaou NI 55o. Voy. berjut. — But, « bute » Cms ; du fr. 

Butin î daj — pour ton profit J i5 b, le syll. rime à caffout ; du fr. 

Buzu$;uenn, » bugue » 1. buga Ca, Cb, ver de terre, Cb, bujuguen Ce, pi. èufMC M 7 v». Léon, bu^u- 
genn, en franc, de Vannes bugue Pell., v. bu^uc; cornouaillais bertugenn ; cf. brutuguen. Voy. R. c. V, 219. 



Cabaret, cabane, C ; du fr. cabaret. 

Cabell, chaperon, C, _ aff, .chaperonner,,, p. -et, Cb ; auj. kabel, fr. chapeau; du lat. cappa. 

Cabestr, licou, G, auj. id., v. corn, cepister, v. fr. chevestre ; du I. capistrum. 

Cabiten, Cms, Ce, capitaine ; capitenCa, Cb ; pi. capitenet B 29 ; cabiten, Maun.; du fr. 
..^''**^!"? '^o-Pable, C, Jér., NI ,o3, P, eabus Cb auj. kablu;, v. br. eeple, d'une façon répréhensible 
gall. eabl calomn.e ; du 1. cabilla pour cavilla. - Cabon, chapon, C, auj. id., du b. lat caponis 

,.*;**r' "f''°""'"':.^;f '''"■' "'P"''"- ""^ 332, envoyer ni ,38, N 27, conduire, mener, N ,046- 
eae d hvrer, fa.re sort.r de, NI 4. . ; eaes NI 59, eae.e B 646, ,«.« NI 4., ,«.cc, C ; part, eacet C, NI 458 
cacher B 327, 477 ; "^ar eac^ee, B 326*, cinaer^et 326 ; ho quaeet on les envoyait NI ,8, ; prêt, eaceas NI 267 
pass eff a eac.at B 325 ; fut. eac.o B 35o, imp. ,«.c,o,.;,, N ,38.. Auj. A... envoyLr v. fr. el acier dû 
b. lat. captiare. ' 

Cachet, 1. cacare; cachen, stercntor, C, chaher Cms ; cacherez, merdositas ; caehus, 

merdosus eaucb, merda, Cb, caock J .04 b ; caoch hoarn écume de fer C ; cacblech, ieu secret C 
Au,, kac het, kaoc'h, corn.q. caugh, v. irl. cac, même rac. que cacare. 
Cadanç, cadence, Am. Pel. v. bôa ; du fr. 

ment P 258, ternble P. 270. Léon, et Cornou. cadan,, Pel. Le P. Grég. traduit .siège, chaise»- mais je 
cro;s que dans d:rac cadarnn an barner, N .572, ce mot veut dire „ certes ,.. Gall. caL„, belUc^^LTl 
dérive du gaul. catus, bataille, d'où Catu-llus; même rac. que xc^[x.v<o? 

Cadoei-, chaire, siège, C, S. Gw.; .7 -, cathedraliter. Ce; cador, rime en .r. J 36 b ; en or N 6q3 
.423, P; pi. cadoerj^ouB 328 ; cadoeryet .. enchairé .,, C. Léon, kador. tréc.kadoar f.; v gall 2 -' 
teiraul, «curulis»; du lat. cathedra. v. gju. car 

Caffou, douleur, chagrin, N 21, 348, cafuou H, ca/vou J 25, ire syll. rime en an, J ,24 b • canuou H • 

P ^elffô^aff ''; ^ " "; ^^'■^'"'; '"• '^^"^''" ^' ^°°' ^^^'^''" '^ ^ ^ P'- '^^ ->' " ^ -^»oer id.; 
re;endt r.T":/"Tr Ï,""'= ' ''" '''^"'^' '"^- '^''^'"'■>'-^' ^^ -/.o„.., ; fut en deuil NI 52, s 
repentit NI 48, caffaouet afflige NI 408; caffuous, triste, B705, N .,75. Auj. kan. [n nasal); «dans tous 

ha'in Ir,'"''"^'! ^^°"'^' S^-^' ." --'/--•' être, devenir ou rendre triste... Pel.; co^iq i:: 
cnagrin, cl. xa(;t-v(o, xajjiaToç, travail, peine. 



240 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

CaflTout, trouver, Cb, Cms, atteindre, obtenir NI 71, J i5 b, 62, recevoir B 656, avoir, N 33, 244, 
1662 B 340 ; rime en et, B m, 23i' ; caffoet B 323, 71 1, caffet 5i8, 6o5, 749; caffet cam, 363, souffrir du 
tort; cafet, H; cafout J 89 b, 187 b ; hep — clem, sans proférer une plainte, N 478 ; rime en et, J 97 b ; 
caffeut Ca et caffeur, Cb, par erreur. Part, caffet C, N 942, NI 436, cafet J 76 b, 101 b. Prés, caffaff B 262, 
784,caffa/N 1540, 1611, cafaff M 71, ca/af } 188, N 286; 3' sg. gueff M jt w", passif ca^er NI 10 1, 3o8, 
2° pi. caffet N 935 ; impf cafemp J 219 b; prêt, caffas NI 63, que/sont 64, queffsont 266; fut. et subj. 
quiffif N 1912, 28 sg. quifi 835, quiffy M 2, quify, quyffy, P; caffo N 281 B 38o, cafo J 49, N 278; 
caffymp NI 473, ca/hymp J i54 b ; queffet P ; cond. caffenn C 379, J 218, N 1672 ; caffes B 558, 616 ; caffe 
B 70, J 25, qiiaffe P, cafhe i 224; da cahe [Ws. cafhe) Doe, que Dieu te prenne (en protection) Jér.; caffech 
B 68, J 201 ; caffet on trouverait B 70, 102, 802, M 55 v», 58, N 773; cond. passé caffsen B 229, caffen, 
lis. cafsen, 292*, j'aurais trouvé ; cafse J 234 b ; cafset on trouverait NI 140, impér. caph J 141 ; anc. livres 
keffomp, ayons, Pel.; calTon, trouveur, f. -es, C; caflidiguez, adinuentio Ce. Auj. Aavef trouver, 
kaout avoir; corniq. cavel, gall. cafael, v. irl. -cabâil, rac. cabh = goth. haban, avoir, saisir. 

Caj^al, C, auj. id., gall. cagl, m., crotte, de *caculos, dim. de cauch. 

Caliei*, (après le mot cachet) chair sans graisse ; — ©c charnu de tele char, C; du lat. caro, avec in- 
fluence du fr. chair. 

Caliun. Disgra da —, P défais ton feu, arrange tes affaires (avant de mourir); ef ho groa caliunet, 
M 3, la mort les enlève. Cahun, cuffun, caffunye^, couvre-feu, Grég.; cafuni, cahuni, couvrir le feu, Pel. 
prob. de la prép. com, co, lat. cum, et de hun, sommeil. 

CaifiTas, 3 s. Caïphe NI 43, Cayphas C, J 76 ; du lat. 

Caillai*eiic« caillarec, crotté, plein de boue, C ; auj. id., de kaillar, boue, corniq. caillar, dérivé de 
*cagl — . Voy. cagal. 

Caillauenn, caillou, C, du fr., cf cailhastr, Grég., gall. callestr, fr. caillasse. 

Caym, Gain, 691, G, corniq. id., Or. M. — Calabre, la Galabre, C ; du fr. 

Caich, veretrum, C. Pel. doute à tort du sens de calc'h, gall. caly, id., irl. colg épée (Stokes). 

Calculaflf^ calculer, C ; du fr. 

Caleîi", calice G, dim. -îc, Cb ; calier Ce; pi. cali^rou N 1696; cali^r Maun., Grég., van. caliçt^, 
caler, Gr. Du lat. calix, avec influence du suffixe -^r =-tron, 

Calet, dur, C, J 3i (pomme) fatale NI 456 ; a — , (courir) fort B 379; callet i 23o b, sup. caletaff NI 
104; calet cleauet G, avoir l'ouïe dure (cf R. c. IV, 162); caletder, dureté, cruauté, peine, C, caleder 
Cb, caleter J 11, NI 59, caletter B 553; caledafT, endurcir G. Auj. kaled, v. br. calât, v. irl. calath, 
gaul. Caletes, cf ail. hart. 

Callouch, G (cheval) entier, auj. kalloc'h; v. irl. caullach, verrat, de caull testicule, gall. caill, (br. 
id., Pel.) que M. Stokes a comparé au lat. callum, callus, cal, callosité. Le gaul. calliomarcus, lis. -os, 
herbe nommée en lat. 'equi ungula ' (Marcell. Emp. xvi) semble identique à un mot gall. *caill-/arch, syn. 
du bret. marc'h kalloc'h. 

Calm, calme, clair, — aff, calmer. G, — det, tranquillité Cb ; du fr. 

Calon, cœur C, N 19, NI 70 ; f. : he place, J i23 b ; piou he mir J 34; calaoun NI 48. Hors Léon, 
katon, {., gall. calon f , corn, colon, f., id.; v. br. Uuin-kalon; irl. colin, chair, cf. 1. caro, carnis? 

Cals, beaucoup G, J i23 b ; — merit N 140, — a hirder, 1 16 ; e^ —, multum ; muy a —, multo raagis, 
C*. Auj. id.; van. calss, L'A.; ca/sen monceau, Pel.; corniq. cals meyn monceau de pierres et non « pierres 
dures •. Lex. cornu- brit.; calge, beaucoup, Meriasek 2046 (rime àfalge. br. fais). Gf gall. cam, {. monceau. 



DICTIONNAIRE ETYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 24! 

Et. gram. 23, et calet, dur, selon M. de la Villemarqué. De 'calt, cf. goth. hardus, gr. xapxspôç ; pour Vs, 
voy. bols. Kals, « beaucoup de gens, » J 17. 

Calunry, le Calvaire NI 46, Calvary i5, 166, J 122 (éd. 1622) ; Calvar i 126 b; du lat. calvarium. 

4>aluez, charpentier, C, dim. — îc Cb ; fém. caluezeres Car, Cb. Auj. kalve^, de *carbid [ârios), 
même rac. celt. que le latin carpentarius ; v. bret. cerpit, chars, pi. du gaul. carbanton, d'où Carbanto- 
racte «lieu où l'on fait des chars », auj. Carpentras, (cf. Et. gram. 108*), = irl. moy. cairpteoracht art de 
conduire les chars, Irische Texte I, 412. Voy. caruan. 

1. Cani, adj. courbe, tors, Cb ; boiteux, C, N 1828, f. -es, C ; mauvais (coup) B 795 ; (péché commis) à 
tort, J 65 b ; [off] ... aet camm, j'ai fait mal, N 1664 ; subst. caffet cam, souffrir du tort B 363 ; pep —, tout 
outrage, 628, euit — na lam, pour tourment ni pour supplice, 648 ; blam na cammez, ni blâme ni mau- 
vais traitement 497 ; camafi*, courber; boiter, C ; carnet, rendu boiteux, N 1819; cammell, crosse, 
bâton crochu, B 370. Auj. kam courbe, flX» s. Bis-cam « doigt crochu »j, boiteux ; (XIII» s. Le Cam, R. c. 
III, 404) camell crosse, Grég.; gall. cam courbe, mauvais, injustice, tort ; cael cam = caffet cam. Du 
gaul. cambos courbe d'où Cambodunum, etc.; cf. axaniSéi et xaixitro) ; cammell rappelle xa|iTOjXTi. Cf. K's 
Ztsch. 27, 45o. 

2. dam, un Ipas, 538; a het — , (étendu) de son long J i35; ahet — (traîné) pas à pas P 274, 
camliet, un pas, C, J 192 ; renforce une négation, comme en fr. pas : no caraff tam un camhet B 555, 
ne seciff tam un carnet, 27. Auj. kam, kamet, un pas ; tréc. kamed, jamais. Gall. cam, pi. v. gall. cemmein, 
V. irl. cemmen (d'où le bas lat. caminus chemin) dérivé duverbe v. irl. cingim, marcher, cf. cing,gên.cinged, 
guerrier (gaul. Ver-cingeto-rix «- le grand chef des guerriers) ; gall. rhy-gyng, trot. Voy. lam. 

Camamil, « camamille» C; du fr. 

Cambi*, chambre, 276-277, C, — aes Ca, Cb, — secret, C, le privé; candr P 90, var. cambr, rimant à 
ambr, doit se lire cambr., chambre. Campr P, Cb, pi. — om B ig8, — aou NI 8 ; dim. campric, Cb ; 
camerist, «i chambrier» C. Du 1. caméra. Auj. kambr. 

Camglou, « sarcloir» C. Même suffixe que huenglou, avec cam mauvaises (herbes)? 

Camhet an rot cant (jante) de la roue C. Cammed, Gr. = *cambitos, dérivé de cambos ; voy. cam \, et 
d'où vient peut-être le latin cantus., Keltoromanisches 53. 
Camps, aube de prêtre C, auj. id. = b. lat. camisia, chemise, prob. d'orig. celt. 
Camus, camus, C, du fr., lui-même prob. du celt. (voy. cam i), cf. Keltor. 53, 

1 . Can, chant C, P J 79 b ; greomp — NI 144 ; voar — , en chantant, NI 11 ; quentaff — tout à fait, en 
premier lieu, N 1466 ; bara — , pain à chanter C; pi. canou, Avoc. Path. ? R. c. IV, 454 ; — afT, chanter C, 
a, rime en a NI 450, p. — et NI 547; prés, can Ni 339 ; — omp 90; impf. — ent 176, prêt. — as 296, J 79 
impér. — omp NI 137, quanomp 475, quenomp log, quenom 169, 256 ; subj. ganet (lis. canet)... pep ... christen 
/88; canauenn, chant C, canauen NI 62, canaffen io5, pi. canoennou N 1097; quinyat, chanteur, 
chantre, C. Auj. kana chanter, gall. canu, même rac. que le 1. cano. Voy. quentel. 

2. Can f>' gouttière chalante, C. Can, caon, m., Gr., du lat. canna, poitevin channe f. conduit, tube, cf.fr. 
canal. 

3. Can î guen — tout blanc, H ; auj. id., gall. can ; v. br. Hincant=zga.ul. Cantosenus, canus senex. 
Canap, chanvre C, canab N 1618, auj. id., du 1. cannabis. 

Cancellaflr, canceller. — Canci*, écrcvisse, cancre (auj. krank) ; — enn, chancre, cancer, G; 
du fr. — Canell, C, canel Cb, cannelle ; auj. id., du fr. 

Canfard, un galant, ou peut-être pire, Am. Auj. kanfard, gamin (n nasal) ; du fr. cafard. 

36 



242 DICTIONNAIRE ETYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

Cann, pleine luneC, auj. loar gann, gall. lloergan = * clair de lune, » cf. can 3. 

CannafT, battre 36/, J 75 b, C, canaff B 576- 577 ; p. cannet J 79, NI 44, B 492 ; e^ cannât il fut battu 
J io5, en cannât on le battit NII148 ; fut. canno B 38o; canner, batteur C ; f. -es ; cannerez, act. 
de battre Cb. Auj. kanna, en particulier battre, laver le linge. Dans ce dernier sens, au moins, il vient de 
can 3 et répond au gall. cànu, id. M. Loth, Voc. v. br. 66, tire le br. mod. kann combat de *kadn, voy. ca- 
darn; mais d'apriis lo^n, e^n, etc., on devrait alors avoir en moy. bret. *cajnaff. 

Cannai, messager 633, NI 66, J 179 b, pi. cannadou ; cannaclaor, id. Jér.; v. br. cannât caution, 
gall. cenad, cenadwr messager, cf. cenad f. caniad m. permission, irl. cet. 

Canonic, « reiglement, 1. canonicus » C ; du fr. canonique. 

1. Cant, cent C ; m. : try — , J i5 b; — mil J 89 b, var. quant ; cant, cent personnes, N 638, 1483 : 
centaine : ne gous pet — Inocantet NI 359; reiff diouch — , donner par centaines; a cant doubl, centuple, 
Cb ; cantuet, centième Cb, cantvet Ca. Auj. kant {n nasal), v. irl. cet, gaul. *canton d'où candetum espace 
de cent pas ; même mot que le lat. centum. 

2. Cant croe^r cercle a cruble, C ; du 1. cantus ou de la même rac. celt. 

Cantoell, chandelle, Cb, cantocll Ca ; cantoeller, chandelier C, cantoller Cb. Auj. kantol, v. 
gall. cannuill, voc. corn, cantuil, du 1. candela. — Capacité, capacité. — Capadocc, Cb, Capadoce 
Ca, Cappadoce. — Capital, capital C ; du fr. — Caquet, 326 J 164, caquet, pi. -ou B 488, quaquet 
745, J 233 ; q -tal 77*, caqueter; ma q-taf, me blâmer J 232 b; imp. quaquet B 705 ; du fr. 

Car, ami, 612, C, J 21 b, N 641 ; ma — , var. ma char, J 60; parent N 78 ; car ha par, NI 342 ; f. -es 
amie B i, J 210, parente B 239, NI 388, chares H, pi. querent a.m\s NI 272, 274, P, B656, J 7, parents N 33o, 
caresou amies B 661 ; caret, aimer C, N 181, dre hon -, NI 2 36; p. id., J46 b; prés, caraff B 429, N 340, 
caraf B 47, J i3o ; cares J i83 b; car il veut J 21 3, N 1628, quar M 3 ; car il aime J 22 b; querhomp H ; 
impf. care aimait J 82, 159 b, voulait NI 175 ; caret, voy. care^ ; prêt, -as J 4; fut. -o aimera B 176, voudra 
175, J 25 b, 166; queret vous voudrez, P; cond. carhenn que j'aime B loi, carhen je voudrais J 78 ; carhe 
aimerait J 90, voudrait J 2o5 b, N i5t4, B 38i, care N ioi3; carech voudriez N 169, 347; carhent vou- 
draient P ; 2" cond. passif ef carset que l'on t'ait aimé P ; impér. car N 555 ; caret B 55o ; carantez, 
amour, amitié, C, N 325 J 27 b ; — o«f Doue, NI 339, charante:^ H, carantes (rime ej) NI 338, carente^ rime 
ant Jér., Pel. v. cougant; B 145*; quarante^ J 41, NI 280 ; carantezus, aimable ; careur, carer, 
qui aime, f. careres C ; qnerentiez, parenté H, quirintiej C. Auj. kar, parent, pi. kerent, gall. ceraint, 
irl. carait =: 'carantes, participe prés, du verbe caraff, v. irl. carim = *carâmi ; cf. gaul. Caratâcos = bret. 
karadek, aimable, etc. Voy. quaret. 

Carl>ont, voie pavée C, arche de pont, Pel. ; tréc. digue, m. ; de carr et pont. 

Cardinal, cardinal, C ; cardinelez, ordre de cardinal, Cb, cardincle^ Ca ; du fr. 

Carefonll, 474*, cacefoul 474 carrefour ; du fr. 

Carez, blàm'.-, reproche, 288*, N 445, faute, crime, J 91 p; peut-être adj., blâmé, J 101 b; -et, blâm, 
N 1666, cari^iet (lis. -e^e/) NI 4. Van. care, f. (et non gare, m., L'A.), blâme; careein blâmer, Gr., L'A.; vé 
gall. cared, auj. cerydd, m., v. irl. caire, blâme ; corn, cara châtier; cf. v. lat. carinare invectiver. Je crois 
que drej guir caras P 91 veut dire « parce qu'il l'aima bien », et goar en caret 146 " on l'aimait bien ». 

Carg, charge, C, -aff, remplir C, B 328, -a/ J 20 b, carguet rempli, a, de, NI 3o5, N 700, gant, 
N 1930 ; chargé (d'une torche) J 64 b ; leun —, J 12 ; —, remplissez B 482. Auj. karg, du b. lat. carricare. 

Caritez, charité, C, du lat. caritas, avec la terminaison du fr. 

Carministr, carme C; id. Maun., du 1. carmelita ; cf. van. juistr= jésuite. 

Carnel, reliquaire C, ossuaire P, auj. id.; du v. fr. carnel. — Carp, carpe, C, carpenn Gr.; du fr. 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 248 

Cai*r, charrette C auj. kar, m., du gaul. carros, latinisé en carrus par César. —Carre, carré; 
quarreau, « quarrel de pauement », C ; du fr. — Cart, quart, « quarte, 1. carta » C ; du fr. — 
Carter, quartier 29, i3o, quarter 26, 365, N 1772, quartyer NI 106 ; du fr. 

Cartuual, C, cartual Cb, « cestung libure qui alio nomine vocatur « contemptus mundi ». 

Caru, cerf; caruguenn, peau de cerf. Auj. karv, m., gall. carw, de'carvos, =lat. cervus; gr. xepao'ç 
cornu, cf. eXaçov xepaôv, Iliade, III, 24; v. h. ail. Iiiru-j, cerf, auj. hirsch. Voy, quingnet. 

1. Caruan, ensouple de tisserand, C; caruan rot, lisse, C, rot caruan Cb; carvan, î. Gr., carvan ar 
rot, rouleau de la roue, Pel.; gall. carfan, î., cf. le suiv. 

2. Caruau, mâchoire, C ; carvan Gr., Pel., cf. irl. carbaJ, char et mâchoire ; le mot aurait la même 
rac. que caluej. En gall. caryr en, le char de la bouche. 

1. Cas, cas (en gramm.); m, : dou, try, peoar — Cb ; cas, affaire, N 232, 814, J i5 ; dren — , en cette 
occurrence B 338 ; ho — (= fet, doare) B 1 1 1 ; (faites votre) besogne J i32 (faire) cas, (avoir) égard, J 79 ; 
a — crim au cas criminel B 790, — a penn, crime capital J 1 14, m. : dreija; pi. -ou, actions B 785 ; drouc — , 
méfaits J 79 b. Du fr. E^ ca^, P 263, lis.'^'e^j- ea^, alla. 

2. Cas, haine 341, C, NI 375 ; lis. Dan pechet cas ha malice, a tra sur, J 11 b; — et haïr C, B 548, 
J 90 b, cassât Cb ; prés, casaff B 555, quasaff 273, casaf J 85 ; caset J 1 19 ; casont J 139 b (éd. 1622) ; 
fut. quasiff ma\. trad. B 377, cond. ne casfe car, J 204 b, lis. casse (comme mirse) qu'un ami ne le trahirait 
pas ; cassent haïraient B759 ; cassaus, casseus, haineux, Cb, casus C ; cassoni, C, cassouny NI 53, 
haine ; cassoayus, haineux J 1 1 b. Auj. Aras, gall. cas, cf. allem. hass, angl. hâte, gr. xoxo; ? 

Casai, aisselle C auj. kajel, f., corniq. casai, gall. cesailî. 

Casée, jument 700, C, Xlle s. id., R. c. III, 404, auj. ka^ek, L, corn, casec, gall. caseg. 
• Casset, caisse, C ; du fr. cassette. 

Cast, chaste, C, adv. ej' — , Cb ; eastet, chasteté, C ; du 1. castus. 

Castell, château, — carr chartil, 1. plaustrum, C, pi. questell NI. i55 ; auj. id., m., du 1. -um. 

Casty, châtiment, peine, douleur 497, 641, NI i5, bras — J 3o b ; castizaflT, châtier, Cb, casti^af 
J 108, 164, castiaffC; p. castii^et puni B 467, J 59, maigre N i85i, castj^set fatigué NI 273, fut. casti^o 
B 537 ; castigation, punition Cb. Auj. kasti^a, punir, kastijet amaigri ; du 1. castigare. 

Castor, castor C ; du fr. — Casul, chasuble C ; v. gall. casulheticc penulata ; du 1. casula. 

Catlieeorîc, catégorique; cathedral, fr. id. ; catbolic, catholique, C, f. catholiques Cb, 
pi. catholiquet NI 2 55, du fr.; eatliolicon, fr. id. (dictionnaire universel), du grec latinisé id. 

Caulenn, chou, pi. caul, C; coal yruin, sorte de choux, Cb ; auj. kaol, du 1. caulis. 

Caus, cause C, eaux B 202, 341, J 2o3 ; dre caus, causaliter; pi. causou (d'avocat); eausic, petite 
cause Cb; causaflT, causer, 1. causari, C; causit... an cas parlez de ce fait, N 814; dan drase eau- 
seant, cause de cela, J 84 b ; causeur, fr. id., 1. causarius, litis amator, Ce; causus, causatif Ce; 
du 1. causa. 

Caut, bouillie C, auj. kaot id. et colle, de *colt, même rac. que coulm 2 et que xoXXa. 

Cautel, cautèle, ruse, 442, cautell C; cautellus, cauteleux C, cautelus C6 ; caucîon, caution, 
C a, Cb ; du fr. — Cauter, chaudière J 98 b, C ; pi. iou J 12 ; auj. id. f.; du 1. caldaria. 

CauafT, caffaff, C, cafaff Cb, caver, creuser; caf, cave C, dim. caffle, Cb; cauern, caverne C, 
— ec, caverneux Cb ; du fr. 

Caual, C, caffal Cb, roussin ; gall. ceffyl, cf. Caballos, sur une monn. gaul., et le 1. caballus. 



244 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

Cauel, chameau, C, camel Ce ; canval Maun. Gr., canvale L'A.; du 1. camelus. 

Cauell, berceau ; nasse à prendre poisson, C ; dim. -îc, petit berceau Cb. Auj. id.; v. br. cauell, pi. 
cauuelou, corbeille, berceau, v. sax. cawl panier, I. cauuella cuve (gloses de Cassel). 

Cauillation, decepuance C ; du 1. cavillatio. 

Caz, chat 700, 739, C, Am. Pel. v. court ; cas, rime aj-, B 294 ; dim. cazic, f. cai^es ; cazunell, 
souricière, C. Auj. ka^, gall. cath, gaul. cattos, n. pr. sur une monnaie des Lixoviens ; cf. lat. catulus? 

Caza» lin, graites, 1. napta, Ca; canastr lin, Cb, Ce (entre caj et ca^es). Calastr, canastr, le bois ou 
tuyau du chanvre, Pel. 

Cazr, beau 35, C, P, J i56, M 3 ; adv. ent — Cb ; cae^r impalae^res, NI 460; sup. ca\rajf B 5i,-fl/ 
S. Gw., cae^raf N 942 ; cai^ret den quel bel homme ! N gSo caejrhet tra NI 365, cae^ret N 921, 944, 981, 
ioi2;Nli37, i38, 141, 143, 145, 14S, 23o, 256, 281, 3i3, Sgo ; cazrdei*. Ce, cajTi>*er Ci», beauté;caz- 
i>ell, belette; eazrliat, embellir C. Auj. kaer ; v. br. cadr, gaul. cadras dans Belatucadros, « beau 
dans la destruction », épith. de Mars ; cf. xs-xaS-jA^voç, orné. Le suffixe exclamatif et n'existe plus qu'en 
vann.; gall. et (comparatif d'égalité). 

Cecîl, Cécile. — i. Cedr, cèdre, C. — 2. CedLr, sceptre J 109. — Cedulenn, cédule C ; du fr 

CeflTn, moutarde, Ca, ce!{u Cb, Ce (entre cedulenn et celebraff). Ce^o, Maun., Gr., ceune L'A.; se^o, 
ancien dialogue, Pel., gall. ceddw, cedw (le c gall. se prononce k). 

Celebraff, célébrer la messe C, celebraf N 1703 ; du fr. — Celestel, céleste SîS, N i373, NI 169, 
B 323, celestiel 323*, 677,1 180 b, N 1952 (4syl.), C,celestyelll^\ 171, celestial [ùmc al) M 53; auj. seles- 
tiel ; du v. fr. celestial, C. — delidoen, C, cydoen Cb, celidoine, cydoine. — Celyei*, C, celier Cb, 
cellier ; du fr. 

Cence, cens. — Cenelenn, ceincle (sangle) C ; du fr. — Cendal, étoffe de fin lin 629, du v. fr. 
id., de oivSwv. — Centr, centre G. — Centurion, 4 s. J 168 centurion ; du fr. 

Cercl, cercle C; cercuît, circuit N 1084, circuit C. — Cerg, serge. — Cerimoniou, céré« 
monies ; cerimonius, cérémonieux, C, eeremonius Ce; du fr. 

Cern, (couronne d'épines enroulée) en e — J 109 b, autour de lui [e son, à lui ; garlantes est fém.) ; en 
cernn, dans les chaînes, P 556; cf. cennet, enchaîné B 780; (couronne) tressée NI 44; enlacé, enroulé 
J II 5, lié B 41 3 ; a cernet, qu'on a tressé, P 280 ; me en cerno je le tiendrai fortement B 26 ; du fr. cerner. 

Certen, certain C, (être) —, J 21 b, (lieu) sûr B 367 ; adv. — N 4, J 10, B 397 (rime en an) ; a — , 
B 438, M 58, J 63 b, en — B 77*, ent —, dre tra—, Cb ; certenhaff très certainement NI 108 ; certenet, 
assurez, avertissez J i85 b; certes, certes B 95, J 25 b, N 162, NI 64; certiflaff, certifier C, p. 
-et, C, J 220 b; certiffiet assuré, confirmé dans une croyance, J 23i b; prés, certiffih 63, certiffy i6q, 636, 
impf. certifie J 220 b ; du fr. 

Ceruell, cerveau, C, dim. -îe, Cb ; cervel J 1 10 b. — Cerues, cervoise C ; du fi . 

César, César C, J 112. — Cessont, ils cessent J 29 b, cesset cessez B 619 ; du fr. 

Chabistr, chappistre C, chapitre d'un couvent N 178; -stfF, chapitrer Cb. — Chabl, chapl, câble 
C ; du fr. 

Cliacc, chiens N 290, auj. chas; du fr. chasse; chasseal, expulser NI 81, p. chacceet 458; Aof 
chaceat on Us chassa 479 ; du fr., cf. R. c. VI, 41 1. 

Chaden, chaîne, -aff, enchaîner, p. et, C; chadenn, -aff p. et, Cb, dim. -nnic. Ce; auj. id ; em- 
prunté au v. fr. 'chadeine vers le XII«s., R. c. III, 227. 

Chaeson, N 1912, e — , en décrépitude ? ou à propos? du v. fr. ''choison, cf. it. cagione. 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 345 

Chaffault, C, cbaffaut Ce échafaud ; du v. fr. chafaut. 

Clialami, chalumeau, — aff, en jouer, — er, celui qui en joue, C ; du fr. 

Chalonî, chanoine C, pi. -et N 1743, chanoniet lySi, 1776 ; du fr. 

Chambarlanc, Ca, chaparlanc C, chambellan. — Chamoas, chamois C ; du fr. 

Champ, champ ; Champinin^n, C, -aign Cb, Champagne ; champesti", -être. — Cham- 
pion, g. id. C ; du fr. — Chaiia, Cana P. 

Chanec, chance 3o3, C, sort malheureux J 127, NI 327 ; pep —, de toute façon B 64; dre — avancet 
J 28 b par pur hasard ; a — prim. par un événement rapide B 325, a — don avec grand succès N 765, dam 
— à ma guise N 1893 ; chanc M 390; pl. mil chancou N 776; chansus (rime anç), malheureux, fatal 
NI 453 ; du fr. 

Chancelyer, -ier C, chancellier, f. -es Ce; chancelîei-es, chancelery, -erie, Cb ; du fr. 

Chancr*, chancre. — Chandeleui*, g. id. C ; du fr. 

Chans;, change (d'argent) C ; chaing échange, préférence, J 119; ef cheng, muablement, Cb ; chan- 
chaif, changer C, chenchaff Cb, N 1439, hep— sans rémission J 66 b, mal écrit crenchaff NI 333 ; chenchaf 
N 1484, chencha B 648, p. chenchet B 607, N 601, Cb, chenget Ce; prêt, chenehas lech fut disloqué NI i36 ; 
impér. cheyng P ; chenchit hent NI 274, fut. et subj. changiff ; chenehy P, ma^ chanehy...figiir B 382 ; cheincho 
P, ma ehencho guis... de guysion NI i38; pan chenchymp bro NI 3 16, chenchimp 4j3 ; chencymp Sog ; refef 
chenchet, que vous délogiez B io3 ; e^ chenchent, changeassent NI 3i, ej chenchet qu'on changeât J i36b ; 
chanchei*, changeur (d'argent) C, c/zang-er Ci; chenehabi, Cb, c/!e«o-a6/ Ce changeable, changeant; 
ehenehîdîguez, Cb, chengidiguej Ce mutation ; du fr. 

Chantr, chantre. — Chap, chape, C, dim. -î«», Cb, -et, vêtu d'une chape Ce. — Chapel, cha- 
pelle 812, C, N I 390, pl. OM 1228, -an, chapelain B i5i*, chapalen Q; chapelet, couronne J iSob; 
chapelet N 1269, Am. Pel. v. diroll; du fr. 

Charaing, C, charoignn M 7 v, charogne. — Charles, Charles. — Charnel, charnier, C ; 
du fr. 

Charreat, charrier C; ma charre oar he quys P 255, s'il se comporte malj s'il recule dans le chemin 
de la perfection? eliarrelter, C, charratter Ce, charretier ; «ïharriot. G, chariot Cb, chariot ; du fr. 

Chari'ouec, vesce C ; charonce, m., L'A. — Chartr, chartre, 1. ergasculum, C; du fr. 

Chas, châsse ; — an sae^ou, chasse a fïaiches, C. — Chast, chaste Ce, N 1240 ; chastdet, chas- 
teté C, chasdet Ce: chasteté, id., N i55 ; du fr. 

Chatal, bétail, animaux, 713, N 1167, NI 26, auj. id.; du v. fr. cheptel — Chatelen, châtelain, C ; 
du fr. 

Chatonet, chaton, 1. catho, C ; chatouneder, 1. cathonista. Ce,- catonicus, qui ensuit la doc- 
trine de chaton, C a. 

Chaucepie, chausse-picd C. — Chaucer, g. id. Ce, 1. ag(g)er, C; chaussée, auj. id.; du fr. 

Chaudouron, chaudron C ; du fr. 

Cliede, vois, 3/2, voici, voilà (quand on tutoie), C, P; explétif, M 57 vo; - ary, te voilà arrivé B 164, 
chede te te voilà 3o, 383 ; — y les voici J iSb ; — sa, voilà ! J 52 cheden boutej, voilà le sort B 38i*, cf. 685, 
ched'en 38i ; sed& an voilà le, 3 s-yl. P 280; sede, selde, chede, G ; chetu, voici, voilà, B 21, 349, J 99, 
P, H, Am. Pel. v. diroll, NI 141 ; explétif, 253 \— hy \si voilà, S. Gw. Pel. v. cheda ; — so, voilà ! B 475, 
J i3i b — an, voilà le, 3 syl. B 245, 455 ; setu, P, chetuy J 61, M 58. Auj. id.; de sell, regarde, avec /e (van. 
ché L'A., sens de chede), et de sellet-hu. 

37 



346 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

Cher, chère, visage, C, B 417, J 76 b; aspect, air du visage, J 69 b, 71 b ; humeur, N 1484, caractère 
P; — mdt, bon visage, J 5 b, bonté B 499, J i23 b, gaieté J 9 b, vers 6 ; bonne chère, B 42, 368 ; gruet — 
net, rcjouissez-vous J 200, a — net cordialement J 54, N i885 ; an guelhaf — , J 8, i25, sérénité, douceur ; 
an goa^ltaf — , traitement cruel J 32 ; — disemper, accès de fureur, B 791 ; rentomp de\aff — , rendons-lui 
hommage NI 320 ; gant — , avec plaisir, J 83 ; gruet — , réjouissez-vous B 66 ; cher, gaieté, joie, bonheur, 
3 10, 65o, J 160 b ; drouc cheret, triste, désolé, J i25 b ; du fr. 

Cherchas, il chercha NI 107. — ChetifT, chétif, C. — Cheur, chœur Ce ; du fr. 

Cheuancc, chevance, argent, 42, 63, C, NI 142, chevancc 10, cheuancç 108, cheuanc ^iS, chevance Cb; 
pi. chevancçaou 25 1 ; du fr. — Cheueten, capitaine C ; du v. fr. cheuetaine. 

Chîlpat, glantir (japper) C, auj. id., du germain : anglo-sax. gilpan, se vanter, angl. to yelp, appjer 
(Stokesj. 

Chiniaes, chimaise C. — Cliîminal, cheminée C, auj. id.; du fr. 

Choanenn, C, choanen Cb, " choyme », mie, C ; auj. id. 

Cboas, choix J 42 b, 117 b ; den a — , homme distingué N 2 55 ; a — , bon (signe de croix) N 1 1 5 1 , 
belle (pierre) i38o; guell — , de meilleure qualité J 23: ; choasafT, choisir N 1755, -a/J 154, je choisis 
J 99 b ; p. et, choisi, élu, J 118, N 1747, NI 21, impér. -omp N 171 1 ; -et B 24, J 41 b, -it N 1751 ; du fr. 

Chom, demeurer, rester 63, J 187, M 5, N 878, NI 118, chomp N 1239; hsp qitet chom, sans remise 
J 44; hep chom, hep chom quel sans s'arrêter P; chommèl, id., H ; chom il demeure B 3i2, chem il 
reste N 83 ; p. chomet J 2 1 3 b, NI 285, C, chommet Ce; impf. chomme NI 236 ; prêt, chômas NI 278, chommas 
3i2, 465; chommat on resta NI 549; fut. et subj. c^omj/-^ Jér. Pel.y. bêt, chomif J 191 b, chemiff B Sgo, 
chemmiff 297, chimiff N 1 104, chimy N 484 (rime en if) ; 2" p. chomy B 52 1, J 122 (éd. 1622), chemy B 383 ; 
3" chôma B 395, Gw., N 4, chommo B 263, J 25 b, pi. chommint B 356 ; cond. ne chomenn miiy je ne veux 
plus rester N 73 1 ; ej chomse il serait resté J 2o5 ; impér. chom J 140 b; na chomet gour N 252, chemet 
Devy N 1067 ; pi. chomyt J 46, chemet N 517, na chemmet da, J 46 b, ne tardez pas à ; chouiadenn, 
act. de demeurer, C, chomaden Cb. Auj. chom, chemel ; du fr. chômer. En dial. de Batz chom, il faut, cf. ne 
chom quen, il n'en faut pas d'autre (pour vous refroidir le sang) J 109. 

Chot, joue — an pescq branchie Ca, chout Gw. (rime en ot) ; chotat, soufflet J 77 b. Auj. id., f., ital. 
gota, du lat. gabata, cf. unjavedat un coup, « dans un de nos vieux dictionnaires », Pel. v. croumm. 

Choue, cou, nuque C, J 3 b P, scouc Gw.; choucat, 1. colafus, Cb, coup sur la nuque ; chou- 
catal, frapper au cou, p. choucatet, C. Auj. chouk. M. Stokes a comparé l'irl. scôig, cou; mais le se de 
scouc doit exprimer le son ç. Chouc veut dire le derrière de la tête, et le dos, surtout plies sous un fardeau ; 
cf. van. choukein s'accroupir, s'asseoir. Du v. fr. suc, provençal f mc, ital. ^ucca, courge et tête ? 

Christ, Christ J loi, i25 ; da —, au Christ NI 188, da Crisl J 207 b, var. Chr-; Jesu Christ NI 535 
Jesu Crist B 28, var. Christ ; Crist, C. Clirîsten, chrétien B i39* N 438, Cb, cristen C, B i32, 26, var. 
chr-; cr- (être) chrétienne B 732, guir cr-, très chrétien, Cb ; pi. christenien NI 3i5, christenyen N 54g ; 
f. cristenes C, B i36, cf. v. br. Cristian IX« s.; christenet, baptisé, rendu chrétien, B 145*; erîs- 
teiiez, chrétienté C ; esprit de religion, N 1706; Crîstoffl, C, Cristojl Cb, Christophe. Du grec lati- 
nisé Christus. 

Cigoiu^, cigogne, C, du fr. — Ciin, singe C, cin Ce, du 1. simius ; sins, Jér. du fr. singe. 

Ciment, ciment. — Clug, cygne C ; cin, Maun. — Cipres, cyprès. — Ciprïan, Cyprien, C ' 
du fr. — Circonstance, C ; circonstance, Ce. — Circonuention, C, eirconvention Cb. — Cir- 
cumcîsion, C, circuncision Ce. G. id.; du fr. 

Cirurgien, g. id. C, cirugien Ce ; cîrurgery, chirurgie Ce ; du fr. 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 847 

Cistern, «cisterne» C; l'abîme (de l'enfer) J 89 b, cystern 97, 99, cisternn B 562, citern NI 364; 
du fr. — Cîtaff, citer, p. et, C. —Cite, cité, ville, C, J 11 5, NI 372 P; du fr. 
Ciuelleiin, C surfaix, grosse sangle ; sivelenn Gr.; du lat. cingillum ; cf. Rev. celt. II, 192. 

Claei'yen, 181, var. claerien, 3 s., clarté, splendeur, auj. sklerijenn ; cf. corniq. cleyr, gall. claer, 
clair, voy. sclaer ; clai>iflet, expliqué, éclairci, 667 ; du fr. clarifier. 

Clafl*, malade C, N 341, P,clafu H, claf N 5o3, maltraité J 6 ; cleuell, être malade C, p. claffet 
N i3oi, affligé 1208; claffuet B 410, cla/vet J 167 b, clauet ]>}[ 468 ; ind. prés, davaf } 233 b; claf P \ fut. 
clafvif J 192 b; claffuo, qu'elle devienne malade, B 485; me he claffo je la rendrai malade, B 475; 
cleiret, maladie N 75, 1854, Ce, cleffuet B 189, Ce, cleiiffet NI 104, clenffet NI 314, clefvet J 36 b, 160, 
P i54, cleuet C, N 1664, clevet Cb, clesvet H ; cleuet nhel, le haut mal, G; cleuedus, maladif, C, cle- 
vedus Cb. Auj. klanv {n nasal), gall. et corn, claf, irl. clam; rac. sanscr. klam. Je crois que mar claff caffou 
en metou so, P 273, veut dire « quelque terribles que soient leurs peines en ce lieu ». 

dusq, acquérir, chercher, C, chercher, B Sg, N 288, NI 264, P; clas, lis. clasq N 268; clasc gryt, 
cherchez] 49; c/mj est plutôt un nom dans ober clasq] 46 b, «faire la recherche», p. clasquet J 189, 
NI 276, acquis, C. Prés, clasqtiaf } 187 ; clesque:^ J iS6 b, 194 b ; clesquomp J 71 ; clesquet J 70 b, 71, i85, 
199 b ; clescont J 23 b. Impf. clasque J 40 b ; clasquent NI 108. Fut. clasquo J 184 ; impér. clasq B 41, da 
hem —, prends ton élan, tes mesures (pour frapper) 58i ; clesquet cherchez 457, 486, J 168; subj. clasquemp 
B 71, clesquet ^-ji ; clasq ann aluson, chercher l'aumône, C ; clascfuei*, f. -es, quêteur, mendiant, C. 
Auj. klask ; vann. klah ; gall. clasgu, casglu, recueillir, de*qucesiculare? 

dïiudin, Claudin 364, 45 1*. — Clnus, clause, C ; du fr. 

Cleflfl*, boiter, C, gall. cloffî, de cloff, boiteux, du b. lat. cloppus, d'où fr. éclopé, clopin-clopant, etc. 

Cleiz, gauche C ; an la^r cley^ J 140 b ; a cley^, P; cleîaKyat, gaucher, C. Léon. Ar/e/j-, tréc. klei, 
V. gall. cled, gaél. clî, même rac. que le goth. hlei-duma, gauche. 

Glem, plainte Ce, N 478, ii55, accusation J loi ; elem sechei se plaindre de la soif, J 143; ef — an 
reman, 112 b, t'accusent ou se plaignent; mem em — (ou^) je me plains de, N 344 ; ... a — e merch ou^, il 
accuse sa fille devant... B 405-406 ; p. -et accusé J 112; -ei-, complaigneur, C; dems/'iis, complai- 
gnant Ce; climiscliat, C pleurnicher, clismichat Cb. Auj. klem ; corniq. rdk clem, (je dirai) pour ma 
défense; du v. fr. claimer, crier, cf. angl. to daim, réclamer. 

Clémence, Ce, clément, 1. clemens, Ce. — Cleopbas, Cléophas, J 202 b ; du fr. 

<.^Iei*îinç, Clarence, n. géogr. M 4 ; du fr. 

Clet de goasquedaff, pour le tenir bien chaudement, NI 140; lut clet, gens adroits, N 269; clet, (lieu) à 
l'abri, Maun. Pel. Clet « a signifié paisible ou tranquille, comme je le vois dans quelques vieux livres, qui le 
donnent pour épithète à des personnes de distinction», Pel., gall. clyd (lieu) abrité; (vêtement) chaud 
(Davies) ; de *clitos, caché, rac. cel, d'où gael. cleith cacher et retraite, cf. 1. celare, ou de *clitos, incliné, 
gr. xXiToç ? 

Cleuz, fossé, 1. agger, C, mur de terre Ce; eof cleusenn, vieil arbre creux, M 7 v» (e/c;/|-en, 
Maun.). Léon kleu^, tréc. kleu, v. corniq. claud, gall. clawdd, levée de terre, tranchée, irl. c/ai fossé, claidim 
j'enterre. Br. du XIII= s. dédier, denier, prob. fossoyeur, auj. kleuper, R. c, III, 406. Voy. menglcu:^. 

Cleuet, entendre N 485, H, P, clevet] 6 b, clefuet N 467, cleauuet C, deauvet Cb, deauet, Ce, claeuet 
H, cleuet, l'ouïe P i55 ; p. cleuet, écrit deuet N i5o; prés, cleuaff B 5o, clevaf i 189; cleue\ B 273 ; cleu 
J i35 ; cleuet B 395 ; prêt, cleuis B 53, devis J 222 b ; cleiias B i3i, NI 355, devas J 79 b, NI i3, me a 
devas hue^ rost, Jér., je sentis l'odeur du rôti, (même sens en corniq. et en gall.); cleusont P; fut. et subj. 
clevif i 25, 38 ; cleuy B 755 ; devo J 26, 124; cleuimp N 21 1 ; cleuhet B 670, J 3i, devhet J 26 b, 162, 176 



34.8 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

cond. et subj. cleuhe B 234, clevhe J go, 232 ; ma^ clevher, qu'on entende J 99 ; cleavech P 246 peut être 
l'imparfait ou le cond. « vous pouvez entendre », cf. nem clevhe nem responte tam, il ne pouvait m'cntendre, 
J 189 b. Impér. cleu diff écoute-moi B 487, cleu J i5, P, cleau P, cleo N 52 ; «a cleuet nemedouf, B 140* ; 
2« pi. cleuet B 25, N 1247, NI 334, clevet'H 184, cleuit (ms. deuit?) N I2i3, clevyt J 46; cleauidiguez, 
ouyement, 1. auditus, Ce. Auj. klevet, gall. clywed, gaél. cluinn, même rac. que jj^wo. 

Clezefr, épée 35o, C, N 1422, cleieuff NI 238, <:le:(ef, var. cle^euf, J Sg b ; cle^ef N 85o ; m. : an becq 
ane^iafH 1433, dou cle^ef J 72 b ; clejev NI 70, cle^u 218, clejen lis. cle^eu NI 479. PI. cle^effyou Cb, P. 
Léon, kle^e m., van. klean {n nasal), v. irl. claideb = *cladivos, cf. lat. gladius, de *cladios. Le fr. claymore 
f., représente le gaél. claideamh mor, m. grande épée. 

Clezrenn, glace C. Cornou. c/e^jr, cle^ren, van. cléer, glace qui se forme de l'eau tombant des toits; 
Pel.; scléreena, sclér, L glace légère, L'A., clejrenn id., cle:^r glaçon, Gr., cle^ren Maun. Cf. corniq. clihi, 
glihi, clelie. glace. Du lat. glacies, cf. sclacc, avec accommodation au suffixe jr, comme dans cali^r ? 

Cliin, « cUme », climat, C. — Clistoer, clistère C ; du fr. 

Cloarec, clerc, savant, 80*, C, J 1G7, N iioi, NI 79, P, f. cloaregues savante B g3 ; pi. clouer N 1084, 
char, var. clouer, J 85 b, cler N 523; an glouer NI 3 12 (i syll.); cloar 1 s. et 3 s., M 4, Cb; cloareguîez, 
clergie C. Auj. kloarek ; du 1. clericus. 

Cloastr, cloître C, dim. -îc, Cb ; cloastrer, cloistrier Cb ; du fr. 

Cloch, cloche, dim. -îc, Cb, -jrc Ce ; clochei*, sonneur ou faiseur de cloches ; clochei*» un clo- 
cher, C. Auj. kloc'h, m.; du b. lat. clocca ; van. clohér, m. clocher, L'A. 

Clochenn amanenn lèche de beurre, C. Clochen amman, Maun., clochenn amann, Gr., id. de cloçen 
aman boîte à beurre, Pel., comme le montrent tes formes cloe^ren aman u coquille de beurre qui est enlevée 
avec lacuilUere», Pel., et sc/ofren amann, lèche de beurre, pi. sclojr, Grég., cf. discloara, disclora, disclo- 
renna, faire des 1. de b., Gr. Voy. clo^renn. 

Clocucc, sourd, C avant le mot dock ; lis. cloccucc, cf. v. fr. clocher, sonner ? 

Cloedat ann douar « herser la terre » C. Clouè'dat, id., Gr. de clâet, clouet, barrière, herse, claie, Pel., 
pi. cloedou, Cart. de Landévennec, galT. clwyd, v. irl. cliath du gaul. clêta, qui a passé dans les langues ro- 
manes (claie) ; même rac. que lat. crates, angl. hurdle. 

Clopenn, crâne J 74, 110. Grég. id. clopen Maun., Pel., de *cloç-penn, boîte de la tête, van. cloren er 
peenn Gr., cf. Pel. Voy. clo^renn. 

Clos, clos, fermé J 83 ; lech — , B413; — reposet, bien endormi, NI ti, 5i3; en clos ma^ repose, si bien 
qu'elle vivait en paix? P 45 (M.' de la VfWemarqué y voit un- nom, pour lech' — , retraire) ,- icr/cA —, tiens bien 
(ta résolution) J 14 b ; (révéler) secrètement NI 43o; Doe — a disposa, Dieu en disposera J 25 b ; en enes 
— hanvet Rcsina, N i35, prob. explétif; de même dans en pep guis clos, Am., que Pel. traduit « en toutes 
manières feintes ou dissimulées"; closet, fermé B 53i, J 35 b, NI 180; (nuit) dose, J i55, cf. da hanter 
nos pan voa hogos closet, NI 141 ; closomp fermons J 161. Auj. id.; du fr. 

Clou, ferrement, C, clouetenn, « fer de laz », Cb; clouyei*, espinglier, C; v. br. clbu, auj. klaou ; 
pl. claoïiyer, Gr.; gall. cloeu, a clavi », irl. clô ; même rac que 1. clavus, clou. Claweten, fer d'une aiguil- 
lette, Pel.; tréc. klaouiten, f. trou (d'aiguille, de fuseau en fer) ; cf. clao un nados, chas d'une aiguille, Gr., v. 
chameau. 

Clouai, tiède, C ; doux, affable, ord. avant le nom, B 5, 498, 55o, H, J 9 b, N 496, NI 23, io5 ; douce 
ha —, N 564; ma maestr — J 82 b ; adv., NI 254 ; (savoir) bien, J i23 b (1 syll., contre l'usage ordinaire) ; 
cloar doux, P 49, adv. B 496 ; clouarder, C* ; eIo«ai-<let, Ce, tiédeur ; clouartiat, tiédir CR 
D. Pel. cite cloiiareguye^ (victoire remportée avec) lenteur, tiédeur; malgré son assurance, je doute que ce 



DICTIONNAIRE ETYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 249 

mot difi'ère Je cloareguie^ cïcrgie (ici « lenteur savante»?) Léon, klouar, tiède, 2 s., van. kloar i s.; gall. 
clauar, cf. gr. yXiap(iî, ou plutôt il y a en bret. renforcement de gl. en cl. 

Cloanrenrt, Cms, v. boeden, cosse, gousse de fève; cloe^renn faff, Ca, cloe^ren Ci (après clouyer). Auj. 
klosen ut kloren, enveloppe, cosse, coque d'œuf; clocen Maun., cloc^enn pi. cloc^ Gr. , voy. clopenn et clo- 
chenn. D'un dérivé de daudere. Pel. donne cloç enclos, clo^a clore; pour ^r de ç cf. cal^r, clejrenn. 

Cliidenn, gîte, Cb, Ce. Auj. klud, m., perchoir; v. br. clutam gl. struo, gall. c/«<fa/ j'apporte, j'accu- 
mule ; c(. gaél. cliath, to tread, as the maie, in poultry ? Voy. le suiv. 

Clugai*, perdrix, C, pron. clujar, auj. id. f., gall. clugiar, de iar poule, et clugio, s'accroupir, percher, 
bret. kluja, clugea, Maun., cf. van. cluchein, cludein, id., et le mot précédent. 

Clun, cuisse S/g, reins, fesse, G ; f . : pi. diouclun, dioclun, Ce, dira, clunic, diouelunic, Cb. Van. et 
gall. id., de *clônis pour *claunis, identique au lat. elûnis (Et. gram. 16). 

Cnot, N 836, cf. gall. cnawd, chair? t. d'injure, pour crot, cf. léon. erot, petit enfant, Pel. gall. crwt. ? 

Coadliutoi*, C, du 1. id. — Coaill, caille, « lat. calia », C. Auj. id., du b. lat. quaquila. 

Coan, souper, cène, C, J 19, M 10; pan oa debret — J 64, sans article, auj. id.; dim. -îc ; coan- 
leeli, cenaculum Cb; coanyafK, souper. Ce, coaniaff Cb, coanaff Ca, prés, coan J 6 fut. coanif S 5 b, 
impér. coaniomp J 6 b ; du 1. eena, prononcé encore kêna ; voy. eoar. 

Coaut, joli 71, N 325, C, coaent S. Gw., coent Cb ; adv. quant amantet, B 218*; coantîs, beauté 
P 259, amour, amitié, B 392*, 720, J 196 b ; f : diou — , J 27 ; adv. dre —, J 12, 232 b ; couantys NI 416. 
Auj. id.; du v. fr. coint, cointîse. 

Coai*, cire C, N 902 ; -aflT, cirer, p. et ; -en, vendeur ou ouvreur de cire, C. Auj. id., du 1. cera. 

Coat, bois, forêt, C; didan -, sous bois, N 349; du bois, B 58, 274; pi. eoatdou N 294; coadec, 
plein de bois, G. Mutation initiale : a:^r an hoat, Cms, an tro voar tron choat, le pourtour du bois, N 274; 
cf. Penhoat = chef (bout) du bois. Auj. koad, v. br. coet, gaul. cêto-, 1. -eêtum, ail. haide, R. c., VI, 485. 

Coazi-ell, « carrel de soliers», G -^ell Ce, dans les co^-, du b. lat. "quadrellus, ital. quadrello. 

Cocatrîcc, Cb, cocatrice G, g. id., 1. basilicus , du fr. 

Cocc, G, charançon ; du fr. « cosse ^^, que donne Cb, dim. cosson. 

Cocou, Ce coucou, coquou Cb coc, coq C, auj. koukouk, f., gall. cog, onomatopée. 

Cochuy, « cochue » G, halle, auj. koe'ku, m., v. fn cohue, id.; cf. gall. ey-chwyf- agitation. Gf. mes. 
Etudes comparatives sur le grec, le latin et le celtique, I. p. 8, 9. 

Cod, cot, code, codîcil, codicille. — CoeiT, coiffe G, dim. -îc, Cb, coeffin, g. id. 1. ceruical. 
— Coetefnel, g. id. G.; du fr. 

Coezaff, tomber 654 accidere 210, -af ] 23i, coue^o H, p. coe^et B 327, J 92 b, N 24, arrivé par ha- 
sard Jér., coue^et NI 354; a coej dit B 685, coe^as J 1 19, arriva 86, 23o b; -j' B 616, J 1 15 b; -o B 762, 
cou- J 120, éd. 1622, rac mujr torfet na coe^çe quel, J i58 b, de peur qu'il n'arrive d'autre profanation, 
cf. rac na coejhent 169b; coese } 64 = tréc. koueje, il tomba plusieurs fois. Coe'^hont P. prob. futur; 
coezabl. G, coezus, Cb, qui tombe. Gall. cwyddo ^ lat. cêdere (Stokes). 

CoezflT, enflure G, orgueil, Cb ;— en boiqellou Ca, Ce ; coejffen b. Cb, hernie; -uifT, Ca, -uaflf, Cb 
enfler, p. et Cb, coe^ffet Ca, coeffuet Cb ; -idigaez, Ca, -uidigaej Cb, inflatio. Léon, koenv, m., = *co- 
hueth-m(e), voy. huejaff; le vann. /oanv = *hueth-m.,foanvein = corniq. hothfy (Meriasek). 

Cofll', ventre C, J zS, N 1 17, H, a het e coste:^ (lis. coff) ej- diloffas NI 54 ; cof queyn P ; coff an garr le 
gros de la jambe, Cb, Ce, — an lestr, carène, G ; -eue. Ce, -ec, Ca, ventru ; -in, panier G. Auj. ko/, gall. 
coff' m., ventre; du lat. cophinus, coffre. 

38 



250 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

Cofl'an, adj. : — ha net, P, i3 = « intégra et casta », cf. gall. cyfan, entier. 

Coll'ee», confesser C, se c, P 2o3, cofes se c. J 91 ; da coffes (aller) à confesse N 370 ; p. coffesset 1254, 
Cb ; prés, confess H ; he cofes il la reconnaît (pour reine) P 4 ; fut. confessif, N i3i4 ; coflfessat, se c. 
248, cofessat P, p. confesseat. Ce,- confessaomp ! fut. confessay, H ; confesser C^, -or Ca, -eitr 
Ce, -cur ; confession, B 656, J 90 b, N 597. Auj. kovesat ; du lat. 'confessari. 

1. Cog, coq C, CQC Cb coq J 63, quoc 79 b. Auj. kok, pi. kigi ; onomatopée ? 

2. Cog saej coche de flèche G « coge de f. ■> Cb, coeg saef Ce ,• cog, M i o (l'horloge frappe sur) la coche, 
l'entaille ? Voy. brog. Pron. coj ; du fr. 

Cohort.» troupe, cohorte, J 69b; du fr. — Coig, 414, coig 414*, difficulté, retard? pron. comme 
cog 2 ; c'est peut-être le même mot. — Coing, C, coinn Ce, coin, angle ; du fr. 

Colen, faon, petit d'animal, — qui, C ; — caru, Cb ; — -gat, Am.; pi. quelin, B 713. Auj. id., gall. colwyn, 
irl. culian, *cu-lenos, même rac. que xuoç. Et. gram. 6, 7. Voy. hygoulen. 

Coterie, colérique Cb, 1. colera (bile), C, par erreur ? colericus, colérique Cb donné comme bret. 
au lieu de lat.? du lat. 

Colier, collet, collier, C; eren colyer i 18, la corde au cou. Auj. id., m.; du fr. 

Coll, perte, perdition N i6o3, H ; — poan eu J 90 ; coU, perdre 94, B 243, N i527, NI 36i, — poan, 
a ret J 232 b, col N 1 562 ; p. collet B 727 N 23 NI 455, damné J 94 b ; prés, colley N 645, quell iQ'ij ; collas 
J 123, NI 198 ; -0 J 234, -imp N 792, quolhet J 210 (fut.); mar em colle NI 445, collsent 273, perdraient; 
-idigaez, C, -idigue:( Cb, perte, perdition. Auj. koll, perdre, gall. colli, gaél. caill. 

Collatéral. — Collation. — CoIlectUT, fr. id. C ; colletter, C colleter Cb, colleteur Ce, 
collecteur; coUeg, C, collège, collaichou N 1704 collèges, couvents. — Coloignn, M 4 Cologne; 
du fr. — Colory, P 246 prouesse, lis. cholory ; jolory, triomphe, gloire, NI 2^0, jolori plaisir Jér. (Pel.). 
Auj. y-, ch-, tapage, charivari, tréc. chalvari ; du fr. charivari. 

Colouenn, C, coloenn Cb, paille, chaume ; colouenn guenan, ruche C. Léon. pi. kolo, van. colon, ca- 
lavre, paille, colovênn ruche L'A.; v. gall. calamennou culraos, cf. 1. culmus, gr. xaXa[Ao; ; voy. guenngoloff. 

Columpneun, f., colonne, C; diou — , colupnen Cb ; du lat. columna. 

Coniauant, pactum, C, obligation, P; devoir, règle, N 221, 574, 648; coumanant c conuenance ou 
louage » Cb, Ca ; tréc. komenann, fermage, ferme (fém.) ; du v. fr. covenant. 

Comande, commander, C, comendaff je loue M 55. — Comète, g. id. C ; du fr. 

Combazr, commère C, pi. coinmajreset H, N 921 ; tréc. komaer, pi. -efe/; du 1. cotn-mater. 

Coniin, cumin C. — Commance, 63 commencer, comancc N 870, p. -nc^et B 62 ; impér. -ncet, 64 ; 
mflf -ncer 5 ; comancc, N 724, commencement ; commanczamant, B 65 rime an t(our). — 
Commémoration, Cb. — Comment, g. id. l. -um, C. — Commetafif, commettre 716, 
-itaff C, p. cometet N Sgo ; cometas B 488 ; subj. cometti 592 ; fut. em commetter on m'enverra B 28 ; du fr. 

Commoull î toull — , et -ec, trou obscur, Jér. Tréc. koumoul, nuages, gall. cwmwl sg. m.; du 1. CU' 
miilus (M. Gaidoz). 

CommouaflT, commouer C, p. et da, poussé à, B 21 5*, 4o5 ; commotion, émotion J 121 éd. 
1622. — Commun, g. id., C, réuni, P, comun en commun, également, N 85, 457, 917 ; gens du com- 
mun, 494 ; pob: commun, peuples! NI 334; -aff (la vois) publique N 1754; commun, assemblée P; 
(mon) peuple N 853 cumun P; -iaflT, -ier, -iquer, C; -îcaf, -iquer, J 226 ; -ion, g. id.; -îte, g. id. 
Ci».— Compaignun, 386, C compagnon, pi. ou Cb ; B 461 ; -ingnun 8o3, i.es Ca, -ignunes B726, C ; 
-ez, J 45 b, N 917, -inguner{ C, compagnie; -es, Cb ; -ingnune^ B 327; lis. -es, compagne, B 673; 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 25 1 

compaîgnunecat, p. -ç!<e<. Ci; (-ingu-C) accompagner. — Comparagall^ comparager C; 
conipai*£ttîflr, g. id. Cb. — Coinparissafi*, comparoir, C ; du fr. 

Compas, g. id. G, contour, dimension, plan ; en — iolis B 8, e — sclaer 43 1, dre — 279, J 1 76 (b avec 
mesure, sagesse) ; diou^ an —, d'après !a justice J 179 ; nep — a se, aucun moyen de sortir de la difficulté, 
J 222 ; compassaflT, Cb, -asaffC, « compaser» ; du fr. 

Compassion, 660, J 3, NI 418, Cb, compation g. id. G ; du fr. 

CompasKi*, compère H, Cb, compara G ; pi. compa^ryen, H, compi^rien N 920 (pron. ir-, rime guir) ; 
à Quiberon compadre, l'A. p. VII ; compîzrîez, comperage Ca Cb. Tréc. kompaer ; du 1. com-paler. 

CompelIaflT, -er, C. — Competant, convenable C, J 39, raisonnable B 554, (conçue) sans péché 
NI 7.0; d'une façon compétente B 87 ; bien, tout à fait, 456, N 222, 572, 1197, J 45, NI 416 ; du fr. 

Compîlaa, -er G, -illaff Ce ; p. -ilet arrangé, inventé, B 5i, 442 ; -ilas, 274 ; -îler, -eur Cb ; du fr. 

Complexion, g. id. C., nature, humeur, J 28, 40 b ; du fr. 

Compoes, plain, uni G; tréc. kompes, kompos, van. kampouis ; gall. cymhwys égal, de com et poes. 

ComposafT, -er, C, p. -et B Sig, M 71 v»— Compot, g. id. (comput) ; -îst, -iste C ; du fr.' 

Comprebendaff^ -er C, comprendre (des mystères) J 62 ; du v. fr. 

Compret, prendre J 44 b, N 23o, NI 5, Jér., quempret B 179, G, J 17, NI 43, quemeret B 86 J 17 
N i54 ; p. commeret NI 66, prés, commer 173. Quemeret pris (sur toi de) J 68 b ; bout... emq. da B 149*; 
vous avez (de l'amour) J 126 ; em em q-is da B 3oo ; -cf 56i ; me a quemer, je tiens que, J 34 b ; q-her 43 b; 
etc.; quemefabl prenable, diq- irrépréhensible, Cb. Tréc. komer ; de *com-ber-, 1. confer-o. 

Comps, parole C pi. ou J iij h, dim. -ic, Pel.; comsou B 705, N 547, -aou NI 81 ; auj. f.; comps, 
parler, dire N 171 ; dre—., comme disent ... J 3i b; coms, copms Ce; pr. comsaff NI 14, comsaf J 24; 
coumsas NI 326 ; p. coumset NI 6 ; ne comsenn N 528 ne loquar ; ef compset J 23o que vous direz ; lis. ha 
damuyme^, ... ma compsej te (et pour plus de honte) J 122; compsent peuvent parler B 552, conmsomp 
NI 288 ; con5!^ 80 ; comser, parleur G, cow/'ser f. es; compsidiguet, allocutio Gé. Auj. komps, 
van. kon^i; de *com-med-tu- (Stokes), cf. eme^han, dit-il, gall. med-daf ; ou simpl' de *com-m(e)d, voy. bols. 

Con, 623 J i3 chiens, coun Am., = xuveç ; connar, rage G, conar P ; connînyec, enragé C ; auj. 
kounar f., rage v. br. cunnaret, = gall. cynddaredd, f., de ddr, m. bruit., cf ôo'puêo; ? 

ConcedaflT, -er G, 20, 23 1*. — Couceuaff, -oir Cb, conceffaffCa; prêt, conceuas NI 38o, -vas 84, 
-M^f 121, -uffas iii ; -uat fut conçu 1 52 ; conception, Cb, -cion NI i n ; du fr. — ConcbiaflT, Cb, 

couchaffCa (dans les con-) couchier, contaminer ; léon. konche^a, van. kouchiein ; du fr. — Concluait', 
concluer C, -af B 25*, cloncluaff 2i ; concliiet résolu 714, accompli 8o5 autren... — , J 26, se résoudre à ac- 
corder ; -sion, g. id. C, B 768, N i36o, -siou Cb ; du fr. 

Concoez, gourme à la gorge, étranguillon, C ; m., Gon., de *co-ang-êd-, gall. cyfyng, étroit, cf. gr. 
(juvâYifY), esquinancie ; van. ancoe, m. luette, Gr. (entrée du gosier) = * angêd-, cf. 1. angina. Voy. eoe\ff. 

Concrenn, congre. — Concret, g. id. — Concupiscence, g. id. C, -encc Cb. — Con- 
currant, (nombre) -ent G. — Condamnet, -né NI 2 M 12 v» (rime aff-} ; -mpnet B 342. — (J^on- 
diciou, -tion 235, J 234, G, -tien Ce ; -cionus, -tionnel Cb ; du fr. 

Coudon, 497 (prison) abîme (de tristesse) de cornet don, cf. koundouniou grandes profondeurs, Troude. 

Conduyafi*, C, H, condiiy N 70 conduire ; se conduire, vivre, i56 ; ma em conduyaf ... so ret J 23, 
condii élever (un enfant) 392 ; p. conduiet i235 (rime i-) ; condit, prés. H, conduet ! B 586, gardez (la chas- 
teté) N 623 ; conduer J 124 b; e^ conduhet, qu'il soit guidé, élevé N io32 ; conduit, g. id., Cb, uyt C. 
— ConestabI, -ble, f. -es C, conetabl, -es. Ce. 



252 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

Con-feraflf^ -rer C. fei-m, act. d'être raffermi J 198, -flrniaflr, -er, -cktion, g. id. — 

-flseîVlï, -qui-T. — -fltafl", confire, -fltui-, -ure, C. — -rontaff*, je suis confondu, 386, ySi, -«/ 
J 223 ; -font (la peur m'jabat J 70 b, cf. 188 b; inf. -funtaff, C; -Fus, g. id. C, B i25, N 5i8 (rime on-) 
malheureus' B 435, ignominieus' J i3 b, -ffus perfide B 790 ; -fusion, 644, J 99, g. id. C. fort, con- 
solation Cb, NI 338, -fortaff, -er, B 348, -af i 39 b, don em confort, pour nous consoler J 162 ; ho^ em 

-et! 162 b, -fontei", -eur, f. -eres,C, -fortus, consolant Cfc. ge, congé, permission, 234-5, C, 

J 45 b, i63 b \_liep] hoii congie, 23o; var. congé:; 45 b ; -great, lis. -gieat, a été permis B 754. — -gi*e- 

gatiou, -tion ; dre —, N 186. gi*u, iiigation, iunction, g. id. — iuraff*, -er C, men 

-iur N 53o ; me aj -jur, je t'adjure J 80 -x'"'> pri>-' ! P; P- -itiret C, fait des évocations N 83i ; un -jui*, une 
évocation N 822 (rime on-) ; -iuration dan dyaoul, id. Cb, -iui*er, exorciste C; du fr. 

Connîfïl, C, al. conicl ; conniclCb, lapin, tréc. konnif, du 1. cuniculus. 

Coii-<iueuro, gagnera J 17 b (conquerra) — -saerafT, -er, C, (un prêtre) N i683 -a/ (l'hostie) 

1703, ef -er on t'ordonne prêtre 1697. — -sangiiinite, g. id. santaff, consentir G, N 358, p. et 

ayant consenti P; -n^, N 386 id.; -sent, souffrir, endurer NI 72 ; -sentaff]e veux que J 56 (rime ant-) 
a -santas terriff... NI 3 ; -sant, J i63 b, -santamant, C, H, consentement; -santus, consentant 
Cb. — -solancc, Ca, Cb, B 714, f. : hy, 746 ; -ne NI 453, -scyancc P, -scian^ H -cian^t N 265, pi. -cian- 

çaoïi Ni 473 séant, séant, convenable, N 1752; — -sequancc, -ence J 28 b seru, il conserve 

N 395 — -sideraff, -er C, en em — s'examiner M 2 -et en... pensez au... J 28; attendu les... 28 b ; -et vu, 
eu égard à, 87 b ; vu que, 1 5o — -sîstoei*, -oire C — -sol, N 1 19, -solation, -tion B 6o5, -cion C, 
-solaf, -er N 1295 — -sonant, g. id. C; juste (raison) B 70 J 39, (avis) raisonné N SSg admirable 

B 559 (Passion) divine J 45 ; -sonnet, (tour) fabriquée B 195 ; en ... na -sonont B 553 ; spirafT, 

se résoudre à 610, p. et, conspiré, résolu, 714; — -stant, fr. id., N 207, -stantinoble, -pie Cb, 
-stantin noble Ca — -stanacc, caque, baril, Cb, cou-, coustarace Ca (dans les con-) — -stellatîon, 

g. id. stituaflT, -er C, p. ei iSz*, -stitution, g. id. C, stpu, Cb, construire, p. et expliqué? 

N :o83, -struabl, constructible -stmetîon, g. id. C ; du f. 

Cont, comte, f. -es C — dont compte P, -aff, compter C, NI 517 raconter B 406 ; gra -et, dis N 3 ; 
-et, on comptait Ni 2i3 ; a -er, NI 66, B 2)1)^, pan — 35i ne -ompas NI 174; -ant, (argent) comptant 66. — 
Contant, content 162, C, droite- 188; -aff, contenter, payer 44, -enta/ J 3o rime ant-; hoj em -entet 
résignez-vous 39 b, cf. B 194; -ante 298; du fr. 

Contell, couteau C, 598, f. : homan ; auj. id., v. corniq. celeell, cultell ; du 1. cultellus. 

Con-templaff, -er C, — a/ N 481 ; -atîf, Cb, -atiffCc; -ation, g. id. C testaff, C, -iff 

NI 483, -er tigu, fr. id. tiuu, fr. id. C ; tout à fait (digne) N io34, -tenu B425, continuellement 

i34, 588; incontinent, tout à l'heure 16S; ««contenu ou:; buhe:; histoire, récit, J 229 b, -tînuaff, 
-er C ; -tinuaclui*, -uité, dre -tinuation, continuellement, Cb ; en continuant, aussitôt, incon- 
tinent, NI 42 ; eontînant, bientôt, N 694, 747, 1046; retenu, modeste, 569? -tenancc, contenance, 
quantité B 60, visage 745, J 181, (mauvaise) action 783, f. : houman ; -tanancc acception de personnes N 1892, 
visage P (rimes an-), -tranaticc éyéncmeni, message N 60; hep contanancc NI 523, hep contannançaou, 52i, 
incontinent, sans délai. 

Conti*-act, g. id. C, -at avantage NI loi, en -at en cas, capable de, M 6^., -adaff, contracter, C, H, 

-acter on contracte H, du fr. ariaff, -er C, -ria (3 syl.) J 71 b -Haff B 725, -af J 22 b, cf. 3 i b ; -rihe 

B 233 ; hep -aly, B 3io, N i357, sal a — M 39, sans contredit ; du fr. contrarier, anc. contralier, Romania 
I, i65, II, 244; -ariete, C, dufr.; -ell, contraire C (femme) contrariante B 779, -el odieux J 84 b, 712 
contraire 314, H, J 217 b; an — , le c, 197 ; ef -el contrarieus' Cb, en—, au c. M 71 vo, econtrel Cb ; auj. 
kontrol ; v. bret. controliaht, contradiction ; du I. contrârius. — Contre, -trée 24 G, auj. m. — Con- 
tredît, J 23, fr. -id., -dy 1 13 b, i83 b B 223*, NI 419 ; désaccord, contradiction, obstacle B 606 J 28, 34, 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 253 

112.— Contrition, J 90 b, i : y ; -iction C. — Controuersite, g. id., 1. controuersia C; 
du fr. 

Controuneinn, ver de viande, C ; -tronnenn Cb ; -ti"onnec, plein de vers C. Auj. kontronenn, 

f. ; Gr. donne contronenn et courônen. En gall. cynronyn, cf. lat. con-ter-o briser, gr. xepriSwv ver qui ronge 
le bois ? L'm de controunenn doit être pour n. Le suffixe est -ân-in-â, comme dansletrèc. kelionenn, mouche, 
merionenn, fourmi. 

Conuenabl, -e 326, C, couuenabl Ce, bien J 191, -uenancc, sagesse B 3i! — -uersniT', -er, 
-£tbl, -ablez Cb, -slon, g. id, -uertissafT, -tir C, p. et changé (en) B 383. — Copî, -ie, eopiafT, 
-er C ; copieux, g. id. Cb ; du fr. 

Coqueniart, uoissel a chauffer eaue C, g. id. Cb ; du v. fr. 

Coquet, uide in gargadenn, C. 

Coi* ta — ' (en chœur) ensemble P, NI i5, 61, a gor, avec ensemble, M 2 ; a cor, a corr Jér., mal trad. 
« à petit (pas) n par Pel. Du 1. chorus (H. de la Villemarqué). 

Coi-baili, -aille, C, pi. 014, dim. -ie, et coi*beîIlon, Cb ; du fr. — Cordenn, corde, C, B 570, 
•en J g6, f : hy, dim. -îe, Cb, pi. querdenn C, B 569,-e>! J 73 b ; eOi>denner, cordier Ce, cordellier C. 
Auj. korden, f., corn, corden, du 1. chorda. — Cordial, cordial, généreux, NI 26, J 206, adv. cordyal P ; 
du fr. — Cordouan, Cb, -ouann, corduan C (cuir) ; du v. fr. 

Corfl^ corps, C, N 94, NI 23 m. : ef, J iSg b ; corfH 450, NI 24; au lieu de coff : acorf Mary, NI 88; 
pi. corffou, corffuou, H, corfo H, i5, 19; corffus, corporel Cb. Auj. korf, m., gall. corff, v. irl. corp ; 
piob. du 1. corpus. 

Coi'iandrum, 1. id., coriandre C ; du 1. 

1. Corn, corne, m. : dou —, C ; cornn coin, B 463, endroit du corps, M 7 vo ; cor, trompette, P; pi. 
querniel, covnc% Cb ; cornée, cornu, C; coruiguell, toupie C (haut bret. cornichet, Pel.); auel 
coi-nouec, vent d'occident C. Auj. korn, m., gall. id., gaul. cernu(-nnos) xapvu(-?); même rac. que 1. cornu, 
v. br. corn, coupe, irl. id. 

2. Corn ï gue:(enn — , cormier, " 1. cornus » C* ,• du lat. 

Cornaillenn, gargate 1. arteria, C. Cornaillen, gosier, trachée-artère, Pel. En gall. corn breuant 
(Davies), etc. En tréc. kor^aillenn, peut-être par l'influence du mot corsenn. Le Cb et Ce donnent en fr. cor- 
neille dans ce sens. 

Cornart, g. id., 1. gerro, C ; -rdet, fripons ? diables ? B 552 cf. eornardis, embûches, Maun.; cor- 
nel, cornière, 1. suppedale, Cb ; cornemus, -use; cornet, g. id. C ; du fr. 

Coroll, corolle, danse, C; danser, coroUer, Cb. Auj. id., du fr., cf. Rom. IV, 353. — Corporal, 

g. id., 1. -aie, C ; (mort) corporelle M 2 ; corporanec, corpulence Cb; du fr.; caffout corpus Domini, 

(lat.) B 656. 

Corr, corre, 1. nanus, C ; corrandon, cornandon ou nain, C, coranandon Cb, Ce (entre cornet et 
corn). Tréc. kor, korandon ; cornandon, Pel.; gall. cor. En haut brtt. corandon (St-Donan). Un éditeur du 
Catholicon s'appelait Jean Corre (et non Co^re). 

Correction, -tion C; corrigo, -géra J 106 b, inf. courrigaffC; corrî^ibi, -ible Cb; du fr. 

Correenn, courroie C, auj. id., f., du fr., selon M. Loth ; ou du v. corn, corruui, qui vient du bas 
lat. "eorrêgium. 

Correllar, -aire C, adv. e^ —, Cb. — CorrelatifT, g. id., Cb. — CorrumpafT, -er C, p. et 

39 



254 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

Cb; courrompaff souiller (l'eau) NI 356, p. corrompet J 84 b ; corrump, corruption Cb ; corrup- 
tion, P ; du fr. 

Corisenn, roseau, C, J log; tige (du blé), tuyau (de plume) C; corsée, C, corseuc Ce, cannetum. 
Auj. id., V. gall. corsenn, irl. curchas, cf. lat. carex. 

Corset, g. id. C ; du fr. 

4^oruent, tourbillon C, bourrasque N 877, -ntenn, Cb; gall. corwynt, de guent vent, et cor ; v. irl. 
cor, gyrus, même rac. que crenn. 

Coruo, profit N 219, NI 552; mal écrit co^uo N 1902; coruoder, profit, C. V. br. cormo, id.; 
corvoi, avaler, Maun. 

C08C01*, (mes) gens 3o4, J i56 b, famille C, cosquor peuple N 440, famille, amis, NI iio, 262, P; 
quoscor P 28 (toute) sorte (de soucis). Pel. a lu aussi quosquor, cosquo ; de son temps le mot vieillissait. On 
dit à Sarzeau goskôr, f., Rev. celt., III, 49, Sg. Voc. corn, coscor, vieux corniq. casgoord, gall. cosgordd f., 
et gosgordd, f. De co- ou g(u)o avec (e)s-, et cordd, m., gall. cercle, tribu, même rac. que cor-uent et que 
V. irl. cuairt, circuitus; cf. gall. es-gordd, étrangers, ys-gori, entourer. 

Costenn, côte (du corps) C, -en Cb ; pi. costou B 478, J 33 ; costennus, qui a grans costes, Cb ; 
ce doit être le sens de costardec que Ca traduit 1. costarium, g. costez. Costez, côté C, P ; a — 
B 772 ; auj. kosten, koste:[. — Coton, g. id. — CouîU-t, g. id. C ; 2 syll., B 24, auj. id., timide ; 
couardîs, -ise C ; du fr. 

CoubI, coupple, C ; dre — conjoint', Cb ; coubll an garr le ploy de la iambe, coubl guelteff an ty en- 
laceure de trefs de maison ; coupplaff*, couppler, C, coublaff Cb. — Coucbe, g. id., G, lit ; du fr. 

Coudet, esprit, cœur, t. d'affection 601, 653, P, J, 9 b, 11, 35, 160 b, N 554, écrit couder 173 ; dan — 
so dans cette disposition J 56 b ; bet creis an — jusqu'au fond du cœur Sg, caudet NI 169, 209, 216 ; dre 
guir gaudet 489, a gaudet 494, 497 ; caoudet 100, N 499 ; caodet NI 3 17 ; a gaoudet NI 404 ; pi. coudedou 
J 54. Du b. lat. cavitatis ; van. ceudaitt, m., concavité, L'A. 

Couen, P, var. coen ; coen J 99 var. couen épithète de l'antre infernal et d'une bouche de damné ; 
« maudit » ? Je séparerais ce mot de queinaj^, parce qu'il a 2 syl. et semble un adj.; cf. gall. cowyn, 
peste ? 

CoufT, mémoire Cb, couff hoj be{et, NI343, cou/H 20, J 177 b, B iSg* (avec) attention, ardeur, P 195, 
cf. cof N i3o3; coff N 540, 775, iii3, 1860 Cb ; coufThat, se rappeler, penser à, C (v. act.) B i85, 
cou/hat J 64. koufhat 14, coufatM 3, coffat N i863, P; dam en (lis. em) couffhat B 696; (vieux livres cofahat, 
Pel.) prés, pan couffhaff B 233, goufhaf 233*, coufhaff J 65, -a/ 6 b ; 3« sg. coffa, P 225 ; couffhay 3 syl., 
songera, B 657; cofTha, songer à, B 5 ; couf, souviens-toi J 141 b; couffhet que vous pensiez B 494; 
part, id., Cb ; couffha, le souvenir, 587, 733, P 181 ; coiiffaus, 1. memor ; coufTbaydiguez, re- 
membrance; accofiiiecbat, oubliance Cb ; voy. ancoffhat Coun, par n nasal, Grég.; gall. cof, irl. cuimhn, 
V. irl. cu-man, cf. lat. com-men-(tum). 

Coufllabl, coupable C (dans les con-) confabl Ca, v. cablus ; counfabl {n nasal) hors Léon, coupapl, 
Gr.; du fr. 

CoufTabrenn, nue, dim. -yc, Cb ; -blenn C ; -brus, plein de nuées Cb, coufablus C ; coffabrenn 
nuée B 35o, couabren ciel, NI 509, f : en gouabren NI 141 (3 syll.); coabren 2 s., NI 249, pi. coabrennou 3 s., 
P. De com- et oabl, voy. noabrenn, ancoffhat, et mon Etude sur le dial. de Bat\, 18. 

Couiruercbez, couvrechef C ; du fr. 

Cougant, certain, assuré, évidemment, P, Jér., peur — N 1420; cogant (zèle) ardent P 226; (per- 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 255 

sonnes) distinctes, ou divines, M 2. Caugant, abondant, anc. selon Grég., caougant, coiihant, abondant, fré- 
quent, Pel. V. bret. int coucant, certain»; Coucant, Breselcoucant, cart. de Redon, gall. ceugant, certain. De 
''co-u(o)-cant, voy. can 3 ; cogant peut venir de *co-cant. Uo-cant est devenu Uuicant, Guicant, auj. Guégan. 
Le sens propre de cant(os) est « clair, blanc, brillant. « 

Cougoull, C, -oui Cb, froc ; lat. cucullus, d'orig. celt. 

Couhat glau, ondée de pluie, C ; en un-, var. gahouat, P gS, ensemble. Auj. kaouad, f., gall. cawod 
f., irl. caoth, f., cf. angl. show-er? R. c, II, 33/. 

Coulienn, chat-huant C auj. kaouen, kaouan, f., v. bret. couann, noctua, gall. cuan ; b. lat. cavannus, 
d'orig. celt. 

Coiiyomn, P 275, var. couviorn, (trompette) d'airain ; de *'couevr-(e)nn, Léon, koueor, cuivre, du 1. 
ciiprum ?i 

Coiilet, caillibote, -ledafl*, cailler, C, -lediguez, coagulation Cb. Auj. kaouled, du 1. coagulare. 
— I. Coulm, pigeon, colombe, C, N 1094, f. -es; coulmty, colombier, C. Auj. koulm, f.; du 1. 
columba. 

2. Coulm, nœud m. : dou-, C ; colm Ce ; coulniafi*, nouer, enlacer, C ; p. et, B 465 ; coulmi- 
dîguez, enlacement, pi. ou Cb ; coulmus, plein de nœuds Cb. Auj. koulm, tréc. skourin, m., gall. 
cwlm, même rac. que caut. 

Cotilourdenn, concombre C, -drenn Ce, pi. coulourd Cb. Coulourdren courge, gourde, Maun., Pel. 
id. et coulou^ren, coulourren. Du v. fr. cohourde, peut-être sous l'influence du mot coloren. Voy. quelerenn. 

Oouloux. aussi bien que, 462, coulous tant bon C ; coulx... ha, M 4; e quen couls goas, un homme 
comme lui N i io3 ; couls eu poue^ il vaut mieux (propr. il est temps de) cesser, J 2i3 b ; dreis cours pendant 
ce temps? J 61 ; cours -se, C ; courseï", g. id., 1. cursor, cousr Jér. coursier, cheval ? Auj. kouls, van. 
klous ; du 1. ct^rsus. Pour le second ou de couloux, cf. Rev. celt., V, 126. 

Coulti*, «coultre de charrue» C, auj. id., tréc. kaout, m., v. corn, cultir ; du 1. culter. 

Coup, coupe, 1. cupa ; C. — Courag, -âge C, -aig cœur, esprit, disposition, B i25, J 22, N i256, P; 
-aigus, J 69, -gius 140 b, courageux; -agel, animatus Cb ; -i*aillou, entrailles C ; du fr. 

Courentin, Corentin C, auj. Kaourantin. 

Coui'îcliei", voile, mouchoir, J i25, B 625, var. courricher. Auj. id., m., coiffe de deuil, van. cour- 
chère, L'A. 

Counoucatet, courroucé 218'. — Courranter, H 11, danseur de courantes ? courantenn, cou- 
rante, Gr.; du fr. — Courretei*, « courrateur » (entremetteur) C ; du v. fr. courratier, Amyot, Solon, 
XVI (auj. courtier). — Coui*i*ezei* an lenf corroyeur, C coure^er an le^r Ce; coui'ezafT, corroyer 
C; du b. lat. con-rédare, d'orig. celt. [Keltorom. 76, -jj). — Courtes, courtois, doux, C, J 2t ; an — 
Jésus 225, — J. 321 ; adv. N 190 ; cartes, P ; courtesy, courtoisie B i, J i53, N i375, -i N i358, cor- 
tesy P ; courtisy C. — Courtillag, courtil. — Courtîn, courtine C ; du fr. 

Courz, vulva C, dim. -îc. Ce; gall. crothL crwth, m., utérus, venter, enflure, cf. xpuTixôç, Stokes ; ou ^ 
crwth, V. irl. crot(t), chrotta Britanna, Fortunat, cithare, rotte. Ar c'houitou, ar-rien, trad. « rotes, joueurs 
de r., 11 Barj. Br. 238, sont prob. pour c'houitellou, -rien ; cf. sutal et sutella, jouer du chalumeau, d'où 5!/- 
terien et sutcllerien. 

Cousquet, dormir C, J 60 ; rime 05-, 208 ; — out, 104 ; — ! 61 ; pr. -quaff Jér., -if me (rime im) J 60. 
-:5 123 b; auj. id.; du 1. quiescere, R. c, V, 220. — Coustaff', couster, C. — Couuent, g. id. C, dira, 
-îc, Cb, couuant Ce. — CouuetafT, convoiter, -tis, convoitise C, -tys Cb, conuetis B 444*, couetis 
3 s. NI 449, couetys 3 s. P.; couuetus, C, couetus N 61 5, couiioiteux Ce, convoiteux ; du fr. 



256 DICTIONNAIRE lÎTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

Couuexaflf", faire la lessive C ; côwe^yaff an-dillat, dans un vieux dict., Pel.; côwej lessive Pel., tréc. 
kou-e. m.. 2 syl.; propr. arranger, gall. cyweddu, voy. goe^, forme ^ 

Coutilf couui, repas C, couffy P, coutty Cb, cf. J 4, pi. couioti B 298, couvyou J 9 ; couuiaflr, con- 
vier C, couviaf l 22, cf. 226; cuffias hébergea NI 64, covyas manda 267; ho covyat on les avait guidés 271. 
— Couurefeu, g. id. — Couzoing, coings, C, en provençal codoing, du I. cotoneus ; couzoin- 
giiafr, g. coigner 1. cotanus, Cb par erreur, comme si coigner était un verbe. 

Coz, vieux C ; N 77, P ; tm grac'h — , Jér.; — caj, vieux chat, Am. Pel. v. coun ; hospital eguit co:; tut 
(vieillards) Cb ; coput Ce ; avec nuance de mépris, devant le nom : - paillart B 38i, — rr NI 227 ; — mer- 
chauci 320 ; adv. — projecyet (depuis longtemps) i5i, tréc. ko^ dimet, mariés depuis longtemps; cozaff« 
vieillir C, p. et Cb ; cozle, juvencus, C, co!( leuhe t. d'injure, Am.; tréc. koele, taureau, et t. d'inj., litt. 
vieux veau ; cozny, vieillesse C6, -i C, N 1277. Pel. donne cos et cosen, subst., vieillard, Am.; ce 
dernier doit être fém., cf. R. c, III, Sg; et cosgleu^en, vieux tronc d'arbre, = co^ cleusenn, M 7 v°. Van. 
koh, corniq. coth, gaul. cottos, d'où ]es A\pes cottiennes. 

Ci*ac archant, à court d'argent, Jér.; auj. krak, court ; h. bret. « il est resté tout crac », d'un homme de 
petite taille ; corniq. crac, shortly ; gall. crach. court [crach-hwyad, Lhuyd, bret. /cra/c-/io«ai, sarcelle; 
crach foneddigion, pL, Pugh, br. krak-aotrou, petit monsieur; etc.); v. irl. croc, court; v. lat. crac-entes, 
u grac-iles » (Stokes) ; cf. wallon crakète, petite pomme mal venue, etc. (Littré, v. criquet.) 

Ci'ag, crachat C, auj. kranch, m.; cracbat, cracher Cb, -chet B 272, C, p. J 79 -chyt ! 82 cf -er 33 
on crachera. Ces deux mots sont après crampoe:^enn dans le Cath., comme s'ils avaient n avant ch. — Cna- 
inaillei*, -liere C ; du fr. 

Cnampoezenn, crêpe, pi. (bacc) crampoe:^, C ; auj. id., van. krampoah, gall. crammwyth, (pi.), angl. 
crumpet ; même rac. que gall. creinog, crempog f. 

Crapafr, ancrer, C ; grap ou crap, appui, usage d'appui, G\v., Pel. cite grapat ar-madou, ravir 
les biens, (semble rimé); crapat raesin grappe de raisin, C. Auj. krap, crampon, grappin, gall. crap] 
orig. germanique. 

Cra«i, sec C, auj. id., gall. cras, v. br. craseticion gl. spicis ; même rac. que/rn'n, id. v.gall. et irl. crin, 
cf. sanscr. krj, karjê, brûler, rôtir. 

Creatur, P 47, prob. créateur, du b. lat. creatâris, cf. v. gall. creaticaul, genialis, auj. creadigol. 

Crecli, crépu, frisé; crechaff, crêper C; cf. Barz. Br. 217; gall. crych, gaul. Chrixus Z' 78, 
125, —lat. crispus ; autre étym. R. c, I, 188. 

Creff, fort C, 658, Jér. N 1449 forte (envie) B 43 ; leun — N 75 ; (aimer) beaucoup M 55 vo, cref M 39 ; 
fol cref ] 92 drouc — B 295* ; rime e, J 24 ; rime af, J 71 b, 63 ; lis. gref, grief, peine, 2o3 b ? cre B 64, 735, 
J 34 b, 54 b, Ni 474, N 1807 rime e ; pell — NI 458, J 42 b, cf. 3i, 12 b, NI 292 ; — dyheuel (passion) 
très cruelle 548; a cre, à haute voix B 3iy, a gre NI 102 ; sup. creaf J 22 b, creffaff B 36, -ffhaff SgS ; 
crefl'hat, enforcer, 1. vigeo, Cb. Auj. kre, krenv ; gall. cryf, de *cri~mos, cf. xpa-TÛç. 

Ci*e{;uîflr, prendre, crocher dans, voy. dantaff, C, compl. avec enn ; pr. croc B 390-1 ; croc! J 96, 
crocq ! N 957 ; creguet ! J 70 b, i35, B 453*, -yt J 70 ; crogo B 75* ma^ crequet que vous preniez J i 58 ; 
creguet ho dou e treyt d'an knec'h, Jér. Pel. v. cnec'h, attachez-le vous deux^les pieds en haut? croc, croc, 
crochet, C. Auj. kregi, p. kroget ; du fr. 

Creis, milieu 355, C, J 25 b, NI 264, creys-j^, J 193 b, creis ief midi C, J 42, B 245, en creisîc, 
au beau milieu P ; auj. id., de 'cridio-, cf. xpaStT), voy. R. c, VI, 390. 

Creiz, craie C, c/ei^ Ce; id. et crey, Gr., d'un normand creide vers le Xe s., cf. R. c, III, 227. 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYKN 267 

Creîzenn, cicatrice; dim. -îc ; -ec stigmaticosus Cb, Ce,- cre^enn, -ec, Ca. Léon, klei^enn, p!. v. br. 
creithi ; gall. creithen, v. irl. crechtti, m., ace. pi.; cf. yoipaxToç, entaillé (Rhys)? 

<ii*en s m steren a — 5^. étoile de moyenne grandeur, assez grande ? NI 514. Auj. krenn, moyen, gall. 
cryn, identique à crenn ? 

Crenaff, trembler C, M 72 N 1857, cf. 883, NI 52, J 148, P; -ner, trembleur, C, -nîdiguez, fré- 
missement, -nus, tremblant de peur Cb ; cre^na, Gr., auj. krena, gall. crynn, de cryd, tremblement, fièvre 
(et berceau, d'où angl. cradle), irl. crith, v. br. crit, auj. krid-ienn, frisson, anglo-sax. hriddian, Stokes. 

Ci-enn, rond C, J 23 1 ; ef — , rondement, Cb ; crenn, certes, assurément, tout à fait, N 596, B 390, cren 
P 140, 182, N 12, B 81, NI 269, a crenn 87, J n ; cren hon dypenner (mieux vaut) qu'on vous décapite tout 
court Jér. (Pel. v. dibenni), cf. crennaff, décapiter B 782, propr. rogner ; crenaff, arrondir, Cb, crennaff 
Ce ; creiKler-, rondeur, Cb. Auj. id., v. bret. cron, gall. crwn, v. gall. criinn, irl. cruind, = cur-ind-, cf, 
xuX-ivS-e'w, et cor-uent. Voy. cren. 

Cres, vêtement C, chemise Jér. vann. creiss f. L'A., chemise, gall. crys, m., fr. cres. 

Crespes, char arse, 1. cremium, C ; du pL fr. crespes ? 

Cret, pli-ge, -at, plegier, C. hep crethat, sans doute P 240, hep cretat N 35o ; NI 17, 261 cf. nefel quel 
—, 257, il n'y a pas besoin de garant, c'est sûr ; me en creta, 369, j'en réponds. Semble confondu avec cri- 
diff, dans cretaff, je crois, B 345. Auj. id. On dit à St-Donan « créter eune afére » pour défendre à tous de 
toucher à une chose. Du radical de crid-iff. 

Creuseul, croissel, lumière de nuyt ; creu^eul, cleu^eur, Gr. — Creux, g. id. L cavus ; creus- 
dei", cavité C ; du fr.| 

Creuuenn, croûte, C, dim. -îe, Cb ; creunënn (i«r « nasal) crevénn, Gr. gall. crofen, crawen, cf. 



xpujjtoç, 



et 1. cru-sta. 



Crez, avare, 778, C, P, J 16 b, 178, -ny, avarice j6, B 709, -ni C ; cre:{, Gr. 

Ci*y, cri 204, C, P, J 76, -al, crier 99, crîaff Cb, criai B 77*, H, cryent NI 556, crio B 766; ci*îeun, 
g. id., C ; auj. id.; du fr. 

Crîb, peigne, C, -at, peigner p. et Cb, -er, faiseur de peignes, -în, peigne pour le lin C, Auj. f., v. 
gall. crip, cf. v. irl. ci'r, id., même rac. que xpi'vo), et que croejr. Crip = v. irl. crich, limite, de *cri-qv- ? 

Cribenn, crête C, -nnet, crête Cb ; eriliell, crête, -Ilet, crête Ce. Auj. kribenn, klipenn et 
kribell f. cîme et crête, huppe ; gall. cribyn, m., cribell f., cf. xopucpii, xôpu|jL6oç, xûpêaTt;. 

CridiflT, croire, C, NI 486 rime et, i, J 68, rime et, -yff NI 167, -i/N i337, 994 (r. et), crediff NI 7, 
B 55, H, -if i 200; credout pour oiq — , croyant 102 b; prés, credaff B io5, N 57, j'ose, 481, -af 855, 
J 17 b; 2= sg. -e^ 236, 3« cret J 9 b, NI 534, N 347, P ; il ose J 22 ; a te na — , 74 b ; creth P ; 2" pi. credet 
flour .î' J 48 ; imp. -e 119, prêt. 2e sg. credsot, 3e credas P, NI 394, pi. cretsont P ; fut. et subj. credif J 41, 
192 (var. cridif, r. et); 2" -y i83, ma^ credide 236, 3» -0 56 b, B 1 10, osera 26 ; cond. crethenn 364, J 196, 
N 885, cret hen B 147*, cretenn N 377 ; creteste P 126; crethe N 890 B 122 J 216 ; crethemp (var. -temp) 
220 b ; osions, B 25o ; crethech P ; cretsenn j'aurais osé N 1141, que j'aie osé 1 142, -en B 294* ; cret ! 286, 
J 60, N 86, Ni 184, P, creten pour cret-eff, B 5o5*, cred P; credomp NI 529, -1/43, J 17, B i5, N 1765, 
P 240 (r. et), -yt P, -et P 16, N 29, B 9, NI 279, -diff J 5, -huy 17 b, P 164 (= croyez que quiconque est 
baptisé est pardonné) ; credenn, foi, confiance, croyance M 5, J 198, N ;255, B i85, (mon) esprit 189; 
-en 147*, J 197, NI 460. Auj. kredan je crois, gall. credaf, v. irl. cretim, gaul. "cred-dâmi, sanscr. çrad- 
dadhâmi, où çrad a la même racine que creis (cœur). Du lat. credo viennent cr-edancc, créance, 1. cre- 
dulitas, Ce y audace J 89 b ; dre — , en conformité de, N 60 ; hep — , perfid', NI 3 1 1 ; et en crédit, confié 
à J 1 1 3, (mettre) en œuvre 26 b, fr. crédit. 

40 



2 58 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

Crim, crime, obligation, 117, C, J 114 b, crymcn, NI iS;; -înel, adj., J 149, C, crymynal P cre- 
minall, N 1168. — Crin, crinière C; du fr. — Crîngnat, ronger, G, p. et Cb ; -ner, rongeur C, 
auj. id.; du v. fr. grigner, d'où grignoter. 

Crîpon, vieillard décrépit C, coj —, Am., id. P. Maun.; avare, en Léon, Pel.; crépon, cripon, décrépit, 
Gr. cf. irl. criplach, angl. cripple. 

CrisafT, rccourser, 1. succingere, G ; (après crisquiff ; lis. crissaff) ; cri^a froncer Gr., crisa rider, re- 
trousser, Pel., gall. crychu; v. gall. criched ride, de 'crix-, voy. crech (cf. a-us et uc'hel, de rac. ux-). 

CristiuîfT, croître C, -i/ agrandir J i3i, chrisqui id. N 1784, p. cresqiiet C, J 199 ; as-, -o, P ; cres- 
quatlur, accroiss' ; cresquer, accroisseur C. Auj. kriski ; du lat. crescere. — Cristal, -tal C, NI 
140 ; lin —, fin lin B 629 ; du fr. — Criz, cru C, barbare P, -der, cruauté B 721, J 234 b. Léon. AtîY, 
tréc. van. kri, prob. du lat. crûdus. — Croas, croix C, fém. : NI 46, i65, B 264, J 38b, i3i b; de;; guener 
an —, vendredi saint, 3 b ; croeas NI 476; croas poignée d'une épée NI 1430 ; croa:(, croaj-pren, H 45 ; 
croashent carrefour C, NI 63, croas lient boy, croassent iG^:^, cf R. c, V, 220; dira, croasîc, Cb ; me 
menn... ma menn (lis. mem) croasaf, je veux faire un signe de croix N i335, me hoj croaso je vous 
marquerai du signe de la croix i i3o ; auj. kroas, du b. lat. crox. 

Crochenn, peau 391, G, J 33, M 7 vo ; -en, B 467, croc'hen Jér. (v. dispen) ; crohenn Cb, crouc'hen 
dans quelques vieux livres, PeL Auj. kroc'hen, f., pL krec'hin, cf. gall. croen, m., pL crwyn, irL crocenn, id., 
v. haut allem. hrucki, dos. 

Croeafl', « croeer » C, créer -afi 93 b, p. -et B 322, P, croet Cb, P (pron. croe-et), crouet engendré 
NI 80; prêt, croeas 24, J 20, B 10, croiieas NI 3, N 1007, croiiea^ 48; croeat a été engendré B 691 ; 
croeadup, créature J 27, P 120, C, enfant 12, B 210; a — depuis son enfance, N 17 18 ; var. croeiur, 
J 67; crouadur créature NI 192, enfant 222, croadur B 767 ; croeadures, une enfant i32, N 175 ; croeei*, 
créateur 19?, M 2, croer (pron. croe-er) J 8, M 2, B 171, P; crouerçr. id., N 855, NI21, H, croueur, rimes 
oe, eur, 3oo. Léon, kroui, van. crouéein, L'A., de rac. crê, cf. lat. creare. 

Croezr, Cb, croerj Ca, crible, tréc. kreur, m., v. gall. cruitr, v. irl. criathar, de 'crêtron, pour 'crei- 
trom, cf. lat. cribrum, etc. 

Croguenn, escaille de teste, — an penn, craneum ; — an glin, le gros os du genoill C ; (crochenn Ce) 
auj. krogen, f., coque, coquille, pi. kregin, gall. crogen etcragen f. pi. cregyn. 

Croin, courbé bas devant, G ; chetii an liée en e —, voilà le supplice à son comble J 1 1 1 b ; croii- 
maft*, courber Cb ;au). krom, courbe, v. br. crum, irl. cromm, de *crumbos, voy. crenn, ou, selon M. Thur- 
neisen, du germain. 

Cvonicou, chroniques. — Cropîei", cropiere C ; du fr. 

Crou, étable G, P, craoït NI 25, 121, auj. kraou, gall. craw, irl. cro ; cf. d'Arbois de Jubainville, Mém. 
delà Soc. de Ling., IL 

Cnouc, gibet 58i, 291*, J 87; croucpren, var. croupren, 82 = gall. crogpren patibulum, Davies ; 
crougaff, pendre C, -a/} 100 p. -guet i6; crougas 83 b, P, crouche pendrait J 234; auj. krouga, gall. 
crogi ; croiigadenn, [hommej pendable; crouguerez, pendement Ce; dérivés du lat. crux ; 
erucifiaflr, -er. G, NI 5i6, -ffiaf J ii3 b, p. -Jiet C, NI 70, -ffiet J 3o b; -ffias, J 140, éd. 1622 ; mar 
-ffihenn ii3 b ; -ffiat 173 b. — Cruel, cruel, cruell'. G, J 3i, B 688, N 5o2, terrible J 218 b, ^// B 358, 
sup. -elhaff B 573, très cruel NI 545; an -af marv i 69; crueldet, cruauté J 43 B 335; violence 
(d'une tempêt€) N- 874 (dans les) tourments J 3 1 b ; du fr. 

Cruguell meryen le lieu des formis G, crughell merien fourmilière Pel., crughell monceau, tas, gall. 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 269 

criig, corn, crue, cf. Telchruc, Cartulaire de Landévcnnec, auj. Telgruc, et Penno-crucium =- v. irl. cenn- 
cruaich ? 

Cudou, pigeon sauvage C, auj. id-, cf. gall. cuddon ; voy. cuj-, 

Cuei", g. id. C ; du fr. chœur ; voy. cor. 

Cuez, chagrin, regret, C, P, ceu^ NI 216, 218, 238, queu.v i i52, B 42, 463 ; jueMf NI 20S, cueuj, 
ciieux, H ; ceuzet, affligé 216, NI queujet J 45 b, cwe^e? scrupulosus C6 ; queusaff, je tourmente. B463; 
queusiff, s'efforcer, C ; ciiezedîe, plein de douleur Ct ; cuezedîcnt, dolere C, cue'jeudicat Cms ; 
cuezliat, molester Cb. Léon, keuj, tréc. keu, gall. cawdd, cf. x^Soç. 

Cuflj débonnaire, doux C, N 1 i2,Sadv. dre-, Cb ; — hac vuhel NI 292, na — na car ni ami ni parent N 78, 
na cuf na car 1798, cuf i 20; cuff (çron. eu?) dreisi pep unan 187 b ; cuflTelez, douceur G ; cuffliat, 
être débonnaire, adoucir, p. -heat apaisé ; culDdi^-uez, fébonnaireté ; cuflTiiadui*, mulcibilitas, 
Cb ; enfnaez, douceur P. Auj. kun (n nasal), v. gall. cum, v. irl. coim, de gaul. *cômis = lat. id. 

Cuit, libre, quitte, délivré de, 1 16, N 632, 1276, NI 334; monet —, échapper B 693; (être) hors d'ici 
N 542 ; ny ho^ les —, 139, me leso oll —, Am.; certes, B 694 ; cuyt quitte, acquitté J loi b ; aet — ,218b 
(chute) précipitée B 778 ; rann cuyt « franc alleu » J 62 b ; cuittat, quitter C ; auj. id. — Culyer, g. 
id., I. postella, C ; du fr. 

Cuiituill, cueillir C, cutuyll p. et Cb, auj. id., v. br. cuntullet, contulet, réunion, corn, cuntell, gall. 
cynmill ; analogues au lat. con-tul-i. 

Cur, soin, souci, 212*, 262, 345, N 2i5, 729, J 4 b, cure, guerison, 1012, curation, médecine, C, provi- 
dence B 3ii ; dans les anc. écritures bret. cure, charge d'une paroisse, et peut-être le pasteur même, Pel.; 
curafT, voy. pridiri, C ; cui-at, guérir NI 263, p. et B 189; curhe N i8o3; curatoi-, -teur, C, f. 
-tores Cb, -toraîg, -aige, C ; cure, cure N 1285, C (auj. vicaire); cui-ius, -eux 61 3, adv. J 227, soi- 
gneux (de qqn) J 140 b; du fr. 

I. Curun, tonnerre 793, C, N 888, pl. oji873,C; cudurun Cb ; auj. kurun, cf. jcepauvoç. — 2. Curuu, 
couronne C, NI 44, P, f. J 109 b, dim. îe, Cè;-et, couronné ib. P, -as J 181 b, -1/182, -0 1 10, auj. kuru- 
neit, de 'corun, du 1. corôna. 

Cuset. Moyan... dem lamet a pecltet Ha de cuset henie:; ma^ repetaff Guelet an maru ej eo garu e 
arue^ M 71 ; lis. deuiset? 

Custum, coutume H, J 117, (accoutumé, Cb) coustumC; custuiniff*, accoutumer C, -r/ souloir 
Cb p. et} 47 ; — mat, qui a de bonnes mœurs, Cb ; -er B (au titre) ; auj. id.; du fr. — Cusul, conseil 
240, J 191 b, N 180, dessein 37, assemblée J 16 b, B 708, cu^ul J 2i5 b; cusulyaflT, conseiller qqn, C, 
-et ! J 214 b, -o B 748; -yei", un conseiller, Cb; auj. kupil, v. gall. cusit ; du lat. consilium. 

Cuz, cèlementC; en—, en cachette! 77, ff —, Cb ; -aff, se cacher B 794, cacher C, cii:[et B 364, 
N 376, id.; p. et 529 J i5i C, B 36i, cujhet dans les v. livres, Pel.; -as B 358-9; cuzidigaez recon- 
dance; euzlecb, cachette ; cuzyat aualou provision de pommes, C, cf. R. c, IV, 160. Vann. euh, L'A., 
tréc. ku:[, de "cuth pour 'eutt, d'où le haut bret. cutte, R. e., V, 221 ; cf. gall. cuthan, ramier, à côté de euddan, 
cuddon, id., moy. br. cudon ; peut-être de même rac. que gall. cuddio, cacher, corn, cuthe, cf. .ksÛOw? L'éty- 
mologie germanique donnée Keltorom. 85 semble peu probable; voy. descuej. 

Cza ! 27, 64, J 6, N 128, ça I ah ça ! — Czucr, sucre C ; du fr. 

Czutal, siffler ; czutell, sifflet G ; voy. courj. 



D 



1. Da, à N 7, etc., d'à (?) G\v., v. ba^ ; an ael... da, l'ange de, P 39, pour (porter) J 4 ; peuch... da ré- 
gna/ 8, que la paix règne ; (avoir) pour (mère) 4, cf. N 42, 1717, 1760; monet ... <fa se faire (religieuse), i53; 
da ober 2 s. B 697, J 47 b, etc.; da miiy de plus 122 (éd. 1622); daued ouff\ers moi B 533, dauedouff 82, 
-oun 5ro*, -ou N 537; da guitot (aller) te chercher B 38i ; 3^ dauethajff, var. -ta/, r. at, 206, -taff jzg, -itaff 
166, davedaff J 47 b, daved a/ 224, f. da guitty N 3i4, da guity B 537, davyt y 413, da uety NI 22 ; dauet 
y B 166 NI 6, 171, r. at, dauety B 223*, daued y i58, deuyt y 608, davet y NI 16 ; 2» pl. daued och B Sz 
davedoch J 49, daued ouchuy B i63, dauedouch huy N 168 ; daved e vers eux J 225 b de uyt ... P 21, dave 
J 88, var. davet 96 b, davet NI 32, da guyt P, voy. eguit ; davede, vers, 69, voy. bete ; Joseph Darimatias 
B 343. Dam à mon N 1171, à, de, pour me, 37 ; dan au 82, P, dann J 8; dant Tatdou P 272, da^ à ton 
N Ô43, P 237 ; da^ coffat à me souvenir de toi i863, daj hem auancc ! B 369, da:^ em avance ! J 88, da^ em 
coll 94 à te perdre ; de, à son, 5, à la (voir) N 1292, pour le (voir) gS (est de trop, P 5o) ; de nem pourmen, à se 
promener 252 ; demi em broiiillaff B 324 ; deoch, i s., à vous, i s., J 29 ; N i38 ; 2 s., J 45, dech 126 b, 
dich 226 b, B 40, N 167 deoch huy N 732 ; dichuy 1077, J 122, éd. 1622, B 238, dihuy H ; deomp i s. à 
nous J 80, N 232 deom NI ig, deomp ny NI 39, deompny J 90 b, deompni 86, N 270, deonny r. im, NI m ; 
dimp B 166 dymp Jér. v. dibenni, dispaill ,■ dimpny B 56o, dymny J 53 b de^ em à se (cacher, elle) B 373 ; 
dejaffà lui 8, i5, r. ef; N 3, de:^af B 8*, deja/uH, de^an J 204, de^aff eff B 209 ; f. deiy N 1387, de^^i i389, 
B i(,(),de^r hy NI 98, iVfj/-Jér. (?) v. (fi«oe;pl. ie^o J 18, P iej^e 29 b, 225 b, P, B 426, 549, NI 12, 3i, io3 
r. nen deo ; de^ey 73, J 178, de^ei 2 s., r. i, 19 b; dit à toi P, dide B 3o J 85 diff k moi N 92, explétif B 420 
dyff]év. v. abec, di/ i 21, N 234, J 235 b, dîn B 507*, din P 54? diffme N 1902, ii/ me 10S9 di/me 358 ; 
r. im J 45 b, 59, dime B 768 io à leurs N 970, à les B 396 don à notre J 69 b, var. do'n ; pour nous (instruire) 
N 70 do:j J 39 b, do 9, N io56, à votre ; do^ 336, J 20, rfo«f 7 b, B 21 5* ; à vous (voir); doj greay qu'il vous 
fasse J 9. Auj. da, v. br. et v. irl. do. 

2. I>a, ton, ta, tes, N 17, te 122 ; da em ten te retirer 11 ; da em lam a poan te ha ny J 141, da hem 
dihu^ 69 ; dahem avys penses-y, 62, da ve^, aie, H 20, voy. da(:j). Auj. da. v. irl. do, cf. lat. tuus. 

3. Da, il \a : ne — quet, 440; mar da gant den, si on l'enlève B 400, mar da digueneomp si elle nous 
échappe 590; nen daff)e n'irai, P, ne dahech n'irez J 62 b, na day qui [n'aille N 252 ; mar deont da fin s'ils 
viennent à bout de, J 22, mar det J 22, vous allez ; ne dy tu n'iras 62. Voy. a 8. 

Dac, dague G ; du fr. — Daczon, écho C, auj. dasson de daj- et son. 

Daezoncli, ressusciter, p. et, C ; -as J 2o5, -5e 167 ; dascorch N 1207, -as 120 ; dascorch ! P 222 das- 
sorc'/i;' relever un homme tombé (?) ms. ancien, Pel. danchorcher P ; da^corchas, P i53, da^orchas 1 54, 
da^corchet 159, dasc^orchas H. Tie da^- et lat. surgo. 

Daes, dais C ; du fr. 

Dafl'ar, matériaux 58 ; auj. daffari, apporter des matériaux ; tavarer aide-maçon; gall. daffar prépa- 
rer ; de da^- et lat. parare ; voy. darbareur. 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 201 

DaflfViet« damné, r. an, N 1541, dafnet 594 ; na hem daffny 1649 i 'ff- dampnaff C, p. et J 85 b, 93 b, 
(var. damnet) r. af ; 99 r. aff, B 355 ; (lampnabl, qui damne, damnabk-, jSz, 271 ; damnation, 
N 1577, -cyon B 756, dampnacion 664, -tion P, auj. daoni ; du 1. damno. 

Dafniez, matière 3i5, danfue^ 246 r. affn ; dariffuej Sg, danue:^ 65, 482, Cb, bien, objet, r. an N i 588, 
dauuei (son) bien 1654, danvet( matière NI 9, danues Ca, auj. danve^ tréc. <fa«vff (n nasal) gall. defnydd, 
irl. damna, même rac. que S£|ji.a), Séjua;; cf. surtout SÉjjiviov, lit. 

Dal, tiens J 1 16 b N 977 pi. et i263, C, B 64 J 86, -it 109 ; dei-chell, tenir 56 b, B 23, continuer 
378, delcher N 286, observer 5o, s'en tenir à, rester, 58 1, persévérer 146 1, dercher maintenir 1886, delchell e 
qiwrell prendre le parti de qqn, J 106 b, de derchel voar he lae^, de l'allaiter NI 88, p. dalchet i 67, retenu 
220, regardé comme 61 b ; dalchaff ]e crois B 697, 3» delch 563, J 12 b N 775, delecli i s. NI 117; impf. 
dalche ] 39, -ech 219, fut. 2" dilchy i5, 3« dalcho B 197, dacito 145*; pi. dalchimp N 292 ; -int NI 245; 
cond. -ent J 177 ; dalch enep daj prepos fais honneur à ta parole, dalch da termenyou tiens tes engagements, 
.1 61 b, cf. derchel termen mat B 48 ; dalch clos ... an propos J 14 ; dekhomp N 1493, delchet B i85, -it 
J 45 b ; dalcher on tient M 10; dalchus, C qui tient. Auj. dal, derc'hel, rac. dliergh, zend dare^. 

Daladur, « dalouere», doloire ; -yat, doler, Ca, Cb, -ryaffCb ; du lat. dolare. 

Dalae, tarder 194, dale 198, J 104, 26 b, P, C, attendre B 379, (nous) retarder 58; dalae ! 538, dale ! 
41 5 J 96, daleet ! N 1763 B 162 var. dalleet prés, -eomp J 17, -eet B 282 ; daleadui*, demeure Cb. Auj. 
dale ; du fr. délai. 

I>all, aveugle 3i4, C, anauff evel — , comme un aveugle N 32, un —, 1012; dal NI 16; serpent dall, 
euel Cb ; dallaflT, aveugler C, p. -et J 128 ; dallidiguez, cécité Cb. Auj. dall, v. irl. id., cf. 60X0;, 
trouble, angl. dull (Stokes). 

Damany, domaine, puissance, P, B 26, 33, 349, (à ma) portée, (en ma) présence, 422, 595 ; quartier, 
pays 389 ; an Map man — , cet enfant glorieux, divin, NI 18, cf. i, 94, m, et an guerches gloar 34 ; (une 
lance) énorme, 16, cf. N 899 ; certes, NI 467, M 2, dammany NI 366. Ane. livres damani, vers Landerneau 
« soin )i ; meaya dam ^y da zamania Am. je vais dans ma maison en prendre soin, ou passer mon cha- 
grin, Pel. Le !«■■ sens vaut mieux. Goas damen, serf (de domaine) C ; du 1. dominium. 

Damas, g. id. C. — Damesell, damoiselle ! B 454, 484, dem- 539, 639, demesel C, auj. dime^el. 
— Damien, g. id. C. — Dancc, (d'un) pas (mesuré, sage) J 88; danczal, danser C, -c^o -sera 
B 369. — Danger, danger, horreur, J 36 b. — Daniel, 2 s. 207 b. — Du fr. 

Dant, dent 273, C pi. (fe«i J 123,219 b; dantaflP, mordre, p. -ef ; -et, endenté, -ec, dentosus C, 
-us, mordant Cb, auj. id., mot celt., cf. lat. dens. — Dantart, n. de bourreau J 71, 81, dérivé dufr. dent. 

Dai-, «dare », 1. ruder, C ; dâr, darr, da^r égoût de cuisine ou autre cloaque, Pel. (fr. dalle). 

Darbareur, aide-maçon 74*, pi. -areryen ■^i* ; -aret, aidez (les maçons) 77*; auj. id., de dar 
(do-are-) et lat. parare. Voy. R. c, VII, n» i. 

Dai*empi>et, visiter, fréquenter, 240, J 21 b, P, v. in hastaff, C; ou:; —, se trouvant, B 373 ; 
-rediff, fréquenter C ; -redus, fréquentant Cb. Auj. id., gall. darymred de dar-, em, red(ec). 

Dareu, prêt 668 ; J 2o3 ; qui a fini, 448* ; drouc — B 354, '^'^^^ prst- cuit, J 5o ; darevet clos cuit 
à point 202. Auj. dare ; cf. gall. dar-fod, finir ? 

Dargut, « court)), Am. Pel. C'est plutôt « sommeil léger» [dargud, m., Gon.). 

Darn, partie C, NI 549, J 20, 53, quelqu'un 5, darnn B 41 1, les uns 6o3, (un) peu 477, pi. darnou 4y3 
566, -nnou 293*; -nouet, mis en pièces 461, J 147, var. -aouet ; -noet B 640. Auj. id., d'où le fr. darne; 
Keltorom. 97. 

Dars, gueon, 1. uide in munus Ca, Cb. 

41 



262 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUIC DU BRETON MOYEN 

Dnrt, dard C pi. -rdou J 88 b ; du fr. 

Oascoiiipret, environner C, de ia^-- et compret. 

I>at!)tuin, ramasser, réunir 118, 572, J 20 b, établir par raisonn' B 554, relever (l'humanité) NI 499, p. 
et P., -clos, bien renfermé J 161 ; -et ! assemblez-vous 1 10, -«5 enveloppa NI i3i. Auj. dastum et daspugn ; 
de dtv;-, et cf. gall. pwng assemblage ? 

Datift*, -tif. — Dauffln, dauphin. - Dauangier, C, al. tauancher, Cb, devantière, tablier, auj. 
davanjer, tavancher ; du fr. 

Dauat, brebis C, cf. J 3o b, dim. -adic, Cb, pi. deuet B 3S2, deffuet 368, defuet C, auj. danvad pi. 
denved, même rac. que lat. domitus, cf. SajiôXï). Voy. affuat. 

Dauid, David C, cf. J 207 b; Davy saint David, N noi, ii33, 1077, 1740 [r.aff], Devy i5, 996, 1730 
(r. ejf] Devvy 7 ; du lat. David. 

Dazprenafr, racheter, C, P, da^pren J 126, NI 60, -renn P, daspren NI 129, H, p. da^prenet C ; 
-as J 174, NI 210, -af 493 r. as; -o 386 ; -er, rédempteur C, B 601, das- 5i2*, NI 177. De iflf- (do-ate-) et 
prenaff. 

Dazciuîlyat, dajguyliat, ruminer C; da^qilyat, -ryat, Gr., de da^- et cf. xEi'pw ? 

Dazrou, larmes Gw., C, da^lou J 4 b, P, Ce, -laou P, NI 453 ; dazrouifT, pleurer C, -louiff Ce ; 
dazroueus, plein de pleurs, da^rous pleurable Cb. Léon, daelou, van. dareu sing. dar, v. bret. dacr de 
^dacru, gr. 8âxpu. 

Dea, A — ! interj. 570 ; du v. fr. dea. — Dean, doyen f. es, -ag, décanat C ; du fr. — Deaoc, 
dîme, C, deaug Ce, dim. deaocguic, Cb, deaguyc Ce ; deaugafT, dîmer C, v. br. decmint gl. adeci- 
mabit ; du 1. décima. 

Debaill î reiff —, faire fi de 488 ; -aff, maltraiter 466. 

Débat, débat, querelle, 53, 254, J 202 b, -ail", contester B 45, -af i 3o, -y N i333, NI 485, M 67, 
débat, B 234; p. e< 372 ; -et! 99 débat! 643 J 180 -eeh 147, -oB 253.— Debil, -ile N i833. — Debo- 
nei-, débonnaire, bon, pieux, et adv., J 3, 52, 126, r. ou; N 1269, -nner C. — Déboutant -ter, chas- 
ser C, -et destiné à J i5o désespéré B 355 ; -ter, qui chasse, f. es Cb. — Debraillet, -lié, sans retenue ? 
B 28 ; du fr. 

Dec, dix, C, N 1 142, decc un; dec bloa^yat, dix ans, 1. decennis; dec guej ha triuguent Cb, soixante- 
dix fois; decuet, 10», C, -vet P. Auj. id., v. irl. deich n-, de *deeen = lat. deeem. — Decui*ion, g. 
id., C ; du fr. 

Decedaflr, décéder 664, C, P, M 72 -^ N i359, i3o4, r. 1; part., 1374; fut. -iff B 683; -y, -o, P, 
deceuomp, lis. decethomp NI 475 ma^ —y, lis. aff N 76 (il est temps) que je meure ; deeet, décès B 424 ; 
deees, 35, C. — DecelT, décevoir C, B 274, -ffuaff Cb, -uaff Ce p. -ffuet Cb, B 442, -uet 192, cf. 
J 77; no-ffont pour qu'ils ne les trompent pas N 1449; \-uat NI 397; deeeuabl, trompeur B 271 ; 
-uauee, tromperie Cb, B 42 ; -ffuancc 747 ; -uei*, trompeur C, cf. J io3 b ; -fUdiguez, décevance 
Cb; -uus, décevant C, -fus N 616 ; déception, tromperie C; du fr. 

Decb, hier C, J i23 b ; a —, de hier Cb ; tréc. dec'h, cf. j^Oéç. 

Deehe, voy. destruction ; -us, decheable C, deceuus Cb ; du fr. déchoir. — Declinaff*, décliner C ; 
-af hésiter J 3o. — Decoupaff, decoupper. — Deci*et, décret C, J 122 éd. 1622 ; -alenn, -aie; 
decnetîst, decretiste, decretaliste C. — Decnîaff, décrier qqn B i65, p. 474, prés, descry'liii. — 
Dedal, n. pr. — Dediaff, dédier C, p. N 1788 consacrée (à Dieu) NI i85 ;' dedîcation, g. id., Cb. 
— Dedujrt, déduit, joie, C ; -uy J 6 b B 425, f. 807, didui occupation non sérieuse, divertiss', Gw., Pel. 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 203 

I>eduîafi*, être heureux M 58. — Defaet, de fait J i66 b, deffaet B 548 (mal trad.), P 1 13. — Def- 
Taut, deffaulte C ; desraill, défaillant, contumace ; -afiT, défaillir, 1. absum, Ca, Cb; deffaill, -aff, Ce. 
— DefnaflT, je défie, fais fi de, B 355. — DefToul, foulure, meurtrissure B 532, -// 641*, destoull 641 ; 
clefToulafiT, deffouler, casser C ; du fr. 

I>eri>i, N 2oS,a defry B 632, a deffury 743, a deuffry NI 307, sérieus», certes; quen deury, si cruelli 
NI 466, ham devry passion et ma douloureuse passion J 56 b ; deuet eo a deiir'yn Messias NI 3 1 3 ; voy. 
adevry. 

Degrez, degré G, pl._ro". H ; rferef, van. derguéy, Gr.; du fr. 

Dehacbei-, on met en pièces, J 1 1 b, du v. fr. dehachier. — Dehast î a dehast, var. adehast (jeté) 
à la hâte ? B 736 ; du v. fr. adaster, hâter, presser. 

Detiou, droit 182, a — da, à droite de 347, a — Doen Tad J 80 b, an la^r dehou 141, an lae^r dehaou 
NI 48 ; deho Ca, dechou H, Ce ; deliouyat, dextrier Cb, de 'dex-avos, cf. lat. dex-ter. 

Deiflet, déifié C ; deîte, déité, divinité J 178, B 3o8 ; du fr. 

Deia, tout de suite, déjà, tout à l'heure N 71, i2 5o, de ia 26, déjà i365, déjà 439, 1079, "^^T'' B 691, 
798, auj. dija ; du v. fr. desja. — Deiun, un déjeuner; -ail*, déjeuner C ; auj. dijun ; du fr. 

Del, feuilles, 266 r. quely(en) delyou, Cb, sing. delyenn, C -en, dim. ennic, Cb; delyafT, frondere 
C, ie/>-e/ feuillu et ; tréc. deill, deillâ, gall. dail, gaul. (■ire[ATre)-Sou)>a, cf. 6âXXw. 

Delectabl, -able ; -ation, -tion C, B 33o. — DeleguaflT, -guer Cb ; delegat, g. id. — 

Delîheraflf, -er C, B 247 ; p. (parti) pris J 100, cf. N i538 (période) fixée NI 323 (c'était) décidé que, 
273 (homme) résolu B 4, da, à, 462 ; (il faut) décidément 711 (parole) sage NI 5i ; (juge) régulièrement ins- 
titué B 418, (sa demeure) spéciale N i386 ; diliberet J 21, 22 ; deliberet! B 221*, -liet J 45 ; -ation, C, 
dessein B 224*. — Delicius, -cieux B 635, C ; -ussat, 1. delectare C. — DelinquafT, pécher (être 
délinquant) Ca, Cb; délit, délit, péché, Cb, cf. B 712*? dellit Ca, B 712. — Delivret! délivrez 
J 118 b, fut. dilivro 22 ; délivrance, -ance 96 ; du fr. 

DelIit, mériter 3o3, 336 mérite J 92, M 67 ; hep —, sans l'avoir mérité J 85, N 356, hep ma — 541 ; 
dre e — , comme il l'a mérité J 149, dre he — par ses mérites N 1275, dellyt P, pi. dellidou B 47 ; p. delle^et 
mérité J 98, N 445 ; prés, ieifef M 67, cond. -he B 774, pr. -15 202, -sot 38i, -as 346, deloejas NI 258; fut. 
dref dellei^o, P i63, pl. dre^ delle:{ hont M 67 ; inf. dele:^aff, C. Cf. la conj. de gonit p. gounejet. 

Delt, moite, humide; -aflT, amoitir, (mal imp. delataff); -ouny, moiture C. Léon, delt, Pel. 

Dem, daim, f. demmes, C ; du fr. — Demetrî, n. de lieu N 258, 298. 

Démon, démon N 766, -îac, -iaque, lunatique C, -iacl Cb. — Demorant, an — , le reste du 
temps J 168 b, auj. an nemorant le reste, le demeurant ; du fr. 

Den, homme, homo, C, l'homme B i3i ; avec nég., personne, J 6 ; nep den a pep heny 74 b; denn 
B 620 den Doe, N i8o6; den gentil gentilhomme C. Auj. id., v. irl. duine. 

Denaif, téter C, impf. dene NI 441, auj. dena, v. irl. dith il suça, même rac. que Ov^Xv), \. felare. 

Denes, Denis, C, H ; du fr. 

Denessa, approche ! 611, J 75, pl. denesset B 422, J 7, -et huy N 184. De de pour di, de do-, voy. 
da i ; et ne^. 

Denominatiff, -if C. — DenoneîaS^ annoncer J 179 b, denunciaff dénoncer, p. et, C, annoncer 
P ; -uncieui*, g. id. f. -ieres Cb. — Dei)andanec, depandant C, penchant d'une montagne ; de- 
pantafT, depandre. — Depechaff, dépêcher C, expédier, tuer, B 711. — Depoill, dépouillement 



264 DICTIONSAfRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

C; -OU, dépouilles C^ — Oeport, attendre B 528, -eur on attendra P; du v. fr. déporter, id. — 
Depos, déposer C, p. et Ci. — Depiitet, choisi, élu (député) B 3o, J 5 ; du fr. 

Oerch, aspect N 160, pep — de toute façon B 216*; derch, beau, pur, 35 P, derc B 199. Gall. drych 
aspect, V. irl. derc œil, même rac. que SépxoiJiai. 

Dereat., convenable 209, P, NI 278, N 466, adv. 1 106, J 9b; -adecat, advenir, 1. decere ; -ade- 
^uez, aduenement C. Auj. id., prob. du suiv. 

Deren, amener 537, 787, N 978, P 49, iire» démener C, p. dereet B411, 41S, 544, J 75 b, loi, 106, 
direetC\ deree^ tu mènes (une vie) M 10, -it vous passez (le temps) N 33o; dere .' B 41 5, fut. -iff 414; 
dlreei*, rameneur C ; de de- pour do-, et ren. 
I>ei*ision, dérision J i :5 ; du fr. 

l>ei*uenu, chêne C pi. deru Cb, auj. derven, de 'dervos, même rac. que Spïïç. 

DescrîbaflT* describer, C, p. uetCb ; description, g. id. C ; descriuer, celui qui décrit Cb; 
du fr. 

Descuez, montrer N 1825, C, avoir l'air M 5, discuej J 126, B 193, enseigner i35, trahir 38o, trahir 
387 (r. euf) ; p. discuej^et r. ef J 28 b, r. euf 195 b ; prés, descue^ N 709, di- J 53 b, B 100, H, il paraît 
(être) 188, cf. vann.; 2e pi. dtscuejet Jj3i, fut. di-iff B 378, -în 5o6*, -o i63, J47 b; -as 173, disque^as NI 39, 
descueu^as N 1008 r. e^ ; da hem discue^ ! J 190 b, r. e«f, discue^ bout 140 b, pi. descue^et N i5o2,4i- 
J 176, B 781, di-her B 21, 720; discuezer, montreur C f. as; discuezadur, demonstrement Cb. 
Tréc. diskouéet, montré, cf. v. br. aim-scud-eticaJ, mutuo reuelauerint ? et jolys ha dyscus, beau, 
illustre ' Jér., Pel., v. discusi, montrer. 
Desertaff^ déserter, ober désert, faire désert, Cb, -rj- le désert C, J 104, -rs NI 7, du 1. desertum. 
Deseuout, penser C, cf. J 92, pr. deseuaff B i5, 283 a desevaf J i63, adesevaf 99 b, am deseu P, 
J 148 b, am desef 106, am deserj r. eau, N 1394, cf. auj. jonch d'ign = jonjan, id.; a te deseu B 448*, a te 
deseff 652 a te na desev J 90 ; desef 232 ; desevont P, -ve J 204 ; deseu ! B 693 ; deseu, pensée J 188 b 
B 201, (sans) égard 470 (sans) hésitation 646, heb deseff 652; -sseu 2o3. Léon, de^o, résolution ; de de- et 
1. sa père. 

Désir, désir i36 C, N 1702 J 236, -yr 192 b, P; desiraff, -er C B 90, -af J 182, pr. -aff B 157, 
désir i55 ; -0 M 58 v; desideraff disiderer C ; desirus, désidératif Cfr. — Despitafi, despiter 1. des- 
piccre C, dep. défier, irriter B 272, 706, p. -et J 85 ; despite méprisât B 398 ; gant despit da, en dépit de 
J 93 ; mépris B 3 1 8 colère, méchanceté, J i57,Nl43o; ie/j/r B 25, 693, 4i5, 449*, J ii8b,Nl i3., an despet 
do dent B 3i, an Jîn d. d... 232, an d. glan d... i i39 éd. 1622, an d. d... 78 b, en dépit de; du fr. — 
Despez, dépit J 178, N 800, despes 442; -zus, méprisable Cb ; du 1. despectus. — DestinaflT, -er, 
detinaff C p. destinet J 36 (temps) marqué 5o b, detinet N 1785 ; dre detin, exprès, dans cette intention 
N 533 ; (prouver) par des raisons certaines? 1624 pan eo duet an prêt dre ditin (le moment fixé) 900 ; dre 
didin NI 141 ; da detyn, ton destin, ton sort, P, a detin finaff de la meilleure sorte N 1610 ; destinatti, 
fatal; destiner, qui dit la destinée Cb ; du fr. — Destriz, contraindre, p. et C, fut -0, (var. di-) 
J 88 b ; -er, f. es, qui contraint C ; du lat. destrictus. — Destruction g. id. C ; du fr. 
Detaill : tne cret an bet eshemdetaill, se dissout, J 148, var. en em d.; du v. fr. détail, ruine. 
Detal, certes J 47, P, M 2, 53, 66 b ; certain, a tra — g3 b. Cf. v. fr. a estai, de pied ferme. 
Déterminai!', -er C, p. et, fixé, réglé N 1881, B 356, J 46 (dont j'ai) parlé M 71 ; -as J 41 b ; -abl, 
-able ; -ation, g. id. Cb. — Detestet, -té, B 758, -ech 304; atti, -able. — Detraction, g. id. 
C ; du fr. 

Detry, bien, tout à fait, soigneus', certain", 12, 63, 486, J 29, 53, 27 b, 23, 157, P, NI 1 1, M 55 detri 
N i86, M 55, B 7o5, 58, a detry N 1469, 1727, NI 346, J 180 b. Cf. v. h.aestri, à l'envi. 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 205 

DeuaflT, (i s.) je viens i3i ; due:[i 89 b, duetWs. dues Gw. v. ba^ ; deu68, 1 19 b, N 1 1 13 ; duet J i53 b 
B 292* ; deuont J i3; imp. due B 3/2, deue NI 16 ; 2 s., B i3, deuent NI 141, 2 s. 25o, 272, pr. dui^ B 53, 
83, P ; deu:^out P ; deu:^ P, B 20, 172, NI 6 N loi, J 4, pan deu^f dit donet, quand il t'est arrivé de venir, 67, 
due:^ B i53*, dei4X P 96, 1 16, deuet^ (ord. i s.) NI 347; 2 s. igS ; deujoch J 174 b ; deu![ont NI 12, i3, deu:^- 
sont 3o5. Deux! N i3o, B loi, J i83, rfe«f 112 b; 3e deuet H, duet jo, N i252, deut J 49 b ; deomp 4&, 
B 167, N 127, 2 s. J 47 b, demp B 42, 804, deomny N 294, 1047, -i 124, dempny B 369 ; deuet NI 66, duet 
B 60, N 208, deut J 97; deuent 226. F. duiff B 240, var. -if, duyff 243, 2 s., duy 677; 2" rfuj^, 2 s. 
N 981 ; 3e deuy NI 17 H, duey P 29, (iM_r 244, J 49, N 7 ; donet a duy litt. venir viendra 291, dui B 219* 
duy ann i s. J i25 b, duy'n NI 432; deuhymp J 210 ; duynd B 665, duhynt P. Gond. (2 s.) deuhe J 192, 
N 829, J 223 b ; -/lecA 5, -hent P, duehent B 207; rfewj-e 180, -fec/i J 7 ; deiipen B 294* ; -ye 345, J 232, 
NI 291, 190, -pe 354 deu^y en 2 (deu^ye ann) ; -jyent 161 ; <ie«f se/, P 52, lis. deu^ye. Deuet venu NI 5 
J 70, N i3i9, duet 76 P, J, 5o b, deut 5o, -mat 7, rfi/e/ ma; N 1060. Auj. deuan, etc., de *do-ag-âmi, voy. 
ii. c, VI, 3o. 

DeuflT, gendre G, auj. dan, v. gall. dauu client, même rac. que 1. domare. 

Deuruout, deruout vouloir G (impersonnel) (me) neni deur (quet) J 221 b, N 244 non deur J 118 b 
a huy... of deur quet B 226* cf. 478, a chuy hoj deur Jér. 110^ deur vous ne daignez J 42 b, n'o deur quet ils 
ne veulent pas Gw., ne deu^eur quet? elle ne veut pas B 23i*, imp. nem deurie 287*; prêt, en deurfoe 
260*, ne deuruoe 20, no deruoe P, deujrvoe il voulut, Jér.; cond. nem deurffe B 363, nam — 403 ma lion 
deu![rffe Jér. mar of deurfe huy J 72 b, ou:[ deurfe 225; ne deuruihe B 379. Inf. teurve^out, vieux dialogue 
-it, veuillez, Pel. v. leur. Gall. tawr, dawr refert, curae est, Davies. 

Deiier, devoir J 234 ; du fr. 

Deuesquer, jambes N iSgg, diuesquer 1S20, B 396, cf. J 52, auj. div-esker, cf. uxéXoç, voy. garr. 

Deuiff 9 brûler G, avant le mot débat ; lis. deauiff? auj. devi, cf. 8a{t,). 

DeuisafT, deviser 1. addico, Ca ; ajouter (des fenêtres) B 3o7 ; je choisis, 39 ; p. arrangé, choisi, 55, cf. 
J 197 (avoir les égards) convenables B 549, deviset var. di-, décidez, ou choisissez J 45 ; de deuis, à son 
gré B 728, cf. 57, a —' souffisant sur un bon plan (devis) 195, dre devis à dessein J 1 2 b ; choix, préférence, 
22 b ; récit 33 b ? Du fr. 

I>evoat, 3 s. (je vais vite) à l'instant, ou certes, J 224 b, var. de diuoe créée pour la rime ? 

Deiioraff, -er 737, G, cf. 790. — Deuot, dévot, pieux NI 29, P, deout H, peguen deuot doctrin 
J 209, an — l'hypocrite 106 ; -amant, dévot' NI 173, 5 10 ; -îon, -tion, N 192, B 14, -cion 353 pi. -tio- 
nou N 229 ; du fr. 

I>ez, jour, G, N 268 ; m. try- J 78 b ; -cre grand—, 184 b, -nos — et nuit B 3i ; avec nég., jamais, 

J 62 b ; rfef mat, J 7 b, golou Nf929, de^mat goulou 1725 (bien le) bonjour; lief guener vendredi. Ni 177, 

dic^ul dimanche J 23: de^quent dech le jour devant hier, G dei^ r. e|- NI 83, 25o, pi. de^yaou 53 1, -iaou 549, 
-you H, -rou lis. -you M 10; dezuez, journée G, B 702, H, N 964, deruej NI 542, P. Léon, deij, tréc. 
dé, de "diy-, cf. lat. dies. 

Dezi'euell, raconter G ; disrevel, Maun., cf. e^reuell. 

Dezfou, commenct 170, G, J 2 36,b, 6ci, -aou NI 9, 248; da — poan 35, cf. dejrou chance P -ou, étrennes, 
gratification, présent, B 65, -ou mat 67, 169, J 166 b, G, -aou m. NI 25i, 392, id, dim. -owyc mat, Cb. 
De^rou commencer B 38, P, N 1729, G, -aou NI 473, p. -ouet N 873, créé, formé B 104, ouf —, j'ai com- 
mencé J i58; -auet, r. ou, N 1412. Pr. -ouaff 1267, je vais raconter B 170; -ef 3i7, -ou M 3 ; prêt, as B 4, 
-soch 248, -et on a créé, imaginé, io8; -ou! J 146; desrouomp, 107 b, cf. B73*; -^rouet 4^7, 781, -reuet 
6i, 480 ; f. -ouiff 461, ief reuhomp 452* ; de^rouhet, var. der- 486 ; desrouher on commencera J 33 ; dez- 
rous, 1. inchoativus Cb. Tréc. dip-o mat, étrennes, léon. derou niad ; gall. dechreu, commencer. 

42 



266 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

l>ezuifl', pondre C ; de^wi, tréc. do^vi, Pcl., gall. dodwi, id., cf. dodi poser, même rac. que TÎ6r)(Ai 
(Pictet). 

Dy, là, avec mouv', N 694, NI 65, M 57 v; où, avec mouvi : en ty dy ho covyat NI 271, un lech dy ne 
dahech dej J 62 b. Auj. di, de da i et pron. dém. fém. 

Dvabry, sans abri NI 60, di-, sans secours J i65 b, sans excuse B 7S3, 707 (fin) inévitable N i36o. — 
nisiehin*, non achevé C. De di privatif et abry, achiff. 

Di:ter, -cre C ; -cret, ordonné diacre N 1687 ; dîacone, -nat Cb ; du fr. — DiactifT, inactif 
B 24. — I>îadrelt, par derrière 255, -re NI i38 r. eff. — Diaestet, malaise C, diastet faim Cb ; 
dies, mal à l'aise NI 353. De di- et a... 

Dialaliez, là-haut J 182, 236 b, 4 s., P, dy-, P, 3 s. De di, a, et /aej, Idé, van. lehue, lehe, Gr. 

Uyalo^, dialogue C, di- Cb. — Diamant, g. id. C ; du fr. — Diamiabl, désagréable B 491 ; 
dianioui-, 419; dyamourabl, 688, cruel. — Diampechaff*, délivrer G ; diampeig, dé- 
livré J 117, sans manque 106 b, B 393, sans obstacle N i353, dy- NI 430. — Dianaff, sans tache, sans 
défaut B 81, P 197, N i328, -(7/1246, Gw. De di et a... 

Diane diou^, libre de, N 253, échapper à J 191 b, —a, sauver de NI 252, échapper J 73, 1. deuiare C ; 
fut. -co P, -cquo J 73 ; heb dianc sans pouvoir échapper J 12, hep dianq sans aucun doute N 80. k\i).dianket, 
égaré ; gall. diengu échapper, prob. même rac. que lat. angustus. 

DiancraflT, désancrer C. — Dianhezet, (il est) parti J 189; dianne^et, pillé Gw. v. anne:^. De 
di et a... 

DiansaT, renier J 82 b ; prêt, -avas 78 b, cf. 63, prés, diensave^ 82, de di et ansav avouer, gall. addaf, 
V. irl. ataimet profitentur, même rac. que gou-^aff. 

Dianteg, non entaché de mal C, de di et du fr. entacher. — Diapell, de loin N 336, -bell B 549, 
C, a diabell N 1489, J 88 ; 2 s. B 621. — A dîarauc, auparavant, ci-dessus, H. — Diarchenafi*, 
déchausser. — Diarm, sans armes. — DiascornafT, désosser C. — Diasezaff, s'affermir (dans 
la foi) B 428 part, établi J 28, formé de B 59 ; diase^ (ou^) convient à (toi) B 441 ; tut ... a diasez, les 
gens bien placés, les grands N 3oo, cf. B 100? en — , (ordonner) expressément B 170, (statue) posée 436 en o 
— (matériaux mis) à leur place, 246. — Dîatacliaff, desatachier. — DiatretafT, ôter les décombres; 
-ter, celui qui le fait, C, f. es, Cb, diattreteres Ca ; de di et a... 

Diaulou, diables 726-7, ij'- J 97, diaoulou N 763, sg. diaoul N 797, dy- J i5b, C, dyoul gg b, dyaoull 
B 274 pi. ou 3i6; diabolîc, -ique 446*, dy- Cb. Auj. id ; du 1. diabolus. 

Dlauaesoui*, étranger C, -asour Cb de di, a, maes. — Dîauancc 1.7, dissuader de B 743. — 
DIauantaig, indolent, misérable 64g, 790. De rfi et a... 

Dibab, élire C, hep ho —, inséparables J 27 b. Auj. id., choisir, de di et rac. kak, secouer? 

Dîbadez, non baptisé NI 556, auj. divade^. — Dibaleet, vous venez (de) B i3o. — Dîbei*, il 
raccourcit M 5, inf. diuerraff C. De di et b... — Dibilil glan sans acception de personnes ? N 1467, pour 
dibirill ? De dietp. — Dîblam, sans reproche NI 399, B 290*, en diablam J 120 b éd. 1622; dlblam, 
excuser B 712, f. -mmo 288*, auj. divlam. De di et b... 

Diblas, incommode, terrible, odieux, cruel, et adv., 404, J 10 b, i5, 1 13, — casty i55 b, r. iff B 716 ; 
r. af J II (par except.), diablas 78 b, pron. divlas ; dyfflas NI 247, 72, difflas 53, dyulas 45 ; diblasdet, 
cruauté, trait' cruel B 342, 5o3 ; dynAflastei*, NI 217, diablasder J 97 b, peine, infamie. — Dî- 
bleuiff*, ôter le poil C. De ii et b... — Diboell, furie, délire, C, J i23 b; -afT, forsenner, C, p. et, 
furieux B 730, C ; -us, id. Cb ; -ement, fureur G. De di et p... — DibontaflT, débonder C, de iiet b... 

Diboubou, (ni lin ni étoupe ni — ) N 1616, cf. dibab? 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUH DU BRETON MOYEN 267 

Dibouzello, éventrera B 400, inf. diuou^ellaff C, de di et b... 

Dibrifr, manger 568, C, NI 478, J 5 b, -if 20, -ifu H, dibri'n tant NI 5i i, dybri naual 179, dibr'in aual 
327, dyhr'in a. 478, p. debret C, J 19, vous mangez Gw. v. doc ; -as J 4, -o M 7 v; debre! lis. debr-eff 
J 60 b ; fut. i' pers. dibriff t. ebr B 43, 2= iièrj' J 208; clîbi'iut bras grand mangeur, C, deabren 
Cb, V. distrugaff f. debrei-es bras Cb ; debi-uan, démangeaison C ; debratlur, mangerie, 
deabi"ei*e8 voracité Cb. Dibriff pan en debr den e crochenn Ca ; dibriff : pan enemdebr crochenn den Cb, 
démanger. Léon, dibri, v. br. diprim. — Dibunet, dévidé (du lin) N 1614; auj. id.; inf. dibunaff chez les 
anciens, Pel.; de di et cf van. punein, se masser (en pari, des abeilles) L. et Lab. 186, 188. 

Die, (roi) légitime 84, entier' (guéri) 260 ; exact, convenable, just', P : cf cornouaillais dik, exact, de 
jurdik id. ? Ce dernier vient du fr. juridique. 

Dicaczc, amener 198, diquacc J 219, digac^c B 536, digas NI 14, digac 434, -ce B 261, J 20 b, 
N 109, i2o5; p. acet J 79, B 537, NI 524, gygacçet 3i8, digac^et B 608 -acçet NI io3, -a^cet N 1745, 
diguacet NI 6, -acçet i38; prêt, digachas P, dygacas 142, -acsont 297, dycacat 171, dig- 5o2, digaet, id, 
481 ; etc. Auj. digas, de lii pour do, et cacc. 

DicafTou, sans douleur P. — Oîcai", cruel, cruell', B 420, J 59 b ; dicarantez, B 38i, N 640. 
De di et c... 

I>îcc, diz (dé à jouer) C, pi. dic^ou J 145 b. — Dicei'nafT, décerner C ; du fr. — Dicoaut, désa- 
gréable N 640 -îs, cruel B 701, 563, digoantis NI 543, dicouantys NI 89 ; di'^coantys (lieu) obscur NI 175 ; 
dicoantis méchanceté J 12 b, 118 b. De lii et c... 

Dieoezas, il se mit (en colère) 3oo, dicoue^et (il est) arrivé NI 425 ; digoejaff, advenir C, léon. digoueja 
arriver (des événis), de di pour do, et c... 

DicoflTes, sans confession P. — Diconsciancc, sans conscience B 783. De di et c... 

Dycoum©i*et, (me) recevoir NI 120 ; de di pour do, et compret. 

Dicoiilinan*, digolmaff, dénouer C. — I>icoui*aig, sans cœur 649, -ag découragé C. — Dî- 
courtes, impoli, et adv., N 374, 52o. De di et c... 
Diction, g. id. C ; -ai*, dictionnaire Cb ; du fr. 

Dicutr, sans pitié 420, 687. — DicustuinaflT, désaccoutumer Cb, Jicou-, Ca. — Dicusul, non 

conseillé C. De di et c... 

Didaii, sous, 23, N 126, - (peine de) 189, J 77 b, en dessous J i33, B 3o5 ; didann haff sous lui B 34 ; 
cf. en dan, sous, M 4, dindan H ; didanbat, soubztenir 1. subire C. Auj. id. et dindan, de di, (en) et cf. 
gall. tan, sous = 1. tenus (Rhys). Le sens de tan semble influencé par celui de guo = ûto, son associé dans le 
v. gall. guotan. Dideui*ell, deietter Cb, -lell Ca, ditaulas P de di et t... — Didiuva, didiva sortir 
de terre, pousser, germer, Gw.; vieux livres didyffa Pel. De di et tinva prendre, s'attacher (en parlant d'une 
plaie qui guérit, d'une greffe, etc.) ; gall. ty/u croître, cf lat. tuin-eo ? — Dider, Didier H ; du fr. — Dî- 
doi'iiet, sans mains P, di^- C, de di et d... — Dydreu an môr u au travers de la mer » 2 fois Jér. v. 
corr ; didreu au delà de, cf. gall. draw? Pel., van didrai d'outre en outre, L'A. 

Diec, paresseux C, J 18 b, dieug 11 b; diecat, devenir paresseux; dieguy, paresse, C, N 644, 
(sans) regret, difficulté B 700, NI 34, dy- H, dieuguy i 1 1 b. Auj. id., v. gall. diauc, de di et cf. wxu; (Stokes). 

Diegi*afT^ desenaigrir C, de di et aegr. 

Dien, bons (matériaux) 68 guéri 546, 549 ; cf — net J 47 b, — glan 176 b ; enl — 2 5o, en dyen 4, dyen 
358, Jér., dien M 10, J 145, N i367, P, certain', tout-à-fait; gall. dien à l'aise, certain. 
Dienep, sans égard 693, J 119. — Diestim, sans pitié 447*. De di et e... 



268 DICTIONNAIRE LITMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

Diet, boisson C, J 12 b, gall. diod, de "diât, cf. irl. deoch ? 

Dieznes, misère, 174, 671 ; r. en J 192 et N 1268, manque, défaut (de prière). Léon, diene:;, f. misère ; 
tréc. dianncs, regret R. c, IV, i5o, van. diannéss, m. pauvreté, L'A. 

Difl'nc^'on, méchant NI 42, -ccon N i 545 ; -aec^on, r. ace, avec injures, J /S b., de di et /. 

DlflaezafT, éifa- effacer C, p. et Ci, difacet C, défiguré J 98, diff- (bonheur) évanoui 1 3o ; difi^eza- 
dur, cffact C. — DifTaet, défait, difforme J n . — DifTauiaflT, -er C, -mmaff B 624. — I>ifl*azias, 
détrompa NI 3 1 . De rfi et /... 

I>iff<enn, (sans) défense 570, défendre, N 1 188, -en B 849, C, den emdiffen J 179, difen défense. H, difenn 
N 386 ; p. difemiet protégé B 120, prohibé NI 456 (arbre) défendu B 332 ; — tta vihet temptet i85 ; difen- 
net P, diffennasem^èch.z.i 186 b, diffen (ou^) ! ii5 b; na-nnet, ne vous en défendez pas, n'y manquez pas 
B 577 ; -nnei", f. es défenseur ; -nnadur, défense Cb. Auj. id., du \. defendere. — DififeraS, (sans) 
différer B 99, gagner du temps 773, — diouj, me soustraire à la surveillance de ? i65 hep guer -^/sans aucun 
délai J 22 5 b, cf. N 85 1 diferaff N 263 ; differ ! tarde, J 80, etc. differhe différerait B 742 ; diferant, 
différent M 2 ; differancc, différence B 3io, P 236, manque d'équilibre B 473 dyfferancç (sans) tarder, 
NI 77. Lis. Ka brut dispar, o diffarancc P 234.^ — DiflUcil, -ile, grave, C, B 38, 269; sup. -aff, Cb ; 
-ciiltez, -té, H, -te Cb ; du fr. 

Dîfflet, (archevêché) vacant N 1 742, ;iii;îe/ accablé (de vieillesse) 1277; van. ^//luio't/e"/ fatigué, épuisé, gall. 
diffygiol id., diffygio, manquer; tréc. divian, s'épuiser, se tarir, divi, -e/ las, cf. R. c, IV, i5i ; Diviet, n. 
d'homme, en 1268, R. c., III, 408; v. gall. dificiuou, diminutiones ; du 1. deficio. 

Dîfflgui*, défiguré 389, J 122 b, éd. 1622, difigur méconnaissable 209 b. — DiffîniaflT, diffinier, 
déterminer ; -ition, g. id., C ; evit dîfinîtir, définitiv'J 121 éd. 1622 ; deflTyn, fin, terme, P. De dietf... 

DiflTorcIi, départir C diforch diou^ me délivrer de J 192, quent ... ef diferchiff avant que je quitte la 
place B 620, difforch dicorde, Cb, (sans) interruption P 204 ; décédé ^ 1 54 ; -as, partit, P ; -idigaez, sépa- 
ration ; — a dimipff, divorce C. -gue^ divisibilité, -cher, qui divise, -cbus, divisant, -sible Cb. v. 
diuidaff. Léon, diforc'h avorter, van. diforhein, séparer, distinguer, de di et 1. furca. — DifTirae, rapide, 
vite 634, et J 175 ? (faire) diligence B 43, 295* (sans) secours, ou repos, J 181 b ; -aeet, 180 b, -aet r. 
ae B 194, délivré, -reet (clou) arraché J i58 b. Tréc. difréan, se hâter, de di et h. frayer. 

DîfTrïtiuet, déchiré 464 auj. id. — A diflVap, en l'entraînant, soudain, 526, cf R. c, IV, i53. — 
Difii-etaflr, fuir en hâte ? déchirer ? N 284 cf R. c, ib. De di et /... 

DiflTur, insensé 392*. — DifiTumi, -orme C. — Dirournis eux a, dépourvu de N 1792. De di 
et/... 

Digant, de, de la part de, C, M 3, N i535, NI 409, J i63 b, degant lis. <ii-48 b ; digueneff âe moi B 671 
(loin) N 1854, -ef i 74, cf. 3i, i3o, B 408, diguen enff"H\ 56o ; digantaff de lui 12, r. at B 8, digant j/(hors) 
de lui J 108, digataff'^ 1826, f digant y B 12 5-6 ; pi. digueneomp 3 s. 590, 2^ digueneoch J 70, -ech B 400, 
cf. J 221, 3" digante 61 b, cf. i83 b. Auj. id. de di et cant, forme anc. de gant. 

Digarez, excuse, prétexte, 701, 298, N i58i, P, f. : J 219b; (meilleure) solution B 769 ; -ret, N 36i. 
Auj. id., de di et c..., cf R. c, V, 221. 

Dîgerafl', -er; -gest, le digeste'C ; -ion, g. id., Cb ; du fr. 

Diglys, var. dielys, 2 s., r. if J 78 b, (chasser) durement, cf. digryziadur, exacerbatio Cb, v. 
diegraff. 

Dîgoar, dessus 593 cf 592; — an maes (venu) de la campagne N i3o7, diuoar B 8:2, cf. J 122 b; 
diuar, H (prendre) de (la main) 65o-i, dioar an lech 3oi, cf J 16, — penn au sujet de 202 b, — e tro (s'éloi- 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 269 

gner) de lui 78 b dy uoar pennaou lie daou glin (adorer) à genoux NI 424, dioarnouf de moi J 65 ; tréc. 
dioar, divoar, léon. divar, de di et oar. 

Dîgor, (ciel) ouvert NI 555; e^ guereu —, il fit s'ouvrir, J 128 b; diguei-iff, ouvrir B 792, -i/J 37, 
p. digoret J 217, dy- 200, 2i3, NI 202; digor il ouvre B 538-g, diguer, r. er, (mon cœur) se fend J 84; 
diguery il ouvrait, r. i, 209 b, pl. digorent NI 471, ne dygoret (la porte) n'était pas ouverte NI 180; digoras 
B 358-9 i digor ! 415, 790, J 23i b, ouvre-toi B j3j ; pl. digueret 478. Léon, digeri, de di et cor, d'où dascor, 
rendre, etc. Di a remplacé une autre prép. : igiierifif^ ouvrir; igouridigaez, ouverture, C, voy. 
égarant ; cf. gall. agori ouvrir, agoriad clef, irl. eochair. 

Dîgoiiris, sans ceinture C, de di et g... — Oigouscfuet, desdormir C, de di et c... — I>igou- 
zuese, ignorant C. — I>igi*nec, disgracieux, cruel, etadv., B 552, 687, J 75 b, N 25, afBigé, sans se- 
cours. 382, J 123 b, dygrac sans pitié NI 458, di-, Ws.dilacc? B 5o4 ; tfre dîgracdet, par malheur N 385; 
dîgraeîus, (parole) dure B 754; de façon déshonorante J 10 b. — Digrougaft', dépendre. Ce. — 
Diguai*, cruel NI 197. De di et g... 

nigueg, épeler, C -eig N 367 ; -ech, Gr., digheis, dighich, Pel. 

Diguir, (va,) infidèle (= démon) N 798 cruel, sévère, et adv., N 862, B 413, sans droit 526 r. e^4i3; 
diiiin, r. ir, lis. diuir, Pin; léon. divir. De di et g... — Diguiset, déguisé Qc ; du fr. 

Dîliacn, (eau) pure B 257. — Dîliaet, indisposé, malade 187, N i3oi. De di et h... 

DibaflTal, sans égal, sans pareil, P, dyheuel étrange NI 287, adv. 548, diheffuel B 487 ; disheuelep, 
inouï 744, extrêmi 698 ; diheuelebet, défiguré N ii52. Tréc. dijhanval, cf. lat. dissimilis. 

Dihast, perdre qqn, 754, cf. dehast. 

Oîhegarat, cruel 715, dy- NI 419 ; dîegai*, désagréable M 7 v. De di et h... 

Dibelchat, -chaff, C, -shaff Cms, estre laz comme chien qui baaille ; léon. dielc'ha perdre haleine ; cf. 
/?. c, IV, i5o. 

DibincbafT, égarer C, de di et lient. — Diboant, sans goût, lâche, odieux, B 649, 497. — Oîbu- 
naff*, veiller C, éveiller, P ; p. J 124 éveillé; -et! éveillez-vous NI 334; -©i*» Ce; -us, C, veilleur. Auj. 
dihuni. De di et h... 

DibuzafT, consoler C; da hem dilitij I J 69 ; dibuz, (pour votre) bien, commodité, 128 b. Cf. tréc. 
dihud, amuser, R. c, IV, i5i. 

Diioînt, non conjoint C, dij- Cb. — DiîunîlT, déjeuner, B43— Dyîust, injuste B 715. De di et ;... 

Dilaczafi*, (tirer d'un lacs), C, s'échapper ? B 455 ; dilacc, délivrer J 87 b, renvoyer, absoudre, 1 12 
dilacet délivré NI 414, P, -c^as NI io5 b, hon dilacç ! 97 ; -C![o délacera ? B 622 ; dilacc, (place) libre 198 
(habile et) dégagé 69, libr' J 8; sans souci, sans délai, vite, 124 b, B 48, 619, 648, NI 267, 5i8. — Dîla- 
met, resaillir C, accouru NI io3, -mas (Dieu le) fit naître J 4, -af s'en alla P. De di et /... — Dilation, 
délai B 453* -cion 453, 198, 643, 6S4; gruet... —, cessez, 607; du 1. dilatio. — Dilecbyet, disloqué J 137, 
dylechet NI 21 5. De di et lech. 

Dîleffîi, (enclume) dure 577, de i/ et ''leffn poli, uni, gall. llyfn, v. br. limn, v. irl. slemain de "slib-nos, 
cf. oXiêpôç (Stokes), voy. breiilim ; ail. schleifen, aiguiser, van. arlehuein, repasser un outil, libonicq Gr. limO' 
niq L'A., émouleur. 

Dylein, var. -em il envoie, P. 

Dilesell, délaisser, quitter M 71, v, N 752, -el C, p. -set J 142 ; (crime) odieux B 8o5, dilaes! 65i dilae^, 
H ; ann exes heu^ em dileset éloignez- vous de ce crime 772. — Dîleuzri, envoyer, députer, Jér. , p 
B 629, disleii^iret J ii6 b, dileuret io3 b, diliu^ret'Nl i ; dileuj eat, lis. -jrat, fut envoyé 38i ; cf. B 348, 
338, 182 P, etc. Dedietl...] 

43 



270 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 



DUIgant, -gent, et adv. 3o, 44, C, N 648, NI 375, J 46 b, -entCb; -ancc, (faire) "tiligence B 473, 
J 88, C, -encc Cb ; du fr. — Dili^nez, qui dégénère ; -aff, forligner C. — Dilivraf, var. de-, déli- 
vrer J 118, p. 117 cf. 198 b, i83b; diliiiaraff C, -varaff H, -uuraff ; -uurer, libérateur f. e5 Cb. De di 
et /... 
Dillat, habits C, J i34 b, cf. B450*; dy- Gw. Auj. id., gall. dillad, voc. corn, et irl. moy. dillat. 
Dilloeuter, délier, 1. solvere, p. dilloetC. De di et "loenterdc *lung-ter, d'où aussi gollonder, p. golloet. 
DilofTas, (le sang) jaillit, coula, NI 54. 

Dilog, déloger M 10. — I>îlug, déluge C, dyluyg P ; du fr. — DiluziaflT, démêler (les cheveux) 
C, de il' et/... 

Dinialicc, sans malice N 1438, diu- 63o. — Oîmanyer, sans façon, sans égard B 717, J i5 b. — 
Diniat, mauvais, cruel, et adv., 33, B710, r. iffjS^, dy- 403 ; diu- 5i5, 688, div-, dyv-, P, dif- NI 419, 
di/v- J II, dyflat lis. -uat NI i35. — Dîmemprafl, disloquer, Pel., diu- C. — Diinenn, (je vous) 
prie J 229, diuenn elle mande B i58 -^^je demande 653.— Diiuei-it, sans justice B 716; infamie ? 721 
-lit, sans vertu, J i5o ; heb dymerit sans avoir démérité B 774. — Dîniez, sans honte 592, P, J 78, r. if 
178, et diue^, -ue^j, C. De diet m... — Diminuaff, -er, C ; du fr. 

DimizifT, marier qqn, 37, se marier C, cf. 227* ; mariage C, cf. un dimiiy, citât, de Pel.; part, dyme^et 
NI 5oi, de-, P, B 20, 21 1, cf. 221* ; dimezabl, nubile ; -zen, épouseur C. Léon, dimiji, tréc. dimeign 
de do, em, et rac. vedh ; angl. to wed, gall. dyweddïo se marier, gwedd joug, irl. fedan. 
Oimoder, exalté 718. — Oymusur, démesurémt P. De di et m... 

I. Din, digne, saint, précieux et adv., J i5, 46, N 909, io54, dyn M 71, divinement (inspiré) 3 ; un dyn 
bajat, Gw. v. baj ; sup. dinhaffB 536; dignité, -té C ; du fr. — 2. Din, siège de l'homme, Am., gall. 
tin, Pel. (?) — Dinacb, dénier C, dy- Cb. — Dinam, sans tache, innocent J 4, 24, N 46, 43o, P, a, 
de, NI 354, dy- loi ; sans faute, certes, 106. — Dinatur, dénaturé, cruel, et adv. B 5i5, 710, J 11, P, 
dy- NI 148; -abl, (action) dénaturée B 688. De di et n... — Diuer, denier N i537, J 210, digner r. in 
J 18 b; pi. dinerou B 46 ; du fr. — Dinoas, innocent, C, N 1102, NI 140, dy- P, sans bruit B 33o, 
J 186; bien, pieus', NI 268 -haf [\a mort) la moins dure J 41 b. — DînotabI, méprisable B 270. De 
di et «... 

Dinou, fondre, épandre, verser (à boire) C, verser J 5i, -aff, Cb, -noet H, id.; a dinou (pleurer) litt. à 
verse 190, dinaou en coulant NI 16 p. dinouet C, N 1794 f. -0 1790, -aouas NI 54, dy-'i9.2 (des prodiges) pa- 
rurent, gall. dynëu, cf. irl. snuadh, fleuve, rac. sneu, gr. vécu, 'eveuto. 

Dinozelafl, déboutonner Cb, -ole^aff C, de di et n... — Oîoboissant, désobéissant 761. — 
Dîobseur, sans une ombre J 66. De di et 0... — Dioces, -èse C ; du fr. — Oioscorus, -ore 
B 2 ; du lat. — Diot, sOt, tut —, J 72, w« — B 614, cf. J 104 b; i s., 106 ; dy-, Gw., v. chot. En h. bret. 
diot ; du fr. idiot. 

Dioueret, (vous) perdre, être privé de (vous) J 21, léon. id., van. dioverein, id., diovér f. misère, pri- 
vation, de di ou do et cf. gall. ofer, vain, van. voer fade = gaul. 'omeros, cf. lat. amarus. Le gall. dio/eraf, 
(Les Bardes bretons ... du F/e s., p. 436 ; Skene, The four anc. b. of W., II, 196) doit signifier « il ne me 
manque (que Dieu) » ; diffère de diofryd renoncer = di, gofryd. 

Diougan, promesse C, prédiction M 3, aveu ? N 1621, menace, Jér., pi. -ou Gw.; promettre C, diogan 
H ; p. diouganet P, NI 5i ; 3 s. N 63, 233, 55i, 1700, changé de place ? 375, 4 s. 72a ; -at 409 -sont pro- 
mirent NI 65 ; -en, prometteur Cb. Gall. dyoganu, de *do-vo-can-. 

Diouguel, sûr C, P, hardiment, sans peur, N 1676, assurément P, dy ouguel en sûreté M 10; dîou- 
guelhat, défendre, garder, Cb; diouguelroez, sûreté Ca, Cb, Ce. Gall. diogel ; de iiet gogelu éviter? 



DICTIONNAIRE ETYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 27 1 

Diouz, I et 2 S., (libre) de, N 253, 632, d'après B 47, 65, J 45 b de la part de J 189, dy- NI 358, dioj 
i 234 b, -oux J 224 b, NI 264, -ouç M 4 -ous B i3, dyoj P, diou^ ma minif si je tarde N 858, diouch J 42 b, 
1 10 ; diouj if de moi 100, dioutaff de lui B 206, N 532, f. diouty i63, B i56, cf. 41 1, P, a diou^, a dy-, au- 
dessus NI 62, a dyouch 147, a di- d'en haut 43o, aioujomp au-dessus de nous 89. Auj. id., de di et owf. Dans 
le sens de au dessus il y a peut-être confusion pour 'di-tis, *di-tic'li, rac. de uchel ; cf. gall. dyuchtaw, au- 
dessus de lui, Mabin. II, 246. 

DipennafT, décapiter 768, C, cf. 729, 782 ; dib- 782, C ; hon dypenner, qu'on nous décapite Jér.; 
dipenuidîguez, décollation Cb. — Dipisticc, r. ic, sain, sans maladie N 18 14. — Diplacc, 
elle sort B 477. — Dipoan, soulag' N u56, repos, joie, 1931, dib- NI 19 dyb 27 ; dypoaniafr, tirer 
de peine 99. — Dipolîcc, sans vertu B 269. — Oiposidalf, déposséder 2 5. — Dipouruae, -ue, 
dibouruae, dépourvu C. De di et p... 

Dipr-, bibr selle; dîbrer, sellier C ; dybret, sellé Jér. v. cousr. Auj. id., pi. v. br. diproii. 

Dipreder, sans souci P, dib- B io3, P, dyb- P. — Dîprennaff, dib-, defFermerC. — Oyprî- 
soniaft*, tirer de prison NI iSy, p. diprisonet N 191 1, cf. P. — Dîprofflt, sans profit B 716. De di et 
p... — Dipton, diphtongue C; du fr. — Diquemeun, il (vous) envoie ses ordres J 49, dyguemen 
commander, mander de faire, Jér. v. dinoe. — Dyqueuanieret, prendre, ms., Pel. De di et q... 

Dii*, acier C auj. id., gall. dur, ci. 1. durus. 

Dîrac, devant C, J 28 b, N 177, NI i33 dy- i 34, dirag J 114; dirajoff — moi B 22 -7 ouff 411, -^ y 
-elle NI 171, -joch -vous J 24 b. Auj. id., gall. dyrag, de di pour do, et r... 

Diraes, atteindre, toucher, C, dires Ce, fut. bur^udou bras a dereso Gw.; dires, Maun., dêrésa d'ap. 
un V. dict., Pel. cf. gall. cyrhaeddu. 

Dii-aeson, sans raison 201, 707 C, J 12 b, -reson N 90; -aesonet, B 5i5, J 128, NI 55i, -nnet 
Cb, -resonet 42. — JOyi-ebeig, sans reproche NI 430. De di et r... — niredet, accouru NI 522, dy- 
5o6, Gw.; diredet accourez J 126 b. De di pour do, et r... — Diremet, malheureus' J 233 b aussitôt ? 
225, -mhet cruell' 79, dyresmet P irrémédiable ? De di, avec remède, et remettre. 

I>îi>inoii, Dirinon (ville) N 1389. 

DirobafT, dérober C ; -ber, dérobeur C ; du fr. — Dyroll, déréglé Gw.; dii*ollet, (voilà mon 
chapelet) défilé, Am. — Dyroudet, dérouté? P. De iî et r... 

Disacort, révoltée 652 -ccort discordable ; -ccordancc, discordance C. — Disaereii, délivrer 
J 20 b, 91 b, 129, 162 b, dyseren NI 293 ; diaeren payer, dieren délier C ; p. disaereet J 108 b, 119. De dis- 
et a... 

Dîsaezun, cruel, cruelli, désagréable, J 42 b, 196, B 119, diss-, dégoûtant J 11, discascun.^ 25, 382, 
i347, disascun (quantité) extraordinaire ? 84 disacçun NI 193, disaec^on lis. dif? J i3, de <ii et s. 

Disaesizafi*, dessaisir. — I>isall, non salé C. — Disaotren, décrotter Am. — Disaour, 

non savoureux G (peine) amère J 175 sans pitié, cruel, cruell', B 494, 569, N 1444, infâme J 96 b, sans 
esprit B 649; -et, (traître) odieux J 69 b, de di et s. — Disauanturdet, mésaventure 6210; 
diauantur, malencontreux 757. — Dîsavoeaf, désavouer, renier J 196 b, cond. dysavouhe P, en 
diaiioehet on le désavouerait B 758. De dis et a... 
niscantafT, tirer les écailles C; de di et s... 

Discal*, abattre C, auj. id., de di et même rac. que ga\\. ysgar, séparer, angl. to share, 
DiscargaflT, désemplir C,-guet a, dégagé de (péché), B. De dis et c... — OîsclaeryaflT, déclarer, 
expliquer, B 98, C, -iaf i lo b, -yuf, avouer, 24 b -leryafN 679 ; disclaer ! J lo, me dyscler se je le déclare 
NI 1 18, -leriet 4&y -yas J 39, -aeryas B r5, etc.; -lerhier, qu'on éclairasse, -cira N 1407, 1573, -leryet / J 26, 



272 DICTIONNAIRK ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

-leriomp! N 1 192. De di et s... — Oîsclos, non fermé NI 329, de dis et c... — Discoasecaff^ déta- 
cher des chiens ? blesser un gibier ? N 272 ; rfwcoayj/f desepauler C. De di et 5... 

Dlscomboe, humble (prière) i" N 120, die- (rendre hommage) humbU ? 32o. De di, dis, la prép. com, 
une rac. commençant par b, et oe, suff. dans Nomenoe, Erispoe, etc. Cf. v. bret. acomioe, gl. insolubile, = 
'an-com-lo-oe. 

Diseonflet, déconfit, détruit 794, 796 ; du fr.^— DisconTort, désolation ; (lieu) désolé, Cb ; -aflT, 
désoler, C. — Discordance, -ce ; -daff, discorder C ; dîscord, descordance Cb, (mort) injuste 
J 36 -rt discorde Cb, homme impie, 86 b. De dis et c... — Dîscouai*net, qui a l'oreille coupée J 74. 

— Oiscotirraff", couper les branches C, -ouraff Cb ; discourr hihan, 1. surculus Cb ; discoultret 
(orage) déchaîné N 888. De di et 5... — Di$«ci*et, discret, sage, savant, C, M 3, N 924, B 20, S ; en — 
(c'est mon avis) motivé 207; discre (Saul gardait) à l'écart (leurs habits) NI 558 ; -etîon, -tion C ; du fr. 

— DiscrîbafT, je prescris, j'indique B 471 ; du 1. describo. 

Discroigiient s ho dent... a —, ils grinçaient des dents NI 553 ; disgrogna, Pel., tréc. raskognat, 
léon. skrigna, onomatopée? cf. angl grin. 

Discuiz, non las C ; -afT, délasser B 475, -haff 485, cf. 76*, J 1 33 ; auj. id., de di et s... 

Dyscurlu, var. discursu P, en décomposition ? 

Discussion, g. id. C, -ution Cb ; du fr. — Dyseclias, se dessécha NI 220 auj. di:(ec'lta![, de di et 
s... — Dîsemper, désespoir B 721, J 95 b, diss- 167 b, B 578, -afT, désespérer C, cf B 782-3, as J 83 b, 
fut égaré par l'orgueil NI 394, -et fou, furieux, 184, J 234 b, cf 38 (moyen) désespéré 96 (température) ex- 
cessive M 58 V, dy- Jér.; dissemperaf je désespère J 196 b ; p. diss-et Ce; dlsemperance, g. id., for- 
cennerie, C, -ce Cb, B 784, J 88, var. disesperancc. 

Disenor, déshonneur C, J 179 b, N 1424, méchanceté B 2, auj. dijenor, de dis et e... — Diserui- 
gaff*, desseruir, mériter, C, p. B 564, des-, p. des-chet Cb ; angl. to deserve, de di et s... — Dîsflzyaflf, 
se défier C, diff- Cb ; nadifi quet e Doe ! N 52, de dis et /. .. — Disgroaet, défait, perdu, B 79g, fut. 3" 
-ray N 793 ; -ra ! P. — Disgriiyat découdre, C, B 569, p. et 546, C, fut -io B 575. — DîsgruizyafT, 
arracher C, -![aff Ce ; -zyennet, déshérité Cb. De dis ex. g... — DisherltafT, déshériter C, B 25, p. 
J i5o. — Dîsheul, l'ombre. — Dishoncst, déshonnête, C, infamant J gg,diso- injust' 224; malhon- 
nête B 235 (mort) infâme 696. — Disiiouamaff, déferrer C, (dans le dih-) B 416. De dis et h... 

Dîsycli. Dan seig na disych de quichen (que nous allions) près de lui, au séjour éternel, litt. qui ne 
manque point, ne manquera jamais, NI 35o ; gladoii hep trigna diffigo P 184, pron. -ijo, lis. dissigo. Du fr. 
dessécher. 

DisiflTerno, qu'il se désenrhume J 109 b, de di et s... — Disleal, déloyal et adv. C, NI 478, J 82 b, 
of, à, N i36i, cf. J 16 ; diffeal lis. -sleal NI 81 ; dîslealtet, déloyauté C. — Uisliu, mal coloré (pâle) 
C; -aff, déteindre C. De dis et /... 

Dismantaf, faire rage N 882, je me meurs J 189 b, -et détruit B 799, dy-P, di-o ruinera B 775, auj. 
dismantra, cf. gall. dismanu, disparaître ? 

Dismas, n. pr. J 114 b. — Disober, défaire, détruire B 147* J 23 b, de dis et 0... — Dîsoloet, 
(répondre) sans détour, J 93 b ; dissolo, mis à nu 107 de dis et go... — Dison, sans bruit, sans voix, 
tranquille et adv. P, B 285, N 3 10, NI 467 (promis) sûr' ? M 71 v, de di et son. Dissonn (jeu) mou, (coups) 
peu fournis, B 592, peut être de dis et sonn ; disonet, (chiens) impurs B 623, pour disonest, ou de di et 
son (cf. consonant). — Disordren, désordre, chose déraisonnable J 139 éd. 1622 ; vil, injuste, illégal 36, 
64, B 275 (personne) désordonnée 652, J 85 b ; -et, (mort) injuste 32 (pécheurs) déréglés 43 ; de dis et o... 

— Disouzan, sans peur B 522 inébranlable J 176 b, -aou^an NI 554 -aousan (lumière) inaltérable M 71 
dysauQ^çan (routes) qui n'égarent pas NI 97, ii[s](TOM^j« délivrance, consolation 352 ; disouzanet* déli- 
vré B 5 10', cf 257. De di et s... 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 2/3 

Dyspayllet, (provisions) épuisées Jér. v. dispaill, du 1. despoliare. — nispansaflT, dépenser C, 
•ensaff, -ance, Ca, Cb, -en»>ation« g. id. C, -enseur, g. id., -amer, dispensateur Cb, despenseur g. 
id. Ce, du 1. dispensare. — Dispax*, non par (impair) C ; sans égal, sans pareil, J 22 b, NI 87, B 39, 
N 1456 étrange B 282, extrèmi Siq, J 52 b, larg' 16, de façon extraordinaire r52 b, dy- NI 338 ; disiMi- 
rhat, deseparer C ; dfparaig, J 96 b, sans égal; dîsparaîll, extraord' 148, dib- B 36r. — Dfs- 
partiaflT, départir, s'éloigner, se séparer, G, B 362, N 1882, -a/J 37 b, décéder N i3i3 -^r il part B 636-7, 
(qui nous) sépare J 27 b, -tiet mis en lambeaux B 467, ho try ef -tiat ils se séparèrent NI 275. — Dls- 
penn, détruire 409 C être réduit en poussière N 117, cf. P; -en il détruit, perd, B 120, J 12 b, p. -nnet 
déchiré 108 b, dy- Jér. -nnher sera déchiré J 43 b, cf. 32 b, -nnhet que vous déchiriez B465 -ensont NI i35. 
Auj. id. de diset p... — Oisping, dépense, -ser, p. -ngnet ; -Ingnus, qui dépense Cb, auj. id., cf. I. dis- 
pendo? — Oîsplantaff, arracher C, s'abattre, descendre B 794; dipl-Cb, dibl- C ; cliplantei*, celui 
qui arrache, Cb. — Displegaff, déployer, étaler, C, -ec montre ! J 88 b. — Displigaff, déplaire C ; 
-gadui*, déplaisir B 212, -giaduri i5Sb, -geadur H ; -giis, déplaisant Cb. De dis et p... — Disposet, 
-se, arrangé, décidé B 413, 711, J 11 5 b -50 25 b; du fr. 

DîspounbeHet, reboulé, écarquillé C, auj. (yeux) effarés, -lia ouvrir grandement (les yeux), dispar- 
buill débraillé (Troude). 

DisprisaflT, mépriser 398 C, des Cb, dis- 70 B 755 ; dîsprîs, sans égard 206 J 60 sans valeur io3 
mépris B 209, sans payer NI 390 dysprys (lieu) misérable 175, despris méprisé J 178 b ; dispi'isadur, 
debouttement Cb ; -sancc, mépris B 426 ; -sei*, qui méprise Cb, de dis elp... — Eftisput, discuter 
NI 55 I -aff-ier C ; ej- disputeve creffNl jS, lis. -te e^ creff? -tation, g. id. C ; -teiir, g. id., f. -ères Cb ; 
du fr. — Oisqueat, ôter la haie C, -eaffCb; de dis et qiiae. — Disquenn, descente Cb, descendre 
C, B 409, -en J 12 b ; p. -nnet B 629, dy- NI 378 di- a Adam, J 66 b, -rmis je (le) descendis 164, en 
-nnas le fit descendre B 343, -ensont J i52, -ense descendrait NI 116, dy- 114; etc., auj. id., du 1. descendo. 

— Disquient, insensé C, B 701, de di et s... — Discfuiff, apprendre C, instruire B 87, N io56, -if, 
r. ! apprendre 1040, -ifu H, desquiff r. esq, id., B 88; part, disquet 99, H ; -er, on apprend M 4 -as B 9, 
dise ! H, desq ! i 5 1*, N 239 disquit de^y ! B 91 ; desquo N 1044 ho^ desquet (il faut) qu'on vous apprenne 
B 639 > dîsquîbl, disciple C, J 202, desquebl N i 104 ; disquebl f. -es, Cb ; pi. disquiblion 1117, P, -yen P, 
J 19 b, 47 b, i65. Léon, diski, p. desket, du 1. disco. niscipi, C, disciple ; -îii, B 154, 3i3, -ine, dici- 
mystère (de la Trinité) i52* ; dicipIinaflT, instruire B 87, dise- Cb ; disciplinancc, -ine C; du fr. 

— Dîssenscîon, g. id. Ca. — I>îssillab, -abe ; -baff, -ber. — rkissimulaflT, -1er C ; — ... 
griiet ! B 367, -.t/ mentir? N 53: p. caché J 10, B 773 (conseil) prudent 240; -lation, g. id.; -len, I. 
Simulator C, f. -es Cb ; du fr. 

Dîssolît, celui qui fuit l'école, 1. discolus C ; proprt indocile, de dis et lat. sollicitare, d'où van. 
solitte persuasion, L'A., v. induction, pi. -iteu sollicitations, v. persuasif. 

Dîstac, détaché P, (tout à fait) perdu, Am., (refuser) net N 36o, ; -aguet, détachez J 09, de ii et s... 

Distavafr, r. au P 264, calmer ? Cf. ga)l. dystewi. de dis et tevel. 

Disteiupi-, destrempe, C, -br Ce ; -prêt, détrempé C ; du fr. — Dysten, -enn, P, (sans) conso- 
lation, ou rémission; du \. distendo. — I>îstei", chétif, peu important, P, B 719, NI 6^., J 16 b, auj. id., 
gall. diystyr, de di et ster. — Ekistingaflf , -guer C, -guaff Cb, p. -guet C ; -ctîon, g. id. Ca, Cb ; du 
fr. — Distlabeza, enlever les ordures, Am., de di er stlabej,'soa'd\\ire. — E distlegifT, je la traînerai 
(de là) B 414, de di et stleja, traîner, cf. angl. to slide. — Dîstrîbîlla et istribilla (suspendre) ; être 
attentif à un discours, Am. Léon, a-pstribill, en suspens. — DistreiflT, détourner, p. distroet, divers, C; 
di^reiff st tourner ('of Doe) N 966, distreit retournez B 58o tournez (votre visage) 55o, passez (ici) J i3i, 
cf. 190 b, -trait! NI 65 ; -tro ! N 1791 J 126 b; a distre r. e revient, échoit à 45 ; -tro H, -osont NI 66, 
-osent 376, dy- 161 ; disti>o, retour B 271 séparation, division Cb, (lieu) désert 36, C ; — oei*, retournant 

44 



274 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

Cb. Léon, distrei, tréc. dijrein, p. -oet, de dis et /... — DistrîbuaflT, -er, -lier, -eur, C, -uter Ce ; 
-utioii, g. id. C ; du fr. — Distrugnff*, détruire C, NI 14 dy- 65, cf. P ; di-aj ] 1 18 b ; distrug, des- 
truction ; -en, dévoreur Cb, auj. -a, du 1. destruo. — Ditaluez, sans valeur B432, vaurien, paresseux, 
649, N iSgi ; did- C, de di et /... — Dite, uide in lauarej G, du fr. dite, cf. une redite? — Dîtechet, 
enfui B 3-3, didechis 3oi. — Den ditest ditestabi, homme vil et détestable ? B 709. — Ditruez, 
sans pitié M 10, dy- NI 44, de di et t... — Ditumpair, précipiter qqn, B 793*, var. -rumpaff ; de di et 
lumpa; du fr. tomber. 
Dius 4e|-a/f malgré lui 38i, auj. daoust, van. deust, de da, gou:^out (à savoir). 

Dius, élection C, élire Cb, Ce, diusaff Cb, p. et, élu, choisi H, NI 36, B 144*, J 225, N 5, 9, 1762 ; v. irl. 
togu, je choisis, de do, ta, et rac. gus, d'où 1. gus-tare. 

Dîu, deux, f. 462, 576, N i583, C, diou J 19 b, 80, dieu 137, dyou M 7V; dieux, lèvres, 2 s., B 5 33 
diu gueux 462 ; niu dans crochen an niuquell C. Auj. div, diou, gall. dwy, cf. sanscr. dvê. 

Diuacti, croc C ; divac'h, Gr., f. Gon.; de diu ou di, et bach. 

Dyvalau, laid, odieux, P ; léon. divalo, id., tréc. divalav, lent. 

Dîuan, germer C ; dioana, dic'hoana, Gon. De di pour do et cf. gall. ey-ehwynu, partir, venir, ehwyn, 
mauvaise herbe, moy. br. huen dans huenglou. 

Diuarraff, émonder. — DIuemprafT, démembrer C. — DâuerafT, dégoutter C, cf. J m. — 
Dîuerglafr, dérouiller C, de di et b..., m... — Diuergont, dévergondé B 406, terrible, monstrueux, 
et adv., 737 cf. J 188 b, 219. — Diuers, divers; -ite, -site C; du fr. 

Diuez, une fin C, mort J i 29 b, en — enfin N 962, cf. J 65 ; r. iff B jô3, dyu- P, dyv- NI 65, diguei;, 
I. iu, N 324; diuezafr, dernier C, B 669, cf. J 67 b, dernièrt Cb]; da — en dernier lieu M 62 ; -a/ 
N 964 -afu, -jliafu, H ; divepiaf ) 45 b ; diuezat, tardif C, ef — , tardCè; dy- en retard NI 266. Léon, 
id., gall. diwedd, v. irl. dêad, peut-être même rac. que v. irl. diith, mort, et goth. dauthus ? 

DiuidafT, divider, diviser ; -der, diviseur; diuision, g. id. C, B 54. — Diuin, divin C, NI 5, 
<fiVî)i N 723 ; dre divin Myster anterin J 56, r. e, 41 b, cf. B i52*; diuin illuminet, adv., M 55 v ; pieux, 
N 569; diviiiamaut, divin' J 56; diuinîte, divinité B Sig cf. J 93; diuinafi*, deviner C, -nit ! 
N 816 ; -nadell, -nation, C, -uadui-, Cb, divination ; -nei*, devin C, N 769 ; -nus, 1. ominosus, 
dre diuin, 1. ominose Cb. — Diuîs, conduite, air, façon N 924, gré, disposition, 1793, ire.— B 795, dre 
guir — N 1229 avec le respect convenable; de dyuys à son gré NI 175, cf. P; diuisat, parler, r. es 
B i5i*, diuis il parle 68-9; diuis \omp\ causons, devisons, J U2 b; -saff]e choisis, je veux B 242, 2= pi. 
-set J 48 b ; -sas B 245, -ssoeh 249 ; divis, fais (ton testament) J 97 ; -5e/ arrangé, disposé B 8, 200 ; choisi 
NI 346, J 235 b. Même mot que deuisaff, qqf. confondu avec dius : diuiset, choisi, r. us, NI 399, dy- r. u, 
ii3 ; diuset divisé B 29, var. diuiset. — Divisât, f. rédaction, inscription J i38 b, éd. 1622, cf. fr. devise; 
dufr. 

DiuisquafT, déshabiller C, N 96, -j/B 450*, -caffr 622, se d... 370, -caf } 107, p. diuisquet B 626, cf. 
J 1 33 b, dyvy(s)quet noa^ Jér., v. dispen, diguysquet J 1 34 b ; prés, diuisq B 454 ; divisquet .' J 1 04 b (actif), 
diu — B 455 (sens réfléchi) ; diuisquer, spoliator Ca. De dietg... 

Diuoe, certes 563, 685, M 62, N 199, 600, 642, i395, NI 496, sérieus', B 371 ; hastiff —, 5o, — affo 
538, très vite ; ent divoe, vraiment J 86, diffoue NI 291, 455, — net 66, quen — 355, = peut-être a aussitôt» ; 
quentaff dinoe, B 322, var. diu-, cf. 83 ; J 19, 145 b, ent dinoe 33 b, dynoe Jér. Pel. a lu dans ses mss. dywoe, 
divoe, qu'il traduit « divin > (v. doiie, dighemenni). Dinoe n'est pas une forme certaine, ni dinoet B 455, var. 
diuoe. 

I>lvout î af — , à ton sujet J \ 12 h, ho — 182, e — 188 ; vann. a pvout, au sujet de. 



DICTIONNAIRE ÉTYMOtOGIQUE DU BRETON MOYEN 2j5 

Diuulgafi*, divulguer C ; du fr. — Ekizantafl*, édcnter, p. et. — Dîzemez, non marié, de di et 
d... — Dizoen, apporter, C, didoen emporter Cb, p. diouguetC, B 56j ; di^ouguet ! 74*; v. br. dodocetic, 
inlatam, de di pour do, et d... — DîzouaflT, sevrer, p. et ; dizouîdigaez, sevrage C; tréc. didonan, 
de di et denaff. — Dizoumag, sans dommage. — Dizreinaft", ôter les épines C, de di et d... — 
Dizremen, repasser C, de dis et /...; voy. distreiff. 

Die, dette 346, J 44 b, C ; euel ma^ eu — comme il faut B 788 ; -out, devoir, p. dleet G, J 12, N 625, 
e caret — «ef, B 612 ; pr. -aff N 1453, -af ih^j ; r. a:, J 67 ; -e^ N 646, die J 3, a — denaff, c'est son devoir 
de, N 1477 ; cridiff a dleomp NI 7 ; -et J 37 b ; imp. -e 129 b, cond. -henn 18, -lies 66, 149 b, -he ib., 1 14 ; 
-hemp N 197, -hech J 190, — ... da dilivraf 118, vous devriez délivrer ; -hent B i23 ; -ses, 703 ; dleou- 
ryen, débiteurs, H. Auj. id., v. irl. dligaim, j'ai droit à, rac. dhtgh, goth. diilgs, dette. 

DIuz, truite C, auj. id.; du 1. tructj. 

Doan, peine 333, J 141, ennui ; -yaff, ennuyer C, -ya/]e suis en peine J 187 b, p. -iet affligé 3i, fut. 
-yf 191b, cond. -liye 192 (actif) na -yet ne vous affligez pas 46, n'ayez pas peur 5o b, na -yt ne vous dé- 
plaise 49. Auj. id., f.; doublet de doen ? 

Doare, sort 776, J i23 b, façon 10, N i3io, manières, mœurs 1280, histoire, nature J 86, P, pi. -ou 
B i3i ; auj. id. f., cf. gall. dwyre se lever ? 

Doeei-, dossier, et pertinet equis, Cb, Ce ; du fr. — Doetoi-, docteur N 748 pi. e/ NI -5 ; docti-in, 
doctrine, f., J 76 b, r. ot, 209, C dotrin B 17, i54, -yn P; dotrinaff, instruire 87, doctrina prêcher 
N 1783, r. a ; -aff, C ; dotrinet soignez (vos plats) J 202 ; dotrenal, doctrinal, 1. -aie, C ; du fr. 

Doe, dieu, i s., N 6, C, P, ej dlehent ... be^aff ... a^eulet ... euâl Doe B i23 doue NI 3, B 5i2* ; avec ar- 
ticle, Doen penn, le dieu suprême 56i, Dou'en aele^ NI 88, Doue'n tat J 122 b, éd. 1622, NI 329 ; Doen tad, 
P, Doe ha den l'Homme-Dieu, 79, B 342, Doue den NI 44, doueden 108, pl. doeou G, B 98 ; doueou 443, f. 
doees ; doeel, divin; doeelez, déité C. Van. doe i s., ailleurs doue 2 s.; v. gall. duiu, gaul. dêvos, 

Doeu, porter i s. 477, J 4, 87, B 388 (témoignage) ; supporter, N 176, faire (attention) B io5 ; — uitoer 
658 ; douen NI 35, M 7 v, dou'en NI 367, duen 104; douen fei^ de^y 265, dôen fe^ avoir foi ou confiance, 
Jér.; cf. doen (2 s.) pris deuiset B 549; dou'en, 2 s., NI 5i6; douguen faire (pénitence), et rendre (gloire), 
G\v.; douga, dans un vieux dialogue; an dôuen, l'act. de porter, dans un ancien catéchisme, Pel.; p. douguet 
NI 238, tenu (secret) J 233, prés, -gaf i33, dogue^ P, doue 48 b, buhe^ quement he —, tout ce qui a vie M 3, 
ou![-guer huy, vous allez B i3o, prêt, -gas iS,o, [ut. -gui ff 56, -ifi i3i b, y(\f^ p.) B 75* ; -§•<> N 234, J i5i, 
huy en — 119 b, vous en subirez les conséquences ; crouc ram — , B 291* ; -que portât J 28, -cque porterait 
B 275 en -quer on le porterait J 25 b ; -gue:{ que tu portes, B 3i6 ; doue ! J- 181, da em — da, va à... 96 b 
douguomp N 497 -guit 915, -get J i3i b ; cleuet dot melody P 109, var. doe, lis. doen? doc cam, lente- 
ment Gw., litt. en portant le pas, voy. adoc-cam; douguei*, porteur C ; -erez, déportement Cb. Dial. 
de Batz douen (aill. dougen) de *d-uc-n, irl. tuccaim. 

Doetaff* douter C, hésiter N i53i, r. et ne fell quet e douetaff \\ n'en faut pas douter NI 141, douetaf 
N 58o; doutaff C, B 5o2, r. out; heb — , 352, sans doute; pr. nen doetaf N i534; ne douta/ gou^af je n'ai 
pas peur de, J 62 b ; non em doutomp nous ne nous défions 168 b ; en em doutas B 19, nen em doutiff S8, a 
te em doeto hésiteras-tu N i635 ; na douet ! Ni 484 na^ em dout n'en doute pas J 198 b, n. e. douet... ne 
t'inquiète {a, de) 214 b ; ne'n em douetet den, qu'on n'en doute pas NI 391 ; doetet doutez J 168 b, na doutet 
netra 220, no\ em doutet n'en doutez (pas) B Sg ; na gret douet, n'en faites pas de doute J 81 b, na lequet 
— NI 322 douti io3 b, B 33, M 4, hésitation N 32i, angoisse B 35i ; anholl — , (savoir) ce qu'il en est, 206; 
douet, r. out N 957 ; doetance, doute, inquiétude 265 C, douetanc, -ce, NI 492, 438, doutancc, péril P ; 
doutus, (gémiss') anxieux B 334, 1^1 hésite, 288*, doeteux douteux C ; dufr. 



JyÔ DICTIONNAinE ÉTS'MOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

DofT, apprivoisé, doux, N 772, P, impotent, 1 1 15, ef galhe douf be^a proiifvet, on pourrait bien prouver 
J 2ÎO b ; <Ioiinflr« dompter C ; auj. donv, v. gall. dometic dompté, même rac. que 1. domare. 

I>o^:in, cocu ; -afT, rendre — C ; auj. id. 

D0UI, dom (Jean) C. — Domaig, dommage J 91 b, doumag C, do- Cb; douiuagnfi*, faire du d., 
C, do- Cb. — Doniieil, -cile 99 b, C ; du fr. 

Don, profond, profondément C, N 261, J i3; -tnelcony 34, cf. 234 b, (péché) grave B ySy, avec soin 
N 2o5 (pardonner) entièn, B 427; sup. -af J 97 b ; donder, le fond, Ca ; léon. doun, aill. don, gaul. 
dumnos, dubnos, même rac. que l'angl. deep. 

Itonaeson, -aison, C, don; -iieson NI 160, pi. -ne^onnaou 522; -aesonafi^ donner; -onen, 
donneur C ; forme franc, du lat. donatio. 

Donet, Venir N 192, C avoir lieu, J 1 16 b ; de — , (instrument) de sa venue NI 233 ; da — (mes repas) 
à venir B 266, da^onel C ; donrtet NI 194, dont 11, N 161 ; auj. donet, dont, corn, dones. Il doit y avoir eu 
quelque influence analogique entre donet et monet. 

I>ongei'us, dégoûtant J 1 1 b, h. bret. dangereux, id.; du fr. — Donoat, Donnoet, Donatus; 
-oadei*, donatista, qui lit ce livre C ; du fr. 

Doi*, porte ; a^for en dor, C ; an nor NI 180 ; dorlech, huysseirie, C ; auj. id., v. corn, dor, même rac. 
que ôupa. 

I>orn, main C, N 901, serret, poing, C ; lech an — poignée d'une épée 1469, daou — N 901 ; dornn 
B463, N i58o ; m. dou — , J 100, dornafl*, battre C, na dornnher qui ne soit battu B 463 ; -nat, man- 
née, (cf. dournat uide in con.paingunej ?) ; -nec bras qui a de grandes mains ; domguenn, anse d'un 
vase C. Léon, dourn, aill. dom ; irl. dorn, poing; gaul. durnâcos = dornec. 

Dou, deux, m. C, N 376 ; a — en — , 2 à 2, B 566 ; flambesou dou, 567, an dou man ces deux-ci J 117 b, 
ho!{ daou vous deux (r. ou) N i 629, daou NI 8 ; composés : doucant deux cents ; doubloajyaf espace de deux 
ans, C, V. bloa^ ; douglinaff, doulignaff, s'agenouiller C, voy. glin ; douhanter mi-parti, doupennec, à deux 
têtes, dou:}ec douze C, J 74 b, daou^ec M 55 ; léon. daou, v. gall. dou, même rac. que Sûw, 

Douai*, terre C, 2 s. 10, N 1491, NI 6, J 4, M 8, (i s. B 106) oar — 269, en — NI 122, doar 2 s. N i33o, 
C, V. doe ; avec article, roue'n nouar NI 254, rouen nouar 46, roue nouar 1 5, roe nouar P ; a ^ouar, de terre, 
C ; na douaret niuy, ne tombez plus par terre J 72 b ; douai*ha, acheter des terres P ; -rus, ter- 
reux C. Van. doar, i s., aill. douar 2 s., m., gall. daiar. 

Doubl, double ; -aff, -bler C, -a (actif), fut. -0 (neutre), P. — Douce, doux C, B 35, J 20, ma —, 
ma chère N 342, -cf B 89, dim. douezic, B 89, î. douces, douce (fille) N 32-, dim. doucesîc, (vierge) 
très douce NI 7, « doulce, 1. glicerium », C ; douczat, adoucir C ; douccdei*, douceur B 277, -c^der 
653, J 3 b, -^cder B 533, -![der J 126 ; du fr. — Doucil, g. id., 1. clepsedra. Gr. donne doulsi:{l clepsydre, 
doulcil, arrosoir, 1'/ vient sans doute d'une fausse étym. Du v. fr. dousil, fausset, robinet, à Montbéliard 
deusille (Contejean) ; argot de la Roche-Derrien, ^ousilla, s'enivrer. — DouflTés, fossés d'un château, 
Jér., du pi. fr. douves. — DougiafT, craindre B 93 respecter 387, -af 3 22, -geaffH, -gaf 194 b, -gaff 
C, douigaff N 559, 1443 ; en douger on le craint NI 541, impf dougenn N 1 145, -e NI 75, fut. dougiff B 52i ; 
douchech craindriez 364; douig ! N 556, dougiet ! B 418 ; dougancc, crainte J 96; dougus, craintif 
C; auj. douja ; du v. fr. douter, redouter. 

Doulas, Daoulas, en Bretagne, N 1397. 

Dour, eau C, N q35, J 47, (f., 12 b) ; composés iourj'jr raie (poule d'eau), dourqui [pi.] dourgon loutre 
(chien d'eau); dourus, plein d'eau C. Auj. id., m.; v. br. dubr, gaul. dubron, d'où Douvres, cf. sanscr. 
dabhra océan (Pictet). 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 2/7 

Dourpilat, he —, la frappera grands coups (de marteaux) 579, var. -ant. Composé de pilât. 

Dracc, Gant an druill — m^îf eu cac^^et, du train dont on la mène 477, var. drac. 

Draff*, « drafBe ou huisset, 1. hostiolum » C ; auj. draf, m. pi. drefen, claie, barrière. 

Dragon, dragon C, pi. et 3 i3, n. de bourreau 70 b ; du fr. 

Draillafif, dépecer, découper C, -af mettre en pièces J 108 ; draillou, « drailleures » ou sarments 
de vigne C ; tréc. draillan ; gall. dryll, morceau, voy. druill. 

Di*ant, dispos, alerte, éveillé, Am.; auj. id., même rac. que rfrea«. 

Drapell et bratell tout ung C, voy. trahell. 

Drapen, drapeau pour... torcher les escuelles. C ; du fr. drap. 

Drastaff, châtier N 1477 ; a drast hastaff, se hâter vivement B SgS ; drasta, retenir, arrêter, Pel. 

Oi*e, par, à travers N 6, C, à cause de J 3, pe dre abec Jér. dre se c'est pourquoi J 41, B 36, dre den 
(mourir) pour l'homme 67 b (s'arrêter) pour (qqn) B 128, cf. 489 dre penn à cause de (ta foi) 522 ; dre bout 
foll par sa folie NI 456, drema caret par amour pour moi B 497, cf. N 181, 558, NI 236 ; dre caras comme 
il l'a voulu B431, dre de gnou 64, dre ma parce. qucN 338 ; dre «a parce qu'il ne (faisait pas) J 102 b, dre naj 
euxgi b ; notiffiet dre Gabriel B 339 ; ho quelennat ... dre, ils furent avertis par, NI 5i 5, cf. B 192 (vann. dre 
avec passif, aill. gant] ; dre^^ouff par moi 696, cf. P, drei^^o B 28 ; drei^oude p. toi, P ; drei'^aff p. lui M 3, 
B 83, cf. 5oo, -af i 116, -a 114, dreiafH 621, f. drei^yB 674 r. e;f 771, drey!( y NI \ï^,dreiiy 364 '^''^T ' 
410 dre^y 5i4 drei^ifr. e^, i, N 1017 ; 2* pi. drei^och J 5o b, cf. 194, P, drei^ouchuy B 168 ; 3", drei\e 
J 207 ; dren par le B 43, N 178, NI 442, J 67, dr'en 89, drenn B 402 dre'n M 4; dren pe'^ ma parce que, litt. 
par ce que, B 188, J 120 b, éd. 1622; dren credaf comme je le crois 46, cf. 27 b, B 11 3, dre'n lavaraff NI 
12 ; dren deveux car il a, J 100 b, dre'n deuej Itoant comme il veut M 4 ; dre ho par leur J 21 5, i s.; cf. 54 b, 
189 b ; iref guelet comme vous voyez B 47, dre^ dellezo (comme) P i63, drej great pendant qu'on faisait 
NI 558 ; dre ^oa 406, drejoa N 1724, dre:; vipmp (tant que) N 476, an bet dre^edy (tel qu'il est) B 122, cf 
347, J 3o b, -! 75, dre^^ede P; dra eneff ma tat Jér., dran Doe par le ciel ! N 819, 848, dram fe^ par ma 
foi i5o8, J 201 b, B 537, cf. 232, 622 ; dreist, par-dessus J 66 b, NI 23, B 84 plus de (cent fois) N 804, 
dreyst NI 1 13, Jér. v. dienn, dreis B 56, contre (le droit) J 79, drei^ B 53. Auj. id., v. gall. trui, troi, v. br. 
tro, même rac. que I. trans. 

Drecet, arrangé, préparé, 567, J 49, cf. 47 b ; du fr. dresser. 

Drem, visage, face C, N 383, en ho:; — devant vous 344 cf. J 55 b, loi, NI 42, rac da — N 47, dirac 
ho:; — 177, dremm } 112 b, auj. id., même rac. que rferc/î. 

Dr-en, épine C J 1 1 1, pi. drein io5 b, 190 b ; dreynec, spinetum C ; dresen, épine 109 b ; léon. 
drean, gall. draen ; et léon. dre:;en, v. irl. driss, pi. v. gall. drissi ; cf. v. irl. draigen, poire, et Tpax.ui; ? 

Drester, « drestrier», cheval C; du fr. 

Dreu, joyeux J 6 b, dren Jér., dreau NI 107, dreao i63 ; auj. dreô, cf irl. derbh, sûr? voy. drant. 

Drital gant ioae sauter de joie C, auj. tridal. 

Di-iuaff', dériver. — I>roniedei>, dromadaire C ; du fr. 

Orouc, mauvais, méchant : Riualen —, 370-1, mal, malheur, faute, J 3 b, 66, 100, 120, 233; — stat 
N 1125 — Eal NI 332, -- speredou N 968, cf 93, etc. — preder, buhe:;, liant, NI 3o5, 3o6, 354; — eur 
malheur J 1 1 b, — hanu mauvais renom C, a droucatret de mauvais caractère P 93, droucteig vice J 84 b, cf. 
P u5, 121 ; — contant B 188, — reputet 55 1 ; rfroî/coter forfaire Ca, dre — par suite de son crime J 83 b, 
drouc graei mal agi 61 b, impf ne droucgrae quet 164 b, — tretaf maltraiter 22, mar ho drouctretech si 
vous ne les traitiez pas bien, (des convives) 6, iroi(com/75 médire C; di*ouguiaez, 3 s., r. i, B 239, 

45 



2yg DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

-yae^ 73o, -iej 762, J 27, b, -^ej i66, -cyej C méchanceté, pi. - guiae:{ou B 626. Auj. id., v. irl. droch-, rac. 
sanscr. druh, nuire. 

Droubin et drôuin, sac, malle, havresac, Am., du fr. drouine. 

Druill, gant an — dracc, du train (dont on l'a menée) 477. Cf. druilla battre, briser, Pel., et draillaff? 

Du» noir C, J 1 1 b, N 283 ; du elese mis du, le mois noir, novembre, C, -atfT, noircir, -der» noirceur 
C ; auj. id., v. br. du, v. irl. dub, gaul. Dubis ; même rac. que -tucp-Xô;. 

Duc» duc, f. duchés ; duchie, duché C ; du fr. 

Dues, dru, serré, i s., 58 1, does (tenir) fortement (une pierre) 75* ; gall. dwys, id., cynnwys, compacte, 
et contenir, v. br. Jud-condoes, « solide au combat », Cartul. de Redon ; du lat. densus. 

Duyll lin 1. linipulus, C ; auj. duill, m., paquet, poignée (de lin, etc.) 

Durabl, -able C; durant, durant, pendant N 1694. — Duzleenn, ointrole C; duel, sing 
duhelen, robinet, Pel., gall. dwsel, voy. doucil ; du fr. 



E son (à lui) 7, 207, C, N 6, J 3 b, he ib., 64 b, 76, dam ... e ty 5, ne viof e re (des siens) Si b, e guenou, 
de sa bouche B 25o, e grat de son plein gré J 3 b, e acceptaf l'accepter 46 cf. N 1264 he B 188, heb e dellit 
sans que je le mérite 528 ; e be^af din (je pense) qu'il en vaut la peine N 908-9, vng mab bihan e bout ganet 
(on annonce que...)N 421, cf. 68 ; quant e donet An termen avant que le ternie vînt, P 36 Doue a voue... e 
buhej la vie de Dieu était NI 253 ; he son, à elle, J 4 b, hac he B 38, SgS cf. 38, ha he N 245 (au monde, bet 
f, cf. 1279); fe:( J. C. he ministret les ministres de la foi B 28; aspire ; he tro, r. ef, B 609, cf. de hespediaff 
à l'expédier 739 ; redouble la cons. : effolae^ sa folie 643 ; he digacc l'amener N 202, he merat le pratiquer 
(le monde) 244; nachenilsi (ravir) B 8, ha he 1^10; gruet he doneti4og, litt. faites son venir ; eguit anfe^ he 
neue:;hat pour renouveler la foi N 121. Auj. id., d'un pron. dém. au gén., avec désinence masc. = sanscr. 
-sya, et fém. = -syâs ; voy. mes Etudes bretonnes, III, i3. (Rev. celt.. Vil.) 

Eaoust, août; eaustie, eustic, rossignol, C, Xeon, eost, eostic; gall. eos, rossignol; du 1. augustus. 
— Ebat, ébat, divertiss' C, P. cf. B 791, -aff s'amuser, se réjouir C, B 42 N 982 cf. J 226; -us joyeux, 
pompeux 225 NI 38: ; du fr. 

Ebeul, poulain C, auj. id., du gaul. ''epâlos dérivé de epos, cheval, lat. equus. 

Ebil, cheville, — an lagat, la maille qui est en l'œil C ; auj. ibill, v. corn, epill, même rac. que lat. 
aculeus. 

Ebre, hébreu ; hebi>eist, hébréiste ; du fr. — Ebfel], avril ; du lat. aprilis. — Ecclesiastic, 
-ique. — Eces, excès C, excès indignité, violence, B 206, N 404, crime, péché J 149 b, excès de misère 
124. — ExcedafT -der C. — EceuafT, excepter C, exceptaff ] 66 b, (sans) égard pour B 387, p. J 12.— 
EcharuafT, écharnir C ; du fr. — Echee, (fais ton) coup .1 19; du fr. échec. — Ecîtet, excité B 
752, inf. excitaffC. — Eclips, -se.— Eeuczon, écusson, écu. — EcuniafT, -mer.] — Edeflcc, 
g. id. Ca, ediffic^c r. e/f B igS, -ificc 38 ; -iffiafT, bâtir Ca p. M 55 ; du fr. 

Edy, il est, 97, 481, J 126 b, M 3q, N 8, ef aedy 4 s. NI 3o2, dre^ede P 88, r. e, tnaj edi où est N 459, 
mai ''^X ^^ '^°> niedy M 62, interrog. ma edy? NI 106, nen dedi J 186, -y i85, ned edy 218 b; i» ma^ 
edouff B 494, e^ edoff N 769, cf. 1862 ; 2e edout M 8 v, pl. edomp N 349, B 583, edouch 55 r. och cf. 69, 397; 
ef ed ynt M 10 ; impf. edoa J 134, 221 b, edoae P, edo i39 b, éd. 1622, han bej a edo 200, cf. B 344 ; edoamp 
NI 137 r. omp, 190, edoent r. ont B 334, edont J 217 b. Voy. aedy. 

Edit, volonté 3o8 décision J 26 b, décret (divin) 117, 167 b ; autorité, puissance N 1894 ; du fr. édit. 

Eff*, il, lui, 12, J 4, eff ehunan soi-même C, eff eu so, c'est lui qui est M 55 v, e/ M 3 ; hac enff comps et 
lui de parler NI 3o6, hac enff tt lui (notre roi !) 227, hac en 210 ; eff, fût-il (Alexandre) 'P ef so il y a (long- 
temps) J 55 enff a voe il fut (dit par) NI 238 ; ac ef (dites) si... N 194 eff complém. d'impér. B 671, caref, 



ago DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

douigef N 556 cret e/ crois cela J 74 b ; setu eff N 324; emeuj ef clasquet je l'ai cherché J 189; auj. hen 
(n nasal), v. gall. em, de *sem, v. irl. sont. 

EfTaeet, -ce 541 >cf«m je détruirais 3:6, na -c^her qu'on ne défigure J 33 ; du fr. — Effereet, 
(enfants) infirmes N 1904, prob. du fr. affaire, cf. léon. efèru^ curieux, R. c. IV, 299, poitevin afféroux, dé- 
licat, à Montbéliard aiffairu, méticuleux. — Efl'ectîflT, qui a de l'effet, C ; en effet, en effet J 5, absolum» 
2Ç,=zgant— 184, B 212, -50, il le faut, J 42, 208 b; teneur, objet (d'un message) B 143*, (de) nature (très 
pure) N 579, -ect, puissance B Sog; du fr. 

Effîn, droit ; -aff, adrecier C, p. B 577 (enclume mal) polie ; van. eann. 

Ed'oi-eafr, -cerC. — Eflft-eîz, effroi M 3, 12 v, -ey^ Jér., r. es ; esfrei^ J i5i ; -aff, effrayer C. — 
Efornafr, enfourner C, ejf-, Cb. — Egal, g. id. C, B 3 10, equ- J 176 "àjng- égal' N 1767 ; egalaff, 

-1er C : jng-, relever, sauver (des troupeaux morts) N 1207. — Egipt, -ypte C, J 1 17, -ypt NI 71, r. touj. 
it ; du fr. 

Egonant, (la terre) immense 121, propr. large, ouvert, voy. digor, cf. igueret (port) ouvert Jér. v. 
egori, ygoret B 416, cf. 736. 

Eguetou, dernièri N 296, 664, voy. aguetou. 

Eguile, l'autre, m., M (,j, cf. J 54 b, map —, t. d'inj., B 38o ; auj. id., gaW. ygilydd, irl. a chêle, litt. 
son compagnon. 

Eguit, pour 40 P, N 121, (souillé) d'(aucune tache) 565, — ma!( duy pour que, 522, -yt P, J 6, au lieu 
de^ g8 ; — ma^ 54, euit B 41, N 27, — wa^ 1 1 56 cf. J 3 b, -yt NI 293, -id (an) 384, cf. J 140, Pel. v. ba^, 
comtneri ; eguidoff pour mo\ N 1861 eguyt douf à. ma place J 140 b, cf. B i39*, 504*, eguitla/u H ; eguidot 
p. toi N i83i ; eguyt a/S g3 b, r. et; euit hy B 363 ; euid omp NI 444, -yd omp 37, cf. H ; euite 56i, cf. H, 
eguytey J 29, euit ey B 666 ; eguyt se c'est pourquoi J 58, euit se pour tant Ca ; cf. B 191, 760, r. icc, tréc. 
vise, syn. (ïeguyt se, malgré cela J 6y, 90 b, c'. B 75* ; — bout quoique étant J 65 b, — ma bout quoique 
je sois 67 b, — na quoique ne pas 16, 67 ; —, que après comparatif, 234 b, -it, r. -et, B 399, -et J 80 Jér., 
N 356, euit B 3o6; eguetoff que moi N 685, -doff 773, cf. J 35 b, 37 h;-idoff N 71 1 ; -edot 834; eguit (aussi 
dur) que, B 582; de uit dich (aller) vous chercher (des gens) B 40. Léon, evit, pour, eget que avec comp.; 
corniq. âges ; voy. da. 

Eliaffn, assez (de matériaux) 246 cf. h.-br. hardiment, beaucoup; e hanu audacieux, trop hardi, 271, 
ehanffn P 281, id.; hardim», vite, B 737, chaffn hardim», N 1649, 2 s., mal trad., Z' 822 ; gall. eofn, sans 
peur, V. irl. essamin gaul. Ex-umnos, voy. aoun. 

EhanafiT, s'arrêter, cesser, se reposer P, J 69 B 452*, N io5, rester, demeurer 479 résider 1787, -a/ 5i4 
-a 236; ehan ! tarde 10, -et! i5oi, -nnet ! J i35; ehanet (je suis) resté N 499, -nnent cessaient NI 556, ef 
eanhet que vous reposiez J i35 ; eban, repos NI 454; léon. ehana, gall. echain. 

Ehet, vous irez, que vous alliez, 24, P, eheut r. et J 37, 227, cf. 210, nen dehet tro vous n'irez nulle part 
i65 b, cf. B 141*, net elot J 201 b, lis. ned ehot? lo pi. ma^ ehomp NI 14g, -emp B 540; ijf j'irai P, cf. J 162 
N 997, ezy que tu ailles J 65, _/ P ; cf . B 798, e^ont allèrent NI 428, e^ ont 5i5 ; ef e^ tu vas J 127 b, ma^ 
t'f où tu vas N 646, ef eont ils vont B 238 ; eomp ! i et 2 s. B 608, cf. 369, 786, J 6, i55 b ; e/.' 46 b, eth ! 
i85 b, C, Gw. V. cador, ed oWN 5i3 ; dalet ed yt... tenez, allez, allez 1908; cf. J 47, N 1364 eat ouch hoj 
hent vous avez fait votre chemin (fortune) J 201 b. Voy. aff. 

Ehoazaff, reposer à midi — C, léon. ec'koa:( repos du bétail à midi, gall. echwydd, m. repos, cf. 
ehanaff? he^aff (cessare), eboc, saumon C, -eue Cb ; auj. eok, gaul. esox. 
Eliuedez, huedez, allouette C, tréc. ec'houeder, van. huide, corniq. ewidit, gall. ehedydd, hedydd, 

uchedydd. 



DICTIONNAIRE ETYMOLOGIQUE DU BRETON iMOYEN 281 

Eyen, sources N 1794; -nnet, (fontaine) qui a jailli 941 ; inf. eyenennaf 984, 3 s., r. eun, lis. eyeu- 
naf? Auj. id., sing. eienen. 

Eîl, second SSg N 1445, an — gue^, Gw.; — Person, abs., la seconde Personne de la Trinité NI 291, eyl 
C, i jo h \ an eil l'un (à l'autre) 54 b, auj. id., gall. ail, de *alios, voy. ail. 

Eillet, al. eilledenn, Cb, syn. de maillet, g. eillet ; tréc. ailledenn anneau, chaînon; du fr. œillet. 

Eintnfr, veuf, f. eynf aues ; -afidet, veuvage C; auj. intanv, id., v. irl. ointatn célibataire, de 
*oinotainos tout seul, voy. un. 

Eiz, huit P, C, ei^dec dix-huit C ; eîzvet, 8" H; auj. id. gall. wyth, du bret. primitif *oc/f, gaul. 'oc/iî, 
cf. lat. octo. 

El, ange C, voy. ael. — Elanvet, annoncé N 61, promis 585 ; (l'Esprit) qu'on appelle (Saint) 951 ; 
elhanva, prononcer, de la Villemarqué, Dict. br, de Le Gon. 

Elas, gésier C, foie J i37 b, fig. cœur 85, léon. id., m., cf. gall. a/u glas, litt. foie vert ? 

Elebades, f., justicière, P, du fr. alcade. — Election, g. id. — Elefant, olifant, éléphant, C, 
auj. id. — Elément, g. id. C, pi. ou J 147 b. — Elencbes, g. id.; du fr. 

Elese, c'est à savoir C, cf. ib., v. du; — an den man a deu à Rom Jér., c'est-à-dire ? De e-lec'h-se au 
lieu de cela. 

Elestrenn, glaïeul C, auj. id., v. bret. elestr, gall. id., fleur de lis, moy. irl. elestar, glaïeul, cf. b. lat. 
alestrare, humecter (Stokes). 

Elfezen, 1. zizannia C, elphe-[en, « niele» Cb, auj. elve^enn, ravanelle, raifort, etc., Troude, cf. iruinenn. 

Elguez, menton ; -ee, mentosus C, léon. id., gall. aelgeth, aelgerth, f., de v. gall. ail, sourcil. 

Elin, coude C, 'çA. ylinou, cité par Pel., auj. ilin, v. gall. elin, cf. JjXévï). 

Elysabetli, r. e^, P; -i^abet NI 348, -eth G, Elisabeth. 

Elueun tan étincelle C, auj. eujlenn, atome, duvet, ulvenn, duyet du lin, Trd.; gall. el/en, portion, du 
1. elementiim. 

Em, indique verbe réfléchi : emrentaff, se rendre (vaincu) C, emcollationet (ils étaient) rassemblés P ; 
e^ eu em laquaet J 53 b ; em tennet ! N 536 après pron. régime : em em tenniff N 307, mem em tenno, 378, 
etc., cornouaill. id.; en em B 88, J 101, etc., voy. en 2. Auj. em, v. br. im, du gaul. ambi. Voy, mes Etudes 
bretonnes, V . (Rev. celi.) 

Enia, il est actuell', 371, J 220, — ann esquep, 61 b, NI 548, N 1722, e ma r. ef NI 5o3, ej ma 520, 
ema^ H ; eman est le N 189 ; auj. id., et ma, gall.^ mae, mae, rac. ag selon M. Thurneysen, et mag selon 
M. Stokes, qui me semble avoir raison. 

EmancipalT, -per C. — Emaux, 2 s. r. au.v, Emmalis, J 2o3 ; du fr. — Einbann, ban, C, pi. 
ou, H ; publier, annoncer N 1405 ; -afi*, C id.; -ei", !. prcco, Ca; du fr. en, bannir.— Emboudenn, 
ente, greffe ; -daflF^ enter C ; du b. lat. impotus, ente. 

Embi'egbere : m'ho — , que je vous saisisse à pleins bras, Am.; da embreder, (i pour la rime), te 
toucher, P 243 ; (Dieu naquit) en un presep da embreugueur A corff un Guerches NI 3oo, r. eur ■:= t tout 
joignant une crèche » ? Léon, embreger, manier. 

Eindiuat, orphelin C, f. -ades B 690 ; emdyvat abandonné Gw.; dre emdyvatet, en l'état d'or- 
phelin NI 391, em diuatet triste état, B 571 ; em dyu mazdei*, misère NI 527 ; léon. empvad, de em, 
di, mat. — EmellafT, entremettre C ; hem do^ emmell, lis. do^ hem — , à vous mêler de, B 304, cf. 
J 225 b ; emellit, lis. prob. -if, (fut.), 168 ; du fr. en, mêler. — Emenian, n. pr. géogr. N 1787, 4 s. — 
Emerlllon, g. id. C ; du fr. 

46 



a82 DICTIONNArRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

E^ieKafi*, dit-il NI 63, f. -![y P, B 288*, e meii queniel dit la légende NI 54g, emen grague^ disent les 
femmes J 2o5 b, emej- voe an Eal dit l'ange NI 274, émet hy lis. hiiy dites-vous J 29 ? emend y disent-ils, 
dit-on, NI 4o3; léon. eme^^han, gall. medd. 

Emolcb, hemolch chasser C, de em (ambi) et cf. v. gall. fitlcha, chasser, irl. selg, id., cf. lat. silva, forêt. 

Emolument, g. id. C ; du fr. — Emp:i.lazr, empereur C, B 33, f. es,C, hnpalae^^r NI 81, f. «s, 
460 ; -af/" M 3, auj. impala&r, du lat imper ator. — Emplig, employer B 700, impligeafu H, p. J 57, da 
em empleig occupe-toi B 3o, cond. -iche 481, du 1. implicare. — En empoançç« sous sa protection, 
Gw.j r. oe, dérivé de apoe, ampoe. 

1. En, en, dans, à, sur, C, N 70, J 21, enn 14, hen toûe^ au milieu Am., en sa! r. es M 2, e N 24, J 4 b, 
B 14, e neb guis B 376, enep manier NI 448, he ioo\ euouff en moi Biio*, cf. J 63 b; enot B 270 cf. J 14 b, 
i5o, 149 b ; ennhaff B 198, cf. 208, N 901, 1466, 1589, J 8, 25 b; ennhy N 260, cf. 180, J 55 v, NI 5, 6, 
B 33 ; en omp ny J 209 b ; enoch 26 b cf. 27 ; en he B 29, ennhe H, en heu N 652, enn hey 3 s. J 234 b ; eno 
là (où il est), sans mou\i, 4 b, N 4; en se en ce'a J 78; en, dans le N i, J 5 b, enn 7, g b, B 28, hen J 96 b ; 
em dans mon 9 b, N 19, hem I 188, em guiryone:; sur ma parole? B 366; e^ dans ton 63i, J 57, N 235 ; 
en ha, H 16, 17, en a 18, 20, id.; en mai, bien N 441, en vérité J n, lis. a vat B 52o; en beu vivant, en vie 
M 7 V, en berr bientôt J 164, e berr N 1949 ; en certen, certain' NI 5i5 ; cf. J 26, 40 ; endan sous, 18, 77, 
B 252, C, en dan M 4, voy. didan. Auj. en, e ; v. br. in, cf. lat. in. 

2. En, que, et explétif, dev. pron. complémt, 42, H J2, J 5 b, van., id., voy. Et. bret., V. 

3. En, le, lui, cela, avant le verbe, N 35, 5i3, J 4, enn i63 b, B 12 hen J 149, en fém. NI 495 ; en deuetix 
ila B425, etc. auj. id. — 4. En, article 584, NI 20, N 176, J 59, 219 b; voy. ann. — 5. En et uaejj, tout 
ung, C (vain). 

EncardtafT, charpir laine C ; du fr. carder. — Encei*g, exercer; enquérir C ; du v. fr. encercher. 
— Encharnet, P, (juge) sévère ? ou vêtus de chair ? fr. acharné ou incarné. — Eaclasq, enquéri r 
C, il^cherche M 4 enclysquyt ! r. esq, Jér.; -ascon, recherches. H, de en et c... — Encline t, enclin; 
-nation, penchant J 95. — Enclouet, encloué C, en -laouat on le cloua NI 2i3 ; du fr. 

Encres, chagrin, inquiétude. H, NI 496, outrage J 84 ; -et, troublé NI 52 5, -o il inquiétera N 277. 
Auj. id., V. irl. ancride, de an^nv. et voy. creis. 

Enderu, C, soir, tréc. enderv, gall. anterth. 

EndiS'erant, indifférent. — EndiuisibI, indivisible. — EnduafT, i-, enduire; enduction, 
(1. inductio) C ; du fr. 

Enefr, âme, 670, P, J i 5 b, N 556, m., B 671, cf. J 36 b, NI 56o ; -e/21, N 1329, -enff m 555; pi. 
-effuou, -effou, -efuou. H; dim. eneflQc, P; enaouet, allumé NI 140, animé, zélé 499, -.tuet io3, 
ennouet P, e««o;<î"/ j'exciterai (des regrets) J 124 b ; Léon, ene, m., cf. lat. animus ; voy. anaffon. 

Euebai*z, douaire H, v. br. enep-uuert, « prix de l'honneur » ; enep, visage : dirac e — , 645, cf. 602, 
eneb J 28 b ; war ma enep sur ma face, N 11 52 ; (tourner son) visage, M 57 v; dalch — fais honneur (à ta 
promesse) J 61 b, doen — ... da porter du respect à, B 806 ; contre N 410 a enep contre H, -t, B 8 ; am -p me 
J 23 b ; Ae — , contre elle B 405 ; owf — 766 ; — y, J 22 b, cf. B 495, 5 16 ; — botes empeigne C, enebran 
(sans) égard NI 44, -nt, r. an, 55y, litt. portion d'honneur; au], enep, contre ; v. corn, enep, face, v. irl. enech 
visage, honneur, cf. Èvoimov, de in et rac. du lat. oc-ulus. 

Enes, île N i35; -eun, 738, C, -en N 53, pi. inisi P ; auj. enes, v. irl. i)!i5, cf. lat. insula ? 

Eu{$lenafl^ eg- (v. consantaff) aherdre, 1. adherere, C, de en et cf. gall. glynu, v. irl. gle-nim. 

EugoestlafT, engager G, de «letg...— Ekigi*auadur, encharneure 1. incastratura, C, de en 
et fr. gr.iver. 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN a83 

EnguelientaflT, engentirtr, habiter avec femme, 1. coire, C, -a Grég., de en, et co(m), henta, hanter ? 
pour le g, cf. gueffret. 

Euji;uei>uell, C, appeler, engalv ! P, de en et g... — Enioentet, formé (de plus, natures) P, du v. 
fr. enjoindre — . — Ennoriu, énorme C. — Enoe, ennui, peine B 8o5, N 121 1, J 86, -oiie NI 427, -uoe 
60, ennoue 5i5 ; ©noeiff, ennuyer, chagriner, C, eyiouiff v. oe B 296, enoe(a]ff êxre inquiet N 1263, r. af, 
p. B 372, 232. — Enor, honneur C, N 65, P, pi. oui 62 ; -aff, honorer C, P,436, cf. N 604; -iff ^\ 5 14, 
H, -ifu, H, -1 N 693 ; impf. henorent NI 471 ; enorus, honorable M 8 v ; léon. id.; du fr. 

EiiqMelezr, géant C, ankelher feu follet Pel., corniq. eiichinethel géant, de ande et cf. corniq. kinethei 
génération. 
Eiiserret, enfermé, enserré J 1 64 ; du fr. 

Elit seder sûr' 35, J 28 b, M 53, — espres B 478, en mat bien, r. ent, NI 272 ; ent abil, habil' C, etc. 

aereet (amenez-laj enchaînée B 535 ; — lech, en ce lieu 541 ; v. br. int, cf. àvTÎ (Stokes). 

Enta, donc J 36 b,vann. id., aill. eta, gaW.ynte. 

Entasset, (Satan) étant entré (dans les Juifs) P, p. i52 ; du fr. entassé. — Entent, comprendre B 91, 
se rappeler N 524, entendre .1 24 b, -iff id., C; e^ -et vous comprendrez B 169 -et a entendu dans (une 
science) 102, -enn j'avais l'intention J i63 b, -as apprit, sut que NI 439 a -aff, comme j'entends dire, 428, 
-aj] 32 ; drouc- et... eu guen et, mal compris, 94 b ; entent se, sache-le N 840, an maru—dre henn, c'est-à- 
dire la mort M 5 ; m^Tf -af pour que je comprenne N 5i5 ; em -et écoutez-moi J 26 b, -et ou:; 1/200 b, cf. 
B 653, NI 109; ou^ an lit -it, célébrez cette fête 334; entent diff! B 693 ; r. ent, qqf. en, N i3, 596, 1298; 
-endamant, entend' B 71 ; -encion, intention, désir J 24 bauj. entent da, soigner, du v. fr. entendre 
à, id. — Enterrafl", enterrer C, N 1949, -a/98 cf. B Si3 etc.; -ramant, enterr'C N 1379.— Ent«r- 
rogaA", interroger C, cf. B i3, int- C. p. e-guet J 83 b ; interrogation, g. id. C. — Enteruai, 
intervalle C. ■— EutîuiaQ', i-, intimer, notifier, C, me enctim r. ent B 527 ; intimation, g. id. C ; 
dufr. 

Entre, entre, parmi, avec C, J 4, N 1222, P; entredou entredeux, 1. intérim C, entre dou B238, J 147, 
pourtant 54.,entromp entre nous 17, cf. 70, nous tous 227 b, -om NI 3i6, -ompnet 149, entre^omp r. e^ jSg, 
entroch entre vous J 5 b, vous tous 222, B 55, cf. v. fr. entre vous, id., Alélusine, II, 349, str. 19 ; entre^e 
entre eux B 212 parmi eux J 86, 197, 225 b, covm<\. yntredhé ; pour P 234, voy. differancc; entren entre les 
J 17 b, N 982 -nn J 128, B 760 etren 6i5, N 1526, entr'en NI 140, entre'n 9, entre an 3 s., M 2, 2 s. B 636, 
entre e« 2 s. J 102 b, entreuase, entre eno, entre la, 1. interibi, C. Auj. entre, être, gaul. inter, lat. id. 

Entredit, g. id.,1. interdictum. — Entrelaezaff, entrelacer C; du fr. — Entroit, introduction 
à une pièce, B 21 ; du fr. introït. — Eol, huile G, auj. id.; du lat. oleum. 

Eon, écume C ; auj. id.; v. bret. euon-, rac. ab(h), cf. àtp-po; ? 

Eontr, oncle C, -nt H, auj. eontr, pour *avuntros, cf. lat. avunculus de ^avuntlos? 

Eouli, volonté 762, 2 s., r. al, C, pi. ou Jér. eoul B 586 eoll 717 eol M b3,youll r. e, ol, J 42 b, désir; 
e — tnat de son plein gré B 127, af — mat de ton — J 94, r. ol, a — mat, volontiers, i 53 b, i s., a un — , r. 
ol, d'un commun accord i36 b, — franc libre arbitre 94, cf. 20 b; lis. da — dan hol re 10 (pensée) ; youl 
zèle, 2 s. N 1 189, consent' 414, r. ol, a — , volontair' H, drouc ioull 2 s. r. ol B 412, ioul Doue NI 292 ; 
eoull boet, faim B 232, elboet Jér., M 58 v ; ma youllaf, 3 s. r. ol, me satisfaire J 42 b ; -lins, voulant 
Cb ; V. br. aiul, ultro, gall. ewyllys volonté, même rac. que lat. avidus. 

Eozen, Yves J iij, Eu^^en C, Eusen, etc. Pel. 

Epae, épacte. — Epiclien, épicène. — Epitogatîon, g. id. — EpitaCR, -phe. — Ecf ulpol- 

lafl', -lerC. — Equité, équité J 118 b, iSi^ r. et. — Equiuoc, -que, adj.; -aflT, -quer G ; dufr. 



284 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

I. En, aigle C, Jér. èr, érèr, Gr. gall. eryr, cf. ail. aar, gr. opviç. — 2. Er-, car B 6, 9, 28, etc., M 8, 55, 
her B 243 223*, 229*, Jér. v. morhet ; er non be de peur que nous n'ayons B iSg, cf. rac non be ; v. bret. 
iV. car, gall. er, car, pour, v. irl. ar, id., gaul. are, cf. angl. /or. 

Erbet, recommander, intercéder pour (act.), ou^, près de : groa ma — P ; -cdafu, id., H ; prés, -edaff 
N 607 ; em emerbedy que tu me recommandes ; erbed ! P, cf. NI 48, 56i ; -t, il supplie, P ; erbet, (notre) 
recours 98 ; au), erbedi, de are- et pidiff. 

Erch, neige C, NI 285, han nerch P 2 ; auj. erc'h, gall. eiry, cf. gaul. Argio-talus, au front blanc, grec 
àpYo'ç. 

Erdî^uez î en-, en la parfin C, de er et diuej. 

Ere an chouc (pendre) par le cou 400, J 100, 119, — e chouc 88 b, eren colyer (amener) par le collet i8, 
e ry an bleu (traîner) par les cheveux B 394 ; voy. aeren. 

Eres, jalousie, malice, i33, situation "odieuse 624, outrage 275; -af, tromper, chagriner, J2i3 b; 
ereux, (eau) dégoûtante 12 b, auj. eref, f. jalousie, répugnance, gall. ères étrange. 

Ergueras, pas, voyage, C, de er- etq... 

Erlecgiiez, 1. mutuum Ca, autant pour autant Cb ; le P. Gr. donne ce mot comme suranné, s. v. prêt; 
cf. irl. moy. airlicim, je prête, allem. leihen. 

Ermin, hermine. — Ermit, ermite C, B i3 ; -aig, -âge. — ErrafT, errer C, B 99 ; -or, -eur 2, 
J 85, pi. ou 80, B 108, -0/ 104, 482. — Erres, arrhes C, B i36 ; erresafiF, donner des arrhes C ; du fr. 

Eru, sillon C auj. erv, cf. lat. arvum. 

Esachaff', ens-, ensacher. — Esanec, encens C, NI 142, -es 38 ; -neer, encencier, 1. thuribulum. 
— Esant a, exempt de J 141 b, exent C ; eximet, a id., 127 b ; du fr. — Escop, évêque, C, pi. 
esquep .) 61 b, escop an melin (partie d'un moulin) ; -det, évèché C, -ty H auj. id.; du 1. episcopus, 

Esciiil, prompt NI 274, -yt vite 287, certes 67, ent — } 2i5, iscuit B 166, N i33,_>'- 69, B 537, P, -yt 
J 194, auj. id., gall. esgud, irl. escith, de ex- et rac. de scuy^. 

Escumunugaff; exe-, excommunier, C, p. excommuniet J 164 b ; subst. eseumuuuguenn, 
ex-, us-, C ; du lat. — Escus, excuse B 705, ordre N 2, excus NI 453 ; excusaff excuser C, prêt, escusas 
J io3, ex- 224 ; escusabl, 91 excusable ; excusation, g. id. C, B 223* ; du fr. 

Esel, membre 473, 574, pi. ysily 480, N i833, (r. el i 99, B 546, etc.) isily NI i5, auj. e^el, v. irl. asil, 
cf. lat. axilla ? 

EsempI, exemple P, ess- NI 370, ex- J 54 b, pi. ou B io5 ; exenipler, -aire C, du fr. 

Esgônr, douleur G\v., M 58 v, de ex- et goar, doux. 

Esmne, émoi 194, 634, J 6 b, ou -ahe Gw., esinoa J 1 16 ; na^ em esniae, ne t'inquiète pas, 75, r. a ; 
esma! 220, N 1370, na esmayt ne soyez pas troublé (par la joie) i36; du v. fr. esmoi. 

Esuu, (fille) effrontée ? 357 ; de ex-, contraire de hasou ? 

Espedîaff, (te) dépécher, me débarrasser (de toi) 702; vite 4i3, 466, -.i/id. 453* ; -e/.' dépêchez-vous 
4-4, tué 374,786, cf. 590; vite 288*, expedy! explique N i633 ; espediant, vite 1149, B 53, J 97, i32b, 
convenabli 39, ex- convenable N 1376. — Esper, espoir, 35, 5 18, J 54 b, N i53, désir 241, demande 
i3o7, avis 194, opinion B i25, em — dans mon esprit B 71, — mat bonne intention 208, drouc — 187, 108, 
J 234, lis. apert, B 29 ; -alT, j'espère 6o5, exper il espère, r. es N 1571 ; lis. e speret, P 255 (qui dans) son 
esprit (n'a pas d'autre désir) ; espérance, -ce, C. — Espern, (sans) ménag», sans pitié J 96 b, 109 b, 
-nnP; -rna^ épargner C, prés. N 285; -net ! 3 g, B 458 ; auj. id.; du fr. — Espet, (court) espace de 
temps P, berr respel N 1062, J 124, 144 b, lion respet notre séjour (ici-bas) P 285 ; du 1. spatium. — 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 285 

Espiee, g. id.; -cer, épicier; -cerez, épicerie C ; du fr. — Esplet, affaire B 780, du fr. exploit. 
— Espos, exposaff, exposer, C, esposet vous prononcez B 121 ; -er, expositeur C. — Espres, exprès, 
expressémt, 93, N 388, J 14, certes, tout à fait, bien, 17 b, B 340, ent—, 236, J 66, — Jésus, divin J. J 69, 
-ssaff très humble (servante) B 517, exspres N 238, exprès 189, etc. C, en — B i33, -ssaff très grande 
(sainte) N i533 ; espressitmant, expressémt J 4g ; espi*essir, exprimer, NI 483, expresaf je dis 
N 680, -ssaf 5i3 ; -et, tout à fait (poli) 535, ent — , express' P, -eset vraie (sainte) N i3oo, i5i5, ei- B 673, 
exprès 1G7, -sset J 25 ; exprimafiT, -er C. — EspurgaflT, expurger C ; du fr. 

Esquem, (donner sans) échange, en pur don, Jér. (ou sans réserve?) (sans) exception, B 532; (pour 
quel) motif P ; léon. id., échange, du gaul. *ex -cambion. 

Essae, essayer C ; da — , (lin) en gage, N i653, essa P; me ... a gray essae J 106 b, r. a, me essaeo 
B 76*, me a essaj- N 5i6, j'essaierai). — Essaiicc, essence B 3ii, -enccC — Essony, essoine, délai 
juridique B 539, répit, 702, J gS, -i C, essonny délai NI 377, esony répit, soulagt, B 563, exoni, -y, C. — 
Essu, issue, fin (de la vie) NI io3, issu C ; du fr. — Estell, dévidoir C, auj. id., m., plur. d'astetl, attelle, 
Gr., du b. 1. astella, voy. ascloedenn. 

Esteuzifr, st-, éteindre le feu C, p. (cœur) percé (d'un glaive) NI 218, 238, épuisé (de douleur) J i 52 ; 
léon. stew^ia fondre, de ex et ieupff. 

Estîm, (faire) cas 324 J 232 b, (n'ayez) peur B 475 (sans) difficulté, égard, 415, 791 ; -afi*, estimer, 
croire C, estym P ; p. -imet J 1 17, jugé B 72*, drouc — (envie) méchante 692 (crime) résolu 714 ; -acion^ 
estime loi, raison 756, -tion avis 70 ; du fr. 

Estlam, étonnt, émoi, trouble, misère 775, N 430, 1 15, P ; -af, s'effrayer J 22 b, p. affligé i52 inquiet 
N 1075 trompé NI 327 (mort) horrible J 32, -mmet NI 49 ; -amdet, effroi Gw. P; auj. id., de ex et lam. 

Eston, étonn', émoi 529, J 83, 162 opprobre B 617 (c'est) étonnant NI 466 -ij^ j'accable N 1914, je 
m'étonne 19, p. 766, -nnet navré NI 70. — Estortion, g. id. C, -cion rapine J 234 b. — Esti*aing« 
étrange J 1 19, -ang C ; -alf, 1. alienare; -©i*î, chose étrange C ; -©nîen, étrangers J 232 ; du fr. — 
Estren, n., étranger P, ad). B 282, étrang' J 232 (mort) affreuse B 696 (mille) tourments 482, mil -eun 
J 128 ; -enua, action horrible B 691 ; -va tourments, outrages, 326, cf. 587 ; J 175 b, 149, (avec) dureté, 
i53 ; (sans) peine, 1 12 b, P, -uan, r. a NI 468, misère, du 1. extraneus. 

EsuezaflT, être absent C, ej^ve^and absent, Gr., de ex, b... 

EtabI, équitable 826, 710 bonne (eau) 265 bon (remède) 557, suffisant J 91 ; du fr. 

Eteau, tison C, auj. eteô, corniq. itheu, gall. etewyn. 

Eternel, -nel C J 176, -al 36 b ; -ala niant, adv. 56 ; du fr. 

Etb, blé, doees an net C, yd, yth Gw. v. eit ; auj. ed, it, v. irl. ith, de *(p}itu-. 

Etherocllt, -ite. — Etliimologiaflf, -gier C ; du fr. 

Eu, il est, c'est, mar — gruet 742, e^ — me 652, e^ew ret J 95b ; me eu, moi qui suis, 22 b; nen deu 
186 b mar deu me eu 73 ; ma^ eu qu'il est, 40 b eu si, il est, 77 b, B 785 ; eo M 5, N 7, J 56, NI 27 ; r. e io3 ; 
petra eo da qu'est-ce que (Dieu) a donc (pour vouloir...) N 34 ; e 16 17, vn vertu^^e c'est une vertu 625, nen de 
NI 140, B 120 dre de 64, e^e J 217 ; eu ann est le, i s., 60 b ; eon N 1 183 eo'n NI 82, e'on 334, ^'o >'or est la 
porte 202, en J 62 b, M 3, B430 enn 62; léon. eo, voy. ameur et eux. 

EuflTk*, œuvre C (le maître d') B 68-9, -ffur 715, eufr J 164 b pi. ou 206 b, -ffrou 53 b, B 98, -iou, -you 
H ; a drouc -ffurou à la maleheure 108, euraou mat Ni 473 ; enuriff, œuvrer C ; du fr. 

Eugenn, bœuf C, -en NI 470, H, eg- 8, pi. -nnet B 460, léon. ejen, gall. eidion. 

Eui*, 2 s., chance, sort, 6o3, J io3 b, 43, drouc — malheur 1 1 b, B 722 — mat NI 192, eïir m. 222 {heur 
mat I s, N 946) ; eunus, 3 s. heureux B 6o3, C, J 209 b, -ux H, sup. -ssaff NI 544; voy. aeur; auj. evuruj 
heureux ; du 1. augurium. 

47 



286 DICTIONNAIRE ifTYMOLOGIQUE DD BRETON MOYEN 

Eurehitt, grogner comme les pourceaux, C ; léon. urc'ha, urcha, urja. 

Eureden, noce Am., euret H, pi. eureugou C ; léon. eured. 

Euryen, bord (d'une fontaine) N gSS; tréc. erien (d'un chapeau), v. bret. orion (d'un vêt') pi. de or, 
V. gall., margo, du lat. ora. 

I. Eux. a (dire du mal) de, N iSgo; (sortir) de 71, — a hanen d'ici 11 ; eus Gw., ves NI 458 ; ves e saff, 
étant debout, 53 ; léon. eu:(. 

a. Eux., il y a 67 N 37, ef — J 10 b cf. N i5o5, eu^ J 1 1 b ; nac eux 28 b, B 789, mar deux N 97, nen 
d. B 12, ne d. J 14, N 649 cf. 938, P, ne deu:^ J 23 cf. B 598 n'en deus NI 419. Memeux m'est (avisi B 207, 
cf. N 260, émeus j'ai C, -f J 189, -mar em eux N 445 emeux que j'ai B 673 am eM^ Sg, cf. -63 ; nég. nemeux 
N 78, nam eux J 2 1 cf. 1 1 9 b ; te a^ eux tu as B 384 te ifeux J 84 b, te eux 76 b, a te teux ? B 370, ef eux 
564 cf. J 57, que tu as 142 b, a heus beiet H, «ej eux B 273 ; en deu^ il a NI 5oo, en deueux B 633, N 141 5, 
cf. J 92, P, qu'il a B 426 ; nen d. zii \ en deuex r. eux NI loi ; f. Ae deueux N 192, B 373 ; he -s (elle) qui a 
NI 57 ne -j: B 768; pi. ny onneux 2 s. J i35 b, honneux ny2'i, cf. 80 b, B 42, 246 ; nonneux 640, n'on eu^ 
NI 298, no neux N 289 ; huy oj eux 2 s. vous avez i6i3, h. ho eux 2 s. J 174b ; lio:( eux 27 b, of eux B 426 
o. e. i'e^'e/ vous avez eu NI 234 om^ e«j: J 44 b, que vous avez 21, /lOf /ie«f, of eus P, «ouf eujr B 216', noh 
eux J 21 h ; ho deux ils ont NI 451, ho deveu^ P, «0 deueux B 1 15, 43i, cf J 99. Prés, d'habitude : «ey ue^ 
tu n'as B 771, en deuej N 56i, B i35, 542, (en deues bet paeet il a payé NI 445, he d. elle a 259 etc. peuvent 
être pour deueux) ; mar on èef B 254 ; of be^ 479, mar ho be{ J 194 b ; ho deuej NI 450, no d. B 649. Impf. 
n'en doa il n'y avait NI n 5, 41 3 ; emoa j'avais B 283, J io3 b, amoa N 697, «emod B 733, cf. 85, 733, J i3o; 
3' en doa NI 499, en deuoa B 33o, nen d. 6 nen deffoa NI 72 cf. J 92 b ; pi. hon oa 207, B 2 5o, huy of oa 
N 704, o«f oa huy B 304 ; ho doa Ni 524,^0 ioa quand ils avaient 471, cf NI 436 ; amoae j'avais P 157, en 
devoae il eut P ouf oae que vous avez eu J 181 b, ho devoae qu'ils avaient 175, cf. P 117, nem boe je n'eus 
N 447, na^ voe tu n'avais J 120 b éd. 1622, doe qui avait P 44? en deuoe il eut, eut, qu'il eut, B 632 cf. 
J 102 b, -ffoe 4, -ffoue NI i5, en deffou'en eut le 248, «eiz deuoe B 327 ; f. Eua... he deffoue NI 3, ne d. i56 ; 
no:( boe y -— que vous ne les eûtes N i52[ ; ho deffoue NI 460, ~ffue 45g, no -oue 4, no devoe i 28 ; mem 
bejo j'aurai N 540 nem b. 1234 ; ef v. J 77 b, nef u. B 616 naj u. 562, ne ffe^o 755 ; en devejo i 107 b, nen 
ie«- N 1268; on b. B 244, non 6. J 17 b; ron b.! 5o ; of b. ■j'h b, o. è. e^ vous l'aurez iSg, ouf b. B 766, 
nou^ b. J 236 b; na no\ b. choas, et vous n'aurez pas la liberté de choisir i32 ; ro^ b.! 48 b, N 1078, ro b. 
huy J 161 b ; no deue^o B 271 ; em be j'aurais, que j'aie, J 37, 214 b ; es te, var. e^e, B 373, nef ve J ii3 ; 
en deffe 216 ; on be ny B 58, ret on be 45 ; ma ou^ he 3o2, quen nou^ be J 62 b, ho deffe B 355, o deffhe io5; 
en divihe, qui aurait J 90 b, he diuise elle aurait eu B 675 ; en divise, lis. a deury an, J 207 ? Ham be^et ! 
B 395, 517, 672, cf. 26, 1557, naf b. N 626, naf v. 957, hon ft. B 63 ; /îof è, N 1 122, B 587, Ao«f è. 280 cf. 
139*, no:( b. 102, N 32 1, noutç b. J 73. Personnel : ha^uej, aie, C v. Crist ; nep he deffe hy, celui qui l'au- 
rait (elle) P 174 cf. hon bejet hy, ayons-la, J 49 b. Auj. ewf ; gall. oes ,• peut-être de la rac. de eu il est, avec 
un sufF. de passif; eux ; (am)eur = goux : goar, voy. goupiûut. Ce verbe a au moins 2 rac, s'influençant 
qqf.; voy. bejaffz, oa. 

Euzic* horrible et adv. 620, C, J u, -yc 232, P, -icq Am.; excidet, S 32, r. ic, lis. eu^icdet, horreur ? 
Auj. euj horreur, van. cah, corniq. uth irl. ûath. 

Eua, Eve C, NI 3, Em 142, J 66. 

Enafi', boire 258 C, -4^79*, cf. 43, J 54 b, efva/i4.'i; efuyt ! 143 b ; euer, buveur C ; auj. eva, v. irl. 
ibim je bois, sanscr. véd. pibârtti. 

Euangelist, -ste C ; du fr. — Euel, comme C, -// B 767, evel N 32, eual B 124, '123 evel ma ainsi 
que J 23 -f 22, lorsque 144, cf. N 4295 euel ^«eni pourtant NI 274; eueldot comme toi B 270 ; -daff c. lui 
579 ; euelhenn ainsi 167 cf. 79*, J 56, N S99, 1 3o2 ; -alhenn 1184 cf. 480, NI 26, «95 ; euelse B 38o cf. 234, 
J 56, -aise B 3i3 cf. J 77, 78 ; auj. evel, v. gall. et irl. amal ; doublet de haual. 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 287 

Euez, laqua — fais attention N 1648, epef H ; euezhat, surveiller B 208 cf. J 166 b, faire attention 
N 852, -jat sauver NI 143, ejve^hat H ; aj eve^ha ! veille sur toi J 2i3 -has remarqua 17, euejhet ! faites 
attention B i, gS, gardez(-moi) P 191. Hac en euerhas var. eue:;has. r. er ] 76, lis. en e uerhas il le toucha 
(voy. en 2), de merat? Auj. eve^, van. eueh. 

Guidant, évident et adv. 97, 600, N 141 cf. J 92, evydant N 21S, euident C (science) exacte B 90 r. ent ; 
du fr. 

Eulen, cest ung arbre, 1. coluis, Ca, Cb ; evlenn, evor. bourdaine Gr. 

Euor : drenneuor par cœur C, auj. evor mémoire, du 1. memoria. — Examen. — E:scellant, 
g. id. C, B 35, N 1432 ; -ancc, -ence J 28 b, NI 384. — Executaff, -er Ca. — ExibafT, exhiber. 

— ExigafT, -er. — Experîancc, g. id.; -pert, g. id. — Explectîff, explétif C; du fr. — 
Exquis, étrange J io3, difforme, horrible N 1022, ignominieus» i528, auj. iskii étrange, vil; du fr. exquis. 

— Extrémité, g. id., cf. estreun, r. em spectacle odieux, J 124 .' — Exuly, exiler N 37 ; issil, exil 
C ; du fr. 

1. Ez, que, conj.; partie, verbale C, J 3, N 7, 14 ; ej, ex, es, e, H ; pénaux ... ma guenou Ej caffe lesir 
J 25, e^ ef oamp 219 b, lis. e^ edoamp ; par/et ef /lof pedaf^ 269, voy. en 2 ; es guelas NI 40 ; ef viliet 
B 95 etc., effihet 549 effiet 481 ; effen je serais 140*, 2» -f 697, 3° effe 71, 84, J 166 b e/ e 216 b, pi. effemp 
B 58, -nt 1 16 ; effoe i52*, effiont 344; ef fi^e qu'il fût 342 ; ef ji\iff que je serai 65, ef fe\o 402, eff- 62, -vit 
597 ; ^S'^l '^ ^st toujours 220*, effeyx, lis. ej eu 638 ; effell il faut 169 ; e, 53, 177, J 44, e M 4 ; em, de ef et 
pron. 1= p. J 5, B 28, N 694, 2= e:( J 52 b, N 645, B 391, es 720, N 835, voy. eux 2 ; e^aedoff]e suis N 341, 
e^edou II 10, 28 ei^out } 66, 3e ejedy 178, ejaedi N 5. Léon, ef, v. gall. ii. 

2. Ez, dev. adj., en fait adv., ey louen P, cf mat J 45 b, ef veo N 280 ; de ent, comme eja de enta ? — 
Eza, donc J 34, 5o, 67, 74 b, allons! B 390, les te^a J 201 b, cf. 126; creteste ^a aurais-tu donc cru 
cretsont ^a P ; auj. eta, 'ta, corn\(\. ytho ; voy. enta. 

Ezeciiias, 4 s. n. pr. J 207 b. 

Ezeff, besaiguë, C; e^e, neje, doloire, Pel., v. gall. nedim hache, cf. ail. schneiden. 

Ezleun, tremble C, -en Gr., corniq. aidlen sapin. 

Ezu, oiseau C pi. et NI gé, M 10 ; -etaen, oiseleur C ; auj. evn, v. br. etn, cf. 1. penna de *pet-na. 

Ezneu, il connaît i33, J 25 ; den beu ne epieuhy Gvv., hy pron.; r. e^ loi b ; r. en ig5 b, M 3, B 669 

cf 646 -néo N 905, r. en 1728, e^j-nei/^ (vieux catéch., Pel.), -iiej tu reconnais B 448* -vomp ! Gw., -uet ! 
B 470 ; d'a^nauout. 

Ezom, besoin 63, J 2o5 Gw. NI 498 -mp (r. om) N 525, 1924, cf B 67 ; -mee, indigent C pi. ej'en 
J 12 b ; -eat, être indigent C. Léon, id., corniq. ethom. 



Fabien, n. pr. — Fabl, -le C, B 265 (sans) mensonge NI lyS pi. ou B io8, aou NI 78 ; -aff, fabler; 
-er, Tableur, chanteur en place publique. — Fabours, faubourg. — Fabi-îc, -que. — Face, face 
C, B 101, J 34 b, N î66,fac M 57 v.— Facet, g. id., c'est un livre, 1. facetus C. — Fachaeson, refus 
B 235; faîch, (par) fâcherie N 1 144 faig (sans) vous fâcher 1124; Tachus, facheust B 126, méchant 
700. — Facîl, -le, sup. -hafu H ; faculté, g. id , possibilité, richesse, C. — Faezon, façon B 54, 
60, 101, iiiyfaecon r. ace N 788 en fœcon comme, M 5, cf léon. e -gi^ ; fae^on (sans plus de) façon B 206 
faec\on 299, en — arall C ; ire grâce ha — avec grâce et politesse J 4 b, dre — 233, a — (votre grâce) cour- 
toise 161 b ; tut a — onestj b; r. ace, 27 b ; a faeçon (rois) vénérables NI 33i, cf a stat ; feeçon NI 504, cf 
B 72*, 74'; du fr. — Fae, (faire) fi, mépriser N i656 ; hep quet — , sans mentir P,/oi hélas Am. v. piou ; 
auj. /ae, foei, gall. ffei. — Faeezenn, fesse C, faescenn v. croehen. — Faessant, faisan C. — 
Faet, un fait B 2o5, fet N 52 action J 59 les choses (de ce monde) 38, N 654, NI 32 (ton) cas J 93 (sur les) 
entrefaites B 407 en e — (croire) en lui NI 394 dre — par le fait de, à cause de 468, pe dre — B 107, palamour 
da — ..., NI 453 ; dre nep — aucun' J i3 b, B 63o en guyr — J 210 b a — don 229 b, a — plen B 48, certes; 
poingnet a — lice, un poignet très solide ? N 1436, voy. affet ; pi. -ou i8 ; actions, sort, histoire B 108, J 1 19 b, 
M 2, N 1628 décrets (de Dieu) J 68 b ; du fr. 

Faez, vaincu 481 C ; -aff, vaincre C, P, -a/} 95, p. B 181, fut. /efo P ; -er, vainqueur C,/esor Am.; 
léon. id., corniq. fethe vaincre, lasser, de *spac-tos, cf (jcpiYXTo'ç. 

Fall\ienn, /i7^ fève C au], favenn, du l./aba. — Fagodenn, fagot C, du fr.— FalcU, une faux; 
-at, faucher; -en, -cur C, auj./a/c7i, du b. lat. 'falcis; fais, faucille C, auj. id., du lat. faix. — Fal- 
ehun, faucon, -c'hun Jér., a\i]. falc'hun, du b. lat. 'falconis. — Fall, faible C, B 484, N 860, 987, an 
creff hac an — M 4, duet — (je suis) perdue N 1668 ; vil, mauvais, méchant, 673, B 314, 640, an ira — 600, 
un — ampris 717 cf J 233 ; han falhaf poan et la plus faible peine J 10 b, auj. id., faible, vil, mauvais, cf fr. 
failli; fallet, affaibli, malade N i595; -ony, méchanceté J 233 ; -aeryez, maléfice N 777, auj. fal- 
lagrie^, méchanceté, de fall et hacr ; -ace, fallace C, -acou tromperies N 1644; fellell, défaillir C, 
manquer J 56 b, 3o b, 18 b, pécher 197, felel Gw., me sa fallet j'ai failli J 14S b, cf 164, mar felle\ si tu y 
manques di^fell il faut, il manque, M 53, B 3i, 781, J 71, 81, i34 b (ma, que); (que vous) faut-il N i55o cf. 
J 73, 49 b, mar — deoch si vous voulez N 55o, ne — brallaff, qu'on ne peut remuer ? 1457, ne — tam J i5, 
lis. na dout ou na doet tam ; fel, M 3, J 182 b ; mar fallech 6, lis. fallet ; fellont B 542 ; mar falve^ d'à..., 
si... veut, Gw.; fallas J 95, NI 16, B 19, fellsoch 249 ; filliff 243, N 1225 -if <j<37,fx- Jér. v. dinoe ; mir na 
filli garde-toi de tromper N 1 574, -y B 778 ; fallo 60, J 1 5 b, N 3o6 ; falho P 188 ; fell homp B 452* felhet 
222*; fal:(her, Vis. fallher, on manquera J 33 ; cond. falhe J 10, 3i, N i566 -llhe P, -lie 1456 ; false eût 
manqué B 675 ; fallet! qu'il manque J 42, 14 b, 70 b ; fellomp N iigS, NI 149 -om 35i, 2." fellet B 95, 
458, J 14 b, 59 b, 97 ; du lat. fallere. Fais, faux C infidèle, traître, B 48 ; den —, J 77 — marchadour i6. 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRKTON MOYEN 289 

— musur N 616, — testeny i658, B Siô, 382; -entez, fausseté C, J i5i, N 1667; Taussonnier, 
faulx escriuaing, pseudographus, faulseur de vérité, Cb ; -onier faire des faux H 5o ; du l./alsus. 

Fulpen, pièce, morceau Am.; léon. felpenn, gros morceau, lopin, tréc. chilgen ; Gr. donne felpenn 
gelqenn. et van. chalqenn. Même rac. que/aut 2 ? 

Familier, -lier 520, 4 s., J 18 b, 3 s., G ; adv. -unieiit, N 49. — Fane, fange, saleté C, J 10 b, 
auj. id.; fanquet, boueux. — Kanoeill, fenouil. — Fanon, uide in dornat ; g. fouon, h. id., mani- 
plus C. — Fantasi, -aisie C, B 553, -y 7, résolution N 1524, vision J 11 5 b, (une) imagination B m, 
erreur, tromperie N 1546 NI 395 pensée 485/e- B 707, fanta^y 771 pi. -siou 104, auj. id. — Farezal, 
lis. farc^al 77*, dire des farces, farsaff farcir G. — Fardell, fardeau. — Farisîen, g. id. C, pi. pha- 
risianet J 86 ; du fr. 

Fat, accablé (de fatigue) J 108; -afi*, défaillir, être ébahi ou troublé C; Xéoa.fata, fatiga, s'évanouir. 

Fau, (en bois de) hêtre P ; -enn, un hêtre ; fauec, lieu planté de hêtres C ; auj./«o, pour *fagvos, 
du \At. fagus. — I. Faut, (sans) faute, J 40, N 293, hep quel a ffatit B 38, 608, crime NI 5oo, faot igS, 
/août li,/ault r. aut N 668, H dre feiit par malheur B 73 1, a droite - de mauvais caractère 568, r. eut, pl. 
faiitou J 14 ; du fr. 

2. Faut, fente C, léon. faout, gall. hollt, cf. allem. spalt. 

Fauoi*, faveur 774, C, N 439, respect B 399 -eur 601 ; du fr. 

Fazi, hep — pe^ N 1464, hep -y quet NI 421, sans se tromper ; hep -iaff B 86, J 47, s'égarer NI 74, af 
J i63, -j'iî^ H, C ; -l'a^ égarer (qqn) N 5i2 ; avoir des torts (o«f, envers) 1547, B 335, 7^4, e^ ouch — yet 
J 163 b ; mar — iet si vous êtes dans le faux N i525 ; de^y ... mer -yomp si nous l'offensons NI 90, -ias 
pécha 96; oj' Herri huy a -ihe, démentiriez-vous Henri N i52o. Léon, fapa se tromper; du fr. faillir, 
R. c, V, 126. 

Féal, fidèle C ; du v. fr. id., — calet P, bien dur, lis. real? Feiz, foi, fidélité, N 578, 1784 (r. ej, J 3o, 
NI 39 etc.), r. eif, P, NI 527 ; fej B i. C, N 72,497 ; f., B 28, i35, N 121, (en bonne) foi B 583, 299; eguet 
— , var. sef, par ma foi ? J 107 b; «a — na rej 444* tout da — voe qui étaient de ta religion? J 120 b, éd. 
1622, e ffei{ dans la foi B 170 ; fldel cusul -èle conseil, H ; léon./e/f, v. br. Fid(lon), du \. fides. 

Felcll, rate C, auj. felc'h irl. selg, de 'spelga, cf. mk-r^w, tsTzlafjyov . 

Felîcîte, g. rd. G. — Fell, méchant, félon B 38i, 6go, odieux J 149; Telôn, perfide, félon, 75 b, 
B 687 (mort) infâme 453 -lion (péché) grave 664; fellony, félonie, 707, J 234 b, G. — Feltr, feultr, 
feutre. — Fenielin, g. id.; -inell, -lie C ; -minin, de femme J 28. — Fenestr, -nètre C, al. 

penestr Cb ; try frenest B 248, 283-4 > peuestret, 1. fenestratus Gè ,• auj. prenestr. — Fenîx, phénix 
G. — Fent, (sans) feinte N 491, B 56 (sans) faute 4g5, mensonge NI 146 ire — par l'art B 273, (dieur 
faux 563 pl. ou 293* ; -îs, feinte 57, -ys Nl-3o ; du fr. 

Fercliy, (avant que) tu échappes 6i6, van. forhein séparer, voy. difforch. 

Fei*f, ferme C, -rv P, fort» J 1 10 b, -rou austère Gw. , fer (dites) donc P ; ferfdet, fermeté G, du 1. 
firmus ; ferm, fermt, bien, certes, J21 b, 81, comp. -och P ; fennnet, (colonne) solide 106 b ; du fr. — 
Ferial, férié. — Fei"i*aniant, ferrement. — Ferul, paumelier, 1. ferula G. — Feruant, 
fervent B 524. — Fest, fête C, N 459, gant — J 144 b, B 63o, dre — 242 ober — 348 cf. 565, chose heu- 
reuse 694; don — , (nous vous punirons) à notre gré 298 ; adj. dans — ey ouff hoantec Jér. je suis très em- 
pressé? pl. ou J 62 ; du fr. — Feunteun, source, fontaine NI 342, N 941 r. en; -ten 1789, G, P 191, 
B 255 ; r. eun 256, 259, ip\. you N 1790, H, auj. id., du b. lat. fontana. — Feui*, (à aucun) prix J 1 18 b, 
seur B 226*, dan feur, à mesure P ; du laï. forum. — Feuzi*, fourreau J 74 ; fourrure Jér.; du v. fr. 

Fy a fi de, malheur à, 270, 276. — Fiaci*, Fiacre G. — Fieliafl', ficher, attacher G ; fieh, (personne) 



200 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

bien habillée Ara.; flciiell, pieu C*. — Fier, 2 s., fier, noble, J 3, N 332 (démarche) sage, sérieuse i523 
bienB i36; (venez) donc N 1084 — ... se^taouet W 277, /yer } 60 h ; Ji- i s., rude (guerre) 36, B 154, 171, 
463, 707 ; -<let, fermeté J 197 ; du fr. 

FiTual, bouger 275, a\i]./inval, gall. chwyfu, voy. cochuy. 

Fî^uesenii, figuier, figue, C au]. Jiejen, gaW. ffigysen, du plur. ît. figues. — Figur, -re C, J 55 b; 
-et, -ré C, marque, écrit B iSo, dessiné, construit 196, représenté J 55, formé, engendré B 710 drouc —, 
mai inventé 5i5; me -ro, je tracerai (une croix) 263. — Filip, Philippe. — Filosopb, philosophe C 
ph- B II, f. -es 96; filosophi, C, ph-y B 90, -ie. — Fîu, (vin) fin J 208 b, (argent) i5 b, belle (idole) 
NI 370 (beau) temps N 907 (eau) pure J 5i, bleut — , fleur de farine 201 b sage, (0^, envers) N 568 sérieux, 
prudent 563, gant — ancquen B 482 cf. J 20 b, 126 b, dre — frene^y NI 270, fyn Jér., sup.finaff N 1610 ; 
fin, une fin, N 660, m., peuar — H, M i,fyn ib., en fin enfin NI 538 ian — man à cette fin J 55, dre nep 
par qq. moyen N 1625 pe dre — ef opinet quel est votre avis J 28 ; finance, -ce, argent, C, B 42 ; flnîs- 
san; finir N 343, C ; finitiS', g. id. C ; flnuez, fin, mort B 562, 699, NI 18, N 657, cf. J 1 15 b; -aflT, 
finir, mourir N 1244, B SgS, cf. 449*, J 35 ; p., (sa vie fut) tranchée NI 557 > '^^> ^^'^ fini 201, -ifu je finirai 
H ; du fr. — Fînchaff, feindre C, iroMC flng perfidie B 5i5, r. inj ; flnction, feinte, fiction 16, 112, 
J 229 b, raillerie 1 1 5, -ccion B 553, -gion 49, du 1. fingere. — Firmament, g. id. C, -ant B 121 J 53 b. 
— Fii'min, n. pr. — Fiscal, 1. fiscalis. — Fisic, la physique C, ph- B 90 ; flsicien, fisicien na- 
turel G. — Fistul, -le C ; du fr. — Kizyafl', 2 s., se fier C ; -iaff je confie [en, à) B 43o -yenn je con- 
fierais loi ; yzf il se fie (en) M 3 nafip (i s.) quel aman bed an hoaj ne compte pas en ce monde sur le lende- 
main N 1915, nafijy (i s.) ... en nygun ne te fie à personne P 261 ^ y, i, indiquent une pron. chuintante 
du f ; flzyancc, 2 s. confiance C, B 141*, -iancc 747, N 584; -yanczafl*, fiancer C, auj. id., du lat. 
/îio. — Fizyol, filleul f. -es, C,fillor, J 995; flzyolclet, affinité de compérage C ; au]. fillor{l mouillé); 
dufr. 

Flac, épuisé, vidé, Am., en bas cournouaill. faible, lassé, Pel.; tréc. id., vide; du h. fiasque. 
Flacli, béquille C, léon. fi ac' h f., id., et creux de la main. 

Flaeryaflf*, -iaff Ûaeryer, sentir (bon, mauvais), y/erj^o^ puer C ; flaer*, puanteur J 11 h fier lî, C, 
NI 82 ; flaei*yus, puant J 10 b, i3 h, fie- 98, -ius N 620, comp. -ssoch M 7 v, au], fieria, v. hr.fieriot, 
quae redolet ; du 1. fragrare. 

Flaich, diflaich, bouger, Am. ,fiaig Jér. J 11 b, 96 b ; fiach B 797, -aff id. 595 cf. J i38 ; fiaygha/]: 
bouge G\v. fiaychas il partit NI 54 cf. B 177 ; na fiaich da cher! 525. Au], fiach. 

Flam, flamme C ; ardent J 27 b, brillant N 46, heureux 144 (agneau) sans tache J 55 ; (neuf mois) en- 
tiers Jér.; neue^ — , cf. fr. tout flambant neuf, NI 83, ha n./., désormais N 975 ; en berr —, dans très peu 
de temps J i25 b, bien, gaîment, N 33o tout à fait 5o, clair' 49, ent —, B 3o7 ; cf. J i5, 32 ; flaml>eau, 
g. id. C, peuar -bes (m.) B 573, -beux 575, r. eus pi. -esou 566 ; flammet, (amour) ardent J 41 ; flane- 
senn, flanet, ... flamèche, C, du \. flamma. — FlataQ*, flatter C ; Pilât ho fiatr bepret, Pilate les flatte 
toujours Jér.; flatei*, flatteur C. J 141 b, menteur i63 b ; et 76 ? fiatrer délateur N 612, f. fiateres C ; 
-erez, flatterie C, H. — Flaut, flûte C, fiêhut Am.; flautat, fluter C ; du fr. — Flem, (coup) d'ai- 
guillon (de la Mort) N 1923, M 3 ; au], fieni, aiguillon, ga\. jfiaim lancette, du h. fiamme. — Fleumatic, 
flegmatique C ; du fr. 

Fleusqueui*, drouc — , exhalaison maligne P 67 ; du 1. fiuxus ? 

FIocli, écuyer C, J 206, p\. fiech B 5^4, fiec'h, Gw.; au].fioc'h, id., corniq. fiogh enfant. 

Floîg, hep — ef loigent ils n'avaient pas de demeure fixe, NI 459. 

KIot, flotte ; -afr, flotter C ; du fr. — Flour, fleur (de farine) C,fiourdelis fleur de lis P, C ; fiour, 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 2g I 

doux, poli, bon, N i88, 1442, 327, P, J 25, B 809, (héritier) légitime 34, avec bonté J 24, sup. -rhaff B 268, 
auj. /owr, doux, du b. \d.t. floris, fleur. — VXixfktC, fluxaff, fluir; flus, diarrhée C, du \. fluere. —Ko, 
er Jo eus e glêvet dans l'ardeur de sa maladie Jér. v. affo ; auj. id.; du \. focus. — Koai*, foire, marché C ; 
du fr. 

Foeonnenn, cest une fleur blanche qui chiet tantost, 1. ligustrum, C; auj. feon renoncule, v. gall. 
fionou roses, irl. sion, digitale, cf. (a):ranovîa ? Stokes. 

Koerell, foire, colique, C, auj. id. — Foeson, troupe (d'amis) J 168 ; du fr. foison. — Foillez, 
feuillée ; -afT, 1. frondera, C; fouîllezec, feuillu C v. delyaff : du pi. fr. feuilles. — Foll, fou G, 
J 70, 42 b, (un) fou 104, N G45 — spy fol espoir 93 ha fur ha — B 73* ; -aff, affoler C, p. furieux NI 55 1 ; 
-aez, folie B 239, 699, etc., folle^ 3i2, 38i, J 233, NI 55, P, C, auj. id. — Folloiiii, feuille de livre C, 
-en H, du X.folium. — Fonce, fonce pour baptizer; font a heritag fons de heritaige C, en font au fond 
de J 99 ; fontet, fondé N 582, 1723; fondamnnt, -ement B70, C, J 197, (jusqu'au) fond 97 b, fun-, 
fundement C. — Forban, g. id. C ; -y, bannir, chasser, N 38 auj. id., du fr. — Koreh, fourche C, pi. 
ferchieur Cb, auj. forc'h, du X.furca. — Korest, forêt C, N 280 ; foreclief, forestier; forestag, 
foretaige C. — Forg ann aour la forge dor; -afi*, forger C, quent — an bel avant la création du monde 
J 69 b, créer (l'homme) B 329, -giaff 669, fabriquer 434, cf. J 43, 85, -get a fait de (pierre) B 433. — For- 
mante, -tee, 1. farratuni C. — Forn, four; -es, fournaise C, formaes v. efornaff ; fournaesat, 
contenu d'une f., B 356 ; fornier, fournier C, auj. id., du 1. furnus. — Fornication, g. id. — 
Fortun, -ne C, B 552, J 85, en e — selon son rang J 110 dreist — au-dessus de tous 181 b ; malheur 
142, N iiSo, tourment B 642, pi. you H; -net, châtié 366 malheureux J 196 -yet N 1004; du fr. — 
Forz, force C — chevancc force richesses NI 297 — ne raff cela m'est égal B 38i, cf. Jér., J 210b; -aff, 
forcer, violer N 359, p. 385, forret 371, auj. id., van. /orA, du 1. fortis. — Fos, fosse C, grotte J 83, re- 
tranchi Jér.; -ssyat, fouir C, fesser (il faut qu'jon creuse Jér.; v. br. fos, du 1. fossa. — Foiien, foin 
NI 26, etc., foenn C, auj. foiien, du \. fenum. — Fouin, g. id., 1. hinulus. — Foui, foule NI 74 ; -afi", 
fouler (le drap, etc.) [C, -af oppresser N 1462, -ifu H ; no -ont pour qu'ils ne les oppressent pas 1450 ; 
pen diaoul ram -o ou que le diable m'emporte 820 ; tnar be^ foull... nep sceurt jolory, Am., lis. eoull ? — 
Foultr, foudre N 874,8 526, -It 7g3 foeltr C, foldrCb; du fr. 

Founny, ma^ — que tu augmentes (ta force) N i8'i2,fonnaff' augmenter C, ou^ -«/ abondant, qui dé- 
borde J 25; auj. /ou«n, abondant. 

Fourcel, forcier 1. forcerium. — Fourm, forme C, funn C; fournial, (eau) pure N 947; 
fourmag, fromage ; Turniafr, former C, p. J 27, N 730, marqué, écrit B 347; -at fut formé 691, 
NI 24, J 127, P, auj. id., du l. forma. — Fournis, entier, complet C, B 36, 65 bien fait N 1390 bonne 
(manière) J i3 sag' 1 16 b, (parler) tout au long N 6^6, tout à fait (fini) NI 424, quen —, extrêmement (ravi) 
N 335 -ys reyouyssomp! NI 137 -is (voir) bien B 65o ; quen fornys, P 276, aussitôt? -issaf très bon (prix) 
J 18 ; f'ournissaff', -nir C accomplir N 1670 -af i 33 b p. (neuf mois) entiers NI 2 5 -ysset (terme) accom- 
pli NI 294 ; -isser que soit accompli J 46 ; du fr. 

Fourondec, fromage C,fouloudec Cb, du bas lat. formaticum. 

Fouzaff', g. foutraff (lis. -re) 1. futuere C ; du lat. — Fraction, la — (du pain) J 221 b ; fragi- 
lité, -té J 28, NI 334, du fr. — Fraeill, fléau /re///C, v. fust ; — an lagat langlet de lueil C ; pi. ou 
fouets B 464, auj. freill ; du {. flagellum. 

Fraez, (payer) entier' P;/re^ bon (pasteur) NI 41 1 (penser) bien 78, (aider) généreus' (à nourrir) 309 
(chanter) haut» 299 ; (parole) claire Jér., (trois jours) entiers Am., auj./re^j, clair gall. ffraeth éloquent, de 
*spractos, cf. ail. sprechen. 

Fraill, fente ; -aff, fendre C, p. J 148, -asss fendit 144, auj. id.; du IsLi.frango ? 



292 DICTtONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

Frani, charpente 60, droite -et, infirme N 1828, auj. id., cf. angl. /rame. 

Frano, g. id. C, libre J 20 b, N 253 (voir clair') 1804 (jamais) certes J Sq b, -cq N 1868, -ce NI 448; 
-eliis, -se C, auj. id. — France, -ce C, NI 343, Franc 384, -f M 4 ; -ncee, français C. — Frang, 
-gc V. ■ du fr. 

Fmti, chouette C auj. fnw, de *sparva, cf. angl. sparrow, moineau. 

Freals, frans, 1. emanceps, C ; -af, racheter J 24 b, délivrer (une femme enceinte) N 871, consoler 
(vos maux) J 25, p. délivré 23 b, 182 b, 198 b, dispensé (de la mort) M 7 v, (maladie) soulagée B 189, con- 
solé J 174 b ; ft-eal8, bonheur B 346, consolation J i23 b ; \éon. frealp consoler, du germain : anglo-sax. 
frcols, libre. 

FregaflTet hegaff, tout ung C. 

Fremall, fremail, boucle; -mouer, g. id. — Frenaisî, frénésie C, -nesy NI 275, -^y 197; 
-svet, transporté (de dépit) i3; du fr. — Fres, conséquences d'un procès B 496 ; du fr. frais. — 
Fi-esq, frais, nouveau C, (plaie) vive J 109 b, vite B 486, hardim' 88, nett» 70 b; frisq vite B 93, 370, 
622, -ysqysqiiyt frais et dispos Jér.; fresquaff, rafraîchir, C, -j-jf renouveler Jér. p. guéri N 1 1 53 ; du fr. 

Fret, grêle de coups 461, cf. tréc. fret, act. de remuer, R. c, IV, i 53. 

Fny, nez 272, J 78 b, -i C, N 1002 pi. -you J 104 b ; fpîec, qui a gros nez C, auj. id., cï. froan. 

Friant, g. id. C, sensuel N 637 ; du fr. — FrîcafT, froyer C, du 1. fricare. — Friin, -me C frimas 
J 1 1, froid, glace B 790, -ym P, du fr. — Fringiuafl, briser C ; du \. frango. 

Fi*Î8 : ar -fris Marquisa, la sotte ou la folle Marquise, Am.; frisen fille légère Pel. 

Frîtaff, frire C, -ttet perdu, usé, ruiné Am.; frîtui", -re. — FriuoI, frivole C ; du fr. 

Froan, narine C,fron Cb, auj. froen, v. irl. srôn, de 'sprogna, cf. 1. spargo, Stokes. 

Froc, froc. — Froesaff, froisser C, -a/ être écrasé B 75*, -o brisera J iio p. froyset C v. breauiaff 
auj. freuja; du fr. — Froez, fruit C, B 33, 685, J 149 b, -oue:^ ib. N 419; -oezus, fructueux C ; auj. 
id.; du \./ructus. 

Froniet, abattu, consterné N 1840, enflé de maladie, (souv. dans Jér., selon Pel.) ; fromet replet Pel., 
tréc. effrayé, cf. gall. ffromi, s'irriter. 

Frost, (voir ses côtes) à nu SgS (plaie faite) cruell' J 214, léon. fraost (terre) en friche, du h. fruste ? 

Frotair, frotter 485 C cf. B 456, 486 ; du fr. 

Froudenn, g. het 1. volupe Cb, auj. caprice, cf. froud torrent, v. irl. sruth, cf. ail. sprudeln bouil- 
lonner. 

Frustet, (prières) inutiles, N 22 ; du fr. frustrer. 

Fubuenn, moucheron C, auj. id. et c'houibuenn R. c, V, 222. 

Fulenn tan, étincelle morte, ou fuie C, auj. id. 

Fun, corde, cordeau P; -yenn, fune ou corde C, auj. id., pi. w. gaW. funiou, du \a.i.funis. — Fur, 
sage C, J 4 b, P; sup. furaff den so en het Jér. v. dienn, -haff N 11 60; -hat, ensagir; -nez, sagesse C, 
N 443 ; auj. id., corniq. id., prudent, du lat. fur voleur. — Fusill, g. id., fer à faire feu. — Fust, 
manche (de fléau), fût (de lance), -aff, bastre de fust ou de baston C, battre B 36/, e -af, frappons-le J 108, 
cf. R. c, IV, 299. 



Oabriel, g. id. C, P, B 33q, NI 22, J 127 b ; du fr. 

Oadales, meretrix ; -lez, (luxure) ; -lus, (-rieux) C ; gadal impudique, -déle^ -cité Gr., prov. gainai 
meretrix, b. lat. gadalis id., v. fr. jaal, adj. 

Oacliflfer, n. de bourreau J 77 b. — Gae, gai 6 b, NI 378, heureux B 34, adv. 41 P, joli C ; du fr. 

Oaes, I s., plaisanterie, moquerie C, P 100, 166, M 53, gae![, r. aes, B 383 ; du v. fr. gavois ? 

GafTf*, chèvre, pi. guefr, -ffr, C auj. gavr, v. br. gahr, gaul. Gabro-(sentum). 

Oagoillon, bègue C, van. gagitillautt, L'A., léon. gak. 

Gaigu : co^ — , (la) vieille charogne, t. de mépris pari, d'un vieillard, Am., auj. gagn et kagn. 

Gaillard, avec plaisir N 1699; du fr. id. 

Galant, belle (plante) M 5 ; (bagat) -et galants C. — Gale, galée (galère). — Galerî, -rie. — 
Galice, -ce. — Galile, -lée C, J 63 b, lee 3 s. NI 5o2, P ; du fr. 

Gall, France ou Gaule C ; -ec, français H, auj. bro-C'hall, cf. lat. Gallia. 

Galloet, puissance, pouvoir, io5, M 4, -out N 716, B 87, r. et; 88 r. out ; J 56, force N 956 ; guellat, 
pouvoir, inf., B 571 ; pr. gallaff ^oS, J 29, cf. 112 b, N i567, gualla/Sog ; galles J 92 b, ne elle^ B 290* ; 
guell 36o, J 1 16 b, 197, giiel 177, B 419, ne ell 391, J 188, cf. B 34g, 210 ; guellomp N 795, ne ellomp ... 
outy B 641 ; guillit N i83o, gitellet B 3o2, e- 647 ; guellont, e-, H ; galler on peut B 21, gua- M 7 guillir H 
53 imp. gallenn N 386, cf. 36, guilly il pouvait B 336; gallas J 1S6 b; fut. guilliff B 587, 5i6, cf. J 5 b, 
N 392, N 1089, H ; !- B 461, cf. J 89, hilly B 730 elly 614; gallo 91, N 43i ; dre^ quelhomp NI 137 ; 
guelhet B SgS, J 45 b, gallent lis. galleut N 774, r. eut, 3= gallint B 623, galher on pourra J 34 b ; cond. 
galhenn B m, cf. J i33, gallenn B 33 ; galhes J 88 b, -he 28, cf. 128, galle N 878, galhemp 223 b, -hent 
B 55 1 ; -het on pourrait 547, gallet N 1 1 12, 1 180 ; galses tu aurais pu J i 5 b, -sesde N 664 ; -se (s')il avait 
pu J 2o5, pourrait B 7, 335 ; -sech J i53, ne alsent NI 552 ; galloedus, puissant C, B 124, -oudus 1 14, 
J 140 b,auj. gallout, cf. Wxh. g aliU. 

Galu, appel P ; -et, appelé, nommé 32, N 1756, cf. J 55 ; gain ! B 52o gueluomp crions (Noël) NI 1 10, 
q- il>y 1 gueluet N ii^gg,~guiluit 1604, inf. guertiell C ; auj. gervel, p. galvet ; même rac. que l'angl. to call. 

Ganialiel, n. pr. C, J i55. — Gandelet, gantelet C ; du fr. — Ganes, (vieux) fourbe, Am., 
cornou. -nas, léon. -nés Pel. du b. lat. gannum tromperie, ital. inganno. 

Ganet, né C, J 28 b, (aveugle)-né N ioo3 ; ma mab ... ma en ganer pour que mon enfant naisse 898 ; 
-as enfanta B 340, J 124, gua- NI i33; ganat est né 17 B 582, mrtf — , où il est né N 927, of — vous êtes né 
B 178, -0 enfantera N 1 19, -se -rait NI 483, -set naquît 1 14, N 1780 -het naîtrait P ; inf. guenell C, N 868, 

49 



294 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 



-el 391, NI 88, enfanter; guinluaelez, naissance C, guynyvelej NI 299 ; au), id., gaul. -genos, né de ; 
même rac. que lat. g'gno. 

Oaiiiiiet, canivet (canif) C tréc. ganivet; du v. fr. id. 

Gaiiîueclenn <arn^/iiu l'arc-en-ciel C, g' par confusion avec ganiuet ; auj. kanevedenn, corniq. camniuet 
de 'cambo-nemeton, sanctuaire courbe ? R. c, VI, Sgi. 

Gant, avecC, N 21, par 6 (étonne) de 17 (soin) pour 913 (prier) pour 1267 —criiix/" pourvu qu'on croie 
NI 167 —cacci 223 b, r. at J 83, gat Ni36, B 714, gant ej clevas lorsqu'il entendit G\v., gueneff avec moi, 
par moi B 255 cf. 161, J 5 b, 20 b, 52 b, 54 b, H ; 2" p. g'uenef N 93, B 602 cf. 5o3, J i83 b, guen ef r. et 
198, guenet B 698 cf. J 94 b, guenede N i5o7, B 3i2 cf. J 190 b; genty de 146, lis. guenyde? 3« gantaff 
N 97 cf. J 47,6 b, f. ganty N 683 cf. B io3, N 1292, gaty NI 232 cf. i52 v.at, gantyhyB ySo; p\. ganeomp 
H, gueneomp N 1932 cf. J 161 b, -eompny N 1067, -nompny B 546, guen empny J 228 ; 2" gueneoch 55 cf. 
5 b, -nech, 6, Sg cf. 147, -ftoch B 55 -neochuy N 694, -nechuy B 541, guynihuy J 104 b, cf. 45 ; 3« gante 
io3 cf. 86. Auj. id., v. gall. cant, gaul. canta-, cf. grec xaxâ. Voy. digant. 

Garan, instrument à caver boys C, auj. id. f., jable de tonnelier, Troude. 

Gai*deroI>, -be. — Gardian, 1. gardianus C ; du fr. 

Gardis, dun 4o5, NI 449 hardimt J 57 b (garçon) vif, ardent, Gw., -ys dur» Am. 

Gargadenn, gorge ou gueule C -en gosier Am. auj. id., v. fr. et h. br. gargate. 

Gargan, le mont Gargant C. — Garit, -te, (guérite) ; du fr. — Gantantes, guirlande C, J 109 b ; 
-eset, enchappelez C ; du pi. fr. guirlandes. 

Garlosteun, perce-oreille C auj. id., gall. gorlosten, de "ver-losi-inâ, voy. lost et R. c, III, 236. 

Garm, clameur C, P ; -et, crier C, Jér., -ent criaient NI 553, auj. id., même rac. que galu. 

Garnu, bede — (être utile) jusqu'à la corne P, pour bel e carnn [carn, sabot des chevaux, auj. et dans le 
Cartul. de Landévennec). Voy. corn. 

Garr, jambe 458 C, NI i36 guarr 220, gargam jambe torse C au). id., f., irl. cara, voy. deuesquer, 
même rac. celt. que le fr. jarret. 

Garredon, récompense 6o5 C ; gai-edonet, -se B 428, cf. 168*, auj. id., cornou., Troude ; du v. 
fr. guerredon. 

Gars, jars, oie, C auj. gar^, cf. h. jars. 

Gai-ti, dur, cruel, C, P, han cuff han — les hommes doux et les cruels M 3, grave, noble 1710, dur» 355, 
cf. J 21, garo NI 42, i s., caru N 283, sup. garuhaff 94 cf. J 27, an carfaff M 2 ; garvder, rigueur 
J 28 b ; garuentez, âpreté C ; auj. garv, de *garvos = grec Yaûpoç. 

Garz, buisson G auj. id. f., haie gall. garth = gr. j^ôpto; enceinte, voy. lior^. 

Gascoingnn, Gascogne M 4 ; du fr. 

Gast, C, meretrix auj. id., en gall. chienne, en irl. vieille, sorcière. 

Gat, lièvre C, N 285, Am. v. colen ; auj. id., f., corniq. gad. 

Geaut, g. id. C. — Geaulyer, geôlier J 216 b. — Genen, genre ; -al, g. id. C, J 66 b (créateur) 
universel M 2, — tevalder S 148. — Genêt, genêt, cheval Jér. v. cousr. — Geneuef, Genovefa H, 
Geneviève C. — Gent, gent, beau B 629, adv. 91 ; -il, bon 3i6, J 1 15 b, i58 b, Aa — ha bilen nobles et 
vilains B 274, gentilhomme N 1 349 tut — gentilshommes NI 404 gens de bien, braves gens 1 27, B 472, an — 
Pylat J 116. — Geomance, -cie N 771, 827; geometrî, -ie C. — Gerarelii, -ie C (hié-). — 
ttermen, germain C ; n. pr., N 1 104. — GerundiflT, g. id. — Gei*uoes, Genrais. — Get, get de 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRKTON MOYEN ZgS 

robe, 1. fimbria ; getoer, g. id. — Gibet, s,, id. C. — Gîbîeer, bourse ou poche B 66, var. -ecer 
(gibecière); gybyen, gibier N 3o5. — Oit, gîte iSgS. — Giiclns, n. pr. 453, Guettas C et auj. — 
Gilet, Gilles. — Gingibi*, ginginbre C ; du fr. 

Glachnr, douleur J 4, N 77, glar i s. NI loq; gineharet, affligé P; auj. glac'har, van. glar L. 
el L. 72, V. irl. et gall. D^a/ar. 

Glan, pur N i5i saint J 14 Patrie — saint Patrice N 48 mon bon (ami)J 5 b délivré [a,àe) B 663 an bet 
— , tout le monde 442 quement — , tous ceux NI 17 ; tous N 55o J 42 (jamais) de la vie i3 b (payer) entièrt 18 
(croyez) bien 10 b, N 29, certes 54 an fet — , le fait est sûr bi a — coudet de tout cœur 970, B 176, an -y- 
Speret 3og, N 973 M 2, an S. g. J 127, -in — croas B i85, — roanes J 40, auj. id., gaul. f. Glana, même rac. 
que l'angl. clean. 

Glanii ann dour rive de rivière C, gall. glan f., cf. br. englenaff ? 

Glas, vertC, ha — ha sech B 59 (pomme) fatale J 4, cruelle (mort) i07 (peine) 85, NI 469 ; — ha ser^ in- 
firmes et valides J 129; -afT, reverdir; -art, lézard; -den, verdeur; -tannenn, C, -tennenn Cb, 
chêne vert; auj. id., v. br. et v. irl. glas; gaul. glastum, teinture bleue. 

Glau, pluie 106, C, P; auj. glao, ^a.\\. gwlaw, m. 

Glazren Roe — , le roi Grallon G\v. v. èef ; pour *Gra^lon? 

Gleuii, pays 3i2, N 40, Jér., de —, dans sa juridiction J io3, glen id., N 1 1 i ; la terre, le monde, 34, 
P, NI 62, 94 en hon clen 398, glenn, id. M 5 gall. glyn vallée, irl. glean, cf. glann. Il y a qq. erreur dans 
Judas en guer^as glenn Jér. 

Gleu, puissant i56, J 177 b, hardiment B 543, var. gleo; gai. glew, vaillant, corniq. hardi. R. c, 111,412. 

Gleur, lueur J 2 3o b, sqleur, Gr. 

Glîu, genou N 900, m. : duel dou glin gog, douglin B 256-7, doulin 276-7, cf. Pel. ". elin et NI 40 ; plur. 
du duel dauglinaou 3io (dan) nonglynou P, auj. id., v. irl. glùn, de 'gnù-n cf. -p/û?. 

Glisi, goutte, crampe N 1899, -y Gr. cf. gloas. 

Gloan, laine C, N 1618 ; gloaueniiee, qui a laine G, tréc. id., v. gall. gulan, cf. lat. (v)lana. 

Gloar, gloire 279, H, dre — J 176 b, greomp ... -e memoar da Mary NI 37J, an guerches — 34 litt. la 
Vierge de gloire (cf. damany) ; eut uhel ha — P ; gant glor, avec respect B 124, r. or ; du fr.; gloria! 
(les anges chantaient) — , NI 230, du lat.; -rifiaffV -er C, cf. J 94, 17g, N 1223, P, B no; -rific, glo- 
rieux J 236 b ; -i>ius, -eux 19 b. H, NI 267 ; auj. id.; du fr. 

Gloas, douleur 489, f. : he, J 28 b ; gloes P pi. gloasou J 6g, N 669, -aou NI 78 gloesou Gw.; gloa- 
set, blessé, malade, N 1214, J 175 b, glasaf percer i3j b, auj. id. f., gall. gloes; f., cf. glisi. 

Gloat, royaume, P 4, 24 ; mam Roe an — ha Paradis i32, an glat an paradis, le royaume du ciel 
N i527, mam a glat mère céleste P 209, dan — padel au royaume éternel M 10; ^/oa; fortune, argent B 38, 
42, 79*, M 10, Gw., g-/a« B 45, J 9, 17, N 621, 164.1, fil i^5,p\. gladou P ; v. ga.'.L gulat, iri. Jlaith domaine, 
f., gaul. ^vlatis, cf. ail. walten dominer. 

Gloeb, humide H, glueb C, gleb N g3g ; glueboiii*, humidité; gluybyafT, mouiller C, p. 
gluibyet i 60, glibyet B 262-3 ; gluîpyadui:*, moiteur C ; tréc. gloeb, v. gall. gulip = 'vliqvos, cf. lat. 
liqu-idus. 

Glos, glose C ; du fr. 

Glou, charbon J 12, poai^ — tout brûlé P, tan — feu vif Gw., tan glaou M 10, NI 181 ; glouenn un char- 
bon, C ; Roe an glou P, lis. Roen golou ? Auj. glaou, gall. glo, irl. gual, R. c, VI, 24. 



2g6 DICrtONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

Glout, glouton C, an dyaoull — B 274, tut — 649 ; lis. an tut [re] — , J 1 3 ; -on, n. de bourreau 8452»; 
-oui, gourmandise C, N 632, -y J i3, H, -onny H ; -onius, gourmand 12 b; du v. fr. glout. — Glu- 
dafT, engluer , glut, (glu) C ; du fr.; cf. gludat, pontelct C. 

01ue««quer, C, -que Cb, grenouille, raine des champs C, tréc. gloesker, goesklev, corniq. guilschin. 

Oliiiz, rosée {et glueij, non traduit ?) ; gluïzafl*, rorare C ; auj. ^/i^, gall. gwlith. Macsoth gluij 
P 195 tu (r)as nourri (de ton) lait? Voy. bloaj. 

Gnou, manifeste, évident, 261, C, Gwinglaff (Pel.) J 236 b ; adv. 1 19 b, P, B 47, 5i2*; a — plen, évi- 
demment 384 ; gant — , avec évidence, publicité, .S2, 66 1, J 177 b ; gneuiflT, apparoir C, p. gnouet B 5i3*; 
fut. gnouo qu'on voie, sache N 299, 3o4 ; guouhat, éclaircir, expliquer B 99 ; même rac. que a^-naao«f. 

Go, levé, fermenté ; -aflf, lever comme la pâte ; -ell, levain C, auj. id., cf. ail. gœhren et Çào. 

Goa, malheur! J 179, N 1637, C, P, — me i 126, 233, goae i5 b, P, goany 223, Ni 90, — ann heny... 
B 441, — plen an den... J 92 b, — so malheur à qui est 14, — vejo eff ce sera malheureux pour lui B 264, 
Ifep — sans mal J 1 12 b 0:; goae de mal P ; na goa, lis. nac oa quelque (ferme) qu'elle fût 148 ; souvent goaff, 
une foisg-OiT, Jér.; gall. gwae, cf. angl. woe. 

Goabieiin, gabienn, petite anguille C, auj. id. f. 

Goa<*, mou 24, C, de matière subtile 442 ; -der, mollesse C, auj. id. gall. gwag, vide, vain, cf. lat. 
vacuus. 

Goacbat, croasser C au], goac'hat ; cf. evid na ra/i/ gouac'h, pour ne point crier? Am. 

Goaco!, C, bourrelet, auj. id.; en Touraine_;'^co/e, sangle de portefaix, Pel. — Goadyza, agir foU' 
P, auj. gaodisa se moquer; du fr. ^auiiiV. 

GoafI, I s. lance C, NI 53, -af i 148 (m., e), goa 144 b, pi. goeffyou P; eniguafiTet, (quand ils) se 
(furent) armés de lances P 1 14 ; auj. id., m. cf. fr. gaffe. 

Goagrenn, petite glande entre la chair et le cuirC, auj. id. f. gall. chwaren. 

Goalchaff^ rassasier C, p. P, de goalch, à sa volonté B 647 auj. goalc'ha, gall. gwalyo, cf. gwala 
plénitude, de *valg- ; voy. guelchiff. 

Goalenn, verge C, sceptre B 23, J 178 b, autorité N 1400 ; — real sceptre, — musur aune C, goalen 
Doe, fléau de Dieu, G\v., -nnou fléaux H, -enn anneau (pastoral) N 1767, auj. id., gall. gwialen, cf. fr. gaule. 

1. Goall, av. le nom (affaire) importante P 119, méchant J, 23, N 1596, mauvais 987, B 576, malheureus' 
N 672 (il fallait) absolum' NI 3i5 goal terrible N 797 ; guell excellent B 67 très (excellent) N 1432 ; auj. 
goall tréc. goell, cf. lat. valere ? R. c, III, 41 5. 

2. Goall, faute, manque, J 73 b, vice, crime B 314, P, J i5 b, gS, 148 b, B 484, malheur 719, N 33, 
1840; goal 67, 3o6, 1823, gouall NI458; a goall nen ca/ci/ faute de J 217, goall nen cafaf 188, cf. 2i5 b, a 
goall... e guelet 188 goalle guelet i3o, faute de le voir; — bout fier faute d'être hardi (sans respect humain) 
79, 196 b ; goal nen guelaf si je ne le vois pas igS b ; goallec, négligent C, B 640 ; -ecat, être n.; 
-eguez, goalegej, négligence C ; goallet, infirme N 1 1 10 ; vann. a pe boalle... doh-t-ou quand (qq. ch.) 
lui manquait. Bue er scent Van. 1839 p. 229 ; gall. gtvall défaut, négligence. 

Goanac, espérance C, gall. gofynag confiance, de vo- et gall. mynag rapport, br. menek mention. 

Goanaff, C, p. et châtié N 763, malade 1907, -no tourmentera J 1 10, N 88, de gwan faible, gall. id., 1. 
vanus. 

Gostp, moquerie, tromperie, 17, P, J 8, 27 b, -ab B 260, N 157, 1619 ; dre ma goap B 403 ; cf. 790 ; 
goapat, moquer C, -ppa! N 610 goapeyt ! 2 s., r. it, NI 277; em goapaher on me raillera J 33, auj. id. 
cf. fr. gaber, norm. gouaper. 



DICTIONNAIRE ETYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 297 

1 . Ooai*, doux, humble, 627, N iqSg, P ; Gucrches — NI 1 1 3, an — Mary 70, 43 i, etc., miséricordieus* 
J 01 b, goiiar heureuse (chose) P ; goaree, arc, — an glaii arc-en-ciel C, -ac Cb ; -reguer, archer C, 
-raguer Cb ; goai*ez, abri N 4.1 y, gouare:;; sé)0\ir bienheureux NI 342, gware:; protection Gw.; goa- 
rezet, abrité, réchauffé NI 140, ma^ -^set pour qu'il fût abrité 413 ; gonrec, « (sans) fatigue, » Jér. v. 
corr, ou plutôt sans [être] lent, cf. R. c, III, 414; auj. goar courbé (gall. gwyr, irl. fiar), goarek, gorrek 
lent, goare^ qui abrite, gall. gwaredd tranquillité. 

2. Goai-, il sait J 14, N 198, P, a te na — B 614, auj. id., gall. gwyr, irl. fitir, déponent, même rac. 
que goiiiiwnt, R. c. VI, 42. 

Goarant, garant, protecteur N 1798, celui qui autorise J i63 ; -alf, garantir, protéger, fortifier 
N 1245 -af respecter 6o3 me a^ goarant je te l'assure J 97, B 611 garant il protège, lis. goar-, 612, cf. SSg, 
.1 232 b, wef -0 je te promettrai de 14 b, défendra 184, B 660 ; -et vous garantissez, vous voulez faire au- 
thentiq» (votre testament) N i323; goarantez, (les Anges, votre) garde, Gw.; auj. id. — Goarnis- 
saft', garnir C, p. NI 170, C, auj. goarnisa. — Ooapt, (sous bonne) garde 366, auj. goard; du fr. 

Goas, serf C — lig homme lige N 35, pi. guisien lig M 56, guysion serviteurs (de J.-C.) NI i38; goas, 
garçon J i3i b, Am., v. eu^ ; homme, mari, N 447, NI 485 ; calon — , le cœur de l'homme 565, goases ser- 
vante B 174; goassat da, rendre hommage à NI 268; goasoniez, hommage N 497, C, au], goas 
ga rçon, v. gall. guas, hl. foss, gaul. vassos, d'où fr. vassal. 

GoaseafT, p. -squet, étreindre C ; goascf, oppression P; en serrant? B 58i, auj. -a, v. br. — gues- 
ciin ; irl. faiscim je serre ; R. c. V. 263. 

Goascfiiet) abri NI 413, 470 en he goua- (la Vierge le prit) dans ses bras i3i ; goasquedaff", tenir 
chaudement 140, gonasquedas abrita 401, auj. id., v. br. goascotou ombre, de vo- et sqiieitt. 

Goastaff, dévaster, C auj. -a; du lat. vastare. — Goastell, gâteau C, du v. h. ail- wastel. 

Goat, sang C, J 16, H, P ; goadaff, saigner C, p. NI 212, goat il saigne B 599 goatsont ensanglan- 
tèrent NI i35 ; -deguenn, boudin C ; auj. id., gall. gwaed ; cf. le suiv. 

1. Goaz, ruisseau C gue:^ dour i 166; goaznetdennou, ruisseaux N 1790; goazenn, veine, 
B 546 C, -en NI 3 56 -^yen B 459, pi. -^y 394, 569, -:[iet N 1899, -yet P ; auj. id. f., van. goeh, XlIIe s. 
goi^, R. c, III, 4i3, e,&\\. gwythî. canal, veine, pi. v. gall. guithennou, cf. lat. vêna? 

2. Goaz, oie C, pi. -y J 200 b, Jér. auj., id. f., gall. gwydd, v. n\. gêd, cf. j^^i^v. 

3. Goaz, pire 714, N 1 1 1 1, J 234 b, — prêt B 488 cf. J 120 b ; sup. -haff B 455 -haf J 32 ; -het bell, 
cruel désastre ! P 265 ; guazhat, empirer, faire mauvais C, goa^has devint plus malade NI 174, auj. id., 
gall. gwaeth. 

Gobelet, g. id. C ; du fr. 

Godoer, petit lit C ; auj. cabane, m., goiidor, abri m., de vo- et toer couvreur ? 

GoefTafT, se flétrir C, auj. goenvi ; gall. gnyw, flétri. 

I. Goel, fête C ^\. you, gouelyou H auj. id. m., \r\. fêil, du 1. vigilia. — 2. Goel, voile (de navire) C, 
N 125 auj. id. f.; du 1. vélum. 

GoelaflT, pleurer C, J 99, P, goue- NI 219 gouelaf N 1208 ; goele^ tu pleures J 186 b, 194 b, goelhet 
vous pleurerez i25 b ; goeluan, pleurs, C, M 7, cf. J 190, 22 3 ; goelann, 1. ulula, C. Auj. goela, cf. 
angl. to wail ; v. br. guilannou, d'où fr. goéland. 

Goelet, fond C, B, titre, J i65 b, ^goulet, r. oui, B 792, auj. id., m., gall. gwaelod, cf. gwael bas, vil. 

GoestI, gage ; -aflT, gager, vouer, C, -as voua, recommanda N i5i3, cf. 1901 ; ny ho goustlouo, 
nous les gagerons (des gardes) J 166 b ; goeetlouer, stipendiarius C, auj. id., gaul. -geistlos otage, d'où 
l'allem. geisel. 

5o 



2o8 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BKETON MOYEN 

1. Goez, sauvage C, av. le nom, B 385, 388; -et bêtes sauvages, gibier N 268, 288, auj. id. gall. gwydd 
V. irl. fiaJ, cf. ail. weide pâturage. 

2. Goez, (en) forme (humaine) 432 ; tréc. goes tëà la mode d'(un tel), gall. gtvedd f. façon, cf. tlSoç. 
Goezreu, maladie des yeux C ; catarrhe, fluxion sur les yeux, Gr. 

Goflr, forgeron; gouel, forge C, auj. go, gaul. Gobann-icnos, cf. Yooipôto (Windisch) ; R. c, III, 41 3. 

Goyunez, vœu C, cf. gall. gofuned, f.; v. br. guomonim promettre, cf. lat. submoneo. 

Golcbet, couette, golchet poente couete pointe; -cliedenn mardi stramcntum C, auj. golc'hed, f., 
V. br. colcet, du 1. culcita. 

Golir, sans queue C ; van. qui-golvêc, mâtin, L'A., tréc. gôl, qui n'a pas d'oreilles, h. br. golvet, R. c, 
V, 222. 

Gollo,vide; -et, vide C, goloet B 344, goulloet 32$ ; inf. goUoiider, C; a\x].'goulo, vann. goulihiie, 
V. gall. guollung, vide, auj. gollwng laisser, lâcher, quasi CtoXvÎyw, cf. a.-XKr^n.-zo%, lat. langueo, laxus, angl. 
slack. 

Gon, gond C ; du fr. — Gonn, truie ? SgS. 

Gopr, salaire C, gobr C, récompense, prix, J 83 b, N 593, P; gopra, louer C, auj. id., m., gall. 
gwobr, de vo et de même rac. que prenaff. 

Gor« (feu) ardent 790 ; furoncle C ; -et, chauffé B 736, auj. id., gwiri couver, gall. gori suppurer, cou- 
ver, V. irl. goraim je chauffe, rac. gher, eÉpo[ji.at. 

Goret, (je ne puis) qu'y faire 3o4, — an cas me préserver de ce crime J gS b ; cf. ne hallan gorret an- 
dra-se, (dialogue anc.) trad. < je ne puis rien au-dessus de cela », je ne puis rien davantage, Pel. v. gorren ; 
gall. gwared délivrer, secourir, de vo et rac. de redec, cf. R. c, VI, 16. 

GorgaiT, engorger, dévorer C ; du fr. 

Gortos, attendre C, J 6i b, NI 449, -of 224, gourtos J 36 b, 37 b, 46, NI 59, veiller N 23i, -07 J 162 b ; 
gourto ! i83 b, B 538, gorteomp! J 6, gourtoet! N i83, p. B 76* gortoit ! Pel. fut. gourteif 291*, lis. -oif 
(r. 0), -eiff 572, oin 572* ; cond. gortose voulait attendre 379, auj. et corniq. id., cf. gall. gwartu garder, ail. 
warten attendre. 

Gou, mensonge, erreur P, N 24, J 4 b, hep comps giier — sans dire un mot de faux B 433 ; le^faux 
N 1472; tort, mal, 104 b, i33, B 484; gaou y35, J 41, Ni 81, M 55, N iSog, e — (jurer) à faux i539 ; 
gouyat, 1617; -yer, C, J 80, var. gaouier, menteur; ho compsou so gouyer (var. gaouyer) 219 b-; 
(erreurs) mensongères B 108 cf. 432, auj. gaou v. irl. gô cf. Y«u(iaSaç menteur. 

Gouaff*, 2 s. hiver N 1448, -a/ J 190 auj. goanv, irl. gaim-red, cf. x"!*"- 

Goude, après J i3, P, il y a (3 jours) 206, — ma oher après qu'il m'a fait (pape) 82 b, — e quempret a. 
qu'on l'eut pris 75 — meruell e tat B 435 ; ensuite N i63o, J 144 b ; ho — après eux H, — se après cela 
NI 3o2 fùudeseQ i3 ; gouden après le 727, N i366, J 9 b ; goudevez, ensuite 67, auj. id., v. gall. guotig, 
de "vo-eti-c, R. c, VI, 58, cf. gaul. eiic, et? 

Gouliereff*, juillet C auj. gouere, -ro, van. gourhelin, de vo- et hejreff. 

Gouhez, bru C auj. id. gall. gwaudd de 'vaduya cf. sanscr. vadhû. 

Goubîn, gaine C, auj. id., corniq. guein, du 1. vagina. 

Goulazenn, latte C, auj. id., van. gloiiahenn, de vo- et la:(, irl. slat -— 'slatta, d'où fr. latte. 

Goulen, une demande NI 241, demander 74, H, -enn C, N 329 (ouf, à) J 41, gouUen NI i6, 340; p. 
golennet N 296, gou- B 672, pr. -ennaffH i3i2 -enaff 1243, -enaf i283 ; goulennas Jér. v. dinoe, -ensont P; 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 299 

-nno (nul ne me) voudra (pour maître) N 42 ; iinp. goullennent NI 106; goulensot tu demandas Jér. v. glen; 
goutenhet \ous demanderez J 49, gol- B 402, ef goulenher on te jugera 717; part, goullet demandé Gw.; 
goullet, demande ! ib., Pel. doit être une erreur. Auj. id., p. goulennet et goulet, corniq. gulen. 

Goulfenn, n. pr., 1. Coluinus C, goulvenn H, auj. id. 

Gouly, plaie 4S4 C, H, NI i5, P, f., J 236, pi. 0K43, 2 s.; io5 b, -iou 214, B 482, -yaoïi NI 214, 3 s.; 
-liaflr, blesser C, p. H, en -lyat on le blessa NI 279 auj. id. gall. gweli m., cf. olîkr^. 

Goulyeau, barre, I. clatrus C, goidiaw, goiiriaw planche attachée au travers d'une porte, en dedans, 
pour la fortifier, pi. -ievven Pel., cf. gourrin L'A, gourin, raoïdin, Gr., linteau ; de ver comme gall. gwar- 
ddrws, ÛTrepôupti; ? 

Goulteiin, fanon de taureau C, auj. id. f. 

Gouni, gomme C ; du fr. 

Gouniou, lis. -mon, 1. alga C, auj. id., d'où fr. goémon. 

Gouiiit, gagner, acquérir, vaincre, H, N 790, NI 552, gonit B 79*, 3o3, mériter, obtenir 712, J 92 ; 
gain, profit, prix, avantage, 84 b, N 141, 1372, B 644; prés, goune^et 77*, fut. -if, -0 J 146, 145, H, gonet^o 
B 2b, goueifhimp 3 s., lis. gon- N 473; cond. goiine:{e P; gouiiidec, cultivateur; gonideguez en 
douar agriculture, gounidigaej C, v. labourer ; auj. id., gall. gweini servir, irl. fognîu, de vo et rac. de v. irl. 
gnîm action, gall. g'»// effort. 

Goui*, homme C, valet (de bourreau) B 697 personne, avec nég. 4o5, N 188, 252, J 96, i34 b ; v. gall. 
gur, V. irl. fer, cf. lat. vir. 

GouruI, corail C, Gr. id., gall. gwylar m., cf. br. goular:^ m., ambre, Gr. 

Goui'cbeiuenu, commandement 85, N igiS, P, J 41, -en 33 b, N 177 — Doue les c. de Dieu 464 pi. 
-ymou 952 ; gourhemenn ii3; -chemnien H; gourchemenn commander C, il commande N 536, B 84 -en 
N 240, p. gourheraennet 12; gourch-, recommandé B 683, -nnaff je recommande 262, -af J 198, -enaf 
N 65 1 auj. gourc'hemenn, de ver- et quemenn. — Gourcliei", couvercle C, goulc'her Jér. et auj., gall. 
gwerchyr, m., =*ver-cor-, corniq. gorhery couvrir. R. c, VII, i5i. — Goui*doi*nn, poignet M 7 v 
de dorn. — Gourdrous, menacer C -et ! Gw.; -ou, menaces J 164 b, auj. id., de trous. 

Goui'en, lutter ; -enei*, lutteur C, auj. id., et gourin ; gall. gwrthryn m. lutte, de gwrth contre, br. 
ou:{, et rhyn agitation ? 

Goui>rautei:>ecftt, abonder C, dérivé de ver et paut abondant. — Goui>freiin, une fin C, goufen 
M 3, gall. gorphen de penn, R. c, VII, i5i. 

Goui-roullet, cahoté 474 ; du fr. fouler. 

Gourlie, ladrerie des porcs ; -eec, (porc) ladre C, auj. id., m. 

Goui*Iiet, brassée; -higaS*, étendre les bras C, hedaff Davies, auj. id. gall. gwrhyd m. de gour 
et liet. 
Gourliiziat, hennir C, auj. gourripa v. br. guirgiriam je hennis ; irl. fergaigim je suis irrité, 

cf. ôp-pq. 

Gourîs, ceinture C, P; -aff, ceindre C, auj. id. gall. gwregis m., rac. vrac, d'où 1. braca (Schuchardt). 

Goui'Ien, mousse d'eau 1. muscus C, ce que la mer laisse en se retirant, Pel., Trd., cf. gall. gwyrlen 
guirlande ? 

Gourm, gorm gourme de bride C ; du fr. — Gouraiandet, reproché, blâmable J 85 ; du fr. 
gourmande. — Gourmant, -nd, sensuel 442, 494, J 12 b; -ndery, -ndise i3 auj. id.; du fr. — 
Goui'my, lis. -ny, fils du neveu ou de la nièce C, de ver et ny. 



3oO DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

Gourre, sommet, 1. superficies C, gorre le dessus B 592, oar he —, sur elle 464; gourren, lever 
C J i85, élever (en dignité) 1 29 b, élever (un enfant) N 906, gorren P, monter au ciel, p. gotirreet J 23 b, 4$ 
(relevé, secouru); 118 b, (var. gourroet); B 326, 437 gorroet H, J 180; gorre! N i58o, gourre! J 2o3, 
B 677, go^reomp! lis. gorr- N 493 ; guerreyt ! Gw. imp. gourree J 23i ; -eas B 347, cf. P ; ej goreat ils 
furent élevés 1 12, fut. gorreif N 383 ; gorrohe P, auj. gorre, v. br. gorre... ils s'élèvent sur lg\. fulciuntur), 
corniq. gorré, mettre. 

Ooiirsez, baut C, 1. tarditasCft; gall. gorsedd trône, cf. fr. surseoir. 

Gourt, roide C ; a debro — sourdet des sourds les mangeront, certes M 7 v, du fr. gourd. 

Gouruez, être étendu, couché N 104, C, P, reposer B 809 cf. J 160 b, P, p. -^et C cf. J 161, gour- 
ve^et! couchez-vous i35 -fse serait couché 167, auj. id., gall. gorwedd. 

GousîTyat, épieu C, v. bret. guedom serpe, tréc. gwif fourche. 

Goueper, vêpres N 462, -ou C, H auj. -ou; du 1. vesperœ. 

Goustadic, (coup) mesure, peu violent J iii, auj. gouestadik doucement, gall. gwastad plain, uni, 
ferme, = uTtôoraTo; . 

Goustill, goustille 1. pugio C, du fr. 

Gouuerii, gouverner 24, 767 rendre (justice) ôgS -nn 34, 5o2, -arn gouverner, garder C, il gouverne 
B 122, gouarn garder P, H, ey em gouuerne^ tu te conduis B 709 -nlie 121, p. -arnet C; gouuerna- 
mant, gouvernement, direction B 86, van. goarn garder; du fr. gouverner. 

Gouzafr, souffrir 127 C, M 3, J 35, -a/ 23, permettre N 1472 go^aff B 466, 617, p. goujaffuet 5o3, cf. 
476, J 37, 41 b, 80; -afve^ tu souffres 67 ; -affuas H, -affas NI 78, -avas 240, -aouas i65, -afas J 76 b ; 
-afiiet vous souffrirez J 38, r. ef ; 44 b, cond. -afhenn 28 b, -affenit N 884, -a/enn 355 ; -auefe^ lis. -afue^ 
802: -afflieB 758, -afve i 114; -afkech 37, 44, r. e/ 34, -hafet \\s. afhet 32; cond. passé -afsech 40 b; 
gouzyfyat, souff"rant, C; auj. gou'^anv, v. gall. guodeimisauch «vous avez souffert», composé comme 
CitoSaixdto). 

Gouzouc, couC au|. id. gM. gwddwg, gwddw, gwddf, m., irl. feid m, )oug. 

Gouzroncquet, baigner; -nqueder, baigneur C, gouronkedi, coroncqat, Gr., v. ir\. fotlirucad 
de *vo-trunc-. 

Gouzuout, savoir C, P, M 3, -;fo«f B 365, P, J 145, N i63, goë^a, goûe^a Am. p. goue^et 3 s. N 832, 
goup'e[^e]t J 221 ; mar goue^aff tant que je pourrai N 848 (cf. léon. mar gouie, tant qu'il pouvait) ; goujuej I 
B 286 cf. .1 184, -et! N 326, cf. J 9 b, Sg, gouei^et B ig, 1 17, NI 36, Gw., v. gwe:(a, gou^uipt N 1414 ; fut. 
gouipff' B 440 \ gou^uejx 522, cf. J 52, -o B92, 191 cf. J 224 b; -uihet B462 cf. J 39 b, 164 b, gouviet 219 b, 
gouihet B i63, vous saurez, ma-^ -yhet qu'on sût NI 472, gousyet 3 s. id., 382 ; gou^ue:(her on saura N 781; 
gonn je sais 20, 3ii, goun J 1 14, P, gon 21, N 527, (ne) onn B 107, 36i, oun 282, J 78, i35, on B 771, Gw.; 
gousot tu sais 598, J 52, -^out H, lis. an gousode J 112b; -somp J 210 b, -jomp H, ne ousomp M 3 ; gousoch 
J 222, N 36o ; -sont H, NI 562, J 139 b ; gous on sait : ne — pet N 779, NI 359, ef — 104, (ou on sut) e^ 
goux on a su J 221 b, na goux rann on ne sait point M 71 ; gou:[yenn 2 s. je savais B 188 -ien Jér. v. glen ; 
-ie P, a chuy na gou^ye quel, ne saviez-vous pas NI 76 ; gou^yech (si) vous saviez B 5 ; -ent ils savaient 443, 
cf. P, cond. gouffenn 36i, J 210 b, -en Jér. v. evit ; -es M 5, -e B 149*, goffe P ; gouffemp B 481, -fhemp 
J 58 b ; -^ffech B 367 a gouez an bel devant le monde NI 55i ; gouyzyec, savant B 188 3 s. r. if 
(gou-y^-yecj; guizuidiguez, science, connaissance N 419, guyjuypguel^} notoriété (publique) i393 ; 
auj. gou^out cf. lat. videre ; R. c, VI, 20. 

Goz, taupe C, auj. id. f., gall. gwadd f., corn, god, lû.fadh. 

Gozro, traire C auj. goero, v. br. guotroit vous trayez, de vo- et treiff. 



DICTIONNAIRK ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 3oi 

Grâce, grâce loo, C, NI loi, P, J 4 b, N 84, 119, dre —, de grâce, i554, pour te remercier de J 180 b, 
en muyhaff — de votre mieux B 466 (voir votre) Grâce N 166, -cf, -es H, -cç NI 97 -aç M 5y v -ac B m, 
NI 304 pi. -ac^ou C, B 678 (rendre) grâces 261, N 489, J 40, les grâces, avant le repas 5o b, — Doe id. 8 b, 

— mal bonnes grâces B iSy -acçaou NI io5, 129, -ccou 189 -acou N 58, B 8i3 ; snacîet, remercié B 632, 
NI 379, J i83 b, cf. iiô -tiet NI 288, -ci il remercie N 1221, -cy B 681, hep ober gi*aziei*y, sans qu'il 
soit fait de grâce M 67 ; -cîus, -cieux C, B 635, J 20 adv. 117b; NI 298, -cyus 98, -tius 292, sup. ciussaf 
J 46 ; -eiusdet, 3 s. B 497 -cyusdet 4 s. NI 182, -tiustet 257, dre craciustet 297 grâce, miséricorde; 
gi*at, gré 64, C, J 9, i53 b, B 88, 520, N 1106, consentement J 107, B 229* (à votre) disposition N 1732, 
volonté N 362, 443 (ce serait mon) vœu 1760 a — (mon Père) chéri J 142 — mai.lbienveillance i53 ; gra- 
taflT, je confie N 1048, souhaite 1886, men gret a lis. grata je promets B 5o8*, gratha, P, gratas promit 
J 127 b, i53 b, NI 92, grattas P, p. -taet B 676 ; gi*e ma gre bon gré mal gré N 1761 ; greabl, agréable 
C.; auj. gras ; van. gratat promettre. Du lat. gratia, gratum. — Gi*afaz rodellec civière à roue, brouette, 

— treux civière C auj. id., van. gravah, du lat. *grabattus pour grabàtus. — Oragaillat, gargarir 1. 
garrire C, -Ihat piailler Gr.; du lat. gracillare? — Onalicliet, gralichet, « le petit uoile qui monstre 
dont est le uent. » — Oramel, grammaire; -ien, -rien. — Gi*ang, -ge. — Gi*aiioilI, -lie 
(grenouille). — Grauel, gravelle ; du fr. — Gi*azal, greel (un graduel) ; du 1. graduale. — Gi*e, 
troupeau de grosses bêtes ou de brebis, du b. lat. gregis, voy. re. — Grec, grec ; -ce, Grèce ; -ecîm, 
grécisme, c'est un livre. — Gréer, gréer (cheval étalon). — Gi-eTafT, grever C -evet affligé J 59 cf. 23o, 
-efvet 232 b, battu au jeu 147, em -ever je suis affligé 196, grefW afflige i23 b ; gi*efius, grief, C, -fftts 
(peine) cruelle NI 40; -euancc, malheur B742, H, cf. J 28 b, gravité d'une peine ; -varie lourde obliga- 
tion NI 415. — Gregoar, -oire C, -oer H ; du fr. 

Gret en — de^, au milieu du jour J 117 b, dre — par l'opération (du S'-Esprit) NI 1 19. Cf. grues ? 

Greunenn, grain, C, pi. greun Am.; greunyafl*, grener C, auj. id. f , v. irl. grân, d. 1. granum. 

GrifTon, g. id. C ; du fr. 

Grigonczat an dent C grincer des dents, -ç^at, grignoç'ja Gr. 

Grill, gril. — Grill, grillon C auj. id.; du fr. — Grynol, grenier Gw. auj. id.; (grignol) f.; du 1. 
granarium. — Grissill, la grêle C, auj. gri^ill m., grésil ; du fr. 

Groach, une vieille C, cof — B 779, un grac'lt eo^ Jér. v. cos, auj. id., gall. gwrach, cf. v. irl. fracc, 
femme ; de gour. 

Groachel queunet C amas de bois, gra- Ce v. bernn, auj. grae'hel, gall. gwrychell f., un fourré, de 
gwrych, haie. 

Groaet, fait, devenu, rendu, 38, 5^., graet N 525, J 24 great 36 b, NI 414, B 212*, gret N 910, ej voe 

— ordrenet on ordonna NI 276, groat B 17, 189, 35i, gruet M 55 ; prés, groaff B 776, graff 'H 20, graf 
J 52 grafme (que) ferai-je 1 13, raff 5i, B 5i raf 47, J i5 ; gruej M 10, N 1 155, P 25i, groej H, grej i562, 
J 77 b, ref N 36i, M 8 v ; groa 67, B 104, N 164, J 59 gra N 1290, quement a — ouj da caset tant il te hait 
J 90 b, ra 9 b ; grueomp B 224*, graeomp H, reomp 786 ; gruet 222*, J 1 12, gret 18, ret B 481, gruyt 
J 104 b ; grueont B 107, greont J 139 b, reont 112b; graer on fait 127, raer B 602, rer 587, 756 ; imp. gren 
N 36 ; grae 3-^3, J 102 b, NI 4o3, rae B 8o5, gréa NI io5 ; grent 141, 23o, rent B 333 ; graet fut fait, on 
faisait, J 84., great NI 490, 558, prêt, gryis, var. gris, J 164, gris 91, B 187; 3« gref J 129; gresomp 23o; 
gruesoeh B 249; gruesont 342, gresont NI 28, 74, resont B 65o; groa! 3o, ma sintif — obéis-moi 225*, 
N 872, gra 2, J 19, 62 ra B 82, groaet qu'il fasse 236, gret NI 87 ; grueomp i s. B 461, 2 s. 69, greomp i s. 
J 17, N 656, NI 98, 2 s. 344, B 212, gruemp 58 1 graeomp J 161 ; gruet 49, B 5, 297, 367, \3j,groet H, graet 
J 47, 181 b, gret N 601, NI 487, J 16, gret e aeren liez-le 82, gruyt e eren 70, id., 79 b, grit 9, N 826, NI 334, 
gryt 281, J 7 b, ret 10, B 33, Sg ; fut. gruiff 56, M 53, gruif N 778, griff 1706, grif 123, J 21, gri/me r. 

5i 



3o2 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU URETON MOYEN 

im 23o, riff B 52i ; 2« gruy J 52, N 1 149, B 614; 3« groay 144*, N 284, gray i55, NI 65, J 62, cf. 78 b, 
greay 9, grai N 633, rqy J 18 b, B 28, wie — dejy je lui en donnerai! 462, tréc. me rei out-i ; groahimp 
N i3i grahymp J 118 rahimp 27 b ; gruehet B 55, greheut J 5i b, 56 b, i3i b, grehet 54 b, NI 120, reheut 
J i3t b; groaint B 428 grahint J 43, 43 b rai«r B 767, M 63 v, raynt 7 v; graher on fera, qu'on fasse, 
J 23 b, 178, N 1387; cond. grahenn i5io, J 218; rahenn N 169, B 3 16, -en 243 ; -es 708; groahe 774 groa« 
I s. 209, grahe N 1014, J 90, ra/ie 234, rae i s. B 209 ; groahemp 252, ^ra- N 347, ra- B 481 ; grahech 
J 147 225 rech B 3o4, rechuy 248; groa/ief qu'on fît 247, gra- J 40, on ferait, P ; ralier on ferait B 720, 
raer i s. 756 ; groasenn que je fisse 287, grasenn J 197 b, j'aurais fait 82 b, rasenn B 188, ne graesen je ne 
veux pas faire NI 117; grases B 286 ; groase 437 grase NI 162 grâce J 102 b gras en ferait le NI 410 ; 
rasemp B 25o ; groasent 438 ; groaer, faiseur C, drouc graer malfaiteur J 101 ; tréc. groa, il fait, corniq. 
gyvra, gall. gwna, R. c, VI, 3i. Voy. gueure. 

Grocc, crosse d'évêque ; — an buguel, — de pasteur ; — morte^ C pilon. — Groign, action de grogner 
NI 553 ; gront, grondement, bruit B 794, J 112 b, gronderie 232, N 1448 ; na (var. ho] lis. ha hy kep — 
et elle (répondit) sans bruit P 86, cf. 69, 122 ; du fr. 

Gronnet, 593, J 148 b (cœur) enfermé dans la poitrine ; auj. -nna, amasser, envelopper, gronn amas, 
paquet, irl. grunnadh, gathering in heaps, OR. 
Orouanenn, greanenn, sable; gi-ou£iuus, sablonneux Cauj. id., corniq. growyn, R. c, V, 245. 
Grozuolat, murmurer C, -volât, Gr.; crosmola, dans un v. dict. grosmolat, Pel. 
Gru, grue C ; du fr. 

GrueCi femme N 898, J 1 1 5 b, C, -ouec, H, -oec H, P, grec J 14, gruech N 087 pi. groague^ Gw., C, 
V. doees, J 219, gra- 128 ; grueguel, féminin ; ozecligruec, virago C, tréc. groek, v. corn, gurehic, 
de gour. 

Gruech, ciron C, grech P 257, auj. van. groëh, léon. grec'h, m., pi. end, Gr., gall. pi. gwraint. 
Grues, en — au milieu (des vierges) 679, dam — près de moi 527, (venu) vers moi P, diou^ e-- (s'éloi- 
gner) de lui J 192, em grès dans mon sein 141 b, ef — sur ton sein 149 b, en he — dans sa poitrine 148 b, 
cf. gret ? 

Gruy, couture, C, gry J 145 ; gruyat, coudre C, gruy (un souci me) point, N 8( i, gryat clouer 
(à la croix) J i36 b, piquer (pari, de l'envie) NI 197 ; en un — en un instant (?) Jér. -iat H, p. gryet J 42 b, 
(cœur) percé d'un glaive NI 218, -iet J 43, P, greyet NI i5, gry as perça (d'une lance) 16, en gryat on le 
cloua 466, e — qu'on le clouât 45 ; gruyer, couturier, f. -es C ; van. groui, gouri, gall. gwni; v. br. 
gruiam je couds ; R. c, VI, 3 1 . 

Gruizyaft» enraciner; gruîzyenn, racine C, p\. gri^you J 233 b, iou 222, le fond (du cœur) léon. 
grisienna, cf. ^(Ça, ppi'crSa. 

Gualern, auel —, vent de septentrion C, auj. id. (nord-ouest) cf. fr. galerne. 

GueaflT, tisser ; guyat, toile (d'araignée) ; guyader, tisserand f. es ; gueadur, tissage C ; 
gueden, lien, hart, Gw. v. kerc'hein ; auj. guea ; v. br. gueig textrix cf. 1. vieo. 

Gueautenn, herbe; gueuta, herbcr ; -touat, lieu où croît l'herbe C, auj. geoten, v. hr. guelt-, 
lith. valtis. 

Guedafl', guetter, C, -dal garder P, fut. -do N 276 ; -dour, guetteur; guet, guet C, J 193, guyt 
C ; du fr. 

Gueen, masque C, guéenn Gr. 

Guefl, gueule C, gueaul Gr.; gall. gwejl f., lèvre, de vo et gall. byl f. bord, irl. bil. 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 3o3 

Guegen, n. pr. 368; au XlIIe s. id., /f. c, 111,415,417: au]. Guégait :K<' s. Wecon, := "Vo-cunos, cf. 
gall. gogon-ed élevé, glorieux. 

Ouelcliiff', laver 265 C, J 5i, -if 53 b, -i N 985, guelhy 1016, p. golchet 954, C, J 19 b, cf. 52 b; 
gulchy lavait, lava H 45, cond. golclie 52, -ech 5i b, goulchet qu'on lavât 53; guelchy tu laveras 52; 
golclieres, lavandière ; -hidigaez, ablution; golfaat, battoir C ; goalcb, expiation? NI 498 
auj. goalc'hi, \t\. folcud, rac. velg cf. goalch et R. c, II, 332. 

Ouele, lit C NI 227; -iiout, (être en) couche C, auj. id. m., v. corn, gueli. 

Gueleiff, couvrir, 63 1, C golo id. C, H Jér., B 625, goulo 629; golo couverture C ; p. goloet Jér., 
caché B 773 ; gouloel 63o, cf. 624 ; gouloy couvrira 63o, auj. golo, gall. id., v. irl. fullugaimm je cache, de 
fo sous et laigim je me couche, cf. X^/^oç. 

Guelelouenn, -ouuenn, guerelouenn l'étoile du malin C, ar verelaouenn, van. er vourleïien, Gr., cf. 
gall. llewyn éclat ? 

Guelei*, bière à porter les morts C ; ghelher Pel.. gall. gelor, id., corn, geler cercueil. 

Guelet, la vue P, N 991, J 148 b, voir 3i, C, N 166, B 354, Pi P- guelet Jg b, 121 (vu la plainte); pr. 
-aff B 725, -a/N i58, -llaff i 9 b; -e:f 112 b, B 273; -er on voit N 485, J 148, guilir B 544; -yly voyait 
P prêt, -élis 3oi -i7is 100, 48, P, -ylis J 107 ; r. el 175 b; -elsot P; -elat on vit 93, NI 62, -liât 892 ; fut. 
-eliff B 487, -iliff 43 -illiff 128, -yliff P, -if J 1 93 ; 26 -yly 88 b, -ili N 1 1 56 ; -elo 82 1 ; (ce qu'jelle trouvera 
(bon), B 236, -elîo 35o ; 2e -elhet J 190, B 60, i, -elliet i*, -elet P 40; -elheur on verra J 58, r. er, -her 33, 
B 454, P, gueler J 63 ! -Ihe verrait B 234, -het on verrait fi3o -Ise aurait vu 365, verrait J 102 b, -ses tu 
aurais vu 2i3 b; auj. id., cf. ôpaw, 1. vereri. 

GueleuifT, -yff, briller; -euyat, (ver) luisant ; golou, lumière C, M 55 v, roen goulou le roi de 
lumière, Dieu, N 1794 goulaou NI 140; dei{ mat golou B 53, N 929; goulaouaflf, briller NI 141, p. 
golouet brillant B 680, 81 3; pan -ouas de^, quand l'aube parut P, goulaouas NI 33o; goulouenn» une 

lumière N 978, teyr goulaouen, f. Ni 94, gol- H auj. ^0/0 lumière, de vo- et cf. 1. lux. 

Guell, meilleur NI 392, C, -el remet meilleur remède Jér. v. evit, -ell mieux J 7, B 291*, N 356, -el 
N 773 ; sup. gtielhaff B 41, -haf 5 b, -llaff N 36, -llaf 682, -llhaff M 2, -llhaf J 214, -afu H ; -elhet tra 
quelle bonne chose, NI 325, 38 1, — cas i 56, — stat P ; -liât, amender, châtier, J 106 b, auj. et v. corn. 
guell ; cf. goall i ? 

Guelouenn, sangsue C, auj. gelaouenf., irl. gil cf. lat. hirudo. 

Guelteff, -ef, (enlaceure de) trefs (de maison) C, auj. -tre ciseau Et. bret., IV, 4.1 

Guell resenn, C guétTe au], geltren ; du pi. fr. guêtres. 

Guen, joue C, J 76 ; f. : diou — , 80; pi. -ou, lèvres, bouche N 591, J 25, B i3i ; -ouat, bouchée; 
-niiouee, buccatus C auj. genou cf. ^évu;. 

Guenanenn, abeille C auj. id., f., voc. corn, guenenen. 

Guenei", vendredi J 23ob, H, de:[ — 80, NI 78 auj. id., du 1. (dies) Veneris. 

Gtienet, Vannes C du gaul. Veneti. 

1. Guenn, coin, 1. cuneus C, auj. genn, m., v. br. gen, irl. gein. 

2. Guenn, blanc 625, C, N i52, J 43 b, beau, en bonne santé, M 7 v, cher (fils) J iSg b, -en 17$ b 
(enfants) heureux, sages, NI io5, sainte (Marie) 229 -enn blanc (d'œuf) C, J 201 b, le blanc (de l'œil C,guen- 



3o4 DICTIONNAIHE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

cann tout blanc H, cf. J 233, ef vefo guenn hoj bet votre sort sera heureux B 427 ; ma\ eu guen da vet $04*, 
guenn bet... an heny... heureux celui M 58, guen bet an bedis NI 415 guenn vet ma speret B 184, guennvet... 
an mam J 174, guenn è bet... an heny M 57 v, guenn e bet... a credas J 236, g. ma bet B 5i8, g- .da bet 629, 
807; guennuîcHc, bienheureux C, guenu- M 55, cf. J 127 b; -ydic, r. et, B 179, guynv- J 193, -idic 
209, P, guinu- C, cf. P 142 ; -i^uidkq N 121 5, -iduidic P, -nuipc H ; guennuidicat, rendre bien- 
heureux; guiuuidigaez, félicité; guennafl^ blanchir; -nnder, blancheur; guenngoIoflT, 
septembre, (paille blanche) ; guiiiiz, froment C (blé blanc) gwynyj Jér. v. heis, guinith Cartul. de Quim- 
perlé, Pel. Auj. guenn, v. irl.^nii, gaul. vindo-s. 
Guennel, hirondelle C, van. guignel, f., voc. corn, guennol, cf. fr. vanneau (d'A. de J.) 
Guennbaenn, verrue C, auj. id. f. gall. corn, gwenan \v\. faine cf. angl. wen. 
Guenole, saint Gucnolé G\v., v. kerc'hein ; XI« s. Guingualoeus. Cart. de Landévennec. 

Ouent, odeur ; -at, ami net éventer le blé C ; auj. guenta, vanner ; du 1. ventus. — Guentl, la 
goutte C, V. bannech, douleur de l'enfantement N 870 pi. ou 85S, oar — , en couches P ; gw- tranchées Am., 
auj. id.; du b. 1. ventris. — Guentus, ventouse C, v. boest, du 1. ventosa. — Guenueui*, janvier C, 
auj. genveur, du \. januarius . 

Guer« mot 98, i54, J 7, N 314, P, quentaff— tout d'abord B 336, an q. g., au i«' chef 108, au plus tôt 
i65 hep gou — sans mentir d'un mot 32i ampechaf ne mennaf — je ne l'empêcherai pas d'un seul mot J 3i b, 
heb, lis. peb vn —, (expliquons) tout ce qui est arrivé N 1 192, pi. you B 286, J 62, iou i 5, yaou NI 277 iaou 
422, guiryaou 38o, -you J 25, P, B 245, -yriou 252; dira, quic 568, guic 568*, lis. gric, (ne dire) mot ; 
auj. ger, cf. galuet. 

Guerbl, « caple» C, auj. f. bubon, v. br. goerp stigmate, wX.ferb pustule. 

Guerch, ord' adj., vierge 82, N 384, P, NI 7, conceuet — , conçu par une vierge 226 ; -es, une vierge 
J 4, B I, C, H, P, N 160, -ef 391, H, J 84, Ni 170, pl. -eset 36i, P, B 636, -esou 67b, M 71 v, -aou NI 352; 
-cbdet, virginité 261 , B 6, C, J 149 b, auj. guerc'h, du 1. virgo. 

Gueryn, etren — , dans le peuple N 1427, vî gall. guerin, factio, v. 'n\. foirenn. 

Guern, mât; -enn, aune ; -rnnec, aunaie C, auj. id., gaul. verno- d'où fr. vente. 

Gueri*, 2*, guerch 2, violence, du fr. guerre. 

Guers, vers C, pl. -r^ou H, auj. id., du lat. versus. 

Guei>zafl[^ vendre C, -afi 86 -eur se vend iij, -r^se vendît 129 b ; -ei*, vendeur ; -îdigaez, vente 
C, auj. -ja, cf. 1. verto. — Guerzit, fuseau, — pressouer arbre de pressouer; -zidier, fuseiller, 1. fusa- 
rius G; auj. id., f., v. br. pl. guirtitou, cf. lat. verto. 

Gués, truie C auj. guis, v. br. id., ir], feis. 

Guespedenn, guêpe C, auj. id., du 1. vespa. 

Gueun, marais, r. en, N 878, léon. geun f., voc. corn, guen champ. Et. gram. 24. 

Gueure, il fit 124, 179, J 137, a —, 2 s., 27, geure NI 240, — ... bout la^et... 429, — ... e^ vise lajet... 
472, il ût luer guère P, — ann 2 s. B 106, monet a geur'en aer, l'air devint... NI 340, guereu forgiaff' ût 
faire B 434, gueureu (nous) rendit (délivrés) NI 206, guereu, guerue J 128 b, geureu NI i33, 76; auj. eure, 
gall. goreu, de *ver-âge? R. c, VI, 3i. 

Gueus, lèvre C, f., dyu — Jér., dyou -ux M 7 v ; -usyec, qui a grosses lèvres G léon. gtveu^, geu^, 
gall. gwefus de vo et cf. irl. bus, 1. bucca. 
Gueuel, tenaille C, auj. gevel m., v. corn, gebell ; v. irl. gabaim saisir, 1. habeo. 



DICTIONNAIRK ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 3o5 

Gueuell, jumeau C, auj. gevel, du 1. gemellus. 

Guez, fois, 632, J 71, 1 19, P, nep — (si) jamais NI 90, un- (ouvrez) donc, un peu B 478, an eil — C tour 
à tour ; f., honne:^ B 669, teir — M 8 cf. J 63 ; — aral autrefois C, un — arall une autre fois N 671, — aral 
autrefois C; ne fyllyf ves Jér. v. gwesch doit être différent. Léon, gueach, van. gueh, v. \r\. fecht d. 1. vices. 

Guezenn, arbre 332 C, gu^en P, pi. gue^^ N 890; $;uezuout, chèvrefeuille C, \éon. gue'^en, gaul. 
vidu-, cf. angl. wood et woodbine. 

Guezn, fort à rompre ; -odenn, sentier C, auj. guen, souple, v. br. weten, de victO', Et. gr. 41*. 

Guezr, vert, C, gwe![r Jér.; guezret, verdeur P 243 ? auj. guer, v. gall. guird, du 1. viridis. — 
Guezrenn, verre C, -en r. ej NI 94, 9.S, r. er 356, léon. gueren ; du 1. vitrum. — Guy, gui de chêne 
C ; du fr. — Ajr giiyber, couleuure deaue C, tréc. gwiber f., vipère ; du 1. vipera. — Guiblenn, uide 
in lestr C, guiblenn girouette, Gr.; giiînaelet, foret, guinbelet C, auj. id.; du 1. vibrare. — Guicbet, 
pour issir par darriere 1. postica C, gwichet moitié supérieure d'une porte qui s'ouvre en deux parties Pel.; du 
fr. guichet. 

Guydal, piper 1. pipiare C, quïchat piailler Gr. 

Guignai an noulagat guigner des yeux C : du fr. 

Guîlchat, tondre ; -cher, tondeur C, guïlc'hat Gr., gall. gn'elleifio ; v. br. guiltiMnu tonsuras, voy. 
guelteff. 

Guilbelni, C, -Uerm H, Guillaume ; -llemet, Guillemette, 1. -meta C ; du fr. 

Guillous, -oux, ménétrier C ; gouilh larron de nuit Gr., gall. gwill vagabond, corniq. gwilleiw 
mendiant. 

GuimpI, -pie C, guympl Gr.; du fr. — Guiu, vin C, P, -yn J 56, oar an -tn comme pourboire B 42, 
pi. ou Jér.; guin aegr vinaigre, C, J 143 ; guiuyenn, vigne C, léon. et v. corn, guin ; du 1. vinum. — 
Guincbaif 9 eschiuer ou se garder de mesprandre, 1. cavere C ; cf. angl. to winch, to wince. 

Guînbeu, uide in breinder C; guignen aubier Gr., gall. gnyning, cf. guenn. 

Guiubezr, veneur C, -jl N 273, guipiejl 272-3 ; du lat. venator. — Guintaff*, guinder C, tréc. 
gwintan ; du fr. 

Guipât, C petit-lait; laej gwipat Pel., guitott, guitott-leah m., L'A., cf. gall. chwibl aigre? 

Guir, vrai 176, N 84, P, H juste N ii83 -yr } 17, B i59, 337, ^^ ^39 ; tut -ir, gens de bien N 920, — 
reson 190 ; guir, droit, raison C, B 496, 707, 769, pi. -yriou P ; -îryon, juste, fidèle, 5, — Leonis NI 

127, vraiment B 54, J 27, NI 184, N 5 18, -ion 266, 446, P, -yrion B 277, -ionn NI 314, -yon J 77 pi. -yrio- 
nou P ; guîryonez, vérité, fidélité, justice, C, B 1 34, -es 245, -ione^ N 470, 526, guyr- NI 63, -ionne^ 
3 14, -yone^ B 285, J i5i ; auj. id., v. gall. guir cf. 1. verus. 

Guis, guise, façon, mode, 8, f. : homan, 3o6, J i3 ; a — yen, d'un genre mauvais B 209 pep — P 83, e 
nep -ys J 6, H, enep — Gw., d'aucune façon, da — ton sort iM 10; quis N 328, 398, 544, 1143, i35i, 1434, 
auj. gis, kis ; du fr. — GuisponafI*, enduire (de plâtre) C, gussconnein L'A.; du fr. gtiipon, br. guïs- 
pon, Gr. 

Guisquafi*, vêtir, revêtir C, N 237 -a/217, -ca/Gv/., v. dillat -affH, p. -guet N 1672, guy- J 108 b, 
cf. 109 ; guiscas io3 -quenn]e revêtirais B 487 -squ y revêts-la 628 ; -squamant, vêtement C, N 1695, 
-ysc- J 43 b, P 227 ; -isquadui*, id. C ; auj. -ska, cf. Guiscuhiarn t au vêtement de fer », Cart. de Red. 
225, et 1. vestis. 



706 DICTIOVSAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

Cuitebuuan, tous jusqu'au dernier, tout e-nticr 23, guy- 642, J 71, 80 b, P, -am r. an B 438, guy- 
tibunan 390, NI 97, J 10, gui- N 467, -ty — H, NI 55y, ^Mr(r- '76, J loi b, guitti- H, guitib unam r. an 
NI 35o, guitebuntam B 445*, ^u>'- 775, J 97, -ïi- 38, guit eb un tant B 121 guityb un tam NI 345 guytebon- 
tam. -botntam Jér., goetebetam G\v. L'av.-dern. syll. de -untam rime ord. en e/. Auj. gwitibunan, corniq. 
keteponon : van. cotibunan L'A., ^o- Chalons. 

<iuîuf hei*, écureuil C, tréc. gwiber, f. gall. gwiwer m. cf. l. viverra. 



H 



VLz ha neuej flam désormais N 975 ; ha /e// (c'est moi) qu'il (vous) faut J yi; habil -c B 578 , habit i3, -it, 
habitation g. id. C, J 37, habitacle g. id. C ; ham be^et hy que je l'aie i32 b, cf. B 494; Aaf vejef aie J 141 b, 
her certes (lis. car) mss.jPel. her na de peur que P ; voy. a, abil, etc. 

1. Ha! ah! ô 368, 576, J 21 b, NI 245, ha ha! B 583, ouf! J i32 b, cf. fr. — 2. Ha, et C, N 6 (dev. 
cens.) ; 277, 338 (dev. /i), hac 112 (dev. voy.), P 27, ha ef B 63 ; hag J i3 ; hac... ha et... et i25 b ; soe:{et ha 
cruel, troublé, et viv' N 5o2, ha cret se crois-le bien J 60 ; ha ma:( quand même (je dois) 67 b, (un pays) où 
(vous alliez) B 24, ha pan si (je trouvais) 3i6, van. a pe ; ha hy quoiqu'elle soit N 707 cf. B 16, 644, J 126; 
ha est-ce que 54, voy. ^ 6, 7 ; an froe\... ha ne... ameux ganet (que) J 149 b, dec scoet Ha so manet (qui) 
N i5o5-6 ; quen co:^ hac aussi vieux que P, ha an i s., var. ha'n et le J 44, han, hann B 486, an NI 342 ; ham 
et mon J 7, et me 38; ha^ et ton 80, B 383, ha e i s. et son (à lui) J 49, he B 32 5, 384, 634, ann eil tu lie 
guile C ; ha he et son (à elle) N i65, he et le (quitter) M 53 ; hac hon et notre N 587, hon J 232 b ; ha hoj 
et votre N i33, B 423, ha ho} 28, ho B 406, hoif J 5, N 1057, et vous 541, i32 2, 6649 ; ha ho i s. et les J 219; 
piou hemir ha (lis. hy) na diguer 34. Auj. id., v. corn, ham et mon. 

Habasq, tranquilU 596, mou, paresseux, lâche, Am., 1. facilis, suavis, C: -aster, patience NI 174, 
auj. id., abaster interruption d'une chose violente Trd. 

Habei'ît, nom de démon N 787. — Haec, haceau ; du 1. ascia ; hache, g. id.; hachedenes, 

hachedenoise. — Hache, ache, 1. apium, C ; du fr. — Haci-, vilain 354 impur J 53 b -cre ort C, -craff 
la plus infâme (mort) Jér., corniq. hager, gall. hagr; du v. fr. heingre? (Stokes). 

Hael, généreux, doux, P 27, doue», heureus' N 1812, B 670, (voir) bien 478, certes N 433, B 85 var. 
hcel; i57, J 3o b,sup. liaenaffVis. -laff B 323, hel (bel et) bien J i55 b (je crois) bien 2i3 b, certes N 1 109, 
1816, B 204 poli, doux N ii85, doud, dévot' 1069, 1228, hell NI 169, 565 heel B 568 ; v. br. hael-, gall. 
hael, de *sag-los, cf. haer entêté, irl. sâr très, ogamique Sagramni, Nettasagru, Sagarettos (Rhys), et Ivupôç 

HaetafT, nem em — je ne me plais 555, -af]e ne m'en soucie pas J 6, em em -aff je me complais N 337, 
emem — 1075; haetus, joyeux, heureux, et adv. B 32, 604, 635, NI (,g, 5i5 hce- M 8 v, he- B 17, 
agréable N 29, J 181, fort i58 élégamment 44 ; auj. heta; du v. fr. haiter. 

Haezl, manche de charrue ; hezler, (celui qui la tient) C, heal, hœl (la fourche) Gr., gall. haeddel, 
de *sagetl- cf. è^^ÉtXt), Hésiode. 

HafT, été C, M 5, N 908, P 248, haf i 190 ; auj. hanv, irl. sam, sanscr. samâ. 

Hal, crachat C ; hal, -o, Gr., gall. haliw, cf. lat. saliva. Le fr. haie, C, doit être h. br. 



3o8 DICTIONNAIRE ÉTVMOLOGIQUK DU BRKTON MOYEN 

Ilalaczon, g. id. 1. cariobcllum C ; haraçon m. chevilles (de moulin) L'A., cf. v. fr. hairijone^ de 
chaux f-t de sable, God. 

Haleguenn, saule C auj. id., gall. helygen, cf. 1. salix. 

Hsimblit, dej yaou — jeudi saint H, di^you camblit Cb, v. coati; auj. id., gall. cablyd corn, hamlos 
irl. caplat ; du 1. capitilavium (Stokes). 

Hnmbroue, conduire C, J 88 b, 104 b; chasser, expulser NI 332, p. hanbroguet, r. ouc P 281 ; 
hambroucq Gr., gall. hebrwng ; voc. corn, hebrenciat directeur, cf. Abrincatui. 

Hïinafl', hanap, coupe C et Gr., corniq. -af; du germ. 

llanbout, état, manière d'être P, hambout (son) pouvoir M 4; gall. hanfod, de bout ; voy. bejaff 2 et 
ahano. 

Hanter, (la) moitié 264, N 1 3g4, J 1 1 — nos minuit NI 329 ; da — an creis de^ à midi et demie ? J 42 
à moitié, à demi 234 b. C; demi (dieu, etc.), — cant cinquante, — lesquiff" dcmy brûler, — lech demy lieu, 
grece ticon ; hanteraft*, diviser par moitié C, auj. et v. br. id., de *samiteros cf. lat. sêmi-. 

Elanu, I s. nom C, N 534, Pi *'""' NI 253 han P 175 ; benuel, nommer NI 36, -// C, p. hanuet N 74, 
B 6, -vet NI 18 lianuat qu'on nommât N 1384; henvet r. en, vous appelez J 54; hanuei*, nommeur C ; 
auj. han, -v, -0, v. gall. anu, v. irl. ainm, cf. clvo(xa. 

HappafT, happer C ; du fr. — Baracc, engeance J 98, -ancc r. ace 71b; van. -aff troupe d'enfants 
Gr., V. haras; du v. fr. hara troupe, harace poursuite, God., harans troupeau de cochons, Du Gange. — 
Hardlz, hardi C J 21 b, -is Jér.; -izdet, hardiesse ; -izhat, oser C ; auj. id.; du fr. — Harell, 
douleur, tourment NI 549, G\v., Jér.; n'on eus arell a helle hon sicour Gvv. (appui, protecteur); /i- secours, 
troupes auxiliaires, Hist. de Bret., II, 234, 329 (Pel.) du v. fr. harelle émeute, tumulte. — Hai-inc, 
hareng. — Hames, douglin arme dn genou ; — march harnais de cheval. — Harp, -pe ; -ei*, harpeur 
C; du fr; — Harpa, appuyer Am. p. et (en haff) N 901, auj. id.; du fr. harper, accrocher. 

Hars, obstacle C, oj- — à côté de NI 426, 470, N 899, oz harj 904 ; -saO*, arrêter C, hars! P ; -rja 
dissuader Jér., auj. id., van. har:; résister, B. er s. 117 ; R. c, V, 222. 

Harz, aboiement, -aff, aboyer C, auj. harjal, aboyer, v. br. arton, gall. arthal grogner, cf. àpaÇw ? 

Hasart, hasard J 27 b, 146 ; du fr. 

Hasou, ent glorieus' 182, avec bienveillance P, en hasaou NI 8, peur — 140 (Marie l'enfanta) heureust; 
peur — 426; /ia.MO!< (souffrir) patiemm' 78 hasaou respectueusi, pieust, 250,422, 424; hasoiiez, (avec) 
honneur J 177 b; a^aouej bonheur, heureuse rencontre, Pel., pensée obligeante (Roussel). Cf. Asoi-ucar, 
Ri-assoe, Uuor-asoe, -hasoeu, -hasoui, -asou, Wr-hasoui, etc., Cartul. de Redon, et gall. aswy, gauche ; 
pour les sens, cf. opidroç et àpisrepoç. 

Hast, d — en hâte 594, J 78 b ; -aff, se hâter B 726-7 C, -afu H, — e/ .' J 7 b ho^ em ! 126 b, hastit ; 
202, em -et vous me hâtez i33 ; -îlï', hâtif, pressé C, vite B io a hast — en toute hâte 594 ; -1/ précipité 
J 235, 101, -yf Gw. V. be:^. -ij var. iv, r. iv J 60; has ti^ ? } 1 1 5 ; dehasta, dépêcher, hâter d'aller, G\v.; 
auj. id.; du fr. 

Hat, semence C, P, J 94 race 36, B 209 (d'une vile) manière 274 (de toute) espèce 58 (d'aucune) sorte 
J i34 b ; hadou descendants B 329 ; hadafT, semer C, ada Am. Auj. id., cf. lat. satum. 

Hau, ohé ! 371, J 88 hau ! hau! B 45 heu C. — Hautain, g. id. C ; du fr. 

Haual, semblable C -val J 176 b, -fval 68 b, -nval H, heuel B 270 -ffuel 388 ; dre nep hevel, en 
aucune {façon iJ 126 b, d. n. hefvel 21 3 b un hevel de même sorte P 234; am bavai, ce me semble P, 
heuele^ tu ressembles B ; havalet rendu semblable P; a baualier, est comparé N 1427 ; beuelep, tel 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 309 

C, en -eb de telle sorte (que) B 263, hevelep den, homme en pareil état J 58; (faite) uniformém' 145, égalt, 
néanmoins 93, e — ancquen une pareille douleur 128; heuelebecat, ressembler, p. -quaet ; -bidl- 
g»ez, ressemblance C. Auj. hanval, henvel, XIII» s. (But)-heuel, IX» (Lou-)hemel ; cf. 1. similis. 

Hatirec, guéret C, auj. havrek, prov. garag ; du b. 1. warectum. 

Haznîtt, connu C, évident, manifeste, et adv. Jér. M 63 v, NI 474, — am croeadttr visibli enceinte 
N 483, cf. hajat a droucatret P 93 ; lia^nat r. an, B 182, 58o, M 67, N 408, 1640 (publiq'), etc. NI 17 ; var. 
hasnat, r. as P 54 ; haznattat, apparoir C ; tréc. haenat, gaul. Ate-gnâ-tos = tn vvwtÔî. 

He, son (à elle), la, he mestr he les he hunan 12 5-6, cf. 379 ; he guelas, hen saludas NI 38o he pardonas 
J 4 b, cf. B 6, N 234, he deueux elle a 192; hac e reo B 79*, he haeren 569 (tréc. hec'h aeren) la lier ; ne 
haieulo qui ne l'adorera 264*; elIiquiffSSj, lis. ellesq- je la brûlerai ? ehem discue-( elle se montre 479 ; ma 
e gueliff 487. Voy. e. 

HeanI, i s. soleil 10 C, H, M 55 v, P ; m. : e, J 148 ; eaul NI 95 heol N 908, hetil C, auj. id. m., voc. 
corn, heiiul cf. goth. sauil. 

Hebiou, 3 s., e^aff ... — je passe i3i, tremen — 378, ead eo he biou il est parti Am. v. piou; léon. 
ebiou, gall. heibio, v. irl. sceo, de *seques-o (Rhys), voy. hep. 

HeCs vil, laid, odieux M 7 v, C, J 14, 59 — touceget d'affreux crapauds 1 1 sup. heccaf 98 b ; dre — de 
force 109 b, (auj. id.) an — la violence, le supplice 1 1 1 b. 
Hector, Hector C, P, 246 ; du fr. 
Hedei", enfer, supplice N 594, cf. gall. hyder hardiesse. 
He<li*o, mobile, changeant N 55, J 139 éd. 1622, P, de he, sanscr. su-, bien, et tro. 

He^aff, secouer C, penn heig, tête branlante B 3o3 ; auj. heja, hija ; h. br. héger, déjà chez Pel.; 
orig. gerra., cf. fr. hocher? 

Hegai-, aimable H, J 52, P, N 338, — Mary NI 34, adv. N 181, (croyez) bien NI 435; -at, aimable, 
agréable 27, N 564, J 9 b, C, P, B 695, bons (matériaux) 68, adv. N 257 -ad NI 222, sup. -ataff 362, N 948; 
-atdet, bénignité C, -atet Cms ; v. br. -hocar, -hucar, gaul. sucaros, voy. car. — Hegas, odieux Cms, 
J 97, P 280 ; voy. cas. — Hegredîe da crédule à N 1455, voy. cridiff. 

Heiz, orge C hey^ Jér., léon. id., gall. haidd ; gaul. ace. (s)asiam seigle, Pline, sanscr. sasya semence 
(Stokes). 

Heizes, biche C, N 277, léon. id., f. de gall. hydd cerf. 

Heleoa, Hélène Gw. v. cae^r. — Hely, Elie NI 86, 461 ; du fr. 

Heinan, celui-ci 186 C, NI 285, 421, N 906, J 223 — gret faites ceci i3g éd. 1622; fém. homman C, 
homan P, J i3, B 340, N 402, NI 94 hou- 114, 3o2, a houmman de celle-ci 80; heiinez, celui-là 126, 
N 8o3, J 71, B i5, 3i2, cela 482, N 450, P, J 5i, f. honne^ 114; ben hont, celui-là (là-bas) i3o b, henn 
ont B 35i ; auj. id.; composés de henn; heny, l'un C, ann — celui B 621, an — N 5io, P, heu- H, voen 
heny fut celui-là J 16 ma — me le mien Jér., — celui de, J 85 b ; avec nég., personne 62, pep — chacun 
N 1223, J 3 vileny hiny bras une grande vilainie NI 72 enn he- original dans le (péché) originel J 68 b, pe 
hiny lequel (ace.) 56 /)e dre he- var. hy- par lequel 92 b, nep heni aucun N 61 1 « pep sceurt —, de chaque 
sorte N 282 den a nep -y absolum' personne J 35, hiny 208 b, M 3. Léon, hini, cf. gall. hynny cela et 
benn, (comme) cela N 480 (après) cela P (entends par) là M 5 (regardez) ceci J 116 b (croyez-)le 32 b, B 23 
ve^o — (quel coup) ce sera 35o hen (je) le (reconnaîtrai pour Dieu) J 149, enn 12, 437, en N 35, 283, nep... 
en tnenno celui qui la demandera NI 495 ; m'en cret je crois cela 69, huy en goar vous le savez J 22 b enn 
autreas i63 b, enn amanto B 485 ; auj. id., v. gall. hinn ; v. irl. sin, cf. v. lat. sam, sos. 

52 



3 10 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

Henafl*, aînéC,-af} 88; -ITaeleai, droit d'aînesse C ; léon. -na v. corn, hiitham ; v. irl. sen vieux 
cf. 1. senex. 

Henoez, cette nuit P, -oa:( J 200 b, NI 60, B 729, -uoa:^, var. -«noaf 894, heno^ i 63 b, id.; Iienoae^ 
aujourd'hui Gw.; henos en nos cette nuit même (r. os) J 58 ; van. hineah, v. irl. in nocht ; cas oblique de nos. 

Hent, voie, chemin C, N 33i, (allons en) route 523 (je vais mon) — B iSj, me aya gant ma — je m'en 
vais J 85 b, /)« a — d'où B 434 (de bonne) part N 980 (par le) moyen B 495 (trouver) — 23 1*, J 62 ; façon ; 
dre nep — 21b, (e) pep — 35, P ; hep fellell — , sans y manquer B 174; moyen, matière M 8 ; a pep — de 
tout côté, r. en J 12 b ; r. an t(y) NI 157; pi. hynchaou 97, -ou P ; lieutez, (tes) proches J 120 b, éd. 
1622 ; (le) prochain H, N 643 (son) — 1462 ; iiouf — (reconnaître ses parents) des autres P ; e hente ses 
proches, r. e, B 759 ; auj. id., v. bret. hint, gaul. -sentum cf. goth. sinihs chemin, allem. gesinde compagnon. 

Hent, pratique, commets! N 612 -et fréquentez J 21 b; auj. henti, fr. hanter. 

Hep, sans 8, J 4, 34, N 3o, 1901, NI 467, P, heb J 12, B 18, 23, — un nebeut dans un peu de temps 
N 774, hep quet sans J 57 etc. hep quen sans plus, seulement 53, B 242, hequen H, hep mity id. J 52 b, 65 b, 
heb muy B 95 (r. em : 422, hep mu 134, -y J 94, 227, cf hemiken Gon.) ; hep miiy quet C, J 80 b, heb m. q. 
B 659; auj. et V. gall. hep, irl. sech, cf. 1. secus. 

Her dre tant que 399, 457, 594, NI 280, P, J 149, 120, h. d. :[oa i59 b, h. drem bejo B 160, h. dra 56, 
(var. het dra) 461 , J 100 (var. her dre) ; her da B 2o3, hendra Am., v. andra ; entre bathe, var. p-, J Sg, tant 
que durerait ; entre ma H 42 ; her maj, H ; auj. endra, corniq. hedre ; cf. dre. 

Héraut, héraut J iSob, pl. -udet 181. — Henberch, herbreige, 1. hospicium ; -yaff, C, -iaff B 108, 
héberger, loger. — Heresi, hérésie C, -y (r. is) B 444*, eresy 706; lieretîc, 777, C, hérétique, f. 
-iques B i 25, 731 ; du fr. — Heriein (poisson qui arrête les navires), 1. hercinus C. — Heritaig, -âge 
C, NI 499. — Herodes, Hérode NI i3, 161, (r. eus 472), J 84, Brodes C, Herod NI 162, 3o5, -ot 66, 
355. — Hei*i*, a — en hâte N 98 ; du fr. erre. — Hei*ri, Henri N 1416, auj. id.; du fr. 

HersqiiinafT, moquer C, auj. heskïna importuner. 

Hervé, Hervé H auj. id., v. br. Haerwiu « propre à la guerre», R. c, II, 403. 

Heruez, selon 543, N 160, NI 253, C, -ve^ P, H, J i3 b, erwe^ Jér., auj. id., v. gall. heruid, de er 1. 
goe^ 2. 

Hesent, peur — certes ? NI 439, he sent 106, i6i, P 89, en sent (r. es) 254. 

Hesq, lesche, 1. carex C, auj. id., voc. corn, heschen, irl. seisg, de "sescâ ou 'siscâ, d'où prov. sescha, 
angl. sedge. 

Heï>queinez, chabuz C, cf. escamet, eskemment billot Pal.; du fr. eschamel, -mer, escabeau, — 
Hesquenn, scie ; -at, p. et, scier C, auj. id. gall. hesg-lif ; du lat. ascia. 

Het, longueur C ; — ha ledan en long et en large, d'un bout à l'autre B 22, 106, NI 20, — ledan N 1 165, 
J 236 b ; treux ha — B 69 ; a — rfef tout le long du jour P, a— decc bloa{ N 1 1 n , a — ma amser toute 
ma vie 1786 a — cam (la mort qui vient) pas à pas J 38, peu à peu B 712, successivt NI 423 (étendu) de son 
long J i35 ; a — spacc en un instant B 682, pour qq. temps 197 a — hent (dormir) en chemin NI 273 ; auj. 
id., gall. hyd, cf. irl. seta, long. 

Het guenan essaim d'abeilles C, auj. id., gall. haid irl. saith, de *satis, cf. lat. satio, voy. hat. 

Hetledan, plantain C, auj. id., voc. corniq. enlidan, gall. henllydan, composé de ledan. 

Heul, suivre 261, C, M 53, N 122, 6o5, J 17 b, i55 b (r. el); il suit B 447* r. eul suis ! N 636, 1579 ; 
-yet ! J 47, -iet B 423 ; -yas r. el J 207 b; fut. 2« -iy N 592, "i^ -yo B 271, auj. id., v. br. ol, cf. a.\\. folgen. 

Heur, heure, P, N i3i9 (r. ur) J 18 <ian — sur l'heure 175 b, />ep — toujours 91, B 6,eur 178, C, NI 545, 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 3ll 

N 927; heuryou heures, prières 1267, eu- C ; auj. id. v. br. -aor ; du 1. hora. — HeuptafT, -ter. — 
Heus, heuse, bottine C ; du fr. 

Heiiiziquen, dorénavant 89, C -icquen M 58 v, hiuipqiien N 264, hivi^yquen J 182 hy- 56 hyu- NI 
87 ; auj. hiv-, de bnivlken, et he dans ltenoa:{ ; heulene, cette année C hejlene N 1808 auj. id. et heleiie 
gall. eleiii, cf. blynedd année, voy. bloa-j. 

: Hezf, hardi C, certes J 97 b ; hejr, e^r, Pel., gall. hydr, 

HezreU*, octobre C ; auj. hère, hero, gall. hydref, hyddfreff, corniq. hedra. 

Hy, elle 9, io3, C, J 4 b, 21b, P, NI 3, N 198, 372, hi "i-jZ, Cb, y F, hac y N 1096, auj. id., v. gall. i, 
^ *sî, voy. heman. 

Hibernia, -nie N 134, Hy- 70. — Hieremias, Jérémie J 207 b, NI 86. — Ilîei>usalem, 

Je- B 14, J 125, NI 74, P, Je- Jér. v. gwa ; du lat. 

HiflTiiis, chemise (de femme) C, hiuis Ce, Ityvis, pl.yvisou Am., auj. id., gall. hefis, cL 1. camisia. 

Hygoulen, pierre à aiguiser C, auj. higolen, v. corn, ocohiin, àt*aculêna cf. 1. aculeus. 

Hyli, sauce C, hily Cb, auj. hili, heli, saumure, cf. holen. 

Hyllicat, chatouiller C, hi-Cc, illiguat Am.,^. hilliquet Cb ; illîcq, chatouill' Am.; Iiilligadui*, 
enflammation de luxure Cb ; auj. hilligat, cf. liguiannein id., L'A., licaoïii caresser, Pel. cf rac. du 1. pelli- 
cere, illecebra ? 

Hynipii, hymne C, -mn Cb, pi. ou P, dim. hlmpnic, Cb ; du fr. 

Hynon, (temps) clair C ; hinoni a ra le ciel est clair, Pel. gall. hinort, cf. hin, température, irl. sin. 

HiP, long C, H, P, N 1 19, hyr Cb, NI 358, — amser longtemps P, hirtermen 50 il y a 1. J i65 a — spacc 
B ICI, hir 1., depuis 1., i55, 496, 727, N 1461, — prêt retard B 159, longue angoisse 682 ; adv. e^hyr Cb ; 
hiraez, longuesse C -r^ij- impatience, désir ardent Am., angoisse NI 299 ; liîi*<lei*, longuesse C, ennui, 
angoisse B 1 16, 334, ^78, 638, J 10 b, i5o b, hy- 188 b, longueur Cb ; bii'hoazlus, -hua^lus de grand 
âge C ; hîi-uout, gémisst, douleur B 334, 35i, N 444, -voud P, -vont H, P, J i3, NI 322, hy- P, J 188, 
-uout NI 223, -uuot r. out 190, hirvot 2 mss. Pel.; -uoudaflT, gémir C, NI i38, -voudaff P, -af J 26, -if 
182, -uoudif N iii3, -vodyff 2 mss. Pel.; -oudet affilié J 14, hy- 219; biruoudus, gémissant, malheu- 
reux B 6o3 ; -voudus NI io3, hy- J 209 b ; auj. id. (d'où fr. menhir), v. gall. hir, v. irl. sir, cf. 1. sérus. 

Hystor, histoire Ce, ystoar B 1,1- NI 85 (r. est}, 141, e- C ; bystoi*îse, raconterait P ; du fr. 

Hiziu, aujourd'hui C, P, B 576, en dej — 724, e. d. -yu J i52 b, -yo en de:; iGo, -yen 214, -ieu 3 b, 
-io 1 21 b, éd. 1622, -iou, hy- H, -yeu Jér.; léon. hirio gall. heddyw, v. irl. in diu, voy. de:;. 

1. Ho î ho! J 200 b. — 2. Ho, leur (adj.) 672, H, J 22 b, M 55 v, N 1872, 1911, NI 14, /lOf 146; ho 
hunan d'eux-mêmes J 71 b ; ho les (pron.) u, 20 b, (ka ho), i25 b (hac ho) ; 4 b, NI 3o4, H, B 27, N 285, 
286, P, ho:f J 29 b, hos ein caffas (ils) se rencontrèrent NI 428 ; auj. id., gall. eu. 

Hoalat, charpir 1. carpere C, attirer, prendre doue' Gr., gall. c/fjcj^/ii tourner, chwyl tour, van. a-hoel 
du moins. 

Hoanenn, puce C; -us, plein de puces Cb, auj. c'hoanen, cf ail. wan^^e punaise, Stokes. 

Hoant, désir P, J 60, N 220, empresst io52, heb e — contre sa volonté B 207, cho- NI 143, 266, hoent 
P ; boantiit, désirer C, J 77 b, 50 ... ou:( da — (ils) te désirent B 228*, houanta il désire, H, p. hoantet C, 
N 1291, -aet Ce; fut. 3" -ay r. i M 58 v ; -taus, affectuosus Cb ; -tec da, désireux de B 697 ; à souhait 
164, P, bien, avec ardeur, N 122, 490, cho- NI 57, i5o; boaiitidigaez, souhait C; -tus, désireux 
B 144*. Auj. c'hoant, gall. chwant, irl. sant. 



3r2 DrCTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

Hoar* sœur 788, C, P 235, J 9 b, hoer i3o, choar NI 342, dira, hoarîc. Ce, léon. c'hoar, voc. corn. 
huir, du 'svisûr, v. irl. siur, cf. 1. soror. 

Ilonrays, Cb. 3 s. r. a, an — le carême N i25o, H, -is C, auj. id et koareis, gall.^ grawys ; du 1. 
quadragesinia. 

Ilonry, jeu 36y, 575, J 145 b ; dre nep — en aucun besoin 21 b, événi B 8o3, -n an bolot jouer à la 
paumL C, -_>' J 145 b, — une pièce B (titre) ;. de nos outils 73*, c'hôary Am. v. disaoutren, pi. hoariou ; 
-rinbl, partenant a ieu, Cb ; -rîei" dan bolot joueur de pelote C, h. an b., — rieres joueuse ; -i*îyc, 
•ryc, petit jeu; -rîus, plein de jeu Ci; auj. c'hoari, d'où h. br. hoari; v. gall. guarai. 

Honruout, advenir C, cf. J 92 p. -uejet N 5o6, B 228*, cf. J 147 b ; — a hoarue^o arrive que pourra 
N 1 593, cf. B 769, J 119 b ; -vef il advient 206 b, -voe arriva 22 1 b, Jér. v. dinoe ; cond. -ffhe B 282, var. -fke; 
-ffe 3o9, 746, -fe J 92, 167 ; tréc. c'hoarvout, corniq wharfos, composé de bout et rac. de hcalat? 

Hoaz, encore H, P 241, N 28, J 119 b, -as r. aj B i3, -at^ J 3i, var. aoae:(. hoaj r. o(e):[, (ajej 235 ; 
anc. hoaej, Pel.; choa:^ Ni 523, -as 3o2, J i32 ; auj. c'hoaj, gall. chwaith, du pron. 'sva comme le lat. sic? 

Hobi*egon, g. id. C ; -nnet, vêtu de haubregon Cb ; du fr. 

Uogos, près; — dan de^ près du jour C, — da près de (Joseph) NI 186 mar — ef eu diuet lis. duet 
quoiqu'elle (la nuit) soit très proche J 121 b, éd. 1622; presque 5o b, B 640, NI 141, M 5, -oj i85 ; a 
hogos a bien près, 1. fere, Cb ; léon. hogo^ presque, corniq. gall. agos, v. irl. ocus, cf. 1. angustus. 

Ho gneat, (moi, piqueur, je sais) chercher le gibier ? N 275. 

1. Hogueii, cheuelle (cenelle) C auj. id., gall. og-faen, normand hague, du germ. (ail. hage-dorn). 

2. Hoguen, mais H, N 55, P, J 25 b, NI 96, M 8 v, C, mss. Pel. houguen muy mais plus Ca, ho- Cb, 
léon. id., V. gall. hacen, cf. ha, hac, et. 

Uola ! hola ! J 200 b ; du fr. 

Holen, sel 481 C ; -ei-, vendeur ou faiseur de sel C ; tréc. id., voc. corn, haloin, cf. 1. sal. 

Holl, tout, adj. av. le nom, N 1098, NI 377, P, H, J 8, 25, an — tous 17 b; hol 10, N 276, B 676, H, 
Jér. V. dispaill ; holl galloud toute-puissance Cb, -us tout-puissant B 604, -oedus C, v. Doe, holl goalloedus 
C; o//adj. 112, C, N 191, 5i3 hac —, et tout cela J 44; tout à fait 10, B730, 1 14, 239, da quentaf — J 70 ; 
sei^et — N 1600 ; — glan B i35, — a strolladou Gwinglaf, Pel., v. bagat, — eren colyer J 18, — pep un guer 
B 680, — da pep re N 571, — ann holl stat B 109 cf. 120, 63, 56o, J 44 b, 45 ; ann — , entièri H, N 645, 
B 412 ann — dann —, litt. du tout au tout 802, J 42 b, ann oll oll de tout en tout, 1. omnino C, J 43 b ; ann 
— ma holl joa i3o cf B 600. Auj. id., v. corn, hol, v. irl. uile cf. goth. ails (Loth). 

Homicit, homicide, meurtre 692 ; meurtrier 694; du fr. 

Hon, notre i, J 3 b, Cb, P, N i3i, an trede poent — leffr M 39, cf. NI 244, 452 ha — et notre 89, honn 
B 42, 459, 799, NI 83, on J 3, 3o, NI 60 hon dou nous deux (r. ont) B 608, cf. 475 ; honneuj nous avons M 8, 
etc.; hon nous compl. dev. verbe, H, J 4, P, NI iS; ny hon guelo J i65 ; non be^o hon priso nous n'aurons 
personne qui nous estime 17 b; ha hon N 1765, NI 365,lhac hon B 25 ; honn B 254, 454 ; on 252, J 17, qui 
nous (créa) 142 b, onn B i58 ; auj. id., gall. ein, corn. agan. 

Honest, honnête H, 0- N 127, J 7 b, C, B 208 etc., comp. -och 248, sup. -aff 3o7, -a/ 1049 ; hones- 
tet, honnêteté B 635, nac-- 694, 0- 63o, N 692, 1493 ; onesthaet, rendue sage B 599. — Honîs- 
safT, honnir (après houlier) C, hou- Ce ; du fr. 

Hont, -là, là-bas P, J 21 b, NI 431, N 3, an rehont ceux-là 86y cf. J i3o b ; en tu hont au delà H, r. un 
t(y) B i63 ; en neff —, au ciel là-bas 525, en bet — dans l'autre monde 556, J 90 ; auj. id., gall. hwnt ; v. irl. 
sund, cela. 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRKTON MOYEN 3 J 3 

Hoppellant, houppelande C ; du fr. — Horell ! cri en jouant à la soulc, 3jo, cf. borellaff*, 

-at, vaciller C ; -lladur, croUement C*, horr- Ce, angl. tohurl? — Horoloig, horloge M lo, -og Cb, 
-llog C ; -ologer, horloger Cb, auj. horolach ; du fr. — Hostis, o- hôte f. -es, C, -sses Cb ; -ostjrs 
hôte, qui reçoit, NI 89, J 48 b, 200 b, pèlerin, étranger, Jér., pi. ien hôtes (reçus) J 208 b; ostaig, otage 
C ; -af;et, logé 97 b ; -alei^, hôtellerie 208 b Cb, -eleri C ; ospital, hôpital ; -yen, g. id. C ; auj. 
oslis, = 1. *hospitensis. 

Houarii, fer C, -r.n Cb, pi. heern 2 s. B SgS, hem 396, -nn 413 ; houarnaff, ferrer C ; hoarnet 3 
s. mis aux fers B 492 ; -ner, ferron C, houa- Cb ; auj. id., v. br. (Catjihemus, gaul. isarno-, goth. eisarn. 

Houat, canard C, auj. id., gall. hwyad, voc. corn. hoet. 

Houch, porc, — lart spa^et porceau gras senne, — gue:^ sanglier C, — goe^ Cb ; auj. houc'lt, gall. 
hwch (d'où angl. hog), de 'succos, cf. 1. sus. 

Houlier, g. id. 1. leno C, f. -es ; -ez, lenocinium Cb. — Boup ! hau ! hau ! interj. B 76* ; du fr. 

Houtounei*, sorte d'oiseau de chasse, Jér. 

1. Hoz, cheuielle 1. ura, urica C. 

2. Hoz, votre H, P, N i33, J 37, — trugare^ merci 9, — unan I25, — hunan N 1608 vous-même(s) ; 
hox de votre 40, Of id. i5, 21 b, io3 b, H, N 216 ; hou^ J 7 b, 1 13 b; B 53, 65 (r. o), i3i (de votre) ; — dou 
vous deux 186; o«;j- de votre 423, J 9, dou^ à votre, r. 0, B 57 ; ho H, J 18 b, 25, 73 b, C, N 166, 325, 
B 95 ho de votre NI 221, id. B 178 ; ho':; bejet ayez 423, kuy hou^ eti.v vous avez 354, etc.; hoj vous, compl. 
av. verbe 489, P, H, N 139, hos B 42, ho 43, H, NI 3o6, J 5, hou:; 22, 14 b, ouj 9 b, (r. o, 28, 59 b), B 47 
o;f H, J 7 b, o B 486, Gw. v. c'hwec. Auj. ho, hoc'h, gall. eich. 

Hu, huée, cri public 626, J 206, P, na cryo — Jér.; e^ grent— ils criaient (de joie) NI 141 ; du v. fr. hu. 
— Huai, entrave B 562, C ; -afif, enheuder C. Auj. et gall. id.; du X.fibula ? 

Huanat, soupir 576, N 1933, C, J 77 b, NI 41, P; -adafiT, soupirer C ; -adus, gémissant B 334, 
7o5; tréc. huenad, gall. uchenaid, irl. osnad, cf. uhel. 

Hue lien, hucquet de toile, — pillotet hucque pillotée C, — da bugale Cb; vn — antrugar misérable 
linceul M 7 v ; du fr. 

Hudui*, sale, infâme N 364, J 1 1 b, mss. Pel., an — l'infâme NI 107 ; auj. id. 

Huec, doux, aimable, C, Gw., N 338, P, J 24 b, adv. 20, N 480; sup. -af J 23i b ; chuec NI 57, auj. 
c'houec, gall. chweg, de 'svâducos, v. slave sladuku. 

Huecb, six 534, J 146 b, C, ch- NI 523, huec(hj Cb, Ce ; huecbuet, 6», 5i, Cb, P -vet H ; auj. 
c'houec'h, v. irl. se, de *svex, cf. 1. sex. 

HuedafT, vomir, C, -diff vn nebeut petit vomiss' Cb ; -dadenn, vomiss* C; e'hueda, -di, Gr., gall_ 
chwydu, irl. seeith ; cf. ail. scheissen, cacare. 

Huen, a — sur le dos P, oar — J 11 b, M 4 ; oar da — P, oar ho — 5 ji h, iji, a ehuen NI 177, 444 ; 
auj. a e'houen ; tore'hwenia se rouler par terre, Pel., corniq. gwen anus ; de *wino- pour *u(p)-ino-, cf. 1. 
supinus. 

Huennat, sarcler C ; -englou, sarclel C ; -nuaei*, sarcleur Cb, auj. e'hoenna; gall. chwyn mau- 
vaise herbe, de "vid-n, cf. saxon wiod, et goémon ? 

Hueru, amer C, dur (bâton) B 457, -ro Jér. v. barbaou ; -rubat, rendre amer; -ruentez, 
amertume C. Auj. e'houerv, v. irl. serb, cf. ail. sehwer lourd (d'A. de J.). 

Huepz, (le) rire Cb ; -în, id. P, rire C, hoarshe rirait P, tréc. e'hoerpn, gall. chwerthin, id.; v. gall. 
guardam je ris; R. c., VII, i58 ; cf. e'hoari. 

53 



3,4 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

Hues, sueur C, ch- NI 210 ; huesaff, suer C, -a/i 124 b, cf. 64, zSi ; -us, plein de sueur Cb, auj. 
c'koues, gall. chwys ; de *svidy-, cf. ISto). 

Uueual, gannir (crier comme le renard) C cf. gael. sgiamh ? 

Hueurer, février C, auj. c'houevrer, gall. chwefror ; du b. 1. 'vebrârius. 

Huez, souffleracnt C, odeur B 5oo, Jér. v. clew, — mat C, P ; -abl, soufflable; -adur, -fleure Cb ; 
•aflT, souffler ; -eguell, vessie C ; léon. c'houe^, gall. chwyth, irl./ei, souffle, sétim souffler. 

HufTelen, aluine 1. absinthium C, Gr; hu^elen Pel., voc. corn, fuelein. 

Huguce, g. id., 1. vgutio, onis C (nom d'auteur) ; Cb renvoie à hugutionem, v. hoalat. 

Huy, vous 293*, C, H, P, J 22, 17 b, 32 b, 74, 34 b, i32, N 168, 184, hui Cb, chuy NI 76, hu (enclit.) 
B i33, J 229 b, u 26, auj. c'houi, y. br. hui, de *ivi. 

Huyban den, sifflet (de bouche) ; -at, siffler C, auj. c'houiban, gall. chwiban, de chwib pipeau. 

nuyl, escarbot C auj. c'houil, gall. chwil. 

Huyelguenn, ampoule, pustule, hui- v. huejeguell, pi. ou, dira, -ic Cb ; gall. chwsigen, gwy-, v. br. 
pi. huisicou ; du 1. vesica. — HumaflT, -mer. — BLumen, -main C ; tut —, la race humaine B 118, 
lignej — J 20 b ; grec— , femme mortelle 39b, — duucjder humanité, douceur 41 b ; (se faire) homme NI 23i; 
-maen H ; -manlte, -té, J 23, 93, -te^ H ; -meuidiguez, susception de humanité Cb. — Hum- 
plaft', le plus humbl» N 1675, -a/u H ; -n&blez, humilité NI 171, 379; -mbldet, bienveillance J 41 b; 
-miliaff, -ier C, M 2, — de^e leur obéir B 427, ho em — (et tous trois) de s'h. NI 428, -ilaffCc, hy en 
em -as 292, p. J 53 b, humbl» 161 ; -lite, -té NI 225, -/ef H ; tréc. hump, affable. — Humor, -eur C ; 
-eux, g. id. Cb ; auj. id.; du fr. 

Hun, sommeil C, N 26, Gw., dim. -ic, Cb; -egan, hérisson ; -ure, songe C, -vre J ii5 b, -fre 
N 267, humbreiér.; -nureaff, songer C; tréc. et gall. id.,cf. uttvo;. Au lieu dehunegan. Ce a hureubin, 
auj. heureuchin, cf. fr. oursin. 
Hust gruec robe de femme à longue queue C ; hust, pi. ou, Gr., v. habit. 

Huzel, udel, hudel C suie,"-7e)^/ Cb ; -zelyaiT, noircir de suie C p. -t^eylet Cb ; auj. id., gall. huddygl, 
cf. hudd sombre? ou angl. 500/. 



Y, ils (sont) 3 1 5, h.ic y et ils 4, et eux (d'aller) NI 3o3 y hoj i s. ils vous J 22, graliinty 43 b, lochint y 
NI 18, l'nii P ; eux, Xti.goaey P, 5e/« >- B 52, N 1216 cf. J 71, 18 b ; ro_r / N 1209 cf. B 660, H 16, J 18 b, 
miri N 606 ; auj. hi, gall. hwy de 'se, gr. ot, voy. heman. 

1. Ya, oui 2 s. J 134 b, 168, 184 b, N i522 NI 3o2, C, ia J 48 ; auj. ia, gall. ie cf. ail. jVj. 

2. Ya, il va ; me — 365, J 18, N 95, me a- 2 s. 98, P, me a ia N i63, 181 cf. 45, ayaff')e vais Jér. v. corr, 
ayae allait J 1 1 5 a yea NI 389 aye J 202 b, a ye^ alla 1 5 1 b, NI 6g a l'ej 277, aye:{ P 104 ; nag a! ne va 
pas J 208, il ne (s'en) va pas 201. Léon, me a ia ; voy. a 8, aff i, yelo ; pour \'y, cf. me a (y)oa j'étais. E!{ 
resech B 49 que vous le fassiez, voy. groaet. 

Yacli, sain 189, 499, C franchi, résolûm' J 63, 216 b ; 1- C ; yacbat, guérir Cb, p. jachet N 1210, 
1869 ; yechet, santé C, H, J 199,7- N406 i- B 401, NI 298, P ; auj. iac'h, v. br. iac ; v. gall. iechuit, v. 
irl. îcc, salus, cf. laxxa, ville d'Espagne, auj. Jaca (Coelho). 

Yalian, Jean C, H, /- C, H, P, NI 49, J 124, -nn 60, P, F- 71, leltan M 71 v ; la — .1 140 éd. 1622 
et -nn 162 b, i s.; lan NI 3t3 ; auj. lan, du 1. lohannes. 

Yalch, bourse, pl.yelcher dim. yalcbic, Cb ; -cher, boursier f. -es C; auj. ialc'h. 

Yan, poule 71 3 C, pi. yer J 200 b, dim. yai'îc, Cb, auj. id., v. gall iar auj. iar, giar, cf. irl. cearc ? 

le, g. icquet al. loquet Cb, anyc le dernier soupir, P, auj. hik, van. hak, gall. ig, cf. fr. hoquet. — Yco- 
medî, Nicomédie 32, -y 2, 12g. — Ici, ide. — Idiot, idiot. — Idol, -le C, NI 370, y- Cb, B 437, pi. 
•ou 11, 1- Cb, -et H; ydolatry, idolâtrie 435. — Ydroniancy, hydromancie N 771, -nce C; 
îdroniancer, hydromancien Cb, y-, Ce; ydropic, hydropique Cb ; idi*opîsi, hydropisie Cms. 
— Yell, nielle C, liiel mauvaise herbe Pel.; du fr. 

Yelo, (après le sujet) ira 128, N 40, me a — Jér. v. corr, me aielc N 3o8, ny aiel 1299, me aiel P ...ayel 
P, me yel 694, J 224 b, B 40, ef a-yâlo Gw. v. iêla, meyal B 161 ; auj. id., gall. e/Z' 599. 

Yen, froid C, P, N 876, J 9, (être) de sang froid 1 16 b, perfide 16, a coudet j'en froidi N 1478 j'- (dou- 
leur) vive 870, (la mort) cruelle 355, cf. meruell mie yen B 600 ; yenn 1 1 5 ; yenaff, se refroidir J 109, -e 
(le sang) se glaçait io5 ; fut. -o B 394 ; yentkat, refroidir, 1. frigere, G; yeuieii, le froid, 3 s., B 369, 
'nn Cb, -yen 106, iennien NI 2%&,yynien C. Auj. id., gall. iain glacé, de ia glace, v. irl. aig, de *iagi, v. 
nor. iaki. 

Yeu, joug C , yeugafi', accoupler au joug Cb ; auj. ieo, vieux corn, iou, cf. lat. jugum. 

Yez, langage C, iais façon de parler Pel.; auj. cri des animaux, gall. iaith langue, cf. 1. pro-jecti-o. 



3l6 DICTIONNAIRE ÉTVMOLOGIQt'K DU BRETON MOYEN 

Ifinam, infâme 217*, C, J Sz, NI 179, P, déshonoré, vaincu B 582; j- adv. N lOSg ; y- J 128 b; ifam 
NI 391. inf- C, B 55i, -mm 795 ; iff^maflf^ infamer Ci, p. confondu, avili J 220 b, -mmet B 589 ; ifl%i- 
mycliguez, infamation C6,- iffamite, infamie 722. _>'- J i32; ifammus, (Adam) confus NI 458, 
yffamus dégoûtant M 7 V; auj. id., du I. in/amis. — IflfJBrn, enfer 271, H, C v. auonn, -nn v. anauon, 
B 181, J-- M 72, ifern H, J 97, NI 2,yff- M 39 f. : he ; pi. infernou, -iou, H ; adj. inrernal. H, J 36 b, 
NI 234, B 736, inff-562; infernalet êtres infernaux J 97 ; auj. id., du 1. infernum. — Ignorafi*, -rer C ; 
-nancc, -ranceCè; -raiit, -rant B 554, _^- 76i,_>'no- J 234; ignorance, .ce C,-ce Cms. — Igro- 
mauce, g. id. Cms, -ce C, y- N 765 (nécromancie) ; igromanceui*, -cien Ce; du fr. 
Iguenn, hameçon C, auj. id., voc. corn, hyc, cf. v. irl. ec-ath, gr. aYx-iirpov. 
Uyeauenn, lierre C, ilio Maun., ilyauGr., eliaw Pel., corniq. idhio, gall. eiddew, irl. eidhean. 
Ilis, église C,y- v. boest, J 81, 197 (f. : enn hy), N 3o7; -ys 1349, '■ NI 127 ; pi. ylisou N 477, P, 
ilysou. ilijou H ; auj. id., du 1. ecclesia. — IllumtnaflT, -ner C, p. éclairé M 55 v, NI 409 ; du fr. 
Illur, brillant, glorieux, éclairé J 204, NI 100, P, évidemment N 175 ; gall. eglur. 

Imag, -ge C, -aig Cms, NI 499, pi. -agou B 55i, -giou io5, ^- 433 ; imaginaff*, -ner C, y-af 
J 41 b ; imagination, g. id. Ce ,• -ner, -neur C ; -nus, -natif CJ ,- du fr. 
Imblifl^ 754, -briff 754*, i» syl. r. em, sévérité ? 

Jminy, n. de lieu N iio5. — Impacient, -tient, -tience C; -cientet, -tience Cb, Cms. — 
Impai-fet, imparfait C, B io5 incrédule J 21 3 b. — Impechafl*, C, -schaff Cms, voy. a-. — Im- 
peréonal, -nnel C. — ImpetPaflT, impétrer, obtenir C, B 606, inf. -iff H ; prêt, -as P, fut. j-o 
N 1789 ; impetration, -trance Cb. — ImpligeaTu, employer, fut. 20 -gy, H ; no implicher H n; 
voy. emplig. — Imposicion, g. id. C, -tion Cb, Cms. — Impossittl, -ble B ii5, J 9 b. — Impo- 
taut, -tent C. — ImprimalT, -mer Cb, p. M 71 v ; -pression, g. id. Cb. — Imprudant, 
-dent N 639; du fr. — Incantator, enchanteur N 768; du 1. — Incarnation, C, -cion Cms. — 
Ineessat>l, -ble, continuel J 191. — IncitaflT, -ter C, isc- NI 376; incit il excite B 726-7. — In- 
complet, C. — Incomprehensibi, -ble NI 5oo. — Incongru, non congru Ca, incongruité 
Cb. — Inconstant, N 640. — Incontinant, -nent, aussitôt NI 5i3, N 691,7- i38i. — Inconue- 
nabl, inconvenant B 271 ; -niance, g. id. Ca, -ce Cb ; -nient, chose inconvenante B 204, angoisse 
662 ; du fr. — Incredabl, incrédule, P, de cridiff. — IncurabI, -ble B 688. — IndafT, l'Inde C. 
— Indltion, g. id. C, -cion Cms : du fr. — Induczou, C ; du 1. inducice ? InestimabI, -ble, 
indicible B 325, 737, 790, J 191. - Inflnit, -ni C, J 62, 198, NI 240; -itif, g. id. Cb. — Inging, 
engin C, -ingn Ce, -inn B 435 (mauvaise) invention, -ynnou engins, outils, Jér. v./ôs ; ingingus, subtil 
C, -ngneus Cms: auj. ijin, du 1. ingenium. — Ingneau, Ignace C. Ig- Cb. — Ingrat, g. id. B 4o3, C, 
J i5o b, N 566, cruellt N 1182; -erî, 612; -itud, Cb, ingratitude. — Inhibition, prohibition Ce, 
-cion Ca. — Inhumen, -ain B 717, J 32. — Iniquité, g. id. C, NI 334, J 93, 114 (f. : honnej). — 
Iniur, injure C, B 63 1 pl ou 783, injur J 164; -iuriaff, injurier C, p. B 466, -juriet victime d'injustice 
J 91 b, inystriet lis. -uriet NI 53o ; -juriat on a offensé J 36 ; -iurius, injurieux Cb. — Inlegitim, 
illégitime B 692. — Inlicit, illicite J 85. — Innocent, g. id. C, un inoc^ant J i i^,y- 1 18 b ; an Ino- 
cantet les Saints Innocents NI 429, -santet 14, -çantet r. ent 71, Innoc- 472 ; ynoczantet, J 45, inno- 
cence, Cb, -ce. — Innumerabl, innombrable P. — InraesonabI, B 270, irr- 270*, déraison- 
nable; du fr. — Inrenabl, (lieu) détestable B 491 (douleur) intolérable 556, ire- 556*, propi ingouver- 
nable, de renaff. — Insolubl, (argument) insoluble C. — Insortabl, B 492, in/- 492*, non sortable, 
non convenable. — Inspirait, inspirer N 1670, p. i236 ; 1-57, B 129 ; dre inspiration, du fond du 
cœur J 90 b. — Instance, g. id. C, -ce Cb. — Instigaff, instiguer C, -guet Cb ; -gation, g. id. C, 
-cion Cms. — InstituafT, -uer C, p. N 737, -uher qu'on mette B 8io; -tut, Ca Cms, -tution Cb, insti- 
tute, livre des lois. -— «InstruafT, instruire N 1749 ; instruction, g. id. C ; -ument, instrument, 



DICTIONNAIRE ETYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN "ilj 

objet B 273, — a music, istrumant Cb. — Intei'ieetioii, C. — luterpretaff*, -x.<iv C, e- Cb; înten- 
pretation, g. id. G; -eter, interprète Cb. — Interrogaff, -ger, p. -guet; -gus, -gatif Cb, voy. 
e-. — Intollerabl, intolérable J 191. — Intr-etabl, intolérable B 736. — Introduafl^ -duire C, 
p. B 168 ; -ucteur, g. id. Cb ; -uction, g. id. C, B 4-5 ; du fr. 

Yot, bouillie C, auj. id., v. corn, iot v. irl. îth, cf. 1.^!/.$. 

You, de^ yaou jeudi H, iou P, dipou 3 s. J 19, N 1409, auj. id.; du 1. Jovis. 

"Vouai, crier C auj. id., cf. iou! interj. 

Youaer-, iuvencel, f. es, Cb ; youaiic, jeune C, — J!am B 648, -ce Cb, i-nc Ce, J 39, ioanc P; 
îaouancdet, jeunesse H, M i, youanctet Cb, i- P; youaiicat, devenir jeune Ce, -cquat Ca, -chat 
Ce; auj. iaouank, v. irl. ôae, gaul. lovinc-illos, cf. \. jiivencus. 

Yourch, chevreuil, f. -es C, auj. iourc'h, v. gall. iurgchell, cf. Jopxeç, Suid. 

Yoiist, mou C, mou, blet, Gr., tréc. losJ fatigué, R. c, IV, iS/. 

Ipocrîsy, hypocrisie; -crît, f.j--e5 hypocrite. — Ipolit, Hippolyte. — Ipotecaif, hypothé- 
quer, C, p. -quet Cb ; -thetîc, hypothétique C, -tetie Cb ; du fr. 

li-yen, instrument à tisser C, -nn trame, cf. ilyanenn, morceau de toile que coupe le tisserand, Gr., 
d'une prép., (cf. ère, igueriff) et lien. 

li'inenii, prunelle, y- prunellier C, auj. id., gall. eirynen, irl. aime, cf. sanscr. aram, R. c., V, 274. 
Irritaflr, -ter C ; du fr. 

Iruinenn, navet, dim. -îc, pi. iruin Cb ; iruinec, lieu où croissent des navets C, auj. pi. irvin 
gall. erfin cf. pacpàviri, R- c, VII, i5S. 

Ys, la ville d'Is, Gw. v. bej ; auj. id. 

Is : a is tomp au dessous de nous NI 89; isel, bas 91, C, N 1811, y- 32 Sreif — 934, Breips ii^ell 
NI332, i^el 88, J'- M 10, isell humble NI 347; comp. iseloch, C, -ouch H 52, sup.-/Aii^B 337 ; ysselhat, 
abaisser C,yselhat baisser, pari, du soleil J 208 ; iseldet, bassesse C. Auj. is, v. irl. is. 

Ysabel, Elisabeth P. — Isac, Isaac C. — Ysayas, 4 s. Isaïe, M 4, J 3o b, -ias 207 b, Ysay 3 s. 

23, /- NI 86; n. pr. 

«Tscui*, N \'i'jb,ysur 6i 5, fais tort ! yseurer 365 on injurie, j'5cwe|- 1463 tu as tort ? 

Isiguet, (chair) fatiguée 5ii*,^- tourmentée 474; d acicq extrêmt fatigué Gr., gall. ysic, v. gall. leu- 
esicc vermoulu de *ed-tic- cf. 1. edo. 

Isop, hysope. — Israël, g. id. C, J 207. — Italy, -lie C ; du fr. 

Ytron, dame 162, N 1896, P, J 65 b ; r. e/ i5i ; — en Bretonnet, Anne de Bretagne NI 290, i- 342, 
P, J 161 b, -oun C, Gw. V. c'hwec, pi. itronneset J 5 b. Auj. id., v. br. eltroguen noverca. Voy. autrou. 

Yudal, hurler, crier C, J 99 ; Pel. traduit sellit-ar iiihal Am. par « écoutez le cri ». Auj. iudal, van. 
udein, gall. udo. 

Yun, voar — à jeun N 382, v. jun z'j, yeun jeûne C (dans les yu) ; iun, jeiîner H, N 227, NI 7, yunaff 
Cb ; fut. yuno B 657 ! ^^)- '"^v ^^ ^- jejunium. 

Yusîn querch C criblure d'avoine, gall. ei5i>i, usun, son, balle, pi. v. br. eusiniougl. senis, cf. usien kerc'h, 
Perrot 176, itsien criblures Gon., ussien Pel., léon. uc^yen Gr., gall. usion balle, paille, voc. corn, id., pi. de 
gall. moy. et mod. us, cf. tréc. us-mol Gr. ; sur -ion et -in, voy. R. c., VII, 149. 

Yuzeau, juif, f. -^eues C,yuseu P, pi. lujeuien 3 s. NI 134, -yen 85, cf. J 81, 122, 139, Yu^evyon r. 

54 



3l8 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

en III b, -yen r. on 129, -yon ii5, lu^euion NI 55i, -yon 43, Yu^evyen Gw.; yuzeauyalT, judaïser 
Ce; yuzeuerl, juiverie C, 1- Ce,- au), id., du b. 1. *judevus. — Yuzet, Yuzetha C, du 1. Judith. 

Yuen, Yves, 1. Ivo, H. 

Yiierdoii, mal écrit Ynerdon, Irlande N i23 ; Hiverdon i3o, moy. gall. Iwerdon, de "Iveryon-, cf. v. 
irl. Eriu. 

luez, aussi 655, H, NI 17 cf. J 28, j'- B 5q, r. 2 143*, r. 1/428, 2i5* ; C, cf. J 7 ; c'est pourquoi, B 697 ; 
euez 19, N 33, 526, r. eu, 963, yves, hyue^ P. Léon. iVej, tréc. iwe. corniq. y nwedh, de en i, goe^ 2. Pel. 
cite un anc. eff, ef, aussi, trompé par la locution hac eff lie mam ? 

luin, ongle C pl.yuynou N 1626 auj. ivin, v. gall. eguin, v. irl. inga, cf. 1. unguis. 

luinenn, \iCp\.yuinCb ; auj. ivinen, gaW. ywen cf. b. 1. ivus, v. ail. îwa. 

Yuray, ivraie C, ivrai Pel., corniq. ivre; du fr. 



Le j ne se distinguait graphiquement de \'i qu'en minuscule. 

la, jà : breman ia J 98 ; voy. breman et déjà. — laq, iaquet 1. iaqueta ; Yacob Jacques, hent sant lalm 
chemin de S'-Jacques, voie lactée, C, sant Jalm bras J 72 b ; pirchyrin a sant iaques, pèlerin de S'-J., Cb ; 
Mari Jacobe, Jacobé J 184 b; iaeopin, jacobin; lacciueileim, Jacquette, C, laq- Cms ; 
iacciuer, bourreau C, iaq- Cms. — laliiii, iahine(gêne, torture) C, iain Cms, B 562, -jrn 7g8,j- J i5o; 
laliinafT, torturer C iai- Cms. — lainbon, jambon. — langlei*, iangleur, bouffon, C, -eur Ce; 
-erez, jonglerie C. — Iai*(]i*îii, jardin C, -yn NI 40, Jardin J 81 b ; au], jardin, -drin. — laspai*, 
roi mage NI 142, iSg ; du fr. — lauclel, 1. ceparium C, une manière de potage Cb, souben iaudel Maun., 
soupe à l'oignon ; souben ar jaudel, chaude! soupe d'herbes, de gruau ou d'oignon Pel., du fr. chaudeau. — 
laueliuenn, javelot, -line C. — lerem, g. id. leronimus C. — lesse, Jessé P. — Jestas, n. pr. 
J 114 b. — lesus, Jésus C, H, J 5, 72, N 740, 891, r. u B 126, -su 14, i33, 168, 173, 265, J G, 25 b, P, 
N 892, 1019, NI 17, auj. Jef«f. — loachim, g. id. C, 2 s. NI 460. — loae, joie C, i s. B 148', P, 
J 180 h,j- 6 b, N 1738, NI 378, y- B 194 ; ioa 5, Cb, N 78, J 182 ; a i(oa) r. à (cour)aig igS ; joa 48 b, 
N 233, B 238, NI 2^0, y- M S7 v;ioyC, ioa^ H 7, p. ioaeou P,j- N 576, ioaou B 726,7- NI i, M 67,^'- 53, 
N i365 ; I s., NI 555 ; joafou H 2 ; ioaeua, 2 s. B 18, N 2, J 181 b joyeux, joyeusi ; ioaus 228 Ce, B i5, 
84, y- M 57 v; ioaius NI 98,7- ten très j. 147 ; yoayus cre 292, -ius 497, joayus 490, î- 52 i, ioyeux, -eus, 
Cb, sup. joeusaff N 1076, joyeussaff 1071 ; joaiussauiaut, joyeus' NI 33 ; ioaeussat, se réjouir 
Ce, ioau- Ca, ioeu-, iou- Cb, en em joayushat NI 259, don j., pour nous réjouir NI 188, -iushat 204; 
joeuseomp ! N 1773, joaeusomp NI ig, ioaiussai}! 334; part, ioausseat Cb, -ssaet Ce, ioussaet lis. louenaet 
B 635 ; îoaiisdet, joie Cb, NI 5ig,y- 5i3,joae- N 1778 ; iouissafT, (en e madou)]oa\r (de ses biens) 
B 424. Auj. joa, du fr. — lobert, iobarde (joubarbe) C. — «loenclr, jointure, articulation NI i36, 
ioentrv. in goa/ C ; dre ioent joignablt Cb, p\. joentaou i" s. r. et, NI 2i3 ; ioentafl', -intaff, joindre C, 
iontaff Cb ; yointaff j'ajoute M 12 v; ioeutabi, joignable Cb ; ioentur, jointure Ce, ioin- Ca; 
îoentus, jointitf Ce. — Jobel, n. pr. J 207 b. — lolis, joli, bon, agréable B 8, igS, N 352, 7- 1096, 
J 108 b, -ys G\v. v. eoant,yolis, -ys dans les 2 ms. de Pel., goly(s) P 259, ioliff C, sup. iolishaff B 36; 
-lîsdet, joliveté; -lissaff, ioliueter, mignoter, 1. lasciuo Cb. Pel. semble avoir entendu J0//5 i^tyolis ; 
Gr. a jolis; du fr. — louas, Jonas C. — Joiiisc, (fièvre si) violente N i856, du fr. jaunisse. — Ioi>t, 
Georges. — losapbat, Josaphat, P, Cb, -plias Ca ; loseph, Joseph C, B 343, r. ep NI 353, Josep r. 



320 DICTIONNAIRE ÉrVMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

ef 145, r. ep 186; cf. J i5i b. — Io«^iiel, Josué. — lourdan, le Jourdain. — Iiibilation, g. id. C. 
lud, Juda C (ap. iustification] ; ludas. Judas C, Jér. v. glen, H 12, Ju:[as P, J 5o b, r. ut 5, Y- 86 b, r. 
ut ; prononcé ■çroh. judas auj. id., et iu^as ; luden, Judée^ Juda, NI 443, 372, P, lude Cms. — Iulian, 
Julien C, N 1416 ; Itilius, Jules fils d'Enée C. — luneheenn, iunchie de lard C. — luno, Junon. 

— lupitei*, Jupiter B 114, C. — lunîdîc, droit disant C, iurdic (vivre) selon la règle N 2i5 ; guir 
luridicial, le droit (juridique) Cb ; iuridiction, g. id. Cb, -ition Ca ; iurist, juriste M 4 ; iust, 
juste C, N 6, adv. B 463,7- J 86 ; ÎHSticc, justice 3o, B ôgS, NI 406 (f. : lie), gibet C ; /- N 63o, B 444*. 
y- C ; iuâtiflaflT, -ier ; -icatîon, g. id. C. Auj. id. : jurdic stricti, Kan. santel S'-Brieuc 1842, p. 180. 

— Iiia, du jus. — Iueai*m, gesarme C ; du fr. 



K 



Kaei*, ville 244 C, P, N 1772, NI 468, f. ; /y J 21 b ; sans art. : monet e — 17 b, cf. 61, en maes a 
quaer i32 b, didan kaer, dans la ville N 1873 ; kaer a légion, urbs legionum 1707; avec art., han ker a 
Landerneau 1897 ; dan kaer (aller) à la maison, i536, 1875, dan ker Sôg, dan queer NI 66; kcer ville B 452*, 
ker NI 440, N i386; pi. kaeryou B 425, kerou Gw.; an kerys a Ys les bourgeois d'Is, Gw. v. 'ghis ; 
kaei'ius, plein de villes Cb. Auj. id., v. irl. cathir, cf. 1. castrum. 

Kalandei*, calendrier ; -lent, calende C, qiialan mae le i^' mai P, auj. kalan mae. — Katbelin, 
Catherine C pe Katliell, Cb, auj. Katel ; du fr. — Keritieus, n. pr. N 243-9 v- g^'l- latinisé, auj. 
caredig, aimé ; d'où Keritic, r. iç, n. de province N 2 56. 

Kneau, toison C, cnev Cms, creon Maun., van. kaneau, gall. cnaif, cf. xvâw, xvûw. 

Knecb, montagne Cb ; ouj — en haut B 373, NI 298, cnech 220, 0^ crech 2i5, ouf an kneclt J i33, 
B 74 *, cf. N 481 ; dan — B 3o5, C, d'an knec'h Jér.; dan kneclt dan tnoii de haut en bas C ; kneclt an tnou en 
haut et en bas, partout J 40, B 32, kenech 32*, kn(e)ch h. t. N 554 knech ha traou NI 33o, traou ha k. M 
12 V, an atitrou ha tnaou han knec'h Gw., knech tnou J i3, 53 b, kn(e)ch tnou tout à fait (affligé) N 1 175, 
cf. 929, NI 382; na tnou na kn(ejch N 940; en kanech ha tnou P, dyo^ an knech P; quenech en haut; 
queneehenn, tertre C, auj. krec'h ,• v. br. cnoch irl. cnoc = *cuno-cc-, du gaul. cunos élevé, participe de 
la rac. de xuto. 

Knoenn, noix, noyer C, knou- v. boedenn ; cnouenn Cms ; kanouenn pi. kanou C, cnou Cms; cneau a 
froi^ noyau de fruits Cms ,■ anc. livres craouf, -ff, Pel.; knoennic, petite noix Cb ; craouen Maun., van. 
kaneuen, gall. cneuen irl. cnu, cf. v. ail. hnu^. 



55 



I^abezet, lapidé 420, J 58 b, accablé de coups NI 44; 'jent lapidaient NI 553 ; -jat on frappa (J.-C.) 
134; on massacra 198; du 1. lapidare; lapidet, lapidé B 600, impf, -dent NI 559, du fr. — IL.al>oui*, 
travail, ouvrage B 3, 7, 45, J 48 b, — a douar labourage de terre Cb ; -at, travailler J i 5/ b, B 25, p. -et 
44, vous travaillez 196; labour 1 P, -omp I B 475, -et! 64, fut. -o 5j, -homp J i55 b, -het B 241 ; -er, 
laboureur C, — da douar Qb ; -et lis. -er, travailleur, ouvrier B 284, pi. -eryen H ; -ouradur, ouvrage 
de labeur Cb, auj. id., du fr.; laûr» douleur, peine, NI 248, 263, hep — sans doute 309, laur 2 s. B 280, 
392*, J 122 b, P 280, var. laour, r. ur, du b. 1. lahôris.— I^acat, mettre C, J 11, faire (doute) 3o b, -quat 
H, P, hep — sy sans hésiter N i522, (me) rendre (content) 898, (se) faire (homme) NI 182, p. laquet C, N 243, 
504., -queat Cb -quaet H, J 45, 216 P,-caet Ce, B413, -quat P, •C3wae/B299, laequaet yi2, laecaet 2o5, lequaet 
J 59, 2i5 ; prés, laqua/ 29, -caff B 9 ; lequez 6o3, 717 ; laqua NI 88, -ca J 23 ; lequeomp B SSg ; lequet 202 
vous mettez (obstacle) J 1 12 ; laquaer on met B 491-2, -quaaer H, -cquaer le s. r. ec B 118; impf. lacaech 
3o5 ; prêt, liquis 732 ; lequesot J i83 ; laquas 33 b, NI i3i, B 7, P, -cas 3, ... hoj astenn il ordonna de vous 
étendre J 157; lequesont ii5, NI i36; lacat on mit 122 b, B 342; laça! 519, 722, J 74, i53, prends (garde) 
N 1645, -qua ; lequeomp .' 2 s. N 587, J 212, 3 s. 109 b ; la- 'H 794 ; lequet ! Gw. v. bec, ayez (soin) B 94 ; 
NI 46, 322, J 43, var. la- ilj b, la- 27 b, lyquit sy 2» s. r. is, 208 b ; fut. liquiff B 82, 391, 686, 3^ pers. 
laquay 2 s. 365, N 1079, J i63, -cay B 26, -cquay H ; lequehet H, J 26 b; ej- laquaher on te mettra P; 
cond. lacahe J 74 b, B 760 ; laqueus, mettable Cb, -caeus Ce; laquidiguez, -quediguej Cb, act. de 
mettre. Auj. lakat, du 1. locare ? — Liacc, lacs, filet C, la\c, dim. -ic, pi. la^cou Cb, laçou M 10 ; lacei*, 
laceur Cb, lajcer faiseur de laz Ce; laczaff, C, /afca^ enlacer Cb. — Liaes, g. id. (legs) C, laésa Icesa 
léguer Gr., du fr. — L<aesenu, loi, C, N 1 13, leas- 176, ^aseen Cb, lesen H, N 238, NI 460, le:^en H, pi. 
laesennou N 1406, auj. lé\en, du fr. lois. — L.aet, laidangie C, blâme P, meur — grand honte J 61 b ; 
•at, vitupérer C p. -et méprisé N i526, emem laetaf je m'accuse J 197, mej laedo je te punirai N i638 ; 
laedus, infâme 620, injurieus' 610, du fr., cf. laid. — I^aez, lait C, J 200 b, NI 88, hac y voar ho —, 
eux à la mamelle 164, leaj Cb, auj. lae:^, lea:f, léj, leah, du b. 1. lactis. — I^aezaflT, clunagitare C, du b. 
1. lactare, deficere in pondère ? — L>aflii houarn lame de fer C, lavn, laon Gr., du 1. lanina. 

L.afuaez, v. i. licit cest tout ung Ca, lae/uaej Cb, cf. gall. Uafasu, irl. luisim (Lhuyd), corniq. lavasy 
oser, (se permettre) v. irl. ro-laimur ; de Idm main, voy. lau ? 

Liagass, na — tam, var. legaff P 262 ; lis. nacaff, je plaisante ? 

L.agat, m. œil C, J 95, P, -guat NI 565, N 1002, pi. doulagat 112b C, daoul- N iiS?, daoulaguat 986, 
daou lagat J 190, an noulagat Cb ; lagadec, qui a grands yeux Cb, — bras Ce. Auj. id., anc. gall. licat. 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 323 

L<aguenn, lac, fosse C, Gr., du 1. lacus. 

Lam, saut C, P, chute B 778 ; vn — (nul n'échappe) d'un pas (à la mort) M 4 ; -er; sauteur, f. es C, 
lammer f. es, Ce, dim. f. lameresic, Cb ; lamet, sauter C. Auj. id., v. br. lammam je saute, v. br. 
lemenic qui saute ; v. irl. lèim saut, de lingim sauter, rac. sanscr. valg. 

L.ainbeau, g. id. C, -beu Cb, du fr. — liâmes, he mam dynam — P 270, lis. dames, dame ? 

L.aiiiet, ôter C enlever N 902, tirer, délivrer, sauver P, J 129, i83, B 254, NI 39 acquitter (notre dette) 
287 effacer (nos péchés) 352, dem — a de se retirer du (péché) M 71, lammetC 628, NI 333, p. 414, lamet 93, 
B 396, N 740, J 117, issu (d'Adam) 65; lem il sauve NI 417; lamas 87, J 19, -mmas NI 96, B 523 ; lamo 
358, -mmo ijS, NI 142 ; e^ lamher on te tirera P ; lam ! J 208, Aof em lemet ! B 742 ; quent nen lamhenn 
(je courrais...) plutôt que de ne pas l'arracher J 146 b, lamhe enlevât 167 ; rac ne lamset ne rapta esset B S; 
auj. lemel, prob. de lam. 

L.amp, lampe C. — Kjampereuet, lapereaux N 286 ; du fr. 

Liampr, glissant; -aflT; glisser C ; -us, 1. luhricosus Ce; Limpr Pe\., gall. //mi;?; même rac. que 
dileffn ? 

L.aiiipi-ezenn, lamproie Cb, -jec, Ca ; -fe«, Pel. — Lance, a quentaff — NI 384 en premier lieu, 
au premier chef, quentaff lancç tout d'abord 77; dre lanc, d'un bond J 73, et cafo — il trouvera moyen 
J 166, r. ank ; c'est pourtant le tréc. kaout lans, Pel. Lrnçç, élan, Maun. occasion; laiieet, mis NI 77 
(confiance) placée (en vous) NI 343, (géomancie) transcendante N 827, r. anç, du fr. lancer. 

Liancroas, 1» s. r. an, crucifix 180, NI 323, lancgroas N 1128, langroas J 122 b ; lamgroas Pel. De 
croas et lamet ? 

L.audei-, landier (chenet) C, Pel. du fr. — L.anracc, g. filace Cb, N 1643 ; -açç étoupe grossière 

P., norm. lanfais, du 1. lanificium. — L.augaig, langage, paroles B 65o, J i65, -gag, -gaige C. 

L<angoui*, langueur B 485, N 856, NI 209, J 96 b, -guour Ce ; langourus, -goreux, Cb, -guoureux 
Ce, langoureux; -guis, langueur J 12, B 5o6*, NI 490; languissant? N 836, -ys NI 91 ; -issafl*, lan- 
guir C; du fr. — Langoustes, sauterelles B 383*, r. es, -tej 383, du v. fr. langoustes, id. — Lanyer, 
g. id. C, laner Gr., du fr. 

L.anu, lande, C, pi. ou P; -ee, landetum C. Auj. id., v. gall. lann, v. irl. land, germ. id. Lannec est 
propri le lieu oîi croît l'ajonc, br. lann, h. br. lande. De lann viennent Landerneau auj. id. N 1397 
et Languen vvmendi n. géogr. 1 io5. 

Lantern, -ne, dim. -yc, Cb. — Lantiguenn, landie ; -us, tentiginosus Cb. — Lapoucc, 

g. pichon 1. puUus Cb, -boucc Ce ; -oucf oiseau, Maun., -ouç^ id. Gr., vieux dict. laboççic oiselet, Pel.- tréc. 
lapons ver blanc R. c, IV, 160; du 1. locusta, par le fr. langouste, voy. langoustes ? — Lappadenn 
(glouteron) C, du 1. lappa. — LardafT, engraisser, act. et neut., Cb, oindre C, cf. J 5, N 1699 ; lart, 
lard ; C, lard, dim. -yc ; lai-dus, (gras) ; largez, lard Cb ; -ezaflT, larder ; -ezour, lardoire C, 
auj. lard gras, voy. meur^largie:(, du fr.— Larg, large, plantureux C, loin B 768, ej — och plus larg' Cb ; 
-oc'h (charge) plus lourde, Jér., bœder lare C; largueutez, largesse C, NI 63, présents 146; du 1. 
largus. — Las, scui^ — très las J 1 3o b ; (peine) accablante 127, 142 b, du 1. lassus. 

Lastez, ordure 562, P, misère, peine, N iSgS, NI 58, 328, J 2i5 infamie, ignominie 78 b, i5o ; lastez 
Pel., lastre misère, Sia-Tryphine p. 168, 208; pet. Trég. lastrian u, b., faire des misères à qqn; corniq. last 
ordure ; leste^ius pediculosus, laste^us Maun. 

Latin, le latin 92, C, H, science, P ; pi. -ou (vos) discours B 293* ; -ist, latiniste C ; auj. id., du fr. 
Lau et drouc tout vng C, cf. v. br. nahu- lei néanmoins v. irl. lau, petit, mauvais, = IXaYuç ; ou lis. 
dourn pour drouc, cf. v. br. lau, main de *(p)lâmâ, ■!uùA\j.-r\, 



324 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

L<auaq, lâche C, (coup) faible J m ; -scafT, lâcher C ; -squentez, lâcheté J 197, auj. laosk v. 
gall. lais, du 1. laxus ; laxatifX, g. id., C, du fr. — I^auacr, fontaine, lavacrum, B 2S7* ; lauer, 
on lave (le péché) N SgS, du fr. 

Lavai*, hon oll ... — toutes nos paroles H ; lauaret, dire B 746, N 1169, NI 76, cf. J 48, 106; 
-rez, id. B 161, 223*, M 7, C, pi. lavare^ou paroles H 60; part, lauaret dit C, Ni 6, cf. J 21 ; prés, laua- 
raffS^g, NI 307 lav- 12 J 69, -a/ 2 14 b; leuerej N 5o5, NI i85, cf. J 78 ; lauar N iSog, Ni 3i2 cf. J 52b; 
leueret B i33 cf. J 17, 34, lyvirit 162, 206 ; lèveront 227 ; lauarer on dit M Sj v, e^ — ane^aff ... Doe on 
l'appelle Dieu B 804, impf. laiiare 741, NI 555, cf. J 167 ; lavaret on disait P ; prêt, i" p. liuiris N 1 143, 
livyris P ; 3o lauaras NI 291, cf. J 39; lauar! B 440, N 668, lav- N 5, J 10; leueret ! B 36o, N iSog, 
lev- 194, J 59, 72, G\v. V. iaen, Jér. v. ho.ttis, lyvyrit J 222, -irit 47, loi b; fut. liuiriff B 723 ; lauaro 21 5*, 
cf. J 92 ; leuerhet B 195, lev- H, leueret B ig5* ; cond. lauarhenn B 353, lavarenn N 678 ; lavarhe J 191 ; 
lauarher on dirait B 720. Léon lavarout, lare; v. br. dar-leber, devin; laudre^^^ gall. lleferydd, v. irl. 
labrae, de *labariâ, cf. XdtSpoç. 

Liaurec, braie, C, laffrec Jér.; laureyaflf, brayer C, auj. lavrek, voc. corn, lafroc, de reffr. 

1. Liaz, dans /a^araj-r I. buris C, queue de la charrue Ce, la plus longue pièce de la charrue, h. br. late, 
Pel., voy. goula^enn. — 2. Liaz. Pe — dimp ny que nous importe B 3yi, pe ala:( deompni J 86, laj Maun., 
las Pel.; cf. gall. Iles, corniq. v. irl. les, intérêt ? ou du suiv. ? 

LiazafT, tuer 688, C, H, N 795, -af B j5j, J 114, p. la!(et mie 209 ; prés, laj 189 h ; ha o la^et et on 
les tuait, r. et NI 441 ; la:[at fut tué 345 ; ef la^set qu'on tuât 71,311 ; la^ ! B 739, J 95 b, las 114 ; cond. 
la^he 123 b, B 749, -hech 364 ; -fe, lis. -5e, eiàt tué, 292* ; ce verbe signifie c choquer, offenser», ou » nuire », 
dans Jér., selon Pel.; lazadenn, occision C ; lazerez, id. Cb ; entre lazidigaez, entretuance 
C. Léon, la^a, v. br. ladam je tue, irl. slaidim je frappe. 

Liazar, Lazare J 7, du fr. — Lazr, larron C, B 790, J 42 b, /aefr NI 48, dan — sarpant au serpent 
trompeur 396 /ar^ Ce, f. labres, dim. lazrîc, Cb, pL la:^ron C v. doees. H, J 145, M 3 ; lazrez, voler 
C, -ret Cb v. leenn, p. la:^ret var. lae^ret J 221 ; lazroncy, larcin C -ci Ce; auj. laer, du 1. latro. 

Le, serment C, J 61, dre ma — 109, B 591, 48, ma lie 48*, 191, malle 191*, dram /e.Jér. le doet serment 
de droit Cb, N i5i2, ledoet i565 ; leaff*, je jure B 122, M 3 ; leanes, religieuse NI 409, N i53 ; 2 s. 
187 ; pi. et 1S4 ; leanty, couvent C, -ndj N iSg. Auj. id., gall. llw, v. irl. luige, cf. Xu^î^w, 1- ligo ? 

Leal, loyal C, H, P, N 6 fidèle {ou:;, à) J 221 juste 93 b, adv. N 1400 bien, heureus' B 661, lael 
i 180 b ; lealtet, loyauté 36 b, C, N 248, B 208*, leatet 208, lealdet J 194 b ; auj. id., du fr. 

Leat, lécher C, gall. llyaw, cf. )i£i'/to. 

Leati, lieue C, léon. leo, du gaul. leuga, d où fr. lieue. 

Lech, lieu i3i, C, P, N 3, J 11, oar an — sur le champ I25, en — id. 219 — dorn poignée d'une épée 
N 1431, nep — jamais 347, pep — de toute façon J ii3 ; (avoir) lieu de 21, moyen M 71, B 292*, en, e — , 
au lieu H, pi. you i 190, lichou P, N 1704 dim. lechic, J 154; lecliaer, local, adj., Cb. Auj. lec'h, 
gall. Ile, cf. V. irl. lige lit, X£X.oç, v. norr. lëg place, ail. lage. 

Leetor, -teur C ; -tui*, légende, leçon, texte sacré, B i32, 149*, J 58, N io64,''instruction, sermon 
1705 ; legent, légende B 142*, legem r. ent NI 547, du fr.; leenn, leen, lire C (ap. lenn), lenn B i35 
H, P, J 116 b, N 1106, len 464, p. lennet C, cf. B 18, J 116 b, N 764; lenet io83, len il lit C* v. Lucan, 
cond. lenhe P; leennei*, lecteur; -nnabl, lisible Cb, auj. len lire, corniq. lyen étude, du 1. legendum; 
OUI '^"" P 2^8 tirant, lis. tenn? lisîbl, -le C, du fr. 

LedaflC; étendre; ledan, large C, en large N ii65, P ; -nliat, élargir, p. -het Ca, -haet Cb ; 
-nder, largeur C, auj. leda ; v. gall. let largeur, gaul. litanos large cf. itXaTÛç. 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 32 5 

tieff, gémisst, pleurs, cri, douleurSSg, 671, P,N 1871, lefi 160 leuffW^^i ; leuflRal, crier, se plaindre 
i38, lejffis je criai P. Auj. lenv, gall. lié/ voix. 

Leffr, livre C, M 39 le/r M 2, P pi. -ou J 3o b, -ffrou B 17, lefryou 3 s. 234 b, leiffriou 2 s. N 1106, 
lifryou J 207 b, dim. leUVîc, Ce v. libell. Léon, leor, du 1. liber. — L.egat, g. id. C ; -gacy, message 
J 180 b, NI 171. — Liegion, g. id. C, J 74 b, du fr.; kacr a — N 1707, — ... galuet an kaer 1756, du 1. 
legionum. — L<egi««t, -te ; legîtîin, -me C, B 792*, -etim 792 2e s. r. et, adv. 336 ; legitfmafi^ -er 
Cb, p. justifié, dispensé B 1 17, 663, li- 1 17* ; du fr. 

Lelieryet, 3 s. (jambes) malades, N iSgg, 1820, cf. gall. clefydy lier, langueur, fatigue ? 

Liehet, largeur Jér. v. let ; lec'het Maun.; lec' lied van. lehed, largeur d'étoffe Gr.; pour "le-et, d'après 
le V. fr. leesse ? 

Leiff^ un dîner 232, C, leif 232* ; leifTafT, dîner C, leyfiaf 2 s. J 227 b, var. leynff ; lein Maun. ; 
auj. id., corniq. li, un déjeuner. 

Liein an ty le faîte de la maison C, dim. -yc, Cb ; lein sommet Pel., de blein ? 

I^eîz, plein 66, leis Maun., tréc. lei^, van. leih, ci. br. /ei'f humide, gall. llaith. 

Lietn, aigu 598 C, viv', vite H, J 46 b, Jér., N 47 (blasphémer) violemm' 627, (il faut) absolum' 346, (ce 
qui est) gravé (dans l'esprit) B 10, un tranchant, N 1439, 1445 ; lemm gravt (troublé) J 59 b ; explétif P 7 
etc.; pur lein, r. em P 20, lis. lem ; lemaff', aiguiser C, p. -mmet B 696 ; lemder, 1. acumen ; lemei*, 
aiguiseur C, f es Cb ; lemidigaez, aguisance C. Auj. id., v. br. lim cf. breulim et dileffn. 

tiencquernenn, ver intestinal; -i-iius, Cb, lenqu-, -u^, qui en est plein C ; auj. id., gall. Hyng- 
yren, cf. ail. schlange, R. c, VII, 146. 

Lencr, glissant C, lencr. Une Pel., link, linkr, id., gall. llithrig. 

I^enn, étang C, auj. id., v. br. et voc. corn. lin. irl. linn, d'où Dublin, eau noire. 

I^ent, lent, paresseux C, timide B 86, 527, N 329, NI 3o, aux sens émoussés 273 (propos) délibéré 3i, 
dur, cruel 701 ; -aat, faire lenti Ce, lentet tardé NI 451 ; van. nent, sourd (aux conseils); du 1. lentus. — 
Lieiitil, lentille, — en visag tache'rousse, dim. -îc ; lentileux, g. id., Cb ; du fr. — I^eon, lion 
C, pi. et B 713, 3uj. id., du b. 1. leonis ; Léon Léon, n. d'h., H. — Lieon, Léon, évêché de Bretagne, 1. 
Leonia C, H, NI 232, 255, 377; -îs, les Léonais i25, 332, -ys 2o3, 221, du 1. legionum. — L>eopai>t, 
léopard C, du fr. 

Lierch, suite : car — après 292*, voy. adilarch. 

Les, cour 677, C, P, N i373, J 121 éd. 1622, tribunal B 616; le\ 323*, en — r. es au ciel NI 544; laes 
N 1398, audience 1493, tut à lés Gw. gens de justice. Auj. id., v. br. lis, irl. id. 

Liesell, laisser, quitter 234 C, H, J 192, M 53, NI 486, P, -el N 222, — ... hef cesser de 1868 p. -set 
333, laeset da ober (bien qu'on a) omis de faire, H ; prés, .'es B 125, il évite (la mort) M 2, N 139, laes 729, 
2° p. leset B 481 ; -ser J 55 b, -sat N 25i ; lysis Jér., lesoude laissas-tu P laesas NI 28 ; les! J 141, N 10, 
B 3o7, lessy 371, lessi 371* ; leset ! 280, N 1327, J 5, etc., lest 38, B 624 etc., lisit N 121 1, ly- J 145, -sid 
45 b, list 'jZ, B77*, N 5i4, NI 243, ly-i 2i3 b, Jér. v. dispen ; fut. lesiff B Zj, /i- je (ne) laisserai (pas de 
vous aimer) 606, lisif i 45 b, -sin B 507* ; 2e lesy P, laesy H ; leso B 23o, P, J 106 b, lae- N 62 ; lesset que 
vous laissiez B 229* ; cond. ne lessenn quet... caret je ne veux pas cesser d'aimer 432 ; leshc laisserait J 216, 
lesse 72 b, laissât B 749 (la mort ne) veut laisser (personne) M 4; lesfech J 21, lis. lessech, comme plus 
haut marvsech ; lesser, lis. lessech, r. ech 70. Auj. le^el, du 1. laxare. 

L.eshnnii, surnom ; -afT, surnommer ; lesmani, marâtre ; lesniap, beau-fils ; lesnierch, 
belle-fille; lestât, beau-père C ; le{s)hanuaff pe gueruell dioar e leshanu Cb. Auj. lejhano, gall. llysemv, 
irl. lesainm. 

56 



236 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

Lie»ir, loisir J 2 5, (être de) — B 1^7, a — martyres, martyre d'un long tourment J 40 ; du fr. 

Liei^qulflr, brûler 566, C,- if P, p. losquet B 1 22 G, J 87 ; lisqiiidic, (coeur) brûlant 209 b, -ydic P 254, 
lesquidic i38, var. -edic ; losquadur, embrasement C; losq, Cb ; losquan, Ca ardeur; los- 
quei*« incendiaire H 5o; losquidigaez, brulance C. Léon, leski, irl. loscad. 

L.estr*, vaisseau, 1. vas; — a mor, nef C, lest navire N 68, pi. tistry, dim. lestnîc, Cb ; lestrat, 
contenu d'un navire N 12g; llstrîer, lieu où l'on garde les écuelles C. Auj. id., v. gall. lestir, irl. lestar. 

Lietani, Ce, -y C litanie, prière pour les morts C, supplication, prière NI 346 ; chant des anges à Noël, 
NI 102, 403, greomp canha — daMary 144, -i (chant de) joie 427 (que nous allions tous) dan -y, à la gloire, 
au ciel 168, P 285, en -i id. N 1934; gant -y, avec chants joyeux NI 368, avec cérémonie N 1146, 1929; 
pi. -niou H, du fr. — I^etenn, a diber da — , (la mort) rabat ton caquet, litt. raccourcit ta langue, M 5, 
I" s. r. at, lis. latenn, auj. id. à La Roche, etc. du fr. latte? (Quellien). — Lieter» litière, 1. lectica, C, 
Maun. — Lieton, g. id. — L.eti*in, g. id. (lutrin). — Lietu, laitue C, letus Ce, pi. letus Maun., du fr. 

L.eun, plein C, H, N i5, P, J 1 1, — car guet tout plein 12, — tenn B 259, sup. -aff 2 56 ; -yaOT, rem- 
plir; -ydigaez, plénitude C. Auj. id. v. irl. lân cf. X.plenus. 

L.eui*, aire C auj. id., v. br. laur, v. irl. lâr sol, cf. angl. ^oor. 

I..euzi* carr timon C, leur qarr Gr., cf. le suiv.? 

L.eULZi*iflr9 envoyer C, p. NI 409, prêt, -as J 16, -at B 324, fut. -yff Jér. v. dinoe, ej -het que vous en- 
voyiez B 145* ; ef leujret, qu'on envoyât Jér. v. eyit ; leujri Gr., cf. irl. ladh? 

Lieui, g. id., n. pr. C, Levy J 222 b, du fr. 

I^euyaff, gouverner C, leuiat piloter un navire Maun. gall. llywio ; voc. corn, leu gouvernail. 

L.euiataii, g. id., prince des démons Cb, Leuitan Ca. — I^eurer, lévrier C; leufran, Cb, Ce 
id. (ap. leur), pi. liffrini N 284, -j 270, du fr. 

Liezi-, cuir, boutaill ler^ C, auj. 1er gall. lledr, cf. ail. leder, v. norr. l'édhr. 

liy, lie (de vin) C, (d'huile) Cb ; du fr. — Liiain, lien B 26, C, N 1895, drouc — captivité NI 354, '^^ (K" 
417, J 174 b, pl. liammou H, du 1. ligamen ; liancc, société, alliance B 3i i. — Liibell, -lie C, accusa- 
tion N i5o2, em — sous ma loi B 616, -el Ce, petit livre M 2; libraei*, -aire; -aei*i, -airie C. — 
Liiberal, g. id. C, N 617, adv. B 524, (de mon) plein (gré) J 29 ; liberté, -té G. — Liibouron, 
Liburnie G, du fr. — i. I..ÎC, laïque C, P, J 85 b, M 4, pobl lyc 2, licq H, voc. corn, leic, du 1. laicus. 

2. Lie, lubrique 446* mauvais, sale 568, paresseux, mal doué 9, (voleurs) infâmes J 122 b, éd. 1622 ; 
termen —, nouvelle fausse 199 b; licq Gr., cf. Une, lencr ? (Pel.) 

Lice, poingnet a /et — N 1436, un poignet propre à la lutte? licenn, g. lice I. platea Cb. — I..icel, 
linceul C, dans les lin-, auj. //«5e/ drap de lit. — ïjiceiiciet, licencié G, autorisé J 72 b ; liczance, 
licence C, (contre) la justice B 715 ; lieit, permis 694 C, J 62, ly- 194. — Liichezi*, licherre (lécheur, 
débauché) C, f. es Cb ; -ezrî, friandise, lecherie C, -y (débauche) Cb.— Liicorn, -ne C ; du fr. 

Liien, 2 s. toile C. linge B 629, J 23i b, ly- i52, P, Jér. v. dienn ; lîenaf, ensevelir N 1376 p. J i56, 
lyenet Gw.; auj. et v. br. id., vieux corn. Hein, rac. les-, R. c, VII, 241 sq. 

Lies, beaucoup 17, souvent C, M 53 — furm 1. multiformis C, a lieux/. Cb, lies re beaucoup de gens 
B 282, lyes guej souvent NI 104, quen lieux bloaj tant d'années, an liessa/u le plus souvent H, lieux Jér., 
NI 10 1 ; auj. /lef, v. gall. liaus v. irl. lia, propr» comparatif, cf. 1. plures. Voy. alies. 

LiiflC, lime; -aff^ limer C, du l. lima; llmair, C, du fr. limer. — ULSyer houarn, pel de fer C, 
espieu de fer Ce, du fr. levier. — Lifl'r, une livre, m. : dou — , dim. -îc, Cb. du 1. libra. 

I..ifirin, douce (joie) P, //yr/ji le s. r. if Am., joyeux ; cornou. livrin sain, dispos, Pel.; tréc. lir^in 
joyeux ; gall. lle/rin, fresh. 



DICTIONNAIRE ETYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN .^27 

L<ig, (homme) lige N 35, P, M 56, serviteur ? 4. — Dre lyngn, en ligne, ensemble P ; ligne^;, -ge; 
-gnez, lignée C, NI 428, J 8, le genre (humain) 20 b, B 342, -gnne^ M 7, liiignej NI 397, line^ P 23i ; 
ligueiin, lis. -gnenn ligne, linenn an penn (bandeau des cheveux), — jnac^on pe calue^ (cordeau) C, pi. -ou 
B 67, lignenn macjon ; lignenuafl, (a)ligner Cb, linennet ! B 74*; ligneleiiii, ni- C ligneul, du 1. 
lînea. — \Ava, les limbes C, enfer NI Sg, 224, lym iS/, 5o8, du 1. limbus. — LiimitaflC, -ter C, p. pré- 
servé, exempté B 1 16, 663. — L<iiuon carr, timon C, du fr. limon. 

Liinoes, liuoes, mousse d'eau ou d'arbres C, tréc. libous(t) viscosité, cf. angl. slime. 

Liln, lin 629, C, N 1610, m. : eff 161 3 ; liiiec, le lieu oii croît le lin; lîntac, lindac, trébuchet C, 
voy. tagaff ; linhadenu, ortie (plante textile) ; -dec, lieu oii il y en a C ; -dalT, 1- urtico g. ortier 
Ce; auj. et v. gall. lin ; voc. corn, linhaden ortie, du 1. linum. — WAffs., lynx C, du fr. 

Liioi*z« courtil, jardin C, 2 s. J 64, auj. id., v. gall. luird (pi.), v. irl. lubgort de lub plante cf. ail. laube, 
et gort cf. 1. hortus, voy. gar:^. 

Liipat, lippat, lécher C, tréc. lipan, du v. fr. lipper. — L<yseu, lys, H, du fr.; cf. lisiiienn, sorte 
d'herbe, 1. helibium C ? — Liisiu, lessive C, -iou Ce, auj. lisiou, v. br. lisiu, liusiu, vieux corn, lissiu, du 
1. lixivium. 

Ijit, fête NI 334, lyt 67, 78, lit acte, façon d'agir N 356; auj. id., v. irl. lith, gaul. litu-, cf. Xiti^. 

Liitarg, -ge. — I^ytargî» léthargie C, li- Ce ; litai>gic, léthargique Ce.— Liitigius, -ieux Ce, 
-gieux C, du fr. 
Liiu, couleur C, N i583, da scruiuaff encre; IluaflC, teindre; liuadui*, teinture; liuei*, f. es 

teinturier C ; liuaflTbl, 1. tingibilis Cb. Léon, /iv, v. br. liu, v. irl. lî, cf. 1. livor. 

Liuat, eleuance deaue C, (ap. lijf) lifvat torrent J io5, a livat plen lyo; linvad, livad inondation Gr., 
gall. llif, irl. lia. 

Ltiueg, liueche 1. lupestica. — Liiurafl", livrer C, B 490, he — cuit 415, liuuraff 47 1 , p. liuret 594 cf. 
J 60, I i3 ; liffret B 342, cf. 643 ; liufl>e, livrée, vêtt, N 977, livrae J 179, liffrae, livfrae P, du fr. 

Liiui*iz, (lait) doux, 1. mulsum C, auj. livri^, voc. corn, leverid, gall. Uefrith, cf. irl. moy. lemnacht. 

liîzei", lettre, écriture Cb, P, B 91, missive 1 54* ly- J 1 16 b, m. : ef ; écriture sainte 2o5 ; lizerenn, 
lettre de l'alphabet 32 b, C, pi. ou H ; -i*et, lettré Cb ; auj. id., du I. littera. 

L.oa, cuiller — an dour, une herbe, 1. plantanus, — mac^on truelle C, pi. -ou plat B 67. Auj. id., gall. 
llwy, irl. liadh, cf. leat. 

LiOacr« Cb, -cre, -agr C, louche ; tréc. loacr. Gr. 

LiOai*, lune 106 C, H, P, J 147 b ; r. er B 32i cf. 5o2 ; f. : entre diou —, interlune ; cann an — , pleine 
lune, loarguenn clair de lune Cb, loer r. er P ; auj. id., voc. corn, luir, rac. lue ? 

tiOcancc, g. id. C, loqu- P, B 747, elo -747* ; locaiiceux, facond Cb, du fr. éloquence. — Loc- 
man, pilote, locman N 73, loumman en i632, Pel.; du fr. — L<oes, louche C, van. lues, du 1. luscus. 

LiOet, moisi, chenu C, lo'ét can blanc de vieillesse Jér., leun u loet plein de moisi Cb ; loedafT, moisir, 
et canescere C, loueda km.\ loedadui*, canities C, moisissure (du vin) Cb. Auj. loued, v. br. loed moisi, 
loit (tête) chenue ; gall. llwyd, irl. liath, gris. Il y a prob. 2 rac. différentes ; pour celle de loet moisi, cf. louan. 

LiOflTi-, lépreux C, P, N i85i, pi. le/ryen Jér.; loffVnez, lèpre C, lo/r- N 1839, Jér.; tréc. laour, v. 
gall. lobur irl. id., faible. 

LiOg, loge ; -afT, loger C, B 198, var. -geaf; -giaff 191, loigaff N 1873 ; p. logeti i65 b ; impf. loigent 
NI 459 ; fut. logo 65, -gio B 148* ; ef lochet que vous logiez NI 3o6, ma hou lochint qu'ils nous placent 18 ; 
logericzc, logis B 191, -geicjc 3 s. 198. — LiOgîc, la logique ; -ian, logicien C. 



328 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

L.O{ïodQnn, souris, — dall souris chauve C, dim. -»<•, pi. logod ; logodec, lieu où sont les souris ; 
logotaer, occiseur de souris Cb. Auj. id., voc. corn, logoden, gall. llyg, irl. moy. luch, cf. R. c, III, 89. 

L.0111, goutte NI 465 auj. et irl. id. 

L.oinan, ici 466, J i32 b, ici-bas P, lo man J 212 b, 223, louman NI 412, louan var. louman P 3, loman 
G\v., Jér. (Pel. n'a pas compris), du lat. locus et de -man, cf. voc. corn, luman ; L.OEniehael an tre^ 
Saint Michel en grève C, du 1. locus Michaelis. — LiOngîus, Longin, NI 16, 53, du 1. Longinus. — 
Lioquet, g. id. — tiorancc, g. Lorans C, du 1. Laurentius. — L.oi*e, (couronne de) laurier Cb ; 
-enii, laurier C, auj. id., du fr. 

L.o»»t« queue 486, C, — an ala^r q. de la charrue Cb, lostlouarn 1. proleos, herbe qui fait les cheueux 
chanus C, (... iaunes Cb]; lostec, caudatus C; auj. et corniq. id. 

L.ot, lot, sort 382, 563, un — cosquor tut qqs gens NI 489, vn — a enor des gens d'honneur 522. — 
L.oth, n. pr. — Lotrucc, autruche C, du fr. 

Liouan, (pieds) sales 2 s. J 5i, cf. van. luan et luaihué moisissure L'A., irl. con-luan dogs' dung et Xù[ia. 
Voy. loet. 

tiOuarn, renard C, 2 s. r. ern N 285 auj. id. voc. corn, lowern, gaul. AouÉpvto;, cf. 1. Laverna. 

L.ouazr, auge C, laoue^r, lou-Cb, auj. laouer, gaul. lautro « balneo » cf. Xouo). 

LiOudouT*» sale 649 f. -enn, Cb ; loudour saleté, -enn, lidourenn souillon, Pel., cf. lous. 

I^ouen, joyeux C, P, J 6, adv. N 166, en — 119 b, B 47, hors (de peine) 88; var. laouen J 162, H; 
louenn C ; lauen NI 169, 280; louan r. an B 344; laouenhaf très heureus', r. a N 699; louenhat, ré- 
jouir B i83, 499, satisfaire (sur un doute) 109, se réjouir 292*, J 9 b, N 254, lau- NI 17, laou- N 396, laouhe- 
nat NI 188, 397, -nnat 190, louhenhat Cb ; p. louuen haet B 5i3*, prés, louenhaff 45, -af i 2o3, louenaf iS,j h, 
3« pers. laouhenna NI 364 ; louenhet ! J 199; fut. -hif 182 ; leuenez, joie N 418, NI 33, 346, P 3i, lev- 
214, J 98, leune^ P. Auj. laouen, gall. llawen, cf. gaul. -launos et grec Xauto. 

Liouenan, bevrichon 1. nicticorax, icter, gen. ictris C ; auj. roitelet, prob. de laouen. 

L.ouenn, pou; louliee, pouilleux C, et B 779 ? louherez, pediculositas Cb. Auj. laouen, voc. 
corn, louen cf. ail. laus. 

L.oufr, vesse ; -aff, vesser C ; -er, puant Cb ; louuidic, fat, sot, vil, mauvais, B 446*, 779, loui- 
3i6, 738, pi. louuidien 4 s. 479, loui- J i65. Auj. id.; van. louvidiguiah fadaise L'A., provençal louffa vesse, 
bêtise, rouchi loufée, vesse. 

I^oufTan, courroie à lier les bœufs G, loff- Cb, louan Pel., voc. corn, lovan, v. irl. loman. 

Lioumbart, f. -rdes, lombard Cb, lom- Ca (dans les lou-) ; Loumbardy, Lombardie Cb, -i Ce; 
du fr. 

■..ouncaff, engloutir C6, lonc- Ca (dans les lou-), loncaff Cb, cf. B 36o, hanter /onca/ entregloutir Ce; 
loncadui-, (act. d'avaler) Cb, léon. lounka, v. br. roluncas il avala, irl. sluccim cf. XuÇw. 

LiOupart, n. de bourreau 45 1*. — L.oupen, loupe, maladie, Am., du fr. 

Lious, sale 3i6 C, auj. id., cf. loudour. 

L.ou$40uenn, herbe, — an caluej 1. ioberti herba C, lus- Ce, pi. lousou v. amplastr, losou plantes 
N 401 ; lousouafr, hcrber, glacier derbe, 1. herbo ; être enherbé ; -ouabl, herbeux 1. herbilis ; 
-ouec, plein d'herbe; -ouennic, petite herbe Cb. Auj. lou^aouen, voc. corn, les, irl. lus, de *lub-s-, 
voy. /l'ory ? 

luouzr, chausse, 1. caliga C, Auj. loer, bas, voc. corn, loder ; gall. llawdr braccae. 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 329 

L.OZII, bête Am. loe^n N 283, — mut NI 3oo, pi. et 58, gS, lo^net Gw., N 276, B 10*, loijjet 10, auj. 
loen ; gall. llwdn petit d'animal, corniq. lodn, cf. irl. lolh poulain. 

L.uc»ii, Lucain. — Liucas, Luc C, J 2o3, P, Luc H. — Liucc, sainte Luce C ; Lucie, Lucete 
Cb. — Lucîder*, lucidaire ; LucHer, 1. fossorus C, (luchier g. cler 1. fossorus Ce), Lucifer Lucifer 
J 96 b, NI 82, B 21-22, 3i*, -ffer 3i, 322 ; lu^'cliafl« reluire C (par ch franc.); luysant, lumineux, 
clair (luisant) M 2 ; luiuinei", (ouvriers) éclairés, B 40, (face) brillante J i25 ; -nez, r. e^ lumière P ; 
du fr. 

Luchecleun, éclair C, pi. tiiffet N 877 ; lu$;'uaei-nifr, briller C, -guerniffCb. Auj. luc'heden, voc. 
corn, luhet, cf. 1. lucere. 

Ludu, cendres C, P, H ; -afi, réduire en cendres; -ee, plein de cendre Cb. Auj. id., gall. lludw, irl. 
liiaith. 

Liue, veau C auj. id. v. gall. lo, irl. lâeg. 

Lii^iid, quy mut — t chien muet de stupidité ou d'étonnement », ur lu^udei*, un fainéant, Am., 
sot, Maun.; lugut lenteur, stupidité, Pel. cf am^er-Zi/g' temps lourd. 

Luni : ti^ mat a lum P, bien vite, lis. alum, auj. id. allumé, cf afo vite, dc/ocus, etdej mat golou. Voy. 
alumaff. 

L.UU, lundi H, du 1. (dies) lunœ ; -atîc, -que C, du fr. 

L.usenn, 1. vacinium C auj. id., airelle, gall. llùs ; h"> Bretagne, Anjou et Maine lusset, Pel. R. c, V, 
22 3 ; cf. lousouenn ? 

L.u:kui*, -re C, i» s. r. us N 620 ; luxurîti», -ieux J i3 ; 3 s. r. «r i3 b, -ieux Cb, du fr. 

Liuz, embarras Jér. (tirer de) captivité J 129; en he — sur son chemin, devant elle ? N 376; luzj'aff» 
mêler C, luia Maun., léon. lu^ia embrouiller, cf Lu^iet, surnom en i258, R. c. VII, 62; gall. ludd obstacle. 



57 



M 



1. Ma, mon 3i, C, H, N 22, P, J 5 b, — quen hirvoudet qqn aussi affligé que moi 14, mautrou Monsieur 
N 1289 ; J 76 var. ma'utrou ; tnatrou 228, maheni le mien, me mahunan moi-même Ca, ma me (prendre) 
N i54, — mir garde-moi 147 cf. J 18 b, H, P ; va mon Am. v, diroll, disaoutren, distac, va list laissez-moi 
V. gargaden ; ma em soe^aff... a raff je m'étonne B 233, cf. 198, 23. Auj. id., cf. me. 

2. Ma, où : -cafhymp? J 154 b, medy oîi est? 126 b, medy an 2 s. où sont les...? 145 b, ma ^a où va? 
1 04 b, mjf eu 1 5 1 , B 36o, ma!(eo N i 548, où est ? ma:^oude ? J 88, ma^- ouchuy B 607 ma^ oa NI 374 max 
oa 62 (demander) où était; /nay tremenet N 33o, ma^ ae B i3; ma em (l'endroit) où on me (mettra) 28, 
mai[edi où cst'N 45g, mapnt } i3 b, an lech majuej an bugale Cb, ma voa 1^1 Zo^; mas voe i36 ; sous-ent. : 
un merchaucy... na chomme den (où) nul ne demeurait 236. Relation de temps : ma em dalche 3 s. (l'heure) 
où il me tenait J 39, ma en grif 1 s. où je le ferai 21, cf. 52, maf ganat où il est né N 927, ma\ où (je 
mourrai) 76 ; et même ma^ mennet ho^ em soumet a f (\.a. mort) à laquelle (v. fr. où) vous voulez vous sou- 
mettre J 34 b. Auj. ma, van. men, cf. ma 3. 

3. Ma, seul ma en (3 s.), litt. tant plus que je (pense à) lui J 6 b, ma en i s. (il faut) que vous le (sachiez) 
39 b; euel ma en ainsi que le (déclare)... 23, euel mae discleriet comme vous le dites NI 487 ; rac... ma^edouf 
parce que je suis, rac ma^ out J 65 ; diouj ma minif en cas que, si je tarde N 858, ma^oa (de la façon) que 
c'était (ordonné) J 69 b, ma (à l'heure) que (vous voudrez) 18, maj (le mieux) que (je pourrai) 5 b, cf. P, 
N 36, dren pe:^ ma^eo parce que (litt. par ce que) c'est 220 ; quement ma^ ne cafaff (il faudrait ma), tant que, 
si bien que SSg. Antéccd. sous-ent. : ma\ safo pour qu'il se lève 110, ma mab... ma en ganer 893 ; sens de 
subj. ou opt., ma em be^o que j'aie 1812, ma /ton gray J 63 b wa on i s. NI 533 ma ho i s. J 25 que je les ; 
ma emeux si bien que j'ai i23 b, ma;f off N 75, cf. 162, J io5 mas songas B 7 ma^ galses si (précieux,) que 
tu aurais pu en (avoir 3o deniers) i5 b, ha ma si bien que NI 396 ; an bleut ma\ rer an bara can la farine 
dont on fait l'hostie C, litt. qu'on fait, sous-ent. « avec elle», qu'auj. on exprime. Auj. et corn, id., gall. mai. 

4. Ma, si, lat. 51, 5, H, P, J 16, 52 b, Gw. v. doc, N i5o9, qqf. ma^ dev. le verbe, 169, P, J 36 b, mas 
108 b. Auj. corn, et v. irl. id. 

Macabre, Macabre P, voy. arre. — MacbaflT, mâcher; maiichouer, mâchoire C ; du fr. 
Mach, a — en pressant P, a mac'h avec pression-Gw.; -aff^ oppresser C, mac'h (mon sac me) blesse, 
Gw.; auj. mac'ha presser. 

Maczon, maçon C, -nn Ce v. lignenn ; -onet, maçonnez ! B 74* ; -onycz, lis. -j'ef maçonnerie 
Ca ; -onei-ez. Ce, -nneretf Cb, auj. id. — Maczu, massue. — Mae, mai C, P, auj. id., du fr. 



DICTIONNAIRE ÉTVMOLOGIQIT'; DU BRETON MOYEN 33 î 

Maerut, toucher J ii, merat manier B 75*, pratiquer, fréquenter (le monde) N 244, voy. eue^ ; niera, 
-rat, meja, meein, manier, pétrir Pel. 

Maes, champ C, voar an — à la campagne N 249, oar au — (en 2 s.) J 216, lis. en — dehors, 12 b, C, 
B 540, H, P, N 5i 3, en meas Cins v. boutaff, emaes NI 53g, J 167 emœs M 10 ; maesou champs B 383, dim. 
maesîc, Cb. Auj. id., cf. gaul. magos ; voy. man i. 

IMaesti*, maître C, J 5 — a ty majordome 129 b, Mcestr Jehan M 71 v, mestr B 3i, 45-6, C, N 662, 
mest 5oi, mestr a ty maître d'hôtel ou concierge C, maistr H, f. maestres J 40, NI 20, mes- P, B 93, ma 
mes- madame 137 ; maesti'oiiî, mes- maîtrise C ; -iaflf^ maîtriser Cb. Auj. id., du fr.; magii^tei*, 

id. B83, 91, du lat. 

Maezui*, nourrir C, NI 140, mea- P, me^- NI 309, C, H, J 235, Jér.; inaguafT, Cb, -ga/ii H, p. 
maguet J 23 b, C, NI 122, B 698 ; prés, mac 713, prêt, macsoth P, tnaguas NI i32, oiq magat B 178 ; ej 
macquet (il faut) que vous nourrissiez N io33, macses tu nourrirais B 700; magadur, mal trad. nour- 
rissable Ce, = -ui*ez, nourriture ; -guer, nourrisseur f. es nourrice C ; -gu», nourrissable Cb. Auj. 
id., gall. magu, cf. |ji.î)xoi;. 

lACagdalen, Madeleine J 4 b, 87 b, Cb, Mada- Ca. — Magic, -ique B 611 ; -îcîaii, 4 s. -ien 
N 761. — Magnifieat, (le Magnificat) ; inaiiiGcaiice, -cencc Cb, -ance Ca ; maiiiflatr, exalter 
P. — ]%Ialiaiuguaflr, blesser C, p. mac'haignet estropié Am.; auj. iiiac'hagna, du fr. mehaignier estro- 
pier. — Mail, g. id. C ; -llet, g. id. marteau, dim. -illie, Cb. — ^Alaillet, g. eillet (une maille) C, du 
fr. — maillur'aou, maillots NI 9, 186; -ui'aflT, emmaillotter 140, cf. i33, envelopper C, cf. P, B 755, 
J i52, so dif ... -uret, (cent maux) m'assiègent 128, en ordur — , (chose) pleine de fange, honteuse N 622. 
Auj. id., cf. fr. maillot. — Blaîngliez, famille C, du v. fr. mesnie. — Itlajestat, majesté M 59, mai- 
N 1691, dignité io58; r. ant, J io3 b, mot savant, du 1. majestas; -gestej, -ieste^ H, -te B 3o8, C, J 93, 
N 693, 1401, (avec) respect 461, gant meste i5i9, dre cals mese 695, du fr. — i. Mal, mâle. — 2. IHal, 
une malle C ; -et, chargé de malle Cb ; du fr. 

MalafT, moudre C ; mal, mouture N i558 ; nialouei* ann espicc, nialoer, mortier d'épices C; auj. 
mala, v. irl. melim, 1. molo. 

IMalazn, gerbe de blé C, malan Maun., van. et corniq. manal, cf. 1. manipulus. 

Malbi'uii, n. pr. J 6. — :Malclius, n. pr. 73 b. — ]%Ialedictlou, g. id. C, -icion B 276, 721 ; 
maleui*, 3 s. 387, 688, malheur 210, mal eur i 128; iiialeui'us, malheureux C, 4 s. NI 457, 3 s. 
B 345; malice, -ce 269, P, ,J ii b, Cb, N 1546, -ice C, -ic:[c B 748, (une tour sans) défaut 193, hep 
maliezafr, sans mentir i^li, -icet (justice) offensée J 3o, -iciet id., r. iç, NI406, -icei méchant J 128; 
-îeius, -ieux B 2 ; maliuolancc, malveillance C ; maugi^acius, (malgracieux), horrible (tris- 
tesse) B 334, du fr. 

Malgon, n. pr. N 1942, de *maglo-ctino-s » noble prince ». 

]%IalI, ce qui presse 368, hâte, P, NI 455, Gw. mal NI 5 12, Gw., mail (il est) temps 252, P; mal vite P 52, 
auj. et corniq. mal, cf. jxÉXetv, gall. maliaw. 

Malloez, malédiction 38 1, J 74, -0^ 85, r. ej- 2 35, van. -oe/z, léon. -0^ ,• millîzyen, maudire C, 
ni!'//-, -7/6')!, -///l'j'enJî Ci; milligaff, Jér.,p. -g-î/e; Gw., C, B 3i5, J 71, mili- 12, myly-P; millic ! N 628; 
milligadenn, malédiction C, mili- Cb ; auj. id., du 1. maledico. 

]%lalii, mauve, C, auj. id., voc. corn, maloii, cf. 1. malva. 

Malueiiu, paupière ; -ee, 1. palpebrosus C, auj. id., v. irl. mala. 

Mam, mère 7o3, C, P, J 41, N 174, dim. -ye. Ce, pi. -)n;)io;i B 661 , -iTou NI 441, — cof aïeule C, — 
pajron marraine H ; auj. et v. corn, id., cf. (jLâ[ji|ji,ri. 



332 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

Mnii, an guerches —, cette vierge-ci 6, N i, J 7, H, P, Map — ce fils NI 119; r. af i 35 b; auj. 
mail, ma, corniq. ma, gall. yma, voy. aman. 

Mftnach, moine f. -es, C,pl. menech Ce ; maiiachty, monastère C, -i Cbv. leanty, auj. manac'h, 
du 1. monachus ; minfhy, maison de refuge C, du 1. monachia, R. c, VII, loi. — IManc, manchot C, 
P estropié Jér., mang id., et lent, Am., du 1. mancus. — ^faiidamant, mandt, ordre C, J i63, N 5o, 
act. de mander B 53 pi. ou command'% recommandations, N 247, 553, du fr. 

niaudoc, gargueton, poisson C, -cq gardon Gr., cf. van. mandroghenn grosse gagui, Pel. 

Maiitlnagoi*a» -gore C, du fr. — Alanec, gand C, sacoche, bourse J 18 b ; -eguen. Ce, 

-heguer C, gantier, auj. id., du 1. manica. — lUIanei*, manoir, C, demeure, maison NI 67, pi. ou B 425 
auj. id. — !Mang, manche Cbv. mUguin. — Jklaniei*, manière C, NI Sig, J 17 façons, conduite 
N 1 148; santé i3io; e pep -yer 1279, pep -ier J 10 b, cf. P, nep — N iSSg, dre -yer en qq. façon J 80, a 

bras de grande dimension i57 b ; sorte (d'insectes) B 384. — IManîfest, vrais, braves (matelots) N 128, 

nu B 617 manifest' J 77 b, N 1482; -alT, -ter C, cf. J 78. — i. Mann, la manne C, J 129, P, du fr. 

2. Hlann, ma meux na — 3 14^= « nullus ordo, » Job x, 22, auj. man apparence et rien, corniq. man. 

Mausîon, g. id. (demeure). — Mantell, -teau C, J 208, -el, dira, -llîc ; -llet, vêtu d'un manteau 
Cb, auj. id., du fr. — ]%Iantua, Mantoue C, du lat. — IManuel, un manuel ; manumittaff , 

manumitter C, -itaff Cb, du fr. — IMaoui-, mor, éthiopien ; -ien, g. id. C, maourien, pi. morianet Cb^ 
auj. morian, du 1. maurus. 

Map, fils, enfant, C, H, J 6, NI i3, mab H, J 24, N 63, i23, — den l'homme 20 b, P, Jésus-Christ J 58, 
map an lagat prunelle de l'œil C, pi. mibien NI 3i 1, -byen io5, my- 164, dim. mabic, 2, Cb, -yc NI 283 ; 
-baff, devenir enfant; -bereas, enfance Ce; mibiliez, C, -ylye:{ G\v. id.; mibin, agilt Am. Auj. 
id., V. gall. map, v. irl. mac, = *maqvos, de *mac-vos, cf. maga. 

1 . Mar, doute P, N 66, J 16 na lequel— n'en doutez pas 147 b, B 694, ne liquiff — scrupule 391, voar — 
en danger N 3i. Auj. et corn, id., cf. iJiépijjLva. 

2. Mar, si (elle fuit) 401, H, J 5, 116, P, N 107, 458, — be si c'est i5i, — of eux 1121, — doude si tu 
es J 95, mardeo N 1082 ; cf. H 10 ; — doa J 129 b ; — deux s'il y a N 97 ; — deu mar fer ej leveret 
quoique vous l'affirmiez si bien, P 124; niartese, peut-être B 3o2 C. Auj. et corn, id., de mal, et 
mar i ? 

3. Mar, si adv., telU 3oi, 36o, — douc^ lis. huec, r. eg, H 46 ; P, J 43, — meur tant (il nous aima) 4, — 
bras tant (je vous hais) 85, un den — sanctel hoj guelaff, si, quelque saint que je vous croie N 1919, — hogos 
si près (qu'elle soit) J 121 b, éd. 1622 ; nac eu — fier si fier qu'il soit 3, nac eu — net 36 b, nac oa — fur 
B 1 1 ; nep melcony — bilian nul chagrin, si petit qu'il soit M 58 v, — dint bilian (ne lavez pas seult mes) 
pauvres (pieds) J 52 b. Van. id., Pel., cf. L'A. v. insupportable ; corniq. id., gall. mor; = meur sans accent. 

Marbr, -re C, men mabr B 382-3. — Marc, i. n. pr., 2 — an resin le marc du raisin C 3 marc (d'or, 
d'argent) Cb. — Marcel, Marceau C, du fr. 

March, cheval 700, H, C ; dim. -îc, Cb ; mâle, dans marchbran C, -r^bran Cb, corbeau ; marbec, 
f. -egues, chevalier C, marec J io3, 223 b, pi. -rc'heien, -on, Jér. -cheyen v. morhet ; -rehyen J 142 b, Cb, 
var. -rehyen J i23 ; -rhegour, f. es chevaucheur C, mare- Ce; -rheguez, chevaucher, C, -reguas 
chevaucha Jér.; -heguiez, chevalerie C, -cye^ Cb. Auj. march gaul. ace. (xâpxotv, cf. angl. mare f., et 
R. c., VII, 157. 

]%Iarcharit, Marguerite C, -rgarit H, auj. Marc'harit, du 1. margarita. — Marcbat, marché C, 
B 79*, marchatlech C, -rchlech place du marché ; -cbatafi^ marchander Cb -ta Ca cf. J 17 ; -cbadour, 
marchand f. es C ; traître J 16, var. -chantour 86 b; -adourez, marchandise C, auj. marc'had, du 1. 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 333 

mercatum. — Marcliauey, écurie C, étable NI 3oi, -aocy 34, -au^y 286, merchaiicy 60, i53, -i 329, 
au). warcAosi écurie, du fr. maréchaussée. — ]ilai*cliepîe, marchepied C ; -chas, il marcha NI 25o, 
marchet! J i33. — Margiii, margine de livre (marge) C, du fr. — IMai-i, Marie C, J 4 b, N 391, -j 
496, -y H, J 14, 68 b, Maria 46 b, 195, N 743, NI 325, P, pi. Mariet les 3 Maries i56b, B 344, -yet J 184 b. 

— Mai*quisa, marquise Am. v.fris. — JUari*, houe, marre, C, Jér., douar — , gaubu, C, pi. ou Jér.; 
-at, houer; -ei*, houeur de terre C. — Martha, Marthe J 9 b. — ]%Iai*tin, Martin. — IMartyr, 
Cb, -ir C un martyr, groaet — martyrisé B 448*, adj. (regardée comme) martyre 760 ; pi. -iret H, f. -ires 
C, B 677, -yres 5 18 Cb, J 40, pi. -yriset 3" s. r. es B 148*, -yrisou 3e s. r. es J 40 ; martîi*, martyre, 
douleur, B 52 5, N 444, 1660, -yr } i5o, B 6o5 ; mai-tirafT, martyriser 573, p. 468, -yret 64S ; -iriset, 
Cathell 26 ; van. martir ; du fr. Merzer, martyr C, NI 7 ; merzei-, le martyre 445 ; -yalT, marty- 
riser, C, p. -eret P ; -inti, martyre C, -x P ; auj. id., du 1. martyr. — Marti*, martre C, du fr. 

Maru, mort, adj. N 94, ef — mortell' Cb ; maro Gw. v. gwir, marou v. lian, Cathell p. 5, an marv les 
morts J 177 b, a(n) maru N 963, an maru, an veru H ; maru, la mort 82, C, Jér. v. cousk, cf. J 16 b, 
NI 42, m. : aff, etc., M 3, 71 ; mei*uell, mourir C, H, N 356, B 116, -el Jér. v. dibenni cf. J 18; mervell 
marv mie 122 b éd. 1622, ej maruo maru mie yen B 620, {mervel marv mie, Goezbriand Fables, p. i), prés. 
maruaff B 776 cf. J 188 ; marue^ B 61 1 ; meru 610 ; marucr 1 18 ; impf. manient NI 224, prêt, mirvys 1" s. 
r. eur, J 175 b; manias NI 177, cf. J 3 b; fut. mirviff g5 b, ez -if yen 21, 2e p. meruy B 684, mirui 23o*, 
-vy J 65; maruo B 590, var. (na) varuo 628; cf. J 124; meruhomp r. omp NI 475 ; marvhet J 37 b; -uhynt 
B 656, -uint Gwinglâf, v. bagat, -vhont P ; cond. -vhenn J 218 ; -vhes B 706 ; -tihe 599, -vhech J 35 b ; e;f 
-usen je serais mort B 259, pan — dussé-je mourir, 294*, -vse qu'il mourût J 64 ; -vsech que vous mourriez 
21, -uset on mourrait NI 456; mai-uel, mortel C, H, M 3, B 464, 664, (heure) dernière 725, cruel 574, 
-vel N 283, J 149 ; menient, pestilence C, mortalité NI 109, misères 89 ; maladie contagieuse Gr. Léon. 
maro, v. irl. marb, de *marvos, cf. [iaupoç. 

Maruaill, merveille C, N 1793 merveilleust 207, B 28, -vaill } 217b, 148, —a gra/]e m'étonne 167 b, 
pi. ou io3 b, N 399, contes J i65, maru- N 55o, NI 1092; maPuaîIlaflT, s'émerveiller C, pronom. 
J 217, neutr. 233 b, p. N 16, NI 171 ; -uailliis, merveilleux C, NI 226 ; auj. -vaill, du fr. — lMai>z, mer- 
veille C, P (an deux — NI 333, r. ar, Vis.nen d. mar?) ; inai-zus, merveilleux, magique N [476 ; trede- 
mars, Pel., corniq. marth., du 1. virtus (Stokes). — i. Mas, dre — en masse, en gros N 1470, a — en foule 
P, V. br. --, étain, du 1. massa. — 2. Mas, diuinit na grit — , N 816, syn. de quen, plus, du fr. mais. — 
Mastin, mâtin C, B 736, t. d'inj. 5i 5, -yn Jér., -in quy id. B 290* pi. -et J 98, du fr. 

Alat, bon C, H, N i, Gueguen — B 371, nos — / J 48 b, — aduocades P 4, quen — blas J 23i, pan voe 

— gantaff(\\iznà il le jugea bon B 338, a — certes J 2o3 b, petra a — \. quidnam N 164, — ha drouc tant 
bien que mal J 104 b ; an — din la souveraine bonté 85, vn — un bien, un bienfait N 1826, pi. madou 245, 
J 9, -aou NI 108, M 3, madoun bet les biens du monde N 1578; inadelaez, bonté J 141, -aele^ 6 b, 
107 b, N 8o5, -delei B 142*, 223*, Cb, pi. ou H, -ae![ou J i5o b. Auj. id., v. irl. maith, gaul. (Teuto-jmatos. 

Mlatematic, -que. — Materi, matière C, B 54, affaire i37, N i85, i354; -y B 62, 97, 124, 
J 18 b, P, f. : hy, 94 b ; -rîal, -riel 55, Cb ; -rîet, matérié Cb. — Maternel, -nel 28 b ; du fr. 

Matez, servante J ■j^ b, C, NI 292, anc. mss. (Pel.) ; dim. -îc, Cb. Auj. id., v. irl. macdacht, R. c, VII, 
i54, cf. ail. magd. 

Mathias, n. pr. — Matiuesou, matines C, H, du fr. 

IMau, agile, persévérant, non paresseux C, B 40, io3 avec plaisir 162, (donner) un bon coup (sur la 
mâchoire) 377, mat ha mao bel et bien NI 34, m. h. maou 3oi, grande (pluie) P; mao gai Maun. Pel., de 
*n:ag-vos, voy. moues. 

Maudez, Maudé, 1. Maudetus C, H. — MaïKimian, n. pr. 33, 773, du fr. — Mazeu, Mathieu 

58 



334 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

C, H, -re H, J 71 b, 211 b, auj. id., du 1. Matthœus. — Mazron, marraine C, auj. maerones, du 1. 
tnatrona. 

Me, je, moi C, H, P, J 18, 23 ; N 40, 80, me preder Sg, me a (2 s.) laeso 62, me a cret 2 s. J 57 b, le r. 
ec 14 ; metaou je le jure NI 565, medest je l'atteste B 208, Jér.; me am eux, 3 s. J 7 b, »ie meux N 1489, 
mem be B 160, memoa 286, mem em clem N 344, me mem ro 177 ; me aj je te i s. B 808, N i53i, mef 91, 
mej car je t'aime J i52 b, B 519; me e (i s.) je la 38i ; men je le 442, J 18, var. m'en 56 ; m'en M 53, tnenn 
namanthe B 296 ; me of je vous i s. J 7 b, me ho 1 s. 27, mo^ 34 b, B 64, N i83, NI 255, mouj J 184, mous 
63 b, id.; ma je les N 276, moj id. J i58. Me ^aa goar, var. ne a goa>- 3 s. J 92, lis. me a goar. Auj. id., v. 
gall. mi, cf. 1. me. 

Mecanic, mécanique, adj., C, artisan B 49 (cf. angl. mechanic) du fr. — Mecber, besogne C, 
(hommes de) métier B 49, œuvre 5i, affaire N 649, (mon) histoire 368, sujet (d'une affaire) i85, désir 1619, 
M 56 besoin H, J i5, 80 b, N 289 ne deux — a, il ne faut pas (différer) 1753, f. : de^^y, B 5i, lionne^ 118 ; 
pi. ou instruments J i35 b, affaires P; -erour, ouvrier C, B 43-4, ^\. yen 3, f. as ; -ereneas, nego- 
ciatio Cb. Auj. id., du v. fr. mestier ; ital. mestieri besoin. 

Mechien, -en, morve; -cliîec» morveux C, -c'hiec Am.; mec'hi, ineri, Pel., corniq. mechiek, putidus. 

Médecin, -cine ; -et, médecine ; -ieinabl, -ble Cb. — Mediator, -teur C, -ter Cb, du fr. 

IMegiuiu, 1. foUis (soufflet) C ; meghin van. beghin Pel., gall. et corniq. megin, cf. angl. bag ? 

Mel, miel 266, C, auj. et v. gall. id., du 1. mel? 

Mélancolie, -que G, mêle- ; -encoli, mélancolie Cb melcony souci, peine B 334, J 29, M 58 v, 
N 170, NI 96, mlc- Ca, melconi Ce, P ; -et, affligé iS, B 800, N 1 194, du 1. melancholia. — Melchyor, 
n. pr. NI 142, -on i58 r. on ; -ion r. on 3o8. — Alelchisedec, n. pr. C, du fr. 

Melcbonenn, trèfle C, -enenn Cb, auj. id., v. gall. mellhionou violettes, v. br. mel-gabr ligustra, cf. 
1. niilium. R. c., VII, 149. 

Melen, jaune, -nn Ce; melen vy, jaune d'œuf C ; auj. id. voc. corn, milin, du 1. melinus (Gaidoz). — 
Melenn a ascorn moelle C, m. ascorn Cb, auj. id., du fr. 

Melhuedenn, limas ; melhuenn croguennec limas o escailles, 1. testudo C ; -edennus, le lieu 
où sont limas Ce (adj.). Auj. id., pi. v. gall. meluet. 

Meliu, moulin ; -înliezi*, meunier G; auj. milin, v. br. molin, du 1. molina. — Mell, du mil C, 
Gr., du 1. milium. 

Mell, phalange (du doigt) Gathell 33, pi. -ou kein épine dorsale Gw. v. mâcha; corniq. mal, pi. mellow, 
gall. cym-mal ; irl. mella a dromma, ' Ir. T.' I, 685 ; cf. mellat, jouer à la soûle B 370, mell soûle, 
ballon, Pel. 

Melle, fontaine de la tète, 1. sinciput C, mellenn an penn Ce, melle^ la suture de la tète Pel., cf. irl. 
mullach ? 

Alelliei-asis, sorte de pierre précieuse C, (1. melichrysos ?) — Melodl, -die G, -y P. — Membr, 

membre C, dim. ic, Cb ; pi. ou B 4-3, J 33, -prou H, -praou NI 207 ; -braff, faire membre p. membru 
Cb, -prêt G ; du fr. 

Membry, certes 37, 122, 435, NI m, J 10, 207 b, i" s. r. en 43 b et B'65i, menbry var. mem- 378, 
421 et 63o ; menbry 592, men bry r. en 569, dit men bry je te le déclare J 141 b. C'est un verbe ; voy. 
me et bry. 

Alemoar, 10, C, H, e — en mémoire, en l'honneur de NI 379, (avec) respect B 611, (sans) raison 701 
avis, conduite 236, dessein N 1684, esprit (troublé) J 59 b, -mor 56 b, N 1422, var. -moar J 29 ; r. er 38 cf. 
van. mimoer ; mémorial, (g. id.) Cb, memm- C; membrancc, souvenir H ; du fr. 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 335 

1. Men, pierre y 5", P, J i85, N 376, noyau; — hars, pierre bornale C, -rf Cb ; m. ; B 262-3, 76*; 
tnean i 148, pi. mein 144 B 58, NI 557, M 55, -yn ib., Gw., J 192 b, Cms, v. benaff ; dim. inenic, -yc 
Cb ; menée, pierreux C. Auj., id., v. br. main. 

2. Men, 1. Mevennus, n. pr. H. 

lileuauet, alêne C, auj. miiiaoued, jrl. menad, cf. uptivuT), Stokes. 

Mendiant, g. id. G, du fr. 

Menell, rester 642, G, rester, tomber mort, mourir, N 868, 1487; p. manet 533, J 5 b, (être) arrêté 
B 58 ; -na/je succombe J i33, men il reste N 1480, pi. menont'R 385 ; impf. manenn N 118, prêt, -nas B 340, 
-af P, — mennas NI i36, mensomp nous sommes restés Jér. v. glen; manet qu'il reste, v. hu, J 5 b, B 23, 
fut. minif J 192 b, N 858, 2« p. miny M 10, 3e mano J 33, B 28 ; -nse resterait 119, NI 461 ; auj. id. cf. 1. 
maneo. 

Menenian, 3 s., n. pr. géogr. N 17^0, 1884. 

Menez, montagne 368, G, NI i5, P, Gwinglàfv. bagat, J i3, pi. ioii 10 b, dim. -yc ; -zus, plein de 
montagnes Cb ; léon. id., gaul. minio-, cf. 1. emineo, mons ; R. c, VI, 482. 

Mengleuz:, men gleit^, mencle^, mine, carrière C, m. gliie^ Cb ; auj. id., gall. mwynglawdd, de gaul. 
'meinâ, d'où fr. mine, et cleut(. 

Menn, chevreau G, dim. -îc, Cb, auj. id., voc. corn, min, cf. R. c, V, 223. 

Mennat, demander 294*, G, J 90, N 1674, P, vouloir B 409, 554, penser J 141 b, mannat B 20, p. 
mennet Cb ; prés, -aff N 329 ; -af ^Si, je souhaite (le bonjour) J i53 b, mena/, N i3i3, menna r. aff B 281, 
ey vennaff iij ; menne:( 317, 769 ; menn N 259, J 1 13 b, men 16, M 55, B 648, me a uenn 2 s. 656, me venn 
J 25 etc., ef verin B 5i, 233; we«5o«ï demandèrent NI 12, menn ! demande (grâce) P i3o; fut. menhet NI 241; 
-nnse aurait demandé B 675 ; nieniiat, demande 676, — paillardiej pétition de luxure Cb ; -nnadui*, 
demande ; -nnei", demandeur Cb ; menna Pel., gall. mynnu, du 1. mandare. 

Ment, quantité, grandeur, G, P, taille NI 10, la mesure (d'une intelligence) B 92, J 94"; nep — , en 
aucune façon N 1462 en muyhaff — beaucoup B 272, — a soiilacc beaucoup de joie P ; un meut r. ent égal» 
d'une même façon N 643. Auj. ment, gall. maint, v. irl. mêit, cf. mettr. 

Mentenn, la menthe G, mendt Gr., du gaul. menta, par le lat.? — Mention, mention J 235, du fr. 

Mei- diaoul, du diable si... 468 ; cf. mer dlhn deu, juron tréc. 

Mei>c, marque, caractère G ; -ehalT, marquer Gè,- auj. id. — Mercer, -cier ; -cerez, -cerie 
Cb, du fr. 

]Mei-eli, fille 2 G, H, N i56, P, J 88, pi. et 11b, dim. -ie, B 89, vierge NI 5, P. Auj. merc'h, gall. 
merch, cf. lith. merga. 

Merehei*, mercredi J 16 b, ie^ — H ; Mei-cu»-io, IVIercure B 1 14, auj. merc'ker, du I. Mercurius. 

Mercliodenn, poupée G, dim. -enie, Cb, merchoden Pel. 

Merci, rouille; -adur, rouillure ; merglaff, rouiller, p. -clet ; -clus, rouillé G; auj. id., irl. 
meirg, cf. (jtâpYo;, sot, R. c, VII, 157. 

iMerenu, G collation, goûter ; -a, faire la collation, Am. v. gargaden. Auj. id., du 1. merenda, patois 
fr. me rende. 

Mei-yenenn, fourmi, dim. -enie. G*; pi. merren ; -ryenee, fourmilière C; auj. id., gall. morio- 
nen cf. jjujpixT)?. 

Merit, mérite G, Ni 533, J 45, N i33, grâces 140, gant — par faveur 108, a — adorable J 1 17, doen — 



336 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BUETON MOYEN 

un traytour portLT la peine de ma trahison 96 b ; melit B 3 19, tneulit J 46 b ; meritaflT, mériter B 700, 
euit da — pour tes mérites 678 ; -tet qui a deserui Cb, -to récompensera B 35o ; -tas NI 5oi ; -tel vous mé- 
ritez J 40; -toer, méritoire 3o, B 811 ; melidur, 2» s. r. et mérite, grâce J 128; -i-idus, méritant 
C*. — Merlin, Merlin N 423. — IMerll, merle de mer, 1. alga C. — Afescbandet, méchanceté 
N 1668 ; mechantîs, id., et malheur, B 209, 388, 719; -chance, méchanceté 27, malheur 3o3, 727; 
g. id., 1. ve ; -chant, méchant, misérable C, H, J 84 b, P, B 649, cf. 290* ; adv. 237, N 802, pi. -ntet 
J 234 b, f. meschantes B 538, mech- 700; mechif, méchef, malheur J ici ; mefTetoui*, malfaiteur 
i34 b, pi. mesjectouryen N i402,'me5/ae- 1444, meffaeteryen C ; mezeui*, 2 s. le r. e^ B 769, malheur, du 
fr. — Mesclenn, une moule C, auj. id., du 1. musculus. 

Mesenn, gland, mes du gland Cb me^ r. es Am., Am. v. îo'ûe^ dim. mesennîc ; -sec, abondant 
en glands Ce. Auj. id., gall. mesen ; gael. me^rs fruit. 

Mesper, gue^enn — néflier Cb ; -eun, nèfle C; -rec, lieu où croissent les nèfles Cb. Auj. id., du 1. 
mespilum. 

Ulesq, e — au milieu J 42, 97, NI 75 ; auj. id., irl. measg, cf. 1. misceo. 

Ulessagei*, g. id. 39, -aiger C, NI 409, f. -ageres Cb. — Messîas, 3 s., le Messie (sans article) 
J 104, NI 249. — Métal, métal Cb, J 12 b, a droite — de matière mauvaise 94 b, e — son argent M 3 ; 
•tail C, du fr. 

Metou, en — au milieu P, dam — près de moi B 214*, em — en moi 64, près de moi N 529, Gw, ef — 
P, e« e — à côté de lui J 192 b, de — vers lui, vers elle N 1094, B 37 ; en on — 373 ; en hoj — chez vous (toi) 
N 1614; en — dans l'assemblée, parmi nous 667, J io3 h; pe en — , au milieu desquels 12, dre nep — par 
aucun moyen N 1627 ; de -taou en elle NI 218, en hon — 499 gall. mewn, irl. medon, cf. 1. médius. 

Meti", mètre ; -iflafi*, métrifier ;-ier, métrifieur C. — lUEetropolîtan, -tain N 1775. Du fr. — 
Meu, meingnie (famille) C, du v. fr. mex. — Meuy, muid, m., try — Cb, mu (après me) C, dim. 
meuye, Cb, gall. mu ; du fr. 

Meulîff,' louer C, Ni 228, p. M 62, N 1027; -Isont NI 196; -1er, f. es, laudator Cb; -leudy, 
louange 19, gloire i33, 2» s. r. et 1, 176, -ledjr H, r. et B 666 ; mel- 680, 726, N 1145, 1930, maleu- r. et, 
B .5o8* ; melodius, (prière) avec louange NI 98; meulidy^uez, louange Cb, -iguej Ce; -lus, 
louable, louant Cb. Auj. meuli, irl. molaim. 

1. Aleur, grand C, P, — ve ce serait difficile, NI 37 ; hoant — J 228 b, cf. NI 3oo, — true^ J 175, NI 63, 
B 5oi* (mettf 5oi) ; cf. 383, 5i3*, NI 526, J 43, 61 ; mur, r. ur, P ; meur anaf gvanà trouble J loi b ; astut 

— très misérable NI 3oo, cf J 206 b; — clafzo'i b ; meur a (avec sing.) plus d'un, 21, B 6o3, P, NI 53o, — 

— a heny plusieurs M 53, — a re N 1454; mar meur, tant, telU J 4; meurbet, très C, H, N i52, NI 42, 
P, — seder très sûrt J 1 26 cf. 36, parfet — 7 ; adj. grand, N 727, grâce — 147 cf. 1793, B 32, NI 369 ; tra — 
eu da cridiff c'est une chose difficile à comprendre J 68 ; morfoll, tout à fait fou, var. mor jol 104 b ; 
morglau, 1. nimbus, pluye ou espesseté de nue C. Auj. id., v. gall. maur, v. irl. mâr, gaul. mâ-ros, voy. 
mar, muy, ment. 

2. Meur, mûr; -aflf, mûrir; -det, maturité C, du fr. — Meurz, mois de mars C, derç — mardi, 
Cb, H, meur^largie^ mardi gras C, -ge^ Ce. Auj. id., du 1. Martis. — IWeua boet meux (mets) de viande 
C, — a froe:^ mets de fruit Cb ; tréc. meu^, m., v. gall. muiss, du 1. mensa. 

Bleut, pouce C, J 137 b, auj. id., v. gall. maut. 

Meux, na — na maim (il n'y a en enfer) rien de bien, rien à sa place, J 14, cf. gall. moes règle, mœurs. 
Meuel, valet Cb, -Il C, cf. J 106 b, pi. ou B 609 ; auj. mevel, de *magu-illos cf. moal, moues, matej. 
Mez, hydromel, C ; mezu, ivre ; -îff, s'enivrer ; -yuti, ivresse C, -inti ivrognerie N 637, ~X ^^ >' 
-zyer, ivrogne H, -ier ivre, dim. -îc, Cb. V. corn, med hydromel, léon. me^o ivre, cf. (xé6u. 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 337 

Mezec, chirurgien C, J i88, P, f. -egues ; -eguîez, médecine C, -gnie^, -decnie^^ Cb; Ce ,• -zeyaflF", 

médecinerC, -egiiaff Ce, -egaff p. -eyet Cb, -eguet, guéri P; me^ecq chirurgien Gr., gall. meddyg, du 1. 
medicus. — Alezel, maille, demi denier C, -ell Cb, du b. l. medallia, médaille. — IMezelour** miroir 
C, M 2, mele^our (ap. me^^ell) Cb, Ce, mellejour dans les vieilles pièces, Pel.; melezouraflT, mirer Cb. 
Auj. me^etlotir et melle^fOur, du b. 1. *iniradonum. — îllezei*, drap C, pi. ou Jér., dim. -îc, Cb ; auj. id., 
van. meher, mier, du b. 1. *titaderia. 

Afezeuen, juin C, auj. me^even, van. meheûen, gall. mehefin. 

Mezz, honte C, me^ Cb, J i6, B 52i, N 55, P ; -aflf*, avoir honte Cb, p. honni, confus N i53i, J 62 . 
-eciuaet, id. 6, 220 b, B 589 ; -zus, honteux C. Auj. me^, van. meh, corniq. inedh, id., cf. gall. methu 
manquer, corn, mothow qui manque, irl. meata, ail. miss-. 

]%Iie, (voir) entier' 618; tnaru micq N 1217, m. myc J 23i, m. — yen P raide mort; mervell mie 1 10 b 
cf. i5 b, finuejaff — B 737, et eu... d'an maroii myc Jér., lacat dan maru mie B 701, cf. 568, e^ Itjiff — 
yen 699, cf. P 227; myc, mort, Jér.; moue, de façon serrée, étouffante J 88 b. Auj. id., pet. Trég. na 
grik na mik, (n'entendre) rien ; mouga étouffer, gall. mygu, v. irl. muehaim ; voy. moguet. 

Mîchael, Michel C, H, J 98, -chel N 1924, NI 342, auj. Mikel. — lAIiclieas, Michée J 207 b, du fr. 

MidiflT, (moissonner) seer C, seyer, p. medet ; medabl, seyable ; -der-, 1. messor Cb. Auj. medi ; 
v. gall. metetie coupé, cf. 1. meto. 

IMîgnon, ami J 5 b, 160 b, ma tut — mes atnis B 536, 607, bell' 622, pi. et J 145, f. es Cathell 27 ; auj. 
id., du fr. mignon. 

1. Mil, animal, pi. et C, B 384, NI 25, i3o, my- 227 ; myll pi. mylet, Jér. ? Mil Pel. v. irl. id., cf. (jlîjXov. 

2. Mil, mille C, N 170, P, m. : daou — , H ; — ioaou B 5o8*, — joaeou N 576 des milliers de joies ; — 
chancou 776; — , pe-pas, un mille Ce; myl P ; mil^vet, millième J i3 b. Auj. id., v. irl. ?nîle, cf. 1. mille. 

Milan, Milan C, du fr. (orig. celt.). — Milguin, manche C, Gr., de *manegin, du 1. manica. 

Mllbezr, maladie des pieds, 1. porrum, Cms (porreau), cf. fr. mules, engelure au talon. 

Milhuyt, mauvis C, auj. milvid ; corniq. melhuet alouette, cf. fr. mauvis. 

1. Min, (bouche) C, auj. museau, corn, et gall. id., cf. fr. mine. 

2. !Min, mine (d'or) ; -aff, miner, 1. mino, C, du fr. 

IMEynliui^uenn, mie de pain C, minhuy- Ce, auj. mirv-, cf. corniq. minow mince, et 1. minuo. 

Ministr, ministre 14, C, (Jésus, le grand) prêtre B 20, 265, 43o, pi. et 28, Cb ; ma minist mon garçon .■' 
J 206 ; -trait", ministrer C, -in/' administrer (la communion) N 1264 ma:( -trenn (il faut) que je demande 
(l'avis de chacune) 179 ; -tration, g. id. Ce. — Minor, mineur C ; -ez, minorité Cb, auj. id., du fr. 
— IMIinot, mine, mesure C, du v. fr id. — Minten, g. mintene 1. mitta Cb, du fr. — ]%Iintin, matin 
C, N 23i, P, (se lever) le matin, H ; — mat de bon — N 465, oar an — mat J 83, my- 186 ; mitinf^uez, 
matinée Ce, mint- C ; -nins, matineux Cb. Auj. id., corniq. myttyn, du 1. matutinus. — Minti*, mitre C, 
N 1769; -aft", mitrer Cb. — ^lyr, myrrhe J 143, NI 142, -rr 309, mir 38, mirr C, du fr. — Mil-, garde, 
1. custodia Cb, -et, garder B 727, C, J 25 b, P, N 450 retenir (un salaire) H ; — 0^ garder de (danger) N 
93, se garder de 248, cf. B 210, -;7er)>îe/?(r^ s'empêcher de permettre 336 my- NI 49 ; p. miret B 190 prés. 
-ran Gw; -reur on garde J 194 b, -rer B 208 ; -re^ B 771 ; mir N ligq, piou he mir ha na diguer qui l'empêche 
de s'ouvrir J 34, myr Jér. NI 358 ; mima filly garde-toi défaillir N 1574, — ...na diancquo empêchez qu'il 
n'échappe J 73, — ... na achapo quet, J 492, garde (les command") N 552, miret e^ vi7;e< gardez-vous d'être 
B i54* ; -ro gardera (un joursaint)657 Doe ro^ — N 1078, mehe862, me — B 401, je la garderai ; — ... tla 
noaso quet, empêchera de nuire N b5, en em — ne lajo quel se gardera de la' tuer B 769, -rhet que Vous 

59 



338 DICTIOiNNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

gardiez J i68, ej -rhe ne lajhe quel B 749 ; -ret on garderait P 176, — rse J 204 b, maj -rsent y...fapaff 
qu'ils se gardassent de faillir B 335, mirset qu'on fêtât P ; mîrei*, gardcur, f. es C, -enr Cb Auj. id., cor- 
niq. mires regarder, du 1. mirari. 

1. Mis, mois 65, C, NI 25, P, m.; ijfi70« — Ce ; oys NI 294, M 10, P, -îat, espace d'un mois Jér. Auj. 
id., cf 1. mensis. 

2. mis, mise, frais, dépenses 59 ; (le le') plan, choix 249. Auj. mijou. — Mîsac n. pr. — C. — MU- 
serabl» -ble Cathell 28.— Mîssal, C missel — Mission, envoi P. — Mister, mystère C NI i32 
B 319, miracle 340, 36o N i33, ii63 ; my- J 142, B 97, le mystère (de Sie Barbe) 5; mi- explication (d'un 
sujet) N 5 1 1 ; conduite ? H 20 ; pi. ou N 670, my- J 62 ; -iou H ; Auj. id. Du fr. — Misti*, beau 43o, J 
206 ; r. ist NI 140; habile, r. ist, 177 ; mist 206 ; bien, régulièrt N 1686, mistaff (la foi) la plus pure B 173, 
dim. fém. mîstritiuen, gentillette Am. du v. fr. miste. — Moab, n. pr. C, du fr. 

Moal, chauve, -idigaez, calvitie C, -«ef Cb auj. id., irl. mail àe*mag(u)-\os, voy. moues. 

Moan, grêle, mince C J 148 b, P, petit N 286 (coup) léger 88, maigre 1907, humble 763 ; auj. id., gall. 
mwyn, v. irl. mîn, gaul. {Ad)-mînios cf. l.minor, 
IMocli, pourceaux 713, C, v. crou, moc'h Am. v. had ; auj. moc'h ; v. irl. mucc, f. cf. jxux-Tiip. 

IModei*, modération Cb, -aff-rer C; dre esper -ret avec un esprit juste B 61, tri mis antier — 3 mois 
bien comptés 341*, pep quartier — en tout lieu NI 414; -ation g. id., -eui" g. id. Cb. — Modula- 
tion (g. id.) C. du fr. 

Moe, crinière de cheval; chevelure humaine; moeuc, chevelu C ; auj. moue, mouenk, pi. v. br. 
mo(n)gou, cf. angl. mane. 

Moean, moyen, façon M 71 v, J 17, 38 b, 58 b, (notre) permission 23o (par r)aide de, B 433, 698 (être) 
l'instrument de 688 ; moan i' s. r. e J 167, moen 2 s., r. en 120 b, éd. 1622 ; moyan M 71, P, — yen NI 139, 
269, 16 s. r. œ, 355, 20 r. on 233 ; -yon richesses 5 14 ; pi. -yenou H ; auj. moean. — Moel, carr moyeu de 
charrette C, mo'éll Gr. du fr. — Moez, voix C, Gw., N 17, P, J 212 b, — e guer le son de sa voix 71 b, 
moij- N 1754, un uoei^ B 680, un voe^ J. 23 1 b. auj. woef, van. boeh (th pour f), du b. 1. vocis. — Mo- 
guer, mur 68, C, •yaS^ faire parois C ; auj. id., van. mangoer, du 1. maceria. 

Moguet, fumée, dim. -edic ; -daflT*, enfumer Cb, fumer Ce, -ijf id., -dus fumeux C ; auj. id., cf. 
mie et angl. smoke. 

Moyses, Moïse C, J 129. — Molest, Cb, douleur NI 208 (sans) faute, contredit N 190 1 , -aff, mo- 
lester C, -a/ tourmenter J 148, -ation, 1. -stia Cb. — Moliquin, g. id., 1. pannus moliquinus Cms. — 
Moment, moment M 10, moum- C, Cms. — M^onarciiy, -ie N 720. — Monden, -dain C, moun- 
denn Cms, mundain Cathell p. 11, du fr. 

Monet, aller C, H, J 17 b, N 3o, 1 141, P, NI 28, devenir 840, oa — allait B 14, mont N 3, 1 140, auj. 
monet, mont, gall. myned, cf. 1. eminere ? 

IMonn, s. v. digou^uej, (ignorant) C, cf moign manchot, Pel. du v. fr. id? — Monneiz, moun-, 
monnaie C, moneij J 18 b; -eziei", mou-, 1. monetarius Cb, moniiei^er, moune- Ce ; auj. id., du b. 1. 
moneda. — MonosiUat», Cms, -ilab C, monosyllabe. — IMonstr, -re dim. -ic, -us, -rueux Cb. — 
Mont, mont J 126, b, P; I&Ionioae, Montjoie Cms, montas, monta, P,du fr. — Montre, nep — 

en aucune façon, en nulle circonstance N 1450; ho — leur état d'esprit, P, du fr. montre. — Montro- 
laes, g. Montrelaix ou Morlaix C, -llaes Ce, -lies Cathell i, -trelaes Cms; auj. Montroulej ; \. Mons 
Relaxus. 

^loi*, mer 121, C, N 65 P, m. : daou — Cb ; morhouch dauphin (cochon de mer) C pi morou P, Jér.; 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN SSç 

mordeîff, naviguer, merdeat, marin C, pi. -eiJiv. gann, N 128, -eydy 69, Jér. ; morgadenn, 

g. morgade, poisson C, seiche Cb. auj. et v. br. mor, v. irl. muir, gaul. mori, cf. 1. mare; R. c. VI, Sgô. 

Moi'aill, verrou, Ce, -il C ; auj. id., du fr. morailles. — Moral, moral, moralité C -et morigéné, 
-îte, moralité Cb ; -riginet, affable J 54 b, (signe) pieux, mystérieux 209 ; Du fr. 

Morcliet, souci 742, C, J 123 b, P, scrupule B 3/3 malheur NI iSy ; an meur — ... ameux e tretaff 
le grand souci que j'ai de le bien traiter J 6i, -c'Iiet souci Jér. v. corr ; -chedifF, soucier C, p. préoccupé 
J 50 b ; -dus, soucieux 19 b, 22 5, Cb, pur — Ji5i b, N 1176 ; inquiétant, affligeant 1172, NI 453 ; Moi*- 
beditr, avoir sommeil C, morch- Ce, morc'het endormi Jér. v. ma. Auj. morc'hed, moredi, corniq. 
moreth chagrin, cf. [xaXxr) ^ 

Morrontus, qui fait se morfondre de froid J 1 1 b ; — Moricc, Maurice Cb, Mou-, Morice C, auj. 
Morts. Du fr. 

Moi-Iucenn, syn. de morglau C, morlus brume, brouillard venant de la mer Pel., cf. gall. morlwch, 
mwrllwch. 

Mors, mors, frein, dim. îc Cb — Mortez, mortier. — MortiQafI, -erC. Du fr. 
Moruan, Morvan, n. d'hom. N 1418, 1604. Auj. Morvan, v. br. Morman. 

Morzat, cuisse Ca, Cms, -et, Cb, Ce; auj. -^ei, v. gall. morduit de *>nâri-êtâ, cf. [Atjpt'a, R- c.VI, 396. 
Morzol, marteau C, J. i35 b, m. : aff B. 579; pi. ou ôy, dim.-ic Cb, auj. id., v. corn, -thot, du 1. 
martellus. 

Itloualch, merle C, auj. moualch. gall. mwyalch, voc. corn, moelh, de *mêl, *mesl, cf. 1. merula, et 
suff., cf. gall. alarch cygne, 1. olor. 

Iklouai*, mûre, mouarprenn mûrier C ;auj. id., gall. mwyar, cf 1. moruin. 

MoucIiafT, -er, -cliouer, mouchoir. — Mouchet, g. id., oiseau, 1. capus, et g. id., oiseau de 
proie, 1. miluinus C, -chel Jér. — Moudeiin, motte de terre G, M 5, auj. id. Du fr. 

Moues, 2 s., la femme (sans article) 79*, auj. maoue^, niagus. f. de corniq. maw, v. irl. mug garçon, 
serviteur, goth. magus. 

Moul, C, -// G ms, meule. — MouU, coin (à monnaie) Cb, du fr. moule. — Moust, g. id. C, must 
Ce, du fr. 
Mout, mouton C, maout Ce ; auj. maout, v. irl. molt, h. lat. multo. 

Mouz, e — (aller)bouder, faire la moue 440, -afT, bouder, Ce, muter Cms,- auj. mouja, bouder, cf. 
fr. moue. 

Mozrep, tante li,-eb, moe^-, Cb, auj. moereb, v. br. motrep, de "mâtr-eqâ, cf. (aî^ttjp et dfvôp-uTOç. 

Muguet, g. id.,C, dufr. 

Muy, plusC, H, J 17 b, P, N 39, (je n'en puis) — 871, ma — heta/ me faire plus de plaisir J i53, ne 
vefo — rien de plus ne sera (sa nourriture) N 428, ne ve^o — (nous te tiendrons), nous ne ferons pas autre 
chose J 20 b; — greuancc d'autres maux B 742, a — beeh avec plus de grièveté J iiZ, a — son à voix plus 
haute 1 1 1 b ; hep — quel (vous) sans plus 3i b, hep Soudan —, sans aucune erreur N 1468 ; so — de plus 
(litt. qui plus est, il y a plus) 644 ; a — e — de plus en plus B 12 — 07 — 429; ha — et de plus 90, (joie à 
vous) et grande joie 238 (le bien venuj, le très bien venu 55 (sa vie sera) plus grande (que moi, que la 
mienne) N 71 1 ; (ma peine ne peut être) plus grande J 188 ; plurimum, g. moult, Cb; 1. e\ mui id., Cb\ ha 
— dien, et très certain» B 674; dreist — plus que beaucoup, 1 10, 428, J 1 16; muyf i3 ; mu r. « B 168, 
768; muy eguet 3 s., plus que 5i5, 2 s. 272, 466, J 27; muy guet NI 38i, M 3, muyguet i 93, 57 b, 
187 b, muiguet M 55, mueguit B 444* ; muyhaffle plus 199, P, -a/J i3o, le plus grand 6 b, 182, N 260, 



340 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BHETON MOYEN 

-aff 1737, M 53, J 56 b, B 33, -ihaffl,l,*, NI 5i6, -j-ajf B 406, 735, muyhafu H. Auj. et v. gall. mui, v. irl. 
mâa, comparatif de meur, cf. 1. major. 

Mul, mulet pi. et v. mirer C, f. es Cb ; mulot, mulet, poisson. — IklultipliaS', -er C, p. J u b, NI 

89 -ply (votre pouvoir) se multiplie B 585 — MuntrafT, tuer 418, C, p. NI 276, -trer, meurtrier B 
694, H, J 117 b, -eur r. er 16 b ; -trerez, meurtre H. Auj. id., du fr. — Ikluuut, menu, petit B 802, H, 
J 22 b, 104, Cftv. lech ; -udet, mis en pièces Cathell 25. Auj. id., du 1. minutus .— Mur, mur C, B 263, 
pl.^'ou f. : — dirac eben. un mur devant l'autre, Cb ; -yaff, clore de mur C; auj. et v. gall. id., du 1. murus 
— Murmur, -re, -aff, -rer C, cf. B 1 1, J 5, na -ret pour qu'on ne chuchotte pas N 483, -ration, g. 
id., C, -cion Cms ; -rer, -rcur C, f. es Cb. — MiisafT, muser I. mussare C, -serez, mussitatio dre 
mus, g. musement Cb. — Muscat, g. muscade, 1. muscatum Cms. — Musell, C bouche, museau, auj. 
id. — Musie, -que C, -al, g. id., -îen, g-id. Cb, du fr. — ]%Iussat, odorer C, musiat, r. al, mendier N 
1178; mussa flairer, écornifler, Pel., cf. fr. museau? — lilusur, mesure C, N 616, P, (outre) — J 11 b,B 
634 d — modéré 80*, -alT, mesurer C, p. NI 341, modéré, sage B52, 89; sur ha — 697, certes? Auj. mu^ul, 
V. gall. mesur, du 1, mensura. — Mut, muet C* J 104 B 55i (persécuté) aveuglerai 784 (bète) brute NI 3oo, 
Gw., xnudafr, être muet C, p. tut mudet. muets J 219; auj. id., du 1. mutus. — Mutation, C, -cio?! Cms, 
g. id.; muet, changé P. — IMutilaflT, -1er C B 578, p. 490, -lation, g. id., -1er, 1. -ator Cb, du fr. — 
]iluz, mue C; da — (mettre) dans le cercueil (parmi les vers) M 7V.; dub. 1. muda. 



N 



IVîï, ne (laissez pas) J 5, et. N lo, 28, na deu il n'est pas 755 ; na eu (pas de doute) qu'il soit J 81 b ; «a ve 
pour, de peur qu'il ne fût 167 cf. B. 192, NI 341, 355 ; ni, et ne pas J 3 b ; dev. voy. B 614, na e ni son i s. 
292*, ne id. N 1641, 1643; na na et ne (juge pas !) 61 1 cf. 520 J 38, i32 ; na ... ne et (je) ne (veux pas) N 263 ; 
et, avec interrog. : na te? B 364 na piii qui donc 118, na pe dre fin J 28, na ma^ (pense où...) et où N 646 
cf. 3i3, 33o, NI 374, J 34, 76 b, igob, B i3, 5o ; et, ou, dans prop. dubitative : nan (la plus belle) et la (plus 
pure qu'on pnisse trouver) N 942 ; quement den... so... ganet, na so bezet na so quet en bet tous les hommes 
qui sont nés, qui ont été ou qui sont encore au monde J 10, cf. 127 b, N i5i ; na mar et si 1480, J. 24 b ; 
quen na jusqu'à ce que 33 ; nan doa mar bras et si grande qu'elle fût NI 46, nac dev. voy., J 3, 52 b, B 492 ; 
ni, et ne pas N 5o5, J 4, ou, 65, N 97, 5o3 nac eu il n'est pas, et il n'est pas, qui n'est pas, J i48 b cf. 41, 62, 
78, 159 b, B 372, 478, 789, nac ay (défendre) qu'il aille 190, ;7io«50 nac a yoa qui donc était J i63, nac 
euitse ce néanmoins C, cf. J 117 b, B 373; nag J 85, i58 b, 197, 201, 217; ne (je) «e(sais) N 20 cf. 4, J 4, 
ne grif 5 b, ner raff)e ne fais B 762, ne comsenn pour que je ne dise N 528, quen ne jusqu'à ce qu'(elle soufire) 
B 483, an re nen care ceux qui ne l'aimaient pas J 84 ; nendaff je ne vais B 6i7, neday n'ira N 1896, nen dint 
ne sont B io5, nedoff je ne suis N i36i; la négation est souvent réduite'à n- ; nebeut, peu C, B169, 770, 
N 385, J 40 b, neu- M 67, C, P ; neubet NI 436 r. eut, cf. léon. paot, beaucoup ; nemat, guère Jér. ; ne- 
met, sinon C, J 6, N 148, P, à'moins que B 275 ; roue ... — aff, un autre roi que lui NI 124, 429, cf. gall. 
namyn ; nemeui', (s'il vit) quelque peu J 17 b, nep meur guer (je n'ai dit) mot N -1143 ; nepret, ja- 
mais 1 1 12, P, B 5i, 37, NI 419, J 28, 88 b ; neti*a« rien, quelque chose 143 b, 9, P, neptra C ; nep, nnl, 
aucun C, N 67,— vnan personne 1 1 14, den a neb heny un homme quel qu'il soit B 175, den — heny 166, eneh 
en aucune (façon) 8, en nep (demander si), sous quelque (rapport) J 28 b ; nep quiconque, celui qui 12, N 
56i, B 40 ; qui relatif, J 12 b, 22 b, 95, N 1007, Jér. ; v. gall. nep, v. irl. nech. Auj. na, ne, v. br. na qui ne, 
na, nac, ni ; v. gall. ni, ne pas cf. 1. ne. 

I^ac, (sans) contredit N. 986 ; neb oun — allons donc ! B 26 cf. J 164, litt. sans peur de contradiction ? 
nfacat, escondir, 1. abscondere C, naquat (me) refuser, repousser N 36o ; gall. nacau refuser. 

:Waeh, nier C, renier qqn J 197, p. (chose) cachée lo ; -ef tu caches B 377, — et litt. vous (me) refusez 
(de deux demandes) J 34 b, -is je cachai (un péché en confession) 91, -enn je nierais B 376, -idi^uez, né- 
gation Cb. Auj. nac' h cf. 1. ne gare. 

^adoez, aiguille C. Jér., léon. id., v. corn, notiiid cf. v. irl. snâthat goth. néthla ; voy. neudenn. 

WafTn, faim C, naon J 23o b, Jér. v. mejec, -nn P ; nafl'nec, affamé, C, -net Ce; -nyafT, avoirfaim 
C, -ynaff Ce, naounder, faim, famine Jér. v. disemperi, naouder v. dibenni ; léon. naoïin ; voc. corn. 
naun. 

60 



3^.2 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

TVafTnet, Nantes C, auj. Naoned, du gaul. Namnetes. 

Kam, vice 446*, faute, tache 92, Jér., N ôSg, 976, (sans) faute, doute 1377 ; gall. et corn. nam. 
IVamanthe, menn — je le paierais 296, voy. amantaf. — IVaou, voar — en bas NI 181, voy. dinou. 
1%'arv, da gloar bet — bi^huicquen M 57 v ; eno... ne vefo muy Angoes nac esgoar bet — 58 v ; bet nary 
syn. de bi^huicquen ? 
I¥anrafr, raconter; -nation, narration C, -cion Cms. — Nason, n. de bourreau J 169 ; du fr. 
TVaeq, cornière C, lien P ; auj, nask, d'où h. br. nâche; irl. nasc, cf. 1. necto. 

IVation, nation 112, C,J 129, NI 221 N725; -cion B 5i5;-tiuite, nativité C, NI 128 cf 226; 
-tur, nature C, N 397 J 147 b, 1 52, — humen les hommes (avec plur.) 29 b, am — (née) de mon sang B 
82 ; force, santé N 621 ; de^ mat — , bien le bonjour B 85, gant —, bien N i3i8, a stat — de bon caractère 
B 80*, tat à — vrai, bon père 149*, tat — NI 260, merch... — B 89, mat ha — très bon 263, N 1716, J 
211 b, NI i33 (mat a — B 238) ; quen — parfaitement N 275 cf. B 94; -turel, naturel NI 173, J 187 b, r. 
al G8 b, -rai 94, B 629 ; du fr. 

IVau, neuf C, P, nao NI 35, Jér. v. mis ,- nauntec dix-neuf C, nauvet, neuvième H ; auj. nao, cf. 1. 
novem. 

IVazareth, n. pr. J 71, Cb, NI 122, -et 235, J 206 b, C, -renus, de Nazareth, Jér. v. dienn — 
IVeant, (homme) de néant, méchant J 84 b, 233 b ; B 207, vil, odieux, fâcheux 698, 706, N 354, 1799, 
J 12 b, 91 b, P, ruine, mort, B 760, 775 ; a — (te tenir) pour un homme de rien 721 ; -ntat, anéantir C, 
p. -ntet Ci; -iitîs anéantisst B 801 — IVecesser, -aire J 61, -aer P; -ssite, g. id. C, B 721, necc- 
Cms, nécessitez H ; du fr. 

IVech, chagrin, peine, souci 340, C, P, N 149, NI 459, J 19b, -If, s'affliger 21, -j- se fatiguer NI 523, 
nichif N ui3, -1/ C; p. nechet C, N 940, B 576, nech il chagrine, oppresse J i23 b, 188 b, na -et ! 24 b, 
i36 b, B 59; neclianiant, chagrin J 189 b, -ement G, -ant Cb. Auj. nec'li, gall. nych. 

IVedelec, Noël C, NI 34, P, H, auj. id., du \. Natalicium. 

IVefiT, ciel 670, P, Jér., Gw., neuff NI 144, ne/u H, nef i 20 b, B 148*, eff 10, Gw., eujf NI 246, e/J 174, 
efu H, pi. neffou P, -ffuou P, B 677, M 55 cf. J 40; effuou B 182, effou 180, N 1344, effaou NI 27, M 71 v; 
auj. («)e«v, v. irl. nem. 

IVegatitr, g. id. ; -tion, g. id. C, -cion Cms. — IVegligent, g. id., -gence , -ce Cb, du fr. — 
IVegua nul C, personne M 4, B 552, ni- Cb, N 83, ny- J 12, 204 P, nyc-, nich- H; auj. nikun du 1. nec 
unus. 

IVeyzoï*, hier au soir Gw., -^oitr la nuit dernière Jér. ; auj. mineur, gall. neithiwr. 

rVei-uenn, nerf C, -en C ms. pi. neruou nerfs de boeuf B 457; -uennus, plein de nerfs Cb, -uafT, 
nerver G ms; auj. nerven, du 1. nervus. 

IVeraE, force C, N 1821, P, -hat, enforcer C6 ; auj. id., v. gall. )/er//ii tu fortifieras ; gaul. «er/o-, cf. 
gr. oviip. 

I¥e8, plus près C, B 661, nessoch id. Cb; nessaff prochain C, le plus proche, le plus intime B 35, 239, 
520, NI 110, 388, -a/(son) prochain N 568 -afu H; -afdet, parenté J 129 b, -ffdet C, -ffaelez, affinité 
Cms, — _^a/ef,- nessat, approcher C, B 37. Auj. id., v. irl. nesam, cf. angl. next. 

Net, net, pur, saint, 255 G N92 J 23, adv. N. i56; toutià fait 2, sur-le-champ 343, B635, en — entier' 
46, certes J 74 b, sup. -a/ N 942; -at, purifier NI 452, -ttat C, p. et; netadur, -ttadur netteté G* ; 
nectery, pureté (de cœur) Gathell p. 4. Auj. id., du fr. 



DICTIONNAIRE ETYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 343 

IVeudenn, fil C, neut Cb ; neutaer, filotier C, f. es Cb ; auj. id., v. irl. snâthe, cf. nezaff. 
IVeufT, nager, Cb, neuf C ; -en, nageur C, -eur f. -ères Cb ; -ffer Cms ; -fl^bl, -fTius, qui nage, 

neuf, la nage Cb. Auj. neunv, irl. sndmh, cf. 1. tiare. 

IVeum, neume C, du fr. — Meuse, alors NI 28, J 24, N 5i6, P, auj. newye, de enn eur se, cf. v. irl. 
indorsa, Z» 244, irl. moy. innôsa, anosa. — IVeutr, -tre, neutrpassiff g. id. C, neutr-p- Cms, du fr. 

IVeuz, forme, figure P, (ta) nature M 5; drouc — mauvais naturel B 38/, neux 720; léon. id., tréc neu, 
van. né, de *nâdd, '[g)nâdy-, gall. naws, gnaws, même rac. que haijnat. 

IVeuez, nouveau C N 5o6, comp. -och, sup. -aff Cb ; neve^ N 663, dren — Testamant ] 53, neu- amser 
printemps C ; — crichen, — marhec Cb ; — ganet nouveau-né N 990 NI 1 3o, — duet B 409, nev- graet i 1 54 
b, a neu- nouvellt N 943 B 212, neu-flam tout nouveau i54*, a n. f. de nouveau NI 417 cf. J 189 b, N 975, 
1378 ; neuezaflT, rendre nouveau Cb ; -vezhoet, renouvelé J 55 -zinti, nouveauté 19 b. Léon, 
«evef, V. br. nouuid, gaul. novios, cf. 1. novus. 

Mez, neff, nid C, nei^ pi. -ou, dim. -îe. Ce; «erj lit, Gw. ; auj. nei^ç, cf. 1. nidus. 

NezafT, filer C, N 1609, p. i6i3 ; (arbre) tordu 890; -zer, fileur, f. es C ; léon. ner;a, cf-vi^ôio. 

nîezenn, lente C. dim. -îe ; nezeuc, plein de lentes Cb. Auj. id., v. irl. sned, 

Xî, nous C, P, ny i 23, P, N iSg, nin nous le 673, nit^ nous te 670, ny aj i s. J 86 b; auj., v. gall. et v, 
irl. id., cf. I. nos. 

IVy, neveu C, J i3o, P, H, pi. nye:^ Gw. ; nyz, nièce C, ni^ H. Léon, nij, neveu, v. br. nith nièce, cf. 
1. nepos, neptis. 

I¥yec, étroit» (serrés) J 12 b, du v. fr. nice. — Xiebodem, J 224 b, -us i5i b, Nicodème; IVicIio- 
las, g. id. C, Nico- Cb. — Myeromanec, nécromancie N 825, nig- C; nigroumance Cms ; nicrou, 
id. ? N 790, du fr. 

Kiff, chagrin 56, 64; trcc. ninv, v. irl. snim. 

Migal, voler, (en l'air) nig, vol C; auj. nigal,coTn\<:[. nyge voler, gall. neidio s'élancer. 

Mymus, lis. Ninus Ninus435 — i^iuei*, nombre C, troupe (choisie) N i54, 195, ny- B 328, nxfver, 
nombre, beaucoup de J 12; em —, parmi les miens 141 b; nîuerafi*, nombrer C, cf. P, J 42 b, 134; 
•i*at>l, numerabilis Cb; auj. niver, v. gall. nimer du\. numerus ; nombre, nompr, nombre, Catell n» 4 
et 21, du fr. 

Noabrenn, nuée, P, pi. ou P, J 80 b, auj. oabren, gall. wybren ; eoabrennou, P 271, de co- 
oabr-,R. c. VII, 3i3. 

IVoas, noise G, bruit, querelle, mal, B 253, 716 N 865 NI i56, J 36 b, i32 b, -alT, nuire C, nosaff Cb 
noassat da 5 i5o b, noasat (act.) B 423, noas id. N 817 ; noasha il nuit J 2i3; fut. noaeso P, noasdup, 
nuisement, noasabl, Cb, -sus C, nuisant, noe- G ms., v. brigus, auj. noa^out nuire, du 1. nocere, 

IVoaz, nu 394 G, P, N 85o, Jér., NI 60 en — J 82, en — pur B 618, en noas pill 45o*; noajtroat nu- 
pieds G, noa^ troat, en aproat Cb; noazder, nudité C, N 116, -dur Cb. Auj. id., irl. nocht, cf. 1. nudus. 

rVobl, noble G, P, J 82 b, N 494, -ane, noblesse 332, -ce; uoblalT, ennoblir Cb, -af C. — :Moc- 
tui*nal, -turne Cb; du fr. 

IVodas, il produisit 274; van. nodein mettre bas, léon. nodi écXore. 

IVoeaff, extrémiser N 1887, p. nouet 1286, i3o3, cf. i322; nouenn, extrême-onction i283, 1298, -en 
H, auj. noui, du 1. ungere. 

IVoeant, être, créature N 395, 843, i352, uoeance, NI 77, -cç 137, noueancc ^33, noenn, 2 s. 
P 121, id. ; auj. nouanj race, Troude ; gall. nwy, nwydd essence, irl. nia héros. 



344 DICTIONNAIRE liTYMOLOGlQUE DU BRETON MOYEN 

IVonian, maintenant, ici 199, 565, 779, M 8, Jér. v. loman ; no man P; noma alors M 67, cf. neuse 
et loman 9 

IVoiiiiiiatifr, g. id. — IVon, l'heure de none C, H. — Mon obstant nonobstant B 209, J 224, 139 
b, éd. 1622, nonobstant, 2» s. r. os, 92 b, onestant Catell p. 9; non ^araiV sans pareil N 16, 399, sup. nompa- 
railhafi 148 b ; non sauant qui ne sait pas 168 b, B 218*; du fr. — IVonita, Nonne N 235 ; n. pr. — 

iVort, le nord J 180, auj. nord, du fr. 

IV08, nuit 100, C, H, P, N 23i, Gw. J 11 b, no:( N 1706; r. os Jér. v. mont, J i55; nosvez, nuitée 
63 ; auj. id., cf. lat. nox. 

IVot, note, -abl, -able C, noble, généreux, de valeur B 326, 492, 710, NI 78 ; -tadur, 1. notificatio 
Cb ; -tafl*, noter C, -yt ! remarquez NI 281, -et I 29 ; -enn, note (de chant) ; -er, notaire C, pi. et N 
1495 ; noterag, office de notaire C; noter, notoire, J 77 NI 66, adv. B 611, noble, divin NI 85; 
notiflafr, -ier C, -/fiaff B 5i, p. -y,fiet annoncé NI u. — IVouel, un noêl NI i, f. : homan, 98-99 ; 
pi. ou. — ."Vouîcc, novice Cb ; du fr. — Xozelenn, nodelle, bouton, dim. -îc, Cb ; norelen glande, 
nouv. dict. nodelen, Pel.; du 1. nodellus, Cath. 



o 



I. o, ô! oh ! C, J i33, NI 450 ,• auj. id., du fr. — 2. O, leur (race) B SSy, ho 335, enep y contre eux 
J 22 b, o les (recevront) B 110, o,ho NI 64, ou B Sgô*, Sg/*. Auj. id., gall. eu. 

Oalet, foyer C, auj. id., voc. corn, oilet, cf. atyXK) (d'A. de J.) 

Oan, agneau C, J 19, NI 99, f. es C, dim. oanie, Cb ; oen P, auj. id., v. irl. iian, de "ognos cf. 1. 
agnus. 

Oann, j'étais 53o, J i83b, oan Jér. v. dinoe, voann N 384, voan 117, maj e doenn me où j'étais J 23i ; 
z" p. oas N 666, cf. B 290*, 3« oo: J 4, 209 b B 5, oae 54, voa 444*, N i32 dre ma^oa igSi, ma^ edoa Ni 62 
ne doa 9,307, aw «'en doa n'était-ce pas 33o, an doa 349 ; ioa i s., qui était 294, «j^oa J 4 b, N 1702, B, 
256, a ioa 33o NI 10, J 160 b, aioa N 68i ; voan était le 677, oan J 219, cf. NI 11, i3i ; oae J 196 b, r. e; 
voua r. oe NI 25 ; ce fut J 129, maf foue qu'il fut NI 10, vo' en fut le, 1 s. 96 ; 10 pi. oamp 68, J 219 b, 
voamp NI 455, edoamp r. om/i 89, 2» oacit J 128 b, 3e oant B 348, NI i63, voant 1 1, n'e« iOiï)îZ 441 ; oat on 
était J 123 ; auj. id., v. gall. oid était : voy. ouff. 

Oar, sur 33, P, N 1644, à (cheval) ; en (arrière) C ; en (un mot) J 7, en (fuite) B 364 sous (peine) 190, 
397 (répondre) sur (sa vie) 404, -lerch à la poursuite de B 372, — an oll surtout, avant tout NI 472, — ej 
ve^int pourvu qu'ils soient J 168 b, cf. B 428 ; oartro environ C, oar ju se par là B 393, cf. R. c. V, 126; 
oar se là-dessus, donc B 41 1, J 35, 68 oarse C, voar se N 216, 1763, van. ar^e ; oarnouf sur moi J 1 12 b, 
cf. B 704 ; oarnot 382 ; oar ne'^aff i 166, -^y B SgS, cf. 5g2 ; oar nocit 400, oarnochuy J 5o ; oar «e^e 72 b, 
23o, oarne:ie y B 4g5, oar ne:^oy 664; var. uoar J 73 b, voar NI 7, (le jeûne) au (pain et à l'eau) N 1232, 
voar /7e?î liîYiou jeudi prochain 141 2, — penn ma^ iff quand ]e m'en irai i3i6. Tréc. oar, v. br. guor, gaul. 
ver, cf gr. t-nip. 

Oat, âge 269, P, C, ouat H ; auj. id., gall., oed, du 1. œtas. 

Oaz, jalousie plus mauvaise que bonne C, -us, jaloux Cb ; auj. id., gall. aidd zèle, cf. gaul. Aedui et 
gr. aTôoç. 

Obedîaiit, obéissant N 247, obéissant, id. Cb ; obeyssancç, obéissance NI 77, oboissancc ; 
oboissaflT, obéir C, -sset ! N 544, p. -ysseti 40, du fr. — Obei-, faire B 244, C, P, J 11 3, NI 20, 317, 
N 227, dober pour faire 1746 ; auber 584, 1 107, 1437 ober œuvre J 53, en pep — de toute façon NI 55o, (il 
n'y a pas) besoin B 454, M 55 v, van. dober ; pi. oberou B 317, H, N 246, -riou J 1 19 b, -you 20s . r. eur, 
206 b ; -rer mat bienfaiteur G, f. drouc obereres malfaisante Cb. Auj. ober, du 1. opéra; ceiHr, œuvre, 

61 



346 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

pi. -you H, opération, g. id. Cb, du fr. — OI>iczaflr, obicer, opposer. — Obit, g. id. — Obla- 
tion^ g. id. C, J 56 b, dim. -îc, Cb. — ObligaflT, -gcr C, -gont ils obligent M 56, -gation, g. id. 

C. — Obscur, obscur, ténébreux, B 688, J 11 b, le s. r. 05 83, 23o b, oscur B 11, 489. — Obseru, 
observe ! N 55 1, -uancc, observance. — Obstinafi^ -ner C, p. J 222, -nation, g. id., Cb. — Ob- 
tatiflT, optatif Ca. — Obtinafir, obtenir J 22, -ny que tu obtiennes 198 b. — Occasion, g. id. C, B 
664, Ni 269, dre — ma vu que Catell 17, 21. — Occident, g. id. — Occupaff, -per, -pation, g. 
id. C — Odeur, odeur, r. à saour, J 212 b. — Odiancc, audience C, B 746, N 826 -ncer-, (audien- 
cier). — OesifT, oisif, -sus, oiseux. — OflTensaS, -ser C, B 33i, -sat on a offensé J 36, NI 5oo, 
offeiis! N 56o, inf. offansiff NI 4, p. -set 2» s. r. anç, B 727, -ncet 740, fut. -nc^o 747 ; oflTancc, offense 
548, J 35 b, pi. -ncaou NI 529; -nczabi, coupable B 743, 784; du fr. — Oflfereu, messe H, N 239, 
-nn, 307, C, P, pi. o« N i23o, B 1 53*, -ao!/ NI 5o9 ; -nnalT, dire la messe C, auj. id., du 1. o/erenia ; of- 
ferent, offrande, offertoire C, ofti>, offre NI 53o, off"rir 52 1, -aff, offrir C, J 69 b ; offranc, 
offre, don NI 473, -ce 10, pi. -ncaou 108. — Office, -ce C, B 697, pi. -icou N 1 100, -jcou 1054; -icer , offi- 
cier 1438, C; -icial, g. id., -Idet, officialité. — Ogrou, orgues C, organist, faiseur ou joueur 
d'orgues Cb ; auj. id. ; du fr. 

Oguet, herse C, auj. id., v. corn, ocet, cf. 1. occa. 

Oignament, g. id. C, -mant onguent, parfum Cb, J i5, -aff, oindre C6, p. N 1284, embaumé J i56 b, 
cf. Catell 20. — Oingnon, g. id. C, oignon Ce, du fr. — Oleau, chrême C, oleo huile sainte N 1699 ; 
oliuenn, olivier C, oliff olive, olivier, Cb, -ivet (Mont) des oliviers, P; oliuus, portant olives Cb; 
auj. id., V. gall. oleu, du 1. oliva ; Olier, Olivier C, du fr. — Olifant, éléphant C, auj. id., du v. fr. 
id. — Omnypotent, 1. omnipotcns NI 178, r. ant. — Once, once C. — Onestis, NI 451, -ys 
490 honnêteté, joie, voy. honest. —Opinion, g. id. C, B 70, N i32, confiance 587, intention B 22, hopp- 
C, omp- N i65; oi>inet, vous opinez J 28 ; opinionet, manifeste Cb. — Oportunite, g. id. — 
Opi>osafY', -ser C. — Oppi-esset, forcé, violenté N 442, 374, cf. 404; -ssui-, oppression 866, 
B 634, malheur 723. — Oraeson, oraison C, P, B 492-3, NI 496, dim. -îc, Cb; oreson NI 384 N 162, 
pi. ou 228; orator, C, -teur pi. -toret Catell 14 orateur. Du fr. — Orauant, allons! C, du fr. or, 
avant; or casa, N i6o5, orc^a B 65, J 76 b, or^ca N 216, or!(cac:{a 809, or çà ; oarsus, J 2o3 b, or 
sus. Du fr. — Oreel, petit vase d'autel C, du v. fr. (1. urceolus). 

Orcbaedis, galanterie, crime amoureux 217*; orguet, a ve^, amoureux de, Am. ; orgued et or- 
yade^ amourette, Gr., cf. opvâaj. 

Ordiner, C -naire ; ordouet, ordonné, établi J 27,56 b mis en rang 74 b; ordren, ordre, sagesse, 
N 717, io37, gant — mat B 181, dre 0. m. J 87 b ; dre — par ordre, régulier* 145, en u« — 162 ; -aflT, or- 
donner C, B 793, pej tremen, lis. ter-, a -<3f/'quel parti je prends J 191 b, -nhet vous arrangerez N i325, 
B 55, mo![ ordren je vous l'ordonne 29, men — je l'o. J 56 ; p. commandé B 4, rangé, assemblé N 487, établi, 
préparc J 37, appétit humen — désir tout humain 40 b ; (souverain) légitime B 407 ; comme il faut, 60 ; 
ordrenabl, ordinable, -ner, ordonneur Cb, -nancc, g. id. C, -cf H. — Ordous, g. id. C, ort, 
sale B 275, ordur, -re C, impureté J i3 b, méchanceté N 284 outrage B 741, malheur 387 — Orfe- 
brer, off-, orfèvre. — Orfeill, orfroy C. — Ort elinet, orphelins B 799. — Orgouill, orgueil 
N 565 -gueill C, v. arrogance, -goill N 609, ou- B 324, -nuill 323, NI 394, -ouil; -guilioux, C orgueil- 
leux, orgouillus -yllus J 10 b; -illet, Cb; auj. id. — Orient, g. id. C, NI 10, -yent \5j. — Orl- 
genes, n. pr. B 16. — Original, -el C, J 68 b, première (fin) M 2, -nel B 337, NI 11 5, oryginet, 
conçue (sans péché) 170, orin, origine, race N 1424, auj. orin id. — Oriller, /lori/er oreiller C, oril- 
lier Cms. — Orin, urine, -aflT, unner, -al, urinai. — Orniant, f. es, normand; -ndi, Normandie 
C, -y Cb. — Ormelen, g. ormeu Cms, hourmell sorte de coquillage, Pel. — OrnafI, -er C, p. N 
143 1, -aamant, ornt G, pi. -entuu Catell 5, -ner, orneur C, f. es Cb. — Orpiment, g. id. — 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU GRETON MOYEN 347 

Ori*it>l, horrible C, J 97, -ill 34 b, 40 b ; sup. -plaff B 470 ; orroi", horreur 737, orreur i i 5o. Du fr.— 
Orsail, batterie, Gwinglaff (Pel.), voy. arsaill. — Oi'tolan, jardinier J i86, du v. fr. (1. hortulanus). 

Oi*z, mail, marteau G, auj. id., v. br. or(d), irl. ord, gall. gordd. 

Ost tut armoii est de gens d'armes ; ostiff, hostie C, -yfCms, (auj. hostiv), du fr. 

OuflT, je suis 32, 84, 87, ouf g 5 b, N 987, off 17, 24, o/233, e:^oun B 5i i* ; owf tu es 269, N i685, J i5, 
NI 5o3, edout, ej out M 8 v, oude es-tu J 18 cf. 70, B 286 ; pi. i« p. omp 477, N 940 NI 32, oump 129, e!(omp 
J 71 -/)«j' B 298 ; 2» ouc/i 481, N 487, J i63 b, r. och 206; och N 1747 ; ouchuy B 743, e^ouchuy 38o, J 
i65 ; 3« int 2i5 b, B 1 12, N 1792, ynt i5oo, J G2, ind y B 109, /^ii i 533. Auj. oun, gall. wyf, cf. gr. eTiai 
je vais, rac. i. 

Ouhen, nouhen bœufs C; auj. id., gall. ychain, cf. angl. oxen. 

Oun, peur 26, 728, N 1541, voy. aoun. 

Ouuenn, frêne, C, ounn du frêne -ec, frênaie Cb. Auj. id., voc. corn, onnen, de "osinos cf. 1. ornus. 

Ouret, dorade C, du 1. aurata. — Otirl, C ourlet, -// v. bordur ; -rlaff, ourler C, -rlus, plein 
d'ourlets Cb. — Oui-s, f. es ours C. — Outn«îg, orage violent N 886 outrageusi J 11 b, P, NI ii3, 
furieuset B 4i3, (marteau) énorme J i35 b,cf. i 37 b ; oiitragy, outrage 91 b, outrachi N 1 145 ; -aget, 
outré, fâché B 237; -gius, 3 s. outrageus' J 10 b, -aigius J i57 ; adj. -aius B 754, oultraiicc, (ou- 
trance) excès H. Du fr. 

Ouz, (traître) envers J 16 (amour) pour NI 339, "î envers N 568 (parler) à B 16, ouch (ressembler) à 
Cb. V. lousouenii ; muy ouj muy de plus en plus B io3, NI 556, J 197 b ; goa:( oy g. N iiii ; owf , (membre) à 
(membre) C ; o«f pen en outre de NI 438; ou^ donet en venant B 52 cf. 600 N 1096, NI 59, so ouj e heul 
3 s. sont à le suivre J 17 b, ouf e cannaff en étant battu 75 b, owf miret (où il est) gardé 188 b, of B 25, 357, 
P, J II, N 18, NI 5o ouch Cb, v. louncaff ; ous J 3, N 912, ho Am. v. barret, signe de part. prés. ; owf 
(garder) de N 856 ; 0^ 93, de la part de 1449 ; o«f iff à moi 25, J 5 b (pitié) de moi, r. 1, 43 b ; oupf N 1829, 
-i/u \l, op/N 1122, -^ B H22; oî/f ifme J 23i b; oi/j- it B441, cf. J 95 b, ou^ ide 23o ; outaff N 32i, -afu 
H, -af ne allaf quet je ne puis [rien] contre lui B 76* ; f. o«f j- J i3i b, cf. N 314; o«| omp J 221, NI 234 
cf. N 5o5, o«f imp B 2o5 ; o^och N i3i4, ou^ochuy J Sg b, ou:(ouch N 344, -uy 329, ou^ ich B 48, Of ich 
724, ou^ech H, N 1909 ; oute B 55o, J 175. Auj. id., gall. gwrth, v. ir\. frith, rac. vert, cf. 1. versus. 

OuirI, Ovide Cb, -it C ; du fr. 

Ozecb, homme, 1. vir C, P, o^ac'h, dim. -îq, Am., pi. e^ech garçons B 534, gens J 211 ; ojechgruec, 
virago C. Auj. o^ac'h. 



I^aciant, patient, 520, 628; -ent N 563, -et, patience B 495, N 63i, r. ant NI 563, -antet B 636, 
J 44 b, r. ent 35, -entet, -cîencc, Cb, -ce; -cîflaff, pacifier C, p. -ffiet, paisibli J igS b; -îQc, -que B 
34. C, -cq en bon état N 12 16. — I»ae, paie, prix, P; da quentaff — au premier chef, tout d'abord B 34, 
q. — 194; -taf pae J 6 ; -aff, payer C, B 66, H, NI 287, P, J 44 b, cf. 68 b, p. paeet i/S, B 45, NI 202, 
vaet 2 s. J 210, P ; prés. B 44, impér. J 210, -eher on paiera M 67 ; paher P i63 paeamant, paiera» J 
86 b, paem- 3 s., 2e r. am 168 b, pi. ou B 47, paeinanter, payeur, paerez, 1. solibiltas Cb. Léon. 
paea payer. — I*ag, un page C, paig J 206, Ce. — Pagenn, une page Cb, v. leffr, auj. pajen. — 
I»ayen, (demi-) païen C ; Catell 25. — Paîlhart, Cms; -llart g. id. C, B 38i, -rd Cb, pi. et J 73, f. 
-es B 357 ; -rdiez, luxure Cb, H. — PaîUeur, paille Cb, -lur, -ec, de paille C, paillur Pel. — 
I. I»al, pâleur C, pall, Cb ; pall pâle, Pel. — 2. I»al, pelle C, an bal, P 262, auj. pal, f. — Palaes, 
palais C, B 525, -les 636, Cms, M 53, N 25o, ciel B 672, auj. id. — I»alafrener, palefrenier, C, 
-nier Ce; -frez, palefroi C, Jér., du fr. — I»alainour, pour C, B 299, H, N 43, NI 70, J 29 b, — 
...da caret parce qu'il aimait 75 h,palo-, var. pola- 32, auj. id., du v. fr. par amour. — Palastr, em- 
plâtre C, du fr. — Palazr an brech le gros du bras Cb, Cms, -ar^ C ; pi. pelejr, peler, timon de 
charrue Pel., gaW. paladr rayon, timon, tige, pi. pelydr, du 1. palus? — Paleîcc, palis, clôture Cb, -ce 
C, du fr. 

Palem, 1. furmus, i. Cms ; tan, Gr., cf. gall. paill farine. 

Pallas, Pallas B 114, du fr. — Pallenn, couverture de lit CJ,auj. id., %s\\, pallen, du 1. pellis ? 
— Palm, palmier, palme, C, P, du fr.— Palon, et pala^on pcillcte, 1. patella C, pa:;alon Cms, du b. 1. 
padella, cf. voc. corn, padel. — Paltoc, paletot C, Cms, Jér., pale-, palletoc Cb, du fr. — Paluhat, 
pesseller, -henn, pessell C, -lien Cms ; auj. paluc'hat, du,l. palus pieu ? — Palut, -ud paluz, (marais) 
C.,-ec, 1. paludosus Cb, auj. id.,du fr. — Palv, paume de la main J 76, pal/ C, pi. -Ivou 3 214 ; pal- 
fuata, manier, -fueaenn, paulmier Cms, -luesenn C, — an reu/ paume de l'aviron ou du gouvernail 
C, -en a. r. Cms; louenn parfalec, morpion Cb, voy. R. c. vu, 147. Auj.pa/v, voc. corn, palfiu 1. palma. 

Pan, quand Gw., N 56, H, J 4, P, puisque 5 b, N 37, quoique 33i, si (j'étais) J 6 b, 118, B 188, 689, 
(l'on servait?) J 49 b est-ce que B 77*, a pan quand 328, pa N 328, NI 553, si J 58 b, B 379, pa na cum non 
(pareat) 240, pa na ve huy si ce n'est vous, J i83 b, pa na «e B 3oi ; pa emi s.i 34 b, 42 b, pa ef 69, 2 s. 
N 56o, pan pour pa en 593, 1293, pan on i s. B 44, pan ou^ 2 s. J 37 b, i s. 1 16 b, B. 95, pa hoj 2 s. N 
1294, pano^ I s. J 37 b,pan ho i s. 26, paouj B 168, 256, ;;<j ho 4'^, poj N ii38, i33i. Tréc. pan, pa, gall. 
pan, cf. 1. quando. 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 849 

Panell, Cb, pann- C, g. panelle Ce, du fr. — Panenn, C, pann- Cms, bara panen, C, pain sans 
levain;;;, bara id., panen insipide, Pel., cf. ga\l. pain farine, du 1. panis ? — I*aner, panier C, -ren, 
faiseur de coffins Ci, -neterî, -ie; auj. paner, f. — Panegtenii, panais C, pi. panw Ci; -ennec, 
stupide, Am.;a\ï). paneton. — Pansîon, pension C, -îst, pensionnaire Cb, du fr. — Pant, courbe C, 
du 1. pandtis. — Panthecost, pentecôte. — Pantlier, panthère C, du fr. — Paout, nombreux 
Gw. léon. paot, corniq. pals, gaél. pailt, voy. nebeut, paiitr, et R. c. II, 340. Pap, pape C, H, J 82 b, P, 
pabaelez, -laez, papauté C, Cms, pap- Cb, auj. id., du fr. — Papaillon, papillon, ou pavillon Cms, 
papo- C, (ap. pap), auj. papillon, du fr., anc. parpaillon. — Papatiei", pavot, C, du 1. id. — Pape- 
gaut, g. id., perroquet C, pape- gatilt Jér. — Papellart, pa-,T)clard, hypocrite J 80. — Paper, 
papier, dim. -yc, Cb, auj. id. — Papias, n. pr. C. — Par, égal, semblable Am., B 5i, 63, J Sgb 
(sa) pareille N 339; car ha — et ami et parent NI 342, — épouse 528 P, auj. id., du 1. par; paraîl, pareil, 
C-//Cè,dufr. — Par /orce avec force, Catell 24; ;jar ïou? partoutN i63, 1662, M 5. — Parabol, -e. — 
Parartiir, pareure, 1. paripsima; -raflT, parer C, -ras il fit (la terre) NI 95, cf. preparet ; — ramant, 
paremt, C, pi. -ou orn's P, N 223, -aou NI 8; -rer an le^r pareur de cuir, f. contelt parères instrumt a 
purgiir cuyr C, du fr. hanter par et, demi cuit, -recîîflT, cuivre C, auj. paredi, cuire, voc- corn, ^jarof 
cuit ; gall. parodi apprêter, du \. paratus. — Paradoes, paradis N i38, SjS, paradis r. is 1527, P, voy. 
baradoes. — Paralîsi, -ysie Cb, an re — les paralytiques P; -litîc, C, -ytic -ique B 260, 3« s. r. 
et. — Paralogesim, -gisme C, -gîsmafl*, en faire Ce. — Parant, parent P. — Paras, 
brilla NI 249, auj. para briller, du 1. parère. — Parasomet, (être) abattu B 5i9, du fr. par, assom- 
mer ? — Parauant, d'avance B 64*, -amant 64, du fr. (au) paravant. — Parc, g. id., C, auj. champ. 
— Parchemin, g. id., C, voc. corn, id.; -imin, C. — Parti, g. id. C, dim. -îc, Cb. - Pardon, 
g. id. C, NI 324, J 99 b, indulgence P, fête, assemblée religieuse N 46c, 472 ; -nn Cms, pi. ou H ; -onafT, 
pardonner (v. act.) B 427, NI 232, neutre 47 ; -af S 14g, -nnaf NI 307, -ff 432, Cb, -onifu H, -ny N 589, 
NI 447, 467, p. (rançon) remise 4x5, cf. 82 ; don -onno qu'il nous pardonne 3iG, -on diff net am pecheJou ! 
N 92 ; -onhe B 742 ne^ — quet il ne saurait te pardonner J gS (cf. tréc. -nfe, id.); -nhel 20 pi. 236 b ; er 
galhenn (lis. -Ihe, r. e).... em -nhet qu'il se pût qu'on me pardonnât 87 ; auj. v. pardoni. — Parfet, 
parfait C, adv. J 29, -fait NI 100, i58, -faet, -ffaict H, -fet attentif, sérieux, grave, sage B 710, J 7, N 198, 
adv. 5, 258, J 24 b, 34 b, en — 280, B 423 ; sup. N. 568, NI io5, J 197 ; tréc. parfet sage, du fr. Perfez, 
parfe^, P 122, parfet r. e^ B gb, gall. perffaith, du 1. perfectus. — Parfont, profond B 556, 737, J 188 
b ; entier' B 386, du v. fr. id.— Paris, Paris C, auj. id. — Parissant, qui a belle apparence B igS 
N i3go. — Parîssilen, persil Cms, -nn C, -isillenn Ce, -en. — Pariur, 1. perjurus C, -rium Cb, 
-aflT, parjurer C, -: inf., r. i, N 1659, na paiur ! i638, na pariuri ! ne te parjure pas i575, p. -ret perfide 
B 382. — Parlamant, -ementC, du fr. — ParraflT, paragraphe G, para- Cb, -aph Ce, du fr. pa- 
rafe. — Parroes, paroisse C, paroes, Cms, -rres. H, parhos iM 71 v, parrocliten, -nn paroissial 
Cb; léon. paro\, du fr. — Partabl, roturier B 274, P, v. fr. partable ; party, partie (de jeu) J 146, 
auj. id.; dyou:^ — du côté (de l'Orient) NI 146, 176, 523 ; -ticipaif, -er, -pal, g. id., adj. Ci; un 
participe C, -pi Ce, Cms; -ticulre, -ier, -tîtîff, g. id. C. — i. Pas, un pas C, a pasou pas à pas, à 
pas de loup B 378, an pas man cette fois, maintenant, tout dernier' J '/b h, 162 b, dan pas tout de suite ? 
B 24, 33 1, lis. dan pas et an cas 35 1 ; pep pas de toute façon, toujours, 579, J ii5, «n — (pas) du tout 4, 
NI 476, B 441, nep — 46, na tardit — ne tardez pas N 1414, cf NI 22, 47, J 33 b, 41 b, 85 b B 342; — 
nen groase 437 , — ... ne falhe ej ve quet J 10 ; sans sens nég. impossibl ve — ... ef hoarffe quet B 3og ; 
passaig, passage, péage Cb, -ag Cms ; -aiger. G, -eur passaiger, petonnier. Ce, potonnier, Cms ; 
pasen, (un degré) Cm^; auj. pas m., du fr. 

2. Pas, toux, -ssat, tousser C, auj. et gall. id., irl. casad, cf. ail. husten. 

Pasc, la pàque J 47, -sch H, -sq C, P, da — à Pâques J iiy, ober— faire ses pâques N 1249, -schal, 
(agneau) pascal J 46 b ,• auj. id. — Passif, g. id., -ssîon, g. id. C, J 3, NI i5, P, auj. id.; martyre 

62 



35o DICTIONNAIKE ETYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

B 657, -et, martyrisé P. — Pastel, pièce de pain ou de chair Cb, -Il C, dim. -îc. Ce, -UaflT, dépecer 
C, paslcll Pcl., du l.pastillus ; p:i««te:e, pâté, bara — 1. artociea C, auj . id., du v. f. id. — Pastur, 
paître C, nourrir P, -scaf id. J 129, -squer on nourrit i3, p. -squet\. pastus ; -squadui*, paissement C, 
-ez, pâture Qb, auj. paskein, du 1. pasco; pastur a même suff. que mae^ur ; pasteur, g. id. Cb, v. log; 
-tor Cathell 24, pi. et bergers NI 27, -ouret B 373, adj. -oi-al, N 1768, du fr. 

Pat, durer, continuer (pouvoir), y tenir C, B 5;, N 1180, 1866, J 94 b, haval da — égal en durée 176 b; 
il dure B 370; so padet qui a duré J 36, ra pell pado! N 1880, pathet B 457, pathont P 265, entre bath\ 
J 39, var. p-; patse durerait NI 461 ; padel, C, éternel M 10, NI 95, -ez, perdurableté C, -ae!( Cms e 
auj. -id, cf. gall. paid, act. de cesser, de laisser ; arbed, épargner, irl. airchissim. 

Patant, (frapper) en plein N i362, du fr. patent. — Pater, (Rév.) Père N i258, un pater H, pi. ou 
patenôtre Cb, auj. id. -our C, Cms; Patern, n. pr. ; -triarcli, -e C pi. et Ni 449. P, Patricius, 
PatriccN 2, -ci 52, 1714, -ce 1946, -1C48; -trîmoen, -oine C, -mon Cb, -trotn, patron N 122, -on H, 
modèle J 334 b, prélat N 1748, r. on, pi. -onmou 2» s. r. om B 67 modèles, plans; -trouomic, -ny- 
mique C, auj. -trom, -tron, modèle; du fr. — Pau, patte C, auj. id., voc. corn, pau- pied, lû. poi, cf. 
angl. paw. — Paul, Paul C, NI 558, P, -în, Paulin N 1046, -nus 1071, Paulatinus id. 1076, n. pr. — 
Paun, paon C, voc. corn, id., f. es Cb; auj. paùn, du b. 1. pavônis. — Paus, pause, -afl*, pauser C, 
-er, 1. pausator Cb, du fr. — Pautr, garçon B 38o, pi. et 58o ; paotr Am. v. disaoutren, dim. -îcq, v. 
ewf ; f. pauires (t. méprisant) B 357, 652, ;70-448* ; léon. paotr ; cf. v. fr. peaultraille canaille, angl. paltry. 
— PauaflT, paver, -amant, pavemt C, pa^a-, -ment Cms; paue, pavé Cb. — Pauie, Pavie C, Cms, 
-ta Cb. — Pauillon, pavillon C ; du fr. 

Pauîot, al. banquer, g. banquier 1. banchale Cb. 

Pazron, parrain C, -oun Cms, mam-pa:(ron marraine H ; auj. paeron, du 1. patronus. 

i. Pe, ou C. H, J 12, P, pe me mat pe que je sois bon ou (non) B 6g6, pe ...pe (savoir) si ...ou si N 
i63o, i63i ; pe huy na guel est-ce que vous ne voyez pas J 147 b, pen ou le N 820, ou du J loi b ; pe e^... 
I s. B 96, pe^ id. yj6. Auj. pe, corniq. po, litt. « soit », voy. bejaff?. — 2. Pe, quelles (nouvelles) ? J 48 b, 
quelle sorte de (marchands) 76 b ; pe a nation B iiz ; pe da cas à quel effet NI 482, pe dre par quelle (cause) 
Jér. p. d. lient parq. lieu C, p. d. fin, de q. façon J 28, p. d. ner:^ par laquelle force, par la vertu duquel M 55 
V, j7. d. edit loi par laq. J 67 \i,pe en dans quel 2 s. 25 b, i s. 34 b, B 2^3, pen 1 12, 75o,pe e id. 2 s. J 27 b ; 
pe, 1. quid : (voir) ce qu'(il veut) B 84 (ne savoir) ce qu'(on doit faire) 481, cf 3o2, 282, M S, per î/lis. pe rij 
(je sais) ce que je ferai J 189 b, pe rif? que ferai-je ? 191, cf. 227, N i5i6, B i33, 77*; pe:; eux te qu'as-tu ? 
364; pe cleu, pe guel quoi qu'il entende ou voie J i35 ; pe (je ne saisj'pourquoi (tu la gardes) B 771, (pas de 
raison) pour que (vous tardiez) 247, cf. J 161 b ; (je remarque) que 88 : pe lieny,lequel ? 72, lequel, qui, 
que relatif 28, 36, 57 b, 222 b, B 1 25-6, 514, Jésus peiieny nep a clesquet, Jésus que vous cherchez J i85, pe- 
heny qui M 3 B 17* (eny 17), pe hiuy B (au titre); pelieny (je dirai) quelle (est), ce que (c'est que la mort) M 3 , 
pe heny gloar laquelle gloire, et cette gloire 53, peheuny H; pe heny dont, J 40 b, pe a heny, id. NI 36o-i; 
peen h. dans lequel H, J 37, M 3, penheny P; pi. pe re lesquels, qui J io},pere M 2, H, pe a re desquels 
7 V, 71 H ; /je gant re J 216 b, pe mîV re B 112 ; dans les viuux dict. pereff, Pel; dren marv pe gant ej 
marvas par laquelle, dont J 64, 64 b; nep pe gant celui par qui 58, 23 1 b, na pe gant ni de quoi, ni organe 
pour (sentir) B 273 ; pe dre (je ne sais) par qui 754, par où J 217 ; par où ? 2i3; à cause duquel 187 b; pe da 
(celui) à qui 60, NI 90, par qui J 70 h\pe euit pourquoi B 645; pe ban, d'où ? log, peban d'où i3 P, J 18, 
Jér., dont (je parle) P, cf, M 8 ; peb a'n deuej d'où, dont il a (l'être), 3; peban (Rome) où (je demeurais) Jér.; 
pebez, quoi, quelle chose N 527 (gall. pa betli, voy. pej); quel 662, 1 190, J i5, B 1 12, P,pe be^ Jér. v. 
abec;pedu vers quelle part, pe eur quand, pe^uenient, combien C, NI J 37, p.pennacl. quamlibet, 
quamvis C, pequen, combien J 84 b, ;;e quen B ij'i^peguen 372, 389, C, J 198, M bg,-nn P,pea quen 
vil maru de quelle vile mort B 4S9 ; pe lech, où J 191, pelech N 3i3,;7e <j /. d'où B 745, 5, P, N 3i3, 



DICTIONNAIRE ETYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 35 1 

pe alech C; pe en l. en quel lieu J 36 b, 3 s.; là où NI 298, pen /. J 210 b ; pe:^alech à quel lieu, 1. que, pe:;- 
drehent par quel lieu Cb, Ce, pe^rchent Ca ; peuaux., comm' ? J 24, BSSj, commt P, N 677, que(conjon) 
1453, J 21, M 3, B 180; p. pennac quoique 571, -aulx 773 -aus C, P, voy. neux ; perac, pourquoi C, 
J 52, P, N 5o4, p. abec, p. tra pourquoi C, devant quoi B 371 ; petra, quoi C, N i55o, 5o6, J 18, p. en 
2 s. quel est le 82,^. eo da Doe qu'est-ce que Dieu a, pense donc, N 34, p. voe d. D. ma croea/ pourquoi 
D. m'a-t-il créé J gS b, p. hoarfe na venu comment ne serais-jc pas 92, pe da tra pourquoi 70, i3i ; pet, 
combien, — gue^, c. de fois N 779, pe a petgue^i Cb ; pet de:^ c. de jours J 168 b, petit C ; piu, qui, 1. quis 
C, B i3, 216*, N 33o, 5io, J 22, piou 18, 34, pyu Jér. p_you P. Auj. id., v. gall. pa-, put, v. irl. ce, cia, cf. 1. 
qui, guis ; voy. pep,pej. Pe vej J 233 b, lis ne ve:ç, (jamais la douleur) ne sera (arrachée de mon cœur). 

I*ebn, poivre 43, C -et, poivré C, auj. id., du 1. piper. — Pee, poix C ; pegas, ... en il prit dans, 
saisit P ; auj. id., du 1. pix. — r*eelies, pêches Cb, sing. -en Cms, -mt, -sec, lieu planté de 
pêchers C, auj. id., du fr. — JPeeliet, péché C, N 147, J 4, m. : M 8i v, -eut B 119, pi. -edou 356, N 
81, J 12, M 10, -aou Ni 139; -eliesEï", pécheur C, M 10, pi. -ien H, -eryen J 43, -ien NI 243 ; f. -e^res 
C J 87 b, -ej H, -ères 14 -ebiff', pécher C, B 3i, -i/u H, -if J 4, pichiff C, pécher H 11 } peche^ tu 
pèches II 3, cond. -che P. Auj. pec'hed, du 1. peccatum. — I*ecMii, argent J 85, pec'hun iér., duv.fr. 
pécune. — Pedenn, prière C, N i5o, -en B 229*, H, J 64 b, pi. aou NI 517, -nnaou 509, -nnou H, N 22, 
P ; -niiei*, f. es deprieur, -nnus, 1. exorabilis ; -dei", prieur, f. es Cb ; -deur Ce ; pîdifi*, prier C, N 
469, P, B 428, (10 s. r. et 176, 399, J 5) ; -if N 392, (i» s. r. et } 5 b, 29 b, 41); -y id. 2» s. r. /. N 1 1 17 ; pe- 
difu H ; pedaff je prie B 6i4, -af je souhaite N 732, pet il prie, il souhaite i83, J 7 b, 228 b, 104 b, P, B 
276-7; pe (t) 382, ped Cb ; pet ! NI 342 ; fut. pediff N 1860, -do 142, petet NI 343 ; cond. -themt J 74 b, var. 
-ten ; -tes P 195, -the J 42 b. Auj. id., du 1. peto. — I*eleter, pelletier, pellyat, peler Cms, pely- C, 
p. et Cb, v. pluenn, Gw. — Pelîean, g. id. C, pell- Cms. — i. I*ell, paille, balle, C, Am., -enn id. G, 
dim. -nnie, Cb ; pelleue, pailler, 1. palearium Ce; auj. id., du fr. — 2. I*eH, loin C, H, J 42 N 1430, 
P, — cre très loin NI 458, a pell de loin C, a p. bras de très loin NI 25o, a p. de beaucoup (!e meilleur) 
B 596, 763, cf. 1. longe ; un p. meurbet très loin d'ici J 208 b, très longtemps NI 538 ; p. a amser 1. diu C, 
pel J 208, pell B 281, 370, 616, N i5o4, 1880, J 102 b, pell amser N 241 ; a p. a. 1 1 5, depuis longtemps; 
comp. -och plus longtemps B 590, désormais M 55 v, J 54 b, pelhoch 21 b, 100, B 588 ; pelloc'h, -lleoc'h 
Gw ; -liât, s'éloigner M 53, -llhat C, NI 14g, pelhat 416, -llahat aloinger Ce, fut. -llay s'éloignera, le pi, 
•ahimp H. Auj. et gall. id., cf. éol. x/îAut ? R. c. II, 340. 

I*ellenn neut C, pelotte de ÛX, pelé- Ce; auj. id., voc. corn. /ie//en globus, gall. id., du Lpila. — I*el 
queut, la nuit de Noël NI 32, pelgent moment M 10; pelghent (messe de) minuit, Pel.; gaW. pylgaint 
aurore, du \. pulli cantus (Stokes). 

I*emp, cinq 534, C, H, NI 336, J 146 b, P, -et, cinquième C, H, -f»x.ec„ pemdee quinze C, N io3, 
pem:(ec Ce, P jpempes, 1. cicuta C, (litt. cinq doigts). Auj. id., v. gall. pimp, gaul. ■ns^t.Tzs-, cf. 1. quinque. 

I*eii, Péan C, du fr. — I*eneel, pièce Cb; -yaff, tabonner C, taconner Cb ; auj. pensel, d'un dé- 
rivé du fr. pièce. — Peiidagog, pédagogue Ce, pi. et Cb; penndagog Cb, penn d Ca, du fr. — I*enet, 
peine, châtim' J 68 b, N 601, douleur 484, looj, NI 223, -edour, malheureux i85i ; cfl\\. penyd, v. 
irl. pennit, du 1. pœnitentia ; penitance, pénitence NI 137, du fr. 

I»eini, tête C, P, J 52 b, (sous peine de la) — B 189, — troat de la tête aux pieds 466, pi. ou 374, H, 
aou NI 14 , dirac penn lienn ont devant celui-là B 35i ; personne J 8, nul, aucun 179, 35 b, B 23, nep — N 
liù'i, pep — chacun 180, (plus que) personne i iSg ; chef, maître 53, B 34, 120, M 55, J 82 b, guide 64 b, 
pennael archange 141 , penner fils unique P (Pej. id) pen, penn bout J 1 10 b, C, — da — d'un bout à l'autre 
32 b, 44, a pep — des pieds à la tète io5 b, — oar — (pieds) l'un sur l'autre 137 b, oar pennou ma dou glin 
54 b, dy uoar pennaou he daou glin à genoux NI 424 ; da penn au bout de, dans (3o ans), N 7, NI 25, (venir) 
à bout, à ses fins B 780, pen le bout, le terme (arriva) NI 294, voar - pour (une autre fois) N 671, oar penn 



352 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

J 40, voar ben duhont contaff pour le temps où il faudra rendre ses comptes là-haut NI Si/, cf. oar pen an 
barn M 12 v; quent petm try de^ B 449* ; a pen qusffridy (venir) pour une affaire, exprès, NI 291, dre penn 
au sujet, à cause de (cf. irl. dar cenn\ B 408, J 116, cf. NI 2, 234, dre hon pen i65, 295, Jér. cf. NI 23i, ;7e 
da penn pourquoi J i53 b, 229, B 3i7, a nep — pour nulle raison N 118 ; pen gouris blouque de sainture 
Ce, penn oignon tête d'ognon, — queff tison C, — gap. freill 1. cappa Cms, [pengap freil chappe de fléau 
Pel.) peiinadiii*, chef, roi NI 107, (père de famille, Pel.); em •iinnig, dans mon esprit N 1 144, 
-nnec, têtu C, penn doc, 1. hic capito Cms, [pendoc têtu Maun., chabot Pel.) ; penresti*, 1. 
charnus C, penff- Pel. licou (gall. id.) ; pentoill, C, -// Cms, sans trad., lis. pen boill? d. penn boyl eau 
chaude qui jaillit de terre C, — bouyll Cms. Auj. penn, v. irl. cenn ; gaul. pennos. 

I»enn«e, quelconque 107, 364, H, J 37, 184, pénaux — malgré cela B 698, certes, litt. en quelque 
sorte, J 218 b, petrap- 1. quidquid C, piu ;7e)!i7C quiconque Cms; auj. bennag, v. gall. />i«nac. cf. 1. -cum 
(que). 

I*entaflr, peindre C, p. B 273, Jér. v. dienn, -tadur, peinture, -ter, peintre C ; ire pent, 1. 
pictim Cb. — I»enultîni, -e C, du fr. 

I*ep, chaque 263, G, J 3, P, N 64, (en) tout (lieu) 147, -stat en tout cas B 5, — nnan C, cf. B 32, pep- 
heny Jér. v. dienn, chacun ; pep un darnn chaque partie B 416, — try 3 à la fois Jér. peb antier tout entier, 
de toute mon âme J ib; pep chacun, tout le monde 366, NI 264, B 35o, J 227, ire ien «a — par personne 
N 1625 ; — a carter chacun un quartier B 24, cf. 29, gant — a rouue^ NI 428; pepi*et, toujours B 428, 
C, P, J 14 b; pep de^ chaque jour H 41, pemdej H, C, M 4, dan — P, -mpdej Cms, pende;; H, pem- 
dîzîee, quotidien Cb, -eD^ec H. Auj. pep, pob, v. gall. paiip, popp, v. irl. câch, cf. 1. quisque, voy. pe 2. 

Pereliaff an guini percher les vignes, Cb, guin C; -chenn, perche (de bois) C, -nnei*, qui en fait 
Cbv. peul. Dufr.— I»erclienn, propriétaire, maître de N 42, 1208, -enCm5, M4, pechen 3; auj. perc7ie«, 
gall. perchen, id. ; perchi,parchu respecter, du 1. parco?— Percliet, perche, poisson. — Perdurabl, 
-e du fr. — I*erenn, poire, pi. per Cb ; perec, 1. piretum C, auj. id., du 1. pirus. — I*enfectîon, 
g. id. C, B 102, NI i39, dufr. — I*ei*guen, pur, purifié J 198 b, (parler) pertinemmt B 91*, clain expres- 
sémi J 10, 21 b, certes 52, P, B, 796, -gen 91, 200 -ghen Pel., corniq. poren, du 1. purgare? — I»erîei*- 
menias, (nom grec d'un) livre de logique C, peria- C. — l*erles, perle C, des perles Am. v. had, 
péril- Cms, auj. pi., du fr. perles. — PermetaflT, permettre B 655, -ttaff 336. — F»erpetraff, per- 
pétrer, commettre J 66. — Perpétuel, (g. id) C, adv. B 798 ; -al Ce. — Perplexité, g. id. G, du 
fr. _ Pers, bleu, livide Jér., du v. fr. id. — PersecutafT, -er B 175, ma^ -ter qu'il sera persécuté 
N 786, -tîon, g. id. B 778. — PerseuerafT, -er C, B 811, cond. -erhe 753, -ère N i55 ; -rancc, 
endurciss' B 784, -ce g. id. G, adv. -rant, N 200. — Person, personne C, NI 223, B 339 m. : tri — 
3o8, try NI 564, personnalité, rôle 80, pi. oîv M 2 ; -onafT, -er Cb; -onaig, Cms; -ag personnage, 
-onel, g. id. C, -al Cb, -nnel Cms. — Persuadas, -da Gathell 24. — Perturbaff, -er C, p. J 
222 ; -atîon, g. id. Cb. — Peruers, g. id., -îte, g. id. C, adversité, malheur B 722 ; du fr. 

Perz, a — de la part de J 80, N 3i8, NI 226, à cause de 389, auj. peur:;, voy. abar^. 

Pesenn, pois, Cms, -en, pes logot 1. citrulus C, auj. pe^en, du 1. pisum. — Pesq, poisson C, m. : 
dou- P, pi. -quel M 10, dim. -quie ; -qnabl, pèchable Cb ; -quêta, pêcher C, -taff, p. et Cb; -quezr, 
pêcheur, poissonnier, C, -er Cb -quezrez, pêcherie G, -es G>?w, -ere^ ; -quus, plein de poisson Ce. 
Auj. pesk, du 1. piscis. — Pestîlance, -lence C v. mernent ,• -ce Cms ; -nancc. — Petîeîon, g. id. 
C, -tion Cb. — Petrall, poitrail de selle, pétrin, poitrine C, (2 fois, dans les/ie et dans les peu-) peu- 
Cb, J 60, le sein (de la Trinité) NI 5, 463 ; auj. peutrin ; du fr. — Petro, B 1 14, lis. Pluto ? - Peueh, 
paix B 238, G, H, J 8, 5o, r. eoch N 732; peoch J 7, NI 27, 392; peuelihat, apaiser, pacifier G, -chat 
Ce, peo- réconcilier NI 83, 423, -cha 417, peuch ha N 600; p. — chhaet, -chhet C, -chat Ce, -chet Cms; 
-ebliabl, 1. placabilis Cb, -chabl Ce, -chaer, placator, -chliaus, paisible Cb. Tréc. peuc'h, léon. 



DICTIONNAIRE ETYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 353 

peoc'h, du 1. pax. — Peul« pieu C, -lei*, qui en fait Cb. Auj. id., du 1. palus. — I*eur, très, tout à 
fait, devant adj. et adv. J 96 b, 129, Jér. v. dienn, N "iio. 454, NI 40, 72, e poursiff — , le poursuivre tont à 
fait 525. Auj. id., par confusion du 1. per, fr. par-, et du br. pur. — F»eiirîir, paître C. Auj). peuri, gall. 
pori, du lat., cf. pabulum. 

Peux, peu^ élargi C, cf. peus- foll folâtre Gr., gall. pos accroisst ? 

I*euan, quatre, m., 45i*, C, pev- H, J 26, — ... uarnuguent 24 H ; peoarCb; peuar doubl « double en 
quatre, » 1. quadruplex Ce, doublet e peuar Cb ; peuare, quatrième, m., B 809. C, M 53, NI 5o, pev- H, 
J 38 b, P ; peuareec, quartanicr Cb; -nasec, quatorze C, -rdec, Cms. -uet, 14e C, -^ecuet Cms; 
pedei", quatre, f., C, H, -vet, (la) 4" J 37 b. Auj. pevar, v. gall. petguar, v. irl. cethir, cf. 1. quattuor. 

ï*ez, pièce 480, SgS J Sô/'ef^f, pe^ C; ne deu^ — ane^y (cette robe) est intacte J 109, ne /allas — , il ne 
manqua point NI 428, hep fap — N 1464; an — ce qui H, J 21 b, an — so preparet gloar cequ'il y a de 
gloire préparée NI 565, an — ce que J 57 ; — ce qui, ce que(quid) B iS3. (voy. pe-tra), J 21, i35, Jér. 
V. dinoe, N 20, 3io, 525 ; dren — ma^ parce que, litt.par ce que 220, 1034, 1048, B 188; pour pebe^, quel: 
pebej /est, pej tempest NI 490, cf. 60, B 726, J 76 b, 82 b, N 5i8; que, quoi, (interr. dir.) J 27 b, P 74, cf. 
B 73*, (peut aussi être pour pe). Auj. pe'^, v. gall. peth, v. irl. cuit\ pièce est d'orig. celt. 

Pezel, blojice C, -// mou, pourri Pel., cf. corniq. pcsach pourri ? 

I*ezel, jatte, — clos écuelle close C. auj. id., du b. 1. padella, — I*ezn, Pierre C, H, J 7 b, P, -on, 
id. C ; auj. Per, du 1. Petrus. — Plielîp, Philippe P, philosopli, -e Cb, v. Plato, pi. et Cathell 14; 
-phieii, -phe Cb voy. par f-. — Pliîton,, an scrit a — le livre de Python N 764. — Py, g. id. 1. mal- 
leolus C, espieu Cb du fr. — Pic, pit C, auj. id., du 1. pica. — Pichei', g. id. C, auj. id. — Pichon, 
pigeon, — goa^ oison C, auj. id. — Pîcîn, piscine Cms, pistin C (dans les pic-), du fr. 

Piemoan, g. id., scm aliquos. 1. hecproma, prome Cms (après le vaox. picous). 

Pîcol, grand : co^-p. badin, vieux grand badin, Am, auj. id., avant le nom. 

PîcoHS, chassieux C, -aff, rendre chassieux C6; -enn, chassie Cms, -cosenn C ; an), pikous, cf. 
bourguignon bitoux. — Pîeton, piéton, messager à pied, 3 s. B. 16. — Pîfïit, pépie C, eî pibit Cb, 
auj. id., du 1. pituita. — Pîg, pic, houe C, gall pig bec, cf, fr. piquer. — Pignat, monter P, C, pin- 
nat Cb, pingnat Cyns, p. e/ H ; pignet ! J t58, -gnas P, NI 565; fut. pynhomp, cond. pingnech P; pin- 
nadui*, monteraent, -nnîdîguez, ascension Cb, -gae^ Ce. Auj. id., en pign en suspens du 1. pendere 
cf. stigna de extendo. — Pignon, Ce, Cms, pigon Ca, Cb, pignon auj. pignon, du fr. — Pilat, battre, 
frapper C, B457, -liât Cms ; pilet! B467, -ent i 1 23, auj. id. du fr.piler.— Pj'lat, Pilate J 82. — Piler, 
pilier, colonne C, N 485, J igj,py- 106 b, auj.id. — Piliezon, pelisson, pelisse C du fr. — Pill, noaj 

— tout nu J 134 b, cf. B 45o*, 626, auj. id. ; -aflr, piller, dépouiller C, -llyaff Cms; pillai't, g. id. C 
du fr. — Pillie, poêle C, auj. id., f., gall. pilig cuve, f. fr. poêle ? — PillotaflC, découper robes, -ta- 
dui*, Cb, Cms, -dadur C découpetnent, du fr. piller, voy. pillaff ? — Pilony, g. id. C, py- Cb. — Pi» 
mant, piment C, du fr. — Pinenn, pin, C, a pin de pin, Cb, pinec, 1. pinetum C. Auj. id., du 1. 
pinus. — Pinigaft*, se repentir C, nen -ger on n'en fait pénitence N 5q5 cf. pynychet Jér. ; pini- 
genn, pénitence C, N 378, -en Cb, H, J 14 b, NI, 495, py- M 3 pyny- Gvv. v. gwêl (auj. pinijen). Gall 
penydio ; voy. penet. — Pint, pinte C, du fr. 

Pînuizie, riche C, piui- N 83, pynvi^yc P pi. pinuidien NI 383, -:[ien 12,-zicat, s'enrichir C, -vi- 
^icquaat H, -tiîzîguez, richesse M 7 v, -gae^ C, pi. -yipgaàjou Gw. Léon pinvidik, riche ; voc. corn. 
pendeuig prince, gall. pende/g, de 'pennotamicos, dérivé de 'pennotamos généralissime ? Voy. penn. 

Pioche, g. id.— Pip, pipe, C, tonneau, f. (hy) B 469 ; pipet, pirot C ; déçu, trompé Cb, Ce ; du fr. 

— Pircliirin, pèlerin C, B 125-6, -yrin J 206, pi. -irynyen H; -irîndet, pèlerinage C, B 126, 
pich- N 23o ; auj . pirc'hirin, du 1. peregrinus. — Pîrill, péril B 159, C, J 168, P, NI 358, -il 527 ; 28 s. 

63 



354 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

r. touj. en ir ; •llaflT, périr C, cf. B 6i5, P ; P; être en danger C, B 626 ; -llus, périlleux G. — I*yro- 
maiMïy, -ic N 772. Du fr. — Pistij^ou, points de côté Am. v. loup, auj. id. ; maux, douleurs B 260; 
-gaflr« blesser p. -^ue< C, malade, qui a des douleurs cuisantes B 4G7, N 1217, J iii,^>'- 23i, pistigadur 
blessure C, -guer, blesseur, -gtis, blessable Cb; pistri, poison G. Auj. pistik point de côté, corniq. 
pystyc magie, pystry id., v. br. pis imfer gl. pithonistarum, irl. pisoc charme magique ; du 1. pyxis boîte 
(Bugge). — I*îtancc, -ce B 266. 

Piz, chiche, Cb, v. prim ; py:( exact Am. v. li^rin; pi^ zélé B 475, avec zèle 485, (prier) bien P 195, 
(coups) drus B. 637 (battre) fort 463, (voir, regarder) bien 58o, P, J 61 b ; -mar ti^af, le plus soigneus' que 
je puis 125 ; — ha. tipnat B 416, 294 *, cf. 41, P. i32 ; caffout —, trouver en cherchant bien J 117, cf. B 
188 ; (se reposer) uu peu 76 *, J i33 ; pis G\v., pyj, G\v., Jér. ; tréc. pis, van. peh, de 'pitt-, cf. pe^ et le fr. 
petit, ou de *pict-, cf. gaul. Pict- avi. 

Place, place, lieu Cb, B 35o, 655, 468? J 8, N 10, NI 804, -ce C, -aç M 55, -ac NI 412, -ac^c B 536, pi. 
-c^ou P ; -acenii, place C, P, N 204, f. : he, 861 ; -acafl*, placer Cb, v. lech, so -cet, a lieu B 726 ; fut. 
-c^i/683. — Plaesant, plaisant, agréable, doux, B 33o, adv. 767, pie- G, J i5, N 327, P, NI 21, adv. 
qiien r.a pl'go -gantaff tant qu'il voudra bien B 6i5; sup. -aff "H ij5, -af très heureux 696; plesii*, 
plaisirG ; du fr. -Plaicenn, plie G, play- Cms ; tréc. plais, du v. fr. plais. — Planczonenn, plante 
C, -nnenn Cms ; -ç^niinenn, plant Gr. ; du v. fr. plançon. — Planet, G, P, B 106, pi. -edou 32 1, M 55, 
•aou NI 52 planète, du fr.. — Planquen, planche, P, -nn G, dim. -îc, Gb ; -cquen Cms, auj. id., du 1. 
planca. — Plant, plante, — an troat — du pied G, H, J io5, NI 41 ; quentaf — en premier lieu N 1433, 
(âme de) créature ? P 252, pi. -ou B 436 dim. -îc, Gb ; -lec, qui a les pieds larges C, -ten, plante M 5 ; 
-taff^ planter G, p. H, enfoncé J 29, plant, (celui qu') il met (dans son amour) B 612, -o établira, fixera 
79S; -ten, (jusqu'au) fond J 12 b. Auj. id, du latin planta. — Plaouliyet, attaqué (d'une maladie vio- 
(lente). Am., -hiet blessé d'un coup de griffe d'une bête féroce, Pel. ; inf. plaouya Gr., gall. plau, du 1. plaga. 
— Plaisti*, -st plâtre. — Plat, plat, adj., G, B 368 (visage) décharné N 988 (pleurs) amers J 204, assis 
sur ma chaise) N 1423 (tomber sur la terre) nue J 64 marv gant riou — tout mort de froid 77 b, (tu mens) 
effrontèmt 201, an plat le plat (de l'épée) N 1451 ; un plat G, J. 59; platlaT, être écrasé B 75*, cf. 58i, 
platen ati caleir plataine de calice G, (par confusion, pour patène"^, dim. -îc, Cb; pladenn an c. Gms 
Auj. id.— Plato, Platon G, du fr. — Plec, pli (de la jambe) -an quein 1. spma, G. pleq frange (de vêt») 
Cb, v. lost; plegaff', ployer C auj. id. du \. plicare. — Plen, plain, sans fiction G, tut — a enor NI 262 ; 
bon (mur) B 68 a — entièrt, tout à fait 328, J 10, — id, certes, 4. 5 b, 19, N 391, B 686, P plaen J 20 b, 
plean 6, 9 b, tréc. plén ; plentiat, aplanir G, fut -no P, cond. -he B 598 ; plenadui*, plaineté Cb. Du fr. 

Plet, attention io5, h.- cornou. /;/e<i/ Gr., tréc. plé. 

Plez bleau tresse de cheveux, G plezaflT, ployer Cms ; gall. plethu entrelacer, du 1. plecto. — Plî- 
gair, plaire G, pleg- Cb, v. louen, pligeoui H ; plig gant il plaît à N 107, J 8 b, B 257, NI 232, — da 120, 
N 1751, -et content 619 ; qu'il plaise H, J 26 b, 161 b, P, B493, 602, fut -go, 6i5. -gio 670 ; ma^ pliclie qu'il 
plût Ni 54. ej- qu'il plaise J 29 b ; pliche plaise (à Dieu) B 149* ; pligse Cathell 2 5, -gsse 26; -gatlui*, plaisir 
C,B 89, 196, P, N 35i, (apprendre) le bien 89, -giadur B 333, J 43 b, -jatur NI 148, -gadiirez, plaisance 
Gt, /lOf -gant, i«s. r. (/ votre plaisir, volonté P, -ganclus, agréable N iZi2, -gadus Cb, sup. plygandus 
/ij^Nl 99. Auj. plijout, du 1. placere. — Plom, plomb, J 12, — mac:(on cordeau ; pliiniiuet, (courroie) 
plombée G. Auj. id., du 1. plumbum. — Plomeîz, buette G, al. bara^, Cb ; pot plonimei^ Cms ; pXoumei:^, 
mot anc, baquet, Gr. ; de plom ? — Ploiiaff", éblouir, surprendre, fasciner li 1474, même rac, que plaou- 
hyet? — Ploue, peuple NI 95, ploe J 120 b ; /j/owe village, m. : e, 62, pîoe campagne B 372, 424, N i5i i, 
oar an — à la campagne J 221b, voar an — sur le champ Ni 852, pays J 204 b, B104; P'- ploeou peuples 260, 
584, 8i3, G\v, ploueou N 1029, -aou NI i55, 189, 558 ; ploeys, paysans N ij5o, ploue- NI 543, -is 404 ; 
ploys i« s. r. oe, gens du pays ? J 48 b, plocys (mes) compatriotes Jér. ; auj. plou — , vo;. corn, plui, du 1. 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 355 

ptebs R. c. VII, 314. — Plouseun, paille C, auj. plouj écorce de la paille, paille, du fr. pelouse, avec 
sens depeluche, R. c, VII, 252. — Pluncbad*, plonger, -chères, plongeon, oiseau C ; plungea Gr., 
du fr. — Plusqueun, pelure (de pomme), coque (de noix) C ; auj. id., gall, plisg, cf. fr. peluche? 

Plustrenn, tache qui naît au corps C, Gr. ; plustra s'accoutumer Pel. ; tréc. pleustran, fréquenter. 

Pluton, g. id. C, du fr. — Pluuenn, plume C, pluenn Cb, -ufuenn dits, -uffenn C v. ganiuet, 
p]. pliiff Gw. V. pelia ;d\m. -uueiiiiie, Cb, pluffec, traversier de lit C (v. corn, plumauc). Auj. 
pluen, du 1. pluma ; pIuuiaflT, -er Cb, du fr. — Ponn, peine B 748. C, N 54, io5, P, J 5, a — à peine 
61, a muyhaff — avec le plus d'attention B 104, poen r. en 464, pi. poaniou H, -you H, B, 706, N 23, NI 
40 P., J 10 b, poua- 9 b, poanyaou NI 78, -yau 248, -iaou 234, M 63 v; -yet, peiné B 379, N looi, po- 
nyet i3o8, poaniet 1841, puni NI 224; na — quet da, ne vous donnez pas la peine de, B 227*.' -yont ils tra- 
vaillent 649, -yomp ! J ii8,en-yas lui fit mal NI 47, -yus, (feu) cruel J i3 b. Auj. id., dul. pœna. 

Poaz, cuit, brûlé C, Am. J 134, N 1661, P, ardent, brûlant B 569, -ut, cuire C. -zus, cuisable Cb. 
Auj. id., gall. poetli, cf. 1. coctus. 

Pobl, peuple C, J 22 b, P, auj. id., voc. corn, pobcl, du 1. populus; peuplât, -é Ce, -blet Cb. — 
Pochaff, crever, 1. crepo Cw.s, entre Pluton et poaii, du fr. pocher. — Podagi*, -e, la goutte C, du fr. 

Poellat, intention, pensée, 299*, 690, disposition, caractôre, humeur 147* 157, 3ii, J 228, (dans mon) 
esprit 9 b, 123 b effort B 705,^1— rfow (prier) de tout cœur P, j^oue- jugemi Am. ; poell intelligence Pel., gall. 
pwyll, irl. cialL 

Poeiiczon, poinçon C, -njon Cb, poent, point C, B 2o5 J 26 b, M 12 v, da pep — N 225 ; an — 
quentaf xoni d'abord i58, 1261, dan — ma au moment où J 233, cf. 'P ; point Cms, pouent NI 12, ne /allas 
— il ne manqua point 3o, pi. poentou i 145 b; -tafT, pointer, -ter, pointeur C. Auj. /?oew?, moment. — 
Poes, poids B 74', C, (parole de grand) — J 143 b. (une) quantité (de lin) N 1610, oar — (suspendre) 
par (le cou) B 76*, cf. J 139 b, voar — par (trois clous) NI 3i5, poai Cb v. liffr, poesafT, peser C, p. -sset 
Cb ; poes ! J i lo, poesant, pesant C. Auj. poes, du 1. pensum. — Poesell, boisseau C, boësell Gr., 
tréc. poel, gall. pwysel, — Poesoii, poison C, poi-y. ampoeson. — Poet, poète Ce, pi. et Cathell 10, 
poetrî, poésie C, -rie; -rien, f es poète. — Poetîer, Poitiers, 1. Pictauium ; Poetou, g. id Cb, 
Poa — C (dans les poe-). PoingnafT, poindre C, poignant G v. goanaff, -ngnaclur, ponction, -nus, 
pointif, dre poing, 1. pungitive Cb. — Poingnet, poignet? N 1436, -nés poignet C. — Pôle, pouly, 
poulie C. poêle, Cb, poulli; pouliot, poulieul Cm5. — PoSîcc, justice B 715, -îezet, (justice) 
exacte 695, du fr, police. — PolissafT, polir C, -c'^aff, p. -cet Cms. — Polisillab, polysyllabe Ce, 
poliss-C, -ilab Cms. Du fr. 

Pollenn, et C!Me//en« tout un C ('surfaix). 

Polot, pelote, esteuf C, polod, Gr. — Pomell ty, le bout d'une maison Gô; — clejeff pommeau 
d'épée C, N 1432, 1481. pommell Cms. — Poiiip, pompe, faste P — at, fanfaronnade, orgueil Ce, M 3, 
pi -adou P ; -adaff*, vanter Ce, -dech vous (le) disiez (si bon) B 576, poinpus, (ro\) superbe 32 ; pom- 
padi faire le fanfaron. — Ponce, poencc. ponce C, -ce, ponce Cms, dim. ponccyc ; -nccaflf, pon- 
cer Cb, -c^aff Ce. — Ponce, Ponce (Pilate) J 121. — Ponciit, g. id. C, poucin B 713. poussin, auj. 
ponsin. Du fr. — Ponher, lourd Cms B 75*, J 25 b, poimh- i32 b, ponnh- C, sup. ponr.erhaff B 57g, cf. 
76* ; tréc. ponner, dérivé du 1. pondus comme le gall. ysgeler criminel du I. scelus. — Pont, pont B (au 
titre), pont aie pontcl, apoial, 1. pontellus C ; dim. -ntîc, Cb. Auj. pont, du b. 1. pontis. 

Pontaguet, lace — lacs à pendre par les pieds, 1. pedux C; de tagaff. 

Poque, ne — nep den que nul ne baise (ma bouche) Jér., sel. Pel. Auj. pok, voc. corn, impoc. baiser, du 
1. pacem. — Porchell, pourceau, f. es C, dim. -llyc, Cb, auj. porc'hel, du 1. porcellus. — Porchet, 
porche C, auj. porched, du fr. 



356 DICTIONNAIRE ETYMOLOGIQUE DU BRKTON MOYEN 

Porfolennou, ampoules, tumeurs 566, voy. bulbu- enn. 

I»oi'poent, pourpoint C, -int Cms. — I*ort, drouc — fausse prétention J. iSq, éd. 1622 ; port, pres- 
tance P, — I»ortaI, portail — I*ortîon, g. id.. -cionist, -e. — I*orti-eaflr( pourtraire) C, du 
fr. _l»orz, porte, C, Cathell 3i, M 55, NI 180, port (de mer) C, (Jésus), asile (de miséricorde) N ii36 
cf. i2o3, pi. 01/ portes C, v. doe, perjier Cb ; percer NI, p. 107 ; porzit, secourez N 1848 ; porzyer, 
portier f. es -zeres C. Auj. porj, v. br. Portitoe adjuvandus. du \. porta, portus, portare. — Position, 
g, id. C, -don Cms, -tifT, -tif. Ce, -ssihiff' Ca, Cb.— Possesseur, g. id., G, -ssor Cms, -ssiff, g. id., 
-ssion, g. id. C, dim. -ie, Cb ; possidafT, posséder C. — Possibl, -e C, J 65, -det, possibilité, 
Cb, du fr. — Post, g. id., C, poteau B 566, -ern, (poterne) Cms auj. id. du 1. postis. — Pot, g. id C, 
r>\. podou vascs sacrés N 1696, dim. -die, Cb, v. plomei^ ; podadou lae:^ potées de lait J 201 b, 
Itoder, potier, potaig, -âge C, -aigeui", g. id, 1. leguminarius Cb. — Poubr, pourpre J 108 b. 
dufr. 

Poiies, cesser, finir 74*, C N 1647, -ej C v. he^aff, J 2 1 3 b, var. paoue^, r. es ,• paouesont s'arrêtèrent 
NI 437 ; pouesomp ! B 641 , paouysit J 104 b, pouesydîguez, cessation Cb. Auj. paoues, v. br. poues, 
repos, g-iU. pwy s, cf. lat qui -escol 

Potill, fosse, -dour 1. torrens C, he — calon B SgS, (tréc. poui hi c'halon); poul ; poultroenn, 1. 
vortcx, poultrap, piège Cms. pou trap Ca, poutrap Cb. Auj. id, voc. corn, pol, du b. l.padulis — Poul- 
saff, pousser Cfc, V. /es/r ; -sas poussa, enfonça J i58 h, P ; pouls enhaf, inspire-lui (le désir) N801. — 
Poultr, poudre, C, -enn,grain de poussière B 802, -traflK, poudrer, -trus, poudreux C ; auj. id du 
fr.— Poupin, bon (ouvrier) B 40, po;7itt joli /jardin) J 154b; van. poupinel, pouponel, mignard, Trd, cf. 
fr. poupon. — Pour, pauvre N 83. paurC, {avant pap) paour Cb, sup. -J/M4, -haff. NI 3o7, pi. -ryen H, 
peauryen Cb, 3 s. J 12 b, peou- 2 s. N i332, peor- &i%,peu- 2 s. 1447, NI 253, paouryc, petit pauvre 
Cb, pourentez, pauvreté J 201 b, pau- C, NI 35, paou- 58, Cb, Gw v. gweza, H, -es NI 9, paurhat, 
appauvrir C, jt7ao!<- C*, pourîsset, apauvri N 1 174, pa«- 1179, 1197. Léon. pao«r, à.\i \. pauper. — 
Poucliaec, se procurer B 558, obtenir 606, J ri2, -c^a/je cherche à 20 b, -a^çaf (jamais) je n'obtiendrai 
100, em -acet vous me fournissez (de) B 5i8, -cjas obtint 341. Du fr. pourchasser, cf. angl. to purcliase. 

Pourclien, mèche Cms, -nnC, au], pourc'henn f., cf. poiirc'h m. habit, dibourc'ho dépouiller Gr. 

Pourmen, promenade B 456, (se) promener N 252, -a^ promener (qqn) B 475, cf. 417, 589, 621, 
don em — pour nous promener 3Dg, pormener on promène J 1 1 b, ouf pourmenif je vous ferai marcher 
i3o b, cf. B 38o; promeno 394; auj. pourmen, v. n. — Pourneant, g. id., vain, sans effet C, e— (cela 
est) désastreux N 1198, e pour néant en vain NI 474, p. n. id. B 761, (c'est) inutile 718. — Pourpy, g. 
id. C, -I Cms, est quedam herba Cb. — Pourr, porreaux, -ee, plein de porreaux C, lieu où ils crois- 
sent CîiJS, auj.id. — Poursuiuaff", poursuivre, exercer B 24, -sij/" poursuivre, NI 525, continuer 266, 
-suyuant, poursuivant leur route, NI io5. — Pourueaff, 2e s. r. ae, sauver NI 378, a meux -uaeet 
que je me suis procuré B 455, me ameux a sae -uaet je me suis pourvu d'une robe 487, cf. 3o, J 6 b, fut. 
-ueo N 3o3. Dufr. — Prat, pré, dim. pradie, Cb, -demi, petit pré, pratel, préau C. Auj. id., 
du 1. pratum. — Pratîc, -ique C, P, science, étude B 9, go, -icq occupation (mondaine) N 333. — 
Préhent,, prébende, -ander, prébendier Ce. — Precedaff, -er. — Precîus, -eux C, J 20, 
NI i32, r. eux M 55, -iu.v, r. us M 55, -vus NI 3g, -iustet, précieuseté Cb. Auj. id. — Predeces- 
souryen, -sseurs B 34. — PredestînafT, -ner C, p. réservé d'avance J 37 ; NI 114, -ystinet 80, 
predi-N 723, -nation, g. id. J 88. — Prédication, sermon Cb, N 42g, -cator, -teur 693. — 
Préface, g- id. Cms, -ce dim. -yc, Cb, du fr. — Prefer, (mensonge qui) vient, procède (de) J 219 
b, du fr. proférer ? 

Pretf, ver, — an caul chenille, — an dillat teigne, — an faff\. curculio, — gueleuyat ver luisant, — 
an prenn ver du bois, — ofi sei^ ver à soie C, pi. -ffet Ce, -ffuet B 384, -euet Cb, M 7 v, cf P, J i3 ; pref- 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 357 

Tan, voy. ampreffran C, pre^effan, Ce; pre^euan (après prêtée) ; preuedus, vermineux, vermoulu C 
preffe- Ce ; -fïlc, petit ver Cb, -yeCe. Auj. prenv, v. irl. cruim, sanscr. Krmis. 

I*reîz, proie Am., H, prise, -afT, piller C, -adui*, spoliation Cb, auj. id,, du 1. prœda. — I*re- 
iudlce, g. id. Cms, -ce C, prej- J 219 b, -aff, prcjudicier Cb, prés, préjudice J 3i b. — ¥»nelat, g. id. 

C, prell- Cms N 923, J •yy, pi. -adet 207, prela- N 726, -lacy, prélature 1681, -cj 426. Du fr. 

I»i»enaflr, acheter, C, NI 12, racheter 23i, B 127, N 961 P, J 44, -il/ 20, prena/f NI 53 1, pren'an 
racheter les 127, -nabi, achetable -nei*, f. es acheteur Cb. Auj. prena, v. gall. prinit a été acheté; irl. 
crenim, sanscr. Krînâmi. 

Prendeiin, (quel) fléau, malheur N 1190 -en, var. prerfen (plein de) méchanceté, perfidie J 64 b. 

Prenest, fenêtre, m. dou, 242, try— 3oo; penestr C, tréc. vrenest, voc. cora. feitester, \oy. fenestr. 

l'renn, du bois 569, C,J i33 b, P, -beus bois de buis, -huec réglisse, pren C, H, croas— NI 121, 280, 
-croas 45, 3i5, -nn croas J 1 14 b ; -afT, fermer C, p. J 217, P. PI. v. br. -prenou; auj. prenn, bois et 
barre, cheville ; irl, crann cf. 1. quernus ? 

ï*renosticafl^ pronostiquer C. — Prenuncîet, 1. prasnuntiatus N 420. — PrepanafT, -er 

M 2, p. J 5o b, N 297, B 59 an douar — 279, cf. N i33o. — Pneposîtion, g. id, C, -cion Cms. Du 
fr. — I»i*es, presse C, a — v'te P, ha — id. P 2o3 ; hâte, empress' B 17, i35, i36, 371, 731, J 83 b, désir, 
intention 2i3 b, eguyt nep — pour aucun motif puissant 192, par aucune démarche 92 b, e lin nam boe — da 
essae je n'ai pas du tout eu son lin à travailler N i653, -our, vite B 419, 622, NI 209,416, présent' B 39, 
cf, 244, J 48 b, -ssaft*, presser C, p. pressé, à la hâte B 292*, -ssoei*, -sser, pressoir à vin C, -ssouer Cb, 
3 s. J 44, pnesuni, tyrannie, oppression B 8o5 ; du 1. pressus. Presour est le v. gall. pressuir, adfixa. 
— Presancc, présence -saiit, présent C P, N i5oo, présentement, 107, 208, tout à l'heure, 5i aus- 
sitôt (que) NI 102, en — à présent B 460* N lôgS, a — à présent, dès maintenant 844, B 86, apr- NI 416, 
pr- présence B 2o3, 421, 698, N 696, 714; -sant, r. ent 491, 643, 1090 -sent 507, 642, 1186, B 41, J 86; 
-sant don C, nep— (je ne veux) à aucun prix N 1752, pi. -entou P ; -entaff, présenter C, H, r. ant NI 1 10, 
-anti inL r. ;, N 498, p. 1817 J 39, NI 233, cf. B 417-8, 789, H; -entation, g. id. G, -aiitelez, 
présencialité Cb. — I»i-escrîbafl^ -ire, -iptîon, g. id., du fr. — Presep, crèche C, NI 8 i3o, 
van. id., du 1. prœsepe. — r*r"eseruafl*, -er B 703, p. 1 17, NI 94, cf. 222, B 278 sauvé N 872, ren -uo! 
1877 -rffhe qu'il garde B 749 -niation, préservation 623. — Président, g id. Cathell 24, f. -antes 
P. - I»i-e8t, g. id. C, un prêt Cb ; prêt J 7 b, B 20S, 235, vite, bientôt, aussitôt 298, 447*, P, J 102 b, N 
129, 1049, 1477 — , —, io85, (avant qu'il soit) peu B 475, quen — 332, peur — Ni 414, -aff tout de suite 109 
-afl*, prêter C, — p'ét, -is N i5ii, -abl, vaillant, prestable Cb. Auj. prest. — r*i*estîcc, prestige N 
770, r, iç. — Presumair, -er, -mptîon, g. id C,B 217*, -cion soupçon, 102, -cius, présomptueux 
C, -tius Cb. Du fr. 

I*i"et, temps C, P, (il est) — B 612, J 140 N 68, NI 41^ pan quelas — quand il vit qu'il était temps 323, 
dan — quand il sera temps N 981, un — un jour (plus tard) J 52, an — man en ce momi N 38i, 875, an 
pretman i 117 b, en — à l'instant 85, breman enpret 74 b, breman dan prêt 169 b, voar an — N 1 142, da 
peb — à tout mom' J 29 pep — H, a — mat dès le commenc' B 695 ; de bonne heure Gw, a bret mat Gw an 
prêt quentaf au plus tôt, J 26. q. — 7 b, 23, -ff — en premier lieu N 58, en guelhaf — au plus vite J 6 b, 
gant guellaf — avec empress' N 1261, cf. io53, B iSg* 225* guellaf — (aimer) au plus haut point N 1071; 
(pire) action B 488, gant goa^haff — 7o6; hep tardaf — sans point tarder J 227 b, hep fellell un — 3o b ; 
(en ma) présence io3 b ; repas B 291* Auj. id., voc. corn prit hora ; gall pryd temps, repas, aspect, cf. irl. 
cruth forme ? 

Prétendez, tu prétends 701, du fr. — I*re«eudy, prémices C, prinvtdi van. permedi Pel., du 
\. primâtia pour primitiae. — Prezec, discours, parole J 18 b, prêcher C, H, N 72, Gw v. baj; parler 
N 695, P, B 92, -sec 49, p. -jeguet J 77 ; prés. -gaffP, -guaff B 397, -g'wef J 76 b, -fec 58, -eguet B 640, H, 

64 



3'58 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DO BRETON MOrEN 

ffiof -equer pour qu'on parle B 216* -egruen, sermon N 480, -gour, prédicateur J 104. Auj. id., du 
1. prœdicare. 

I»i*y, argile C, J 35, /ri Ce v. pot. Auj. id., m., corn.;»^, gall. pridd, v. irl. crê. 

I*ri<Ilny, pcnsement Cb, souci B 606 tourment ôSg, -i 689. — bout la pensée que je suis }84 prediry 
soin 682, pri- dessein, 2" s. r. ir i55', r. er 201, 41 1, 800, J 53, 160 b, 219 b, 234, -i méditation r. er N 390 
pi. -101/ H, J 234 b, pry- H, -yryou Jér; pridiry méditer B 524, M 3, 71 v, (act.); penser C, H, com- 
prendre J II, OKf da — en songeant à toi J 127 b, -i C, prydiri leenn, I. lecturio, pridyri Cb; p. pre- 
deret 5ér., B 54 réfléchi 426, aperçu 364 (édifice bien) conçu 196; projeté J. 61 b, (parole) sage NI 5o, en- 
tretenu (un désir) N 241 ; prés, -raff j'ai l'intention 1786 ,• -der il croit J 18 b ; -der! P -rsont B 342 ; ej -ret, 
on les a inventés 108, -r/io«? penseront M 56 ; droite preder, méchanceté J 234, pricliryclîgaez en 
coudet apercevance -i*yer, f. es penseur Gô, -r-îet, soucieux J 1 16, 225 b, -rius cogitable C6, v. logi- 
cian, -yus pensif C6. Auj. preder pridiri, souci ; v. br. pritiri jactura, preteram perpendo cf. anglo sax. predher 
esprit (Stokes). 

I»rîet, époux, épouse 211, C, H, J n5b, N 1 171, NI 43i, P, pi. -eio« H, B 329, -état, épouser 
229*, se marier 234, C, p. -tet; -edelaez, mariage C, -adele:^ H. Auj. id., voc. corn, gur priât sponsus, 
du 1. privatus. — Prîm, l'heure de prime C, H, chiche C; (homme) subtil, fin P, prompt, rapide B 325, 
691 J 117, adv. 59, 23o, B 72* prym NI m, P, den prim mat excellent homme 260; sup. -haff B475. 
Auj. prim vif, vite ; du fr. prime. — I*i*ïiicc, prince B 694, -ce C, pi. -nzet B 341, NI 38i, J 225 ; n. iç 
22 cf, 17 b ; -ncelez, principauté -ucip, -c, -ipaff', -ipier, 1. dominer Ce -ipal, g. id C, J i63 b, 
B 732, puissant 194, -Ihaff très noble N 947 -Itet, principalitc Cb. Auj, prins. — I*rîol, prieur f. es C; 
pnîone, g. id Cb. — I*rÎ8, prix C, J 16, marna — chère mère P, an tut a — les grands 217 b,cf. B 
228'; respect, égard 56, 732, 766, J loi b, N 477, 1704; -aflT, priser, C, -af J 6 b, p. N 583, P, B 56 
prys il estime Gw. v. ghis, prisaff daigner C, cf. B Sog* J 12, -se voulait, consentait à Cathell 26, -se^ tu 
daignerais J 1 10 b. Auj. id. — Prison, g. id. C, J i65 b, f. ; hy, B 497 ; -afl^ emprisonner G, p. B 202, 
-iet 3 s. N 1910 ; -onei*, prisonnier C, ^\. yen J 117. Auj. prison. — PeîualT, priver C, p. B 201, 298, 
N iiiS, cf. J 174 b, pry- NI 83 ; -îuatioii, g. id. -uez, privé, secret C (dans les pre-), B i5i, priv-i 
154 b ; en particulier 176, en priu- id. B 143*, 3oo, en secret 5o6*, pai-ticulièrt N 1 122, ent — P, B i5, 479, 
762; un re pre- quelque particulier 145*, adv. 21 5*, 3o5 ; prev- P ; priuilaig, privilège N 720, pi. -le- 
gou P; preuileg, C, -aflT, privilégier Cb, p. priuileget C. Du fr. — I»rol>, joli C, bon (pour) B811, 
N 1717, tout à fait, certes J 23 b, 184, igi b. Van. propik ; du 1. probus. — Probatîc, -que B 260. — 
Ppobation, g. id. — Pi'obleum, -ème C, -us, problématique Cb. — ProcedaflT, -er C, 
B 409, avoir recours 5oi, se mettre en devoir de 718, continuer N 509 cf. 538, ma^ -der (temps) qu'on pro- 
cède, B 543, -eed il procède vient (de) J 41 b; -dabi, légitime B 744; -ces, procès 17 C, J 121 b, N i663 
en e — (il faut le laisser) à lui-même 52 1, -cession, g. id. — ProcunaflT, -er C, effectuer, causer, B 
824, 664, -a/ N loi 5, p. B 623, -rsesma laquât tu m'aurais fait mettre (à mort) 689 : -ration, g. id., -ren, 
-eur G, f. es Cb. — Prodie, -igue C, -igalite, -tè Ce, J i5. — ProduafT, produire C, -uisabl, 
-e, alonguissables Cb. Du fr. — ProJI", off"rande C, le don de NI 52 1 ia^ ^jrow^ pour ton bion B 519, 
eguit he prof N i3o3; -ff offrir C, NI lo, faire des dons 195, prof 29 ; -/sont 438; -ffat fut présenté P 
Auj. id., du 1. pro/ero. — Pi-otTan, profane. Du fr. — Proffecî, prophétie C, pro/ecy Cb, NI 5i, 
f. 335 ; J 58 prophe- 3o b, -fici N 1088, pl. -phiciou 1099, -feciou 33 b cf. 167 b ; -fïfecîaff, prophétiser C, 
p. profecyet NI 70 -ciet 428, profi- 104, N 8, proffi- NI 486, proffeeyas 86, du fr; proToet, prophète C, 
M 8, Jér. v. dinoe, -phoét Jér., -phet Ce M 4, J 77 b, pl. -phoedet Jér, P, — ffoedet ] 33 b, -ffedet 3i b, NI 
2g-phedet H, J 2o5, -fedet NI 86, f. -ffoedes C, profo- Cb , -phedes Ce j -ffV>edalT, prophétiser C, pro- 
phe Ce ; /»ro/o(?- ,• -edus, -etus prohétique G b ; vocabulaire comique /Jro/«iV, du latin propheta. — 
Proffes, g. id, profession, g. id G.— Profit, g. id. C,]î'i 141 -/fit B 720, profltafT, 
-er C, -tabi, -e Cb. Du fr. — Progilla, Procilla, n. pr. J ii5 b. — Prohem, prologue G, mot 



DICTIONNAIRE ETYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN SSg 

sav. du \. proœmium. — Pi*obibition, g. id. — Prolog, -ogue C. — Prometaff, promettre 
B 665 ; a -mission, (terre) promise J 129. — Proiiiotei", -eur, -tion, g. id., -ouaflT, promou- 
voir C. — I*ron, évocation magique N 822, prosn prône H, auj. pron. — I*ront, prompt, prêt à NI 464, 
adv. 28, N 3, J 29, Ce, -ount C. — I*i*opicc, propice, favorable, Cb, B 700, N 1442, J 3o b, convenable var. 
-ic, 194; -ice C, -icjc B 191, sup. -iciaff 5i. — I*roporcion, g. id. -affproportionner Cb.— Pro- 
pos, propos, sermon B i55* proposition (hérétique) 121, dessein J 14b, 161 ; pre-di, B ri, 3i, i85, 772, 
gant — bien à propos 220*, em — (c'est arrêté) dans mon esprit 711. — Propr, -e -iafT, -ier, -îete, 
g. id., -îeter, -tier, n. d'un livre. — Pros, prose C, pi. ou; -saflT, proser, -sus, prosaïque Cb. 

— Prospérité, g. id. C, H, -te^ H. — Proteeol, protocole C. — Protecteur, g, id. B 601, 

— Prouff, preuve G, épreuve B 280, éprouver, sentir 333, 52i, -ouf 140*, J 177 b, -off P N 774, prou- 
ver, r. o«, 1 567, -ouffaff id. C ; p. -ffuet B 140* -fvet J 2io b ; -phas Cathell i 5 ; cond. -ffe N 1 609, -offe 
i56o; -oual>le, g. id. C, -ouffabl Cb..— Prouerb, -e C, -us, -bial Cb. — Prouince, -ce C, f. ; 
/y B 32 ; cf. N 256 ; adj. -iicial, C. — Prouision, ober — faire profession Cb, v. profitaff, du fr. pro- 
vision. — ProuoeafT, -quer. — Prouost, prévôt C, B 406, prov- J 100 b, var. pre- m b ; pro- 
uostiez, prouoste C. — Prudaut, -ent, sage B 679. N 196, sup. -aff, 5oi ; -aneç, -ence NI 77. 

— Prunenn, prune, gue^enn prun prunier, prunec, 1. prunetum C. — Psaulter, psautier N 239. 

— Puant, g. id J 98, P, B 344*, -ery puanteur 53o. — Publiiiff, -er C, B i83, N 1458, p. J 10, 
-blîc, -que C, N 1393, noté d'infamie ii84; -plie vaT.-blicc J 32, -plyc adv. P-blicau, -ain C, -blier, 
{es 1. promulgator Ci. Du fr. — Pugnès, quen — un frenesy, une si cruelle fureur NI 429, Herodes — 
3o, — direson N 90, puig- (excès) odieux J 84 b, -naes 2^4, repoussant P, du v. fr. pugties (H. de la Ville- 
marqué). 

Puill, abondant Am. ; paill r. util adv. N 465 ; puill, bas- corn, pill Pel. 

Puissant, g. id., 3 s. B 228*, 2 s. N 1434. — Puler, g. pulier 1. pluralis. — Pulpitr, -e C. 
-us, pulpitraire Cb. — Puncc, puits G, J 97b, pi. -nc-^ou i3 b, -au r. ou i3 ; dim. -ncie, Cb; -neaff*, 
puiser C. Au), puns [n natal). — PunissafT, -nir C, B 410 -af J i3, -a Gw v. gardis p. -iset Cb ; oll... 
ej -sser ils sont tous punis N i35[ ; ma en -et pour que vous le punissiez J loo b, waf -et qu'il soit puni ; 
var. -er, r. et 216 ; -iff ]e punirai, r. i N 1576; -nission, -tion B 685, Cb. J 65 b, -cion, C, -cio v. poan, 
-tion Cb. — Pur, pur G, B 263, P, J 5, vrai 67, N 397, NI 341 (rien) du tout 9, (de) tout (cœur) N 173 
tOut-à-fait, très J 58, 222 b, P 44, 190, B 4g, 489, 52 1 sup. -haffN 1047, -/w/" H ; purafT, purer, -rgaff, 
'er, G, -atiff, g. id. Cb, -toer, -toire, C, H, -rgenient, g. id Ci, -riflafiT, -er G, -iabl, -c. -îca- 
tion, g. id. Cb. Auj. id. gall. et corniq. pur, très (voy. peur). Du fr. — Put, aigre C, lunl totill — [haï 
hudur, abîme odieux J 11 b ; vil B 55i. Auj. id., du v. fr. pute. — Putoaesq, putois G, -toasq Cb, -tasq 
Ce, pudask Pel. dérivé dul. puteo cf. b. 1. putacius. 

Puze, chien courant C, pi. pu^eed Gr., cf. gall. bytheuad. 



Q. 



Quadran, g. id. C, du fr. 

I. Quae, haie, dim. -îc ; quaeaiT, enclore de haies, Ct, queet C ; auj. Kaem., pi. v. br. caiou, cf. 
fr. quai (orig- célt.). — 2. Quae va ! B 39, J 60 b, N i, et cae Gw., quea Jér., r. « J 198, var. que 100 b, 
que N 798 ; léon kea, corniq. ke, cf. x{(o Stokes. 

Quaez, captif 778, (ce) malheureux! 141, pauvre, chétif C, caef P quaeznet, misère C ; léon 
kea^, gaul. {Mœni-) captos, cf. 1. captus. 

Quaezour, pcnil, 1. pubes C, arque^- la poussière Am., quaezourec, pubère Ct. Auj. ke^our, 
V. gall. caitoir. 

Quayer leffr cahier de livre C, dim, -îc; Cb. — Quantité, g. id. C du f. 

Quantren, fureur 556; can-,'ç>. -treet, courir çà et là Pel., gall. canre poursuite cethr'éu. cethrain 
pousser, de "cant-reg-n, voyez gant, ren ? 

Quaret, aimer, vouloir 399, prés, querej 3i8 ; queromp NI 139; -ret B 21, 585, 607, N 1147, J 5, 
220, -rit r. et 26; -ront 18, B 542 ; fut. quiriff 88, -1/ J 116, — na ri/Sg, lis. grif a —, que je fasse ce que je 
voudrai ; 2» p. sg. -O' i53, jo s. r. er ; -r; N 1680, r. er, query i bj, p\. -rhet 18, 45^ B 297, 428 ; cond. 
quarhenn 270, 763. Voy. caret. 

Quasereb, la grêle N 876 ; auj. ka^arc'h, voc. corn, keser, gall. cesair, irl. cessair. 

Queff, cep (des malfaiteurs) ; tronc (d'arbre) C, tronc (pour aumônes) Cb v. pinuipgae^. Auj. ke/, du 
1. cippus. 

QuelTelec, bécasse C, auj. ke/elek m. gall. cyffylog, de gaul. corn- avec, et br. ell (ou) membres, 
ergots Gr ?— QuefTelin, coude C, keffilin Pel. ; de corn- et elin.- Queflla, e — auprès de B 5o5*, e 

quiff- NI 242 ; en hor près de vous N 1693, da quifin an nos man à l'anniversaire, à la même heure que 

cette nuit NI 58; e^ vyse mat ha din — an Drindet elle deviendrait parente, alliée à la Trinité 112 ; kefin 
(au) bout (de cette année) Pel., gall. cyffin confins, du 1. cum, finis. — Queiftii, mousse (des arbres^ C, 
■yy.gloan; qifny, qinvy Gr., m. de *co -mn- i, cf. van. man, grec [avÎov. — Queffnîdenn, al. quenidenn 
aTaignée Cb, guyat queff ny toile d'araignée C, a ^Meni'/ d'araignée ; dim. -idennîc, Cb; auj. keoniden, 
gall. cyffiniden, de co- et cf. angl. to spin filer? — Queffrann, partie, H B 34 (var. -an), 264 ; f. : teir — 
29 ; C, J 52 b, pep quefvrann en tout point, tout à fait, 228 b ; keffran d'à partie opposée (en justice) à Jér. ; 
queffren H, -nn Cb v. quent; dim. -annlc, Cb ; -nnec, participant C, J 14; «renn, il communique, 
fait savoir N 141 1 -annus, partial, de partie Cb ; ke/ren Pel., gall. cyfran, de corn- et rann. — Quef- 



DICTIONNAIRE éxYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 36 1 

fret, ensemble C, N gSo, 1 154, P, J 27 b, g- Sg b, 1 10, 199, H, NI 176, geufret 2i5, guefret J 226 b, 
■eiiret NI 56i cf. J 58 b, -aevret 166, -eavret, 145, -eauret 148; kefred Pel., di -cofrit sans participation, cart. 
de Redon, gall. cyffred comprendre, de "coppret pour com- prêt, voy. ce mot, queuer 2 et atfer ? — QueT- 
frîdy, commission, message, affaire B Sog*, 635, N 1908, NI 291, 481 ; f. : A>' B 241, 2* s. r. ef 14, 126, 
162, 676, 746, -I 85. -j N 167, quefr- i83, -y 1 59, -ffrydy B 770, Gw, Jér, NI 171, quaevridy J i55 ; auj. 
ke/ridi ; gall- cyfraid nécessaire, voy. ret. — Queffrin, mystère, miracle P, -ez respect, esprit de re 
ligion N 1693; gall. cyfrin secret, adj,, de rhin, v. irl. run mystère, cf. goth.n/«a. — QuefYrysa, 
clasq coantys do — acheter des parures à leur femme P 259, ^i/evn5a celui ou celle qu'on veut épouser 
Maun, Le sacré collège de Jésus, p. 126, 127. De "com- rig- sa (m ?) cf. A-evrelien, voy. aeren. 

Qiieflfaelez, 3 s., var. quessuale^ P 26, béatitude, pour ciiffelej douceur, voy. cuff'; ou compagnie, cf. 
gall. cydfa ? 

Queguyn, cuisine J 202, -in; -ei», cuisinier f. es C, dem. -erîc, Cb ; auj. kegin, f, du 1. coquina. 

Quebezl, a — mat (homme) de bon renom N 273, -ou, fpropr' plur.) nouvelle C, Jér. J 162 (var.- 
-aoii 20 s. r. el B 673 ; -aou NI 92, 385, un -ao mat 5o2 ; quaehe^lou 2 s. B 677, -hae^lou 2 s. 21 3*, r. e/214*, 
que^elou 2 fois Gw. ; quebez [1], adorer B 18, quellaffid CathcU 3o. Van. kevel, nouvelle, léon. kelott, 
de *co- squetlon (gall. chwedl v. irl. scêl) cf. v. 1. in- sece, raconte. 

Qiiehit, si long, C, -id Ce, -hidell, équinoxe C; auj. keit, v. br. cohit-on, de co- et voy. het. 
Queiguel, quenouille C, auj. kegel, du b. 1. conucula, 

Qiieyn, dos C, Jér, P, que^fn J 43, quyn 190 b ; quein 99, N 117, kein Gw v, mell, pi. queniou i« s. r. 
ein B 74* ; dim. ({ueinyc ; -née, tergosusCi, -ynecC ; auj. kein, gall. ce/n, cf. gaul. Cebenna. 
Queînyflr, gémir C ; prés. -naffB 5i8; queynct ! J igo b, -ni^i se plaignit, gémit io5 b ; queiniian, 

gémisscm' C, -uoan NI 181, -uanus, gémissant C ; qeini Gr., v. gall. cuin- h hr. couéner, irl. côinim id, 
subst. côi, cf. 1. queror (Stokes). 

Quel, voy. crou C; étable NI 145; kœl étable de veaux, Gr ; du 1. cclla. — Queladui*, C, do- 
loire Cb, Maun., qeladur Gr., du 1. cœlare. — Queleli, cercle C, auj. kelc'h, du 1. circus. — Quelen, 
instruction N 463, -nn Gw v. menna; enseigner C, H, N 1 12, instruire 53, 1 187 -e?i guider NI io5, ho -nnat 
ils furent guidés 196, -nnas averti. J 64 b, -nnet vous conseillez B 74g me -nnhe je lui apprendrais, je la cor- 
rigerais B 3/9 ; -nnadun, cnseignemt, -nnus, tnseignable Cb, -liiignadez, enseignera' C. Auj. 
kelen ; de co- et letin lire ? 

Quelennenu, houx, a gue^ quelennde houx Cb, •lennec, houssaie C. Auj. kelen, \oc. corn, kelin, 
cf. angl. holly. 

Quelenenn, ardent Ce, feu qui fait faillir les gens de leur chemin, de nuit Cb, gue- Ca (dans les 
que-) ; qeleren feu follet Gr. 

Quelyenenn, mouche C, pi. -lyen C, B 266, — raden 4 s. sauterelles 385, qiielhyen raden 382-3; 
-lyenec, plein de mouches C, -nenic, petite mouche Cfr. Auj, kelienen, voc. corn, kelionen cf. 1. culex. 

Quell, testicule C, f. : an niuquell v. crochen ; voy callouch. 

QuellidaflT, germer C, qne- Ca ; qellida Gr., de qeltid germe, gall. cyllid tribut, v. br. collot, du 1. 
coUata. 

Quelorn, seau, vase pour traire les vaches G; auj. kelorn, f., v. gall. cilurnn, gaul. Cilurmim cf. gr. 
xâXxr). 

Queluezenn, coudrier, -zee, coudraie C, léon. kelve^en, de gtiejenn etv. gall. coll gaul. 'coslos, 
cf. 1. corulus. 

Quem, (sans) délai 49, 565, exception 542 ; auj. kem f. différence, gaul. latinisé cambium 

65 



362 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

Qncnaes* qucuaes convenant ou champ C, de com- co-, maes. — Quemenas, /ailla, fabriqua 
(en bois ou en pierre) B 274, -nei", tailleur, couturier f. es C. Auj. kemener tailleur, de com-, benaff. 

Qiiox^nu, instruction, recommandation N 1445, faire savoir, annoncer C, mander B 188, J 226, — 

bet enhaf lui mander, en appeler à lui i33 b, il ordonne 47 b, vient chercher B 192-3, -nie faisait son 
message NI 184, ho -nnat ils avaient été avertis 469, mo^ -nno je vous instruirai N 540, p. -nnet 1141, -enet 
NI 194, qiiînnîiiKaclez, annonciation ou message C, quimy- Cb. Auj. kemenn, du 1. commendo. — 
Quement, autant, tant B 386, C, P, J 39 b, quemm- H ; quement a gue\ 1. totidem. Cb, — ... maj- tell' 
que J 60, q. >na^ ne cafaff si bien que je ne trouve pas (sa pareille) N 339; adj. ; — na galhe heny, si 
grand, que nul ne pourrait... J 62 — se autant Cb, a ~ se eu (mon crime) est-il si grand J 89 b; quement 
hae (nous n'avons pas de soutien) sinon NI 298, — penn so toutes les personnes qui sont J 8, — unan tous 
ceux 94 b, NI 47; — tout ce que, tout ce qui B 11. S, 674, N 3of), 1348, - maf q^ tout ce que je suis, de 
tout mon être 341 ; — tous ceux qui 1072, — nen groae B 209, — ... a credas... ho remedas Ni 3 14 ; — maj 
aff o\i que j'aille N 896, cf. B 5oô* J 20 b ; nep — (ils ne songeaient) en aucune façon, litt. en aucune quan- 
tité (à la mort) M 10; auj. kement, de com- et ment. — Quemesq, mêler C, se mêle P, da — (allez) en- 
semble B 566, -uet mêlé 793 -uadui* a daou par (coïtus) Cb, q. par ha pares Ce De com et mesq. — Que- 
myat, 2 s. un adieu J 46, quefnyat congé i« s. r. em B 237, queniat permission r. em 209, quimyat congé 
ou licence C. quymiada, congédier Gw. v. ba^, r. af, quemyat il prend congé {diouj ; de) N 245, 2e pi. 
-adet vous dites adieu J 45 b. Auj. Kimiad, du 1. commeatus. 

i.Quen, ...ha aussi (blanc) que P 2, H, tant (par paroles) que (par actions) H ; ma — drouc aussi méchant 
que moi 86 b, cf. B 68, 574; 269; e — nobl J 82 b, e — couls goas N iio3 ; 188, NI loi, 170, B 100, 48; 
he quent pur NI 260 ; quen%\, telli C, N 84, 894, NI 62, P, J 28 b, 40 b, quenn i33 b, quem 32 ; quenlies 
guej tant de fois Ca, quent si longtemps ? P 74 ; quen tout à fait, très 22, B 379, N 261, -nn 364 ; quen tii; 
aussitôt P, quentij C, J 144, P. Auj. id., cf. irl. co. — 2. Quen, (rien) de plus, (sans) plus P. H, cf B 352, 
hep quent NI p. 108, r. en; quen (n'en pouvoir) plus N 894, (en faire) davantage B 286; de plus, par ailleurs 
autrement B 369, — cur (n'avoir) d'autre souci N 21 5, cf. J 80 b, NI 295 ; nem be\o — je n'aurai pas autre 
chose B 266, ne grif quen voilà ce que je ferai J 5 b, N 484, cf. 36 ; (si vous faites) autrem' B 766, ne voe — 
il n'en fut pas autremi 549, nedeu — il en est ainsi J y; b, dre — nedeu ordrenet cela n'a pas d'autre cause 
68. Auj. ken, cf quen 1. — 3. Quen — na duy jusqu'à ce que vienne N 537, cf. P 40, I25. Auj. ken, cf. 
quent. — 4. Quen, brillant? P 23o, quenet, charmes, beauté C. M 55, P, N 337, 407, -edus, beau, 
charmant i385, NI 259 ; 38i. Auj. kened charmes; v. gall. cein, bien, v. irl. cSin beau, bon. 

Quenan, 50 yen — (var. guenam) e contanancc P 244, dont l'aspect est extrêm' horrible, auj, kena 
extrém' (H de la V.) ? 

Queudei'cliell, contenir C, -delch il garde, tient P, -et! maintenez (-la) B io3, persévérez 
J 14 b Auj. kenderc'hel, de com et derchel. — Quendei*en, mener à bout, épuiser, B 480, de deren. — 
Queuderu, cousin, C, H, Gw v. c'hwec, -rou v. gweja ; f. queniteru C, qui- H ; auj. kenderv. pi. v. gall. 
ceintiru patruelibus ; queuenderu, petite-cousine H, jevenierv petit-cousin, f. qeviniderv, Gr; v. br. 
comnidder consobrinis, de com et «^cf. àvediiôi;. 

Quent, avant, plus tôt N 724, J 7, B 204, — quelennet instruit d'avance NI 357, — dispartiaf avant de 
partir J 43 b, — ho goat ... dayenaff 109, voy. chom ; quen bejaff avant d'être NI 73, quent maj /lâchas 3i5, 
cf. 114, J 19 b. — ef Jlachiff B igi da — maj avant que J 64; euel — (comme avant), toujours N 1460 ; 
— se loin de là, au contraire, B 47, 403, J 10, 3i b (auj. ken-^e, cf, fr. plutôt) ; ha quent auparavant P 243, 
r. probi en et, voy. aguetou; quentaflT, premier C, NI 3, N 58, -af 1 58, en — gu^f (dis) en un mot J 80, 
-_^ d'abord B 322, da -a/" N 602, J 18, i35 ; pep — au plus tôt 2o3 b ; -taGw v. gourc'hemnen, P, -a/u H ; 
-aff i« s. r. ent B 171 -a/r. ent P 89, r. en J g3 b, r. et 24 b. 26, 3o, N 557, -ffr. et 1220, B 30,44, NI ^55. 
Auj. kent, cf. gaul. Cintu-genos. 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 363 

Quentel, leçon H, N io8q, quetell C; qttentel légende NI 549, foi, doctrine, i" s. r. et, B 348, r. en 
P 5, discours appris par cœur N 524, em — dans mon Conseil? J 224 b, mir hon hent e^ — protège notre 
carrière NI g I goa^haff -Il {h\%) \e p\\xs d& maX (possible) B 614 e -e/ son sort, ce qui lui est arrivé J igSb; 
en — da, dans l'intention de 199, B rgS, 496, NI 369, e — \, en -Il J i83; -el moment, espace de temps 
M 10 ; B 264, 437 (r. eul), P, N 741, 1 iBôian — sur le moment? J 2i3 b; 1° s. t. en \ un — 188, 228 b, 
B i57, nep — NI 565, J 126 b, en nep — 217 b, M 63 v ; en aucun temps, en aucune façon, J 56 b, en pep — 
de toute façon, P 99, cf. J 107 b. B 190, 354, 399, 600, N 433, -ic, petite leçon Cb Auj. kentel f., leçon, 
V. irl. cêtal chant, gall. cethl-edd, voy. canaff. 

Quentr, éperon C, au), kentr, gall. cether, cf. xsvTpov. 

Quentrat, vite NI 264, dernièri 106 ; (sans qu'ils pensent à la mort, il leur faudra s'étendre) préma- 
turément eyiin guenn, lis. enn guenn, dans un blanc [linceul], P 265 (voy. goa:{ 3, goal, affuat); \' s. r. 
en (van. quentral précoce Gr.) ; quentPez, aussitôt que P 277, quentre caras aussitôt qu'il le voulut NI 
177; de quent? 

Quepi*, chevron C, m. outaff; dim. -îc ; -pnec, plein de chevrons, -priet, enchevronné Cb, -yet 
Ce; qebr Gr., v. br. pi. cepriou, du b. 1. caprio 

Quel-, cher, chéri, précieux, 52, 98 C, J [5 b, P, -mam N 892, cf NI 49, B 660, J i5 ; ma — mon cher 
160 b ; (peines) qui coûtent, cruelles, NI 78 ; comp. -och, sup. -affCb (chéri) ; -haff B 5i, an poan — J 44, 
mfl -//a/ ce que j'ai de plus cher 6, quei-nez, cherté Cb, charité C, rémission P (auj. cherté, famine). 
Auj. ker, cf. X.carus. 

Quereh, avoine C, auj. kerc'h, irl. coirce. 

Querellât, chercher, aller chercher 181, 344, J 216. N 1931, -rhat B 536 p. -r^het 3j5 ; -rchit ! N 
i365, -yti 2i5 b ; auj. kerc'hat, gall. cyrchit, du b. 1. circare. 

Quereheîz, héron C, qerc'hey^ Gr., v. br. corcid, cf. xo'pxopaç (Bugge). 

Quereheiin, oar ho^ — sur votre poitrine var. -rhen, i85, ef -rchen à ton cou N 977, en e -nn à son 
cou J io3, 179 ; ef -en à côté de toi P 264 ; auj. kerc'lien, v. gall. circhinn, du 1. circinus ; voy. quichen. 

Quere, cordonnier C, auj. kere, voc. corn, chereor, gall. crydd, cf. xp-ziTtî; (Rhys). 

Querell. (prendre le) parti de qqn J 106 b, du fr. querelle. — Queresenn, cerise, et cerisier C, 
guetjenn queres cerisier Ce. Auj. kere'^en, du 1. cerasus. — i. Quenn, couronne, tonsure C, H, (sur son) 
crâne J 109 b ; 1 15, -nn B; quern milin trémie C ; -rnîc, petite couronne Cb ; auj. kern f., gall. coryn, du 
1. corona. 

Querneau, Cornouaille C, H, auj. Kerneo de Cornovia. 

Quei-z, certes J 18, 44, i32. M 55 v, P, Jér. v. arabat, et v. kerse, à Ouessant feerf Pel.. vann. akerh 
du 1. ce'-te. 

Quei-zet, cheminer G, J 2o3 b, N 4, -r,- / Jér. v. amplec, -omp ! B 159 ; prés, -rsont i» s. r. erj, P ; 
-rzedee, chcmineur C, -rzei-, id. f. es, -rzitlîguez, 1. progressio Cb. Auj. ker:;et, v. br. credam 
je marche, cf ail. schreiten. 

Querzu, décembre C, B 809, i» s. r. e^ ; qerju, qerdu, qeverdii, Gr. quasi gall. 'cyjr-ddu tout à 
fait noir ? 

Questaflr, quêter C, -stion, g. id. C, dim. -ye, Cb, .nnaflT, interroger p. -onet, J 7$ b ; -onher, 
r. eur, on interrogera P, -stour, quêteur C f. es Cb ; auj. kestal, du fr. 

t. Quet, (ne) pas, point C, H, N 4, 610, P, nen deux — sy B 12, nen devoa hoant — J 92 b, - nen gry 
52, cf. 82 b mervell — oarsene dleaff 65 b, na — ma cmtenn ne menna/ 2g. ; emplois encore plus explétifs : 



364 DICTIONNAIRE ETYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

hep — a mar N 340, hep — sellet J 5, hep gou — 9 b, hep tariaff — N 323 ; quent repos — J 58, noh euj 
car... da comps dihuy na — ...hou:f couviaf. 22, ne deux — nemet N 148 cf. B 6; ne oun piou eu — J 81 b, 
cf. 2 5 b, pas ... ne falhe... e{ ve — 10; na so — 10, voy. na\ ha hiiy proffe — ? N 1624 cf. J 54, petra — a 
leveret huy'> 48 b; me carhe goujout — N i63o ; ober a prederaff vn tour... an creffaff... be^aff — je veux 
faire une tour être la plus forte B 36 ; nen deu — quen -jbi cf. 16, hep — quen i36, 81*, heb quejquen 81, r. 
et voy. quel 2. Auj. ket, fne) pas, gall. cat morceau. — 2. Quel» avec, en composition : quel aerej cohoirs, 
1. coheres, C, quetaerej Cfr, quetamnesec ensemble voisin, quetbreu^r confrère C, da quet par tes compagnons 
M 7 V, — queffret en même temps N 1 127, — g^-i 206, que^ queffret NI 55i •,da quej quement so pour tout 
le monde 386, que^quement den tout homme B 557, cf. 32o ; que^quen bras si grand J 90, — dyfjlat si cruelU 
NI i35, que^qu'en tenn s\ dur» i36, — net très pur 141, quesquen dispar très particulier' B 55o, var. queif 
quen; quejquent tra avanttout NI 471, cf. R. c. VII, i6o, 161. Gall. cyd-, voy. gant. 

Queudet, ville, cité C, kevaudet, Pel., gall. ciwdoi, du b. 1. civitatis. 

Queuneudeiiii, bois, bûche C, -nedenn v. queneu-, Cb v. prenn, queuneudec* le lieu des bû ches 
Ci. Auj. keuneuden, gall. cynnud. cf. cynneu allumer ? 

Queusuez, mègue, 1. sérum C, v. br. cosmid, décos fromage, du 1. caseus, et v. br. meid, gall. maidd, 
V. irl. medg mègue (orig. celt.). 

Queu, cave, creux C, hent queau v. guen ; ca^ cave ; queuyafT, cave, C. voy. cauaff. 

I. Queuei* douar iournée de terre aree par deux beufîs en ung iour G, arpent Ci, auj. Kaver, de eow, 
arat.. — 2. Queuei*, em — à côté de moi B 161, a-ver à côté P 128, e que ff'uer près de lui NI 229, e-ffer 
402 ; e\ -efver en ta faveur J 142, e -euer au sujet de B 221*, en -fver se à ce propos J 196 b, e pep -euer à 
tous égards, sous tout rapport, de toute façon N 1425, cf. P 106, J 196 b., B 431, p. q. 359, '^^- 5", P 77 ', nep 
— N i486, cf. J. 28 b ; — la proportion, la valeur (de moitié) ? B 264. Auj. kever, de *co-ber, cf. queffret ? 

Queuez, cheuele de haye, 1. silica C, kewe{ jeune bois pliant Pel., de co-, guejenn. — Queulusq, 
mouvemi ; mouvoir Cb, -uiff, mouvoir G, -ejlusqui se mouvoir P. Aoy em -eulusquet ! B 22, -quas (il 1') enga- 
gea 18, ma on quejlusquer, var. ma en queu- puisqu'on nous force (à le dire) J 206 b, -squadur*, mou- 
vem' (de concupiscence), -squer, 1. motor Cb ; qefjlusq Gr., de com-, br. luskella bercer, v. br. luscou 
gl. oscilla, irl. luascad act. de bouger, cf. loc'h levier Gr. 

Quezguyn, (vous avez fait votre chemin ; vous ne tomberez pas dans la pauvreté, pour) on — , notre 
leint, nos applications cosmétiques ? J 201 b, semble un plur., syn. de begou : « et encore il faut pour les tenir 
en bon état, y mettre un peu de farine. » De quet 2 et gueen ? 

Quy, chien 272 J 16 b, -: B 555, f. -es dim. -iic, C, pi. quon Cb, voy. cou et chacc. Auj. ki, v. irl. cù, 
cf. xû<ov. 

Quibell, cuve C, qibell, Gr. du 1. cupella. 

Quie, chair C, H, J 16 P, -yc, Jér. v, arabat, -i^tk&ti, charnu Cb, -icguecCa, •îguer, f. es bou- 
cher, -enez, boucherie C, -igus, charnel Cb. Auj. kik m., voc. corn. chic. 

Quichen, e — auprès 263, eq- M 7 v, J 99 b, en e q. près de lui 187, cf H ; ia — (aller) près de J 218 
b, cf. N 1 146, NI 35o ; owf — (allé) vers vous ? J 187, — e — l'un près de l'autre B 248. Auj. kichen, voy. 
querchenn. 

Quiguin, geai G, plur. quequin, Jér. sel. Pel., v. gheghin; auj. kigin f. gall. cegid f., cf. anc. h. ail. 
gâki, d'où fr. gai, geai. 

Quil, dos, f. : he, 460; J I23, i3i ; — c palv le revers de sa main 76, quilben nuque B 293*, quil id G, 
B 377, quildant dent molaire G. Auj. kil; voc. corn, chil cou, irl. cûl, dos, cf. I. culus. 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYKN 363 

Quilleuardon, Cb, quile- Ce pourceau frais ; qilhevardoun id., Gr.; tréc. killevarden, salope (/. mouillé). 
cf. voc. corn, culurionein viscus ? 

Quiiigtienu, de l'ail Ca, -nhenCc, -nn Cfr;aui. kignen,\. corn. cennin^\. cipus, irl. cainnenn oignons, 
cf. 1. cœpina. 

Quingnet, écorché C, quig- } 87, inf. léon. Kigtta, de -ken peau, voy. caruguenii; v. corn, cennen 
gl. membra (na), cf. angl. skin. 

Quinizyen, offrir C, quinn- v. offraff\ quennigaf 'fodre J 45 mervell... a -ygaf je suis sur le point de 
mourir 2 23 (léon. mervel a ginnigann) ; gall. cynnyg, de coin et doug-, voy. doen. 

Quintîn, g. id. 1. -us, n. pr. C. 

Quioch, euagon C, « petite begace « Cb ; qioc'li, guioc'h bécassine Gr., gall. giach. 

Qiiîs, oar — C (revenir) en arrière, sur ses pas, voar wa — N 117,479, °'^'' he quys P255, oar ho guis i 
io3, quiset, qu'il recule NI 494, qui set (leur peinej étant passée 490, quis (!a fièvre) s'en va N i856, auj. 
kis, de co et cf. v. irl. êis. 

Quisell, ciseau C, pi. ou B 67 ; qi- Gr., d'un dérivé du 1. ctz'do, comme le fr. 

Quisout outaff, (il faut) la subir (la mort) M 3 ; Keigeout ou^ aller à la rencontre de, Pel., van. kejein 
mêler, gall. cydio unir, de quel 2. 

Quistinean, châtaigne, châtaignier C. Auj. id., du b. 1. castania. 



R 



Ra, que (subj.) J i5 b, N i38, ravihet soyez 1060 ram qu'(il) me 820, B 291*, raf qu'fil) te N i8i3, ren 
qu'(il) le 1877, '■"î 'îu'(il) vous io57, J 70, rou!^ B 1G2*, ro J 9, 70. Auj. ra, v. br. ro signe de passé, v. irl. ro 
cf. gr. Ttpô. 

Rabat, dre — tant moins, 1. quam minus Ce v. peguement ; tréc. rabad, rabais. — Rabin, rabbin 
P. — RabI, érable C ; Gr. — Rabot, g. id, -at, raboter, p. -tet C, auj. id. Du fr. 

Rac, avant 58, 5o, rac^aff devant lui B 794, rac enep vis-à-vis NI 228, -drein tout à l'heure, tout de 
suite, N 87, io3, 245, déjà i 5oo, qiiae — da d. 47, gret... — ho^ d. i326; — tal aussitôt J 36 b, NI i38; pour 
(le bien) B 222* pour(quoi) P, — dougiaf par crainte de J 22, cf. B 497, — be^hat pour avoir enterré J 23o 
cf. 232 b, NI 4, 179, — se pour ce C, B 37, N 269, NI 137, H, racse J 7 b, rac ma parce que J 23 b, N 402, 
II 55, — aoun de peur que B i65 — (effrayé) de N 869, de peur de B 191,210, — na de peur que 8, 166,483, 
N 672, 912, 1874, NI 453 ; — car C, B 45, J 6, N 52. Auj. et v. br. rac, devant, même rac. que ra, re i ; 
voy. arauc. 

Race, race 218*, du fr. — Rach, gale r. ac'h Am., de 'racca pour 'rad'ca, cf. v. fr. rasche du 1. rado, 

Radenenn, fougère, -denec, fougeraie C. Auj. id. voc. corn, reden, de "ratina, (cf. gr. IXaTÎvr) 
velvote), du gaul. ratis, cf. gr. eXactç poussée, IXaTï] jeune pousse de palmier et barque, lat. ratis. 

Rae, raie, poisson C, Gr. — RaesînaflT, résigner, C, résina Gr. — Raesiiienn, raisin C, pi. 
-sinCb, raisin du raisin Ce, auj. rei^in. — Raeson, raison Cb, NI 139, B, 134, raisonnable 44, J 37, re- 
N 56, i32, 911, rce- B72', rai- Cb. v. logician, ray- C, P, pi. ou Cathell i3, raisounou i5; raesonabi, 
raisonnable C, B 326, J 3i, rai-Cb, raesonet, sage, réfléchi, B 162, H, J 53 b, P, NI 36o, -nnet i58, re- 
sonet N .''55, J 121 b, (propos) délibéré B 664, -naff]e pente N 261. Auj. report. Du fr. — RaSetou, 
vices, crimes B 63 1. du v. fr. raffeter. — Raig, rage B 686, — Rai^net, maigre, décharné Am.; ra- 
gna rogner Pel. Du fr. — R^aillon, dard, N 91, du v. fr. id. — RaliafT, naf em — (s. -ent. na grej) et 
tu ne te convertis pas B 5ôi, -iet consacré (à Dieu) N 334 adonné (à l'étude) 1072, instruit 1061, 1066, (lé- 
vriers) accouplés 284 (la Bretagne) unie 721, re- admis B 726, ra- (maison) convenable N i387, du fr. rallier, 
— Ramai^^nant, v. in terriff C ; à terriff Cb a demorant boet reste de viande, sens de ramaignand, ra- 
maign Gr., du 1. remanens,, cf. angl. remnant. — Ranibre, rêve, B 775, rêveries J 225 b; i« s. r. am. ; 
-al, radoter, -re ! Am. ; rambreal radoter Gr., ambren délire, rêverie Gon., être en délire, p. -r'éet Gr., d'un 
fr. 'ramblée = re -ambulata, cf. ambler et angl. ramble errer, divaguer ("comme antren entrer, de entrée). — 
Ranipan, -er C, du fr. — Rail, grenouille C pi. et dim. ranic ; -nec, grenouillère Cb ; auj. id, du 
fr. rai»e. — Rançon, rançon NI 390, -ccon 82, -cçon 137. -:[Con N iqii, rachat 1893. — Rancun, 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 36/ 

rancune, méchanceté J 22, rec- indignation C, B 71 5, renc- Ce; rancunet, regretté, causant des 
remords 85 ; rencun aversion Pel.. tréc. rukun, dégoût ; du fr. — Raiidon, a — vite, P, N 686, — id 
127, P 607 (ne pouvoir dire) mot N 431; van. fierté, du v. fr. randon, cf. angl. random. 

Rann, partie, morceau, 264, C, N gSS, P, J 14, 52 b, f. peder — 145 ; na goux — on ne sait point M 
71, cf. B 367 ; ran J i3 b; -nnaffr, se fendre 34, -af, N 901, -ff 1. partiri C ; p. partagé J 145; -nnei*, 
partisseur C, auj. id, irl. rann pi. v. br. rannou; cf. ■n£irpu>|jt^vr) ' 

Raoul, n. pr. C. — RnoulaflT, être enroué Ce. rauUaff Cb, rauaff Ca (dans les raou) ; p. raulet 
Cb, roullet Ca; i*aouladui*, cnrouem' Ce, -lladur, rauadur Ca. raull- Cb ; raoula, raouhia Pel. du 1. 
ravus. — Raphaël, n. pr. — Rapin, rapine C, -alf*, ravir, -nenez, ravissem', -nei*ic, un petit 
ravisseur, -neux., g. id. Cb. Du fr. — Rastel, râteau C. -// Cb\ auj. id, du 1. rastellum. — Ratif- 
flet, guéri B 545, du fr. ratifié. 

Ratouez, e — à dessein, avec réflexion H 48 a r<Jtof Am., v. br rad.. stipulations, cf. 1. ratum. 

Raulhin, le bois au-dessus de l'huis C (dans les raou-) raoulin linteau Gr. cf. van. gourrin, voy. goul- 
yeau ? 

RauiâsaflT, ravir C, B 8, p. 220* ; ravi, enchanté N 335 ; -iset enlevé B 207, -iet, 7, -leseur, g. id 
Cb, du fr. — Rauoquet, tiré de Cathell 18, du fr. révoquer. 

Raz, chaux 74*, 78 *, C. léon id, tréc. et van. ra, de *rad, cf. 1. rasis poix crue. 

RazafT, raser C, v. br. res-. radatis, du 1. rasuin. — Razas, certes, N :'ig, 818, de 'radacius, du 1. 
rado, cf. ressis. Même suff. dans/avacj, ;;<?.saff Jér, différents de /a/f, pès, fèves, pois, ib., et que Pel. tra- 
duit « pâte ou pain fait de fèves et de pois » v. pis, et « provision de fèves, » v. fav. Gr. afavas tige de fèves ; 
du \. fabacia. — Razz, rat, C, ra:[ Cb, -unell, ratière C; auj. ra^ van. rah. de ''ratt-, orig. germ. ? 

I. Re, trop C. N 614, J i3, 44 b. beaucoup, très 11 3, 188 b, B 131,710, 774, re -hardy trop hardi H re- 
/ar^ prodigue, relargueiitej, prodigalité Cb. Auj. re, v. irl, ro, voy. ra. — 2. R.e, vu — qqn N 507, i285 
nep — personne 1 36i ; pep — tout le monde 625, dreis pep — surtout J 40 b, an hol — tous 10, cf. B 84. 
quement — J 42, da — les tiens 1 12 b, an — man ceux-ci 10 b, an reman B 665, M 71 v, an re se ceux-là N 
1403, NI 343, an rese B 443 ; re ceux qui, an {guiryon) les (justes) P, H. Auj. re, corniq. re, gall. rhai, 
irl. réf. (Stokes). 

I. Real, royal C, B 194, J 16, 93, 178 b. -■ 2. Real, réelkm' certes, B i23, J 3o, 207, P. N 6, fidèle 
248, 25o, 617, (un coup) fort i363, fort' 89, J 39 b. 93 b (porter) clair' 23 b, (prier) bien NI 324 -// 74, J 
104, ryal P, ri- M 2. riel 3, 63 v., realtet, réalité Ce. Du fr. 

Reau, gelée blanche Ce, N 286, i*eaiius, pruineux Cb, i*iu, le froid C, J 77 b, M 58 v, ryou NI 58 ; 
riuatr, C avoir froid, riouhat ; rîouee, frileux Cb v. ter^yenn. Auj. reo, v. irl. reo, cf. goth./r/u'i. 

Rebai*u, (sans) pitié, égard 568. 

Rebecca, n. pr. J 200 b. — R.ebeîg, reproche B 196, N 366, i56i, -breig J loi, -breg C ; -beig 
blâmer B 649, punir 485 ; auj. rebech, van. rebraichein l'A. du v. fr. rebecher, se rebecquer. — Rebell, 
-e C, -el V, ourgouilloux ; -Ilet, résistez ! J i34 b, cf. 208, B 71 1, -eZ il résiste J i35, -liant, qui résiste 
B 47, -Uioii, g. id Cft, B 616, -elyon bTig; -llus, rebelle C ; du fr. — Rebetten, ménétrier Am., 
•edtèr Gr., auj. rebed violon, du v. fr. rebec. — Recedaft', se retirer N 1073, 1. recedo. — Receu, 
recevoirB. 670, H. 42, -e/ N :255, var. recau J 60, -ceff Cb, B 683, p. -effuet 807, -euet Cb, cf. J 41, exaucé 
198 b;-e/! 198, -ff N 146, -euet B 258; fut. -effuo iio, -euo 148*; -euabl, -e J 91, -euer, receveur 
C, rezet, recette B 189. Auj. resev, du fr. 

Rech, chagrin J 199, rehac'h Am., auj rec'h cf. a^rec, et corniq. rach soin .■' 

Reciproc, -que C. — Reeitaff, réciter J 46 b, dire, raconter, révéler 62, B 307, p. obstiné 415. 



368 DICTIONNAIRE lÎTVMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

expliqué N 234, me ^ecit je confesse, proclame B Sig. — RecommaiMlaf, -er N 734, •mant id 1844, 
— Reeompans, -ensc G*, H 11, -îiflT, -er C,-ensaff Cb. — Reconciliaflf*, (me) rassurer B 681, 
p. réconcilié 175, J 94 b. — Record, recorder, 1. recordari C. — Recour, secours B 683, sauver J 
166 NI 207, p. -et guéri N 993 ; cf. g35, B 5oo, 620 ; tréc. rekourein. — RecreafT, recréer, I. frigerare 
G, -eancc, consolation, secours J 96 (pour ton) plaisir 122. — Rector, régent, maître (de classe) N 
II 38, syn. de gouuarnner, G — ReculalT, -er, -lus, 1. rctrogradus G. — RecusafT, -er G. — Re- 
dar^uaflT, -er C. Du fr. 

Redec, courir ôig C, Jér., redont courent B 386, J 188 b, (ces choses) arrivent (mal) 217 b ,• -das P . 
'de courait (le pays) B 379, coulait J io5 ; rethe courrait 146 b, dan ret, (aller) en courant N 1288 ; reda- 
dur, course, reder, coureur, dim. -eurîc, Cb. Auj. redek, part. y. gall. retteticc, cf. 1. rota. 

Rédempteur, g. id. H, J 223, -tor 270, B i33, -tîon, g. id G, NI 410, -cion 1 1 1, -dimaff, redi- 
mer C, racheter B 527 H, NI i37, -af } 28 b, -ymaff W Sg, p. -imet N 549, -imation, rédemption B 

523. Redi^aiT, rédiger, ramener G. — R.edon, Redon C. Du fr. — Redondet, (ton martyre 

est) parvenu (jusqu'aux cieux) B 5o3, cf. fr. redondant. — Redotet, te so —, tu radotes Jér. — Re- 
duiaflT, être réduit, retourner (en poussière) M 3, 2" s. r. i. — Réfection, joie, consolation J 160 b, 
B 733, réfection, nourriture 266, J i3, N 428, reff- B 277 ,• refectoer, -oire C. — R.ea4srar, (s') en 
rapporter, se confier à J ig8. Du fr. (référer.) 

ReflV, anus C, leon. reor, gall. rhefr, cf. laitrec ; même rac. que 1. reiro? 

Refug, -e C. — Refus, refuser N 873, NI 4g7, reff- B i5, J 228, -aff"\à G, refit- Cb\ prés, refus, 
reff- M 3 ; cond. refuse J 224. — Regalîce, g. id (réglisse) C, -icc Cb. — Régent, chef J 177. — 
Regibaft, regimber C. — Région, région G, M 62. — Registr. -e C. Du fr. — Regnaff, 
régner G, H, -af en pari, de la paix (r. en] J 8, regny inf., r. i NI 472 ; renaff régner, gouverner B 33, 3g8, 
5i6, 5o2, Gw, N 717, 979, -a/ exister 577, reynaff v'iyve, demeurer NI 443, renaff autorité B 433 ; ren il 
règne 480, il vit 5oi, régnas vécut r. en NI 493, reonas 177 ; reniff (\\it je vainque B 495 -no gouvernera N 
1781, regno r. en NI, p. 109 ; renliomp str. 475, regenet gouvernez ! Jér. (?) renabl, menable Cb, doux 
B557, cf. inrenabt; drouc renablet, odieux, mauvais 27 1, 492 (lis. ort pour dre var. oit, r. ord). Du 1. 
regnare. — R^egret, regret, peine J 24, 3g, NI 449. Du fr. — Règne, syn. de hacane G, (hincqane ha- 
quenée Gr., tréc. hankane) cf. gall. rhecio, to hackney ; provençal raca, rosse. 

Reguenn an bleu 1. discrimen C ; al's diforch Cb, la raie, v. br. rec sillon, du gaul. "ricâ de '(p)rcâ, 
cf. lat. porca. 

Régnez, braise G, Gr., basse Gorn. regenad tan, voc. corn, regihten, gall. rhysyn, v. irl. richis, cf. 
1. lix. 

Regulyer, g. id G, du fr. 

Reiff, I s. donner 46, G, P, NI 80, reyffio'i, Jér. v. esquem, reifu H, rei/N 346, J i5 b, rei 12 b,— da 
gou:(out avL-tir 209 b, réi Am. v. rog, rey Gw. v. ba^, P- roet 2 s. N 719, B 93, 678, J 148 b, i s. 6ô b, gS, 
i52, B 66, N 718 ; prés, roaff z s. B 3o, i s. 38i, -af i 74, 2 s. 56 ; ro/ var. rofaf i s. 180 b ; 2» p. ref B6o3, 
3» ro 440 M 55 v, H, N 177, J 97 b, re 140 b, i5o b, i5i ; il donne, annonce, dit, 207 b ; B 98, 353, 5o2, 
557, 6o3, 678, N i5i2; 2« pi. reit J 43 ; prêt, roas 2 s. 19 b, et i s. 140 ; 94, NI 49, B i5, ros 532, 557, P, 
N i564, i5og ; roet fut donné, 2 s. NI 46; ro! J i52 b. H, B 487 ; reomp i s. J 63 b, 109; reit i s. 26, H, 
N 35i, B 258, reyt NI 97, P, roit H ; roen/ qu'ils donnent J 214 b; fut. reif i s. 60 ; 3» p. roy i s. 18, B42, 
377, Jér. v. cousr, NI 517, N i38, royf mettra (au jour) 708 ; roy 2 s. B 292* ; rehomp J i 59 b ; rehet 104 b ; 
rohint feront (la guerre) 217 b; roher on donnera B 221*, qu'on donne 657 ; cond. rohen 229', -he 2^4, N 
1 568 ; -hech B 656, P, roechuy 3 s. 222* ; rohent N 1 1 18 ; rosech 1626, -sent B "iig ; roadur, 1. traditio 
C& Auj. rei. gall. rhoddi, cf. sanscr. rdmi. 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 36<) 

Meiz, juste, N 828, sage B q5, bon (pilote) N 73 bien 1098; rej 65o, 989, i368, P 2S2, B 493, certes N 
432, P271, clair» J 14, res r. ej 214 b ; reij droit, justice, r. etj NI 245, loi C, H, reys loi, religion NI Sog, 
rej C, B 3 18, 40(9, 462, J 16 b, 47, f. : liy 76 b- 77 ; an den (var. de^ lis. deu) on — iiy a scryvas n'est-il pas 
écrit dans (litt. par) notre loi, 204 b ; na caffo den — anejaff on ne pourra rien en tirer de bien B 73o ; i*e- 
zus, qui porte loys, 1. legifer Cb. Auj. re/f, gaul. Rextu- (genos), cf. 1. reclus. 

Reioiiissair, réjouir J 188, p. 212 B 53i, rej- NI i23, -ysset 129, rei- B 5i3'; -issaff je me réjouis 
5oo, reiojr- 262 ; reiouys J 2.2 b; -is il délivre (a, de) B 498; em rejouissomp NI 448, reyouy- réjouissons- 
nous 137. — RelatafT, relater Cb, exprimer N 1674, p. C, raconté N 923, pep stat ameux — chaque 
affaire dont j'ai rendu compte 1492, pep stat — quelque état qu'on puisse dire, toutes sortes d'états 224, 547, 
S70, sanct mat — un vrai saint 1941, ;7<7« — puisque vous en parlez 1889 ; apporté P ; relatîlT, -if, -tion, 
g. id C. — RelefTou, v. in terriffC, (reliefs ; voy. ramaignant). Du fr. — Relegou, reliques C, N 
1629, Cathell 3i ; léon. id, du 1. reliquiœ. — Relîaflr,-er, -igion, g. id C, N 242, -gius, religieux C, 
'ieux Ce, Cathell 33. — Relîquaei-, -aire C. - Rem, reume C, rhumatisme Pel. — Reniedar, 
guérir Ni io3, -/ 378, Ce B 336 ; r. iff 460, -ediff P, N 1 112, -dj 586, -dy NI 5o6, -mhedaff C ; -tnedas re- 
couvra (la vue) NI 54, -do N i8i3, secourra B 3o3 -methe 591, garantirait 6i3; i. remet, remède B 452*, 
557, Ce, J 89 b, Jér. V. ev!/, N 346, remhet C, remet NI i38, sauveur 44S ; hep — N 1923, B 355, lacat — 
mettre obstacle J 177. — 2.Remet,ifjm — i7 de me pardonner P 121, (sans) remise, délai J 224 b ; B 14, 
608 ; -mission, g. id 768, NI 408. — Remonsti>et, remontré, expliqué B 667, -ntret ! i53*, 224*. 
Du fr. 

Remsy, temps 143*, 224*, N 1471 e remp sy (abréger) sa vie J 78 b, a re msy, var. a reinsy (mes 
clients) depuis longtemps 208 b, a hir remsi (frappez) longtemps B 465 ; rems durée, remsi durer Pel., rempsi 
id Maun., irl. rentes, f. temps, cf. v. irl. ré, id. 

Remu, (sans) broncher, (sans) faute J i2j b, ii5, -uo bougera, enlèvera 169, brisera NI p. 107, du fr. 
remuer. — Remtinero, rémunérera B io3, 525, du fr. 

Ren, mener C, J 1 15, i23, i55, conduire 82, NI 33, 411 B475, 626, jeter 526, emmener, ravir. I 34, re- 
tirer, sauver {a, de) NI 416 : — tatin mener grand bruit N 1428 ; ren' B 445*, nac eren dren mein lis. e ren 
ni pour être traîné par les pierres J io5 b ; reet conduit 3o b ; prés, re N 1799, P. voy, arre ; a red en da 
penet P 239, lis. a re den, conduit l'homme au malheur; B 65o-i, cf. 416-7 ; re! 643, reet 037, reit J 102 2 s., 
lis. pan eu an bro ,• prêt, reas 21 5, B 19, ey reet il était conduit NI 96, ef renat on conduisit (le s. r. e) J 83, 
122 ; fut. reiff B 788, reo 60, 79*, 190, 393 ; reei", meneur L es C\ ren conduire Maun., auj. rén, (con- 
fondu avec renaff : p. renet), cf. 1. rego; voy. re/|. 

Reneout, devoir, falloir H, rancaf]e dois J 35, 3e p. renc 44, P, -cq M 10, 67, reng NI 12; pi. -ncomp 
J 25 b, quement a — tout ce dont nous avons besoin H g ; -nquet 34, 108 b, B 161, 171, N 222 ; -ncont J 24. 
ranquer on doit, il faut 6, 56 b, 61, B 65i, -cquer J i57 b, M 7 -nquir r. ir B 610; fut. -nco J uo b ; renc- 
quel B 254 ; cond. ranque J 36 b ; -ech N 175. Auj. id., cf. gall. rhyngu intervenir, R. c. VII, 146. 

Rengenn, renge, rêne C, dim. îc ; -nnaff, enfrtner Cb ; rengenn Gr., du fr. 

Renn, un quart, 1. quartanum , 1. hec renna, ne Ca, Cb, au), id, de pévarenn, van. pérann Gr. voy. 
peuar et rann. 

Renonç, renoncer M 71 v, refnjoncc N 173, -ncaff'gôj, — ...he Doe B 410 .-ciaff ...da 4 s. 421, -af i 
98, -unciaff B 459, C; p. (maladie) chassée, guérie N 1870, ho bout. . — qu'ils avaient apostasie P; prés. 
■once J 81 b, -nçer M 3 ; -ncias J 64 b ; -ncc ! B 65 1 . — Reiiq, rang H auj. id. — Reiit, rente, -afT, 
rendre C, B 8, réciter N 1090, cf. io83, io85 ; -af i 85 b, dire (un mot) 434, rendre (grâces) N 909, cf. -tomp... 
cher! NI 520; -tafu H; -tet scaff aUégé, soulagé 5oo, soem — sont allés 45 1; versez (des pleurs) J190, don-tet 
ny mettez-nous NI 564 ; -iiff]e présenterai B 789, -to livrera J 18, rendra (l'esprit) B 591, dit... men —je 

66 



370 DICTIONNAIRE JÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

te le revaudrai 564, 2" pi. -thet } 210 b: -ther on rendra 220, M 2, cond. -/en/ J 214 b ; -tus, rente Cb. 
Du fr. 

Rep, méchant, cruel, 401, 744, 798 J ii9,cruelli B 693, par violence 644 sévèr' 11, 766 (pour le nier) 
résolûmi (à tous) J 221, voy. antre ; ma ren. Diren hevelep den 58, lis. ma diren rep. H. d. (Vous verrez) 
m'emmener outrageus'. Un tel traître m'a jamais été vu); heuelep rep de tels méchants B 558. Petit Trég. 
rip (temps) dur. 

Repant, regret 194, da hem -enty, te repentir Cathell 29, -etancc, var. -entancc, r. et i 96, re- 
pentance. — «.epai-alT, -cr B 751, C, -a/ J 27. — Repel, (sans) délai B 204, en — cruel dans une af- 
freuse retraite, 337, (sans maison ni) retraite Gw; -llafl*, rebouter, 1. repello C. — Repetaff, répéter, 
redemander C, réfléchir N 262, -a/ je répète J 167 b, -to B ii3, demandera ou montrera (à chacun ses 
œuvres) NI p. 107 -titiou, g. id C- Replie, eguyt pep — quoi qu'on puisse dire J 199 b, -IcquafT, 
je dis M 4. Du fr. {réplique). — Repos, g. id. C, H, J 46 M 55 v, NI 328 ; reposer 329, P,i ôi, da — 
B 267, den hem — .1 36 b, -a^id. G, -et endormi NI 1 1, -osuan, repos N 23i. Auj. repos. — Itepre- 
bendar, répréhender J 164 b, cf. 232 b; -pren, reprendre, corriger B 11, -;3rene/ blâmé NI 5ii cf. J 
184, 232. — Reprîm, il empêche J 45 b. Du fr. [réprimer). — Reprouher, (les astres) seront dé- 
truits NI p. 107, du fr. réprouver. — R.epu, (sans) répit B 464; -iiî, donner à manger, recevoir à l'hos- 
pitalité Gw, tréc. repu refuge; cf. v. fr. e repot lui, et le cacha, Romania I, i65. — Reputaff, châtier 
B 463, du fr. rebuter; pet. Trég. reputaillo, choses de rebut. — Reputet, réputé, honoré N 1209, 
i385J 17 b, regardé comme B 753, condamné [da, à) N i6o3 ; -/a/ j'honore J 5;, -/ai 102 h, -tat B 112. 

— Requet, requête, demande, B i63, J 21 b, N 169, 687, en e — s»lon sa volonté 490, dre — comme 
tu le voulais 665, m. : dou J 34 b, pevar 26; f. : teir, pedervet 3y b; pi. -ou B 667, -aou prières NI 473, 
regretouUs. requ- i 25; -quetîff, requérir, C, demander, B 572, prier, inviter P, B 202, voy. ret; -if 
2i5* J 41 , 89 ; prés, -aff B 99, N 1206, -entaff 106, -quet (Dieu 1') exige J 68 b, cond. -etenn 74 b. — Rès 
-ribus, rés le bord d'une mesure ; aoùr mil musur rés mille mesures pleines d'or ; vn res mesure (de seigle) N 
i552. — Itesydant, P 249, (nous sommes sujets) assurera' (à la loi de la mort) , litt. positiv. Du fr. 
[résider). — R.esistafr, -er 725, G ; -tas M 4, cond, -tei 177, -tance, -ance 96. — Respet, (sans) 
égard, respect B 464, 577 ; -pit répit, temps 658, -py 65 1 répit, r. 1 (cf. contredy, deduy) ; respet (notre) sé- 
jour (en ce monde; P 285. — Resplendissant, radieux Gathell 22. — Respont, réponse B 23o* 
-I*, J 77, répondre C, P,goude — après avoir répondu NI 532, -«/ef tu réponds J 77, 112 b, 3" p. -nt B 
109-110, -nd 89-90, J 28 b; moj- -nto B 3o8 ; respont, un répons G, respun G, H 35, -ondadui*, ré- 
ponse Cb. Dufr. — Ressîs, certes 5o6*, en petit Tréguier resis précis, précisément, de 'rasicius, du 1. 
rasus, cf. ra^as, ei/étis gros. v. h. faitisse, du 1. facticius. — Ressort, (sans) secours, rémission B 389 
Du fr. (cf. angl. resort). — Rest dent (reste de dents) G, rest g. rest, 1. resta Ca, Cb; (sans) retard B 565, 
ej men en — il est en faute N 1480 (en) repos, joie NI p. 109, (pour notre) salut NI 454, 466 — hac estlam 
(tiré) de misère et danger 497; -art", rester G, rest il reste B 617 ; (il ne) reste (plus qu'à...) J 7 b, outaf ej 

— il lui appartient de (faire) B 208 cf. 236 ; dre ma — an Istoar comme le rapporte l'histoire ? NI 141 . — 
R.estauraflr, -er G. — RestituaflT, -er G, p. J 91 ; -«Jf rendit 83 b ; -ution, g. id. G. — Ré- 
surrection, g. id P, H 8, II, J 173.— - Resuscîtaf, ressusciter 167 b ; p. P, J 199, ress- 180, resc- 
N 1 14, inf. -taff 108 (v. act.). Du fr. 

I. Ret, quedam parua arbor C; réd, rêt Pel., rééd. m. myrica Trd, D' Liégeard Flore de Bret. i3, 
réd m. Gon. — 2. Ret, nécessaire 741, H, N 571 J 21, — eu il faut 5, P, — eo N 178, red eu P, J 46 ; 
ret ej- ve il faut que... soit 43 b, — on èe B 45, — ef out 611 ; sa — ...da prenaff i\\i'\\ faut acheter J 44, untra 
so — hoarue^et scier il est clair que qq ch. a dû se passer N 757 ; dre — par force NI 82, hep — sans être 
forcé J 94 ; no^ eux aret am requetiff lis. a ret, vous n'avez pas besoin de me prier, je ne veux pas me faire 
prier B 202 ; nou:{eux aret a arretiff, lis. a ret a arretaff vous n'avez pas besoin d'arrêter, d'avoir peur 246 ; 



DIGTIONNMRK ÉTYMOLOGIQUE DU liKKTON MOYEN 371 

redy, contrainte NI 96, J 1 1 5 b ; ma reclo, je la forcerai (à soulfrir) B 404, an redas le fit venir NI 43, 
redigaez, C (contrainte). Auj. red, gall. rhaid cf. irl. rdith forteresse, gaul. ace. ratiii ? 

I&etnrdet, -é NI 449. — Retenu, (sans) retenus B 761, en — en son pouvoir 425. — Retonîc» 
rhétorique, -îen, g. id., beau parleur en latin C. — Retoi-n, retourner C, mdr — si cela se détache 
J i36, -orsont revinrent NI 5i5 ; tréc. retorn. — Reti-îietalf^ -er Cb. v. tractaff. — Retren, sauver 
{a de) B 127*, 5oo, act. de sauver (de) 419, (sans) exception NI p. 106; -reas (il se) retira B 12, du fr. re- 
traire. 

I. ReufT, roetiff rame. G, dim. neiiATyc, Cb ; -Ifyat, (ramer) C, roeu- Cb, auj. roettv v. irl. rdm, 
cf. !. remus. — 2 Reuflf*, « pale, 1. pala « C, roëv Gr. pelle, bêche, cf. R. c. IV, 166; van. reinhuët. bêche 
L'A. pi. V. br. roiau; gall rhaw, corn, rev; même mot que reuff i. 

Reul, règle, -an mac:^on (règle de maçon) C; reoll Ce, reol Cb. 2 s., règle d'un couvent N 178, i32i ; 
l'eiileiin, règle (d'ouvrier) B 67, C, -en B 74*, reuglenn C; reol- Cb ; i*eulennafl, régler G, -nna- 
dui*, 1. regulatio G&, l'eolyaff, 3 s. régler, conduire qqn N io63. Auj. reol, du 1. régula. 

Reun, soie de porc G, crin B 486, reiin Gw. ; neuaec, 1. setosus C, i*euuen crin Am. v. gar- 
gaden. Auj. reun, gall. rhawn irl. rôin. 

Retix., m.ilheur 426, P. N ioo5, car — B 61 1, oar ma — 795 cf. 392'', J 86 ; (faire) du mal 1 19 b, ma- 
ladie N 1870 (sansj difficulté B 329, rett^ douleur J 11, supplice 12 b, rcex malheur Jér, reus embarras Jér, 
V. lus ; i-enseudie, malheureux B i25, 568, 73i, J 164 b, -edic N iSgS, M 7 v, -idic B 558 ; 738 (2e s. 
r. e/), 779 (r. eut) ; f. -eudigues 690, -e^ r. es 611; -edigej H 60 ; reuso, tourmentera B 575, -set affligé 
Jér. Tréc. reuj, embarras, corniq. rytli malheureux. 

Revaugiaf, venger J 232. — Reuel, révélation NI 147, -aff, révéler 52G, C, B 677, p. N 745, P. 
cf J 214, NI 57; -latîon, g. id G. — Reueraiicc, révérence G N i233 NI 52o; 2« s. r. il, B 472; 
diouj eguile chede an -nç voilà ce qui fera ane différence entre les personnes M 6j , -nce porter honneur; 
-and, révérend G, N 5oi, 662, -ni honorable 145, io5i, 1148, iSSg, cf. 393; NI 173, respectueux NI 110, 
rev- honorabl' 278, reuîr, (porter) du respect, (avoir) égard B 3i6, 524 -//(sans) égard 140* 457, 490 (sans) 
distinction 274, rev- (sans) égard J 96, i23 revyll Jér ; reuii'aflr, satisfaire (ma colère) B 782. — Reuer- 
safT, -er, I. -are G. — Ribaut, g. id f. -audes G ; rybaot pi. et Jér, i*il>auderez, ribauderie Cb. 
Du fr. — Riblei*, brigand J 1 17 b, du v. fr. ribleur. — Ribot, g. id 1. irina C, du fr. — Ribus, 
rês -ribus rés le bord d'une mesure Am., cf. fr. rasibus ? — Riehînaff, richiner, faire mauluaise chère 
C, -nnat v, goapat, du fr. (rechigner). 

Rîchodenn, rouge-gorge G, Gr., rujoden Pel., de rwj-, chot ; cf. bohriij id Gr. 

R^ifet, g. id, 1. intercucium G, -tium Cb. Du fr. 

RijLjçne, hegredic do — crédule à leur dire, leur intrigue ? N 1455. 

Ri^ol, Cv. sanell; -gai C (rigole).— Rîgor, rigueur, -us, rigoureux G, (erreur) grave B 123, 
-ius Ce. — Rim, rime G, dre rym en vers B (au titre) ; auj. id. Du fr. — Rioig, 2 s. (interroger sans) 
détour, ambages B 414, i*iot, 2 s. querelle, outrage J 84, dispute, mauvaise raison B 3o7, malice J. 106 ; 
ryot Jér ; riotus, qui dispute J 210. Du v. fr. riote ; pour 7 de /, cf. boug, breugou, dougiaff, fing feinte. 

Ryou, n. pr. Gw. v. iaen, auj. Riou ; Riuelen, douar — N i383, n. pr. {'Rigobelinos) ; Riuoall, 
n. pr. 2 s. N 141 7, Rigoal 1548; Riuallen, n. pr. B 370, -alen 3o8 (auj. Rioallan, de "Rigovellaunos). 
Du v. br. ri, roi, gaul. rîx, voy. roe. 

Ris, du riz G, auj. id ; du fr. 

RisclafT, glisser G, -lus, 1. labilis Cb; ricqla, risqla Gr., cf. fr. risque'? Voy. rusel. 

Riniei*, rivière NI p. 108, -yer Ca, Cb, rijïer f. hyi ii, pi riureraou lis. riuy- NI p. 108 ; tréc. ren 



372 DrCTIONNURE Kl YMOLOOIQUK DU URETON MOYKN 

vier, dufr. — Roaxon, Rennes C, léon. id., du gaul. Redones. — Rober, vokur J 117 b, (du v. fr.,) 
cf. angl. robber. — Roc, n. pr. H. — 2. Roc, rocq, roq vif, alerte Am, du fr. {rogue). — Roch, roche 
C, dim, -îc ; -cliu», plein de roches Ci; auj. roc'h, f., du b. lat. lat, rocca, de 'rupica. — Rochat, 
ronfler C, auj. roc'hal, du 1. rhoncho. — Roehet, chemise C, du fr. rocket. — Rodellec, gra/aj — 
civière à roue, brouette C, -llet, enroulé autour J 109 b. Auj. rodella rouler, du b. 1. rotella. 

Roe, I s. roi J 3, P, N 54, 146, i 54, 379, 38r, 388, 465 NI 3, roy C v. curun, roue H ; roen pour roe 
an J 14 b, P, N 34, 441, 1019 var. roen B 629, roen M S5 v, rouen NI 5, 12, roMe'H 204, 255, roe'n 256, 
262, P, roue'n glen Ni 26 1, rouen an glen 196,113. roue\ Doe roen Jloiir N 896, lis. Doen roef.\ pi. rouane\ 
3 s. NI 38, 63, 299 rouanes, reine 3 s. C, J 180, roa- 40, P, rouanej H, r. es NI 169, 293, roa- P 3o, 
roeane^ H; roantelaez, 4 s.royaume J 141, -le:; P 282 ; f. : hy M 55, roua-C, H 58, roea- P, rouea- H 
59, van. roe i s., tréc. roue 2 s., de 'rêgans, cf. 1. regens. 

RoedeunafT, défaillir, v. in treudiffC, roud- Ce, du fr. roide. 

Roegaff^ déchirer, desrompre C, p. roguet, roeg- ; -gadui*, 1. lacerositas, -g;ei*, déchirant ; — 
-gus, lacerosus Cb. Auj. régi, gall. rhwygo, cf. lûetxw. 

Roet, rets. G, pi. roedou filets M. 10, N 289, dim. -dîc ; -dei', faiseur de rets Cb. Auj. pi. roejou, v. 
br. roitou ; du 1. réte. 

Rog an pesq huchete à poisson, 1. gurgustium C. 

Rogation, ouf mennat hon — P 23, demandant l'objet de notre prière [digant, à) ; pi. ou H. Du fr. 
id. — Roingneiiii, rogne, 1. impétigo C, -gneux, b. id Cb ; rougnenn Gr. — Roll, rôle 1. rotulus 
C ; conduite J .04, nep — en aucune façon 42 b, dre — par nul moyen 177, heb quen — (mourir) sans autre 
cérémonie B 600, herue^ e — de son mieux, selon ses forces M 53 en un — à la fois Jér ; myr ouj hirvout 
dyouty Han — folle^ deux ane^^y P, 237 garde-toi du malheur qu'il entraîne (litt. venant d'elle, bet, 
monde, était fém.), et de l'excès de sa folie [deux, de tréc. deu^, voy. eux 1); -et, (corps) enroulé, contracté 
J I 36 b ; -lier, g id., 1. rotulator ,• -Hic, petit rollet Cb. Auj. roll. — R^om, Rome Cb. H, Jér. v. bet, 
NI 370, Roum, Romanet, Romains J 121. Du fr. — Roncet, chevaux C, -ceet Cb v. lestr, Jér. ; 
rouciu, g. id 1. caballus C ; auj. ronset, du fr. rosse, roussin. — Ro<iiiet, roquet d'évêque ou de prêtre 
C ; taoll — un coup de camisole ? Am. v. rog ; roket camisole Pel. Dufr. 

Ros, tertre C, léon. et v. br. id., gall rhos ; irl. ros bois, promontoire, cf. rôe champ etl. rus. 

Rosell, rouable C, auj, ro:{el ; même rac. que rodellec? — Rosenn, rose C. M 5, -en H. P, gue- 
jenn ros, hust a lyeu ros, dim. -ennic, Cb; -sec, 1. rosetuin C, rosier Ct. Auj. ro^en, du 1. rosa. — 
Rosina, n. d'une île N i35.— RossecH, souci, fleur Ca ; Cb ; petit Trég. ro5/fK, par étym. pop. 
d'après rosenn, cuff, comme le gall. rhuddos d'après rhudd ; mais rossincl Pel., roucing, rosinyl Gr., 
souci, = gall. rhuddygl radis, indiquent un emprunt au 1. radicula, raifort ; voc. corn, redic raphanum. — 
Rost, rôt C, Jér, pi. -iou Jér ; rostaflf, rôtir C, p. B 576, J 98 b. Auj. id. du fr. — Rot, roue G pi. 
rodou J 10 b, dim. -die, Cb, rolecli carr ornière de charrette G. Auj. id, gall. rhod, du 1. rota. 

Rou, g. id 1. restis G, raou cordage ou chaîne de fer qui sert à tirer la charrette ou la charrue Pel., gall. 
rhau (. lien, chaîne, cf. angl. rope. 

Roudoez, gué C, le fil de l'eau Ce, roioef gué Cart. de Landév., bas-corn, rodo Pel., cf. v. br. rit, 
gaul. ritu-, angl./orJ. 

Rouez, g. lenuro 1. rarus C, al's tanau Ce ; voar roe^ i s. sur la clairière N 288 ; (parole) facile, P 244. 
Auj. roue^, rare, v. gall. ruid vacuum, v. irl. réid, cf. ail. be-reit prêt Keltorom. 76. 

Roufez, don C, roue^ C, P, N 7ii, i« s. r. off 775, 1 1 16 ; faveur, r. B 522; rouuef présent NI 
428, roe^ P ; corniq. roweth; voy. reiff. 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 3j3 

Rouhenn, empan C, dim. -ic, Cb, auj. raouC-nn van. rohan f. Gr., gall. rhychwant, irl. rén, réis O'R. 

Rous, (tache) rousse Cb v. lentU, auj. rou^. — Roiit, route, J 209 b, N 478, P, trace M 4, C, pep — 
entier' J 26, toutefois B 19, a pep — de toute façon 3S, en nep — en aucune façon J 140 b, P, pi. roudaou 
traces (de clous) NI 2ig; routa, faire du chemin P 260. Auj. id. — Ru, ruef: a — ie ben B619; C, J 
124 b, Jér, pi. -ou P, B618, -aou NI 141, dim. -yc. Ci. Auj. id. Du fr.— Ruben, n. de lieu N io36. — 
Rubri^, g. rubriche. -afT, rubricher Cb, -ichaffC, Du fr. — Rudet, orquet — amoureux en fureur 
Am. Du fr. rut. — Ruffien, g. id C, du fr. — Ruill, g. rouler 1. rutorium Cb, -aflT, rouler B 476 ; 
ruy- r. af, 470 ; r. a/ 471, -af r. al 472, -a r. al 469 (auj. rutilai) d. fr. rouler. — Ruin, ruine NI 370, 
•yn C, J 28, -aflT, ruiner C, -inaff Ce; ruhiner est ou sera détruit NI p. 108 ; ruineux, g. id. Cb. Auj. 
revin, du fr. 

Rum, do e^revent hep squet quen tro (var. quel quent, recte), Dyspar a — ou^ dastum bro acquérant de 
la terre énormém', en masse, pour leurs ennemis, certes, P 242, cf. 260, voy. douarha ; a re — (tonnerre) 
qui s'abattait à la fois (sur mille cantons) 64. Auj. rum. 

Rumuîllafr, g. ruer lus 1. ruere C, ruilaff, prest da — Cb, Ce (ap. ruynaff, rm-). Vov. ruillaff. 

Runiter, n. p. N i3o, Rumi- 86, Runui- 74. — Rural, tut — rustres ,1 72 b, du fr. id. 

I. Rus, odeur, puanteur? M 7 v. — 2. Rus, heb ober —, sans mentir J 8 b, -afT, séduire, tromper 
N 1476, p. rusé, habile B 6, M 4, P, du fr. ruse. 

Ruset, traîné J i3 b, qui a erré, péché NI io3, -ser on traîne J 10 b, rw^a ramper Gr., tréc. ru^an 
glisser, h. br. érusser. 

Rusquenu, écorce C, -qen id. Gr, -nn ruche, voc. corn, ruse écorce, gall. rhisg, v. irl. rttsc. 

Rust, rude C, B 367, rud' 463, cruel yiS, G\v, — et, châtiez ! B 619, rustony, grossièreté J 234 b, 
rigueur 23o, Cb. Auj. id, du v. fr. ruste. — i. Ruz, rue herbe C, ru^, ru Gr., du b. 1. rtida. — 2. Ruz, 
rouge C, J 44, 56, 128 b, -der, rougeur C, ruzel, rougeole Cb, -SEyaflT, rougir C ; léon. run, v. br. rud, 
gaul. -roudos, cf. 1. rufus. 



67 



Saba, n. pr. P. — Sabat, sabbat C ; tréc. jabat sabbat (des chats). — Sablez, sablière, -bron, 
sablon C (tréc. jabran). Du fr. — Sacb, sac G, sac'li Gw. v. mâcha, pi. syher ; sac'hat, plein un sac 
V. gorroi. Auj. sac'h, du 1. saccus. — Sachet, tirez ! J iSj b, ew — on me tira P, -cAomp ! i36 b, fut. 
saicho B 797 ; auj. sachat, du v. fr. sachier. — Sacr, sacré B 25/ C, N 1687, -aff, sacrer G, P, B iSg, 
J i34, P, -namant, sacr' G, N 1245, — an a«/er eucharistie Cb, -mmant N 6o3 pi. -amentou H ; ma -an- 
talf, me donner les sacri* 1887, -a/communier qqn i258, cf. 1262; -tet muni du sacr' (d'eucharistie) i255, 
-/o donnera le sacr' i32o, 5L-7ccrawiT«/i/ je reçoive le sacri i3i5, sacramantalainant, d'une façon 
sacramentelle J 55; -cramentus, -tel Cb\ sacrifiaff , -er C, -fie id Gathell 26. p -ffiet B 765 ; -îiice, 
g. id. G, -icc Cb; sacriieg, 1. -us C, (chose) sacrilège N 368; sacrîst, -e G. Auj. sakr, du fr. — Sac- 
zun, entier*, certes, Jér. P, J 7 ; var. saçun 109 b, -cçun NI 161, -jmii 5o8, -scun N 43, se- 1873 ; van. saçun 
saison, du b. 1. satiônis. — Sadorn, samedi C, H, -ourn H, auj. 'Orn, du 1. Saturni [dies). 

Sae, robe, cotte G, J 19, io3 ; i. : hy 104 b, 109, 145, y B 486 ,• sue oar he enep robe tournée Cb \ m : 
3^,488 ; sae an lagat, 1. serilotica (sclerotica) C, dim. -îc, Cb, pi. saeaou NI 558 ; saeec, vêtu de cotte 
C. Léon sae, dugaul. latinisé sagum. 

Saereguenii, glouteron G, saerhe- v. lappadenn ; -regenn Cb, serigenenn 1. titinalus, vne herbe qui a 
jus de lait Ci v. /ousouenn ; latuca marina, Gc ; serec gratteron Pel., 5ere^«ef« Gr., voc. corn, lesserchoc, 1. 
lappa, cf. gall. serchoc amoureux, voy. serch ; les capitules de cette plante s'appellent en bret. karante^, 
amour. 

SaesizaflT, saisir G, -inaf \ar.-iaff, 2e s. r. i J 22; prêt, -yas NI 439 ; saësia Pel. — Saeson, temps, 
moment J 37 b, 99 b, 161, B 559, 6o5, en berr — bientôt 778, en — un jour, quand il sera temps 428* (var. 
facson], ent — vite 540 ; saeson g. id., ce qui est en saison G. Du fr. — Saez, flèche G, pi. -you Ce, saeijou 
Cb, du 1. sagitta. 

Safi*, ves e — étant debout Ni 53 enhe — B 600, sevet ma goaf en e saf[sonn, élevez tout droit ma 
lance J 148, am saffV 280 ; seuell, se lever C, P, cf. H, -el relever, sauver qqn Ni 53o, p. saffet G, sauet 
dressé, élevé N 416, savet beu ressuscité J 195 b ; prés, seff P 253 sef iiZ b, sevet, saver H, prêt, sauas NI 
249, cf. J 173; scauas NI 229 ; saua:^ B 343 ; fut. safo N 110, sefhet i 176 ; sav ! 126 b, saf i83, saff 10, 
seuet! B 588, cf. J 69 b, 148. Auj. sav, v. irl. samaigim je place, de 'sta-m-, cf. 1. stare. 

SafTar, bruit, murmure 77*, 440, 598, (lis. daffar 354), Am., G., Gw. parole qui effraie J Sg b ; safar 
99 b, 2o3, rumeur 214b; saff- faire du bruit NI 1 59; -et ! B 768, J 18 b, safar ! 100 b. Vann. safar, cf. poi- 
tevin savari m., vacarme (G. Lévrier). 



DICTIONNAIRE ihVMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 3~S 

SafHr, saphir. — Safli*oen» safran C. Du fr. — Sagnill, syn. de saffar C, cf. poitevin sargail, 
fille galante ? — Saill, seau à eau C, au), id., du v. fr. seilie. — SaillftfT, saillir C, auj. -a. — Sal, 
salle C. J 47. N zSo, -// Am. v. fringa NI 140; sa/ palais M 2, NI 81, 144. Auj. sal, salle. — Salanion, 
Salomon C, Salo- Cb (entre sal et saler; 2b s. r. am J 39 ; Mary Saloine, n. pr. 184 b. — t^all, salé 
C. N 65, sel, chose salée B 484; -aflT, saler C,fut. -o B 483 ; saler, salaire C, Cathell 14, fa- chàtimt 
NI p. 107, sa- prix, rançon J 3o, 55b; salei-o, récompensera Cathell 14, salie, petit sel Cb; salin- 
Iiezi*, saingner salière C, sauâingner Cb, sauanigner Ce ; sallyei", salière Cb, salyer Ce Auj. sal salé.— 
Salni, psaume C, pi. ou, dira. -îc ; -mist, psalmiste Cb, -iiiotliaflT, psalmodier C. Du fr.— Salu- 
datr, saluer C, N 322, -i/id. r. af ib% ; -iff r. 1/ P ; -lut il salue 166, H, J 1 11 b, B 84-5 ; -das Ni 22 ; e^ 
-det fut salué J 1 15; «j' a^ salvthe nous te saluerions 142 b (4 s., 3b r. ut); -lut, le salut (des hommes) 55, 
salutation C, P 69, — (/eoc/j ...«! /leia/ N io5i, -ud 327; salut! 696; -ut o«>- salut d'or 1. salucium, C ; 
-udei*, porteur de salut Ci, salu, sauvé 1. salvus C, — pesq tout à fait guéri B 504 — pesg Jér., graet 
salv J 76 ; salu à condition (avec inf.) B 176, sal N 5o salv ej pourvu que J 7 b, 72 b, 220 ; — ey dilchy 
pu isses-tu garder i5, sal N 200 ; sala contraly sans contredit M 39 ; saludei*, 2 s. le salut B 5o7*, -vder 
J 3 b, P; seltiell, sauver C, 2 s. NI 5o, guérir Cb v. pridyri, p. saluet Cb, 2 s. N 55o NI 167, guéri B 
260 ; Doe da^ saliio salut ! C, Doe ro{ — N 1057 cf. J 70, 1 11, B 162', saluacyon, le salut 665, «al- 
uei-, sauveur 172 C, cf J 37 P, f. es Cb ; -veur H; siluat, id NI 270, silyat P., sîluidigaez, le 
salut C, -g«ej N 475, silv- H. Auj. saludi, salv, du 1. saluto, salvus. — Siim, somme de cheval C, far- 
deau NI 4o5, sont C, J 44; samafT, somnaff (lis -mmaff) sommer; soiuyei*, g. id., cheval C, Auj. 
satn, du 1. sagma. — Sampson, Sarason, C, du fr. 

Sanc, a — à force d'être serré Jér., sel. Pel. ; auj. sanka enfoncer, gall. sengu fouler cf. angl. to sink 

Saiiell, syn. de rigol C ; san conduit d'eau, canal Pel., cf. franc, saignée. 

Saii§;uin, g. id C, du fr. — Saut, saint C, H N 7, P, Doe — Dieu saint J 82 b, cf. io5, NI 17S en 
— ylis dans la sainte église M 3 , sanct Devy N 1222, sant Anna sainte Anne NI 325 ; an sanct le saint N 
181 7, sancte Devy! ^ s. "H 1932 (mot lat.); pi. sent B 497 P NI 9, N 14; f. santés 4o3, -notes i3oo, iSgi, saute 
Barba B (au titre), 5 var. santés; pl. -eset N 1270, -esou H, P 270, -aou NI 447 ; sauctafT, 1. sanctio, g. 
sanctir Cb, sautel, saint, adj H, NI 296, N 124, -c/e/ 405, 19 19, -nteladv. NI 11 ; -elaez, sainteté J 
141 ; -le^ Cb, H, sauctiflaTr, -er C, p. N 733, bénie NI 1 13, santi- G; -ffiat, r. ef J 76 b ; ty santî- 
moniel, maison de religieuses N 209, sautus, sanctifF, 1. sanctitus Cb. Auj. sant, du 1. sanctus. — 
Santarr, sentir C, B 273, voir, savoir 299 ; -a/ sentir (une odeur) J 98 b ; -tiju H, -tout être sensible B 
3i5 ; -taff je ressens 681 -tan 5 11* -;a/ie(le) sens (chaud) J i n, -^je trouve (la tour jolie) B 195, o«f — je 
sais que vous êtes 86 cf. N 207 ; 3" sg sant B 484, -net N 1594, 1881 ; a san lis. a sant qui sent, r. ant J 12 b ; 
-ntsoch P 204, cond. -ntech R 641, -nter qu'on sente 473 ; -ntsenn 188 ; sentat r. ant B 5oo santidigaez, 
sensibilité C, santus, sensible Cb. Auj. santout, du 1. sentio. — Saoui*, saveur C, r. eur J 212 b et B 
499; salut, grâce 558; sauour odeur, 5oo var. saowr ; -iff, savourerC; -j rassasier N 427, p. guell 
saouret plus savoureux B 2^9; -rus, savoureux C, sauoureux Cb, v. santaff ; saour Pel., galisatvr, du 1. 
sapor. — Sap, sapin C, sap, sapr Gr. — Sapiaucc, sagesse B 3i i, -pieut, sage N 2o5. — Sar- 
diu, -e G, auj. id. Du fr. 

Sardoneuu, bourdon C, sardon, sandron, saffron Pel., tréc. chardonen ; v. br. satron gl. fucos ; voc. 
corn, sudronenn gl. fucus. 

Sai-niaut, -ent de vigne C, pl. (ho irouchaff les couper) Cb. — Sai*uiou, sermon N 470, ser- Cb. 
P ; sa- parole, discours B 453, prêcher B i34, C, N 454, P ; sermonet dit, expliqué J 68, sa- vous parlez 
B 201 ; cf. NI 3i4, N 504, 528 ; -oner, prédicateur 43i, B 56i ;auj. id. — Sarp, serpe C. — Sar- 
paut, serpent G, NI 3, se- Ce v. lost, -ent Cb v. leuiatan ; pl. -anteti 1 1 ; sai-pautiuenu, serpentine, 
herbe du dragon C; auj. sarpant. — Sarqueu, cercueil C, -quéCb,-quen Cc,ci. br. serch Pelj au centre de 



376 DICTIONNAIHI-: ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

la France serqueu, sar-, Jaubert. — Sari-acin, g. id. ou païen C, pi. yen Cb. — Sathan, Satan B 
664, J 88 b, NI ICI, -nas 3g, C, J 97, Jér v. loman, P, B 722, Sata- 433 ; au). Satan. — Satin, satin C. 
— S:iti»ifnar, satisfaire J 68 b, -iffiaff B jSi ; fut. -o 298, 2» pi. -isfihet J 14 b, -iher on satisfera 36 ; 
•««ra<*tioii, g. id. 90 b, -iffacion N 597. Du fr. — Saturnus, Saturne B 114, planète C. Du lat. (mot 
savant.) — Sauff, sauf, excepté? NI 140. — Saug, sauge G. Du fr. — Saus, anglais C, saux M 4, pi. 
Sauson Gw. v. anne^\ tréc. id, du 1. Saxo. - Sauter, psautier C, du fr. — Sautraff, souiller (add"» 
msie du i(,e s. au Cath. de Quimper, sel. Le Men); un vieux livre porte sotraff, souiller, |dit Pel. Léon. 
saotra, cf. v. br. saltrociong\. (uitiosae, ....) graciles; rac. germ., cf. fr. sale (Stokes), poitevin setrou, soutrou, 
sale, immoral. (Lévrier). — Sauant, savant B 40, N 124. — Sauatei*, fripier, savetier Cb. Du fr. 

Sauellec, C ; van. sav-, râle de genêt Pel. 

Seal>ell, escabeau C, auj. id, du fr. 

Scan', léger C, squaff Cb v. lestr ; scha/ P 89; scaff léger», vite, N 323, 601, P, a — B 338, en 
scaf } 26, e — i3, ent scanf 148 b, id.; en sca/ certes 1 38 ; — certes 22, ne/ -^ tout à fait pur 66 ; cas 
scaf, cas tout nouveau 216 b; an -ffhaf gloas la plus légère peine 41 b ; scaffder, légèreté Cb, -fTelez, 
id.Cv. fri/an; -IThat, alléger C, débarrasser B 416, p. sca/Aae/ J 198 b. Pel. parle d'une rime de icj^ avec 
randon, datant de 200 ans. Ce sca^était peut-être par erreur pour Jon, explétif. Auj. skanv,\. gall. scamnhe- 
gint ils allègent; voy. squeuent. 

ScaFfii, tablete C. al's banq Cb, selle a assoir Ce, dim. scaffnîc, banqyc, petit banc Cb. Auj. skaon 
du 1. scamnum. — Scand an pesquet g. escannie C esquaille ; -ntus, 1. squamosus Cb. Auj. skant, v. 
br. anscantocion 1. insquamosos; dérivé du 1. squama. — Scandai, -e B 269, C, bruit N i355, B yy*, 
tourment 562, P, malheur infamant NI i38, cf. B 23, -aflf, torturer 471, -lîzaff, scandaliser C, p. 
J 63 b ; -lus, contentieux Cb v. striffaff. Auj. skanialat, gronder, du fr. — Scapb, petite nef C, nef (pour 
pêcher) Cb v. lestr ; scaff Pel, du 1. scapha. — Scai-pulep, g. scarpulaire C, van. id Gr. ; du fr. 

Scai>u, en e — (le feu) en faisceau? P 253, cf. corniq. icar/ jointure, esp. escarba; léon. scarfa Pel. 
joindre, tréc. skarvan, fr. écarver, angl. to scarf? 

Seau, ceu (sureau) C, P, — groach érable C, — g'ach Cb, squauenn ceu C. Auj. skao, cart. de Lan- 
de v. scaven, gaul. oxo6ir)v 

Scaut, corruption d'air Ce, corruption, tempesle en blé, 1. uredo, -aff, échauderC, -tenn, échaude 
1. arthocopus, C; auj. skaota v., du 1. excaldare. — Scianc, -ence NI 3/3, -cf Cathell p. 11, -ce C, -ce 
Cb, scîentlflc, 3 s. savant B 49. — Scîsmatîc, schismatique C. — Selaç, glace iM 10, -ce P, J 11, 
123 h, yen — 34, 71 b, i3o, B 477, auj. skias, du fr. — Sclaei*, clair C, brillant B 98, sclear H, 5c/er H, 
N 1696, NI 340, -aer ... a speret qui a l'esprit clair B 96 ; clairi, certain» J 5 b, 1 1, 32 b, P, N 1 162, scier 
114, i3o, J 25 b, P, NI 329, a — id 62, N 100, a -aer B 340; comp. -och P, scier- M 55 v, sup. -r/iajf NI 
141 , B 322; -aerder, clarté 5o2, Cb, J 148, -lerder C, NI 10. 356 ; f. : Ae M 55 v ; -aerhat, resplen- 
dir C, éclaircir Cb, éclairer B 307, -ha il éclaire 3o8, p. sclerhet Cb, illuminé, instruit M 57 v, — has (l'air) 
s'éclaircit NI 33o, -aeryaflf, briller Cb, impf. -lerisse Cathell. 34 ic/ar- éclairait 20, -aeryat, être clair, 
apparoir, et, -aenyer. Ce, -aryer Cb 1. nitor, g. resplendisseur ; -aerlon, 3 s., r. on, clarté B 499 
-ien 3o6* -yen 53o ; sclerien 2 s. NI p. 107 ; sclaeryus, sclar- brillant Cb. Auj. sklaer cf gall. dysglaer, 
du fr. clair, voy. claeryen. 

Sclezrenn, ratoire (ratissoire Ce) à raire blé mesuré C, cf. cle^renn van. scléreenn glace légère, gall. 
cledren plaque. 

Sclîzeenn diouch prenn éclis, -iscenn crampoe^ 1. palmula C. (tréc. sklinsen) ; du fr. (orig. germ.). — 
tour, 1. cinociclocitorium C, du v. fr. esclotouere, retis species, Du Gange. 

Scoaz, épaule C, f. : diou — Cb ; -ace N 1644; ouf scoa^ Doe à côté de Dieu J 37, cf. of — an-mur 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYKN 377 

Jér; -îec, qui a de grandes épaules C, — bras Cb ; c^coacell, 1. trapeta C, une poutre à soutenir qq 
ch. débile Cb, soustenance Ce. Tréc. skoa, corniq. sctiid de *sccdâ cf. sauver skandha. 

Seobttell, molinet que les enfants mettent au bout d'un bâton pour tourner contre le vent C; et vo- 
lant Cb, -el, volant (jeu) Pcl., scopitêlt id. L'A. ; cf. it. schioppo, fr. escopette ? — Scocc, Ecosse Cb, 
Socc Ca ; scocces« écossais Ce. — Scodenn, escot, 1. surcus C ; souche Gr. Du fr. 

Scoet, écu (monnaie) C, N i5o5, ur-scoet heoU un écu sol pi. scoetyou heoll Am., scoeden, 1. scu- 
tarius, faiseur d'écus ; -dus, 1. scutatus, qui a escus, Cb. Auj. skoet (monnaie) v. br. scoit bouclier, v. irl. 
scia th. cf. ixia. 

Scol, école C, a droite — qui fait faire le mal B 26g, dre — régulièri ? NI 178, dim. -le, Cb -lastic, 
-que, 1. -cus;-lyer écolier C, -ierN 1148. Auj. id., du 1. schola, 

Soolpenn, (éclisse) v. i. ascloedenn Ce; sclop-, v. scli^cenn. Auj. skolpenn ; cf. tr. co^eju dont Pel. 
cite une forme escoupeau. 

Sconn, gelée C, scourn ; -aff*, geler Cb, scor- C ; scournder, gelée Cb. Auj. id. cf. gall. crawn 
amas, pus? 

Scorpion, g. id C, du fr. — Scort, vide, épuisé Am., qiten — aussitôt? P 277 ; cornou. trop peu, 
trop court Pel., cf. angl. short, it. scortare, fr. écourter. — Scot, écot J 210, du fr. 

Scouai-n, oreille C 2 s., J 75 ; f . : diou 98 b, NI 556; -nn P; -rnec, qui a de grandes oreilles C. 
Auj. id., v. br. scobarnocion ^. auritos, cf. ail. schauen, lat. cavere (Windisch). 

Séoul, escouble (milan) C, Pel. ; voc. corniq. id., gall. ysgwjl, proie; tréc. skoujlad, m. tourmente, 
cf. angl. sciijjle. 

Scourgez, fouet C, J 107 b, pi -ou io5 b, B 465, -aou NI i35 ; -ezet, flagellé J 178, cf NI 148. 
Auj. id , du f. escourgée. 

Scounr, branche C, auj. id; scoultr branche coupée Gr., voc. corn, scorren ramus. 

Scrap, a — par ruse B 332, (démon) ravissant, avide 626 ; un — enlevés ensemble? P, -at, gratter 
(comme les poules) C, -bat Cb ; skrabat, gratter, dérober, Trd. De 1. ex et rac. germ. du fr. grappin, etc. 
(Stokes). — Scribe», les scribes J 16 b, 207. Du fr. — Scrihnal, 05- — ho dent (eux) grinçant des 
dents J 123, var. -ignaf. Auj. skrignal, du v. fr. grigner (orig. germ.). — Scrîptur, écriture B 94, C, 
H, J 23, NI 5i, N 1705 ; i" s. r. it 1086 ; -itur J 144 b, NI 3o8 ; pi. -ipturou B 96 -iou 96*, -you 99, J 43 
b, scry- 284 b, scripturiaou Ni 107 ; scrit, (par) écrit N 1408, livre 764, 793, Cb v. leffr, en scryt en 
écrit J 167 b, var. -ypt, r. it ; serait l'Ecriture B 56o* ; scruîtoer, -uytouer écritoire C, al's scritol Cb, 
scruyuaflT, écrire C, -uiffaff P, -uiuaf B 145', scriuaff Ce -vaf } i63 ; p. scnvet J 3o b, -yvet 204 b -iffet 
NI II 1, cf. 549 ; prés, scruifaff M 71 ; scriffCb; serifli i38 b, éd. 1622, cond. scruiffue ; seruyual- 
gner, seriffaingner écrivain C, scriffua- ; scriuainer a vermillon écriveur de vermillon, -ngner Cb. Auj 
skriva écrire, v. gall. seribenn écriture, du 1. scribo. — Scruyuell, étrille C, scry- Cb, scri- ; -eiff, 
étriller Ce, scry- Cb. Auj. skrivel, cf. gall. ysgrafell, même rac. que scrap, avec influence de scribere, 
cf. gall. ysgrifell, plume. — ScubafT, balayer, -belleun, balai, -bien, -byen balayure, scub- 
leeb, lieu des balayures C. Auj. scuba, du 1 scôpœ. — Scudeli, écuelle, C, — an balance écuelle de 
balance; dim. -ic, Cb, -lier, faiseur d'écuelles C. Auj. id., du 1. scutella. 

Scuemp, 1 s. subtil, prompt (à tenter qqn) 27, squ- vif, hardi (à faire du bruit) 599, ha ny — nous 
sommes pair à pair, me a rethe — je courrais prompt' (en 5 endroits) J 146 b ; skoemp agile, insinuant, sca- 
breux, R. c. VII, 5o ; potret skoem r. em, garçons vifs, éveillés. Collection Penguern, Bibl. Nat. ms. celt. 
no 93, p. 60. Cf. gall. cwympo, tomber, argot Qitimper ; l'expression t quimper la lance " équivaut au v. 
fr. et berrichon actuel « tomber de l'eau », uriner. 

68 



378 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

Scuezr, (équerre) C, seuejr lis. se- B 67 ; auj. skouer exemple ; du 1. 'exquadrare. 

iàciiyllan', répandre C, scui- H, p. J 42 b, cf. P 181 ; -lias 144 b, N 41 ; squ- 465 ; scuilse verserait 
70, -yllabi, espandable, 1. futilis ; dre scuyll, 1. sparsim C6, scuill v. squingnaff. Auj. skuilla corniq. 
scullye, irl. scâilim. 

Scuyz, las C, J 61 b, -ys P, -if J 108, N 960, B 467, — stanc 481 cq N 1792, sci{>-s s/jhc NI 210, 

ng Am. V. mattc, très las, scwj'f dystry^et id G\v ; scuyzaflf, lasser C, scui- se lasser B 463, p. 58o, 

•^o se lassera 475, -znez, lassitude C. Auj. id, van. chuic'h, corniq. squyth, cf. v. irl. scUh, voy. escuit. 

Se, en be^ret -se dans ce cimetière H, en bej se P ; cela (est) J 33, 23o, cf. NI 3o5 ; (crois) cela J 17, 
N 1759, cf. 840, N 1 17, em eux se diliberet je l'ai résolu i ii b ; da se (prêt) à cela B 235, goude -se, e>>el-se 
H. Auj. id, V. irl. sin, voy, heman. 

Séant, séant, convenable 44, J 35 b ; comme il convient, i53. — Sebastien, n. pr. C, -an Ce Du 
fr. — Sebeliaff*, ensevelir C, H, -af N 99, p. 102, Cathell 28, -yet C, J 97 b, si- 175 b, sebeyet Cathell 
27 ; -ellysont 3i. Auj. sebelia ; du 1. sepelio. — Sebeliiies, zibelines Jér v. feu^r; du fr. — SebezaflT, 
être stupéfait N 21, auj. -ja ; du 1. 'stupilare? — Sacli, sec C, B Sg, (coup) sec 370, -aflP, sécher C, p. 
N 1600 ; -er est séché N p. 108 ; -as J 4 b; -aff essuyer C, serchaf r. ech J i25 ; seacho séchera r. ech P ; 
eeebdei*, sécheresse, seehet, soif C, J 23o b, NI 5o P 283, 5ec'/iet Jér v. e/èoe/ ; seehedîc, qui a 
soif B 259, sichidic C, H ; seehydicat, avoir soif Ce. Léon, seac'h, v. gall. sich, du 1. siccus. — Se- 
cret, secret, adj. N 35o, discret J 19 ; sce- N i5io; se- (vous serez) cachée B 200, secret', en secret 16, 
164, ent — 36, en — J 18, en- bras zij b, e sce- N i564, secretaffXe plus intime B 520 ; secret un secret 24$, 
C, J 25, lieu retiré B 219*, (tu es tout mon) bonheur 225* (cf. irl. run) ; pi. -edou fvar. -tou) 186 ; nudité 63i ; 
-eter-, secrétaire C. — Seeter, ar — la secte, habit d^'s pénitents J 14 b, var. de ar ^ecter. — Se- 
eularîte, g. id, -lier, g. id C. Du fr. — SecziF, je cesserai J 182, sec// B 7,j ; -ccet ! J 164, -c^et 
190 ; prêt, sce^as P ; pan oucn en houj prêt ouj se fi/ B 291* lis. près, sesif, maintenant que votre poursuite 
se ralentit ; voy. cessant. 

Seden, (en être) sûr J 32 b, 95 b, (pas trop) rassuré 219 b, tranquille 44 b, — mecherour bon ouvrier 
B 6S ; ent - sûr', certes 60, J 39 b, en — NI 317 ; — (va) gaiemi B 39, sûr' 102, J 18, — considère/ notez bien 
28, certes 12, P, si- N 184, 33o sûr' 895, volontiers i23 ; dre nep se- J 71 b (ne le contrarier) en aucune 
façon ? Tréc. ^eder, gai ; cf. gall. sad, sedr, ferme, même rac. qu'angl. steadyl 

Sedicius, -tieux J 117 b, du fr. — Segal, seigle N i552, C, sae- C. Auj. segal, du 1. secale. 

1. Seiz, sept C, H, J i3 b, NI 527, sey^ 179, seys j'i, 278, seîzdec, dix-sept C, seizuet, 7" C* 
NI 52, cf. H, P; — ueder, 1. septenarius Cb. Auj. seif, v. irl. secht n-, cf. 1. septem. 

2. Seiz, soie C, al's sceif Cb, léon. id, du b. 1. 'seda. — Seizet, 2 s. paralysé N i6oo,séy- Gt. ; 
séi^jy paralysie Gr., voy. saesi^aff. 

Sellet, regarder C, H, J 5, N gS, NI 37, B 89, heb — poan sans regarder à la peine 116, cf. J gS b ; 
regardé 68, — da auber (j'ai) visé à faire N 1489, em — vous me regardez B 547 ; sell vois, veille à ce que 
N 635, — o«f iff\ B 440 cf. P ; sellonp moean, voyons, trouvons moyen J 17, cf. B *i5i, 164, 767; se//e/ an 
cas examinez le cas J 36, — en ecas 76 b ; cf . B 74* ; impf. -llech 3o4, J z34 b ; selsont P ; selhemp que nous 
voyions B 60, ma oj selhet qu'on vous voie 454; sellet huy voyez 416, sellyt hu, chetu huech J 146 b, setu 
N 126, — aman 221, settuy 1854 voili, sede 1634; seade a gry voilà ce que tu feras Jér ; setun voilà le N 
706, voy. chede ; sellabi, regardable, -llus, id Cb. Auj. sellet, v. br. silim tuitioncm, irl. sellad. 

Seluestr, -e C, du fr. — SembI, faible C N 1866, -pi 894, Am. v. rog, seinbldet, faiblesse 
Cj-dei*, Cb V. vaen, -plaflT, s'évanouir C,-a/ J i33, me a sembl 108 ; -plat, affaiblir C. Auj. id, du fr. 
simple.— Semblant, (remis dans) l'état (d'innocence) J 45, sebl- (faire) semblant B 164, marque ("d'ami- 
tié) 522, (faire) preuve (d'affection) N 799; air, mine de qqa B 538; a seblant i(/f il me semble N 



DICTIONNAIRK ÉTYMOLOGIQUE DU BRKTON MOYEN 879 

1859, cf. Cathell 35; -et qui semble, qui paraît juste B 71. Auj. seblantout sembler. — Senator, séna- 
teur C. — Seiiessa!, sénéchal, et ucsseau pour recepuoir urine, 1. madulaC, et sénéchal juge Jér. ; 
eenescbaldet, g. senechaucy 1. senaschalatus C, senessa- Cb. Du fr. — Seiiez, senne de prebstres, 
I. synodus C, senel Cb, Ce ; sened Pcl., gall. senedd, du I. synodus. — Sensualité, g. id C, -suel, g. 
id Ci, du fr. — SentifT, («lî — m'obéir B 378,-1/56; mx sintif groa! 225*, cf. N lo.^g ma sy- m'ac- 
corder ma demande J i53, sintif o:; ohé'ir à N 177, cf. B 487, J 5 b sentiff... da NI 3, syntyff iér. v. dinoe ; 
prés, a sent oute P; prêt syntis J 167 b, 233, fut. sintif 41, -/f N 542, sent if } gS b; cond. pa em sentent 
s'ils m'obéissaient 177 ; na sentes à vont demejec B 228*, lis. nasente^ voy. assantaff. Auj. senti ; du 1. sentio. 
— Separafl, -er C, p. P, B 788; englouti, abîmé (dans la terre) 36 1, -aff")Q suis englouti 731, -ro se 
séparera J 21 ; esparet (toute la terre) immense J 189 b, lis. se-; espacet 2e s. r. ar B 496, (je descends sur la 
terre) lointaine, lis. separet ; séparation, g. id. Cb. — Sepliora, n. pr. P. —Septentrion, 
g. id B 242. — Septuoj^esîm, -e C. — Sequel, séquelle C. — Sequestr, -r.tion ; -ait", -er C. 
Du fr. — SeramantafT, torturer, litt. tenailler B 410 du fr. serrement. 

Sercli, concubinaire C, tréc. serc'li concubine, gall. serclt amour, v. irl. 5erc, cf. (tts'pyw. 

I. Seren, seraine, I. serena Ce (entre seqiiesiraff i:t serch); tréc. siren, sirène. — 2. Senen, (temps 
serein N 907. — SerflT, serf C. — Serg, G, voy. cerg. — Sergant, sergent C, dim. -ic, Cb. pi. 
-tet B 577, N 1404. Du fr. — Serraflt", clore C, serr ! ferme N i585, cf. NI 556, pan -imp guenaou 
quand nous mourrons 533. Auj. serri, du fr. serrer. — Sar»iaI>I, -e C, du fr.; sei*uig^, service B 44, 
C, M 56, N 199, cf. J 57, P; piété N i256, -ich 193, cf. H ; dim. -îgic, C; -uicliafl, servir B 700, 812, 
Cb v.pot, M 4 N 1786, — Doe i238, — da (Doe) 1241-1243 ; -«/ i3i, cf. J 7 b ; -aff, r. iff Q 177 serfigaffC, 
serui- Cb; -vig... a grehet vous servirez J 54 b: p. -iiiget B 63, se [ru] ichi je servirai N 39, -uichif 1225, cf. 
35, 12 u ; -îchei", serviteur B i38*-9*, -iger Cb, -vicher H, J 78, -eur r. er 8 b, pi. -erien 52, -uigeuryen 
Cathell p. 5 ; f . -chères B 496, NI 464, -gères Cathell 28, seruîetlenn, serviette, -uitud, -e C, auj. 
servich service, du 1. servitium. 

Serz, ferme, droit P; ej guereu... ho pascaf douce, glas ha — e grv^ Moyses J 12S b, 1291! vous 
nourrit d'un mets délicieux, sain et fortifiant, au temps de Moïse, cf. glas ha sech B 59, et vann. e gre au 
temps de, L'A, v. temps, olympiade. Ser^ abrupt, H. de la Villemarqué, Die. br.-fr. de Le Gon.; fort, 
Clec'h Bleuniou-Breij p. 8 ; tréc. ^ers Le Dantec, Biirjudo I, Tours 18S4, P- 74 ; corniq.et gall. serth roide, 
dur ; irl. seirt force cf. (tteoeo;. 

Sesaill an bleau, 1. forpex; — an neut 1. forfex C, tréc. ^ijaill, ciseaux; du fr. cisailles. — Se- 
tancc, sentence, jugt J 66 b, NI 529, B 687, -ncet, condamné, condamnable 426. Dufr. 

Seu, a — Jér. v. sew, cf. hasou ? 

Seul muy, plus...^ plus J 68 b, litt. tant plus ; — maj ve^affxam que je vivrai B 199 — ma^ vihet tant 
que vous existerez 53, 406 ; — ma^ studiaf J 197 b, — ma en coufhaf & b, tant que j'y pense ; ha — a gla- 
char ah ! que de douleur i25 b, cf. i25, 126 ; gr^dyff — a guiry fais-moi ce que tu voudras Jér, — gue^ 
chaque fois H. Auj. id, gall. sawl, cf. se, et suff. du 1. t. lis. 

Seulen, rets, filet, 1. sagena C, -nn seine Gr.; de 1. *sagenula? — Seurt, an — anqiicn une pareille 
angoisse J 34 b, cf. 28, dren sceurt lit N 356, en sort cas man B 452*, da seurt servicheur un serviteur tel que 
toi J 8 b, jf sort ordur P, e seurt peehet {pechet est masc.) 222, cf. H, B 704, e sort ampris (m) 719, e — 
goat (m.) 217* he seurt merch 146", cf. 218* he — grevancc J 2S b [grevancc est fém.) ; nep — cosquor per- 
sonne NI 180, nep sceurt den N 355, a pep — heni de toute sorte 282 ; dcn à neb sort B 23o* ; da pep — pour 
tous NI 338. Auj. id., du fr. sorte. 

Seuuienn, fraise C, sceui-, pi. ciuy Ce ; léon. 5)Vi, irl. suibh, cf. gaul. (jouêiï)? lierre ; R. e. VII, loi. 

Seuzl, talon C, pi. seulyou Cb, v. sae. Auj. seul, gall. sawdl, v. irl. sâl, de ''stâ- tlon, cf. I. {ob-) stdclum. 



Jgo DFCTIONNArRE KTYMOLOGIQUR DU BRETON MOYEN 

Seiien, !. laciuus C, bien venant Cb ; fort, solide B 222', 652, (dieux) existants 11 5, 354, ^^o ha ~ 
vivant et bien constitué N oo5, seven capitenet chefs légitimes B 29, tut — gens honorables! C ; heureux 
37, joyeux 20 b, 29 b, 187, louen ha seuen M 57 v ; cher (fils) P 8, sev- sain, fort, Ara., Gw; seven fort, qui 
croît beaucoup, seveni accomplir Pel.; de 'sta-m-in-, voy. saff. 

Sexa^es^im, -e C, du fr. 

Sezlou, écouter 3/6, C, J 190, N 5oo, P, p- ctoiiet NI 499, prés, -aou 447 ; -ou ! Jér., N 1647, -ouet ! B 
378, -ouhii! Am. -aoiiel NI 277; fut -0:10 B 609, N 670, -ouhiinp 474, -aouet que vous écoutiez NI 547 j-louet, 
the- Gw. Tréc. chilaou, corniq. goslow, golsow, écoute ! 

Sy, doute «e« rfeux - 67, «a gret — J 37 cf. 10, NI 271 P; (sans) faute, manque J i3, H, N 1074, ii 
247, 685, P 34, ne vef0 5>' B 25 1 ; ne;» — a ((y^oan aucune sorte de consolation NI 419, dre neb — en au- 
cune façon B 709, oar nep -^ id. J 45 b, 95 b ; (étoile de moyenne) grandeur NI 514 {dram sy B 58», 
dramsi 582*, sur ma foi, lis./r» tréc./ d'em doue! voy. /'ef). Auj. s/ défaut, du fr. si id.— Sybillet, les 
sibylles Cathell i5. ~ Sîcour, secours H, B 620, aider 391, 569,649, C H, J 96 b, 142, N 1447, sy-... 
e me\ur aider à le nourrir NI 3o9, sicc- C v. suffrag ; p. sicouret i 24 ; prés, se- B 585, da em sycour ! P 
sicouret / J i3i b, N 896, -1/ i83o ; fut. -iff B 487, se- 572, -in r. if bof ; -o 622, si- 175 ; -rhet :>59, cond. 
■he J 90; -rer, aideur f. es C, -i-us, suffragant, aydable Cb. Auj. id. Du fr.. 

Sidan, 1. curuca. Item linofa C, linotte Cb, Maun.; linot Gr. 

Siell, sceau C, 2 s. N i5o3, syel P 245 ? siellafl*, sceller C, p. J 169, -lier, scelleur C. Auj. id, v. 
br. siel du 1. sigillum. — SîlTeriiadur, enrouerai -net, enroué C. Auj. id, cf. fr. enchifrené. — Sîg, 
siège C. H, P, m. : try. Cb v. tricoingnec ; seyg trône NI 91, seig séjour (éternel) 35o, sig act. d'assiéger 
C*, pi. sigou sièges (des bienheureux) B 320, sichou J 20 b, dira, -gic, Cb; sigaiT, assiéger C, sy- Jér. 
V. studia- sich Gr., du fr. — SiguP, sûr, certain B 254, 390, J 58, 23o b, sûn, certes 66 b, B 212*, N 
1047, P 284, NI 259, sy- 362, P 243 ; oar hou sigur (J.-C. est mort) pour nous, à cause de nous B 179, 280, 
ftgur 179*, 280*, divoar hon sigur] 122 b, éd. 1622, voar hon Jygur NI 148 ; van. sigMr prétexte, gall. 
segur tranquille, du 1. securus. — Sîlancc, -ence B 5, C -neei*, qui fait silence Cb, du fr. 

Silyeun, -ienn anguille C, dim. -îc, pi. -Hou Cb ; auj. id, voc. corn, selli cf gaW.yslywen, sloiven ; br. 
stlaon-enn petite anguille, ail. schlange ? 

Sillabenn, syllabe, C, f. : diou, teirCb,peJer v.peuar; sita- C v. monosilab ; sillabinafT, épeler 
G • Bîllaber, I. sillabificus Cb ; petit. Trég. n'eus ket eur silaben enn-han, (ce linge est bien repassé), il ne 
fait pas un pli. — Silogism, syllogisme C, -afT, I. sillogizo ; -mer, 1. -izator Cb. Du fr. — Silsi- 
"uenn saucisse B 368 C-giier, celui qui fait saucisses Cb. Auj. id., du b. I. *salsicia — Sinibol, sym- 
bole C. — Symeon, Siméon NI 69, P, J 39, Symon, Simon 4 b. Si- C, simoni, -ie C, -nieux., 
g. id, 1. symoniacus Cb. — Sîmphorîaii, n. pr. C. — SimpI, -e, C, H, -det, simplesse C. Du fr. 
- Symudet. rendu muet N 666, si- Pel.; ar simud, an droucq simud, l'état d'un muet Gr.; de mut ; et 
SI défaut? ou cf. sinquerch ? — Simulacret, des simulacres B 354. — Sîn, signe C, J 5i b, 209, mi- 
racle 102 b, na ret — ne bougez pas B 608 ; signe (de la croix) N 1 123 ; dre vn — terminet, la chose est 
claire 1 108 ; syn H, NI p. 106 ; pi. -ou, var. -aou, miracles J 147 b, -aou NI 33o, 382, signou H ; signaflT, 
-er C, — gantpenn faire signe du chef Cb, me ho^ gray synet je ferai sur vous le signe de la croix N 1 126, 
me syno ho^ drem 1 128 ; sîgnatur, -e H, signiflafr, -er C, P, prés, -fi N 1482, cf. 1440 ; -ffy B 3o5, 
2» S. r. e^3o8; siniji N 1446, -ffi 1434; signiffi, sens B 91, -y i34, 385, en -îfiaiiec, en signe que 
J 1 17, 180 b, -îficatîon, g. id C. Auj. sin. — Synagoc, -ogue J 77. — Sînancc, g, esquinance, 
I. guturna C, sqinançj Gr. Du fr. — Sineliat, prompt, sans s'arrêter 41, 81, 457, 534, 538, -chant 457* ; 
voc corniq. sinsiat tenax, corniq. sensy, synsy tenir, du b. I. sacire saisir (orig. germ.) — Singula- 
rité, g. id. C, -lier, principal, unique B 199, 520, -yer J 187 b; cus«/ —, sage parti 191 b.; -ier 17, -1er 
s'nguUer C.— Synodal, g. id ; sinonim, synonyme C. Du fr. 



DICTIONNAIRE éT\'MOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 38 1 

Slnqfuerch, menue avoine C, voy. querch et symudct. 
Siiis, singe Jér. — Syon, Sion P. Du fr. 

Syouaz, hélas NI 71, 389, -J5 124,275, r. a^ 14, 66 ; i'>'«a5 r. cij 429, s^g'oa^ Jér., P, sj-oiief Gw. Auj. 
sioa^ corniq soweth, gaW. ysrwaeth, cf. so goaj (ce quij est pire N 795. 

Syoul, tranquillt,2 s. r. ol N 1260, siul ha dyblam patient etsans reproche, (pron. «V/ ha divlam ?)deomp 
en s/w/ allons sans bruit Jér. k\i]. sioul, cf. gall. syflyd howgtr, irl. siubhal? 

Syra, sire ! N 293. — Sîstern, la citerne; le puits (de l'enfer) B 355, -»m 736.— Sîsti*, cidre 
C, léon. id. — SituafT, situer C. — Sixt, sexte H. Du fr. 

Sizl, (passoire) C, ii/f Ce, sizlafT, couler, 1. colare C. Auj. sf/, gall. hidl, de 's{r)îtron cf (jÇjdTpo-.., 

Syztin, semaine M 10, 51- C, -aclei*, sepmainier 1. hebdomadarius Cb. Auj. id., du 1. septimana. 

Syziin, enés cap — l'île de Sein Gw. v. seisun, enés Cap-sipin ibid. v. tallout ■,a.\i]. id., cartul. de 
Landév. Seidhun, 

So, est (après le sujet) H, J 6 b, N 12, P, me jo je suis J 18 b, me so néant maauantur mon sort est 
cruel N 363 ; pemdec bloa:^ so il y i5 ans io3, so qui est 48, so be^et qu'il y a eu, qui a été B 245, an ter- 
men so 21 5*, eguyt a. t. s. J 112, pour le moment ; chede so, 1 10 chetu so iy h, voilà ! so a est de, i s. 41 
b, cf. 144 b ; so e est dans 2 s. 17 b, so en 2 s. B 176, i s. 87, J 81, cf. 25, B 255, 522, so hogos 2 s. J 143, 
so ou^ I s. 58 b, B 276. Auj. id. ; {mar) so équivaut au v. irl. (ma) -ss-u, gr. (eî) sut' aù(Toi;), Stokes. 

Soaff, suif C, tréc. ;fOj, cf. 1. sébum; soauon, savon C, tréc. ^oavon, gall. sebon cf. I. sapo (orig. 
celt.). 

Sobr, sobre C, soubrder-, attrempement (modération), Ci v. recreaff\ sobndet, sobriété C6. 
Du fr. 

Sodell, syn. de rolech C. (ornière ) ; cf. vann. sodell sotte ? 

Soez, ébahissem» C, nara— i s. ne t'étonne pas B 685, cf. 544, J 120 b, N 903, mar graf — si je fais 
un mouvt de douleur 901, hep — sans me troubler 268, — eu c'est merveille que J i67 b, -afi, être ébahi 
C, -afi 1 19, 223, ne fell — il ne faut pas vous récrier, n'en doutez pas 23i ,• ma em -ff ... a raff B 233, 
emem — 284 je m'étonne ; p. soe^et 104 N 17, C, J 216 b, sce^et var. soumet 71 b, soue^et NI 145, 5o4; ne 
souyt quel n'ayez pas peur N 1922. Léon, soueja étonner ; du b. 1. *subidare, prov. soptar ; vov. soujan. 

Sol èo^es semelle de soulier C, -yafT, semeller Cb. Auj. id, du 1. solea. — Solem, solennel C, 
solennité, g. id Cb, P, soll- NI 334 ; solennîzaff", -iser Cb. — Solyei-, suler g. solier C. Auj. 
id, grenier. — Soliter, solitaire C, N 246. — Sollîcitud, -e Cb. — Som, dre un — (qqn l'a trahi 
malencontreus') pour une somme d'argent J 2o5,amiy son r. om (saluer) beaucoup 1 1 1 b., un som (rester) qq 
temps NI 3i2, en — id J 208 b, eguyt un — pour qq temps 1 1 1 b, bet un — id 192, vn — qq temps N 825 ; hep 
quel — sans tarder Jér. v. peban. — Son, la Saône C, du fr. — Son, son, bruit Cb, B 348, J 99 ; pe^ — 
quelle raison N 5i8. oar — ebataf pour leur plaisir J 226 chanter, parler, NI 137, P, dire C 523, N 481 ; 
-aff, sonner Cb, sonn- (dans les sou-) C; senyff P, var. siniff ; a son re disonest (ce refus) est très mat 
sonnant B 235; na sonnyt guer ! NI 6j, nasonetg. S 18, ne dites mot; soun son, soneri, sonnerie I. Auj. 
jo«, du 1. sonus. — Son^afr, penser M 3, NI 1 38, réfléchir à, v. act., N 18 ; soingaf 4gg, -ff M3, soy- P, 
songeai H, enn haff pan songiaff B 682, quand je pense à lui ; pa em em — y3i, pan em — 104, quand je 
réfléchis [tréc.p'en im jonjan), soing il pense, est sur le point de N 1882, pan ho soungas quand il pensa 
à elles, à ces peines NI 41, soyng I P 241 songeomp ! B 804, -gyt ou!{, songez à NI 78, cond. sonche, soyn- P; 
songeou, songes H. Auj. sonjal penser, du fr. songer. 

Sonn, arrêté, sans mouv' Gw., en e sa/ — tout droit, dressé J 148 ; raide, mort, B 592 ; son (mont) es- 

69 



382 5ICT10NNAIRK ÉTVMOLOGIQUF, DU BRETON MOYEN 

carpe J i3 ; fort, qui se tient ferme i32 b, (n'est-ce pas) fort, beau, grand NI 418 ; be^it soun tenez-vous droit 
Am., sonnet, (désir) ferme, fixe J 193 b. Léon sounn, cf. gall. synu regarder fixe-mont ? 

(fiior, han douar— (le feu dévorera...) et la terre desséchée ? NI p. 107. Du fr. saur? 

Sorcer, sorcier C f. -c![eres B 611, -rceres^ dim. -le, Ct; -«erez, sorcerie C, pi. -ou ensorcelU» N 
777. Auj. sorser ; du fr, 

Sonc'hennet, trompé, illusionné Am., sorochell, vessie Ce, vessie pleine de pois Ci; auj. 
sorc'henn radotage, soroc'h grogn*, soroc'hell vessie de porc où l'on a mis des pois secs (jeu d'enfant), cf. 
sarac'ha bruire comme les feuilles sèches agitées par le vent. Trd. 

tâornet, e dorn — sa main liée? N 1478. 

Sort, sort C, teureul — tirer au sort J 145 a drouc — (chose) de mauvaise sorte, odieuse B434, voy. seurt; 
eordoui', sorcier J 82. — Sot, sot C, B 270, N 835, P, sotte (réponse) J 77, un — un fou 102 b ; scot 
sot 104, sott' NI 429 ; sotenet, ébahi P, isotin, sot B 290'; sotîs, sottise 307, 741, sotony, id. 
236, 409, Cb, N 1545, -i i525, pi. -ou B 317. Auj. sot, du fr. — Souben, soupe B 43, J 200 b, -nn C, 
dim. -îc, Cb ; soup )ér., ober soup, ou soubaff, faire soupes C, -bennei*, souppier Ce, qui fait (des) 
soupes Ce. Auj. id, souba tremper, voc. corn, suben offa ; orig. germ. 

Soubit, basse-fosse J i65 b. 

Soublîecj, avec souplesse, agilité Am. v. mibin ; soublaat dompter Trd, du fr. souple. 

Soucb, soc C, auj. souc'h, v. gall. such, v. irl. socc, de 'succos, voy. houch ; peut-être par l'intermé- 
diaire du lat. (Thurneysen). 

Soudaet, 3 s. 2« r. ae soudoyé J 168 b, -dant, soldat Am. v. braga (auj. id). — Souden, C, 
tout de suite J 223 b, -haf la plus prompte (mort) 100; auj. brema-jouden. à l'instant, du fr. soudain. — 
Soufllsaiit, satisfaisant, bon B igS, digne J 41. -ssant B G12 ; souvi- assez J 233 suffisant id N 352 ; 
-siant habile B 40, var. sufi- ; souysant instruit N 1040, -isant da capable de J 197 b ;iâouHitafl*, suffire. 
— Souflfïet, g. id. 1. fabrum. — SoufTIr, du soufre C, -us, plein de soufre Cb. -— Soutiras, il 
souffrit NI 23 1. — Souhaet, souhait, désir J 176, -het NI 471. — SouillaflT, C, H, soi- C souiller p. 
P; souillas souilla NI 394, -a/ N 565, soill, tache, -adur, id, dim. souilladuric ; soillus, soui-, 
plein d'ordure Cb. — Soulacc, soûlas C, consolation, joie B loi, 681, J 79 b (r. as), 124 b, P, N 204, 
-ac 272, -aç M 10, 57 v, solacc P, soull- J 236 b, soulaig r. aç NI 101 ; soulaczaflT, donner soûlas C, 
•acet consolé B 5i4, -ace il soulage N iig, -acy id 166 -açus, réjouissant M 8 v. Dufr. — Soulenn, 
escouble, chaume C, auj. id, gall. sofl,à\i \. stipula. — SoumetafT, soumettre C, -a/ J 34 b, iwm- 
metaff C. — SoumonafT, semondre, 1. citare C. — Sourci, souci, fleur C, -cill v. rossecu. — 
Sourcy, souci, soin H, N 170, peine 742 ; ma — mon nécessaire 452 ; -i i65, soucy B 606 ; var. sourcy, 
r. ours J 61 ; sourci, il se soucie N 1 1 14. Auj. id; du fr. — Sourcot, robe de femme C ; du fr. sur, 
cotte (angl. surcoat). — SounnoutafT, surmonter C, sur- Cb. — Sourpelis, g. id C (surplis), au). 
sourpilij. — Sourpreu, surprendre B 52 1, 612, -j/f saisir M 3, tromper N 1475 ; -net éludé M 3, affligé, 
troublé J i5 b, 70 b, NI 243, souprenet N 1822 ; sourpren il atteint J 178 b, -0 tourmentera B 482, surpreno 
empêchera 235 ; soui*pi"en, peine, douleur 45, 499, NI 272, P, J 126; var. su- r. our (75;tréc. ^oupren 
surprendre. — Sourt, g. sort, 1. s(l)ellio C, pi. sourdet sourds, salamandres J i3, M 7 v.; tréc. jourd, du 
fr. - SoutafT, joindre C, o^ sout outy en s'attachant à mon cas, en l'examinant bien N 367, a goall 
saout outaff famtc de le trouver NI 107 ; sout (var. .saout) oujit te rejoindre P, soutus, joignable C v. 
ioentaff ; du 1. solidare, cf. fr. souder. — Souteu, soutien, aide, moyen C 36o, 636, alliance 33, protec- 
tion 184, NI 298, P, autorité, force B 1 1 5, raison J 1 30, N 1447 ; soutenifT, soutenir B 266, C, ; -ny N 
i332, -ten, porter (sur les fonts baptismaux) 958. souffrir B 587, défendre 357, NI 322 p. -«e/ supporté J 
23 b ; -a/f j'affirme B 83, -0 servim (la sainte) 655 ; 2* pi. -//e/ J i84;cond. -Ae B 122, -lier on supporterait, 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 383 

on peut supporter J 34 b ; -en«ncc, aide Cb, (sans) pitié N 1891 (pour ma) nourriture N 1234. — 
Soutil, subtil C, habile B 38, 274, 3i5, J 96, P ; -la, habileté B 610, subtilité, J 1 15 b. — Sou- 

ueren, souverain B 424, (notre) — M Sg, triomphant B 5i6, suprèmejM 5/ v, J 166, souv- habile 146, souu- 
B 83, -ent t. en NI 174, -eran P. Du iV. — Souzan, tromperie B io5, 149, 443, N 24, effroi J 10 b, P, 
saou- Jér., surprise Gw., (sans) hésiter NI 3 10; tromperie 3, N 348, sauo^an NI 97 ; saiizanafr oar an 
hent errer Cb v. quer^et, saoïi-v. treiff, sou^any (sans) se troubler N i5i8 -net surpris, troublé 48, B 104, P, 
J 144, chagriné 187 b, sau^ano s'étonnera NI p. 107 ; e\ ouff fallet ha saou^anet en hent Jér. ; v. br. Soudan, 
hebetudinem, du 1. subitaneus. — Spacc, espace C, place J 160 b, N i556, espace (de temps) NI i32, 174, 
temps, 493, B 54, 656, P, N 385, 426, 880, gant — à loisir 272, hir — longtemps 1 19. J 79 (avoir) la patience 
(de) Bill, (trouver) moyen 5i8 ; spacç NI 323; spac 5i2, en spas maj edy tandis qu'il est M 3, ««paeus, 
spacieux Cb ; du 1. spatium. — Spains;, Espagne C, spaieçnoi, espagnol Cb, du fr. Span, relâche 
interruption J 79 b, N 1540, (sans) délai 3o, NI 415, P; discontinuation, Gr.. tréc. spanaenn Trd.; spa- 
nell an crampoe^, {scli^cenn cr-, al's) instrument à tourner les crêpes Cb; spanell ^alettoirc Gr. ; du 1. 
expanio ? — Spanfel, épervier C, Jér, auj. id. du fr. (orig. germ.) — SpantTioi/'- biniguet aspcrsoir 
Ce, sparf Gr., du 1. spargo? 

Sparll ann or fermure de huys C, auj. spart barre, XIII' s. -//, Cart. de Landév. , de 'sparulus, dim. 
de 1. spams (orig. celt.) 

Spai*vent, ef — (le feu) sévit (contre le damné) P 253. 

Spatulaniancc, sorte de divination N 776, du 1. spathuLi et |xoivTe(«- — Spaz, eunuque, «aiT, 
châtrer, -zei*, chàtreur C, -eur; -zadui*, châtrem' Cb. Auj. id.,du l.spado — Specc, espèce, beauté C; 
(chaque) espèce, créature NI p 108 ; spes nature B 3i i ; noble J 5 b, a tra — la chose est claire NI 64 ; — 
bien, tout à fait, certes 319, 525, J 121 b, N i53, 190, 25i, i375, P, B gS, i33; spessaff très bonne (phi- 
losophe) 96; specic, petite espèce Cb, spécial, g. id C, (notre) vrai (roi) NI 140, cf. B 172, J 70; 
(lieu) marqué 47 ; tout droit 46 b, spécial' 98 b, M 2, en — 3, en -yal id J 207, -iel H, -ialdet, bonté ? P, 
282, -îalite, g. id Cb, -cyTyat, fut spécifié, annoncé P; auj. spesoii les saintes espèces. — Sper, 
sphère C. Du fr. 

Spei", race B 337, Gw, léon. id, sperius fécond, fructueux, Gr., du lat. sperina ? 

Spenancç, espérance Cathell 14. — Spenet, esprit C, H, J 3i, P, N 61, (rendre 1') esprit 895, (ma) 
vie B 119* spehat P 261, r. er et et, lis. speret ' pi. -redou H, N 93 ; spirituel, g. id Cb, H. Auj. spe~ 
red, du 1. spiritus. 

Spern, épines H, J 109 b, NI44, e«>jaubépine C, •rnennic, petite épineCt, auj. id, cf. v. h. a. sporon 
éperon (Stokes). 

Speui*, 1. aspar C, une rangée de piliers à maçonner, ou à lier les bètes es étables Cb ; cloison Gr. 

SpezadeHin, groseille C, giiejenn spejat groseillier Cb, léon. id, gaW. ysh^dJaden; corniq. spedhes 
ronces. 

Spi, espérance C, J 160 b, N 587, en e — dans son esprit NI 355 ; spy espoir J 93, opinion 104 b, 
spiaff, espérer C, j'espère B 682, spy il espère 702, J 164, cf. fr. épier. — Spillenn, épingle C, dim. 
-îe, Cb, auj. id., h. hr^épille, cf. it. spillo. — Splaun, clair, brillant N 908, P, B 29, 359, clair', ou- 
vert', certes 264, 633, J 14, 52 b, 76, en — B 34; -an H, J 187 ; -am r. ann NI 43, 325 ; spann P 269, lis. 
splann ? Auj. splan, gall. ysbla:i, du 1. splendeo. — i^plet. les affaires (de ce monde) N 1 165, 1279, 1327 ; 
(par) l'elîet (de) 81, P, NI 406, (par) l'opération (du S. Esprit) 80, (entendre) la parole (du S. Esprit, de Dieu) 
N 545 — an pechedou (renoncer) au péché 226, an — le cas (est inquiétant) 1 172, voar nep — en aucune 
façon, pour rien au monde 509. 56o ;— certes NI 5o3, van. splet avantage, cf. br. dispied, abject; du fr. 
exploit. — Spoe, éponge C, al's spoing Cb; } 143; tréc. spoue, bouchon; du 1. spongia. — Spont, 
peur G, B 386, P, J 70 b, cas épouvantable 10 b, 217 b, spount r. ont 223, spond Cathell 24, spontaff*. 



384 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

épouvanter, avoir peur C, j'ai peur B 794, p. N 809, ef spontat on uut p';ur NI 107, cond. -the i ^'i^\ 
spoiitJAbl, épouvantable B 556, 737, Cb, -ntut», peureux Cb. Au), id., du 1. expaventem. — Spoum, 
écume- C, Gr. ; cf. 1. spuma. — Spurg, 1. cathapucia C, pilules Cb ,■ spurch épurgc Gr. Du fr. 

lâpusenn, pépin C. -sert, splusen Gr., corniq. sprusan; cf. ail. spross bourgeon ? 

SQuacc, aornem' a iambes de femme pour cheminer G ; instrum' à mettre sur le pied d'une bête pour 
la garder de cheminer Cb ; g. abot Ce ; auj. skas, même orig. que fr. échasses ; R. c. IV 166. — Squar- 
lae, écarlate C ; scarlecq, scarladd Gr. Du fr. 

Squein*, Cb\ tq- Ca, i^uey^ frapper, v. act. M 4, p. squoet C, scoet C, (clou; enfoncé B 471 ; prés. 
sque C V. dac, squce M 10, sco J 107 b, il passe (la nuit) 64; squeit i s. B 588; prêt, scoas 144 b, scoat^ 76, 
I s.; SCO ! B 58i , nern — ne me touche pas J igS ; squeomp i s. B i 58, 2 s. 590 ; squeit 1 s. 466, Sgi ; fut. 
ne squeif quel outy je n'y toucherai pas, i s. J i3t b ; 3» p. scqy i s. 35, 74 b, i38, N 8g, i36i, cond. 
scoke 72 b, -het i33 ; scose frapperait 3g b. Auj. skei, de 'scod-im, cf. to shoot? 

Squeigafl\ couper C v. hesquennat, -egiaff B 763, -eiaff C, -egaff, -eyghaff Jér. , p. -eiget C ; -egiet ! 
B 5q3, fut. -eigo 597, cond. -eiche 596, squeigadur, coupure C ; skigea Pel., cf. 1. scindo. 

Squerb, écharpe C, du fr. — Squeul« échelle C, f. : homan J 157 b-8 ; s/ce«/, Jér; auj. id, du 1. 
scala. 

Squeut, ombre C, dim. squeudic Cb ; auj. skeud, cf. (jxÔtoç. 
Squeuent, poumon, 1. pulmo G ; auj. skevent, gall. ysgyfatnt, cf. scaff. 

Squezrenn, estellc de bois C, al's squiryertn éclat de bois Cb; sque^ren, squirien Maun. ; tréc. pi. 
skilio; vieux corniq. scirenn, galLysgwthr, et p\. ysgyrion. Prob. de deux rac. 

Squîent, sens, entend' C, science H, B go, sagesse 137, 55o N i5, NI 272 P, J 62; r. ed Gg b; (les 
cinq) sens H, squy- P ; -ieutus, sensé, sage B 80', Cb. Auj. skiant, du 1. scientia. — Squingnafl^ dis- 
siper C, skigna id. Am., squynn r. ign partir, s'en aller M 7, auj. skigna, stigna, stegna, dul. extendo. — 

Stady, G stade, du fr. 

StaflTa, palais de la bouche C, auj. staon, gall. safn voc. corn, ste/enic, cf.aToixa. 

Staguell an/ri, 1. iuterfinium C (lis. in-) ; l'entre-deux du nez Cb ; distacq -el attache détachée, lien 
délié, Am. sel. Pel., staguet, attaché J 106 b, imp. i36, pr. -guer 10 b, fut. -go i38 b, B 570; -gomp ! 
J 107 b ; auj. staga attacher, même orig. que lefr.— Stal, estai G, 1. emptorium Ch, état, situation, P 2Ô3; 
-SkW, établir Cb, v. lech. Auj. stal, boutique. Du fr. 
Stalaff, syn. de dor C, -aph Cb; -a/ fenêtre ou volet de bois Pel. ; doublet du verbe précédent .■' 
Stanc, étang G, stang\. lenn Ce ; stanquaflT, faire étang, 1. stagnare G, -ncaff Cb; stanq, d'une 
manière pressante, cruelle N 870, 5/ii«g (bouillir) fort J 12, scui:; stanc harassé N g6o, scuys — Am ; — 
accablé (de fatigue) B 482, NI 444, leun — a langour J 96 b. Auj. id, du 1. stagnum ; cf. it. stanco, las. 

Start, ferme, fort J 99b, 102, P, (lieu)sûr B 366, (garder) rigoureust 401 ; fort' J 146, stard fmarcher) 
bien B i5g, estart fort i s. 578. Auj. stard id ; tréc. ^ard, vif, gai ; cf. ail. stark. 

Stat, état B 388, 660, G, P, N3g6, 436, 467; condition, caractère, 1048, J 75 b, B 42, en —(rester) en état, 
J 55 b, façon, manière 37, 44, en — quer beaucoup 36 cf. i5; B 35, 83, i6g 365, en — man ainsi NI 421, 
maintenant N i, 852, en — aman J 55 b, en — ie id N 1287, cf. J 9 b, pep — de toute façon 23i, NI 24, N 
578, toujours 1059, toutefois B 5 ; nep — aucunt N 566, — rang, 726, majesté J 82, pompe, cérémonie N 228, 
245, 333, 953, respect, honneur 11 23, 1249, NI 278, (homme de) condition, de valeur 383, J 229, N 255 ; 
le séjour heureux (du ciel) NI 408 ; gant stadou J 80 b, cum gloria ; statur, état, condition, façon 94, 



DICTIONNAIRE h'TYMOLOGlQUK DU BRETON MOYEN 385 

B8o*,3ii, N 174,728, 1157, NI 173; Statut, g. id C, pi -udou n 1410, -udatt', établir C, p. H, 
-utet J 67 b. Auj. stad, du 1. status. — Staul, 1. bostar C, étable Cb,staol Pel., du 1. stabulum. 

Staut, urine C, — /ow chaude pisse Ce, -et, uriner C, M 7 v, staotet eu an gaffr ]év -v. lavrec; 
stauter, 1. minsor f. es C, -tadui*, (act, d'uriner), -tus, pissable. Léon, staot, cf. angl. stale. 

i^teflTan, Etienne C, -phan NI 347, -phen H, du 1. stephanus. 
Sten, étain C, stean Cb, auj. id., gaW. ystaen, 1. stannum. 

I. Sten, sester, mesure, 1. hin C, fester Cb, du fr. setter. — 2. Sten, valeur, signification B 97, na- 
ture, puissance 3o8, Sog, matière, façon J gS, gall. y.'ityr, sens, du 1. historia,voy. dister, stir. 

Steren, étoile H, P, NI 29, f. : jr 514, lionne^ 269; -en/, 10, -enn C, pi. steret B 279, Cb i 148, M 53 v, 
P, N 855, ster i23, 1371, B 10, 21, 662, J 6, NI 272, P, stér Gw., dim. sterennîc; -nnus, plein 
d'étoiles Cb. Auj. id, gall. seren, cf. 1. Stella. 

Stefil, -e C, du fr. — StemaflT, apparailller ou enseller cheuaulx C, p. (on se sera) préparé, dis- 
posé, corrigé, r. arn M 12 v; stai*n da gueaff instrum' à faire toile Cb v. lien; en un — tout ensemble 
NI p. 106. Auj. starna, du 1. sterno, — Steuffenn, estain de drap et de fil C, auj. steuven ; du 1. stamen. 

— Stil, style C, rite, habitude, doctrine N 58i, 6o5, 1672, P, façon, genre, style (d'une tour) B 38; 
mœurs ; politesse 444*, -Il NI 127 ; ««tilaff*, styler, p. stylo ornatus C ; du fr. — Stinn, r. ign l'exten- 
sion (de ta famille) B 358, stin 358*, styn P 23i ; voy. squingnaff. — iâtîl*, effort B 796, dre — a guiryou 
par intrigue de paroles N 1473, voy. ster 2. 

Stlaffesq, lancelee 1. lanceola C, stlanvesk petit plantain, et plantain en gén., stlone, grand plantain, 
Pel., Gon. ; stlafesk mercuriale ou foiroleGon., -_^e5j mercuriale Gr., cf. stlaon petites anguilles. 
j^tlam, affet — (voir) très bien B 60, lis. splam, clair', voy. splan P 

Stlapa, jeter Am. v. rog ; id., stapla, Pel., auj. stlepel, cl. gM. yslapio souffleter, du germ., angl. .s/a/)? 

— Stleget, traîné J 87, cf. 76, 84; -eiget 119, B 393, auj. inf. stleja. v. br. stloit{prenou) roulettes, 
gaU.j^sled, orig. germ., angl. to slide, v. fr. eslider. 

Stiuec, C, Cb, estreff, 1. scansile, stleuc an loup- auanpies de chausses G, stleuc an lop- Cb, stluec a. 
l. Ce ; stleuc étrier Pel. 

Stoc, d'à — claffier ho ogroii pour toucher le clavier de vos orgues Am. ; les vieux dict. ont stequiff. 
heurter, Pel.; tréc. stokan. Du fr. estoc? 

StoeaflT, fléchir C, stouet 2 s. pencher (sa tête) J 144, se prosterner 1 15 ; i^ s. r. oe NI 339, hep ston- 
net pen Gw v. stonn, lis. stouuet; p. stouet 2 s. J 54 b ; stouaff 2 s. je m'incline 5i b, ay 5/oeaf P 196, lis. e^ 
stoeaff a stou dan nouglin B 176-7, e^ stouff oar he douglin 256-7, impf. stouent NI 471 ; prêt, stouea^ r. as 
56i, stoufsont 3io ; stousont P 102 ; fut. stoeyf Gw., stouo N 1693 ; stou da penn ! B 782, stouhomp ! cond. 
stouenn Gw. ; voar mastoe (moi) à genoux N i532, eff a deup.. oar estoe il s'abaissa B 332, stou pe anclin 1. 
flexus, a, um, g. muable, fléchissable Ce. Auj. stoui, gall. ystwng. 

Stol, étole C, stolîc|ueiin, 1. vitta C pendant Ce; auj. id., du 1. stola, cf. vos. corn, stol-lof ma- 
muale. — Stomac, estomac C, du fr. — Stoi-eenn, correye, 1. ligula Cb, storr- C, storeen fouet de 
toupie, stor aiguillette de cuir Pel., de 1. e.v, corium. — Stoup, étoupe, C,stoub N 1616, du fr.; stouffaff 
étouperC, al. steifTafT; Cb, steplty aff boxxchev, -yen, bouchant v. serraff ; steifl'adui*, estoupem' 
Cb; stoupa, stevia, boucher Gon., du 1. stuppa. — Stoui*in, bataille H, — ouy combattre (le péché) M 
67, storm batailler C, gant — en la frappant r. ourm B 4S6, stormer, guerroyeur, ^tourinidi- 
j^aez, 1. pugnacitas C ; stourm orage Pel., orig. germ., angl. storm. — Sti-acouillon, evel ur —, hep 
lavaret bonjour comme un bègue, sans dire bonjour, Am.; auj. ema ar strakouillon gant-han, il est bègue, 
Troude, propr. il a l'étranguillon ; du fr. 



386 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

Stram, odieux 446*, affreusi (défiguré) 464, avili, déshonoré 58o. 

Stmntsal, étourdi, évaporé P, auj. id., Troude ; van. frontal libéral. 

Strapafn triper, tressaillir, 1. strepo C, strap, trepissem', 1. strepitus Ce, en un — en un instant? 
B 790, J i65 eguit e strab malgré ses efforts, ses trépignemi' N 1620; tréc. strapan, fermer violemmi ; cf. 
stlapa. 

Strehet, voie pavée, 1. strata C, -hat Ce ; Street, strevet veneWc Pel.. cf van. 5/reao«ein éparpiller v. 
br. strouis stravi. angl. to strew. 

StreuyaflT, éternuer C, streuydîguez, I. stermutatio Cb, -gae^ Ce, strefia Pel. gall. ystrewi, 
irl. sreod, cf. le précédent. 

Strîf» effort, ardeur, zèle J iG3, a — avec — N 1470,0 stryff P 23g, astriff B 24; striff igy, dre drouc 

342, d. d. -if' 5 178; dre da stif 120 b; strif trouble, inquiétude 188, (en) révolution, mouvi loi ; 

strifiafr, 1. contcndere C, strîvant, empressé NI 265, — carantej 261 ; stry- avec zèle 266 ; striff 
querelle Pel., du v. t'T.estri/. — Strîll, (sans) un lambeau {de vêt') B 450* ; neuse an stirill an trompillou 
alors le bruit d.s trompettes NI p. 108, 8 s.; lis. strill} strill goutte, strilla détirer (du fil) Pel., cf 1. stiria, 
stilla. --' Sti*îi>enn, g. stripe 1. strutum C, tripe Cb; tréc. stripo tripes, du fr. — Striz, étroit C, J 
62 b, -V' P) gwelet — voir de près; Gw, -l'f (prie) instamm' P igS ; -y^ avec sens déshonnête Gw. ; -if, 
-adur, accolera' Cb, -zafT, embrasser, accoler C, ha'm -yjet et embrassez-moi Gw. Tréc. stris, du 1. 
<!trictus. -- Stroeat, (broussailles) C, i s. P 266, -ouej NI p. 106, Pel., du 1. structus ? cf struich fertilité 
Gr., voy. distrugaff. 

Stroll, en un — (aller) de compagnie, Gw., -adou, (par) bandes, Gwinglâf v. bagat ; stroll lien Pel. 

Sti'oneep, dent gant grigonc à — stridebunt dentibus NI p. 107, stronça ébranler Pel., tréc. stronsan 
cahoter. 

Strop, estrepe (étrape| C, fais strop espèce de faucille sans dents Pel. ; du fr. 

Strotoii, t. d'injure B6i("), N 836; stroden malpropre, coureuse, Pel. 

StroHÎll» ordure J 10 b, -oill N 609, -0«i7 565; ar-co^ sti>ouillai-t, ce vieux vilain Am.; strouill 
ordure Pel.; centre de la Fr. trouiller, salir de boue (Jaubert). 

StucliyaO", empenner, -yen sae^ pennon C, stuhenn, -ou ann heul C ; stuhenn an héaul rayon de 
soleil. Gr; distuc'h sans plume Gr., cf. irl. stuaic sommet (crétej, O'R. r 

Studi étude C, N 1080, -y 684, B 9, résolution J 22 b, intention 234, Bi65, P, -i N 168 ; -j désir i32, 
-Y plaisir 161, -i anxiété J 64 b, réflexion 1 1 ; -îaflT, étudier C, N io53, -af r. a 1079 ; comprendre J 188, 
je désire, j'ai l'intention 29, 187 b ; -lef tu t'adonnes (e, à) N 644; -y, B 198; -iet! réfléchissez (si) N 1612 , 
(j'ai) résolu Jér.; -iant, étudiant N 1041, C. Auj. studi élude ; du fr. 

Stiim, presant, ha —, in carne praesens NI p. 106 ; cf. tréc. stum façon, mode, gaW. rstum. 

Stur, gouvernail C, sieur Cb v. toussa ff; auj. stur. orig. germ., cf angl. steer, v. fr. estiere. 

i^tuz yen misère, esclavage? J 129, stu^f manière, façon, état, Trd ; état, Suppl. aux dict. br., p. 83 ; 
drouc strupet de mauvaise mine Pel., cf. stum ? 

Su le sud r. u J 180. — SMbclianti*, sous-chantre Cb, -tre ; -bdean, sous-doyen, -bdelegat, 
1. us -bdiacr, sous-diacre C ; subget, sujet, exposé à C, -biect Cb ; sugiet B 337, 425, -get 23, 1 17, 
P j'41, -jet 95, B 71 1 ; -get (être) assujéti J 117, sujet (da de) NI 480 : pi. -git des sujets, var. -get, r. it J 
128 b, -bgetafl", soumettre C6 ; subiectîf, g. id. Cb, -tion, g. id C ; subit, (mort) subite B 663 ; 
»ub8cola»tîc, 1. -us C ; substance, g. id. C, sustancc ce qu'on prend pour se sustenter B 266, 
(moni sang, (ma) fille 740, (action sans) raison 715 ; substanezus, -ntiel Ci, -ntifT, g. id. C ; sub- 
stituai», -er C ; subuertîssalT, (le) faire changer d'avis B 728, -vermsa/ soulever (le peuple) J 



DICTIONNAIRE ETYMOLOGIQUE DU URETON MOYEN 387 

10 1 b.; succedsiir, -er B 34, C, -ession, g. id., -iSiâoi*, -eur C, f. -oures B 35 ; suffocail, -qucr 
C ; suAHrag, -eC, -aig Ce. Du fr. 

Sug, V. i./unyenn Cc;funyenn pe sug, corde Cb ; sug Trd, gall. syg, cf. b. 1. soca. 

Suggestion, g. id. C, du fr. — Sul, dimanche C, J 186, N 53i, dic^ulC, dej an sul, pi. sulyou H, 
auj. id., du 1. sôlis {aies), 

Suluguenii, pain cuit en cendre C, al's panenn Cb; suilla rôtir Pel., cuire trop, liamberTrd. 

Sunaif, sucer C, auj. -a, v. gall. dissuncgnetic épuisé; dérivé du 1. sugere. — Supei'fluaff, -er C, 
-uite, g. id. Cb ; superlatiiT, g. id. C ,• an Supernel, le Très-Haut B 32 3. — Supin, (g. id.) C. 
— Supleafl', V. in achiuaff C (suppléer, compléter) ; supleetion, g. id., 1. -io C, -etion Cb ; su- 
pliatt', supplier C, H, supp- Cb, NI i38, prier 232, -aj dif me supplier J 29 h,suply NI 544, supp- id. 
298; p. supliet {grà-Cii) demandée B 674 ; prés, -iaff N 856, deoch me suply i 161, cf. B 662, H, me a 
supp- de^aff N 1 1 37 ; suppli 391 , me a^ -y 892, cf. 1 149, NI 509; me^ suppliff\à. N 1807; supliomp ! 488, lion 
em — recommandons-nous (à David) 1 191, -pplyomp NI 533 ; supply, supplication 98, 36o, suppliants 56, 
-ication, g. id., supli-; -ppliei*, qui supplie Cb, du fr.; supot, en un — peur deuot ha noter façon, 
manière, comportement NI 85, (du fr. support ?)\ («uppeditafT, -er G; supposet, supposé que B 1 16; 
supsci'iptiou, g. id. C. — Sur, sûrC, H, J 11 b, 211, sûri, certes 8b, P, N 175, -amant, su rt 247, B 
86, J 33, Ni i38, auj. id. — Surgieu, chirurgien C. — Sus! sus! allons! B SgS, J 73, 108. — Sus- 
pect, suspect N 667, -et C, -ent N 507; suspicion, g. id. Cb, -afT, -er, -tionaff C ; suspensaT, 
suspendre J 38, -ntaffC. du fr. — Sustarnn, siège (de juge) P 267 ; le P. Grég. cite comme anc. sustarn 
an pap, an barner siège du pape, du juge. Du 1. sub, sterne. 



Xa. ton, ta, tes C, ta manier ta manière Cb, voy. da. 

Xabellien, -ion ; -ionage, g. id C, -ag Cb. — Tabernacl, -e C. — Xablesenn, tableau : 
-I>lez, tablier à jouer aux tables C, — an chenger table de monoyer, — an di^cou table à dés Cb. — Xa- 
bourîn, g. id, -aflf, en jouer Cb, -ner, joueur de tambour C ; tréc. taboulin f. Du fr. — Xachenn, 

place C, B 800, endroit, lieu P, J i34, 160, penn a un — , la moindre place B 465, -en J 62 b. tai- N 886 ; a 
tachennou par lambeaux J 33. Auj. id., cf. tacon pièce Pel., it. iaccone. 

Xaer-, impétueux B 147*, Pel., gall. taer. 

Xaeson, statue ? B 436. 

Xaflfïiaflr, goûter Cb, -ffaff v. sacrifiaff, tafha J 143, -ffha id. C, prêt, -has B 269, -ffas NI 396, auj. 
tanvat, même rac. que teaut? 

Xag, tache Cb v. lentil, taig C, B 65o, hep un tachenn J 107 (ou lis. pep un t., par tout le corps, cf. B 
465);dufr. 

XagaflT, étrangler C, s'étrangler (en mangeantj Cb v. louncaff; -guaffCc v. suffocaff, p. -guet; -ga- 
<lui-, étranglement, -ez, id., -guerez, 1. (s)trangulatio C*. Auj. taga, gall. tagu. 

Xaîg, clou C, J i36, m.: /rj' NI 3i5, cf. J i34 ; p\. tachou 4.2 b, cf. 121 b ; B 471, -aou NI 45 ; ta- 
chafl*, clouer C, -at fut cloué NI 201. Auj. tachm.; v.fr. tachier attacher, voy. tachenn. — Xaill, taille 
C,—prenn taille de bois Cb, dre ma^a— den vaillant N io52, i s. de moins; lis. a en —, il va, se conduit à 
la façon d'un brave homme ^ talUafr, tailler C, -lladar da guyni, 1. putamen C6, -lier, tailleur 
(en pierre ou en métal Cb), «llezour, 1. rotondale C, -lloen, id., syn. de tranchoer Cb, -llouer Ce. 
Du fr. 

Xal, front C,N i362, rac ma — (je vais) tout de suite 1184, en —auprès de J 192, m. : nep en deffe 
dou — celui qui a 2 fronts ; talpcnn 1. frontispicium, g. frontière, la partie devant Cb. Auj. id. gaul. -talos, cf. 
sanscrit talas surface (d'A. de J.). 

Xalant, dre e — selon son mérite J 216, -ent besant, 1. talentum C. Du fr. 

Xalm, fronde C, dim. -le ; -mat, jeter avec la fronde, -mer, (frondeur) Cb. Auj. id, (d'où h. br. 
taoume) ; van. coup (de toçinerre) ; v. irl. tailm fronde ; cf. taul 2 ? 

Xaluout, valoir, profiter, C, récompense Cb, tal il vaut H. J ql, a dal H, na tall vaurien Jér. sel. Pel.; 
ne tal quel clem cela ne sert pas de se plaindre N 1922, cf. J 100, fut. -vefo Gw ; -voudec, G*, P, 
■uoudec profitable, utile, -egaez, valeur C, -guej utilité Cb, f. : peder —, 4 avantages H. Auj. talvout, v. 
br. /a/ sol vit, cf. téXo;, Stokes. 



DICTIONNAIRK ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN BSç 

Xam, morceau C, P, J 4, (je ne puis) riun (accorder) 32 b, cf. N 1488, P, ne cretemp — ne croyons 
point Jér, pi. lammaou NI ,405. Auj. id., de *tag-men,ci. 1. con-tamin-are. 

Xamal, un blâme 483, -// blâmer N i665, reprocher Cb v. vituperaff, J 164 b, Jér., p. -llet 1 17, B 252, 
cond. -alhe 72*, -Uhe P, nam -alet pour qu'on ne me blâme pas P 221. Auj. id., irl. tamailt, O'R. 

nramoes, sas, -at, sasser C (après taffha) p. -set Cb, auj. id.du fr. tamis, 

Xanioesenn, épi de blé C, (ap. taffha) pi, tamoes Cb ; tamoesafT, cueillir épis Cb: tréc. taon- 
^en, gall. twysen, irl. dias. 

Xan, feu C, H, J 97 b, N 1661, P, dim. -îc, Cb ; auj. et v. br. id., v. irl. tene, voy. tes, toem, 

Xanau, tanure, menu, C, clair, 1, rarus Ct, mince P,-tiat« 1. tenuare C, faire clair, 1. rareo; «auder, 
1. tenuitas Cb ; tréc. lannav, v. irl. tana, cf. 1. tenuis. 

Xane, g. id. I. coccinum, coccus C. — Xapicc, tapis C, auj. tapis. Du fr. 

Xaraguenn, tique C, aVs teureguenn Cb, tréc. teurgen, h. br. tarac Pel,; gall. torogen ventrue, voy 
torr. 

Xaraiiat, frotter 488, C, darc'hav battre Gr., gall. taro. 

Xarazr, tarière C, et taia^r Cb, tréc. taler m., vieux corn, tarater, cf. Tlpexpov. 

XardaflT, -er iSg, N 323, -a/ 1087 J ii8 b, cf. NI 5o4 ; cond. -rthenn B 243, -rdet qu'on tardât J i6t, 
-rdsent qu'ils tardassent Cathell 27 ; -i*difi', tardif C, lent B 24, du fr. 

Xarloneafl', roter C ; tréc. tarlonkan s'engouer, gall. tarlyncu, darlyncu, de io ou tu, are, et voy 
loncaff. 

Xai*u, taureau 574, C, auj. tarv, gaul. tarvos, cf. gr. -raûpoî. 

Xarsc, syn. de/raill C ; auj. tar'^a crever, éclater, gall. tarddu; corniq. tardhe percer, cf. tara![r. 

Xas, en un — (descendre J.-C. de la croix) litt. en un tas, J i55 b; du fr. — Xasmant, fantôme C, 
N 797 ; -man Pel.; du 1. fantasma ? 

XasoanafT, agacer C, al. tosonaff Ce, al. Itoari (,) aitysaffCb, p. toasoanet C, pe attyset Cb, pe tosonet 
Ce, tréc. tàjonein ; du lat. tunsus? 

XassaflT, fausser despans 1. taxare C, juger B 433, guir— 35i ; p. J 179, N 1415, condamné (da à) NI 
4, 407, mjf oamp... — auquel nous étions condamnés 41 5, cf. B 404, 543 ; me so dan gloas em — je me 
suis dévoué aux souffrances J 33 b, a goas ne vioff — vinxm noa cognosco NI 504; tasser, taxeur C, 
taux., 1. taxatio Cb, van. taujeu, taxes, impôts; du 1. taxare. 

Xat, père 19, C, H, N 122, P, J 3 b, tad 80 h ; ko tat, leur père, pron. ho jat, le s. r. oj. P 265; pi. 
tadou patriarches B 181, 344, -aou NI 389, tatdou P; tat co^ aïeul C, tat-pa^ron parrain H ; tadelez, pa- 
ternité Cb ; auj. id., gall. tad, cf. 1. tata. 

Xatin, querelle N 1428, murmure 566, caquet J 202 ; querelleur Pel., cf. fr. taquin. — i. Xaul, 
table à manger C, J 58 b, dim. -îc, Cb, -lenn, table à écrivain C, tablette J i38 b, -en table H, -niiic, 
tableau Cb. Léon taol, du 1. tabula. 

2. Xaul, coup J III, B 370, an — quentaff au plus tôt 174; taol Cb, N 88, i363, -// Am. v. rog, taoul 
G (ap. taul) ; pi. taulou NI 558, B 465, -liou 464; teurell, jeter C, -reul J 145, -// Ce, -leur Gw. v. mail, 
p. taulet Cb, J 12, fut. -la B 747, -lidiguez, periection Cb, teulidigae^ gettance C. Léon taol, gall. tafl ; 
irl. tabhal, {tonde, cf. talm? 

Xauarn, taverne, C, dim. -îc, Cb, -nîer. Ce, -yer g. id. f. es C, taue- Cb. Auj. tavargn, du 1. 
taberna. 

70 



390 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEW 

Xe, toi C, J 52, tu N 441 ô toi 1416, te... a la^^iff toi je te tuerai S6-7 ; ten goar tu le sais J 1 52 b, 7e 
gano ta l'enfanteras NI 119, da peutrin de ton sein à toi J 60. Auj. te, v. gall. ti, cf. 1. tu. 

Xeaiilenu, morellc 1. morella C, Gr., voc. corn, tavolen gall. tafolen. 

X«aut, langue C, 1 s. B 272, J 99, M 7 v, teut C, — eugenn langue de bœuf, herbe, 1. buglossa, C, — 
egenn Ci, — qui langue de cljien, 1. cinoglossa C, dim. teudic* teau-; -dec bras qui a grande langue, 
Cb. Tréc. tiaot, voc. corn, tauot ; cf. tanvod plante simple Pel; voy. taffhaff. 

Xech, fuite et, oar ~ en fuite 364, mont voar — s'enfuir N 3, -et, fuir 753, B 800, C, M 53, NI 71 
-chel H, terchet éviter J 57 b; techet (être) enfui i5i, B 36i, prés, -chaff iér., tech B401, — digant il se 
garde de, évite (le péché) M Sg, techus, fugitif Cb. Auj, tec'het fuir, cf. v. irl. techim, gr, xa^ui;. 

XeflTal, sombre NI 144, the- Cb, -ffhal, teffoal, teuoal C, teual Cb v. lech, -val J 116 têvall Jér., en teual 
don dans les ténèbres profondes J 99; te valdlei*, obscurité 148, <e//"a-, the-,-ffualder Cb, teualtet, id. 
NI i38 ; tefTalliat, obscurcir, tefToalligen, obscurité C, tliefTalus, plein d'obscurité Cb. Auj. 
tenval, v. irl. temel, cf. 1. tenebrœ, temere. 

Xeig, drouc — mauvais penchant 485, J 53 ; — an mecher la sorte d'ouvrage B 54; teyg P 263, auj. 
tech, du v. fr., cf fr. entiché. 

Xeil, fiens, 1. fimus, -at, fambreer 1. stercorare C, -lus, 1. stercorosus Cb. Auj. teil, cf. gr.xOioç? 

Xeîr, trois, f. C, H, P, J 37 b, teyr i 5 1 , 2 1 8 b, auj. et v. gall. teir, irl. teoir, cf. sanscr. tisras ; voy. try 

I . Xem, thàme C, du fr.— 2. Xem, moment, an quentaf — au plus tôt J 224, du 1. tempus ; tempe- 
rafi*, 1. -are C, v. br. tempérant gl. condio, du 1. tcmperare. — Xempest, -été, C, P, grêle de coups 
B 565, vive affliction J 38, tumulte 128 b, éclats de joie NI 490, -aflT, tempêter C, -er on bat B 454, en em 
-at il s'est sacrifié .^ NI 281, -us, -eux, g. id Ce. — Xempl, -e B io5, C, J 39, NI 238, P; m., Cathell 5; 
-er, templi(e)r Cb. — Xemporal, -el M 3. Du fr. — XemptafT, tenter B 22, C, H, fut -ti N 6i3; 
-tation, tentation, Cb, J g5, P, (p\. ou H); -cion B 278, fe/iM^i'on H.— Xenalllou, tenailles Cathell 27. 

— Xenasy, tenaisie, l. arthemesia Ce. — Xencen, tencier, litiger C, al. tenc^aff Cb, tenj- Ce, 
tenezon, tenczon, litige C. Du fr. 

Xenchez charnel délectation charnelle C, -chiej v. delicius ; même rac. que tencen, b. l. 'tentiare. 

Xener, tendre, mol C, NI 276, délicat J 76, auj. id; du 1. tener. — Xenn, trait, 1. tractus C ; (faire un 
mauvais) coup B 795, da un drouc — dans un mauvais but 749; nep — pour rien au monde N 731, dre 
nep — id J 196, par quelque effort, 225, B 37, d. n. ten na peden 23 1*; tenn, dur, cruel 460, J 29, ferme 
(résolution) B 535, ten J 12 b, lourde (croix) i3o b, étroit Cb, breuiou tenn plaids solennels N 1406, ent — 
fort» J 198 ; — dur*, fort', instamm' 32 b, B 190, 241, 459, N i52, 385, 1404, 1790, P, c'hwe^vet — enflé et 
tendu Am, tout plein, B 259 ; — (aller) tout droit J 47 b/ ten 12 b, B 78*, N 38o, NI 509, hetus — très 
agréable 29 ; tell var. tenn P 237 ; quen tenn ma tennaff, me tirer si fort J 42 b, C, H, extraire J 44, en- 
gager qqn {da à) B 332, marcher fort 1 58, ten tirer, traîner 4o5, da em — te retirer N 1 1 ; tennet tiré P, at- 
tiré B 23, em — s'étant retiré 364; ten il tend à, vers J 94, tenn M 53 ; -at fut tiré NI 479, fut. ou^ em 
tenhet que vous vous retiriez B 779 ; cf 291*, 423, 570, 583, J 14 b, N 3o6, 536 ; -nnhe da causerait B 742, 
-nnadur, atrairement, 1. attramentum Ci; tennoer, pavillon, 1. tentorium C. Auj. tenn;à.\i\. tendo. 

— Xenoi*, la teneur C. — Xeiisor, trésor B 146*, NI 471, r. en N 438, 906, P 264; ciel : Maestres an 

— NI 128, Rouanes an — 1 10, -yei*, trésorier C, f es Cb. Auj. tensor; du 1. thensaurus. — Xenmen, 
terme, C, N 391, P, fin B 671, délai pour payer 45, J i5i, derchel — mat, /ail, B 48, en berr — sous bref 
délai J 18, B 52, an — man à présent J 49 b,pép — toujours B 431, en — scaff en peu de temps 421, dam 
— , var. dan — , à ce moment J 38; arrêt, chose ordonnée 26 b, 41 ; chose, fait, acte, B 71, 123, 209, 6i3, 
N 629, NI 463, J 63, (en aucune) façon 116, B 5i, dreis pep — surtout 11, 58; m. ; e N 704; pi. -you con- 
ditions d'un marché J 61 b ; atermoiem»*, lenteurs, z' s. r. in B 608 ; terminaff, -er M 53, p. faé i 



DICTIONNAIRK 1. TYMOLOCÎIQUK DU BKKTON MOYKN 3qi 

144 b, (signe) déterminé, certain N 1108 ; -nal, (fins) dernières M 2. Auj. termen, v. gall. -min, du 1. ter- 
minus. — Xernacc, g. terras C, ta- (dans les te-) quedam specics parietis C6, terrer, (chien) terrier, 
-rest, terrestre C, B 33o, -rîau, 3 s. seigneur terrien N 1349, -rien; -rouer, territoire C. — Xer- 
ribl, -e C, B ySo, NI 5oo, P, J 40 b, adv. 220, -det, chose horrible, 34 b, 98 b. Da fr. 

Xerrift", rompre 3oi, C, violer (un commandera') NI 5i i, satisfaire (mon désir) B 686 ; -if i 41,211 b 
-j'/ révéler (un secret) Jér., -ifu H, C, B 458, P, cf. J i3i b, NI 498; «il— n'interrompez (pas ma prière) Jér, 
sel. Pel.; cond. ej — qu'on ouvrît la terre B 70, torrabi, brisable, -radur, brisure, -reres da 
gourchemenn 1. prœvaricatrix Ct v. tremen. Auj. terri, gall. tori; cf. tarj ? 

Xerzyen, fièvre C, H, J 129, -nn Cb, -ien f . : Aj' N i855-6, pi. -yenou, dim. -yeiiîe ; -iiaflT, avoir,, 
la fièvre, -nus, qui l'a Cb ; léon. id, gall. teirthon, du 1. tertiana. 

Xès, a — (je suis venu) en hâte, avec ardeur, r. es Jér. Auj. /ef , m. échauffemi, irl. tess ; cf. 1. tcpor. 

Xeseouha, glaner C. -ff Cb ; tréc. teskoa, de teskat poignée d'épis glanés; gall. ttvysgo amasser ? 

I. Xest, témoin 454, C, H, J 3, preuve N 709, 1481 ? dirac an — an maieste en présence de la majesté? B 
78B, pl.-OK J io3b, -tabl,témoignable Cb; testaT, attester 223 b,/e5nl atteste 102 b, 199 b, medest]c l'at- 
teste 99 b, 126 b, B 247, 599 ; -tamant, testament, P, dren nevej — J 55 ; f. : /y 97 et N i323-6, -ment ; 
-mentafl, faire testami, -nier, f. es testateur Cft,testenî, témoignage H, Ni 171, C, -j'B 385,N i658, 
NI 229, P, J 23, preuve 80 b ; -etiny, -ni; -niafT, témoigner, -nieeat, id. Cb, -eniecat témoignage C, 
testj/flafY*, attester NI 469. Auj. test, pi. v. br. -ou, du 1. testis. — 2. Xest, texte d'écriture C, texte 
NI 548, N 458, leçon 1086, caejret - quel bon motif (d'allégresse) Ni 281, palamour don — à cause de nous 
(lis. rest ?) 281 ; en un — en une seule nature B 3o8 ; herue:; — an istoar d'après le récit (ou le témoignage?) 
de l'histoire NI 85 ; trist r. ist, texte ? M 4. Du 1. textus. 

Xeu, épais C, gros J i5q b, cf. 12 b; massif B 343 (dieux) lourds, sots 354, (la mort) impitoyable Ô69 ; 
(voyager) beaucoup 282, (regardez) bien 61, -der, épaisseur C, teuhat, épaissir 1. crebreoCt. Auj. teo, 
v. gall. ïeu, irl. tiug, cf. angl. thick. 

Xeulenn, tuile C, pi. /eï// ,• dim. -nnie ; -nner, f. es tuilier Ce. Auj. teolen, duj. tegula. — 
Xeurgn, Tours, 1. Turonis C, du fr. 

Xeuzifr, fondre, -zer, fondeur, lart teuz, oynt saing, 1. sagimen C.;léon /cHp, gall. toddi, cf. angl. 
thaw. 

Xeuzl, titre C, Gr., de 'te^l, du 1. titlus ? 

Xeuel, se taire 71 1, H, tevell P, -el taire qq ch. J 217 b, teuell taire C, enem -//se taire Cb; teu il se 
tait M 3, OMf e coufhat na — il ne cesse de songer à lui J i23 b ; theuiiosont ils se turent Cathell 1 5 ; tau ! 
B 371, cf. J 141, tao d'yff Am. v. rambre, Jér ; teuet ! B 421, tyvit ... a hirvouda/ cessez de gémir J 26. Auj. 
tevel, V. br. taguel, irl. tô, sanscr. tushyati, Stokes. 

Xhadeus, 3 s. Thadée P. — Xheologi, -ie C, -j' 3 s. N 1066 et NI 80 cf. Deo grattas 4 s. 56 ; 
-gian, 4 s. théologique, adj. N 1088, -gien g. id. Cb, theou- C ; -dolet, g. id, c'est un livre, 1. theodolus 
C,theod-Cb; Xbepbany, N i633. Te- 1418, 1608, 1657, Tef- i65o, Teffan \. Thephania C, Teo- 
phany 3 s, N 1604 n. pr. de femme. — Xbomas, n. pr. C, J 199 b, P. — Xhouchenn, gazon C 
(entre truspluffec et tu), tuchenn « gason, touche » Ce, ap. tu ; tuchen butte, motte, Pel. Du fr. 

Xy, maison C, H, N 168, P, J 4; m. : haf-j b-8; f. : /y B 281 ; ti N 170, i3o5, tj 332, pi. /le,- NI 349 ; 
tlec, chef de ménage J 201 b, mesnagier, despenseur dung hostel 1. yconomus C. Auj. //, y. br. teg, cf. 

Xîbr, le Tibre C. — Xign, la teigne, dim. -ic, Cb v. roingnenn, tingC, teign Am., tignus, teigneux 
Cb, tingnous C, -oux Ce, teignus Am. — Xîgr, le Tigre Cb, -e C. — Xilleiin, orme C, tréc. till, du 1. 
tilia. 



3q2 dictionnairk étymologique du brkton moyen 

Xlourent, ejr — 4 s. ils présageaient N 840 (sujet collectif, un blason, des signes ?) pour ef digorent, 
tréc. e tiorent ils ouvraient, voy. digueriff? Ou ef tiourent:^ il présage, cf. v. br. doguorenniam perfundo? 

XIr, la terre iSj, C, N 53, 1073, P, roe an tyr B 5 16, cf. NI 102, 358, roe an styr, var. tyr J iSi ; tyr ha 
mor sur terre et sur mer M 2 ; tir yen terre froide C, tiryenn Cb. Cf. Pen-tir, au bout de la presqu'île de 
Camaret ; v. gall. et v. irl. tir, cf. osque teerum territoire, Osthoff. 

Ximnt, tyran 494, C, N 386, persécuteur, bourreau J 70 b, cruel B 698, tut — 497; ty- J 169; pi. 
tirantet B 469, -iitafT, tyranniser, tuer Cb, ty- Ce, tirannisi, tyrannie Cathell 35, -antiez, C, 
-iitenesE, Ce. — XIrcc, tierce H. — Xisaii, tisane C — Xisic, tisie (phtisie) C, tisyc yen fièvre, 
soif ardente J 143. — Xîtr, -e C, -afT, titrer, titulation, g. id Cb. Du fr. 

Xyas, a — vite, certes Jér., a tij en hâte B 267, a — bras J 78 b, quen — , quen buhan — aussitôt P, ty^ 
-buan vite Gw., /l'f mat NI 24, B 53, var. tymat 81 ; ïifm-41, 294*, r, l'f; C, J 47, N 174, 294, NI 4o8, 
tysm- B 9*, typn-Gvi., tim-iér., ti^ vite B 463,480, 58o, r. ij- ; NI 81, 147, 462, J 26 b et 214 b, r. it; ty^ mat 
a tyj vite Jér, auj. /l'f hâte, gall. taith voyage, v. irl. techt, de '(s)tig-t-, cf. <rttiyy> ; tîzaflF", atteindre C, 
ty ^ âf Gw, mar tijaf si j'y parviens, si je puis J i25; cond. ne tij he quel elle ne peut arriver i36, nen tij 
hent quel ils ne peuvent l'atteindre 137 ; de ty:[, ou cf. irl. techtaim avoir. 

Xizoc, eunuque C, tisocq Gr. du précédent? Cf. tréc. tihet, blessé. 

Xnou, vallée P, — meur grande vallée C, dan — wan ici-bas N 82, 489, ouf an — man (envoyer) ici-bas 
B 261, dan — en bas C, J 12, 5i b, of an — B 400; an kneclt dan — de haut en bas C, knech — du haut en 
bas J i'i,kn{e)cli — en haut et en bas N 397, na — na knechnuWs part B 401, an autrou an tnaou han 
knec'h le seigneur du monde Gw, e pen dan — la tète en bas Jér. v. cnec'h ; knech ha tnou, var. traou J 176 
b; traou ha knech M 12 v, knech ha — NI 33o, cf. 382, P ; dan— NI 16, 54, 4o5, 407, p. 108 ; owf — 189, 
cf. 94, p. 107 ; o«f — man (venu) ici-bas 519; tnon, tron Gwr; an tuou Josaphas Jér. v. lu, lis. tnou; pi. 
treuier vallées NI p. 107 ; tnoueus, plein de valléesCé. Tréc. traou en bas, -ien vallée, gall. tyno, vallée, 
cf. twn, fracture ? 

Xoas, pâte C, auj. id, v. irl. tais, cf. CTxaîç, Stok.es. 

Xobi, Tobie C. — Xobîc, topiques, livre de logique Cb v. lech. — Xoc, chapeau C, Jér., diuisquaff 
an — ôter le chapeau Cb. Auj. id Du fr. (toque). — Xochadeun, syn. de peltenn C, cf. torchaden ce qui 
est tortillé en façon de corde Pel., voy. torch ? 

Xoeaff, jurerC, touet'ià. 2 s. N 1628, r. aou 1529, toet 2 s. 1597, 1601 ; p. (le) doet i s. i5i2 ; prés. 
toeaffi s. B 363, N i655, toue- i532; toe i s. 842, B 358, J 108 b, toue 159 b, 221 b, touhe i s. N 887; toeys 
ib'i<j;touet ! i %io\ touo N 1640, cond. toehe i52i, touhe 1642, i s. r. à proff i56y ; toueryen, 3 s., — 
Doe blasphémateurs 1402. Auj. toui, gall. tyngu irl. tongim, cf. v. lat. tongere? Voy. tonquaff. 

Xoellaff, décevoir C, prêt, toéllas Jér. ; touëlla Gr., gall. twyllo, corn, tulle, cf. v. irl. tellad enlever, 
ail. stehlen. 

Xoeiii, chaud C, tom P, J 109 (vouloir) ardemm> 44, 44 b ; comp. adv. e^ tomoch , sup. ef tomaff Cb, 
toemaft', échauffer C, to>n- Cb, p. J 1 1 1 b, tommet 1 2 ; toemder, chaleur C, tom- Cb, B 106, M 58 v; 
van. tuem, léon. tom, voc. corn, toim de *tém-, 'tep-m-, cf. 1. tepeo. 

Xoenn, couverture de maison, toei*, couvreur C, toet, couvert Cb ; auj. tei couvrir v. br. toetic 
couvert, cf. ti et 1. tego. 

Xon, un ton C, J 212b, air (des Noëls) NI, toun. C. Auj. ton, du 1. tonus. — Xonnell, tonneau C, 
tone- Cb, auj. id, du fr. 

Xonnenii, couenne C, tone- Cb, auj. id, gall. ton peau, surface, irl. moy. tond, tonn. 

XonquafT; prédestiner C (dans les toun-); toncqadur destinée Gr., gall. tynged destinée ; voy. toeaff. 



DICTIONNAIRE ETYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 3g3 

Torch coar cierge de cire C, torg c. Ce, tourche an listri, le suaire des escuelles C, torga. l. Ce, 
torche an refr C, torg a. r. Ce, toréliafT, torcher, torchenn an bugale da asse^aff une torche pour 
faire seoir les petits enfants (auj. id.) ; torchoer an calch palefroy 1. cento, du fr. — Xorfet, crime, 
N 45o. P, J 98 b, torff- 28, B 708 pi. torfetou 181 ; -etour, malfaittnr J 100 b ; se dit d'une femme, B 
418*. Auj. id.; du v. fr. tort fait (H. de la Villemarqué). 

Toni*, ventre 592, C, v. br. tar, irl. tarr. 

Xontîcet, serré J 12 b, enlacé (dans le péché) 164 b, 234 b, P; tréc. tortis, pi. o, corde pour serrer le 
blé chargé sur une charrette ; du v. fr. tortis^ ; toi-z, tourte C, auj. id, du 1. torta. — i. — Xost, près, 
à côté J 33, 148 b, N 280, — dan mor i393, a — de près 280, 1940, C ; —, pi^, non libéral Cb\ (atta- 
cher) soigneus» B 5/0, cf. 566, S/S, violent 461, adv. 626; bien (le bonjour) J 228 b. Auj. tost, près; du fr. 
tôt. — 2. Xost, rôti, grillade Jér., tosten rôtie Pel, du 1. tostus. — Xotal, g. id. 1. -is C. — Xouaill, 
touaille Cb, -on, id, 1. manutergium C, toilal nappe Gr. Du fr. — Xoucec, crapaud C, J 98 b, pi. 
•eguet II, i3, -çeguet M 7 v .Auj. id, provençal tossec crapaud, esp. tosigo poison; du 1. toxicum (cf. h. br. 
venin, insecte, vermine). — XoucUafT, -er \B 533, touig outy touche-la J 236, touchabl, -e, 
-cbadur, touchem» Cb, -chaut, au sujet de J 26, B 47 ; d'abord M 3, dre toucli, 1. tangibiliter Cb 
V. squeiff. Du fr. 

Xoiiez, en — i s. parmi NI i3 1 , hen — Am., e toe-r N GSg ; léon. et tréc. id., qq f. en tonesk ; cf. gall. 
twysg masse, quantité. 

Xouflroul, tourbillon 792, cf. van. iufforec (temps) étouffant, h. br. touffeur, Pel.; van. un défouren, 
une pluie d'orage, L. el L. 54; prov. toufe, vapeur étouffante ; du fr., cf étouffer. 

Xoull, trou C, Jér. v. commoll, toul C, -// J 11 b. r. oll 1 37, m. : oar ne^^af i65 b -6, pi. -ou 43, -aou 
NI 219; -llafl", percer C, p. B474, f.youl ; fut. -llo J 109 b, toulher sera percé r. oll ^Z b, -llalil, 1. pe- 
netralis, Ce, perçable Ce, -lladur, 1. foratio, •llus, transperçant Cb. Auj. id, irl. toll. 

Xoupyer, touaille, nappe C, al. tou^yer dim. -îc, -ieric Cb ; an dou:^ier 2 s. J 49 b, f . : /y ; touyer 
Jér; toubier, tousier, toulsier Pel., tréc. an doubler, f., cf. touaill ? — Xour*, une tour B 3, C, Jér. v. cou- 
gant, an — castell la tour de la nef Cb, -ell, tourelle B 3o4 -e/ P, pi. tourrellaou NI i55, dim. -llîc; 
toiineux, plein de tours, 1. turritus Cb. Auj. id., du fr. 

Xoiircli, verrat, -a, 1. subare C, -affCb. Auj. tourc'h, v. irl. tore. 

Xourmant, tourment B 485, C, tor- Cb, P, tour- J 85, souci 6 b, tourmente B 794, N 882, bruit B 
77*, colère, résistance violente N i355; tor ment Cb, tou- pi. -anchou Cathell 24, -antou l 9 b, -entaou NI 
444, -antaff, tourmenter B450*, N 801, -af 794, -entaff B 3o, -mant id J 92 b, p. -«/e/ inquiet B 237; 
-nter J 1 1 b, tormanto 22, toumiantei*, 1. vexatorCè; -mand, tourm' Gr., du fr. — Xoui*ny, effort 
violent476, grêle de coups 577, -uiat, id 58i, bruit, tumulte de paroles755 ; oarnejy -nîet, frappez sur 
elle 465 ; cf. fr. tournoi, tournoyer. 

Xourz, bélier C, al. maout tour^ Cb. Auj. id., de maout hour^? cf gall. hwrdd, h. br. hourr. 

XousaiT, -ssaff tondre, C {toulaff Ce), touser tondeur C,f. es Cb {touleres Ce). Auj- touja, h. br. touser, 
du 1. tonsare. — Xout, tous, tout le monde NI 180, — bâtant, à l'instant B i3i, — antier tous N i352 
entièrt M 53. Auj. id., dufr. 

Xi*a, chose C, N 368, P, try — M 3, H, cf N 596, auj. tri jra, pourtant tra était fém. comme auj. : 
enn hy B loi ; un dra 373, J 95 b, 112 b, i63 ; an traman ceci B 182, an draman J i25, N 1488, cf B 58o ; 
an dra nian 104, J 38 b, 62 b, NI i3, 17, P, an tra se B 12, an drase 335, cf. 84, J i5, 28 b, 45, 54; an dra 
se 10, B 122, 252, N 1198; tra, rien (avec nég.) 55, i559; — diuin sainte personne iZSi, an cof — vil B 
472 ; a — sur sûr' J 11 b, a — sclaer 17 cf. NI 5o3 ; a — net certes N 1290, a — en bet aucun' J i38 b, gant 

71 



3g4 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

muyhaf— (que j'aime) le plus, de préférence 226 b, (cf. un -neve^ une nouveauté 20, gall. newydd-dra) ; pi. 
traou 2, s. B 433, J 147 b, N io5o, trae^ou C, H (cf. broe:{ou de bro). Auj. et corniq. tra, cf. tro ? 

Xrabell, syn. de bratell C. 

Ti-îil>ueliaflr, trébucher C ; trébuche, renverserai CathcU i . — Xracaczet, malmené B 
478, traquacet terrassé J 71 b. Du fr. [tracasser). — Xradition, g. id. C, du fr.— Traez, rivage de la 
mer C; léon. trea:^, du 1. trajectus. 

Xraexier, coulouer 1. colum C, trejer entonnoir Gr., trei^er id. Pcl ; /refa prodiguer, Gr. Cf. Iressoirer 
« laisser tomber de haut un liquide en le transvasant », Jaubert, Gloss. du centre de la Fr. ? 

XraliiiiaS*, traîner, Cb v. rampaff, trai- C, p. trahinet 3 s. J 119, fut. -no B394 ; trahinell, trai- 
trainell, chausse-pied C, al. corn Cb; tréc. train, train. — XraîssalT, trahir C, -a/ 3 s. J 129, cf Sg b, 
-yssa/86, cf. 60; -yson, trahison 58 b, -ison Ce -ytour, 3 s. traître J iG, C, -itour P, Cb, -ourez, 
trahison Cb; tréc. ireVoi<r traître. Du fr. — Xramaill, rets à pêcher, 1. tragum C , -ilh épervier, filet 
Gr., du fr. tramail. — Xraiicliatr, -er Cb v. trouchaff; -nchezour, -nelioer, 1. rotondale ; 
trang, un instrum', 1. occa C (auj. tranch pelle.) — Xransaetion, g. id, -sâguraflT, -cr G, tras- 
Cc, p. trans- B 384 ; -agressas, il transgressa NI 477, -ssgressîon, g. id ,• transigafi, -er C, 
p. -get Cb, -sition, g. id. C, -sitoyr, transitoire, éphémère Cathell 27 ,• -slataflf, transporter C, 
-af J 38 cf. i56 ; p. B 112, métamorphosé 383, traduit NI 546-7, délivré 23i b, (yeux) effarés 98 b, -sla- 
teur, g. id. Ce, -smigration, g. id C, -sport, g. id Cb, -alf, -er C, p. enlevé J 169 b, ho -at ils 
ont été transformés B 389, -te enlevât J 168, -rteur, g. id. Cb. — Xraoîll, g. trauoill C, dévidoir Cb\ 
troill Pel. — Xrauell, peine, tourment, douleur B 616, SgS, cf. J 112 b, 149, NI 200, travail, soin, 
B 41, cf. J 106 b, -el NI ig5, cf. Jér., -eill Cb; -veill peine, r. à fill{if) J 192 b ; treuaill Cb v. treiff, trev- P, 
trau- i i52,Cb\ xtavAiWer Cbv. queusiff, -ueill Cb, -ucll B41, C, trav- i no b, voyager 208 (cf. angl. 
travel) ; p. -ueillet travaillé Cb, -uellet B 706, troublé, égaré N 3i5; travaillez ! B 66, *of em — hâtez-vous 
639, -vaillo var. -vello travaillera J 57 ; -iiaillus, laborieux Cb. — Xrauell an roncet travail à che- 
vaux C, -eill Ch. Du fr.— Xrebez, trépied C, léon. id. du b. 1. tripedis.— Xrece, traescc trace C, auj. 
tref, du fr. 

Xrech, vainqueur P, (oar, de) B 400, -îfT, apparoir 1. emineo Ce, -ifu vaincre H. Auj. trech, v. irl. 
tressa, plus fort, trên fort, cf. Opaauç ? 

Xretle, troisième C, H, P, J 34, 71, an — det{ le 3» jour 1G7, B 343, cf. 44-5 ; an — , la 3e chose M 3; 
tredeec, tiersain,l. tercianus C, trederann, le tiers B 264, J i 3b; auj. trede, de "tritios, voy. trjr. 

Xreff, treuaix 1. treuia, ie, urbs Cb, quedam urbs Ce, Trêves ? — Xreffeus, -ffus, trêve C, g. treueus 
Ce. Dufr. — Xreffu, trouble J 191, var. -ffa, r. u; streffu, treffu, émoi, Suppl.aux dict. br. 82 ,• strabuilh, 
stravilh frayeur, Gr ; cf. centre de la France étrebout, tribou, triboul ; du 1. tribula. Voy. tribuil. 

Xregont, trente 341 Jér. v. cousr, N 7, J i5 b, var. -unt 86, -ond C; plur. a pep -ntou par trentaines 
Jér., -ntuets 3o=C, -duet Cb. Auj. id., cf. tpiôxovTa. 

Xreguer, TréguierC, H, -es, qui est de Tréguier Ct. Auj. Treger, cf. gaul. Tricorii. 

XreîflT, tourner C, H, NI 553, P, tr(e)iff Cb ; troeiff faire au tour Cb v. turgenn, p. troet 2 s., — eo ... 
em studi il m'est venu à l'idée N 168, cf. pan eu — ... em appétit B 686, vn tra so — me en preder (Ws,. — 
em p.) îoj, ma:j troas en e spi ... lajaff qu'il résolut de tuer NI 355 ; pan troy (i s.) en haj da la^aff quand 
il (le Trépas) voudra te tuer P 227 ; troet (1 s.) eu ... da elle est disposée à B 398, a troas da (i s.) vint à 
(parler) J 23i h, pandroaf [i s., var. deuaf) dacoufhat quand je viens à me rappeler 204 ; p. d. de c. 2o3 b; 
e^ troff da^ coffat je viens âme souvenir de toi N i863 (rime obligée; de troaff ci ras de roas : voy. reiff) ; 
troet I s. changé {en en) J 226 b ; troy i s. tournera M 57 v, tro, tour, circuit, C, treiff oar — environner, 
p. troet oartro Cb; — oar — tout autour J 160 b, M 55 v, an — voar tronchoat le pourtour du bois N 274 ; 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUK DU BRETON MOYEN BqS 

oartro environ, 1. circum C ; oar tro par ici, près d'ici J i lo b, ensemble B 475, voar — Devy sur, à côté 
de David N logS, — he fro autour de lui J 110, dioar e — ! éloignez-vous de lui 73 b, cf H; f. : oar un dro 
ensemble, à la fois, en même temps B 76*, 245, Sgo, J 21, oar undro 56 ; oar pep tro par-dessus tout autre 
1 1 1 b, sur toute chose 21 b, oar nep — d'aucune façon 118, 184 ; e pep — toujours N 201, pep — 54, J 2 5 b, 
pS, nep — jamais M 58 v, P, N 389, un — une fois, un jour 534, "" ^''^ 821, cf. 234, 1699; Gw, J 22, 79 b, 
NI 142 ; B 349, 522, 669, an — man cette fois-ci 128, cf. J 60 b, 76 b, 124 ; an — diff (]e sens que) mon 
tour (vient) N 1 594, B 796 ; an — le moyen de 28* ; tro (quel) boulevers' 35o, (je te ferai ton) affaire 616, 
(voyez son) état J 1 12, (il ne peut manquer) en rien 56 b, cf. 42, na fellet — n'y manquez point 14 b, na 
sellet — B 367 n'y regardez pas, n'ayez pas peur, ou lis. fellet? hep tarda/ — 214»; ne alhet — on ne pour- 
rait jamais 797 ; be^ sinchat a tro fais ton tour promptt 538; a — mat (frapper) de la bonne façon J 107 b, 
a — scaff promptt 420, 652, a — sclaer certes J 225 b, a — yen froidi 120 ; a ira glan lis. tro var. a trog 
an, T. o certes 63, a tro goly{s] bellement P 25g; tro tournure pour faire le lait; tro- anheul souci 1. 
solsequium; /ro ara// autrefois C, tpoadur, environnement C/>; troel, g. iarfell (iarfet, 1. zizania, v. 
yell); troell Ce v. merci, ti-oeus, 1. volubilis Cb. Auj. /rei, gall. troi, cf. ■^^"yjxi, rpo/^ao). 

Xreîll houarn treillis de fer C, du fr. 

Ti'eîza, faire passer qqn (en bateau) N 73, Pel., cf. trae^er? 

Xi-ellatafT, (sans) perdre la tête, se troubler, 81, gS, -a/453*, p. (visage) altéré N 98^,- mutilé, dé- 
formé 1002, (croyance) changée B 535, trela- P, égaré, troublé, B 493 ; trellatas fit une transgression NI 
498 ; na trellat quel, ne t'émeus pas J loi, -e// B 109, fut. -if 289*, trelato (le ciel) passera, 1. volvetur NI 
p. 107; trelati Pel, du 1. translatus. 

Tremen, 1. meatus C/>; passer 19, C, H, J 80, Jér, N 65, — inîy passer outre, continuer B 481, — 
lient faire du chemin 166, — amser attendre 703, — diou:^ échapper à 267, se passer de 765 ; — an cas éviter 
cette extrémité 742, — da lioll penet finir tous tes maux J 95 b ; faire (un testam') 97, (regarde sans) perdre de 
vue B 677, p. -net 45, C, a maru... — (ils sont) trépassés 1 15 ; -en diou^ il délivre de 184 ;fut. -niff 812, -no... 
an bet trépassera 639, ^^- P> -nhimp nous mourrons NI 3 16, ~nhet vous passerez 65, J i3i ; -en an poan ! passe 
ce momt pénible B 67g, ej -nses tu t'en serais abstenu 68g, •menabl, 1. meatilis,-ner, trespasseur Cb, 
-iiîdy, voyageurs, -ydy 3» s. r. et J 200 b, -nidîguez, transmigration Cb, -gae^ Ce, •menvan, 
trépas P; exécution d'un testam' J 97. Auj. tremen ; cf. tre, 1. trans, et monet. 

Xi*epas, transgression, forfait J 235, cf. angl. trespass de 1. trans, passus. 

Xret, étourneau C, Pel, h. br. tret espèce d'étourneau Pel., cf. gall. drudwen. 

Xi-etaff, traiter C, J 61, mettre (en fureur) B 730, apaiser (la justice) NI 406, ma — me donner l'onc- 
tion N 1887 ; e-af\-a\ faire son affaire J 216 b; tret (le sommeil m') accable 60; -as traita (ces matières) 33 
b, embauma, ensevelit 23i b; -if]e nourrirai 5 b, -o il (le) tiendra bien 73, ni ho{ tretto nous vousdonnerons 
r(extrême) onction N 1889, tractaff traiter, -tat, traité; trete, traité C, convention B 2 12, J 118, récon- 
ciliation NI 334, P, affaire B 547, circonstance J 222 b, dre — 1. tractim g. atrait Cb, par traité, marché J 
214 b, rfre «e;? - quoi qu'il arrive 37 b, ^^«^ — régulièrt N 1288. g'. ^re«e 841, 1452, 1762, cf i3i, 1284; /îep 
trete sans pitié J 24, 58 b, 119. — Xreungenn, tronc C, treug- Ce, trongenn Gr., du f. — Xreust, 
tref, 1. trabes C, -îc, petit poteau Cb, -teul, tréteau C ; treust Pel, gall. trawst, du 1. transtrum. 

Xi-eut, maigre 779, misérable 568, treiid ; -er, maigreur Cb, -diiT, amaigrir C. Auj. id., gall. tlawd 
misérable, cf. tXv|toi;. 

Xreux, la largeur de J 137 b, un taul — un coup de travers 146 b, a — entravers de B 462, de travers 
C, (faire qq ch) de mal B 373 ; — ha het de tout côté 60, 584, het ha — M. j v, het a dreus Gw; treus ha het 
ha ledan NI loi .-ti-eusou, seuil C, -ouyatt", seulir luys, 1. limio C*, -la/ Ce,- ti'eusse, traverserait 
Am., NI 70; ti-euspluATec, traversin Ce, trus- C. Auj. /rewf ; cf. 1. trans. 



396 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 

Xreuat, moisson C, trévad Gr. 

Xr>«xenn, C, p\. trejiaou 2 s. NI 9, -yaou langes 186; très hardes, tre^iou chemises, linges pour 
grandes personnes Am., tréc. trenjo langes ; cf. v. gall. brethinnou. 

Xry, trois, m. 246, C, H, J i3o, N 3i4, P, — roue NI 108, rouanej — 38, iSj, cf. 106, 264, tri 3o, B 
248, P; Iribec 3 pointes l. tricuspis, try bloazyat, C, trib- Cb ; trigluiziTyat, trigui- de 3 ans, 
C, — ilfX'tt- iriglu- Cb, trîcoingnec 1. triangulus, a, um, G, -eue Ce, tniconaee, id. Cb ; ti*i- 
combout, maison de 3 chambres 1. triclinium, tridantec croc à 3 dents, tridej quent 3 jours avant, 
trîdezjjfuîzyat, de 3 jours , ti'îdezyat, Cb id, tridoubi, triple, -aflT, tripler, C, -Ider, 1. 
triplicitas Ce ; fri/urm à 3 formes, <ri7ie«t 1. trivium, /n7;/r mesure de 3 livres, ^r; /i« 1. tricolor C, triliu 
Cb, trime!;eU 3 mailles, 1. tressis, trimisyat espace de 3 mois, trineut de 3 fils, tripennec, à 3 
têtes t(i")îtroadec, qq ch. â 3 pieds, triuguent, 60 G, -uet, 600 Ce, -guèuet Cb ; ti-izec, i3 
C, NI 266, try- 25o, trizecuet, i^i" Cb. Auj. tri, gaul. tri-, cf. 1. très. 

Xrîacl, -e C, /rj'iic^/ thériaque Gr. — Xribuil, -Il trouble, douleur P, trubill r. uill B 472, (auj. 
tricbuill) ; tribuillaff, tru- €( triboiller, 1. tribularc ••, C ; tribulation, g. id, C, -cion B 6o5. — 
Xribuii, 1. -us C. — Xribut, 1. -um C, P, dette J 69, offrande, présent 5. Du fr. — Xficheboul, 
an diaoulou les pompes de Satan N 969, cf. le suiv. ? — XcicUezi*, tricheur ou tricherre C, -us« 1. perfi- 
diosus, -clieny, perfidie Cb, -ejry Ce; ti"yg, fraude Jér, (sans) tromp.-rie P. Du fr. 

Xriiiclionenii, « trinchon, « vinette, oseille G, -chenenn Cb, trich- Ce (après trimisyat). Auj. id, h. 
br. trinehon, cf. br. trenk aigre, gall. trwnc urine, voy. troajaff. Même rac. qu'ail, dringen ? 

Xrîndet, Trinité G, N 656, an D- N 112, an Dry-5, 182, an Drei-g^, J 98, B 309, 339, 347. Auj. id., 
du b. 1. Trinitatis; trinel, double en trois, C, du 1. 'trinalis. — Xripal, « triper », danser C, B 472, 
trimp- Ce (ap. trimisyat) ; tripaly tu trépigneras B 562; tripal, trimpal Pel ; du fr. — Xrisin, le roi Tri- 
sinius N 465. — Xrîst, -e C, J 65, P, -at, rendre triste Cb, -tet, tristesse 175 b, tristez, id. 9 b, 98, 
B 771, Ce, NI 537, try- 2o3, tre-C, trîsteuny, id Cb ; tristidic, triste J 199 b, P, B 620; 20 s. r. et 
73s. Auj. et V. gall. trist, du 1. tristis. — Xrîumpli, -omphe B 352, -ant, -phant 5Go, try- 623. — 
Xi'oae, Troe Troie C, Troy v. jnuryou ; troen, 1. iliades, dis, g. troyane Cb. Du fr. 

Xroat, pied, 463, H, P, J 33, oar ho — 202 b, m. : dou Si b, try Cb v. pot, — cam qui a les pieds torts 
G, troaicam Cb, pi. treit J 4 b, 5i h,treytV, Jér. v. enec'lt, treitou pieds fde plusieurs) J 5i; dim. ti'oadic, 
Cb ; troalet, pied, mesure 137, C, Jér. v. ief ; troadaff, emmancher, Cb. Auj. troad, de "trag-etos, 
cf. gaul. oùspTpaYot bons coureurs, gr. TpÉj^oi. 

Xroazafi^ uriner Cb v. stautet. Auj. troa:^ urine, gall. trwyth, trwnc, voy. trinehonenn . 

XjroinpaflT, -er NI 543, p. B 3i3, J 17, -at fut trompé NI 498, -en, -eur C, J 76 b, -ei*i, -erie G, 

•pus. trompeur N 616; •pil, trompette G, -// Cb, pl. -aou NI p. 108, -llaflT, 1. bucinare G. Auj. trompla; 
dufr. — I. Xron, (anges du) ciel J 74 b, en — NI 269, B 3o8, 654, ^^ muyhaff — au plus haut du ciel 352, 
en e thron M 62, roen jirmamant han tron J 53 b, roen — B 148*, N 131,469, cf. P; tréc. id, Gwer:^. Breij- 
I^el II, 192 ; portier var an trôn portier du ciel, Antretien être daou ^en yaouanq, chez Ledan ; du v. fr_ 
tron. — 2. Xron, trône Ce, trôn Cb, troun Ca, du fr. — X'ronczafl", (retrousser), C, tronc il trousse 
Am., troueet ! debout! J i33 b, tnoncenes, surcincte, 1. succintorium, tréc. tronsan ; du b. I. tortiare. 
-^ Xronczon, tronc G, -aflT, tronçonner Cb, du fr. 

Xronuos, après demain C, tronos Ce, auj. antronos, le lendemain, cf. gall. tranoeth, voy. tre et nos. 

Xropell milet troupeau de bétail C, Gr. -^ Xp.otal, trotter, -ter, f. es trottçi^r C, dan drpt, 
vite B 485, 492, J J7 b, 84, NI io6, -tadur, (aot. de trotter) Cb. Du fr. — Xrotant, cependant N 
794, auj. entretant, du fr. entre temps -r- Xr-oubl, -é C, p. -aH*, -er C, p. J 67 b, du fr. — Xi*oucb, 
tranchcure, -uff*, trancher G, B 596, p. J 75, NI 14, trouhet Gathell 16; troifche couperait B 374, fut. trocho 



DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU BRETON MOYEN 3gy 

J i33 b, troucbadui*} coupure Cb v. squeigadur. Auj. trouc'ha couper, v. br. truch^X. obtusi; du 1. 
truncus. 
Xrous, bruit G\v, J 164 b, auj. id, gall. trwst. 

Xru, (vie) misérable N 653, 846; truag, truage, 1. theloneum C, -ayg hommage ou soumission Jér., 
-ager, 1. thelonarius, cueilleur de truages Cb, truant, g. id C, misérable B 290', 797, N 1 199, 1800, 
dira. -îc. Ce ,• -taff, truander, -tis, truandiseC, trueiiaus, lis. truantus, r ant, us (serpent) méchant 
NI 457 ; truez, pitié, misère 9, B 47g, C, H, J 9 b , P, N 1 122, -hej 1829, truezus, compatissant J 
90 b, -eçus misérable, r. ef M 8 v ; ti'ugai*, miséricordieux G\v, -ec, id, -ecat, avec pitié G, remercier 
B 632, J i5, 40, P, -equat N 122, hoi -ecquat merci ! 1691, prés, -equaff 1020, -caf Gw v. c'hwec, 3» p. -eca 
P ,• Irugareas, grâce, pardon NI 55, C, P, J 91 b, /lOf — merci ! 9, N 740, a — Doe Dieu merci 992, — 
Doe grâce à Dieu J 211 b, cf. 225, an — Ytron grâce à Marie NI 233, ou^ — dam veuillez me (baptiser) B 1 73, 
pl.ou H. Auj. trugare^, pitié, v. irl. trôcaire id; v. gall. trucarauc gl. mitia; voy caret. Cf. gaul. Trogus, 
gr. arpeû^oixat, Windisch ; le fr. truand est d'orig. celt. 

Xrufnei*, g. id., 1. nugator C, tPufllou, tromperies J 80. Du v. fr., cf. angl. trifle. 

Xu, côté, H, P, m. : ann eil tu heguile C ; (de tout) côté N 653, pep tu de toute façon i2j, cf. B 479; en 
pep tu Ni 370; nep tu d'aucune façon J 28; moyen B i63 ; tu arall (passer) de l'autre côté N 857, '"' '" 
man deçà, an tuhont outre C, an tu hont plus que NI 254, a tu mat == de bonne aire 362 i ii5 h, a tu glan 
pieusi 23o; tulias, s'échappa, se sauva NI 3 12, tu lias 199. Auj. et v. gall. tu, v. irl. tôib. 

Xudoal, Papu, 1. Tugdualus C, Tudgualus Cb ; de tut, goall i. 

Xumpet, renversez, faites tomber 472 ; inf. -pa Trd, du v. fr. tumber. — Xuniij.lt, -e J loi. — 
Xurbation, g. id. Cb. Du fr. — Xui'genn, le tour, instrum', 1. tornus, C (ap. teurell] ; al. rot 
Cb, al's tor Ce ; turgnafï, 1. tornare G; tuirgn, teurgn, tour, Gr,- du 1. tornus. 

Xurpîon, 3 s. compagnons ? 571. 

Xnrques, tenailles J iSy b, auj. id. f., van. -éss pi. -e'^ew L'A., centre de la France tricoises. — 
Xurzunell^ tourterelle C, auj. id, du 1. turturilla. 

Xut, gent, pe a — de quelle gent C, gens, hommes, J 4, N 124, H, P, tud H, B 52. tut 52*, —gentil 
gentilshommes J 81, N 674, an dut B410, 55: les hommes ; pi. tudou (toutes les) nations J 69, var. -aou; 
-aou peuples NI 92, 277, 547. Auj. id, v. irl. tûatlt, gaul. teuto-, cf. ombrien tota. 

Xutor, tuteur C, f. es Cb, du fr. 



U V X z 



U ne se distingue pas de V, dans les majuscules. 



Vguent, vingt, dou u- quarante, peuaruguent 80, C, m- H ; auj. ugent, v. ir\. fiche, cf. 1. viginti. 

Uliel, haut 34g, J 42, 122, P, vltel G, N 126, vuhel NI 91, a — en haut p. 106, a uhel B 284, (pleurer) 
fort J 194 b, dioch ufvel d'en haut 1/5 b, comp. vheloch Cb, sup. uhelhaff là 322, uvh- NI 542, vhelaff N 
1373,; uhelafu H ; vlielder, hautesse G, vlielliat, élever Cb, a vz ma penn au-dessus de ma tête N 
889, auj. huel, uc'hel, gall. uchel v. irl. ûasal, gaul. uxello- (dunum), cf- ô^l/ioXô; ; tréc. a us, v. irl. ôs, cf- 
8i|/t ; même rac. que gou-, gour-? Voy. crech, crisaff. 

\fy, œuf G, pi. uuyoui 201 b. Léon, vi, tréc. u, v. gall. ui, cf. okov. 

Un, un H, P, J 7, undro un jour 178 b, encore une fois 1 14, vnuanyer 1. unimodus, vnuent penac 1. ali- 
quantus (de ment), vnnoet d'un même âge G, vnnoat Ce, vng calon d'un cœur 1. unicors, vng coffat I. coute- 
rinus ; vn courag 1. unanimus, vng ftirm 1. uniformis, vn liii d'une couleur G, vn lieu Ce, un un, unique B 
3 10; vn 294*; ung 596, N 94, vng' 62, B iSg*, vn« esel 473 ; a ung effet t\ en même temps 177, forget ...a 
un pry formé du même limon J gS, a «« /za; dan dour B 260, e^ tenno an bet ... vn /ef ief)' 638 ; wn sae ... 
masve guysquet (pour a un] J 108 b ; a vn ia vn un à un NI SSg, «n dou guer un ou deux mots B 186, dan 
un prêt pan au moment même où J i3o ; peb un chaque (lettre) 32 b ;r. à eerten lis. sacpin, 24 b; on P 41, 
i5i, var. ung J 3i ; un r. en on B 382, cf. un d{ro) r. à lpr)ont 590; en un coll en perdant 600, cf. 129, H, J 
II 5, NI 64; vnan, un G, u- quelqu'un B 433, P, N43, nem sieour v- nul ne m'aide 1006; unique, uniforme 
B 222* ; onan, var. unan P, J 26; pep unan chacun H, N 494, pephu- B 32, quementu- so ahanech ] bo;ma hu- 
moi seul B 255, N 41, cf. 1237; moi-même 85 ; ia — P, B 704, e — 120, J 217, e — glan 189, /lof u- (vous) 
tout seul N 3i6 ; pi. a unanou un à un 292, Jér. ; vnuan, syn. de heuel G, unvan égal (ia à) J 204, unan 
hac — gant 176 b, unan, un van, a un manyer B 3io, vnvan P, un van Gw., un voan tous égal», NI. 90, 
iinvoan 446, un moan uniformém»258, unvanou réunions? P, unnec, onze H, v- G,-uet, ne Cb. Auj. 
un, V. br, un-, v. irl. ôin, gaul. 'oinos cf. 1. unus. 

Uny, uni B 3 10, vniaflT, unir G, p. J 177 b, B 347, -yet 1o<j, -îadui*, 1. adunatio Cb, unie, 
-ique H, union, union B 657, f- • "^'"u J 27 ; réconciliation NI 410, -yon B 352 , vniuersal, -el G, 
cf. J 178 b, V- tous N i357, vniuersite, g. id. G, du fr. — Vrz, le sacrem' de l'ordre N 1673, eur^ 
ordre G, pi. -ou H. Auj. ur^, gall. urdd, du 1. ordo. — Vs, usage G, dre us selon les rites J i56, 
vsaflr, user, 1. uti et fatiscere G, employer B 435, cf. N i339, traiter, agir avecqqnjB 114, drouc vsaff 
mal user Cb, usa/u H, p. vset employé B 764, usae:; tu te sers M 7 v; usai souffrit NI 40, cf. Sg, 53, vsaig. 



DICTIONNAIRt; liTYMOLOGIQLE DU BRETON MOYEN SqQ 

usage C, N 1124, ioaeus a — d'humeur gaie lozS ; vsancc, usance Ce, vsitafi, 1. -are, vsual, 
usuel, usur, usure H, v- C, prestaff oar —, Ci, doubl —Ce, vfuryei", (sic) usurier, vaurpaAT, -erC, 
p. u- J 149, vsurper, f es usurpateur Cb. utilité, -té J 1 5. Du fr. — "Viiei,',hurablc C, 2 s. B 625, P, 
N 342, 697, cuff hac — 931, cf. 1296, 1460, 1953, vhel i 12, 210, 1069, cuff hac vuhel NI i i [ha vuhel 2o5), 
cuf ufueil 20, cf. 54b ; uffiiel B i3, 85, 3/5, 695, viihell NI 61, adv. ep'iiel, comp. e^ vucloch sup. e^vuelhaff 
Cb, do uffueihat, pour les rendre humbles B i83, enem vuelaff Cf',vueltet, humilité C, B 339, vul- 
Cb, uffuel- 533, ufve- J 53 b, vfue- 16, éJ. 1647 'var. uffialter r. et), vuheltet NI lOi, 317, -det N 1927, 
vue- 783, vuelder, Cc,vuld-Cb; anc. viiël Gr. On prononçait uvel; gall. ufyll, du 1. hiimilis. — Va, 
(ire va sur-le-champ ^ J 112 b, vahont là-bas B 284, va/îM>if N 867, v.75e là Sig, J i57 b, 236, vase 142 b, 
tiase C, vafe, <jfe Gr., "oy. man, se. — 'Vacafr', (sans) s'arrêter 159, vacq il s'occupe (à la prière) N 
162, vacant, (place) vacante 1741. — VacillaJf, vaciller C, -a/ chanceler (dans la foi) N 58o — 
Vaein, vain C,ne comsaf — je ne dis rien de faux J 24, vean Cb, ven vain J 41, i65, B 433, C (sans être) in- 
timidé J 47, vaenegloar vaine gloire Ce v. pompât, vane- C, veanbat, devenir vain Ce, vanité, g. iil. 
C, M 71 V. — Vagatr, vaguer, -abont, -bunt, vaca- vagabond C, -bout Cb, vagabond NI 459. — 
"Vailbaut, vaillant C, vaillant Cb, B 3o, NI 416, sage, ferme N 207, (lieu) bien choisi 1382; salud — ! 
696 ; vay- NI 170, P, vaillance, -ce Ce, -nce Ce, vailiautis, fermeté, fidélité B 679, N 583, 691, 
A'alabi, -e J 91 ; Valentîn, n pr. 617 — Van, van C. — Vanaeson, venaison C, pi. vanesonou 
gibier N 295. — VaudangaiT, C, -dagaff Cb, vendagaff C, -dangaff Cb vendanger, veadag, ven- 
dange C, -ei", vendangeur Cb. — Vautaflf, vanter C. — Vapoi*, vapeur C, -eux., g. id Cb. — 
Variabl, variable, -det, variété Cb, vai*iaff*, varier C, N 147 1, (sans) hésiter J 70, B 99, changer 
de croyance 41 1, -af N 58o, J 197, vai*iant, léger, volage 234 b, B 290', -ient r. ent (sottise) étrange 43q, 
-yant P. Du fr. — A'^ai'Ien, verveine C, -nn Gr., du 1. verbena. — "Vatlcinet, prédit N 423, dre -ner 
785, motsav., du 1. -ari. — Ve ... be^et da malheur à J 58, mot sav., du 1. vœ. — 'Veag, voyage C, 
veig B 280-1, auj. béach. — Vegetatitf, g. id C, -ation, croissance Cb. — 'Vellin, velin C. — 
Vellis, une herbe, 1. mellissa C. — VeudîcaflT, vendiquer, ven^eaS*, venger, p. -get; -gancc, 
vengeance C,-geanccCc, uengançiév, v. commeri, venger, vengeur G, f. es Cb, viudîcatifT, g. id C. 
Du fr.— Veuedotoîiet, n. de peuple : MeMalgon roe— (i s. de trop) N 1942 ; d'une forme lat., cf. gall. 
Gwynedd. — Véniel, g. id C. — Veaim, venin C, -adui*, envenimure, -meux, plein de venin Cb, 
voy. bénin. — Venus, Vénus B 114. — Véritablement, g. id Cathell 22. — Verîus, verjus C. 

— Vermillon, g. id C. — Veronic, — <i«sainte Véronique J 124 b, voy. be-. — VersifialT, 
-er, -fier, -leur C. — Vertuz, vertu N 625, Cb, H, vi- C, vertu pi. -^you H, -iou N 229, -iaou NI 473, 
vertuzus, vertueux J 69, (lait) virginal Ni i32, -^yus Cb, vi- C; léon. vertw^. Du fr. — Veruen, 
verveine C, cf. pl.v. br. ueruencou, du 1. verbena. — V'es, vef a de H, voy. eux i. — VessafT, vexer Cb; 
vesseaff C ; vesseer, 1. vexator Cb, dufr. — Vêtez;, aujourd'hui 762, J i33, NI 58, euit — auj. même 
B 26S, vet nos, ce soir J 61, vef nos cette nuit 20S ; auj./eie}-, et Jeno-{, tréc. vid nos, voy. eguit. — 
Veturier, voiturierC, voetur, voiture Cb (auj id). — Veu, vœu N i55. — Vîatîq, viatique C. 

— Vicaer, vicaire C, -y, vicairie Ce. — i. Vice, vice B 26g, C, J 128, N 63o, P; péché (originel) 
NI 1 1 5, (sans) faute, certes N 256, 1723, B 198, pi. v;e^oi< J i5ob. — 2. Vice, vis pour monter (escalier 
tournant), — pressoer vis de pressoir C, auj. vins. — Victoer, victoire C, uitoer C, B 658, licit na uitoar 
permis ni glorieux 694, victorianes, victorieuse 679, -rieux, g. id Cb. — Vifyer, vivier C. — 
Vigilou, vigiles H. — Vigour, vigueur C, -gor P. - Vil, vil C, uil vilain, laid, misérable B 578, vil 
269, J i3, 82 b, N 1898, adv. a uil B 642, vîleny, -ie NI 5i6, uileni P, vîltancc, vileté Cb, var. fi- 
lancc trait odieux, indignité J 127, vilbat, devenir vil, auiler Ci. Auj. vil, vilain; voy. bilen.— Vincent, 
n. pr. C— Violaff. -er Ce, p. N 385, -lance, -ence C, -leur, g. id., f. -leres Cb.— Violet, violette 
Cb, -ete C, auj. violâtes. — Virgiuitez, -té H. — Visaff, viser, visibl, visible G, [-der, visibilité 
Cb, uision, vue, regard B 627, vi- N 837, visitafT, -er C, B 194, H, NI 176, -af S 194, N 1228, cf. 
P; vy-Gviv.fero, Visitation, g. id. Ce, -Iteurg. id. Cb. Dufr.— Vitaill, uitaile C, voy. bitaill. — 



400 DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE OV BRETON MOYEN 

Ultuper, blâme, outrage B 632, vi- Cb; -aff vitupérer C, cf. B 624 ; -rabi, blâmable ; -ration, 
g. id, -i*eur, g. id, -rue, plein de vitupère Ci. — 'VocatîfT', g. id C*, vocaff C. Du fr. — 
Vojsnlenn, voyelle, hanter uogolenn C, vocalenn. Ce, du 1. vocalis. — Volontez, volonté N 
464, H, -unte^ H, uolante B ySS, vo- C, J 40, var. volonté^, r. e ii3. Léon. -ef. — Volum, volume 
de livre C. Du fr. — "Vost, charme, sortilège P 238, 242, du b. 1. vostum (H. de la Villemarqué). — 
Vout, voûte C, J i65 b, -aff, courber, -tadur, lieu où sont voûtes Ci, voutouer, g. id. 
1. scaber C. Du fr. 

Vvmendi, en enesenn languen — n. géogr. N 1 io5. 

X.piet, Christ C, voy. Christ. — Zodiac, -aque C. Du fr. 



CORRECTIONS ET ADDITIONS 



Page 3, strophe 8, lisez : Une tour épaisse, àson propre goût, distribuée selon un bon plan, pour la garder. 

— Note 9, Autentic frecte) ; chetn doit se corriger en e hem. 
P. 5. str. 17, lis. : par Valentin, la vie de Jésus. 

P. 7, n. 5, lise'^. 

P. 10, str. 42, ebataff. 

P. 10, str. 43, je boirai dès que j'en trouverai l'occasion, cf. str. 84, v. 6. 

P. 1 1, str. 46, est-ce que jamais j'ai manqué... sans mentir? C'est. 

P. 12, note 4, yesech?\oy. s. \.ya 2. Peut-être aesech. 

P. i3, str. 55, V. I, ra vihet. 

P. i5, str. 64, sans peine, de la façon que vous voudrez, je. 

P. i6, fin, le maître s'entend avec ses ouvriers. 

P. 17, str. 69, êtes : tenons conseil, et soyons,..; discutons bien. 

P. 23, str. 94, que j'aurais à présent le plus. 

P. 25, str. loi, durable. Je n'ai (Pour l'alternance de tu et vous, cf. 225, 226 et N 55o, 55i). 

P. 26, n. 5, /wef, troet em preder. ' '■' . 

P. 28, str. 1 14, aussi, de Saturne, de Jupiter. 

P. 29, str. 118, et par quelle cause est établi. 

P. 35, str. 143, je vais. 

P. 38, str. i56, le Dieu puissant et bon. 

P. 40, str. i63, V. 5, n. Le mot dich semble de trop. Trad., volontiers, sur votre demande, la sainte. 

— 166, que personne ne le voie. 

P. 41, str. 167, bonjour et joie. ' ■ -■ 

P. 43, str. 178, n. à magat. Il faut piob. lire merat, on vous a soigné, voy. maerat. — Str. 179, v. 5, 
meurbet. Trad., en mourant pour nous. 

— note 4, effacer (recte). 

P. 44, str. 181, après avoir subi victorieusement toute sa peine en ce monde... aller, de son plein gré, dans 
l'enfer... majesté, pour y chercher. 

72 



402 CORRECTIONS ET ADDITIONS 

Str. i83, prêcher et publier de plus en plus la foi en lui, et le motif de sa Passioa. 

P. 48, str. 202, j'aille : vous n'avez pas besoin de me prier. 

P. 59, str. 246, vous n'avez pas besoin de vous arrêter (voy. ret 2). 

P. 64, str. 266, du miel d'abeilles. 

P. 66, str. 282, mourir pour nous, avec; n. i, effacer (recte), 

P. 70, str. 291, pendant que votre poursuite se ralentit (Voy. secjij). 

N. I, lisej près, cessif. 
P. 72, str. 3oo, v. 4, n. Le mot holl semble de trop. 
P. 77, str. 325, v. 4 note : Var. quen fin (recte). 
P. 78, str. 327, ton Dieu n'eut. 
P. 81. str. 345, v. I, note : Var. cretaf. 
P. 85, n. I. Voyez la préface. 
P. 86, str. 365, ajouter en titre : Dioscore. 

— 366, il n'y aura jour de sa vie qu'elle ne passe dans le tourment. 

— N. I, lisej dez he. — La note 2 se rapporte au mot vann. 
P. 87, str. 371, note au mot Barba : ce vers a une syllabe de trop. 
P. 89, st. 377, si tu me le caches aucunement, je te haïrai. 

P. 92, str. 388, changées, par malheur, en insectes. 

P. 102, str. 438, et de le reconnaître tous pour Dieu, faibles et puissants. 

P. 193, str. 443, qu'ils priaient et qu'ils adoraient. 

P. 106, str. 455, vous n'aurez pas moyen d'échapper. 

P. 108, str. 463, je veux m'eff'orcer de toutes façons de la tourmenter. 

P. 112, str. 477, v. 6, ef eu. 

Tr., si on ne la roule pas bien. 

— 479, vous avez pitié. 

P. 116, n. I. Dre, var. oit, pour ort (sale). A la fin de la strophe, a prêt mat a dû remplacer an prêt 
quentaff. 
P. 121, str. 517, v. 3, a caraff. — N. i. Voy. la préface. 
P. 123, str. 527, si tu es vraiment martyre pour mon amour. 
P. 125, str. 537, v. 5, voy. la préface ; n. 5, lisez : men bry. 
P. i3i, str. 566, allez vite ensemble. 
— 567, voyez s. v. he, 1. 3. 
P. 182, str. 571, puisqu'elle est attachée. 
P. i33, str. 574, voyez plus loin la note au mot goelaff. 
P. 147, str. 632, d'avoir été envoyé. 

N. I, Bezet huy. 
P. 148, str. 637, frappez-la rudement. 
P. i5i, str. 649, je vous réprimanderai de votre faute. 
P. 160, n. 3, (au mot en), lisez : em. 
P. 164, str. 716, V. 2, seder. 

P. 168, str. 732, V. 4, Hac. Str. 733, je ne l'oubliais. 
P. 182, str. 794, V. 4, entromp na tardomp. 
P. i85, str. 804, quand vous voudrez. 
P. 193. iltesaf peut être -çiOmt a passât, qui se passait. 
P. 2o3, s. V. Amloary : S"-Tryphine, p. 182, 256; cf. gall. pelre tumulte? 
P. 209, s. y. Aplic, lis. alf au lieu de alp. 



CORRECTIONS ET ADDITIONS 403 

P. 210. Ar bourreau B449*-45o*. 

P. 212, s. V. Argoe:;. Le mot argouej semble signifier miracle, N 902 ; voy. Rev. celt. VIII, 409. 

— S. V. Arrêt. Voy. ret 2, pour B 202, 246. 

P. 21 5. Astut, paraît venir du v. fr. astut astucieux, habile. 

P. 224, s. V. Barn, lis. bi^huyquen au lieu de bih:(-. 

P. 225, 1. 5 doit venir après la ligne 2. 

P. 226. Benhuec instrument, tréc. benvek, du lat. beneficium. 

— Pour ce mot et pour le nom du biniou, voy. Rev. celt. IX. 
P. 234, s. V. Bourreau, 1. 1, an, lis. ar. 

P. 236. Bridol, vient du v. fr. iriio/Ze, instrument à lancer des pierres. 
P. 237. Brulus quen est peut-être une variante de brutuguen. 
P. 238, 1. 9 den, doit descendre â 1. 10. 

— S. V. Butin r. out. Cf. br. mod. boulin banal, commun (à tous). 
P. 240. Cahun vient plutôt du lat. caminus (Stokes). 

P. 245 (et non 345), Charrouce, vesce, du v. îr.jarroce. 

P. 246 (et non 346). Chilpaî... ta yelp japper. 

P. 248 (et non 348), Cle^renn. Voy. sclejrenn. 

P. 249, 1. 2. f}.iaf6q de'scliaros, ou plutôt. 

P. 253. Correenn... ou cf. v. corn. 

P. 264. Coruo est bien écrit N 1902, de "co-er-mo, "co-are-mog-, voy. muy et R. c. VIII, 5o6. 

P. 2 55. Couricher est une variante de couffuerche^ ; cf. l'angl. (hand) kerchief. 

— Cour^ vient prob. du b. 1. cadurdum 

P. 2 58. Croe^jjf vient de *cream, du lat. creare; cf. scruyuaff de*scribam, du 1. scribo; vann. Krouistàs 
Krist, du 1. Christus ; tréc. kroec'h en haut de krec'h, de knech. 

P. 259, s. V. Cue^ 1. I lacat queux faire effort B 463 ; 1. 2 queusaff je m'efforce B 463. 

— Cuntuiil vient de*cont-ul, cf. irl. com-«/ réunion (Loth). 

P. 260, 1. 22, da ue^o graet qu'il soit fait H 65, tréc. d'ho krai, da va groet (cf. la particule verb. irl. do.) 
P. 266. Diboubou, auj. m. bourre. Troude. 
P. 267. DiescusabI, inexcusable, B 790. 
P. 269. Dihu^aff, cf. gall. dyhuddo apaiser, consoler. 
P. 270. Dilloenter,d. gall. ^r"»'"^ laisser. 
P. 274. Diiis... eust 2 s. B 392. 
P. 279. Eben, voy. ben et mur. 
P. 280. Ehoa^aff... he:(aff cessare C. — Ehoc. 
P. 282. En 2. Voy. Rev. celt. VIII, 44, 88 et suiv. 
P. 295, s. V. Glas. Pour J 129, voy. ser:[. 

P. 297. Goelaff. N^ z/eyo aguel ne guelo B 574, lis. a goel ne goelo, qu'il n'y ait pas de larmes qu'elle ne 
pleure .'' Ou mieux a guel ne goelo qu'il n'y ait personne qui la voie sans pleurer. 
P. 3oi. Gref, temps J 129, van.gre; yoy. ser^. 

— S. V. Groaet, ligne 8, effacer gret^ ; voy. ser^. 
P. 3o8. Hasou, ent — . 

P. 3i5. Ya 2, 1. 4, ajouter : peut-être aesech. 

P. 3 16. lllur, ci. gleur? 

P. 323. Lau. Le sens de « mauvais .. est confirmé par le v. bret. tiguotroulau, vilem supellectilem. 

P. 333. Martir (la rendre) martyre B 760. 

P. 334. Mell. Voy. bel i. 



404 CORRECTIONS ET ADDITIONS 

P. 342. Néant... neanet 2 s. hommes de néant B 481. 

P. 347. Ojech, semble proche parent de l'irl. aitheck. 

P. 349. Partabl. Cf. nobl a patabl noble et vilain, collection Penguern II (Léon) ; p. 5, (Bibl. Nat. f. celt. 
90. — Particuler. 

P. 358, I. 12, anglo-sax. hrédher. 

P. 36i, 1. 8. Je traduirais p. 259 « atin de chercher une beauté pour (tn faire) leur fiancée », i, e, « afin 
de briguer la main d'une belle •>; Kevre répond au v. irl. cuimrech lien, voy. ère, rum; cf. lat. ligare ? (pour r 
et /, voy. requej). 

P. 368, s. V. Redec. Ej redont... ma con/ontaff B 386 ma confusion est à son comble, du verbe dont le 
part, est redondet, cf. en redont, J 188 b, lis. ej r. 

P. 372. Roudoe^... rodoed, cart. de Land. 38. 

P. 373. Rum, auj. bande, troupeau, est, comme l'a indiqué M. de la Villemarqué, parent du gall. rhwym, 
lien, de *rémm- pour *reg-m-. Le breton peut venir aussi d'une variante *rig-m (cf. cahun), voy. aeren, 
queffrysa. 

P. 879, s. V. Serf. Ecrit jerf, Parosian romen... troet... gant 1. M. Ar Jann, Rennes 1874, P- 966. 

P. 379. Seuuienn... gaul. <jou6it»)ç. 

P. 38o. Sigur. Oar dafigur, lis. sigur. B 392. 

P. 383. Sparvent, cf. baluent ? 

P. 397. Le V. fr. truage, trevaige, dérive de treuj, id. du 1. tributum. 



aîCHEVÉ D'IMPRIMER 
A NANTES 

PAR 

VINCENT FOREST ET EMILE GRIMAUD 

POUR LA 

SOCIÉTÉ DES BIBLIOPHILES BRETONS 

LE XV" JOUR DB SEPTEMBRE 
M. DCCC. LXXXVIL 



PB Ernault, lîmile Jean Marie 
2813 Le mystère de Sainte Barbe 

E75 
ptie.2 



PLEASE DO NOT REMOVE 
CARDS OR SLIPS FROM THIS POCKET 

UNIVERSITY OF TORONTO LIBRARY