(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Paroissien romain: contenant les offices de tous les dimanches et des principales fêtes de l ..."

Google 



This is a digital copy of a book thaï was prcscrvod for générations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 

to make the world's bocks discoverablc online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 

to copyright or whose légal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 

are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other maiginalia présent in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journcy from the 

publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we hâve taken steps to 
prcvcnt abuse by commercial parties, including placing lechnical restrictions on automated querying. 
We also ask that you: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use thèse files for 
Personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain fivm automated querying Do nol send automated queries of any sort to Google's System: If you are conducting research on machine 
translation, optical character récognition or other areas where access to a laige amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for thèse purposes and may be able to help. 

+ Maintain attributionTht GoogX'S "watermark" you see on each file is essential for informingpcoplcabout this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it légal Whatever your use, remember that you are lesponsible for ensuring that what you are doing is légal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countiies. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can'l offer guidance on whether any spécifie use of 
any spécifie book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liabili^ can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps rcaders 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full icxi of ihis book on the web 

at |http: //books. google .com/l 



Google 



A propos de ce livre 

Ceci est une copie numérique d'un ouvrage conservé depuis des générations dans les rayonnages d'une bibliothèque avant d'être numérisé avec 

précaution par Google dans le cadre d'un projet visant à permettre aux internautes de découvrir l'ensemble du patrimoine littéraire mondial en 

ligne. 

Ce livre étant relativement ancien, il n'est plus protégé par la loi sur les droits d'auteur et appartient à présent au domaine public. L'expression 

"appartenir au domaine public" signifie que le livre en question n'a jamais été soumis aux droits d'auteur ou que ses droits légaux sont arrivés à 

expiration. Les conditions requises pour qu'un livre tombe dans le domaine public peuvent varier d'un pays à l'autre. Les livres libres de droit sont 

autant de liens avec le passé. Ils sont les témoins de la richesse de notre histoire, de notre patrimoine culturel et de la connaissance humaine et sont 

trop souvent difficilement accessibles au public. 

Les notes de bas de page et autres annotations en maige du texte présentes dans le volume original sont reprises dans ce fichier, comme un souvenir 

du long chemin parcouru par l'ouvrage depuis la maison d'édition en passant par la bibliothèque pour finalement se retrouver entre vos mains. 

Consignes d'utilisation 

Google est fier de travailler en partenariat avec des bibliothèques à la numérisation des ouvrages apparienani au domaine public et de les rendre 
ainsi accessibles à tous. Ces livres sont en effet la propriété de tous et de toutes et nous sommes tout simplement les gardiens de ce patrimoine. 
Il s'agit toutefois d'un projet coûteux. Par conséquent et en vue de poursuivre la diffusion de ces ressources inépuisables, nous avons pris les 
dispositions nécessaires afin de prévenir les éventuels abus auxquels pourraient se livrer des sites marchands tiers, notamment en instaurant des 
contraintes techniques relatives aux requêtes automatisées. 
Nous vous demandons également de: 

+ Ne pas utiliser les fichiers à des fins commerciales Nous avons conçu le programme Google Recherche de Livres à l'usage des particuliers. 
Nous vous demandons donc d'utiliser uniquement ces fichiers à des fins personnelles. Ils ne sauraient en effet être employés dans un 
quelconque but commercial. 

+ Ne pas procéder à des requêtes automatisées N'envoyez aucune requête automatisée quelle qu'elle soit au système Google. Si vous effectuez 
des recherches concernant les logiciels de traduction, la reconnaissance optique de caractères ou tout autre domaine nécessitant de disposer 
d'importantes quantités de texte, n'hésitez pas à nous contacter Nous encourageons pour la réalisation de ce type de travaux l'utilisation des 
ouvrages et documents appartenant au domaine public et serions heureux de vous être utile. 

+ Ne pas supprimer l'attribution Le filigrane Google contenu dans chaque fichier est indispensable pour informer les internautes de notre projet 
et leur permettre d'accéder à davantage de documents par l'intermédiaire du Programme Google Recherche de Livres. Ne le supprimez en 
aucun cas. 

+ Rester dans la légalité Quelle que soit l'utilisation que vous comptez faire des fichiers, n'oubliez pas qu'il est de votre responsabilité de 
veiller à respecter la loi. Si un ouvrage appartient au domaine public américain, n'en déduisez pas pour autant qu'il en va de même dans 
les autres pays. La durée légale des droits d'auteur d'un livre varie d'un pays à l'autre. Nous ne sommes donc pas en mesure de répertorier 
les ouvrages dont l'utilisation est autorisée et ceux dont elle ne l'est pas. Ne croyez pas que le simple fait d'afficher un livre sur Google 
Recherche de Livres signifie que celui-ci peut être utilisé de quelque façon que ce soit dans le monde entier. La condamnation à laquelle vous 
vous exposeriez en cas de violation des droits d'auteur peut être sévère. 

A propos du service Google Recherche de Livres 

En favorisant la recherche et l'accès à un nombre croissant de livres disponibles dans de nombreuses langues, dont le français, Google souhaite 
contribuer à promouvoir la diversité culturelle grâce à Google Recherche de Livres. En effet, le Programme Google Recherche de Livres permet 
aux internautes de découvrir le patrimoine littéraire mondial, tout en aidant les auteurs et les éditeurs à élargir leur public. Vous pouvez effectuer 
des recherches en ligne dans le texte intégral de cet ouvrage à l'adresse fhttp: //book s .google . coïrïl 




g— j 



3>f 
Zl/3 



PAROISSIEN 



ROMAIN 



[sr. S8 3 



JosïFii -HiFPoLim GCIIIBBT, par J» mWrloonle j ff' 

dWiiB et In grâte du SalnC-SLégs Aportoliqn 
Arcbctêquo do Toun. 



V 






hÙMumJJ' 



PAROISSIEN 

ROMAIN 

COHTKMAMT 

LES OFFICES DE TOUS LES DIMANCHES 
ET DBS PRINCIPALES FITES DE L'ANNÉE 

BN LATIN ET EN FRANÇAIS 



XI1A.OUJCTIOIV IUOUVKK'X'IB: 

( Propriété ) 



APPBODVÉ PAR Mgr JOSEPH-HIPPOLTTE 6UIBEBT 
^ARCBEVÊQUB DE TOURS ) 




j • j ■ 



TOURS 

ALFRED M ÂME ET FILS, ÉDITEURS 



/i 



\ \ 



\ • 1869 



PROPRIÉTl^. DES ÉDITEURS 



•s,. 






• 






If 

s 

k 

♦ 






1 



TABLg DU TEMPS 

ET DES FÊTES MOBIL.ES 





• 


S 


o 
o 


: 


S 


e 


c 


■< 


Kl 




& 




U 


— — 


«__ 


18«9 


e 


1870 


b 


1871 


A 


187S 


g f 



1B7S 

1873 
1874 
1875 
1876 

1877 
1878 
1879 
1880 

1881 
1882 
1883 
1884 

1885 
1886 
1887 
1888 

1889 
1890 
1891 
189S 



6 

d 
c 
b A 



î 

e 

d c 



b 
A 



d 

c 

b 

A g 



f 

e 

d 

c b 



M 

M 

« 
o 

H 

a. 



>4 Janv. 

13 Févr. 

S Févr. 

i8 Janv. 



9 Févr. 

1 Févr. 
S4 Janv. 
18 Févr. 



S8 Janv. 

17 Févr. 

9 Févr, 

S5 Janv. 



18 Févr. 

5 Févr. 

tl Janv. 

10 Févr. 



1 Févr 
Si Févr. 

6 Févr. 
S9 Jauv. 



17 Févr. 

S Févr. 

S5 Janv. 

14 Févr. 



» 

H 



10 Févr. 

S Mars 

M Févr. 

14 Févr. 



M Févr. 

18 Févr. 

10 Févr. 

iMars 



14 Févr. 

6 Mars 

je Févr. 

11 Févr. 



SMars 
SI Févr. 

7 Févr: 
S7 Févr. 



18 Févr. 
10 Mars 
as Févr. 
18 Févr, 



6 Mars 

10 Févr. 

11 Févr. 
S Mars 



P 

a. 



28 Mais 

17 Avril 

9 Avril 

31 Mars 



13 Avril 

S Avril 

S8Mars 

16 Avril 



1 Avril 
il Avril 
18 Avril 
tSMars 



17 Avril 
9 Avril 

25 Mars 

18 Avril 



5 Avril 
25 Avril 
10 Avril 

1 Avril 



21 Avril 

6 Avril 

29 Mars 

17 Avril 



M 
H 

-8 
S! 

S 

0. 



16 Mai 
6 Julu 
28 Mai 
19 Mai 



1 Juin 
24 Mai 
16 Mai 

4 Jiiin 



20 Mai 
9 Jais 
1 Juin 

16 Mai 



S Jnin 
28 Mai 
18 Mai 

iMai 



24 Juin 
18 Juin 
29 Mai 
20 Mai 



9 Jain 
96 Mai 
17 Mai 

B Join 




23 
26 
27 
28 

27 
24 
25 
27 



24 
26 
27 
24 



SONov. 

29Nov. 

28Nov. 

S Dec. 

2 Bée. 
1 Dec. 

80Nov. 
28Nov. 



24 


27NoV. 


26 


3 Dec. 


28 


2 Dec. 


25 


80Nov. 


26 


29Nov. 


24 


28Nov. 


28 


27Nov, 


27 


2 Dec. 



iDéc. 

80Nov. 
29NOV. 
27 Nov. 



L*AscKNSioN , le Jeudi qui suit le B« Dim. après Pftqnes. 
La FftTB-DiBO f le Jeudi de la semaine de la S*« Trinité. 



A 



^ 



^. 



X. 33 



ABRÉGÉ 



DBS 



DEVOIRS D'UN CHRÉTIEN 

POUR Ll COn&S Dl OIAQUI JOURHU 



4 

» 



CHRÉTIEN, 
3ot?i6iif-toi que tu ai ai^oiinl'liul : 



r " On Dieu à'^lorifler, 

Qvà fa. créé peur r«lmer; 
Un Jésns à imiter. 
Son sang à t*appliqiker, 
La sainte Vierge à implorer, 
Tous les Anges- à honorer, 
Une Ame à aduver. 
Un Gorp» à mortifier, 
Une conscience à examiner. 
Des péohés à expier. 
Des vertns à demander, 
>v, On ciel à mériter 
^^n enfer à éviter. 
Une éternité à méditer, 



% Un temps à ménager. 
Un prochain à édifier. 
Un monde à mépriser, 
Des démons à appréhender, 
Des passions à dompter. 
Une mort , peut-être , à souf- 
frir. 
Et nn jugement à snbir, 
D'un Dieu de vérité , 
Pour une éternité, 
Ou bienheureuse : à bonheur 1 
Ou malheureuse : ô malheur! 
Dérot chrétien , 

% Songes-y bien. 




PRIERE DU MATIN 

ATT NOM DU PÂBS, KT DU FELS, ST DU SAINT - XSPBIT. 

ADra SOIT-Hta 

MetUnu-nous en la présente de Oku , et ai^nms^le. 

TKÈs-sAiin-E et très-auguste Trinité , Dieu seul 
en trois personnes, je crois que vous ^tes 
id présent. Je tous adore avec les sentiments de 
rhumilité la plus profonde, et je vous rends de 
tout mon cœor les hommages qui sont dus à 
votre souveraine Majesté. 

Remercioru Dieu des grâces qu'il noufa'Jhites , 
et offrons-nous d lui. » . 

MON Weu, je vous remercie très-hi^imMemênt 
de toutes les grâces que vous m*avez faites 
iusqulci. C'est encore par un effet . de votre 
bonté que je vois ce jour; je veux aussi l'em- 
ployer uniquement à vous servir. Je vous en 
consacre toutes les pensées, les paroles, les 
actions et les peines. Bénissez-les, Seigneur, afin 
qu'il n'y en ait aucune qui ne soit aiiimée de 
votre amour, et qui ne tende à votre plus grand»'', 
gloire.* 

Formons la résolution d^ éviter le péché 
et de pratiquer la vertu. 

À DORABLE Jésus, diviu modèle de la perfection 
A. à laquelle nous devons aspirer, je vais m'ap- 



• .'î 



4 PRIERE DU MATIN. 

plique^ autant que je le pourrai à me rendre 
semblable à vous : doux, humble, chaste, zélé, 
patient, charitable et résigné comme vous; et je 
ferai particulièrement tous mes efforts pour ne 
pas retomber aujourd'hui dans les fautes que je 
commets si souvent, et dont je souhaite sincè- 
rement de me corriger. 

Demandons d Dieu les grâces qui nous sont nécessaires. 

MON Dieu, vous connaissez ma faiblesse. Je ne 
puis rien sans le secours de votre grâce. Ne 
me la refusez pas, ô mon Dieu; proportionnez-la 
à mes besoins ; donnez-moi assez de force pour 
éviter tout le mal que vous défendez, pour pra- 
tiquer tout le bien que vous attendez de moi, et 
pour souffrir patiemment toutes les peines qu'il 
vous plaira de m'envoyer. 

l'oraisok dominicale. 

PATER noster, qui es in cœlis, sanctiflcetm* 
nomen tuum ; adveniat regnum tuum : fiât 
voluntas tua, sicut in cœlo et in terra : panem 
nostrum quotidianum da nobis hodie; et dimitte 
nobis débita nostra, sicut et nos dimittimus de- 
bitoribus nostris : et ne nos inducas in tentatio- 
nem; sed libéra nos a malo. Amen. 

LA SALUTATION ANGÉLIQUE. 

AVE, Maria, gratia plena; Dominus tecum: 
benedicta tu in mulieribus, et benedictus 
fructus ventris lui, Jésus. 

Sancta Maria, Mater Dei, ora pro nobis peo- 
catoribus , nunc et in hora mortis nostrœ. Amen. 



PBliRJB OU KATIir. 5 

LE SYMBOLE DBS APÔTBES. 

CHEDO in Deum, Patrem omnipotentem, Crea- 
torem cœli et terras : et in Jesum Ghristiun^ 
Filium ejus unicum, Dominum nostrum; qui 
conceptus est de Spiritu sancto, natus ex Maria 
Virgine, passus svh Pontio Pilato, crucifixus, 
mortuus , et sepultus; descendit ad inferos ; tertia 
die resurrexit a mortuis; ascendit ad cœlos; 
sedet ad dexteram De! Patris omnipotentis, inde 
venturus est judicare vivos et mortuos. 

Credo in Spiritiam sanctum, sanctam Eccle- 
siam catholicam^ sanctorumconmiunionem, re- 
missionem peccatorum, carnis resurrectionem, 
vitam aetemam. Amen. 

LA CONFESSION DES PÉCHÉS. 

CONFiTEOR Deo omnipotenti, beatœ Mariœ sem- 
per virgini, beato Michaeli Archangelo, beato 
Joanni Baptistae, sanctis Apostolis Petro et Paulo^ 
omnibus Sanctis (et tibi, Pater), quia peccavi 
nimis cogitatione, verbo et opère : mea culpa, 
mea culpa, mea maxima culpa. Ideb precor bea- 
tam Mariam semper virginem, beatum Michae- 
lem Archangelum, beatum Joannem Baptistam , 
sanctos Apostolos Petrmn et Paulum, omnes 
Sanctos (et te, Pater), orare pro me ad Domi- 
num Deum nostrum. 
MisEBEATUR uostri omuipoteus Deus, et, dimis- 
sis peccatis nostris, perducat nos ad vitam 
stemauQ. Amen. 

INDUL6ENTIAM, absolutiouem et remissionem 
peccatorum nostrorum tribuat nobis omnipo- 
tens et misericors Dominus. Amen. 



6 PRIÈRE DU MATIN. 

Invoquons la sainte Vierge, notre bon Ange 
et notre saint Patron. 

SAmiE Vîerge, Mère de Dieu, ma mère et ma 
patromie, je me mets sous votre protection, 
et je me jette avec confiance dans le sein de 
votre miséricorde. Soyez, ô Mère de bonté, mon 
refuge dans mes besoins, ma consolation dans 
mes peines, et mon avocate auprès de votre 
adorable fils, aujourd'hui, tous les jours de ma 
vie, et particulièrement à Theure de ma mort. 

Ange du ciel, mon fidèle et charitable guide, 
obtenez-moi d*étre si docile à vos inspirations et 
de régler si bien mes pas , que je ne m'écarte 
en rien de la voie des conomandements de mon 
Dieu. 

Grand Saint dont j'ai l'honneur de porter le 
nom, protégez-moi, priez pour moi, afin que je 
puisse servir Dieu comme vous sur la terre, et 
le glorifier éternellement avec vous dans le ciel. 
Ainsi soit-il. 

ACTE DE FOI. 

MON Dieu, je crois fermement tout ce que croit 
et enseigne votre sainte Église catholique, 
parce que c'est vous qui le lui avez révélé, et 
que vous ne pouvez ni vous tromper, ni nous 
tromper. 

ACTE d'espérance. 

J'espère, 6 mon Dieu, que vous me donnerez 
la vie étemelle et les grâces pour y arriver, 
par Notre-Seigneur Jésus-Christ, parce que vous 
l'avez promis, et que vous êtes infiniment bon 
et fidèle à tenir vos promesses. 



PBIÉKE DU MATm. 7 

ACTE DE CHARITÉ. 

OUI, mon Dieu, je vous aime de tout mon 
cœur, de toute mon âme, de tout mon esprit, 
de toutes mes forces; je vous promets d'aimer 
mon prochain comme moi-même pour Tamour 
de vous. 

LES COHHAlfDEHElfTS DE DIEU. 

Uw seul Dieu tu adoreras, 
Et aimeras parfaitement. 
Dieu en vain tu ne jureras, 

Ni autre chose pareillement. 
Les Dimanches tu garderas, 

En servant Dieu dévotement. 
Tes père et mère honoreras, 

Afin de vivre longuement. 
Homicide point ne seras 

De fait ni volontairement. 
Luxurieux point ne seras 

De corps ni de consentement. 
Le bien d'autrui tu ne prendras, 

Ni retiendras à ton escient. 
Faux témoignage ne diras. 

Ni mentiras aucunement. 
L'œuvre de chair ne désireras 

Qu'en mariage seulement. 
Biens d'autrui ne convoiteras. 

Pour les avoir injustement. 

LES COHHANDEHEIfTS DE l'ÉGLISB. 

LES Fêtes tu sanctifieras 
Qui te sont de conmiandement. 



PKUSJΠOU MATUf. 

Les Dimanches la Messe ouïras , 

Et les Fêtes pareillement. 
Tous tes péchés confesseras 

A tout le moins une fois Tan. 
Ton Créateur tu recevras 

Au moins à Pâques, humblement. 
Quatre-Temps, Vigiles, jeûneras, 

Et le Carême entièrement. 
Vendredi chair ne mangeras. 

Ni le samedi mémement. 

LITANIES DtJ SAINT NOM DE JÉSUS. 



SEIGNEUR, ayez pitié de 
nous. 

Jésus-Christ, ayez pitié. 

Seigneur, ayez pitié. 

Jésus, écoutez-nous. 

Jésus, exaucez-nous. • 

Père céleste qui êtes Dieu, 
ayez pitié de nous. 

Fils rédempteur du mon- 
de qui êtes Dieu, ayez. 

Esprit - Saint qui êtes 
Dieu, ayez. 

Trinité sainte qui êtes un 
seul Dieu, ayez. 

Jésus Fils du Dieu vi- 
vant, ayez. 

Jésus splendeur du Père, 
ayez pitié de nous. 

Jésus réclat de la lumière 
éternelle, ayez. 



K 



YRiE, eleison. 



Gliriste, eleison. 
Kyrie, eleison. 
Jesu, audi nos. 
Jesu, exaudi nos. 
Pater de cœlis Deus , 

miserere nobis. 
Fili redemptormundi 

Deus, miserere. 
Spiritus sancte Deus, 

miserere nobis. 
Sancta Trinitas unus 

Deus, miserere. 
Jesu Fili Dei vivi, 

miserere nobis. 
Jesu splendor Patris, 

miserere nobis. 
Jesu candor lucis 

aetemae, miserere. 



PRIÈRE DU MATIN. 



9 



esu rex gloriœ, mis. 
esu sol justitiâe, mi- 
serere nobis. 
esu flli Mariae Virgi- 

nis, miserere, 

esu amabilis, mis. 
esu admirabilis^ mis. 
esu Deus fortis^ mis. 
esu Pater futuri sae- 

cttli, miserere, 
esu magui consilii 

Angele, miserere, 
esu potealissime,mi- 

serere nobis. 
esu patientissîme ^ 

miserere nobis. 
esu obedientissime, 

miserere nobis. 
esu mitis et humilis 

corde, miserere, 
esu amator castita- 

tis, miserere nobis. 
iesu amator noster^ 

miserere nobis. 
Iesu Deiis pacis, mis. 
tesu auctorvitae, mi- 
serere nobis. 
iesu ezemplar virtu- 

tum , miserere, 
esu zelator anima- 

rum, miserere, 
[esu Deùs noster, mis . 



Jésus roi de gloire , ayez. 
Jésus soleil de justice^ 

ayez pitié de nous. 
Jésus fils de la Vierge 

Marie, ayez. 

Jésus aimable, ayez. 
Jésus admirable, ayez. 
Jésus Dieu fort, ayez. 
Jésus Père du siècle à 

venir, ayez. 

Jésus Ange du conseil 

céleste, ayez. 

Jésus très-puissant, ayez 

pitié de nous. 
Jésus très -patient, ayez 

pitié de nous. 
Jésus très-obéissant, ayez 

pitié de nous. 
Jésus doux et humble de 

cœur, ayez. 

Jésus qui aimez la chas- 
teté, ayez. 
Jésus qui nous avez tant 

aimés, ayez. 

Jésus Dieu de paix , ayez. 
Jésus auteur de la vie, 

ayez pitié de nous. 
Jésus modèle des vertus , 

ayez pitié de nous. 
Jésus zélateur des âmes , 

ayez pitié de nous. 
Jésus notre Dieu , ayez . 



10 



PRIÉHS DU MATIN. 



Jésus notre reftige, ayez 
pitié de nous. 

Jésus père des pauvres, 
ayez pitié de nous. 

Jésus trésor des fidèles, 
ayez pitié de nous. 

Jésus bon Pasteur, ayez. 

Jésus vraie lumière, ayez. 

Jésus sagesse étemelle, 
ayez pitié de nous. 

Jésus bonté infinie, ayez 
pitié de nous. 

Jésus notre voie et notre 
vie , ayez. 

Jésus joie des Anges, 
ayez pitié de nous. 

Jésus roi des Patriarches, 
ayez pitié de nous. 

Jésus maître des Apô- 
tres, ayez. 

Jésus docteur des Évan- 
gélistes, ayez. 

Jésus force des Martyrs, 
ayez pitié de nous. 

Jésus lumière des Con- 
fesseurs, ayez. 

Jésus pureté des Vierges, 
ayez pitié de nous. 

Jésus couronne de tous 
les Saints, ayez. 

Soyez-nous propice, par- 
donnez-nous, Jésus. 



Jesu refugium no- 

strum, nuserere. 
Jesu pater pauperum, 

miserere nobis. 
Jesu thésaurus fide- 

lium, miserere. 
Jesu bone Pastor, mis. 
Jesu lux vera, mis. 
Jesu sapientiaœterna, 

miserere nobis. 
Jesu bonitas inflnita, 

miserere nobis. 
Jesu via et vita no- 

stra, miserere. 
Jesu gaudium Ange- 

lorum, miserere. 
Jesu rex Patriarcha- 

rum, miserere. 
Jesu magister Aposto- 

lorum, miserere. 
Jesu doctor Evangeli- 

starum, miserere. 
Jesu fortitudo Marty- 



rum 



miserere. 



Jesu lumen Gonfes- 

sorum , miserere. 
Jesu puritas Virgi- 

num, miserere. 
Jesu corona Sancto- 

rum omnium, mis. 
Propitius esto, parce 

nobis, Jesu. 



»mz DU HATOf. 



11 



{ 



Propitlns esto , exaudi 
nos, Jesu. 

Ab omni malo, libéra 
nos, Jesu. 

Ab omni peccato, li- 
béra nos, Jesu. 

Ab ira tua^ libéra 
nos, Jesu. 

Ab insidiis diaboli, 
libéra nos, Jesu. 

A spiritu fomicatio- 
nis,libera nos, Jesu. 

A morte perpétua, li- 
béra nos, Jesu. 

A neglectu inspiratio- 
num tuarum, li- 
béra nos, Jesu. 

Per mysterium san- 
ctae Incamationis 
tuae, libéra nos. 

Per NatiTitatem tu- 
am, libéra nos. 

Per Infantiam tuam, 
libéra nos, Jesu. 

Per divinissimam vi- 
tam tuam, libéra. 

Per labores'tuos, li- 
béra nos, Jesu. 

Per agoniam et Pas- 
sionem tuam, li- 
béra nos, Jesu. 

Per Gnicem et dere 



Soyez-nous propice, exau- 
cez-nous, Jésus. 

De tout mal, délivrez- 
nous, Jésus. 

De tout péché, délivrez- 
nous, Jésus. 

De votre colère, délivrez- 
nous, Jésus. 

Des embûches du démon, 
délivrez-nous, Jésus. 

De l'esprit impur, déli- 
vrez-nous, Jésus. 

De la mort étemelle, dé- 
livrez-nous, Jésus. 

Du mépris de vos divines 
inspirations, délivrez- 
nous, Jésus. 

Par le mystère de votre 
sainte Incarnation, dé-, 
livrez-nous, Jésus. 

Par votre Naissance, dé- 
livrez-nous, Jésus. 

Par votre Enfance, déli- 
vrez-nous, Jésus. 

Par votre vie toute di- 
vine, délivrez-nous. 

Par vos travaux, déli- 
vrez-nous, Jésus. 

Par votre agonie et votre 
Passion, délivrez-nous, 
Jésus. 

Par votre Croix et votre 



12 



PRIERE DU lUTlN. 



abandon , délivrez- 
nous^ Jésus. 

Par vos langueurs, déli- 
vrez-nous, Jésus. 

Par votre mort et votre 
sépulture, délivrez. 

Par votre Résurrection, 
délivrez-nous, Jésus. 

Par votre Ascension, dé- 
livrez-nous, Jésus. 

Par vos saintes joies, dé- 
livrez-nous, Jésus. 

Par votre gloire, déli- 
vrez-nous, Jésus. 

Agneau de Dieu, qui 
effacez les péchés du 
monde,, pardonnez- 
nous, Jésus. 

Agneau de Dieu, qui 
effacez les péchés du 
monde, exaucez-nous, 
Jésus. 

Agneau de Dieu, qui 
effacez les péchés du 
monde, ayez pitié de 
nous, Jésus. 

Jésus, écoutez-nous. 



lictionem tuam, li- 
béra nos, Jesu. 

Per languores tuos, 
libéra nos, Jesu. 

Per mortem et sepul- 
toram tuam, libéra. 

Per Resurrectionem 
tuam, libéra nos. 

Per Ascensionem tu- 
am, libéra nos. 

Per gaudia tua, li- 
béra nos, Jesu. 

Per gloriam tuam, li- 
béra nos, Jesu. 

Agnus Dei, qui toUis 
peccata mundi, par- 
ce nobis, Jesu. 

Agnus Dei, qui tol- 
lis peccata mundi, 
exaudi nos, Jesu. 

Agnus Dei, qui tollis 
peccata mundi, mi- 
serere nobis, Jesu. 

Jesu, audi nos. 
Jesu, exaudi nos. 



Jésus, exaucez-nous. 

Oraison, Seigneur Jésus-Christ, qui avez dit : 
Demandez, et vous recevrez; cherchez, et vous 
trouverez; frappez, et on vous ouvrira; faites- 
nous, s'il vous plaît, la grâce d'être embrasés 



PRIERE DU MATIN. 



13 



de votre amour tout divin, afin que nous vous 
aimions de tout notre cœur, en vous confessant 
de bouche et par nos actions, et que jamais 
nous ne cessions de vous louer. 

Donnez -nous pour toujours, ô Seigneur, la 
crainte et Tamour de votre saint Nom, parce que 
vous ne cessez de gouverner ceux que vous éta- 
blissez dans la solidité de votre affection. Par 
N.-S. J.-C. 



Prière qu'en récite trois fois par jour, au son de la cloche. 



ANGELUS Domini 
nuntiavit Mariae, 
et concepit de Spiritu 
sancto. 

Are, Maria, etc. 

Ecce ancilla Domi- 
Di, fiât mihi sceun- 
dum verbmu tuum. 

Ave, Maria, etc. 

Et Verbum caro f a- 
ctum est, et habitavit 
in nobis. 

Ave, Maria, etc. 

>-. Ora pro nobis, 
saneta Dei Genitrix. 
<. Ut digni efflcia- 
mur promissionibus 
Christi. 



L'Ange du Seigneur a 
annoncé à Marie, et 
elle a conçu par l'opéra- 
tion du Saint-Esprit. 

Je vous salue, etc. . 
. Voici la servante du 
Sei^eur, qu'il me soit 
fait selon votre parole. 

Je vous salue, etc. 

Et le Verbe s'est fait 
chair, et il a habité parmi 
nous. 

Je vous salue, etc. 

j. Priez pour nous, 
sainte Mère de Dieu. ^. 
Afin que nous devenions 
dignes des promesses de 



Jésus-Christ. 

ORAISON. 

GRATiAH tuam, quae- 1 tvaignez, Seigneur, ré- 
sumas, Domine, | U pandre votre grâce 



14 



PRIERE DU MATIN. 



dans nos âmes, afin 
qu'ayant connu par le 
ministère de TAnge Tln- 
camation de Jésus-€hrist 
votre Fils, nous puis- 
sions, par les mérites de 
sa Passion et de sa Croix , 
parvenir à la gloire de 
sa Résurrection. Par le 
nième Jésus-Christ Notre- 
Seigneur. i^. Ainsi soit-il. 



mentibus nostris în- 
funde; ut qui, Angelo 
nuntiaute, Ckristi Fi- 
lii tui Incamationem 
cognovimus, per Pas- 
sionem èjus et Gru- 
cem ad Resurrectionis 
gloriam perducamur. 
Per eumdem Ghri- 
stum Dominum no~ 
strum. f^. Amen. 



PRIÈRE AVANT 

BÉNissEz-Nous, Ri- 
gueur, et bénissez en 
même temps les aliments 
que votre libéralité nous 
accorde. Par Jésus-Christ 
Notre - Seigneur. Ainsi 
soit-il. 



LE REPAS. 

BENEDic, Domine, 
nos et hsBC tua do- 
ua, quae de tua largi- 
tate sumus sumpturi. 
Per Christum Domi- 
num nostrum. Amen. 



PRIÈRE APRÈS LE REPAS. 

Nous vous rendons grà- [ a gimus tibi gratias, 
ces de tous vos bien- A omnipotens Deus , 
faits, Dieu tout - puis- 1 pro imiversis benefl- 
sant, qui vivez et régnez dis tuis. Qui vivis et 
dans les siècles des siè- régnas in saecula s«- 
cles. Ainsi soit-il. culorum. Amen. 



1 



Pendant le Temps pascal , au lieu de TAngelus on récite 
debout l'AnU Regina cœli , avec le verset et 1^ Oraison; on le» 
trouvera après les Complies du Dimanche. 



S, 
\ 



PRIERE DU SOIR 

— DO- 
AD KOM i>n ràsE, et du vns, ht du saint-bvbit 

AmHI SOIT -IL. 
' Mettons-notu en la présence de Dieu, et adororu-U.' 

Tivous adore, ô mon Diea, avec la soumission 
•que m'inspire la présence de votre souveraine 
ffandeur. Je crois en vous, parce que vous êtes 
la vérité même. J'espère en vous, parce (pie 
TOUS êtes infiniment bon. Je vous aime de toat 
mon cœur, parce que vous êtes souverainement 
aimable, et j'aime le prochain comme moi- -. 
urne pour l'amour de vous. 

Remercions Dieu des grâces gu'U nous a faites. 

A DEL LE S actions de grâces vousrendrai-je, ô 
H mon Dieu, pour tous les biens que j'ai reçus - •'" 
de vous? Vous avez songé à moi de toute étér- 
aité ; vous m'avez tiré du néant, vous avez donne 
Totre vie pour me racheter, et vous me comblez 
aicore tous les jours d'une infinité de faveurs. 
Hélas ! Seigneur, que puis-je faire en reconnais- 
sance de tant de bontés? Joignez -vous à moi, 
esprits bienheureux, poui louer le Dieu des mi- 
séricordes, qui ne cesse de faire du bien à la plus 
indigne et à la plus ingrate de ses créatures. 

Demandons d Dieu la grâce de connaUre nos péchés. 

SOURCE étemelle de limiières. Esprit -Saint, 
dissipez les ténèbres qui me cachent la lai- 

ieur et la malice du péché. Faites -m'en conce- ^ 

P 



m PBIEAE DU SOiU. 

voir une si grande horreur, ô mon Dieu, que je 
le haïsse, s'il se peut, autant que vous le haïssez 
vous-même, et que je ne craigne rien tant que 
de le commettre à Tavenir. 

Examiner sa conscience sur tous ses péchés ; rappeler dans 
son esprit les occasions dangereuses où Ton a été... les per> 
sonnes avec qui Ton a conversé... )es affaires et les emplois 
gui ont occupé... les mauvaises pensées... les désirs crimi- 
nels... les sentiments d'envie, de colère, de haine... la négli- 
gence et les omissions des devoirs de son état , et la lâcheté 
dans les bonnes œuvres. 

ME voici. Seigneur, tout couvert de confusion 
et pénétré de douleur-à la vue de mes fautes. 
Je viens les détester devant vous, avec un vrai 
déplaisir d'avoir offensé un Dieu si bon, si aimable 
et sî digne d'être aimé. Etait-ce donc là, ô mon 
Dieu, ce que vous deviez attendre de ma recon- 
naissance, après m'avoir aimé jusqu'à répandre 
votre sang pour moi ? Oui, Seigneur, j'ai poussé 
trop loin ma malice et mon ingratitude. Je vous 
en demande très-humblement pardon, et je vous 
conjure, ô mon Dieu, par cette même bonté dont 
j'ai ressenti tant de fois les effets, de m'accorder 
la grâce d'en faire, dès aujourd'hui et jusqu'à la 
mort, une sincère pénitence. 

Fcâ$on8 un ferme propos de ne plus pécher. 

QUE je souhaiterais, ô mon Dieu, de ne vous 
avoir jamais offensé ! mais puisque j'ai été 
assez malheureux pour vous déplaire, je vais 
vous témoigner la douleur que j'en ai par une 
conduite tout opposée à celle que j'ai gardée 
jusqu'ici. Je renonce dès à présent au péché et 
à l'occasion du péché, surtout de celui où j'ai 



FaiÉRE DU SOiS. 17 

la faiblesse de retomber si souvent. Et si vous 
daignez m'accorder votre grâce, ainsi que je la 
demande et que je l'espère, je Ucherai de rem- 
plir fidèlement mes devoirs, et rien ne sera ca- 
pable de m'arrèter quand il s'agira de vous 
servir. Ainsi soit -il. 

l'oraison dominicale. 

NOTRE Père, qui êtes aux deux, que votre mom 
soit sanctifié, que votre règne arrive, que 
votre volonté soit faite sur la terre comme au 
ciel; donnez-nous aujourd'hui notre pain quoti- 
dien; et pardonnez -nous nos offenses, conmie 
nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés ; 
et ne nous laissez pas succomber à la tentation, 
mais délivrez -nous du mal. Ainsi soit -il. 

LA SALUTATION ANGÂLIQDE. 

JE VOUS salue, Marie, pleine de grâces; le Sei- 
gneur est avec vous : vous êtes bénie entre 
toutes les femmes, et Jésus, le fruit de vos en- 
trailles, est béni. 

Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous , 
pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de 
notre mort. Ainsi soit -il. 

LE SYMBOLE DES APOTRES. 

JE crois en Dieu, le Père tout-puissant, Créateur 
du ciel et de la terre; et en Jésus-Christ, son 
Fils unique, notre Seigneur, qui a été conçu du 
Saint-Esprit, est né de la Vierge Marie, a souf- 
fert sous Ponce-Pilate, a été crucifié, est mort 
et a été enseveli, est descendu aux enfers, le 
troisième jour est ressuscité d'entre les morts, 

3f. M s 



J8 F&LEaU DU SOltt. 

est monté a«x deux, est assis à la droite de DiBU 
le Père tout-puissant, d'où il viendra juger les 
vivants et les morts. 

Je crois au Saint-Esprit, la sainte Église ca- 
tholique, la communion des saints, la rémis- 
sion des péchés, la résurrection de la chair, la 
vie éternelle. Ainsi soit -il. 

LA CONFESSION DES PÂCUÉS. 

JE confesse à Dieu tout-puissant, à la bienheu- 
reuse Marie toujours vierge, à saint Michel 
Archange, à saint Jean -Baptiste, aux Apôtres 
saint Pierre et saint Paul, à tous les Saints (et 
à vous, mon Père), que j'ai beaucoup péché par 
pensées, par paroles et par actions : c'est ma 
faute, c'est ma faute, c'est ma très-grande 'au le. 
C'est pourquoi je prie la bienheureuse i.arie 
toujours vierge, saint Michel. Archange, saint 
Jean -Baptiste, ies Apôtres saint Pierre et saint 
Paul, tous les Saints (et vous, mon Père), de 
prier pour moi le Seigneur notre Dieu. 

QUE le Dieu tout-puissant nous fasse miséricorde , 
et qu'après nous avoir pardonné nos péchés, 
il nous conduise à lavie étemelle. Ainsi soit -il. 

QUE le Seigneur tout-puissant et miséricordieux 
nous accorde le pardon, l'absolution et la 
rémission de nos péchés. Ainsi soit -il. 

Recommandons-noiu à Dieu, d la sainte Vierge 
et aux Saints. 

BÉNISSEZ, ô mon Dieu, le repos que je vais 
prendre pour réparer mes forces îdn de vous 
mieux servir. Vierge sainte. Mère de mon Dieu, 
et après lui mon unique espérance, mon bon 



PRIÈRE DU SOIR. J9 

Ange, mon saint Patron, intercédez pour moi, 
protégez-moi pendant cette nuit, tout le temps 
de ma vie, et à rheure de ma mort. Ainsi soit-il. 

Prions pour les vivants et pour les défunts. 

RÉPANDEZ, Seigneur, vos bénédictions sur mes 
parents, mes bienfaiteurs , mes amis et mes 
emiemis. Protégez tous ceux que vous m'avez 
donnés pour maîtres, tant spirituels que tempo- 
rels. Secourez les pauvres, les prisonniers, les 
affligés, les voyageurs, les malades et les ago- 
nisants. Convertissez les hérétiques et éclairez 
les infidèles. 

Dieu de bonté et de miséricorde, ayez aussi 
pitié des âmes des fidèles qui sont dans le pur- 
gatoire. Mettez fin à leurs peines, et donnez à 
celles pour lesquelles je suis obligé de prier, le 
repos et la lumière étemelle. Ainsi soii-il. 

LITANIES DB LA SAINTE VIEBGE. 



17 TRIE, eleison. 

Christe^ eleison. 
Kyrie, eleison. 
Christe, audi nos. 

Cbriste, exaudi nos. 

Pater de cœlis Deus, 
miserere nobis. 

Rli ledemptor mundi 
Deus, miserere no- 
bis. 



SEIGNEUR, ayez pitié de 
nous. 

Jésus-Christ, ayez pitié. 

Seigneur, ayez pitié. 

Jésus - Christ , écoutez- 
nous. 

Jésus -Christ , exaucez- 
nous. 

Père céleste qui êtes Dieu, 
ayez pitié de nous. 

Fils rédempteur du mon- 
de qui êtes Dieu, ayez 
pitié de nous. 



/ 



20 



PRIÈRE DU SOIR. 



Esprit -Saint qvà êtes 

Dieu , ayez pitié de n. 
Trinité sainte qui êtes un 

seul Dieu, ayez pitié 

de nous. 
Sainte Marie, priez pour 

nous. 
Sainte Mère de Dieu, 

priez pour nous. 
Sainte Vierge des vierges, 

priez pour nous. 
Mère du Christ, priez. 
Mère de Tauteur de la 

grâce, priez pour nous. 
Mère très-pure, priez. 
Mère très-chaste , priez. 
Mère toujours vierge , 

priez pour nous. 
Mère sans tache, priez. 
Mère aimable, priez. 
Mère admirable, priez. 
Mère du Créateur, priez. 
Mère du Sauveur, priez. 
Vierge très - prudente , 

priez pour nous. 
Vierge vénérable , priez. 
Vierge digne de louange, 

priez pour nous. 
Vierge puissante, priez. 
Vierge clémente, priez. 
Vierge fidèle , priez. 
Miroir de justice, priez. 



Spiritus sancte Deus , 

miserere nobis. 
Sancta Trinitas unus 

Deus, miserere no- 
bis. 
Sancta Maria, orapro 

nobis. 
Sancta Dei Genitrix, 

ora pro nobis. 
Sancta Virgo virgi- 

num, orapro nobis. 
Mater Ghristi, ora. 
Mater divinas gratiae, 

ora pro nobis. 
Materpurissima, ora. 
Mater castissima, ora. 
Mater inviolata, ora 

pro nobis. 
Materintemerata,ora. 
Mater amabilis, ora. 
Mater admirabiUs, or. 
Mater Creatoris, ora. 
Mater Salvatoris, ora. 
Virgo pmdentissima, 

ora pro nobis. 
Virgo veneranda, ora. 
Virgo praedicanda 

ora pro nobis. 
Virgo potens, ora. 
Virgo clemens, ora. 
Virgo fidelis, ora. 
Speculumjustitiae^or. 



miÈBM DU son. 



tf 



Sedes sapientiae, ora 
pro nobis. 

Causa nostrae laBtitiae, 

ora pro nobis. 
Vas spiritTiale, ora 

pro nobis. 
Vashonorabile, ora. 
Vas insigne devotio- 

nis , ora. 

Rosa mystica^ ora. 
Turris Davidica, ora. 
Turris ebnmea, ora. 
Domns anrea, ora. 
FoBderis arca, ora. 
Janua cœli, ora. 
Stella matntina, ora. 
Sains infirmornm^ora 

pro nobis. 
Refaginm peccato- 

rum, ora pro nobis. 
Gonsolatrix afflicto- 

ram, ora pro nobis. 
Anxilinm christiano- 

mm, ora pro nobis. 
Regina Angelorum, 

ora pro nobis. 
Regina Patriarcha- 

mm, ora pro nobis. 
Regina Prophetamm, 

ora pro nobis. 
Regina Apostolorum, 

ora pro nobis. 



Trône de la sagesse, priez 

pour nous. 
Cause de notre joie, priez 

pour nous. 
Vase rempli des dons du 

Saint - Esprit , priez . 
Vase d'honneur, priez. 
Vase insigne de la vraie 

dévotion, priez. 

Rose mystérieuse, priez. 
Tour de David, priez. 
Tour d'ivoire, 'priez. 
Maison d*or, priez. 

Arche d'alliance, priez. 
Porte du ciel, priez. 
Étoile du matin , priez . 
Santé des infirmes , priez 

pour nous. 
Refuge des pécheurs , 

priez pour nous. 
Consolatrice des affligés, 

priez pour nous. 
Secours des chrétiens, 

priez pour nous. 
Reine des Anges, priez 

pour nous. 
Reine des Patriarches, 

priez pour nous. 
Reine des Prophètes , 

priez pour nous. 
Reine des Apôtres , priez 

pour nous. 



951 PRUàBE DV 

Reine des Martyrs , priez 
pour nous. 

Reine des Confesseurs, 
priez pour nous. 

Reine des Vierges, priez 
pour nous. 

Reine de tous les Saints, 
priez pour nous. 

Reine conçue sans péché, 
priez pour nous. 

Agneau de Dieu, qui 
eifacez les péchés du 
monde , pai-donnez- 
nous. Seigneur. 

Agneau de Dieu, qui 
effacez les péchés du 
monde, exaucez-nous, 
Seigneur. 

Agneau de Dieu, qui 
effacez les péchés du 
monde, ayez pitié de 
nous. 

Jésus - Christ , écoutez- 
nous. 
Jésus - Christ , exaucez- 
nous. 

f. Priez pour nous, 
sainte Mère de Dieu. 
% Afin que nous deve- 
nions dignes des pro- 
messes de Jésus -Christ. 

Ormaim Noms vous supplions. 



SOIB. 

Regina Martyrum , 
ora pro nohis. 

Regina Confessorum, 
ora pro nobis. 

Regina Virginum, ora 
pro nobis. 

Regina Sanctorum 



onmium 



ora. 



Regina sine labe con- 
cepta, ora. 

Agnus Dei, qui tol- 
lis peccata mundi , 
parce nobis. Domi- 
ne. 

Agnus Dei, qui tol- 
lis peccata mundi, 
exaudi nos. Domi- 
ne. 

Agnus Dei, qui tollis 
peccata mundi, mi- 
serere nobis. 

Christe, audi nos. 

Christe, exaudi nos. 

j^. Ora pro nobis, 
sancta Dei Genitrix. 
% Ut digni efflcia- 
mur promissionibus 
Christi. 

rfffj» Compli^ du Dimanche. 



PBIÉBB POUR LE» DÉFiniTS. 23 

PItIÂHK A TOUS LES SAINTS. 

AMES très -heureuses qui avez eu le bonheur 
de parvenir à la gloire, obtenez -moi deux 
choses de celui cpiî est notre Dieu et notre Père : 
que je ne Toffense jamais mortellement, et qu'il 
ôte de moi tout ce qui lui déplaît. Ainsi soit-il. 

On récite ici i' Ad gelas, comme d la p. li. 



PRIÈRE POUR LES DÉFUNTS 
PSAUME 122. 



DE profandis clama- 
vi ad te. Domine:* 
Domine, exaudi vo- 
cem meam. 

Fiant aures tuœ in- 
tendentes * in vocem 
deprecationis mese. 

Si iniquitates obser- 
vaveris. Domine : * 
Domine, qnis susti- 
nebitî 

Quia apud te pro- 
pitiatio est, * et pro- 
pter legem tuam sus- 
tinni te. Domine. 

Sustinuit anima 
mea in verbo ejus ; * 
speravit anima mea 
in Domino. 



Du fond de Tabtme j'ai 
crié vers vous, Sei- 
gneur : Seigneur, écou- 
tez ma voix. 

Que vos oreiUes soient 
attentives à la voix de 
ma prière. 

Si vous exigez. Sei- 
gneur, un compte sévère 
de nos iniquités, qui 
pourra subsister devant 
vous, ô mon Dieu? 

Mais vous aimez à par- 
donner; aussi, appuyé 
sur votre loi, j'attends, 
Seigneur, votre secours. 

Mon àme l'attend, fon- 
dée sur vos promesses ; 
mon àme se confie dans 
le Seigneur. 



94 



PUÉBK PODK LIS DÉFOMTS. 



Depuis ie matin jus- 
qu'an soir^ qu'Israël es- 
père dans le Seigneur. 

Car le Seigneur est 
plein de miséricorde, et 
l'on trouve en lui une 
abondante rédemption. 

C'est lui qui rachètera 
Israël de toutes ses ini- 
, quités. 

f. Donnez - leur, Sei- 
gneur, le repos étemel. 
f. Et que la lumière 
éternelle les éclaire. 

i^. Qu'ils reposent en 
paix. 1$. Ainsi soit-il. 

f. Seigneur, écoutez 
ma prière. % Et que mes 
cris s'élèvent jusqu'à 



A custodia matutina 
usque ad noctem,^spe* 
ret Israël in Domino. 

Quia apud Domi- 
num misericordia, * 
et copiosa apud eum 
redemptio. 

Et ipse redimet Is- 
raël^ ex omnibus ini- 
quitatibus ejus. 

f. Requiem «ter- 
nam dona eis. Domi- 
ne. ^. Et lux perpétua 
luceat eis. 

f, Requiescant in 
pace. ^. Amen. 

j^. Domine, exaudi 
orationem meam. i^. 
Et clamor meus ad te 
veniat. 



vous. 

Oraison, Dieu, le créateur et le rédempteur 
de tous les fidèles, accordez aux âmes de vos 
serviteurs et de vos servantes la rémission de 
tous leurs péchés, afin qu'elles obtiennent par 
nos très-humbles prières le pardon qu'elles ont 
toujours attendu de votre miséricorde. Vous qui , 
étant Dieu, vivez et régnez avec Dieu le Père, 
en l'unité du Saint-Esprit, dans tous les siècles 
des siècles. Ainsi soit -il. 

^. Qu'ils reposent enl f. Requiescant in 
paix. «. Ainsi soit-il. | pace. f^. Amen. 



^ 



0EAI80N DimmnLLX. i5 

ORAISON UKIVERSBLLE 

POUB TOTJT OB QUI BBOARDB LB SALUT. 

MO If Dieu, je crois en vous, mais fortifiez ma 
foi; j'espère en vous, mais assurez mon es- 
pérance; je vous aime, mais redoublez mon 
amour; je me repens d'avoir péclié, mais aug- 
mentez mon repentir. 

Je vous adore comme mon premier principe, 
je vous désire conmie ma dernière fin, je vous 
remercie comme mon bienfaiteur perpétuel, je 
TOUS invoque conmie mon souverain défenseur. 

Mon Dieu, daignez me diriger par votre sa- 
gesse, me contenir par votre justice, me con- 
soler par votre miséricorde , et me protéger par 
votre puissance. 

Je vous consacre mes pensées, mes paroles, 
mes actions, mes souifrances, i&a que désor- 
mais je ne pense qu'à vous, je ne parle que de 
vous, je n'agisse que selon vous, et je ne souffre 
que pour vous. 

Seigneur, je veux ce que vous voulez, parce 
que vous le voulez, comme vous le voulez, et 
autant que vous le voulez. 

Je vous prie d'éclairer mon entendement, 
d'embraser ma volonté, de purifier mon corps, 
et de sanctifier mon àme. 

Mon Dieu, aidez -moi à expier mes offenses 
passées, à surmonter mes tentations à l'avenir, 
à corriger les passions qui me dominent , et à 
pratiquer les vertus de mon état. 



t6 OKAISON DNIVZRSELLB. 

Remplissez mon cœnr de tendresse pour vos 
bontés, d'aversion pour mes défauts, de zèle 
pour mon prochain, et de mépris pour le monde. 

Qu'il me souvienne. Seigneur, d'être soumis 
à mes supérieurs, charitable envers mes infé- 
rieurs, fidèle à mes amis, et indulgent pour 
mes ennemis. 

Venez à mon secours pour vaincre la volupté 
par la mortification, l'avarice par l'aumône, la 
colère par la douceur, et la tiédeur par la dévo- 
tion. 

Mon Dieu, rendez -moi prudent dans les en- 
treprises, courageux dans les dangers, patient 
dans les difficultés , et humble dans les succès. 

Ne me laissez jamais .oublier de joindre l'at- 
tention à mes prières, la tempérance à mes 
repas, l'exactitude à mes devoirs, et la con- 
stance à mes résolutions. 

Seigneur, inspirez-moi le soin d'avoir toujours 
une conscience droite, un extérieur modeste, 
une conversation édifiante, et une conduite ré- 
gulière. 

Que je m'applique sans cesse à dompter la 
nature, à seconder la grâce, à garder la loi, et 
à méditer le salut. 

Mon Dieu, découvrez -moi quelle est la peti- 
tesse de la terre, la grandeur du ciel, la briè- 
veté du temps, et la longueur de l'éternité. 

Faites que je me pr^are à la mort, que je 
craigne votre jugement, que j'évite l'enfer, et 
que j'obtienne enfin le paradis. Par J.-G. N.-S. 
Ainsi soit- il. 



PRIÈRES 

POUR LA CONFESSION 



AVANT U CONFESSION 

Demander d Dieu d^approcher du taerement de Pénitence 
aoec k» ditpoeitione néeeuaire». 

DIEU saint, qui êtes toujours favorablement 
disposé à recevoir le pécheur, et à lui par- 
donner, jetez les yeux sur une âme qui retourne 
à vous de bonne foi, et qui cherche à laver ses 
taches dans les eaux saluûires de la pénitence. 
Faites-moi la grâce, ô mon Dieu, d'en appro- 
cher avec les dispositions nécessaires ; soyez dans 
mon esprit, afin que je connaisse tous mes pé- 
chés ; soyez dans mon coeur, afin que je les dé- 
teste; soyez dans ma bouche, afin que je les 
confesse et que j'en obtienne la rémission. 

Invoquez le teeawn dv^ Smnt-Esprit pour connaître 

vos fautes. 

Espiit-Saint, source de lumière, daignez ré- 
pandre un de vos rayons dans mon cœur, et 
venez m'aider â connaître mes péchés. Montrez- 
les-moi, Seigneur, aussi distinctement que je les 
connsdtrai quand, au sortir de cette vie, il me 
faudra paraître devant vous pour être jugé. 

Faites-moi connaître, ô Dieu saint, et le mal 
que j'ai fait, et le bien quej'ai omis. Faites-moi 
voir le nombre et la grandeur de mes infidélités 
dans votre service. Faites que je sache combien 



28 PRIÉRBS POUR LA CONTESSIOIT. 

de fois, jusqu'à quel point j'ai offensé le pro- 
chain, le toit que je me suis fait à moi-même, 
et les fautes que j'ai commises contre les devoirs 
de mon état. 

Éclairez -moi, et ne souffrez pas, ô Dieu de 
vérité, que l'amour criminel que j'ai pour moi 
me séduise ei m'aveugle : ôtez le voile qu'il met 
devant mes yeux, et que rien ne m'empêche 
de me bien connaître moi-même , et de me faire 
connaître autant qu'il est nécessaire à celui qui 
tient ici votre place. 

BXAHBN DE OONSGIENGB. 

Lepénitent s'excmunera sur sa confession et sur sa communion 
précédentes , puis sur les péchés commis : 

CONTRE DIEU. 

Foi, Doutes volontaires, curiosités supersti- 
tions, songes, bonne aventure, lectures défen- 
dues, railleries sur les choses saintes, négli- 
gence à s'instruire de la religion. 

Espérance, Défiance de la miséricorde de Dieu, 
présomption de sa bonté ou de nos propres forces, 
manque de soumission, découragement volon- 
taire, dégoût, désespoir. 

Charité, Murmure contre la'*"Providence, ré- 
sistance volontaire aux bonnes inspirations, né- 
gligence à empêcher le mal quand on le doit et 
quand on le peut : respect humain, partage de 
son cœur entre Dieu et quelque autre chose 
qu'on ne doit pas aimer, ou qu'on doit n'aimer 
que pour Dieu. 

Religion, Omission de ses devoirs de piété. 



FKIÈBES POUK LA GONFESSlOlf. 29 

de ses prières, de la Messe, de la pénitence, 
on défauts dans leur accomplissement; irrévé- 
rences dans l'église, postures immodestes , dis- 
cours, vue égarée, distractions volontaires; 
violation des saints jours de Dimanches et de 
Fêtes par le travail, les ventes ou les achats, 
les jeux, les divertissements, les compagnies qui 
détournent du service de Dieu; faux serments, 
mensonges, abus du nom de Dieu, jurements, 
négligence à louer Dieu, à lui rendre grâces 
de ses bienfaits, et à se soumettre à ses saintes 
volontés. 

CONTBE LE PROCHAIN. 

Pensées. Jugements téméraires; mépris du 
prochain, de ses actions ; envie, haine, aigreur, 
aversion, désirs de vengeance. (11 îaut déclarer 
si ces sentiments ont été volontaires, s'ils ont 
duré, s'ils ont paru au dehors, si c'est contre des 
supérieurs. ) 

Paroles, Calonmies, médisances^aites, enten- 
dues, non empêchées, médisances en chansons, 
livres, écrits et plaidoyers diffamatoires. (Il faut 
dire par quel motif on les a faites , devant com- 
bien de personnes, si elles ont eu des consé- 
quences préjudiciables.) Discours contre la cha- 
rité, rapports inutiles, vrais ou faux; semences 
de divisions, railleries, mépris, mauvais con- 
seils, flatteries, applaudissement au mal, faux 
témoignages, déclaration du secret ou des fautes 
d'autrui; affronts, reproches, paroles outra- 
geantes, imprécations, malédictions. 
Actions, Iiguste détention du bien d'autrui, 



30 PRIÈRES POUR LA CONFESSION. 

contrats, prêts usuraires; tromperies ou infidé- 
lités dans les marchés, les ventes, les achats, les 
jeux, les ouvrages, les commissions. (On peut 
s'en rendre coupable en falsifiant, survendant, 
se compensant, s'appropriant les restes, laissant 
dépérir, dérobant, recelant ou achetant une 
chose dérobée; en négligeant Touvrage, en don- 
nant ou détournant des biens de conmiunauté. ) 
Scandale, complaisances criminelles, mauvais 
exemples. 

Omissions. Négligence 4 restituer, à réparer 
des médisances, à se réconcilier; — à s'acquit- 
ter des devoirs de mari et d'épouse : amour, fidé- 
lité, respect, déférence, soumission, support, 
patience; — de père et de mère, de maître 
et de maîtresse : instruction, bon exemple, 
correction, établissement, justice, charité; — 
d'enfants, de domestiques: respect, amour, 
obéissance, secours, fidélité; — de magistrats, 
d'ouvriers, etc. 

CONTRE SOI-MÊME. 

Orgueil, Estime exagérée de soi-même. (On 
peut s'en rendre coupable en parlant avanta- 
geusement de soi, en recherchant les honneurs, 
en ayant pour soi une vaine complaisance et du 
mépris pour les autres, en trompant le monde 
par hypocrisie ou par une modestie aftectée. ) 

Avarice, Ne pas faire l'aumône selon son pou- 
voir, s'attacher trop aux biens de la vie, s'in- 
quiéter trop pour l'avenir, se refuser et refuser 
à d'autres le nécessaire. 

Envie, Mépriser et décrier les autres, se ré- 



FRUÈAES POUR LA CONFESSIOJf. 31 

jouir du mal et s'aiDiger du bien qui leur arrive , 
souhaiter avec jalousie ce qu'ils ont. 

Impureté, — Pensées déshonnétes et volon- 
taires : s'y arrêter négligemment , y prendre 
plaisir, soit qu'on désire de faire le mal qu'on 
pense, soit qu'on n'en ait aucun désir, mais que 
l'on s'en tienne à une simple complaisance. — 
Paroles: dire ou entendre avec plaisir des paroles 
sales ou à double sens; chanter des chansons dis- 
solues, y prêter l'oreille, entretenir des conversa- 
tions trop libres et trop familières, surtout avec 
des personnes de différent sexe, ou les souffrir 
dans ceux qu'on doit reprendre; regards de cu- 
riosité et de sensualité sur de mauvais objets, 
comme tableaux, livres; assemblées criminelles 
ou dangereuses; s'exposer à l'occasion dépêcher, 
ou la donner aux autres en prêtant de mauvais 
livres, en portant des habits immodestes. 

(n faut tout exprimer, et le plus modestement 
possible ; déclarer les circonstances qui changent 
ou qui augmentent le péché, et dire si l'on a 
employé ou négligé les moyens de se défaire 
d'une si dangereuse et sidamnable passion. Bien 
examiner ce qui est volontaire ou involontaire, 
le nombre des péchés , le temps que l'habitude 
a duré, l'occasion qu'on y a donnée, etc.) 

Gourmandise, Manger et boire avec excès, y 
exciter les autres, fréquenter les cabarets, au 
lieu d'être à l'office divin ou de travailler; cher- 
cher à satisfaire ses appétits, manger sans règle 
et avec sensualité, manquer aux jeûnes et aux 
abstinences. 



ii PRIÈRES POUR LA COWFMSIOIf. 

Colère, Dépit et emportement, paroles ii\ju> 
rieuses, malédictions, souhait du mal; donner 
occasion aux autres de s'emporter; se quereller, 
frapper, persévérer dans sa colère, refuser de 
panlonner et de contribuer à la réconciliation. 
( Les enfants et les domestiques doivent s'accuser 
des sujets d'impatience qu'ils ont donnés. ) 

Paresse. Négliger la fréquentation des sacre- 
ments, la prière, les sermons, la mortification 
de ses passions, l'usage des moyens de se corri- 
ger, la fuite des occasions, l'étude de ses devoirs, 
le règlement de son temps et de ses affaires tem- 
porelles, le soin de son éternité. 

ACTE DE CONTRITION. 

QUEL sujet de confusion pour moi , ô mon Dieu , 
de tomber toujours dans les mêmes fautes, 
si souvent, si facilement, et après vous avoir 
tant de fois promis de ne plus les commettre ! 

Ai-je bien pu pécher en votre présence, pour si 
peu de chose , connaissant combien le péché vous 
déplaît, et abusant même de vos bienfaits pour 
vous offenser? mon Dieu, mon Père, le meil- 
leur et le plus patient de tous les pères, apaisez 
votre colère : pardonnez-moi , et ne me punissez 
pas selon la rigueur de votre justice. 

Laissez -vous fléchir, 6 mon Dieu, par les 
regrets d'un cœur véritablement contrit, d'un 
cœur plus touché de ses fautes pour le déplaisir 
que vous en avez reçu, que pour la peine qu'elles 
ont méritée. Laissez-vous fléchir par les regrets 
d'un cœur sincèrement affligé de vous avoir dé- 



PRIBRES POUR LA CONFESSION. 33 

pla^ TOUS qui êtes infiniment bon et digne d'être 
infiniment aimé. 

Pardon, mon Dieu, pour tout le mai que j'ai 
commis et fait conunettre; pardon pour tout ie 
bien que je n'ai pas fait et que je devais faire, 
ou que j'ai mal fait; pardon pour tous les péchés 
que je connais et que je ne connais pas. Je les 
déteste, je les désavoue, je voudrais les eftacer 
par mon sang, et réparer, au prix même de tout 
ce que j'ai de plus cher, le déplaisir qu'ils vous 
ont causé. 

ACTE DE BON PROPOS. 

JE devais plutôt mourir que de vous offenser, 6 
mon Dieu; mais puisque j'ai eu ce malheur, 
et que le passé n'est plus à moi, je vais prendre 
de si fortes résolutions pour l'avenir, qu'avec le 
secours de votre grâce je serai désormais sur mes 
gardes, et plus attentif à ne rien faire qui vous 
déplaise. J'éviterai avec soin le péché, les sources 
et les occasions du péché, et particulièrement 
celui que l'habitude, la malice et la faiblesse 
me font commettre avec plus de facilité. 

Je veux sincèrement me servir pour cela des 
moyens qui me seront suggérés par votre mi- 
nistre, dont j'écouterai les paroles coname si elles 
sortaient de votre bouche : pleinement persuadé 
qne c'est vous, ô mon Dieu, qui me parlerez 
par la sienne dans les avis salutaires qu'il me 
donnera, et que c'est à vous que je répondrai et 
']ne je promettrai dans les réponses et dans les 
;>romesses que je lui ferai. 

X. 88 S 



84 rankiBs pour la coffkssion. 

ACTE d'espérance. 

JE sais, ô mon Dieu, jusqu'à quel point je vou« 
ai offensé, et ce que je devrais attendre de 
votre indignation, si votre infinie miséricorde 
et les mérites de Jésus- Christ mon Sauveur 
n'apaisaient votre justice et ne sollicitaient ma 
grâce auprès de vous. 

Non, mon Dieu, vous ne rejetterez pas la 
prière que ce Fils aimable et innocent vous fait 
pour un coupable qui connaît ses fautes, qtd les 
déteste, et qui va les déclarer au ministre à qui 
vous avez donné le pouvoir de les remettre. 

C'est dans cette espérance, ô Dieu de bonté, 
que je me présente au tribunal sacré, plein de 
confiance qu'en m'accusant de mes péchés en- 
tièrement, sincèrement et avec humilité, vous 
ratifierez dans le ciel la sentence d'absolution 
qui sera prononcée en ma faveur sur la terre. 

PRIÈRE A LA SAINTE VIERGE ET A l'aNGE GARDIEN. 

VIERGE sainte, mère de grâce, mère de misé- 
ricorde, et refuge assuré des pauvres pé- 
cheurs, intercédez en ce moment pour moi, afin 
que la confession que je vais faire ne me rende 
pas plus criminel, mais que j'y trouve, au con- 
traire, le pardon de tout le passé, et les grâces 
nécessaires pour ne plus pécher à l'avenir. 

lilon bon Ange, fidèle et zélé gardien de mon 
âme, qui avez été témoin de mes chutes, aidez- 
moi â me relever, et faites que je trouve dans 
ce sacrement la grâce de ne plus retomber. Ainsi 
soit-il. 



PRlAlBS POUR LA CONFISSIOir. 8S 

APRÈS LA CONFESSION 

ACTE DE FOI ET DE COKFIAKCE. 

OSERAI -JE me le persuader, ô mon Dieu, que 
de criminel que j'étais il n'y a qu'un mo- 
ment, me voici, par la grâce du sacrement, 
justifié et entièrement lavé de mes taches ! Oui, 
Dieu de bonté, je viens d'être absous, et cette 
sentence de miséricorde me remet dans vos 
bonnes grâces, si, comme je le souhaite et j'es- 
père l'avoir fait, j'y ai apporté les dispositions 
nécessaires. 

C'est l'effet du sang précieux que vous avez 
répandu pour moi, aimable Rédempteur des 
hommes. C'est à vos plaies sacrées, dont la 
vertu a guéri les miennes, que je dois ma ré- 
conciliation et mon salut. 

ACTE DE REMBRCÎMEIfT. 

OMON âme, remercie le Seigneur ton Dieu, et 
reconnais les prodiges de sa miséricorde à 
ton égard. Pour d'effroyables supplices auxquels 
tu étais justement condamnée, ce Dieu de bonté 
veut bien se contenter d'une satisfaction légère, 
pardonner tout et oublier tout. Mon Dieu, il faut 
être ce que vous êtes, un Dieu plein de douceur, 
plein de miséricorde, pour agir ainsi envers de 
misérables créatures. 

Que vous êtes bon, ô mon Dieu! j'en fais au- 
jourd'hui la douce expérience. Mais comment 
ponrrai-je vous en témoigner ma reconnais- 
sance? Le moins que je puisse, ô divin Répa- 



36 PRIÈRES POUR LA COMMUNION. 

rateur de mon âme, c'est de vous oflWr, aujour- 
d'hui et tous les jours de ma vie, un sacrifice de 
louanges; c'est de bénir et d'exalter sans cesse 
votre infinie miséricorde. 

Je le fais de tout mon cœur, 6 mon Dieu, et 
je le ferai jusqu'à la mort. 

RÉSOLUTION DE NE PLUS PÉCHER. 

MON Dieu, ce que vous venez de faire en ma 
faveur m'inspire une haine toute nouvelle 
pour le péché, et me fait prendre une nouvelle 
résolution ne n'en plus commettre. Je vous con- 
jure donc, ô mon Dieu, d'augmenter en moi le 
désir que j'ai de changer de vie, et de fortifier 
par votre grâce la résolution où je suis de ne 
plus pécher. 

Donnez-moi, Seigneur, le courage de triom- 
pher de moi-même sur la terre, afin que je 
mérite de régner éternellement avec vous dans 
le ciel. Ainsi soit-il. 



PRIÈRES 

POUR LA COMMUNION 



AVANT LA COMMUNION 

ACTE DE FOI. 

DIEU du ciel et de la terre, Sauveur des hommes, 
vous venez à moi, et j'aurai le bonheur de 
vous recevoir! Qui pourrait croire un semblable 



PRIBRBS POUR LA COMMUmON. 37 

prodige, si vous ne rayiez dit vous-même? Oui, 
Seigneur, je crois que c'est vous que je vais 
recevoir dans ce sacrement; vous-même qui, 
étant né dans une crèche, avez voulu mourir 
pour moi sur la croix, et qui, tout glorieux que 
vous êtes dans le ciel, ne laissez pas d'être caché 
sous ces espèces adorables. 

Vere tu es Deus 
absconditus,DeiLS sal- 
vator. 

Credo, Domine : 
adjuva incredulita- 
tem meam. 



Vous êtes vraiment un 
Dieu caché, un Dieu 
sauveur. 

Je crois , Seigneur, 
aidez la faiblesse de ma 
foi. 



ACTE d'humilité. 

QUI suis-je. Dieu de gloire et de majesté! qui 
suis -je , pour que vous daigniez jeter les 
yeux sur moi? D'où me vient cet excès de bon- 
heor, que mon Seignem* et mon Dieu veuille 
venir à moi? Moi pédieur, moi ver de terre, moi 
plus misérable que le néant, approcher d'un 
Dieu aussi saint ! manger le pain des Anges ! me 
nourrir d'une chair divine!... Ah! Seigneur, je 
ne le mérite pas, je n'en serai jamais digne! 



Unde hoc mihi? 

Domine, non sum 
dignus ut intres sub 
tectum meum. 



D'où me vient ce bon- 
heur ? 

Seigneur, je ne suis 
pas digne que vous en- 
triez dans ma maison. 



ACTE DE CONTRlTlOIf. 

fous venez à moi, Dieu de bonté et de misé- 
ricorde! Hélas! mes péchés devraient bien 



88 PBJÈKBS POUR LA COMMUlflOlf. 

plutôt vous en éloigner; mais je les désavoue 
en votre présence, ô mon Dieu; sensible au 
déplaisir qu'ils vous ont causé, touché de votre 
infime bonté, résolu sincèrement à ne plus les 
conmiettre, je les déteste de tout mon cœur, et 
je vous en demande très -humblement pardon. 
Pardonnez -les -moi, mon Père, mon aimable 
Père, puisque vous m'aimez encore jusqu'à per- 
mettre que je m'approche aujourd'hui de vous; 
pardonnez-les-moi. 



Amplius lava me 
ab iniquitate mea. 

Cor mundum créa 
in me, Deus, et spi- 
ritum rectum innova 
in visceribus meis. 



Lavez-moi de plus en 
plus de mes souillures. 

Créez en moi un cosur 
pur, 6 mon Dieu, et re- 
nouvelez dans mon âme 
Cesprit de droiture. 

ACTE d'espérance. 

Vous venez à moi, divin Sauveur des âmes; 
que ne dois -je pas espérer, que ne dois -je 
pas attendre de celui qui se donne entièrement 
à moi! 

Je me présente donc à vous, ô mon Dieu 
avec toute la confiance que m'inspirent votre 
puissance infime et votre infinie bonté. Vous 
connaissez tous mes besoins, vous pouvez les 
soulager, vous le voulez, vous m'invitez à aller 
à vous, vous me promettez de me secourir. Eh 
bien! mon Dieu, me voici: je viens sur votre 
parole. Je me présente à vous avec toutes mes 
faiblesses, mon aveuglement et mes misères; 
'jespère que vous me fortifierez, que vous m'é- 



PftlÉWK POim LA GCMIllUiriQlf. B9 

clairerez^ que tous me soulagerez, que vous me 
changerez. 



Voici mùn Dieu : je 
mettrai en lui toute ma 
confiance. 

Seigneur, celui que 
vous aimez est malojde. 



Ecce Deus meus : 
fiduciaUter agam m 
eo. 

Domine, ecce quem 
amas infirmatur. 

ACTE DE DÉSIR. 

EST-IL donc possible, 6 Dieu de bonté, que vous 
veniez à moi, et que vous y veniez avec un 
désir infini de m'unir à vous? Oh! venez, le 
bien-aimé de mon cœur; venez. Agneau de Dieu , 
chair adorable, sang précieux de mon Sauveur ; 
venez servir de nourriture à mon âme. Que je 
vous voie, 6 le Dieu de mon cœur, ma joie, mes 
délices, mon amour, mon Dieu, mon tout! 

Venez donc, aimable Jésus, et, quelque in- 
digne que je sois de vous recevoir, dites seule- 
ment une parole, et je serai purifié. Mon cœur 
est prêt, et s'il ne Tétait pas, d'un seul de vos 
regards vous pouvez le préparer, l'attendrir et 
l'enflammer. Venez, Seigneur Jésus, venez. 



Veni, Domine Jesu, 
Desiderat anima 
mea ad te, Deus. 



Venez, Seigneur Jésus, 
Mon âme soupire après 
vous, 6 mon Dieu. 



APRÈS LÀ COMMUNION 

ACTE d'adoration. 

DURABLE Majesté de mon Dieu, devant q^ 
' tout ce qu'il y a de plus grand dans le ciel 



40 PB1SR£S POUA LA COMMUNION. 

et sur la terre se reconnaît indigne de paraître, 
que puis-je faire ici en votre présence, si ce n*est 
de me taire et de vous honorer dans le plus 
profond anéantissement de mon âmé? 

Je vous adore, à Dieu saint; je rends mes 
justes hommages à cette grandeor suprême de- 
vant laquelle toute puissance n'est que faiblesse , 
toute prospérité que misère, et les plus éclatantes 
lumières que ténèbres épaisses. 

Béni soit celui qui 
vient au nom du Sei- 
gneur. 

Vous êtes le seul Sei- 
gneur, le seul Très-Haut, 
6 Jésus-Christ. 



Benedictus qui ve* 
nit in nomine Domi- 
ni. 

Tu solus Dominus 
tu solus Altissimus , 
Jesu Christe. 



ACTE OAMOUR. 

J'ai donc enfin le bonheur de vous posséder, ô 
Dieu d'amour! Quelle bonté! que ne puis-je 
y répondre ! Que ne suis-je tout cceur pour vous 
aimer, pour vous aimer autant que vous êtes 
aimable^ et pour n'aimer que vous ! Embrasez- 
moi, mon Dieu; brûlez, consumez mon cœur de 
votre amour. Mon bien-aimé est à moi; Jésus, 
l'aimable Jésus se donne à moi... Anges du ciel. 
Mère de mon Dieu, saints du ciel et de la terre, 
prètez-moi vos cœurs, donnez-moi votre amour 
pour aimer mon aimable Jésus. 



Mon bien-aimé est à 
moi, et je suis à lui. 

Vous savez. Seigneur, 
que je vous aime.- 



Dilectus meus mi- 
hi, et ego illi. 

Tu sois. Domine, 
quia amo te. 



PBIÛKS POUB LA COMMUlflOir. 41 

ACTE DE REMERCÎMENT. 

QUELLES actions de grâces, 6 mon Dieu, pour- 
ront égaler la faveur que vous me faites 
aujourd'hui? Non content de m'avoir aimé jus- 
qu'à mourir pour moi. Dieu de bonté, vous 
daignez encore venir en personne m'honorer de 
votre visite et vous donner à moi. mon âme, 
glorifie le Seigneur ton Dieu, reconnais sa bonté, 
exalte sa magnificence, publie éternellement sa 
miséricorde. C'est avec un cœur attendri et plein 
de reconnaissance, 6 mon doux Sauveur, que je 
vous remercie de la grâce immense que vous 
daignez me faire. J'ai été un infidèle, un lâche, 
un prévaricateur; mais je ne veux pas être un 
ingrat. Je veux me souvenir éternellement qu'au- 
jourd'hui vous vous êtes donné à moi, et, en 
me donnant parfaitement à vous, marquer, par 
toute la suite de ma vie, les obligations exces- 
sives que je vous ai, ô mon Dieu! 

Que reridrai-Je au Sei' 
gneurpour tous les biens 
dont il "m'a comblé? 

Nous vous rendons 
grâces à cause de votre 
gloire infinie, 

ACTE DE DEMANDE. 

VOUS êtes eu moi, source inépuisable de tous 
les biens; vous y êtes plein de tendresse pour 
moi, les mains pleines de grâces, et prêt à les 
répandre dans mon cœur. Dieu bon, libéral et 
magnifique, répandez-les avec profusion : voyez 



Quid rétribuant Do- 
mino pro omnibus 
quœ rétribua mihi? 

Grattas agimus ti- 
bi propter m,agnam 
gloriam tuam. 



43 PRiBBES POUR LA COMMUlftON. 

mes besoins, voyez votre pouvoir. Faites en moi 
ce pour quoi vous y venez : ôtez ce qui vous dé- 
plaît dans mon cœur, mettez-y ce qui peut me 
rendre agréable à vos yeux. Purifiez mon corps, 
sanctifiez mon àme; appliquez -moi les mérites 
de votre vie et de votre mort; unissez -vous à 
moi, chaste époux des âmes; vivez en moi, afin 
que je vive en vous, que je vive de vous, et à 
jamais pour vous. 



Je ne me séparerai pas 
de vous avant que vous 
m*ayez béni. 

Traitez votre serviteur 
selon votre miséricorde. 



Non dimittam te, 
donec benedixeris mi- 
hi. 

Fac cum servo tuo 
secundum misericor- 
diam tuam. 



ACTE d'offrande. 



Vous me comblez de vos dons, Dieu de misé- 
ricorde, et, en vous donnant à moi, vous 
voulez que je ne vive plus que pour vous. C'est 
aussi, ô mon Dieu, le plus grand de tous mes 
désirs, que d'être entièrement à vous. Oui, je 
veux que tout ce que j'aurai désormais de pen- 
sées, tout ce que je formerai et exécuterai de 
desseins, soit dans l'ordre de la parfaite sou- 
mission que je vous dois. Je veux que tout ce 
qui dépend de moi, santé, force, esprit, talents, 
crédit, biens, réputation, ne soit employé que 
pour les intérêts de votre gloire. 



Je suis votre serviteur, 

et le fils de votre servante. 

Seigneur, je remets 



Ego servus tuus, et 
fiHus anciUœ tuœ. 
In manus tuas. Do- 



PBUUUift POUR LA COMJlUKriOll. 43 

mme, commendo spi- i ttion esprit entre vos 
ritum meum, \ mains, 

ACTE DE BON PROPOS. 

OLE plus patient et le plus généreux de tous 
les amis^ qu'est-ce qui pourrait désonnais me 
séparer de vous? Je renonce de tout mon cœur 
à ce qui m'en avait éloigné jusqu'ici; et je me 
propose, avec le secours de votre grâce, de ne 
plus retomber dans mes fautes passées. 

Ainsi donc, ô mon Dieu, plus de pensées, de 
désirs, de paroles ou d'actions qui soient le moins 
du monde contraires à la pudeur ou à la cha- 
rité; plus d'impatiences, de jurements, de men- 
songes, de querelles, de médisances; plus d'o- 
missions dans mes devoirs ni de langueur dans 
votre service; plus de liaisons sensibles ni d'ami- 
tiés naturelles; plus d'attache à mes sentiments 
ni à mes commodités; plus de délicatesse sur le 
mépris et sur les discours des hommes; plus de 
passion pour l'estime et l'attention du monde. 
Plutôt mourir, ô mon Dieu, plutôt expirer ici 
devant vous, que de jamais vous déplaire! 

Confirmez, ô Dieu de bonté, le désir que j'ai 
d'être uniquement à vous et de ne vivre plus 
que pour votre gloire. Ainsi soit-il. 

J'ai juré et résolu 
<f observer les lois de 
votre justice. 

Achevez en nous, Sei- 
gneur, ce que vous y 
avez opéré. 



Juravi, et statut 
custodire judidaju- 
stitiœ tuœ. 

Confirma hoc , De- 
us, quod operatus es 
m nobis. 



44 



PSAUMES DE LA PÉlflTBlTCE. 



PSAUMES DE LA PÉNITENCE 

PSAUMB 6. 



SEIGNEUR, ne me repre- 
nez pas dans votre 
fureur, et ne me châtiez 
pas dans votre colère. 

Ayez pitié de moi, Sei- 
gneur, parce que je suis 
faible : guérissez -moi, 
car le mal a pénétré jus- 
qu'à la moelle de mes 
os. 

Mon àme est dans un 
trouble extrême; jusques 
à quand. Seigneur, tar- 
derez -vous à la secou- 
rir? 

Revenez à moi. Sei- 
gneur, et délivrez mon 
àme : sauvez-moi à cause 
de votre miséricorde. 

Car nul dans la mort 
ne célébrera votre nom, 
et qui vous louera dans 
la nuit du tombeau? 

Je m'épuise à force de 
gémir, chaque nuit j*ar- 



DOMiNE, neinfurore 
tuo arguas me,* 
neque in ira tua cor- 
ripias me. 

Miserere meî. Do- 
mine, quoniam infir- 
mus sum : * sana 
me. Domine, quo- 
niam conturbata sunt 
ossa mea. 

Et anima mea tur- 
bata est valde : * sed 
tu, Domine, usque- 
quo? 

Gonvertere, Domi- 
ne, et eripe animam 
meam : * salvum me 
fac propter misericor- 
diam tuam. 

Quoniam non est in 
morte qui memor sit 
4ui : * in infemo autem 
quis confltebitur tibi ? 

Laboravi in gemitu 
meo; lavabo per sin- 



PSAUMBS DE LA PÉKITENCB. 



45 



galas noctes lectum 
meuin : * lacrymis 
meis stratum meum 
rigabo. 

Turbatus est a fu- 
rore oculus meus; * 
inveteravi inter om- 
les immicos meos. 

Discedite a me, om- 
nes qui oi)eramini ini- 
quitatem; * quoniam 
exaudivit Dominus 
vocem fletus mei. 

Exaudivit Dominus 
deprecationem me- 
am : * Duminus oraiio- 
aem meam suscepit. 

Enibescant tcon- 
turbentur ve emen- 
ter omnes inimici 
mei : * convertautur 



rose mon lit de mes lar- 
mes. 



L'excès de ma douleur 
a obscurci mes yeux; j'ai 
vieilli au milieu de tous 
mes ennemis. 

Eloignez-vous de moi, 
vous tous qui commettez 
l'iniquité, car le Sei- 
gneur a écouté la voix 
de mes pleurs. 

Le Seigneur a écoute 
ma prière, le Seigneur 
a exaucé mes supplica- 
tions. 

Que tous mes ennemis 
soient dans la honte et 
dans l'eflFroi : qu'ils rou- 
gissent et se hâtent de 
fuir devant moi. 



et enibescant valde 
velodter. 

Gloria Patri et Sieut erat, et de même apréê chacun de» 
Psaumes gnioants. 

PSAUME 81. 



BEATi quorum re- 
missae suntiniqui- 
tates, * et quorum 
tecta sunt peccata. 

Beatus vir cui non 
imputavit Dominus 



HEUBEux ceux dont les 
iniquités ont été par- 
données, et dont les pé- 
chés sont effacés. 

Heureux l'homme au- 
quel Dieu n'impute point 



46 



PSAUMES DE LA PiNITBKCB. 



son péché, et dont le 
cœur est sans artifice. 

Parce que je me suis 
tu au lieu de confesser 
mon crime, j*ai senti 
mes forces affaiblies, et 
j'ai poussé tout le jour 
des cris douloureux. 

Car votre main s'est 
appesantie sur moi le 
jour et la nuit : la dou- 
leur de ma faute a été 
coinme une épine qui me 
'perçait le cœur. 

Enfin je vous ai dé- 
claré mon péché, et je 
n'ai point déguisé mon 
injustice. 

J'ai dit : Je confesserai 
contre moi-même mon 
iniquité au Seigneur, et 
vous m'avez remis l'im- 
piété de mon crime. 

C'est pourquoi vos ser- 
viteurs vous invoqueront 
dans le temps propice. 

Aussi, dans le déborde- 
ment des grandes eaux, 
ils ne seront point sub- 
mergés. 

Vous êtes mon refuge 
'^ntre les tribulations qui 



peccatum, * nec est 
in spiritu ejus dolus. 
Quoniam tacui , 
inveteraverunt ossa 
mea, * dum clama- 
rem tota die. 



Quoniam die ac no- 
cte gi'avata est super 
me manus tua ; * con- 
versus sum in aerum- 
na mea, dum confi- 
gitur spina. 

Delictum meum co- 
gnitum tibi feci; * et 
injustitiam meam 
non abscondi. 

DixirConflteborad- 
versum me injusti- 
tiam meam Domino ; * 
et tu remisisti impie- 
tatem peccati mei. 

Pro hac orabit ad 
te omnis sanctus * in 
tempore opportuno. 

Verumtamen in di- 
luvio aquarum mul- 
tarum , * ad eum non 
approximabunt. 

Tu es refagium me- 
um a tribulatione quse 



fSAVmXB DB LA PÉHITBFCl. 



47 



dreomdedit me ; * ex- 
snltatio mea^ erue me 
a diemndantibns me. 

Intellectmn tibi da- 
bo^ et instmam te in 
via hac qua gradie- 
ris : * firmabo super 
te oculos meos. 

Nolite âeri sicut 
equus et mulus, * qui- 
bus non est intelle- 
ctus. 

In camo et freno 
maxillas eorum con- 
stringe , * qui non ap- 
proximant ad te. 

Multa flagella pec- 
eatoris; * sperantem 
autem in Domino mi- 
sericordia circumda- 
bit. 

Laetamini in Domi- 
no, et exsultate, ju- 
sti; * et gloriamini, 
omnes recti corde. 



m'enirironnent : 6 Dieu 
qui êtes ma joie, déli- 
vrez-moi des périls qui 
m'assiègent. 

Vous m'avez dit : Je te 
donnerai Tintelligence, et 
je t'instruirai dans la voie 
où tu dois marcher: j'arrê- 
terai mes regards sur toi. 

hommes , ne devenez 
pas semblables au cheval 
et au mulet, qui n'ont 
point d'intelligence. 

Vous saurez bien, Sei- 
gneur, maîtriser avec la 
bride et le mors ceux qui 
refusent d'obéir à vos 
ordres. 

De nombreux fléaux 
sont réservés au pécheur; 
mais celui qui espère dans 
le Seigneur sera entouré 
de la divine miséricorde. 

Justes , réjouissez-vous 
dans le Seigneur et tres- 
saillez d'allégresse ; glori- 
fiez-vous en lui, vous tous 
qui avez le cœur droit. 



PSAUMB 87. 



DOMiHE^ ne in furore | qeigneur, ne me repre- 
tuo arguas me, * I >5 nez pas dans votre 



48 



PSAUMES DE LA PÂNITEHCB. 



fureur^ et ne me châtiez 
pas dans votre colère. 

Vos flèches m'ont percé 
de toutes parts, et votre 
main s'est appesantie sur 
moi. 

U n'est aucune partie 
de moi-même qui n'ait 
ressenti vos coups; il n'y 
a plus de paix dans mon 
àme à la vue de mes 
péchés. 

Mes iniquités se sont 
élevées au-dessus de ma 
tète : elles pèsent sur moi 
comme un fardeau qui 
m'accable. 

Mes plaies se sont en- 
venimées et corrompues, 
par suite de mes égare- 
ments. 

Abattu et courbé sous 
le poids de ma misère, 
je passe les jours dans la 
tristesse. 

Je sens dans mes en- 
trailles un feu qui me 
dévore, et je n'ai plus 
aucune partie saine dans 
mon corps. 

Je suis tombé dans 



neque in ira tua cor- 
ripias me. 

Quoniam sagitta? 
tuae infixée sunt mi- 
hi ; * et confirmasti su- 
per me manum tuam. 

Non est sanitas in 
came mea a facie irae 
tuae : * non est pax 
ossibus meis a facie 
peccatorum meorum. 

Quoniam inîquita- 
tes meae supergressap 
sunt caput meum : * et 
sicut onus grave gra- 
vât» sunt super me. 

Putruerunt et cor- 
ruptae simt cicatrices 
meœ, * a facie insi- 
pientiae meae. 

Miser factus sum, 
et curvatus sum us- 
que in finem : * tota 
die contristatus in- 
grediebar. 

Quoniam lumbi mei 
impleti sunt illusio- 
nibus; * et non est 
sanitas in came mea. 

Afflictus sum et hu- 



PSAUMES DE LA pANITEIVCE. 



49 



mlliatos suin nimis ; * 
rugiebam a gemitu 
cordis mei. 

Domine, ante te 
omne desiderium me- 
um, * et gemitus 
meus a te non est 
absconditiis. 

Cor meum contur- 
batum est, dereliquit 
me virtus mea: * et 
lomen oculonim meo- 
nun, et ipsiun non 
est meciim. 

Amici mei et pro- 
ximi mei * adversmn 
me appropinguave- 
mnt, et st«terunt. 

Et qui juxta me 
erant , de longe stete- 
nmt; * et vim facie- 
bant qui quaerebant 
animam meam. 

Et qui inquirebant 
maiamihi, locuti sunt 
vanltates , * et dolos 
tota die meditaban- 
tar. 

Ego autem tam- 
Toam surdus non au- 



Texcès de l'affliction et 
de l'humiliation : les cris 
de mon cœur sont sem- 
blables àun rugissement. 
Vous connaissez , Sei- 
gneur, tous mes désirs, 
et vous entendez mes 
gémissements. 

Le trouble s'est emparé 
de mon cœur; mon cou- 
rage m'a abandonné; et 
la lumière même a fui 
de mes yeux. 

Mes proches et mes 
amis se sont élevés et 
déclarés contre moi. 

Ceux qui m'étaient le 
plus attachés se sont éloi- 
gnés de moi , et ceux qui 
cherchaient à m'ôter la 
vie ont redoublé d* vio- 
lence. 

Ceux qui méditaient 
ma ruine ont eu recours 
au mensonge , et tout le 
jour ils concertaient de 
nouvelles perfidies. 

Et moi, j'ai été sem- 
blable au sourd qui 



s. 



50 



PSAUMES DE LA PÉNITENCE. 



u'entend point , et au 
muet qui n'ouvre pas la 
bouche. 

Je suis devenu comme 
on homme qui n'a point 
d'oreilles pour entendre, 
ni de langue pour répli- 
quer. 

Mais vous répondrez 
pour moi, 6 mon Dieu, 
parce que j'ai espéré en 
vous. 

Je vous ai dit : Ne souf- 
' frezpas que mes ennemis 
triomphent de moi ; car, 
dès qu'ils m'ont vu chan- 
celer, ils ont fait éclater 
leur insolence. 

Mais je suis prêt à tous 
les châtiments, et mon 
péché est l'objet conti- 
nuel de ma douleur. 

Je confesserai mon ini- 
quité, et je l'aurai tou- 
jours présente à mon sou- 
venir. 

Cependant mes enne- 
mis vivent et voient 
croître leur puissance; 
ceuT qui me haïssent in- 
justement se sont mul- 
tipliés. 



diebam, * et sicut 
mutus non aperiens 
os suum. 

Etfactussum sicut 
homo non audiens, * 
et non habens in ore . 
suo redargutiones. 

Quoniam in te. Do- 
mine, speravi, * tu 
exaudies me. Domine 
Deus meus. 

Quia dixi : Nequan- 
dosupergaudeant mi- 
hi inimici mei; * et, 
dum commoventur 
pedes mei, super me 
magna locuti sunt. 

Quoniam ego in fla- 
gella paratus sum ; * 
.et dolor meus in con~ 
spectu meo semper. 

Quoniam iniquita- 
tem meam annuntia- 
bo, * et cogitabo pro 
peccato meo. 

Inimici autem mei 
vivunt, et confirmati 
sunt super me; * et 
multiplicati suut qui 
oderunt me inique. 



PSAUMES DE LA PÉITITENCE. 



51 



Qui retribuunt ma- 
la pro bonis, detra- 
hebant mihi: * quo- 
Diam seqnebar boni- 
tatem. 

Ne derelinquas me. 
Domine Dens mens, * 
ne discesseris a me. 

Intende in adjnto- 
rimn menm, * Do- 
mine Dans salntis 



ffleœ. 



Ceux qui rendent le 
mal pour le bien ne ces- 
sent de me noircir, parce 
que j'ai suivi constam- 
ment la justice. 

Ne m'abandonnez pas. 
Seigneur mon Dieu, ne 
vous éloignez pas de moi. 

Hâtez -vous de me se- 
courir, ô Dieu qui êtes 
mon salut. 



PSAUME 50. 



M isEREREmei, De- 
us, * secundum 
magnam misericor- 
diam tuam; 

Et secundum mul- 
titùdinem miseratio- 
num tuarum * dele 
Iniquitatem meam. 

Amplius lava me 
ab inîquitate mea, * 
et a peccato meomun- 
da me. 

Quoniam iniquita- 
tem meam ego co- 
gnosco, * et peccatum 
meum contra me est 
semper. 

Tibi soli peccavi, 



AYEZ pitié de moi, 6 
mon Dieu, selon vo- 
tre grande miséricorde; 

Et effacez mon iniqui- 
té, selon la multitude de 
vos bontés. 

Lavez -moi de plus en 
plus de mes souillures, 
et purifiez -moi de mon 
péché. 

Car je connais mon in- 
justice, et mon crime 
s'élève sans cesse contre 
moi. 

J'ai péché contre vous 



5â PSAUMES DE LA 

seul, et j'ai fait le mal 
devant vous : vous Tavez 
permis, afin d'être re- 
connu fidèle dans vos 
promesses, et irréprocha- 
ble dans vos jugements. 
J*ai été conçu dans 
l'ini(ïuité, et ma mère 
m'a engendré dans le 
péché. 

Mais vous. Seigneur, 
vous aimez la vérité, et 
vous m'avez manifesté 
les mystères cachés de 
votre sagesse. 

Vous m'arroserez avec 
l'hysope, et je serai pu- 
rifié : vous me laverez, et 
je deviendrai plus blanc 
que la neige. 

Vous ferez entendre à 
mon oreille des paroles 
de consolation et de joie, 
et mes os brisés tressail- 
liront d'allégresse. 

Détournez vos regards 
de mes offenses, et effa- 
cez toutes mes iniquités. 

Gréez en moi un cœur 
pur, 6 mon Dieu, et re- 



PÉNITEITCE. 

et malum coram te 
feci : * ut justificeris 
in sermonibus tuis, 
et vincas cum judi- 
caris. 

Ecce enim in ini- 
quitatibus conceptus 
sum, * et in peccatis 
concepit me mater 
mea. 

Ecce enim verita- 
tem dilexisti; * in- 
certa et occulta sa- 
pientiae tuae manife- 
stasti mihi. 

Asperges me hys- 
sopo , et mundabor ; 
lavabis me, et super 
nivem dealbabor. 



Auditui meo dabis 
gaudium et laBtitiam;* 
et exsultabunt ossa 
humiliata. 

Averte faciem tuam 
a peccatis meis ; * et 
omnes ioiquitates me- 
as dele. 

Cor mundum créa 
inme, Deus;*etspi- 



PSAUMES DE LA PÉNITENCE. 



53 



ritum rectum innova 
in visceribus meis. 

Ne projicias me a 
facie tua; * et Spiri- 
tnm sanctum tuum 
ne auferas a me. 

Redde mihi laeti- 
tiam salularis tni ; * 
et spiritu principal! 
confirma me. 

Docebo iniquos vias 
tuas;* et impiiadte 
convertentur. 

Libéra me de san- 
guinibus, Deus, Dens 
salutis meœ; * et ex- 
snltablt lingua mea 
jnstitiam tuam. 

Domine^ laibiamea 
aperies ; * et os me- 
nm annuntiabit lau- 
dem tuam. 

Quoniam sivoluis- 
ses sacriflcium, de- 
dissem utique; * ho- 
iocanstis non delecta- 
beris. 

Sacrificinm Deo spi- 
ritos contribulatus;* 
oor oontritTim et hu- 



nouvelez dans mon Ame 
Tesprit de droiture. 

Ne me rejetez pas de 
votre présence, et ne re- 
tirez pas de moi votre 
Esprit -Saint. 

Rendez -moi la joie de 
votre assistance salutai- 
re, et fortifiez-moi par la 
grâce puissante de votre 
esprit. 

Alors j'enseignerai vos 
voies aux méchants, et 
les impies se converti- 
ront à vous. 

Dieu, Dieu sauveur, 
délivrez-moi du sang que 
i*ai versé, et ma langue 
célébrera votre justice. 

Seigneur, vous ouvri- 
rez mes lèvres, et ma 
bouche chantera vos 
louanges. 

Si vous aviez voulu 
des sacrificesjije vous en 
aurais offert;* mais les 
holocaustes ne vous sont 
point agréables. 

Le sacrifice qui platt à 
Dieu est une âme brisée 
de douleur : vous ne mé- 



54 



PSAUMES DE LA PÉNITENCE. 

miliatum, Deas, non 



priserez pas, ô mon Dieu, 
un cœur contrit et hu- 
milié. 

Soyez, Seigneur, dans 
votre bonté, propice à 
Sion, et que Jérusalem 
voie rebâtir ses murs. 

Vous agréerez alors les 
sacrifices de justice, les 
offrandes et les holocaus- 
tes; alors on immolera 
sur votre autel des vic- 
times d'actions de grâces. 

PSAUME 

SEIGNEUR, écoutez ma 
prière, et que mes 
cris s*élèvent jusqu'à 
vous. 

Ne me cachez pas votre 
visage, et, dans le temps 
de mon affliction, dai- 
gnez prêter Toreille à 
mes vœux. 

En qu^uie moment 
quejevotSPfcyoque, hâ- 
tez-vous dl m'exaucer. 

Car mes jours se sont 
évanouis comme la fu- 
mée, et mes os se sont 
desséchés comme le bois 
près d'un foyer brûlant. 



despicies. 

Bénigne fac, Pomi- 
ne, in bona voluntate 
tuaSion,* ut aediflcen- 
tur mûri Jérusalem. 

Tune acceptabis sa- 
crificium justitiae, ob- 
lationes et holocau- 
sta; * tune imponent 
super altare tuum vi- 
tulos. 

101. 

DOMINE, exaudi ora- 
tionem meam; * 
et clamor meus ad te 
veniat. 

Non avertas faciem 
tuamame;* in qua- 
cumquedie tribulor, 
inclina ad me aurem 
tuam. 

In quacumque die 
invoçavero te, * velo- 
citer exaudi me. 

Quia def ecerunt sic- 
ut fumas dies mei , * 
et ossa mea sicut cre- 
mium aruerunt. 



PSAUif£S DE LA I»É:VITE-%CE. 



55 



Percussus sifiii ut 
fenum, et artiit cor 
meum ; * qiiia oblitus 
sam comederepanem 
memn. 

A voce gemitus 
mei, * adhaesit os 
meum carni meae. 

Similis factus sum 
pellicano solitudi- 
nis : * factus sum sic- 
nt nycticorax in do- 
micilîo. 

Vigilavî, * et factus 
sum sicut passer soli- 
tarius in tecto. 

Tota die exprobra- 
bant mihi inimici 
mei, * et qui lauda- 
bant me, adversum 
me jurabant. 

Quia cinerem tam- 
({uam panem man- 
ducabam,* etpotum 
meum cum fletu mi- 
scebam. 

A facie irae et indi- 
gnationis tuae : * quia 
éierans allisisti me. 



J'ai été frappé conmie 
l'herbe sous un soleil ar- 
dent : mon cœur s'est flé- 
tri, et j'ai oublié jusqu'au 
soin de ma nourriture. 

A force de gémir, ma 
peau s'est attachée à mes 
os. 

Je suis devenu sem- 
blable au pélican dans le 
désert, semblable au hi- 
bou dans sa solitude. 

J'ai veillé, seul et dé- 
laissé comme le passereau 
solitaire sur le toit. 

Tout le jour mes en- 
nemis m'ont chargé de 
reproches, et ceux qui 
m'avaient donné des 
louanges m'ont accablé 
de leurs injures. 

La cendre a été comme 
le pain dont je me nour- 
rissais, et j'aL|pièlé mes 
larmes aveGfBa boisson. 

Parce que j'ai vu votre 
colère allumée conti^ 
moi, et qu'après m'avoir 
élevé vous m'avez préci- 
pité. 



56 PSAUMBS DE LA 

Mes jours ont décliné 
comme l'ombre , et je me 
suis fané comme Therbe 
fauchée. 

Pour vous, Seigneur, 
vous demeurez le même 
éternellement, et le sou- 
venir de vos merveilles 
subsistera dans tous les 
siècles. 

Vous vous lèverez pour 
secourir Sion, parce que 
le temps est venu d'avoir 
pitié d'elle , le temps de 
faire grâce est arrivé. 

Car vos serviteurs ché- 
rissent encore ses ruines, 
ils pleurent sur cette 
terre désolée. 

Les nations craindront 
votre nom. Seigneur, et 
tous les rois de la terre 
connaîtront votre gloire. 

Parce que le Seigneur 
a rebâti Sion , et qu'il y 
sera vu â^ sa gloire. 

Il s'est rendu attentif 
à la prière des humbles, 
et il n'a pas méprisé leurs 
supplications. 

Que ceci soit écrit pour 
la génération future, et 



PÂNITKNCB. 

Dies mei sicut um- 
bra declinaverunt; * 
et ego sicut fenum 
arui. 

Tu autem. Domine, 
in aetemum perma- 
nes : * et memoriale 
tuum in generatio- 
nem et generationem. 

Tu exsurgens mi- 
sereberis Sion, * quia 
tempus miserendi e- 
jus, quia venit tem- 
pus. 

Quoniam placue- 
runt servis tuis lapi- 
des ejus, * et terr» 
ejus miserebuntur. 

Et timebunt gentes 
nomen tuum. Domi- 
ne, * et omnes reges 
terrsB gloriam tuam. 

Quia aediflcavit Do- 
minus Sion, * et vi- 
debitur in gloria sua. 

Respexit in oratio- 
nem humilium, * et 
non sprevit precem 
eorum. 

Scribantur haBC in 
generatione altéra;* et 



PSAUMES DE LA PBinTENCE. 



57 



populos qui crealHtur 
laudabit Dominum. 

Quia prospexit de 
excelso sancto suo : * 
Domînus de coelo in 
terram aspexit. 

Ut audiret gemitus 
compeditorum , * ut 
solveret filios inter- 
emptorum; 

et aununtient in 
Sion nomen Domini,* 
et laudem ejus in Je- 
rasalem. 

In conveniendo po- 
pulos in unum, * et 
reges, ut semant Do- 
mino. 

Respondit ei in via 
virtutis suae : * Pau- 
citatem dierum meo- 
nuu uuntia miM. 



Ne revoces me in 
dimidio dierum meo- 
mm : * in generatio- 
nem et generationein 
anni tui. 

Imjtiotu, Domine, 



le peuple qui doit naître 
louera le Seigneur. 

Car il a regardé du 
haut de son sanctuaire , 
il a daigné jeter les yeux 
sur la terre. 

Pour écouter les gé- 
missements des captifs, 
et affranchir les enfants 
de ceux qu'on a mis à 
mort; 

Afin qu'ils annoncent 
dans Sion le nom du Sei- 
gneur, et qu'ils chantent* 
ses louanges dans Jéru- 
salem, 

Lorsque peuples et rois 
se réuniront dans son 
enceinte pour servir le 
Seigneur. 

Dans l'attente de vos 
jugements, ô mon Dieu, 
votre serviteur vous a 
dit ; Apprenez-moi le peu 
de jours qui me restent 
à vivre. 

Ne me retirez pas du 
monde au milieu de ma 
course; vos années s'é- 
tendent dans la suite de 
tous les âges. 

Au commencement , 



58 



PSAUMES DE LA PÉNITENCE. 



Seigneur, vous avez créé 
la terre , et les deux sont 
l'ouvrage de vos mains. 

Ils passeront ; mais 
vous demeurerez : ils 
vieilliront tous comme 
un vêtement. 

Vous les changerez 
conune im manteau, et 
ils seront changés; mais 
vous, vous serez toujours 
le même, et vos années 
ne finiront jamais. 

Les enfants de vos ser- 
viteurs auront enfin une 
demeure stable, et leur 
race subsistera éternelle- 
ment. 

Pg. De profandis ,p. tS. 
PSAUME 142. 

SEIGNEUR, écoutez ma rkOMiNE, exaudi ora- 
nrière : prêtez roreille U tionemmeam : au- 



terram fundasti : * et 
opéra manuum tua- 
rum sunt cœli. 

Ipsi peribunt; tu 
autem permanes : * 
et omnes sicut vesti- 
mentum veterascent. 

Et sicut opertorium 
mutabis eos, et muta- 
buntur; * tu autem 
idem ipse es, et anni 
tui non déficient. 

Filii servorum tuo- 
rumhabitabunt; * et 
semen eorum in sae- 
culum dirigetur. 



EiGNEUR, écoutez ma 
prière; prêtez Toreille 
à mes supplications se- 
lon votre promesse; exau- 
cez-moi dans votre jus- 
tice. 

Mais n'entrez pas en 
jugement avec votre ser- 
viteur : car nul homme 
vivant ne sera justifié en 
votre présence. 

L'ennemi a tourmenté 



ribus percipe obsecra- 
tionem meam in ve- 
ritate tua ; * exaudi 
me in tua justitia, 

Etnonintres inju- 
dicium cum serve 
tuo ; * quia non justi- 
ficabitur in conspectu 
tuo omnis vivens. 

Quia persecutus est 



FSAUMES DE LA PÉIflTEJCE. 



39 



inimicusanimain me- 
am; * humiliavit in 
terra vitam meam. 

CJollocavit me in 
obscuris sicut mortu- 
ossaBCuli, *etanxia- 
tus est super me spi- 
ritus meus; in me tur- 
batum est cor meom. 

Memor fui dierum 
antiquoramimedita- 
tus sum in omnibus 
operibus tuis : * in fa- 
ctis manuum tuarum 
meditabar. 

Expandi manus me- 
as adte : ^ anima mea 
sicut terra sine aqua 
tibi. 

Velociter exaudi 
me, Domine ; * defe- 
cît spiritus meus. 

Non avertas faciem 
tuam a me : * et simi- 
lis erodescendentibus 
in lacum. 

Auditam fac mihi 
mane misericordiam 
tuam; * quia in te 
sp«raTi. 



mon âme, il a hdmilié 
ma vie sur la terre. 

Il m'a relégué dans les 
ténèbres comme ceux qui 
sont morts depuis long- 
temps ; mon esprit a été 
dans la détresse, et moD 
cœur dans le trouble. 

Je me suis souvenu des 
jours anciens : j'ai con- 
sidéré toutes vos œuvres, 
j'ai médité sur les pro- 
diges de votre puissance. 

J'ai élevé les mains 
vers vous : mon âme est 
en votre présence comme 
une terre sans eau. 

Seigneur, hâtez -vous 
de m'exaucer; car mon 
esprit est dans la défail- 
lance. 

Ne détournez pas de 
moi votre visage, de peur 
que je ne devienne sem- 
blable à ceux qui des- 
cendent dans la tombe. 

Faites -moi entendre 
dès l'aurore la voix de 
votre miséricorde , parce 
que j'ai espéré en vous. 



<J0 



PSAUMES DB LA PâNITSlYCE. 



Montrez -moi la voie 
que Je dois suivre, parce 
que j'ai élevé mon âme 
vers vous. 

Délivrez -moi de mes 
ennemis, Seigneur, j'ai 
recours à vous : appre- 
nez-moi à faire votre ve- 
louté, puisque vous êtes 
mon Dieu. 

Votre esprit plein de 
bonté me conduira dans 
le droit chemin, et pour 
la gloire de votre nom, 
Seigneur, vous me ren- 
drez la vie dans votre 
équité. 

Vous retirerez mon 
àme de la tribulation, 
et, selon votre miséri- 
corde envers moi, vous 
dissiperez mes ennemis. 

Vous perdrez tous ceux 
qui affligent mon âme, 
pauce que je suis votre 
serviteur, 

Ant, Seigneur, ne vous 
souvenez pas de nos 
fautes ni de celles de 
nos proches, et ne tirez 
pas vengeance de nos 
péchés. 



Notam fac mîhi 
viam in qua ambu- 
lem; * quia ad te le- 
vavi animam meam. 

Eripe me de ini- 
micis meis. Domine; 
ad te confugi : * doce 
me facerevoluntatem 
tuam, quia Deus me- 
us es tu. 

Spiritus tuus bonus 
deducet me in terram 
rectam;* propter no- 
men tuum. Domine, 
vivificabis me in ae- 
quitate tua. 

Educes de tribula- 
tîone animam me- 
am, * et in misericor- 
dia tua disperdes ini- 
micos meos. 

Et perdes omnes qui 
tribulant animam 
meam; * quoniam 
ego servus tuus simi. 

Ant. Ne reminisca- 
ris , Domine, delicta 
nostra, vel parentum 
nostrorum, nequevin- 
dictam sumas de pec- 
catis nostris. 



LITANIES DES SAINTS. 



61 



LITANIES DKS SAINTS 



K 



TRIE, eleison. 



Ghriste, eleison. 
Kyrie, eleison. 
Ghriste, audi nos. 
Christe, exaudi nos, 
Pater de cœlis Deus, 

miserere nobis. 
Fili redemptormundi 

Deus, mîsei'ere no- 
bis. 
Spiritus sancte Deus, 

miserere nobis. 
Sancta Trinitas nnns 

Deus, miserere. 
Sancta Maria, ora pro 

nobis. 
Sancta Dei Genitrix, 

ora pro nobis. 
Sancta Virgo virgi- 

num, ora pro nobis. 
Sancte Michael , ora. 
Sancte Gabriel, ora. 
Sancte Raphaël , ora. 
Omnes sancti Angeli 
et Archangeli, orate. 
Omnes sancti beato- 

rmn Spirituum or- 

dlnes, orate. 



SEIGNEUR, ayez pitié 
de nons. 

Jésus-Christ, ayez pitié. 

Seigneur, ayez pitié. 

Jésus-Christ, écoutez-n. 

Jésus-Christ, exaucez-n. 

Père céleste qui êtes Dieu, 
ayez pitié de nous. 

Fils rédempteur du mon- 
de qui êtes Dieu, ayez 
pitié de nous. 

Esprit-Saint quiètes Dieu , 
ayez pitié de nous. 

Trinité sainte qui êtes un 
seul Dieu, ayez. 

Sainte Marie, priez pour 
nous. 

Sainte Mère de Dieu, 
priez pour nous. 

Sainte Vierge des vierges, 
priez pour nous. 

Saint Michel, priez. 

Saint Gabriel, priez 

Saint Raphaël, priez. 

Saints Anges et Archan- 
ges, priez tous. 

Saints ordres des Esprits 
bienheureux , priez 
tous pour nous. 



62 



LITANIES DES SAINTS. 



Saint Jean - Baptiste , 

priez pour nous. 
Saint Joseph, priez. 
Saints Patriarches et 

Prophètes, priez tous 

pour nous. 
Saint Pierre, priez. 
Saint Paul, priez. 

Saint André, priez. 

Saint Jacques, priez. 
Saint Jean, priez. 

Saint Thomas, priez. 
Saint Jacques, priez. 
Saint Philippe, priez. 
Saint Barthélemi, priez 

pour nous. 
Saint Matthieu, priez. 
Saint Simon, priez. 
Saint Thaddée, priez. 
Saint Mathias, priez. 
Saint Bamahé, priez. 
Saint Luc, priez. 

Saint Marc, priez. 

Saints Apôtres et Evan- 

gélistes, priez tous pour 

nous. 
Saints Disciples du Sei- 
gneur, priez tous. 
Saints Innocents, priez 

tous pour nous. 
Saint Etienne, priez. 
Saint • Laurent , priez. 



Sancte Joannes Bapti- 
sta, ora pro nobis. 

Sancte Joseph, ora. 

Omnes sancti Patriar- 
chae et Prophet», 
orate pro nobis. 

Sancte Petre, ora. 

Sancte Paule, ora. 

Sancte Andréa, ora. 

Sancte Jacobe, ora. 

Sancte Joannes, ora. 

Sancte Thoma, ora. 

Sancte Jacobe, ora. 

Sancte Philippe, ora. 

Sancte Bartholomaee, 
ora pro nobis. 

Sancte Matthaee, ora. 

Sancte Simon, -ora. 

Sancte Thaddaee, ora. 

Sancte Mathia, ora. 

Sancte Bamaba, ora. 

Sancte Luca, ora. 

Sancte Marce, ora. 

Omnes sancti Aposto- 
li et Evangelistae, 
orate pro nobis. 

Omnes sancti Disci- 
puli Domini, orate. 

Omnes sancti Inno- 
centes, orate. 

Sancte Stéphane, ora. 

Sancte Laurenti, ora. 



LITANIES DBS SAINTS. 



63 



Sancte Vincenti, ora 

pro nobîs. 
SancU Fabiane et Se- 

l>astiaiie, orate. 
Sancti Joannes et 

Paule, orate. 

Sancti Gosma et Da- 

miane^ orate. 

Sancti Gervasi et Pro- 

tasi, * orate. 

Omnes sancti Marty- 
res, ' orate. 
Sancte Silvester, ora 

pro nobis. 
Sancte Gregori, ora. 
Sancte Ambrosi, ora. 
Sancte Augustine, ora 

pro nobis. 
Sancte Hieronyme , 

ora pro nobis. 
Sancte Martine, ora. 
Sancte Nicolae , ora. 
Omnes sancti Ponti- 

fices et Gonfesso- 
orate. 



res 



Omnes sancti Docto- 
res, orate. 

Sancte Antoni, ora. 
Sancte Bénédicte, ora. 
Sancte Bemarde, ora. 
Sancte Dominice, ora. 
Sancte Francisée, ora. 



Saint Vincent, priez pour 
nous. 

Saints Fabien et Sébas- 
tien, priez pour nous. 

Saints Jean et Paul, 
priez pour nous. 

Saints Côme et Damien , 
priez pour nous. 

Saints Gervais et Protais, 
priez pour nous. 

Saints Martyrs, priez tous 
pour nous. 

Saint Silvestre, priez 
pour nous. 

Saint Grégoire , priez. 

Saint Ambroise, priez. 

Saint Augustin, priez 
pour nous. 

Saint Jérôme, priez pour 
nous. 

Saint Martin, priez. 

Saint Nicolas, priez. 

Saints Pontifes et Con- 
fesseurs , priez tous 
pour nous. 

Saints Docteurs, priez 
tous, pour nous. 

Saint Antoine, priez. 

Samt Benoît, priez. 

Saint Bernard, priez. 

Saint Dominique, priez. 

Saint François, priez. 



64 



LITANIES DES SAINTS. 



Saints Prêtrëfe et Lé- 
vites, priez tous pour 
nous. 

Saints Moines et Soli- 
taires , priez tous pour 
nous. 

Sainte Marie-Madeleine, 
priez pour nous. 

Sainte Agathe, priez. 

Sainte Lucie, priez. 

Sainte Agnès, priez. 

Sainte Cécile, priez. 

Sainte Catherine, priez. 

Sainte Anastasie, priez. 

Saintes Vierges et Veu- 
ves, priez toutes. 

Saints et Saintes de Dieu, 
intercédez tous pour 
nous. 

Soyez-nous propice , par- 
donnez-nous. Seigneur. 

Soyez-nous propice, exau- 
cez-nous. Seigneur. 

De tout mal, délivrez- 
nous. Seigneur. 

De tout péché, délivrez- 
nous. Seigneur. 

De votre colère , délivrez- 
nous, Seigneur. 

De la mort subite et im- 
prévue, délivrez-nous. 
Seigneur. 



Omnes sancti Sacer- 
dotes et Levitœ, 
orate pro nobis. 

Omnes sancti Mo- 
nachi et Eremitœ, 
orate pro nobis. 

Sancta Maria Magda- 
lena, ora pro nobis. 

Sancta Agatha, ora. 

Sancta Lucia, ora. 

Sancta. Agnes, ora. 

Sancta Gaecilia, ora. 

Sancta Gatharina,ora. 

Sancta Anastasia,ora. 

Omnes sanctœ Virgi- 
nesetViduae, orate. 

Omnes Sancti et San- 
cta Dei, intercedite 
pro nobis. 

Propitius esto, parce 
nobis. Domine. 

Propitius esto, esaudi 
nos. Domine. 

Ab omni malo, libéra 
nos , Domine. 

Ab omni peccato, li- 
béra nos. Domine. 

Ab ira tua, libéra nos. 
Domine. 

A subitanea et impro- 
visa morte, libéra 
nos, Domine 



LITAIOES DES SAINTS. 



«S 



Ab insidiis diaboli^ 

libéra nos, Domine. 
Ab ira, et odio, et 

omni mala volun- 

tate, libéra nos. 
A spiritu fomicatio- 

nis, libéra nos. 
A fulgure et tempe- 

state, libéra nos. 
A flagello terraemo- 

tus, libéra nos. 
A peste, famé et bello, 

libéra nos. 
A morte perpétua, 

libéra nos. 
Per mysterinm san- 

ctae Incarnatîonis 

tuœ, libéra nos. 
Per Adv entmn tunm , 

libéra nos, Domine. 
Per Natiyitatem tu- 

am, libéra nos. 
Per Baptismum et 

sanctum Jejunium 

tuum, libéra nos. 
Per Cmcem et Passio- 

nem tuam, libéra 

nos, Domiile. 
Per Mortem et Sepul- 

titram tuam, libéra 

nos. Domine. 
Per sanctam Resur- 

N. 38 



Des embûches du démon, 
délivrez-nous,Seîgneur. 

De la colère, de la haine , 
et de tonte mauvaise 
volonté, délivrez-nous. 

De Tesprit impur, déli- 
vrez-nous. Seigneur. 

De la foudre et des tem- 
pêtes, délivrez-nous. 

Du châtiment des trem- 
blements de terre, dél. 

De la peste, delà famine 
et de la guerre, déliv. 

De la mort éternelle, dé- 
livrez-nous. Seigneur. 

Par le mystère de votre 
sainte Incamafion , dé- 
livrez-nous. Seigneur. 

Par votre Avènement, 
délivrez-nous. 

Par votre Naissance, dé- 
livrez-nous. Seigneur. 

Par votre Baptême et 
votre saint Jeûne, dé- 
livrez-nous. Seigneur. 

Par votre Croix et votre 
Passion, délivrez-nous, 
Seigneur. 

Par votre Mort et votre 
Sépulture , délivrez- 
nous. Seigneur. 

Par votre sainte Résur- 



66 



LITANIES 0£S SAIlfTS. 



rectioiL> délivrez-nous , 
Seigneur. 

Par votre admirable As- 
cension, délivrez-nous, 
Seigneur. 

Par TAvénement du 
Saint-Esprit consola- 
teur, délivrez-nous. 

Au jour du Jugement, 
délivrez-nous. 

Pécheurs, nous vous en 
supplions, exaucez-n. 

Daignez nous pardonner, 
nous vous en supplions. 

Daignez nous faire grâce, 
nous vous en supplions. 

Daignez nous conduire à 
une véritable péniten- 
ce, nous vous en sup- 
plions, exaucez-nous. 

Daignez gouverner et 
conserver votre Église 
sainte, nous vous en 
supplions. 

Daignez maintenir dans 
votre sainte religion le 
Souverain Pontife et 
tous les ordres de la 
hiérarchie ecclésiasti- 
que , nous vous en sup- 
plions, exaucez-nous. 

Daignez humilier les 



rectionem tuam, li- 
béra nos. Domine. 

Per admirabilem As- 
censionem tuam, 
libéra nos. Domine. 

Per Adventum Spiri- 
tus sancti Paracliti, 
libéra nos. Domine. 

In die Judicii, libéra 
nos. Domine. 

Peccatores, te roga- 
mus, audi nos. 

Ut nobis parcas, te 
rogamus, audi nos. 

Ut nobis indulgeas, te 
rogamus, audi nos. 

Ut ad veram pœni- 
tentiam nos perdu- 
cere digneris , te 
rogamus, audi nos. 

Ut Ëcclesiam tuam 
sanctam regere et 
conservare digne- 
ris, te rogamus. 

Ut Domnum Aposto- 
licum et omnes ec- 
clesiasticos ordines 
in sancta religione 
conservare digne- 
ris, te rogamus^ 
audi nos. 

Ut iniuiicos sanyctae 



LITANIES 0£S BAINTS. 



67 



Ecclesiœ humiliare 
digneris, te roga- 
moSj audi nos. 

Ut Imperatorem no- 
strum custodire di- 
gneris, te rogamus. 

Ut regibus et principi- 
bus christianis pa- 
cem et veram con- 
cordiam donare di- 
gneris, te rogamus. 

Ut cuncto populo chri- 
stiauo paoem et unî- 
tatem laxgiri digne- 
ris, te rogamus. 

Ut nosmetipsos in tuo 
sancto servitio con- 
fortare et conserva- 
re digneris, te ro- 
gamus, audi nos. 

Ut mentes nostras ad 
cœlestia desideria 
erigas, te rogamus, 
audi nos. 

Ut omnibus benefacto- 
rihus nostris sem- 
pitema bona rétri- 
buas, te rogamus, 
audi nos. 

Ut animas nostras, 
fratrum^ propin- 



ennemis de la sainte 
Eglise, nous vous en 
supplions, exaucez-n. 

Daignez conserver notre 
Empereur, nous vous 
en supplions, exaucez. 

Daignez établir une paix 
et une concorde véri- 
table entre les rois et 
les princes chrétiens, 
nous vous en supplions. 

Daignez accorder à toutes 
les nations chrétiennes 
la paix et Tunité, nous 
vous en supplions. 

Daignez nous consen'er 
et nous fortifier dans 
Tobservance de nos de- 
voirs religieux, nous 
vous en supplions. 

Daignez élever nos esprits 
et les désirs de notre 
cœur vers les biens 
célestes, nous vous en 
supplions, exaucez-n. 

Daignez récompenser 
tous nos bienfaiteurs 
en leur donnant le 
bonheur étemel, nous 
vous en supplions. 

Daignez délivrer de la 
damnation étemelle 



68 



LITANIES DES SAINTS. 



nos àmeS; celles de nos 
frères, de nos parents 
et de nos bienfaiteurs, 
nous vous en supplions, 
exaucez-nous. 

Daignez nous donner les 
fruits de la terre, et les 
conserver, nous vous 
en supplions. 
Daignez accorder le repos 
éternel à tous les fidèles 
défunts, nous vous en 
supplions , exaucez- 
nous. 
Daignez écouter nos 
vœux, nous vous en 
supplions. 

ils de Dieu, nous vous 
en supplions, exaucez- 
nous. 
Agneau de Dieu, qui 
effacez les péchés du 
inonde , pardonnez- 
nous. Seigneur. 
Agneau de Dieu, qui 
effacez les péchés du 
monde, exaucez-nous. 
Seigneur. 
Agneau de Dieu, qui effa- 
cez les péchés du mon- 
de^ ayez pitié de nous. 



quorum, et bene- 
factorum nostro- 
rum , ab aeterna 
damnatione eripi- 
as, terogamus, au- 
di nos. 

Ut fructus terrœ dare 
et conservare di 
gneris, te rogamus, 
audi nos. 

Ut omnibus fldelibus 
defunctis requiem 
aetemam donare di- 
gneris, te rogamus, 
audi nos. 

Ut nos exaudire di- 
gneris, te rogamus, 
audi nos. 

Fili Dei, te rogamus, 
audi nos. 

Agnus Dei, qui tol- 
lis peccata mundi, 
parce nobis , Do- 
mine. 

Agnus Dei, qui tol- 
lis peccata mundi, 
exaudi nos , Domi- 
ne. 

Agnus Dei, qui tol- 
lis peccata mundi, 
miserere nobis. 



LiTAinBs Dss sinrrs. 



69 



Christe, audi nos. 

Chnste, exaudi nos. 

Kyrie, eleison. 

Christe, eleison. 
Kyrie, eleison. 

Pater noster, etc., 
à voix basse, 

j. Et ne nos indu- 
cas in tentationem. 
ft. Sed libéra nos a 
malo. 

f. Domine, exaudi 
orationem meam. i|. 
Et clamor meus ad te 
veniat. 



Jésus -Christ, écontez- 

nous. 
Jésns - Christ , exaucez- 
nous. 
Seigneur, ayez pitié de 

nous. 
Jésus-Christ, ayez pitié. 
Seigneur, ayez pitié. 

Notre Père, etc., à voix 
basse, 

)f. Et ne nous laissez 
pas succomber à la ten- 
tation, i^. Mais délivrez- 
nous du mal. 

f. Seigneur, écoutez 
ma prière. ^. Et que 
mes cris s'élèvent jusqu'à 
vous. 



ORAISONS. 

ODiEu, dont un des attributs est d'être tou- 
jours prêt à faire grâce et à pardonner, rece- 
vez favorablement nos prières, et que les chaînes 
du péclié , qui lient nos âmes et celles de vos ser- 
viteurs, soient brisées par la puissance de votre 
miséricorde infinie. 

EXAUCEZ, Seigneur, les prières de ceux qui re- 
courent humblement à vous, et remettez les 
péchés de ceux qui vous les confessent, afin que 
nous recevions en même temps de votre bonté 
le pardon de nos offenses et la véritable paix. 

SEIGNEUR, montrez -nous les effets de votre 
ineffable miséricorde; et, en nous délivrant 



70 LITAKIBS DBS SAI5TS. 

de tous nos pécliés, délivrez-nous aussi des peines 
que nous avons méritées en les commettant. 

ODiBu, que les péchés offensent, et que la péni- 
tence apaise, écoutez favorablement les prières 
de votre peuple prosterné devant vous, et dé- 
tournez de nos tètes les fléaux de votre colère, 
que nous avons mérités par nos offenses. 

DIEU tout-puissant et étemel, ayez pitié de votre 
serviteur JV..., notre Pontife, et conduisez-le 
par votre bonté dans la voie du salut étemel, 
afin que, par votre grâce, il désire ce qui vous est 
agréable, et il Taccomplisse de toutes ses forces. 

Accordez à nos prières, p. 117. 

ODiEU, qui êtes la source des saints désirs, des 
bons desseins et des actions justes, accordez 
à vos serviteurs cette paix que le monde ne peut 
donner, afin que nos cœurs soient dociles à vos 
commandements, et que, délivrés de tout enne- 
mi, nous jouissions sous votre protection d'une 
heureuse tranquillité. 

SEIGNEUR, brûlez nos reins et nos cœurs par le 
feu de votre Esprit-Saint, afin que nous vous 
servions avec un corps chaste, et que noas vous 
soyons agréables par la pureté de nos âmes. 

SEIGNEUR, daignez prévenir et seconder nos 
actions par le secours de votre grâce, afin que 
toutes nos prières et toutes nos œuvres aient en 
vous leur principe, et se rapportent à vous comme 
à leur fin. 

O Dieu le Créateur, p. tk. 

DIEU tout-puissant et éternel, souverain Maître 
des vivants et des morts, qui faites miséri- 



ASPKBSIOH DE l'iAV. 



71 



corde à tous ceux que vous savez devoir être du 
nomhre de vos élus par leur foi et leurs bonnes 
œuvres, faites que ceux pour qui nous vous 
adressons nos huinbles prières, soit qu'ils appar- 
tiennent encore au siècle présent, soit que , déli- 
vrés de leur corps mortel, ils soient entrés dans 
la vie future, obtiennent de votre bonté, par 
l'intercession de tous vos Saints, la rémission 
de tous leurs péchés. Nous vous en prions par 
N.-S. J.-G. % Ainsi soit -il. 



j^.Exaudiatnos om- 
nipotens et misericors 
Dominus. ^. Amen. 

f. Et fidelium ani- 
mae, per misericor- 
diamDeî, requiescant 
Id pace. ^. Amen. 



f. Que le Seigneur 
tout -puissant et miséri- 
cordieux nous exauce. 
j|. Ainsi soit -il. 

f. Que les âmes des 
fidèles reposent en paix 
par la miséricorde de 
Dieu. ^, Ainsi soit-il. 



ASPERSION DE L'EAU 



Pendant 



ASPERGES me. Do- 
mine, iiyssopo, et 
mundabor : lavabis 
me, et super nivem 
dealbabor. Ps. Mise- 
rere mei, Deus, se- 
eanéum magnam mi- 
sericoidiam tuam. f, 
Gloria Patri, et Filio, 
et Spiritui sancto : 



Vous m'arroserez avec 
l'hysope, Seigneur, et 
je serai purifié ; vous me 
laverez, et je deviendrai 
plus blanc que la neige. 
Ps, Ayez pitié de moi, 
ô mon Dieu, selon vo- 
tre grande miséricorde. 
j^. Gloire au Père, et au 
Fils, et au Saint-Esprit : 



72 



ASPBHSION DE L RAU. 



Maintenant et toigours 
comme dès le commen- 
cement, et dans les siè- 
cles des siècles. Ainsi 
soit-il. Vousm*arroserez. 

(On omet le Gloria Patri les dimanches de la Passion et des 
Rameaux.) 

^, Montrez-nous, Sei- 
gneur, votre miséricorde. 
tij. Et donnez-nous votre 
salut. 

^. Seigneur, exaucez 
ma prière. ^. Et que 
mes cris s'élèvent jusqu'à 
vous. 

j^.Le Seigneur soit avec 
vous. ^. Et avec votre 
esprit. 

Oraison, Exaucez-nous, Seigneur saint. Père 
tout-puissant. Dieu étemel, et daignez envoyer 
du ciel votre saint Ange; qu'il soit le gardien, 
l'appui, le protecteur et le défenseur de tous 
ceux qui sont réunis dans ce lieu. Par N.-S. 
J.-G. v^. Ainsi soit- il. 

Pendant le Temps pascal. 

aquam egre- 



Sicut erat In princi- 
pio, et nunc, et sem- 
per, et in saecula sœ- 
culorum. Amen. As- 
perges me. 



>. Ostende nobis. 
Domine , misericor- 
diam tuam. ^. Et sa- 
lutare tuum da nobis. 

f. Domine, exau- 
di orationem meam. 
% Et clamor meus 
ad te veniat. 

f, Dominus vobis- 
cum. ^. Et cum spi- 
ritu tuo. 



JAi vu une eau qm sor- 
tait du côté droit du 
temple, alléluia; et tous 
ceux que cette eau a ar- 
rosés ont été sauvés, et 
chanteront : Alléluia, al- 
léluia. Ps, Rendez gloire 



» dientem de templo 
a latere dextro , aUe- 
luia, et onmes ad quos 
pervenit aqua ista, 
salvi facti sunt, etdi- 
cent : Alléluia, aile- 



PmÉHSS D0 p]i6me. 

luia. Ps, Ck)nfitemim 
Domino, quoniambo- 
nus^quoniam in sscu- 
culum misericordia 
ejus. y. Gloria. Vidi. 



73 

au Seigneur, parce qu'il 
est bon, parce que sa 
miséricorde est étemelle. 
f. Gloire au Père. J'ai vu 
une eau. 



Ostende nobis Domine, etc., p. 7S, ao6c Allelala e( VOtai- 
fcn Exaacez-noas. * 



PRIÈRES DU PRONE 

PSAUME 129. 



AD te levavi oculos 
meos, * qui habi- 
tas in cœlis. 

Eccesicutoculiser- 
vorum * in manibus 
dominorum suorum, 

Sicut oculi ancillsB 
in manibus dominas 
suâe * ita oculi nostri 
ad Dominum Deum 
Qostrum, donecmise- 
reator nostri. 

Miserere nostri, Do- 
mine, miserere no- 
stri, * quia multum 
repleti sumus despe- 
ctione; 

Quia multum r eple- 
ta est anima nostra ; * 
opprobrium abundan- 



JE lève mes veux vers 
vous, ô Dieu, qui ha- 
bitez dans les cieux. 

Gomme les yeux des ser- 
viteurs sont fixés sur les 
mains de leurs maîtres. 

Et les yeux de la ser- 
vante sur les mains de 
sa maîtresse, ainsi nos 
yeux sont dirigés vers le 
Seigneur notre Dieu , 
jusqu'à ce qu'il ait pitié 
de nous. 

Ayez pitié de nous. 
Seigneur, ayez pitié de 
nous, car nous sommes 
rassasiés de mépris. 

Notre âme est pleine 
de confusion; elle est un 
sujet d'opprobre pour 



PBIÀRXS DU PRÔNE. 



74 

ceux qui vivent dans Ta- 
bondance^ et dé mépris 
pour les superbes. 



tibus^ et despectio su- 
perbis. 



Gloria Patri et Sicut erat. 



Seigneur, ayez pitié de 

nous. 

Jésus-Christ, ayez pitié. 

Seigneur, ayez pitié. 

Notre Père, etc., à voix 
basse, 

y. Et ne nous laissez 
pas succomber à la ten- 
tation. ^. Mais délivrez- 
nous du mal. 

f. Sauvez vos servi- 
teurs et vos servantes. 
^. Qui espèrent en vous, 
ô mon Dieu. 

f. Soyez pour nous, 
Seigneur, une tour. ^. 
Inaccessible à nos enne- 
mis. 

)f. Que la paix règne 
dans vos remparts, 6 cité 
sainte. % Et l'abondance 
dans vos tours. 

ji^. Seigneur, écoutez 
ma prière. % Et que 
mes cris s'élèvent jusqu'à 
vous. 

'. Le Seigneur soit 



Kyrie, eleison. 

Ghriste, eleison. 

Kyrie, eleison. 

Pater noster, etc., 
à voix basse» 

f. Et ne nos indu- 
cas in tentationem. 
^. Sed libéra nos a 
malo. 

f, Salvos fac servos 
tuos et ancillas tuas. 
iâ. Deus meus, spe- 
rantes in te. 

f. Esto nobis. Do- 
mine, turris fortitu- 
dinis. ^. A facie ini- 
mici. 

f. Fiat pax in vir- 
tuté tua. Hj, Et abun- 
dantia in turribus 
tuis. 

f. Domine, exau- 
di orationem meam. 
^. Et clamor meus 
ad te veniat. 

fr, Dominus vobis- 



HYMNE AU SAINT-ESPRIT. 75 

cnm. ^. Et cmn spi~ | avec vous. ^. Et avec 
ritn tuo. I votre esprit. 

Oraison, Dieu, notre refuge et notre force, 
soyez attentif aux prières que vous inspirez vous- 
même à votre Église, et daignez, par votre bonté, 
nous accorder ce que nous vous demandons avec 
foi. Par N.-S. J.-G. % Ainsi soit-il. 

P». De profaodiSfji. 8S, avec les f. et le$ Hi. qid leêuivent. 

Oraison. Dieu, qui aimez à pardonner aux 
hommes et à les sauver, nous supplions votre 
miséricorde, par Tintercession de la bienheu- 
reuse Marie toujours vierge, et de tous vos Saints, 
que nos frères, nos parents et nos bienfaiteurs 
qui sont sertis de ce monde, soient admis à la 
participation de la béatitude étemelle. Par N.-S. 
J.-G. ^. Ainsi soit-il. 

HYMNE AU SAINT-ESPRIT {i) 



VENi, Creator Spiri- tti 
tus, y visiter les âmes de 

Mentes tuorum visita. 



ErŒz, Esprit créateur, 
visiter les âmes de 
ceux qui sont à vous, et 



(t) Dans les diocèses qui ne srdvent pas VOffice réformé, on 
fait à cette Hymne les ehangemmts suivants 



A 2a se strophe^ au Heu de : 
Qui diceris Paraclitus 
Altissimi donum Dei , 
On dit: 

Qui Paraclitas diceris, 
Dooam Dei altisaimi. 

A ta 3« strophe, au lieu de : 
Digitos paternœ dexterae, 
On dit : 
Dextrœ Dei ta digitus. 



Enfin, à la dernière stro- 
phe, au lieu de : 
Deo Patri sit glorîa , 
Et Filio , qai a mortuis 
Sarrexit , ac Paraclito, 
On dit : 
GloBia Patri Domino , 
Natoque, qui a mortuis 
Sarrexit, ac Paraclito. 



76 



HTHNE AU SAINT -ESPBIT. 



remplissez de votre grâce 
céleste les cœurs que vous 
avez créés. 

Vous êtes notre conso- 
lateur, le don du Dieu 
très-haut, la fontaine de 
vie, le feu sacré de la 
charité et Tonction spiri- 
tuelle de nos âmes. 

C'est vous qui répan- 
dez sur nous vos sept 
dons; vous êtes le doigt 
de Dieu, Tôhjet par ex- 
cellence de la promesse 
du Père; vous mettez sa 
parole sur nos lèvres. 

Faites briller votre lu- 
mière dans nos âmes, 
versez votre amour dans 
nos cœurs, et fortifiez 
à tous les instants notre 
chair infirme et défail- 
lante. 

Éloignez de nous Tes- 
prit tentateur, accordez- 
nous une paix durable, 
et que, sous votre con- 
duite, nous évitions tout 
ce qui serait nuisible à 
notre salut. 



Impie supema gratia 
Quse tu creasti pecto- 

ra. 
Qui diceris Paracli- 

tus, 
Altissimi donum Dei , 
Fons vivus, ignis, 

charitas. 
Et spiritahs unctio. 
Tu septiformis mu- 

nere, 
Digitus patemae dex- 

terse. 
Tu rite promissum 

Patris, 
Sermone ditans gut- 

tura. 
Accende lumen sen- 

sibus, 
Infunde amorem cor- 

dibus , 
Infirma nos tri corpo- 

ris 
Virtute flrmans per- 

peti. 
Hostem repellas 

longius, 
Pacemque dones pro- 

tinus; 
Ductore sic te prœvio , 
Vitemus omne noxi- 

um. 



HYMNE AU SAUTT-ESPBIT. 



77 



Per te sciamus da 
Patrem, 
Noscamus atque Fi- 

lium, 
Teque utriusque Spi- 

ritum 
Gredamus omm tem- 
pore. 

î Deo Patri sit glo- 
ria, 
El Filio, qui a mor- 

tuis 
Surrexit, acParaclito, 
In saBCTilonim saecula. 
Amen. 

y. Emitte Spirituin 
luum, et creabuntur. 
i,. Et renovabis f aciem 
terrae. 

OR 

DEUs, qui corda fi- 
delium sancti Spi- 
ritus illustratione do- 
cuisti, da nobis in 
eodem Spiritu recta 
sapere, et de ejus 
aemper consolatione 
gaudere. Per Ghri- 
stmn Dominum no- 
strum. 

ft. Amen. 



Apprenez -nous à con- 
naître le Père, apprenez- 
nous à connaître le Fils : 
et vous, Esprit du Père 
et du Fils, soyez à jamais 
l'objet de notre foi. 



î Gloire dans tous les 
siècles à Dieu le Père, et 
au Fils ressuscité d'entre 
les morts, et au Saint- 
Esprit. 

Ainsi soit-il. 

y .Envoyez votre Esprit- 
Saint, et tout sera créé. 
^. Et vous renouvellerez 
la face de la terre. 

AISON. 

ODiEu, qui avez in- 
struit les cœurs de 
vos fidèles par la lumière 
du Saint-Esprit, donnez- 
nous, par ce même Es- 
prit, la connaissance et 
l'amour de la justice, et 
faites qu'il nous rem- 
plisse toujours de ses di- 
vines consolations. Par 
J.-G. N.-S. 
^. Ainsi soit-il. 



*-<)^^{>-M-()^^0-H-O^^<H"<-K^^ 



PRIÈRES 

DE LA JOURNÉE DU CHRÉTIEN 

DUBANT 

LA SAINTE MESSE 

(Pour servir surtout à nue Messe basse) 

La Messe est, de toutes les actions du christianisme, la plus 
glorieuse à Dieu et la plus utile au salut des hommes. Jésus- 
Christ y renouvelle le grand mystère de la Rédemption : il 
s'y fait encore, dans un vrai sacrifice , qnoiqqe non sanglant , 
notre victime, et il vient en personne nous appliquer à chacun 
en particulier les mérites de ce sang adorable qu*il a répandu 
pour nous tous sur la Croix. Cela doit inspirer une haute idée 
de la sainte Messe , et faire souhaiter de la bien entendre ; 
car y assister avec irrévérence, volontairement distrait, sons 
modestie , sans attention , sans respect , c'est renouveler au- 
tant qu'il est en soi les opprobres du Calvaire, et déshonorer 
sa religion. 

J»our éviter un si grand malheur, il faut y assister avec des 
dispositions chrétiennes, prendre l'esprit de Jésus-Christ, 
s'offrir avec lui et conmie lui, entrer d'abord dans l'église pé- 
nétré d'un saint respect; s'y tenir dans une modestie et ua 
recueillement que rien ne soit capable de troubler, et , pen- 
dant tout le sacrifice, n'avoir de pensées et de sentiments que 
pour honorer Dieu, et songer aux intérêts de son âme. 



PRIÈRE AVANT LA SAINTE MESSE 
Pour se disposer d la bien entc.idre. 

JE me présente, ô mon adoraile Sauveur, de- 
vant les saints autels pour assister à votre divin 
Facriiice. Daignez, ô mon Dieu, m'en appliquer 



PBIÈBES DURANT LA SAINTB MISSE. 79 

tout le fruit que tous souhaitez que j'en retire, 
et suppléez aux dispositions qui me manquent. 
Disposez mon cœur aux doux effets de votre 
bonté; fixez mes sens, réglez mon esprit, purifiez 
mon âme, effacez par votre sang tous les péchés 
dont vous voyez que je suis coupable. Oubliez- 
les tous, 6 Dieu de miséricorde; je les déteste 
pour Tamour de vous; je vous en demande très- 
humblement pardon, pardonnant moi-même de 
bon cœur à tous ceux qui auraient pu m'offenser. 
Faites, ô mon doux Jésus, qu'unissant mes in- 
tentions aux vôtres, je me sacrifie tout à vous, 
conmie vous vous sacrifiez entièrement pour 
moi. Ainsi soit -il. 



COMMEiNCEMENT DE LA MESSE 

AU NOM DU P&RB , BT DU VILS , ET DU 8AINT-SSPR1T. 



ADïsi sorr-iL. 



C'est en votre nom, adorable Trinité, c'est pour 
vous rendre l'honneur et les honmiages qui 
vous sont dus, que j'assiste au très-saint et três- 
auguste sacrifice. 

Permettez -moi, divin Sauveur, de m'unir 
d'intention au ministre de vos autels pour offrir 
la précieuse victime de mon salut, et donnez- 
moi les sentiments que j'aurais dû avoir sur le 
Calvaire si j'avais assisté au sacrifice sanglant 
de votre Passion. 

CONFITEOR. 

Repeseez dans ram«rtmne de votre cœur les péchés qne 
voDi avex comoûi. Rappelez en général et confusément ceux 



80 PRIÈRES DURANT LA SAINTE MESSE. 

qai vous humilient davantage. Expoeez à Dieu vos faiblesse»; 
priez-le qu'il vous les pardonne, etgueTabime de vos misères 
attire sur vous, dans ce sacrifice, Tablme de ses miséricordes. 

JE m'accuse devant vous, ô mon Dieu, de tous 
les péchés dont je suis coupable. Je m'en accuse 
en présence de Marie, la plus pure de toutes les 
vierges, de tous les Saints et de tous les fidèles, 
parce que j'ai péché en pensées, en paroles, en 
actions, en omissions, par ma faute, oui, par ma 
faute, et par ma très-grande faute. C'est pourquoi 
je conjure la très-sainte Vierge et tous les Saints 
de vouloir bien intercéder pour moi. 

Seigneur, écoutez favorablement ma prière, 
et accordez -moi l'indulgence, l'absolution et la 
rémission de tous mes péchés. 

KYRIE ELEISON. 

Kntreteuez-vous dans un doux sentiment de confiance en la 
bonté de Dieu, qui, vous permettant d'employer un moyen 
aussi efficace que celui-ci pour lui demander la grâce de votre 
réconciliation, vous donne en même temps un gage assuré 
que vons pourrez Tobtenir. 

DIVIN Créateur de nos âmes, ayez pitié de 
l'ouvrage de vos mains ; Père miséricordieux , 
faites miséricorde à vos enfants. 

Auteur de notre salut, immolé pour nous, 
appliquez -nous les mérites de votre mort et de 
votre précieux sang. 

Aimable Sauveur, doux Jésus, ayez compas- 
sion de nos misères, pardonnez-nous nos péchés. 

GLORIA IN EXGELSIS. 

Conservez Un grand désir de procurer à Dieu toute la gloire 
et au prochain tout le bien que vous pourrez. Réjouissez-vons 
avec les Anges de la part que vous avez à la connaissance de» 



raiSHES DUKAKT LA SAINTE «ESSE. 81 

saints mystères. Remplissez-voas des haateset magnifiqaes 
idées de la majesté de Dieu et de Jésns -Christ son Fils. 

GLOIRE à Dieu dans le ciel, et paix sur la terre 
aux hommes de Iwmie voloDté. Nous vous 
louons. Seigneur, nous vous bénissons, nous 
vous adorons, nous vous glorifions; nous vous 
rendons de très-humbles actions de grâces, dans 
la vue de votre grande gloire, vous qui êtes le 
Seigneur, le souverain Monarque, le Très-Haut, 
le seul vrai Dieu, le Père tout-puissant. 

Adorable Jésus, Fils unique du Père, Dieu 
et Seigneur de toutes choses; Agneau envoyé 
de Dieu pour effacer les péchés du monde, ayez 
pitié de nous, et du haut du ciel où vous régnez 
avec votre Père, jetez un regard de compassion 
sur nous. Sauvez-nous, vous êtes le seul qui 
le puissiez, Seigneur Jésus, parce que vous êtes 
le seul infiniment saint, infiniment puissant, 
infiniment adorable, avec le Saint-Esprit, dans 
la gloire du Père. Ainsi soit-il. 

ORAISON. 

ACCORDEZ-NOUS, Scigueur, par l'intercession de 
la sainte Vierge et des Saints que nous hono- 
rons, toutes les grâces que votre ministre vous 
demande pour lui et pour nous. M'unissant à 
lui, je vous fais la même prière pour ceux et 
pour celles pour qui je snis obligé de prier, et 
je vous demande. Seigneur, pour eux et pour 
moi, tous les secours que vous savez nous être 
nécessaires aflnd^obtenir la vie éternelle au nom 
deN.-S. J.-G. Ainsi soit-ll. 

X. 83 « 



9i PRIÈRES DUJIAWT LA SAIiVTE ]iE66£. 

EPITRE. 

Transportez-vous en esprit an temps des Patriarches et des 
Prophètes, qui ne soupiraient qu'après la venue du Messie ; 
entrée dans leurs empressements, formez leurs désirs, prenez 
les sentiments qu'ils eurent alors ; vous attendez le même 
Sauveur, et, plus heureux qu'eux, vous le voyez. 

MON Dieu, VOUS m'avez appelé à la connaissance 
de votre sainte loi, préférablement à tant de 
peuples qui vivent dans Tignorance de vos mys- 
tères. J'accepte de tout mon cœur cette divine 
loi, et j'écoute avec respect les oracles sacrés que 
vous avez prononcés par la bouche de vos Pro- 
phètes. Je les révère avec toute U soumission 
((ui est due à la parole d'un Dieu, et j'en vois 
l'accomplissement avec toute la joie de mon àme. 
Que n'ai-je pour vous, ô mon Dieu, un cœur 
semblable à celui des saints de votre ancien 
Testament ! Que ne puis-je vous désirer avec l'ar- 
deur des Patriarches, vous connaître et vous ré- 
vérer comme les Prophètes, vous aimer et m'at- 
tacher uniquement à vous comme les Apôtres î 

ÉVANGILE. 

Rj'gardez l'Évangile que vous allez en tendi'c comme la règle 
de voti'e foi et de vos mœurs, règle que Jésus-Christ lui-même 
vous a tracée, et que vous avez promis de suivre par les en- 
gagements du baptême ; règle que vous observez mal , et sur 
laquelle vous serez jugé sans adoucissement et sans appel. 

CE ne sont plus, ô mon Dieu, les Prophètes ni 
les Apôtres qui vont m'instruire de mes de- 
voirs: c'est votre Fils unique, c'est sa parole que 
je vais entendre. Mais, hélas! que me servira 
d'avoir cru que c'est votre parole, Seigneur 
Jésus, si je n'agis pas confonnément à ma 



PklERES DURANT LA SAINTE MË8S£. 83 

croyance? Que me servira, lorsque je paraîtrai 
devant vous, d'avoir eu la foi sans le mérite de 
la charité et des bonnes œuvres ? 

Je crois, et ie vis comme si je ne croyais pas,- 
ou comme si je croyais un évangile contraire 
au vôtre. Ne me jugez pas, ô mon Dieu, sur 
e«tte opposition perpétuelle que je mets entre 
vos maximes et ma conduite. Je crois, mais 
inspirez-moi le courage et la force de pratiquer 
ce que je crois. Avons, Seigneur, en reviendra 
toute la gloire. 

CREDO. 

Affermissez ici votre foi. Tout ce que rÉglise propose à voir»' 
c-royance est fondé sur la parole de Dieu , annoncée pai* le^ 
Prophètes, révélée dans les Écritures, déclarée par le* mi- 
racles , vérifiée par rétablissement de la foi , eoutlrmée par 
les Martyrs, et rendue sensible par la sainteté de notre reli- 
gion et par le solide consentement de ceux qui la professent 
avec fidélité. ' 

JE crds en un seul Dieu, Père tout- puissant, 
qui a fait le ciel et la terre, les choses visibles 
et invisibles; et en un Seigneur Jésus -Christ, 
Fils unique de Dieu, né de Dieu son Père avant 
tous les siècles; Dieu de Dieu, lumière de lu- 
mière, vrai Dieu de vrai Dieu; engendré et 
non créé, consubstantiel à son Père, et par qui 
tout a été fait. Qui est descendu du ciel poui- 
l'amour de nous et pour notre salut ; qui s'est 
incamé, par Topérationdu Saint-Esprit, dans le 
sein de la Vierge Marie, et qui s'est fait homme. 
Je crois aussi que Jésus -Christ a été crucifié 
pour l*amour de nous sous Ponce-Pilate, qu'il a 
souffert la mort, et qu*il a été enseveli ; qu'il est 



84 PRlÈtLUS DURANT LA SAllSTE MESSE. 

ressuscité le troisième jour suivant les Écritures, 
qu'il est monté au ciel et qull y est.assis à la 
droite de son Père; qu'il viendra encore une fois 
sur la terre, avec gloire, pour juger les vivants 
et les morts, et que son règne n'aura point de.fin. 
Je crois au Saint-Esprit, Seigneur, et vivifiant, 
qui procède du Père et du Fils, qui est adoré et 
glorifié avec le Père et le Fils, et qui a parlé par 
les Prophètes. Je crois que TÉglise est une, sainte, 
catholique et apostolique; je confesse qu'il y a 
un baptême pour la rémission des péchés, et j'at- 
tends la résurrection des morts et la vie du siècle 
à venir. Ainsi soit-il. 

OFFERTOIRE. 

Songez au bonheur inconcevable que vous avez de trouver 
ilans ce sacrifice de quoi honorer parfaitement Dieu, le remer- 
ciet d'une manière qui égale ses dons , effacer entièrement 
vos péchés , et obtenir, tant pour vous que pour les autres , 
ttnites les grâces dont vous avez besoin ; et mettez à profit tous 
les précieux moments de cet inestimable bonheur. 

PÈRE infiniment saint, Dieu tout -puissant et 
éternel, quelque indigne que je sois de pa- 
raître devant vous, j'ose vous présenter cette 
hostie par les mains du Prêtre avec l'intention 
qu'a eue Jésus-Christ mon Sauveur lorsqu'il in- 
stitua ce sacrifice, et qu'il a encore au moment 
où il s'immole ici pour moi. 

Je vous l'ofire pour reconnaître votre souve- 
rain domaine sur moi et sur toutes les créatures. 
Je vous l'offre pour l'expiation de mes péchés et 
en actions de ^âces de tous les bienfaits dont 
vous m'avez comblé. 



PRléRSS DUBANT LA SAIlfTE 1I86E. 86 

Je vous Toffre enfin, mon Dieu, cet auguste 
sacrifice, afin d'obtenir de votre infime bonté, 
pour moi, pour mes parents, pour mes bien- 
faiteurs, mes amis et mes ennemis, ces grâces 
précieuses du salut cfui ne peuvent être accor- 
dées à un pécheur qu'en vue des mérites de celui 
qui est le Juste par excellence, et qui s*est fait 
victime de propitiation pour tous. 

Mais, en vous offrant cette adorable Victime, 
je vous recommande, 6 mon Dieu, toute l'Église 
catholique, notre saint Père le Pape, notre 
Évôquft, tous les pasteurs des âmes , nos supé- 
rieurs spirituels et temporels, et tous les peuples 
qui croient en vOus. 

Souvenez -vous aussi. Seigneur, des fidèles 
trépassés, et, en considération des mérites de 
votre Fils, donnez-leur un lieu de rafraîchisse- 
ment, de lumière et de paix. 

N'oubliez pas, mon Dieu, vos ennemis et les 
miens; ayez pitié de tous les infidèles, des héré- 
tiques et de tous les pécheurs. Comblez de béné» 
dictions ceux qui me persécutent, et pardonnez- 
moi mes péchés, comme je leur pardonne tout le 
mal qu'ils me font ou qu'ils voudraient me faire. 
Ainsi soit-il. 

PRÉFACE. 

Élevez-7ou8 en esprit dans le ciel, jusqu'au pied du trône de 
la Divinité. Là, pénétré d'une sainte et respectueuse crainte 
à la vue de cette éclatante majesté, rendez-lui vos hommages, 
et mêlez vos louanges aux célestes cantiques des Anges et des 
Chérubins qui l'environnent. 

VOICI l'heureux moment où le Roi des Anges 
et des hommes va paraître. Seigneur, reip 



86 PRIÈBSS DURANT LA SAIIfTE MESSE. 

plissez -moi de votre esprit; que mon cœur, 
dégagé de la terre, ne pense qu'à vous. Quelle 
obligation n*ai-je pas de vous bénir et de vous 
louer en tout temps et en tout lieu, Dieu du ciel 
et de la terre. Maître infiniment grand. Père 
tout-puissant et éternel ! 

Rien n'est plus juste, rien n'est plus avanta- 
geux que de nous unir à Jésus-Christ pour vous 
adorer continuellement. C'est par lui que tous les 
esprits bienheureux rendent leurs hommages à 
votre Majesté; c'est par lui que toutes les Vertus 
du ciel, saisies d'une frayeur respectueuse, s'u- 
nissent pour vous glorifier. Soufirez, Seigneur, 
que nous joignions nos faibles louanges à celles 
de ces saintes intelligences, et que, de concert 
avec elles, nous disions dans un transport de joie 
et d'admiration. 

SANCTUS. 

AiNT, Saint, Saint est le Seigneur, le Dieu des 
armées ! Tout l'unirers est rempli de sa gloire. 

Que les bienheureux le bénissent dans le ciel. 

Béni soit celui qui vient sur la terre. Dieu et 

Seigneur comme celui qui l'envoie. 

CANON. 

Représentez-vous ici Fautel sur lequel Jésus-Christ va des- 
cendre, comme le troue de sa miséricorde, où vous avez droit 
de vous présenter pour exposer tous vos besoins, pour deman- 
der et pour obtenir toutes les grftces. Dieu , qui nous donne 
son propre Fils, peut-il nous refuser quelque chose ? 

Nous vous conjurons au nom de Jésus -Christ 
votre Fils et notre Seigneur, ô Père inflni- 
'Dent miséricordieux, d'avoir pour agréable et 



S 



PRtÈBES DVBANT LA SAINTE MESSE. 87 

de bénir rolfrande que nous vous présentons, 
afin qu'il vous plaise de conserver, de défendre 
et de gouverner votre sainte Église catholique, 
avec tous les membres qui la composent, le 
Pape, notre Évéque, et généralement tous ceux 
qui font profession de votre sainte foi. 

Nous vous recommandons en particulier, Sei- 
gneur, ceux pour qui la justice, la reconnais- 
sance et la charité nous obligent de prier ; tous 
ceux qui sont présents à cet adorable sacrifice , 
et singulièrement N*** et iV***. Et afin, grand 
Dieu, que nos honmiages vous soient plus agréa- 
bles, nous nous unissons è la glorieuse Marie 
toujours vierge. Mère de notre Dieu et Seigneur 
Jésus-Christ, à tous vos Apôtres, à tous les bien- 
heureux Martyrs, et à tous les Saints, qui com- 
posent avec nous une même Église. 

Que n'ai-je en ce moment, ô mon Dieu, les 
désirs enflammés avec lesquels les saints Pa- 
triarches souhaitaient la venue du Messie î que 
n'ai-je leur foi et leur amour! Venez, Seigneur 
Jésus, venez, aimable réparateur du monde, 
venez accomplir un mystère qui est Tabrégé de 
toutes vos merveilles. Il vient, cet Agneau de 
Dieu, voici Tadorable Victime par qui tous les 
péchés du monde sont effacés. 

ÉLÉVATION. 

Voilà votre Dieu, votre Sauveur et votre Juge. Soyez quel- 
que temps dans le silence, comme saisi d'admiration à la vue 
de ce qui se passe sarl'antel. Rappelez toute votre ferveur, 
et livrez-vous à tous les sentiments que 1h respect, la con- 
finnc*' et l'amour mn\ cR|>al>le!S d'inspirer. 



88 PRIÀiŒS DURANT LA SAINTE MESSE. 

VERBE incarné, divin Jésus, vrai Dieu et yrai 
homme, je crois que vous êtes ici présent, 
je vous y adore avec humilité, je vous aime de 
tout mon cœur, et comme vous y venez pour Ta- 
mour de moi, je me consacre entièrement à vous. 
J'adore ce sang précieux que vous avez ré- 
pandu pour tous les hommes, et j'espère, ô mon 
Dieu, que vous ne l'aurez pas versé inutilement 
pour moi. Faites-moi la grâce de m'en appliquer 
les mérites. Je vous offre le mien, aimahle Jésus, 
en reconnaissance de cette charité infinie que 
vous avez eue de donner le vôtre pour l'amour 
de moi. • 

SUITE DU CANON. 

Contemplez affectueusement votre Sauveur sur l'autel. Mé- 
ditez les mystères qu'il y renouvelle. Unissez le sacrifice de 
votre cœur à celui de son corps. OflCrez-le à Dieu son Père ; 
suppliez-le d'accepter les prières que ce cher Fils lui fait pour 
vous, et priez vous-même pour les autres. 

QUELLES seraient donc désormais ma malice et 
mon ingratitude, si, après avoir vu ce que 
je vois, je consentais à vous offenser! Non, mon 
Dieu, je n'oublierai jamais ce que vous me re- 
présentez par cette auguste cérémonie : les souf- 
fraDC«}s de votre Passion, la gloire de votre Ré- 
surrectioD , votre corps tout déchiré, votre sang 
répandu pour nous, réellement présent à mes 
yeux sur cet autel. 

C'est maintenant, étemelle Majesté, que nous 
vous offrons de votre grâce, véritablement et pro- 
prement, la Victime pure, sainte et sans tache, 
qu'il vous a plu de nous donner vous-même , et 



pbiAres DVRAinr la saoite messe. 89 

dont tontes les autres n'étaient que la figure. 
Oui, grand Dieu^ nous osons vous le dire^ il y a 
ici plus que tous les sacrifices d'Abel^ d^Abraham 
et de Melchisédech, la seule victime digne de 
votre autel. Notre -Seigneur Jésus-Christ votre 
Fils, Tunique objet de vos étemelles complai- 
sances. 

Que tous ceux qui participent ici de la bouche 
ou du cœur à cette victime sacrée soient remplis 
de sa bénédiction. 

Que cette bénédiction se répande, ô mon Dieu, 
sur les âmes des fidèles qui sont morts dans la 
paix de FÉgllse, et particulièrement sur Tâme 
de N*** et de N***, Accordez-leur, Seigneur, en 
vertu de ce sacrifice, la délivrance entière de 
leurs peines. 

Daignez nous accorder aussi un jour cette grâce 
à nous-mêmes. Père infiniment bon, et faites- 
nous entrer en société avec les saints Apôtres, 
les saints Martyrs et tous les Saints, afin que 
nous puissions vous aimer et vous glorifier éter- 
Qellement avec eux. 

PATER NOSTER. 

Nons voici avec Jésus siir un nouveau Calvaire. Tenons-nous 
au pied de la Croix avec une tendre compassion, comme Ma- 
deleine; avec un amour fidèle, comme saint Jean; avec Tes- 
pérance de le voir un jour dans sa gloire , comme les autres 
disciples. Regardons-le quelquefois de loin, et pleurons nos 
péchés avec saint Pierre. 



UE je suis heureux, 6 mon Dieu, de vous avoir 
1 pour père 1 Que j'ai de joie de songer que le 
ciel où vous êtes doit être un jour ma demeure! 



Q 



90 PmAlBS DURANT LA SAINTE MESS1« 

Que votre saint nom soit glorifié par toute la 
terre. Régnez absolument sur tous les cœurs et 
sur toutes les volontés. Ne refusez pas à vos en- 
fants la nourriture spirituelle et corporelle. Nous 
pardonnons de bon cœur, pardonnez-nous. Sou- 
tenez-nous dans les tentations et dans les maux 
de cette misérable vie ; mais préservez-nous du 
péché, le plus grand de tous les maux. Ainsi 
soit-il. 

AGNUS DEl. 

Dieu, qui es\ si glorieux dans le ciel, si puissant sur la 
terre, si terrible dans les enfers, n'est ici qu'un Agneau plein 
de douceur et de bonté. Il y vient pour effacer les péchés du 
monde et en particulier les vôtres. Quel motif de confiance ! 
quel sujet de consolation ! 

AGNEAU de Dieu, immolé pour moi, ayez pitié 
de moi. Victime adorable de mon salut, 
sauvez-moi. Divin Médiateur, obtenez-moi ma 
grâce auprès de votre Père, donnez-moi votre 
paix. 

COMMUNION. 

Pour communier spirituellement, renouvelez par un acte 
de foi le sentiment que vous avez de la présenceMe Jésus- 
(ihrist; formez un acte de contrition ; excitez dans votre cœur 
un désir ardent de le recevoir avec le Prêtre ; priez-le qu'il 
agrée ce désir, et qu'il s'unisse à vous en vous communiquant 
ses grâces. 

Si vous voulez communier sacramentel lement, servez-vous 
ici des prières avant la communion, j». S6. 

Qu'il me serait doux, ô mon aimable Sauveur, 
d'être du nombre de ces heureux chrétiens à 
qui la pureté de conscience et une tendre piété 
permettent d'approcher tous les jours de votre 
sainte table ! 



PRIÉIB6 DURANT LA SADTTE MBSSE. 91 

Quel avantage pour moi, si je pouvais en ce 
moment vous posséder dans mon cœur, vous y 
rendre mes hommages, vous y exposer mes be- 
soins, et participer aux grâces que vous faites 
à ceux qui vous reçoivent réellement! Mais, 
puisque j'en suis très-indigne, suppléez, ô mon 
Dieu, à l'indisposition de mon àme. Pardonnez - 
moi tous mes péchés ; je les déteste de tout mou 
cœur, parce qu'ils vous déplaisent. Recevez le 
désir sincère qne j'ai de m'unir à vous. Purifiez- 
moi d'un seul de vos regards, et mettez-moi en 
état de vous bien recevoir au plus tôt. 

En attendant cet heureux jour, je vous con- 
jm«. Seigneur, de me faire participer aux fruits 
que la communion du prêtre doit produire eu 
tout le peuple fidèle qui est présent à ce sacri- 
fice. Augmentez ma foi par là vertu de ce divin 
sacrement, fortifiez mon espérance, épurez en 
moi la charité ; remplissez mon cœur de votre 
amour, afin qu'il ne respire plus que vous, et 
qu'il ne vive plus que pour vous. Ainsi soit-il. 

DERNIÉBES ORAISONS. 

Efforcez-voos de rendre auSanvear sacrifice pour sacrifice, 
en devenant la victime de soa amour, en lui immolant toutes 
les recherches de l'amour-propre , tontes les uttentions du 
respect humain, toutes les répugnances et toutes les incli- 
Datioos qui ne s'accordent pas avec raccomplissement de vos 
devoirs. 

VOUS venez, ô mon Dieu, de vous immoler 
pour mon salut; je veux me sacrifier pour 
votre gloire. Je suis votre victime, ne m'épar- 
îmez point. J'accepte de bon cflpur toutes les croix 



92 PRlàRBS DUBANT LÀ SAINT£ MBSSE. 

qu'il vous plaira de m'envoyer; je les bénis, je 
les reçois de votre main, et je les unis à la vôtre. 
Me voici purifié par vos saints mystères; je 
fuirai avec horreur les moindres taches du péché, 
surtout de celui où mon penchant jm'entraine 
avec plus de violence. Je serai fidèle à votre loi, 
et je suis résolu de tout perdre et de tout souf- 
frir plutôt que de la violer. 

BÉNÉDICTION. 

BÉNISSEZ, 6 mon Dieu, ces saintes résolutions, 
bénissez-nous tous par la main de votre mi- 
nistre, et que les effets de votre bénédiction de- 
meurent éternellement sur nous. Au nom du 
Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il. 

DERNIER ÉVANGILE. 

VERBE divin. Fils unique du Père, lumière du 
monde venue du ciel pour nous en montrer 
le chemin, ne permettez pas que je ressemble à 
ce peuple infidèle qui a refusé de vous recon- 
naître pour le Messie. Ne souffrez pas que je 
tombe dans le même aveuglement que ces mal- 
heureux qui ont mieux aimé devenir esclaves 
de Satan que d'avoir part à la glorieuse adop- 
tion d'eufants de Dieu, que vous veniez leur 
procurer. 

Verbe fait chair, je vous adore avec le respect 
le plus profond; je mets toute ma confiance en 
vous seul, espérant fermement que, puisque 
vous êtes mon Dieu, et un Dieu qui s'est fait 
homme afin de sauver les hommes, vous m'ac- 



JPRIÈRK APRâS LA SAUfTE MESSE. 93 

corderez les grâces nécessaires pour me sancti- 
fier et vous posséder éternellement dans le ciel. 
Ainsi soit-il. 

Ne sortez point de l'église sons avoir témoigné votre recon- 
naissance pour toutes les grâce» que Dieu vous a faites dans 
ce sacrifice. CoDservez-en précieusement le fruit , et faites 
qu'on demeure convaincu, en vous voyant, que vous avez 
profité de la mort et de l'immolation d'un Dieu Sauveur. 



PmÈEE APRÈS LA SAIKTE MESSE 

SEIGNEUR^ je VOUS remercie de la grâce que vous 
m'avez faite en me permettant d'assister au- 
jourd'hui au sacrifice de la sainte Messe, préfé- 
rablement à tant d'autres qui n'ont pas eu le 
même Iwnheur; et je vous demande pardon de 
toutes les fautes que j'ai commises par la dissi- 
pation et la langueur où J6 me suis laissé aller 
en votre présence. Que ce sacrifice, ô mon. Dieu, 
me purifie pour le passé et me fortifie pour 
l'avenir. 

Je vais présentement avec confiance aux oc- 
cupations où votre volonté m'appelle. Je me 
souviendrai toute cette journée de la grâce que 
vous venez de me faire, et je tâcherai de ne 
laisser échapper aucune parole , aucune action, 
Ae ne fonner aucun désir ni aucune pensée qui 
me fasse perdre le fruit de la Messe que je viens 
d'entendre. C'est ce que je me propose avec le 
secours de votre sainte grâce. Ainsi soit-il. 



«^ 




ORDINAIRE 

DE LA MESSE 

( Pour Hervir uurtout aux MetuieH chantées ) 
PRIÈRE AVANT LA SAINTE MESSE 

ODiEu, qui avez consommé sur le Calvaire le 
sacrifice de notre rédemption, et qui voulez 
bien le renouveler encore tous les jours sur nos 
autels, accordez-moi, je vous prie, d'assister à 
cet auguste sacrifice avec tant d'attention, de loi 
«^.tde piété, que j'obtienne de votre miséricorde 
les grâces que vous aimez à répandre sur vos 
fidèles adorateurs. Ainsi soit-il. 



1. D'abord le Prêtre et les assistants disent un Psaume pour 
e préparer au saiîriflce. 

Ensuite le Prêtre dit le Confiteor pour s'accuser devant 
Dieu, et se purifier avant de monter àTautel. On doit s'ac- 
«'User avec lui, et demander la pureté de cœur nécessaire ponr 
participer avec fruit à une action si sainte. 

Le Prêtre étant à l'autel, dit encore une prière de prépa- 
ration, pendant laquelle il faut s'unir à lui ; puis il dit ce qu'on 
appelle Ylntroit, c'est-à-dire l'entrée du choeur. 

Le Prêtre, au pied de Vautel, fait le signe de la Croix , 

et dit : 



AU nom du Père, et du 
Fils, et du Saint-Es- 
prit. Ainsi soit-il. 



IN nomine Patris, et 
Filii, et Spiritus 
sancti* Amen« 



OitDlNAUlE DE LA MUSSE. 



95 



IntroiJbo ad aitare 
Dei. 

&. Ad Detim qui 
Istificat juventutem 
meam. 



Je m'approcherai de 
Tautel de Dieu. 

t. Du Dieu qui remplit 
mon âme d'une joie tou- 
jours nouYelle. 



PSAUME 42. 

( On romet , ainsi que le Gloria Pétri, aux Messe» des défunts 
et pendant le Temps de la Passion.) 

JuDicA me^ Deus, 
et discerne causam 
meam de gente non 
sancta : ah homine 
iniquo et doloso erue 
me. 

H. Quia tu es, Deus, 
fortitudo mea: quare 
me repulisti, et quare 
tristis incedo, dum 
affligit me inimicus? 



Emitte lucem tuam 
et veritatem tuam : 
ipsame deduxerunt et 
adduxerunt in mon- 
tem sanctum tuum, 
et in tabemacula tua. 

i|. Et introibo ad 
aitare D« : ad Deum 
qui lœtiflcat juventu- 
tem meam. 



JUGEz-Hoi, Seigneur, et 
séparez ma cause de 
celle des impies : déli- 
vrez-moi de rhomme in- 
juste et trompeur. 



^. Car vous êtes ma 
forcé, ô mon Dieu : pour- 
quoi m'avez-vous repous- 
sé? et pourquoi me lais- 
sez-vous dans la tristesse, 
et opprimé par mon en- 
nemi ? 

Faites luire sur moi 
votre lumière et votre 
vérité; qu'elles me con- 
duisent sur votre mon- 
tagne sainte et dans vos 
tabernacles. 

1^. Et je m'approcherai 
de l'autel de Dieu, du 
Dieu qui remplit mon 
âme d'une joie toujours 
nouvelle. 



96 



ORDINAIRE DE LA MBSSE. 



Je chanterai vos louan- 
ges sur la harpe, 6 Sei- 
gneur mon Dieu : pour- 
quoi êtes -vous triste, 
ô mon àme, et pourquoi 
me troublez-vous? 

^. Espérez en Dieu, 
car je lui rendrai encore 
mes actions de grâces; il 
est mon Sauveur et mon 
Dieu. 

Gloire au Père, et au 
Fils, et au Saint-Esprit. 

^. Maintenant et tou- 
jours, comme dès le 
commencement, et dans 
les siècles des siècles. 
Ainsi soit-il. 

Je m'approcherai de 
Tautel de Dieu. 

^. Du Dieu qui remplit 
mon àme d'une joie tou- 
jours nouvelle. 

Notre secours est dans 
le nom du Seigneur. 

i$. Qui a fait le ciel et 
la terre. 



Gonf teibor tibi in 
cithara, Deus, Deus 
meus : quare tristis 
es, anima mea, et 
quare conturbas me? 

1^. Spera in Dec, 
quoniam adhuc con- 
fitebor illi : salutare 
vultus mei, et Deus 
meus. 

Gloria Patri, etFi- 
lio, et Spiritui sancto. 

^. Sicut erat in 
principio, et nunc, et 
semper, et in sœcula 
sseculorum. Amen. 

Introibo ad altare 
Dei. 

^. Ad Deum qui 
iaetificat juventutem 
meam. 

Adjutoriimi no- 
strum in nomine Do- 
mini. 

^. Qui fecit cœlum 
et terram. 



Le Prêtre dit le Conûteor, et fon répond^: 



QUE le Dieu tout -puis- 
sant vous fasse misé- 
ricorde, et qu'après vous 



MISEREATUR tul Om- 
nipotensDeus^et, 
dimissis peccatis tuis, 



OtmiTAIllE DB LA XBSflS. 



»7 



peidueat te ad vitam 
stemam. Amen. 



C05FITE0R Deo omni- 
potent!, beat» Ma- 
riaB semper virgini, 
beato Michaeli Ar- 
changelo, beato Joan- 
ni Baptistae, sanctis 
ApostoHs Petro et 
Paulo, omnibus San- 
ctis, et tibi, Pater, 
(foia peccavi nimis, 
cogitatione, verbo>et 
opère : mea culpa, 
mea culpa, mea ma- 
xima culpa. Ideo pre- 
cor beatam Mariam 
semper virginem 
beatum MichaeleL. 
Archangelmu , bea- 
tum Joannem fiapti- 
stam, sanctos Aposto- 
les Petmm et Paulum, 
omnes Sanctos , et te , 
Pater, orare pro me 
ad Domlnum Deum 
Qostrum. 

Lb Prêtre prie pour le» 

MISERE ATUR vestrî 
omnipotens Deus 

V. 33 



avoir pardonné tos pé- 
chés, il TOUS conduise à 
la Yie étemelle, f^. Ainsi 
soit-il. 

JE confesse à Dieu tout- 
puissant, à la bien- 
heureuse Marie toujours 
vierge, à saint Michel 
Archange, à saint Jean- 
Baptiste , aux Apôtres 
saint Pierre et saint Paul, 
à tous les Saints, et à 
vous, mon Père, gue j'ai 
beaucoup péché par pen- 
sées, par paroles et par 
actions : c'est ma faute, 
c'est ma faute, c'est ma 
très -grande faute. C'est 
pourquoi je supplie la 
bienheureuse Marie tou- 
jours vierge, saint Michel 
Archange, saint Jean- 
Baptiste, les Apôtres saint 
Pierre et saint Paul, 
tous les Saints , et vous, 
mon Père , de prier pour 
moi le Seigneur notre 
Dieu. 

a$mtanU et pour lui-mSme. 

I AUE le Dieu tout-puis- 
y sant vous fasse misé- 



98 



ORDIKAIRE DE LA MS88H. 



ricorde, et qu'après vous 
avoir pardonné vos pé- 
chés, il vous conduise à 
la vie étemelle. % Ainsi 
soit -il. 

QUE le Seigneur tout- 
puissant et miséricor- 
dieux nous accorde le 
pardon, Tabsolution et 
la rémission de nos pé- 
chés. 1^. Ainsi soit -il. 

f. Dieu, vous vous 
tournerez vers nous, vous 
nous rendrez la vie. i^. Et 
votre peuple se réjouira 
en vous. 

f. Montrez -nous. Sei- 
gneur, votre miséricorde. 
^. Et donnez -nous votre 
salut. 

j^. Seigneur, écoutez 
ma prière, i^. Et que mes 
cris s'élèvent jusqu'à 
vous. 

^. Le Seigneur soit 
avec vous. fi. Et avec 
votre esprit. 



et, dimissis peccatis 
vestris, perducatvos 
ad vitam aeternam. 
^. Amen. 

INDULGENTUM, absO- 
lutionem et remis- 
sionem peccatonim 
nostrorumtribuat no- 
bis omnipotens et mi- 
sericors Dominus. ^. 
Amen. 

f. Deus, tu conver- 
sus vivificabis nos. % 
Etplebs tua lœtabîtur 
in te. 

Jf, Ostende nobis, 
Domine , misericor- 
diam tuam. ^. Et sa- 
lutare tuum da nobis. 

f. Domine, exaudi 
orationem meam. â. 
Et clamor meus ad te 
veniat. 

f. Dominus vobis- 
cum. ^. Et cum spi- 
ritu tuo. 



Prière quand le Prêtre monte à l'autel. 

E'loignez de nous, Seignem', tout ce qui pour- 
rait nous éloigner de votre sanctuaire. Quel- 



ORDJHAIBE mt LA MKSSB. 99 

que indignes que nous soyons d'y entrer, nous 
sommes pourtant la postérité légitime et les restes 
vivants des Saints dont les reliques précieuses 
reposent ici sur votre autel. Donnez à Tardeur 
de leurs prières ce que vous devriez refuser à la 
tiédeur des nôtres, et accordez à leurs services, 
qui vous furent si agréables, le pardon que nos 
offenses ne sauraient mériter. 

1. Le Prêtre dit Ylnirùtt; il implore la miséricorde da Sei- 
gneur, en répétant trois fois alternativement Kyrie, eleiton, 
et Christe, eleison. Après avoir baisé l'autel, il se tourne pour 
salner le peuple, en lui disant : Le Seigneur aait avec vous. 
Cette cérémonie de baiser le milieu de l'autel vient de ce 
«ni'il y a tou joure en ce lien des reliques : anciennement on 
élevait des autels sur les tombeaux des Martyrs. 

Les Dimanches et les jours de Fêtes ( les temps de péni- 
tence exceptés), après le Kyrie, eleison, et avant de baiser 
t'antel, le Prêtre (Ut le Gloria in excelsis, qui est une hymne 
à la gloire de Dieu et de Jésus-Christ. 

Seigneur, ayez pitié de 
nous. 

Jésus-Christ, ayez pitié 
de nous. 

Seigneur, ayez pitié. 



Kyrie, eleison. 
Christe, eleison. 



G 



Kyrie, eleison. 

LORiA in excelsis 
Deo : et in terra 
pax hominibus bonae 
voluntatis. Laudamus 
te. Benedicimus te. 
Adoramus te. Glorifl- 
camuste. Gratias agi- 
mus tibi propter ma- 
gnam gloriam tuam : 
Domine Deus, Rex 



G 



LOIRE à Dieu dans le 
ciel, et paix sur la 
terre aux hommes de 
bonne volonté. Notisvous 
louons. Nous vous bénis- 
sons. Nous vous adorons. 
Nous vous glorifions. 
Nous vous rendons grâces 
à cause de votre gloire 
infinie : Seigneur notre 



■p 




100 



OJIDIIfAIRE DE LA MESSE. 



Dieu, Roi du ciel, Dieu 
le Père tout-puissant. Sei- 
gneur Jésus-Christ, Fils 
unique : Seigneur Dieu, 
Agneau de Dieu, Fils du 
Père , vous qui effacez les 
péchés du monde , ayez 
pitié de nous. Vous qui 
effacez les péchés du 
inonde , recevez notre 
prière. Vous qui êtes as- 
sis à la droite du Père, 
ayez pitié de nous. Car 
▼pus êtes le seul Saint, 
le seul Seigneur, le seul 
4^' Très-Haut,ÔJésus-Ghrist, 
^;.;l|v; avec le Saint -Esprit , 
dans la gloire de Dieu le 
Père. Ainsi soit- il. 

Le Seigneur soit avec 
vous. % Et avec votre 
esprit. 






cœlestls, Deus Pater 
omnipotens. Domine 
Fili unigenite, Jesu 
Ghriste : Domine De- 
us, Agnus Dei , Filius 
Patris. Qui tollis pec- 
cata mundi , miserere 
nohis. Qui tollis pec- 
cata mundi , susci- 
pe deprecationem no- 
stram. Qui sedes ad 
(^exteram Patris , mi- 
serere nobis. Quo- 
niam tu solus San- 
ctus; Tu solus Domi- 
nus; Tu solus Altissi- 
mus , Jesu Ghriste ; 
Gum sancto Spiritu, 
in gloria Dei Patris. 
Amen. 

Dominus vobiscum , 
1^. Etcum spiritu tuo. 



3. Le Prétro, revenu au côté de l'Epitre , dit les Oraisons. 
Après l'Écritare sainte, nous n'avons rien de plus vénérable 
et de plus touchant que ces Oraisons de l'Église. 

I/Épitre se lit immédiatement après. L'Église veut nous 
piéparerau sacrifice par l'instruction, et nous remplir dd 
l'esprit de Jésus-Christ parles paroles des Apôtres et des Pro- 
phètes, avant de noas donner pour nourriture sa chair et son 
sang. La parole de Dieu et le corps de Jésus-Christ sont deux 
nourritures, dont l'une prépare à recevoir l'autre dignement 
et avec fruit. 

Après rÉpItre, op lit encorequelques paroles des Psaumes ; 



ORDINAIRE DE LA MESSE. 101 

c'est le Graduel, VAUehàa, on le Trmt pour les temps de 
pénitence. 

Prière avant VÉvangile. 

QUE le feu qui purifia les lèpres du saint Prophète 
Isaïe pour parler dignement de vous, puri- 
fie maintenant mes oreilles et mon cœur pour 
entendre la parole de vie; ne souffrez pas qu'au 
lieu de nous être une source de justice, votre 
Evangile puisse jamais servir à nous condamner. 

4. Le Prêtre commence le saint Évangile en faisant snr Ini 
le signe de la Croix, parce que Jésus-Christ crucifié est le 
principal objet qae nous présente l'Évangile, et que nous 
d«vons porter la Croix avec lui pour être dignes de le suivre 
et de réconter. Il faut adorer la sagesse et la vérité même 
dans toutes les paroles de l'Évangile : Jésus-Christ y parle 
pour nous, et qui écouterions-nous , si ce n'est celui qui a tes 
paroles de la vie étemelle ? 

Avant VÉvangile, le Prêtre {pu le Diacre) dit : 



Dominus vobiscum. 
ft. Et com spiritu tuo. 



Le Seigneur soit avec 
vous. ^, Et avec votre 
esprit. 

Commencement ( ou 
Suite) du saint Évangile 
selon N... 

On répond, en faisant le signe de la Croix sur son front, 
sur ses lèvres et sur sa poitrine : 

Gloria tibi, Domi-l Gloire à vous, Sei- 
ne. I gneur. 

Après l'Évangile on répond : 



Initium {ou Sequen- 
tia) sancti Evangelii 
secundum JV... 



Laus tibi, Christe. 



Louange à vous , ô Jé- 
sus-Christ. 



i. L'Évangile est suivi du Credo les Dimanches et en un cer- 
Uia nombre de Fêtes, parce que c'est dans ces solennités que le 
{«apte Adèle , plein d'an même esprit , doit renouveler, àla f ace 



r 



102 



ORDINAIRE DE LA MESSE. 



des sainte autels, la pntfeasion d'une même foi et radwatkm de 
tous nos mystères. Nous devons exciter en nous une foi vive 
en prononçant cet abrégé de la religion, qui est aussi ancien 



JECT 
le 



que l'Eglise. 

[E crois en un seul Dieu, 
Père tout-puissant, 
créateur du ciel et de la, 
terre, des choses visibles 
et invisibles : Et en un 
seul Seigneur Jésus- 
Christ, Fils unique de 
Dieu, né du Père avant 
tous les siècles; Dieu de 
Dieu, lumière de lumière, 
vrai Dieu de vrai Dieu ; 
qui n'a pas été lait, mais 
est engendré, consubstan- 
tiel au Père, par qui tout 
a été fait; qui est descen- 
du des cieux pour nous 
autres hommes , et pour 
notre salut; qui s'est in- 
carné, en prenant un 
corps dans le sein de la 
Vierge Marie, par Topé- 
ration du Saint-Esprit, 
ET s'est fait homme; qui 
a été crucifié aussi pour 
nous, a souffert sous 
Ponce-Pilate, et a été en- 
seveli : qui est ressuscité 
le troisième jour, selon 
les Écritures, est monté 



Cr: 
I 



EDO m unum 
Deum , Patrem 
omnipotentem, facto- 
rem cœli et terrae , vi- 
sibihum omnium et 
invisibilium : Et in 
unimi Dominum Je- 
sum Ghristum, Fi- 
lium Dei unigenitum: 
et ex Pâtre natun 
ante omnia saBCula ; 
Deum de Deo, lumen 
delumine, Deumve- 
rumdeDeo vero; ge- 
nitum, non factum, 
consubstantialem Pa- 
tri : per quem omnia 
facta sunt; qui pro- 
pter nos homines, et 
propternostram salu- 
tem descendit de cœ- 
lis ; et incarnatus est 
de Spiritu sancto ex 
Maria Virgine : et ho- 
MO FACTUS EST ; crucl- 
fixus etiam pro nobis, 
sub Pontio Pilato pas- 
sus, et sepultus est; 
et resurrexittertia die 



ORDUTAIAE 0£ LA MBSSE. 



103 



secundum Scriptnras; 
et ascendit in eoBlum, 
sedet ad dexteram Pa- 
tris ; et iterum ventu- 
nis estcumgloriaju- 
dicare vivos et mor- 
tuos ; cujus regïii non 
erit finis : Et in Spi- 
ritiim sanctuin Domi- 
num et vivificantem; 
qui ex Pâtre Filioque 
procedit ; qui cum 
Pâtre et Filio simui 
adoratur, et conglori- 
ficatur; qui locutus 
est per Prophetas : Et 
nnam sanctam catho- 
licam et apostolicam 
Ecclesiam. Gonfiteor 
aamn baptisma in re- 
missionem peccato- 
rum ; et exspecto re- 
surrectionem mortuo- 
ram, et vitam venturi 
saBculi. Amen. 

Dominus vobiscum. 
<^ Et cum spiritu tuo. 



an ciel, et est assis à la. 
droite du Père ; qui vien- 
dra de nouveau, dans sa 
gloire, juger les vivants 
et les morts, et dont le 
règne n'aura point de fin. 
Je crois au Saint-Esprit, 
également Seigneur, et 
qui donne la vie, qui 
procède du Père et du 
Fils, qui est adoré et 
glorifié conjointement 
avec le Père et le Fils , 
qui a parlé par les^ Pro- 
phètes. Je crois TÉglise 
qui est une , sainte , ca- 
tholique et apostolique. 
Je confesse un seul bap- 
tême pour la rémission 
des péchés, et j'attends la 
résurrection des morts, 
et la vie du siècle à ve- 
nir. Ainsi soit -il. 



Le Seigneur soit avec 
vous. ^. Et avec votre 
esprit. 

6. L'Offertoire était ancienne ineD,i un Psaume qu'on chan- 
Uit pendant que les fidèles offraient leura dons pour le sa- 
crifice. Ces dons et ces offrandes sont aujourd'hui représentés 
psr le pain bénit, qu'on distnlme an peuple en signe de 
Naunuoion , et pour rappeler les agc^ite» ou repas de charité 



104 OaDlNAOlfi DE LA MESSE. 

des premiers ohrétieiis. — Les encensements qui ont liea aUirs 
noiis rappellent que nos prières doivent s'élever plus ferventes 
que Jamais vers le Seigneur. 

Prières pendant VOffertoire. 

RECEVEZ, Père adorable, les commencements de 
notre sacrifice. Ce n'est encore que du pain que 
nous vous offrons; mais vous allez en faire cette 
hostie pure et sans tache qui s'est offerte elle- 
même à vous, et dont le mérite suflBit à tous les 
fidèles présents ou absents, vivants ou morts. 

Ne vous contentez pas, Seigneur, d'avoir uni 
par votre incarnation votre divinité toute -puis- 
sante à notre faible humanité, plus incompara- 
blement que cette eau et ce vin ne vont être unis ; 
unissez: vous à chacun de nous en particulier, 
et unissez-nous tous ensemble à votre Fils et à 
vous, pour n'en être jamais séparés. 

Vous seul pouvez rendre ce calice digne de 
vous , en le changeant au sang qui peut produire 
le salut du monde; ce n'est qu'à cette intention 
(pie nous le plaçons ici, comme sous les mains 
de votre toute -puissance. 

Si nous ajoutons à ce sacrifice celui d'un cœur 
contrit et himiilié, c'est que vous ne le méprisez 
jamais, et qu'on ne peut que par là s'appliquer 
les fruits de la Rédemption. 

C'est peu de chose, mais votre puissance peut 
faire le reste; venez donc bénir et sanctifier des 
offrandes et des cœurs qui commencent à vous 
appartenir. 

Vous qui daignâtes laver les pieds de vos dis- 
ciples avant de les appeler à votre sacrifice et à 



OAfilNAlAE DE LA «ESSE. 



105 



votre table sacrée, lavez-nous plusieurs fois, sll 
le faut; lavez-nous : qu'il n'y ait rien ni au corps 
ni à Tâme qui ne devienne, à vos yeux clair- 
voyants, plus pur et plus blanc que la neige. 

Sainte et adorable Trinité, le moment approche, 
recevez notre sacrifice. Qull ne nous représente 
pas la mort et la gloire de notre Sauveur sans 
nous en faire ressentir les effets. Que les saints 
dont nous y célébrons la mémoire ne nous ou- 
blient pas dans le ciel. Nous offrons de quoi re- 
mercier IMeu de leur gloire; qu'ils offrent avec 
nous de quoi mériter notre salut. 

Le Prêtre se tourne vers les assistants, et dit : 



PRIEZ, mes frères, que 
mon sacrifice, qui est 
le vôtre, soit agréable à 
Dieu le Père tout -puis- 
sant. 

^. Que le Seigneur re- 
çoive de vos mains le sa- 
crifice, pour l'honneur 
et la gloire de son nom , 
pour notre utilité et pour 
celle de toute sa sainte 
Eglise. 



ORATE, fratres, ut 
meum ac vestrum 
sacrificium acceptabi- 
le fiât apud Deum Pa- 
trem omnipotentem. 
f^. Suscipiat Domi- 
nas sacrificium de 
manibus tuis , ad lau- 
dem et gloriam nonii- 
nis sui, ad utilitatem 
•pioque nostram, to- 
tiusque Ecclesiae suae 
sanctae. 

7. Le Prêtre dit tout bas l'Oraison que pour cela on nomme 
Secrète, dans laquelle il prie Dieu de recevoir favorablement 
les offrandes qai lui ont été faites par les fidèles, afin que les 
•ioDs offerts par chacun d'eux, p<iur la gloire de son saint nom, 
Mient utiles à tous pour leur salut. 

' Immédiatement après vient la Préface, qui eat un prélude 
oa iroe hitroduetion aux prières du Canon. Tout y est destiné 



106 OEDIITAIRE DE 

à élever leB cceun vers Dieu, et 
pressions de TËglise. 

DANS tous les siècles des 
siècles. 
^. Ainsi soit -il. 
f. Le Seigneur spit 
avec vous. 
^. Et avec votre esprit. 

f. Élevez vos cœurs. 

^. Nous les avons vers 
le Seigneur. 

f. Rendons grâces au 
Seigneur notre Dieu. 

^. Gela est juste et rai- 
sonnable. 

( Les Préfaces propres 



LA MESSE. 

il marquer les diverses im« 

PER omnia sœcula 
saBCulorum. 

^. Amen. 

f, Dominus vobis- 
cum. 

^. Et cum spiritu 
tuo. 

f, Sursum corda. 

^. Habemus ad Do- 
minum. 

f, Gratias agamus 
Domino Deo nostro. 

1^. Dignum et ju- 
stum est, 

sont d la p. ISl.) 



PREFACE COMMUNE. 

( Elle se dit d toutes les Fêtes qui n'eti ont point de propre. 



et d toutes les Messes des défunts.) 

IL est véritablement jus- 
te et raisonnable, il 
est équitable et salutaire 
de vous rendre grâces 
en tout temps et en tout 
lieu, Seigneur saint, Père 
tout-puissant, Dieu éter- 
nel, par Jésus-Ghrist No- 
tre -Seigneur; c'est par 
lui que les Anges louent 
votre Majesté, que les 
Dominations Tadorent , 



TTERE dignum et ju- 
' stum est, aequum 
et salutare, nos tibi 
semper et ubique gra- 
tias agere. Domine 
sancte, Pater omni- 
potens, aeterne Deus : 
per Ghristum Domi- 
num nostrum. Per 
quem Majestatem tu- 
am laudant Angeli^ 
adorant Dominatio- 



ORDUfiklBS HfE LA MBfiSE. 



107 



nés, tremunt Potesta- 
tes; Cœli/cœlorumque 
Virtutes , ac beata Se- 
raphim, socia exsid- 
tatione concélébrant. 
Gum quitus et nostras 
voces ut admitti ju- 
béas deprecamur, sup- 
plici confessione di- 
centes : 



Sanctus, Sanctus, 
Sanctus Dominus 
Deus sabaoth. Pleni 
sunt cœli et terra glo- 
ria tua : Hosanna in 
excelsis. Benedictus 
qui venit in nomine 
Domini : Hosanna in 
eicelsis. 



que les Puissances la ré- 
vèrent en tremblant, et 
que les Cieux, les Vertus 
des cieux et lés bienheu- 
reux Séraphins célèbrent 
ensemble votre gloire 
avec des transports de 
joie. Nous vous prions de 
permettre que nous unis- 
sions nos voix à celles 
de ces esprits bienheu- 
reux, pour chanter avec 
eux, humblement pros- 
ternés : 

Saint, Saint j Saint est 
le Seigneur Dieu des ar- 
mées. Les cieux et la 
terre sont remplis de vo- 
tre gloire : Hosanna au 
plus haut des cieux. Béni 
soit celui qui vient au 
nom du Seigneur : Hosan- 
na au plus haut des cieux. 



8. La Préface est suivie du Canon, qni signlde règle en grec. 
Il a été appelé ainsi parce que c'est la règle et la forme des 
litières de I*Église pour le sacrifice. Cette forme est très-an- 
(ieone. On y voit que l'Église fait toutes ses demandes par les 
«enls mérites de Jésus-Christ; l'intercession de la sainte Vierge, 
celle des saints Apôtres et Martyrs y sont une preuve de l'an- 
tiqiûté de notre calte. Cette partie de la Messe se dit tout bas, 
ooa pas qn^on yeaiUe la cacher aux fidèles, mais c'est 
pe, la première partie n'étant presque composée que du 
(falot des Psaumes et des instructions tirées de TÊvangile et 
te Épltref, cette teoonde partie est destinée à une prière 



108 ORBUfAlRE DE LA MESSE. 

plus recueiiliv et pliu intérieure. Cependant ou ne doit pas 
laisser, quoique chacun prie en secret, de s^unir en esprit les 
uns aux autres, et de se conformer au Prêtre, qui parle tou- 
jours à Dieu an nom de tous. -~ Le Prêtre fait souvent des 
signes de croix sur loi et sur les choses offertes ; ce signe était 
ordinaire et fréqaent dès la plus haute antiquité. Qu'y a-t-il 
de plus naturel que de représenter sans cesse Jésns-Cbrisl 
crucifié, dans une action qui est le mémorial de sa Passion 
douloureuse, et où il se donne lui-même à nous pour renou- 
veler sans cesse son sacrifice ? 

Prières pendant le Canon de la Messe. 

NOUS VOUS conjurons au nom de Jésus -Christ 
votre Fils et notre Seigneur, ô Père infini- 
ment miséricordieux, d'avoir pour agréable et 
de bénir Toffrande que nous vous présentons, 
afin qu'il vous plaise de conserver, de défendre 
et de gouverner votre sainte Église catholique, 
avec tous les membres qui la composent, le Pape, 
notre Evéque, et généralement tous ceux qui 
font profession de votre sainte foi. 

Nous vous recommandons en particulier. Sei- 
gneur, ceux pour qui la justice, la reconnaissance 
et la charité nous obligent de prier; tous ceux 
qui sont présents à cet adorable sacrifice, et sin- 
gulièrement N*** et N***. Et afin, grand Dieu, 
que nos hommages vous soient plus agréables , 
nous nous unissons à la glorieuse Marie toujours 
vierge, Mère de notre Dieu et Seigneur Jésus- 
Christ, à tous vos Apôtres, à tous les bienheu- 
reux Martyrs, et à tous les Saints, qui com- 
posent avec nous une même Église. 

Que n'ai -je en ce moment, 6 mon Dieu, les 
désirs enflammés avec lesquels les saints Pa- 
triarches sotihaitaient la venue du Messie ! Que 



0U>INA1K£ DE LA lUESSH. 109 

n'ai-je leur foi et leur amour! Venez, Seigneur 
Jésus; Tenez, aimable répai'atenr du monde; 
venez accomplir un mystère qui est l'abrégé de 
toutes vos merveilles. Il vient, cet Agneau de 
Dieu, voici l'adorable Victime par qui tous les 
péchés du monde sont effacés. 

A rÉlévation. 

YEBBE incamé, divin Jésus, vrai Dieu et vrai 
» homme, je crois que vous êtes ici présent, 
je vous y adore avec humilité, je vous aime de 
tout mon cœur; et comme vous y venez pom 
l'amour de moi, je me consacre entièrement à 
vous. 

J'adore ce sang précieux que vous avez ré- 
pandu pour tous les hommes, et j'espère, 6 
mon Dieu, que vous ne l'aurez pas versé inu- 
tilement pour moi. Faites -moi la grâce de m'en 
appliquer les mérites. Je vous offre le mien, ai- 
mable Jésus, en reconnaissance de cette charité 
fefinie que vous avez eue de donner le vôtre pour 
l'amour de moi. 

Suite du Canon. 

QUELLES seraient donc désormais ma malice et 
mon ingratitude, si, après avoir vu ce que je 
vois, je consentais à vous offenser? Non, mon 
Weu, je n'oublierai jamais ce que vous me re- 
présentez par cette auguste cérémonie, les souf- 
frances de votre Passion, la gloire de votre 
Résurrection, votre corps tout déchiré, votre 
sang répandu pour nous, réellement présent à 
fltts yeux sur cet autel. 



i 1 



110 ORDIIfAIRE DE LA HBS8E. 

C'est maiûtenaut, éternelie Majesté, que nous 
vous offrons de votre grâce, véritablement et 
proprement, la victime pure, sainte et sans tache, 
qu'il vous a plu de nous donner vous-même, et 
dont toutes les autres n'étaient que la figure. 
Oui, grand Dieu, nous osons vous le dire, il y 
a ici plus que tous les sacrifices d'Abel, d'Abraham 
et de Melchisédech, la seule victime digne de 
votre autel. Notre -Seigneur Jésus -Christ votrje 
Fils, l'unique objet de vos éternelles complai- 
sances. 

Que tous ceux qui participent ici de la bouche 
ou du cœur à cette victime sacrée soient remplis 
de sa bénédiction. 

Que cette bénédiction se répande, ô mon Dieu, 
sur les âmes des fidèles qui sont morts dans la 
paix de l'Eglise, et particulièrement sur l'âme 
de N*** et de N***. Accordez -leur. Seigneur, en 
vertu de ce sacrifice, la délivrance entière de 
leurs peines. 

Daignez nous accorder aussi un jour cette 
grâce à nous-mêmes. Père infiniment bon, et 
faites -nous entrer en société avec les saints 
Apôtres, les saints Martyrs et tous les Saints, 
afin que nous puissions vous aimer et vous glo- 
rifier éternellement avec eux. Ainsi soit -il. 



8. Le Prêtre, plein de joie à la vue de ce mystère, élève 
la voix et fait solennellement avec tout le peuple cette divine 
prière, que nous tenons de Jésus-Christ même : Notre Père, 
qui êtes aux citux, etc., prière à laquelle nulle autre ne mé- 
rite d*Ôtre comparée , et à laquelle nous ne pouvons refuser 
notre confiance sans faire injure à Jésus^lirist. 



OEOINAIRB DB LA MBS8E. 



111 



Per omnia saBcnla 
sscalomm. 1^, Amen. 

OREMUS. 

PRvECEPTis salutari- 
bus moniU, et di- 
vina institutione for- 
mati, audemus di- 
cere : 

PATER noster, qui es 
in cœlis^ sanctifi- 
cetnr nomen tuum : 
adveniat regnum tu- 
um : fiât voluntas tua^ 
sicut in cœlo et in ter- 
ra : panem nostrum 
quotidianum da nobis 
hodie : et dimitte no- 
bis débita nostra, sic- 
ut et nos dimittimus 
debitoribus nostris ; 
et ne nos inducas in 
tentationem. 

f^. Sed libéra nos a 
malo. 

Amen. 



Dans tous les siècles 
des siècles. 1^. Ainsi soit-il. 

PRIONS. 

AVERTIS par un com- 
mandement salutaire, 
et suivant la règle divine 
qui nous a été donnée, 
nous osons dire : 
"vroTRE Père, qui êtes 
il aux cieux, que votre 
nom soit sanctifié : que 
votre règne arrive : que 
votre volonté soit faite 
sur la terre comme au 
ciel : donnez -nous au- 
jourd'hui notre pain quo- 
tidien : et pardonnez-nous 
nos offenses, comme nous 
pardonnons à ceux qui 
nous ont offensés; et ne 
nous laissez pas succom- 
ber à la tentation. 

^, Mais délivrez -nous 
du mal. 

Ainsi soit-il. 



10. Le Prêtre récite à yoix.l>asse une prière; puis il rompt 
riiostie, pour signifier que le corps de Jésus-Christ a été im- 
molé pour nous ; il en met ensuite une parcelle dans le calice, 
puor marquer la réunion de son corps avec son sang dans sa 
Résarrection triomphante. 

Ensuite , arrêtant les yeux sur l'espèce du pain , îl dit, à la 
TQe de Jésus-Christ, en frappant sa poitrine, la parole que 
^U laint Jean-Baptiste lorsqu^il vit le Fils de Dieu : Agixeau 
** Ueu. 



112 



ORDINAIRE DE LA MESSE. 



Prière après le Pater et pendant que le Prêtre met dan» le ca- 
lice une partie de la sainte hostie. 

LES vrais maux, Seigneur, sont ou nos péchés 
passés, ou nos vices présents, ou les peines 
de l'autre vie que nous avons tant de fois mé- 
ritées. Touché de nos prières et de celles de vos 
Saints, délivrez-nous-en. Seigneur, et qu'aucun 
ne trouble jamais notre paix, ni la confiance 
que nous avons eue. Par N.-S. J.-G. 

Que ces divines espèces, dont la séparation 
représente la mort de votre Fils, puissent, par 
leur réunion, représenter et opérer notre union 
présente et étemelle avec vous. 



AGNEAU de Dieu, qui 
effacez les péchés du 
monde, ayez pitié de 
nous. 

Agneau de Dieu, qui 
effacez les péchés du 
monde, ayez pitié de 
nous. 

Agneau de Dieu, qui 
effacez les péchés du 
monde, donnez -nous la 
paix. 

( Aux Messes des défunts, le Prêtre ne frappe pas sa poi- 
trine; au lieu de Miserere nobis ( ayez pitié de nous ), t7 Jdt : 
Dona eis requiem (donnez-leur le repos), et à la troisième 
fois il ajoute: sempiteraam (éternel.) 

11. Dans les premiers siècles, lorsque les chrétiens ne fai- 
saient tous qu'un cœnr et qu'une âme , ils se donnaient ici le 
baiser de paix. C'est pour conserver les vestiges de cet ancien 
usage que le e|pr|ç^ se dopne )p |)ajçpr de paix. 



ÂGNDS Dei, qui tol- 
lispeccatamundi, 
miserere nobis. 

AgnusDei,quitol- 
lis peccata mundî, 
miserere nobis. 

Agnus Dei , qui tol- 
lis peccata mundi , 
dona nobis pacem. 



r 



OKOmAIBB DS LA MBflSlf. 113 

Après trois prières frarentes, q»rèt avoir prononcé par troi» 
fois, en se frappant la poitrine , les tonchantes paroles du 
centenier, le Prêtre commnnie et donne ensuite la commU' 
nioD anx fidèles. 

PRIÈRES AVANT LA COMIIUmON. 

SEIGNEUR Jésus, qui supportez les péchés du 
monde malgré l'abus de tant de grâces, fixez 
enfin, par une paix durable, l'œuvre de notre 
réconciliation. Et pourquoi nous Tavez-vous tant 
de fois offerte, cette paix précieuse, si ce n'est 
que vous seul pouvez nous la donner, et qu'elle 
est Tunique bien que vous ayez promis en cette 
misérable vie? 

Mais on ne peut l'avoir qu'en observant fidè- 
lement vos conamandements, et en ne se sépa- 
rant jamais de vous; donnez -nous donc cette 
attache intime à votre adorable personne, et 
cette affection invariable à vos saintes lois, qui 
est la fin et le fruit de votre mission divine. 

Mais quel terrible oracle ! en participant à 
votre corps, on ne devrait trouver que la vie, 
et quelquefois on trouve la mort. Que ferai-je? 
Je gémirai de n'être pas en état de le recevoir 
chaque jour, et chaque jour je travaillerai à me 
renàre plus capable de le recevoir. 

Le Prêtre, avant de communier, dit trois fois en frappant 

sa poitrine: 



DOMINE , non sum 
dîgnus ut intres 
sub tectmu meum : 
sed tantum die verbo, 
^ sanabitur anima 
ttiea. 



SEIGNEUR, je ne sms 
pas digne que vous 
entriez dans ma maison ; 
mais dites seulement une 
parole, et mon àme sera ^^ 

guérie. 



i K. 33 



114 ORDINAIRE I)fi LA MBSSE. 

Prière pendant la communion du Prêtre : 

QUE ce corps uni à la vie devienne la vie éter- 
nelle de nos âmes, et lorsque nous le rece- 
vrons, et lorsque nous désirerons le recevoir. 
Ainsi soit -il. 

Sang précieux, soyez donc encore le sang et 
l'àme de nos âmes. 

Prière après la communion du Prêtre. 

D'un présent temporel vous nous avez fait un 
remède éternel et durable; qu'il opère en nous, 
ô mon Dieu , tout ce qu'a prétendu votre amour; 
et quand même vous vous serez retiré d'avec 
nous, que l'effet de votre présence passée ne 
cesse point de persévérer dans notre cœur. 

12. Le Prêtre lit, au cAté droit, T Antienne appelée Com~ 
munion, à laquelle on ajoutait oncieunement le chant d'un 
Psaume comme à. Ylntroit. Il revient eosuite au milieu de 
l 'autel , qu'il baise, et il se tourne pour saluer le peuple. De 
^à il va au côté droit dire les Oraisons pour rendre grâce» A 
Dieu : après quoi il retourne au milieu de Tautel, où il beûse 
le lieu des reliques. Cela fait, il salue encore te peuple, Ta- 
vei-tit que la Messe est finie, et donne sa bénédiction. 

Le Seigneur soit avec 
vous. ^. Et avec votre 
esprit. 

Allez, la Messe est dite. 



Dominus vobiscmn. 
r;. Et cum spiritu tuo. 

Ite, Missa est. 



{Quand il n'a pas dit Gloria in excelsis : 



Bénissons le Seigneur.) 
^. Rendons grâces à 



Benedicamus Do- 
mino.) 
^. Deo gratlas. 



oftmirâlia m la mxssk. 115 

Aux Mesaet de$ défunts : 

Requiescant in pace. Qu'ils reposent en paix . 
^, Amen. ^, Ainsi soit-il. 

Prière avant la bénédictiùn du Prêtre. 

SA iNTE et adorable Trinité, c'est par vous que 
nous avons commencé ce sacrifice, c'est par 
vous que nous le finissons. Daignez le recevoir 
avec bonté; et puisque vous êtes un abîme de 
majesté, soyez aussi un abîme de miséricorde. 
Nous ne vous quitterons point que vous ne nous 
ayez bénis. 

Le Prêtre bénit les fidèles en disant : 

BEîŒDiCAT VOS om- AUE le Dieu tout-puis- 

nipotens Deus, " saut, Père, Fils et 

Pater, et Filius, et Saint-Esprit, vous bé; 

Spiritus sanctus. â. nisse. ^. Ainsi soit-il. 
Amen. 

{On ne donne pas la bénédiction aiu Messes des défunts.) 

19. La piété des derniers temps a introduit la coutume de 
réciter le commencement de TÉvangile de saint Jean , où sont 
marquées en termes si sublimes la divinité de Jéstis- Christ 
et la grandeur des desseins étemels qui ont fait descendre le 
Fils de Dieu sur la terre. 

Le Seigneur soit avec 
vous. % Et avec votre 
esprit. 

Commencement du 
saint Évangile selon 
saint Jean. i^. Gloire à 
vous. Seigneur. 



Dominus vobiscum. 
^. Et cum spiritu tuo. 

Initium sancti Evan- 
jrelii secundum Joan- 
nem. i^. Gloria tibi, 
Domine. 



4 D commencement était le Verbe, et le Verbe 
\ était en Dieu, et le Verbe était Pieu. U était 



ji 



i%e OBOINAIBE DE' LA MBSSB. 

dès le commencement en Dieu. Toutes choses 
ont été faites par lui , et rien de ce qui a été fait 
n'a été fait sans lui. En lui était la vie, et la vie 
était la lumière des hommes ; et la lumière luit 
dans les ténèbres, et les ténèbres ne Tont pas 
comprise. Il y eut un homme envoyé de Dieu, 
qui s'appelait Jean; il vint pour servir de té- 
moin; pour rendre témoignage à la lumière, 
afin que tous crussent par lui. Il n'était pas la 
lumière, mais il était venu pour rendre témoi- 
gnage à celui qui est la lumière. Le Verbe est 
cette vraie lumière qui éclaire tout homme ve- 
nant en ce monde. Il était dans le monde, et le 
monde a été fait par lui, et le moiide ne l'a 
point connu. Il est venu dans son propre héri- 
tage, et les siens ne l'ont pas reçu. Mais il a 
donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu à 
tous ceux qui l'ont reçu, et à ceux qui croient en 
son nom, qui ne sont pas nés du sang, ni de la 
volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme , 
mais de Dieu même. Et le Verbe s'est fait 
CHAIR, et il a habité parmi nous, plein de grâce 
et de vérité (et nous avons vu sa gloire, qui est 
la gloire du Fils unique du Père). 
ift. Rendons grâces à Dieu. 



PRIÈRE APRÈS LA SAINTE MESSE 

JE vous remercie, ô mon Dieu, des grâces que 
vous m'avez accordées pendant la sainte Messe 
que je viens d'entendre. Pardonnez-moi les fautes 



PRIBRE POUB LEHPBHBUil.. 117 

d'attention et de négligence dont j'ai pu m'y 
rendre coupable. Que les distractions du monde 
au milieu duquel je vais rentrer ne me fassent 
pas perdre le fruit de ce divin sacrifice, ni oublier 
les saintes pensées que vous m'avez inspirées, 
et les pieuses résolutions que vous m'avez fait 
Drendre. Ainsi soit -il. 



D 



SEIGNEUR, sauvez notre 
Empereur N., et exau- 
cez-nous au jour où nous 
vous invoquons. 



PEIÈKE POUR L'£MP£REUB 

OMiî^, salvum fac 
Imperatorem no- 
strum N., et exaudi 
nos in die qua invo- 
caverimns te. 

ORAISON. 

ACCORDEZ à nos prières, Dieu touirpuissant, que 
votre serviteur JY., notre Empereur, qui, par 
votre miséricorde, a pris en main la conduite de 
cet Etat, reçoive aussi l'accroissement de toutes 
les vertus; afin que, saintement orné de leur 
éclat, il ait les vices en horreur, qu'il triomphe 
des ennemis, et qu'il puisse vous être agréable, 
et parvenir enfin jusqu'à vous, qui êtes la voie, 
la vérité et la vie. Par N.-S. J.-G» 



H8 



CANTIQUB d'aCTIOIT DE GRACES. 



\ji 



ANTIQUE D'ACTION DE GRACES 



Nous vous louons, ô 
Dieu; nous vous re- 
connaissons pour le sou- 
verSn Seigneur. 

Père éternel, la terre 
entière vous révère. 

Tous les Anges, les 
Gieux et toutes les Puis- 
sances célestes. 

Les Chérubins et les 
Séraphins redisent éter- 
nellement : 

Saint, Saint, Saint, 
le Seigneur Dieu des ar- 
mées. 

Les cieux et la terre 
sont remplis de la ma- 
jesté de votre gloire. 

Le chœur glorieux des 
Apôtres, 

La troupe vénérable 
des Prophètes, 

L'éclatante armée des 
Martyrs chante vos 
louanges. 

Dans toute retendue 
de l'univers, l'Église 
vous adore. 



TE Deum laudamus; 
te Dominum oon- 
fitemur. 

Teaetemum Patrem 
omnisterraveneratur. 

Tibi omnes Angeli, 
tibi Cœli, et universae 
Potestates, 

Tibi Cherubim et 
Seraphim incessabili 
voce proclamant: 

Sanctus, Sanctus, 
Sanctus , Dominus 
Deus sabaoth. 

Pleni sunt cœli et 
terra majestatis glo- 
riœ tuaB. 

Te gloriosus Apo- 
stolorum chorus. 

Te Prophetaru'm 
laudabilis numerus. 

Te Martyrum can- 
didatus laudat exerci- 
tus. • 

Te per orbem ter- 
rarum sancta confite 
tur Ecclesia, 



CANTIQUE D ACTION DB «RACBS. 



119 



Patrem îmmensae 
majestatis, 

Venerandnm tunin 
verum et nnicum Fi 
lium, 

Sanctum quoque 
Paraclitnm Spiritum. 

Tn Rex gloriœ , 
Christe. 

Tu Patris sempiter- 
nus es Filius. 

Tu ad liberandum 
suscepturus homi- 
nem, non hormisti 
Virginis uterum. 

Tu, dericto mortis 
aculeo, aperuisti cre- 
dentibus régna cœlo- 
nun. 

Tu ad dexteram Dei 
sedes in gloria Patris. 

Judex crederis ésse 
venturus. 

Te ergo quaesu- 
mus , tuîs famulis 
subveni , quos pre- 
tioso sanguine red- 
emisti. 

^tema fac cum 



Père, dont la ma- 
jesté est infinie, 

Et votre Fiis unique 
et véritable. 

Et le Saint-Esprit con- 
solateur. 

Cïhrist, vous êtes le 
Roi de gloire. 

Vous êtes le Fils éter- 
nel du Père. 

Fait homme pour sau- 
ver l'homme, vous n'a- 
vez pas dédaigné de des- 
cendre dans le sein d'une 
Vierge. 

Brisant l'aiguillo^ de 
la mort, vous avez ou- 
vert à ceux qm croient 
le royaume des cieux. 

Vous êtes assis à la 
droite de Dieu, dans la 
gloire du Père. 

Nous croyons que vous 
viendrez un jour juger 
l'univers. 

Secourez donc, nous 
vous en conjurons, vos 
serviteurs rachetés par 
votre sang précieux. 

Faites qu'ils soient 



coniplés parmi vos Sainls 
dans la gloire étemelle. 
Sauvez votra peuple, 
Seigaenr, et bénissez vo- 
tre héritage. 

Coaduisez vos enfants , 
et élevei- les jusqu'à la 
gloire de réiemilé. 

Chaque jour nous vous 



Nous louons votre nom 
maintenant, et dans tous 
les siècles des siècles. 

Daignez , Seigneur, 
pendaut ce jour, nous 
préserver de tout péché. 

Ayez jùtié de nous. 
Seigneur, ayez fîlié de 

Répandez sur nous 
votre miséricorde, Sei- 
gneur, selon que nous 



Sanctis tais in gloiia 

Salvuin fac popu- 
lum tuom. Domine, 
el benedic bsreditati 

Et rege eos, el ei- 
toUe illos usque in 

Per singulofi dîes 
benedicimus te : 

Et taudamus uomen 
tuum in Sceculmn et 
in saaculum s»eculi. 

Dignare, Domine, 
die isto sine peccato 
DOS custodire. 

Miserere nostri, Do- 



Fiat nùseiicordia 
tua, Domine, super 
nos, queuadmodum 
speravimus in te. 

In te, Domine, spe- 
ravi, non confundar 
in xlernum. 



nivACEs pftopuf . 



121 



PRÉFACES PROPRES 



DE LA WATIVItÉ DE NOTRE -SElGNEtJB. 

{Depuis la Nativité jusqu'à V Epiphanie, et aux Messes de 
la Purification, de la Transfiguration, du saint Sacrement 
et du saint Nom de Jésus.) 

TL est véritablement juste 



"tTKRE dignum et ju- 
» stam est, aequiuD 
et salutare, nos tibi 
semper et nbique gra- 
tias agere, Domine 
sancte, Pater onmi- 
potens, aetemeDeus. 
Qttia per incamati 
Verbi mysterium no- 
va mentis nostrœ ocu- 
lis lux tuaB clarîtatis 
infulsit : ut dum visi- 
biUter Deum cogno- 
scimus, per hune in 
invisibilium amorem 
rapiamur. Et ideo 
cum Angelis et Ar- 
changelis, cum Thro- 
nis et Dominationi- 
bus , cumque omni 
miiitia cœlestis exer- 
(âtus, hymnum glo- 



et raisonnable, il est 
équitable et salutaire de 
vous rendre grâces en 
tout temps et en tout 
lieu, Seigneur saint, Père 
tout-puissant, Dieu éter- 
nel , de ce que vous avez , 
par le mystère de l'In- 
carnation du Verbe, fait 
briller aux yeux de notre 
âme une lumière nou- 
velle, afin qu'en recon- 
naissant notre Dien sous 
une forme visible, nous 
soyons attirés par lui à 
l'amour des choses invisi- 
bles. C'est pourquoi nous 
nous unissons aux Anges 
et aux Archanges, aux 
Trônes, aux Dominations 
et à toute l'armée céleste, 



iS2 



MAFACBS PJIOPK8S. 



pour chanter un cantique 
à votre gloire, en disant 
sans cesse. 



ris tuae canimas, sine 
fine dicentes. 



DE L EPIPHANIE. 



IL est véritablement juste 
et raisonnable, U est 
équitable et salutaire de 
vous rendre grâces en 
tout temps et en tout 
lieu, Seigneur saint. Père 
tout-puissant. Dieu éter- 
nel, de ce que votre Fils 
unique, en paraissant à 
nos yeux revêtu de notre 
chair mortelle, nous a 
rétablis dans le droit de 
participer un jour à sa 
glorieuse immortalité. 
C'est pourquoi nous nous 
unissons aux Anges et 
aux Archanges, aux Trô- 
nes, aux Dominations et 
à toute Tannée céleste, 
pour chanter un cantique 
à votre gloire, en disant 
sans cesse. 



VERE dignum et ju- 
stnm est, aequum 
et salutare, nos tibi 
semper et ui)ique gra- 
tias agere, Domine 
sancte, Pater omni- 
potens, aeteme Deus. 
Quia cum Unigenitus 
tuus in substantia no- 
strœ mortalitatis ap- 
paruit, nova nos im- 
mortalitatis suae luce 
reparavit. Et icleo cum 
Angelis et Archange-, 
lis , cum Thronis et 
Dominationibus,cum- 
que omni militia cœ- 
lestis exercitus, hym- 
num gloriœ tuae ca- 
nimus, sine fine di- 
centes. 



DU CARÊME. 

(Depuis le Mercredi des Cendres jusqu'au Dimanche de la 
Passion exclusivement.) 

IL est véritablement jus- 1 ttere dignum et ju- 
te et raisonnable, il ( V stum est, aequum 



PMFAGSS PliOPUfl. 



et salutare, nos tibi 
semper et ubique gra- 
tias agere^ Domine 
sancte^ Pater omni- 
potens^ aeteme Deus. 
Qui corporali jejnnio 
TitiacomprimiS; men- 
tem élevas, virtutem 
largiris et praBmia: 
per Ghristum Dpmi- 
anm nostmm. Per 
qaem Majestatem tu- 
am laudant Angeii, 
adorant Dominatio- 
nes, tremunt Potesta- 
tes ; Gœli cœlorumque 
VirtQtes, ac Jbeata Se- 
raphim, socia exsul- 
tatione concélébrant. 
Cum quibus et no- 
stras voces ut admitti 
jobeas deprecamur , 
supplici confessione 
dicentes. 



133 

est équitable et salutaire 
de vous rendre grâces en 
tout temps et en tout 
lieu, Seigneur saint, Père 
tout-puissant, Dieu éter- 
nel, qui vous. servez du 
jeûne corporel pourdomp- 
ter nos passions, élever 
nos âmes vers vous, nous 
faire pratiquer la vertu , 
et nous accorder ensuite 
les récompenses célestes, 
par Jésus -Christ Notre- 
Seigneur. C'est par lui 
que les Anges louent vo- 
tre Majesté, que les Do- 
minations Tadorent, que 
les Puissances la révè- 
rent en tremblant, et que 
les Gieux, les Vertus des 
cieux et les bienheureux 
Séraphins célèbrent en- 
semble votre gloire avec 
des transports de joie. 
Nous vous prions de per- 
mettre que nous unis- 
sions nos voix à celles de 
ces esprits bienheureux , 
pour chanter avec eux, 
humblement prosternés. 



124 



PRÉFACES PROPRES. 



DE LA. CROIX. 

{D^iuis le Dimancîie de la Passion jusqu'au Jeudi saint 
exelusivemenit << oi*^ Messes de la Crunz.) 

VEïtE dîgnum et jii- 
stmnest, aequum 
et salutare, nos tîbi 
semper et iibique gra- 
tias agere, Domine 
sancte, Pater onini- 
potens, aeterne Deus. 
Qui salutem humani 
generis in ligno Gru- 
cis constituisti ; ut 
unde mors oriebatur, 
inde vita resurgeret_, 
et qui in ligno vin- 
cebat, in ligno quo- 
que vinceretur : per 
Ghristum Dominum 
nostrum. Per quem 
Majestatemtuam lau- 
dantAngeli, adorant 
Dominationes , tre- 
munt Potestates; Gœ- 
li, cœlorumque Vir- 
tûtes, ac beata Sera- 
pbim, soda exsul- 
tatione concélébrant. 
Gum quibus et no- 
stras Yoces ut admitti 
jubeas deprecamur. 



IL estvé'ritablement juste 
et raisonnable, il est 
équitable et salutaire de 
vous rendre grâces en 
tout temps et en tout 
lieu. Seigneur saint, Père 
tout-puissant. Dieu éter- 
nel, qui avez attaché le 
salut du genre humain à 
Farbre de la Groix, afin 
que ce qui avait causé la 
mort de l'homme devint 
pour lui la source d'une 
nouvelle vie, et que le 
démon, qui avait vaincu 
rhomime par le bois, y 
trouvât aussi sa défaite , 
par Jésus -Ghrist Notre- 
Seigneur. G'est par lui 
que les Anges louent votre 
Majesté, que les Domi- 
nations! -adorent, que les 
Puissances la révèrent 
en tremblant, et que les 
Gieux, les Vertus des 
cieux et les bienheureux 
Séraphins célèbrent en- 
semble votre gloire avec 



PRiFACBS PlOPftlS. 185 

sapplict conféssioae i des transports de joie. 

dicentes. | Nous vous prions de per- 

mettre que nous unis- 
sions nos voix à celles de 
ces esprite bienheureux , 
pour chanter avec eux, 
humblement prosternes. 

DE PAQUES ET DD TEMPS PASCAL. 

( Le $amedi *mnt on dit :. in hoc potissimum noete (en 
cette sainte nuit) ; le jour de Pâque» et pendant COctaoe : in 
hoc potissimum die (en ce saint jour); et ensuite : in hoc 
potissimum (en ce saint temps). 



VERS dignum et ju- 
stum est, asquum 
et salutare, te qui- 
dem, Domine, omni 
tempore, sed in hac 
potissimum nocte ( ou 
in hac potissimum die, 
ou in hoc potissimum) 
gloriosius praBdicare, 
cum Pascha nostrum 
immolatus est Ghri- 
stus. Ipse enim vernis 
est Agnus qui abstulit 
peccata mundi; qui 
mortem nostram mo- 
riendo destruxit, et 
vitam resurgendo re- 
paravit. Et ideo cum 
Aagelis et Archan- 



IL est véritablement juste 
et raisonnable, il est 
équitable et salutaire de 
vous louer toujours. Sei- 
gneur, mais principale- 
ment et avec plus de 
pompe en cette sainte nuit 
(ou en ce saint jour, 
ou en ce saint temps), 
où Jésus -Christ, notre 
Agneau pascal, s'est im- 
molé pour nous ; car il est 
véritablement l'Agneau 
qui a effacé les péchés du 
monde, qui a détruit no- 
tre mort par la sienne, et 
qui nous a rendu la vie 
par sa résui*rection. C'est 
pourquoi nous nous unis- 



1S6 



KftÉFACBS PROPUS. 



sons aux Anges et aux 
Archanges, aux Trônes, 
aux Dominations et à 
toute Tannée céleste*, 
pour chanter un canti- 
que à votre gloire, en 
disant sans cesse. 



gelis, cum Thronis 
et Dominationibus , 
cumque omni mili- 
tia cœlestis exercitus , 
hymnum gloria tuae 
canimus, sine fine di- 
centes. 



DE L ASCENSION. 
( De l'Aacemtion d la veille de la Pentecôte exclusivement. ) 



IL est véritablement juste 
, et raisonnable, il est 
équitable et salutaire de 
vous rendre grâces en 
tout temps et en tout lieu. 
Seigneur saint, Père tout- 
puissant. Dieu étemel, 
par Jésus -Christ Notre- 
Seigneur, qui, après sa 
Résurrection, s'est mon- 
tré à tous ses disciples, 
et, en leur présence, est 
monté au ciel pour nous 
rendre participants de sa 
divinité. C'est pourquoi 
nous nous unissons aux 
Anges et aux Archanges, 
aux Trônes, aux Domina- 
tions et à toute Tannée 
céleste^ pour chanter un 



VERE dignum et ju- 
stumest, aequum 
et salutare, nos tibi 
semper et ubique gra- 
tias agere. Domine 
sancte, Pater omnipo- 
tens , aeterne Deus : 
per Christum Domi- 
nom nostrum. Qui, 
post Resurrectionem 
suam, omnibus disci- 
pulis suis manifestus 
apparuit, etipsis cer- 
nentibus est eleva- 
tusin cœlum, ut nos 
divinitatis suae tri- 
bueret esse participes. 
Et ideo cum Angelis 
et Archangelis, cum 
Throuis et Pomi4a- 



PIÉIACIS PIOPIU. 

tionibus^ cumque om- 
ni militia cœlestis 
exercitus , hymnum 
gloris tiiae canimus, 
sine fine dicentes. 



i87 

cantique à votre gloire, 
en disant sans cesse. 



DE LA PENTECÔTE. 



VERE dignum et ju- 
stmnest, œqniim 
et salntare, nos tibi 
semper et ubique gra- 
tias agere , Domine 
sancte, Pater omni- 
potens, aBteme Deus : 
per Ghristum Demi- 
umn nostrran. Qui as- 
cendens super omnes 
c<e1os , sedensque ad 
dexteram tuam, pro- 
missumSpiritnm san- 
ctum (liodieroa die) 
in filios adoptionis ef- 
fudit. Quapropterpro- 
fusis gaudiis, totus in 
orl)e terrarum mun- 
dns exsultat. Sed et 
sapemae Virtutes, at- 
que angelicaB Potesta< 
tes, hymnum gloris 
tusB concinunt, sine 
fine dicentes. 



IL est véritablement j uste 
et raisonnable, il est 
équitable et salutaire de 
vous rendre grâces en 
tout temps et en tout lieu. 
Seigneur saint. Père tout- 
puissant, Dieu étemel, 
par Jésus -Christ Notre- 
Seigneur, qui, étant 
monté au plus haut des 
cieux et s'étant assis à 
votre droite, fit descendre 
(en ce jour) sur les en- 
fants de l'adoption le 
Saint-Esprit qu'il avait 
promis. C'est pourquoi le 
monde entier répandu sur 
la terre est transporté 
d'une sainte joie; les 
Vertus des cieux et les 
Puissances angéliques 
chantent un cantique en 
votre gloire, en disant 
sans cesse. 



138 



raÉFACIS P10PKB8. 



DE LA SAINTE TBINITÉ. 



( Elle »e dit totu les Dimanches qui n'en ont pas de propre.) 



IL est véritablement j uste 
et raisonnable, il est 
équitable et salutaire de 
vous rendre grâces en 
tout temps et en tout 
lieu. Seigneur saint, 
Pèretout>puissant, Dieu 
étemel, q[ui, avec votre 
Fils unique et le Saint- 
Esprit, êtes un seul Dieu 
et un seul Seigneur, non 
en ne faisant qu'une seule 
personne, mais trois per- 
sonnes en une même 
substance. Car ce que 
vous nous avez révélé et 
ce que nous croyons de vo- 
tre gloire, nous le croyons 
aussi, sans aucune diffé- 
rence, de votre Fils et du 
Saint-Esprit; en sorte 
que, confessant une vé- 
ritable et éternelle divi- 
nité , nous adorons tout 
ensemble la propriété 
dans les personnes^ l'u- 
nité dans Tessence, et 
l'égalité dans la majesté. 



TTERE dignum et ju- 
Y stum est , œquum 
et saltttare, nos tibi 
semper et ubique 
gratias agere, Do- 
mine sancte , Pater 
omnipotens , aeteme 
Deus. Qui cum unige- 
nitôFiliotuo, et Spi- 
ritu sancto, unus es 
Deus, unusesDomi- 
nus : non in unius 
singularitate perso- 
nne, sed in unius 
Trinitate substantiae. 
Quod enimde tua glo* 
ria, révélante te, cre- 
dimus, hoc de Filio 
tuo, hoc de Spiritu 
sancto, sine differentia 
discretionis sentimus. 
Utinconfessione verse 
sempiternaeque deita- 
tis, et in personis 
proprietas, et in es- 
sentia unitas,et in ma- 
jestate adoreturaequa- 
iitas. Quam laudaut 



PBiFACKS PA0PU8. 



129 



Angeli atque Archan- 
geli, Cherubim quo- 
que ac Seraphim, qui 
non cessant clamare 
quotidie, una voce di- 
centes. 



C'est elle que louent les 
Anges et les Archanges^ 
les Chérubins et les Séra- 
phins ^ qui ne cessent de 
chanter d'une voix una- 
nime. 



DE LA SAINTE VIERGE. 



VERE dignum et ju- 
stum est, aequum 
et salutare, nos tibi 
semper et ubique gra- 
tias agere. Domine 
sancte, Pater omni- 
potens, seteme Deus. 
Et te in ( nommer ici 
la Fête que l'on cé- 
lèbre ) beatae Mariœ 
semper virginis col- 
laudare, benedicere, 
et praedicare. Qu» et 
Unigenitum tuum 
sancti Spiritus obum- 
bratione concepit, et, 
virginitatis gloria per- 
manente, lumen ae- 
ternum mundo effu- 
dit, Jesum Christum 
Dominum nostrum. 
Per quem Maj estatem 
tuam laudant Angeli , 
adorant pominatio- 

N. 88 



IL est véritablement juste 
et raisonnable, il est 
équitable et salutaire de 
vous rendre grâces en 
tout temps et en tout 
lieu. Seigneur saint , 
Père tout-puissant, Dieu 
éternel, de vous louer, 
de vous bénir et de vous 
glorifier en ce jour de la 
{nommer ici la Fête qtte 
Uon célèbre ) de la bien- 
heureuse Marie toujours 
vierge, qui, après avoir 
conçu votre Fils unique 
par l'opération du Saint- 
Esprit, mit au monde, 
en conservant sa virginité 
sans tache, la lumière 
éternelle, Jésus -Christ 
Notre-Seigneur. C'est par 
lui que les Anges louent 
votre Majesté, que les 
Dominations l'adorent , 



1 

'< 



130 



PRÉFACES PROPRES. 



que les Puissances la ré- 
vèrent en tremblant, et 
que les Gieux , les Vertus 
des cieux et les bienheu- 
reux Séraphins célèbrent 
ensemble votre gloire 
avec des transports de 
joie. Nous vous prions de 
permettre que nous unis- 
sions nos voix à celles de 
ces esprits bienheureux, 
pour chanter avec eux, 
humblement prosternés. 



nés, tremunt Potesta- 
tes; Gœli, cœlorum- 
que Virtutes , ac bea- 
ta Seraphim , socia 
exsultatione concélé- 
brant. Gum quibus et 
nostras voces ut ad- 
mitti jubeas depreca- 
mur, supplici confes- 
sione dicentes. 



DES APÔTRES. 



IL est véritablementjuste 
et raisonnable, il est 
équitable et salutaire de 
vous supplier humble- 
ment. Seigneur, Pas- 
teur éternel, de ne point 
abandonner votre trou- 
peau, mais de le conser- 
ver toujours sous votre 
protection, par l'inter- 
cession de vos bienheu- 
reux Apôtres, afin qu'il 
ne cesse d'être gouverné 
par les mêmes conduc- 
teurs que vous avez éta- 
blis sur lui en qualité de 



"iHîRE dignmn et ju- 
V stumest, iequum 
et salutare, te, Do- 
mine, suppliciter ex- 
orare, ut gregem tu- 
imi, Pastor aeterne, 
non deseras , sed per 
beatos Apostolos tuos 
continua protectione 
custodias. Ut iisdem 
rectoribus guberne- 
tur, quos operis tui 
vicarios eidem contu- 
listipraeesse pastores. 
Et ideo cum Angelis 
et Archangelis, cum 



prAfacbs piopibs. 



131 



Thronis et Dominatio- 
nibas, cumque omni 
militia ceelestis exer- 
citus, hymnum glo- 
rûe tus canimus, sine 
fine diœntes. 



Pasteurs, et que vous 
avez chargés , comme vos 
ficaires, de perpétuer 
votre œuvre. C'est pour- 
quoi nous nous unissons 
aux Anges et' aux Ar- 
changeS; aux Trônes, aux 
Dominations et à toute 
Tannée céleste , pour 
chanter un cantique à 
votre gloire, en disant 
I sans cesse. 




^imummii^^ 



LE DIMANCHE 
A VÊPRES 



—00— 



ODiEU, venez à mon 
aide. ^. Hâtez -vous, 
Seigneur, de me secou- 
rir. 

Gloire au Père, et au 
Fils, et au Saint-Esprit : 
Maintenant et toujours, 
comme dès le commen- 
cement, et dans les siè- 
cles des siècles. Ainsi 
soit -il. Alléluia. 



DEus , in acyutorium 
meum intende. ^. 
Domine, ad adjuvan- 
dum me festina. 

Gloria Patri, et Fi- 
lio, et Spiritui sancto : 
Sicut erat in princi- 
pio, et nunc, et sem- 
per, et in saecula sae- 
culorum. Amen. Allé- 
luia. 



Dqniis la Septuagénme Jtuqu'au Jeudi saint, 

au lieu de AUehiia, on dit : 



Louange à vous. Sei- 
gneur, Roi de la gloire 
étemelle. 

PSAUME 

LE Seigneur a dit à mon 
Seigneur : Asseyez- 
vous à ma droite. 

Jusqu'à ce que je ré- 
duise vos ennemis avons 
servir de marchepied. 
Le Seigneur fera sortir 



Laus tibi. Domine, 
Rex aetemae gloriœ. 

109. 

IX iT Dominus Do- 



D 



mino mea : * Sede 
a dextris meis, 

Donec ponam inimi- 
cos tuos * scabellum 
pedum tuorum. 

Virgamvirtutis tua 



LB DIMAZfCHB A VÉHUM. 



188 



de Sion le sceptre de 
votre puissance : domi- 
nez au milieu de yos en- 
nemis. 

La souveraineté sera 
avec vous au jour de vo- 
tre force, dans la splen- 
deur des Saints : je vous 
ai engendré de mon sein 
avant Tanrore. 

Le Seigneur Ta juré, 
et il ne rétractera pas son 
serment : Vous êtes le 
Prêtre étemel selon Tor- 
dre de Melchisédech. 

Le Seigneur est à votre 
droite , il brisera les rois 
au jour de sa colère. 

11 jugera les nations, 
il consommera la ruine 
de vos ennemis ; il écra- 
sera sur la terre la tète 
d'im grand nombre. 

Le Christ, néanmoins, 
boira dans sa course de 
Teau du torrent, et c'est 
parla qu'il s'élèvera dans 
la gloire. 

Gloria Patri et Sicut erat. 

( On termine ainri toui les Psaume» par Gloria Patri , il 
main» d^mdieoHon contraire. ) 

Ant Dixit Dominus | Ànt. Le Seigneur a dit 



emittet Dominas ex 
Sion: ^ dominare in 
medio inimicorum 
tuorum. 

Tecum principium 
in die virtutis tuae in 
splendoribus Sancto- 
rum : * ex utero ante 
luciferum genui te. 

JuravitDominus, et 
nonpœnitebit eum : * 
Tu es Sacerdos in aB- 
temum secundum or- 
dinem Melchisédech. 

Dominus a dextris 
tuis, * confregit in 
die irae suae reges. 

Judicabit in natio- 
nibus, implebit rui- 
nas; ^ conquassabit 
capita in terra multo- 
rmn. 

De torrente in via 
bibet : * propterea 
exaltabit caput. 



18* LE DIMANCHE A VÉP«ES. 

à mon Seigneur .'Asseyez- 1 Domino meo : Sede a 



VOUS à ma droite. 



dextris meis. 



PSAUME 110. 



JE VOUS louerai, Sei- 
gneur, de tout mon 
cœur, dans la société des 
justes et dans leurs as- 
semWées. 

Les œuvres du Sei- 
gneur sont grandes, et 
parfaitement conformes 
à tous ses desseins. 

La magnificence et la 
gloire éclatent dans ses 
ouvrages, et sa justice 
demeure éternellement. 

Le Seigneur, plein de 
bonté et de miséricorde, 
a perpétué la mémoire de 
sesmerveillesriladonné 
la nourriture à ceux qui 
le craignent. 

Il se souviendra tou- 
jours de son alliance : il 
manifestera à son peuple 
la puissance de ses œu- 
vres; 

U lui donnera l'héri- 
tage des nations; la vé- 
rité et la justice sont l'ou- 
vrage de ses mains. 



CONFiTEBOR tibî. Do- 
mine, îu toto cordc 
meo, * in consilio ju' 
storum et congrega- 
tione. 

Magna opéra Domi- 
ni, * exquisita in om- 
nes voluntates ejus. 

Gonfessio et magni- 
flcentia opus ejus, * 
etjustitia ejusmanet 
in saeculùm saeculi. 

Memoriamfecitmi- 
rabiliimi suorum mi- 
sericors et miserator 
Dominus : * escam de- 
dit timentibus se. 



Memor erît in saecu- 
lùm testamentisui:* 
virtutem operum suo- 
rum annuntiabit po- 
pulo suo ; 

Ut det illis haeredi- 
tatem gentium : ♦ 
opéra manuum ejus 
veriUs et judicium. 



LB DIMANCHE A VÉPKBS. 



iS5 



Fidelia omnia man- 
data ejus, confirmata 
in sâeculum saeculi, * 
facta in veritate et 
aBqnitate. 

Redemptionem mi- 
sit popnlo suo; * man- 
davit in aetemiun te- 
stamentum suum. 

Sanctum et terribi- 
le nomen ejus : * ini- 
tium sapientiae timor 
Dômini. 

Intellectus bonus 
onmibns facientibus 
emn : * laudatio ejus 
manet in SâBCulum 
Sfpculi. 

Ant. Fidelia omnia 
mandata ejus, confir- 
mata in s»culum sae- 
culi. 

PSAU 

BEATus vir qui timet 
Dominum; * in 
mandatis ejus volet 
nimis. 

Potens in terra erit 
semenejus; * genera- 
tio rectomm benedi- 
cetur. 



Tous ses décrets sont 
stables, affermis «^ ja- 
mais, fondés sor la jus- 
tice et sur la vérité. 

Il a envoyé un Rédemp- 
teur à son peuple, il a 
fait avec lui une alliance 
étemelle. 

Son nom est saint et 
terrible : la crainte du 
Seigneur est le commen- 
cement de la sagesse. 

Ceux qui se règlent sur 
cette crainte ont la vé- 
ritable intelligence; la 
louange du Seigneur sub- 
siste dans tous les siècles. 

Ant. Tous ses décrets 
sont stables, affermis à 
jamais. 

ME 111. 

HEUREUX rhomme qui 
craint le Seigneur, et 
qui se complaît dans l'ob- 
servance de sa loi. 

Sa postérité sera puis- 
sante sur la terre : la race 
des justes sera bénie. 



186 



LE DIMAirCHB A VÉPBE8. 



La gloire et les riches- 
ses sont dans sa maison, 
sa justice demeure éter- 
nellement. 

Une lumière s'est levée 
dans les ténèbres pour 
ceux qui ont le cœur 
droit; le Seigneur est clé- 
ment, miséricordieux et 
juste. 

Heureux Thomme qui 
plaint et secourt l'indi- 
gent; il réglera ses pa- 
roles selon la prudence, 
il ne sera jamais ébranlé. 

La mémoire du juste 
sera étemelle ; il ne crain- 
dra pas les mauvais dis- 
cours des hommes. 

Son cœur est toujours 
prêt à espérer au Sei- 
gneur, son cœur est iné- 
branlable; il verra sans 
se troubler la ruine de 
ses ennemis. 

Il a répandu libérale- 
ment ses biens dans le 
sein des pauvres; sa jus- 
tice subsiste dans tous 
les siècles; son nom sera 
couronné de gloire. 



Gloria et divitiœ in 
domo ejus, * et justi- 
tia ejus manet in spé- 
culum saeculi. 

Exortum est in te- 
nebris lumen rectis ; * 
misericors, et mise- 
rator, et justus. 



Jucundus homoqui 
miseretur et commo- 
dat; disponet sermo- 
nes suos in judicio : * 
quia in œternum non 
commovebitur. 

Inmemoria astema 
erit justus ; * ab audi- 
tione mala non time- 
bit. 

Paratum cor ejus 
sperare in Domino : 
conflrmatum est cor 
ejus : * non commove- 
bitur, donec despiciat 
inimicos suos. 

Dispersit, dédit pau- 
peribus : justitia ejus 
manet in saeculimi 
saeculi ; * cornu ejus 
exaltabitur in gloria. 



ut DiiiAircHs A vinis. 



137 



Peccator videWt, et 
irascetur ; dentibns 
suis fremet, et tabe- 
scet. : * desiderimn 
peccatormn peribit. 

Ant. In mandatis 
ejus cnpit nîmîs. 



Le pécheur le verra, et 
en sera irrité; il grincera 
les dents et séchera de 
dépit : mais le désir des 
pécheurs périra. 

Ant, Il se complaît dans 
Tobservance de sa loi. 



PSAUME 112. 



LAUDATi, pueri, Do- 
minum; * laudate 
nomen Domini. 

Sit nomen Domini 
benedictum, * ex hoc 
nunc et usque in sae- 
colum. 
•A solis ortu uscpie 
ad occasum, * lauda- 
bile nomen Domini. 

Excelsus super om- 
nes gentes Dominus/ 
et super cœlos gloria 
ejus. 

Quis sicut Dominus 
Deus noster, qui in 
. altis habitat, * et hu- 
milia respicit in cœlo 
et in terra? 



Suscitans a terra 



SERVITEURS de Dieu, 
louez le Seigneur, et 
célébrez son nom. 

Que le nom du Sei- 
gneur soit béni, main- 
tenant et dans tous les 
siècles. 

De Torient jusqu'à 
Toccident, le nom du 
Seigneur est digne de 
louanges. 

Le Seigneur domine 
sur tous les peuples, et 
sa gloire est au-dessus 
des deux. 

Qui est semblable au 
Seigneur notre Dieu, qui 
réside au plus haut des 
cieux, et abaisse ses re- 
gards sur tout ce qui est 
au-dessous de lui dans le 
ciel et sur la terre? 

Il tire le faible de la 



138 LB OIMANCHB 

poussière : il élève le 
pauvre du sein de l'ab- 
jectiou, 

Pour le placer avec les 
princes^ avec les princes 
de son peuple. 

Il donne à celle qui 
était stérile la joie de se 
voir, dans sa maison, 
mère de plusieurs en- 
fants. 

Ant. Que le nom du 
Seigneur soit béni dans 
tous les siècles. 



A VÉPBBfi. 

inopem, * et de ster- 
core erigens paupe- 
rem; 

Ut coUocet eum cum 
principibus, * cum 
principibuspopuli sui . 

Qui habitare facit 
sterilem in domo, * 
matrem filiorum lae- 
tantem. 

Ant. Sit uomen Do- 
mini benedictum in 
saecula. 



PSAUME 113. 



LoBSQUE Israël sortit de 
l'Egypte, et la mai- 
son de Jacob du milieu 
d'un peuple barbare, 

Jnda fut consacré au 
Seigneur, Israël devint 
son domaine. 

La mer le vit, et s'en- 
fuit ; le Jourdain remonta 
vers sa source. 

Les montagnes bondi- 
rent comme dés béliers, 
et les collines comme des 
agneaux. 

Mer, pourquoi as -tu 
'•'i? et toi, Jourdain, 



IN exitu Israël do 
-A^gypto, * domus 
Jacob de populo bar- 
baro : 

Facta est Juda'a 
sanctiiicatio cgus, * 
Israël potestas ejus. 

Mare vidit, et fu- 
git : * Jordanis con- 
versus est retrorsmn. 

Montes exsultave- 
runt ut arietes, * et 
colles sicut agni ovi- 
um. 

Quid est tibi, mare, 
quod fugisti?*et tu, 



JLE OiVAlICBE A VÉPRBS. 

Jordanis^ quia con- 
versus es retrorsum? 
Montes^ exsultastis 
sicut arietes? * et, col- 
les, sicutagni ovium? 



A facie Domini mo- 
ta est terra, * a facie 
Dei Jacob, 

Qui convertit pe- 
tram in stagna aqua- 
ram, * et rupem in 
fontes aquarum. 

Non nobis, Domi- 
ne, non nobis; * sed 
nomini tuo da glo- 
riam. 

Super misericordia 
tua et veritate tua; 
nequando dicant gen< 
tes : * Ubi est Deus 
f'oruni? 

Deus autem noster 
in cœlo : * omnia quae- 
cumque yoluit, fecit. 

Simnlacra gentium- 
argentum et aurum, * 
opéra manuum homi- 
Qttin. 



189 

pourquoi es -tu remonté 
vers ta source ? 

Montagnes , pourquoi 
avez-vous bondi comme 
des béliers? et vous, 
collines, comme des 
agneaux? 

C'est que la terre a 
tremblé devant la face 
du Seigneur, à Taspect 
du Dieu de Jacob, 

Qui a changé la pierre 
en des torrents d'eau, 
et le rocher en sources 
d'eaux vives. 

Faites éclater votro 
gloire, non pas pour 
nous, Seigneur, mais uni- 
quement pour votre nom , 

Afin de manifester vo- 
tre miséricorde et la fi- 
délité de vos promesses ; 
de peur que les nations 
ne disent : Où est leur 
Dieu? 

Notre Dieu est dans le 
ciel, il a fait tout ce qu'il 
a voulu. 

Les idoles des nations 
ne sont que de l'or et de 
l'argent, ouvrage de la 
main des hommes. 



140 



LE DIlEAIfCHE Â VÂPRES. 



Elles ont une bouche, 
et ne parlent point; elles 
ont des yeux, et ne voient 
point. 

Elles ont des oreilles, 
et n'entendent point; elles 
ont des narines, et ne 
sentent point. 

Elles ont des mains, 
et ne touchent point; des 
pieds, et ne marchent 
point ; leur gosier ne peut 
proférer aucun son. 

Que ceux qui les font 
leur deviennent sembla- 
bles, conmie tous ceux 
qui mettent en elles leur 
confiance. 

La maison d'Israël a 
espéré dans le Seigneur; 
le Seigneur est son pro- 
tecteur et son soutien. 

La maison d'Aaron a 
espéré dans le Seigneur; 
le Seigneur est son pro- 
tecteur et son soutien. 

Ceux qui craignent le 
Seigneur ont espéré en 
lui; il est leur protecteur 
et leur soutien. 

Le Seigneur s'est sou- 



Os habent, et non 
loquentur; * oculos 
habent, et non vlde- 
bunt. 

Aures habent, et 
non audient; * nares 
habent, et non odora- 
bunt. 

Manus habent, et 
non palpabunt; pedes 
habent, et non ambu- 
labunt : * non clama- 
bunt in gutture suo. 

Similes illis fiant 
qui faciunt ea, * et 
onmes qui confldunt 
in eis. 

Domus Israël spe- 
ravit in Domino; * 
adijutor eorum et pro- 
tector eorum est. 

Domus Aaron spe- 
ravit in Domino; * 
adjutor eorum et pro- 
tector eorum est. 

Qui timent Domi- 
num, speraverunt in 
Domino ; * adjutor 
eorum et protector 
eorum est. 

Dominus memor 



LE DUUnCHS A TÉPU8. 



141 



fait nostri^ * et t)ene- 
dixit nobis. 

Benedixit domui Is- 
raël, * l)ene(iixit do- 
mui Aarron. 

Benedixit omnibus 
qui timent Domi- 
nnm, * pusillis cum 
magorîbus. 

A^jiciat Dominus 
super vos, * super vos 
et super filios vestros. 

Benedicti vos a Do- 
mino, * qui fecit cœ- 
lum et terrain. 

Cœlum cœli Domi- 
no, * terram autem 
dédit filiis hominum. 

Non mortui lauda- 
bunt te. Domine, * 
neque omnes qui de- 
scenduntininfemum. 

Sed nos qui vivi- 
mus, benedicimus Do- 
mino, * ex hoc nunc 
et usque in saeculmn. 

Ant. Nos qui vivi- 
mus, benedicimus Do- 
mino. 



venu de nous , et il nous 
a bénis. 

Il a béni la maison 
d'Israël, il a béni la mai- 
son d'Aaron. 

Il a béni tous ceux qui 
le craignent, les petits 
comme les grands. 

Que le Seigneur multi- 
plie ses dons sur vous, sur 
vou&et sur vos enfants. 

Soyez bénis du Sei- 
gneur, qui a fait le ciel 
et la terre. 

Le ciel des cieux ap- 
partient au Seigneur, et 
il a donné la terre aux 
enfants des hommes. 

Les morts ne vous loue- 
ront point. Seigneur, ni 
tous ceux qui descendent 
dans le tomlieau. 

Mais nous qui vivons, 
nous bénirons le Sei- 
gneur maintenant et à 
jamais. 

Ant, Nous qui vivons , 
nous bénirons le Sei- 



gneur. 

Capitule. Béni soit Dieu, le Père de Notre-Sei- 
gneor Jésus-Christ, le Père des miséricordes et le 



142 LE DIMANCHE A VÉPBES. 

Dieu de toute consolation, qui daigne nous con- 
soler dans toutes nos afflictions et nos épreuves. 

]^. Rendons grâces à l ^. Deo gratias. 
Dieu. 



HYMNE. 



ODiEu souverainement 
bon, créateur de la 
lumière, qui la faites 
luire pour régler la durée 
des jours, et qui avez 
commencé par elle la 
création du monde; 

Vous qui avez voulu 
qu'on appelât jour le 
temps qui s'écoule du ma- 
tin au soir,écoutez,au mo- 
ment où les ténèbres de 
la nuit s'approchent, les 
prières que nous accom- 
pagnons de nos larmes. 

Ne permettez pas que 
notre âme se laisse appe- 
santir par ses fautes, ne 
pense point aux choses 
éternelles, s'engage dans 
les liens du péché, et soit 
exilée du séjour de la vie. 

Mais faites que nos 
prières frappent à la porte 



Lucis Creator opti- 
me, 
Lucem dierum profe- 

rens, 
Primordiis lucis novae 
Mundi parans origi- 
nem; 

Qui mane junctiuu 
vesperi 
Diem vocari prsecipis, 
Illabitur tetrum cha- 
os; 
Audi preces cum fle- 
tibus. 

Ne mens gravata 
crimine 
Vitaesit exsulmunere, 
Dum uil perenne co- 
gitât, 
Seseque culpis llligat. 

Gœleste pulset oa- 
tium (1) : 



(1) Dam les Diocèses qui ne suivent pas l'Office réformé » au 
lieudeoiûnm on ditiatàmvLm, 



LK OIMANCHB A VÉPEKS* 



148 



Vitale tdlat prsemi- 

um : 
Vitemus omne noxi- 

um : 
Pargemus oomB pes- 
simum. 

î Praesta , Pater 
piissime , 
Patrique compar Uni- 
ce, 
Cam Spirltn Paraclito 
Regnans per omne 
ssculum. Amen. 
y. Dirigatur, Do- 
mine , oratio mea. 
% Sicut incensum in 
conspectu tuo. 

CANTIQUE DE 

MAGNIFICAT * anima 
mea Dominmn, 

Et exsultavit spiri- 
tus meus * in Deo sa- 
latari mec. 

Quia respexit humi- 
litatem ancillœ su^ : * 
ecce enim ex hoc bea- 
tam me dioent omnes 
generationes. 

Quia fecit mihi ma- 
gna qui potens est , ^ 
et sanctum nomen 
ejus. 



du del; que nous rem- 
portions le prix de la vie 
étemelle; que nous évi- 
tions tout ce qui peut 
nous nuire, et que nous 
expiions nos iniquités. 

f Accordez -nous cette 
grâce, ô Père miséricor- 
dieux, et vous, Fils uni- 
que égal au Père, qui, 
avec TEsprit consolateur, 
régnez dans les siècles 
des siècles. Ainsi soit-il. 

f» Que ma prière, Sei- 
gneur, monte vers vous. 
^. Gomme cet encens. 

LA SAINTE VIEKGE. 

MON âme glorifie le Sei- 
gneur, 

Et mon esprit est ravi 
de joie en Dieu mon sau- 
veur. 

Parce qu'il a regardé la 
bassesse de sa servante, 
désormais toutes les gé- 
nérations m'appelleront 
bienheureuse. 

Car le Tout-puissant a 
fait en moi de grandes 
choses , et son nom est 
saint. 



144 



LE DIMANCHE A VÊPRES. 



Ëtmisericordia ey us 
a progenie in proge- 
nies * timentibus eum. 

Fecit poteiLtiam in 
brachio suo : * disper- 
sit superbos mente 
cordis sui. 

Deposuitpotentes de 
sede, * et exaltavit 
humiles. 

Esurientes implevit 
bonis,* etdivites di- 
misit inanes. 



Sa miséricorde se ré- 
pand d'âge en âge sur 
ceux qui le craignent. 

Il a déployé la force 
de son bras, et confondu 
les pensées des superbes. 

Il a renversé de leurs 
trônes les puissants, et il 
a élevé les humbles. 

Il a comblé de biens 
ceux qui étaient affamés, 
et renvoyé les mains vi- 
des ceux qui étaient dans 
Tabondance. 

Il a pris sous sa garde Is- 
raël son serviteur, se sou- 
venant de sa miséricorde, 

Gomme il l'avait pro- 
mis à nos pères, à Abra- 
ham et à sa postérité dans 
tous les siècles. 

On dit ici FAntiemie propre et la Collecte de la Meste; on 
fait ensuite les Mémoires , s'il y en a, et on ajoute Dominus 
Tobiscum, Benedlcamus Domino, et Fidelinm animse, si l'Of- 
fice se termine ici. 

Les Dimanches ordinaires^ excepté pendant VAvent, le Temps 
de la Passion et le Temps pascal, après V Oraison on fait tes 
Mémoires ou Suffrages des Saints, ci-après. 

DE LA SAINTE VIERGE. 



Suscepit Israël puo 
rum suum, * recorda- 
tus misericordise suœ, 

Sicut locutus est ad 
patres nostax)s,* Abra- 
ham et semini ejus 
in saecula. 



Ant. Siiinte Marie, se- 
courez les malheureux, 



Ant, Sancta Maria, 
succurre miseris Juva 



LE DIMANCHE A VÊPRES. 



145 



pusillanimes, refove 
flebiles, orapro popu- 
lo, interveni pro cle- 
ro, intercède pro de- 
voto femineo sexu; 
sentiant onines tuum 
juvamen, quicumque 
célébrant tuam san- 
ctam commemoratio- 
nem. 

t. Ora pro nobis, 
sancta Del Genitrix. 
f^. Ut digni efficiamur 
promissionibus Chri- 
sti. 



aidez les faibhes, conso- 
lez ceux qui pleurent, 
priez pour le peuple , in- 
tercédez pour le clergé et 
pour les femmes pieuses 
et fidèles : que tous ceux 
qui honorent votre sainte 
mémoire éprouvent votre 
assistance. 



t. Priez pour nous, 
sainte Mère de Dieu. 
1^. Afin que nous deve- 
nions dignes des pro- 
messes de Jésus-Christ. 
Oraison. Daignez, Seigneur, donner en tout 
temps à vos serviteurs la santé de Tâme et du 
corps, et accordez-nous par Tintercession de la 
bienheureuse Marie toujours vierge la grâce 
d'être délivrés des maux de la vie présente, et 
de jouir dans le ciel de l'éternelle félicité. 

Depuis rOctave de TÈpiptianie fiuqu'd la PvrifUunUion. 



f, Post partum , 
Virgo, inviolata per- 
mansisti. ^. Dei Ge- 
nitrix, intercède pro 
nobis. 



j^. Vous êtes demeurée 
sans tache après votre 
enfantement, 6 Vierge 
sainte, f^. Mère de Dieu, 
intercédez pour nous. 
Oraison. Dieu, qui, en rendant féconde la 
virginité de la bienheureuse Marie, avez assuré 
au genre humain le salut éternel, faites-nous 
éprouver, s'il vous plait, combien est puissante 
auprès de vous rintercesâi<m de celle par la- 
M. as 10 



146 



LE OtMANCHK A VÈ^HUB* 



quelle noos avons reçu Tauteur de la vie^ 
Notre -Seigneur Jésus -Cairist votre Fils. 

DES SAINTS APÔTRES. 



Ant. Pierre, Apôtre, et 
Paul, Docteur des na- 
tions, nous ont eux-mê- 
mes enseigné votre loi. 
Seigneur. 

f. Vous les établirez 
princes sur toute la terre. 
^. Ils se souviendront de 
votre nom. Seigneur. 



Ant. Petrus Aposto- 
lus, et Paulus Doctor 
gentium, ipsi nos do- 
cuerunt legem tuam^ 
Domine. 

^. Constitues eos 
principes super om- 
nem terram. Hi, Me- 
mores erunt nominis 



tui, Domine. 
Oraison, Dieu, dont la main a soutenu sur 
les flots le bienheureux Pierre , de peur qu'il ne 
fût englouti, et qui avez tiré jusqu'à trois fois 
du fond de la mer Paul, son frère dans l'apo- 
stolat, de peur qu'il ne périt dans le naufrage , 
exaucez-nous dans votre miséricorde, et faites 
que, par les mérites de ces deux Apôtres, nous 
obtenions la gloire de l'éternité. 

On fait ici Mémoire du Patron de l'église, 
POUR LA PAIX. 



Ant, Donnez -nous la 
paix, Seigneur, pendant 
notre vie, parce que vous 
seul pouvez nous défen- 
dre, vous, notre Dieu. 

jf. Que la paix, ô Jé- 
rusalem, règne dans tes 
remparts. ^. Et l'abon- 
dance dans tes palais. 



Ant Dapacem, Do- 
mine, in diebus no- 
stris,quianou estalius 
qui pugnet pro nobis , 
nisi tu, Deus noster. 

^. Fiat pax in vir- 
tute tua. ^. Et abun- 
dantia in turribus 
tuis. 



LE DlMAirCHE A C01IPJLIE8. 147 

Oraison. Dieu, qui ôtes la source des saints 
désirs et des actions justes, accordez à vos servi- 
teurs cette paix que le monde ne peut donner, 
afin que nos cœurs soient dociles à vos comman- 
dements, et que, délivrés de tout ennemi, nous 
jouissions sous votre protection d'une heureuse 
tranquillité. Par N.-S. J.-G. 



A COMPLIES 

Ia Lecteur. 

Jube, domne, be-l Mon père, donnez-moi 
nedicere. | votre bénédiction. 

BÉNÉDICTION. 



NocTEM quietam et 
finem perféctum 
concédât nobis Domi- 
nus omnipotens. % 
Amen. 



lUE le Seigneur tout- 



U puissant nous accorde 

une nuit tranquille et une 

heureuse fin. % Ainsi 

soit-il. 
Leçon brève. Mes frères, Soyez sobres et veil- 
lez, car le démon votre ennemi tourne autour 
de vous comme un lion rugissant, cherchant 
qui il pourra dévorer; résistez-lui donc, en de- 
meurant fermes dalns la foi. Vous, Seigneur, 
ayez pitié de nous. 

^. Rendons grâces à 

Dieu. 
^. Notre secours est 

dans le nom du Seigneur. 

% Qui a fait le ciel et la 

terre. 



^. Deo gratias. 



j^. Adyutorium no- 
strum in nomine Do- 
mini. 9. Qui fecit cœ- 
Inm et terram. 



148 LE DIMANCHE A COMPLIES. 

Pater ooflter. — < Confiteor alternativement, cùUOMà la Mate, 



avec Misereatar et Indulgentianr. 

COUCVERTISSBZ-NOUS 
à VOUS, ô Dieu notre 
sauveur. ^. Et détournez 
de nous votre colère. 

^, Dieu, venez à mon 
aide. % Hâtez-vous, Sei- 
gneur, etc. 



CONVERTE nos, Deus 
salutaris noster. % 
Et averte iram tuam 
a nohis. 

y. Deus, in adjuto- 
rium meum intende. 
% Domine, etc. 



PSAUME 4. 

LE Dieu protecteur de 
ma justice m'a exaucé 
lorsque je l'invoquais : 
mon Dieu , vous m'avez 
mis au large au milieu 
de la tribulation. 

Ayez pitié de moi, et 
exaucez ma prière. 



Enfants des honmies, 
jusques à quand vos 
cœurs seront -ils appe- 
santis? pourquoi aimez- 
vous la vanité et poursui- 
sez-vous le mensonge? 

Sachez que le Seigneur 
à glorifié son serviteur : 
le Seigneur m'exaucera 
quand je crierai vers 
lui. 

Entrez en colère , mais 



CUM mvocarem, ex- 
audivit me Deus 
justitiae meae : * in 
tribulatione dilatasti 
mîhî. 



Miserere mei, * et 
exaudi orationem me- 
am. 

Filii hominum, us- 
quequo gravi corde ? * 
ut quid diligitis va 
nitatem, et quaeritis 
mendacium ? 

Et scitote quoniam 
mirificavit Dominus 
sanetumsuum: * Do- 
minus etaudiet me 
cum clamavero ad 
eum. 

Irasoimini^ etnoli- 



tB DIMAIfCBS A GOMPLU». 



149 



te peccare : * qua di- 
citis in cordibus ve- 
stris, incubilibusve- 
stris compungûninî. 

Sacrificate sacnfi- 
cium justitiae , et spe- 
rate in Domino : * 
multi dicunt : Quis 
ostendit noMs bona? 

Signatiun est super 
nos lumen vultus tui, 
Domine: * dedisti 1«- 
titiam in corde meo. 

A fpuctu frumenti, 
vini, et olei sui, * 
multipUcati sunt. 

In pace in idipsum * 
dormiam, et requie- 
scam; 

Quoniam tu, Do- 
mine, singulariter in 
spe * constituisti me. 



ne péchez pas : repassez 
avec componction, dans 
le repos de votre lit, les 
pensées de vos coeurs. 

Offrez des sacrifice^ de 
justice, et espérez au 
Seigneur : plusieurs di- 
sent : Qui nous lera goû- 
ter le bonheur? 

Seigneur, la lumière 
de votre visage est em- 
preinte sur nous : vous 
avez fait naître la joie 
dans mon cœur. 

Mes ennemis ont en 
abondance le blé, Thuile 
et le vin. 

Pour moi, je m'endor- 
mirai, et je me reposerai 
en lui dans la paix ; 

Parce que c'est vous. 
Seigneur, qui m'avez éta- 
bli dans Tespérance. 



PSAUME 80. 



1 



X te, Domine, spe- 
ravi, non confun- 

dar in aetemum ; * in 

jastitîa tua libéra me. 
Inclina ad me au- 

rem tuam, * accéléra 

Ht eruas me. 



J'ai espéré en vous, Sei- 
gneur, je ne serai ja- 
mais confondu; délivrez- 
moi dans votre justice. 
Prêtez Toreille à ma 
voix: hâtez-vous de me 
délivrer. 



150 



LE DIMANCHE À C0HPLIE8. 



Soyez pour moi un Dieu 
protecteur ; soyez mon 
asile, où je puisse trou- 
ver mon salut. 

Car vous êtes ma force 
et mon refuge; et, pour 
la gloire de votre nom, 
vous serez mon guide et 
mon pasteur. 

Vous me dégagerez des 
filets que les méchants 
ont cachés sous mes pas, 
car vous êtes mon protec- 
teur. 

Je remets mon âme 
entre vos mains : vous 
me délivrerez. Seigneur, 
Dieu de vérité. 



Esto mihi in Deum 
protectorem, et in do- 
mum refugii, * ut sal- 
vum me facias. 

Quoniam fortitudo 
mea et refugium me- 
umestu;*etpropter 
nomen tuum deduces 
me, et enutries me. 

Educes me de la- 
queo hoc quera abs- 
conderunt mihi ; * 
quoniam tu es pro- 
tector meus. 

In manus tuas com- 
mendo spiritum me- 
um; * redemisti me , 
Domine, Deus veri- 
tatis. 



PSAUME 90. 



CELUI qui habite dans 
rasile du Très - Haut 
demeurera sous la pro- 
tection du Dieu dii ciel. 
11 dira au Seigneur : 
Vous êtes mon refuge 
et mon défenseur : mon 
Dieu, j'espérerai en vous. 

Le Seigneur m'a déli- 
vré du filet des chasseurs, 



QUI habitat in adju- 
torioAltissimi,*in 
protectione Dei cœli 
commorabitur. 

Dicet Domino : Sus- 
ceptor meus es tu , et 
refugium meum : * 
Deus meus, sperabo 
in eum. 

Quoniam ipse libe- 
ravit me de laqueo 



LE DIMANCHE A COHPLIES. 



151 



venantium, * et a ver- 
bo aspero. 

Scapulis suis obum- 
brabît tibi, * et sub 
pennis ejus sperabis. 

Scuto circmndabit 
te Veritas ejus ; * non 
timebis a timoré no- 
ctumo, 

A sagitta volante in 
die, a negotio peram- 
bulante in tenebris, * 
ab incursu et daemo- 
nio meridiano. 

Gadent a latere tuo 
mille, et decem mii- 
lia a dextris tuis; * 
ad te autem non ap- 
propinquabit. 

Verumtamen oculis 
tuis considerabis, * et 
retributionem pecca- 
torum videbis. 

Qaoniam tu es, Do- 
mine, spes mea: * 
Altissimum posuisti 
refugium tûum; 

Non accedet ad te 
malum, * etflagellum 
non appropinquabit 
tabemaculo tuo. 



et de la langue des mé- 
chants. 

Il vous couvrira de son 
ombre, et vous trouverez 
Tespérance sous ses ailes. 

Sa vérité vous environ- 
nera comme un bouclier; 
vous ne craindrez ni les 
terreurs de la nuit. 

Ni la flèche qui vole 
pendant le jour, ni les 
complots tramés dans les 
ténèbres , ni les attaques 
de Tesprit infernal. 

Mille tomberont à votre 
gauche, et dix mille à vo- 
tre droite; mais les traits 
de l'ennemi ne viendront 
point jusqu'à vous. 

Alors vous verrez de 
vos yeux, et vous con- 
templerez le châtiment 
des pécheurs. 

Parce que vous avez 
dit: Seigneur, vous êtes 
mon espérance, et que 
vous avez pris le Très- 
Haut pour votre refuge, 

Le mal n'approchera 
point de vous, et aucun 
fléau n'atteindra votre 
demeure. 



152 



LE DIMANCHE A COMPLU», 



Car il a commandé à 
ses Anges de veiller sur 
vous, et de vous garder 
dans toutes vos voies. 

Ils vous porteront entre 
leurs mains, de peur que 
vous ne heurtiez votre 
pied contre la pierre. 

Vous marcherez sur 
Taspic et siu* le basilic , 
vous foulerez aux pieds 
le lion et le dragon. 

Je le délivrerai, dit le 
Seigneur, parce qu'il a 
mis en moi sa confiance : 
je le protégerai, parce 
qu'il a connu mon nom. 

Il m'invoquera, et je 
l'exaucerai ; je serai avec 
lui dans la trihulation; 
je l'en délivrerai, et je le 
glorifierai. 

Je lui accorderai une 
longue suite de jours, et 
je lui montrerai mon sa- 
lut. 



Quoniam Angelis 
suis mandavît de te, " 
ut custodlant te in 
omnibus viis tuis. 

In manibus porta- 
bunt te, * ne forte 
offendas ad lapidem 
pedem tuum. 

Super aspidem et 
basiliscum ambula- 
bis, * et conculca- 
bis leonem et draco- 
nem. 

Quoniam in me spe- 
ravit, liberabo eum; * 
protegam eum, quo- 
niam cognovit nomen 
meum. 

Glamabit ad me, et 
ego exaudiam eum ; * 
cum ipso sum in tribu- 
latione; eripiameum, 
et glorificabo eum. 

Longitudine die- 
rum replebo eum, * 
et ostendam illi salu- 
tare meum. 



PSAUMB 188. 



BÉNISSEZ aujourd'hui le 
Seigneur, vous tous 
qui êtes ses serviteurs. 



ccE nunc bénédici- 
té Dominum, * om- 
nes servi Domini. 



E 



LB DHUircBS A oomniBB, 



iSS 



Qni statis in domo 
Domini, * in atriis 
domus Dei nostri , 

In noctibus extol- 
lite manus vestras in 
sancta, * et benedicite 
Dominum. 

Benedicat te Domi- 
nos ex Sion, * qni fe- 
cit cœlum et terram. 

i4/i^ Miserere mihi. 
Domine, et ^xaudi 
orationem meam. 



Vous qni habitez dans 
la maison du Seigneur, 
dans les parvis du temple 
de notre Dieu, 

Levez, pendant la nuit, 
vos mains dans le sanc- 
tuaire, et bénissez le Soi- 
gneur. 

Que le Seigneur vous 
bénisse du haut de Sion, 
lui qui a lait le ciel et la 
terre. 

AnL Ayez pitié de moi. 
Seigneur, et exaucez ma 



pnere. 

Au tempi de Pâques. 

Ant, Alléluia, alléluia, alléluia. 

HYMNE. 



T 



E lucis ante termi- 

num, 
Rerum Creator, posci- 

mus 
Ut,*pro tua clemen- 

tia (1)', 
Sisprssul et custodia. 
Procul recédant 

somnia. 
Et noctium phanta- 

smata; 



i vAirr la fin de ce jour, 
A nous vous prions , ô 
Créateur de toutes cho- 
ses, de veiller sur nous 
et de nous garder dans 
votre miséricorde. 

Loin de nous les songes 
fâcheux, loin de nous les 
fantômes de la nuit : en- 
chaînez notre ennemi, 



(1) Ban» les IKocite» qui ne tuivent pat VOffice réformé , au 
lieu de pro tua clementU, on dit soUta clementia. 



164 



LE DIMANCHE A C01IPL1B6. 



afin qne rien ne souille 
la pureté de nos corps. 

î Accordez-nous cette 
grâce, ô Père miséri- 
cordieux, et vous. Fils 
unique égal au Père, 
qui, avec TEsprit conso- 
lateur, régnez dans les 
siècles des siècles. 



Hostemque nostrum 
comprime, 

Nepolluanturcorpora. 
ÎPraesta, Pater piis- 
sime, 

Patrique compar Uni- 
ce, 

Gum Spiritu Paraclito 

Regnans per omne 
ssBculum. 
Amen. 



Ainsi soit-il. 

Capitule, Vous êtes avec nous, Seigneur, et 
votre saint nom a été invoqué sur nous : ne nous 
abandonnez point, ô Seigneur notre Dieu. 



^. Rendons grâces à 
Dieu. 

^. br. Seigneur, * Je 
remets mon esprit entre 
vos mains. Seigneur, je 
remçts. j^. Vous nous avez 
rachetés. Seigneur, Dieu 
de vérité. * Je remets. 
Gloire au Père. Seigneur, 
je remets. 

Pendant le Temps de la Pasrion on omet le Gloria Patri, et 
pendant le Tenqiê pascal on ajoute deux Alléluia dcei^ àref, 
et un Alléluia au f, qui suit. 

f. Gardez -nous, Sei- 
gneur, comme la pm- 
nelle de l'œil, i^. Cou- 
vrez-nous sous Tombre 
de vos ailes. 



^. Deo gratias. 

Hj. br. In manus 
tuas. Domine, * Gom- 
mendo spiritum me- 
um. In manus. j^. Red- 
emlsti nos. Domine, 
Deus veritatis. * Gom- 
mendo. Gloria Patri. 
In manus. 



j^. Gustodi nos. Do- 
mine , ut pupÛlam 
oculi. ^. Sub umbra 
alarum tuarum pro- 
tège nos. 



LE DIKAirCHB A COHPLIBS. 



155 



CANTIQUB DE SUfiON. 



N 



UNO dimittis ser- 
vum tmun. Do- 
mine, * secundum 
verbum tuum , in 
pace, 

Quia videront oculi 
mei * salutare tuum, 

Quod parasti * ante 
faciem oipnium po- 
pulorum, 

Lumen ad révéla- 
tionem gentium, * et 
gloriam plebis tuœ Is- 
raël. 

An t. Salva nos , 
Domine, vigilantes, 
custodi nos dormien- 
tes, ut vigilemus cum 
Christo, et requiesca- 
mus in pace (allé- 
luia). 



C'est maintenant, Sei- 
gneur, que vous lais- 
serez aller en paix votre 
serviteur, selon votre pa- 
role, 

Puisque mes yeux ont 
vu le Sauveur que vous 
nous doimez , 

Et que vous avez des- 
tiné pour être manifesté 
à tous les peuples, 

Ck)nmie la lumière qui 
éclairera les nations, et 
la gloire d'Israël votre 
peuple. 

Ant. Sauvez-nous, Sei- 
gneur, lorsque nous som- 
mes éveillés, et gardez- 
nous pendant notre som- 
meil, afin que nous veil- 
lions avec Jésus -Christ, 
et que nous reposions en 
paix (alléluia). 



PRliRES 

Qui se disent toujours, excepté aux Fêtes doubles et pendant 

les Octaves. ' 



|7YRtE, eleison. 

Christe, eleison. 
Kyrie, eleison. 



SEIGNEUR, ayez pitié de 
nous. 
Jésus-Clirist, ayez pitié. 
Seigneur, ayez pitié. 



156 



LE DIXANCHE A COMPLIES. 



Notre Père, etc. 

^, Et ne nous laissez 
pas succomber à la ten- 
tation. % Mais délivrez- 
nous du mal. 

Je crois en Dieu, etc. 

^, La résurrection de 
la chair. % La vie éter- 
nelle. Ainsi soi^il. 

f. Soyez béni, Sei- 
gneur, Dieu de nos pères. 
<^. Vous êtes digne de 
louanges et de gloire dans 
tous les siècles. 

f. Bénissons le Père, 
et le Fils, et le Saint- 
Esprit. ^. Louons -le et 
exaltons-le dans tous les 
siècles. 

f. Soyez béni, Sei- 
gneur, au plus haut des 
cieux. ^^ Vous êtes digne 
d'être loué, glorifié et 
exalté dans tous les siè- 
cles. 

j^. Que le Seigneur 
tout -puissant et miséri- 
cordieux nous bénisse et 
nous protège. <$. Ainsi 
soit-il. 

f. Daignez, Seigneur, 
pendant cette nuit. ^, 



Pater noster, etc. 

f. Et ne nos indu- 
cas in tentationem. 
f^, Sed libéra nos a 
malo. 

GredoinDeum, etc. 

f. Garnis resurre- 
ctionem. ^. Vitam ae- 
ternam. Amen. 

f. Benedictus es. 
Domine, Deus patrum 
nostrorum; ^. Et lau- 
dabilis, et gloriosus 
in saecula. 

f. Benedicamus Pa- 
trem, et Filium, cum 
sanctoSpiritu.l^. Lau- 
demuset superexalte- 
mus eum in saecula. 

f, Benedictus es. 
Domine, in flrmà- 
mento cœli. ^. Et lau- 
dabilis, et gloriosus, 
et superexaltatus in 
saBCula. 

f, Benedicat et cu- 
stodiat nos omnipo- 
tens et misericors Do- 
minus. ^. Amen. 

f. Dignare, Domi- 
ne, nocte îsta. ^. Sine 



LE DIHAHCliE A COHFLUS. 157 

peccato nos custodire. [ Nous préserver de tout 

I péché. 

f. Ayez pitié de nons. 
Seigneur. ^. Ayez pitié 
de nous. 

j^. Répandez sur nous 
votre miséricorde, Sei- 
gneur. A. Selon que nous 
avons espéré en vous. 

f. Seigneur, écoutez 
ma prière, i^. Et que mes 
cris s'élèvent jusqu'à 
vous. 

j^. Le Seigneur soit 
avec vous. 1^. Et avec 
votre esprit. 
Oraison, Nous vous supplions, Seigneur, de 
visiter cette demeure, et d'en éloigner tous les 
pièges de l'ennemi : que vos saints Anges y 
habitent pour nous conserver en paix, et que 
votre bénédiction soit toujours sur nous. Par 
N.-S. J.-C. 

f. Le Seigneur soit 
avec vous. % Et avec 
votre esprit. 

f. Bénissons le Sei- 
gneur.^. Rendons grâces 
à Dieu. 



f. Miserere nostri , 
Domine. % Miserere 
nostri. 

j^. Fiatmisericordia 
tua. Domine, super 
nos. ^. Quemadmo- 
dum speravimus inte. 

y. Domine, exaudi 
orationem meam. ^. 
Et clamor meus ad te 
veniat. 

f. Dominus vobis- 
cum. ^. Et cum spi- 
ritu tuo. 



j, Dominus vobis- 
cum. ^. Et cum spi- 
ritu tuo. 

y. Benedicamus Do- 
mino, i^. Deo gratias. 



BENEDIGAT et CUStO- 
diat nos omnipo- 
tens et misericors Do* 
mmus^ Pater^ et Fi- 



QUE le Seigneur tout- 
puissant et miséricor- 
dieux, Père, Fils, et 
Saint-Esprit, nous bé- 



158 ÂWTVuaass a la aaimtb visage. 

nisse et nous protège. Ilios, et Spiiitus san- 
^. Ainsi soit-il. | ctus. ^. Amen. 

On dit ici une des Antiennes suivantes, puis on ajwite : 



Ji. Que la grâce divine 
soit toujours avec nous. 
1^. Ainsi soit-il. 



j^. Divinum auxi- 
lium maneat semper 
nobiscum. li^. Amen. 



Pater. — Ave. — Credo. 



ANTIENNES A LA SAINTE VIERGE 

Pendant FAvent. 



MÈRE auguste du Ré- 
dempteur, porte du 
del toujours ouverte , 
étoile de la mer^ venez 
au isecours d'un peuple 
qui veut se relever de ses 
chutes. Vous qui, pai* 
un prodige dont s'étonne 
la nature, avez enfanté 
votre Créateur sans cesser 
d'être vierge; vous qui 
avez reçu cette glorieuse 
salutatioii de l'Ange Ga- 
briel, ayez pitié des pé- 
cheurs. 

- f, L'Ange du Seigneur 
a annoncé à Marie. ^. £t 
elle a conçu par l'opéra- 
tion du Saint-Esprit. 



AL M A Redemptoris 
Mater, quas pervia 

cœli 
Porta mânes, et Stella 

maris, suocurre 

cadenti , 
Surgere qui curât, 

populo : tu quae 

genuisti, 
Natura mirante, tu- 

um sanctum Ge- 

nitorem: 
Virgo prius ac posteri- 

us,Gabrielis ab ore 
Sumens illudAve,pec- 

catorum miserere. 

j^. Angélus Domini 

nuntiavitMariâe. f^. Et 

concepit de Spiritu 

sancto. 



Oraison de VAngelus, Daignes, Seigneur, p. 18. 



AMTOmmS A LA SAIlfTl VII16K. 

DerAventà la PwificaHm inclvêivemmt. 
Aime Redemptoru Mater, p. ikê. 



Ift9 



j^. Post partmn, 
Virgo, inyiolata per- 
mansisti. ^. Dei Ge- 
nitrix, intercède pro 
nobis. - 



f. Vous êtes demeurée 
sans tache après votre 
enfantement, 6 Vierge 
sainte, i^. Mère de Dieu, 
intercédez pour nous. 

Oraùon, Dien qui, p. IM. 
Depuis la Purification j'tiêqu'au Jeudi taint. 

VE, Regina cœlo- 



A'"' 

/* rum; 

Ave, Domina Ange- 

lorum: 
Salve, radix, salve 

porta, 
£x qua mundo lux est 

orta. 
Gaude, Virgo glo- 

riosa. 
Super omnesspeciosa: 
Vale, valde décora : 
Et pro nobis Chrîstum 

exora. 

f. Dignare me lau- 
darete, Virgo sacra- 
ta. ^. Da mihi vir- 
tutem contra hostes 
tuos. 



JE vous salue, Reine du 
ciel; je vous salue. 
Reine des Anges : tige 
sacrée, porte sainte d'où 
est sortie la lumière du 
monde. 



Réjouissez-vous, Vierge 
glorieuse, belle par-des- 
sus tout et vraiment ra- 
vissante ! Je vous salue , 
et priez pour nous Jésus- 
Christ. 

t. Rendez -moi digne 
de vous louer. Vierge 
sainte. ^. Donnez -moi 
la force de triompher de 



vos ennemis. 
Oraison, Dieu de bonté, accordez à notre fai- 
blesse le secours de votre grâce, et comme nous 
honorons la mémoire de la sainte Mère de Dieu, 
faites que, par le secours de son intercession , 



160 



ANTIENNEâ A LA SAINTE YIBHGB. 



nous puissions nous releyer de nos iniquités. Par 
le même N.-S. J.-G. 



Pendant le Temps ptucal. 



R 



EiNE du ciel, réjouis- 



REGiNAcœli, laetare, 
alléluia, 
Quia quem meruisti 
portare, alléluia, 
Resurrexit sicut dixit, 

alléluia. 
Ora pro nobis Deum, 
alléluia. 

f. Gaude et laetare, 
Virgo Maria, alléluia. 
^. Quia surrexit Do- 
minus vere, alléluia. 



sez-vous, alléluia, 
puisque celui que vous 
avez mérité de porter 
dans votre sein, alléluia, 
est ressuscité comme il 
Ta dit, alléluia. Priez 
Dieu pour nous, alléluia. 

j^. Réjouissez - vous et 
tressaillez de joie, ô 
Vierge Uaiie, alléluia. 
i^. Parce que le Seigneur 
est véritablement ressus- 
cité, alléluia. 

Oraison, Dieu, qui, par la Résurrection de 
votre Fils Notre-Seigneur Jésus-Christ, avez dai- 
gné réjouir le monde, faites, nous vous en prions, 
que, par sa sainte Mère la Vierge Marie, nous 
participions aux joies de la vie éternelle. Nous 
vous le demandons par le même N.-S. J.-G. 

laqu'à rAvent. 

SALVE, Regina, Ma- 
ter misericordise; 
vita, dulcedo et spes 
nostra, salve. Ad te 
clamamus, exsuies fi- 
lii Hevae; ad te suspi- 
ramus, gemêntes et 



• Depuiê la Trinité j 

SALUT, ô Reine, Mère 
de miséricorde; notre 
vie, notre douceur et 
notre espérance, salut. 
Enfants d'Eve, malheu- 
reux exilés, nous élevons 
nos cris vers vous ; nous 



AHTIKNKBS A LA SAIRTI VIKRGK. 



161 



fientes in hac lacry- 
marum yalle. Eia er- 
go, advocata nostra, 
illos tuos miséricor- 
des oculos ad nos con- 
verte. Et Jesmn, bene- 
dictmn fructmn ven- 
tris tui, nobis post 
hoc exsilium ostende, 
clemens, o pia, o 
dulcis Virgo Maria! 

f, Ora pro nobis, 
sancta Dei Genitrix. 
î^. Ut digni efficiamur 
promissionibus Ghri- 
sti. 



sonpirons vers vous, gé- 
missants et pleurants 
dans cette vallée de lar- 
mes. Oh! de grlce, notre 
avocate, tournez donc 
vers nous vos regards 
miséricordieux, et, après 
cet exil, montrez -nous 
Jésus, le fruit béni de vos 
entrailles, ô clémente, 
ô charitable, ô douce 
Vierge Marie! 

t. Priez pour nous, 
sainte Mère de Dieu. 
^. Afin que nous deve- 
nions dignes des pro- 
messes de Jésus -Christ. 

Oraison. Dieu tout -puissant et étemel, qui, 
par la coopéntion du Saint-Esprit, avez préparé 
le corps et Tâme de la glorieuse Vierge Marie 
pour en faire xme demeure digne de votre Fils, 
accordez-nous d'être délivrés des maux présents 
et de la mort étemelle par l'intercession de celle 
dont nous célébrons la mémoire avec joie. Nous 
vous en supplions par le même J.-G. N.-S. 

Lcj» diverses Prières des Saluts se trouvent à la fin du 
vuluiM. 



<^ti 



X. ss 



11 



XJLjgLjglOSI^SX^Xg3QOE3CgX 



OFFICE ORDINAIRE DE LA SAINTE VIERGE 

AUX I'" VÊPRES. 
Pss. Dixit Dominas, p. 13t; Laudate,paeri, jo. 1S7. 



PSAUME 

JE me suis réjoui de cette 
parole qui m*a été dite : 
Nous irons dans la mai- 
son du Seigneur. 

Nous établirons notre 
demeure dans tes parvis, 
ô Jérusalem. 

Jérusalem, ville augus- 
te, commune patrie des 
serviteurs de Dieu, dont 
les diverses parties for- 
ment un tout admirable. 

Là sont montées les 
tribus consacrées au Sei- 
gneur, pour rendre hom- 
mage à son nom selon la 
loi dlsraôl. 

Là sont placés les sièges 
de justice, les trônes de 
la maison de David. 

Demandez la paix pour 
Jérusalem; que ceux qui 
t'aiment, ô cité sainte, 
jouissent de toutes sortes 
de biens. 



121. 

LiBTATus sum in bis 
quœ dicta sunt 
midi : * In domum 
Domini ibimus. 

Stantes erantpedes 
nostri * in atriis tuis, 
Jérusalem. 

Jérusalem, quae afi- 
dificatur ut civitas, * 
cujus participatio ejus 
in idipsum. 

llluc enim ascende- 
runt tribus, tribus Do- 
mini; * testimonium 
Israei, ad confiten- 
dum nomini Domini. 

Quia illic sederunt 
sedes in j Qdicio,*sedes 
super domum David. 

Rogate quae ad pa- 
cem sunt Jérusalem;* 
et abundantia dilir 
gentibus te^ 



OFFICE ORDINAIRE DE LA SAINTE VIERGE. 163 



Fiat pax in virtute 
tua, * et abundantia 
in tumbus tuis. 

Propter fratres me- 
os et proximos meos, * 
loquebar pacem de te. 

Propter domnin Do- 
mini Deinostri, * quaB- 
sivi bona tibi. 



Que la paix règne dans 
tes remparts, et l'abon- 
dance dans tes palais. 

Asile de mes frères et 
de mes amis, mes paroles 
sur toi étaient des paroles 
de paix. 

La maison du Seigneur 
notre Dieu est dans ton 
enceinte; c'est pourquoi 
j'ai appelé sur toi tous 
les biens. 



PSAUME 126. 



Nisi Dominus sdifi- 
caverit domum,* in 
vanum laboraverunt 
qui âBdiiicant eam. 

Nisi Dominus cu- 
stodierit civitatem, * 
frustra vigilat qui cu- 
stodit eam. 

Vanum est vobis 
ante lucem surgere : * 
surgite postquam se- 
deritis, qui manduca- 
tispanemdoloris, 

Gum dederit dile- 
ctis suis somnum : * 
ecce haereditas Domi- 
ni, filii; merces, fru- 
ctus ventris, 



SI le Seigneurne bâtit lui- 
même la maison, c'est 
en vain que travaillent 
ceux qui la construisent. 

Si le Seigneur ne garde 
lui-même la cité, c'est en 
vain que veille celui qui 
la garde. 

Inutilement vous vous 
lèverez avant le jour, vous 
qui mangez le pain de la 
douleur; ne vous levez 
qu'après le sommeil. 

Que Dieu donne à ceux 
qu'il aime : les enlants 
sont un héritage qui vient 
du Seigneur; la fécondité 
e^t U4e récompense. 



164 OFFICE ORDOrAIlUB DE LA SAIlfTE VIBRGE. 



Les eofants des oppri- 
més seront comme m)6 
flèche dans une main 
puissante. 

Heureux celui dont ils 
ont rempli les désirs; il 
ne sera pas confondu 
lorsqu'il répondra à ses 
ennemis dans les tribu- 
naux d'Israël. 



Sicut sagittae in ma- 
nu potentis, * ita filii 
excussorum. 

Beatus vir qui im- 
plevit desiderium su- 
um ex ipsis; * non 
confundetur cum lo- 
quetur inimicis suis 
in porta. 



PSAUME 147. 



JÉRUSALEM , louez le Sei- 
gneur : Sion, louez 
votre Dieu; 

Car il a fortifié les bar- 
rières de vos portes ; il a 
béni les enfants nés au 
milieu de vous. 

Il a établi la paix sur vos 
frontières; il vous nourrit 
du froment le plus pur. 

Il envoie sa parole, et 
sa parole parcourt rapi- 
dement la terre. 

Il fait tomber la neige 
comme des flocons de 
laine, et il répand les 
frimas comme la pous- 
sière. 

Il couvre la terre de 
glace : qui pourrait alors 



LAUDA, Jérusalem, 
Dominum; * lauda 
Deum tuum, Sion; 

Quoniam conforta- 
vit seras portarum 
tuarum : * benedixit 
filiis tuis in te. 

Qui posuit fines tuos 
pacem, * et adipe fru- 
menti satiat te. 
Qui emittit eloquium 
suum terr», * veloci- 
ter currit sermo ejus. 

Qui dat nivem sic- 
ut lanam, * nebulam 
sicut cinerem spargit. 



Mittitcrystallum su- 
am sicut buccellas : * 



OFFJCX OftDUfAIRI DS LA SAUITC VISII6K. 165 



ante facîem Mgoris 
ejus quis sustinebit? 

Ëmittet Terbum sn- 
um, et liquefaciet ea : * 
flabit spiritus ejus, et 
fluent aquse. 

Qui axmiintiat ver- 
bum suum Jacob , * 
jttstitias et judidasua 
Israël. 

Nonfecittaliter om- 
ni nationi, * et judicia 
sua non manifestavit 
eis. 



résister aux rigueurs d'un 
froid extrême? 

Il commande, et la 
glace se fond : le vent du 
midi souffle, et les eaux 
s'écoulent. 

Il annonce ses oracles 
à Jacob, sa loi et ses ju- 
gements à Israël. 

Il n'a pas agi de même 
avec toutes les nations, 
et il ne leur a pas mani- 
festé ses ordonnances. 



HTMNE. 



AVE, maris steUa, 
-tl Dei Mater aima, 
Atque semper virgo, 
Félix cœli porta. 

Sumens illud Ave 
Gabrielis ore, 
Funda nos in pace, 
Mutans Hevae nomen. 

Solve vinclareis, 
Profer lumen caeds, 
Mala nostra pelle, 
Bona cuncta posce. 



JE vous salue, étoile de 
la mer, auguste Mère 
de Dieu, et toujours 
vierge, porte fortunée du 
ciel. 

Vous qui avez agréé le 
salut de Y Ange Gabriel, 
daigne^ en changeant le 
nom d'Eve, nous établir 
dans la paix. 

Brisez les fers des cou- 
pables, rendez la lumière 
aux aveugles, chassez 
loin de nous tous les 
maux, demandez pour 
nous tous les biens. 



166 OFFICE ORDINAIRE DE LA SAINTE VIERGE. 



Montrez que vous êtes 
notre mère, et qu'il re- 
çoive par vous nos priè- 
res, celui qui, né pour 
nous, a bien voulu être 
votre fils. 

Vierge incomparable, 
douce entre toutes les 
Vierges, obtenez -nous, 
avec le pardon de nos 
fautes, la douceur et la 
chasteté. 

Obtenez -nous une vie 
pure, écartez de notre 
chemin tout danger, afin 
qu'admis à contempler 
Jésus, nous goûtions les 
joies étemelles. 

Louange à Dieu le Père, 
louange à Jésus -Christ 
Notre-Seigneur, louange 
au Saint-Esprit : qu'un 
même et souverain hom- 
mage soit rendu à la sainte 
Trinité. Ainsi soit-il. 

f. Rendez -moi digne 
de chanter vos louanges. 
Vierge sainte. % Donnez- 
moi la force de triompher 
de vos ennemis. 



Monstra te essema- 
trem; 
Sumat per te preces 
Qui, pro nobis natus, 
Tulit esse tuus. 

Virgo singularis, 
Inter onmes mltls, 
Nosculpis solutos, 
Mites fac et castos. 



Vitam prœsta pu- 
ram, 
Iter para tuturn; 
Ut videntes Jesum, 
Semper collœtemur. 

Sit laus Deo Patri , 
Summo Christo dé- 
çus, 
Spiritui sancto; 
Tribus honor unus. 

Amen. 

f. Dignare me lau- 
dare te, Virgo sacra- 
ta. ^. Da mihi vir- 
tutem contra hostes 
tuos. 



A Magnificat. 
Ant, Sainte Marie, se- 1 Ani, Sancta Maria, 



7 ï T 



ovPicÈ oftbufAiiiË 

suocurre mîseris Jttva 
pasillanimes, refove 
flebaes, ora pro popu- 
lo, interveni proclero, 
intercède pro devoto 
femineo sexu; sen- 
tiant omnes tuiun ju- 
vameu^ quicumque 
célébrant tuam san- 
ctam festivitatem. 



bfi La 8AÏJXTÈ VuiiCB. 167 

courez les malheureux, 
aidez les faibles, consolez 
les affligés, priez pour le 
peuple, intercédez pour 
le clergé et pour les fem- 
mes pieuses : c[ue tous 
ceux qui célèbrent votre 
sainte fête éprouvent les 
effets de votre protection. 



A LA MESSE. — introït. 



s 



ALVE, sancta Pa- 
rens, enixa puer- 
pera Regem", qui cœ- 
lum terramque régit 
in saecula saeculorum. 
Ps. Eructavit cor me- 
um verbum bonum : 
dico ego opéra mea 
Régi. f. Gloria Patri. 



J 



E vous' salue, 6 Mère 
sainte, qui avez en- 
fanté le Roi qui gouverne 
le ciel et la terre dans tous 
les siècles. Ps. Mon cœur 
a proféré avec joie une 
heureuse parole : c'est au 
Roi que s'adressent mes 



chants, j^. Gloire. 
Collecte, Daignez, Seigneur, donner en tout 
temps à vos serviteurs la santé de Tâme et du 
corps, et accordez-nous, par l'intercession de la 
bienheureuse Marie toujours vierge, d'être déli- 
vrés des maux de la vie présente et de jouir 
dans le ciel de l'éternelle félicité. Par N.-S. J.-C. 

ÉPITRE. 

J'ai été créée dès le commencement et avant les 
siècles ; je ne cesserai point d'être dans la suite 
des âges; j'ai exercé mon ministère devant le 
Seigneur dans la maison sainte. J'ai été ainsi 



168 OFFICE UIDINAIBE DB LA SAIHTE VlBBiGB* 

affermie dans Sion. J'ai trouYé mon repos dans 
la cité sainte, et ma puissance est établie dans 
Jérusalem. J'ai pris racine dans le temple que le 
Seigneur a honoré, dont l'héritage est le partage 
de mon Dieu, et j'ai établi ma demeure dans 
rassemblée de tous les saints. 



Graduel. Vous êtes bé- 
nie et digne de toute vé- 
nération, ô Vierge Marie, 
qui, sans que votre vir- 
ginité ait reçu aucune 
atteinte, êtes devenue la 
Mère du Sauveur, y. Vier- 
ge Mère de Dieu, celui que 
le monde entier ne peut 
contenir a bien voulu, en 
se faisant homme, se ren- 
fermer dans votre sein. 

Alléluia, alléluia, j^. 
Vous êtes demeurée sans 
tache après votre enfan- 
tement, ô Vierge sainte : 
Mère de Dieu, intercédez 
pour nous. Alléluia. 



Gracfue/.Benedicta 
et venerabilis es, Vir- 
go Maria, quse, sine 
tactu pudoris, inven- 
ta es Mater Salvato- 
ris. t. Virgo Dei Ge- 
nitrix, quem totus 
non capit orbis, in 
tua se clausit viscera, 
factus homo. 



Alléluia, alléluia. 
j^. Post partum , Vir- 
go, inviolata perman- 
sisti : Dei Genitrix, 
intercède pro nobis. 
Alléluia. 



ÉVANGILE. 

EN ce temps-là. Gomme Jésus parlait à la foule, 
une femme élevant la voix du milieu du 
peuple, lui dit : Heureuses les entrailles qui vous 
ont porté, et les mamelles qui vous ont allaité ! 
Jésus reprit : Heureux plutôt ceux qui écoutent 
' oarole de Dieu, et qui la pratiquent! 



OFFICE OADUVAIHE DE LA SAUCTE VIERGE. 169 



Offertoire, Ave, 
Maria*, gratia plena; 
Dominiis tecum : be- 
nedicta tn in mulie- 
ribos; et benedictos 
fractus ventris tui. 



Offertoire. Je vous 
saine, Marie, pleine de 
grâces; le Seigneur est 
avec vous : vous êtes bé- 
nie entre toutes les fem- 
mes, et le fruit de vos 



entrailles est béni. 
Secrète, Faites, Seigneur, par l'intercession de 
la bienheureuse Marie toujours vierge, que cette 
oblation nous obtienne la paix en cette vie et la 
gloire étemelle en Tautre. Par N.-S. J.-G. 

Préface de la $ainte Viergt, p. IM. 



Communion, Beata 
viscera Mari» Virgi- 
nis, quaB portaverunt 
aBtemi Patris Fîlium. 



Communion, Heureuses 
les entrailles de la Vierge 
Marie, qui ont porté le 
Fils du Père étemel. 
Postcommunion, Seigneur, qui nous avez fait 
recevoir dans ce sacrement le gage du salut éter- 
nel, ne cessez point de nous accorder votre pro- 
tection par Fintercession et par les prières de la 
bienheureuse Marie toujours vierge, en mémoire 
de laquelle nous avons offert ce sacrifice à votre 
souveraine Majesté. Par N.-S. J.-G. 

AUX II" VÊPRES. 
Comme aux ina Yêpre», p. 161, excqité : 

A Magnificat. 



Ant, Beatam me di- 
cent omnes generatio- 
nes, quia ancillam hu- 
milem respexit Deus. 



Ant, Toutes les généra- 
tions m'appelleront bieo- 
heureuse, parce que Dieu 
a regardé son humble 
servante. 



;^ 



T t 




PROPRE DU TEMPS 



LE I" DIMANCHE DE L'AYENT. 



J 



A LA MBSSE. 

'ai élevé mon âme vers 
vous; j'espère en vous, 
ô mon Dieu, je ne serai 
pas confondu; que mes 
ennemis ne m'insultent 
pas; car ceux qui atten- 
dent votre secours ne se- 
ront pas frustrés dans 
leur espoir. Ps, Faites- 
moi connaître vos voies, 
Seigneur, et enseignez- 
moi vos sentiers, f. 
Gloire au Père, et au 
Fils , et au Saint-Esprit : 
Maintenant et toujours, 
comme dès le commen- 
cement, et dans les siè- 
cles des siècles. Ainsi 
soit-il. J'ai étevé. 

On répète Vlntrolt jusqu'au Psaume, et airui pendant toute 
Vannée. — On ne dit pas Gloria in excelsis depuis le 1» D}. 
manche de VÂvent jusqu'à la Nativité de N.-S., exeepté aux 
Fêtes. 



~ INTBOÏT. 

AD te levavi animam 
meam : Deus me- 
us , in te confido, non 
erubescam; neque ir- 
rideant me inimici 
mei : etenim universi 
qui te exspectant, non 
confundentur. Ps, Vi- 
as tuas, Domine, de- 
monstra mihi, et se- 
mitas tuas edoce me. 
f. Gloria Patri, et Fi- 
lio, et Spiritui sancto : 
Sicut erat in principio, 
et nunc, et semper, et 
in saecula saeculorum. 
Amen. Ad te levavi. 



LE !«' DIMANCHE DE l'aVENT. 171 

Collecte, Déployez votre puissance, Seigneur, 
et venez, afin que nous méritions d'être délivrés 
par votre secours des dangers auxquels nous 
exposent nos péchés, et d*ètre sauvés par vous, 
notre libérateur. Qui, étant Dieu, vivez et régnez 
avec Dieu le Père, en l'unité du Saint-Esprit, 
dans tous les siècles des siècles. % Ainsi soit-il. 

ÉPITRE. 

MES frères. Nous savons que l'heure est venue 
de nous réveiller de notre assoupissement; 
car le salut est maintenant plus près de nous que 
lorsque nous avons commencé à croire. La nuit 
est déjà fort avancée, et le jour approche. Re- 
nonçons donc aux œuvres de ténèbres , et revé- 
tons-nous des armes de hunière. Marchons sui- 
vant toutes les règles de la bienséance, comme 
on a soin de le faire durant le jour : ne nous 
laissons point aller aux excès de la bonne chère 
et du vin, aux impuretés, aux dissolutions, aux 
querelles, aux jaiousies; mais revêtez- vous de 
Notre-Seigneur Jésus-Christ. 



Graduel. Universi 
qui te exspectant, non 
confundentur. Domi- 
ne, f. Vias tuas, Do- 
mine, notas fac mihi, 
et semitas tuas edoce 
me. 

Alléluia, alleluia.ji'. 
Ostende nobis , Domi- 
ne, misericordiam tu- 



Graduel. Ceux qui at- 
tendent votre secours ne 
seront pas frustrés dans 
leur espoir. Seigneur.)^. 
Faites-moi connaître vos 
voies, Seigneur, et ensei- 
gnez-moi vos sentiers. 

Alléluia, alléluia, j^. 
Montrez-nous, Seigneur, 
votre miséricorde , et 



172 LE l^^ DIMANCHE DE l'aYENT. 

donnez-nous votre salut. 1 am, et saLutare tuum 
Alléluia. | da nobis. Alléluia. 

ÉVANGILE. 

EN ce temps -là, Jésus dit à ses disciples : Il y 
aura des prodiges dans le soleil, dans la lune 
et dans les étoiles; sur la terre, les peuples se- 
ront dans la consternation par le trouble que 
causera le bruit de la mer et des flots ; les hommes 
sécheront de frayeur dans l'attente des maux 
dont le monde sera menacé : car les vertus des 
cieux seront ébranlées. Alors ils verront le Fils 
de rhomme qui viendra sur une nuée avec mie 
grande puissance et une grande majesté. Or, 
quand ces choses commenceront à arriver, levez 
la tète et regardez, parce que votre délivrance 
approche. Il leur proposa ensuite cette compa- 
raison : Considérez le figuier et les autres arbres : 
lorsque leurs premières feuilles paraissent, vous 
jugez que Tété n'est pas éloigné. Ainsi, lorsque 
vous verrez arriver ces choses, sachez que le 
règne de Dieu est proche. Je vous dis en vérité 
que cette génération ne finira point que tout cela 
ne soit accompli. Le ciel et la terre passeront, 
mais mes paroles ne passeront point. 

Credo, et de même tous les Dimanchei. 



Offertoire, J'ai élevé 
mon âme vers vous, Sei- 
gneur; j'espère en vous, 
ô mon Dieu, je ne serai 
pas confondu : que mes 
ennemis ne m'insultent 



Offertoire» Ad te le- 
vavi animam meam : 
Deus meus, in te con- 
fido, non erubescam : 
neque irrideant me 
inimici mei; etenim 



T J 



LE I*' D»AirCHB DB L'ATKIfT. 



178 



univei^si qm te exspe- 
ctant, non conftanden- 
tnr. 



pas; car cenx qui at< 

tendent votre secours ne 

seront pas frustrés dans 

leur espoir. 

Secrète, Faites, Seigneur, que, purifiés par la 

puissante vertu de ces mystères, nous célébrions 

plus dignement la fête qui en a été le principe. 

Nous vous le demandons par N.-S. J.-G. 



Communion, Domi- 
nus dabit benignita- 



tem, et terra nostra 
dabit fructum suum. 



Communion. Le Sei- 
neur répandra ses dons 
avec bonté , et notre terre 
produira son fruit. 
Postcommunion. Faites, s'il vous plaît, Sei- 
gneur, que nous ressentions les effets de votre 
miséricorde au milieu de votre temple , afin que 
nous nous préparions à célébrer dignement la fête 
solennelle de notre rédemption. Par N.-S. J.-G. 

Benedicamus Domino {ce qui s* observe toutes 
les fois qu'on n'a pas dit Gloria in excelsis). 

A VÈP&BS. 

Ptaumei du Dimanche, p. 19t, et de mime tou$ le* Di" 
manche» de V années à maim d'indication contraire. 



HYMNE 

Coin)iTOR aime side- 
rum, 
jEtema lux creden- 

tium, 
Ghriste Redemptor 

onmium, 
Exaudi preoes suppli- 
cum. 



ANCIENNE. 

CRÉATEUR des cieux, 
éternelle lumière des 
fidèles, Jésus-Christ sau- 
veur de tous les hom- 
mes, écoutez nos hum- 
bles prières. 



174 



LE I«r DIMANCHE DB l'aVBRT. 



Pour ne point voir 
périr le genre humain^ 
vous avez sauvé le monde 
languissant, et lui avez 
donné un remède effi- 
cace. 



Vers le déclin du mon- 
de, semblable à Tépoux 
qui quitte sa couche nup- 
tiale, vous êtes sorti du 
chaste sein de la Vierge 
votre mère. 

Dans le ciel et sur la 
terre, tous les genoux 
rendent hommage à vo- 
tre puissance et se sou- 
mettent à vos lois. 

Juge futur du monde, 
nous vous en supplions, 
daignez nous préserver 
ici-bas des traits de notre 
perfide ennemi. 

Louange, honneur, 
puissance, gloire à. Dieu 
le Père, et au Fils, et au 
Saint-Esprit consolateur, 
dans tous les siècles des 
siècles. 

Ainsi soit-il. 



Qui condolens in- 

teritu 
Mortis perire sascu- 

lum, 
Salvasti mundum 

languidum , 
Donans reis reme- 

dium. 
Vergente mundi ve- 

spere, 
Uti sponsus de thala- 

mo, 
Egressushonestissima 
Virginis matris clau- 

sula. 

Gujus forti potenti* 
Genu curvantur om- 

nia; 
Cœlestia, terrestria, 
Nutu f atentur subdita . 
Te deprecamur,agie, 
Venture judex saeculi. 
Conserva nos in tem- 

pore 
Hostis a telo perfidi. 
Laus, honor,Yirtus, 

gloria 
Deo Patri, etFilio, 
Sancto simul Paracli- 

to, 
ïn saBCulorum saecula. 

Amen. 



LK l«r DDUKCBB DS l'àTBHT. 



175 



HTVITE NOUVELLE. 



Cl E A T R aUne side- 
rum, 
^tema lux creden- 

tium, 
Jesu Redemptor om- 

nium, 
Intende yotîs suppli- 
cnm. 

Qui daemonis ne 
fraudibus 
Periret orbis, impe- 

tu 
Amoris actus, langui- 

di 
Mundi medela factus 
es. 
Commune qui mun- 
di nefias 
Ut expiares, ad Cni- 

cem 
E Virginis sacrario 
fntacta prodis victi- 
ma. 
Cujus potestas glo- 

TÏSBy 

Nomenque cum pri- 

mum sonat. 
Et Cœlites et inferi 
Tremente curvantur 

genu. 



C 



BÉATEUR des deux, 
étemelle lumière des 
fidèles, Jésus sauveur de 
tous les hommes, écoutez 
nos humbles prières. 



Pour ne point voir pé- 
rir le genre humain dans 
les pièges du démon, 
vous n'avez écouté que 
votre amour, et vous êtes 
devenu vous-même le 
remède qui devait nous 
guérir. 

Afin d'expier les pé- 
chés du monde, victime 
innocente, vous êtes sor- 
ti du chaste sein d'une 
Vierge pour vous dé- 
vouer au supplice de la 
Croix. 

Toute créature, dans 
le ciel et dans les enfers , 
fléchit en tremblant le 
genou devant la puis- 
sance de votre gloire et 
de votre saint nom. 



176 



LE 1^ DIKANGHE DE L AVSNT. 



vous qui Tiendrez 
juger le monde au der- 
nier jour, nous vous sup- 
plions de nous défendre, 
avec les armes de votre 
grâce, contre nos enne- 
mis. 

Louange , honneur , 
puissance, gloire à Dieu 
le Père, et au Fils, et au 
Saint-Esprit consolateur, 
dans tous les siècles des 
siècles. 

Ainsi soit-il. 

y. Cieux, versez votre 
rosée, et que les nuées 
fassent pleuvoir le Juste. 
% Que la ten'e s'ouvre, 
et enfante le Sauveur. 



Te deprecamur ul- 

timae 
Magnum diei jadi> 

cem, 
Armis supemse gra- 

tisB 
Défende nos ab hostie 

bus. 
Yirtus, honor, laas, 

gloria 
Deo Patri cum Filio, 
Sancto simul Paracli- 

to, 
In saeculorum saecula. 
Amen. 

f, Rorate, cœli, de- 
super, et nubes pluant 
Juslum. ^. Aperiatur 
terra , et germinet 
Salvatorem. 



A Magnificat. 



Ant. Ne craignez point, 
Marie, car vous avez 
trouvé grâce devant le 
Seigneur ; vous allez con- 
cevoir dans votre sein, 
et vous mettrez au monde 
un fils, alléluia. 



Ant. Ne timeas, 
Maria, invenisti enim 
gratiam apud Domi- 
num : ecce concipies, 
et paries filium, allé- 
luia. 



On dit pour Oraison la Collecte de la Messe, et ainsi tous 
les Dimanches et toutes les Fêtes de l'année. 



LE I«r DIMANCHE DE L AVEITT. 



177 



AU SALUT. 
(dans un grand nombbb D'éausra.) 



RORATE, cœli, de- 
super, et nubes 
pluant Justmn. 

Ne irascaris, Do- 
mine; ne ultra me- 
mineris iniquitatis. 
Ecce civitas Sancti fa- 
cta est déserta, Sion 
déserta facta est : Jé- 
rusalem desolata est; 
domus sanctiflcatio- 
nis tuœ et gloriae tua, 
uhi laudaverunt te 
patres nostri. 



CiEux, versez votre ro- 
sée , et que les nuées 
fassent pleuvoir le Juste. 

Que votre colère s'a- 
paise , Seigneur; ne vous 
souvenez plus de nos 
iniquités. Considérez la 
cité où est votre sanc- 
tuaire, devenue déserte; 
Sion n'est plus qu'une 
solitude ; Jérusalem a 
été désolée, Jérusalem, 
où ont éclaté votre sain- 
teté et votre gloire, où 
nos pères ont cbanté vos 
louanges. 

Cieux, versez, etc. 

Nous avons péché , 
nous sommes devenus 
semblables à un lépreux, 
nous sommes tous tomr 
bés comme la feuille ; et 
nos péchés, comme un 
vent impétueux, nous ont 
enlevés etdispersés sur la 
terre; vous nous avez ca- 
ché votre visage, et vous 
nous avez brisés sous le 
I poids de notre iniquité. 
Borate 9 coeli, etc. | Qeuif:^ versez, etc. 



Rorate, cœli, etc. 

Peccavimus, et facti 
sumus tamquam im- 
mundus nos , et ceci- 
dimus quasi folium 
universi, et iniquita- 
tes nostr» quasi ven- 
tus ahstulerunt nos : 
abscondisti faciem tu- 
am a nobis , et allisi- 
sti nos in manu ini- 
quitatis uostrse. 



-rr 



178 



LB !«' DIMANCHB DE l'AVKNT. 



Considérez, Seigneur, 
Taffliction de votre peu- 
ple, et envoyez à son se- 
cours celui que vous de- 
vez envoyer. Faites sortir 
de la pierre du désert cet 
Agneau qui doit régner 
sur le monde : qu'il pa- 
raisse sur la montagne de 
la fille de Sion , et qu'il 
nous délivre du joug de 
notre captivité. 

deux, versez, etc. 

Consolez- vous, conso- 
lez-vous, mon peuple : 
votre salut est proche. 
Pourquoi vous laissez- 
vous consumer par la 
tristesse ? et comment 
la douleur vous a-trelle 
ainsi défiguré? Je vous 
sauverai, ne craignez 
point; car je suis le Sei- 
gneur votre Dieu, le 
Saint d'Israël, votre Ré- 
dempteur. 

Gieux, versez, etc. 



Vide, Domine, af- 
flictionem populi tui, 
et mitte quem mis- 
surus es. Ëmitte A- 
gnum dominatorem 
terrae, de petra de- 
serti ad montem flliae 
Sion, ut auferat ipse 
jugum captivitatis no- 
strae. 



Rorate, cœli, etc. 

Gonsolamini, con- 
solamini, popule me- 
us : cito veniet salus 
tua. Quare mœrore 
consumeris? quare in- 
novavit te dolor? Sal- 
vabo te, noli timere : 
ego enim sum Domi- 
nus Deus tuus, San- 
ctus Israël, lledem- 
ptor tuus. 



Rorate, cœli, etc. 



.^ 



LE II« DIMANCHE DE l'aVEITT. 



179 



LE II- DIMANCHE DE L'AVENT. 
A LA MESSB. — introït. 



PopuLus Sion, ecce 
Dominus veniet ad 
salvandas gentes : et 
auditam faciet Domi- 
nus gloriam vocis suaB 
in laetitia cordis ve- 
stri. Ps, Qui régis Is- 
raël, in tende; quide- 
ducis, velut ovem, Jo- 
seph, f. Gloria Patri. 



PEUPLE de Sion, voici 
que le Seigneur vient 
pour sauver les nations ; 
il fera entendre sa voix 
puissante, et votre cœiir 
sera dans la joie. Ps, 
Ecoutez -nous, ô Dieu 
conducteur dlsraôl, vous 
qui conduisez comme un 
troupeau les enfants de 



Joseph, f. Gloire au Père. 
Collecte, Seigneur, excitez nos cœurs à pré- 
parer les voies de votre Fils unique, afin, que par 
son avènement nous méritions de vous servir 
avec \m cœur pur. Lui qui, étant Dieu, vit et 

règne. 

épItre. 

MES frères. Tout ce qui est écrit est écrit pour 
notre instruction, afin que nous concevions 
une ferme espérance, par la patience et les con- 
solations que rÉcriture nous donne. Que le Dieu 
de patience et de consolation vous fasse la grâce 
d'être toujours unis de sentiment et d'affection 
entre vous, selon Jésus -Christ : afin que, tous 
ensemble, d'un même cœur et d'une même 
bouche , vous rendiez gloire à Dieu le Père de 
Notre- Seigneur Jésus-Christ. C'est pourquoi trai- 



180 



LE II« DIMANCHE DE LA VENT. 



tez-vous les uns les autres avec bonté , comme 
Jésus -Christ vous a traités, pour la gloire de 
Dieu. Car je vous déclare que Jésus-Christ a été 
le dispensateur et le ministre de TEvangile à 
regard des Juifs circoncis, pour montrer la fidé- 
lité de Dieu dans Vaccomplissement des pro- 
messes faites à leurs pères : et quant aux gen- 
tils, qu'ils louent Dieu de sa miséricorde, selon 
qu'il est écrit : C'est pour cette raison. Seigneur, 
que je publierai vos louanges parmi les gentils , 
et que je chanterai des cantiques à la gloire de 
votre nom. Il est encore écrit: Réjouissez-vous, 
gentils, avec son peuple. Et ailleurs : Gentils, 
louez tous le Seigneur; 2)euples, gloriflez-letous. 
Isaïe dit aussi : Il sortira de la tige de Jessé un 
rejeton qui s'élèvera pour commander aux gen- 
tils, et les gentils espéreront en lui. Que le Dieu 
d'espérance vous coinble de paix et de joie dans 
votre foi, afin que votre espérance croisse de plus 
en plus par la vertu du Saint-Esprit. 



Graduel, C'est de Sion 
qu'il doit faire éclater sa 
gloire : Dieu viendra ma- 
nifester son pouvoir, f. 
Rassemblez devant lui 
ses saints, qui ont scellé 
leur alliance avec lui par 
des sacrifices. 

Alléluia, alléluia, j^. 
Je me suis réjoui de cette 
parole qui m'a été dite : 
Nous irons dajis I4 i^ai- 



Graduel, Ex Sion 
species decoris ejus : 
Deus manifeste ve- 
niet. f. Congregatp 
illi sanctos ejus, qui 
ordinaverunt testa- 
mentum ejus super 
sacrificia. 

Alléluia, alléluia. 
f, Lœtatus sum in 
his quae dicta sunt 
mihi : In domum po- 



V 



LE Il« DIMANCHE DE l'aVEAT. |81 

mini iJbimas. AUe- 1 son dii Seigneur, Allé- 
luia. I luia. 

ÉVANGILE. 

EN ce temps -là, Jean -Baptiste entendit parler 
dans sa prison des œuvres merveilleuses de 
Jésus -Christ, et lui envoya deux de ses dis- 
ciples pour lui dire : Êtes -vous celui qui doit 
venir, ou devons -nous en attendre un autre? 
Jésus leur dit : Allez rapporter à Jean ce que 
vous avez entendu et ce que vous avez vu : les 
aveugles voient, les boiteux marchent, les lé- 
preux sont guéris, les sourds entendent, les 
morts ressuscitent, TÉvangile est annoncé aux 
pauvres : et heureux celui qui ne se scandalisera 
point à mon sujet. Gomme ils s'en retournaient, 
Jésus se mit à parler de Jean, et dit au peuple : 
Qu*étes-vous allé voir dans le désert? un roseau 
agité par le vent? Mais encore, qu'êtes -vous 
allé voir? un homme vêtu mollement? Vous 
savez que ceux qui s'habillent de la sorte sont 
dans les palais des rois. Qu'ètes-vous donc allé 
voir? un prophète? Oui, je vous le déclare, et 
plus qu'un prophète, car c'est de lui qu'il est 
écrit : J'envoie devant vous mon Ange, qui vous 
préparera la voie. 



Offertoire, Deus, tu 
convertens vivificabis 
nos, et plebs tua lae- 
tahitur in te. Ostende 
nobis, Domine, mise- 
ricordiam tuam, et 



Offertoire. Dieu, 
vous vous tournerez vers 
nous, vous nous rendrez 
la vie , et votre peuple se 
réjouira en vous. Mon- 
trez-nous, Seigneur, vo- 



V' 



182 



UB 1I« DIMANCHE DE l'aVENT. 



tre miséricorde, et don- 1 salutare tuumdano- 
nez-nous votre salut. | bis. 

Secrète. Seigneur, laissez-vous fléchir par nos 
offrandes et par nos humbles prières, et conmie 
nous n'avons rien dans nos seuls mérites qui parle 
en notre faveur, faites -nous sentir continuelle- 
ment les secours de votre miséricorde. Par N.-S. 



Communion. Jéru- 
salem, surge, et sta 
in excelso ; et vide ju- 
cunditatem quaB ve- 
niet tibi a Deo tuo. 



Communion. Levez- 
vous , habitants de Jéru- 
salem, montez sur les 
hauteurs, et voyez le 
bonheur que vous envoie 
votre Dieu. 

Postcommunion. Rassasiés de cette nourriture 
spirituelle, nous vous supplions. Seigneur, par 
la participation à ces saints mystères, de nous 
apprendre à mépriser les choses de la terre et à 
n'aimer que celles du ciel. Par N.-S. J.-G. 

A VfiPEBS. 

Hymne Conditor aime, p. 173 , ou Creator aime, p. 175 ; 
f. Rorate, p. 178. 

A Magnificat. 

Ant. Tu es qui ven- 
turus es, an alium 



Ant. Êtes -vous celui 
qui doit venir, ou devons- 
nous en attendre un au- 
tre ? Rapportez à Jean ce 
que vous avez vu : les 
aveugles revoient la lu- 
mière, les morts ressus- 
citent, rÉvangile est an- 
noncé aux pauvres, allel. 

AU SALUT : Rorate, p. 177. 



exspectamus? Dicite 
Joanni quae vidistis : 
ad lumen redeunt cœ- 
ci, mortui resurgunt, 
pauperes evangeli- 
zantur, alléluia. 



LB III« DIMÀNCHB DE l'AYENT. 



188 



LE III* DIMANCHE DE L'AVENT. 

A LA MESSE. — intboTt. 



GAUDETE in Domino 
semper : iterum di- 
co, gaudete; modestia 
vestra nota sit omni- 
bus hominibus : Do- 
minus enimprope est. 
Nihil solliciti sitis : 
sed in omni oratione 
petitiones vestrae in- 
notescant apud De- 
imi. Ps, Benedixisti, 
Domine, terram tu- 
am ; avertisti captivi- 
tatem Jacob, f. Glo- 
ria Patri. 



RÉJOUISSEZ -vous sans 
cesse dans le Sei- 
gneur; je le dis encore 
une fois, réjouissez-vous. 
Que votre modestie soit 
connue de tous les hom- 
mes : car le Seigneur est 
proche. Ne vous inquiétez 
de rien; mais qu'en tou- 
te occasion, vos prières , 
accompagnées d'actions 
de grâces, s'élèvent vers 
Dieu. Ps, Seigneur, vous 
avez béni votre héritage : 
vous avez délivré Jacob 
de la captivité, j^. Gloire 
au Père. 

Collecte, Daignez, Seigneur, prêter une oreille 
favorable à nos prières, et dissiper, par la grâce 
de votre avènement, les ténèbres de nôtre esprit. 
Vous qui, étant Dieu, vivez. 

ApIthe. 

MES frères, Réjouissez-vous sans cesse dans le 
Seigneur ; je le dis encore une fois , réjouis- 
sez-vous. Que votre modestie soit connue de tons 
les hommes : le Seigneur est proche. Ne vous 
inquiétez de rien; mais qu'en toute occasion 



184 



LB m*' DIMANCHE DE L AVEMT. 



\os demandes, vos supplications et vos prières, 
accompagnées d'actions de grâces, s'élèvent vers 
Dieu. Et que la paix de Dieu, cette paix qui est 
au-dessus de toutes nos pensées, garde vos cœurs 
et vos esprits en Jésus -Christ. 



Graduel, Seigneur, qui 
êtes assis sur les Ghéru- 
hins, faites éclater votre 
{luissance, et venez, f. 
Écoutez - nous , ô Dieu 
conducteur d'Israël, vous 
qui conduisez conmie un 
troupeau les enfants de 
Joseph. 

Alléluia, alléluia, j^. 
Faites éclater voti-e puis- 
sance. Seigneur, et ve- 
nez pour nous sauver. 
Alléluia. 



Graduel. Qui sedes. 
Domine, super Che- 
rubim, excita polen- 
tiam tuam, et veni, 
f. Qui régis Israël, 
intende ; qui deducis, 
velut ovem, Joseph. 



Alléluia , ajleluia. 
j^. Excita, Domine, 
potcntiam tuam, et 
veni, ut salvos facias 
nos. Alléluia. 



EVANGILE. 

EN ce temps-là. Les Juifs envoyèrent de Jérusa- 
lem des prêtres et des lévites vers Jean pour 
lui demander : Qui ètes-vous? Il déclara la vé- 
rité, et ne la nia point; il déclara qu'il n'était 
point le Christ. Qui donc? demandèrent -ils. 
Êtes -vous Ëlie? Et il leur dit: Je ne le suis 
point. Étes-vous prophète? Et il leur répondit : 
Non. Qui ètes-vous donc? lui dirent-ils, afin que 
nous puissions rendre réponse à ceux qui nous 
ont envoyés? Que dites-vous de vous-même ? Je 
6ms, répondit-il, la voix de celui qui crie dans 



L£ Iil« DIMANCHE DE l'aVEUT. 



i85 



le désert : Préparez les voies du Seigneur, comme 
a dit le prophète Isaïe. Or ceux qu'on lui avait 
envoyés étaient des pharisiens; et ils lui firent 
encore cette question : Pourquoi donc baptisez- 
vous, si vous n'êtes ni le Christ, ni ÉUe, ni 
prophète? Jean leur répondit : Pour moi , je bap- 
tise dans Teau; mais il y en a un au milieu de 
vous que vous ne connaissez pas : c'est lui qui 
doit venir après moi ; il est au-dessus de moi, et 
je ne suis pas digne de dénouer la courroie de sa 
chaussure. Ceci se passa en Béthanie, au delà 
du Jourdain, où Jean baptisait. 



Offertoire, Bene- 
dixisti, Domine, ter- 
ram tuam; avertisti 
captivitatem Jacob ; 
remisisti iniqultatem 
plebis tuae. 



Offertoire, Seigneur , 
vous avez béni votre hé- 
ritage, vous avez délivré 
Jacob de la captivité; 
vous avez pardonné l'ini- 
quité de votre peuple. 
Secrète. Faites - nous la grâce, Seigneur, de 
vous immoler toujours cette hostie avec piété , 
afin qu'elle produise en nous l'eflet pour lequel 
vous avez institué ces divins mystères, et qu'elle 
.opère dans nos âmes le salut que vous nous pré- 
parez. Par N.-S. J.-C. 



Communion» Dici- 
•te: Pusillanimes, con- 
fortamini, et nolite 
timere : ecce Deus 
noster veniet, et sal- 
vabit nos. 



Communion. Dites: 
vous qui avez le cœur 
abattu, prenez courage, 
et ne craignez point; 
notre Dieu va venir, et 



nous sauvera. 
Postcommunion, Seigneur, nous implorons 
votre clémence, et nous vous demandons que ces 



186 GRANDES ANTIBN1Œ8. 

divins mystères, nous ayant purifiés de nos 
péchés , nous préparent à célébrer les fêtes qui 
approchent. Par N.-S. J.-G. 

A VÊPRES. 

Hymne Conditor aime , p. 173, ou Creator aime, p. 17S 
f. Rorate, p. 178. 

A Magnificat. 

{A moins qu'on ne doive dire une des Ant. O, ci-après.) 



Ant, Vous êtes heu- 
reuse, Marie, d'avoir 
cm au Seigneur; tout ce 
qui vous a été annoncé 
de sa part s'accomplira 
en vous, alléluia. 

AU SALUT: Rorate,/). 177. 



il»/. Beata es, Ma- 
ria , quae credidisti 
Domino; perficientur 
in te quae dicta sunt 
tibi a Domino, allé- 
luia. 



GRANDES ANTIENNES. 

Les Antiennes appelées O parce qu'elles commencent ainsi, 
contiennent les promesses que Dieu a faites aux saints Pa- 
triarches de leur envoyer le Messie. — On les commence le 
17 décembre , et on les dit en entier avant et après Magm- 
ficat. 

LB 17 dAoHMBTIK. 



Sagesse, sortie de la 
bouche du Très-Haut, 
qui atteignez d'une extré- 
mité à l'autre, et qui dis- 
posez toutes choses avec 
force et avec douceur : 
venez nous montrer la 
voie de la prudence. 







Sapientia, quae 
ex ore Àltissimi* 
prodiisti , attingens a 
fine usque ad finem 
fortiter, suaviterque 
disponens omnia : ve- 
ni ad docendum nos 
viam pradentiœ. 



GRÀITBBS AITTUWRBS. 



187 



Adorai, et dux 
domus Israël, qui 
Moysi in igné flammae 
robi appaniisti , et ei 
in Sina legem dedi- 
sti : veni ad redimen- 
dum nos in brachio 
extento. 



ORadix Jesse, qni 
stas in signum po- 
pulonim, super quem 
continebunt reges os 
suum, quem gentes 
deprecabuntur : yeni 
ad liberandum nos, 
jam noLi tardare. 



B 18. 

OAdoitaï , conducteur 
de la maison d'Israël , 
qui ayez apparu à Moïse 
dans la flamme du buis- 
son ardent, et qui lui 
avez donné la loi sur le 
mont Sinaï : venez nous 
racheter, en déployant la 
force de votre bras. 

B 1*9. 

Rejeton de Jessé, qui 
êtes exposé comme un 
étendard aux yeux des 
peuples, devant qui les 
rois garderont le silence, 
et que les nations im- 
ploreront : venez nous 
délivrer, ne tardez pas 
davantage. 



LB so. 



Cl AVIS David, et 
sceptrum domus 
Israël, qui aperis, et 
nemo claudit; clau- 
dis , et nemo aperit : 
veni, et educ vinctum 
de domo carceris se- 
dentem in tenebris et 
umbra mortis. 



OGlef de David , scep- 
tre de la maison d'Is- 
raël, qui ouvrez, et per- 
sonne ne peut fermer: 
qui fermez, et personne 
ne peut ouvrir : venez, 
et tirez de prison les cap- 
tifs assis dans les ténè- 
bres et dans l'ombre de 
la mort. 



188 



LE IVe DIHAlfCHE OE l'aVENT. 



LB 21. 



OOfiiENT, splendeur de 
la lumière étemelle et 
soleil de justice : venez 
éclairer ceux qui sont 
assis dans les ténèbres et 
dans l'ombre de la mort. 

LE 2 

ORoi des nations, et 
leur désiré, pierre an- 
fTulaire qui réunissez les 
deux peuples : venez , et 
sauvez Tbomme , que 
vous avez formé du li- 
mon de la terre. 

LS 2 

Emmanuel, notre roi 
et notre législateur, 
l'attente et le sauveur 
des nations : venez nous 
sauver, ô Seigneur notre 
Dieu. 



OOriens, splendor 
lucis aeternse et sol 
justitiœ : veni , et il- 
lumina sedentes in 
tenebris et umbra 
mortis. 

2. 

OR EX gentium, ei 
desideratus earum, 
lapisque angularis , 
qui facis utraque 
unum ; veni, et salva 
hominem, quem de 
limo formasti. 

3. 

Emmanuel, rex et 
legifer noster, ex- 
spectatio gentium et 
salvator earum : veni 
ad salvandum nos, 
Domine Deus noster. 



LE IV DIMANCHE DE L'AVENT. 
A LA MESSE.— ditboït. 

CiEux, versez votre p or a te, cœli, de- 
rosée, et que les nuées Il super, et nubes 
fassent pleuvoir le Juste ; pluant Justum : ape- 
quela terre s'ouvre, et riatur terra, et ger- 
enfante le Sauveur. Ps, minet Salvatorem. 



Ps, Gœli enarrant glo- 
riam Dei, et opéra 
manuitmejus annim- 
tiat flrmamentimi. y. 
Gloria Patri. 



LE iy« DIMANCHE DE l'aYENT. 189 

Les cienx racontent la 
gloire de Dieu, et le fir- 
mament publie les œu- 
vres de ses mains, jt. 
Gloire au Père. 
Collecte. Déployez votre puissance , Seigneur, 
et, par un effet de votre grande miséricorde , 
venez nous secourir, afin que votre bonté pleine 
d'indulgence se hâte de nous accorder le don 
céleste dont nos péchés retardent l'effet. Vous 
qui, étant Dieu, vivez et régnez. 

ÉPilBE. 

MES frères. Que les hommes nous regardent 
comme les ministres de Jésus - Christ et les 
dispensateurs des mystères de Dieu. Or ce qu'on 
désbe d'un dispensateur, c'est qu'il soit trouvé 
fidèle. Quant à moi, il m'importe fort peu que 
vous me jugiez , vous ou quelque homme que 
ce soit : je n'ose même pas me juger moi-même. 
Car, quoique ma conscience ne me reproche 
rien, je ne suis pas justifié pour cela. Mais le 
Seigneur est mon juge. Ne me jugez donc point 
avant le temps , jusqu'à l'avènement du Sei- 
gneur, qui produiri au grand jour ce qui est 
caché dans les ténèbres , et qui découvrira les 
plus secrètes pensées des cœuirs ; alors chacun 
recevra de Dieu la louange qu'il aura méritée. 



Graduel, Prope est 
Dominus omnibus in- 
vocantibuseum, om- 
nibus qui invocant 



Graduel. Le Seigneur 
est près de tous ceux qui 
l'invoquent, de tous ceux 
qui l'invoquent dans U 



190 



LE IV« DIMANCHE DE LAVENT. 



eum in veritate. j^. 
Laudem Domini lo- 
quetiir os meum : et 
benedicat omnis caro 
nomen sanctnin ejus. 
Alléluia, alléluia. 
f. Veni, Domine, et 
noli tardare; relaxa 
facinora plebi tuae 
Israël. Alléluia. 

LE. 



sincérité de leur coaur. 
f. Ma bouche annoncera 
les louanges du Seigneur: 
que toute créature bé- 
nisse son saint nom. 

Alléluia ; alléluia, f. 
Venez , Seigneur, ne tar- 
dez pas ; venez remettre 
les péchés dlsraël votre 
peuple. Alléluia. 

ÉVANGI 

1A quinzième année de Tempire de Tibère-César, 
-i Ponce-Pilate étant gouverneur de la Judée , 
Hérode, tétrarque de la Galilée, Philippe son 
frère, de Tlturée et de la Trachonite, et Lysa- 
nias, d'Abilène, sous les grands prêtres Anne et 
Caïphe, le Seigneur fit entendre sa parole à Jean, 
fils de Zacharie, dans le désert, et il parcourut 
tout le pays qui est aux environs du Jourdain, 
préchant un baptême de pénitence pour la ré- 
mission des péchés , ainsi qu'il est écrit au livre 
des prophéties dlsaïe : Une voix crie dans le 
désert: Préparez la voie du Seigneur, rendez 
droits ses sentiers : toute vallée sera comblée, 
toute montagne et toute colline seront abaissées, 
les chemins tortueux deviendront droits, les 
raboteux seront aplanis; et tout homme verra 
le Sauvem' envoyé de Dieu. 



Offertoire, Je vous sa- 
lue, Marie, pleine de 
grâces; le Seigneur est 



Offertoire. Ave , 
Maria, gratia plena ; 
Dominus tecum : be- 



LA 5AT1V1TÉ DE NOTU-SKIGinUB. 191 



nedicta tu in mulie- 
ribus , et benedictus 
fructus ventris tui. 



avec vous : vous êtes bé- 
nie entre toutes les fem- 
mes, et le fruit de vos 
entrailles est béni. 
Secrète, Recevez avec bonté. Seigneur, ces 
offrandes que nous vous présentons, afin qu'elles 
augmentent notre dévotion, et qu'elles assurent 
notre salut. Par N.-S. J.-G. 

Communion, Ecce Cowïwiwmon. Une Vier- 
Yirgo condpiet , et ge concevra et enfantera 
pariet filium; et vo- un fils, qui sera appelé 
cabitur nomen ejus Emmanuel. 
Emmanuel. 

Postcommunion, Nous vous demandons. Sei- 
gneur, par le sacrement que nous venons de rece- 
voir, que la fréquentation de ces saints mystères 
contribue à assurer notre salut. Par N.-S. J.-C. 

A YÊPRBS. 
Hymne Conaiior aime, |>. 173, ou Creator aime, />. 17S; 
t. Borate,^. 176. 

A Magnificat, Antienne , suivant le}OW,p. 186. 
AU SALUT : Rorate, p. 177. 

UB 26 DiCEHBBli. 

U NATIVITÉ DE NOTRE -SEIGNEUR. 

AUX I"- VÊPRBS. 
Le» quatres premiers Psaumes du Dimanche, p. ISi. 

PSAUME 116. 

LAUDATE Dominum, 1 "ivrATioics, louez toutes 
omnes gentes : * I i^ 1p Sei frii on r:. peuples, 



192 



LA NATIVITÉ DE N0TRS-SEI6NEU11. 



célébrez tous sa gloire; 

Parce cpi'il a signalé 
envers nous la grandeur 
de sa miséricorde, et que 
sa vérité demeure éter- 
nellement. 



laudate eum, omnes 
populi; 

Quoniam conflrma- 
ta est super nos mî- 
sericordia ejus, * et 
Veritas Domini manet 
in aBtemum. 



HYMNE ANCIENNE. 



Jésus, Rédempteur de 
tous les hommes, Fils 
unique du Père, engendré 
seul avant tous les siècles 
parun prodige admirable; 

Vous êtes la lumière 
et la splendeur du Père, 
vous êtes l'étemelle espé- 
rance de tous : daignez 
écouter les prières que 
vos serviteurs vous adres- 
sent de toutes parts. 

Souvenez-vous, ô l'au- 
teur de notre salut, que 
vous avez pris autrefois, 
dans le chaste sein d'une 
Vierge , un corps comme 
le nôtre. 

C'est le mystère attesté 
parce glorieux jour, que 
cha(|ue année ramène, 
et qui nous rappelle que 



CURISTE, Redemptor 
omnium. 
Ex Pâtre Patris unice, 
Solus ante principiuni 
Natus ineffabiliter; 
Tulumen,tusplen- 
dor Patris, 
Tu spes perennis om- 

niun.. 
Intende 4 aas fundunt 

preces 
Tui per orl>em famuli . 

Mémento, salutis 
auctor, 

Quod nostri quondam 

corporis, 
Ex illibata Virgine 
Nascendo , formam 

sumpseris. 
Sic praesens testa- 

tur dies, 
Gurrens per anni cir- 

PViluni^ 



LA NATIVITÉ DB NOTRE - SSIGIfSUR. 



193 



Qnod solus a sede Pa- 

tris 
Mimdi salus advene- 

ris. 
Hiiiic cœlum, terra, 

hune mare, 
Hune omne quod in 

eis est, 
Auctorem adventus 

tui 
Laudant , exsultant 

cantico. 
Nos quoque, qui 

sancto tuo 
Redempti sanguine 

sumus, 
Ob diem natalis tui 
Hymnum novum con- 

cinimus. 

î Gloria tibi. Do- 
mine, 
Qui natus es de Vir- 

gine, 
Cnm Pâtre et sancto 

Spiritu, 
In sempitemasaecula. 
Amen.- 



TOUS êtes descendu seul , 
pour sauver le monde, 
du trône de votre Père. 

Le ciel, la terre, les 
mers , et tout ce qui vit 
sous le ârmament, célè- 
brent par leurs cantiques 
ravénement de l'auteur 
de notre jsalut. 



Et nous, qui avons 
été rachetés par votre 
sang divin, nous osons 
aussi chanter un cantique 
nouveau pour honorer 
le jour de votre nais- 
sance. 

î Seigneur né d'une 
Vierge , soyez glorifié 
avec le Père et le Saint- 
Esprit, dans toute la 
suite des siècles. 

Ainsi soit -il. 



HYMNE NOUVELLE. 



JHsv, Kedemptor om- 
nium, 
Quem, lucis ante ori- 
ginem, 

K. 33 



Jésus , Rédempttèui' de 
tous les hommes, FUs 
unique du Père, engen- 
dré par lui avant tous les 



13 



194 



la' NATIVITÉ DE NOTRE -SEIGNEUR. 



temps, dans une gloire Parem patems glo 



égaie à la sienne ; 



Vous êtes la lumière , 
et la splendeur du Père, 
vous êtes l'étemelle espé- 
rance de tous : daignez 
écouter les prières que 
vos serviteurs vous adres-^ 
sent de toutes parts. 

Souvenez-vous, ô Créa- 
teur de toutes choses, 
que vous avez pris au- 
trefois, dans le chaste 
sein d'une Vierge, un 
corps comme le nôtre. 



C'est le mystère attesté 
par ce glorieux jour, que 
chaque année ramène, 
et qui nous rappelle que 
vous êtes descendu seul, 
pour sauver le monde, 
du sein de votre Père. 

Le ciel, la terre, les 
mers, et tout ce qui vit 
sous le firmament, cé- 
lèbrent par leurs can- 



riae 
Pater supremus edi- 

dit; 
Tu lumen et splen- 

dor Patris, 
Tu spes perennis om- 
nium : 
Intende quas fundunt 

preces 
Tui per orbem ser- 

vuli. 
Mémento, rerum 

conditor, 
Nostri quod olim cor- 

poris, 
Sacrata ab alvo Vir- 

ginis 
Nascendo , formam 

sumpseris. 
Testatur hoc prae- 

sens dies, 
Currens per anni cir- 

culum, 
Quod solus e sinu Pa- 
tris 
Mundi salus advene- 

ris. 

Huncastra, tellus, 

aequora, 
Hune omne quod ccp- 

lo subest. 



NOTRjS - SKiGNEUR. 195 

tiques ravénement de 
l'auteur de notre salut. 

Et uous, qui avons été 
lavés par reflfusion de 
votre sang divin, nous 
voulons chanter un can- 
tique pour honorer le 
jour de votre naissance. 

î Jésus né d'une 
Vierge , soyez glorifié 
avec le Père et le Saint- 
Esprit, dans toute la suite 
des siècles. 

Ainsi soit -il. 



LA NATIVITÉ DE 

Salutis auctorem no- 

VtE 

Novo salutat cantico. 
Et nos, beata quos 

sacri 
Rigavit unda sangui- 

nis, 
Natalis ob diem tui 
Hymni tributum sol- 

vlmus. 
î Jesu, tibi sit glo- 

ria, 
Qui natus es de Vir~ 

gine, 
Cum Pâtre et almo 

Spiritu, 
In sempiterna sae- 

cula. 
Amen. i 

On temùnepar cette DozoUme toutes les Hymne» du même 
rhythme, jusqu'à la Fête de V Epiphanie. 



t. Grastinadie dele- 
bitur Iniquitas terrœ. 
^. Et regnabit super 
nos Salvator mundi. 



j^. Demain Tiniquité de 
la terre sera effacée. <^. 
Et le Sauveur du monde 
régnera sur nous. 

A Magnificat. 



A n t, Cum ortus 
fuerit sol de cœlo, 
videbltis Regem- re- 
gum procedentem a 
Pâtre, tamquam spon- 



Ant, Lorsque le soleil 
sera levé dans le firma- 
ment, vous verrez le Roi 
des rois qui procède du 
Père, semblable à un 



196 LA NATIVITÉ DE NOTRE -SBI6NEUB. 

époux qui sort de sa 1 sum de thalamo suo. 
couche nuptiale. I 

Oraiion Faites, aous vous en supplions, p. Ml- 
A LA MESSB DB liONUIT. 

introIt. 

kOHiNus dixit ad me : 



Filius meus es tu, 
ego hodie genui te. 
Ps. Quare fremuenmt 
gentes, et populi me- 
ditati sunt inania? 
f. Gloria Patri. 



LE Seigneur m'a dit : 
Vous êtes mon Fils, 
je vous ai engendré au- 
jourd'hui. Ps, Pourquoi 
les nations ont-elles frémi 
de courroux? Pourquoi 
les peuples ont -ils for- 
mé de vains complots? 
^, Gloire au Père. 

Collecte, Dieu, qui avez rendu cette sainte 
nuit éclatante par la naissance de celui qui est 
la vraie lumière, faites, nous vous en supplions , 
qu'après avoir connu et honoré sur la terre ce 
mystère ineflahle de votre Verbe incamé, nous 
participions dans le ciel aux joies pures qu'il 
communique à ses élus. Lui qui, étant Dieu. 

ÉPITRE. 

MON très -cher frère, La grâce de Dieu notre 
Sauveur s'est manifestée à tous les hommes, 
et elle nous a enseigné à renoncer à l'impiété et 
aux désirs du monde, pour vivre dans le siècle 
présent avec tempérance, justice et piété, dans 
l'attente de la béatitude que nous espérons, et 
de l'avènement glorieux du grand Dieu Jésus- 
Christ notre Sauveur, qui s'est livré lui-même 



LA NATIVITÉ DE NOTRE- SEIGNEUR. 



197 



pour nous afin de nous racheter de toute ini- 
quité, de nous purifier et de faire de nous un 
peuple particulièrement consacré à son service 
et appliqué à la pratique des bonnes œuvres. 
Prêchez ces vérités , et exhortez à les croire par 
Jésus -Christ Notre -Seigneur. 



Graduel. Tecum 
principium in die vir- 
tutis tuae in splendo- 
ribus Sanctorum: ex 
utero ante luciferum 
genui te. Jf. Dixit Do- 
minus Domino meo : 
Sede a dextris meis, 
donec ponam inimicos 
tuos scabellum pe- 
dum tuorum. 

Alléluia, alléluia. 
j^. Dominus dixit ad 
me : Filius meus es 
tu; ego hodie genui 
te. Alléluia. 



GradfieL La souverai- 
neté sera avec vous au 
jour de votre force, dans 
la splendeur des Saints : 
je vous ai engendré de 
mon sein avant l'aurore. 
f. Le Seigneur a dit à 
mon Seigneur : Asseyez- 
vous à ma droite, jusqu'à 
ce que je réduise vos en- 
nemis à vous servir de 
marchepied. 

Alléluia, alléluia, j^. Le 
Seigneur m'a dit : Vous 
êtes mon Fils; je vous 
ai engendré aujourd'hui. 
Alléluia. 



ÉVANGILE. 

EN ce temps -là, On publia un édit de César 
Auguste qui ordonnait de faire le dénom- 
brement des habitants de toute la terre. Ce 
premier dénombrement se fit par Cyrinus, gou- 
verneur de Syrie. Et chacun allait se faire enre- 
gistrer dans la ville dont il était originaire. 
Joseph , étant de la maison et de la famille de 



198 LA NATIVITÉ DE IfOTBE-SBIGIfXUB. 

David ^ partit donc de Nazareth , ville dp Galilée^ 
et vint en Judée, à la ville de David appelée 
Bethléhenx, pour se faire enregistrer avec Marie 
.son épouse, qui était enceinte. Pendant qu'ils 
étaient en ce lieu, Tépoque de ses couches ar- 
riva, et elle mit au monde son fils premier-né, 
Tenveloppa de langes, et le coucha dans une 
crache, parce qu'il n'y avait pas de place pour 
eux dans l'hôtellerie. Or il y avait aux environs 
des bergers qui passaient la nuit dans les champs, 
et qui veillaient tom* à tour à la garde de leur 
troupeau. Tout à coup un Ange Su Seigneur leur 
apparut, et une clarté céleste les environna : 
ce qui leur causa une extrême frayeur. Alors 
l'Ange leur dit : Ne craignez point,' car je viens 
vous annoncer une nouvelle qui sera pour tout 
le peuple le sujet d'une grande joie : c'est qu'au- 
jourd'hui, dans la ville de David, il vous est 
né un Sauveur qui est le Christ, le Seigneur. Et 
vous le reconnaîtrez à cette marque : Vous trou- 
verez un enfant enveloppé de langes et couché 
dans une crèche. Au même instant une troupe 
nombreuse d'esprits célestes se joignit à l'Ange, 
et louait Dieu en disant : Gloire à Dieu dans le 
ciel , et paix sur la terre aux hommes de bonne 
volonté. — Credo. 



Offertoire. Que les 
cieux se réjouissent, et 
que la terre tressaille en 
la présence du Seigneur, 
parce qu'il vient. 

Secrète, Ayez pour agréable, Seigneur, l'obla- 



Offertoire, L»ten- 
tur cœli, et exsultet 
terra ante faciem Do- 
mini , quoniam venit. 



LA 5ATIVIT4 DE IfOTftB-^BIfilfBOB. 199 

tioû gue bous vous offi'ons daus cette soieiiuité, 
et faites quQ, par votre grâce, la vertu de ce 
saint mystère nous rende conformes à celui en 
qui notre substance vous est unie. Et qui , étant 
Dieu, vit et règne avec vous. 

Préface propre, j). 121. 

Communion. In Communion, Je vous 
splendoribus Sancto- ai engendré de mon sein 
mm ex utero ante lu- avant Taurore, dans la 
ciferum genui te. splendeur des Saints. 

Postcommunion, Seigneur notre Dieu, faites, 
nous vous en prions, que, célébrant avec joie 
la Nativité de Notre-Seigneur Jésus-Christ par la 
participation à vos divins mystères, nous méri- 
tions par une sainte vie d'être unis à lui. Qui 
étant Dieu , vit et règne avec vous. 

A LA MESSE DE L'AURORR. 

INTHOÏT. 



LUX fulgebit hodie 
super nos, quia 
natus est nobis Domi- 
nus; et vocabituj* Ad- 
mirabilis, Deus, Prin- 
ceps pacis, Pater fu- 
turi saeculi, cujus 
regni non erit finis. 
Ps. Dominus régna- 
nt, decorem indutus 
est; indutus est Do- 
minus lortitudinem. 



LA lumière brillera au- 
jourd'hui sur nous, 
parce que le Seigneur 
nous est né; il sera ap- 
pelé l'Admirable, Dieu, 
le Prince de la paix, le 
Père du siècle futur, dont 
le règne n'aura point de 
fin. Ps. Le Seigneur est 
entré dans son règne, il 
s'est revêtu de sa gloire 
et s'est armé de son pou* 



200 la' NATIVITÉ DE NOTRE - SEIGNEUB. 

voir, f. Gloire au Père. | et prœcinxit se. t. 

I Gloria Patri. 

Collecte, Dieu tout-puissant, qui répandez 
aujourd'hui sur nous la nouvelle lumière de 
votre Verbe incarné, faites que la foi de ce 
mystère, qui éclaire nos esprits, éclate aussi dans 
nos œuvres. Par le même N.-S. J.-G. 

ÉPITRE. 

MON très -cher frère. Lorsque Dieu notre Sau- 
veur a manifesté sa bonté et son amour pour 
les hommes, il nous a sauvés, non point à cause 
des œuvres de justice que nous avions faites, 
mais par sa miséricorde, en nous faisant re- 
naître par le baptême et en nous renouvelant par 
le Saint-Esprit, qui a été répandu sur vous avec 
abondance par Jésus-Christ notre Sauveur; afin 
que, justifiés par sa grâce, nous soyons un jour, 
selon notre espérance, héritiers de la vie éter- 
nelle en Jésus-Christ Notre-Seigneur. 



Graduel. Béni soit ce- 
lui qui vient au nom du 
Seigneur; le Seigneur est 
notre Dieu, il a fait bril- 
ler sa lumière sur nous. 
f. C'est Tœuvre du Sei- 
gneur, et elle est admi- 
rable à nos yeux. 

Alléluia, alléluia, jir. Le 
Seigneur est entré dans 
son règne, il s'est revêtu 
de sa gloire et s'est armé 



Gradue l.Beneôi- 
ctus qui venit in no- 
mine Domini; Deus 
Dominus, et illuxit 
nobis. f. A Domino 
factum est istud, et 
est mirabile in oculis 
nostris. 

Alléluia, alléluia. 
j^. Dominus regnavit, 
decorem induit : in- 
duit Dominus fortitu- 



LA NATIVITÉ DE NOTBE - SBIGIŒUK. tOI 

dinem, et praecinxit | de son ponvoir. Alléluia, 
se virtute. Alléluia. | 

AVANGILB. 

EN ce temps -là. Les bergers se dirent les uns 
aux autres : Allons jusqu'à Bethléhem, et 
voyons ce qui est arrivé, ce que le Seigneur 
vient de nous faire annoncer. Us se hâtèrent 
donc d'y aller; et ils trouvèrent Marie et Joseph 
avec Tenfant couché dans une crèche. Us recon- 
nurent à cette vue la vérité de ce qui leur avait 
été dit touchant cet enfant, et tous ceux qui en 
entendirent parler admirèrent ce que les bergers 
leur racontaient. Cependant Marie conservait le 
souvenir de toutes ces choses, et les méditait 
dans son cœur. Les bergers s'en retournèrent en 
glorifiant et en louant Dieu de tout ce qu'ils 
avaient vu et entendu, selon qu'il leur avait été 
annoncé. — Credo. 



Offertoire. Deusflr- 
mavit orbem terrse, 
qui non commov^bi- 
tnr : parata sedes tua, 
Dens , ex tune : a s«- 
culo tu es. 



Offertoire. Dieu a placé 
la terre sur des fonde- 
ments solides, qui ne se- 
ront point ébranlés : votre 
trône, 6 Dieu, précède 
tous les temps ; vous êtes 
de toute éternité. 
Secrète. Que nos offrandes. Seigneur, pro- 
duisent en nous les effets propres au mystère que 
nous vénérons en ce jour, et nous donnent tou- 
jours la paix, afin que, comme Jésus-Christ fait 
homme est Dieu en même temps, ces fruits de 
la terre, changés par la vertu de la consécration , 



202 



LA NATIVITÉ DE NOTRE -SEIGNBUH, 



uous communiquent la divinité. Par le même 
N.-S. J.-C. 

Préface propre, p. lîl. 



Co7wmw«îo« .Exsul- 
ta, fiHaSion; lauda, 
âlia Jérusalem : ecce 
Rex tuus venit, San- 
Gtus , et Salvator 
mundi. 



Communion, Tressail- 
lez de joie , fille de Sien ; 
fille de Jérusalem, louez 
le Seigneur : voici votre 
Roi, le Saint, le Sauveur 
du m^onde. 

Postcômmunion, Faites, Seigneur, que nous 
recevions toujours une nouvelle vie par le sacre- 
ment qui renouvelle la mémoire de la naissance 
miraculeuse par laquelle le vieil homme est 
détruit. Nous vous en prions par le même N.-S. 
J.-G. 

A LA MBSSB DU JOUR. 

INTROÏT. 



UN enfant nous est né, 
un fils nous a été 
donné; il porte sur son 
épaule le signe • de sa 
puissance , et il sera ap-. 
pelé l'Ange du grand 
conseil. Ps, Chantez au 
Seigneur un cantique 
nouveau, parce qu'il a 
fait des choses merveil- 



PUER nUtus est nobis, 
et filius datus est 
nobis: cnjus impe- 
riuih super humerum 
ejus, et vocahitur no- 
men ejus magni con- 
silii Angélus. Ps. Can- 
tat| Domino canticum 
novum, quia mirabi- 
lia fecit. ^. Gloria Pa- 
tri. 



leuses. f. Gloire au Père. 

Collecte, Faites, nous vous en supplions. Dieu 
tout-puissant, que la nouvelle naissance de votre 
Fils unique selon la chair affranchisse des cap- 



LA NATIVITÉ PE HOTBE - SIIGNIUB. 203 

tifs que le joug du péché Uent depuis longtemps 
dans une continuelle servitude. Par le même 
N.-S. J.-G. 

ÉPITRE. 

DiEu^ qui avait autrefois parlé à nos pères en 
diverses occasions et de diverses manières 
par les Prophètes, nous a parlé dans ces der- 
niers temps par son propre Fils, qu'il a fait 
héritier de toutes choses, et par lequel il a créé 
les siècles. Et conmie il est la splendeur de sa 
gloire etrimage de sa substance, comme il con- 
tient tout par sa parole toute-» puissante, après 
nous avoir purifiés de nos péchés, il est assis au 
plus haut des cieux, à la droite de la souveraine 
Majesté, d'autant plus élevé au-dessus des Anges, 
que le nom qu'il a reçu est plus excellent que le 
leur. Car à quel Ange Dieu a-t-il jamais dit : 
Vous êtes mon Fils , je vous ai engendré aujour- 
d'hui? Et ailleurs: Je serai son Père, et il sera 
mon Fils ? Et dans un a,utre endroit, lorsqu'il fait 
paraître dans le monde son Fils premier -né, il 
dit : Que tous les Anges de Dieu l'adorent I Aussi 
l'Écriture dit, en parlant des Anges : Dieu donne 
à ses Anges l'agilité de l'aquilon, les ministres 
de ses volontés sont ardents comme la flamme. 
Mais elle dit au Fils : Votre trône, 6 Dieu, est 
un trône étemel; le sceptre de votre royauté est 
un sceptre d'équité; vous avez aimé la justice, 
et haï l'iniquité; c'est pour cela, 6 Dieu, que 
votre Dieu a répandu sur vous l'onction de sa joie, 
et vous a élevé au-dessus de tous ceux qui doivent 
paiticiper à votre gloire. Et ailleurs : Au coinmeu- 



304 



LA NATIVITÉ DE NOTRE - SEIGNKUft. 



cernent^ Seigneur, vous avez créé la terre, et les 
deux sont l'ouvrage de vos mains. Us passeront, 
mais vous demeurerez. Ils vieilliront comme un 
vêtement, vous les changerez comme un man- 
teau, et ils seront changés : mais vous, vous 
serez toujours le même, et vos années ne fini- 
ront jamais. 

Graduel, Toutes les 
extrémités de la terre ont 
vu le salut que notre Dieu 
a envoyé : louez le Sei- 
gneur, habitants de toute 
la terre, j^. Le Seigneur a 
manifesté son salut, il a 
révélé sa justice aux yeux 
des nations. 

Alléluia, alléluia, j^. Ce 
jour est vraiment saint : 
venez, peuples, et ado- 
rez le Seigneur; car une 
grande lumière est des- 
cendue aujourd'hui sur 
la terre. Alléluia. 



. luia. 

Évangile de saint Jean, p. 116. 



Graduel. Viderunt 
omnes fines terrae sa- 
lutare Dei nostri ; ju- 
bilate Deo, omnis ter- 
ra. ^. Notum fecit Do- 
minus salutare su- 
um : ante conspectum 
gentium revelavit ju- 
stitiam suam. 

Alléluia, alléluia. 
f. Dies sancdflcatus 
llluxit nobis : venite, 
gentes, et adorate Do- 
minum; quia hodie 
descendit lux magna 
super terram. Alle- 



Offertotre, Le ciel et la 
terre sont à vous : vous 
avez formé l'univers et 
tout ce qu'il contient; la 
justice et l'équité sont les 
bases de votre trône. 



Offertoire, Tui sunt 
cœli, et tua est terra : 
orbem terrarum et 
plenitudinem ejus tu 
fundasti ; justitia et 
judicium praBparatio 
sedis tuae. 



LA IfATlVlTà DE NOTRE - SBIGKEUB. 



205 



Secrète. Sanctifiez, Seigneur, par La nouvelle 
naissance de votre Fils unique, les dons qui vous 
sont offerts, et purifiez -nous des souillures de 
nos péchés. Nous vous en prions par le même 
N.-S. J.-G. 

Préface propre, p. Hl. 



Communion. Vide- 
runt omnes fines ter- 
rae salutare Dei nor 
stri. 



Communion. Toutes les 
extrémités de la terre ont 
vu le salut que notre 
Dieu a envoyé. 

Postcommunion. Faites, s'il vous plait, Dieu 
tout -puissant, que le Sauveur du monde, qui, 
en naissant aujourd'hui selon la chair, nous 
donne une naissance divine, nous accorde aussi 
rimmortalité. Lui qui, étant Dieu, vit et règne. 

A la fin de la Messe, au lieu de V Évangile ordinaire de taint 
Jean, ou dit celui de V Epiphanie , p. 185. 

AUX ne* VÊPRES. 



Psaumes Dixit DomiauB, p 
Tir, p. 1S5; De profundis, jj. 

Ant. 1 . Tecum prin- 
cipium in die virtutis 
tu^e, in splendorlbus 
Sanctorum : ex utero 
ante luciferum genui 
te. 

2. Redemptionem 
misit Dominus po- 
pulo suo; mandavit 
in âetemum testamen- 
tum suum. 



. ISS; Confitebor, p. 184; Beatus 
ts. 

Ant. 1. La souveraineté 
sera avec vous au jour de 
votre force, dans la splen- 
deur des Saints ; je vous 
ai engendré de mon sein 
avant Taurore. 

2. Dieu a envoyé un 
rédempteur à son peu- 
ple ; il a fait avec lui une 
alliance étemelle. 



206 



LA NATIVITÉ DE NOTRE - SEIGNEUR. 



3. Une lumière s'est 
levée dans les ténèbres 
pour ceux qui ont le cœur 
droit; le Seigneur est clé- 
ment, miséricordieux et 
juste. 

4. Le Seigneur est 
plein de miséricorde, et 
on trouve en lui une 
abondante rédemption. 

5. Je placerai sur votre 
trône un fils qui naîtra 
de vous. 



3. Exortum est in 
tenebris lumen rectis 
corde; misericors, et 
miserator, et justus 
Dominus. 

4. Apud Dominum 
misericordia, et co- 
piosa apud eum red- 
emptio. 

5. De fmctu veu- 
tris tui pouam super 
sedem tuam. 



PSAUME 131. 



SouvENEz-vous, Sei- 
gnem*, de David, et 
de toute sa douceur. 

Souvenez-vous du ser- 
ment qu'il fit, et du vœu 
qu'il offrit au Dieu de Ja- 
cob: 

Je n'entrerai point , 
dit-il j dans mon palais; 
je ne monterai point sur 
le lit de mon repos; 

Je n'accorderai point 
le sommeil à mes yeux, 
ni l'assoupissement à mes 
paupières , 

Ni le repos à ma tète, 
jusqu'à ce que je trouve 



MEMENTO, Domine, 
David, * et omnis 
mansuetudinis ejus : 
Sicut juravit Do- 
mino, * votum vovit 
Deo Jacob : 

Si introiero in ta- 
bemaculum domus 
meœ, * si ascendero 
in lectum strati mei; 

Si dedero somnum 
oculis meis , * et pal- 
pebris meis dormita- 
tionem. 

Et requiem tempo- 
ribus meis, donec in- 



LA NATIVITÉ DE NOTRE -SEIGNEUR. 



207 



veniam locum Domi- 
no, * tabernaculmn 
Deo Jacob. 

Ecce aadiyimus eaim 
in Ephrata : * iûveni- 
mus eam in campis 
silvaB. 

Introibimus in ta- 
bemâculum' ejus : * 
adorabimus in loco 
ttbi stetemnt pedes 
ejus. 

Surge, Domine, în 
reqniem tuam; * tu 
et arca sanctificatio- 
nis tuœ. 

Sacérdotes tui in- 
duantur justitiam, * 
et sancti tui exsul- 
tent. 

Propter David ser- 
vum tuum, * non 
avertas faciem Christi 
tui. 

Juravît Dominus 
David veritatem, et 
non frustrabituream:* 
De fnictu ventris tui 
ponam super sedem 
tuam. 

Si custodierint fllli 



une demeure au Sei- 
gneur, un tabernacle au 
Dieu de Jacob. 

Nous avons entendu 
dire que son arche a été 
dans Ephrata : nous l'a- 
vons trouvée dans un lieu 
couvert de bois. 

Nous entrerons aujour- 
d'hui dans le tabernacle 
du Seigneur, nous l'ado- 
rerons dans la demeure 
où reposent ses pieds. 

Levez-vous, Seigneur, 
entrez dans votre repos , 
vous et l'arche de votre 
sainteté. 

Que vos prêtres soient 
revêtus de justice, et que 
vos saints tressaillent 
d'allégresse. 

En faveur de David 
votre serviteur, ne reje- 
tez pas la prière de votre 
Christ. 

Le Seigneur a fait à 
David un serment qui 
ne sera point trompeur : 
Je placerai sur votre 
trône un fils qui naîtra 
de vous. 

Si vos enfants gardent 



208 



LA NATIVITE DE NOTRE - SBIGHBUB. 



mon alliance, et les pré- 
ceptes que je leur ensei- 
gnerai, 

Leur postérité sera à 
jamais assise sur votre 
trône; 

Car le Seigneur a choisi 
Sion, il Ta choisie pour 
sa résidence. 

C'est ici le lieu de mon 
repos pour tous les siècles, 
a-t-il dit; et j'y habiterai, 
pai'ce que je Tai choisi. 

Je comblerai ses veuves 
de bénédictions : je ras- 
sasierai ses pauvres de 
pain. 

Je revêtirai ses prêtres 
de la grâce du salut, et 
ses saints tressailliront 
d'allégresse. 

Là je ferai éclater la 
force de David, là j'ai 
préparé un flambeau pour 
mon Christ. 

Je couvrirai ses enne- 
mis de confusion; et je 
placerai sur son front une 
couronne de sainteté. ^ 



tui testamentum me- 
um, * et testimonia 
mea haec quse docebo 
eos. 

Et filii eorum usque 
in ssculum, * sede- 
bunt super sedem tu- 
am. 

Quoniam elegit Do- 
minus Sion : * elegit 
eam in habitationem 
sibi. 

Haec requies mea in 
saeculimi saeculi : * hic 
habitabo , quoniam 
elegi eam. 

Viduam ejus bene- 
dicens benedicam : * 
pauperes ejus satura- 
bo panibus. 

Sacerdotes ejus in- 
duam salutari, * et 
sancti ejus exsultatio- 
ne exsultabunt. 

Uluc producam cor- 
nu David, * paravi lu- 
cemam Christo meo. 

Inimicos ejus indu- 
am confusione; * super 
ipsum autem efflore- 
bit sanctificatio mea. 



LA NATIVITÉ DK NOTKE-SKIGîïErR. 409 

Bynme Christe Redemptor, p. 191, ou Jesn Redemptur, p. tM. 

ir. Notum fecît Do- 
minus , alléluia. % 
Salutare suum, allé- 
luia. 



j^. Le Seigneur a ma-, 
nifesté, alléluia. A. Le 
salut qu'il avait promis, 
alléluia. 

A Magnificat. 



Ant. Hodie Ghri- 
stus oatns est : hodie 
Salvator apparuit : 
hodie in terra canunt 
Angeli, lœtantur Ar- 
changeli : h odie ezsul- 
tant justi, dicentes : 
Gloria in excelsis Deo, 
alléluia. 



Ant. Aujourd'hui le 
Christ est né : aujourd'hui 
le Sauveur a paru : au- 
jourd'hui on entend sur la 
terre la voix des Anges : 
les Archanges se réjouis- 
sent ; aujourd'hui les 
justes transportés de joie 
s'écrient : Gloire à Dieu 



dans le ciel^ alléluia. 

Oraiaon Failes, noos vous en supplions,/». XOS. 



ADESTEj fidèles^ lœti^ 
triumphantes : 
Venite , venite in 

Bethlehem. 
* Natuin videte Re- 
gem Angelorum. 
Venite , adoremus ; 
venite, adoremus; 
venite, adoremus 
Dominum. 
* Natiun, etc. 

N. 83 



AU SALUT. 

(dans QUBLQITBS jfolJSRS.) 

AccouBEz, peuple fidèle, 
livrez -vous aux plus 
vifs transports de joie : 
venez à Bethlehem. 
* Voyez le Roi des An- 
ges, qui vient de naître. 
Venez, venez, venez : 
adorons le Seigneur. 



Voyez, et»:. 



u 



«10 



LA «ATIVITÉ DE NOTRE-SEIGNEUK. 



Dociles à la voix cé- 
leste, les bergei's quit- 
tent leurs troupeaux et 
s'empressent de visiter 
son humble berceau; * Et 
nous aussi, hâtons-nous 
d'y porter nos pas. Venez, 
etc. 

* Et nous aussi, etc. 

Guidés par l'étoile , 
les Mages adorent Jésus, 
et lui offrent l'or, l'en- 
cens et la myrrhe ; * Of- 
frons nos cœurs à Jésus 
enfant. Venez, etc. 



* Offrons, etc. 

Nous y verrous celui 
qui est la splendeur éter- 
nelle du Père, caché 
sous le voile d'une chair 
mortelle; * Nous y ver- 
rons un Dieu enveloppé 
de langes. Venez, etc. 



* Nous y verrons, etc. 
Embrassons pieuse- 



En, grege relicto, 
humiles ad cunas 
Vocati pas tores appro- 
perant; 

* Et nos ovanti gradu 

festinemus. 
Venite , adoremus , 
etc. 

* Et nos ovanti, etc. 
Stella duce, Magi 

Christimi adoran- 
tes, 
Aurum,thusetmyr- 
rham dant mune- 
ra: 

* Jesu infanti corda 

praebeamus. 
Venite , adoremus , 
etc. 

* Jesu infanti, etc. 
Mtevm Parentis 

spleudorem aeter- 
num, 
Velatum sub carne' 
videbimus : 

* Deum inf antem pan- 

nis involutum. 
Venite , adoremus , 
etc. 

* Deum infantem, 
etc. 

Pro nobis egenum 



SAINT KTUSNNE, 

et feno cubantem 
his foveamus am- 

plexihus. 
* Sic DOS amautem 

quis non redama- 

ret? 
Venite, adoremus, 
etc. 
* Sic nos amantem, 

etc. 



PREMl£a MABTYR. 211 

ment ce Dieu devenu 
pauvre pour nous et cou- 
ché sur la paille. * Quand 
il nous aime ainsi, com- 
ment ne pas Taimer à 
notre tour? Venez, etc. 



* Quand il nous aime 
ainsi, etc. 



LB 26 DéCEUBRB. 

SAINT ETIENNE, PREMIER MARTYR. 

A LA MESSE. — INTROÏT. 



SEDERUNT principes, 
et adversum me 
loquebantur; et ini- 
qui persecuti sun^ 
me : adjuva me. Do- 
mine Deus meus, quia 
^ervus tuus exerceba- 
tur in tuis justifica- 
tionibus. P^.Beati im- 
maculati in via, qui 
ambulant in lege Do- 
mini, f, Gloria Patri. 



LES puissants ont tenu 
conseil et ont parlé 
contre moi : les méchants 
m'ont persécuté; venez 
à mon aide, Seigneur 
mon Dieu, car votre 
serviteur s'occupait de 
vos justices. Ps, Heu- 
reux les hommes irré- 
prochables dans leurs 
voies, qui suivent la loi 
du Seigneur, f. Gloire 



au Père. 

Collecte, Seigneur, faites-nous la grâce d'imi 
ter l'exemple qui nous est proposé en ce jour, 



îii SAINT ETIENNE^ PREMIER MARTYR. 

afin que nous apprenions à aimer nos ennemis , 
en célébrant la mort bienheureuse d'un Martyr 
qui a prié pour ses persécuteurs N.-S. J.-C. 
votre Fils. Qui, étant Dieu, vit et règne. 

ÉPITRE. 

EN ces jours -là, Etienne, plein de grâce et de 
force , faisait de grands miracles et de grands 
prodiges parmi le peuple. Or quelques membres 
de la synagogue des Affranchis, des Gyrénéens, 
des Alexandrins, des Giliciens et des Asiatiques, 
se levèrent pour discuter avec lui ; mais ils ne 
pouvaient résister à sa sagesse, et à l'Esprit qui 
parlait par sa bouche. Us se laissèrent alors aller 
à la rage qui déchirait leur cœur, et ils grincè- 
rent les dents contre lui. Mais Etienne, rempli 
de TEsprit-Saint, leva les yeux au ciel, et voyant 
la gloire de Dieu, et Jésus debout à la droite de 
Dieu, il s'écria : Je vois les cieux ouverts, et le 
Fils de l'homme debout à la droite de Dieu. 
Alors les Juifs poussèrent "de grands cris et se 
Douchèrent les oreilles; puis, se jetant tous en- 
semble sur lui , ils le traînèrent hors de la ville 
et le lapidèrent, après que les témoins eurent 
déposé leurs habits aux pieds d'un jeune homme 
nommé Saul. Tandis qu'on lapidait Etienne, il 
priait et disait : Seigneur Jésus, recevez mon 
esprit. S'étant mis ensuite à genoux, il poussa 
im grand en, et dit: Seigneur, ne leur imputez 
pas ce péché. Et, après avoir prononcé ces pa- 
roles, il s'endormit dans le Seigneur. 

G/7irfï<e/. Les puissants I Graduel. Sederunt 



SAiiTT iTiE?rrrE; premier martyr. 213 

principes, et adver- , ont tenu conseil et ont 
siun me loqnebantur ; I parlé contie moi : les 
et iniqui persecuti | méchants m'ont persé- 
sunt me. j^. Adjuva cuté. j^. Venez à mon 
me. Domine Deus aide, Seigneur mon Dieu: 
meus, salvum me fac | sauvez -moi dans votre 
propter misericor- , miséricorde, 
diam tuam. | 

Alléluia, alléluia. Alléluia, alléluia. ^. 
ji". Video cœlos aper- Je vois les deux ouverts, 

et Jésus debout à la 
droite de Dieu. Alléluia. 



tos, et Jesum stantem 
a dextris \ii*tutis Dei. 
Alléluia. 



Ë 



ÉVANGILE. 

N ce temps -là, Jésus disait aux docteurs de 
la loi et aux pharisiens : Je vous enverrai 
des Prophètes, des sages et des docteurs; vous 
ferez mourir et vous cniciflerez les uns , vous 
flagellerez les autres dans vos synagogues, et 
vous les poursuivrez de \ille en ville, afin que 
tout le sang innocent répandu sur la terre, 
depuis le sang du juste Abel jusqu'au sang de 
Zacharie, fils de Barachie, que vous avez tué 
entre le temple et l'autel, retombe sur vous. 
Je vous le dis en vérité, tous ces malheurs 
sont réservés à cette génération. Jérusalem, 
Jérusalem, qui tues les Prophètes, qui lapides 
ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai -je 
voulu rassembler tes enfants comme la poule 
rassemble ses petits sous ses ailes , et tu ne Tas 
pas voulu ! Le temps ajvprîJbhe où votre demeure 



214 SAIIVT ETIENNE; PREMIER MARTTR. 

sera déserte et abandonnée. Car, je vous le dé- 
clare, vous ne me verrez plus désormais jus- 
qu'à ce que vous disiez : Béni soit celui qui 
vient au nom du Seigneur. — Credo. 



Offertoire, Les Apôtres 
élurent pour Diacre le 
Lévite Etienne, plein de 
foi et du Saint-Esprit : 
et les Juifs le lapidèrent 
tandis qu'il priait et di- 
sait : Seigneur Jésus, 
recevez mon esprit, alle- 



Offertoire. Elege- 
runt Apostoli Stepha- 
num Levitam,plenum 
fide et Spiritu sancto, 
quem lapidaverunt 
Judœi orantem et di- 
centem : Domine Je- 
su, accipe spiritum 
meum, alléluia. 



luia. 

Secrète, Daignez recevoir, Seigneur, les dons 
que nous vous présentons en mémoire de vos 
Saints, afin que, comme leurs souffrances leuj 
ont mérité la gloire céleste, notre piété nous 
préserve du malheur de vous offenser. Par 
N.-S. J.-C. 

Préface de la Nativité, p. lîl. 



Communion, Je vois 
les cieux ouverts, et Jé- 
sus debout à la droite de 
Dieu : Seigneur Jésus, 
recevez mon esprit, et 
ne leiu* imputez pas ce 
péché. 



Communion, Video 
cœlos apertos, et Je- 
sum stantem a dex- 
tris virtutis Dei : Do- 
mine Jesu , accipe 
spiritimi meum, et 
ne statuas illis hoc 



peccatum. 

Postcommunion, Puisse le sacrement que nous 
venons de recevoir, Seigneur, nous donner les 
secours dont nous avens besoin, et nous assurer 

nr toujours '^otre divine protection par l'in- 



SAIirr ÉTIETflfE^ PREMIER MARTYR. 215 

tercession de saint Étieane, votre Martyr. Nous 
vous le demandons par N.-S. J.-C. 

A VÊPRES. 
Pêoumet et Antiennes de la Nativité, p. tOS. 

HYMNE. 

DEus, tuorum mili- 
tum 
Sors et corona, prae- 

Tninm , 
Laudes canentes Mar- 

tyiis 
Absolve nexu crimi- 



nis. 
Hic nempe mundi 

gaudia, 
Et blanda fraudum 

pabula 
Imbutaf elle deputans, 
Pervenit ad cœlestia. 
Pœnas cucurrlt for- 

tîter, 
Et sustulit viriliter; 
Fundensque pro te 

sanguinem , 
iEtema donapossidet. 
Ob hoc precatu sup- 

plici 
Te poscunus, piissi- 

me, 
In hoc triumpho Mar- 

tyris 



ODffiu, qui êtes Théri- 
tage, la couronne et 
la récompense de vos sol- 
dats, délivrez des liens 
de leur péché ceux qui 
chantent les louanges de 
votre sa^'nt Martvr. 



Il est arrivé au céleste 
séjour, parce qu'il a re- 
gardé comme empoison- 
nées les joies et les ca- 
resses du monde. 

Il a couru avec intré- 
pidité aux supplices; il 
les a supportés sans fai- 
blir; et, en répandant 
son sang pour vous, il a 
acquis le^ biens éternels. 

C'est pour cela. Dieu 
de bonté, que nous vous 
demandons humblement, 
en ce jour de son triom- 
phe et en mémoire de ses 
souifrances , d'accorder à 



216 SAIVT JEA5, APÔTBE ET ÉVANGlâLLISTE. 



VOS serviteurs le pardon 
de leurs péchés. 



Dimitte uoxam 
vulis. 



ser- 



f Jesu , tibi sit gloria,^. 19K. 



j^. Etienne vit les deux 
ouverts. ^. Il les vit, et 
Y entra : heureux celui 



pour qui les cieux sont tus homo cui cœli 



ouverts ! 



f, Stephanus vidit 
cœlos apertos. <^. Vi- 
dit, et introivit : bea- 



patebant. 
Magnificat. 



Ant. Des hommes crai- 
gnant Dieu ensevelirent 
Etienne, et firent ses fu- 
nérailles avec un grand 
deuil. 



Ant. Sepelîerunt 
Stephanum viri timo- 
rati, et fecerunt plan- 
ctum magnum super 
eum. 



LB 27 DECEMBRE. 

SAINT JEAN. APOTRE ET ËVANGÉLISTE. 
A LA MESSB introTt. 



LE Seigneur lui a ouvert 
la bouche au milieu 
de rassemblée des fi- 
dèles, et il Ta rempli de 
l'esprit de sagesse et dln- 
telUgence; il lui a donné 
un vêtement de gloire. 
Ps. Il est bon de rendre 
gloire au Seigneur, et de 
chanter votre nom, ô 
Dieu très-haut, t, Gloire, 



IN medio Ecclesiae 
aperuit os ejus, et 
implevit eum Domi- 
nus spiritu sapientiae 
et inteilectus, stolam 
gloriae induit eum. 
Ps, Bonum est con- 
fiteri Domino, et 
psallere nomini tuo, 
Altissime. f, Gloria 
Patri. 



SAINT JEAN^ APÔTRE ET ÉVAIfGÉLISTE. 217 

Collecte. Daignez, Dieu de bonté, répandre 
sur votre Église les rayons de votre céleste lu- 
mière, afin qu'éclairée par les divines instruc- 
tions du bienheureux Jean, votre Apôtre et votre 
Evangéllste , elle arrive au bonheur étemel. Par 
N.-S. J.-G. 

ÉPITRE. 

CELUI qui craint Dieu fera le bien, et celui qui 
est affermi dans la justice possédera la sa- 
gesse, qui viendra au-devant de lui comme une 
mère honorée. Elle le nourrira du pain de vie 
et d'intelligence; elle \m fera boire de Teau de 
la sagesse, qui donne le salut; cette sagesse 
s'affermira en lui, et le rendra inébranlable. 
Elle le soutiendra de sa main, et il ne sera point 
confondu; elle relèvera parmi ses proches; eUe 
lui ouvrira la bouche au milieu de l'assemblée 
des fidèles, et elle le remplira de l'esprit de sa- 
gesse et d'intelligence ; elle lui donnera un vête- 
ment de gloire; elle l'enrichira d'un trésor de 
joie et d'allégresse; elle lui donnera pour héri- 
tage un nom étemel. 



&rac(ueL Exiit ser- 
mo iûter fratres , 
quod discipulus ille 
non moritur. Et non 
dixit Jésus : Non mo- 
ritur. ^, Sed : Sic 
eum volo manere do- 
uée veniam : tu me 
sequere. 



GradueL Le bruit se 
répandit parmi les frères 
que ce disciple ne mour- 
rait point. Jésus néan- 
moins n'avait pas dit : 
Il ne mourra point, jr. 
Mais : Si je veux qu'il 
demeure ainsi jusqu'à ce 
que je vienne : pour vous, 
J snivez-raoi. 



218 SAINT JEAN, APÔTRE 

Alléluia, alléluia, jt*. 
C'est ce même disciple 
qui rend témoignage de 
ces choses : et nous sa- 
vons que son témoignage 
est véritable. Alléluia. 



ET ÉVANGÉLISTE. 

Alléluia , alléluia. 
J[, Hic est discipulus 
ille qui testimonium 
perhibet de Ms; et 
scimus quia verum 
est testimonium ejus. 
Alléluia. 



ÉVANGILE. 

EN ce temps -là, Jésus dit à Pierre : Suivez- 
moi. Pierre, se retournant, vit venir après 
lui le disciple que Jésus aimait, celui-là même 
qui, pendant la cène, s'était reposé sur le sein 
de Jésus, et lui avait dit : Seigneur, quel est 
celui qui vous trahira? Pierre donc, l'ayant vu, 
dit à Jésus : Et celui-ci, Seigneur, que devien- 
dra-t-il? Jésus lui dit : Si je veux qu'il demeure 
ainsi jusqu'à ce que je vienne, que vous im- 
porte? Pour vous, suivez -moi. Le bruit se ré- 
pandit alors parmi les frères que ce disciple ne 
mourrait point. Jésus néanmoins n'avait pas dit 
à Pierre : Il ne mourra point, mais : Si je veux 
qu'il demeure ainsi jusqu'à ce que je vienne, 
que vous importe? C'est ce même disciple qui 
rend témoignage de ces choses, et qui les a 
écrites; et nous savons que son témoignage est 
véntable. — Credo. 

Offertoire. Le juste Offertoire. JuStus 
fleurira comme le pal- ut palma florebit ; 
mier; il croîtra comme sicut cedrus qu» in 
le cèdre du Liban. Libano est, multipli- 

cabitur. 



SAIlfT JEAN, APÔTRE ET ÉTANGÉLI8TE. 219 

Secrète, Recevez, Seigneur, les présents que 
nous vous offrons, en la solennité de celui par 
l'intercession duquel nous espérons être déli- 
vrés de nos péchés. Nous vous en prions par 
N.-S. J.-C. 

Préface de la Natwité,p. Itl. 



Communion, Exiit 
sermo inier fratres, 
quod discipulus ille 
non moritur. Et non 
dixit Jésus : Non mo- 
ritur; sed : Sic eum 
volo manere donec 
veniam. 



Communion, Le bruit 
se répandit parmi les 
frères que ce disciple ne 
mourrait point. Jésus 
néanmoins n'avait pas 
dit : Il ne mourra point ; 
mais : Si je veux qu'il 
demeure ainsijusqu'à ce 
que je vienne. 
Postcommunion, Rassasiés d'une viande et 
d'un breuvage célestes, nous vous supplions 
humblement, Seigneur notre Dieu, de nous 
fortifier par les prières de celui en mémoire 
duquel nous avons reçu cette divine nourriture. 
Nous vous le demandons par N.-S. J.-G. 

A VÊPRES. 
Pfatimes et Antienne» de la Nativité, p. iOS. 

HYMNE. 

ExsuLTET orbis gau- 
diis, 

Cœlum resultet lau- tentisse de louanges; la 
dibus; terre et le ciel célèbrent 

Apostolorum gloriam la gloire des Apôtres. 
Tellns et astra conci- 
uunt. 



Q 



UE la terre tressaille de 
joie, que le ciel re- 



220 SAINT JEAN, AP6tRE ET ÀVANGI&USTE. 



VOUS, les juges des 
siècles, la vraie lumière 
du monde, nos cœurs 
vous supplient : écoutez 
nos humbles prières. 



Vous qui fermez et qui 
ouvrez le ciel par la puis- 
sance de votre parole, 
nous vous en supplions, 
obtenez que nous soyons 
délivrés des liens de nos 
péchés. 

Puisque la maladie et 
la santé vous obéissent 
sur-le-champ, guérissez 
nos âmes languissantes, 
et rendez -nous plus ri- 
ches en vertus; 



Afin que, quand Jésus- 
Christ, le souverain juge 
du monde, reviendra à 
la fin des siècles , il nous 
mette en possession de la 
félicité étemelle. 



Vos, saBCulorum ju- 

dices, 
Et vera mundi lumi- 

na, 
Votis precamur cor- 

dium : 
Audite preces suppli- 

cum. 
Qui templa cœli 

clauditis, 
Serasque verbo solvi- 

tis. 
Nos a reatu noxios 
Solvi jubete , quaesu- 

mus. 
Praecepta quorum 

protinus 
Languor salusque sen- 

tiunt, 
Sanate mentes lan- 

guidas , 
Augete nos virtuti- 

bus; 

Ut, cum redibit ar- 

biter 
In fine Christus sa»- 

culi, 
Nos sempiterni gaudil 
Concédât esse compo- 



tes. 

f Jesn tibi sit gloria, p. 195. 

V. [.e bienheureux Jean I y. Valde honnran- 



LES SAINTS INNOCENTS. 

dus est beat as Joan- 
nes. ^. Qui supra 
pectus Domini in cœ- 
na recubuit. 



m 



est vraiment digue d*ètre 
honoré. ^. Lui qui, pen- 
dant la cène, a reposé 
sur le sein du Seigneur. 



Ant, Exiit sermo 
inter fratres , quod 
dlscipulus ille non 
moritur. Et non dixit 
Jésus : Non moritur; 
sed : Sic eum volo ma- 
nere donec veniam. 



A Magnificat. 



Ant. Le bruit se ré- 
pandit paimi les frères 
que ce disciple ne mour- 
rait point. Jésus néan- 
moins n'avait pas dit : 11 
ne mourra point; mais : 
Si je veux qu'il demeure 
ainsi jusqu'à ce que je 
vienne. 



LE 28 DECEMBRE. 

LES SAINTS INNOCENTS. 
A LA MESSE.— introït. 

ODiEU, VOUS avez tiré 
la louange la plus par- 
faite de la bouche des 
enfants et de ceux qui 
sont encore à la mamelle, 
pour confondre la haine 
et la vengeance de vos 
ennemis. Ps. Dieu notre 
souverain Seigneur, que 
votre nom est digne d'ê- 
tre admiré dans toute la 
terre ! j^. Gloire au Père. 

Oti ne dit Gloria in exnelsis que ti t'est un [Hmatuhe. 



EX ore infantium, 
Deus, et lacten- 
tium perfecisti lau- 
dem, propter inlmicos 
tuos. Ps. Domine Do- 
mlnus noster, quam 
admirabile est no- 
men tuum in uni ver sa 
terra! ]t. Gloria Patri. 



22â LES SAINTS INNOCENTS. 

Collecte, Dieu, dont les saints Innocents 
Martyrs publient aujourd'hui la gloire, non 
point en parlant, mais en répandant leur sang, 
faites mourir en nous tous les vices, afin que la 
foi que nous confessons de bouche soit aussi an- 
noncée par la sainteté de notre vie. Nous vous 
le demandons par N.-S. J.-G. 

ÉPITRE. 

EN ces jours-là, Je regardai, et je vis TAgneau 
sur la montagne de Sion, et avec lui cent 
quarante -quatre mille personnes qui portaient 
son nom et celui de son Père écrits sur leurs 
fronts. J'entendis alors une voix qui venait du 
ciel, comme un bruit de grandes eaux, et 
comme le bruit d'un grand tonnerre ; et cette 
voix que j'entendis était coname le son de plu- 
sieurs harpes touchées par des joueurs d'in- 
struments. Ils chantaient comme un cantique 
nouveau devant le trône et devant les quatre 
animaux et les vieillards, et personne ne pout 
vait chanter ce cantique que ces cent quarante- 
quatre mille qui ont été rachetés de la terre. Ce 
sont ceux qui ne se sont point souillés avec les 
femmes, car ils sont vierges. Us suivent l'Agneau 
partout où il va. Ils ont été rachetés d'entre les 
hommes pour être les prémices offertes à Dieu et 
à l'Agneau; et leur bouche n'a pas proféré le 
mensonge : aussi sont- ils purs et irrépréhen- 
sibles devant le trône de Dieu. 

Graduel. Notre àme a | Graduel. Anima 
été délivrée comme le | nostra sicut passer 



LES SAINTS INNOCENTS. 



UZ 



erepta est de laqueo 
venantium. jr. La- 
queus contritus est, 
et nos liberati sumus. 
Adjutorium uostmin 
in nomine Domini, 
qui fecit cœlum et 
terram. 

Alléluia , alléluia. 
V. Laudate, pueri, 
Dominum ; laudate 
nomen Domini. Allel. 



passereau du filet de l'oi- 
seleur, f. Le filet a été 
rompu, et nous avons été 
sauvés. Notre secours est 
dans le nom du Seigneur, 
qui a fait le ciel et la 
terre. 

Alléluia, alléluia, y. 
Enfants, louez le Sei- 
gneur, et célébrez son 
nom. Alléluia. 



jjt ce n'est point un Dimanche, on supprime rAllelai« et le 
y. Laudate, et on dit le Trait qui suit. 



Trait, Effnderunt 
sauguinem Sancto- 
rum, velut aquam, 
in circuitu Jérusa- 
lem; et non erat qui 
sepeliret. ^, Vindica, 
Domine, sanguinem 
Sanctorum tuorum, 
qui eflFusus est super 
terram. 



Trait, Les nations ont 
répandu le sang des 
Saints comme l'eau dans 
l'enceinte de Jérusalem; 
et il ne s'est trouvé per- 
sonne pour les ensevelir. 
^. Seigneur, vengez le 
sang de vos Saints, qui 
a été répandu sur la 
terre. 



EVANGILE. 

EN ce temps-là, Un Auge du Seigneur apparut 
à Joseph pendant son sommeil, et lui dit : 
Levez -vous, prenez l'enfant et sa mère, fuyez 
en Egypte, et demeurez-y jusqu'à ce que je vous 
avertisse d'en partir; car Hérode cherchera 
l'enfant pour le faire mourir. Joseph, s'étaiit 



i24 



LKS SAINTS INNOCENTS. 



levé, prit cette nuit -là même l'eiifaiit et sa 
mère, et se retira en Egypte, où il demeura 
jusqu'à la mort d'Hérode, afin que cette parole 
que le Seigneur avait dite par le Prophète fût 
accomplie : J*ai rappelé mon Fils de TÉgypte. 
Hérode, voyant qu'il avait été trompé par les 
Mages, entra dans Une grande Colère, et envoya 
tuer tous les enfants qui étaient dans Bethlé- 
hem et aux environs, depuis Tâge de deux ans 
et au-dessous, selon le temps dont il s'était fait 
informer par les Mages. Alors s'accomplit cette 
parole du prophète Jérémie : On a entendu une 
voix dans Rama, des plaintes et des cris lamen- 
tables : c'était Rachel qui pleurait ses enfants, 
et qui n'a pas voulu se consoler, parce qu'ils ne 
sont plus. — Credo. 

Offertoire. Notre âme 
a été délivrée comme le 
passereau du filet de l'oi- 
seleur ; le filet a été rom- 
pu, et nous avons été 
sauvés. 



Offertoire, Anima 
nostra sicut passer 
erepta est de laqueo 
venantiimi : laqueus 
contritus est, et nos 
liherati sumus. 



Secrète. Faites, Seignem*, que nous ne soyons 
jamais privés de la bienheureuse intercession de 
vos Saints; qu'ils vous rendent nos dons agréa- 
bles, et nous obtiennent votre miséricorde. Par 
N.-S. J.-C. 



Communion. On a en- 
tendu une voix dans 
Rama, des plaintes et 
des cris lamentables ; 



Communion. Vox 
in Rama audita est, 
ploratus et ululatus : 
Rachel plorans fllios 



r 



LES SAINTS mXOCENTS. 



225 



suos, et noluît conso- 
lari , quia non sunt. 



c'était Rachel qui pleu- 
rait ses enfants, et qui 
n'a point voulu se con- 
soler, parce qu'ils ne sont 
plus. 

Postcommunion, Nous avons reçu. Seigneur, 
les dons que nous vous avons offerts ; faites, s'i 
vous plaît, que, par les prières de vos Saints, 
ils nous donnent les secours qui nous sont né- 
cessaires et pour la vie présente et pour la vie 
étemelle. Nous vous le demandons par N.-S. 
J.-G. 

A VÊPBES. 

Paaumea et Antiennes de la Nativité, p. S06. 

HYMNE (1). 

SALVETE, flores Mar- 
tyrum, O Martyrs, que le per- 

sécuteur de Jésus a mois- 
sonnées dès votre entrée 
dans la vie, comme un 
tourbillon brise les roses 
naissantes. 



Quos lucis ipso in li- 

mine 
Ghristi insecutor sus- 

tulit, 
Geu turbo nascentes 

rosas. 
Vos prima Ghristi 

victima, 
Grex immolatorum 

teiier, 



Premières victinies 1- 
fertes à Jésus -Christ, 
tendre troupeau inmiolé 
pour lui, vous jouez in- 



(1) Dans le» Diocèses où Von ne mit pas l'Office réforme, on 
fait d cette Hymne les changements sm'vants : 

A la V strophe j au lieu de: | On dit : 
Aram sub ipsam simplices, | Aram an te ipsain simplic-ei}. 

Et pour dernière strophe f Gloria tibi, DomiDe, p. 193. 

y. 3i 15 



ti6 LE DIM. DANS l'OCT. DE LA NATIVITÉ. 



nocemment^ sous l'autel 
même, avec les palmes et 
les couromies qu'il vous 
a fait remporter. 



Aram sub ipsam sim- 

plices 
Palma et coronis lu- 

ditis. 



f Jes« tibi sit gloria, p. 19S. 



^. Tous les Saints 
s'écrient au - dessous du 
trône de Dieu. % 
notre Dieu , vengez notre 
mort. 



f, Sub throno Dei 
omnes Sancti cla- 
mant. ^. Vindica san- 
guinemnostrum, De- 
us noster. 



A Magnificat. 
Ant. Des enfants in- 1 Ant, Innocentes pro 



nocents ont été mis à 
mort pour Jésus -Christ ; 
des enfants à la mamelle 
ont été immolés par un 
roi barbare; ils suivent 
l'Agneau sans tache, et 
ils disent sans cesse: 
Gloire à vous, Seigneur. 



Ghristo infantes oc- 
cisi sunt; ab iniquo 
rege lactentes inter- 
fecti sunt; ipsum se- 
quuntur Agnum sine 
macula, et dicunt 
semper: Gloria tibi, 
Domine. 



LE DIMANCHE 

DANS L'OCTAVE DE LA NATIVITÉ DE N.-S. 



A LA MESSE.. 

TANDIS que tout était 
plongé dans si- 
lence, et que la nuit 
était arrivée au milieu 
de sa course, votre Verbe 
t<iu t-puissant , Seigneur, 



- INTROÏT. 

DU M médium silen- 
tiumtenerentom- 
nia, et nox in suo 
cnrsu médium iter 
haberet, omnipoteus 
Sermo tuus, Domine, 



LE DIM. DAIVS l'oCT. DE LA NATIVITÉ. 227 



le coplis a regalibus 



sedibus venit. Ps. Do- 
mîiius regnavit, de- 
corein indutus est; 
iiidutus est Dominus 
fortitudinem, etpraB- 
cinxit se. j^. Gloria. 



descendit du troue royal 



qu'il occupe dans le ciel. 
jP*. Le Seigneur est entré 
dans son rogne; il s'est 
revêtu de sa gloire, et 
s'est armé de son pou- 
voir, f. Gloire. 
Collecte, Dieu tout-puissant et étemel, faites 
que toutes nos actions soient conformes à votre 
volonté , afin qu'au nom de votre Fils bien-aimé 
nous méritions de produire avec abondance les 
fniits salutaires des bonnes œuvres. Lui qui. 

épItre. 

ME S frères , Tant que l'héritier est encore en- 
fant, il n'est point distingué de l'esclave, 
quoiqu'il soit le maître de tout; mais il est sous 
la puissance des tuteurs et des curateurs jus- 
qu'au terme marqué par son père : ainsi, lors- 
que nous étions enfants, nous étions assujettis 
aux premières instmctions que Dieu a données 
au monde. Mais lorsque les temps ont été ac- 
complis, Dieu a envoyé son Fils, formé d'une 
femme et asstyetti à la loi, pour racheter ceux 
qui étaient sous la loi, afin que nous devinssions 
des enfants d'adoption. Et parce que vous êtes 
enfants. Dieu a envoyé dans vos cœurs l'Esprit 
de son Fils, qui crie : Mon Père, mon Père. 
Aucun de vous n'est donc plus esclave, mais 
fils : que s'il est fils , il est aussi héritier par la 
grâce de Dieu. 

Graduel. Specio- I Graduel. le plus 



228 LE DIM. DANS l'oCT. DE LA NATIVITÉ. 



beau des enfants des 
hommes ; la grâce est 
répandue sur vos lèvres. 
f. Mon cœur a proféré 
avec joie une heureuse 
parole : c'est au Roi que 
s'adressent mes chants; 
ma langue est comme la 
plume dans la main de 
récrivain rapide. 

Alléluia, alléluia. ^, 
Le Seigneur est entré 
dans son règne; il s*est 
revêtu de sa gloire, et 
s'est armé de son pou- 
voir. Alléluia. 



sus forma prae filiis 
hominum, diffusa est 
gratia in labiis tuis. 
f, Eructavit cor me- 
um verhum bonum : 
dico ego opéra mea 
Régi; linguameaca- 
lamus scribae veloci- 
ter scribentis. 

Alléluia, alléluia. 
f. Dominusregnavit, 
decorem induit : in- 
duit Dominus fortitu- 
dinem, et praecinxit 
se virtute. Alléluia. 



EVANGILE. 

EN ce temps-là. Le père et la mère de Jésus 
étaient dans l'admiration des choses qu'on 
disait de lui. Siméon les bénit, et dit à Marie sa 
mère : Cet enfant que vous voyez est établi pour 
la ruine et pour la résurrection de plusieurs en 
Israël, et il sera en butte à la contradiction des 
hommes (et votre âme même sera percée d'un 
glaive) , afin que les secrètes pensées du cœur de 
plusieurs soient révélées. Il y avait aussi à Jéru- 
salem une prophétesse nonmiée Anne, fl)le de 
Phanuel, de la tribu d'Aser; elle était fort avan- 
cée en âge, et après avoir vécu sept ans avec son 
mari, qu'elle avait épousé étant vierge , elle était 
demeurée veuve jusqu'à l'âge de quatre-vingt- 



L£ DiH. DANS l'oCT. D£ LA NATIVITÉ. 229 

quatre ans. Elle ne sortait point du Temple^ et 
elle servait Dieu nuit et jour dans les jeûnes et 
dans les prières. Cette femme, étant survenue à 
la même heure, se mit à louer le Seigneur et à 
parler de cet enfant à tous ceux qui attendaient 
la rédemption d'Israël. Quand ils eurent accompli 
tout ce qui était ordonné par la loi du Seigneur, 
ils s'en retournèrent en Galilée, à Nazareth, 
ville dans laquelle ils demeuraient. Cependant 
'enfant croissait et se fortifiait , rempli de sa- 
gesse, et la grâce de Dieu était en lui. 



Offertoire. Deus flr- 
mavit orbem terrae, 
qui non commovebi- 
tur ; parata sedes tua, 
Deus, ex tune; asae- 
culo tu es. 



Offertoire, Dieu a pla- 
cé la terre sur des fonde- 
ments qui ne seront point 
ébranlés ; mais votre 
trône, ô mon Dieu, pré- 
cède tous les temps ; vous 
êtes de toute éternité. 

Secrète. Accordez à nos prières, Dieu tout- 
puissant, que le sacrifice offert à votre divine 
Majesté nous obtienne la grâce d'une pieuse 
dévotion, et nous fasse jouir de l'éternité bien- 
heureuse. Par N.-S. J.-G. 



Communion. Toile 
puerum et matrem 
ejus, et vade in ter- 
rain Israël; defuncti 
simt enim qui quaere- 
bant animam pueri. 



Communion, Prenez 
l'enfant et sa mère, et 
retournez dans le pays 
d'Israël; car ceux qui 
voulaient faire périr l'en- 



fant sont morts. 

Postcommunion. Daignez, Seigneur, par la 
vertu de ces saints mystères, nous purifier de 



230 LA cmcoNCisiois de notre-seigneub. 

nos fautes, et exaucer nos justes désirs. Nous 

vous en prions par N.-S. J.-G. 

A VÊPEBS. 

Ptaumes et Antiennes du jour de la Nativité , p. 208. 
Hymne Christe Redemptor, p. 192, ou Jesu Redemptor, 
p. 193. 



f. Le Verbe s'est fait 
chair, alléluia. ^. Et il a 
habité parmi nous, allé- 
luia. 



)-. Verbum caro fa- 
ctum est, alléluia. ^. 
Et habitavit in nobis , 
alléluia. 



A Magnificat. 



A ut. L'enfant Jésus 
croissait en âge et en 
sagesse devant Dieu et 
devant les hommes. 



.4 w^ Puer Jésus pro- 
ficiebat aetate et sa- 
pientia coram Deo et 
hominibus. 



LB l" JANVIER. 

LA CmCONCISlOîî DE NOTRE -SEIGNEUR 

ET l'octave de la NATIVITÉ. 

AUX I"^» VÊPRES. 
Psaumes et Hymne des II*» Vêpres, p. 232 ; f. Verboin 
ci'dessuM. 

A Magnificat. 
Ant, Dieu, dans Tex- 1 Atit Propter ui- 
cès de son amour pour , miam charitatem su- 
nous, a envoyé dans le ^ am qua dilexit nos 
monde son propre Fils Deus, Filium suum 
revêtu d'une chair sem- misit in similitudi- 
blable à celle du péché, nem carnis peccati, 
alléluia. alléluia. 



LA CIRCONCISION DE NOTRE-SEIGNEUR. t'6\ 



A LA MSS8E. 

tntrott de la ft« IfsMe du jour de la Nativité, p.Wt; Collecte 
et Êpitre de la Meue de mbudt, p. 196. 



Graduel, Viderant 
omnes fines terrs sa- 
lutare Dei nostri : jn- 
bilate Dec, onmis 
terra, j^. Notum fecit 
Dominus salntare su- 
um, ante oonspecttun 
gentiumrevelavit ju- 
stitiam snam. 

Alléluia, alléluia. 
V. Multifarie olim 
Deus loquens patri- 
bus in Prophetis , no- 
vissime diebus istis 
locutus est nobiii in 
Filio. Alléluia. 



Graduel, Toutes les 
extrémités de la terre ont 
vu le salut que notre Dieu 
a envoyé; louez le Sei- 
gneur, habitants de d%rm 
la terre, f. Le Seigneur 
a manifesté son salut, il 
a révélé sa justice aux 
yeux des nations. 

Alléluia, alléluia. ^. Le 
Dieu, qui avait autrefois 
parlé à nos pères en di- 
verses occasions par les 
Prophètes, nous a parlé 
dans ces derniers temps 



par son propre Fils. Allel. 

ÉVANGILE. 

EN ce temps-là, Quand le huitième jour fut 
venu, où Tenfant devait être circoncis, on 
lui donna le nom de Jésus , comme TAnge le lui 
avait donné avant qu'il fût conçu dans le sein 
de sa mère. — Credo. 

Offertoire, Tui sunt Offertoire. Le ciel et la 
cœli; et tua est terra ; terre sont à vous ; vous 
orbem terramm et avez formé l'univers et 
plenitudinem ejùs tu tout ce qu'il contient ; la 
fundasti : justitia et justice et l'équité sont 
judicium praeparatio les bases de votre trône, 
sedis tuae. 



232 LA CIRCUNClSlOrf D£ NOTRE-SKIGMEUR. 

Secrète. Nous vous supplions, Seigneur, après 
avoir reçu nos offrandes et nos prières, de nous 
puiifier par vos célestes mystères, et de nous 
exaucer dans votre bonté. Par N.-S. J.-C. 

Communion, Toutes Communion, Vide- 
les extrémités de la terre runt omnes fines ter- 
ont vu le salut que notre rse salutareDei nostri. 
Dieu a envoyé. 

Postcommunion. Faites, Seigneur, que cette 
communion efface nos péchés, et que, par Tin- 
tercession de la bienheureuse Vierge Marie, 
Mère de Dieu, elle nous fasse sentir les effets 
de ce remède céleste que nous avons reçu. Nous 
vous en prions par le même N.-S. J.-C. 

AUX IT- VÊPRES. 
Psaumes des Vêpres de la sainte Vierge , p. 16S ; Hymne 
Cbriste Redemptor, p. IBS, ou Jesu Redemptor,p. 1B8. 



^. Le Seigneur a ma- 
nifesté, alléluia, i^. Le 
salut qu'il avait promis, 
alléluia. 



^, Notum fecit Do- 
minus, alléluia. ^. 
Salutare suum, allé- 
luia. 



A Magnificat. 



Ant. mystère inef- 
fable de notre héritage ! 
le chaste sein d'une vier- 
ge eLt devenu le temple 
d'un Dieu, qui n'a con- 
tracté aucune souillure 
en s'y revêtant de notre 
chair. Toutes les nations 
viendront en disant : 
Gloire à vous, Seigneur. 



Ant. Magnum hâe- 
reditatis mysterium ! 
templum Dei factus 
est utérus nescientis 
virum; non est poUu- 
tus ex ea camem as- 
sumens. Omnes gen- 
tes veulent, dicentes : 
Gloria tibi. Domine. 



L BPIPUANIE D£ N0TRE-»K1GNEUR. 



233 



^U/f'U^TU/^^/^'f'Jly^U^'^ay'V^ly^ 



LB 6 JANYIBB. 

L'EPIPHANIE DE NOTRE-SEIGNEUR 

( Cette Fête est renooyée au Dimanche mitant ) 

AUX I"- VÊPRES. 

Les quatre premiers Psaumes du Dimanche, p. ISi , c/ le Pà. 
Laodate Dominam, p. 191; le reste comme aux II*» Vêpres, p. tVJ. 

A Magnificat. 



Ant. Magi viden- 
les stellam , dixerunt 
ad invicem: Hoc si- 
gnum magni Régis 
est; eamus, et inqui- 
ramus eum, et offe- 



Ant, Les Mages, aper- 
cevant rétoile, se dirent 
les uns aux autres : Voilà 
le signe du grand Roi : 
allons, cherchons-le, et 
oflrons-lui pour présents 
de Tor, de Tencens et de 
la myrrhe, alléluia. 



E' 



ramus ei munera , 
aurum, thus etmyr- 
rham, alléluia. 

Oraison O Dieu , ci-dessous. 
A LA MESSE. — introït. 

»ccE advenit Domi- T e Seigneur, le Domina- 
nator Dominus : -Li teur est venu ; il tient 
et regnum in manu dans sa main la puis- 
ejus, et potestas, et sance, la force et la sou- 
imperium. Ps, Deus, veraineté. Ps, Seigneur, 
judicium tuum régi donnez au roi votre au- 
da, et iustitiam tuam torité, et au fils du roi 
filio régis, jr. Gloria. | votre iustice. f. Gloire. 

Collecte. Dieu, qui manifestez aujourd'hui 
votre Fils unique aux gentils par Tapparition 
d'une étoile, faites que, vous connaissant déjà 



J34 



L EPIPHANIE DE NOTBE-SËIGNEUR. 



par la lumière de la foi , nous ayons un jour le 
bonheur de vous contempler dans Téclat de votre 
divine majesté. Par le même N.-S. J,-C. 

épItrb. 

LÈvE-Toi, Jérusalem, ouvre les yeux à la lu- 
mière, car elle s'avance, et la gloire du Sei- 
gneur va briller sur toi. Les ténèbres couvrent 
la terre, la nuit enveloppe les peuples; mais le 
Seigneur se lèvera sur toi, et sa gloire luira sur 
ton enceinte. Les nations et les rois marcheront 
à ta lumière. Lève les yeux, et porte tes regards 
autour de toi : cette foule de peuples s'avance 
vers toi; tes fils viendront de loin, tes filles s'é- 
lèveront à tes côtés. A la vue de cette multitude , 
tu seras dans l'étonnement ; ton cœur sera inondé 
de délices, quand tu verras venir à toi les nom- 
breuses contrées de la mer, et la force des na- 
tions. A tes portes paraîtront les dromadaires de 
Madian et d'Ëpha. Les habitants de Saba vien- 
dront t'oflfrir l'or et l'encens, et publier les 
louanges du Seigneur. 

Graduel. Tous les ha- 
bitants de Sal)a viendront 
t'offrir l'or et l'encens, et 
publier les louanges du 
Seigneur, y. Lève-toi, Jé- 
rusalem, ouvre les yeux à 
la lumière, car la gloire 
du Seigneur va briller 
sur toi. 

Alléluia, alléluia, j^. 
Nous avons vu bOn étoile 



Groduel. Omnes de 
Saba veulent, aurum 
et thus déférentes, et 
laudem Domino an- 
nuntiantes. f, Surge, 
et illuminare, Jéru- 
salem, quia gloria 
Domini super te orta 
est. 

Alléluia, alléluia. 
j^. Vidimus stellam 



l'Epiphanie de NOTRE-SBiGNErR. i35 



ejus in Oriente, et 
venimns cnm mune- 
ribus adorare Domi- 
niim. Alléluia. 



en Orient, et nous som- 
mes Tenus avec des pré- 
sents adorer le Seigneur. 
Alléluia. 

ÉVANGILE. 

JÉSUS étant né à Bethléhem, ville de Juda, aux 
jours du roi Hérode , des Mages vinrent de 
rOrient à Jérusalem, et demandèrent: Où est 
le Roi des Juifs qui vient de naître? Car nous 
avons vu son étoile en Orient, et nous sommes 
venus pour Tadorer. A cette nouvelle, le roi 
Hérode se troubla, et toute la ville de Jérusa- 
lem avec lui. Et, ayant rassemblé tous les 
princes des prêtres et les docteurs du peuple, 
il leur demanda où devait naître le Christ. Ils 
lui répondirent: A Bethléhem, ville de Juda, 
selon ce qui a été écrit par le Prophète : Et toi , 
Bethléhem, ville de Juda, tu n'es pas la moindre 
eutie les principales villes de Juda; car c'est de 
toi que sortira le chef qui doit gouverner mou 
peuple d'Israël. Alors Hérode prit les Mages en 
particulier, s'enquit d'eux avec soin du temps 
auquel l'étoile leur était apparue, et les envoyant 
à Bethléhem, il leur dit: Allez, informez-vous 
exactement de cet enfant, et lorsque vous l'au- 
rez trouvé , faites-le-moi savoir; afin que moi- 
même j'aille aussi l'adorer. Après avoir entendu 
ces paroles du roi, ils partirent; et en même 
temps rétoile qu'ils avaient vue en Orient, se 
montrant de nouveau, allait devant eux, jus- 
qu'à ce qu'étant arrivée sur le lieu où était l'en- 
fant, elle s'y arrêta. Lorsqu'ils virent l'étoile 



236 



L EPIPHANIE DE NUTRE-SEIGNEDR. 



ils furent transportés d'une grande joie, et, 
étant entrés dans la maison, ils trouvèrent Ten- 
fantavec Marie, sa mère, et se prosternant (o« 
fléchit le genou), ils Tadorèrent. Puis, ouvrant 
leurs trésors, ils lui offrirent pour présents de 
Tor, de Tencens et de la myrrhe ; et ayant reçu 
en songe un ordre du Ciel de ne point aller re- 
trouver Hérode, ils retournèrent dans leur pays 
par un autre chemin. 

Offertoire. Les rois de 
la mer et les lies lointai- 
nes lui présenteront des 
offrandes : les rois d'Ara- 
hie et de Saba lui appor- 
teront des présents : tous 
les princes de la terre l'a- 
doreront : toutes les na- 
tions lui seront soumises. 

Secrète. Daignez, s'il vous plaît, Seigneur, 
regarder d'un œil fiivorable les dons de votre 
Église ; ce n'est point ici de l'or, de l'encens et 
de la myrrhe que nous vous offrons, mais ce 
qui était figuré par ces présents, Jésus -Chiist 
votre Fils, qui s'immole pour nous et qui se 
donne à nous dans ce mystère. Lui qui, étant 
Dieu, vit et règne. 

Pré face propre, p. 184. 



Offertoire, Re- 
ges Tharsis et iusulae 
munera offerent : re- 
ges Arabum et Saba 
dona adducent : et 
adorabunt eum om- 
nes reges terrae : om- 
nes gentes servient 
ei. 



Co7n?nunion. Nous 
avons vu son étoile en 
Orient , et nous sommes 
venus avec des présents 
adorer le Seigneur. 



Commimion. Vidi- 
mus stellam ejus in 
Oriente, et venimus 
cum muneribus ad- 
orare Dominum. 



L'éPIPHAiriE DE NOTRE-SElGNEUlk. 



287 



Postcommunion, Faites ^ s'il vous plaît, Dieu 
tout-puissant, que notre esprit purifié comprenne 
le mystère que nous célébrons dans cette solen- 
nité. Nous vous en prions par N.-S. J.-C. 

AUX II- VÊPRES. 



Ptaumes du 

Ant. 1. Ante luci- 
femm genitus et ante 
sscula, Dominus Sal- 
vator noster hodie 
mundo apparuit. 

2. Venit lumen 
tuum, Jérusalem, et 
gloria Domini super 
te orta est; et ambu- 
labunt gentes in lu- 
mine tuo, alléluia. 

3. Apertis thesauris 
suis, obtulerunt Magi 
Domino aurum, thus 
etmyrrham, alléluia. 

4. Maria et flumi- 
na, benedicite Domi- 
no: hymnum dicite, 
fontes. Domino, allé- 
luia. 

5. Stella ista sicut 
flamma ooniscat, et 
Begem refrum Deum 



Dinumehey p. iSl. 

Ant, 1. Celui qui a été 
engendré avant l'aurore 
et avant les siècles, le 
Seigneur notre Sauveur 
s'est manifesté aujour- 
d'hui au monde. 

2. Jérusalem, ta lu- 
mière s'avance, et la 
gloire du Seigneur se 
lèvera sur toi; les na- 
tions marcheront à ta 
lumière, alléluia. 

3. Les Mages, ouvrant 
leurs trésors, offrirent 
au Seigneur de l'or, de 
l'encens et de la myrrhe, 
alléluia. 

4. Mers et fleuves, 
bénissez le Seigneur ; 
fontaines , chantez des 
hjTnnes à sa gloire, allé- 
luia. 

5. Cette étoile brille 
comme une flamme, et 
fait connaître Dieu, îe 



sas 



l'Epiphanie de notre-seigneub. 



Roi des rois; les Mages 
l'aperçurent, et vinrent 
offrir leurs présents au 
^rand Roi. 

hymne 

Cruel Hérode, pourquoi 
crains-tu la venue du 
Roi-Dieu? Celui qui donne 
le royaume céleste ne ra- 
vit pas les royaumes de 
la terre. 

Les Mages s'avan- 
çaient , suivait l'étoile 
qui les précédait : sa lu- 
mière les conduit à la 
lumière, et ils recon- 
naissent par leurs pré- 
sents qu'ils sont aux 
pieds d'un Dieu. 

L'Agneau céleste tou- 
che l'eau du Jourdain : il 
nous purifie en sa per- 
sonne des péchés dont il 
est innocent. 



demonstrat : Magi 
eam viderunt , et 
magno Régi muuera 
obtulerunt. 

(i). 

CRUDELis Herodes, 
Deum 
Regem venire quid 

times? 
Non eripit mortalia 
Qui regnadatcœlestia. 
Ihant Magi, quam 

viderant 
Stellam sequentes 

prœviam : 
Lumen requirunt lu- 
mine; 
Deum fatentur mu- 

nere. 
Lavacra puri gur- 

gitis 
CœlestisAgnusattigit; 
Peccata, quae non de- 

tulit, 
Nos ahluendo sustulit. 



(1) Dans le$ dioeèae$ fw' ne iuiventjxtg l'Office réformé, on 
fait d cette Hymne le changement stâvant: 



A la Ire strop?ie , au lieii de ; 
Crudelis Herodes, Deum 
Hegein venire quid tlmesf 



On dit : 
Hostis Herodes impie , 
Christnm venire quid timi^s* 



Pour dernière Btrophe, au lieu de JeHO, tibi sit leloria, <m 
dit: Oloria tibi, Domine,;). 193. 



l'Epiphanie de NOTRE-SEiGinsuB. 



239 



Novum genus po- 

tentiae^ 
AquaB mbescuiit hy- 

driaB, 
Vinmnque jiissa fun- 

dere, 
Mutavit unda origi- 

nem. 
î Jesu, tibi sit glo- 

ria, 
Qui appandsti genti- 

bus, 
Gum Pâtre et almo 

Spiritu, 
In sempîtema saecula. 

Amen. 
f. Reges Tharsis 
et insolae mnnera of- 
ferent. ^. Reges Ara- 
bum et Saba dona 
adducent. 



Miracle nouveau de sa 
puissance ! par son ordre, 
l'eau rougit dans les cru- 
ches de Gana, et change 
de nature dès que le Sau- 
veur lui ordonne de se 
transformer en vin. 

î Jésus, qui vous êtes 
manifesté aux nations, 
soyez glorifié avec le 
Père et le Saint-Esprit, 
dans toute la suite des 
siècles. Ainsi soit-il. 



Jf, Les rois de la terre 
et les lies lointaines lui 
présenteront des offran- 
des. % Les rois d'Arabie 
et de Saba lui apporte- 
ront des présents. 
A Magnificat. 



Ant, Tribus mira- 
culis omatum diem 
sanctum colimus : 
hodie Stella Magos 
duxit ad praesepium; 
hodie vinum ex aqua 
factum est ad nu- 
ptias ; hodie in Jorda- 
ne a Joanne Christus 



Ant, La fête que nous 
célébrons est mémorable 
par trois mystères : au- 
jourd'hui une étoile a 
conduit les Mages à la 
crèche; aujourd'hui l'eau 
a été changée en vin aux 
noces de Cana; aujour- 
d'hui Jésus-Christ a été 



240 LE DIM. DANS l'oCTAVE DE l'ÉPIPHANIE. 

baptisé par Jean dans le < baptizari voluit , ut 
Jourdain, pour nous sau- salvaret nos, alléluia, 
ver, alléluia. ' 



LE DIMANCHE DANS L'OCTAVE DE L'EPIPHANIE. 



A LA MBSSB. • - introït. 



J 



I 



N excelso throno vidi 
sedere vinim quem 
adorât miiltitudo An- 
gelorum psallentes in 
unum : Ecce cujus im- 
perii nomen est in ae- 
ternum. Ps, Jubilate 
Deo, omnis terra ; ser- 
vite Domino in la^ti- 
tia. }\ Gloria. 



'ai vu sur un trône éle- 
vé un homme qu'une 
multitude d'Anges ado- 
raient en chantant en- 
semble : Voici celui dont 
le règne à un nom éter- 
nel. Ps, Peuples de la 
terre, célébrez votre Dieu; 
seiTez le Seigneur avec 

allégresse, f. Gloire. 

Collecte. Accueillez dans votre divine misé- 
ricorde, Seigneur, les humbles prières de vos 
fidèles, afin qu'ils connaissent tous leurs de- 
voirs, et qu'ils aient la force de les accomplir. 
Par N.-S. J.-G. 

ÉPÎTRE. 

JE vous conjure, mes frères, par la miséricorde 
de Dieu, de lui offrir votre corps conmie 
une hostie vivante, sainte et agréable à ses yeux, 
puisque tel est le culte raisonnable que vous 
lui devez. Ne vous conformez point au siècle 
présent; mais qu'il se fasse en vous une trans- 
formation par le renouvellement de votre esprit, 
afin que vous connaissiez quelle est la volonté 
de Dieu, ce qui est lK)n, agival)lc à ses yeux 



LE Dm. DAXS l'oCT. DE L kPlPIlAME. ^41 

et pai'fait. Je vous avertis tous, eu vertu de la 
grâce qui m'a été donnée, de ne pas vous élever 
témérairement dans vos propres pensées, mais 
de vous conserver dans dTiumbles sentiments, 
selon la mesure du don de la foi que Dieu a 
donnée à chacun de vous. Car, coname dans un 
seul corps nous avons plusieurs membres, et 
comme tous ces membres n'ont pas la même 
fonction, ainsi, quoique nous soyons plusieurs, 
nous ne sonmaestous néanmoins qu'un seul corps 
en. Jésus -Christ, et nous sonames tous récipro- 
quement membres les uns des autres, en Jésus- 
Christ Notre-Seigneur. 



GradueL Benedi- 
ctus Dominus Deus 
Israël , qui facit mira- 
bilia magna solus a 
ssculo. y. Suscipiant 
montes pacem popu- 
lo, et colles justitiam. 



Alléluia, alléluia. 
^, Jubilate Deo, om- 
nis terra; servite Do- 
mino in laetitia. Allé- 
luia. 



GradueL Béni soit le 
Seigneur, le Dieu d'Is- 
raël , à qui seul il appar- 
tient d'opérer des mer- 
veilles, j^. Que les mon- 
tagnes reçoivent la paix 
pour le peuple, que la 
justice* descende sur les 
collines. 

Alléluia, alléluia, j^. 
Peuples de la terre, célé- 
brez votre Dieu, servez 
le Seigneur avec allé- 
gresse. Alléluia. 



ÉVANGILE. 



LORSQUE Jésus fut âgé de douze ans, ses parents 
se rendirent à Jérusalem, selon leur coutume, 
au temps de la fête de Pâqne. Comme ils s'en 



N. 33 



16 



342 LE DIV. DANS l'OCT. DE l'ÉPIPHANIE. 

retournaient^ les jours de la fête étant passés^ 
Tenfant Jésus demeura dans Jérusalem, sans 
que son père ni sa mère s'en aperçussent. Mais , 
pensant qu'il était avec ceux de leur compagnie, 
ils marchèrent durant un jour, puis ils le cher- 
chaient parmi leurs parents et les personnes de 
leur connaissance; mais ne l'ayant point trouvé, 
ils retournèrent à Jérusalem pour l'y chercher. 
Après trois jours ils le trouvèrent dans le Temple, 
assis au milieu des docteurs, les écoutant et les 
interrogeant; et tous ceux qui l'entendaient 
parler étaient dans l'admiration de sa sagesse 
et de ses réponses. A cette vue, Marie et Joseph 
furent très-étonnés, et sa mère lui dit : Mon fils, 
pourquoi avez- vous agi de la sorte avec nous ? 
Voyez votre père qui vous cherchait, ainsi que 
moi, tout affligés. Il leur répondit : Pourquoi me 
cherchiez-vous? Ne saviez-vous pas que je dois 
m'occuper de ce qui regarde le service de mon 
Père? Mais ils ne comprirent pas cette parole. 
Il partit ensuite 'avec eux pour se rendre à 
Nazareth : et il leur était soumis. Ojr sa mère 
conservait dans son coeur le souvenir de toutes 
ces choses. Et Jésus croissait en sagesse, éft 
âge et en grâce, devant Dieu et devant les 
hommes. 



Offertoire, Peuples de 
la terre, céléhrez votre 
Dieu, servez le Seigneur 
avec allégresse : présen- 
tez-vous devant lui dans 
les transports d'une 



Offertoire» Juhilate 
Deo, omnis terra : 
servite Domino in 
Istitla : intrate in 
conspectu ejus in ex- 
sultatîone, quia Do- 



LE DIM. DANS l'oCT. DE l'ÉPIPHAIHE. 243 

minus ipse est Deus. | sainte joie; car le Sei- 

I gneur est le seul Dieu. 
Secrète, Faites, Seigneur, que le sacrifice qui 
vous est offert nous donne la vie et nous fortifie 
toujours. Par N.-S. J.-G. 



Communion, Fili, 
quid lecisti nobis sic? 
Ego et pater tuus do- 
lentes qu^rebamus 
te. Et quid est quod 
me querebatis? Ne- 
sciebatis quia in his 
quae Patris mei sunt, 
opoTtet me esse? 



Communion, Mon fils, 
pourquoi avez -vous agi 
de la sorte avec nous? 
Votre père et moi vous 
cherchions tout affligés. 
Pourquoi me chercbiez- 
vous? Ne saviez-vous pas 
que je dois m'occuper de 
ce qui regarde le service 
de mon Père ? 
Postcommunion. Nous vous demandons hum- 
blement, Dieu tout-puissant, que ceux que vous 
nourrissez de vos sacrements vous seiTent par 
une conduite qui vous soit agréable. Nous vous 
en prions par N.-S. J.-C. 

A VÊPRES. 

Psaumes du Dimanche, p. 18i; Antiennes, Hymne et f. 
tht <our de F Epiphanie, p. 257. 

A Magnificat. 



Ant. Fili, quid fe- 
cisti nobis sic? Ego 
et pater tuus dolentes 
qoa'rebamus te. Quid 
est quod me quapreba- 
tis? Nesciebatis quia 
iu his qua* Patiis niei 



Ant. Mon fils, pour- 
quoi avez -vous agi de la 
sorte avec nous? Votre 
père et moi vous cher- 
chions tout affligés. Pour- 
quoi me cherchiez- vous? 
Ne saviez -vous pas que 



244 LA FéTE DU SAINT NOM DE JÉSUS. 

je dois m'occuper de ce sunt oportetmeesse? 
qui regarde le service de 
mon Père ? 



LE n» DIMANCHE APRÈS L'ApIPHANIB. 

LA FÊTE DU SAINT NOM DE JÉSUS. 



I 



A LA MESSB, 

Qu'au Nom de Jésus tout 
genou fléchisse dans 
le ciel, sur la terre, et dans 
les enfers, et toute langue 
publie que le Seigneur 
Jésus -Christ est dans la 
gloire de Dieu son Père. 
P$. Dieu notre souve- 
rain Seigneur, que votre 
Nom est digne d'être ad- 
miré dans toute la terre ! 
j/. Gloire au Père. 

Patri. 

Collecte, Dieu, qui avez donné votre Fils 
umque pour Sauveur au monde, et qui avez 
voulu qu'il portât le nom de Jésus, faites, par 
votre miséricorde, qu'après avoir honoré son 
saint Nom sur la terre, nous jouissions du bon- 
heur de le contempler lui-même dans les cieux. 
Par le même N.-S. J.-C. 

Mémoire du Dimanche. 

ïMU tout -puissant et étemel, qui gouvernez 
avec une souveraine sagesse le ciel et la ten-e, 



— INTROÏT. 

N NoDMne Jesu omne 
genu flectatur cœ- 
lestium, terrestrium, 
et infemorum ; et om- 
nis lingua conflteatur 
quia Dominus Jésus 
Christus in gloria est 
Dei Patris. Ps. Domi- 
ne Dominus noster, 
quam admirabile est 
Nomen tuum in uni- 
versa terra! f, Gloria 



D 



LA FETE DU SALNT XOM DE JUSUS. 



d4D 



écoutez favorablement les prières de votre peuple, 
et faites -nous jouir pendant cette vie de votre 
paix. Par N.-S. J.-C. 

ÉPITBK. 

EN ces jours-là, Pierre, rempli du Saint-Esprit, 
s'exprima ainsi : Chefs du peuple, et vous, 
anciens , écoutez-nous. Puisque aujourd'hui Ton 
nous demande compte du bien que nous avons 
fait à un homme perclus, et qu'on veut savoir 
au nom de qui il a été guéri , nous vous décla- 
rons, à vous tous et à tout le peuple dlsraôl, 
que cet homme qui parait devant vous a été 
guéri au nom de Jésus-Christ de Nazareth notre 
Seignem*, que vous avez crucifié, et que Dieu a 
ressuscité. Il est la pierre rejetée par vous qui 
bâtissiez , et devenue la pierre angulaire de l'é- 
difice; et il n'y a de salut par aucun autre. Car 
nul autre nom sous le ciel n'a été donné aux 
hommes par lequel nous devions être sauvés. 



Graduel. Salvos fac 
nos. Domine Deus 
noster, et congrega 
nos de nationibus, ut 
conflteamur Nomini 
sancto tuo, et glorie- 
mur in laude tua. fr. 
Tu, Domine, Pater 
noster et Redemptor 
noster, a saeculo No- 
men tuum. 



Graduel, Sauvez-nous, 
ô Seigneur notre Dieu, 
et rassemblez -nous du 
milieu des nations, afin 
que nous célébrions votre 
saint Nom, et que nous 
mettions notre gloire à 
vous louer, j^. C'est vous, 
Seigneur, qui êtes notre 
Père et notre Rédemp- 
teur; votre Nom est éter- 
nel. 



246 LA FÊTE DU SAINT 

Alléluia^ alléluia, j^. 
Que ma bouche annonce 
les louanges du Seigneur, 
que toute créature bé- 
nisse son saint Nom. Al- 
léluia. 

Après la Sqttuagérime, au lieu 
le Trait suivant. 

Trait. Seigneur Dieu 
des armées, convertis- 
sez-nous, montrez -nous 
votre visage, et nous 
serons sauvés : que votre 
voix se fasse entendre à 
mes oreilles, f. Car votre 
voix est douce, et votre 
visage est admirable, f. 
Votre Nom, 6 Jésus, est 
comme une huile de par- 
fum : aussi la jeunesse 
vous aime. 



NOM DE JÉSUS. 

Alléluia , alléluia. 
Jî, Laudem Domini 
loquetur os meum, 
et benedicat omnis 
caro Nomen sanctum 
ejus. Alléluia. 

de rADelnia et du f., on dit 

Trait, Domine Deus 
virtutum , couverte 
nos, et ostende faciem 
tuam, et salvi eri- 
mus : sonet vox tua 
in auribus meis. j^. 
Vox enim tua dulcis , 
et faciès tua décora 
nimis. y. Oleum effu- 
sum Nomen tuum , 
Jesu : ideo adolescen- 
tulœ dilexerunt te. 



Évangile de la Circoncision, p. SSl. 



Offertoire, Je vous 
rendrai gloire de tout 
mon cœur, Seigneiu'mon 
Dieu, et je glorifierai à 
jamais votre Nom; car 
vous êtes, Seigneur, plein 
de douceur et de bonté, 
et riche en miséricordes 
envers tous ceux qui 



Offertoire, Gonfite- 
bor tibi, Domine Deus 
meus, in toto corde 
meo, et glorificabo 
Nomen tuum in ster- 
num; quoniam tu. 
Domine, suavis et mi- 
tis es, et multae mi- 
sericordis omnibus 



LA F^TE DU SAINT NOM DE J^US. 247 

invocantibus te, aile- i Toas inyoqaent, aile- 
laia. I liiia. 

Secrète. Dieu de bonté, que votre bénédiction, 
qui donne la vie à toutes vos créatures, sanctifie 
ce sacrifice que nous offrons à la gloire du nom 
de votre Fils Notre-Seigneur Jésus -Christ, afin 
qu'il puisse être agréable à votre Msgesté, pro- 
curer sa gloire, et servir à notre salut. Nous 
vous en prions par le même N.- S. J.- C. 

Mémoire du Dimanche. 

SANCTIFIEZ, Seigneur, les dons que nous vous 
of&ons, et purifiez -nous des taches de nos 
péchés. Par N.-S. J.-C. 

Préface de laNatMté,p. 111. 



Communion. Om- 
nes gentes quascum- 
que fecisti venient, et 
adorabunt coram te. 
Domine, et glorifi- 
cabunt Nomen tuum, 
quoniam magnus es 
tu, et faciens mira- 
bilia : tu es Deus so- 
lus, alléluia. 



Communion. 
les nations que vous avez 
créées viendront se pro- 
sterner devant vous. Sei- 
gneur, et glorifieront vo- 
tre Nom; car vous êtes 
grand, vous êtes celui 
qui opère les merveilles, 
vous êtes le seul Dieu, 
alléluia. 

Postcommunion. Dieu tout-puissant et étemel, 
qui nous avez créés et qui nous avez rachetés, 
daignez exaucer nos prières, et agréez avec 
bonté le sacrifice de la victime de salut que nous 
avons offert à votre Majesté en l'honneur du 
saint Nom de Jésus-Christ votre Fils ; afin qu'a- 



248 LA FBTE Dr SAINT NOM DE JKSl S. 

près avoir reçu ici - bas Teffusion de votre grâce 
par le Nom glorieux de Jésus, nous nous réjouis- 
sions de ce que nos noms auront été écrits dans 
les deux par une prédestination étemelle. Nous 
vous le demandons par le même N.-S. J.-C. 

Mémoire du Dimancfie. 

FAITES croître en nous, Seigneur, les effets de 
votre puissance, afin que, fortifiés par vos 
divins sacrements, nous soyons préparés par 
votre grâce à recevoir les biens qu'ils nous pro- 
mettent. Nous vous en supplions par N.-S. J.-C. 

A la fin de la Meêae, on dit fÈvanffiU suivant. 

EN ce temps -là. Il se fit des noces à Gana en 
Galilée, et la mère de Jésus s'y trouva. Jésus 
fut aussi invité à ces noces avec ses disciples. Et 
le vin étant venu à manquer, la mère de Jésus 
lui dit : Ils n'ont point de vin. Jésus lui répon- 
dit : Femme, qu'est-ce que cela fait à vous et à 
moi? mon heure n'est pas encore venue. Sa 
mère dit à ceux qui le servaient : Faites tout ce 
qu'il vous dira. Or il y avait là, pour les puri- 
fications des Juifs, six grands vases de pierre 
dont chacun tenait deux ou trois mesures. Jésus 
dit aux serviteurs : Remplissez ces vases d'eau : 
et ils les remplirent jusqu'au haut. Jésus ajouta : 
Puisez maintenant, et portez-en au maître dTiô- 
tel; et ils lui en portèrent. Dès que le inaJtre 
d'hôtel eut goûté cette eau changée en vin, ne 
sachant d'où venait ce vin, quoique les servi- 
teurs qui avaient puisé l'eau le sussent bien, il 
appela l'époux et lui dit : Tout le monde sert 



LA FÉTK OU SAINT NOM DE JESUS. <49 

d'abord le meilleur vin, et ([uand les cou vives 
ont beaucoup bu, on en sert de moins bon ; mais 
vous , vous avez réservé le bon vin jusqu'à cette 
heure. Ce fut le premier des miracles de Jésus ; 
il le lit à Cana en Galilée, et par là il fit éclater 
sa gloire, et ses disciples crurent en lui. 

A VÊPRES. 

Le» qvuUre pretniers Psaumes du Dîtnanche , p. ISfi. 
PSAUME 115. 



CREDiDi, propter 
quod locutus sum;* 
ego autem humilia- 
tus sum nimis. 

Ego dixi in excessu 
meo : * Omnis homo 
mendax. 

Quid retribuam Do- 
mino * pro omnibus 
qoœ retribuitmihi? 

Galicem salutaris 
accipiam, et nomen 
Dominl invocabo. 

Vota mea Domino 
reddam coiam omni 
populo ejus * : pretiosa 
in conspectu Domini 
mors sanctorum ejus. 

Domine , qida 
ego servus tuus , * ego 
servus tuus et filius 
andlls tuœ. 

Dirupisti vincula 



J'ai cm, c'est pourquoi 
j'ai parlé, malgré l'é- 
tat d'himiiliation où je 
me suis vu réduit. 

J'ai dit dans le trouble 
de mon àme: Tout homme 
est menteur. 

Que rendrai-je au Sei- 
gneur pour tous les biens 
dont il m'a comblé? 

Je prendrai le calice 
du salut, et j'invoquerai 
le nom du Seigneur. 

Je lui offrirai mes vœux 
en présence de tout son 
peuple : la mort des saints 
du Seigneur est précieuse 
devant lui. 

Dieu, je suis votre 
serviteur, je suis votre 
serviteur pt le fils de 
votre servante. 

Vous avez rompu me« 



250 



LA PÉTE DU SALIT NOM DE JB^US. 



liens; Je vous offrirai on 
sacrifice de louange, et 
jlnvoquerai le nom du 
Seigneur. 

J'accomplirai les vœux 
que je lui ai faits, je les 
accomplirai aux yeux de 
son peuple dans les par- 
vis de son temple, au 
milieu de Jérusalem. 



mea; * tibi sacrifica- 
bo hostiam laudis, et 
nomen Domini invo- 
cabo. . 

Vota mea Dojnino 
reddam in conspectu 
omnis populi ejus, * 
in atriis domus Do- 
mini, in medio tui, 
Jérusalem. 



HYMNE. 



LE souvenir de Jésus est 
doux : il répand dans 
le cœur la véritable joie; 
mais aucune douceur 
n'est comparable à sa 
présence. 

Rien de plus doux à 
chanter, de plus agréable 
à entendre, de plus déli- 
cieux à méditer, que Jé- 
sus Fils de Dieu. 

Jésus, Tespoir des 
pénitents, que vous êtes 
miséricordieux envers 
ceux qui vous invo- 
quent ! que vous êtes bon 
pour ceux qui vous cher- 
chent! mais que n'étes- 
vous pas pour ceux qui 
vous trouvent! 



JEsu dulcis memoria, 
Dans vera cordi 
gaudia; 
Sed super mel et om- 

nia 
£j us dulcis praesentia. 
Nil canitur suavius, 
Nil auditur jucun- 

dius, 

Nil cogitatur dulcius , 

QuamJesusDei Filius. 

Jesu, spespœniten- 

tibus, 

Quam plus es peten- 

tibus ! 
Quam bonus te qu%- 

rentibus! 
Sed quid invenienti- 
bus! 



LA FETE DU SAINT NOM DE JÉSUS. 251 



Nec lingua valet 
dicere, 
Nec littera exprimere; 
Expertus potest cre- 

dere 
Quid sit Jesum dili - 
gère. 
Sis^ Jesu, nostrum 
gaudimu, 
Qui es futurus prœ- 

mium; 
Sit nostra in te gloria , 
Percuncta semper spé- 
cula. Amen. 
^, Sit Nomen Do- 
mini benedictmn, al- 
léluia. ^. Ex hoc nunc 
et usque in saeculum, 
alléluia. 

A Magnificat. 



Non, la parole ne peut 
exprimer, l'écriture ne 
saurait rendre, l'expé- 
rience seule fait connaître 
ce que c'est que d'aimer 
Jésus. 

Soyez donc notre joie , 
6 Jésus, qui serez notre 
récompense; qu'en vous 
soit notre gloire pendant 
tous les siècles. 

Ainsi soit- il. 

y. Que le Nom du Sei- 
gneur soit béni, alléluia. 
^. Maintenant et dans 
tous les siècles, alléluia. 



Ant. Vocabis No- 
men ejus Jesum; ipse 
enim salvum faciet 
populum suum a pec- 
catis eorum, alléluia. 



Ant. Vous le nomme- 
rez Jésus; car c'est lui 
qui délivrera son peuple 
de ses péchés, alléluia. 



^^ 



nt 



LE m^ biM. APRÈS L EPIPHANIE. 



LE Ilï* DIMANCHE APRES L'EPIPHANIE. 



A LA MBSSB.— introït. 



ADORATE Deum , om- 
nes Angeli gus : 
audivit, et Isetata est 
Sion, etexsultavemnt 
filiae JtidaB. Ps. Domi- 
nus regnavit, exsultet 
terra, laetentur insu- 
lae mnltœ. j, Gloria 
Patri. 



ADOREZ le Seignear, 
TOUS tous qui êtes ses 
Anges : Sion a entendu 
sa voix, et s'est réjouie; 
les filles de Juda ont été 
dans TaUégresse. Ps. Le 
Seigneur est entré dans 
son règne, que la terre 
tressaille, que les îles 
lointaines se réjouissent. 
f. Gloire au Père. 

Collecte, Dieu tout-puissant et éternel, jetez 
un regard de miséricorde sur notre faiblesse , et 
étendez, pour nous secourir, le bras puissant de 
votre souveraine Majesté. Par N.-S. J.-G. 

ÉPITRE. 

MES frères. Ne soyez pas sages à vos propres 
yeux, ne rendez à personne le mal pour le 
mal, ayez soin de faire le bien, non-seulement 
devant Dieu, mais aussi devant tous les hommes. 
Vivez en paix, si cela se peut, et autant qu'il est 
en vous, avec toutes sortes de personnes. Ne vous 
vengez point vous-mêmes, mes chers frères; 
mais cédez plutôt à celui qui est eu colère ; car 
il est écrit : La vengeance m'est réservée, et 
c'est moi qui l'exercerai, dit le Seigneur. Au 



LE Ilf DIMANCHB APRÈS l'bPIPIIANII. 253 

contraire^ si votre ennemi a faim, donnez -lui 
à manger; s*ii a soif, donnez -lui à boire; car, 
en agissant de la sorte, vous amasserez des 
charbons de feu sur sa tête. Ne vous laissez pas 
vaincre par le mal, mais travaillez à vaincre le 
mal par le bien. 

Graduel. Les nations 
craindront votre nom. 
Seigneur, et tous les rois 
de la terre connaîtront 
votre gloire, ji-. Parce que 
le Seigneur a rebâti Sion, 
et qu'il y sera vu dans sa 
gloire. 

Alléluia, alléluia, y. 
Le Seigneur est entré 
dans son règne; que la 
terre tressaille, que les 
lies lointaines se réjouis- 
sent. Alléluia. 



Graduel. Timebunt 
gentes nomen tuum. 
Domine , et omnes 
reges terrae gloriam 
tuam. j^. Quoniam 
aedificavit Dominus 
Sion, et videbitur in 
majestate sua. 

Alléluia, alléluia. 
V. Dominus regnavit, 
exsultet terra : Isten- 
tur insalie multa^. Al- 
léluia. 



ÉVANGILE. 

EN ce temps -là, Jésus étant drscendu de la 
montagne, une grande foule de peuple le 
suivit. Alors un lépreux, venant à lui, Tadora 
en. disant : Seigneur, si vous voulez, vous pou- 
vez me guérir. Jésus, étendant la main, le 
toucha et lui dit: Je le veux, soyez guén; et à 
rinstant sa lèpre disparut. Jésus lui dit : Gai'- 
dez-vous bien de parler de ceci à personne; mais 
allez, montrez-vous au prêtre, et faites l'offrande 
prescrite par Moïse, afin que cela leur serve de 



254 LK III* DIMANCHE APRÈS l'ÉPIPHANIB. 

témoignage. Jésus étant ensuite entré dans Ca- 
pharnatim^ un centenier s'approcha de lui et 
lui fit cette prière : Seigneur, j*ai chez moi un 
serviteur malade d'une paralysie dont il souffre 
beaucoup. Jésus lui dit : J'irai, et je le guérirai. 
Le centenier répondit : Seigneur, je ne suis pas 
digne que vous entriez dans ma maison : mais 
dites seulement une parole, et mon serviteur 
sera guéri. Car moi, qui ne suis qu'un oflBcier 
subalterne, je dis à un des soldats que j'ai sous 
moi : Allez, et il va; et à un autre : Venez, et il 
vient; et à mon serviteur : Faites cela, et il le 
fait. Jésus , entendant ces paroles , en fut dans 
l'admiration, et dit à ceux qui le suivaient: Je 
vous le dis en vérité, je n'ai point trouvé une si 
grande foi dans Israël. Aussi, je vous le déclare, 
plusieurs viendront de l'Orient et de l'Occident, 
et auront place au festin dans le royaume des 
cieux avec Abraham, Isaac et Jacob, tandis que 
les enfants du royaume seront jetés dans les 
ténèbres extérieures ; c'est là qu'il y aura des 
pleurs et des grincements de dents. Alors Jésus 
dit au centenier: Allez, et qu'il vous soit fait 
comme vous avez cru. Et à l'heure même sou 
serviteur fut guéri. 

Offertoire. La droite Offertoire. Dextera 
du Seigneur a manifesté Domini fecit virtu- 
sa puissance, la droite tem, dextera Domini 
du Seigneur m'a élevé : exaltavit me : non 
je ne mourrai pas, mais moriar, sed vivam, 
je vivrai , et je raconterai et narraho opéra Do- 
les œuvi'es du Seigneur, mini. 



LE 1V« DIMANCHE APBBS l'ÉPIPHANIE. 255 

Secrète, Seigneur^ que cette divine hostie ef- 
face nos péchés, et sanctifie les corps et les âmes 
de vos serviteurs, afin qu'ils puissent célébrer 
dignement ce sacrifice. Par N.-S. J.-C. 

Préface de la stànte Trinité, p. 1S8. 



Communion. Mira- 
bantur omnes de his 
quae procedebant de 
ore Dei. 



Communion. Tout le 
peuple était dans l'ad- 
miration des paroles qui 
sortaient de la bouche 
de Dieu. 

Postcommunion. Seigneur, qui nous faites la 
grâce de participer à de si augustes mystères , 
daignez nous rendre dignes d'en recevoir les 
fruits. Par N.-S, J.-G. 

A Magnificat. 



Ant. Domine, si vis, 
potes^e mundare. Et 
ait Jésus: Volo, mun- 
dare. 



Ant. Seigneur, si vous 
voulez, vous pouvez me 
guérir. Jésus dit : Je le 
veux, soyez guéri. 



LE IV DIMANCHE APRES L'EPIPHANIE. 

Messe du Se THmanche, p. S5S, excepté ce quisial. 

Collecte. Dieu, qui savez que, faibles comme 
nous le sommes, nous ne pouvons nous soutenir 
au milieu des périls qui nous environnent, don- 
nez-nous la santé de l'âme et du corps, afiu 
que nous surmontions par votre assistance ce 
que nous avons à souffrir pour nos péchés. Nous 
vous en supplions par N.-S. J.-C. 



f > 



256 lk 1v« dimanche après h epiphanie. 

spItre. 

MES frères , Ne demeurez redevables à personne 
que de Tamour que Ton se doit les uns aux 
autres : car celui qui aime son prochain accom- 
plit la loi. En effet, ces commandements de 
Dieu ; Vous ne conmiettrez point d*adultère; 
Vous ne tuerez point ; Vous ne déroberez point ; 
Vous ne porterez point de faux témoignage; 
Vous ne désirerez rien des biens de votre pro- 
chain; et s'il y en a quelque autre semblable : 
tous ces conmiandements, dis-je, sont compris 
en abrégé dans cette parole : Vous aimerez votre 
prochain comme vous-même. L'amour qu'on a 
pour le prochain ne souffre point qu'on lui fasse 
du mal. Ainsi l'amour est l'accomplissement de 
la loi. 

ÉVANGILE. 

EN ce temps - là , Jésus entra dans une barque 
accompagné de ses discipîes , et tout à coup 
il s'éleva sur la mer une si violente tempête, 
que la barque était couverte par les vagues : 
Jésus cependant dormait. Alors ses disciples 
s'approchèrent de lui et le réveillèrent, en lui 
disant : Seigneur, sauvez-nous, nous périssons. 
Jésus leur dit : Pourquoi craignez-vous, hommes 
de peu de foi? En même temps il se leva et com- 
manda aux vents et à la mer : et il se fit un 
grand calme. Alors ils furent tous saisis d'éton- 
nement, et ils disaient : Quel est celui-ci, à qui 
les vents et la mer obéissent? 
Seagate, Faites, s'il vous philt. Dieu tout- 



L£ V« DIMAUGUE APBBS L'ÉPIPHAMB. 257 

ptiissant, que le sacrifice que nous vous offrons 
purifie notre faiblesse et la préserve de tout mal. 
Par N.-S, J.-G. 

Préface de la sainte Trinité, p. 1S8. 

Postcommunion. Que vos dons , Seigneur, nous 
détachent des plaisirs de la terre , et rétablissent 
toujours nos forces pai* une nourritiire toute cé- 
leste. Nous vous le demandons par N.-S. J.-G. 

À Magnificat. 



Ant. Domine, salva 
nos, perimus; impe- 
ra, et fac, Deus, tran- 
qtdllitatem. 



Ant. Seigneur, sauvez- 
nous, nous périssons; 
ordonnez, Seignem*, et 
faites régner le calme. 



LE V- DlMAiNCHE APRÈS L'EPIPHANIE. 

Meuse du Se Dimanche^ p. iii , excepté ce qui suit. 

Collecte. Seigneur, que votre secours conti- 
nuel conserve votre famille, et, coumie elle ne 
s'appuie que sur l'espérance de votre grâce cé- 
leste, faites qu'elle soit toujours munie de votre 
protection. Pai' N.-S. J.-G. 

épItre. 

MES frères, Ayez, comme il convient à des 
élus de Dieu, saints et bien -aimés, des 
entrailles de miséricorde , de bonté , d'humilité , 
de modestie, de patience; vous supportant mu- 
tuellement , vous pardonnant les uns aux autres 
les sujets de plainte que vous pouvez avoir : 
comme le Seigneur vous a pardonné , pardonnez 
de même. Mais surtout ayez la charité , qui est 

N. 33 IT 






258 LE V** DIMAKCHS APRÈS l'BPIPHAMIE. 

le lien de la perfection; faites régner dans vos 
cœurs la paix de Jésus-Christ, à laquelle vous 
avez été appelés pour ne faire qu'un corps ; et 
soyez reconnaissants. Que la parole de Jésus- 
Glirist demeure en vous avec plénitude, et vous 
comble de sagesse; instruisez- vous et exhortez- 
vous les uns les autres par des psaumes, des 
hymnes et des cantiques spirituels, chantant 
de cœm* avec édification les louanges de Dieu. 
Quelque chose que vous fassiez, soit en parlant, 
soit en agissant, laites tout au nom du Seigneur 
Jésus- Christ, rendant des actions de grâces à 
Dieu le Père, par Jésus-Christ Notre-Seigneur. 

ÂVANGILE. 

IN ce temps-là, Jésus proposa au peuple qui le 
-i suivait en foule une parabole en disant : 
Le royaume du ciel est semblable à un homme 
qui avait semé du bon grain dans son champ; 
mais pendant que tout le monde était endormi , 
son ennemi vint, sema de l'ivraie parmi le fro- 
ment, et se retira. Quand l'herbe eut poussé et 
fut montée en épis, l'ivraie parut aussi. Alors 
les serviteurs du père de famille vinrent lui dire : 
Seigneur, n'avez-vous pas semé du bon grain 
dans votre champ? d'où vient donc qu'il y a de 
l'ivraie? Il leur répondit : C'est mon ennemi qui 
l'a semée. Ses serviteurs lui dirent : Voulez- 
vous que nous allions l'arracher? Non, leur 
répondit -il, de peur qu'en arrachant l'ivraie 
vous n'arrachiez en même temps le bon grain. 
Laissez croître l'un et l'autre jusqu'au temps de 



us Vl*> DIMAlfCIllt APBBS l'ÉPIPHAAIK. 259 

la moisson^ et alors je dirai aux moissonneurs : 
Arrachez d'abord Tivraie, et liez -la eu bottes 
pour la brûler; mais renfermez le froment dans 
mon grenier. 

Secrète, Nous vous offrons. Seigneur, ces 
hosties de propitiation , afin que, dans votre 
miséricorde, vous nous pardonniez nos péchés, 
et vous souteniez nos cœurs chancelants. Par. 

Préface de la sainte Trinité, p. 118. 

Postcommunion, Nous vous supplions. Dieu 
tout -puissant, de nous accorder les grâces dont 
nous ayons reçu le gage dans ces saints mys- 
tères. ParN.-S. J.-G. 

A Magnificat. 



Ant, Golligite pri- 
mum zizania, et alli- 
gate ea in fascicules 
ad comburendum; tri- 
ticum autem congre- 
gâte in horreum me- 
um, dicit Dominus. 



Ant, Arrachez d'alx)rd 
l'ivraie, et liez -la en 
bottes pour la brûler; 
mais renfermez le fro- 
ment dans mon grenier, 
dit le Seigneur. 



LE VI- DIMANCHE APRES L'EPIPHANIE. 

Meue du 8« Dimanche , p. S52, excepté ce qui mit. 

Collecte, Faites, nous vous en supplions. Dieu 
tout -puissant, qu'étant occupés sans cesse de 
pensées pieuses, nos pai'oies et nos actions soient 
conformes à votre sainte volonté. Par N.- S. J.- G. 



±60 LB VI* DlHAffCUB APRiS l'bPIPHANIE. 

bpItre. 

MES frères, Nous rendons à Dieu pour vous 
tous de continuelles actions de grâces, sans 
jamais vous oublier dans nos prières, nous sou- 
venant, devant Dieu notre Père, des œuvres de 
votre foi, des travaux de votre charité et de la 
fermeté de votre espérance en Notre - Seigneur 
Jésus -Christ. Car nous savons, mes frères ché- 
ris de Dieu, quelle a été votre élection, puis- 
que la prédication que nous vous avons faite de 
rÉvangile n'a pas été seulement en paroles , 
mais qu'elle a été accompagnée de miracles, 
de la vertu du Saint-Esprit, et d'une grande 
abondance de grâces. Vous savez aussi de quelle 
manière nous avons agi parmi vous pour votre 
salut. Et vous, de votre côté, vous êtes devenus 
nos imitateurs, et les imitateurs du Seigneur, 
ayant reçu la parole, au milieu de plusieurs 
afflictions, avec la joie du Saint-Esprit: de 
sorte que vous avez servi de modèles à tous ceux 
qui ont reçu la foi dans la Macédoine et dans 
TAchaïe. Car non- seulement vous avez donné 
lieu au progrès de la parole du Seigneur dans la 
Macédoine et dans TAchaïe, mais votre foi en 
Dieu est devenue célèbre partout; en sorte qu'il 
n'est pas nécessaire que nous en parlions , puis- 
qu'on publie partout quel a été le succès de notre 
arrivée chez vous, et comment vous vous êtes 
convertis à Dieu, quittant les idoles pour servir 
le Dieu vivant et véritable, et attendre du ciel 
son Fils Jésus, qu'il a ressuscité d'entre les 



LK yi« DIMANCBB APBÂS L'ÉPIPHAinE. 261 

morts, et qui nous a délivrés de la col Are à 
venir. 

ÉVANGILE. 

EN ce temps-là, Jésus proposa au peuple qui 
le suivait en foule une parabole, en disant : 
Le royaume des cieux est semblable à un grain 
de sénevé qu'un homme prend et sème dans 
son champ. Ce grain est, à la vérité, la plus 
petite de toutes les semences ; mais quand il a 
poussé, c'est le plus grand de tous les légumes, 
et il devient un arbre , en sorte que les oiseaux 
du ciel se reposent sur ses branches. Il leur dit 
encore une autre parabole ; Le royaume du ciel 
est semblable à du levain qu'une femme prend 
et met dans trois mesures de farine, jusqu'à ce 
que la pâte soit entièrement levée. Jésus dit au 
peuple toutes ces choses en paraboles, et il ne 
leur parlait point sans paraboles , afin que cette 
parole du Prophète fût accomplie : J'ouvrirai 
ma bouche pour dire des paraboles ; je publierai 
des choses qui ont été cachées depuis la création 
du monde. 

Secrète. Que cette oblation, ô Dieu, nous pu- 
rifle et nous renouvelle, qu'elle nous conduise et 
nous protège. Par N.-S. J.-C. 

Préface de la sainte Trinitéjp. H8. 

Postcommunion, Nourris de vos célestes dé- 
lices. Seigneur, nous vous supplions de nous 
faire désirer sans cesse cette nourriture sacrée , 
qui nous donne la véritable vie. Par N.- S. J,-C. 



262 LE DIMANCHE DE LA SEPTUAGASIMB. 

A Magnificat. 



Ant, Le royaume du 
ciel est semblable à du 
levain qu'une femme 
prend et met dans trois 
mesures de farine, jus- 
qu'à ce que la pâte soit 
entièrement levée. 



Ant, Simile est re- 
gnum cœlorum fer- 
ment©, quod acce- 
ptum mulier abscon- 
dit in farinae satis tri- 
bus, donec fermenta- 
tum est totum. 



LE DIMANCHE DE LA SEPTUAGESIME. 
A LA MESSE. — introït. 



LES angoisses de la mort 
m'ont environné , les 
douleurs de l'enfer m'ont 
investi; j'ai invoqué le 
Seigneur dans mon af- 
fliction, et de son saint 
temple il a entendu ma 
voix. Ps. Je vous aime- 
rai. Seigneur, qui êtes 
ma force : le Seigneur 
est mon appui, mon re- 
fuge et mon libérateur. 
^, Gloire au Père. 



CIRCUMDEDERtWT me 
gemitus mortis , 
dolores infemi cir- 
cumdederunt me ; et 
in tribulatione méa 
invocavi Dominum , 
et exaudivit de tem- 
ple sancto suo vocem 
meam. Ps. Diligam 
te. Domine, fortitudo 
mea : Dominus fir- 
mamentum meum , 
et refugium meum, 
et liberator meus. ^. 
Gloria Patri. 

On ne dit poi Gloria in exceXsi» jusqu'à Pâques, le Jeudi et 
le Samedi saints, et les jours de Fête excités. 

Collecte. Nous vous supplions, Seigneur, 
d'exaucer dans votre bonté les prières de votre 
peuple, afin que votre miséricorde nous délivre. 



LB DIMAKCHB DE LA SKPTUAGtfllVI. 268 

pour la gloire de votre nom, des maux iont 
votre justice nous afflige en punitio i de nos 
péchés. Par N.-S. J.-G. 

ÉPÎTRE. 

MES frères, Ne savez-vous pas que quand on 
court dans la lice, tous courent, mais un 
seul remporte le prix? Gourer donc de telle sorte 
que vous le remportiez. Or les athlètes gardent 
en tout une exacte tempérance, et cependant 
"e n'est que pour gagner une couronne corrup- 
tible , au lieu que nous en attendons une incor- 
raptible. Pour moi, je cours, non pas comme 
au hasard; je combats, non pas en donnant des 
coups en Tair; mais je traite rudement mon 
corps , bt je le réduis en servitude , de peur qu'a- 
près avoir prêché aux autres je ne sois réprouvé 
moi-même. Or, vous ne devez pas ignorer, mes 
frères, que nos pères ont tous été sous la nuée, 
qu'ils ont tous traversé la mer Rouge, qu'ils ont 
tous été baptisés, sous la conduite de Moïse, dans 
la nuée et dans la mer, qu'ils ont tous mangé la 
même viande mystérieuse, etqn'ils ont tous bu 
le même breuvage mystérieux (car ils buvaient 
de l'eau de la pierre mystérieuse qui les suivait, 
et cette pierre était Jésus -Christ). Cependant il y 
en eut peu dans un si grand nombre qui fussent 
agréables à Dieu. 



Gradue l.XôiTiiOT 
in opportunitatO)us, 
in tribulatione : spe- 
rent in te qui nove- 



Graduel. Seigneur, qui 
êtes notre soutien dans 
le temps favorable et au 
jour de l'adversité, que 



264 LE DIMANCHE DE LA SEPTUAGtolME. 



tous ceux qui connaissent 
votre nom espèrent tou- 
jours en vous, parce que 
vous n'abandonnez pas 
ceux qui vous cherchent. 
f. Le pauvre ne sera pas 
éternellement en oubli : 
la patience des malheu- 
reux ne périra pas : le- 
vez-vous, Seigneur, que 
rhomme ne triomphe 
pas. 

Trait. Du fond de Ta- 
bîme j'ai crié vers vous, 
Seigneur : Seigneur , 
écoutez ma voix, f. Que 
vos oreilles soient atten- 
tives à la prière de votre 
serviteur, f. Si vous exi- 
gez, Seigneur, un compte 
sévère de nos iniquités, 
qui pourra subsister de- 
vant vous, ô mon Dieu? 
}\ Mais vous aimez à par- 
donner; aussi, appuyé 
sur votre loi, j'attends, 
Seigneur, votre secom^s. 



runt te ; quoniam non 
derelinquis quâeren- 
teste. Domine, j^. Quo- 
niam non in finem 
oblivio erit pauperis : 
patientia pauperum 
non peribit in aeter- 
num : exsurge. Do- 
mine, non praevaleat 
homo. 



Trait, De profun- 
dis clamavi ad te , 
Domine : Domine, 
exaudi vocem meam. 
^. Fiant aures tuae iu- 
tendentes in oratio- 
nem servi tui. f. Si 
iniquitates observa- 
veris. Domine; Do- 
mine, quis sustine- 
bit? f. Quia apud 
te propitiatio est, et 
propter legem tuam 
sustinui te, Domine. 



ÉVANGILE. 

ÏjiN ce temps -là, Jésus dit à ses disciples : Le 
i royaume du ciel est semblable à un père de 
famille qui sortit de grand matin afin de iOuer 



LE DIMAirCHS DE LA SEPTUA6ÉSIME. 265 

des ouvriers pour sa vigne. Après être convenu 
avec eux d'un denier pour leur journée, il les 
envoya à sa vigne. Étant sorti vers la troisième 
heure, il en vit d'autres qui étaient oisifs sur 
la place publique, et il leur dit : Vous aussi, 
allez à ma vigne , et je vous donnerai ce qui 
sera raisonnable; et ils y allèrent. Il sortit en- 
core vers la sixième heure et vers la neuvième, 
et il fit la même chose. Enfin il sortit vers la 
onzième heure; et en ayant trouvé d'autres, il 
leur dit : Pourquoi vous tenez -vous ici tout le 
iour dans l'oisiveté? C'est, lui répondirent -ils, 
parce que personne ne nous a loués. Et il leur 
dit: Et vous aussi, allez à ma vigne. A la fin 
du jour, le maître de la vigne dit à son inten- 
dant: Appelez les ouvriers, et payez -les, en 
commençant par les derniers et en finissant 
par les premiers. Ceux donc qui étaient venus 
vers la onzième heure, s'étant approchés, re- 
çurent chacun un denier. Ceux qui avaient été 
loués les premiers, venant à leur tour, s'atten- 
daient à recevoir davantage; mais ils ne re- 
çurent tous qu'un denier, et en le recevant ils 
înurmaraient contre le père de famille. Ces 
derniers, disaient -ils, n'ont travaillé qu'une 
heure, et vous leur avez donné autant qu'à 
nous, qui avons porté le poids du jour et de la 
chaleur. Mais il répondit à l'un d'eux : Mon 
ami , je ne vous fais point de tort : n'ètes-vous 
pas convenu avec moi d'un denier? Prenez ce 
qui vous appartient, et retirez -vous : je veux 
donner à ce dernier autant qu'à vous. Ne m'est-il 



266 LE DlMAIfCBE DE LA SEPTUACkSIME. 

pas pennis de faire ce que je veux? faut-il que 
votre oeil soit mauvais parce que je suis bou? 
C'est ainsi que les derniers seront les premiers, 
et les premiers seront les derniers : car il y en 
a beaucoup d'appelés, mais peu d'élus. 

Offertoire, Il est bon Offertoire. Bonum 
de rendre gloire au Sei- est confiteri Domino, 
gneur, et de chanter votre et psailere nomlui 
nom, 6 Dieu très -haut, tuo, Altissime. 

Secrète. Nous vous supplions. Seigneur, après 
avoir reçu nos oftrandes et nos prières, de nous 
purifier par vos célestes mystères, et de nous 
exaucer dans votre bonté. Par N.-S. J.-C. 

Préface de la BOÎTite Triniti , p. 128. 

Communion. Dlu- 
mina faciem tuam 
super servum tuum, 
et salvum me fac in 
tua misericordia : Do- 
mine, non confundar, 
quoniam invocavi te. 



Communion. Faites 
laire sur votre serviteur 
la lumière de votre vi- 
sage, et sauvez-moi dans 
votre miséricorde : Sei- 
gneur, que je n'aie point 
à rougir de vous avoir 
invoqué. 

Postcommunion. Que vos fidèles. Seigneur, 
soient fortifiés par vos dons, afin qu'après les 
avoir reçus ils les désirent encore, et qu'en les 
désirant ils les reçoivent sans fin. Nous vous en 
prions par N.-S. J.-C. 

A VÊPBBS 
Psaumes, Antienne» et Hymne du Dimanefw, p. lili. 

A Magnificat. 
An t. Le père de fa- 1 Ant. Dixii paterfa- 



LB DIMANCHE DE LA SBXAGÉStME. 



Î67 



milias operariis suis : 
Quid hic statis tota 
die otiosi? At illi re- 
spondentesdixerant : 
Quia nemo nos con- 
duxit. Ite et vos in 
vineam meam , et 
quod justmn fuerit 
dabo vobis. 



mille dit aux ouvriers : 
Pourquoi vous tenez- vous 
ici tout le jour dans l'oi- 
siveté? C'est, lui répon- 
dirent-ils , parce que per- 
sonne ne nous a loués. 
Et il leur dit : Et vous 
aussi , allez à ma vigne , 
et je vous donnerai ce 
qui sera raisonnable. 



LE DIMANCHE DE LA SËXAGËSIME. 
A LA MESSE. — TNTROÏt. 



Exsubge; quare ob- 
dormis, Domine? 
exsurge, et ne repel- 
las in finem : quare 
faciem tuam avertis? 
oblivisceris tribula- 
tionem nostram ? Ad- 
haBsit in terra venter 
noster: exsurge, Do- 
mine, adjuva nos, et 
libéra nos. Ps, Deus , 
auribus nostris audi- 
vimus : patres nostri 
annuntiaverunt no- 
bis, f, Gloria Patri. 



LEVEZ -vous. Seigneur; 
pourquoi dormez - 
vous ? Levez- vous , et ne 
nous rejetez pas pour 
toujours : pourquoi dé- 
tournez-vous votre vi- 
sage? pourquoi oubliez- 
vous notre détresse? Notre 
âme est abattue dans la 
poussière : levez - vous , 
Seigneur, venez à notre 
aide, et délivrez - nous. 
Ps, Seigneur, nous avons 
entendu, nos pères nous 
ont raconté, f. Gloire au 
Père. 



Collecte, Dieu, qui voyez que nous ne met- 



268 LE DIMANCBB DE LA SEXAGifeSIME. 

tons notre confiance dans aucune de nos œuvres , 
daignez nous fortifier contre toutes les adver- 
sités par la protection du Docteur des nations. 
Nous vous en supplions par N.-S. J.-G. 

épItre. 

MES frères, Étant sages comme vous Tètes, 
vous supportez sans peine les imprudents, 
puisque vous souffrez même qu'on vous asser- 
visse, qu'on vous dévore, qu'on prenne votre 
bien, qu'on s'élève coi^tre vous, qu'on vous 
frappe au visage. C'est à ma confusion que je 
le dis, puisque nous passons pour avoir été trop 
faibles en ce point. Au reste, aucun de ceux 
qui veulent vous conduire ne peut se glorifier de 
quelque avantage (je parle comme un impru- 
dent) dont je ne puisse me glorifier aussi. Sont- 
ils Hébreux? je le suis aussi. Sont-ils Israélites? 
je le suis aussi. Sont-ils de la race d'Abraham? 
j'en suis aussi. Sont -ils ministres de Jésus- 
Cbrist? quand je devrais passer pour impru- 
dent, j'ose dire que je le suis encore plus qu'eux. 
J'ai essuyé plus de travaux, reçu plus de coups , 
enduré plus de prisons ; je me suis vu souvent 
près de la mort. J'ai reçu des Juifs, en cinq 
différentes fois, trente -neuf coups de fouet; 
j'ai été battu de verges par trois fois; j'ai été 
lapidé une fois; j'ai fait naufrage trois fois; j'ai 
passé un jour et ime nuit au fond de la mer : 
souvent en voyage, exposé à toutes sortes de 
périls, périls sur les rivières, périls du côté des 
voleurs , périls de la part de ceux de ma na- 



LB DIMANCHE DE LA SEXAGBSIME. 269 

tioii; périls de la part des pafens^ périls dans 
les villes, périls dans les déserts, périls sur la 
mer, périls panni les faux frères; j*ai enduré 
des travaux et des fatigues, des veilles fré- 
cpientes, la faim et la soif, les jeûnes, le froid 
et la nudité. Outre ces maux extérieurs , le soin 
que j'ai de toutes les Églises attire sur moi une 
foule d'aflaires qui m'assiègent tous les jours. 
Qui est faible sans que je m'aft'aiblisse avec lui? 
qui est scandalisé sans que je brûle? S'il faut 
se glorifier, je me glorifierai de mes faiblesses. 
Dieu, qui est le Père de Notre -Seigneur Jésas- 
Ghrist et qui est béni dans tous les siècles, sait 
que je ne mens pomt. A Damas, le gouverneur 
de la province pour le roi Arétas faisait garder 
les portes de la ville pour m'arrèter; mais on 
me descendit dans une corbeille par une fe- 
nêtre, le long de la muraille, et je m'échappai 
ainsi de ses mains. S'il faut se glorifier (quoique 
cela ne convienne pas ) , je viendrai aux visions 
et aux révélations du Seigneur. Je connais un 
homme en Jésus-Christ qui fut ravi, il y a qua- 
torze ans, jusqu'au troisième ciel ( si ce fut avec 
son corps ou sans son corps, je ne puis le dire. 
Dieu seul le sait) ; mais je sais que cet homme 
fut ravi dans le paradis ( si ce fut avec son corps 
ou sans son corps, je ne le sais pas. Dieu seul 
le sait) , et qu'il y entendit des paroles mysté- 
rieuses, qu'il n'est pas permis à un homme de 
rapporter. Je pourrais me glorifier au sujet d'un 
tel homme; mais pour ce qui me regarde, je 
ne veux me glorifier que de mes faiblesses. Après 



270 



LB DIMANCHE DB LA SBXAGBSUU. 



tout, si je voulais me glorifier, ce ne serait pas 
une folie à moi, car je dirais la vérité; mais je 
m'en abstiens, afin que personne ne m'estime 
au-dessus de ce qu'il voit en moi, ou de ce qu'il 
entend dire de moi. Aussi , de peur que la gran- 
deur de mes révélations ne m'inspire de l'or- 
gueil, l'aiguillon de ma chair m'a été donné 
comme un ange de Satan pour me souffleter. 
C'est pourquoi j'ai prié trois fois le Seigneur de 
l'éloigner de moi ; et il m'a répondu : Ma grâce 
vous suffit; car la force se peifectionne dans la 
faiblesse. Je me glorifierai donc volontiers de 
mes faiblesses, afin que la force de Jésus-Christ 
demeure en moi. 
Graduel. Que les na- 



tions sachent que votre 
nom est Dieu, que vous 
êtes le seul Très -Haut. 
^, Mon Dieu, qu'ils soient 
devant vous comme un 
tourbillon, et comme la 
paille emportée par le 
souffle du vent. 

Trait, Vous avez ébran- 
lé la terre, et vous l'avez 
troublée, Seigneur, jf. 
Réparez ses ruines, car 
elle tremble encore de 
vos coups, jr. Afin que 
vos élus puissent éviter 
les traits vengeurs, et 
soient sauvés. | 



Graduel, Sciant 
gentes quoniam no- 
men tibi Deus : tu 
solus Altissimus su- 
per omnem terram* 
^. Deus meus, pone 
illos utroLam, et sicut 
stipulam ante faciem 
venti. 

Trait. Commovisti, 
Domine, terram, et 
conturbasti eam. jr. 
Sana contritiones e- 
jus, quia mota est. 
y. Ut lugiant a fade 
arcus; ut liberentur 
electi tui. 



LK DIMANCHK OH LA SBXAGÉSIME. 271 

ÉVANGILE. 

EN ce temps -là; Gomme le peuple s'assemblait 
en foule, et qu'on accourait des villes vers 
Jésus, il leur dit en parabole : Un homme soitit 
pour semer son grain: et comme il le semait, 
une partie du grain tomba le long du chemin, 
où il fut foulé aux pieds, et les oiseaux du ciel 
le mangèrent. Une autre partie tomba sur un 
endroit pierreux, et le grain, après avoir levé, 
sécha faute d'humidité. Une autre partie tomba 
dans des épines, et les épines, venant à croître 
en même temps, l'étouffèrent. Une autre partie 
tomba dans une bonne terre, et le grain, ayant 
levé, porta du fruit et rendit cent pour un. En 
disant ceci, il criait: Que celui-là entende, qui 
a des oi'eilles pour entendre. Ses disciples lui 
demandèrent ce que signifiait cette paraJoole. Et 
il leur dH: Pour vous, il vous a été donné de 
connaître le mystère du royaume de Dieu; mais 
pour les autres, on ne leur eu parle qu'en para- 
boles, afin qu'en voyant ils ne voient point, 
et qu'en entendant ils ne comprennent point. 
Voici donc ce que signifie cette parabole : La 
semence, c'est la parole de Dieu. Ce qui tombe 
sur le bord du chemin désigne ceux qui écoutent 
la parole; mais le démon vient ensuite, qui en- 
lève cette parole de leur cœur, de peur qu'en 
croyant ils ne soient sauvés. Ce qui tombe sur 
un endroit pierreux représente ceux qui, ayant 
entendu la parole, la reçoivent avec joie; mais 
comme ils n'ont point dé racine, ils ne croient 



372 



LE DIMANCHE DE LA SEXAGESIMK. 



que pour un temps, et au moment de la ten- 
tation ils se retirent. Ce qui est tombé dans les 
épines figure ceux qui ont entendu la parole, 
mais en qui elle est ensuite étouffée par les soins, 
par les richesses et par les plaisirs de la vie, en 
sorte qu'ils ne portent point de fruit. Enfin ce qui 
est tombé dans une bonne terre est Tirnage de 
ceux qui , ayant écouté la parole avec un cœur 
bon et parfait, la conservent et portent du fruit 
par la patience. 

Offertoire. Seigneur , 
affermissez mes pas dans 
vos sentiers, afin que je 
ne m'en écarte jamais; 
prêtez -moi une oreille 
favorable, et entendez 
les paroles de mon cœur ; 
faites éclater vos miséri- 
cordes, vous qui sauvez 
ceux qui espèrent en vous. 

Secrète. Faites, Seigneur, que le sacrifice qui 
vous est offert nous donne la vie et nous fort^e 
toujours. ParN.-S. J.-G. 

Préface de la sainte Trinité, p. 1S8 



Offertoire. Perfice 
gresbus meos in semi- 
tis tuis, ut non mo- 
veantur vestigia mea: 
inclina aurem tuam , 
et exaudi verba mea ; 
mirifica misericordias 
tuas, quisalvos facis 
sperantes in te, Do- 
mine. 



Communion. Je m'ap- 
procherai de l'autel de 
Dieu, du Dieu qui rem- 
plit mon àme d'une joie 
toujours nouvelle. 

Postcommumon. Nous vous demandons hum* 
blement, Dieu tout-puissant, que ceux que vons 
fortifiez par vos sacrements obtiennent la grâce 



Communion. In* 
troibo ad altare Dei , 
ad Deum qui lœtificat 
juventutem meam. 



L£ DIMANCHE DE LA QUINQUAGBSIHX. 273 

de vous servir par une conduite qui vous soit 
agréable. Nous vous en prions par N.-S. J.-C. 

A VÊPEBS. 
Pëautnet, Antiennes et Hymne du Dimanche , p. 18i. 

A Magnificat. 



Ant. Vobis datum 
est nosse mysterium 
regni Dei ; caeteris 
autem in parabolis, 
dixit Jésus discipulis 
suis. 



Ant, Pour vous, il 
vous a été donné de con- 
naître le mystère du 
royaume de Dieu; mais 
pour les autres, on ne leur 
en parle qu'en paraboles, 
dit Jésus à ses disciples. 



LE DIMANCHE DE LA QUINQUAGESIME. 
A LA MESSE. — introït. 



EsTO mihi in Deum 
protectorem, et in 
locum refugii, ut sal- 
vum me facias : quo- 
niam ûrmamentum 
meum et refugium 
meum es tu, et pro- 
pter nomen tuum dux 
mihi eris, et enutries 
me. Ps. In te, Do- 
mine, speravi, non 
confimdar in aeter- 
uum : in justitia tua 
libéra me, et eripe 
me. )r, Gloria Patri. 

M. 3â 



SOYEZ pour moi, Sei- 
gneur, un Dieu pro- 
tecteur, soyez mon asile , 
où je puisse trouver mou 
salut j car vous êtes ma 
force et mon refuge; et, 
pour la gloire de votre 
nom, vous serez mon 
guide et mon Pasteur. 
Ps, J'ai espéré en vous, 
Seigneur, je ne serai 
jamais confondu : déli- 
vi"ez-raoi dans votre jus- 
tice, et sauvez -moi. >. 
Gloire au Père. 

18 



à\ 



i74 &E milANCllE DE LA QUIMUUAGBSIMX. 

Collecte, Exaucez nos prières, Seigneur, dans 
voire miséricorde, délivrez -nous des liens de 
l'iniquité, et préservez-nous de toute adversité. 
Par N.-S. J.-G. 

BPITRE. 

MES frères, Quand je parlerais toutes les langues 
des hommes et des Anges même, si je n'ai 
la charité, je ne suis que comme un airain son- 
nant et une cymbale retentissante. Quand j'au- 
rais le don de prophétie, quand je pénétrerais 
tous les mystères, quand je posséderais toutes 
les sciences, et quand j'aurais toute la foi pos- 
sible, jusqu'à transporter les montagnes, si je 
n'ai la charité, je ne suis rien. Et quand je dis- 
tribuerais tout mon bien pour nourrir les pauvres, 
quand je livrerais mon corps pour être brûlé, 
si je n'ai la charité, tout cela ne me sert de 
rien. La charité est patiente ; elle est douce et 
bienfaisante; la charité n'est point envieuse; 
elle n'est point précipitée; elle ne s'enfle point 
d'orgueil; elle n'est point dédaigneuse; elle ne 
cherche point ses propres intérêts; elle ne se 
pique et ne s'aigrit point; elle ne pense point le 
mal; elle ne se réjouit point de l'injustice, mais 
elle se réjouit de la vérité; elle supporte tout; 
elle croit tout; elle espère tout; elle souffre tout. 
La charité ne finira jamais, au lieu que les pro- 
phéties s'anéantiront, que les langues cesseront, 
et que la science sera abolie. Car ce que nous 
avons maintenant de science et de prophétie est 
très -imparfait. Mais lorsque nous serons dans 



ut DIMAlfCBJi DK LA QUINQUAGISIME* 875 

l'état parfait^ tout ce qui est imparfait sera aboli. 
Quand j'étais enfant, je parlais en enfant, je 
jugeais en enfant Je raisonnais en enfant; mais 
lorsque je suis devenu homme, je me suis défait 
de tout ce qui tenait de l'enfant. Nous ne voyons 
Dieu maintenant que comme dans un miroir et 
sous des images obscures; mais alors nous le 
verrons face à face. Je ne le connais maintenant 
qu'imparfaitement; mais alors je le connaîtrai 
comme je suis connu de lui. Or, ces trois vertus, 
la foi, l'espérance et la charité, demeurent main- 
tenant; mais la charité est la plus excellente 
des trois. 



Graduel, Tu es, 
Deus, qui facis mira- 
bilia solus : notam fe- 
cisti in gentibus vir- 
tutem tuam. f. Libe- 
rasti in brachio tuo 
populum tuum, filios 
Israël et Joseph. 

Trait, Jubilate Deo, 
omnis terra : servite 
Domino in lastitia. f, 
Intrate in conspectu 
ejus in exsultatione; 
scitote quod Dominus 
ipse est Deus. f, Ipse 
fecit nos, et non ipsi 
nos ; nos autem popu- 



Graduel. Vous êtes le 
seul, ÔDieu, qui faites des 
prodiges; vous avez ma- 
nifesté votre puissance 
au milieu des nations. ^, 
Votre bras invincible a 
délivré votre peuple, il a 
sauvé les enfants d'Israël 
et de Joseph. 

Trait, Peuples de la 
terre, célébrez votre Dieu, 
servez le Seigneur avec 
allégresse, y. Présentez- 
vous devant lui dans les 
transports d'une sainte 
joie; sachez que le Sei- 
gneur est le seul Dieu. j^. 
C'est lui qui nous a faits. 



276 LE DIMANCHE DE LA QUINQUAGÉSIMS. 



et nous ne nous sommes 
pas faits nous-mêmes; 
nous sonmies son peuple 
et les brebis de son ber- 
cail. 



lus ejus, et oves pa- 
scuae ejus. 



EVANGILE. 

EN ce temps - là , Jésus prit les douze Apôtres 
avec lui, et leur dit : Voici que nous allons 
à Jérusalem, et tout ce qui est écrit par les Pro- 
phètes touchant le Fils de l'homme sera accom- 
pli. Car il sera livré aux gentils, traité avec dé- 
rision, flagellé, couvert de crachats : après qu'on 
l'aura flagellé on le fera mourir, et il ressuscitera 
le troisième jour. Mais ils ne comprirent rien à 
ce discom's : c'était un langage caché pour eux, 
et ils n'entendaient pas ce qu'il leur disait. Or, 
comme il approchait de Jéricho, un aveugle qui 
était assis le long du chemin , où il demandait 
l'aumône, entendant passer une troupe de gens, 
s'informa de ce que c'était. On lui dit que c'était 
Jésus de Nazareth qui passait. Aussitôt il se mit 
à crier: Jésus, fils de David, ayez pitié de moi. 
Ceux qui allaient devant l'en reprirent vivement 
en lui disant de se taire; mais il criait encore 
plus fort : Fils de David, ayez pitié de moi. 
Alors Jésus, s'arrètant, commanda qu'on le lui 
amenât; et quand l'aveugle se fut approché, il 
lui dit : Que souhaitez- vous que je vous fasse? 
Seigneur, répondit l'aveugle, faites que je voie. 
Et Jésus lui dit : Voyez ; votre foi vous a sauvé. 
A l'instant même il vit, et il le suivait en ren- 



LE DIVANCRE DE LA QUINQnAGÉSIME. 277 

daut gloire à Dieu. Et tout le peuple^ témoin de 
ce miracle, rendit aussi gloire à Dieu. 



Offertoire. Benedi- 
ctus es, Domine; do- 
ce me justificationes 
tuas; in labiis meis 
pronuntiavi omnîa 
judicia oris tui. 



Offertoire. Vous êtes 
béni, Seigneur; ensei- 
gnez-moi vos préceptes : 
mes lèvres se sont plu 
à répéter les jugements 
que vous avez prononcés. 
Secrète. Que cette hostie, Seigneur, efface, s'il 
vous plaît, nos péchés, et sanctifie Tâme et le 
corps de vos serviteurs, afin qu'ils puissent vous 
offrir dignement ce divin sacrifice. Par N.-S. J.-G. 

Préface de la sainte Trimté,p. 128. 



Communion. Man- 
ducaverunt, et satu- 
rât! sunt nimis; et 
desiderium eorum at- 
tulit eis Dominus : 
non sunt fraudati a 



Communion. Ils man- 
gèrent, et furent rassa- 
siés; Dieu contenta leurs 
désirs, et ne leur refusa 
point Ip'ir demande. 



desiderio suo. 

Postcommunion. Faites, s'il vous plait. Dieu 
tout-puissant, que, par cette céleste nourriture, 
nous soyons forûfiés contre toutes sortes d'adver- 
sités. Nous vous en prions par N.-S. J.-G. 

A VÊPRES. 

Pmumes, Antiennes et Hymne du Dimanche, p. ISî. 

A Magnificat. 



Ant. Stans autem 
Jésus, jussit caecum 
adduci ad se, et ait 



Ant. Jésus, s'arrêtant, 
conmianda qu'on lui 
amenât l'aveugle, et lui 



278 



LE MERGliEDl DES GENDEES. 



dit : Que souhaitez- vous 
que je vous fasse? Sei- 
gneur, faites que je voie. 
Et Jésus lui dit : Voyez; 
votre foi vous a sauvé. 
A rinstant même il vit, 
et il le suivait en rendant 
gloire à Dieu. 



illi : Qmd vis ut fa- 
ciam tibi? Domine, 
ut videam. Et Jésus 
ait illi : Respice; Mes 
tua te salvum fecit. 
Et confestim vidit, 
et sequebatur illum, 
magnificans Deum. 



LE MERCREDI DES CENDRES. 



En distribuant les cendres, le Prêtre dit d c?iacun : 

SouviENs-Toi , ô homme, 
que tu es poussière, 
et que tu retourneras en 
poussière. 

A LA MESSE. 

Vous avez pitié de toutes 
vos créatures. Sei- 
gneur, et vous ne haïssez 
rien de ce que vous avez 
fait; vous dissimulez les 
péchés des hommes pour 
les amener à'ia pénitence; 
et vous leur pardonnez, 
parce que vous êtes le 
Seigneur notre Dieu. Ps. 
Ayez pitié de moi, ô mon 
Dieu, ayez pitié de moi : 
car mon âme met sa con- 
fiance en vous, f. Gloire 
" Père. 



MEMENTO, homO, 
quia pulvis es , et 
in pulverem reverte- 
ris. 

— INTROÏT. 

MisERERis omnium. 
Domine, et nihil 
odisti eonun quae fe- 
cisti; dissimulans pec- 
cata hominum pro- 
pter pœnitentiam, et 
parcens illis, quia tu 
es Dominus Deus no 
ster. Ps, Miserere 
mei, Deus, miserere 
mei : quoniam in te 
confidit anima mea. 
t. Gloria Patri. 



LE HERCIIEDI DES CENDAeS. 979 

Collecte. Seigneur, accordez à vos fidèles la 
grâce d'entrer dans la solennité de ce saint jeûne 
avec une piété sincère, et d'en fournir la carrière 
avec une dévotion que rien ne puisse troubler. Par. 

ÉPITRE. 

VOICI ce que dit le Seigneur : Convertissez-vous 
à moi de tout votre cœur, dans les jeûnes , 
dans les larmes et dans les gémissements. Déchi- 
rez vos cœurs et non vos vêtements, et conver- 
tissez-vous au Seigneur votre Dieu, parce qu'il 
est bon et compatissant, qu'il est patient et riche 
en miséricordes, et qu'il peut se repentir du mal 
dont il vous a menacés. Qui sait s'il ne tournera 
point vers nous un regard favorable, s'il ne nous 
pardonnera point, et si, après nous avoir affli- 
gés, il ne nous comblera pas de ses bénédictions, 
afin que nous puissions encore ofiTrir au Seignem* 
notre Dieu nos sacrifices et nos offrandes? Faites 
retentir la trompette dans Sion, prescrivez un 
jeûne salutaire, convoquez une assemblée solen- 
nelle. Faites venir tout le peuple, ordonnez-lui 
de se purifier: assemblez les vieillards, amenez 
même les enfants et ceux qui sont encore à la 
mamelle; que l'époux sorte de sa couche, et 
l'épouse de son lit nuptial; que les prêtres et les 
ministres du Seigneur, prosternés entre le vesti- 
bule et l'autel, fondent en larmes et s'écrient: 
Pardonnez, Seigneur, pardonnez à votre peuple, 
et ne laissez point tomber votre héritage dans 
l'opprobre, en l'exposant auxinsultes des nations. 
Souffrirez-vous que les étrangers disent de nous : 
Où est leiu* Dieu? Mais le Seigneur s'est ému en 



280 



LE MERCREDI DES CENDRES. 



faveur de son héritage, il a pardonné à son 
peuple; le Seigneur a parlé à son peuple, et lui 
a dit : Je vous enverrai en abondance le blé, le 
vin et l'huile, et vous en serez rassasiés, et je 
ne vous abandonnerai plus aux insultes des na- 
tions, dit le Seigneur tout -puissant. 



Graduel, Ayez pitié de 
moi, ô mon Dieu, ayez 
pitié de moi, parce que 
mon âme se confie en 
vous. t. Il m*a envoyé son 
secours du ciel et m'a 
délivré : 11 a condamné à 
l'opprobre ceux qui me 
foulaient aux pieds. 

Trait, Seigneur, ne 
nous traitez pas selon les 
péchés que nous avons 
commis, et ne nous pu- 
nissez pas comme le mé- 
ritent nos offenses, f. Sei- 
gneur, ne vous souvenez 
plus de nos anciennes 
iniquités; hâtez- vous de 
nous prévenir dans votre 
miséricorde , car nous 
sommes tombés dans un 
abîme de misère, f. Se- 
courez-nous, 6 Dieu 
notre sauveur : délivrez- 
nous, Seigneur, pour la 
gloire de votre nom, et 



Graduel, Miserere 
mei, Deus, miserere 
mei, quoniam in te 
confidit anima mea. 
j^. Misit de cœlo, et 
liberavit me : dédit in 
opprobrium concul- 
cantes me. 

Trait, Domine, non 
secundum peccata no- 
stra quae fecimus nos, 
neque secundum ini- 
quitates uostras rétri- 
buas nobis.t.Domine, 
ne memineris iniqui- 
tatum nostrarum an- 
tiquarum; cito anti- 
cipent nos misericor- 
di« tusB, quia pau- 
peres facti sumus ni- 
mis. f, Adjuva nos, 
Deus salutaris noster, 
et propter gloriam no- 
minis tui, Domine, 
libéra nos ; et propitius 



LB MERCREDI DES CENDRES. 

esto peccatis nostris, 
propler nomen tuum. 



281 



pardonnez-nous nos pé- 
chés pour l'honneur de 
votre nom. 



ÉVANGILE. 

EN ce temps -là, Jésus dît à ses disciples : 
Lorsque vous jeûnez, ne prenez pas un air 
triste, comme les hypocrites qui affectent un 
visage pâle et défait, afin que les hommes s'a- 
perçoivent qu'ils jeûnent. Je vous le dis en vérité, 
ils ont reçu leur récompense. Mais vous, lorsque 
vous jeûnez, parfumez- vous la tête et lavez-vous 
le visage, afin que ce ne soient pas les hommes 
qui s'aperçoivent que vous jeûnez, mais votre 
Père qui est dans le ciel; et votre Père, qui voit 
ce qui se passe dans le secret, vous en récom- 
pensera. Gardez- vous d'enfouir des trésors dans 
la terre; où la rouille et les vers les consument, 
et d'où les voleurs les déterrent et les dérobent. 
Mais amassez -vous des trésors dans le ciel, où 
il n'y a ni rouille, ni vers qui les consument, 
ni voleurs qui les déterrent et les dérobent. Car 
où est votre trésor, là est aussi votre cœur. 



Offertoire, Exalta- 
bo t«, Domine, quo- 
niam suscepisti me, 
nec delectasti inimi- 
cos meos super me : 
Domine, clamavi ad 
te, et sanasti me. 



Offertoire, Je vous glo- 
rifierai. Seigneur, parce 
que vous avez pris ma 
défense, et que vous n'a- 
vez pas voulu que je 
fusse un sujet de joie 
pour mes ennemis : Sei- 
gneur, j'ai crié vers vous, 
et vous m'avez guéri. 



283 LE t«>^ DIMANCHE DE CAR^MB. 

Secrète, Nous vous supplioiis,Seigneur,de nous 
rendre dignes de vous offrir ces dons, par lesquels 
nous commençons à célébrer cet auguste sacri- 
fice. Nous vous en prions par N.-S. J.-C. 

Préface du Carême, p. IM. 

Communion, Celui qui Communion, Qui 
médite la loi du Seigneur meditabitur in lege 
jour et nuit, donnera son Domini die ac nocte, 
fruit dans son temps. dabit fructum suum 

in tempore suo. 

Postcommunion, Que les sacrements auxquels 
nous avons participé, Seigneur, nous donnent 
les secours qui nous sont nécessaires, afin que 
nos jeûnes vous soient agréables et contribuent 
à la guérison de nos âmes. Par N.-S. J.-G. 

Sur le peuple. 
Humiliez vos têtes devant Dieu. 

Oraison, Jetez un regard de bienveillance 
Seigneur, sur ceux qui s'humilient devant votre 
Majesté, afin qu'après avoir été nourris de ce 
pain divin, ils soient toujours soutenus pai' 
votre grâce céleste. Nous vous en prions par 
N.-S. J.-G. 



LE !•' DIMANCHE DE CARÊME. 
A LA MB88B.— introït. 

L m'invoquera, et je 



1 l'exaucerai : je le déli- 
vrerai, et je le glori- 



r^ocABiT me, et ego 
exaudiam eum : 
eripiam eum , et glo- 



fierai : je lui accorderai 
une longae suite de 
jours. Ps, Celui qui ha- 
bite dans Tasile du Très- 
Haut demeurera sous la 
protection du Dieu du 
ciel, t' Gloire au Père. 



LE I«' DIMANCHE DE CABÉME. 283 

rificalx) eum : longi- 
tudine dierum adim- 
plebo eum. Ps. Qui 
habitat in adjutorio 
Altissimi, in prote- 
ctione Dei cœli com - 
morabitur. f, Gloria 
Patri. 

Collecte, Dieu, qui purifiez votre Église par 
la pratique annuelle du jeûne du Carême, faites 
que vos serviteurs obtiennent de vous, par les 
bonnes œuvres, ce qu'ils s'efforcent de mériter 
par Tabstinence. Nous vous en prions par N.-S. 
J.-C. 

ÉPITRE. 

MES frères, Nous vous exhortons à ne pas rece- 
voir en vain la grâce de Dieu, car il dit lui- 
même : Je vous ai exaucés au temps favorable , 
et je vous ai secourus au jour du salut. Voici 
maintenant le temps de la grâce, voici main- 
tenant les jours du salut. Prenez garde aussi de 
ne donner à personne aucun sujet de scandale , 
afin qu'on ne blâme point notre ministère ; mais 
montrons-nous en toutes choses tels que doivent 
être de véritables ministres de Dieu, principa- 
lement par rexefcice d'une grande patience dans 
les maux, dans les privations, dans les afflictions, 
dans les mauvais traitements , dans les prisons , 
dans les séditions, dans les travaux, dans les 
veilles, dans les jeûnes; recommandons -nous 
par la pureté, par la science, par ime douceur 
persévérante, par la bonté, par les fruits du 



884 



LE I*^ DIMANCHE DE CAR^MF. 



Saint-Esprit, par une charité sincère^ par la 
parole de la vérité, par la force de Dieu, par les 
armes de la justice pour combattre à droite et à 
gauche, exposés à. Thonneur et à. l'ignominie, à 
la bonne el à la mauvaise réputation; à passer 
pour des séducteurs, quoique nous soyons sin- 
cères; pour des gens inconnus, quoiqu'on nous 
connaisse partout; comme toujours mourants, 
et vivant néaninoins; comme châtiés, mais non 
pas jusqu'à être tués ; comme tristes , et toujours 
dans la joie; comme pauvres, et en enrichissant 
plusieurs; comme n'ayant rien, et possédant 



tout. 

Graduel, Dieu a com- 
mandé à ses Anges de 
veiller sur vous, et de 
vous garder dans toutes 
vos voies, j^. Ils vous 
porteront entre leurs 
mains, de peur que vous 
ne heurtiez votre pied 
contre la pierre. 

Trait. Celui qui habite 
dans l'asile du Très-Haut 
demeurera sous la pro- 
tection du Tout-Puissant. 
^, Il dira au Seigneur : 
Vous êtes mon refuge et 
mon défenseur : mon 
Dieu, j'espérerai en vous. 
ji^. Le Seigneur m'a déli- 
vré du filet des chasseurs, 



Grarftte/. Angelis 
suis Deus mandavlt 
de te, ut custodiant 
te in omnibus vus 
tuis. y. In manibus 
portabunt te, ne um- 
quam offendas ad la- 
pidem pedem tuum. 

Trait, Qui habitat 
in adjutorio Altissi- 
mi , in protectione Dei 
cϞ commorabitur. 
y, Dicet Domino : Sus- 
ceptor meus es tu, 
et refttgium meum : 
Deus meus, sperabo 
in eum. f, Quoniam 
ipse liberavit me de 



LE l" DIMANGHS DE GARÂME. 



285 



laqueo venantium, et 
a verbo aspero. j^. Sca- 
piilis suis obuinbrabit 
tibi, et sub permis 
ejus sperabis. j^. Scuto 
circumdabit te verilas 
ejus, non timebis a 
timoré noctumo. f, A 
sagitta volante per 
diem, a negotio per- 
ambnJante in tene- 
bris, a raina et dœ- 
monio meridiano. f, 
Gadent a latere tuo 
mille, et decem millia 
a dextris tuis : tibi 
autem non appropin- 
quabit. f, Quoniam 
Angetis suis manda- 
vit de te, ut custo- 
diant te in omnibus 
viis tuis. f. In mani- 
bus portabunt te, ne 
umquam offendas ad 
lapidem pedem tuum. 
V. Super aspidem et 
i)asiliscum ambula- 
bis , et conculcabis 
leonem et draconem. 
f, Quoniam in me spe- 
ravit, liberabo eimi : 
protegam eum, quo- 



et de la langue des mé- 
chants, f. Il vous cou- 
vrira de son ombre, et 
vous trouverez l'espé- 
rance sous ses ailes. 
f. Sa vérité vous envi- 
ronnera coDMne un bou- 
clier; vous ne craindrez 
ni les terreurs de la nuit. 
f. Ni la flèche qui vole 
pendant le jour, ni les 
complots tramés dans les 
ténèbres , ni les attaques 
de Tesprit infernal, jf. 
Mille tomberont à votre 
gauche, et dix mille à 
votre droite, mais les 
traits de Tennemi n'iront 
point j usqu'à vous. f. Car 
il a commandé à ses An- 
ges de veiller sur vous 
et de vous garder dans 
toutes vos voies, f. Ils 
vous porteront entre leurs 
mains , de oeur que vous 
ne heurtiez votre pied 
contre la pierre, f. Vous 
marcherez sur Taspic et 
sur le basilic; vous fou- 
lerez aux pieds le lion et 
le dragon, j^. Je le déli- 
vrerai, dit le Seigneur, 



iw 



LE I«' DIMATtCUE DE CARÊME. 



parce qu'il a mis en moi 
sa confiance : je le pro- 
tégerai, parce qu'il a 
connu mon nom. f. Il 
m'invoquera, et je l'exau- 
cerai : je serai avec lui 
dans la tribulation. y. Je* 
l'en délivrerai, et je le 
glorifierai; je lui accor- 
derai une longue suite 
de jours, et je lui mon- 
trerai mon salut. 



niam cognovit nomen 
meum. j^. Invocabit 
me, et ego exaudiam- 
eum : cum ipso sum 
in tribulatione. JF. Eri- 
piam eum, et glorifi- 
cabo eum; longitu- 
dine dierum adim- 
plebo eum , et osten- 
dam illi salutare me- 
um. 



EVANGILE. 

EN ce temps -là, Jésus fut conduit par l'Esprit 
dans le désert, pour y être tenté par le dé- 
mon. Après avoir jeûné pendant quarante jours 
et quarante nuits, il eut faim. Alors le tentateur, 
s'approchant, lui dit : Si vous êtes le Fils de 
Dieu, ordonnez que ces pieri'es deviennent des 
pains. Jésus lui répondit : Il est écrit : L'homme 
ne vit pas seulement de pain, mais de toute pa- 
role qui sort de la bouche de Dieu. Alors le dé- 
mon le transporta dans la ville sainte, et, l'ayant 
placé sur le haut du Temple : Si vous êtes le Fils 
de Dieu, lui dit-il, jetez- vous en bas; car il est 
écrit : Il a commandé à ses Anges de veiller sur 
vous, et ils vous porteront entre leurs mains, 
de peur que vous ne heurtiez votre pied contre 
la pierre. Jésus lui répondit : Il est encore écrit : 
Vous ne tenterez pas le Seigneur votre Dieu. 
Le démon le transporta encore sur une montagne 



LK l*>' DlMArfCHE DE CABÈMB. 287 

très -élevée, et, lui montrant de là tous les 
royaumes du monae avec toute leur gloire, il 
lui dit: Je vous donnerai tout cela, si, en vous 
prosternant, vous m'adorez. Mais Jésus lui dit: 
Retire-toi, Satan; car il est écrit : Vous adorerez 
le Seigneur votre Dieu, et vous ne servirez que 
lui seul. Alors le démon s'éloigna, et aussitôt 
les Anges s'approchèrent, et le servaient. 



Offertoire, Scapulis 
suis obumbrabit tibi 
Dominus, etsubpen- 
nis ejus sperabis ; scu- 
to circumdabit te Ve- 
ritas ejus. 



Offertoire, Le Sei- 
gneur vous couvrira de 
son ombre , et vous trou- 
verez l'espérance sous 
ses ailes; sa vérité vous 
environnera comme un 
bouclier. 

Secrète, Eu vous oflrant solennellement ce 
sacrifice. Seigneur, au commencement de la 
sainte quarantaine , nous vous supplions de nous 
accorder la grâce qu'en retranchant à la nourri- 
ture de nos corps, nous nous abstenions aussi des 
plaisirs nuisibles à nos âmes. Pai* N.-S. J.-G. 

Préface du Carême ^ p. IM. 
Communion Scapulis, comme d VCfffertoire. 

Postcommunion, Que ce divin sacrement nous 
fortifie. Seigneur, et que, nous ayant délivrés 
de tout ce que nous avons conservé du vieil 
homme, il nous fasse arriver à la participation 
de ce mystère de notre salut. Par N.- S. J.- G. 



^88 LE l^^ DIMANCHE DE CAREME. 

A VÊPEBS. 

P»aunu!9 et Antierari^» du Lim(mche,p. 13S. 

HYMNE (l). 



Créateur plein de 
bonté , écoutez les 
prières que nous répan- 
dons avec larmes pen- 
dant cette sainte qua- 
rantaine. 

Vous qui scrutez les 
cœurs, vous connaissez 
notre faiblesse ; accordez 
la grâce du pardon à 
ceux qui reviennent à 
vous. 

Nous avons, il est vrai, 
beaucoup péché; mais 
pardonnez à des coupa- 
bles qui avouent leurs 
fautes; et , pour la gloire 
de votre nom, guérissez 
nos âmes languissantes. 

Faites qu'en morti- 
fiant notre corps par 



AUDI, benignue Cou- 
ditor, 
Nostras preces cum 

fletibus, 
In hoc sacro jejunio 
Fusas quadragenario. 
Scrutator aime cor 
dium. 
Infirma tu scis vi- 

rium; 

Ad te reversis exhibe 

Remissionis gratiam. 

Multum quidem 

peccavimus, 

Sed parce confitenti- 

bus: 
Ad nominis laudem 

tui, 
Gonfer medelam lan- 
guidis. 

Concède nostrum 
conteri 



(1) Dana le* Diocéseê où l'on ne nùtpas l'Office ré formét on 
fait à cette Hymiie les changements suivants : 



9» strophe, 3e vers, au Ueu 
de: 

Ad nominis laadem toi , 
On dit . 

Ad laadem tui Bumiuis. 



La k* strophe est celle-ci : 
Sic corpufl extra conteri 
Dona per abtftinentiam , 
Jejunet ut mens sobria 
A labe iJi-or»uii criminom. 



LE l^f DIMANCHE DE CARÊME. 



289 



Corpus per abstinen- 

tiam^ 
CulpaB ut relinquant 

pabulum 
Jejuna corda crimi- 
nuin. 

PraBSta, beata Tri- 
nitas, 
Concède, simplex Uni- 
tas, 
Ut fmctuosa sint tuis 
Jejuniorum munera. 
Amen. 

>'. Angelis suis De- 
us mandavit de te. 
a. ut custodiant te in 
omnibus viis tuis. 



l'abstinence, notre âme, 
par un jeune plus saint, 
s'abstienne de tout pé- 
chai. 



Trinité bienheu- 
reuse, A Unité toujours 
parfaite, rendez le bien- 
fait du jeune profitable 
à vos serviteurs. 

Ainsi soit-il. 



Ant, Ecce nunc 
tempus acceptabile , 
ecce nunc dies salu- 
tis : in his ergo die- 
bus exhibeamus nos- 
metipsos sicut Dei 
ministros, in multa 
patientia, injejuniis, 
invigiliis, et in cba- 
ritate non ficta. 



)i. Dieu a commandé 
à ses Anges de veiller 
sur vous. ^. Et de vous 
garder dans toutes vos 
voies. 
A Magnificat. 



Ant. Voici maintenant 
le temps de la grâce, 
voici maintenant les 
jours du salut; mon- 
trons-nous donc dans ces 
saints jours tels que doi- 
vent être de véritables 
ministres de Dieu, par 
l'exercice d'une grande 
patience dans les maux , 
dans les veilles, dans les 
jeûnes, et par une charité 
sincère. 



y. 33 



10 



290 



LR I**** DIMANCHE DE CARÊME. 



AU SALUT. 



(dans UN GRAND NOMBRE d'ÉGLISES.) 



J 



ETEZ sur nous. Sei- 
gneur, un regard de 
miséricorde , et ayez pitié 
de. nous, parce que nous 
ayons péché contre vous. 

Jetez sur nous , etc. 

Souvenez - vous , Sei- 
gneur, de ce qui nous 
est arrivé : nous avons 
péché comme nos pères; 
nous avons commis Tini- 
quité : nos péchés sur- 
passent par leur nombre 
les cheveux de notre tête. 

Jetez sur nous, etc. 

La pensée de nos mi- 
sères nous remplit de 
tristesse : nous sommes 
saisis de trouble et de 
frayeur à la voix de notre 
ennemi , à la pensée des 
maux réservés aux pé- 
cheurs : nous touchons 
à notre perte, et per- 
sonne ne vient nous se- 
courir : la crainte de la 
mort s'est emparée de 
nous. 

Jetez sur nous, etc. 



ATTENDE, Domine, 
et miserere, quia 
peccavimus tibi. 



Attende, etc. 

Recordare, Domi- 
ne , quid accident 
nobis ; peccavimus 
cum patribus nostris, 
injuste egimus : mul- 
tiplicataB sunt super 
capillos capitis iniqui- 
tates nostrae. 

Attende, etc. 

Gontristati sumus 
in exercitatione no- 
stra; et conturbati su- 
mus a voce inimici, 
et a tribulatione pec- 
catorum. In proximo 
est perditio nostra, et 
non est qui adjuvet : 
Ibrmido mortis ceci- 
dit super nos. 



Attende, etc. 



LE I«r DIMANCHE DE CAftÉME. 



S91 



Cor contritum et 
humiliatum ne de- 
spicias, Domine; in 
jejunio et fletu te de- 
precamnr nos ; elee- 
mosymam concludi- 
mus in sinu paupe- 
rum, et ipsa exorabit 
te pro nobis : conver- 
timur ad te, quoniam 
mnltns es ad i^o- 
scendum. 



Attende, etc. 

Audi, popule me- 
us, et considéra, vi- 
nea mea electa , do- 
mus Israël : ego te 
plantavi ; quomodo 
facta es in amaritu- 
dinem? Exspectavi ut 
faceres judicium, et 
ecce iniquitas; et ju- 
stitiam, et ecce cla- 
mor. 

Attende, etc. 

Revertere,revërtere 
ad Dominum Deum 
tuum , et auferam ju- 
gimi captivitatis tiiit : 



Ne rejetez pas, Sei- 
gneur, un cœur contrit 
et humilié : nous vous 
adressons nos prières 
dans le jeune et dans 
les larmes. Écoutez la 
voix des aumônes que 
nous versons dans le 
sein des malheureux , 
et qui vous prient pour 
nous ; nous nous con- 
vertissons à vous, parce 
que vous êtes riche en 
miséricordes. 

Jetez sur nous, etc. 

Ecoutez, mon peuple, 
maison dlsraël , vous 
ma vigne choisie : je 
vous ai plantée moi- 
même ; comment êtes- 
vous devenue si amère ? 
J'attendais de vous des 
œuvres de justice, et je 
ne vois qu'iniquités ; des 
fruits de piété, et je n'en- 
tends que les hurlements 
des pécheurs. 

Jetez sur nous, etc. 

Revenez, mon peuple, 
revenez au Seigneur 
votre Dieu : je vous dé- 
livrerai de votre capti- 



292 



LE II* DIHANCHB DE CAHÉME. 



vite; je vous rachèterai; 
je laverai vos iniquités 
dans mon sang; je serai 
votre victime et votre 
Rédempteur. 
Jetez sur nous, etc. 



redimam te ; lavabo 
iniquitates tuas in 
sanguine meo, et ero 
victima tua et Red- 
emptor tuus. 
Attende, etc. 



LE II- DIMANCHE DE CARÊME. 



A LA MBSSE — smioÏT. 



SOUVENEZ-VOUS, SCÎ- 
gneuT, des grâces que 
vous nous avez faites ; 
souvenez -vous de vos 
miséricordes, qui sont 
(femelles; que nos enne- 
mis ne remportent ja- 
mais sur nous : délivrez- 
nous , ô Dieu d'Israël , de 
toutes nos tribulations. 
Ps, J'ai élevé mon âme 
vers vous, Seigneur; 
j'espère en vous, ô moo 
Dieu, je ne serai point 
confondu, y. G-loire au 



REHimscERE misera- 
tionum tuarum. 
Domine, et miseri- 
cordiae tuae, quae a 
saeculo sunt; ne nm- 
quam dominentur no- 
bis inimici nostri : 
libéra nos, Deus Is- 
raël, ex omnibus an- 
gustiis nostris. Ps. 
Ad te. Domine, le- 
vavi animam meam : 
Deus meus, in te 
confldo, non erube- 
scam. f, Gloria Patri. 
Père. 

Collecte. Dieu, qui nous voyez dénués de 
toute force, gardez-nous au dedans et au dehors, 
préservez notre corps de toute adversité, et pu- 
rifiez notre âme de toute mauvaise pensiée. Par 
N.-S. J.-C. 



LE U^ DIMANCHE DE CARÊME. 



i93 



éPlTRE. 

MES frères, Nous vous supplions et nous vous 
conjurons par le Seigneur Jésus, qu'après 
avoir appris de nous comment vous devez mar- 
cher dans la voie de Dieu pour lui plaire , vous 
y marchiez de manière que vous y avanciez de 
plus en plus. Vous savez quels préceptes je vous 
ai donnés de la part de Notre-Seigneur Jésus- 
Christ. La volonté de Dieu est que vous soyez 
saints; que vous évitiez l'impureté ; que chacun 
de vous sache posséder son corps saintement et 
honnêtement, ne suivant pas les mouvements 
de la concupiscence, comme les gentils, qui ne 
connaissent pas Dieu; que dans aucune sîfifaire 
personne n'use de violence ni de fraude envers 
son frère, parce que le Seigneur est le vengeur 
de tous ces péchés, comme je vous l'ai déjà dé- 
claré et attesté. Car Dieu ne nous a pas appelés 
pour vivre dans l'impureté , mais dans la sain- 
teté, en Jésus-Christ Notre-Seigneur. 



Graduel. Tribula- 
tiones cordis mei dila- 
tataB sunt : de necessi- 
tatibus meis eripe me, 
Domine.j^.Vide himii- 
litatem meam et labo- 
rem meum, et dimitte 
omnia peccata mea. 

Trait. Confitemini 
Domino, quoniam bo- 
nus^ quonîam insae- 



Graduel. Les angoisses 
de mon cœur se sont 
multipliées ; délivrez- 
moi des maux qui m'as- 
siègent , Seigneur. ^. 
Voyez mon humiliation 
et ma peine, et pardon- 
nez-moi tous mes péchés. 

Trait, Rendez gloire 
au Seignem*, parce qu'il 
est bon, parce que sa 



â94 



LE 11^ DIMANCHE DE CARÊME. 



miséricorde est éter- 
nelle, j^. Qui racontera 
les merveilles de la puis- 
sance du Seigneur? Qui 
publiera toutes ses louan- 
ges? j^. Heureux ceux 
qui gardent les règles de 
réquité, et qui observent 
la justice dans tous les 
temps, jk". Souvenez-vous 
de nous, Seigneur, selon 
l'amour que vous portez 
à votre peuple : visitesz- 
nous par votre assistance 
salutaire. 



culum misericordia 
ejus. y, Quis loque- 
tur potentias Doroini? 
auditas faciet omnes 
laudes ejus ? f, Beati 
qui custodiunt judi- 
cium , et faciunt ju- 
stitiam in omni tem- 
père, f. Mémento no- 
stri. Domine, in be- 
neplacito populi tui : 
visita nos in salutari 
tuo. 



ÉVANGILE. 

EN ce temps -là* Jésus prit avec lui Pierre, 
Jacques, et Jean son frère, les conduisit à 
l'écart sur une haute montagne , et fut trans- 
figuré en leur présence : son visage devint bril- 
lant comme le soleil, et ses vêtements blancs 
conmie la neige. En même temps ils virent pa- 
raître Moïse etÉlie, qui s'entretenaient avec lui. 
Alors Pierre dit à Jésus : Seigneur, nous sommes 
bien ici : voulez-vous que nous y dressions trois 
tentes , une pour vous, une pour Moïse, et une 
pour Elie? Gomme il parlait encore, une nuée 
lumineuse les couvrit, et il eu sortit une voix 
qui dit ; Celui-ci est mon Fils bien -aimé, en 
qui j'ai mis toutes mes complaisances ; écou- 
'"^z - le. A ces paroles , les disciples tombèrent le 



LE 11» DIHAACUB DE CAHÂMS. 



995 



visage contre terre, et fiirent saisis d'une grande 
frayeur. Mais Jésus ^ s'approchant, les toucha 
et leur dit : Levez -vous, et ne craignez point. 
Levant alors les yeux, lis ne virent plus que 
Jésus seul. Comme ils descendaient de la mon- 
tagne, il leur dit : Ne parlez à personne de ce 
qii?. vous venez de voir, jusqu'à ce que le Fils de 
ITiontme soit ressuscité d'entre les morts. 



Offertoire, Medita- 
bor in mandatis tuis , 
quae dilexi valde : et 
levabo manus meas 
ad mandata tua, qu» 



Offertoire, Je médite- 
rai vos ordonnances, qui 
font mes délices; je lève- 
rai mes mains vers votre 
loi, que j'aime. 



dilexi. 

Secrète, Recevez avec bonté. Seigneur, ces 
offrandes que nous vous présentons , afin qu'elles 
augmentent notre dévotion, et qu'elles assurent 
notre salut. Par N,- S. J.- G. 

Préface du Carim«,p. 111. 

Communion, Intel- Communion, Écoutez 
ligeclamoremmeum; le cri de mon cœur; 
intende voci orationis soyez attentif à ma prière, 
meae, Rex meus et ô mon Roi et mon Dieu : 
Deus meus, quoniam Seigneur, je vous prie- 
adteorabo, Domine, rai. 

Postcommunion, Nous vous supplions hum- 
blement. Dieu tout -puissant, d'accorder à ceux 
que vous nomrissez de vos sacrements la grâce 
de vous servir dignement par des mœurs qui vous 
soient agréables. Nous vous en prions parN.-S. 
J.-C. 



â96 



L£ II 1"^ DIMANCHE DE CAKÉM£. 



A VÊPRES. 

PiMumw et Antienneê du Dimanche, p. tSt; i/j/mne Aadi, 
henjgrne. jt. Angelis, p. 188. 

A Magnificat. 



Anf, Ne parlez à per- 
sonne de ce que vous 
venez de voir, jusqu'à ce 
que le Fils de Thomme 
soit ressuscité d'entre les 



.4n^Visionem quam 
vidistis, nemini dixe- 
ritis. donec a mortuis 
resurgat Filins homi- 
nis. 



morts. 

AU SALUT : Attende, DomÎDe, p. S90. 



LE III- DIMANCHE DE CARÊME. 
A LA MESSE. — introït. 



MES yeux sont toujours 
tournés vers le Sei- 
gneur, parce que c'est 
lui qui dégagera mes pas 
des pièges qui m'envi- 
ronnent : regardez-moi , 
Seigneur, et ayez pitié 
de moi, car je suis seul 
et pauvre. Ps. J'ai élevé 
mon âme vers vous, Sei- 
gneur; j'espère en vous , 
ô mon Dieu; je ne serai 







cuLi mei semper 
ad Dominum,quia 
ipse evellet de laqueo 
pedes meos : respice 
in me, et miserere 
mei, quoniam uni- 
ons et pauper sum 
ego. Ps. Ad te, Do- 
mine, levavi animam 
meam : Deus meus , 
in te confido, non 
erubescam. j^. Gloria 
Patri. 



pas confondu, f. Gloire. 

Collecte, Dieu tout -puissant, recevez favo- 
rablement les vœux et les prières de nos cœurs 
humiliés, et daignez étendre, poumons protéger, 
le bras secourable de votre Majesté. Par N.- S. 



LE III^ DlMAf4CU£ D£ CARÊME. S97 

BPITRK. 

MES fr*^res, Soyez les imitateurs de Dieu, 
comme ses enfants bien-aimés^ et marchez 
dans un esprit d'amour, à l'exemple de Jésus- 
CJirist, qui nous a aimés et s'est livré lui-même 
à la mort pour nous, en s'oflPrant à Dieu comme 
une victime d'agréable odeur. Qu'on n'entende 
pas même parler parmi vous de fornication , ni 
d'aucune impureté , ni d'avarice , conmie il con- 
vient à des personnes saintes. Bannissez aussi 
loin devons les paroles déshonnétes, folles ou 
bouffonnes , qui ne conviennent pas à votre vo- 
cation ; mais occupez-vous à louer et à remercier 
le Seigneur. Car sachez que nul fomicateur, 
nul impudique, nul avare, qu'on peut appeler 
idolâtre , ne sera héritier du royaume de Dieu et 
de Jésus -Christ. Que personne ne vous séduise 
par de vains discours ; car ce sont ces désordres 
qui attirent la colère de Dieu sur les incrédules. 
N'ayez donc rien de commun avec eux. Vous 
étiez autrefois ténèbres ; mais maintenant vous 
êtes limiière en Notre-Seigneur. Conduisez-vous 
donc comme des enfants de lumière. Or le fruit 
de la lumière consiste à marcher dans la voie 
de la bonté, de la justice et de la vérité. 



(Graduel, Exsurge, 
Domine, non praeva- 
leat homo; judicen- 
tur gentes in con- 
spectu tuo. f. In con- 
vertendo inimicum 



Graduel. Levez -vous, 
Seigneur, et que l'homme 
sente sa faiblesse ; qu'il 
voie les nations jugées 
en votre présence, f. 
Vous avez mis en fuite 



i98 



LE lU^ DIMANCHE DE CARÀIIS. 



mes euuemis; ils sont 
sans force devant vous, 
et ils périront. 

Trait. J'ai élevé mes 
yeux vers vous, 6 Dieu 
qui habitez dans les 
deux. jf. Gomme les 
yeux des serviteurs sont 
fixés sur les mains de 
leurs maîtres, jf, £t les 
yeux de la servante sur les 
mains de sa maîtresse; 
ainsi nos yeux sont di- 
rigés vers le Seigneur 
notre Dieu, jusqu'à ce 
qu'il ait pitié de nous. y. 
Ayez pitié de nous, Sei- 
gneur, ayez pitié de nous. 



meum retrorsum, iu- 
flrmabuntur, et per- 
ibunt a facie tua. 

Trait. Ad te levavi 
oculos meos , qui ha- 
bitas in cœlis. j^. EcCe 
sicut oculi servorum 
in manibus domino- 
rum saorum. y. Et 
sicut oculi ancillae 
in manibus dominae 
suae; ita oculi nostri 
ad Dominum Deum 
nostrum, donec mise- 
reatur nostri. f. Mise- 
rere nobis, Domine, 
miserere nobis. 



ÉVANGILE. 

EN ce temps-Là, Jésus chassa un démon du corps 
d'un muet : et aussitôt qu'il eut chassé ce dé- 
mon, le muet parla; et tout le monde fut dans 
l'étonnement. Néanmoins quelques-uns dirent : 
C'est par Béelzébub, prince des démons, qu'il 
chasse les démons. D'autres , pour le tenter, lui 
demandèrent d'opérer un prodige dans le ciel. 
Mais Jésus, connaissant leurs pensées, leur dit : 
Tout royaume divisé contre lui-même sera dé- 
truit, et toute maison divisée contre elle-même 
tombera. Si donc Satan est divisé contre lui- 
même, comment son royaume pourra-t-il sub- 



LE 111« DIMANCUS DE CABÉMK. 299 

sister? Cependant vous dites que c'est par Béel- 
zébub que je chasse les démons. Si c'est par 
Béelzébub que je chasse les démons, par qui vos 
enfants les chassent- ils? C'est pour cela qu'ils 
seront eux-mêmes vos juges. Mais si c'est par le 
doigt de Dieu que je chasse les démons , il est 
certain que le royaume de Dieu est venu parmi 
vous. Lorsqu'un homme fort et bien armé garde 
sa maison , tout ce qu'il possède est en sûreté ; 
mais s'il en survient un autre plus fort que lui , 
qui le renverse, il lui enlèvera toutes ses armes 
dans lesquelles il mettait sa confiance, et il par- 
tagera ses dépouillés. Celui qui n'est point avec 
moi est contre moi , et celui qui n'amasse point 
avec moi dissipe. Lorsque l'esprit immonde est 
sorti d'un honmie, il parcourt des lieux arides, 
cherchant du repos , et il n'en trouve point ; il 
dit alors : Je retournerai dans ma maison, d'où 
je suis sorti. Il y revient, et la trouve nettoyée 
et ornée. Aussitôt il va prendre avec lui sept 
autres esprits plus méchants que lui; ils entrent 
dans cette maison : ils y demeurent, et le der- 
nier état de cet homme devient pire que le pre- 
mier. Au moment où il disait ces choses, une 
femme élevant la voix du milieu du peuple , lui 
dit : Heureuses les entrailles qui vous ont porté, 
et les mamelles qui vous ont allaité ! Jésus reprit : 
Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de 
Dieu , et qui la pratiquent ! 



Offertoire, Justitise 
Domini rectdB, laetiti- 
cant«8 corda , et judi- 



Offertoire, Les ordon- 
nances du Seigneur sont 
pleines d'équité, elles ré- 



30t> 



LE III^ DIMANCHE DE CARÉHE. 



cia ejus diilciora su- 
per mei et favum : 
nam et servus tuus 
custodit ea. 



jouissent les cœurs; sa 
loi est plus douce que le 
miel le plus pur; votre 
serviteur, ô mon Dieu, 
garde vos ordonnances. 

Secrète. Que cette hostie. Seigneur, efface , s'il 
vous plait, nos péchés, et sanctifie Tàme et le 
corps de vos serviteurs, afin qu'ils puissent vous 
offrir dignement ce divin sacrifice. ParN.-S. J.-G. 

Préface du Carême, p. ISJ. 



Cowmwmo/ï. Passer 
invenit sihi domum, 
et turtur nidum, ubi 
reponat pullos suos; 
altaria tua, Domine 
virtutum, Rex meus 
et Deus meus ! Beati 
qui habitant in domo 
tua; in saeculum sae- 
culi laudabunt te. 



Communion, Le passe- 
reau trouve sa demeure, 
et la tourterelle se fait 
un nid pour y déposer ses 
petits : .vos autels, Dieu 
des armées , vos autels , 
ô mon Roi et mon Dieu! 
c'est Tasile que je vous 
demande. Heureux ceux 
qui habitent dans votre 
maison ; ils vous loueront 
dans tous les siècles. 

Postcommumon. Nous vous supplions. Sei- 
gneur, après nous avoir fait participer à un si 
grand mystère , de nous délivrer, par votre mi- 
séricorde , de tous péchés et de tous périls. Nous 
vous le demandons par N.-S. J.-G. 

A VÊPRES. 

Ptaumes et Antiennes du Dimanche, p. 181; Bymne Audi , 
b«nigDti, ^. Ang«Ui, p. 18S. 



LR 1V< DlHAlfCHS DE CARÊME. 

A Masniflcat. 



301 



Ant. ExtoUens vo- 
eem quaedam mulier 
de turba, dixit : Bea- 
tus venter qui te por- 
tavit, et nbera quae 
suxisti ! At Jésus ait 
illi : Quinimo, heati 
qui audiunt verbum 
Dei , et custodiunt 
illud ! 



Ant. Une femme, éle- 
vant la voix du milieu 
du peuple, dit : Heu- 
reuses les entrailles qui 
vous ont porté, et les 
mamelles qui vous ont 
allaité! Mais Jésus lui 
répondit: Heureux plutôt 
ceux qui écoutent la pa- 
role de Dieu et qui la 
pratiquent î 



AU SALUT : Attende, Domine, p. î90. 



LE IVe DIMANCHE DE CARÊME. 

A LA MESSE. — INTROÏT. 



LiETARE , Jérusalem, 
et conventum fa- 
cite, omnes qui dili- 
gitis eam; gaudete 
cum laetitia, qui in 
tristitia fuistis ; ut 
exsultetis, et satie- 
mini abuberibuscon- 
solationis vestrae. Ps, 
Lâetatus sum in his 
quâe dicta sunt mihi : 
In domum Domini 
ibimus. j^. Gloria Pa- 
tri. 



RÉJOUIS-TOI, Jérusalem, 
et vous tous qui l'ai- 
mez, réunissez-vous pom* 
partager sa joie : tressail- 
lez d'ailégi'esse , vous qui 
avez été dans la douleur; 
car vous serez comblés 
de délices et des consola- 
lations les plus abondan- 
tes. Ps. Je me suis réjoui 
dans cette parole qui m'a 
été dite : Nous irons dans 
la maison du Seigneui*. 
f. Gloire au Père. 



302 LE Vf' DIMANCHI DE CARÊME. 

Collecte. Faites, nous vous en supplions, 
Dieu tout-puissant, que si nous sommes affligés 
à cause de nos iniquités , nous soyons consolés 
par votre grâce. Nous vous en prions par N.-S. 
J.-G. 

ÉPITRE. 

MES frères, n est écrit qu'Abraham eut deux 
fils, l'un de Tesclave, et l'autre de la femme 
libre. Celui de l'esclave naquit selon le cours 
ordinaire de la nature , et celui de la femme 
libre naquit en vertu de la promesse : or tout 
ceci est une allégorie. Ces deux fenmies sont les 
deux alliances : la première , qui a été établie sur 
le mont Sina et qui n'engendre que des esclaves , 
est figurée par Agar; car Sina est une montagne 
d'Arabie, qui a du rapport avec la Jérusalem 
terrestre, laquelle est esclave avec ses enfants; 
au lieu que la Jérusalem céleste, qui est notre 
mère, est libre. Il est écrit: Réjouissez- vous, 
stérile qui n'enfantiez point; poussez des cris 
de joie , vous qui ne deveniez pas mère, parce que 
celle qui était délaissée a plus d'enfants que celle 
qui a un mari. Nous sommes donc , mes frères , 
les enfants de la promesse, figurés par Isaac. 
Et comme alors celui qui était né d'une ma- 
nière purement naturelle persécutait celui qui 
était né par la vertu du Saint-Esprit, il eu est 
de même encore aujourd'hui. Mais que dit 
l'Écriture? Chassez l'esclave et son fils; car le 
fils de l'esclave ne partagera point l'héritage du 
fils de la femme libre. Or, mes frères, nous ne 
sommes point les enfants de l'esclave, mais de 



LE IV* DIKANCHE DE CARÊME. 



308 



la femme libre; et c'est Jésus-Christ qui nous a 
acquis cette liberté. 



Graduel, Lsetatus 
sum in bis quae dicta 
sunt mibi : In domum 
Domini ibimus. j^. 
Fiat pax in virtute 
tua, et abundantia in 
turribus tuis. 

TraiL Qui confl- 
duntinDominOy sicut 
mons Sion : non com- 
movebitur in aeter- 
num , qui habitat in 
Jérusalem, j^. Montes 
in circuitu ejus, et 
Donûnus in circuitu 
populi sui^ ex hoc 
nunc et usque in sae- 
cuimn. 



Graduel, Je me suis 
réjoui de cette parole qui 
m'a été dite : Nous irons 
dans la maison du Sei- 
gneur, f. Que la paix 
règne dans tes remparts, 
ô cité sainte, et l'abon- 
dance dans tes palais. 

Trait. Ceux qui se 
confient dans le Seigneur 
seront fermes conmne la 
montagne de Sion; celui 
qui demeure dans Jéru- 
salem ne sera jamais 
ébranlé, f, Gomn.e les 
montagnes entourent et 
défendent Jérusalem , 
ainsi le Seigneur envi- 
ronne les siens aujour- 
d'hui et pour toujours. 



ÉVANGILE. 

EN ce temps-là, Jésus s'en alla au delà de la 
mer de Galilée, qui est le lac de Tibériade, 
et il était suivi d'une grande foule de peuple 
attirée par les miracles qu'il faisait en faveur 
des malades. Il se retira sur une montagne, où 
il s'assit avec ses disciples. Or la Pâque, qui est 
la grande fête des Juifs, était proche. Jésus, 
ayant levé 1« y«ux et apercevant cette grande 



304 LE IV^' DIMANCHE DE CARÊME. 

multitude qui était venue à lui , dit à Philippe : 
Où achèterons -nous assez de pain pour donner 
à manger à tout ce peuple? Mais il parlait ainsi 
pour réprouver, car il savait bien ce qu'il de- 
vait faire. Philippe lui répondit : Quand on 
aurait pour deux cents deniers de pain, cela ne 
suffirait pas pour en donner à chacun un petit 
morceau. Un autre de ses disciples, André, frère 
de Simon-Pierre, lui dit : Il y a ici un enfant 
qui a cinq pains d'orge et deux poissons ; mais 
qu'est-ce que cela pour tant de monde? Jésus 
lui dit : Faites-les asseoir. Or il y avait là beau- 
coup d'herbe, et ils s'y assirent au nombre d'en- 
viron cinq mille hommes. Jésus prit donc les 
cinq pains, et, après avoir rendu grâces, il les 
distribua à ceux qui étaient assis : il leur donna 
de même des deux poissons autant qu'ils en vou- 
laient. Quand ils furent rassasiés, il dit à ses 
disciples : Ramassez les morceaux qui restent , 
afin que rien ne se perde. Ils les ramassèrent, et 
remplirent douze corbeiUes des morceaux qui 
étaient restés des cinq pains d'orge, après que 
tous en eurent mangé. Et tou^ ce peuple, voyant 
le miracle qu'avait fait Jésus, disait : C'est là 
vraiment le Prophète qui doit venir dans le 
monde. Mais Jésus, sachaKt qu'ils devaient venir 
pour l'enlever et le faire roi , s'enfuit et se retira 
sur la montagne. 



Offe rtoire. Louez le 
Seigneur, parce qu'il est 
bon : célébrez son nom, 
parce qu'il est doux : il 



Offertoire, Laudate 
Dominum, quia be- 
nignus est : psallite 
nomini ejus^ quûuiam 



LV IV* DIMANCHE DE CAAÉME. 

suavis est : omnia 
qudecuiuque voluit , 
f ecit in cœlo et în terra. 



305 



a fait tout ce qu'il a 
voulu dans le ciel et sur 
la terre. 

Secrète, Recevez avec bonté, Seigneur, ces 
offrandes que nous vous présentons, afin qu'elles 
augmentent notre dévotion, et qu'elles assurent 
notre salut. Par N.-S. J.-G. 

Préface du Carême, p. ISl. 



Communion, Jéru- 
salem, qu£ sdiflca- 
tur ut civitas, cujus 
participatio ejus in 
idipsum : illuc enim 
ascenderunt tribus , 
tribus Domini , ad 
confltendum nomini 
tuo , Domine. 



Communion, Jérusa- 
lem," ville auguste, com- 
mune patrie des servi- 
teurs de Dieu, dont les 
diverses parties forment 
un tout admirable; là 
sont montées les tribus 
consacrées au Seigneur, 
pour rendre hommage à 



son nom. 

Postcommunion, Faites -nous la grâce. Dieu 
de bonté, de célébrer avec une piété sincère vos 
divins mystères, dont nous sommes sans cesse 
rassasiés, et de les recevoir toujours avec un 
cœur pur. Par N.-S. J.-G. 

A VÊPRES. 

Piaumei et Antiennes du Dimanche, p. 191; Bymne Andi, 
beni^nt'. y. Angelis,^. t88. 

A Magnificat. 



Ant. Subiit ergo in 
montem Jésus , et ibi 
sedebat cum discipu- 
lis sais. 

AU SALUT AtU'iulp, Domine, p. 2M. 
N'. 33 20 



Ant, Jésus se retira sur 
une montagne, où il s'as- 
sit avec ses disciples. 



306 



LE DIMANCHE DE LA rASSlON. 



LE DIMANCHE DE LA PASSION. 
A LA MESSE.— introït. 



JUGEZ-MOI, Seigneur, et 
séparez ma cause de 
ceUe d'un peuple impie; 
délivrez -moi de Thomme 
inique et trompeur; car 
vous êtes ma force et 
mon Dieu. Ps. Envoyez 
votre lumière et votre 
vérité; elles m'ont guidé 
et introduit sur votre 
montagne sainte, et jus- 
que dans vos taberna- 
cles.— Jugez -moi, Sei- 
gneur, et séparez ma 
cause. 

[On ne dit plus Gloria Patri d VlntroXt jtugu'à Pâques, le» 
Messes des Fêtes exceptées.) 

Collecte. Nous vous supplions, ô Dieu tout- 
puissant, de jeter un regard favorable sur vos 
serviteurs, afin que, par votre grâce, tous soient 
réglés dans leurs corps, et, par votre assistance, 
l)rotégés dans leurs âmes. Nous vous le deman- 
dons par N.-S. J.-C. 

épItre. 

MES frères, Jésus -Cbrist, le pontife des biens 
futurs, est entré une fois dans le sanctuaire 
eu passant par un tabernacle plus grand et plus 



JUDicA me, Deus, 
et discerne causam 
meam de gente non 
sancta; ab homine 
inique et doloso eripe 
me : quia tu es Deus 
meus, et fortitudo 
mea. Ps, Emitte lu- 
cem4uam et verita- 
tem tuam : ipsa me 
deduxerunt et addu- 
xerunt in montem 
sanctum tuum et in 
tabemacula tua. — 
Judica me. 



LE DlMAlfCHB DE LA PA8SI0H. 



S07 



parfait, qui n'a point été bâti de main d'homme, 
c'est-à-dire qui n'a point été formé par les voies 
ordinaires; et il y est entré, non point avec le 
sang des boucs et des veaux, mais avec son 
propre sang, après nous avoir rachetés à jamais. 
Car si le sang des boucs et des taureaux, et 
l'aspersion de l'eau mêlée à la cendre d'une gé- 
nisse, sanctifient ceux qui ont été souillés, en 
leur donnant une pureté extérieure et chamelle, 
combien plus le sang de Jésus -Christ, qui, par 
l'Esprit-Saint, s'est offert lui-même à Dieu comme 
une victime sans tache, purifiera- t-il notre con- 
science des œu\Tes mortes, et nous rendra-t-il 
dignes de servir le Dieu vivant? C'est pourquoi 
il est le médiateur du Testament nouveau, afin 
que, par la mort qu'il a soufferte pour expier les 
iniquités qui se commettaient sous le premier 
Testament, ceux qui sont appelés de Dieu re- 
çoivent l'héritage étemel qui leur a été promis , 
en Jésus -Christ Notre -Seigneur. 



Gi^aduel. Eripe me, 
Domine, de inimicis 
meis; doce me facere 
voluntatem tuam. y, 
Liberator meus. Do- 
mine, de gentibus 
iracundis : ab insur- 
gentibus in me exal- 
tabis me : a viro ini- 
quo eripies me. 

Trait, Saepe expu- 



Graduel, Délivrez-moi 
de mes ennemis, Sei- 
gneur; apprenez -moi à 
faire votre volonté, y. 
Vous me faites triom- 
pher, Seigneur j de la 
fureur de mes ennemis ; 
vous me mettrez au-des- 
sus de mes persécuteurs, 
vous me délivrerez des 
méchants. 

Trait C'est mainte- 



naDl qu'Israël peut se 
(li'v. y. Mes ennemis 
ni'i)iii Muvent attaqué 
ili'piiis ma jeunesse. Ils 
i.m souvent renouvelé 
ii'ursiiltaques.ï.IlsQ'oat 
rieu pu contre moi. Les 
péolienrs ont frappé eut 
moi à conps redoublés. 

longtenips leurs tnjus- 
tiws ; niMS le Seigneur 
est juste, et il brisera ht 
tel* lies péclieurs. 



le a ju- 
f. Dicat 

nunc Israël : Sœpe 
expngnavemnt me a 
juventntemea. p. Et- 
enim non potuerunt 
mihi : supia dorsum 
menjn MiricaTenint 
peceatores, J. Prolon- 
gaverunt isiquitates 
suas ; Dominns justus 
concidet cerviws ppc- 



Es ce temps-là, Jésus disait aux Juifs : Qui 
(ieTpns me convaincra de pécliéî Si je vous 
ilis la vérité, pourquoi ne me croyez-vous pasî 
O'iiii qui est né de Dieu écoule les paroles de 
Dii'ii, et TOUS ne les écoutez pas, parce que 
vi,us u'ftes point nés de Dieu. Les Juifs lui ré-, 
poiidireut : N'avons-nous pas raison de dire que 
vous éles un Samaritain et un possédé? Jésus 
reprit : Je ne suis point nn possédé ; mais j'ho- 
nore mcn Père, et vous, vous me déshonorez. 
Pour mcl, je ne cherche point nia gloire : un autre 
en prendra soin, et me fera justice. £u vérité, 
en vérilé je vous le dis, si quelqu'un garde ma 
psrole, il ne mourra jamais. Les Juifs loi diieni ; 
Nous vo7ons bien maintenant que vous êtes nn 
t>usséilé, Aliruliam ost mort, cl les Profilâtes 



LU DlHAKiCHB DK LA PASSION. 809 

aussi, et vous dites : Celui qui garde ma parole 
ne mourra jamais, n^tes-vous plus grand que 
notre père Abraham, qui est mort, et que les 
Prophètes , qui sont morts aussi ? Qui prétendez- 
vous être? Jésus leur répondit : Si je me glorifie 
moi-méme, ma gloire n'est rien; celui qui me 
glorifie, c'est mon Père. Vous dites qu'il est 
votre Dieu, et néanmoins vous ne le connaissez 
pas; mais moi je le connais, et si je disais que 
je ne le connais pas, je serais un menteur comme 
vous; mais je le connais, et je garde sa parole. 
Abraham votre père a désiré avec ardeur de voir 
mon jour ; il Ta vu , et il en a été comblé de 
joie. Les Juifs lui dirent : Vous n'avez pas en- 
core cinquante ans , et vous avez vu Abraham ! 
Jésus leur répondit: En vérité, en vérité je vous 
le dis, j'étais avant qu'Abraham fut né. A ces 
mots ils prirent des pierres pour les lui jeter; 
mais Jésus se retira, et sortit du temple. 



Offertoire, Je vous 
louerai, Seigneur, de tout 
mon cœur; répandez vo- 
tre grâce sur votre ser- 
viteur, et je vivrai, et je 
garderai vos préceptes; 
rendez -moi la vie selon 
votre parole. Seigneur. 
Secrète, Puissent ces dons, Seigneur, nous 
dégager des liens de notre malice, et attirer 
sur nous les dons de votre miséricorde. Par 
N.-S. J.-C. 

Préface de la Croix, p. IM. 



Offertoire, Gonfite- 
bor tibi. Domine, in 
toto corde meo: rétri- 
bue servo tuo, vivam, 
et custodiam sermo- 
nes tuos; vivifica me 
secundum verbum tu- 
um, Domine. 



310 



LE DIMANCHE DE LA rASSiON. 



Communion. Ceci est 
mon corps , qui sera livré 
pour vous; ceci est le ca- 
lice du nouveau Testa- 
ment en mon sang, dit 
le Seigneur; toutes les 
fois que vous le recevrez, 
faites ceci en mémoire de 



Communion. Hoc 
corpus quod pro vobis 
tradetur ; Me calix 
novi Testamenti est in 
meo sanguine, dicit 
Dominus : hoc facite, 
quotiescumque sume- 
tis , in meam comme- 
morationem. 



moi. 

Postcommunion. Assistez-nous, Seigneur notre 
Dieu, et défendez, par les secours continuels de 
votre grâce, ceux que vous avez fait participer 
à vos diWns mystères. Par N.-S. J.-G. 

A VÊPRES. 

Psaumes et Antiennes du Dimanche^ p. 13S. 

HYMNE (1). 

L'ÉTENDARD du Mouar- I "fTExiLLA Regis prod- 
que étemel est dé- 1 » eunt ; 

{Dans les Diocèses où Von ne suit pas VOffice réformé, cette 
Hymne se chante de la manière suivante : 



VexiUa Regis prodeunt ; 
Fnlget Crucis mysterium . 
Qao carne carais conditor 
Suspendus est patibalo. 

Quo valoeratoB iasaper 
Macrone dire Janceœ, 
Ut nos lavaret urimine , 
Manavit anda et sanguine. 

Impleta sunt qu» concinit 
David fldeli carminé , 
Dicens : In nationibus 
Regnavit a ligno Deus. 

Arbor décora et fulgida , 
Ornata Régit piirpara, 



Electa digno stipite , 

Tam sancta membratangere. 

Beata eu jus brachiis 
Sspcli pependit pretium , 
Statera facta corporis , 
Prœdamque tulittartari. 

O Cmx, ave , spes anica. 
Hoc Passionis tempore y 
Auge piis jnstitiam , 
Reisqiie dona veniam. 

Te, summa, Deus, Trinit»», 
Collandet omnis spiritus ; 
Quos per Crucis mysterium 
Salvas, rege p«r sœcula. A men . 



LE OIHANCHB DB LA PASStOff. 



3tl 



Fnlget Grucis myste- 

rium, 
Qiia vita mortem per- 

tulit , 
Et morte vitam pro- 

tulit. 

Qoaevulnerata lan- 

ceœ 
Mucrone diro, crimi- 

nmn 
Ut nos lavaret sordi- 

bus, 
Manavit imda et san^ 

gxdne. 
Impleta sunt quae 

coQcinit 

David fideli carminé, 

Dicendo nationibus : 

Regnavit a ligno Deus. 

Arbor décora et ful- 

gida, 
Omata Régis pnrpnra, 
Electa digno stipite, 
Tam sancta membra 

tangere. 
Beata cujus bra- 

chiis 
Pretinm pependit sœ- 

culi, 
Statera facta corpo- 

ris, 



ployé, le mystère de la 
Croix éclate aux yeux de 
Tunivers entier, dans le 
bois sur lequel Tauteur 
de la vie a reçu la mort , 
et par elle nous a donné 
la vie. 

De son côté, ouvert par 
le fer meurtrier d'un<» 
lance , coulent le sang et 
l'eau qui doivent nous 
purifier de nos crimes. 



Ils sont accomplis, les 
oracles fidèles de David , 
qui a dit aux nations : 
C'est par le bois que Dieu 
règne. 

Arbre précieux et écla- 
tant de gloire, teint du 
sang du Roi, et choisi 
pour toucher les membres 
adorables du Sauveur. 

Que vous êtes heureux 
d'avoir porté ^dans vos 
bras la rançon du monde, 
d'avoir été comme la ba- 
lance dans laquelle a été 
pesé ce corps divin, p 



811 



LE DIMANCHE DE LA PASSIOX. 



d'avoir arr;iché sa proie 
à l'enfer! 

Salut; 6 Croix, notre 
unique espérance; en ces 
jours consacrés à honorer 
la Passion du Sauveur, 
rendez le juste plus juste 
encore, et obtenez aux 
pécheurs le pardon. 

Que tout esprit chante 
vos louanges, auguste 
Trinité, source de notre 
salut; accordez la récom- 
pense éternelle à ceux 
que vous sauvez par le 
mystère de la Croix. 

Ainsi soit -il. 

f. Délivrez -moi. Sei- 
gneur, de l'homme mé- 
chant, i^. Délivrez -moi 
de l'homme iiyuste. 



Tulitque praedam tar- 
tan. 

OCrux, ave, spes 
t unica. 
Hoc Passionis tempo- 

re, 
Piis adange gratiam , 
Reisque dele crimina. 

Te, fons salutis, 

Trinitas, 
CoUaudet omnis spi- 

ritus; 
Quibus Cracis victo- 

riam 
Largiris, adde prae- 

mium. Amen. 
j^. Eripe me, Domi- 
ne, ah homine malo. 
f^. A viro iniquo eripe 
me. 



A Magnificat. 



Ant, Abraham votre 
père a désiré avec ardeur 
devoir mon jour; il Ta 
vu, et il en a été comblé 
de joie. 

AU SALUT : AtteiiUe, Doinioe, p. MO, vu la Pru** nU* 
vante. 



Ant. Abraham pater 
vester exsultavit ut 
videret diem meum ; 
vidit, et gavisus est. 



LE DIMANCHE DE LA PAMlON. 



PROSE 



OB rkonneur d« U saint* 

ST A B A T Mater dolo- 
rosa 
JuxU Crucem lacry- 

mosa, 
Dnm pendebat filius. 
Cujus animam ge- 
mentem , 
ContrLstatam et do- 

lentem, 
Pertransivit gladius. 
quam tristis et 
afflicta 
Kuit illa benedwta 
Mater Unigeniti! 
QuaB mœrebat et 
dolebat; 
Pia Mater, dum vide- 

bat 
Nati pœnas inclyti. 
Quis est homo qui 
nou fleret, 
Matrem Ghristi sivi- 

deret 
In tanto supplicio? 
Quis non possetcon- 
tristari, 
Christi Matrem con- 

templari 
Dolentem cum fllio? 



Vierge au pied de U Groix. 

DEBOUT au pied de la 
Groix à laquelle son 
fils était suspendu, la 
Mère de douleur pleu- 
rait. 

Son âme abattue, gé- 
missante et désolée, fut 
peicée du glaive de dou- 
leur. 

Oh ! qu'elle fut triste et 
affligée cette Mère bénie 
du Fils unique de Dieu ! 

Cette tendre Mère gé- 
missait et soupirait à la 
vue des angoisses de son 
divin fils. 

Qui pourrait retenir 
ses larmes en voyant la 
Mère de Jésus-Christ dans 
cet excès de douleur ? 

Qui pourrait contem- 
pler sans une profonde 
tristesse la Mère de Jé- 
sus-Christ souffrant avec 
son fils? 



M4 



LE DIMANCHE DK LA t»AS8lON. 



Elle voit Jésus livré 
aux tourments et déchiré 
de coups pour les péchés 
de sa nation. 

Elle voit ce fils bien- 
aimé mourant, délaissé 
jusqu'au dernier soupir. 



OMère pleine d'amour, 
faites que je sente votre 
douleur, que je pleure 
avec vous. 



Faites que mon cœur 
soit embrasé d'amour 
pour Jésus-Christ, et ne 
songe qu'à lui plaire. 

sainte Mère, impri- 
mez profondément dans 
mon cœur les plaies de 
Jésus crucifié. 

Partagez avec moi les 
tourments que votre fils 
a daigné subir pour moi. 



Faites que je pleure 
pieusement avec vous, et 



Pro peccatis suae 
gentis 
Vidit Jesimi in tpr- 

mentis 
Et flagellis subditum. 
Vidit suumdulcem 
natum 
Moriendo desolatum , 
Dum emisit splri- 
tum. 

Eia, Mater, fons 
amoris , 
Me sentire vim dolo^ 

ris 
Fac, ut tecum lu- 
geam. 

Fac ut ardeat cor 
meum 
In amando Ghristum 

Deum, 
Ut sibi complaceam. 
Sancta Mater, istud 
agas, 
Gruciflxi fige plagas 
Gordi meo valide. 

Tui nati vulnerati, 
Tarn dignati pro me 

pati, 
Pœnas mecmn divi- 
de. 

Fac me tecum pie 
flere, 



LE OIMANGHE 

Grucilixo condolere , 
Donec ego vixero. 



Juxta Grucem te- 
Gum stare. 
Et me tibi sociare 
In planctu deside- 
ro. 

Virgo virginiun 
praBclara, 
Mihi jam non sis 

amara; 
Fac me tecmn plan- 
gere. 

Fac ut portem Chri- 
sti mortem, 
Passionis fac consor- 

tem. 
Et plagas recolere. 
Fac me plagis vnl- 
nerari ; 
Fac me Cruce inebria- 

ri, 
Et cruore filii. 
Flammis ne urar 
snccensns, 
Per te, Virgo, sim 

defensus 
In die judicii. 
Ghriste, cum sit 
hinc exire, 



DE LA PASSICHX. 



315 



que je compatisse, tous 
les jours de ma vie , aux 
souffrances de votre fils 
crucifié. 

Désormais je veux de- 
meurer avec vous au pied 
delà Croix, et m'associer 
à vos douleurs. 

Vierge la plus pure 
des vierges, ne repoussez 
pas ma prière; faites que 
je pleure avec vous. 



Que je porte en moi la 
mort de Jésus-Christ, le 
poids de sa Passion et le 
souvenir de ses plaies. 

Faites que, blessé de 
ses blessures, je sois 
enivré de cette Croix, et 
du sang de votre fils. 

Vierge puissante, dé- 
fendez-moi au jour du 
jugement, afin que je 
ne sois pas la proie des 
flammes étemelles. 

Jésus, accordez-moi, 
par votre Mère, qu'av 



316 

moment où je quitterai 



LE DIMANCHE DES RAMEAUX. 

Da per Mati-em 
venire 



ce monde, je reçoive la 
palme de la victoire. 

Et lorsque mon corps 
mourra, obtenez à mon 
àme la gloire du paradis. 

Ainsi soit -il. 



nie 



Ad palmam victorisB. 

Quando corpus mo- 
rietur, 
Fac utanimae donetur 
Paradisi gloria. 

Amen. 



LE DIMANCHE DES RAMEAUX (») 



A LA MESSE. 

SEIGNEUR, n'éloignez 
pas de moi votrtf pro- 
tection; prenez en main 
ma défense : sauvez-moi 
de la gueule du lion : 
et préservez ma faiblesse 
de la corne des bêtes 
féroces. Ps, Mon Dieu, 
mon Dieu, jetez les yeux 
sur moi ; pourquoi m'a- 
vez- vous abandonné? Ce 
sont mes péchés qui éloi- 



— INTROÏT. 

DOMINE, ne longe 
facias auxilium 
tuum a me; ad de- 
fensionem meam as- 
pice : libéra me de 
ore leonis, et a corni- 
bus unicomium hu- 
militatem meam. Ps. 
Deus, Deus meus, 
respiceinme; quare 
me dereliquisti? lon- 
ge a sainte mea verba 



(1) Les Offices de la Semaine sainte, assez longs pour fur- 
mer à cax seals un volume , n'ayant pa entrer dans le pré> 
sent Paroissien , rÉditeur s'est borné à y insérer la Messe et 
les Vêpres du Dimanche des Rameaux, et une partie de TOf- 
Ûoe du Jeudi saint, du Vendredi saint , et du jour de Pùquea. 
1^8 persounesqui voudroot avoir l'Office complet de ces saints 
jours le trouveront chez le même librwre , dans le volume 
consacré à la Quinzaine de PÀques. 



LE DlJfANCHB DBS BAMBAUX. 317 



delictonun meorum. 
— Domine. 



gnent de moi votre mi- 
séricorde. — Seigneur. 

Collecte, DievL tout-ptdssant et étemel , qui, 
pour donner à Thomme un modèle d'humilité à 
imiter, avez voulu que notre Sauveur se revêtit 
de notre chair et souffrit le supplice de la Croix, 
faites qu'instruits par sa patience, nous méri- 
tions d'avoir part à sa résurrection. Par le même 
N.-S. J.-G. 

ÉPÎTRE. 

MES frères, ayez les mêmes sentiments qu'a 
eus Jésus-Christ, lui qui, étant Dieu, pou- 
vait bien, sans usurpation, s'égaler à Dieu : 
cependant il s'est anéanti lui-même en prenant 
la forme de serviteur, en se rendant semblable 
aux hommes et en paraissant homme dans tout 
son extérieur. 11 s'est abaissé lui-même, se ren- 
dant obéissant jusqu'à la mort, et jusqu'à la 
mort de la Croix. C'est pourquoi Dieu l'a élevé , 
et lui a donné un nom au-dessus de tout nom , 
afin qu'au nom de Jésus {on fléchil le genou) 
tout genou fléchisse dans le ciel, sur la terre et 
dans les enfers, et toute langue confesse que le 
Seigneur Jésus-Christ est dans la gloire de Dieu 
son Père. 



Graduel. Tenuisti 
manum dexteram me- 
am : et in voluntate 
tua deduxisti me, et 
cum gloria assumpsi- 
sti me. ^, Quam bo- 



Graduel. Vous m'avez 
pris par la main, vous 
m'avez conduit selon vo- 
tre volonté, et vous m'a- 
vez accueilli dans votre 
gloire, ji'. Que le Dieu 



318 



LE DIMAKCHB »BS SAMBAUI. 



d'Israël est bon pour ceux 
qui ont le cœur droit! 
Cependant mes pieds ont 
presque été ébranlés , 
mes pas ont presque 
chancelé, parce que mon 
cœur s'est soulevé en 
voyant la prospérité des 
méchants. 

Trart, Mon Dieu, mon 
Dieu, jetez les yeux sur 
moi : pourquoi m'avez- 
vous abandonné? f. Ce 
sont mes péchés qui éloi- 
gnent de moi votre misé- 
ricorde, y. Mon Dieu, je 
crierai vers vous pen- 
dant tout le jour, et vous 
ne m'exaucerez pas; je 
crierai la nuit, et alors 
vous ne garderez plus le 
silence. ^, Pour vous, 
vous habitez dans votre 
sanctuaire, vous, la gloire 
d'Israël, t. Nos pères ont 
espéré en vous, ils ont 
espéré, et vous les avez 
délivrés, y. Ils ont crié 
vers vous, et vous les 
avez exaucés; ils ont 
espéré en vous, et ils 
n'ont point été confon- 



nus Israël Deus rectis 
corde ! Mei autem pê- 
ne moti Bunt pedes, 
pêne effusi sunt gres- 
sus mei, quia zelavi 
in peccatoribus, pa> 
cem peccatonun vi- 
dens. 

Trait» Deus, Deus 
meus, respice in me; 
quare me dereliqui- 
sti? j^. Longe a sainte 
mea verba delicto- 
rummeorum. f, Deus 
meus , clamabo per 
diem , nec exaudies : 
in nocte, et non ad 
insipientiam mihi. y. 
Tu autem in sancto 
habitas, laus Israël. 
f. In te speraverunt 
patres nostri : spera- 
verunt, et liberasti 
eos. f. Ad te clama- 
verunt, et sahi facti 
sunt : in te sperave- 
runt, et non sunt con- 
fusi. y. Ego autem 
sum vermis, et non 
homo : opprobrium 
hominum , et abjectio 



LE DIMANCHE DBS HAMEAUX. 



319 



plebis. f. Omnes qui 
videbant me, asper- 
nabantur me : locuti 
sont labiis , et move- 
runt caput. f. Spera- 
vit in Domino, eripiat 
eum : salvmr. faciat 
eum, quoniam vnlt 
eum. f, Ipsi vero con- 
sideravemnt, et con- 
spexenint me : di- 
viserunt sibi vesti- 
menta mea, et super 
vestem meam mise- 
i-unt sortem. f. Libé- 
ra me de ore leonis , 
et a cornibus uni- 
cornium humilitatem 
meam. f. Qui timetis 
Dominum , laudate 
eum: universum se- 
men Jacob, magni- 
ficate eum. f. An- 
nuntiabitur Domino 
generatio ventura : 
et annuntiabunt cœli 
justitiam ejas. f. Po- 
pulo qui nascetur, 
quem fecit Dominus. 



dus. j^. Pour moi , je suis 
un ver de terre, et non 
pas un homme ; je suis 
l'opprobre des hommes 
et le rebut du peuple. 
j^. Tous ceux qui m'ont 
vu m'ont insulté; ils ont 
dit en secouant la tète. 
f. Il a mis sa confiance 
dans le Seigneur, que le 
Seigneur le délivre : qu'il 
le sauve, s'il est vrai 
qu'il l'aime. î-. Ils ont 
pris plaisir à me consi- 
dérer en cet état : ils ont 
partagé mes vêtements 
entre eux, et tiré ma 
robe au sort. ^. Sauvez- 
moi de la gueule du lion , 
et préservez ma faiblesse 
de la corne des bétes 
féroces, f. Vous qui crai- 
gnez le Seigneur, louez- 
le : glorifiez - le tous , en- 
fants de Jacob, jt". La- 
génération future appar- 
tiendra au Seigneur, et 
les cieux annonceront sa 
justice, f. Au peuple qui 
doit naître, au peuple 
que le Seigneur a fait. 



330 LE DIMANCHE DBS aAMKAUX. 

La Pastioa d« I.-S. J.-O. selon Miit lattkiêti. 

EKce temps-là, Jésus dit à ses disciples: Vous 
savez qu'on fera la Pàque dans deux jours^ 
et que le Fils de Thomme sera livré pour être 
crucifié. Alors les princes des prêtres et les an- 
ciens du peuple se réunirent dans la salle du 
grand prêtre nommé Gaïpbe, et cherchèrent le 
moyen de se saisir adroitement de Jésus et de le 
faire mourir. Mais ils disaient : Il ne faut pas 
que ce soit pendant la fête, de peur de quelque 
tumulte parmi le peuple. Or comme Jésus était 
à Béthanie chez Simon le lépreux , une femme 
vint à lui avec un vase d'albâtre plein d'un par- 
fum de grand prix, qu'elle répandit sur sa tête 
lorsqu'il était à table. Les disciples, témoins de 
cette action , en furent indignés , et dirent : Pour- 
quoi cette profusion? On aurait pu vendre ce 
parfum bien cher, et en donner le prix aux 
pauvres. Mais Jésus, connaissant leurs pensées, 
leur dit : Pourquoi faites- vous de la peine à cette 
femme? Ce qu'elle vient de faire à. mon égard 
est une bonne œuvre : car vous avez toujours des 
pauvres parmi vous; mais vous ne m'aurez pas 
-toujours. Or cette fenmie, en répandant ce par- 
fum sur mon corps , l'a fait en vue de ma sépul- 
ture. Je vous le dis en vérité, dans tout le monde, 
où cet Évangile sera prêché, on racontera, à 
la louange de cette femme , ce qu'elle vient de 
faire. Alors un des Douze, nommé Judas Isca- 
riote , alla trouver les princes des prêtres , et leur 
dit : Que voulez-vous me donner, et j*» vous le 11- 



Ih UlUNCHK DB6 HAMEAUX. 321 

vrerai? Ils convinrent avec lui de trente pièces 
d'argent, et dès lors il chercha Toccasion de le 
livrer. Or, le premier jour des Azymes, les dis- 
ciples s'adressèrent à Jésus, et lui dirent: Où 
voulez-vous que nous vous préparions ce qu'il 
faut pour manger la Pàque? Jésus leur répon- 
dit: Allez à la ville chez un tel, et dites-lui : Le 
Maître envoie vous dire : Mon temps est proche, 
je fais la Pàque chez vous avec mes disciples. 
Les disciples firent ce que Jésus leur avait 
ordonné, et préparèrent laPàque. Le soir, il se 
mit à table avec ses douze disciples; et, pen- 
dant qu'ils mangeaient, il leur parla ainsi : Je 
vous le dis en vérité,. l'un de vous me trahira. 
Ces paroles les ayant fort affligés, chacun se mit 
à lui demander: Est-ce moi. Seigneur? Et il 
leur répondit : Celui de vous qui met la main 
au plat avec moi est celui qui me trahira. 
Pour le Fils de l'homme, il s'en va selon ce 
qui est écrit de lui ; mais malheur à celui par 
qui le Fils de l'homme sera trahi; il eût mieux 
valu pour cet homme qu'il ne fût jamais né. 
Judas, celui qui le trahit, prenant la parole, 
lui dit : Maître, est-ce moi? Il lui répondit: 
Vous l'avez dit. Pendant qu'ils soupaient, Jésus 
prit du pain, le hénlt, le rompit, et le donna 
à ses disciples, en disant: Prenez et mangez; 
ceci est mon corps. Puis, prenant le calice, il 
rendit grâces, et le leur donna, en disant: 
Buvez-en tous; car ceci est mon sang, le sang 
de la nouvelle alliance, qui sera répandu pour 
un grand nombre pour la rémission des péchés. 

N. 38 ai 



dfi'i LE DIMANCHE DBS RAMEAUX. 

Or je vous le déclare, jp ne boirai plus désor- 
mais de ce fipuit de la vigne, jusqu'au jour où je 
le boirai de nouveau avec vous dans le royaume 
de mon Père. Et après avoir dit .le cantique, ils 
allèrent sur la montagne des Oliviers. Alors 
Jésus leur dit : Vous serez tous scandalisés cette 
nuit à mon sujet; car il est écrit: Je frapperai 
le Pasteur, et les brebis du troupeau seront dis- 
persées ; mais après ma résurrection, je vous 
précéderai en Galilée. Pierre, prenant la parole, 
lui dit : Quand tous les autres seraient scandali- 
sés à votre siget, pour moi je ne le serai jamais, 
Jésus reprit: Je vous le dis en vérité, cette 
nuit même, avant que le. coq chante, vous me 
renoncerez trois fois. Pierre lui dit: Quand il me 
taudrait mourir avec vous, je ne vous renon- 
cerai point. Tous les disciples parlèrent de 
même. Jésus alla ensuite avec eux en un lieu 
appelé Gethsémani, et dit à ses disciples : De- 
meurez ici, pendant que je m'en vais là auprès 
pour prier. Et ayant pris avec lui Pierre et les 
deux Ûls de Zébédée, il conmiença à èti*e saisi 
de tristesse et plongé dans la douleur. Alors il 
leur dit: Mon ùme est triste jusqu'à la mort; 
demeurez ici, et veillez avec moi. Et étant allé 
un peu plus loin, il se prosterna le visage contre 
terre, en priant et en disant: Mon Père, que 
ce calice s'éloigne de moi, s'il est possible; 
qu'il en soit néanmoins non comme je le veux , 
mais comme vous le voulez. Il revint ensuite 
vers ses disciples, qu'il trouva endormis; et il 
dit à Pierre ; Quoi I vous n'avez pu veiller une 



LE DIVAMCHB DU» BAWBAUX. 9S3 

heuie avec moi! Veillez et priez, afta de ne pas 
tomber dans la tentation; mr l'esprit est prompt, 
mais la chair est faible. Il s'éloigna une seconde 
fois, et fit cette prière: Mon Père, si ce calice 
ne peut s'éloigner sans qae je le boive, que 
Yotre volonté soit faite. Il revint ensuite, et les 
trouva encore endormis ; car ils avaient les yeux 
appesantis. Les ayant laissés, il s'éloigna et pria 
pour la troisième fois, en répétant les m^es 
paroles. Puis il vint retrouver ses disciples, et 
il leur dit : Dormez maintenant , et reposez- 
vous: voici l'heure qui approche, et le Fils de 
l'homme va être livré entre les mains des pé- 
cheurs; levez-vous, allons, celui qui doit me 
livrer n'est pas loin d'ici. Gomme il parlait 
encore, Judas, l'un des Douze, arriva, et avec 
lui une nombreuse troupe de gens armés d'épées 
et de bâtons, envoyés par les princes des prêtres 
et par les anciens du peuple. Or celui qui le li- 
vrait leur avait donné ce signal : Celui que j'em- 
brasserai, c'est lui-même, saisissez -vous -en. 
Et aussitôt, s'approchant de Jésus, il lui dit: 
Je vous salue. Maître; et il l'embrassa. Jésus 
lui dit: Mon ami, qu'ètes-vous venu faire ici? 
Au même instant ils s'avancèrent, et, mettant 
la main sur Jésus , ils l'arrêtèrent. Alors un de 
ceux qui étaient avec Jésus porta la main à son 
épée, la tira, et, frappant un des serviteurs du 
grand prêtre, lui coupa l'oreille. Mais Jésus lui 
dit : Remettez votre épée dans le fourreau ; car 
quiconque se servira de l'épée périra par l'épée. 
Groyez-vous que je ne puisse point prier moi 



3i4 LB DIHANCBB DBS BAMBADX. 

Père, et ne m'enverrait-il pas aussitôt plus de 
douze légions d'Anges? Gomment donc s'accom- 
pliraient les Écritures, qui disent que les choses 
doivent arriver ainsi? Jésus dit ensuite à cette 
troupe : Vous êtes venus avec des épées et des 
b&tons pour me prendre comme un voleur; 
''étais tous les jours assis parmi vous, ensei- 
gnant dans le temple, et vous ne m'avez point 
arrêté. Mais tout cela s'est fait afin que les pa- 
roles du Prophète s'accomplissent. Alors tous 
ses disciples l'abandonnèrent et s'enfuirent. Les 
gens qui s'étaient saisis de Jésus le conduisirent 
chez Caïphe le grand prêtre, où les docteurs de 
la loi et les anciens du peuple étaient assemblés. 
Pierre le suivit de loin jusque dans la cour du 
grand prêtre, y entra, et s'assit avec les domes- 
tiques pour voir comment cela se terminerait. 
Cependant les princes des prêtres et tout le 
conseil cherchaient quelque faux témoignage 
contre Jésus, afin de le faire mourir; mais ils 
n'en trouvèrent pas, quoique plusieurs faux 
témoins se fussent présentés. Enfin il en vint 
deux qui déposèrent ainsi : Cet homme a dit : 
Je puis détruire le temple de Dieu, et le rebâtir 
en trois jours. Le grand prêtre, se levant alors 
lui dit ; Vous ne répondez rien à ce qu'on vient 
de déposer contre vous ? Mais Jésus se taisait. 
Alors le grand prêtre lui dit: Je vous adjure, 
de la part du Dieu vivant, de nous dire si vous 
êtes le Christ, le Fils de Dieu. Jésus répondit : 
Vous l'avez dit. Je vous déclare de plus qu'un 
jour vous verrez le Fils de l'homme assis à la 



LE DIHARCHE DBS BAnAUX. 825 

droite de ianuyesté de Dieu, et venant sur les 
nuées du ciel. Alors le grand prêtre déchira ses 
habits en disant : Il a blasphémé : qu'avons- 
nous encore besoin de témoins? Vous venez 
d'entendre le blasphème : que vous en semble ? 
Ils répondirent: Il mérite la mort. Aussitôt ils 
lui crachèrent au visage, lui donnèrent des 
soufflets, et d'autres le frappaient en disant: 
Christ, prophétise , et dis-nous qui t'a frappé. 
Cependant Pierre était assis dehors dans la 
cour. Une servante l'aborda et lui dit : Vous 
étiez aussi avec Jésus le Galiléen. Mais il le nia 
devant tout le monde, en disant : Je ne sais ce 
que vous dites. Conome il était k la porte pour 
sortir, une autre servante le vit, et dit à ceux 
qui étaient là: Celui-ci était aussi avec Jésus 
de Nazareth. Pierre le nia une seconde fois, 
et dit avec serment: Je ne connais point cet 
homme. Un moment après,', ceux qui étaient 
présents s'approchèrent et lui dirent : Assuré- 
ment vous êtes aussi de ces gens-là, car votre 
langage môme vous fait connaître. Pierre se mit 
alors à faire des imprécations, et à jurer qu'il 
ne connaissait point cet homme. A l'instant le 
coq chanta. Pierre se souvint de la parole que 
Jésus lui avait dite: Avant que le coq chante, 
vous me renoncerez trois fois. Et, étant sorti, il 
pleura amèrement. Dès que le jour parut, tous 
les princes des prêtres et les anciens du peuple 
tinrent conseil contre Jésus pour le faire mou- 
rir. L'ayant lié, ils l'emmenèrent et le mirent 
entre les mains du gouverneur Ponce -Pilate. 



8S6 LK DlMAlfCHK DES «AMEAim. 

Alors Judas, qui Favait livré, voyant qu'il était 
condamné, fut touché de repentir, et reporta les 
trente pièces d'argent aux princes des prêtres 
et aux anciens, en disant : J'ai péché , car j'ai 
livré le sang innocent. Mais ils répondirent : 
Que nous importe? c'est votre aiTaire. Alors 
Judas, après avoir jeté l'argent dans le temple, 
se retira et alla se pendre. Mais les princes des 
prêtres, prenant cet argent, dirent : Il n'est 
pas permis de le mettre dans le trésor, parce 
que c'est le prix du sang. Après avoir délibéré 
ensemble, ils en achetèrent le champ d'un po- 
tier, pour y enterrer les étrangers. C'est pour 
cela que jusqu'à ce jour on a appelé ce champ 
Haceldama, c'est-à-dire le Champ du sang. 
Alors s'accomplit cette parole du prophète Jé- 
rémie : Ils ont pris les trente pièces d'argent 
pour lesquelles on a vendu celui qui a été mis 
à prix par les enfants d'Israël , et ils en ont 
acheté le champ d'un potier, conmie le Seigneur 
me l'a fait prédire. Cependant Jésus parut de- 
vant le gouverneur, et le gouverneur l'interro- 
gea en ces termes : Étes-vous le Roi des Juifs i 
Jésus lui répondit : Vous le dites. Accusé ensuite 
par les princes des prêtres et par les anciens , 
il ne fit aucune réponse. Alors Pilate lui dit : 
N'entendez-vous pas les dépositions qu'ils font 
contre vous? et Jésus ne lui répondit sur rien; 
ce qui surprit extrêmement le gouverneur. Or 
le gouverneur avait coutiune, le jour de la fête 
de Pâque, d'accorder la liberté d'un prisonnier, 
dont le peuple avait le choix. Il y en avait alors 



LE DIMANCUB DES RAMEAUX. 327 

un fameux nommé Barabbas. Comme ils étaient 
tous assemblés, Pilatedit: Lequel voulez-vous que 
je vous délivre, Barabbas, ou Jésus qu'on appelle 
Christ? Car il savait que c'était par envie qu'ils 
l'avaient livi*é. Pendant qu'il était assis sur son 
tribunal, sa fenmie lui envoya dire : Ne vous 
mêlez point dans l'affaire de ce juste : car j'ai eu 
aujourd'hui un songe qui m'a fort tourmentée à 
son siget. Cependant les princes des prêtres et 
les anciens persuadèrent au peuple de deman- 
der Barabbas, et de faire périr Jésus. Le gou- 
verneur, leur adressant la parole : Lequel des 
deux, dit-il, voulez-vous que je vous délivre? 
Ils répondirent : Barabbas. Pilate leur dit : Que 
ferai-je donc de Jésus qu'on appelle Christ? 
Us répondirent tous : Qu'il soit crucifié. Le gou- 
verneur leur dit : Quel mal a-t-il donc fait? Mais 
ils criaient encore plus fort : Qu'il soit crucifié. 
Enfin Pilate, voyant qu'il ne gagnait rien, 
et qu'au contraire le tumulte croissait de plus 
en plus, se fit apporter de l'eau, et dit en se 
lavant les mains devant le peuple : Je suis in- 
nocent de la mort de ce juste, c'est vous qui 
en répondez. Tout le peuple s'écria: Que son 
sang rptombe sur nous et sur nos enfants. Alors 
il leur délivra Barabbas, et, après avoir fait 
flageller Jésus, il le leur abandonna pour être 
crucifié. En même temps les soldats du gouver- 
neur enmienèrent Jésus dans le prétoire, et, 
rassemblant autour de lui la cohorte entière, 
après lui avoir 6té ses habits , ils le couvrirent 
d'un manteau d'écarlate; puis, ayant formé une 



328 LB DIMANCHE DBS RAMBADB. 

couronne arec des épines entrelacées, ils la loi 
mirent snr la tète, avec un roseau à la noain 
droite, et, fléchissant le genou devant lui^ ils 
se moquaient de lui, en disant: Roi des Juifs, 
je vous salue. Ils lui crachaient au visage, 
et, prenant le roseau, ils lui en donnaient des 
coups sur la tète. Après s'être ainsi joués de lui, 
ils lui itèrent le manteau, lui remirent ses 
habits, et remmenèrent pour le crucifier. En 
sortant, ils rencontrèrent un homme de Gyréne, 
nommé Simon , qu'ils contraignirent de porter 
la croix de Jésus. Arrivés au lieu appelé Golgo- 
ha, c'est-à-dire lieu du Calvaire, ils lui pré- 
sentèrent à boire du vin mêlé de fiel; mais, 
après en avoir goûté, il n'en voulut pas boire. 
Quand ils Teurent crucifié , ils partagèrent ses 
habits, les tirant au sort, afin que cette parole 
du Prophète fût accomplie : Ils ont partagé entre 
eux mes habits, et ils ont jeté ma robe au 
sort. Ensuite, s'étant assis, ils le gardaient. Ils 
atuchèrent aussi au-dessus de sa tète cette 
Inscription, qui indiquait la cause de sa con- 
damnation : c'est jésds le roi dbs juifs. En 
môme temps on crucifia avec lui deux voleurs, 
1 un à sa droite, l'autre à sa gauche. Ceux qui 
passaient blasphémaient contre lui en branlant 
a tète, et lui disaient: Eh bien! toi qui dé- 
truis le temple de Dieu et qui le rebâtis en trois 

^°^'^^'i.Jî^® "® ^® sauves-tu toi-mèmeî Si tu 
es le l-ils de Dieu, descends de la croix. Les 
pnncea des prêtres se moquaient aussi de lui 
avec les docteurs de la loi et les anciens, en 



LB DIMANCHE IKES BAHBAUX. 829 

disant : Il a sauvé les autres, et 11 ne peut se 
sauver lui-même; s'il est le Roi d'Israël, qu'il 
descende maintenant de la croix, et aussitôt 
nous croyons en lui. Il a mis sa confiance en 
Dieu: si Dieu l'aime, gu'il le délivre mainte- 
nant; car il a dit: Je suis le Fils de Dieu. Les 
voleurs qui étaient crucifiés avec lui l'insultaient 
de môme. Cependant, depuis la sixième heure 
jusqu'à la neuvième, toute la terre fut couverte 
de ténèbres. Vers la neuvième heure, Jésus 
s'écria d'une voix forte : Eli, Eli, lamma sabac- 
thani? c'est-à-dire: Mon Dieu, mon Dieu, 
pourquoi m'avez- vous abandonné? Quelques-uns 
de ceux qui étaient là, et qui l'entendirent, 
disaient : Il appelle Élie. Aussitôt l'un d'eux 
courut .prendre une éponge, qu'il remplit de 
vinaigre, et, l'ayant mise au bout d'un roseau, 
il lui présenta à boire. Mais les autres disaient : 
Attendez, voyons si Élie viendra le délivrer. 
Alors Jésus, jetant encore un grand cri, rendit 
l'esprit. 

( la on te met à gerumx, et Von s'arrête vn in»tant. ) 

Au même instant le voile du temple se déchira 
depuis le haut jusqu'en bas; la terre trembla, 
les pierres se fendirent, les tombeaux s'ou- 
ATirent, les corps de plusieurs saints qui étaient 
morts ressuscitèrent, et, sortant de leurs tom- 
beaux après la résurrection du Sauveur, vinrent 
dans la ville sainte et apparurent à plusieurs. 
Le centurion et ceux qui étaient avec lui pour 
garder Jésus, voyant le tremblement de terre 
et tout ce qui se passait, furent saisis d'une 



830 LE DIMANCHE DES BAHSAUE. 

grande frayeur, et dirent : Cet homme était vrai- 
ment le Fils de Dieu. Il y avait là aussi plusieurs 
femmes un peu éloignées qui avaient suivi 
Jésus depuis la Galilée, et qui avaient eu soin 
de lui; parmi elles étaient Marie -Madeleine, 
Marie mère de Jacques et de Joseph, et la mère 
des fils de Zébédée. Vers le soir, un homme 
riche d'Arimathie nonuné Joseph, qui était 
aussi disciple de Jésus, alla trouver Pilate, et 
demanda le corps de Jésus. Pilate ordonna aus- 
sitôt que le corps lui fût remis. Joseph, l'ayant 
pris, l'enveloppa dans un linceul blanc, le mit 
dans un sépulcre neuf qu'il avait fait tailler 
dans le roc, roula une grosse pierre à l'entrée 
du sépulcre, et se retira. Mais Marie-Madeleine 
et l'autre Marie demeurèrent assises auprès du 
sépulcre. 

Le jour suivant, qui était le sabbat, les 
princes des prêtres et les pharisiens se réunirent 
chez Pilate, et lui dirent: Seigneur, nous nous 
sommes rappelé que cet imposteur a dit lorsqu'il 
était encore en vie : Je ressusciterai trois jours 
après ma mort. Ordonnez donc qu'on garde le 
sépulcre jusqu'au troisième jour , de peur que 
ses disciples ne viennent dérober son corps, et 
ne disent au peuple : Il est ressuscité; car cette 
dernière erreur serait pire que la première. Pi- 
late leur répondit : Vous avez des gardes, allez, 
faites-le garder comme vous l'entendrez. Ils s'en 
allèrent donc; et, pour s'assurer du sépulcre, 
ils apposèrent le sceau sur la pierre, et y lais- 
sèrent des gardes. — Credo. 



LE DWANCHE DES RAMEAUl. 



831 



Offertoire, Impro- 
perium exspectavit 
cor meuiQ; et mîse- 
riam : et sustinui qui 
sîmul mecum contri- 
staretur, et non fuit : 
consolantem me quae- 
sivi, et non inveni : et 
dederunt in escam 
meam fel, et in siti 
mea potaverunt me 
aceto. 



Offertoire. Mon cœur 
n'attend plus cfue des 
outrages et des douleurs : 
j'ai désiré, mais en vain, 
quelqu'im qui compatit 
à mes maux; j'ai cher- 
ché un consolateur, et je 
n'en ai point trouvé : ils 
m'ont donné du fiel pour 
nourriture, et dans ma 
soif ils m'ont abreuvé de 



vinaigre. 

Secrète. Accordez à nos prières, Dieu tout-puis- 
sant, que le sacrifice offert à votre divine Majesté 
nous obtienne la grâce d'une pieuse dévotion, et 
nous fasse jouir de l'éternité bienheureuse. Par. 

Préface de la Croix, p. 124. 



Communion. Pater, 
sinon potesthic calix 
transire, nisi bibam 
iilum, fiât voluntas 
tua. 



Communion. Mon Pè- 
re, si ce calice ne peut 
s'éloigner sans que je le 
boive, que votre volonté 
soit faite. 

Postcommunion. Daignez, Seigneur, par la 
vertu de ces saints mystères, nous purifier de 
nos fautes et combler nos justes désirs. Nous 
vous en prions par N.-S. J.-C. 

A la fin des Messes basses on dit l'Évangile qui suit. 

EN ce temps-là, Jésus approchait de Jérusalem 
avec ses disciples, et étant déjà arrivé à 
Bethphagé, près de la montagne des Oliviers, il 
envoya deux d'entre eux, et leur dit : Allez au 
village qui est devant vous ; vous y trouverez 



832 LE DIMAKCHS DBS RAKSADZ, 

une ânesse attachée et son ânon avec elle; déta- 
chez-les, et amenez-les-moi. Si quelqu'un vous 
dit quelque chose, dites que le Seigneur en a 
besoin, et aussitôt on les laissera aller. Or tout 
ceci arriva afin que cette parole du Prophète 
fût accomplie : Dites à la fille de Sion : Voici 
votre Roi qui vient à vous plein de douceur, 
monté sur une ànesse habituée au joug et sur 
son ànon. Les disciples s'éloignèrent et firent ce 
que Jésus leur avait ordonné. Us amenèrent 
rânesse et Tànon; et, les ayant couverts de leurs 
habits, ils le firent monter dessus. Alors une 
grande multitude de peuple étendit ses vête- 
ments sur le chemin : d'autres coupaient des 
branches d'arbre, et les jetaient sur son pas- 
sage. Tous ceux qui le précédaient et qui le sui- 
vaient criaient : Hosanna au fils de David; béni 
soit celui qui vient au nom du Seigneur. 

A VfiPEBS. 

Psaumes et Antiennes du Dimanche, p. 13î ; Hymne Vexilla 
Régis, f. Eripe me, p. 810 

A Magnificat. 



Ant, Il est écrit : Je 
frapperai le pasteur, et 
les brebis du troupeau 
seront dispersées; mais, 
après ma résurrection, je 
vous précéderai en Gali- 
lée : c'est là que vous me 
verrez, dit le Seigneur. 



Ant, Scriptum est 
enim: Percutiampa- 
storem, etdispergen- 
tur oves gregis; post- 
quam autem resurre- 
xero, praBcedam vos 
in Galilaeam: ibi me 
videbitis, dicit Domi- 
nas. 



LE JEUDI BAUfT. 



88S 



LE JEUDI SAINT. 
A LA MESSE. — introït. 



NOS autem gloriari 
oportet in Gruce 
Domiûi nostri Jesu 
Ghristi, in quo est 
salus, vita et resur- 
rectio nostra ; pei 
quem salvati et libe- 
rati smnus. Ps, Deus 
misereatur nostri, et 
l3enedicatnoMs: illu- 
minet vultum suun) 
uper nos, et mise- 
reatur nostri. — Nos 
autem. 



Nous devons nous glo- 
rifier dans la Croix 
de Notre-Seigneur Jésus- 
Christ, dans lequel nous 
avons le salut, la vie et 
la résurrection, et par 
lequel nous avons été 
délivrés et sauvés. Ps, 
Que Dieu prenne pitié de 
nous et nous bénisse : 
qu'il nous éclaire de la 
lumière de son visage et 
qu'il nous fasse sentir sa 
miséricorde. — Nous. 

Gloria ia exc*ilsiSf pendant lequel on sonne toutes les cloche», 
qu'on ne fait plus entendre ensuite jv^qu' au Samedi saint. 

Collecte, Dieu, de qui Judas a reçu la puni- 
tion de son crime, et le bon larron la récompense 
de sa foi, daignez nous traiter avec miséricorde, 
afin que, comme Notre-Seigneur Jésus -Christ 
dans sa Passion a rendu à chacun suivant son 
mérite, il nous arccode aussi, après nous avoir 
dépouillés du vieil homme, la grâce de la résur- 
rection. Lui qui, étant Dieu, vit et règne. 

ÉPITBE. 

MES frères. Lorsque vous vous réunissez comme 
vous le faites, ce n'est plus manger ia cène 
du Seigneur. Car chacun y mange ce qu'il a 



g34 L£ J£U01 èJdUT, 

apporte pour le repas, sans attendre h6s autres. 
Et ainsi les uns n'ont rien à manger, tandis que 
les autres mangent avec excès. N'avez- vous donc 
pas vos maisons pour y boire et pour y manger? 
ou méprisez -vous l'Église de Dieu, et voulez- 
vous faire honte à ceux qui sont pauvres ? Que 
vous dirai-je? Vous louerai-je? Non, je ne puis 
vous louer en cela. Car c'est du Seigneur même 
que j'ai appris ce que je vous ai aussi enseigné, 
savoir, que le Seigneur Jésus, la nuit même où 
il devait être livré à la mort, prit du pain, et, 
ayant rendu grâces, le rompit et dit: Prenez et 
mangez : Ceci est mon corps, qui sera livré pour 
vous ; faites ceci en mémoire de moi. Il prit de 
même le calice, après avoir soupe, et il dit 
Ce calice est le calice de la nouvelle alliance 
dans mon sang; toutes les fois que vons le 
boirez, faites ceci en mémoire de moi. Car 
toutes les fois que vous mangerez ce pain et que 
vous boirez ce calice, vous annoncerez la mort 
du Seigneur jusqu'à ce qu'il vienne. Or qui- 
conque mangera ce pain, ou boira le calice du 
Seigneur indignement, sera coupable du corps 
et du sang du Seigneur. Que l'homme donc 
s'éprouve lui-même, et qu'après cela il mange 
de ce pain et boive de ce calice. Car celui qui 
mange et boit indignement, mange et boit sa 
propre condamnation, ne fajsant pas le discer- 
nement qu'il doit du corps du Seigneur. C'est 
pour cela qu'il se trouve parmi vous beaucoup 
de malades et de languissants, et que plusieurs 
sont morts. Si nous nous iugions nous-mêmes, 



LE JKUDl SAINT. 385 

nous ne serions pas jugés par Dieu. Mais lorsque 
nous sommes jugés de la sorte, c'est le Seigneur 
qui nous châtie, afin que nous ne soyons pas 
condamnés avec le monde. 



Graduel, Christus 
l'actus est pro nobis 
obediens usque ad 
mortem, mortem au- 
tem Grucis. f, Propter 
quod et Deus exaJta- 
vit illum, et dédit illi 
nomen quod est su- 
per omne nomen. 



Graduel, Jésus-Christ 
s'est rendu pour nous 
obéissant jusqu'à la mort, 
et jusqu'à la mort de la 
Croix. ^, C'est pourquoi 
Dieu l'a exalté, et lui a 
donné un nom qui est 
au-dessus de tous les 
noms. 



ÉVANGILE. 

AVANT la fête de Pàque, Jésus sachant que 
son heure était venue de passer de ce monde 
à son Père, comme il avait aimé les siens qui 
étaient dans le monde, il les aima jusqu'à la 
fin. Et après le souper, le diable avait déjà in- 
spiré à Judas Iscariote, fils de Simon, le projet 
le le livrer. Jésus, sachant que son Père avait 
mis toutes choses entre ses mains, qu'il était 
sorti de Dieu, et qu'il retournait à Dieu, se 
leva de table, quitta ses vêtements, et ayant 
pris un linge, se ceignit; puis, ayant versé de 
l'eau dans un bassin, il se mit à laver les pieds 
de ses disciples, et à les essuyer avec le linge 
qu'il avait autour de lui. 11 vint donc à Simon- 
Pierre. Mais Pierre lui dit: Quoi! Seigneur, 
vous me laveriez les pieds ! Jésus lui répondit : 
Vous ne comprenez pas maintenant ce que je 



335 LE JEUDI SAUfT. 

fais; mais vous le comprendrez dans la suite. 
Pierre lui dit : Jamais vous ne me laverez les 
pieds. Jésus lui répondit : Si je ne vous lave , 
vous n'aurez point de part avec moi. Simon- 
Pierre lui dit : Seigneur, non-seulemèntles pieds, 
mais aussi les mains et la tète. Jésus lui dit : 
Celui qui sort du bain n'a plus besoin de se 
laver que les pieds, car il est pur et net dans 
tout son corps; et vous aussi vous êtes purs, 
mais non pas tous. Car il savait quel était celui 
qui devait le livrer; c'est pour cela qu'il dit: 
Vous n'êtes pas tous purs. Après donc qu'il leur 
eut lavé les pieds, et qu'il eut repris ses vête- 
ments, il se remit à table et leur dit: Compre- 
nez-vous ce que je viens de vous faire ? Vous 
m'appelez Maître et Seigneur, et vous avez rai- 
son, car je le suis. Si donc je vous ai lavé les 
pieds, moi votre Seigneur et votre Maître, vous 
devez aussi vous laver les pieds les uns aux 
autres. Car je vous ai donné l'exemple, alin que 
vous fassiez vous-mêmes ce que j'ai fait à votre 
égard. — Credo. 



Offertoire, La droite 
du Seigneur a manifesté 
sa puissance, la droite du 
Seigneur m'a élevé : je 
ne mourrai pas, mais je 
vivrai, et je raconterai 
les œuvres du Seigneur. 

Secrète, Nous vous demandons humblement. 
Seigneur saint. Père tout-puissant, Dieu étemel, 
que notre sacrifice vous soit rendu agréable par 



Offertoire, Dextera 
Domini fecit virtu- 
tem, dextera Domini 
exaltavit me : non 
moriar, sed vivam, 
et narrabo opéra Do- 
mini. 



LE VEmOMIOI SAINT. 337 

Jésns-Ghrist votre Fils^ qui, en l'instituant en 
ce jour^ a ordonné à ses disciples de le célébrer en 
mémoire de Ini. Lui <{ui, étant Dieu, vit et règne. 

Préface de la Croix, p. 114. 



Communion, Domi- 
nus Jésus, postquam 
cœnavit cum discipu- 
lis suis, lavit pedes 
eonun, et ait illis : 
Scitis quid fecerim 
vobis, ego Dominus 
et Magister? £xem- 
plum dedi vobis, ut 
et vos ita faciatis. 



Communion, Le Sei^^ 
gneur Jésus, après avoir 
soupe avec ses disciples, 
leur lava les pieds, et 
leur dit : Savez-vous ce 
que je vous ai fait, moi 
le Seigneur et le Maître ? 
Je vous ai donné l'exem- 
ple, afin que V9us fassiez 
de même. 

Postcommunion, Fortifiés par cet aliment qui 
donne la vie, nous vous prions. Seigneur notre 
Dieu, de nous accorder, par votre grâce, le bon- 
heur déposséder éternellement ce que nous célé- 
brons pendant notre vie mortelle. Par N.-S. J.-C. 

Ite, Missa est. 

Après r Évangile de saint Jean, le Célébrant porte au re- 
posoir rhoêtie consacrée pour le lendemain; on chante d la 
Procession F Hymne Paage lingaa , des Vêpres du saint Sacre- 
ment. 

L£ VENDREDI SAINT. 

ADORATION DE LA CROIX. 

Le Prêtre se lowmant vers les Assistants, découvre 
le haut de la Croix, et chante : 

Ecce lignum Cru- 1 Voilà le bois de la 
cis. I Croix. 



3aS LE VENDREDI 8AU(T. 

Lu Assi8tarU$ continuent aoee tut: 

OÙ le salut des hommes t In quo salus mmidi 
a été attaché. I pependit. 

Et le Choeur répond : 

■^ Venez, adorons-le. ) Venite, adoremas. 

Alors cfiaeun se prosterne ^ excepté le Célébrant , qui, H*avan' 
çant du côté droit de l^autel, découvre le bras droit de la 
Croix, et répète: 

Voilà le bois de la | Ecce lignmn Gni- 
Groix. 1 cis. 

Les Assistants. 

OÙ le salut des hommes i In quo salus mimdi 
a été attathé. | pependit. 

Le Chœur. 

Venez, adorons-le. j Venite, adoremus. 

Chacun se prosterne encore; puis le Célébrant, arrivé au 
milieu de Vautel, découvre toute la Croix, et répète pour 
la troimènie fois: 



Ecce lignum Cru- 
els. 



Voilà le bois de la 
Croix. 

Les ÂMtistants. 

OÙ le salut des hommes l In quo salus mundi 
a été attaché. I pependit. 

Le Chœur. 

Venez, adorons-le. | Venite, adoremus. 

Le Célébrant place la Croix au lieu préparé, et va eneuite à 
P Adoration; les Assistants et le peuple suivent , petidant que 



deux Choristes chantent: 

QUE vous ai -je fait, ô 
mon peuple, et en 
quoi vous ai -je attristé? 
diUîS-le-moi. Parce que 



PopULE meus, quid 
feci tibi, aut in 
quo contristavi te ? 
responde mihi. Quia 



LE YEHDSBDI SAINT. 939 

je vous ai tiré de la terre 
d'Egypte, vous avez dres- 
sé une croix à votre Sau- 
veur. 

Deux Chorùtes chantent tUtematioement : 



eduxi te de terra JSgy- 
pti, parasti Grucem 
Salvatori tuo. 



Agios Theos! 

Sanctus Deus! 

Agios ischyros! 

Sanctus fortis ! 

Agios athanatos , 
eleison imas. 

Sanctus immorta- 
iis, miserere nobis. 



QUIA eduxi 
desertum quadra- 
ginta annis, et manna 
"cibavi te* et introduxi 
te in terrain satis bo- 
Bam, parasti crucem 
Salvatori tuo. 



Dieu saint! 

Dieu saint! 

Dieu saint et fort î 

Dieu saint et fort ! 

Dieu saint et immor- 
tel, ayez pitié de nous. 

Dieu saint et immor- 
tel, ayez pitié de nous. 

Les Choristes» 

te per | pARCE que durant qua- 
1 rante ans j'ai été votre 
guide dans le désert, que 
ie vous ai nourri de la 



manne, et que je vous 
ai introduit dans ime 
terre excellente , vous 
avez dressé une croix à 
votre Sauveur. 

Le Chœiir. 

Agios Theos, etc. I Dieu saint, etc. 

Les Choristes. 



QuiD ultra debui fa- 
ceretibi,etnonfe- 
ci ? Ego quidem plan- 
tavi te vineam meam 
speciosissimam ; et tu 



Q 



o'ai-je dû faire pour 
vous que je n'aie 
point fait ? Vous étiez une 
vigne magnifique, que 
j'ai plantée moi-même, 



facta es mihi nimis J et vous avez été pour moi 



MO 



LE VSlfDRBDi SAUIT. 



remplie d'amertume ; car 
dans ma soif vous m'avez 
domié da vinaigre, et 
vous avez percé avec une 
lance le côté de votre 
Sauveur. 
Dieu saint! etc. 

J*ai frappé TÉgypteavec 
ses premiers-nés pour 
Tamour de vous; et vous 
m'avez livré pour être 
flagellé. 
Que vous ai-je fait, etc. 

Je vous ai retiré de l'E- 
gypte, en submer- 
geant Pharaon dans la 
mer Rouge ; et vous m'a- 
vez livré aux princes des 
prêtres. 
Que vous ai-je fait, etc. 

JE vous ai ouvert un 
passage dans la mer; 
et vous m'avez ouvert le 
côté avec une lance. 
Que vous ai-je fait, etc. 

JE vous ai conduit dans 
votre voyage en fai- 
sant marcher devant vous 
une colonne de nuée; et 
vous m'avez conduit au 
prétoh'e de Pilate. 
Que vous ai-je fait, etc. 1 



amara : aceto namque 
sitim meam potasti, 
et lancea perforasti 
latus Salvatorî tuo. 



Agios oTheos, etc. 

EGO propter te fla- 
gellavi iEgyptum 
cum primogenitis su- 
is ; et tu me flagella- 
tum tradidisti. 
Popule meus, etc. 

EGO eduxi te de 
iEgypto, demerso 
Pharaone in mare 
Ruhrum; et tu me 
tradidisti prîncipihus 
sacerdotum. 
Popule meus, etc. 

EGO ante te apérui 
mare; et tu ape- 
ruisti lancea latus 
meum. 
Popule meus, etc. 

EGO ante te prasivi 
incolumnanubis; 
et tu me duxisti ad 
praetorium Pilati. 



Popule meus, etc. 



LI VBIfDllDI SAINT. 



341 



EGO te pavi manna 
per desertum ; et 
tu me cecidisti alapis 
et flagellis. 

Popnle meus, etc. 

E60 te potavi aqua 
salutls de petra; et 
tu me potasti felle et 
aceto. 

Popule meus, etc. 

EGO propter te Cha- 
nanaBorum reges 
percussi; et tu per- 
cussisti arundine ca- 
pnt meum. 
Popule meus, etc. 

EGO dedi tibi sce- 
ptrum regale; et 
tu dedisti capiti meo 
spineam coronam. 
Popule meus, etc. 

EGO te exaltavi ma- 
gna yirtute; et tu 
me suspendisti in pa- 
tibulo cruds. 
Popule meus, etc. 
Ant Cmcem tuam 
adoramus. Domine; 
et sanctam resurre- 
ctionem tuam landa- 



JB vous ai nourri de 
manne dans le désert; 
et vous m'avez donné des 
soufflets et des coups de 
fouet. 
Que vous ai-je tait, etc. 

rvous ai désaltéré avec 
Tean salutaire de la 
pierre; et vous m*avez 
abreuvé de fiel et de vi- 
naigre. 
Que vous ai-je fait, etc. 

J*Ai frappé les rois des 
Ghananéens pour Ta- 
mour de vous; et vous 
m'avez frappé la t^te 
avec un roseau. 
Que vous ai-je fait, etc. 

JE vous ai donné un 
sceptre royal ; et vous 
avez mis une couronne 
d'épines sur ma tête. 
Que vous ai-je fait, etc. 

PI vous ai élevé en hon- 
neur et en gloire; et 
vous m'avez attaché au 
gibet de la croix. 
Que vous ai-je fait, etc. 
Ant. Seigneur, nous 
adorons votre Croix; nous 
louons et nous glorifions 
votre sainte résurrection : 



349 



LX VBMBMDI SAlIfT. 



car, par le bois de la Groix^ 
runivers entier est com- 
blé de joie. Ps, Que Dieu 
prenne pitié de nous et 
nous bénisse ; qu'il nous 
éclaire de la lumière de 
son visage, et qu'il nous 
fasse sentir sa miséri- 
corde. — Seigneur, nous 
adorons. 

Croix, objet de notre 
foi , arbre divin , sour- 
ce de grâces et de béné- 
dictions, vous surpassez 
en vertus tous les arbres 
et tous les fruits de la 
terre! * bois aimable, 
ô clous sacrés, qui portez 
un fardeau si précieux. 



mus et glorificamus; 
ecce enim propter 11- 
gnum venit gaudium 
in universo mundo. 
Ps, Deus misereatur 
nostri, et benedicat 
nobis; illuminet vul- 
tum suum super nos , 
et misereatur nostri. 
— Grucem. 

CRux Melis, inter 
onmes 
Arbor una nobilis! 
Nulla silva talem pro- 

fert, 
Fronde,flore,germine. 
^ Dulce lignum, dul- 

ces clavos, 
Dulce pondus sustinet. 



HTMNE. 

Apréstme strophe on répète Crux ûdélis jusque A Dulce lignum, 
et après la êtrophe nàoante, Dulce lignum. 

PAffGB, lingna, glo- 
riosi 
Lauream certaminis. 
Et super Crucis tro- 

pbaeo 
Die triumphum nobi- 

lem, 
Qualiter Redemptor 

orbis 
Tmmolatus vicerit. 



CHANTE, ô ma langue, 
le glorieux combat de 
Jésus-Christ, et la vic- 
toire éclatante qu'il a 
remportée sur la Croix; 
chante le Rédempteur du 
monde qui triomphe en 
mourant. 



LB VBNDUSDI SAINT. 



343 



De parentis proto- 

plasti 
Fraude factor condo- 

lens, 
Quando pomi noxialis 
In necem morsu mit , 
Ipse ligniim tune no- 

tavit, 
Damna ligni nt sol- 

veret. 
Hoc opus nostrae sa- 

lutis 
Ordo depoposcerat, 
Multiformis prodito- 

ris 
Ars ut artem falleret, 
Et medelam ferret 

inde 
Hostis unde laeserat. 
Quando venit ergo 

sacri 
Plenitudo temporis, 
Missus est ab arce Pa> 

tris 
Natus, orbis condi- 

tor; 
Atque ventre vii'gi- 

nali 
Carne amictus prod- 

iit. 
Vagit infans inter 

arcta 



Touché du malheur de 
notre premier père, que 
sa désobéissance à l'égard 
du fruit défendu avait 
précipité dans la mort, le 
Créateur choisit dès lors 
le bois pour réparer les 
maux causés par le bois. 



Telle fut l'économie de 
Tœuvre de notre salut : 
Dieu voulut, par un saint 
artifice, confondre la ruse 
du démon qui nous avait 
séduits, et faire servir à 
notre guérison les armes 
avec lescpielles notre en- 
nemi nous avait blessés. 

Lors donc que le mo- 
ment fixé pour la répara- 
tion du genre humain fut 
arrivé, le Fils de Dieu, 
le Créateur du monde, 
fut envoyé du trône tte 
son Père, et naquit d'une 
Vierge dans le sem de 
laquelle il s'était incamé. 



A sa naissance il est 
mis dans une crèche, où 



S44 



LB VBNIIUDI SAINT. 



il ne s'exprime que par 
des pleurs : la Vierge sa 
mère enveloppe de langes 
ses mains, ses pieds et 
tout son corps. 



A rage de plus de trente 
ans, ce divin Agneau, 
né pour souiMr et dé- 
voué aux soui&ances par 
sa propre volonté, est 
élevé sur Tautel de la 
Croix pour y être im- 
molé. 



Il languit, abreuvé de 
fiel; les épines, les clous, 
la lance percent son corps 
sacré ; de son côté coulent 
Teau et le sang, fleuve 
qui pmifle la terre, la 
mer, les astres, le monde 
entier. 



Arbre saint, abaissez 
vos branches pour soula- 
ger les membres sacrés 
qui y sont tendus; flé- 
chissez votre dureté na- 



Gooditus praesepia : 
Membra pannis invo- 

lata 
Virgo Mater alligat; 
Et Dei manus pedes- 

que 
Stiicta dngit lascia. 
Lustra sex qui jam 

peregit, 
Tempus implens cor- 

poris, 
Sponte libéra Red- 

emptor 
Passloni deditus , 
Agnus in Grucis leva- 

tur 
Immolandus stipite. 
Felle potus, ecce 

languet; 
SDina, clavl, lanoea 
Mite corpus perfora- 

rant; 
Unda manat et cruor, 
Terra, pontus, astra, 

mundus, 
Quo lavantur flumi- 

ne. 
Flecte ramos, ar- 

bor alta, 
Tensa laxa visoera. 
Et rigor lentescat ille 
Quem dédit nativitas^ 



LB VKHDUEDI SAIKT. 



845 



Et snperni membra 
Régis 

Tende miti stipite. 
Sola digna tu foisti 

Ferre mundi victi- 
mam, 

Atque portiim praepa- 
rare 

Arca miindo naufra- 
go, 

Quam sacer craor 
perunxit, 

Fnsus Agni corpore. 
Sempitema sit bea- 
ts 

Trinitati gloria, 

JEqndi Patri, Filioque, 

Par decus Paraclito; 

Uniustrinique nomen 

Laudet universitas. 
Amen. 



tnrelle pour cahner les 
douleurs du souverain 
Roi. 

Vous seul avez été 
trouvé digne de porter la 
victime du monde ^ de 
devenir Tarche du salut 
qui conduit au port le 
genre humain naufragé, 
et d'ôtre teint du précieux 
sang qui a coulé du corps 
de l'Agneau sans tache. 

Gloire étemelle à la 
bienheureuse Trinité ; 
gloire égale au Père, et 
au Fils, et au Saint- 
Esprit consolateur; que 
le monde entier loue le 
nom de chacune des trois 
personnes divines. Ainsi 
soit-il. 



Vers la fin de Vadoration de la Croix, on va proce$tion' 
nellement chercher le eaint Sacrement, et en revenant <m 
chante Vexilla régis, etc., p. SIO — La Prooeenon étant de 
retour, le Célébrant lave ses doigts sans rien dire, puis il dit : 
Orate, fratres, etc., auquel on ne répond point Suscipiat; 
mais il reprend aussitôt d voix ?UMte : PrnceptiB salutaribus 
moniti , etc., Pater nostor, etc., fait adorer la sainte Bostie en 
relevant sur la patène , la divise en trois parties , mettant d 
r ordinaire la dernière dans le calice , puis il dit la t» Oraison 
avant la Communion, Domine, non sum dignna, et il com- 
munie. 



846 



LE SAIirr JOUK DE PAQUES. 



«a^T'j 



^U.'^^y^ 



LE SAINT JOUR DE PAQUES. 



A LA MESSE. — introït. 

JE suis ressuscité, et je 
suis encore avec vous, 
alléluia; vous me con- 
duisez comme par la 
main, alléluia: la science 
que vous avez de tout est 
merveilleuse, alléluia, 
alléluia. Ps, Seigneur, 
vous avez sondé mon 
cœur, et vous me con- 
naissez : vous m'avez vu 
dans mon repos et dans 
mon réveil, j^. Gloire. 

Collecte, Dieu, qui nous avez ouvert au- 
jourd'hui l'entrée de la bienheureuse éternité 
par la victoire que votre Fils unique a remportée 
sur la mort, secondez par votre divin secours 
les prières et les vœux que vous nous avez vous- 
même inspirés en nous prévenant par votre 
grâce. Nous vous en prions par le même N.-S. 
J.-G. 

ÉPITRE. 

MES frères, Purifiez-vous du vieux levain, afin 
que vous soyez une pAte toute nouvelle. 



RssuBRsxi, etadhuc 
tecum sum, allé- 
luia; posuisti super 
me manum tuam , 
alléluia : mirabilis 
facta est scientia tua, 
alléluia, alléluia. Ps. 
Domine, probasti me, 
et cognovisti me : tu 
cognovisti sessionem 
meam et resurrectio- 
nem meam. fi. Gloria 
Patri. 



Ll SAUfT JOUB DE PAQUES. 



847 



comme vous êtes purs et sans levain. Car Jésus- 
Christ, notre Agneau pascal, a été immolé. Cé- 
lébrons donc cette Pâque, non point avec le vieux 
levain, ni avec le levain de la malice et de 
l'iniquité, mais avec les azymes de la sincérité 
et de la vérité. 



ii^. 



Graduel, Haec dies 
quam fedt Dominus : 
exsultemus et laete- 
mur in ea. y. Confi- 
temini Domino, quo- 
niam bonus: quoniam 
in saeculum miseri* 
cordia ejus. 

Alléluia, alléluia. 
Pascha nostrum 
inunolatus est Chri- 
stus. 

PR 

VICTIME paschali 
laudes immolent 
christiani. 

Agnus redemit oves; 
Christus innocens Pa- 
tri reconciliavit pec- 
catores. 

Mors et vita duello 
conflixere mirando : 
dux vitœ mortuus ré- 
gnât vivus. 



Graduel. Voici le jour 
que le Seigneur a fait; 
réjouissons -nous en ce 
iour et tressaillons d'al- 
légresse, y. Rendez gloire 
au Seigneur, parce qu'il 
est bon , parce que sa mi- 
séricorde est étemelle. 

Alléluia, alléluia.)^. Jé- 
sus-Christ, notre Agneau 
pascal, s'est immolé pour 
nous. 

OSE. 

QUE les chrétiens offrent 
un sacrifice de louan- 
ges k Jésus -Christ leur 
Agneau pascal. 

L'Agneau a racheté les 
brebis ; Jésus innocent a 
réconcilié les pécheurs 
avec son Père. 

La mort et la vie se sont 
livré un merveilleux 
combat; l'auteur de la 
vie meurt, et règne plein 
de vie. 



S48 



LI SAIHT joto i»e paquei • 



Dites -nous, Marie, 
qu'avez^vous vu dans le 
chemin? 

J'ai vu le sépulcre du 
Christ vivant, et la gloire 
de Jésus ressuscité ; 

J'ai vu les Anges qui 
en ont été les témoins; 
j'ai vu le suaire et le 
linceul. 

Jésus, mon espérance, 
est ressuscité : il vous 
précédera en Galilée. 

Nous savons que Jésus- 
Christ est véritablement 
ressuscité d'entre les 
morts : 6 Roi vainqueur 
de la mort, ayez pitié de 
nous. Ainsi soit-il. Allel. 



Die nobis. Maria, 
quid vidisti in via? 

• 

Sepulcrum Ghristi 
viventis, et gioriam 
vidiresurgentis; 

Angelicos testes, 
sudarium et vestes. 



Surrexit Christus 
spes mea; prsoedet 
vos in Galilaeam. 

Scimus Christum 
surrexisse a mortuis 
vere; tu nobis, Vi- 
ctor Rex, miserere. 

Amen. Alléluia. 



ÉVANGILE. 

EN ce temps-là, Marie-Madeleine, Marie mère 
de Jacques, et Salomé, achetèrent des par- 
fums pour aller embaumer Jésus. Et le premier 
jour de la semaine, étant parties de grand ma- 
tin, elles arrivèrent au sépulcre au lever du 
soleil. Cependant elles se disaient entre elles : 
Qui nous ôtera la pierre qui ferme l'entrée du 
sépulcre ? Mais, en y regardant, elles s'aperçurent 
que cette pierre, qui était fort grande, avait été 
ôtée. Puis, entrant dans le sépulcre, elles virent 
un jeune homme assis au côté droit, vôtu d'une 



LE SAINT JOUR DE PAQUES. 



349 



robe blanche, et elles en forent effrayées. Mais 
l'Ange leur dit : Ne craignez point; vous cher- 
chez Jésus de Nazareth qui a été crucifié; il est 
ressuscité; il n*est point ici; voici le lieu où on 
l'avait déposé. Allez dire à ses disciples et à 
Pierre qu'il vous précède en Galilée; c'est là 
que vous le verrez, comme il vous l'a dit lui- 
même. — Credo. 

Offertoire, La terre a 
tremblé et s'est tenue 
dans le silence, lorsque 
le Seigneur s'est levé 
pour juger, alléluia. 

Secrète. Recevez, s'il vous plaît. Seigneur, 
les prières et les oblations de votre peuple, afin 
qu'étant initié aux mystères de la Pàque, il par- 
ticipe, par votre grâce, au remède qui conduit 
à la vie éternelle. Nous vous le demandons par 
N.-S. J.-G. 

Préface jpropre, p. 125. 



Offertoire, Terra 
tremuit, et quievit, 
dum resurgeret in 
judicio Deus, allé- 
luia. 



Communion. Pa- 
scha nostrum inuno- 
latus est Ghristus, 
alléluia : itaque epu- 
lemur in azymis sin- 
ceritatis et veritatis, 
alléluia^ alléluia, al- 
léluia. 



Communion. Jésus- 
Christ, notre Agneau 
pascal , s'est immolé pom* 
nous, alléluia: célébrons 
donc cette Pàque avec 
les azymes de la sincérité 
et de la vérité^ alléluia, 



alléluia, alléluia. 
Postcommum'on. Répandez sur nous, SeigneuF; 
l'esprit de votre charité, a^n que votre grâce 
unisse dans les liens de la charité ceux que vous 



d50 LE SAWJ JOUa DE PAQUES. 

avez aourris des mêmes sacrements dans cette 
solennité. Par N.-S. J.-G. 

A YÊP&ES. 
Psaumêê du Dimanche, p. ISt. 



Ant 1 . Un Ange du Sei- 
gneur descendit du ciel, 
s'approcha du tombeau, 
en dérangea la pierre et 
s'assit dessus, alléluia, 
alléluia. 

2. Et tout à coup il se 
fit un grand tremble- 
ment de terre, et l'Ange 
du Seigneur descendit 
du ciel , alléluia. 

3. 11 était brillant 
comme un éclair, et ses 
habits blancs comme Ja 

eige, alléluia, alléluia. 

4. Les gardes, en le 
oyant, furent saisis de 

frayeur, et ils devinrent 
comme morts, alléluia. 

5. Mais l'Ange, prenant 
la parole, dit aux fem- 
mes : Ne craignez rien, 
je sais que vous cherchez 
Jésus, alléluia. 



ii»/.l. Angélus au- 
tem Domini descendit 
de oœlo, et accedens 
revolvit lapidem, et 
sedebat super eum, 
alléluia, alléluia. 

2. Et ecce terraemrv 
tus factus est ma- 
gnus : Angélus enim 
Domini descendit de 
cœlo, alléluia. 

3. Erat autem as 
pectus ejus sicut fui 
gur, vestimenta au- 
tem ejus sicut nix, 
alléluia, alléluia. 

4 . PrdB timoré auten . 
ejus exterriti sunt cu- 
stodes, et facti sunt 
velutmortui, alléluia. 

5. Respondens au- 
tem Angélus, dixit 
mulieribus : Nolite 
timere : scio enin 
quod Jesum quaeritis, 

IsLUeluia. 



LU SAliNT JOUR l>£ »AQliES. 



351 



A.NTIBHMI. 



HMC dies quam fecit 
Dominas : exsul- 
temus et Uetemur in 
ca. 



VOICI le jour que le Sei- 
gneur a fait: réjouis- 
sons-nous en ce jour, et 
tressaillons d'allégresse. 



A Magnificat. 



Ant, Etrespicientes 
videmnt revolutum 
lapidem : erat quippe 
inagnus valde, allé- 
luia. 

AU 

Alléluia ; alléluia ^ 
alléluia. 

OFiLii et llliae, 
Rex cœlestis, Rex 
gloriae 
Morte surrexit hodie. 
AUeluia. 

Et Maria Magda- 
lene. 
Et Jacobi , et Salome, 
Venerunt corpus un- 
gere. 
Alléluia. 

A Magdalena mo- 
niti, 
Ad ostium monumen- 

ti 
Duo currunt discipuli . 
Alléluia. 



Ant Les femmes, en 
regardant, aperçurent 
que la pierre, qui était 
fort grande, avait été 
ôtée, alléluia. 

SALUT. 

Alléluia, alléluia, al- 
léluia. 
ENFANTS de Dieu, le Roi 
du ciel, le Roi de gloire 
est auj ourd'hm ressuscité 
d'entre les morts. 

Alléluia. 

Marie-Madeleine, Ma- 
rie mère de Jacques, et 
Salomé, sont venues pour 
embaumer son corps. 

Alléluia. 

Avertis par Madeleine, 
deux disciples courent à 
l'entrée du tombeau 

Alléluia. 



^ 



352 



LE SAIirr iODft OB PÀQUB8. 



Mais l'Apôtre Jean a 
devancé Pierre, et arrive 
an sépulcre le premier. 

Allelnia. 



Assis sur la pierre, un 
Ange vêtu de blanc an- 
nonce aux femmes que 
le Seigneur est ressus- 
cité. 

Alléluia. 

Les disciples étant as- 
semblés, Jésus parut au 
milieu d'eux, et leur dit : 
La paix soit avec vous 
tous. 

Alléluia. 

Thomas apprend que 
Jésus est ressuscité ; mais 
sa foi, encore chancelan- 
te, le laisse dans le doute. 

Alléluia. 

Voyez , Thomas , voyez 
mon côté, voyez mes 
pieds, voyez mes mains, 
et ne soyez plus incré- 
dule. 

AUeluia. 

Quand Thomas eut vu 
le côté, les pieds et les 



Sed Joannes Apo- 
stolus 
Gucurrit Petro dtius, 
Ad sepulcrum venit 
prius. 
AJleluia. 

In albis sedens An- 
gélus 
Respondit mulieribus 
Quia surrexit Domi- 
nus. 

Alléluia. 

Discipulis adstanti- 
bus. 
In medio stetit Ghri- 

stus, 
Dicens : Pax vobis 
omnibus. - 
AUeluia. 

Postquam audivit 
Didymus 
Quia surrexerat Jésus, 
Remansit fide dubius. 
Alléluia. 

Vide, Thoma, vide 
iatus. 
Vide pedies, vide ma- 

nus : 
Noli esse incredulus. 
Alléluia. 

Quando Thomas 
Ghristi iatus, 



LE LUNDI DE PAQUES. 



358 



Pedes vidit atque ma- 

mis, 
Dixit : Tu es Deus 
meus. 
Alléluia. 

Beati qui non vide- 
runt, 
Et firmiter credide- 

runt ; 
Vitam stemam ha- 
bebunt. 
Alléluia. 

In hoc festo san- 
ctissimo, 
Sit laus et jubilatio : 
Benedicamus Domi- 
no. 

Alléluia. 

De quibtts nos hu- 
millimas , 
Devotas atque débi- 
tas 
Deo dicamus gratias. 
Alléluia. 



mains de Jésus, il s'écria : 
Vous êtes mon Dieu. 
Alléluia. 



Heureux ceux qui- , 
sans avoir vu, ont cru 
d'une foi inébranlable! 
ils posséderont la vie 
étemelle. 

Alléluia. 

Célébrons cette sainte 
solennité par des canti- 
ques de louange et d'al- 
légresse : bénissons le 
Seigneur. 

Alléluia. 

Dans les sentiments 
d'une humilité profonde 
et pleine d'amour, ren- 
dons à Dieu pour tant de 
bienfaits les actions de 
grâces qui lu. sont dues. 

AUeluia. 



LE LUNDI DE PAQUES. 

A LA MBSSE. — iktroït. 



IIfTBODUXlT vos DO- 
minus in terram 
fluentem lac et mel, 

N. S3 



LE Seigneur vous a in- 
troduits dans une terre 
où coulent le lait et le 

38 



S54 LB LUHDI DB PAQCBS. 



alléluia , et ut lex Do- 
mini sexuel sit in ore 
vestro, alléluia, allé- 
luia. P$. Gonfitemini 
Domino, et invocate 
nomen ejus : annun- 
tiate inter gentes opé- 
ra ejus. j^. Gloria Pa- 
tri. 



miel, alléluia, afin que 
la loi du Seigneur soit 
toujours sur vos lèvres , 
alléluia , alléluia. ¥s. 
Rendez gloire au Sei- 
gneur et invoquez son 
saint nom; annoncez ses 
œuvres parmi les peu- 
ples, j^. Gloire au Père. 

Collecte, Dieu , qui avez opéré la rédemp- 
tion du monde parle mystère de la Pàque, con- 
tinuez , nous vous eu prions , à répandre sur 
votre peuple vos dons célestes, afin qu'il jouisse 
d'une pari'aite liberté et se rende digne de la vie 
étemelle. Par N.-S. J.-G. 

ÉPITRE. 

EN ces jours-là, Pierre, prenant la parole, dit : 
Vous savez ce qui est arrivé dans toute la 
Judée, à commencer par la Galilée, après le 
baptême que Jean a prècbé; vous nlgnorez pas 
comment Dieu a oint de TEsprit-Saint et revêtu 
de sa force Jésus de Nazareth, qui a passé en 
faisant du bien et en guérissant tous ceux qui 
étaient sous la puissance du démon , parce que 
Dieu était avec lui. Nous sommes témoins de 
toutes les merveilles qu'il a opérées dans la 
Judée et dans Jérusalem, où on l'a fait mourir 
sur une croix. Mais Dieu l'a ressuscité le troi- 
sième jour, et il a voulu qu'il se fit voir, non pas 
à tout le peuple, mais à des témoins qu'il avait 
cboisis d'avance , à nous , qui avons bu et mangé 



LE LDKDI DE PAQUES. 



855 



avec lui depuis sa résurrection. Et il nous a 
ordonné de prêcher au peuple, et d'attester que 
c'est lui que Dieu a établi le juge des vivants et 
des morts. Tous les prophètes lui rendent ce 
témoignage, que tous ceux qui croient en lui 
reçoivent par son nom la rémission des péchés. 



Graduel, Haec dies 
quam fecit Dominus; 
exsultemus et lœte- 
mur in ea. j^. Dicat 
nunc Israël quoniam 
bonus, quoniam in 
saeculum misericordia 
ejus. 

Alléluia , alléluia. 
Ji, Angélus Domini 
descendit de cœlo; et 
accedens revolvit la- 
pidem, et sedebat su- 
per eum. 



Graduel, Voici le jour 
que le Seigneur a fait; 
réjouissons -nous en ce 
jour, et tressaillons d'al- 
légresse, f, Qu'Israël dise 
en ce jour que le Seigneur 
est bon, que sa miséri- 
corde est étemelle. 

Alléluia, alléluia. ^, 
Un Ange , descendant 
du ciel, vint renverser 
la pierre du sépulcre, et 
s'assit dessus. 



Prose Victimse paschali , p. 847. 
ÉVANGILE. 

EN ce temps-là. Deux disciples de Jésus allaient 
à un bourg nommé Emmatls, éloigné de 
soixante stades de Jérusalem^ et s'entretenaient 
de tout ce qui venait d'arriver. Or, pendant 
qu'ils conversaient et se faisaient part de leurs 
conjectures, Jésus lui-même les joignit, et se 
mit à marcher avec eux ; mais leurs yeux 
étaient comme fermés, en sorte qu'ils ne pou- 
vaient le reconnaître. Il leur dit : De quoi vous 



856 LB LUNDI DK PAQUBS. 

entretenez-vous ainsi en marchant, et d'où vient 
que vous êtes tristes? L'un d'eux nommé Cleo- 
phas, prenant la parole, lui répondit : Êtes- 
vous donc tellement étranger dans Jérusalem , 
qae seul vous ne sachiez pas ce qui s'y est passé 
ces jours-ci? Et quoi? leur dit-il. Ils lui répon- 
dirent : Tout ce qui est arrivé au sujet de Jésus 
de Nazareth, qui était un prophète puissant en 
œuvres et en paroles devant Dieu et devant tout 
le peuple; ne savez -vous pas comment les 
princes des prêtres et nos magistrats l'ont fait 
condamner à. mort et l'ont crucifié? Or nous, 
espérions que ce serait lui qui délivrerait Israël ; 
cependant voilà le troisième jour écoulé depuis 
que ces choses se sont passées. Il est vrai que 
quelques-unes des femmes qui étaient avec 
nous, nous ont étrangement surpris; car, étant 
allées avant le jour au sépulcre, et n'ayant point 
trouvé son corps, elles sont venues dire que 
des. Anges leur ont apparu qui annoncent qu'il 
est vivant. Quelques-uns des nôtres sont allés 
aussi au sépulcre, et ont trouvé les choses 
telles que les femmes les avaient rapportées ; 
mais pour lui, ils ne l'ont point vu. Jésus, pre- 
nant alors la parole : insensés ! leur dit-il , que 
votre cœur est tardif à croire tout ce que les 
Prophètes ont annoncé ! Ne fallait-il pas que le 
Christ souffrit de la sorte, et qu'il entrât ainsi 
dans sa gloire? Puis , commençant par Moïse et 
continuant par tous les Prophètes , il leur expli- 
quait ce qui était prédit de lui dans toutes les 
Écritures. Lorsqu'ils furent près du bourg où 



LE LUNDI DB PAQUES. 857 

ils allaient , il fit semblant de passer outre. Mais 
ils le retinrent en loi disant : Demeurez avec 
nous , car il se fait tard, et le jour est déjà sur 
son déclin. Il entra donc avec eux; puis comme 
ils étaient à table, il prit le pain, le bénit, le 
rompit, et le leur présenta. Aussitôt leurs yeux 
s'ouvrirent, et ils le reconnurent ; mais il dis- 
parut à leurs regards. Ils se dirent alors Tun à 
l'autre : Ne sentions -nous pas en nous-mêmes 
notre cœur tout brûlant lorsqu'il nous parlait 
dans le chemin, et qu'il nous expliquait les 
Écritures ? Partant à l'heure même , ils retour- 
nèrent à Jérusalem , où ils trouvèrent les onze 
Apôtres réunis avec quelques autres disciples , 
qui leur dirent que le Seigneur était réellement 
ressuscité , et avait apparu à Simon. Eux , de 
leur côté, racontèrent ce qui leur était arrivé 
en chemin, et conament ils l'avaient reconnu à 
la fraction du pain. — Credo. 



Offertoire* Angélus 
Domini descendit de 
cœlo, et dixitmulie- 
ribus : Quem quaeri- 
tis , surrexit sicut 
dixit, alléluia. 



Offertoire, Un Ange du 
Seigneur descendit du 
ciel et dit aux femmes : 
Celui que vous cherchez 
est ressuscité comme il 
l'a dit, alléluia. 

Secrète, Recevez, s'il vous plaît, Seigneur, les 
prières et les oblations de votre peuple, afin 
qu'étant initié aux mystères de la Pâque, il par- 
ticipe, par votre grâce, au remède qui conduit 
à la vie étemelle. Nous vous le demandons par 
N.-S. J.-G. 

Préface de Pàqfues.p. lis. 



SM 



LE OIMANCHS DK QUÀ81M0D0. 



Communion, Sur- 
rexit Dominus , et 
apparoit Petro, aile- 
Ma. 



'Communion, Le Sei- 
gneur et ressuscité, et 
s'est montré à Pierre, 
alléluia. 

Postcommunion, Répandez sur nous, Seigneur, 
Tesprit de yotre charité, afin que votre grâce 
unisse dans les liens de la charité ceux que 
vous avez nourris des mêmes sacrements dans 
cette solennité. Par N.-S. J.-C. 

A VÊPRES. 
Comme au jour de Pâques, p. StO. 

A Magnificat. 



Ant, De quoi vous en- 
tretenez-vous ainsi en 
marchant, et d'où vient 
que vous êtes tristes? 
alléluia. 



Ant. Qui sunt hi 
sermones quos con- 
fertis ad invicem am- 
bulantes, et estis tri- 
stes? alléluia. 



LE DIMANCHE DE QUASIMODO, 

PREMIER APRÈS PAQUES. 



A LA MESSE. 

SEMBLABLES à dCS eU- 
fants nouveau -nés, 
alléluia, désirez ardem- 
ment et avec simplicité 
le lait spirituel, alléluia, 
alléluia, alléluia. Ps. Cé- 
lébrez le Seigneur notre 



— IKTROÏT. 

QDAsi modo geniti 
infantes, alléluia 
rationabile, sine dolo 
lac concupiscite, allé- 
luia, alléluia, allé- 
luia. Ps, Exstdtate 
Deo acUutori nostro : 



LB DIOAJfCHE DK QDASIHOIK). , 3&9 



jobilate Deo^ Jacob. 
f. Gloria Patri. 



protecteur; chantez les 
louanges du Dieu de Ja- 
cob, f. Gloire au Père. 

Co//ecfe. Faites, Dieu tout-puissant, qu'après 
avoir célébré ces fêtes pascales, nous en conser- 
yions l'esprit par votre grâce dans toute notre 
conduite. Nous vous en prions par N,-S. J.-C. 

ÉPITRE. 

MES bien-aimés, Tous ceux qui sont nés de Dieu 
sont vainqueurs du monde, et c'est notre foi 
qui nous fait remporter cette victoire sur le monde. 
Quel est celui qui est vainqueur du monde, sinon 
celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu? C'est 
ce même Jésus-Christ qui est venu avec l'eau et 
avec le sang; non pas avec l'eau seulement, mais 
avec l'eau et avec le sang. Et c'est l'Esprit qui 
rend témoignage que Jésus-Christ est la vérité. 
Car il y en a trois qui rendent témoignage dans 
le ciel : le Père, le Verbe, et le Saint-Esprit; et 
ces trois ne sont qu'une même chose. Et il y en a 
trois qui rendent témoignage sur la terre : l'esprit , 
l'eau et le sang ; et ces trois ne sont qu'une même 
chose. Si nous recevons le témoignage des hom- 
mes, celui de Dieu est plus grand; or c'est Dieu 
même qui a rendu témoignage de son Fils. Celui 
qui croit au Fils de Dieu a en lui le témoignage 
de Dieu même. 



Alléluia, alléluia. 
)?. In die resurrectio- 
nis me», dicit Domi- 
nus, praecedam vos 



Alléluia, alléluia, f. 
Après ma résurrection 
je vous précéderai en 
Galilée, dit le Seigneur r 



360 LE DIMANCUK DE QUASIMODO. 

in GalildBflon. AUelnia. 
j^. Post dies octo, ja- 
nais clausis^ stetit 
Jésus in medio disci- 
pulorum suorum, et 
dixit. Pax vobis. Al- 
léluia. 



Alléluia, f. Huit jours 
après sa résurrection, les 
portes étant fermées , 
Jésus parut au milieu 
de ses disciples, et leur 
dit : La paix soit avec 
vous. Alléluia. 

ÉVANGILE. 

EN ce temps-là, Sur le soirdumème jour, qui 
était le premier de la semaine, les portes du 
lieu où les disciples se tenaient assemblés dans 
la crainte des Juifs étant fermées, Jésus vint, 
parut au milieu d'eux, et leur dit : La paix soit 
avec vous. Et après ces paroles, il leur montra 
ses mains et son côté. A la vue du Seigneur, les 
disciples furent remplis d'une grande joie. Il 
leur dit encore une fois : La paix soit avec vous. 
Gomme mon Père m'a envoyé, ainsi je vous en- 
voie moi-même. A ces mots il souffla sur eux et 
leur dit : Recevez le Saint-Esprit; les péchés 
seront remis à ceux à qui vous les remettrez, et 
ils seront retenus à ceux à qui vous les retien- 
drez. Or TTiomas, l'un des Douze, appelé Di- 
dyme, n'était pas avec eux lorsque Jésus vint. 
Les autres disciples lui dirent : Nous avons vu 
le Seigneur. Mais il leur répondit : Si je ne vois 
la marque des clous dans ses mains, et si je ne 
mets mon doigt dans le trou des clous, et ma 
main dans la plaie de son côté, je ne croirai 
point. Huit jours après, comme les disciples 
^talent encore dans le même lieu, et Thomas 



LE DIMANCHE DE QUAëlMODO. 



961 



avec eux, Jésus vint, les portes étant fermées, 
et^ paraissant au milieu d'eux, il leur dit : La 
paix soit arec yous. Il dit ensuiie à Thomas : 
Mettez ici votre doigt, et considérez mes mains ; 
approchez aussi votre main, et mettez -la dans 
uion côté; et ne soyez plus incrédule, mais fi- 
«lèle. Thomas lui répondit : Mon Seigneur et mon 
Dieu. Vous avez cru , Thomas , lui dit Jésus, parce 
qne vous m'avez vu : heureux ceux qui n'ont 
point vu, et qui ont cru. Jésus a fait encore en 
présence de ses disciples beaucoup d'autres mi- 
racles qui ne sont pas rapportés dans ce livre. 
Mais ceux-ci ont été écrits afin que vous croyiez 
que Jésus est le Fils de Dieu, et qu'en croyant 
vous ayez la vie en son nom. 



Offertoire, Un Ange du 
Seigneur descendit du 
ciel, et dit aux fenunes : 
Celui que vous cherchez 
est ressuscité comme il 
Ta dit, alléluia. 
Secrète. Daignez recevoir, Seigneur, les dons 

(pie votre Église vous offre dans son allégresse ; 

et comme vous lui avez donné le sujet d'une 

^ande joie, accoidez-lui les fruits de la félicité 

étemelle. Par N.-S. J.-G. 



Offertoire, Angélus 
Domini descendit de 
cœlo, etdixitmulieri- 
bus: Quem quaeritis, 
sorrexit sicut dixit, 
alléluia. 



Communion, Milte 
manum tuam, et co- 
gnosce loca clarorum, 
.'dleluia; et noli esse 
incredulusy sed flde- 
lis, alléluia, alléluia. 



Communion, Appro- 
chez votre main, et 
voyez la trace des clous , 
alléluia; et ne soyez plus 
incrédule, mais fidèle, 
alléluia, alléluia 



862 LB DIMANCHS DB QDASIHODO. 

Postcommumon. Nous vous en supplions, Sei- 
gneur notre Dieu, que les saints mystères que 
TOUS avez institués pour nous fortifier dans la 
grâce de notre régénération, nous soient un re- 
mède pour le présent et pour ravenir. Par N.- S. 

A VÊPRES. 
Ptaumet du Dimancke, p. 132. 

Antienne unique. Alléluia, alléluia, alléluia. 

HYMNE (1). 

APPELÉS au banquet 
royal de TAgneau, 
revêtus de robes blan- 
ches, chantons, après le 
passage de la mer Rouge, 



AD réglas Agni da- 
pes, 
Stolis amicti candidis, 
Post transitum maiis 
Rubri 



(1) Dans le* Diocèêes où Von ne mit pa» VOffiM réformé, 
cette Hymne se chante de la manière nàvante : 



Ad cœnam Agni proridi , 
Et stolis albis candidî , 
Post transitum maris Rubri, 
Christo canamus principi. 

Cujus corpus sanctisaimum, 
In ara Crucis torridum , 
Cruore ejus roseo , 
Gttstando , vivimus Deo. 

Protecti Paschœ vespere 
A dévastante Angelo, 
Erepti de durissimo , 
Pharaonis imperio. 

Jom Pasoha noetrum Chri- 
stus est, 
Qui immolatus Agnus est , 
Sinceritatis azyma , 
'^aro ejns oblata est. 



O vere digna Hoetia , 
Per quam fracta sunt tartara, 
Redempta plebs captirata , 
Reddita vitœ prcmia. 

Consargit Christus tumulo, 
Victor redit de baratluro , 
Tyrannum trudens vinculo , 
Et paradisnm reserans. 
Qucesumos, Auctor omnium, 
In hoc Paschali gaudio, 
Ab omni mortis impetu 
Tuum défende populum. 

Gloria tibi , Domine , 
Qui surrexisti a mortuis, 
Cnm Pâtre, et sancto Spiiitu, 
In sempitema sascnla. 

Amen. 



LE DIMANCHB DB QUAfiUfODO. 



363 



Ghristo caoamus pnn- 
cipi. 

Diyinacujus charitas 

Sacrum propinat san- 
guinem, 

Almiquemembra cor- 
poris 

Amor sacerdos immo- 
lât. 

Sparsmu cruorem 
postibus 

Vastator horret An- 
gélus; 

Fugitque divisum ma- 
re; 

Merguntur hostes flu- 

ctibus. 
Jam Pascha nostrum 
Ghristus est, 

Paschalis idem victi- 
ma, 

£t pura puris menti- 
bus, 

Sinceritatis azyma. 
vera cœli Victi- 
ma, 

Subjecta cui sunt tar- 
tara, 

Soluta mortis vincula, 

Recepta vita praemia ! 
Victor, subactis in- 
feris. 



des hymnes au Sauveur 
notre Roi. 

Sa divine charité nous 
donne à boire son sang 
précieux, et son amour, 
devenant le ministre de 
son sacrifice , immole 
pour nous les membres 
de son corps vivifiant. 

A la vue du sang dont 
sont marquées les por- 
tes, TAnge exterminateur 
s'arrête ; la mer se divise, 
et les ennemis sont en- 
gloutis dans les flots. 



Jésus -Christ est notre 
Pàque, il est la vé- 
table victime pascale , 
et Tazyme de sincérité 
qui communi()ue sa pu- 
reté aux âmes pures. 

Victime vraiment 
céleste, par qui l'enfer 
a été subjugué, les liens 
de la mort brisés, et la 
vie reconquise. 

Jésus, triomphant de 
l'enfer vaincu, déploie 



304 



LE DUlANCfiE DB OOASIMODO» 



ses trophées; il dompte 
le roi des ténèbres, Ten- 
chalne, et nous ouvre les 
deux. 



Jésus , soyez à ja- 
mais la joie pascale des 
âmes fidèles, et délivrez 
de la cruelle mort du 
péché ceux que vous avez 
rendus à la vie. 

Gloii'eàDieulePère,et 
au Fils ressuscité d'entre 
les morts, et au Saint- 
Esprit, dans les siècles 
étemels. Ainsi soit-il. 

f. Seigneur, restez avec 
nous , alléluia, li^. Car il 
se fait tard, alléluia. 



Trophaea Ghristus ex- 

plieat; 
Ckeloque aperto, sub- 

ditum 
Regem tenebrarum 

trahit. 
Ut sis perenne men- 

tibus 
Paschale, Jesu, gau- 

dium, 
A morte dira crimi- 

num 
Vitae renatos libéra. 

Deo Patri sit gloria, 

Et Filio, qui a mortuis 

Surrexit, ac Paraciito, 

In sempiterna saecula. 

Amen. 

f, Mane nobiscum. 
Domine, alléluia, i^. 
Quoniam advespera- 
scit, alléluia. 

Magnificat. 



Ant, Huit jours après 
Pâques, Jésus vint, les 
portes étant fermées, et 
dit à ses disciples : La 
paix soit avec vous, al- 
léluia, alléluia. 



Ant, Post dies octo, 
januis clausis, ingres- 
sus Dominus dixit 
eis : Pax vobis, allé- 
luia, alléluia. 



LE U« DIMAJfGHE APBB6 PAQUES. 365 

LE n* DIMANCHE APRÈS PAQUES. 

A LA MESSE. — introït. 



MisERicoRDiA Domi- 
ni plena est terra, 
alléluia : verbo Do- 
mini cœli flnnati 
sunt, alléluia, allé- 
luia. Ps. Exsultate, 
justi, in Domino : 
rectos deoet collauda- 
tio. j^. Gloria Patri. 



A terre est pleine de la 



T 

Aj miséricorde du Sei- 
gneur, alléluia : les cieux 
ont été créés par sa pa- 
role, alléluia, alléluia. 
Ps. Justes, réjouissez- 
vous dans ie Seigneur : 
c'est aux cœurs droits 
qu'il appartient de le 
louer, f. Gloire au Père. 
Collecte, Dieu, qui, par l'humilité de votre 
Fils, avez relevé le monde abattu, accordez à 
vos fidèles une joie perpétuelle, afin que ceux que 
vous avez arrachés à la mort étemelle jouissent 
d'une félicité sans fin. Par le même N.-S. J.-G. 

ÉPITRE. 

MB s très - chers frères , Jésus - Christ a souffert 
pour nous, lui qui n'avait commis aucun 
péché, et de la bouche duquel il n'est sorti au- 
cune parole trompeuse, vous laissant ainsi un 
exemple, afin que vous marchiez sur ses traces. 
En butte aux mauvais traitements, il n'éclata 
point en menaces : chargé d'injures, il demeura 
dans le silence; mais il s'abandonna au pouvoir 
de celui qui le jugeait injustement. C'est lui qui 
a porté sur la Croix la peine de nos péchés, afin 
que, renonçant. à l'iniquité, nous vivions pour 



S66 VE II* DIMAirCHB APKÈS PAQOCS. 

la justice. C'est par ses plaies que vous avez été 
guéris. Car vous étiez comme des brebis égarées; 
mais maintenant vous êtes retournés à celui qui 
est le pasteur et Tévéque de vos âmes. 



Alléluia, alléluia. ^. 
Les disciples reconnurent 
le Seigneur Jésus à la 
firaction du pain. Allé- 
luia, f. Je suis le bon 
Pasteur; je connais mes 
brebis, et mes brebis me 
connaissent. Alléluia. 



Alléluia, alléluia. 
f. Gognoverunt disd- 
puli Dominum Jesum 
in fractione panis. 
Alléluia, f. Ego sum 
Pastor bonus , et co> 
gnoscoovesmeas, et 
cognoscunt me me». 
Alléluia. 



EVANGILE. 

EN ce temps-là , Jésus dit aux Pharisiens : Je suis 
le bon Pasteur. Le bon Pasteur donne sa vie 
pour ses brebis. Mais le mercenaire, et celui qui 
n'est point pasteur, à qui les brebis n'appar- 
tiennent pas, ne voit pas plutôt venir le loup, 
qu'il abandonne les brebis et s'enfuit; et le loup 
les ravit, et disperse le troupeau. Or le merce- 
naire s'enfuit parce qu'il est mercenaire, et qu'il 
ne se met point en peine des brebis. Pour moi, 
je suis le bon Pasteur; je connais mes brebis, 
et mes brebis méconnaissent, comme mon Père 
me connaît, et comme je connais mon Père; et 
je donne ma vie pour mes brebis. J'ai encore 
d'autres brebis qui ne sont pas de cette bergerie : 
il faut que je les amène aussi; elles écouteront 
ma voix, et il n'y aura qu'un troupeau et qu'un 
"^steur. 



LX II« DIMAHCBX APftES PAQUBt. 



867 



Offertoire, Deus , 
Deus mens, ad te de 
lace vigilo; et in no- 
mme tuo levabo ma- 
nus meas , alléluia. 



Offertoire, Dieu , 
vous êtes mon Dieu, je 
soupire après vous dès 
l'aurore; je lèverai mes 
mains en invoquant vo- 
tre nom, alléluia. 
Secrète, Que cette oblation sainte, Seigneur, 
nous obtienne touiours votre l)énédiction, afin 
qu'elle produise par son efficace l'effet dont elle 
célèbre le mystère. Nous vous en prions par N.-S. 



Communion, Ego 
sum Pastor bonus, 
alléluia : et cognosco 
oves meas, etcogno- 
scunt me meae , allé- 
luia, alléluia. 



Communion, Je suis 
le bon Pasteur, alléluia ; 
ie connais mes brebis, 
et mes brebis me con- 
naissent, alléluia, allé- 
luia. 

Postcommunion, Faites, s'il vous plaît. Dieu 
tout -puissant, qu'après avoir reçu par votre 
grâce une nouvelle vie, nous nous réjouissions 
toujours dans nos âmes. Par N.- S. J.- G. 

AVÊPRBS. 
Psaume» du Dimanche, p. ISS. 

Ant, Alléluia, alléluia, alléluia. 

Hymne Ad regias, f. Maoe nobiscum, p. 368. 

A Magnificat. 



Ant, Ego sum Pa- 
stor bonus , qui pasco 
oves meas, et pro ovi- 
bus meis pono ani- 
mam meam, alléluia. 



Ant, Je suis le bon 
Pasteur, je conduis mes 
brebis aux pâturages, et 
je donne ma vie pour 
elles, alléluia. 



S68 FtTE DU PATRONiU» DE S. JOfilPil. 

Mémoire de la Croix. 



AnL Celui qui a vaincu 
l'enfer a été attaché à une 
Croix, qu'il a sanctifiée : 
il s'est revêtu de sa puis- 
sance^ et il est ressuscité 
le troisième jour, alleL 

ff. Dites paimi les na- 
tions, alléluia. ^. Que le 
Seigneur règne par le 



AnL Crucem san- 
ctam subiit qui infer- 
num confregit : ac- 
cinctus est potentia, 
surrexit die tertia 
alléluia. 

f, Dicite in natio- 
nibus, alléluia, ft. 
Quia Dominus regna- 
vit a ligno, alléluia. 



bois, alléluia. 

Oraison. Dieu, qui avez voulu que votre 
Fils unique souffrit pour nous le supplice de la 
Croix afin de nous délivrer de la puissance de 
notre ennemi, accordez-nous de parvenir à la 
grâce de la Résurrection. Par le même N.- S. 



LB m* DXIL&KCHB APRÈS PAQDB8. 

LA FÊTE DU PATRONAGE DE S. JOSEPH. 



A LA MESSE. 

LE Seigneur est notre 
appui et notre protec- 
teur : notre cœur se ré- 
jouira en lui , et nous 
espérerons en son saint 
nom. alléluia, alléluia. 
Ps» Ecoutez-nous, ô Dieu 
conducteur d'Israël , vous 
qui conduisez comme un 
troupeau les enfants de 
Joseph, f. Gloire. 



— INTROÏT. 

ADJUTOR et protector 
noster est Domi- 
nus : in eolaetabitui' 
cor nostrum, et in 
nomîne sancto ejus 
sperabimus, alléluia, 
alléluia. Ps. Qui régis 
Israël, intende : qui 
deducis, velut ovem, 
Joseph, j^. Gloria. 



PÉTB DU PATRONAGE DE 8. JOSEPH. 369 

Collecte, Dieu, qni, par une providence 
ineffable, avez daigné choisir le bienheureux 
Joseph pour être l'époux de votre sainte Mère, 
faites , nous vous en supplions , que nous men- 
tions d'avoir pour intercesseur dans le ciel celui 
que nous vénérons comme notre protecteur sur 
la terre. Vous qui, étant Dieu, vivez. 

Mémoire du Dimanche. 

ODiEU, qui découvrez la lumière de votre 
vérité à ceux qui sont dans l'égarement, afin 
qu'ils puissent rentrer dans la voie de la Justice, 
faîtes la grâce à tous ceux qui ont le bonheur 
d'être chrétiens, d'éviter ce qui est indigne de 
cette qualité , et d'embrasser tout ce qui lui est 
convenable. Par N.-S. J.-G. 

ÉPITRE. 

JOSEPH va toujours croissant en vertu et en 
beauté : les filles d'Israël ont couru sur la 
muraille pour le voir. Mais ceux qui étaient 
armés de dards l'ont exaspéré par des paroles 
aigres, l'ont querellé et lui ont porté envie. Il a 
mis son arc et sa confiance dans le Très-Fort, 
et les chaînes de ses mains et de ses bras out été 
rompues par la main du Dieu tout-puissant de 
Jacob, et il est sorti de là pour être le pasteur 
et la force d'Israël. Le Dieu de votre père sera 
votre protecteur, et le Tout-Puissant vous com- 
blera de bénédictions du haut du ciel, des bé- 
nédictions de la terre, des bénédictions du lait 
des mamelles et du fruit des entrailles. Les béné- 
dictions que vous donne votre père surpassent 

W. 88 34 



B70 FéTB DU PATRONAGE DE 8. JOSEPH. 

celles qu'il a reçues de ses pères; elles dureront 
jusqu'à ce que le désir des collines étemelles soit 
accompli. Que ces bénédictions se répandent sur 
la tête de Joseph, et sur la tète de celui qui est 
conune un Nazaréen entre ses frères. 



Alléluia, alléluia, f. 
Dans quelque tribulation 
qu'ils se trouvent, je les 
exaucerai quand ils crie- 
ront vers moi , et je serai 
toujours leur protecteur. 
Alléluia, f. Que votre 
protection, bienheureux 
Joseph, nous fasse passer 
notre vie dans l'innocence 
et dans uue sécurité con- 
stante. Alléluia. 



AUeluia, alléluia. 
^. De quacumque tri- 
bulatione clamave- 
rint ad me, exaudlam 
eos, et ero protector 
eorum semper. Allé- 
luia, f. Fac nos inno- 
cuam, Joseph, de- 
currere vitam : sitque 
tuo semper tuta pa- 
trocinio. Alléluia. 



ÂVANGILE. 

EN ce temps -là. Pendant que tout le peuple 
recevait le baptême, Jésus fut aussi baptisé 
par Jean; et comme il faisait sa prière, le ciel 
s'ouvrit, et le Saint-Esprit descendit sur lui 
sous une forme corporelle semblable à une co- 
lombe, et on entendit cette voix du ciel qui di- 
sait: Vous êtes mon Fils bien-aimé, en qui j'ai 
mis toute mon affection. Jésus avait alors envi- 
ron trente ans, et on le croyait fils de Joseph. 



Offertoire. Jérusalem, 
louez -le Seigneur : car il 
a fortifié les barrières de 



Offertoire* Lauda, 
Jérusalem , Domi- 
num : quoniam con- 



fortavit seras porta- 
rum tuamm, bene- 
dixit ûliis tuis in te, 
alléluia, alléluia. 



FÊTE DU PAnONA6B DE 8. JOSEPH. 871 

VOS portes, il a béni les 
enfants nés au milieu 
de vous, alléluia, allé- 
luia. 
Secrète, Soutenus par la protection de l'époux 
de votre très-sainte Mère, nous supplions votre 
clémence, Seigneur, d'inspirer à nos cœurs le 
mépris de toutes les choses de la terre, et un 
parfait amour pour vous le vrai Dieu. Qui vivez. 

Mémoire du THyrtanche: 

DAIGNEZ, par la vertu des saints mystères que 
nous vous offrons. Seigneur, éteindre en 
nous le désir des objets terrestres, et allumer 
dans nos cœurs Tamour des biens du ciel. Par 
N.-S. J.-C. 



Communion, Jacob 
autem genuit Joseph, 
virum Marias, de qua 
natus est Jésus, qui 
vocatur Ghristus, al- 
léluia, alléluia. 



Communion. Jacob en- 
gendra Joseph, répoux 
de Marie, de laquelle est 
ûé Jésus, qui est appelé 
Christ , alléluia , alle- 
loia. 

Postcommunion, Fortifiés à la source de vos 
dons sacrés, nous vous prions. Seigneur notre 
Dieu, après nous avoir fait jouir de la protection 
de saint Joseph, de nous faire participer, par 
son intercession et par ses mérites, à la gloire 
céleste. Par N.-S. J.-G. 

Mémoire du Dimanche. 

PUISSENT les sacrements que nous avons reçus. 
Seigneur, agissant en nous comme une nour- 
riture spirituelle, donner une nouvelle vie à 



87ft FÊTE DU PATRONAGE 1» 8. JOSEPH. 

nos âmes, et préserver nos corps de tout danger. 
ParN.-S. J.-C. 

A la fin de la Messe , au lieu de V Évangile de samt Jean , on 
dit le suivant. 

EN ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : En- 
core un peu de temps, et vous ne me verrez 
plus; et un peu de temps encore, et vous me 
reverrez, parce que je vais à mon Père. Sur cela, 
quelques-uns de ses disciples se dirent les uns 
aux autres : Que veut-il nous dire par là : En- 
core un peu de temps, et vous ne me verrez plus ; 
et un peu de temps encore, et vous me reverrez; 
parce que je vais à mon Père? Ils disaient donc : 
Que signifie cela : Encore un peu de temps? Nous 
ne savons ce qu'il veut dire. Jésus, connaissant 
qu'ils voulaient l'interroger, leur dit : Vous vous 
demandez les uns aux autres ce que j'ai voulu 
dire par ces paroles : Encore un peu de temps, 
et vous ne me verrez plus ; et un peu de temps 
encore, et vous me reverrez. En vérité, en vérité 
je vous le dis, vous pleurerez et vous gémirez, 
vous, mais le monde sera dans la joie ; vous 
serez dans la tristesse, mais votre tristesse se 
changera en joie. Quand une femme enfante, 
elle est dans la douleur, parce que son heure est 
venue; mais après qu'elle a mis au monde un 
fils, elle ne se souvient plus de ses douleurs, 
dans la joie qu'elle a d'avoir mis un honmie au 
monde. C'est ainsi que vous êtes maintenant 
dans la tristesse, mais je vous reverrai; alors 
votre cœur se réjouira, et personne ne vous 
ravira votre joie. 



Ftn DU PATROirA«B DB 0. JOfBPH. 973 

A VÊPRBS. 
/^e* quatre prenUen P$aumet du Dinumehe, p. in^ et ie 
Psaume Laudate Dominam , p. 191. 



HY 

TE, Joseph^ célèbrent 
agmina GœlituiQ , 
Te cuncti resouent 
christiadum chori, 
Qui clarus mentis 
junctus es inclytœ, 
Casto fœdere, virgini. 

Almo cum tumidam 

germine conjugem 
Admirans, dubio tan- 

geris anxius , 
A£Qata superi Flami- 

nis Angélus 
Conceptum puermn 

docet. 
Tu natum Domi- 

num stringis; ad 

exteras 
iEgypti profugum tu 

sequeris plagas; 
Amissum Solymis 

quaeris, et invenis, 
Miscens gaudia fleti- 

bus. 
Post mortem reli- 

quos mors pia con- 
sacrât , 



UNE. 

QUE les chœurs des An- 
ges, que les chants 
de tous les chrétiens vous 
glorifient aiyourd'hui, ô 
bienheureux Joseph ; car 
vos vertus vous ont méri- 
té d'être uni par un chaste 
lien à une vierge pure. 

Quand un doute cruel 
vint frapper votre esprit 
étonné de l'état où se 
trouvait votre épouse, un 
Ange vous apprit que l'en- 
fant conçu dans ses en- 
trailles l'avait été par l'o- 
pération del'Esprit-Saint. 

Vous recevez dans vos 
bras le Seigneur, vous 
fuyez avec lui dans la 
terre d'Egypte; vous le 
cherchez à Jérusalem, où 
vous l'avez perdu; vous 
le retrouvez dans le tem- 
ple, et vos pleurs se chan- 
gent en larmes de joie. 

Que d'autres soient glo- 
rifiés après leur mort et 
placés au rang des esprits 



874 FÉTK DU PATRONAOB DE 8. JOSEPH. 



bienheureux; pour vous, 
égal aux Saints dès cette 
vie, plus heureux même 
que les Saints, vous 
jouissez de la présence 
de votre Dieu. 

Trinité souveraine , 
exaucez les vœux de ceux 
qui vous prient : accor- 
dez-nous , par les mérites 
de saint Joseph, le bon- 
heur d'arriver au séjour 
de la gloire, et de chan- 
ter enfin vos louanges 
pendant Téternité. 

Ainsi soit-il. 

j^. Je me suis reposé à 
l'ombre de celui que 
j'avais désiré, alléluia. 
^. Et son fruit est doux 
à mon palais, alléluia. 



A Magnificat. 



Palmamque emeritos 
gloria suscipit : 

Tu vivens superis par 
Irueris Deo, 

Mira sorte beatior. 

Nobis, sunoma Tri- 
as, parce precan- 
tibus; 
Da, Joseph mentis, 
sidéra scandere : 
Ut tandem liceat nos 

tibi. perpetim 
Gratum promere can- 
ticum. 
Amen. 

^, Sub umbra illius 
quem desideraveram 
sedi, alléluia. ^. Et 
fructus ejus dulcis 
gutturi meo, alléluia. 



Ant, Mon fils, pour- 
quoi avez-vous agi de la 
sorte avec nous? Voyez 
votre père qui vous cher- 
chait, ainsi que moi, 
tout affligé, alléluia. 

Mémoire du Dimanche 



Ant, Fili, quid fe- 
cisti nobis sic? Ecce 
pater tuus et ego do- 
lentes quaerebamus 
te, alléluia. 



Ant. En vérité je vous 
le dis, vous pleurerez et 
vous gémirez, vous, mais 



Ant. Amen dico vo- 
bis, quia plorabitis et 
flebitis, vos, muudus 



LB 1V« DUIAMCHB APRAS PAQDB8. 



875 



autem gandebit; vos 
vero contristabimini, 
sed tristitiaTestraver- 
teturin gaudium, al- 
léluia. 



le monde sera dan$ la 
joie ; vous serez dans la 
tristesse, mais votre tris- 
tesse se changera en joie , 
alleloia. 



f. Mane nohi8cam,|>. M4; Ormson O Dieu, p. 809. 



LE IV- DIMANCHE APRES PAQUES. 
A LA MESSE. — introït. 



c 



AifTATE Domino 
canticum novum, 
alléluia, quia mira- 
bilia fecit Dominus, 
alléluia : ante conspe- 
ctum gentium revela- 
vit justitiam suam, 
alléluia, alléluia, al- 
léluia. Ps. Salvavit 
sibi dextera ejus, et 
brachium sanctum 



CHANTEZ au Seigneur 
un cantique nouveau, 
alléluia, parce qu'il a 
fait des choses merveil- 
leuses, alléluia; il a ré- 
vélé sa justice aux yeux 
des nations, alléluia, al- 
léluia, alléluia. Ps. C'est 
sa droite, c'est son bras 
saint qui nous a sauvés. 
j^. Gloire au Père. 



ejus. j^. Gloria Patri. 

Collecte. Dieu, qui unissez tous les fidèles 
dans une même volonté', accordez à votre peuple 
la grice d'aimer ce que vous commandez et de 
désirer ce que vous promettez, afin qu'au milieu 
de l'instabilité des choses du monde, nos cœurs 
demeurent fixés où se trouve le véritable bon- 
heur. Par N.-S. J.-G. 

ÉPITRE. 

ES très-chers frères , Toute grâce excellente et 
tout don parfait vient d'en haut et descend 



M 



S76 



LB 1V« DIMAMCHS APIÈS PAQUBS. 



dtt Père des lumières, en qui il n'y a ni chan- 
gement, ni ombre de variation. Il a bien vouln 
nous engendrer par la parole de la vérité , afin 
que nous fassions conune les prémices de ses 
créatures. Vous savez toutes ces choses, mes très- 
chers frères. Que chacun de vous soit donc 
prompt à écouter, lent à parler, et lent à se 
mettre en colère; car la colère de l'homme n'ac- 
complit pas la justice de Dieu. C'est pourquoi , 
renonçant à toute impureté et à tout le dérègle- 
ment du péché, recevez avec soumission la pa- 
role qui vous a été annoncée, et qui peut sauver 
vos âJnes. 

Alléluia, alléluia, f. 
La droite du Seigneur a 
manifesté sa puissance; 
la droite du Seigneur m'a 
élevé. Alléluia, f. Jésus- 
Christ étant ressuscité 
d'entre les morts ne 
meurt plus : la mort n'a 
plus d'empire sur lui. 
Alléluia. 



Alléluia , alléluia. 
j^. Dextera Domini 
fecit virtutem : dexte- 
ra Domini exaltavit 
me. Alléluia, j^. Ghri- 
stus resurgens ex 
mortuis jam non mo- 
ritur : mors illi ultra 
non dominabitur. Al- 
léluia. 



E 



ÉVANGILE. 

N ce temps -là, Jésus dit à, ses disciples : Je 
vais à celui qui m'a envoyé; et aucun de 
vous ne me demande où je vais. Mais parce que 
je vous ai ainsi parlé, votre cœur est rempli 
de tristesse. Cependant je vous dis la vérité, 
il vous est utile que je m'en aille ; car si je ne 
m'en vais pas , le Consolateur ne viendra point 



LB IV« DIMAKGHB APRÈS PAQUBS. 377 

à vous; mais si je m'en vais , je vons l'enverrai. 
Et lorsqu'il sera venu, il convaincra le monde 
du péché, de la justice, et du jugement. I>u 
péché , parce qu'ils n'ont pas cru en moi; de la 
justice, parce que je vais à mon Père, et que 
vous ne me verrez plus; du jugement, parce 
que le prince de ce monde est déjà jugé. J'ai 
encore beaucoup de choses à vous dire , mais 
elles sont en ce moment au-dessus de votre por- 
tée. Quand l'Esprit de vérité sera venu, il vous 
enseignera toute vérité. Il ne parlera pas de lui- 
même; mais il dira tout ce qu'il aura entendu, 
et il vous annoncera les choses à venir. C'est lui 
qui me glorifiera, parce qu'il recevra de ce qui 
est à moi , et il vous l'annoncera. 



Offertoire. Jubilate 
Deo, universa terra, 
psalmum dicite nomi- 
ni ejus; venite, et 
audite, et narrabo 
vobis, omnes qui ti- 
metis Deum, quanta 
fecitDominus animae 
meae, alléluia. 



Offertoire. Poussez des 
cris d'allégresse, habi- 
tants de la terre ; chantez 
des cantiques en l'hon- 
neur de Dieu; venez, 
écoutez, vous tous qui 
craignez Dieu, et je vous 
raconterai tout ce qu'il a 
fait en ma faveur, allé- 
luia. 

Secrète. Dieu, qui, par le commerce sacré 
de ce sacrifice, nous rendez participants de votre 
souveraine et unique divinité, faites qu'après 
avoir connu votre vérité , nous devenions dignes 
d'elle par la sainteté de notre vie. Nous vous en 
prions par N.-S. J.-G. 
Communion. Gum I Communion. Lorsque 



venerit Paraclitus , 
Spiritus veritatis, ille 
arguet mundum de 
peccato, et de justi- 
tia, etdejudicio, al- 
léluia, alléluia. 



378 LB V» DUUAGHB APRÂ0 PAQUB8* 

le Ck>u8olateur, TEsprit 
de vérité sera venu, il 
convaincra le monde du 
péché, de la justice, et 
du jugement, alléluia, 
alléluia. 

Postcommunion. Veillez sur nous, Seigneur 
notre Dieu, afin que, par le mystère que nous 
avons reçu avec foi, nous soyons purifiés de nos 
péchés et délivrés de tous périls. Nous vous en 
prions par N.-S. J.-G. 

A VÊPRES. 
Psaumes du Dimanche , p. 131. 

Ant, Alléluia, alléluia, alléluia. 

Hymne Ad regias, j^. Mane nobiscum, j). 862. 

A Magnificat. 



Ant. Je vais à celui 
qui m'a envoyé ; mais 
parce que je vous ai ainsi 
parlé, votre cœur est 
rempli de tristesse, allel. 



Ant, Vado ad eum 
qui misit me : sed 
quia h(£C locutus sum 
vobis, tristitia imple- 
vit cor vestrum, aîlel. 



Mémoire de la Croix, p. 868. 



LE V DIMANCHE APRÈS PAQUES. 
A LA MESSE. — introït. 



CHANTEZ des cantiques 
d'allégresse, et qu'on 
les entende, alléluia : 
publiez jusqu'aux extré- 
mités de la terre que le 



VocEMJucunditatis 
annuntiate, et aa- 
diatur, alléluia : an- 
nuntiate usque ad ex 
tremum terrae : Libe- 



LE V« DIMANCHE APRÈS PAQUES. 379 



ravit Domînus popu- 
lum suum^ alléluia^ 
alléluia. Ps. Jubilate 
Deo, omnis terra : 
psalmum dicite no- 
mini ejus ; date glo- 
rîam laudi ejus. f, 
Gloria Patri. 



Seigneur a délivré son 
peuple, alléluia, alléluia. 
Ps, Poussez des cris d'al- 
légresse , habitants de la 
terre; chantez des can- 
tiques en rhonneur de 
Dieu ; mettez votre gloire 
à le célébrer, f. Gloire. 

Collecte. Dieu, qui êtes Fauteur de tout 
bien, nous vous supplions humblement de nous 
inspirer de saintes pensées, et de nous les faire 
accomplir par le secours de votre grâce. Nous 
vous le demandons par N.-S. J.-G. 

ÉPÎTRE. 

MES bien -aimés. Ayez soin de mettre en pra- 
tique la parole de Dieu, et ne vous conten- 
tez pas de récouter, en vous trompant vous- 
mêmes. Car celui qui écoute la parole sans la 
mettre en pratique est semblable à un homme 
qui regarde son visage dans un miroir, et qui , 
après s'être regardé, s'en va, et oublie à l'heure 
même quel il était. Mais celui qui se rend atten- 
tif à la loi parfaite, qui est la loi de liberté, et 
qui s'y attache, ne se contentant pas d'écouter 
pour oublier aussitôt, mais accomplissant ce qui 
lui est enseigné, celui-là trouvera son bonheur 
dans ses œuvres. Si quelqu'un croit parmi vous 
avoir de la piété, et ne met pas un frein à sa 
langue, et se laisse aller aux séductions de son 
cœur, sa piété est vaine. La piété pure et sans 
tache aux yeux de Dieu notre Père consiste 



380 



LB y oiHAirciix Araia faqobs. 



à visîtef les orphelins et les veuves dans leur 
afOiction, et à se préserver de la corruption du 
siècle présent. 



Alléluia, alléluia, f. 
Jésus-Christ est ressusci- 
té , et il nous est apparu , 
à nous qu'il a rachetés 
par son sang. Alléluia. 
jr. Je suis sorti de mon 
Père, et je suis venu dans 
le monde ; maintenant je 
quitte le monde , et je re- 
tourne à mon Père. Allel. 



Alléluia, alléluia. 
j^. Surrexit Ghristus, 
et illuxit nobis, quos 
redemit sanguine suo. 
Alléluia, f, Exivi a 
Pâtre, et veni in 
mundum. Iterum re- 
iinquo mundum, et 
vado ad Patrem. Al- 
léluia. 



ÉVANGILE. 

EN ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : En 
vérité, eu vérité je vous le dis , tout ce que 
vous demanderez à mon Père en mon nom, il 
vous le donnera. Jusqu'ici vous n'avez rien de- 
mandé en mon nom. Demandez, et vous rece- 
vrez, afin que votre joie soit parfaite. Je vous ai 
dit ces choses en paraboles. Le temps vient où je 
ne vous parlerai plus en paraboles, mais où je 
vous parlerai clairement de mon Père. En ce 
temps-là vous demanderez en mon nom, et je 
ne tous dis pas que je prierai mon Père pour 
VOUS; car mon Père lui-même vous aime, parce 
que vous m'avez aimé , et que vous avez cru que 
je suis sorti de Dieu. Je suis sorti de mon Père 
et je suis venu dans le monde; maintenant je 
quitte le monde et je retourne à mon Père. Ses 
disciples lui dirent : C'est maintenant que vous 



LB y BOIAirGHS APBÉS PAQinU. 



881 



parlez clairement, et que vous ne tous servez 
plus de parabole. Nous voyons bien à présent que 
vous savez toutes choses, et qu'il n'est pas né- 
cessaire qu'on vous interroge : c'est pour cela 
que nous croyons que vous êtes sorti de Dieu. 



Offertoire, Bénédi- 
cité, gentes, Domi- 
num Deum nostrum; 
et obaudite vocem 
laudis ejus, qui po- 
suit animam meam 
ad vitam, et non 
dédit commoveri pe- 
des meos. Benedictus 
Dominus , qui non a- 
movit deprecationem 
meam, et misericor- 



Offertoire, Peuples , 
bénissez notre Dieu, et 
faites retentir partout ses 
louanges; c'est lui qui 
a rendu la vie à mon 
âme , et qui ne permet 
pas que mes pieds chan- 
cellent. Béni soit le Sei- 
gneur, qui n'a pas rejeté 
ma prière, ni retiré de 
moi sa miséricorde, allé- 



luia, 
diam suam a me,allel. 

Secrète, Recevez favorablement. Seigneur, les 
prières et les offrandes de vos fidèles , afin que 
ces dons de leur piété les conduisent à la gloire 
céleste. Par N.-S. J.-G. 



Communion, Can- 
tate Domino, allé- 
luia; cantate Domino, 
et benedicite nomini 
ejus; bene nuntîate 
de die in diem sain- 
tare ejus, alléluia. 



Communion, Chantez 
au Seigneur , alléluia : 
chantez au Seigneur, et 
bénissez son nom; an- 
noncez de jour en jour 
son salut, alléluia, allé- 
luia. 



alléluia. 

Postcommunion, Rassasiés par cette nourriture 
céleste, nous vous prions, Seigneur, de nous 



38S L'AsonrsiON de hotu-sbighei». 

faire désira toujours ce qui est juste ^ et obtenir 
ce que nous désirons. Par N.-S. J.-G. 

A VÊPBES. 
Psaumes du Dimanche, p. 1S8. 

Ant, Alléluia, alléluia, alléluia. 

Hymne Ad regias, f. Mane nobiscum , j». S6S. 

A Magnificat. 



Ant, Demandez, et vous 
recevrez, afin que votre 
joie soit parfaite : car 
mon Père lui-même vous 
aime, parce que vous 
m'avez aimé, et que vous 
avez cru en moi, allé- 
luia. 

Mémoire de la Croix, p. M8. 



Ant Petite, et ac- 
cipietis, ut gaudium 
vestrum sit plenimi; 
ipse enim Pater amat 
vos, qui vos me ama- 
stis, et credidistis, 
alléluia. 



L'ASCENSION DE NOTRE- SEIGNEUR. 



A LA MESSE. 

GALiLÉENs, pourquoi I 
vous arrêter ainsi à I 
regarder au ciel? allé- 
luia. Celui que vous 
avez vu monter au ciel 
viendra de la même ma- 
nière, aUeluia, alléluia, 
alléluia. Ps, Peuples, ap- 



— INTROÏT. 

ViRi Galilaei, quid 
admiramini aspi- 
cientes in cœlum ? 
alléluia: quemadmo- 
dum vidistis emn as- 
cendentem in cœlum, 
ita veniet, alléluia, 
alléluia, alléluia. Ps, 



L'AflCBirSION DE NOTSE-SBICNBUR. 888 



Omnes gentes,plaudi> 
te manibus : jubilate 
Deo in yoce exsulta- 
tiouis. Jf, Gloria Patri. 



plaudissez tous : faites 
éclater votre joie devant 
Dieu par des cris d'allé- 
gresse, f. Gloire au Père. 



Collecte. Faites, nous vous en prions, Dieu 
tout-puissant, que, croyant fermement que votre 
Fils unique, notre Rédempteur, est anjourd'hui 
monté au ciel, nous y habitions aussi nous-mêmes 
en esprit par l'ardeur de nos désirs. Nous vous en 
prions par le même N.-S. J.-C. 

ÉPITRE. 

J'ai rapporté précédemment, ô Théophile, tout 
ce que Jésus a fait et enseigné depuis le com- 
mencement jusqu'au jour où il s'éleva dans le 
ciel, après avoir instruit par le Saint-Esprit les 
Apôtres qu'il avait choisis. Il s'était aussi mani- 
festé à eux depuis sa Passion, et il les avait con- 
vaincus par plusieurs preuves qu'il était vivant, 
leur apparaissant durant quarante jours, et leur 
parlant du royaume de Dieu. Ensuite , mangeant 
avec eux, il leur ordonna de ne point s'éloigner 
de Jérusalem, mais d'attendre l'accomplisse- 
ment de la promesse du Père, que vous avez 
entendue, dit-il, de ma propre bouche; car Jean 
a baptisé dans l'eau, mais dans peu de jours 
vous serez baptisés dans le Saint-Esprit. Alors 
ceux qui étaient présents lui demandèrent : Sei- 
gneur, sera-ce dans ce temps-ci que vous réta- 
blirez le royaume d'Israël? Et il leur répondit: 
Il ne vous appartient pas de connaître les temps 
et les moments que le Père s'est réservés, mais 



M4 



L'ASCmSlON Dl NOnE-flEManCA. 



vous reoevrez la vertu du Saint-Esprit, qui des- 
cendra sur vous, et vous rendrez témoignage 
de moi dans Jérusalem, dans toute la Judée, 
dans la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la 
terre. Quand il leur eut ainsi parlé, ils le virent 
s'élever, et une nuée le déroba à leurs yeux. Et 
comme ils le regardaient monter au ciel , deux 
liommes vétos de blanc parurent auprès d'eux, 
et leur dirent : Galiléens , pourquoi vous arrê- 
tez-vous à regarder au ciel? Ce Jésus, qui, en 
vous quittant, s'est élevé dans le ciel^ Rendra 
de la même manière que vous l'y avez vu 
monter. 

Alléluia, alléluia, f. 
Dieu s'élève au bruit des 
acclamations ; le Sei- 
gneur s'élève au son des 
trompettes. Alléluia. ^, 
Le Seigneur est sur le Si- 
nal, sa montagne sainte; 
en montant au ciel il em- 
mène captive la captivité 
elle-même. 



Alléluia , alléluia. 

f, Ascendit Deus in 
jubilatione, çt Domi- 
nus in voce tub». 
Alléluia. ^, Dominus 
in Sina , in sancto : 
ascendens in altum, 
captivam duxit capti- 
vitatem. Alléluia. 



EVANGILE. 

EN ce temps-là, Jésus apparut aux onze Apôtres 
pendant qu'ils étaient à table, et leur repro- 
cha leur incrédulité et la dureté de leur coem*, 
qui les avaient empêchés de croire à ceux qui 
l'avaient vu ressuscité. Puis il leur dit : Allez 
dans tout l'univers , prêchez l'Évangile à toute 
créature. Celui qui croira et qui sera hapti- 



L'AfiCSNSlOa DE NOTRB-SJUGliKUJl. 385 

sé^ sera sauvé; mais celui qui ne croira pas sera 
coDcLanmé. Voici les prodiges qui accompagne- 
ront ceux qui auront cru : Ils chasseront les dé- 
mons en mon nom; ils parleront de nouvelles 
langues; ils manieront les serpents, et s'ils 
boivent quelque poison mortel, fis n'en éprou- 
veront aucun mal; ils imposeront les mains sur 
les malades, et les malades seront guéris. Après 
leur avoir ainsi parlé, le Seigneur Jésus s'éleva 
dans le ciel, où il est assis à la droite de Dieu. 
Pour eux , ils allèrent prêcher partout ; et le 
Seigneur, agissant avec eux, confirmait leur 
parole par les miracles dont elle était accompa- 
gnée.— Credo. 



Offertoire,Asceiï^i 
Deus in jubilatione, 
et Dominus in voce 
tubae, alléluia. 



Offertoire. Dieu s'élève 
au bruit des acclama- 
tions, le Seigneur s'élève 
au sou des trompettes , 
alléluia. 

Secrète, Recevez, Seigneur, les dons que nous 
vous offrons en mémoire de la glorieuse Ascen- 
sion de votre Fils, et faites, par votre miséri- 
corde, que nous soyons délits des périls de la 
vie présente, et que nous puissions arriver à la 
vie étemelle. Nous vous en prions par le même 
N.-S. J.-G. 

Préface propre, p. IM. 



Communion. Psal- 
lite Domino, qui as- 
cendit super cœlos ccb- 
lorum ad orientem, 
alléluia. 



Communion, Chantez 
au Seigneur, qui s'élève 
au plus haut des cieux 
vers l'orient, alléluia. 



N. 33 35 



386 l'ascbhsion db noTSB-sBiGianm. 

Postcommumon. Faites , s'il votis plait, Dieu 
tout-puissant et miséricordieux, que nous res- 
sentions les elfets invisibles des sacrements vi- 
sibles que nous avons reçus. ParN.-S. J.-C, 
votre Fils, qui, étant Dieu, vit et règne avec 
vous. 

AUX n« VÊPEBS. 

Lu quatre premien Ptaunui du DimancKe, p. ISS, et le 
Ptaume Laudate Dominum, j>. 191. 



Ant. i. Galiléens, pour- 
quoi vous arrêtez -vous 
à regarder au ciel? Ce 
Jésus , qui , en votre pré- 
sence, est monté au ciel, 
viendra de la même ma- 
nière, alléluia. 

2. Gomme ils le regar- 
daient monter au del, ils 
dirent, alléluia. 

3 . Ayant levé les mains, 
il les bénit, et fut enlevé 
au ciel, alléluia. 

4. Exaltez le Roi des 
rois, et chantez des hym- 
nes de louanges à Dieu, 
alléluia. 

5. Il s'éleva en leur 
présence, et il fut reçu 
au ciel dans une nuée, 
alléluia. 



AnL 1. Viri Galilsei, 
quid aspicitis in cœ- 
lum? Hic Jésus, qui 
assumptus est a vobis 
in cœlum, sic veniet, 
aUeluia. 

2. Cumque intue- 
rentur in cœlum eun- 
tem illum, dixerunt, 
alléluia. 

3. Ëlevatis mani- 
bus, benedixiteis, et 
ferebatur in cœlum, 
alléluia. 

4. Exaltate Regem 
regum, et hymnum 
didte Deo, alléluia. 

5. Yidentibus illis, 
elevatus est, et nubes 
susoepit eum in cobIo, 
alléluia. 



L ASOUrSION DE NOTRE-SBIGIISUR. 



387 



HYMNE (1). 



SALUTis humanae sa- 
tor, 
Jesu, voluptas cor- 

dium, 
Orbis redempti condi- 

tor, 
Et casta lux aman- 

timn, 
Qua victus es cle- 

mentia. 
Ut nostra ferres cri- 

mina? 
Mortem suaires inno- 

cens, 
A morte nos ut tôliè- 
res? 
Perrompis infer- 

num chaos : 
Vinctlscatenas detra- 

hls; 



JÉscs, rédempteui' des 
hommes, Jésus la joie 
de nos cœurs , le créateur 
du monde, et la douce 
lumière de ceux qui vous 
aiment. 



Par quel excès de bonté 
vous êtes -vous chargé 
du poids de nos crimes, 
et avez-vous souflert une 
mort cruelle pour nous 
sauver de la mort? 



Vous avez brisé la pri- 
son des enfers , vous avez 
délivré les captifs de leurs 
chaînes , et, par un glo- 



(1) Dam les Diocèses où Ton ne suit pas VOffice réformé, 
cette Hymne se chante de la manière suivante : 



Jesu , nostra redemptio , 
Amor et desideriuin , 
Deus Creator omnium , 
Homo in fine temporuu , 

Quee te vicit clementia , 
Ut ferres nostra crimina, 
Cmdelem mortem patiens, 
Ut nos a morte toUeresf 

Infemi claustra penetrans, 
Tuos captivos redimens, 
Victor trlumpho n^riiiii , 



Ad dextram Patris résidons. 

Ipsa te cogat pietas 
Ut mala nostra superes 
Parcendo, et voti compotes 
N(M tuo Tultu saties. 

Tu esto nostrum gaudium, 
Oui es futurus prtemium ; 
Sit nostra in te gloria , 
Per cuncta semper sttcula. 

Amen. 



888 



L ASCKNSION DE NOTRE-SEIGNEDR. 



rieux triomphe , vons 
avez pris votre place à la 
droite de votre Père. 

Que votre miséricorde 
vous porte à guérir nos 
maux, et à satisfaire nos 
désirs en nous admettant 
dans votre gloire. 



Vous notre guide vers 
les cieux, soyez l'objet de 
notre amour; soyez notre 
joie dans les larmes, et 
noti-e douce récompense 
dans la vie éternelle. 

Ainsi soit-ii. 

j^. Le Seigneur a établi 
son trône , alléluia. ^. 
Dans les cieux, alléluia. 



Victor trinmpho no- 

biU, 
Ad dexteram Patris 

sedes. 
Te cogat indulgen- 

tia 
Ut damna nostra sai- 

cias, 
Tuique vultus com- 
potes 
Dites beato Imnine. 
Tu dux ad astra et 

semita, 
Sis meta nostris cor- 

dibus, 
Sis lacrymarum gau- 

dium, 
Sis dulce vitae prse- 

mium* Amen. 
f, Dominus in cœio, 
alléluia. ^. Paravit se- 
demsuam, alléluia. 



A Magnificat. 



Ant, Roi de gloire, 
Dieu des vertus, qui 
êtes monté aujourd'hui 
triomphant au-dessus de 
tous les cieux, ne nous 
laissez pas orphelins; 
mais remplissez la pro- 
mets «iiiPère, envoyez- 



Ant. Rex gloriœ, 
Domine virtutum , 
qui triumphator ho~ 
die super omnes coe- 
los ascendisti , ne de- 
relinquas nos orpha- 
nos; sed mitte pro- 
missum Patris in nos 



ut DIM. DANS l'OCT. DE l'aSCKVSIOK. 389 



Spiritumyerîtatis, al- 
léluia. 



nous rssprit de vérité, 
alléluia. 



LE DIMANCHE DANS L*OCTAVf DF L*ASCENSION. 
A LA MESSB. » xsTBolt. 

xAUDi, Domine, 



Ex AUDI, Domine, risiGinsuR, entendez ma 
vocem meam. rraa û voix et mes cris , allé- 
luia; mon cœur vous a 
parlé, mes yeux vous 
ont cherché ; je cherche- 
rai. Seigneur, votre vi- 
sage : ne détournez pas 
de moi vos regards, al- 
léluia, alléluia. Ps, Le 
Seigneur est ma lumière 
et mon salut : qui crain- 
drai -je? j^. Gloire au 
Père. 
Collecte. Dieu tout-puissant et étemel, faites 
que notre volonté soit toujours soumise à la 
vôtre, et notre cœur tout dévoué au service de 
votre divine Majesté. Par N.-S. J.-G. 

ÉPITHE. 

MBS hien-ajmés. Conduisez-vous avec sagesse : 
veillez et priez : mais avant tout ayez une 
charité persévérante les uns pour les autres, car 
lâchante couvre la multitude des péchés. Exer- 
cez volontiers entre vous l'hospitalité ; aidez-vous 
les uns les autres suivant vos moyens , comme 
de fidèles dispensateurs des dons de Dieu. Si 



vocem meam, qua 
clamavi ad te, sŒie- 
luia; tibi dixit cor 
meum, quœsivi vul- 
tum tuum; vultum 
tuum. Domine, requi- 
ram : ne avertas fa- 
ciem tuam a me, allé- 
luia, allel. Ps, Domi- 
nus illuminatio mea 
et salus mea : quem 
timebo?^. Gloria. 



890 LB Dm. DANS L'OCT. DK L'ASCBHStOR. 

qnelqa'un parle, qu'il paraisse qne c'est Dieu 
qui parle par sa bouche. Si quelqu'un exerce un 
ministère, qu'il Tezerce conune par la vertu de 
Dieu, afin que Dieu soit glorifié en tout par 
Jésus-Christ Notre-Seigneur. 

Alléluia, alléluia, f. \ Alléluia, alléluia. 
Le Seigneur règne sur i f. Regnavit Dominus 
toutes les nations : Dieu ! super onmes gentes : 



est assis sur le trône de 
sa sainteté. Alléluia, f. 
Je ne tous laisserai pas 
orphelins : je m'en vais, 
mais je reviendrai à vous, 
et votre cœur se réjouira. 
AUeluia. 



Deus sedet super se> 
dem sanctam suam. 
Alléluia, j^. Non vos 
relinquam orphanos ; 
vado , et venio ad vos , 
et gaudebit cor ve- 
strum. Alléluia. 



ÉVANGILE. 

EN ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : Lors- 
que le Consolateur sera venu, cet Esprit de 
vérité qui procède du Père, et que je vous en- 
verrai de la part de mon Père, rendra témoi- 
gnage de moi; et vous aussi vous en rendrez 
témoignage, parce que vous êtes avec moi dès 
le conmiencement. Je vous ai dit ces choses afin 
que vous ne soyez pas scandalisés. Ils vous chas- 
seront de leurs synagogues, et le temps même 
approche où quiconque vous fera mourir croira 
rendre gloire à Dieu. Ils vous traiteront ainsi 
parce qu'ils ne connaissent ni mon Père ni moi. 
Mais je vous ai dit ces choses afin que , quand ce 
temps arrivera, vous vous souveniez que je vous 
les ai dites. 



LE DIM. DANS l'oCT. DE l'aSCKITSION. 391 

Offertoire. Ascendit Offertoire. Dieu s'élève 
Deus in jubilatione, au bruit des acclama- 
et Dominus in voce tions, le Seigneur s'élève 
tub» , alléluia. | au son des trompettes, ail. 

Secrète. Que ces sacrifices purs et sans tache 
nous purifient, Seigneur, et qu'ils donnent à nos 
âmes la force de la grâce céleste. Par N.- S. J.- C. 

Préface de FA8cennûn,p. IM. 



Communion. Pater, 
cum essem cum eis, 
ego servabam eos 
quos dedisti mihi , al- 
léluia; nunc autem ad 
te venio; non rogo ut 
toUas eos de mundo, 
sed ut serves eos* a 
malo, alléluia, alle- 



Communion, Mon Père, 
quand j'étais avec eux je 
conservais ceux que vous 
m'avez donnés , alléluia; 
maintenant je vais avons; 
je ne vous demande pas 
de les enlever du monde, 
mais de les préserver du 
mal, alléluia, alléluia. 



luia. 

Postcommunion. Nourris de vos dons sacrés , 
nous vous supplions. Seigneur, de faire que nous 
vous en rendions de continuelles actions de 
grâces. Par N.-S. J.-G. 

A VÊPBBS. 

pMvmeedu Dimanche, p. ISS; Antienne», Hymne et f.de 
rAseennon , p, S86. 

A Magnificat. 



Ant. Hœc locutus 
sum vobis, ut, cum 
venerit hora eorum, 
reminiscamini quia 
ego dixi vobis, sdlel. 



Ant. Je vous ai dit ces 
choses afin que, quand 
ce temps arrivera, vous 
vous souveniez que je 
vous les ai dites, alléluia. 



399 



LB SAINT JOUR DB LA PBlfTBCÔTB. 



>>£/^Kt^^J/S^^t/^>l/^\J/^ ~ty\- 



LE SAINT JOUR DE LA PENTECOTE. 

AUX 1^ VÊPRES. 

Le» quatre premiers Psaumes du DimiOnehe, p. ISa, et te 
Psaume Laudate Dominam, j). Idl ; le reste comme axtx II** 

Vêpres t p. 897. 



f. Tous furent remplis 
du Saiut-Esprit, alléluia. 
^. Et ilsGommeiicèrent à 
parler, alléluia. 



j^. Repleti sunt om- 
ues Spiritu sancto, 
alléluia. ^. Et cœpe- 
runt loqui, alléluia. 



A Magnificat. 



Ant Je ne vous lais- 
serai pas orphelins, allé- 
luia; je m'en vais, mais 
je reviendrai à vous, al- 
léluia; et votre cœur se 
réjouira, alléluia. 

A LA MESSE. 

L'Esprit du Seigneur 
a rempli l'univers en- 
tier, aJleluia; et comme 
il connaît tout, il sait 
aussi parler de tout , al- 
léluia, alléluia, allé- 
luia. Psk, Que Dieu se 
lève, et que ses ennemis 
soient dissipés; et que 
ceux qui le haïssent fuient 



Ant. Non vos relin- 
quam orphanos, allé- 
luia: vado, et venio 
ad vos, alléluia: et 
gaudebit cor vestrum , 
alléluia. 

— INTBOÎr. 

SpiRiTus Domini re- 
plevit orbem ter- 
rarum, alléluia; et 
hoc quod continet 
omnia, scientiam ha- 
bet vocis, alléluia, 
alléluia, adleluia. Pj. 
Exsurgat Deus, et dis- 
sipentur inîmici ejus : 
et fngiant, qui ode- 



LE SAiirr JO0R DB LA pemtecAtb. 893 

runt eum, a facie loin de lui. f. Gloire an 
ejus. f, Gloria Patri. Père. 

Collecte, Dieu , qui avez instruit en ce jour 
les cœurs de vos fidèles par la lumière du Saint- 
Esprit, donnez -nous, par ce même Esprit, la 
connaissance et Tamour de la justice, et faites 
qu'il nous remplisse toujours de ses divines con- 
solations. Par N,-S. J.-G..., en l'unité du même 
Saint-Esprit. 

ÉPITRE. 

LE jour de la Pentecôte étant arrivé, et les dis- 
ciples étant tous réunis dans un même lieu, 
on entendit tout à coup concune le bruit d'un 
vent impétueux venu du ciel, qui remplit toute 
la maison où ils se trouvaient. Au même instant 
ils virent paraître comme des langues de feu 
qui se divisèrent et qui s'arrêtèrent sur chacun 
d'eux; alors ils furent tous remplis du Saint- 
Esprit, et ils commencèrent à parler diverses 
langues, selon que le Saint-Esprit les inspirait. 
Or il y avait à Jérusalem des Juifs religieux et 
craignant Dieu, de toutes les nations qui sont 
sous le ciel. Dès que ce bruit se fut répandu, un 
grand nombre s'assembla, et ils furent interdits, 
chacun d'eux entendant les disciples parler dans 
sa langue. Ils étaient tous dans l'étonnement, 
et ils disaient avec admiration: Ces gens qui 
nous parlent ne sont- ils pas tous Galiléens? 
Comment donc les avons-nous entendus parler 
chacun la langue de notre pays? Parthes, Mèdes, 
Élamites, ceux d'entre nous qui habitent la Mé- 



994 



LE SAINT JOUB DB LA PBIITBCÔTE. 



sopotamie , la Judée , la Gappadoce , le Pont et 
l'Asie , la Phrygie, la Pamphylie, TÉgypte et la 
Libye autour de Cyrène, et ceux qui sont venus 
de Rome, Juifs et Prosélytes, Cretois et Arabes, 
nous les entendons tous raconter, chacun dans 
notre langue, les merveilles de Dieu. 



Alléluia, alléluia, f» 
Envoyez votre Esprit, et 
tout sera créé, et vous 
renouvellerez la face de 
la terre. Alléluia. 



Alléluia , alléluia. 
f. Emitte Spiritum 
tuum, et creabuntur, 
et renovabis faciem 
terraB. Allelnia. 



Le f. nùvant se dit d genoux. 



f. Venez, Esprit-Saint, 
remplissez les cœurs de 
vos fidèles, et embra- 
sez-les du feu de votre 



amour. 



f. Veni, sancte Spi- 
ritus, reple tuorum 
corda fldelium, et tui 
amoris in eis ignem 
accende. 



PROSE. 



VENEZ, Esprit-Saint, et 
faites descendre du 
haut du ciel un rayon de 
votre lumière. 

Venez, père des pau- 
vres; venez, source des 
grâces; venez, lumière 
des cœurs. 

Vous êtes le parfait con- 
solateur, l'hôte bienfai- 
sant de Tâme, son rafraî- 
chissement le plus doux. 



Spiri- 



VENi, sancte 
tus. 

Et emitte cœlitus 
Lucis t\m radium. 
Veni, pater paupe- 
rum; 
Veni, dator mune- 

rum; 
Veni, lumen cordium. 
Consolator optime, 
Dulcis hospes animas, 
Dulce refrigerium. 



LE SAIHT JOUB DB LA FERTICÔTB. 



895 



In laborerequies. 
In sestu temperies, 
In fleta solatiom. ' 



lux beatissîma, 
Reple cordis intima 
Tuomm fidelimn. 

Sine tuonmnine, 
Nihil est in homine, 
Nihil est innoxium. 

Lava quod est sor- 
didom^ 
Riga quod est aridum, 
Sana quod est sau- 
cium. 

Flecte quod est ri- 
gidum, 
Fove quod est frigi- 

dum^ 
Rege quodest devium. 

Da tuls fldelibus 
In te confidentibus 
Sacrum septenarium. 

Da virtutis meri- 
tum, 
Da salutis exitum^ 
Da perenne gaudium. 

Amen. Alléluia. 



Dans le travail notre 
repos, dans les épreuves 
^otre soulagement, dans 
les larmes notre consola- 
tion. 

bienheureuse lu- 
mière, pénétrez et rem- 
plissez les cœurs de vos 
fidèles. 

Sans Tassistance de 
votre grâce, rien dans 
l'homme, rien n'est in- 
nocent. 

Purifiez en nous ce qui 
est souillé, arrosez ce qui 
est aride, guérissez ce 
qui est malade. 

Faites fléchir notre roi- 
deur , échauffez notre 
tiédeur, redressez nos 
voies égarées. 

Accordez vos dons sa- 
crés à vos fidèles qui 
mettent en vous leur 
confiance. 

Donnez-leur le mérite 
pendant la vie. Conduisez- 
les au port du salut, et fai- 
tes-les jouir du bonheur 
étemel. Ainsi soit-il. AIL 



896 LE SAIHT JOUB DB LA PBMTBCÛTB. 

ÉVANGILE. 

EU ce temps-là, Jésus «dit à ses disciples: Si 
quelqu'un m'aime, il gardera ma parole, et 
mon Père l'aimera, et nous viendrons à lui, 
et nous ferons en lui notre demeure. Celui qui 
ne m'aime pas ne garde pas mes paroles, et la 
parole que vous avez entendue n'est pas de moi, 
mais du Père qui m'a envoyé. Je vous ai dit ces 
choses pendant que je demeurais avec vous; mais 
le Ck)nsolateur, l'Esprit -Saint, que mon Père 
enverra en mon nom, vous enseignera toutes 
choses, et vous fera souvenir de tout ce que je 
vous ai dit. Je vous laisse la paix, je vous donne 
ma paix ; je ne vous la donne pas comme le 
monde la donne. Que votre cœur ne se trouhle 
point, qu'il ne craigne pas. Vous m'avez entendu 
dire : Je m'en vais, et je reviens à vous. Si vous 
m'aimiez, vous vous réjouiriez de ce que je vais 
à mon Père : car mon Père est plus grand que 
moi. Je vous le dis maintenant, avant que la 
chose arrive, afin que vous croyiez quand elle 
sera arrivée. Je ne m'entretiendrai pas plus long> 
temps avec vous ; car voilà le prince de ce monde 
qui va venir, quoiqu'il n'ait aucun droit sur moi. 
Mais afin que le monde connaisse que j'aime 
mon Père, et que je fais ce que mon Père m'a 
ordonné. — Credo. 

Offertoire, Confir- 
ma hoc, Deus, quod 



Offertoire, Confirmez, 
6 mon Dieu, ce que vous 
avez fait en nous. Les 
rois viendront à Jérusa- 



operatus es in nobis. 
A templo tuo, quod 



LB SAIirr JOUR DB LA PENTSCÔTE. 



897 



est in Jemsalem, tibi 
offerent reges mime- 
ra, alléluia. 



lem vous offrir des pré- 
sents dans votre temple, 
alléluia. 

Secrète, Daignez, Seigneur, sanctifier les dons 
que nous vous offrons, et purifier nos cœurs par 
la lumière du Saint-Esprit. Par N.-S. J.-G..., en 
Tunité du même Saint-Esprit. 

Préface propre , p. U7. 



Communion, Factus 
est repente de cœlo 
sonus tamquam ad- 
venientis spiritus ve- 
hementis, ubi erant 
sedentes, alléluia : et 
repleti suut omnesSpi- 
ritu sancto, loquen- 
tes magnalia Dei, al- 
léluia, alléluia. 



Communion, On enten- 
dit tout à coup, dans 
le lieu où les disciples 
étaient réunis, comme 
le bruit d'un vent impé- 
tueux venu du ciel, al- 
léluia; et ils furent tous 
remplis du Saint-Esprit, 
et ils racontaient les mer- 
veilles de Dieu, alléluia. 



alléluia. 
Postcommunion, Que l'effusion de votre Saint- 
Esprit, Seigneur, purifie nos cœurs, et les rende 
féconds en les pénétrant de la' céleste rosée. 
Par N.-S. J.-G..., en l'unité du méirie Saint- 
Esprit. 

AUX II" VÊPRES. 
Psaumes du Dimanche, p. ISS. 



Ant. i. Cum com- 
plerentur dies Pente- 
costes, erant omnes 
pariter in eodem loco, 
alléluia. 



Ant. 1. Le jour de la 
Pentecôte étant arrivé, 
les disciples étaient tous 
réunis dans un même 
lieu, alléluia. 



39H LB SAINT WVh DE LA PBRTBC^B. 



2. L'Esprit du Seigneur 
remplit f univers, allé- 
luia. 

3. Ils furent tous rem- 
plis du Saint-Esprit, et 
ils commencèrent à par- 
ler, alléluia, alléluia. 

4. Fontaines, et pois- 
sons qui vivez dans les 
eaux, bénissez le Sei- 
gneur, alléluia. 



5. Les Apôtres racon- 
taient en diverses langues 
les merveilles de Dieu, al- 
léluia, alléluia, alléluia, l luia, alléluia, alléluia. 

Hymne Veni creator, p. 76. 



2. Spiiitos Domini 
replevit orbem terra- 
rum, alléluia. 

3. Repleti sunt om- 
nés Spiritu sancto, et 
cœperunt loqui, allé- 
luia, alléluia. 

4. Fontes, et omnia 
quae moventur in a- 
quis, hymnum dicite 
Deo, alléluia. 

5. Loquebantur va- 
riis linguis Apostoli 
magnalia Dei, alle- 



^, Les Apôtres racon- 
taient en diverses lam- 
gues, alléluia.^. Les mer- 
veilles de Dieu, alléluia. 



A Magnificat. 



Jr, Loquebantur va- 
riis linguis Apostoli, 
alléluia, i^. Magnalia 
Dei, alléluia. 



Ant. Le jour de la Pen- 
tecôte est arrivé, alléluia; 
aujourd'hui le Saint-Es- 
prit est apparu aux dis- 
ciples sous la forme de 
langues de feu, et il a 
répandu sur eux les dons 
de ses grâces; il les a en- 
voyés dans tout l'univers 
prêcher et annoncer que 
_ quiconque croira et sera 



Ant. Hodie complet! 
sunt dies Pentecostes, 
alléluia : hodie Spiri- 
tus sanctus in igné 
discipulis apparuit, et 
tribuit eis charisma- 
tum doua; misit eos 
in universum mun- 
dum praedicare, et 
testificari : qui credi- 
derit, et baptizatus 



LE LUNDI DE LA PENTECÔTB. 899 

fuerit, salvus erit, baptisé, sera sauvé, al> 



alléluia. 



leluia. 



LE LUNDI DE LA PENTECOTE. 

A LA MBSSB. 
Introït Cibavit eos, de la Messe du saint Sacrement, p. 408. 

Collecte, Dieu, qui avez donné le Saint- 
Esprit à vos Apôtres, accordez à votre peuple 
Teffet de ses humbles prières, afin que ceux que 
vous avez éclairés des lumières de la foi reçoivent 
aussi de vous le don de la paix. Par N.-S. J.-G..., 
en Tunité du même Saint-Esprit. 

ÉPITKE. 

EN ces jours-là, Pierre prenant la parole, dit : 
Mes frères, le Seigneur nous a ordonné de 
prêcher au peuple, et d'attester que c'est lui 
que Dieu a établi le Juge des vivants et des 
morts. Tous les Prophètes lui rendent ce témoi- 
gnage, que tous ceux qui croient en lui re- 
çoivent par son nom la rémission des péchés. 
Ctomme Pierre parlait encore, le Saint-Esprit 
descendit sur tous ceux qui écoutaient ses pa- 
roles. Et les fidèles circoncis qui étaient venus 
avec Pierre furent frappés d'étonnement de ce 
que la grâce du Saint-Esprit se répandait aussi 
sur les gentils : car ils les entendaient parler 
plusieurs langues, et glorifier Dieu. Alors Pierre 
dit ; Peut-on refuser Veau du baptême à ceux 
qui ont reçu le Saint-Esprit aussi bien que nous ? 
Et il ordonna qu'on les baptisât au nom du 
Seigneur Jésus-Christ. 



400 LB LUNDI DE LA f«JITEC6TE. 

AUeluia, alléluia. Jr. Alléluia, alléluia. 

Les Apôtres racontaient f, Loquebaiatiir variis 

eu diverses langues les linguis Apostoli ma- 

merveilles de Dieu. Allel. gnalia Dei. Alléluia. 

f. Veni soncte Spiritus, et la Prose, p. Sd4. 
ÉVANGILE. 

EN ce temps-là, Jésus dit à Nicodème : Dieu a 
tellement aimé le monde, qu'il a donné son 
Filsuniopie, afin que tous ceux qui croient en 
lui ne périssent pas, mais possèdent la xie éter- 
nelle. Et ce n'est pas pour condamner le monde, 
mais afin que le monde soit sauvé par lui, qu'il 
a envoyé son Fils dans le monde. Celui qui croira 
en lui ne sera pas condamné; mais celui qui ne 
croit pas en lui est déjà condamné, parce qu'il 
ne croit pas au nom du Fils imique de Dieu. Or 
Le sujet de cette condamnation, c'est que la 
lumière est venue dans le monde, et que les 
hommes ont mieux aimé les ténèbres que la 
lumière , parce que leurs œuvres étaient mau- 
vaises. Car quiconque fait le mal hait la lumière^ 
et ne s'approche point de la lumière, de peur 
(jue ses œuvres ne soient condaomées. Mais celui 
qui agit selon la vérité s'approche de la lumière, 
afin qu'il soit manifeste que ses œuvres sont 
faites en Dieu. — Credo. 



Offertoire. Le Seigneur 
a tonné du haut du ciel ; 
le Très-Haut a fait en^ 
tendre sa voix, et les 
sources des eaux ont pa- 
ru, alléluia. 



Off'ertoire. Intonuit 
de oœlo Dominus, et 
Altissimus dédit vo- 
cem suam, et appa- 
ruerunt fontes aqua- 
rum , alléluia. 



LA FÉTB DB LA SAINTE TBINITÉ. 401 

Secrète. Sanctifiez ces dons. Seigneur^ et, en 
recevant Toblation de cette hostie spirituelle, 
faites que nous soyons nous-mêmes des hosties 
dignes de tous être offertes éternellement. Par. 

Préface de la Pentee&te, p. 117. 



Communion, Spiri- 
tus sanctus docebit 
vos,alleluia,quacum- 
que dixero vobis, allé- 
luia, alléluia. 



Communion, Le Saint- 
Esprit yous apprendra, 
alléluia . tout ce que je 
vous ainai dit, alléluia, 
alléluia. 
Postcommunion, Protégez votre peuple. Sei- 
gneur, et, puisque vous l'avez nourri de vos 
célestes mystères, défendez-le contre la fureur 
de ses ennemis. Par N.-S. J.-G. 

A VÊPRES. 
Comme le jour de la Pentecôte , p. S97. 

A Magnificat. 



Ant. Si quis diligit 
me, sermonem meum 
servabit, et Pater me- 
us diliget eum; et ad 
eum veniemus , et 
mansionem apud eum 
faciemus, alléluia. 



Ant, Si quelqu'un 
m'aime , il gardera ma 
parole, et mon Père Tai- 
mera; nous viendrons à 
lui, et nous ferons en lui 
notre demeure , allelida. 



LA FÊTE DE LA SAINTE TRINITÉ. 

A LA MB8SB. — intboït. 

BENEDiCTA sit saucta I TkÈKiB soit la sainte Tri- 
Trinitas, atquein- 1 -D nité et Tindivisible 
divisa Unitas : oonfi- 1 Unité ; nous la célèbre- 

V. 88 26 



tebimnr ei, quia lecit 
QobisGum misericor- 
diam suam. Ps. Do- 
mine Dominus nosler, 
quam admirabile est 
nomen tuum in uni- 
yersa terra, j^. Gloria.» 



402 LA Fin DB LA SAINTS TRUIlTi.. 

rons, parce qu'elle a fait 
éclater sur nous sa misé- 
ricorde. Ps, Dieu notre 
souverain Seigneur, que 
votre nom est digne d'être 
admiré dans toute la 
terre ! f. Gloire au Père. 

Collecte, Dieu tout-puissant et éternel, qui 
avez fait à vos serviteurs la grâce de reconnaître, 
dans la confession de la vraie foi, la gloire de 
rétemelle Trinité des personnes, et d'adorer 
dans la puissance de votre Majesté Tunité de 
nature , faites que , par la fermeté de cette même 
foi , nous soyons fortifiés conti*e toutes sortes 
d'adversités. Par N.-S. J.-C. 

Mémoire du Dimanehe, 

ODiEU, qui êtes la force de ceux qui espèrent 
en vous , écoutez favorablement nos prières, 
et, puisque la faiblesse de l'homme ne peut rien 
sans vous, donnez -nous le secours de votre 
grâce, afin qu'en accomplissant fidèlement votre 
loi , notre cœur et nos actions vous soient tou- 
jours agréables. Par N.-S. J.-G. 

ÉPITRE. 

PROFONDEUR dcs trésors de la sagesse et de 
la science de Dieu, que ses jugements sont 
impénétrables et ses voies incompréhensibles ! 
Car qui a connu les desseins de Dieu? qui est 
entré dans le secret de ses conseils? quliui a 
donné quelque chose le premier, pour en attendre 
une récompense? Tout est de lui, tout est par 



1 



LA Fin DE LA SAllfTB f UNITÉ. 



403 



lui , tout est en loi ; à 
les siècles. Ainsi soit-il 

GradueL Benedi- I 
ctus eS; Domine, qui 
intueris abyssos, et 
sedes super Gheru- 
bim. j^. Benedictus es. 
Domine , in finna- 
mento cœli , et lauda> 
bilis in sscuia. 

Alléluia, alléluia. 
^. Benedictus es , Do- 
mine Deus patrum 
nostrorum, etlauda- 
bilis. in sœcula. Allel. 



lui soit ^olre dans tous 

Graduel. Soyez béni. 
Seigneur, qui pénétrez 
les abîmes et qui êtes 
assis sur les CSiérubins. 
j^. Soyez béni , Seigneur, 
au plus haut des cieux, 
soyez glorifié dans tous 
les siècles. 

Alléluia, alléluia, t. 
Soyez béni , Seigneur 
Dieu de nos pères, soyez 
glorifié dans tous les 
siècles. Alléluia. 



ÉVANGILE. 

EN ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : Toute 
puissance m'a été donnée dans le ciel et sur 
la terre. Allez donc, enseignez toutes les nations , 
les baptisant au nom du Père , et du Fils, et du 
Saint-Esprit , et leur apprenant à obserrer toutes 
les choses que je vous ai commandées. Et voici 
que je suis avec vous tous les jours jusqu'à, la 
consonmiation de siècles. — Credo. 



Offertoire. Benedi- 
ctus sit Deus Pater, 
unigenitusque Del Fi- 
lins , sanctus quoque 
Spiritus : quia fedt 
nobiscum misericor- 
diam suam. 



Offertoire, Béni soit 
Dieu le Père, et le Fils 
unique de Dieu, et le 
Saint-Esprit, parce qu'il 
a fait éclater sur nous sa 
miséricorde. 



404 LA FiTE DE LA SAINTE TRINITÉ. 

Secrète, Sanctifiez, Seigneur, par Tinvocation 
de votre saint nom, cette hostie que nous tous 
offrons, et faites que, par elle, nous soyons des 
hosties dignes de tous être offertes éternelle- 
ment. Nous TOUS en prions par N.-S. J.-G. 

Mémoire du Dimanche, 

RECEVEZ favorahlement. Seigneur, les dons que 
nous vous présentons , et faites qu'ils nous 
obtiennent le secours continuel de votre' grâce. 
ParN.-S. J.-G. 

Préface de la sainte Trinité, p. 1S8. 



Communion, Nous bé- 
nissons le Dieu du ciel , 
et nous le louerons devant 
tous les hommes, parce 
qu'il a fait éclater sur 
nous sa miséricorde. 



Communion, Bene- 
dicimus Deum cœli , 
et coram omnibus vi- 
ventibus confitebimur 
ei : quia fecit nobis- 
cum misericordiam 
suam. 

Postcommunion, Que la réception de ce sacre- 
ment , Seigneur, et la confession de la sainte et 
étemelle Trinité, et de son Unité indivisible, nous 
procurent le salut de Tâme et du corps. Par N.- S. 

Mémoire du Dimanche. 

SEIGNEUR, qui nous avez rassasiés de vos dons , 
rendez -les -nous salutaires, et faites que 
nous ne cessions jamais de vous louer. Par N.-S. 
J.-C. 

A la fin de la Messe , on lit l'Évangile suivant , si Von ne dit 
qu'une seule Messe. 

EN ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : Soyez 
miséricordieux comme votre Père céleste est 
miséricordieux. Ne jugez point, et vous ne serez 



/ 



LA FAtI de la sainte TEimTÉ. 405 

point jugés; ne condamnez point; et vous ne 
serez point condamnés ; pardonnez , et on vous 
pardonnera; donnez, et on vous donnera; on 
répandra dans votre sein une mesure pleine , 
pressée, entassée, surabondante; car on se ser- 
vira envers vous de la même mesure dont vous 
vous serez servis envers les autres. Il leur faisait 
aussi cette comparaison : Un aveugle peut -il 
conduire un autre aveugle? Ne tomberont -ils 
pas tous deux dans la fosse? Le disciple n'est 
pas au - dessus du maître ; mais tout disciple 
sera parfait s'il est comme son maître. Pourquoi 
voyez- vous une paille dans l'œil de votre frère , 
et n'apercevez- vous pas une poutre qui est dans 
votre œil? Et comment pouvez -vous dire à 
votre frère : Mon frère, laissez -moi enlever la 
paille qui est dans votre œil, vous qui ne voyez 
pas la poutre qui est dans le vôtre? Hypocrite, 
ôtez d'abord la poutre qui est dans votre œil , et 
vous songerez ensuite à enlever la paille de l'œil 
de votre frère. 

A VÊPRES. 
Psaumes du Dimanche, p. ISS. 



Ânt, 1. Gloria tibi, 
Trinitas aequalis, una 
Deitas, et ante omnia 
sœcula, et nunc, et in 
perpetuum. 

2. Lausetperennis 
gloria Deo Patri, et 
Filio, sancto simul 



Ant, 1. Gloire à vous, 
6 Trinité parfaitement 
égale. Dieu unique, avant 
tous les siècles , mainte- 
nant et éternellement. 

2. Louange et gloire 
étemelle , dans tous les 
siècles, à Dieu le Père, 



406 



LA Wkn M LA SAnfTB tunitA. 



et au Fils, et an Saint- 
Esprit consolatenr. 

3. Que toutes les bou- 
ches chantent les louan- 
ges du Père, et de son Fils 
unique, et qu'une même 
gloire soit rendue éternel- 
lement au Saint-Esprit. 

4. Gloire à Dieu- le 
Père, et à son Fils, qui lui 
est égal; que notre bou- 
che vous glorifie éternel- 
lement et sans se lasser 
jamais, 6 Saint-Esprit. 

5. Gloire dans tous les 
siècles à celui de qui tout 
vient, par qui tout existe, 
en qui tout subsiste. 

HTMNE 

DÉJÀ l'astre du jour se 
retire : ô bienheu- 
reuse Trinité, lumière 
étemelle et souveraine 



ParacUto, in saeculo- 
rumsœcuia. 

3. Gloria laudis re- 
sonet in ore omnium 
Patri, genitœque Pro- 
li, Spiritui sancto pa- 
riter resultet lande 
perennl. 

4. Laus Deo Patri, 
parilique Proli, et 
tibi, sancte, studio 
perenni, Spiritus, no- 
stro resonet ab ore, 
omne per «Tum. 

5. Ex quo omnia, 
per quem onmia, in 
quo omnia, ipsi glo- 
ria in saeciûa. 

(1). 
AH sol recedit igné- 



J 



w us; 
Tu lux perennis Uni- 
tas, 



(1) Dans les Diocèses où Tort ne suit pas V Office, ré formé, 
cette Hymne se chante de la manière suivante : 



O lux beata, Triaitas, 
Et principalis Unitas ! 
Jam sol recedit igneus ; 
InfHnde lumen cordibus. 

Te nane laudum carminé , 
Te deprecamnr vespere , 
Te nostra supplex gloria 



Per cuncta laudet sœcula. 
' Deo Patri sit gloria , 
Ejusque soli Filio, 
Cum Spiritu ParacUto , 
Et mine , et in perpetunm. 
Amen. 



X 



LA FÉTB DE LA SAHITE TRIinTA. 



467 



Nostris, beata Trinî- 

tas, 
[nfunde amorem cor- 

dibus. 
Te mane laudum 

carminé, 
Te deprecamur ve- 

spere : 
Digneris ut te sup- 
plices 
Laudemus înter C!œ- 

iites. 
Patrî, simulque Fi- 

lio, 
Tibique, sancte Spi- 

ritus, 
Sicut fuit, sit jugiter 
Saeclum per omne 

gloria. Amen. 
f, Beuedictus es. 
Domine, in finnamen- 
to cœli. ^. Et lauda- 
bilis et gloriosus in 
saecula. 



Unité, venez embraset 
nos cœurs de votre 
amour. 

Nous chantons vos 
louanges dès le matin; 
nous vous prions le soir : 
faites que nous célébriom 
votre gloire avec les 
Saints pendant toute Té- 
temité. 

Gloire à Dieu le Père, 
et à son Fils unique, et 
au Saint-Esprit, comme 
par le passé et dans tous 
les siècles. 

Ainsi soit-il. 

f. Vous êtes béni, Sei- 
gneur, au plus haut des 
cieux. ^. Vous êtes loué 
et glorifié dans tous les 
siècles. 



A Magnificat. 



Ant, Te Deum Pa- 
trem ingenitum, te 
Filium unigenitum, 
te Spiritum sanctum 
Paraclitum, sanctam 
et individuam Trini- 
tatem, toto corde et 



Ant, Nous vous con- 
fessons de cœur et de 
bouche, nous vous louons 
et nous vous bénissons , 
Dieu Je Père, qui n'avez 
pCdlit été engendré. Fils 
unique du Père, Saint- 



408 



LA Vtn DU SAINT SAGBSHIlfT. 



Esprit oonsolatenr^ sainte | ore confitemur^ lau- 



et indivisible Trinité; 
gloire à vous dans toute 
Tétemité. 



damus atqne benedi- 
cimus; tibi glona in 
saecula. 



MémeiM du Dimanche. 



Ant. Ne jugez point, 
et vous ne serez point 
jugés; car vous serez 
jugés comme vous aurez 
jugé les autres, dit le 



Ant. Nolite judi- 
care, ut non judice- 
mini; in quo enim 
judicio judicaveritis, 
judicabimini, dicit 
Dominus. 



Seigneur. 

f. Dirfgatur, p. lU ; OraUon Dieu , p. VOS 



U FÊTE DU SAINT SACREMENT. 

AUX I'- VÂPBBS. 
Comme aux II*» Yfyres , excepté ce qui mit : 

A Magnificat. 



Ant Ob! que votre 
Esprit est bon, Seigneur! 
pour témoigner Tamour 
que vous portez à vos 
enfants, vous leur don- 
nez du ciel un pain déli- 
cieux, vous comblez les 
pauvres de biens, et vous 
laissez les ricbes dans 
l'indigence! 



Ant, quam suavis 
est. Domine, Spiritus 
tuus, qui, ut dulce- 
dinem tuam in fllios 
demonstrares, pane 
suavissimo de cœlo 
pr®stitQ , esurientes 
repies bonis, fastidio- 
SOS divites dimittens 
inanes! 



LA fATB du SAIITT SACKEMElfT. 409 

A LA MBSSB. — nmiotT. 



CiBAViT eos ex adipe 
framenti, allelaia, 
et de petra^ melie sa- 
turavit eos, alléluia, 
alléluia, alîeluia. Ps. 
Exsultate Deo adju- 
tori nostro : jubilate 
Deo Jacob, f, Gloria 
Patri. 



LE Seigneur a nourri 
sou peuple du plus 
pur froment, alléluia : il 
Ta rassasié du miel sorti 
de la pierre, alléluia, 
alléluia, alléluia. Ps, Cé- 
lébrez le Dieu notre pro- 
tecteur; chantez avec allé- 
gresse le Dieu de Jacob. 
f. Gloire au Père. 
Collecte, Dieu, qui nous avez laissé dans 
un Sacrement admirable la mémoire de votre 
Passion, accordez-nous de révérer tellement les 
mystères sacrés de votre corps et de votre sang, 
que nous ressentions sans cesse dans nos âmes 
le fruit de la rédemption que vous avez opérée. 
Vous qui, étant Dieu, vivez et régnez. 

âPITBE. 

MBS frères. C'est du Seigneur même que j'ai 
appris ce que je vous ai aussi enseigné, 
savoir, que le Seigneur Jésus, la nuit même 
où il fut livré à la mort, prit du pain, et, ayant 
rendu grâces, le rompit et dit : Prenez et man- 
gez; ceci est mon corps, qui sera livré pour 
vous; faites ceci en mémoire de moi. Il prit de 
même le calice, après avoir soupe, et il dit : Ce 
calice est le calice de la nouvelle alliance dans 
mon sang; toutes les fois que vous le boirez, 
faites ceci en mémoire de moi. Car toutes les 
fois que vous mangerez ce pain et que vous 
boirez ce calice, vous annoncerez la mort dr 



410 



LA Fin ou 8AIRT SACinOEKT. 



Seigneur jusqu'à ce qu'il vienne. Or quiconque 
mangera ce pain ou boira le calice du Seigneur 
indignement, sers^ coupable du corps et du sang 
du Seigneur. Que l'homme donc s'éprouye lui- 
même , et qu'après cela il mange de ce pain , 
et boive de ce calice. Celui qui mange et boit 
indignement, mange et boit sa propre condam- 
nation, ne faisant pas le discernement qu'il doit 
du corps du Seigneur. 

Graduel, Les yeux de 
toutes les créatures sont 
tournés vers vous, Sei- 
gneur, et vous leur don- 
nez leur nourriture au 
temps marqué, jr. Vous 
ouvrez votre main, et 
vous comblez de biens 
tout ce qui respire. 

Alléluia, alléluia. ,f. 
Ma chair est véritable- 
ment une nourriture, et 
mon sang est véritable- 
ment un breuvage : celui 
qui mange ma chair etqui 
boit mon sang, demeure 
en moi, et moi en lid. | manet, et ego in eo. 

PROSE. 



GradueL Oculi om- 
nium in te sperant. 
Domine, et tu das 11- 
lis escam in tempore 
opportune, f. Aperis 
tu manum tuam, et 
impies onme animal 
benedictione. 

Alléluia, alléluia. 
jr, Garo mea vere est 
cibus,et sanguis meus 
vere est potus : qui 
manducat meam car- 
nem, et bibit meum 
sanguinem, in me 



LOUEZ votre Sauveur, ô 
Sien, louez votre cheî 
et votre pasteur dans vos 
hymnes et dans vos can- 
tiques. 



LAUDA, Sion, Salva- 
torem, 
Lauda ducem et pa- 

storem 
In hymnis et canticis. 



LA FÉTB DU SAINT SACREVENT. 



411 



Quantum potes, 
tantum aude; 
Quia major omni 

laude , 
Nec laudare sufficis. 

Laudis thema spe- 
cialis , 
Panis vivus et vitalis 
Hodie proponitur; 
Qnem in sacras 
mensa cœme 
Turbae fratrum duo- 

denae 
Datum non ambigi- 
tur. 

Sit laus plena, sit 
sonora; 
Sit jucunda, sit dé- 
cora 
Mentis jubilatio. 
Diesenimsolemnis 
agitur, 
In qua mensae prima 

recolitur 
Hi\jus institutio. 
In hatf mensa novi 
Régis, 
Novum Pascha novae 

legis 
Phase vêtus terminât. 
Vetustatemnovitas, 



Publiez sa gloire au- 
tant que vous le pourrez; 
car il est au-dessus de 
toute louange, et jamais 
vous ne pourrez le louer 
assez. 

L'objet particulier de 
notre louange est aujour- 
d'hui le pain vivant et 
qui donne la vie; 

Ce pain qui, nous le 
savons, fut donné aux 
douze Apôtres dans la 
sainte cène. 



Que nos louanges re- 
tentissent avec éclat ; 
que nos cantiques et nos 
transports de joie soient 
doux et magnifiques. 

Car nous célébrons so- 
lennellement le jour où 
ce divin banquet fut in> 
stitué. 

A cette table du nou- 
veau Roi, la Pàque nou- 
velle de la nouvelle loi 
met fin à. la Pàque an- 
cienne. 

Ce nouveau rit abolit 



412 



LA PÉTB DU SAIRT SACMEIIBirr. 



l'ancien : Tombre s'éva- 
nouit devant la vérité, 
et la lumière fait dispa- 
raître la nuit. 

Ce que Jésus-Christ a 
fait à la Gène, il a or- 
donné de le faire en mé- 
moire de lui. 

Instruits par son saint 
exemple , nous consa- 
crons le pain et le vin, 
qui • deviennent Thostie 
du salut. 

C'est un dogme ensei- 
gné aux chrétiens, que 
le pain devient chair, 
que le vin devient sang. 



Ce que vous ne com- 
prenez pas, ce que vous 
ne voyez pas, une foi 
vive vous l'atteste, sans 
égard à l'ordre de la na- 
ture. 

Sous diverses espèces , 
signes sans réalité, sont 
cachés les plus précieux 
dons. 



Umbram fùgat Veri- 
tas, 
Noctem lux éliminât. 

Quod in cœna Chri- 

stus gessit, 
Faciendum hoc ex- 

pressit 
In sui memoriam. 
Docti sacris insti- 

tutis, 
Panem, vinum, in 

salutis 
Gonsecramus hosti- 

am. 
Dogma datur chri- 

stianis, 
Quod in camem trans- 
it panis. 
Et vinum in sangui- 

nem. 
Quod non capis, 

quod non vides, 
Animosa flrmat fi- 

des, 
Prœter rerum ordl- 

nem. 
Suh diversis specie- 

bus, 
Signis tantum, et 

non rébus. 
Latent res eximi». 



LA FÊTE DU SAUfT SACRBMBNT. 



418 



Garo cîbos, sauguis 

potus; 
Manet tamen Ghrî- 

stus totus 
Sub utraque specie. 
A sumente non con- 

cisiis, 
Non confractos, non 

divisas, 
Integer accipitur. 
Sumit unus, su- 

munt mille : 
Quantum isti^ tantum 

Ule; 
Nec sumptus consu- 

mitur. 
Sumunt boni, su- 

mnnt maU, 
Sorte tamen inaequali 
Vitœ vel interitus. 

Mors est malis, vita 
bonis : 

Vide paris sumptionis 

Quam sit dispar ex- 
itus. 

Fracto demum sa- 
crainento. 

Ne vacilles, sed mé- 
mento 

Tantum esse sub fra- 
gmento 



Sa chair est un ali- 
ment, et son sang un 
breuvage; et cependant 
Jésus-Qirist est tout en- 
tier sous chaque espèce. 

On le reçoit sans le 
diviser, sans le rompre, 
sans le briser ; on le re- 
çoit tout entier. 

Un seul le reçoit, mille 
le reçoivent : un seul re- 
çoit autant que mille : 
tous s'en nourrissent sans 
le consumer. 

Les bons et les mé- 
chants le reçoivent; mais 
que leur sort est diffé- 
rent! les uns y trouvent 
la vie, les autres la mort. 

Il est la mort pour les 
méchants, et la vie pour 
les bons : voyez comme 
la même nourriture pro- 
duit des effets différents ! 

Quand le signe est 
rompu, que votre foi ne 
vacille point, mais sou- 
venez-vous que Jésus- 
Chris est aussi entier sous 
une parcelle de lliostie 



414 LA PÉTE DD 8AWT SACBBMBICT. 



Qiie dans toute Thostie. 

La substance n'est nul- 
lement divisée : le signe 
seul est rompu, sans que 
rien de ce qui est repré- 
senté joit diminué dans 
son état ou dans sa gran- 
deur. 

Voici le Pain des An- 
ges, devenu la nourri- 
ture des honmies : c'est 
vraiment le pain des en- 
fants , qui ne doit point 
être jeté aux chiens. 

Il avait été représenté 
d'avance sous les figures 
de l'ancienne loi, dans 
rimmolationd'Isaac,dans 
le sacrifice de l'Agneau 
pascal, et dans la manne 
donnée à nos pères. 

Bon Pasteur, pain vé- 
ritable, Jésus, ayez pitié 
de nous; soyez notre nour- 
riture et notre soutien, 
faites-nous jouir des vé- 
ritables biens dans la 
terre des vivants. 

Vous dont la science et 
le pouvoir n'ont point de 



Quantum toto tegitur. 
Nulla rei fit scis- 
sura, 
Signi tantum fit fra- 
ctura 
Qua nec status nec 

statura 
Signati minuitur. 
Ecce Panis Angelo- 
rum, 
Factus cibus viato- 

rum, 
Vere panis filiorum. 
Non mittendus cani- 
bus. 

In figuris praesi- 
gnatur : 
Gimi Isaac immola- 

tur; 
Agnus Paschae depu- 

tatur; 
Datur manna patri- 
bus. 

Bone Pastor, panis 
vere, 
Jesu, nostri miserere; 
Tu nos pasce., nos 

tuere. 
Tu nos bona fac videra 
In terra viventium. 
Tu, qui cuncta sois 
et vales 



LA fAtb ou saut itàCAmurr. 



415 



Qui nos pascis hic 
mortales^ 

Tuos ibi commensa- 
les^ 

Cohaeredes et sodales 

Fac sanctorum ci- 
vium. 
Amen. Alléluia. 



bornes, et qui nous nour- 
rissez de votre propre 
chair, faites qu'après 
nous être assis à votre 
table sainte durant cette 
vie mortelle, nous parti- 
cipions un jour à Théri- 
tage et à la société des 
h23)itants de la sainte 
dté. Ainsi soit-il. Allel. 



ÉVANGILE. 

EN ce temps-là, Jésus dit aux Juifs assemblés 
autour de lui : Ma chair est véritablement 
une nourriture, et mon sang est véritablement 
un breuvage. Celui qui mange ma chair et qui 
boit mon sang, demeure en moi, et moi en lui. 
Ctomme le Père, qui est vivant, m'a envoyé, et 
comme je vis par le Père, de même celui qui 
me mange vivra aussi par moi. C'est ici le pain 
qui est descendu du ciel. Il n'en est pas de ce 
pain comme de la manne : vos pères ont mangé 
la manne, et ils sont morts; mais celui qui 
mange ce pain vivra éternellement. — Credo. 



Offertoire. Sacer- 
dotes Domini iucen- 
sum et panes offerunt 
Deo; et ideo sancti 
erunt Deo suo : et non 
polluent nomen ejus, 
alléluia. 



Offertoire, Les prêtres 
du Seigneur offrent à 
Dieu l'encens et les 
pains; c'est pourquoi ils 
se conserveront saints 
pour louer Dieu, et ils 
ne profaneront point son 
nom, alléluia. 



416 



LA FÉn DU SAUIT SAGUMBIIT. 



Secréfe. Daignez, nous vous en supplions, Sei- 
gneur, accorder à YOtre Église les dons de l'unité 
et de la paix, représentés d'une manière mystique 
par les présents que nous vous offrons. Par N.-S. 

Préfnee de la Naiwité, p. Itl. 



Commttnion.Toutes les 
fois que vous mangerez 
ce pain et que vous 
boirez ce calice, vous 
annoncerez la mort du 
Seigneur, jusqu'à ce 
qu'il vienne; or, qui- 
conque mangera ce pain, 
ou boira le calice du Sei- 
gneur indignement, sera 
coupable du corps et du 
sang du Seigneur, alle- 



Communion. Quo- 
tiescumque mandu- 
cabitis panem hune, 
et calicem bibetis, 
mortem Domini an- 
nuntiabitis, donec ve- 
niât : itaque quicum- 
que manducaverit pa* 
nem, vel biberit cali- 
cem Domini indigne, 
reus erit corporis et 
sangainis Domini, al- 
léluia. 



luia. 

Postcommunion. Faites, Seigneur, que nous 
soyons éternellement rassasiés par la jouissance 
de votre divinité, figurée par la réception tem- 
porelle de votre corps et de votre sang précieux. 
Vous qui, étant Dieu, vivez. 

A VfiPKES. 

Pêoume» Dixit Dominas , p, 13S; Confltebor, p. i%k; Cre- 
didi , p. S49. 

Ant, 1. Jésus -Christ 
Notre - Seigneur, j Prêtre 
éternel selon l'ordre de 
Melchisédech, a offert le 
pain et le vin. 



Ant, 1. Sacerdos in 
aetemum Christus Do- 
minussecundumordi- 
nemMelchisedech,pa- 
nem etvinumobtulit. 



LA FÉTS DU SAINT SACBSHENT. 



417 



2. Miserator Domi- 
aus escam dédit tî- 
mentibus se, in me- 
moriam suorum mi- 
rabilîum. 

3. Ga]iceBi salutarîs 
accipiam, et sacrifica- 
bo hostiam laudis. 

4. Sicut novellae oli- 
yarum, EcclesîsB fllii 
sint in cîrcuitu men- 
sœ Domîni. 



2. Le Seigneur, plein 
de bonté et de miséri- 
corde, a donné la nour- 
riture à. ceux qui le crai- 
gnent, en mémoire de 
ses merveilles. 

3. Je prendrai le calice 
du salut, et j'offrirai un 
sacrifice de louange. 

4. Que les enfants de 
l'Église soient rangés au- 
tour de la table du Sei- 
gneur comme de jeunes 
plants d'oliyiers. 



PSAUME 127. 



BEATi omnes qm li- 
ment Dominum,* 
qui ambulant in viis 
ejus. 

Labores manuum 
tuarum quia mandu- 
cabis : * beatus es, et 
bene tibi erit. 

Uxor tua sicut vitis 
abundans * in lateri- 
bus domus tuae. 

Filii tuî sicut no- 
vella olivarum, * in 
circuitu mensœ tuae. 



HECREux ceux qui crai- 
gnent le Seigneur, et 
qui marchent dans ses 
voies. 

Vous vivrez du fruit 
du travail de vos mains ; 
vous êtes heureux, et tout 
vous réussira. 

Votre femme sera 
dans l'intérieur de votre 
maison , comme une 
vigne fertile. 

Vos enfants seront , 
autour de votre table , 
comme de jeunes plants 
d'oliviers. 



N. sa 



27 



418 



LA FÉTB DU SAIRT flAClBMBin. 



Ainsi sera béni l'homme 
qui craint le Seigneur. 



Qae le Seigneur ré- 
pande de Sion ses béné- 
dictions sur vous , et qu'il 
vous fasse voir, tous les 
jours de votre vie, la 
prospérité de Jérusalem. 

Et puissiez -vous voir 
les enfants de yos en- 
fants, et la paix dans 
Israël ! 

5. Le Seigneur, qui 
donne la paix à son 
Église, nous nourrit du 
froment le plus pur. 

Ptaume Lauda Jérusalem , p. 164. 
HTHNB. 



Ecce sic benedioe- 
tur homo * qui timet 
Dominum. 

Benedicat tibi Do- 
minus ex Sion y * et 
videas bona Jérusa- 
lem omnibus diebus 
vitae tuae. 



Et videas filios filio- 
rum tuorum , ^ pacem 
super Israël. 

5. Qui pacem ponit 
fines Ecclesiae, fru- 
menti adipe satiat nos 
Dominus. 



CHANTE, ô ma langue, 
le mystère du corps 
glorieux de Jésus, et du 
sang précieux que ce Roi 
des nations, sorti d'un 
sein généreux, a versé 
pour le salut du monde. 



Donné à la terre, né 
pour nous d'une Vierge 
très -pure, après avoir 



PANGE, lingua, glo- 
riosi 
Ck)rporis mysterium, 
Sanguinisque pretio- 

si, 
Quem in mundi pre- 

tium, 
Fructus ventris gene- 

rosi, 
Rex effudit gentium. 
Nobis datus, nobis 
natus 
ExintactaVirgine, 



LA FÉTB DU SAITTr SACRBMENT. 



419 



Et in mundo conver- 

satus^ 
Sparso verbi semine, 
Sui moras incolatus 
Miro clausit ordine. 
In supremae nocte 

pœna? 
Recumhens cum fra- 

tribus, 
Observata lege plene 
Cibisin legalibus, 
Gibum turbae duode- 

nae 
Se dat suis manibns. 
Verbmn caro, pa- 

nem verum 
Verbo camem efficit : 
Fitque sanguis Ghristi 

menun; 
Et si sensus déficit, 
Ad fiimandum cor 

sincerum 
Sola fides sufficit. 
î Tantum ergo Sa- 

cramentmn 
Veneremur cemni , 
Et antiquum docn- 

mentmn 
Novo cedat ritui : 
Prœstet fides supple- 

mentnm 
Sensuom defectni. 



vécu avec les hommes et 
répandu la semence de sa 
parole ; il a terminé sa 
carrière par une merveille 
ineffable. 

Dans la nuit de la der- 
nière cène, assis à table 
avec ses disciples, après 
avoir observé tout ce qui 
était prescrit par la loi de 
la Pâque, il se donne 
lui-même à eux de ses 
propres mains pour leur 
servir de nourriture. 

Le Verbe fait chair 
change par sa parole un 
pain véritable en sa pro- 
pre chair, et le vin en 
son sang; et si les sens 
ne peuvent s'élever jus- 
qu'à un tel prodige, la 
foi suffit pom' affermir un 
cœur docile. 

î Adorons avec un pro- 
fond respect un Sacre- 
ment si digne de nos hom- 
mages; que l'ancien pré- 
cepte cède au nouveau, 
et que la foi supplée à la 
faiblesse de nos sens. 



420 



LA FÉTS DU SAINT SAGBBMBNT. 



Gloire, louange, sa- 
lut, hoaneor, actions de 
grâices au Père et au Fils 
unique; gloire égale à 
l'Esprit-Saint, qui pro- 
cède de l'un et de l'autre. 

Ainsi soit-il. 

f. Vous leur avez don- 
né un pain descendu du 
ciel, alléluia, i^. Un pain 
délicieux, alléluia. 



Genitori, Genitoque 
Laus et jubilatio, 
Salus, honor, virtus 

quoque 
Sit et benedictio ; 
Procedenti ab utroque 
Gompar sit laudatio. 

Amen. 

^. Panem de cœlo 
prsstitisti eis, allé- 
luia. 1^. Omne dele- 
ctamentum in se ha- 
bentem, alléluia. 

A Magnificat. 



Ant, festin sacré, où 
l'on reçoit Jésus -Christ 
lui-même, où la mémoire 
de sa Passion est renou- 
velée, où l'âme est rem- 
plie de grâces , et où le 
gage de la gloire future 
nous est donné, alléluia. 



il»^ G sacrum con- 
vivium, in quo Chri- 
stus sumitur, recoli- 
tur memoria Passio- 
nis ejus , mens imple- 
tnr gratia, et futura* 
gloriae nobis pignus 
datur, alléluia. 



A LA PROCESSION. 



ADORONS Jésus -Christ, 
le Roi et le domina- 
teur des nations, qui 
remplit ceux qui le re- 
çoivent de l'abondance 
de son Esprit, jr. Il nous 
a nourris du plus pur 
troment, et il nous a ras- 



CHRisTUM Regem 
adoremus, domi- 
nantem gentibus , qui 
se manducantibus dat 
Spiritus pinguedi- 
nem. f. Gibavit nos 
ex adipe frumenti, et 
de petra, melle satu- 



LA FÉn DU SAIMT SACBUBlfT. 



481 



ravit nos. Gloria Pa- 1 sasiés dn miel sorti de la 
tri. Ghristum Regem. | pierre. Gloire. Adorons. 

Hymne Pang Ihigaa , p. U8. 
AUTRE HTMNE. 



A u 1 n 

S A CRI S solemniis 
jiincta sint gau- 
dia, 
Et ex praecordiis so- 

nent praBconia : 
Recédant vetera, nova 

sint omnia^ 
Corda, voces, et opé- 
ra. 

Noctis recolitur cœ- 

na novissima 
Qua Ghristtts creditur 

agnum et azyma 
Dédisse fratril)us , 

juxta légitima 
Priscis indùta patri- 

bus. 
Post agnum typî- 

cum, expletîs epu- 

lis. 
Corpus dominicum 

datum discipuiis. 
Sic totum omnibus, 

quod totum sin- 

gulis, 
Ejus fatemnr mani- 

bus. 



riÉLÉBRONspar des chants 
v4 d'allégresse cette au- 
guste solennité ; que les 
chants s'élèvent du fond 
de nos cœurs; que les 
restes du vieil homme 
disparaissent : id tout 
doit être nouveau, le 
cœur, le langage et les 
œuvres. 

Cette fôte rappelle le 
souvenir de cette nuit et 
de ce dernier repas dans 
lequel le Sauveur fit la 
Pâique avec ses disciples, 
suivant la loi prescrite i 
leurs pères. 

Le repas fini, et après 
avoir mangé Tagneau 
figuratif, il donna de ses 
propres mains son corps 
à ses disciples, et, ainsi 
que nous le croyons , il 
se donna tout à tous, 
et tout entier à chacun 
d'eux. 



4tt 



LA nkTB ou SAIHT SACBUSNT. 



Il donne à ses discipLes 
encore faibles sa chair 
divine pour les fortifier; 
il présente à des amis 
affligés son sang poni 
breuvage, en leur disant: 
Prenez de mes mains 
ce calice, et buvez -en 
tous. 

C'est ainsi qu'il insti- 
tua ce sacrifice adorable: 
il voulut que les prêtres 
seuls en fussent les mi- 
nistres : à eux seuls il 
appartient de s*en nour- 
rir, et de le distribuer 
aux fidèles. 

Le pain des Anges de- 
vient le pain de l'hom- 
me; ce pain céleste met 
fin aux anciennes figu- 
res. prodige inouï ! 
le Maître suprême se 
fait Taliment de sa pau- 
vre et misérable créa- 
ture! 

Dieu unique en trois 
personnes, daignez visi- 
ter ceux qui vous ado- 
rent : conduisez-nous par 
vos voies à cette lumière 
que vous habitez , et vers 



Dédit firagilibus cor^ 
porisferculum; 

Dédit et tristibus san- 
guinis poculum, 

Dicens : Accipitequod 
tradovasculum; 

Omnesexeobibite. 



Sic sacrificium istud 

instituit, 
Gojus officium com- 

mitti voluit 
Solis presbyteris, qui- 

bus sic congniit 
Ut sumant, et dent 

caBteris. 
Panis Angelicus fit 

panishominum; 
Dat panis cœlicus fi- 

guris tenninum. 
res mirabilis ! man- 

ducat Dominum 
Pauper, servus, et hu- 

milis. 

Te , trina Deltas 
unaque, poscimus. 

Sic nos tu visita, siciit 
te colimus : 

Per tuas semitas duc 
nosquotendimus. 



LA FÉTB DU SAIMT SACRBIUlfT. 

Ad luoem qnam in- 
habitas. 
Amen. 



4i3 

laquelle tendent tous nos 
désirs. 
Ainsi soit-il. 



AUTRE HYMNE. 



VERBUM supernmn 
prodiens, 
Nec Patris linquens 

dexteram , 
Ad opus sumnexienS; 
Venit ad vitœ vespe- 
ram. 

In mortem a disci- 
pulo 
Suis tradendus aemu- 

lis, 
Prius in vitae ferculo 
Se tradidit discipulis. 

Qnibus sub bina 
specie 

Gamem dédit et san- 
gxdnemj 

Ut dnplicis substan- 
tif 

Totum cibaret bomi- 
nem. 

Se nascens dédit 
socium, 

Ck>nvescen8 in edu- 
lium, 



LE Verbe éternel, des- 
cendu jusqu'à nous 
sans quitter la droite de 
son Père, pour consom- 
mer son œuvre, marcha 
lui-même au terme de sa 
vie mortelle. 

Sur le point d'être livré 
à ses ennemis et à la 
mort par un de ses dis- 
ciples, il voulut aupara- 
vant se donner lui-même 
pour aliment à ces mêmes 
disciples. 

Sous deux espèces dif- 
férentes il leur donna 
sa chair et son sang, 
afin que l'homme, formé 
de deux substances, fût 
nourri tout entier. 



A la crèche il s'est fait 
notre frère, au festin pas- 
cal notre nourriture, sur 
la Croix notre rançoD ; au 



424 



LA FETE Mi SAllfT SACREMENT. 



ciel il est notre récom- 
pense. 

O Victime salutaire, 
qui nous ouvrez le del , 
Tennemi nous livre de 
rudes combats ; fortifiez- 
nous contre ses attaques, 
prêtez - nous votre se- 
cours. 

Gloire étemelle au Dieu 
unique en trois person- 
nes; qu'il daigne nous 
donner la vie étemelle 
dans la céleste patrie. 

Ainsi soit-il. 



Semorionsin pretiiun. 

Se regnans dat in 
praemium. 
Osalutaris Hostia, 

Quœ cœli pandis os- 
tium; 

fiella premunt hostl- 
lia; 

Da robur, fer auxi- 
lium. 

Uni trinoque Domi- 
no 

Sit sempiterna gloria, 

Qui vitam sine termi- 
no 

Nobls donet in patria. 
Amen. 



Bumne Adora te , p. 770. — Ave Temm , p. 771. 



REPONS. 



VERS le soir de la fête 
de Pâque, Israël im- 
molera un chevreau; * Il 
en mangera la chair avec 
des pains azymes, f, Jé- 
sus-Christ, notre Agneau 
pascal , a été immolé : 
célébrons donc cette fête 
avec les azymes de la sin- 
cérité et de la vérité. * Il 
en mangera. Gloire au 
^^Te. * Il en mangera. 



IMMOLARiT hsedum 
multitude filiorum 
Israël ad vespcram 
Paschae, * Et edent 
cames et azymos pa- 
nes, jf. Pascha no- 
strum immolatus est 
Ghristus : itaque epu- 
lemur in azymis sin- 
ceritatis et veritatis. 
* Et edent. Gloria Pa- 
tri. * Et edent. 



LA fAts ou saint sacrbmrnt. 



485 



(10MBDBTU carnes, et 
i saturabimini pa- 
ni bus : '* Iste est panîs 
qaem dédit vobls Do- 
minus ad vescendam. 
t. Non Moyses dédit 
vobis panem de cœlo : 
sod Pater meus dat 
vobis panem de cœio 
verum.*Iste est panis. 
Gloria Patri. "" Iste est 
panis. 

RBspExiT Elias ad 
caput suum subci- 
nericium panem; qui 
surgens comedit et 
bibit, ^ Et ambulavit 
in fortitudine cibi il- 
lius usque ad montem 
Dei. j^. Si quis man- 
ducaverit ex isto pa- 
ne, vivet in aeter- 
num. * Et ambulavit. 
Gloiia Patri. * Et. 

AccEPiT Jésus ca- 
licem , postquam 
cœnavit, dicens : Hic 
calix novum testa- 
mentum est in meo 
sanguine : * Hoc f acite 
in meam conmiemo- 
rationem. j^. Memoria 



Vous mangerez de la 
chair, et vous serez 
rassasiés de pain : * Ce 
pain est vraiment celui 
que le Seigneur vous 
donne à manger. ^, Moïse 
ne vous a point donné un 
pain du del ; mais mon 
Père vous donne le vrai 
pain céleste. ^ Ce pain 
est. Gloire au Père. * Ce 
pain est. 

ÉLiK aperçut auprès de 
lui un pain cuit sous 
la cendre; et, se levant, 
il mangea et but; * Et 
cette nourriture l'ayant 
fortifié, il marcha jusqu'à 
la montagne de Dieu. 
t. Quiconque mange de 
ce pain vivra éternelle- 
ment. * Et cette nourri- 
ture. Gloire au Père. ^ Et 
cette nourriture. 

JÉSUS prit le calice, après 
avoir soupe, et dit: 
Ce calice est la nouvelle 
alliance en mon sang; 
* Faites ceci en mémoire 
de moi. j^. Je m'en sou- 
viendrai toujours, et mon 
âme s'anéantira en elle- 



426 



LA fAtb du SAUTT SACRUlIirr. 



même au souvenir d'un 
si grand bien. * Faites. 
Gloire au Père. * Faites. 

QUICONQUE mange ma 
chair et boit mon 
sang , * Demeure en moi , 
et moi en lui. f. Aucune 
nation, quelque illustre 
qu'elle soit, n'a des dieux 
qui se soient conmiuni- 
qués à elle comme notre 
Dieu se communique à 
nous. * Demeure. Gloire 
au Père. * Demeure. 

UN homme fit un grand 
festin, et, à l'heure 
du festin, il envoya son 
serviteur dire aux con- 
viés de venir, * Parce que 
tout était prêt. ^. Venez, 
mangez le pain que je 
vous donne, et buvez le 
vin que je vous ai pré- 
paré. * Parce que. Gloire 
au Père. * Parce que. 



memorero, ettabescet 
in me anima mea. 

* Hoc. Gloria. * Hoc. 

QUI manducat meam 
camem, et bibit 
meum sanguinem , 

* In me manet, et ego 
in eo. j^. Non est na- 
tio tam grandis qusB 
habeat deos appropin- 
quantes sibi, sicut 
Deus noster adest no- 
t^s. * In me. Gloria 
Patri. * In me. 

HOMO quidam fecit 
cœnammagnam, 
et misit servum suum 
hora cœnae dicere in- 
vitatis ut venirent, 

* Quia parata sunt om- 
nia. ji^. Venite, com- 
edite panem meum, 
et bibite vinum quod 
miscui vobis. * Quia. 
Gloria Patri. * Quia. 



Cg<g3 



LB DIX. DANS l'oCT. DU SAINT SACUBHBIfT. 427 



LE DIMANCHE DANS L'OCTAVE DU S. SACREMENT, 

DinxrikMB APBàs LA PKimOÛlS. 

( Au Chœur on dit la Messe de la Fête du saint Satrement, 
avec Mémoire du Dimanche, et FÊvangUe de ce Dimanche à 
la fin; on fait la Procesnon du jour de la Fite.) 

A LA MSSSS. — nïTBOlT. 



FACTus est Dominiis 
protector meus, et 
eduxit me in latitudi- 
nem; salvmnmefecit, 
quoniam voluit me. 
Ps. Diligam te, Do- 
mine, virtns mea : 
Dominas finnamen- 
tum memn, et refu- 
gimn memn, et libe- 



LE Seignenr a été mon 
appui, il m'a mis au 
large, et il m*a délivré 
parce cpi'il m'aime. Ps, 
Je vous aimerai, Sei- 
gnenr, qui êtes ma force ; 
le Seigneur est mon ap- 
pui, mon refuge et mon 
libérateur, f. Gloire au 
Père, 
rator meus, f, Gloria. 

Collecte. Faites, Seigneur, que nous ayons 

toujours la crainte et l'amour de votre saint 

nom, puisque votre Providence n'abandonne 

jamais ceux à qui vous avez appris à vous aimer 

olidement. Par N.- S. J.- G. 

ApItie. 

lYps vous étonnez pas, mes fi*ères, si le monde 
il vous hait. Nous reconnaissons à notre amour 
pour nos frères que nous avons passé de la 
mort à la vie. Celui qui n'aime pas demeure 
dans la mort ; tout homme qui hait son frère 
est homicide , et vous savez que nul homicide 



42S LE DIH. DANS l'oCT. DU SAINT SACBJUUHT. 

n'a en loi-môme le principe de la vie étemelle. 
Ce qui nous a fait connaître Tamour de Dieu 
envers nous, c'est qu'il a donné sa vie pour 
nous; de même nous devons donner notre vie 
pour nos frères. Comment un homme qui pos- 
sède les Mens de ce monde, et qui , voyant son 
frère dans le besoin, lui ferme son cœur, aurait- 
il en lui Tamour de Dieu? Mes petits enfants, 
n'aimons pas de bouche ni en paroles, mais en 
œuvre et en vérité. 

Graduel. J'ai crié vers 
le Seigneur dans ma dé- 
tresse , et il m'a exaucé. 
j^. Seigneur, délivrez- 
moi des lèvres trompeu- 
ses et de la langue per- 
fide. 

Alléluia, alléluia. ^, 
Seigneur mon Dieu, j'ai 
espéré en vous; sauvez- 
moi de tous mes persé- 
cuteurs, et délivrez-moi. 
Alléluia. 



Graduel, Ad Domi- 
num, cum tribularer, 
clama vi, et exaudivit 
me. f. Domine, libe* 
ra animam meam a 
labiis iniquis, et a 
lingua dolosa. 

Alléluia, alléluia, j^. 
Domine Deus meus , 
in te speravi; salvum 
me fac ex omnibus 
persequentibus me^ 
et libéra me. Allé- 
luia. 



ÉVANGILE. 

IjiN ce temps-là, Jésus dit cette parabole aux 
-i pharisiens : Un homme prépara un grand 
festin, auquel il invita beaucoup de monde, 
et, à l'heure du repas, il envoya son servi- 
teur dire à ceux qui étaient invités de venir, 
T^«rce que tout était prêt. Mais tous, comme de 



LE Dm. DAKS L'OCT. DU SAINT SAGUKBNT. 429 

concert^ se mirent à s'excuser. Le premier dit : 
J'ai acheté une maison de campagne, il faut 
que j'aille la voir, je vous prie de m'excuser. Un 
second dit : J'ai acheté cinq paires de bœufs, et 
ie vais en faire l'essai , je vous prie de m'excu- 
ser. Un autre dit : Je viens de me marier, je ne 
puis y aller. Le serviteur, étant revenu, rapporta 
tout ceci à son mattre. Alors le père de famille, 
tout en colère, dit à son serviteur : Allez sur-le- 
champ dans les places et dans les rues de la 
ville, et amenez ici les pauvres, les infirmfes, 
les aveugles et les boiteux. Seigneur, dit le ser- 
viteur, j'ai fait ce que vous m'avez ordonné, et 
il y a encore de la place. Le maître lui cUt : 
Allez dans les chemins et le long des haies , et 
pressez les gens d'entrer, afin que ma maison se 
remplisse ; car je vous déclare que nul de ceux 
que j'avais invités ne sera de mon festin. 



Offertoire, Revenez à 
moi, Seigneur, et déli- 
vrez mon âme : sauvez- 
moi à cause de votre mi- 
séricorde. 



Offertoire. Domi- 
ne , convertere , et 
eripe animam meam : 
salvum me fac pro- 
pter misericordiam 
tuam. 

Secrète, Que cette offrande. Seigneur, pré- 
sentée en votre nom, nous purifie et nous fasse 
agir de manière à mériter chaque jour davantage 
le bonheur du ciel. Par N.-S. J.-C. 

Préface de la Nativité, p. ISl. 

Communion. Gan- Communion, Je chau- 
tabo Domino , qui bo- teral les louanges de Dieu ^ , 



480 LA FÊTE DU 8AGRÉ COBUR DE JÈgCê. 

mon bienfaitear, et je cé« na tribtdt mihi^ et 
lèbrerai le nom du Très- psallam nomini IXk 
Haut. i mini Altissimi. 

Postcommunion. Ayant reçu. Seigneur, ces 
dons sacrés , nous vous demandons que la fré- 
quentation de ce mystère augmente en nous l'ef- 
fet de notre salut. Par N.-S. J.-G. 

A VÊPRES. 
Psaume», Antienne» et Hymne du »aint Sacrement, p. 416. 



f. Il les a nourris du 
plus pur froment, allé- 
luia, â. Et il les a rassa- 
siés du miel sorti de la 
pierre, alléluia. 



j^. Cibavit illos ex 
adipe fnmienti, allé- 
luia. ^. Et de petra 
melle saturavit eos, 
alléluia. 



A Magnificat. 



Ant, Allez sur-le- 
champ dans les places et 
dans les rues de la ville, 
et amenez ici les pauvres, 
les infirmes, les aveugles, 
les boiteux, et pressez- 
les d'entrer, afin que ma 
maison se remplisse, al- 
léluia. 



^n^Exicitoinpla- 
teas etvicos dvitatis, 
et pauperes ac débiles, 
cœcos et claudos com- 
pelle intrare, ut im- 
pleatur domus mea, 
alléluia. 



LB VSNDBBDI APB^ L'OCTAVB DU SAINT SACRBMBNT. 

LA FÊTE DU SACRÉ COEUR DE JÉSUS. 
A LA MESSE. — introït. 

SA compassion sera égale 1 irisEREBrruR secun- 
à l^tendue de sa ten- M dum multitudi- 



LA FÉTB DU SACRÉ COEUR DE JÉSUS. 4SI 



nem miserationum 
snanim; non enim 
hmniliayit ex Corde 
suo, et abjecit fllios 
hominom : bonus est 
Itominus sperantibus 
in eum, animée quae- 
renti iUnm , alléluia , 
alléluia. Ps, Miseri- 
cordias Domini in âe- 
temum cantabo : in 
generationem et gene- 
rationem. f. Gloria. 



dresse; car son Cœur ne 
méprise pas et ne rejette 
pas les enfants des bom- 
mes : le Seigneur est bon 
pour ceux qui espèrent en 
lui, et qui le cherchent 
dans la sincérité de leur 
àme, alléluia, alléluia. 
Ps, Je chanterai éternel- 
lement les miséricordes 
du Seigneur, de généra- 
tion en génération, f. 
Gloire au Père. 

Collecte, Dieu tout-puissant, faites que, nous 
glorifiant dans le Cœur sacré de votre Fils bien- 
aimé, "et célébrant les principaux bienfaits de 
son amour pour nous, nous y trouvions et un 
sujet de joie et des fruits de salut. Par le même 
N.-S. J.-G. 

épItre. 

Pvous rendrai gloire, ô mon Dieu; vous avez 
été irrité contre moi, mais votre courroux 
s'est cahné, et vous m'avez consolé. Mon Dieu 
m'a sauvé, j'aurai confiance en lui, et je serai 
sans crainte. Le Seigneur est ma force et ma 
gloire, et c'est lui qui a été mon Sauveur. Peuple 
fidèle, vous puiserez avec joie aux fontaines du 
Sauveur, et vous direz en ce jour-là. Célébrez le 
Seigneur, et invoquez son nom ; souvenez- vous 
que son nom est grand. Chantez la gloire du 
Seigneur, parce qu'il s'est montré magnifique 



48S LA fAtB du SACBA COBDA Hm JÉ8U8. 

envers tous, annonoez sa grandeur k toute la 
terre. Soyez dans l'allégresse et louez Dieu, ha- 
bitants de Sion, parce que le Saint d'Israël est 
grand au milieu de vous. 



GradueL O vous tous 
qui passez par ce che- 
min , considérez et voyez 
s'il est une douleur sem- 
blable à la mienne, t* 
Jésus ayant aimé les 
siens qui étaient dans le 
monde, les aima jusqu'à 
la fin. 

Alléluia, alléluia, f. 
Apprenez de moi que je 
suis doux et humble de 
cœur, et vous trouverez 
le repos de vos âmes. 
Alléluia. 



GradueL O vos om- 
nes qui transitis per 
viam, attendite-, et 
videte si est dolor 
sicut dolor meus, f, 
Gum dilexîsset suos 
qui erant in mundo, 
in finem dilexit eos. 

Alléluia, aUeluia. 
f, Disdte a me quia 
mitis sum et humilis 
coide, et invenietis 
requiem animabus 
vestris. Alléluia. 



ÉVANGILE. 

EN ce temps -là, Gonmie c'était la veille du 
sabbat, et que ce sal)bat était fort solennel, 
afin que les corps ne demeurassent point sur la 
croix pendant ce jour, les Juifs demandèrent à 
Pilate qu'on leur rompit les jambes et qu'on les 
enlevât. Des soldats vinrent donc, qui rompirent 
les jambes au premier et à l'autre qu'on avait 
crucifiés avec Jésus. Puis, s'étant approchés de 
lui, et voyant qu'il était déjà mort, ils ne lui 
rompirent point les jambes ; mais l'un d'eux lui 
ouvrit le côté d'un coup de lance, et aussitôt il 



LA FÉTB lÀJ SACRÉ COBDl DE JÉ808. 433 

en sortit du saug et de Teau. Celui qui Ta vu en 
rend témoignage, et son témoignage est véri- 
table. — Credo. 



Offertoire. Benedic^ 
anima mea, Domino, 
et noli oblivisci om- 
nesretributiones ejus, 
qui replet in bonis 
desiderium tuum, al- 



Offertoire. mon 
âme, bénissez le Sei- 
gneur, et n'oubliez ja- 
mais ses bienfaits : c'est 
lui qui satisfait tous vos 
désirs, alléluia. 



leluia. 

Secrète, Protégez -nous. Seigneur, nous qui 
vous offrons ces holocaustes, et pour mieux 
préparer nos cœurs à les recevoir, embrasez-les 
des flammes de votre charité. Vous qui, étant 
Dieu, vivez. 

Préface de la Croix, p. 1S4. 



Communion, Im- 
properium expecta- 
vit cor meum, et mi- 
seriam : et sustinui 
qui simul contristare- 
tur, et non fuit: et 
qui consolaretur, et 
non Inveni, alléluia. 



Communion, Mon coeur 
n'attend plus que des 
outrages et des douleurs. 
J'ai désiré , mais en 
vain, quelqu'un qui com- 
patit à mes maux; j'ai 
cherché un consolateur, 
et je n'en ai point trouvé. 



alléluia. 

Postcommunion. Nourris des délices de la 
paix et du sacrement du salut, nous vous sup- 
plions. Seigneur notre Dieu, qui êtes doux et 
humble de cœur, de nous purifier de tous les 
vices, et de nous pénétrer d'horreur pour les 
vanités et l'orgueil de ce monde. Vous qui, 
étant Dieu, vivez et régnez. 



V. sa 



3S 



434 LA P*TB DU SAGftA COBDR DB IÉ8U8. 



A TfiPRBB. 

Pioumes de la Fête du »aint Sacrement, p. 416. 
HTKNE. 



H EUS EUX créateur du 
monde y ô Jésus ^ ré- 
dempteur de tous les 
hommes^ lumière éma- 
nant de la lumière du 
Père, et vrai Dieu du 
vrai Dieu, 

C'est votre amour qui 
vous a fait prendre un 
corps mortel, pour, nou- 
vel Adam, nous i-endre 
ce que le premier nous 
avait ôté. 

Cet amour, architecte 
de la terre, de la mer et 
des astres, eut compas- 
sion des fautes de nos 
premiers parents, et fit 
cesser notre esclavage. 



Que cet amour immen- 
se brûle toujours votre 
Gœur> et que le genre 
humain puise dans cette 
source divine la grâce de 
la justification. 



ADCToa béate sâecuii; 
Ghriste, redem- 

ptor omnium'. 
Lumen Patris de lu- 
mine, 
Deusque verus de 

Deo, 

Amor coegtt te tuus 
Mortale co4>us su- 

mere. 
Ut, novus Adam, red- 

deres 
Quod vêtus iUe abs- 

tulerat. 
Ille amor, almus 

artifex 
Terr», marisque, et 

siderum, 
Errata patrum mise- 

raus. 
Et nostra rumpens 

vincula. 
Non Ck)rde discedat 

tuo 
Vis iUaamorisinclyti: 
Hoc fonte gentes hau- 

riant 
Remissionis gratiam. 



LA FÉTB DU SACRÉ COBDI DK JÉSUS. 485 



PercQSSnm ad hoc 
est lancea^ 
Passiunque ad hoc est 

vulnera. 
Ut nos lavaret sordi- 

bus, 
Unda flaente et san- 
guine. 
Decus Parentî, et 
FiKo, 
Sanctoqne sit Spirituî, 
Quibus potestas, glo- 

ria 
Regnmnqne m omne 
est saecttlum. 
Amen. 

^, Haniietis aqoas 
in gandio. % De fon- 
tibus Salvatoris. 



Vous n'avez été percé 
d'une lance, vous n'avez 
souffert cette blessure que 
pour nous purifier par 
l'eau et par le sang qui 
en ont jailli. 



Gloire an Père, et au 
Fils, et au Saint-Esprit, 
dont la puissance, la 
grandeur et le règne ne 
finiront jamais. 

Ainsi sdt-il. 



f. Vous puiserez avec 
joie. tf). Dans les fontaines 
du Sauveur. 



A Magnificat. 



Ànt. Ad Jesum au- 
tem cum venissent, 
ut viderunt eum mor- 
tuum, non fregerunt 
ejus crura : sed unus 
militum lancea latus 
ejus aperuit, et conti- 
nuo exivit sanguis et 
aqna. 



Ant, S'étant approchés 
de Jésus, et voyant 
qu'il écait mort, les sol- 
dats ne lui rompirent 
point les jambes; mais 
l'un d'eux lui ouvrit le 
côté d'un coup de lance , 
et aussitôt il en sortit du 
sang et de l'eau. 



c^^ 



486 LK III* DIMANGBK APEÉ8 LA PKIfTICÔTB. 



LE m- DIMANCHE APRÈS LA PENTECOTE. 

( Au Chœur on dit la Messe et on fait la Procession comme 
le jour de la Fête du saint Sacrement, p. 408.) 

A. LA MESSE. — intboït. 
BGARDEZ-MOI, Sei- 



R' 
gaeur, et ayez pitié 

de moi; car je suis seul 
et pauvre ; voyez mon hu- 
miliation et ma peine, et 
pardonnez-moi tous mes 
péchés. Ps. J'ai élevé mon 
âme vers vous, Seigneur ; 
j'espère en vous, ô mon 
Dieu; je ne serai pas 
confondu. ^. Gloire au 
Père. 



RBspicE in me, et 
miserere mei. Do- 
mine : quoniam uni- 
cus et pauper sum 
ego : vide humilita- 
tem meam, et labo- 
rem meum, et di- 
mitte omnia peccata 
mea, Deus meus. Ps, 
Ad te. Domine, le- 
vavi animam meam : 
Deus meus, in te cou- 
Mo, non erubescam. 
f. Gloria Patri. 
Collecte. Dieu, le protecteur de ceux qui 
espèrent en vous, sans lequel il n'y a dans 
l'homme ni force, ni sainteté, multipliez sur 
nous les effets de votre miséricorde, afin que, 
vous ayant pour pasteur et pour guide, nous 
traversions les biens temporels de manière à ne 
pas perdre les biens étemels. Par N.-S. J.-G. 

ÉPITRE. 

MES bien -aimés, Humiliez-vous sons la main 
puissante de Dieu, afin qu'il vous élève au 
temps de sa visite, et jetez dans son sein toutes 
▼os inquiétudes, parce qu'il prend lui-même 



LE m« DUIANCIIE AfBÈS LA PKNTBCÔTX. 487 

soin de vous. Soyez sobres et veillez; car Je dé- 
mon, votre ennemi, tourne autour de vous 
comme un lion rugissant, cherchant qui il 
pourra dévorer. Résistez-lui donc en demeurant 
fermes dans la foi, sachant que vos frères qui 
sont répandus dans le monde souftrent les mêmes 
afflictions que vous. Mais quand vous aurez souf- 
fert un peu de temps , le Dieu de toute grâce, 
qui nous a appelés en Jésus -Cairist à son éter- 
nelle gloire, vous perfectionnera, vous fortifiera 
et voits affermira. A lui la gloh-e et Tempire dans 
les siècles des siècles. Ainsi soit-il. 

Graduel, Jacta co- 
gitatum tuum in Do- 
mino, et ipse te enu- 
triet. f, Dum clama- 
rem ad Dominum, 
exaudivit vocem me- 
am ab his qui appro- 
pinquant mihi. 

Alléluia, alléluia. 
f. Deus judex justus, 
fortis, et patiens : 
numquid irascitur 
per singulos dies? 
Alléluia. 



Graduel, Jetez toutes 
vos inquiétudes dans le 
sein du Seigneur, et il 
vous nourrira, f. Quand 
j'ai crié vers le Seigneur, 
il a entendu ma voix, et 
il m'a délivré de ceux 
qui voulaient me nuire. 

Alléluia, alléluia. ^, 
Dieu est un juge équi- 
table, également fort et 
patient; il ne fait pas 
tous les jours éclater sa 
colère. Alléluia. 



ÉVANGILE. 

EN ce temps-là. Gomme des publicains et des 
pécheurs s'approchaient de Jésus pour l'é- 
couter, les pharisiens et les docteurs de la loi. 
en murmuraient. Cet homme, disaient -ils, 



438 LX m* DIMANCHB APmÈS LA PUITBCâTB. 

reçoit les péchenrs et maage avec eux. Alors il 
leur proposa cette parabole : Qui d'entre vous, 
s'il a cent htMs et s'il en perd une, ne laisse 
pas les quatre - vingt > dix - neuf autres dans le 
désert pour courir après celle qui est perdue, 
jusqu'à ce qu'il la retrouve? Et lorsqu'il l'a 
retrouvée, il la met, plein de joie, sur ses 
épaules; et, de retour chez lui, il réunit ses 
amis et ses voisins, et leur dit : Réjouissez- 
vous avec moi, parce que j'ai retrouvé ma bre- 
bis qui était perdue. C'est ainsi, je vous le dé- 
clare,qu'il y aura plus de joie dans le del pour 
un seul pécheur qui fait pénitence, que pour 
quatre-vingt-dix-neuf justes qui n'ont pas be- 
soin de pénitence. Il leur dit encore : Quelle est 
la fenune qui, ayant dix drachmes et en perdant 
une, n'allume sa lampe, ne balaie sa maison, 
et ne cherche avec soin jusqu'à ce qu'elle la 
retrouve? Et, après l'avoir retrouvée, elle réu- 
nit ses amies et ses voisines, et leur dit : Ré- 
jouissez-vous avec moi, parce que j'ai retrouvé 
la drachme que j'avais perdue. Ainsi, je vous 
le déclare, il y aura une grande joie parmi les 
Anges de Dieu pour un seul pécheur qui fait 
pénitence. 



Offertoire, Que tous 
ceux qui connaissent vo- 
tre nom, Seigneur, espè- 
rent toujours en vous, 
parce que vous n'aban- 
donnez pas ceux qui vous 
cherchent. Chantez des 



Offertoire, Sperent 
inte omnes qui nove- 
runt nomen tuum. 
Domine ; quoniam 
non derelinquis qua- 
rentes te. Psallite 
I DomiAO, qui habitat 



LB 111« OmANCHE APBÈS LA PBHTEC6tE. 439 



in Sion, qaoniam non 
est oblitus orationem 
panperum. 



cantiques au Seigneur 
qui habite dans Sion, car 
il n'a pas oublié la plainte 
de Topprimé. 
Secrète. Regardez favorablement, Seigneur, 
les dons que l'Église vous oflre avec ses suppli- 
cations, et faites la grâce à vos fidèles de les 
recevoir toujours avec une telle pureté de cœur, 
qu'ils y trouvent le salut étemel. Par N.-S. J.-G. 



Commumon, Dico 
vobis, gaudium est 
AngeUs Dei super 
uno peccatore pœni- 
tentiam agente. 



Communion. Je vous 
le déclare, il y a une 
grande joie parmi les 
Anges de Dieu pour ur 
seul pécheur qui fait 
pénitence. 

Postcommunion, Que vos saints mystères que 
nous avons reçus, Seigneur, nous donnent une 
nouvelle vie,* et, nous ayant iraiflés, qu'ils 
nous disposent à jouir de votre étemelle misé- 
ricorde. Par N.-S. J.-G. 

A Magnificat. 



Ànt.QujsB mulier ha- 
bensdrachmas decem, 
et si perdiderit dra- 
chmam unam, nonne 
accendit lucemam, 
et everrit domum, 
et qusBrit diligenter, 
donec inveniatî 



Ant. Quelle est la 
temme qui, ayant dix 
drachmes et en perdaot 
une, n'allume sa lampe, 
ne balaie sa maison, et 
ne cherche avec soin 
jusqu'à ce qu'elle la re- 
trouve? 



440 LB 1V« DOUHCBE APIÉS LA MDITBC^yrB. 



LE IV DIMANCHE APRÈS LA PENTECOTE. 
A LA MB8SB. — iMTBOlï. 



LE Seigneur est ma lu- 
mière et mon salut; 
qui craindrai-je? Le Sei- 
gneur est le protecteur 
de ma vie; qui pourrait 
me faire trembler? J'ai 
vu mes ii^ustes persécu- 
teurs perdre leurs forces 
et toml)er. Ps. Quand 
une armée d'ennemis se- 
rait rangée devant moij 
mon cœur ne serait point 



D 



oMiiTUs illumina- 
tio mea, et salus 
mea; quem timebo? 
Dominus defensor vi- 
t» mes; a quo tre- 
pidabo? Qui tribu- 
lant me inimici mei , 
ipsi inflrmati sunt, 
et cedderunt. Ps. Si 
consistant adversuia 
me castra, non time- 
bit cor meum. f. Glo- 
ria Patri. 



effrayé, j^. Gloire au Père. 

Collecte, ^ious vous supplions. Seigneur, de 
régler par Tordre de votre Providence le cours 
des choses humaines de telle sorte, que nous 
soyons en paix, et que votre Église jouisse pai- 
siblement des délices de la piété. Par N.-S. J.-G. 

ÉPITRE. 

MBS frères. Je suis persuadé que les souilrances 
de la vie présente n'ont aucune proportion 
avec cette gloire qui doit un jour éclater en 
nous. Aussi les créatures attendent -elles avec 
une sainte impatience la manifestation des en- 
fants de Dieu; car elles sont assujetties à la va- 
nité, non pas volontairement, mais à cause de 
celui qid les y a assujetties, dans l'espérance 



LE IV« DIMAHCHE APBAs LA P1«TEC6tB. 441 

d'être elles-mêmes affranchies de cet asservisse- 
ment à la corruption, pour participer à la liberté 
et à la gloire des enfants de Dieu. Car nous 
savons que, jusqu'à cette heure, toutes les créa- 
tures gémissent et sont comme dans les douleurs 
de l'enfantement. Et non-seulement elles, mais 
anssi nous-mêmes, qui possédons les prémices de 
l'Esprit, nous gémissons au dedans de nous dans 
l'attente de l'adoption des enfants de Dieu, qui 
sera la délivrance de nos corps en Jésus-Christ 
Notre-Seigneur. 



Graduel, Propitius 
esto. Domine, pecca- 
tis nostris : nequan- 
do dicant gentes : 
Uhi est Deus eorum? 
y, Adjuva nos, Deus 
salutaris noster : et 
propter honorem no- 
minis tui, Domine, 
libéra nos. 

Alléluia, alléluia. 
j^. Deus, qui sedes su- 
per thronum, et judi- 
cas aequitatem, esto 
refugium pauperum 
in tribulatione. Allel. 



Graduel, Pardonnez- 
nous nos péchés. Sei- 
gneur, afin qu'on ne 
dise pas parmi les na- 
tions : Où donc est leur 
Dieu? ^. Secourez-nous, 
ô Dieu notre sauveur : 
délivrez-nous. Seigneur, 
pour la gloire de votre 
nom. 

Alléluia, alléluia. )r. 
Dieu, qui êtes assis sur 
votre trône et qui jugez 
les justices mêmes, soyez 
l'asile des pauvres dans 
leur affliction. AUeluia. 



ÉVANGILE. 

EN ce temps-là, Jésus, étant sur le bord du lac 
de Génésareth, se trouva accablé par une 
foule de peuple qui venait à lui pour entendre la 



44S LB IV* DlMANCilB APRÈS LA PlWTBG^yTB. 

parole de Dieu. Il aperçut deux barques arrêtées 
au bord du lac^ et d'où les pécheurs étaient 
descendus pour laver leurs filets; il monta donc 
dans l'une de ces barques, qui appartenait à 
Simon, et le pria de s'éloigner un peu du rivage ; 
puis, s'étant assis, il instruisit le peuple de des- 
sus la barque. Dès qu'il eut cessé de parler, il 
dit à Simon : Avancez au large, et jetez vos fi- 
lets pour pécher. Simon lui répondit : Maître, 
nous avons travaillé toute la nuit sans rien 
prendre ; néanmoins, sur votre parole , je jette- 
rai les Éets. Les ayant donc jetés, ils prirent 
une si grande quantité de poissons, que leurs 
filets se rompaient. Alors ils firent signe à leurs 
compagnons, qui étaient dans l'autre barque, 
de venir les aider. Ils y vinrent, et remplirent 
tellement les deux barques, qu'elles étaient près 
de couler à fond. A cette vue Simon-Pierre se 
jeta aux pieds de Jésus, et lui dit : Éloignez- vous 
de moi. Seigneur, parce que je suis un pécheur. 
Car la pèche qu'ils venaient de faire l'avait saisi 
d'étonnement et d'efi'roi, lui et tous ceux qui 
étaient avec lui, aussi bien que Jacques et Jean, 
fils de Zébédée, compagnons de Simon. Mais 
Jésus dit à Simon : Ne craignez point; désormais 
vous serez pécheurs d'hommes. Et ayant ramené 
leurs barques au rivage, ils quittèrent tout, et 
le suivirent. 



Offertoire, Éclairez 
mes yeux, de peur que 
je ne m'endorme dans la 
mort, de peur que moD 



O^er^oire.Illomina 
oculos meos, neum- 
quam obdormiam in 
morte, nequando di- 



ennemi ne dise nn jour. : 
Je l'ai emporté sur lui. 



LB y DUUHCBE APRÈS LA PUTSCHS. 448 

cat inimicus mens : 
PrsBvalni adversus 
eum. 

Secrète. Laissez- vous fléchir, Seigneur, par 
les oblatîons que nous vous offrons, et que votre 
miséricorde attire à vous nos volontés, malgré 
leur résistance. Par N.-S. J.-G. 



Communion, Do- 
minus ûrmamentum 
meum, et refugium 
meum, et liberator 
meus, Deus meus. 



Communion, Le Sei- 
gneur est mon appui, 
mon refuge et mon libé- 
rateur; mon Dieu est 
mon soutien. 



adjutor meus. 

Postcommumon, Puissent les mystères que 
nous avons reçus , Seigneur, nous purifier, et 
leur don nous défendre. Par N.-S. J.-G. 

A Magnificat. 



Ant, Praeceptor, per 
totam noctem labo- 
rantes , nihil cepi- 
mus : in verbo autem 
tuo laxabo rete. 



Ant, Maître, nous 
avons travaillé toute la 
nuit sans rien prendre; 
néanmoins, sur votre 
parole, je jetterai les 
filets. 



Ë 



LE V DIMANCHE APRES LA PENTECOTE. 
A LA MESSE. — iNTBo£r. 

xAUDi, Domine, 



vocem meam qua 
clamavi ad te : adjutor 
meus este, ne derelin- 
quasme, nequedespi- 



S^EiGNEUR , entendez ma 
voix et mes cris : soyez 
mon aide, ne me délais- 
sez pas et ne me rc/tez 
pas, 6 Dieu mon sau- 



444 LB y, DUUHCilS AHUks LA POnOteS. 

veor! Ps. Le Seignenr das nœ, Deos sainta- 
est ma lainière et mon ris mens J^f.Domiiuis 
saint; qui craindrai-je? illnminatiomeaetsa- 
f. Gloire an Pèie. 1ns mea; qnam time- 

bo? y. Gloria Patri. 

Collecte. Dien, qni préparez des biens invi- 
sibles à cenx qui vons aiment, répandez votre 
amour dans nos cœurs, afin que, vous aimant 
en tout et plus que tout, nous obtenions les biens 
promis, qui surpassent toutes nos espérances. Par 
N.-S. J.-C. 

ÉPITRE. 

MBS bien-aimés. Qu'il règne entre vous tous 
une parfaite union, une bonté compatis- 
sante, une amitié de fï%res, une cbarité indul- 
gente, accompagnée de modestie et d'bumilité. 
Ne rendez point le mal pour le mal, ni outrage 
pour outrage; mais, au contraire, bénissez ceux 
qui vous maudissent, sachant que vous êtes 
appelés à ce degré de perfection, afin de de- 
venir héritiers de la bénédiction; car si quel- 
qu'un aime la vie et désire des jours heureux, 
qu'il interdise à sa langue toute médisance , et 
à ses lèvres toute parole trompeuse; qu'il se 
détourne du mal, et fasse le bien; qu'il re- 
cherche la paix et la poursuive; car le Sei- 
gneur se plaît à considérer les justes, et ses 
oreiUes sont attentives à leurs prières ; mais il 
regarde dans sa colère ceux qui font mal. Et 
qui pourrait vous nuire si vous ne songez qu'à 
faire le bien ? Si néanmoins vous souifrez pour la 



LI y DIMANCBB AP1È8 LA PEUTECÔTI. 445 

justice^ vous serez heureux. Ne craignez donc 
point les maux dont on veut tous effrayer^ et 
n'en soyez point troublés; mais rendez gloire 
dans vos cœurs à la sainteté de Notre-Seigneur 
Jésus -Christ. 

Graduel, Protector 
noster, aspice, Deus, 
et respice super ser- 
vos tuos. y. Domine 
Deus virtutum, exau- 
di preces servorum 
tuorum. 

Alléluia, alléluia. 
^, Domine, in vir- 
tute tua laetabitur 
rex : et super salutare 
tuum exsultabit ve- 
hementer. Alléluia. 



Graduel. Dieu notre 
protecteur, jetez les yeux 
sur nous, et regardez vos 
serviteurs, f. Seigneur 
Dieu des armées, exau 
cez les prières de vos 
serviteurs. 

Alléluia, alléluia, t. 
Seigneur, le roi mettra 
sa confiance dans votre 
force, et se réjouira dans 
le salut que vous lui 
donnerez. Alléluia. 



EVANGILE. 

EN ce temps -là, Jésus dit à ses disciples : Je 
vous déclare que si votre justice n'est pas 
plus parfaite que celle des docteurs de la loi et 
des pharisiens, vous n'entrerez point dans le 
royaume du ciel. Vous savez qu'il a été dit à 
vos pères : Vous ne tuerez point; et quiconque 
tuera sera condamné par le tribunal du juge- 
ment; et moi je vous cUs : Celui-là même qui se 
mettra en colère contre son frère sera condamné 
par le tribunal du jugement. Quiconque dira à 
son frère, Raca, sera condamné par le tribunal 
du conseil; quiconque lui dira : Vous êtes un 



i46 Ut y DIMANCHE APHAS LA PIHTBCdtB. 

fou, sera condamné au feu de l'enfer. Si donc^ 
étant sur le point d'oi&ir votre don à l'autel^ 
vous vous souvenez que votre frère a quelque 
chose contre vous, laissez là votre oflrande de- 
vant Tautel, et allez vous réconcilier auparavant 
avec votre frère; vous reviendrez ensuite pré- 
senter votre offrande. 

Offertoire, Je bénirai 
le Seigneur, qui éclaire 
mon intelligence : le Sei- 
gneur est tonjours pré- 
sent à mes yeux : il est 
à ma droite, afin que je 
ne sois pas ébranlé. 



Offertoire» Benedi- 
cam Dominum, qui 
tribuit mihi intelle- 
ctum : providebam 
Deum in conspectu 
meo semper : quo- 
niam a dextris est 
mihi, ne commovear. 
Secrète, Laissez-vous fléchir. Seigneur, par 
nos très-humbles prières, et recevez avec bonté 
ces oblations de vos serviteurs et de vos ser- 
vantes, afin que ce que chacun a offert pour la 
gloire de votre saint nom serve à tous pour leur 
salut. Par N.-S. J.-G. 

Communion, Je n'ai de- 
mandé qu'une chose au 
Seigneur, et je la lui de- 
manderai toujours : c'est 
d'habiter dans sa maison 
tous les jours de ma vie. 

Postcommunion, Seigneur, qui nous avez 
nourris de votre don céleste, faites, s'il vous 
plMt, que nous soyons purifiés de nos fautes 
cachées, et délivrés des embûches de nos enne- 
mis. Par N.-S. J.-G. 



Communion, Unam 
petii a Domino, hanc 
requh'am : ut inhabi- 
tem in domo Domini 
omnibus diebus vitae 
meae. 



LE yi« DIHAlfCBB APBÉS LA PBKTKCÔTB. hkl 

A Magnificat. 



Ant, Si oiTers mn- 
nns tunm ad altare, 
et recordatus faeris 
qnia frater tuas habet 
aliquid adversum te, 
relinque ibi munus 
tunm ante altare, et 
vade prius reconci- 
liari &atri tuo; et 
tnnc veuiens, offeres 
munus tunm, allé- 
luia. 



Ant, Si, étant sur le 
point d'offrir votre don 
à l'autel, vous vous sou- 
venez que votre frère a 
quelque chose contre 
veus, laissez là votre 
offrande devant l'autel, 
et allez vous réconcilier 
auparavant avec votre 
frère; vous reviendrez 
ensuite présenter votre 
offrande, alléluia. 



LE VI- DIMANCHE APRÈS LA PENTECOTE. 
A LA MESSE.— intboXT. 



Do M IN us fortitudo 
plebis suae, et 
protector salutarium 
Christ! sui est. Sal- 
vum fac populuzn tu- 
um. Domine, e. be- 
nedic hagreditati tuae, 
et rege eos usque in 
saeculum. Ps, Ad te. 
Domine, clamabo; 
Deus meus, ne sileas 
a me; nequando ta- 
ceas a me, et assimi- 
labor desoendentibus 



LE Seigneur est la force 
de son peuple, il est 
le protecteur et le Sau- 
veur de son Christ. Sei- 
gneur, sauvez votre 
peuple, et bénissez votre 
héritage; conduisez vos 
enfants jusqu'à la gloire 
de l'éternité. Ps, Sei- 
gneur, je crie vers vous; 
ne demeurez pas dans 
le silence, 6 mon Dieu, 
de peur que je ne de- 
vienne semblable à ceux 



446 LK yi« DIHAirCHB AFlAS LA PEllTBG(yTB. 

qui descendent dans l'a- 1 in lacnm. j^. Gloria 
bîme. f. Gloire au Père. | Patri. 

Collecte. Dieu des Yertus, Tunique auteur de 
tout bien, imprimez dans nos cœurs Tamour 
de votre nom, et augmentez en nous l'esprit de 
religion, afin de faire fructifier le bien que nous 
ayons reçu de vous et de le conserver, en nous 
inspirant un goût persévérant pour la piété. Par. 

ÉPITRE. 

MES firères. Ne savez- vous pas que nous tous, 
qui avons été baptisés en Jésus-Christ, nous 
avons été baptisés en sa mort? En effet, nous 
avons été ensevelis avec lui par le baptême pour 
mourir avec lui, afin que, comme Jésus-CSuist 
est ressuscité d'entre les morts pour la gloire de 
son Père, nous marchions aussi dans une vie 
nouvelle. Car si nous lui sommes semblables 
dans sa mort, nous lui serons aussi semblables 
dans sa résurrection. Nous savons, en effet, que 
l'homme charnel et corrompu a été crucifié avec 
lui, afin que le péché soit détruit, et que désor- 
mais nous n'en soyons plus les esclaves. Car 
celui qui est mort est affranchi du péché. Que 
si nous sommes morts avec Jésus -GÂirist, nous 
croyons que nous vivrons aussi avec Jésus- 
Christ, parce que nous savons que Jésus-Christ, 
étant ressuscité d'entre les morts, ne meurt plus, 
et que la mort n'a plus d'empire sur lui. Car il 
lui a suffi de mourir une fois pour détruire le 
péché : maintenant il vit, il vivra toujours 
pour Dieu. Considérez-vous de même comme 



LB VI« DIHAirCHE APRÂ8 LA PENTECÀTS. 449 

morts an péché, et comme ne vivant plus que 
pour Dieu, en Jésus-Christ Notre-Seigneur. 



Graduel, Cîonverte- 
re. Domine, aliquan- 
tulum, et deprecare 
super servos tuos. f. 
Domine , refugium 
factus es nobis a ge- 
neratione etprogenie. 

AUeluia, alieluia. 
jjr. lu te, Domine, 
speravi, non confim- 
dar in aeternum; in 
iustitia tua libéra me, 
et eripe me : inclina 
ad me aurem tuam; 
accéléra ut eripias me . 
Alléluia. 



Graduel, Revenez à 
nous, Seigneur, et lais- 
sez-vous fléchir par les 
prières de vos serviteurs. 
f. Seigneur, vous avez 
été notre refuge de gé- 
nération en génération. 

AUeluia, alieluia. ^. 
J'ai espéré en vous, Sei- 
gneur, je ne serai jamais 
confondu; délivrez -moi 
dans votre justice, et 
sauvez -moi: prêtez l'o- 
reille à ma voix ; hàtez- 
vous de me délivi'cr. Al- 
ieluia. 



ÉVANGILE. 

EX ce temps-là, Comme Jésus était suivi d'une 
grande foule de peuple qui n'avait pas de 
quoi manger, il appela ses disciples, et leur 
dit : J'ai pitié de ce peuple , car voilà déjà trois 
jours qu'ils sont avec moi , et ils n'ont rien à 
manger : si je les renvoie à jeun chez eux, ils 
tomberont en défaillance en chemin, car plu- 
sieurs sont venus de loin. Ses disciples lui 
répondirent: Gomment pourrait -on, dans ce 
désert, trouver assez de pains pour donner à 
manger à tant de monde? 11 leur demanda: 
Combien avez- vous de pains? Sept, lui dirent- 



w. M 



«9 



450 LE \1« ÛHUNCUli Al>Bfi8 LA P£.NTJU:6t£. 

Us. Alors il ordonna au peuple de s'asseoir à 
terre; puis il prit les sept pains, rendit grâces 
à Dieu, les rompit, les donna à ses disciples 
pour les distribuer, et ils les distribuèrent au 
l)euple. Ils avaient encore quelques petits pois- 
sons : il les bénit et les fit aussi distribuer. Tous 
ceux qui étaient là mangèrent, et furent rassa- 
siés , et on remporta sept corbeilles pleines des 
morceaux qui étaient restés : or ils étaient au 
nombre d'environ quatre mille; et Jésus les 
lenvoya. 

Offertoire. Afleiiuissez 
mes pas dans vos sen- 
tiers, afin que je ne m'en 
écaile jamais. Prêtez-moi 
une oreille favorable, et 
exaucez ma prière; faites 
éclater vos miséricordes, 
Seigneur, qui sauvez 
(^eux qui esf^èreut en 
vous. 

Secrète. Seigueui', laissez-vous flécbir par nos 
Irès-himibles prières, et recevez favorablement 
ces oblations de votre peuple ; et, afin que nous 
ne fassions pas eu vain des vœux, que nous ne 
vous adressions pas inutilement nos prières, 
faites que nous obtenions ce que nous vous de- 
mandons avec une nve foi. Par N.-S. J.-G. 



Offertoire. Perlice 
gressus meos in se- 
mitis tuis, ut non 
moveantur vestigia 
mea : inclina amem 
tuam, et exaudi verba 
mea; mirifica miseri- 
cordias tuas, qui sal 
vos facis sperantes in 
te, Domine. 



Communion. Je m'ap- 
pi-ocherai et j'immolerai 
une victime de jubilation 
dans sou tabernacle : je 



Communion, Cir- 
cuibo, et immolabo 
in tabernaculo ^us 
hostiam jubilationis: 



LK vue DIMANCHE ÀPKÈ& LA PENTECÔTK. 451 

cantaho^ etpsalmum chaDterai des cantiqaes 
dicaju Domino. au Seigneur. 

Postcommunion, Nourris de vos dous^ Sei- 
gneur, nous vous prions de nous faire la grâce 
d*étre purifiés par leur vertu et fortifiés par leur 
secours. Par N.-S. J.-C. 

A Magnificat. 



Atit. Misereor su- 
per turbam; quiaecce 
jam triduo sustinent 
me, nec habent quod 
manducent ; et si di- 
misero eos jejunos, 
déficient in via, allé- 
luia. 



Ani. y ai pitié de ce 
peuple, car voilà déjà 
trois jours qu'ils sont 
avec moi, et ils n'ont 
rien à manger : si je les 
renvoie à jeun chez eux, 
ils tomberont en défail- 
lance en chemin, allé- 
luia. 



LE VIP DIMANCHE ÂPRES LA PENTECOTE. 
A LA MESSE. — dttroït. 



^MNEs gentes, plau- 
dite manibus, ju- 
bilate Deo in voce 
exsultationis.Pà'.Quo- 
niam Dominus excel- 



OMNEs gentes, piau- t)euples , applaudissez 
dite manibus. iu- l tous, faites éclater 

votre joie devant Dieu 
pai* des cris d'allégresse. 
Ps. Car le Seigneur est 
le Très -Haut, le Dieu 
terrible, le grand Roi qui 
règne sur toute la terre. 
f. Gloire au Père. 
Collecte. Dieu, dont la Providence ne se 
trompe jamais dans Tordre de ses conseils éter- 



sus, terribilis, Rex 
magnus super om> 
nem terrant jr. Glo- 
ria Patri. 



452 LX VU* DIMAHCBB APRÈS LA PBIfTBCÔTB. 

nels^ nous vous supplions d'écarter de nons 
tout ce qui nous serait nuisible, et de nous ac- 
corder tout ce qui peut uous être salutaire. Par 

N.-S. J.-G. 

épItre. 

MES frères, Je parle Lumainement, à cause de 
la faiblesse de votre chair : comme vous 
avez fait servir les membres de votre corps à 
rimpuretc et à l'injustice pour coromettre l'ini- 
quité, de mémo faites-les servir maintenant à 
la justice pour devenir saints. Car lorsque vous 
étiez esclaves du péché, vous étiez dans une 
fausse liberté à l'égard de la iustice. Quel fruit 
tiriez- vous donc alors de ces désordres dont vous 
rougissez maintenant, puisqu'ils n'ont pour fin 
que la- mort ? Mais maintenant que vous êtes 
affranchis du péché, et devenus seiTiteurs de 
Dieu, le fruit que vous recueillez est votre sanc- 
tification, qui aura pour terme la vie étemelle. 
Car la mort est la solde du péché ; mais la vie 
éternelle est une grâce de Dieu par Jésus-Christ 
Notre-Seigneur. 



Graduel, Venez, mes 
enfants, écoutez-moi, je 
vous enseignerai la crain- 
te du Seigneur, jl-. Appro- 
chez de lui, et vous serez 
éclairés, et vous ne serez 
pas coufondus. 

Alléluia, alléluia, j^. 
Peuples , applaudissez 
tous : faites éclater votre 



Graduel, Venite , 
filii, audite me, timo- 
rem Domini docebo 
vos. j^. Accedite ad 
eum, et illuminami- 
ni, et faciès vestra 
non confundentur. 

Alléluia, alléluia. 
Ji, Omnes gentes , 
plauditemanibus : ju* 



UL VII* DIMAlfCBB AFUkS LA nimCÔTB. 41(8 



bilate Deo in voce ex- 
sultationis. Alléluia. 



joie devant Dieu par des 
cris d'allégresse. Alléluia. 

ÉVANGILE. 

EN ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : Gar- 
dez-vous des faux prophètes qui vicuueut à 
vous couverts de peaux de brebis, mais qui 
au dcdaus sont des loups ravisseurs, \ovls les 
rccouu:Utrez à leurs fruits. Gueille-t-on des rai- 
sins sur les épines, ou des figues sur les rouces? 
Tout bon arbre porte de bons fruits, et tout 
mauvais arbre porte de mauvais fmits. Un bon 
arbre ne peut porter de mauvais fruits, ni un 
mauvais arbre porter de bons fruits. Tout arbre 
qui ne porte pas de bons fruits sera coupé et 
jeté au feu : c'est donc à leurs fruits que vous 
les reconnaîtrez. Tous ceux qui me disent : Sei- 
gneur, Seigneur, n'entreront point dans le 
royaume des cieux ; mais celui qui fait la vo- 
lonté de mon Père, qui est dans le ciel, voilà 
celui qui entrera dans le royaume des cieux. 

Offertoire, Sicut in 
holocaustis arietum 
et tauronim, et sicut 
in millibus agnorum 
pinguium, sic fiât sa- 
criflcium nostrum in 
coubpectu tuo bodie, 
ut pîaceat tibi ; quia 
non est confusio con- 
fidentibus in te. Do- 
mine. 



Offertoire, Que notre 
sacrifice, Seigneur, vous 
soit aujourd'hui agréable 
comme si nous vous of- 
frions des holocaustes de 
béliers, de taureaux et de 
milliers d'agneaux gras; 
car ceux qui se confient 
en vous, Seigneur, ne 
sont jamais confondus. 



454 LE V1II« DIMANCHE APRÈS LA PENTECÔTE. 

Secrète. Dieu, qui avez réuni les diiféreiites 
hosties de rancienne loi dans nn seul et parfait 
sacrifice, recevez ce même sacrifice que vous 
offrent vos serviteurs, et sanctifiez-le par une 
bénédiction semblable à celle dont vous bénites 
les dons d'Abel, afin que ce que chacun a offert 
en l'honneur de votre divine Majesté serve à 
tous pour leur salut. Par N.-S. J.-G. 

Commum'on.VrètezVo- Communion, Incli- 
reille, hâtez -vous de me na aurem tuam, ac- 
délivrer. cèlera ut eripias me. 

Poitcommumon, Que votre grâce, Seigneur, 
nous purifie de nos péchés par la vertu de ce 
sacrement, et nous fasse avancer de plus en plus 
dans la justice. Par N.-S. J.-C. 

A Magnificat. 



Ant, Un bon arbre ne 
peut porter de mauvais 
fruits, ni un mauvais 
arbre porter de bons 
fruits : tout arbre qui ne 
porte pas de bons fruits 
sera coupé et jeté au feu, 
alléluia. 



Ant. Non potest ar- 
bor bona fmctus ma- 
los facere, nec arbor 
mala fructus bonos 
facere : omnis arbor 
quae non facit fru- 
ctum bonum excide- 
tur, et in ignem mit- 
tetur, alléluia. 



LE Yill« DIMANCHE APRÈS LA PENTECOTE. 
A LA MESSE. — introït. 

OEiGNECR , nous avons [ çuscepimus , Deus , 
*^ senti votre miséri- 1 û misericordiam tu- 



LE Vin*' DlMA^fCnK Al'RKS LA PEXTKCÔTF. 455 



.1111 in medio templi 
tni : secnndam no- 
men hium, Deiis, ita 
H laiis tua in fines 
terme : justitia piena 
est (lextera tua. Pf. 
Majfnus Domiuus, et 
laudahilis nimis : in 
civitate Dei nostri, in 
monte sancto ejns. 
V. Gloria Patri. 



corde au milieu de votre 
temple : toute la terre 
chante votre nom, c<''- 
lèbre votre gloire et pu- 
blie votre justice. Ps. Le 
Sei^eur est grand et 
digue de toute louange : 
sa grandeur éclate sur- 
tout dans sa cité sainte 
et sur la montagne qu'il 



habite, t. Gloire au Père. 
Co/hcffi. Nous vous supplions, Seigneur, de 
nous faire la grâce de penser et d'agir toujours 
d'une manière confonne à la justice, afin que, 
ne pouvant vivre sans vous, nous menions une 
vie conforme à votre volonté. Par N.-S. J.-G. 

épItre. 

MES frères, Nous ne sommes pas redevables à 
la chair, pour vivre selon la chair. Si vous 
vivez selon la chair, vous mourrez; mais si vous 
faites mourir par l'esprit les passions de la 
chair, vous vivrez; car tous ceux qui agissent 
par l'Esprit de Dieu sont enfants de Dieu. Aussi 
n'avez-vous pas reçu l'esprit de servitude poui* 
vous conduire encore par la crainte; mais vous 
avez reçu l'esprit d'adoption des enfants, par 
lequel nous crions : Mon Père, mon Père. Et c'est 
cet Esprit même qui rend témoignage à notre 
esprit que nous sommes enfants de Dieu. Or, si 
nous sommes enfants, nous sommes aussi hé- 
ritiers, héritiers de Dieu et cohéritiers de Jésus- 



456 LE \m*> DIMANCHE APRÈS LA PEKTEC^TE. 

Christ, pourvu que nous souffrions avec lui, 
pour être glorifiés avec lui. 

Graduel. Soyez pour 1 Graduel, Esto mihi 
moi un IXeu pi"otccteur ; in Deiiri protectorem 

et in locum refugii , 
ut salvum me l'acias. 
jt. Deus, in te spe- 
ravi : Domine , non 
confundar in aetcr- 
uum. 

Alléluia, alléluia. 
f, Maguus Doniinus, 
et laudabiiis valde in 
civitate Dei nostri, in 
monte sancto ejus. 
Alléluia. 



soyez mon asile où je 
l»uisse trouver mou sa- 
lut, jr. J 'ai esi)ôr6 en vous, 
ô mon Dieu; je ne serai 
jamais confondu, Sci- 
gueur. 

Alléluia, alléluia. ^. 
Le Seigneur est grand et 
digne de toute louange ; 
sa grandeur éclate sur- 
tout dans sa cité sainte 
et sur la montagne qu'il 
habite. Alléluia. 



ÉVA^GILE. 

EN ce temps-là, Jésus dit à ses disciples: Un 
homme riche avait un économe qui fut ac- 
cusé devant lui d'avoir dissipé son bien. Il le fit 
venir, et lui dit : Qu'est-ce que j'entends dire de 
vous ? Rendez-moi compte de votre administra- 
tion; car je ne veux plus désormais que vous 
gouverniez mon bien. Alors l'économe dit en 
lui-même: Que ferai-je, puisque mon maître 
m'ôte l'administration de son bien? Je ne puis 
cultiver la terre, et j'aurais honte de mendier. 
Je sais ce que je ferai, afin que, quand on m'aura 
privé de mon emploi, je trouve des gens qui 
me reçoivent chez eux. Il fit donc venir l'un 



LE Tin« DUIAVCBE APBÂ8 LA PENTECÔTE. 457 

après l'autre tous les débiteurs de son maître, 
et il dit au premier : Que devez-vous à mon 
maître? Cent barils d'buile, répondit celui - ci. 
L'économe lui dit : Tenez, voilà votre obliga- 
tion: asscyez-Aous vite, et faites-en une de cin- 
quante. 11 dit ensuite à un autre : Et vous, que 
devez- vous? Celui-ci répondit: Cent mesures de 
Il ornent. Tenez, lui dit-il, voilà votre billet: 
faites-en un de quatre-vingts. Le maître loua 
cet économe infidèle de ce qu'il avait agi en 
homme intelligent; car les enfants du siècle 
sont plus habiles dans la conduite de leurs af- 
fahes que les enfants de lumière. Et moi, ajouta 
Jésus, je VQus dis aussi : Employez les richesses 
d'iniquité à vous gagner des amis, afin que, 
quand vous viendrez à manquer, ils vous re- 
çoivent dans les demeures étemelles. 



Offertoire, Vous sau- 
verez les humbles. Sei- 
gneur, et vous humilierez 
les superbes; car est -il 
un autre Dieu que vous. 
Seigneur? 



Offertoire, Popu- 
lum humilem sal vum 
faciès , Domine , et 
oculos superborum 
himailiabis : quoniam 
quis Deus prœter te. 
Domine? 

Secrète. Accueillez avec bonté. Seigneur, les 
dons que nous vous oifrons après les avoir reçus 
de votre libéralité, afin que ces saints mystères 
nous sanctifient dans le cours de cette vie par 
l'opération de votre grâce, et nous conduisent 
à la félicité éternelle. Par N.-S. J.-G. 

Communion. Gu- 1 Communion, Eprouvez 
sta^ , et videte quo- 1 et goûtez combien le Sel- 



4S8 LE IX* DIMANCUe APRÈS LA PEIfTECdTE. 



niam suavis est Do- 
minus : beatus vir qui 
sperat in eo. 



?neur est doux : heureux 
l'homme qui espère eu 
lui ! 

Postcommtmion. Que ce mystère céleste, Sei- 
gneur, renouvelle nos âmes et nos corps, afin 
qu'en célébrant votre culte, nous en éprouvions 
les effets. ^ParN.- S. J.-G. 

A Magnificat. 



Ant» Que ferai-je, puis- 
que mon maître m'ôte 
l'administration de son 
bien ? Je ne puis cultiver 
la terre, et j'aurais honte 
de mendier. Je sais ce que 
je ferai,afin que, quand on 
m'aura privé de mon em- 
ploi,je trouve des gens qui 
me reçoivent chez eux. 



Anf. Quid faciam, 
quia dominus meus 
aufert a me villica- 
tionem? Fodere non 
valeo, mendicare eni- 
hesco. Scio quid fa- 
ciam, ut cum amotus 
fuero a villicatione , 
recipiant me in do- 
mos suas. 



LE IX* DIMANCHE APRÈS LA PENTECOTE. 



A LA MESSE. 

DIEU ^lent à mon aide ; 
le Seigneur est le pro- 
tecteur de ma \ie. Reje- 
tez, Seigneur, sur mes 
ennemis le mal qu'ils 
veulent me faire ; perdez- 
les selon la vérité de vos 
paroles, 6 Dieu mon pro- 
tecteur! Ps, Sauvez-moi 
pour votre nom, Sei- 



— IXTROTh". 

EccE Deus adjuvat 
me, et Dominus 
susceptor est anima" 
meae. Averte mala 
inimicis meis, et in 
veritate tua disperde 
illos, protector meus 
Domine. Ps. Deus, in 
nomine tuo salvimi 
me fac, et in virtnte 



LE II* DIMANCHE APRÈS LA PENTECÔTE, 459 



tua libéra me. t. Gb 
ria Patri. 



gneur, et délivrez - moi 
par votre puissance, y. 
Gloire au Père. 

Collecte. Seigneur, prêtez l'oreille de votre 
miséricorde aux prières de ceux qui implorent 
votre secours, et, afin d'exaucer leurs vœux, 
faites qu'ils ne vous demandent jamais que ce 
qui vous est agréable. Par N.-S, .T.- G. 

ÉPÎTRE. 

MES frères, Ne nous abandonnons pas aux 
mauvais désirs, comme nos pères s'y aban- 
donnèrent. Ne devenez pas non plus idolâtres, 
comme quelques-uns d'entre eux, dont il est 
écrit : Le peuple s'assit pour manger et pour 
boire, et il se leva poui' danser autour de l'idole. 
Ne commettons point de fornication, comme eu 
commirent quelques-uns, ce qui fut cause que 
vingt-trois mille périrent dans un seul jour. Ne 
tentons point Jésus-Christ, comme le tentèrent 
plusieurs, qui furent tués par des serpents. Ne 
murmurez pas, comme murmurèrent beaucoup 
d'entre eux, qui furent frappés de mort par 
l'Ange exterminateur. Or tout ce qui leur arri- 
vait était autant de figures, et leur histoire a 
été écrite pour nous instruire, nous qui sonomes 
venus à la fin des temps. Que celui donc qui 
croit être ferme prenne garde de tomber. Je 
souhaite qu'il ne vous arrive que des tentations 
humaines et ordinaires. Or Dieu est fidèle, et 
il ne permettra pas que vous soyez tentés au- 
dessus de vos forces ; mais il vous fera retirer tm 



460 us a* MMARCBK APRÈS LA PKNTEG^TS. 

avantage de la tentation même, afin que vous 

puissiez persévérer. 

Graduel, Dieu notre 
souverain Seigneur, que 
votre nom est digue d'ê- 
tre aiimiré daus toute la 
terre ! f. Votre gloire s'é- 
lève au-dessus des cieux. 



Alléluia, alléluia, f. 
Délivrez-moi de mes en- 
nemis, ô mon Dieu; déli- 
vrez-moi de ceux qui me 
persécutent. Alléluia. 



Graduel, Domine 
Dominusnoster,quam 
admirabile est uomen 
tuum in universa ter- 
ra! f. Quouiam ele- 
vata est magnillcen- 
tia tua saper cœlos. 

AUelnia , alléluia. 
f, Eripe me de inimi- 
cis meis, Deus meus, 
et ab insurgentibus in 
me libéra me. AUel. 



ÉVANGILE. 

EN ce temps -là, Jésus étant arrivé près de 
Jérusalem, et apercevant cette ville, pleura 
sur elle et dit : Ab ! si du moins en ce jour qui 
t'est encore donné, tu savais ce qui peut te 
procurer la paix ! mais tout cela est maiutcuant 
caché à tes yeux. Aussi viendra-t-il des jours 
malheureux pour toi, où tes euuemis t'environ- 
neront de tranchées, t'en femier ont et te serre- 
ront de toutes parts, te détruiront entièrement, 
toi et tes enfants qui sont dans ton enceinte, et 
ne laisseront pas en toi pierre sur pierre, parce 
que tu n'as pas su connaître le temps où Dieu 
t'a visitée. Etant ensuite entré dans le Temple, 
il se mit à chasser les vendeurs et les acheteurs, 
en leur disant : Il est écrit : Ma maison est la 
naison de la prière^ et vous en avez fait une 



LE IX« DHAlfCHB APSiS LA PBIfTBCÔTB. 461 

caverne de voleurs. Et il enseignait tous les jours 
dans le Temple. 

Offertoire, Les justices 
du Seigneur sont pu- 
res, elles réjouissent les 



Offertoire. Justitiœ 
Domini rectœ, laetifi- 
cantes corda ; et ju- 
dicia ejus dulciora 
^super mel et favum : 
nam et servus tuus 
custodit ea. 



cœurs; ses ordonnances 
sont plus douces que le 
miel le plus pur : votre 
serviteur les garde, 6 
mon Dieu. 

Secrète. Faites -nous la grâce, Seigneur, de 
nous approcher souvent de ces mystères et de 
les recevoir dignement, puisque, toutes les fois 
que nous célébrons ce sacrifice, nous renouve- 
lons l'œuvre de notre rédemption. Par N.-S. 
J.-G. 

Communion. Qui Communion. Celui qui 

manducatmeam car- mange ma chair et qui 

nem et bibit meum boit mon sang, demeure 

sanguinem , in me en moi, et moi en lui, dit 

manet, et ego in eo, le Seigneur, 
dicit Dominus. 

Postcommunion. Que la réception de votre sa- 
crement, Seigneur, nous purifie et nous unisse 
à vous. Par N.-S. J.-G. 

A Magnificat. 



Ant. Scriptiun est 
enîm quia domus mea 
domus orationis est 
cunctis gentibus ; vos 
autem fecistis illam 



Ani. 11 est écrit : Ma 
maison est la maison de 
la prière pour tous les 
peuples, et vous en avez 
fait une caverne de vo- 



462 LK X« mMAlfCUB AFJUBS LA PXNTKCÙTB. 



leurs. £t Jésus enseignait 
tous les jours dans le 
Temple. 



speluncam latrouum. 
£t erat quotidie do- 
cens in Templo. 



LE X- DIMANCHE APRES LA PENTECOTE. 



A LA MESSB. 



LE Seigneur a entendu 
ma voix lorsque je 
l'invoquais, et il m'a dé- 
livré de ceux qui s'ap- 
prochaient de moi pour 
me nuire : celui qui est 
avant tous les siècles et 
qui subsistera à jamais, 
les a humiliés. Jetez tou- 
tes vos inquiétudes dans 
le sein du Seigneur, et il 
vous nourrira. 7^*. Ecou- 
tez ma prière, 6 mon 
Dieu, et ne rejetez pas 
mes supplications; re- 
gai'dez-moi, et exaucez- 
moi, j. Gloire au Père. 

Collecte, Dieu, qui signalez surtout voti-e 
puissance en pardonnant aux pécheurs et eu 
leur faisant miséricorde, répandez de plus en 
plus sur nous les eil'ets de votre bonté, afin que, 
soupirant après les biens que vous nous avez 
promis, nous en jouissions dans le ciel. Par 
N.-S. J.-G. 



■— INTROÏT. " 

Cv M clamaiem ad 
Dominum, exau- 
divit vocem meam ab 
his qui appropin- 
quant mihi; et hu- 
miliavit eos, qui est 
ante sœcula et mauet 
in aîternum. Jacta co- 
gitatum tuum in Do- 
mino, et ipse te euu- 
triet. Ps, Exaudi , 
De us, orationem me- 
am, et ne despexeris 
deprecationem me- 
am : intende mihi, et 
exaudi me. v. Gloria 
Patri. 



LE X< DIMANCHE APRÈS LA PENTECÔTE. K6'è 
ÉPÎTRE. 

MES frères, Vous savez qu'étant païens, vous 
vous laissiez conduire devant des idoles 
muettes. Or je vous déclare que nul homme 
parlant pai' l'esprit de Dieu ne dit anathème 
à Jésus, et que personne ne peut dire : Jésus 
est le Seigneur, sinon par le Saint-Esprit. 11 est 
vrai qu'il y a diversité dans les dons spirituels, 
mais il n'y a qu'un même Esprit. 11 y a diver- 
sité de ministères, mais il n'y a qu'un même 
Seigneur. Il y a aussi diversité d'opérations, 
mais il n'y a qu'un même Dieu, qui opère tout 
en tous. Les dons du Saint-Esprit qui se mani- 
festent au dehors sont départis à chacun pour 
l'utilité de l'Eglise. L'un reçoit du Saint-Esprit 
le don de parler avec sagesse, l'autre reçoit 
du même Saint-Esprit le don de parler avec 
science; celui-ci reçoit la foi par le même Esprit, 
celui-là reçoit du même Esprit la grâce de guérir 
les maladies. L'un obtient le don des miracles , 
l'autre le don des prophéties ; celui-ci le discer- 
nement des esprits, celui-là le don de parler 
diverses langues, un dernier le don de les in- 
terpréter. Or c'est un seul et même Esprit qui 
opère tout cela, distribuant ses dons à chacun 
selon qu'il lui plait. 



Graduel, Gustodi 
me. Domine, ut pu- 
pillam oculi ; sub 
umbra alarum tua- 
rum protège me. f. 



GradueL Gardez-moi, 
Seigneur, comme la pru- 
nelle de l'œil; couvrez- 
moi sous l'ombre de vos 
ailes, j^. Mou jugement 



464 LE X* DIMAlfCHB APRÂS LA PBlfTBCdTB. 



sortira de la lumière de 
votre visage, et vos yeux 
verront l'équité de ma 
cause. 

Alléluia, alléluia, f. 
C'est à vous, Seigneur, 
qu'il convient d'adresser 
nos hymnes dans Sion, 
et d'offrir nos vœux dans 
Jérusalem. Alléluia. 



De vultutuo judicium 
meum prodeat : oculi 
tui videant aequita- 
tem. 

Alléluia, alléluia. 
f. Te decet hjTnnus, 
Deus , in Sion : et 
tibi reddetur votum 
in Jérusalem. Allé- 
luia. 



E 



ÉVANGILE. 

N ce temps-là, Jésus dit cette parabole pour 
quelques-uns qui, présumant de leur propre 
justice, mettaient leur confiance en eux-mêmes 
et méprisaient les autres. Deux hommes mon- 
tèrent au Temple pour prier ; l'un était phari- 
sien, et l'autre pubiicain. Le pharisien, se tenant 
debout, priait ainsi en lui-même : Mon Dieu, 
je vous rends grâces de ce que je ne suis pas 
comme le reste des hommes, qui sont voleurs, 
îiyustes, adultères, ni même tel que ce pubii- 
cain. Je jeûne deux fois par semaine ; je donne 
la dîme de tout ce que je possède. Le pubiicain, 
au contraire, se tenant éloigné, n'osait pas 
même lever les yeux au ciel; mais il se ftappait 
la poitrine en disant : Mon Dieu, ayez pitié de 
moi, qui suis un pécheur. Je vous déclare que 
celui-ci s'en retourna chez lui justifié, et non 
pas l'autre : car quiconque s'élève sera abaissé, 
et quiconque s'abaisse sera élevé. 

Offertoire, J'ai élevé | Offertoire, Ad te, 



LK X« DUUITGHK APEÈS LA PENTECÔTB. 465 



Domine; levavi ani- 
mam meam : Deus 
meus, in te confido^ 
non erubescam; ne- 
que irrideant me ini- 
mici mei : etenim 
universi qni te exspe- 
ctant non confunden- 
tur. 



mon âme vers vous, 
Seigneur; j'espère en 
vous, ô mon Dieu, je 
ne serai pas confondu; 
qùB mes ennemis ne 
m'insultent pas; car ce- 
lui qui attend votre se- 
cours n'est jamais frustré 
dans son espoir. 
Secrète. Seigneur, recevez les sacrifices qui 
vous sont consacrés, et que vous nous avez tel- 
lement donnés pour être offerts en l'honneur de 
votre nom, que vous leur avez accordé la vertu 
d'être les remèdes de nos âmes. Par N.-S. J.-G. 



Communion. Ac- 
ceptabis sacrificium 
justitise, oblationes et 
holocausta super ai- 
tare tuum, Domine. 



Communion. Vous 

agréerez les sacrifices de 

justice, les offrandes et 

les holocaustes présentés 

sur votre autel, Seigneur, 

Postcommunion. Seigneur notre Dieu, nous 

supplions votre bonté de ne point refuser votre 

assistance à ceux que vous ne cessez de nourrir 

de vos divins sacrements. Par N.-S. J.-C. 

A Magnificat. 



Ànt. Descendit hic 
justificatus in domum 
suam ab illo : quia 
omnis qui se exaltât, 
humiliabitur : et qui 
se humiliât, exalta- 
bitur. 

N. 8'3 



Ant. Celui-ci s'en re- 
tourna chez lui justifié, 
et non pas l'autre; car 
quiconque s'élève sera 
abaissé, et quiconque 
s'abaisse sera élevé. 

80 



466 LB XI* DmAMCHB APlAS LA PESTBCÔTB. 



LE XI* DIMANCHE APRES LA PENTECOTE. 
A LA MESSE. — introït. 



D 



lED est dans son sanc- 
tuaire : c'est Dieu qui 
réunit dans une même 
demeure ceux qai ont 
un même cœur : il don- 
nera la force et le cou- 
rage à son peuple. Ps, 
Que Dieu se lève, et que 
ses ennemis soient dis- 
persés: et que ceux qui 
le haïssent fuient loin de 



D 



EUS in loco sanrto 
suo; Deus, qui 
inhabitave facit una- 
nimes in domo : ipse 
dabit virtutem et for- 
titudinem plebi suae. 
Ps. Exsurgat Deus, 
et dissipentur inimici 
ejus : et fugiant, qui 
odemnt eum, a facie 
ejus. j^. Gloria Patri. 
lui. ^, Gloire au Père. 

Collecte. Dieu tout -puissant et étemel, dont 
rinfinie bonté surpasse les mérites et les désirs 
de ceux qui vous prient, répandez sur nous vos 
miséricordes, et, eu nous pardonnant uos péchés 
dont le souvenir nous eflVaie, accordez-nous les 
grâces que nous n'oserions attendre de la fai- 
blesse de nos prières. Par N.-S. J.-G. 

ÉPITRE. 

JE crois maintenant, mes frères, devoir vous 
faire souvenir de TÉvangile que je vous ai 
prêché, que vous avez reçu, dans la foi duquel 
vous persévérez, et par lequel vous serez sauvés, 
pourvu que vous le conseiTiez tel que je vous 
Tai annoncé, puisque autrement ce serait en 
vain que vous auriez embrassé la foi. Gar pre* 



LB XI* DIMAirCUE APBÈS LA PEUTECÔTX. 467 

mièrement je vous ai enseigné, et comme laissé 
en dépôt, ce que j'avais moi-même reçu, savoir, 
que Jésus -Glirist est mort pour nos péchés, 
comme les Éciiturcs l'avaient prédit; qu'il a été 
enseveli, et qu'il est ressuscité le troisième jour, 
conformément aux mêmes Écrituies ; qu'il s*est 
fait voir à Géphas, puis aux onze Apôtres ; qu'en- 
suite il s'est manifesté à plus de cinq cents frères 
réunis, dont plusieurs vivent encore, et dont 
quelques-uns sont morts. De plus, il est apparu 
à Jacques, puis à tous les Apôtres, et enfin, 
après tous les autres, il s'est montré aussi à moi, 
qui suis le plus imparfait de tous. Car je suis le 
dernier des Apôtres , et je ne suis pas digne 
d'être nppelé Apôtre, car j'ai persécuté l'Eglise 
de Dieu. Mais c'est par la grâce de Dieu que je 
suis ce que je suis, et sa grâce n'a pas été stérile 
en moi. 

Graduel, Mon cœur a 
mis son espérance en 
Dieu, et j'ai été secouru, 
et ma chair a refleuri ; 
ma reconnaissance chan- 
tera ses louanges. ^, 
Seigneur, j'ai crié vers 
vous; ne demeurez pas 
dans le silence, ô mon 
Dieu; ne vous éloignez 
pas de moi. 

Alléluia, alléluia, y. 
Célébrez le Dieu noti*e 
protectetir, célébrez le 



Graduel. în Deo 
speravit cor meum, 
et adjutus sum, et 
reiloruit caro mea : 
et ex voluntate mea 
confitebor illi. ^, Ad 
te, Domine, clama vi; 
Deus meus, ne sileas : 
ne discedas a me. 



Alléluia, alléluia. 
f. Exsultate Deo ad- 
jutori ûostro, jubilate 



468 LE XI® DIMANCHE APKÈS LA PENTECÔTE. 



Deo Jacob; sumite 
psalmmu jucundum 
cum cithara. Alléluia. 



Dieu de Jacob; chantez 
des cantiques mélodieux 
au son des instruments. 
Alléluia. 

ÉVANGILE. 

EN ce temps-là, Jésus quitta le pays de Tyr, 
traversa la Décapole, et alla par Sidon vers 
lamer de Galilée. Alors on lui amena un homme 
sourd et muet, et on le pria de lui imposer les 
mains. Jésus, le tirant de la foule et le prenant 
à part, lui mit les doigts dans les oreilles et de 
la salive sm* la langue ; puis, levant les yeux au 
ciel, il fit un soupir, et lui dit : Ephphéta, c'est- 
à-dire ouvrez-vous. Aussitôt ses oreilles s'ou- 
vrirent, sa langue se délia, et il parlait distincte- 
ment. Jésus leur défendit d'en parler à personne ; 
mais, plus il le leur défendait, plus ils le pu- 
bliaient; et dans lem* admiration ils disaient : Il 
a bien fait toutes choses : il a fait entendre les 
sourds, et parler les muets. 



Offertoire, Jqyous glo- 
rifierai. Seigneur, parce 
que vous avez pris ma 
défense, et que vous n'a- 
vez pas voulu que je fusse 
un sujet de joie pour mes 
ennemis; Seigneur, j'ai 
crié vers vous, et vous 
m'avez guéri. 

Secrète, Jetez un regard de bonté. Seigneur, 
sur l'hommage de notre dépendance, afin que 
les dons que nous vous présentons vous soient 



Offertoire. Ëxaltabo 
te. Domine, quoniam 
suscepisti me ; nec de- 
lectasti inimicos meos 
super me: Domine, 
clamavi ad te, et sa- 
nasti me. 



LE XII« DTMANCRE APRÈS LA PENTECOTE. 469 

agréables et nous soutiennent dans notre fai- 
blesse. Par N.-S. J.-G. 



Communion, Hono- 
ra Dominum de tua 
substantia, et de pri- 
mitiis frugum tua- 
rum : et implebuntur 
horrea tua saturitate, 
et vino torcularia re- 
dundabunt. 



Communion, Honorez 
le Seigneur en lui offrant 
une partie de vos biens 
et les prémices de vos 
fruits; vos greniers se- 
ront alors remplis de 
blé, et vos celliers regor- 
geront de vin. 
Postcommunion, Faites, s'il vous plaît, Sei- 
gneur, que, par la réception de votre Sacrement, 
nous ressentions dans notre âme et dans notre 
corps les effets de votre grâce, afin que, Tun et 
l'autre y trouvant leur salut, nous ayons le 
bonheur de recevoir la plénitude de ce remède 
céleste. Par N.-S. J.-G. 

A Magnificat. 



Ant. Bene omnia 
fecit : et surdos fecit 
audire, et mutos lo- 
qui. 



Ant, Il a bien fait 
toutes choses : il a fait 
entendre les sourds, et 
parler les muets. 



LE XII* DIMANCHE APRES LA PENTECOTE. 
A LA MESSE. — introït. 



DEus, in adjutorium 
meum intende : 
Domine, ad adjuvan- 
dmn me festina ; con- 
fandantur et reve- 



ODiEu, venez à mon 
aide ; hâtez- vous, Sei- 
gneur, de me secourir; 
que ceux qui cherchent 
à m'ôter la vie soient 



470 LB Xn« DUANCBE APKÂS LA PBIfTECÔTK. 

couverts de honte et de 
confusion. Ps, Que ceux 
qui veulent ma perte 
soient repoussés au loin, 
et qu'ils rougissent, f. 
Gloire au Père. 



M 



reantur înimici mei^ 
qui quaerunt animam 
meam. P^.Avertantur 
retrorsum, et erube- 
scant, qui cogitant 
mihi mala. f. Gloria. 

Collecte, Dieu tout-puissant et miséricordieux, 
de qui les lidèles reçoivent la grâce de vous 
offrir un culte sincère et digne de vous, faites 
que, marchant avec ardeur vers les biens pro- 
mis, rien ne nous ari'ctc dans notre course. Par 
N.-S. J.-G. 

ÉPITRE. 

fEs frères. C'est par Jésus -Christ que nous 
avons une grande conliancc en Dieu : non 
que nous soyons capables d'avoir de nous-mêmes 
aucune bonne pensée comme de nous-mémus : 
nous reconnaissons que tonte notre capacité vient 
de Dieu. C'est lui aussi qui nous a rendus propres 
à être les ministres de la nouvelle alliance, non 
point en nous donnant une loi écrite sur des 
pierres, mais en nous donnant son esprit; car la 
lettre tue, et l'esprit viviiie. Si le ministère de la 
loi gravée sur des tables de pierre, et qui était une 
occasion de mort, a été accompagné d'une telle 
gloire, que les enfants d'israôlne pouvaient arrê- 
ter leurs regards sur le visage de Moïse, à cause 
de l'éclat passager dont il brillait, combien le 
ministore évangélique, qui donne l'Esprit ^ivi- 
fiant, ne doit-il pas être plus glorieux ! Si, dis-je, 
le ministère de la loi, qui était une occasion da 



LB m* DOUKCHE APRÈS LA PE5T1CÔTB. 471 

damnation, a été néanmoins glorieux, bien plus 
glorieux sera le ministère d'une loi qui donne la 
justice et la sainteté. 



Graduel, Benedi- 
cam Dominum in 
omni tempore : sem- 
per laus ejus in ore 
meo. f. In Domi- 
no laudabitur anima 
mea : audiant man- 
sueti, et lœtontur. 

Alléluia, allehiia. 
f. Domine Deus sa- 
Intis meae, in die cla- 
mavi et nocte coram 
te. Alléluia. 



Graduel, Je bénirai le 
Seigneur en tout temps ; 
ses louanges seront tou- 
jours dans ma bouche. 
f. Mon àme se glorifiera 
dans le Seigneur; que 
los hiunbles de cœur 
m'entendent, et parta- 
gent mon allégresse. 

Alléluia, alléluia, t. 
Seigneur Dieu de mon 
salut, je crie vers vous 
jour et nuit. Alléluia. 



ÉVANGILE. 

EN ce temps-là, Jésus, se tournant vers ses dis- 
ciples, leur dit : Heureux les yeux qui voient 
ce que vous voyez. Car je vous déclare que beau- 
coup de prophètes et de rois ont désiré voir ce 
que vous voyez, et ne l'ont point vu; entendre 
ce que vous entendez, et ne l'ont point entendu. 
Alors un docteur de la loi se leva, et lui dit pour 
le tenter : Maître, que faut-il que je fasse pour 
posséder la vie éternelle? Jésus lui répondit : 
Qu'y a-t-il d'écrit dans la loi? qu'y lisez-vous? 
Celui-ci reprit : Vous aimerez le Seigneur votre 
Dieu de tout votre cœur, de toute votre âme, de 
toutes vos forces et de tout votre esprit, et votre 



473 LB XII* DIMAKCBS AMlAS LA PBflTBCÔTl. 

prodiaiû comme vous-môme. Jésas Ini dit : Vous 
avez fort bien répondu; faites cela, et yons Ti* 
vrcz. Mais celui-ci, voulant se faire passer pour 
un homme de bien, dit à Jésus : Et qui est mon 
prochain? Jésus, prenant la parole, lui dit : Un 
homme allant de Jérusalem à Jéricho tomba 
entre les mains de voleurs qui le dépouillèrent, 
le couvrirent de plaies, et s'en allèrent, le lais- 
sant à demi mort. Or il arriva qu'un prêtre 
allait par le même chemin; il vit cet homme, et 
passa outre. Un lévite, étant venu près de là, 
le vit aussi, et passa de même. Mais un Sama- 
ritain qui voyageait vint à passer près de cet 
homme, et, l'ayant vu, fut touché de compas- 
sion. S'étant approché, il versa de l'huile et du 
vin sur ses plaies et les pansa; il le mit ensuite 
sur son cheval, et le conduisit dans une hôtel- 
lerie où il prit soin de lui. Le lendemain il tira 
de sa bourse deux deniers et les donna au maître 
de l'hôtellerie, en lui disant : Ayez soin de cet 
homme, et tout ce que vous dépenserez de plus, 
je vous le rendrai à mon retour. Lequel des trois 
vous semble avoir été le prochain de celui qui 
tomba entre les mains des voleurs? Le docteur 
répondit : C'est celui qui a exercé la miséricorde 
envers lui. Allez donc, lui dit Jésus, et faites de 
même. 



Offertoire, Moïse pria" 
en présence du Seigneur 
son Dieu, et dit : Sei- 
gneur , pourquoi êtes- 
'ous irrité contre votre 



Offertoire, Preca- 
tus est Moyses in 
conspectu Domini Dei 
sui, et dixit: Quare, 
Domine, irasceris iu 



LB XII« DIMANCHE APRÈS LA PBNTECÔTK. 47d 



populo tuo ? Parce irœ 
animae toae : mémen- 
to Abraham^ Isaac et 
Jacob, quibus jurasti 
dare terram fluentem 
lac et mel. Et placa- 
tus factus estDominus 
de malignitate quam 
dixît facere populo 
suo. 



peuple? Apaisez votre 
courroux: souvenez-vous 
d'Abrabam, dlsaac et de 
Jacob, à qui vous avez 
juré de donner une terre 
où couleraient le lait et 
le miel. Et le Seigneur 
apaisé détourna de son 
peuple les maux dont il 



Tavait menacé. 
Secrète. Regardez d'im œil favorable, Seigneur, 
ces bosties que nous présentons sur vos saints 
autels, afin qu'en noas obtenant la rémission 
de nos péchés, elles rendent à votre saint nom 
l'honneur qui lui est dû. Par N.-S. J.-G. 



Communion, De 
fructu operum tuo- 
rum. Domine, satia- 
bitur terra : ut educas 
panem de terra, et 
vinum laBtiflcet cor 
hominis : ut exhilaret 
faciem in oleo, et pa- 
nîs cor hominis con- 
firmet. 



Communion. Vous 
rassasierez la terre des 
fruits qui s'échappent 
de vos mains. Seigneur; 
vous faites naître des sil- 
lons le pain qui nourrit 
l'homme, et de la vigne 
le vin qui réjouit son 
cœur; vous lui donnez 
l'huile dont il parfiune 
son visage, et le pain qui 
soutient son corps. 
Postcommunion . Que la participation à ce saint 
mystère nous donne une nouvelle vie. Seigneur, 
et nous obtienne en même temps le pardon de 
nos péchés, et la protection qui nous est néces- 
saire. Par N.-S. J.-C. 



474 LE xin* Diiuvcnt APiis la PBimc^n. 

A Magnificat. 



Ant, Un homme allant 
de Jémsalcm à Jéricho, 
tomha entre les mains 
de volenrs qui le dépouil- 
lèrent, le couvrirent de 
plaies, et s'en allèrent, 
le laissant à demi mort. 



Ant, Ilomo cpiidam 
descendehat ab Jera- 
salem in Jéricho, et 
iiiciditinlatrones, qui 
etiam despoliavemnt 
eum, et plagis impo- 
sids abierunt, semi- 
vivo relicto. 



LE Xni* DÏMANCnE APRÈS LA PENTECOTE. 

A LA MESSE. — ectroYt. 



AYEZ égard à votre 
alliance. Seigneur, 
et n'oubliez pas pour 
toujours l'îlae souffrante 
de vos pauvTes; levez- 
vous, Seigneur, jugez 
votre cause, et ne reje- 
tez pas les prières de 
ceux qui vous cherchent. 
Ps, Seigneur, nous avez- 
vous donc rejetés pour 
toujours? Pourquoi votre 
colère s'est -elle enflam- 
mée contre les brebis de 



R 



ESPiCE, Domine, 
in testamcntum 
tuum, et animas pau- 
f erum tuorum ne dc- 
reliuquas in finem : 
exsurge. Domine, et 
judica caus.un tuam, 
et ne obliviscaris vô- 
ces quaerentium te. 
Ps, Ut quid, Deus, 
rcpulisti in fiuem? 
iratus est furor tuus 
super oves pascuae 
tuaB? f, Gloria Patri. 



votre bercail? j^. Gloire. 

Collecte. Dieu tout-puissant et étemel, aug- 
mentez en nous la foi, l'espérance et la charité, 
At, afin que nous méritions d'obtenir les biens 



LE XIII* DniAlfCHB APRÂS LA PB5TBC6TB. 475 

que vous nous promettez^ faites-nous aimer ce 
que vous nous ordonnez. Par N.-S. J.-C. 

ÉPITRE. 

MES frères^ Les promesses de Dieu ont été faites 
à Abraiiam et à celui qui devait naître do 
lui. L'Éciiture ne dit pas : Et à ceux qui naî- 
tront, comme si elle eût voulu en indiquer plu- 
sieurs; mais elle dit, parlant d'un seul : £t à 
celui qui naîtra de vous, c'est-à-dire à Jésus- 
Glirist. Donc ce testament, confirmé par Dieu, 
aura son etfet, et la loi, qui n'a été donnée que 
quatre cent trente ans après, ne peut l'annuler, 
ni anéantir la promesse. Car si c'est par la loi 
que nous sommes faits liéritiers de la bénédic- 
tion, ce n'est donc plus en vertu de la promesse ; 
or c'est en vertu de la promesse que la béné- 
diction a été donnée à Abraham. A quoi donc a 
servi la loi? Elle a été établie pour aiTCter h\ 
péché jusqu'à l'avéncment de celui qui devait 
naître, et que la promesse regardait : ce sont 
les Anges qui ont donné la loi par l'entremise 
d'un médiateur. Or un médiateur ne l'est pas 
pour un seul, et Dieu était seul quand il lit la 
promesse. La loi est-elle donc contre cette pro- 
messe de Dieu? Nullement. Car si la loi avait 
pu donner la véritable vie, la justice viendrait 
de la loi. Mais l'Écriture a tout renfermé sous 
le péché, afin que l'effet de la promesse fût donne 
par la foi en Jésus -Christ à ceux qui croient. 
Graduel. Respice, 1 Graduel. Ayez égard 
Domine, in testa- 1 à votre alliance, Sei- 



476 LE XIII* DIMANCHE APRÈS LA PENTECATE. 

mentnm tumn , et 



gnetur, et n'onhliez pas 
pour toujours rame souf- 
frante de vos pauvres. 
j^. Levez-vous, ô Dieu; 
jugez votre cause; tirez 
vengeance des outrages 
faits à vos serviteurs. 

Alléluia, alléluia, f. 
Seigneur, vous avez été 
notre refuge de généra- 
tion en génération. Allé- 
luia. 



animas paupemm tu- 
orum ne obliviscaris 
in finem. jir. Exsurge, 
Domine, et judica 
causam tuam; memor 
esto opprobrii servo- 
rum tuorum. 

Alléluia, alléluia. 
t. Domine, refugium 
factus es nobis a ge- 
neratione et progenie. 
Alléluia. 



ÉVANGILE. 

EN ce temps -là, Jésus traversait la Samarie 
et la Galilée pour se rendre à Jérusalem. 
Gomme il entrait dans un village, il rencontra 
dix lépreux qui s'arrêtèrent loin de lui, et 
s'écrièrent : Jésus, notre maître, ayez pitié de 
nous. Dès qu'il les aperçut, il leur dit : Allez, 
montrez- vous aux prêtres. Et pendant qu'ils y 
allaient, ils se trouvèrent guéris. L'un d'eux, 
aussitôt qu'il se vit guéri, retourna sur ses pas, 
en glorifiant Dieu à haute voix, et se proster- 
nant le visage contre terre, aux pieds de Jésus, 
il lui rendit grâces. Or c'était un Samaritain. 
Jésus dit alors : Les dix n'ont-ils pas tous été 
guéris? où sont donc les neuf autres? Il n'y a 
que cet étranger qui soit revenu pour rendre 
gloire à Dieu. Et s'adressant au Samaritain : Le- 
"^ez-vous, lui dit-il ; allez, votre foi vous a sauvé. 



L£ Xill« DIMANCHE APRÈS LA PBNTECÔTE. 477 



Offertoire. In te 
speravi, Domine; di- 
xi : Tu es Deus meus, 
în manibus tuis tem- 
pora mea. 



Offertoire» J'ai espéré 
en vous, Seigneur; je 
vous ai dit: Vous êtes 
mon Dieu, mon sort est 
entre vos mains. 
Secrète. Seigneur, soyez propice à votre peuple, 
et jetez un regard favorable sur ces dons, afin 
qu'apaisé par cette oblation, vous nous pardon- 
niez nos péchés et vous nous accordiez ce que 
nous vous demandons. Par N.-S. J.-G. 



Communion, Pa- 
nem de cœlo dedisti 
nobis. Domine, ha- 
bentem omne delecta- 
mentum et omnem 



Communion. Vous 
nous avez donné. Sei- 
gneur, un pain du ciel, 
un pain délicieux et du 
goût le plus exquis. 



saporem suavltatis. 

Postcommunion. Faites, s'il vous plaît. Sei- 
gneur, qu'ayant reçu ces célestes sacrements, 
nous avancions dans l'œuvre de notre rédemp- 
tion étemelle. Par N.-S. J.-C. 

A Magnificat. 



Ant. Unus autem 
ex illis, ut vidit quod 
mundatus est, regres- 
sus est, cum magna 
voce mafgnificans De- 
um, alléluia. 



Ant, Un des lépreux, 
aussitôt qu'il se vit guéri, 
retourna sur ses pas en 
glorifiant Dieu à haute 
voix, alléluia. 



478 LE xnr* dimanchb atrés la PEifTECÔn. 



LE XIV DIMANCHE APRES LA PENTECOTE. 
A LA MKSSE. — ixtroït. 



ODiEU notre protecteur, 
jetez les yeux sur 
nous, et regardez votre 
Christ; un jour passé 
dans vos tabernacles vaut 
mieux que mille partout 
ailleurs. Ps. Que vos ta- 
bernacles sont aimables, 
Dieu des armées! mon 
àme est consumée du 
dé?i" ardent de voir les 
paivis du Seigneur. ^, 



PttOTECTORnoster, 
aspice, Deus, et 
lespice in faciem 
Ghristi tui ; quia me- 
lior est dies una in 
atriis tuis super mil- 
lia. Ps. Quam dilecta 
tabemacula tua, Do- 
mine virtutum! con- 
cujiscit , et déficit 
anima mea in atria 
Domini. j^. Gloria 
Patri. 



Gloire au Père. 

Co//ef/<?. Conservez votre Église, Seigneur, par 
une providence continuelle ; et, puisque l'homme 
est si faible qu'il tombe si vous ne le soutenez, 
que votre secom's le préserve de tout ce qui 
peut lui nuire, et le porte vers ce qui peut con- 
tribuer à son salut. Par N.-S. J.-G. 

ÉPITRE. 

MES frères. Conduisez -vous selon l'esprit, et 
vous n'accomplirez point les désirs de la 
chair. Car la chair a des désirs contraires à ceux 
de l'esprit, et l'esprit en a de contraires à ceux 
de la chair, et la contrariété de ces mouvements 
est cause que vous ne faites pas ce que vous 



LB XIV* DIMAirCIIS APRÈS LA PENTECÔTE. 479 

voudriez. Si vous obéissez à l'esprit, vous n'êtes 
point sous la loi. Or il est facile de connaître les 
œuvres de la cbair, qui sont la fornication, l'im- 
pureté, Timpudicité, la luxuie, l'idolâtrie, les 
empoisonnements, les contestations, les jalou- 
sies, les aniraosités, les querelles, les divi- 
sions, les hérésies, les envies, les meurtres, les 
ivrogneries, les débauches, et autres crimes 
semblables, au sujet desquels je vous déclare, 
comme je l'ai déjà fait, que ceux qui les com- 
mettent ne possfderont point le royaume de 
Dieu. Mais les fru^s de l'Esprit sont la charité, 
la joie, la paix, la patience, l'humanité, la 
bonté, la longanimité, la douceur, la foi, la 
modestie, la continence, la chasteté. 11 n'y a 
point de loi qu'on puisse opposer à ceux qui 
pratiquent ces vertus. Or ceux qui sont à Jésus- 
Christ ont cmcifié leur chair avec ses désirs 
déréglés. 

Graduel, Il vaut mieux 
mettre sa confiance dans 
le Seigneur que dans 
les hommes, j^. Il vaut 
mieux mettre son espé- 
rance dans le Seigneur 
que dans les princes de 
la terre. 

Alléluia, alléluia, ji'. 
Venez, néjouissons-nous 
dans le Seigneur; faisons 
éclater notre joie devant 
Dieu notre Sauveur .Allel . 



Graduel, Bonum 
est confidere in Do- 
mino, quam confi- 
dere in homine. ^, 
Bonum est sperare in 
Domino, quam spe- 
rare in principibus. 



Alléluia, alléluia. 
^, Venite, exsultemus 
Domino : jubilemus 
Deo salutari nostro. 
Alléluia. 



480 LK XIV« DIMANCHE APRÈS LA PBNTBG6tE. 

ÉVANGILE. 

EN ce temps -là, Jésus dit à ses disciples : 
Personne ne peut servir deux msdtres; car 
s'il aime l'un, il haïra l'autre; et s'il respecte 
l'un, il méprisera l'autre. Vous ne pouvez servir 
Dieu et l'argent. C'est pourquoi je vous dis : Ne 
vous inquiétez ni de la nourriture nécessaire à 
la vie, ni des vêtements qui doivent couvrir 
votre corps. La vie n'est-elle pas plus que la 
nourriture, et le corps plus que les vêtements? 
Considérez les oiseaux du ciel : ils ne sèment 
point, ils ne moissonnent point, ils n'amassent 
rien dans des greniers ; cependant v^otre Père 
céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup 
plus que les oiseaux du ciel? Et qui d'entre vous 
peut, avec tous ses soins, ajouter à sa taille la 
hauteur d'une coudée? Et pour le vêtement, 
de quoi vous inquiétez-vous? Voyez les lis des 
champs comme ils croissent : ils ne travaillent 
point, ils ne filent point; cependant je vous 
déclare que Salomon lui-même, dans toute sa 
magnificence, n'a jamais été vêtu comme l'un 
d'eux. Si donc Dieu a soin de vêtir ainsi une 
herbe des champs, qui est aujourd'hui et qu'on 
jettera demain dans le feu, comment pourrait- 
il vous oublier, hommes de peu de foi? Soyez 
donc sans inquiétude, et ne dites point : Que 
mangerons-nous? que boirons-nous? ou, de quoi 
nous vêtirons-nous? Ce sont là les soins qui 
occupent les païens; mais pour vous, votre Père 
connaît tous vos besoins. Cherchez donc avant 



LE XIX'^ DIMAI7CHE APBÉS LA PENTECÔTE. 461 

tout le royaume de Dieu et sa justice, et toutes 
ces choses vous seront données par surcroît. 



Offertoire, linmit- 
tet Angélus Domini 
in circuilu timentium 
eum, et eripiet eos. 
Gustate, et videte quo- 
niam sua vis est Do- 
mlnus. 



Offertoire, L'Ange du 
Seigneur descendra près 
de ceux qui craignent 
Dieu, et il les sauvera. 
Éprouvez et goûtez com- 
bien le Seigneur est 



doux. 

Secrète, Seigneur, accordez -nous, s'il vous 
plaît, que cette hostie salutaire nous purifie de 
nos péchés, et nous rende votre Majesté favo- 
rable. Par N.-S. J.-C. 



Communion, Pri- 
mum quaerite regnum 
Dei, et omnia adji- 
cientur vobis, dicit 
Dominus. 



Communion, Cherchez 

avant tout le royaume 

de Dieu, dit le Seigneur, 

et tout vous sera donné 

par surcroit. 

Postcommunion, Que vos sacrements, 6 Dieu, 

nous purifient, nous fortifient sans cesse, et 

nous fassent obtenir le salut éternel. Par N.-S. 

J.-G. 

A Magnificat. 



Ant, Quœrite pri- 
mum regnum Dei et 
justitiam ejus ; et haec 
omnia adjicientur vo- 
bis, allolnia. 



Ant, Cherchez avant 
tout le royaume de Dieu 
et sa justice, et tout vous 
sera donné par surcroît, 
alléluia. 



<^ 



ir. 8» 



11 



482 LE XV« DimAHCRB Arïïk^ LA PSIITECÔTE. 



LK XV DIMANCHE APRES LA PENTECOTE. 
A LA HESSB. — introït. 



P 



RÉTEz roreille à ma 
prière, Seigneur, et 
exaucez -moi ; sauvez, ô 
mon Dieu, votre servi- 
teur qui espère en vous; 
ayez pitié de moi,» Sei- 
gneur, parce que j'ai crié 
vers vous tout le jour. 
Ps, Répandez la joie dans 
l'âme de votre serviteur, 
parce que j'ai élevé mon 
(*œur vers vous, Sei- 



INCLiNA, Domine^ 
aurem tuam ad me, 
et exaudi me : sal- 
vum fac servimi tu- 
um , Deus meus , spe- 
rantem in te : mise- 
rere mei, Domine, 
quoniam ad te clama- 
vi tota die. Ps, Lap- 
tilica animam servi 
tui, quoniam ad te. 
Domine, animam me- 
gneur. f. Gloire. am levavi. f, Gloria. 

Collecte, Daignez, Seigneur, purifier et dé- 
fendre votre Eglise par une miséricorde conti- 
nuelle, et comme elle ne peut subsister sans 
vous, conduisez -la perpétuellement par votre 
grâce. Nous vous en prions par N.- S. J.-C. 

ÉPÎTRE. 

MES frères. Si nous vivons par l'esprit, con- 
duisons-nous aussi par l'esprit. Ne cherchons 
pas la vaine gloire, nous provoquant les uns 
les autres, et nous portant envie. Mes frères, 
si quelqu'un est tombé par surprise en quel- 
que péché, vous qui êtes spirituels, relevez-le 
dans un esprit de douceur, chacun de vous fai- 
«apt réflexion sur soi-même, et craignant 4'être 



LE XT« DIMANCHE APRèS LA PBNTECÔTE. 483 

tenté comme lui. Portez les fardeaux les uns 
des autres, et vous accomplirez ainsi la loi 
de Jésus -Christ : car si quelqu'un pense être 
Epielque chose, il se trompe lui-même, parce 
qu'il n'est rien. Examinez vos actions en elles- 
mêmes sans vous comparer aux autres, et alors 
vous verrez si vous avez vraiment sujet de vous 
prlorifler. Car chacun, au trihunal de Dieu, 
portera son propre fardeau. Que celui que l'on 
instruit des vérités de la foi assiste de ses biens 
en toute manière celui qui l'instruit. Ne vous 
y trompez pas, on ne se moque point de Dieu. 
L'homme recueillera ce qu'il aura semé. Ainsi 
celui qui sème dans la chair ne recueillera de la 
chair que la corruption; et celui qui sème dans 
l'esprit recueillera de l'esprit la YÎe éternelle. 
Ne nons lassons donc point de faire de bonnes 
œuvres ; semons - les abondamment , puisque 
nous en recueillerons un jour le fruit dans l'éter- 
nité. C'est pourquoi, pendant que nous en avons 
le temps, faisons du bien à tout le monde, mais 
surtout à ceux qui composent la famille des 
fidèles. 

Graduel. Il est bon de 
rendre gloire au Sei- 
gneur, et de chanter vo- 
tre nom, ô Très -Haut. 
t. D'annoncer votre mi- 
séricorde dès le matin, 
et votre vérité pendant 
la nuit. 

Alléluia, alléluia. J-. 



GradueL Bommi 
est conflteri Domino, 
et psallere nomini 
tuo, Altissime. t. Ad 
annuntiandum mane 
misericordiam tuam, 
et \eritatem tuam per 
uoctem. 

AUelnia, i^Ueluiîl, 



484 LE XV« DIMAIfCnS APRÈS LA PENTECÔTE. 



> . Quoniam Deus ma- 
gnus Dominas, et Rex 
magnus superomnem 
terram. Alléluia. 



Le Seigneur est le grand 
Dieu, le grand Roi qui 
règne sur toute la terre. 
Alléluia. 

ÉVANGILE. 

EN ce temps-là, Jésus allait à une ville appelée 
Naïm, et ses disciples, suivis d'une grande 
foule de peuple, l'accompagnaient. Gon^ne il 
approchait de la porte de la ville, il vit qu'on 
portait un mort en tciTé : c'était le fils unique 
d'une veuve, et il y avait avec elle un grand 
nombre de personnes de la ville. A la vue de 
cette mère affligée, le Seigneur, toucbé de com- 
passion, lui dit : Ne pleurez point. Puis, s'étant 
approché, il toucha le cercueil. Ceux qui le por- 
taient s'arrêtèrent, et il dit : Jeune homme, 
levez-vous, je vous l'ordonne. Aussitôt celui qui 
était mort se leva, et commença à parler; et 
Jésus le rendit à sa mère. Tous ceux qui étaient 
présents furent saisis de frayeur, et ils glori- 
fiaient Dieu, en disant : Un grand prophète a paru 
au milieu de nous, et Dieu a visité son peuple. 



Offertoire, J'ai atlen 
du le Seigneur, je ne me 
suis pas lassé de l'atten- 
dre, et il a tourné ses 
regards vers moi : il a 
entendu ma prière , et il 
a mis dans ma bouche un 
cantique nouveau, une 
nymne en Thonneur de 
notre Dieu. 



Offertoire, Kxspe- 
ctans exspectavi Do- 
minum, et respexit 
me; exaudivit depre- 
cationem meam , et 
inmaisit in os meum 
canticum novum , 
hymnum Deo nostro. 



LE XVI« DIMANCUB APRÈS LA PENTECÔTE. 485 

Secrète, Que vos sacrements nous gardent , 
Seigneur, et nous défendent toujours contre les 
attaques des démons. Par N.-S. J.-C. 



Communion. Pauis 
quem ego dedero , ca- 
ro mea est pro saBCuli 
vita. 



Communion. Le pain 

que je donnerai , c'est ma 

chair que je dois livrer 

pour la vie du monde. 

Postcommunion. Que la vertu de votre don 

céleste sanctifie nos âmes et nos corps, Seigneur, 

afin que ce ne soit pas notre propre sens, mais 

l'effet de ce sacrement qui nous fasse agir. Par 

N.-S. J.-G. 

A Magnificat. 



Ant. Propheta ma- 
gnus surrexit in no- 
bis, et quia Deus vi- 
sitavit.plebem suam. 



Ant, Un grand pro- 
phète a paru au milieu 
de nous, et Dieu a visité 
son peuple. 



M 



LE XVI- DIMANCHE APRES LA PEXTECOTE. 
A t>A MESSE. — IXTROÏT. 

isERERE meî. Do- 



mine, quoniam ad 
te clamavi tota die; 
quia tu, Domine, sua- 
vis acmitis es, etco- 
j)iosus in miscricor- 
dia omnibus invocan- 
tibus te. Ps. Inclina, 
Domine , aurem tuam 
inihl, et exaudi me : 



AYEZ pitié de moi, Sei- 
gneur, parce que j*ai 
crié vers vous tout le 
jom*; car vous êtes, Sei- 
gneur, plein de douceur 
et de bonté, et riche en 
miséricordes envers tous 
ceux qui vous invoquent. 
Ps. Prêtez l'oreille, Sei- 
gneur, et exaucez -moi; 



496 LK IV1< DIMANCHE APRÈS LA PJBNTKCÔTE. 

car je suis pauvre et dé- 1 quoniaminopsetpau- 
uué de tout. jf. Gloire. | persumego.jir. Gloria. 

Collecte, Que votre grâce, Seigaeur, nous pré- 
vienne et nous accompagne toujours, et qu'elle 
nous tienne sans cesse appliqués à la pratique 
des bonnes œuvres. Par N.-S. J.-C. 

ÉPITRE. 

MES frères. Je vous prie de ne point perdre 
courage en me voyant souffiir tant de maux 
pour vous , puisque ces maux sont votre gloire. 
C'est pourquoi je fléchis les genoux devant le 
Père de Notre-Seigneur Jésus-Christ, le principe 
et le chef de toute cette grande famille qui est 
dans le ciel et sur la terre, afin que, selon les 
richesses de sa gloire , il fortifie en vous l'homme 
intérieur par son Esprit-Saint, qu'il fasse habiter 
Jésus-Christ dans vos cœurs par la foi, et qu'é- 
tant enracinés et afi'ermis dans la charité, vous 
puissiez comprendre avec tous les saints quelle 
est la largeur, la longueur, la hauteur et la pro- 
fondeur de ce mystère ; puissiez -vous connaître 
aussi la charité de Jésus -Christ, laquelle est 
au-dessus de toute science, de telle sorte que 
vous soyez comblés de la plénitude des dons de 
Dieu. Que celui qui, par sa puissance, peut faire 
infiniment plus que nous ne demandons et que 
nous ne pouvons désirer, soit glorifié par l'Église 
et par Jésus -Christ, dans la succession de tous 
les âges et de tous les siècles. Ainsi soit-il. 

Graduel, Les nations 1 Graduel, Timehuut 
'ndront votre nom, | gentes nomen tuum. 



LE XVI* DIMANCHE APRÈS LA PENTECÔTE. 487 



Domine , et omnes 
reges terrée gloriam 
tuam. ^, Quonîam 
œdiflcavit Domiuus 
Sioa, et videbitur in 
majestate sua. 

Alléluia, alléluia. 
j,\ Cantate Domino 
canticum novum , 
quia mirabilia fecit 
Dominus. Alléluia. 



Seigneur, et tous les rois 
de la terre connadtront 
votre gloire, j^. Parce que 
le Seigneur a rebâti Sion , 
et quil y sera vu dans sa 
gloire. 

Alléluia, alléluia, y. 
Chantez au Seigneur mi 
cantique nouveau , parce 
qu'il a fait des choses 
merveilleuses. Alléluia. 



EVANGILE. 

EN ce temps -là, Jésus étant entré dans la 
maison d'un des principaux pharisiens, uu 
jour de sabbat, pour y assister à un repas, ceux 
qui se trouvaient là l'observaient; car il y avait 
devant lui un homme hydropique. Jésus, s'a- 
dressant donc aux docteurs de la loi et aux 
pharisiens, leur dit : Est -il permis de guérir le 
jour du sabbat? Mais ils gardèrent le silence: 
et lui, prenant cet homme par la main, le 
guérit et le renvoya. Il leur dit ensuite : Qui de 
vous , si son àne ou son bœuf vient à tomber 
dans un puits, ne se hâte de l'en retirer, même 
le jour du sabbat? Ils ne pouvaient rien lui 
répondre. Remarquant ensuite que les conviés 
choisissaient les premières places, il leur pro- 
posa cette parabole : Quand vous serez invité à 
des noces, leur dit-il, ne prenez point la pre- 
mière place, de peur qu'il ne se trouve parmi 
les conviés quelqu'un plus élevé en dignité que 



488 LE XVI* DIMAIICHE APRÈS LA PENTECÔTE. 

VOUS, et que celui qui vous aura invités tous deux 
ne vienne vous dire : Cédez votre place à celui-ci ; 
et qu'alors vous n'ayez la honte de descendre à 
la derniôrc place. Mais quand vous serez invité, 
allez vous mettre à la dernière place : de sorte 
que celui qui vous a invité vous dise lorsqu'il 
viendra : Mon ami , montez plus haut : ce qui 
sera un honneur pour vous aux yeux de toiis les 
convives ; car celui qui s'élève sera humilié , et 
celui qui s'humilie sera élevé. 

Offertoire, Sel gneur , 
hàtez-vous de me secou- 
rir : que ceux qui cher- 
chent à m'ôter la ^ie 
soient couverts de honte 
et de contusion : Sei- 
gneur, hâtez-vous de me 
secourir. 

Secrète. Seigneur, purifiez -nous, s'il vous 
plaît, par ce sacrifice, et rendez-nous, par votre 
miséricorde , dignes d'y participer. Nous vous en 
prions par N.-S. J.-C. 

Communion, Selgneuij 
je ne penserai qu'à votre 
justice ; 6 Dieu , vous 
m'avez instruit dès ma 
jeunesse, et jusqu'à mon 
dernier jour : ne m'a- 
Jsaoïdonnez pas^ 6 mon 
Dieu. 



Offertoire. Domine, 
in auxllium meum re- 
spice : confundantur 
et revereantur qui 
quaerunt animamme- 
am ut auferant eam : 
Domine, in auxllium 
meum respice. 



Communion. Domi- 
ne , memorabor justi- 
tiaB tuae solius : Deus , 
docuisti me a juven- 
tute mea, et usque in 
senectam et senîum : 
Deus, ne derelinquas 
me. 



Postcommunion. Ayez la bonté. Seigneur, de 
rifier nos âmes, et de nous donner une nou- 



r 



LE XV11« DIMANCHE APRÈS LA PENTECÔTE. 489 

velle vie par ces célestes saxirements, afla que 
nous en recevions pour nos corps un secours qui 
nous sen'e pour la vie présente et pour la vie 
future. ParN.-S. J.-G. 

A Magnificat. 



Ant, Gum vocatus 
fueris ad nuptias, re- 
cumbe in novissimo 
loco, ut dicat tibi qui 
te invita vit : Amice , 
ascende supertus; et 
erit tibi ploria coram 
simul discumbenti- 
bas, alléluia. 



Ant, Quand vous serez 
invité à des noces, allez 
vous mettre à la dernière 
place; de sorte que celui 
qui vous a invité vous 
dise : Mon ami, montez 
plus haut; ce qui sera un 
honneur pour vous aux 
yeux de tous les convives, 
alléluia. 



LE XVn- DIM.VNCIIE APRES L\ PENTECOTE. 
A LA. MESSE — ixtuoït. 



JusTus es, Domine, 
et rectum judicium 
tuum : fac cum servo 
tuo secundum mise- 
ricordiam tuam. Ps. 
Beati immaculati in 
via, qui ambulant in 
lege Domini.ji'. Gloria 
Patri. 



Vous êtes juste, Sei- 
gneur, et vos juge- 
ments sont équitables : 
traitez votre serviteur 
selon votre miséricorde. 
Vs, Heureux les honmies 
iiTéprochables dans leurs 
voies, qui suivent la loi 



du Seigneur ! ji'. Gloire. 
Collecte, Accordez à votre peuple. Seigneur, 
la grâce d'éviter les pièges du démon, et de ne 
servir avec un cœur pur que vous , le seul Dieu. 
Par N.-S. J.-G. 



j 



t m'^ 



neTlea' y ** niiyw«, moiqui suis dans 

et qu f jf n"^ j^igneur, de vÎTre d'nne 

Il de ^ "'">■ /^pw auquel vous avez été 
^'s' f £i «" '''11' l'humilité, la dou- 

qur ji vous supportant les uns les 

vi , travaillant avec soin à con- 

" "", „ju m^me esprit par le lien de la 
>' " atlas quuB même corps el qn'nn 
■J J" ei vous avez loue été appelés à la 
^'^éiwte II Q y aqu'un Seigneur, qu'une 
^M un tapt^e 11 n> a qu'un Dieu , père 
iw ''Jies hommes, maître de tont, qui gou- 
^jj loui eequî cïîste, et dont l'esprit jéside 
^^1 ea nous tous; il est béni dans les siècles 
tisiédos- Ainsi soil-il. 
graduel. Heureux le G^ïrfue/.Beatagens 
cujus est Dominus 
Oeus eorom : popu- 
lu3 quem elegît Do- 
minus in hieredita- 
lem sibi. f. Verbo 
Domtni cœli flrmati 



^uple dont 

^i le Dieu, le peuplé que 
le Seigneui' a choisi pom' 
son béritage. jt. Les cieux 
ont été créés par k parole 
du Seigneur, toute leur 
force vient du souCDe de 
■ sa bouche. 

Alléluia, alléluia, y. 
Seigneur, écoulez ma 
prière, et que mes eris 
s'élèvent jusqu'à vous. 
AUelnta. 



Alléluia, alléluia. 
y. Domine , exandi 
oraliouem meam, et 
clamor meus ad te 
it. Alléluia. 



LE XVII« DIMANCHE APRÈS LA PENTECAtE. 491 
ÉVANGILE. 

EN ce temps-là, Les pharisiens s'approchèrent 
de Jésus, et Tnn d'eux, qui était docteur de 
la loi, lui demanda pour le tenter : Madtre, 
quel est le plus grand commandement de la loi? 
Jésus lui répondit : Vous aimerez le Seigneur 
votre Dieu de tout votre cœur, de toute votre 
àme et de tout votre esprit. C'est là le plus grand 
et le premier commandement ; et voici le second , 
qui lui est semblable : Vous aimerez votre pro- 
chain comme vous-même. Ces deux commande- 
ments renferment toute la Loi et les Prophètes. 
Comme les pharisiens étaient réunis là, Jésus 
leur fit à son tour cette question : Que pensez- 
vous du Christ? de qui est -il fils? De David, 
répondirent - ils. Comment donc, ajouta-t-il, 
David, qui était inspiïé, l'appelle -t- il soft Sei- 
gneur, lorsqu'il dit : Le Seigneur a dit à mon 
Seigneur : Asseyez-vous à ma droite , jusqu'à ce 
que je réduise vos ennemis à vous servir de 
marchepied? Si donc David l'appelle son Sei- 
gneur, comment est-il son fils? Aucun d'eux ne 
put lui répondre, et depuis ce jour personne 
n'osa plus l'interroger. 



f fertoir e,Ovd^y\ 
Deum meum, ego Da- 
niel , dicens :^ Exau- 
di , Domine , * preces 
servi tui : illumina 
faciem tuam super 
sanctuarium tuum ; 



Offertoire, J'ai prié 
mon Dieu, moi Daniel, 
en disant : Seigneur, 
exaucez les prières de 
votre serviteur ; faites 
briller dans votre sanc- 
tuaire la lumière de votre 



492 LE XVII« DIMANCHE APRÈS LA PEXTECÔTE. 



et propitius intende 
populnm istum, su- 
\)er quem invocatum 
est uomen tuiim , 
Dens. 



visage , et jetez un regard 
favorable sur ce peuple, 
en faveur duquel votre 
uom a été invoqué, ô 
mou Dieu. 

Secrète, Nous demandons très - humblement 
à votre Majesté, Seigiiem', que ces saints mys- 
tères que nous célébrons nous délivrent de nos 
péchés présents et à venir. Par N.-S. J.*C..., 
qui vit et règne. 

Communion.FaHes des 
vœux au Seigneur votre 
Dieu, et accomplissez -les, 
vous tous qui apportez 
vos offrandes dans les 
parvia de son temple : 
adorez le Dieu redoutable 
aux princes et aux rois 
de la terre , le Dieu qui 
est le maître de leurs 
jours. 

Postcommunion, Faites, ô Dieu tout-puissant, 
que vos sacrements nous guérissent de nos pé- 
chés, et nous donnent des remèdes pour la vie 
étemelle. Par N.-S. J.-G. 

A Magnificat. 



Communion, Vove- 
te, et reddite Domino 
Deo vestro , omnes 
qui in circuitu ejus 
affertis munera : ter- 
ribili et ei qui aufert 
spiritum principum, 
terribili apud omnes 
rcges terrae. 



Ant. Que pensez -vous 
du Christ? de qui est-il 
fils? De David, répondi- 
rent-ils. Conmient donc, 
ajouta Jésus, David, qui 



i4«^,Quid vobis vi- 
detur de Ghristo? cu- 
jus fllius est? Dicunt 
ei onmes : David. 
Dicit eis Jésus : Quo- 



LB XVUI<^ DIMANCHE 

modo David in spiritu 
vocat eum Domiuum, 
diceus : Dixit Domi- 
nus Domino meo : 
Sede a dextris meis? 



APRÈS LA PENTECÔTE. 493 

était inspiré, l'appelle-t-il 
son Seigneur, lorsqu'il 
dit : Le Seigneui* a dit à 
mon Seigneur : Asseyez- 
vous à ma di'oite? 



LE xviii- DnIA^'cnE après la pentecote. 



D 



A LA MESSE. — nsTROÏT. 

A pacem , Domine , tv o n n e z la paix , Sei- 
sustineutibus te , " 



utproplietœtui fidèles 
iiiveuiantur ; exaudi 
preces servi tui , et 
plehistuae Israël. Ps, 
Laetatus sum in bis 
quae dicta sunt mibi : 
In domum Domini 
ibimus. t. Gloria Pa- 
tri. 



gneur, à ceux qui vuu s 
attendent, afin que v > 
prophètes soient trouvas 
fidèles : exaucez les priè- 
res de votre scirviteur, et 
celles d'Israël votre peu- 
ple. Ps. Je me suis rejoui 
de cette parole qui m'a 
été dite : Nous irons dans 
la maison du Seigneur. 



V. Gloire au Père. 
Collecte, Daignez, Seigneur, conduire tou- 
jours nos cœurs par l'opération de votre grâce ; 
car nous ne pouvons vous plaire sans vous. Par 

ÉPÎTRE. 

MES frères, Je rends à Dieu de continuelles 
actions de grâces pour les dons célestes qu'il 
vous a départis par Jésus -Christ, et de ce qu'il 
vous a comblés de toutes les richesses spirituel U's. 
en vous donnant la connaissance de la doctrine 



494 LE XVtlI" DIMANCHE APRÈS LA PEITTECÔTE. 

et la facilité de l'expliquer aux autres. Le té- 
moignage qu'on TOUS a rendu de Jésus-Christ a 
été ainsi confirmé parmi vous, de telle sorte qu'il 
ne vous manque aucun de ces dons dans l'at- 
tente où vous êtes de la manifestation de >' :re- 
Seigneur Jésus -Christ. J'espère que Dieu vous 
affermira encore. jusqu'à la fin, pom' que vous 
soyez trouvés irréprochables au jour de l'avéne- 
ment de Notre-Seigneur Jésus-Christ. 



Graduel. Je me suis 
réjoui de cette parole qui 
m'a été dite : Nous irons 
dans la maison du Sei- 
gneur, j^. Que la paix 
règne dans tes remparts, 
ô cité sainte, et l'abon- 
flance dans tes palais. 

Alléluia, alleluia.,t. Les 

nations craindront votre 

^om. Seigneur, et tous 

les rois de la terre connaî- 



Graduel. Laetatus 
sum in his quœ dicta 
sunt mihi : In domum 
Domini ihimus. y, 
Fiat pax in virtute 
tua, et abundantia in 
turribus tuis. 

AUeluia, alléluia. V. 
Timebunt gentes no- 
men tuum. Domine, 
et omnes reges terrae 



Iront votre gloire. Allei. | gloriam tuam. Allel. 

ÉVANGILE. 

EX ce temps -là, Jésus étant monté dans une 
barque, traversa le lac de Génésareth, et 
entra dans la ville de Gapharnaûm, où on lui 
présenta un paralytique étendu sur un lit. Jésus, 
voyant leur foi, dit au paralytique : Mon fils, 
ayez confiance, vos péchés vous sont remis. Alors 
quelques-uns des docteurs de la loi dirent en 
«jux-mèn^es ; Q§t hoî^i^me blasphème, UnU Jésufs, 



LE XVIII« DIMANCHE APRÂ8 LA PEITTECÔTE. 495 

connaissant leurs pensées, leur dit : Pourquoi vos 
cœiirs fonnent-iis des jugements injustes ? Lequel 
est plus facile, de dire : Vos péchés vous sont 
remis, ou de dire : Levez- vous et marchez? Or, 
afin i^ vous sachiez que le Fils de Thomme â 
sur la terre le pouvoir de remettre les péchés : 
Levez-vous , dit-il au paralytique , emportez votre 
lit, et retournez dans votre maison. Le malade 
se leva aussitôt, et retourna dans sa maison. A 
cette vue , le peuple fut saisi de crainte, et rendit 
gloire à Dieu, qui avait donné iin tel pouvoir 
aux hommes. 



Offertoire, Sancti- 
ficavit Moyses altare 
Domino, offerens su- 
per illud holocausta, 
et inunolans victi- 
mas : fecit sacrificium 
vespertinum in odo- 
rem suavitatis Domi- 
no Deo, in conspectu 
flliorum Israël. 



Offertoire, Moïse con- 
sacra un autel au Sei- 
gneur en y offrant des 
holocaustes et en y im- 
molant des victimes : il 
offrit en présence des en- 
fants d'Israël le sacrifice 
du soir, sacrifice agréable 
au Seigneur Dieu. 



Secrète, Dieu, qui nous rendez participants 
de votre souveraine et imique divinité par la 
réception de cet auguste sacrement, faites, s'il 
vousplait, que, connaissant votre vérité, nous 
nous en rendions dignes en y conformant notre 
conduite. Nous vous le demandons par N.-S. 
4.- G. *• 

CowmuMbn.Tollite I Communion, Prépj^re^ 

hpçtias . t^\ }ntrotte | les offrandes , et ex\tm 



496 LE Xa* DIMANCHE APRÈS LA PENTECÔTE. 



in alria ejus; adorate 
Dominum ia aula 
sancta ejus. 



dans les parvis du Sei- 
gneur : adorez -le dans 
son saint temple. 

Posicommunion, Nous vous rendons grâces, 
Seigneur, de nous avoir nourris de votre don 
sacré, et nous supplions votre miséricorde de 
nous rendre dignes d'y participer. Par N.-S. J.-C. 

A Magnificat. 



Anf, Le paralytique 
prit le lit sur lequel il 
était couché, et rendit 
gloire à Dieu : à cette 
vue, tout le peuple ren- 
dit aussi gloire à Dieu. 



Ant, Tulit ergo pa- 
ralyticus lectiun su- 
um in quo jacebat, 
magnificans Deum ; 
et omnis plebs, ut vi- 
dit, dédit laudem Deo. 



LE XIX- DIMAXCUE APRES LA PENTECOTE. 
A LA MESSE. — dctroït. 



J 



E suis le salut de mon 
peuple , dit le Sei- 
gneur : quelles que soient 
ses tribulations, s'il crie 
vers moi, je l'exaucerai, 
ot je serai à jamais son 
Dieu. Ps, Écoutez ma loi , 
ô mon peuple ; prêtez 
l'oreille aux paroles de 
ma bouche. ^. Gloire an 
Père. 



SA LUS populi ego 
sum, dicit Domi- 
nus; de quacumque 
tribulatione clama ve- 
rint ad me , exaudiam 
eos : et ero illorum 
Domiuus in perpe- 
tuum. Ps. Attcndite, 
popiile meus, legem 
meam; inclinate au- 
rem vestram in verba 



oris mei. jJ'. Gloria. 
Collpcie. Dieu tout-puissant et miséricordieux, 



LE XIX« DIMANCHE APRÈS LA PETTECÔTB. 497 

éloignez de nous avec bonté tout ce qui est con- 
traire à notre salut, afin que, libres de corps et 
d'esprit, nous vous servions avec des cœurs 
dégagés du péché. Par N.-S. J.-C. 

ÉPITRE. 

MES frtres, Renouvelez - vous dans l'intérieur 
de votre .Ime, et revètez-vous de l'homme 
nouveau, qui est créé à la ressemblance de Dieu, 
dans une justice et une sainteté véritables. C'est 
pourquoi, renonçant au mensonge, que chacun 
de vous parle à son prochain selon la vérité; 
car nous sommes tous membres d'un même 
corps. Entrez en colère, mais ne péchez pas ; que 
le soleil ne se couche pas sur votre colère. Ne 
donnez point entrée dans votre cœur au démon. 
Que celui qui dérobait ne déruoe plus, mais 
qu'il s'occupe, en travaillant de ses mains, à 
quelque ouvrage bon et utile, pour avoir de quoi 
donner à ceux qui sont dans l'indigence. 



Graduel. Dirigatm' 
oratio mea sicut in- 
censimi in conspectu 
tuo. Domine, y, Ele- 
vatio manuum mea- 
rum, sacrificium ve- 
spertinum. 

Alléluia, alléluia. 
^, Gonfitemini Do- 
mino , et invocate 
iiomen ejus : annun- 
tiate inter gentes 
ppera ejus, Alîeluja, 



Graduel. Que ma 
prière, Seigneur, monte 
vers vous comme Ten- 
cens. y. Que l'oblationde 
mes mains soit comme 
le sacrifice du soir. 

Alléluia, alléluia, y. 
Rendez gloire au Sei- 
gneur, et invoquez son 
nom : annoncez ses œu- 
vres patini les peuples, 
Alléluia, 



498 LE X1X« DIMANCHE APIliS LA PEHTECAn. 

EVANGILE. 

EK ce temps-là, Jésus continuant de parler en 
paraboles, dit aux princes des prêtres et aux 
phaiisieus : Le royaume des cieux est semblable 
à un roi qui, voulant célébrer les noces de son 
fils, envoya ses seniteurs appeler ceux qui 
étaient invités; mais ils refusèrent d'y venir. 
Il envoya encore d'autres serviteurs avec ordre 
de dire à ceux qui étaient invités : J'ai préparé 
mon festin; j'ai fait tuer mes bœufs et tout ce 
qui avait été engraissé : tout est pixît, venez 
aux noces. Mais, au lieu de s'y rendre, ils s'en 
allèrent, Tun à sa maison de campagne, et 
Tautre à ses aflaii-cs; quelques-uns se saisirent 
des serviteurs, les accablrrent d'outrages, et 
les tuèrent. A cette nouvelle, le roi, irrité, en- 
voya ses troupes, extermina les meurtriers et 
brùla leur ville. Il dit ensuite à ses serviteurs : 
Le festin des noces est prêt; mais ceux qui 
avaient été invités n'en étaient pas dignes ; allez 
donc dans les places publiques, et appelez aux 
noces tous ceux que vous trouverez. Les seiTi- 
teurs parcoururent les rues, réunirent tous ceux 
qu'ils trouvèrent, bons et mauvais, et la salle 
du festin fut remplie de convives. Le roi, étant 
entré pour voir ceux qui étaient à table, aper- 
çut un bomme qui n'était point revêtu de la 
robe nuptiale. Mon ami, lui dit-il, commuent 
êtes- vous entré ici sans avoir la rol)e nuptiale? 
Et cet homme ne répondit rien. Alors le roi dit à 
ses serviteurs : Liez-lui les mains et les pieds, 



LE XU« OIMAUCIUE après la PENTECÔTE. 499 

et jetez-le dehors dans les ténèbres; c'est là, 
qu'il y aura des pleurs et des grincements de 
dents; car beaucoup* sont appelés, mais peu 
sont élus. 



Offertoire, Si am- 
bulavero in medio 
tribulationis, vivili- 
cabis me, Domine : 
et super iramiuimico- 
rum meorum exten- 
des manuni tuam; et 
salvum me faciet 



Offertoire, Si je mar- 
che au milieu des tribu- 
lations, vous me conser- 
verez la vie. Seigneur; 
vous étendrez la main 
contre la fureur de mes 
ennemis, et votre droite 
me sauvera. 



dextera tua. 

Secrète. Faites, s'il vous plaît, Seigneur, que 
les dons que nous offrons à votre Majesté nous 
soient salutaires. Par N.-S. J.-G. 



Communion. Tu 
mandasti mandata 
tua custodiri nimis : 
uHuam dirigautur 
vise mede ad custo- 
diendas justification 
nés tuas ! 



Communion. y ODS nous 
avez ordonné. Seigneur, 
d'observer fidèlement vo- 
tre loi. Puissent mes pas 
suivre toujours avec do- 
cilité la voie de vos pré- 



ceptes ! 

Postcommunion. Que l'opération de votre grâce 
salutaire, Seigneur, nous purifie de nos iniquités 
et nous attache toujours à vos commandements. 
Par N.-S. J.-C. 

A Magnificat. 



A ni. Intravit autem 
rex ut vidcret dis- 
cumbentes; et vidit 



Ant. Le roi, étant en- 
tré pour voir ceux qui 
étaient à table, aperçut 



500 LE XX« DIMAlfCHE APRiS LA PEHTECÔTE. 



nn homme qui n'était 
point revêtu de la robe 
nuptiale. Mon ami, lui 
dit-il, comment étes-vous 
entré ici sans avoir la 
robe nuptiale? 



ibi hominem non ve- 
stitum veste nuptiali, 
et ait illi : Amice, 
quomodo hue intrasti, 
non habens vestem 
nuptialem? 



LE XX' DIMANCHE APRES LA PENTECOTE. 
A LA MESSE. — INTROÏT. 



TOUT ce que vous nous 
avez fait, Seigneur, 
vous Tavpz fait avec 
équité, car nous avons 
péché contre vous et nous 
n'avons pas obéi à vos 
commandements; mais 
glorifiez votre nom, et 



agissez envers nous selon 
la multitude de vos mi- 
séricordes. Ps. Heureux 
les hommes irréprocha- 
bles dans leurs voies, qui 
suivent la loi du Sei- 
gneur, ^t. Gloire au Père. 

Collecte, Seigneur, daignez accorder aux 
prières de vos fidèles le pardon de leurs offenses 
et la véritable paix, afin qu'étant purifiés de 
tous leurs péchés, ils vous servent dans la 
tranquillité d'uoe sainte confiance. Par N»-S, 
J.^G, 



OMNI A quae fecisti 
nobis, Domine, in 
vero judicio fecisti, 
quia peccavimus ti- 
bi, et mandatis tuis 
non obedivimus; sed 
da gloriam nomini 
tuo, et fac nobiscum 
secundum multitu- 
dinem misericordiœ 
tuae. Ps. Beati imma^ 
culati in via, qui am- 
bulant in lege Do- 
mini, f, Gloria Patri. 



LE XX*' DIMANCHE APRÈS LA PENTECÔTE. 501 
ÉPITRE. 

AYEZ soin, mes frères, de vous conduire avec 
beaucoup de circonspection, non comme des 
insensés, mais comme des honmies sages, ra- 
chetant le temps, parce que les jours sont 
mauvais. C'est pourquoi n'agissez point impru- 
demment; mais appliquez-vous à connaître quelle 
est la volonté de Dieu. Et ne vous laissez point 
aller aux excès du vin, d'où naît l'impureté; 
mais soyez remplis du Saint-Esprit, vous en- 
tretenant de psaumes, d'hymnes et de cantiques 
spirituels, chantant et psalmodiant, du fond de 
vos cœurs, à la gloire du Seigneur, rendant 
grâces en tout temps et pour toutes choses à Dieu 
le Père, au nom de Notre-Seigueur Jésus-Christ, 
vous soumettant les uns aux autres dans la 
crainte de Jésus-Christ. 



Graduel, Oculi om- 
nium in te sperant. 
Domine, et tu das illis 
escam in tempore op- 
portune, y. Aperis tu 
manum tuam, et im- 
pies omne animal be- 
nedictione. 

Alléluia, alléluia. 
V. Paratum cor me- 
um, Deus, paratum 
cor meum : cantabo, 
et psallam tibi, gloria 
mea. Alléluia. 



Graduel, Les yeux de 
toutes les créatures sont 
tournés vers vous, Sei- 
gneur, et vous leur don- 
nez leur nourriture au 
temps marqué. ^, Vous 
ouvrez votre main, et 
vous comblez de biens 
tout ce qui respire. 

Alléluia, alléluia. >• 
Mon cœur est prêt, Sei- 
gneur, mon cœur est 
prêt : je chanterai vos 
louanges, ô vous qui êtes 
ma gloire. Alléluia. 



502 LE XX« DlMANCUfi APRÈS LA PENTECÔTE. 

ÉVANGILE. 

EX ce temps -là, Un officier dont le fils était 
malade à Capharnatlm, ayant appris que 
Jésns était venu de Judée en Galilée, alla le 
trouver et le supplia de venir chez Ini pour 
guérir sou fils qui se mourait. Jésus lui dit : Si 
vous ne voyez des prodiges et des miracles, vous 
autres, vous ne croyez point. Seigneur, reprit 
le ppre, venez avant que mon fils meure. Allez, 
lui dit Jésus, votre fils est guéri. Il crut h la pa- 
role de Jésus, et s'en retourna. Comme il était 
en chemin, ses senitem*s vinrent au-devant de 
lui, et lui dirent que son fils était guéri. 11 leur 
demanda à quelle heure il s'était trouvé mieux. 
Hier, à la septième heure, lui dirent-ils, la 
fi<^vre l'a quitté. Le père reconnut que c'était 
l'heiu-e même où Jésus lui avait dit : Votre fils 
est guéri; et il crut en lui, ainsi que toute sa 
famille. 



Offertoire, Assis sur le 
bord des fleuves de Ba- 
bylone, nous avons pleu- 
ré à votre souvenir, ô 
Sion. 

Secrète. Seigneur, que ces mystères soient pour 
nous un remède céleste , et purifient nos cœurs 
de toutes leurs iniquités. Par N.-S. J.-C. 



Off'ertoire, Super 
fluminaBabylonis, 11- 
lic sedimus, et flevi- 
mus dum recordare- 
mur tui, Sion. 



Communion, ^oxwqhqi 
vous. Seigneur, de la pa- 
role que vous avez fait en- 
tendre à votre serviteur, 
«t qui lui a donné l'es- 



Communion. Mé- 
mento verbi tui servo 
tuo, Domine, in quo 
mihi spem dodisti; 
hsc me cousolata est 



LE XX1« DIMANCUE APRÈS LA PENTECÔTE. 503 

in humilitate mea. pérancc : c'est elle qui 

m'a consolé dans mes 
humiliations. 
Postcommunion, Faites, s'il vous plaît, que 
nous obéissions toujours à vos commandements, 
Seigneur, afin que nous soyons digues de parti- 
ciper à vos saints mystères. Par N.-S. J.-G. 

A Magnificat. 



i4«/.Cognovit autem 
pater quia illa hora 
erat in qua dixit Jé- 
sus : Filins tuus vi- 
vit; et credidit ipse, 
et domus ejus tota. 



Ant, Le pore reconnut 
que c'était l'heure même 
où Jésus lui avait dit : 
Votre fils est guéri; et il 
crut en lui, ainsi que 
toute sa famille. 



LE XXI* DLMAKCIIE APRES LA PENTECOTE. 
A LA MESSE. — introït. 



IN voluntate tua, 
Domine, universa 
sunt posita; et non 
est qui possit resi- 
stere voluntati tuœ : 
tu enim fecisti onmia, 
cœlum et terram, et 
universa quae cœli 
amLitu continentur : 
Dominus universo- 
rum tu es. Ps, Beati 
immaculati in via, 
qui ambulant in lege 
Domini. j^. Gloria. 



TOUT est soumis à votre 
empire. Seigneur, et 
nul ne peut résister à 
votre volonté; car vous 
avez tout créé, le ciel et 
la terre, et tout ce qui 
cîxiste sous le ciel; vous 
êtes le maître de l'uni- 
vers. Ps, Heureux les 
hommes irréprochables 
dans leurs voies, qui 
suivent la loi du Sei- 
gneur! jl^. Gloire au Père. 



504 LE XXl^ DIMANCHE APRES LA PENTECOTE. 

Collecte. Daiguez, Seij,'iieiir, coiiser>'er votre 
fîtmille par une bouté coutiuuelle, afin que, 
délivi'ée de toute adversité par votre secours, 
elle rende gloire à votre saint nom par la pra- 
tique des bonnes œuvres. Nous vous en prions 
par N.-S. J.-C. 

é PITRE. 

MES lirres, Fortiliez-vous dans le Seigneur et 
dans sa vertu toute-puissante. Revêtez- vous 
de toutes les amies de Dieu, pour pouvoir ré- 
sister aux embûches et aux artifices du démon ; 
car nous avons à combattre non -seulement 
contre des hommes composés de chair et de 
sang, mais contre les principautés et les puis- 
sances de renier, contre les princes de ce monde 
de ténèbres, contre les esprits de malice répan- 
dus dans l'air. C'est pourquoi prenez les annes 
de Dieu, afin de pouvoir résister au jour mau- 
vais, et demeurer parfaits en toutes choses. 
Soyez donc fennes : que la vérité soit la ceinture 
de vos l'élus, et la justice votre cuirasse, et que 
votre chaussure soit préparée pour aller prêcher 
l'Évangile de la paix. Servez-vous surtout du 
bouclier de la foi, pour pouvoir éteindre tous 
les traits enflammés de Tesprit malin. Prenez 
encore le casque du salut et le glaive spirituel, 
(|ui est la parole de Dieu. 



Graduel, Seigneur, 
>ous avez été notre re- 
fuge de génération en 
génération, ji-. Avant que 
les montagnes s'élevas- 



GradueL Domine, 
refugium factus es 
nobis a generatione 
et progenie. ^, Prius- 
quam montes fièrent, 



L£ lU^ DIMAx\CIl£ APRÈS LA PENTECÔTE. 505 



aut fonuaietur terra 
et orbis, a saeculo et 
usque m sœculum tu 
es Deus. 

AUeluid , alléluia. 
>'. lu exitu Israël de 
Mgypio, domus Ja- 
cob de populo barba- 
ro. Alléluia. 



sent, avant que la terre 
et le monde fussent for- 
més, vous êtes Dieu de 
toute éternité. 

Alléluia, alléluia, y. 
Lorsque Israël sortit de 
l'Egypte, et la maison 
de Jacob du milieu d'un 
peuple barbare. Alléluia * 



EVANGILE. 

JiN ce temps-là, Jésus dit cette parabole à ses 
J disciples : Le royaume du ciel est semblable 
à un roi qui voulut se faire rendre compte par ses 
sei'vitem's. Quand il eut conmiencé, on lui en 
présenta un qui lui devait dix mille talents ; et 
comme il n'avait pas de quoi payer, son maîtn* 
ordonna qu'il lut vendu avec sa femme, ses en- 
fants et tout ce qu'il possédait, pour acquitter sa 
dette. Ce serviteur, se jetant à ses pieds, le sup- 
pliait en ces termes : Accordez -moi quelque délai, 
et je vous rendi'ai tout. Le roi, toiicbé de compas- 
sion, le laissa aller, et lui remit sa dette. Ce ser- 
viteur, à peine sorti, trouvant un de ses compa- 
gnons qui lui devait cent deniers, le saisit à la 
gorge, et l'étouftait presque, en disant : Rends - 
moi ce que tu me dois. Son compagnon, se jetant 
à ses pieds, lui faisait cette prière : Accordez - 
moi quelque délai, et je vous rendrai tout. Mais 
l'autre ne le voulut point, et il le fit mettre en 
prison jusqu'à ce qu'il l'eût payé. Les autres ser- 
viteurs, voyant ce qui se passait, en furent pro- 



506 LE XXI* DIMANCHB APRÈS LA PENTECÔTE. 

fondement a£Digés, et racontèrent à leur maître 
tout ce qui venait d'arriver. Alors son maître le 
lit venir, et lui dit : Méchant serviteur, je t'avais 
remis toute ta dette, parce que tu m'en avais 
prié : ne devais-tu donc pas aussi avoir pitié de 
ton compagnon, comme j'avais eu pitié de toi? 
Aussitôt le maître, indigné, le livra aux exécu- 
teurs de la justice, jusqu'à ce qu'il eût payé tout 
Cl; qu'il lui devait. C'est ainsi que mon Père 
céleste vous traitera, si chacun de vous ne par- 
donne à son frère du fond du cœur. 



Offertoire, Il y avait 
dans la terre d'IIus un 
homme appelé Job, sim- 
ple, juste, et craignant 
Dieu. Satan demanda au 
Seigneur de le tenter, et 
le Seigneur lui donna 
pouvoir sur ses biens et 
sur son corps. Il lui fit 
perdre tous ses biens et 
ses enfants, et il affligea 
même son corps d'une 
plaie horrible. 



Offertoire, Vir erat 
in terra Hus nomine 
JobjSimplex et rectus, 
ac timens Deum , 
quem Satan petiit ut 
tentaret; et data est 
ei potestas a Domino 
in facultates et in 
camem ejus : perdi- 
ditqiie omnem sub- 
stantiam ipsius , et 
filios ; camem quoqne 
ejus gravi ulcère vul- 



neravit. 

Secrète, Seigneur, recevez favorablement ces 
hosties, par lesquelles vous avez bien voulu 
apaiser votre colère et nous rendre le salut dans 
votre bonté toute-puissante. Nous vous le de- 
mandons par N.-S. J.-G. 



Communion, Mon âme 
est dans l'attente de vo- 



Communion. In 
salutari tuo anima 



LE XX1I« DIMANCHE APRÈS LA PENTECÔTE. 507 



mea, et in verbum 
tuum speravi : qnan- 
do faciès de perse- 
quentibus me jndici- 
um? Iniqui persecuti 
sunt me ; adjuva me, 
Domine Deus meus. 



tre salut, et j'espère en 
votre parole : quand fe- 
rez-vous justice de ceux 
qui me persécutent? Les 
méchants m'ont persécu- 
té; venez à mon aide. 
Seigneur mon Dieu. 
Posf communion. Ayant reçu cette nourriture 
qui donne l'immortalité, nous vous demandons, 
Seigneur, de nous faire imiter avec im cœur 
pur ce que notre bouche a reçu. Nous vous en 
prions par N.-S. J.-G. 

A Magnificat. 



Ant, Serve nequam, 
omne debitum dimisi 
tibi, quoniam rogasti 
me ; nonne ergo opor- 
tttit et te misereri con- 
servi tui, sicut et ego 
tui misertas sum ? al- 
léluia. 



Ant. Méchant servi- 
teur, je t'avais remis 
toute ta dette, parce que 
tu m'en avais prié : ne 
devais-tu donc pas aussi 
avoir pitié de ton com- 
pagnon, comme j'avais 
eu pitié de toi? alléluia. 



LE XXU- DIMANCHE APRÈS LA PENTECOTE. 



A LA MESSE. 



SI iniquitates obser- 
vaveris, Domine, 
Domine, quis susti- 
nebit? Quia apud te 
propitiatio est, Deus 
Israël. Ps. De profun- 



S' 



INTROÏT. 

VOUS exigez , 



Sei- 



gneur, un compte sé- 
vère de nos iniquités, 
qui pourra subsister de- 
vant vous, ô mon Dieu? 
Mais vous aimez à par- 



508 LE mi« DIMANCHE APRÈS LA PENTECÔTE. 



dis clamavi ad te, 
Domine; Domine, 
exaudi vocem meam. 
y, Gloria Patri. 



donner, Dieu dlsraël. 
P6\ Du fond de Tabime 
j'ai crié vers vous, Sei- 
gneur : Seigneur, écoutez 
ma voix. y. Gloire. 

Collecte. Dieu, notre refuge et notre forc«s 
écoutez les humbles prières de votre Église, vous 
l'auteur de toute piété, et faites que nous obte- 
nions ce que nous vous demandons avec foi. Par. 

ÉPITRE. 

MES fi"ères, J'ai une fenne conliance qfte celui 
qui a commencé en vous la bonne œuvre de 
la persévérance la perfectionnera jusqu'au jour 
de Jésus-Christ; et il est juste que j'aie ce senti- 
ment de vous tous, parce que je vous porte dans 
mon cœur, vous qui prenez part au bonheur que 
j'ai d'être dans les chaînes pour la défense et 
l'affermissement de l'Évangile. Car Dieu m'est 
témoin de la tendresse avec laquelle je vous 
chéris tous dans les entrailles de Jésus-Christ. 
Je lui demande que votre charité croisse de plus 
(;n plus en lumière et en intelligence, afin que 
vous sachiez discerner ce qui est le meilleur, 
que vous soyez pm-s et sans tache jusqu'au jour 
(le Jésus-Christ, et que vous portiez en abon- 
dance des fruits de justice par Jésus-Christ, à la 
louange et à la gloire de Dieu. 



Graduel. Qu'il est bon, 
((u'il est doux pour des 
frères de vivre ensemble 
dans l'union ! > . L'union 



Graduel.Ecce quaiu 
bonum et quam ju- 
cundum habitai'e fra- 
tresin unumî ^, Sic- 



LE XXII« DIMANCHE APRÈS LA PENTECÔTE. 509 



ut unguentum in ca- 
pite, quod descendit 
in barbam, barbam 
Aaron. 

Alléluia, alléluia, 
y. Qui timent Domi- 
num sperent in eo; 
adjutor et protector 
porum est. Alléluia. 



fraternelle est comme le 
parfum répandu sur la 
tête d' Aaron, qui des- 
cendit sur sa barbe et sur 
son visage. 

Alléluia, alléluia, t. 
Que ceux qui craignent 
le Seigneur espèrent en 
lui; il est leur protec- 
teur et leur soutien. Allé- 
luia. 



ÉVANGILE. 

EN te t«mps-là. Les pharisiens, s'étant retirés, 
formèrent le projet de surprendre Jésus dans 
ses discours; ils lui envoyèrent donc leurs dis- 
ciples avec des Hérodiens, qui lui dirent : Maî- 
tre, nous savons que vous êtes vrai dans vos 
paroles, et que vous enseignez la voie de Dieu 
selon la vérité, sans avoir égard à qui que ce 
soit, parce que vous ne faites point acception 
des personnes. Dites-nous donc votre avis sur 
ceci : Est-il permis ou non de payer le tribut à 
César? Mais Jésus, connaissant leur nxalice, 
leur répondit : Hypocrites, pourquoi me tentez- 
vous? montrez-moi la pièce d'argent qu'on donne 
pour le tribut. Us lui présent<Tent un denier. 
Alors Jésus leur dit : De qui est cette image et 
cette inscription? De César, lui dirent-ils. Et il 
leur répondit : Rendez donc à César ce qui ap- 
partient à César, et à Dieu ce qui appartient à 



610 LE XXII« DIMAUCHE AP**S LA PBÎfnSCÔTK. 

Offertoire. Souvenez- Offertoire. Recor 
vous de moi, Seigneur, daxe mei. Domine, 
à qui appartient la toute- omni potentatui do- 
puissauce; mettez dans minans : et da ser- 
ma bouclie un langage 
plein de droiture, alin 
que mes paroles soient 
agréables au prince. 

Secrète. Faites, ô Dieu de miséricorde, que 
cette oblation salutaire nous dégage sans cesse 
de nos propres péchés, et nous préserve de toute 
adversité. Par N.-S. J.-G. 

Communion. Je vous 



monem rectum in os 
meum, ut placeant 
veiba moa in con- 
speclu principis. 



ai invoqué , et vous 



Communion. Ego 
clamavi, quoniam ex- 
audisti me, Deus : 
inclina aurem tuam, 
et exaudi verba mea. 



m'avez exaucé , ô mon 
Dieu : prêtez -moi une 
oreille favorable, et écou- 
tez-moi. 

Postcommunion. Après avoir participé à vos 
saints mystères. Seigneur, nous vous supplions 
humblement de faire servir de secours à notre 
faiblesse le sacrifice que vous nous avez ordonné 
d'offrir en mémoire de vous. Qui, étant Dieu, 

vivez. 

A MagnificaU 



Ant. Rendez donc à 
César ce qui appartient 
à César, et à Dieu ce 
qui appartient à Dieu, 
alléluia. 



Ant. Reddite ergo 
quœ simt Gapsaris 
Cœsîiri, et quae sunt 
Dei Deo, alléluia. 



LE XXIII« DIMAlfClIE APRÈS LA PENTECÔTE. SU 



LE XXIII* DIMANCnE APRÈS LA PE^TECOTE. 

{Si ce Dimanche est le dernier avant VAvent, tni lieu de la 
Meuse qui suit on dit celle du 2V« Dimanche, p. 515.) 

A LA MESSE. — ktroït. 



DixiT I>ominus : Ego 
cogito cogitatioiies 
pacis, et non aQli- 
Gtionis ; iuvoeabitis 
me, et ego cxaudiîun 
vos; et reducain ca- 
ptivitatem vestram de 
cuuctis locis. Ps, Be- 
nedixisli , Domine , 
terram tuam : aver- 
tisti caplivitatem Ja- 
cob. J'. Gloria Patri. 



J'ai des pensées de paix, 
et non d'aôliction , dit 
le Seigneur; vous m'iu- 
voqueiez, et je vous 
exaucerai, et je ramène- 
rai vos captifs de toutes 
les contrées dans les- 
quelles ils sont dispersés. 
Ps, Seigneur, vous avez 
béni votre héritage, vous 
avez délivré Jacob de la 



captivité. 1^^ Gloire. 
Collecte, Pardonnez, nous vous en prions, 
Seigneur, les fautes de votre peuple , alin que 
votre bonté nous délivre des liens du péché , 
dans lesquels nous a engagés la fragilité de notre 
nature. Par N.-S. J.-G. 



M 



ÉPITRE. 

ES frères, Soyez mes imitateurs, et proposez- 
vous l'exemple de ceux qui se conduisent 
selon le modèle que vous avez vu en nous; car 
il en est plusieurs dont je vous ai parlé et dont 
je vous parle encore avec larmes, qui se cou • 
duisent en ennemis de la croix de Jésus-Christ, 
et dont la fin sera la damnation; qui font leur 



512 LE XXIIl^ DIMANCHE APRÈS LA PENTECÔTE. 

dieu de leur ventre, qui mettent leur gloire 
dans ce qui devrait les couvrir' de honte, qui 
n'ont de goût que pour les choses de la terre. 
Pour nous, notre vie est déjà dans le ciel : c'est 
de là aussi que nous attendons le Sauveur Jé- 
sus-Christ Notre-Seigneur, qui changera Tétât 
abject de notre corps, et le rendra semhtable à 
son corps glorieux, en vertu de cette toute- 
puissance par laquelle il peut tout s'assujettir. 
C'est pourquoi, mes très -chers et très -aimé» 
frères, ma joie et ma couronne, demeurez tou- 
jours attachés au Seigneur, mes bien -aimés!: Je 
prie Évodie et je conjure Syntyche d'être unies 
dans le Seigneur. Je vous prie aussi, le fidèle 
compagnon de mes travaux, de les assister, 
elles qui ont travaillé avec moi pour l'Évangile, 
avec Clément et les autres qui m'ont aidé dans 
mon ministère, dont les noms sont écrits dans 
le livre de vie. 

Graduel. C'est vous, 
Seigneur, qui avez re- 
poussé ceux qui nous 
affligeaient, et confondu 
ceux qui nous haïssaient, 
v. Nous nous glorifierons 
toujours en Dieu, nous 
célébrerons votre nom. 

Alléluia, alléluia, f. 
Pu fond de l'abîme j'ai 
crié vers vous, Seigneur; 
Seigneur, écoutez ma 



Gtadijtd, Liberasti 
nos, Domine, ex af- 
fligentibus nos ; et eos 
qui nos oderunt con- 
fudisti. ^. In Deo lau- 
dabimur tota die, et 
in nomine tuo confi- 
tebimur in saecula. 

Alléluia, alléluia. 
^. De profundis cla- 
ma"\1 ad te. Domine : 
Domine, exaudi ora- 
tionem meam, h\\^\^ 



LE XXm» DIMANCHE APRÈS LA PENT£C6tE. 513 
ÉVANGILE. 

EN ce temps-là, Pendant que Jésus parlait aux 
disciples dé Jean, un chef de la synagogue 
s'approcha de lui, et l'adora, en disant : Sei- 
gneur, ma fille vient de mourir; mais venez, 
imposez vos mains sur elle, et elle vivra. Jésus, 
se levant aussitôt, le suivit avec ses disciples. 
Au même instant une femme qui depuis douze 
ans était affligée d'une perte de sang, s'appro- 
cha de lui par derrière, et toucha la frange de 
son vêtement; car elle disait en elle-même : Si 
je puis seulement toucher sou vêtement, je 
serai guérie. Mais Jésus, s'étant retourné et la 
voyant, lui dit : Ma fille, ayez confiance, votre 
foi vous a sauvée; et à l'heure même cette 
femme fut guérie. Lorsque Jésus fut arrivé dans 
la maison du chef de la synagogue, et qu'il eut 
vu les joueurs de flûte et une troupe de gens 
qui faisaient grand bruit : Retirez -vous, leur 
dit-il, car cette fille n'est pas morte, elle n'est 
qu'endormie : et ils se moquaient de lui. Quand 
OD eut fait sortir tout le monde, Jésus entra, la 
prit par la main, et la jeune fille se leva. Le 
bruit s'en répandit aussitôt dans tout le pays 
d'alentour. 

Offertoire, Du fond de 



Offertoire, De pro- 
fundis clamavi ad te, 
Domine : Domine, 
exaudi orationemme- 
am : de profundis cla- 
raavi ad te. Domine. 



l'abime j'ai crié vers 
vous. Seigneur : Sei- 
gneur, écoutez ma prière; 
du fond de l'abime j'ai 
crié vers vous. Seigneur. 



N. 33 8S 



514 LE XXin< DUlAlfCHB APRÂS LA PENTXCÔTI. 

Secrète. Nous vous offrons, Seigneur, ce sa- 
crifice de louange pour obtenir un attachemeot 
plus Tif à votre service, afin que vous accom- 
plissiez en nous Tefiet des dons que vous nous 
avez faits sans que nous les eussions mérités. 
Par N.-S. J.-G. 

Communion, Je vous 
le dis en vérité , tout ce 
que vous demanderez 
dans la prière, croyez 
que vous le recevrez, et 
cela sera accordé. 

Postcommunion, Nous vous prions , Dieu tout- 
puissant, de ne pas permettre que ceux qui par 
votre grâce ont le bonheur de participer à votre 
divine nourriture, succombent aux dangers de 
cette vie. Nous vous le demandons par N.-S. J.-G. 

A Magnificat. 



Communion, Amen 
dico vobis, quidquid 
orantes petitis, cré- 
dite quia accipietis, et 
fiet vobis. 



Ant, Jésus, s'étant re- 
tourné et la voyant, lui 
dit : Ma fille, ayez con- 
fiance, votre foi vous a 
sauvée, alléluia. 



Ant, At Jésus, con- 
versus et videns eam , 
dixit : Gonfide, fiUa 
fides tua te salvam 
fecit, alléluia. 



Il ne peut y avoir, dqoim la Pentecôte jusqu'à FAverU, 
moins de vingt-trois Dimanches, ni plus de vingt-huit. L Office 
du 84« se dit toujours le Dimancïu avant VAvent. 

S'il y a quelques Dimanches entre le m» et le dernier {pour 
le savoir il faut consulter la 7e colonne de la Table des Fêtes 
mobiles, au commencement du volume), Vlntroit, le Gradtiel, 
C Offertoire et la Communion se prennent du 28e Dimanche ; le 
reste comme aux Dimanches de l'Epiphanie. S'il n'y a qu'un 
Dimanche, on dit la Messe du 9* Dimanche après l'Epiphanie ; 
*'il y en a deux on dit celles du &• et dut»; s'il y en a trot». 



LK XX1Y<> DIMANCHE APBÀS LA PENTECÔTE. 515 

OH dit celle» du k*, du 5« et du 8e ; s'il y en a quatre , on dit 
eelteê du Se, du 4*, du 5« et du 6«. 



LE XXIV DIMANCHE APRES LA PENTECOTE. 

A LA MESSE. 
Comme le tSe Dimanche, p. 611 , excepté ce qui nât. 

Collecte, Animez, nous vous en prions. Sei- 
gneur, les volontés de vos fidèles, afin que, pro- 
duisant avec plus d'affection les œuvres de la 
grâce divine, ils reçoivent avec plus d'abon- 
dance les remèdes que donne votre miséricorde. 
ParN.-S. J.-G. 

ÉPITRE. 

MES frères. Nous ne cessons de prier Dieu pour 
vous, et de demander qu'il vous remplisse 
de la connaissance de sa volonté, en vous don- 
nant toute la sagesse et toute l'intelligence spi- 
rituelle, afin que vous vous conduisiez d'une 
manière digne de Dieu, tâchant de lui plaire 
en toutes choses, portant les fruits de toutes 
sortes de bonnes œuvres, croissant dans la con- 
naissance de Dieu, et fortifiés en tout par la 
puissance de sa gloire, en sorte que vous ayez 
en tout temps une patience et une douceur per- 
sévérante, accompagnée d'une sainte joie : ren- 
dant grâces à Dieu le Père, qui par sa lumière 
nous a rendus dignes d'avoir part à l'héritage 
des Saints, nous a arrachés à la puissance des 
ténèbres, et nous a fait passer dans le royaume 
de son Fils bien-aimé, par le sang duquel nous 



516 LE XXIV*: DlMAlfCHE APRÈS LA PERTECÔTE. 

avons été rachetés, et nous avons reçu le pardon 
de nos péchés. 

ÉVANGILE. 

EN ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : Quand 
vous verrez dans le lieu saint rabomination 
de la désolation prédite par le prophète Daniel, 
que celui qui lit comprenne; alors, que ceux 
qui seront dans la Judée s'enfuient sur les mon- 
tagnes; que celui qui se trouvera sur le toit ne 
descende point pour emporter quelque chose de 
sa maison, et que celui qui sera dans les champs 
ne retourne point chez lui pour prendre son vê- 
tement. Malheur aux femmes qui seront alor 
enceintes ou nourrices ! Priez donc le Seigneur 
que vous ne soyez point obligés de fuir ni en 
hiver, ni le jour du sabbat; car la tribulation 
sera si grande alors , qu'il n'y en a point eu de 
pareille depuis le commencement du monde jus- 
qu'à ce jour, et qu'il n'y en aura jamais. Et si 
ces jours ne devaient être abrégés, personne ne 
serait sauvé; mais ils seront abrégés en faveur 
des élus. Alors, si quelqu'un vous dit : Le Christ 
est ici; ou : Il est là, ne le croyez point. Car il 
paraîtra de faux christs et de faux prophètes, 
qui opéreront de grands prodiges et des mer- 
veilles étonnantes, jusqu'à séduire, s'il était pos- 
sible, les élus mêmes. Je vous en avertis par 
avance. Si donc on vous dit : Le Christ est dans 
le désert, n'y allez point; Le voici dans le lieu le 
plus retiré de la maison, n'en croyez rien. Car 
l'avènement du Fils de l'homme sera comme 
l'éclair qui part de l'orient et brille tout d'un 



LE XXiy<» DIMANCHE ÂPRES LA PENTECÔTE. 517 

coup jusqu'à Toccident. En quelque lieu que soit 
le corps, les aigles s'y rassembleront. Aussitôt 
après ces jours de tribulation, le soleil s'obscur- 
cira, la lune ne donnera plus sa lumière, les 
étoiles tomberont du ciel, et les vertus des cieux 
seront ébranlées. Alors le signe du Fils de 
rhonmie paraîtra dans le ciel; à cette vue, tous 
les peuples de la terre feront éclater leur dou- 
leur, et ils verront le Fils de l'homme venir sur 
les nuées du ciel avec une grande puissance et 
une grande majesté. Il enverra ses Anges, qui 
feront entendre le son éclatant de la trompette , 
et qui rassembleront ses élus des quatre coins 
du monde, d'une extrémité du ciel à l'autre. 
Comprenez ceci par une comparaison tirée du 
figuier. Lorsque ses branches sont encore ten- 
dres, et que ses feuilles commencent à paraître, 
vous connaissez que l'été est proche. De même , 
lorsque vous verrez toutes ces choses, sachez que 
le Fils de l'homme va venir, et qu'il est à la 
porte. Je vous le dis en vérité, cette génération 
ne passera pas sans que tout cela arrive. Le ciel 
et la terre passeront, mais mes paroles ne pas- 
seront point. 

Secrète. Exaucez nos prières, Seigneur, et, en 
recevant les offrandes et les humbles demandes 
de votre peuple, tournez nos cœurs vers vous , 
afin que, dégagés des cupidités de la terre, nous 
n'ayons de goût que pour les biens célestes. Par 
N.-S.J.-G. 

Postcommunion, Accordez à nos prières , Sei- 
gneur, par ces sacrements que nous avons reçus. 



&18 LE XX1V« DIMANCHE APRÈS LA PEIfTECÔTE. 

que tont ce qu'il y a de vicieux daus notre âme 
reçoive le remède et la guérison. Nous vous le 
demandons par N.- S. J.- C. 

A Magnificat. 



Ant. Je TOUS le dis en 
vérité, cette génération 
ne passera pas sans que 
mes prédictions s'accom- 
plissent. Le ciel et la terre 
passeront, mais mes pa- 
roles ne passeront point, 
dit le Seigneur. 



Ant Amen dico vo- 
bis, quia non praeter- 
ibit generatio haec, 
donec onmia fiant. 
Gœlum et terra trans- 
ibunt, verba autem 
mea non transibunt, 
dicit Dominus. 



e;i)S^ 




PROPRE DES SAINTS 

—DO- 
LE 30 NOVEMBRB. 

SAINT ANDRÉ, APOTRE. 
A LA MESSE. — introït. 



MiHi autem nimîs 
honorati sunt ami- 
ci tui, Deus; nimis 
confortatus est prin- 
cipatus eorum. Ps. 
Domine , probasti me, 
et cognovisti me : tu 
cognovisti sessionem 
meam et resmrectio- 
nemmeam. j^. Gloria. 



Vous avez merveilleuse- 
ment honoré ceux qui 
vous aiment, Seigneur; 
vous leur avez donné uno 
grande puissance. Ps, 
Seigneur, vous avez son- 
dé mon cœur, et vous me 
connaissez : vous m'avez 
vu dans mon repos et dans 



mon réveil, jir. Gloire. ^ 

Collecte, Accordez à nos humbles prières. Sei- 
gneur, que TApôtre saint André, qui a instruit 
et gouverné votre Église, intercède continuel- 
lement pour nous devant le trône de votre divine 
Majesté. ParN.-S. J.-G. 

ÉPITRE. 

MES frères. Il faut croire de cœur pour être 
justifié, et confesser de bouche ce que Ton 
croit pour obtenir le salut. Car TÉcriture dit : 
Tous ceux qui croient en lui ne seront pas confon- 



530 



LB 30 IfOV. — S. ANDRÉ ^ APÔTRE. 



dus. Il n'y a point de distinction entre le Juif et 
le gentil, parce que tous n'ont qu'un même Sei- 
gneur, qui répand ses richesses sur tous ceux 
qui l'invoquent; car tous ceux qui invoqueront 
le nom du Seigneur seront sauvés. Mais comment 
l'invoqueront-ils, s'ils ne croient point en lui? Et 
conmient croiront-ils en lui, s'ils n'en ont point 
entendu parler? Et conmient en entendront-ils 
parler, si personne ne leur prêche ? Et comment 
y aura-t-il des gens qui prêchent, si on ne les 
envoie? selon ce qui est écrit : Qu'ils sont beaux 
les pieds de ceux qui apportent l'Évangile de 
paix, qui annoncent les vrais biens ! Mais tous 
n'obéissent pas à l'Évangile. C'est ce qui a fait 
dire à Isaïe : Seigneur, qui a cru à notre parole? 
La foi vient donc de ce qu'on entend, et on entend 
par la prédication de la parole de Jésus-Christ. 
Mais ]e le demande, ne l'a- 1- on pas déjà en- 
tendue ? Sans doute, leur voix a retenti par toute 
la terre, et leurs paroles ont pénétré jusqu'aux 
extrémités du monde. 



Graduel, Vous les éta- 
blirez princes sur toute la 
terre; ils se souviendront 
de votre nom. Seigneur. 
f. Pour remplacer vos pè- 
res, des fils vous sont nés ; 
c'est pour cela que les 
peuples publieront vos 
louanges. 

Alléluia, alléluia. V. Le 
Seigneur a aimé André 



Graduel, Consti- 
tues eos principes su- 
per omnem terrain : 
memores erunt nomi- 
nis tui, Domine, f, 
Pro patribus tuis nati 
sunttibi fllii : propter- 
ea populi confitebim- 
tur tibi. 

Alléluia, alléluia. 
j^. Dilexit Andream 



LE 30 NOV. — S. ANDRÉ, APÔTRE. 581 



Dominus in odorem 
suavitatis. Alléluia. 



comme une victime d'a- 
gréable odeur. Alléluia. 



ÉVANGILE. 

EN ce temps-là, Jésus, marchant le long de la 
mer de Galilée, vit deux frères, Simon, sur- 
nommé Pierre, et André son frère, qui jetaient 
leurs filets dans la mer, car ils étaient pêcheurs ; 
et il leur dit : Suivez-moi, et je vous ferai pê- 
cheurs d'hommes. Aussitôt ils laissèrent là leurs 
filets , et le suivirent. Un peu plus loin , il vit 
dans une barque deux autres frères, Jacques, fils 
de Zébédée, et Jean, son frère, avec Zébédée, 
leur père, qui raccommodaient leurs filets. Il les 
appela, et ceux-ci abandonnèrent à l'instant leurs 
filets et leur père pour le suivre. — - Credo. 



Offertoire. Mihi au- 
tem ■ nimis honorati 
sunt amici tui, Deus : 
nimis confortatus est 
principatus eorum. 



Offertoire, Vous avez 
merveilleusement honoré 
ceux qui vous aiment, Sei- 
gneur;vous leur avez don- 
né une grande puissance. 
Secrète, Que la sainte prière du bienheureux 
André, votre Apôtre, Seigneur, attire vos re- 
gards favorables sur notre sacrifice; et coname 
en son honneur il vous est ofi'ert solennelle- 
ment, faites qu'il puisse aussi vous être agréable 
par ses mérites. Par N.-S. J.-G. 

Préface des Apôtres, p. 180. 



Communion. Venite 
post me, faciam vos 
fieri piscatores homi- 
num. At illi continuo. 



Communion, Suivez- 
moi , et je vous ferai pê- 
cheurs d'hommes. Aussi- 
tôt ils laissèrent là leurs 



relictis retibus^ secuti 
sunt Dominum. 



532 LE 8 Die— L'HIMACCLiB CONCEPTION. 

filets, et suiyireut le Sei- 
gneur. 

Postcommunion, Nous avons reçu vos divins 
mystères. Seigneur, en cette fête du bienheu- 
reux André, que nous célébrons avec joie ; faites, 
s'il vous plaît, que, comme ils glorifient vos 
Saints , ils nous obtiennent aussi le pardon de 
nos péchés. Par N.-S. J.-G. 

A VÊPRES. 
Ptaumtt, Hymne et f. au Commun des Apôtre», p. 670. 

A Magnificat. 



Ant. Le bienheureux 
André, étant arrivé au 
lieu où la croix était 
dressée, s'écria : bonne 
Croix, que j'ai désirée 
longtemps, vous êtes en- 
fin accordée âmes désirs ! 
le viens avons avec con- 
fiance et avec joie, afin 
que vous me receviez 
comme le disciple de ce- 
lui qui a été attaché sur 
vous. 



Ant. Cxua perve- 
nisset beatus Andréas 
ad locum ubi crux 
parata erat, exclama- 
vit et dixit : bona 
Crux, diu desiderata, 
et jam concupiscenti 
animo prseparata, se- 
curus et gaudens ve- 
nio ad te : ita et tu 
exsultans suscipias 
me discipulum ejus 
qui pependit in te. 



LB 8 D^CEUBRB. 

L'IMMACULÉE CONCEPTION DE LA B. V. MARIE. 
A LA MBSSB. — dîtroIt. 



JE me réjouirai avec ef- 
lusion de joie dans le 
Seigneur, et mon âme se- 



GÂUDENç gaudebo in 
Domino , et exsul- 
tabit anima mea in 



LE 8 DEC. — l'immaculée CONCEPTION. 523 



Dec meo : quia induit 
me vestimentis salu- 
tls, et indumento 
justitiae circmndedit 
me, quasi sponsam 
ornatam monilibus 
suis. Ps, Exaltabo te, 
Domine , quoniam 
suscepisti me : nec 
delectasti inimicos 
meos super me f. 
Gloria Patri. 



ra ravie d'allégresse dans 
mon Dieu; parce qu'il 
m'a revêtue desvêtements 
du salut, et qu'il m'a en- 
tourée des ornements de 
la justice, comme une 
épouse parée de tous ses 
joyaux. Ps, Je vous exal- 
terai, Seigneur, parce que 
veus m'avez prise sous 
votre protection, et que 
vous n'avez pas donné 
lieu à mes ennemis de se 
réjouir à mon sujet. ^\ 
Gloire au Père. 
Collecte, Dieu, qui, par l'Immaculée Con- 
ception de la bienheureuse Vierge, avez préparé 
un digne sanctuaire à votre Fils, nous vous sup- 
plions, ô vous qui, par les mérites prévus de la 
mort de ce même Fils, l'avez préservée de toute 
tache, de nous accorder la gtàce, par son inter- 
cession, de parvenir jusqu'à vous également pu- 
rifiés de tout péché. Par le même N.-S. J.-G. 

ÉPITRE. 

LE Seigneur m'a possédée au conmiencement 
de ses voies ; j'étais avant qu'il formât aucune 
créature. Je suis de toute éternité , avant que 
la terre fût créée. Les abîmes n'étaient pas en- 
core, et déjà j'étais conçue; les fontaines n'étaient 
pas encore sorties de la terre, la pesante masse 
des montagnes n'était pas encore formée ; j'étais 



524 LB 8 DEC.-— L'imACULÉB CONCEPTION. 

enfantée avant les collines. Il n'avait créé ni la 
terre ni les fleuves, ni aflfermi le monde sur ses 
pôles. Lorsqu'il préparait les cieux, j'étais pré- 
sente; lorsqu'il environnait les abîmes de leurs 
bornes, et qu'il leur prescrivait une loi invio- 
lable; lorsqu'il affermissait l'air au-dessus de la 
terre, et lorsqu'il donnait leur équilibre aux 
eaux des fontaines ; lorsqu'il renfermait la mer 
dans ses limites , et lorsqu'il imposait une loi 
aux eaux afin qu'elles ne dépassassent point leurs 
bornes; lorsqu'il posait les fondements de la 
terre, j'étais avec lui, et je réglais toutes choses. 
J'étais chaque jour dans les délices, me jouant 
sans cesse devant lui, me jouant dans le monde. 
Mes délices sont d'être avec les enfants des 
hommes. Écoutez -moi donc maintenant, mes 
enfants. Heureux ceux qui gardent mes voies ! 
Écoutez mes instructions , soyez sages, et ne les 
rejetez point. Heureux celui qui m'écoute , qui 
veille tous les jours à l'entrée de ma maison, et 
qui se tient à ma porte ! Celui qui m'aura trouvée 
trouvera la vie, et il puisera le salut dans la 
bonté du Seigneur. 



Graduel. Le Seigneur 
Dieu , le Très-Haut vous 
a bénie, ô Vierge Marie, 
par-dessus toutes les fem- 
mes de la terre, f. Vous 
êtes la gloire de Jérusa- 
lem, vous êtes la joie 
d'Israël, vous êtes l'hon- 
neur de votre peuple. 



Graduel, Benedicta 
es tu, Virgo Maria, a 
Domino Deo excelso 
prs omnibus mulie- 
ribus super terram. 
jir. Tu gloria Jemsa- 
lem, tu IdBtitia Israël, 
tu honoriflcentia po- 
puli nostri. 



LE 8 DEC. — l'immaculée CONCEPTION. 525 



Alléluia, alléluia. 
v.Tota pulchra es. Ma- 
ria, et macula origi- 
naUs non est in te. 
Alléluia. 



Alléluia, alléluia, f. 
Vous êtes toute belle, ô 
Marie, et la tache origi- 
nelle n'est point en vous. 
Alléluia. 



EVANGILE. 

EN ce temps-là, L'Ange Gabriel fut envoyé par 
Dieu dans une ville de Galilée appelée Naza- 
reth, à une Vierge qu'un homme de la maison de 
David nommé Joseph avait épousée, et cette 
Vierge s'appelait Marie. L'Ange étant entré chez 
elle, lui dit : Je vous salue, pleine de grâces; le 
Seigneur est avec vous : vous êtes bénie entre 
toutes les femmes. — Credo. 



Offertoire, Ave, 
Maria, gratia plena : 
Dominus tecum : be- 
nedicta tu in mulie- 
ribus, alléluia. 



Offertoire, Je vous sa- 
lue, Marie , pleine de grâ- 
ces; le Seigneur est avec 
vous : vous êtes bénie en- 
tre toutes les femmes, al- 
léluia. 

Secrète, Recevez, Seigneur, cette hostie salu- 
taire que nous vous offrons en la solennité de 
l'Immaculée Conception de la bienlieureuse 
Vierge Marie, et faites que, comme nous confes- 
sons que , prévenue de votre grâce, elle a été 
exempte de toute souillure, nous soyons délivrés 
par son intercession de toute faute. Par N.-S. 

Préface de la sainte Vierge, p. 129. 



Communion, Glo- 
riosa dicta suntde te, 
Maria, quia fecit tibi 



Communion. On publie 
des choses glorieuses de 
vous, ô Marie, parce que 



526 LE 8 DEC. — L'iMllACULiE CONCEPTION. 

le Tout-Puissant a fait en magna qui poteus est. 
vous de grandes choses. 

Postcommunion, Que les sacrements que nous 
venons de recevoir. Seigneur notre Dieu, répa- 
rent en nous les blessures de cette faute dont vous 
avez merveilleusement préservé Tlmmacnlée 
Conception de la bienheureuse Marie. Par N.-S. 

A VÊPRES. 
PuLume» et Hymne de VOfJice de la sainte Vierge, p. 161. 



t. C'est aujourd'hui 
rimmaculée Conception 
de la sainte Vierge Marie. 
^, Qui de son pied virgi- 
nal a écrasé la tète du ser- 
pent. 



y, ImmaculataCon- 
ceptio est hodie san- 
ctae Mariœ Virginis.^. 
Quae serpentis caput 
virgineo pede contri- 
vit. 



A Magnificat. 



Ant, Aujourd'hui un 
rejeton est sorti de la tige 
de Jessé : aujourd'hui 
Marie a été conçue sans 
aucune tache de péché : 
par elle aujourd'hui a été 
écrasée la tète de l'ancien 
serpent, alléluia. 



Ant, Hodie egressa 
est virga de radice 
Jesse : hodie sine ulla 
peccati lahe concepta 
est Maria : hodie con- 
tritum est ab ea caput 
serpentis antiqui, al- 
léluia. 



^^ 



LE 21 DEC. — S. THOMAS^ APÔTRE. 527 

LB 21 DiCEMBRB. 

SAINT THOMAS, APOTRE. 

L Office au Commun des Apôtres, p. 668, excepté ce qui suit. 
AUX !"• ET AUX II»» VÊPEES. 

A Magnificat. 



Ant, Qaia vidisti 
me, Thoma, credi- 
disti : beati qui non 
videnint, et credide- 
runt, alléluia. 



Ant. Vous avez cru, 
Thomas, parce que vous 
m'avez vu : heureux ceux 
qui n'ont point vu, et 
qui ont cru ! alléluia. 

A LA MESSE. 
Introït de la Messe de S. André, p. 519. 

Collecte, Faites -nous la grâce, Seigneur, de 
célébrer avec joie la fête de votre Apôtre saint 
Thomas, afin que nous soyons toujours assistés 
de ses prières, et que nous imitions sa foi avec 
la piété que vous demandez de nous. Par N.-S. 

ÉPITRE. 

MES frères. Vous n'êtes plus des étrangers et 
des gens du dehors; mais vous êtes de la 
cité des saints et de la maison de Dieu, sem- 
blables à un édifice bâti sur le fondement des 
Apôtres et des Prophètes, dont Jésus-Christ est 
lui-même la principale pierre angulaire. C'est 
sur lui, comme sur sa base, que tout l'édifice 
s'élève et s'accroît jusqu'à devenir un temple 
consacré au Seigneur; et c'est par lui que vous 
entrez aussi vous-mêmes dans la structure de cet 
édifice, pour devenir la maison de Dieu par le 
Saint-Esprit. 



528 LB 21 Die— s. THOMAS, APÔTRE. 



GradueL Nimis ho- 
norât! sunt amici toi, 
Deus : nimis confor- 
tatus est principatus 
eonim. y, Dinumera- 
boeos, et super are- 
nam multiplicabun- 
tur. 

Alléluia, alléluia. 
y. Gaudete, justi, in 
Domino : rectos decet 
collaudatio. Alléluia. 



GradueL Vous avez 
merveilleusement honoré 
ceux qui vous aiment, 
Seigneur; vous leur avez 
donné une grande puis- 
sance.ji^. Je les compterai, 
et leur nombre surpas- 
sera les grains de sable 
de la mer. 

Alléluia, alléluia, j^. 
Justes , réjouissez -vous 
dans le Seigneur : c'est 
aux cœurs droits qu'il 
appartient de le louer. 
Alléluia. 

ÉVANGILE. 

EN ce temps-là, Thomas, l'un des Douze, 
appelé Didyme, n'était pas avec les autres 
disciples lorsque Jésus leur apparut. Ils lui dirent 
donc : Nous avons vu le Seigneur. Mais il leur 
répondit : Si je ne vois la marque des clous dans 
ses mains, et si je ne mets mon doigt dans le 
trou des clous, et ma main dans la plaie de son 
côté, je ne croirai point. Huit jours après, 
comme les disciples étaient encore dans le même 
lieu, et Thomas avec eux, Jésus vint, les portes 
étant fermées; et paraissant au milieu d'eux, il 
leur dit : La paix soit avec vous. Il dit ensuite 
à Thomas : Mettez ici votre doigt, et considérez 
mes mains : approchez aussi votre main, et 
mettez-la dans mon côté; et ne soyez plus in- 
crédule, mais fidèle. Thomas lui répondit : Mon 



LE 2 FÉV. — LA PURIFICATION. 529 

Seigneur et mon Dieu. Vous avez cru, Thomas, 
lui dit Jésus , parce que vous m'avez vu : heu- 
reux ceux qui n'ont point vu, et qui ont cru ! — 
Credo. 



Offertoire, In om- 
nem terram exivit so- 
nus eorum, et in fines 
orbis terrae verba eo- 
rum. 



Offertoire, Leur voix 
a retenti par toute la 
terre, leurs paroles ont 
pénétré jusqu'aux extré- 
mités du monde. 
Secrète, Nous vous rendons, Seigneur, l'hom- 
mage de notre dépendance, en vous suppliant 
humblement de conserver vos dons en nous, 
par l'intercession de saint Thomas Apôtre, dont 
nous honorons la confession en vous oflrant ce 
sacrifice de louange. Par N.-S. J.-G. 

Préface de» Apôtres, p. 130. 



Communion, Mitte 
manum tuam, et co- 
gnosce loca clavo- 
rum ; et noli esse in- 
credulus , sed fidelis. 



Communion, Appro- 
chez votre main, et voyez 
la place des clous; et 
ne soyez plus incrédule, 
mais fidèle. 
Postcommunion, Dieu de miséricorde, assis- 
tez-nous, et daignez conserver en nous, par l'in- 
tercession du bienheureux Apôtre saint Thomas, 
les dons que vous nous avez faits. Par N.- S. 

LE 2 FÂVUIEB. 

LA PURIFICATION DE LA B. VIERGE MARIE. 

AUX I"« VÊPEBS. 
Psaume» et Hymne de VOrâinaAre de la sainte Vierge, p. 16S. 

f. Responsum ac- 1 f, L'Esprit-Saint avait 

N. 88 84 



530 LE 2 FÉV. -— LA PU1UF1CATI05. 

révélé à Siméon. f^. Qu'il 
ne mourrait point sans 
avoir vu le Christ du 
Seigneur. 



cepit Simeon a Spi- 
ritu sancto. A. Non 
visurum se mortem, 
nisi videret Ghristum 
Domini. 



A Magnificat. 



Ànt. Le vieillard portait 
Teufant, mais Tenfant 
conduisait le vieillard; 
Marie adora celui qu'elle 
avait enfanté étant vier- 
ge, et étant demeurée 
vierge après qu'elle l'eut 
mis au monde. 



Ant, Senex puerum 
portabat, puer autem 
senemregebat; quem 
^irgo peperit, et post 
partum virgo per- 
mansit, ipsum quem 
genuit, adoravit. 



A L'OFFICE DU MATIN. 



PENDANT LA DI S T BIBC T I ON DES CISRGBS. 



Ant, Lumen ad re- 
velationem gentium, 
et gloriam plebis tuae 
Israël. 



Ant, Jésus -Christ est 
la lumière qui éclaire les 
nations, et la gloire d'Is- 
raël votre peuple. 

Cantique Nanc dimittis , p. 15S. 
Après chaqtie verset on répète Lumen , etc 

A LA MESSE. 

Nous avons senti votre 
miséricorde, ôDieu, 
au milieu de votre tem- 
ple : selon la grandeur 
de votre nom, ô Dieu, 
votre gloire va jusqu'aux 
'extrémités de la terre, et 



— INTROÏT. 

SuscEPiMUs , Deus , 
misericordiam tu- 
am in medlo templi 
tui : secundum no- 
men tuum , Deus , 
ita et laus tua in fines 
terrœ; justitia plena 



civitate Dei nostri , 
in monte sancto ejus. 
f. Gloria Patri. 



LE 2 FÉV. — LA PURIFICATION. 531 

est dextera tua. Ps. votre main est pleine de 
Magnus Dominas et justice. Ps, Le Seigneur 
laudabilis nimis, in est grand et digne de 

toute louange; sa gran- 
deur éclate dans sa cité 
sainte, et sur la mon- 
tagne qu'il habite, f. 
Gloire au Père. 

Collecte. Dieu tout-puissant et éternel, faites, 
nous vous en supplions, que, comme votre Fils 
unique vous a été aujourd'hui présenté dans 
votre temple revêtu d'une chair semblable à la 
nôtre, nous vous soyons aussi présentés avec la 
pureté de cœur et d'esprit que vous demandez 
de nous. Par le même N.-S. J.-G. 



J 



épItre. 

E vais, dit le Seigneur, vous envoyer mon 
Ange, qui préparera la voie devant moi. Et 
aussitôt le Dominateur que vous cherchez, et 
l'Ange de l'alliance que vous desirez, viendra 
dans mon temple. Le voici qui vient, dit le Sei- 
gneur des armées. Qui pourra comprendre le 
jour de son avènement? ou qui pourra en sou- 
tenir la vue ? Car il sera comme le feu qui pu- 
rifie les métaux, et comme l'herbe dont se ser- 
vent les foulons. Il mettra l'argent dans le feu, 
il l'épurera avec soin, il purifiera les enfants 
de Lévi , et il les éprouvera comme l'or et l'ar- 
gent qui ont passé par le feu, et ils ofl'riront des 
sacrifices au Seigneur dans la justice. Le sacri- 
fice de Juda et de Jérusalem sera agréable au 



532 



LE 2 FÉV. — LA PDEIFICATION. 



Seigneur comme les sacrifices des siècles passés 
et des premiers temps, dit le Seignem* tout- 
puissant. 

Graduel. Nous avons 
senti votre miséricorde, ô 
Dieu, au milieu de votre 
temple : selon la grandeur 
de votre nom, 6 Dieu, 
votre gloire va jusqu'aux 
extrémités de la terre. 
y. Nous voyons à présent 
dans la ville de notre 
Dieu et sur la montagne 
sainte ce qui nous avait 
été annoncé. 

Alléluia, alléluia, j^-. 
Le vieillard portait Ten- 
fant, mais Tenfant con- 
duisait le \ieillard. AUel. 



Graduel, Suscepi- 
mus, Deus, miseri- 
cordiam tuam in me- 
dio templi tui : secun- 
dum nomen tuum, 
Deus, ita et laus tua 
in fines terrœ. f. Sic- 
ut audivimus, ita et 
vidimus in civitate 
Dei nostri, in monte 
sancto ejus. 

Alléluia , alléluia. 
j^. Senex puerum por- 
tabat , puer autem 
senem regebat. Allel. 



Aprèn la Septuagésime , au lieu de i'Allelaia et de son y., on 
dit le Trait suivant. 



Trait, C'est mainte- 
nant, Seigneur, quevous 
laisserez aller en paix 
votre serviteur , selon 
votre parole, j^. Puisque 
mes yeux ont vu le Sau- 
veur que vous nous don- 
nez, f. Et que vous avez 
destiné pour être mani- 
festé à tous les peuples. 
f. Gomme la lumière qui 



Té ait, Nunc dimit- 
tis servum tuum , 
Domine , secundum 
verbum tuum , in 
pace. j^-. Quia vide- 
runt oculi mei salu- 
tare tuum. y. Quod 
parasti ante faciem 
omnium populorum. 
f. Lumen ad revela- 
tionem gentium, et 



LE 2 FÉV. — LA PURIFICATION. 533 



gloriam plebis tuae 
Israël. 



éclairera les nations, et 
la gloire d'Israël votre 
peuple. 

ÉVANGILE. 

EN ce temps -là, Le moment où Marie devait 
se purifier selon la loi de Moïse étant arrivé, 
ils portèrent Tenfant Jésus à Jérusalem pour le 
présenter au Seigneur, conformément au pré- 
cepte de la loi qui ordonne que tout enfant mâle 
premier-né sera consacré au Seigneur, et aussi 
afin d'offrir en sacrifice, suivant la loi, deux 
tourterelles ou deux petites colombes. Or il y 
avait alors à Jérusalem un homme juste et crai- 
gnant Dieu, nommé Siméon, qui attendait la 
consolation d'Israël, et l'Esprit -Saint était en 
lui. L'Esprit-Saint lui avait révélé qu'il ne mour- 
rait point sans avoir vu le Christ du Seigneur. 
Il vint donc au temple conduit par l'Esprit de 
Dieu; et, lorsque le père et la mère de l'enfant 
Jésus l'apportaient dans le temple afin d'accom- 
plir pour lui ce qui était prescrit par la loi, Si- 
méon prit l'enfant entre ses bras, et bénit Dieu, 
en disant : C'est maintenant. Seigneur, que vous 
laisserez aller en paix votre serviteur, selon 
votre parole, puisque mes yeux ont vu le Sauveur 
que vous nous donnez, et que vous avez destiné 
pour être manifesté à tous les peuples, comme 
la lumière qui éclairera les nations, et la gloire 
d'Israël votre peuple. — Credo. 



Offertoire, Diffusa 
est gratia in labiis 



Offertoire. La grâce 
est répandue sur vos 



534 



LB 2 FÉY. — LA PURIFlCATlOIf. 



tuis : propterea beiie- 
dixit te Deus in œter- 



num y et in saecolmn 
saeculi. 



lèvres; c'est pour cela 
cpie Dieu vous a bénie 
pour réternité, et pour 
les siècles des siècles. 

Secrète, Seigneur^ exaucez nos prières^ et afin 
que les dons que nous offrons à votie divine 
Majesté soient dignes de vous, accordez-nous le 
secours de votre miséricorde. Par N.-S. J.-C. 

Préface de la Nativité, p. 181. 



Communion, L'Esprit- 
Saint avait révélé à Si- 
méon qu'il ne mourrait 
point sans avoir vu le 
Christ du Seigneur. 



Communion, Re- 
sponsum accepit Si- 
meon a Spiritu san- 
cto, non visurum se 
mortem, nisi videret 
Ghristum Domini. 
Postcommunion, Faites, s'il vous plait, Sei- 
gneur notre Dieu , que les saints mystères que 
vous nous avez donnés pour fortifier en nous 
l'œuvre de notre rédemption, nous soient, par 
l'intercession de la bienheureuse Marie toiyours 
vierge, un remède pour le présent et pour l'ave- 
nir. Nous vous en prions par N.-S. J.-C. 

AUX n« VÊPRES. 
Psaumes et Bymne de V Ordinaire de la sainte Vierge, p. 16t. 

A Magnificat. 



Ant, La bienheureuse 
Vierge Marie a présenté 
aujourd'hui l'enfant Jé- 
sus au temple ; et Siméon, 

^mpli du Saint-Esprit, 



Ant, Hodie beata 
Virgo Maria puerum 
Jesum praesentavit in 
templo ; et Simeon , 
repletus Spiritu san- 



LE 24 ou LE 25 FÉV. — S. MATHIAS. 535 



cto^ accepit eum in 
ulnas suas, et bene- 
dixit Deiim in aeter- 
num. 



Ta pris entre ses bras , et 
a béni Dieu pour toute 
l'éternité. 



LB 24 ou LB 25 réVBIER. 

SAINT MATHIAS, APOTRE. 

L'Office au Commun des Apôtre», p. 668, excité ce qui suit. 

A LA MBSSB. 
Introit de la Messe de S. André, p. 519. 

Collecte, Dieu, qui avez associé saint Ma- 
thias au collège de vos Apôtres, faites, par son 
intercession, que nous éprouvions sans cesse les 
eflets de votre amour pour nous. Nous vous en 
supplions par N.-S. J.-G. 

ÉPITRE. 

EN ces jours-là, Pierre se leva au milieu des 
frères, qui étaient au nombre d'environ cent 
vingt, et leur dit : Mes frères, il faut que ce que 
le Saint-Esprit a prédit dans TÉcriture par la 
bouche de David, touchant Judas, qui s'est mis 
à la tète de ceux qui ont pris Jésus, soit accom- 
pli. Il était parmi nous, et il avait été appelé 
aux fonctions du même ministère. Cependant 
il a acquis un champ au prix de son iniquité : 
et, s'étant pendu, il a crevé par le milieu du 
corps, et toutes ses entrailles se sont répan- 
dues. Ce qui a été si connu de tous les habitants 
de Jérusalem, que ce 'champ est nommé en 
leur langue Haceldama, c'est-à-dire Champ '^ 



536 LE 24 ou LE 25 FÉV. — s. MATHIAS. 

sang. Car il est écrit dans le livre des Psaumes : 
Que sa demeure devienne déserte, qu'il n'y ait 
personne qui l'habite, et que son ministère soit 
donné à un autre. Il faut donc, parmi ceux qui 
ont été avec nous pendant tout le temps que le 
Seigneur Jésus a vécu au milieu de nous, depuis 
le baptême de Jean jusqu'au jour où il a été 
enlevé du milieu de nous, en choisir un qui ait 
été, comme nous, témoin de sa résurrection. 
Alors ils en proposèrent deux : Joseph, appelé 
Barsabas, surnommé le Juste, et Matîdas; puis, 
se mettant en prière, ils dirent ; Seigneur, qui 
connaissez le cœur de tous les hommes, montrez 
lequel de ces deux vous avez choisi pour les 
fonctions du ministère et de l'apostolat dont 
Judas est déchu par son crime, pour s'en aller 
en son lieu. Aussitôt on les fit tirer au sort; et le 
sort étant tombé sur Mathias, il fut associé aux 
onze Apôtres. 

Graduel, Vous avez 
merveilleusementhonoré 
ceux qui vous aiment. 
Seigneur; vous leur avez 
donné une grande puis- 
sance. Ji, Je les compte- 
rai, et leur nombre sur- 
passera les grains de sa- 
ble de la mer. 

Trait, Y OMS avez exaucé 
les désirs de son cœur, 
vous n'avez pas rejeté 
ses prières, y. Vous l'avez 



Graduel, Nimis ho- 
norati sunt amici tui , 
Deus; nimis confor- 
tatus est principatus 
eorum. j^. Dinumera- 
bo eos, et super are- 
nam multiplicabun- 
tur. 



Traita Desiderimn 
animae ejus tribuisti 
ei, et voluntate labio- 
rum ejus non frau- 



LE 24 ou LE 25 FÉY. — S. MATHIAS. 537 



prévenu de vos plus 
douces bénédictions, jf. 
Vous avez mis sur sa 
tète une couronne de 
pierres précieuses. 



dasti eum. jir.Quoniam 
praevenisti eum in 
benedictionibus dul- 
cedinis. f. Posuisti in 
capite ejus coronam 
de lapide pretioso. 

ÉVANGILE. 

EN ce temps-là, Jésus dit : Je vous bénis, ô 
mon Père, Seigneur du ciel et de la terre, 
de ce que vous avez caché ces mystères aux 
sages et aux savants, tandis que vous les avez 
révélés aux simples et aux petits. Oui, mon 
Père, je vous bénis de ce que telle a été votre 
volonté. Toute puissance a été mise entre mes 
mains par mon Père. Il n'y a que le Père qui 
connaisse le Fils, comme il n'y a que le Fils qui 
connaisse le Père, et aussi celui à qui le Fils 
voudra le faire connaître. Venez à moi, vous 
tous qui souffrez et qui êtes chargés, et je vous 
soulagerai. Soumettez- vous à mon joug; appre- 
nez de moi que je suis doux et humble de cœur, 
et votre âme trouvera la paix. Car mon joug 
est doux, et mon fardeau est léger. — Credo. 



Offertoire, Con- 
stitues eos principes 
super omnem terram ; 
memores erunt no- 
minis tui, Domine, 
in omni progenie et 



Offer toî'r a. Vous les 
établirez princes sur 
toute la terre; ils se sou- 
viendront de votre nom , 
Seigneur, dans toute la 
suite des générations. 



generatîone. 
Secrète, Que les prières de saint Mathias, 



538 LE 19 MARS. — S. JOSEPH. 

votre Ap6tre, accompagnent ces offrandes qui 
doivent vous être consacrées, Seigneur, et nous 
obtiennent votre pardon et votre protection. 
Nous vous le demandons par N.-S. J.-C. 

Préface des Apôtre» , p. ISO. 



Communion, Vos, 
qui secuti estis me , 
sedebitis super sedes, 
judicantes duodecim 
tribus Israël. 



Communion, Pour 
vous, qui m'avez suivi, 
vous serez assis sur des 
trônes, où vous jugerez 
les douze tribus d'Israël. 

Postco7nmunion. Faites, nous vous en prions , 
Dieu tout-puissant, que les saints mystères que 
nous avons reçus nous obtiennent, par l'interces- 
sion de saint Mathias, votre Apôtre, le pardon 
et la paix. Nous vous le demandons par N.-S. 

LB 19 MABB. 

SAINT JOSEPH, ÉPOUX DE LA SAINTE VIERGE. 

( Si cette Fête se célèbre après Pâques, an ajoute les AUeluia 
ordinaires au Temps pascal.) 

AUX I«« VÊPRES. 

Les quatre premiers Psaumes du Dimanche, p. I8î, et te 
Psaume Laudate Dominum , p. 191. 

Hymne Te Joseph , p. 878. 



f. Le Seigneur l'a 
établi maître dans sa 
maison. ^. Et lui a donné 
plein pouvoir sur tous 
ses États. 

A Magniâcat. 

Ant, Joseph, à son ré- 1 Ani, Exsurgens Jo 



Jf, Gonstituit eum 
dominum domus suae. 
^. Etprincipemomnis 
possessionis suas. 



LE 19 MARS. — S. JOSEPH. 539 



seph a somno, fecit 
sicut praecepit ei An- 
gélus Domini, et ac- 
cepit conjugem suam. 



veil, fit ce que lui avait 
ordonné TAnge du Sei- 
gneur, et garda son 
épouse. 



A LA MESSE. 
Introït Justas , p. 780. 

Collecte, Daignez, Seigneur, nous secourir 
par les mérites du bienheureux Joseph, époux 
de votre très-sainte Mère, et nous accorder, par 
son intercession, ce que notre faiblesse ne peut 
mériter. Vous qui, étant Dieu, vivez. 

Épitre et Graduel Domine , p. 78*; Trait Beatas vir, p. 684. 
— Après Pdqttes, Alléluia, jf. Amavit,^. 724. 

ÉVANGILE. 

MABiE, mère de Jésus, ayant épousé Joseph, 
conçut par l'opération du Saint-Esprit avant 
qu'ils eussent été ensemble. Joseph, son époux, 
qui était un homme juste et qui ne voulait pas 
la déshonorer, résolut de la renvoyer sans éclat. 
Or, comme il était dans cette pensée, un Ange 
du Seigneur lui apparut pendant son sommeil, 
et lui dit : Joseph, fils de David, ne craignez 
point de garder avec vous Marie votre épouse : 
car ce qui est né en elle a été formé par le 
Saint-Esprit. Elle donnera le jour à un fils que 
vous appellerez Jésus, parce que ce sera lui qui 
sauvera son peuple en le délivrant de ses péchés. 



Offertoire, Veritas 
mea et misericordia 
mea cum ipso : et in 
nomine meo exalta- 
bitur cornu ejus. 



Offertoire, Ma miséri- 
corde et ma vérité seront 
avec lui, et sa puissance 
croîtra par la vertu de 
mon nom. 



540 



LE 19 MARS. — S. JOSEPH. 



Secrète, Nous vous rendons. Seigneur, l'hom- 
mage de notre servitude, et nous vous prions 
humblement de conserver en nous vos propres 
dons, par les suffrages du bienheureux Joseph, 
époux de la Mère de votre Fils Jésus -(Christ 
Notre-Seigneur, dans la fête vénérable duquel 
nous immolons des hosties de louange. Par le 
môme N.- S. J.-C. 

Communion. Joseph, 
fils de David, ne craignez 
point de garder avec vous 
Marie votre épouse : car 
ce qui est né en elle a 
été formé par le Saint- 
Esprit. 

Postcommunion, Daignez nous assister. Dieu 
de miséricorde, et, par l'intercession du bien- 
heureux Confesseur Joseph, conserver vos dons 
en nous. Par N.-S. J.-G. 

AUX n« VÊPBJSS. 
Psaumes et Hymne comme aux In» Vêpres, p. 5S8. 



Communion, Jo- 
seph, flli David, noli 
timere accipere Ma- 
riam conj ugem tuam ; 
quod enim in ea na- 
tum est, de Spiritu 
sancto est. 



f, La gloire et les ri- 
chesses sont dans sa mai- 
son, i^. Sa justice de- 
meure éternellement. 



jf. Gloria et divitiae 
in domo ejus. ^. Et 
iustitia ejus manet in 
sœculum ssculi. 



A Magnificat. 



Ant, Voilà le serviteur 
fidèle et prudent, que 
le Seigneur a établi sur 
sa famille. 



Ant, Ecce fidelis 
servus et prudens , 
quem constituit Do- 
minus super familiam 
suam. 



LE 25 MARS. — l'aNNONCIATION. 



541 



LB 25 MABS. 

L'ANNONGUTION DE LA B. VIERGE MARIE. 

AUX I"» VfiPEBS. 
Piownea et Hymne de l'Ordinaire de la eainte Vierge » p. ISS. 



j^.Ave, Maria, gra- 
tia plena. i^, Dominus 
tecum. 



f. Je vous salue, Marie, 
pleine de grâces. ^. Le 
Seigneur est avec vous. 



A Magnificat. 



Ant. Spiritus san- 
ctus in te descendet , 
Maria, et virtus Al- 
tissimi obumbrabit 
tibi. 



Ant, Le Saint-Esprit 
descendra sur vous, ô 
Marie, et la vertu du 
Très -Haut vous couvrira 
de son ombre. 



A LA MESSE — introït. 



'ULTCM tuum depre- 
cabuntur onuies 
divites plebis; addu- 
centur Régi Virgines 
post eam : proximae 
ejus adduceutur tibi 
in laetitia et exsulta- 
tione. Ps. Eructavit 
cor meum verbum 
bonum : dico ego opé- 
ra mea Régi, f, Glo- 
ria Patri. 



VULTCM tuum depre- mous les puissants de la 
rahnntnr nimips l terre brigueront la 

faveur de vos regards : 
les Vierges seront ame- 
nées après elle au Roi : 
ses compagnes vous so- 
rontprésentées, Seigneu;*, 
au milieu de la joie et de 
Tallégresse. Ps. Mon cœur 
a proféré avec joie une 
heureuse parole : c'est 
au Roi que s'adressent 
mes chants, f. Gloire. 
Collecte, Dieu, qui avez voulu que votre 
Verbe prit un corps dans le sein de la bienheu- 
reuse Vierge Marie au moment où TAnge lui 



542 



LE 25 MARS. — L*AimONCIATION. 



annonça ce mystère, accordez à nos prières qu'en 
honorant celle que nous croyons être véritable- 
ment Mère de Dieu, nous soyons aidés auprès de 
vous par son intercession. Par le même N.-S. J.-G. 

ÉPtTRB. 

EN ces jours -là. Le Seigneur, continuant de 
parler à Achaz, lui dit : Demandez au Sei- 
gneur votre Dieu qu'il vous fasse voir un pro- 
dige, ou du fond de la mer, ou du plus haut du 
ciel. Achaz répondit: Je ne le demanderai pas, 
et je ne tenterai pas le Seigneur. Et Isaïe dit : 
Ecoutez donc, maison de David : Ne vous suffit-il 
pas de lasser la patience des hommes, sans lasser 
encore celle de mon Dieu? C'est pourquoi le 
Seigneur vous donnera lui-même un signe. Une 
vierge concevra et mettra au monde un fils qui 
sera appelé Emmanuel. Il mangera le beurre 
et le miel, en sorte qu'il sache rejeter le mal et 
choisir le bien. 

PENDANT LE CARÊME. 



Graduel, La grâce est 
répandue sur vos lèvres; 
c'est pour cela que Dieu 
vous a bénie pour l'éter- 
nité, j^. Régnez par votre 
vérité, par votre dou- 
ceur et par votre justice, 
et votre droite vous con- 
duira au milieu des mer- 
veilles. 

Trait, Écoutez, ma fille, 
voyez et prêtez l'oreille, 



Graduel, Diffusa 
est gratia in labiis 
tuis, propterea bene- 
dixit te Deus in aeter- 
mmi. y, Propter ve- 
ritatem, et mansue- 
tudinem , et justi- 
tiam, et deducet te 
mirabiliter dextera 
tua. 

Trait, Audi, filia, 

et vide, et inclina au- 



LE 25 MARS. — l'aNNONCUTION. 



543 



rem tuam, quia con- 
cupivit Rex speciem 
tuam. j^. Vultum tu- 
um deprecabuntur 
omnçs divites plebis : 
filiae regum in honore 
tuo. ^. Adducentur 
Régi Virgines post e- 
am ; proximae ejus af- 
ferentur tibi. % Ad- 
ducentur in Laetitia et 
exsultatione , addu- 
centur in templum 
Régis. 



car le Roi sera épris de 
votre beauté, j^. Tous 
les puissants de la terre 
brigueront la faveur de 
vos regards ; les filles 
des rois vous préparent 
un palais, f. Les Vierges 
seront amenées après elle 
au Roi : ses compagnes 
vous seront présentées, 
Seigneur, y. Elles seront 
présentées au milieu de 
la j'oie et de Tallégresse, 
et introduites dans le pa- 
lais du Roi. 



PENDANT LE TEMPS PASCAL. 



Alléluia, alléluia. 
f. Ave, Maria, gratia 
plena; Dominus te- 
cum; benedictatu in 
mulieribus. Alléluia. 
Jf, Virga Jesse floruit : 
Virgo Deum et ho- 
minem genuit, pa- 
cem Deus reddidit, 
in se reconcilians ima 
summis. Alléluia. 



Alléluia, Alléluia. }\ 
Je vous salue, Marie, 
pleine de grâces; le Sei- 
gneur est avec vous ; vous 
êtes bénie entre toutes les 
femmes. Alléluia, f, La 
tige de Jessé a fleuri; 
une Vierge a engendré un 
Homme -Dieu, et Dieu 
a rendu la paix, en unis- 
sant en lui les choses les 
plus basses et les plus 
élevées. Alléluia. 



Ë 



ÉVANGILE. 

N ce temps-là, L'Ange Gabriel fut envoyé par 
Dieu en une ville de Galilée appelée Na^a- 



su LE 25 MARS.— L'ANNONCIATION. 

retli, à une Vierge qu'un homme de la maison 
(le David nommé Joseph avait épousée ; et cette 
Vierge s'appelait Marie. L'Ange, étant entré 
dans le lieu où elle était, lui dit : Je vous salue, 
pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous r 
vous êtes bénie entre toutes les femmes. Elle fut 
troublée en entendant ces paroles, et elle cher- 
chait ce que voulait dire cette salutation. L'Ange 
lui dit : Ne craignez point, Marie, car vous avez 
trouvé grâce devant Dieu : vous allez concevoir 
dans votre sein, et vous mettrez au monde un 
fils à qui vous donnerez le nom de Jésus. Il sera 
grand, on l'appellera le Fils du Très-Haut; le 
Seigneur Dieu lui donnera le trône de David 
son père , il régnera éternellement sur la mai- 
son de Jacob, et son règne n'aura point de fin. 
Alors Marie dit à l'Ange : Gomment cela se fera- 
t-il, car je ne connais point d'homme? L'Ange 
lui répondit: Le Saint-Esprit descendra sur 
vous, et la vertu du Très -Haut vous couvrira 
de son ombre ; c'est pourquoi le fruit saint qui 
naîtra de vous sera appelé le Fils de Dieu. 
Et voilà que votre cousine Elisabeth a elle- 
même conçu un fils dans sa vieillesse, et celle 
qu'on appelait stérile est maintenant dans son 
sixième mois, parce qu'il n'y a lien d'impossible 
à Dieu. Marie dit alors : Voici la servante du 
Seigneur, qu'il me soit fait selon votre parole. 
— Credo. 



Offertoire, Je vous 
salue, Marie, pleine de 
grâces; le Seigneur est 



Offertoire, Ave, 
Maria, gratia plena; 
Dominus tecum : be- 



LE Î5 MARS. — L'ANNONCIATION. 



545 



nedicta tu in mnlie- 
ribus, et benedictus 
fructus ventes tui. 



avec vous : vous êtes 
bénie entre toutes les 
femmes, et le fruit de 
vos entrailles est béni. 
Secrète, Nous vous supplions, Seigneur, d'af- 
fermir nos âmes dans la croyance des mystères 
de la foi, afin qu'après avoir confessé ici -bas 
cpi'un Honmie-Dieu a été conçu d'une Vierge, 
nous méritions, par la vertu de sa Résurrection 
salutaire, de jouir un jour dans le ciel de l'éter- 
nelle félicité. Par le même N.-S. J.-G. 

Préface de la sainte Vierge, p. 129. 



Communion, Une Vier- 
ge concevra et mettra au 
monde un fils, qui sera 
appelé Enmianuel. 



Communion. Ecce 
Virgo concipiet et pa- 
riet filium, et vocabi- 
tur nomen ejus Em- 
manuel. 

Postcommunion, Daignez, Seigneur, répandre 
votre grâce dans nos âmes , afin qu'ayant connu 
par le ministère de l'Ange l'Incarnation de 
Jésus-Christ votre Fils, nous puissions, parles 
mérites de sa Passion et de sa Croix, parvenir 
à la gloire de sa Résurrection. Par le même 
N.-S. J.-C. 

AUX II-» VÊPRES. 

Psaumes et Bymne de VOrdinatre de la sainte Vierge 
p. 16S; f. Ave, Maria, p. Ul. 

A Magnificat. 



Ant. Gabriel Angé- 
lus locutus est Mariae, 
dicens : Ave, gratia 



Ant, L'Ange Gabriel 

?arla à Marie , et lui dit : 
e vous Salue, 'pleine de 



N. 33 



95 



546 LE 25 AVRIL. — s. MARC, ÉVAMGÎLISTE. 

grâces; le Seigneur est plena : Dominus te- 

avec vous : vous êtes cum : benedicta tu in 

bénie entre toutes les mulieribus. 
femmes. 

LB 26 AVRIL. 

SAINT MARC , ÉVANGÉLISTE. 

L'O/îlce au Commun de$ Apôtres au Temps pascal , p. 676. 
Messe Protexiati me , p, 708 , excepté ce qui smt. 

Collecte. Dieu, qui avez honoré saint Marc, 
votre Évangéliste, du ministère de la prédica- 
tion évangélique, faites que nous profitions tou- 
jours de ses instructions, et que nous soyons 
protégés par ses prières. Nous vous le deman- 
dons par N.-S. J.-G. 

ÉPÎTRE. 

ES quatre animaux que je vis avaient tous 
I une face d'homme , tous quatre à droite une 
face de lion, tous quatre à gauche une face de 
boeuf, et tous quatre au-dessus une face d'aigle. 
Leurs faces et leurs ailes s'étendaient en haut. 
Ils se tenaient l'un l'autre par. deux de leurs 
ailes, et ils couvraient leurs corps par les deux 
autres. Chacun d'eux marchait devant soi. Ils 
allaient où les emportait l'impétuosité de l'es- 
prit, et ils ne se retournaient point lorsqu'ils 
marchaient. Et les animaux paraissaient comme 
des charbons de feu brûlants et coname des 
lampes ardentes. On voyait courir au milieu des 
animaux des flammes de feu, et des éclairs qui 
sortaient du feu. Et les animaux allaient et ve- 
naient comme des éclairs qui brillent dans Tair. 



L 



LE 25 AVRIL.— 8. MARC^ BVANGÉLISTE. 547 
ÉVANGILE. 

EN ce temps-là, Le Seigneur choisit soixante- 
douze autres disciples, qu'il envoya devant 
lui, deux à deux, dans toutes les villes et dans 
tous les lieux où il devait aller lui-même , et il 
leur disait : La moisson est grande , mais il y 
a peu d'ouvriers : priez donc le maître de la 
moisson d*y envoyer des ouvriers. Allez; je 
vous envoie conmie des agneaux au milieu des 
loups. Ne portez ni sac, ni bourse, ni chaus- 
sure, et ne saluez personne en chemin. En quel- 
que maison que vous entriez, dites d'abord : 
Que la paix soit dans cette maison, et s'il s'y 
trouve quelque enfant de paix, votre paix re- 
posera sur lui; autrement elle reviendra sur 
vous. Demeurez dans la même maison, man- 
geant et buvant ce que vous y trouverez ; cai' 
celui qui travaille mérite un salaire. Ne passez 
point d'une maison à une autre ; et dans quelque 
ville que vous alliez, si l'on vous reçoit, mangez 
ce qu'on vous présentera : guérissez les malades 
qui s'y trouveront, et dites -leur : Le royaume 
de Dieu est près de vous. — Credo. 

Secrète, En vous offrant nos dons dans la fête 
de votre Évangéliste saint Marc, nous vous de- 
mandons, Seigneur, que l'intercession de celui 
qui a mérité la gloire céleste par la prédication 
de l'Évangile, nous rende agréables à votre di- 
vine Majesté et dans nos paroles et dans nos 
actions. Par N.-S. J.-G. 

Postcommunion. Que vos saints mystères. Sei- 
gneur, nous environnent sans cesse ^e votre prQ- 



548 LE i" MAI.— S. PHILIPPE ET S. JACQUES. 

tectioix, et que, par les prières de votre Évan- 
géliste saint Marc, ils nous défendent toujours 
de toute adversité. Nous vous le demandons par 
N.-S. J.-G. 



us 1» MAI. 

SAINT PHILIPPE ET SAINT JACQUES, APOTRES. 

A LA MESSE. — introït. 

ILS ont crié vers vous, | ^lahaverunt ad te, 
Seigneur, au temps de 
Taffliction, et vous les 
avez exaucés du haut du 
ciel, alléluia, alléluia. 
Ps, Justes, réjouissez- 
vous dans le Seigneur; 
c'est aux cœurs droits 
quMl appartient de le 
louer.. J^'. Gloire au Père. 

Collecte. Dieu, qui nous donnez chaque année 
un nouveau sujet de joie dans la fête de vos 
Apôtres saint Philippe et saint Jacques, faites que, 
comme nous nous réjouissons de leurs mérites, 
nous profitions aussi de leurs exemples. Par N.-S. 

ÉpUre de la Messe Protexisti, ;>. 708. 



yj Domine, in tem- 
pore afflictionis suaR, 
et tu de cœlo exaudisti 
eos, alléluia, alléluia. 
Ps, Exsultate, justi, in 
Domino : rectos decet 
collaudatio. f. Gloria 
Patri. 



Alléluia, alléluia. ^. 
Les deux publient vos 
merveilles, Seigneur, et 
l'assemblée des fidèles, 
la vérité de vos promes- 
ses. Alléluia, jl^. Il y a 
^ longtemps que je suis 



Alléluia , alléluia. 
f, Gonfitebuntur cœli 
mirabilia tua. Domi- 
ne : etenim veritatem 
tuâm in Ecclesia san- 
ctorum. Alléluia, f, 
Tanto tempore vobis- 



LE i^^ MAI. — S. PHaiPPB ET S. iACQtJBS. S4Ô 



cuiu sum^ et non 
cognovistis me? Phi- 
lippe, qui videt me, 
videt et Patrem me- 
um. Alléluia. 



avec vous, et vous ne 
me connaissez pas? Phi- 
lippe, celui qui me voit, 
voit aussi mon Père. Al- 
léluia. 

ÉVANGILE. 

EN ce temps -là, Jésus dit à ses disciples : Que 
votre cœur ne se trouble point. Vous croyez 
en Dieu, croyez aussi en moi. Il y a plusieurs 
demeures dans la maison de mon Père. Si cela 
n'était, je vous l'aurais dit; mais ne craignez 
rien, je vais vous préparer des places. Et quand 
je m'en serai allé, et que je vous aurai préparé 
des places, je reviendrai, et je vous prendrai 
avec moi , afin que vous soyez là où je serai. 
Maintenant vous savez où je vais , et vous en 
savez la voie. Thomas lui dit : Seigneur, nous 
ne savons où vous allez, et comment pourrions- 
nous en savoir la voie? Jésus lui dit : Je suis la 
voie, la vérité et la vie. Personne ne va à mon 
Père que par moi. Si vous me connaissiez, vous 
connaîtriez mon Père ; mais vous le connaîtrez 
bientôt, et vous l'avez déjà vu. Philippe lui dit : 
Seigneur, faites -nous voir votre Père, et cela 
nous suffit. Jésus lui répondit : Il y a si long- 
temps que je suis avec vous, et vous ne me 
connaissez pas encore? Philippe, celui qui me 
voit, voit aussi mon Père. Gomment dites-vous : 
Faites-nous voir votre Père? Ne croyez-vous pas 
que je suis dans mon Père, et que mon Père est 
en moi? Ce que je vous dis, je ne le dis pas de 
moi-même; mais mon Père, qui demeure en 



550 LE 1«' MAI.— S. PHILIPPE ET S. JACQUES. 

moi, est lui -même Fauteur des œuvres que je 
fais. Ne croyez -vous pas que je suis en mon 
Père, et que mon Père est en moi? Croyez-le au 
moins à cause de mes œuvres. En vérité , en 
vérité je vous le dis, celui qui croit en moi lera 
les mêmes œuvres que moi, et en fera même de 
plus grandes encore, parce que je m*en vais à 
mon Père. Quelque chose que vous demandiez à 
mon Père en mon nom, je vous l'accorderai. — 
Credo. 

Offertoire, Les deux 
publient vos merveilles, 
Seigneur, et rassemblée 
des fidèles la vérité de 
vos promesses, alléluia, 
alléluia. 

Secrète, Recevez avec bonté. Seigneur, les 
prières que nous vous adressons en la solennité de 
saint PMlippe et de saint Jacques, vos Apôtres, 
et détournez de nous les maux que nous méri- 
tons. Nous vous le demandons par N.-S. J.-G. 

Préface des Apôtres, p. 180. 



Offertoire, Gonfite- 
buntur cœli mirabi- 
lia tua. Domine, et 
veritatem tuam in Ec- 
clesia sanctorum, al- 
léluia, alléluia. 



Communion, Il y a si 
longtemps que je suis 
avec vous, et vous ne me 
connaissez pas encore? 
Philippe, celui qui me 
voit, voit aussi mon Père, 
alléluia. Ne croyez -vous 
pas que je suis en mon 
Père, et que mon Père est 
•^ moi î alléluia, alléluia. 



Communion, Tan- 
te tempore vobiscum 
sum, et non cogno- 
vistis me? Philippe, 
qui videt me, videt et 
Patrem meum, allé- 
luia. Non credis quia 
ego in Pâtre, et Pater 
in me est? alléluia, 
alléluia. 



LE 3 MAI.— L*INVENTION DE LA S'* CROIX. 5&1 

Postcommunion, Après avoir participé. Sei- 
gneur, à ces mystères du salut, nous vous de- 
mandons le secours des prières de ceux dont nous 
célébrons la fête. Par N.- S. J.- C. 

AUX II- VÊPRES. 

Psaume» du Commun des Apôtres, p. 670; HymneTrisie» 
ersDt, p. 675. 

f, La mort des saints 
du Seigneur, alléluia. 
% Est précieuse devant 
lui, alléluia. 



t. Pretiosa in con- 
spectu Domini, allé- 
luia. ^. Mors sancto- 
rum ejus, alléluia. 



A Magnificat. 



Ant. Si manseritis 
in me, et verba mea 
in vobis manserint, 
quodcumque petieri- 
tis fiet vobis, alléluia, 
alléluia, alléluia. 



Ant, Si vous demeurez 
en moi, et si mes paroles 
demeurent en vous, tout 
ce que vous demanderez 
vous sera accordé, allé- 
luia, alléluia, alléluia. 



LE 8 MAI. 

L'INVENTION DE LA SAINTE CROIX. 

{Si cette Fête se célèbre après la Pentecôte, au lieu de la 
Messe suivante on dit celle de VExaltation de la sainte Croix 
(te 14 Septembre), avec les Oraisons, VÉvangile et V Offertoire 
de la Messe n-après.) 

A LA MESSE. — introït. 



Nos autem gloriari 
oportet in Gruce 
Domini nostri Jesu 
Christi, in quo est 
salus, vita et resur- 



Nous devons mettre 
notre gloire dans la 
Croix de Jésus -Christ 
Notre- Seigneur, Tauteur 
de notre salut, de notre 



552 LE 3 MAI.— l'invention DE LA S^» CROIX. 

vie et de notre résurrec- 
tion, par qui nous avons 
été sauvés et délivrés, 
allel., allel. Ps, Que Dieu 
prenne pitié de nous, 
et nous bénisse : qu'il 
nous éclaire de la lumière 
de son visage, et qu'il 
nous fasse sentir sa misé- 



rectio nostra , per 
quem salvati et libe- 
rati sumus, alléluia, 
alléluia. Ps, Deus mi- 
sereatur nostri , et 
benedicat nobis; illu- 
minet vultum suum 
super nos, et mise- 
reatur nostri. f, Glo- 
ria Patri. 



l'icorde. j^. Gloire au Père. 

Collecte, Dieu, qui avez renouvelé, dans 
la glorieuse invention du bois salutaire de la 
Croix, les merveilles de votre Passion, daignez, 
par le prix de cet arbre de vie, nous accorder 
les récompenses éternelles. Vous qui, étant Dieu , 
vivez et régnez. 

Êpttre du Dimanche des Rameaux, p, 817. 



Alléluia, alléluia, f. 
Publiez pai'mi les nations 
que le Seigneur triomphe 
par le bois. Alléluia, j^. 
Bois aimable, clous sa- 
crés, qui reçûtes un far- 
deau si précieux, qui 
seuls fûtes jugés dignes 
de porter le Roi du ciel, 
le Seigneur. Alléluia. 



Alléluia , alléluia. 
f, Dicite in gentibus 
quia Dominus regna- 
vit a ligno. Alléluia. 
f, Dulce lignum, dul- 
ces clavos, dulcia fe- 
rens pondéra : quae so- 
lafuisti digna sustine- 
re Regem cœlorum, et 
Dominum. Alléluia. 



ÉVANGILE. 

EN ce temps-là, Un pharisien d'un rang distin- 
gué, nommé Nicodème, alla trouver Jésus 
rendant la nuit, et lui dit : Maître, nous savons 



LE 3 MAI.— l'invention DE LA S^** CROIX. 553 

que vous êtes un docteur envoyé de Dieu ; car 
personne ne peut faire les prodiges que vous 
faites, si Dieu n'est avec lui. Jésus lui répon- 
dit : En vérité, en vérité je vous le dis, nul ne 
peut entrer dans le royaume de Dieu s'il ne naît 
de nouveau. Nicodème lui répondit : Gomment 
un homme qui est vieux peut-il naître? Peut-il 
rentrer dans le sein de sa mère , et naître une 
seconde fois? Jésus lui répondit : En vérité, en 
vérité je vous le dis, nul ne peut entrer dans 
le royaume de Dieu s'il ne renaît de l'eau et 
de l'Esprit-Saint. Ce qui est né de la chair est 
chair, et ce qui est né de l'Esprit est esprit. Ne 
vous étonnez pas de ce que je vous ai dit : Il faut 
naître de nouveau. L'Esprit souffle où il veut, 
et vous entendez sa voix; mais vous ne savez 
ni d'où il vient, ni où il va : il en est ainsi de 
tout homme qui est né de l'Esprit. Nicodème 
lui répondit : Gomment cela peut-il se faire? 
Quoi! lui dit Jésus, vous êtes docteur en Israël, 
et vous ignorez ces choses? En vérité, en vérité 
je vous le dis, nous parlons de ce que nous 
savons, et nous rendons témoignage de ce que 
nous avons vu : et cependant vous ne recevez 
pas notre témoignage. Si vous ne me croyez pas 
lorsque je vous parle le langage de la terre, com- 
ment me croiriez- vous si je vous parlais le lan- 
gage du ciel? car personne n'est monté au ciel 
que celui qui en est descendu, c'est-à-dire 
le Fils de Thomme, qui est dans le ciel. Et 
€omme Moïse éleva le serpent dans le désert, 
il faut de même que le Fils de lliomme soit 



354 LE 3 MAI. — l'iNVENTIOH DE LA S^ CROIX. 

élevé, afin que tous ceux qui croient en lui ne 
périssent pas, mais possèdent la vie étemelle. — 
Credo. 

Offertoire. Dextera 
Domini fecit virtu- 
tem; dextera Domini 
exaltavit me : non 
moriar, sed vivam, 
et narralK) opéra Do- 



mini, alléluia. 



Offeîioire. La droite 
du Seigneur a manifesté 
sa puissance, la droite 
du Seigneur m'a élevé ; 
ie ne mourrai pas, mais 
je vivrai, et je raconterai 
les œuvres du Seigneur, 
alléluia. 

Secrète, Recevez favorablement, Seigneur, le 
sacrifice que nous vous offrons, afin qu'il nous 
délivre de toutes les calamités de la guerre, et 
qu'il nous mette en sûreté sous votre protection, 
pour nous faire repousser, par l'étendard de la 
Croix de votre Fils, toutes les attaques des puis- 
sances ennemies. Par le même N.-S. J.-C. 

Préface de la Croix , p. U*. 



Communion, Seigneur 
notre Dieu , délivrez- 
nous de nos ennemis 
par le signe de la Croix, 
alléluia. 



Communion, Per 
signum Grucis de ini- 
micis nostris libéra 
nos , Deus noster, al- 
léluia. 



Postcommunion, Nourris de ce pain céleste et 
de ce breuvage spirituel, nous vous supplions, 
Dieu tout-puissant, de nous défendre contre la 
malice de notre ennemi, après nous avoir fait 
triompher par le bois de la Croix de votre Fils 
Notre-Seigneur Jésus-Christ, arme de justice pour 
"ilut du monde. Par le môme N.-S. J.-C. 



LB 11 JUIN. — S. BARXABÉ; APÔTRE. 555 

A VÊPRES. 

Les qiMtre premiers Psaumes du Dimanche, }>• 132, et le 
Psaume Laudate Dominam , p. 191. 

Hymne Yexilla, p. 810; d 2a 6« strophe, au lieu de Hoc 
Passioiiis tempore , on dit Paschaie quee fers gaudîum (Vous 
qui portez notre joie pascale). 



f. Hoc signuiu 
Gmcis erit in cœlo, 
alléluia. ^. Gum Do- 
minus ad judican- 
donivenerit, alléluia. 



f. Ce signe de la Croix 
sera dans le ciel^ alléluia. 
% Quand le Seigneur 
viendra pour juger, allé- 
luia. 



A Magnificat. 



Ant, Grucem san- 
ctam subiit qui infer- 
num confregit : ac- 
cinctus est potentia, 
surrexit die tertia , 
alléluia. 



Ant, Celui qui a vaincu 
l'enfer a été élevé sur 
l'arbre saint de la Croix , 
s'est armé de son pou- 
voir, et est ressuscité le 
troisième jour, alléluia. 



■X3 



LE 11 JUIN. 

SAINT BARNABE, APOTRE. 

L'Office au Commun des Apôtres, p. 668 ou 67B. 

(Pendant le Temps pascal. Messe de la Fête de S. Marc, 
avec les Oraisons, ÏÉpttre et l'Évangile de la Messe suivante.) 

A LA MESSE. — introït. 



Mmi autem nimis ho- 
norati sunt ami- 
ci tui, Deus : nimis 
confortatus est prin- 
cipatus eorum. Ps. 



Vous avez merveilleuse- 
ment honoré ceux qui 
vous aiment. Seigneur; 
vous leur avez donné une 
grande puissance.Pî. Sei- 



556 LE il JUIN. — 8. BARNABE; APÔTRE. 



Domine, probasti me. 
et cognovisti me : tu 
cognovisti sessionem 
meam et resurrectio- 
nem meam. f, Gloria. 



gneur, vous avez sondé 
mon cœur, et vous me 
connaissez : vous m'avez 
vu dans mon repos et dans 
mon réveil, f. Gloire. 

Collecte, Dieu, qui nous réjouissez par la 
gloire et par l'intercession de saint Barnabe votre 
Apôtre, faites qu'implorant vos miséricordes par 
ses mérites, nous les obtenions de votre grâce. 
Par N.-S. J.-G. 

ÉPITRE. 

EN ces jours-là. Un grand nombre de personnes 
crurent et se convertirent au Seigneur. La 
nouvelle en étant venue à l'Église de Jérusalem, 
on envoya Barnabe à Antioche. Lorsqu'il y fut 
arrivé, et qu'il eut vu la grâce de Dieu, il en eut 
une grande joie : et il exhortait les nouveaux 
fidèles à demeurer fermes dans la résolution 
qu'ils avaient prise d'être au Seigneur; car c'était 
un homme de bien, rempli du Saint-Esprit, et 
plein de foi. Un grand nombre de personnes se 
donnèrent encore au Seigneur. Barnabe alla 
ensuite à Tarse pour chercher Saul; et l'ayant 
trouvé, il l'amena à Antioche. Ils demeurèrent 
un an entier dans cette Église, où ils instrui- 
sirent beaucoup de monde; et ce fut à Antioche 
qu'on donna pour la première fois aux dis- 
ciples le nom de Chrétiens. Il y avait alors dans 
l'Eglise d' Antioche des prophètes et des docteurs, 
parmi lesquels étaient Barnabe, Simon qu'on 
appelait le Noir, Ludus de Gyrène, Manahen, 



LE 11 JUIN. — S. BARNABE; APÔTRE. 557 

frère de lait d'Hérode le tétrarque, et Saul. Or, 
pendant qu'ils rendaient leur culte au Seigneur 
et qu'ils jeûnaient, le Saint-Esprit leur dit : 
Séparez -moi Saul et Barnabe pour l'œuvre à la- 
quelle je les ai destinés; et après avoir jeûné et 
prié, ils leur imposèrent les mains et les lais- 
sèrent aller. 



Graduel, In om-, 
nem terram exi\it 
sonus eorum, et in 
fines orbis terrae ver- 
ba eorum. j^. Gœli 
enarrant gloriam Dei, 
et opéra manuum 
ejus annuntiat firma- 
mentum. 

Alléluia , alléluia. 
y. Ego vos elegi de 
mundo, ut eatis, et 
fructum ail'eratis, et 
fructus vester ma- 
neat. Alléluia. 



Graduel. Leur voix a 
retenti par toute la terre , 
et leurs paroles ont péné- 
tré jusqu'aux extrémités 
du monde, y. Les cieux 
racontent la gloire de 
Dieu , et le firmament 
publie les œuvres de ses 
mains. 

Alléluia, alléluia, f. 
Je vous ai choisis afin 
que vous alliez dans le 
monde, que vous portiez 
du fruit, et que ce fruit 
demeure. Alléluia. 



ÉVANGILE. 

EN ce temps-là , Jésus dit à ses disciples : Je 
vous envoie comme des brebis au milieu 
des loups : soyez donc prudents comme les ser- 
pents, et simples comme les colombes. Soyez en 
garde contre les hommes ; car ils vous tradui- 
ront devant leurs tribunaux, et vous feront 
flageller dans leurs assemblées. Vous serez con- 
duits , à cause de moi, en présence des magistrat" 



558 LE 11 JUIN. — s. BARNABt, APOTRE. 

et des rois^ afin que vous me rendiez témoignage 
devant eux et devant les nations. Or, quand on 
vous fera comparaître , ne soyez en peine ni de la 
manière dont vous parlerez, ni de ce que vous 
direz; car ce que vous devrez dire vous sera 
inspiré à Theure même, parce que ce n'est pas 
vous qui parlez , mais TEsprit de votre Père qui 
parle en vous. Alors le frère livrera son frère 
à la mort , et le père son fils ; les enfants se 
soulèveront contre leur père et leur mère, et les 
feront mourii*. Et vous serez haïs de tout le 
monde à cause de mon nom. Mais celui qui per- 
sévérera jusqu'à la fin sera sauvé. — Credo. 



Offertoire, Wons les éta- 
blirez princes sur toute 
la terre : ils se souvien- 
dront de votre nom. Sei- 
gneur, dans toute la suite 
des générations. 



Offertoire, Consti- 
tues eos principes su- 
per omnem terram; 
memores erunt nomi- 
nis tui, Domine, in 
omni progenie et ge- 



neratione. 

Secrète. Sanctifiez, Seigneur, les dons que 
nous vous ofi'rons, et purifiez -nous, par leur 
vertu et par l'intercession de votre Apôtre saint 
Barnabe, des taches de nos péchés. Nous vous 
en supplions par N.-S. J.-C. 

Préface des Apôtres , p. 180. 



Communion . Pour vous 
qui m'avez suivi, vous 
serez assis sur des trônes, 
où vous jugerez les douze 
tribus d'Israël. 



Communion. Vos 
qui secuti estis me, 
sedebitis super sedes , 
judicantes duodecim 
tribus Israël. 



Postcommunion, Dieu tout -puissant, nous 



LA NATIVITÉ DE S. JEAN-BAPTISTE. 55^ 

VOUS supplions humblement ^ par rintercessiou 
de votre saint Apôtre Barnabe, de faire la grâce 
à ceux que vous nourrissez de vos sacrements, 
de vous servir dans la sainteté de vie que vous 
demandez d'eux. ParN.-S. J.-G. 



LE 24 JUIN. 

LA NATIVITÉ DE SAINT JEAN -BAPTISTE. 

AUX !"• VÊPRES. 

Les quatre premiers Psaumes du Dimanche , p. 182, cl le 
Psaume I^audate Dominniu,^. 191. 



HYMNE. 



UT queant Iaxis re- 
sonare fibris 
Mira gestorum famuli 

tuorum, 
Solve polluti labii rea- 
tum, 

Sancte Joannes. 
Nuntius celso ve- 
niensOlympo, 
Te patri magnum fore 

nasciturum, 
Nomen, et vitae se- 
riem gerendae 
Ordine promit, 
nie promissi du- 
bius supemi, 
Perdidit promptae mo- 
dulosloquelae; 



PURIFIEZ nos lèvres, ô 
Précurseur de Jésus, 
bienheureux Jean, afin 
que nous puissions hau- 
tement chanter les mer 
veilles de votre nais- 
sance. 

Un Ange vint du haut 
du ciel annoncer votre 
naissance à votre père, 
lui découvrir votre gran- 
deur future, votre nom 
et vos destinées. 

Le saint vieillard sem- 
bla douter : il en fu t aussi- 
tôt puni par la perte de 
la parole; mais vous la 



560 



LA NATIVITÉ DE S. JEAN-BAPTISTE. 



lui rendîtes en naissant ^ 
ô fils bienheureux ! 

Encore caché dans le 
sein de votre mère, vous 
reconnûtes Jésus notre 
Roi dans les entrailles de 
Marie ; et devenu prophè- 
te avant même de naître , 
vous en révélâtes le secret 
àZacharie et à Elisabeth. 

Gloire au Père, gloire 
au Fils qu'il a engendré, 
gloire pareille à vous. 
Esprit de l'un et de l'au- 
tre, égal à eux, et avec 
eux un seul Dieu/ durant 
toute l'éternité. 

Ainsi soit-il. 

f. Il y eut un homme 
envoyé de Dieu. Hf. Qui 
s'appelait Jean. 



Sed refonnasti geni- 
tus peremptae 
Organa vocis. 
Ventrisobstruso re- 
cubans cubili , 
Senseras Regem tha- 
lamo manentem : 
Hinc païens, nati me- 
ritis, uterque 
Abdita pandit. 

Sit decus (1) Patri, 
Genitaeque Proli , 
Ettibi compar, utrius- 

que Virtus 
Spiritus semper, Deus 
unus, omni 
Temporis œvo. 
Amen. 

f. Fuit homo mis- 
sus a Deo. ^. Gui no- 
men erat Joannes. 



A Magnificat. 



Ant, Zacharie étant 



entré dans le temple du charia templum Do- 



Ant, Ingresso Za- 



(1) Dans les Diocèses qui ne suivent pas V Office réformé, on 
remplace cette stropfie par la suivante: 



Gloria Patri , genitaeque 
Proli, 
Et tibi compar, utriusque 
semper 



Spiritns aime, Deus unus 
omni 

Tempore sœcli. 
œen. 



LA NATIVITE DE S. JEAN-BAPTISTE. 



561 



mini, apparuit ei Ga- 
briel Angélus, stans 
a dextris altaris in- 
censi. 



Seigneur, l'Ange Gabriel 
lui apparut, debout à la 
droite de l'autel des par- 
fums. 



A LA MESSE. — introït. 



D 



E ventre matris 
meœ vocavit me 
Dominus nomine meo ; 
et posuit os meum 
ut gladium acutum : 
sub tegumento manus 
suœ protexit me, et 
posuit me quasi sa- 
gittam electam. Ps. 
Bonum est confiteri 
Domino, et psallere 
uomini tuo, Altissi- 
me. ff, Gloria Patri. 



LE Seigneur m'a appelé 
par mon nom dès le 
sein de ma mère, et il a 
rendu ma parole sem- 
blable à un glaive per- 
çant; il m'a mis à cou- 
vert à l'ombre de sa 
main, et il m'a tenu en 
réserve comme une flèche 
choisie. Ps, Il est bon de 
rendre gloire au Sei- 
gneur, • et de chanter 
votre nom, ô Dieu très- 



haut, f. Gloire au Père. 
Collecte, Dieu, qui avez rendu ce jour 
vénérable par la Nativité de saint Jean-Bap- 
tiste, faites que votre peuple soit rempli d'une 
joie céleste, et dirigez vos fidèles dans la voie du 
salut éternel. Par N.-S. J.-G. 

ÉPITRE. 

E 'coûtez, îles; et vous, peuples éloignés, prêtez 
l'oreille. Le Seigneur m'a appelé dès le sein 
de ma mère : il s'est souvenu de mon nom 
lorsque j'étais encore dans ses entrailles. Il a 
rendu ma bouche comme une épée perçante, 
il m'a protégé sous l'ombre de sa main, et il 

f[, 33 



562 



LA IfATIVITÉ DE S. JEAIf-BAPTlSTK. 



m'a mis en réserve comme une flèche choisie : 
il m'a tenu caché dans son carquois , et il m'a 
dit : Israël, vous êtes mon serviteur, et je me 
glorifierai en vous. En effet, le Seif^eur me dit 
maintenant, lui qui m'a formé dès le sein de ma 
mère pour être son serviteur : Je vous ai établi 
pour être la lumière des nations, et le salut 
que j'envoie jusqu'aux extrémités de la terre. 
Les rois vous verront, et les princes se lèveront 
devant vous, et vous adoreront à cause du Sei- 
gneur et du saint d'Israël, qui vous a choisi. 



Graduel, Je vous ai 
connu avant de vous for- 
mer dans les entrailles 
de votre mère; je vous ai 
sanctifié avant que vous 
fussiez sorti de son sein. 
Ji, Le Seigneur a étendu 
sa main, il a touché ma 
bouche, et m'a parlé. 

Alléluia, alléluia, j^. 
Pour vous, heureux en- 
fant, vous serez appelé 
Prophète du Très-Haut; 
car vous marcherez de- 
vant le Seigneur pour lui 
préparer les voies. AUel. 

ÉVANGILE. 

LE temps des couches d'Elisabeth arriva, et 
elle mit au monde un fils. Ses voisins et ses 
Darents, ayant appris que le Seigneur avait fait 



Graduel, Prius- 
quam te formarem in 
utero, novi te; etan- 
tequam exires de ven- 
tre, sanctificavi te. 
t.MisitDominus ma- 
uum suam, et tetigit 
os meum, et dixit 
mihi. 

Alléluia, alléluia, 
ji^. Tu, puer, Propheta 
Altissimi vocaberis ; 
praeibis ante Domi- 
num,parare vias ejus . 
Alléluia. 



LA NATIVITÉ DE S. JEAN-BAPTISTE. 563 

éclater sa miséricorde sur elle, l'en félicitaient. 
Le huitième jour, ils vinrent .pour circoncire 
Tenfant, et ils voulaient le nommer Zacharie, 
du nom de son père. Mais sa mère, prenant la 
parole, leur dit : Non, il s'appellera Jean. Us 
lui répondirent : Il n'y a personne dans votre 
famille qui porte ce nom. Ils firent alors signe 
au père de l'enfant d'indiquer comment il vou- 
lait qu'on le nommât. Il demanda des tablettes 
et il y écrivit : Jean est le nom qu'il doit avoir : 
ce qui les remplit tous d'étonnement. Au même 
instant sa bouche s'ouvrit, sa langue se délia, 
et il parlait en bénissant Dieu. Tous ceux du 
voisinage furent saisis de crainte : et le bruit de 
ces merveilles se répandit dans tout le pays des 
montagnes de Judée. Tous ceux qui en enten- 
dirent parler les considérèrent avec attention, et 
disaient : Que pensez-vous que sera cet enfant? 
car la main du Seigneur a paru sur lui. Au 
même instant Zacharie son père fut rempli du 
Saint-Esprit, et il prophétisa en disant : Béni 
soit le Seigneur, le Dieu d'Israël, qui a daigné 
visiter et racheter son peuple. 

Credo, si c'est un Dimanche , un des jours de V Octave du 
saint Sacrement , ou une Fête patronale. 



Offertoire. Le juste 
fleurira comme le pal- 
mier, il croîtra comme 
le cèdre du Liban. 
Secrète. Nous couvrons vos autels de ces dons , 
Seigneur, pour célébrer la naissance de celui 
qui a prédit la venue du Sauveur du monde. 



Offertoire.JvLSivLS ut 
palma florebit; sicut 
cedrus quae in Libano 
est, multiplicabitur. 



564 



LA NATIVITÉ DE S. JEAN-BAPTIST&. 



Communion. Tu , 
puer, Propheta Altis- 
simi vocaberis : prae- 
ibis enim ante faciem 
Domini, parare vias 
ejus. 



et qui a montré, après son avènement, Jésus- 
Cairist votre Fils Notre - Seigneur. Qui, étant 
Dieu, vit et règne. 

Communion. Pour 
vous, heureux enfant, 
vous serez appelé le Pro- 
phète du Très-Haut; car 
vous marcherez devant 
le Seigneur pour lui pré- 
parer les voies. 

Postcommunion. Seigneur, que votre Église 
se ressente de la joie de la naissance de saint 
Jean -Baptiste, par lequel elle a connu Tauteur 
de sa régénération, Jésus-Christ Notre-Seigneur 
votre Fils. Qui, étant Dieu, vit et règne. 

AUX n- VÊPRES. 

Lfis quatre premiers Psaume» du Dimanche, p. 188, et le 
Psaume Laiulate Dominum,i). 191. 

ji'. Cet enfant sera 
grand devant le Sei- 
gneur. ^. Car la main 
du Seigneur est avec lui. 



f. Iste puer ma- 
gnus coram Domino. 
B). Nam et manus ejns 
cum ipso est. 



A Magnificat. 



Ant. L'enfant qui nous 
est né est plus que pro- 
phète; car c'est de lui 
que le Sauveur a dit : 
Parmi les enfants des 
femmes, il n'y en a point 
eu de plus grand que 
Jean -Baptiste. 



Ant. Puer qui natus 
est nobis, plus quam 
propheta est; hic est 
enim de quo Salvator 
ait : Inter natos mu- 
lierum non surrexit 
major Joanne Bapti- 
sta. 



LE 29 JUIN. .— S. PIERRE ET S. PAUL. 565 



LE 29 JUIN. 

SAINT PIERRE ET SAINT PAUL, APOTRES. 

AUX I-" VÊPRES. 

Les quatre premiers Psaumes du Dimanches, p. t82, et le 
Psaume Laudate Dominum,;). 191. 



D 



HTHNE (i). 



ECORAluxaetemi- 

tatis auream 
Diem beatis irrigayit 

ignibus, 
Apostolonini quae co- 

ronat Principes, 
Reiscpie in astra libe- 

ram pandit viam. 
Mundi magister, at- 

cpie cœli janitor, 



L 



A ilumière admirable 
de Téternité a brillé 
d'un doux éclat sur le 
jour heureux où les 
Princes des Apôtres ont 
reçu leur couronne, et 
où le chemin du ciel a 
été ouvert aux pécheurs. 
Le maître du monde 
et le portier du ciel. 



(1) Dam les Diocèses où Von ne stât pas l' Office réformé, on 
remplace cette Hymne par la suivante: 



Aurea luce et décore ro- 

seo, 
Lnx lucis, omne perfudisti 

flœeolum , 
Decorans cœlos indyto mar- 

tyrio 
Hac sacra die , quœ dat reis 

veniam. 
Janitor cœli, Doctor orbis 

pari ter, 
Judices8œcli,Yera mundi lu- 

mina, 
Per crucem alter, alter ensc 

triumphans , 
Vitœ senatnm laureati posai- 
dent. 



felix Roma , quœ tanto- 

rum principum 
Es purpurata pretioso san- 
guine , 
Non lande tua, sed ipsomm 

meritis 
Excellis omnem mundi puU 

chritudinem. 
Sit Trinitati sempitema 

gloria , 
Honor, potes tas , atque jubi- 

latio , 
In nnltate , cui manet impe- 

rium, 
Et tune et modo per œterna 

sfficnla. Amen. 



&66 LE â9 JUIN. — s. PIERRE ET S. PAUL. 



frères à Rome et arbitres 
des nations, arrivent, 
l'un par le glaive, l'autre 
par le supplice de la 
croix, au palais de la 
vie. 

heureuse ville de 
Rome, consacrée par la 
mort glorieuse de ces 
deux Princes des Apô- 
tres : leur sang, dont tu 
es teinte, te rend la plus 
belle de toutes les cités 
de l'univers. 

î Gloire éternelle à la 
sainte Trinité : honneur, 
puissance et jubilation 
pendant tous les siècles 
éternels à l'unité des trois 
personnes divines, qui 
gouverne toutes choses. 

Ainsi soit-il. 

j^. Leur voix a retenti 
par toute la terre. ^. Et 
leurs paroles ont pénétré 
jusqu'aux extrémités du 
monde. 



Romae parentes, arbi- 

trique gentium, 
Per ensis ille, hic per 

crucis Victor ne- 

cem, 
Vitœ senatum lau- 

reati possident. 
Roma felix, quae 

duorum Princi- 

pum 
Es consecrata glorioso 

sanguine : 
Horum cruore purpu- 
ra ta, caBteras 
Excellis orbis una pul- 

chritudines. 
î Sit Trinitati sem- 

piterna gloria, 
Honor,potestas, atque 

jubilatio, 
In unitate, qnœ gu- 

bernat omnia, 
Per universa saeculo- 

rum saecula.Amen. 
^, In omnem ter- 
ram exivit sonus eo- 
rum. ^. Et in fines 
orbis terrae verba eo- 
rum. 



A Magnificat. 



Ant. Vous êtes le Pas- 



teur des brebis , le Prince ovium, Princeps Apo- 



Ant, Tu es Pastor 



LE 29 JUIN. — S. PIERRE ET S. PAUL. 567 

stolorum: tibi traditae 
sunt claves regni cœ- 
lorum. 



des Apôtres : les clefs du 
royaume des cieux vous 
ont été confiées. 



A LA MESSE. -- introït. 



NUNC scio vere quia 
misit DomlnusAn- 



gelum suum, et eri- 
pult me de manu 
Herodls, et de omni 
exspectatione pleMs 
Judaeorum. Ps, Do- 
mine, probasti me, 
et cognovisti me : tu 
cognovistl sessionem 
meam et resurrectio- 
nem meam. jî^. Gloria. 



JE vois maintenant que 
le 



Seigneur a envoyé 
son Ange, et m'a délivré 
de la main d'Hérode et 
de toute l'attente du 
peuple juif. Ps. Seigneur, 
vous avez sondé mon 
cœur, et vous me con- 
naissez ; vous m'avez vu 
dans mon repos et dans 
mon réveil. ^. Gloire au 
Père. 

Collecte. Dieu, qui avez consacré ce jour 
par le martyre de vos saints Apôtres Pierre et 
Paul, faites que votre Église soit toujours fidèle 
à observer les préceptes de ceux qui ont été les 
premiers ministres de la religion sainte qu'elle 
professe. ParN.-S. J.-G. 

ÉPITRE. 

EN ces jours-là. Le roi Hérode se mit à persé- 
cuter quelques-uns des membres de l'Église, 
et fit mourir par le glaive Jacques , frère de Jean, 
Voyant que cela était agréable aux Juifs , il fit 
aussi arrêter Pierre. C'étaient alors les jours des 
azymes. Quand il l'eut fait saisir, il le fit mettre 
en prison, et il en commit la garde à quatre 
détachements de quatre soldats chacun, pour 



568 LE 29 JUIN. — s. PIERRE ET S. PAUL. 

le faire exécuter publiquement après la Pâque. 
Pierre était donc gardé dans la prison, et 
l'Église adressait sans cesse à Dieu des prières 
pour lui. Or, pendant la nuit qui précédait le 
jour où Hérode devait le faire mourir, Pierre 
dormait entre deux soldats, lié par deux chaînes, 
et des gardes étaient placés devant la porte de la 
prison. Tout à coup le lieu fut rempli de lumière, 
un Ange du Seigneur apparut, et, frappant 
Pierre au côté, le réveilla et lui dit : Levez-vous 
prcmptement ; et en même temps les chaînes 
tombèrent de ses mains. Prenez votre ceinture, 
lui dit l'Ange, et mettez votre chaussure. Il le fit. 
L'Ange ajouta : Prenez vos habits , et suivez-moi. 
Pierre sortit, et le suivait sans savoir si ce qui 
était fait par l'Ange était quelque chose de réel , 
mais pensant que c'était une vision. Quand ils 
eurent passé le premier et le second corps de 
garde, ils arrivèrent à la porte de fer qui con- 
duit à la ville, et qui s'ouvrit d'elle-même de- 
vant eux. Ils sortirent et allèrent jusqu'au bout 
de la rue, et aussitôt l'Ange le quitta. Alors 
Pierre étant revenu à lui, dit : Je vois mainte- 
nant que le Seigneur a envoyé son Ange, et m'a 
délivre de la main d'Hérode et de toute l'attente 
du peuple juif. 

Graduel Constitues , p. 610. 



AUeluia, alléluia, f. 
Vous êtes Pierre, et sur 
cette pierre je bâtirai 
mon Église. AUeluia. 



Alléluia, alléluia. 
j^. Tu es Petrus , et 
super hanc petram 
sediflcabo Ecclesiam 
meam. AUeluia. 



LE â9 JUIN. — S. PIERRE ET S. PAUL. 569 
ÉVANGILE. 

EN ce temps-là, Jésus étant allé du côté de 
Gésarée de Philippe, interrogea ses disciples, 
et leur demanda ; Que dit-on du Fils de l'homme ? 
Ils répondh'ent : Les uns disent que c'est Jean- 
Baptiste; les autres, Élie; d'autres enfin, Jéré- 
mie, ou quelqu'un des. Prophètes. Mais vous, 
leur dit Jésus, qui dites- vous que je suis ? Simon- 
Pierre, prenant la parole, dit : Vous êtes le 
Christ, le Fils du Dieu vivant. Jésus lui répon- 
dit : Vous êtes heureux, Simon fils de Jona ; car 
ce n'est point la chair et le sang qui vous l'ont 
révélé, mais mon Père qui est dans le ciel. Et 
moi je vous dis que vous êtes Pierre, et sur 
cette pierre je bâtirai mon Église , et les portes 
de l'enfer ne prévaudront point contre elle. Je 
vous donnerai les clefs du royaume des cieux; et 
tout ce que vous lierez sur la terre sera lié dans 
le ciel, et tout ce que vous délierez sur la terre 
sera délié dans le ciel. — Credo. 

Offertoire Constitues, j>. 688. 

Secrète, Que la prière de vos Apôtres, Sei- 
gneur, accompagne les hosties que nous vous 
offrons pour être consacrées à votre nom, afin 
qu'elles nous obtiennent notre pardon et votre 
protection. Par N.-S. J.-G. 

Préface des Apôtre» , p. 130. 

Communion, Tu es Communion, Vous êtes 
Petrus, et super hanc Pierre , et sur cette pierre 
peiram aedificabo Ec- je bâtirai mon Église, 
clesiam meam. 

Postcommunion, Préservez, Seigneur, de toutp 



;7o 



LE PRÉCIEUX SANG DE N.-S. J.-C. 



adversité, par Tintercessioii de vos Apôtres, ceux 
que vous avez nourris d'un aliment céleste. Par. 

AUX II" VÊPRES. 
Psaumes du Commun des Apôtres, p. 670; Hymne des 
/«• Vêpres, p. 666. 

j^. Ils ont publié les 
œuvres de Dieu. ^. Et 
ils ont commencé à les 
comprendre. 

A Magnificat. 



^. Annuntiaverunt 
opéra Dei. ^. Et facta 
ejus intellexerunt. 



Ant, Aujourd'hui Si- 
mon-Pierre est monté 
sur la croix, alléluia; 
aujourd'hui celui qui a 
les clefs du royaume des 
cieux est allé plein de 
joie à Jésus -Christ; au- 
jourd'hui l'Apôtre saint 
Paul, la lumière de l'u- 
nivers, a baissé la tète 
sous l'épée, et a reçu la 
couronne du martyre 
pour le nom de Jésus- 
Christ, alléluia. 



Ant, Hodle Simon 
Petrus ascendit crucis 
patibulum, alléluia; 
hodie claviculaiius 
regni gaudens migra- 
vit ad Christum; ho- 
die Paulus Apostolus , 
lumen orbis terrae , 
inclinato capite, pro 
Christi nomine mar- 
tyrio coronatus est, 
alléluia. 



LB I" DIMANCHE DB JUILLET. 

LE PRÉCIEUX SANG DE N.-S. JÉSUS-CHRIST. 
A LA MESSE. — bstboIt. 

TTous nous avez rache- 1 tiedemisti nos. Do- 
* tés, Seigneur, par | li mine, in sanguine 



LE PRECIEUX SÂN6 DE N.-S. J.-C. 



571 



tuo, ex omni tribu, 
et lingua, et populo, 
et natione : et fecisti 
nos Deo nostro re- 
gnum. Ps. Misericor- 
dias Domini in aeter- 
num cantabo; in ge- 
nerationem et gene- 
rationem aonuntiabo 
veritatem tuam in ore 
meo. f, Gloria Patri. 



votre sang, de toute tri- 
bu, de toute langue, de 
tout peuple et de toute 
nation : et vous avez fait 
de nous le royaume de 
notre Dieu. Ps. Je chante- 
rai éternellement les mi- 
séricordes du Seigneur; 
de génération en géné- 
ration ma bouche an- 
noncera votre vérité, fî. 
Gloire au Père. 

Collecte, Dieu tout-puissant et éternel, qui 
avez donné votre Fils unique pour rédempteur 
au monde, et qui avez voulu que votre justice 
fût apaisée par son sang, daignez nous accorder 
de célébrer le prix de notre salut éternel avec 
tant de piété, que, par ses mérites, nous soyons 
préservés des maux de la vie présente , et nous 
jouissions du bonheur du ciel. Par le même 
N.-S. J.-G. 

ÈpUre du Dimanche de la Passion, p. 806. 



Graduel. Hic est 
qui venit per aquam 
et sanguinem, Jésus 
Ghristus ; non in aqua 
solum, sed in aqua et 
sanguine, j^. Très sunt 
qui testimoniumdant 
in cœlo : Pater, Ver- 
bum, et Spiritus san- 



GradueL Voici celui 
qui vient par Teau et par 
le sang; Jésus -Ghrist 
nous purifie non -seule- 
ment par Teau , mais 
par Teau et par le sang. 
y. Il y en a trois qui 
rendent témoignage dans 
le ciel, le Père, le Verbe, 



572 



LE PRÉCIEUX SAIfG DE !f.-S. J.-C. 



et TEsprit- Saint; et ces 
trois ne sont qu'un. 
Trois aussi rendent té- 
moignage sur la terre, 
Tesprit, l'eau, et le sang; 
et ces trois ne sont qu'un. 
Alléluia, alléluia, f. Si 
nous recevons le témoi- 
gnage des hommes, le 
témoignage de Dieu est 
bien plus grand. Alléluia. 



ctus : et hi très unum 
sunt. Et très sunt qui 
testimonium dant in 
terra : spiritus, aqua, 
et sanguis : et hi très 
unum sunt. 

Alléluia, alléluia. 
f. Si testimonium 
hominum accipimus, 
testimonium Dei ma- 
jus est. Alléluia. 



ÉVANGILE. 

EN ce temps-là, Jésus, ayant reçu le vinaigre, 
dit : Tout est consommé. Et ayant incliné la 
tête, il rendit l'esprit. Or, comme c'était la veille 
du sabbat, de crainte que les corps ne restassent 
en croix le jour du sabbat, car ce sabbat était 
une grande fête, ils prièrent Pilate de leur faire 
rompre les jambes, et de les faire enlever. Les 
soldats vinrent donc, rompirent les jambes du 
premier, et de l'autre qui était crucifié à côté de 
Jésus. Mais, arrivés à Jésus lui-môme, voyant 
qu'il était déjà mort, ils ne lui rompirent pas les 
jambes ; mais l'un des soldats lui ouvrit le côté 
avec une lance, et aussitôt il en sortit du sang 
et de l'eau. Et c'est celui qui l'a vu qui en rend 
témoignage, et son témoignage est vrai. 



//"e r / 1 r tf. Le calice 
de bénédiction qne nous 
bénissons n'est -il pas la 
communion du sang de 



Offertoire. Galvx. be- 
nedictionis cui bene- 
dicimns, nonne com- 
municatio sanguinis 



L£ PRiCIEUX SANG DE N.-S. J.-C. 



573 



Ghristi est? Et panis 
quem frangimus,non- 
ne participatio corpo- 
ris Domini est? 



Jésus-Christ? Et le pain 
que nous rompons n'est- 
il pas la participation au 
corps du Seigneur? 
Secrète, Que par ces divins mystères, nous 
vous en prions, Dieu des vertus, nous puissions 
avoir accès auprès de Jésus, le médiateur de la 
nouvelle alliance ; et que Teffusion de son sang sur 
nos autels crie pour nous miséricorde, et non ven- 
geance comme celui d'Abel. Par le même N.- S. 

Préface de la Croix, p. Iî4. 



Communion, Chri- 
stus semel oblatus est 
ad multorum exhau- 
rienda peccata; se- 
cundo sine peccato 
apparebit exspectanti- 
bus se in salutem. 



Communion. Jésus- 
Christ s'est offert une 
fois pour effacer les pé- 
chés de tous ; il paraîtra 
de nouveau pour le salut 
de ceux qui, en l'atten- 



dant, évitent le péché. 
Poscommunion, Admis à la table sainte, Sei- 
gneur, nous avons puisé avec joie aux sources 
du Sauveur; que son sang, nous vous en prions, 
soit pour nous la source sacrée qui jaillit jusqu'à 
la vie étemelle. Par le même N.-S. J.-G. 

A VÊPKES. 

Les quatre premiers Psaumes du Dimanche , p. 132, et le 
Psaume Laiida Jérusalem,/). 164. 



HYMNE. 



F ES Ti VI S resonent 
compita vocibus, 
Cives laetitiam fronti- 
bus explicent : 



QUE partout retentissent 
les cantiques de la 
piété , que tous les fronts 
s'épanouissent de joie, 



574 



LE PRÉCIEUX SANG DE N.-S. J.-C. 



que tous les âges vien- 
nent prendre part à la 
fête pour laquelle Tau- 
tel resplendit de lu- 
mière. 

Nous vénérons le sang 
précieux que Jésus mou- 
rant sur la Croix versa 
pour nous par tant et de 
si cruelles blessures ; re- 
fuserons-nous d'y mêler 
au moins des larmes de 
reconnaissance? 

Le genre humain n'at- 
tendait plus qu'un hor- 
rible malheur, fruit du 
crime du premier Adam ; 
mais le nouvel Adam, 
par son innocence et son 
amour, nous a rendu la 
vie. 

Un cri puissant s'élève 
vers le ciel ; le Père en- 
tend la voix des douleurs 
de son Fils, il est désar- 
mé par son sang; il ne 
peut plus nous refuser le 
pardon. 

Quiconque se lave dans 
ce sang divin, efface ses 
souillures et acquiert un 



TaBdis flammiferis or- 
dine prodeant 

Instructi pueri et sé- 
nés. 

Quem duramoriens 
Christus in arbore 

Fudit multiplici vul- 
nere sanguinem. 

Nos facti memores 
dum colimus, de- 
cet 

Saltem fundere la- 
crymas. 
Humanogeneri per- 
nicies gravis 

Adami veteris crimi- 
ne contigit; 

Adami integritas et 
pietas novi 

Vitam reddidit omni- 
bus. 

Glamorem validum 
summus ab aethere 

Languentis Geniti si 
Pater audiit, 

Placari potius sangui- 
ne debuit. 

Et nobis veniamdare. 
Hoc quicumque sto- 
lam sanguine pro- 
luit, 



LE PRÉCIEUX SANG DE N.-S. J.-C. 



5'i5 



Ahstergit maculas, et 'éclat, une beauté sem- 

roseum decus, blable à celle des Anges, 

Quo fiât similis pro- et digne de plaire au Roi 



tinus Angelis, 

Et Régi placeat, capit. 
A recto instabilis 
tramite postmo- 
diim 

Se nuUus retrahat, 
meta sed ultima 

Tangatur ; tribuet no- 
bile praemiimi , 

Qui cursum Deus ad- 
juvat. 

Nobis propitius sis, 
Genitor potens. 

Ut quos unigenae san- 
guine Filii 

Emisti , et placido 
Flamine recréas, 

Gœli ad culmina 
transferas. 
Amen. 



f. Te ergo quaesu- 
mus,tuis famulis sub- 
veni. % Quos pretioso 
sanguine redemisti. 



des cieux. 

Persévérant dans les 
sentiers de la justice, 
marchons jusqu'au bout 
de la carrière; Dieu, qui 
nous soutient pendant 
notre course, nous don- 
nera la couronne. 



Soyez -nous propice, 
ô Père tout -puissant : 
vous nous avez rachetés 
par le sang de votre Fils 
unique, vous nous ré- 
générez par la grâce de 
TEsprit- Saint; comblez 
vos dons en nous ouvrant 
le ciel. 

Ainsi soit-il. 

^. Secourez donc , 
nous vous en conjurons, 
vos serviteurs. ^. Rache- 
tés par votre sang pré- 
cieux. 
A Magnificat. 
Ant, Habebitis au- 1 Ant, Ce jour sera pour 
tem hune diem in I vous un mémorial; vous 



576 LA VISITATION DE LA R. V. MARIE. 

le célébrerez comme un 
jour du Seigneur dans 
toutes vos générations, 
par un culte perpétuel. 



monumentum; et oe- 
lebrabitis eum solem- 
nem Domino in gene- 
rationibus vestris cul- 
tu sempiterno. 



LB 3 JUILLET. 

LA VISITATION DE LA B. VIERGE MARIE. 

A LA MESSE. 

Comme au 8 Septembre , en mettant Visitation au lieu de 
Nativité , excepté ce gui suit. 

Collecte. Daignez, Seigneur, accorder à vos 
serviteurs le don précieux de la grâce céleste , 
afin que cette fête solennelle de la Visitation de 
la sainte Vierge leur obtienne l'accroissement de 
la paix , comme son enfantement a été pour eux 
le principe dn salut. Par N.-S. J.-G. 

ÉPITRE. 

VOICI mon bien -aimé qui vient, traversant 
rapidement les montagnes, passant par- 
dessus les collines, semblable à un chevreuil 
et au faon d'une biche. I^ voici tout près de 
notre demeure; il regarde par les fenêtres; il 
regarde au travers des barreaux. Voici mon 
bien - aimé ; il me parle et me dit : Levez- vous , 
hàtez-vous, ma bien-aimée, ma colombe, mou 
unique beauté, et venez. L'hiver est déjà pas- 
sé , les pluies sont dissipées et ont entièrement 
cessé; les fleurs paraissent sur notre terre; le 
temps de tailler la vigne est venu ; la voix cle 



LA VISITATION DE LA B. V. UARIE. 577 

la tourterelle s'est fait entendre dans nos 
champs; le figuier a commencé à montrer ses 
bourgeons ; les vignes sont en fleur et répan- 
dent une odeur suave. Levez- vous, ma bien- 
aimée, mon unique beauté, et venez, vous 
qui êtes ma colombe, vous qui vous retirez 
dans le creux de la pierre, dans les trous de la 
muraille, et montrez -moi votre visage: que 
votre voix se fasse entendre à mes oreilles: 
car votre voix est douce, et votre visage est 
agréable. 

ÉVANGILE. 

EN ce temps -là, Marie s'étant mise en che- 
min, alla en grande hâte au pays des mon- 
tagnes, dans une ville de la tribu de Juda; et 
étant entrée dans la maison de Zacharie, elle 
salua Elisabeth. Aussitôt qu'Elisabeth eut en- 
tendu la voix de Marie qui la saluait, son en- 
fant tressaillit dans son sein; elle fut remplie du 
Saint-Esprit, et, élevant la voix, elle s'écria: 
Vous êtes bénie entre toutes les femmes, et le 
fruit de vos entrailles est béni : et d'où mé 
vient ce bonheur, que la mère de mon Sei- 
gneur daigne venir à moi? car votre voix n'a 
pas plutôt frappé mes oreilles quand vous 
m'avez saluée, que mon enfant a tressailli de 
oie dans mon sein. Vous êtes heureuse d'avoir 
cru, car tout ce qui vous a été annoncé de la 
part du Seigneur s'accomplira. Alors Marie dit 
ces paroles : Mon âme glorifie le Seigneur, et 
mon esprit est ravi de joie en Dieu mon sau- 
veur. — Credo. 

N. 33 37 



578 LE i4> JVILL. -- M.-D. OU MONT-CAllHliL. 

A YÊPBES. 
PiouKMtet Hymne da Vépre$ de la êobit* Vierge, p. 16S. 



f. Vous êtes bénie 
entre toutes les femmes. 
1^. Et le fruit de vos en- 
trailles est béni. 



jr. Benedicta tu in 
mulieribus. f^. Et be- 
nedictus fructus ven- 
tris tui. 



A Magnificat. 



Ant. Toutes les gé- 
nérations m'appelleront 
bienheureuse, car Dieu 
a regardé la bassesse de 
sa servante, alléluia. 



Ant, Beatam me di- 
cent onmes genera- 
tiones, quia ancillam 
humilem respexit De- 
us, alléluia. 



LB 16 JUILUST. 

NOTRE-DAME DU MONT-CARMEL. 
A LA MESSB. -^ introït. 

R JOUISSONS - NOUS tous 
dans le Seigneur, en 
célébrant ce jour solen- 
nel consacré à honorer 
la bienheureuse Vierge 
Marie , de la fête de la- 
quelle les Anges se ré- 
jouissent et louent en- 
semble le Fils de Dieu. 
Ps. Mon cœur a proféré 
avec joie une heureuse 
parole : c'est au Roi que 
s'adressent mes chants. 
jir. Gloire au Père. 
Collecte, Dieu, qui avez accordé à l'ordre 



GAUDEAMUsomnes 
in Domino, diem 
festum célébrantes 
sub honore beatœ Ma- 
rias Virginis, de cujus 
solemnitate gaudent 
Angeli, etcoUaudant 
Filium Dei. Ps, Eru- 
ctavit cor meum ver- 
bum bonnm : dico ego 
opéra mea Régi, f* 
Gloria Patri. 



LE 16 JUILL.— N.-D. DU MONT-CABIIEL. 579 

du Gannel rhonneur insigne de porter le nom 
de la bienheureuse Marie toujours vierge et votre 
Mère, accordez -nous, dans votre miséricorde, 
qu'environnés de la protection de celle dont nous 
honorons aujourd'hui solennellement la mé- 
moire, nous méritions de parvenir au bonheur 
éternel. Vous qui, étant Dieu, vivez. 

ÉPITRE. 

J*Ai porté des fleurs d'une agréable odeur, 
comme la vigne, et mes fleurs sont des fruits 
de gloire et d'abondance. Je suis la mère du 
saint amour, de la crainte, de la science et de 
l'espérance sainte. En moi est toute la grâce 
de la vie et de la vérité; en moi est toute 
l'espérance de la vie et de la vertu. Venez à 
moi, vous tous qui me désirez avec ardeur, et 
vous serez comblés des fruits que je porte, car 
mon esprit est plus doux que le miel, et mon 
héritage surpasse en douceur le miel le plus 
excellent. Ma mémoire subsistera dans la suite 
de tous les siècles; ceux qui me mangent auront 
encore faim, et ceux qui me boivent auront 
encore soif; celui qui m'écoute ne sera pas con- 
fondu, et ceux qui agissent en moi ne pécheront 
point; ceux qui me font connaître aux autres 
auront la vie éternelle. 



Graduel, Benedicta 
et venerabilis es, Vir- 
go Maria, quse, sine 
tactn pudoris, inven- 
ta es mater Salvato- 



GradueLYous êtes bé- 
nie et digne de toute vé- 
nération, ô Vierge Ma- 
rie, qui, sans que votre 
virginité ait reçu aucune 



580 LE 16 JUiLL. — N.-D. DU M ONT- GABMBL. 



atteinte , êtes deyenne 
la mère du Sauveur, 
jr. Vierge Mère de Dieu, 
celui que le monde en- 
tier ne peut contenir a 
bien voulu, en se faisant 
homme , se renfermer 
dans votre sein. 

Alleloia, alléluia, j^. 
La vie que nous avions 
perdue nous a été ren- 
due par vous , ô Mère de 
Dieu, qui avez reçu du 
ciel Tenfant que vous 
avez conçu, et qui avez 
mis au monde le Sau- 



ras, f. Yirgo Dei Ge- 
nitrix, quem lotus 
non capit orbis, in 
tua se clausit viscera 
factus homo. 



Alléluia, alléluia. 
f. Per te, Dei Geni- 
trix, nobis est vita 
percuta data, quae de 
cœlo suscepisti pro- 
lem, et mundo ge- 
nuisti Salvatorem. Al- 
léluia. 



veur. Alléluia. 

Évangile de T Ordinaire de la tainte Vierge, p. 168. 



Offertoire, Recor- 
dare, Virgo mater, in 
conspectu Dei, ut lo- 
quaris pro nobis bona, 
et ut avertat indigna- 
tionem suam a nobis. 



Ofl'ertoire. Souvenez- 
vous, ô Vierge mère, 
d'intercéder pour nous 
auprès de Dieu, afin que 
son indignation s'éloigne 
de nous. 

Secrète, Sanctifiez, nous vous en prions. Sei- 
gneur, les dons que nous vous offrons, et faites, 
par l'intercession salutaire de la bienheureuse 
Marie, Mère de Dieu, qu'ils soient utiles à nos 
âmes. Nous vous le demandons par N.-S. J.-G. 

Préface de la tainte Vierge, p. 1S9. 

Communion, Marie, l Communion, Régi- 
""ès-digneReinedumon-Ina mundi dignissi- 



LE 25 JUILL. •— S. JACQUES^ APÔTRE. 581 



ma. Maria, virgo per- 
pétua, intercède pro 
nostra pace et salute, 
qusB genuisti Ghri- 
stum Dominum Sal- 
vatorem omnium. 



de, et toujours vierge, 
intercédez pour notre 
paix et notre salut, vous 
qui avez mis au monde 
Jésus-Christ le Seigneur 
. et le Sauveur de tous. 
Postcommunion, Que la vénérable intercession 
de Marie, votre glorieuse Mère et toujours vierge, 
nous soutienne. Seigneur, et qu'après nous avoir 
comblés de ses faveurs et arrachés à tous les dan- 
gers, elle nous rende dignes de votre amour. 
Vous qui , étant Dieu , vivez. 

A VfiPRBS. 
Comme à V Ordinaire de la sainte Vierge, p. 16S , excepté: 

A Magnificat. 



Ant. Gloria Libani 
data est ei, décor 
Garmeli et Saron, al- 
léluia. 



Ant. La gloire du Li- 
ban, la beauté du Gar- 
mel et de Saron lui ont 
été données, alléluia. 



LB 25 JXnLLST. 

SAINT JACQUES, APOTRE. 

L'Office et la Messe au Commun de» Apôtre», p. 668, excepté 
ce qui suit : 

Collecte. Seigneur, sanctifiez et protégez votre 
peuple, afin qu'aidé par l'assistance de votre Apô- 
tre saint Jacques, il vous soit agréable par sa con- 
duite, et vous serve dans une parfaite tranquillité 
d'esprit. Nous vous le demandons par N.-S. J.-G. 

ÉPITRE. 

MES frères, Je pense que Dieu nous traite, 
nous ses Apôtres, comme les derniers des 






582 LE 25 JUILL. — s. JACQCBS, APAtRE. 

hommes, comme ceux qui sont destinés à mou- 
rir; car nous sommes devenus un spectacle au 
monde, aux Anges et aux hommes. Nous sommes 
devenus insensés pour l'amour de Jésus-Christ , 
mais vous, vous êtes sages en Jésus - Christ ; 
nous sonmies faihles, et vous êtes forts ; vous êtes 
honorés, et nous sommes méprisés. Jusqu'à cette 
heure nous souffrons la faim et la soif, la nudité 
et les mauvais traitements; nous n'avons point 
de demeure fixe, et nous travaillons de nos mains 
avec beaucoup de peine: on nous maudit, et 
nous bénissons : on nous persécute , et nous le 
souffrons : on nous dit des iiyures, et nous ne ré- 
pondons que par des prières : enfin on nous traite 
comme les ordures du monde. Je ne vous écris 
pas ceci pour vous causer de la honte; mais je 
vous avertis de votre devoir comme mes très-chers 
enfants. Car quand vous auriez dix mille maîtres 
en Jésus -Christ, vous n'avez pas néanmoins 
plusieurs pères, puisque c'est moi qui vous ai 
engendrés en Jésus-Christ par l'Évangile. 



Alléluia, alléluia, f. 
Je vous ai choisis afin que 
vous alliez dans le m3n- 
de, que vous portiez du 
fruit, et que ce fruit de- 
meure. AUeluia. 



Alléluia, alléluia. 
f. Ego vos elegi de 
mundo, ut eatis, et 
fructum afferatis, et 
fructus vester ma- 
neat. Alléluia. 



ÉVANGILE. 



EN ce temps-là, La mère des enfants de Zébé- 
dée s'approcha de Jésus avec ses fils, et l'adora 
ep témoignant qu'elle désirait hii depiander 



LE 1" AOUT. — S. PIERRE AUX LIENS. &83 

quelque chose. Jésus lui dit : Que voulez- vous ? 
Ordonnez, lui dit -elle, que mes deux fils que 
voici soient, dans votre royaume, assis l'un à 
votre droite, et l'autre à votre gauche. Mais 
Jésus répondit : Vous ne savez ce que vous de- 
mandez. Pouvez- vous boire le calice que je dois 
boire ? Ils lui dirent : Nous le pouvons. Il est 
vrai, reprit Jésus, vous boirez le calice que je 
boirai; mais pour ce qui est d'être assis à ma 
droite ou à ma gauche, ce n'est pas à moi de 
vous raccorder : cet honneur est réservé à ceux 
à qui mon Père Ta préparé. 

Secrète, Que le glorieux martyre de saint 
Jacques, votre Apôtre, Seigneur, vous rende 
agréables les oblations de votre peuple, et que 
son intercession vous les fasse recevoir favora- 
blement, quoique nos mérites ne les rendent 
pas dignes de vous. Par N.-S. J.-G. 

Postcommunion, Seigneur, aidez -nous, s'il 
vous plaît, par l'intercession de votre Apôtre 
saint Jacques, en la fête duquel nous avons reçu 
avec joie vos saints mystères. Par N.-S. J.-G. 

LE 1" AOUT. 

SAINT PIERRE AUX LIENS. 

A LA MBSSB. 

Comme à la Fête de saint Pierre et saint Paul, p. 567, 
excepté cê qui suit. 

Collecte, Dieu, qui, après avoir brisé les 
chaînes de l'Apôtre saint Pierre, l'avez fait sor- 
tir de prison sans qu'il y eût reçu aucun mal , 



584 LE !•' AOUT.—- S. PIBRRB AUX LIENS. 

brisez, nous tous en prions, les liens de nos 
péchés, et éloignez de nous, par votre miséri- 
corde, les manx qui nous menacent. Nous vous 
le demandons par N.-S. J.-G. 

Secrète, Puisse, Seigneur, le sacrifice qui vous 
est offert nous donner la vie et nous fortifier 
par l'intercession de votre Apôtre saint Pierre. 
Nous vous le demandons par N.-S. J.-G. 

Posicommunion, Nourris de votre corps sacré 
et de votre sang précieux, nous vous deman- 
dons, 6 Seigneur notre Dieu, le bonheur de pos- 
séder la certitude de notre salut dans ce qui est 
l'objet de notre dévotion. Accordez -nous cette 
grâce par le même N.-S. J.-G. 

A VfiPRBS. 
Paaianeê des II** Vêpreê au Cwnmvn des Apôtres, p. 670. 

HYMNE (1). 



DEVENU libre tout à coup 
par un prodige ad- 
mirable, Pierre secoue 
ses fers sur Tordre de 



M IRIS modis repente 
liber ferrea, 
Ghristo jubente, vin- 
cla Petrus exuit : 



(1) Dans les Diocèses où Fon 
remplace cette Hymne par la 

Petrus beatus catenarum 

laqueos , 
Christo jubente , rupit mira- 

biliter : 
Cnstos ovilifl, et Doctor Ec- 

clesiee , 
Pastorque gregis , oonsenra- 

tor ovium , 
Arcet luporum tnieulentaia 

rabienk 



ne suit pas rOffiee réformé, on 
suivante: 

Gloria Patri per immensa 
sœcula ; 

Sit tibi, Nate, decus et impe- 
rium, 

Honor, potestas, sanctoque 
Spiritui : 

Sit Trinitati salua indivi- 
dus, 

Per inflnita seeculomm sw- 
cnla. Amen. 



LE l«r AOUT. — S. PIERRE AUX LIENS. 585 



Ovilis ille pastor, et 
rector gregis, 

y its recludit pascua , 
et fontes sacros, 

Ovesque servat crédi- 
tas; arcet lupos. 

Patri perenne sit 

per aBvum gloria; 
Tibique laudes conci- 

namus inclytas, 
sterne Nate; sit, su- 

perne Spiritus, 
Honor tibi decusque : 

sancta jugiter 
Laudetur omne Trini- 

tas per saBCulum. 
Amen. 

^, Tu es Petrus. 
f^. Et super hanc pe- 
tram aBdLûcabo Eccle- 
siam meam. 



Jésus-Christ; pasteur de 
la bergerie, conducteur 
du troupeau, il ouvre les 
pâturages de la vie et les 
fontaines sacrées; il garde 
les brebis qui lui sont con- 
fiées, et il écarte les loups. 

Gloire au Père dans les 
siècles étemels; chan- 
tons des louanges magni- 
fiques en votre honneur, 
ô Fils étemel; que le 
même honneur, la même 
gloire vous soient ren- 
dus, Esprit-Saint; que la 
sainte Trinité soit louée 
dans tous les siècles. 

Ainsi soit-il. 

j^. Vous êtes Pierre. 
^. Et sur cette pierre je 
bâtirai mon Église. 



A Magnificat. 



Ant. Solve, jnbente 
Deo, terrarum, Pe- 
tre, catenas: qui fa- 
cis ut pateant cœle- 
stia régna beatis. 



Ant, Brisez, sur l'or- 
dre de Dieu, les chaînes 
qui nous lient ici-bas, ô 
bienheureux Pierre, qui 
ouvrez le royaume cé- 
leste aux élus. 



^€> 



1LLUXERUNT COFUSCa- 
tiones tuae orbi ter- 
rae : commota est et 
contremuit terra. Ps. 
Qiiam dilecta taberna- 
cula tua, Domine vir- 
tutum ! concupiscit et 
déficit anima mea in 
atriaDomini.j^.Gloria. 



586 LA TlAKSnGUlATIOK DE IT.-S. 

LX 6 AOUT. 

LA TRANSFIGURATION DE NOTRE-SEIGNEUR. 
A LA MESSE. — dîtroTt. 

VOS éclairs ont ébloui 
la terre ; la terre s'est 
émue et a tremblé. Ps. 
Qne vos tabernacles sont 
aimables, 6 Dieu des 
armées ! mon àme est 
consumée du désir ar- 
dent de voir les parvis 
du Seigneur, f. Gloire. 

Collecte. Dieu, qui, dans la Transfigura- 
tion glorieuse de votre Fils unique, avez con- 
firmé les mystères de la foi par le témoignage de 
vos Prophètes, et qui, par une voix céleste sortie 
d'une nuée lumineuse, avez admirablement an- 
noncé la parfaite adoption de vos enfants, faites 
que nous devenions les cohéritiers du Roi de 
gloire, et que nous participions un jour à cette 
même gloire. Par le même N.-S. J.-G. 

ÉPITRE. 

MES bien-aimés. Ce n'est point en imaginant 
des fictions ingénieuses que nous avons fait 
connaître la justice et l'avènement de Notre-Sei- 
gneur Jésus -Christ; mais c'est après avoir été 
nous - mêmes les témoins de sa majesté. Car il 
a reçu de Dieu le Père un glorieux témoignage, 
lorsque, du milieu de la nuée où la gloire de 



LA TRANSFI6DRATI0IV DE N.-S. 



587 



Dieu se montrait avec tant d'éclat, on entendit 
cette voix: Celui-ci est mon Fils bien -aimé, 
en qui j'ai mis toutes mes complaisances; écou- 
tez-le. Nous avons entendu nous-mêmes cette 
voix qui venait du ciel, lorsque nous étions 
avec lui sur la sainte montagne. Nous avons 
d'ailleurs l'autorité si imposante du témoignage 
des Prophètes, que vous considérez avec raison 
comme un flambeau qui luit dans un lieu obs- 
cur, jusqu'à ce que le jour paraisse et que l'étoile 
du matin se lève dans vos cœurs. 



Graduel. Speciosus 
forma prae filiis ho- 
minum : diffusa est 
gratia in labiis tuis. 
f, Eructavit cor me- 
um verbum bonum : 
dico ego opéra mea 
Régi. 

AUeluîa, alléluia. 
ff. Gandor est lucis 
aetemae, spéculum si- 
ne macula, et imago 
bonitatis iÛius. Allé- 
luia. 



Graduel. Vous êtes le 
plus beau des enfants 
des hommes : la grâce 
est répandue sur vos 
lèvres, f. Mon cœur a 
proféré avec joie une 
heureuse parole : c'est au 
Roi que s'adressent mes 
chants. 

Alléluia, alléluia, f. 
Il est l'éclat de la lu- 
mière étemelle, le mi- 
roir sans tache, et l'i- 
mage de la bonté de 
Dieu. Alléluia. 



Évangile du 1« Dimanche de Carême, p. S94. 



Offertoire. Gloria 
et divitiae in domo 
ejus, et justitia ejus 
manet in saeculum 
sseculi, alléluia. 



Offertoire. La gloire et 
les richesses sont dans 
sa maison; sa justice 
demeure éternellement, 
alléluia, 



588 



LA TRAirSFIOinLATIOIf DE N.-S. 



Secrète. Sanctifiez, Seigneur, par la vertu de 
la Transfiguration de votre FUs unique, les dons 
que nous vous offrons, et effacez les taches de 
nos péchés par la splendeur de sa lumière. Nous 
vous en prions par N.-S. J.-C. 

Préface de la Nativité, p. 111. 



Communion. Vlsio- 
nem quam vidistis, 
nemini dixeritis, do- 
nec a mortuis resur- 
gat Filius hominis. 



Communion. Ne par- 
lez à personne de ce que 
vous venez de voir, jus- 
qu'à ce que le Fils de 
l'homme soit ressuscité 
d'entre les morts. 

Postcommunion. Faites-nous comprendre, ô 
Dieu tout-puissant, par les lumières d'un esprit 
purifié, les saints mystères que nous célébrons 
en la solennité de la Transfiguration de votre 
Fils. Nous vous le demandons par N.-S. J.-G. 

A VÊPRES. 
Les quatre premier» Ptaumet du Dimanche , p. ISt , et le 
Psaume Laudate Dominum , p. 191. 



HYMNE. 



Vous tous qui cherchez 
Jésus-Christ, levez les 
yeux, vous le verrez en- 
vironné de l'éclat de la 
gloire éternelle. 



Nous voyons je ne sais 
quoi d'éclatant qui ne 
finira jamais ; nous 
voyons une Majesté su- 



QuicuMQUE Ghristum 
quaeritis, 
Oculos in altum tol- 

lite; 
Illic licebit visere 
Signum perennis glo- 
riœ. 

Illustre quiddam 
cemimus 
Quod nesciat finem 
pati; 



LA TRANSFIGURATION DE N.-S. 



589 



Sublime, celsum, in- 

terminnm , 
Anticpiius cœlo et 

chao. 
Hic ille Rex est 

gentium, 
Populique Rex Judai- 

ci, 
Promissus Abrahas 

patri , 
Eljusque in aevmn se- 

mini. 
Hune et Prophetis 

testibus , 
lisdemque signatori- 

bus, 
Testatur , et Pater 

jubet 
Audire nos, et cre- 

dere. 
Jesu (1) , tibi sit 

gloria, 
Qui te révélas parvu- 

lis, 
Gum Pâtre, et almo 

Spiritu, 
In sempiterna saecula. 
Amen. 



blime, immense, sans 
bornes , plus ancienne 
que le ciel et que le 
cbaos lui-même. 

C'est ici le Roi des na- 
tions, le Roi du peuple 
juif, promis à notre père 
Abraham et à sa posté- 
rité dans tous les siècles. 



Après le témoignage 
des saints Prophètes qui 
nous le montrent encore 
aujourd'hui, le Père lui- 
même, témoin fidèle de 
la vérité, nous ordonne 
de l'écouter, et de croire 
en lui. 

Jésus, qui vous 
manifestez aux petits , 
gloire vous soit rendue 
avec le Père et le Saint- 
Esprit, dans toute Té- 
temité. 

Ainsi soit-il. 



(1) Dans le» Diocésa où Von ne suit pas V Office réformé, on 
remplace cette strophe par la suivante : 

Gloria tibl, Domine , j Cum Pâtre et gancto Spiritu, 

Qui apparuisti hodie | In sempiterna sscula. Amen. 



590 



L ASSOMPTION DE LA B. V. MARIS. 



f. Vous avez paru 
plein de gloire en la pré- 
sence du Seigneur. ^. Il 
vous a revêtu de splen- 
deur et de majesté. 



f. Gloriosus appa^ 
ruisti in conspectu 
Domini. i^. Propterea 
decorem induit te Do- 
minus. 



A Magnificat. 



AnU Les disciples^ en- 
tendant la voix^ tom- 
bèrent le visage contre 
terre, et furent saisis 
d'une grande frayeur; 
mais Jésus , s'appro- 
chant, les toucha et leur 
dit: Levez- vous, et ne 
craignez point, alléluia. 



Ant, Et audientes 
discipuli, ceciderunt 
in faciem suam, et 
timuerunt vaide; et 
accessit Jésus, et teti- 
git eos, dixitque eis: 
Surgite , et nolite ti- 
mere, alléluia. 



LE 15 AOUT. 

L'ASSOMPTION DE LA B. V. MARIE. 



AUX l"» VÊPEBS. 

Comme aux 11^ Vêpres, p» 694, excepté: 

A Magnificat. 



Ant. Vierge très-pru- 
dente, où allez -vous 
comme Taurore éclatante 
et lumineuse? Vous êtes 
belle et pleine de char- 
mes, fille de Sion : belle 
comme la lune, éclatante 
comme le soleil. 



Ant, Virgo pruden- 
tissima, quo progre- 
deris, quasi aurora 
valde rutilans? Filia 
Sion, tota formosa et 
suavis es; pulchra ut 
luna, electa ut sol. 



L ASSOMPTION D£ LA B.. V. MARIE. 



591 



A LA MESSE. — iMTRoftf. 



lAUDEAMus omnes 
in Domino, diem 
festum célébrantes 
sub honore beatae Ma- 
rias Virginis , de cu- 
jus Assumptione gau- 
dent Angeli, et col- 
laudant Filium Dei. 
Ps, Eructavit cor me- 
um verbum bonum : 
dico ego opéra mea 
Régi. f. Gloria Pa- 
tri. 



GAUDEAMus omnes p éjouissons - nous tous 
in Dominn Hîpm II dans le Seignem*, en 

célébrant ce jour consa- 
cré à honorer la bienheu- 
reuse Vierge Marie, de 
TAssomption de laquelle 
les Anges se réjouissent 
et louent ensemble le Fils 
de Dieu. Ps, Mon cœur 
a proféré avec joie une 
heureuse parole : c'est 
au Roi que s'adressent 
mes chants, f. Gloire. 
Collecte, Pardonnez, s'il vous plaît. Seigneur, 
les fautes de vos serviteurs, et, dans Timpuis- 
sance où nous sommes de vous plaire par nos 
propres mérites, accordez - nous le salut par 
l'intercession de celle que vous avez choisie pour 
être la Mère de votre Fils, notre Seigneur. Qui, 
étant Dieu, vit et règne. 

ÉPITRE. 

J'ai cherché partout le repos et une demeure 
dans Théritage du Seigneur. Alors le Créateur 
de toutes choses m'a parlé et m'a fait connaître 
sa volonté : celui qui m*a créée a reposé dans 
mon tabernacle, et m'a dit : Habitez dans Jacob, 
qu'Israël soit votre héritage, et prenez racine 
parmi mes élus. J'ai été ainsi affermie dans 
Sion; j'ai trouvé mon repos dans la cité sainte, 



592 



L ASSOMPTION DE LA B. V. MARIE. 



et ma puissance est étaJ)lie dans Jérusalem. J'ai 
pris racine dans le peuple que le Seigneur a 
honoré, dont l'héritage est le partage de mon 
Dieu, et j'ai établi ma demeure dans l'assemblée 
de tous les Saints. Je suis aussi élevée que le 
cèdre du Liban et que le cyprès de la montagne 
de Sion; j'ai porté des branches comme les pal- 
miers de Gadès, et comme les plants de rosiers 
de Jéricho. Je suis comme un bel olivier dans 
la campagne, et comme un platane planté dans 
un chemin sur le bord des eaux. J'ai répandu 
une odeur de parfum comme la cannelle et le 
baume le plus précieux, une odeuj semblable 
à celle de la myrrhe la plus excellente. 



Graduel, Régnez par 
votre vérité, par votre 
douceur et par votre jus- 
tice, et votre droite vous 
conduira au milieu des 
merveilles. Ji. Écoutez, 
ma fille, voyez et prêtez 
l'oreille; car le Roi est 
épris de votre beauté. 

Alléluia, alléluia. ^, 
Marie a été élevée dans 
le ciel; les chœurs des 
Anges se réjouissent. Al- 
léluia. 



Graduel. Propter 
veritatem, et man- 
suetudinem, et ju- 
stitiam, et deducet 
te mirabiliter dextera 
tua. ji^. Audi , filia, et 
vide, et inclina aurem 
tuam, qtda concupi- 
vit Rex speciem tuam. 

Alléluia, alléluia. 
y, Assumpta est Ma- 
ria in cœlum; gaudet 
exercitus Angelorum. 
Alléluia. 



EVANGILE. 



E 



N ce temps-là, Jésus entra dans un bourg, où 
une femme nommée Marthe le reçut dans 



L ASSOMPTION DE LA B. V. MARIX. 



593 



sa maison. Elle avait une sœur nommée Marie, 
qui, se tenant assise aux pieds du Seigneur, 
écoutait sa parole. Pour Marthe, elle était fort 
occupée à préparer tout ce qu'il fallait. Elle vint 
donc trouver Jésus, et lui dit : Seigneur, ne 
remarquez-vous pas que ma sœur me laisse ser- 
vir toute seule? Dites -lui donc de m'aider. Le 
Seigneur lui répondit : Marthe, Marthe, vous 
vous inquiétez et vous vous embarrassez du soin 
de bien des choses; or une seule est nécessaire. 
Marie a choisi la meilleure part, et elle ne lui 
sera point ôtée. — Credo. 



Offertoire. Assum- 
pta est Maria in cœ- 
ium: gaudentAnge- 
li, collaudantes be- 
nedicunt Dominum, 
alléluia. 



Offertoire. Marie a été 
élevée dans le ciel : les 
Anges se r^ouissent et 
bénissent le Seigneur 
dans leurs louanges , al- 
léluia. 

Secrète, Que votre peuple, Sei^eur, soit pro- 
tégé par les prières de la Mère de Dieu; et, 
comme nous savons qu'elle est sortie de ce monde 
selon la condition de la nature humaine, faites- 
nous ressentir les effets du pouvoir qu'elle a 
d'intercéder auprès de vous dans la gloire cé- 
leste. Nous vous le demandons par N.-S. J.-G. 

Préface delà scante Vierge, p. 119. 



Communion. Opti- 
mam partem elegit 
sibi Maria, qu£e non 
auferetur ab ea in 
sternum. 

V. 88 



Communion. Marie a 
choisi pour elle la meil- 
leure part, et elle ne lui 
sera jamais enlevée. 



88 



594 



L ASSOMPTION DB LA B. T. MAIB. 



Postcommunion. Après avoir participé à votre 
table céleste, nous implorons votre divine bonté, 
Seigneur notre Dieu, afin qu'en célébrant l'As- 
somption de votre divine Mère, nous soyons 
délivrés par son intercession de tous les maux 
qui nous menacent. Nous vous le demandons 
par N.-S. J.-G. 

AUX II- VÊPRES. 



P$aiaM9 des Vêpres de la 

Ant, 1. Marie a été 
élevée dans le ciel; les 
Anges se réjouissent, et 
bénissent le Seigneur 
dans leurs louanges. 

2. La Vierge Marie a 
été élevée au palais du 
ciel, où le Roi des rois 
est assis sur un trône se- 
mé d'étoiles. 

S. Nous courons à To- 
deur de vos parfums; les 
jeunes filles vous aiment 
avec tendresse. 

4. Vierge sainte, vous 
êtes bénie du Seigneur, 
parce que nous avons re- 
çu par vous le fruit de vie. 

5. Vous êtes belle et 
majestueuse, fille de Jé- 
rusalem; vous êtes ter- 



sainte Vierge, p. 162. 

Ant, 1. Assumpta 
est Maria in cœlum; 
gaudent Angeli, lau- 
dantes benedicuntDo- 
minum. 

2. Maria Virgo as- 
sumpta est ad âBthe- 
reum thalamum, in 
quo Rez regiun stel- 
lato sedet solio. 

3. In odorem un- 
guentorum tuoium 
cmTimus, adolescen- 
tulae dilexerunt te ni- 
mis. 

4. Benedicta, filia, 
tu a Domino, quia 
per te fructum vitae 
communicavimus. 

5. Pulchra es et dé- 
cora, filia Jérusalem; 
terribilis ut Castro- 



s. JOAGHIM^ CONFESSEUR. 5^5 

rum acies ordinata. i rible comme une armée 

I rangée en bataille. 

Hymne Ave maris Stella , p. 165. 



j^. Exaltata est san- 
cta Dei Genltrix. ^. 
Super choros Angelo- 
rum ad cœlestia ré- 
gna. 

A Magnificat. 



, jr. La sainte Mère de 
Dieu a été élevée. ^. Au- 
dessus des chœurs des 
Anges dans le royaume 
céleste. 



Ant. Hodie Maria 
Virgo coelos ascendit; 
gaudete, quia cum 
Gbristo régnât in ae- 
temum. 



Ant, La sainte Vierge 
Marie est montée aujour- 
d'hui au ciel; réjouissez- 
vous , parce qu'elle règne 
éternellement avec Jésus- 
Christ. 



LB DIMANCHE DANS L'OCTAVB DB L' ASSOMPTION. 

SAINT JOACfllM, 

CONFESSEUR^ ET PÈRE DE LA SAINTE VIERGE. 

L'Office au Commun d'un Confesseur non Pontife, p. 7S6, 
excepté ce qui suit. 

A LA MBSSE. — introït. 

L a répandu libérale- 
ment ses biens dans 
le sein des pauvres : sa 
justice demeure dans 
tous les siècles; son nom 
sera couronné de gloire. 
Ps. Heureux l'homme 



DispERSiT^ dédit pau- 
peribus : justitia 
ejus manet in saecu- 
lum saeculijcomu ejus 
exaltabitur in gloria. 
Ps, Beatus vir qui ti- 
met Dominum : in 



r 



596 



s. JOACIUH, CONFESSEUB. 



mandatis ejus cupit 
nimis. j^. Gloria Pa- 
tri. 



qui craint le Seigneur, 
et qui se complaît dans 
Tobservance de sa loi. 
i^. Gloire au Père. 

Collecte. Dieu, qui avez choisi le bienheu- 
reux Joachim entre tous les Saints pour qu'il 
devint le père de la Mère de votre Fils, faites, 
nous vous en prions, que nous éprouvions sans 
cesse les effets de la protection de celui dont 
nous célébrons la fête. Par le même N.-S. 

ÈpUre de la Messe Os justi , p. 727. 



Graduel. Il a répandu 
libéralement ses biens 
dans le sein des pauvres; 
sa justice demeure dans 
tous les siècles. Ji. Sa 
postérité sera puissante 
sur la terre; la race des 
justes sera bénie. 

Alléluia, alléluia, f. 
saint Joachim, bien- 
heureux époux de sainte 
Anne, père de la glo- 
rieuse Vierge Marie, ac- 
cordez à vos serviteurs 
les secours qui doivent 
les sauver, ^eluia. 



Graduel. Dispersit, 
dédit pauperibus : 
justitia ejus manet 
in saeculum saeculi. 
f. Potens in terra 
erit semen ejus ; ge- 
neratio rectormn be- 
nedicetur. 

Alléluia, alléluia. 
f. Joachim, sancte 
conjux AnnaB, pater 
almœ Virginis, hic 
famulis confer salutis 
opem. Alléluia. 



ÉVANGILE. 

GÉNÉALOGIE de Jésus-Christ, fils de David, lils 
d'Abraham. Abraham engendra Isaac : Isaac 



s. JOACHIM, C0NFE8SEUB. 597 

engendra Jacob : Jacob engendra Juda et ses 
frères : Juda engendra, de Thama>', Phares et 
Zara : Phares engendra Esron : Esron engendra 
Aram : Aram engendra Aminadab : Aminadab 
engendra Naasson ; Naasson engendra Sabnon : 
Salmon engendra, de Rahab, Booz : Booz en- 
gendra, de Ruth, Obed : Obed engendra Jessé: 
Jessé engendra David, qui fut roi : le roi David 
engendra Salomon de celle qui avait été femme 
d'Urie. Salomon engendra Roboam : Roboam 
engendra Abias : Abias engendra Asa : Asa en- 
gendra Josaphat : Josaphat engendra Joram : 
Joram engendra Osias : Osias engendra Joatham : 
Joatham engendra Achaz : Achaz engendra Ézé- 
chias : Ézéchias engendra Manassès : Manassès 
engendra Amon : Amon engendra Josias : Josias 
engendra Jéchonias et ses frères, vers le temps 
où les Juifs furent transportés à Babylone; et 
depuis Tépoque de la transmigration à Baby- 
lone, Jéchonias engendra Salathiel : Salathiel 
engendra Zorobabel : Zorobabel engendra Abiud : 
Abiud engendra Éliacim : Éliacim engendra Azor : 
Azor engendra Sadoc : Sadoc engendra Achim : 
Achim engendra Éliud : Éliud engendra Éléa- 
zar : Éléazar engendra Mathan : Mathan engen- 
dra Jacob : Jacob engendra Joseph, Tépoux de 
Marie, de laquelle est né Jésus, qui est appelé 
Christ. — Credo. 



Offertoire, Gloria 
et honore coronasti 
eum : et oonstituisti 
eum super opéra ma- 



Offertoire. Vous Tavez 
couronné de gloire et 
d'honneur, vous lui avez 
donné l'empire sur Vo\\- 



598 s. JOACBm, coimssiuB. 

Tiage de vos mains , 1 nuum tuarum, Do- 
Seigneur. I mine. 

Secrète, Recevez^ ô Dieu clément, le sacrifice 
offert à votre Majesté en l'honneur du saint Pa- 
triarche Joachim, père de la Vierge Marie, afin 
que, par son intercession, par celle de sa sainte 
épouse et de sa bienheureuse fille, nous méri- 
tions d'obtenir la rémission de tous nos péchés 
et la gloire étemelle. Nous vous le demandons 
par N.-S. J.-G. 

Préface de la sainte Vierge, p. IM. 



Communion. Fîde- 
lis servus et prudens, 
quem constituit Do- 
minus super fami- 
liam suam, ut det 
illis in tempore tritici 
mensuram. 



Communion, Il est le 
serviteur fidèle et pru- 
dent que le Seigneur a 
établi sur sa famille pour 
donner, quand il le faut, 
à chacun sa mesure de 
blé. 

Postcommunion. Accordez -nous, Dieu tout- 
puissant, par les sacrements que nous avons 
reçus et par les mérites et les prières du bien- 
heureux Joachim, père de la Mère de votre Fils 
bien-aimé Notre-Seigneur Jésus-Christ, le bon- 
heur de recevoir votre grâce en ce monde et la 
gloire étemelle en l'autre. Nous vous le deman- 
dons par le même N.-S. J.-G. 

A la fin d^ la Sfestte on dit rÊvangile du Dimanche occur- 
rtnt. 



LB 24 AOUT. — 8. BARTHÉLEMI. 599 
LS 24 AOUT. 

SAINT BARTHÉLEMI, APOTRE. 

VOffice au Commun de» Apôtres, p. 668, excepté ce qui suit. 
A LA MESSE. 

Collecte. Dieu tout -puissant et étemel, qui 
nous inspirez une sainte joie dans la solennité 
de TApôtre saint Barthélemi, donnez, sll vous 
plaît, à votre Église Tamour des vérités qui ont 
été Tobjet de sa foi, et la force d'annoncer les 
maximes qu'il a enseignées. Par N.-S. J.-G. 

ÉPÎTRE. 

MBS frères, Vous êtes le corps de Jésus-Christ 
et membres les uns des autres. Car Dieu a 
établi dans son Église, premièrement des Apôtres, 
secondement des Prophètes, troisièmement des 
Docteurs; ensuite ceux qui ont la vertu de faire 
des miracles, puis ceux qui ont la grâce de 
guérir les maladies, ceux qui ont le don d'assis- 
ter les frères, ceux qui ont le don de gouverner, 
ceux qui ont le don de parler diverses langues, 
ceux qui ont le don de les interpréter. Tous 
sont-ils Apôtres? Tous sont-ils Prophètes? tous 
sont -ils Docteurs? tous font -ils des miracles? 
tous ont-ils la grâce de guérir les maladies? tous 
parlent-ils plusieurs langues? tous ont-ils le don 
de les interpréter? Entre ces dons, désirez avec 
plus d'ardeur ceux qui sont plus excellents. 



Graduel, Consti- 
tues eos principes su- 
per omnem terram; 



Graduel, Vous les éta- 
blirez princes sur toute 
la terre ; ils se souvien- 



600 LB t4 AOmr. — 8. lAITlIÉUlHI. 

memores erunt no- 



dront de votre nom. Sei- 
gneur, f. Pour rempla- 
cer vos pères, des fils 
vous sont nés; c'est pour 
cela que les peuples pu- 
blieront vos louanges. 

Alléluia, alléluia, f. 
Le chœur glorieux des 
Apôtres vous loue, Sei- 
gneur. Alléluia. 



minis tui. Domine. 
f, Pro patribus tuis 
nati sunt tibi filii; 
propterea populi con- 
fitebuntur tibi. 

Alléluia, alléluia. 
f. Te gloriosus Apo- 
stolorum chorus lau- 
dat,Domine. Alléluia. 



âVANGILE. 

EN ce temps -là, Jésus se retira sur une mon- 
tagne où il passa la nuit en prière devant 
Dieu. Dès qu'il fut jour, il appela ses disciples 
et en choisit douze parmi eux, auxquels il 
donna le nom d'Apôtres : Simon, qu'il surnom- 
ma Pierre, et André son frère, Jacques et Jean, 
Pierre et Barthélemi, Matthieu et Thomas, 
Jacques fils d'Alphée, et Simon appelé le Zélé, 
Jude frère de Jacques, et Judas Iscariote, celui 
qui le trahit. Il descendit ensuite avec eux, 
et s'arrêta dans la plaine, accompagné de ses 
disciples et d'une grande multitude de peuple, 
accourue de toute la Judée, de Jérusalem, des 
bords de la mer, de Tyr et de Sidon, pour l'en- 
tendre et pour être guéris de leurs maladies. 
Gefox qui étaient tourmentés par des esprits 
impurs en furent délivrés, et tout le peuple 
cherchait à le toucher, parce qu'il sortait de lui 
une vertu qui les guérissait tous. — - Credo. 
Offertoire. Vous avez | Offertoire, Mihi au- 



LB 25 AOUT. — S. LOUIS. 



eoi 



tem nimis honorati 
sunt amicî tui , Deus ; 
nimis confortatus est 
principatus eoram. 



merveilleusement hono- 
ré ceux qui vous aiment. 
Seigneur; vous leur avez 
donné une grande puis- 
sance. 

Secrète. En célébrant la fête de saint Barthé- 
lemi, nous vous supplions, Seigneur, de nous 
accorder vos bienfaits par Tintercession de cet 
Apôtre, en mémoire duquel nous vous offrons 
des hosties de louange. Par N.-S. J.-G. 

Préface des Apôtres, p. ISO. 



Communion. Vos 
qui secuti estis me, 
sedebitis super sedes, 
judicantes duodecim 
tribus Israël, dixit Do- 
minus. 



Communion. Pour vous, 
qui m'avez suivi, vous 
serez assis sur des trônes 
où vous jugerez les douze 
tribus d'Israël, dit le Sei- 
gneur. 

Postcommunion. Que la participation au gage 
sacré de notre rédemption étemelle. Seigneur, 
devienne pour nous, par Tintercession de votre 
Apôtre saint Barthélemi , un secours pour la vie 
présente et pour la vie future. Par N.-S. J.-G. 



LB 25 AOUT. 

SAINT LOUIS, ROI DE FRANCE. 

L'Office au Commvn (fun Confesseur non Pontife, p. 786, 
excepté ce qui suit. 

Messe Os justi , p. 787. 

Collecte. Dieu, qui avez fait passer le roi 
saint Louis d'un règne temporel à la gloire dn 



602 LK 25 AOUT. — s. LOUIS. 

royaume étemel, faites, nous vous en prions, 
par son intercession et par ses mérites, que nons 
participions un jour avec lui à la gloire du Roi 
des rois, Notre-Seigneur Jésus-Christ votre Fils. 
Qui, étant Dieu, vit et règne avec vous. 

Épttre de la Messe In rirtute tua , p. 686. 
âVANGILE. 

EN ce temps-là, Jésus proposa cette parabole à 
ses disciples : Un homme d'une grande nais- 
sance, sur le point de se rendre dans un pays 
éloigné pour prendre possession d'im royaume, 
et revenir ensuite, appela dix de ses serviteurs, 
leur donna dix marcs d'argent, et leur dit : 
Faites -les valoir jusqu'à mon retour. Mais ses 
concitoyens, qui le haïssaient, firent partir 
aussitôt des députés après lui pour faire cette 
déclaration : Nous ne voulons point que cet 
homme règne sur nous. Lui, cependant, après 
avoir pris possession de son royaume, revint et 
fit appeler les serviteurs auxquels il avait donné 
de l'argent, afin de savoir combien chacun avait 
gagné. Le premier qui se présenta lui dit : 
Seigneur, votre marc en a produit dix autres. 
Il répon(Ùt : Voilà qui est bien, bon serviteur; 
puisque vous avez été fidèle dans une chose peu 
importante, vous aurez le gouvernement de dix 
villes. Le second vint à son tour, et dit : Sei- 
gneur, votre marc en a produit cinq autres. Pour 
vous, lui répondit-il, vous aurez le gouverne- 
ment de cinq villes. Il en vint un autre qui dit : 
Seigneur, voici votre marc que j'ai conservé 



LB 25 AOUT. — S. LOUIS. 603 

enveloppé dans un linge; car je vous craignais , 
sachant que vous êtes un homme sévère, qui 
demandez ce que vous n'avez pas donné, et 
qui moissonnez où vous n'avez pas semé. Mé- 
chant serviteur, lui dit son maître, je vous con- 
damne par votre propre bouche. Vous saviez que 
je suis un homme sévère, qui demande ce que 
je n*ai pas donné, et qui moissonne où je n'ai 
pas semé; d'où vient donc que vous n'avez pas 
placé mon argent à la banque, afin qu'à mon 
retour je le retirasse avec les intérêts? Puis il 
dit à ceux qui étaient présents : Otez-lui ce marc 
d'argent, et donnez- le à celui qui en a dix. Ils 
lui répondirent : Seigneur, il en a déjà dix. Eh 
bien, leur dit-il, je vous déclare qu'on donnera 
à celui qui est riche , et il sera dans l'abondance ; 
mais pour celui qui est pauvre, on lui ôtera 
même ce qu'il a. 

Secrète, Faites, nous vous en prions, Dieu 
tout-puissant, que comme le bienheureux Louis , 
votre Confesseur, méprisant les délices du monde, 
ne chercha à plaire qu'à Jésus -Christ, le vrai 
Roi, de même sa prière nous rende agréables à 
vos yeux. Par N.-S. J.-C. 

Poscommunion, Dieu, qui avez rendu votre 
Confesseur saint Louis illustre sur la terre, et 
qui l'avez glorifié dans le ciel, établissez - le , 
nous vous en prions, le défenseur de votre Église. 
Par N.-S. J.-C. 



^^ 



684 



LA RATimi DB LA B. ▼. MABIB. 



LB 8 SSFTBMBBB. 

LA NATIVITÉ DE U B. V. MARIE. 

AUX I»- VÊPRES. 
Comme aux II** Vêpres, droprè», p. 606, excepté: 

A Magnificat. 



Ânt. Célébrons la sainte 
Naissance de la glorieuse 
Vierge Marie, qui a ob- 
tenu la dignité de mère 
sans perdre sa virginité. 



Ant, Gloriosœ Vir- 
ginis MarîaB ortum 
dignissimum recola- 
muSy quae et genitri- 
cis dignitatem obti- 
nuit, et virginalem 
pudicitiam non ami- 
sit. 



A LA MESSE. 
Introït Salve sancta Paroeos, p. 167. 

Collecte. Daignez, Seigneur, accorder à vos 
serviteurs le don de la grâce céleste, afin que la 
solennité de la Nativité de la sainte Vierge, dont 
Tenfantement a été pour nous le principe du sa- 
lut, nous obtienne un accroissement de paix. Par. 

Èpttre de la Meste de F Immaculée Conception, p. 513. 



Graduel, Vous êtes bé- 
nie et digne de toute vé- 
nération, ô Vierge Marie, 
qui, sans que votre vir- 
ginité ait reçu aucune 
atteinte, êtes* devenue 
la mère du Sauveur, f. 
Vierge Mère de Dieu, 



Graduel, Benedicta 
et venerabilis es, Vir- 
go Maria, quae, sine 
tactu pudoris, inven- 
ta es mater Salvato- 
ris. f, Virgo Dei Ge- 
nitrix , quem totus 
non capit orbis, in 



A NATIVITÉ DE LA B. V. MARIE. 



605 



tua se clausit viscera 
factus homo. 



Alléluia^ alléluia. 
j^. Félix es, sacra 
Virgo Maria, et om- 
ni laude dignissiina; 
quia ex te ortus est 
Soljustitide, Christus 
Deus noster. Alléluia. 



celui que le monde entier 
ne peut contenir a bien 
voulu, en se faisant 
homme, se renfermer 
dans votre sein. 

Alléluia, alléluia, f. 
Vous êtes bienheureuse, 
ô Marie Vierge sainte, et 
digne de toute louange; 
car de vous est sorti le 
Soleil de justice, Jésus- 
Christ notre Dieu. Allel. 



Évangile de la Messe de S. Joachim,p. 596. 



Offertoire. BesLia. es, 
Virgo Maria, quae om- 
nium portasti Crea- 
torem : genuisti qui te 
fecit, et in aeternum 
permanes virgo. 



OffeHoire, Vous êtes 
heureuse, ô Vierge Ma- 
rie, qui avez porté le 
Créateur de toutes cho- 
ses, qui avez engendré 
celui qui vous a faite, et 
qui êtes demeurée tou* 
jours vierge. 

Secrète. Secourez -nous, Seigneur, par Thu- 
manité sainte de votre Fils unique; et comme, 
en naissant d'une vierge, il n'a point altéré, mais 
il a consacré la pureté de sa Mère, faites que, 
dans la fête de la Nativité de Marie, ce même 
Jésus-Christ Notre-Seigneur nous purifie de nos 
souillures et vous rende notre oblation agréable. 
Lui qui, étant Dieu, vit et règne. 

Préface de la sainte Vierge, p. 129, 

Communion, Beata 1 Communion, Heureu- 



606 



LA NATIVITÉ DE LA B. V. MARIE. 



viscera MariaB Virgi- 
uîs^ quae portaverunt 
aeterni Patris Filium. 



ses les entrailles de la 
Vierge Marie , qui ont 
porté le Fils du Père 
étemel ! 

Postcommunion, Nous avons reçu, Seigneur, 
les sacrements qui vous sont offerts chaque an- 
née au jour de cette solennité; faites, s'il vous 
plaît, qu'ils nous procurent les remèdes néces- 
saires pour la vie temporelle et pour la vie éter- 
nelle. Par N.-S. J.-C. 

AUX II- VÊPRES. 

Psaumes et Hymne des Vêpres de la sainte Vierge, p. 161. 



^. Nous célébrons au- 
jourd'hui la Naissance de 
la bienheureuse Vierge 
Marie. <^. Dont la glo- 
rieuse vie honore toutes 
les Églises. 

A Magnificat. 



f, Nativitas est ho- 
diae sanctae Mariae Vir- 
ginis. <^. Gujus vita 
inclyta cunctas illu- 
strât Ecclesias. 



Ant, Votre Naissance, 
ô Vierge Mère d-j Dieu, 
a annoncé à l'univers le 
bonheur qu'il allait avoir : 
car de vous est né le 
Soleil de justice, Jésus- 
Christ notre Dieu, qui, 
nous délivrant de la ma- 
lédiction, nous a apporté 
la bénédiction, et, triom- 
phant de la mort, nous 
a donné la vie étemelle. 



Ant. Nativitas tua, 
Dei Genitrix Virgo, 
gaudium annuntiavit 
universo mundo : ex 
te enim ortus est 
Sol justitiœ, Ghristus 
Deus noster, qui sol- 
vens maledictionem, 
dédit benedictionem : 
et confundens mor- 
tem, donavit nobis 
vitam sempitemam. 



LA FÊTE DU T.- S. NOM DE MAEIE. 



607 



LE DDL&NCHB DANS L'OCT. DB LA NATiyiTâ. 

LA FÊTE DU TRÈS -SAINT NOM DE MARIE. 

L'Office comme d V Ordinaire de la sainte Vierge, p. lOS. 
A LA MBSSE. -<- dïtboït. 



VULTUM tuum depre- 
cabuntur omnes 
divites plebis; addu- 
centur Régi virgines 
post eam; proxim^e 
ejus adducentur tibi 
in laetitia et exsolta- 
tione. Ps, Eructavit 
cor meum verbuin 
bonum : dico ego 
opéra mea Régi, f, 
Gloria Patri. 



Tous les puissants de la 
terre brigueront la fa- 
veur de vos regards; les 
vierges seront amenées 
après elle an Roi; ses 
compagnes vous seront 
présentées au milieu de 
la joie et de l'allégresse. 
Ps. Mon cœur a proféré 
avec joie une heureuse 
parole : c'est au Roi que 
s'adressent mes chants. 



y. Gloire au Père. 

Collecte. Faites, nous vous en prions, Dieu 
tout-puissant, que vos fidèles, qui mettent leur 
joie dans le nom et dans la protection de la très- 
sainte Vierge Marie, soient délivrés ici -bas de 
tous les maux par son intercession, et méritent 
d'arriver dans le ciel au bonheur étemel. Par 
N.-S. J.-G. 

Graduel. Bene^cia Graduel, Vous êtes 
et venerabilis es, Vir- bénie et digne de toute 
go Maria, quae, sine vénération, ô Vierge 
tactn pudoris, in- Marie, qui, sans que 
venta es mater Sal- votre virginité ait reçu 
vatoris. f, Virgo Dei aucune atteinte, êtes de- 



608 



LA fAtE DD t.- s. nom DB MARIE. 



venue la mère du Sau- 
veur, f. Vierge Mère de 
Dieu^ celui que le monde 
entier ne peut contenir 
a bien voulu, en se fai- 
sant homme, se renier- 
mer dans votre sein. 

Alléluia, alléluia, f. 
Vous êtes demeurée sans 
tache après votre enfan- 
tement, à Vierge sainte: 
Mère de Dieu, intercédez 
pour nous. Alléluia. 



Genitrix, quem totus 
non capit orbis, in 
tua se clausit viscera 
factus homo. 



Alléluia, alléluia. 
f, Postpartum,Virgo, 
inviolata permansi- 
sti: Dei Genitrix, in- 
tercède pro nobis. Al- 
léluia. 



Évangile de la Messe de rAnnonciationjp. hki, — Credo. 



Offertoire, Je vous 
salue, Marie, pleine de 
grâces; le Seigneur est 
avec vous : vous êtes 
bénie entre toutes les 
femmes, et le fruit de 



Offertoire. Ave, 
Maria, gratia plena; 
Dominus tecum; be- 
nedicta tu in mulie- 
ribus, et benedictus 
fractus ventris tui. 



vos entrailles est béni. 

Secrète, Faites, Seigneur, par l'intercession 
de la bienheureuse Marie, toujours vierge, que 
cette oblatîon nous obtienne la paix en cette vie 
et la gloire étemelle en Tautre. Par N.-S. J.-C. 

Préface de Ut sainte Vierge, p. 129. 



Communion, Heureu- 
ses les entrailles de la 
Vierge Marie, qui ont 
porté le Fils unique du 
Père étemel. 

Postcommunion, Nourris de Taliment du salut^ 



Communion. Beata 
viscera Mariae Virgi- 
nis, quœ portaverunt 
œtemi Patris Filium. 



L'KXALTAnOIf DE LA SAINTE CHOIX. 609 

nous TOUS coi^urons. Seigneur, de nous assister 
en tout lieu par la protection de la bienheureuse 
Marie toujours vierge, en mémoire de laquelle 
nous avons offert ce sacrifice à votre souveraine 
Majesté. Par N.-S. J.-C. 

A la fin de la Messe on dit F Évangile du Dimanche occurrent. 
AUX II" VÊPRES. 

A Magnificat. 



i4n^ Beatam me di- 
cent omnes genera- 
tiones, quiaancillam 
humilem respexit De- 
us. 



Ant, Toutes les généra- 
tions m'appelleront bien- 
heureuse, parce que le 
Seigneur a regardé son 
humble servante. 



LB 14 SEPTEMBRE. 

L^EXALTATION DE LA SAINTE CROIX. 

L'Office comme le jour de la Fête de Vlnventùm de la sainte 
Croix f p. 551 , excepté ce qui suit. 

On omet les Alléluia aux Antiennes. 

A VBymne Vexilla Régie , au lieu de Hoc Passionis tem- 
pore (en ce jour consacré à honorer la Passion du Sauveur), 
on dit In hac triumphi gloria (en ce jour de son glorieux 
triomphe). 

A LA MESSE. 

Collecte, Dieu, qui, chaque année, nous 
donnez un sujet de joie dans la solennité de 
l'Exaltation de la sainte Croix, faites qu'ayant 
connu son mystère sur la terre, nous obtenions 
dans le ciel le fruit de sa rédemption. Par le 
même N. -S. J.- G. 

IV. 88 89 



610 



I EXALTATION DB LA SAIHTE CKOIX. 



Graduel, Jésus - Christ 
s'est rendu obéissant pour 
nous jusqu'à la mort^ et 
jusqu'à la mort de la 
Croix, f. C'est pourquoi 
Dieu Ta élevé ^ et lui a 
donné un nom au-dessus 
(le tout nom. 

Alléluia, alléluia, f. 
Bois aimable, clous sa- 
crés, qui reçûtes un far- 
deau si précieux, qui 
seuls fûtes jugés dignes 
de porter le Roi du ciel, 
le Seigneur. Alléluia. 



Graduel, Ghiistus 

factus est pro nobis 
obediens usque ad 
mortem, mortem au- 
tem Cruds. f, Propter 
quod et Deus exalta- 
vit illum, et dédit illi 
nomen quod est super 
omne nomen. 

Alléluia, alléluia. 
j^.*Dulce lignum, dul- 
ces clavos, dulcia fe- 
rens pondéra : qua" 
sola f^isti digna sus- 
tinere Regem cœlo- 
rum, et Dominum. 
Alléluia. 



ÉVANGILE. 

EN ce temps-là, Jésus dit à la foule des Juifs : 
C'est maintenant que le monde va être jugé; 
c'est maintenant que le prince du monde va 
être chassé dehors; et moi, quand j'aurai été 
élevé de terre, j'attirerai tout à moi. Or il vou- 
lait indiquer par là de quelle mort il devait 
mourir. Le peuple lui répondit : Nous avons 
appris dans l'Écriture que le Christ doit de- 
meurer éternellement. Comment donc dites- vous 
qu'il faut qu'on élève de terre le Fils de l'homme ? 
Quel est ce Fils de l'homme? Jésus leur répon- 
dit : La lumière est encore au milieu de vous 
pour un peu de temps : marchez pendant que 



L ElALTATION DE LA 8AI!fTB CROIX. 



611 



VOUS avez- la lumière, de peur que les ténèbres 
ne vous enveloppent. Celui qui marche dans les 
ténèbres ne sait où il va. Tandis que vous avez 
la lumière, croyez à la lumière, afin que vous 
soyez des enfants de lumière. — Credo. 



Offertoire. Protège, 
Domine, plebem tu- 
am, per signum san- 
ctdB Grucis, ab insidiis 
inimicorum omnium, 
ut tibi gratam exhi- 
beamus servitutem, 
et acceptabile fiât sa- 
criflciumnostrum, al- 
léluia. 



Offert ir e. Protégez 
votre peuple. Seigneur, 
par le signe de la sainte 
Croix , contre les pièges 
de tous ses ennemis^ afin 
que notre service vous 
soit agréable, et que notre 
sacrifice devienne digne 
de vous être offert, alle- 



, luia. 

Secrète, Sur le point de nous nourrir du corps 
et du sang de Notre-Seigneur Jésus-Christ, qui 
a sanctifié l'étendard de la Croix, nous vous 
supplions. Seigneur notre Dieu, de nous faire 
jouir éternellement de l'effet salutaire de cette 
Croix précieuse que nous avons eu le bonheur 
d'adorer. Par N.-S. J.-C. 

Préface de la Croix, p. lî*. 



Communion, Vqi si 
gnum Crucis de ini- 
micis nostris libéra 
nos, Deus noster. 



Communion. Seigneur 
notre Dieu, délivrez-nous 
de nos ennemis par le si- 
gne de la Croix. 
Postcommunion. Protégez-nous, Seigneur 
notre Dieu, et défendez-nous toujours par la 
vertu de la sainte Croix , à laquelle nous voyons 
avec joie rendre les honneurs qu'elle miérite. 
Nous vous en prions par N.-S. J.-G. 



MS LIS SBM DOULKUBS DB LA S*« VIIBGE. 

A yfiPBBS. 

A Magnificat. 



Ant. Croix vénéra- 
ble, qui seule avez été 
digne de porter le Sei- 
gneur, le Roi du ciel, 
alléluia. 



Ant, Crux bene- 
dicta, cpiER sola fuisti 
digna portare Regem 
cœlorum, et Domi- 
num, alléluia. 



LB m* ou LX IV* DIMANCHS DB SEFTBaCBBB. 

LES SEPT DOULEURS DE LA SAINTE VIERGE. 

A LA MESSE. — intboTt. 



LA mère de Jésus, et 
Marie - Madeleine , e* 
une autre Marie, sœur 
de la mère de Jésus et 
femme de Gléophas, et 
Salomé , se tenaient au- 
près de la Croix, jf . Fem- 
me, voilà votre fils, dit 
Jésus à sa mère; puis 
il dit au disciple : Voilà 



STABANT jUXta GTU- 
cem Jesu mater 
ejus, et soror matris 
ejus, Maria Cleophae , 
et Salome, et Maria 
Magdalene. t< Mulier, 
ecce ôlius tuus , dixit 
Jésus ; ad discipulum 
autem : Ecce mater 
tua. jr. Gloria Patri. 
votre mère. ^. Gloire. 

Collecte. Dieu, dans la Passion duquel un 
glaive de douleur, suivant la prophétie du vieil- 
lard Siméon, a percé le cœur aimant de la glo- 
rieuse Vierge Marie votre mère , faites que, célé- 
brant avec respect le souvenir de ses douleurs, 
nous méritions d'obtenir Theureux efl'et de votre 
Passion. Vous qui, étant Dieu, vivez. 



LES SEPT DOULEURS DE LA S^ VIERGE. 613 



EPITRE. 



LE Seigneur vous a bénie, vous a fortifiée, et 
a renversé par vous tous nos ennemis; vous 
êtes celle que le Seigneiu*, le Dieu très -haut, a 
bénie au - dessus de toutes les femmes qui sont 
sur la terre. Béni soit le Seigneur, qui a créé le 
ciel et la terre , qui a conduit votre main pour 
trancher la tète du chef de nos ennemis ; car il 
a rendu aujourd'hui votre nom si célèbre , que 
les hommes , se souvenant éternellement de la 
puissance du Seigneur, ne cesseront jamais de 
vous louer, parce que vous n'avez pas craint 
d'exposer votre vie en voyant l'affliction extrême 
de votre peuple , mais que vous vous êtes présen- 
tée devant Dieu pour empêcher sa ruine. 



Graduel, Dolorosa 
et lacrjinabilis es, 
Virgo Maria, stans 
juxta Grucem Domini 
Jesu, filii tui, red- 
emptoris. Ji» Virgo 
Dei Genitrix, quem 
totus non capit orbis, 
hoc Grucis fert sup- 
plicium auctor vitae 
factus homo. 



Alléluia, alléluia. 
y, Stabat sancta Ma- 
ria, cœli Regina et 



Graduel, Debout au- 
près de la Croix du Sei- 
gneur Jésus votre fils, 
notre rédempteur, vous 
êtes accablée de douleur, 
et vous répandez des 
larmes amères , sainte 
Vierge Marie, t. Vierge 
Mère du Dieu que tout 
l'univers ne peut conte- 
nir, le Verbe fait chair, 
principe de la vie, endure 
le supplice de la Croix. 

Alléluia, alléluia, y, 
La sainte Vierge Marie, 
la Reine du ciel et laMat- 



614 LES SEPT DOULEUBS DE LA S** YIEIGB. 

nuindlDomina, jnxta 
Crucem Domini nostri 
Jesu Ghristi^dolorosa. 



tresse de Tunivers, se 
tenait^ accablée de dou- 
leur^ au pied de la Croix. 



Prose Stabat Mater, p. SIS , avec ÂUelnia d la fin. 



EVANGILE. 

EN ce temps -là, La mère de Jésus, et Marie- 
Madeleine, et une autre Marie, sœur de la 
mère de Jésus et femme de Cléophas , se tenaient 
auprès de sa croix. Jésus donc , ayant aperçu sa 
mère, et auprès d'elle le disciple qu'il aimait, 
dit à sa mère : Femme , voilà votre fils. Puis il 
dit au disciple : Voilà votre mère. Et depuis ce 
moment le disciple la recueillit dans sa maison. 
— Credo. 

Offertoire. Souvenez- 
vous, Vierge Mère de 
Dieu , lorsque vous êtes 
en présence du Seigneur, 
de lui demander pour 
nous les vrais biens, et 
qu'il détourne de nous 
son indignation. 

Secrète. Nous vous offrons , Seigneur Jésus- 
Christ, nos supplications et ces hosties sacrées;, 
et nous vous demandons humblement que, rap- 
pelant dans nos prières la blessure cruelle dont 
fut pénétré le très-doux cœur de votre glorieuse 
Mère et aidés de sa pieuse intercession et de 
celle des saints qui l'accompagnaient sur le Cal- 
vah-e, nous possédions , par les mérites de votre 



Offertoire.^QCardai- 
re, Virgo Mater Dei , 
dum steteris in con- 
spectu Domini, utlo- 
quaris pro nobis bona, 
et ut avertat indigna- 
tionem suam a nobis. 



LES SEPT DOUUeURS DE LA S^ VIERGE. 615 

mort, l'héritage des Saints. Vous qui, étant Dieu, 
vivefz et régnez. 

Préface de la sainte Vierge, p. 139. 



Communion, Feli- 
ces sensus beatœ Ma- 
rias Virginis, qui si- 
ne morte meruerunt 
martyrii palmam sub 
Gruce Domini. 



Communion. heu- 
reux les sens de la très- 
sainte Vierge Marie, qui, 
sans souffrir la mort, 
ont mérité la palme du 
martyre sous la Croix du 
Seigneur ! 

Postcommunion. Que les mystères que nous 
venons de recevoir. Seigneur Jésus -Christ, en 
célébrant la mémoire des douleurs de votre Mère 
la bienheureuse Vierge Marie, nous obtiennent 
de votre miséricorde l'effet de tout bien salutaire. 
Vous qui, étant Dieu, vivez. 

A la fin de la Messe, on dit VÈvangile du Dimanche occurrent. 

A VÊPRES. 

Psaumes des Vêpres de la sainte Vierge, p, 16S. 

HTinVE. 







QuoTundislacry- 

marum, 
Quo dolore volvitur, 
Luctuosa de cruento 
Dum revulsum stipi- 

te, 
Cemit ulnis incuban- 

tem 
Virgo mater filium ! 
Os suave, mitepe- 

ctus, 



OQUEL torrent de lar- 
mes! quelle douleur 
profonde ! quand la plus 
tendre des mères, Ma- 
rie , reçoit dans ses bras 
son Fils expiré, détaché 
du bois sanglant de la 
Croix! 

Brisée de douleur, elle 
arros« de ses larmes sa 



616 



DODUDIS 1» LA f *■ 



hcnthe suave, sa pol- 
trine pleine de tendresse, 
son côté entr'oaTeit, ses 
mains décliiiées, et ses 
pieds percés et sanglants. 



Mille et mille fois eUe 
serre dans de douces 
étreintes son corps et ses 
membres couverts de 
blessures et déformés par 
les plaies; elle contemple 
ces blessures cruelles, et 
se lond tout entière dans 
de douloureux baisers. 

Hélas ! divine Mère , 
nous vous supplions par 
ces larmes brûlantes que 
vous répandez, par la 
mort horrible de votre 
divin fils et par ses souf- 
frances infinies, d'impri- 
mer dans nos cœurs la 
douleur dont le v6tre fut 
inondé. 

Gloire étemelle au Pè- 
re, et au Fils, et àl'Es- 
prit-Saint; gloire immor- 



Et latnsdnkissîmqm, 
Dexteramqfne vnlne- 

ratam. 
Et sinistram sau- 

ciam. 
Et mbras cmore plan- 
tas 
JEgm tingit lacrymis. 
Gentiesque millies- 

que 
Stringit arctis nexi- 

bus 
Pectus illud et lacer- 

tos; 
Illa figit vulnera , 
Sicque tota collique- 

scit 
In doloris osculis. 
Eia, Mater, obse- 

cramus, 
Per tuas bas lacry- 

mas 
Flliique triste funus, 
Vulnerumque purpu- 

ram. 
Hune tui cordis dolo- 

rem 
Conde nostris cordi- 

bus. 

Esto Patri, Filio- 

que. 
Et cosvo Flamini, 



LE 21 SEPT. — S. MATTHIEU^ APÔTRE. 617 



Ësto summae Trim- 

tati 
Sempitemagloria, 
Et perennis laus, ho- 

norque. 
Hoc et omui saecolo. 

Amen. 

f. Regina Marty- 
nim, ora pro nobis. 
^, QuaejuxtaCrucem 
Jesu coûstitisti. 



telle à la très-sainte Tri- 
nité; louange et gloire 
étemelle maintenant et 
dans tous les siècles. 
Ainsi soit- il. 



f. Reine des Martyrs, 
priez pour nous. ^. Vous 
qui étiez debout auprès 
de la Croix de Jésus. 



A Magnificat. 



Ant, Oppressit me 
dolor, et faciès mea 
intumuit a fletu, et 
palpebrae meae caliga- 
verunt. 



Ant, La douleur m'op- 
presse, les larmes ont 
gonflé mon visage, et 
mes paupières se sont 
couvertes d'un voile. 



Mémoire du Dimanche occvarent. 



LE 21 SEPTEMBRE. 

SAINT MATTHIEU, APOTRE ET ÉVANGÉLISTE. 

U Office au Commun des Apôtres j p. 668, excepté ce qui mit. 
A LA MESSE. — introït. 



OS justi meditabitur 
sapientiam, et lin- 
gua ejus loquetur ju- 
dicium : lex Dei ejus 
in corde ipsius. Ps. 
Noll aBmulari in ma- 
lignantibus,neque ze- 
laveris facientes ini- 



LA bouche du juste an- 
noncera la sagesse, 
et sa langue publiera la 
justice : la loi de son Dieu 
est dans son cœur. Ps. 
Ne portez point envie au 
bonheur des méchants, 
et ne soyez point jaloux 



618 LR 21 SEPT. — S. MATTHIED, APÔTKB. 

de ceux qui commettent 1 guitatem. f. Gloria 
riniquilé. ^. Gloire. I Patri. 

Collecte, Assistez-nous, Seigneur, par les mé- 
rites de saint Matthieu, votre Apôtre et votre 
Évangéliste, afin que son intercession nous pi*o- 
cure les dons que nous ne pouvons pas obtenir de 
nous-mêmes. Nous vous le demandons par N.- S. 

ÊpUre de la Messe de saint Marc, p. SM. 



Graduel, Heureux 
rhomme qui craint le 
Seigneur, et qui se com- 
plaît dans l'observance 
de sa loi. f. Sa postérité 
sera puissante sur la 
terre; la race des justes 
sera bénie. 

Alléluia, alléluia, f. 
Le chœur glorieux des 
Apôtres vous loue , Sei- 
gneur. Alléluia. 



Graduel, Beatus 
vir qui timet Domi- 
num; in mandatis 
ejus cupit nimis. t. 
Potens in terra erit 
semenejus; generatio 
rectorum benedice- 
tur. 

Alléluia, alléluia. 
Jf, Te gloriosus Apo- 
stolorum chorus lau- 
dat, Domine. Alléluia. 



EVANGILE. 

EN ce temps -là, Jésus vit un honmie nommé 
Matthieu, assis au bureau des impôts, et il 
lui dit : Suivez -moi. Il se leva et le suivit. Or, 
conmie il était à table dans sa maison, un grand 
nombre de publicains et de pécheurs arrivèrent 
et se mirent à table avec Jésus et ses disciples. 
Ce que voyant les pharisiens , ils demandèrent 
aux disciples : Pourquoi votre maitre mange-t-il 
avec des publicains et des pécheurs? Mais Jésus, 
les ayant entendus, leur dit : Ce ne sont pas ceux 



LE 21 8BPT. — S. MATTHIEU , APÔTRE. 619 

qui se portent bien qui ont besoin de médecin , 
mais les malades ; allez donc, et apprenez ce que 
signifient ces paroles : J'aime mieux la miséri- 
corde que le sacrifice ; car je ne suis pas venu 
appeler les justes, mais les pécheurs. — Credo. 



Offertoire. Posui- 
sti, Domine, in capite 
ejus coronam de la- 
pide pretioso; vitam 
petiit a te , et tribuisti 



ei, alléluia. 



Offertoire. Vous avez 
mis sur sa tète, Seigneur, 
une couronne de pierres 
précieuses; il vous a de- 
mandé la vie , et vous la 
lui avez accordée, allel. 
Secrète. Faites, Seigneur, que les prières de 
saint Matthieu, votre Apôtre et votre Évangé- 
liste , vous rendent agréable Foblation de votre 
Église, instruite par ses admirables prédications. 
Nous vous en prions par N.-S. J.-G. 

Préface des Apôtres , p. 180. 



Communion. Ma- 
gna est gloria ejus in 
salutarituo; gloriam 
et magnum decorem 
impones super eum. 



Communion. Sa gloire 
est grande dans le salut 
qu'il a obtenu de vous : 
vous le revêtirez d'éclat 
et de majesté, Seigneur. 



Domine. 

Postcommunion. Après avoir reçu, Seigneur, 
vos divins sacrements, nous vous demandons, 
par l'intercession de votre Apôtre et Évangéliste 
saint Matthieu, que les mystères que nous célé- 
brons en son honneur nous soient un remède sa- 
lutaire. Nous vous en prions par N. -S. J.-C. 



«S^ 



6S0 LK 39 SEPT. -— S. KIGBBL , llCBÀirGK. 



LB 29 SEPTBUBBB. 



SAINT MICHEL, ARCHANGE. 



A LA MBSSE. — 



B 



INTBOÎr. 
ENEDICITE Domi- 

uum^ omnes An- 
geli ejus , potentes 
virtute, qui facitis 
verbum ejus, ad au- 
diendam vocem ser- 
monum ejus. Ps. Be- 
nedic, anima mea^ 
Domino : et omnia 
quae intra me sunt^ 
nomini sancto ejus. 
jl'. Gloria Patri. 



BÉNISSEZ le Seigneur^ 
vous tous ses Anges, 
puissants et remplis de 
force pour exécuter ses 
ordres, et toujours prêts 
à entendre la voix de ses 
commandements. Ps. 
mon àme, bénissez le 
Seigneur ; et que tout ce 
qui est en moi rende 
hommage à son saint 
nom. j^. Gloire au Père. 

Collecte. Dieu, qui réglez avec une sagesse 
infinie les diflTérents ministères des Anges et des 
hommes, daignez nous accorder pour protecteurs 
sur la terre ces esprits bienheureux qui sans cesse, 
dans le ciel, vous entourent et vous servent. 
Par N.-S. J.-G. 

ÉPITRE. 

EN ces jours -là. Dieu fit connedtre les choses 
qui devaient arriver bientôt , et qu'il a ma- 
nifestées par le moyen de son Ange envoyé à 
Jean son serviteur, qui a annoncé la parole de 
Dieu, et rendu témoignage de tout ce qu'il a vu 
de Jésus-Christ. Heureux celui qui lit et qui 
écoute les paroles de cette prophétie , et qui ganie 
les choses qui y sont écrites; car le temps est 



LB 29 SEPT. — S. MICHEL^ AHCHAITGE. 621 

proche. Jean, aux sept églises qui sont en Asie : 
La grâce et la paix vous soient données par celui 
qui est, qui était, qui doit venir, et parles sept 
Esprits qui sont devant son trône, et par Jésus- 
Christ, le témoin fidèle, le premier-né d'entre les 
morts et le prince des rois de la terre , qui nous 
a aimés et nous a lavés de nos péchés dans son 
sang. 



Graduel. Bénédici- 
té Dominum, onmes 
Angeliejus, potentes 
virtute, qui lacitis 
verbum ejus. f, Be- 
nedic, anima mea, 
Dominum ; et omnia 
interiora mea, nomen 
sanctum ejus. 

Alléluia, alléluia. 
f, Sancte Michael Ar- 
changele, défende nos 
in praBlio, ut non 
pereamus in tremen- 
dojudicio. Alléluia. 



Graduel. Bénissez le 
Seigneur, vous tous ses 
Anges, puissants et rem- 
plis de force pour exécu- 
ter ses ordres, f. mon 
âme, bénissez le Sei- 
gneur, et que tout ce qui 
est en moi rende hom- 
mage à son saint nom. 

Alléluia, alléluia, j^. 
Saint Michel Archange, 
défendez-nous dans nos 
combats, afin que nous 
ne périssions pas au jour 
du jugement redoutable. 
Allelaia. 



ÉVANGILE. 

EN ce temps-là. Les disciples s'approchèrent de 
Jésus , et lui dirent : Qui sera le plus grand 
dans le royaume des cieux? Jésus, ayant appelé 
un petit enfant, le plaça au milieu d'eux, et 
leur dit : En vérité je vous le déclare, si vous ne 
changez et si vous ne devenez semblables à des 



699 LE 29 8BPT. — s. MICHEL, AICHAHGE. ' 

enfants, vons n'entrerez point dans le royaume 
des cienx. Quiconque donc se rendra petit 
comme cet enfant, sera le plas grand dans le 
royaume des cieux. Et celui qui reçoit en mon 
nom un petit enfant tel que celui-ci, me reçoit 
moi-même. Et celui qui scandalise un de ces 
petits enfants qui croient en moi, il vaudrait 
mieux pour lui qu'on lui attachât au cou une 
meule de moulin, et qu'on le jetât au fond de la 
mer. Malheur au monde à cause des scandales I 
Il faut qu'il arrive des scandales ; mais malheur 
â l'homme par qui le scandale arrive ! Si donc 
votre main ou votre pied est pour vous une 
occasion de scandale, coupez-le, et jetez-le loin 
de vous ; il vaut mieux entrer dans la vie éter- 
nelle privé d'une main ou d'un pied, que d'avoir 
ses deux mains et ses deux pieds, et être jeté 
dans le feu étemel. Et si votre œil est pour vous 
une occasion de scandale, arrachez-le et jetez-le 
loin de vous : il vaut mieux entrer dans la vie 
privé d'un œil, que d'avoir deux yeux, et être 
précipité dans le feu de l'enfer. Gardez-vous de 
mépriser un seul de ces petits enfants ; car je 
vous le déclare, dans le ciel leurs Anges jouis- 
sent sans cesse de la présence de mon Père cé- 
leste. — Credo. 
Offertoire. Un Ange 



se tint auprès de l'autel, 
tenant un encensoir d'or 
à la main ; on lui donna 
une grande quantité de 
««'•fums; et la fumée de 



Offertoire. Stetit 
Angélus juxta aram 
templi, habens thu- 
rihulum aureum in 
manu sua; et data 
sunt ei incensa mul- 



LE 29 SEPT. ~ S. MICHBL, AECHAMGB. 6t8 



ta : et ascendit fumus 
aromatum in conspe- 



ces parfoms monta jus- 
qu'à Dieu, alléluia. 



ctu Dei^ alléluia. 

Secrète, Nous vous offrons, Seigneur, un sa- 
crifice de louange, en vous suppliant très-hum- 
blement de le recevoir par votre miséricorde, 
en vertu des suffrages et de l'intercession de 
saint Michel Archange, et de le faire servir à 
notre salut. Accordez-nous cette grâce par N.-S. 



Communion, Anges du 
Seigneur, bénissez tous 
le Seigneur, chantez ses 
louanges et exaltez -le 
dans tous les siècles. 



Communion, Béné- 
dicité, omnes Angeli 
Domlni , Domino ; 
hymnum dicite , et 
superexaltate eum in 
saecula. 

Postcommunton, Secourus par Tintercession 
du bienheureux Michel, votre Archange, nous 
vous supplions. Seigneur, de nous faire recevoir 
avec une âme pure ce que reçoit notre bouche. 
Par N.-S. J.-C. 

A VÊPRES. 
Le» quatre premier» Psaumes du Dimanche, p 18S. 

PSAUME 187. 



CoNFiTEBOR tibi. Do- 
mine, in tote corde 
meo , * quoniam au- 
disti Verba oris mei. 

In conspectu Ange- 
lorum psallam tibi : * 
adorabo ad templum 
sanctum tuum : 



SEIGNEUR, je vous ren- 
drai grâces de tout 
mon cœur, parce que 
vous avez écouté les pa- 
roles de ma bouche. 

Je chanterai des can- 
tiques en présence des 
Anges, je vous adorerai 
dans votre saint temple. 



694 iM 39 art. ^ s. michsl 



Je bénirai votre nom^ 
je célébrerai votre misé- 
ricorde et votre vérité, 
parce que vous avez fait 
éclater par-dessus tout la 
gloire de votre saint nom. 

En quelque temps que 
je vous invoque, exaucez- 
moi; ainsi vous multiplie- 
rez les forces de mon âme. 

Que tous les rois de la 
terre vous rendent hom- 
mage, Seigneur; car ils 
ont entendu les paroles 
de votre bouche; 

Et qu'introduits dans 
les voies du Seigneur, ils 
publient avec joie sa 
grandeur et sa gloire. 

Du haut des deux le 
Seigneur jette un regard 
de complaisance sur les 
humbles, et il voit de 
loin les superbes. 

Si je marche au milieu 
des tribulations, vous 
me conserverez la vie ; 
vous étendrez la main 
contre la fureur de mes 
ennemis, et votre droite 
me sauvera. 



AKCHlirCE. 

Et oonfitebor nomi- 
ni tuo super miseri- 
cordia tua et veritate 
tua,* quoniam magni- 
ficasti super onme, no- 
men sanctum tuum. 

In quacumque die 
invocavero te, exaudi 
me : ' multipUcabis in 
anima mea virtutem . 

Gonfiteantur tibi , 
Domine, omnes reges 
terrœ, * quia audie- 
runt omnia verba oris 
tui; 

Et cantent in viis 
Domini, * quoniam 
magna est gloria Do- 
mini. 

Quoniam excelsus 
Dominus, et humilia 
respicit, * et alta a 
longe cognoscit. 

Si ambulavero in 
medio tribulationis, 
vivificabis me : * et 
super iram inimico- 
rum meorum exten- 
disti manum tuam, 
et salvum me fecit 
dextera tua. 



LE 29 SEPT. — S. MICHEL; ARCHANGE. 63tS 



Dominus retribuet 
pro me : * Domine, 
misericordia tua in 
saBCulmn; opéra ma- 
nuum tuanmi ne de- 
spicias. 

HYM 

TE, splendor et vir- 
tus Patris, 
Te, vita, Jesu, cor- 

dium, 
Ab ore qui pendent 

tuo, 
Laudamus inter An- 
gelos. 

Tibi mille densa 
millium 
Ducum corona mili- 
tât : 



Le Seigneur prendra 
ma défense : votre misé- 
ricorde. Seigneur, est 
étemelle : ne délaissez 
pas Touvrage de vos 
mains. 

NE (l). 

JÉSUS, splendeur et 
vertu du Père; Jésus, 
vie des cœurs, nous vous 
louons au milieu des 
Anges, toujours attentifs 
au moindre signe, et 
prêts à exécuter vos or- 
dres. 

MiUe millions d'esprits 
composent votre invin- 
cible armée : à leur tète 
rArchange saint Michel 



(1) Dans les Diocèses qui ne suivent pas V Office réformé ^ au 
lieu de cette Hymne on dit la suivante. 



Tibi,Christe,spIendor Patris, 
Vita , virtus cordium , 
In conspectu Angelonim 
Votis , voce psallimus : 
Alternantes concrepando 
Melos damus vocibus. 

CoIIaudamns vénérantes 
Omnes cœli milites , 
Sed prœcipue primatem 
Cœlestis exercitns, 
Miehaelem in virtute 
ilonterentem Zabiilan. 

N. 33 



Quo custode , procul pelle , 
Rex Cbriste piissime , 
Omne nefas inimici . 
Mundo corde et corpore, 
Paradiso redde tuo 
Nos sola clementia. 

Gloriam Patri melodis 
Personemus vocibus : 
Gloriam Christo canamus, 
Gloriam Paraclito, 
Qui trinus et uuus Deus 
Exstat ante sfftcula. Amen. 

40 



6t6 LB 29 8BPT. — 8. MICHBL 



porte rétendard de la 
Croix ^ emblème de la 
victoire. 

C'est lui qui a préci- 
pité au fond de i'ablme 
le cruel dragon : c'est lui 
qui a foudroyé du haut 
des célestes parvis Satan 
et ses anges rebelles. 

Marchons à la suite de 
ce chef contre l'ange de 
l'orgueil, afin que du 
trône de l'Agneau la cou- 
ronne de gloire descende 
sur nos fronts. 

Gloire au Père, et à 
son Fils unique; gloire 
à vous , Esprit - Samt , 
maintenant, comme au- 
trefois, et durant tous 
les siècles. 

Ainsi soit-il. 

j^. Seigneur, je vous 
chanterai des cantiques 
en présence des Anges. 
f^. Je vous adorerai dans 
votre saint temple, et je 
bénirai votre nom. 



, AICHAITGB. 

Sed explicat victor 

Crucem 
Michael, salutis si- 

gnifer. 
Draconis hic dirum 

caput 
In ima pellit tartara , 
Ducemque cum rebel- 

libus 
Cœlesti ab arce ful- 
minât. 
Contra ducem su- 

perbiae 
Sequamur hune nos 

principem. 
Ut detur ex Agni 

throno 
Nobis corona gloriae. 
Patri, simulque Fi- 

lio, 
Tibique, sancte Spi- 

ritus , 
Sicutfuit, sit jugiter 
Saeclum per omne 

gloria. 
Amen. 

j^. In conspectu An- 
gelorum psallam tibi, 
Deus meus. ^. Adora- 
bo ad templum san- 
ctum tuum, et con- 
fitebor nomini tuo. 



LA SOLENNITÉ DU S. ROSAIRE. 6Î7 

A Magnificat. 



Ânt, Princeps glo- 
riosissime, Michael 
Archangele, este me- 
mor nostri : hic, et 
ubique semper pre- 
care pro nobis Filiiun 
Dei, alléluia. 



Ant, Glorieux prince, 
saint Michel Archange, 
souvenez-vous de nous, 
et priez pour nous le Fils 
de Dieu, ici, partout, et 
toujours, alléluia. 



LE V DIMANCHB D'OGTOBBB. 

LA SOLENNITÉ DU SAINT ROSAIRE. 

L Office comme à VOrdinaire de la sainte Vierge, p. 162, 
excepté ce qui suit. 

Collecte, Dieu, dont le Fils unique nous a 
mérité les récompenses du salut étemel par sa 
vie, par sa mort et par sa résurrection, faites, 
nous vous en prions , qu'honorant dans ces mys- 
tères le saint Rosaire de la bienheureuse Vierge 
Marie, nous imitions ce qu'ils renferment, et 
nous obtenions ce qu'ils promettent. Parle même. 

Secrète. Disposez-nous, nous vous en prions. 
Seigneur, à vous offrir dignement ces dons, et à 
honorer, par les mystères du saint Rosaire, la vie, 
la Passion et la gloire de votre Fils unique, de 
telle sorte que nous soyons dignes de recevoir 
l'effet de ses promesses. Par le même N.- S. J.- G. 

Postcommunion, Puissions - nous , Seigneur, 
être aidés par les prières de votre très -sainte 
Mère, dont nous célébrons le Rosaire! et afin 
que nous recevions les grâces attachées aux 
saints mystères que nous vénérons, accordez- 



LE 18 OCT. — S. LCC, 

nous l'effet des sacrements qne nous leoeYcms. 
Yaos qni^ étant Dieu, vivez et régnez. 

A Utftn de la Mette en dit TÈcmngile en D im m f te ke o cturrcii t. 



LB 18 OCTOBRE. 

SATNT LUC , É\A!iGHLISTE. 

L'Office au Commun de» Apôtre», p. 6<8, excepté ee qvi suit. 
A LA MESSE. — dstboTt. 



MiHi antem nimis 
honorati sont ami- 
ci tni, Dens : nimis 
confortatos est prin- 
cipatos eorom. Ps, 
Domine, probasti me, 
et cognovisti me : tu 
cognovisti sessionem 
meam et resurrectio- 
nem meam. f. Gloria 
Patri. 



Vous avez merveilleu- 
sement honoré ceux 
qui vous aiment. Sei- 
gneur; vous leur avez 
donné une grande puis- 
sance. Ps. Seigneur, vous 
avez sondé mon cœur, et 
vous me connaissez : vous 
m'avez vu dans mon re- 
pos et dans mon réveil. 
f. Gloire au Père. 

Collecte. Faites, Seigneur, que TÉvangéliste 
saint Luc, qui a toujours porté dans son corps 
la mortification de la Croix pour la gloire de 
votre saint nom, intercède sans cesse pour nous 
auprès de vous. Par N.-S. J.-C. 

ÉPÎTRE. 

MES frères. Je rends grâces à Dieu de ce qu'il 
a mis dans le cœur de Tite la même sollici- 
tude que j'ai pour vous; car non -seulement il 
a bien reçu la prière que je lui ai faite, mais sa 
sollicitude plus vive Ta porté à partir de son 



LK 18 OCT. — 8. LUC^ ÉVANGÉUSTE. 629 

propre mouvement pour aller vous voir. Nous 
avons envoyé aussi avec lui notre frère, qui est 
devenu célèbre par l'Évangile dans toutes les 
Églises, et qui, de plus, a été choisi par les 
Églises pour nous accompagner dans nos voya- 
ges, et prendre part au soin que nous avons de 
procurer cette assistance à nos frères, pour la 
gloire du Seigneur, et pour seconder notre bonne 
volonté; notre dessein a été d'éviter ainsi que 
personne ne puisse rien nous reprocher au sujet 
de l'aumône abondante dont nous sommes les 
dispensateurs. Car nous tâchons de faire le bien 
avec tant de circonspection, qu'il soit approuvé 
non-seulement de Dieu, mais aussi des hommes. 
Nous avons envoyé encore avec eux notre frère, 
que nous avons reconnu zélé et très-vigilant en 
plusieurs occasions, et qui Test encore beaucoup 
plus en celle-ci, et nous avons grande confiance 
en vous. Vous traiterez de même Tite, qui est 
uni avec moi et qui travaille comme moi pour 
votre salut, et nos autres frères, qui sont les 
Apôtres des Églises et la gloire de Jésus-Christ. 
Donnez-leur donc devant les Églises des preuves 
de votre charité, et faites voir que c'est avec rai- 
son que nous nous sommes loués de vous. 



Graduel. In om- 
nem terram exivit so- 
nus eorum, et in fi- 
nes orbis terrae verba 
eorum. ^, Gœli enar- 
rant gloriam Dci, et 
opéra manuum ejus 



Graduel. C'est une 
parole qui a retenti par 
toute la terre, une voix 
qui a pénétré jusqu'aux 
extrémités du monde, f. 
Les cieux racontent la 
gloire de Dieu, et le flr- 



630 LE 18 OCT. — 9. LUC 

marnent publie les œu- 
vres de ses mains. 

Alléluia, alléluia, f. 
Je vous ai choisis afin 
que vous alliez dans le 
monde, que vous portiez 
du fruit, et que ce fruit 
demeure. Alléluia. 



, ÉVA56ÉLI8TK. 

annuntiat firmamen- 
tum. 

Alléluia, alléluia. 
f. Ego vos elegi de 
mimdo, ut eatis, et 
fructum afferatis, et 
fructus vester ma- 
neat. Alléluia. 



Évangile de la Messe de saint Marc, p. 547. 



Offertoire. Mihi au- 
tem nimis honorati 
sunt amici tui, Deus : 
nimis confortatus est 
principatus eorum. 



Offertoire, Vous avez 
merveilleusement honoré 
ceux qui vous arment. 
Seigneur : vous leur avez 
donné une grande puis- 
sance. 

Secrète, Accordez-nous, Seigneur, par la vertu 
des dons célestes, la grâce de vous servir avec 
un cœur libre, et faites, par l'intercession de 
votre Evangéliste saint Luc, que les dons que 
nous vous présentons nous procurent la guéri- 
son spirituelle et la gloire étemelle. Nous vous 
le demandons par N.-S. J.-G. 

Préface des Apôtres, p. ISO. 



CowwM/w'on.Pourvous, 
qui m'avez suivi, vous 
serez assis sur des trônes, 
où vous jugerez les douze 
tribus d'Israël. 
. Postcommunion, Faites, ô Dieu tout-puissant, 
que la victime que nous avons reçue de votre 
~^^tel sanctifie nos âmes par les prières de votre 



Communion, Vos 
qui secuti estis me, 
sedebitis super sedes , 
judicantes duodecim 
tribus Israël. 



LA FÊTE DU SAINT RÉDEMPTEUR. SSl 

bienheureux Évangéliste saint Luc, et nous pré- 
serve de tout péché. Par N.-S. J.-C. 



LE 28 OCTOBSB. 



LA FÊTE DU SAINT RÉDEMPTEUR. 
A LA MESSE. — intboIt. 



GAUDENs gaudebo in 
Domino, et exsul- 
tabit anima mea in 
Deo meo : quia induit 
me vestimentis salu- 
tis , et indumento 
iustitisB circumdedit 
me. Ps, Misericordias 
Domini in aeternum 
cantabo, in genera- 
tionem et generatio- 
nem. ^, Gloria Patri. 



JE me réjouirai dans le 
Seigneur; mon àme 
sera ravie d'adlégresse en 
mon Dieu, parce qu'il 
m'a orné des vêtements 
du salut, il m'a paré des 
ornements de la justice. 
Ps, Je chanterai éternel- 
lement les miséricordes 
du Seigneur, de géné- 
ration en génération. 



Jf. Gloire au Père. 
Collecte, Dieu, qui avez fait de votre Fils 
unique le rédempteur du monde, et qui, dans 
votre miséricorde, nous avez rendus à la vie 
lorsqu'il a eu vaincu la mort, faites que, riches 
de ses mérites, notre amour nous attache à vous 
éternellement, et nous fasse recueillir les fruits 
de sa rédemption. Par le même N.-S. J.-C. 

ÉPÎTRE. 

BÉNI soit Dieu, le Père de Notre-Seigneur Jé- 
sus-Christ, qui nous a comblés en Jésus- 
Christ de toutes sortes de bénédictions spiri- 
tuelles pour le ciel : comme il nous a élus en lui 



632 



LA FÊTE DU SAINT RÉDEMPTEUR. 



avant la création du monde, afin que par la cha- 
rité nous fussions saints et sans tache en sa pré- 
sence, lui qui nous a prédestinés selon le décret 
de sa volonté , comme ses enfants adoptifs par 
Jésus-Christ, pour la louange et la gloire de sa 
grâce, par laquelle il nous a justifiés en son Fils 
bien -aimé, dans lequel nous trouvons la ré- 
demption en son sang et la rémission de nos 
péchés selon les richesses de sa grâce, qu'il a 
répandue sur nous avec abondance, en nous 
remplissant d'intelligence et de sagesse, pour 
nous faire connaître le mystère de sa volonté, 
selon ce qu'il a résolu dans sa miséricorde. 



Graduel. Toutes les 
nations que vous avez 
créées viendront et vous 
adoreront. Seigneur; 
elles rendront gloire à 
votre nom. j^-. Parce que 
vous êtes grand, et que 
vous opérez des mer- 
veilles : vous êtes le seul 
Dieu. 

Alléluia, alléluia, f. 
Dieu est notre Roi avant 
les siècles, il a opéré 
notre salut au milieu de 



Graduel, Omnes 
gentes quascumque 
fecisti, veulent, et 
adorabunt coram te. 
Domine, et glorifica- 
bunt nomen tuum. 
f. Quoniam magnus 
es tu, et faciens mî- 
rabilia: tu es Deus 
solus. 

Alléluia , alléluia. 
f, Deus autem llex 
noster ante sœcula, 
operatus est salutem 
in medio terrae. Allel. 



la terre. Alléluia. 

ÉVANGILE. 

IiN ce temps -là, Jésus dit à Nicodème: Per- 
j sonne n'est monté au ciel, si ce n'est celui 
^ui est descendu du ciel, le Fils de l'homme, 



LA FETE DU SAINT REDEMPTEUR. 



63S 



qui est dans le ciel. Et comme Moïse éleva le 
serpent dans le désert, ainsi il faut que le Fils 
de rhomme soit élevé, afin que celui qui croit 
en lui ne périsse pas, mais obtienne la vie éter- 
nelle. Car Dieu n'a point envoyé son Fils dans 
le monde pour juger le monde, mais afin que le 
monde soit sauvé par lui. Celui qui croit en lui 
ne sera pas jugé; mais celui qui n'y croit pas 
pst déjà jugé, car il ne croit pas au nom du Fils 
de Dieu. 

Offertoire, Je suis le 
salut du peuple, dit le 
Seigneur; dans quelque 
tribulation qu'ils m'in- 
voquent, je les exauce- 
rai, et je serai leur Dieu 
éternellement, aUeiuia. 



Offertoire. Salus 
populi ego sum, dicit 
Dominus : de qua- 
cumque tribulatione 
clamaverint ad me, 
exaudiam eos : et ero 
illorum Deus in per- 



petuum, alléluia. 

Secrète. Recevez, Seigneur, l'offrande du 
mystère de notre rédemption éternelle, et faites 
qu'elle nous vivifie et nous protège par l'inter- 
cession des glorieux mérites de votre Fils unique. 
Qui, étant Dieu, vit et règne. 



Communion. Con- 
fiteantur Domino mi- 
sericordiae ejus, et 
mirabilia ejus filiis 
hominum, alléluia. 



Communion, Que les 
miséricordes du Seigneur 
le louent, et que ses 
merveilles l'annoncent 
aux enfants des honmies, 



alléluia. 

Postcommunion. Après avoir participé, Sei- 
gneur, à votre corps sacré et à votre précieux 
sang, par lesquels nous avons été rachetés, nous 



634 LB 28 OCT. — s. SIMON ET S. JUDB. 

VOUS prions de conserver ces dons en nous, et, 
après nous avoir délivrés des maux de cette vie, 
de nous conduire aux biens étemels. Vous qui. 

A VÊPRES. 

Psaume» Dixit Dominus, p. ISt; Confltebor.p. 1S4; Cre- 
didi, p. S49; De profundis, p. tS, Confltebor... quoniam, 
p. 623 ; Hymne Creator aime , p. 175 ; la te strophe se place 
la Va, et pour 6e strophe on dit Jecu, tibi ait gloria, p. 195. 



f. Vous nous avez ra- 
chetés par votre sang, 
Seigneur. ^. Et vous avez 
fait de nous le royaume 
de notre Dieu. 

A Magnificat. 



f, Redemisti nos. 
Domine, in sanguine 
tuo. <^. Et fecisti nos 
Deo nostro regnum. 



Ant, Votre royaume 
est le royaume de tous 
les siècles, et votre do- 
mination s'étend sur 
toutes les générations , 
alléluia. 



Ant, Regnum tu- 
um, regnum omnium 
saeculorum, et domi- 
natio tua in onmi ge- 
neratione et genera- 
tionem, alléluia. 



LB 28 OCIOBBB. 

SAINT SIMON ET SAINT JUDE, APOTRES. 

L'Office et la Messe au Commun des Apôtres, p. 668, excqtté 
ce qui suit. 

Collecte, Dieu, qui nous avez fait la grâce 
d'arriver à la connaissance de votre nom par vos 
Apôtres saint Simon et saint Jude , faites qu'en 
avançant dans la vertu nous célébrions leur gloire, 
et qu'en la célébrant nous avancions toujours de 
plus en plus dans la piété. Par N.- S. J.-G. 



LE 28 OCT. — S. SIMON ET S. JUDE. 835 
ÉPÎTRE. 

MES frères^ La grâce a été donnée à chacun de 
nous selon la volonté de Jésus-Christ. Aussi 
rÉcriture nous dit : Le Fils de Dieu montant au 
ciel a mené à sa suite une foule de captifs; il 
a répandu libéralement ses dons sur les honmies. 
Et pourquoi est -il dit qu'il est monté, sinon 
parce qu'il était descendu auparavant jusqu'au 
plus profond de la terre? Celui qui est descendu 
est le même qui est monté au-dessus de tous les 
cieux pour accomplir toutes choses. C'est encore 
lui qui a donné à son Église quelques-uns de 
ses disciples pour être apôtres, d'autres pour 
être prophètes, d'autres pour être évangélistes, 
d'autres pour être pasteurs et docteurs, pour 
travailler à la consommation des saints, aux 
fonctions du ministère, à l'édification de l'É- 
glise qui est le corps de Jésus-Christ, jusqu'à ce 
que nous parvenions tous à l'unité de la foi et 
de la comiaissance du Fils de Dieu, à l'état de 
l'homme parfait, et à la perfection spirituelle 
par laqueUe Jésus-Christ soit pleinement formé 
en nous. 

ÉVANGILE. 

EN ce temps -là, Jésus dit à ses disciples : Ce 
que je vous commande, c'est de vous aimer 
les uns les autres. Si le monde vous hait, sachez 
que j'ai été avant vous l'objet de sa haine. Si 
vous étiez du monde, le monde aimerait ce qui 
serait à lui; mais parce que vous n'êtes pas du 
monde, et qu'en vous choisissant je vous ai sé- 
parés du monde, le monde vous hait. Souvenez- 



686 LE 28 OCT. — S. SIMON ET S. JUDB. 

VOUS de ce que je vous ai dit : Le serviteur n'est 
pas au-dessus de son msdtre; s'ils m'ont persé- 
cuté, ils vous persécuteront aussi, et ils garde- 
ront vos paroles comme ils ont gardé les miennes. 
Mais ils vous feront souffrir ces maux en haine 
de mon nom, parce qu'ils ne connaissent pas 
celui qui m'a envoyé. Si je n'étais pas venu, et 
si je ne leur avais pas parlé , ils ne seraient pas' 
coupables; mais maintenant ils sont inexcu- 
sables dans leur péché. Celui qui me hait, hait 
aussi mon Père. Si je n'avais pas fait parmi eux 
des œuvres que nul autre n'a faites, ils ne se- 
raient pas coupables; mais maintenant ils les 
ont vues , et ils n'ont pas laissé de me haïr, moi 
et mon Père; en sorte qu'on voit s'accomplir en 
eux cette prédiction : Ils m'ont haï sans sujet. 
— Credo. 

Secrète. Honorant, Seigneur, la gloire immor- 
telle de vos saints Apôtres Simon et Jude, nous 
vous prions de nous purifier par ces mystères, 
afin que nous puissions la célébrer dignement. 
Accordez-nous cette grâce parN.-S. J.-C. 

Préface des Apôtres, p. 180. 

Postcommunton, Après avoir participé à vos 
sacrements, accordez -nous. Seigneur, par l'in- 
tercession de vos Apôtres saint Simon et saint 
Jude, que ce que nous avons fait pour honorer 
leur martyre serve à notre guérison. Par N.-S. 
J.-C. 



LA FÊTE DB TOUS LES SAINTS. 



6S7 



>//'^^,e/TV/XV> 



LS !«* NOVEMBRE. 

LA FÊTE DE TOUS LES SAINTS. 

AUX I"» VfiPRBS. 

Les quatre premier» Psaumes du Dimanche, p. ISt, et le 
Psaume Laudate Dominiim , p. 191 ; le reste comme aux II'» 
Vêpres, p. 6*2. 



Jr. Laetamini in Do- 
mino et exsultate , ju- 
sti. ^. Etgloriamini^ 
omnes recti corde. 



Ant. Angeli, Ar- 
changeli, Throni et 
Dominationes , Prin- 
cipatus et Potestates, 
Virtutes cœlorum , 
Ghembim atque Se- 
raphim, Patriarchae 
et Prophetae, sancti 
legis Doctores, Apo- 
stoli^ omnes Ghristi 
Martyres, sancti Gon- 
fessores, Virgines Do- 
mini , Anachoretae , 
Sanctique omnes, in- 
tercedite pro nobis. 



f. Justes, réjouissez- 
vous dans le Seigneur, 
et tressaillez d'allégresse. 
% Glorifiez- vous en lui, 
vous tous qui avez le 
cœur droit. 
A Magnificat. 



Ant, Anges, Archan- 
ges, Trônes et Domina- 
tions, Principautés et 
Puissances, Vertus des 
cieux, Ghérubins et Sé- 
raphins, Patriarches et 
Prophètes, saints Doc- 
teurs de la loi, Apôtres, 
Martyrs de Jésus-Christ, 
saints Confesseurs, Vier- 
ges du Seigneur, Ana- 
chorètes, tous les Saints 
intercédez pour nous. 



688 



LA fAtE DB tocs LB8 SAMT8. 



A LA MBSSE. — iirnioTr. 



RÉJOUISSONS - NOUS tous 
dans le Seigneur, en 
célébrant ce jour solen- 
nel, consacré à honorer 
tous les Saints, de la fête 
desquels les Anges se 
réjouissent et louent en- 
semble le Fils de Dieu. 
Ps. Justes, réjouissez- 
vous dans le Seigneur : 
c'est aux cœurs droits 
qu'il appartient de le 



(1 AUBEAMus omnes 
f in Domino, diem 
festum célébrantes 
sub honore Sancto- 
rum omnium, de quo- 
rum solemnitate gau- 
dent Angeli, et collau- 
dant Filium Dei. Ps. 
Exsultate, justi, in 
Domino : rectos decet 
coUaudatio. j^. Gloria 
Patri. 



louer, j^. Gloire au Père. 

Collecte. Dieu tout -puissant et éternel, qui 
nous accordez la grâce d'honorer dans une même 
solennité les mérites de tous vos Saints, faites 
qu'assistés de si nombreux intercesseurs, nous 
obtenions de plus en plus, selon nos désirs, la 
multitude de vos grâces. Par N.-S. J.-G. 

épItre. 

EN ces jours-là. Moi, Jean, je vis un Ange qui 
montait du côté de l'orient, tenant à la main 
le sceau du Dieu vivant. Et il cria d'une voix 
forte aux quatre Anges qui avaient reçu le pou- 
voir de frapper de plaies la terre et la mer, en 
disant : Ne frappez ni la terre, ni la mer, ni les 
arbres, jusqu'à ce que nous ayons marqué au 
iront les serviteurs de notre Dieu. Et j'entendis 
que le nombre de ceux qui avaleni. été marqués 



LA FÊTE DE TOUS LES SAUCTS. 639 

était de cent quarante -quatre mille de toutes 
les tribus des enfants d'Israël. Il y en avait douze 
mille marqués de la tribu de Juda, douze mille 
de la tribu de Ruben, douze mille de la tribu 
de Gad, douze mille de la tribu d'Aser, douze 
mille de la tribu de Nephthali, douze mille de la 
tribu de Manassès , douze mille de la tribu de 
Siméon, douze mille de la tribu de Lévi, douze 
mille de la tribu d'Issachar, douze mille de la 
tribu de Zabulon, douze mille de la tribu de 
Joseph, douze mille de la tribu de Benjamin. 
Je vis ensuite une grande multitude que per- 
sonne ne pouvait compter, de toute nation, de 
toute tribu, de tout peuple, et de toute langue. 
Ils étaient debout devant le trône et devant 
l'Agneau, vêtus de robes blanches, avec des 
palmes à la main, et ils disaient à haute voix : 
Gloire à notre Dieu, qui est assis sur le trône, 
et à l'Agneau. Et tous les Anges se tenaient de- 
bout autour du trône, des vieillards et des quatre 
animaux, et s'étant prosternés le visage contre 
terre devant le trône, ils adorèrent Dieu, en 
disant : Ainsi soit-il, bénédiction, gloire, sagesse, 
action de grâces, honneur, puissance et force à 
notre Dieu, dans les siècles des siècles. Ainsi 
soit-il. 

Graduel, Timete Graduel. Craignez le 
Dominum, omnes Seigneur, vous tous qui 
sanctiejus: quoniam êtes ses saints; car rien 
nihil deest timenti- ne manque à ceux qui h* 
bus eima. y, Inqui- craignent, y. Ceux qui 
rentes autem Domi- cherchent le Seigneur ne 



640 LA FÉTB DE TOUS LES SAINTS. 



seront frustrés d'aucun 
bien. 

AUelnia, alléluia, f. 
Venez à moi, vous tous 
qui êtes fatigués et qui 
êtes chargés, et je vous 
soulagerai. Alléluia. 



num non déficient 
omni bono. 

Alléluia, alléluia. 
j^. Venite ad me, om- 
nes qui laboratis, et 
oneratî estis, et ego 
reficiam vos. Alléluia. 



ÉVANGILE. 

EN temps-là, Jésus, voyant la foule du peuple 
qui le suivait, monta sur une montagne. Dès 
qu'il se fut assis, ses disciples se placèrent auprès 
de lui. Prenant ensuite la parole, il les instruisait, 
en disant : Heureux les pauvres d'esprit, parce 
que le royaimae des cieux leur appartient. Heu- 
reux ceux qui sont doux, parce qu'ils posséde- 
ront la terre. Heureux ceux qui pleurent, parce 
qu'ils seront consolés. Heureux ceux qui ont 
faim et soif de la justice, parce qu'ils seront 
rassasiés. Heureux ceux qui sont miséricordieux, 
parce qu'ils seront traités avec miséricorde. 
Heureux ceux qui ont le coeur pur, parce qu'ils 
verront Dieu. Heureux les pacifiques, parce 
qu'ils seront appelés enfants de Dieu. Heureux 
ceux qui souffrent persécution pour la justice, 
parce que le royaimae des cieux leur appartient. 
Vous serez heureux quand les honmaes vous 
maudiront, vous persécuteront, vous accable- 
ront de calomnies à cause de moi. Réjouissez- 
vous alors, et faites éclater votre joie, parce 
qu'une grande récompense vous est préparée 
dans le ciel. — Credo. 



LA FETE DE TOUS LES SAINTS. 



Offertoire, Justo- 
ram animae in manu 
Dei sunt, et non tan- 
get illos tonnentnm 
malitiae : visi sunt 
oculis insipientimn 
mori, illi autem snnt 
in pace. 



641 
< 

Offertoire, Les âmes 
des justes sont dans la 
main de Dieu, et les 
angoisses ne les touche- 
ront point, ns ont paru 
mourir aux yeux des 
insensés, cependant ils 



sont en paix. 
Secrète, Nous vous offrons, Seigneur, ces 
dons de notre piété ; faites qu'en considération 
de tous vos Saints ils vous soient agréables, et 
que, par votre miséricorde, ils nous soient sa- 
lutaires. Nous vous en prions par N.-S. J.-G. 



Communion, Beati 
mundo corde, quo- 
niam ipsi Deum vi- 
debimt : beati paci- 
flci , quoniam filii 
Dei vocabuntur: bea- 
ti qui persecutionem 
patiuntur propter ju- 
stitiam, quoniam ip- 
sorum est regnum 
cœlorum. 



Communion, Heureux 
ceux qui ont le cœur 
pur, parce qu'ils ver- 
ront Dieu : heureux les 
pacifiques, parce qu'ils 
seront appelés enfants 
de Dieu : heureux ceux 
qui souffrent persécution 
pour la justice, parce 
que le royaume des cieux 



l5ur appartient. 
Postcommunion, Faites, s'il vous plait. Sei- 
gneur, que vos peuples fidèles honorent toujours 
tous vos Saints avec joie, et soient toujours 
protégés par leur intercession. Nous vous le 
demandons par N.-S. J.-G. 



X. is 



41 



64i 



LA FÊTt DE TOI S LES SAINTS. 



AUX II- VÊPEK8. 
Les quatre prtrtuer» Paaume$ du Dimanctie,p. 18S, et le 



P$. Credidi , p. 149. 

An t. 1. Je vis lïne 
grande multitude, que 
personne ue pouvait 
compter, de toutes na- 
tions, debout devant le 
trône. 

2. Tous les Anges 
étaient autour du trône, 
et, s'étant prosternés le 
visage contre terre de- 
vant le trône, ils ado- 
rèrent Dieu. 

3. Seigneur, vous nous, 
avez rachetés, par votre 
sang, de toute tribu, de 
toute langue, de tout 
peuple et de toute na- 
tion, et vous avez fait 
de nous le royaume de 
notre Dieu. 

4. Élus du Seigneur, 
bénissez tous le Seigneur; 
célébrez des jours de ré- 
jouissance, et glorifiez- 
le. 

5. Que rhymne de la 
louange soit dans la bou- 
che de tous les Saints, 
des enfants d'Israël , du 



Ant, 1. Vidi tur- 
bam magnam, quam 
dinumerare nemo po- 
terat , ex omnibus 
gentibus, stantes ante 
thronum. 

2. Et onmes Angeli 
stabant in circuitu 
throni, et ceciderunt 
in conspectu throni 
in faciès suas, et ad- 
oraverunt Deum. 

3. Redemisti nos. 
Domine Deus , in 
sanguine tuo , ex 
omni tribu, et lin- 
gua, et populo, et 
natione ; et fecisti nos 
Deo nostro regnum. 

4. Benedicite Do- 
minum, omnes electi 
ejus; agite dies lae- 
titiae, et confitemini 
iUi. 

5. Hymnus omni- 
bus Sanctis ejus, filiis 
Israël, populo appro- 
pinquanti sibi : gloria 



LA FÊTE DE TOUS LES SAINTS. 



043 



haBC est omnibus San- 
ctis ejus. 

HTl 

PLACARE, Ghriste, 
servulis, 

Quibiis Patris cle- 
mentiam 

TuaB ad tribunal gra- 
tiae 

Patrona Virgo postu- 
lat. 

Et vos beata, per 
novem 

Distincta gyros, ag- 
mina^ 

Antiqua cum pra^sen- 
tibus, 

Futura damna pellite. 



peuple qui approche de 
lui; c'est la gloire que 
Dieu réserve à ses Saints. 

NE (1). 

OJisus^ pardonnez à 
vos serviteurs, pour 
lesquels Marie, la divine 
patronne, implore la clé- 
mence du Père étemel 
au pied du tribunal de 
votre miséricorde. 

Et vous, bienheureux 
esprits divisés en neuf 
chœurs glorieux, éloi- 
gnez de nous les maux 
passés, les maux pré- 
sents et ceux à venir. 



(1) Dans les Diocèses qui ne suivent pas VOfflee réparmù , 
au fo'eu de cette Hymne on dit la suivante: 



Christe Redemptor omnium, 
Conserva tuos famulos , 
Beat» semper virginis 
Placatus sanctis precibus. 

Beata quoque agmina 
Cœlestittm spirituum , 
Pneterita, prcesentia, 
Fntara mala pellite. 

Vates «terni Judicis, 
Apostolique Domini, 
Sapplieiter expoacimus 
Salvari vestria precibus. 

MartTres Del inclyti , 
Confessoresque luddi , 



Veatris orationibus 
Nos ferte in cœlestibns. 

Cliori sanctarum Virginum 
Monachorumque omnium, 
Simul cum Sanctis omnibus 
Consortes Cbristi facite. 

Gentem auferte per&dam 
Credentium de finibus, 
Ut Ghristo laudes débitas 
Persoiyamus alacriter. 

Gloria Patri ingenito, 
j^usque Unigenito, 
Una cum sancto Spiritu , 
In sempitema Mienla. Amen 



644 



LA VAtE DS T0U8 LB8 SAIHT8. 



Saints Apôtres, et 
vous, Prophètes subli- 
mes, obtenez du Juge 
sévère la grâce des cou- 
pables, en faveur des 
pleurs sincères qu'ils ré- 
pandent. 

Glorieux Martyrs , 
saints Confesseurs, ob- 
tenez-nous par vos priè- 
res la grâce de quitter 
notre exil pour aller 
dans notre patrie. 

Troupe sacrée des 
saints Moines et des 
chastes Vierges, et vous 
tous, Saints et Saintes 
de Dieu, obtenez -nous 
la grâce d'être avec vous 
sur les trônes célestes. 

Éloignez de nous les 
infidèles, afin que nous 
ne formions qu'un seul 
troupeau, gouverné par 
le seul vrai Pasteur. 



Gloire à Dieu le Père, 
gloire à son Fils unique, 
flioire au Saint-Esprit, 



Apostoli cnm Yati- 
bus, 

Apud severum Judi- 
cem 

Yeris reorum fletibus 

Exposcite indulgen- 
tiam. 

y os,purpurati Mar- 
tyres, 

Vos,can(Udati prasmio 

Gonfessionis, exsuies 

Vocate nos in pa- 
triam. 

Ghorea casta Yirgi- 
num. 

Et quos eremus inco- 
las 

TranSmisitastris, Cœ- 
litum 

Locate nos in sedi- 
bus. 
Auferte gentemper- 
fidam 

Gredentium de fini- 
bus; 

Ut unus omnes unî- 
cum 

Ovile nos Pastor re- 
gat. 
DeoPatri sit gloria, 

Natoque Patris uni- 
co. 



LA COMMÉMORATION DES DiFCNTS. 645 



Sancto simili Paracli- 

to. 
In sempitema ssecula. 

Amen. 

j^.ExsultaLunt San- 
ctî in gloria. f. Laeta- 
buntnr in cnbilibus 
suis. 



dans les siècles des siè- 
cles. 
Ainsi soit-il. 



f. Les Saints tressail- 
liront dans A la gloire. 
t|. Ils feront éclater leurs 
transports dans le lieu 
de leur repos. 

A Magnificat. 



Ànt, quam glo- 
riosum est regnum in 
quo cum Ghristo gau- 
dent omnes Sancti ! 
Amictlstolisalbis, se- 
quuntur Agnum quo- 
cumque ierit. 



Ànt. Oh! quelle est la 
gloire de ce royaimie, où 
tous les Saints se réjouis- 
sent avec Jésus -Christ? 
Vêtus de robes blanches, 
ils suivent l'Agneau par- 
tout où il va. 



Aprèê le Benedicamus Domino , on chante les Vêpres des 
défunts t ci-après. 



LB 2 NOVBIfBRB. 

LA COMMÉMORATION 

DB TOUS LBS FIDÈLBS DÉFUNTS. 

On commence cet Office par les Psaumes, sans Deus in 
adjutorium, et d la fin de chaque Psaume on dû, au Ueu de 
Gloria Patri: 



Requiem œternam * 
dona eis^ Domine. 

Et lux perpétua * 
luceat eîs. 



Donnez-leur, Seigneur, 
le repos étemel. 

Et que la lumière éter- 
nelle les éclaire. 



646 LA comteoiAnoir Dit défchts. 

4 

A VfiPBSS. 

Ant, Je serai agréable 
au Seigneur dans la terre 
des vivants. 



Ant. Placebo Do- 
mino in regione vi- 
vomm. 



PSAUME 114. 



J'ai MB le Seignenr, il 
exaucera ma voix sup- 
pliante. 

Il a prêté Toreille à 
ma prière, je l'invoque- 
rai tous les jours de ma 
vie. 

Les douleurs de la mort 
m'ont environné , les an- 
goisses du tombeau m'ont 
saisi. 

J'ai rencontré la tribu- 
lation et la douleur, et 
j'ai invoqué le nom du 
Seigneur. 

Seigneur, délivrez mon 
àme : le Seigneur est 
miséricordieux et juste , 
notre Dieu est compa- 
tissant. 

Le Seigneur garde 
ceux qui sont simples; 
j'ai été humilié, et il 
m'a sauvé. 

Rentre dans ton re- 
pos, ô mpn àme; c^r le 



DiLBxi; ^quouiam 
exaudiet Dominas 
vocem orationis meae. 

Quia inclinavit an- 
rem suam mihi, * et 
in diebus meis invo- 
cabo. 

Circumdederunt me 
dolores mortis, * et 
pericula infemi inve- 
nerunt me. 

Tribulatîonem et 
dolorem inveni, * et 
nomen Domini invo- 
cavi. 

Domine, libéra 
animam mam ; * mi- 
serioors Dominus, et 
justus, et Deus noster 
miseretur. 

Custodiens parvu- 
los Dominus : * hn« 
miliatus sum, et libe- 
ravit me. 

Convertere, anima 
mea, in requiem tu- 



LA COMMÉMORATION DES DÉFUNTS. 



647 



ain; * quia Dominus 
benefecit tibi. 

Quia eripuit ani- 
mam mearn de mor- 
te, * oculos meos a 
lacrymis, pedes meos 
a lapsu. 

Placebo Domino * 
in régions vivorum. 

Ant, Hei mihi, Do- 
mine, quia incolatus 
meus prolongatus est! 



Seigneur t'a comblée de 
biens. 

Il a sauvé mon Ame de 
la mort, séché les larmes 
de mes yeux, garanti mes 
pas de toute chute. . 

Je serai agréable au 
Seigneur dans la terre 
des vivants. 

Ant, Hélas ! Seigneur, 
que mon exil est long ! j 



PSVUMB 119. 



AD Dominum, cum 
tribularer , cla- 
mavi; * et exaudivit 
me. 

Domine, libéra a- 
nimam meam a labiis 
iniquis, * etalingua 
dolosa. 

Quid detur tibi, aut 
qujd apponatur tibi, * 
ad linguam dolosam? 

Saglttae potentis a- 
cuta, * cum carboni- 
bus desolatoriis. 



J'ai crié vers le Seigneur 
dans ma détresse, et 
il m'a exaucé. 

Seigneur, délivrez-moi 
des lèvres trompeuses et 
de la langue perfide. 

Langue mensongère, 
quel fruit vous reviendra 
de vos impostures? 

Vos paroles sont sem- 
blables à des flèches 
aiguës lancées par un 
bras robuste; elles brû- 
lent comme des char- 
bons ardents. 



648 LA COMMÉIIORATION DES DÉFUNTS. 



Hélas! que mon exil 
est long ! Je suis au 
milieu des habitants de 
Gédar, mon âme y est 
depuis longtemps étran- 
gère. 

J'ai été pacifique avec 
les ennemis de la paix : 
quand je leur parlais 
avec douceur, ils m'at- 
taquaient iigustement. 

Ant, Le Seigneur vous 
garantit de tout mal ; que 
le Seigneur garde votre 
àme! 



Heumihi, quiaîn- 
colatus meus prolon- 
gatus est ! Habitavi 
Gum habitantibus Ce- 
dar, * multum incola 
fuit anima mea. 

Gum bis qui ode- 
runt pacem, eram 
paciflcus: * cum lo- 
quebar illis, impu- 
gnabant me gratis. 

Ant, Dominas cu- 
stoditte ab omni ma- 
lo: custodiatanimam 
tuam Dominus. 



PSAUME 130. 



J'ai levé les yeux vers 
les montagnes, d'où 
me viendra du secours. 

Mon secours viendra 
du Seigneur, qui a fait 
le ciel et la terre. 

Que celui qui vous 
garde ne laisse pas votre 
pied heurter dans le che- 
min, et que celui qui 
vous conduit ne s'en- 
dorme pas. 

Non, il ne sonmieillera 
paSjil ne s'endormira pas, 
eelui qui garde Israël. 



LE V A V I oculos meos 
in montes, * unde 
veniet auxillimi mihi . 

Auxilium meum a 
Domino, * qui fecît 
cœlum et terram. 

Non det in commo- 
tlonem pedem tuum, * 
neque dormitet qui 
custodit te. 

Ecce non dormita- 
bit, neque dormiet, * 
qui custodit IsraeL 



LA COMMÉMORATION DES DÉFUHTS. 649 



Dominus custodit 
te, Dominus protectio 
tua; * super maDum 
dexteram tnam. 

Per diem sol non 
uret te, * neqne luna 
per noctem. 

Dominus custodit 
te ab omni malo: * 
custodiat animam tn- 
am Dominus. 

Dominus custodiat 
introitum tuum et 
exitum tuum, * ex 
hoc nunc et usque 
in sœculum. 

Ant. Si iniquitates 
obseryaveris. Domi- 



ne, Domine, quis 
sustinebit? 



Le Seigneur est votre 
gardien, le Seigneur est 
votre défenseur, il mar- 
che à votre droite. 

Le soleil ne vous nuira 
pas pendant le jour, ni 
la lune pendant la nuit. 

Le Seigneur vous ga- 
rantira de tout mal : le 
Seigneur gardera votre 
dme. 

Que le Seigneur pro- 
tège votre entrée et votre 
sortie, maintenant et à 
jamais. 



Ant, Si vous exigez. 
Seigneur, un compte sé- 
vère de nos iniquités, 
qui pourra subsister de- 
vant vous, 6 mon Dieu? 

Psaume De profandis , p. fS. 



Ant. Opéra manu- 
um tuarum. Domine, 
ne despicias. 



Ant, Seigneur, ne dé- 
laissez pas l'ouvrage de 
vos mains. 



Psaume Confitebor.. quonlam , p. VU. 



y, Audi vivocem 
de cœlo dicentem mi- 
hi. t|. Beati mortui 
qui in Domino mo- 
riujitur ! 



Jf, J'ai entendu une 
voix du ciel qui me di- 
sait. % Bienheureux 
ceux qui meurent dans 
le Seigneur. 



»i50 LA COaaÉVOftATkJ!! DES 

A Ma^iificat. 



AnL Tons ceux que 
mon Père me doime 
viendront à moi, et )e 
ne jetterai point dehors 
celui qui Tient à moi. 

Notre père, à voix 

jr. Et ne nous laissez 
pas succomber à la ten- 
tation. H. Mais délivrez- 
nous du mal. 

^. Seigneur, délivrez 
leurs ànies. 1^. Des portes 
de l'enfer. 

f. Qu'ils reposent en 
paix. ik. Ainsi soit-il. 

j^. Seigneur, écoutez 
ma prière, i^. Et que 
mes cris s'élèvent jus- 
qu'à vous. 

jr. Le Seigneur soit 
avec vous. ^, Et avec 
votre esprit. 



Ami. Qnuie quod 
dat mihi Pater, ad 
me venîet; ei eum 
qoi venit ad me, Doa 
ejiciam foras. 

Pater noster, à voix 
basse. 

j. Et ne nos indor 
cas in tentationem. 
fk' Sed libéra nos a 
malo. 

f. A porta infm. 
le. Eroe, Domine, 
animas eomm. 

fr, Reqoiescant in 
pace. i^ Amen. 

j. Domine, exandi 
orationem meam. M. 
Et clamor mens ad 
te veniat. 

t. Domînus vobis- 
cum. i^. Et cimi spi- 
ritu tuo. 



Orawm O Dien, ci-apréê,p. 6S||. 



j^. Donnez -leur, Sei- 
gneur, le repos étemel. 
^. Et que la lumière 
éternelle les éclaire. 

j^. Qu'ils reposent en 
paix. <î, Ainsi soit-il. 



y. Requiem œter- 
nam doua eis, Domi- 
ne. i|. Et lux perpé- 
tua luceat eis. 

h Requiescant in 
pace. ft. Amen. 



LA COMMÉMORATION DES OtFUNTS. 6&1 



A LA MBS8E. — introIt. 



1>BQI]IBM 



fletemam 
dona eis^ Domine^ 
et lux perpétua luoeat 
eis. Ps. Te decet hym- 
nus, Deus, in Sion; 
et,tibi reddetur vo- 
tum in Jérusalem : 
exaudi orationem me- 
am; ad te onims ca- 
ro veniet. — Requiem 
aetemam. 



DoNNEz-LKun, Seigneur, 
le repos étemel, et 
q[ue la lumière étemelle 
les éclaire. Ps. C'est à 
vous. Seigneur, qu'il 
convient d'adresser nos 
hymnes dans Sion, et 
d'offirir nos vœux dans 
Jémsalem : exaucez ma 
prière ; toute créature 
doit venir à vous. — Don- 



nez-leur. 

Collecte, Dieu, le créateur et le rédempteur 
de tous vos fidèles, accordez aux âmes de vos 
serviteurs et de vos servantes la rémission de 
tous leurs péchés, afin qu'elles obtiennent, par 
nos très-hunoubles prières , le pardon qu'elles ont 
toujours attendu de votre miséricorde. Vous qui, 
étant Dieu, vivez et régnez. 

ÉPITRE. 

MES frères, Voici un mystère que je vais vous 
révéler : Nous ressusciterons tous, mais nous 
ne serons pas tous changés. En un moment, en 
im clin d'œil, au son de la dernière trompette, 
car la trompette sonnera, les morts ressuscite- 
ront dans un état incormptihle, et alors nous 
serons changés. Car il faut que ce corps cor- 
mptible soit revêtu d'incormptihilité, et que ce 
corps mortel soit revêtu d'immortalité. Et quand 
ce corps mortel aura été revêtu d'iwinortalité, 



651 LA COmÉllOftATIOir DK8 DÉFUNTS. 

alors cette parole de l'Écriture sera accomplie : 
La mort a été ensevelie dans la victoire. O 
mort, où est maintenant ta victoire? O mort, 
où est ton aiguillon? Or Taignillon de la mort, 
c'est le péché, et la force du pédié, c'est la loi. 
Mais grâces soient rendues à Dieu, qui nous 
a donné la victoire par Jésus-Christ Notre-Sei- 
gneur. 

GradueL Donnez-leur, 
Seigneur, le repos éter- 
nel, et que la lumière 
étemelle les éclaire, y. 
La mémoire du juste 
sera étemelle ; il ne 
craindra pas les mauvais 
discours des hommes. 

Trait. Délivrez, Sei- 
gneur, les âmes de tous 
les fidèles défunts de tous 
les liens de leurs péchés. 
y. Et faites, par le se- 
cours de votre grâce, 
qu'ils méritent d'éviter 
le jugement de vengean- 
ce, j^. Et qu'ils jouissent 
de la béatitude de la lu- 
mière étemelle. 



GradueL Requiem 
aetemam dona ds. 
Domine, et lux per- 
pétua luceat eis. jF. In 
memoria œtema erit 
justus; ab auditione 
mala non timebit. 

TVotY. Absolve, Do- 
mine, animas omni- 
um fldelium defnn- 
ctorum ab omni vin- 
culo delictorum. t. Et 
gratia tua illis suc- 
currente, mereantur 
evadere judicium ul- 
tionîs. Ji. Et lucis 
aetems beatitudine 
perfrui. 



PROSB. 



de 



JOUR (Je colère, jour 
terrible, où l'univers 
sera réduit en cendres, 



DiEs irae, dies illa, 
Solvet sasclum in 
favilla, 



LA COMHÉMORATION DES DÉFUNTS. 



653 



Teste David cum Si- 
byUa. 

Quantus tremor est 

fatums, 
Quando Judex est 

venturus, 
Guncta stricte discus- 

surus! 
Tuba mipum spar- 

gens sonum 
Per sepulcra regio- 

num, 
Goget omnes ante 

tbjonTim. 
Mors stupebit et 

natiira, 
Gum resurget crea- 

tura, 
Judicanti respônsura. 
liber scriptus pro- 

feretur. 
In quo totum conti- 

netur 
Cxide muudus judi- 

cetur. 
Judex ergo cum se- 

debît, 
Quidquid latet appa- 

rebit, 
Nil inultum remaiie- 

bit. 



selon les oracles de Da- 
vid et les prédictions de 
la SibyUe ! 

Quelle sera la terreur 
des bommes, lorsipie le 
souverain Juge viendra 
scruter toutes leurs ac- 
tions! 

Le son éclatant de la 
trompette réveillera les 
morts au fond du sépul- 
cre, et les rassemblera 
tous devant le trône du 
Seigneur. 

La nature et la mort 
seront dans Tefiroi , 
quand Vbomme ressus- 
citera pour répondre à 
son juge. 

On présentera un li- 
vre qui contient tout 
ce qui doit être la ma- 
tière du jugement du 
tponde. 

Quand le Juge sera 
assis sur son tribunal, 
tout ce qui était cacbé 
sera révélé, aucun crime 
ne demeurera impuni. 



«54 



LA cammÈmofÊULTwn ras défltits. 



Qae dirai -je alors, 
mallieareiut quel pro- 
tecteur invoquerai - je , 
quand à peine le juste 
sera rassuré ! 

O Roi dont la majesté 
est si redoutable, qui 
sauvez vos élus par une 
miséricorde gratuite , 
sauvez-moi, 6 source de 
toute bonté ! 

Souvenez-vous, 6 Jésus 
plein de douceur, que 
vous êtes descendu du 
ciel pour moi ; ne me 
perdez pas en ce jour. 

Vous vous êtes épuisé 
de lassitude en me cher- 
chant; vous m'avez ra- 
cheté par les souifrances 
de la Croix : qu'un si 
grand travail ne soit pas 
sans fruit. 

Juge qui punissez, 
avec justice, accordez- 
moi le pardon de mes 
fautes avant le jour de 
votre jugement. 

Coupable, je gémis; 
la rougeur couvre mon 



Qind sum, miser, 

tune dictnmsT 
Quem patronum ro- 

gaturus, 
Gum vix justns sit 

securus? 
Rex tremend^e ma- 

jestatis. 
Qui salvandos salvas 

gratis, 
Salva me, fons pie- 

tatis. 
Reoordare , Jesu 

pie, 
Quod sum causa tme 

viae; 
Ne me perdas iila die. 
Quserensme, sedi- 

sti lassus; 
Redemisti Gmcem 

passus: 
Tantus labor non sit 

cassus. 

Juste Judex ultio- 
nis, 
Donum fac remissio- 

nis 
Ante diem ratio- 
nis. 

Ingemiseo, tam- 
quam reus; 



LA COMMÉMORATIUM DES DÉFUNTS. 



655 



Guipa rubet vultus 

meus : 
Supplicanti parce ^ 

Deus. 
Qui Mariam absol- 

\'isti, 
Et latronem exau- 

disti, 
Miiii quoque spem 

dedistî. 
Preces meae non 

sunt dignae; 
Sed tu bonus lac bé- 
nigne 
Ne perenni cremer 
. igné. 
Inter oves locum 

praesta , 
Et ab haedis me sé- 
questra, 
Statuens in parte dex- 

tra. 
Confutatis maledi- 

ctis, 
Flammis acribus ad- 

dictis, 
Voca me cimi bene- 

dictis. 
Oro supplex et ac- 

clinis, 
OoT contritum quasi 

cinis; 



front : que mes prières 
obtiennent grâce, Sei- 
gneur. 

Vous avez absous Ma- 
rie-Madeleine; vous avez 
exaucé le bon larron; 
vous m'avez aussi donné 
droit d'espérer. 

Mes prières sont in- 
dignes d'être exaucées; 
mais j'ai la confiance 
que votre miséricorde 
m'arrachera au feu éter- 
nel. 

Séparez -moi des pé- 
cheurs , et placez-moi à 
votre droite, avec les 
brebis. 



Sauvez-moi de la con- 
fusion et du supplice des 
maudits condamnés, et 
appelez -moi parmi les 
bénis de votre Père. 

Prosterné devant vous 
en suppliant, le cœur 
brisé et comme réduit 
en cendres, je vous con- 



LA COMMÉMOEATION DBS DÉFUNTS. 

Gère cvram mai finis. 



656 

jare^ Seigneur, d'avoii 
pitié de moi au moment 
de la mort. 

Jour de larmes, où 
l'homme coupable re- 
naîtra de sa cendre pour 
être jugé. 

Ayez donc pitié de lui, 
ô mon Dieu ! Doux Jésus, 
6 Seigneur, donnez-leur 
le repos éternel. 

Ainsi soit-il. 



Lacrymosa dies illa, 
Qua resurget ex fa- 
villa 
Judicandus homo re- 
us. 

Huic ergo parce, 
Deus. 
Pie Jesu, Domine, 
Dona eis requiem. 
Amen. 



ÉVANGILE. 

EN ce temps-là, Jésus dit aux Juifs : En vérité, 
en vérité je vous le dis, le moment vient, 
et il est déjà venu, où les morts entendront la 
voix du Fils de Dieu, et ceux qui Tauront en- 
tendue vivront. Car, comme le Père a la vie en 
lui-même, il a aussi donné au Fils d'avoir la 
vie en lui-même, et il lui a donné le pouvoir de 
juger, parce qu'il est le Fils de l'homme. N'en 
soyez point étonnés, l'heure arrive où tous ceux 
qui sont dans le tombeau entendront la voix du 
Fils de Dieu : ceux qui auront fait le bien res- 
susciteront pour la vie étemelle, mais ceux qui 
auront fait le mal ressusciteront pour être con- 
damnés. 



Offertoire. Seigneur 
Jésus - Christ , Roi de 
gloire, délivrez les âmes 



Offertoire. Domine 
Jesu Ghriste , Rex 
gloriae , libéra ani- 



LA COHMÉMORATIUM DES DÉFUNTS. 



657 



mas omnium fideli- 
um defimctorum de 
pœnis inferni et de 
profundo lacu : libéra 
eas de ore leonis; ne 
absorbeat eas tarta- 
rus, ne cadant in ob- 
scurmn : sed signifer 
sanctus Michael re- 
praesentet eas in lu- 
cem sanctam, * Quam 
olim Abrahae promi- 
sisti , et semini ejus. 
Jf, Hostias et preces 
tibi, Domine^ laudis 
offerimus : tu suscipe 
pro animabus illis 
quarum hodie me- 
moriamfacimus; fac 
eas, Domine, de mor- 
te transire ad vitam, 
^.Quam olim Abrahae 
promisisti, et semini 
ejus. 



de tous les fidèles défunts 
de la puissance de Tenfer 
et de ce lac profond; dé- 
livrez-les de la gueule 
du lion : que Tenler ne 
les engloutisse point, et 
qu'elles ne tombent point 
dans les ténèbres de ce 
lieu affreux; mais que 
saint Michel, qui porte 
rétendard divin, les con- 
duise dans la sainte lu- 
mière * Que vous promites 
autrefois à Abraham et 
à sa postérité, f. Nous 
vous offrons. Seigneur, 
des hosties et des prières 
de louange; recevez-les 
pour les âmes dont nous 
faisons aiyourd'hui la 
mémoire ; faites - les , 
Seigneur, passer de la 
mort à la vie * Que vous 
promîtes autrefois à A- 
braham et à sa posté- 
rité. 

Secrète. Regardez avec bonté, nous vous en 
prions , Seigneur, les hosties que nous vous of- 
frons pour les âmes de vos serviteurs et de vos 
servantes, et, après leur avoir accordé la grâce 
de faire profession de la foi chrétienne, daignez 
leur en donner la récompense. Par N.-S. J.-G. 



y. u 



42 



658 



LA DÉmCACE DE l'ÉGUSE. 



Communion, Que la 
lumière étemelle les 
éclaire, * Avec vos Saints, 
dans tous les siècles, Sei- 
gneur ; car vous êtes bon. 
f. Donnez - leur , Sei- 
gneur, le repos étemel, 
et que la lumière éter- 
nelle les éclaire. * Avec 



Communion. Lux 
aeterna luceat eis , 
Domine, * Gum San- 
ctis tuis in aetemiun, 
quia pins es. f. Re- 
qoaiem setemam dona 
eis. Domine, et lux 
perpétua luceat eis. 
" Cum Sanctis tuis. 



vos Saints. 

Postcommunion, Que nos humbles prières. 
Seigneur', soient utiles aux âmes de vos servi- 
teurs et de vos servantes, afin que, dégagées par 
vous de tous les liens de leurs péchés, eUes 
jouissent du fruit de votre rédemption. Vous 
qui, étant Dieu, vivez et régnez. 



JJt DIMANCHB AFBis L'OCT. DB TOUb hES fiAI>TS. 

l*annivërsaire de u dédicace de L'église. 



A LA MB8SB. 

QUE ce lieu est terrible ! 
c'est la maison de 
Dieu et la porte du ciel ; 
il sera appelé le palais 
de Dieu. Ps, Que vos ta- 
bernacles sont aimables, 
ô Dieu des armées ! mon 
àme est consumée du 
désir ardent de voir les 



— IMTBOlT. 

rpERRiBiLis est locus 
i iste : hic domus 
Dei est et porta cœli ; 
et vocabitur aula Dei. 
Ps, Quam dilecta ta- 
bemacula tua, Do- 
mine virtutum! con- 
cupiscit et déficit ani- 
ma mea in atria Do- 



LA DÉDICACE DE l'ÉGLISE. 659 

mini. Jf. Gloria Patri. | parvis du Seigneur, j^. 

I Gloire au Père. 
Collecte, Dieu, qui renouvelez chaque année 
en notre faveur le jour où ce saint temple vous 
a été consacré , et qui nous conservez en état 
d'assister à vos saints mystères, exaucez nos 
prières, et accordez à tous ceux qui viendront 
vous y demander les grâces dont ils ont besoin, 
la joie de les avoir obtenues. Par N.-S. J.-C. 

Mémoire du Dimanche occurrent, 
ÉPIT&E. 

EN ces jours -là. Je vis la cité sainte, la nou- 
velle Jérusalem, qui venait de Dieu et des- 
cendait du ciel, ornée comme une épouse qui 
s'est parée pour son époux. Et j'entendis une 
voix forte qui partait du trône et qui disait : 
Voici le tabernacle de Dieu parmi les hommes, 
il habitera au milieu d'eux : ils seront son 
peuple , et Dieu lui-même demeurera avec eux, 
et sera leur Dieu. Il essuiera toutes les larmes 
de leurs yeux, et la mort sera détruite : il n'y 
aura plus ni pleurs, ni cris, ni douleur, parce 
que les anciennes trô)ulations sont passées. Alors 
celui qui était assis sur le trône dit : Je vais re- 
nouveler toutes choses. 



Graduel, Locus iste 
a Deo factus est, in- 
sestimabile sacramen- 
tmn, irreprehensi- 
bilis est. j^. Deus, 
cui adstat Angelorum 
chorus, exaudi pre- 



Graduel, Ce lieu a été 
élevé par Dieu même : 
c'est un mystère inappré- 
ciable, un lieu exempt 
de toute souillure, j^. 
Dieu, que le chœur des 
Anges environne^ écou- 



66# LA DÉDICACB DB l'ÉGLISB. 

tez les prières de vos ser- ces senroromtoonim. 
▼iteors. 

Alléluia 9 alléluia, f. 
Je vous adorerai dans 
votre saint temple, et je 
bénirai yotre nom. ^- 
lelnia. 



Alléluia, alléluia. 
f. Adorabo ad tem- 
plum sanctum tunm, 
et confitebor nomini 
tuo. Alléluia. 



Atahgils. 

EH ce temps- là, Jésus, étant entré dans Jé- 
richo, traversait la ville. Or il y avait un 
homme riche, appelé Zachée, chef des puhli- 
cains, qui cherchait à voir Jésus pour le con- 
naître; mais, comme il était très-petit, la foule 
l'en empêchait. Il courut en avant, et monta 
sur un sycomore pour voir Jésus , qui devait 
passer par cet endroit. Jésus, y étant arrivé, 
leva les yeux , et l'ayant vu : Zachée, lui dit-il , 
descendez promptement, parce qu'il faut que 
je loge aujourd'hui chez vous. Zachée descen- 
dit aussitôt, et le reçut avec joie. Tous ceux 
qui le virent disaient en murmurant : n est allé 
loger chez un pécheur. Cependant Zachée se 
présentant devant le Seigneur, lui dit: Seigneur, 
je vais donner la moitié de mes biens aux 
pauvres; et si j'ai fait tort à quelqu'un en quoi 
que ce soit, je lui rendrai quatre fois autant. 
Jésus lui dit alors : Celte maison a reçu aujour- 
d'hui le salut, parce que celui-ci est aussi enfant 
d'Ahraham. Car le Fils de l'homme est venu 
pour chercher et pour sauver ce qui était perdu. 
— Credo. 



LA DÉDICACE DIS L'ÉCLISE. 



661 



Offertoire. Domine 
Deus^ in simplicitate 
cordis mei lâetus ob- 
tuli mÛTersa, et po- 
pulum tumn , qui 
reportas est , vidi 
cmn ingenti gaudîo : 
Deus Israël; custodi 
hanc voluntatem, al- 
léluia. 



Offertoire, Seigneur 
mon Dieu, je vous ai of- 
fert tous ces dons avec 
joie et dans la simplicité 
de mon cœur; et j'ai été 
ravi de voir votre peuple 
se retrouver dans votre 
saint temple; Dieu dls- 
raël, conservez -le dans 
ces dispositions, allé- 



luia. 

Secrète, Daignez exaucer nos prières. Sei- 
gneur, et nous accorder, tandis que nous offrons 
ces dons, la grâce de parvenir au bonheur éter- 
nel. Par N.-S. J.-C. 

Communion. Ma mai- 
son sera appelée la mai- 
son de prière, dit le Sei- 
gneur : celui qui y de- 
mande reçoit, celui qui 
cherche trouve , et on 
ouvre à celui qui frappe. 



Communion. Do- 
mus mea, domus ora- 
tionis vocabitur, dicit 
Dominus : m ea om- 
nis qui petit, acci- 
pit; et qui quaerit, 
invenit; et pulsanti 



aperietur. 

Postcommunion. Dieu, qui préparez à votre 
Majesté suprême un temple de pierres vivantes 
et choisies pour y faire éternellement votre de- 
meure, accordez à votie peuple les secours 
continuels de votre grâce, afin que si votre 
Église acquiert des temples matériels, elle s'é- 
tende aussi de plus en plus par des accroisse- 
ments spirituels. Par N.-S. J.-C. 

A la fin de la Me»»e on dit r évangile du Dimanche Qcetarmt^ 



LA DÉDICACE DE L'ÉGLUE. 
A yfiPBBS. 



U» qamtn pnmien Ptmmiut au D ù m mnikt , p, m, c< te 



HTMHB. 



riusALEM, cité céleste^ 
dont le nom signifie 
▼ision de la paix, qui 
êtes Mtie dans le ciel 
avec des pierres vivantes, 
et qne des milliers d'An- 
ges cooronnent comme 
uneéponse. 



CSioisie par nne grâce 
inefTahle , enrichie de la 
gloire du Père, partici- 
pant anx trésors de l'É- 
poux, la plus belle des 
reines, devenue l'épouse 
de Jésus -Christ, cité 
brillante du ciel ! 



Ses portes toujours ou- 
vertes brillent de pierre- 
ries, et celui qui souffre 
en ce monde pour l'a- 
mour de Jésus -Gtuist, 
' <^st reçu par la vertu 



COBLBsns urbs, Jéru- 
salem, 
Beata pacis visio, 
Quae celsa de viven- 

tibus 
Saxis ad astra tolle- 

ris, 
Sponsaeque ritu cîn- 

geris 
Mille Angelomm mil- 

libus. 

sorte nupta pro- 
spéra, 
Dotata Patris gloria^ 
Respersa Sponsi g.u- 

tia, 
Regina formosissi- 

ma, 
Ghristo jugata prin- 

cipi, 
Gœli corusca dvitas ! 
Hic margaritis emi- 

cant, 
Patent(pie cunctis os- 

tia; 
Virtute namque prs- 

vîa. 



LA DÉDICACE DE l'ÉGLISE. 



663 



Mortalis illuc ducitur, 
Amore Ghristi perci- 

tus, 
Tormenta qnisque 

sustinet. 
Scalpri salubris ic- 

tibus, 
Et tunsione plurima, 
Fabri polita malleo 
Hanc saxa molem con- 

stmiint^ 
Aptisque juncta nexi- 

bùs 
Locaatur in iastigio. 
Decus Paienti de- 

bitmn 
SU usqueqoaque al- 

tissimo , 
Natoque Patris unico, 
Et incljrto Paraclito, 
Gui laus, potestas, 

glona 
^terna sit per spécu- 
la. Amen. 
f. Domnm tuam. 
Domine, decet san- 
ctitudo. f^. In longi- 
tudinem dierum. 



des mérites du Sauveur. 



Les pierres vivantes 
dont elle est bâtie sont 
taillées, polies par les 
mains de l'ouvrier, bien 
liées les unes aux autres , 
et placées sur le faite. 



Gloire au Père tout- 
puissant , et au Fils 
unique du Père, et au 
Saint - Esprit ; louange , 
gloire et puissance à Dieu 
dans toute Tétemité. 

Ainsi soit-il. 



f. La sainteté doit 
être à jamais , Seigneur. 
l^4lL'omement de votre 



maison. 



A Magnificat. 

Ant, quam me- 1 Ant. Oh ! que ce lieu 
tuendus est locusiste! lest terrible! C'est vrai- 



664 



LE il irOV. — «AIHT VAftTIH. 



ment ici la maison de 
Dieu et la porte dn ciel. 



Vere non est hicaliad 
nisi domns Dei, et 
porta cœli. 



] 



LB 11 NOTDfBRX. 

SAINT MARTIN , EVÊQUE DE TOURS. 

L'Offite au Commtm «ftm Confe»se\tr Pontife, p. 71î, 
pxcitpté ce fuf Mil/. 

HeMc Statuit, ;>. 714 , excepté ce qui mât. 

Collecte. Dieu, qui voyez que nous ne sau- 
rions subsister par nos propres forces, faites, 
dans votre bonté, que nous soyons fortifiés par 
l'intercession de votre Confesseur et Pontife saint 
Martin, contre les maux qui nous environnent. 
Nous vous en prions par N.-S. J.-C. 



Alléluia, alléluia, j^. Le 
bienheureux saint Mar- 
tin, Évoque de Tours, 
mourut : les Anges et les 
Archanges, les Trônes, 
les Dominations et les 
Vertus le reçurent avec 
joie. Alléluia. 



Alléluia, alléluia. 
y. Beatus vir san- 
ctus Martinus , urbis 
Turonis Episcopus,re- 
quievit : quem sus- 
ceperunt Angeli atque 
Archangeli, Throni, 
Dominationes, et Vir- 
tutes. Alléluia. 



iV^GlLK. 

Eif ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : On 
n'allume point une lampe pour la mettre 
dans un lieu caché, ou sous un boisseau; mais 
on la met sur un chandelier, afin que ceux qui 



LE 11 50Y. — SAINT MARTUV. 665 

entrent dans la maison voient la lumière. Votre 
œil est la lampe de votre corps. Si votre œil est 
sain, tout votre corps sera éclairé; mais s'il est 
malade, votre corps sera dans les ténèbres. Pre- 
nez donc garde que la lumière qui est en vous 
ne soit elle-même ténèbres. Si donc tout votre 
corps est éclairé, et qu'aucune partie ne soit 
dans les ténèbres, tout sera éclairé en vous 
comme par la lumière brillante qu'une lampe 
répand autour d'elle. 

Offertoire. Ma misé- 
ricorde et ma vérité se- 
ront avec lui, et sa puis- 
sance croîtra par la vertu 
de mon nom. 
Secrète, Faites, ô Dieu de miséricorde, que 
cette oblation salutaire ne cesse de nous délivrer 
de nos propres péchés, et de nous défendre contre 
toutes les adversités. Par N.-S. J.-C. 



Offertoire. Veritas 
mea et misericordia 
mea cum ipso; et in 
nomine meo exalta- 
bitur cornu ejus. 



Communion.Beatus 
servus quem , cum 
venerit dominus, in- 
venerit vigilantem ; 
amen dico vobis, su- 
per omnia bona sua 
constituet eum. 



Communion. Heureux 
le serviteur que son 
malti'e, à son arrivée, 
trouvera veillant : je 
vous le dis en vérité, il 
l'établira sur tous ses 



biens. 

Postcommunion. Seigneur notre Dieu, faites, 
s'il vous plaît , que ces sacrements nous de- 
viennent salutaires par l'intercessioïi de ceux en 
la fête desquels nous les avons offerts. Nous vous 
le demandons par N.- S. J,- C. 



666 LA PBiSENTATION DE LA B. Y. MARIE. 

AUX n- VÊPRBS. 

Lu quatrt premien P$aume$ du lHmaneh*,p. ISt, et te 
P$awne Mémento, p. M6. 

A Magnificat. 



Ant, le bienheureux 
Pontife, qui aimait de 
tout son cœur Jésus- 
Christ son Roi, et qui ne 
craignait pas la puis- 
sance des princes de la 
terre ! très-sainte âme, 
qui n'a pas perdu la 
palme du martyre , quoi- 
qu'elle n'ait pas été sé- 
parée de son corps par le 
glaive du persécuteur ! 



Ant. heatnm Pon- 
tificem, qui totis vis- 
ceribus diligebat Chri- 
stumRegem, et non 
formidabat imperîi 
principatum! san- 
ctissima anima,quam 
etsi gladius persécu- 
tons non abstulit , 
palmam tamen mar- 
tyrii non amisit ! 



LB 31 NOVfllCBRB. 

U PRÉSENTATION DE LA B. VIERGE MARIE. 

L'Office et la Mesae comme d FOrdinaire de la êointe Vierge, 
p. m , excepté ce qui mit. 

AUX !"• ET AUX H" VfiPRBS. 

A Magnificat. 



Ant Bienheureuse Mè- 
re de Dieu, Marie tou- 
jours vierge, temple du 
Saint-Esprit, vous avez 
plu seule à Notre -Sei- 
gneur Jésus-Christ d'une 
manière sans exemple, 
al\eluia. 



AnU Beata Dei 6e- 

nitrix , Maria , virgo 
perpétua , tempium 
Domini , sacrarium 
Spiritus sancti, sola 
sine exemplo placuisti 
Domino nostro Jesu 
Ghristo, alléluia. 



LA PRASENTATIOR DB LA B. Y. MARIE. 667 

Oraison, Dieu, qui avez voulu que la bien- 
heureuse Marie toujours vierge, en qui résidait 
le Saint-Esprit, vous fût aujourd'hui présentée 
dans le Temple, faites, par son intercession, que 
nous méritions de vous être présentés un jour 
dans le temple étemel de votre gloire. Nous 
vous en prions par N.-S. J.-C..., en l'unité du 
même Saint-Esprit. 



^H)^^ 



tttÉnirWlfcfc->r>rfm->iriWm->i 



liktoW^rii 



mxm'mMMmMmj^M 



• T Œ/TTX^T 



COMMUN DES SAINTS 



COMMUN DES APOTRES ET DES ÉVANGÉLISTES 

(H0B8 bu TEMPS PASCAL.) 

AUX !"• VÊPRES. 

Les qtuUre premiers Psaumes du Dmumche, p. ISl , et le 
Ps. Laudate Dominum, p. 191 ; Hymne Ex8ultetorbis,|). 21t), 



avec la Doxologie suivante. 

î Gloire au Père, gloire 
au Fils, gloire à vous, 
6 Saint-Esprit, comme 
dans les siècles passés, 
et pendant toute la suite 
des siècles à venir. Ainsi 
soit-il. 

• f. Leur voix a retenti 
par toute la terre. ^. Et 
leurs paroles ;ont pénétré 
jusqu'aux extrémités du 
monde. 

A Magnificat. 



ÎPatri, simulque 
FiUo, 
Tibique, sancte Spi- 

ritus, 
Sicutfuit, sitjugiter 
Saeclum per omne 
gloria. Amen. 
j^.In omnemterram 
exivlt sonus eorum. 
^, Et in fines orbis 
terra verba eorum. 



Ant, Les hommes vous 
traduiront devant leurs 
tribunaux, et vous fe- 
ront flageller dans leurs 
assemblées; vous serez 



AnL Tradent enim 
vos in conciliis, et in 
synagogis suis flagel- 
labunt vos, et ante 
reges et praesides du- 



COMMtN DES Ap6tRES ET DES BYAN6. 669 



cemini propter me , 
in testimonium illis 
et gentibus. 



conduits, à cause de moi, 
en présence des magis- 
trats et des rois, afin que 
vous me rendiez témoi- 
gnage devant eux et de- 
vant les nations. 



Orai»ùn au Propre. 
A LA MESSE. — introTt. 



Mmi autem nîmis ho- 
norati sunt amici 
tui, Deus ; nimis con- 
fortatus est principa- 
tus eorum. Ps, Do- 
mine, probasti me, 
et cognovisti me : tu 
Gognovisti sessionem 
meam et resurrectio- 
nem meam. j^. Gloria 
Patri. 

Oraison, Êpltre, Évangile 
Propre. 

GradueLCoBSXîtues 
eos principes super 
omnem terram, me- 
mores erunt nominis 
tui, Domine, f. Pro 
patribus tuis nati sunt 
tibi filii : x>ropterea 
populi conâtebuntur 
tibi. 

Alléluia, alléluia. 



Vous avez merveilleuse- 
ment honoré ceux qui 
vous aiment. Seigneur : 
vous leur avez donné 
une grande puissance. 
Ps, Seigneur, vous avez 
sondé mon cœur, et vou 
me connaissez : vous * 
m'avez vu dans mon re- 
pos et dans mon réveil. 
f. Gloire au Père. 

, Secrète et Posteommunion au 

Graduel, Vous lès éta- 
blirez princes sur toute 
la terre; ils se souvien- 
dront de votre nom , Sei- 
gneur, j^. Pour remplacer 
vos pères, des fils vous 
sont nés : c'est pourquoi 
les peuples publieront 
vos louanges. 

Alléluia, alléluia, f. 



670 COMMUH DI0 APÔTIU XT DIS ÉVANC. 



Vous avez merveilleuse- 
ment honoré ceux qui 
vous aiment , Seigneur; 
TOUS leur avez donné une 
grande puissance. Allé- 
luia. 

Offertoire. Leur voix 
a retenti par toute la terre, 
leurs paroles ont pénétré 
jusqu'aux extrémités du 
monde. 



j^.Nimis honorati sunt 
amici tui, Deus ; ni- 
mis confortatus est 
prindpatns eornm. 
Alléluia. 



Offertoire, In om- 
nem terram ezivit 
sonus eorum, et in 
fines orbis terrae verba 
eorum. 

Préface des Apùtrtê, p. IM. 



Communion. Pour 
vous, qui m'avez suivi, 
vous serez assis sur des 
trônes, où vous jugerez 
les douze tribus dlsrael. 



Communûm. Vos, 
qui secuti estis me, 
sedebitis super sedes, 
judicantes duodecim 
tribus Israël. 



AUX H" yfiPBES. 

Ptaume* Dixit Dominus, p. ISI; Landate pueri, jd. 
Credidi , p, S49. 

PSAUMB 126. 



187; 



QUAifD le Seigneur ra- 
mena les captixs de 
Sion, nous fûmes com- 
blés de consolation. 

Notre bouche fut rem- 
plie de joie, et notre 
langue chanta l'hymne 
d'allégresse. 

Alors on a dit parmi 
les nations : Le Seigneur 



I 



N convertendo Do- 
minus captivitatem 

Sion, * facti sumus 

sicut consolati. 
Tune repletmu est 

gaudio os nostrum, * 

et lingua nostra ex- 

sultatione. 
Tune dicent inter 

gentes : * Iklagniflca- 



COMMUN DES APÔTRES ET DES ÉYANG. 671 



rit Dominus facere 
cum eis. 

Magniflcavit Domi- 
nus facere nobiscuin:* 
facti siimus laetantes. 

Converte, Domi- 
ne, captivitatem no- 
stram, * sicut torrens 
in austro. 

Qui seminant in la- 
crymis, * in exsulta- 
tîone metent. 

Euntes ibant et fle- 
bant, * mittentes se- 
mina sua. 

Venientes autem 
venient cum exsulta- 
tione , * portantes ma- 
nipulos suos. 



a fait pour eux de grandes 
choses. 

Oui; le Seigneur a fait 
pour nous de grandes 
choses : nous avons été 
transportés de joie. 

Ramenez , Seigneur , 
tous nos captifs, comme 
vous ramenez les tor- 
rents dans une terre des- 
séchée. 

Ceux qui sèment dans 
les larmes moissonneront 
dans l'allégresse. 

Ils allaient et pleu- 
raient en répandant leur 
semence. 

Mais bientôt ils vien- 
dront pleins de joie, por- 
tant leurs gerbes dans 
leurs mains. 



PSAUMB 188. 



S 



DOMiiŒ, probasti me, 
etcognovistime:* 
tu cognovisti sessio- 
nem meam et resor- 
rectionem meam. 

Intellexisti cogita- 
tiones meas de lon- 
ge : * semitam meam 
et funiculum meum investigasti. 



EIGNEUR, vous aVCZ 

sondé mon cœur, et 
vous me connaissez ; vous 
m'avez vu dans mon re- 
pos et dans mon réveil. 
Vous découvrez de loin 
mes pensées; vous obser- 
vez toutes mes voies. 



%^' 



67S COMMUN DBS APÔTUS BT DBS ÉVANG. 



Vous savez ce que je 
dois dire^ avant ouôme 
que j'aie parlé. 

Vous savez également 
ce qui est ancien et nou- 
veau; vous m'avez for- 
mé, et vous me condui- 
sez comme par la main. 

La science que vous 
avez de tout ce qui est 
en moi est merveilleuse : 
elle est si élevée , que je 
ne saurais y atteindre. 

Où irai-je pour y échap- 
per? comment pourrai-je 
me soustraire à votre 
présence ? 

Si je monte au ciel, 
vous y êtes; si je des- 
cends aux enfers, vous 
y êtes aussi. 

Si je prends les ailes 
de l'aurore, et si je m'en- 
vole aux extrémités des 
mers, 

C'est votre main qui 
m'y conduira, c'est votre 
droite qui me soutien- 
dra. 

J'ai dit: Peut-être les 



Et omnes vias meas 
praevidisti, * quia non 
est sermo in lingua 
mea. 

Ecce, Domine, tu 
cognovisti onmia no- 
vissima et antiqua : * 
tu formasti me^ et 
posuisti super me ma- 
numtuam. 

llirabilis facta est 
scientia tua ex me : * 
conf ortata est , et non 
potero ad eam. 

Quo ibo a spiritu 
tuo ? * et quo a facie 
tuafugiam? 

Si ascendero in c(b- 
lum, tu illic es ; * si 
descendero in infer- 
num, ades. 

Si sumpsero pennas 
meas diluculo,* etha- 
bitavero in extremis 
maris: 

Etenim illuc manus 
tua deducet me, * et 
tenebit me dextera 
tua. 

Et dix! : Forsitan te- 



■V!§ 



COMMDN DES APÔTHES ET DES ÉVAKG. 673 



nebrae conculcabtmt 
me; * et nox illmni- 
natio mea in deliciis 
meis. 

Quia tenebrae non 
obscurabuntur a te : 
et nox sicut dies illu- 
minabitur; * sicut te- 
nebrae ejus, ita et lu- 
men ejus. 

Quia tu possedisti 
renés meos : * susce- 
pisti me de utero ma- 
tris meae. 

Confitebortibi,quia 
terribiliter magnifica- 
tus es : * mirabilia 
opéra tua, et anima 
mea cognoscit nimis. 

Non est occultatum 
os meum a te, quod 
fecisti in occulto; * et 
substantia mea in in- 
lerioribus terrae. 

Imperfectum meum 
viderunt oculi tui; et 
in libro tuo omnes 
scribentur; * dies for- 



ténèbres me couvriront- 
elles; mais la nuit elle- 
même éclaire à vos yeux 
mes pensées les plus se- 
crètes. 

Car les ténèbres n'ont 
rien d'obscur pour vous : 
pour vous la nuit est 
comme la lumière, et la 
lumière comme la nuit. 

Je suis l'ouvrage de 
vos mains; et vous 
avez daigné me proté- 
ger dès le sein- de ma 
mère. 

Je vous louerai , parce 
que vous avez mani- 
festé votre puissance : 
vos œuvres sont admi- 
rables, et mon âme les 
étudiera. 

Ce qu'il y a de plus 
intime dans ma sul>- 
stance ne peut vous être 
caché, puisque vous êtes 
l'auteur et le principe de 
mon être. 

Vos yeux m'ont vu 
dès le premier instant 
de mon existence; tous 
ceux qui doivent naître 

43 



674 coMmnr du AfdTBu et du étaug. 

mabiuitury et nemo 

in eis. 



sont écrite dans votre 
livre; quel que soit leur 
nombre, aucnn d'eux n'y 
manquera. 

Mais, 6 mon Dieu, 
vous avez merveilleuse- 
ment honoré ceux qui 
vous aiment : vous leur 
avez donné une grande 
puissance. 

En vain je m'eiforce- 
rais de les compter : 
leur nombre surpasse les 
CTains de sable de la 
mer; cette vue anime 
mon espérance, et je 
veux m'attacher unique- 
ment à vous. 

Mais pour les pécheurs, 
vous les exterminerez : 
hommes de sang, éloi- 
gnez-vous de moi. 

Impies, vous avez dit 
dans votre cœur : Les 
justes ne posséderont pas 
l'héritage que Dieu leur 
a promis. 

Seigneur, n'ai -je pas 
haï tous ceux qui vous 
haïssent? n'ai-je pas sé- 
ché de douleur à la vue 
de vos ennemis ? 



Mihi antem nimis 
honorificati snnt ami- 
ci tui, Deus: * nimis 
confortatns est prin- 
cipatus eorum. 

Dinumerabo eos, et 
super arenam multi- 
plicabuntur : * exsur- 
rexi, et adhuc sum 
tecum. 



Sioccideris, Deus, 
peccatores : * viri san- 
guinum, dedinate a 
me. 

Quia didtis in co- 
gitatione : " Acdpieut 
in vanitate civitates 
tuas. 

Nonne qui oderunt 
te. Domine, oderam î* 
et super inimicos tuos 
tabescebam? 



COMMIIH DES ApAtRES ET DES ÉTANG. 675 



Perfecto odio ode- 
ram illos ; * et Inimici 
facti sunt mihi. 

Proba me, Deus, 
et scito cor meum ; * 
interroga me, et co- 
gnosce semitas meas. 

Et vide si via ini- 
quitatis in me est, * 
et deduc me in via 
œterna. 



Je les hais d'mie haine 
parfaite, et vos ennemis 
sont devenus les miens. 

Éprouvez-moi, ô mon 
Dieu, et sondez mon 
cœur : interrogez -moi, 
et considérez mes voies. 

Voyez si je ne serais 
point dans la voie de 
l'iniquité, et conduisez- 
moi dans celle de la vie 
étemelle. 



Hymne deê /'et Vêpres, p. 668. 



f. Annuntiaverunt 
opéra Dei. f^. Et facta 
ejus intellexenmt. 



j^. Ils ont publié les 
œuvres de Dieu. % Et 
ils ont commencé à les 
comprendre. 

A Magnificat. 



An t. Estote fortes 
in bello , et pugnate 
cum antiquo serpen- 
te, et accipietis re- 
gnum œtemum, al- 
léluia. 



Ant. Soyez forts dans 
les combats, combattez 
contre Tancien serpent, 
et vous recevrez un 
royaume étemel, aile- 
luia. 



(PKNDA2«T LB TEMPS PASCAL.) 

AUX !«• VÊPRBS. 

HTHNE. 

mRisTEs erant Apo- 1 T a mort cmelle de Jé- 



1 çtoU 



IL 



sus -Christ, livré au 



676 connm dks apûtebs it dis évahg. 



dernier supplice par des 
serviteurs impies, avait 
laissé les Apôtres dans 
la tristesse. 

Mais on Ange dit anx 
femmes cette parole de 
vérité : Bientôt le Sei- 
gneur, de sa propre bon- 
die, rendra la joie aux 
fidèles. 

Tandis qu'elles vont en 
toute hâte porter cette 
nouvelle aux Apôtres in- 
quiets , elles rencontrent 
Jésus glorieux, et elles 
suivent ses pas. 

Les Apôtres se hâtent 
d'aller sur les hautes 
montagnes de la Galilée, 
et ils y jouissent de la 
présence ineffable de leur 
maître tant désiré. 

Daignez , ô Jésus, pour 
être la joie pascale de 
nos cœurs, nous déli- 
vrer de la mort cruelle 
du péché, et nous faire 
renaître à la vie. 



De C3iristi acertM) fu- 
nere, 

Quem morte crade- 
lissima 

SaBvi necarant impii. 
Sermone verax An- 
gélus 

Mulieribus praedixe- 
rat : 

Mox ore Christns gau- 
diimi 

Gregi feret fidelium. 
Ad anxios Apostolos 

Currunt statim dum 
nuntiae, 

IllâB micantis obvia 

Ghristi tenent vesti- 
gia. 

GalilaBœ ad alta 
montium 

Se conferunt Apostoli; 

Jesuque, voti compo- 
tes, 

Almo beantur Inmi- 
ne. 

Ut sis perenne men- 
tibus 

Paschale, Jesu, gan- 
din m, 

A morte dira crimi- 
num 

Vitae renatos libéra. 



COMMUN DBS APÔTBE8 ET DES ÉVANG. 677 

î Deo Patri sitglo- î Gloire à Dieu le 
lia. Père; gloire au Fils res- 

suscité d'entre les morts; 
gloire au Saint-Esprit, 
dans les siècles étemels. 
Ainsi soit-i\ 



Et Filio, qui a mor- 

tuîs 
Surrexit, ac Paraclito, 
In sempitema saecula. 

Amen. 

jf, Sancti et justi , 
in Domino gaudete, 
alléluia. i|. Vos elegit 
Deus in haereditatem 
sibi, alléluia. 



J,\ Saints et justes, ré- 
jouissez-vous dans le Sei- 
gneur, alléluia. % Dieu 
Yous a choisis pour son 
héritage, alléluia. 



A Magnificat. 



Ant, Lux perpétua 
lucebit Sanctis tuis, 
Domine, etaetemitas 
temporum, alléluia. 



Ant, Une lumière éter- 
nelle éclairera vos Saints, 
Seigneur; et la mesure 
du temps sera pour eux. 
rétemité, alléluia. 

La Messe des Apôtres et des Êvangélistes est au Propre. 

AUX H" VÊPRBS. 

Psaumes Dixit Dominus, j». 18t; Laudate pueri, p. 187; Cre- 
didi,j>. 1V9; In convertendo, p. 670; Domine probasti me, 
p. 671. 

Hymne des /'•• Vêpres, p. 67B. 

j^. Preliosa in cou- jf. La mort des Saints 
spectu Domini, aile- du Seigneur, alléluia, 
luia. ^. Mors Sancto- ^. Est précieuse devant 
rumejus, alléluia, lui, alléluia. 

A Magnificat. 



i4n^ Sancti et justi, 
in Domino gaudete, 
alléluia : vos elegit 



Ant, Saints et fustes, 
réjouissez -vous dans le 
Seigneur, allelvia : Diev 



«78 COHllUK D'uR MAftm. 

Yons a choisis pour son i Dens in hAreditatem 
héritage, alléluia. | sibi, allelnia. 



COMMUN D'UN MARTYR 
(hobs du tbips pascal.) 

AUX I"* VÂP&BS. 

Lu <iiuUre premiers Pêaumes du Dimanehe,p. m ^ et le 
Pêounu Laudate Dominum , p. 191 ; Bynmt Deus tuonun 
militum , p. tlB , aoec la Doxologie ndoante: 



5 Louange, gloire im- 
mortelle au Père, et au 
Fils, et au Saint-Esprit 
consolateur, dans les siè- 
cles étemels. 

Ainsi soit-il. 

t. Seigneur, vous l'a- 
vez couronné d*honneur 
et de gloire. % Et vous lui 
avez donné l'empire sur 
les œuvres de vos mains. 



5 Laus et perennis 

gloria 
Patri sit, atque Filio, 
Sancto simul Para- 

clito, 
In sempitema saecula. 

Amen. 

j^. Gloria et honore 
coronasti eum, Do- 
mine. % Et oonsti- 
tuisti eum super opera^ 
manuum tuarum. 



A Magnificat. 



AnL Ce saint a com- 
battu jusqu'à la mort 
pour la loi de son Dieu, 
et il n'a pas craint les 



paroles menaçantes des piorum non timuit; 



impies ; car il était fondé 
'a pierre ferme. 



Ant, Iste sanctus 
pro lege Dei sui cer- 
tavit usque ad mor- 
tem, et a verbis im- 



fundatus enîm erat 
supra firmam petram. 



COMMUN D*UIf MAftTVR. T é^^ 



00 



MI8S1 POUK UH HA&nR POHTIFl 

intboXt. I \ 



STATuiT ei Dominos 
testamentum pa- 
cis; et principem fe- 
cit eum, ut sit illi 
sacerdotii dignitas in 
œtemmn. Ps. Mémen- 
to^ Domine ; David, 
et omnis mansnetu< 
dinis ejus. f. Gloria 
Patri. 



L 



E SeigneurI 
lui mie alliance ar 
paix, et il Ta établi prince 
de son peuple, afin qu'il 
possède pour jamais la 
dignité du sacerdoce. 
Ps, Souvenez-vous, Sei- 
gneur; de David, et de 
toute sa douceur, j^. Gloire 
au Père. 

Collecte. Dieu tout-puissant, regardez notre 
faiblesse , et comme le poids de nos péchés nous 
accable, fortifiez -nous par Tintercession du 
bienheureux iV., votre Martyr et Pontife. Nous 
vous en prions par N.-S. J.-G. 

ÉPITRE. 

MES très-chers frères, Heureux celui qui souffre 
patiemment les tentations et les maux de 
cette vie : car, lorsque sa vertu aura été éprou- 
vée , il recevra la couronne de vie que Dieu a 
promise à ceux qui Taiment. Que nul ne dise, 
lorsqu'il est tenté , que c'est Dieu qui le tente , 
car Dieu est incapahle de tenter et de pousser 
au mal. Mais chacun est tenté par sa propre 
concupiscence, qui l'emporte et qui l'attire vers 
le mal. Quand la concupiscence a conçu , elle 
enfante le péché; et le péché, étant consommé, 
engendre la mort. Ne vous y trompez donc pas^, 
mes très-chers frères : toute grâce excellente et 



é7f 



COMHUll DDH «AATTl. 



^iout doo iMurfait vi^t d'ea haat, et deâcend 
da Père des lumières^ qui ne peut leoeroir ni 
changement ni ombre par aucnne rérolntion. 
Cest Ini qui , par sa volonté, nous a engendrés 
par la parole de vérité, afin que nous fussions 
comme les prémices de ses créatures. ^ 



Graduel, J'ai trouvé 
David mon serviteur, je 
Tai oint de mon huile 
sainte; ma main le se- 
courra, et mon bras le 
fortifiera, f. L'ennemi 
n'aura point l'avantage 
sur lui, et l'enfant d'ini- 
quité ne pourra lui faire 
aucun mal. 

Alléluia, alléluia, j^. 
Vous êtes le Prêtre éter- 
nel selon l'ordre de M el- 
cbisédech. Alléluia. 



dech. Alléluia. 

Après la Septuagémme , au lieu du dernier f. on dit . 



Graduel. Inveni 
David servum meum, 
oleo sancto meo mm 
eum; manus enim 
mea auxiliabitur ei, et 
brachium meum con- 
fortablt eum. f, Nihil 
profidet inimicns in 
eo, et filins inîquita- 
tis non nocebit ei. 

Alléluia, alléluia. 
f. Tu es Sacerdos in 
sternum secundum 
ordinem Melchise- 



Trait. Vous avez rem- 
pli les désirs de son 
cœur, et vous n'avez 
point rejeté les prières 
de sa bouche. ^. Vous 
l'avez prévenu de béné- 
dictions et de grtos. 
)^. Vous avez mis sur sa 
tête une couronne de 
lierres précieuses. 



Trait. Desiderium 
animae ejus tribuisti 
ei, et voluntate labio- 
rum ejus non frau- 
dasti eum.j^.Quoniam 
praevenisti eum in 
benedictîonîbus dul- 
cedinis. j^. Posuisti ia 
capite ejus coronam 
de lapide pretioso. 



COMMUN d'un MABTTR. 681 

ÉVANGILE. 

EN ce temps-là, Jésus dit au peuple : Si quel- 
qu'un vient à moi, et ne hait pas son père et 
sa mère, sa femme et ses enfants, ses frères, 
ses sœurs, et même sa propre vie, il ne peu' 
être mon disciple; et celui qui ne porte pas sa 
croix, et ne marche pas à ma suite, ne peut 
être mon disciple. Car quel est celui d'entre 
vous qui, voulant bâtir une tour, ne calcule 
auparavant à loisir la dépense qui sera néces- 
saire pour voir s'il aura de quoi l'achever, de 
peur qu'après avoir jeté les fondements, il ne 
puisse l'achever, et que tous ceux qui verront ce 
bâtiment imparfait ne commencent à se moquer 
de lui , en disant : Cet homme a commencé à 
bâtir, et il n'a pu achever? Ou quel est le roi 
qui, se mettant en campagne pour combattre 
un autre roi, n^examine auparavant et à loisir 
s'il pourra marcher avec dix mille hommes 
contre un ennemi qui s'avance vers lui avec 
vingt mille? S'il ne le peut, il lui envoie des 
ambassadeurs lorsqu'il est encore loin, et lui 
fait des propositions de paix. Ainsi, quiconque 
parmi vous ne renonce pas à ce qu'il a, ne peut 
être mon disciple. 

Offertoire, Veritas Offertoire, Ma misé- 
mea et misericordia ricorde et ma vérité se- 
mea cum ipso, et in ront avec lui, et sa puis- 
nomine meo exaltabi- sance croîtra par la vertu 
tur cornu ejus. de mon nom. 

Secrète, Seigneur, agréez ces hosties qui vous 



681 



COMMUN D OR MAKTTt. 



sont offertes en mémoire des mérites du bien- 
heureux N; votre Martyr et Pontife, et faites 
que nous en recevions une continuelle assis- 
tance. Par N.-S. J.-G. 



Communion, Semel 
juravi in sancto mec : 
Semen ejus in ster- 
num manebit, et se- 
des ^us sicut sol in 
conspectu meo, et 
sicut luna perfecta in 
aetemum, et testis in 
cœlo fidelis. 



Communion. J'en ai 
fait le serment par la 
sainteté de mon nom : 
La postérité de David 
subsistera éternellement: 
son trône brillera devant 
moi comme le soleil et 
comme la lune dans son 
plein : il sera dans le ciel 
le fidèle témoin de la 
vérité de mes promesses. 

Postcommunion, Rassasiés par la participation 
à ce don sacré ^ nous vous demandons, 6 Sei- 
gneur notre Dieu, par Tintercession de votre 
Martyr et Pontife le bienheureux N,, de nous 
faire ressentir les effets du sacrifice que nous 
venons de célébrer. Nous vous en prions par 
N.-S. J.-G. 



iUTILX M1S81 POm ÏÏK MÀRna POKTin. 

INTBOÏT. 



PRÊTRES du Seigneur, 
bénissez le Seigneur ; 
saints et humbles de 
cœur, chantez les louan- 
ges de notre Dieu. Ps, 
'^vrages du Seigneur, 



SACERDOTES bei , 
benedicite Domi- 
num; sancti et hu- 
miles corde, laudate 
Deum. Ps. Benedici- 
te, onmia opéra Do- 



COMMUN d'un MARTTB. 683 



mini, Domino; lau- 
date et superexaltate 
emn in saecula. j^.Glo- 
ria Patri. 



bénissez tous le Seigneur, 
célébrez éternellement 
ses louanges et sa gloire. 
f. Gloire au Père. 
Collecte, Dieu, qui nous donnez chaque 
année un nouveau sujet de joie dans la solennité 
de votre Martyr et Pontife le bienheureux N,, 
laites, par votre bonté, qu'honorant sa nais- 
sance dans le ciel, nous ressentions ici-bas les 
efif».ts de sa protection. Par N.-S. J.-G. 

ÉPITRE. 

MES frères , Béni soit Dieu , le Père de Notre- 
Seigneur Jésus-Christ, le Père des miséri- 
cordes et le Dieu de toute consolation, qui nous 
console dans tous nos maux, afin que, par la 
même force par laquelle Dieu relève notre cou- 
rage, nous puissions aussi consoler les autres 
dans leurs maux ; car, à mesure que les souf- 
frances de Jésus-Christ augmentent en nous, 
nos consolations augmentent aussi en Jésus- 
Christ. Or, si nous sommes affligés, c'est pour 
votre instruction et pour votre salut;, si nous 
sommes consolés, c'est pour votre consolation; 
si nous sommes encouragés, c'est pour votre 
encouragement et votre salut, qui s'opère par la 
patience à supporter les maux que nous sup- 
portons nous-mème; et c'est ce qui nous donne 
une ferme confiance pour vous , sachant que, 
comme vous avez part aux souffrances, vous 
aurez aussi part aux consolations, en Jésus- 
Christ Notre -Seigneur. 



684 



COMHUlf DDH MABTTt. 



Graduel. Vous l'avez 
cooronné dlioniiear et 
de gloire^ Seigneur, j^. 
Et Yous lui avez donné 
Tempire sur les œuvres 
de vos mains. 

Alléluia^ alléluia. Jr, 
Celui-ci est le Prêtre que 
le Seigneur a couronné. 
Alléluia. 

Après la S^ttuigitime , au 

Trait, Heureux Thom- 
me qui craint le Sei- 
gneur, et qui se complaît 
dans Tobservance de sa 
loi. j^. Sa postérité sera 
puissante sur la terre : 
la race des justes sera 
bénie, f. La gloire et les 
richesses sont dans sa 
maison, et sa justice de- 
meure éternellement. 



Graduel, Gloria et 
honorecoronasti eum. 
y. Et constituisti eum 
super opéra manuum 
tuarum. Domine. 

Alléluia, alléluia. 
j^. Hic est Sacerdos 
quem coronavit Do- 
minus. Alléluia. 

lieu du dernier f. on dit: 

Trait. Beatus vii* 
qui timet Dominum : 
in mandatis ejus ca- 
pit nimis. f. Potens 
in terra erit semeu 
ejus; generatio recto- 
rum benedicetur. t» 
Gloria et divitiae in 
domo ejus, et justitia 
ejus manet in sœcu- 
lum sâeculi. 



ÉVAIYGILE. 

EN ce temps -là, Jésus dit à ses disciples : Si 
quelqu'un veut venir après moi, qu'il re- 
nonce à soi-même, qu'il se charge de sa croix, 
et qu'il me suive. Car celui qui voudra sauver 
sa vie la perdra, et celui qui perdra sa vie pour 
l'amour de moi, la retrouvera. Et que servirait 
à un homme de gagner tout l'univers , s'il vient 
à perdre son ime ? Par quel échange pourra-t-il 



COmUN D UN MARTYR. 



6S5 



la racheter, s'il vient à la perdre? Car le Fils de 
rhomme doit venir dans la gloire de son Père 
avec ses Anges; alors il rendra à chacun selon 
ses œuvres. 

Offertoire, J'ai trouvé 
David mon serviteur, je 
Tai^oint de mon huile 
sainte; ma main le se- 



courra, et mon bras le 



fortifiera. 



Offertoire, Inveni 
David seivum meum , 
oleo sancto meo unxi 
eum; manus enim 
mea auxiliabitur ei, 
et brachium meum 
confortahit eum. 

Secrète, Sanctifiez, Seigneur, les dons qui vous 
sont offerts, et, ayant égard à l'intercession du 
bienheureux N,, votre Martyr et Pontife, faites 
qu'ils apaisent votre colère, et qu'ils attirent sur 
nous les regards de votre miséricorde. Par N.- S. 
J.-G. 

Communion. Seigneur, 
vous avez mis sur sa tète 
une couronne de pierres 
précieuses. 

Postcommunion, Faites, Seigneur, que cette 
communion nous purifie de nos péchés , et que, 
par l'intercession de votre bienheureux Martyr 
et Pontife N., elle nous fasse un jour participer 
à votre gloire céleste. Par N.-S. J.-G. 

MSSSl POUR UH MUna NON PONTin. 



C ommunion.Vo- 
suisti. Domine, in 
capite ejus coronam 
de lapide pretioso. 



INTROÏT. 



IN virtute tua, Do- 
mine, laetabitur 
justus ; et super salu- 



SEiGNEUR , le juste met- 
tra sa confiance dans 
votre force, et se réjouira 



686 GOMKim d'uR MABTTt. 

tare tuum exsuItaDit 



vehemeater; deside- 
rium animaB ejus tri- 
buisti ei. Ps, Quoniam 
prsvenisti eum in 
beuedictionibus dul- 
eedinis; posuisti in 
capite ejus coronam 
de lapide pretioso. 
^. Gloria Patri. 



dans le salut que vous 
lui donnerez : vous avez 
exaucé les désirs de son 
cœur. Ps, Vous l'avez 
prévenu de vos plus dou- 
ces bénédictions : vous 
avez mis sur sa tète xme 
couronne de pierres pré- 
cieuses, f. Gloire au 
Père. 

Collecte. Faites, nous vous en prions, Dieu 
tout-puissant, que, par l'intercession de saint N,y 
votre Martyr, dont nous honorons Theureuse 
naissance dans le ciel, nous soyons fortifiés sur 
la terre dans Tamour de votre nom. Par N.-S. 
J.-G. 

ÉPITRÉ. 

LE Seigneur a conduit le juste par des voies 
droites, il lui a montré le royaume de Dieu, 
et lui a donné la science des saints ; il Ta enrichi 
dans ses travaux, et il lui en a fait recueillir 
de grands fruits. Il Ta secouru contre ceux qui 
voulaient le tromper, et il lui a donné la ri- 
chesse. U Ta protégé contre ses ennemis , dé- 
fendu contre les séducteurs, et' engagé dans un 
rude combat, afin qu'il demeurât victorieux et 
qu'il sût que la sagesse est plus puissante que 
toutes choses. C'est elle qui n'a point abandonné 
le juste lorsqu'il fut vendu par ses frères, mais 
qui l'a délivré des mains des pécheurs; c'est 
elle qui est descendue avec lui dans la fosse : 
elle ne l'a point quitté dans les chaînes, jusqu'4 



COMMim D Dlf MAETTR. 



687 



ce qu'elle eût mis entre ses mains le sceptre 
royad et qu'elle Teût rendu maître de ceux qui 
rayaient traité si iiyustement : elle a convaincu 
de mensonge ceux qui l'avaient déshonoré, et 
le Seigneur notre Dieu lui a donné une gloire 
éternelle. 



Graduel. Beatus 
vir qui timet Domi- 
num : in mandatis 
ejus cupit nimis. ji\ 
Potens in terra erit 
semen ejus; genera- 
tio rectornm benedi- 
cetur. 

Alléluia, alléluia. 
f, Posuisti, Domine, 
super caput ejus coro- 
namde lapide pretio- 
so. Alléluia. 



Graduel. Heureux 
l'homme qui craint le 
Seigneur, et qui se com- 
plaît dans l'observance 
de sa loi. f. Sa postérité 
sera puissante sur la 
terre : la race des justes 
sera bénie. 

Alléluia, alléluia, f. 
Seigneur, vous avez mis 
sur sa tète une couronne 
de pierres précieuses. Al- 
léluia. 



Aprét la Septuagiêime , au lieu du dernier f. un dit le Trait 
Beatns Tir, p. 684. 

ÉVAVGILB. 

EN ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : Ne 
pensez pas que je sois venu apporter la paix 
sur la terre : je ne suis pas venu apporter la 
paix, mais l'épée. Car je suis venu séparer le 
fils d'avec le père, la fille d'avec la mère , et la 
belle -fille d'avec la belle -mère: et l'homme 
aura pour ennemis ceux de sa propre maison. 
Celui qui aime son père ou sa mère plus que 
moi n'est pas digne de moi. pt celui qui aiine 



688 



coMMtm D im MAtm. 



son fils on sa fille plus qne moi n'est pas digne 
de moi. Celui qui ne prend pas sa croix et ne 
me suit pas , n'est pas digne de moi. Celui qui 
conserve sa vie la perdn, et celui qui perd sa 
vie pour l'amour de moi , la conservera. Celui 
qui vous reçoit, me reçoit; et celui qui me re- 
çoit, reçoit celui qui "m'a envoyé. Celui qui 
reçoit le* Prophète en qualité de Prophète, re- 
cevra la récompense du Prophète ; et celui qui 
reçoit le juste en qualité de juste, recevra la ré- 
compense du juste. Et quiconque donnera seule- 
ment à boire un verre d'eau froide à l'un de ces 
petits, conmie étant de mes disciples, je vous 
le dis en vérité, il ne sera point privé de sa ré- 
compense. 

Offertoire, Vous l'avez 
couronné d'honneur et 
de gloire, et vous lui 
avez donné l'empire sur 
les œuvres de vos mains. 
Seigneur. 

Secrète. Seigneur, après avoir reçu nos pré- 
sents et nos prières, purifiez-nous par vos di- 
vins mystères et exaucez-nous dans votre bonté. 
Nous vous en prions par N.- S. J.- G. 



Offertoire. Gloria 
et honore coronasti 
eum, et constituisti 
eum super opéra ma- 
nuum tuarum, Do- 
mine. 



Communion. Que celui 
qui veut venir après moi 
renonce à soi-même, 
porte sa croix et me 
suive. 



Communton.Qoi 
vult venire post me, 
abneget semetipsum, 
et toUat crucem suam, 
et sequatur me. 



Postcornmunion. Seignem notre Dieu, faites 



coiuiuN d'un martyr. 089 

s'il vous plaît, qu'après avoir honoré la mé- 
moire de vos Saints en vous rendant nos de- 
voirs dans le temps, nous ayons le bonheur de 
les contempler dans l'étemité. ParN.-S. J.-C. 

iUTRl MKSSl POnU UH MiETTE ROV PORTITl. 

INTROÏT. 

E juste se réjouira dans 



LKJU 
le Seigneur et espé- 
rera en lui , et les cœurs 
purs seront glorifiés. Ps, 
Écoutez, Seigneur, ma 
voix suppliante : délivrez 
mon âme de la crainte 
de l'ennemi. ^. Gloire au 
Père. 



L^TABITUR jUStUS iu 
Domino, et spe- 
rahit in eo : et iauda- 
b'jjitur omnes recti 
corde. Ps, Exaudi, 
Deus, orationem me- 
am, cum deprecor : a 
timoré inimici eripe 
animam meam. ^, 
Gloria Patri. 

Collecte, Faites, s'il vous plait. Dieu tout- 
puissant, que, par l'intercession du bienheureux 
N., votre Martyr, nos corps soient délivrés de 
toutes sortes d'adversités, et nos âmes purifiées 
de toute mauvaise pensée. Nous vous en prion» 
par N.-S. J.-C. 

ÉPITRE. 

MON très-cher frère, Souvenez-Tons de Noti»- 
Seigneur Jésus-Christ, qui, étant né de ki 
race de David, est ressuscité d'entre les morU , 
selon l'Évangile que je prêche, pour lequel je 
souffre beaucoup de maux, jusqu'à être dans les 
chaînes comme un scélérat; mais la parole de 
Dieu n'est point captive. C'est pourquoi j'endore 

N. 33 44 



690 



COHHUlf OUN MAtTTt. 



tout pour l'amour des élus, afin qu'ils acquièrent 
aussi bien que nous le salut qui est en Jésus- 
Christ, avec la gloire du ciel. Quant à vous, 
vous savez quelle est ma doctrine, quelle est 
ma manière de vie , quelle est la fin que je me 
propose, quelle est ma foi, ma tolérance, ma 
charité et ma patience; quelles ont été les per- 
sécutions et les afllictions qui me sont arrivées, 
comme celles d'Antioche, d'Icône et de Lystre; 
combien grandes ont été ces persécutions que 
j'ai souffertes, et comment le Seigneur m'a 
délivré de toutes. Aussi tous ceux qui veulent 
vivre avec piété en Jésus-Christ seront persé- 
cutés. 

Graduel. Si le juste 
tombe, il ne se blessera 
pas, parce que le Sei- 
gneur étend sa main pour 
le soutenir, f. Tout le 
jour il compntit aux be- 
soins et les soulage : et sa 
race sera en bénédiction. 

Alléluia, alléluia, f. 
Celui qui me suit ne 
marche point dans les 
ténèbres, mais il est 
éclairé de la lumière qui 
conduit à la vie éter- 
nelle. Alléluia. 

Ajiréê la Septuagégime, au lieu du dernier y. on dit le Trait 
Beatus vir, p. asv. 



Graduel. Justus , 
cum ceciderit, non 
coUidetur, quia Do- 
minus supponit ma- 
nmn suam. jt-. Tota 
die miseretur et com- 
modat : et semen ejus 
in benedictione erit. 

Alléluia , alléluia. 
j^. Qui sequitur me, 
non ambulat in te- 
uebris, sed habebit 
lumen viUe aeternae. 
AUeluia. 



Goimuif d'hk martyr. 694 

ÉVANGILE. 

EN ce temps- là ^ Jésus dit à, ses disciples : II 
n'y a rien de caché qui ne doive être révélé, 
rien de secret qui ne doive être connu. Dites en 
plein jour ce que je vous dis dans les ténèbres , 
et prêchez sur les toits ce qui vous aura été dit 
à l'oreille. Ne craignez point ceux qui tuent le 
corps, et qui ne peuvent tuer Tâme; mais crai- 
gnez plutôt celui qui peut précipiter dans Tenfer 
le corps et Tdme. N'est-il pas vrai qu'on a deux 
passereaux pour uije obole ? Néanmoins il n'en 
tombe aucun sur la terre sans la volonté de 
votre Père. Les cheveux mêmes de votre tète 
sont tous comptés. Ainsi ne craignez point : vous 
valez beaucoup mieux qu'un grand nombre de 
passereaux. Quiconque donc me confessera et 
me reconnaîtra devant les hommes , je le recon- 
naîtrai aussi devant mon Père qui est dans le 
ciel. 



O/fertotre. Posui- 
sti, Démine, in ca- 
pîte ejus coronam de 
lapide pretioso : vi- 
tam petiit a te, et 
tribuisti ei, alléluia. 



Offertoire, Seigneur, 
vous avez mis sur sa tête 
une couronne de pienes 
précieuses : il vous a de- 
mandé la vie, et vous la 
lui avez accordée, allé- 
luia. 

Secrète, Recevez favorablement, Seigneur, ces 
dons que notre piété vous présente, et faites 
que,. par l'intercession de celui dont nous célé- 
brons la fête , ils nous servent pour le salut éter- 
nel. Nous vous en prions par N.-S. J.-G. 



6M 



COUnni DDK BAITTl. 



Communion. Que celui 
qui me sert me suive : 
et là où je serai , mon 
serviteur y sera aussi. 



Communion. Qui 
mih: ministrat, me 
sequatur : et ubi sum 
ego, illic et minister 
meus erit. 

Postcommunion, Rassasiés par la participation 
à ce don sacré, nous vous supplions, ô Seigneur 
notre Dieu, par Tintercession du bienheureux 
N., votre Martyr, de nous faire ressentir les effets 
du sacrifice que nous venons de célébrer. Nous 
vous le demandons par N.-S. J.-G. 

AUX II- VÊPkES. 

Les quatre premiers Pntumea du DimoMhe , p. m , et U 
Ps. Credidi , j). Ii9 ; Hymne de$ /re« Vêpres, p. €78. 

f. Le juste fleurira 
comme le palmier. ^. Il 
croîtra comme le cèdre 
du Liban. 



f, Justus ut palma 
florebit. 1^. Sicut ce- 
drus Libani multipli- 
cabitur. 



A Magnificat. 



Ant, Que celui qui veut 
venir après moi renonce 
à soi-même, porte sa 
croix et me suive. 



Ant. Qui vult ve- 
nire post me, abneget 
semetipsum, et toUat 
crucem suam, et se- 
quatur me. 



COMMtm t>E l»LtStEtllS MAfttims. 



éds 



COMMUN DE PLUSIEURS MARTYRS 

(H0B8 DU TEMPS PASCAL.) 

AUX I"» VÊPEES. 

f 

Le» quatre première Psaumes du Dimanche, p. 13S, et le 
Psaume Lattdate Dominuin,p. 191. 



HTMNE 



SA N c T R u M meritis 
inclyta gaiidia 
Pangamus socii, ge- 

staque fortia : 
Gliscens fert animus 
promere cantibus 
Victorum genus opti- 
mum. 

Hi sont quos fatue 
mmidus abhor- 
rait; 

Hmic fructu vacumn, 
floribus aridmn 

Ck)ntempseFe tui no- 
minis assedaB , 

Jesu , Rex bone Gœli- 
tum. 

Hi pro te furias at- 
que minas traces 
Calcarant hominum^ 
ssvaque verbera ; 



UNISSONS nos VOIX pour 
chanter les mérites 
des Saints , leurs actions 
héroïques^ leur bonheur 
éterael : mon cœur est 
pressé de chanter les 
louanges de ces vain- 
queurs, les plus illustres 
de tous. 

Le monde insensé les 
a eus en horreur, parce 
que, le regardant comme 
un arbre desséché qui ne 
montre que des fleurs et 
ne porte point de fruits , 
ils Tout méprisé, et se 
sont attachés à vous, 6 
Jésus, doux et aimable 
Roi du ciel. 

Pour vous ils ont foulé 
aux pieds la fureur, les 
menaces et les tourments 
des hommes; les ong}' 



•f4 



connni db flusdeois uAatm»» 



qui les ont déchirés ont 
cédé à leur courage , et 
n'ont pn faire impression 
sur leurs cœurs. 

Ils sont égorgés comme 
des agneaux, sans faire 
entendre aucun mur- 
mure, aucune plainte; 
leur cœur étant sans 
crainte, parce que lenr 
conscience est sans re- 
proche, ils souJ&enttout 
avec patience. 

Quelle voix, queUe 
langue pourra dire les 
récompenses que vous 
préparez à vos Martyrs ? 
Encore teints du sang 
qu'ils ont répandu pour 
vous, ils reçoivent la 
couronne du triomphe. 

Trinité sainte qui êtes 
un seul Dieu en tr(HS per- 
sonnes, nous vous en srp- 
plions, effacez nos péchés, 
éloignez ce qui peut nous 
nuire, donnez la paix à. 
vos serviteurs, afin qu'ils 
vous louent et qu'ils vous 
glorifient à jamais. 

Ainsi solt-il. 

Justes, r^ouissez- 



His cessit laoerans 

fortiternngula, 
Nec carpsitpenetralia. 

Caeduntur gladiis 
more bidentium ; 

Non murmur reso- 
nat, non querimo- 
nia : 

Sed corde impavide 
mens bene conscia 

Conservai patien- 
tiam. 

Quae vox, qu« pote- 
rit lingua retexere 

Qns tu Martyribus 
munera pneparas? 

Rubri namfluido san- 
guine, fnlgidis 

Cingnnt tempora lau- 
reis. 

Te, summa o Del- 
tas, unaque, po- 
sdmus 

Ut culpas abigas, no- 
xîasubtrahas, 

Des pacem famulis, 
ut tibi gloriam 

Annorum in seriem 
canant. 
Amen. 
t* LflBtamini in Do- 



GOMHim DB PLUSIEURS MARTTtS. 



695 



mino et exsoltate, ju- 
sti. i^. Et gloriaiuini, 
omnes recti corde. 



vous dans le Seigneur 
et tressaillez d'allégresse. 
f. Glorifiez-vous en lui , 
vous tous qui ayez le 
cœur droit. 
A Magnificat. 



Ant. Istorum est 
enim regnum œlo- 
rum, qui contempse- 
runt vitam mundi , et 
pervenerunt ad prae- 
mia regni, et laverunt 
stolas suas in sangui- 
ne Agni. 



Ant, Le royaume des 
cieux appartient à ceux 
qui ont méprisé la vie 
de ce monde, et qui sont 
parvenus à obtenir les 
récompenses étemelles, 
après avoir lavé leiirs 
robes dans le sang de 
TAgneau. 



MlSSl POUR PLUSIBUaS MiRTT&8 POHTinS. 



INTROÏT. 



1NTRBT in conspectu 
tuo. Domine, ge- 
mitus compeditorum: 
redde vidnis nostris 
septuplum in sinu 
eorum; vindica san- 
guinem Sanctorum 
tuonim qui eiFusus 
est. Ps, Deus, vene- 
runt gentes in haere- 
ditatem tuam; pollue- 
runt templtmi san- 
ctum tuum; posue- 
runt Jérusalem inpo- 



QuB les gémissements 
des captifs montent 
jusqu'à vous, Seigneur: 
rendez à nos oppresseurs 
sept fois plus d'opprobres 
qu'ils n'ont voulu en faire 
retomber sur nous : ven- 
gez le sang de vos Saints 
qu'ils ont répandu. Ps, 
Dieu, lés nations ont 
envahi votre héritage : 
elles ont profané votre 
saint temple : elles ont 
fait de Jérusalem ur 



606 «OmiUN DK PLUSIEUES MAftTYfed. 

monceau de ruines, j^. |morumcu6todiam.y. 
Gloire an Père. | Gloria Patri. 

Collecte. Faites ; s'il vous plaît, Seigneur, 
que dans ces fêtes de vos bienheureux Martyi>& 
et Pontifes N, et N,, nous soyons assistés de leur 
protection, et que leurs saintes prières nous ren- 
dent agréables à votre divine Majesté. Par N.-S. 

ÉPITRE. 

LES âmes des justes sont dans la main de Dieu , 
et les angoisses de la mort ne les toucheront 
point. Ils ont paru mourir aux yeux des insen- 
sés ; leur sortie du monde a paru le comble du 
malheur, et leur séparation d'avec nous , une 
ruine entière : cependant ils sont en paix. Dans 
le temps même où ils souffraient les plus rudes 
supplices devant les honmies , ils avaient une 
pleine espérance d'arriver à l'immortalité. Leur 
ai&iction a été légère, et leur récompense sera 
grande, parce que Dieu les a éprouvés et les a 
trouvés dignes de lui. Il les a éprouvés comme 
l'or dans la fournaise, il les a reçus comme des 
victimes qui se sont sacrifiées en holocauste; et 
quand le temps sera venu, il les regardera fa- 
vorablement. Les justes brilleront comme les 
étincelles qui consument les roseaux. Ils jugeront 
les nations, ils domineront sur les peuples, et le 
Seigneur régnera éternellement sur eux. 



Graduel, Dieu fait écla- 
ter sa gloire dans ses 
Saints : il fait briller sa 
majesté et sa puissance 



Graduel» Gloriosus 
Deus in Sanctis suis , 
mirabilis in majesta- 
te, faciens prodigia. 



COMMUN DE PLtJSlBUBt MABTTRS. 



697 



j^. Dextera tua, Do- 
mine, glorificata est 
in virtute; dextera 
manus taa conftregit 
inimicos. 

Alléluia, alléluia. 
y. Gorpora Sanctormn 
in paoe sepulta sunt, 

nomina eorum vi- 
vent in generatione et 
generationem. Allé- 
luia. 

Après la Septuagésime , 

TraiY.Qui seminant 
in lacrymis , in gau- 
dio metent. y. Euntes 
ibant et flebant, mit- 
tentes semina sua. 
j^. Venientes autem 
veulent cum exsulta- 
tione, portantes ma- 
nipulos suos. 



par les merveilles qu'il 
opère en eux. y. Votre 
droite, Seigneur, a si- 
gnalé sa force : votre 
droite a brisé les enne- 
mis de votre nom. 

Alléluia, alléluia, jir. 
Les corps des Saints re- 
posent en paix , et leurs 
noms vivront de géné- 
ration en génération. Al- 
luia. 

au lieu du dernier f. on dit : 

Trait, Ceux qui sèment 
dans les larmes moisson- 
neront dans l'allégresse. 
^» Ils allaient et pleu- 
raient en répandant leur 
semence, f. Mais bientôt 
ils viendront pleins de 
joie, portant leurs gerbes 
dans leurs mains. 



ÉVANGILE. 

EN ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : Lors- 
que vous entendrez parler de guerres et de 
séditions, ne vous étonnez pas, car il faut que 
cela arrive d'abord ; mais la fin ne viendra pas 
sitôt. Alors, ajouta-t-il, on verra se soulever peu- 
ple contre peuple, et royaume contre royaume. 
Et il y aura en divers lieux de grands tremble- 



mcate de lerre, des pestes et des famiiies; des 
signes extraordinaiies et eftayants paraitrant 
daiis le eieL liais ayant toates ces dioses ils se 
sairiront de vous, toqs persécolerooty ^roos 
traînant dans les synagogues et dans les {Mi- 
sons , et TOUS amèneront par force devant les 
rois et les gouTemears à caose de num nom : et 
cela TOUS arrivera ponr que voos rendiez témoi- 
gnage à la vérité. Gravez donc cette pmsée dans 
vos coeurs , de ne point préméditer ce que vons 
devez répondre ; car je vons donnerai mm-mème 
une bouche et une sagesse à laquelle tous vos 
ennemis ne pourront résister, et qu'ils ne ponr- 
' ront contredire. Vous serez même trahis et Uvrés 
aux magistrats par vos pères et vos mères, par 
vos frères, par vos parents, par vos amis; on 
mettra à mort plusieurs d'entre vous, et vous 
serez hais de tout le monde à cause de mon nom; 
ce()endant il ne se perdra pas un cheveu de votre 
tête. C'est par votre patience que vous posséderez 
vos âmes. 



Offertoire, Dieu est ad- 
mirable dans ses Saints : 
le Dieu dlsraël donne la 
force et la vertu à son 
peuple : qu'il soit béni, 
alléluia. 



Offertoire, Mirabi- 
lis Deus in Sanctis 
suis : Deus Israël ipse 
dabit virtutem et for- 
titudinem plebi suae: 
benedictus Deus, al- 
leluia. 

Secrète, Écoutez favorablement, Seigneur, les 

humbles prières que nous vous adressons eu 

célébrant la mémoire de vos Saints, et faites 

"■e, ne mettant point notre confiance dans 



COmOlf DB PLVSIBORS MAETTBS. 



699 



notre propre justice, uous soyons aidés auprès 
de vous par les mérites de ceux qui ont été 
agréables à votre divine Majesté. Nous vous en 
prions parN.-S. J.-C. 

Communioru Les tour- 
ments que les Martyrs 
ont soufferts devant les 
hommes ont été des 
moyens dont Dieu s'est 
servi pour les éprouver 
conmie Tor dans la four- 
naise; et il les a reçus 
conmie des victimes qui 
se sont sacrifiées en ho- 
locauste. 

Postcommunion, Seigneur, qui nous avez 
nourris des mystères du salut, faites que nous 
soyons secourus auprès de vous par les prières 
de ceux dont nous célébrons la fête. Nous vous 
le demandons par N.-S. J.-C. 

IflSSK POUE PLÏÏSI1UI18 MilLTIKS HON P0NTI7IS. 

INTROÏT. 



Communion. Eït si 
ooram hominibus tor- 
menta passi sunt , 
De us tentavit eos : 
tamquam aurum in 
fornace probavit eos, 
et quasi holocausta 
accepit eos. 



SAPiENTiAM Sancto- 
rum narrent po- 
puli , et laudes eorum 
nuntiet Ecclesia : no- 
mina autem eorum 
vivent in saBCulum 
saeculi. Ps, Exsultate, 
justi, in Domino: re- 



QUE les peuples racon- 
tent la sagesse des 
Saints; que rassemblée 
des fidèles publie leurs 
louanges; car leurs noms 
vivront dans tous les 
siècles. Ps. Justes, ré- 
jouissez-vous dans le Sei- 



700 COaUdlf DE PLtStBtJttS lUàTYftS. 

gnenr : c'est aux cœurs ctos decet coUauda- 
droits qu'il appartient de tio. f, Gloria Patri. 
le loaer. j^. Gloire au Père. 

Collecte, Dieu, qui nous accordez la grâce 
de célébrer la mort glorieuse de yos saints Mar- 
tyrs N. et N., faites-nous jouir avec eux de la 
félicité étemelle. Par N.-S. J.-G. 

ÉPIT&E. 

LES justes vivront étemellenoeat; le Seigneur 
lui-même est leur récompense, et le Très- 
Haut prend soin d'eux. C'est pourquoi ils rece- 
vront de la main du Seigneur un royaume de 
gloire et un diadème éclatant : il les protégera 
de sa droite, et il les défendra de son bras saint. 
Il se revêtira de ses armes, et il armera toutes 
ses créatures pour tirer vengeance de ses enne- 
mis. Il prendra la justice pour cuirasse, pour 
casque son infaillible jugement, et pour bou- 
clier son équité. 

Graduel, Notre âme a 
été délivrée comme le 
passereau du filet de l'oi- 
seleur, f. Le filet a été 
rompu, et nous avons été 
délivrés; notre secours 
est dans le nom du Sei- 
gneur, qui a fait le ciel 
et la terre. 



Alléluia, alléluia, f. 



'\e les justes soient ras- j^. Justi epulentur, et 



Graduel, Anima 
nostra sicut passer 
erepta est de laqueo 
venantium. f, La- 
queus contritus est^ 
et nos liberati sumus ; 
adijutorium nostriun 
in nomine Domini, 
qui fecit oœlum et 
terram. 

Alléluia, alléluia. 



COMUUN DE PLUSIEURS MARTTES* 701 



exsultent in conspectu 
Dei, et delectentur lu 
ketitia. Alléluia. 



sasiés et tressaillent de 
joie en la présence du 
Seigneur ; qulls soient 
dans Tallégresse et dans 
ta joie. Alléluia. 

Après la Septungé)fime , on dit le Trait Qui seminatit, 
p. 697. 

ÉVANGILE. 

EN ce temps -là, Jésus descendit de ta mon- 
tagne et s'arrêta dans la plaine , accompagné 
de tous ses disciples et d'une grande multitude 
de peuple de toute la Judée, de Jérusalem, du 
pays maritime, de Tyr et de Sidon, qui étaient 
venus pour l'entendre et pour être guéris de leurs 
maladies ; ceux qui étaient possédés par des es- 
prits impurs étaient délivrés; et tout te peuple 
cherchait à le toucher, parce qu'il sortait de lui 
une vertu qui les guérissait tous. Alors Jésus, 
levant les yeux vers ses disciples , leur dit : 
Vous êtes bienheureux, vous qui êtes pauvres, 
parce que le royaume de Dieu est à vous. Vous 
êtes bienheureux, vous qui avez faim mainte- 
nant, parce que vous serez rassasiés. Vous êtes 
bienheureux, vous qui pleurez maintenant, parce 
que vous rirez. Vous serez bienheureux lorsque 
les hommes vous haïront, lorsqu'ils vous rejette- 
ront^ lorsqu'ils vous insulteront, lorsqu'ils nv* 
pousseront votre nom comme mauvais , à. cause 
du Fils de l'homme. Réjouissez-vous en ce jour- 
là, et tressaillez d'allégresse, parce qu'une grande 
récompensa vous est réservée dans le ciel. 
0//«r/dtrtf.Ex8ulta-| Offertoire. Les Saints 



70S 



comDH Di FLVsmnit mamttib. 



tmnt Sancti in gloria : 
Istabnntttr in cubîH- 
bus suis ; exaltationes 
Dei in faucibus eo- 
nun, alléluia. 



tressailliront dans la 
gloire; ils feront éclater 
leurs transports dans le 
lieu de leur repos; les 
louanges de Dieu seront 
dans leur bouche , allel. 

Secrète. Seigueur^ nous vous offrons ces dons 
de notre piété; faites qu'en considération de vos 
Saints ils vous soient agréables, et que, par 
YOtre miséricorde, ils nous soient salutaires. 
Nous vous en prions par N.-S. J.-C. 

Communion, Je vous Communion, Dico 
le dis, à vous mes amis; autem vobis amicis 
Ne craignez point ceux meis : Ne terreamini 
qui vous persécutent. ab bis qui vos perse- 

quuntur. 

Postcommunion, Faites, Seigneur, que, par 
rintercession de vos saints Martyrs N. et N,, 
nous conservions dans un cœur pur ce sacrement 
que notre boucbe a reçu. Par N.-S. J.-C. 

AUTU MISSK POÏÏK PLÏÏSIEnKS ÏUTT&S HOH POHTmS. 

INTBOlT. 



LB salut des justes vient 
du Seigneur : il les 
protège au jour de la tri- 
bulation. Ps, Ne portez 
point envie au bonheur 
des méchants, et ne soyez 
point jaloux de ceux qui 
commettent Tiniquité. j^. 
Gloire au Pèi*e. 



SA L u s autem justo- 
rum a Domino, et 
protector eorum est 
in tempore tribulatio- 
nis. Ps, Noli semulari 
inmalignantibus, ne- 
que zelaveris facieu- 
tes iniquitatem. f, 
Gloria Patri. 



comnm de plusieurs maettes. 708 

Collecte, Dieu, qui nous donnez chague an- 
née un nouveau sujet de joie dans la solennité 
de vos saints Martyrs N, et N,, faites, par rotre 
bonté, que, comme leurs mérites nous rem- 
plissent d'allégresse, leurs exemples enflamment 
notre piété. Nous vous le demandons par N.-S. 
J.C. 

épitse. 

Mes frères. Rappelez-vous ce premier temps où, 
après avoir été éclairés par le baptême , vous 
avez soutenu de grands combats au milieu de 
diverses afflictions; ayant été d'une part exposés 
devant tout le monde aux injures et aux mau- 
vais traitements, et, de l'autre, associés à ceux 
qui ont souffert de semblables indignités. Car 
vous avez compati à ceux qui étaient dans les 
chaînes, et vous avez vu avec joie tous vos biens 
pillés, sachant que vous aviez d'autres biens 
excellents qui ne périront jamais. Ne perdez donc 
pas la confiance que vous avez, et qui doit rece- 
voir une grande récompense. Car la patience 
vous est nécessaire, afin que, faisant la volonté 
de Dieu, vous puissiez obtenir les biens qui vous 
sont promis. Encore un peu de temps , et celui 
qui doit venir viendra ; il ne tardera pas. Or le 
juste qui m'appartient vit de la foi. 

Grotifii«/. Qamave- Graduel. Les justes 

runtju8ti,etDominus ont imploré le Seigneur, 

exaudivit eos, et ex et il les a exaucés : il les 

omnibus tribulatiom- a délivrés de tous leurs 

bus eoi*um liberavit maux. y. Le Seigneur 



704 COmUH Dl PLUSIEimt HAATTM. 



est près de ceux dont le 
cœur est ai&igé, et il 
saurera les hnmbles d'es- 
prit. 



eos. t. Juxta est Do- 
minus his qui tribu- 
lato sunt corde : et 
humUes spiritu sal- 
vabit. 

Alléluia , alléluia. 
^, Te Martyrum can- 
didatus laudat exer- 
dtus. Domine. Allé- 
luia. 



Alléluia, alléluia. f> 
L'éclatante armée des 
Martyrs chante vos 
louanges, Seigneur. Al- 
léluia. 

Ayrés la Septuagé»ime , on dit le Trait Qm seminant, 
p. 697. 

ÉVANGILE. 

EN ce temps -là, Jésus étant assis sur la mon- 
tagne des Oliviers, ses disciples s'appro- 
chèrent de lui en secret , et lui dirent : Dites- 
nous quand ces choses arriveront, et quel signe 
il y aura de votre avènement et de la fin du 
monde. Jésus leur répondit : Prenez garde que 
quelqu'un ne vous séduise ; car plusieurs vien- 
dront sous mon nom, et diront : Je suis le 
Christ : et ils en séduiront plusieurs. Vous en- 
tendrez aussi parler de guerres et de bruits de 
guerre : mais gardez-vous de vous troubler, car 
il faut que ces choses arrivent : mais ce ne sera 
point encore la fin. Car on verra se soulever 
peuple contre peuple, royaume contre royaume; 
et il y aura des pestes , des famines et des trem- 
blements de terre en divers lieux. Et toutes ces 
choses ne seront que le commencement des dou- 
leurs. Alors on vous livrera aux magistrats pour 
être tourmentés , on vous fera mourir, et voud 



COMMUN DE PLÙSIEUIIS MARTYRS. 



705 



serez haïs de toutes lés nations à cause' de inôn 
nom. En ce môme temps~ plusieurs itrouvérônt 
des occasions de scandale et de chute ^ se trahi- 
ront > se haïront les uns les autres. Il s'élèvera 
un grand nombre de faux prophètes qui sédti- 
ront beaucoup de personnes. Et comme J'inî- 
quité sera à son comble, la charité de plusieurs 
se re^oidira. Mais celui qui persévérera jusqu'à 
la fin sera sauvé. 

Offertoire, Les âmes 
des justes sont dans la 
main de Dieu, et ils n*ont 
plus de tourments à 
craindre de la part des 
médiants: ils ont paru 
mourir aux yeux des in- 
sensés ; <îependant ils sont 
en paix, alléluia. 
Stfcréftf. Seigneur, laissez -vous fléchir pai* 
l'ôblation de ces dons, et délivrez-nous de tous 
dangers par l'intercession de vos saints Martyrs 
N, et JV... Nous vous en prions par N.-S.J.-G. 



Offertoire, Justo- 
rum anlmae in manu 
Dei sunt, et non tan- 
gét îllos tbrmèntùm 
malitiâe : visî siint 
oculiis insiiHentinm 
mori; illi autem sunt 
inpace, alléluia. 



Communion, Quod 
dico vobis in tenebris, 
dicite in lumine , di- 
citDominus; et quod 
in aure auditis^ prae- 
dicate super tecta. 



Communion, Ce que je 
vous dis dans Tobscu- 
rité, dit le Seigneur, di- 
tes-le dans la lumière; 
et ce qui vous est dit à 
Toreille, prêchez -le sur 



les toits. 

Postcommunion, Que cette communion, Sei- 
gneur, nous putifiô de tout péché, et que, par 
l'intercession de vos saints Martyrs N, et iV..., 



N. aa 



4A 



70ti «OIWIN bl> M.UJîVRs (t. p.)- 

t>llc nous fosse iiailiciper aux célestes eilets de 
ce sîtcrement. Par N.-S. J.-G. 

AUX II- VÊPRES. 

t.rn tptafre premier» Pnaumea du Dimnnrhe, />. 132. ^ Ir 

r». 4'.rftiidi,;'- *^*- 

Utjwnc (U'H /•■»• Vêjn'cx, )i. 69*. 



y. Les Saints tressail- 
liront dans la gloire, fi. 
ils feront éclater leurs 
transports dans le lieu 
do leur repos. 

À Maguilii-at. 



V . Exsultabunt Sa u- 
eti in gloria. ^. Lcc- 
tabuntur in cuhilibus 
suis. 



A n /. Les àiues des 
Saints qui ont marché 
sui" les traces de Jésus - 
Christ sont comblées de 
joie dans le ciel ; parce 
«fu'ils ont répandu leur 
sang pour son .-imour, ils 
jouissent avec lui d'un 
[joidieur qui n'aura pas 
de lin. 



An t. Gaudeut iu 
cœlis animae Sancto;- 
rum, qui Cïhristi ve' 
stigia sunt secuti ; et 
quia pro ejus amore 
sanguinem suum lu- 
derunt , ideo cuiii 
Christo exsultaut si- 
ne line. 



COMMUN DES MARTYRS 

TENDANT LK TEMPS PASCAL. 

AUX I»*" VÊPRES. 

Pifaïuneif et Oraisons dvn ou de plwievrs Mnrtifrs, d- 
desstiii, 

POUR UN MARTYR. 

Hymne Deiis tuorum militum , p. i\ù, excepté La darnvre 
atrojihe, quon remplace par I)eo Patri sit fçloria, ci-après, 
p. 707. 



CUMMUN DES MAETTRS (t. P.). 



707 



roUK PLUSIKUBS MABTYB8. 



HYMNE. 



REx glorio8e Mar- 
tyrum, 
Goroaa confitentium, 
Qui respuentes terrea 
Perducis ad ccelestia: 

Aurem benignaai 

prolinus 
iDtende nostris voci- 

bus: 
Trophœa sacra pan- 

gimuS; 
Ignosce quod deliqui- 

mus. 

Tu vincis inter Mar- 
tyres, 
Parcisque Cîonfessori- 

bus: 
Tu vince nostra cri- 

mina, 
Largitor indulgentiae. 
Deo Patri sit ^oria, 
EtFilio, qui amortuis 
Surrexit, ac ParacUto, 
In sempiterna saecula. 
Amen. 



ROI glorieux des Mar- 
tyrs, couronne des 
Confesseurs , qui con- 
duisez au ciel ceux qui 
méprisent les choses de 
la terre : 

Prêtez une oreille bien- 
veillante à nos prières : 
nous chantons les triom- 
phes de vos saints ; par- 
donnez les fautes que 
nous avons commises. 



Vous triomphez dans 
les Martyrs, vous par- 
donnez aux Confesseurs : 
triomphez de nos fai- 
blesses en nous en accor- 
dant le pardon. 

Gloire à IMeu le Père , 
et au Fils ressuscité d'en- 
tre les morts, et au Saint- 
Esprit, dans les siècles 
étemels. Ainsi soit-il. 

y. Saucti et jiuti, Ant. de Magaificat^ Lux perpétua, 
. ITT. 



708 COlOiOlf D» aAITTM (T. ».)• 

M18S1 POUI n lUTTR. 



PROTExisTi me, Deus, 
a Gonventu mali- 
gnantimn, alléluia, à 
multitudine operan- 
tium iniquitatem, al- 
lelnia, allelnia. Ps. 
Exaudi, Deus, ora- 
tionem meam cum 
depreoor : a timoré 
inimici eripe animaro 
meam.j^. Gloria Patri. 



INTROÏT. 

Vous m'avez protégé, 
Seigneur, contre l'as- 
semblée des méchante, 
alléluia, contre la multi- 
tude de ceux qui com- 
mettent l'iniquité, aUe- 
luia, alléluia. Ps. Écou- 
tez, Seigneur, ma voix 
suppliante, délivrez mon 
àme de la crainte de l'en- 
nemi, t. Gloire au Père. 

Collecte, Secrète et Poêtcùmmunion, comme hors du Temps 
pOMCal. 

ÉPITBE. V 

LES justes s'élèveront avec une grande force 
contre ceux qui les auront accablés d'afflic- 
tions, et qui leur auront ravi les fimits de leurs 
travaux; à cette vue, les méchants seront trou- 
blés et saisis d'une horrible frayeur : leur éton- 
uement sera grand en voyant tout à coup, ocmtre 
leur attente, les justes sauvés. Accablés de re* 
grets, le cœur navré de douleur, ils dirobt en 
eux-mêmes : Voilà ceux qui furent Tc^t de 
nos railleries et de nos ii^ures. Insensés que 
nous étions! leur vie nous paraissait une folie 
et leur mort honteuse ; et cependant le& vmlà 
élevés au rang des enfants de Dieu, et entrés 
en partage du sort des Saints ! 

Alléluia, alléluia, j^. i Alléluia, alléluia. 
Les cieux publient vos | ^* Confitebuntur eœli 



COMlfim DES 

mirabiUa tua^ Domi- 
ne : Qteiûm veritatem 
taam in ecolesia saa- 
ctorum.Ali6luia.t>Po- 
suisti^ Domine; $uper 
•caput ^us coronam de 
lapide pretioso. AUei. 



MARTTIS (t. p.)' 709 

merveilles, Sei^eur, et 
rassemblée des fidèles la 
vérité de vos promesses. 
Alléluia, f. Vous avez 
mis sur sa tête, Seigneur, 
une couronne de pierres 
précieuses. Alléluia. 



ÉVANGILE. 

EN ce temps-là , Jésus dit à ses disciples : Je 
sms la vraie vigne, et mon Père est le vi- 
gneron. Il retranchera toutes les branches qui 
ne portent point de fruit en moi, et il émon- 
dera toutes celles qui portent du fruit, afin 
qu'elles en portent davantage. Vous êtes déjà 
purifiés par la parole que je vous ai adressée. 
Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. 
Gomme la branche ne peut porter de fruit d'elle- 
même, et sans demeurer attachée à la vigne, il 
en est ainsi de vous, si vous ne demeurez en 
moi. Je suis la vigne, vous êtes les branches. 
Celui qui demeure en moi, et en qui je demeure, 
porte beaucoup de fruit ; car vous ne pouvez 
rien faire sans moi. Si quelqu'un ne demeure pas 
en moi, il sera jeté dehors conmie un sarment: 
il sèch^a, et on le ramassera pour le jeter an 
feu. Si vous demeurez en moi, et si mes paroles 
demeurent en vous, vous demanderez tout ce 
que vous voudrez, et tout vous sera acoordé. 



Offertoire, Conflte- 
buntur cœli mirabilia 
tua. Domine, et ve- 



Offertoire, Les cîeux 
publieront vos merveil- 
les. Seigneur, et l'assem- 



710 



COHMim DES MAMTTKS (t. P.)* 



\Aée des fidèles la vériti^ 
de vos promesses, allé- 
luia, alléluia. 

Communion, Le juste 
se réjouira dans le Sei- 
gneur, et espérera en 
lui; et les cœurs purs 
seront grlorifiés, alléluia, 
alléluia. 



ritatem tuam in ec- 
clesiasanctorum, al- 
léluia, alléluia. 

Communion, Laeta- 
bitnr justus in Domi- 
no, et sperabit in eo ; 
et laudabuntur om- 
nés recti corde, allé- 
luia, aUeluia. 



IISSB POÏÏR PLUSIEUllS VÀUTHIS. 



INTROÏT. 

Vos saints vous béni- 
ront, Seigneur : ils 
publieront la gloire de 
votre règne, alléluia, 
alléluia. Ps. Je vous glo- 
rifierai, ô mon Dieu et 
mon Roi ; je bénirai votre 
nom dans le temps et 
dans les siècles des siè- 
cles, t. Gloire au Père. 



SANcn tui, Domine, 
benedicentte: glo- 
riam regni tui dicent, 
alléluia, alléluia. Ps. 
Exaltabo te , Deus 
meus Rex, et benedi- 
cam nomini tuo in 
sapculum et in sapcu- 
lum sapculi. t. Gloria 
Patri. 



Collecte, Secrète et Pofitcommunion, comme hors du Temjm 
paxcal. 

ÉPITEE. 

BÉNI soit Dieu, le Père de Notre -Seigneur 
Jésus -Christ, qui, selon sa grande miséri- 
corde, nous a régénérés par la résurrection de 
Jésus-Christ d'entre les morts , pour nous donner 
l'espérance de la vie, et de cet héritage incor- 
ruptible, immaculé, inaltérable, réservé dans 
les cienx à vous que la vertu de Dieu garde par 



COMSIU.N 13 KS MAUTYhî» (T. P.)- ^H 

!;i foi, pour vous faii-e jouir du saint qui doit 
^ire mauifesté à la fiu des temps. C'est ce qui 
doit vous transporter de joie, lors même que 
Dieu permet que pendant cette vie si courte vous 
soyez affligés de plusieurs maux ; afin que votre 
foi ainsi éprouvée, devenant plus précieuse que 
l'or purifié par le feu, soit trouvée digne de 
louange, d'honneur et de gloire, au jour de la 
révélation de Jésus -Christ Notre -Seigneur. 



.Uleluia, alléluia. 
j^. Sancti tui, Domi- 
ne , florebunt sicut 
lilium, et sicut odor 
halsami erant ante te. 
Alléluia, jf. Pretiosa 
in conspectu Domini 
mors sanctonmi ejus. 
Alléluia. 



Alléluia, alléluia. V. 
Seigneur, vos saints fleu- 
riront comme le lis : ils 
seront en votre présence 
comme Todem* du bau- 
me. Alléluia. ^. La mort 
des saints du Seigneur 
est précieuse à ses yeux. 
Alléluia. 

ÉVANGILE. 

EN ce temps -là, Jésus dit à ses disciples: Je 
suis la vigne, vous êtes les branches. Celui 
qui demeure eu moi, et en qui je demeure, porte 
l)eaucoup de fruits: car vous ne pouvez l'ieii 
faire sans moi. Si quelqu'un ne demeure pas en 
moi , il sera jeté dehors comme un saunent : il 
séchera , et on le ramassera pour le jetev au f<'u 
et le briller. Si vous demeurez en moi, et si mes 
paroles demeurent en vous, vous demanderez 
tout ce que vous voudrez, et tout vous sera ac- 
cordé. C'est la gloire de mon Père que vous 
rapportiez beaucoup de fruit, et que vous de- 
veniez mes disciples, Cnuiinf uhmi Pr-re în'a 



718 COMMUM PUK ÇOSFKftSBUR POIITIFE. 

aimé, je vous ai «usai aimés. Demeurez dans 
mon amour. Vous demeurerez dans mou amour 
si vous gardez mes commaudemeuts, comme j'ai 
moi-même gardé les commaudements de mou 
Père, et conmie je demeure dans son amour. 
Je vous ai dit ces choses afin que ma joie soit 
en vous, et que votre joie soit pleine et {parfaite. 



Offertoire, Laeta- 
mini in Domino, et 
exsultate, justi;. et 
gloriamini , omnes 
recti corde, alléluia, 
alléluia. 

Communion, Gau» 
dete, justi, in Domi- 
no, alléluia : rectos 
decet ûollaudatio, al- 



Offertoire, Justes, ré- 
jouissez-vousdansle Sei- 
gneur et tressailliez d'al- 
légresse : glorifiez -vous 
en lui, vous tous qui avez 
le cœur drrât, allel., allel. 

Communion. Justes, ré- 
jouissez-vous dans le Sei- 
gneur, alléluia: c'est aux 
cœurs droits qu'il appar- 
tient de le louer, alléluia. | leluia. 

AUX II- VÊPBBS. 

Lt» quatf premier» Pêaume» du, Dimeauhêt p. Itt, et le 
P«aume Credidi , p. 149 ; ByvtiM iJbBs /re» Yêprts ; f. fi^tiosa-, 
Ànt. de Magnificat, Sancti et justi, p. 677. 



COMMUN D":N confesseur fONTIPE, 

(ffiST-A-DIlUB PAPE OÙ ÂVÊQUB. 

AUX I«* VÊPRES. 

Lgi quatre pranien Puume» dtt DiHutneh€,p. Itt, et le 

Pâcaime Laudate Dominum^j?. 191. 

HTIINE. 

PK saint Confesseur du | tstb Gonfessor Domi- 



Seigneur , dont les | * ni , colentés 



r 



.çQMKDii vi'm 4:mfw&sBm pohtife. 71 s 



Quenx pie laudant po- 
puli per orb^^l, 

Hac die laetus mendt 
beatas 

Scander e sedes. 



peuples i:épètent avec 
piét^ les louanges sur 
toute la terre, a mé- 
rité d'entrer aujourd'hui 
plein de. joie dans le ciel. 



{8i ee n'est pas le jour de la mort on diti 



Hac die lastus me- 

mit supremos 
Laudis honores.) 
Qui pius, prudens, 

hnmilis, pndicus, 
Sobriam duxit sine 

labe vitam, 
Donec humanos ani- 

mayit auras 
Spiritus artus. 
Cujus ob praestans 

meritum fréquen- 
ter 
^gra, quae passim 

jacuere, membra, 
Viribus moiin domi- 

tis, saluti 
Restituuntur* 
Noster hinc illi 

chorus obsequen- 

tem 
Goncinitlaudem/ ce- 

lebresquepalmas; 
Ut pus i^tts precibus 

juvemur 
Omne per aevum. 



A mérité ai^gourd'hui 
de recevoir la couronne 
des élus*) 

Il a vécu ici-bas avec 
prudence, humilité, pu* 
reté : sa vie a été sobre 
et sans tache tant que 
son ime anima son corps 
mortel. 

Par ses mérites écla- 
tants, souvent des in- 
firmes triomphent des 
maladies les plus graves, 
et sont rendus à la santé. 



Voilà pourquoi nos 
voix s'unissent pour 
chanter ses louanges et 
son triomphe, afin que 
nous soyons sans cesse 
secourus par ses saintes 
prières. 



14 



4:oVHI*?r Dl'^ CÀt^FKSSWU mnctife. 



Salut , honneur et 
puissance à Dieu , un eu 
trois personnes, qui, as- 
sis dans la gloire sur le 
trône céleste, pouvenie 
l'univers entier. 

Ainsi soit-il. 

T. Le Seipneur l'a aimé 
et Ta revêtu d'honneur. 
i^. Il lui a donné un vê- 
tement de gloire. 



Sit sahis illi, d^ras, 
atque virtus , 
Qui super oœli soKo 

coniscans, 
Totius mundi seriem 

gnbemat 
Trinus et unns. 
Amen. 

t. Amayitemn Do- 
minus, et ornavit 
eum. À. Stolam glo- 
n2e induit eum. 



A Mafrnificat. 



An t. Saint Prêtre et 
Pontife, qui avez opéré 
tant de merveilles , bon 
Pasteur qui avez si bien 
^'ouverné votre peuple, 
priez le Seigneur pour 



nous. 



An t. Sacerdos et 
Pontifex, et virtutum 
opifex, Pastor bone in 
populo, ora pro nobis 
Dominum. 



VISSE POUR ni COHFKSSSUR POHTIFS. 

IXTROÏT. 

OTATiiiT ei Domiuus 



JE Seigneur a fait avec 
J lui une alliance de 
jKiix, et il Ta établi prince 
de son peuple, afin qu'il 
possédât pour jamais la 
dignité du sacerdoce. 
{Au T. P., alléluia, al- 
léluia.) Ps. Sonvenez- 
^'oiis, Seigneur, (le Pa- 



ôtestamentum paci s, 
et principem lecit 
eum, ut sit illi sacer- 
dotii dignitas in ster- 
num. {Au r. p., al- 
léluia, alléluia.) Ps. 
Mémento , Domine , 
p.nid, ptopiuisnian- 



coHvim d'un confesseur pontife. 715 

suétndinis ejus. j^. | vid et de toute sa dou- 
Gloria Patri. I ceur. f. Gloire au Père. 

Collecte. Faites, ô Dieu tout -puissant, que 
cette sainte solennité du bienheureux N,, votre 
ttonfesseur et Ponlâfe, augmente en nous Tes- 
prit de piété et le désir de notice salut. Nous* 
vous en prions par N.-S. J.-C. 

ÉPITRE. 

Voici un grand Pontife, qui a été agréable à 
Dieu pendant sa vie , qui a été trouvé juste , 
et qui est devenu le réconciliateur des hommes 
au temps de la colère. Nul n'a été élevé en gloire 
comme lui : il a conservé la loi du Très -Haut: 
c'est pourquoi Dieu lui a juré de perpétuer sa 
gloire dans sa postérité. Il l'a comblé de la bé- 
nédiction de toutes les nations, et il a fait avec 
lui une alliance qui durera toujours. Il a ré- 
pandu sur lui ses bénédictions, il lui a conservé 
ses miséricordes , il lui a fait trouver grâce au- 
près de son Dieu.. 11 l'a élevé devant les rois et 
il l'a couronné de gloire. Il a fait avec lui une 
alliance éternelle; il lui a conâé le souverain 
sac^^rdoce, et il l'a comblé d'honneur et de gloire, 
afin qu'il exerçât son ministère d'une manier»? 
digne de son Dieu, et qu'il lui offrît un encens 
dont l'odeur lui fût agréable. 



Graduel. Ecce Sa- 
cenlos magnus, qui 
in diebus suis placuit 
Deo. f. Non est inven- 
tas similis illi ^ qui 



Graduel. Voici un 
grand Pontife, qui a été 
agréable à Dieu pendant 
sa vie. ^. Nul n'a été 
semblable à lui^ et n'a 



716 



oonroii D VH coKnssnTB poiitifk. 



gardé 81 fidèlement la loi cons^rraretlegemEx- 



celsi. 

Alléluia, allelida. 
j^. Tu eft Sacerdos in 
letermun secondom 
ordinem Melchise* 
dech. AUelnia. 

A^fréê la 8eptuagi$ime , ondule 7V«rff Beatos rir, p. mk, 

raiDAnT LB TWPS TAJBCÂL. 



du Tiès-Haut. 

Alléluia, alléluia, j^. 
Vous êtes le Préire éter- 
nel selon Tordre de Mel- 
'chisédech. AUeluia. 



Alléluia, alléluia, f. 
Vous êtes le Prêtre éter- 
nel selon l'ordre de Mel- 
chisédech. Alléluia, j^. 
Celui-ci est le Prêtre qne 
le Seigneur a couronné. 
Alléluia. 



Alléluia, alléluia. 
f. Tu es Sacerdos in 
aetemnm secundum 
ordinem Melchise- 
decli. Alléluia, j^. Hic 
est Sacerdos quem co- 
ronavit Dominus* Al- 
léluia. 



ÉVANGILE. 

Eif ce tempS'là , Jésus dit cette parabole à ses 
disciples : Un homme devant faire un long 
voyage hors de son pays, appela ses serviteurs, 
et leur confia le soin de ses biens. Il donna cinq 
talents à l'un, deux à l'autre, un seul au tttrî- 
sième, à chacun selon sa capacité; et il partit 
aussitôt. Celui qui avait reçu cinq talents s'en 
alla, les fit valoir, et en gagna cinq autres. 
Celui qui en avait reçu deux en gagna de m^e 
' deux autres. Mais celui qui n'en avait reçu qu'un 
seul alla creuser dans la terre, et y cadia'l'argent 
de son maître. Longtemps après, le maître de 
ces serviteurs revint, et leur fit rendre compte. 



COaXUK ]>'0S OORFESSSDl PORTIFB. 717 

Celtti qui wàii reçu cinq talents vint lui en pré- 
senter (Aiiq autres, en lui disant: Seigneur, 
vous m'aviez confié cinq talents; en voici de 
plus cinq autres que. j'ai gagnés. Son maître 
lui répondit : Courage, bon et fidèle serviteur; 
parce que vous avez été fidèle en des choses peu 
importantes, je vous établirai sur de plus con- 
sidérables : entrez dans la joie de votre seigneur. 
Celui, qui avait reçu deux talents vint. aussi, 
et lui dit : Seigneur, vous m'aviez confié deux 
talents ; en voici deux autres que j'ai gagnés. 
Son maître lui répondit: CouTage, bon et fidèle 
serviteur; parce que vous avez été fidèle en des 
choses peu impoilantes , je vous étabUraî sur de 
plus considérables: entrez dans la joie de votre 
seigneur. 

Offertoire, Inveni Offertoire, J'ai trouvé 

David servummeum, David, mon serviteur, je 

oleo sancto meo unxi l'ai oint de mon huile 

eum ; manus enim sainte : ma main le se- 

mea aùxiliabitur ei, courra, et mon bras le 

et brachîum meum fortifiera, 
confortabit eum. 

Secrète, Faites, s'il vous plaît. Seigneur, que 
vos Saints nous soient toujours favorables, et 
qu'en honorant leurs mérites, nous ressentions 
les effets de leur intercession. Par N.-S. J.-C. 



Communion, Fide- 
lis servus et pmdens, 
quem constituit Do- 
minus super familiam 



Communion. C'est ce 
fidèle et prudent servi- 
teur que le Seigneur a 
établi sur -sa famille pour 



718 



CUHMU.N Dt'ff COKFB88SUft PONTIFE. 



distribuer à chacun en 
son temps sa mesure de 
blé. 



snam^ ut <tet illis iu 
tenq[)ore tiitici men- 
suram. 

Poittcommuniùti, Faites, s'il vous plaît, I>î«{u 
tout -puissant, qu'en vous rendant grâces des 
dons que nouç avons reçus de votre bonté, nous 
eu recevions encore de plus grands par l'inter- 
cession du bienheureux iV., votre Confesseur et 
Pontife. Nous vous en prions par N.-S. J.-G. 

iUTRE USSl POUR U OOIFISSIUR PORIFI. 

INTROÏT. 



QUE vos Prêtres, Sei- 
gneur, soient revêtus 
de justice, et que vos 
saints tressaillent d'allé- 
gresse ; en considération 
(ie David, votre serviteur, 
ne rejetez pas la prière 
de votre Christ. {Au T, 
P., alléluia, alléluia.) 
Ps, Souvenez-vous, Sei- 
gneur, de David, et de 



SACERDons tui, Do- 
mine, induant ju- 
stitiam, et sancti ttd 
exsultent: propter Da- 
vid servum tuum, non 
avertas faciem Christi 
tui. [Au r. P., allé- 
luia, alléluia.) Pa-. 
Mémento , Domine , 
David, et omnisman- 
suetudinis ejus. y. 
Gloria Patri. 



toute sa douceur .j^.Gloire. 

Collecte. Nous vous supplions. Seigneur, 
d'exaucer les prières que nous vous adressons 
dans la fête de votre Confesseur et Pontife le 
bienheureux N., afin que l'intercession et les 
mérites de celui qui vous a si dignement servi, 
puissent obtenir de vous le pardon de nos pé- 
chés. Par N.-S. J.-C. 



COUMIW D t'.\ COXFIîSSEl'k POMIFE. 



719 



ÉPITRE. 

MES frères, 11 y a eu autrefois plusieurs Pon- 
tifes , parce que la mort les empêchait de 
demeurer toujours. Mais, comme Jésus demeure 
éternellement, il possède un sacerdoce éternel. 
C'est pourquoi il peut sauver pour toujours ceux 
qui s'approchent de Dieu par son entremise, 
étant toujours vivant afin d'intercéder pour nous. 
Car il était juste que nous eussions un Pontife 
comme celui-ci, saint, innocent, sans tache, 
séparé des pécheurs , et plus élevé que les cieux ; 
qui ne fiit point obligé, comme les autres Pon- 
tifes, d'offrir tous les jours des victimes, pre- 
mièrement pour ses propres péchés , et ensuite 
pour ceux du peuple : c'est ce qu'a fait une fois 
Jésus -Christ Notre -Seigneur, en s'offrant lui- 
même sur la Croix. 

GradaeL Je revêtirai 
ses Prêtres de justice, et 
ses saints tressailliront 
d'allégresse, y. Là je ferai 
éclater la force de David : 
là j'ai préparé un flam- 
beau pour mon Christ. 

Alléluia, alléluia, y. 
Le Seigneur l'a juré , et 
il ne rétractera pas son 
serment : Vous êtes le 
Prêtre étemel selon Tor- 
dre de Melchisédech. Al- 
léluia. 



Graduel. Sacerdotes 
ejus induam salutari, 
etsancti ejus exsulta- 
tione exsultabimt. y, 
niuc producam cornu 
David; paravi lucer- 
n;im Ghristo meo. 

Alléluia, alléluia. 
y. Juravit Dominus, 
et non pœnitebit eum: 
Tu es Sacerdos in 
aetemum secundum 
ordinem Melchisé- 
dech. Alléluia. 



AfiT^» la Septuagénme, on dit le Trait Beatus rir,;/. 684. 



780 GOMmm d'vk gonfembub i^ontîfk. 



PBMDÀlIT.Ui IBim PASCAL. 



Alléluia^ alléluia» f* 
Le Seigneur Ta juré^ ei il 
ne rétractera pas son ser- 
ment : Vous êtes le Prêtre 
étemel selon Tordre de 
Melchisédech. Alléluia. 
j^. Le Seigneur Ta aimé 
et l'a levétu d'honneur : 
il lui a donné un véte- 
ment de glmre. Alléluia. 



Alléluia, alieluia. 
j^. Jurayit Dominus , 
et non pœnitebit eum : 
Tu es Sacerdos in 
aeternum * secundum 
ordlnem Melchise- 
deûh. Alléluia, f* A- 
mavit eum Dominus , 
et ornavit eum : sto- 
lam glori» induit 
eum. Alieluia. 

ÉVANGILE. 

EN ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : Veillez, 
parce que tous ne savez pas à quelle heure 
votre Seigneur viendra. Car sachez que si le père. 
de famille était averti de Theture à laquelle le 
voleur doit venir, il est certain qu'il veillerait, 
et qu'il ne laisserait pas percer sa maison. Tenez- 
vous donc aussi toujours prêts , parce que le Fils 
de rhomme viendra à l'heure que vous ne pen- 
sez pas. Quel est le serviteur fidèle et prudent 
que son maître a établi sur sa famille pour dis- 
tribuer la nourriture au temps convenable? 
Heureux ce serviteur si son maître, à son ar- 
rivée, le trouve agissant ainsi. Je vous le dis«n 
vérité, il l'établira sur tous ses biens. 



Offertoire. Ma miséri- 
corde et ma vérité seront 
avec lui, et sa puissance 
croîtra par la vertu de 
mon nom. 



Offertoire, Veritas 
mea et misenc(«dia 
meà cûm ipso, et in 
nomine meo exalta- 
bitur cornu ejus. 



COmiUIf DUN CONFESSEUR PONTIFE. 



721 



Secrète. Nous vous en supplions, Seigneur, que 
la solennité de saint N., votre 0)nfesseur et Pon- 
tife, nous rende agréables à votre divine Ma- 
jesté, afin que par ces saintes oblations il reçoive 
un surcroît de gloire, et nous procure les dons de 
votre grâce. Nous vous le demandons par N.-S. 
J.-G. 



Communion, Heureux 
le serviteur que son maî- 
tre, à son arrivée, trou- 
vera veillant. Je vous le 
dis en vérité , il l'établira 
sur tous ses biens. 



Communion. Bea- 
tus servus quem, cum 
venerit dominus, in- 
venerit vigilantem. 
Amen dico vobis, su- 
per onmia bona sua 
constituet eum. 

Postcommunion. Dieu, qui récompensez les 
âmes fidèles , faites que les prières de votre bien- 
heureux Ck)nlesseur et Pontife N., dont nous cé- 
lébrons solennellement la fête, nous obtiennent 
la rémission de nos fautes. Par N.-S. J.-G. 

AUX II- VfiPRBS. 

Les quatre premiers Psaumes du Dimanche, p. ISi, et le 
Ps. Meinento , p. S06. 

Hymne des /«••• Vêpres, p.lli, 

^, Le Seigneur a con- 
duit le juste par des voies 
droites. ^. Et il lui a m<»i- 
tré le royaume céleste. 

A Magnificat. 

Ant. Amaviteumr Ant. Le Seigneur ï'a 
Dominus, et omavit | aimé et Ta revêtu d'bon- 



y. Justum deduxit 
Dominus per vias re- 
ctas. 1^. Et ostendit illi 
regnum Del. 



7iS 

near; il lui a donné un 
vêtement de gloire , et il 
Ta couronné à la porte du 
ciel. 



COMIIUIC DUN DOCTKUK. 

eum : stolam gloiiae 
induit eum, et ad por~ 
tas paradisi coronavit 
eum. 



Poir un Pap*. 



• Ant, Pendant son Pon- 
tificat il n'a point craint 
les puissances de la 
terre ^ mais il a mérité 
la gloire du royaume 
céleste. 



Ant, I>um essct 
summus Pontifex,ter- 
rena non metuit, séd 
ad cœlestia régna glo- 
riosus migravit. 



COMMUN D'UN DOCTEUR. 

Tout rOffice au Commun d^un Confeaieur Pontife ou non 
Pontife j à rexcq)tion de ce qui siUt. 

AUX lw« ET AUX II« VÊPRBS. 

A Magnificat. 



Ant. saint Docteur, 
bienheureux N., lumière 
de l'Église, vous qui avez 
tant aimé la loi divine, 
priez pour nous le Fils 
de Dieu, 



Ant, Doctor op- 
time, Ecclesiae san- 
ciaè lumen, béate N,, 
divinae legis amator, 
deprecare pro nobis 
FiUum Dei. 



A LA MBSSB. — nmioïX. 

N medio Ëoclesi» 

aperuit os cyus, et 

implevit eum Domi- 

nus spiritu sapienti» 



LE Seigneur lui a ouvert 
la bouche au milieu de 
l'assemblée des fidèles, 
et l'a rempli de l'esprit de 



r 



alléluia. ) Pa\ Boniun 
est confiteri Domino, 
et psallere nomiiii 
tuo, Altissime. j^. Glo- 
ria Patri. 



coMiiuif d'un docteur. 72S 

et inteliectos^ stolam sagesse et d'intelligence ; 
gloriffi induit eum. il lui a donné un yôte< 
[Au T» P., alléluia, mentdegloire. (idwT.P., 

alléluia, alleluia.y P*. Il 
est bon de rendre gloire 
au Seigneur, et de chanter 
votre nom, ô Dieu très- 
haut, f. Gloire. 

Collecte, Dieu, qui avez instruit votre peuple 
du salut étemel par le ministère du bienheu- 
reux N., faites, s'il vous plait, qu'après avoir été 
sur la terre notre docteur et notre guide, il soit 
notre intercesseur dans le ciel. Par N.-S. J.-C. 

ÉPITRE. 

MON très -cher fils, Je vous en conjure devant 
Dieu et devant Jésus -Christ, qui doit juger 
les vivants et les morts au jour de son avène- 
ment et de son règne, annoncez la parole, pres- 
sez les hommes à temps, à contre-temps; repre- 
nez, suppliez, menacez, sans vous lasser jamais 
de supporter et d'instruire. Car un jour viendra 
où les hommes ne pourront plus souffrir la saine 
doctrine, et où, travaillés d'une extrême dé- 
mangeaison d'entendre ce qui les flatte, ils au- 
ront recours à une foule de docteurs propres à 
satisfaire leurs désirs, et ils fermeront l'oreille à 
la vérité, et l'ouvriront à des fables. Mais pour 
vous, veillez continuellement, travaillez sans 
relâche, acquittez-vous des devoirs d'un prédi- 
cateur de l'Evangile, remplissez votre ministère; 
soyez sobre. Car pour moi , je suis sur le point 



744 



COimUN DUN DOCTEUR. 



d'être immolé, et le temps de ma mort approche. 
J'ai soutenu im bon combat , j'ai achevé ma 
course, j'ai gardé ma foi. Il ne me reste qu'à 
attendre la couronne de justice qui m'est réser- 
vée, et que le Seigneur, comme un juste juge, 
me donnera en ce grand jour; et non-seulement 
à moi, mais encore à tous ceux qui désirent son 
avènement. 



Graduel. La bouche du 
juste annoDcera la sa- 
gesse, et sa langue pu- 
bliera la justice, jt-. La loi 
de Dieu est dans son cœur, 
ses pas ne seront point 
chancelants. 

Alléluia, alléluia, y. 
\j& Seigneur l'a aimé et 
l'a revêtu d'honneur ; il 
lui a donné un vêtement 
de gloire. Alléluia. 

Ajn^^ la Septuagésime, au lieu du dernier f. an dit le Trait 
Beatus vir, p. 684. 

PKNSAKT LB TUIPii PASCAL. 



Graduel, Os justi 
meditabitur sapien- 
tiam, et lingua ejus 
loquetur judicium. t. 
Lex Dei ejus in corde 
ipsius, et non sup- 
plantabuntur gressus 
ejus. 

Alléluia, alléluia. 
y. Amavit eum Domi- 
nus, et ornavit eum : 
stolam glori<e induit 
eum. Alléluia. 



Alléluia, alléluia, y. Le 
Seigneur l'a aimé et l'a 
revêtu d'honneur; il lui 
a donné un vêtement de 
gloire.All6luia.t. Lejuste 
germera comme le Us ; il 
fleurira éternellement en 



Alléluia, alléluia. 
^. Amavit eum Domi- 
nus, et ornavit eum: 
stolam gloriae induit 
eum. Alléluia. ^, Ju- 
stus germinabit sicut 
lilium, et florebit in 



COMMUN d'un docteur. 725 

aeternum ante Demi- 1 la présence du Seigneur. 
ïimn. Alléluia. | AUeluîa. 

ÉVANGILE. 

EN ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : Vous 
êtes le sel de la terre. Si le sel peni sa force, 
avec quoi le salera-t-on? Il n'est plus bon à rien 
qu'à être jeté dehors et foulé aux pieds par les 
hommes. Vous êtes la lumière du monde. Une 
ville située sur une montagne ne peut être cachée ; 
et on n'allume point une lampe pour la mettre 
sous le boisseau ; mais on la met sur un chande- 
lier, afin qu'elle éclaire tous ceux qui sont dans, 
la maison. Ainsi, que votre lumière brille de- 
vant les hommes , afin qu'ils voient vos bonnes 
œuvres, et qu'ils glorifient votre Père qui est 
dans les deux. Ne pensez pas que je sois venu 
détruire la Loi et les Prophètes : je ne suis pas 
venu les détruire, mais les accomplir; car, je 
vous le dis en vérité, le ciel et la terre ne passe- 
ront point sans que tout ce qui est dans la loi 
soit accompli parfaitement, jusqu'à un seul 
iota et à un seul point. Celui donc qui violera 
le moindre de ces commandements, et qui ap- 
prendra aux hommes à le violer, sera le plus 
petit dans le royaume des cieux ; mais celui qui 
fera et enseignera sera grand dans le royaume 
des cieux. — Credo. 

0/^^ire.Justusut Offertoire. Le juste 
palma florebit; sicut fleurira conmie le pal- 
cednis quœ in Lîbano mier, il croîtra comme 
est^ multiplicahitur. le cè^re 4u Liban. 



7t6 COMHUH D'CK COimSSBCl KOK ?OlfTIPB. 

Serrète, Faites, Seigneur, que saint N. vous 
offre sans cesse pour nous des prières qui tous 
rendent nos dons agréables, et qui attirent con- 
tinuellement sur nous les effets de votre miséri- 
corde. Par N.- S. J.-C. 



Communion, C'est ce 
fidèle et prudent servi- 
teur que le Seigneur a 
établi sur sa Daumilie pour 
distribuer à chacun en 
son temps sa mesure de 



Commumon, Flde- 
lis senrus et pmdens, 
quem eonstituit Do- 
mlnus super familiam 
suam, utdet illis in 
tempore tritid men- 
suram. 



blé. 

* 

Pottcùmmunion, Faites, Seigneur, que cet 
illustre Docteur de votre Église, le bienheu- 
reux N., votre Confesseur, joigne ses prières 
aux nôtres, afin que les sacrifices que nous 
vous offrons opèrent le salut de nos Âmes. Par 



COMMUN D'UN CONFESSEUR NON PONTIFE, 

C'BVr-A-OIRB PBftTRB, MOINB OV LAlgiTK. 

AUX !"• VÊPRBS. 

!/>» quatre premier» Psatane» du DimancKe, p. 1S2, et le 
Pu. Laiulatc Dominnin,p. 191. 

Bifmne Tftte Cr)nfe«sor,p. 71S; f. AmaTit enm,p. 7t4. 

A Magnificat. 



Ant. Je le compaierai 
à un homme sage, qui 
a bâti sa maison sur la 
■^ierre. 



Ant. Similabo eum 
viro sapienti, qui aedi- 
ficavit domum suam 
supra petram. 



COMMUN d'un confesseur NON PONTIFE. 727 



A LA. MESSE. — dtteoïï. 



OS justi meditabîtur 
sapientiam, et lin- 
gua ejus loquetur ju- 
dicium : lex Dei ejus 
in corde ipsius. {Au 
T. P., alléluia, alle- 
liria.) Ps. Noli aBmu- 
lari in malignanti- 
bus, neque zelaveris 
facientes iniquitatem. 
j^. Gloria Patri. 



LA bouche du juste an- 
noncea^a la sagesse, 
et sa langue publiera la 
justice : la loi de son 
Dieu est dans son cœur. 
{Au T, P., alléluia, al- 
léluia.) Ps. Ne portez 
point envie au bonheur 
des méchants, et ne 
soyez point jaloux de 
ceux qui commettent 



l'iniquité, j^. Gloire. 
Collecte, Dieu, qui nous donnez chaque 
année un nouveau sujet de joie dans la fête du 
bienheureux N,, votre Confesseur, faites, par 
votre bonté, qu'en honorant la nouvelle vie 
qu'il a reçue dans le ciel, nous imitions celle 
qu'il amenée sur la terre. ParN.-S. J.-G. 

ÉPITRE. 

HEUREUX rhonmie qui a été trouvé sans tache, 
qui n'a point couru après l'or, qui n'a mis 
son espérance ni dans l'argent, ni dans les tré- 
sors. Quel est-il? et nous le louerons; car il a 
fait des choses merveilleuses pendant sa vie. Il a 
été éprouvé par l'or, et trouvé parfait; sa gloire 
sera étemelle : il a pu faire le mal, et il ne l'a 
point fait. C'est pourquoi ses biens ont été affer- 
mis dans le Seigneur, et toute l'assemblée dQs 
saints publiera ses aumônes. 
Graduel. Justus ut | Graduel, Le juste fleu- 



7M COaXDH D UN GORVEMIUB HOU FQVTIFB. 



rira comme le palmier, 
il croîtra dans la mai- 
son dn Seigneur comme 
le cèdre du Liban, f. 
Pour annoncer votre mi- 
séricorde dès Taurore, 
et votre vérité durant la 
nuit. 

Alléluia, alléluia, f. 
Heureux celui qui souffre 
la tentation, parce qu'a- 
près avoir été éprouvé il 
recevra la couronne de 
vie. Alléluia. 



palma florebit : siciit 
cedrus Libani multl- 
plicabitnr in domo 
Domini. j^. Ad annnn- 
tiandum mane mise- 
ricordîam tuam^ et 
veritatem tuam per 
noctem. 

Alléluia, allelnia. 
f, Beatus vir qui suf- 
ferttentationem, quo- 
niam, cum probatus 
fùerit, acdpiet eoro- 
nam vit». Alléluia. 



Aprêt la Septuagésime, au lim du dernier f. im dit le Trait 
Beatns vir, p. <M. v 



PKKSAnr LE TKMPS PASCAL. 



Alléluia, alléluia, f. 
Heureux celui qui souffre 
la tentation, parce qu'a- 
près avoir été éprouvé, 
il recevra la couronne 
de vie. Alléluia. ^. Le 
Seigneur Ta aimé et Ta 
revêtu d'bonneur; il lui 
a donné un vêtement de 
gloire. Alléluia. 



Alléluia, alléluia. 
j^. Beatus vir qui suf- 
fert tentationem, quo- 
niam, cum probatus 
iuerit, accipiet coro- 
nam vitae. Alléluia. 
j^. Amavit eum Do- 
minus, et omavit 
eum : stolam gloriae 
induit eum. Alléluia. 



ÉVANGILE. 

EN ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : Que 
vos reins soient ceints, et vos lampes allumées 
dans vos mains; soyez semblables à ceux qui at- 



COMMUN d'uK CONFESSEUB NON PONTIFE. 729 

tendent que leur maître revienne des noces , afin 
que, lorsqu'il sera venu et qu'il aura frappé, ils 
lui ouvrent aussitôt. Heureux ces serviteurs que 
le maître, à son arrivée, trouvera veillants. 
Je vous le dis en vérité , il se ceindra, les fera 
mettre à table, et s'empressera de les servir. S'il 
arrive à la seconde ou à la troisième veille, 
et s'il les trouve ainsi, ces serviteurs seront 
heureux. Or sachez que si le père de famille pré- 
voyait l'heure à laquelle le voleur doit venir, il 
veillerait, et ne laisserait point percer sa mai- 
son. Tenez-vous donc aussi toujours prêts, parce 
que le Fils de l'honmie viendra à l'heure que 
vous ne pensez pas. 

Offertoire, Ma misé- 
ricorde et ma vérité se- 
ront avec lui, et sa puis- 
sance croîtra par la vertu 
de mon nom. 
Secrète. Seigneur, nous vous immolons, en 
mémoire de vos Saints, des hosties de louange', 
par la vertu desquelles nous espérons être déli- 
vrés des maux présents et à venir. Nous vous le 
demandons parN.-S. J.-G. 



Offertoire, Veritas 
mea et misericordia 
mea cum ipso : et in 
nomine meo exalta- 
bitur cornu ejus. 



Communion,^aXvLS 
servus quem, cimi 
venerit domînus, in- 
venerit vigilantem : 
amen dico vobis, su- 
per omnia bona sua 



Communion. Heureux 
le serviteur que son maî- 
tre, à son arrivée, trou- 
vera veillant ; je vous le 
dis en vérité, il l'éta- 
blira sur tous ses biens. 



constituet eum. 
Posticommunion. Nous vous supplions, Sei- 



730 COMIIITN D UN CONFESSETB ICOIT PONTIFE. 

gneur notre Dieu, qu'après avoir été rassasiés de 
cette viande et de ce breuvage célestes, nous 
soyons soutenus par les prières du Saint en mé- 
moire duquel nous avons participé à vos saints 
mystères. ParN.-S. J.-C. 

ium ns8i poïïK ïïi oomssimi loi poinra. 

intboIt. 



Ju8TtJ8 Ut palma flo< 
rebit, sicut oedrus 
Libani umltiplicain- 
tur; plantattts in do- 
mo Domini, in atriîs 
domus Dei nostri. {Au 
r. P,, alléluia, allé- 
luia. ) Ps. Bonum est 
confiteri Domino, et 
psallere nomini tuo , 
Altissime. j^. Gloria 
Patri. 



LB juste fleurira cominie 
le palmier; il croîtra 
comme le cèdre du Li- 
ban, parce qu'il est 
planté dans la maison 
du Seigneur, dans les 
parvis du temple de notre 
Dieu. {AuT, P., alléluia, 
alléluia.) Ps. 11 est bon 
de rendre gloire au Sei- 
gneur, et de chanter 
votre nom , ô Dieu très- 
haut, j^. Gloire. 

Collecte, Seigneur, écoutez favorablement les 
très-humbles prières que nous vous adressons 
dans la fête de votre Confesseur le bienheureux 
N,, afin que, ne mettant point notre confiance 
dans notre justice, nous soyons secourus parles 
prières de celui qui a été agréable à votre divine 
Majesté. Nous vous en prions par N.-S. J.-G. 

ÉPITRB. 

j|j|ES frères, Nous sommes devenus un spectacle 
fin monde, aux Anges et aux hommes. Nous 



COMMUN d'un confesseur NON PONTIFE. 731 

sommes insensés pour Tamour de Jésus-Christ ; 
mais VOUS, vous êtes sages en Jésus -Christ; 
nous sommes faibles, et vous êtes forts; vous 
êtes honorés, et nous sommes méprisés. Jusqu'à 
cette heure, nous souffrons la faim et la soif, la 
nudité et les mauvais traitements ; nous n'avons 
point de demeure stable ; nous travaillons avec 
beaucoup de peine de nos propres mains. On nous 
maudit, et nous bénissoos; on nous persécute, 
et nous souffrons; on nous dit des ii\jures, et 
nous répondons par des prières; nous sommes 
devenus comme les ordures du monde, comme 
les immondices qui sont rejetées de tous. Je ne 
vous écris pas ceci pour vous humilier, mais je 
vous avertis comme mes enfants bien -aimés, 
en Jésus -Christ Notre -Seigneur. 

Graduel, La bouche 
du juste aimoncera la 
sagesse, et sa langue 
publiera la justice, jt. 
La loi de son Dieu est 
dans son cœur, et ses 
pas ne seront pas chan- 
celants. 

Alléluia, alléluia, j^. 
Heureux Thomme qui 
craint le Seigneur, et qui 
se complaît dans l'obser- 
vance de sd loi. Alléluia. 



Graduel, Os justi 
îneditabitur sapien- 
Uam, et lingua ejus 
loquetur judicium. ^, 
I^x Dei ejus in corde 
ipsius, et non sui>- 
plantabuntur gressus 
ejus. 

Alléluia, alléluia. 
V. Beatus vir qui ti- 
met Dominum : in 
mandatîs ejus cupit 
nimis. Alléluia. 



Après la Septuagésime, au lieu du f. Jnstiis , on dit le Trait 
BeatiM vir, p. 88*. 



792 COMMUN d'un CONFESSEUB NOM PONTIFE. 



PENDANT Ul TBMPf PAMAI.. 



Alléluia, alléluia, f. 
Heureux Thomme qui 
craint le Seigneur, et qui 
se complaît dans l'obser- 
vance de sa loi. Alléluia. 
f. Le juste croîtra comme 
le lis; il fleurira éternel- 
lement devant le Sei- 
^eur. Alléluia. 



Alléluia, alléluia. 
j^. Beatus vir qui ti- 
met Dominum : in 
mandatis ejus cupit 
nimis. Alléluia, f. Ja- 
stus germinabit sicut 
lilium, et florebit in 
aetemum ante Domi- 
num. Alléluia. 



ÉVANGILE. 

EN ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : Ne 
craignez point, petit troupeau; car il a plu 
à votre Père de vous donner un royaume. Vendez 
ce que vous avez, et distribuez -le en aumône. 
Faites -vous des bourses qui ne s'usent point : 
amassez dans le ciel un trésor qui ne périsse 
jamais, qui ne puisse être ravi par les voleurs 
ni rongé par les vers î car où est votre trésor, 
là aussi sera votre cœur. ' 

Offertoire. Le juste 
mettra sa confiance dans 
votre. force. Seigneur, et 
se réjouira dans le sadut 
que vous lui donnerez : 
vous avez exaucé les dé- 
sirs de son cœur. 

• 

Secrète, Faites, s'il vous plaît. Dieu tout- 
puissant, que cette oflrande qui vous est offerte 
en l'honneur de vos Saints, vous soit agréable, 



Offertoire. In vir- 
tute tua. Domine, 
laetabitur justus, et 
super salutare turnn 
exsultabit vehemen- 
ter : desiderium ani- 
mae ejus tribuisti ei. 



COMMUN d'un confesseur NON PONTIFE. 733 

et nous donne la pureté de Tesprit et du corps. 
Par N.-S. J.-C. 



Communion. Amen 
dico vobis , quod vos, 
qui reliquistis omnia 
et secuti estis me, 
centuplum accipietis , 
et vitam setemam 
possidebîtis. 



Communion. Je vous 
le dis en vérité, vous 
qui avez tout abandonné 
pour me suivre , vous 
recevrez le centuple, et 
vous posséderez la vie 
étemelle. 
Postcommunion. Dieu tout -puissant, nous 
vous demandons, par Tintercession du bien- 
heureux N,, votre Confesseur, cpie nous soyons 
fortifiés contre toutes les adversités par la vertu 
de Taliment céleste que nous venons de recevoir. 
Par N.-S. J.-G. 

M1S81 POUR UN iBBB. 
Introit Os justi , p. TtT. 

Collecte. Que l'intercession du saint Abbé JV., 
nous vous en supplions. Seigneur, nous rende 
agréables à votre Majesté, afin que, nous obte- 
nions par ses prières les grâces que nous ne pou- 
vons espérer de nos mérites. Par N.- S. J.- G. 

ÉPITRE. 

CHÉRI de Dieu et des hommes, sa mémoire est 
en bénédiction. Dieu Ta rendu grand et re- 
doutable à ses ennemis; il lui a donné le pouvoir 
d'apaiser les monstres par ses paroles. Il Ta élevé 
en honneur parmi les rois. Il lui a fait connsdtre 
les ordonnances qu'il devait prescrire à son 
peuple, et il lui a fait voir sa gloire. Il Ta sanc- 
tifié par la foi et par la douceur, et il l'a choisi 



7S4 cottuif d'un corfbssbuk non poktife. 

entre tous les hommes. Cax il Ta écouté^ il a 
entendu sa voix, et il Ta fait entrer dans la 
nuée. Il lui a donné ses préceptes devant son 
peuple, et la loi de vie et de science. 

Graduel, Vous Tavez 
prévenu , Seigneur, de 
vos plus douces béné- 
dictions : vous avez mis 
sur sa tête une couronne 
de pierres précieuses, jr. 
11 vous a demandé la 
vie, et vous lui avez 
donné une suite de jours 
qui s'étendr