(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Patrologia orientalis"

-iD 



!cr> 






5 CO 



00 




3>lä 



PATROLOGIA ORIENTALIS 



TOMUS DECIMUS SEXTUS 



\m 



R. GR AFFIN - F. NAU 



PATROLOGIA ORIENTiLIS 



TOMUS DECIMUS SEXTUS 



I. _ G. BAYAN. 

Le Synaxaire ARMENIEN DE Ter Israel (IV. Mois de Tre). 

II. — RENE BASSET. 

Le Synaxaire arabe jacobite (IV. Les mois de Barmahat, 
Barnioudah et BacJtons). 

III. — M. JUGIE. 

Homelies mariales byzaxtines. 

IV. _ J. PERIER. 

La Perle precieuse (chapitres I-LVI). 

V. — M.-A. KUGENER & EDG. TRIFFAUX. 

Les Homiliae cathedrales de Severe d'Antioche (Ho- 
melie LXXVH). 







PARIS 

FIRMIN-DIDOT ET C'% IMPRIMEURS-Z^DITEURS 
LIBRAIRIE DE PARIS, 56, RUE JACOB 

1922 






-t'Kc 



LE SYNAXAfllE ARMENIEN 



DE 



TER ISRAEL 



l'ATR. On. — T. WI. — F. 1. 



LE SYlNAXAmE ARMENIEN 



DE TER ISRAEL 



PUBLIE ET TRADUIT 



PAR 



Le Dr G. BAYAN 



IV 
MGIS DE IRE 



A = Bibliolheque Nationale, Fonds armenien, 

N" 180. fol. 87 ä fol. 122. 
B = Edition de Constanlinople, 1834. 
L'exemplaire dont nous nous sommes servi est 
celui des R.R. Bollandistes. 



Snt; tuiluni f» cl hnibSuthnjt ß^ : H,/iiuimpiuIinLW/iLli unanih Ldimnlih^inttli t 

UnLpii uLiuib 'rnjiuinnun LdimnUpUnu l^n ihnLni^u llitLnnhmi, p afeij 0^lr 'In^jitjiunu . 

fei- t^n piuptu^tutn OL >>fiunn : 1/l ubpA p abonh np U"»/' 'l«uiun_nu^iiujli ^n uiuiuuin uto 

ini</, innnLU tP" P'"'th"R un.na bu nn'^l^ph iiilin : (7i_ Llhinnhphnii t^p nppinnnubtui fei_ 

5 nLiinLnuilii^n oun-iuuiiiinuiuli n pu"! M<"l /' unuj'nbjni.pbhl^ biLnn . fci_ linniii n» lu^/ili 

uuiii : 

I/l ßnnbiiii aabonu nhuia luiuiuiuuiui, CL ainfeiui ofen on aturi-iui lJoinni_Äni, nnni « ^ f,,! ,v;7 

iiiunLli ^n /""f^nin/iunu : (/i. btuabiui nni^ hutu uiuii bpbnLU ubaiiiL. ^aiinLnjDiifUii, Di_ 

hnppu ^piuütuhiuL nitipdiUL. p abonh pup p uiiinnciiii annnijni-pnu : '»l lunpinitnhiiii p 

10 inuhiuitiiup'^pli liiitniuL, iiL bbbiui ^puiihiiUtiiL. l«iimnLOni ^j u/i, fci. uuinuiL p ubpiui unniii 

unLiipu OL alriiio fi 'lniuin.nut^tluih : (»l ainbiiii iiihn fInnnJnLpn aiunriLü np tnout;pu iiipnA 

1 'iJpuitiiuuihni^ltrnLhj 'iJiuiinLJffniM 13 (*/tinn/f/i7friu/iJ tjtuntnjinnuji (2(1(1 , H [] 5 n iiiiii^m/FiiiL- 

liiMfqJ /i ujiu^fffllliliulf^ £> , 7 afjfallllj nfffUfli^ r> [I t)-ll Gl. ili^/uiuifioiiff . . . iini^riuli 0/?2. i3 



1" DE TRE, 9 Novembre. 
Martyre de saint Antonin. 

Le Saint martyr du Christ Antonin {Antoninos) etait du pays des 
Syriens {S(juron), du village de Privala ' ; il etait tailleur de pierre et cons- 
tructeur. Or il y avait, pres d'un village nonime Kaprosevan", un temple 
tres grand, dans lequel se trouvaient des autels d'idoles et oü Ton sacri- 
fiait. Antonin etait chretien, et enseignait aux idolätres a s'eloigner du 
culte des idoles, mais ils ne l'ecoutaient point. 

II abandonna donc le village, * se retira dans le desert et y rencontra un * a ibi. st 
vieillard, serviteur de Dien, dout le nom etait Theotime. II resta aupres de 
lui deux annees en grand ascetisme et relourna, sur l'ordre de celui-ci, ä son 
village vers la population egaree. Or, fatigue du chemin, il s'assit. Un äne 
vint ä lui par ordre 'de Dieu, le saint monta dessus et se rendit ä Raprosevan. 
II y trouva un grand uombre de gens qui fetaient les idoles abominables et 

1. Si/n. Cp. : £x xwfjil? 'AptSüiCoü. — 2. Syn. Cp. : KaTrpouä-viäov. La le(;on armcnienne 
montre qu'il s'agit de la ccV^i Ra7tpo!;a6a3atwv oj-tov 'Aitoeixtcov citee dans l'epitaphe du 
Syrien 'A^t^o?. ä Treves; cf. Le Blant, InscripUons chretiennes de la Gaule, n" 225. 



(i LE SYNAXAIRE ARMENIEN. [508] 

/iiLiiiiL, ti_ J^/iIi Hin u(i Hill) /i ';"*)/"/ '(M'"(^ = ''"'^ /.i?iiLiii ^1 iniiiöiii^i)! f.L ^unpuiiii^fciuij 
iiiiiifiilriuiL ^nLiLuL, ti. /iiLiiii (iLiiiii.iiiiiTii~n £?i- luniiiiii iimnii cl iii iiii»^/;^ji ^i ^"'3 /'"/_ /' 
iIiii/iihilW/iIi^ii, IJL ii< iiilj/ili : 

/•Tiiiiii /i piiiniiii) il .iiiiiiiJ/iiii, /.L Oiiiiiliiili iiiil/iiiii (/iiii/iii/iniiiniij^lj ^/iliDi fc/^fcijfcij^i ^i 
'/llllllMlill, //L iii)iiiLill)l/il iiii)ifiL)i Ulli III! //iinnniinL/J/iiii/ili : I/l ^iijirflllil ll/^iiillL ^/l""/ •' 
(/iiiiiii///iiiii7i /i i/{iitiiii iinLiitiion /ii /!/'"/; ^L iiii/iiiJi/iii '/'/'/"'^'' '/■/'/■"iiii'i'/i ijt«uinnJi^i(iiiii, 
'f/iiiLiJiiL/i/i /''■ : /»V iii5ii/iiiJ/iJiIi .\ii/.ii/i)i ^iiiiAiiiTiu piiiiii nniiiuipji'ii ^"JiiJt /''f/"t/'^ ""/p''/'/; • 

/iL IIIILf/llll'fllllJl lllllll/.lllll. OnLIlJl /l nillllllip^Il, pilll'l /> '^/'"( intl/LllCt" "L^ Lj/llUipßll i^^lll 

i!ii/ii/;ii uiuLiiiL. OiiLfi, iinii nn/iumnlitiiii^pu /iiinOL n<»ii>)7iiiL/<//iLli iuilIiiil/iIi : 
\ lol. .ST i;i_ tnti. /i SIhilS iiii-nLii qiiuii i^<LlUlllIU^I^/lllL /i iii/ni/iTi * iiiilIiiili v''iiLn o/i uiiili/iiiiili In 

fi uiiiiAuin iiit^nnh . Ll 'ih'i "/i n/i iitiittnttuLnnt^n tnitt^iiinlui iiiiiiiii^iiiiiiiiiiiiL (iL iiiiiiiiiiiii/if^ii . 
liiijl^n iioii*^li//iiii V'iiL/iiI i'L Uli /iiiiiiLli/iiiii ij uiiLiiii iiiiibuiui! luiihr^p h ui/iiio inrni/iii : 
l/i. inLUiui iiiiiiniiiLiiii/iu iiiiLiiip/fiiiii noiiiii/iiuliu fci. uiknbiua nui/jn/i/i, iiL nin/ili niliiin- 
unlili iinunili icii/iiilii iliiiiiiii-liii uiiicriiiTitiiiii nnn iiiildiiii ppniiinnhi^pnti uiuiniuh p niuiiiiinli 

2 fet /iijiim.i .mii(ji /rL iiiijimtji OW. B || 4 ^/'^'''f] ^^^'t/' ^^ II •'*'"- "'f">L"'^''rf OW. B j 5 frl. 
inniituii utjutuL l/iL/ri O///. J5 jj (» i/feiiiiii] Tiiiiiiii tnviintnuoinp Cldü . B }] 7 Ifnihüabnp ß''J fei. 

.S';.t/i r. arff/. B — Ai/tg/iJ<] /^J''/fci;/'J' '> i !• ""■'/""] '5/> '"W- B — /ipj.fci] njiiijtu B || 

14 liiiiifitiiitj tniunhiui x>. 



* A fui. s: 
1° 1). 



qui s'etaient enivrr's du vin des sacrifices. II penetra dans le temple, brisa 
toutes los idoles, en sortit, precha, conseilla et pria les gens de renoncer ä 
leur egaremcnt, niais ils ne l'ecoutereiit pas. 

11 se rondit a la villc d'Apamee et demanda ä l'eveque rautorisation de 
construire iine öglise ä Kaprosevan (Kapros) et de la dedier au uom de la 
sainte Trinite. Lorsqu'il eut comraence de la construire, les gens Tassailli- 
rent ä coups d'epee et de gros hälons et tuerent le saint martyr du Christ 
Antonin, le 9 novcmbre. 11s jctcrent son corps dans les rcmous du cours 
d'oau de la villo, qui alimcntail les Ibntaincs; mais aussitöt l'eau manqua 
dans la ville, ä re.vception du seul endroit oü se trouvaienl les restes (du 
Saint), oü il se mit ;'i sourdrc uiu' eau que les chretiens recucillirent comme 
une bönödiotion. 

11 arriva qu'un jour les idulätrus, s'etaut rendus ä cet endroit, v * puiserent 
de l'eau pour aspcrgcr le temple des idoles; une femme qui desservait le 
temple fut possedee du dömou et se mit ä cricr : « Pourquoi aspergez-vous 
ces lieux abominables de celte eau bcnite (lui est melaneee ä du sano- 
Saint? » Le juge, Tayanl appris, envoya des soldats et fil creuser I'endroit; 
ils y trouverent Ic corps du saint cuupc en deux parties, que les chretiens 
cnleverent, cmportöront a la villo d'Apamcc et dcposercnt dans une 



[509] 2 TRE, 10 NOVEMBRE. 7 

jl.ii^iiiif^oi ti- linlii jx'jc/' «f/i äLpX ji '/iimjtLnu/;^i^iiilr : Ifi. (tin/ii Liii/iu/iniiiniiTi (liiiiiii?/ini 
2/ilitiHiJ /i '/''/""J ^^^1^{)[' ^"'J"'Lt "fp"J(J' C.liinnli^Ifnii^, fcijfetiii ahnjuuinu'li /i Jiunjiiiii/iri- 
I/tiui inniiuiuun : 

Oiuiiii) UiLHLji unLpph l'uiuiinhnu huihubnuinu'b /"mlinniiii" ininjuti'biiintiq ti_ /i f/iiiLiii- 
5 ui^nu 'Jfejii\nLiuÄnijiuijfi, ^ i^<,' jiil^bijiniij puiplinftbaiuL, ti_ iiiLiiiTintiun a<^niijifi /ilm iiirL 
(«uinnLUid, Jiuult n/i i^n J/iiii/unn<J iiin.ui()/iL Jnnntlniji liliLlmi nLnnniijiiun^niaL : 

Spt/" ^ fei- 7<iijfeifpfejiji <?■ : '/./^uijiiipuiTinLp^iLji ii^piiiTi pjtpiniinniili : 

OiiiLnLnu LihwnUhbkuii Ln_iuuimjui uippuiin, fci_ //cuiuuui/iiulrtuii niumiiiLnn/iL, ^n 
uHLfipu l'npuinnnu [^anünl^li /'iniui/ini : Pl atuanLü uiuqtuü imiiuiniuinliuii uiuuiti.Iiiuifcon * ♦ A l'ol. 87 
I" n niuuiitiLnpl^u nLpuihuii ii'Ppputnnu cl an^ai LrLnnh, bl. n< ^uit-uiliuatui. : 

i^puiaiuiLiua hinptniulikj nuiinuiüniMuli (tl phbbnpu auui n ^"l/i "^ fi anppnnbuii n/i 
Jn uin^auiüwni luipbuab fei_ äbn-tib, mii ^n nbphii iii(.ni-nu fi buiiouihinin.i i?n/u/in fei. n\ 

1 [»uituitnnij l^uinittltiunt o || 4 f/iuLuiifi/inuJ huiLtutnniulinu £> | uiil. (aiuiiiLiuo ^//^. H || 
6 f'nllhnij hpliniiiiji L> nLfiMfiji/tiiin.iiffiff Ofll. O. 

7 '£,/lUilcuiim7ifi(.p/iLliJ '/./itomLÖ/lLli] ß irnnnili] uppni lllpuihh ß || 12 lUfLcTluiJiiiiyi] tunniti 

B li 12 "*(/ tn nbp^ii . . . wnnuiiniun 01)1. H. 



caverne, pres de Kaprosevan. Plus tard l'eveque d'Apamee construisit en cet 
endroit une eglise au nom de saint Antonin, et y deposa ses restes dans un 
tombeau de marbre. 

En ce jour, saint Hypatios, eveque de Gangres, pour avoir ete partisau 
du premier concile de Nicee, fut jete dans un fosse et lapide par les Ariens 
et par les schismatiques de Novatien (Navatios) et il rendit son äme ä Dien. 

2 TBE, 10 Novembre. 
Martyre de saint Victor. 

Aux jours de l'empereur idolätre Antonin et du juge Sebastien, 
saint Victor (Biklitoros) vivait au pays d'Italie. Plusieurs fois presse avec 
menaces * par le juge de renier le Christ et de sacrifier aux idoles, il ny avait ' a foi. s7 
point consenti. 

Le juge ordonna de lui briser les dents et de le jeter snsuite dans un feu peu 
ardent pour qu'il ne brülät et ne mourüt pas sur-le-champ ; il resta trois jours 
dans de la braise melee de cendre et ne mourut pas. On lui fit prendre du 



8 LE SYXAXAIRE ARMENIEN. [510] 

ufeftiuL : IßinnLli rtLUtbi JiiJiii Jiii<|iiiii/iii fei_ n\ thiiiiuLniiiu, fet /in bin niliiiyiinfcnu fcinfcii n/i 
II» iJhitiubauiL ^iiiLiiiiiiiiiii /i 7'ii/iiiiiiiiii| 'iL iiiiiiLiiiii nannuli iiiiiii/ aiincit^n niilimi ul 
iiiii^/iitiiiei [i/iIiMi /iLn Hin Pill in tun : 

liL. iiiiijiu tili iiiii/iiiii i\ij/» •)/i/i/i/i iioiiioiil/i i)iiiiii7Iiiii/ iiniiiiili, Ll /iiii/ii/<ii/iIi iii/iiininJ;;, dl 
^■iiiliu/uLiiii iWi/ii/iii juiiiiiAiüiiii ninninlunil '^iitnliiulil^jili n ijt^nuu : uu liiiiliiLanh fll"l"h"W ■' 
ntuuni-nii Lnnti iijili\UL. iinjuDuiti iiin/iLli /i pMiiiiiL tt iiiiliiiih'fiunh : I/l "HP inhuhh iil/iii 
n uiLuiitfiii^in/inli linLninninli, dl i\iiii1i iiin/itiiii iiiil nnLiinh iiiitnttiu m^P liLnuiulin : IfL. 
luuitii unnil uiuiiilihU nunLntih Ll iii{liinf^ii niLin'bnliiun n^nnh'L /ilii »in. LuinnLUid, //n^fcil- 
ßiin/i »/• : 

uiiitua iiiLni-n iiiiiini.<^/iu UuiliiliiiiliLtn, niitin iIjuii iiiuitiii iniiiuiiilin, umkn nttnLniih ''^ 
A lol. 87 f'bninnnnii uiiuiii/iii/i miiiiiii\iiiii i)iii>)nLiiii)n * liuiininnliini nint^ . l/nnihji t, P"'l l'hpinnnnii 
fiL /<niii/itii/i LJi niinon P" . iii>^iii inüuuihLiI LnünLU uiiiiu/iii nvlfeiiii /i ibnlihnn, tibhli ilLa 
ptin, (iL il/iuiiJi i/inpn /lOA : 

0*L knmLini iiiiLiiiV)/i nuiiniui.nnhu /unuuini/iiililiiiiiiL iiuiinliuiuij^u n'rnhumnn (»l 

Oiiuuiiiicuio piii^) iiininhn lunuiun'^tinnLniiihbi nn/inLii Äiiin_u iiinuiuLCIi/iii ufcoiuutoii . Ij 

4 tldmont^ti O/U. li II 5 wiunAihlui 0//1 . ü || 6-7 iiL iilip iiitli/lli . . . "OP lii^nbiuhn 0/fl, L> 

II 9 7/njtiJpfeji^i ff] /iL •*^pt/< /^ a^/flf. B II 10 SuiiuiJ] /> iii?/iTi B — iniiniuiJiij] bntmiiiiiiiiiii'iijiif 

■B II 1- rriiiiiüfci/ij kniiihli B ' 14 iiuiiiiLiiiui^u] ^^tuSuindmbnLpbiuiiti B l| 15 oiiirLii 
0/?2. B. 



poisoi), mais il n'en eut aucun mal; et celui qiii liii avait presente le poison, 
voyant quo cela ne hii avait cause aucun mal, crut au Christ, brüla les 
livres d'apres lesquels il avait preparc lo poison et distribua ses bieus aux 
pauvres. 

ün versa ensuite de l'lmilc bouillaute sur les parties secretes du saint, on 
le pendit ä un arbre et on touclia ses plaies en les enduisant de cendre 
melangee de vinaigrc. On Ic pendil ensuite la tete en bas pendant trois 
jours, jusqu'ä ce quc le sang Ini eiit coule par le nez et les oreilles. Ceux 
d'entre les idolälres qui le contemplerent furent frappes de cecite, mais, 
ayant prie le saint ä grands cris, ils recouvrerent la vue. On lua 
ensuite le saint ä Tcpee, et c'est ainsi qu'il rendit son äme ä Dieu, le 
10 novembre. 

En cc jour, saintc Stephanie, qui etait veuve depuis dix ans, voyant 

♦ A I..I. ,s7 saint Victor mourir d'une morl si cruelle, * s'ecria : « (^)ne tu es heureux, 

ö Victor, et que tes («nvres sont heureuses ! Voici que j'aper^ois deux 

conronnes descendant du ciel, une grande pour toi et une petite pour moi. » 

Elle alla se presenlcr au juge et confessa franchemcnt le Christ. (Le 
juge) ordonna ä des gens courageux d'incliner deux enormes palmiers; ils 



[511] ' 2 TRK, 10 NOVEMBRE. 

1,1 iiiJ/i ivtiLTi ti_ iininTi /iiiiiiitii/iTi ^ i?^i ÄiihlIi, fci- ijJ^lii Afefi-L iiL i^nuiir ^ i?^li; ÄiiinL, /il 
Hn/W.iui iiiiTi/iiii/iÄiii/Wi ij<\iiiiLii}/ /.L *,'fe(u\iiiL /.piiilife^i /j/iJiTi jfep/jnLii, liL iinTiiij^ii /jiiiiniii- 
tiLiiiiiL /i ■/•ii/iiiiiinii : 

[B * 'S'o^' tlllLIIll IIIILIlipfelllllfl //l/llJuilll, //"IIIJ^IUlIllUI^I, l/lTIl^IlljllIinjmil^l, otpiii^i^iiL, 

5 Ifniutiinni. ti- '/nLiuninnu/i : 

llnLpa illltii/ptiuipii t/"^ /' ^'"/"jt feo|[?lil7(iullL^lj iiijiu^tjTiniKtjL 'rjl^iiiiiflll^, fei- t/lli |> 
iiiiiijmoi fet /i ^iiiiiimiiilinJithdi iji/iiiiiLnji m/LiiißfepijTf' Jiiii^mou^jum^L fefi^nmiiiutuL^gL, fci- 
/i iiiiiiiiuiiiLnniiLW/iLli uiLliiniiipiiiUJiU : 

IfL iiiiiiiiiiiilit unL^jiTi //^iJpriii fei_ ^/■nrjnli^nu' iiijiiiljfejJing t^ii "Ifemjinii^i ijj|ui.iliiji^i 
10 iiifLiiipfe/niil/, fei- <JfeuitLii(jp LiJiii 2cOt|ifi iiii-tiiiiii{iiiili|ili ßuijiiiijnLpfeiiiJp fei- L^'"^"^ '^'- 
iiiiiHiTiiiiili i5iiiiniu/iiiinii/niiLp^ii-Ji fe/^feijfeijiii/piili ^"fnij : 

(/l ifein feiiiiniiiniJixiHi "/feinjinii|i ijpiiiijiiLiJii (jiiipAnLijiiifit^i ^i ■/•p^iiiinnii : //V piiiijiiii-njiTi 

'hlipnli nifuiLTifeiiii nliniiiii tyiip iniiiljV'iiiTiop, fei. (fe""'J "(i"i/ Sm""/'^' '[iffn^/"" '"i;;"' = 

/■ii/i //iiii/mjiiiinj.nii ijiip j/jj)t "'«ij"" /' liLnilihtii^LtjLntj l<iilPl''i'' /^5"f J"?/'^' '''>'{""/' 

Ij ^n^Lini[, -AfenTiiiffjjit(jii.i /i JiiJiiiIit fe.ij/.ii/jiiu/iin (/'/(iiii/mj : ^V jfein piiiijnLi? J/jiuIiu iiiiLlifep^ 

i/iiT/iifeijiiiL iiiiL 'l'npuuinu : 

2 fJnjjfeiiiL] /3nij/iJi B — ijSiuiLiiIi] ij.ii(ii?aii (.5i/iiiJi B — fei. iiijJiujtii /ju.iniufibijiui] Suifiiffeiui- B. 



attacherent une main et un pied de la sainte ä Tun des arbres, l'autre inain 
et l'autre pied ä l'autre arbre, et ils lächerent les arbres tout d'un coup : la 
bienheureuse femme fut dechiree en deux, et c'est ainsi qu'elle mourut daus 

le Christ. 

[B ' Fete des saints apötres Olympias, Rhodion [Rodianos), Sosipater, 
(SosJ7m</-os), Tertius {Tertiloii)\ Eraste [Erastou) et Quartus. 

Ces saints apötres etaient du rang des soixante-dix disciples du Christ; 
ils occupaient des charges sous la direction des douze priucipaux apötres 
Premiers en honneur, et etaient au service de l'Evangile. 

De ces apötres, Olympias et Rhodion {Rodonios) furent les disciples de 
Pierre, le chef des apötres; et en le suivant, ils parcoururent la terre, pre- 
chant Tevangile, operant des miracles et adrainistrant toutes les charges de 

l'Eglise. 

Apres la mort de Pierre, ils converlirent au Christ beaucoup de mondc. 
L'empereur Neron, les ayant fait saisir, les soumit i\ des tortures; puis on 
leur trancha la tete par le glai^-e. 

Sosipater, que Paul mentionne dans son Epitre aux Romains", suivit 
Paul daus ses peregrinations et fut sacre par lui evöque d'lconium. Apres 
avoir accompli de nombreux miracles, il trepassa avqjris du Christ. 

1. Cf. iii/hi et Rom., xvi, 22. — 2. Rom., wi, 21. 



10 LE SYNAXAIRE ARMENIEN. [512] 

l'uL SLnuiLmui^ nn aSn.ni^i5iu^LtiLnij ^nLi^pii ^{''•'"g /> p"'''/'3 '"'{n"/'» i\tn.lriuijptijiiiL 
inlinnnn Liii/iii/iiiiiitiii (/'/iriif/mi ^/.I^ //iiii/iiiiuiinjinii^i : OV piuijnLiJ i^jiniiiij viiilpLji/.^iii^ ^i 
/ifLii/uiiiijin/iiili, Ll iiiiiini/ii nuinAniii /i 7'n/iuinnii /iL *Jiii7intuiL /uiiiijiiiijnLpfciiiilp : 

/'i(/i iinLiiiiii //iiiiMimnii' nun fei- i/iiiii (/»jt '»"'jnii, tji 2"'^'""/ fe»- ^^|uiiii-nji ^i ijfcA 
niiiniiin)i '/niiii/Jfiii, fet 'j'uiLiJiiniiiiifeiiii ''/•V't/' [>^'/ /'"I""/' feL iiiLtiniiijiiii/it/' • '\fe'L'""'Jpfe- 
iiiiiL fe III /in /in III II II niimiiin/iii ''/iiiJi/;^inijni<^ : //l i/iiLi//pu^fein^ pinijnLif IifeijnLptuiliij 
ini-iiiuLnn/iiun iiMiiinnLilii cl /iiiiiniiiii/iiiini. i//iiiiinLK'(iiiii/i! : 

/•ii/i unLnpIi '/nLiuninnu' nii fet ipiin ^^ij/^ '^lon^ini, /.ijpni^p /pi^fepii^, uii'i pliij liil^ili 
'floiinu/i nppbiui ki. <Jiunnnn luJfeLniilr i^^uiinn Irnjiin fei[fei- : ul ^tu'nj <\tn.}(iuijjifeguii_ bmliu- 
/ininnii ßfiLnhinnti niiiiiiiip/i : fci. uiiiuni.i? i/uiiulinu ibnni-pbuili l^pkmcj |i «it^pLui^gLnijl/, 
/rL ^iiiuaLiiiL jinnntiinnLJaliinuti : 

/'Inj nnnni /^ii fet llblinulinnii /'''fenuinnli/T/ita/i' '^Linbubmi iiiiiiiip/.pn/puli pLpiuijp^gli, 
iinni/ ininioiiiiLiiiiiiiii- n 7'n/iiimmi iiin_iiipfeini-/afciuim /iL <)iiiuntiiiL /i «»tf 'J 



10 



Tertius {Terteglios), qui ecrivit l'Epitre aux Romains sous la dictee de 
Paul', fut sacre second eveqiie d'Iconium apres Sosipater. Apres avoir 
souffert beaucoup de peines de la part des idolätres, et cnnverti beaucoup 
de personnes au Christ, il mourut eu paix. 

Saint Eraste, que Paul mentionne egalement" et qui avait ete chef et 
notable dans la grande ville de Corinthe, s'etant converti, accompagna 
Paul et evangelisa; il fut sacre eveque de la ville de Paneas (Paneatos). II 
souffrit beaucoup de peines, illumina beaucoup de gens et mourut par le 
martyre. 

Saint Quartus, que Paul mentionne egalement en l'appelant frere ^ 
voyagea aussi avec Paul et prit part ä toutes seß peines. II fut plus tard sacre 
eveque de la ville de Bevrouth (Biiiriton). II courut beaucoup de dangers, 
subit beaucoup de peines de la part des Hellenes et reposa en paix. 

Parmi ceux-lä se trouvait aussi Secundus de Thessalonique, qui suivit 
les peregrinations des apötres, brilla dans le Christ par sa mission apos- 
tolique et reposa dans le Seigneur.] 

1. Rom., XVI, 22. — 2. Rom., xvi, 2:i. — 3. Rom., xvi, 23. 



A ImI. SS 



[513] 3 TRE, 11 NOVEMBRR. 11 



«Sjit/i *)■ /fL 7>llj/ii?pfcp^l «fr. : '/./(liijiujüiiJiiiip^ii J. ir^ihiiniiin 7;n/iuj|iiiiiifLiii : 

f/llLpjill U lilliini f/lj^ill^inilllj^l i^ji . ijMjiiii/jlllTi //iiißii^iJ^lliiTdiii/) /iiLiiiiiiiii^in iimniiiW), /i 
^Jiijt^' 1 1' nun 1^111 Ij^nli II j^, ji ßiiiijiiißtli Wiili/i^iiiH^i : //l n^ Jn^Jl^^i miniiiiiLi iiifiiin/im./J/iL7i 
LiLUinmininhnh (il linpLuii jiUiiilil^n /i lUnlihu äiitini-/(7{iiiiju, iiinoß/iLn fei_ uiiu^on : 
5 //l ^iHLni-jt 1)^111.11 i^UtniUL. iiiÄLiiii tlinuli iiiluiiiL "Pii/iiiinnu/i, /lOtiiii /i iLnlil; uiiiin/i, 

liL innJuiU ttnnnilbnnili ^iiiiiiuiiin^ulf iiiuiniin-niilr fci. inSiinlu piiiiinnf LnfJbiui /i J^O 
Lnniii Innuinnil^uihkniuL. ti'f'pbninnn l.iminLiiiÄ tc i'P'll' '«uinni_Äni, /jl il/iLnii Aiiin.1111 
'hnlininniili : 

U Lpl^niijnLijli'b ijiinL^plf fei_ Aiiiij/^Lij^iZi itl(/^/iZ<, i.i_ lunnanil nijl^nii'ii * pfenj^/ilr ti_ ^"«ni/ 
10 luipl^h'L, Ll. inuimuiuli apnul^hli ji ubinli'b tj_ niiinnl^li'ü nlnii h ijlinini SLnli . lii_ niuini <,"uiui/iJi 
n ubnuii hnniu i/änn. i^m'^ni- : 

I/l inndinil miiipiii/i /i infcn/i/i' iiinoM/iitiii iiifi_ (•iiutiiliii^, /il iiiilriii^ii <^iiiin/iTi nnint/u 
unniii : (jl nüinnilphu nlililjnjili h '^nun, (/fiiriilp/in/i w'lk : 

1 '/./juijtupiuTinLp^iL'/i] '/./jiujulP^lS "pp"J B II 3 ^fnt.uili/i£ui/jnJiiii] //■nLiiui/ii/iiu/pt}iii( B — 
15 '/in.ui|iiiij^] ^ i^muiwLnpnLpkiuhL Hpij^iLp^i/piii^ B [ 5 /lOfeuii ] t? B || 10 /i qfcm/ifi] /i nbiniili B 
II 14 'f,..j/i.?pfep/. fT-r.] /tl Äpt/. 9- rtrf(/. B. 



3 TRE, 11 Novembre. 

Martyre de Menas l'Egyptien. 

Saint Menas etait Egyptien, soldat de Maximien l'empereur idolätre, du 
Corps des Rutiliaques {Roi(tilncon)' , de la ville de Koutayia (Koudia). N'ayant 
pu supporter de voir l'erreur des idolätres, il se retira dans las montagnes 
pour y vivre dans l'ascetisme, les prieres et les jeünes. 

Un jour, apres avoir medite sur l'esperance du Christ, il descendit de la 
montagne, tandis que le juge et une foule nombreuse se trouvaient rassem- 
bles dans l'areue, et, s'etant rendu au milieu d'eux, il confessa que le Christ 
est Dieu et Fils de Dieu, et que lui-meme etait serviteur du Christ. 

On mit ä nu le saint et on le fustigea vigoureuseraent, puis on lui 
* frottä les plaies avec un sae et on les lui brüla avec des flammes ; on etendit ' a ivii. ss 
des epines par terre et on le traina nu par-dessus; on rendit ensuite contre 
lui une sentenoe de mort. 

Lorsqu'on l'eut conduit ä l'endroit (de Texecution), il piia Dieu, puis 
on lui trancha la tele. On jeta son corps au feu, Ic 11 no-^urabrc. 

i. S?/n.. Cp. : h vouiz-Epot? 'PouTi)aaKoT?. 



12 I.E SYNAXAIRE ARMENIEN. [514] 

l/V Lnphuii nnhuinn'Llihnli JnnnilLali'L iili^/iiiunu unpniu (/ /iuiiiuiki ül hqlth /i inbnji 
iifiiiliaiiiifi : l/L nniiiiinnLiuliiiili niiiLlii unniii itin rliuiliiihuilitua iniiiniiiu n 'InuwiiihnhlinL- 
iiiof/iii, t«. iiin_u^ iipiiilniiijiu üb Am IIb Oll /i <^/iliiiuiiii Li_ luii^/inotiiiiii fi cintliiL : 

Otuiui) uiLftLn ^lt2Uluiiuli ti tiittulibinili HniKuiitiiitL l\nlsliiiiu'itnnnL '^lunituuihuinh llnnnauihnh : 

f/fiujlifcipii ijiiii Jjn /i 'ijiuinnii Lnaundi, nnnji ihiiii (/ui/ti/iiiiuhl 'Iniiinnup ciii/iiiliniiinu- S 
iiiiiiLui/iu, in iiiiLiiipIinili Hill "'(/"l nLüaüli : Iil innjuiu t>Jiiio /i »iiii/i '^iiitniibji uiunLU- 
hiiianm nJiiu "jiuiiiu fiLn fci. hnbh linnui atuLiulip : ItL c^n hlinU iiiun/i, <)fco) £'*"l']l't nnnnütuo, 
nn bt. nutn tiiunnLnh llnnnuiua tuunLiuhbntttL : 

IjL btiDL ahn^tuubi luuni-iiuniu ni-nni, dl inLCuii uiuntiuiiii^in nruiniuLnn/iIi ^bniuliikun 
A lol SS iii^inaniiiiliiuii i/iiinu Jinniii, <^niiii)iiiitiiin AnnJitunpüi nSiniKitibbl^u ' iiiiuuin/iiiinp l\nbu— 1 
unibiinnL. : 

ÖL hiuju puib abuuibih bnntu iuifcTnn_u, inhuiulii^ qnnnpüiuctnLpniAih ppnaL n^aipuu 
niiinniiintiiii /i iiiilini-n0u, DL fi AfefLfiL /iLnnLU nuuiu uiuiniiii/iii i\/t)3duliii t '»l iiiii^ 
'l''"'/V"''''t" • ''" »inLiiHin Dil MiiiniiiLnn/iIi, Ll ^utSuip^iuLnLpitLli nLiihS iiiil '>i<i|f> /iiJ, fcL 

1 /l infrij/i] /i uife/{Ln^ B II 2 r,i,p,,i] /iLp B II 5 jfeiiiL O/W. B II 6 nciffeSL] nL^nLilli B || 6 
''*!'""] <J""'"'L B jl 7 f/L tji /ili^li] '»L uijii^iuiji fc-ij/jL ^lliiijiunuinuiii B II S nuin piunnLnL O/H. 
B II 13 ^ iiuSnLnOii] /i ui/ruitiiili B. 



Les chretiens allerent recueillir les restes de saint Menas et les deposerent 
dans un endroit celebre. Longtemps apres, sa precieuse tete fut transportee ä 
Gonstanlinople; eile accomplit de grands prodiges en faveur des malades 
et de ceux qui sont en da:iger de naufrage sur mer. 

En ce jour, commemoration du bienheureux Jean TAuinönier, patriarche 

d'Alexandrie. 

Ce bienlicureux etait de l'ile de Chyprc, fds du metropolite Epiphane ' de 
Chypre, nou du premier, mais d'un autre. Lorsqu'il eut atteint l'ftge de 
puberte, son |)rre le maria; il eut des enfants. 11 fut bon, paisible, doux, chari- 
table, cl i'ut appele cbaritablc ä cause de son naturel. 

Sa femnie vint ä mourir, et le pieux empereur Heraclius, ayant appris sa 
• A foi. SH belle conduite, ordonna de sacrer * Jean patriarche d'Alexandrie. 

Avant d'occuper le siege, (Jean) vit dans un songe la Charite sous la forme 
d'une fiancee paröe, tenant ä la main unc branclie d'olivier chargee de fruits. 
Kllc dit ä Jean : « Je suis la üUe de l'Empereur, j'ai libre acces aupres de mon 

1. Si/n. Cp. : Epiphane, chcif du pays. 



[515] 3 IRE, 11 NOVEMBRK. IS 

uin-tulia hS n< np lltunl; ilmuibbi Ijl inhiiiulihi nlriii : l'j"» tpt nb" f>^'l lininliLiuS iiiniLu, 
bu leba uhjibi/i luniibü <|ojit /'""J /3"'auiLnn/iJi, fei_ innJuiS LuiSbu änL^fto qptii lun. itu, 
ai. inbuuthjiqbu nhui uunuiauiu ; 

IfL DUjnWni_ntiui abuiuin t«Jt nnnnaui^nLMhiMU ^ 'J"J' binbuii : i,nuiSiuibma iun.Jiu- 

5 Jiuilf JnnnJbi niunpuiinub piiinuip/ili . ijl ninhu hoßb ^tiiaiun : i/l qnbiun altnuiu /i 

LnunuiLb, bu bbntuLnt^n t«. atibqnuiiiubt;n tütnuui : (»l tot äbiutuiil^n np /i LnijiuL^ fpt/' 

Jin/uiutiiu^ linnui fl«"!/ uinpuiin . tL 4/»/>i- boßb '^uiouin/itr n« "bitLuiabanuatuiil^n nnsiuih 

bbiuq iui2liiwn^h •■ 

(inbbtuq U piuniupbu uiiuikutnu ^jiLiubnuibnqu ei_ iiJjinliu buinqbiuq, ti_ diu J/jliiuiii 
10 ^hLiuhn lunpiuui fei. «uüuij^n uiltn ^tubqnLuuibl^bb : unilrui^ii n/ilrfeiuu fei. luii iniu^iunu^ bu 
qjubnu fei_ qobnu nn ii< buinl^hb uiiiuiniuLbi luuii '^lutinnLoiuIi^n u/iu«fei_ /i Jui<J : 

fyniuiu^u npbbiuq ti_ luii inwiiuin fei_ iiuiucliiuiL fe/iL iiinpuim abbniuLuili luin * ^ JqI gg 
^ujuani.auiti^n : 'liunqbiuq bu UuiuLuiauinAu tiiutuubuibu bu iini.^ on '^luhqnuqiu'bl^b'b ibin 
obbnbiuhb, bu uiuiilib iiiilfelriiiilr libnif riiiiiiilii tiinii bL inLiiiuii/i^/i)i : 

i/l npbbiuq iimiiiiiip/ii piiiiiiup/iu phpl'" oiniiin bu lunpuiui ubrubinq, bu Liunqbuiq 
piu^uibiuiu nnuit;u o/i itiuinintuüiutlap bu iJniJfen/il/op fjiunfeunfelr, fei. piu'^iuliiuilr nbnbu 
uiunupu üiiiub i]fen_feiniu luiuinuinuiqu üiumnuqtulil^n : 

6 ij^tijni_giulitji] jiuqbgnuguiht;n H j 14 ifeui ^iiiintiuii O/«. B || 1 5 ti- lunpiuui Ü/». B. 
I] 16 ttbnllll tuununtl'Jnbnkn ufl B. 



pere, et sans moi personne ne peut entrer pour le voir. Or si tu fais de moi 
ton amie, je te rendrai ami de mon pere TEmpereur, et lorsque tu voudras 
je t'introduirai aupres de lui et tu pourras le voir ä toute lieure. » 

(Jean) ä son reveil reconnut que c'etait la Charite qu'il avait vue. U 
ordonna aussitöt de rasseml)ler les pauvres de la ville ; on eu trouva sept 
mille. 11 les inscrivit daus son registre, les nourrit et les vetit. Et lorsque 
mourait Tun d'eux, il inscrivait un autre pauvre ä sa place; il ne diminua 
Jamals le chifl're de sept millc, taut qu'il vecut sur la terre. 

11 fit construire dans la ville un bätiment d'höpital et y affecta des 
medecins; et l'on y recevait tous les malades pauvres et sans maitres. De 
meme il fit bätir une autre construction et il y plagait jusqu'ä leur niort 
les estropies et les vieillards qui ne pouvaient travailler. 

II fit construire egalement un autre edifice, oü il accueillait toute i a lol. ss 
femme pauvre en couches. II y etablit des sages-femmes gardes-malades; 
on conservait (les femmes) pendant les huitjours qui suivaient la delivrance, 
on remettait quatre ecus ä chacune, puis on les congediait. 

II fit construire liors de la ville un cimetiere pour les morts etrangers et 
pauvres. II y etablit des pretres pour les enterrer avec oflices et cierges ; le 
pretre celebrait pendant trois jours une messe pour le defunt. 



14 I.E SYNAXAIRK ARMENIEN. [51fr 

hu nluSlillUllll /^^(LU Ll IJ«Ull/lH, /tl IjAlfJu liL Ij/^KIKj/iail l^luÜ'llKLlll/jluLuJg /ILlJIjfellllj , 

Li_ Liuuiiunhiui iJuiuiijilrtiiiL /iliptiiiij" ij/i i?^ i^iii^jji/^iiiiyiiLUi^/il/ : 

fJlijLfei /jL /i uiuinnhi-u isL /i <Jiui/ini_ijnL3ii Iiiit^ijniiij m-jum^ Ll^bijlitji.nj^, ij/i dp uiii.tfbli 
liuijuin.u int-Sbpl; : /Jl n^ ^iLpTi umT/inp ^ i?feinj.ii/up.jini<iiji/ ^ c\fe;i.?iiii(J{ii.jnijii ^/^iiilinliiu^mii 
uiu^i'JuiLiiL, /lu iiiiiiinnL/intn n/i iiL Tinpm nuipJtuliiULnpii'b iiin.iiiliij /^H^fun-n^^ Afen-liiiiijjituglili 5 
huihuLuiununLliu : 

?»!. niuii iiiTniiii/i nnmiiJiuÄiiL^J^iLljii fet ijni_ijijini_p^iLiiii ijnp iiKtTitp iinLppI; öni|4iiiHjt" 
nnnnSaih'L nniiui t <"'iy '"- /• //'"'"«"/'tuii i^mpu ^iLp : Hiitp '""- LuuiiiLuiS Oni^ViiJilito . 
V*ni- innLn fei. feu iitujiuliS fei- ii» i/tiiV)/i}i ^ujiu^ij iipupijfeLiiiij giiij p piiijlufejli : 
A fol. 88 * ti. innJuiS ''Jiunu/i/ip nfrnnLinuiit<J iii"/iT' fei- /pui?tP' fepPm^ iipiiinfepiiiijJt-|l^ Jili/j 10 

Knfe/iiiiiiJinn/iiii, feJnun /i Liml /ilipli fei- ii^iiiinp|i/^I/ li^/j^iiiiiiu' ij/i lyiiii^u^iijfeli ^i 'j|iiijjinii 
uiiii-uin-li /iLnfeiiiTiii : f/L ^luilininSniUi hnl.L Sn'J''''i fe^ jiiipJfeijiiiL Ä/iiIJi fei- i|fepiiiijiiili 
iiii/ipL fet 'hwhh {"t,<f, feL 7iimii iiiife/jnÄtji : //l iiifeiiiiilitji (>^i/^^iiniiiii iijiiiuip|i/^Ji ^''^p^ 
ijliuiLnihi h ijl.iuui SniJnL.i niiin piiiifiii iinn iiiiiinfeiinLDiulitji !>iiijfviililil;^ii ij/i ni-ijijl;;pli 
nliiui.1i, fei- n* /Jnii/ili iJ/iLtfei. fe aiiiäiiip yiil//iL luhithitiu fe uuiuuifefe uiifel^nrtni.pfcJitli : 1' 

3 üLJum^i 01)1. H jl 7 feL ^iiLrj(jnip|iL}iii O/«. B. 



II fit rectifier tous les poids et mesures, les boisseaux et les chenices ' des 
marchaiids; il y apposa iin sccau de plomb afin qu'ils iie les diminuassent pas. 

II augmeiila les rötributions et la compeasation des oblatioiis pour le 
clerge, aliu qu'il n'acceptät aiicune retribulion de personne. Lui-meme 
n'acceptait pas la retribution canonique des metropolitains qu'il urdonnait, 
et il prescrivit qu'eux aussi sacreraient eveques ceux qui eu etaient dignes 
Sans (accepter de) retribuiious. 

II est encore une infinite d'oeuvres de charite et de reforme accomplies ■ 
par Saint Jean le ciiaritable, qui sont ecrites avec detail dans sa vie com- ; 
plete. Jean disait ä Dieu : « Donne, et moi je distribuerai; je ne serai pas le 
dernier ä distribuer tes bienfaits. » 
♦ A fol. «8 * Lorsque les Perses se furent empares de Jerusalem et se preparerent ä 
venir attaquer Alexandrie, (Jean) s'embarqua sur un navire avec le patricien 
Nicetas pour sc röfugier en Cliypre, lenr contree. Or, lout ä coup, il y eut 
du vent, la mer s'ebraida, les vagues se souleverent, la tempete (devint) vio- 
lente et le navire etait ballotte par les fiots. Le patricien Nicetas aper(;ut lout 
i'.ulour du navire, sur la nu'r, les pauvres que Jean avait nourris, dirigeant le 
navire, et ceux-ci ne (le) quitterent que lorsqu'ils eurent pris terre, sauves 
de la terrible tempete. 

1. L'auteur a transcrit les mots grecs .aöoio; et /oivi;, qui designent les mesures 
usuelles pour les graiiis, l'une de 2,') litres environ, laiitro d'un jj^u ])1us d'un litre. 

f 

> 
t. 

i 

f 



[517] 3 TRE, 11 NOVEMBRE. 15 

Gl. i/iin lULnupa uituuiu^ n uituituili urii-iiu 'Jiiiiiiiiiujfcuiu li/iiip/ili/i riiili/i uiuiutänL- 
ikuiliiuL, fei- duihbuili luLuihtuLuiui n uiiuniulinuu, nn fe/i uirLiuOp linnui nLUtuniAi Lkhnlihtun 
qiuiiX : UL. i; utSbliuifli /ifeLn/ilrtun Lo/Ju ^uiiiuiii ül feii/ifcii/iLn niu>^febuiu, fei_ uiul; . t«(u\uii/i 
nniiinJiuÄni-flfeiiiifii aiuJiiV tiiunluLnkn uin piiiiniiin lupa '/"»t '/ß"'/ P'"^""^"/"" /«"»ijmi-njiiuij 
5 n/i <Jmn/iLniji£i(«uui/i/i uilinjuiunl^lih lUiLabu, Lu <JiuLii/iiifeii nl/ti lunaiubuii-nnuh ku nliii 
unLna <^iuiiiiiiiufeuiuu iiu»»nn.u luuiinnLiuLuihu iknltlinh tuhiuhaiulnuu : 

tv nuinö/iLiituii tniiilifei/ili n/iuiuin t/^t iJfen'^fe"'; t i/uj/uöiuii /'L/'t «JjiiuiJiuifeuiq Ll 
«nn /ifc» ShtiiubiuiL i;n inlnjia hi^pntj ufeii/ilr * iun.iu9/i /"-H . ti- uiiJtLti./i}i /i(<v n^ ijUT^ilr * A fol. 80 
uuiia iJ/iiuili ♦n/i" iinmü, fei- tun-femi feui tunpuimh : 

10 w/ili iJ/i iJtÄiJiuini-lr lunuuintlai'iiLntuL. nilfeiiu /ilii utiLiin <^uimuiiiifeui/ili, tt ijiilpli ijfeijuli 

luSuiihiutt juimuiiujiuiLi : fcv qinntua ^^naunihi fec luu/;; . f.ii i^fenu ^njiÄfeuii i;^ ßn ijnji n*^ 
junuinniluiiiLnuin : l»i- iiuiJoö /'■'"/ «»"t • ''» lliupba luuitnübi : Ul. ^niiiüiuihuiq liaui 
qnbl h itiiininhtih fei- fciuuju/ntiui JuiuiiuTifenii- fe^pfe/ = ''■- uniiiii lunuipUiui fejifeji imi- 
uni-ppii fei- lun-feiui feil /i afeuiJi/i, fei- <JiuiJaiiin<\feuii Dt\fen^u /iLn lunui^feiiiq ^lloinni-iuö 

15 i/iuu^ lAinpli : fri- ^niuSiuikiua "LSui lunJinLi uBm-npfi lAigbiui. b<iuiin ^iJiuuiiuL^li 
uin-UiO/i t/nnni7nnfeuiJiTi, fei- iiiunfeuii ijPiii-(j|JJi iiiiJfeIifeL^i}i n^ feij^in ij^p, iiijj^ iuijop^ii-|» 

3 tn/ifen/iuii] tn/iiiL <Juin/ii-n B || 10-15 i"?/!?! iT/i iJfeiiuuini.yi ... feiimi-li l'iii/iriLÄiij i O/«. B. 



Quelques jours apres, le saint patriarche vit en songe uii eunuque 
dans un vetement d'or, avec un collier enriclii de pierres precieuses au cou, 
qui deposa devant lui uu tresor de quatre-vingts quintaux, chaque quintal 
equivalant ä sept iiiille deux cents ecus ; et (celui-ci) lui dit : « Tu as par 
charite distribue ce tresor aux pauvres; maintenant, le Roi des rois t'appelle 
pour recevoir le centuple en echange et pour te reposer avec les dignes et 
saints patriarches sur des sieges precieux dans la terre inimortelle. » 

Le bienheureux ä son reveil sut que sa fin approchait; il ordonna d'ap- 
porter devant lui ce qui restait * de ses biens; on ne trouva en tout que quatre * a r.ii. so 
ecus, et les ayant pris, il les donna ä un pauvre. 

Une fomme riebe vint confesser ses pecbes au saint patriarclie; mais eile • 
eut honte d'avouer un de ses peches; (Jean) le sut par l'Esprit et lui dit : 
« Tu as commis un autre peche que tu n'as pas confesse. » Confuse, eile lui 
repondit : « Je ne peux pas l'avouer. » II lui ordonna de l'ecrire sur uu papieret 
de le sceller aver^ un sceau de plomb. Elle le fit, et apporta le papier au saint, 
qui, l'ayant pris, le posa ä terre et, elevant ses mains, pria Dien pour la 
femme. Jean lui ordonna ensuite de reprendre le papier cachete; eile en 
brisa le cachet en presence du peuple, deplia le papier et n'y trouva plus 
du tout d'ecriture, car, par les prieres du saint patriarche, eile avait ete 



16 LE SYNAXAIRK ARMKNIEN. L-'»!«] 

iinLnu 'Jiumijjiiituipi iu^'bu^l;u OJiO/.iji"i ' "/> '?>- "^ /.»jAiilSIi iff'jJ' t^i/'i-tg«"«- ti. iiiiJfelife- 
i>t<uili inuin-u LinniAi («iimnLOiii : 

IHM Liilini, iniliiilininntinLlg : I/l LifL'L iJfeÄ ii^iiiIi^/.^/ip ^nftJiuS p<";j/'i' i^iniuii^iiiTiJ/, Ll ., 
A ful. SÜ /.uii?t/iL ijLfei ijLjmilit^Ij. njiii^t" //tJ'fjiiiJi^iß feji^ni. li/rrttuiL tiij|iii/jiiii^iiiinLlißIi, * njin- 
nfeiiiuL /i iJ/iiJfeiJiIio, Ll ^ J/i(>/i |iLjitiiiIiij iiijiiiiji|iT/ uiL(j/i IriJiii ii^iiiinnLni|, ml^i Ll fc,j|ili i^?!iii^- 
yiiJ/I^tii nnnfiiJiinVli (jüijti^iiiiiIi/jjKiL Viijpiuu^ti/iL, 'l//i^fciypfcji^ J'C, juiliilji inoli^i "/'piH" 
U'hiiuiuuii i/Luii/iii, /i /mijnpli ^l^iu^finiij), ^n^inLi? ÄJitiii^ ^ji Ll ii1(I.iiI|[^ : 

6'iit '^ Ll 'Oiij/rrfj./rji/i J-/* : .S'oJi "/>/i"j5' "\/' feu(/iii//""/"<"/> Ll /rj./(/iL iii2iii//fe(>"i"'j;f' 1" ! 

IßLannbuii pui^iuhiujjt Ll ß^iliiij|i iiiiiji/jiuLii/ij^i : 

ünLiiu •/'/'"(J< '/'(i/unnnu^ ü'L^i u^iiijiu^i/j fcji, Ll fiiii^u ipjiiii/^iiil; tji |i "/i<i^iii|i/ji/ 

4-7 tL fcnfeJ/ iJfei ... lufui u(iiiiiiiiLiii^ o/«. B II 8-9 juiLiiL^i uioiiji ... iiJifcujj_ o/«. B. II 10 

Ä'uS] "/./(uijiitPliLii B — lu^iu^fe/iuiuii/Ji] uijm^fejiiniug /"L/irig B || 12 t/i /i 'lliuiuifiliu O/U. B. 



effacee de maniere qu'il n'y apparaissait memo pas de traces de l'ecriture. Et 
tous reudirent gloire ä Dieu. 

C'est apres une teile vie remplie de vertus que Jean reposa dans le Christ. 
II avait ordonne de deposer son corps dans Teglise du saint martyr Euty- 
chius, dans un torabeau oü avaient ete dejä deposes deux aulres eveques. Or 
il y eilt un grand miraclf" lorsqu'on ouvrit le tombeau et qu'on voulut y 
döposer le bieuheureux : les deux eveques decedes, comme s'ils etaient 
A lui. h;i vivants, * s'ecarterent Tun de l'autre, et lui firent place avec honneur au 
niilieu d'eux; c'est lä qu'un deposa Jean le cliaritable, patriarche d'A- 
lexandrie, le 1 1 novembre, jour de fete du saint martyr Menas, dans Tile de 
Cliypre, uu il etail ne et avait ete eleve. 

4 TUE, 12 Novembre. 

Fete de sainl Miles. eJveque, et de ses deux disciples Eubore', le pretre, 

et Söno'P, diacre. 

Le Saint martyr du Christ .AI Urs {Meli) etait persan; il fut d'abord soldat en 

1. Forme des synaxaires grecs. La forme originelle persane est Abarsam, liabituel- 
lement Iranscrite en armenien r.iijju/ii.iV. — 2. Plusicurs synaxaires grecs ont corrompu 
ce iiom en Ssßoi, d'oü le latin Seboas. Le nom perse est Scnui. 



[519] 4 IKE, 12 NOVKMIiHK. 17 

pnjiiiiniiiiLiiii <jiiiLiiiiiiiii/ . iildiiii /i iS/iiitiiioi/iii ULM iiiiinnitint^b /'iiili/i/ji iiiiitii/iili Liiilm . 
liL uilin ihiiMtiiiinunuii. biii/iii/iiiiiiiiii /'/i/i/iiiiiiiiii/iiiili »iiiiiiiip/ili /i /■/i/Jiiuuiuiuiiiii /iiii/iii- 
/ffifiififfiifiif/iifi^lf : 

l/l- 'ifl/Jlilllf muri ni liu/flllfllllf nllfll ntlinttinilinllnh, nilfifll/l llfflltllflfff/fluiflfil^lflM ';7lflf 
5 Ulli iJllllllllLiiiliii yilliliofen/lli iiliiil, Ll Iiiii iiili/^iN iiniiiliilinli fci iiliiiiii i l/iiiii ciiiiii/-|i : 

I/l itifl lllll/lllll- lilt-nLlin isiiiii/iiiiiiiiLii/iIi niiiifiiiiiiiiii/liWi ii/</iiiiiiiiliiiiIi 'liiiiiii/iii, In iiiii iii- 
nfiiilll lioiill ^/<''/> V"/'/'L|i '/"/"/; ■■'- il/ii'9ii'Mir<iiiI "L liniirtiiililiiiiii iiniiiiiiimli, fei. illiiibiiiii ti 
piuniiiiiiiuiiii/i iiiiiiiiiifeiiii iiiiilifeiiin 11 Iifennu uiiiliiiilife/u : 

/'ii/i fciiiiiJifei/i * feiii/iii/iiiiiiiiii}i '/t|/i tiiaiiiL I Mijt/iiiiuliiiii/iiii, feii/iiii iiiliii iiiltAli llliinii- ' 
10 hjinii iiiiiJiiiiiiiiiiiiiiiii finli, Ll iiiii ii\ /iJk iiiiiiuvfeiiii 1711 ('"'MI i)/""(" im feiiiiiiiiiiili /i iiiii/iiiiiii 
/iLn, fei >)'lllill'illl)lllll- ('Iiuill)l/l lllllllAlllL fe '/lllllll/l/lll /' Ltlllillll III Hill '^7l)l iliilllliill^/illllll 

lUliiiiiiiiiiiiii iiifciiLiiO /lOfei-iuJifei ("'(/'/• "5/'"L" liiliiiLii t/' "lUU'UJiuuiiui-nn liiuiliiiiiiiii li/i fet 

4 iiiii/jiiiii/i5iiiiiiiiufli/ip t/"}"] iiiii/riiiii/iiii5i /in/Will iiiiiiijiu)if^|iii B II 5 iViii1/iiiLiii)iij owz. B II 9 

*nnuit] itiiitit iitiinhiit^ tulu. B 10 iiili)iiuniiuiiimLiiiiii] iiiiWiiiiiiiiuiiiiuljillfili B || 11-12 /• auiliui- 

luutn'^li'ii . . . iiifeiiLfiOi^Ii liuilii'iiilJf; O//^. B. 



A Icil. S9 
V a. 



Perse, (titant) de foi chrätienne; il se rondit ensuite ä Telepolis' oü le pro- 
phete Daniel avait eu sa vision, et y fut sacre eveque de la ville de Belhrazitj 
(ßitlnazaho}))- ])&r le metropolitain de Bcthlapat^ 

II s'y rcndit, mais les liubitauts ne raccopterent point, car ils ctaii'nl 
adorateurs du soleil; hien plus, ils Ic chasserent; alors 11 maudit la vill(! et 
se rendit ä Jerusalem. 

Quelques jours apres, Ics hahitants de la ville a\^aut coiitrarie le roi de 
Perse, celui-ci euvoya des Iroupes el irois ceuts elephauts, qui assiegereiit 
la ville, la ruinerent, la brülerent, la raserent jusqu'au sol, et seinereiit 
du seueve .^ l'iuterieur. 

Le bieuheureux * eveque Miles, s'ötant rondu ä Alexandrio, y reneontru le ' 
uraiid Antoiue, l'anachorete ; il n'avait rien empörte avee lui, qu'uu evaii- 
gile qu il tenait dans son sac. II retourna en Perse sur l'ordre d'Autoiue, et 
chemiu faisant, il Uli arriva de s'arreter en un lieu desert, dans uuo grotte, ou 
se trouvait un religieux solitair'C. Dans cette grotte se trouvait aussi uii dra- 

1. II s'agit, d'apres les actcs syriaques, de la ville de Suse, oü le prophete Daniel eut 
une Vision (Dan., viit, 2). Syii. Cp. porte TsXetcoXk:, comme l'armenien. — 2. La Razicene, 
Beil Ruziq ou beil Iliziqoin' des auteurs Syriens, dont la capitale etait Rages, Ray en 
neo-persan. Dans les actes syriaqnes de S. Miles, celui-ci, originairc de la Razicene, est 
sacre eveque de Suse. — .S. Retlilapat ou Gondisapor, en neo-persan DJunday-Sapiir, 
dont les ruines se trouvent au village de Sahabad, ä mi-chemin entre DizIVuii i't 
Chouster. 

PATR. OR. — T. XVI. — F. 1. " 



A UA S'.i 



II) 



18 LE SYKAXAIRE ARMENIEN. l520] 

.//.ju.«, .?/. .„<;«.Lnp J/,A,.4)/r....Jp hf j'"«"/' '"*"J = ''■'- """""'^'"3 ""''/i' '/[7"'"/F' '^'^ ""'^- 

«/..,.?..,{}, sfep<J"»^ : ^V .....t ...i....../..Mnn.L,.,.}. . /'....,..l.J ■„{,.,....$ „/,7,„.j».j/..;...l .....^ /." iun,." 

^..,^„ : r..,t fe/..").t^. "■'.//. ■ l'>-{l.,.,.h,.p[.d. Li i\u..,nLn.S ^1„, .5.,.,.., i.^ {.J-, "A . ^t "<"'/■"' 

(tiiilini- pi; . Wiiiiiiii/iLiiiiimL/(J/iiiii5p i^iii^iiöiiili^iii : 

/,V ..,L«,/. ,,J...,.;/. III.^LlIiI„u fei. /. i'/iiui..}.. feL ,ju»..i,t '"h p""f"LiJ fe.,,/,.,/,„..,n..nJ... 

J,„jn./fe..,f.. .,/. ./[.at/.}, f.1,; .Jfe.„,u.,,.;»f/..nT. /,L,.fe.,.}.., : (/l .j/nn..,., //"fef/- "/. u.)./.,.....-...^- 

/;jfe,.,.5p feL ,„.5j!,,,,..„.i.L.i.J...L/Jfeu..?,. .//.Ätji .ife...,..i...Jof/....l< u}ni l.u^ln,lln„^n„nL^,„ /.Lj. . feL 

A ImI. 8n...l..,/..i...l-t/. .{1.... ....Ljipi. Wfef/. p"i'/>Lß f/"'3 = tl"t * .Jfe.n/>"'"i"(/""^' y "■'■//'• //i/j/><J"V'. 

'"'' ,j„L ,».,,.L,,...},fe.. .,..,. ,,/..nL,?,, : /,V fe,....l,Lj/.L S",<'J''-"L -{""^'""'"/-"■J'''' /' ■5'"/«<">'ttJ'. '"- 

.u«t- W... ..L.,,,i3...1.t ptcj fe. ,.v fe.. : //L fe,jt...L .Jfe...,....../<'f/""}' 'i'vfe..^i. /. ./fe/-'<'J ...Lfe....... 

j,.uJ./.ri Ll .«»t. tl«"" 'Jfe'/ "'/ -d..,u„i„„ir ,j../. /.?.» .....fe^n.;J. fe.i, .......'. : /-"i fej.-..i.fe//-J' U i'll' 

Suiifj...i.j.tui<j ijiiiLfeiniiij.iiili}.' t<"p'/ /' '5i"/i<"<>[5' fet """t i;iJfetnjM<.iijü^i.iiJ. . //j.n.|-,fe.i.feL 
«.i,.jn..}./,.,fcj. .|p...i. .S'fe....Ll,, .p...n u.i.unnjh />fe'/ Hi><nnL"iÄ : //l fe.(fei- /(.i<iA.../jl. Ll ■..}./,...l 1 

/i i/feiiiiii Ji/iiiiii, feyiiii iiluii bi- ^nfmitjuiL /jt" i'ii'fi«""'^'' : 

5 ijJiiiii/feiiiL] ^'"«g li — .S'/ii^J«nii] •/fuijin/ijinli B || 15 pfcij] /i}"/ fjfcij 15. 



gond'une taille öiiorme : Miles rliassa le dragon, qui eclata aussitöt. Le soli- 
taire lui dit : « Le di'a^oii a bieu des Ibis löge pres ile moi daiis cette grotte. » 
Le bienlieureux Miles lui repoudit : « Dien a mis une inimitie eutre riiomme 
et le serpeiit ', il iie t'est pas perinis de cohabiter avec Ion ennenü. »Et il lui iit 
quitter eet endroit. 

Miles se reudit eueoro ä Nisibo, aupres du bifuiicuieuv eveque Jacques; 
et Jacqur's lui predit : « 'l'u niourras eu marlyr. » 

De \ä il se reudit a Seleucie r[ a (llesiidiou {'rishdii); 11 v reneoulra 
uombi'(( d'eveques assenibles, qui diseulaieut avec; ieur luetropolitain 
Saint Miles, s'apercevanl que le metropolitaiu discntait injusteuient et dedai- 
gneusement avec ses evequfss, le Ipiauia par des paioles de rKeriture. Le 
♦ A ini. «a metropolitaiu ' dil ;i Milrs : >< () l'ou, tu uTcnseignes ce qui; je sais d(5jä I » 
L(; bieubeiireux sortit l'evangile de son sa<; et lui dit : « (Test ceei ([ui le 
l'enseigne, t't nou pas moi. » Alors le metropolitaiu, niettaut sa niaia sur 
l'övangile, dit : a Dis-nous, ö evaugile, ce ([uc; tu as ä nous dire; dis-le- 
nous. » Le bienlieureux Miles baisa Tevaugilc, le reinit daus son sac et dit 
au metnq»olitain : « i'uis({ue tu as dedaigne la parole du Seigueur, Dien te 
jugera. » Il sc produisil uu coup d(! foudre, qui toniba sur lui, le fondroya 
et paraljsa la nioitie de son corps. 



1. Cf. den., 111, 1.5. 



521] 4 TUE, 12 NOVEMBRR. 19 

//!_ uiTiiliii7//iliii/ felllllTiiilLniT/ nirii i?l;;Ö niiiiliiin/ili piiillllLlI <f/lLlllIlllii iiiiio/i7/ii i> uc/^/iIiiiiii : 
/'iiHinLiJp iiiilr<{uii.iuin/iiili feiitL nii/iiiiiiiili/iiiii ij : I/l lu/li liiiiini-feiiii iiiimL|J/.iiiili> Iil iiiiLjipli 
null II in tili II III iiLiii : (/l /ii/.iiii /i iiLoii li'/i "/"H titiiiTi iiiIiVilJi tp, /•l iiijunjitiiii ij/i^ni" 
/uili«/tli illlill VilliiiHiili/llll/ llliillf;« liJill iiiiiiiiui; : f/L niiiilil ^l piillliilj>li (/ /.j/llj/.pij IiL iiijilj/.- 

5 (Hill iiiJiiiiiii/i/i iiii(iiiiii)/i)i i/.if/iiiiiiiiiiini_/J/ilit iii/itifiii//"iTiJi : (»l piuijiiii-iip ^luijiiip^ili 
lllllllf/l/l W/lllllIlll/lllllltu IflLlllL l/lllllll lllllllll, /iL •"/''/ '/J'"' /> IKiiIcj feji/jHL iii£iii/jt;jiino|>Ii : 
J/L iniJ iniiiJjOt/' 7^"' '''- '""/"'/t/' lijililiiiuimiiiiililii iiiji/iijiii^iiiiiii * ti_ piiiij^iiLi? iipiiiiipiii- ♦ 
Iion lifen^rn ilt/iiuJifel/ii/ iuiiJjIji ii/iiiiifii /ii_ii : /'ii/i tiiiiiii/ii/ili /ijiiiiiiilp/^ji i^JiiiipiiLiipIi, ti, 
/iiiiiiiui iiiiiiiii iiiiii^miii iiiiiiiiiiii/uJi iiiii/iuiii/iiii)i)i : (/i_ iiiiiiiil/iiiii iiipi>iii(^^ili jiiiip/iiiii- jin^ii- 

lü iLiiiIi /iL li'lin'lilili iinLii/iiiiiiLli fcViiii /i /iiiLiiAiiii W/ijiii^ : Ifn^iu^l^u /.l ((/.piiiiiii f.ijpiiiqi 
0iiiiiiiiLiin/iii, /. Villi iiiinLulini /i ii/iiiiii /.iii/iii/iiiiipiii^iTi : J/l Tiiii iiiiiiiiij ijhiiuiu . I'"i-g 
i/iiiii/il7i ni?/iiJ/.iiifiii iiiiiii/ iiitiiuhiir;ii : //iiiiif^ii (iL t/iiliL pii/j : 

/.'l iiiiTiiii/;^ii iiiLiiiii/itiiiii iiiiliii! '/'i//i /.iii/iii/iiiii/iiii iiyni/ili liiji iiin. liuiiiiiLiiiÄ (»iijti)- 
pLp/i ./•/' = 

15 //l ii/iii/iiiL iii'iiii/i/iiiiiiiili /ii II ii/v)iWriii i>iii<^iiiLiii^ /iL iifi/ilim iiiiip/piiLiiiijli piiiji/jnrtliijpli : 

2 nillilliLi?/;] j'7"'/j> IJ II ---l '''l '"'''' /ifiijlll /viiiL • • • (^''7 ;i""^"'l'. '""■ ^J II *"' '"/''/ '/'""] 
tiuii/i il'/'/ri/i B |] 7 bL inj«/ lllluJwt/' l/l>""] '»"l jiijl«/uilf iiiili)iO/;ji ijfejiiiili/r{/ili H || S ijfejiiillifcj/iJi 
OWi. H II ',) iiiiii^iii/.i ] ii/liiiiifii hkN //r/r/. 1« — iiififiiii||i)i^ jiiiliiiiLiiji^ili ^i/iiiif III 111(1^1 H II ((► (»fcji- 
ulilll] '^/iiijuiili 1> II 12 iiufMilijjtlj] iiiipiiliiii)i/i;;t|j B 11 Jii /iuj/iii/jmijmi O/«. l> '(.iij/iiVp/lfi/l 



A Icil '.Ml 



Le bieiilieureux eii traversant la ville guörit par la prirre heaucoiip de 
malades. Beaiiconp d'infuliMes deviuront chreliens. Oiiel(|u'iiii ayant jure 
i'aussemeut, le sainl. le reiidil leprcux. II se reiidit ä un village dont le coiirs 
d'eau n'avail, pas de gue; il Iil le sigiie de la croix, (^1 le tiaversa cii paii- 
tdutles eoiniue s'il etail ä see. II se reiidit ensiiite a la ville de Meliglicrd, 
Oll il diMoiiiiia les liahitaiils de la vill.' di' radoralioii du soleil. Le roi de 
cette ville, Mistopliaies, ayant eiileiidii parier de liii, le lit jetcr eu prisoii 
avec ses deux disei[)les. 11 le tortura heaucoup et le pressa d'adorer le sdIcü, 
" et, avee Keaueuup de lausses promcsses, il engagea le liicidiciiienx a » a Jni. w 
accomplir sa volonte. Mais le hieidiciireiix lit des reproelies an mi et Ini 
conseilla d'adorer le createur du soleil. Le prince, irrite, se leva de son Iröiie 
et frappa de son epee la poitrine de Miles. Nerses [Nprsus), le IVere <Im roi, 
cnronya egalement son epee dans le coeur de l'eveque. Miles li'ur dit : 
>( Demain, vous vous tuerez Tun Tautre par l'epee. » Co tpii arnva en eilet. 

C'est ainsi que le saint eveque Miles rendit son äuic ä Dieu, le Li uo- 

vembre. 

On lapida ses deux disciples, le pretre Eubore et le diacrc Senoi (ßinoyi). 



20 LR SYNAXAIRE AKMRNIEN. [522J 

Iß'L Ingui /i">/'/> /iiiiiii(uii/iiiI/iiL/<J/.ii(i'(p /fiuiiKiifi/iifiiil), II feij/ili ijlij/iiiiifiii Tini^iii niJiuT/j. ^iului- 
liiuiililiuin /i ^lailjii/^i^iJi //"/.^^»iiJilin, ^/ijillLl? ^li'/iT/ i^fjiuiip jillllJllLl^p, ij/i tL IM pjllllKi^ip 
IlllllJJllflllfll/f/i'j /f 11(111 Hill II ptlinilinlni Itlllulhll : 

;/iiiyii{ iiiLni^i äiupinJuiiiuiii^iuL. iiiiLjijili /'-^i/J^iiipiii/J, '/-t/Jnj tii^/iii/jiiii|iiiiiiiii(t<n}i iiji 
11 U Ulli Abu IllllllliLiiiii ; 

[|^) /» iiiJ^li uiLiiiji ^/ijiimiiii/^ '»(^ijiiiiiiliiin '/'/"'j/>' '"/p"/' W'tjiii^, i.1- iintpf! /jL i?feÄ ^JojiTi 
libnni huiinulif ht- iii^iii/iliiiiiiiiiii Iiiiiiiii ;J 

.Sjit/' '' *=' 'f'iijfeif/ife/i/i </■'/• : .*>••*< t .•/i.i/v"5'l">i //ii/(fcc/./iiiiii/i, miiiiii.l.//5i.iiii('>/iin( ii(imiiji/iiii/ip/i 



* A fül. 90 ■ llnLiinli {{lu/vi'lii't" //ii/;i.;'/>Y>iiiJil< t/i ^r.Liii^np ßiiiijiii^tli, puijiLu^iu^in ALoipiij 

niuuiuL, luiini-ii So/'l* U liLnilnnii Lu luiinuh JopL [Ui^ni-uui : (.V SjiL^i^hn ij^iiiuiiiili^ili 
t/i' iiLiiiiLii/ili iiiJiii ii/in, /iL Lii/,L $iLiinLif>.iiiiiihl< (;"<''. '•'" "{^"'g j''/i'tl'" t"- "Liniii ijiiiiifc- 

4 /•ui/ili/iiiuiifiiuiUflFinliJ ijuf/tii/fiiuifiuli 1>: 

8 .Sollt] ''yiiiiiiiViiiU/iiJi fct i/ui|iP '"2l""'P^"'h^!l"it1 '/'"/"J"'"/'""'/''' '^'■/'"J «Sfeuin-ii B II 10 üfe/jm-b. 
itiiiij iiififiiiiiii/71111111 iiiiiiiiiiiii (1(1(1. \i. 



Ils moururoiit on lioime confession de foi. Quelques fideles deposerent leurs 
Festes daiis la ville de Melkan, oii s'acconiplisseut tant de miracles, que les 
cnnemis menies n'osent plus faire incursion duns les envirous de cette ville. 

I']n ce jour fut martyrisc saiut <Gadyalib>', le metropolitc de <Beth- 
lapal>, qui avait sacre Miles. 

CB Ell cc meme juur, commenioraliou du martyr Nerses (Nir.san), frere 
de Milös, et de untre uraiui et saint pere Nil (Nilos) el de ses disciples.] 

5 rni:, 13 Novembre. 
Föte de Jean Chrysostome, patriarche de Constantinople. 

A lui. '.Ml " Saint Jean (Mirys(jstoiiie elait de la ville d'Aiitiüclie, fils de parents 

' ''■ pieux. Lc iioni de son per(^ etait Secundus, celui de sa mere Antliusa. 

Lorsqu'il elait jiMiiic, oii lui iil apprcudre les letlres; il tut tres studieux et se 

1. l/armenien porte : « ... saint IJellilapat, lc nK'lropolitc de Geth... « conlinuant 
l'erreur des synaxaires grecs. I.,a vraio lec^'on est donnee par les aetes syriaques; c''. 
Klienne Evode Assemani, Acta Mditi/rum uricntaliuni c/ occiden/d/fiim, Home, 17'iS, 
1, p. Gi), et Hf.djan, Ada Mdili/ruin et Sanctoriini, Paris et Eeipzig, tS'.li, |i. 2(>'i. I.c 
nom de la ville ctant devenu un iiom d'liomme, cclui du metropolite est devenu un nom 
de Heu, r£Sot:toXi(; Si/n. Cp., TEoSiYouitoXti; Syn. sei. Sozomene avait sauvegarde le nom de 
l'evöque sous la l'urnie Vaoititrfi [llist. eccl., II, 13). 



A l'ol. '.10 
V" a. 



[523] 5 TRR, 13 NOVEMBRE. 21 

Iiiiiili hi)iiiiiiniuuhnitiliuiU ti_ ii^iLtunnnuilniili niiininiiin/i7i <^iiifii:{iiinii . Lnifiiii^ii fei_ iiiiiiiiiii iii- 
dlllfliiLU« ipi"l ')/'" "<- ""/' tm"i'/<";"""i<'i| '«ll'iL ^llnLin i/iic/ : I/l iijint^ii \i tiliAilini lilLliI^ 
nülllulllltllllinnL.lllllUl . bL titllll n ÄlllOllLll l/ltn/i »llinum/lll, lllll/l ISnlil^n n?i/i /'luo/ll/l(lu/l 
liiiij'^oi» L'L iiinoW/ll p : 
.1 l/L luiiiinii/iKiiip/i (ilii/inimiii^ iinLnnli (7 /<i/iuiiiii /inttiiii /ii>/i/iniitiii}ili iiiil /'iipii, ti- 

n/'imi/ii/iiiii XliiiAiiiinnLiua uiiinliiiiLtun, bL Oiiiiiliii^Luin üJiii fet aiituin Z^ikilu iiiiimii/iii)< 
Unnnilnlih : ■iLiihiiiiinhiua /.l ni}iitKiuliht;tl n/iW/iiuiiiii, fei_ ^niiii?iiiiLlllii JiiJiii a/ifel i/iilll)j 
piii<|iiiiiiiiWiti J.L iiiili'^iiiiiiiiifiii/i 'l/'l'" ''L I Hin III II II III /i II /iL iiTiiinl^il ^iij^/iii : hpLiiin l,i_ 
niiihnnlliiilinitin ii/iiiii, Aiiiilu piliiili Iil u/i, iiiiLnLitli piiiiLilluuiiniifiiiil liiiii^^iin : (/l liiiiiiii 
10 AiiiiAiiiinntiniiiL /1/1111111111111I11111.11111, iLiniii ciiCL pui^iiiliiui Ll fei <)iiiiliiiiii. Iiniiiii /ifiil iiii5feTiiiiiJi 

I/l iiiihtiiiiI ^iiiliafeiilL f>bpiniiiii./inii, iiiiiiinii/lllinpll '/lilllniiilin/iLni-illoiuili, /'''/7111/1/111111 
(•nfefeiiiiiliiiiiiiL ' <jiiiiiiiiiiiibiii/i i/uiiii^ii //i'ibi iiiiiiiiiii/iiiiiip ii/'ii/iiiiiiinii II '/t;i/iiiuiii/i}i : 

1 uiuitinuin/ilij ^/mif fldd. B |j J5 /i Oiii^iii./i iii/iii/i^ (iiin_iiilit\/ifi iii/iiiiiO B [| 9 niiiiuiiiiiTiiiiinfeiui]| 
niun.iuii1innntun O || 11 fcii/i/iii :J l»L lllliLiilL fllifiii*^!! i»*/'»/iiii.WfcioTi liiViu i f uiiiinL^iii, nii /iL lunoW/iLp 
pfTnUi^n auii^feiiiuiu tunttnu ht. n^/iLiufiniiL/rr/ii Im ; ildu. o. 



rcndit ä Athenes oi'i 11 acquit touto la scicnce de la philosophie et de la 
rIietori(Hi(' profane; en memo temps il dcvint tres eriidit dans les ecritures 
inspirees de rAncien et du Nouveau Testament. 11 ainia des l'enfance la vie 
solitaire et il se retiia dans un endroit Cache de la ville pour y raener la 
vie ascetique avec Basile, dans les jeüni's et les prieres. 

Saint Melece, patriarclie, d'AnlidclH', les appela tous les denx aupres 
de Uli, ordonna diacre Basile et lui coramanda d'ecrire des liomelies sur les 
Proverbes de Salonion. II ordonna egalement Jean lecteur et lui commanda 
d'ecrire Ic traite du sacerdoce, sur les livres incomprehensibles et etran- 
gers et contre les Juifs '. 11 ecrivit aussi les vingt et nnc homelies au 
sujet des statues, pendant le carcrne des quarantc jours. II fut ensuite 
ordonne sons-diacre, puis pretrc; et son noni se repandit par tonte la terre. 
A la mort de Nectaire, patriarche de Constantinople, Theophile, le 
patriarche d'Alexandrie, temoigna en l'aveur d'Isidore de Pcluse ' pour le » v tui. '."i 



V" a. 



1. Les traites sur le sacerdoce et contre les Juifs sont bien connus. 11 doit dtre fait 
allusion par ailleurs aux dix premicres homelies contre les Anomeens, jirononcees a 
Antioche en 386-7 et connues sous le titre duitra Ano/iitieos de inconiprcliensibili. — 
2. Confusion entre Isidore de Peluse (mort en 450), qui fut un defenseur de saint Jean 
Chrysostome, et Isidore, moine de Nitrie, qui, apres avoir etc riiomme de confiance du 
patriarche Theophile et son candidat pour le siege de Constantinople, mourut en 
disgräce l'an 403. 



\ ■ I 



22 [.E S\NAXAIRR ARMENIEN. .524] 

/'■IUI II /Jiiiiiiiii iiii)i (.ii/iiii/i7/,iiii, "/"//' iJfeÄ/iIi M'l^nnniili, Ll iiii^LLiii^Ti i^feinjiiiiijo^iinpli, liL 
Iiiii/iii/iiiiiiiiiiiilIiiiIi, (iL iii iWi iiiii i/i i/iiillii/liLniin niiiiiiiiii/i/i iiliiniif^/ili /iL 1/11111^(7/1/1 /'/'/_ 'l''"'[~ 
^uililil^u i(<iiin/iiiiiiiii /iL 4\liiLliiiiiiii/ii iiiiiiinn/iiiiiii» . iiiiiiit;;ii (.i_ IhiLl /'"// s 

I/l liiiiiiiiiL iiii/i/iiii ^iiiiiiiiiiii/iiiinL/ff/fUiuu, Ll iiiiitiiic/iiiil i/iiiiiiiiiiiii/iin/^fi i>t- iii-Iiiil- 
11111)1(711 «Tiiiiiii/iiii/.iii/ili iiiüiiliii i/iii/iiii H/iiiiIi : (»"l iiiiiiiii ii/iiiiiil 'I/'''I fl'l'" '{'""" "ii'Ji'i^- 

/llllllllll /f/(illl)l /iL |/|III|}| lllAllltll IUI III IllJlIll'illlTl, /iL l/lllllll |/|I|/|I)l/J/i lll)l IMILIIII /. L lll/lllllllj /jl./lllllj. 
IIIi/iIIIII /il )l/illl'lllllll/llllll t\llllLII /l lltllllll lll^nilLllIll/llll/lll /iL /i IIIILIIIÜI, iWi/lll/illlll /iL IIIIIll/illlll^Il 
ll/lllll Mlll /(L llllfl /llJlllf/flirfllllfllflll, /iL lllfl iilfllt llllllfllLlltl /iL lllllfllll/flllMll tllllsllltjtlt i 

(fV l/ll/^fl /illllip/lllIILIIII l)/illlllLIIIIIIIII lllllllllin/lllllllllL/J/lLll, /iL IIII1/7II, /iL llll/^^l . /ijMIlll^l 

iiili/iiiiii/iii' >iiiin4\/iiiii /iiiilinli/iiiiii, /iL njisiiiili iWiniiili\/iii niiinXlin /iL hliinnlili p'''l '''•'IP''< 

/■l /i/«'/^ lüIlIIllLiy lll/llllllll llll/llllllll/lll/ilj MIIIIIDLl) lllllllllll) IIIlOlllll/lll : I/l IIIllJuiILIIIII W/ilIiII 

iiiilLlilii jt)i /iMiiiiiA II i^iiiiiii/iiiilit^, ii/i iiiiiiniii/fiiii iiil/iiiiiiLfiiiii iiiLiiiii^imniiL/i;/iiiiiIii /in- 

\ lol. 'Ml iiiiiiiiiiJif^, /,L »lllllll /l'"II (IIIIIlIiHII /iL lllllllll'l/lllllll/il : (»L IIIiJ/i/i/il/iIi * lillllllll/lllllll /^lllll 

n/ffffff/iiifii ii\ fiii/iiiiii, iliiiiili innl^in /iL /iiiiiii /l/ll^llflllllllt^ onnnijnniiiiilili, ihm iiiiiiniiiiiiilf 
iijiiinii /ti lllllllllll juiml^n i/iiiiili /iiiiii/iijifiif iiiilLliiiiifi iliiinnliiiili : 

l»L /;ii />)'/>)' ii/iii<|tiinii l"l</, 'iL J/iiiiiTi iiiiin/iVliiL/i \uiilinil Itl iirti/iiiiL <)iiiil öiiifliii/^t^ji . 

i firTllfilllllll/llllIiJ lihnnnnlililli \t. 



patriarcat. Mais rempereur Arcadius, fils de Theodose le Grand, tous les 
inelropolitos, tous les evecpies et, tont le peuple d^ la ville elurent Jean et 
düiinerent Icurs sufTrages poiir le l'airc v(>nir d'Antioclie et le sacrer 
y)atriarche. O^e qui eut lien en elTet. 

II tKX'iipa le si^ge ])atriai('al, preelia et enseigiia iiicessainmi'nt au 
peupli' hl parole du sahil. II sc; mit cnsuile ä ecrire des livres sur la peni- 
(ence, sur la vie passagcre, sur le salut des äines et sur la vic eteruelle. 
II ecrivit cnoore des patiegyriques sur les letes du Seigneur el sur les 
saiuts, il commcnla toutes les ecritures de FAncien et du Nonveau Testa- 
ment, et (fit) d'autrcs liomelies en grand nombre, eminemment utiles. 

II se portait garant des pechenrs pour la penitence. II ecrivait et disait : 
« Autaiit de fois tpie lu scras tombc, releve-toi; aulaul de l'ois que tu axiras 
peche, repens-toi e(. les peches te seront pardonnes; si tu commets souvent 
des peches, repens-loi souvent. » II iit eompletemenl, disparaitre le descspoir 
des liommes, car le demon prend les jxjcheurs par le desespoir et ue leur 
pcniict poinl de so repenlir el de faire pcnilence. II n'ccrivit jamais de 
A r..i.!m* Icxique ou de grammaire pour la populalion ignoraute et hasse, mais il 
parla toujours daus un style simple et clair, pour etrc conipris par tout le 
nionde. 

II jetiuail hcaueoup, ne preuail quo de IV'au d'orge cu pelilc quantite 



r' ii. 



L525] 5 TRE, 1,'5 NOVEiNIBRR. 23 

/fL ^i.inJi /jii.jiii^ t^nn'ililui^l, '^/"j/i/'J^i ""/"Pt/'. ti- u^m/idfl/ /jiiiiijtiiY /i ii/,Til,/j|r /iLjjnLiJ, fei. 

j^lipJllll'i I/Ißilt/I '.L Illj/lllIIIIltjl" Il|}l/^/,III^ ^lui^O^l ^, I^/,J1IIH II^III^lllJl^l), /,L Ilnl/llIlL i?/i 

5 rtp fet i{^iii^nL<,'/iii //Lijnpii/iii/ ij/^|i?i r.ji/jiiiij^iii.i^i /^2'"""V"",'i' "/' i""/'2"'"''/'""; tf 
7"',<'l/' '/^'"^ '^/'"i "'.U"^"i' '"^ ^"" ' t /"t/' 'f'- "^ //ii'pAiiLijfiiLtji . feL /jtiJ jii(I»ij^rfml/ I11..III1J 

llfllffiffiixfu/fnl/ ; 

(/l ^iliLtlLft JfeÄ^l Uiiimt^li'il IjTii'iiJ Pliilfnu'ili'ii (i/./^/jijfeij^i},, fet piiiIi/iL» /1111U1/.11111 nliiii 

10 iKiLjiji <Jiinjiiiiii^/.iiiTi, fei_ nv fem Tu?!!! |J(nj ifinii/litj^ (ife/^ferjfeij^iJi, fei_ uiäoüiuijtn niiinXiuL 
ibuiu : (/l |;<"j(<" V""t fe'jfeL p^hiiiS^i iiifiijiiipiiirpiiui niii^iiilriuiiiiiiifeui/iii 7'n/iiii/inii/i, fei. 
S^""/7'. /'>5"'J^""(/' /i't "/""/ ii^iiiinaiiiiiiiiJiop ^}i/^feiiijt ijlriii jiii|lr7iiiLn^ : * //i. ijuiiiiZt^ /iLnnLi? A f(il. !)1 
^iiiprii^J/.iii)i)i •iif7/iii/pii)i ij /''■/, (ii^i^i^ II II ijf.ijfe/jiiiiitiijpiiL iiiiiiiiiii/iiiiitnZi, fei /■iiiiiiniiiniiii }iifiii 
"(' '■/'^t '^'>iii/viiJi!i',ii fiiitlilitjt; ^iii|r?iiii 11^)1, )iiiiiiiii 11111)1/;^ liiiiii 1/111/11111)1111/1 liiiiiiii iiii/i/iiil)i : 

1ä "L linjiiii c/iiijin^feiiii i^iiiiHiliiiiiIi i?feiniiiiiiiioi/iiiiii /il/i feiii/iii/iniiiiiiiopZi '^iiiTinfeniX, 

^liiuij ^i '/iiiiiiiiiiliijIiiiLupi^iii fei_ <^iii7iii/iiiifeiiiiiL WiiiuniL<jLniL . fei_ jiinn'^nLnn iiiniiiiifeiiii /i 
il^iiiiii^iL, ijli<"ij /'''/; 111^1^1^1111 iiipuiiii^nj ^iiiijiii^^iTi, /i ijfeoiiL lhnLtlilinilii;u, fei_ iiiniiin uliii^nnnu 

2 iiii(/fiiiLj lliiifiaii fi/f iWi [>. 



ot ne se nourrissait que d'iin peu de paiii. 11 passait toute la uuit sur pied 
en pi'iatit; il avait fait tendre une corde dans sa chambre et lorsque, apres 
avoir veille, il se sentait faliuiie, il appiiyait sa poitrine contre la corde et 
dormait un peu. 

II Itläiiia les usiirpateTus, les avares, les exploiteurs et les cupides. 
C'est liii ({ui reprocha a riinperatriee Eudoxie, fcmme d'Arcadius, de s'etre 
approprie la vigne d'uiie veuve ; or eile ne recouta pas, ni ne restitua la 
vigne; il l'appela alors en l'acc Jezabel et Herodiade. Eudoxie, irritee, le fit 
sortir du palais. 

Le grand jour de Päques, Fimperatrice s'etant rendue ä l'eglise, le saint 
patriarche l'interdit, ne lui permettant pas de penetrer dans rcglise. Elle 
s'en relourna humiliee. A partir de ce jour, eile se declara renncmie de l'e- 
quitable pontife du Christ, et chercha des pretextes pour le destituer de son 
siege. ' Elle trouva un complice de sa mecliancete en la personne de Theo- ♦ ^ f(,|_ 
pliile, le patriarche d'Alexandrie, et Ini promit de le faire succeder sur le 
siege s'il parvenait ä destituer Jean. 

Theophile convoqua tous ses metropolites et ses eveques et se rendit k 
Constantinople; il fit visite ä l'imperatrice el, apres s'etre concerte: avec 
eile, il se retira hors de la ville, ti la villa Rufinicnnc (Roii/ianh), et y tint un 



r 



1' u. 



24 LE SYNAXAIRE ARMENIEN. [526] 

iliiinniuuioiinopli /iLniii/n i.l /iiii/iiiLiiiiiiiiiopIi, i/iuiiu iiiiiiiiLW/iiii/i f/nuyiiliunt : i7l nnciiiii 
Hill 7>iiiKiiiiili/-|i off (iiift/iiiinJ^ li rfnimifli, />l I/iii iit nl/iiiii, iiiii qnktiin iiiil Iiiiiiiii . (>/<'/, i?» 
/i/i/iiiii/iii 'j'iiiiiiiiiiiitinnli <ii,iLiiiliiii, /iL («lioi/iiinuii fci_ (/>iiiLuiii(ini)/i, li pfe'l "/iiiil" n» fc/i/iiij 
u/i Wpliiiiil/i /ifi/iLLiiiiifi /i/ii\ : 

f/f tinpiii nLnliiiihn Miiiint ulliiutliiu nutn \tiin /iiiifiofiiilflL niiiiitfiiiiiiiiriirilf ii/lii illl titiunb- Ti 
riiilfiL : f/L f^/i/l lifiiiiiil^iiiiLn MiintuliKninLlütiiitli hnniil iiiiii : ( «iLflf V^/iff/i t'h'h 'l^rl'** llnnnp- 
IjDii/i lUinitiAjtiniiiL^ '/"/' f!fii'irri-fi liiiiuiiii) /f i|/>/>" /"^P jiiniituih hi. tuhnhnniAiLili ^iiii/iiifiLiiiiiL 
/iL nnLiun ; f/ri/jfifiiiii fi/r/^ nntlinnLU lllljofini tillununLnui fii/iiiiiiin iiiniiin . [iL fliii liiinif n^ 
A l'nl. 'tl /-fili itir-tnn Ii/i/i/i/iiiliiiii ifiuii/i itinpttiiniuq niiLtiLiinu Ll. n^lnni : l/fi/i/ifin /i/(r/~ liii/i ^^iii-^ 

fiiififiiii nf/iiiiiili, ff iiliiilui tilinnitil piiLfriLifiiiiiifii /i/fhri, iifi fiL rii li V^nLfiii (|fi/i /"^"/'^/> '»'"/>'/ i 
liitiir^n iWiiiii : 'Jnnnnnii tilffi^ iLtn iiiiinni liiiililntiAiu ulniuiLtun : t*fij i^/ili iiiiLiiii'/ilf luniiiifiiif- 
liiifiili Miirifii/ifoiiiii Hf/iifif) : 

i/l /ififff(/iififiijiii f/Lfiiinif/iiii li^nin ifif/r/fiii iif/f /il itiniinpLiiin niinil'^tiilitit^u n alionh 
'In LliLinnh iiiiiiiifriiii/fli ///i/fiiil/fiiiiffiLiiffli : I/l LnaL. luiLnJnLJJnLh iiiinpriLli/i uiiiiuirfiuliifu, 
iiL inniniliiLlJ/iLif tx lununLli n annntjnLpnh piiiniiip/ili i/iiiiiii un/iiiiliiiiii li pttinannuinin 

1 /iL l/fi/:"'// OW. B II 16 miijiViil/j] (1I(</ </(W. li. 



Synode avec ses metropolitcs et ses eveques, par mechanccte, coiitre Jean. 
II ecrivit aussi ä .Jean de se rendre au concile; celui-ci nou seulcnient ne s'y 
rendil pas, niais il lui ecrivit ainsi qirä ceiix rpii etaient avec lui : « Si les 
patriarclies de Home, (rAutiocIie et de Jerusalem' ne viennent pas, je ne 
viendrai pas seul aupres de toi, car tu t'es revele mon ennemi. » 

Alors, mechamnient et par (his suppositious malignes, ils condamnerent 
Chrysostome. Leurs impulations calomnieuses elaient les suivantes : Pre- 
miercmenf, (|u'il avait admis les ecrits d'Origene, lui qui souvent dans ses 
ecrits les avait declares rcjetables et inadmissiMes. Deuxiemement, qu'il 
avait fait disparailrc di; nomhrenx vases de Feglise; tandis qu'il avait iait 
\ i(.i.!ii donncr aux ' jiauvres les vases anciens et brises hors d'usage dans l'eglise. 
Troisiemeincnt, qu'apres la communion ei sur l'autel il avait manoe des 
kolibas - au rnicl, liii cpii n'avait meme jainais melc du miel ä l'eau qu'il 
buvait. Oiialrieinemeut, (ju'il avait baptise des enfants apres diner. Voilä les 
calomuies pour son premier exil. 

Eudoxie destitua aussitöt du siege Jean et l'exila au villaoe de Frae- 
uclDs {l'rnirtoii}, dans la camj)agne de Nicomedie. 11 y out un trouble au 
])alais inq)erial, de la I ristesse et du ni.'coiUentemcnt parmi la population 

I. Anaohronisme : le siege de .Icrusalem n'cst devonu palriarcal q^l^^ partir de 451, 
concile de Clialccdoiiie. — 2. Mol grec dcisignant iiiie sorle de gäleau. 



1 



1.) 



Kl 



[527J 5 TRI';, 13 NOVEMBHE. 25 

ijliipHiiiit^Linl^ll ^ll^itliiuhtj : I/l iiiniiimil/i iiiiiiiinfciill /i niiLn^T; luiiiiiiim/lli' /11L1111/7/1I1 o^iiiiniii- 
lutinif /iL^i/iiiilrii . IfL iiiiiiii^/iiiiii |r7iiiiiiu >^/i7i Ll iiiiiiuuiiii ii/lii/i/iiiiiiiiiiTiIi /i niiiriiiipli : 

O'l iiiiLfiLji iinLjip ^lumliliii IM fem /<?"» iiiuiinn/iiiiiip/iTi /i(liiilifei ifefefenfen/iTi feL iJuiitiiii. 
niulifel tiiitiiniiifiiiiq, fet, i^^iiiiiiin/i7i iiii?fe7iiiiiL </nnn JuljuiTi, fei^ /Jiiii/iTi niiiiiimn/iiiiiinui- 
niiilil/ II lilliliii/ili ^fe/ifeiifeiWlIi Uli '/'i»/i '/liiii/milill/lillliti/ . tl, lllLlilu fe /i/i II fe 11/1)1 ifiiiiin iii_)iiiiiTi . 
DL iiiliii inLUiiiLnnliniiiti /■ /uiin^ni-iin uiiiiiii iiiiiiuiuinuinlih : 

f/L ^/ilj iinl( liilLlllLtl ümbllll PuiailL^LnAi, Lu nlfiih '*llll/i/l/l}l «/iKim/feilin iiiiilliJnL- 
/(J/iLli feiii/iii/iiiiiiiiiiiiiii fet piii<^iii7iiii^/iii, fei. feil feL iifeiiiii7ifei/i)i r>'iii/ii/iiii)i nfeiii/iiifeiiiiiniiiiiiiifeiiili 
'l/iiiiimii/i . feL lim n* <|iiiLiiilifeiiiiiL Itioiiliii //Liiiinii/iiiii : (/l iiiiii;^ Wiiiiiiil<J/iIi 11 (/iii/ii/iiii)i . 
(»Ht "> mpiinnfeiiii/i SfniKuililil^ii, iiui'tiuiti iimiiii^iiinii /iiliiijIi feL feiiiTiaiifeJ Miiia/iTiu : 
«IL /Viii/ii/iiii/iiiL /■'»/i/iiii/ifeiiii ii>)iiiiiiifeiu\ii /iLii feL iiiii^. (almiiiiiun feil iiiiiiiil nmmiuiimm- 
limiin ; f/L fei iiiiimmpii : 

i/l iiiLiiiL ■»iiiKiiili/i^ii nnuiUii /r/iiiiinL<jLnili feL fem iiiii)ia}i iiiipiiiinii, feL f^O iiii/i?niLiii)i : 

7 iuiliiil(jj_] /iLii (((W. ß II 9 piiiljnL^^Ti OW. B || 1^ ijniimfi] |iLji rtfW. B. 



A r.ii. 1(1 

V" a. 



de la villc, qui se voyait privee de son maitrc ä rensciguement si doiix. 
Des cris s'elevercnt ä la portc du palais, reclamant Ic patriarclic. L'impe- 
ratrice dut envoyer des gens pour rameiier Clirysostomc a la viile. 

Mais le saint joiif de Päques, eile ue permlt pas au patriarche de 
desceudre a l'eglise et d'y offrir ic sacrifice; ce qu'ayant appris, la popula- 
tiou tout eutiere quitta le patriarcat et se rendit ä Feglise dite de Cons- 
tantin {Kostaii(llaiie.s) ' , laissaut la cathedrale deserte, et c'est la qu'ils furent 
coiisoles par le mystere du saint sacrifice. 

L'imperatrice n'en fut que plus irritee. Elle convoqua, apres Paques, 
un grand noinhre d'eveques et de pretres. Elle fit venir egalement le 
bienheureux I'qiiphaue, arclieveque * de Cliypre -', qui ne consentit pas aux * a loi. ni 
propos d'Eudoxie. Alors rimperatrice dit a Epipliaiie : « Si Jean n'est pas 
exile, j'ouvrirai des temples et j'erigerai des autels d'idoles. » Epiphane 
secoua ses vetements et dit : « Je suis iiinocent de tels jugements. » Et il 
sortit. 

Jean, ayant appris les propos de rimperatrice, s'exila de lui-iucmc et 

1. Les Constaiitinopolitains fideles ä Jean, cliasses de leur cathedrale, se reunireiit 
pour la vigile de l'äques 404 dans les Uiermes de Constanliii, que 1 auleur Iransl'urme 
gratuitenient en eglise constantinienne. — 2. S. Kpiplianc etait mor(. raiinee prece- 
dente; venu ä Constantinople ä l'instigalion de Tlieophile et pour faire condumner 
S. Jean Chrysostome comme origeniste, il etait reparti des avant le concile de la villa 
Rufinienne (concile du Chenc). 



v I 



26 LE SYNAXAIRR ARMENIEN. [S28] 

(/■ ,.......g/.I. ./..,.,J. f.-,,,/,./,M,T,„L ,,f{.../<;...Ut.., /,/.)t >;(>'""/; j."/: ""/""'""// """'^'"T^' = ''""^ 

jMj./ mpuuU.,j„„ , /„ .,;./,»,.; ..... f..... //./ ..p...J.^/.//.'/ //..//../iM.l' "/' i...'">/-'';;>"/> [iJ"j 

.iiß...ij..i /.,?, .?/; S"'""//'.., ,„./,7,.M J. j.n : '/-j-fe...., /.L //„^/../....T. ....1 I..... //./ a.jT..i.Ln,. t/.../. 
iiiißunpiiihtAi gn : (fu tijfei. /i JiiiiL/.|ii /;iij^.i/...i).iil' <JiiiJnjfeii.L /> L.i.L^iJi : 

/,v <,>""?"'i'i<"// P""{-.ls/'*' -('</«'<<}''-//'^' .•{"./'^"'M't" ...fj""j>''L /' ''"'//""'^' ^"'i".7 = 

//i ...?./^i..L /j,.,j./,..L.., .,...i,..i/./j /. '/.....n...T.,j/.T..iL..,,.^..., /.L <;i.ij. t^ .^''r'/% '"^ '".«''"",'/ 

,J...,?/.f,l,.jT. li^l.....J./...i;l,H..J...lW. : //._ (;L... ...../p..L ...L.ILp.J J/..I...L //L.j..p.i/.... »ii.j....^...j. 

.J,i.V..""'lp, ^L ..i.?/,}./,p/..,.i. npß yJ,„f,l.tfml ^...^....(....T.i.T. ;{.../S.<>J'J">l' i5/,.i...J. /.L 
\ lul. 11 /j„j,/„..T. : //l /''■t.n/./i|in.. ' ii^..,.nj./....j.pf. ji.ijL./.i.jn.}. /iLjini-J .i.(jfii.#J<.<//t/> './Jt • <S''. ■""'<'■'? 

/..,..,.n.»/i..T./,.j..iL .j...Iioj.tI<.>" /' '/" }<J' '/"/' '"/""/' ""■ 'f'"/S""'i''''t" ''L "<"/'" ."i^ii'J"/'*"';/ 

//l mi....j.i.l.}. /;. .j..p..|.in li/^...... /.J./.J1/.L '/■"'^" '-/■tii"!^}' /.i '■/''■;;. <5/'J'»''L j!J.(</.i. 

uthiinillMi ;7i../y.il.T..iL /. '/iiiiiiiiii).ii/.i.i.L..ji>^... : 

t'L i^npJunl <;...../.}. /. '/«.Jk.I.i.i njip .iißu.ij.l..j/.J. ij.i.iLj.p <J.iiq.iu..j/.u.T., f/""'"'] 'ff 

4 <;..i.ifl(j.J] <;...../..; IJ 1! .S ;i.ij....;...;. iV..iV.L....Vji O/// . I! L '.» .V/..L...1. /.._ /j..j./f...5.] ;...,....;.uj. 

.?...V...i..Vp /,n,Tfcii.i. IJ II 10-15 tV /''•/,n././.(n.. . . . /. '/...l......7.,j/.l.,i.^U(oj/,„ : O/«. B || 16 «.Jji...j.fe.,/.f.] 

iiipiinff/^/ilf 1>. 



qiiitla le siege. Or, ou dit ft .leaii, a propos d'Kpipliane, ipi'ü avait, lui aiissi, 
signe la requele d'exil. II en ful tres afl'cctc el lui ecrivit : « admiralde 
Kpiphane, toi qui as consenti a luon cxil, In ne pafvicndras pas ä Imi 
siege. » Epipliaiie liii repoiidil, : « O .loaii l'ascete, tu as vaincu et. tu tc 
laisscs vaiucre; de iiirine (|iic je iic |)arviendrai pas a nioii siege, de meme 
aussi tu nc parvieudras pas ä ton cxii. » II airiva que, taiidis (pi'il naviguait, 
Hpipliaiic mounil sur le hateau. 

L'iuiperatiice oidoiiiia d'exilcr l(^ bienlicurcux Jean ä Cucuse d'Armenie. 
Une forte grele se mit a tonibcr a Gonstanliiioplc et le feu dcsccndit du ciel, 
iucendiant coinpletemeiil le jialiiarcat. Eudoxie niounit peu de jours apres 
d'iiiie mort violentc, r,l Ions eeux qui avaiciil consenti ä l'exil de .lean 
.\ t.ii.iPi nioururcnt dans la perdition. Le patriarehe ' Tlieopliile ä l'agouie s'ecria : 
« J'aj)erQois inon seigneur Jean sc; tenanl devanl le (Christ et empeehani 
la sortie de nion Arne. » II avona riniijuili' (ju'il avait cummise envers Jean, 
puis rendit l'anie. 

Le tombeau d'Eudoxie se mit ä trcmbler pendant trente-trois aus ', jusqu'a 
ce qu'on cüt rapporte le corps de Jean ä Constantinoplc. 

Quand eeux qui emmenaient cn exil le saiut patriarclic furent arrives 

1. Si/n. Cp. : £iii ypdvöu; ouo xa'i Tpij.novT«. 



r529] .5 TRE, 13 NOVEMBRE. 27 

i!iuii/i ^iitlriiiiui/iiiiu /"-/">^ : ''L iiii/iiiiiiL n^iiiMiiiiiii/iiiiiii/iiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiu/i)i iiii/.iiiiiTi, iiiiyKiiiiii. 
(•((iiuiiiLOiii l>L tltiimni^n iiiuiiiiinLiiiAiii^/ili /uiiii^iii iiiil;, /ii <|iiitiiiiiii/iiiiiiL /i iiiiiiiiiiii m/iinTi 
/.L /i iinLiiii itiiinillini (iL iiiin/ili^ llniiunji («iiiiinLOni : (»l n« /j<^iifii iiiintiiiiiu nuui miii]i/i7i 
oiipnili l»iii/ii/iiiiuiii_ : (/i_ »liiiii/iii/ili iiiiiii iLlilinLnLn'^ iiiiiirii i/liiiii/ili / *iiiii/ii/iii/inti/i : 

I/l rnii/iii /i inkuitiiiili iiiii/iii/iniiiiiii/i '/iii^iii/iiiii iniiiiiuin iiiliihilmii I"I", nL iiiufcliiiiili 
iffiLlff* ^iilffillllif/fUiplf /l lifllfj ^fflfffillLlfffilliff fiff/r/riiLfl iffffflflfll-flf/iiii/fiff Ljl iilluliLiltintulih ns 
liuthti : I/l <Jiiiiiiiiiil(tii . //i-;i /"it ^"ilimiii/feiii" 'iiiiKiulilil^u : (»l iiiii/iTi 11)1111. "iiii \inil- 
'^iiiulil^ii /iil/iiii/iii, II (/ Iiiiiii /iWi /i/«t iI'iiLifi'iiii/iiiiu/iv/i : i/l lim iiiii/- . ii/f ii/i/iii/iiiiiilili ii'/iio- 
iiiiiifiii/iliiiLiiiiifiiiii ^iiiiiiiiiiii/iinli : («11^ iifiiii "'l/> ''/> ifii.iiiiiLiiii • .41)111/^111(111^11 iiiii/fii f ^\ fi, 
nttniiiti^jutiinnt lotiltth i/iiiiiiiiiilii/iinll, 11(1111 ni fiiiiniiii ui/fiiiiililii nfi fifill uiinnnt^uh Ul fliill 
nLnnut;iih iiiiliiiO/i iii/oiiiliii(i ( «iiiiiiiloiii liiii/inlifcnii '/'"l •' 

«i^iiiufiiiiui- iiiii.iiiui unil^iiilitii-u lltililiiilintiiliii IILiiiutLunLnli ir b . itiii iliiiiih iiiiim/i 

Illoll/lll lIlll/ll/illIIIL «Nll^/l ff 'iL Ißnnllllilljl ir /', l)lll(lll/l lllllllll IIILIILII IIlIIlllIll/ilIIIIL : 

12 *,ililin/iiiii J nii/iiiil tinuihctiii ^iiiiiili iltii (TL iii/ifrntiliiiiliifii i/tiiimanifniiili udd . O llulih- 

Mftffiii1i)t^ /.r innliiitiituitiiuli ^iiifiriiiiliniiiff '(iiiiiiiiiiliiiniii.iiioiii/i tldfl. l> j 12-13 1*11 i/iliil/i ... 
fiiiHiiiii/tifiiii. :] /'ii f/iilii)i liLSlt iiKili/t fiiLiiLii}i Ultimi /lliii\/i)i' i/fii/ii/i«/i)i /i fiiif/iiln/rii/t ir /*, niii/it^/f 
lllllllll iilL(iLli ilulLUlV^/lli iilplllllllll/iiiinli liiliiii\lliL iiii/flniLli /'I/l f ll/> <(L ijoiili niiii/i 1110)1 iWfO llllllllUI- 

phiflih I B. 



ä Comana, celui-ci counut que c'etait le jour de son bon repos. II se revetit 
des ornements patriarcaux de la messe, rendit gräces ä Dieu, odVit le divin 
inystore et conimunia au corps precieiix et saint et au sang du Fils de Üieu. 
II ne parvint pas ä l'exil, selon la parole de saint Epiphane, et on riniiuma 
tlans l'eglise du saint niaityr Basilisqne (Hasiliskos)' . 

L'eveque de Comana vit en unc vision un tenqth^ tont illumine, dans 
lequel se lenaient sur leurs precieux sieges tous les saints palriarches, mais 
il n'y apergut pas Cinysostome. II demanda : « Oü donc est le patriarche 
Jean? » On lui repondit : « Quel Jean ciierciies-lu, le baptistc ou Tevange- 
liste? » II dit : « Ghrysostome, le patriarche de Constantinople. » Un iiummc 
resplendissant de lumiere lui repondit : « Tu parles de * Jean, le docteur 
de la penitence ? Tu ne peux le voir, car il se tient devant le trone de Dieu 
parnii les seraphins et les clierubins. » 

Saint Jean Clirysostome reposa le l:} septenibrc, niais a cause de la letc 
de l;i Cruix, sa fete fut Iransportec le 5 Trc, lo 13 novembre, jour ou il fut 
exile. 



I. o-j 

!■" a. 



A IVil, '.1-2 



1. Le recit laisso entendre que Jean mourut dans le transpcirt do Constantinople 
k Cucuse; en fait, ce fut au cours dun changemenl de residence, de Cucuse ä Pilyonk-, 
le 14 seplembre 407. 



28 LR SYNAXAIRE ARMENIEN. - [530] 

CB Olliliiif im llLll inoJi /; iiiiiMit /.i imiiili\jii/i iiiilJi (.iiiiiiilÄiii '//illll/lillHnup lipillli^fcjill- 
linnÄ iiiu/in/iniiiiiii/i}i ///ii/.l/i/iiii : //in" i?/i J^n iLnlin^iiintiLn Lu i/iiiuiu /iL ni_p iiiii.^ip 
yiiifiiiiiiitumiuu ///i/i/iiii :J 

Siit/i .'{ (it '(»ii(/7i?nfcn/i (/''J- : .S'kJi /, '/'/ii/iiiiiiiiiii|i um iiipfejiijli jfep/jiiiniiiuiiili^g : 

SiluLltLliii iiiiyiiiiiii/iniii iiiiif>iiii/i)i S null nihil tili '/'/ll/llllilinu niiLilin/.iiilll i{'"<','J J' '•/''//'"i "J 
il'u/iiunLnn piiiniiinTi /iL /r iiiiiliiiilTi /iL nLunLaiiilil^n niuLiiiniiiniiilili '/"p^iiinnu^ : l?L 
Liiftr/iiiii 11 piiiiiiimli i>/>niiiiiioi/iii /<L iftnuiiii ijnilli <^iiiliiiuiiiiii/iiiii nnnLiJ iiiIiiilIi t^ji 
Uiiuiipjinu, /iL t/'^' /' <5/"""/'^' //'iiiii/miiJ £"lf'J' '/'/'//'n/"/""/' /'L I'iiiiiji1nijliät;nii il^ i/*"" 
/r/ii>)iiiiiiii/inl/ /iL Hill iiii'iiii/i/>iiiniiiii7i /'Lnnn : Pl nLiiiiiiiiiiTi/^/Ji nJnnni^iiLpqu giiiijiiiß^iu nji^ 
A fül. ".1:! iiiiii^iiiMi/i iiftAii /»L ii/ifTii, iiL niiniiiLilu nitinAnt-nlili /i 'hiiliutnnu : IH 

//l /i/iJi iinlinliiltli '//i/iiii5iiii/iiiii, /i c/iii JiiiTiiii/iiiiii iiiiilibitij <J/iLiiil»nnL^<;/iiiii)p ^iiiJia/i/;^(i 
/iL iiiiiiiiiili, nii ii« liiunl^n iiiJ/,Ii/,L/iIi /iiiilial//.! /lim? Liiin/ii : //Y innrfimJ ihliiil ij'/'pj/"i^- 
iiiniii^" ptunix/iiiii /i ÄiiiiLiiii/iii /'Lnnn iiinÄinW/i i?iii<^2^op, {Amin iiiil 'l'/ii/miii^nu <JiiiLiiiuimg 
/i 7'n/imnnii /iL niilf>imiiiiL : (»V inLiiiL iiijauinjuh min fiLii, nlißimjiiiL hnhumpiULU, KnunJi 
ii<)iiin n fi/i/iiiiTini/iiiii /i/iTi /iLn /iL ninli/iimi nlim nL(/n/i7i, /iL imi/;ii . //n /ini/uiunij jumpbmtj 15 



[IV I'Ln ce jour, fcte du saint et admirable hoinme de Dieu, Quintilien 
[Kintinnos) le thaumaturge, eveque de Seleiicie. 11 fut run des trois cent 
dix-huit saiuts pontifes (du eoncile) de NiceeJ 

ß TBE, 14 Novenobre. 

Fete de lapotre Philippe, Tun des douze. 

Aux jours de Trajmi, l'empereur impie, l'apotre Pliilippe se rendit ä 
Lycie, ville d'Asie, et daiis la contree, et y cuseigiia rövaugile du Christ. II 
alla egalement daiis la ville de llierapolis et rencontra uii fidele, dont le noni 
6tait Eustache (Stakhios); et il y avait avec cchii-ci Marie, sa3ur de Philippe, 
el Barthelemy, 1 im les soixante-dix, et d'autrcs de ses disciples. Ils preche- 

A loi. ;i2 rent aux habitanls de la ville qui adoraioiit ' des serpcnts et des viperes et 

'" '>• • 1 ,-11 • 

cn cnnverlirent beaucoup au (ihrist. 

A'icanora, la fcinme du gouverneur, etait dcpuis lougtemps atteinte d'uue 

iiiiirmite du corps el des yeux; eile ne pouvait aucutienient se dresser ui 

s'asscoir. Lorsqu'ello ciileudit parier de IMiilippe, olle se rendit, portee 

par ses domestiques sur un lil eu argnit, aiipres de Pliilippe, crut au 

Christ et guerit. L'ayaiit appris, le gouverneur, son mari, accourut ä cheval, 

saisit violcmmcnl Nicanora, sa fcmme, et la frappa brutalement en disant : 



531] 6 TRE, 14 NOVEMBRE. 29 

npiiii tx nn^uiniiiu iiiniijtiljiLu /iL /iiiiiWi iiiiiii li/i/ii iiliii nfcii : (>iii/u "Jß'''/ im/iiilWui /iL 
11(111111 ii/iui/iiiiiiinu : 

f/i. «^fidiiliiif/ffiiii nonttlliltlhuinh liL *)iif/j/ilf fiifiinfimii ii '/'/it/iiiiiii riii Li. il/'iifli/liffi/ii^J^llll 
Ll 11 (/ liiii/iif'ii, Li. ifffli\iiii/i *)iiiii/ifi ffiififffif, Hfl iiiiir^lih i'iiiiiiiLifp u/f/^ u/iiLiiili : (/l iiim— 

5 iiiliitlib iiiiiiii' liiiiliii CL piiinnunnu l>'"l i^^C /'""/'"/'/< *- ■W'''^'''- /' 'IILILU iniiii^uin/i uiLiin 
/iLiitiiiliii ti- iiiiiiici/ili iiliiiiiiii li iniiiöiiinli ;i'i'I piiLiiiliili : l»L iiiiiio/nfii (iiiiiiii n'^P""']'"'- 
inmStup'b CiL. uiiiii/ilip <n\/iii t7i- /■"/") /iiui/i/m/iiiiuii : I/l tibuii niii^iiiuii iiiiiiiiiunn/ili, /iL 
Iinndi ^nuiuiuli utni-Lun •^uiii/iu iilinuiu /i uiuiiiiunc^hf Lu uLnliuninLuhu nunbpLitihh /il 
//iiiii/miil oiiio/i/iiiiiiL iiiiliiiiiil /iL illianil, kl um iiii/iIiIi in tinlii_l;n iliiiiiii/fiiili : i7l ii'i'/i- • ^ i,,! 90 

10 i/iiiiiiiiiii /iiii/ii/>ii/iIi oiiiii III iWi nliiinl^tl iniiiiSiiiii/i/i /iL ii/'iiiiiiiiiii/ii^/^iiii m/u /<ii /ni/ili : l/i 
inLii/iiiii iiii/iif/uiiliii '/'/ii/iiiiiuiiii /iL /'iiiiiiiiiii/iii/^iiii f/iiiiiiLiiiuli, ii/i n» t/'" nnitit^ti h 
»luiitiiiiiuiZiii 'liuiitiiiiiu /iL u '/ iiiii/iiiiiTIi /iiii/ii/ii, Ll ui/iii/iu iiliiii pmi i/iuiL/iiui , Hniipo 

/iL tpuljukutU : 

l'u^ 'l'/ii/iiiiiiinii n/'iiiiiiinii/iiftn" • (•iiiii\LiiiinLp iiI<uiiiiiliiio /il iiiiLiiip/iuii^ V'Lfi 

15 i/iii/iii/iii /iL iiiniliuat; iiiiiiuui : L\tibli /■iiiiiiiiiii/iij/;^nii /iL II iiinhuiü . Sl^p i)/i|i f»/iiiiiLU 

'rnltuinnu lUiiiiniiuhnLiuii oii'^L/ii nlH 2^1111 1V1 11 /jl n» luUhSiuUbi, /iL ii\ <Jiiiiiiiiiiiiuli/ii ^luc 



V» a. 



« Quel sorcier t'a trompce, et t'a guerie par des prieres pour forniquer 
avec toi? Je te tuerai d'abord et le sorcier ensuite. » 

II donua des ordres ä des soldats de faire sortir Philippe, Bartheieni)^ 
et Marie, et ils les frappöreiit telleiiieut que beaucoup crurent qu'ils etaient 
iiiorls. 11s leiir altacliereut les pieds et les traiuereut ä Lravers la ville, 
jusqu'ä la porte du temple de leurs idoles, et les eufermerent dans le 
temple avec les pretres des idoles. Ils se mireiit ä prier; le temple 
s'ebranla et les autels des serpents et des viperes se i'endirent. Les pretres 
accoururent rendre compte (au gouverneur), qui ordoiiua de les faire sortir 
du temple, de les mettre ä au tous les trois; mais Marie tut enveloppee 
dun nuage et * d'uue bruiue et soii corps n'apparut pas aux hommes. Uu " A loi. ;i: 
peudit Philippe ä uu arbre, face au temple, et on cloua Barthelemy. Se 
regardant Tun l'autre, Philippe et Barthelemy sourireut, comme s'ils n'etaieut 
pas dans les tortures. On voulut egalement pendre Mario, mais les hommes, 
I'apercevaut ardente comme uue ilamnie, rabandonuerent et prireiit la 
fuite. 

Philippe dit ä Barthelemy : « Prions Dien pour qu'Il envoie le l'eu du 
ciel et les brüle. » Barthelemy et Marie repoiidireiit : « Notre-Seigneur 
Jesus-Christ nous a ordoane de benir nos ennemis et de pas les maudire, 
ni leur rendre le mal pour le mal, car II a aussi soutl'ert, a ete frappt^, 



lll 



30 LE SYNAXAIRE ARMENIEN. [532] 

IlJlll Mllll/l . o/l llL hllltll MlinilUnlilUIIL Ll ulIlLtlllllL /iL IlllllUllu/lljlJIIIL, (iL jll Ul ik IJ Ut L. Ll_ 11^ 

<^iiii/i/iin tuiii . Hill iiiiioH^ii iiiiL <,'iiim/i . /'''iiii iiiiiiiii ii/i IIS ij/iiiiLJi ij/>''^ ijiijirtlili : 

Hut '/'/ii/iii/ii;iiii . /''""i; "i"L/i /iTiA o/i iit JhlJIiS ni'U'ii h 'lll"l"["'^' /|"<^""{i"''/"' • «l 

ii/iiiiiiL iiiii/iÄiii)i/ii r/iiiiiii/iiii/iiii)<7i tiiiiiiiitiifentrlf /.L iiiiit • i'uiiint; iiiliijiiUiijp t^di^nili ^l^ 
Li. i//"lt '/"'i"';'t^' JnnnJiiLjinii '/'"(" : f»«- ^miifel '/'/ii/iii^ii^nii^i lyiiiiJili piiigiiilr iiiIiijiilIiijj) 
/jL nilliniUiiiill iiitiiiii^lliliil miiiiLi? /^/lll i»nLlilJl>}l, /iL liiiiiiii/iIiilL /iL l^ulj/illl^/"" /■•- '"^{ p'"" 
A fol. 112 iiiiLi? iiiiiA/iiiii lr«|rJ)( yiiiiiiiii . /iL iii/iii/iii iniinLi? tM' ""Luin/iiiiiiili /iL Uuuu^l^nu bi. 
hnliuilinijnni /iL ihm <JiiiLuiuiuiii/iiiiii)U iiiIi^iiiik/ i7Iiiiiii/i{i : 

/»L iiiLiiiL iXiiiiTi iiiiMiiii iiiiliiiliiiiiii Uli uiiih,li\i . //iiiiiii)/iiü "'''/ liiiii\hitiin nuiniiLiii« 
'/'/ii/iiiiiiiiiii/i ///iiiiiLii 7'ii/iiiinnu, /sii/iL/in/in i5/fii /fl ou)i/iiii //l i/iii/i/iiii iiil/iij ^i /j/iliijiiili^i 

lllllllllll/ll^lllll/^ll /iL ^IIILIIIIIIIIII/p lllfllllLfi Oll : 

//l /iIi/il/iIIIIIL iS'/;|I '/'/ll/lllIlllllll/l /iL Illut;. Uli 'l'lllluilUlt,, IM IIILIIIII /l IIIIIIIIlIIl^I^l/illl 
/llJllLI? /«J/j . '//' VIIOIIILIIIull/;^p »Hill l/lll/lllll}llll/l tlllll/l . /iL Illlll«llll/l lin/lll /llllllll llLji 

iii)i/ii)iiuiiiiiiiiiii : («11/7 'l'/ii/iiiiiiiiiii . /./iii/;ii nuiiiliiiihiiiii hliA nt^ii, ii/i /i /i/iliiiiiltiiiiij ["'"U 
111)1 /i>\/in/i, iliuiili ii/i ni nii/iiuiiiili auiiiliii nil tiL ii» '^iitLiiiiiiiiiii/i/i iiiiliiiLli pn : («iif^ •'t/' • 15 
'l.iiiiili u/i nt iiiiii'^/iii/iii iiiiiiiiuiiil/iiiiii/iii mi /il iiilijinLnhn U /iM/iiiiilIiiiin l>"'li '"/"/ l/"'" 



soulUete et crucilie, el n'a pas reiidii le mal, iiiais II pria soii Pere : /'((/- 
(Idiiiir-If'iir, nir ils iir sttrciil pas cc iiiiils foul '. » 

IMiilippe dil : « Laisse-moi, je ne peuv plus les .su[»porter daiis cotte 
peiidaisou la tete en bas. » Et il se mit ä inaudire la inultitude oii liebreu : 
« Que rabimc ouvre sa bouehe et engloutisse ce peuple inique! » Lorstpie 
l*liilippe eut prononce ces mots, im abime s'onvrit et ■ eiigloutit le lemple 
Uli elaienl les pnMres, les autels, le goiivcriioiir et beaucoiip d'autres per- 
soniies au nondire de srpl mille; mais reiidroil oü sc troiivaieut les apötres, 
A lui '.ij iüistache * el Nicannra el les aiilrcs lldeles rcsta iadeinne. 

On enlendil des voi.v ile gemissemeiits dti loiid de rahiiiie ijui disaieiit : 
« Aie pilic de noiis, Dien criieilic de IMiilippe, ,l(''s(is-(!liiisl ; appaiais-nous, 
aide-iioiis et saiive-iiuus de cclle niort vi\aiile et noiis croirons en Ion 
iiorn. » 

Le Seigiieur apparnt ;\ IMiilippe et dil : « () IMiilippe, fii n'as pas 
entendu lorscuu' j'ai eoiniiiandr' : Ar rnnlcz jkis le inni paKr /c iikiI': Vüila ipic 
tu perds aiiisi des Ames saus pitie. » IMiilippi; n'pcmdil : a Poiii^pioi le 
l'Aolies-tu coiilre moi, Seignour, parcc que j'ai niaiidit mes cnnemis, car ils 
n'oiit pas aecucilli mes paroles el n'ouL pas eru en loii iionii' » Le Seiirneur 
dil : « Puiscpie tu n'as pas observe mos commandemenls et as maudit 
tes eiinemis, tu seras garde apres ta mort, liors du paradis, peudaiil qua- 

1. I,uu, will, .Vi. — 2. Küin., .Ml, 17. 



I" ;i. 



[533] 6 TRE, 14 NOVEMBRE. 31 

LiuintunüiuU pn lunnbinlui funifiijipn^ nniuliiinhlt nuin.iuuntli on ^nliluiLtui li Oil/ii^Ti iii«- 
unt-tiu . üL- lutiitii niiinuh p''ij "L iiinnliii U nntuimnlt liliuntii : l/i_ l*iuniinn\}ur,nu '•/'/''/"/V /' 
llilitunhiUf uL- nihil liitiisniiiin : /'u/i ifiMitiWi/j U lunliiutin hluinuuiin U unniittihiiih iiLtn : 
i/l lunitin "t/' i\iiii-Oiy /iLiini/p iiu^iiiu /tfiii%/i/i /i ijLiiiui Lnlinlif /jl m.iiiiiiiiIi tuhiintAin p Lt. 
r, (\iiJfL/jfiiii . "'/t/' tuunliLpriuni ntl"h /iiLiniJL/iii /ifiu\/iri nii ^0 iLnliUlin ttiti, Aan^ jiiiiljii/i 

(iifLUJpi^fiiflr * '/'/?i/i III ui rill nUiutuuL- h tXnn : * A fo!. '.»3 

l/i_ kilih tuuhhtunj iittinunLltlliiAiph ituuniinnn . cil uhtiin uniuni n nanjiiti iiniitu^htli iii- 
tiiinililinii : (/i_ innauitl tilltti h /"(*' inliulih ii*rliiliiuttinii litujuritui niitiliijinin Lt. ii/'iiiii- 
niin[ni[^nu nbLUfi-kiui , //i- tiinuiinu ii/i /iV>iii_iin/i/i ii'/'/ii/iiiiiiinn Ll nv /im /""(/ ""ni"i <»» 

10 'i''"l liiuinuinLunft l/i- U iiinlittiu Ll. Utniiini^nu ht- luuuutum <jiiiliiiuiiiiiiLiiii pu ^iiliiO 

fi7'/ii/iiifiiiiiiiuii_ . /iL /iiicMin/i/i annnijh liiiA il/iA, fiiiiiiifiiirii/^/ifi il/i Aiii..\iiffff . // i»*\ f^ llii- 
iiiiii-iiio/f nnjitiinniif^liu itnn nuninnLu iiinpu tuiiinnbli , äpiliiiniiifiLn/Liiiiiii il/i r^ («tiiiini-tuCT 
Uli mit lunliuiu nnntiut ilitiuh ijLiifii i/iit/iiii_nf/f (ii/i, iiiiOiiiilp /'"'f (Wi(\ iTiiiiifiiii-/r//ii-fifi, (iiiau 
yiii-iiiiiiiiii^p iiiiii iii/iiiiiip i)/*A iipiiiir\lii/iii Uli L^'iii/r iii)/iif iiiilinlinnn : 

15 f/i_ iiiL/fiiili III tiLhLpL Ulli Li_ Lii/i/iii itiiiinlih 'rtiili III III null . Ll. LnLhst^bh ii/i iln Lniii^o 

tun fiit\ \tun iiiiiiiiiiiii^ iiiiiiiii : f/i_ iiiii^ v'/ii/iiiiiiinii li Liiiluuiniulihli , Itu npuin-inuniAt op 
Jiuuu 4\tn uiniriiupni nntultnnnlt iiintiLiiiiif Ll. luiniin niinnänililbLAi iiiil *xiiii 7'ii/iuiiiiiu cl 



1'^ ;i. 



rante jours et tu scrns brülc- par Irs cliceurs (des anges) flamboyants ; et 
c'est ensuito sciilemeiit que le paraJis de la vic tc sera ouvert et (|iii^ tu 
pourras y entrer. Barthelemy se rcndra en Lycaoiiie et y sera crucilie. (Juaut 
au Corps de Marie, il sera inliume daus le ileuve du Jourdain. » Et le Sci- 
gueur fit de ses raaius le sigue de la croix sur le sol, raliime s'ouvrit et 
II cria : « Sortez tous ä la suite de la oroi.v respleudissaute qui est des- 
cendue du ciel pour vous, car i'apötre ' lMiili[)pe a eii pitie de vous. » ♦ a ini. -.ia 

Toutc la inultitude sortit dr rabinic ; ü ne resta auv enlV-rs (pic le gou- 
verneur seul, et les autels. Lursque les gens revinrcut a la Iuuirtl; et 
qu'ils aperrureut Pliilippe pcndu la tetc en bas et Bartlielemy cloue, ils 
allereut pour desceudre Pliilippe, uiais il ue les laissa pas faire, car il voulut 
y niourir. Marie, liustaclie i't toiis les fideles eutourerent Pliilippe; et 
tous repaudireiit eu cliduir de proloiids gemissemeuts, criant a liaiile vnix: : 
« Grand est le Dieu des Cliretieiis ([ue preelieut ces lionimes; en verile 
il n'y a qu'un Dieu qui les a envoyes pour notre salut; luius regreltons 
notre graude erreur, et nous croyons maiutenant au grand niiraelc qm- iious 
avons Yu, et qui nous a delivres de Fablnie. » 

Tous se prosternerent et adorerent Philippe, de erainte qn'il ue Icur 
fit encore du mal. Pliilippe leui' dit de la potenee : « A cause de vous 
le paradis m'a ete interdit pendant (juaranle jours, mais le Christ vous a 



32 LK SVNAXAiRR ARMKNIEN. [534] 

L'^iiih /i /uiiiLiiiii/- /i /"("• i-L uin j.uiijiiiiJ i^iii^iijiiiii|i.innLpfeujiJji Jiioiifeijiiii- lyiiuliti ^tLiui^ 
iiL <)UluuiuiuiLiiiil /l yilLiiiinuli 7'ir/liiililiilji : 

fri. <Jiiuii?iin/.iiiii /.L iiilA^iJi i^/'-iiijiijiiij/iiitim /i /^HiiijiiiIiHigl/ fci- /i ptLfcn_uiijIi : //l iimt 
A liil. ya <^ /i Willi III n II . //iiiüiim * /'•iiijiijiii^iii'tiiii jifiiiijfeiii ij/iii ^1 uifeijLn^ii yiijtiiiJ^i/^, I.l il^i /^uiiiiLp iii^^ 

lllltllll IIIIIIIIIIIiJiIlH/ilIiII /iiJ /i plllliui/lll^l tl- llljlllIL lipilin/ilü Ij/lll, ijL ll^illjbUl ll^fllllllllll^ 

iii{iiini?/ili /iiJ. /.u »liliLui ji iii/?iji iiOii ^llHIl /./j/njtij^i, /.L ii^iiiiiiiii^iji/.iii (/nijni^jiijtiiiliii ij/i 
AiiiiLiiiitiin/iii V//i/iiii)ini/iiiin iJ/iln/.i iiiJiii»," ^iLji : //l i^llinuigl;nii i\/.iL)iiiii^^itiii /.ii^^iu/jiiii|iiii : 
7'miLimini_li oii i/iiiii}i /iiJ iiiiio/Jii iiiiiiiiiitp, J^ii^fei. piiiyg^i ^IiA ijiililJi iii^^iiij[nL^7/iiiili : 

//l iiiiioUi.11111 /i niiinnLi} «/iiiiJii : /.V ^i /^iiiiiiiiip/i^ to^iJJi iiiLnL^Ji ^i /^iii^iiiii/jiuWi <}|/"/>- 
i/iiiiii iiiiLiiiJiiitiiiii iiviii/iL /iL/i iiiiL ('iiiiinLiiiA f»iniii?^'Lji^ »/• /• : I/l /■iii^iijiiij/iiit^nii ti. 
//'iiiii/iuiiJ /lOiiiii/iii iiiiiii iiii>Liiii)i '/'/ii/iiiiiiinii Ll /Jiii II /.iWi 1i ^i J"'jJ' iii/iiJi-"^Ji ii^iii^t" S(""~ 
l!liiii/iiiiii : /."i i'/ii null i-iiiiiiitliiii/i /.L /.ii/ili lllililiLii : l/L ii »iiiiliihiiii li <>^i liL^lllii /piiiiiiii^ifi- 
ii/ili /i i/Liiiiii iiLnlniiiiiihji'li iiiiiii Oiiiii^iiiii/i um itinLint^ : ul. AiuAi tnCL ib^iljjijiii tj«t • 
'/'/ii/iiiiiiinii Ulli iiiiiLiiiiIi iiiuiu/iiiuiiiL iiili/i/uiiLiiii) iiiuui/i«n : 

fci. <JiuLuiuiiuii luiStLuiilr niiiiiiupli !)fenuiiuni/iii /i 'l'nbiitnnu : (»l <,jiuii)iu^tuiq hiupi^n- 
ii/uJ^iiu IjLinnuinliuii tiii/iu/iniiiiiu/ili //l älinmliiua oiiiiifelifeuLiuli (/l ifcui /iiuiiiiu^iljinj 

iipuiiiiuunLii iiiLiiLiiii, LnhubauiL ol^n /"iiiiiitnn/iot'iu/i Iil // iiiii/iuio^i Ll iiiui^ . hiunuSL. 



tömoigue sa pitie, il vous a sortis des tönebres ä la lumiere. » II leur preclia 
avec bcaucoup de doctrine la parole de vie et les raffcrmit dans la foi 
du Christ. 

Philippe leur ordoniia cnsuitc de delivrer Barthclcmy des liens et des 
A loi. '.i:i clous et il Uli dit : « Frrie " liarlhelemy, enlerrc-moi a cette place, mais 
pas daiis de hi loilr; ('ciis iikhi histoire sur du papier et enveloppe-in'en, 
entoure mon corps de roseaux; coustruis une eglise a ceMc place et ordonue 
;\ ce peuple de servir Nicaiinra jusqu'ä sa mort. Sacn' liustache evequc. 
Prie pour nioi pendaut ([uaraiilc jüurs, jusqu'ä ce que les portes du royaume 
me soieut ouvnles. » 

(Philippe) pria de loiinucs heures. Lorsque les sept joiirs de sa pendaison 
la tete cu bas riireul accdiiiplis, il riMidil soii ;ime ä Dien. 1(> 14 novembre. 
IJarlhelemv et Marie desc(uidireut Tapölre l'hilippe et riniiumerenl ä la 
uieiiic place, comiue il Tavait ordoune. Une brauche de vi^uo ]>oussa ä 
l'eudroit et donua des fruits. Peudant quarantc jours ils accomplirent le vceu 
sur le tombeau, sciou l'ordre de Fapotre. Uiie voix du cid so fit eutcndre 
qui dit : « L'apölrc Philippe a ete couronni' d'iiiie couroniie inuiKirtelle. » 

Toule la ville de lliiTapolis crul au Christ, liartheleniv i)rdt)uua ä l'eveque 
Eustache (l<>st(iklic(iii\ de les baptiser tous. Les quaranic jours accomplis, le 
Seig'ueur apparul a liartiieleuiy et a Marie et leur dit : « La porte du paradis a 



10 



A lol. V.i 
V a. 



b. 



[535] (i TRK, l'i X()M:MBUI-:. ;« 

fri- ^nij/ilj ^i gxuijui^li i^ («^i^iuiini^piu ti. n 11 iiuiipl^n ii ihLbiiLiiLiiOi, fet. tituji iii)iin/i 
aUulllhu /•lujiljnlj/iütnu |l /.^l//n/iijii /iL U uinjitiiä jt (inniiuiliiiili iii/i/i >^iiiiiifiiiTi/i iS'/iiiiiiL : 

[B ' <''>" J;^ /iL I^/^HUHlP^Il/i ll/ILnn /iL ijl lU tLllI LH n b IU j IIIILIlin/ilfllil /,L III'IUl/lf.nui/l)l • ]J 

'hnnumniin 'rhllittiiiiniilt iiii /^ iWi f/iii/iriinfl/fllll/f/liiu : I'" ~ ''* 

t/iiLjip miLiiig/iiillTi '/'^i^ill^li^iili i)^l ^/iji/iiiiiiiiiiiiii)i/iiii/ /;^n ÄIiLn/iiiiiiii /i /'/</</iiiiii/iiiiiii 
/'tui/if/«iiifiLnfi pi£infiiniif/i/iff iAinnr^ji /iL 'ILinnnitn um iiiphniu : 

Uiu ui/Liii^tui^u<j tji iijiiinuuji, i|iiiiil/ iiji(i|i ij (»iii|i/iiiljiujti «-^t/' ""•- •hunniuuiLin'U 
/iLn tuubinij^ . (/ t /iL ui/iii : /"on/;^^! nlrfi o/iuiilk/i i/iiiii)i "LLiuliiuliuin <^iun/ilr nn /i uii^uiu 
(/iiijiii^^ij/.iii)/i> jiiiLiuujuiin^i : l.ijij uhlIi^ji pTiij (.ii;jji^^i iuil tS'/;^n i/iuuli <^'/>/(?iiiTinuiun /,/i/,ii]ii 
(t/nnLiiuiii/^iJ, npp i^iiKi^iui^iiiLop /iilimit/'J' in/iiiiiiL/ii nO/iunLu : /Vl /i funn-^nntuLuili 
nliBnbuh ii/iiiiiMlluop tuüniil^n /i o/iiiirLd/^ «J^ . 'i'i/'l li/iii n^ujin : 

Uiu lUin i/pmli\/ii/i Ll uiiiiiiiiLiumuiiuii ')iiiiyi>uiiiAi)iii{ili 'l'njiiiuiiiuli lu/iiiii >iiiiiii<oi> 
Z^naLnili («uiiiiinNni iiliii '"(/ iiiiLiiip/iuiiuü tdijdttutuiL nun mlibabnii piunnii/ii iiiul/iuiiii- 
iiujlili lu nn 111^11 lmL tu ll : 1/l aüuiii i)/iJj»/iL /i (//i/il/Jii (.ii/iluaLnn, lunuin niiniuiu bu niunnL- 
buinu, jiJnllbiua Jjiu/ounud^uiu /?l * ijij/iLiiiyuiiu, //l ntunXnin uniuuiiLiYu /i yiiLiiiuiii • ß 

I'nhumnuh : ' 



ete ouverte et Pliilippey est entre. AUez * inaintenant, vous aussi, ä votre * a loi. 93 
repos. » 

Bartlielemy et Marie laisserent Nicanora dans la ville et Eustache dans 
l'eglise, et ils partirent de lä, Bartheleniy pour la Lycaouie et Marie pour 
le Jourdain, seloii 1 ordre du Seigueur. 

[B * Fete et iiiartyre du saint et glorieux apötre et disciple du Christ, * b 
Philippe, Tun des douze. 

Le saint apötre Philippe, l'uu des douze, etait natif de Betiisaida de 
Galilee, et concitoyen des apötres Andre et Pierre. 

11 fut toujours avec Jesus, et c'est lui qui attira Nathanael vers son 
maitre en lui disaut : « Fiews e? ro(s'. » C'est lui qui parla avec Jesus au 
sujet des pains necessaires ä la l'oule daus le desert". C'est lui qui avec 
Andre annonga au Seigneur la visite des gentils venus ä Jerusalem, qui 
demandaient avec empressement ä voir Jesus ^ C'est lui qui ä la ceiic 
mystique pria instamment le Seigneur : « Moiitre-nout! le Pkrc '. » 

C'est lui qui apres la niagnilique et puissamnient divine Ascensioii du 
Christ, rempli des gräces de l'Esprit de Dieu en meme temps que les autres 
apötres, parcourut l'univers pour y preclier Tevangile du royaume. II alhi 
jusque chez les Scythes de l'Asie, iit des signes et des prodiges, guerit 
les infirmes et * les possedes et convertit nombre de gens c\ la foi du Christ. 



V 



;:j.) a. 



>:i<: I). 



1. Jean, i, 40. — 2. Jean, vi, 5-14. — 3 Jean, xii, 2U-22. — 4. Jeun, xiv, 8 sq. 

PAIK. Oll. — T. XVI. — F. 1. •* 



34 l.F. SYNAXAIRR ARMENIEN. [536] 

Ul yai^HL^pu piu.,...Lnj.nL/,Jti..U ,S'j.ui^.«linu/. fe/,L /. /./"--j/"", h,. uiluif, /. fJfcj..uu^of/.u 
'Z'rL/iLijiiiyLiiij, Ll iiiLij ßiiijiii.fLimj ijf-ji/i.i<nnii, fei. feijii^i; ijJfeÄiuiJtÄ u^.uL^t^u : (/l 
ijnjiÄii.lji;iiLp<,iiii5p /'••iip/r)nijniJtnii/i .uiLiiipfc^n nji t/i ^i;o/Ji<iTiuiiilj|iij iiilii/./i, fei- ßfe(t 
/iLji.i(- U'iupluuS[, /^iMfeiytjiij' 'f"'/>'\"iy lyiuiijiiL.Jii ^iii}.V<iLi""i/ig /' ajiJmji/'ui uiuuinuiiiÄ- 
ii/iuiiil/J/ii_Ii fet /i -^IiimiiiiTiiuiL/d/iLlr iiiLfeiniujiiuu^ili : 

Z.ni-feiiiL 'f,/i^.uTinji,in j,.jfe2/u/.I. f/fcfiiiiii^o^uiij .j'/'/>^..i^ujniit fe^t "(u/<i"i'"«Jpfei/nL'J'"i't 
ijJiiijii;|i/^ iiM/iiiiipS"/'/' /' V'MJ'''^/' """""'-"'Än/ji' """""LU'Ä 'f"3li ßiujiiiif/fUiL ijU/ionLU, 
jiiup/^ujyiiiL jnjj : ti. «,'puii?iii(;tui.j ^opiu/p.iL.iiiyJi fei. /^ujuili ij'/'/i^iuju^nu, ^Lrj JiiJ/ili tL 
ij/'-<up/J<iijn.?t.,„ fei. ijfAijpli.il 3L, /.L iii('luii../. viifi/iL ijliniiui" "fi uiut/iL piiiijni_Jß fe^t 
iJtniiiTi : //. /p.ij/,iiij_ ijni/..i '/iiiipi. jjuipjt/iii (iTiij li't^ ßii.ij...{./.Ii, fet ^K'^'/'i» ^iniiui uijiinuißii : 10 

f,V jtiii ii.ipj|i i.iijij/i .p/)i.j.ii/; »..iiTi^iiiiiuiij /pii/ufeij/iii ij'/'/ij/i.ipipi.. i};/"/"/"'JP iji/iuijuit 
^uiu^ : //l /pi.ijfeuij ipiiLiiLjni fe<./.)L /i /pii/uiiiijiiiJi/ifi' imjo/JLpii/ iiiLiuLijfeiiiij ^S""f/'^ /'^J' 
iiiiL (Iiii/iiiLiuÄ" 'l»niti?i!fcn/i f/-'/>, fei- ^JimjtijiiiL iiiLij ^i !)fepiuiip>j/iii : 

Lv IiWiiuinp iinLpp iiin.iiiptpnii /pmliii /i JiiJ^iIi piiiijiiiji/i i?^ili^feL ijuiLüLpii //iiijfepfepiu/j^ili, 
fei. ^npÄt^iIi lyjiiiipiLi? iipiiilMfej/iu . feL iiiiipii pfepfeiiij_ feijfeli /i '/iiiiiniiiliij^iLiiLiijoj/iii : ffnpiJt 15 
iii/infeiiiiiJi lyiiiiinLljn /iL» Iiiipiii pliij ipiiLiuijiuIi ^nijJiulru, JuiliiuLuiIiij |i JuiSiuhuil^u 
/'■iunii(ii//iJinu/i linäu^il «/'iuiliijp|iin, f^npJiuS AfeiLliuinLnLpfeujJp [.luin^Liugi-ng piu^iuLn- 
nfeiuo /i '/nuuiixilrnliLiii_uioi/iii : 



Sous le regne de Trajan il viul en Lydir' et de lä se rendit ä Hierapolis 
de Phrygie, y precha le Christ et accomplit de tres graiids miracles. Avec 
kl Cooperation de l'aputre Bartlielemy, qui etait Tun des soixante-dix, et de 
SU sajur nommee Marie, il convertit beaucoup d'inlideles ä la vraie science 
de Dieu et ä robeissance de l'evangile. 

Nicanor, le gouverneur de Hierapolis, ayant entendu quo Philippe sou- 
levait Ics homnies du pays coutre les dieux paternels, en proclamant Dieu 
nu certain Jesus, en tut fort irrite. II ordonna fi ses soldats de saisir Philippe 
eu memo temps que l^arthelemy et Marie; les soldats les frapperent ä tel 
poinl quo beaucoup li^s tinrent pour morts. Ils les saisirent ensuite par les 
piods, les trainerent üi travers la ville et les emmenerent au dehors. 

Apres diverses cruelles torturcs, ils pendirent Philippe la tete en bas ä 
une croix de bdis. II resta sepl jours sur le gibet en priant, rendit son 
&me a Dieu, le lA novembre, et l'ut inhunie u Hierapolis. 

Les restes du saint apötre demeurerent dans cette meme ville jusqu'aux 
jours de Ghrysostome et acconiplirent de nombreux miracles; ils furent 
ensuite iransporles ä Constantinople. De la des parcelles de ces restes furent 
dispersees de differents cötes, surtout aux jours du comte Baudouin {Baldoviitas) 
de Flandre, lorsque avec l'aide des Latins il regna ä Constantinople. 



10 



[537] 7 TRE, 15 NOVEMBRE. 35 

Oiiijiii? iKtni^i j^i^iiiiiiiii/j iiiiiji^. Sopfi iJ/.pm /'iifiiiiit^iiiii/i /iiiiiiiiiiii/iiiTiiiM i//iiiii/i7i 

/■IoIjjJILIII^, fljl t^I rf^l ^t^'tp VIIJI^fLJI tu UIIIIllTl /iL OL^J llflLJip <,'llljlll)l 'llllllllni : Ulli IIIIIIIIII 

pmijnLi? iij^iiiU^b^ii, fci_ ^iiiji/^nÄiuLo^ ^iuuiiiijitiiiiii_ /i ^bnLinltliiiiiiunii i/iuiilr iiiIjiiLiiiiili 
'hnliuifiniili :J 

Sjit/' '>• (jL '(»njfeifjitji^i </•/; : 'IJ^uiyiujJjliJi llliLpp '/■liift^iiiiiiim, f/iiii?iiTiiiiiiim fec lliiliimii : 

L.^i; t[ifc/> iiiiLJip i^/iiiiipii /i J Ulli Uli III L II rlinliiiliinliiu'bnuli 111)101)^)1 luiipiui/iTi /;^/i)i, 
^Itqbujiui ^1111^111^^1)1 np ^"^ //|-1l<,'iii^ . ti. /;^^i)i uiiu4ino)itiui p CiiuinL^ni, '/»iiLii/iiuii Li_ 
Uiuunhuiu iiiiLnLnu 'Iniiliiiiuikiui unuiuu)i[iuii /iiii/iiilinuinu/i : 

l/L nniiil^u pnbumnubiiiiu uiiiintiiU uin_ui9[i lUiinn'Uli'bni. npuhi . /il ^iiiuJuiitiuii trnnui 
/iLiwidl/iu /iiL/jfii ljn,nali fei_ b^iLjiii iiiiiiniiiTi/,i iiiiiiiii/i/,ii/i LiiiiuLnh Ll iiliiiii)iuii ii'I'iiIui- 
uinii : liL. iiiipiii ifL 11» /"'•/ /'"'/ iiuiiikniiili, ihm /iiiiiiiiiiii/iiiL(iiiiii)i iiiii)inLli)i "l'ii/iui/imi/i 
OiiinnLOni ukniii : 

Ul iiiiililih nUniiiu n pui/jn nli'l uilf pui^ujuiiiiu cl uiupLuiLiuqnLUU . hu i/rin uiuLiuL 
uiLiiLna biiiunLtihh iiiilihO/i fei- uinliiiit^hli nbiiuui il"*)fel , fei- "» feiiiiiiiiii/ili iiiupXnLaiuhbj 

5 uiiLiinJ fci_ upiuhxhitunnno pinuinniliulinniiiuh 'i'njiiiinnuti ücid. H — nij/iiiiiii] iliunliniLiilliliu 
add. B II 7 r.ininiLSnj] •fip^unmui^i H. 



Ell ce jour, commemoration de notre pere saint Hypatius, le confesseiir 
martyr de Gangres, qui l'ut Tuu "des trois ceiit dix-huit peres saints de 
Nicee. II accomplit de iiombreux miracles et mouriit lapide par les heretiques 
poiir le nom du Clirist.] 

7 TUE, 15 Novembre. 
Martyre des saints Gouria, Saniona et Habib. 

Gas trois saints martyrs vivaient aux jours de Diocletien, Tempereur 
impie, daiis ia ville d'Edesse, qui s'ap[)elle Ourlia; Gouria (Gourias) et 
Samona {Sainoiias} etaieiit miuistres de Dieu aux jours du saint eveque Konas 
{Kodnatt'aij). 

Ils furent conduits comnie cliretiens devant le duc Antonin, qui leur 
ordonna d'offrir de l'encens aux idoles, de se prosterner devant l'image de 
l'empereur et de renier le Christ. 11s ne voulurent inenie pas Tecouter. 
mais confesserent le nom du Christ notre Dieu. 

On les jeta en prison avec d'autres pretres et diacrcs, et apres quelques 
jours 011 les fit coniparaitre ; on les pressa de sacriüer, mais sans reussir 



36 LE SYNAXAIHE ARMENIEN. [53S] 

iium-fiMuL /i ini-un^Ji ■/'p/iiiuiii<i^ : Ul i^iu^utij/ili iflrniiiii ^i J/inj Afen.iulrt j'^C/'"/"} «'"'«Jt 
♦ A fol. y3 iiiLnLpii ' iJ^litfei- giii-ptjinjiij Juiifii . fei- juiujuuiLtjiu'b joijp Afen.uig l/ni^iii : tfL ^wpcjuili;jil 
pt; iiinitiualiU lAiiuSu nnuli'U . fei. liripiii iii/liAIi n^ iiKL^li : 

//l /lOrii ii^ili ijiiiiuiii fei- ^li/^feij^ili /i ^i<iuLi<i^iiii^/il< «JoLp' ^«mijfe'i'L "'"/"-ß ijfep/»u <n^«-U 
fei- iifen/iii «j/'^fe/"' iiiijiini-iiin : ti- 'Jiiili^ili ijliniuii fet l^tii^Lij^ih 'J'5/>"J ni/iiii)it • '-l infeu^ilr .1 
iiiiiiiniiJi 'hnunlutiti iniJ iintiiiijfeiu^' fei- ^ipiiLij^iIi fei- iii^l^^ili i^fe|i/jiißfeiiiliii i^iii^u\feiii^ ^i 
futULiuniuihh uuiiiij : t'i. jiuLnLji iJ^ihlJ ^i 'j/'j'^f/' fiuipA^i'li ijiinLjipuJ/ fei- uiiii^uiiL ijiiiiJpiupop 
^ ifeiiin-ii' iiji ^11^ •/.^^«Jfe^iii 'j/i^fiu, fei- Si"">/'^ iiHf^nLJau liniftu . fei- "['{intj'L iiiijiiiijui^feiu^ . 

iS't^ [[^'/"'/ 'iv'il'" "^''7' = '''^ fe^i/JfeiiiL |>p/i"in"J't/'yi' iiiiLfeiuL '/'?'u/"5/'f' "fp''^ ik"'d'lf^ 

'/■nLn/iuiiiiiii fei- (liiiiin'buiuiti^ feiWib ii^iiiinnLiii^ ^i iniiiii^iiJi^i, iijiiiinfeiiY tiitignLp /^iiiiui-iii^P : lu 

/'u/i uiiLnuIi llnbuiuii L;n uiiijifeuii-iiiij' ^i i/iii JiiiLiii/^u /.^i/^^iiuLnii^i iiijißiiij^i . liii^/iu|tii 
fec luiLiiLnu '/iiiJiiiiinfeiiii feiii/ii/feiiiiinij/iL //nfeufeiiii pmi^iiiß^ : Cl fe^pfem^ J^^tji i ''';'•'{ ''3/'" 
fei- /i iifeoiiii pn/iijiniiLt/iii, nUpLiilinj^ji i[^/'/i" fUuli^itjL ('uuiiii-Än^, fei- ^lu^iiijfejitp ijiuilfelife- 
iifeiiiL ifen/ilitfei /i iniiiliOiiiJiiiiii i/iiiiili iiiIiiiLiiiliJi 'rnjiiiinntiji : 

1 /i iV/iiii] iiiiii rf/iiii B I! 5 /fL ij'"''/''' ifii"""'] fei- <J"'^''""'/_ ^linuui lutui^i B I! 24 ijiuji- 
ahnnO/n. Bin Jiiigiu] f LJlfelllT/g B i] öiStf] 3/ililiLl/ «C?C?. B !| 11 lujipiiij^] tuliop^lift B. 



u les detourner de l'esperance du Christ. Ou les pendit par une main, de la 
♦ -\ fol. 113 troisieme lieure de la journee * jusqu'ti la liuitieme heure; toutes les arti- 
ciilatioiis de leurs laaiiis se briserent. Oa leur deinanda s'ils se soumet- 
taieiit a la volonte du duc; ils n'accepten'iit poiiit. 

()n les descendit (de la potence) et on les jeta dans une fosse obscure, les 
pieds lies, pendaut trois jours et trois nuits, sans nourriture. On les en.sortit 
et on lus pendit par uu picd, niais vu la grande faiblesse de saint Gouria, 
on les descendit et on les jeta de nouveau tous les deux dans une prisou 
obscure. Un jour, on conduisit les saints, pendant la nuit, ä la lueur des 
torclies, ä la niontagne appelee Betli Alah-Kikla [Videla Kilda) ', et on leur 
tranclia la lete. I^es saints s'ecrierent : « Seigneur, re^ois notre ftnie. « 
Les cbretiens allerent recucillir les corps des saints martyrs Gouria et 
Samona et les depusercnl dans un tombeau, apres les avoir ensevelis dans 
des linges propres. 

Saint Habib etait diacre, aux jours de l'empereur Licinius (Likianos), et 
aux jours de Gonas (Kodiuileay), l'eveipie de la ville d'Edesse. II parcourait 
les eglises et les villages des chrötiens, leur lisait les ecritures de la parole 
de Dieu et les encourageait tous ä ne pas craindre les tortures pour le nom 
du Christ. 

I. Reslituliori d'apres le syriaque; la lei,'on armenienrie reproduit coUe de Meta- 
piu-asle : piOsXa xixak. 



[539] 7 TRE, 15 NOVEMBRF. 37 

(fi_ ÄiuLiiLij^I/ ijfiiiiil» Tiri^iiii /.^/j^iiiiLiiii^i iiiIiojitTi iti^tpunji'ii . Ll <^iiiiii?iiiiLiii» SV""/ 
* '"iP^L '{"""-Pp" Lp^piiiu : (»L ^iiJiijji^|i7i ijLiii ijopiii/^iiiL^L /,L 114 niniii}i/;/ii( : 'jiiiiinit ♦ A fiil, '.II 
ni?ill^p ^tp ti. ipiiijijiii/piiTfii ^IL^, tL tuplfllii i|)iniiiil ^1 puiliij : //i imLiui Ci'/ii-iiiii iiiiiiiii 
auininlili tun {"'Uninhlihnti noniiitniin ulinlib : I/l Jini liinitim l,,n Lijiii /«H^ . //'/i iiii)l,n 
5 LniLLunhii : /»V n^ £ili/^ii;illlL l/lii qjii p tu inll , tun liui'üiULui'bli inninSt^n nn Shlis (nLii/-/i7i)i 
n* niniiiL : J/l Unniii Ipiiuibiiii nbiii uiii/niiiL iikl iiiiitniuLnnlr, ^l Tiiii iiijinnLiT inuiiinSittiiliop 
auin^nLnlianLanihl;p ijfejiiiilifci/ili, ti_ n« Liunuin ^uiLuiIif>aiii.aiiiIiti nlrui nLnuiluui n'l'njtu- 
innu : 

(/i. Liulubahh mitu h aiunbitinh (il /nid uiuihObqji'L liL iiiuiiu ^luinjiii U i/tiiuii iin/iiii 

10 tpSlln. n/i '»fini^ lUinfcunA : (jY inpjiiii) tniuniiiL nTiui /l infen/ilr ni_n n<JnLnL nn n nnni; bli , ttLiu- 
n/i/i nljlih Irnniii utuin hLn fei. luilfcliuiili luaauiliui'Lni uuitiintuli naLiiinjiLp : 1/l lunoßbinil 
iinun^L iliuabuia /i 1?^^ 'r"i ' iii/uiut" P'"l'h /""""""/"'""i-/'?t"iiJp lULiiiLiitiiin n'^nn/ilr : 

l/i_ yiiufriiii iiliiu /i *)(in^I/ iniunbiui /(/iiinfea/iL /i iniiiniiiili/ili nL/i iinnriiTi /■iiLii/tiiiiiiiii ti_ 
l/iuiJnLiiiuiii^ : J/l iI/i niTIi /'''t^nihliinu iiiiinLii nn/iiiinnliLiiii nnlutin uiiiiiiuii?ni_/i]/iLl<u uniinaL : 

IT) 'luiinuinbnuili luninnniluiunn i//iiii^nti '/"n/ii/iiinii/?, /•(iLn/iiiiu tt, //iiiifiiliiiiii fei_ (iu/iuiiiii 

uiunuiULUia, (»nifeiintn/i «/■(/ : 

1 luiiop<;;^ii OWi. B ' 10 (iLji] (njiiiLiJ B M 11 luShTiuiffi O/Il. B ; 15 /jiiiiiiir.ji/riyiiiJ.] iiiiijip 
rtrf(^. B. 



Oll parla de saint Habib ä Licinius, Tempereur impie, qui ordonna de Ic 
jeter dans le feu. * Las soldats le rechercherent mais ne le trouverent pas. * .\ ini. 
Ils saisirent sa mere et ses parents et les jeterent eu prison. Habib, Tayant 
appris, alla trouver en secret Theotecuos, le cbef des soldats. Celui-ci lui 
conseilla : « Ne te inontre ä personiie. » Mais Habib n'admit pas son couseil; 
au contraire, il fut attriste de ce qu'il u'avait pas ete trouve lürsqu'oa Ic 
cherchait. Theotecuos le fit Her et le conduisit aupres du juge, qui intimida 
le bienheureux par de nombreuses menaees, sans pouvoir le persuader a 
renier le Christ. 

On le pendit par les bras et on le tortura beaucoup, eiisuite on proiioiica 
la sentence qu'il serait brüle dans les flammes. Lorsqu'on le conduisit a 
l'endroit oü on avait allume le feu, sa mere et tous ses parents, habilles de 
blanc, le suivirent. Le saint s'elanga en priant dans le feu et c'est ainsi 
qu'il rendit son äme en bonne confession. On le retira du feu et on l'em- 
porta pour rinhuraer dans le meme tombeau que les saints Gouiia et Saniona. 
Un chretien du nom de Theophile ecrivit l'histoire de ces saints. 

Les martyrs confesseurs du Christ Gouria, Sainoua et le diacre Habib 
moururent le 15 novembre. 



38 LE SYNAXAIRR ARMENIEN. [540] 



A ful. 'I'l ' f/piiiin/iliiKltiiiSni W/ii )ii) Uli hiil.h /i a/i/lT« ^i/iii>iiliii^iiiT<nijiiiij}i ■pji|i(iinnil|r '/■iilji|iiiiiiiii(, 

' ■ llnitinhuiiiHii hl /'.u/iiMiii, iiilLllLnii niiinfeujiiiiiiiiii ^7feiiiiiii '^njinj : 



> 
I 



(iiinJiiiii iifiLiiipLiiiiiIi iioiin ihnlinl:^li ^ii iii/i?iu^' /i iiiiii<JiuiiiIinLW/>Lli pui;juiß^Ii (»ijfcu^iu(j, 
fei. tp '"^'1 '//'^ iHiinii/i fct '"»•/•< "/'"( '"iiiiLli /;;i '/'ü/'/"" : '»L tp J"»^'" >jni.iiinji J^ l^n^u 
tl_ nfellfen/l/l IUI»/ "/'"< ii'Ji'iL^i Z;^/' //li/i/ii5/iiii : '»l iiimi iJ/i (/i/ifeinn iiopiiiilll njiin iilIinLli ^jl 5 
'l'niinini, iiidiifeiiii '/""/ V'/i//5i iiiiili/iiiiiiiiii- iii?iii, /iL luliniiLuiii hiilJi/ili ^i /^(<iii-^</^tlu i^Iiui, 
fet Jiiiiiiii n\ yuLiiiJi/^ii i/iiii/Ji fXiiKiii //L <^feiLiuuTiiii/i iiiiiZiL : /'ii/i hiiiinnii Kiiiijni-il ii^i^fc^ii 
li/lOlinniiii /iL iiiunliliKiii iitLiiiunlil;!! iiin. tlluinU fc/llilJllilili li/iAlilL /i|<//;^ in hlI/^i /j^iIi 
i/iii/in/ili /iliiiili?, feL 17« /ilu >«/n iiiiiiiiiin/^ iiiii \)/iiiiTiIi : (»l /i/iJiJi ^iiiLiuIifcniiiL fcL iiipiup^L 
n^tuiitiiii'iijiuli, /iL /'niiiiiiii riii/iini/ cl ii/iiiiiii/ini/ riuiniiiiinfeuiii iiljLilijiukiii, bl t/ili 11 uhuiuhli 10 

IIILIILIIll fllllllllLllII ; 

I/l fell/iL lliiil Hill iioiiiii/iltllilllll /i pilinninh /.l i/iii/ii/ii iluilMiip/io aoiiiii/lixiuiiu, /iL 
iiiiiiinniiiiiinfriiin l'nnnnn lipjiijiunu n/i muinn^ nlinhh ihnlilinli liLfi : i7l uiil/üiii oiinnii 
iiiinLiiiiin mii iiiiiiitiiiL /i initiiiituh iipixnau, dl l'nnnnii irniLDiui niinLnii t/liuiiuli /jiiiuj- 

2 liiiLiiLiiii f!iiifi/?uiiii^ifiiiL/i?/iiiiIiii il/fiiiii O/W. B il 3 *.,iLiiiliun ^litLiiiinntuhl^ \) (> piliiinhuitjj 

hthnnt^n li 1| 14 7"nLlii!j /iiiiiiifini/iiiliiiit Cl(l(l. J>. 



1" 



• -\^ f'il- '•'' * Miracles qui s'accomplirenl par rentremisc des confesseurs du Christ 

Gouria, Samona et Ilabih aux jours de notre piete. 

Lorsque les troiipes envovees du pays de Rome pour la defense de la 
ville d'F^desse y furent arrivees, il s'y trouvait uue fomme syrienne, veuve, 
dont le noin ctait Sophie. Elle avait uue lille, vierge et fort belle, dout le 
uoui etait luiphemie. IJu soldat de la troupe qui venait d'arriver et dont Ic 
uom etait Gottos ', ä la vue de la jcune fille, conr;ut des desirs pour eile et 
la demanda en inariage. La mere u'v cousentit pas, parce que riiomme etail 
etranger et habitait un pays lointain. Gottos envoya plusieurs auiis commc 
intermediaires et iutercesseurs aupres de la mere, jurant hautement qu'il 
n'avait point de femme daus son pays et qu'il ne ferait aucun mal k la jeune 
fille. La fenime cousentit, on celebra les noces, et Gottos para Euphemie 
d'or et d'öloil'es prccieuses et ils vi'curent ensemble longtemps. 

II ari'iva que d'autres troupes furent envoyees daus la ville en remplace- 
mcnt des preniieres, et Gottos prepara des chevaux pour conduire sa leuime 
dans son pays. La mere prit sa lille et l'enimena au tombeau des saints ; 

i. II s'agil d'vui soldat goth anonyme. 



V" II. 



[541] 7 TRK, 15 NOYEMBRR. 39 

^iiiiLnpu^ ii/jtiu^ * ij<Afciiii ^iLji ^i 'Itf'i'j iniiiiiiiiiIi/iT( /,L luiLliUij niiin 0/i/i7i, /,i /i ftinJini- « _\^ ful 

(/l jnjit/jiiJ älipAliifiiiL |i uini_Lii ^il^i' iiiiiioii njiii iiiii lO/i/iTi . 'I'liinuiulin IfLililiSLiii ii/i 
/i/iL nLli/iu IiL nnnjiii, ht- iijiuinpiiiuinbiü tinbii n/i lutmiuabu bpt; itiniiijulib fei?, luiuiii 
5 pt n\ ^lu^iii^iuji Jfen-ij^iii ^ [jhn^t^li jitlt^ : Ißi. t;p hLililtSlstu ^ii/i : //l L<jiiiTi nyiiLiifeiiAiiL 
Dnn aaunnLahuiiU ijfi, fei- aakan^n >ni./uiti^u ^r"" *■■- "|i"«nii"L"iinnLi(ii feL liiuliLtlijui jiin- 
flnnti, fei_ 'J//"/'P""7 '''- P-nlinmli iniiiniiiL /i uini_J/ /iLn : //i_ iiiujL n/i/iTiL /ilm . l'Lpji nfeii 
iiiiinn/i iiinui/ii/ili ü/i : 

(7i_ infeiiLiiii lilin'fü naLnbnbnLßhLb bnliutua tiL iiiIia/iIiIi f/Li/jfeiJfciiii/i, fei_ nfeiniiiii iiii 
'" fei- in/i tp Iiiii/uiiiIiiAfeniiiL liH», "L niuufe/iiiiiu aiiilin iiuii Tirfiii <^nuiSuiii^n, Lt. iiuSbiniiAi 
rfiiiu ^tunlniAil^n bL. iuinuiinl^n unijnij ti. äbnlinLßbiuaii fei_ /u/iuui Oiiin_iuini_/<?tiiii?u : I7i_ 
iniuroiiuifeiui um ^/i/ili inqLna ^uiu^n lunuiiuuni-op, ti_ l/'^t/' nlunuinniluilinnii'b 7'ii/iii- 
innun : Ul. Lijol lii/iu ahuihLi iiinnL iIuihnt.L uuiiiubiiii uiuLiiLlIui hnnnnuji, Ll nniul^ii 
iiiiun bilnLtn n ujinm tjinVHi fei_ liuiüt^n iiiifiiiliiiilrfei nJiiiinTi fei_ iiiniiiiiiii : («niiiiifeiiii nfeii 
15 uiu<JuioiJL ti- uiiLiupniiin nlfLipnuhiu n OiiifLiiiinLKr/iL/i Ll ntliW^uniLiili iiinuiiiir iniiiiii/i)i 
(»i_ iun.aiuSiuni utiLuiL : * '/l inndiiii? niupAuiL ULilihSliui fcu/iin uiiiii\inLlili ilbiLhuii , fet 



A fnl. 91 

vb. 



I iiifL/jiin ] f;iiiit. B 11 5 ufen-g^iu] iJfertiiifi/iii B |1 7 un/iniiiSi] uii/i B || 11 iii/i 0/i/i}i] 
(ji^inntlhiui (lud. O II 14 Hill Hill feliil J Ullitun r>. 



Gottos doniia comme garants les saiiits martyrs en toucliaut * de sa maiii ♦ a foi. d' 
leur tombeau; il prit la jeune fille et se mit en route. 

Lorsqu'il fut pres d'arriver chez liii, il dit ä la jeune iille : « Sache, 
Euphemie, que j'ai une femme et des enfants; prepare-toi douc ä dire que tu 
es ma servante, sinon tu seras cruellement tuee par ma femme. » Euphemie 
etait enceinte. Gottos lui öta les vetements dout eile etait paree, lui passa 
des etoffes usees et dechirees, de ehanvre grossier, et l'introduisit chez 
lui la tete decouverte et les pieds nus. 11 dit ä sa femme : « Je t'ai amenc 
une servante syrienne. » 

La femme, ayant vu la beaute du visage et de la personne d'Euphemie 
et la sachant enceinte, en devint excessivement jalouse; eile la chargea des 
besognes les plus lourdes, la frappa continuellement, la tortnra par la faim, 
la nudite et par un travail tres dur. La jeuno Iille, eploree, soupirait avec 
des larmes et se rappclait les confesseurs du Clirist. Elle mit au moude un 
garijon ressemblant parfaitcment ä Gottos ; ce fut coiumo un coiip de stylet 
au coeur de la femme, ([ui resolut de faire mourir la mere et Tenfant. Elle 
prepara un poison mortel, eloigna Euphemie sous pretexle d'un service 
quelconque et fit boire le poison k l'enfant, qui niouruL sur-le-champ. * A • Af..i.:r. 
son retour, Euphemie trouva l'enfant mort; le poison lui sortait des levres 



',0 LE SYNAXAIRR ARMENIEN. [542] 

ii/./iJi hlfvliL ailiniliriLn Ljui'bl;n /i nnjiltulinli : I/l uin^btui P"l/"J "(ijit'nij i|i^i^r^iiiLjiJ/ bu 
iiiiii>^Liiiii niiinin iuiuiiLa/iLIi : f»i_ hnMliiui b/iiintiiiiii luiinij^ iiuiriiiiju : h| 

//l iiiut /i J/iini/ /'LJi . 'l'niiXLnlitt LjUk; in/i/i/ilfo /iJ imu^iub ijinijiiijli, ti- iiiiLbiu^ ijj"'-^ 
lim Zu /i Uli l'liLliilli llilililitmil /l nillJlllll n/lIiLln, /.L /iin uilllillllflli fei- iiill_fclll^ "TP *" '""-" 
c/iiii!)iiii7i iiili/ifeiiii iJfeiiiiiL : //l feiifei /iiiini/ni H^ii Ji /.l iiiifj'ii^ii ^iiiij^ifiiil^iiiiittitj /jTiiiOli, fet- 5 
iiii<iniiiiiiiiiiiiii(>ii/i)i nliLililiSLiii ii/i /ifeliiiiiili/i /Jiiiiifeiiiifeli fec iildii ^iiij iii|i/^lin^li jiLpnLil . 
nun fet iilniiiii/i}i /i"'/. fe^ i/iiil/lfell/il< /l l)/illLlJ iiimiiiiiill/l : 

I/l (fem fen/iiiLii iiiliiliui ii/iuiiil ähn-buii ilmnij/iIiL <^iiiiifci , fet ^111(11 mji/^fciiii J»l- 
i/i/ii?femi Ulli (.iimiiLiiiÄ feL iun_ liinuinntluihnnuli unit; feHt . '""•-p fcnuij/iiiiiLnjifcijt;^ tt 
feiimiii li/iii imlimiimiiLiiirtli hnnnnii . Ol '"P'I fe'/'"(p iiifciitp |3t 'j/""/"J 'ju'" fe'«- "Lj! In 
iiitiiiiin/ifeij/;^» i//iii| fet IHM iuiiiiiili? nniiii iiiiiiiiiii : f/i um >/iiii)iii^/i hnliLtiniiili fe(ife|J iinLjjp|)li 
Äiiin^iuaiuijflLiiii iiiLiini/ fet uiiifeL nmiit>/i/i)i . 7'mOiiiifeiifeiiiii fe/ili iini ii/i fe/^i"^ ^oijLm- : 

/iiiiLnLW/iLL pfeii : i/l iinLnfeiiin iiiIinL7iii>JnmnLtJ/iLlr /iLnVili feL 1ili()feiiiii : I/l iiilifeptLiii|r/iiipiiip 
A l(il. 9.1 iiinuiii/iu iiriLniinli ilto * iipiiilufei/iu, n/i luiLfeiiii uimiiiiiii iiiiiii V'/iliu feL liiiiniiLn/ili iiiiLiiiOfi 

miiiiiiiii)i/i}i /iLnfeiiiliii ifefefeiifeij/ili, il/iifeu/iiu piu/iiup/ili /i iii?/ili 'j/'^fef'/' • fe»^ iiiiifeii nl/Li^i/iüfem . 1 ■ ■ 

5 iiili/ifeiui o/??. R — ■ iui?iiii/ii3 mifiüi^uiiLiTii 1> ' '.) ^iiiiiiimii^iiiiiiiijii)i] iiiiLjipiiTi B II 13-14 

/iL iifiLiifeiiin ... öilin <>/i/iIi] feL uitvhuii itAiinlt niiin O/i/i/i iiiiLiiiO/iiifiiifeiy/ili lii^iii nliit ^j/jiliiilii- 
iiiilW/iiTi iiiliÄilllioW /?L l/iniilTiniiiLiiii iSiii)iiiiuiiiin')/iIi feL iiiiuiifeiiii I> |j 1.5 fe liiVMi fl/'?"/'/' ''/'^- Ji. 



comme une ecume. Elle prit de la laine, essuya l'ecume et la garda soigneu- 
semeiit cachee. Elle alla enterrer son enfant en pleurant. 

Elle se dit en elle-meme : « Je vais essayer de voir si c'est ma niaitresse 
qui a tue Fenlant, » et eile saisit la laine imbibee, la pressa dans iin verre de 
vin, qu'elle preseiita ä sa inaitresse; celle-ci le ]iril, le but et tomba morte 
aussitnt. Les parents de la femine s'agitereut, firent un graiid bruit et con- 
damnerent Eupliemie ä etre enterree vivante avec sa maitresse; effective- 
mcnt, ils executerenl leiir projet et enfermerent Eupliemie dans le meme 
cercueil. 

üeux joui's apres, le corps de la morte coinmenga ä degager une mauvaise 
odeur; Euphemie poussa un cri a Dien et aux confesseurs, disant : « C'est 
vous qui vons etes portös garants et m'avez livree ä l'impie Gottos : venez 
voir maintenant dans quel etat je mc trouvc, oii je suis et oü vous m'avez 
envoyee. » Et eile poussa d'autres gemissements encore. Aussitöt les trois 
saints apparurent, rayonnauts de lumierc, et dirent a lajeune fille : « () femme! 
prends courage, car nous sommes vcims a ton aide. » La fcmnie sentit une 
• A iv.i. 'J5 odeur suave et s'endormit. Les saints firent invisiblement un grand * miracle, 
car ils saisirent la jeune fiUe, la transportörent et la poserent la meme nuit 
dcvant Icnr tombcau, dans l'eglise de la ville d'Edesse, et ils dirent ä 



[,V,3] 7 IRE, lö NOVRMBRR. 41 

Myii /luiuiiiintiiiun iitniiii/iiiiiLiiiiiii-W/iLliii "tli, hi. ntiniiin 'IP'-'I "• n'"^' iiiiiiiij) : '»'l ■{•"(" 
iiiifiuiitu/i iinanau lulniiiii/i friibli : 

ti_ tnWtiiii JmiiiTi fet. piiiniiiiynialipi intii/il/ iiiiiii <»/i/iIi, tt ini-iiiL ijtqliilii ijiijirtli /ii 
l/lilllLll tinnLl» l.ilinnLÄiii /.l nnyiiniiiTi il/uiiilililll/iii/inii 1^/1111(^11^1» 'l'jl^imnnll^i : 

//l ifcin JuiSniiiullliln fiLuill iiiiiiia/iiiii l'nnniiu il/;iLii/iiii pilllliiip/i, Ll |iiIiijiil|i)LiiiiIj' 
liilnLin lun. nnpiii'litli, nnV'niL ihuinnLiuu'Ll^n JiiJiii /i (iiiintn/^Ti (jl |i jrinnMl;}! : I»l l/ni|i|iiii 
liniLlliq quilllinnLUlljUlin pilinuip/llr tt. "^iiiTifeiHi liniiLinnTi iiifLiiijj/l /'iiljljiiii^l I.l ii^uiinillv 
iiiiiJLliiufL iiiniiLniuiut" "»"p /'^'* i"f"<'J' /'"ijfjiiii pirij ^iIipLiiiIi : l.'<- jOLtiu^ iiinjjiuintjuiiri 
piii/iiiin/iL t<,'iiiin ijijinL^jiIi 'hni^qnuli . /jiiii?tp tt lujjit^^ iji^iiijiiJ^iJfli, Ll fcaj^ii/jniijmili ßuiijiu- 
lii ij/ili n» Lin Willi •"((''■/ = ''""^ i?tAiiiiii<;^ii i/iiiiiLiiiLnjiLijiiiTi 7"p|uiinnii^ |iiiiiiiniiij|iiiliiiij 
ijlniiinii l'iii ii/iiilll, Utuiinhiiiu DL («u/iaiuu : 

' iiiiiitiS iiiLOLij liuiLiiiliiuinhti t «-,iLni?iin iJfeÄ^ t/jfeijtijLnjli ^i i^iiiim '/'ji^iiinnii^ : ' -\ Ji''- i'a 

[B Biuiiii) iiiLPLii /iiiiiniiinLiiinJi »uirmuiiiiiLop i/iiiiiTi *JuiLiiiinnijli ■/•ji^iiiiniiii^i, illiO 
/i-t/iiiiiTiL //iiii/iii/iiiii, /»Liiuiiiiptnii /.L //iiiji/i/iiiiii, |i ;»nLj/iiiiIinui^ PiiiijiiiLnpt =J 

- ijijnLiiiii,.fi] /■ iifeTifc/jt rtt^f^- H II '^-i» '-' />>Lfci£iL... "'j/'feLl ''"l ("LfeuiL "■"(>i"i<'fc['">" 

nulijiiip/.S /iL fcu(/iu/(iiU(iiiiJi '^luuSuifh^lA, ij/i /(tT.ijiiii./i /.JiUfjfciiijfcii lJ'^I7IJIJml, /tl lujTiUjtu iiijuuji/iTi : B 



Eupheraie : « Voici que noiis avons accompli notre garantie en te recon- 
diiisant la, d'oii nous t'avons prise, » Ge disant, les saints disparurent. 

La mere et les liabitants de la ville s'y rendirent et y trouverent la jeiine 
fille ; ayant appris ce qui liii etait arrive, ils rendirent gloire ä Dieu et 
gräces aux confesseurs martyrs du Christ. 

Apres un certain temps, Gettos, s'etant rendu de nouveau ä la villc; 
d'Edesse, alla trouver joyeusement sa belle-mere et lui presenta les sahi- 
tations de sa fille et de son petit-fils. Sophie fit venir les notables de hi 
ville et leur presenta sa fille en la presence de Gottes, pour qu'elle reiidit 
compte exactement de tout ce que Gottos lui avait fait subir. Ayant entendn, 
le stratelate de la ville fit trancher la tele ä Gottos; il voulait menie faire 
l)riiler son corps, mais Teveque de la ville ne le laissa pas brüler. Les confes- 
seurs martyrs du Christ Gouria, Samona et Habil) furent grandement glorifies. 

* En ce jour, veille de fete dela consecration de la grande eglise de Rome, 
en l'honneur du Christ'. 

[B En ce jour raoururcnt dans les tortures pour la foi du Christ, le 
grand prince Elpidius, Eustochius et Marcel, par ordre de l'enqjercur Julien.] 

1. II s'affit, semble-t-il, de la dedicace du [.alran, au 9 novembre : In dedkalione 
archibasüicrc SSmi Salvdloris. 



]■" II. 



A lol. '.i: 
V" a. 



" A lol. !i:. 
v° a. 



42 LE SYNAXAIRR ARMENIEN. [544J 

,Sj,;,^i /.' f,L ■JxijfeiVjl/iJi/i lH\ : .Sofr /; frii/ll|fJtllii/l im f. 111111(1 iiifi^lf" ! 

W'/iL»nferL iiKLiiipfemili //'ii/inptfiii im fc<niiijiiiili|i^}. ^ jfeji|iIiTi t^i pn/j Ll iJ|""/ iijiuuiiJiil- 
Äitilinil, tj.LLfcniiiL Tirfiii tj^iiiiiLii ^1 LJiiiLnL/J/ii-Ir ij^iiiiniiilitiii/^/i, fet iiiiit • Kiiijhiijui-P/ilI; 
nTi/i ntn Wiiiin/Jt"" = ''<- Jiiu^feot'iu ^i Jim iiiH-iupfeiiijIi mut . //ij^n^lJ tt ßfc<J_ ol 
luiunuinni.pitdi lii^ nkplifiLttii iYiiiinii(7i^i : l'.iit <ji'<" t^J|iiinLii . .^«jiiiiij/iji j/iiiinpt"" ""^ ^ 
piiipiiiitniFiiiii, p7i/iiiii ij^iiiLiiiijiiifiii <[<"^ii ti_ tO /» jitmitlitu tL LpP/iijLo |i ,4J^iLfL|ilJ giu- 
iiiiin SiunniiiLijiuun, hl. inJf/^tii; i^i^iiiLiiiijuiLfj ^i ijiilhIi t/^tfjtijL 11(11 ijnji 2n'''';;t^ 'J""- '"- 
r.Lnntiim, /,L i/iJj/i Äiiin. iJtA Ifl iiiinijmptji, ti_ /^fcp^ijfeli ijiiiijiiiljiiipiiijin^ üuijiij^l^gli, ti_ 
i/in/uLiin/lL iiiiLfiniinnLHtLtl/, irL ^li^itjji'L ijl^iilillll /'p/'tL '{'"(L '^'"'f 'j/''/ß' '11 tlSt 

■^llllinLn^li, Ll Ulli II* fel-tl Lblllinili ljl?ilipi?^ili Jiiipij/pillj, fel_ /piilJ '{"'(|l_ /'^'^ /j/ipill^llLp "//"{"i lU 
/.L Äiiili/intli n/iu iiL 1'iu'jji ^iiJ np ^i7p/j|iliii t, f.L ijhl Sp""/ /p"'niiipfeii(j|ui ^^il pfi/piijij|iii 
iiiiiiii/iii iiiLiiiiiLnpii : //l niiiiii iiiiiiiiijfeiiii f)/iiiiiLo/i /lUi nniiiLiiiniiiliii p U luinpt^nu fci_ 
i//iniiiiiiiiL i/*n/i/i/iii : 
> //l /lOtiiii //'iiiuiHtnii /i iJiiiiiLlitli atii^tp /ip^Jini ^i piiiijiiigli, /jl ■ (iiipJiiiiJ iJtpAtiijiiiL 



8 TUE, 16 Novembre. 

Fete de l'evangeliste Matthieu. 

Pendant qiie l'apötre Matthieu l'evangeliste vivait dans la montagne pieds 
nus et vetu d'une seule tunique, Jesus lui apparut soiis la forme d'un jeune 
homme et lui dit : « La paix soil avec toi, Matthieu. » L'apötre le regarda et 
Uli repondit : « Salut aussi ii toi et paix, joyeux jeune homme. » Jesus lui dit : 
« Prends courage, Matthieu, et sois fort; prends ce bäton et descends de cette 
montagne; va ä Myrne (Sinijrin)', la ville des anthropophages, et plante cc 
bäton ä la porte de l'eglise que vous avez construite, foi et Andre : 11 devien- 
dra un grand arbre et donnera des fruits, les gens aux moeurs sau vages en 
mangeront et seront transformes de leur durete et deviendront sages comme 
les autres liommes; ils se couvriront d'iiabits, ne mangeront plus la chair 
des hommes ou d'autres aliments impurs et me reconnaitront, Moi et mon Pere 
qui est aux cieux. Tu y mourras par Ic feu et tu recevras les couronnes 
de lumiöre. » Ce disant, Jesus donna le bi\ton ä Matthieu et s'eleva au 
ciel. 

Matthieu descendit de la montagne et s'empressa de se rendre ä la ville; ' 

1. Myrne : Myrmckion (Mupfjirixiwv) sur le Pont-Ruxin ; cf. Lipsius, Die apokryphen Apo- 
stelgeschichten und Apostellegenden, 1, Braunsclnveig', 1.S8,?, p. G04. La forme arme- 
nienne vient d'un texte eicreXOe ei? Müpvvjv tv toXiv... 



[545J 8 TRE, IG NOVEMBRE. ' 43 

^lulinhuibniiili liiliii tll^^ulu'^Ulphtu|p h ^iiiji nliLiun . 'PnLiii/iiiTiiii t/iTi /JuiniiiLiin/iTi i^ "l"lh 
liLn 'rnLiiliiilinii, fei_ ^^lü njiijLmlj OpiiLui . Ll iiiiiiii>iiii/if^/i7i JtÄiu^iiiilr . //i/ l;^iiiÄ iiptn 
i?/ii_iiiiiunuiil n niiintiipu luiii nil U iiiinMt;nii . liiiiil inj bin nniiiLiiiiiuiTin i/iiiiiTt niTtn /.n- 
nnLiiiiilrtin| . oifeiiiiilitiJp iiin. poa ühnA iitj/mnui Apiifet iiiii>iniiili/i, iiiii iiiiniK/iin/.L fr///i/> 
5 VkiiiiÄ/i/ nükn h nii/niiipi^ii übnüti, ^iiinnLiiiii/i/ii{p n/Jiuniiii-iin piii/iiiip/iii /i i/Liiiiii P"l 

(fL U uiinjat^nu bnbtiii t.\bn.ii ^iiiiiuAliuiu nnbi-UU fet iilinuiii iiJ^Liiiitj : i/l alriiiii/ifi 
n/ili/i linniii . ül üintiiii /i pimiiiipli «naiii/i iblibnbnhh . fec buihuLnitinii'ü 'fiiuiiniilr luiili- 
Iriiiili nL.jiiinjiiJi iiili/iiiiti uia ninu iiiiLiiipmiiili tiL on^^trcniiiu /i Iriliiilrf^ : 

10 '/L annnijbniiili um. um rfiinnilnLnnp puinuipnu bu iiiilcliiuiTi <^iiiLiiiiniuiiCiiijipTi . ti. 

bibuii l/ii(in/J^nii /i nuipAn inbni.n'f, n ijbniiii i//»il/i piuniin/miri Iinniti nniiiliii libliiun, ti/i 
Bnnobli nuuitnnLpnuh n iii ii in nLiiiauh nunbiulin, bi. ^lULiuaiiiiuqbh n il/i diuirTLiiia /i o/;r/' 
Jen i//iii(iL(i 'l'nliuinnii : I/l luiit^ . liiiiibniunnLn h aiiiLiiiiiiiiiiii imi" '.l mbuuiUt^p übet 
imiiiiivLi/iii, ii/i iiiniUniniuiinn (iL nbiint^ uiinnLn tibnbnnlj bu iiiiiu/iiiii/i : //l iiiiiiii iiiiiiiiiinitii 

15 ittnolnbiiin uin. (•iiirinLiiiA /iL nnbiiin iiniiiLtitqtiihh ibnlinn^ dl tun^ottiuiiiih iinLiiiiiL dl * .V f'ol. 95 

iiiäDiitn, DL tnoL oiiifL ilDO, (iL Dii/iii luiniiLii ("lo "L nnjiibiun 1 111/1 lim uin III iiinii/iLn : 



lorsqu'il fiit proche, des gens possedes des mechants demons, Fulviana la 
femme du roi, son fils Fulmanos et la femme de son iils, Erbea', se porterent 
au-devaut de lui en criant ä haute voix : « Qui l'a couduit de nouveau eu cette 
ville, ö Mattliieu! qui t'a donne ce bälou pour uous perdre? Nous voyons 
pres de toi Jesus sous la forme d'un jeune homme; mais puisque tu es venu 
pour uous chasser de notre ville, nous allons susciter contre toi le roi de 
cette ville qui va te briiler par les flammes. » 

Matthieu leur imposa les niains, cliassa les demons et les guerit. Ils le 
suivirent, entrerent dans la ville et se rendirent ä l'eglise; l'eveque Piaton 
avec tont le clerge tomberent aux pieds de l'apötre et furent benis par lui. 

Les habitants de la ville et tous les lideles se rassemblereut aupres de 
Matthieu, qui monta sur un endroit eleve, sur un rocher, et leur precha la 
parole de vie, pour qu'ils abandonnassent Satyre [Satouron) hsur dieu' 
et crussent ä un seul Dieu, Notre-Seigneur Jesus-Christ. II leur dit : « Regar- 
dez ce bäton et vous verrez un grand miracle, car il va prendre racine 
et donnera des i'ruits beaux et savoureux. >> Ayant ainsi parle, il* pria Dieu » \ u>\. '.15 
et planta le bäton en terre; celui-ci poussa aussitöt, devint un grand arbre 
et donna beaucoup de fruits; et une source surgit de la racine. 

1. Les noms du Martijrinin Matlhaei, 5 sq., sont <I>oij).6avo<;, il'o'jXoavc', KpSä. — 2. Le 
texte ijiiimnntfmuTi ijuiumnLuiSuii devrait ctre corrige en ijummiitjniii niuiiuiiiLuiiS, qui rc- 
presenle une legon grccque ilctTupov 9eov. 



V» I). 



44 LE SYNAXAIRR ARM KNIEN. [■'-''6] 

//l Jn.jn./..Lj.i, J»ii»[.«>ß/>J' iJ?<ii<>//>?' !,^kH^al'^'' '"^ '"'"'/'^ .j...T,.*v/.I,.. /.LpL...J,3 .?tj./j.., 1.L 
./in/iit.<iL /, .J.i..//.(. /,/.(...(.../."iT,., . /,. ...7,;,..,1, (-...nii //"....„fJt""/' ''L ./iii.iL...Ln(./,ij/.ii .jCii- 
«.„LiuÄ : /,V .ni,.,l..„L .jrfl.,./,nL/,)/,J,., ..,l,,,.,,.?m;i. ,...5..Mt/'?' /> .?/"5'.',.r,., t^ j,J,/J.,,yt.,,f^ 
/i luipLu /iLntiiiiiii /.L ÄmÄ/jtij^}/ ijiiiidV^iTiii jii-fiLiiiliij ■■ 

/,V S>"<'^'"'(;'""3 «'"L"<ß'-"(^' "/ijuiuinliui^ t..,/i»/|niij.iu/Ji, feL .J/^pu.tii.3 |;..i.jp/.LjJ, 5 
Ä,..,. ,.jl, ,j/,/,I, /.?.,..j.... nj./.T, tx if"/.'//i1' tL ^/j/,I, „prjLn^l., /iL ij.ii JfcL..nl, c/n,jn./nLj..jL . Ll 
iJintiHj ^t/jtfjLrj/.Ti ':;ii/fjnpijt<jiiili ijri'^i'iiiIiiiYn./ ijdoinnLAni; i?/.Ä nLpiii/ii.iL/cJfe.i«?p : 

//l «7t«iL..,L /.?...iJ.iiLnj,/.T. '/>,.L^..ji.iTi.ni/i .jnp iiip..i(. »'.i..n/.?tn.. /. /j/.L /.l(. ^l (n(..j/il. 
Ll /. ^uipuL' /u'l..j...., {.J.., pc/j./fML/J/.LM., p.^., .{[. ... .?t/,7,t/.), ,....Li..ptp^i.^ p.,.,./j....,...i- 
jnj,/. fe.^ /un,,stj. S>"'/ «'.(f'^L r"'^"'ß'""f^ = '' 'i/'j''/'/'^ J"'J^"^7''/ "■'^"•"^t ll'nnnpknu 10 

.jf{/,.in.^.. j...i,nLpo.. ../. ...i'tf. . /.'J'7 ßfe^ fe"?- i<T";d'i' '"- ß"'J? (''f • '"' '"^ T kh"'-a'"^^''' 

i!i../.nL..iÄ .j/..,.jivi.p.J.. /Jiuijii.inj./.I.' ..p S"'J^";''/"^'""L t ■""^■"^''L TT" /' '/''P"'J H' 
llliiin .i\ LnliluinLn, iS/^ji Jiliij llfcij Z;^ : 

//t .nfe.lfea.L /<J...lJ...Lnp/.Ji .jp«..J.?..L/r7|.LJ. p..i,j..,p....jLi.iijL i.p .j...j..\...7< /. p..,p.i.j..Lp/.l-M. 1i 

/. rf<4j. :// .jLLpT, .ij. tft<"L t/'i' /' /fT.'.ctJ' tL .i;"j"jL.n7. tc /, v../."t7' /jtp.ij...p".7.t.juii' 



Les gens de la ville se rendirent ä l'eglise et apergurent leur corps nu 
et transforme en un aspect hideux; ils tomberont aux pieds de Matthieii et 
fflnrifierent Dieu. Devant la nüdite de leurs membres ils eurent honte les uns 
des autres et s'empresserent de rentrer chez eux et de se couvrir. 

Ij'apötre ordonna ä revefpie l^laton de baptiser ä la source qui avait jailli 
an pied de l'nrbre, la femme du roi, son fds et la femme de son fds, et toute In 
Population, qiii reutrerent ensuite dans Feglise, communierent et rendirent 
gräces ä Dieu avec grande joie. 

L,e roi Fulvanos se niontra lieureux de la guerison que Matthieu avait 
operee sur sa fcuime, son fils et sa belle-fille, mais comme ceux-ci ne 
s'eloignaient point de Tapötre, il en fut fort irrite et songea ä brüler l'apötre 
par les flammes. Dans la meme nuit, Matthieu aperyut dans un songe Jesus 
qui liii (iit : « Je suis avec toi, sois fort et courageux; c'est moi qui te fais 
A lui. '.II, vivre. » L'apötre forlifie se rendit aupres de l'eveque ä * l'eglise, et dit : 
c( Dieu m'a l'ait counaitrc les desseins du roi, ([ui doit envoyer des soldats 
contre moi, mais nous ne eraindrons pas, car le Seignenr est avec nous. » 

Le roi, ä la vue de la mulliludo des citoyens qui s'ötaient convertis a la 
predication de Matthieu, se trouva embarrasse sur la maniere dont il le 
ferait saisir, et möditait a ce sujet. Les demons qni avaient ete chasses de sa 
femme, de son fils el de sa liclli'-lillo priront l'apparence d'un soldat qui se 



A lol. 'M\ 
V I). 



[547] 8 TRE, 16 NüVEMBHK. 45 

/ipjitl- H^Sjli I^O^IIll^lllll Ll i'll'Ulj III/LIII^ ^JllllJlllLllll/lL ifL Iliut- /.'Lii/Jm UllLillll/l LnLhlUII 

louiuip luqui'bquiunftl^'L . ijiu Sui^uuiLnp ^ji ijL izn^L lunuiliknui /uuistiniTi /i OiMiri, tc 
iD^c/iJ fciiiilifeiiiij t ([^'J feiij/iu'^niijnii^ili 'I ijiu in nli IUI, nLii iihl/lIi puiiiiup/ilr iin /iin/i l-niiiLiii'ii : 
•/'ni-/i)miiip/ljl ti. t^inijLu ^tiiii ui/iij tl_ nSilliiiLuabii ii/iliiiul nnill^u Li_ liiiiSLiiiiliii : 
5 (/L ini_femi pmijuiLljji^llr iiiiLlllpLujii /i iiiililJ/ niiiniiinjiii snnti iioiiiii/iiiiLii /iL iiiii/;^. 

O'/St "> F cts^S if^fl iiiinjdl^nii ulLa iiiiiui)(iiiL/ln/. J : G'l iinpiu liLiuuli'L ii/iiiliLp /i iiiiLlLii 
feL DAiinLl» 111^1'" P"(H f"'" "^ infeuuili^/ili : l?i_ LnlJLiiij tiiiiiuii!l{>ii/iL /JaiiiiiiLtiii/iZi, fei, 
uilLmptii/O 'f^"/' uiiq"' ""» ujiiiiilr aoniiiLiuilu u/iIinLp * Ll iiinJuiS tifeiiAfeuiuL' feiifeLfeniiiL 
uiiumiiihh niAibinJ niuüiiiiinii JiuilIuuiii Ll luinliiiiii ninliiiti Ll nui\u Iriioiii : (/l Liiniii iiii-j/i 
lü /"'"/ r 1 9/ T/t'"' pi-jihiubq ti_ iiliiuu/iu iji III lu II in Uli Ulli uiil /Jiiiiiiiii-iinli, yiiifiiiunfeiiii p 
nn n> Liiint^ph juoubi : 

t»i_ niuplbiui i/feLP" l°'"l l'FP^'- 'jonuiliui'b fei_ luufeL aPuiauiLtin . (tuiiin/io pfcn 
nöjuiun/iinl/, p<uliu/i '^pbnuililli i^bnblibn uiiinyiLiifeliniii u/iii iiiiifcl nn fe/Jt '/'"- /'^fl^'/'^ 
Donop nuiiiuop fcnH/iuLii im liiiinhii suiii /il<\ iiin-UCi (/ iuui/</j^nii/i iiiiLiiipLiiii/i, piiiliu/i 
13 lu^iufefenui ujiunLuh t^ Lu liunui OiuiJiuLiul fe/ifeiui ^ iiiuin . ti_ tWt |iiLi<ni_/JLiinJp /iIm 
lunuiuaLu luutL.iunüualili «"»P pn OL n /ufe/iuuti feiiifeu, ti. iiiil /iLpL/iL uiu)ia)i pn fefen/i- 
gtu : 



presenta au roi et lui dit : « Pourquoi crains-tu tellement ce sectaire etranger? 
G'etait un publicaiu qui est devenu le disciple de celui qiii a ete crucifie 
par les Jiiifs ; il va soiiir mainteiiant avec l'eveqiie Piaton par la porte 
de la ville appelee Barean'. Hate-toi, tu l'y reucoutreras et tu le saisiras 
facilement comme tu voudras. » 

Le roi, apres avoir ecoute, envoya ä la porte de la ville quatre soldats eu 
leur disaut : « Si vous n'anieiiez pas Matthieu, je vous tuerai. » Ils se rendi- 
rent armes ä la porte, entendirent bien sa voix, mais ne le virent point. Alors 
ils allerent aupres du roi et le lui raconterent; celui-ci expedia avec eux 
dix autres soldats armes, * qui lorsqu'ils arriverent tout prcs de lui se » a loi. % 
trouverent en face d'un jeune homme muni de lampes allumees qui leur brüla 
la figure et les yeux. Saisis de frayeur, ils jeterent leurs armes et s'ent'uirent 
aupres du roi, devenus muets et ne pouvant plus parier. 

Les demons prirent de nouveaul'apparence d'un soldat qui dit au roi : « Je 
te dirai la verite : un ange du ciel m'a efTraye en disant que si tu t y rendais toi- 
nieme avec de nombreux soldats, tu ne pourrais faire aucun mal ä l'apötre Mat- 
thieu, car il est disciple de Jesus et c'est sur son ordre qu'il est venu ici ; et 
que, si tu as recours ä la violence, tes j^eux s'obscurciraient, tu perdrais la 
raison et tu te mettrais toi-meme ä te devorer. » 

1. Cf. Maiti/n'um Matthaei, n. 12 : ärc'i t»iv tcöXiv tvjv Xeyo,m£vviv ßapeiotv. La traductioii 
laline a pris aussi [iapeiav pour un noni propre : « ... quae dicitur baiiaeu. » 



/lO LE SYNAXAIRE ARMENIEN. [548] 

t"L miit Hii/uiiiLiiiiIi . '^^L n't[ ^ujlru n^i ijiiij/jiij|iii^iii/J jiioujtii : (»V Jiiu 11111^. (fu iii^l/ 
nfei-Jj tiJ 1.J1 /i /j/iiiii p,n i/L |n("j/>J< ''L /■ yiipuJi j;" '^''"'■"'L t/' '•l IiJuiIriiiL /liui^.li f{/iuni_.i/. 
<;iiiiiuÄfeg.uj /i J/riijiuijt : ^l i.i(;Ji? Lnßi" tlr (L/j//ij/.iy|iii t^ ui.ii^<Jii.itIr filr.^ .uiuii.^Ljiijii /i 
iJ/iimi/il. /,L tpt ("L/'/jt" /iLa ti_ <iiui_ij,uiui.i (i^iii^tii ti. Iriißiu iiiu^jitiiij/iii : //l i{"i^>i 
iiiiiiunLiui nnuit" ""l/u luufcnfcLinP /ji^Ll : ■' 

//l i^iujii iiilLuij^ piuijiiiLiijili ^iiiS/' tfjfcm|_" in t^feji tt 114 iii^p fei- iiv LLofeuiiJ (;fe{i/f/iL- 
♦ A f(il. % ii^J, : * fr L iiliii iiiii^ii'ini-iiL iiiiLiiiLouinLii uiilLui^ feji^iiL ^i^^miiLi/ «J^'''/^ ^'l l jt 
^°" Lfeliifiii-pfciuiip ij/i iiii^iiiJigt i{W'iiiin/Jtiiii : fri- jnjiJuiiJ tJnL.ii ^fc/jfciffeg/ili /uiiiLi.ijifeijuii_ 

iiMpIi, fei- ij.tiujli [iioii[itj luiLiu^fejn^Ii jutji fei. ijiiiu n^ infcuuilitji : //V luut . J"!;«/ /'^"^ Ip'^L 
uiiLiiipfeiui '/^{./iiiuinu/i feL «,uji.iui/.im?, ij/i lu^c/J ÄiuLfeiuj ^ Lui /iTipii t KuuihliuÄ öjiJui- 10 
n/iui iinn piunniifeo : //l ^iu^u muiuijfeiu^ pujgiiiTi iinßJi : '•'"^,7 /• fifei'ifni-pfelitl' "* 'J'"- 

IllllllfelllU : Hut l|}"" lll/LlUßfelll^i . //'l/ llljl/ll-illlljipill- piLllHlLUJI, t')[i'Ld,L ^fe"pp piuijnLipiiIifeu 

ujJniiiuii, ti- I?« iiiiiinlrfeu fej, feiuiiiiiiiifei/ iiliuiäu ^<<pu ßii uiiuiiiii/iiiij(^i: 

//l feppfeuJi puiqiuunfi^i'ii jiuii^uipioliu ^lji' funji'^kp ^ßk "/'"</ S^""/'/"^^ uiijiiiLyt 
nuiti-iupfeuilL : /»L ^nuiSuiiLwa ij..piii/|iiiIiiugJi fei- l^tuj^iu'L tj^U ui in pi^nu, fei. uiixijiuilr ^1 uifeij/iJi IJ 
iiLii nwiiniiinniiÄiiL iiiiiili^)t/>ii iffep^^ ^ Än^ : //l miiijiuiÄfeg^Ii ijlriii j^^pi^f'p, fe^ ijiuii^feij/iii 



Le roi repontlit : « Qui os-tu pour me parier ainsi? » II lui dit : « Je suis le 
(lemon qui etait eutre (Jans ta femme, ton iils et ta belle-iille, et qui en 
tut cliasse par le siij;ne de la croix de Jesus. Ceux-ci se trouvent maintenaut 
ä l'eglise et psahnodieiit ensemble avec l'apötre ; si tu veux ni'ecouter et si 
tu veux croire comme eux, tu seras sauve. » Ce disant, le demon disparut 
comme de la fumee. 

Le roi, apres avoir entendu cela, fut saisi de frayeur; il ne mangea plus, 
♦ A foi. '.ih ae but, ni ne dorniif , de crainte. * Le matin ä Taube, il prit avec lui deux priu- 
ces, se rendit ä l'eglise traitreusement pour y tuer Matthieu. Lorsqu'il eut 
p6n6tre dans l'eglise, ses yeux s'obscurcirent; il entendit la voix de Tapötre, 
niais ne le vit pas. II s'ecria : « Montre-toi ä moi, apötre du Christ, et je croi- 
rai, car rnaintcnant j'ai reconnii quo Ic Dieu quo tu prüclies, lui seul, est le 
vrai Dieu. » Lorsqu'il eut ainsi parle, ses yeux s'ouvrirent. Toutel'ois, il ne 
renouQa pas ä sa perlidie. L'apötre lui dit : « tyran sanguinaire! jusques ä 
quand cacheras-tu ton poisou ? Ne inanifestes-tu pas et n'accomplis-tu pas la 
volonte de ton pere Satan ? » 

Le roi, etant rentre ü son palais, relleehit aux moyens par lesquels il 
pourrait tuer l'apötre. 11 douna des ordres ä ses soldats, qui saisirent 
Malthieu et le conduisirent ä rcndroil oü l'on torturait les malfaiteurs, pres 
de la lui'r. Ils relcndirenl ä terre et liereut ä quahe poteaux ses mains et 



[540] S TRE, ir, NOVRMBRR. 47 

h ^npu nf'Q" ijAfefLU ÜL qnmuh, ti_ ^nLinl/n^iIi /i ilbniui innui i/iiuiui 4nn ti. ijuin.hnjili . ti_ 
iiuiLtii/i/> ^i i^t^iu^ liii^iiu A^P UL A^i_|<J tj. Aiunui : (/l iiiiuinni./ifitiuii Doniu/iiuLiui>)< . 
i/jul^ IIP nunnjiitiuhiui ^\bn linniui[;u ul alriu uiiiicii^/ip Mi'ii/ : 

t»i_ JnnnilLuuili luübliiu^ '^ui liu in lu ab uiipU * /i i/Litiiii iiiu>)'(:{iiim)i tt uii_iini./Jf7iiii)M • A f,i| im; 
liiuäl^jiU luiihnuiiiiliLi niun^iiipLiuili : f/i. Iiiii uiuuuititua linniu hi. iil/iii/iIj : /»l unnHnnfeuiiiL 
>,"ni_jilr ^ ■/^{""j '/ «"«nftn 11^ : (/i_ <,iuS^iupXhiui iyu\ii Iilii itii/i/iLi/ luiiiuttiiin iiKuiiinLiu<\ 
i|uiuli i/lii/iiiLWtiuli hl III n III LH n hu Ll piii iiiii nbli ii/i niiinAqlli ti_ n> linnjiiib'L : ku uiuiliu , 
/"uiniuniiLW/ii_(i iiJ/ii i\fc(i : (/l iinibouiuiuilr iuliiiUiiLiuii ii'^milib hi_n lun. "tuuiiiLiuh '^nkh 
/, DX uni0iiiiLn/i */v', auii) t^n uiLtiunh ubnünnjin : 

t»i_ binbu 'IniuinnU biiibiiLniunuli niun^uipbiiiiU tonn Jbniuabuii Ll uLiiuil iiiiinänubi . 
f/L bpLni. "ips upiub^biuimbup /i<)/ili /j <Jni.nI( fmnnnpiiiiii , uin^biiii nifiiiiiil/iLii iiL inui- 
iifeiHi biflili IILII JnnnilnU l^nU piinuuinLt/iii . fci_ hiipiu inbubiui inij nLniiihiiuniuii : tu 
Jiiiinilbiiii iiiiii)tTiiii^li <l nn II JnLniiu puinuiphli luniiinuiLt^liii bßl; . Il\ ani iiiii (iiii/innuÄ 
pujjfi ij/ilufU finn II uitnliil^iiu pittnnnbiitn : 

OL ini_fciui fJiiinuiLnn/iu niuniiinuibli niiin'^nLnbnuiL dl i/inLn/iuliiuli/i aliiuti iikl bitiliii- 
unuinuti, DL luhLtiiL. iiiinu linniii dl iIdoiul ^iun.ai\uuiäa julinnbuiii /(7nn;iL/<?/iLL /jl dbninnu- 
w/ilL : l/L uibubwi buibubnuinuliU n'fbnilbn.inhnh nnV*nLtfli ßiuaiuLnn/iL, on0ibiuu nUiu 
DL alinuibuin : o'l feriDLDoiUL 1/ uiinMt^nu b übnuii lULiuouilr/ili /tl uiu^ • * 'l'nLiuiliuiiinu f V f I q- 



V" 1). 



ses pieds ; ils entasserent sur lui du bois sec et y luireut U? feu, apres Tavoir 
enduit d'huile, de poix et de graisse. (Le roi) avait donne ordre aux soldats : 
« Si quelqu'un s'oppose ä vous, vous le brülerez egalement au feu. » 

Tous les fideles s'unirent contre * les bourreaux, voulant delivrer Tapötre »a m. '.k; 
de force. Mais il les reprimanda, et ils se tureut. Le feu s'etendit au-dessus 
de Matthieu. II eleva ses yeux au ciel, pria Dieu pour le salut du i-oi et de la 
ville afm qu'ils se convertissent et ne fussent pas livres ä la perditioa. Puis il 
dit : « Paix avec vous. » Aussitöt apres, il rendit son äme k Dieu, le 8 Tre, 
qui est le 16 novembre, ä la sixieme heure de la journee. 

L'eveque Piaton apergut TapOtre eleve dans les airs et se mit ä psalmo- 
dier. Deux hommes d'aspect magnifique descendirent dans les liautes flani- 
mes, s'emparerent du corps et le deposerent ä l'endroit oü etaient rassembles 
les chretiens, et ceux-ci, ä cette vue, ressentirent une grande joie. Tout le 
peuple de la ville s etant reuni se mit ä erier : « II n y a pas d'autre Dieu 
que le (Dieu) uuique preche par Matthieu. » 

Le roi, ayant entendu ces cris, fut saisi de frayeur et se rendit en häte 
aupres de l'eveque; il se jeta ä ses pieds et demanda avec de grands 
sanglots le pardon et le bapterae. L'eveque, vu la fervente cuntrition du roi, 
le benit et le baptisa. Saint Matthieu apparut au-dessus des Fouls baptismaux 



48 LE SYNAXAIRE ARMENIEN. [550] 

IIIUII1.UIUI1U hünu uiliiiLuihtiunn U lummt^nu, Ll. uUli pi-n uiunLuilihunn Uitililiiu, dl <^iuniitf 
/iLii uiUnLuiubuali '//iLlifeu/iu : 

tjL. LiLiuip lUiLiuniuhi^h inLuiuLtinbiiti ^ntiLnu uniinu '^lunnniiLntuh n tiiiuitini-iuLuth 
uuinilhni UL. iiiinhht^ llnnLnih lluinnLOni : Ijl tinjaüiui iiuiijutniiihu liLn nnuiLuiiint tint.iLuh 
Ijnfiniiiff/jfjffi, ijl itiiLtiitiLtun ituuLliiiiih tjiiiLttiii ii /'i^/i *)fiiiff)iiifi Ll /uiffitfiiif/i/iii/ili iiiiiiWjiiiif lu ' 
t'iunlibuu , Ll liiifiWi/ifiiilj Innuniiu^uilili iniuiiiLunliiiln : 

(/l itiiLtunbtuili U uitnltlt^nu L\biiAiiuiinbiun n uibuibiiih nlottitittiLiinh pfi/^iuliiui, bi. 
'}"l"ll l"~l' "'"l''j""-""l "'- «""t • f'uui biina uiäuia '^tulinlntt^ '/iiiiiiiiiiii iikl («iiuinLiiio, bi. 
fiiiL huinnjtu iiultriiiL hiiniti bttintibnuinu putntupnn^ b^ nbbli pn tiniili nn : 

i/l iLtn bnnn iifiliiii) Liif /iif/f niifiiifu 'Inttunnh tlinlubniiiL n 'hnnumnu^ bt. jantuittLiinlt 10 
'I uiuijot^nu /fiifiliuLrififiLniLiui/fi bin nltfiuaiuunnnLlonLhu liLn iiiii uinAi pnnuuinhr^n^ cl 
hbph iXbiiAiuinnbtuuL biubuunttinti Ll AbiLUuninLtuii nnniin liLn ptu^iuünn : Ul iiinLuiL 
hiiui obiiii'^ii ilauuiiiLOni Ll ii;iio/J/il|> u/iuiili bu adilu iiufeiiiu uap/itn n>)/iLiuliiiii Ll 
iiiii/iiuiiuc/^inu Ll <I'|''L /i ilitinnLiulit^ <Jiiiiuio^ii : (/l iiiu;i/i ijuipiiLp buiiiiij i/iii/uLuiiil ikil 
7Vi/iouiiiii : 15 

" Lr> U bciiiii^uiUnt^u uKth Ll i/Liiiiiilot/ilu onLiip iiiiLuipLiiiiti Ll iiiLLinuiniiilit/iL 

1/ iiiuiHlt^nuli : 

l/^jiii/iLi/i luiLiupLimL Ll lULDUiiliniuli/iiL T'iihutnnuti uiiLliiiIr U uitnüi^itu \^n nitilh 



♦Afui. y: et dit : a ' Fulvianus s'appellera de mou noni Mattliieu, su femme s'appel- 
lera Sophie, et sa belle-ülle, Synesis. » 

Sortis des fonts baptisiuauxet illumines de FEsprit-Saiiit, ils communierent 
aux precieux Corps et saug du Fils de Dieu; puis (le roi) s'etant rendu ä sun 
palaisj brisa toutes les idoles, envoya dans toutes ses provinces Tordre de 
l)risertous les autels d'idoles, et il illumina tous les idolätres. 

L'apötre Mattliieu dans uue visioii consacra pretre le roi, et diacre son llls, 
et (Hl : " Dans trois ans, Platoa reposera en Dieu et tu occuperas son siege 
comnie eve([ue de ta ville, et apres toi ee sera ton lils. » 

Trois uns aprös, l'cveque Piaton trepassa dans le Christ et le roi Matthieu, 
de son propre gre r<;niit son regne entre les mains dun autre chretien; il 
fut sacre eveque el ordonna pretre son iils. II lui fut accorde des sräces 
par Dieu, et par ses scmles prieres et pur l'iniposition des mains il guerit les 
malades et les intirmes, et chassa les denions des hommes. Ayant mene 
nne vie pieuse, il trepassa dans le Christ. 

p 238 h ^'^ * ^^^^ solennelle et raartyre du saint apotre et evangeliste Mat- 

tliieu. 

Le bienheurenx apOtre et evangelisle du Christ, sainl Matthieu, etait 



[5511 S IRE, 16 NOVEMBRE. 49 

nii/itiui, tt- iun_ujpt" uiuni-h Iriipiii LJii-h, luiua^li /'iiiupuintui tiui? "Jicliiui, tniiiiiiit 
StubnunL. /«ii^itiiili : 

(/l ii/i iuiiLiii<)u iliupiiiiiLnii ^11, <^iuuiunti]iiiu näiiiiin brnt; iiui J711 iin linofeiin/ ii/inLiiÄii 
/ii_n uiitolHt^ii b uiiiii^itinbu jiuii i/iiiiii/iiifciiLiiili, hl yiiiLiiuiuliop allsten . Itiiuinwia iiiiilLiii 
.1 u/iu tjSbnitii.iinu : 

(/L ilblixtiun^ uuuiLuii '/"'(/' /' uuipijiijuiujij '/iifi/iiiiri-UtufnLU piuiiiiip/i (uiin ui/iiiLiiiif- 
/fuilr ariuriLu riuimbuiai-ntjf '/^"V ufiai. uihaiiiuLi /''"/ uJ/u UnunLub , ül. uibubtui * 1 

nU uiinlut^nu iijirc^ uuuj . o/i nbhb bt) ; (/l ukj uirLotuuiuni jJnnbtui tiiinnau nun ni. 
nfi'biu bt. tiäbanLBbiAi, nhnia u^bin iSbunLujt, ku hnbi. üb ibnbninninuihba iun.uipbinti 
In linniu : 

(/i. nnntu biuubinu b utuiuti. ^nuiainnjii iiiiilL/iiuiu/^ tunuin bnsniAiu iSbunLun Ll. 

ni^iubbnmuia hnniu ti_ luuiiliiuiu nniunbiun bu oiiiuo/J/iu /i uiiiili /iL/inLii, nnnJ haniu oiiL- 

iiiu/uiil/i7/ilu uninb jtLnni iiiiii iiLU^ii i/iuuli lunnimbini b Äuin_iuinL/(Jfcu^ U uiunliiui/i ti. 

bb'iinuiniubuib ^nann, dl. i/iuuiiii h^inunnm aiiiiLiiii nuinm-anr* ti. luniubbnin bnbuniLnn 

1"' tluinntuuibuibh : 

Utu tun^tn^iubtni nmuiL. iifijLuiuju piunnnnLUibttili bt- tjinbiuLt^iit tnh(tnt;;linLurbitth U^nnb- 
</iIi ii/iJi\/ii_ /i yuiJuuiii-Iiiiii triiiiiii ibnbbuu uiiu S<"l|' = '»'- nubtuiiiiL. 110,1111/111 unLiip p */ J'" 



) n. 



fils d'Alphee ; son premier nom etait Levi ; il ötait de la tribu d'Issacliar ou 
de Levi, frere de Jacques (fils) d'Alphee. 

Gomme il etait auparavant publicain ', certains ont cru que ce fut lui qui, 
en se frappant la poitriiie, pria dans le temple avec le pliarisieu et s'ecria 
avec des soupirs : « Dieu, lujrz pitie de utoi, qiii suis an pkheuv'- . » 

Pendant que Mattliieu se Irouvait au Lureau du peage, dans la ville de 
Capharnaüm, au bord du lac de Tiberiade de Galilee, Jesus, etant venu a 
passer par lä, * le vit et lui dit : « Suis-moi. » Et lui, quittant aussitot sou ♦ b 
emploi, ses biens et sa ricliesse, suivit Jesus et devint Tun de ses douze ''' " ' ''' 
apotres ' . 

Ensuite, voulant se depouiller de tout, il donna un grand festin dans sa 
maison ä Jesus, ä ses disciples, k tous ses voisins et connaissances, pour 
temoigner la joie de son ca3ur qu'il ressentait d'etre delivre de l'esclavage 
de Mammon et des soucis de la vie, pour dcvenir le vrai serviteur de Dieu 
et le disciple du maitre Celeste '. 

11 fut present ä tonte la predication et aux actes salutaires du Sauveur, 
jusqu'ä son ascension au ciel aupres du Pere. II regut le Saint-Esprit dans 

■ 1. Luc, V, 27. — 2. Luc, xviii, 13. — 3. Luc, v, 27-28. — 4. Luc, v, 29. 

PATR. OR. — T. XVI. — F. 1. 



p. -IM h 



50 LR SVNAXAIRE ARMENIEN. [552] 

liiiiiiiiiiuL nlin Hill iiiiLiiipciuiiiu . ti_ nuinnaktun aiuuuiuuiUii lilis h ^nl^tuuuiuiü fci_ li 
iiifi'^i^ixiuii Iffiiiiii : 

liL iJ/iIn /iiiiiJ^ii /i <JfertiiiLii/i <iifl/uiii/i»iii //ii/Jii(i /i luiiniuiLi ijpiiilili I^Lhiuij, tmjiii\Lijltii 
11)1111 yiiLiiiiniiiiiLiiimTi (III ihniiLtiuint^iT if/""/ uiLiiiJiiltl /i/ipLiuIiii ijuiukuiiupiuhU ijiiji 
iiii.tiniiiniii)i^n iiiii)i/il : I/l iiiii ii(iiiii}uii?p uriLnu. Z,nai_nili f^pbiiii^ ijujLtinujjiiiilili pi_ji 5 
ifciJnLUuiiitJ piuiii<in/r /.i!iiiiiiiii/iiii)i iiin/uuip<^^i/f iLi^hliiil' npii^|iii|i iiiii^np/iL|r/|iLli tf J"'J"" 
c/iuuuiTiiii/i/i jiKiulij /iiiiiiii : 

i/l uiiiiui uiiLiinb W luin/J/^iiii niiOLiiii nliii uiiiniiLii aiiiLuiiLii yiHiiiliiiuiiin ^mpiiij^p 
linDiii nVii/iuinnu : //l fe/ili tyiiii im^/uiiin>iJi diuniiiiilibnuiu^ nnp iiuipd^il/ ^lifci (/pliiiu^fc- 
o/ip' uLuj/itiuip uiiL Äiii/t(itnpTi 'liilruiiiu/i, nnp /i JunJiuiiut/iIi iiuiIiiJ^/j t/"" /'pf"'- "[«J"'- 10 
iiuiLu i/iiiiiitu/iii 114 a/iuifcinu nl«uuinLiuo : 

//l nTiiiiii/jiiii /i HSjtLiLiiji'L niiiiiuip Lnuiu' piunnntiiiii iiiui_feimunuilili fei_ iiipiiip ijpiiiijnLi) 

II II 111)1 \/. 1/1 II : (/i_ iiiiiunLiJp /i iiiuiiiiitiiiniunii^ iliuriiditulit; nutiUnnjiuh ipiipc\iiili ^1 i'tp i<l 

liljiunlitiui'L : ItL Xbiiiiuiinliiiiii 11 '/iiuiiiinli /i iniiiMH-piiLb yiiLiiiuiiiiiifci"'/ = /•iii^ij iiili>)in- 

li iiiiiiinii uiiiiiLtiiii h pnäuin liiuiuii tiunLnii luiLiunbuijli buhnhU h auiuuih iiiit^ /i 111J1111L111/1I.1 . l"i 

iiiiiiii /uliiiiiJopL («uuinLOni iiiuiuuiLiui luuui/i nl/uiiifeuii ?/'^^t/' /' luphhu dl ^lupnoj^p : 



le cenacle avec les autres apotres', et precha quelque temps daiis la Judee 
etses confins. 

Lorsqu'il VDiilut se rendre dans des pays lointains pour y precher la 
parole de vie, les lideles de Jerusalem le prierent de leur legiier par ecrit 
revaiigile qu'il eiiseigiiait oralement. Et Uli, par rinspiralioa du Saiut-Esprit, 
ecrivit son evaugile dans la ville de Jerusalem, eii langue liebraique eourante, 
teile que ces gens-la avaient riiabitude de parier ä cette epoque. 

Des lors, saiiit Matthieu parcourut beaucoup de contrees d'infideles et 
leur precha le Christ. II arriva jusqu'au pays des anlhropophages, qu'ou 
croit Lire los hahitants de Siuope, liabitant les rives de la mer du Pont 
(-)<]u\in), et (|ui etaiciit a cette epi)que semblables ä des betes sauvages 
ne connaissant pas Üicu. 

Ür, s'etant reiidu a leur villo de Myrne {Sinijnnin), ii leur precha l'evan- 

gile et y opera de iidiidireux nuracles. Et beaucoup de ces etres brutaux 

s'assagirent, se convertirent au Seigneur et se lirent baptiser. II sacra Platou 

eveque des fideles. Cependaut les infideles, excites par les pretres des idoles, 

' B saisirent le saint apölre et le jetereut cn prison * pour le tuer; toutefois, eu 

p. -3'J b. , , 1 , 1- , 1 . 11V- -1 • ■ 1 

ayanl ete delivre par les soins de Uieu, u se mit a parcounr les montagnes 
et precha. 

1. Jean, xx, 10-23. 



lu 



[553] 8 TRE, IG XOVILMBKI-:. 51 

iiuiLllLftuh ^illjLnu^i/^ ltlrijji/711111 iiiiLiiiptuii ^iiiimifuili/; iiiilmi. ^ii|]liii)i /,i/,iiii I, /''•/,_ 
uuii^iiL^i/jfijj /i/^li ^i J.öjiLiLii^Ai, /,!_ piiifinijnLiilLiiidn iiii_/)iniuiiuili/ilr iiiiiiiAiiiii iiuuiiiiiliJu iimi- 
innuiiiAijlimnLpiiLii : (/^iLtiiiij /./^tijfctj^iu fei. <)'iuuiniiiuibiuii uyiii_iiiiiiiiiiifeiiiiii, fei. niiiiKViui. 
lulninl^li h mbnli /ilii : 

/'ii/^ uiiLjipZi U uiinjJt,nii if^iTu/jtiL 2/'^t/' /' ;feji/iT<u J^ini^ iiiiiiui Jni_ä'iiilrni/ fei. iinfe, 
jiu^ujl/iiL^J^ii-Ji iii/Lfeiii^ ^i 'l'iijiuinnul; /^^ ^i ^feiiLJjf,ii, fec Siu^l^^i feji^Jiiii A puiiuiipL 5^i?/ilii_- 
ahbuij^ : (/l ^njirfiiiii i)kpALijuiL. ViiLij^iuifeiiiiiii IiiJi« iiiiiiiuyiiiifeiuip /i mhm n/itiui/ fe/ii» /Jiiiiiiii- 
Lnji^lf, fei_ nji/j^i ^iLji '/'iiLjii^|iiii7inii, ti. Ij^jti npr^uni^i Unnl^iu, luiiiiiiiiu/i^/iii JfeÄiu^uuiIi . //'°i/ 
^luö flfifef /' i*""J"'ß" J"'J" ShunuliauiS nij U unnlJl^iiu ijiiiiili iiSLii /iiiiiiiLuiuLfeiiii : f'ii 
npnil^buibL. fe/^/i(i V'^'o^tL '{'^fe'J /' ß""{'"gt" '^fe/i'^ti ininiiLuitiliLiin ii/JiiiaiiiLnrt nitiniiiplui 
p uuniui nn, Ll '^/""/ iiiififeiiiit '//;'■'/ • 

l/i_ (/ imxi^i/tjiiu tijtuii iicvfeiLU /i i/feiiiii/ '^iiiiiiiÄfeiuii iiiifeLiJi feL ifTiiiiiiii nJnLliiutj : l/i- 
c^liuicj^li 'ji^7'/i Irlljiiu . fei- Jillfellli ^l pniniunli snnuAl iLlilinhnh'L : lfi_ feiii/iii/iiiiiiiiuTi ''/llllllllllll' 
luijfeuiiiili nLluinniAi iuULuil iiimii iiiiiiiinfeiiiiii, tu oiiyifeqiuu /i liSiulil; : 

I/l du i^iii^fen 111)1 mir lim iiii)fe<iiiiili rfnnnunLiinp piiiiimn/iTi <^iiii_muimnfemip fei- iiiJi- 
^mi-minp . fex (im feituii /i piuiiAii mbni.n'f h i/feniui 1//11J/1L piiiiiiiiii^ii Tiiiiim, o/i lilniuilAi 
nl/minniiii^/i iiiiliiim/i 111 11 111 11 liii Ali /iLiitmTio, fei- yiiLmmmiiiifeii /i ij/i («iimiiLmÄ' fe iS'tii 
ijfen IniunLti 'hnnumnu : 



A cetto epoque, l'apötre Andre, par riiispiration du Saint-Esprit, partit de 
Thessalouique, arriva ä Myriiü et, par la predicatioii de Tevaiigile, y convertit 
beaucoup de geiis ä la science de Dieu. U y construisit des eglisos, raflermit 
les fideles et retourna de iiuuveau ä sa ville. 

Cepeudant saint Matthieu,, eu parcourant les montagues, vetu d'une seule 
tunique et les pieds nus, ref;ut une revelation du Glirist, descendit de la 
montagne et s'empressa de se rendre ä la ville de Myrae. Lorsqu'il en 
fut proche, trois possedes des mechants demous vinrent ä sa reneoutre, la 
femme du roi, suu fils Fulvianus et la feinme du fils, Erbea, criant ä 
haute voix : « Qui donc t'a aniene en eette ville, ö Matthieu, pour nous y 
perdre? Mais puisque tu es venu pour nous chasser de notrc ville, nous 
allons exciter le roi de cettc ville contrc toi, et il te brülera par les flammcs. » 

Mallhieu leur imposa les mains, chassa les demons et les guerit. 11s le 
suivircnt, rentrerent en ville et se rendirent ä l'eglise. L'eveque Piaton 
avec tout le clerge tomba aux pieds de l'apötre et ils furent benis par lui. 

Tout le peuple de la ville, les fideles et les infideles, s'assend)lerent aupres 
de Matthieu qui monta sur une place elevee, sur un rocher, et leur precha 
d'abandonner leur vain dieu, Satyre (Satoron), et de croire en un seul 
Dieu, Notre-Seigueur Jesus-Christ. 



52 LF. SYNAXAIRE ARMENIEN. [S5''] 

P 2'"' a- «i/„L/,»/,.,,' /,. ,i,M,,«,S....^...." Jn,f,„/n.,.,,l. ...rffeT-.i-i)- t^ V."/"/"/t,r"^' 'J"T^"'i '"^ '"i''""*' = 
//(Mj. 1.(1/ r.iiiiintÄiiji' ijn^iiiiiLi/iii/ iJ/..\ii.i im/iiii/<.'il/J/..<ii5/i : 

//■ „,fc.,t.„L P"'./'"l.i/./''< '/'-.u/'-/."!""'/' ./"/■ ."/""r "'."'"Pt".' /' W'^^ /"^r '^•^ 

".js,/.,,, „„M„p/,|,nl, f.,/,L ./ß."/.'"/'-.^F^^' ...^fc."..'/'."^|'i', fe.^ ".^."/..ft/'?. T["/'"2'""^ //u,«,nil, 

.„„„„„ .\,.,'(, /..^,",j' ,i...,.//».I....j,. i..jJ. t.- .//../o^'t.../^ /- 'iH'3 '"^ /■ 'f/"^""Z'i/' ../."Z"'»^t/'y 1 

li/.(iii. /i /;/><5."./ /i'n/i<,'fci/iiiL -i/'m/ '"i/''*/_ «/".«^."ßfc..'/'. = 

//l <;^.,,..j!.ijfe..,., ,,„(..«/,...)....., Ll ^,„^„,1, .jj/'....nptn.>, feL .n...,n..L /, .-.ir/j/il. ,.l,, 
.^w„,M...,,./.A..7, .„„.Wt/.l. Jt/.A /. Ä„;)[I, : /,V «.,„j.a,c\<,,,/.i. ./)".. it/.///./. '-.^ //.u../fc.//<?' /> *"/■.' 
,,/,,,„ ,j.x/,„ .,(, /,L ,f,u,...l., /.L /^Mu.,./.g/.L /. .//,/.u-i 1.Ü/..U ./"..J." v,./. feL ./u,,Ltg/.L, feu ,j,uLt.//.I. 

ii/^if (iiiijiAij^i, Jin^liujt" ''.- .f^'" 4/'"./ •"I,l'^'"pbp. '■ 

//, ,/,.,(,ii//,.;...)- .i..?/.l..i.('/. V..L.,i.,..i.i/fe.i./ßi. /i ./t/nuj ijiiiS"i^iui/lr, fei. j[i,u}inL|3fc.u.?(. 



ü 



11 iit de grands prodiges, des signes et des miracles ä ce peuple aux 
mcMurs brutales et ä Tesprit sauvage, et beaucoup crurent au Christ et cuu- 
rurent a röglise. Sur l'ordre de l'apötre, l'eveque Piaton les baptisa ainsi 
ijue la lemme du roi a (pii il douua le nom de Sophie, sou iils qu'il nomma 
' li iMalthieu et ' la reiuiuc du sou iils qu'il appela Syucsis (DijKetiis); il baptisa 
p. -'40 a. ^^^^ j^^ nouveaux coiivertis, qui commuuierent au corps et au sang du Fils 
de Dieu, rendant grftces avec grandc joie. 

Le roi Fulviauos {Phoulhiaiio.s), voyant ce que Matthieu avait accompli 
sur sa i'cinmc, son fils el sa bellc-lillc, se rejouit de leur guerison. Cependant 
cornme ils suivaient quolidienneiueul Tapotre pour entendre la predieation 
de l'evangile et meprisaient le cultc de son dieu, Satyre {Salo), il s'irrita, et, 
violciunient excilö par les dcmons et par ses niinistres de la race des denions, 
les pretres des idoles, il songea ä livrer l'apötre aux flammes. 

11 ordouna ä ses soldats de saisir Matthieu, et ils le conduisireut ä 
Tendroil oi'i Ion torturait les nudfaiteurs, pres de la mer. Ils l'eteudirent ä 
lerre et lui attachereut a quatre poteaux les mains et les picds, lui entas- 
söreul sur le Corps du bois sec et y mirent le feu, apres l'avoir enduit 
d'liuilc, de poix el de graisse. (Le roi) avait ordonne aux soldats : « Quiconque 
s'y opposera, vous le brülerez 6galement par le feu. > 

Tous h's lideles s'uuirent contrc les Ijourreaux dans l'intention de delivrer 



[555] S TRK, 16 NOVEMBRE. 53 

Ijuiilt^jui iiiiijiniiiiiiliLi aiun-iiinLiiiiIi, /iL hm uitniinbiua Unntu Iil iiLtiii/iu : (»l iinnannliniiiL. 
^HLnli n i/fcniiii (/ luinH/^nii/i, fiL <,iiiunitin^\hiiii ui.\Lnii jiL.n itn/i/itiii iiiifiiuf>iiin nllu- 
uinLUiCT i/iiiiili i/iii/inLWfeiiilf IHniniiii.nnhli Ll. niiiniiin/ili o/i niiinAahli Ll ii* linnjinLi, Ll 
luuiua . r'iiiniiiiinLH/iLli »i'"J '\nti : l/L uiiLaiiiiliiiiu iiiLiii/inaiiin n^najni jtLn tun. (•uiniiLiiio, 
5 7/nifeuufen/i f/vi, criiio l;^n u;i_iiLnli ilLaknnnii : ul. annnilnuniip pnjnimnhgnn iiiil/iIi qüitin- 
ii/iliu tt, B/imitri/iii n inliiji-nV muii : 

(/l uiiiiui lunnpiMuiunn uinoldltLO unLim iiifLiupriinili n iiii OnLiHi Lljuuii miiinujLnn/i/i, 
nLwiliniuL i/inLKTiutiiJ^ii ii/il biiinulinuinuh OL Uili/iuiL inuiu Iinnui, dl ufeou/L <Jiiin.ui*uiuup 
juunnkiua qlannnLPpL.h dl nubninnLBnLM : (7l inbuDuii buinubnujnunh uifLnübn^iubn 
10 qn^nLUh jatuqiiit^nnnh on^hbtuq qhtit dl uunuiDU/o, dl ihnjubun nuilinLuh uthnLiiilibiun * ß 

U uiuijai^nu, nnnq uilinLiUllii bnibttii t^n iiuiLiuÖuiiiniu dl qnpnji hnnui : 

U bpinbqnih pbn ujiuqitit-npph dl utuhhutnt UDnAu/Lnnp dl utqqtuqnthp l'^Pi dl 
ntiiqunt-MptAtp lupiuhn dl Luthiuuq i/inniuiiiii/Lniiujn dl n uniiqiuqiuhutq : ol bibtuip 
iiiiLUiDiuIr^u iHLUiuLDnCiDfip ^nqLnil uppnil ^tiinnpnbniuu p luiuinnLUibiuu iluiniUini dl 
l'> iiupbht^ llpnLnni L^ifinnLOni : (/l fJuiauiLnnu bplabiui iiuiuuipuihtt pt-p quiubhiuni qbnLn^u 
fiL/i junpmiuubitiq, dl iiKLiiipDiun <JniuiIiii/i iuiUDDiiiiu niiiLuirLii dlii dl bhpouihhqpli 
quiubhuini ptuqphuli^ dl quitlbliiiini bit^iuiqui^iniih inLtiuiLnpbtuq : 

UL IDUI bppq luuuiq bpuilibip biqptibntqnuli 'fniiiiniili i/in/uLnuiL uin. liuuinLiiia : 



p. 'J'!!! b. 



l'apötre par laforce; mais il les bläma, et ils se tiiirent traiiqiülles. Le feu 
petilla au-dessus de Maltliieu (jui, les hras eleves au ciel, pria Dien pour le 
saliit du roi et de la ville, afin qu'ils se convertissenl et ue sc perdissent pas, 
et il leur dit : « La paix soit avec vous. » Aussitöt il rendit son äme ä Dieu, 
le 16 novembre, ä la sixieme heure de la journee. La population chretienne 
enleva le corps et l'inhuma ä la memc place. 

Le roi, venu ensuite ä la contrition par les prieres meritoires du saiut 
apötre, s'empressa d'aceourir aupres de l'evßque, se jeta ä ses pieds et 
implora avec de gros soupirs le pardon et le bapteme. L'eveque, ayant vu la 
contrition pieuse du roi, le benit, le baptisa * et changea son nom en celui » b 
de Matthieii, nom qu'il avait pröcedemment donne aussi ä son fds. 

Avec le roi, furent baptises tous ses proches et ses pareuts ainsi qu'uue 
multitude d'hommes et de femmes d'entre les notables et ies particuliers. 
Etant sortis des fonts baptismaux, illuniines par l'Esprit-Saint, ils coramu- 
nierent aux corps et sang precieux du Fils de Dieu. Le roi, s'etant rendu ä 
son palais, brisa toutes les idoles et envoya des ordres dans toutes les 
provinces pour y briser tous les autels des idoles, et il eclaira tous les 
idolätres. 

Trois ans apres, le iuenheureux eveque Piaton trepassa ä Dieu. Le roi 



p. -iw b. 



54 LE SYNAXAIRE ARMENIEN. [556] 

hu WiimiuLiiiiti LLhiii /iij/iJiiiL iiWiiiijiiiLnpnLp^iLt/ ^tl^i ii/(^ uj(tlr ßji^uinnlrt/' i"^^'"^iul'^ 
/iLiifiLiJ . tt /'iipi' <.\tnjjuj/infegim- liinltuLiiujnu ^uiijui^^i /"-{•"(, tfL Abniiiurfpbiu^ t^npqjih 
PLn piu*)Ui/iifl( : 

//l ujiiLiuL J/i)iu -/infi-,'p i(luuinLÄn(, Ll iiiijo^?^iL|3 i)^iuj(li atn_I) ijhb^nij^ f^ zk^ü 
ii^ftLuilinu liL tiiiiliiiniuJi^mu, Lt. onliLU /i StunnLiii'Ut; vuiiuÄ^p = "■- p"'{io>,uian( ijuipnug ;, 
liiuniiiii ' •^iii'LniuiL /uiuniiinnLÜtiuJp /i 'Pnhuuinu : I/l fc|3nij t^npqjih ^ljj ifmjuiuliiul^ 
itußniL feiii/iiitniiinKnLÖtiiiJjL, nn /,i_ Lu/ piun/i '/'"f'n'^E tiunciui tpnlubijtuL lurL 'Vp^tuuinu : 

ßiuiuS WLJiup (/i-uii/iiii/j t pi"J unnn{ii '/ iiiinWtnuA Ll uii)tT<ijj(L "[•^"ß •^"npuiinbinutgU 
tußnn^iiiLittjillii ( »litnnnp l^iinnnn : 

/' uütlU iy/jui(iiL«/il_L uniinih '/'uj;Liu/'^uJllni_ piu>)Uj/jUi(/l (tljin/>npuion( : I'i 

iliu(uiJ lULriLn «jjuuntiuL n 'hnhumnu n ADnuiq tubnnphiun uiLiiia uiiupnhli •muiinn 
iiiiinfeujui-li/l/j UL pppuinnuiuuqph tnuipnlj •.tt/nLil "f"//' "/'4/'"n l.uLnU kliuaiuLnpph :J 

Snh^ll (^ Ll hnibänhnji iht^ : V^tunp bnui/jf^fmu rnhnnnji untuhibiujann^pli tlt^nf 
bbuiiinhnf bttipultnuinunli, nnp nnbtun nuiiuint)nLJrThL.uli uninn T^nbnnn hpLUtunpli: 

UnLpph rppnnp uniubsbiiuanpou^ h;p p pujnuipt^u //^n^utuujnnL, Ll oi/onnu i^/iL 1.j 

IH hb"iubtituppnfj hb"hbuujpuianf a \\ ] -i huiputinuinuph O/H, K[| 1 .> gnn nnfcuiq , . . hpi iiiuabu'^ 
anbiui nuputiiilnLPpiu unnut tipaniu hpbannli hltLuiuiin^ I> 15 rn/iann] hpblinpbnu ß. 



ceda de bon gre soii regne ä im autre chretien, son parent: et il fut sacre 
eveque de sa ville; il ordonna pretre son fils. 

11 regut les gräces de Dieu; par ses prieres, rien qu en imposant les main^j. 
il guerit les malades, les infirmes et chassa les demons des hommes. II 
vecut d"une vie agreable (ä üieuj et reposa en paix dans le Christ. II laissa 
son fds ä sa place, sur son siege episcopal, lequel, apres une vie excellente, 
tri'passa egalement au Christ. 

En ce jour, avec la commemoration de saint Matthieu, celle de tous hj- 
saints patriarches qui occuperent le siege d'Antioche de Svrie. 

En ce meme jour, martyre de saint Barlaam. le pretre d'Antioche. 

En ce jour reposa dans le Christ, par les mains des impies, le grand 
Baron de l'Armenie, le pieux Baron Hethoum Tanii du Christ, fils du roi 
I.eon IL] 

9 TBE. 17 Novembre. 

Vie du bienheureux Gregoire le Thaumaturge, eveque de Neocesaree, dont 
saint Gregoire de Nysse ecrivit la vie. 



Saint Gregoire le Thaumaturge etait de la ville de Neoces 



aree : ses 



[557] 9 TRF,, 17 NOVEMBRE. 55 

•^Ljdiiibnup p </iiii)iiiIiiiiliu ltLnlii[iiiihnun lirLiiiiiiuinin iiinpiii(/i l/ntrrtjiui iffnniuinnu 

nLuiuL quiuLuitiih »Jiiiuäiunu iiininiup/ili /iiliiiiiinni-trLuiu, t;n rAuip< ki. <,biniiinninnn iiitiinnLiii- 
Aiiii/i7/ iij iii tn n Llin Ulli 111 nli, bL /.ijLl <^i)nLin l"(« Sp" cl liiin /iiniii/iiuniiiliiiiiili, (ji_ iilinuiLniuL : 
l7i_ /jiij/ijftflii\Lfiff /'*"/ ""1*1 •^tiituhuiuLnn piltutitnttiut^ntilj LiiiuLniiiU u/i" "t. iiintttui 
5 7^^'/ ibpuilitiipli rppiinppnii : /' i/"<ni\nL Luniiiu Ljili dp uiniiAipli o/i 'l/"lt "uipiiiiuiphu 
iiSiii . feL LpULuii tiinuinuiLl^p . iSiiL" /iliA iilunuinnLiUi uinnAiLnLJoniiihh : l7i_ itH-Diiii 
/■n/iniin/inu <JniuiJiuifeiun upiininolil^pu jiLpni miui nnp phi fci_ piunppnt; Lplih : l/L 
mn^buii blin^li uiiuui^iupliquiL. ' ül. junuinnijuilibniuu n'Juuinu npuiiupinnLlilbniliU, cl iuiuiii 
";noW/iLp uppn^L rppqnpli ptUllbniiiu : 

In (»L bpPbuii hppqnpp "iil '/'/irTil/ii/iuiuri" biiipiibniiinuh 'ibiiiiippni, nuiiuiL nuiimliiuili 

buipq OL ijiiipiiiiiiijbinnLlilpiJi bbbiibniiibiiili iini'^iluihiunpnLpbuih . fci_ nuinAiuL n niiiijuinl» 
/iLti ltq;nbbiiiiippui I/l *l'bnbunu Ltuiuupni ilfei/in"mioi/iuiu IpiiubniiiL. n l'ppnnppiiu 

4\bn.hiunpbi biitpiibnuinii Irt^nubuuipnL piuniuplihf Ll linnui mi_ouff ipuipjbtuL. qbppii 
iiiunLpu p ^bn.nLUtn tnbnjiti : (/i_ ^Pbnbilnti iiiuinni-Uiauiipii iiiunuiuup mttiptuabujn nAurLuh 

15 n uitriLnOli inpiiLi) l^p fei_ iji"n<)K/u i\biiMiiinpnLpbiiiliu Iputniupl^p, npuil^u p ubpiiii nijunili 

2 iiliiiul] /?l niiibuii B *.) unpnili Olli. B '; 10 Mbuiunhni\ UliiiiiinnL B 11 bliiinbnnitpuh'] 

ntinnbnuiitiuliuin B j] 14 4""^"'"'"J *^bn-UiLnn r» — f/i ^rutinittiti ttiiiiiiiu itiaiuijui uiiitiiitut)p 
ifiiiiff uioctu/nj («1 infriffiflfC^fT iVrfoli rnjiniinjinii /i inhiiihiuli ap Vunhtlnu niiitt itniilin niti^iiiiiuiiitiuihuin 
ifliunuicciuf l> 15 /lunfniiffqrij iWifiiini^niiiuf^n B. 



parents etaient paiens; il vivait ä l'epoque d'Aurelien, Tempereur idolätre. 
S'etant rendii en Egvpto, il y apprit toutes les branches de la philosophie 
profane: il etudia et approfondit egalemeiit les commandements divins, 
devint tres verse dans rAnoien et le Nouveau Testament et se fit baptiser. 

Jaloux de lui, les pbilosoplies hellenes chercberent ä entaclier et souiller 
la reputation du bienheureux Gregoire. Ils soudoyerent iine femme prosti- 
tuee pour qu'elle le calomniäl : celle-ci se rendit aupres de lui en criant : 
« Donne-moi le prix de ma prostitution. » Gregoire, apres Tavoir ecoutee, 
ordoiina ä son serviteur de donner ä la femme ce qu'elle demandait. La 
femme, apres avoir re^u la sommo, devint possedee du demon et * avoua les ^ 
moyens de calomnie qu'elle avait adoptes ; eile guerit ensuite par la priere 
de Saint Gregoire. 

Gregoire, s'etant rendu aupres de Firmilien, eveque de Cesaree, y apprit 
tout le Systeme et la doctrine des Statuts ecclesiastiques et retourna ä sa 
ville de Neocesaree. Phedimos, metropolite d'Amasee, voulut sacrer Gregoire 
eveque de la ville de Neocesaree, mais ce dernier, l'ayant appris, s'enfuit 
pendant trois jours dans un endroit eloigne. Phedimos, par l'inspiration 
divine, etendit ses mains vers Tendroit oü il etait, et accomplit les prieres 



56 LE SYNAXAIRE ARMENIEN. [558J 

feittuii nc\tiiiJ, tt 'y-p/iijii^i^nii ^i intijLiiOJi ulj. tj'f' /jinLijlifefjiui-, fci. Aui^Ir feijti- lUfL Liu . 

iiifL lim, fe«, LiuuiuinLtuiii. h JLntin Itnpiu iiiSiAiui^ ^"Tt "l/"'"/'" = 

6"l iiuiLJ'^'feint /"^'J/'t/' "innLfinLHfeuJiJp •i'JnLin (/'i'fe/ nLijijuii^iiin. viiiimnnj, npu^l^u 
n/i ti. J/iu nLUHLUiit Jnnnilnnliiii'Lli : L'l Lpti-feijHiL LiJiii ^i S^ni-d 'j/'j''/'/' Oni^^JuiIiLt" 
iiiLtiniu/iiuL/nIi -^uiintnA unJtLiiiiiniiiiL«^/» l.uuini_iiiAiiiÄlfii>i-Ii, np fcL '^piiiüiti^buig uirLiu- 
ntinilr, iiL riLuniq IrJiii nnLiiiiiui/iiiiiL yiiLimnm /iini/i/ini^ii//inL|f?^JL(jl/ «/l iun.feu;^ ^i 

A fnl. 11" iJ/imu nujJfeJ/iiiiL " aitihu diiiniriuaiLinnLÜliuiV nnbiun /i niuninhuli fci_ nuiin^tj Jnq^ni^i^ii- 
nuiuuu : 

t'L itsnüiitui iHihhii 'hnliannh h lil^nLbuitinhiu' /xiLl |i t{mLiijii^iiiji>,"^)}i luLApfei. (in(c/ 
ifenfc/iontiui, /iL iimLuii tniULtmn /iiLnn fei/nun uiu/i, cl an/i'ifcnli ludLhiuiu i\un.hiuuiiunuia 
uini<pLiiin, Ll yiiiiiiÄfeniiiTi iiliitiiiLiiii /iti_plr A piun/itiii/i, ül nLn miLuiLoinli bitiui nl/uim 
ni^iuriuiiuiun^ /itn : '»l LnHcii;! utiituuiuLnn uituX^uipjui nfi jiihLkuat; riuiu imilnnnLMbiulih 
qhintun ußi; n dinnihDih rnhnnnli h iniiiäiunli ihuijubiiih iiliLnh, nl/Wiimtiiii tlinLßiuiui^ii 
ti'^iiiii iinnniu hnjitinnp ul Mui/i^nLK/tiuiIii uiuiun-UUim n/i niunAnuuat^ nnüLuh n Kuianhtili : 
frt tinntu lun^üitii diuaiuniuja anuuin '^ptuutuh miuinil rppqnppnu iiiiiifiiifLiifm . 1/ nLin n 

^ AnuMtunntiinn f,J L\ntLjifiinjthunt^ r> 4 (iiilliu<|tfi«t] iiiii/iil o/iq; I> (» iiiiituu/uniinL'^/iJ 

uioffliiuiini nri l> 14 nhjatiinbmi J nhjauttjiui^ H l 15 Iinnu/J hnujhhinih hiijniiinji r>. 



du sacre, comme s"il liii imposait les maiiis sur la tete; Gregoire se dressa 
ä l'endroit oü il etait, car une voix lui disait : c Dresse-toi, Gregoire, en ce 
Heu, car Phedimos va te sacrer. » II revint ensuite aupres du metropolite, 
qui- accomplit sur lui tout le rite du sacre. 

Des lors (Gregoire) chercha ä devenir savant dans l'exactitude de la foi 

orthodoxe pour pouvoir ctre ä meme de Tenseigner au peuple. Une nuit, 

revangeliste Jeau lui apparut avec la tres sainte Mere de üieu, et celle-ci 

ordonna ä Tapötre de lui euseigner la confession de la foi orthodoxe. 

A foi. 97 (Gregoire) retint dans son esprit * tous les termes de la doctrine, les ecrivit 

V" b. . . 

sur du papier et les enseigna au peuple. 

Le grand Gregoire en se rendant a Xeocesaree fut surpris en route par 
uue grande pluie vers le soir, et ayant apercu un temple d'idoles, il v 
penetra et y pria toute la nuit, les bras etendus ; les demons qui Fhabi- 
taient en furent chasses, et le lendemain matin il reprit son cliemin. Le 
desservant du temple, en y penetrant pour briiler do Tencens selon l'usage, 
sut qu a cause de l'entree de Gregoire dans le temple les demons en avaient 
pris la fuite; il courut en toute häte, rejoignit saint Gregoire et le menaca, 
plein de colere, pour ([u'il fit revenir au temple les demons. Gregoire 
saisit un narchemin et v ecrivit, donnant ordre au diable : « Entre dans ton 



in 



[559] 9 TRE, 17 NOVEMBRE. 57 

uiiiiäiiinn pn : (/l iiin_feiui uuiiuuiULnnpU najinli tnuinuiL h uiiuäiiinlr, tn /i iniin/iliiiTi /il 
i?i;i/iJi nfei-pu /i unuui : 

C/l iiiii<J/i '^iiififciiii uuiiuuuiLnnh b^iiiii iifeo/ili f"nlinnii/i tJL itjiiimilatiin liüiii H^ nntiil^ii 
uiiioniutuni utnhii nULpli niiinAtitiii h nuinlihiih : f/L um nLiinin liiiiii niiiiWiIfiiiiu ^iiiLfifinii 
5 otlilftii ühnni \}niini.un 'hnhiitnniin : ItL juhnnbiiin uiuiiltlutLnnh hnilth n tlliCic^lt riinnnnt^ 
/»L tuuiiii ^iiiLttiiniua h 'rpniiinnii : 1,'n /i inlinLii'^li ili;S il/i olirt ("I", '"- luui^ "/"t • l>n "lUii 
uiiinnni innjuü'tinn U altLU lun inbn[i : I/l iiiiliimu rnnnnnbnii tiuniliL ilptnib ^ntuatuihiiin * ^\ f, , 
iiL innlubniiiL. ul^ini h iiian/ifi ni^n tiuituuuiLnnh LutubnuiL^ bt. hnniii nuiilf mhubiui brnnii 
qtnniAt pt-P bu nhh" "L tuuaniuupaiif bu abtun nUiip ub^p ^unpiuiubtnph Pppnnpp : 

10 liL. Otnbtuj upnnni p ptutpunhf bnptn '^tuLiiitniiinbiui ppputnnhbttiiu tniinm bt- bouih 

u/iUJifJf bu unfuc/fifuiiifu ^/luaiiin blibnbnp bu ulipinbtun nlinuiii bt. t\bnJjtiinpbtun titiipbttiLtiia 
bL nLunLnuiht^p annnijpnbiiihh npuihh libhiiia I/l ^naniip iianiioii ntunuippu : 

V/> //'^ "/' bpbriLn bnpiiipn inpriLU i^pit ixliniAtp . bL hnptti i)iupinh\c;ph lUiiifjuuifU auiil 
iipnij p"f} upubniuUf öl n\ Ipiiabipuh pibi pipiuuinL iippnm dl uppntl lunAsbi nnpti 

lö Auniunh : (ml p upiiLU npnbpp nlittin upiuhybnttnnpnh luiifi l^pb bL wnitlapLp niuätupbnnin 
ijlliüli, üL ^tu^inbnuili P"'! ilpubiuhu bnniuppli : 

3 iltn/ni rirFLpIi iiiuiidfcuiij fiiuit<\iii/f firFLp/f /i ffllfü^lfffl/l /il Aifi/i/i r> [| 5-S '/l liilinnbtuti ... 
^iiijfi mbubuii^Om. B il 9 4'"J/"""/'""/''' 0'"- B 1 1] if/iiiijJi O/«. ß II 12 t/j/iijfey/i] ('.iiiifiLSnj 

fl^^. B il 13 fiM^iii om. B. ii 14 "fp",!*'] 'h'H'U'l' "'^^- '^ !' ^'^ <5//iii}.i;5.] a/jh.Mi B || 1(5 

ni/lÖ'li]] /«L nlili fun-lllLOflrlf bplpiL bnpulltph inblljAi tpuiittliibntl nift^^l üdii. B bnntilnnii OPl . B. 



temple. « Le desservant prit l'ecrit, l'emporta dans le temple, le posa snr 
les autels, et les demons y rentrerent. 

Le desservant, saisi de crainte, rejoignjt de nouveau le grand Gregoire 
et lui rendit compte de la maniere avec laquelle les demons etaient aussitöt 
revenus aux autels. (Gregoire) lui nnseigna tonte la Ibi en Notre-Seignenr 
.Jesus-Christ. Le desservant exigea d'abord nn signe du grand Gregoire, 
et crut ensuite au Christ. 11 y avait a cet endroit un rocher enorme; (Gre- 
goire) lui dit : « Sans personne, ce rocher se transportera *ä un autre endroit. » ♦ a ioI. os 
Saint Gregoire d'un seul mot commanda et le rocher se transporta ä l'endroit 
que le desservant avait designe. Ce que voyant, ce dernier quitta sa inaison. 
sa femme et sa parente et suivit le grand patriarche Gregoire. 

Le Saint, arrive ä la ville, n'y trouva que dix-sept croyants chretiens 
seulement; il construisit aussitöt une eglise, les baptisa, ordonna uii diacre, 
enseigna au peuple la parole de vie et s'occupa des interets de la ville. 

Deux freres possedaient un lac poissonneux; ils etaient constamment en 
querelle, l'epee en main, et ne voulaient pas ecouter les conseils du saint, et 
se livrer en paix ä la peche du poisson. Une nuit, le thaumaturge se rendit au 
bord du lac, par sa priere il dessecha le lac et les freres se reconcilierent. 



58 LE SYNAXAIRE ARMENIEN. ^ [Ö60J 

'iL 'j''"'" ''/""'t/' pi'in uiii^Suiiu /'«-/>i /<L nififcn/iiii» iiiiiili ^hnhituiini iiiiuiii/iiiiTi^n, 
/ii LfijilLiiii ^hlul^|l^ph iiiiL JfertTi hnjinnnliiiii Ll /iiiiii/iMiJi onliiiiljUiliiiLpiiiAi : //l linpui 
iiifitiji^ i^(jiiiLiii(^iui<lr ^Lji ^ij'oi^ "Z^W' ^'"'7'" '"- tmit"ii] (iiIiiiLiiiiiii(}i7i i/,iiii ntitnnili, hi. 
'".IL "t t""';/ p"'J iiiiiVliiiliii /"(•• '■< iiiiiLiiiiiuiIili iiiiM?iiiiniii(iiiiL /iL trifet ÄiiiiL : 

'.„'l''' r/iiiili /•p^lijn^i^iiill ^ ßiiir^ui^ ijy« iiji '/"»/i '/iiifmliiii, (iLUn(ii n7iiii/i\iiinTi nniiiTilt /itTiiiin .5 

/fL ^iilii^ji/,iy^i7( ^1 i<i?iiiL^r Lu^^ul^nu^nu : 1,'l tjitLtijiiiL 'l'l'[iil"['l' iiiifij/.iinLp/Fi(i Jpl< r.iiiniiLÄiii 
iiiyi li^i iiyfjIiAiiiijnjiÄ, npn^ iuTihlTi t[' 'I'^/i/^iiiiiiii^jiiiu . i.Iiiii nbnbuij /i J^Ö ubLUiabiui 
I.L iiii^i/i/,ijLiii^ ^i iij^ijliAiutfiip^nLJUlilit^'U, Ll inLuhuii iiLiii p};iii/i/nn7i uitnniTi Äiiinn /,l 
iii7iiiiji</iii}i yiii?iiip//^iii7i : /'ii/^ '/•p^iijnp^iiiii uipXiiilj^liiiiij (jTj.k ^i piiiiiiiiJ//ii/, ti. nnbanin hSiu 
li yiihni,fiX[uj /"Jiniy, fci. .Un Tiiiirj^tiiiiy i^7/iii /.ii^^/ii/^iiiiymi : /,'l t/j/iL iii(^i iiLinntiui i/Iii.nni_- 10 
Am, /,i iiiiiiiiiL iyii'iii 2}'"pSg t^^tnnL^liiili, Ll nLiiitLijuilil^p «/iiiini^n/i/,iii7i7i niiiuliii i/in/inL- 
^/,iii7< iii;iiiil//^ pujj/ t^nLuhunul, fei_ ij^iupSiu'iiui^jt'L luilL'liLpl.ui'ii npp •ul^hli'b : //i_ iL.nni 
^1 /^n iiiii^iiiniii^ij7/ iliujiinjipnuiuijun. Ll Sf"'/ '/"""'"/ifei|<iiL /i i'nlnnnnn : 

Ihliulp ^1 S'/'t/'g tp//nLii l^n,iU,ijii,l 11/(1,^7; ,i,n],hpn[ ^uH.pt^ fjiißiii7i«t^ii(i^njiÄ7/ : Ifi^hiu, 
i?/i7,7; iiHLiri iJfcn tiii^ /jl ii.J,/^t,ii^ ^, .f^O iiyii.^.7inii.,/i7, ^7i,^ ,,p ,.,L,yi,,7/t^,i.y tj. iJfeAI, 'hnlinn- 15 
/'/'""' '" '^'-^"^ /'"(/> <;i'nLin iJfcn.tiu^L ti. ^,i}„jj,fe„,,y ^, }„?,„7,t V-'J-'J^C^V munnuiltun, bi. Tiu, 

4 t'"J'g] qfemf. rt(/r/. B — tL ,,ULU„,,„},}, ... ferjfeL Ä,.,,u <JW. B II 5 'M.mg] Jfc^}, fltfc/. B 
- — jiiuijiii^] l^tifiußiiiqiii^ B II 14 /jp/jnLli ()//;. B. 



Lc llciivo Lycu.s (Y;«?7) debordait et ses eaux ravageaient la localite; les 
habitants so rendircnt aupres du grand Gregoire et lui demandereut aide 
et socours. II sai.sif son bäton, les snivil, plauta le bäton au bord du 
ilcuve, et desormais celui-ei iie depa.ssa plus ses limites. Le bäton prit 
racine et devint un arbrc. 



e 



r h. 



* Gr(^goire se rendit ä unn viUe nommee Comana, y precha la parole 
'le vie au.x habitants, et ccux-ci lui demanderent un eveque. Ör il apparut 
a Gregoire, par Tinspiration de Dieu. un homme, chaudronnier de son 
etat, ,l„nt le nein etail Alexandre. (Gregoire) le presenta, noirei et sali 
par son metier de chaudronnier; en le v„yant, les habitants de la localite 
s.^ moquerent d.> lui et le considererent comme indigne. Gregoire Tenvoya 
prcndrr. uii bain, le rcvctit de ses propres vetements et le'sacra eveque. 
II devmt un houune elu de Dieu, les grAces de la science lui furent accor- 
dees, et U enseigna au p.uple la parole du salut mieux qu'aucune personne 
instruite; tous ceux qui l'ecoutaient etaient emerveilles. Plus tard il fut 
martyrise par les idolAtres et mourut par les naninies pour le Christ 

Deux personnes parmi les .h.ifs voulurent par cspril de moquerie fromper 
le thanmalurge. L'un siniula le niort en tombant sur la voie par laquellc 
deva.t passer le grand Gregoire, Fautre se mit ä pleurer sur le defunt et 



[561] 9 TRE, 17 NOVEMBRE. 50 

h^nili u^iuinbntX /ii.n nullten n ilbntui^ hnntu : frt- inndiuü ^bn^uiaiuL uninnli rnjinnnjinUf 
tuut^ llühntiihli ^nr^tuni P"'} unLin uhn-biuiu . ^*nhi inuti hft^ nntiir^u IviutiLnli ntuitiinn 
nnhuinnhniunj HL iun-li n^tuhiinnt\h t l/t- iint-in ünn.kiuih anki. a2Utunptsi utin^biui , ti_ '' A Inl. 08 
fiiiifiiXbfiir hbhniuuji ^nt^tiini fiiWifLLfiifli uimniUL latunhiun : 
', (/i_ tuii.ni.nith unntnuhu hnliL ^tiinu^nLuJi nntitiinnui^nn^ ul ^ipiuiituiatun luunhninj 

')iiii-unnniqLinnli tlinilitsLi : ItL. /'UP" "/ /> llitunM '^tuhnbrnX uuMiuuiUL.nniuLU tinn Abn.htu — 
nnLiun iiiunutULitia : f/i- cj/i null mbubtui nhnuiii n iLnlnth nituinubiun '^tunu^yuitihj bi. n*)bin 
nhlatnnbuii inbunh iibnlinubtuhu nhnuni n ^bn_uiuuiiuui^ . bt- hnptu tiAbn^ti iniuniucibun 
uinokti^liu iifri_ L*ifinrii-iiiA : i/i_ innaiuu ^^niujib «^fiiiiii A/i\nIf inbtinh nuntiiu bnlinLu Aiiffi_iif 
10 CiL niuni.\iuh ttittiinubnnu liiinnhnnph : i/l hnnni biLnii h iLiuiiJt bqntn ntininu fiiuio/ati, 
CiL luhliLitii ininii iiniinn.1 ''PPflf^ph bnLi. jynnuinnlibnn : 

(/L iiiiLnLfi unnt-U nthnnbiun uninliuiLuiaU bnlami p piuiiiunJi n/i inLiiiifn/i p piuniuujiulif 
qp iii^/uiii(nciiif l^p p Ciiuhiuuiiup^ph : ul. tupnbinip nliiu putniuhbtuiuhhf Ll Kiniuip ßnil 
ütnuihbi f tuut^p . blat^ /'"'/ bpbbu i}bi-p uintuhbh p piiintuupuu bt. fiiif/i^iniffunlf unpu 

1 II II Lfi eil J U£iOU J> 1 1 5 fit- ^ftiiitiunriiiin idimliiuiif *^tuLiumitinninnli tliiulii\ni ] ^^luihqniui 
tltiOpli rnliquitp p li tu pitlptinüi inipiinnt.lilltLii ph; n% puiLbh ptutpiLiin yui^etnti iÜ/iIm/jl uiViii^^, 
lvnp<inLnii btn <iiuuiiiinuiijbpinh tun, Jiuiitultniti i?/i i/iiii/ik/ji O || 9-10 //L miif/im? ^luii/tfi . . , 
iliuuiLfifi/jIjJ //l innjiuii ithnA hnbu iiiIi/iiiil /i i//iniii^ iiiitiiflinfi tu^imbuni.piiiAi, /fl mi iiiirLiiiVfi inbujiTi 
nJinuiu *"(/ "< "L" uitmiif(f;/iti . /«l ini_ii/;iiii nmi'l'/^Jmi^Ii i/iii^riiili liiinhi. n\ {iiiiniunjAi niiinAibj , 
npHihuutjbiuip ibinu nuipAiuh /»l blihiui npnintSLnjih tiiuuihniifi^i I> [[ 1( ''7'/"/"/'/' O///. B j| 

12 fe/.p."L] ^t '^pF/'st ß — i[>] feL B. 



pria (Gregoirc) de lui rlonner uii manteau poiir rensevclir; il öfa soii raanteau 

et en couvrit le mort. Lorsque saint Gregoire se fut eloigne, le Juif vivant 

dit au faux mort : « Leve-toi, regarde comme j'ai trompe le vieux chretien et 

Uli ai pris le manteau. » * Mais le faux raort etait devenu uu vrai mort; le ' a foi. ns 

Juif vivant emporta le mort et l'enterra. ^° **■ 

A cette epoque il y eut une persecution des chretiens, et (Gregoire) ordonna 
ä tous les fideles de fuir. Lui-meme se reudit ä la montagne avec son domes- 
tique qu'il avait ordonne diacre. Quelqu'un, les ayant apergus dans la 
montagne, en informa les persecuteurs, qui coururcnt apres eux et les 
aper^urent tous les deux de loin. Geux-ci ayant leve leurs mains priaient 
Dieu. Lorsque les persecuteurs les rejoignirent, ils ne trouverent que deux 
arbres, et s'en retournerent le raconter ä celui qui les avait denonces. Celui- 
ci monta ä la montagne et les trouva en prieres; il tomba aux pieds de 
Saint Gregoire et se fit chretien. 

Un jour, le diacre demanda ä se rendre ä la ville pour aller aux bains, car 
il etait fatigue du chemin; le prepose aux bains Ten empecha et ne voulut pas 
le laisser entrer, en disant : « Vers le soir les demons penetrent dans les 



V" ll. 



60 LR SYNAXAIRE ARMENIEN. [562] 

ijiniiiLtL iiiLij : IfL Lfi^m iiifiiiipfeiiiL ijlr^tul. fuiti^li fei. '/"^tiu'j ij<ii.jo/(].i "ppn^fi "■p/iijnji/i 
lonLiutiiiiinLfl/iLTi, ifL feJnLin pLfj (jni_n.I. piuijiiiIrfeiiiijT» : /.V jnLiiiL piiijipiUfLU iJt Aimuii^Lti 
A Inl ;iS ;,L a"ii<(W/iL7ii< /,i pJi/j^Jiii iiL ^J'^/ilIiii '.l nijpii, Ll iiiipiii ii/piiiptiii|_ ' rf^LiHiiJiijimJ ijIi^iiiTi 
fiiiii«/iii' tifniin /i Ti/.iipi.i/icjmfi ijiiLiiJi, fiL LijtL jiiipJnLifli /.t "^lup fe^iiilftp ^» Opii^T. : (»V 
Iinniii iiiilnninliiiii 'l'-nluiiniuili yiiLiiiinni^i, 'p"^p iiiTiiiiS /iL iiilrtp/^|iiij, /il ^nLiiiIiiii^ji ipj^iiL^ili 5 
fet iiiuTiaT. : r.ii/Ji ijttpJ' ■ ^"/''t "^ tf ■/u'i'J^i *'7'/"J"p/' "P J"'^"^^' "'P"'P ^ß'''I l«"'nnL- 
Äni, /ifelniiiiTi/i /i Hiiiiiiiilifeiuiiii n^ tpiiTit^jp : Hii^ iimp^iiiLiuijJ« . /•p^njnp^iui iip Liyn^A 
/JnWiii/ nuuiiniuTiiii^ /i piu^^Liil/ npnij Lii mipiiiiiiiLiijit|i, ijiip ^uin.iu£J<iii-3ii iuijo|J^Lßlr /.<JiiiIi, 
inn/iJi iiinofl/iLpt <JniiiiiÄ/7uO/iji ^i inti^LnOt" ^uiJHiituiit = 'j^ lin^iJniSui^ npu^i^u Äol^i 
/■L i/infl/i 11/1^111(111 feiitli : //l feifeiiii ^ puirjiiiT/fe/iiijL ifi"i'i} /' ^feiii'LTi Ll ii^iiiinijfciuij fepiii- n 
IiLiniL 'l'nftannji, n'^iuituSriLiRi n/iLiiioJ< /i nuiiiuilifciiiiili : 

f»L innJiiiil niiinuintiuin <,"uiiixhNiil3L nn/iiiinnlit/iiiL ^^t) ^ ihtiiiiiil; itiUmfi fei- '}<<"'>} /> 
niiiiiiunli, liL '^luuiiiiiiliuia uioJi Luiiniupbi luiJfeliiinli iinunn npp i^/pintijpli dl nLpiiipiiii- 
Jiiiii ^naisLnniiiitii,ii /iL i^iundliiii/iiiilr n Lp tu Iv 11^1(11, tu Sis i/iiiiili i^in/ii/.i/n ijl^iLiiiiipii^iniili p 

1 J;l Tiiiiiiii iiiiiiiiiifciiii nTMiiifi jiiiii^lifi am. B || 3 iVliLinufujun? o/?;. B — i|iTi2iu}i] "/'p'^ 

(^/rfr/. B II 4 (iL fenfel ^lunJnLlfii ')/». B || S nnp (UllLlu^liliLißl luijo^^iip fcyuJi O/». B J| 9 'intpjl'ii 
iiiMii/>7/iLpL <JuiiiuS/7llC/ln] finn/iTl uinoßnfi '^itiituhklitili h^ iiatn B | 10 iiilijiujili tijfeli] ij/iLpli (iL 
tjtuiiuitthntilh Ulli ^ III L/lflplf {idd . i>. 



bains et emportent ceux qui s'y trouvent. » Le diacre fit le signe de la croix, 
iiivoqua ä son secours la priere de Saint Gregoire, et franchit la porte des 
haias. Tl enfendit aussitöt de liauts cris, des coups retentissants, des 
A loi. '.IS riimeurs et des gömissements,; il ' renouvela le signe de la croix, et franchit 
Tautre porte plus ä l'interieur; il se fit un tremblement de terre et des 
tlammes jaillirent des eaux. Fortifie par la foi du Christ, il se montra sans 
peur et sans crainte et se mit ä laver sa tete et son corps. Les demons lui 
dirent : « Si ce n'etait ä cause de Gregoire qui t'a recommande ä Dieu, tu 
ne serais pas sorü vivant de cos hains. » Le diacre leur repondit : « Gregoire 
<|ui, par son ccril, permit de rentrer dans le lerople, que je desservais alors, 
au demon qu'auparavant il en avait chasse par ses priores, lui-meme par 
ses priores vous chasse niaintenant de ce lien. » Ils disparurent aussitöt 
comme de la fiuuee et de la poussiere. Apres avoir quitte les bains, le (diacre) 
se rendit a la montagne et raconta au bienheureux Gregoire l'expulsion 
fies demons hors des bains. 

Lorsque la porsecution des chrötiens prit fin, (Gregoire) descendit de la 
nionlagnc et se rendil a la ville; il ordonna de celebrer uae fete pour tous 
les saints qui avaient et(5 niartyrises. et de se rejouir d'une joie spirituelle 
et corporelle pour la conversion obtenuc des idolätres ä la piete; que tous 



[563] 9 TRE, 17 NOVEMBRE. 61 

niunhiuiunuini-ßniAt , dl aiinu n nn<,uh /uiiui/iii^ujuuji/iu iuiuni.<)Cuiiri. njnuj/uZkiuuiui /i 
uioLu utuuinLutiuiihbu, num onnuh nuinkind ti_ näiubinij : 

l»i_ feijti- hnahuh uioli /iiLiuiiiiu^ui'iiili "ti-iiiiii, ti_ annnijaniiih iiiuH/iL imiriuiiLBr/iLlip, * A lul. fl9 
//L tluiuh uDniii_/oLuiU uionLniJi uiiunUiuuit^nh l"!» "l luiiiuiiiuu^/ili t)niiii>iiiU . // u ^Llii, 
5 innin iffcn intii/i : l/i_ niuiu im-buii upuilitüiiuttiiiiau /'ii/iiinii/iiiu iii^ iu/l li/iuui . l/ii 
uiuia lAiiij Hitii/i lubiiiiiin, iin luiltui/iii/i n> hnui^p l^ bnbiui : Ul hnrUduiüiiidi luhLttiu /i 
tjLntui Itnatu ttihtia^iibip auiLO , fji_ nntnt^u S"*-/* uiiinr;p uiiiliAlihu untttu . gl. bnbt. Ii 
"bnuui utuiniuLnLÜli l"l« : "L unßauii luiuiuLnuLtiiuh n dniiLuini t»umni_oni riihqnnitnti, 
fei. fenötiui '/'/W' J"iP<"' /iLJ"uniuli»/7i_n /i innU/u /iLnbiiiliii üiniuut;n fci_ iibnat;n nuiuuuihli 
10 lu/uuiii : '/l luniuinuiui uiflinL »JainiiLuiAiii/p(< niiinixuiu h 'l'nnumnu ol li/jninfeiiujli : 

6'l innJiuS '^ui'bnbnXbuii l^n Litiiniunbi , bmbu Diuufelruiilr piuniuplr y«i_iuuiiunfeiui /i 
"Pn/iuuinii OL riLpuiju üijul inia, M'"iq u/iiii/u kolab cl iniuuu nanu nuui uiijju yiiiinn^ ann 
i/iufeouiuliu banm •^iiiLiiiiniuiibuiiu, fei. utntnüt^n tjuiuu hnaiu niip nnbkatuh n <^uiLiuinnah : 

o'l ^niiii)iiiitiuii d/i nabitbauiuhh pLn louiiun i/ifcn/i uin-u/iufili, ii/i luitbbbLnh i/i^iiiinuiu 

2 iiSuibiniT] fei- un^libinil ql\uuutLuih (Zart. B [| G fe'lfci"! ] ,('"('" tiipiupbiui ij/i i^iupagpli 
/i biLuluitu^innLJillsLt; tiL tntunit Itnttiu iL»i(miiLOiii ififefl/i lulipiiiW /i /iiiififiliii hnlihjujf muuu pi^ n\^ 
iibi ii)i ni tpttpt; uniAiln uiil hnuitt ptunjiu' '"(/ *'"/'/'"f npuif^u Iil tuntiip /»"'/ /' unLti ipn^ubpitl 

ninoJi ilLniu/uni_öfeuiTi Intntit udu. B [j 1) bpphnii ] nhnin B ilfeiirffe:/i] iu(ioW/iLi> tldcl. B 1 1 ii 

tnntntiL,n'^ inninSbnniL B — ijn/ifeiffuu] nnlibuii atntuh B — fe ^iiiLUii/inuIi] fiilffefuui^ri lun-uj^/i 
'«ififinLofif fei^ luhnnl^ii /i /ii^iunc^ iiitiuna untiinhptih txddi. B. 



,.0 



ceux qui auparavant t'aisaient des rejouissances pour les sacrifices, en fissent 
autant pour les fetes divines, en mangeant et buvant convenablement. 

Les idolätres celebrerent un jour la fete de Zeus. Des multitudes innom- 
brables s'etaient rassemblees ' et, se trouvant fort mal ä leur aise par Texi- * a fd. iw 
guite de l'endroit, ils cri^rent lous ensemble : « Zeus, donne-nous de 
la place! » Ce qu'ayant enteudu, le thaumaturge Gregoiie leur envoya dire : 
« .)e vous donnerai uu emplacemeiit aise, tel qu'il n'eu a jamais existe. » 
Aussitöt ils furent pris de douleurs incurables, qui epuisereat leur corps 
comuie par un feu, et une grande mortalite se fit pariiil eux. Ils allerent 
chercher refuge aupres du serviteur de Dieu, Gregoire, qui les suivit, 
penetra dans la maison de chacun d'eux et en eloigna la terrible infirmite. 
Assagis par ces lleaux, ils se coiivertirent au Christ et se firent baptiser. 

Lorsque (Gregoire) fut pres de mourir, il constata que toute la ville etait 
devenue fidele au Christ, ce dont il se rejouit infiiiiment, ä l'exception 
de dix-sept personnes, juste le nombre des croyants qu'il y avait trouves au 
debut, et il s'attrista sur ceux qui se trouvaieiit prives de la foi. 

11 ordonna qu'on fit sou tombeau dans an endroit etranger, afin qu'il 



G2 LE SYNAXAIRE ARMENIEN. [564] 

uitii/i n* nuiuiL fei- /i iJui'Jni-iiiLl/ /ii_nni_ii louiuiii nfefitiiiiuili^i feijOL iijiiiIiijiil^ijui : 
A l'ul. ysi fri- Ulli puiqnLi? ' iiniuL\/ji/iii Milium uiil^uL l'ji^ii^iip ii^uiZi^(.Jiiiijn|irtli ijiijiii im ijjifeij^ili, 

i/iuiilr ni /r)tiiiii»,'iuLiiiin i/ilrtiin uj/iuijiiiiijnLli|iijli : (.^J '["'.!;" */'"/!{' /' 2'"" ' /■/>/"f"^/"iu 
'hliLtiuiiiLini LuiliiiLiiuiiiuii uii/.iuii Jiuiili i/i^umiiuLLiiii i^Iiiii On^feilpfc^i^i t/'t" jiiJiiiLi) i|iii^ub- 5 
niuL 11 l'njniinnii : 

Sllt ''■ feL 'hlijbSpbp </•/' : '/•^iLili li^^mii^ruiij "ff'j'' '^'cl'Vl'l' *''"J"9 '.'"-""'lii^i^Ti fei. i^^iuj^ii^ii 

*'/niuiiifiu/i CL rliuntnnli 

/7'aiiiiii/iiiiiiiii 7'ii/iiiiiiiiu/i iiiiLiipIi ''iiiluoinli tii /i piuniiip/iL l.li/iiiLp^iui hiunuiuiiuaunq, 
fenpiuin uiiiiiii J/iuii/iii (.Iiiii/iiipuii. iuii.ni.riu iiuiinun.nn/iJi l.ijp^iiii|iuiliiiii^i, "fn^ ^iiiijfeiui 10 
iuii-iuS)/i äLfiiiiL «JuiJiiiiiiAiufenL/JtuiiJii lunutnnJtuUbnwL. oV'ii/iiiuiiiii öpiJuiji/iui (»umiiLiiiÄ : 
O't. <^niuäuiiLiiiti ijiuii/iiiiliti iiLui nudiiliii tinlininuiuuili tuiiAi : 6'i- iiiunAaiiii <Jiuiiiiiii(i^/ili 
feiifeiiii iiiiLiiiV)/i uiunnLU iniiiuOiiiliiuiiiuliu, cl iiiinniuliop /iiiiiiiiiuiiiiiiiii iiiiiiihiLlii cl uuiiiiil- 

5 '(ifiifci?iifeii/i cJ"^'] lnnhilnhnh niiiuni (hl^ feL "/'t/' ^ I> — i/in/ufeumi.] thntuiunnhaiuL B. 
9 liliLnuli (*/«. ü ij 11 iuil.il] 111(11 li. 



n'apparüt plus aucun souveiiir de son num et que, ptir contre, ou put dire : 
« II ue se trouva aucuue place puur Gregoire de sou vivaiit, et ä sa mort 
il se trouva exile dans uu tombeau etrauger. » 
A Pol. '.19 Saint Gregoire le tliaumaturge accomplit beaucoup d'autres * miracles 
qui ne i'urent poiiit ecrits, pour que la foi des gens faibles d'esprit ne s'eii 
trouvät pas affaiblie; le peu qui en a e(e ecrit par l'eveque Gregoire de 
Nysse, I'a ete puur sa commemoration, le 17 novembre, jour oü il trepassa 
au Christ. 

10 TRE, 18 Novembre. 

Decouverte des restes de saint Gregoire, rilluminateur de l'Armenie, 
et (lete) des luarlyrs Piaton et Demetrius. 

Le martyr du Christ, saint Piaton, frere du saint martyr Antioche, vivait 
dans la ville d'Ancyre de Galatie, auxjours du juge Agrippianus, en presence 
duquel il confessa avec grande hardiesse le Christ, vrai Dien. Le iuge 
ordonna a douze hommes de le frapper vigoureusement. Ensuite il l'inter- 
rogeu de uouveau, le mena^ant de nombreuses tortures et lui prometlant, 
par de douces paroles, des presents et des bieus, et de lui donner en maria"e 



[565] 10 TRE, 18 NOVEMBRE. 63 

pl^lJl^, hl. iibn^'oji ['^'["'l nni-Uinn iniiii liiJiji /i /iLiilW/ilIi : Pub uiiliiiiL ''/nuiuinli nuiSb- 
hiunih Luhiunn tiL. fi> /fuv ^luutupbaiiii- : 

IßL. illiuiu llliu/ili/ia/lli ii/iiu /i l/tiiiuii lunUcxh ^niunhiui Jiu'^älliu ti_ niiiiiiiii »J/ini/p tViiiij- 
/i/iii/iL : l/L injif/iuiJ ^H)iii_o/ilr /i Jiii-^äiuuL' iliuinLiua äiunäli'L'b nnuil^u i|/"l", t«. ii/LnL^ui- 
.'i '^ntnnumniJj uiiLnbiiin : ♦ ^ |jj| f|(| 

t/L /jiujii\fciui piuntiniiLJökiiiün juniuui uiiiiiii, Ll ii» liuinl^n niun^ni-iiiuLtf ounLnpli 
/i uiiutnpiuhu /iLji : (»i_ piiinLiiiiibiui !"('' '^nuiätuiLiuu fci_ ^nuiuLiui 2"''i'PI"-B "untu/ilr 
auibjauU OL nlinnuh, bu öhl/u Liuiht^ii h niAiiiiuii'L ti_ iiu/jiuliViuiiii : l/V iiunu/JIii iinuniL 
niupdkniuL uiLn/i/i : (/l '^uihhli b jJbbui'Ln'h titnb, ti_ iiui/Muiiiiiitiiii iiiiiil» unLnpii "Iniuinnb^ 
10 A^tuiii ikpbuu iiunnuiLiinbli, ti_ nuUnbSui'bl^ii nmäuiniinußliLb tt uiiiIiiiMnni!liiL/c?/ii_)i 
Irnpui : I/l i^Jliiuii/.iui Siundbhii /il uÄLouiiiIr pfcnfco/ili ij/il(»ti_ inubbniiHi, Sbli^ n/i ii» 
cnCL^n liiluiu uiiffiiiiii luiuinbbpji : 

Ifi. Unit »puiniiiLiipL . //ii <,'uii?(up4'^i ii/i ifilil^jin /'p/'tL iiiimJi ''/iiuiinnWi iin iiuiniiL ^/i 

liaiuiiinuiu^tpmbuiU ^tiilii\iiinnt, bu iiuiiiy!liii)iii ■^ntiiSiiiiiuin iiiiiiiiiiliiiÄiki Shnna niiiiiiii- 

13 ^ptiiiu : l«ut «iiLiip/i 'fmuuiiili . liiii, luliiiLuihiiibbn bä Iriinui, ti'uin i?/iiiiili uiliiii-iu Jiiu tx in 

ümon fci_ 11^ /uiip^piiiii/ (iiiiuL fci? iiiilij 'iniiiinn'bbli . ti_ iiiIinLiiiiiiii/iiiiTL/(?/ii_Lu luiu" n> 

1 /^fiiiLp^uJi] l^lniLphtuli ]{ II 4 /ijiujt"] l'l^l'bi 15 — ■ fei- iii}"iL2iii<Jniiint.p/ii_Ji uiii.iituin O/« . B 

II G /jiujitji] /fiiijiiiiij B 11 9 fcc jiiiijo^<Jfej ... iii/rif/iii o/». B II 9-10 ti- luii/ioKiiiW/feiiif ... 

ijuitiiii^iijit)iiL^J^iL)i liniyiii 0;M. B II lli yuiVuijit/O /piiiVt/' B II 14 ^uiu'JiyiuJiu . . . 2 '"[""ll'b 1111/2 
ij'^piuiiuifiti luifiiiiiLiiiäiii^ mu'^iiuihuiifpkiiiij B II 15 Jiniiui] Jiifiu B || 16 feilf OW . B. 



V" a. 



la fillc de .son fröre. Mais saint Platou considera tout cela comnie vil et de 
nulle valeur. 

Alors on l'etendit sur uii lit de bronze euflamrne et on le fustigea avec 
des branclies vertes. Lorsqu'on l'eut descendu du lit, son corps brillait comine 
de la lumiere et repandait * une odeur suave. ♦ a lui. im 

(Le juge) conseilla de nouveau avec douccur, mais il ne parvint pas ä 
per.suader le saint par ses duperies. Alors, fortemenl irrite, il ordonna de lui 
brüler, avec des brocbes rougies, les aisselles et les cötes; de la fumee 
lui sortait des narines et des oreilles. Le saint se mit ä prier et l'endroit 
trembla. On lui enleva la peau du dos, et, la saisissant, saint Piaton la jeta 
ä la figure du juge, en blämant ses sentiments inhumains et sa cruaute. 
On dechiqueta le restant du corps et les mtichoires jusqu'aux os, k tel 
point qu'il ne lui restait aucune ressemblance d'homme. 

Le juge lui dit : « Je croyais que tu aurais ete comme ce Piaton qui fut 
Tinveuteur de la science philosophique et qui ecrivit les Statuts des ordres de 
nos dieux.» Saint Piaton lui repondit : « Oui, je suis son homonyme, mais de 
nom seulement; je ne suis semblable ä ce Platou, ni par l'i'sprit, ni par les 



10 



G4 LE SYNAXAIRE ARMENIEN. [500] 

uimulipnLJonLuu : 

//!_ lU^./^/.J. .jlllil /l pHlJi.J IJHILriLJUI Hl/J luTlUnLKI.J . pfejlt/>l< "Ani-Ji /' Il«li;<"Iit ^feflU'" 

nji t öj'^.-fuiiiL/J/iLl'. ^Afcij_ i""i''ynsg"'^t ■?/•"' ''L '//'" '"loPß- «i-^tiL iiLji«"/u ""Lit .-. 

'»»njiüJptp/i </•/;, IfL ^iimg ij^UipÄiui.o^ iiiiliii^ 7'ji/muimi/i ti- t p«"(>t/iioi. i/iiiuL u.L.wiilicj 

uhnna : 

fJuHUiJ i<iL.ii.(i Ipuuuuph^uiL. .1(1.»/ u..L(.p «//("'ii^- '/'•/./."."n../. '/■fe.?tui(,/..,.. r.u(HL.jn.^- 
}....g/il. /. "/..LU((/..... .j..,.n.uLn(.t, i<"<J" U\ugul,Sluulnu[, iu ü u.ß../i.Jt.u^ '"/■ß"'i/'3 = 

^' "'' '' ü.,L(.p}. V'(.|..f..(.' ^.ipJuiJ t^ /' </['(■ '""ft^' fc«- |inL....ii_nptu.g /. 4,...);.. .(.j/.ui..lP/i.^LI. 

UiiUinLÄn^, »^ ..J.t/> ^U(.uui/.l pu.';...}...i^ni-pii...l. : /'u^ p....jujcnpl. ,S'j..(...in ... Jtlr..ijl. 

}..../u.up...(i.>pJ. luifiiidip .jtpu.l.t(/il. ....J..iLj^ .jß...v..J«ujnL/J/ii-J. feL in...|^ Irn.y... <y)j./iuu.n.,...- 

/.i..)i //T./inL : t'L }.... nt - lu.i-Lny. ^...'(..U. J/iLvtL lipliLitjuiL liSiu (Jjifej....../^ ('uuiiilÄii^ /.l 15 

uiiiiiuiLtun '^uiLiuhiii /> ......ui/il/. : 

1 /iiJuim/iiiiii/iimi H/ilIiJi] /ii?iiiiiiiiiilP/iiJiTi R || 4 nuimiLSnj] a^iJiujiimiLfJinuJiTi B — iiji t 
linii'upii'nLUliJi um. R II 6 <,"iuLiuiiili unup^ti ^nji .ilTi/iiÜ] Z{2iiiuji..iiiL/i/|iLji R — luijo/JtjiijJi] 

<»,jo/J/,yi, B II 7 ^nj(7.?pfe,./. (i-/.'] feL ,SYt/. J- «(^rf. B II 9 Smj«.?] /• i„V/.l, R — Hu^-L- 

IinL.TllUIl/l^l] (ll>IIL.jfe}lfejj|lil R. 



idees. Gette coiucidence de nom ne me nuit d'aucune fagon, car je suis supe- 
rieur ä sa philosopliie par la sagesse du Glirisl. » 

On le jeta en prison pendant liuit jours, sans le nourrir. D'aucuns lui 
apporterent ä manger, mais il nc Taccepta point. II leur dit : « Ce qui vous 
♦ A lui. 'M nourrit, c'est le * pain, et laoi, c'est la parole de Dieu, qui est la verite; la 
viaiide vous rassasie, et inoi, la priere; le vin vous egaye, et moi, la foi sainte 
que je possede. » On lui Iranclia la tete apres qu'il eut prie, le 18 novembre, 
etil s'en alla glorieusement devant le Christ, oii il intercede pour nos 
personnes. 

Eu ce jour niuurut par le glaive le saiut martyr du Christ Demetrius 
d'Apougon, par ordre du juge Publius [Pouplius), aux jours des empereurs 
Maximien et Maxime. 
'1* [H ' Premiere invention des restes de saint Greffoire, notre lUuminateur. 

Lorsque samt Gr6goire sortit du puits et illumina l'Armenie de la science 
de Dieu, il n'avait pas encore les hoimeurs sacerdotaux. Or, le roi Tiridate 
avec tous les salrapes pria le bienheureux d'accepter la pretrise pour leur 
donner le sceau du christianisme ; mais il n'acquiesga point, jusqu'ä ce que 
Tange de Dieu lui eut apparu el lui eüt impose de consentir ä cet honneur. 



[567] 10 TRE, 18 NOVEMBRE. G5 

J'itiupfeiiio luiuui aLiu ßuititULnn'U Liun.op ti_ piiiij/iLiI ^"{loß ^i '//.uiiiji^iui, bL LnL^ipop 
uiuiiniuniiiatua (iL flnWni/ hkl uinnfeiii/iu/inuiiiulr 'iLuaiptiu /.ti-nLij^inii : (/l diuüiiilifcuj^ 
juuinuinnüJLuiiiti iiLiuu/u ' feiiti_ lUiiptiu/iu/jiui^nuL iiiiJfeJiiiijii </imLUiLijiiii_iijio^L ^i mtuiiiLfc^ » B 

ounLiiuL /'ii/iuriii /jl /i iuLi iiiiniiili^tj/i i^iijjÄu liiijiiii : 

(/l JnniiJ iiiiuuiitiHi Luiliuliiniinuiua AfeiLLiiiijjitiiiij ijuiiLjipL /-ji^njnji ßiu<Jiulriiij, Ll 
lUUiiu tiii/iu/inuiiiuiiiiutiii S"<l"'l ! "'- iltujiAiiiL iiLjiiii^um-ptiiiiiJi ^i >"'J" /' 2UH(iS'''"L /'lJ' 
li/ii^ui/ili il.uiniiLOni : 

fc"i_ fctL ßiuauiunn'b iiiiJtLiii^li ipjioßii ^i «/tjiiH^ ijtuin^i t/i^ijniiuuiij, ti. ui/Ltiii^ ijlimiiii 
iip «^iiiMiiiiiiW.inii /lOmii ^1 V'nLjiT», iiL l^iuuuufiliuitj "{'/"'("J Sl^fiinnLJtfLiu'hi fi •/fe(""J ""l'f- 
LtniiLii : ^'l iiiLiii;Ii Oiiiii{iii}iiiii_Ji (uiinuLÄiij VliiL^ir ijlunliijLiuj^ i^iiip^ViiiL jiliij /jiliil/^Ii, fcL 
iniu ifefi/iL/in u/ii_1j t*' /' '/'■/""( ^^('"J^i '"- /' ["J"^ liäuiinLßliJi uitjinLliiii/jiuJi jiiuisjiJi . Li. 
iiiiTi«iui/i iiiiiiiin/i/i ^n iiiiiiL' SliL\liL iiinnfei uaui/Liii^iiijPu aiptijiii/jiulili : 

/'iit iiiii_/inlj 'hnftann yiiiiiiiiuifcuiiuLuiIi qatuoini^ ^«ujiijiiijitiiij '/"'J(' <""{^''/"«[' ti_ 

^tijniii iiJiiiLni. Sfn-tLnii ji ijLuiL, nji jpOiiiJi iii(Ltiii|^ iji/iLjiiiipiiiIi»/iL£i iJiiipijijiiiiJp iiuuf^^tli 

15 non'^liiiJJlii.'b Ci/iihilÄiH : f/V J/jpintgujJi ^iuliil^ ^iiijIiJ^i/^ Lp/^iiiiiiiiiiiiili (i/"-{'. ti- '<{l""f|J 

/i SiunSiinrli Ll. iiuiiLut,li 'rnjitiuttiuh : 



UHL/I 

10 



p. 244 a. 



C'est alors que Ic roi l'envoya avec des cliars et de nombreuses troupes 
ä Cesaree, porteur des ofTrandes desacrifices et dune lettre ä rarcheveque de 
Gesaree, Leonce. II y arriva en paix, et * larcheveque avec tous ses clercs, en • B 
voyant saint Gregoire et en ecoutant ses oeuvres miraculeuses, fut grande- 
ment rejoui. 

Leonce, ayant convoque ses eveques, ordonna prelre saint Gregoire, 
puis 11 le Sacra archeveque de FArmenie. (Gregoire) revint joyeusement en 
Armenie, dans le diocese que Dieu lui avait accorde. 

Le roi, avec toutes ses troupes, vint au-devant de lui, au fleuve Euplirate; 
le saint patriarche les fit descendre dans l'eau et accomplit sur eux tous 
l'ordre du Lapteme. C'est alors que par ordre de Dieu l'eau s'etant arretee, 
reflua en arriere, et qu'une lumiere du ciel, conime une colonne, des- 
cendit sur l'eau, et dans cette lumiere la forme de la croix du Seigneur; la 
lumiere etait si resplendissante qu'elle obscurcit les rayons du soleil. 

Saint Gregoire, pare des vetements patriarcaux, presidait et versait dans 
le fleuve l'liuile sainte qui allait entourer chacun de ces hommes, en lui confe- 
rant la benediction de Dieu. Cejour-lä, cent vingt mille hommes furent bap- 
tises. Etant sortis de l'eau vetus de blanc, ils se rendirent ä la maison du 
Seigneur et communierent des mains du patriarche au corps et au sang du 
Ciirist. 

I'ATll. ÜU. — T. XVI. — F. 1. ^ 



p. Ü'l'l I 



r,G LE SYNAXAIRE ARMENIEN. [568] 

'tiiimniL ^luWnn. u/'f!"^ ui/Liiißfe^njlr /S'uiijtnu^/ Imj^iu<;iu^pl/ iJfcji r[t[iqnpfinu fei_ puin 
iiii_fcmiuniiil</il( «STion , ito^Ii tx ^ inimiLfc^njiij iiiiJ/j piuijiiiLnjinL|tJfeiiiIiIi .Spijiuuiiii^ : t'i_ 

/iL nliiit^ii fe/i/iii/.ii/iii iiiiilMiiin'i iii/iii/iii : 

r.iiiiii iiiLiiiTi n<,"iiiLininiiiiIi i?fe<N|iIi '/niiinuiIrij^iiuLnu^ i^rLiiäiuf^bijLntj piii^iiiLiip^iJi, i^iifi.- 

Puilfllll PuitflULnpl iiL »lIL^I^Il '/•jl|ll(lip|lllll /iL L/j|lTl IIKL illU /l ^(LI71? . i.L JtÄtUL II^III- 

iiiiiLiii/ ii)i/iiiiitiui nTiniiiii iiiiLiijiIi ^Intiinui'iinjiiiilinii, ijiujitWuTi i^tjiiiui|ilr |i «i'Uj^ : 

/•ll// I/lIIIll'il '/'ll/lllllll ^tin tptlinLll UllJ|l IIKLIU^IldJKJIILp/.lllIll/ UllllllUllJlfllllU /,L |i 

ifiii/i/<ii //."'/ ii/iiiiiiVii/iiiI<uiin, /tl iiiin_iiilp4\liiii/iui/i lihuihu l^frm^ji : 
B /'ii/i /Jiiiiiiiimiili * iS'niiiiiiii indiiui i|iiiii}i iipi^Liiij Lnjiiu («^i^iuiiiiu/^|iii|i Ll '/^jupi/li^ii/^i 

iiim t/iJj /i '//•iiiiiii/iiii, um iiin/iiuii Ll LpLji Ll Lin ^xLilIiuiijjiL^ iij7pn^J( /•p^iijnji^i ijt.p^iii- 
iiiiu/i/,11 i/in/iiiii/iiiiL /iLn ittilihiiL »i*iiiiiiiiiiiiLi;i(il/i/Lii;/;/i : 

/,'fin lui). JtiiSiuiiuliu tn/iL Jnijiii^i 'f/^i/j|in^ pLijij/;^!? llpjtnuli <Jfcjit\nLiuÄnij/i, Ll ii* 
/iiiiJLniiiL uiiLniiTi 'l'njinnn iiliiiii |i Jiiij/ii^ ij/i iJ|i iipiiiniiLfeug^ ^ lintjuiil;' luj^ (.p|iuuiui- 
/it» iJjiiiii, Ll nuinXiiiL. uLnLuii iili/i Llh iiiiiii«)' Jiiilr »^iKLminn^Ii, ijnji uibubuij^ upfinih 15 

7'/"/"/'/' P''7'"/""^ ■ 

//l iiiiiiiiL^'LinLL nt LiiLlLhiul iJuiiiijLiuL, luii W^kp iJLAiol ünhnLpbiuän p ifcji/iljii 
iii)iinLii iiiiiJLIiLiiiilJjii, Ll /i /•luniuLiuiiLiiiii iLn/iliL /iiuuLuii iiiJu umiinLUii ^i i^mpiiLiurt 



Notre premicr pere Gregoire, qui nous mit uu monde seloa Tevangile, 
occupa le siege du saiiit apotre Thaddeo, la dix-septieme annee du regne de 
Tiridate. 11 parcourut toul !<■ pays, accompague du i-ni, biisa Ics statues des 
idoles et cdilia partout des eglises. 

Le roi et saint Gregoire apprireiit ensuite la conversion du grand Cons- 
taiitin, empereur des Romains, et ils s'empresserent d'aller lui rendre visite 
ä Rome. Saint Constantin les accueillit avec de grands honneurs ; ils retour- 
nerent ensuite en Armenie. 

Cepcndant, saint Gregoire, apres trente anneos de gouvernement, se 
ri'tira dans les solitudes et les moiitagnes et y vecut d'une vio solitaire. 
H Le roi * Tiridate, ayant appris que les deux fils de Gregoire, Aristaces el 

Verdauös, se trouvaient ä Cösarec, les envoya clierclier, et fit sacrer par saint 
Gregoire, pour le remplaccr sur le siege partriarcal, son fils Aristaces. 

A cettc epoque cul Heu le concile de Nicee contre Arius, l'heretique. 
Saint Gregoire ne voulut pas se rendre au concile, pour ne pas y etre l'objet 
de trop d'honneurs. Aristaces s'y reudit, et rapporla avec lui les Statuts de 
la foi, que Gregoire, apres etude, accepta. 

Des lors Gregoire n'apparut plus au monde, mais il parcourut les mou- 
tagnos on grand ascetisme, ignore de tous. 11 se Jixa pendant de lougues 
annees dans la montagne de la province de Daranali, vivant dans le creux 



b. 



[569] 10 TRE, 18 NOVEMBRE. 6? 

luinjuitin^h" •""- 'f'pl'Uirtnu niJiij|iint^ |i iJuijiij^uilrt : 

Kii ifeiii (/iui?iiilrujii/i <,'ni/nLiiiii iiJiuLii ijuiLiiii ijiJuijiJ^ilili Pmijitij^ili ^i IjiJ|iIr iii/iijLn^' 
114 ajunliinil Wt "'/ /"/t = ''■- '■'/'"'/ •"i"{/""''|/i Sttifidji'bli liiifttii ^iiiii |rIiiiij|Ljfn^ yii^iiLiiiijli 
.) i?/iL»tL /i Jim?iiiLiiitii lililiiiUn /iiii^ii/iii fJiiLliiiin : 

/'ut iiiiLiiLriiili iiiiiLuii/it iiuiiiilifenuji. äaLiuLnp^i iJ^inp ^i intiiitiiilili iijuilJ luLni-Ii t(' 
'/•lUit-L/ifc, nii pluij/zfeiiii tii /i /'■iiiutujJi aiuLunL^r ^i '/tjiiu^ t^bijpli'b 'ipiitj^ bu luuiutj Ljilt; ■ 
kllbuii <Juiiiufeu d/iu fei- iiiiuiifciiii /Jiiintuiifeu /i /'''iiii|3uili : 1/l Liii fe/jfeiui fe<|iiiL tt tptji 
/i /''"iin/Juili, fei- fen/ilr ife/ifeiifeii/iii ilkftiiiL. uiiiiuiiiLiii^ : ^-(nji intfeiui /jiiniifepli Oni-Luiij lutLui- 
10 pfe""! fe"- """ifiniL iili'i/iiiiiiiii/i /i 'fiiiiinuiIiiiIinLiii«i/m ilmii/i ^Lv ^(/iiijfeiiii ^ infeijLii£lj, fei. 
UiiuinnLiii/ feil nTiii uiil uiuiiiJiii-WtiiiJi iiimiiiili nji «/iimii^feiiii tJi iii/iij : 

/•iife iiu/iLiii Ly/uiuniiiiiJi nn fenfei-, fet njiii-^ iinuiiili ''p/"}"('/' "'""t "^"'{"{Ji lin{hil- 
iifeii/i f/'/, fei- ''pt/' W' /■ '/'""i" 'rn hu in nun : 

Will" llllllltll lllJfellfellllLjl lUllinllll t" lllfl/llllllI^JlHL 'luipPljL, IJUILIIIII IIIL '/|IIJ<J|1IL , (lllljljt 

15 ßuiuiiiLiiiifeiiii , iiiiiuiiiLufeiiii ' (.p£iiifeiiLJi|i, ^1 yfe'jt '/iiLJifeJ'iu/jiiiJ', |i S"«/'t l'unil^ (jn^feijfejliijj : * ß 

Öiunfei-fei/iii feiiniiuiJiu iiifl/iiiiijiS^iii '^fef'J lu^iLulij^^y lÜfeij^ Aiiiijfeiiiiy fei- ^irfioLiii^ iiijifeijiii- 



d'iin tronc de genievre, et plus tard daus la grotte de Manös, dans cette 
raeme montagne oü eut lieu son assomption de cetle terre vers le Christ, 
ignoree des humains. 

Plus tard des bergers, ayant decouvert son corps, renterrerent ä la nieme 
place, ne sachant qui il rtait. Son corps resta, pour avoir ete enterre i)ar des 
bergers, ignore jusqu'aux jours de Zenon, empereur des Grecs. 

A cette epoque, Gregoire se revela, dans un reve, ä un ascete du nom de 
Garnik, qui avait fixe sa demeure dans la^ province de Bassian, au haut du 
village de Ivetni, et lui dit : « Tu viendras nie deterrer et tu m'emporteras pour 
m'enterrer ä Thortan. « Le solitaire, s'y etant rendu, le deterra et l'eniporta ä 
Thortan; on le deposa, avec de grands honneurs, dans l'eglise. L'enipereur dos 
Grecs, l'ayant appris, envoya des gens qui transporterent ä Constantinople les 
restes de saiiit Gregoire, n'cn laissant qu'une partie ä Fendroit. L'empereur iil. 
deposer ces restes avec lionneur au milieu de ceux d'une multitude de 
saints qui y etaient reunis. 

L'invention des restes teile qu'elle a eu lieu, ainsi que la mort de saint 
Gregoire, est fetee par l'Eglisc le 18 novembre, le 10 Tre, pour la gloirc du 
Christ. 

Saint Gregoire, ainsi que tout le monde le sait, etait du pays des Partlies, 
de la province de Palliav, d'une brauche regnante, distinguee * sous le nom ♦ b 
d'Archakouni, de la famille des Sourenes, d'un pere nomme Anak. ''■ ''' 

II fut comme le soleil naissant des contrees orientales de notre pays, 



a. 



ßg LE SYNAXAIRE ARMENIEN. [570] 

...i..a,/u,L„ß u „.i.,ß..-u.,ß .^„.f,../,..,.../ß p...r5"'.'/'';"r /' ^h-^t^H- "/■"/■'•t—P'''"^ 

7''fi/iiiinni;/i ii/i /^LijiiLiigt .[.^tij^ :J 

litnjiuLnuMnujtli : 

l„?„,l,t, tl «,J,u,l.oß s>tr""W' """",'i'""L j'"'-"i^""t"i*' = ''■'^ tp t «'»"J"'^"''/" tVz"''i"'i 

^iiiinn HiiinillLllJi^l : 



5 



comme le rayon spirituel d'uu soleil Intellectuel qui nous a illumines du pro- 
fond mal de Tidolätrie ; vraiiiieiit bon et persecuteiir des demons, il a ete pom- 
nous la raison spirituelle de notre lelicite et de notrc edification ; vrai palmier 
divin plante dans la maison du Scigneur et qui a fleuri dans le vestibule de 
Diou. En auo-mentant de teile maniere et en si grand nombre les peuples, il 
nous a rassembles dans sa genereuse vieillesse spirituelle pour la gloire et 
l'elos'e de Dieu. 

Ange terrestre, notre pere saint et notre illuminateur, souviens-toi de 
nous, qui somrnes nes de tes entrailles, nous les eniants de Teglise anne- 
nienne qui iionorons ta memoire, souviens-toi de nous devant le Christ afin 
qu'il nous accorde le salut.] 

11 IRE, 19 Novembre. 

Fete du patriarche saint Nerses, et de l'eveque Khad. 

l.e magnifique et grand patriarche Nerses etait de la famille de saint Gre- 
goire, son quatrieme successeur, ce qui lui avait ete predit par l'annonciation 
dun ange. 11 vivait aux jours du roi d'Armenie Archak. 

Lorsqu'ii fut sacre catholico.s, il reorganisa tous les ordres de l'Eglise, 



1' a. 



1571] 11 TRE, 19 NOVEMRRE. 69 

nphüiun Ulli p nitiniupu cl Ji nuitnu fei_ luiuiuiiiiiiin iiitn/iii oiniiiniuhnnii bL <^/iLiiiIiniiiT>nuii, 
'fi- liiunabiiiq hnniii n.niihuu hl. niuubhLttnL.h iiiliinniti, Ll tiitin annnilbtun nhiiinii ol nltninii 
/iL uiinnninii Li. iKiiiotiiiiu lu/iiiiiiilop, hl /iiiiiiii^ii t^nniiinniiii iiniiiii iiiiiiiii/iiiilikiiTi * /uii * A l'ol. lOil 
/"iiin, "/'"( ^mooiiiniiiopu /ilii i/iiiiniiiu innaiiiii ii/iii/iii/ii/iiiiii liLniiilinLnli, nnnit^ii iikl 
5 l/fi/mii/iLO fei_ Ißiliul^liLli : 

(»iiiunA üboL hbniil^u imIoiiiiiii rin /iiIiiiii)iil/o/ilii /i /iiii/uiiiniiiniiinl/ ^iiiina nnn lunAil^ji'ii 
utiijnnitiiiiiin . bu <fiiiuiniuinbiua bnihnhon^ ap ujilis n tjbn iiinnli n\ jitiiinhbiinpli pliij 
ii/iiioiiiiiii jiihiiiunLJijbiuüp : 

niiihnjiihiilibiiiii /iL iiilij^o (im nl,pnuiL iliiiiili iniiiiiiiiiiiiiiiiiniiLii iiiiiiiiTiiliiiiili l'libpiii 
\0 bnpopnpnLtii unpiti « ii/i iiiiiiiiu fiMiif iiL ffifL ilbpli hnpiii nU*iiiiiiiilu\bu : 

l'hiiia hin iiiiL 'l.iK/i^ii biiiiiiph S)nihiiin i/iiiiili ii/intii dl /uiiiiiuinnL/ir/nuIi, /.l Iiiii 
iiintinpbiun nliiii /i //'/'//> "/' iiihphiiili, nipiiLiI n\ U"!/' V^"t/' "L "* Lbpiiilini.p , /.l 
^pttiäiuhtttiAi («iiijifTLani Ofii/li plilibhnip lintpii AnLulif /iL iiiiiinL /i/jniii/ffi/iifif tluii^ph 
tpiiupiui phh : 
15 l/L inpaiiiii ^piulit;ii /iii/il iiiilpiiippniiili 'Ijiint^ii, iHioli l'''l^niiiiii /Jiiiiiiiiliiii/iiiiii, /il 

<|iiiff/iiiii iiiinippji II Ininiiii iiiliinp iikl /ilii iipii'^t;p i)/i<\iiil lUiuiniiLiiu : (/l inpaiiiu /iii/iL 
ilniinihi 'liiiiiiiiiiliii/i/iiM uioiu/i <Jiiin/iLn /iL i/iiiiil/i /iiii/iii/iniiiniiiiin i/iiiuu •^n ab i) iii p in p tili, 
bn ninpnn.h übaph libpujinji p ilbpiti puin tiuiitblibnni.h : 



construisit dans les villes, les villages et les deserts des asiles et des höpi- 
taux, leur assurant des revenus et toiit ce dont ils avaient, besoin; il y 
reunit les hoiteiix, les aveugles, les lepreiix, les cstropies, et leur etablit 
comme admiiiistraleur * soii diacre, Kliad; lorsque la noiirriture venait ä man-»Ai(ii. mo 
quer, les greniers se remplissaient d'eux-memes comme au temps d'Elie et 
d'Elisee. 

Le grand Nerses abolit la coutume generalemcnt eu usage chez les satra- 
pes de rArmenie, du mariage entre proclies pareiits, il eta])lit des regles 
interdisant le mariage jusqu'au sixieme degre de parente. 

11 bltuua et maudit Arcliak pour avoir fait mourir injustement son neveu 
Gnel aux lins de prendre sa feuiuie Pharantzem. 

Nerses s'etaut rendu aupres de l'empereur des Grecs, Valeus (Vnles), pour 
traiter de la paix, ce dernier Texila dans une ile deserte, oü il n'y avait ni 
eau, ni nourriture, mais par ordre de Dieu la mer rejeta des poissous (|ui ser- 
virent de nourriture ä lui et aux gens qui etaient avec lui pend.'inl neuf mois. 

Lorsque Timpie Valens Tut brüle, le grand Theodose regna, et, faisant 
revenir le Saint de l'ile, le garda aupres de lui avec de grands honneurs. 
Et lorsque eut lieu le concile de Constantinople de cent cinquante eveques 
contre les pneumatomaques, l'empereur 11t placer le siege du grand Nerses 
au-dessus de tous les autres eveques. 



r" U. 



70 LK SYNAXAIRE ARMENIEN. [572] 

hl ^njJiiiiJ ;;iiiju\iiii- iinLjij.Ti 'f»/,j.i<t«' /' *"'J" , f'pji.i// * /.Jiii.JiiiLnj.L ^/.Ii/.iiij tji 
i|r.ji£i<i(jiiiLiiiTil/" i.i/..j/. wii^iiiijii;i<\iiiyTi. ij/i "iJ"( Jniin,[hl<'ii nnU.liu^h tfUuiuml^wpg : //l 
)i,ii /iiji.j/.ntj> ij/.?iiiiJiiiL>i{iJ' pimLliiiY '['"i^, ti_ IM /^iiiiJ/rgu/L : f/iiijLJuii? uiLtÄ iinLjipi» 
npuinuipL fci_ /iiiiiiiiii/niiuL niuililisnli /ri- fr/jfci. iiiLl/piiil^ : 

r.iiiiii/i /iiiimiji/.iiiij ipi.ijijL '/»nJiui/jnii/piiTdiiij . /,l iJfcAIr 'j/tjuit" "i tj' "'{"J : ''L ij|/"iiiij 5 

a(,1i}|1III;J|/,.IIL t/' /."//'"//""/"ll /'•llHJJltL><lJllj'."H i"- /> ^"" V'»^""""','i'""L '"^J' 'Zf'T* 

ijfi.piii/piiijnLf]/,ii.ii iiij/iiiiiji'^/iii . /.L fiiii juiIiij/iiJiiiIifeiiiij ijU^jm/^ i/iiiiiJi iiiii/ifiuiL ijnpÄn(}. . 

/.i r.jij'"'/ S/""'^"'jl'"",'/ l'"l"'"t'-ß ti"'Cl^L 'l^'" '"^ •^'■'^''L •^Z'^^'"- '^'"^•j/'- 'f'- /'j/"'"?"",^*' 
U'iiliiun iipiii/iimj/iiii.j ipupiilriiipiTi uipiiijifeiiij^, fei. «^iiilifeiOL ij/"iuij /i 4\fciLiiig Iiiigiii ijlriiiij^iTi 
iiK^/niiiii^'ii ItinLmhij : /."l /piiij/,11;^ /"iiii^ iiiiLiiipPi^i i^iiijiiiLß i^iii^iitJiiiTif.ijiiiL : ,q 

//l (»IIIIIIIIL'," II/IipiluTl "/lllllll/lll ^llllllll. I^HpjIIl/j /.!- tlj ^J pilllllj, /.L lllilLtUI- Ulipililtlll^ 

ii/ilrpli/ili : 

//c iiiiLjipli *J»/,piitii iiiipii»/.iiiij ipitiNL /'''/jiHjini, fci- /(Jiiii^iuLnptijnjg i^"/iiiiij njiij^ 
/'.ii^ii/Ziim, /.L '.m J/t?iii i^ojiK j<.ijT/iii/piiIinL|i?^iL}( : J/l iF/^tiii^ iipiiin/.piiiijJijijHiTi fiTiij i/ojm 
''iii/iiii/iii : //i_ i.i ijoLjipL 'hhpul^u ji ibpjilil V/iipi(iniiij ti_ inJpiiijiA tjXbn^u ^uji (-1111^1^1/ 15 
liliill/^li i?t<NJi //'lil/iit"i iS/iTufiL llfliipin/iipilL iiji/jpnpi^Ji l.liiiiijit'/ : 
A r„|. 100 ■ //l "iiimi /JiiiiiiiiLnpL J>iiiTiij/i iiiji/iLiiiiyiij^ tp, /.L ^uiTiij^iiJiiiLtji ijTiiii iiiTLjjpii fW.jiii/^u, 



♦Afoi. 100 Au retour de saint Nerses en Armenie, * le roi Archak ayaiit edifie Archa- 
kavan comme ville de refuge pour las malfaiteurs, oü se reunissaient tous 
les gens miisibles, il conseilla au roi de la faire disparaitre, mais celui-ci ne 
l'ecouta pas. C'est alors (|ue le saint maudil la ville; les liabitants furent 
aneantis et la ville detruite. 

Archak fit raassacrer la famille des Kamsarakans en Tabsence de Nerses, 
(pii avait sacre Kliad, evr'que de Bagrevand, en lui conlianf la direction du 
pays. Rhad blänia Archak .pour cette action inique, et Archak ordonna de 
le trainer et de le Trapper a coups de gros bätons jusqu'ä ce ([u'il en mouriit; 
mais les princes de Moks, ayant tue les massacreurs, delivrerent Khad dr 
leurs niains et sc retirercul dans leur pays. Rhad mourut apres unc vic 
pleine de vcrlus. 

Le roi des Perses Chapouh fit saisir Archak et le mit en prisou ; il y 
mourut en se suicidant. 

Saint Nerses pria le grand Theodose de mettre sur le tröne Pap, le fils 
d'Archak; il lui donna meme des troupes p^ur l'aider. Ces troupes livrerent 
bataillc aux troupes des Perses. Saint Nerses, moiite surla montagne deNepat, 
eleva ses mains en priores, conime le grand MoTse, jusqu'ä ce que le sccond 
Amalec füt vainru. 
v a. i-'C roi Pap, dcvenu sodomite, lu( blanic par saint Nerses; il liii hl boire 



[573] li TRE, l'J NOVEMBRE. 71 

tiintinin huui iliu^iiificifi, Ll Linio nhiti n /jLjiiiinif . bu inbtiph u^nab hnpiti n|r ninunLn 
^nbntntnliiun ilbnwhuitn ibnunhii inLuiuLiin ffLniMiifniiiuop : lln bliiiin uiitanii^ '^unniiiitib- 
ifinLHJliii;ii uit)ii bnLiiniJi, (ji_ ijuijvhiuhbuitiL. '^pt;h f/'l« Ol f/iiitiiii/iii/i (hl''' : 

i'iiifffif) nit^nLji l>tiiilint^ iittinntiini^lili : 

5 L«iin/inL t^n ibnbni^li UpLnbututi iiuauinutLi^h hbjonuinnuttii : uiit l^n iiintubbntn Irnlituib, 

Ll i!ii(nni_i) i//iflinii linbiiin ijiiiuh hnpiu n/i itiiijpbnnLiint; iiliiii : l/iii t^ bppnpn ihiihuiiubmh 
inp nihuiibuin unpui , np aL i^p lurL //pfiu/iiu , cl i/iinni blann nuuptniiuLnpnLhfbiAi lupntuiph 
ütupaaipt^uihiuip : U bn.iUL. OL. ßuinbauiL. luiu »j'umnjj : 

tiiitiitrl tuiiiLn ijtpuinLpittJt itppnih Irnauiuitup : 

' 10 /> aiunttihtubii U ttiniipi)ptuhnup urLiiiiffiif^iri tiipniinpii IptitibtpiiL. ttihopr;ti bupuppnuli 

L'ibinpnniiii i*ulnbiiipntii tiuittihbi ibbbnbnjui (•tiinni.onf np il ohtnpnn : i/l tiiiLpph Irn^ 

4 lULiiiii] lliofi t; iiiiiiiiili add. B |I 5 i^pitlini'] llm^pp iiuinnuint;h "t^phuiintup (*iifi/iiiL Cldd. B 

ll 7 l/p*iq/iiii] («niuiiuii r> I ] 8 uuinntunt^iuuuiin :j f/iii upu^huin iju tu pampig Uli l MI III II t.cini p lininn- 

fi/rflf //qinn/yi/i inffAli/fif ^iiifi/iLri iiL iliiltiLli, /»l linntuliiiLtutt p ihnjiii iiiiWi iiiitlnih : (lUu. B ' S wiiinD- 

iiufL^ fci^ iiui^biuiL^ Cldd . B — ^iuiiuli] ^lupu /iLn B j| 9 iiliuni7i] iippnt illiui^lui B i 11 (♦ii/ii/juimiiiij 

l*uliihtiipuiiil^u B. 



Uli poison mortel et le priva de la vie. On apergut l'äme de Nerses montant 
au ciel entouree de legions d'anges aux apparences resplendissantes. 
II avait occupe le siege patriarcal treiite annces et mourut le 11 Tre, 
ll' 19 noverabre. 

En ce jour [fete] du prophete Aliilias. 

Abdias etait du pays de Sichern, de la propriete de Bethkarim. 11 fut 
le disciple d'Elie et subit beaucoup de peines ä cause de lui pour le 
delivriT. II elait le troisieme chef de ciuquante qu'Elie epargna', qui des- 
cendit aupres d'Ocliozias, et qui abandonna plus tard le service du roi et sc 
mit ä prophetiser. II mourut et fut enterre aupres de ses ancetres. 

En ce jour, murtyre du saiut Romanos. 

Aux jours de l'empereur idolätre Maximien, l'impie eparque d'Antioche, 
Asclepiade, voulut penetrer dans l'eglise de Dieu ä Autioclie. Saint Romanos, 

1. II Rois, 1, 13 sq. 



72 LE SYNAXAIRR ARMENIEN. [57^.] 

Siiilinu ■}^iujliiii/|i.iiiij7i f?Jiij;jtJ t//"ii; '•<- n< /.in /<'"JL '5'""'^'''L. ""'t/' • ^'(< •jZ/tTiijHiTi^ 
♦A Till, ino J'uinnLuiAIi iiiiiiiiii/.7i' liniiiii * ^ "/"<["" iJuiiiiIiL|^, ti- ni ii^ i?/.n./.|nin^j /iL iiilijnUi« 
^ '' /idLiiii iiiiu^inLL : //i_ ii^iiniJuifeiiii feiijiiijipniipi /i7ij>Ti/ifi /fS"i'7' ifptjiiiiTi "/'pn^L, /tl '^piui'liiii^l.iiitj 

/iiii/iiti liL p''/'''/ ijiÄLoiiiiiT; : Hut unLppli Ihnihiilinii . Vk^kg "/""""'J'/' "5/' ^i. ^"iiipijtj^ 
/(J/;^ iinn f'.iiiiiiiLiiiA iiiiiiiun ^ uinininLi : //l iiiÄ|i}i iipiiiniiiL|i i^iripji^i/j /.t yiipijiii/itji /.iipiip- 5 
iimiJi H/^. /^iiii iiiiiinni_ii(Ä iiiiiipiii Ll iiijk^iiiIj ^ u^iiijui/.^ : //l 11111^ "/""""'^'/'^' ■ ••''/''/''/'fl 
'•ffififii^fif oli ijffifffin IfL tunatuh t^ iifiii^ififji : 

//l ii/iiiiii7> Viiii/iiiiLti iiiiiiiiiiiiiiIi/iL fei_ imi/.i/ . //"i^ /.in ^fei^ ij|iijiiiiiii '{<"^'J i""«^ : ''''- 
/im 11111^. Wuini), /ii? ^iiiJfeliiiiili JimJiiiiit. //"^i ^ ('iiiniiLiiiÄ /.l '/'■p^ininnuli ^ljt : //l iiiA^iTi 
iii'liiiinii /,L iiiiiiii(>/i IinniK iniHJiV''tM' tliituli 11 dili : I/l. 11111^ ijJiinjiTi . (finjiniL^i tiJ : («ut '0 
lll/lll l)^ll(ll)l . //'/l lliniiniu OnLIi, 111111/.111/1, 111(1 /.ii/.)/iO/i;i /i /l/.TlIJIIlllJl ^llLJlll : l/L lllILf/lll- 
ifiuiJi yimi/ili iiiiiiil/u i?iuti/iinii7i : /.'JiWiuii/.uii iJoiiJi iJ/.Äiiil |ii5/ijnLpLiiiiJp lun. ijiJiiip i?|i}ili 
/iL iiiiiiil/uIi ti_ nliiiin iiin. ^uiLiummnliitiiiih, iiiL/.in/iii iniiim tWt . '/'it "'"ip uuijiinppniip : 

•.iiiin/iTj fei_ iiufinniii IhnStulmiilt nihnnLÜ, fei_ Irin ii/iuini. /uoufei /fL nn<JiuLui^ ijtl.uinnLrtn|i, 
I.L iiin.Iiiuf ntunuii^ii niitinii iiinattiüiiu . Ifntiiuji np iincpa bli iininliLn , bniuhn nn niAihli 15 

*Afiil. l"l ii/;^n itiULlinfiiuLnn , /.iiinL/i ' niin iiniiinnLinO uiuininhh luIn/jii/inLiiiIiiiii/i , Lpiuhli npp 

1° a. 

ii itii/fiiiiiL iinMni)i3 nuniniili It iihnnAili B 5 iiiiiiiiiiiiii/i] iiiiuifiiiili/fiii/^ u|i (idci. r> i| 6 r?L 

llinjuill Olli. H II lä iiJiHmn/yiiii ijoiiii] 11I1H111171111 iViiiiiiTi B | 14 il/liliiiL ... ql'llllini Sii( O/». B 

II 15 /7,,..,f,/,] /7,„„f,fc(/, B. 

le solitaire, s'y opposa et ne lui permit pas crenlrer, eu ilisant : « Seuls doivent 
' A fdi. 100 eiilrer ceiix * (|ui adorent le Dieu vivant, d non pas ceiix qui adorent les 
idoles rnortes et inanimees. » L'eparque irrile frappa lui-meme la bouche du 
Saint et ordonna de le suspendre et de lui dechiqueter les joues. Saint Roma- 
nos dit : « Faites venir un enfant et deniandez-lui quel Dieu il faut adorer? » 
On fit venir un jeune enfant et l'eparque lui demanda : « Quel Dieu est-il 
necessaire et convenable d'adorer? » Le jeune enfant repondit : « II faut 
adorcr le Dieu df^s cieux. » 

Les gensfrapperent Tcnfant et lui dirout : « (^)ai t'aconseille de dire cela. » 
II repondit : « Ma mere nie dit toujours : 11 n'v a qu'un Dieu et son Christ. » 
On fit venir la mere et devant eile on torlura lenfant. II dit ä sa mere : 
« J'ai soif. » Sa mere lui repondit : « Tu ne boiras pas d'eau, mon enfant, raais 
tu iras ä l'cau vivante. » Aussitöt on tranclia la tete k l'enfant. Sa mere 
s'empressa, avec grande joie, d'enlcver le corps et la tete et se rendit aupres 
des fidelesen leur annonc^ant : « .le suis dcvcnue mere d'un martyr. » 

On coupa egalement la langue ä saint Romanos, qui se mit ä parier et 

rendre gräces k Dieu, et, saisissant du papier, il ecrivit avec du sang : 

« Ucureux ccux qui sont saints de ccmir ' ; » lieureux ceux qui possedent l'amour 

♦AfMi. un sincere; heurcux * ceux qui adorent Dieu sans hesitation; heureux ceux qui 

1. Mallll., V, S. 



[5751 12 TRE, 20 NOVEMBRE. 73 

i^niiiJuiplili ^iii2/u"i(i<;t" '/'""^ r.ii.nnLÄnj[, jj/i i/iii{ic\ii piuijnLiJu iiitLijfeL , /,(.iiiTi/i njiß ni 
iiLiiiiiJ/iuIi ijfliiinnLiiiÄ ij/i iflinmii /ii.i.;inni/iiili/.iiiy^ iinini^b S""C /"^r"i = ''"- J"("'""5 'iP''"'3 
fem /i Tiiiiii" nii iiin.iu()/i litti^ju' jiLfi : 

bi- pn;i|'nnfen^il. ^'n^p •j/> "Hpt"gfe5' "'^"1 i{""L(<pJ^' H'ni^ui'liiiti . isL tijfei. luL^jitL 
5 ,..,ii.in/./j feL 2/>0n,g ijyiLpT. : C.j./j/.l. .{I-i.i /> p>iii"J, '.l /. <f/>j''('/'*' >"'>^'"/j'i'"/J fe«iJi"(>/>ni.J. 
fei_ luliiiiLijlil i{fi.iiS«""><"//i' f'l<["im,ni[i .jiinLppl, ll'nSnilnu, ^/n^fei?j.Lji/i ff/'^ : //l fe(i/JfeiiiL 
lutin fen/ifeLniiiÄp iim.|i}( ijJi^/uiupiil/ fei- f)ui rjfeij^ilr ^ uifefj/i Iijiiiliiui-np : 

[B * /• "'f/>i' iiii-nLC i/<"pß "nL{ip '>opli i?fe(.nj ^/fejuit"/' '?tÄ/i iii<liii(?T,>h V"i("""/'"n/>i^' * !■ 

Vuinn, fei_ /"luniui iiiiiji/piiLuiij^ . imjim inoT. fet iijiiiini?ni|3|iLTiTi ^. '/»feinp(iLiiip/i ini.iuli fet 
in /iTjTi onlr tiiii : 

!'}i«jm? iiiLOLp (/i^iKiniu/j iijipn^ '///«"(/'J' T.ijiii.ij/Triii/i *'Jiii.{feiMn|iIiii;ijLi.^, fei. "(•p",7 
i//pin|iijl. IMpiulnuji, '/'iii/jfe^nu/i, '/'j7/i.iiniui|inj.|i fei- //Li/i/iJfe.iiJ fet "("JLog /"^r"3 =^ 

Äpt^ t/-/! bi. '(/lljferfpfepli /■ : '/.^u.jiilj!iurillLfJ/iLJi "(>Jän(Ti r.ij^|l.iil|i ifmjiuilifimi/lTi : 
Unt-pji'ii V.ijjtnu i^ojiiii/jiui t(i '/■/in/pjfein^iiiiLmi/i i^n.imijiu2in iiipßiuj|i , feL i[uiuli ^iiiji 

2 iiLfiiuiiiiA] .j-/f(i/.iiii.irii rt(W. I> II 4 mjjifeugfeli] iiiji/jgfeü B || 5 ^^ntfiTi] /.l .iiiJfeTiuijfi 
iiii?iiii/ii7i nnntl^n itdd. Ij. 

13 '/,/.iii(iiiiiiiiiinLW/iL}i ... i?iupin|ijinu|i}i] 'j/ui/iliiiinoTiiii/j niiiiiiiLiu&uiSii/iJi jnji</uiii' iiiiiipiuTi kpbgui- 
Sbiiii ft iniiiifiii/ifi : bL i^/jhijulPIilS Vujji^niiji i?iiipiM|itjimi^i B. 



renoncent au moiide pour Diou, car ils seronl bien recompenses; heureux 
ceux qni ne renient pas Üieu, car 11 les reconnaitra devant son Pere. « Apres 
qu'il evit ecrit cela, il le remit ä ceux qui se trouvaient presents. 

On alluma um feu pour y jeter saiiit Romanos; uuc forte pluie tomba et 
eteignit le feu. On le jeta eii prison, et la nuit, l'eparque envoya des bour- 
reaux pour etrangler le champion du Christ, saint Romanos, le 19 novembre. 
Des hommes pieux allerent enlever les restes et les inhumerent dans un 
lieu distinc^ue. 

[B* En ce jour, vie de notre saint pere Nerses le grand, patriarclie ms 
d'Armenie, et de Rhad le diacre. Sa fete et la description de sa vie sc ^- ' '' 
trouvent au 19 fevrier. 

En ce jour, commemoration du saint martyrAgapios le Palestinien, et des 
saints martyrs Anthime, Thalelaeus {Dalel), Christophe, Euphemie et ses fds.] 



1). 



12 TBE, 20 Novembre. 
Martyre du saint martyr Azios. 
Saint Azios etait soldat de Tempereur idolätre Diocletien, mais ä cause 



7', LE SYNAXAIRE ARMENIEN. [576] 

J....?.i.l..../,/.T. .<nl<«5/'// nj, vi,j„,A/^/.}i .jp,./.uu.nLi7...^.,r/ Lfnii ,jÄu.,L»nni/.J/.Ll. ,jo(u../,..,- 
l,nL/JL.,,I,J,, /,j./<?/,../L f''""'jtj. /i ff.(./iT.ii tL ^ml/uiii/iii.iii. ■■/i<i4"ß ^L „„j<.f]/iLp, /tl /u?"J(it(i 
^^.ual^LÄln i|ijiiiijiiiji.ii.'/?i S"'f"'^"'^"",'/ /' ß/>/'"'""J't/v/ : '''■- p""f"L<J «u^uiu'^iupß tu 
ÜiLuilnp /,jipiii(^i)i um Iiiu, ti_ p'/j'/t/' •{}<niiiu luijofJ^Lß : 
Afol. Uli /,Y /i/i7; i{/i i.iijimii pt/^Z/t/JiHL, " /.i i/iiii;iiiiL J/ifm innLjiii nifi^niiLU Ll i?/.Äiiil LpqSiiiSji r, 

-^iiiij^L tiun^ ifiin'/i : //l (iiiliilji iJ/iiili{ /.j/i)i "{>"n;..;p /Jiuij..iLnp/iL /i ^fciu/Llr nji.iii.|_ '/'"ic/i 
tfit» fei- ijiiiijiiiliii, fei- <"'ji'<f "iLntp n^ liuipuitj[ili /ilu nfiiinil^, fei. infiuiSnt.piiiuSp ipiid-Iiui- 
(/i7/. fei- feiiiiilifei/ili iipujiijfeLfeiiiij liiijiii ijiiijiOiiiiti', feL Lppiiuif_ ii^niinälitjlili i[iuui Itnpiii 
iiinniu(/i7i r/in/iiifein/iiulinii/i : 

fri. iiiii-iiipfeiuii yiiii/iLfi fei- i^hiindi tjoptul^wliii fet (im^ijiniii^tij^L ijl.ij/imi fei. innihi;jih lo 
Hin. |<7iiiijiiiLiip)i : //i ^i t{i<iiiiiiiipiiji>,"/iL fittipuiL^ih l.L ini.^npt/'^' /fe'f""^!; Iinijiii fei. Oni-fi 
n« ni.iiiiT/t/iJi feL i./ij<)JJfeiu^ i^,iulil.jli'li 2"'(>''fe//"'L fep/^/iJiTi, fei- pij^iifeiiiij Oiii-p . iiijip/ili fei. 
iiiinfeniiili feL <^iiii iiiiiiiiiii/ili /i ■/•n/iiiiiiiiu feL lUj^pinhijiiiU : 

L'i miiiniiih iiiiLiii()/i lunntinliii iiiiit unLpph . ^npiii/piilr t^ ^i ijiiiLiiiittli /'iiiuLp^in^ 
feL i/iiiii/i 7'M/iiiiii/iii/i viiLiiiiniiiiJi W1117/1 miDniiiliiii'iinLJrljiLii, Ll pJiui/^fe^^iii^ um iiilux^iL J^iiijli '5 

S feiiiiiLLi/ifi] nti/iitii «(/(/. B 11 11 SiiijiiiiLt|ifi /iL imi^iijit^iTi ^feijiiLg Lngiu] iiin^npl;lt1i |i Sin- 
nilfLlfl H 14 »ii(innl)i] linttjhttil li i/iiLfipIi rt/VZ. i>. 



du mallieur de ccs tcmps oü Ton persecutait les chretieiis, il quitta le Ser- 
vice militaire, el alla liabiter les montagnes et les deserts dans les 
jeünes et les priores, demandanl ä Dien la liii de la persecution des chre- 
tiens. Beaucoup de possedes du demon et de malades allaient le trouver 
et il les guerissait par ses priores, 
.vfoi. loi Uiie femme leprcuse, * guerie par liii, lui apporta en offrande du betail, 
qu'il accepta a grand'peine pour le serment (de la femme). Un jour, les 
chasseurs du roi s'ctant rendus ä la montagne pour y chasser du gibier et 
des betes sauvages, et u'ayant reussi ä rien prendre, en revenaient tristes; 
le bienlieureux Icur ollVit le helail; ils allerent parier de lui ä l'empereur 
Üiocletien. 

Ce dernier eiivoya cent cinquante suidats, qui enleverent Azios et le 
conduisirent ä l'empereur. Cliemiu faisant, ces soldats avaient soif, leur 
langue brülait, mais ils ne trouvaient poiut d'eau, le bienheureux se mit 
cu priere, la terre trembla et une source surgit; ils bureut ä satiete, crurent 
au Christ et se lirent baptiser. 

Conduit en prösence de l'empereur, le saiul lui dil : « J'etais soldat de la 
province d'lsaurio, mais pour la foi du Christ j'ai quitte la milice et suis 
alle vivrc seul pour prior Diou. » Los cent ciu(pianle soldats dirent egale- 



10 



[577] 12 TRK, 20 NOVEiMBRE. ' 75 ' 

iiinoHtim/ mit J'iiinnLiiiÄ : (.ni.li yiiji^iLp fiL ^^iinLir i^opuil^uiii^ii . U ig OuirLUi^ '''['"^ 
/iiiiiviiiniTi nniiij^ii /iL i/iiinniulufeinii utji l.ij/inii : 

//l <Jiiiiii?iiii/.iiiii WjiiiiiuLnnlr tiiiiiiiipmi/iTi l./i/iLi/i/iiiii iuilLoli ij<Jiiip^itji Iil ^^uiiilIt 
iioiiiu/iiiiJiiiIi 'iL /iCii/iiiu /iL IHM fen/inuiiiiiiiiiL '/^'"J" ''L iniiiLt^ ^i 'inliinnii . /iL y£ii?/.Iiiii|7; 
iiai<jifinliii '/iiliiii/iii/i //L /i niiiiiiimii »ii/iMHijitii ijlinmii : 

(/l /■m/J/.iiii /i nifcii/i}i" liiii/iiiiL iiiiinfeZi/i Ll * ti/iiiuiL IriiWii i/iiuLp/ri ijl.npiiii : (»l * A inl. lol 
/iju/ii/.ii/ili ii«,"iiiiimi iii/iinilr //l fe^/ji<i|r)^i aiiiJi/joß jtliplitjjili ijjiiiji J^iL Iinjiui, (fl <,"jiii£iniii/^ 
Skiutiii noiuuanm iiTiiii : //l 11111///1T1 iil/iii /i piiiliin /.l tV» iS^ji iiiil Tun /,l ^iiiitiiniiiijiiiL 
iniui uiiiu niiiTinTiuiLitii) njiiiiibli : 

//l iiiuiiii iniuniiiii ntiiiiiI<ti/iTi Itl nTi/i/rii/iTi /i piinpiipfciiil '?"'-(• cl nnjioiuiJ liinfiii 
hnliLiiiL. /iL Viii?iiiiinA/riiiI niii^ii ^Lp j/iji/j^iliii iiiL/jihl ^ iJ/;^ V'^l,^' '•'- <u'L</«"J"'^f' SnLJil' 
;)/i()i"L : f/L /ii/riii/ ml/in/i iiiTi3/iiiiii i/iiiirLiuLun/iini/ iiii<JiiiJiiiim ij(.innnL*n^ /fl ippiiiliiiijfi 
/i .S'tii : (wi/i/iTi oJ"« /i piiiirin, Ll ^i «{/'j/'c/'T' i"'J^"^7''/ '"'/H' '""^ ^"" '//'^'^' '"'" '{"'^"'"/'^' 
/.iiiiiinpnii/il» r./i/iLi/iLiiii tx iiLiKiiI/ /i lri?uilit ijüniliiijtjim ynLiiiinL "/■ji^iiiinnu^ : 

2 /uiin/71111}/] •l'nlitimiiii^t adJ. B I 1$ (Uj/iLj|iJi/iiiij] (Wj/ij/iiifriiij II 4 ij/'ij/im/] ifiiiiifipii M^iiii 

B 11 5 uui'JiJiiiSii llnlnnniiji hi. 1$ 01)1. B f>iiiijiiif>ii] ''/iiJiiiiiiii^i rt</rf. B 1 1 () ij/l^iiii] ijiiiiljijjT» 

Ud^iiu B I 7 (JL '^nkntiuuU Shuinii iioiiiiignjy nJiiii O/« . B j| S ijL Z;^ .S/;ji luiL liii/] /ju juiTiiiLji^ii 
hnbuhuiUL TllSiil <S/jfi JiL nui<)uilhnhniii iiJmi B !| 10 Jinjlj£nß/Fiii£_ OW. B ■ 10-la (iL jiiju/iul? 
kinhu . . . iii/^fi] /tl luhuiilopU ( uiifiriLOdi /»i iiiliifi/i iii7ii//inii( l>. 



ment : « Nous sommes devenus les serviteurs du criicifie comme iiotre maitro 
Azios. » 

L'empereur ordonna ä Teparque Aqiiilinus {Akiiiliii] d'emmener les 
Cent cinquante soldats avec Azios et douze autres murtyrs et de les conduire 
dans le Pont, et de les torturer dans toute la contree du Pont et dans les 
villes. 

Arrive a destination, (Feparque) siegea sur son tribunal * et se mit ä tor- ♦ a ini. kh 
turer tout d'abord Azios. On le suspendit par les cheveux de la tete et on 
lui dechiqueta le corps avec des ongles de fer, mais Tange du Seigneur le 
fortifia. On le jeta en prison; le Seigneur descendit vers lui et lui promit 
de lui donner la couronne imperissable. 

On emmena ensuite le bienheureux pour le jeter dans le feu; ä cette 
vue, il eut peur, mais ayant eleve ses yeux au ciel, il se jeta dans le feu, 
et le feu s'eteignit aussitöt. II en sortit indemne en rendant gräces et 
gloire ä Dieu, et se sentit fortifie par le Seigneur. On le jeta en prison; la 
meme nuit, la femme et la ülle de l'eparquc Aquilinus vinrent le trouver et 
elles apprirent de lui la vraie foi au Christ. 



7(5 I.E SYNAXAIRE ARMENIEN. [578] 

liL ^niMiTiii^Liiin liiiiuinnniiii iiyiin/ii n Ll WiiintTi ijopii»/^iiiiiiiiijIi '^luinjili ijijjnL|iiiiL : 
//l /lOf.iiii Oitiiniii/iT; t/iiiiii /i i?tO iinniii fet. iiiiit • V'iii0iu^fejii.3"»pni-ß <j/| Ijiiiiniiiptiiiij 
C.uinniiiiÄ ii/ii)iMiiMi iikNii i\/iii, iiiii iiinf.iiiiii lurt aLh u/> luii iiiO"<i(i'jrjij^ij Abij^ /.l uiiii- 
iiLiiii fiiiiii/iii/iii ii'/jii IHM i>'iiMiiii/i;iiiiiiiii '/■n/iiiinnii/i : (fL ^nnJiiii) »,'iiiiii|ili jjijjul^iii ""ff'" 
ItnlilLlin nnlitllltntil^llljtl llltilltnillLltltll liuiltniiltuil lllliutl : 

//l niininiAl /'.ll/lllll Ulli'// ■^lllnllll /.L /,/l/l)l /l lülll/IJ /iL UllJtLfe^iillllr "fl^ <J^LlllIlIJß t^lr' 

• A lol. liil ,{,„„,J,M,I, ,„„ ),,„, /,i Tiiiiiiii linbiuj AbnJi pJjhhp «i»"'"" "iiJop^L^ : «»l ' t/^Liiij ^ 

ii/i^tfi/i /i/iJi}i /ii iiiiLiimnTi /iiuiiinnnii/ili J/inintniiilr tt iiihnLUiUhiutj ijaun^pU 'Iji^iiitjjiin, ti_ 

iifiiiLuinnii' /'''/;iiiiiiii/iiii : '/V ini-liiiii liiuuinpiuihli OmTdiiij uiiiijnLi) <JTiiiip^Lß ijiii^i\r»L- 

flflfli/jf if/jriiffii /l *^fffi iifinnnlf 7'n/lifiriiiif/f OL n\ /fifffifiirf , flfiuill D'^fifUi iilffriL/iiii hnnui ; 

l'll/l llullLlipli ii(.ii/)nil llliu/llll)l /l niunilip'b / "lllll/illlTl tt yilin/l/l /l J/iniu^ Iinnlil lli/afm. 
i7iii<Jni- : f»L f/ri/iiiii Antlin iiinoA7/iiiiii «in. (.;ii(ini_iiiÄ : (»'l fe(ir.i_ Aiinii iiin um (iL iiiiit; . 
(«ii/iti «iiiiiiiiii ml, iiiiiiinniiiiiinnauiL. pnn i/itn/i ;''"I iiinmunuh i/iii/i/iliii, I/l iniiLiiiL ptif 
^lin/i^ii ii/i i/ili/iii/ii/ ii(//i')/i '^nLiiilintiiii, nnuuin ^ttiiiiiajn ul. onliiii/iiiiii iiili/ipiiiL riiiiindiijii n 
iiiiiiiiiiiiiiiiiiili/i ; 

2-4 /lO/fiiil . . . 1111111(11111 fiitifiii (>/?/. I> |[ r» *jiiln/lli HL nn/ilij ^^tunbiui innUhli o |l 7 
•Iniiiin/iiiiJ 'l/fi/iii/iiii 1j tl 11 piimiiilj/ij nliLlliuptunuinh H || I^^IS WL Dnht. Auiih . . . li titutniuu- 
i/iiiifi/i (»/«. B. 



L'epjirfjuG onlonna de ti'ancher la tele aux cent cinquante soldats. Uii 
aiigo descendit au milicii il'i-ux et leur dit : « Prenez courage, car üieu a 
f!xauce vos vtieux; je suis euvoye aupres de vous pour vous montrer le 
c'hemin et vous conduire pour ötre classes au nombre des autres martyrs 
du Christ. » Lors(|u'ou leur eut tranche la tele, des chretiens allerent 
inliumer leurs corps. 

Quant fi Saint- Azios, on le frappa et on le jeta en prison; tous ceux qui 
etaient iimlados penetraient aupres de lui, il leur imposait les mains et les 
•.vfol. lol guerissail par ses prirres. * La feinme et la lille de l'eparque vinrent se faire 
baptiser pendant la nuit; il donna ä la mere le nom de Pelagie, et ä la fillc 
celui de Tlieodosia. L'eparque, Tayant appris, employa beaucoup de moyeus 
pour les detourner de ia foi du Christ, mais n'y parvint pas, et leur fit 
trancher la tete. 

On emniena saint Azios a la ville de Babean, oü Ton reiidit une sentence 
de mort contre lui. II se mit a oenoux et pria Dien. Lt il y eut une voix 
(pii lui dit : « Azios, mon serviteur, il t'a ete prepare une place parmi les 
justes au ciel et des grftces t'ont c^te accordees, pour que tu deviennes 
le medecin des malades, le pcrsccuteur des d.'mons et le soutien de ceux 
qui snbissent des jugements injustes au tribunal. » 



B 
47 lj. 



579] 12 TRK, 20 NOVEMBRE. 77 

I/l innotuu *^iuinnh naint-hi bnnuj, Lniih ^iiinauniMp ti_ lultAnhLp cl uiuiAutLnL.'hp 
iiiiur/Uiuiu uitiii/iul> inininuliL : '/u bnlauiui ciii/iuliniiiiiiili {""lunt^nu UjiUnui piunuipli'b 
iiiii>}iiiuiiii/iLp (iL iiiioiiiiiLniion, Oii'S/'Lp ITL /iiuiiop kniui iiu^/iiiiiiiuli /i inuiujuiliji iiiuii- 
ilnuliLn Ll «if^/iiiL/f/uiiiuii : 
5 f/L. luunnuil Itntuup htiLh n inLn[ui iiiiihultu, 'l'>/i utLuLiui nontuuiuuiunh n/ip ^tiiuinli 

'/'H'"^/" iJppiiM' fiifpfif2j\(jf/iuif nn bnbh ^lui^uiutiunhh /i 'hnniiinttu . Ll. iiiluiiii üuitiin — 
pniiliu c^iifiii [iL unaui naini^jinih IfniLüiiünn /' : 

'liiiiniunLnuiL. (<o/inu nhlihnntjn /ii_iini/p /i 7'ii/iiininu n/iiiLiJ ilnuiLp luiLninDiuuii : 

LB " Oiiiiiiii iiii_ni_n iiiiLnp i/Ziiuili 7"/i/iuiiinii/i huinniuti h li n n iM liii S/""/ lliumutnbuuiL 
lu llAiinlinp («innnii : 

Oiuniiili iiliiii p/LUiiL/oIiiui)u /i iniiiituin biLnuu, Li_ iiinühli b Ann-uh V'lii cl Lunnnuli 

ii/i liiIi/iLiinJ^ ll"]" '• "'*- "'" f'"^"" "'- qi^cn-iiu ibnbjihu iiLliLfiiu («iiuiiii-Oiii iltiiuinL.ntu'Ll^n 

ii/iiu/imii/idLH/iL/iU iWilitaL lUinbtUiiL. AbiiAi bu uu/iiiiilIiJ/, ti_ a/iV^iuL buiiauibiiLlipii : '/l 

iiiffnLpixi^iii/ini-/i7tjUiui£ itiutuhnbuiu n^nanh liLit luit- L^uinnLiiiO riLn anniiLftuntuhh i^ uin — 

15 '['"[ii'l} :] 

1 irifii/tuiij j] fUfffi(7fuA r> trnl«li f^iunjtlnijin . . . iiiCin/iiili fiuf/fiiii/i/i 0//2. x> || 5 /' tnbnplt 

^lUf/iiWifiJ /i tiihnn^li 1> uiktlbiui J aitLntnuiutuh {luil, H | 7 bluninnniih'^ ^ntuuiuihuin bi^ 

üdd. D jl S tymiij ^lutnUh ß — ünniu] bnlinintuiiiuhltnh B jl 7-8 77iiiti?ii/,ii/i /» . . . tjituivn 
itULItuibiuhuj liujiniunit uiu/i unp.nuh Vtajtnuli bu "PI* P'"} litttu utuuttupbatuh ^lun/iLfi iiL f/iiriiLU nunui- 
linniph bt^ Uin bntiiiitiiuuiuunh nn ninitnutbnnu nunLniili i\ttpnu bu *^tULtuinulnjl'li b 'Hnjininnn 
/tl "Ibitunhtu b^ l"*i^nnnnbui' linibttnbnb 1' /iL ***/'t/' *^^ /' liiiiiiLii 7'n/iiiiiiifii/i : B. 



Loi'squ'ou lui eut tranche la tele, il se produisit un tremblemeut Je 
terre, des pluies et des cüiips de loudre dans tous ces eiidroits-lä. L'eveque 
de kl ville de Sinope, Tliaddee, accompague des pretres, des religieux, 
luunis de torches et d'enceiis, deposerent les restes dans un toniLeau 
avec psalmodie et benediction. 

De nombreux miracles eurent Heu en eet endroit; les soldats qui avaient 
tranrhe la tete au saint, temoins des pi'odiges qui s'opererent, crurent au 
Christ; ce qu'ayant appris, l'eparque leur lit aussi trancher la tete, le 
20 novembre. 

Azios et ses compagnons moururent dans le Christ, ä qui gloire eternel- 
lemont. 

[B ' En ce jour le saint martyr du Christ, le vieillard Barlaam, mourut p 247 b. 
par les flammes ä Antioche de Syrie. 

On Tenimena de force au temple des idoles et on lui mit dans les mains 
du leu et de Teneens pour Toffrir aux dieux. Mais, ayant leve les yeux et les 
niains vers le ciel, il oH'rit Tencens ä Dien jusqu'ä ce que ses mains et l'encens 
eussent brüle et que les charbons se fussent eteints. 11 rendit, onveloppe d'iiue 
odeur suave, son äme ä Dien, aupres duquel se trouve 1 assemblee des justes.] 



78 



T.E SYNAXAIRE ARMENIEN. [580] 



♦Afol. 102' S'/it/. «J-f fet 'l<n,fei?pfej./i ^^ : S„f, iiii?tTiuiiijip/iLViij r.iiinnLiu5nuJ>J./iIi" ,ii/iJuii? feji/.i; iiiiViiiy 
'■" ''• t., fet iiiuijiuifi ijJiii. iSoij^fi /i i<iiiia.ii(ili Stiun-Ti, Itl /r/jmi; luT.ij uirfii iJfemimiiuli : ''L t '"J" >""'' 

iiMilllLW/iL^i tini'tiiJiftTuilitj : 

fei. ^r.LIiiu^t, ^iiiLt^iiL/iJ. lOLnL^ß luiiiJmL ».iLjip ilfi.ili^iiiL'/< //'rnji/iiiiilfiiii; fe>- fe'ffei- ^ji/^nLij 5 
lUlJllllJ : Mut ;7iii/ii./^|iiJ ljW/Iil.l /j/ili /iLfi. SuiptfitLg ^uiijun" /i "iixiaiHji MiH/inLÄii^ ti. 
l^unniupiiUCjnLg t^nufuinl iJfeji ijnji iiL^uuibijuig . i?|i' ijnLijt '5fep<^fe"gt ^«Jfe'L "tp /'PJ''^'- 
iinL/uuiiUijiiiiinu fct lub^LijnLJife^i //•///'*' u^uJUiujjiiii^ Jfeji : Hu^ JUiliiii ijt)(i.^iii/^|iiJ i<i(;(ili 
^i_^ . IJLuJuoijnLß if/ilr^fei. fgg/'T/ fejifeg ii»j5ß, 'jnLijt !,tZ^"gk inijunii <[S>"JC '/'"'^ 'f'''"'M' ' 

//l inpJuiil feijfcL fe^i/ig luSuiij, iinit (intlmli[iS . '/ii»feuijni-ß fco^i /^ni_uiul/ iiU|vWjiiLiiii 10 
iiiLuiiiiiiuiu /i iiuinLiuua f/piiiii^feiiLiiii fei- ijiiiiJpiiijiog iniupijnLg i^»/ iiiji^iiui) ^i iniiiöuijili 
iiiiin nLJuuilil SLpi^ : fri_ iiijJjii^tii i[iun.SiuSp ^luii^infejiiuij fei. l^nLunilog ^ni-fjiiiji/jfeg|iii 
iiiiii?fe5ion<,"i(feiuiii iriiip^iuiS jt initiliiup'L , fei_ ^LijHi^feiii^ ijlriii ßUJV"J'"'Jl'""/fcu'J' UuuiiiL- 

2 Mioijn}/] /iLii rtf^of. B — .S'feiiiiLJi] /'.iiimiL&nj B — /?!- fe'/"'3 ••• "/ifnip/riiiiiij] feL jiiili^ii 
luiiiiiri/ili unnnit/ .'{lupiuii/llil pui<Juj}jiiJ(iiilli/7lii/ii/ fei- i?iijji^uljit|i : fe'L luliiiLiiiiiyi iiioiiii uijii (/jipiiLp^il-Ti 
iiiiI!Iil/J/?uiJii(, piuiiii/i uliui/jfegiiiL iiiiV/i}iimi(ijliiL'i|i '/"J"5i //"iiiJi|iiuiJ /i iljiflliLp^lLJi iljipill-PfciuJig : B Ij 
4 uiiJfeSoii'JJifeiiii iniiiiii/ili irmnluiiitwi /i ÄtioijiuijJi O/« . H ]1 5 uiiLjip rfiiiJi/^iiiTiJi] uii^iiij|iii ß j 7 

i>i/iiiii/.ijuii>] ^iiiiiiiiiiiii|iiip ,S'tiuii-5i ('uiiiiiL&iij B II 11 /if'jifei-] ii(iujt" 1> i! 1- //'■;/''■] ^"''l'ul'^' ^ il 

IS iiiiiiiifi/iriiifttj iiiHlfUiririop KL /irii i/iii/iop O//?. B. 



*Arul.i(i2 * 13 tri;, 21 Novembre. 

r" il. 

Fete de la tros sainte Mere de Dien, lorsque a Füge de trois ans eile ful conduite 
par ses parents au temple du Seigneur et y resta onze annees. Cette fete est 
Celle du saiiU des saints. 

Apres que Marie, l'enfant toute beule, füt nee miraculeusement de ses 
parents Joachim et Anne, les jours de sa croissance se succederent, et la 
sainte enfant Marie atteignil Tage de deu-x ans. Joacliim dit alors ä Anne, 
sa feranie : « Conduisons celte enfant au temple de Dien et accoraplissons 
le vceu que noiis avons fait, afin que le Seigneur ne nous reprouve pas 
comme parjures; pcul etre iios sacrifices ue seraient plus agrees par Lui. » 
Anne röpondit ä Joachim, sou mari : « Attendons qu'elle ait trois ans 
accomplis; Tenfanl pourrait encore se Souvenir de son pere et de sa mere. » 

Lorsqu'elle eut trois ans, Joachim dit : « Nous alloiis faire venir sept 
jeunes fiUes vierges, immaculecs, d'entre Ics fdles des Hebreux, et nous 
conduirons Marie, a la lueur des torclies, au temple du Seigneur, selon 
notre A'oeu. » Et c'est ainsi que, munis de torches allumees et accompagnes 



[581] 13 TRK, 21 NOYEMBRE. _ 79 

&ni Htupiunhiu /i ihplj" /"-/> t<- tuul; . IFb}* lujiiougt "tf liuuinLJuÄ ijuiLni-li ßn fei. 

aiupAniuani-iiah 'Ig^'l miShiiiuJi tiiq^u * J^ilrvtL ^lu^uiLfeuij^ i|i^/jni_p^Lfi ofeiUfLl/ : //l ♦ A ful. 102 

Luuinin II frimi/iiiiif t^iutnnhiiuiliii /unjiiiiL^ iniiiÜinji^ili : I/l ijui^iAiiilr Älioijßli ^i iniiiT/t 

iSfeiiiii-ii iJfeÄiiiL iiLiiailiinL|i?tiiii)p : 
5 //l miiLiiiL //'iiin/iiiii?iiii flLnn<Jii ^i SisiunJil^ (.iiiniii-S(i^ ti- im ^iiliijjifeuig ^^"'^f ^""^ 

qjiiiin fei- ufinLuin abiti iiiiJfeLiiiiIi iiiumifelr l'ujiiii^fej/i : 

fri. tp IfiunliuiS /i /iinniiiTi /i iniuSiufi^li /'pcfe«- ijiui[uii-ii/' iiii?Ji^Ä ^fejiiuJn^, fei- ^fe^iii- 

fent/i i/iii" -ifife^"""^ iS'feiiiii-Ti jfeji/jL/ig fei- II» fe^ /' miiia'iiiji/;}! tSfeiiiiJi iJ^iisfeL feijfci. feji^ii- 

uiiuuiiiiiiiiJfeiiii : //l iiiuiui iJuinaiiiiiJ^Ii Huinuinliiii piii*JmLiiiiiiiii^feinli l.uuinLdnj jiiiIiaIi 
10 uiniun iiLiii /{nJiifei^iiu^ Äfejiiii-lri-njli uin. ^ u^iu<,"ii^iiiLni-P^i-Ii IiiJiii if^Ji^fci- uijg iiijiiiiugt 

otp 'liiuiiii-ui" : 

1 y/rS lu^iuiiiat] irhhaiijnLugk B H 7 fct /,fe,ii..i,jitp ... jfr/i'(}'/i3 O/«. B ! S Sfeiirn.}. 
0/?2. B [ 10 Jiifiii] Jiiijiiu B li 11 l',iiiniiLui& :] /'ii/j /iiii'i'feifiu^iijTi /jiijiili jiijJ ijuiiiin|iuijiiu/jtiiiL tji 
iiiittiiiuili onlihonfi bu liSiuuinnLJilbmS^ unLfip ^(inj ij^aipjbuii^, npni[ fei- ^iiViuiiiiiiilIi tji . ijnji ijnLijuilit 
uii.feuiiuiiuiJj/iilj uiiifeliii/ . U'iuii^iiiii'» ijiiiiJfeJiuijli {•luSii iji/ijiimi/i/j u("iSt(' /iL /iife^iuifnLiii j/ili{;(i |i iijiiii/i 
/ii-iiiiLi? : 'Oiu' feL /|/i(i/3 feL jun'ibS luSuitititnLpjiL)i liiijiui fefifeL^ji j^ii{iuiiiii5.iiiijiij}i ujiiiimiiii/mliJi/iiili i{ii/" 
<,'jife2.iiiii/(/i}i 'l-iuppliklb """J(> /' J/i^5,'(ii> iifei^' /■ JiiViolit iJ»iLfei"/i"}> : ''./■ "^ /' ["fefii iJi"Ltl"/i"i' nLjiui/uiu- 
fcuili' i/ujiii/iiii^ui/f^i «Jfejmuiliuijji, fei- puigfeiuj^ iiiiii{iiii>N(;ji ijiilJi/(5i fci^ ^uiliali njiujtu tu uijiuiji fe"L"'j 
iiL iiij£_ ^iiLiiiliii/iiijP /j.lj}iiii(|j : ('j(_ Jiiu/u /uiuill/tp ijijimiii.iii-pfeiiiifp fei- uiTijililjfeL ujuiJi/ffejiKULpt""''';' 
l/l5ipii lurfJilii/ife^iii/ ^iiiJiaJi, ij/i iV/i ij(iJfelig|i jJtiiiiriiL.Niij iijliljtil iiui/u fe'Liuj «a/uJi : /■»/( Jiiji./iiiii 
nüuinni-Siij »iiiiji*,'}! ■1111- iiu' yiiLgiiAtji S"/''>2"""'<^' P*^ "t Sfen-U'gni-Jiui^rt ifJ"" jCuuini-iiij, luj^ '^i"- 
tlui-lliJilf iJfeji<J ui&t, <;iiijiglllTif;ji . ."./mijilf (/'£/'■;/' /'^"^ 'i"(' ""ife" SSiulifcj^ ij^ <['".((' "^ q/imfc'f : ii"/' 
f?t S"'('3fe"'L '^f ^"^'"J ""■- "*^^ pbphLi, «tji ii(iiiiirjifeiiiL : /'u/j (iijiJiuif luiiii.;; /Jt /' ""L/'f! 
^iiaLiii)i i/i)i'i iiillj' (iliili /imiliiiifiiifiii Hill. '^luL/l/f?, 1^1.11(1^111^111/^/1 ViiLiillllliii;, fcu /iliilimjiVll-Pfeiiii^J' 
iiiHiii/ii/iJi i{/ilij>5i /("^/^C ' f<iiiji" /; /^/i "^ iV/iuijS ij/i j/i /;(! iiiiiiiiiii.mÄiii(/i}i ^''"/'S/"^*'« fe^ iiiii-iiiin fei- 
iii-ij^H ijiV/.imiJi "lIi/j/i, iu(L fet ///ipP /;p /ufiuiiiii/ig /■ ij/iimii-pfe5./; oji/iii.iiyJi, fec /i SrfiiinifJfcli/; ijj.iii; 



des vierges, les parents conduisirent au temple Marie, tonte benie. Le 
grand pretre de Dieu, Zacharie, la regut dans ses bras et dit : « Le Seigneur 
Dieu glorifiera ton nom et te pendra grande dans toutes les generations, 
jnsqu'ä ce que le * salut du Seigneur soit revele. » II fit asseoir Marie sur les »aioI. 102 
marches de l'autel du temple. Les parents revinrent de la maison ilu 
Seigneur avec une grande joie. 

Les ffräces du Seia-neur Dieu furent accordees ä Marie; eile ne reclama 
ni son pere, ni sa mere, et tous les enfants d'Israel Taimerent. 

Marie vivait pres de l'autel du temple comme une tourterelle immaculee 
dans un essaim de (tourterelles), et Tange du Seigneur la nourrissait du ciel. 
Elle ne quitta pas le temple du Seigneur jnsqu'ä ce qu'elle eüt douze ans. 
Ensuite le prophete Zacharie, le grand pretre de Dieu, la confia au vieillard 
Joseph pour la proteger jusqu'ä ce que le Seigneur lui rendit visite. 



80 



LE SYNAXAIRE ARMKNIEN. [582] 



lliiLfip .ufLiuß/ijnjI. •'/...(..../., Mjip t/iJi infeuiji|, HJ.fc.i/i.?.uj ÄiiiiL.i.j/.l. : 

Hni.pp^.. ■"J""/;/'V t/<5- /• ß".'[i"ßtJ' 'l,„in,u,.,fLm,, ...2...^fc,.u.ß ^t-u^ ""i-p/i •"'■-."- 

pt|..j5, "/«ij..../, : f.V J.ULOL^.. ...J..,...,./.2<" .iij.ß..n/.i. 'I>il'nl[,, t;./.)L...L .'{"./vi-ilinL <.»t...- 

♦Afol l":;ßfe(n^L ^fr./.L<...., S"'"f"'*t'"3 «I<ftL"i' r.,unt.J/..jnu/. fe<- .yi...ij/.I...I. /;..pÄui}.t....^ : ' iUu^lJun'i 

'■' l,,./.]...j/.I- /^,u.i..ij.ii2...pl. /. 'ln.jnu.m;Lnij ß".«J."ßJ' /> "...-a...j.i, /.l .j..st/.i< /< f..i.ij/.l...I. 

r.;..nL.?/..jn.,/. 1.L f'.j.f./.i.JU/..... /.L '/'/,{/. .?.,L iiL »Hf ^,j./......nt<..^ß /;...j/.}/ j/./jt ,jtg/,I,, tu 

ujipni; . nj.ujt" /' "<('Jf!'"}'t //tSi.ig}. fet /> u..j.i.j..Lptr.t i/..<J..'fe.i<L ?"i"'/ /' "■"'^^"t'' '^""'"L^nj, 
,,1(1... iJ p}ii..///7i;.m- /. J...i/.(./nl. j/;j...i......j/,.? .j..ij%.i.}i J....{.«l..../(<.}. ..i.VH.iu,!., jfe/./.y ....Ujfi <,'fc">t 

ntiltiti tt tun Ulli Ulli : 

L-L ...l..! if.jtL .u.JfcJ.iujli bpIfjtuiiuihnLpbiuilp /upiuinfeii.L ^l .ji,....../.Uijiuj/jfe...L fe(.///.L.j/ii.T. Ghukil- 

J„, . (U /tl «inuij. tp j.i.iJtf...ijl. 4.i..i'i..(.aui/(..Lp/7l.t /iL jj.}..((r(ML/<?t5.t .V...J..j/(...i., l5/.J.^ <j/> fcL 

..j...(t.i uii..u.,.,ij.' /. j..feji_ ^...i^/j.../... ^■j.'';"""'//''' """'/■".(/' /"'■-"'/"L/Jfe.utfp "(.u//i.. .(..i(.S"L/'fc"'L, fet 

....L /. i/.LpL .u.?./..../.fej.../ .j...li.U. .'i....i./....v>L/'"""'^V ^l'kH^l' '"^ [""P'^^P /•.n-i..//ii..L fc/^fe ii/iuj/iu/i" 
M.^ |lgt n.j9<lji." .l'J", tI" ^t/' ■""/"/• '/""f c'"jtL "'fe"f'!">i' ^""f •»"'jJ'/l feL npnLijaitininL.piiiii'ii 
iiLiibn niiin lui/iii; i..l..i.ini>ii fli.Onij-i.ig /jiiilii..5iij : Hi?fe}.i.ijli|i ii.jii.V^i/j iijuinijfuiii.' ^i imjiiijiiLf?fe}.t uTiiiJ.ij}. 
ti. /. iiiuiüuuili'li r.i.ii..iiÄ..(, .irin./ fci_ /. i)..iyiiJ.iujuiujti..tii nii..ii>Li.ij i{.ii^>.iiji^i..ij jii.luxJiiriii^ fe.jtt 
Äfefinji. /jL ii.(.i(iu(...j}i H,ii[iibiliiiij' .1.11^ /. iijii.4"jui}iiii^p/ii.i, Lifui S^itiJjL lu^ij iii[iiuiitfl; fiiJiu tS^p 
(UiinnLuii : rtoff/. 15. 

1 '/./iiiii.i.M.iiJmi W/ii^J. . . . Äuiii-U.i/iJ.] 'I,bpiiin^i'li i.iol. ui|i(..ii 'ii^.ij ('.iiuiiii^iiiÄii.ÄJi^iT., ti- top}, oji 
/.«llfiuil./i : /."l .//i.i.|m/<?/iL}. uiniiitibniiinitj'li ''/oiji.i.y.' '/'jij/.iV.iJ.^i /..^ (tji^^U(U(iJ.j ii.iiji/jiuluj^|i' n(lß t|i}. 
inbiunn /()./. »^..y/ii.ij tNii./uiuj^i I> [j 4-8 fri- jiULnLjill luiViijiu^li^l.l ... /j.uuilli(.f,|iJi 0/72. B | 8 

J.i.i.ii/.iLi..i5i] ^likhiAiniiuin odd. B t/'^'] '"'"/ "^^'i?. B ■{"S'"L '/'"^"fl^'.] /( iiiiii .ii(. /r j_ ij.iioT. 

fslllllhiiblin l|/l.|l" B II 9 tL /l.uliuf. n/'.(.|)^iujll(imi . . . l^llll^ufcillfc] ifL ßpj.l...l.l)lfel.ljfi l.j.^j l^.l.lL.u- 
i!ui)>t/iti iif'ii.iiiiLUi^ ./. ..//.. feiuS uiiibhbnhuili bL ifLiun/iL if/i.i.ii. ('iip^iujujiuu /jL 'l'|ij/ii>.i/. /tl Sniiijijiiuii 
lljih U* Jim tili tili, bi liiuiiuh iihiiiitu : B. 



14 Tiu'i, 22 Novembre. 

Martyre d'Archippas et de Pliilemon, les disciples du saint apölie l'aul, 
qui etaienl los maitres de Tesclave Onesime. 

Ces saints ülaiciit de la villc de Colossos, et deviment les disciples du 
Saint apötre Paul. Au\ jours de Neron, Fempereur impie, l'aputre Jean, 
s'(5tant rendu ä Epheso, uvait cliasse les demons d'Artemis {Artemidox) et 
Afui. 1(1-2 renvei'se les autels. * A cette epo([ue, les idolütres se reudaient au temple de 
^"^ la ville de Colosses et sacriliaient sur les autels d'Artemis; Arcliippas et 
l'iiilernon et d'autrcs clireticns se trouvaient dans Teglise, accomplissant 
rollice divin. I^a foule veuue pour saciifier aux idoles penetra tout ä coup 
dans l'eglise et Arcliippas i'ut saisi ; tous les aulres s'enfuirent. 



[5831 1^ 'fR^, 22 NOVKMBRE. 81 

Ifu uiii/niuli nl/iii iiiiLiiiV^/i (.i;nii/iii/iuituii niuiniuunnh'b : t/i- iiiiiLiiiO ß'"" iiV"Jigiiilitili' 
uLuiuL. luiifiiiiiliti quilliiiiiii/iji/i niiiLiiihnLm nihil liiiiiiii : (»l iiuiiiiiiiLnnli uiLUiunidUi^ii /<l 
uui/iii/tn ill'np/iiiiiiiiiiii 'in')''/ /iiLiiiili, Iiiii /.Lii iiiiliiilLi iu//iiijiijtji ij/^iLiiiiijiiijinnLlrf^ii /ili : 

t>V /lllllll/.ll/ll( lllllltliull Lll/llll//?/l /llUUIlullOp, /iL IJIll/Ijfelj^'Tl l?|l}l^/il_ ^I J-IIIIJ^lIluTl IIJI /^lU^IIJI 
5 IJ'h'illllll, /iL lllllll llfellt|lJl Ij5/Ill 1JII«,"/'L- /iL lllJLJipIl II» Ijlirrjllljltjl ^I //^ll1llllJj!/'{"J IJIJIUUIlULlIJlJl : 

Lv iiiifiiii «,'iiiiiiJiiii» i/i(il/iiiii yiiJi/ili nlriii iiiiiiniuiiii /i '/iiiiniiiiiiiLiiii piiiiiiiipt;^li iJiiiiuiui il^i 

■^"fen./! /i 'j/'L'J^ "P i"*/' l«;ip/i"//""i'<i' • fe«- "'i"J i^iiiJi/iiJ^iTi f"L/^i t"- "'J''//'J' ijt(iiulifij/il< 

Cfip/iuiiiiiiiii /i niiLiili Sli'L\lii. iiiiiiiiJiiiiu OL i/iiiiniiil< iJuib/iriLliii /i niiinniit; dl Iiji/jiii|</^i 

nniop Äiiitiiintii/iL iiiiiiiniu/i?LIi, /iL uiuiiii niiiii/iiiA/ni/ili äliUdiL. itiuuiliqbuitj i^i^mj^ili ^ilji 

10 iiiiL ItiuniiLiiio : 

//l iiiLi/i/i /.ii/(J/iii(i iiiiiiii'Lhli iiiinLiiuTi '/'/iiLiJii'/i (»iii/iJu/iii/i /'/' : * OV jJitiijliiiiij tßiniiui •Alul. In» 
<|uiLiiiinuin/iiiii /i/i/i/i (/ni/i/iiii : 

Uuiiiiii iiiLnLfi i/iiiuTi '/■n/iiiiiimi/i "/•"'/ uuiiniunbnuih h 'liiiim/i/iii ^i WiupnL/Lpnii^ 
lunpiuit;^ llLnuiuli buijiiiljnuinuU /iL luii »n/iii LuihiiLninnup /il LpliiiL. p(u<)Uiuui^|> Ll 
Lnoliuii.nnp Lu iiinluiun^iuLiubp : 

1 Ilfllll lUILU/O/l] nUciü/lUlUIlU» IllIL B f\illjll/jlj/llll/?lllj lJlllllIlllLIIJl|lll] r.}lIJJltl/jj/;ilUl ^j^lllULIIflll 

kJibuniili B II 2 uiriaiiiiJifei ] iiiiJiii/iifiii}i/ii 1$ — /iL ifiiiiiiiuLitfiii . . . »j/jiLioujiii^imiLpiiLtiJi] /iL 
lunuinnijiuiit;/! n'finluniinii . Ll Aillli/jfcy^iS ijJiiii jii(</ B | 4 k^il^tuPji /fiiiujiiiiioj>] /tjt/(iiiP^ilj> B |1 

5 lifcll/;/lJl] lllji/ lifenfen/iL B /.L llllLnpli . . . <^'jiilll)l'll>il llllILfcuJ J /il. /'{!('''L n^ ullL JlIlJlAll B 

II 6 "/iiijnHi.igLiiy CW^. B || 7 if/iLijii] /il(i rtc/(/. B jj JS /i ijnLjiJi i?|iJm/.l ijiijini^iuj}i] rf/ili^/rL 
niiuiiOuii /i Ji/fiioh B II 11 <J»|ij/ii?nJi] /iL ij.Siupi^^im ^u/^/. B || 12 ü(ii^|iiii] ufiiiiii/iL/ii^ rtfW. B. 



On le conduisit en presence du juge Andoclide'. Avant meme d'etre 
interroge, il se mit ä blämer leiir doctrine iiiipie. Le juge vioieiita Archippaw 
et le pressa de sacrifier aux idoles; mais lui, il meprisa eiicore plus l'ido- 
lätrie. On lia le saint avec des chaines de fer et uii rentraina jusqu'au 
temple d'idoles appele Minas, oü ou le pressa de sacrifier; iiiais le saiut 
ne cessa pas d'invectiver le juge. 

Celui-ci alors ordonna de l'emmener Iiors de la ville de Coloss.es, ä uue 
lieue de distance, au village appele Archipiaiia; lä on crcusa un fosse et on y 
descendit le bienheureux Archippa* jusqu'au venire; on fit venir des enfants 
d'une ecole pour lui Irouer le cräne avec des pointcs de Ter, et ensuite 
on le lapida jusqu'ä ce qu'il eiit rendn son Anie ä Dien. 

De lä, on alla tuer saint Philemon, le 22 novembre. * Une femnie fidele, »Afoi. 102 
du nom de Sopliie, les inhuma. 

En ce jour moururent par le glaive en Perse, pour le Clirist, sur l'ordre 
du roi Sapor {Sapourios), l'eveque Nerses {Ncrsaii) et quatre autres eveques, 
deux pretres, des moines et des laiques. 

1. Syn. Cp. : Aiidrocies. 

PATR. on. — T. XVI. — F. 1. '' 



82 LR SYNAXAIRE ARMENIEN. [58'.] 

IfL ijiuju\i7i.ijiuit/iTi /yiiiiijiiLiJu ^1 ^.Liuii^iiijui/iijTi Z» ■/■(i/iiiinmi : 

[JJi,j Inuu, f.Jp,J.t«,/.l< tu ».(L /»"«I"«-'? tu;/."//""/""" '"^ ß."V"J'"'i" tu /j(.oL.uunpu' „p 

i^.«u,ty/.f, u^.«j.u/joj,tJ, J/iL^tu a.upa.».ntL ...///tp.«., Lngu., tu S"t/'^ "•""">/>/; -,"..l- 1 
uiuiirif/i fnia : 

r.ii^iii tu j[iinL if.nliiuijuii. uiiuLO-iiii" i/inji.UiiiL iji">'<<" puiji?"!»/"""/'//. tu lij/iLij ijui/.L 
/. v„L.iim.iI. ■/'•j./iuu,.7,i/. : //u ^•juuJui^taig tu .ij.ni/ yuu'/'i' <f.{{nu/uu Ligu. : tu nuj.«.- 
/unL/Jt..iJp {.I./j...j.uL ....ufpßL .j,?.i,^I. .//j...(;.u/j.ul. : tu tf /» f/ui.J.uI'u.iju p.u^u.u,.j..,upt.i.I.J. 
■mnn.nSna U lunuhSliiuUnun uipgiinji : 

tu rjljL/. .....j/.!. "/'png" ^tupsiuplii^uil /. Irn^i. /. "Ituf,u[itf ».^ßmjtl. //.upnu.u/.nut /. 

piu.j<..ßl. /'/.piiuijnu/i. ..nufip t'iiupinftpnug'L tu tuj/.u^n..jn..ßL f{n./v"^5.tu, /»...uS."i//.".<, 



» H 

[1. :;'i',i l> 



[|J * Ell t-e juur, inaiiyie du saint eveque Nerses {Nirsa) et du pretre 
.loscpli, son disciple, et d'autres persoiincs encore qui mourureiit avec lui en 
Perse. 

Ils etaient du pays de la Perse, de foi chretienue, ayant vieilli daiiä 
uü graud ascetisme. Le baiiit eveque Nerses etait äge de quatre-vingts ans 
et le saiut pretre Josepli, son disciple, de quatre-vingt-cinq ans. 11s ensoi- 
gnaient le peuple et avaient converti au Christ beaucoup d'idolälres. 

C'est pourquoi on les denonga au roi, qui ordonna d'arreter les bien- 
heureux. Avec eux furent arretes beaucoup d'autres eveques et de pretres et 
de religieux, sujets d'admiration pour les anges, avec d'autres laiques et des 
feiiiines vierges ascetes; on les lia ä la maniere persane, jusqu'ä disloquer 
leurs OS, et on les l'rappa dune maniere fort cruelle. 

ün les soumit cnsuite ä plusieurs tortures dilTerentes, mais on les trouva 
l'ermes dans la foi du Christ. C'est alors que le roi ordonna de leur trancher la 
lete. Les saints accepterent avec joie la mort du martyre. C'etait ä l'epoque 
du regne de Maximien, l'empereur des Romains. 

Ajires ces saints, et par le nieme roi des Perses Sapor, furent soumis 
aux t.ir'ures. dans la villc de Hellislokh {Billisalotth), les saints martyrs et 



[585] 15 TRE, 23 NOVKMBRE. 83 

u/iLU /'(fiu^ui/f/iiiif, 'liutnuiuihnUf Ll luii niii^uiuiiff p nun linuui iiuinnLiip , nun nnu i^n dl. 
unLnph uniMutu iinhtuLnnh : 

^niiii i/iin ihnlinin pIiIjiil/JciiiL inndiiiü n« niinniiiiiop /iiii/iiiiiiiiiiili, Liuü n\ n uuiiuii.- 
hniiLttinh Lnlibtuu nLnnilnnt n'l'njiuinnu^ mininiun^Liui iiiiop Ll. phnioty nuiunanhu uiriiiif, 
5 Gl. dnnunpLunLuuini inttinnliti '//f/><>Pr ttiiii^Lnnu It iitnhn uniliininLUu Ll uLnliii : (Hjiiifii 
^luuLifjf *>)iiji/i/i/j öiuub lihy iniuntutlnn Liiiiiii, Li. niuinhiui luninuipni pinituipnlt unnnijiinjili 
iiuinnLtl utnnnnii Ll. inuLuLpLinh piunnu\na bnbtui n ifnLfiuuu, piununaLnnh nhntnti ulib\Li. 
oufo/jLiifiiL ll LiiLuii^ ptunuiunhy bi. ufiliui^u Lnitnunibntuu n 'hnjiiitnnii :] 

Oflt "■" Ll hllihtllicnji h r : «Soli 1^" riuiijtntiji tituninlinitiilt 

10 l/iiLiii' tl tun Ulli Lim Uli f'iiiii/inii ^n piijiuuiiilibiui, It piuiiiiipr^li ll'nniiuuioiuii, /i oiiiiliii- 

uiiiliii iiii)iiiiiiii/i'ii(i iiiiipiiii/iii U 111 pull IUI lull null : ul iiiiiliiiinLUlliiM t;n nuiniuplih iiiiIiiWi/j, 
u/i /i iiKili/ili 'liLnliiiuli iii/iiiö luiiuiiiLiuoniif jiiiibinliti iiiln /i niuniupitinbiuii luriiuuali 

9 Coli] */,/j(U(IILHj/|l/| /iffUllltlLflfll K. 



eveques : Jean, Isaac, im autre [saac, Patapios', et beaucoup d'autres 
pretres avcc eux, parmi lesquels se trouvait egalement le saint ascete 
Jonas. 

Ces saints, apres de longs interrogatoires, iie s'etant pas laisse ulteiidrir 
par les douces paroles, ni apeurer par les nienaces, poiir renier le Christ, 
eurent leur corps deeliiqucte par des glaives et des ongles de i'er, et cou- 
vert de plaies cuisantes ; ils furent gardes en prison affames et nus. On les 
en fit sortir eiisuite et, leur ayant coupe une partie des raerabres, on les 
emniena liors de la ville, oi'i Ton rassembla une multitude de gens, qui lan- 
cerent tous des pierres sur les saints, les lapidant jusqu'ä ce qu'ils fussent 
couverts par un amoncellement de pierres, et c'est ainsi qu'ils moururent 
dans le Christ.] 

15 THK, 23 Novembre. 

Fete du niartyr Dasius. 

Le Saint martvr Dasius etait chretien de la ville de Üorostorum (RodostoJa) -, 
aux jours de l'enipereur impie Maximien. C'etait la coutume dans cette ville 
de sacrifier un des eitoyens ä leur dieu abominable Chronos, le jour de sa 

1. Soit 'AyäTrio«, soit rioiTrioi;. — 2. Un ms. du Si/n. Cp. a la Variante PoSootoXw. 



8'. LR SYNAXAIRR ARMENIEN. [586] 

r.L.ILJ JjL .?LÄ.I.Äu,/.i /,/,J..,./,,.n./ß .fl..L.,L{,U tj.LunLl. ,J...plJ...I.t/.l. ! //L ^«.L„L,... .,,/..jÄ 

.„„},/i/, '/,. ,1'/,.,-/." ....... t,jt».|_ ^...jpii ^.u^l. uiJfeLu,^!. ,jop.,./p..l.....jl., fei. o'J jo'i fJ.Ju.f.'J/'U 

A l„l. 103 /,,....,.,./,/.)., /.i /.ppfei .y-L-jn J.fe//. ' ./n^.. ZJu.^a.Jjt/'i' = 'V ''^ '"ir^ "'i^' """.«' 'f"^'^^ /' 

' ■' wii/iiiMiiip iJiiiSJ' /iili>J"i/''fe<"'5p i|im>5' '/fiiilinii^i "/'("'i^' = 

/,Y jnpJ.M.? fev.... //."p.jl< ,tp...),L|/.L 'l:,.„l,n„, ./,.,j.../fe.,.<.Ji ....L I.... pu,.j.?,.l/J/,lL|, 

,j,,pu./,.i.I...._.,J. ...lL."/... .?..,...„L.p..Lt/>i', fe^ afe..,t/.I. /p»......pfeL 'f'c'TI '"^ 'H't^' ''"^"^"'i 

,n.,T,/.}, : //< ..lut i;I..."..« '/•.."./>"" . /.""L t /liiA JfeiLi.iTifeL i/.iiiiL iiiIrnLiiiU ■/■p/.i..n.i<i/i fei_ 



10 



n» i/iiiii/i /im IUI : 

//■_ ijiii^.i fncfeiiiL ifopiu/piiLiiigT. fep/JfeiiiL ii/iii'ni?fei//.l. /.l.iiifiiiLnp/iT. : ''V jnpJ.uiJ inuipii.i. 
.jluii iiiiLiii^^/. |.iniiiii.,i/i.iTifeijiiiL ij.i.lin.Jiii ■/•p/1.1 lim i./i V"'^""T'^"''f"'^/'"""'^P ' /»V Spi.iiJu.^fei.i.^ 
Si.iiiiMi}il.L '(ff"L/" i"'J"" • fe' iiiii.piiil' if5"" «i'Li"^ /pLiiijJi Ll iiip^/ilr /i .UiLU Jinpui <;nLp 
tL /,l,i,p..L//, ij/. /.L IM ^.iiiiXpii/ i"'iJ«feL AfeiuHigli' .x^feiiijt "in-"'J?/| '/n.nJ,iuj ^l^l.ipnd^l : 15 

1 .Vi.,i....i .,i.i}it/.}.] .{..miiiLipiiLfeL B ]1 2 lJljfe..m/.Lp] >j.jt....i.il p B II 3 r.«Li.ilju.p..,lloß] 
)„>■ .i,.p..,mi7i,.i;, M ; 5 '/IL.,},»»/,] ljn_l,J,»uu.j B || 7 '/,L»}.»»/,] '/.L»i,.»j B i| 11-12 Lv .{..ij» 

.».&.». . . . l.J,». .Un^luV/l] fet I,<...»l/(.»},jj1l l....ipU.i. ^Sui lUILl..^ /,?.o.j.»L.ip/ili 1». 



Tele. Kl d'aliord l'liomine qu'oii iivait destlne ä etre sacrifie, etalt pare des 
velements iniperiaux et oii le promcnait sur des clievaux aux harnais d'or, 
cntoure de nombreux soldals, au son des chants et des instruments, ä 
travers les places publiques et les nies de la ville. On le nourrissait pendant 
trente jours de mets delicats et coüteux. Le jour abominahle de la fete de 
Clironos, ious les soldats frappaient eel liomme de leur ep'eo, mettaient en 
' A r..i. Uli lambeaux son corps et le mangeaient comme un ' sacrifice agree (par leur 
dieu). Et riioiiiiiie se livrait avec joic ä cette mort cruelle par amour de 
Cbronos. 

Lorsijue l'ul arrive le tour du bieuheureux Dasius, uu graud uorabre de 
soldats s'assemblerent aupres de lui pour lui aunoncer la bonnc nouvelle, 
rencourageaiit ä acconiplir lordre et les usages de la lete de Chronos. Dasius 
Iciir (lil : « Je prelerc mourir pour le uom du Christ plutot que pour l'idole. » 

Ce qu'ayant entendu, les soldats allörent en rendre compte ä l'empereur, 
et lorsqu'ils le lirent comparaitre, Dasius confessa hardiment le nom du 
Clirist. (L'empereur) ordonna de lui trancher la tele; on Femmena devant 
Lidole, on lui mil dans les mains du feu et de Tencens, pour que, ne voulant 
pas avoir se? niains brülecs, il jelät l'encens devani, Cbronos. 11 les garda 
cependan! dans la j.aumc de la nuiin jusqn'a lendroit on on lui trancha 



[587] 15 TRE, 23 NOYEiMBRE. 85 

tfL Inpn, /j».ft.i.L i""/'^ ''Z'^'^'"- t *"'"ll'^' '"^r 4"""/'^' 7f["'^^' ^"T"'- *" "'J^"'/t" MiLM.Ti- 

hp,uUibl l'i,l„ini,[,nu t,. /. ^«.»J...pM' r./,pa./j...T„j„,gLn3 ,.p t J...(.tLjML.n,., /- ///./,/.- 
5 ^,„ /,,j,jLn^L, n,»,/. ffc».L ß,./.".n"I.fe...i t^ »^«.(./(Lj.n ÄLo,j«,g, n,.n^ UiLnLi. * 'Jopl. f-...,.- » A füll 

/,V ,„j,J...J fe,jtc n^p feL .n..,..I. ...J...3, ./..u/..t...L «juin«, /. ÄT.o,{,..3l. fe^ .jT,u», i^p-'L- 

Inp li,„u.lpup,ul,nnjh nuu,,,,. . L„^T,«,t., t^ ,jmj..n...p/.L /..?..........n,/.j.u./f<..T. V"i'i^"'"r" = 

10 //L /.{.ptn.L ZClh""- ILH ""^''^""i^ '"'"j['^ '"^ j...I....uj....n...L,.(. v„j,., (.L ....!/«. .jLiug /. 

'/„.,.,.,,.I..,/.l.„L.,JOf/M., feL ,{!,„(. fepfeLfeu.L S'fef'^"'-"'*'^'' /llJ«""""""/'^"';"'^ ,|,.,,..J...Ujtu,.>L- 

|3fe....JpT. /.Ljrn./ ..nLj,f. i}ju,i/p (....?op J.l .■,p.?....n.../../.L ...(.u.p : /,V y,jt/ ij...//rj|. feij/iL /. 
,/.,.},-.L/,?b.m?p u/«. B — '(„.jfcrfji/.,./. /■'»•] /.L .S',it/. d-t! add. B II ;5 ,/.^.u,,,.../, t /7(..»f.fetL„,r,] 

,/u.,,ß fe.. a^tML^/. J. M..L(.p fec ..,,.,. }»bj.m,i.,.& sV' '^tr('"j'^ II ** -'''"r/"""^'] '>' '*"/■'■ '■'■^'"(""•1' 
ao!^/. B 1 6 <"/>/• ■"j/i}^' 3iii..lin/i.ul.nii/.] p.nifmLnp/. SilLiMn/iuiTmii/. ßPu..,./.fi B 1 1 7 /tl ifJum, 
O/M. B II 8 ß...i.qi. /. »..tmjn.fJfeT.t fc^fci bplll'^l'^h jr.....>nL&Mj 0«^ B i Kt /.V /.j.pfcmL . ■ . 

<;iiipii o/H. B II li5 'j"i/'f(/> ("[(.l] ifiii/fegi-iL B. 



103 

1" b. 



la tete, et c'est ainsi qii'il rendit soii äme ä Dien, eii bonne confession, 
le 23 noveml)re. 

Ell ce jour, commcmoration du bienheureux Gregoire, eveque de la ville 

d'Agrigente. 

Le bienheureux Gregoire etait de la ville d'Agrigente {Akrakand), qui se 
trouve en Occident, daus l'ile de Sicile; il etait fils de parents chretiens et 
honnetes, le nnm * du nere etait Chariton; il vivait aux jours de Tempereur » Afoi. 103 
Justinien, le pieux. 

Lorsqu'il eut atteint läge de dix-huit ans, il quitta secretement ses parents 
et se rendit ä Jerusalem, car il craignait Dieu des son enfance et avait appns 
toutes les ecritures de i'Ancien et du Nouveau Testament, en meme temps que 
la Science de la philosophie profane. 

II parcourut toutes les contrees, visita les peres du desert, se rendit 
ensuite ä Constantinople et confondit par sa doctrine philosopliique et par 



86 LE SYNAXAIRE ARMENIEN. [588] 

iliuinijliiiil iii'dii /ii/i/m//iiiiiiiiiiiiiii)i /.l i/iiiiiliiiliim/iiiiiil lli/iil /i |rtillljli;i iiji/;^(l l/L ^i li^lil- 
ififi/filffinj^lj : 

//V niiin.\/.iiil ijiiiijiiLiiiL ii>)iiii/i /.i ifiii/ziiii /i liiKL ii)iiuii /i ^11 IUI /iL ^i.i^iii/jii iijipn(^li 

(/lllMllll/l II III II III II /< III II, /.L II» IILlV//l> lllllllllltlllll l/lllllll /iLn : (»L /llllllllll^pob UJlU<jOß ti_ 

iiili'^iiiinijuiin iiipJiiii /((/.iiiiJii, /.L iiiliiiiiiiiiiiii iiiiio/J/iLp iiOifc^"""'/'"'/'"" '/'"C^" {"-Ji l^iii- 
iniunt^n : 

hl. fentL iiJiii iiiLiiLnuL iiLii iiiiliiiii/i/i rftii iiiL/il LiiiliuLnuiinihli lAntniliiulirjiiinLiin 

piuiiiiip/ili, Ll piiiniiipiiiiiLnnli (/<n/iiiLii im) Jiiilitiiii yii/iiiiiLiiitnLptiiiiJj^!, ii|i IjiiijiTIi pliinptijpli 

iiiiiTli piiiyiiiiiiii nnni_i? iiiIinLii tii //iiiii/ilinii, Ll J/ilii iii(/ liiinifli n '/p/iiiMiliijnL uiiip/piiLiiiijli . 

A ful. lii:i ' /iiit iiii^tLuiiii iil/iihi tiii/iii/iiiii/niiiiiiiiiili/ili fcL hnliiiulip piiiiiiiip/ili itiiit^nli lal^ . Anp 

(•iiiiiiii-iiio iiiiiinJil^ lim /('n/' ufea iiiiLiiiV^linnii Li_ ')Iii//il : 

I»V iiiiiiiiLii/iiiii iiiiL yiiiiiiitiiu/i iiii?L)i/<p/ili TiiiiLtii/iii /i «.nLiiil, CL üuiuinLttiulil^hU Hin- 
Yiintuiitiliin'b *^iLiiJiiii^ i?/i liniiHh ii(/iiii>/i/iiiii fet ii/ilii /iiiiiiTIi ii '/ii/iii/i/i(iiiii(i : l/V <^iii(iiiii- 
iii/illin ^ll-niJiiil ^iiiiiiliiii/fiiiii /iiiiiiii ii/iiiiii/ if /iiiiLilii/ll iil lil/liii /l filiitiiilif; ii]iiiin(if /i 4\Liiliiii- 

IIIIIM /iJ/lLlI . 'iL linpill n\ LlllllLlttllll Ii/i|1III11III?IIlH/ilI| : l/L ll II II III lilllll/lIIIllLllll >)IIIIIl)lllltiIIIII 

^iiiiiLi nhnuiii iiiitiiiiiipiii hnhttuin liinntu ul luiit^ njinjuujuuh Ll iipiii^iiiuiiiiiiu Ll iiliiii- 

1 /i (Tlinlii/Liiii . . . Illiuillliniuiini^fij /l nriuaiULliltl^/i Ll /i liiiiiiiin/tiuftni^li r> |j 3 nuinaniui O//^. 

H tllnt.iui /l /miL (l/yf*. |> S niuntunjiti O/H, 1> j j lllilll AJ li|'"l I> j II I"l(linir;J liiillllllLll lll^ 

B II 14 Ll ljiy|i}. . . . rtLlLliiiiljfiiiLp|iL5i O/«. B II 16 tupmltlf,n^ oin. li. 



Ics saiiitcs Rcritures la nouvollo heresio et la deracina. II fut grandemcnt 
loue par Ics eveques rasscmbles et fut glorifie par rempereur et le patriarclie. 

De lä il repartit secrelemeiit, s'embarqua et se reiidil ä Roms, oü il 
di'iiieura au couveut de saiat Sabbas, ne se devoilant ä personne. II y vecut 
d'unc maniere augeliquc, dans des jeünes austeres, des veillees sans repos 
el des priores incessantes. 

A cette epoque, Teveque de la ville d'Agrigente etant venu ä mourir, les 
liabilanls de la ville se partagereut en dcux partis adverses : Tun d'eux elut uii 
prrlre dont le noni etait Sabinus, l'autre parti elut le diacre Grescenl 
'A f(ji.i(i:! (Kriskillton), ' tandis que lous les meinbres de la curie episcopale et les prin- 
cipaux notables de la ville disaient : « Celui que Dieu nous aura revele, seia 
notre guide et nolrc pasteur. » 

Tous Ics partis parlirent ensendjle et s'embarquerent pour Rome, presen- 
tant au patriarclie de Rome, Fun des partis Sabinus, et lautre parti Crescent 
{Kriskiiiloii). Le patriarclie de Rome leur ordonna de s'accorder pacifiquement 
et de choisir Tun des deux pour le sacrc. Ils ne voulurent pas (faire) la paix. 
Le patriarche, ennuye, ordonna de les faire sortir de sa presence, et dit aux 
notables, aux prctres et aux archidiacres : « Qui est le plus meritant des 



Kl 



10 



[589] i'' TRK, 23 NOVEMRRF.. 87 

jiniiuilinlitiiutlinuii . Ili[ jii^h ^bpl^lujnLllij'il ii/jir/iiiL^l : Ii'l Jingiu lllufeTl . /K lj|iiii/ii7p, il^J iJtiL 
/iLpii/iIi /i/Liiii/.iii illiuniii Am, Li_ ijtiji (^iii^iniit ptiji" fjliiii ittitlriiifj(i/.iii i?fcij /.iij^iii/jmijmi : 
//i_ /i i//7''7'M' [i'it^i'ihh intiiiiilit Si"(P'""/'""^' /' 'ntiijtiiiii ij'7fein£ini; tt ij /oijiiii 
iiiiifLiiiptu/iiiii ■/'ji|imn/ni|i, fci_ iiiiitii . //'^i /«Im in^iiiiJ|iji i/uniL feiij/ni/jnujnii/iTi l'/jfiiii/^niii- 
niunLnu iiiliJ/iiLinIi . (j/iiriiiiii^p nji fei- feji/^npfeiulflf ^nji ^Tiin^ifeij/ili iiiTmiji</iuJip feL : 
/'•»Uli t /' g""l'"g['" i"'i"'^7''/ '"^r "'"'"/'' J"J'' '^/''//''^'['"^ (;(.niiini_Änj iijiiij iiiinJi t 
'/■n/iiirin/inu, feL t <u(>i^fe{t<"L /' '/"'J'" "fP"]!^' "'"p'"i/'i fe^ ^npJniä ^nLiiiL ijijiiijnLiiin Jii- 
nnilnnbiti'L'b fep^feiuL ij/i i?|i ijuiijfeTi ijLiii, i|iiii^utiiii. ijiiiijin ^i i^iiiLiiiijIi * fei- tfi"";; (;«"(/_ «nfe'j/- = ' 
Stui fen«feui Ulli- ßfe'L '*■- «^fen-liiiiijcfe"' fei- iniiLp |i Tiiiiiiii, ij/i |i ?ii" V"5"{"LgfeiiiL t S"f/'^ 
UHLnp : t'L iiiiLu^Ii Lrfiii ^fepuiLfej^li '/■ji^iijnji^iiiii, feL iiiupii uili^iu^in feijfeTi iiiiLuißfeiiYßL : 

6"l- lIlUnWlILnfelUI lll'^/lL JfeÄlllL 4"'(P"'"/fe"'/'^ lJIII£I<JnLJ>lJlIllJp, feL JlLlJ IllII-lllLOinll /^ii- 

tfeiuij nuiLUialini^n'L fei-ji fei- ihm fep/jiiL bu^liul^nu^nundiu ijnji uiiLiii^feiUL t(> /' '""•n"'"- 
n/iLni-iiioi/iu Hin- /SiiHjiiiLiijili i^iuuL Irnp ^fejiAnmiÄnjL, feL ijiiij7t\iiiTi iiiliijjit^ ^ i^iLrii) : 
l'iLiupfeiiin nfiiiiiiii fe i^iiilrii "pp"J^ //ujpiuj^, feL jnjijiiii? ijliijjg|ili ij /-ji^ijnji^inu n^ ijui^ili : 

1 /igt] t R ß J"'("'^7''(] /' /''"•(."""/' '^^''- ß II "J fe"- .("/"^""^ /iiLiuL . . . ^Siiii; jiujL. ">fe7/' 

O/«. H ; 'J rtfeiLl.mijfitii'i] (,iij|i../jiiii(iii. rtc/f^. B II 11 ijiujiyiLjirfi.i.ijä] .jiiij7V'L/'fe"'L B — fei. (i)ii( 

uin-iuLouiii OWi. B II 14 feL yijiJiuS ^fiuig/iii . . . /jl fm^iii /7(.f?feiiij_] feL t/jfeiuj_ n^ i^m/iTi ^ 

hpliHL lULliLpap iiulLUll? i/iui/ui7Lgfeluj_ tj' /' l/m'"' "('P",(^' J'JHiilJi^'ii'/' : '»L uililj ^liiilijfeliij_ B. 



-Xfiil. ln:3 



deux? » 11s Uli repondirent : « Nous ne Ic savons pas; demande-le toi-meme 
ä Dieu, et celui qu'll aura revele, tu nous le sacreras eveque. » 

Le patriarche vit cette nuit meme, en un reve, les apötres du Christ Pierre 
et Paul, qui lui dirent : « Ne t'attriste point au sujet du siege de l'eveque 
d'Agrigente; sache queles deux qu'on a elus en sont indignes; mais ily a dans 
cette ville uu honime etranger, craignant beaucoup Dieu, dont le nom est 
Gregoire et qui s'est cloitre au couvent de saint Sabbas; ayant appris l'arrivee 
de ces hommes, il a pris peur qu'ils ne le trouvassent, il s'est enfui secrete- 
ment du couvent * et s'est rendu ä un autre endroit. Fais-le venir aupres »Afoi. loa 
de toi, sacre-le et donne-le-leur (comine eveque), car le Saint-Esprit repose 
en lui. » Les apötres lui montrerent le bienheureux Gregoire, puis dis- 
parurent. 

Le patriarche, s'etant reveille plein de crainte et de frayeur, fit venir, le 
matin, son archipretre et deux autres eveques qu'il avait precedemment 
envoyes ä Constantinople aupres de Tempereur ä cause de la nouvelle heresie, 
et qui en etaient revenus ä Ronie. II les envoya au couvent de saint Sabbas, 
et lorsqu'ils y furent arrives, ils n'y trouverent plus Gregoire. Ils deman- 
derent au prieur du couvent : « Oü est-il? » II teur repondit : « II y a deux 



LE SYNAXAIRE ARMENIEN. [590] 




r a. 



„^ imirfiiiil i;il.ii/iii Liii/iii/iiiiiii |_ ^ i II i i 11 .111 

.iiji/ifciiiL Viiiipiii/il.i//'l', ij/i i.itiiLiii|_ t/iL i^ii^iiiin|iL Liijuii /i /JioijiiiLnj.tl /.!- /j <iji».m^^iuji 
ntL ti- lun/ JnnntlLuii biiijitil^nn^ninuij'L ji 'iniiiniiili/j^iIrnLiijo^Tii : (»njLii^t" '*'- ""• ''/''//'(• 
A fnl. lo'i „.,„„,„I,^„ Jinnii, /,L nmtp. /''"nffiiLp^ii-l; iiijiuijitß ÄuiiLiin^ii ixfefi, «j/i iii|;(i * SLij^tuunfi liS 
/,» /.L iiiJi<iinc/iii}i : //l uiiiipiiiJi ijJiiii iiiiL ^nnfiiuiijtinl/, f.L tuil^biuj^ [i ÄiilIi/^ii ^ii_p t/i///'(i 
/.iiiiiin liiJui : //l jiijk/iiiiJ feuitii ^fiiii AiiiIitiiiL ^i /^/.jiiijiiijiiiiliiiiijti iijni^t» y'Lg/iIi J"?'" 
ii(7Lpj! iiiiiiiißf.iii^pfi /i i;ifciijfeii/M», Ll iiiiit. /v<i|i|i '-'//'/'t "/"jt'ii/^ /iiJ V-ji/njnp^it . npii^tii 1h 
iiiiiiin" iiiiiiiii;/;» /iL intuiiin : //l V"'V"'-r''"',7 'i^"' ''"^ ^""""i3 "^f'/"-^ ^iIi^Liii/j, Ll iijiiiin- 
iJtuin Tirfcii n/.nti.iii_i% iippni^ iiKtiiiß/.jinijIi fei- 1111/^. /.'i/uipfeiiiij «Jß^'L l«<"n"LiiiÄ fei_ »Jjiiii- 
SuiiLuin rt/i/tJnnriiifel feiii/iii/iniiiiiii VJ^^iiiil^tu'Li^uitjLntj iii^r7iifLn^Ii : l/V Tdi; iiiii^ . /K tii 
iiineriiili/i feL 11* feil liiupnn iiiinil iiiiiin/iÄiiili/i : 

//l iiiiit Vinniiiiilfeinii . //Vi yii/iiiin.iii/i/111 njiijfeiii/^, ij/i piiiijiiLi^p i^iiiiili iiiTi^pnLpfeiiili 15 
linniiiili : l\iil; '/•ii/iniin/inii . rjiiiii'i /i)iA uiiilitiiu uiluljiii, jitiplii-U /^iiijiuiij^iij viiLiuIifeijni_- 

3, nfeiiiuiifei/ifi 0/«. 13 — /i i?i;« piuJi^iiipiigfi] ^i i?t* htuiLiig Ll piuTi^iu^ngTi B || 4-8 fei- ^/'/''/u 
iiin/ifeiui ...kl. iiil/iuiijiuii O/«. B II y iiiJiii] yiijjTiuujfci(i^ifi B II 10 luiit] ^iiijjiiuujfeuili rtOf/. B. 



jours qu'il est sorti du couveiit, et a ce qua je crois il s'est cache au couvent 
de Saint Erasme. » Ils s'y rendirent et trouverent le bienheureux Gregoire 
dans le jardin, cache au milieudes legumes. 

Leseveques, lorsqu'ils l'aper^urent, le reconnurent, se prosternerent devant 
Uli, le prirent dans leurs bras et lui donnerent le baiser; car ils avaient vu 
les honneurs qu'il avait rec^-us de rempereur et du patriarche et des autres 
eveques reunis ä Constantinople. Lui aussi pareillement se prosterna devant 
A foi.io'i eux et Icur dit : Pardonuez ä volre serviteur, car je suis un * pecheur 
et un liomme indigne. » Ils le conduisirent chez le patriarche; il tomba 
ä gcnoux et se prosterna devant lui. Le patriarche, ä sa vue, le reconnut 
d'apres les traits quc les saints apöties lui avaient reveles dans son reve, et 
Uli dit : « Sois le bienveiui, inon lils Gregoire; nous t'avons vu tel que nous 
avons entendu parier de toi. » 11 lui donna le baiser, le lit asseoir pres de lui, 
lui nai-ra l'apparilion des saints apotres et Ini dit : « Dieu t'a choisi et m'a 
ordonne de le sacrer eveque sur le siege de la ville d'Agrigente. » II lui repon- 
dil : (^ .Je nc suis pas digne, ni capable de cct honneur. » 

l>e patriarche lui dit : « .\e t'oppose pas, mon fils, car beaucoup se sont 
perduspour ne pas avoir ecoute. » Gregoire repondit : « Donne-moi quelques 
jours pour que je puisse persuadcr mon esprit. » Ce disant, il avait l'intention 



b. 



[.VJl 15 TRI-:, 23 XOVEMBRE. 89 

niuLbi iiil/iuiii jii) : ''uiiu iiiuiiinfciiii LiuUunwL i/iiu/iuLi /? (/uiiiili/iiii : t/L ahuituakuil 
ijijillililll/fcin/i/i Hin iiinfciiiii iiiiii'^iiiiliiiilil/ ftL ^111 uifL Uiliii iiin/lL Iil nn/iilin : 

//l iiiiL/iLii linLjiiiiLt;ji ljn\Liua iiiui^biiiiiiu piii*Juiuiuiu I.l namjntjnLniiu LAinailiuih- 
/iiiiDLnij »iiiruiin/iii, Ll ttnit; nhnutu , (niLu'^ltn luuahhptriiili P"n h" juiu\liL (il lULttntii- 
5 niuLiiiL, Ll tn/J/inni_p ' uuinSnuknani^ßhuiüii iLliLnbnli "nfJ'H iiifLiiipfeiiiiu '/tinnnu/i, t«. * y fd in't 
nnn nnLijiiiu^ ilfen («iiinnLuia iiiii^ii uiii/ii i\tii 'jm/ZiL Iil iiirLiiiOlinnii : 

(f"i_ ininliiul nliuinjiU iLljLnLnjih '^nutüutiauia »Jiiiiniiiiiituili l'nbnnnn Ll fci iiiiilu/iniiu 
Ijtuniiitin utitLtitniiiniuhh : f/i_ innaiiiu littttmiinuiiin hhi^LttiL lunniiAin iiuihiniiili h liinntiiuk^h^ 
Ll. Lpjilliiuj liiimiuL. /i i/feniiii iii/iin^/i /•ii/iiiiiii/i : t/i_ ("I" iiiun'^nLnLittuU ('"'J iipiu/;\£<i/i 
10 inautijU : 

UL. h uliLti lihLnitnil^h liniDutn tiiuntiLU tiUiltulinuinunL.hu Ll nannntjnLnnu puifiiiip/iu, 
CL AuiiJuuitnLuin 11 /■n/iiiiin/mii Luiltulinuinu UiniuLiuhnuinLua niunuinjui : //l I"(« 
ii/inLn/i/i nliiii iiii)Lliiiiili nui<^iuuiiii pli (jl oniinilnLnnpu LLLiuipu 1 (•/iniii/iaiuniiinLnn 
guiijuigl^'b : 
15 (7l_ ll/l/l i/iljllfu iifLfiLfi firi V*ni-2/Lfi/lii fi'^inriififfii/tfii/i /»l littiLLnlut n ultlinipuif Ll. 

ahuinph n piiiniupu jiLnLuiua : (»L huuinLunh a hnhann iihMikl LujnuljnujnunLlabuiu : 

4 /iL lUlll^ n/inifllf . hLku9pp lUllL'ilLniiluIl nllli Ittl 01)1. I> |] 5 tll/fJ/lonLp] n'iliunjth B ] 6-7 
iiL fl"/» nnLntuhl^ . . . ibliknntinh OfH, H || 8" 1 wL innjiiti) lituintunniun . . . upiuustiip müujiih 
OffI, n 119 i^/iLii /i/iLfiiu/ii^^;] iWiciinLU /i/iLiiiii/i/;/i L> — iic/iiiiifi/iiLfiiiii niuniifn/fTi O/^?. li ^[ 12 

piuniim/i/ij LIlunnttLnih J>, 



1° h. 



de se refugier en Espagne. Mais le patriarchc, qui s'en apergut, envoya des 
gardiens pour rester jour et nuit aupres de lui. 

Le jour du dimanche, le patriarclie fit veuir tous les pretres et les hommes 
de la ville d'Agrigente et leur dit : « Venez tous avec moi, avec la croix et 
Fevangile; nous nous rendrons * eu psalmodiant ä Feglise du saint apotre » a loi. loi 
Pierre et celui que Dieu uous designera, je vous le donnerai pour pasteur et 
chef. » 

Lorsqu'ils furent rendus ä l'eglise, le patriarclie ordonna ä Gregoire de 
monter ä Fambou et de lire Tevangile. Lorsqu'il le fit, une colombe blanche 
s'elanga de l'autel et viut se poser sur la tete de Gregoire. Tous furent epou- 
vantes par cette apparition merveilleuse. 

Le dimanche suivant, le patriarche fit venir beaucoup d'eveques et les 
habitants de la ville, et sacra Gregoire eveque de la ville d'Agrigente. Tous 
les pretres et les gens venus de la ville d'Agrigente l'aimerent beaucoup. 

Dix jours apres, ils presenterent leur hummage au patriarche et s'embar- 
querent pour la Sicile, se rendant ä leur ville. Ils introniserent Gregoire sur le 
siege episcopal. 



00 LR SYNAX.\IRE ARMKNIEN. [592] 

lim iii)ia/iTiTi, iiiii/iiiiL minii Tiiiiiiii /<>'/"■/ t"- "i"t • l>n»pbiu i^iiiiili ^ü iiiiLjip O^fi, ßiuJiij/i 
m((/ nun uinLf.iill ^ •"i"\J' /"?> '"- '•<? /> inninilnLpiiu'ii l^illiiTi ijniLlli/^^l ^JlJn^ ijiljl j(lll}i/^iiip- 
Äiii/i/i /iniinm/i /iL n^ ij^iuiiMii^ f.^t /' Äni|iiL ^iil.ij|ij/.iyiiiL, /./('t ij""{i"5'ß ijfejiiuTi ijliiji, ti_ 
* A tbl. lO'i (•iiinnLiiio iiv iiiiiinl/tiiuii miA : •'' 

/Jl iyniii}i{.i/i)i 'l'nlinnnluui AiiiIiLiiil iiyuinlr /ilji, ti- V"('3"'^t/' /<"? /^tliijiiiL^i t ijiii^pli 
/iLfi : Cut '/'•iii/i/ii/i/il' . '/tli/jiiili^i t tL t i^nL/»""gt"'L /' p""J"Li? i/jiniuijli ti- ^ ['"["^ '■ 
lltil; 9'n/ianji/inii . 'I'tti'bti iiiiJp /infeTi ^nnj^^^fein^ /iiiptiiiL npij^iTi Afeji : l.ut "rurr-nnlr. 
l'iii tntpimiiiMiiIi iiiiJ t, iiL iniif/iiii? LnnlsiuL t^n hlH fet iniiiiili unUtitj : I/l u/jiiiiii_ t'ppij^n- 
njinii ii/i//i/(Liinfei nfiiii, fet iiiiiinLiifeiiii iiiL/iiiil ^iiinii S"/"^ /'"/"i/t "L iiijpm/ni^ iiiut . /''"n- 10 
iiiilW/ilL iiiniii /iJiA V'Mf i?''iI"iJi»<"/;"'" nnijLni pn . piiilin^ frii fciJ /'ji^iijnji^nu n^ij^li ^n : 
'»L iiunnLntiiil tiii/ufeiiiiiL ijniiiiiuiilinntuL.b tL /i li/iiiin/ili jiiinhh iipiiiiinLiJ Jiuüu : «/l ihl 
niirtL uiiii /i piiiniiipli dl iiiilfclitpLiiili iniuiLiiiLiin^/iii n(«iiinnLiiio : 

UL «IIP u/i iino/iiiiLnn iinnnin tnia luhlittiL intnii linniii . dl iXDril/ Dn n ilbniiii hnntu 
Ll tiiijoPLiiiii Hin («iiiniiLiiiÄ, Ll iiiiLftiiiilui(Ai iipiiLiiiiiL, dl dijdl iIiiiiii|/iIi/> i/iiiii/idl/i iiiiiiir^^ii 15 
inniiif/i, DL un)LhLpttt^h ntunuttilituihh nnp uiuulih dl ifiLiiili : 

1~1- /'i(/f yiini7i '/'ii/iniiii/r ... niiiiiririLi^ diuilu :] ijL /iiinijL oiiiii/riuli nijiii o/ionpli Iritfrti/ 
iriffj juinph n uliuiului atituntiLii f/iiiilif n/i anbntnttiutuu lUiVp i^/i" liipttt; ^niriq; iniulunLnbuii l^n : c> 
[[ 15-16 ijL luiioMnuitj . . . innujih hu inLiu/iJ aa^tiniutt utitu H. 



Le pere de Gregoire, Cliariton, ne sachant pas que c'etait son fils, alla le 

tniuvcr cn particulior, toraba ä ses pieds et liii dil : « Prie pour moi, saiiit sei- 

gncur, car iiioii äme est en graiide peine; je suis trisle au sujct de mon fils que 

j'ai perdu sul)itement, ue sachant pas s'il s'est perdu en mer ou si les beti'S 

' -v f"i- III'' sauvages Tont devore, Dieu * ne me l'a pas encore revele. » 

Le bienlieureux Gregoiro reconnut son pere et lui demanda si sa mere etait 
encore en vie. Cliarilonlui repondit : « Elle est encore en vie, mais eile a perdu 
la vur nar les iioinbreux fliat;'rins et les larmes. » Greuoire lui demanda : 
« Depuis condjien d'annees votre fils s'est-il perdu? » Cliariton repondit : 
« II y a dejä treizc ans qu'il s'est perdu, il avait dix-liuit ans. » Alors 
Gregoire se mit ä le consoler, et se levant il tomba aux pieds de son pere en 
pleuraiit et lui dit avec soupirs : « Pardonne, pere, k ton fds pecheur, car 
c'esi moi tdii lils Gregoire. » II se leva, sejetaä son cou, et ils pleurerent 
ensemble pendant de longues heures. Cette nouvelle se repandit dans laville 
et tous glorifierent Dieu. 

Un religieux, atteint d'unc forte lepre, vint se jeter ;\ ses pieds. Gregoire 
lui imposa les mains, pria Dieu, et le religieux fut gueri aussitöt; son corps 
devint aussi tendre que celui d'un enfant et lous ceux qui le virent et Tenten- 
dirent en fureut ömerveilles. 



[5ö3] 15 TRK, 23 NOVEMBRK. 91 

IjL 111(1 linolmiLiin juriLj fei- <Jiuifii uiLfeiuL iiiinii Iinniii fei_ /iiiiifeiiii mfeijni.t" /""'^ fcyiili . 

Lnifiii/t" fe"- (fep'/n'-if/ili iii/iiiiTiVliiL, iiL iiiii^i/iuJiiiiTi /uoiifeniiiL fei- inLiiiL, feL iiiiit ilfertuiL 

<uiiiTi/iL. WfeÄ feil nniiÄp nii iS'tii nn /i Aferi_lr iiijiijuijinjii iinunji^j/^ * /jiiiiniiiji^Ii : l/vnjig * A lol. 104 

tiiiiiTifei/iIi . 'ßnilili iiiifp /infeli iin viili/j^ii^feiluiL ßfe'J_ "'J'J : '»'l Tun luii^ . /K (/'jfe'' '""fe- 

5 IifeL/iii Wt /ii<)"fen"H '/""? ["L'"^ ''['ptß = ^i- '5/>T'*feL /i iJi"^ ÄiiiiLiii^tj' fecxiiife^Ln^L /'Ji/i- 

f t/' = 

ti. iiiiiiiii aLiiiij uifi- i?iiiiiiii /iLii fei- /un{/uiji<ini-pfetuiJp ^['^tP ''"/""J '"'- <,"'""p"'-f '•"'3 
ijninii linniii, fei- luiit . iJ^^iujiij ijiiiu iJ"'J(' /"? = «'L Tiiii uiiit . fnupjinp, njiijfciii/j, npni^<Jfeinfei- 

i/ifeii/i qßfe'I = 
II //l iiiitni-n inoTi/i "P/i"! /iiiinfiJi' ufenfelr iiin Iiiii iiiiiiiriLi? i^/iLiiildju fei- iii^uiniuJt'"" "•- 

ii/TLiliVli/iii, fei- Lnniii AfeluTi nTifeiiii/ iiiii JfeTifellfelllll pt/j/jfeulij uiljo^J^lLß fei- ijljfel-lili ^llljlll- 

Äfeiiiii : //l iioilrJ'^fein/;^ luLnLiuIifen/iIi nLiii fen/innnii iipiulii^feiiiiijiijirt /'ji^Tijnp^iiii : 

fri- tvfeiLiiimiiifeiiiii iiinJmliiuLnn pui^ui'biuiii fei- uiiinfeiuLiiiiinLliii fei- iiLunucjiuhl^p hntjiu 

Ll iiiiiiinnL/intn ii/i iiiiiiipiiiujii fei^ nnnnii fet ijiinp^iii fei- ijoiniiijiii fei- ij<,"^i-iiiTiijii fei- ijmp^fe- 
5 ifeiiiiii /i iittilinji ii> iiilunfeii iiiiLL/infeli : //l iii;i</iiii? biitiiil^n h iI^O piiiijniß^li iniiilit/''' [•"f 

1 /iiim fc<JiuJ/] ^uiiKiii/iTipfeiiiij B !| 2 ifeji/(iiii^iTi] (fefi/fnLii B || 2-5 fei- mut iJfeSim- . . . (nLtuj 
feiiptp O/W. B — fciiiiiJifelLiilS] uiipniTi B 7-9 f?L luufui ■jTiiiiif ... infeii^ iß'^'I "'"■ " I' ^^ '"'- 

nnfeLiiii yiiiiiiÄfeiiiij O/M. B II 13-1.5 fri- <}/?ii-}miijjifeiiijj ... iiiii-c/mi?tujTi pj^l^hiug Om. B. 



Uli aulrc religieux, soiird et inuet, viiit sc ji'ler ä ses pieds. Gresj'oire lui 
saisit la langue et lit le signe de la croix ; ii saisit egalement les deux 
oreilles, et le religieux aussitöt park et entendit, et dit ä haute voix : a Sei- 
giieur, tes Oeuvres, qui s'accomplissent par cet homme juste, ' soiil eminentes. » * ^°^' "* 
Le bienheureux demanda : « Corabieii d'annees y a-t-il que tu as cette inPir- 
mite? )i II lui repondit : « Je ne nie souviens pas d'avoir jamais parle ou 
rutendu. » Des lors, il servit Gregoire jusqu'ä sa mort. 

- (Gregoire) se rendit ensuite ehez sa mere et se prostcrna iiurabloment 
devant eile, lui baisa les pieds et lui dit : « Comnient vas-tu, ma mere? » 
Elle lui dit : « Tres bien, mon fds, maintenant que je t'ai vu. » 

Le jour de la fete de la sainte Croix, on lui presenta beaucoup de malades, 
(rinfirmes et de possedes du demon; il leur imposa ses mains ä tous, les 
guerit par la priere et chassa les dcmons. Des lors on l'appcla Gregoire 
le second thaumaturge. 

II ordonna des pretres et diacres dignes, les instruisit et leur ordonna 
de ne pas delaisser les orplielins, les veuves, les etrangers, les malades 
et les detenus dans la prison. Lorsqu'il sortait dans la ville, on apportait 



92 LE SYNAXAIRE ARMENIEN. [594] i 

„,,u...O hnpu, <;/.Lii,Iiij.. feL ,„/.,.n.i..^t...u, Lu In, .Un.!. ,jL/.f.../ nijOii.flnLguiLtf : ^L 
nUlujifilnii giu^iu'iiunjt'b ijiiiiiijiuiJiJi|n^Ä ffnLi/infiJi iuilJuiSiu^I pf/j'/fe"'// = 
A |„1. 105 ''■■- .niF..t...L ......"«.}.«<._(/' .f..;.."f.^t^i.,r. .j„p .....}.tj. ..nLj.pl., (."pnj^ /. ./fep...^ * Lnp... 

'" " .,,.„.nfep...,j.? .j{. pi./;/..,.,t 'jf'"' ('../''..'Lul., fcL ^...J.f/'.".., /. I..../....1I.A .jife(.//ni^u .up..J,' ,jnp« 

^,.,.,p..ß..,;,/.p}, j'</.//"L" p...</.i.}./....L' ["Hl'^'St'' t '^tn_lr....jj...L/.>/.L}, feu;/.u^n.ijn..,.Lpfe.uI., 5 

if//..,p/.L.,., Ll ,j'/p/.../,Li,.jn},. ti- ...JJß <;...iJ.../unp<;ß pJ./( l.n../.J. ...pß feptunJ., ^npu 

ij.iip^nL^/il. /. /unp4nLp.j.. /..pL...i„, : //l L/iLpt,,|.T. S^""/"' ^...pn^^'."'*' '/«""^ ...p.pupn^L, 
ß.«I.^ ^..,2....Li..j/.Ji ijt.jt,,/p.,.n/,../.L '//>i' ■?/' ../...Li./''/, <"- /> «jh'TF' '''t'''i1^'^ Lp...l.tj/.J, 

i.JiOtp, fe.,.nJ. .J.1.I..X .pLJ......p..J./.I. /.L ...p/j/.J. .j/j|.I.I< .p...pn |. i,LI.L.../jI. . liL T,np.., tp|t?fe.i,L 

jJntnüuiL /.'.'/ «I.i.*)t\'»P" : ^ 

//l i^npJmS .pj|.2/.pi..(/.I. f/....7/. sk/..j/.Ii, //„.p/,T..... p...V'.J<«'.jf> '<L '/p|.u/jLi.ip.J. .....p- 

LiiiLiunii luiili'ii mJ..i /.IinL.iiJiii iiiM Ll i)i.i..iI. ...(p, L^.I. pTi.j i.../in|iaiiiT.uli ti- pii.^iit.j^iL 

ipinLn.li utI.t/./iJ/ : //l J.n^ili ii.iJtJ.tgt.ul. /pi.p..T. (jlj|iJiI< /.l ....piKpH/jt/"^ iJfeÄuiL piiip- 

imiiLnil. hliiin^n »/nnni^.iLp.jp, i.i/.i.J^p .jt.ij|.i./p.iip.u|... <5''pnj( ipipjÄnL|[)t..ili ^nprt , ijnp 
/piipAtii.p ...iipp /.L .j.pJii.J..iii iip' in«/.? LiiLdiniiii- "//"[^ ''L iiil<...prf...ü : I/l ii<<) ilbo 15 
...)./pi.L /. .//.p.l.l rlnniiijnnLiilllll /iL LllLll il.ljli.LnLll» il..)t/)trpCi...l. . 

i$-() /;. .i.tiifciiii .luiiiiuiliiuf/i . . . luiip fepfcmiL}.] /.'l |i .jp.j.LiiLp/ilit i.u...iu.fciuj|i piupt/tjuiT. 
/i Ti...|uiut.\ /.ii/p.L mm; //iiipMi.ii. /,i '/.L/iii/i/.fin.iii (tl ii.jj_ <Ji>..f.ii/uii4|j jiTi.j }i..u|iTi ujpß tpfeunLli ]J || 
13 /pujui}.] .j|/ip.uli/.j/.li JjL rt(M. B. 



dcvant lui des malades et des infirmes; il leur imposait les malus el los 
guörissalt. 11 guerit egalement la fille paralytique du pretre Sabinus. 
A roi. 10.-. Le demon, lemoin des miracles qu'operait le saiiit, souleva contra * lui une 
guerre pour le faire destituer du siege; il excita la Jalousie des deux hommes, 
quo los habitants, divises en deux camps, avaient demandes pour etre sacres 
L'veques, Sabinus et Cresccnl {Kriskentoii), et avec enx de trente autres par- 
tisans qu'ils avaient attires ä leur opinion. 11s inventerent des moyens de 
mechancete contre Thomme juste, et soudoyerent une prostituee fort belle, 
et, une nuit, pendant que le bienheureux dormait, ils donnerent une somme 
au portier et introduisirent la femme en cacbette dans la chambre ; celle-ci 
se lijollil sous le lil. 

Lorsqu'on sonna rollice de la nuit, le pretre Sabinus et le diacre Crescent 
(Kriskenton), accompagnes de dix autres personnes, monterent Tescalier et 
i'rappercnt ä la portc de la cbambre. Tons p6netrerent, saisirent la femme 
el criercnt ä l'orle voix : « O gens, venez voir Tacte abominable de notre 
eveque, que nous croyions saint et digne. 11 s'est niontre maintenant abomi- 
nable et indigne. » La frayeur saisit les gens, qui resterent en silence. 



[595] 15 TRK, 23 NOVEMBRE. 93 

//■_ //lUifeaiL ['^'"-Ut^ '[*"" t f""^/'/''" fc'^t'ffcg'-n^Ii fei- ' c/nijni^ni_jiijßli fuij/iL ijtjiuil.fe^i}i, ' Afol. 105 
„/, ji^J ../ifit/iii ■/«"ui' upiuIivfeffeuiijJ' inp lunihc = ^^^ Jnijn./feiju.I. ßuiS'ml/m^ßli feL 

/.j/umißl/ feL v"/>3'"^t/'i' <{'//'5<J' fc/^t- K"-" -Jt-L ^öj-J'"/'/""^' i-J-^fe'";; C^l iJ^^'L ''"//'"- 

/^nujnul. : 'h,n nfiujt" .iJ"i".ni_/i£ifey/.L LiJui ....jim/unjiS^I. uwiiiiij . /' if/'jfec/"' J'"}""^/''/ 
5 ^fcin /u«i.j....{.../j.i.li .u,jo/<?/..,i. JiWfe«.g {liij. />" : /'"/f "ii-.<"jfe(.tai' t^ I,.i./.<...u.,.j./j«.l....j1. 
fej„jLnL/.5i JfeA.uL pmpji....Ln./ fe/Jt . fA^ .un. LJ... tu.ß' .J/iT^feL U^femg ^.uL/jnijJ,/. 
Iiunni-S fei- ii/j|i1j iiiJiif n^ uifeuiuß, fei, unLin t tiuju'i/uouni-P^Jiij : 

'/.iifu.Ti «jTm.i MiLoptlißli fei- in..i{ifeiiiL tupuL^l /i piiiTiif fei- ijnuiuf. iijJiijfeg/iI. /i ^nZffe.L = 

//L /. if/'^fe/'/'i' i"'i^"^/''/ s>''j"""'( ^'t"""-^ t^ t ^'"W'> ^'- "'f^"'V""3 't"*""^' /' 'hr^^ 

10 fei- fep.ug .jp.i.li.jJ. : //i- fej./jfeu.T, »iiijni./iioiißi. /. Jni(ni/j.ijfel.tl. ij/i .5/i intuijfel. ijMßuiIiitf/iuI. 
ti- i,ujiii}.ijfeJ. ijlii.iiKi, 1/111.J1/.1.IJ...///. S"<i^'/'5' '[^"' /> p'"i"itJ' feL UI(./^/lll /i JiuiL, Jui/ili fei- 

2-~- bL J,ui,u[kgu,l . . . (it/f /.u '!/«. B !1 7 .j/(/.i. ...i-'f] ij'//>J"f 1"'fl H — ^u.(..,</.i..„„l/J/.l5,.j :] 
l-L b.(fcL l„n.n,[nLßl,Li Shh /. ^..,,^0,^./.}., 1//. uiijfcfcfeßfeu-i, .f/..l.t/.i" /-^t P^'.im.V/.^ ..,.p..ji. ....l f<.4.u.I..?nL 
J,/.i/a/7g/if. J..J.U -Jii'jS S'""/'" ^.'-/>/.L/<Jfe"'J', fcL /(.i..Jt/'5' uj.iij»iiij..iY.feL *"''"' pn.T.nLfJ/7iu.?p : Huyj 
fepiii5<t(/,S u.,.,feL iJui-fp-ZiA feL >u,(..M/....y /<?njL """/_ '{/> /'i-p^'/'f' "'t/' J'"J"' ^''"'»t .J..A.?fe.[nL/3/.rr. 
/iL,, : <ldd. \l 'J-Kt fe-L /. ^/^fefi/ii' ■•• fc/«"'a '/p'"J"fi' Oll/. ]} — fe-L fe,i/,t.ul, ^.„,.u,/.,..i,^i,] 
/!,ujg fe,i/,nLgU,L /■ J.ii("./(..,fcf.tJ. H !! tO-H 1,/- .?/.' mfci.gfer, ... i.-,./,/.li /. Ji.ul] ^ .?/{ .«i?pn/..i. 
pn^Liii pt.m% yiiTigt}. /. pl..r,i(tr,, S"'"''/'*' "-i""/' t«^ ^ij/il. /. i.iu,}, .V/inL.V /i ,,/iu,...Sn^ : fev /,mfegfe...L 
,j,S'|>pfej./.nll i...ij./,.UL..ilf I.,. t(. .,iiJicS.u/,.UL S"'",(/"""{fe"'/'*' AiLiiiVuij feL /(.ujj. /i H/i/,/i//""' f}"" 

l,,,l,l.l.,.ui. ,/li.^t.«f.ll, feL fe.llllLri U,I..,I..I<..L..,. ....LJ.feL '[''•('/"/■'/■ • J''- ""LfelKL lj/l/> Ullfj-Illl >,. uAiIlP" 

feuiJi Afe.L.iiij,..ii/ !...,...< feL .ii,L f^Li, .....Uli. u,,....r.g /. v...y.../...ij/.3 /.Ljifeuifij, iJnLi/ili ij).... /. 1....lJ. 

arfc?. B. 



Ils saisirent le bienheureux et le firent descendre au vestibule de l'eglise ; 
Ma populationle plcurait, car eile l'aimait beaucoup ä cause de ses miracles. *Afu 
Les pretres et les notables se reunirent et demanderent ä la femme : « Dis- 
nous la verite, l'eveque a-t-il couche avec toi ? » Elle repondit dans le sens 
quo les caloiuniatours lui avaient ordoiine : « II a couche avec moi cette iiuit 
apres les prieres de la paix'. » Mais Tarchipretre et l'archidiacre jurerent 
ä grands cris : « Nous etions aupres de lui lorsqu'il s'est couche dans son lit 
et nous n'avons pas vu cette femme; c'est une fausse accusation. » 

Les impies saisirent l'eveque, le conduisirent k la prison et l'y enfermerent, 
les pieds fortement lies ä un billot. Dans la meme nuit, l'ange du Seigneur 
descendit dans la prison, detacha ses pieds du bois et ouvrit (la porte) de la 
prison. Les calomniateurs, craignant que la population ne s'apergüt de ce 
miracle et ne les tuAt, le firent sortir aussitöt de la prison, l'embarquerent 

1. Nom de roffice de Complies dans le rite armenien. 



I'ul. inj 
r" b. 



94 LI': SYNAXAIUE ARMKNIEN. [596] 

/ilintuiLp, uiuiiiuii» ti_ dL/iI»Ii ul/UJi bi. mng ji uufiiujuouuigli, Li_ Liin-feg^li ^i i.,ivnS iun_ 
^lufpiu u/h Ulli : 

bi. nL/i iiiiLHiLOinlj lUuiiihiLp^tJi </iiij(ii^jiijtiulrIi t^iitig^ih ^i piiilrijl/ ^unjiu>iii/jfe|^ 
ii/ini_n_liL i/u V"^''/ 'f'nLpfiii '/'p^ujnp, iiL im ijin^il. : //l uiLijt/piiijuili i.|r7t %iii(iiii/ii<.iip}. 
* Alul. inj • inrnniiiii nlim /.l ii/i/iLL uiil ijiinjiiiiii^tinli ^l »/LlllJ : '/'^iJfclJ^lL puiji/^/lL^iJfeluiJp iiL 11/ jji /. ij^lL 5 
liilliii_i((( //iiii>/lJjlili/i /<L ii'lnjiulilillllliiill : 

Iil ^^^</lmJ uiiiiniulr iiliiii ^1 iiLiiiJ fei. fihl<}LpijLtii^ «JiiHpuiii^femTi ijtuipiu^ouiiig >,'jin- 
i/iiinuiiufeL, injj piiiji^iiigiiiL, fei- II* feuitu ij'/'ji/iijiiji^iiiii fei- n* h'^w^uj jitui ^ilii pliij LJui, 
Ulli ^'nuiJiiiifeiiiii fei- iim-JiiiiJuiili feii/iiiiH/i /iiiiiiiiiiLo» lup/f^ili ijliiii ^i puiliij, fei- ijiiiniili iij/iijfe- 
n/ili fe i/iiii(iii/i : (»L /i ^iiiiiiiiniiife th^rl'"^' '5/'J'^';fen^ uiuij^Snul;fi tpiiiLfe^i), pijiii iJfeÄ 10 
Aiiinfeiun /i liiiiiiii/iL, fei- fenfei-feiiiuL fenfeiii- myuLiiii iiiiip luiujÄiiiii- Ulfe iyLhiiJji |i /^fepupujiiiiLu 
iuiiiiii>feiiiii)i fei- iiiiifeL . //ijOiilIi ß^ij^ Äiiin-iii( 7'p^iui/inu^ fei- ii/ipfel/i iJfep /'J'/";";!/"'" : 
i'nliiiinnu luiLiiinfeiiin niJfcii n/i inufttinup IR^'I /' '/'""/'"'""fl'J f"/' iii''/'J""l i|iiiiiiiii- 
uiiunuifeiiiu qpfeil viiiiiiiiiufeiiili : i/l iJfcp nunuiju fei/p nLii <^uiiJi>fenni-/<//ii-Jiij 011 fei- («iiiiiiiLiiiA 
pfet iiiuani-S L^uiliii lun-tifeiiiii t /' U""1"'ßl'" l"H"'?/''/ : ''•- feiiilfemi '/?'/("'"(/'//" l"l"l l]t 

2 vii(iiiiiiufei/iii] ^n-niJiui add. I» "3 ^iiliiniu/j/ii dijuliuTiS . . . 'vp^tt^np om. B || 5 mn. 

yiiiiiuiiul;iii)i o/;i. U ij 5 lujjifeij^iJi] Sj'""/ rtf^rf. H ' S /iL 11^ feiifbii t^'hpjiijiiplinu oni. B il 

10-15 ShliMllin^ iiiiifiiVriifi^ri ... luljffiirlll fcntli :] uitLlin iiiii-iunfeiiilpli "Ihtnnnu hl "luiinii /inbLt- 
ffiiflj Li^iii JjL lilujiMtiinhnnh tifiui J>, 



siir Uli iiavirp, v prirent eux-memes passage, accompagnes do la femme et 
d'autres calomniateurs, et firent voile vers Rome, vers le patriarche. 

Au matin, une foule de gens, s'etant rendus ä la prison pour enfoiicer 

la porte et en delivrer saint Grcgoire, ue l'y trouverent poiiit. 11s apprirent 

'Afoi. ii>5 (jue les calomniateurs ' l'avaient emmene, lui et la femme, au patriarche de 

Rome. Ils se precipiterent, furieux, et brülerent les maisons de Sabinus et de 

Crescent. 

Ijöisque les calomniateurs curent conduit saint Gregoire ä Rome et que 
le patriarclie cut lu leur aticusation, il en eut une grande colere; il ne vit pas 
Gregoire, ne l'intei'rogea meme pas, et ordonna de le jeter immediatement 
en prison, charge de fers, et de lui attaclier les pieds ä un bloc de bois. A 
minuit, pendant que le bienheureux psalmodiait, une grande clarte se fit 
daus la prison et deux liommes terribles, au visage eclatant, apparureut 
sous la forme des ap6tres et lui dirent : « Salut ä loi, serviteur du Christ, 
(ji-egoire, notre bien-aime. Le Christ nous a envoyes pour te delier de tes 
liens, auxquels le patriarche t'a condamne injustement. Nous sommes heu- 
reux de ta resignation et Dien accomplira par ton entremise bien des mira- 
cles dans cctle ville. » 11s saisirent les chaines, les arracherent du cou et 



[597] 15 TRE, 23 NüVEJ^IBRE. 95 

/i uuiiniiiunut;U Ll. iiiui/iiiL, fri_ ^tuhhü qnmuli h i/iujiui^lr : //i_ iiiiiinLiiJjiiii hnliiinnji.iti 
oniAin Lnljliktna (ii_ luniniuuiiLop ^uiüani-phiiio anuiii hnniu, cl hnmatuuium uihiiuiut Lnliii : 

l'uli luiiliiiiiiiiitfinu iiLutii "/"//' miiii"'>i"/i, ''L /iiiiiiiLiiiii liii/i/ili jiiiHiui/iLp tiL iiiLiWiiiiii ♦ A fül. 105 
nlfuf /'"'f iiiiiii« iniiiliu /iLfini : i/l /i anniinhli ituibdjili ijLnutnnin nhtii nLiAi nnjatuijiL^pdt 
,) lOf" "•- uxiifiiiiL n iiiiiliii/i nub^rii uiiliu\)/i ununni /■ii/innn/i, /iL uLiiuii. UuiliuiLj Ll. ihni'- 
i/iniui : l?L uniiiiili nuiMi lunLIihu <)iuuuuinAtiiii luniusbtiiij uL>uutni.uio tjiuuli hnniu : ul 
nuini\tuL. ibnnLniuuuinijUf bt. uiut^ iiuuj . L^uni-iuiip obtunM ubnni OnunLun 'l^nntiinnitli, 
iii luiu iii/i(irt /i utnbnanLiuoniii tiumnLOni : IßU iiklctiuuiuiJj fei nfei_L, ti. luinli luLfeuiL 
/ittnti- aübii^LiUj . fei_ Liuibuii niu(tnili »\fe(Liuli^li iiiiniiiu fei_ iiiu^ . l«;i/i, nnnbuiti, iniiin 

lU l/llfifLli (»UUIIILOIII : 

O'l liiinilLUDiil/ >Juiiiili /iLii jiiunnl^n tinnnhb fei. m liiniuUl^n bu iinpiiiiii . '/.Uli /luA, 

nnnLniL, nuiAi iil» nLnbUli IvLniibnitt ijpbn bi. nhlil^n U rtni/ : l»i_ nhjaitinuiu U fiiutinu 

bantn unnuniih It Uiuil • fct- /"!»' »fco onfafcfiif /i inuhnnh : l/i_ bnlibuiu tltuiih uniinrb 

i'pl"l"ph "Ph 'hiutuiiLabiui t = liüni-in n ubnnii fei_ tnbuiulil^ aitu nlin lunAuiLu, fci_ 

15 nnnnlih /iLfi ubpA nnV^iunfeiiii . luhtibuij iiiuiii hnniu nnuiiiini/ fet luiit^n , llnnnübüi filiA 

3-5 I'u^ piu)iijiuuj/ililb . . . uppijfi 'hpjiannji'] Ul /i JhJ/iS n/iifeii/i t/iii uiii. tiu fet "n'j/i puitinuiuib- 
innii innttLiI t^n tuiti uthttfi iiii luliri/^li ttliuiuL B [j Ufiiiiii}i] Ifririai B j| 7 n)iiu] nn/jLli B || 
11-15 i»i- yupnutjbun^ ... iffejKJ iiijVJiunfciui ] "nii ^ijiiifci. binhu iiuiiinuiuituili' iiiitfemi iiiiiiii 
unniu B. 



des pieds, et lui delivrerent les pieds du bois. Gregoiie s^3 leva, flechit les 
genoux et leiir baisa les pieds, les larmes aux yeu.x; ils disparurent aussitöt. 

Le chef de la prison avait uii fils possede du demon, il Favait attache * a *Afol. 105 
doubles cliaines ä la colonne de sa maison. Gelte nuit-lä, le demon le sou- 
leva dans l'air avec les chaines, I'emmena ä la prison et le jeta devant 
Saint Gregoire; l'enfant se mit ä se rouler par tone et ä ecumer. Le saint 
leva les yeux au ciel, et pria Dieu pour lui. 11 se tourna ensuite vers le 
jeune hommc et lui dit : « Au nom de Notre-Seigneur Jesus-Christ, sors, 
demon impur, de celte creature de Dieu. » Le demon sortit aussitöt et l'en- 
fant tomba comme raort; (Gregoire) le saisit de la main droile, le releva et 
dit : « Leve-toi, mon fils ; rends gloire ä Dieu. » 

Or, le pere, s'etant leve, oliercha son fils et, ne le trouvant pas, se mit ä 
gemir : « Malheur a moi ! mon fils, le demou t'a etoufTe ä la fin et t\i jete 
ä la mer. » II courut vers la prison et trouva la porte ouverte; une 
grande clarte brillait dans la prison et il craignit quc saint Gregoire ne se 
füt echappe. II penetra ä l'interieur et le vit en liberte avec son fils gueri 
aupres de lui; il se jeta ä ses pieds en sanglotant rt dit : « Aie pitie de 



96 LE SYNAXAIRE ARM KNIEN. [598] 

.nn^pUSfL iuuU, Shp H, l/> «J'-'f'-f l'...u.n.Ä..j fe» .Jhl : t.. ^...jLJ oft Äuin.u,jtl- J"J"i 
/i uuilrui/i nniii^if ti- 1[l"P"'l '• 
A fol. Uir, /."i."-!- ///'i' ■?/■ ' '".«•/' .fV'"V""^ up..,I,^tjfe,..gL, L.- .un^tuiL .j//..L(.....,fe."L /;nL..«.{.i. /.Lp 

■^^ "• .n...,...ii- /. /"",i..jl. /,L fl./;t.; ^-.m..T, i,np... : IfL J,..p... .Un... fe.jt.i.L^ p...y.i.L »upT. t^ .,.,lJii.- 5 

uiiiikuJulÖcihIi /.LnnLi) : 

l-L jtu. .n...{.L..j J/...^ i/'2'""a VniJ<"i ^.11 (;(....../<....?' .{fe(....I.tY/'^ '/•j./..(n(./.nu. t.^ 'j;>'""3 

./ii.i.l. Lnpi.i I...L /<]i.»p..LnpI. Ll ..j....np/....(ipl. '/i..i...<..I./jI..iL<.f.j../., <j/. ..in^...ßfe..yM. .J«. 

i.iijiinnii /iL pjilifciiiitli iiiiuUiiniLnli »'{./'.}"/'/' = 

/,-L (npJii..? J..L...T. /J<u.j...L..pli /.L upuinp/.i.ippl. mpmSbtfiu'b j^nj^J, p.i.yj n^ <;.ui.iuu.<..ij|.I. 

iiiiLttui/i JiiiiJiiiIiii./.ii fe/Jnij iilriii p piiil.ijpu : 

//l lun^mpLiiiij pui.fuiLnpI< j^li^uiuiiuiij ijtiiipii/i)...pT. /r.up/j|iii.liiui . ffL M^iiiuip/ii.ipijl. 1 
fep/.u .upßtuj/.u^nujnuni.J..i, i^//./.fe.i...ij/.I. t^ .jr.L/jnLp/.i..jlr Ll ij'/npJ./J.iiijLngL tL ij|J.j/J...- 

4-8 Z..iL.m /j/ili iV/i ... ii(..l.i.iV.ii/.?l7iii}/ [iLpHuS :] //l .iijj_ j^tiu^iiLiV ii^ii/liu iijpiuji /. puJ<ij/.ii tL 
<^L^feij.UL Siinfj-ii/Ll. jiiliij jjuiijHipJ. .ii.ll/llii.i(li : R II 13-14 ij/. .j/iuit/'J' . ■ /l puiiiff/it ow. B. 



10 



moi, serviteur de Dien, et pardonne-moi d'avoir mis la maiii ;\ ton enchaine- 
ment. JV te Jis eii verite, mon seigneur, que tu es uii homme Je Dien. » 
Depuis ce jonr-la, il le servit jonr et nuit dans la prison. 
.\ro!. UI6 Une femme venve, * ayant appris la renommee des miracles, prit sa fiUe 
^' ■'■ avengle, la conduisit ä la prison et la jeta aux pieds de (Gregoire). Celui-ci 
lui ayant inipose les mains, eile recouvra la vue et se dressa aussitot; sa 
mere rcmmena, alla au milicu de la ville et racouta k tous les gens ra3uvre 
miracüleuse de Gregoire. 11 accomplit bieii d'autres prodiges encore qui 
sont ecrits dans son liistoire. 

Un au apres, Ic patriarclie de Rome se souvint du bienlieureux Gre- 
goire; il ecrivil h son snjet h Tempereur et au patriarclie de Gonstanti- 
nople d'envoyer des juges pour jugerles lautes de Gregoire. 

L'empereur et le patriarclie, -entendant cela, en furent tres attristes, mais 
n'y crurent point, car ils connaissaient les bonnes ceuvres de Gregoire, et 
ils blämörent beaucoup le patriarche de lloine ponr l'avolr abandonnc si 
longtemps en prison. 

L'empereur envoya d'eutre les princes le spalbaire Marcien, et le 
patriarclie, Irois archeveques, ceux d'Ephese, Ancyre et Gorintlie, avec son 



[599] 15 TRK, 23 NOYRMBRE. 97 

iiiiu^i /iLli fei- ui iti um lIi II li II lili Idiiiiii iiiniiLnnLJilhiiiilii iiL\niiiiiii/iuili nliliLi Ll feßt uit/'/Mui 

■ ' A 
r 1). 



nnuiuinuifeii/i}< ii'/'n/iann^inii" * "pp /piijiijiiiLnji|> liJi ^i ^iiipiii^uouiunli, jjiiin l^wlinTiiunL /iL- ' A fol. lOG 



/itunfeli »llriil/lll IUI II m liZ^lllh III IUI liL illinillinu iiin uinLuiilAi . fei_ niin iiinjuiiin'^iiiLuilin tili 
t^nuiSiudiiuii uuiiiiWiiiii/iIi, o/i niiiii o^jiliiuijli ^u^iiiin ipii/iop /i niiiliqli iiiiiiifeiii/TL fct. n *'ii/i- 
ä unn/ino iJfeoiiii- uiuiinnLiiij iniiiniiLli u '/iiiiiniiiliii/ilinLiiioi/iii uiil HiimiiiLiiiiu fei. uiil 
uiiuuinhiujiali : 

1/l iiiLii/i iiiii/ifciii; iiTjiiin/iL, Ll iuiiJiuS SbuXlinuih /i -«in-nil iiLh/feLiniiiiili luiiiiiiiiii/iiiiiii. 
«J/iLiiiT/iiiiiiiiiiL miimfliiifiJ» '/iiiii/i/iiiilrnu ti_ Äiulrnmniui. inio» uiiiiiAliu iiljui aiuiLiiHi» ^ilji 
ifiti'Ji»!!» /ii iiiiiiriuiii /i Bill lim nli, Ll innJiiiS i?ui/i7i nTiii iinLiLli iiiL^Ikiiiiiiul iiniiiJjii ilfeiLfeiui , 

1(1 /iL I"I" nlll'llll/lll lllllii/lfelll/lll/llllllIllIIlLlinil fel_ OIIIILIIII pll /iLlI : 

I/l iiiliiil iiAiiiiIi ni7iiiii7i i<>l|i/> ///iLL "/'"( lini^iiuiiiLuii iinLiiiiiiili piiiiiuiL i^'<iuq iiiiL 
ÄiuiLiiiipL Ll 11111^. /•iiiiiA^n uint/iii <\feii fei- uiiunuiin tuxliii iiiil iiiiiiiiiiiuiiunuifeiiil ouiiiiji 
Luiliulintiiiiuli fei- iianliLutit^ n^jiLiiiliiin, ul. iiii Ciiiiiin-unt • fei- lomi/iiifeiiiil uiiniu nnuitihnl^u 
/iLnni fei- i/i'H/ upiiiJufeifciiiiiTi iiiiii iiinuiii hiilianiilinu h piiilin/iii : (/l iiiili/iii um iIi uimpmli 
15 iiLiii /i MiiiTin/i iiiiL iinunnli : l/i_ iiifeiifeuii nliiii (hict iniiinl/miiifemi /i iiiiiiiiii/i/i CfeiionL/Jcu/^li 
nn fet n> liiiinl^n nulluni iiiifeiimTiTi /imil timtiiTi, feimii iiiiliiuTi iilJii/iIi fei- ilfert pii/iii!iiiiLiii£ 

4 aiuTiop] auiL/ii-p B I] 7- IG fei- innJuiii libiiixlitiiuU . . . luut; iiTiiiiiiu hnuiiibijui rn/inii- 
n/iliu] ti- ^nnilih /i ^ll.ni), /tl yiifiil/iui/lniiiTi /rfiitili/riLiifTi '/•ii/ioiiii/i : (*ilt ijliiuuu iliiilip» J>. 



archiviste; ils leiir commaudereut de i-cclierclier la verite en loute justice; 
si ' les caloiuiiiateurs avaieiit iiijustement accuse Gregoire, de privcr les • aiuI. lon 
eccieslastiques de leur rang et de les envoyer en exil ; quant aux laiques, 
Tempereur ordonna au spathaire de les sonmettre, selon la loi, ä de rüdes 
bastonnades et de les enfeniier en prison, et d'amcner Gregoire avec de 
grands iionneurs ä Constantinoplc aupres de l'empereur et du patriarclic. 

Ils se mirent en routo, et lorsqu'ils furent pres de I\ome, ä une distance 
de dix-huit lieues, le spathaire Marcien tomba malade; sou etat devenant 
tres grave, ses serviteurs le mirent sur une litiere et le transpor- 
terent ä la ville; arrive pres de la porte, il devint sans connaissance, 
comme un mort; les archeveques et ses gens pleurerent beaucoup. 

La veuve dont la fille aveugle avait recuuvre la vue, entendit les voix 
de leurs gemissements; eile s'approclia des serviteurs et leur dit : 
ft Ghargez votre seigneur et je vous conduirai aupres de l'eveque etranger, 
qui est emprisonne; il guerira vatre malade et lui rendra la vie. » Elle leur 
raconta le (fait de) sa fille et les autres miracles que Gregoire avait operes dans 
la prison. Ils le conduisirent aussitöt aupres du saint dans la prison. Le saint, 
le voyant dans une grande crise ä cause de la forte fievre qui ne lui per- 
mettait pas d'ouvrir la bouche ni les yeux, pleura umerement et a haute 

PATR. OR. — T. XVI. — F. 1. 7 



1" b. 



A ful. IOC 



A ful. Idü 
Vb. 



98 LE SYNAXAIllE ARMENIEN. [600] 

/, ./fep.«^ ij^in^L .«„...3 ,j„n./n,,.„/,...r, .«/jo/JuL S"^'"^'r3' '"" ^'".(^"'""^"■i^ LI-Ot.«g, .j[. tf 
ttiinoUbiiu : 

<;u,Jp,...f.tp, Ll .,„V"i'"'f'"/ ./."..M...n^.tj. ,jr.M.n..o..Ä : tv ,f..,,. Jn.Jiß /,...f."J. .fn-fs/'t- 
,.ll,uli.,u^nunJ.u, ,.,. ...^Lu^t" /' '5/—'? ''""5"'- 'r^f'''''"'3 I'^'T'^ /' '^""' *i^"'^1^ ''" T^""/' 

iiiiiiiliiiiiii; i^M : 

/.La ,j,uu.......,..i.W, S*"'jt'-nj. mLunU Sl,p<^ t^n-n,"),,,^ ^.u^p.üujfcu./..., fc/Jt »<f.^.«.(i."y>"-;j'"J't/' 

/iL t7(J/,- niui/iiiiiiiiiiniiit/i : 

"i.,u„.„.,/.,...J./. /..nnLl, T,.?... /.!_ .....tl. . * /./.g/. '.L .?t,L ,^........."/"i(.<n"Lp/.LL fiL., ßfc.L 

14 f,},.j Sn,[ /,., j.)..j a-rf"!/; O///. B il Kl '9.u.,,...../uu,i,/. t.....J. ... ns /,u,i?/rgmL, uiut] 
l-L i,..ßm /unu„....},».j/.r, ./...L/Jn,/ »mul ^...f-feL 'ff"" /' ^"5"}^-, t^^ '/(-t-' -ni^in.Li^ /. ^uipm/uGUUij 
Jiiiiiiii : 7>ii/( fiiii ii;ii/; . //> uJ(ijujtii 15. 



♦ A füi. lofi voix lui * criii trois Ibis, saus obteuir Je reponse. II posa la raain sur sa 

^ ''■ löte et rccita les prieres ordinaires des malades; le malade s'endormit aus- 

silöt, car il y avait vingt-ciiKi jours qu'il n'avait point dormi, depuis 

qn'il (itait tonii)e inalado. Los archcvequcs iiuplorerent Gregoire, et les ser- 

viteurs tombiTCiit a ses pieds, mais lui ne ccssa de prier. 

Lorsque Marcicu se t'uL rassasie de sommeil, il se reveilla, se leva 
de la coucliette, gueri, et, regardant le bienheureux Gregoire, il le reconnut; 
il se jeta alors ä ses pieds et les baisa, tout eii rendaut gloire ä Dieu. Les 
archcvequcs furent saisis de stupeur eii voyant commeiit Gregoire avait 
relevc cn une beure ic malade pros de la mort, mais de meme qu'ils s'ctaient 
rejouis, ils s'attristerenl de voir Gregoire dans les chaiacs, enferme dans 
uue prison si infecte et si obscure. 

Le bienheureux Gregoire leur dit : " « Pourquoi vous etes-vous donue 
taut de pcines en faisaut uu si long voyage par mcr et par terre pour un 
fondamne indigne et pechcur? i^e jugcment de notre maitre spirituel, le 
patriarche de Ronx', m'aurait sulli, soit qu'il m'eüt inuocente soit (ju'il 
m'eiit condamnc. » 

•Afol.lOG ,, 1 • . 1- . , 1- . . r>. • , • • .. 1 

v« ij. Ils hu rt'poudireut et dirent : « Feresaint, puissions-nous etrc condamnes 



[601] 15 TRE, 23 NOVEMBRE. 90 

luiLriLn iiiiiuiiimiiiiiiiiili/i iu*jDri/i, ^"'/li iinMiu : (/l ^iiiiiiiuilit^/i/i . 'I'iiifilf aiuüiuUuiIi r; ii(i 
uinqiiltun U njlinuili aiuinliii : IIl. liiu iiiu^ . (/m/iiii_ "iih> t" ti_ iiiiHiiii) *"/•" : "'- "iipi" 
iniJ SbnitinnLnli'L yiiiniiiuitiii/ilj, n/i iiiiliviiii/i öiiiiiiuliiiiliu lulitnhu iiiiiiiiii iiliiii : 1/l /jiiiij/;^^iIi 
<^uii>Li nliiu ji iitiiliiil^lt, fei_ Liii i»\ liitiSLquiL, uiii^ . hiiilii nlilibqqp iiiiiii/jliiiiili biiliiiii ij/ijiAii 
i/muTi /iiJ ti- l.iiiimLiuÄ iii^'^Juifi/iuiIr luiiinTifeiiii/;^, ii/i Iriiiiiii iJ/iiiiilr ^ i/ii^rf/iilifiniiL|J^ii-U : 

ti_ Tiniiiii (KI Oiii-Iitiiii iiJjiii iiLiiinjil) Ulli. ^uimtiiniLinh, ti. uiiiiiiiiltii/ili liiJiu ijuiilfeliiinl«, 
/fi_ niiniiiTi\/ii/iiiL iimi iiiiiiiiii, tt iliiiiiU Muniu\iun uinqbiiuliiuq auilinjib : i/l ^njiOHiiJ jnLijiL 
yuiniuiiiifuiij iiiiiiiiani-lrtiiiiiu Lnbiip /ilii n iiuinni_il luitoßnw : 

l/i_ /i Iiif/iZi u(Lni_n ymi/iTi il Aiiuiiliiuliiiuinunii niii iiiiinl;li , niiiyiiJiii/^p ifL /^poliiuLiipp 

/iL /ij)/iIIIiLi>, /.L IHM llUI/inLl? </(III(n/lILI7II p lllllllll /illl/lIl/lllIUllIl/Wl /ll_jl/illlj/iy , tl_ '/'tHJI^KlIlIU 

nlli'ji '■ l«<i/<li uiii'^/itui/iu/iiiiiiiiiinLUp/i ii^i'iiiiniiiHiLinu . ^iiuiiiiiiiLiii aiiiinijhi iiiilfcuiiii/i 
tiii/iu/iniiiiiiiiiiii ii/ip yiiuii/iiiifeniud uiiJu U pii/niiin/iu ti_ ufep P'"/ unoiu, tfL iun_ui0p pn 
llinli piiLiiLlilliLb : t/L <^niui?uiitiiin fei. c/nnni/feijiuii /i iJ/iijli? uilplii /i auii-/iMu fetfenfenLn^li *Aliil. lH/ 
unuiiili Wnn/iinnii/i : I/l innJiuS qm-äianLiiiiiU l^liU iiintLiJin/iii liiiiliuliniiinunUjp ^iiijipLji 

6-8 lUlL iJiumiuui/ruiT/ ... piiiiiiiLi? luSoP»^ Om. B Ij 10 "/iinji^iinii}!] V"J(' /"^(' f'/"/' p''/'t/'" 
oliliiL iiuniiijtioii iiJui jiLnkiuhn Ll nI7iii^|i!inli feL ij'/(i|iii/ji7riij^iii;i ({./(/. 15 i] 14 ''/oij/iiiimi|i] 
'lonnii/i J>. 



avec toi au jour du redoutable jugcmeut! » Puis ils hii doiuandereut : 
« Combien y a-t-il de temps que tu es enferme dans cette epouvantable 
prison? » 11 leur repoudil : « 11 y a deux ans et quatre mois. » Alors ils blä- 
merent liautement le patriarche de l'avoir abaudonne si longtemps. Ils vou- 
laieut uieme le faire sortir de la prison; mais il s'y refusa et dit : « Exa- 
minez d'abord tout ce qiii concerne mon cas, et Dieu revelcra la verite, 
car ä lui seul appartient la vengeance. » 

Ils le saluerent et se rendirent aupros du patriarcbe, lui parlereut de 
tout, du miracle que Gregoire avait opere et de sa cruelle detention dans 
la prison. A les entendre parier, les trails du patriarche deviiirent lividcs 
par la grande honte. 

Le nieme jour, arriverent de la ville d'Agrigente des pretres, des reli- 
gieux, des notables et beaucoup d'autres babitants venus au sujet de leur 
eveque; et Chariton se trouvait avec eux. Les archcveques dirent au 
patriarche : « Ordonne ä tous les eveques se trouvant dans cette ville de 
se reunir en meme temps que nous, et que le jugenient ait lieu en ta pre- 
sence. » Le patriarche donna des ordres et tous se reunirent, au jour fixe, 
dans le vestibule de * Teglise de saint Hippolyte (Politos). Lorsqu'ils furent ♦ a lul. 107 
rassembles, il se trouva cent cinquante-trois eveques üe I'occident, plus les 



100 l.B SYNAXAIRE ARMENIEN. [ß02] 

^/iiihlJ. ti_ Lpip U <,,pptii^/iii/^.iii^.i...iLT.ßTi Li- uu^u.puipl tf'iiip/^/i...Tii.ii, tL .«HL 11.I./J/11- 
Jn/jni/nLf.ijß /i ß.uij.iißtJ' : ''«*/'*' '"- if"Mf''J""ii' ^uif..i./uoiißIi nji^ t/iL S.'r/"^r '''- """"^. 
Kiiiijiiiiii liL ij/,^iiiiL/,^iJi '/■ji/iij.ip|in<. /i piiiTiijtL fci- iiiiJfeTifepfeiiiTi ["'y/'^' : 

r.iit S"'JlJ"""/tini • /^/'\ ^iiijii<i/uoi>nLfJ/i Ji "L^/'ß iffcii|/m//ii'i/n»ii;:.j '\tc"i = ^l Iin^m 
luiitli. '/ii.^iiij. 1J.JIU Ji7..j /jJi..^ jiii'/i/jiiijJi/i /ii-£iiii-i? : r.i.t V<H(iiiiii//«"J< • '/'"Lß /'^P^/'^ ' 
uitii/fp ijijiii, l.ph ';/'5'''' ui''itniUiuitj .\i..ji : fci. i<nßi.i i.iufeL . /rmaiß iii»u iji» fim/i iin./njiiii-- 
/.JtniL iJ/.j.;iLrf ./1..1L '"/^"ii» ti- /rp/j/.j.ii^u<ijaiI.fcL' '"- 'f"""i? 'f'P" C^"f ^^"Z^ ^■"^//..•[J'/i 
/iLniiLi? /i ßiii-Ii : tv /^/.lili liinuu,ni[mlbtjuit. Jt.j hiiliii^ /piiixiiiii ;ifi|ili /-l lUiJtTiiii^L Jiiijii- 
i/ji^iij/,iii}iii '"^"'5/''/ : ''L «/'""^ *iiijiiiMU/£i iJLijKiijTi iiijiiiiiyii/itijiiiL /^/ilfli, /iL iJ/ilMfei- 3"'i""(' 
i?iii/i /i i|/iLtI' : //l Sj>""5"'(''y/'^' /"- '/^'" "i^ii^ : "^ 

in' iiii/imiiit iit>2'ii"'/'/""^' : ^"■- ^"" 4i"|;tij'>"'/_ /' i"""" "'"'t • ''•••[jLiu'ii [i '//«/""i /"' '/'/'"iß 

^ii/p/,iiii^' /.L ijnp ijj/ ^/luit/' <5iu/iiJ">J't/'^' /;/•"» ^L (/i/i/uiii;itL "/'Jin^ /"5n^ iJminLt/iIr ij/ui : 

,\ lul. luT * /t„ii|i i'i,/ fciiMiunn, lIiiiniiLiiiÄ tufiiiiiinl; i^iiiuiuiiiiiiiiilr ^iiij /iii ifL pLiJ <\fe^ : I/l J^ili^ijfciL 

Iiiii ijii/^ii iiii/t(>, i//.ßiiiguii. /^/iLli /i /j|iLt '•'- '/'"/''/""^ i^ijtinli/i, /fl ii/^uuil '/'ß'/'[>"'L '"- ^^ 

2 miiiiil.] (/iiimlIi 1> II 4 "I !>/'(;] .mit/; 1» I 13 fet i/m/uiii;.tJ> "/'/>"J /"f"j rfM/iiiiit/'i' '[/;" O'"- B 

II 15 ilhiiuiijiiiL //|iii}/ /i 'j/'Lt] 2"'l"^L^""l_ '//''"'' /' 'll"-"'U^' ^' 



I" b 



arclievHiques, le spatliain' Marcien et un iiombre inlini Je gens de la ville. 
Oll fit veiiir tous les calomniateurs, au iioiubre de ceiit dix; on amena de la 
prison le bienheureux Gregoire, et tous se mirent ä A^erser des larmes. 

Le patriarche demauda : « Quelle aecusatiou avez-vous coutre votre 
eveque? » Ils lui repondirent : « Nous Tavoiis saisi en compagnie d'une 
fcmme dans soa lit. » Le patriarche dit : « Vous l'avez vu vous-memes, 
ou bieii c'est la l'emnie (jui vous l'a raconte ? » Ils repondirent : « Nous 
sommes enlres ehe/ lui selon nulre habitude pour le saluer et nous pros- 
terncr devant hii, et nous Favons trouve avec la femme qui dormait dans le 
lit. La femme memo nous l'a avoue en presence du juge et de toute cette 
foule. J>a fenimc fut, ä cause de cet enorme peche, possedee du demon et 
jusqn'aujourd'hui eile est agitee violemment par le demon. » ün ordonna 
de la faire vcnir dgalement. 

Les impics dirent : « Interrogez aussi l'eveque malfaiteur pour qu'il dise 

la verile, qu'il le veuille ou non. » (Gregoire), b^s regardant, dit : « Des trittoiiis 

impics ont suvfji cniilrr moi cl ine dcmandereDl ce qua je ne savais pus, ils ni'oiit 

A foi. 1117 /)•«/((' cn (''clianfjc de iiioii (inmiir'. Cependaut, 6 freres, Dieu jugera* entre 

vous et moi. » Pendant ([uil disait cela, la femme, soulevee par le demon, fut 

1. l*s. X.Wl, 1. 



Ill; 
V" a. 



[COS] 15 TRE, 23 NOVE]\[BRE. lOi 

01111-Uiibl Hirt- ntnil iiniuii// l'nnnnnh: Ul. linnui nttiiuli cl ni\oii.uh iLn/i/iliii <^iiii)i!iiiiu\Liui , 
fjL ituittinnli tniuniutniiihon iiintuibtttn n f «uifini_itfa . I/l tuttt^ ntilnili . 'l^iiin/i unnnn iffn_fif— 
pLinnU /iL i/iiiuu f/niini/tiiiii nii(<juiliiuiniiiifeiii/iiiii l.iiiniTLrtrii, \iiiii (i/il n'i /i iiin/irinnLiuAniii 
(«iiuinLOni, n/i iiiiliiiin V' limop iiiiiiiiiilLiiiii^ i/iiiiiu /lu iiä^iiuin/imii : i/l iiiilJiiii^iiiiIi ii/itiiiii 
5 naiM nLlihh ul bi n udntut^ bu tuuLiuu nniiih^u u/ifLUfui : t/L lituibtui nt\bii.itih[^h nttnnin 
nliiii : 

'/l ^iiinnlii nliiii. Hjiln tiiiiniM i; pn : Iil Irin iiiu^ . (/Lnii/iiii /ii7»/iil : («iittli ij/iiii 
tiii/iii/iuiiiiiiipii . /Iiii7iiii»li?ii iitiii/iii/iiiiiiiiii niiiiiiiip/ili iiii : (/l /im niul; . (»iii, MiiiiiiiLii 
iiiTiniiiil nnnnihiLJiInLli iiiii/i /i »vtiLiii/i^ iiiiiiiii iiiin/iiiii iiniiniiliLt;n iiiriLiiii iiiii />iiiinii/ii : 

1(1 (/l //npiii iiiiiLu . («um uliii nüniliiinjniili . iiuO/iimii I>'"I p'''/ /' "'■'/" : "L ii/iJili ii/iAiiil 

yiiniii\ilii(im (iL iKfiiniiii/nLop iiiiiiiiiiiii/ifiiiiii /i liinnnii iiniiii^ /iiiiil/^ iiL iiiu^ . '/iiliiiiiWi/i ]j 
O^/i ( «ffiririLijia, nii n\ nlitnbu tiiinuihiili annvuitln nhiti . iiiii Ininiluinu niii^iiiiiiui ul 
'Inntitiblinnti tiiiinliiuLiuah ni tu iib n jut n[iti /iiiipfiffLop, CiL ffifiriLli /il/A iiiif/f^x, /iL tntiinbtiii 
ninullh QU" /' 9/'?"/'/' umnui /l tibhbtuli lifl/riir, /il flllf/lfluiL nniiliiininbnnh ntunititin iiiiiinu * A IVil 

15 niiifii . '/"/' ^^iiiinnLunq: hnntti ot^n («iiinnLiuOf dl luhnnbuiii^ n hntjuiltl^ nubntt itiht\lui 
nuni, PUIUJ1/7 bnliriL. uiü bu Uc;u (niuuV)/iu /i nnLiiin : 

1() »liOfciifii /'•"/ /»»•'/ /' "t'l"] Uutnia jiili^ ndiio/i Uli Ufufinil/i n'ni p/?'/ /«L /'"'/ /iui/iii/iniiifiiiJi K 

II 14 ."(■///•}.] .I.J.I}fe(/.f. B II K; /iL /j/;u] /iL ,/i7,, l„.V/l., B. 



jetee contre terre ; eile se mit ä ecumer et ä rouler aux pieds de saiiit Gre- 
goire. Celui-ci, elevant les yeux et les maiiis au ciel, pria Dieu avec larmes 
et supplicatious, et dit ä la femme : « Par les saiiits apötres et par les 
pontifes de Dieu couvoques ici, mechant demon, sors de cette creature de 
Dieu, pour qu'en parfait esprit eile dise la verite ä inon sujet. » Aussitöt le 
demon agita avec violence la femme et la quitta; eile tomba comme morte. 
Gregoire la prit par la main et la releva. 

On lui demanda : « Quel est ton nom? » Elle repondit : ^( Je m'appelle 
Evodia. » Les eveques lui dirent : « Reconnais-tu l'evecfue de ta ville? » Elle 
repondit : « Oui; j'ai regu l)ien des fois la oharite de ses niains, lorsqu'ii 
distribuait des aumönes aux pauvres. » 

11s lui demanderent : « Dis-nous la verite : a-t-il couche avec toi pour 
commettre des peches? » La femme s'eeria du fond de son coeur avec de 
grands gemissements et des larmes, et dit : « Vive le Seigneur Dieu, je ne 
lui reconnais point de telles actions; mais le pretre Sabiaus et le diacre 
Grescent m'ont trompee par des dons, ils m'ont remis de l'argent et, m'ayanl 
emmenee, m'introduisirent ' secretement pendant la nuit daus la cliambre, »a i'ni. 107 
puis ont injustement calomnic cet liomme juste. Que le Seigneur Dieu leur ^°''' 
rcnde ce qu'ils on( fait et exige d'cux les pciucs de ma personne, ear voici 
deux ans et denii que je suis torturee par les dcmons. » 



102 LE SYNAXAIRE ARMKNIEN. [604J 

hu <;iiiitiiLiiiI ^Lii^|u./jniijniii.i.iiiiTi Linliii ij'/'j./iijn^i/.nu /fL ÄiiiTifeiiK- , /iL fiIi/<?uiyL..^ 

4...,L,..^lJu..?p i/L ,j|l(./p. .i.f./;fe...L 'f'""/-//^' ^L UUlt- //f;'./"5t<" /'i'^^ S...n..H^ Kl..M„LÄnj, /,L 

/JniL /'i^-A •iuup[iu^- .fi.,. u.p.ii;./i {.ii.; {./.■(_ /> "iJ""/'/','/ """"'"J^"",«/' ^^ ..,T,o;i/iT,ii;y7, : /K 
/Jn.^iij fjninii ^ii /.l fi^ l^iuiiifUhtjuit^tf ii'/ikti_ ijPiiiiiij|iii |. /J^'"-""""'/'"^'" ' 

r..,t <ji"" i-;.iiiii/.f/ii> . //>/ '//>J' 7"L <M /./Jt /ii? t /J<"["^/_ 'f<Jt<J", (!'".(;/ '?/""(;*' iJm/iiJiii- 5 
ii/.p/iL r.iiiniiLAin, np i;/iu7iiijL t i;"i'jl'"^'"",7 '5"'/"/'/"'i' •• ^""^ //"7IUL i^AtiLiiiLtli i<"/>n^<j 
iiliui : ('.4 iJfeÄ /iiii^iiiL 7ioi?/.IianT; (/nijni/uLjKjli Ll iiii<t/iJi . Ifp^libuij^ h '**'t/' t'.uimiLiiiA 
i5/.n nn iiiiiuilr/iiiiit '?'<'! "'^"0[' f'"/""//'"/' '"iP "'/"J'"["",'/''"'[_ = 

tntin'iiiniifli'ii ii- 7111 J/iL III jlr ^iiipiii^uou^T/ /pii^iiiTi, /.l <Jiiii/i/iTi /i '/'■/""/ J^in'Jiii i|a^iL 
n/i nluiinauiLiinii'U iiimi litii'bnliniijli iipiiiiiJ/.iiijMi, /.l ipiij^iiiii^i yii/^iiilii/li {ii<i/i oji^iliiiiijli 10 
/iiiiin/.iiiitli, miiiit" S^iiiAii^Luiij liiiyiii |r7ii;ijiiiL/ijiL /.l ii^iiiuipliiiijijij» : '/l ii/jiiiiiIi Miqiii- 
A Inl. li>7 '/'"';''/ * "7'"""""Lop • iriinuin, ui7(on/iJ/tnnip, jiiiliij/.iiij; 11717111JI Aiiiii iii^^ifj (.iiinnLrtn^ : 
/.-/lii iiinjiniip^uilpu'iijt'ii KLpunJi, /.l J/iiiji,ij/.iii^ ^1 '/■p^iijnpliiiir ^i^t/'i' ""l ^Jiiiiiii^iiii/^ . 
lliiiuuUiiii i?/.ii ÄiiifLiiii /StiiiiiiLÄiij /.L i?^i 4iiiin/iLiyiii7i/.p ^iiiji jiTiij ^"'/'/' : 'Vl iii^j n/jnpi)iii- 
ii/i/i iiiiiiiiiiiiniiiliop iliiiii/i't/"' : '5 

1 lil-n/iniili/iliii] li/.jiluTi/r^ifi '/-jiliijliji I> ; i*. Ill/lllliii}/iu(|i /.l "»?. B || 7 1?/.<N] /il /.jl/j|lLij| rtrff^. 
B |] 11 <JniuiViiil/.iiiij] iiiiiiinnLJipkiutj B ]| 1 !} iilPiiiil}i] /.l /|ii/jiiju/liiji^5i feji/iiiiiLS rttta. B. 



\' 11. 



I']lIo regarda los eveqiies, vit Gregoire el le reconiiut; eile accourut vers 
lui, et avec des sanglots eile entoiira de ses bras ses pieds et dit : « Aie 
pitie de moi, servitciir de Dieu; pardonne-moi le mal que je t'ai fait par 
la ruse du denioii et des impies. Je ne quitterai tes pieds et je ue nie 
rcleverai ([uc lorsque tu auras eu pitie de moi, malheureuse. » 

Ue bienheureux lui dit : « Ü femme ! ce n'est pas ä moi de pardonner les 
peclies, mais ä Dieu seul qui aimc les hommes et qui connait les secrets des 
lininmes. » II lui pril !a main d la relova. Une grande peur saisit loutes les 
personnes de rassistancc, qui dirent : « Beni soit ie Seigneur notre Dieu, 
qui nous a revcle aujourd'hui rinnocence d'un tel liommo. » 

lls ordonneroni ensuite d'arreter tous les calomniateurs et donnerent 
la scntcnce que les ccclcsiasliques seraient punis selon les canons, et que les 
laiqucs seraient juges d'aprrs la loi, ainsi que Tempereur et le patriarclie 
Aici. 1(17 l'avaient ordonne. j^es calomniateurs ' se mirenl a ciier avec larmes : <f Nous 
avons pecbe, nous avons cimunis une iniquitc, un mefait envers le juste 
serviteur de Dieu. » Los laicpies etaient quatre-vingts et, regardant Gre- 
goire, ils s'ecrierent ensemble : « Aie pitie de nous, serviteur de Dieu, et 
ne nous rends point le mal pour le mal. » Ils hii adresserent cncore d'au- 
Ires supplications apiloyantes. 



lim] 15 TRE, 23 NOYEMBRE. 103 

kl- infeutiui nbnuui unLnali '/•ii/i^iiji|iiiii ^iiijlru^^iu^i JitijnLp^iLliu, piiiij^ii/;^ji ijLjitiiii ^iLp, 
Ll linßiiliii iiiiiiniiiiiiiL«/» uiTi/iiiiTitii irnnii ymfiiiii/jfein^iJi ti_ iiij7<,"^itiij^iu/^nii^niiHigIi, Li_ 
iiiiini\l^n iiTiiiiiiii ti- iiiiitp . W/i 4"'"'"'-3"'^'tp '{"3"' i."T /"^t^ '/""'^' /"^ i?tijiiii-nji^iii, ij/i 
,S'/.iiiilIi I'.oinnLÄn( Sluiiili^ t i/j't''/"^"J/""-P/'L'' = 

r, ti- iiiiL/iiiinÄHi/i/i 2^isLuiij <,i"{'^t '■'- "'J''/""- /' '/''/""i 5^i"j"' ^«iiin-iiijiun^iTi 1S/71J, /.i 

SiiiÄ/ifeiiiii iiLnimi nii?ii^ iii(j^iuiJi|^Ti, /iL /^iiijiÄtijPi /.pt t'j'iLJ^ qfiniiiu tji/^^iji, /.l iiiijiiiijiii- 
//t/ili. Str niinnjfcii'i, npiuiini-J c/iuifu : (/l iiiiiiui i^fepii/niiiL ikJii^T/, fei- ii^iuinuiiLtijiiiL 
ifta^i fei- Isnlidiauili P2"LuiiLiuliui'Luin'ü fejifeti^Ti ij^iiii/^n;jifiiilj^i "feLg njiiijtii J/pm^upiii^Liij : 
/'iit lluinhiiinili fei- '/ji|iii/j^iliijriii^i' n^ Sjuiitli l^h" fe(ife"i"i;t |iLjifeiiiI/ij iifei-p feijfeli iinj fei- 
10 iifeniiiJiP iniiiii puiyiiJi, fei- iife^ß/iii 2pPnLi/|Ji SjilJii. ji /^jiiii|mii /piJ^iifeijiuL iiji im^feTifeL^iT» 

/uoiifei iit /iiiipt/'" = 

/»L /i i/ilifei iiiiiuiiiLiiiÄimiiiii/in Hiiiii/ini-HtiiiliJi' ^iii<^iiii|y)lr fep/^feij^l» * iiiiJfelriii^Ii rfiiijii- ♦ A lul. 1(18 
JnLpni iiiniuniufefeti/ili fei- iiiufeli . J'jJif Äiiilifeuiß ij/i i^iji/|t<iiij «Stji ijoÄfeiii|^ ^ilji , ilfeÄ t 
luirnnLiiiÄ Jfen fei- «iWiiii- t i|<>f'nLH/ii-0 Jiiipiii : 

2 uiTi/jiiil./;ji] lufi/jiiiL I? li 3 ijJ/iii.iii fei iiiiifcji 0»Z. B II 5-8 fri- jiiiT//jiiijiSiii/(|i . . . fe/flm/n^irnji »(] 
fe'L luii/liiiliSiu/l/i feViiii /i '/fef""l »iiilim/iioiimijfi iiiiiiniiLiiiÄiiiinuiiui j!iiiji/(ni.f)|iL/i, /iL ^»ii-ni^feijiiili 
iui?fefifeli/iiii}i iiiViin/ifi iilli^J'"!-/"'/;» fei" liimiLtpp ifiil'JilL iiifi/juiii ijTi/ipo^., fei hpliLkijuih fepfellf; 
Tmgiu uhLiiigbiui iijiu(tn Siil|i/ : B ; 9 /jt» hphiinigfi /ii jifcii.Tiij iifeij; feijfefi] iifei ii.ijiiifi /rji/Fii(. 
B II 10 lihnnliti O/n. B — luiTfefifet/ifi 0»2. B || 12 fe'L |i j/'5'feL imniinLiuSiiiiiimnii . . . iiin-iiiV'/i 
unuilifcuJlllu 0/^. H. 



Saint Gregoire, les voyant dans uu tel etat de peiuo, frappa son visage 
et vint sc jeter avec larmes aux pieds du patriarche et des arclieveques, 
les pria et dit : « Ne leur rendez point le mal pour le mal ä cause de moi 
pecheur, car la vengeance appartient au seul Seigneur Dieu. » 

Tout ä coup le vent soulTIa, uu brouillard obscur descendit sur cux, uu 
nuage sombre les enveloppa et ils crureut que la terre les avait engloutis. 
Ils crierent pendant de longues lieurcs : « Seigneur, aie pilie de nous. » 
Enfm, le nuage s'eleva, le brouillard se dispersa et les visages des mal- 
heureux apparurent noirs, comme celui des Ethiopiens, d'ua cöte seule- 
ment. Quant ä Sabinus et a Crescent, non seulement la moitie de leur 
visage etait devenue noire, mais encore leur bouche ctait restce bee, leurs 
levres inferieures s'etaient rabattues jusqu'au nienton et ils nc pouvaient 
plus parier. 

A cette colere effrayante de Dieu, toutes les personnes presentcs, * saisies ' Aroi. m 
de grande frayeur, crierent : « Nous reconnaissons maintenant qiif le Scii/neKr 
a saure son oinf. ' ; grand est notre Dieu et sa puissance est immense. » 

1. l's. XIX, 7. 



10'. I.E SYNAXAIRE ARMENIEN. ' [60b] 

liL /iiiW/,1111 iiiiL <,'iiiiiiiiiiiii/i yiiinu/iiifeuil/ ijL buihulinuinuniAifyli whli^uilit^jtii ^iiinii 
Kiiunili 'hnhiiniiliiitili /iL iiiii^/ili . Oniflihiu iiSLii V"»' ""«-[»p, «j/i ^iiiliil^ii jui^iiiJ^i/^ rjiiL 
J/iiiiiTi LnliLlinuin i?^ui/i '^tiiSnLniiLlilLui'b t l/iT^lriiit» Ll Tiiii iiili/^/iiii^ ^^U1ll hnijui luuj^. 
/''"iiiiiilH/ilTi fllinniJLnfep /iJiA JtiiiiiLnn/iii, piiiLii/i tu niTijTi tiJ /,l }iiii|iiiiiin^ili^ i?iiiji(j/jiii}i . 
i?iii)iiiiLiii)ifi '/"Li; iiKioH/iiii;^/) ijtiiiili /irf, /iL iiiinnLiiLiiij •JiuJiiiiL^i/in^iTi /.l (ji(ijii\/,iiii 5 
ififuiiijff : 

//l iiiÄ/iIi iiiriiiiO/i nniuhLiiijiili /.L iiiii/;^ ii)/iiiiiit yiimiiiiii/iiiiTi . iiiLiiinnLn iiiiJ/iliuipfliiL- 
uinn, ii;>)iii linLnnin hiUiiUniin "^"/i/i .\/<iiiili1 iiiiiiiiiiiliiiii/i, fiii iinnunpruiiii iicv/iii iiii/io- 
nl^lt anno/i : (.i</ii Oiiiiiliiii/filn i\/<ii //'"/'/ oimLiiiip ii(iitiu*J/iin^, 'inLp /iL niiii/ip Ann /fL 
"P'll'l' "P'/Lhii XLiinii, idiiin^ i?/iTi»/<L l<<"|(f^ "/'P liil'i" minil (i^iiiI/iiil iiiiii /"l"(>l (.miiiiLiiid 10 
i/ift/iiffi A/ifi I «/fffiif/yiij/iffffifii IUI /iifi/iii/ffiijirTiifffffiff/j/f/f : i/l iiiiWi/ffiff n /i ffi/iif/iiifiifiif fifi ArifL- 
A lol. Ins /fiii/ifi/7 ttiiiiil /f^fij/iiiiLff fiiii*)i(f/fiiff /iiiff^ iiiiffi/fiifLif/ii /fifff) fiiff mi^ /fiunaiiiLrin /fiini/biifi 
iifi/ffi/i /i ffffiinii fff/Liifp/iiiifi/f /iL /i ifffufiii ^fjffriijfiJiL'iiifiififi : f/L tuuiunph uiubhbpbuih , 

l/L u/u/ili niiiiLiiiili /'ii/iiiiiii/i(iii . <«iiiiiiiiiii/iiii ijiuuii /iiiiiiii IUI /iii« /iL uiuup np pnbh : (»l 15 
liiif iixflitXli Hintun nhnmti ituLntaLnt;ah nun Ll /i /iiii/iiiiiiiiiin/iiiiLiiiiili^ /jl PPff nnjntnlitih 

li> "/'/; nnnh . . . ihnntui Ann 01)1. 1> Iii iiliili^ Ifjui/iiiiLiiJ 11 llliiinf^ luiutp l>. 



Le patriarclic et les (JVLHjues viiirent tous ensemble se jeter anx pieds de 
Gregoire et dirent : « Bcuis-nous, pere saint, car an ces jours toi seul as paru 
le cultivateur de la patience. » Gregoire egalement se jeta a leurs pieds 
cl dlt : i( l*ardoaiiez-moi, ä moi pecheiir, car j'e .s///i' »/; r.T Pi roppmlirc des 
lioinmes'; priez pour moi-meiiie. » 11s se relevereat, se donnerent le liaiser 
et s'assireiit de iiouveau. 

()n iutroduisil ceux qirou avait louettes, et le patriarclie Icur dil : 
« Kcoutez, gens tres malheureux, voici que vous etcs devenus semblables ä 
volro j)ere le denioii, (pü vous a inciles ä cet acte iniqiie. Et mainlenant 
noiis vous ordonnoris de deveair, vuiis, vos ills et les fils de vos fds de 
gencratiou en genei'aLion, vous qui porlercz cette niarque que Dieu a 
■ imprimöe sur votrc visagc, les serviteurs de Teveche d'Agrigente. Tout 
eveque qui ordouuera prelre ou diacre ou de tout autre ordre quiconque 
\ M. i.isporte cette marque, sera * anathcmatise par les sainls apötres et les saiuts 
patriarclies. » Tous repondireut : « Ou'il soil anathiMualise. » 

On dit eusuile ä saitil Gregoire : « Ordoiuu" pour eux ce que ta volonte 
dcsire. » 11 les recoiiinianda a son archipretie i't ä sou arcliidiacre et 

1. l'.s. x.\i, 7. 



A l(il. 1118 
V a. 



ßO-] 15 TRE, 23 NOVEMBRE. 105 

fei_ iiiiii^ . Siiinuiin unniiiu U piiiiiiiipJi Slip n/i liuinnbli b mniAiu jiLnhiuUn SnU\bi. iirrp 
*^niuutulitUL.h L»iiinni.ani LLhunnLO : 

i l'uli liliü iijniilijtL tun n\ nuin^iuL U piiiiiiiipTi, «im hüriLin fi i|iiilru (iL l^poUtiiLnpL- 

niuL /fL piiiiili Ll bnliiiL iiiS /iiiiiiLiiii SLoiiil lUiiiiuWunjnnLpfcu/iJp <,iiiliijfciiiL : 

Ul. «j'/iHiifiiiitnAJi iiniinili 'hnjtannji SiiiinnLiiiuiibi oiiiiiinnLiiiCiunbh junp^nLpq iijiiiiniii- 
niutfjih, ti- infeii/iL imf/iTifepfeiiilr niiiinnulilliLL iiiiLpti ».nijLiijTi jn^ji^ ijfiitijiiiliiii^i fei_ ipilr- 
lAiiirfp Iiniiiii : //i_ iiin^Liiij /iiiiiÄiu/iiilTiii /i i/t/iihL /ilji t'"f'/ ^uhlJ/^ ££;»j uiiJtLiiijZi 
Lliininliii Ll t/iTiini7niitiiiTi}/, /iL i/i/iiitI/Ti iiiiiLliLuli'b in iii(fitijiiiL, jiliij nji iiiiLHiLfe^mi^tu 
niiinifiiffifiili /iL /iinfiLii f/iixirLU («iiinnLonf : 

(/L i/iin iiiii/iiiiL lULtiLtin '^ninJitinLiihli U <,iuninitiiliinl^U l'pnt^nppnu /jl /nij^iii/^ii- 
ii/fiiinL^ipIi Ll U' tu iAiU Hill II II II III lu /(/tu iilr, linnUlt ünQnihi uLiiiii/iTi /i 'IninnuHiiMinLu^o^u : 

UL. <Jiiiiii?iiii/iiiiii /JiiiniiiLnnL OnLiiiii/milrnu hiiiju auiuiUbj um. Liii iiiiiOi/iiiJiii/iiiiiiii- 
UMiali /jL iruinlijiaiinuh, bi. SuiLiui /ifi/i/iiiiiiiiiii/iTi, * /jl buinti ii/JiiLiiH <^iii^piiiiuLiii^i(i, Ll 
nlij3bnnuili . uiuimubnpli bi. hnnui iuuiibliui(ij bnbuii uniuli\/ri/?uJi /»l ("I" niiin^nLn/iiiiiiL : 

f/L Oiiiii?iui/iiun iiL miiiniiiii iiiinLnpTi hnbqnnlinu uifLiiiO/i : U uibuii lunliuip^uu- 
ßbuiSa bnlinuiiuabuin bnliau uiiaiuä . bi. IHuiauiLnnh iiiinnLij/iiiii ^iiiWniLn^li ij/iji/jii 

7-9 &L iiiil/iuii /iimSiii/iiiLfiu ... oiunSuiuiui 01)1. B II 12 önLuin^iuifinii OW. B |] 16 bpjigu 
iiiTiaiuiJ 0/72. B. 



ä d'autres notables et dit : « Emmenez-les ä iiotre ville et qu'ils restent 
chez eux jusqii'ä notrc arrivee par ordre de Dien. » 

Quant ä la femme prostituee, eile ne retourna plus ä la ville, mais se retira 
dans un couvent, se fit religieuse, vecut vingt-deux aus daus une grandc 
penitence et reposa ensuite. 

Ou ordonna ensuite ä saint Gregoire d'offrir le divin mystere du sacrifice 
et tous furent temoins de la puissance du Saint-Esprit tout autour de l'autel 
et sur sa personne. (Gregoire) prit des braises ardentes dans son mauteau, 
encensa toute l'eglise et l'assistance, et le manteau ne briila point; on l'ul 
grandement edifie de ce fait et l'on rendit gloire ä Dieu. 

Quelques jours apres, Gregoire, les eveques et le spathaire Marcien 
prirent conge du patriarche et, charges d'une lettre de sa part, se rendirent 
ä Constantinople. 

L'empereur Justinien (loustiatios) ordonna d'introduire d'abord en sa pre- 
sence les archeveques et Marcien. Ceux-ci, etant entres, * se prosternerent et ' aiuI. ms 
lui presenterent la lettre du patriarche, dont ils donnerent lecture; ensuite ils 
lui rendirent compte de tous les miracles operes. II en fut fortement frappe. 

II ordonna d'introduire ensuite saint Gregoire, qui, aussitöt entre, se pros- 
terna humblement par trois fois. L'empereur sc Icva de son tröne, rentoura 



100 I>K SYNAXAIRE ARMENIEN. [608] 

fiin/f/tiiif iipiinuj rplttinnrif ^ttiuiinLnhwn nnhniuhh ul. ntuiuli uu iiiif^ . I'iiinn 'ihhp ununp. 
I'njinnn, /<ri/iiinnn upiiili\bjuiniina , aniiihn t^ E"'l "'- "f"""/' t »i^iuuiiuü nn : hndsuil^u 
tiiiiunlui (iL iiitL uiiiiinnpiunniif DL. inpatitu ihliul. inif/ tpiun.iui-npbuitj nbptuuLilili Pppan- 
ppnii, J7L /ii'iiijl liu/i /' ^^pb^tnttilpiiti iiunfiL/if,ii iiuiii : 

Ul. utpiiiptiiui itiiiit uiLtiLpu ph\ '^ptuattiputun n UttittitiLnpt^u Li_ /i iiiiifi/ifi/iiifnuf^-Uf 5 
innLUttii uuttt ittliolftii bljunbni-nni nu/fCin^uu tfi- tLiponiliJbnt^uii bL. tjnbumu iiiiuinuiptunp 
CL piiinnLÜ iiiiilitMi ii/i pphbiitil^ n niiiniunhh liLpiiLU iiin blibiiLnh, bL. iltnlubunl^ nbinnu- 
Lnuininuptuhh lulin : 

liL Stnbiui h liiiii. nliuin luiuniunnLpbiuup p llpljpjltiu : (»V biph pbi} lun^iiil? unäbnfi- 
/i«in itiiibhiit^li nnnnilnLpiiu bL tniiipnili lihtu p pttiniiipU bL. uLptiijunLltfltLAj ubo bnbL im- 10 
i/f(/fiiif/i nitiLttiiLU [fL p ntiinitintl IjnnLnuj : I/l iplitinttOnLn ijfinOfiiuLflif uiiut^iiin lirLnnh 
A fol. 108 n/iliLiiiii c/iniicii/i iiiiIiiiLU iiiiLpp ' iiiiLuipcioiili 'Ibinpnup bL. 'Iitnntiji Li_ uiun ipnluLuici 
iibiiipulintiinuiupiulni ; , 

I'h/i Ii^iii/i}/ nn bijbi. ibpbuii fei. /i jnHnL/iw \uipiiipiouLuau iiuaa^u Iinntu n\ OLOtiniiiL, 
OL feli ij/iliitii. nnifuon, ti_ feil öiiin_uiip feiumi/iniiiiiiiiiiniii/i/ili : 15 

I/l feniiiliki/ili hppqnphnu ßi"pp öo(ini./JfeiuiJii feiniifeiiii ' i/in/ufeniiiL iiiiL 7"n/iuuinu 
luiiiinuin. feiifeiion : 

11-15 /'iiii ii'*iii/i7i . . . //Mi/iii/ifiiiiriifiii/Miilfiiii o/y/ . I>. 



de ses bras, lui baisa la i)Ouclic et las yeux et lui dit : « Sois le bien- 
venu, Saint Gregoire, second "thaumaturge ; iu es heureux et ta memoire 
est heurcuse. » 11s se rendirent egalement aiipres du patriarche qui, apres 
les avoir entendus, glorifia liautoment le bienheureux Gregoire et Tac- 
cueillit comme un ange. 

(Gregoire) resta encore quelques jours en celte ville, puis prit conge de 
l'empereur et du patriarche, qui lui remirent des vases d'or et d'argcnt pour 
l'eglise, des parements pour le sacrifice, et une forte somme d'argent pour 
([u'il conslruisit une aulre eglise dans sa ville et y transferät son eveche. 

(Gregoire) s'embarqua d arriva en paix en Sicile. Toute la population 

sc porta au-devanl de lui avec des cierges allumes et le conduisit ä la 

ville; ce fut une grande joie dans toute la contree et dans toutes les villes 

de Tile. II ödifia, sur Tancion temple des idoles en ruines, une eglise 

Aii>i.i(isau nom * des ap(Hres Pierre et Paul el y transfera Icveche. 

Quant ä la marque qui s'etait imprimee sur le visage et les levres des 
calomniateurs, eile ne disparut plus de leurs generations; eile existe encore 
jusf|u'aujourd'hui, et ces liommes sont encore les serviteurs de l'öveche. 

1.1' bienheureux Gregoire, apres avoir vecu de bon ascetisme, s'en alla 
aupres du Christ avec un visage resplendissant. 



[(iOi)j 16 TRE, 24 NOVEMBRE. 107 



Snkh f^il fct 'bnikSabnlt /»T- ; Suli t "/'("'j'' 'j'[fe'?<"J 4,ilimJiiij «Jiuj(iiuu(/!iii^iTi : 

WnLiiu i?feÄ tiL ii/iLi((p/iT»/i ^JuimiiiiiituiTi '/ii/ri?t"' i»(tniJiii^feij|i f;^p iiiijijiiiL, fei. ni_i;feiir^ 
iiiie/ niutinnLßjidi *,'feiifel<iu/iiiiJi ii;nu7iiip^il( yi/Löii/jin^I/ : /»V ^i IiiiiLiii/^iiÄnLpfeiit ijfejiÄfeii/^ 
yiiLii/iiiiLiiiiiL ''ifeimiiiii/i iiiiLHinfein^ij, fei. ^ Li?iiil(^ pL/juijuiL ija^iJiiiji^iin ii/uiniiLiuÄij^iinnL- 
Pbiui piiinnnnL/J/iLJiii : /.V fenfei. piujini^ fei- iiijuiijfepiii iiiLfeiniufiixiL^Ir '/•^i|iiiinnu^i fei 
ii/inii •^niiiStu'iininnnLpiiiiiii liiiilinliuia iinpnn uin-iupbinqh : Iil L\LiiAiiurj^jibiyiiL ji iijipn^l/ 
''/tuiiiniit; i/in/iiiiiiiiii/i /ilh itiijJnnAi ^iliiJiiii : 

//l piiifTiintn iniiin'Uuitiil;u ii'/'n/iiiin/iu . fei- /jiiiiuJi i^Iiiii feL /^iiiijnLij^iJi * iiiiliii<)/i 
'hnSbinluiAinuli lirLiiiuiiwin ninnunji fei- /unuiniii^iuLfeijiiii- ij'/'jifiuinnii^i uiiiinnLiiiAiiip^iUil/ : 
/."l '^niiiiJiiiifeiiio fei- pfeniuliop iniiiLofen/iIi iifepiiiLfej/iIr jn^«/ • fe"- mpl^liii ijT/ui ^ IriiiL fei- utiii|iiiiL 
iiiiiTi/iniii *'/nLi/inu/i, fei- /iiiiiiifeij^ili |i uyiipwinijL i^S Skh j^nfj fei- ^iL^feij^ili ^ Äni^ : (/l 
•f'iiiuJiiiliiui- Kuinni-Äni iiilf/iiiii- i5iiipi?^iJiL ^ Irfejißn^ </i|'J/< i^feÄ^' "p tp /'ff'"- ^""J'"p fe"- 
111111^,'feiiiiiL llli?pnl7 J/iIr^fei- /i JuiS Hill Ulli II pn/iuiiinLJ^ni-Pfeiii7i, fei- llllipil fejifeLfeijiliL feiij^lii- 
/iiiiiiiiii/i infeni-nOii iiiiliSlili : bi. innJinS ijliiiiii^ili ^i ini^feijpl;, ijuipAiiii- OnLjiL ^feuiii fei 

1 ,SoT/] '/./iiii(iii^t?/iLTi B — l/ijferfiu^] ii|>iuTMfepuijnji& rt(/(i. B ;! 2 üntjip ... mtjijiuL] UiiLjip /tl 
iVfc&fi '/ijfeiJtu i,it.iii^iJiujfeg/i iiiij^iuL B — iiLiifeuiJ t(i nf/(f. B II 5 piiipnij] ^lujinijnij B ü (j 
iiiiijnif] iiiiL/iii B ;| 11 ^iii/] ti- iiij}iu(tii /jiuuiuijifeijuii- ^i •/'ji^iiiinnii rta«. B [j 12 fei- «ijnmViii- 
LiuL . . . Ulli- 'hnliumtiii OtU. B. 



16 TBE. 24 Novembre. 
Fote de saint Clement, patriarclie de Rorae. 

Lc yraiid saint et vertueux patriarcho Cleiueut ctait romain d'origiac 
el Ires vorse daiis la litterature profane liellenique. Apres avoir echappe 
ä un naufrag-e, il s'etait rencontre avec Tapötre Pierre et avait reeu de lui la 
predication de la vraie science de Dien. II devint le preclieur et le disciple 
de Tevano-ile du Christ, et Tecrivain des ordres et des canons des saints 
apötres. 11 fut sacre par saint Pierre pour le remplacer sur le siege de 
Rome. 

Comme il prechait ovivertement le Christ, on le saisit et on le mit en 
presence*de l'empereur idolätre Domitien; il confessa la divinite du Ciirist. 
L'empereur ordonna de torturer cruellement le liicnheureux avec des 
grifTes; ensuite on Tcmbarqua sur un navire et on le conduisit au delä du 
Pont(-Euxin), on lui attacha une enorme pierre au cou et on le jeta ä la 
mer. Cependant par ordre de Dieu le corps tomba sous une grande röche 
qui formait corame une voiite et il y fut conserve intact jusqu'aux jours 
du ciiristianisme, ä laquelle epoque il sc revela ä Tereque de la loealitc. 



-V l'ol. lii'.l 

r il. 



A fol. lO'.l 



108 LE SYNAXAIRE ARMENIEN. [610] 

feiiLL ijiuJiiin iJ/iLsfei- ni|ti7li : Ifi. bppf.iu^ tii^^iii/^nujnii|iTi tij|iin i^iJuip i5^iTiIi iiilriiifiiiim ^i 

Li Lui/iii/iniiiiiuli Ll n^ip jiLi^ Tii?iu liinjih, i}J""^(' ^"upL ij^ijhji lintjtii Sjiii^LL. ^i inferj/i 
/iLn, Ll iiii/fiAfiiiii Ä111A/1//11111L i/ti7f( : (»L nuilL'buiili ininjitn^ iii^Ti upuihsL^gU j/ili|iu feopZi 
WLiiLnii iijjiLiiiO ^'"J' ij//'9iii'niii/i '/;i/ii?iui' itin ntuiLünii omtb Li, iiiiiniiL^j uiiiiii^iiililt, in. 5 
aiuiiuinuit. iJiniiiliijlr piinnLi? </nfim^ni_n(jp, fci- to|i?Ji oji ^fein uioli^il/ nt ijHifLüiiij : 

//niiiLt/ii/ip nnii itiniii ifiifei- : /' i?/iiiliJ iiiiiiiiLnO injit/iiiii* ijii/ Jixi^>feijiiiL rtni^i /.l iJin^lr 
A ful. lii'.l ,/nnni/nLn(it> iikl uiiLniiL ini-/iiinl/, /iL itui <^7mLiniiiiiiii/i im itlji I<^i« iiiilLub^tiiuU jium 
uiii/niinL/<7/iiiiIiI(, iTFiiiiii iiiiiiimiiT//i i?/i iiiiIr/iAi-Ti i//7i?/i7i, /.l /ii/iiii; ÄniTli rtiiiA/^/.iii»j ijniiiiliiipl), 
/iL /i AiiiZ/i/inli /iiTiiiii/.ii/iJi <\Ji<nii>'/i nifiiiiiniiiTi/i7i, /iiiinÄJ^/iT/ W/;^ '/'/"/' ""'/■" "/ = •'"'^ innJuiS ] 
n\ ninllU uniiinli'U iiJ/iil inif/ luuLinil Ljifl^ • /' V'nLllli luLnijhlliiiL : (/l ^illlf/illllllll nluiuuM 
iiiLiiLii iiiiiii/i7i i/.t/iii/iji/iJ; i/iuiili ^nttLiJi iiiiiiiii i/iflimiiiii/i/i linbniin /iL niiiJiiili Li. At^lff, //l 
piii^iii^iiiiiTi i/i^iiiiniii/i^ii /iJfiii iiJiii Hill iILilL III Ulli : I/l iiindiiiii i)/<ni\/iiiiiiL ino/ili, /iL OiiLnL 
niiiniUUL uiliijiii^li, tiliiunjili JannilnLniinu pum iini/iiniiLKj/fiii/iii iiili/ini/n /jl unukn[ihop 



Lorsqu'on arriva au rivage, Feau reflua en arriere et livra passage ä 
sec jusqu'ä la röche. L'eveque s'y rendit, retrouva le corps intact sons la 
roclie, et rinhuma ä la meme place, seloii Torclie du saint. A mesure que 
l'eveque et cenx qui racoompagnaient sc retirerent, l'eau les suivit jus- 
qu'ä sa limite et de nouveau la rochc fut recouverte. Chaque annee ce 
möme miracle a lieu sept jours avant la commemoration de Clement, la mer 
se retiro, le tombeau sc decouvre et nombrc de gens y penetrent; sept jours 
apres la tete, (la nicr) ue se retire plus. 

Voici les niiraclcs (jui eurent lieu dans la suite. Line annee, que la mer 

etait devenue ä sec et ({ue la foule s'etait rendue eu pelerinage aupres du 

A Fui. iii'j Saint, le quinzieme jour, lorsqu'ils furent partis * selon Tusage, un jeune 

garQon resla dans uu coia de la röche, et la mer rcvcnue recouvrit , 
l'cmplacement reste ä sec; les parents chercherent Tenfant sur le rivage, | 
le croyant sorti dcrriere eux, et, ne le retrouvant plus, ils le pleurerent 
beaucoup cn disant : « 11 s'est noye dans les eaux. » Chaque samedi, ils 
ollrirenl ä Teglise pour la memoire de son äme des hosties, du vin et de 
1 huile, et le pretre le commemorait avcc les autres defunts. I.orsque la fete 
approcha et que l'eau sc rctira de nouveau, les habitanls, selon Icur cou- 
tuinc, sc rendirenl avec de rcncens et des eierges aupres du saint; les parents 



[ßll] Iß TRI-:, 24 NC^T.MBRE. 109 

miL um-niA . tn^iufi ti. ÄTioijgij iJ.iiii/^iii7Ji Ll jnLijt|il( /i (jiuiJiiißt<ii|_ intij/iuL Äiii|iilIi, 
Wfenfetii ijmntTi iji?fcn.Liii^ iJiiijii?|iIi ijuiliii/^/iJi ^ilji/.iiiIiij, /,l n* ijin^ili : 

J/l innJuiil nT/lllll|lIi |i i/illllljiliill/ ill/,ii|iii '{"("j/'^' /><-(it"'i>y /(feIllJiiiT>/i TillinfclK^ illlL 
miiiu/i'ili/i "(■pn^L '//j/.iJiiiJ, Ll ,j,„,j,V,Lji/.i<ijj> ifiii(ii5iii/iiiij/ir« tu^/i.iijniijiniJ. fei_ J.iijn./nL(i.jß1., 

■ iiiiiiLif .niim^iuliu t P"4' "i t'fnLiii, Ll t{i f<H" ti- /uuilhi/i n« ^.Jitji, tL ^unJfel/uijL jiupiii/.) 

II« puinalni-h : Ijl JtÄiiiujt" '/'""<-" tiiiiiLL CuuiiilÄuj * nji loiLLt UßiuLJ.^!" /i Atii.Ji ♦ A l;,l lIiU 
iiiipiin /"Lfn'/ ^L iiii.iupiilr.\feijn^ij ijp/.piiil/ <,*t7"^"L"'ÄnijiiitjIi np luiit^ii fc|<Jt • »''■"> '5"'SnL 
10 iiiiiii/iiiiniiiijii «t <)ijuiiii/p"p i)iiiLt|iiju : 

//l iiiiiJijiiiinIi iiii?/i inLijiiiit /.iij/iii/jnu^nnTi ^iiilrp/.ij» ^i '/fc/>iuf uiiiiujiiii/ili ti- /.p"5it '?•- 
/i iJ/iLii iiiM uinipjt'ii f^npJiuS SiniuUV ifinnJi/ili ij/p.il/Jfeijlr jiiLijfctu^ fei_ ijn<,*iiLpfciiiiJp i/iiiiilii 
uiiiili lluuini-Än^, ifL fep/jpupiiiffel» uiiLjip Irj^iimpiiiijli : 

'/imnuip/i uioJj upp'ijJi '/(j/.i?iii^ t/LiiJiin <,i"iP""'/'''"/' ''"jtiJptp^» /' /•, /iL t pu'p'-/"'"' 
jitLniiiiitiuij ti- Sbn-Linij^uiiL "/■ppiiinnii : 



de l'enfant y allerent egalement et scruterent l'endroit de la mer dovenu ii 
sec, dans l'espoir de retrouver le cadavre de leur enfant ; mais ils ue le 
retrouverent point. 

Lorsqu'ils fureiit arrives pres du toiubcau, ils apergurent leur lils vivaul assis 
pres du tonibeau de saint Glömcnt. L'eveque et les geus, emerveilles et 
effrayes, demaudcrent ä reiifant : u Gomment as-tu ecliappe ä la aier? » 
11 repondil : « L'eau n'a pas penetre dans la voüte oü se trouve le toni- 
beau; il y avait toujours de la lumiöre et jamais d'obscurite; un liomme 
me donuait chaque samedi de l'liostie, de Tliuile et du vin : j'etais rassasie 
et je n'avais plus faim jusqu'au samedi suivant ä la meme heure. » Ils rendi- 
rent ijrandement g-bire ä Dieu * qui acconiplit des miracles par ses sainls »Afoi.iü» 
en confondant les langues des lieretiques qui disaient : « Apres la niort 
le sacrifice n'est d'aucune utilite pour le defunt. » 

L'eveque fait allumer cbaque annee des lampes sur le tombeau avant de 
le quitter, et l'annee suivante, lorsqu'on y penetre, on trouve la lampe 
allumee; alors on rend graces ä IJieu avec joie et on se proslerne devant 
les saints restes. 

La fete de saint Clement, patriarche de Rome, se celebre le 24 novem- 
bre; il est l'intercesseur aupres du Christ pour les vivauts et pour les morts. 



HO LE SYNAXAIRE ARMENIEN. [612] 



» 1! 



1! [B * Huifilii lULlILIl l//llIl(IILp^Lt f{lll/jlll^/(lll( lljlUftU^^ piU^lJlUUIluW '/'(""j/' •■ 

p. -jrir, ;i. 

WiiLnp ti. iiiiJ/,Iiiiii|n(| i|/pinli 7'p^iiimju^i <'?iii/yiii|/i/^ tp jiULiiLpi/ piiiptiipujin jtfuii^iuLn- 
iiiiiiiii llhniiliiuiji ti_ Cp/pjiijt""/' t/yiop /'Lpn(, /iL "/iiipu^ij iiippii/ji^iJi Huiij^l^Lfttnlt Sp'"" 
luiuqui/i : llnLiipb fjui/inj/i/i pLiu/itp ^i upiipii^i/pi' ^i ßiiiijiup^ii /■^ip^uiupuin, ^i t^iuLUitLJiL 
iNni-n/iiinnJi : 

Lv tp uiip iiiLni-UiIi/i iiL tlnun.tui.nn, Ll <JiiiLiiiuiiii^ ^p^utnnlihiuj^ /""ß" '''- ""'^f /"-(•> 
/iL ii/ip/iii/iiiil ^iiii/ /i //luii/i/ipin/;- iiippiu^4^. /iL ^i puiipiLj? "/'("'^'' '/'"["-^"ig '/^"" /' "ll'l^ 
<fttiLitttntiu jtt^n : 

liL. hpi'iit. idLiiili iJiuipJi /iL /j/iJiL np/jn/ii luiL Iiiu piiiLii uipinüiiiijplrii, /iL nLpuiouiIi 
iiLiH luu/iini/ /• Wt • /'» nulihiiliu pTin J/rii JiiiiLiiiLijnL|r7^iLli, i^i iipH^^u ^nfj/ip »jnL ip'tc ^^ 
IIuinnLuiA' /JiiiiimLp /tl iJ/rp tinistt : (7l ^^nnJluS pL^/rpipiiL ijPni.ijP'U' iiiTj^/iiii^ ^i ip^OriLSii 
uLutUL. iiii; : I/l iiiil/ilui a/»/'" pipimiinin, l^l'lhl" '•^ '/>'"/' 'J"p"'' "J' "LpiiiniiiL ij'/'p^iiiiiim;, 
/iL W^nLiun-UiniiLipiiL^p niuIiAli /"-/'» "'- niuutihiuni «p //'"^p /' ""lij : 

(»L iiiLiiiL lihuniuLnn'L /i/<Jl^ iiii V'iiiiiiul pLn iiiuiiMiuiU h >jiiiliiii/t1i liiipiii, Ipu/iiiiii iiJiiii p 
•^uipii/iL//ii : l'ii/i !)iuLnijjtli up/i)iiiiLnp uiiiiHi njipuuiuiii/uuiIi/iJi /iL iiiii^p . /"nuuiiii/iuL/iil '* 



* li [15 * En ce jour, mailyrc de Jacohik', lo inarlyr persan qui subit 

''■ "'" "■ de nombreuses toiiurcs. 

Le Saint iiiartyr ilu Christ Jacobik [Yakoioik), loue de tous, vivait aux 
jours des pieux einpereurs Iloiiorius et de son frere Arcadius, et du roi 
dos Perses Haskerl -, Fadoratour du feu. Saiut Jacobik liabitait la Perse, 
dans la ville de liethlapat, daus la proviuce d'Elouzision ^. 

C'etait un liomme celebre qui occupail uu haut rang; il etait de fui chi'e- 
tienne ainsi quo sa merc, tres aime du roi ilazkert, Icquel par la graude 
allection qu'il lui portait le convertit ä sa foi impure. 

Ce qu'ayant appris, sa m^re et sa femine lui ecrivireat eu des termes dou- 
loureux et le renicrcut en disaut : « Tu nauras plus desormais de relatious 
avec uous, car comuie tu as abandonne le Seigneur Dieu, uous t'abandon- 
nerons egaleincnt. » J.orsqu'il eut lu la Icltrc, il se repentit et se mit 
ä pleurer. Ueprcuaut la leclure de la letlre, il se souvint de la mauvaise 
action d'avoir reuie le Christ, se sentit malheureux en sa personne et passa 
tonte la journcc dans le dcuil. 

Le roi, ayant appris qu'il rcgrettait de s'etre converti ä sa foi, le manda 
pcur rintorroger. Jacobik lui rcpondit judicieusenicul el dit : « Je confessc 

1. Jacques riutcreis. — 2. YezdcgerJ 11, — 3. Le texte grec dans Bihlioth. liagio<:;r. 



[G13] 16 TRK, 24 NOVRMBRE. 111 

n'ßnjiumnii »inii nLpuiaiuih, ViiLniiiiiiiiJ jtlumnLUiÄ i^nji ßni^, fei- ijiiii/iiiiujiujiujfei? feu ^iIij.Ji 
n/iii iin Ltuäitn liänij^g Sn^nphtjuii^ : 

Öm^TiJii«? |unpv"-/"i ■"(i"</>fe"'L /J'<"f"'L"Ji|i5< /<'t "(■"'/ iJ"iS"'-""Jp mi/i"5<ijt ^^'" = i''>- 
iimt "3'' /• "//"[* /""r^/"P"'/,7"',7 /"^r'VJ • "^ '/"'i''i'^ 'J'^'" '^7'"'/ '''"'V'L""Jp «JfciLuiJ'feL' "«JL 
l pui<jfni_i5 fei_ /u/iimi wupwuji..iLoß : fci_ <;{'""J'"i''<";; t?'^'"'/"'//]'; />i'//''?"'LL /' '/'=r'"i 't'/C/' 
Jfej,/^, fei- u^umJ. i^/i f."". .f/iii^t /> pn^pt '"^"J «^fen-Zil-i» linutniilj^_ .i(.n./ iJ/i iJ/. iJii...7., 
feL loujiu ^Auj/uiii. AfeiL/iIii/, feL luii^iu * «ffe(>^ni-(j iiin/iiji. «fuiiuulj Jiiiuini-liu : 'luififeg/ilt fei- , ß 

nfep^ni. ^ui/Ju Afen.u.gli fei- ijt('/jnL "'""5» /> uja.jiii-l.iili /jinjifeij/.l. fet ijfeji/jni- piu,{..i./j..l. ■' -"' 
fe.- .ffej./jn../.l. ..j..pul. /. ÄL/jiiigl. : i....n/.l. fe^ .jfej./jnL Afen^i.i. /. p/./j...l..jl. fei. .jp...p.\ui., ti- 

10 uiUiJfel.u.^1. (;o,j,ii-...ÄuL j.I.^t.j/.l. ..(./.J fef- 3l....y .J|..«.^l. ./..7J.T. feL^ ['"Wß?. fei- .jj..L^..i. : L'u 
uni-npL f{.<./j.i.|[./j j^mSLlm^l ...l..j,m?ny /jinjifejl. <^i....i-U iiiuijj. lIu.;ini.Ä.ij fei. j..j.c/ii.J 
^lumiiil. <uiJfei.iinli (o.jß Juij..?!...^!.' .Jiu»ii ^fe^i/j/iliu 4'"'Jp'"("^'^"'L """"3 ■ l^'^t" : 

ti. iJ/i nflfe /i u/.J.fe//. J.l./jfe(..iig /'LJinij .j.iiI.<u/j...L fe<J.u.n .jijj.il/uT. . fe^ iii^Lujti. p...j./i 
/unutnn./..ili.iL^(Jfeiiii?p ii..^u.i..jfe<.ig ij'>'n.j|il. ^Lj. |i ^feii i. ^Ijifejuiiii/j.i.ij' /.ii^feii'ptji/i /' /' : 

15 LV fej./.)tii.Lßp/.uu.nLt/..j f/n,jni/fe.j|ii. qi... Jti.uj;!. /j..m.i(.feii.j_ .?.i,j.iJ/.I.}., feL /i J/. uife.jL..!? 

Piuqbijlil i/.ii..i^i.iL.ij.fej.,./ .j['......nLU.<V, »ji iniuj .joj...l/J/.I-I. S"""V''r''L '"i^"//'"/' ^•"f;^'"!""" 

IfKin fei- luliuin uiiubpuihiuij :J 



le Christ que j'ai renie, je crois en Dieu que j'ai abandonne et je me con- 
damne moi-meme pour m'etre laisse egarer par ma propre volonte. » 

Alors le roi demaiida conseil (pour savoir) de quelle mort le faire mourir. 
Un de ses abominables conseillers lui dit : « II ne nierite pas de mourir d'unc 
seule mort, mais par de nombreuses et cruelles tortures. » L'empcreur 
ordonna de jeter Jacobik ä terre, nu, et les bourreaux se mirent ä lui couper 
un ä un, a commencer par le pouce, les doigts de la main droite, ensuite 
ceux de la main gauche, * puis les dix orteils des deux pieds. Ils lui cou- * h 
perent egalement les deux mains et les deux pieds ä la hauteur des che- 
villes; puis les deux avant-bras et les deux jambes jusqu'aux genoux. Ils 
lui couperent ensuite les deux bras ju3(iu'aux epaules et les deux cuisses; 
toutes ces articulations furent jetees ä part; il ne resta plus que le ventre, 
la poitrine et la tete. Saint Jacobik ä chaque membrc coupe rendait gloire 
ä Dieu, et lorsque toutes les articulations du corps furent coupees, il leva 
les yeux au ciel et dit : « Amen. » 

Un de ses chers compagaons lui trancha la tete ä l'aide d'iin couteau, et ■ 
c'est ainsi qu'il rendit son äme en bonne confession entre les mains des 
auQ'es, le 26 novembre. 

Les chretiens alleren!, recueillir toutes les parties du corps brise et les 
enterrerent dans un lieu, glorifiant Dieu, qui donue la force de persevcrer 
dans de telles tortures et de cruels tourments.] 



112 



T,R SYNAXAIRR ARMENIEN. - [ßl4] 



A feil. 2 
V" I). 



H'tÄ Ll ■.,n...,p/.I,/. 4...^,M....J/..nI, //.„Vu/^ p...,|,..L.? p.»{./... //."(..jt...;/ f.L ..L,j.,nt/Jt..,J,3 

/»ptll llllO IMÜlKL /.L IJ^II'lj'j'""/ l''"'^l'!} ""'"yfl ■ 

l'.,ip„ ,.,n„.^i,l ,j./».j..j....ij/....L U'Lupnui ...2ii./jL(.i.,<.ß /. U'[iln.nk„u,, ...,Lii.Lfc^«..jn^Ii 

L-L jii.i|,../Jii /j...gfe«iL '/"/-»{iiuijuii ni_c/ij/-'/. /uI,,,pnL.uÄi.i/ß V'-i^tp jKuuini-Än( i.p 
„,LsJ,...j./.IipL .?...p,//p..i. S*l'«"J""L"C t J"J"' = ''-^ J...JinI.feiJ.UL LiJ... /. u.tujfe...l, /J.u/<J Äfen_/.}. 15 



17 THE, 25 Novembre. 
Ft'tc des Traducteurs armeniens, Isaac et Mesrop et autres. 

Le s-rand et vertueux patriarche Isaac inslitua nombre de bomies oeuvres, 
fut la cause de rorganisation du pays d'Armeuie, tout particulierement de la 
litlerature armeuienue, car c'est ä lui que s'adressa le docteur Mesrop demau- 
daul sa solliciLude pour la langue armeuienue. 

Tous les dcux s'elaut preseutes au roi Vrainchapouli lui parlereut de cette 
quesliou. II leur repoudit : « Peudaut (pic je me trouvais daus la Mesopo- 
tamie des Assyriens, un pn'-lre syrien, du uom de llabel, vint me trouver et 
dit : 11 y a un cveque, du noni de Daniel, qui a compose des letlres pour la 
A f,ii.2r,6 langue arnienienne. Or iious allous envoyer quelqu'un * ä cet homme et 
nous ferons venir cet öcrit. » 

lls envoyereiit un satrupe uommc Valiridj qui rapporta l'ecriture, mais 
ils s"aperf;uri'u( (pi'elle ne rendait pas cxactement les mots et les liaisons 
des termes armeniens. 

C'est alors qu'ils envoyerent le docteur Mesrop accompagne d'eleves en 
.Mesopolamie pour se renseigner plus amplement. II s'y rendit, mais n'eut 
rien de plus que le premier. 

Mesrop, s'etant mis a prier, adressa d'ardentes supplications ä Dien, a qui 
les choses impossibles aux liommes sonl possiblcs. El, dans une vision, une 



[615] 17 'I'IIE, 25 NOVEMBRR. li:-. 

Jiiiiiiini' rin uphl' /■ "/tniii/ i//»'?/' ti_ iiiiiiJtlifennLii yiiliijiui7iiiliiilr <Nui(iiiLniiil(/;^ji (/ L-ujiniiiiii^ : 
//i_ luiiKiLii/iiiii luinoW/ini»' iiintnÄ iiLiiiiTiuiii/ijiiili yiiLijfejiA «ii^iiipiii{iiiii|iL i^^iiii^Liii- 
LtijiuL Wiiiifniii/iimiLni/, np tji iiijinLfeuuiiKLnji ij{"'^i' : ''•- ttiit-buij^ 'Vltl'"^' "'-(""/""Lp/.im5p 
JfeÄiui- t/ili iiiiL iiriLfipL //myii/j : fei. Jinjiui (/i);jiii|/.iii^ iJiiiIi^nLliii piiiijiiLi>'u, iilj^ijh Lt. 
iluiiililiitiXiu^lu fci- ijp/piijiiiJj^iii, Ll ijiijfiriij» /piipijLiii^ ^(iiiJfeLiii^Ii iii^iiii/p^Ju -,<"jny "Li"'(y 

(UIL ^UIllIHIIlll// : 

t/i. tuiiiiii /i HiiinarfiuTiiiLW/iLTi iiiiiipiuujfeiii^ Sb^jiti //iii'^'iu/jiuj iulrAii/i?p ^u^ /piiiniup/;:ji 
naniAli, u/i 11^/ mtnfeui/j tp ^iiLliiii/piiJi ^tipiL^i Li_ yiiTiaiiipnjL : J/l u/pitiiijj^ * ^iiiii-iii/piiijii ' A lol. llo 
//niiniynl(/i, nuiSL'Lui^ii ^^lii Ll ijJiiip /pniii/pi/piiiliii |(7iiipiji?inlitiug /i yii^ ^/.ijiiLii : 

fri. iiiiLiiipLiiiii nU'liunnui ji '/.^ipu ti- ^'.ijiiLiii}»! wnJibj^ Iil liiujm jtijni_^i if|'p" : 
/Liiniil ti_ iilitiiiiii iiL iitimaiiii- iiiiL ii/iLjipIi Wuiyii/j : (/Y luiLiiißfelf jm^iu^fepinuig ^i_jituiT(ij 
/i '/ninniiiZjri/iJ;(iLii/oi/iii ti- iJ'ptTni , ti- j(»pi7i_iiiiiijtiJ iii_ ^(.ij/i/joiiiiiijp^iiu iiLiiiiiLfe^ 
itiinLii iiL «Jiiiiaiiinu fei. /iiJiiiiiinitLp^LTiu ij/i //'^/'^ ^JiiipijiJujL^M^ : /'p"^'| t/'^ 1[["'"'^"['g • 
ü'/ii/ut" /"niiLTiiiiii/i /jL '/iip|ilTi iiL Uijhuili, f'.pAiiili /iL 'Jiii|iiti^i, '/,/,i_nIiij, t/j/ijt t"- 
15 '/•iul/i/J. niiiii/;i; /,i_ ^tuinj llint.i^itu'hnu fei. lujj^ piiiijnLiJß iipp t|iL ijipp «^ntj^ipL^ui^P /iL 
ijiuniiuiii^iu^unii^p : 



I'" a. 



10 



main d'uii liomme lui apparut, qui ecrivit sur uue pierre ef expliqua ä Mesrop 
toutes les particularites. 

(Mesrop) s'etant releve de la priere, crea les lettres en compagnie de 
Rhoplianos, moiiie de Samosate, qai etait artiste en ecriture ; puis, ayant pris 
l'ecrit, il vint avec graiide joie troiiver saint Isaac. Cekii-ci rassenibla 
beaucoup d'eufants iiilelligents, ayant douce voix et long soullle, orga- 
nisa des ecoles dans tont le pays d'Armenie et repandit rinstruction par- 
tout. 

Lc grand Isaac s'occnpa ciisuite de traductions, se metlant ä Foeuvre lui- 
menie, car il etait tres verse dans la langue et Tespiit grecs. II traduisit en 
langue armenienne, ä comraeneer par les " Proverljes de Salomon, tont l'An- 
cien et le Nouveau Testament. 

11 envoya Mesrop au pays des Iberes et des Albaniens pour leur coni- 
poser egalement unc ecriture propre. (Mesrop) les inslruisit eux aussi et 
revint auprcs de saint Isaac. Puis ils envoyerent de leurs disciples a Cons- 
tantinople, ä Atlienes, ä .lerusalem et ä Alexuiidrie pour y apprendre les 
langues, les sciences et les philosophies et devenir des tradncteurs. Les prin- 
cipaux furcut : Moysc de Kliorene, Korioun, Eznak, Artzan, Joseph, Leonce, 
Elisee et David; plus tard ils envoyerent egalement ICtienue et beaucoup 
d'autres qui devinrent des gens eclaires par ri']sprit-Saint i'f doues des gräces 
de prophetie. 

I'ATR. Oli. — T. XVI. — F. 1. 'S 



A l'ol. liii 
r» a. 



114 LE SYNAXAIRE ARMKNIEN. [ßioj 

.{^/Hnn^p/,.!. ...«.?...Jm../,u.T, n.f..JM..../.y '-- pn./.nT»,.../, /.../, ....W,J...f .^....Jfel.«.,!. »f/.fM 

/>/, ,„.,....0 ,.."^' '['"i"" '/'"/'fcF' ""«-1 %"J""ir"'/ß i"j^' '''- ""';r/' t'wH'^^""^i'- 'ih 

uioii iiiipnii |rjiiipiji?iiiluiiiijli (;n^ti5pL/i^i /'l/ : 

;{,„,„.V M,L.-L,> ■//,...,... /.7/.. 5. "J/r,,,,...../. J'.-,(,/,.....}..,(...L 4.,.„.n..<jfe„./,J. : 



Ceux-ci composcrent nombre de CliaraJmns ' sous diverses, ibrmes et 
mesures poctiques. Ils traduisirent toiis li>s commcntaires ecrits par les 
docteiirs de l'Eglise, les histoires des marlyrs de Dieu et des epoques, les 
discours pancgyricpies pour les fetes du Seigneur, pour les persomies qm 
l'urent ao-reables ix Dieu, lioinmes et femraes, et les cauons des conciles ; 
les traites de la science du calendrier, et pour ainsi dire tous les ouvrages 
ecclesiastiques et profanes. Ils eoinposerent eux-menies des ouvrages utiles 
.\roi.iinet de valeur * dont fut parec TEglise catliolique, rehaussee par des etoiles 
'" ''■ parlantes, comine aulrefois Israel aux jours de Moise, ou bien comme les 
saiuts apütrcs apres ({u'ils cureut regu 1' Esprit. 

Car auparavant les Armeniens] se servaient de pcu de caracteres 
appartenant aux langucs grceque et syriaque, et le Seigneur ne fit pas pour 
tous les pcuples cc (pi'll a fait pour Israid et rArnienie. La fete des saints 
traducteurs sc celebre l«' 2') nov('inl)re. 

Kn cc jonr, marlyre de Pierre, patriarche d'AlexanJrie. 

Le Saint palriarclie Pierre fut un docteur de la piete et un predicatcur de 
la vraie 'foi au Christ. Ge qu'ayant appris. TiMiipercui' impic Maximien 

1. Ilvnino«; de l'ollicc diviii. 



10 



A feil. Uo 
\' a. 



[(!17] 17 rilK, 25 iXOVEMBRE. llö 

uiptiiiii s'/'^if iidiiiuLiuiii h niiiniiiiAi i,nbliuuiliiiiiliiii u/i ^iiiuiutu uijiiil/ii/i 'iLinjiiiii^i : J/i_ 
inpJuiS nliKiii/iJi iioiiujuiiil/uij}/, i/iiti. /uiLiii/nLH/iLJi fct iiimJnL/j /i diiiiin^iiLj7ijii /iL iiiut^^iti . 
l^uiL t i""/" '^'t'I iJtdiufiti //L «iiiiiiii yiiifiiiiiii/iiii/iii J/.niii : (»i_ /iii/i/iiiili (io^iii^iiil/upIi 
i\tn_u «iiii/iiii/iLi /i i/nLiipli, IHM iiiii/i/iu iilmi /i iiiiiliii : 

5 //i_ iiilLiui '^LiiLmltlnnili (iii/iiiii, iiiili nnn iiiiLiiuii "lliinnnu iiinu/in/niil tji jt/^/iijity(.iiiijl< 

tluiub iuin iiiiiiiiTiiiiiiL /iLMiii, iiiii_iiipfeiuii /i puiJiiili piiin/i/uoii pii/yiildiiiii cl iiiiiji/piiLiii- 
um-Lu, ti_ Ätiiii * iiiiiiuiiiLiif/iiiiLii n/i niiiii<\tuif i/feiiiii/ii7*feuiit iiliiii inpii2"<"''t'' : ' 

/'ii/i iiitHiiiii iittinliiiinliiui iiiiit nlrnuiii . '/.iiiiil/ (wi/inii/i tiinui\t;^ «j/"' • l«{ipn" ^'"1,"" 
luj/lliiin'^'/iii /iL /i yiiTin/ilu\/ilillJl liniii/iiiil Z;^ /l l/lliilLiiiil /innL/li/l ( .iiilillLAn^ : 1/l ll^i /piiji- 

10 Ät£ «l/'" '"'"f"-/«? tiiui" iiiiiliiiJi/, ii/i iiiiiiiiJ f/i?'';'/' (t"! lunolflluili tiij/;^ p i^uipuiiiipiiiid 
nnuil^u ül; U nniii . In. inbuli äiiilinLli J/i luJiiiii /jii/iiiiniiuiiiilr/iii, iiiLiiiiiLnji tipbuog '/""J" 
i/fmi nnuit^u niunhaiulAi, /iL nn/iii/iiiii ^n uiiuirnJuLÖiiili iiiii/nniii/i, /.l ^ji upuuiuiiLliui^ ^i 
uiiuniuinni^'b iJ/iIh/il nniiiiili : i/l /iii iiiiiuiti/i . o/^(i, li«/ uiuiinitin^kiiin '/fl'''L ' " '""'»• 

Ltnhnti , iiiuiii ni7L ffnin ikii, piuTin/i nuinbjuouu luiLiiipt ""l i;"'{_ • "/' '>""-"""'"/' "'- "/' 

15 nLnnLL/jii/iii nJiiii /i 4""/"/"f"'-W/'L?' = *'JuiinnL/in/jiJi /tl "p^t/jhh^i /iL («rj/i/juuilr/jjinL, iiji 
ii//fi/i p/ii iiLiiiiLd/ii/in /iJj iiiii/JiiiL pii, ii/i J/i /tl Iiiipiii niiintliluiliU ij/iui ^i viiijiijiij.nL|J^iLJi : 

1 nniiiL^illi] nnifiL^ii ilniinili (l ihl . B j 5 "ilS 'J"f'] 'ji^ 'j'"" B j/y/j/jij/ig/iiuijfi] jfe/j/iij/rijLiijJi 

B jl 7 i/t/iiii/iii./riiyt] ilknuiliii^binjhh B 10 iiiii(ii luii/fjm^ O/«. B jj 15 (i}ii(IIl!i^iij|iii] ^Jiijiil- 

L/in B 1! 1() filiriiiL/i/riniiJ riLli/iiiiii B. 



envoya cinq soldats ä la ville d'Alexandrie pour tiauclicr la töte ä Plorre. 
Lorsque Ics soldats arriverent, une agitatiou et im tumulte gaguerent la 
populatiou, qiii dit : « 11 vaut mieux que nous mourions d'abord et notre 
patriarche ensuite. >j Les soldats eurent peur de lever la main sur le saint, 
mais ils Ic jeterent eii prison. 

Ce qu'ayant appris Tiicretique Arius, que saiiit Pierre avait expulse dos 
^glises ä cause de sa niauvaise secte, envoya a la prisoii des intercesseurs, 
pretres, diacres et vieillards * respectables pour que Pierre le rappelät de ♦ a fn 
nouveau de sou exclusion. 

Le saint, irrite, leur repondit-: « Mo prlcz-vous pour Arius? Arius est 
söpare de la gluire du Fils de Diou en ce monde et dans l'autre. Ne me croyez 
pas cruel lorsque je dis cela', car cette null, apres la priere, j'eus une visioii 
comme si j'etais endornii, et je vis uu eid'ant de douze ans, au visage lumi- 
neux, resplendissant comme le soleil, vetu d'une tunique blanche qui etait 
dechiree du col jusqu'aux pieds. Et je lui dis : « Seigneur, qui t'a dechire 
ainsi? » II me repondit : « Arius; seulement prends garde, car il va t'en- 
voyer des intercesseurs, n'y crois pas et ne Taccepte point ä la communion. 
Ordonne aussi ä Achille et ä Alexandre qui obtiendronl ton siege apres toi, 
de ne point l'admettre, eux aussi, ä la communion. » 



I. iii> 

V" :l. 



HG IJ'. SYNAXAIRE ARMKNIEN. [GISJ 

iiiLniiin/itiiiii iiliiiiii» : 

/.V .„/.../..„L ,,/.,,L,i./n4J/.Ll, ,/,i.j.../(.»jt...},T, /,,./j/....L, J/; .fn^gt [»'„.[nuUuijl, J.,,f,.„/.- 

A lui. 1 m /^,„j,.'/i, ^,,„}„,|,';,, /,. .\,„/^f,„.,/,l. • .f/.;.ai, p.ul,.,/.l. /.i- S"'^'y''J' 'Z^'" = ''-^ 't'"i^ ...^«.,.femL 

fci. iiiijiuvLuiij ijijoj.iiJ«jLiniii. /.L .jL..,.j /i ......i^uili .«l/,iii..i^i..iJi^Ji ?/.iiJ./j"ii/., t^ 

ijiji,,j...L .j^viiIi-jLj.Ai. U|iiim«ijii.iij/.T/, i/L <iiiJ<./J/.iiiiJ i«ii- r.ii.n/.LiiiÄ it(>'/<"[> ! ^"l './/<",>; /• 

/,L ii.ii^.ii ii.iiiin; T.ii;;"« </[■ .{4fii.ii?ii<^/.ii.f'ii' /j,.,.n.ii(i/...ij/,Ii . fec tj-Yiuijf.iL/oßlr n^ '^luSnipisiu- 

«Uli np <;iiiini.iT/t 'f'f["L/" "f'pni^' = ''"'^ «^F'^' /' }"';i"'^t "Jn.tu.^ ijßuiul. feL S'/'^f '/'"^t- 

fri. Ju/jirf/ilil. /piiTnjLfeiiiL '/"'iC p'UfnLi? «/»iiJ'i /• '/tp"'J "'"/'y /"-/'"3< '5/'^^'"- '■'f/'^ 
iiAiiT.» hu pinp.^^i i^JiiipJ/iliIi f/L uiiiiptiiiL (;fc/^/,ijLij/iTi /ji_ 7iuujni_y/iJi ^ui|iJnrLli /il(., ßiuli- 

1 U(iiii.i.V/(.iii;] u,iiil.i.il./ijlfeiui; H II 4 /"u.i/iiiiJi/fi.i;/i] /uiui/liuJi/l B || 12 S'H"?''/:'""''''] 
^iiij/r|;/ii, B II i;5 ijp.....5. /xi- -i/i)";] ./^/i1<7 B 15 7.V .?.i.j..?/.}iT, ... fe/j/iJi i..?u.r,ß Ijl] J/l lujiß 

hnUnmuiin B II 10 iiiuijit.ii(_] iniii^iiii}i B — ß"Ai(|> iiifeiiuilitji ... S"'i"J'<'-i;feuj/_ O/«. B. 



Saint Pii'iTC leur racoiila eusuite comment il avait ete persecute pour la 
vrale foi cu Mesopotaiiiie, eii Syrie., en Phenicie, eii Palcsliiic etdans les iles, 
et li'ö cougcdia cnsuite. 

Lorsque I'icrrc apprit ragituliou de lapopiilatiou, il cut peiirde se voir prive 
du inartyre ei il eiivova pccretemeiil dire au.v: soldats de se rendre la iiuit 
.vi'.ii. iiii au cöte siid de la prisou, de pereer * le luur de la prison et de Ten l'aire 
sorlir. C'esl ce (pi'ils (irent, et ib tirereiit le saiut de la prisoii peiidaiit la 
iiuil, ä l'iiisu de la populatiou. 

Ensuite il pria les süldals de le laisser aller au toinbeau de revangeliste 
Marc, oii, avaut revetu les ornements du sacrifice, il pria longuemeni Dieu. 11 
se dressa sur des peaux et des etoll'es que quelques vieillards, horames et 
I'emrnes, avaienl ap[»ortes pdiw les veiidre, et dit aux soldats d'accomplir ce 
dont ils avaieut reeu Tordrc; mais ils n'osercüt poinl frapper le saint. Tdus 
les ein([ sortireut eliaciiii ciuq dciüers pour les doiiner ä cclui qui tranche- 
rait la lete du saiut. Uu d'eux prit les vingt-cinq deuiers et trauclia la pre- 
cieuse tete du patriarche de Dieu, 1(> 25 novcmbre. 

Le Corps resta de lougues lieures dehout sur ses picds, jusqu'a ce que quel- 
ques personues, (Haut arrivees, eulevereul le curps, Feiuportercnt a röglisc et 



10 



V 1j 



[(;i<)] 18 TKK, 2(i NOVKMBRE. 117 

ii/i uiiiiiiiLiI JuiäiuuuiLu sl^n uuintruii iiumniiAi, i/iiiiili o/i inluiiiifi^ii iniii ilfeÄ /i illtiiiiii 
tußnn-niji ^HiJ/iini_ntiiii , iiiii Iiiiuil^n /i uiiuutnLiubniuhu unmiu : 

//l (oilruj^ii iiiiLiiiiii iiiiiiniiili /i <^iuuaiiiniiiniiiliu iinii Plipb fl/iJitiiif ^n, fei_ h/iiirilni/ili 
iJifOiiiL uiiiiniiiiinLop CL on<JIinL/<7fcioiIii ti_ iiiiiol(7/ii_n : 
Ä (/i_ in ijitinttinr; '^uiiniiiuiLinli 'l'njiuinnun iiuri-Iiiiini bpiiiliu (iL iiinnLtiuinii /i iiitfuiiO/i * A lul. 111 

nLn iifiiii/ifiLiif/iiifli tlutnultlth '^uihani.nbun i^ ; 

öiiiiui? iiii-nLn LuiuiiunLniiiL unnil iiniini_<J/i Itl '/"(" ijliiiiili 7'ii/ii/iniiii/i hiliuuiniiiiil^n 
ti, i/i/ii/iunimiiiu 'Ituiniunjiubtu niiLuimi Hii;iiuii_nnuiiiu/i : 

[B * /' *i"'(ß (/i^uiinuit ununii ßiiinnSuiUMtinh Uui^iuLiui fei_ (/ trunniiiiiii bi_ iiiiytliiiiiii ♦ I! 

n CT f '• " T !'• -'■' ''■ 

10 ktiunquiubytunli '^luinti :J 

i>pt;h fhl^ ti- 'bnihtiniintt /'/; : iVolj iliiutvniLnnbiui tlliniilih 7'ii/iiiiiiriu/i iinLitti 11 liit^Lhit-hnuh : 
Ulli i^n iju/i/il/ii/iii linnüitiUt^h, iiiinat^U (//i/iLWiiiiiLnii, "["W l'nniihiiihiiiilt nninbiniuninh, 



4 /jL iiiiloW/ilp O//^. B Ij 5-0 /?L nt niiinitint^ ... <JiiiliniiLntiiii (^J (/l piuniiLiI /i^iii/i» i/i/i/^/iIi /i 
mhnn^Ji nLn uituinnLttllnuli tituniSlui ^lufniiiuf/firi/iif 7'li/iiiinmi/i ^jIhIiiiiili^/fiiii f^^i l> S /iL lii/ii/iuni/iui^/f 

OW. 1$ ßiiiniULniiiiiijJi/i]') liLii'/liVli '/illllli /iii.feiy/rMi( : f/ilfiiii ijlf^niyiLJtlbiuh llioiiii f/ iiliiui/i /'/,■ 

Liumtuntj Cldd. r>. 

1 1 «S'oTl . . . //'felI-/lffIL/lIIIl/l] 'IJllUlllLJUIlLh IIIILIIM /tl lAlUILIlll llll/illll l^/jIll(|lTl '/^jl^llllllllll^l // feil /j /i Il/i - 

nii/i B [] 12 7/(11 tii] 7/nLiiii feL i?feÄ i//iiiiifi */'ii/iiiiiiiiu/i //'feii/i/jiL/iiiii" (711 B. 



le firent asseoir sur soii siege, car il y avait longtemps qu'il n'y avail siege, 
parce que, ayaiit apergu uiie grandc lumierc reposant sur le siege, 11 ne 
s'asseyait que sur le marchepied. 

Ensiiite ils le transportereut au tombeau qu'il avait fait construire lui- 
meme et rinhumerent avec force larmes, benedictions etprieres. 

Le patriarclie du Christ ne cesse point d'operer des miracles et des 
' prodiges ä Tendroit oü repose son precieux corps. »a ii>i. in 

En ce jour mourut par le glaive la saiute et virginale raartyre du Christ, 
la philosophe et sage Catherine, fille d'empereur. 

[B * En Armenie, commemoration des traduoteurs Isaac et Mi'sron et de * r. 
tous les traducteurs armenicns.] 

18 TRii, 26 Novembre. 
Fete du glorieux martyr du Chri.sl saint Mercurc. 

11 etail ih'S conlrees de l'ürient, de la iialiun des Seylhes, fils du picnx 



118 Lli SYNAXAIRE ARMENIEN. [620] - 

Li, t^n iioiiiii/fiiili /i iiiilJiiiu Wiiiiiinjiiinliiiii, iiiiliiljiii iiiJii^iii^i^i^in p tu 1^111 Lii^uiiijli /■j7/^iiii|i /,l 
'/,iiiiitii/iiiilii7ii/i : 

ti_ iiiiiTiif Jimimiiiilih LiiLl uiiiiininuiiiilh jiTii^ ^iiildJh fei- jiTi/j pH^piiipnnu : /Vl 
inLiimlii^ WLiLliLiLlinu /i inLuilniili ii'^iife'iiiiiii/i SLttiitli iiiii/iuiiii/^ ijijfeiiinriL^», niAiinuf^ iiii- 
C»ni Atn./iT/Ii iiiiLuLn, fe«. iiiiit 11 ll'Lii liLiiJinii . 11 ^i /.^i/jii\/iji fei. iJ^i i^fc>,'feji^i^i : (/l fetu IiiJiii 5 
iiuriLiifenl/ fec im;/- . /'.(in» ii>,"feiii feiiH/iii/ni /i i|iiii/iiiiliiiii ^iLjifeiiil/ij : (/l piiuj piiilr^i 4/'''2~ 
tniiililili ii^/.in /.ii/J/.iiii" luiii/J/.iiiii /JflliiiiiJ/iiiiiiT» : f/V iiiiiiriii 11//111 |(/iiiij(iiLiipl< i^iiiu/i niiiO/iL- 
/(]feiiiTi7i /il;"'I iiinitininliiiiiin : Iil t;n iiii?iiiii niiiii'li //l >^/iij/iit, iiiliAmilpli i^iiiifeiiiL* /,i_ 
mfeiiifeii/i?pl/ ufeiitii/i/i, '^'feiionli /iiuiiii/i/iiii^ fei- lininillin Lnbiiop : 
' A l'ol 111 '''- J""/>""i''^"<Lii;i(> tluiinliliijlili iilriK * iiin- /'fe/iiiii iiiiipiii^Ii fef? t • ''^ nn<it; lUuinnLuiflna V' 

iJfennn : '/l OiiiiifiiiifeiiKi iiiii/iii/7ifei iiTiiii fe uiiiliri : J/l ifein iiiLiiLnn /iimiiiLii/i/i ii/iiii ijin^uiO/i 
fet »^iiiniiiiiliyi}» fe W^ . ('itfefen iiljiiiiiu /Jiiiiiiiii-niifeJ/ : (/l uui uiijfelifet/ili in <^iuLHjlifeiiiiii- ' 
(/l fem Ulli II feil iiTiiii fe sniiii ■//"/■i "L iiniii/ feil 117 Uli fe 11/1(1 ni)iiinttjihli, tiL iii/iil/hi/iIi fe lifenpi.i 
/iiiiioiii/ini-Im S'/"'(> '"- /' 'jfeil'imiiij iiiii/iiiimi fl/iOim. ^iiliiIi : 

'/l iimiuUiiiii iiiii/i/ili iiliiii fe iniihn : liL. ^V* miL Tim Oifc-iiiim/i ofemiL/i /iL /iin liiliii 1") 

5 Hill /^ li?/*feiL/i/iii /inii] lUlli^ IITIIII. II liitlibtl-n^ B iWi fcll/lllv/ill fei- iWi i//r*^feii/iii : f/L /tiii IiiWii 

Itllllt If/lllTl /iL hui/;, ri/;/. i> ]] 6 /iLllfelulllH lilUnillllllllllHIII I] || 14 yiLllU :] //l IIILofellll Hifllll/l 

ii/i iV/i ilnniiluiniiilili iV/rlLii/i, ilHiiiafeilii ii/ii/i/ili ncld. 1> J 1,5 "L f;0 ihil ImhJ /»i Inihl^hnii ^ii^ih 
H tnhiiihttiit 1>. 



Gordien; Soldat du corps des Martesiens {Maiiisoii)' , aux joiirs des cmpc- 
reurs impies Decc et Valerien. 

A cctte epoque il y cut une guerre entrc les lioinains et Ics barbares. 
Mercure vit eu nuc visioii l'angc du Seigneur, vetu de blanc, ayant une epec 
;i la main druilc, et celui-ci dit ä Mercure : « Ne crains poiul et iie te dccou- 
rage pas. » 11 lui doiiaa i'epee et dit : a G'est avec cela ([iie tu le.s poursui- 
vras dans leur fuitc. » 11 poursuivit en effet les eunemis, seloii la parole de 
Tange, et les vainquil. L'einpercur le fit stratelate pour son courage. 11 avait 
vingl-cinq ans, etait bien proportionne de taille et beau de visage, il avait 
des clieveux blonds et des joues roses. 
A r,,!. III Les jaloux le denoncerent * ä rempereur Dece et lui dirent : « II ne sacrilie 
point ä nos dieux. » Celui-ci ordonna de le jetcr en prison. Quelques jours 
apres ils le ürent comparaitrc et lui demanderent : « Accomplis-tu la volonte 
de Teinpereur :• »(Mercure) ne consentit d'aucune nianiere. Alors ils Tattache- 
rent ä quatre poleaux et lui dcchirerent le corps avec 1 epee; ils elendirent 
r.ous lui des braises ardentes, mais le feu fut eteint par Feffusion du sang. 
Ils le jelereut de nouveau eu prison. L'ange du Seigneur descendit aupres 

1. (Korporation miiitaire connue par aillcurs; Si/n. Cp. : x/j sTpaTsi^f twv MapTr,(ju.jv. 



[621] 1« TRE, 2ü NOVEMBRE. 110 

„nVln^L /.L nii^iurfn^if «jiiiiiJtT.iii.I/ i|t(ui T/iipm : Ij'i- ^iiili/il. /. ^-iiiTi.jtTi /.l /^i.i/u/.ij/iTi •{//"/"/"' (f. 
ti. i/t-f //"'"/'■;//''' /' •iiuipui'iintji fei- uiSLliln-lil 11^ fjltiuiilitjuiL. : I/l iiiii^iii ijniTiLij^iTi ijfejii.i- 
Iifei/iL, ti. /jiiii.JiiiTio^ y,. ijiiiji/^feij/iTi /. 'jfeiii<ij./iiii '/iiiiijiii/jni/ij/iiiiiji-iiij /.L V'""/'*' '"5^1'J 'Hl"'^/" 

5 i/i_ feijfeL äiupS[,l Iinj»ii iiii//iini»^ fet pni_j.feimj S""'" /"^''j",7 = ^''- /'""['"-'^ß /' 'i"^'"- 

„piijui/jy!. v'"-"»"'",'//'^' /' ■/'■/>/""""" = ''■'^ P""ih]t^' T""^ce^' W''""^'t'f"-/""' /' "•'^'/i' V"- 

Lim-nji, jnjinLiJ j/iTi/iii p(/2^nL/J|ii-Lp fei, IijuiLg JfeS«u?fe<\|) : 

Suni tinfeu /i iiifeii^femTi iJfeÄJ» /'.i/u^^iiiii ij[i »uitf -uiJfel'iiKiJ'pnL«,"!! r.mm.LiiiS<iiÄ|iHi 
fUflinLnpLuli jfej./.I.f.. ''"^fefltß ""•- /'" ■{Wfen^'ffe'L/'"", «jt bpPhiui^ .,.,p.J.,,t •idnufjin.luu, 

/, £n.i.<i;ii.TiI., feu n< feij/un .jiJiiipiJ/.I.Ii * "(>p"ji' t^ n. ij.jtT.L : //l ^feui fej./iy J.iiJfTi. ,jiii;.Ai<.i_ « 
fei. feij/iin •iSui[iS[,l'li Ll (j.ftTiL /i .nHiii^iiiTi/iT. npujti. fei- tjili jiiiii-iii^iuijn^Ii : //l iiiiipii pii-.i.T. 
,j..uiinui/jriL3/i 3ni-^iiiiTinii/i /. "/.i,p.././j.. : r.(L fe^ Üni^^uilnu tinfeii .j.iiiLjipIi //*fe<Ll(fefi./inii, 
nn fe<Jiiifi ijijfeijiiJJiijlr ^i /jnij^ii |ilji : 

1 (iL nii^unjnyj i£ii.i?/.Siujt i//;(iii ii.ijiiii] /.l f,iiiOiii^fe(ifcmL 1"l"";i"iH 'i^'"' ^ ü - ''^ iiiiV/fJifcL/iii 
,.< (/Siuii/FgiuL] feL ,j,.jiiii/3fe.ui?pf. niiiimL^iij i7iiiiiij /(tJiijH.i./. P> ii 5-IJ 'Vl fejffei- iJi.ijmV/tJi ... 7!(./iii- 
iiiiiu O/H. B II S /!.iiii/i(/..iu] I/feiiuiji«i- miii/jiiiijniimu(/riiiTi ««?<•/. Jj || 10 //l (/ijk/i.iiV i£ii/j.f7/.iiii- 
llliLjipf.] fe-i .ji..(./.1..i;;/...iL iJ/j>Nf. r> II 10-12 l/}/'"a /' i.i.im/...}.S . .. (>'i»M>0.i.ljn(ii :] ■•/. /.ili/.ii fem 
</lii{iii/(W(fell<}.5, i/uiiil. l/.uilliii/(.JiiiMi »iilj/miiJiiii./i' iljiuiiiiffef.u/ }|».,..i iji.ifeii/.f}. : 1> ! 1 i) '«»Y»/./!.!] 
,1,1 fe,|fe,„L tp /i T„'>7,5, .Mi-nL(i jnjiiiu'l' „nLj,pf, f',„„/,([„m ,j,„fc„/,(}i fei„fe„, fei- ,5/""r'"^' '/""i^" fe"""'' 
n,„„M.^&„, . fe.- »lof, ,?fe& /(.«»..„j-fe,;/,?, ,Jo,,T, ,j„,,7, rtcW. J{ — HjL fei- f},iL^„„f„>„ . . . /. //„-f, /"/> : 
O/H. 15. 



de lüi, le salua, et liii guerit toutcs ses plaies. Ils le firent sortir de la i>risoii 
et le suspendirent la tete en bas ; ils lui attaeherent unc pierre au cou, mais il 
n'eut aucunmal. Ils frapperent ensuite le bienlieureux et Tenvojerent charge 
de fers ä Gesaree de Cappadoce, oü ils trancherent la tete du Saint, le 
26 novembre. 

Son Corps devint blaue et uns odeur d'euceus s'en degagea. Beaucoup 
d'entre les idolätres crureut au Christ. Ou enterra saint IMercurc dans un 
endroit celebre oü s'operent des guerisons et de grands.prodiges. 

Le grand Basile l'apergut eu une vision, dans laquelle la tres sainte mere 
de Dieu, sur la montagne des Jumeaux, disait : « Appelez-moi Mercure, 
pour qu'il aille tuer Julien, lui qui a renie et blaspheme mon lils. » A son 
reveil, saint Basile se rendit au tombeau el n'y trouva plus ni le Corps * 
du saint, ni Tarme. Trois heures apres il revint et trouva le corps et 
Tarme dans le tombeau, comme ils s'y trouvaient auparavant. On appnt 
ensuite la mort de Julien en Perse. Julien inenie avait aperen saint Mercure 
lorsqu'il lui enl'onea sa lancc dans ses cötes. 



Afol. 111 



A l'ul. 111 
v° a. 



120 LE SYNAXAIRE AllMEAlEN. (1221 

BuiiuS iiiLiiLn (/iiiiiiiiiii/j t bniuiihiLnjIi /'^ujnu^i ii|iLfiiu/jfejLnj : 

f/ui ^11 iiiiLiiLn piiintiiiiiijiii iiinpitiihli «.Lniii//(i/i, /> niunninjili (./jp^iuuni_ii^oii^i 'liiiil- 
i/i/iLiiiiiiLiiii, iiinnLi? tn 'Jt/iiV iiiiTiiiiiiiiiKn xiLii/iii ii/il}( li/i ilto, /.l ^ i^tjiui^ l^tuliijlihnii 
luiinjt'ii : IßL Ln/J/fiiii /iniiilrLi/iZr (.i/iiiiiiii npum/iWi /imiÄiiiIifcuiii l<i_ /»'pu Dlbiui nlinilibaiUL 
U ijLiuiii u/iiiililr . ti_ iftÄ IfL iiiilihp/tIi/i üalinLlilLiiiiiu, piiiiio^i/tiiii h «XütJn^iiiid^i iiiin.nL- 5 
ii/iii/i , ti_ iiui7iiiiiii>i)i/i imitiiiii/iTiiii/i/iii/iiiii : l/i_ lüimni-il uniuhikipu iiiiiiiintiiii /iiiiiiiiunni.- 
/(//iiiMiii <fnninniiiL n 'hnliuinnti : 

i)iiii-nLiiii liiiiiitiiiiiiitiii /i/iiiniiiLiiiiiiiiilr //(i/in/inii/i dl L»nliiunt^nun bniion jtLnni, In 
Aftjl.lll 'itununn ninniiiinh Utttnbbntnli nn uitlintnl^n nitinblittlbll tiL ff/ifiiii/f, iini_nnli 7>fff/if7l/iiriii 1 

luiitibi^p b lutuniibbu n ntiintttnbh hbufitiiuiiiiin^ b niiiLuiiLbli (ßini-oliubnh : (/i_ f^n 
iiiiinLiiiu/T Ijl ibiiin^nn^nn^ hu ^iiiLtutnittj nnbuttinlibitn h"iyb bu aiuin hun bb. /f/'u /"-fi, iri_ 
ii/iii/iii/>iiii ("l" 'fiiiiibbninl^ iiinniiiij^, t». /i uiiiiini_u ubnnm niiin<.\niii nimi n iii/i/io <^iiii_iuinu 
/.L,, : 

1 ni/ili^(ill/l if/ii_(ifii/f/ti|LftfJ (4j/iUf/iliif/i ii/il/miiMiIi/i I> [j ^ "litllitltltt iiiini nii"^ ''/fllTll/ifluiIflffluiiLflu . 
U jl 5 il/iili»/(J fiififVll hnhninnilliiAi üttcl. 1>. ^ 



En ce jour, comiiiemoration du bienheureux Alypios le stylite. 

II vivait aux jouis du pieux erapereur Heraclius, dans la ville d'Adria- 
nople de Pamphvlie, pres de laqiielle, dans iin endroit desert, se trouvait 
luie grande colonne sur laquelle etait edifie im autel d'idoles. Le bienlicureux 
Alypios {Alijios) alla briser l'autel ot, moutani sur la colonne, y fixa sademeure. 
11 y vecut de grand ascetismc, plein de vertus, subissant le froid glacial 
on plein air l'Iiiver, et la chaleur brillante du solcil l'ete. II opera beau- 
coup de miracles et reposa en paix dans le Cdirist. 

li» Tili;, 27 Novembre. 
Feie de Jacobik le Persan. 

Aux jours des pieux cmpereurs Honorius et soii frere Arcadius, et du 
roi des Perses Hazkert, qui adorait le soleil et le fcu, vivait en Perse 
■WnL 111 Saint * Jacobik (Yakoirkos), dans la ville de Betlilapat, dans la province 
d'Klonzision. II ötait celebre et occupait nn haut rang; de foi cliretienne 
ainsi quo sa mere et sa femmo, il etait tres aime du roi Hazkert, loquel, 
par la grande alTection qu'il lui porlait; le convertit a sa foi impurc. 



[623] 19 TRE, 27 NOVEMBRE. 121 

Ul ihlIfuii äiuipli jn-fi hl. i||^Lli t^pbnji'b iu/l Irin uiiilrii tnninihiiaji'Lu, Li. nLniiiqiiili 

iilriu uniLinil Ljat;. 11^ niAibu nli/j ahn e/ii(n.ui/(nnL/(r7/ii_l/, n/i nniiil;u Pniihn nni_ ntS't/i 

l.uuinLuiA pn, ßnnnnL.p fci. Shp nßhii : (/l inpJiuS nilJhpiiiuL. n/3ni_iiWI/' tulibhiui U 

nn^HLifil fei- u/itllllL /IUI : ff'- llllLhitij n oll pull nliphlilmni , l/ijt/' fe"^ II «lliniiiMllli linnAIi nii 

T) nLiiiiiiiiiiL ii'/'iimiiiinu, fet MniH-iiiU-iunnLnuilil^n nuiliXb liuii ti_ iiiiii{feliiiii7i on femin /i uo/i : 

l/L inLiiiL piuaiui.nnh hjilg iiiiCiiiiiiiiL n'iij iiiuiluiiii/i /i ^iuliui/iIi I/nniii' lin\hiiin iiliiii /i 

'^uiniuiLilh : l'ofe tjtuLnJlinu onlihiiiLnn iiiiiiiii iiiiiiiiiniiiu/iiiiiu/iL fei. iiiii^n . /"nuiiiiif/iiiL/ii? 

u'hnli II in II 11 nun iiLniuiiuiiIi fei_ <^iui.iuiniiiil i laiiuinLiii A iiiiii Wiiii/i, fet iiiiiiniiiuiuininhS feti 

/iTinli/iu ij/iii, ii/' Ijiiiilop jiänijp üninnhiiiiii : 

10 Oiiiilic/iiiii /iinii>,iiLnii iiiniitnhiiij MiiiniiiLnii/ifi H^ iinnil ihw^tiLiiiilii iiiiiiiilriii^ iiJiiii : f/i_ 

iimt •'/' "'''i /i "//"/" /iiniiOiiiiii/iiiiiiii /iLfinii . //» i/iuifeil^ niJiii i?/iiii/ iJii/'^'nLiuiJii JfeiLiiiLfei, 

Ulli piuiiniS hl. Iiiliuin iiiinsuiniiiliop : l/L <JiiaiiJiiiifeiun nJi/ifeIrnLi nUuifenii Jfenfe /i i/feniiii » y |,,|, ipj 

Liilnili, hl- ii/iiiiii/i il/i niiin ujinpl^ h pHL/Jni iiiOni XhiLhliU linmnnhj iiniiij Sji if/i iliiiinli, fei_ 

iir.itiii iiAiii/uni afeiL/iuli ti. luuiiii nfen/iiiL nuijihh uiiiiiili ihn in n im iili , hiniihnji'ii fet iifeii/inLii 

j 15 piuhlu c\feiLiuiili fei. iifenlinLii iiiniili /( iiii^iiiii-liuli . liinnhajui fei_ nhiiliiiLU uiiiiini-feiiL fei_ qhn- 

' /iiiLU ninpitli h Kliliuiiih . fei_ '^ininlili lihnlinuu >\feiLii/i /i /r7/i/iiii)iiili fec niiiniiXuli, ti_ ninSh- 



Sa mere et sa femme, rayant appris, lui ecrivirent en des termrs attristes 
et le renierent en disant : « Tu n'auras plus desonnais de relations avec 
nous, car de meme que tu as abandonne ton Seigiieur Dieu, nous t'aban- 
donnerons egalenient. » Lorsqu'il eut lu la lettre, il se repeutit et se mit ä 
pleurer. Reprenant la lecture de la lettre, il so suuvint di' Tacte infame 
d'avoir rcnie le Christ, se sentit malheureux en sa personne et passa toute 
la journee dans le deuil. 

Le roi ayant appris qu'il regrettait de s'etre converti ä sa foi, le 
nianda pour Tinterroger. Jacobik lui repondit judicieusement et dit : « Je 
confesse le Christ que j'ai renie, je crois en Üieu que j'ai abandonne et je 
me condamne moi-meme de m'etre laisse egarer par ma propre volonte. » 

Alors le roi, demanda conseil (pour savoir) de quelle mort le faire 
mourir. Un de ses abominables conseillers lui dit : « II ne merite pas de 
mourir d'une seule mort, raais par de * nombreuses et cruelles tortures. » ' 
Le roi ordonna de jeter Jacobik nu ä terre. et les bourreaux se mirent ä 
lui couper un a un, ä commencer par le pouce, les doigts de la main droite, 
ensuite ceux de la main gauche, puis les dix orteils des deux pieds; ils lui 
couperent egalement les deux mains et les deux pieds ä la hauteur des 
chevilles ; puis les deux avant-bras et les deux jambes jusqu'aux genoux. Ils 
lui couperent ensuite les deux bras jusqu'aux epaules et les deux cuisses ; 
toutes ces articulations furent jctces ä pari, il nc resta plus ([ue le vcntrc, la 



A li.l. IIJ 
1° a. 



122 LE SYNAXAIHE ARMENIEN. [im] 

7;iiiiL iiionnLiiiÄiiTi Xnliiilili nplin ■ tt üiiiiin J/iiiiiL i/iiiiilr Ll iiiiufnli Lu iuiil^iiIi : J»L iiiil^imTi 
itiiilintllinu iiiii?//Tiiiiilr iiiTfniii JiiiiTi /ii;i/i/iiL """ip i/hiiilii ItJitnnLdii^ . /iL ^npdiiiiJ ^iiiuiiuTi 
iiii?/>iiiiiili l<>/i;; iiiJjiIii/iJnn SuinSiinrii iiiiiiii ifcn/i/iliii <j"iiii)i!iiiji4\t(iu^ iiiuiiiij (jiniü^lili : 

//l i?/i (ii/li ii/iii/,i/i iiiTi/itiiiii/iiiiiiii /'Llinii niiiJim/iiiii. fe<Juiin i^ijinL^iilr, fci_ iiijliuj^u iiilrnL^iii- 
ynnnL/JLiJiiJi! iiiLiiitinlnun '/S"'j/' /"-/' /' "^'''l" ^Jntj'niiilpiKj (/n(iti)ptp|i l'// : 

//l LiildLiiii »ii/iiii/iiiTjyiiiTi Jiuinilbnltii iiiiiJdliiiiiTi IniiiiniiLuii iJiiinil/iTiI(, Ll Ii J/i mtiiLnO 
IJiunlinliii ilniiiLiiii.iinlijnil ii7vi/niuinu iin tniiii ^'iiiiJii/ijiiii-P|ii-}i iiijliii^^iii^i »iiipiu^iuji fci- ^u^iiiin 
tnttili'^iiihtuii : 

A fol. 112 * ;}iii(iii? iiiLiiLii i/Ziuiihl^J/ilTi upfn^Ti «S^pilLjiiii^iiii^i /iL '/.imj/fji^iiiifiiiuji /tl ii(ipiiL<jLrij}i '/|i/j^j/mi( : 

i" b. 

WniinL^/ilr '//lii/ii/iiii ^n /i niiiniiip^L «^iliii^iiii, ijtrtiinnmu dl /i/Liiniiiii^'n minniutt 10 
iiiiiLiii/i . CL /iioiiDiiiiili iioiii '"//> fi'/,iiinfcn/iiuunu knhuiuiiiiiinn dl iIlroiuinnLU : 

i/l /i i/miLiI iiiLnLn inLiiiL '//i/i/ii/i/iiii aint^nniMiiiliiuh piuuu . Ijlnuin iiiil mi iiiiJIiliiiiilf 
iii^/i/iiiintiuiip /fL abnAiiULnnp cl Lii '^iiihnnLnjin iiAtjii . IfL nnuil^u iiiunli Lnlilin iinLuniii n 
iinin/i /iLnnLiI dl <^iuLuiiniiin /i 7'ii/iiii/ini/ DL Dn/Jtiiii ifiiiiiui iiiil uiiliiu Liiiliiilimtinuh IlLn- 
iiiif/fnif, nn iDinni ilnipirtnLnntiiuniiiiJi, dl ulininütiiui- h liiimbt^ : 



poitriue et lu Ictc. Saint Jucobik ä chaqiie meiiibre coupe rendait gloire ä 
Dieu, et lorsque toutes las articulations des membres du corps furent cou- 
pecs, il leva les yeux au ciel et dit : « Amen. » 

Un de ses chers compagnons lui tianclia la tete ä l'aide d'un couteau, et 
c'est ainsi qu'il reudit son äme on bonne odeur entre les mains des anges, 
Ic 27 novembre. 

Les cliretiens allerent rccueillir toutes les parties du corps brise et 
les inhumerent dans un lieu, glorifiant le Christ qui donne la perseverance 
ä de tolles torlures et a de eruels tourments. 

•\i'"l- "'- * En CO jour, inartyre des saints Tiburce et Valerien et de saiiilc Ci'cile. 

r" li. 

Sainte Cecilc etait de la ville de i\ome, fille de parents riches et idolätres, 
qui l'avaient fiancee ä un jeune homme riebe nomme Valerien. Un jour, 
Cecile entendit les paroles du Seigneur : V^c/jp:: « /;to/, rrj»,y /rn/s r/«/ t^/cv 
fattfjiips et arcahlrs, et ja nnis donnerai du repos' ; ces paroles poussereiit dans 
soü cmur comine dans unc bonne terre, eile crut au Christ, alla trouvcr 
söcretement le saint eveque Urbain, qui fut inartyrise plus tard, et se 
fil baptiser par lui. 

1. Maüh. xi, 2.S. 



^625J 19 TRE, 27 NOVEMBRE. 12:5 

//L jnpJ"..? fei(fei. <;««(.u...%T,, fei. rf.n/.T, /. .,feJ,fe.../jL fe,./,nßfeu.LI, .J/im^L, ..,..t '//''//-(/"" 

',.mJ.r.LL fef t fef'fJ'"'-" />J"^ '{[■ "("'S't-yfe" /■ ßt'L '"- "i "'-'^'^8 i.uju,I,fe..gfe.., »<",».,/.,, 

5 '/•/..nn.i.OJ.J. '/.»..j/.,./"..I.".,, .j(, fe.. p.Mpfe/,....? ..lL/iJ S>tz'"'"'i i'r'/^'/VJ' '^'- J"i'' ^'"/"'"^"V' 
,/,.,..J, .i/.;.n^ /.rf-n, fe^ L/Jt .(/.'""'"at '.Pt l"«- '/'""J^- ..."p"//"'I'fe[n^ «j/^nLUM^I/. J. /.<? 

fc/Jt '{/»"t ib <(/(i.<-....lP/.J.u /..? .»Liuf....... upu^fe.., T,mT„,,t.. feL T,... .i/.(7fe.,gt '/f.'"L "r"/t" 

10 iit", fei- «^iii-iju'iit ß'''L '['/"""^" /"^p = 

/',,/, ■/...,,jfe,./....T.n.. ^I.., p...In.T. .n,.u..?feg...L, fe._ j...^"/. ffen-L ""«t • ^'/^t '(""^7"' 'i[' 

^u.Lunnunjluj (I...1./.., png' yny, /.i,.t ,jS>fe2."."//i' = l'."t '/fe///.{/-'" • ''f t S'""-'"*'/'" P'"^/'/; 
/.,?,.., feL f..fe.. [lU, [nL....;/.p ..,L»..ju.T,...J. ./fepu.n/il, ÄLL.jfe.i, JpT-, fe^ S""'l"">""'> /' 'V' 

r..,.'n,.L...Ä ^«,j...,,.n.{T. fep/,T./. fe.- fe(./„./., feL j..,jJ.c/,il.? /j...,....J {(.}./... .nfeu...T.feL ■['?(' t^'n-''/^' 

15 /iiJ : /<V Tiiii <Jiiii_iiiIifeniiiL pui1i|ig Tiiipiii : 

/,V .....t '/fe'//.f/."> • //p/.J/'^(< ""■ //.(>p-"i"'" fe..,/"./jn«;..uT, feL ......i. fe/.7t. '//Wj/.^.... 

„,n-...pfe..ig tj/..., feL ..pMM.iJfe." 1..5iii .f....?feJ....^T' .fp'"^'" /"? ! ''■.- V'J«'""^' J.i.ppfei.gt 'Iß'i'L 

5 >/...,.{b,./.i..f.....] 'I.u,.(fe,./.ni. B — /tl jnj./ T,i.,/...uJ.<5/. . . . ...il/t/. .jt"] hu ,..,.( "/.(.t <//.■< 

12 ^iiii-iiiJ'/ni] <Jiiit iiminiii jj. 



Lorsque Ics noces eiirciit eu licu et que les deux fiaiices peiietrörcnt sculs 
ilans la chainbre, Geclle dit ä Valerien : « O bcau jcuiie homme, je veux te 
conficr quelquc chose, si tu mc jures de le garder pour toi et de no le devoiler 
ä pcrsoiine ; je tc dirai toute ma pensöe. » Lorsqu'il le lui eut assure par un 
serment siir les idoles, Cecile lui dit : « Sache, Valerien, que j'ai un ami, 
un ange du ciel, qui est tres jaloux amoureux de moi; s'il savait que tu 
m'as prisc pour deflorer ma virginite, sa Jalousie se reveillerait et exciterait 
immediatement sa colere contre toi, * et ton eclatante jeunesse perirait, 
car c'est Tange du Üieu du ciel. Mais s'il savait que tu conserves intacte 
ma virginite, il t'aimerait comme moi et te montrerait sa gloire. » 

Valerien devint triste ä ces paroles, mais, saisi de crainte, il lui dil : 
« Si tu veux que je croie ä tes paroles, montrc-moi l'ange. » Cecile lui repon- 
dit : (c Si tu consens ä mes paroles et si tu m'ecoutes, lavc-toi dans les foiits 
d'uue nouvelle naissance et crois en un seul Dieu, createur du ciel et de la 
terre, et alors tu seras capable de voir mon ange. » II consentit ä ses paroles. 

Cecile lui dit : « Tu iras chez Fevequo Urbain et tu lui diras : Cecile 
ra'a cuvoye. Et tu lui repeleras toutes mes paroles. Et lorsqu'il l'aura purilie 



A rol.112 



124 LE SYXAXAIRt; ARMENIKN. [626] 

uttLna iiiliiiiiuiI/iiilIi, felitiip/in /i iitTitiii/iii luil" ti_ tnhuaku ii^Jjit^inHi/^Ji ofciiin.1», Ll ^iiluiii- 
LtinLunl; 'ipliti ^nqLnil f.L ilitinUhnJ, bi. l/iWiu u/i^fci/i Iiifiii, ti- tjiuSLlitti^ ^uliij^ijiii ßn 
lim iiiiiiniiiiii7ifii/y : 

(iiuiirliiiS iiLiiiii '/.iiin/iii/iiiiliiiii iiiiL luiiliuliiuiiniilj, bu iiiiiiini?feiiiii Iiiliii niiiilfclriii^lrl/, bL 
iT/iniiiLiiiiiL iiLij/iil Smop , /iL nLiiiiMi JiJm uiiiJtLiiiiTi /iiiTii<^ni.jiiiii <JiiiLiiiinii^, fei. itirLiti^biun 5 
lun. '//iii/ii/iiii : , 

* A fol. lli /,Y bnlilbiiii bSiiuin U iiL'Lbiuli'b, Ll bmhu nhbliliij^iu ^iiino^u ' ti_ Jtji<\ l^uiini^ ^fb^^ 

uiiii/iTi iStiiiiLlr' Oitii/^If pb^on liunbu tljinn iltuii.btui, niMbinij^ b ixbn^jtli ^iLpnLi) tji/jnL 

11111111/11/ ("/"") /-''//"tn II|1|"LJIuS"'""l/(//i|_I| /ipil/fL '/'/'"/"//' "^ IJÄlILJ'lll'^l •• l»'i- /'ij IJU^Illll 

/i '//i/i/ii/iiiiili aiiiLJuli /iL iii?/iLii7i /i '/.iiiii/iii/iiiilinii/i . /jL unil^ . 'V"('l iiJi"i'//u'J iipiiS/iij/;p 10 
tiilniiniuin /iL iii7iii/iÄ äiunlfbiiil, /jL iiiiiiiL^myiiiinL/J/iLii Aiiin/iiiiiiiiti J/i uiuiiiiLbutjt^ . |jiii(in/i 
/i iinui/uui^L UiiinnL^ni pt/'/' •""- <^/"Ii /iL "5 "p inbuul^ tuinuui /i"'!^ äht'iji '/'"-P : 
lanli nnn Ml» /illliy/ip juhnnbnl^p i/ilit^li : 

(»L initf nLiiiii/u biibh (i'iil uuiuii ^ii/iiiiiiii/i/i7i, /il juiunun^biuj bpbhniiiiuubh (•iiinnLOni : 
1/l mii^ '/.iiiii/iii/iiiiiinii . /'il u/iO dl iiiiliiiO/iii /uuii/iiip iiiiii /i/i, n/i iiiiiLiiia bniiiuiph /lu 15 

I .SIriuiLii 0/?<. B II 10 Hill/;] _i(}<lliiili rt(/c^. B I lÜ-lij piiifin^ ^ ljjrili^illll/;S . . . ^ilTiijp/yjjfjp 
j|iTi/ili OW. B II 14 l'iiiiimSiij (J/«. B. 



par les saiuts fonts, tu reviondras dans cette clianihre et tu verras Tange 
du SeigQeur, qui t'illuminera dans Fesprit et daus le corps, tu lui deviendras 
eher et il exaucera tous tes vceux. « 

Valerien se rendit alors eliez l'eveque et lui conta tout, il se fit baptiser 
en toute sincerile; l'eveque lui enseigna tous les niysteres de la foi et le 
renvoya aupres de C6cile. 
A foi. 11-2 ]i vint et penetra dans la chamhre, Irouva Cecile en prieres, * et pres d'elle 
se tenait i'angc du Seigneur, aux uiles enllainmees, brülanl conime une 
llammc et tenanl dans sa rnain deux couronnes d'oü emanait une odeur 
suave comnie celle dune rose et d'un lys. L'ange posa une de ces couronnes 
sur la tele de Cecile et l'autre sur celle de Valerien, et dit : « Couservez 
ces couroTines par un corps pur et sans souillure, et le parfum des fleurs ne 
larira jainais, car je vous les ai apportees du paradis de Dieu; personne 
ne les verra, excepte vous sculs. Maintenant, demandez-moi ce que vous 
desirez. » 

Ils lurcnt grandenient rejouis des paroles de Fange et, s'etant prosternes, 
ils adorerent Dieu. N'alerien dit : « Mon grand et premier desir c'est 
que hl invitcs moii frere aine Tiburce a Fappel du noni du Christ, commc 



627] 19 TRE, 27 NOVKMBRK. , 12= 



nSjinnunuiluui '^luui-liniutiLii fi /jii»iil3L iuLiiliuIiIi 'f'jiliuuiiiu^i iijiujt" l"- lh"< "p '■l J"" 
inLUiiiLnjifeuij/i fei- <JuJLiuuiiuiiijt /' i»'/' HiiinnLitiÄ ^luji.ufinijL fe^^L^i feL fe/i//('/' : 

Cut Scfe^'"'"'/^ ijni-ixip/J fepfei/op. hpufk" [»^•IV^D^r llüjt '"J'{"/t". ''L njiujtu jUi^JtyuiL 
npfen '//i/i/ii/iiir jiii>,"/iu fei_ (jiiL tjiS'^ipiiLiii/iiiu, fei- /> i5/iiiiii/ili !j(ijiiiii//u iJiiipui/iLfiniinLpfeiiilr 
5 nLfeiiii p/ip : //l 'I"I(" luiminfeiuL '^['fe^"'"''//'^ i|fe^iiiiijii/i- ^feji/^^Iiu : 

fri_ /i Iii?/iT/ c/iiiiJnL fe^i"" i'/'P"*-/""/'""' '^'^ 'J'nfe'"/_ /' ufeiifeui'/?' '^niS^m.pbuig llinL^ii 
hniionli fei- S"7"'/'Wi fet iiiiit. * üiiipilut'biuä ^nf^J tjf} (luiLni-jiu ^lujiiJ/i/j •/'"f'j/' fe«- ^"lJ"'^/' 'Alol.llS 
yiui pni-fifeiiig /i ij//""g cxfefnij : Lv iiiut giu' */.>uijfeji/»uJ»nu . &u lu/junfeg/j i/iuui. ^ii fei- 
ijnuinuifeiiiiifi IIV71JI Äimj/jiulryij, i^iiiufi ij/i iJfeß ijiSjiJmji^im Äuiij/i^Ji infeiiiiiß, jnp fefJt 'jni. 
10 y"Li""""" ("/> '^feß Viii-iiiuiiuHiii^I/" iiifeuiJij ^i5i|iu fei- ij/iL fei- ^ <Jni/i(i(|/< i^ui^Lflni : 

('.»t .S'/'pni-/""/'"" • fJfefiiiiif/f /uou|iii pliij |iu Hi^f/iJ fe/Jt t [PI^""J ■ ''"t 'huqliii[ui,l,nu . 

irbp Sliid.!- iiiiiiJJ njiu^t" C^'i fe/'""/"'/ ^"'g"'ß- '"i«''^ a^JiHji^mi ^lujiiii-pfeiuifp iini^jityuip, 

tt iiinni-/i?/ii.li /i iJfeii n\ ijnj . ßiuLij^ iiimnni-ui&ßl( ijnji ujiiijujtuip a'jiJiiipiiiiiiii^t" 'j'^^ß ''" = 

Hut S ji iin Lii in jtnu . Ui. ni-innli «/lUI" Äiulifeiuji : l«"t ''.""{fe/i/'KiJ"«" • •.pfejinm/^ tSfeiiiiUi 

Ij ^luimlifeuig /iTiA fei- ni-un(ij ij/io, iiji fet /jiil fe/^t i?"iß(i/i" /> '/'l";/ iiiiJiiifeijnL|rJfelit '/"T"'L 

i/lL/lu fei- linL infeullillfel n^pbnuitulj]! : 

2 <JujLim/iixiiiHt] <Jmi-iumnij n. 



moi, afiii qu'il soit illumiiie et qu'il croie eu uu seul Dieu, iTeateur du ciel 
et de la terre. » 

L'ange lui njpondit, le visage souriant : « Oii'il soit fail seluu tua dosir, 
et comnie Gecile t'a gagiie, tu gagneras egalement Tiburce et vous recevrez 
ensemble les courounes du martyre. » Ce disatit, Tauge mouta au ciel. 

Au meme instant arriva Tiburce, il peuetra dans la cliambre, baisa 
latete de son fröre et de sa belle-scjeur et dit : * « Je m'etonne beaucoup de »aioi.hs 
sentir qu'uu parfum de rose et de h's se degage de vos tetos aujourd'hui. >> 
Valerien lui repondit : « J'ai prie pour toi et tu as seuli le pari'uni des 
fleurs, mais nous, nous avoas vu les veritables fleurs, et si tu crois ä ce 
que nous avous cru, tu verras egalement les tleurs et tu jouiras de leur 
parfum. » 

Tiburce lui dit : « Parles-tu comme dans ua reve ou bieu serieusemeat? » 
Valerien repondit : « Jusqu'ä present nous vivions comme dans ua leve, 
mais aiaintenant nous sommes sauves par une vraie resurre.ction et il 
n'y a pas de mensonge ea nous, car les dieux que nous adorions sont de 
veritables demons. » 

Tiburce lui dit : « Et d'oü as-tu conau cela? » Valerien repondit : 
« L'ange du Seigneur me l'a revele et m'a instruit, et toi, si tu tc 
purifies de la souillure des idoles tu tc rcndras capablc de voir Tange. » 



A lul. il. 
r" 1). 



12ß LE SVNAXAIRE AHMRXIEN. [628] 

{'..it .S/i/iMni.../.,.!. . bph S'5^""/> t ['^^ inliuiuUi_ ,j^"j./.2Ui.u/(L, jiJiijJ^ji l^iuSliu bu nv 
i/inL/Jni/ JiüßjW.u ly/.ii : l'.ut ■/..ii,j/,;./f«iI.n.i . L'/.)/;: /„ni.m.i.l/.n.i /.lux '.l j(i..1..vT. ,.,n^Iri.i_i, .j/, 
ijimitliiinJj ij/jniiii.'/i iii^iiii'/i.iiii, //L VIILUJ./.1..1. /i iT/i r.iiuinL.uA nji j''/''//'*'" t. "i5ju,ji ^ : 

Hut .S7ipi.Lf..ii/i.>.i . /'* t'J /..?.iiI<i..L a^iJuifiiix-'x/t" 'j'T ""'t>"j : fJ>".(;}'J""J t£iii.i.f,|/.ii 

''thl'lt"' ' (""a'""L 'ZP'^P'"^ /"-/' "/"""'5t<"3 ^ukJ/.I/i'ijJ' ii.i.in..LHiÄ..n/ii< /.injiSiii-fiip ß('/>«'- 5 
iiinlfi-nL/JtiiiTi, Ll ^iiumLiuii^tii tji/iLfcij.nij ijuLnin^i /jiLiiijIr ^iiiupt"L/J/>Liii< : 

Kut ,S7ipni_^./i/...ii at'jpiu^ji /iLji . Mun'i /.lr<J /Jt i" '•TP"'i3 '"^ •^'"ßl'^iri'J = ^*'- *^"" 

.S7'p'"f ■"/'""• "'/'/'"i 'i^'" "'"fc" 'i"/' pp/""nnIifeii.jpL /,ijj|iii/|nii;m. /j/u/.//, /.l /i^lm.ilißl. .?/i(i 
ijiiii.iaiupujTU7/,Ji i^)/.ii ^i iJiu<i, Ll Jim ijii.ijinL/i ijviiLiiiinL /iLp upioint : l/V iJ^i ^n^gt 10 
iWii/iiiii;ijt feii/iiiJi^niiT; i/.kuL inpiii, /.l Lm^ii JjLiu ^jini/ ui^jitiiijt ^l i^ijfeij »iiipiiiiJiiiS luruJit = 
[liijL^ '/t/^|i^iiii . i^iiip^iiipiuLß tx iJiiis nji ./.ui.ii 7'p|nunnu/i ^tiiiliß LT. jiiii_|iu.lfIiiii/piiL^ : 

Ol iJtAuiL ^o(/iiipnLpt«iiJp /.L ^iiT<(jnL|JfciiiiJp ifLiiii^/ilr iiiiL //L^piiiTimi fcuj|ui/p7ujniil/ : 
//l iJ/ininfciiiiiL Ll iiiifciiinL ijijfeiiui iiiLiiuii_npnL|r]/riuL, f.L in^Ii>im^i ^fofS" "»"lhil o|ipiiLJi- 15 
iii/iiiii/i idiiiimi-Aiil, «/i iiiii?/.TiiiiiIi HiLOi-ji ij^Jjifc^iniii/j I.iiuiiilÄii^ uitiiuilitp, Ll tjiuütliuijli 

1 tj<;j.fe2Uii../(li o/H. B I] 3 ^J""/' t '""• B II 5 u<iiimiLiuiiuj|ifi O/H. P> || 7 j»] J>"/T>- 



Tiburcfi n''poii(Ht : k S'il m'est possiltlc Je voir l'iuine, poiirquoi le 
rotardes-tu et iic me purifios-lu pas au plus t("it? » Valerien repondit : 
« Cela esl possiMe, si tu me promets et si lu accoptes de rcnier toutes les 
idoles et de croire au seul Dieu qui est au ciel. » 

Tiburce dit : « Je ne comprends pas eu verite ce quo tu ilis. » Alors 
Aioi. 11:! la l)ieidieureuse Cecile * prit la parole et lui cxpliqua tous les divins mys- 
teres du cliristiauisme, lui demoiitrant avec evidence la tromperie des vaines 
idoles. 

Tiburce dit ä sou frere : « Dis-iuoi oü je dois aller pour me purifier. » 
11 lui repundil : « Gliez riiommc de Dieu Uibaiu, qui est lioiiore d'une divine 
vieillesse. » Tiburce repoudil : « Ne parles-tu pas de celui que les cliretiens 
appcllent cvequc, cpie nos notables condamnent ä mort, et qui contiuue 
secretement le culte de sa I'oi? Si janiais repanjue veuail ä savoir quelque 
ehose de liii. il le l'erait d'abord briiler dans les llammes et nous ferait perir 
de mort violeutc;. » Cecile ajduta : « Les tortures et la mort subies a cause 
du Christ sont une vie elernelie. Va avec ton frere. d 

Ils sc rendirent avec grand empressement et juit' cliez Tevi-que Urbain. 
'I'iburce l'ut baptise el ful rcvelu d'un velemcnt lumineux. II rcgut tant de 
t;riiees de D'eu (pie cliaqiu' jnur il voyail lange de Dieu; il et»nnaissait tous 



,6291 10 TRI-:. 27 NOVEMBRR. 127 

niuninhliu iipint^n . bL ann jih\ /iiliiirit^ii i(«iiuiiiloiii iiiiiiiii liiiiii, fei_ puiunLiI unuiL«ti/iu 
iunMl^n luhnLuiiiiiu L»utnnLOni : 

1/l /''"I iJiLiiLiioJi lil'ij iiiiunu/i/j Itiituilinnii Liiiuinnnuh •■iLiiiiiiii \iun\iiinl^ji liL iiu'iiiLiii- 
iil^n annu ainitilit^n pn/iiiinfiiitiuiiii, /jl n* tniiiiii /''nil jaitinbi ihm nti/icTinLi juiTin ti_ 
5 lunn-iuLiiLD LkniulinLn : l'uli ^iiiniiinuiin fcnpiiinpJi o/iiinLnui/inii (ri_ '/.lu/ilin/iiii/iiju auinui ♦AfnI. llü 
Miunl^nh nnuLhnu utuninnLnniliunll : 

UL antniunbiui Luiiunnntinh ^niiiaiui bitin iiiliiiLuni iihnuiii Ll- liiunnLniiililii ifirLffiV)/i 
/iLii : I/l uiipiii liinuiiiniliiihLntult <^tiiüiuni\iiilinLjJbiiiilii itiiiäuhiuiinLiin iiwiinniinnLlaliiAib ti_ 
lUf/iri/iiIiifuLif/i/j nuninnnulJli Lit tiiLiinli : l/i- hnniit iiiiinutttabiui ^niiiuiitibuin iinntlp tnuf/iS)/ff 
10 nUnuiii : C/l unLniinh nilinitiuhU pbn uituh>^tiihiilif bu itiiibu qubni\uiliiiii annntjnLniili . Iltl 
«.iLiiiiiiii piiiniiinuiii/in, qqnn itnnLp n iii/iiiÄ /ijiijiiJ^ni_WiiU^ (•iuiii/i/iiiii/>, n/i nnp o/inLiLUU 
uiiu^mbh niiiii^jiuibutiiliuih hbiinLjJliL.huu dnirLutlitibunbh : 

IfL ijiu^üiiiiiibinh U III pull II n II <,uiLiiiinutii U 'l'iiliiiinnu, fei. luii aiiiiinLilp nu'l uuiii : I/l 
nuinliiiinbuii (<ii)iii/i/iiiii '^niiiiiiuibiiin fei_ <)iiiin/ilf niiinUv liiinui : (»iiilriii^ii ftL nniii<jütiii- 
15 uibtnlili bt- iiiuJ/jlitiini_(iii niip yiiLiiiiniiin/iu /i 7'ii/iiii/inii l«uuiiiLiiiÄ : (»l iiiiuiil-^Ii'U '//i/i/ii/iiii 
iiujniiiii/i laiiinbiiin nliniiiii n uliiiiiinh : 

Oiiiiotfiiiu feiiiiiinpniili liiliitbii iiiiiiiiii {iiniunni-tuAnn fet nln/iij fen/inLii iiiiLnu bniuiinnU, 
piii(io/i IUI» imÄii/iniiLlip Wj/i . fei- inpJuiii n» iiiii/iJi, i/iiiiiL ti/i iinLnapi iiiiiLiiiOuianili 

1 ^^iiii/^/i] ^iil-llll/itn B !| 14 ^niuiSulihiilii ODl. B || 15 ll'Pnjiiiinnli 0/>> . B. 



les secrets et Dieu lui accordait tout ce qu'il deinaudait, et il operait beau- 
coup de miracles au iiom de Dieu. 

A cette epoque l'eparque de llome, AUaacius, lorturait et tuait les 
chretiens qu'il rencontrait, et il ne permettait pas qu'on les enterrät, mais 
les faisait jeter en päture aux eliiens et aux corbeaux. ' Les deux veritables »Afoi. iis 
freres Tiburce et Valerien «Miterraient secretement les ossements des martyrs. 

L'eparque, l'ayant appris, ordonna de les arreter et de les faire venir 
devant lui. 11s confesserent avec liardiesse la tres sainte Trinite et blämerent 
l'erreur des idoles. L'eparque, irrite, ordonna de les torturer avec de gros 
bätons. Les saints sourirent des tortures et dirent aux assistants : « 
citoyens de Rome, mefiez-vous de Timmonde tromperie d'Almacius, car ceux 
qui adorent les idoles heriteront des pcines eternelles. » 

Le chef des bourreaux Maxime crut au Christ et beaucoup d'autres avec 
lui. Almacius irrite, ordonna de leur trancher la tete, en mi'me temps qu'au 
clief des bourreaux et ä tous ceux qui crurent au Christ, Dieu. Sainte Cecile 
les enterra secretement tous ensemble. 

L'eparque fit alors rechercher les proprictes et les biens des deux saints 
fröres, car ils etairnt fort riclios, mais oii no put I<'s di couvrir, i'ar les saiuls 



128 LE SYNAXAIRR ARMKNTRN. [630] 

uiii^/ii/.ii/ili imipiiii/iiiiii, '^nniSituliuin /.l hiiu^iiii}i imLiii()/i ijtjiiiiJi/i^ili '/|i/j|i|/iiii npii^l^u 
♦Afol. 111 /.;,!, «/.luntlii/i/iiuiiiiii^ i.L V"/'"^' <S'/>{!<>L(>"i/'n"/', ^L ^ulq^i^p fj/iTi»iili ' ioifjiu . ßliLtuiij ti_ 
iluiuli »JiuLiiiuiiiiiu : 

//l Iinniii ji]li'"l ^niJLn'/ iifipm/' tp'"g HJibftuii ^ilji fcL u^iinnSliiutj jiiiiiiniiLuiÄiii^^iL 
iiiiiiii iiijii?tIiiiiiTi iiiLäiufL /iinn^JnLiiijii iipftni bppiipi^nLJJliiiihh : 0"l ^i piii/i^ii^ linfiiu ^itiLUi- 
inuiii/iL uiiXIt'iip i^npbn'^iupjiLji ^Li^ imp fei. ^iifj /j^iii ti- ^iiij i?iiilr/^nLl/u, ti. ^Luiiy^iTi iii/l 
liiii/iii/iniiiiiiili /.L il/inintniiili : 

//l i.iiiiiinpiiiiT/ -^ II uiSiu^L tun ii '//i/i/ii/iiii ^i Ofc/LnLiii/nijf^ jiiiiijiiiTi^ni <"/"j/'/''L '"- 'f'jnL'i-'' 
»iiini_jiJL/Jifu(i?u ijniiljlii : (»V iinc/ inniaUtuiiiLitiiiL iiiinii lull Uli 'r^liuiniiuji Ll im iJtiLiiiL . 
/»L itin fep/"/ un-iiLPtlii niunjih iiijiii;iiiil;^iii7i /iL ijin^ili ijliiu /^LLijiiiIi^i jniip^Ju : (/i_ f^iipöitn^ ''^ 
inLuiL buiuinniiuli iiiiLiuptiiin iiui'^liAu tili '^uiiniiali nainUii J/iipiii : J/l piuijULÜ iii/ii^iiiil 
iiiini/ nuJiiji'b niji/u/^ii iiuiiiinw'linnli bu n\ Luinl^n yiiimulifei Li_ iii^^ilIi/i <Jfeijn^ji ^n^rf, /<i_ 
iiini/iiiiJ /i//'ii 'l<"S/''^/;^' i"LuiJ<ii/iiiiiI n^nalili Iilii iiiil l.uiniiiiiio Imi^kiliibjili t'lj : Iju 
LtiiliuLnuinu'L Idiuiiliiiiii iiLiii /i i)/^0 ium iliiiiiin/iiiiiiiiiiiiJ/ : 

8 '"rihl^lj] "<pijfe("Lii li I! ll-li> ^ <Juii/iijfe}i ... 'j/n(fei?j!feji^i Z'^-] fet <Jiuin|iS ijijjiiL^u 

illl/llll : /?L UIlUUl/^'u *!«</'/> 'JuiLIUlIim/ IHLlllTl/l/flUg nyilj^l)> ^ILJI lUIL ( tUlMIILUlO' blljbll jlb^l^l l'l^ H || 
14 ""Jl] ""LJIJ! 1». 



les avaieiit fait distribuer d'avance aux pauvres ; alors il ordonna de faire 
comparaitre Cecile, comme femme de Valerien [Valcrianos) et belle-soeur de 
'A ii)i. 113 Tiburce, et il l'inlerrogea ä propos de leurs biens * et au sujet de sa foi. 

Cecile, reinplie du Saint-Esprit, prit la parole et expliijua d'apres les 
öcritures divines tous les mysteres inefi'ables de la sainte Trinite. A ces 
paroles, quatre cents personiies, liommes, femmes et enfants, se coiivertirenl, 
allerent trouver l'eveque i-t se firent baptiser. 

L'eparqu(! ordonna d'cnftu-mcr Cecile dans uii bain surcliauile et d'en garder 
la poric avec precaution. La S(>rvante du Christ cut bcaucoup ä souffrir, mais 
n'cn mourut pas. Trois jours apres, on ouvrit le bain et oa la trouva vivante, 
en prieres. Ce qu'ayant appris, l'eparque envoya des bourreaux pour lui 
tranclier la tete. Le bourreau frappa plusieurs fois vigoureusement avec le 
glaive sur le cou, mais nc put le trancher, et le sang coula abondammcnt. 
Lorsque les l)oiiiroaux s'eloignerent Cecile rendit soii äme a Dieu, le 
27 iiovembre. L'ev('(pi(' riuliunia parmi d'aulres niartyrs. 



i;l n. 



[G3l( 20 TllK, 28 NOVKMBRK. 12<i 



Siit/i /' ti_ 'OiijfeiVjifeji^i /'/'; '/./juijulP^ilIi »(ijjiijJi />ji^iTiiii(i(;ini|i ' : 

* //iiLiiiiIi /'ii/iTiiiinpnii /;^ii iiiii?ii riin/iii/iii7/iiiiTiiii//i iiiTiojit" iiijij>iin^ili /<l (/ hi^mi^iiWuii^ ' B 

niiimiiiLnn/i : /'ii/iliiiinpmi iuii<^lili t;n ti_ i?iiiJiiil/i yuiiiii/iiiii- : (/l ii/O^il/ ikiliii^ Piiiijhilii- 
n/ili toWJj /iini/iiini/iulinii ^iiiLiiiiii : f/i- uifeufeiii/ iiLnuiii /'^^ilmi^ißiiii |i iiiiiiJi^iiilru i^iiiiiTi 
:, iiiiini.uj)<ii i'njiiiuinuh^ ^lULiuinuiii ti- Liu i l.uuini_iiirt fei_ tnfci_ pji^iiiuiiilituij, fei. "'[""J [' 
J^C iiitnL'Lh'L fei_ niul; . ?)\iiiliiii tJ ti- feu 7'n/iiiuinii/i : 

//L i/iiLiiu /iiiiLuiipI/ /uiiiutii/iL iiiiiuujiiiLiinL fet iiiiiliU . «SnL^i ^i ilfeii ijuiuinnLuidiil/ pn 
feL iffep iliiy' i^iumnLuanup Lniiiii : J/l ijin_feuii ii/iiililii/i iiiji/^^iL |i ^jiiLpA kl iiiiiijifeui^ jili/jfe- 

d/iU /i Zun IUI /^P'' I 

II' ti_ liiuiiiiLiili'li iiifLiiiO/i fimiLiiu /iiuliiuiuL, fei. feij/iL iJfejiA fei- i7feÄiiiij|iL <Jui(iijfepAii fei. ^I 

iJ/iLii linnilii uiiioliiii uiiuLy)iiii(iiiu ii/i iinii feiui5feuii/iTi nTiuijifeiinfeL, fe^J^ i[S<"J"jfe{''^""' ^fe'ul'u 
feL ujuiiiiiLlu, l'jili^ iiuiiilIrCiiioiimiuIiii «luiniuiiiuuii tL i)iii>) : 

tl_ iJ/l /l llllLnp liiilliiiiinll niAit^n LnlniLtl lllllLiii/lii, iiiiIiaL iliniiiii ii/iniiiii /'jl^iliiiljipiiu^l, 
fei. iuilLuii ii»Jii(Ji;ifeiu\uZi nliliLiilili U '^nunli : Iil •^iiiiii'liiiifeiuii i^uiiniiii.i)fili fei. ^fejifeij^iii 

15 aStunSliiiu uiiLitu. Liiiiiu'bnli' fei. ihii/ilIiIt lmi>li'- hmpi '»'"';"(('> '•'- t/'^' i5u'("5/'"ß üiiym 

1. Desinit A. 



20 tri':, 28 Novembre. 
Martyre de saint Irenarchos'. 

* Saint Irenarchos vivait aux jours ile rempereur iinpic Dioeletieu et du ♦ b 
juge Maxime. Irenarchos elait bourreau, eacore jeune en äge. On avait 
mis en presence de Fempereur sept femmes coafcsseurs. Irenarchos les voyant 
dans les tortures pour le noni du Christ, crut lui aussi ä Dieu, dcvint 
chretien, se presenta au tribunal et dit : « Je suis, moi aussi, le serviteur 
du Christ. » 

Les saintes femmes tromperent le juge et lui dirent : « Livre-nous tes 
dieux etnous leur offrirons des sacrifices. » Elles prirent les idoles, les mirent 
dans un sac, les emporterent et les jeterent au fond du lac. 

Ün fit comparaitre les saintes femmes, on plaga pres d'elles d'un cöte 
des vetements de grand prix et de l'autre des instruments de tortures afin 
qu'elles choisissent ce qu'elles preferaient, ou les vetements, la vie et les 
cadeaux, ou les tortures, les tourments et la mort. 

Une des saintes femmes avait deux enl'ants : eile les confia ä Irenarchos; et, 
saisissant les vetements, elles les jeterent dans les flammes. Le juge ordonna 
alors de dechiqueter le corps des saintes femmes, le sang coula conune du 

1. Desinit A. 

PATn. OR. — T. XVI. — F. 1. ^ 



p. L'(;i 1 



130 LE SYNAXAIRE ARMENIEN. [632] 

<iuiiil/iiii iiiiiiiii : 

//l /miiiiiilii/i5i i^/'ji|i}.iii^ij»iii( iiiiLi.1^1 i^iiiiniiiLiip|i}/ /.L piiiijnLi? ^iifiiimi?iiii?p^; ijL 
iiuiiiiii.l.iiiJ.op m //"'/'"'3 /JuifiAnLijuilifeL ^nifLiu^iI- /j;i-im.^iii2"">L/''/iLi'f', "i^L /"nmoiK/ujiit/i 

/'/i/iliiii^ip.iii 111J.1J iiiLi'^.u.i ^Ti.j OnLjiL Ll t^^7 ijiuiJi.ißIi, l/L ijliuiij «uiL ll/fiii/j/inu ßiuS'uixKJ 
fei_ iJ/iiiuitniiii_, fci- iiiiijiAfeiii^ '''/'"i/ "'"-'"pb 'imuiiuLiiplih : 

ntiiAiiLii Siull^nLluti i^nji juilrALtiii^ tfi "fp"^^ /'ji^iliuijißnu^ bpuilh^ /^^Iili np iJiKpin^c- 
nniiiiiniiiL : //l /./i/^nL iJ«(I(/p7LLßL Li_ l'./pii/^^inu i.klJiuiJui^L iJfeii-iuIi : //l ]'p[iliiiifipnu |i K 

iiiiL n^naji linniu <Jiitju7Hit <Stuin_lf ul iniiiiiiiiL iiiiliii(>/i l«ui/7iii-On^ : 
li ' //l /i/iii j)'/» ViiLiiiuimn/.iii^ luIinJi //rji/iii^iiu' jJitiqhiuij ijjiujij^ili "p^"^ /» wifij/i If^iu- 

titllLlin : 

fJiiiiui? iiiLnLji i^iifijin^Ii '/»^^iiJnLnu^ i^c\t(i.uJi pfei_tii.tij^Ii /i ijjni-^iilr, ti_ ijfeji^nu^jL i; 
iiiniJi iiifLtiLLn/iIi iiTkj i?^iJ/.iiiLu fei_ ßiupjt/'^' C^^ ^C^tl' ' '"" !>'" i^ "it" t '""'^J^'"^"^ hiliuL- 
nfiiiiii n^nqjiHi /iLii iiiil lUiiniiLiiiS lUiJu l»i_nfcn/iii/liiiu^i uip^iuj^jt : 



lait et leur Corps deviiit blanc comme neige; ou les jeta ensuite dans le feu, 
puis, les ayant fait sortir des flammes, on leur traucha la tele. 

On mit ensuite Ireuarchos en pi'csence du juye, qui avec force promesses 
et menaces ne parvint pas ä le faire revenir ä son ancienne idolätrie ; par contrc 
il s'avoua serviteur du Christ. On Femmena et on le jeta au niilieu du lac. 
Saint Irenarclios traversa indemne Teau et gagna les bords; il se reiidit 
aupres du prelre Acace, se fit baptiser et vint se presenter de nouveau au 

jug'"- 

Uli alkiina im biieher et on y jeta Irenarclios avec le pretre Acace et les 
deux enfanls qur la bieiilieureuse leinme, qui fuf niartyrisee, avait confies ä 
Saint Irenarclios. Les deux cnfants et Acace moururent aussitöt. Irenarchos 
se mit ;i prier au inilicu des flammes, et, lorsque le feu se fut eteint, on lui 
tranclia la tete, le 28 novembre; Tange du Seigneur accueillit son ame et 
la transporta dcvant üieu. 

• li * üiie femnie (•hretieniie, du noin d'Elise [Elisia), inliuma le corps du saint 

i). •jiii 1). 1 1- .1.1 

dans un lieu ciueJire. 

Ell ce jour, on cloua les inains de saint Pliilemon {Pliiliinonos) ä sa tete; 

(jii cloua egalement scs deux pieds Fun sur Fautre et on le traina par 

terre ; c'est dans de telles tortures qu'il rendil son äme ä Dien, aux jours 

de Fcinr>ereur Aurclien. 



[6331 21 TRE, 29 NOVRMBRR. 131 

/' '>i<"IP liiiiLiu/iiuin/ip Shali fe/itiifeiiLiiilf Uli /i 'l.iiinmnoiuiiiiiiui . (iL i/i£iiiuiiu/i /'''^n/iiio/i 
huihuLnuiiiiijj l'''t^niiniinLiuoiLmu <«iiii/iii : 

i'nt/' '''• ''L '(»iii/jifiifeii/i /■A'" : ;i|ijiiiuiiii/( t "/T"j'' '^i^'i'""""} /'J'i"|"'Liiji|i}i "i'"j"y '"- /;"Lfcji 

linnlAi /"iiiifiiii//iii/iiiiiiii /jL (u/ii/i/i m/imiiiO : 

5 l'l'uitiuiLnnh iSnniiiin "fj/' tp '"ntinniliiL. ^iiiiiiii 11111010^/1 : IVl itin iiii/iuliüiuli S"J'" 

iiLiiiL /i '/feuiiin/iui i/iiji/uiiiniu/iiiiTi intuntuii iilrm Äiii(Liui/inIi A 7iiipii/iii lujipiu^t'' = '''- 
iipnin {/niiiii iih'nupntjjinnLJiun ui;l Liii/uiiinuiii i5/? iiiLnLlj Utniui, Li_ liinfciui ulrtiiiikniiii. 
luiSnLp'b l.li/i i?/iL»ti_ tti Onniiiin i/fenuin/ilt «luiii/itiiii ^1 OnUiiiiu lUjl^lu^^^ll piiiijuiLiiji : 
t'L uin. /iLii /i/iTi nnriLiiinn luriniiii/iL l'iailrMiii «(.i/u^li in/it^L, np iiiilliJmi^/i^it. <|ui JiiiIiiJuiIi 

10 tp uLiuiuiXLu yiiiiiiiii/iL l'Ll'ni : 1</I P"l/' Jinniu /"niiiini//iniii./um /inLiinLlrffeioiIp "^'"H '• 

Ul innJiiiS uni-nulr «,iL/ii/iu/ii?tiu nLtfenopL /ilii hiu^uiiniulibnuiL, /"HujiniZ/iij/uiiiiij 
LiiiiLfeniiiL <J;itflinmtJi lri_ iiiiiiiiu uiiLinpti fei. iiiÄfei /i J/iimiuiJjI; iiiinLpulj /'jipijnp : t/i- 
innJiuil aiuin iinLiiuir ntti uiiLiiiO iiLWiiiiiuil IiJni /JiuniiiLnnli /i febpuitiipuiliii /uiinfi uiiiiiiiiiL- 
jautuun utuniiliiuu : 

Ij * /'u/i iiiiLiiiiTi 'l'njiann /uliiiiifeiuii iL.iitnnLÄni iiiiiii IJunituunnliii liäuiumnLpiiiM iiiilriuii- * B 

LfentL fefeiiuiiiinuiLuli lufci tt /iJiii7iiiii niluiniiiutiiLtnnLliiliUiu'L : I/l tnltupuniAi oji i^iiipijiii- 



En Armenie avant-fete de la consecratiou de la grande eglise a Valarcha- 
pat, et commemoration de Theodose, eveqiie de Tlieodosiopolis d'Ariiienie. 

21 IRE, 29 Novembre. 

Commemoration de saint Tiridate, roi d' Armenie, et de sa soeur Kliosrowidoukiit 

et de la reine Achichene. 

Le roi Tiridate etait le lils de Khosroes, roi d'Armenie. Apres l'assassinat 
de Süll pere, il fut eleve ä Cesaree, oü il fut coiuluit par des serviteurs qui 
echappereut au roi des Perses. Un satrape du nom d'Otaprit sa scBur Khosrowi- 
doukht, penetra dans la forteresse d'Ani et y habila jusqu'au retour de Tiri- 
date, couronne roi par l'empereur des Grecs. Tiridate epousa la üUe du roi des 
Alains, la princesse Achkhrne, qui egalait sa taille de geant de toute maniere. 
Mais sa sceur Kliosrowidoukiit demeura vierge. 

Lorsque sainte Rhipsime fut martyrisee avec ses compagues, un ange 
apparut ä Kliosrowidoukiit et lui dit d'envoyer chercher saint Gregoire du 
fond du puits. Tandis que le saint revenait, le roi accourut au-devant de lui, 
sous la forme d'un porc, accompagne d'une niultitude de gens. 

* Saint Gregoire pria Dien de rendre la sagesse au roi, pour qu'il püt 
sous cette apparence d'aniraal ecouter et comprendre la doctrine. Le roi se 



r,-2 a. 



' I! 

•2I'<-1 :>. 



132 LR SYNAXAIRR ARMENIEN. [634] 

tlltiun Ll ifi/ii/liiilffiLon innn.u ; 

//l if/^L/i ■/iiijiipmi^Liniii-pti./LI. tiiitii unLjipL '/'ji/iijiiji fiugiuldljt infeii/ijL ^bln^pLuil 
•ll^ii,^i„f,ii,liiitjli : //l .\t,uL /i ^njiÄ iiip/jti«L ""{'"^'''''y /«'■uijoii-nfj' ^' p'^j'/tugt '^/''-'i^' 
ipfefLllii Li. ijninlJl lii.L /i 111111/111/^/?^ 't"('*"i ^"'^[^^"•l'^' ■ ''"'- ""L/'P^/ 'l'['l"l"l' ""J"/J'""L 5 
liJ2llii"i;j ■■ /•■>// '/"" ""L /j/j/iii /iLJ/ ti- 'fß".(f^'' ti. I/npop S'-u^ftpA upi/inpiuiiuit/i <['//'p" 
iiiiLpp /piLiiu/Jii/iijT/, ^i}/^}/ i/iiiptp p"iS'""-, fei- J/'ißi" ptiji/iiiop iJipi/iiiißn '//>t/'^ »fS"'[^ : 

/,'l (infiJiiii? /.i^ // V"5"j/"'"> 1'lk"'i"^ ii/iLfipii ''"('/'TT' S"/"'"^'"^ '""^ piuijiui-njili /i 

TiiJii/Lt ijJ/KiL pt/'''L "'^""^ i"'Pk"'li^' '■ ^''- i^'"']^"'L ^l't'J ••••-"•^03 ^'"i"""/'"/'^ /' /J<"("Y 
itu//!.!/ // W'iii/i|ii/ tpi//jiA /i/jii/i?p i/il/ini/12 ßi<ip/ili/i ni-//? fei_ fepfep, .i;"f",'j '/"J/'W/ piiiip/LiJ 1 

iiipiiiTiij iiii/i^u/p tp 2<iipJfeL> /'pr'^'- '/'"/»""Ct^ viii/iiii-iji//I/tfm/ «/ppnj^ iUn^/ii/ii/|iiJi/iuj /./Lljiiip^ 
inirtliiuhiunu : 

r.llllll IKILpp'/l 'l'nluinn IllMO^Jll iiipiiip ^1 '/''p'"^ ^iiiiipiiy/.iii^ iiippuij^ili . /iL 1/iu ^i ip/ijiJ/uI/ 
<,*ii(ptiiiL' i/ii/ip/iii/pii//// i5iip/<Jii /uniji,J//i /jfep<\iiiL // Li?uilit. fei_ /.LuijuiLnpL i^iii/i/i/piu?iipP 
/ippti. niittiintun LnliLJiLn . nun in/.iifiiiil i/iiiiiLii tuiiiLli (u/mnLÄn^ : 1' 

3fci/i ii/iunp/i/i iiiiiiio onLppJ/ '/'p^/zj/ip |i '/tii/z/p^iii, fei_ uin^litu^^ ijßio<JtuJ/iu^iu^/i/lt u^iu- 



tini ä ses pieds pendant les soixaute jours que dura la doctrine, jour et nuit, 
avec de gros sanglots, des larmes et des gemissements. 

Apres la doctrine, saint Gregoire out la magnifique vision de la construc- 
lioii des temples des martyres. Lorsqu'il se mit ä Tceuvre, le roi le pria de lui 
guerir seulement les mains et les pieds pour qu'il püt aider a l'ffluvre de 
construction. Saint Gregoire pria et le guerit. Le roi prit sa femme et sa 
scBur et en leur compagnie il prepara le tombeau des saintes vierges'; 
(le roi) lui-menie creusait avec une beche et les femmes transportaient la 
terre au deliors dans les pans de leurs manches. 

I.iOrsque saint Gregoire deposa les martyres dans leur tombeau, le roi 
re(;ut de hii l'ordre d'aller querir un seuil pour l'edifice. II se rendit 
il Irois journees de chemin, ä la haute montagne du Masis", chargea sur 
son dos huit grosses picrres brutes et les apporta ; une seule de ces 
pierres ne pouvait etre deplacee par plusieurs hommes, comme compensa- 
liiiu de son amour deregle pour sainte Uhipsime. 

Sainl Gregoire pria ensuife pour le roi, qui avait l'aspect d'un porc, et 
celui-ci tut saisi d'un tremblement; aussitOt la peau de porc se detacha de lui, 
et le roi parut dans une peau tendrc comme celle d'un jeune enfant; les 
temoins en rendirent gloire ä Dien. 

Saint Gregoire se rendit ensuite ä Cesaree, y regut l'honneur sacerdotal, 

]. Ulipsime et ses compagnes. — 2. Nom ancicn de l'Araral. 



[635] 21 TRK, 29 NOVEMBIIR. 133 

inliLAi alili Ll lUinmliiiin iiMiiiniui_nn/i, yiiünf/iiA iiiubliiiiiu iii^/iiiiiii<^i<ii_li : lltiilitiiiii ihm iiilLi 
l^n bnliliLii jtIttinuiLnnjili h ijkniui^ liniiiii nnn auiWiIi /i a lin in iilMIilU pmi« n/ilip7iiii/iiiiij 
loJiii/inLp/iLUU : (»L iiiiunL*^ni/iLi, mnLliuij nlilinji /rfiitniiiLiiiiIi ^iiiniiiiiiiiin pnLfeiipIi ti_ 
uiiiiiDiiiiHjin /i/iiijiin-<jDUii_l( iiufliu/it/iinni_/(//iLli ti_ inUlaannnLUli iuiiuii)Liuaiu^niL(is niinii, fet /» 
5 </nLn/iiiiiriL/<//;i_u u/iif^na tri- luno/J/iii /i f/'^''/'/' "•- P <nnLn//v)iiniu iun.iiiui\ ' AufUAniiilrii/ini * 1! 

Iiinliitiin ll yiilriiLnAiiuii bbiuhuh : (»l Ivnitiint^n iiiiuinnuji ntriu/uiiiniuniiii fei, aiiiil/>T<iiiiIi ' ' " " 
jinjiiitiliuh ujinai nl«iiuifii_uia n'"f V"'-"""''(" "•- 1"P^"HU li"ipbiiia : 

'•(/ ^P fiiiiuiuiuniiili t^n Liuup /ii/uuiuiunu cl uth^uiüiiiiin nlinnnüluliiiiihU /iiiiuiiin 
Wii/iiiuLnii/iu, tiL '^/./Jiiiliniiiii/iiiiu Miifi iintjnnnLJatiiuüiiph i/iiint/'" "< linintun liknLi 
10 ötuniucniiu : l»ii nblibnbiiii iiiiiiiiubli uinnniJiji nhuin /i ü p ni ih tu nuih luiiLuiliXlituniiilnili iiin. 
unLnaU hnlninn^ uhuiin luru hm hntlliu iltunni-nli anLalttuini-hrbitiuii niiufunf-i) awuitihiuuu : 
/'(j/i nnjuiuliiyb ilbnumbu bn\bh qutu junumiuabiuin nutn biudiiin hnniii ilttinni , Li_ 
/unnj/i/ lui/i/iiiiiiii ab'^nLpbuilinh uinOnLpbiiilja : ubii luuiui ui/iuiuiiii biutlop, cl nuint\biiii 
diunl^n iifftflililJfLfiniu/fUJU '^nlitlli : 
15 l'u/i uiuoii^Ii fci. tiunnuuiuubin linlititthplt libhtiuiLnnp ibui ibnnn atituiuhiiilib luniinLnbli 

Ufliif '|i>'I u((i*^fii-, uL ^/iV*'ncn/iL inhnbuiha n v^ij^^ff i/ifiiiiaifii ISiurLiuaiinlanLn (iiiiinnLiiioiniii't- 
inni.ßbuthh : I/l n \pubnti bnbiui iitn^biiii nhiii IJiuatitLnntubtuii utwinnuntj tibabtui 
^uilianLubli h l'''nnniiih, nun ibinni bi. iinLnpJi rnbann bniiiL. : 



retounia et baptisa le roi et tout le [Jays en meme temps. Cependant le roi 
craignait beaucoup, pour ceux qui venaient se faire baptiser, leur empres- 
sement spontane. Aussi se livra-t-il des lors, avec sa propre soeur et la pieuse 
reine, ä l'etude et ä la lecture des ecritures inspirees par Dicu, avec perse- 
verance dans les jeünes et la priere, et se mit ä song-er sans * relache jour * p, 
et iiuit ä la vie future. 11 conseilla en ce sens aux satrapcs et ä tous les f- -^- • 
princes d'aimer Dieu avec une foi accompagnee de bonnes oeuvres. 

Mais, comme la volonte des princes etait insubordonnee et reveche, 
ils s'opposerent ä la volonte du roi, et se conduisirent d'apres les mauvaises 
liabitudes paiennes, ce que le roi ne put tolerer. 11 abandonna la couronne 
royale, s'eloigna dans la solitude aupres de saint Gregoire et demeura avec 
lui longtemps dans la meme vie avec persevt'raiice. 

Les princes le rappelerent, en lui promettant de se conduire seien ses 
desirs et d'abandonner le vice deregle de la masturbation. Le roi retourna 
malgre lui et reprit les soucis du royaume. 

Cependant les princes impies, brutaux et deloyaux, lui firent prendre peu 
de temps apres un poison mortel et eteignirent du niilieu d'eux le flainbeau 
resplendissant de Teclat du service de Dieu. Ils le regretterent, le transpor- 
terent avec les hoiineurs royaux, et le deposerent ä Tordan, oü plus tard 
tut deposc egalement saint Gregoire . 



134 l.E SYNAXAIRK ARMENIEN. [636] 

T/n^IiK^tii ti- pnyi Lnpiii Ll /j/ilili' J.n./[il. ftijJiiifjui/juilr i/<"fi"i-ß i/in/ufcijiuli iii.l 7'ji/iuinr.u : 
fri. inoLfelr iii/iimi/iiu/i iiniiiii' lii^LilnLnh l'l"' Ll njit,^ /•(. : 

//l /JiiiuiiiL(in{.iiiii unLjijJi <S'^iijiiii/i iiiiJii (^iiiiilIi /.l i|tij' /i i|iiiiii u (.iiinni_An^ : 

ftiujiii? .iiL..L(i ■/■i</i;> '.' i//(iiijriip/itJi "fi/!'>(}' Minfei/imliimii/i Jiiifi '/'/"v/' ' 
Alol. Ui ■ //.nLi/iii/liiiiiii iiuji lifiohtiiLitp <^lJLullf^tll<Ij i^iiipiiL^ fei- iiLiJi^ii/i/iiinL ViiLuiinnij' </i"'Jjt(i 

'j//i/ini?/i^feiiH : r.piiififeiiiL iii/iijfe^i"/ii"Ji iffe>J_ fei- iiihixiidi luft^lilif /' ^'"«nujjiu ftji/iWi, |;npnLi? 
a'iilifeiiiiii iiKLiim/iliiiiiitp i^iiijiiiLp ti- ^'"^«j''""- ^^^ufeJ'Ui/'J'n", "C "^«''5 (fgubiuijt jfeuin.li 

f/i. iiiiTiuiii/i iiii;Ä iimiiiii nliinitjii /iLp tjiiiilifej/ili //inti^iiiJiJinii, fet /jinji^ feL lifeij nji 1( 
iiiiiiJfefiiinii iiiLiiLjiii ^i ÄntJ/Z^ii feL ^j /jnp fe/j"'3 • fei- "^ //"«et;' /jiuTiijLfej^ ijijjnL^oli ^ilji, fei- i^iuiJ 
iiiii/iiiii iii/mfei , fei- n% iiiJit\/iIiJi jnLnVl iniiif . fei- iiidi^iniliLiii^ l'l'i^^"^ '['/"'^'"'L "'i( '"^"[h" 
fei- iiiii/iiiii /i/i i5/i iiLiiit/i ')""l^' fe' /'""/tf Vi'i-p = 

//t /711 /i (luiihiiiiiiiliu iiiiiiii iiii/iiii;iiiJ//^/i}i fei <Jfe^Ani-iiiÄmji^ PiiiijiiiLfiji^iTi 'iniiiniuj 
'/iiiLiiii/iiiiiii/i . iiiii HiLiiiif/i tnfeL iiiiiiinfefeniiiii fei. Wuiiipiiig 'TF"/i '*'" "ß''"/' llpo"'"'-"p">'j •' U 

7 '(«/•/(ii.V/iij/niij] 7;|i/jmV/iljiiij|i ß ] j fS Zf^TifeijmL] aqiiiiiLiiji/Fjiiii. B || lÜ iujj_ iiijTiuj^u O/». B || 
14 '/miiiiiii(] 'Iniiintulinjthnuji 1>. 

' Incipit A. 

Sa soeur aussi et sa femmc, apres unc conduite ascetique, Irepasserent 
ilans Ic Clirist. On feie leur commemoratioii le 2'J iioverabre, Ic 21 Tre. 
Saint Tiridatc regiia cinquante-six aas pour la gloire de Dien. 

En ce jour, vie et martyre de saint Etienne, le nouveau marlyr. 

•Aioi.ii'i * Etienne, liomnie religieux, d'une conduite ascetique, brillait par sa foi 
'" "■ orthodoxe dans le pays; il liabitait dans une montagne aride appelee Oxia, 
cnire Conslantinople et Nicomedie. II y avait choisi sa retraite dans une 
cabane etroilc et toute pelite au sommet de cette montagne, oü Auxence 
s'efait mortifie dans une vie pleine de vertus et etait niort, montagne qui 
est appelee jusqu'aujourd'hui montagne d'Auxenee. 

Le bienheureux Etienne y construisit sa cellule mais si basse, si courte et 
si etroite qu'il nc pouvait y passer ses journöes qu'ä genoux et replie sur soi- 
mömc; il nc pouvait y dresser sa Icte ni allonger ses piods, ni se'retourner; 
il clait ramasse comnie un tronc, et avec tout ccla il ne mangeait qu'un peu 
de pain et buvait de l'eau. 

II vivail aux j<iurs de Tempcreur, i'ausscmcnt cIinHien et herctique, Cons- 
tantin Cavallinus, qui l'ul rcnnemi des Images, des reliques des saints et de 

■ Incipil A. 



10 



[637J 21 TRE, 29 N0VF.MI5RR. 135 

/,V nup .j«....r.t/.i. <.j.i.m/,tp »,tj,„ Jn.Wju.T. tc /,....? ../.(!.../ ">Jct/>T. • ti- .(n../j/,(... ■?..,,.,„/.- 
j„u,u,3 ./7(.t/'^' t._ /.,i,.tL .j./.,.^/. V"['^"'/ V'"t/>^'- '"^ .{...p'..j.uj.. .?t,./,.U3n._y.,,I,t/-l., /,L 
nuphifil tl- ij/jTi/^OLljTi (,tji/j/>(< /j<i/i""1' iiiiLiit/'^' = 

/,V tj. ».ii..jTiuiii/ .n,Ä tl- I,/,ijnLp/iLL nL,{.j.i../...i.L ,/.,i{n./jiijfei.iHi . ti. j.ii..,nL,J(, /.),i,j[./i 
.jinn^LT, Ll ,j,j„j,.„/,.,.J„.l/,»/.J.1. /..-^tmLy *,/..../... t/.I. /. |.....t..,ptl., t,_ ,i7,.„/,t/.r, /, f/,,,/,1,., V\lol. 11', 

t,. /.J...pst/.J- i<"i/"'' """"("".'j'""L rw'lT'ü '^^ .(t^"f"'^''""a '"- /' ■i'<<L.../(.<..7T, : f,V 

pmifn^Jß" i/7/""'i"",7 P'-Hf-L-r/'^' ./M../unLgL.u^ß' «,u,...L/.T,t/.L /. ft.«n_1, uppn^L Opi.tl,- 
,,/,, «„L <;a.^.../|u,Ln,, fcL <;pfe2.n...i,.i.ij(.ol. J/,.u^Ji«./,fe...3l. UmLluullnu, ist. ^.I,t/,L /jpo- 
liiiiLniip : 

/>np {HlLiiil *<"("""/•"£"■ /''""{""-npT. i/i_ j..J</ u.pmiJti.iL, 5""/" "<iL"'ßt "">- W<nti/M"i'i'nii 
ß....j3pnLpt,,..?p ,(I.J...I.n,jT, /.Lpn^ S'^^pcInLaiÄnjlr .ju,<.,u.p/./,nu' f.L .?t,„(..„..,..f/...... .j/. 

V..L,ji..p.nn4]fcu,Jp /uo,,t.ig/. pL,, LJ«, /. .fpng u,.uu,nL/.p...I..ug, pfepfe^u cJi/j'-i/a/i <!«/"- 
,j,„'/l,' .jnp ...p...p pli^/fti? u.tpn'^i'"''/"'^ upum/jtpu.gl. Ll ij/naip...., uppn., fe^ ußfe.?/- /;po- 

Lm^npuig . /... /.I.ßT. f[>t"3t /> .""<-■?■"(<{' '{"f «.J.pT..jnJ.t^. „/. J,V",n.,/.l. ,t«,/.u/,nu,n.,ßL fec 

2 S'n-J.?"./ ^nufc/if'] S"f^"'/ "■/■'ttH' B II 5 .jmnLU] ,jupu.,./.u B — /.ip/>u.J.,,] l.i^ ,,».,.J-.i 
feL ■j{.f.,n.i.r>/,.. rtf/rf. B ' () bu jpf..,u,r,t,i.g (!/». B II 11 .ju,......,././,....] .ju,.»...,././,/...., B — /fl 

,pJfe,np.....,oj/..„.. O/H. B !| 12 /»outug/.] /uo.,Ug/.r, B H l!? .nt,.,.J..../(...J.] ........nL...S...j/.f. B. 



riiabit des religieux. (Ses partisans) briilaient l'image du Seigneur et des saints 
oü ils !es trouvaient; ils reduisaient en menus morceaux les ossemeuts des 
iiiartyrs et les jetaient au vent comme de la poussiere; ils depouillaient 
les moines de leur vetement, jetaient ä terre et foulaient aux pieds leur 
manteau et leur capuchon. 

L'anxiete et la gene etaient graiides dans la populatioa orthodoxe; et 
beaucoup ahandonnerent leur maison ou l'etat militaire, * s'echapperent de'A^ioi 
la ville, allerent vivre dans les montagnes et se caclierent dans les grottes, 
eloignes de leurs parents, de leurs familles et enfants. Plusieurs princes de 
l'entourage de l'empereur prirent la fuite, se refugierent ä la montagne de 
Saint Auxence, aupres du celebre meine Etienne, ä la vie angelique, et se 
firent moines. 

Ce qu'ayant appris, l'empereur, qui avait le culte du mal, en fnt fort 
attriste; il envoya aupres d'Etienne, pour lui parier en des termcs doii- 
cereux, un patricien, son imitateur comme heretique, et des metropolitains 
pour discuter avec lui paisiblement sur les Rcritures et les canons, dans 
l'espoir qu' Etienne accepterait le concile que l'empereur avait fait convoquer 
contre les images du Seigneur, les restes des saints, le vetement des moines, 
et qu'il signerait lui-rnemc les actes, ainsi que Tavaient fait les faux eveques 
et les indignes prctres de l'inacceptable synode, dans lequel ils avaient 



ii'i 



i:!(i LE SYNAXAIRE ARMENIEN. [638] 

iii'iiiiinJui'L piu<^iuTiiiiinli lufiiiin/ilr . iiLn tnni^tn^ili ipinijiplr /'(ijHliiiTinii apuinji^iiii^iijli ti. 
finnif ('"'1 "lim /jiiiii/ili inLiiniuiltiiiit nLiffuttiii : 

l'tili tiiiii)Wii/i)i //mti/iiiiJiiiiiii iiiiin /iiiiiiii/i /iioiitiiiiiL nilii /iiiiiiii |i »j^ili dl |i liiiji l^intu- 
/iiiiiiiiiliiiiii, /iL iiiiiiniiiiiiiii^ii LiihLLnn^ii iiii1iiiiilJiLiiil|(?|ilIi "fp"/] ii^iiim/yJijmiy 'iL li^^iiiiipiiiij : 
//l yiiifiiiiinA/iiiii iia/jilu /ilii /i iilinpu /i lunh^i ln- iiiiit iJtÄiiit\iiijii . //p 11^ ^TiijiilJi^i t|_ 5 
/•n/iiiiiiiiiiij;^ iiiiiiiiiiiLiii/iiii/i iiiiiiin/i/in/i pn 7'ii/iiiiiiiiii (.iiinnLiiiA Iil h^juuipuirj upjinij pnn, 
A lol. lli Tiiini/tiiii '''l/iti/i * iiiiiui? /i/>)iiiiiiiiiilJu /jl /i yiiJui/i^AtinLiHi . /tl npß ijßn ^tuLiuiniiip^iS 
iiyiiiiiiuii//>uii( nuriLnoL hLnSiiiiinii iiTi/itri/iTi ^iiiHii;lih' nliLbtii Ll. ijhl tjhnuui ^bpLiiuiij Lu 
/ii/iiifiiiiiii />"';• /'L nniiit" 5i"/>"i «iiiii iiifiiiiptii/iTi laipiinnii iiifLiiiptiii liL nnL iiliiiiiiii /i 
iiiiiiiiirtiiiiiiiiiii /.L /i iili'^li'L "ipniii : '»L (iiiinAiiiL /i )iriuiu ffL iiiii^ . (/nKTiui p iiii/Liiip/iUi tViin, '' 
/■j iiiin inLiit^n Ll. inLUiip iiiiiiini?iio^p üijiii . iiL tu iiiiiiinniiiiiiii r.i) /i ilfciLiiiIit.i iiuniiinu 
'hnjiinnniijt (•iiuinLnni uunni uiiinn/innLOTtiuili uiiiiini$Lnlili : 

l»L iiiiniii /iV'*i<iiii /i itiLTi^Ir^ iiiuniiuiliiuihu jiliii iir>uili\Lilt iMUinUilhiAi fepiiililiin^/< lltnli- 
ijiiiililiniiji, UU~ miiii^o ^n nnnir;ii «iiiinnLtii, Ll /iiihiiii CiniAilinli /i iinLn^uli, l,i. iinnh 
^nin III Ulli II um nli iiiii/ii(/ii>l , /.l iWiiiiiWi/iIi /imiiLl ii/iiil/il «nniiiiiliiiil , (jl iiilli^/ili iiil/liUiii/IiU . li 
'Ijiit iHiii (i/i fiiMiiffi/fff/f iinliinLiinr; tinniln ^tw^tiiitun : 

6 linttnuiuiqt^^ hnlijinuininiuhl^ 1> iiMiiiiiifi iif/iiifli r>/^?. o ftiiirini (uo O/??, o 7 '''//"//'J 

l/iri/i L> 1 i> 'f niif/i/?ifiMij ifftpfif/i X3. 



anathematise le patriarclie saint Gennain et tous ceux qui etaient restes 
avec lui daiis l'orthodoxie. 

Le bienheiireux Etiennc leur parla methodiquement d'apres rAncicn 
et le Nouvcaii Testament et leur fit voir manifestoment Facceptation des 
sainles ima^cs et des reliques. 11 eleva ensuite ses malus ä rinterieur de 
sa fplhile el dit ä haute voix : « Que celui qui n'accepte pas et ne veuere pae 
ta precieusc Image, ü (Ilirisl Dieu, aiusi que les restes de tes saints, soit 
'A iiii. Hl anathematise * eu cclle vie et dans la vie future; ceux qui ont jete ä lias de 
sou siege ton lidple ])atriarclie saint Germain, rejette-les toi aussi de ta 
presence et de ta gloire; et comme eux l'ont envoye en exil, envoie-les 
toi aussi dans les teuehres et dans la gelienne de feu. » Puis, se retournant 
vers eux, il Iciir dil : « IJelourncz chez celui f[ui vous a envo^^ös et rendez-lui 
compte de ce que vous ave/ vu et enleudu; quant a moi, je suis pret ä 
mourir pour Timage de riucarnation du Christ, notre Dieu. » 

lls desceudirenl de la montagne, emerveilles du magnifique ascetisme 
du bienheureux Etienne, qui ressendjlait ä nnc ondjre, dont les genoux 
rejoignaient la poitrine, dont les yeux etaient all'aihlis par les larmes, et le 
Corps dessöche comme un brin, cl ils se diront : « Malheur ä nous, qui avons 
gagnc los anatliemcs d'un tcl asccte! » 



A Idl. II'i 
\" I.. 



[G39J 21 TRE, 29 NOVEMBRE. 137 

I/l tnWtiHI uittiinahnbli PuinniLnnlili iinn /it< mluihli /tl inLiiiTi, Ll uiiilili . Ilif 
öiiiaiiii-nn ini«/ luinlUbuia iffen , fei- 1111(1^/11)0 iim/iuJiii/j Jii/nnn^L : 

'<"i_ <,'iiiiiilii;iniiin ilfeoiiiL iiiiin/inLii/feiiiiiit hiiiiniiiiijinin iiiiiiulici feiiiilifei n ifeiiiiiTi ii/i 
Cfif^fiifel/ iiuiii itiniaLiititiiuh junr^h fei. /i niiinn p'^nLunbli n onuaunh^ Lt. tittiiiti '/"P nuTiithnulih 

"5 oifi- Ulli unohuii-nnn liuiunu tnuinnuh It niiiniiirnt : 

uitirttanit) ujjih n ihtiiiiAi fei. inbiinh iiiii IjnftliitiLnnph fei. tniuluuiuh : f/i. ifiiii/jiiii ' 
nUuititljttihhnii niiin^tiintj n>^nLnlni /i iLiiAir^h , Lu biibitii nliiu n ilbnuii /i9i>l miunttni U 
iiiui.il, fet liiiii_feii/iii fi piiiniiipu, fec iiinbhh n iiiuhn : Ijl bqliin iiiuii iiiunnLiI biinubiiiiii 
/inoTiiiii-nnii fei- lunltiiitn^itibtiiuu nnnu iiiniifeifeiiii ^/ili i/iiiiili iii-nniiii/iuin_ ^iiii-iiiiiinfii : 

10 f/i- /ii"f lliri^llll-Ofnfi ^firuMi n iittninl^ nbniiihbmh ninbtniuhhnu . fei. hnntit jiihnnbttn 

ntti^btnuh tili iiiiiiiifeifeiiii btintibinnh tiiin^bmn I1 hbnnni ainiulibh : l/i. piiini\Ciiiii tnuipitih 
iiirLiiiV>/i /aiiinuiLnii/iTi fei. linniti infeiifeiiii iiliiii iiiii/iui/iu/i /ifeniiiiiiniiiliii U111J7 . 1/1/ '"IPi} 
(»iiiiinLOni, n\ nniiif^u iiiutiti bifft; n'hnjiiiinnu iiiliiiinnfei/n, pmi- //"//'• p"'('/ titiumbbnmi 
unLiLp feu : 

15 t*ii^ Uuibibiuhhnu . UtiLtt-p feu («iiifinnufeiiiif fei. /*niiif, fei. L*niiiiJiiinniiir, fei. (/ibbti- 

innujif feL '/ftniiiiiK i/nn ^blanihnun ututnnt-Uio iiiiii^infeu . P'niil *"'£ "* 1111111111711, iiiii nntni^u 

4 fe"|ii''J hinaMl^li l> — iiiirfif/f/iiinlf J atnitnu 1> || .% /iiio/iiiiniiipj ljnohjit.n J> || 6 Ifiificiuf 
nütnhihiu'iitinu O/H. H 12 /ife/miiiiiiaiuii] lihnuiu o || 13 liiiiinj '"(/ R- 



Ils alleren! rendre compte ä Fempereur de ce qu'ils avaiont vu et entendu 
et kii dirent : «: O empereur! il nous a completement vaincus, iioiis avons 
ete vaincus par un tel horame. » 

(L'empereur) ordonna avec forte colere ä ses hommes au coeur dur, de 
monter ä la montagne, de sortir (Etienne) de la cellule oü il se tenail 
enferme, de le trainer jusqu'au bord de la nier, et d'embarquer tous les 
meines qu'ils trouveraient aupres de lui pour les conduire ä la ville. 

Lorsque ceux-ci monterent ä la montagne, * les autres moines les aper-*.\riii iii 
curent et prirent la fuite. 11s s'emparerent d'Etienne et en le trainant 
le firent desceudre de la montagne, puis l'ayant charge sur un ans, le con- 
duisirent au navire, s'embarqnerent ä destination de la ville, et lä le jctc- 
rent en prison. (Etienne) y rencontra de nondireux autres detenus, moines et 
laics, qui etaient emprisonnes pour la t'oi orthodoxe. 

Au matin, lorsqu'on le sortit de la prison, Ic bienheureux Etienne 
demanda un denier aux detenus et le cacha dans son bonnet. On le conduisit 
en prcsence de l'empereur, qui, le voyant dans un tel etat, lui dit : « O 
homme de Dien! ce n'est pas comme tu dis que nous meprisions le Christ, 
loin de lä, mais les Images ne sont que des idoles. » 

Etienne lui rcpondit : « Les idoles sont celles d'Apollon, de Zeus, d'Ara- 
mazd. d'llephaistos et de Chronos, que les paicus adorent comme des dieux; 



15 



138 LE SYNAXAIRE ARMENIEN. [640] 

■/'ii/iiiiiiiiii/i iJiiinnfciini_|r7tioIi /ifeniiiiii/iiiil»' <JnniiJuiI( iun.iiip h "J'p"^ 'i"'Pg"t iip«'inni_bi 
/iL ii['hl>l< itiuiauiUi . iiniiij^ii ti. nnfciui ^T uriLpab l'uiuli^nu Lpi^ . 'liutnjiL. ii^Kiin/jt^^ti 
unniif ^ ("/"'( ("''nLU inttituLnnbiin t^ : 

//l iinLni'Ji tx iJ/iÄL l'''h;iuinii innJiiiS ii(l<iiiiiiitii/iJi iiuiiiLa/i iiiiiiin/^fcYiu ^il^ ^i ^iiiijiii^>/iL 
' A fi)l. 11.1 l.liin/inpiiii nniiit" piii/i/nn-W/iiuif/i "jniiiiJimtuin ' lumbi iiiminp ßuiijiii^li tt. /^njiÄiiilifei . 5 
L01^ n» ilinLpiuuil^ii nlrWii/iifeiHi tp 'Plitiahiulinii lUiinjinguii^ iipuinp^iiiip^L, /fl puiqitLS 
tuniuutiliop ntunXnin iiiiiiin/ini.W/ii_I< lunnitiihli : I/l iS ni^^ in Uli l^ 11 //iil^fcptjiujIiJi iJpliiijtn. 
piu'^uiiiiuil/ ^-n, ijuiui uiihn lunn^nnni nntiuii niiiü/in/iniliijiiiii ^|'{"' ^iiuiufci-i)t^ aiiiiLii 
linnii nipLnirnJl l/i/i/xitn/lii iillLnLilli piiiiLllluLnnniiin iiiiiiv,'ii(ili : 

(.11^ /JiiinniLnnli . 'I'njtuuinii iluiu'L uilitiinnuiliiiin uiiuinlibiih /'Lniil "t Miiinliiii(;iiii ilLn : 10 
//i. Iiiiniii <JiiiIiiiiii/ nniu'^Lliiuli'b bnnia /in/iiiiiliiuiilr ti_ 11111^. l/^ji t nmitnl^bpii (iL ^/•p'i : 
(»L ifnpiii iiiulAi . l'''iiiniiiLnpltu Sbnni : t'iit ll'nbiliiti'h'linii . lilttt; iip n^ £itr/jni_L/iii/i qi^tu^b- 
/iiiiui/ q/'^''* uiiiiuijiap ab liüiii : (/i_ unpiii iiiucii . iSiuliOmup "L iIiii'^ : 

(»i_ linniii qAhnh bi. niiKiiZi itii/i/iTiii '^ititliiuinXbiiij ititil^ . '/'iii/Ln ubniniiiLUbnilin nn 
'Pn/iiii/iiiii /in iiiiii iliif^uiiiIiiiiiinL WiiiniiiLnnii niiiuiinbbn /ilii iiiiiiiniiL/7, (ii_ ciiii/ii)iii<f Hm 
niiiLriii/iii iii/iiiifin^ : (»i_ ikiluiV'/i /iiiiiiii nhlil^n nniii'^bliiiihli ibnlinn (ii_ iinliibiiia : 

t V"f"/ J itfrLfuptrrriii H. 



mais nous autros, nous n'agissons pas de la meine maniere; nous avons 
regu l'ordre des saints peres de nous prosterner devant les Images et de les 
honorer, comme representant rincarnation du Christ; ainsi que l'a ecrit saint 
Basilc : L'honneur de Timage appartient ä celui dont eile porte l'effigie. 

« Le Saint et grand Theodose lorsqu'on insulta son efllgie en bronze 
» Afoi. 11:. dans la ville d'Antioche, de quelle colere n'aurait-il pas ordonne de *brüler 
tonte la ville et de la ruiner, si le patriarche d'Antioche, Flavion, ne 
s'ctait empressc de detourner la colere de l'empereur par beaucoup de sup- 
plications? Jean Ghrysoslome etant encore pretre ecrivit ä cette Intention 
ses homelies sur les statues, vingt et utie homelies, qu'on lit dans les 
eglises pendani le careme de quarante jours. » 

L'empereur lui repondit : « Lc Christ ne s'indigne pas de nous ä cause de 
rinsulte faite ä son Image. » Alors Etienne prenant le denier, le montra aux 
princes et dit : « De qui est cette image et cette inscription? » Ils lui 
röpondirent. « De notre empereur. » Etienne dit : « Si quelqu'un n'accepte 
pas cette monnaio, de (luelle peine cst-il j)assible? » Ils lui repondirent : « Des 
lortures et de la mort. » 

Eliounc, elevani alors les malus et les yeux au ciel, dit : « Gloire ä ton 
indulgence, Christ, parce que cct empereur mortel Iionore son image et 
meprise la tienne, roi immortel! » Et il jeta le denier ä tcrre devant eux et 
|i' l'nula aux pieds. 



I- b. 



:641] 22 TRE, 30 NOVEMBRE. 139 

I/l n/iJtii/ili linliiiiiUpu /i i/fciiaii iiniiniu, fci. lüLimfp (ii_ nin/iLp /ii_ niiiLiiiiiiiiIiofi iiiiImiiii/i 
miuli^litlh" iiuui tlpusUL /i/ijiimJiii<^ hnLuii piiin^fen/iii iiinuiiiinu tiL inuiniuh h iiiiiLiiTi : 
(»V (iiuLL ii/JiuniiiLniili . feWt ('""t /' p"''"lM' i!iuiini_i)p nuin-Uiiiu /i iiiiiLu Tinnu/ : (/l ♦ A liil. 1 15 
^ntuuiuibtiin uiiiuiLuiutf f uutu : 
3 C/L fenWfeiui niii'^äiiiiili piun^tnnli n niuUnt^h . fci_ i)/il/ /i iiiuhntutiiliinititui iiirLtiu/ iniiiiin 

h^iun nLanllu nnuiuiultlh Ll. ^uiiuil tiLnunh . dl ilfLiifUri/iiuii n^nallh jiLn iiifL ( «tllrjriLlffO 
(/nitopfeii/i /•/''' : I/l unliUiulih itiiiiuliuinh lunduihttiLniiLniiiL. U luiiuili/int^li 'l'nhiitnntil^, 
Sjiu qi\ all nn lull tuh uuinnLiih, iil J/ili nüiupuijinniinLphiuh : 

/' iiunli uiLtiLp Luimuipbaiuh ilfea u7iiiIi()iiiliop ijiiiuli 'l'ppiiinnup uiiuinliLphli p iiiiili 
In *^nii*vni-iiioni7 uipniiiiq;h uriLpnh 'Ihuipnu fci_ L^lutuhiuupnu öauiiiLfin liptuiitit^npnli : 

Ofitp '''^ ^L bn^bilpbnji 1^ t Soll t l*"iphh tuit-uiniiinih hnpop ^hinpniin J/iil/i : 

unpaitiu tun ph '^ptuuiuh fffmiipLiuf pii /i 'hpputnnut^f puipmiLt />'"1 iiiij/iifiiiiii lunwiup*^!! 
OL übpinbj a'^bpuihniiu lUiunLli Äop "L l/iinLni ti_ uriLnu a^nni-niu, t<)iuu tlfiüiuli II luinMl^nup 
uifLUiptinili bpidiui iLpljjipli Uiupnuibbpiuit, nnp luubh nüuihn bhll^ llpliniii piiiiiiiipu pijt 



Les princes tomberent sur le saiiit et lo frapperent ä coups de poing, 
de pied et de bäton, ä tel poiiit qu'il tomba ä terra ä moitie mort, piiis ils 
Tentrainerenl au deliors et le conduisirent en prison. Et ils dirent ii rempc- 
reur : « S'il s'attarde en prison, beaucoup * se convertiront ä ses paroles. » 'Afoi. 110 
Et il ordonna de le tuer. 

Les bourreaux se rendirent ä la prison et l'entrainerent au deliors, puis 
Tun des geöliers saisissant un bätou en frappa violemment le cräne, et 
Ic cerveau en jaillit; (Etienne) rendit son äme ä Dien, le 29 novembre. II 
merita une double couronne du Christ cnuronueur, l'une pour sa vie 
ascetique et l'autre pour son martyre. 

En ce meme jour moururent au milieu de grandes tortures pour l'image 
du Christ, par le meme empereur heretique, saints Pierre et Athanase 
moines ascetes. 

22 Tni, 30 Novembre. 

F'ete de l'apötre Andre, frere de Pierre Cephas ' . 

Lorsque les apotres re(;'urent Fordre du Christ de precher par tuut i'univers 
et de baptiser les paiens au nom du Pere, du Fils et du Saiut-Esprit, le sort 
echut ä l'apötre Matthieu de se rendrc dans le pays des anthropophages, que 

i. L'annenion a traduit : l'rere de Pierre « roclier ». 



140 LE SYNAXAIRE ARMENIEN. [tt42J 

/i hnJbnbnli '/iiLinnii/i : //l t/'^ F^"''//'*fl ß'"'/'"^/ ' "'(""/''/ "''"/"/'"'/"/'fii iiLuiWili iiilt- 
♦ A fol. U.i ilIiiuiu /ii-ntiulrD, ti_ iinn * /iiuJ^/iT> liLiiniiihlt nLinfe/ lunanLniu'Li^lih |r7il£iiii/jfciju, fei_ iiiü/jiiiL^n 
iiiinTi /i iliniiin . fei. ^lulit/ii iiiiitiiL fei_ luiiiiu^u iiiiinSiuul^jjli ahnbiiniJi oii . fci_ iiiuiui iifelinL/iIi 
fet iiLini,/'}' iiil/iiili fei- (iiiiii/ilLT; iiJui^/iL : 

//l iiiiie/iiiiJ feJni-ifi U itiinlflt^iiu U niiiiimpL' feutiiiiL oldii nnuil^ii oiiiiiip "'if' iniiitiiiiL 5 

/i uiiiiiiiiL, i/L yiilr/il/ niu«ii}i ti- luiiiinLii/iJj niiLiili : l'iili H/iuiiipfeiiiili n* linLniuniUL. LtuinnLOni 
'^niuSuilnuLii Ll n» uiiliuiL li luiiiiiin . tun itinolili^n fei. ilnuiLUiLnpl^p ijl.uinni_iiiA : (/i_ 
fenfei. AiiiiTi iu(u fiiii Ll iiiiit • ''/' fe/i//i<t/i/i WiKuiWt, il/i feil nhn pin bü . <)iiiiJafe|iLui iiiliiljiii 
niiiiilt Ll '>/'i'iJ tt iiiiLiunfeii/iti nuin-UinfeiuiL l,linnl^iuu, fei. '^ttilinl^ 'IH l_ niininnbiiii 

t)llinnnlin iiiiint\nLttntJ f/iu : tO 

'.Y /iiifeLfeiiiiiL <Stn («Ofin^/i Ll iiiiit • '»*/'/J/' V*/in (''/''//'/'" ""'/"in'fefe/""'! fet "^ii'ili 
II 1 1 III III lill^nu /i iiiulinl^ii : i/l rtiuiin ^luSttinlitiiiii. lUinnt^iiiii ii^nniiiiii^Liiiiiili liilui n ofeu/fLU^, 
i/iiiiiL '^fe(LioLnnni_ßtiii7/ inLiiunrU, fei. i/iuiilr iiiHiiiiiinLlULiiili i)ii(n3Ln^/( n/i iiiibi-iiii t^n : 
//l Lniinnti iithntuu ^niuaiunniiiii ifefi/JiuirifU : 

l»L «S^^ii yiiiiiniiiinfeiuii niijiinii l»uiint;ji Ll. nuiiiii /i oiii/fenn/i, fen/riii I/iiil iI/i iinii r)t;iui 15 
iififfuiniiiiffnfeiiiii, feL liuphlih 'hnliiiiniiu fenfei^ /i litinuiiiinitthii hiiit-iiittiLinh Ll. *^nfe^t/iiif/i n /i 

*A fol. 115 fefeiiiiiiiiiiiiiTiu liuiLiuJitiiiiuo : tfi. uifeufeuif Lkliiinlih qliiiiLtuuiuuih UiiiLiuJiupopU ' ns aiuhaiuL 

V° b. 



cVanciens disent etre la villc de Sinope au bord de la mer du Pont(-Euxin). 
Les habitants de cette ville etaieut des anthropophages, ils mangeaient leurs 
*Afui. 11,-) morts, et au vivant * qu'ils voulaient manger ils donnaient ä boirc des 
remedes somniferes : Thomme perdait sa raison, ils lui crevaient les yeux, 
Ic nourrissaient pendant trente jours, ensuite Fimmolaicnt, mangeaient sa 
c'hair et buvaient son sang. 

Lors([uc Matthieu fit son eniree dans la ville, (les habitants) le saisirent 
conimc etrangcr, le conduisirent en prison, lui creverent les yeux et lui don- 
nerent ä boire le poisnn. Mais l'apötre par ordre de Dieu ne devint point 
aveugle, ni ue perdit la raison, par contre il pria et glorifia Dieu. Une voix se 
fil entcndre a lui : « Ne crains point, Mattliieu, carje suis avec toi; patiente 
vingt-cinq jours el je t'caverrai l'apötre Andre (jui te delivrera et couvertira 
ä moi cos gens egares. » 

Le Seigneur ayant apparu ä Andre lui dit : « Tu iras au pays des anthro- 
]iopliages et tu delivreras Mattliieu de la prison. » Andre se sentit accablc par 
cet ordre du SeigncuT, ä cause de la distance du Heu et de la faiblesse de son 
Corps, car il etait Age. Par deux Ibis il refusa de s'y rendre. 

Le Seigneur rall'ermit Tcsprit d'Andre, et il se rendit au bord de la mer, 

Irouva UM navire que le Seigneur avait preparc; le Christ lui-meme pril les 

v 1,. apparcnccs du capilaine et les anges cclles des malelols. Andre en ' regar- 



[643] 22 TRE, 30 NOVEMßRE. 141 

olinuill : //'^ll/llll hllll^ . IlLn /iilil)/lii/ii> Iiii/l/iI : fxipill iilllIiU . i>/|ii/i/lii7l lillinnuiLljnilln : 
l.ll^ IJinnt^iiitl . l«(L^p Ll u/iu nliri t\/,n : l'uJ^ )luiL!llilltui1i . iSnwi iii/iiiliA Iiiul/iii : l'iil^ 
lilinntjiuii . lli uiULlin JuinA nLliliS bu nt ^"/ti ii/i /itnuiiij : l«ii^ LiiiLuiiutin)/ . i/l niiiiij^ii 
r/ /"/ " ■ '^•"t '«'"(nt'""- ''" i"2"'hl'ntn fcil »»/iiini_u/i, ki- ^niiiütuli tuit-ji n i/iunniiiiutinj^Ti 
■' /lut "/' /'"* "> ""L/"lt n» miHiii liL n» ')"<<7t "Lfi fei_ uduiii/iit : («u^ uiiii-Uiuitiinu , Mjiiiii 
<,nuiuiiiUJt i/iiiiiiiiiiiiihin/i/i pii i^iiLiii /i Liui-ii fei_ iniunuiiii 'ipun nLii fei. iiiuo/iii/iii, fei, few^ 
niunnuiiLu i/iiiiii pfeii ^"'f/ fe*- V'"*-/» : 

(/l tnnaitiu LiinLin n hiuiAi uliutuL («unri^iiju httiLiiiiiiuinnh ni- li tu i-iuiluip tu nh ttttutnubi 
iiuniiiu«fei/iuu nnn uipiiin 'rnnuinnu h ijbpttii unLnji : t7i_ tlliliMibti. uiiuuiill^ii lili'fbiuti : t?i- 
1^^ /'"'/ ttin^tuLotnli tttunlflnt^nLttii ttintui. n iint^nAi ptttniupnUf fei, n/imuiu d/i iuiu nn n utttLJtu 
l^n St^nli t^n '^iife^uiiii/inp, fei. an'Jni.Wfeiiiuii i/iiiifLU fem : 

//l bnlit^btittiL liiiiti Af;"!! /i liLniiitunttthti iibttbtilili nitihliiiih . fei. fiiffLiiiOii'onju tuututi 
uutti 'fifi /ilfi *)iif£ififefi^\fefiff J^fi «^iifliii/ififfef f/iiifiAiiiuiifii /i tittinttiliiiitittinni utiiniiliuihi^ 
ntuiitunlilif 01- iiuiiiAni.iiiiiufei iiliiiiiiii iiiiuuini.iu(\ii/iuiiiL/J/iLli : 
^'' l/i- ütnbtui Lkutint^li /i pfiifiiiinff ntiiiiii n uuiu/iu nLn U ttitujtll^nii {^n^ fei. lunolifuLp... 

1. Desinit A. 



tiaiit le capilaiiie et les matelots ne les recünmit poiut. II demaiida : « Pour 
quel pays faites-vous voile? » Ils lui repoudirent : « Pour le pays des 
anthi'opophages. » Andre leur dit : « Prenez-moi avec voiis. » Le capitaine 
repondit : « Donne-iyoi le prix du passage. » Andre lui dit : « Je ne possede 
ni le prix de passage, ni pain pour manger. » Le capitaine lui repondit : 
« Et comment veux-tu y aller? » Andre lui dit : « Je suis le disciple de Jesus, 
j'ai regu l'ordre de mon maitre de ne rien prendre avec moi, ni argent, ni 
pain, pour le pays oü je dois me rendre. » Le capitaine lui repondit : « Entre 
dans le navire pour l'ordre de ton maitre et je t'emmenerai oü tu voudras; et 
si tu as faim je te fournirai du pain et de l'eau. » 

Lorsqu'il se fut embarque, Andre se mit ä raconter au capitaine et aux 
matelots les niiracles que le Christ avait operes sur la terre. Tandis qu'il 
racontait, le sommeil le gagna. Le matin ä son reveil, il se trouva ä la porte 
de la ville et il recoiuiul alors que celui qui se trouvait dans le navire, c'etail, 
le Seigneur avec les anges, et il (lui) rendit gloire avec joie. 

Le Seigneur lui apparut sous les apparences d'un bei enfaut et lui predit 
d'avance les epreuves par lesquelles il devait passer de la purt des sau- 
vages habitants de la ville, et qu'il les convertirait ä la science de Diou. 

Andre fit son entree dans la ville, se rendit ä la prison oü se trouvait 
Mattliieu, et par ses prieres'... 

1. Desinit A. 



1/.2 LE SYNAXAIRE ARMKNIEN. - [644] 



• ]j B * .Soll SLhui^iuiiiiliu ku illfUijiiLJiiliii iiiiLjij- }iiii/iiui^ii^ ui2iii/jfcjiiii/i1i ■/*ji/iuuinii|i fei. 



p. L'd'i h. 



iiitiiijjfefiijL fUiij/it/i feiy!";i}i ''/fci.ijiiii./i, ii/i /jiuiimljifei/uiL /i ''/iiMiijnmi j;iuijiuj;/i 
/"iiiwiiiiiiMwiiii /tl Liii/iiiii/iii» iii^iii/^tjunTi i'-fi^uiinnu^i onL^ip iiiiLiii^jfciiYlr l.l;ijjitiiiu l;ji 

iiifiiii iii/jitiiiuL ^m2iiil^fejiiiiiiL|r)/iLi< '/'ji^i/iL, i^iiJiiJt ■/""( "«-pfeSii ^lu-fcnj^ tf /' ''JniJI^JiuI/JinL 
i/iiiiifiiiiiif/<iiir,~li liLpur^ : 

hu /</■/>''•- iii/iiiiLiiiinfeii fentt, luSbhiuihli iiiil<ii^i^i/j' iiin_Lui^ ijLrj^iii^^ji ^ilji ijl/^iiJiiIr ^uiÄ 
iii(L HliiinLU . Ll hiipii IMinnt^iuu i;n luiuniOi"//'"! «S'Liuiulf /'p(''''- '?/' ^t|iti_fe^ lu^^iufjLjiinuig 10 
itniuilt lifinuf ; 

* /'u// ^felll ViiJuiun-imiiiii 'PpliijiL tun. ^wj^f^ U)^"'l_ ^""J"-"'/ "{'p'"/ ^^ij ■"{{ luiuiu^tujjuii 
Lyuu Iiifiu ijliSuili Ifjiuiniii : 1,'l nLuinfeuii iiiliH lUP^P '''" ß"T"'Ztp ijiui-feuiuijiuilil/ 
uiuiihlJ IijiiiJ;op /.L uinnL/iiiixi/iLi), iiJ^lil^n niuluinuiöl^inti, yuiiurttp ijijclu, fci_ ijiiijuxnL- 
iiiiilitn iiJiiifin/i/i /i ilninnnLlilL'iiL; lin.na h iiiiJiii/i/ii/i uiuuini_ujd£j/ioini.|J^ii-li, bL inLiiuiLtijitjji Ij 
)iiinnnnL/J{>iiii?p onLiiu lULiuiiiuli/ili, linn^iiu'bl^n iiiiuin/iliu ^"-"'1) "•- ')i"uuniiint(' i^uljtqfe- 



]{ B* Fete solenneile et marlyre du premier disciple appele par le Christ 



" li 
p. tili:. ... 



• li 
p. ülij a. 



p. lid'i I). 



et apotre, Andre, frere de Pierre qui inourut dans la ville de Patras. 

Le premier disciple appele par le Christ et qui subit les tortures de la 
croix, le saini apötre Andre, etait fds de Jonas, frere de Pierre Cephas, de la 
tribn de Nephtliali, de la ville de Bethsakla de Galileo. 

11 fut d'abord le disciple de saint Jean Baptiste, et guide par lui, il devint 
le disciple du Sauveur, dont il avait enteudu parier auparavant par son 
maitre Jean. 

Lorsqu'il fut letemoin oculaire de tout ce (que fit Jesus), il prit son frere 
Simeon et le conduisit aupres de Jesus; Andre lui-meme fut toujours aux 
cütes du Seigneur comme un de ses plus reraarquables disciples. 

* Apres l'Ascension du SauveuV auprös de son Pere, Andre fut renipli du 
Saint-Esprit avec los aulres apölres, et il lui echut par le sort le pays de 
rilelladc 11 s'v reudit, parcourut le pays et y precha Tevangile par de nom- 
breux signes et prodiges; il gueril los inürmes, chassa les denions, convertit 
les gens de l'crreur des idoles ä la vraie science de Dien et les illumina par la 
rcgöneration des saints fonis baptismaux, renversa les autels des idoles et 
edifia des öglises. 



[645] 22 TRE, 30 iXOVE^MBRE. 143 

UL inuuliunu lULbuiuinuihhli ptunnnnupbnih blih jt r''biiiiinnlililit^^ bu n lujiinhnulilbhl^li 
C*ui/ini Olli ilt^u bnbttii liiULaiun tui2Juuin<fh uuiniiuiubniutit iin ^^uiuttinnh lltubi iihitttili\ti 
Uiu*^i)ttihiunh (flniniti lytunuipji 7 nuuiniiiiiuiiiu cfnunLitf anitAnibliu i/iuiif U tiunltlt^niin 
iui-ai/iiiifiiiifj\/i /i iibntiitilibi nniiihh bbUiun iiuiiujuliujiiufnni bu tiutniuliitiultin uiiinnjib 
5 lu^jiiiinf^hli iiii/iiWi/i : i/lii tinunuii U uiuimt^nu uiiuiLuiui^ii /i niuhnii /.i_ li <^iuiuiouiuii 
uupu bt- p'i'/ 2n^"l"H r l^nhbii jitinbL. nutiobiuOli tniujuni^nbuii ji tjlinuijuiuhA iitttniuhutu : 

l/L LUinnt^n nlll^nbuil p ^ullLll^ubh ntuntiin Utunniutlbniun iunjllllin*)lth nlxtunnLÜ bu 
nuboiuubo uniuh\biiiUf iiL tinbuii ntuuhnintuh \iiiii\iuniiifiu, ittiint\nin nniunnLuu n njiLui— 
iiiiiMui oniniiiiL/iiLli^u, fei_ inLUUiLnnciua ^lULuiuiiiii unLnii IßnnnnnnLJabiuU : 
10 OL uilitnh blibuij n l'pLauiUnliw nuipnni^p n'hppiiinnu, bu m-UnLuiuL^n nZkiuuiuuiiun^JIj 

i/iii/inL/öLiu/i, Ll <iiiiLiuuiiun/i/j puinnLüp fcL niupliuii /i ol^ii : Ubniuinpbiun linipu tiii/iii/iii- 
iiinii iii/iiiiiiptnii «jiuiiuüLiiin /iLn iiii J^- il/i iLonTiiiuiiiuiiLU ninuiLbpinuiqu 'l'pjtuinntili, ti_ 
iiuliAU uipuip huiu n^mutuunuabiuiuh : 

IjL. luUinp niupAiUL^ lUjjiunni ti_ h 'liuinpuiu, fei_ ^natpnL/ii i/iiiiiniuuiLuinL/JtiuJu 
15 npuuin iiaiiinnLUu im-rLhuih uiLbiniupiuhph puipnnnLßbiuh . piuLl^p nSb^biuiiii n/iLiiin Ll 
^uiuuiiuuii^p nblibnlinpu : 

C/L nuimtuLitph l'tjpiumt^ii bijbiiii p 'luiuipiiiu cl utbnubiunbuji luSbhuirUb nnp » p 



Au cours de sa predication de l'evangile, il vint ä Thessalonique et, sur la 
revelation de Dieu, il s'embarqua et se dirigea vers le pays des anthropo- 
phages, qui sont censes etre les habitants de la contree de la ville de Sinope, 
sur la mer du Pout(-Euxin), pour y cooperer avec l'evangeliste Matthieu 
ä semer la parole de la vie parmi los gens de ce pays, aux mccurs l)rutalos 
et ä l'esprit sauvage. Saint Matthieu y avait peine daus la prisou et dans les 
tortures, avait parcouru les montagnes, le corps et les pieds uus, ä l'instar 
d'une gazelle fuyant devant les fauves meurlriers, devorants. 

Andre apres avoir opere de nonibreux et grands miracles, et soufiert 
des tourments varies, dans la ville de Myrne au pays des anthropophages, 
avait converti beaucoup de gens de l'erreur du culte des demons et les avait 
eclaires de la foi de la sainte Trinite. 

De lä il se rendit ä Byzauce, y precha le Christ, y enseigna la voie du 
salut, et beaucoup crurent et se convertirent au Seigiieur. II y sacra eveque 
Stachyos, son disciple, qui est Tun des soixaute-dix disciples du Christ, et 
Itii confia les fideles. 

De la il revint en Hellade et ä Patras, et par sa doctrine, toute empreinte 
de l'Esprit, il attira beaucoup de (pai'ens) dans les lllets de la predication 
övangelique ; il renversa les temples des demons et edifia des eglises. 

Le juge Egiates, venu ä * Patras et informe de tout ec qu 'Andre y avait p. 



:!05 b. 



I! 
i;:. b. 



144 LE SYNAXAIRR ARMENIEN. [646] 

uit" . l.ubS ./lu.iJi p.i fe/Jt l'^n^^l•^,L•jnLtfu,lbu i^JiKfiii/nLjiiju /. ii^ui2Ui"iiJiüI<t muiniiLujÄngL 

i,/.ii.L. "'/><J /''"'{ .{"T.n<n/, i/ii.j..jiiiii^/,.i.i.L|r7|iLl.ij, /,l i?iii....'i ifn^u .;/..; /tl iiKi/pfe.iij/n; . m.,^,,, 
/J/;^ dv' n/iiii/iii'l il/i /i /"'"^ liltiililiu : 

lud, „„n-ii i.iiLii/^t.ujL ('.Ti(j(it"'" uJiiuini-iiiÄi"/""" ßUifin^ni-pfeiHiJfi u^unii. 1.^01011?/?^ 
bi?i.. ,j,Ju,;.,j/,.^nL/J/.J, 'l'pll^i, ti. .j/unj.4nLj..j ./ip/^iiLpfc.i/I. .5«i;..j/^i<ilr /. Afe/ti. /uui^tJi 
fenfeiiii , iiuiui iiipiujifeiiiL J"?"" fe«- i^ni-lrui^Lni-P^ Ji unLin iiiuinnLiuÄnijii iipu^uitu Jiuli : 

/.ni-feiui i-a/uuint" qiuäliliiu^'b piiiLu uni.pp UKLiu^fe^ii^J«, fei- infeiifeiii^ ijiulrjmjit/ ujL/jnL- 
W/iiJ, Lnpiu /i iitpJ' "/'p/«<ui""/>' "{>n./ .u^i<;.iiJiii;i<itp iJ«i<ffeJ'i"(;J' <mii5.l?iiilr.i fei. <f.?ui<;, 10 
OnuJuiIi fem lun-Jtuilh uin/iiiiJiti iiliiii ^i piiili/j : 

//L /i i/iiin/iL luLiiii luÄ/iL iiTiiJ» lu/Liii^ ^iL^i . fei- li^ii-Uij/lijjiiiiJ <,'mjigiii-i^inpA iiijiiiijifeiu|^ 
/iMiifei. feu/iui /i Jin(li Slunu liiii^i/^iiiijiuL ^n^J, fei- '^fituiliu^biuij (jiu^'l^iug uiuiLfe^ fei- ^i ^uui^ 
ViiLfei : f/L uifeiitiiii fe^uuLfe^/iL |i <,'fe/Liuuuiujlrt i^uimL /^iuLijIifeiu|^' t^ntjbuig ^n^J ijijojiui-- 
W/ilL uiuimnL.uiliuili /uuivfiL, fei- mnimShuia e/nijni^jiijfeuiJi ij^Jinji^Jnii iiji innLiUL ^ t.iiuiiJi-Änj 15 
lillillii /uilli/iu : 

Lv uihiil^i iJfenfeuinfeiui ij<JiuliijfejiAu ^iLp fem nui'^üuicj, fei- Iin^m ^mlr^lr i^Liii |i ^uiii», 
iniu/im^feini/ iiului 11 11 diui fei. u^ji^fejm^ ^1 t^uu^utj) uin.ui'Ltj jifei_feii.iijij' iijm^t" fe"- u^'uuiiilJi- 



accompli, ordonna de laireter. Lorsqu'il Tut mis en sa presence, Egiates lui 
dit : « J'entends ä ton sujet que tu detourncs le peuple du culte des dieux que 
nos autocrates adorent, pour suivre un certaiu crucifie, que Ui dis etre ressus- 
cile; or, abandonne cette vaine doctrine, et ofire des sacrifice aux dieux et tu 
auras la vie sauve, autrement suche que tu monteras sur la croix. w 

Mais le saiut apötre Andre, par sa predication inspiree de Dieu, se mit ä 
lui parier de l'lncarnation du Sauveur et du mystere du salut des hommes 
opere par la croix, tont en lui revelant la vanite du culte des t'aux dieux. 

Egiates, apres avoir ecoute toutes les paroles dusaint apötre et vu la l'er- 
mete inebranlable dans l'amour du Christ avec laquelle il meprisait toutes les 
lorlures et la mort, ordonna de le jeter inimediatement en prison. 

Le lendemain on le lui presenta, et Tayant interrogc ä nouveau et Tayant 
trouve dans les memes inlentions, (Ic juge) en fut fort irrite et ordonna aux 
Lduireaux de reniniener pour le crucifier. Le bienheureux, en apercevant de 
loin la croix dressee, fit les plus grands eloges de la pulssance de la pref- 
cieuse croix et prcclia au peuple les gräces qui furent donnöes par Dieu a la 
sainte croix. 

II se dcpouilla aussitöt de se.s vetements qu'il remit aux bourreaux, et 
ceux-ci le snspcndirenl ä la croix, en lui eteudant les bras et les attachant 



[647^ 22 TRK, 30 N0VEM13RE. 145 

ntuii t/i Vo/iiuui^u, ij/i iii/iiiiiA luiLijt ndlinnili uiiiilty)iifliiuii tiL J/i i/iifiii/iiiiiiiili/i ilbii ii/i : 

f»L IlllJlU/t" IIILIIMIU »IIIIII /llll/lltlXII /l jlllU\llU IIOIIIII-/J/>llll^llL (.«llllllll-lYll^ l/lillllll /l(illllllll//l, 

/iL iii-unLiuii'lil^ii nJuniitliiLiiiili '^tiiiiuiuiinnUi '/'"/ /' *)IIIliiiiiiii(i 'l'ii/iuuiim/i : 

//i_ /"'l/'^' ijJ»iu JnnnilnLnnii Ll liiliuilfOt/'" /' '|iii"i""-lllitll, Li_ iiil)i!ll/u iliniuiil.illl 
5 n/iiJf^/iTi /i 1//.111111 l; all III Uli Uli li'fnLaiu'iilji iiliiii /i /iiiim/^1/ : /'u/; iiiiLiiipIiiiiili * iiijiij/ii/iiiij^ ♦ B 

nLniiiii nv /fi/i A^"!/ i /i"l"> niniunbiuj (iiiiiiii /(/^ ^unJn/.iniL/J/jLlili iiin_Jiiii)iuhiulikiiii IiLijiil- 
/J/.iiiIiq' iiinJiulilt iiinAil^ liliüiiiuli luiL/iinl.lfiii/iii.-liiiiiiu : 

I/'l lilipli feiiiu/ifci/ili iiiiuiiiuiuai/i »iiiiniiiiiHiIiiiu iii/iii '["Hl' iI"Liiiii/r/iiiii/ili OL oii^litp 
iilaiiniiLiiiÄ : (»L äli]isniiL iiiijojifl^ii /i iiiiiiii^ /iiiii\/il( iniii iViiii^iiiIiMiiiitrii iiiiiiiiiitiiiii 
lü lijnlAilia Hill tiL i/iuiiitiiiiiL j/iLiiO"!!""'//» nhnijuiL. Ll iiiiilitfiiiti liiLiiiliii/iiiin ii'^mi/iu /ilii 
«un. liiiuiiiLUiCT Jinikuiilinji /. i.l Oii/;^/i /'(• : 

I/l ui/i/i/iii n3ii Sbffiiiuali l/iiinii/iii/iiiii luIinLli' uiiiiilfuiiii^ui l"|w "«- tliu/iLiiiiiÄ |l««'- 

iiinLÄn/ iiiiLtiiii nifiiiiii5/iT/ iiiiLiiu iiiiLiiiii/iiiiili od iiiiiTi/il luliLon /iL /iliiiii^, cl iiiiiiiii/iiii^ 

i?ii;niiLn /iitiiiiLiiiip /Jiiiiitiiiii iiiiiLuiliit/iii uiiiiiiiiiilih /i 'liuuiniiiu piiiiiiiin/i : (»l iiiiuui /i oui- 

15 Jiiiliiii/iii '/miiniiiJiii/fiiii iiiiiijiiii/i' UHLiip liiii/iil/ili Liiiiiii ntniiiL /i /■/iLiiiidiij/iiu, cl aijuii. 

luuiinnLiii/ /i iniul^iii/i/i iiiiLiiiijfeinii . inntit; iiiiiiiiiLii' l/fliiiliu l/ili/i" ^ i^iiiiii ii '/•ji^immiii^i i 



fortement au bois saus los cloucr, ainsi qu'ßgiatös I'avait ordonne, afin 
qu'Audre rcssentit d'horriblos tortures et ne inourüt pas imiuediatenient. II 
resta aiusi vivant par la puissance de Dieu, suspendu ä la eroix, pendant quatre 
jours, et il precha au peuple de rester inebraulable dans la foi du Christ. 

Les temoins pleuraient et murmuraient contre lejuge, et s'etaut rassem- 
bles, ils voulaient exiger d'Egiates de le faire descendre de la croix. Mais 
Tapotrc les en * empccha et ne les laissa pas faire, leur faisant compreiidre » n 
que la patience des pcines temporaires rend digue de la vie eternelle. 

Quant au bienheureux, au milieu de ses souifrances atroces, il se montrait 
gai et beiiissait Dieu. Et tandis qu'il priait sur la croix, une lumiere rayou- 
nante jaillit du ciel et l'enveloppa completement; c'est ä ce moraent qu'il ren- 
dit son äme ä Dieu, le 30 novembre, le 21 Tre. 

Une dame noble, du nom de Maximilla, fort pieuse et craignant Dieu, prit 
le Corps du saintapötre, l'oignitd'encens et d'iiuile parfunu3e, l'ensevelit dans 
des linges propres et l'inhuma dans un tombeau ä part, dans la villo de 
Patras. Plus tard, aux jours de L'empereur Constance, son saint corps fut 
apporte ä Byzance, et depose avec honneurs dans le temple des apötres, oü 
s'opörent de nonibreux miracles pour la gloire du Christ. 



|i. 2r,i; a 



fATU. uiv. — r. XVI. 



F. 1. 10 



♦ li 
p. ji.i; li 



|i. L'i;i; 1) 



14G LE SYNAXAIRE ARMENIEN. [648] 

äuililiV iiiLiiLji inoli (jL l^/jiiijiiL^J/itl/ niiL^ij! vujjllliujfeiiiiiii;}i «■"("•; "("/Liii/ "CP"/' 'f'l'l'f'l'l' 
Cn/iuiliui/f/lii/i, »/,jipiii7i/ili/i, ;<iitli//ui}iti, '^Jl/IqIIJl/Iu/I feL '/-iHji^itj/i ßUl^uiTilu_,^li : 

UnLnii '^iiimuinilitnpu iii|JiiiLiii/^iuiß LijLIi "pi^"^^ ''Z'/"}"^/' f'f"'/ /" ""/'/'^ f""<'/' 
iiini?iiminii nu">-""-l"l_ ■ p,>"^"lh /" ß'"'I"'|;^ hbiiuipiutji.ni] HLp iiliiui. utiLppi /•ji^^iiji' 
inänLuiiutthiui hiiiiL. tn/inLii npifjiii . fei. iim^iii fe^l< ^Ii/J iSji/jiiiinui^ ^t Sii'^p ni-J' fei- /Jiu<jiumiu- 5 

/•ufe fe/'t'/ nniihV rinni-S iiiLntJi t/' *l,pP"'^h"^ i£iu^ijiiigfeiii|_ ^iuuiu^iul bünLin ji ^uipi^ 
ui^lviun^ji : //l ii/iiiiiiiifeiilr nn fe'ntj' f '.ji^iuiiiiii/^t"' ""l •^m^p'b ^Lji fei- i}^'"^ l^poiiuLn- 

llfelllllL /l /lllLlllllLlUU l/lllJ/U, fei- IHIIUIJI Illllll ^^loLllILnjI ^I l^lllllll IIIJIIIlllIJ, nji JfeÄ fei. IIIUUUI^^ 

ü iih n i-Uh tu üfi IfuilP luinilfeiuiunf] /"'l/' ■' 1l 

Kfiii ifeui iriLutULnpliini^ upuniji 'hp^it^npji ^S'<'j^' jnLiiii- ßun^uiLnpi Spi^ium tjuntjiulii; 
liL iiiiLiiipfeiiia L p Im 1121111111111 h Wfeiiii/n/iiii luofci iiiiiiinnLni/ iiiiL feupli, nji fcl^^l) i^ui^iii f^Upjp. 
WiiiJii^u /i piiiniiip iiiL/in /i piu<Jiiifiiiiiiii-/(7feiiiu uiuuthiXiuli feifeiui : i/l ijliiiinfeuii uinuiit^jib 
nl.pjtuuuulil^u, fei- n* liiupt;li'b «Jiiilifei /i ijiu'buin'L : t.iiiui diiiiiii^feiiii feiii^ii^nu^niiiiiij fei. 
puiyulriiii/iii ')'iiilili{i iiLiii iiiL/KiLK/feiuiiii aliiiii /i iinpo ujni/inLK/feiiiu l.uuinLOni : 1." 

17«. feufeuii Iriiiiui iiiij/uiiin^Jlr ^luinii lun. Muiquiunph nupiulu fenfei. . fei- feifciiii iiiipo» 



Ell cc jour, iV'te et martyre des saints patriarches d'Armenie, les iils de saint 
Gregoire : Aristakes, Vertlmnes, Houssik, Gregoris et le pretre Daniel. 

Ces saints patriarches occuperent le siege de saiut Gregoire. etaut les 
branches de sa bonne souclie ; car saint Gregoire, dans la ville de Cesaree oü 
il fut eleve, s'etait marie et avait mis au monde deux bis; puis s'etant rendu 
avec Tiridate en Armenie, il y fut martyrise. 

Son fils aine, dont le nom etait Verthanes, arrive en äge, s'etait marie; la 
inere prit le bis cadet, qui s'appelait Aristakes, alla se faire religieuse dans 
un couvent de vierges et bt de son blsun religieux dans un couvent d'hommes 
Oll il v(''ciit enferme dans uiie celhde, dans un grand et austere ascetisme. 

Apres que saint Gregoire eut illumine l'Armenie, Tiridate, ayant appris au 
sujet de ces fils, envoya trois princes ä Cesaree pour les ramener avec hon- 
I! neur aupres de lui. (Les princes) * arriverent et trouverent Verthanes dans la 
ville ayant la dignite de pretre. Ils allerent prier Aristakes, mais ne reussi- 
rent pas ä le faire sortir du couvent. C'est alors que les eveques et les pretres, 
s'etant assemblös le firent quitter de force le couvent pour aller travailler 
dans la vigne de Dieu. 

11s vinrent dans le pays d'Armenie aupres du roi qui fut beuroux, et qui 
partit avec eux ä la recborcbo de saint Gregoin' dans les inontai^nes ; ils le 



[649] 22 TRE, 30 NOVEMBRE. 147 

^luinlinA n /iiliii/in ununtfi /'ii/mnn/i /> ifeii/ilriili . nun fc/ifciiii uiii/iii J/iiuiI/ uiii_iiiLa/iIi /i 
U luikuii uiipu /■ ruintuuiunbiua ibiiinAih : 

Ol. luntuibtun nhui jatutiiuunnh ul. iiiui^ . llninj*^htnbL. n\ Littunii nliriiuth pn pun nutf 
juilllliailph nh'' '][' ^^IjnAiiiiniillllnkii nnnnh pn nl>nhiiiniuLt;u i/in/lliilllill/i nn /i niu<^illTiiiiiiii- 
j ujoinnL/fiuiii/i itijfinnh : Puli httt ^ffft^/lllff f;"V' /i itjnMi^h, Ll dnnnil tunttinutiii littiliubiiiiintiutn 
ivtruuHKiniiiiiii iiiiOnnii /ilii iiiiiiii/il/ /'Mi, nn qrii niiui niiiLlnuili iluiniiLn ütiinniiLUlLiiili 
'^iMLluuuin *>"/''' : '»L inrLnintnin iiliin i/ln/uuilini/i /ilii Ii annnifll linliluiiin nn nun in(}i 
(/niiluiuni/iii knUL. n piuliuinLüii iiiii/iiuliiiuuin luniuuiini : 

f7i_ iiiiifii\iiMii '«nnniiiiii/ij^ii tiiuhnhiiiL. dnnnJnui iiiniioiiifLiunnLiinifimi niintnnu hliLnL- 
10 ai-ni /i "ti* ^n'inii iiifl/uiiinMin, iiiii dl {iiihnnuiuui^n nninffUiiiiu fiiiuiiiiiLfiiin ; 

/'ll/i («linfilliliinii niTIi iiilinLn i/L ii in li in ii hl \nnnnnnh i^uiinn tluitlll uihltntuL. annoni 
luiun/iuinii/iini /i nniinili uiututit;n (11(111 uhliaiiLM/iiiiim : (»l il/iu* 4"'IP iiiiinuiri/iu äiiiLiii- 
niiiin^iiiL /i Oni/iiiin uiiiliiiil/iJi, <)iii(iii/iiiiciiiif uiJiii L*nnbnuiinu ituhbttinanibn h^uin nbnt 
unnJ, bi. iWilu iniiiii inlinn iii^iii/iiiiiinnli iniinfiii/ili, (nn nbncibtiii u/iiiiii i/iiii/uuuiuiLiiili /i 
1') Oinnunu '//il/l/i(illLiill (iii/inLii/iinl n iliinininini : I/l (iiiiiiuijf/i ^iiifninin (iiiiii i//iiiifni/llliu 
luniiuinunthnLHlbuitiii iiiLiniintdiiii ii^nn/iii (ilii iiiil f «iiinnLina n i/iiiiilu iiiiWi /(/iiiiiiiiLiiiinL- 
ßbiuhh oiiiiininini : (7l liiiiiiAiiiiii iili^/uiiiiiii iiMiii/iifiiiiiniii unnjut blibtiii bnlih liboutL 
uiuiuiiiLiiu (1 /''"/iin i/iLiinLiI uiLiiin/i : 



trouverent vivant en solitairei dans la grotte de Mane, sur la montagne do 
Daranali. 

Le roi pria saint Gregoire et lui dit : « Puisque tu ne veux pas vivre avec 
noiis, nous te prions de sacrer ton fils Aristakes,' ä ta place, sur le siege 
patriarcal. » II y consentit, descendit de la montagne, convoqua les eveques 
et Sacra, pour lui succeder, son fils, qui, pour toute la purete de ses moeurs, 
etait Tegal de son pere. 11 l'envoya, ä sa place, au concile de Nicee qui 
eut Heu ä cette epoque pour detruire la secte des Ariens. 

Aristakes revint avec les canons du concile, rendit plus resplendissants 
les ordres de l'Eglise dans le pays d'Armeuie et blänia tous les coupables. 

Un certaiii Archelaüs, gouverneur de la quatrieme Armeuio, ayant ote 
pour des actions injustes bläme par le saint, attendit traitreusement une 
oecasion favorable. Pendant que le bienlieureux faisait route pour se rendre 
dans la province de Dzopkii, Archelaüs le surprit k l'improviste etle blessa de 
son epee; et tandis que ses disciples couraient par-ci et par-lä pour en 
donner l'avis, Archelaüs prit la fuite et s'echappa ä Tarso do Cilicie, par 
crainte de Tiridatc. Quant au bienheui'eux patriarche, il rendit son Arne ä Dieu, 
en confession de martyre, la cinquantionie annee du regne de Tiridate. Ses 
disciples (miporterent ses restes et les deposerent avec de grands honneurs 
dans son villauo a Thil. 



148 I.E SYNAXAIRE ARMENIEN. [6501 

» 13 ■ iUitili iiiiiiiii (iiiO"/"|fc""/ atiipnidi /^iiiiSo^ piiiijiiiLnji^if» iiilhiij /.(yiiujjiL 'l,pPiulil;u, 

P' "''' ■'• nii iini//ili .fuimiiitltJLiiiiJ^iJi Ll iiLiinLijiiiIr(i;j_ i|ii(jiiji.iuj/.uinL|rJtimJp}| '[i'"l^[k[' /' S<"i/""U/t- 
uiui/iiiiL iiiUiiilL' tuiUAibniiLii /ujiim/i^i» f"/"'/ '■'- J'"J"//"J'""/'^ : 

r.jiij jiiiLnLjiui ^.ujli;ii»^i/^ L/^/iL ijii^iAuj/^mjp i^/,ji/il« /^iKjAuLyi/ uijiizu/i^iij /i >,"|ii-u^iun^ uin. 
^ui^iuLti^iL iV^iijiiii/i, /.L ^uJi<^ji/,i^^iL l^tLfiLuiiiij Luijiul^ntiinu jl £JIIIJIlft^ "/T"i'' '"/'/"{"/'/'' 1!^ ^ 
JfeÄ t »uufeJ' ii'Iiiil}' }jii/iiii fet ymii/iiuLuii iu/l uiJtJitiitiuL : ///'"ly S"u"-«"i''''"/_ tili iiiiym 
tuj^ii^nii^iiii i/t^i^iy iijiij/iJi '/.jilJiiili/iii/i iji'y'ji^iijiiji|iii" mi t(i i?iiiliiii-^ »iiiiuuj/jiiiL tL l^iuiniu- 
nbitii ^niLtuutnu : 

Wiu nliiuiitiiii lui^/uiii/")}' ^"'^^' ViiJ^i'-ii/' iiiii iiiß/iJin»-^feunJp5i i^iJiJitji : '"«"J^ ^njiJuiiJ 
inLUiii nJuihiiiiiiL tiniinili tS'jiijiiiiiiiin piii^ipiujiiui|>}i' ijfiiji Iriii^u i^2">""^p''Uj^ t/' ""Ljiji ^lUjpiu- 1( 
uituiL, ii}>J<JiiiiiiiJ<iiii a/iiii/p iiiiiiiili/iL nniiiL'bltiliuum iJmlniL^I/ |i '/.iiiuiL^iujjituiL ijni^ui^L' 
Jtn^ /i '(iiiiiiii/iiii/iiii)i Äiiflli . fci- iinliiutii p'"/'/' /""""""^"'Jii'i-Ptu'iJp /juiouujiti^iuL ^ 
i'njniinnu : 1,'l iiiiiiiaLiiii iii^in/ltliiniiiii Iiiiiiiii iiJiiipif^iLIi ptp^ili |i i/'Hßf W^ii-li^iii ^Jiu- 
iiLiilili ii/iiiiuJi//i/i/i 1 t«iiuiiiliiii/i// iiiLiiili/i : 

/•ii/i uiiLnnii '/.ii/Jiuii/^^u tiiiumiu^^biua U uiiLiiu 'liunuiuiLinlih i^/iiiiiiiiiiiiilili /i Oiunoli 15 
iiuLOLnli innnLS iiuiui'lnui. ßtiiiiuiLiini, ti. /iiiiJ^^L uu|iiil(uilife^ fei- ^Liii piim^^it^ ^LfijtUU : 
Oiui)ic/iui$ uiiilsnliLniP iioniii./JfcuiiJu LiiiiuLtuii'b XbiLP Uiiqtu nniul;u lun. U iiji ii i; ji lA) . fei_ lim 



]i. 2()7 a. 



B ' Apres lui succeda au siege, pai' la volonte du roi, son frere aine Vertha- 

nes, fjui brilla sur lo siege patriarcal par la meme purete de vie et par Tensei- 
gncnieut de la doctrine, distribuaut ä tous ses conseils et au bcsoin ses 
reproclies. 

()r, ä cette epoque, li's gouvcrnours des hautes coulrees de TOrient et du 
Nord viurent trouver le roi Tiridate, et le prierent de leur donner un eveque 
de la fainille de saint Gregoire, car sa reputation etait grande et tres repandue 
äupres de tous. Le roi ayant consenti, leur donna comme eveque le fils aine 
de Verthanes. Gregoris, ([ui etait encore jeune en Age, niais il'une foi 
accompiic. 

Ceui-ci se rendit dans ce pays et le gouvorna avec les vertus de son 
pere. Mais lorsque ces barbares, que Ic saint patriarche avait blänies, 
apprirent la morl de saint Tiridate. ils foulerent aux pieds de leurs chevaux et 
tuercnt le tont sage jeune homme dans la plaine de Vatniar, pres de la mer 
Caspicnue, et c'est de cctto maniere qu'il mourut dans le Cbrist en bonne 
coni'ession. Les disciples eniporterent son corps dans la petite Siounik et 
iuliumerent le bienbeureux dans le village d'Amarian. 

Ouant a sainl Verthanes qui sc trouvait au leniple du saint Precurseur 
dans la provincc <le 1'aron, le jour oü ful tue le roi, les liabitants de la mon- 
tagne voulaiciil If lucr rgalfmciil. .Mais alors leurs mains furent liees par 



|-65i; 22 TRE, 30 NOVE?klBRE. 149 

nfenAtiii; /■ JiiiiJiiiJit ""JpnijO' iiiyi «J'-Ä "iiilinjfi /■ '/'-[""i iiiTi/ij/ii'KJinLptaiT. iii^/uiiiji^'^i!! : 
//l ifein <,"TnitiniiiiiiiiIi iiiif^i V"(;("""j'"""'^/'"*"'''^' '/"•/"'■;/""- (■"^/""«(i'it" "•" ■/•(>/ii>"ii"i . 
feL iiirL/iTi iji?iiiji.f/i}. Iiiij.iii p/.(./if< /i /'''njiijuil. : //■. (<.iCnj.r(f.iiiij i{ii./t7rnt?. j{nL.i/i/j' fcnp/iJ. 
nnn/iTi, ii/i ("iJ sfei"'''-"1_ '''l'"- S"'C/;^' ""L"'p/'i"'L/'"«"i' : 

//l IiTiiI IIIi}! f/lIllflllTllll/^lI llIlJj!"'/'/'2"''' !J"l(/<"'J""' mlLllipfcllllJ IJIIJIIII(l/j/.(I /iLJI /l -.111^11 

iKfL pmijiiii-njil» .S'/i(ii"li. ijnji "».ifeiiiL '"J u/"»"'"^"'/ jmji^'" Ji<"/fi<il' /./j'.ijfcijLnOl» : /'ii// 

IinL/Illfl ({nLll|l/j iJ.Il/.llIL* ^L ll/lufell.L '^'{fc'Ug i"<"" /"-(I feL .hulpbitllj tfL ^IJII/IJMLljLllIL llipplll- « R 

i/i{/ ij/iii.(iiiiiJiiiii//nL/J/iJi !{.iLj/iiiiIiiiii/i" ij/i t(< tl^"{ /'LJ'f' '-L ';/>L"ii/ <i;iii>n//t(' Ti/(iii/ii.i"L : ''' "" 

//jl.ILI? 17* 'JlllLll/LtlllL .S'/lJII'lIllll^, 'UJL pnjIJ..IJl/.llIL^"'P"L/<''""lJf '{"(■ IILlltjl C^"} -iuiJJIIIl- 

10 lufeinT. i/iiiiiT» jii.L.j/iiJiii}.nL|.H,iiiMi /"Lfinj' YiiiiJiiijtmij 0>ii{<i'"/>Lp ÄfeA/jL 7^"" j't'c'T' 

iJ/iLJ/L /i V"J''/"'J'''/^ iiiLiiiiiijf.ini^ '{V"j/'^ /'L/' /' "Afeti« «.iii<ihlÄi7^ : 

/'ii/i .S'/i(iiii7i j/..ii iiijlji um iiiß/..iii; 'iL '/"*'■■";/ ijiJfeAIi 'l'tul[tkl_ 1,1'^p rffeJiiiijiiiiLy., 
tiiiiJfentiiiL TimiiiiLijiiiL/rL /' S""'i/"""ffe"""'/"'^' •'•[^"•^^ «jt itijiii/jfefiin tji "pp"/' '''cHt/' " 
//l f;iii iiiTi/iÄiiiTioß jiiiI.ij/iJi.iI</.iiiij ij/Jii/ifiiiLnjiIi . /.L -ipiiii?«!?! /,.ii ^itij/jiiiiJ.iiS" iiin.i(/.L 
15 nuriLniiTi . fiuim iiiL^^ß tifipn^Ji t^iiiiji^iiiijiii///i /(iinniiip/.ijiiiL ^i </'ip<m «S/ipiiiTimj : 

K(; iii?iiipi?/iTi i'/>p"i; '{"Lii/piiTiIi iniifp/.iiiL /' /''""/«'{"'f' '"//'J' ""L S""P^' /'L("1L.?, /iii/j 
tt'hitihlil^l ^/iLiinLi? iJtliiiijiiiiIi^ii/ |i «.iiiij/.iiiij ijjiiii|iiinii : 



un<! force invisible conimc au temps d'Eliseu, il s'echappa iiidemne de parrai 
eux et prit un grand deuil sur 1 'auarcliie du pays. 

Apres quiuze ans de patriarcat, (Verthancs i trepassa de cette terre 
auprcs du Glirist; ou prit sou corps et on le transporta ä Thordau. Son fils 
Iloussik Uli succeda sur le siege, et il fut le grand imitatcur des vertus 
de son pere. 

A cette epoque, Timpie Julien envoya son iniage en Armenie au roi Tiran, 
et celui-ci la fit poser avee honneur dans Teglise royalc. Mais saint Houssik 
y ayant penetre * saisit Timagc, la foula ä ses pieds, la mit cn morcoaux, * b 
en faisaut comprendre au roi la ruse de Julien, car en meine temps que 
ses traits il y avait represente aussi ceux des demons. 

Tiran n'y consentit point, et empörte par la rancunc qu'il nourrissait 
contre le patriarche ä cause de ses reprimandes, il ordonna de le frapper lon- 
guement a eoups de hätons. jusqu'ä ce qu'il eüt rendu, sous les eoups, son 
Arne entre les mains de Dien. 

Tiran envoya ensuite mander le grand Daniel de sa retraite, voulant le 
mettre sur le siege patriarcal, parce qu'il etait le disciple de saint Gregoire. 
Mais (Daniel) bläma le roi en le maudissant. Le roi ordonna d'etrangler le 
Saint. Toutefois les maledietions du saint s'accomplirent rapidementsur Tiran. 

On transporta le corps de saint Houssik ä Thordan, et on le deposa aupres de 
son pere; ([uaiit ä Daniel, on Tinhuma danssa solitude, dans un jardin ä llalziats. 



• i; 
p. -.'US a. 



• l; 

■II,» a. 



150 LE SYNAXAIRE ARMENIEN. [652] 

hl- Liuinuinft uiciL unLpu. ^^itiniuiiuLiniuqii^ P^t rfc/^infeilpfcp^i (., npg '"j^"- 

uihuji ilLiuiriLphitiiiii ilinluLniiiii /i '/■ii/iiiinnii ii^iiiii/piiij^ipli : 

Snt,!' '■''■ 'fL 'hhlluibSabnll U : .So5i i; '(/iuliiliVuij lyiiiju^aj^it^iii : 

UnLpu SiiinunintiL 'inuLniS^ np piiijiiji?iiiTi^i ^iiyiii(iinnL|r7^iL7i, /^iiii? iippiuPJiLii, l^uiS 
il In h P III pnLpfi dl, tf {^klibiilii'iiin^ (uiiii/inju '/.iiiuiiiiiv^iJiu^ OnpijiiiI/uiiiiiL ^i hl,piiipp^iiT ji 
nlini^ (niiiiLnliji : 

//'i/ifmiiintiiinuii- iiiiLiiLnii //ii/i/i/iiiii iiinniiii/r inpnLi) JnnJu/lriii/^^i iiiij^b /'ujim^fc^i ^i 
u/iiihlW/ilI/ i/iiintiiiiiL /i * ^('iinpfriiiniiiTi fet ^ Ii^iIiiilI; : /•»Ljni/^tiiiij i^rpiipA Irnijiii tt 
inLUiiin/in fcnLi_ Jnnnilpiihiiiii : 'hnLoniliLuiii /.l ii/iniiÄiuIrnLiffi |3io^u;i-fijini_|3/iiiiIiTi I/^T/hl- 
j^iiiiiLnii' iin liiiiiniiipbtiiiiL iltui j/iiirfiiiLiii/iiiin /i tUifLiiin 'riiinqt^uiiiLnij, inpdiiia iiin./ib 10 
nlßtiliiiLl^ liL miiiha/iTi iiHiiiiiiiii_rinnL/3/ii_IiL ^t<uiiniiuiniiil>[iiui n : 

l/iii 4r/' !"(<' iiiin/iJ/iii/iioii //L iiium/ifenin, iiiii ti. juliiiuinniJi ttninil ^iiifl/iiii(n<J/ili •hiLniiii 
lijujiPuiptiiiia piii l/iiKiitiiii iiuTiiii/i/mi hpnLiiiiinuilli iiuLnLiiu l/iili/i/iuiWi |r7^ n^ ilinnl^ 
iiinnuiit/ hliliin-l^h i»/nnLUiii(il^i? : (//.iLiiii. /ui(iniiiiiiii_/Jfcim)p niufLUiiinLli tiL Sf'"! ""'"'II, 



La fete de ccs saints patriarches se celebre le 22 Tre, le l"' decembre (v/t); 
ils trepasserent apres im tel marlyre dans le Christ qui les couronna. 

23 TRE, 1" Decembre. 
Fete du prophete Nahum. 

Le Saint prophete Nahum, nom qui se traduit sagesse, saintete ou conso- 
lalion, etait d'Ekesim d'au delä de Vatarim du .lourdain, ä Bethabrim', de la 
tribu de Simeon. 

11 propiietisa aux jours du roi Ezechias, epoquo ä laquelle le peuple 
d'lsrarl Tut emmene eu esclavage en * Assyrie ctä Ninive. II predit leur retour 
et doiina l'espoir au peuple. II predit egalement la ruiue du royaume de 
Ninive (pii s'accomplit plus tard par les Chaldeens, lorsque ceux-ci s'empare- 
rent de Ninive et iirent disparaitre le royaume des Assyriens. 

II etait tr6s orateur, modeste et doue d'une graude sagesse; se trouvant 
dans le pays de Juda, il consola avec Isafe les habitants de Jerusalem aux 
jours d'Kzecliias et leur dit : « Le roi de Ninive n'entrcra pas ä Jerusalem. » II 
mourut cn paix ä Tage de ([uarantc-cinq ans et fut enterre dans son pays. 11 

1. La legoii primitive du grec düvait etre : 'liX-tsaii itspav toü '[opoävou sU ^rfi-joiGg-i] U 
yjXr^ti ilujjLEwv. L'addition d'un jx i 'liÄxeaet devant TCptxv se trouve dans plusieurs mss. Vata- 
rim et Bethabrim forment un doublet, dont le premier terme est une corruption du 
second et se trouve dans Si/n. Cp. BsOaoEi'u. 



(ioo 



23 TRE, 1"^ DECEMBRE. 151 



liL IHuinbiuiiL iLnlinli /iLnnLif . /iL i^ii tlnniiLoj} pmn^iiuvti_, fei. fe^ifeiioplr n\ innt i/i, iiiiinSui- 
<Jtii, öiiifiimn, fei- itiiUihiti{li fllinii-^op ip : 

3ujffiiV iiiLiiLfi f/i'fiuifiiu/f /tl '/'"/'P "/'f*"('' '''<»n""/i uibtuuiiutnuibiuiill i 

'/»null iiiliiiiliiiiiiiliilLlllili iiliLlip t/' /■ /''"fefäiiil »/ll/lilluiilillLiill liiiLULlill iiiülininjloin 
I HiiiniiiLiiliiiiilJi /'fe/iiii//i fei. 'Ijiinunjiiiihniili n f/uiiliiiliiii/i/ili innnLiI iliiiniii/iiiiiiiiuiiiiiL '/nii_- 
Iifei/inu /i »«iLiio, fei- '//iiiiii/iii/liiiu n '/iiiiipfeimli/iiii . fec piiiiinLiin /? <jiiiLiiiiniiiiifeiiiii i/iiiL/r/iiii/ili 
iluiu'ii iiiunLiiiuu 7'n/iiiinnu/i ufen-iiilifel : 

//l. /;^ii iiiiilii) Jiuäiiilittiljjl feiilllllfel/ili 'loiiml illllliiii l/fe^inilllliuli/lll, fet l>l.llfeiiil ^n ii<^feiife- 

htiilinili Ll iifeu/iiuiiiiii'iiiili iiiijpiiLlJliLhli : I/l /i\ iil/ic^ii *)Iii|/' fei- ilmi/i iiiM P'MP "/' t/' ""f"" 

10 iiiilL fe/ili, fei. uiiiulil^jui ll iWluiii/l/i, fei. t/ili ijfeAiiilniii.liii |i>l" : '»'l i/iiil/i/iiiiii nfeiLilllllll 

i?iumlifel uii.Liui.niiiiiiiTi ofeiiiiiuti/iu 'lonnii o/i /ilii u/iiiiiu //>m/' oiiiiliii/iiiiii./o/ii.u1i fei. uiniii- 

anLUian linniii : 

(»I. unnui n/iiniiiiifeiiii f)'"/' lunn'Jiii.iiiuiu fewriiii niiiilfeuiiiili IiUmiIi h /iniiiii fei. aliitin 
auinin n Irfenniiiiiiiiiilr iiiuujiiiuiuili iiin.iiiTii\/ililr : I/l aiiifeiiii piiiniuaLniu i)/i i/innii innnLÜ 



portiiit une barbe roude, son visage u'etait pas tiop plein, il avait des cheveux 
<crepus>, etait chauve ' et possedait toutes les gräces. 

En ce jour, commemoration ctvie de saint Paul le solitaire. 

Saint Paul le solitaire etait de Thebes en Egypte, au.x; jours des empereurs 
impies Dece et Valerien, ä l'epoque od fut martyrise Cornelius ä Rome, 
Cyprien ä Carthage (Karkhedouia), et oü beaucoup de fideles s'empresserent 
de mourir pour le nom du Christ. 

Le bienlieureux Paul avait ä cette cpoque seize aus, il avait appris Ics 
lettres hellenes et eg^-ptiennes. II n'avait plus de pert' ui mere, mais une seule 
sceur mariee; ils vivaient ensemble et etaieut fort riches. Son beau-frere 
s'empressa de denoncer le bienheureux Paul aux tyrans pour avoir ä lui 
seul son heritage et ses biens. 

Paul, connaissant ses mauvais desseins, leur abandonna tous ses biens 
et se retira secretement et tout seul dans l'interieur du desert. II y trouva une 

1. L'armenien a un texte impnssible avec deux adjectil's qui se suivont, dont le 
premier signifie < qui a beaucoup de cheveux ■>, tandis quo le deuxieme est « cliauvc »■ 
l.a notice grecque donne la clef de celte contradictioii : oOXo; Tr;v Tpi;^«, ,uixpöv ÜTtopaXsxpo;, 
c'est-ä-dire : « Aux cheveux crepus, un peu chauve ». Le traducteur armenien a commis 
un contresens sur öi^Xo?, qui signifie ä la fois « toullu, epais, dur « mais, en parlant des 
cheveux, « frise. crepu ». 



♦ 11 

,,. -.iS I.. 



152 LE SYNAXAIRE ARMENIEN. [654] 

t/i iiiiiii/il;i tuiinlt^uiii hu ^uiShniiiL f^^""hl'l "'^"/ n|iii^tii ^IWiinnLrtn^ iijiiimpitiiimtuii 
JiiJiii iiin/iii/iJi : (/L i?/iÄiiii. iiiii iiii)/i7hil/J/iiiii?ii üqlii^n niiiiJ/iT/iii^Ti iin-ni_jiii l^/iliiiiij ^»i_^nij . 
ti. /i/iniii/iiitii tp 7"'l>i" ''L * imfciiin iiii/iiliiii lili/iiiiii uitiinh : 

//l nuidiuil feiifei- 'Jinii/iLfi /jl f.n/ininiiiiiiiil) iiiJiiiii ^i AiiTi/j/iTit^' /'L^"'ti '■•- /"''"'"i-ii /il 
/.o/iHi iiiiJiiiii /i "^ii/ifliiiiii/iiii/iiiiTi i/iiiiifiLiiJi, yiiJiii/iiii/i uiliiiiliitiU iijipnjii («liinnli^i ^iiilio/i 5 
tiliiiilil^n iiiiiiiiLi? iiiTiiiiiiiiiii/i/i uiiii/iiiiii/n piiii' 1; '/oiiiiii, fei- /iiiiiiotji (Fi "J"'» "ß ß'"" '//'"kJ' 
/i /i(>ni>iiiiiil'iili iii/iiiiiiiiiiui/i iiuiiilifci : 

//l /i iJ/inLi? u/i'iLii/i /i iiiiiiii?iiiiiiin7/i i/ijiiiifeiiili iiiiiiiiiiiiiL Idnniuih Lpi^ . I'ifh £""' 
fin/iii ii/inniiiiinniTi /iL iiiiLiiiiiiiili iiiIjiKiiiiiiiiiiiiLiiii /iii()/(iiiLiiii i/mLHimiOm> f.ji|(/iiil »iliiiiiiJifci 
iiidii /iL juoulii iiliii IiiJiii : i/l iil/ii iiiiLiKLoi/iI/ fciiiiii</ii/ili ( ./iiiiiili/iiiii iiiiul/iiii uniiH-iiiaiuIiIi lü 
/iLn iiliillmin luiliiiiiiiiiiuiTi, /il iii/itii/jlr n* afitnt^n : (.m /i /iiJiiiiilii l«uinni_Äni iiiLUiiiini/ 
/iii/Jiliili /iL iiill^li /iH^ . («llliiiiii/iL nrtllllLllllll /iLli llllli ^iii^ilill/illlll llltLiutt; IlliA : 

I/l nTiiiiii/iiiii /•fi/iiiiniiiiiniLu uilitiiinil^n liliX i?/i ii/i Liitilit;n /i i/jih/lü iiin^iii flliiiliiiiJp . 
/■L nTiJdiiiiiiiiiii '///''/' '"i/iio ninhii niiiiniuihli u/i /iiIiilui I'I'I/' >'/>t /»l uhnc\ Lnawi C<liuiii/i/i 
ui/iKiiii»/^ /"l" ('"(/'/'" • "*- ""LO"'/ H'"/' l'"ij"hp i;i(iiLi/ili : I/l iiil/iiiii "onniin iiaik^/iIi 15 
LiiULiiil lllliil/^li linilLllllll : (»L C./11/111I1 iiili/l/iiiM i/i/ini\)/i llllll/l/l '|i//''l "Ulli 11111111*^11 lliiiliiiii , 
/iL 'iriiiim /i li/iiiniiLiiui Aiiiiu^n . 111/ /iii/iii /il i/iiiiili iiiii ''///'/> "i/ufi : 



pctite cavite dans uii rocher, oü il y avait ime riouruc d'cau douce, sc plut 
ä y fix(!r sa demcurc coinme si Dieu liii avait prcparc cot endroit. II y passa 
tous les jours de sa vic cn grand ascetismc ; il tirait sa nourritiire et son 
* 15 * vetement des palmiers qui se trouvaient en ce licu. 

Jjorsqu'd parviut ä 1 äge de cent et trcizc ans du jour de sa naissancc, 
apres i.voir coiisacre quatre-vingt-dix-scpt annecs ä la vic angclique, il lui 
arriva de vuir saint Anloine, qui liabitait un aulre dcscrt en arriere de 
celui de Paul, tout cn croyant qu'il n'y avait personne qui habität un desert 
aussi recide a Tinterieur que Ic sien. 

Une niiit, dans une vision d'extasc il ful dit ä Autoinc : « 11 y a plus ä 
rintericur que toi un moinc solitaire meilleur quo loi, cnipresse-toi d'aller Ic 
voir et de caus(^r avec lui. » Au matin Ic bienheureux Antoine prit sonhäton et 
s'acheniina vcrs le dcscrt, ne connaissant point l'cndroit. Mais il s'en alla 
esperanl dans la providence de Dieu et disait : « II nie montrcra sürement 
son scrviteur qu'II vicnt de me reveler. « 

Apres avoir marclic longlcmps, il apcrcul un Icopard qui montait cn bale- 
laiil la iiiontagnc; il cüuriil dorriere lui et vit le fauve penctrer dans une 
grotlc ; Anidiiic s'approclia et apercut de la lumicre dansla grotte, il saisit uiic 
picrre et cn l'rappa rentrce. Paul, qui entendit le bruit, se leva et s'appuya 
rorlement contre la portc. Antoine proslcrne devant la grotte le pria durant 
six hcures de lui ouvrir la porte, niais Paul lui cria de rintericur : « (^)ui cs- 
tu, d'oü vicns-lu et pourquui es- tu venu ici? » 



A idl. iii; 



[655] 23 TRE. 1" DECEMBRE. 153 

l.ii^ ( <7iiiiiili/iiiii . Iiti u/iiii/ii) ii/i in lii) iiiiu/iii/i/i iii/iiiiLiii/i pn, M"'l'l "Mt "* intii/iij' 
(IV /iiiWijiiii iiiiiin/i . iiniiiiiiiiliii iiunnLii/iii iii)iiinii/i/i ii/iiiifiii n* inLiiiiihLii l"linnl,nji tt, 

iiin/i' ti. niiin/ii/ii? ii/i piiiiiii/i /iIiiV . kl /•/»/;■ n< <^iii{in/ni/(itiiii^ii iiiiiiri i)(ifLiiil(/iil iii(liu<)/i 
fiiiiiiTiii P'xi, piiiiliiii iiiliiiiiii/iuii /ii) iiKiiiiriiKi muinliunkii : Iil. iiiii ciunnLU iiiiifiu iiiiiinui- 
.1 /iiiiiliiiiii iSiiiiiW^ii, («L '^iiiii/iL nLiiljJIj iiiiLU^ii ii/ii/uiiiiii/uiii/i/i J/L iiiiif^/i kpr; . Il\ nn iiiii(iif/iii/i 
iiiljiiiiliiuillit>l> jiitinnt; /lllili/iliii : 

/»L iiiiiiiii uiiiii/iiiii /lUiiLin l,uuiiiulinii Iii_ u/iii/iii iiiii/if/iiii iiiWiutiiiii)un uiii/inLiiiliii 
/ii_niiipiiiI/»/iLiiiiiili Lnii^jih . CL (fein tinnni nii (JnLu/iü liiiiniiiu : J/l iiiiit^ 'lonnii . '/.iiiiili , p 

^11 iiijnpifiu itiojiittnnnLlnLiuiiti jiihiinLnhn intiuitiltbi niltinnitii ciunnLiiliti 'I"/i ifein iiiiiliiiiL I*" -''^ ^ 
10 iiiLnLn J/iKi/iii V"/ LI ■ 

(»L fe<Jiiiiiii niunADiui tipi^ . 'iniuitii liiiii/ iiiiiiiii iliiinii/iiiili, fci_ nniul^u fei/ WiiindiLnnp 
fen/in/i ; F/l ffefn (jf luiiif/l/i tiitir^ '/o/lfilf . '/,lilliu n/i rfiiiuttiliitili lib^utiih h"iil ^itniLitll ^, 

ifiii.ifipiiiifii f «ifii7iiLiiia tinnii ii/r Aiifa/ifef/fffeif ^niintj n^nnii : 1%/"I i)/' iiiiiiiiiiiH/n iiiii '*/»/" 
iniiLUrntL fei_ n<fUilinhnt-\li i|"n fe"' P"'/ L^htiiihiiiultnu ^ii/ififuiiifeinu, iibn^lin h luitiiniuhu 
15 iiflf4\/fu /ii'nf : f7i- n lu n u tu II u litt Itbtiiiutniiu iltiitili iithtiLtuhh Ltultuhtttult fei. tjiitttu ^iiilinfen^v/ilf 
iwpnLnhttii tilinlitt tiinti iitnititttiint.op^ tiu ^ttttliiiit^ni^n iiuiiii hiiniii Ll ffivferi k, nniiii^u 
n'hiinuinnu It hutii tnaitiithbinu^ fei. fiiiifiAuiL uthnt^li It ijiiihii ItLit : 

(yL inhtibttii tihiii tit^tttlibittntitnli ^iitniiiitltt^lili , llCtt i^hn ttiiit\iittlt iiiLiiLnti S'"(/' • '''- 

' Incipit A. 

Antoiiic repondit : « Je recouiiais no pas etre dignede te voir, mais sije ne 
te vois pas, je iie m'en irai point d'ici; tu regois bicn les fauves, pourquoi ne 
veux-tu pas voirlcs hommes? Je t'ai reclierclie et je t'ai trouve, et mainteiiant 
je frappe pour qu'il ine soit ouvert ; si je ne te vois pas, je mourrai ici devant ta 
porte, peut-etre voudras-tu empörter et enterrer mon corps. » II le pria encore 
en d'autres termes suppliants et o'est ä peine si Paul lui repondit et lui dit : 
« Personne ne fait une demande en des termes aussi menayants. » 

Puis il lui ouvrit la porte. Antoine antra et ils se jeterent dans les bras 
Tun et de l'autre en s'appelant par leurs noms, et apres ce saint * salut ils * g 
s'assirent. Paul dit : « Pourquoi as-fu demande avec tant de peine ä voir un '' "''^ **■ 
vieillard aussi pourri, qu'apres quelques jours tu verrasreduit cu poussiere? » 

II Uli demanda encore : « Gomment va le uenre Iiumaiii et comment sunt 
les rois de laterre?»'' Puis Paul ajouta : « Comme Tlieure de mon repos est'Afoi.iiß 
arrivce, Dieu t'a envoye pour me couvrir de terre, moi devenu terre. Or, ne 
t'attarde pas, mais fais diliyence et va chercher le vetement (]ue le patriarche 
Atlianase t'a donne, apporte-le pour y envelopper mon corps. » Autoine, 
etonne de le voir citer le nom d'Athanase et parier du vetement, se leva, 
l'entoura de ses bras avec larmes, luibaisa les yeux et les mains, comme aper- 
cevant le Christ en sa personne, et retourna de nouveau ä son luonaslere. 

Ses disciples le voyani arriver lui demandercnt : « l^'re, du etais-lu res 

'. Incipit A. 



A Inl. III 

r I). 



154 [>E SYNAXAIRE AR^IEXIEN. [656] 

Iiiii imit- '/."i| /'Jirt i?feiiuiLnii/iu, n/i iiiLnLiiiiTp iljiiii^i fei? l^poiiiiii^nji, piiilrij/t infeii^ t^hij^w 
Ll nOni/yiilifitii iiiiTiiiiiiiiiitn/iTi, inLii/i Ll n 'lonnii ji ijpnilumlui : 

//l ihm /.IUI iiiiiiiiiniJiiLaniJiJi ("li|/i iiilittiiii /.p|tJiinji ^iiiLiuiijiiii/ili, J<l aijujtc <)""""'''*/_ 
Tiiii/u niiili iii/iii/iiiiiiiL LniiiliLiLnili : Ifu ij/.ji^iii iiiliiljiii fep|3feiii^ iiifciiiiilit i'>/'f "fj """5"»- 

1 IIILnLnll n/llllllll OlLoilllll/llllll /.L lllllllll iiilLllipLillll Ll llliipljilljit^liy ijp pilljltXj.lil^ l/llll- j 

Jit/ili ii''/<(iiiiii i/.ii/i/iTiii' piiiii iia/ilJi iiiii/ii/iiii/piiijn^Ii lyiiiiytiii^ : //l ikIi/^iiil ^tf '//'f ''L ^»"J 
ilui/llniTli iiiii/i/iiiii' /'"((• ^L iilUüXllli luiifemi^. /.Illj/j^i ^JiTljtji ij/ill '/oijiiii tpllllif.^l . fUlt^l^p 
ll/iiiiii/jn lllllfll pill" lll/tni'/iu/l lllllll IlllOniU : 

/»'l iiii/inLii/,1111 iiiiWiiiJiiiiiii iiiiiiiin iimii IiifiiiiiiTLW/.iiiIi ^JilJiii^ . /.viiii il^/MfcL ^i iiiLi^iIi 
/.i_ i?intiiii l'"»'!' iii/.iiiiili/j iiiiiiLiii'Ji ''/oiiifii /^iiiJnjli/,111^ ^1 '/''/><<'( iMi/jiiiijf' ti- iji\/.n ii iiiiii- 1 
niiiÄ/jiiil i/,ri/i/iLii : //l /iinnÄ/iii/,iiil /.^J/; /i///iijiii5i|i /.Lli ^lljti nLjtiuju L/jfel. yi^Ji ^L l^uiifLiii^ 
rftniV AiuLtiiiL /»W/;^ yuLanLiitiiii t- ««"""'•""l iii/i" ii/iiiiniJnLaiiiliuii-li, bl i<ij iiiiLuiP{i 
iiiiiii /iiiiiiu/i i>if/iiiiiiiiLyiii' inunSniiliLn ti. on^iini-jiHiiuiiu : I/l mpinill^p ^n^d ij/i n^ ni_L^p 
iifiii /iLptmli /vi/'» iiiini/ yiiin/.iiii ii/.n/i/iii fliiiiitiiii/; iiliiii . c.L iiiiiiiiiii/inLiitiui jiiiLtv/i /il^ 
tuiih^n . Uliittttiu Ll /iii ilniiA iWiiiiif/iiiiii 'loiiiiii/i : 1 

;J iuitiuiuiiiiiii)i3 liiiil luiiuiuiiiiiii}/ Ji II 4 ifeiiiiiiiii« (iiiiiViii. lULiiLiiliJ /i iiifeiijfeiuJi U [ 6 iuIi/jiul] 
iiiJi/jl.iiii B II S iiiiiii ] iiiiuini/ B II y iiu/iiiLgfeiui ] ijiujipiiLijfeiiij^ B — piL^Tinj] tij^tjiiiL|i B 
II I i> i/l iiiiiiiiiW.if .. . iiiiliiiiiitiiiiiili /7L nliiiiif/ili 0/?^. I>. 



jours-ci? » II Icur reponJit : « «Malheur ä moi, pccheur, ijui ne suis religieux 
ijiic de iioiii, rar j'ai apereu l']lie et Jean dans le desert, etj'ai vu Paul daiis 
le paradis. » 

Ayaut pris le vetemeut, il se remit eu route eii s'achemina vers le 
desert; il avait hätc d'arriver avant la mort du bienheureux. La troisieme 
journee de inarclii', il aperrut a la troisieme lieure des legions d'anges, dos 
A Inl. iK, M-roupes dapriti'f.s et de prophetes qiii ' einporlaient et eundiiisaienl Paul au 
cicl, plus resplendissant (jae la neige toute hlanclie. II tomba ä terre. se jeta 
de la poussiere sur la tele, plenra el gemit en disant : « Pourquoi ni'as tu 
(piitte, bienheureux Paul.' Pourquoi es-tu parti avant de me donner le 
supreme adieu .' » 

II se releva, se niil a couiir preci|)itamnient eomme un uiseau, arriva jus- 
([u'ä l'endroit, peuetra daus la grotte et aperyut saint Paul dresse sur scs 
genoux, les bras leves vers le eiel. II le erat eneore en vie et eu ressentit unc 
grande joie; mais lorsqu'il s'en fnt approehe, il reconnut qu'il etait decede. Il 
1 eusevelit avoe le velenient et Tetendit devant lui, seien la coutume des chre- 
tiens, avec psalmodies tit benedictions. Et il s'attristait beaucoup de ne pas 
avoir unc beche sous la rnaiii, poiir creuscr le sol el riiihuiner, et se trouvant 
dans Tcmbarras, il dit : « Je veux mourir, nioi aussi, pres du corps de Paul. « 



V il. 



[657] 23 TRE, 1" DECEMBRE. 155 

//l lf/l)l»(l/ill /IIl/lll /llllll>)tll" /i/j/.llll /ill/lllL lllll/lL(\/> ^lIllllllllllllUli^Tl, liL U/.JIA /.Jip/.llll 

i/iiini./i7/ iininii «Nimi iiii/iJi (.iiinnLÄiii, Ll iinuiiii/ilr iiniii^ii piiiTiiiiLnp^ : llii^ ijlinuiii (.liijiiTi. 

'/.imiii nnni fc/itiiii ^n n'^iiiiiJiiii/iiiiiiiii aLu liuiiniiipLijl^g : //l u/^iiuiIi nin^iL^li i^injitj^ 

'/'■/''//'/'' '*'" F/''*'//''' r'"" M"'L"'';'"J'/' WiiM/iJuiliii, /'L /.jip/iiii^ iiiiL l.Iiiiiiilr^iiiu ^iilirjfit^i'/i 
Ä i/iiintVii /iiii/i i/iiiiiifiiii/ii)iili, hinlinin^LiinLiiliiiii jjijiiil^iiii ^ilji/iiiiJii^ tj/i i.ji^lrfcnij^"' /i Irdmlit = 

//i_ l\iimiilih iiXLnii liiiljjiliu <,"iiii?uiiinALii;i ititit; . Si^n (.iiinnLiiiA n^ fiL inLjilii. il^i ^i 

ÄiiHLdi n\ * iiiL/iiiifi/i tiiiLiiiLii u/iui/ilH//iuIi du /.l '^riiiiiJiiili/i, i/i/iLji iiuiiiii i^iij^iiiu ^iLjibiiiliij : ' A Inl. 1 IG 

/>'l XLlliiiSli L^lliliill/i/iillll Liiiiili uliliil lUtinXliUll ^illlliliu^iiilllü . fiL ijllllllj^ili : 

//L IMiinnlili iiiiinJilituj iiii/iiiinnLiii/iiiiL ä tu n il lilili ''/oiiiiii^i IJnii^Liiiij iii^c/iiilfuiuj^u : Pl 
10 nniil^ii JiiiiLiiiitnnnii yiimiiLLiiin "/"//'' tiin-Btui diiiiuJihl/i/j/i luiiint/ijoinli 'loijnuji, ijnji pL- 

irni/p »vtfLonl/ '^/iLii/niif f^n /iniiiTiti/iI/ iiiiiri<AiiiL /i JiiiTiii /ilji /iL iiiiiiinilfcii/ij iii^n'^tj'"""^'/ 

ninnii iifiiii/iZiiiiflf : 

//i A iiioli/i iiiiiinlifi'ii fei- "/feJiinio/inumt/iJ( nablinin iinLnpIr UliinnJi/inu ii '/onnii^i jjiiiji- 

iJiiiLfeli/i iiufei/iiiii iiiiLiiiLti P'"" tlunuinünLÜiuliu /tfuiuuiLiiniiiliiuüii : 
1!> ^iiiifiifeuii. iiiiLfip ftinmJilili *7<)ii(7ii /'t/iinfeiJiitn l« : tjfein aiuiuinfeiiilrli '/•p/iiiKinii^i um 

fenfei- iiiiLiiiC/iu u/iiiiiliiiiLiin iiiiuiiiiiiiiiui/iu : 

15 '/•b/ji..fe.Vjibj./i r.] fci. ^'jit/i /■'/• rtö^rf. B |] 16 .J/Mujf...!. ..,.] .'l7.u.,f..../,(r...3 B. 



Pendant qu'il faisait cus rellcxions, dcux lions arriveront du desert, 
s'approclicrent, lecherent les pieds du serviteur de Dieu, et gemirent comme 
s'ilsetaientdoues d'intelligence. Antoine leur dit : « Pourquoietes-vous venus;' 
Falles ce qui vous a ete ordonne. » Alors ils se mirent a gratter le sol avec les 
pieds et creuserent assez pour rinliumation, puls, venant ä Antoine, ils lui 
demanderent la retribution de leur travail, baissant la tete pour elre benis pur 
lui. Antoine eleva ses bras vers b; ciel et dit : « Seigneur Dieu, toi, sans la 
connaissance et la permission de ([ui aucune feuille ne * tondje de l'arbre, 
donnc ä ces lions ce dont ils ont iicsoin. » Et il leur üt signc de la niain de 
retourner de nouveau au desert ; et Ils s'en allerent. 

Antoine, portant le precieux corps de Paul, Fenterra dignement, et, comme 
un fils, dignc lieritier de son pere, il prit la tunique de Paul en fcuillcs de 
palmicr, quc; le bienlieureux avait tissee de ses propres mains, et retournaut 
ä son couvent, il rendit compte de tont ä ses disciples. 

Saint Antoine revetait, les jours de fetes de Päques et de la Pentecötc, la 
tunique de Paul en feuilles de palmier, i[ui etait pour lui supericure aux 
vetements royaux. 

Le Saint vieillard Paul reposa le 1"'' decombre. 11 fut, apres la vcnuc du 
Christ, le premier anachorete du desert. 



A teil. Uli 
V" a. 



156 LE SYNAXAIRE ARMENIEN. [658] 

ifuiiuS uiLnLn iiiiLni! i/Liiii7i '/•njiiiinniiji (.JiiiiTi/iiii tu iii n ii li lAi , i?iiiJ.iiii ^i piiiniiipli l.n- 
iniiii/ii , ^iii/in/ii?iiiTif;n Miiiiiiiin»)i/>iiiiii iiini.niii/iiiil/)j 1,l /iniii/i/i, /.l liiniiinnijiiiht^n a'rnjiuinnu 
il/fiii^b (.iiinnLiii(\ : /»'l /iiiii/>iiii iiTiiii niiiiiiiii>iiiit/ii>}/ iiiiiL yiiii/i/i iiLrfn/ili, iii^(i\iiii/i i)lib\l,i_ 
iiiuhj nuiiiliii fc//;^ iWiiLiiiL. /.L i)iiiiii/iii/ili ii/iiii Ulli 1/1 11/ n III iiiiiiir^ii iWi/l/<i/ii : (//- ^/mi iliiiunLn 
A liil. I in MiiinLiiii niiLniiili hun iiii//^n /111//1A/1 XitiilijiL. uiunli Ijiiint^p iiiiUililipliiiili dl iiiiii)l<Uiiit^n 5 
iii/i (•i/innLiiiA, ii/i uibiiuililiil lu^niLiiinhli tiiiiliiinLliip /tnt/ifj ^(<ii/i/il/u ^lutiuiiiiinliiiii fci, 
l//pn ^niiiliLniulilu'Lp ii/i Liitlhli\l /l l/tn /iL iiiii/.ii i//"/ • l/Z/liuO/lJ/ lllill "/"l "<- <)iiilinni.p 
npfcn /i piiiiniin i/i inLuntl Ll ni.ii/i//i/nLi9/iii/i5i! : "i'H" iii/iiiin/iii/l iiiLiiihntiuin n^nii/i/i 1//IL 
(«iiinnLiiia : 

[15 /' iii?/i)i ii/LnL/i /i •.iiiiii i/i^iiii/iiii/i iinLiii! ftiiJiiiiLiininiili /'''iiiWiin /ii 'l,////inii/i, /'/iLin/i |o 
/ji "'n 11 iti II iiL :] 

O/it/i 1' /' /iL rtiutlitiiiilfinn h : tSo/i /^- l"'tinnnniuin huinutinuinuji t 

UriLna. iiiii/iii/iiiiiiiiii /il 1//11111I1 7'/i/iiiiiinii/i l"'[^niinnnu l^n n piii/iiiin^}/ i</i/i//ii/iil//iii/iii/i, 
/<L iiLii/lLiii/iJ/^/i /luiiil/l/ (•iii/iiiL<Viii : i/l /ii////>i//i nl//// nil/nu/niiiii/inl/ I11///1/L11/1I1, /il lllllil/// 
n 'hj"n t'ill'li II iijnt-jii liiiiiiii, /iL >Jiiiii/iiiiL/;^/iIi /iii/iiiiiiilu nnnitf III jali, /iL niiinnbiui filiil i/in- 15 

4 j/iiii] iiiii/jiiii «(/(/. 15 ' s iiiiiiiiiyfeiiii ] iiiiikiiiil 15 — iiyin|i}i] /iiii (/(/(/. B. 

12 ooli /;] '/./iiiiiiilW/ilIi ilnitnili 15. 



Ell cc jour le saint martyr flu Christ Ananie, le Per.saii, entre dans la ville 
d'Artavil, y Warna Ics ministrcs du soleil et du feu et confessa le Christ, seul 
Dieu. Les hahitants de la ville s'cmparerent de lui, le frapperent cruellement, 
ä tel point que plusieurs personnes crurent qu'il etait mort, puis ils Ic trainercnt 
hors de la ville conime mort. (^)uel(}ues heures apres il ouvrit la bouehe d dit 
*.\ fiil. 1111 ä haute voi.x : « Levez-vous tous * et priez Dieu, car voiei ([ue j'apen/ois uuc 
echelle dressee de la terre au eiel et des hommes dans une apparence de feu 
qui y monlent et me diseut : Viens avec uous et nous te conduirons ä la 
ville plein d'esperance et de joie. » Cc disant, il reiidit son änie ä Dieu. 

[B En ce meme jour, eommeraoration en Armeuie des saints ascetes Tha- 
toul, Varos, Goute et Thomas.] 

24 Titii, 2 Decembre. 
Fete de 1 evequc Theodore. 

Lc Saint evequc et martyr du Clirist Theodore elail de la ville d'Alexari- 
drie et enseignait la parole de Dieu. Les habitants le saisircnt, lelierent et hii 
mireul sur la letc uuc eouronne d'epincs, lui IVappereiit lc cräue avec des 



[6591 24 TRE, 2 DRCEMBRK. 157 

nnuii PI Uli IUI} Int iiilninuiif^nh, iiihiiiiiiit^lih, oii/ri/i dl iiiiiiih lUiiAii^lih^ Lt. liiuiiiiiilir^lih : C/i_ 
iiiiiiiiumi 11 Sniluunii iiinlijili n Iiiiil. hu tiifjiJii uiiiiiiuiiiliiiiiiL ^iiiili /i tiiuuiutil^li iihliLiijih n 
junnu ^ntliiiAi, Iil o/i /uiikiiiiiiih/iiuu b^uilr iilriu fi onJ^u luäiinn'f : 

Ißt- iiiuiiXliiiii liiiiiuiu iiiiui, liiuuiLiihh fiL uiiuniiilf iiiiL jinfuiiih puiniiianh Ll <|I1iiii/iIi 
5 iitfiuLJu IIIIIIIH . DL. iiiiuiu^ii uKiii/inp LiuununbaiuL uiiiub iiilini-Uiuli 7'ii/iiiiniiii/i /■(j/iiiifeil- 
pfefi/i /'• : 

Httiitiii lULiiLn iiiou i^ f/nuinii/iiiif iltuniiuint;tiii : 

II II iliiiiili 111 t/' /' '/t'lt^ (»Jiiii-iili/i, iiutiuinuiLl^ 'InuiuUiunun : //in liiunauint^uiquii. 
iluiui piuiiiiiu/ili (7iini_iiiiiiifeiy/i * ti. i/iiiuli i/iii/uäiiili/i hnnjiU, Ol Jiuuli ili ii LulmL tu h iliii/ili < A fül. 11/ 
10 ^Lßuninuui II cl iiiuoti/iii lui) liiuiiouiiun fci_ nuiinuiLnuph uiukhiumli i/iiiiliiiii üuuini-an^ : 
U bti-UiL üL jJuiiihtiiuL. iiiiiiiuiiiulin liLiinLit : 

1 iiiiui}j iun.1it;lih hc buiiiiiuLL,li)i'] iiijuj^i LtumuiLuibiuu mnJil^hii s* \\ 6 r/i^iiiifiWmi/i r*J /fl 
Stit;b /''^ (lad. B |[ 7 iiioli t] i/miuiiiiu/i I> II 8 c/lll/lliu/iui ... '/fcllioWuinuiiJ UiiLnti tl tu nn tu iit;U 
UnJitilibtu^ Uli Piuiiaiiiultb ii/iiiiiui iiiiiil/J/il/i Ä/fiiiii.Ii /iuii) ^iiilräuiii tiaiuisilib, i^it niiiW i'iiiii li/i, li 
tlbn^i tjiituLiihjt, iniaiuntubt; UtutltuntuUittui, luiLüLiiu Sniili/iui nutnbititu^in lunpiuiblt linLiiiu^ r» 
9 linn/iJi] fei. /'unuiifei/i (lud. B || 1 uhJuuiii^uiuim] ti. ibturt-Uig uijiijuijmj add. B — uiiife5iiujt|i] 

lUllfellllllU '^U>lllt 1». 



roseaux, et le trainant ä travers les rues de la villo, rinsulterent, rinjurie- 
rent, se moqueront ilf lui et le tournerent en ridicule. Ils le conduisirent 
ensuiti' au bord de la iiier, rembarquereut sur un navire et le jeterent au fond 
de la mer ä une distance de sept Heues; Tair caline le rejeta indemne lior.s 
de la mer. 

11s le ressaisirent, le lierent et le conduisirent aupres du gouverneur de la 
ville, ot lui traucherent la tete; c'est dune teile bonne fin qu'il mourut pour 
le nom du Christ, le 2 decembre. 

En ce joiir, lete du prophete Sophonie. 

Soplionie etait de la tribu de Siraeon, de la propriete de Kessathar'. II 
prophetisa au sujet de la ville de Jerusalem *, desafin, de Tentree salutaire 'Aiui.in 
des paiens, de la honte des impies et du juge de toutes les choses, le Fils 
de Dien. II mourut et fiit inliume dans sa propriete. 

1. Les notices grecques sur Sophonie donnent diverses lci;ons, lap«6a65, üoißapOaes, 
liaSoipaÖpa [Syn. Cp.]. 



158 LE SYNAXAIRE ARMENIEN. [<500] 

l'JciutnLiJ tr /• »»''ni^li fiSiuLnlli, iiuauintuLi; l'nLutuguiptin : f/iii feinfeu ij^iun.iu^iu^njL 
nLniiLJUliLli liL i/iuiiL iiiLfeniuÄnii ffniiLiiuinLilli, iiniiiniiiL im«/ : (/l jiijirfim) t/jL (»iiijiiilijii- 
iiiiiiiiiiiiii (//iifiiiiiiiiitiJ' i/iiii/utinL ^//iiiiiiii/i/iLi; /.L tniiL i(/ui7iijiiL^uin (//ji/j^ijiL /'iiiiiii^L^ : 

(/l /';!/'''L IlllIllAlllIl '/'llini^tlllll^ipJl ^/.Jl/^^IJIL ^ILJl/.luiliy, /iL 3il III IJ 11^1 ij^ >,"jit|iijli iiji^J t/'" 

ibnnLuiunt,iT /iC>/ili (//ij|iii^inno, ^iii^Jii/iiii? ijiiipi\Liii^ /./^Ii j''/''//'/' /"-/') ti- "^"'^uitc ■{*>([■'- 
•Annti uiiiiiiiiiii/i/i /iLnni : /»l i/iil ii/iiiiiiiii/i/iii fci. Suinauinl;tiiuiui. phuituhbmn jiLpnß bu iiiiit^ . 
hu tnWiiiif (fc/''//';' S^'l/' 'iL i/iiiiii|iiiijiii/^^i ijiiii?, /.l tpt f,i"SliiT 'jn»-ß UIHIJitß ijäiiij 
^/itMlllillllll : 

//l_ /.nW/.illl Lnniii /l l'-ninLinil /l ^feuL «^ntjuilll/l/iil nn fenfel_fellllll_ ijlJlll (iL ulluluVünjl- '0 
nbuiq, hl- uiiiiii/<iiii iiäuij /'iii/i/i/ii/i Iil niuiiAciiii t/ili iiiil >Jlii\nnuli : I/l iniunbuii h iiiiiilit 
Ulli /uiiiiiii/i/iii n\ iiuübiui /iL« iiiiiii untlnniiiliiiiu (TiiiiTIi, n\ nLijfcn iiiiiiii/itiun iifentiiiiiili : 
I/l bSuiniuL. feWt JiunJui quill n niiinAqn ttnnnijni^nnli ^hpHnp hi-pbiiilin . cl ^fein b^il^nuij 
uiuiuq niiinAiiili : 

'^ /■Ml ifiiff>iiifiiii( J /7L Hriuiinuiiilj/t iiiiiiiuiiiiiinlfiiii liiiii^ *)'"(/' lixiniiLii/jiui I» jj S *>i»il/iJ *|fcn.iuii- 
i/iui)i l> — fiiii^nilj itutihtjjtn J> 1] 1 1^ iiitiit ifiii/iiiiui/iiufjj iiiiiiifiifiui/iui/f l>. 



25 TBE, 3 Decembre. 
Fete du prophete Habacuc. 

Habacuc etait de la tribii de Simeon, de la propriete de Bousakliar ' . II 
previt la captivite et la ruiiie de Jerusalem et eii prit un giaiid deuil. Lorsque 
Nabucliodoiiosor eiitra ä Jerusalem, il s'enluit ä Ostrakine ■ et sexila dans le 
pays d'lsmai'l. 

Lorsqui' les Ciialdeens rrlournennit dans leur pays et que le restant des 
Juifs, qui sc trouvaiont ä Jerusalem, descendirent en Egypte, Habacuc 
revint de nouvcau dans son pays et servit la uouiriture aux moissonneurs de 
sa propriete. Ayant saisiles nuits, il prophetisa ä sa famille et dit : « Je m'en 
vais dans un pays lointain et je retourne aussitöt; si je m'attarde, portez 
vous-memc le nianger aux moissonneurs. » 

II alla 11 Habylono par le moyen de lange qui lui apparut et le guida, 
porla les mels a Daniel, et revint d(! nouvcau aupres des moissonneurs. II 
alla leur diercher d'autres plalsde la maison, ne s'etant atlarde pas plus quc 
l'heure habituelle, et il ne revela ä personne ce qui s'etait passe. II pressentit 
que le peuple serait bientnt de retour dans son i)ays; et, en eilet, il relourna 
denx annces apres. 

1. liri'Jcoj/af/ 011 lir,0!;a/oipia. — 2. I'',n gPCC ek "OnTp-.cxivTjV ; rarnu''ni('n ilonnoiMll jiliiliU : 

II il sent'uit d'Oslrakine. » 



[661] 25 TRE, 3 DECRMBRr-:. 159 

'/L bin h^mu npnn p ^nt^iuuinitih, LlJI^ li liiiiuiiiinmAJi tliiinniiinl^nnli llinih i «i/i/int- ♦ A lol. 117 
Olli luinnnt; hl iiLunLunt; U iiiiu^iunnh, Li. tinn <iiiiLtiiinttih li liiti uiiiuiniAi itiniu, ^iiii/iiiLiifi p 
h i/iiiiiLii II niiicthlih , Ll mip lu iiilili uuiii nii/in/ili /i lu iiiliiiii/i : Ifi. i/iiiiil> i/iii/uäiii)i/i 
tntu^iininli luuilin fiifri.fif piliuff iff tijilk^ liunliuuinnn ttintitttu iiiLLnuiinp . nttniOtiiu tjiuniuiinin 
5 utiuiitiinpu p uuihp ctnLt^hu iiitiiintini^uiinp^ Lihuii utiLpp t^naunib p initiilutpt^hf bt, juiuL.b- 
fiiiiuj^iip bplini. ubiuhnh pttipt\nphf ui_ tu nn npintuiint^ lot^ iilii f/iu/in/il/ , pull hnntu p ^pbn~ 
iiiiii/iiKii utiiij/iu iiiiTiiiiiiiiiiinli, iiLii iiiuiLtiiO/fl'li /i iiliiiniiihc; /iiim-ni_niiii_ /iiiiiiiiiuu i///iiiini_- 
IJbiuu . Ufipo» (\iiiif/ifi/i iir^rt //l inLiiiiiLnphunr^ niptiipinLnbtttpih ioaJ^I/, fft. iipiimiiupiipliiinr^ 
tthnuni iitipiiiupnLMptAi ituLpuiiihpn : 
lü l/fcn-iiii. lutuniunni-Pbmilp bu MiiinbaiuL. iiuniiinuiii/i /ii.nni_ii i)/iiiii2i : 

<*>uJMf A IUI III II tliunn A^'tliiiiiLl/i '//iuiiiiiiiiliii : 

'ItutnnLuiljUiu tinpti iiiiii ^n /i 'Ipiiipitu liiiiiLiiilf , //l /i utulitinulffbht^ '^ptuaiupbuii p 
piiitiüiiinpou Lbhnuinniii, iiiiLtiiiif nlutiiy /ilii niiin ui^nnLlituuiiiu ^piuuuihph iiliiiiii 'l'/''/' 
7'ii/iuuinu/i : (/i_ LuiüniLnpiiiuit^u iiinuiiiiiiL iiuhipiiiuiiil/J/ilo hhpt^p p ilbpiui piupiiihn, Ll. 

4 lunniuin uiullt/i O J 5-9 fcifcuil ullLflli ... tllpuiiiLphtttli Oflf . I> || 10 iWiiiiifi] i/iiiiiliii- 
Lnpuiuil^u 15 j| 11 'C"'/'i;] /r/iiii^itiiii^ fidd. li \\ 12 /iiiiiLiiiii] /i WuiiiiuLiiriiiLÖfciuu "/iiiii/iuiiiiiMiiil 
üdu. a \\ 14 11 in 111 II III lJ iiuttittibiui l>. 



II donna comme sigae ä ceux qui sc troiivaient eii Judee, qu'ä raccom- ' Afoi.u: 



plissement des propheties, le Fils de Dieu apparaitra et enseignera dans le 
temple, et que ceux ([ui croiront en I^ui, verront la luiniere i'ii regardant la 
gloire du Fils unique; mais que ceux qui ne Fecouteront pas, resteront dans 
lostenebres. Pour la fin du temple il predit qu'il sera ruine par les nations 
veuues de l'occideiit ; ä cette epoque le rideau du temple se decliirera en 
raenus lambeaux, TEsprit-Saint (juittera le temple, les cliapiteaux des deux 
colonncs seront enleves et personne ne saura oü ils seront transportes, 
car ils seront transportes par les anges dans le desert, lä oü pour la premiere 
fois, au cominencement, fut edifie l'autel du temoignage; c'est par eux que le 
Seigneur sera reconnu, et Lni, II illuminera ceux qui auront fui devant le 
serpent et II les abritera dans sa justice eternelle. 

Habacuc mourut paisiblement et fut enterre seul dans sa prop riete. 

En ce jour, vie de Theodule de Chypre. 

Cet homme cxcellent (Hait de l'ile de Chypre; il avait, des son enfaucc, 
renonce k la vie pleine de plaisirs, pris sa croix selon It; commandemcnt du 
Seigneur et suivi le Christ. II acquit, de sa propre v.iloiile, la pauvrete, se 



1" b. 



100 l.K SYXAXAIIU': AUMKNIEN. ,662] 

mpufif-HlliiiJui! : 

L-L u.i.L,.,J, )..)■«. jiin,,^ i,»,/.,...,j/..i.nLpi.u.L, .j/. UlbU^mjl ji..,L.i.^.«.jnjl. ..;....n.?t,. . fci. 
Alul. 117 ,j.7^,„„, Ll * .|/.„.j.V.Lj.,ju .J.i.j..j/j...Ii /..J...I..I.JJ. : /Vi- //"LfltmL '//•i'/;^' "/."/t" j/"?'"/'' V"^"j/'- 

'" "■ i?..,i,t,. .,.,..,.,■..),/. .5/...... .5.i.,..;/,.i.J-. /.L ,.m,j,.u.?p .|....j.i.(.t/>i' /' '^■'■'['"a '/'""^ p"'''/','i '■/""- ^ 

LtjLn^l,, „i.^, L. „,ii/...2/u...,...L/J/-.„i5p //i<;j"L.;/.l< .f...l<A/.i-" /.L,,!,..,!.., = Lv a.u|iii /.I.|,I. 
ii.n.«iß^iL/i //L (iijli/iijiii/jijil. i/<"/>"Lj; V"^'j'"'"^ /' ■'7'/'""'"" ''■'•'('"'"V''/'/' '■ ' 

nlin JjlJiii, UM ^l (/iKlJiilLlu/^u /''"tllljuil^l iSt^^l i/lllijjl.lj|lL : 

;{i.ij..iJ IIIL.ILJI «iiüL t "'"-/>p feL <?tÄ aijI,iiiL..j. v^Ii .Jtjii.j »(.pn M'.ii(W/ini/i, Ll j/i^m- 

itiiiiinhji Ll '/.iiilil/iJj/i' Ll LujJiti'iitiiunLb ii/ii//n.iijuiiijli fiuij liiiiiui : 

/.V JIU^UI? lULIlLJI V"^l''"'L /> ■/'•jl/lUU.nU piliJlfelJMLpL tl. fep/j/lLIJUlÄL^ÜllUIHLÄllJ .l././j/.l. 

.7»/.«i/. /^j...},.iii_ii|ii, pn^pl. /,ti-nli /J«i<juii_nji/ili, iii- ././i/j/.L //'i..p/ii.i-I.l.' p"yi5< 'lfcfi.uili /Jiiiij.ii- 
«Jl!!!, niip uKiiiii/iiiiuiHifiijfci. iiijnjiiJnLptiiiiJp J^u^i^rnjit^iTi i^/piipoiii(.iiipili :] 

3 l.iii/./iiii,/.i...ii/Jfc..il.] fci v"/'^"'fc""L/^t"'*' '"^''^- '*' II -^ '"^ 'pV/""" . . . "("-(t" j/"'»'"'/' ""'• B 

II 5 .£/j.i..£.i.l./. .V/..I...] .J.J....J...J./1U U — p....j..L.Vp] /. .Vfeniuunjnui; rtrff/. — i/uiiiT, pmi./'J fe/imJife- 
jL/ijli iiji^ Om. P. II 7 iS^ri.MpiWjml. //iii/ini.ß] iJq}iiii.p/Fiui?p B — '^/r/(IIIfc.'>p/■(l/I '/•] /.l ,S'jit/' ^fr 

rt(W. B. 



coucha sur les pierres, et affaiblit beaucoup sou corps par ime abstiuence tres 
severe, par les jeiuies, les priores et les veilles. 

La gracf de la prescience lui iut accordee, car il predisait d'avance ce qui 
'A loi. 117 ,l,.vait aniver et connaissait la pensee * et les desseins des liommes. II se 
nioiitra tonime m\ foii et blAma les secretes pensecs des hommes; beaucoup, 
sur les paroles du bienheureux, cesserent de commcttrc des peclies et se 
sauverent par la penitence. Theodule, apres uue vie pleinc de vertus et d'as- 
cötisme, reposa daus le Christ, le 3 decembre. 

[iV Eu cc menie jour, vie ascctique de notre saiut pere Theodore, le patri- 
cien, et de Cornelius avec lui, qui brillercnt aux jours de Theodose le 
Grand. 

Eu ce jouf. IVtc du saiul et graud ascete saint Marc, notrt' pere, et com- 
memoratiou du niai-tyr Cassien, du bourreau Claude, de sa femnie Ililaria 
et de ses lils Jason et Voron et de soixante-dix suldats avec eux. 

Eu ce jour, reposa dans le Christ la princesse piouse et craii^naut Dicu, 
Phimie, roligiouse, sceur du rdl Leon, et la })rincesse Marioune, sa3ur de la 
reine Ki'iane, tpii cüiiMjlaiiMil les uecessiteux par de geiiereuses largesses.] 



10 



L(it,:il 2(i TIIK. 4 l)i;CF.M13llK. 101 

Snt^n hi\ ti. rh'iintittiihnlt /■ 'IJiitiini piiiu iMrtiiiL*^i_iifii '/,iiifi_i/iiiii_iiii /ifii ii/i/j : 

( •niij/ii/iliu 'l^nn Ulli null *l_^uiiL.tltuii_liui iiiiLuuin t^n utivU iiJiipifjMoifi/i, "/'"( "'""L/i 4/' 
hjtnulntnnu : I/l ilutuh l"i" iiLiitnuiii_/JLiuti uiuimliLnhh ^if/iuLiiin liilii/ *JtiiinIi Iilii nnin4\ntu- 
iiniu lU^mujniuUf np tuhtnbu niilh h utunnLutht^ : I/'l liuiut^n uttui iilmi iiifLli . fei_ diii ^Itlih 
niiiLrn/f pnhutnnhütui i^n ^lULuiuinu n< ^ufLUj/i//nuii_ tiuiunn V'fiu luunt^uuiuhiuj P"'} S"/""'~ 
1 *> Lnfi/i, lii// iiLutmii iifin/f/ii_iiii t«iiU7Mi_CTnf /i uninli ln-nnLU iiiUHi/iL^in i/iii/uii_p uitu^t^n 
nunLunLlilliLAih : 

f/i_ *>'"//' linniu <fnuiuiuiaiun »b^"! inuniultliu ujfi_fiiS)/i utninuinttilinu, cl //'ud/ /» liuiii 

LpunLU tnt^uuiunniqu luuiuinL^iifLiiiii . fci_ auiuti h ^luuuiuiuin*^ •^aii^h : (/i_ iiiiuniii 'l^iUfL- 

uuiivLuii li<Outui nunintupuiut^h utcjuiijuc/i uiiuinuiultuu^ bt. uiLubiui uuiiutnni^^iuuuu uiuqi 

10 qnliunnuu . unlinL^uii piiii_uiuiiilj nv cru tiuituultbuiniif uiniunt^n ulii-U Li_ iiiii nuiii jJnLni 

/'/*"/"/"*"/ * liinbiui luit-Uintuu uninuutnhuuiui hlnunbuin uiuuiuiiiii lit^nnil iiii- 

itoLLi/in linnüiuht^ njuuixh i/i^ni7i_u(ii(iiifu , nn £ri_ (/»"l unusbL. niiimon, uiuni. »^ninp qtun^tu- 



1 */./iuifiii_/fr/iL/i . . . ii riLu/iljJ *IJiiuinulffnL.u uttt-ttti ti_ uuuihxtiiiutinno tiiiLiinh r?i_ tiuinhnuiilil 
itlltuinh '/,uin-i/ii/ft.niifi, /""» iiAui /il ti iiLut tu ukiui 1 > j | — 'f,iUfi-i/iiwL/iiiij f;^n /i liiiniiiuhii lunai^kmu 
ilutbq niuntunr; lUtLuunu U uinuliiintuiiuun (UlCl. 1> - — "/'"(J "fuiLti U |j H^ rjn/iiiLiKiJ iWiiuili Cldtl. 

B II 12 »(. fe<- /ju,j ... fe,,feL/.5. ow. ß. 



2ß TUE, 4 Decembre. 
Martyre de la vierge sainte [5arbe. 

La servante du Christ Barbe etait la fillo iriin hommc iinpir, dunt le uom 
etait Dioscore. Son pere, a cause de la ^raiide heaute de son visage, lui 
construisit une tres haute tour, pour quelle füt invisiblo aux homiiies. II 
voulait la marier, mais la jeune fille, etant de foi chretienne, ne consentit 
point aux projets de son pere de se marier avec un pa'ien, et comme eile 
possedait dans son coeur la crainte du Seigueur, eile conserva sa virginite 
par une vie pure. 

Son pere donna ordre de construire des bains devant la tour et d'y ouvrir 
deux lucarnes en place de fenetres, et il partit pour un voyage lointain. 
Sainte Barbe, etant descenjdue de la tour pour visiler les bains, et rcmar- 
quaut les fenetres, di( aux constructeurs : « Deux ne sulllsent pas pour ces 
bains, i"aites-en encore une autre sclon le uombre de la Triuite. » * Puis pene- 
trant dans la pisciiie en marbre, eile dessina de son doigt, du cöte de TOrient, 
la croix du Seigneur, qui existe encore aujourd'hui, ainsi quc les traces de 

l'ATR. OR. — T. \\\. — V. 1. U 



A i'oi. ii: 

Vb. 



A Ibl. 117 

V" 1). 



ir,i l.K SYNAXAIRK AllMKNlfilN. [664J 

„l,up,u^1 ^.„ju,r,.i,ujtu fept._/.l : //L tf/„..L •i.)„„[, LSnuui j.uu;.i.J.K.Luii fet /jM^iÄmlLmg 
iilinLn u »jon iiLfin^ : 

^„.Ta. <;,«.,.?..,,t;,/. ....J.f.L, .j/..",../ /././." ''TT^r. ■■ ''"''^' 2/!^""fß^'- ^'"'" sr'"'^"'W' 'j"'"''t'^ '^ 

ß„ ..,,,.,,,....p. .;...,., : //l /,v"/'g .,'/.-.«L./.««/...- .J.i,.pS"'-/"i 'r/'g "/"'«"nL4u.l..«gL feßt- 

■/......7, /,;. ^•,..,.,i...^i.gL,, »n.pijt.. miLLifL : //.- i.... .«ut. -•{.-.T.olI' u'iLpp 7/ppnp.j..41t...LL 

Zoll ti. /'/>'/L"( ''L iinLjip «.iiiJLn^Ii iiL Sfiuiuliul^iii'U iiiuuiiii.iiiÄ<.i.ptuiLL : 

Sn./[.L.. /i |L,,/.I.i, .{/. ...p.<.Ät/.L .jv'm» /.LptuiLij, feS"'"/'g g^,,.,,.., ./.uuL .jüuitpl, /,L,,n( : /.Y 
ä[,lh /. ^»./...^...g ...Im/. fe.;M^.J ,j'/.....i../....l/...., i,L L,.(I,Ju.J.»(l. p.,.p.«guili .i>/.....pp I<np"., 
/,L /iu.1. /. /'•/'/.J' '"i"J <>7<l'^''L g"'i""P /■ j/'J'"."".'/ i<ß.i.T.*fe^fc«>gi' UiiuinLÄnj : 

//i /.p|J/,..iL ii..)p...p/'2'"i' '/-/.....//np"" /. ;]"'-H^'"L "■'j'ii'^ p.?p.Llifeuig ^fcp.i.1-t|/. /p'^wJ., 
Alol.iis 1.1^ /pi>^<....p^ ,j^l,p.,..jL p...p2/^p .p..'./. i/...(p ' /tp/.LL : //u .i,.up/-...L '"p/f /. p."}-.; ti- /»i-pl. 1 

■ ug ipi.i,....L..p/.li : //l /piig Lgt.iiL •uii.ni^h /»^p ifnpii(>l. 7'p /........"/. v..pg.ul.tp . tt- 



iif....nüif.ii 



rfi., 



12-13 t. i.i.j)..(.iii*u<ji' ••■ r...iii..ii..j üw. T>. 



ses pas qiii apparaisscut encore rFuiie mauiere evidente. Puls eile sorlit de lä, 
penetra dans le palais de stm pere et brisa ses idoles. 

Soll pere d(^ lelour du voyage, lors([u'il vlsita les bains, apergut les 
trois feiieti-es, en fut fori irrilc contre les constructeurs et leur dit : « Ne vous 
ai-ie pas commande de faire deux fenetres et pourquoi en avez-vous construit 
trois? » Les ouvriers lui repondirent : « Nous avoiis fait cela d'apres les 
ordres de ta fillc. » Le pere interrogea f^arbe sur la signilication des trois 
fenetres et dit : « Pourquoi as-tu ordonne de construire ainsi? » Elle lui 
repondit : « Au noni de la sainte Trinite le Pere, le Fils et le Saint-Esprit 
et de la divinilc consubstantielle. » 

Son pere en i'ul altrisle, tira son epee pour la tuer, mais eile ecliappa ä 
sou pere et sc rendil ä la montagne; son pere la poursuivit, et courut apres 
eile. Apercevant sur la inontagne deux bergers qni gärdaient leurs trou- 
peaux, il les interrogea au sujet de sa fille. L'un des bergers lui ayant montre 
liarbe, ses moutons se petrifierenl aussitot ; ils existent encore jusqu'au- 
jourd'liui sur la montagne en souvenirdu niiracle de Dieu. 

l>'impie Dioscore, s'ctant renJu a Tendroit designe, s'empara de la bien- 

A fol. HS lieurcuse vicrge, la saisit par les clieveux et la traina sur la pente * de la nion- 

' ''■ ta'Hie ; il la conduisit en prison et alla cn personne la denoncer au juge. 

Cflni-ri fit venir en sa presencc la brebis du Christ et Tinterrogea; eile 



i St 



L'iijä] 2(; im:. ', DKcr.Miuti';. 1^3 

hui vu.?m^u^.i,/,,,L/J/„«,Jp u..i,,j. u^«iui«i.,/,,„,},/,, l,n,uuu,t[u,Ui^„il ,^u,1,„lL .S'tmn^J, ,Jfe.„,^ 
!il,unLu[, f- 1,1, um null ''"^ ('"l'«//iiJ<iiIifcf"</ i/ii<Lii.iiiniiLuiÄ ilfn^ii^iiLp/,Ll» /^,i.n,j}, : (Jl ^uin/,fcl 

LV /. ./«»j/ilL /^,„y„L,^/,i, „„o,.^, ,iunnu„.ni,[,l,. i"y./.y/.J. .//^...f» J,,,;,,,, >;^,„/ /.^ ,,/,]/,- 
/j,.J,.,I,, /,L ,j,j^ni./ul, '^u.pliu.lhlil „L,L.,,.fp : /,Y 'Jj.H.J.u^tu.y J/,^,/^ 2.V2.^,jn,.,j,ulhi_ ^J», 
i\'"T'^t^' ^>""'/"'/'<"'/"i', ti- Ä„,Ä/^t.ii., r.i.i,.,,L,.,<\ ,j.J/,^/^„l/J/.lL }»„j„„, Ll /.^ /,;.tLt(i 
uiifniilituh : 

10 i{,f£nL/.,7, : //l u„iu,^L,u,j ,jIIu.„„l«/Ä ,^, ,n,,,yt ^IrnpS" •"l'ni-.ul. /.Lp,,^ t^ Mu^tj,,,,^' P'^j'i'-L 
^«.JtJ,t.,t.„L „pß ./.n,„L,,/,L /, Ä„„j/,t iL /, muiu/.«,,„it t.- <;.UL..,«,„,/ iuuiu,q,l[,l /, L.U : 

ji l^iu(^iul,u iiinniiiiiiL/J/fiiiii bntilijin : 

hu UUvLu^ S"'"}/' '!•"[>••• 7....L.,/rpT, .^/„L,,„?p /,L,.,../ /,<;...... .;.;/'.l/„ ,,pp„L<L.nr, '/.,,,« l/.,,- 

15 n.feiiii' l'Lliinliiiiilinj, '!• : 

4 fe,./„feya„] j»,f„„,,0., .(^W. B — tL n<llnuj„^,j ,j,/t,,„ S„,„„ o/«. ß || 6-8 t.. S>"i.y...r 

U,g...S.ui.,lll„A, om. 15 II 10-i:$ /;l .„,iu,a„,g ... fe,,/,r,/,3 o«,. ß || 14 „,,„„^<;,„,r,] h,,.M,.nl. 

B ll 15 '^fe/,.n/^fp/r,,/. '/■] /tl ,S>t/, /.^ flcfrf. B. ^ l J 



repondit avec hardiesse eii confessant le 110m de Nolre-Seii^neur .lesus-Clirist, 
et Gii l)lHnmnt l'erreur impie dos idoles. Üii fiistigea ä coups de bätc.ii la bien- 
heurcuse jusqu'ä liii briser les os, et on la reconduisit en prisoii. Le Seigneiir 
lui apparut, la fortifia et guerit ses blessufcs. 

Le leiidemaiii, on la preseiUa au juge, oii lui brüla les cötes et le dos avec 
du feu et 011 lui frappa la tete avec un marteau. Le juge ordonna ensuite 
de la promener nue sur les places de la ville, mais Dieu couvrit sa audite qui 
n'apparut pas aux hommes. 

On emmena ensuite la sainte ä un village appele Dialassa, ä un endroit 
dit Soleil (= Heliopolis) ', pour lui trancher la tete. Elle pria Dieu de donner 
gräce ä son nom et ä ses os pour guerir tous oeujc qui, atteints de la petite 
veröle et de lalepre, auraient recours ä eile. Une voix du ciel se fit entendre 
qui lui dit : « J'exaucerai toutes tes priores, viens dans le repos du royaume 
des cieux. » 

Son pere, saisissant l'epee, trancha de sa propre niain la tete ä sainte 
Barbe, le 4 decembre. 

1. Cette Iccon de l'armenien correspond ä ccllo du ms. Vat. gr. WS: ev /op.'« xaXoufXEvi.) 
At«Xa(7c;töv Iv ■,6m.) 'iV/lorj au lieu de la le('on habituelle Iv xop'w xaXou.ms'vw nUcUo ev totoÖ 
'HXioürtoXew;, cf. J. ViTEAU, Passions des sainls Ecnlcrine et Pierre d'Ale.vnndrie, Har- 
Ixira et A/ii/s/,i,... Paris, 1897, p. 97. 



lü'l 



I.E SYNAXAIHR ARM KNIEN. [666] 



• A fnl.llN 

I ■ u. 



• //l ^(ii.ii)'...'/i /i^ i"Ti'"'i'^'' v""'""L i'"/"'"^''!" "'/"'"L s'"/'^"'/>tL'jp('/""""i'''"'j" : '• 

liiJ/.ii .uLiiLj. ,fj/ii.iiii.fei;..»- /i ij<i.uii«i-n(it "'^"'/' '"^ '/F' ^l' ''''"^//""^t "liinLl." i/uuili .uru /i 
•l'pl,uu,nu v.,L..unn.,J, : //l v'^f •"5''<''"'L {''f'/^'/'y "'iP'^'"» 1"//"{^^ '/■/.".,/;»(,„., /. ....,.««. : 
J/l i?/. iii7/i /■ Si"L'"""",'j'7";/f' '""''111^ ,jii£|u.ii^iii)i "(ipnLs/' //"ifi"'}';/5' Pm-j'-inij |i inir.{i_n£ 

ii/ipn(I. ■/.i.iii i/i<iii /.»n, iiwLc/iiirfiiij'lj p/ii-(//i'(i j.ii/iiiiit «N""{'//' ''L iniiiiip.ii.ui/i i/iiiiiLOßii 7'p/iu- 

mniilt ; 
, ,j [|; • •{,„^,„J „iLHLp ^/ijiiiiiiiii/; ,S'i,jifc'/.m|iiulinii/i fci.j/iii/^najiiii/i '<C,Lpu,tju,ijj, Ll StjfLni.- 

''-'■"• H/ilL 3ni/viil/ii»iL '/•iiiJimi/piiiJLiH i5''Ä '/"'/"/""</'■'"/' =] 

Sjit/i /''.• tL l-fc/juife.Jpfcji/i */ : «Soll t "/'P".('' ''f"'^'""("/""'/' '//""^""L")'/' : 1 

/'.'L/i iiiiiiipii f/ii.iJmi/iii/piiiJ /piixiiipiij"! ii/(ißiin/'J' '/•^in/pj[iui/iiii}inu/i' UfbLufinu iiiIioptL 
tiiiiuppni/ii i/inLtiuj_ /piijiiiiiii I.1J111 /iliii V"J'/"/' '"^ LpliunLl ui.uijiiiliij nulji_n(;, um /lo/imi- 
Jiii./J/il}/ j;W;/.L if"iiJtli"<j''' /ij/iimli", ti_ iipß pliij /ij^uiuIinL/JizHiJp' j/iLpi.ißii.Ti^TLji ijiiii_iii.lu 
liL /i piiiiiiKiiii /,/Jt "(P '■'' "/■ ''/"'jmLli ij/piL(Lii, /.L njß tlr np ii.p viii{uij.»,"i.I< ijliiiiii» : (/l 

1 f;i ^,iMi.Viii5. . . . ■jj;ji/..ii.ii.)i/7«ijii o/«. B 11 ij L-L V"-(i ••• «"jinn. o/». B || 4 i.jipiL<;/i] 

iiiifiiii; IJ II 5-7 fei- SjiiiibL ... •/!ji|iiii/inii/i O/«. ]5. 
10 ,SoT,] •/./,iii,i.i/i?/il}i B. 



'A l'ol. 118 
!•" b. 



•)"■» 



* Un ordre de l'empereur ctant parveuu eii Orient, le juge se mit ä tor- 
lurcr les cliretiens. Eii ce meine jour lut decapitee par le meme juge une 
femme, nommee Julienne, ä cause de sa foi dans le Christ. Mais le feu tomba 
du ciel et briila eompletement l'abominable Dioscore. 

Un dos lidelcs emporta les restes des saintes femmes et les iuhuma ä 
reiidroit dil Solei! ; et jusqu'aujourd'liui tous ceux qui invoquent Dieu au 
nom de saiule Harbo guerissent aussitöt de la petite veröle et de la li'pre 
pour la gloirc du Christ. 
]. UV En ee jour, commenioration de Terentianos, röveque de Sour (= Tyr.*), 

et vio ascötiqur du graiul docteur Jean Damascöne.] 



27 1111;, 5 Decembre. 
Fete de saint .Vlhenadore, le moine. 

Aux jours de rempereur idolälrc Diocletien, l'cparque impie Eleusios, 
lui donnant cn cadeau ncuf cent trciite lalents d'or, obtint Tautorisation 
d'inlorrogcr tous les princes et tous ceu.v qui etaient souniis a son autorite, 
daiis i-haquc province et dans chaque ville, pour rcconnaitre ceux qui ado- 
laii'iil li's idolos et conx qui les meprisaicnl. 11 ciiiporla avec lui deux cliarges 



I [6f,7] 27 TRE, 5 DECF.MBRR. 165 

iiiilLii'I tn/iiiLii iiLft/iuii iiiiiofc/ii iiiiii/iOiii/iiiiii /i \iiiii«iiiiiLi iiniihiiinnlfciiiiii, /.i iiiiiii>iiii^7(, 

I bL *^uiuuitii iiunuLUiii llljiffiJL ffiiifiiV^uf n nnnuninhLiui.tli : 

i C/L ///iLfifi ijifL um iiffo/ffffi frfi ij/i Itlaiihiuiiiinnti luhnLli n If If^tiiijtiintitn I «iifffiLfin, /»l 

i^iiiiaufi«\ii/uriL/f//iiiff^i' fiji/ffi/iififfif/tiffii fiifffifiiiifToinnL/f//iLU LiiJuinpfiif/iUf ül liintiiniiilitilt 
K hnuL nluhflLli nbttiiiAi tiLnni uliiniLtin 'hnjiuinniili : 

l/L inuLiui IriLLunnu piiin/ffiiiiiiiL l"(<'f "<- ^niiiilifffaiuif uiiuintint^bi tnuttnnüntjSttni 
/ino/llllLnnriLA/tlll/lll, Ll /fllfUJCjll/flf fl/jfifflu/jf/lL iLniinLlt llltlilll UL nititinntnon iiiintinllll 
niliunuhh hnnttl . dl LnlinLU tiLliiuiinnLUil <yiiuinutui Lnltli ittiulilii linniu, Li^ pllllf/c/if lun/i/i/f 
iiL/iuiiiiLliii : I/l ^^nbntnutii \SLiuiiAi n^^Liui tLnlilinu a/i V^riiii /iiiiiUfiiiiiiM : 

10 f/i- uibubun biiiiiinpnujih ^fniuatuibiun tiiittiibi ntinLitiih ül iifn/fiiifiaf n iituhn , bt- 

ibin bnlinLii iiiLiiLnii /ifiiiiuiiii/irii niuu)uiuni-Uuli : //i_ bnldbitii iioniiiLiii/iiiiiiIi 1)1(7/1/1 /i 
uiKliiiIi, (iL inbiijiU iipiiiO Iiiu<^iiiuiiii/iu 7'n/iuuinii/i u/i niAil^n iiiiinilnuiiinuih /i iv/jn/iu /il;iiilu 
Di_ tijtttntni^p uboitij^iiiiintitiit^ii, bh ubijuili iiiil/iiffiif/ifi bnbitti iiffififO(i bnniu : //i_ tilitiuih 
iifiiifAiiifii nuhttinbitii itiintutinLAiuh lunniniiibbi bv n\ biiinmnbh . ot. ittnbiiitln iniuii 

15 iiuW pu . uuiniifu u/i bbnltnbh nljb 'tiibiiLiuif /ii. ubniuhu luhiunui bnbL bbpiiibnntfli ; 



4 /liiimnni/iii/i nnrFLj /uffifiiiffi/iiifiaiiufi. J> || -S ^nuitibitii J ^fiunbiui i> J dl ^nbptnitili .. . 
liKfiln/iiiiMfJ (FL nitnttLJnhttnltili '/■ft/iiiiititii/f iijffiiii lihlinitilili l> {{ 11 nliininnttihi J /uiiirffiiif/fnii/i/i l> 

— tlinnh 11 ofifijnif /fl O/^/. 1> || IfJ unoiii(\iiiffniiUf/^llJ lluinAn AtuihnL. J> /«L llfinilfli . . . iiiiliu0/i 

iiiiirm O«^ J{ I 14 iiL II» /iiiiiiiiiif/ifi O/«. 1> j] 15 liiiiiiiiiii . . . /ifeiiiii/jiiniTli O«/. 1>. 



A Inl. 11s 
V" u. 



d'instruments de torture poiir toiuniciitei' les cliretiens, prit couge de l'em- 
pereur et, arrive en Orient, se mit ätorturer les cliretiens. 

Un moine de la Mesopotamie des Assyries, du nom d'Athenadore, viut 
trouver l'eparque, bläma avec hardiesse son impiete et coiifessa * le nom de *a tdiiiH 
notre Seigneur Jesus-Christ. 

l']leusios, l'ayant entendu, en fut fort irrite et ordonna de deeliirer son 
liabit religieux, puis on attacha le bienlieureux ä deux colonnes, on brüla son 
Corps avec des flambeaux, on lui enfonga deux lances brillantes dans les 
aisselles et on lui introduisit des broches dans les narines. Lange du Seigneur, 
descendu du ciel, eteignit le tout. 

Ce que voyant, Teparque ordonna de Her le saint, de le jeter en prison et 
de lui briser les dents deux jours apres. Les soldats penetrant dans la prison 
aperQurent le vaillant champion du Christ tenant en mains un psautier et cele- 
brant les oifices ä haute voix; une tabi(^ bien gariiie se trouvait devant lui. 
Ils se mirent de nouveau ä lui briser les dents qui lui reslaient, mais ils 
n'y parvinrentpas, et sa poitrine fut inondee de sang; ils se mirent a lalile 
pour maiiger, mais la table disparut avec les mets. 



V" ll 



166 LE SYNAXAIRE ARMENIEN. [668] 

fri- nuinnbitii lunintupii /i nuiiiii^'L, liuiuititthh ^fen/ini.ii iiiti/iLii, hu nliliiinhli /i dl^p 
tinntinnbiui •^linnji : liu '^nintntuli otimiL /iO'>"i| iiiiiui/iiuiii^u (iiiiIi/ilIi funniniu/itiun ti_ 
q^nLni -»/iv'iiiii . fei- fc<JiuJj lunuiiupu iiunLniiii iiiiJiiiiijO üKiniTIiiii/ : l/L iiiiuv' lunu/ili n luiiinui. 
Liini/ onß'"!" Ä ii/L n III II niliu tx lunliltii h iiiiiliii : Iil ^Jnfe^iniii/i («iiiniiLOin JiuliiiLiiii 'IJ^Pil- 
njuiiiiii iiili/iiii/i /i iiiiiiniulKiiir^/i : 5 

Alnl. il.S //V (fem iiiiiiiiii/i/i ' viili/,1111 iiiiiii fe i/feiiiiii uiiiiuui 1//11J/1 lAiliiiilili li jiiniiiiin'^, Ll m 

Illll7|j|||)l4 ijllluilLlllllL : Iil uiLuLiiii lllipillJl»fel/lll/l /lILIIIIIIlll^lll/llIU ^uiLluinilinlui ll 'l'nhii. 
innii "!//';» /'/'(•'•'- KLlilunLli : Iil niii<J/it»u i/feiiiiinnLnfeiiii iiiiiii ii/i ij/i iiuitiitint; nuiiLniili 
yiiiiiiiiTi txfeiiiiZi /i H/i/iiiiuii iii/iiii/i, fei. /'"P" iiili/iiiii- hunBL iiufen-feiiii : IVl iihliii'Ii ( «Hfeuiii- 
iiiiiiiiii /i^/iiiii//iiiiiiiin /iiiii^op iiii-iiiLiifeiiiif n^nnlui /'lP ""i '«iiiniiLiiio /'fe/iiiifeifpfen/i // : 
J/l i\iiii}i LiiLl (fen/iL/iij feL iiiiit;' . I .Wfe/iiiiiiiiiimi f/iii/iifeiiiiiL iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiil /ifeliiiiiiiiniii n 
luiLntnLlniilittiti /ffeiii/iiilf : l/i_ ttiuiniinji^innh /fiiiiHjniirli iiijnfei iiiIiiiiiiWiii uniinni, Ll ^fiLii 
iiiu/ifeiiii ifen/i/i/iii iiiififeiiiii iifeiiiiiiiipniili : i/L feiiMiiiiip niiiiilip um feiiii iiuo/iiiiiiiii feiiiiilife- 
iniu MiunLnltu itiitnnnLnu n lioiiifiiiii.1111 infe'ii/i ; 

1-3 fei- n)i/ffeii/i1j ... iiiiffiiiri iVilililfiiliin fei ninliLnil /i S"lfi liliii/iOfeiWi/i l> || 3 iiiii/i/iTi] 

hnjlli 1> 1 1 4 fei '^lifelliiiil/l . . . iiiiiiniu7inHfil( 0W2 . O |[ 6 niiiiiAiiJ tnunAntuatiAi £> DL nt 

iiujljillufif^ l7Iliiiiifiifiifi_^ iil. juhuiilonh L\uinnLOni utuinLnuiL H || S iiiinLnli n/i uufiulin/^J artcn.li 
ii/t iiffiiii iiiiiiiihii/, i> *) »fiiiiiiiiili (\feii.u/i /i W/i/iiiiliii Miniii/iJ iiiLaiii/i ^/'/i; atunliuni litiniu i> ' 10 

'/•/.;,»,Up;,,,/. fe-] /iL ,s'(.t/i /'(.■ (/fW. H ; 11 fe-L Aii.j!i ... feL iiii.t] fe-L .ujiiujtii H |{ iä-13 fe-L 

ttliitiuinlimnnh ... nhuitlinitntlh Oft/, ll. 



Alors ils reatrainerent ä l'exterieur de la prison, le lierent ä deu.x roues 
et Icjeterent dans uiie fouriiaise ardente. L'ange du Scigneur, descendu du 
ciel manifestement, brisa les roues, eteignit les {lammes, et en sortit le saint, 
le Corps indemne. Ensuite ils lui passerent au cou des chaines plus lourdes et 
le jeterent cn prison. L'ange de Dien mit en pieces les chaines qui lui tom- 
berent du cou. 
A iiii.iis Apres cela ils le * conduisirenl sur un haut roclier et le precipiterent en 
bas, mais il n'cn «Mit aucun mal. Les idolätres, temoins des miracles, crurent 
au Christ, au nombre di- quatre-vingts personnes environ. Le bourreau ayant 
Icvc le glaivc pour tuer le saint, ses bras se detacherent des epaules et -il 
toraba comme mort. Saint Athenadore de sa propre volonte rendit son i\me ä 
Dieu, le 5 deccmbrc. Uae voix se fit entcndre du ciel qui dit : « Athenadore a 
t repasse de celte vie mortellc a la vie inimortellc » Les inipies voulurent brü- 
Icr le corps du saint, mais le feu descendu du ciel lirüla l'eparque. Quel- 
ques fröres emporterent les restes du bicnheureux ol les inhumer(Mit avcr 
iionneur daiis un licu eclcbr(\ 



)o 



A r.ii. II'.) 

r" ii. 



[60',)] 27 TRK, 3 üECEMBltK. 167 



• >ii(iifi^ iflLriLfi iliputtnniti ^ unnniii lluitiutni, nn ^ktii rrntinilttfli 'i-uiiilitiniihh : 

lltti t^n iitiLitt nti 'rnnn r'r;nnnuli iiutnlniiiunin tunpiuihh . Lt_ nLJaLt-iniuuh iiiiliifii limil 
ulifijii ilrnnLUiunl^u linohit$t.nntiiuiiL ; f/c ^nV^ffitii mit. ^ri.Muuuii^nn dl unLpii ^tiipiih iiihiti- 
nniititlth nLuitiL /i hniuuhr^ n^^nuninuiliiuliitili iluinu . Li- i/iiifii\fcii/i n nliLUtn n\ iiiinliHiiitiiL. : 
^ ifluiliiiin iiiihttiiuiutnlui iltiiliil Luluh UL. ui/ifl iluinnLU /fnouujLnnon : f/c liLnliliii uli^iiiL ' 
iiuhitLjJLtutiLL Ll nithiunnutuur^n tjtunnLn uiilu nLlaunLhf ulnisbL. ittii^nLnu uiii.uutniuhnult 
tunnttiih nn u^nltnLnnnn annntth tuniun^ i^iuhahiui- luiiununnulouiuuii h 'l'njtuinntt : 

Ulli linhsnbiL bpntniuuiunn r^n uuibti luh^nn iibnbnnli bu tiitihtitiiniui- tiLinbi , Ll 

Jiuuh aft ns i^p ouiu uui^ni phlit^it tbplijip Ll Itiilubnin nin/iLpu, bu nLluin bn uiuApuli n< 

10 tnpj^p nLinci juhanp : I/l hbppliuli /iiiii) äiuhnLli lubilopnLU n\ iihiiiiibnnLnuttil^p p i/iiiuo- 

niiffUH^ luii /i hbppuiunnni luii-itipt^p fiiiuiiifffiifi/iif : Itinbii Ll laiiiniiiLttph ttiuiiiti iiiLiibnt^li 

p ainujuu fluipuiip : 

1 Oujfifi^ uiLiiLii . . . 'l'nuilihnnunj oiiiiiiü lULiitn <jii/ifiLmi i>L iiio/i unLitti ci^ uffO S^n'' ^ufrituuii 
Uuiniaili L> i] "ü tfj llltiuitunntltltunli U(X(t . i> j | -4 "L lIinnAntui . . , itunlfTbtituL. 0/fl, ij [ ] 8 
nf/n/jn/t/f J ff oiuri. UCici. H |l 11 fiiiniuujfuiflll ;J Uuf Ipunniui^nntjiun /iL nhniiLiiuinbiijt tliuhnnbiuilihf 
Itl /iri*tiiuiL otn, fct. luniun atuqni-it iintuu^bmu : /7l /i u/inLiI hnLuian binbu GClct. X>. 



En ce jour, commemoration de saiiit Saba, qui vecut apres le concile 

de Chalcedoine. 

II vivait aux jours de Theodose le Jcuiie, le pieux empereur; a l'äge de dix- 
liuit ans il se rendit ä Jerusalem et s'y fit moine. 11 visita ensuitc les celebres 
et saints peres du desert et apprit d'eux la vie angelique; eprouve par les 
demons, il ne succomba point. II construisit dans le desert sept couvents 
qu'il peupla de nombreux moines. * Apres avoir vecu de grand ascetismc et «Aroi. ir.i 
dune vie ploine de vertus pendant quatre-vingts ans, jusqu'aux jours de l'em- 
pereur Justinien qui convoqua le cinquienie concile, il reposa paisiblement 
dans le Christ. 

(Saba), etant encore jeune, apercjut des pommes süperbes et eut envie den 
manger, mais comme ce n'etait pas encore l'heure du diner, il les jeta ä terre, 
les foula aux pieds et fit voeu en lui-menie de ne plus janiais manger de pommes. 
11 n'admit jamais des eunuques oudes jeunes gens imberbes dans les couvents, 
mais les envoyait dans les deserts plus ä l'interieur. L'empereur meme aper- 
f'ul une couronne de lumiere sur la tete de Saba. 



lüS LK SYA'AXAlllli AUMIÜMEN. [670j 

«S'ii/j/i /•/,' (iL 'hhlniiliiiiiLnli P. : '/.iiiiip /jiiiiiiifiiiif)i '(>/i/ifiiiii>|/ii//i J/'/ii iiiilmij i,|i/|jiiiiijLiiy (;lij|iii/jiiuiiiii(i : 

W/iA Ll iiniiili\LjiiinnnS •^iiinuiiiijliinii (;/i/iiiiiiiniiii ij/i /;^n (opni; V"/'/"-/' '"- ""«"lu fet. 
iilW 'Jiiiiiiiiiiii/iiiiiiiiiii iiiip /i tijiljluu, iiiiLiiiiiii iinimni '/iuiuiiiiIki/iiii/iiiii/i iiLo/i : 

(iiiLl U JiiiJiii};ii»/iii1i iiiiiJinii/i/i liitiniliii IJliuU h 'PiLliLaniii /i oiiii/ii/iiuiiiiiili . fci_ iiiiliu- 
nffiiin WiiiniJiLnnI/ Lnliu iiinnuiinliiiKuiii /iiiiiiiiiiiinLjiiiiiifci ii/iiiLiii^nL/<//iLlil( . niirin iiilinLiulipL 5 
/,/iJi /«(.iiioi/i/iiiiZiiiii, IlLnunh Ll. l/ni/i/ii/iiiiliiiu : I/l /.nlt/tiiui li puiniiipli U liLiihu Lnlinn- 
iiMillWiil/iii iinilil' /«iii/iii/iiiiiiiiii/ili J;/i/iiiiiiin/iil/l . Ll i)/ilniifciL llliinli ihil liliiu t/'" nii'unilLtinh 
A Itil. 1 1',) /,Miif/f/(iiii}f /t/Jf;- Miififili/Lfifi niiiniiinltii iM/in L^itiin n ilbntiii "/»/"/ lunuthnu liUiflfilfiiLLf 

ijtinutii niilimttiiLli : 

//l jinitltL ifiLifiL. nbutttituuL ilttinilitiiutitin bt- L*^tiiu li iriDri/iii, iiiffljti aitiunL. inrinLi? 1 
iiiii>^/ii\li iiiintufenü ilLn/iiiiiiiii-iiLiiii ^/i dl liiiiui^n yiiiniii/ilii iiiiiiil/iiu uniiiii : l7i_ unLiLO 
^tunuttij iiiiiinili nhlir^u iLniiltn^ Ll tmiLLiiin nninuii iiiihnntuLn utu^nLUilit^h : i/l ifiiiiun.— 
IlttinLun ntllinitlLltnlui Llift^ . rtiLltnn um yuitlLtnuintn ninnttiut Ljar^ nliuinil ifllf^lurLUluop 
jiljiLnLti fifiiifinfiiifffiiiiuif tuniuunnn : I/l fiiift/iiifLrifi/f nff/iiiJiifnLiiff iiL ffiinif LniuhLinut 

I *ljiinn . . . liutntilinutiiunj «Soff nf. ^ffjffff/ffffft tiitLiiii hl uptithyhituniino ^otih uhniti ubalih bi. 
fffffitft ntijliittjiniitiiiliii Ifjitiniiiiinitin ll nt iLtni llit liiniti titi 1> | ^ ^ffffff ttitfintfftf J <^tiiijitiinil,iiiii ttftff o 

i5 lf/f/(/fii»J tliiiiniltiiiiuti (1(1(1. I> iW.^/i] tiiftptftf/f/f (1(1(1. _H [j 4 /i (rtiiiiiti'lnulluh ittiAiniilib'^ /'^"f 

ff tiftWif/ffft/ffflf ftfffi fffflfffff jf/f 1> 11 ff fifffOfff/tfffttffftJ bbuintniuhniuhnu I>. 



28 TKK, 6 Decembre. 
Vie du liienheureux Nicolas, eveque de INIyre en Lycie. 

Lc grand patriarche thauniaturge Nicolas fut riiii des trois ci-nt dix- 
liiiit (iveques deNicee, auxjours de saint Coustantin le Grand. 

A cctte epoque eurcnt lieu des troubles en Phrygie causes par les Tai- 
pliales. L'empercur ciivoyapour apaiser ces troubles trois stratelates dont les 
noms ctaient Nepotieii, Ursus {Urson) et Ilerpylion {ErphiliaiKjs). Ceux-ci se 
reiidireut ä la ville de Myre, se prostenierenl devaut le saint eveque Nico- 
las, el pendant (pi'ils etaient aupres du bienheureux, on lui raconta que le 
A lui, im juge de la ville avait prononce une sentence de * morl injuste au sujet de irois 
persoiiues. 

(Nicolas), aussitötqu'il rcul appris, se luUa et arriva ä Tendroit au iiionicnt 
mr'nie ou le bourreau, ayant degaine sou cpee, s'apprelait a leur Iranclier la 
tele. II saisil le poignet, jeta Töpce ä lerrc et sauva ces hommes d'une 
niorl injuste. De plus, il nienara le jnge par ces paroles : « Je vais ecrire au 
pieux cnqiercur de (jucUc numierc tu lausses, par des prescnts, le jugement 
de persounes innocentcs. » Lc Juge, cirr;i,vc, se jeta aux pieds An bienheureux. 



[071] 28 TUE, ü DECEM13RR. lü!) 

uihliiiiif yi;(ii/;^ii /(?nfiiiL/i//iL(i, Ll ujiuinütun.u lont^n . Il\ Lii, miiq, iiiniiin/i, mii miu 
<ii)iiil)i /<I- m/J' : (•"t "nLiii"/; . Il\ iiin lip f'"'('l iitllihli Ll iiiiioiii/i/ii : 

(.■|_ lilllllr iiilill/iliil "/•/"/ lnniiiilin/iliiiiniiiiil; i/iiiifLii />iiiiil/i ( .t/iiiilLOlii, tt aliiiiii/iii iii^iii- 
Liiiiiiiiinvi liLnbtuiin t /»i_ bnUbiuip h '/'il/ilu/iiu /uiiiiiiuiiiiiiiiii_ii/i/i iiiii^/iiiiin'^L, ti_ niiiiu\iii)i 
5 nLntujuni^lJliiinln itiit^ IJtiiniiiLnnhj bu ubatui^ uiiiiiniiuntl nhlitiiiini. iilintiiii : 

f/i^ ni^iffun i/r^/uilflflifll niuniitnnli nuinatituip U hiujuiuuA iUinnLltlLuih /i'"l (iffifin/ii^ 
Tiiiiiiii tmiiLii /iiiijiiiiLti («uiiuu/iiiii/i fciiiiiinniiii/ili ^ujniun UL ni_/i7iiriLli l/ii'>n iiii/iLiii ij/i 
Munttijtnuiliunr^ nintinttiuibiiiiiniili tun. l<jttituiiL.nnh : f/i. utn-Liui nntilinh utiiinhbtiin nhntnti 
ttinniiiilui Llot~ . liLlinnt^ltfliLAi liitt^iiL /«nn'^/iu iltiiuh pn : (/i_ <fiuLiiniittin ItJuiquiLiinli^ dl 
10 fijfi_iifuii nnlffiL/ocififl/ ^niifilfiifciiffi n iiiuhn ttinltuiuLi nhnuiii : (Vl hnbttti li tiiiihnlih ittunLnu 
iiiiianLUUf iiuiliiiir^lth lt}2liiuunp hntttu nbiiiuinpnuu n/? i/iiii-«/ni/ unntiLunt^ nlinuiu : 

I/l iIiiiIiiiii lim litiiiniiiLniili iiiii^ . /"'/j KL /i uiulinnh i/i/iLiiti/ Mtinlm hliLlitbli pnLi) 
UiiiiiiiiLriniiLWiliiili;! : I/l Oiiiiiiiiiifiiiiit '^iiiiniiiutii nainLIiiii Iiiiiiiii : (/l ilinfi/ini/ili 111/7 (iiiiiiiii- 
nliliu iiiiL ntulintutiibiiih IUI /i l/iiili/iLU ^^ll/uilt;" nbnutu lupiuiunni tiiuiiibiiil AiiiLop, Ll iniiinnt; 
15 /i inifiiLnV^ (iiiiiiiiiiJiii/f/i : I/l äuibtui hnnui uinuituuuLop n iituhiih uittitnilbuni hnniti : I/l 
nunDL inLiiiO iiiliuiiilic/i/i iIIjoiiil 'jiiinLimuiIion uin^tup[i uiubltiuiuhu tilinLJabuilih LluinnLOni 
(iL uiur^nh . Uli uinijuintuniuut iN^fl, ahiunn llLnbu lllll/lllllJLUjnu ^bnuLI nuipnuin uinjlijiu 



\ fnl. ll'J 

v° a. 



Uli demanda pardon et prit pretexte eu disaut : <( Ce ucsl pas inoi ipii 
Tai fait, mais tel ou tel. » Le saint lui repondit : « Co liest pas quelqii'uu 
d'autre, mais l'or et l'argent. » 

Ce qu'ayant vu, les trois stratelates reiidirent gloire ä Dieu, et poursuivi- i 
rent leur voyage. Ils so rendirent en Phrygie, apaiserent le pays et retour- 
nerent avec joie aupres de Tempei-eur qiii les regut avec de grands liomieurs. 

Quelques-uns parmi les priiices de la ville, excites par la Jalousie et la ,' 
mecliancete ä propos des homieurs qui avaieiit etc readiis aux stratelates 
donnerent un cadeaii de niille huit cents talents d'or ä 1 eparque Alilabios 
pour qu'il les calomniät aupres de Tempereur. II accepta Tor et les deiionga 
ä rernpereur en ces termes : « Ils complotent traitreusement la mort conlre 
toi. » L'empcreur le crut, et sans jugemeut ordonna de les jeter en prison. 
Et comme ils faisaient un long sejour dans la prison, * lenrs ennemis pres- 'aiuI. lui 
saient 1 eparque de les faire disparaitre au plus tot. 

L'eparque, s'etant presente ä l'empereur, lui dit : « Meme en prison ils 
Iramenl du mal contre ton regne. » L'empereur ordonna alors de leur trancher) 
la tcte. Le soir, l'eparque envoya des ordres au geölier de les faire sortir lej 
lendemain de la prison, les mains liees, et de les conduire ä l'cndroil de l'exei 
i'ulion. Celui-ci, etant entre, le leur raconta avec iarmus. En rap[)renant, il^ 
tomberent uvee de gros sanglots devant la naliire di Dieu qni vuil tont d 



\ n. 



170 LE SYXAXAIRE ARMENIEN. [672] 

iJnn : önjhbu ul. tiunLntih hjtLnnitiinu ßl^ npuii^ti Jin/ibiiin iiLii/iii iiiiiiili iiiilr/miiiL i?iu<^nLiii- 
ht^h, UL u/iiiiuiii(j luniunuilil^jth iiiiitini/ . llnLniin Itiunnuani (>/ilinnuiinu ^luu/in hi. Jtn 
fonljiif/fiulfriLHf/iLli, itnuit;!! DL bntnu nnpii uibtitiip iiisttn ubniiij p, ul. thnLbiu nubtt n ntuni 
uui^nLinhi^u : 

Iji- fiiff//f) nh^bnn bnbLbtui tiniinm hltlinntiiinult iiii/ini-tiOc bu itiur; nujniniui^nnli . Vkn- 5 
Atubbiit nbnntt uinniuiiibitiiintih, ijiiilijintiiLtutuiin nnuitiininbiiiiuii, blai^ n\ itnittnbnuniti 
itunltnk^ jybii ji rnnttiplnii^ bi^ tiiiinulthn pn laiLxhnn ilinji bbtiiiiLnLn : 

'«uq; tJiiinitiLnnit . irt. ntl bii iifiL nn umbn uuiuu aiiiunL ji iibhbiiiLu Itu /jl iifiifui/fu/i 
A fiil. 1 10 iiiiiiiinliiiiu /il»4\ : l.u^ niiui cniiiutl/il' - Uu bü (»li/iiiniuiiiu (//iLfL/io * ibLjiiuaLtin buijiu- 

iiiiiiinu/i : l/L n hiJnh aiuiinL bnbLbtui bu buittinpniilni jiiour^n nini uOui fci_ turLtiit-bnitnit^ti 10 
uiiffi/n /fi/iin . fi(i]ifi/ii/fifuniifn if/fiif bt. tliiiuh btti^tttfLnnh fl"/' ""( • "'/"('} "'- niimLnntih 
nuuLnih : 

IfL PU'I iiiiLtuLotnu unsbiibtiii uluiaiuLtinnu nbttntipnntih uniitnubttin huiii ntitbunih . 
Iiniliiiic;ii uiiiiuiiif/iitii Miiifiiiii iin/ili fci_ bitiiiinpnuh bt. '^ntuüiiiibitiii iinNfei niiuiniiiiiiLiiiiinuu 
iiiiLiiit'/i üL iiiiii^ . '/iii/uuiiKiiiiIiup /iiml/ip iibnctiulini p AbiLuin /iil/iti, Iii_ uiiaiu/iiuu ^ImippLp 15 
/i miiii/iiii /iiiiiiiiiiii iiiiip'^nLpbnnLauihbi apu : 

4 liuivii iii)i/,ii] iiiifiiiLiViii)iJ,ii 15 ii 8 Hut] •;'"" «fW- ß I] 11 uiiiiuilIiuiiii] uiuiuilIiuii/ioii li. 



direat : « ü Seigneur! toi qui juges avec justice, comment permets-tu ä des 
mechants de verser notre saug iunoceiit? » Ils se rappelerent egaleiueut saint 
Nicolas et de quelle mauiere il avail sauve les.trois jeuues gens d'une mort 
iiijuste; et ils se inirent ä crier ensemble : « Saint de Dieu, Nicolas, arrive 
aussi ä notre secours, coiiime tu l'as fait ä ceux-lä, dont nous avons ete 
temoius de nos propres yeux, et sauve-nous de cette mort cruelle. » 

La inemc iiuit, saint Nicolas, apparaissaiit en reve ä Tempereur, lui dit : 
« IJcnds la liberte aux frois stratelates injustement calomnies; sinon, unc 
gui-rrc cclatera contrc toi de Djrrhachium (floj-oMü) et ton corps sera donne 
en päture aux oiseaux. » 

L'empereur lui dit : « lit qui es-lu pour etrc entre ä cette lieurc dans ma 

chambre et me nienafer de la sorte? » Lv bienlieureux lui repondit : «Je suis 

A M 111 Nicolas, reve(|ue de Mvre * en I.vcie. » Au nienui instant il apparut eoalenieiil 

ä Feparque, lui fit des menaces plus graves cncore et Ic hiama pour le cadcau 

((ii'il avait accepte et lui designa ceux qui lui avaient donne de l'or. 

Ee malin, Tempereur, ayani mande Feparque, lui raconta son reve; 

l'eparque raconta ögalement le sien ä l'empereur, (pii ordonna d amener en 

sa presonce les stratelates, et il leur dit : « \'ous voulez par sorcellerie vous 

lelivrer de mes mains et vous entendcz m'eH'raycr par des reves dus a des 

nilucnces magiques. » 



^OTH: 2S TIIK, (i DKCEMBIIK. 171 

(«fitfif fiuiff ffinniifintififfinp/i . U bp liinjiininiutihu lui\ n\ njiinLtln^ P"'('f '/"/' /'''^ t 
iiiiilifilftiiiijnLn UlitiniiiLnnnLJillitiilin />"L" : '/l itiniintllinnli liltinitiiLitnlui nLnLuinih U iinnnm 
hplintitiiiniil^ li 11 nLiijiii nttilitunn : 4 «fi liriffi ttintuiuitliLtutin, tittiLu^ iiliilll) iinnLnli pitiniilinm 
iitMLinil iii/L («iiifinLiifO^ . n/i nntnl^ii nhntitu inntiLtun itiihlintuL utu*)nLnili[^h lintliuL. ui. nuLn 
5 tlinliLunt^ iiuhltniuL diti^nLnihr^ii iiinitjJnLty uriniii : 

l/L iiiiiqr KfiiiniiiLiiiiu . («iiiiiiniiiiii ^n cl /fH-P ("'('/" tnu^nLiiihg, p'"in 7 "1'^ ' / ' "liiLii 
fifif Lilfif ^ttitniiLnr^n iiii LniiLüiiiuLji /iLa Ll Lin unittiuibi iiAOfi : l/^iiinn fii. nliLniitittntuhii 
LnLuiuu ufiiifif, Ll n<ytutitiitj tnlinnli : i/l iiiiiiili . LtiLi^nn i^ Ll. /iiiLlifi nhiiLhlLtiiup : ( «if/,' 
IdifriififLiififf . f •fi/iiiint<L uiiniiit^ii t^n nntiit^ii onLuhnuiu niiA iiiitiiJ uhnLnli : (/l Liri nhntiiii ■ 

10 iifLCiUlffjniif/i rifi/ibuifiLi/l ljl_ luntnuihiltliu nuuLnt^llii Ll iiiii itinliuiu ififiinf/i ///i/ffiiif/ifiii/i itL 
luur^ . Irntilin itntint^n iiiliii iiia, imif;"/f, dl iiitiiiint^iy Llat^ , ^^nuiiififfbifiiiili ilt« /i pni.ur^ 
linpnLHjLul^n liiiimillntiniup, '"/"/ /»'''/"'/ llliuaiuiu itlll^ p Ut^h^ . UL ipnLill flflDfl llllfloHll : (/l 
ffliniif fu/Liififf i//jOiiil fiLfifif/tinL/frlififfffi nuiiin/lu iiffi liptiiubmli I7i_ uptitnilbnph Jjl/iif n/j — 
firififfiflf : //l iiiLbtin tptiiiLti bui (*ifinf7LOrif ; 

15 (/!_ iiifi puinnLU uptuhsbipu uiumtupbtun unLppii (fpbnpiiinii p libiuhii pL.pnLi)f p antlnt- 

5 ituhlinuiL uiu^nLuAil^u Olli. r> JI nliniimj /? iiniiuj ij || 15 wi (i'lf ptutptLiI untuhsatfiti . . . 
innuitnuttiji nnrtiitj f?L i/iin piuariLi) iipuiliihputiniihiiLpaiulittli nL 7(ii((7iiiiri/i 7"/» luntiiii iiiiLniili 



Les stratelates lui repondireut : « Nous ne connaissons pas les moyens des 
sorciers, mais nous raconterons ä la raajeste ce qui est. » 11s narrerent ä l'eiu- 
pereur les faits coiicernant saint Nicolas de la ville de Myre, et ils ajoiite- 
rcnt : « C'est mi lui quo nous avons prie cctie nuit et nous Tavons pris pour 
intercesseur aupres de Dieu, car de meme qu'il a delivrc ceux-lä dune morl 
iujuste, il nous dtjlivrcra de cette mort injuste par lui-meme et par scs 
prieres. » 

L'empereur leur dit : « Vous etes deliyres, vous aussi, dune teile mort, 
toutefois ne rendezpas gräces ä d'autres qu'ä lui, qui m'est apparu et m'a fait 
vous delivrer. » II s'informa aupres d'eux des traits de son visage et de son 
Age. Ils lui repondirent : « C'est un vieillard qui est chauve. » L'empereur 
dit : * « En efTet, c'est bien ainsi qu'il ni'cst apparu cette nuit. » II leur remit • a ii,i 
un evangile avec reliure en or et des candelabres en or, puis il les envoya ä 
Saint Nicolas enleur disant : « Prosternez-vous devant lui de ma part et dites- 
lui : Nous avons accompli ce que ta saintete nous a ordonne, or accepte main- 
tenant ces presents de noire part et souviens-toi de nous dans tes prieres. » 
Ils prirent ces objets, se rciidirent avec grande joie aupres du bienheureux 
et lui raconterent tout ce qui s'etait passe. Et (c(dui-ci) en l'apprenant rendit 
gloire ä Dieu. 

Saint Nicolas opöra durant sa vic beaucoup d'autres miraclo.s encorc, sur 



A Inl. IJO 
1" a. 



1-Jn 



172 LE SYNAXAIRE ARMENIEN. [674] 

OL h qiiiauinh, h niuiiuinu Li. /i cfiiiLtiiiLU, iiiiLiuLtiiiuuj^ii Llii 'i')"/' ihnluuiubh iiiiiiuitiuuu, 
nnn luntun Ll. iun.it; J/iiin, t/L djilnhi. niiiiiion duiüuiliuilih . ii/i iij liiiinuiiinjj uiiuinJti 
itunitiuu iiifiiiiuuiyiiii »ii/iiii/iiiiTiriL/(niiiil/ liiiiiiii . nii liiiini auiitiuut; iiiualibnnLii nn /iiiiniiiiili 
iiin 1(111 i/iLfiiiiniiiZ/\/iLn i/ii)iiAni./J/iLUii, /i iiiumiuKi/iiuliii, /i libnlniiiti /i iiiLiiiiii.niiiiiii, iiiii^- 
/iiiA/ii /()/ii)iii /i Äiii/(iL, iiiiiii>iiiuifiLfi7/>i-Ii, /i i/nt/t(, /i iJninntiiiiiiid /i äouiiiii/iin (!)iiiliiiiiiiiiin<^i^Ti, 
iiiiiiii/ii/iiiiiii /i liiiiJiii/i, /( A/inLliiiii /iiiftiiiiliii /iL Ulm iiiii)iiil/odiiiu Iili;, n iiiiiiinLitiidiiiiiLUii 
A feil. IJO p"'/'(^"'/>""i"'l, "L iiiii'iLuiiii/i i/iniiiunii I/LiiiilHiiiiiIi, "HP liiiiniiiiili iiuiIiiilIi linniu, iiiniiiaiii- 
iii^i; 'fiiiKiii/it^ Iiiiiiiii i/in/iiiLW/iLli /i \\btuii.ul; piunk/iiounLHTliiiiui! unnlih : 



Irjttniiitninn iitiiuihntiiti hitui f *iif/ifiLMlo (ii/ifi/i(/ii 1//1 /" /' /' ihntthttiijth liiittilinilnliLhii ; OL it/ilii 
luhlihiiii h'"tn h ilni<)/iäifli, iWiffff/jfiiL ilffL liiij //M' (M' liiLiflifitii, ni iifiLfil'/f /fliptiiii ftn Ciiinnin nfiiij : 
luiiiii ll f/iiiil i/iii/iii^ifi7i/ili iii/iii/tiiif n^^nli^intttlitt / «iiiiiifLOiif htihuii iiiii iii/iiiiiLilli iininti ^itnLiiili liinni, 
Iniihiitihniin (71 ii/iiiiiii tiiutii ii/inrrilliL/f iiiiiitiliiiili . /' pi'ff o(^(t iiiLiiiiiiiiiii : (/l /ilipaiiii (iiiiii/j/iiiiili 
i((ii(tii(ili(f( li^i((Ii((i( Hill nti /iiiii^/ili /((iitnL liiuiitiii^iin /i'^/iKif/iiiLnr/Tiuila ufLiiiliitDiiiii ((^((n/i}i /iLli utlLtiii 
ntiuit^ii liiiii.hli tiihnip 11 i/iiiiiLii I 'il(l((iLa(t( : (*ii/i niiiiiupnh ui<flll. (TL luniiiliitinLop iiiiinAniui niiiii 11 tili tili 
tttnftitlhuiLnn itiuillllll tili Mtutltililth . llintSt; /iL IJIIKIIILI^ /c^llllin /rit/yli n/i iii/in/;Ii liii^li(riiii^iiiili tlh 11 An 111 In 
ll tun nitiiilll it ^liiinlinn iiil'ilitinlliu : / *iri iWi t}nij^iulilit;u iiililK ti liLlinilitl nhliintiLini llillllll/l/.n 
(((iliiilli iiiiiiiiniiii^iiiit,ii liitni III in tu II Ulli . /»l Ift^tu bnhL hi)tii liittini li rntiliiti, /iL iiiii/f/iiioiil./r7/i)i/; 

l/lllllMlllfillll Lllltltl tllltnill hl nilllLIK n //'ILI' 'l/l l/'"!'/'/'//! ''L MlllfllL /lllllWilllllL lilltllllil ll llltllillin . /iL 

lllttlitttflitlli illlhtniili nliliiiiiliinij iiltnt litt : //L (Uli liiii llv /i/i* litniitnn iilil/.i itlltniin li^itilihlh llllllllll/lll 
aiii/(l(.li, li'"ttf 11111(11 iWiiii^li - //in iiii fi/i/iiiiiiiifiiii 1x1)1/1111 : //l fiiii)i(/iuL)ijii)i niibßt; ilnLniili ^0 ikil Ikii 
/i jlliinii ^iii/iiLli, flL n^iiifi iiiiiiii/i /i ifiiiilui» : /Vl ihm iiiiiiiiili^ iiiiiiilit/ji/iii niiiitiii itiit nUii (f/l/innaiiliii, 
(1(1 /ll niihtiii /^ /i liuiiiitiitinint inttttiiiitit jtlhitili'li In niittS ; 

i/l ii^i^ /^iiiiiiiiiifi iiiiL »S/,(i ('iiiii/i^iioii 111)1/11111/ (iiiiii iiii)/ /i ^|||/|IL /iL /i titndiniijif /i piiiiiliipu /iL /i 

Ijdll Hill II, l^ll jllll^lllil^Ljt l^lllfK\((lP^ll)lll' ^1 Ii/ii1I1l/<?/il5|II, /i 11 III III III II III lllil 11 , /l )l /fIIIIlAJ/ilTiU /( t!(LTll((- 

lti[iniii, yii^l.lftlCllii p^llhll ^1 fltlil^ni , ynnjttiintni pluli, /i lim/, /l iflilliliiiL/iZ/il tili /l Ülliiunlllti äillTiiiiiiiiiiii- 
S'>"i /' ^niht^nipl^nt jii^iilitt, |i iiiiiiiii/iiiiiiiiiWiL/ili ntniintiiiinntiiii' ^nilni^ /(l iiiiiifiiip/i, /iL iiui't/itiiiiili 
ijuniitiaii /i/iii((L^//iiii/i, iiiiiiiiniiiiii/-ii i^iiiii(ii)i£; tliiilitii Uhitih : 

«^(Kli^/fiiiL iipuilii/i^iiiiiiiiiO iiiKiiiili /' II III II L^ (11 'bliliniiiiiintt' 'hlilitnIiStibtili *J : 15. 



mcr comine sur torrc, tlans Ics villes et les provinces, et surtout apres son 
trcpas de cette terre, miracles qu'il a faits et fait toujours, jusqu'aujourd'liui 
a uoli-e epoquc, car qui peut decrire les manieres par lesquelles il arrive 
prompleiiieiU au seconrs de quelqii'un, piiisqu'il vicnt au secours de tous ceux 
(|ui<iiit recours i\ lui, dans loules sortes de peine, devant les triljunaux, uial- 
li-ail('s [lai- lestyrans, en dangei- de iiaulVage sur iiicr, dans la pauvri'te, dans 
la faniiue, dans re^-aremcnt hors de la vraic v<He, dans la prisou, femmes en 
couclie, el nietne steriles, durant les incursioiis des barbares et dans loutes 
A loi. i-jii sorles de danger et peril. A lous eeux (jui inv()(|uent ' son noni, le salut du 
Seigueiir arrive prornptenient par son intcrcession. 



[075] 29 TRI-:, 7 DKCIvMBKK. 17;! 

^liilin/iiui. ilniiiL^iifijfiinfio lifiLfifi/i («jfinliLOfif f//f/inrffiif nii rHiuihlttibnlj l{, iin /«l 
-^nü^initiun Ultthttillltn lliiinb ftilll tittinnnti itlli-llLn ijln'ltinitltllt Itnnitl : 

iSfii^/i /'/"' ni_ rutiuikatinnji t^ : »Soli t "'^ '/'"/'/i /w^i^iiiiii/inii/i /iiii/iif/ifiiiiiitf /i)i 

II jtnitiiti i>iiifiiiif>/iff I 

5 («i)nn;iii/inu ^ii iiiiii ^luuuiuficii ul puiuiiumLli, ^ünum iiiuiniiLiiiaiiiniiLlM '}/""/ "•- 

iiiiiiniun/i// /iiyiuiiini<iii/iiiiiL/(//<iiiliIi i/iiiuli "/'"l loiuinnLDiiii bnbi. p uLat^li 'Inumitiuiijtui'liniit; 
n fiiifiniifLnfiiif/iiifff /i'»/iiiii//nL«//iLulj : (Vl £;"n ^riaiiipiiinAni. ntuntttnnin ti_ auji_iiin-iiifi : l/i_ ^n 
lunnuin n nuiintuunniiLUrbuihu /ii_nnLiI Li_ i/nJ^'J/u/iii/in unjihtunii LkUtnni^oni : I/l biituntX 
niuiicliuiili uihlinuiLnUdbLiiii Wi^/iiuibuin fci_ /i annoiuLiiiiuiii iunpni_li/i ijL luWiiiiiii^/i : (»l 

10 /"'fi" 'i"'P"Lii tii i/iiinnLp /iLniii/n Uiiilii piuh ntlljnmbih i/cnuin/ili oliIi/itiuJi!)i : 

O'l ^i^l/I iifiiiLiiii i)fco/i/i '/riillflliilln/llliliiiu/l Ll iiulioillLiin/ifi i»(ili/iiii}i(iii/i" /(?ii/aiiiLii/i/<iiiil 
f)ni^£i/iiiiljnu : l»L l'"l'"i J'tiiluihuilih aoiiitinbiiii t^n vJfcnAiiLiiiÄIi l.ii/i(7ii/i, ti_ Miiiiiiii/iiu/Lpii 

3 oou t "*- '/"'/'ß (»<^p/»iiii/mii/ij '/.uifiii bntuhainth L^aiinnultniili B [j 4 piiniiiipMi] iili liuiiiic- 
SnLuni (lad. B II 5 tp 0/«. B II G jiiSiuiimuiubnnLphiulili^ jiiiiiiiiiiiiiLpbiuh'li B |[ 9 iiiiipiilIi/i] ti- 
lu^/uiiifi^/f (lad. B I 11 ftn/iiiiKLffn/iffl] fUluilfiri/iTi B. ^ 



Le Saint de Dieu, Nicolas le thaumaturge, reposa le 6 decembre; les 
anges s'associent aux liommes poiir eu celebrer la fete le jour de sa com- 
raemoration. 

29 THE, 7 Decembre. 

Fete et vie d'Ambroise, eveque de hi ville de Milan. 

Ambroise etait uii homme intelligent el sage, vers{'' dans les Ecritures 
inspirees de Dieu et dans la pliilosophie profane, c'est pourquoi il fut honore 
par le grand Constantin ' de la fonction de juge; il etait administrateur de 
villes et de provinees. 11 etait juste dans sa magistrature et zele pour les lois 
de Dieu. II lit disparaitrc toute injustice de lapartdes princes et des agents 
de Tempereur et du gouvernement. II etait pur de moeurs meme avant sa rege- 
neration par le bapteme. 

Apres les lils du grand Constantin et .lulien le coupable, regna .lovien. A 
cette epoque le scliisme arien etait devenu puissant et les heterodoxes 

1. Lors([ue CoLislunlin mourut ea 337, Ambroise n'etait peut-etre pas ne, il avait au 
maximum quatre ans. Stjn. 6'/j. parle de Conslance (Km(;tc<vti'vo;j et Coustant, les fils de 
Constantin le Grand. 



174 LE SYNAXAlllK AHMENIRN. [076] 

A fnl. 120 ni.lit/'i' ijm/rJ<"L /.ujyiii^iiii^iiiiiiL/Ji.iiiii5< ^^l^Lpm|>ull^^lL|, ^unjiugu ' iiji Li_ r//iijiijiii ^■iii^iii^^L 
l\t-nubh Ulli IUI ntÜi iiiii/iiiufemii' t/ifet huiliuLnii^nii : 

hl. ihtn Juii'iul'bniLli |i}i> i^iii^iitfiiilitijiiiL, '-<- ßuiijiiipL fiTiiJ irfi/^uLii jiuiJuililitjiUL . fiuilij^ 
lupjinubni'Lpü i?iiii/i(iLi^iiii)t^i}i ijiii7l/ ^|iLji/,inI;tj /jiiiji?iii7/tli /i .x/.iJuuijjihlP/iJi, /.l iiL/jrjiu- 

l/lHXL^L IJIliq /IlT/l (i^1L^ll.lllTiy l^llllKILtll : //l L/jLl |iII1_1I1^IIl/J/i1-}i iJtÄ^I ßlll/Jllljl/ll< 'j[l "4 

yiiLiiiIit/iIi i?/ii?/.iiiL(y : //L 1^11^" ^HLtiii^ llSf'pniiluiu L^i/^feiui.' i/iuulr ujuiinfc^Koiji? //'^'t^iij, 
/,!. i/i/il/JhiIiii//i/i iidiiin viiii/,iHi' |iiui(piijii<ijn(iy iji.ji/yiii(^iL /jiiiji?iiiliiil( : l'u/^ Lnijiii i^^uipuiL 
uiiuiimuLiuii iiLlilunniihnu l/iiitl lruy^iii/|nuyiiii ^iinjiiiiß^Ti, p'u^g J«'" <Jiii^"in-iulft(i ^Lijijt'? 
/■i)iniiniiiiiii)i : //l i/iKjni^iiL^/j ßiuijiuß^li f/'t/>J' ""l ^iinjim-npli <,*iiii.uilifeijiii_guiT(tj ijC.i?pj7n- 
ii/iiiii : f/L yiiufeiui V""'^'"^' l"i(ip«u(t^' Tiiii/u J/yjii/i/.ij|iL x^Li«, Ll uiujui uiiujitiiij ^i »./LniJ 
AfeiiTiiii/infciiiiiL iiiiWiin. tiii/iii/iiiiijiiuiiL^feiiiTi JiiJ^iii piiiijiu^|i : 

/.V /JiiiiiiiiLiinLuin puiiitiiiiiijiii)! '/.iiiijtL/j^iiiiIi<iii ^i .^iLniJ, tjjjiiujp luJpiup^in^iL •/.luijto^ 
iin /i 'inuiniiilin/iijnLiiioi/iu : //l unLppL LSp^pnu^iiui Siii^fiLiiiij nßuitjiu^U 1/ tijMj/iiii, ti. 
qnkpi^ uunlLhiiifh pinnuipu uinlfLiJui/iii ^iiip/iniiiii/iiiii/ iiii^iiiliijt'' = 

//L 'IjiinlAinjuulinu iluilu^iiiiilitiif iiklTiiil illiiii^L^tiu'b ij/i2^iiiii}mL|J^iLlil< ii||i/jrt;i '/.iiiijji^ii, 1' 
A Till, liii nii tn vi/iinii/i iiiiiiuTinmli (.ii/iiiii^i . fet ^iiipii^ij <,'iiiyiiirtiiiTiii /./yLijl.ijL/i( Ll S«"/'// "lijijui- 

l/llUILIIIII : //L itui f/uil5llllllll/l/l /ll/» tnWfellll /l lllllllll/i^llll^l)' ^I /■lI^JlI, filjtL I^Illl^U»/jj^ /(ilui bL 

1 jr/iliiijili] /rfeljnjtiii}i B II 7 tjfeji/jiiii^ili] ijbji/jiui/riiifi ]? filigili i?^iuipiiii] }i/ijiiii 1> || 

!> •I/'t/'^'] •»;''■'' 15 i 14 ijmfiiiipii iii(i(7i-i?iii|iif] luji/.-LiVmimi B || 15 '/.imjfe}iij|iiJjlniii] '/.iiifjfeJi- 
mtiuj B II 17 '/•ii^ii] '/•mjijiili B. 



A foi. iiio occupaiciit (luns chaquc ville le siege öpiscopal, " r'est aiusi (ju'a Milan 
siegeait iin eveque aricn nomine Auxentius. 

A la niort de celui-ci, quelque temps apres, la ville fut partagee cn deux 
paiiis : les ariens presenlerent pour le sacre un des leurs tandis f[ue les 
orthodoxes en presenlerent un autre de leur parti. II y cul un grand trouble 
dans la ville parce qu'ils ne s'entendaient point entre eux. L'ayant appris, 
Ambruise craignit quil n'y eü[ une erneute, et il s'empressa d'y aller pour 
mettre la paix entre les d<'ux partis. Alors ceux-ci unanimement reclamerent 
Ambroisccomnie eveque de la vHle, mais il s'opposa ä leur demande. La 
population de la ville ccrivit ä Tempereur de pcrsuader Anibroise. Un 
ordre de l'enipereur arriva; on le baptisa d'abord, puis on le conduisit ä 
l^ome et il y i'ui sacr6 pour le siege episcopal de celte ville. 

A cette epoque regnait a Home le picux N'alentinicn, frere de Tinipie 
"N'alens qui regnait ä Constanlinople. Saint Ainbroise purida la ville de Milan 
commepresquc toutes les villes de FOccident de la secte des ariens. 

A la niort de Valentinien, Tabominable Valens, partisan de la seete arienne, 

s'empara de tout le royaunie et souleva unc persecution contre l'Eglise et les 

V b. ' peres * orthodoxes. Ouelque Icnips apres, il parlit on guerre contre les Goths, 



A ful.121 



[677] 29 TUK, 7 DECF.MBRK. 175 

(f.ii/.iii^ [• iJiii^iiirj i"7'7/' /''""/^'•/ = J»"'"?""-!//*"!/ P^^iiiiSLiinji lu^pLif^i'b "ii}/m /i iiii'/ij,, /,i. 
^'(i/^m^iiiL iiiiiiii j^iuiLyKLiiiuMtiii^ jiiiL^intliiii/juiii ijLs,"/jJi)i" pum iiiru/iii'/i/i luäniuii'rinnJJliuih'L : 
//L jtin Iiiijiiu ^(?iiiijiiiL(ijit hluuin^uu'Uiiu, Ll 11,11^111 U'ii^h lif't^ni^nu ji lluiiuhliiu nLiiiiiii- 
i^iiiiiL y/iLiiiiiirii^ : /' ii/jijipiii)i ^JiiitpiiLiijiiiL|[?f>iii)>L' Liii/ii iiLLLninliii iiliuiiiL. JiupiiLi iuiii<^iii)i- 
-, üiiip uiijiuIkj^iijIi, fet qtujiXn^tj i|ii/ JLTjiiijii <^iu^u unLjipi ^^II_plllpulT^</ILII iiiljnnii : //l iiiniiiii 
i/^iLli>,"nrjini ni-i^/^iiii^iiuii. {lU^yiu/^nii^niiiiiij ^i 'fiiuiniiiT/ij|i1>iiLiiiui/iii phnnt^ä Viutt)'iiiiiin/)7i 
'/ iii/itlllili/l : 

//l ^1i;j lULriL^ub jiLi^ iii^^Liiu^i/^ ^i ^>iiii^iii^^iL /''"i.inuijnJi^/itnL/iii tnfei_ /i((i.m/,ii.W/iL)i 

[iJ"J |i£^uiul/u lupßnLli^i ti_ pLrj ^iiiijiii^iiiij^iiii, ti. ^ Li^rf/iJiiiiiiii)i >,'iiiiii^'iii)iiiiii lihuutuLniiliii : 

10 ^(ij7 ^nLfeiiiji i{tÄ|il/ /'''tnijiiii^ jmpjingbijiiii. ji u^iiniJi/7iiL|fJ|iLTi fei_ '^niiii^iu^Liiiii iinLn ftuinJLi 

^ '/'^{""J V"'/""'-"'';"'J"''/ Ji'l" •[["llitti'ii'ii •■ /»i- o/iiiiiLi7iipii ^iKiiiiiiiiii/iiiiiiiiiii /iiiuinfW>n/iii 

niiilrilDnii Ll niUiniiilnitiliiuliu . ti_ ilbiviuli 'UPP l'l'l'^'- ix'Pii viiiiiiiii /> if/iii(_iJ iiilxilii : 

.'Jiiji julLiiy /.piililii^i-lljJi l.Jpjinu^i mpinSLniiiL in)^j, /,l iiniiim /i ijLnnii iiiiTiniiili 

ßji|iuuinlrt^ijli l^npiiuibiuh : Uu feijti_ * ijliiiii ^JiiiipiiLn^/ili l'l'l^nnnuli \i nuiniiin\i Winnini : 

15 bi- ^i J^nLif m^pm-Liu^uilr uiuL^n uiLnL^Ji' Luiiibijljiiii ninnmili'L thniiilLi iblilinLnliV iiuihlS 

uiiLjipTi (.il^jinii yii^iiL^^i : /'ii/^ ß'"^ '^ni^ni-uiu^kutji'b bibiiii iiLii iiiilihV'' iiiiiiiti njUiuaiu- 

Lllflll jl l^jlltlhi^ U^IIII<J^IIJ L/^Llj/.IJLII^J», /,! IIIll/^. //jIMl^ ^luällinAlullllLJJlilUtiu lluiUllllil llllL(IIlL/lll 

1 P"'ß^'f/_3 /■ "(iJiiiifcjii"i{iS^iS ^/««. I> il 11 V"""'/"<''/"'(!'"r'D ■""- S'""'"/""'/ J> li 14 U'feiiiiiui] 

V Imjin^iii'ii a L 15 iiiLiiLiifi O/«. B — iiiniiLiT] «Uli ]}. 



mais tlut prendre la fuite et entra pour se cachor dans iin grenier de paille. 
Les enuemis l'ayant su y mirent le feu et l'y brülerent ; c'est ainsi ([u'il 
obtint ici-bas un avant-goüt de l'enfer eternel, digiie de soii impiete. 

Apres lui regna Gratien, puis le grand Theodose d'Espagne, de foi 
orthodoxe. Gelui-ci au deliut de sou regne commenna par purifier les eo"lises 
de la secte absurde, et fit revenir tous les saints peres ä leurs sieges respec- 
tifs. II fit convoquer un synode d'eveques orthodoxes ä Constantinople 
contrc Macedonius le pneumatomaque. 

A cette epoque cut lieu un conflit dans la ville de Thessalonique entro les 
magistrats irnpöriaux et les habitants de la ville, qui s'opposaient aux ordres 
de l'empereur. L'ayant appris, Theodose le Grand en fut extremenient irrite, 
et ordonna de frapper par Tepee tous ceux qui s'opposaient parmi h' peuplc. 
Les soldats massacrerent sans distinction les innocents et les eoupables; 
sept inille personnes environ perirent en un seul jour. 

Le bienheureux Arabroise en fut tros afllige et prit le deuil sur la pertc 
de taut de clireticns. Or il arriva que Tempereur * Theodose se rendit a 'a fui. ui 
Milan. Le jour d'une des fetes du Seigneur, Tempereur voulut entrer dans '°'^" 
l'eglise dont saint Ambroise etait le pasteur. Mais le vaillant pasteur, se 
portant uu-devant de rempereur lui intordit la porte In vestibule de l'eglise 



17(; I.F. SYNAXAIRE ARMENIEN. [678] 

/i inni.'L'SLtuiili nn nni^liMinlt innliLliii niiSLnuiij ^iijlift jt^^p^i ijnL ^Iiij iiii^iuliiiLpLuiliL, 
/.L iiiiuLiiiiLiilU/iiuLii iiiii_feiMLii liLiiiiiiii : llp iiui^iLß ^tiiaiu^iifcii l^ii^uLi^ ijijiiiL^i|f7 (.uuiiilÄiii, 
tiuiJ iinii aLh-U uitüpuihLu iiiiiioßii nft ^ 1^ iiiptiiiiJj!, i^iml iijini^ j-L^iiu/ini^ (/ii^ji<^^ii 
<JiJ/nnnnfcj /i uitnnLLiii/iiiiTi /iiiin^JniiniL^ i"/"^t ''/ '"^'/'C""- "1/"""'"'' tfhlitiiuh ^ji/uiinn- 

nniuiinLifii iiinii/iiiL/i)tiiili linpui : 

Ifu iiii-ijiiii Hiiinii/Lii/i/iIi niuliilL-^lin yiiiJiii/ii\iii/i;iLp/ii-lr b^iiili/iifijjli jniji_no ^lulitjiui 
yun iiittiuii niun^iuiiiil^u . Li. n\ /i}i\ uiiii-tiii/ ii^iiii/iixiii^iiiiili^i ^liijij|ii?iiiliiii^iii^ uin. ^1 ^iiiliij^- 
SuiiiiujiljiLiAi /iiiii? iiinnuiniii'Litiiiitl tun. ilbniubuli, oiiiiit^u uni^iiii ftli iiiJailin iiiiUifci /i 
Suiniiliiii'bl^ : (.1/ nainulub luii'biun<^bnni.abiui Jil <,bniiijiuin iuniiiii/inii_fcini^, (^iiifiAiiiL In 
A lol. 121 iiiiuiiiinni'bu Iilii ti_ /i litniii^ Jn/uiin^ Liiuiiul Ll niiiutiin, bi. * tiio^ji ijiiiI/i\J/ ^ilji üLAiul 
nn ^lliiilltl, l/iuoll iiiuuillini/i uiiiLilillllli nmi ifhnitlL. : 

IßL i/ii/i iiii?iiiiii iilH/ii? /i'^iiiii i/ii)Ii aliijiit/iiiu CL ininnbnLJahiiib iStTH(ii_(i üknni O/kiiilii/i 
7'fi/jiii/iiill/l »/l iJ/i n3li /l iiliiiiiiiiLiiii-iin ji^fliuihuinti //'ili_i/l/i/imi iiiIiiilIi iliiin/iiiiiiniiii 

f.iJiiLin iiiiL /Jiiiiiiiii-nnJ», ti_ iiitiitiiiii iiimiili luiutiii-iiciiiiu li uuiiiiiLii iiiiiii^li fe». tv^bpub bi. ).-, 



fS iiJilifl/li?iii^iiiillii/]| tuinnjitUumuhhllitllt \\ 11 liiifiiifii J /iiiiiifcuii /ri 11 O//^ . I>. 



el Uli (lit : « Di' (|iicllr liaidiosse oses-tii outrcr dans la niaisou du Seigneur, 
toi qui as roipaudu a lonc par ta tuerie taut de sang iunocent et qui vieus 
encore ajouter laudafc a tes peclies? De quels pieds oses-tu fouler le 
A'estibulc de Dieu, et (juelles nuiins vas-tu clever on priores, olles qui sont 
trempees dans le saug? De quelle bouche oses-tu commuuier du mvstere 
du Seigneur, de cclli' doii sorlit Fordre injuste (rimmoler des chrctieus? 
Eloigne-loi du vesti])ul<! de la uiaison de Dieu, aliu de ue pas exeiter uue 
deuxienie fois sa colere indignee coutre toi. » 

L'empereur, apres avoir ecoute la vaillante liardiesse du Licnlieureux, eut 
un soupir d'augoisse amerc; il ne repondit pas, ni pour s\)pposer au bläme ui 
pour excuser son peche, commc d'autres parmiles hommes ont l'liabitude de 
faire. Par conlr«;, 11 baissa la töte, et pleura douceiueut el retourna ä sou 
♦A lol. 121 palais; il s'assit sur de la ccndre, geinit et * l'rappa sa poitriue avee grande j 
coutrition ])our le sang iunocent qu'il avait fail couler. 

lluit uiois apres arriva la fete de la Nativite et de l'Epiphanie de Notre 
Seigneur Jesus-Christ. Un des princes diguilaires, du noni de Hufin, magister, 
s'claut ])reseiile i\ l'enipcreur, reniarqua ses yeux enfles par Ics nombreuses 
larines (pi'H avait vcrsees, ses cheveux et sa barbe etaiont melanges dr j 



[,579] 29 TRK, 7 DECEMßRK. 177 

r.iit WiiiifiiiLnjiIi . 7'iii0 iii/,.j/.iii/^ /,!? iiiji|i;.Lf?LiiiIi)i r.i?p(iiiii/inu|i, ij/i i/iim7. iii<,'/i .Vtiii.i Ii 
n» imipS'nLfi/i /> /.JiiiiJiiiLii(i"i//'"i' piLliiiL/JLZit = T.iit ll'nLil<[ilnii . Ifu l'pP"'^!] i""/"' '■■- 
, YiiLUilibtinLnlut iiTiiii tinufiuiliL^ 'Ifi l_ i l l 3l ' 

L'l. innJunl ijJ""«' intiifeiiiL ijliii/ lli)'p(inu|iiiii, «iiit • "</ //-nLi^i^Tlinii Jiiiij/iiiinji^imTiiiii, 
/iiuJ|iii '/(•'//'i^' lu'l<Jlil_ iy!<ii(</jni_/<J/iLiiL f'.iiuini-Än^ /i </t/"<'i /JunjuiLnp/iIi gn : Jn^g /iIa 
MiiiuinLn uiiiiuiWiiiiijifii-Pfeiuirl»' /«^t "/"""/ "i(i<{"'/>"Lp'""i' OWiuIuul ilui^plsiiiij ijiuji^ilLujjiu- 
niii/u öiu/iiiiui /iLp i>f'k"iinu, l^uiS ijAfeiLtiL igt!uil_ •i'l'l'iuSji, l^iuä ijiiKjiiiLii/j <;jiim?iuImiuiiiL 
II ihnnJi, nn lUiLuilin SpiiiiJniL^i ('.uuiiilÄii^ ijui^Lßiiiii ßji|iiiiiifiTit^ig uiT<^\^iIjii i;r"'c'j [^"'{ V"["'j[ = 
JiiiiiT/p |U'/n^ tt niyin^ l^iuluiitj ti_ "("Jlhij /il iiiijijiii/^ijiiiij /^iipHLuL^nyli *,"L^tl< luLijiuijiuji 
iiii/iiiii/Ou SLiuilIi nonnLpiiluili : '/.uiiilr iijin^ * sT""'^'"^""-^ LuinnL^n^ fei- ^iJni^ /jiuiJiul » A fii 
/''"tniinu ßiuiiiiiLiin niin ufeiujp upiu^^jitj LijfeqfeijLnjii im iJuiijt • <"uj"i pt ^iiini^ph tu S^i ^lii^ 
aiiiiS uJuiiiiL iiiÄtp, uiiuuinmuui fei? ^i iffeiLuiLfe^ : I/l 'J'"^" Jiii-feiiiL //•iiLi/i/ilimi ^lj[t ""l 
/Jiiinmi-niiL t/J^ • l'i'S'^iunh'U ^ pfeil iiiuui iJuiiuLfei : 

ti. uiiiiii iiiLfeiiii |[JiiiijiiiLnji|iJi luiit . 'ju ^f'P"'!„'J '""- S"'//;'^^' /"ifi"""""-}' fei- "'(>/i feL 

2 Oumnc&nj] »iiL^p B || 4 fef.p."ja] fe/./3fe...L 15 11 5 jfe/,fe-ifea/.i.] jfe/,fenfeaL..;jl. B II 12 



cendre; il ne put relenir ses larmes et dit : « J'irai moi-meme cliez le pontife 
de Dieu et je le prierai pour toi, empereur. » 

L'empereur iui repondit : « Je connais trop bien le courage d'Ambroise, il 
n'a, ä cause de la crainte du Seigneur, aucune peur de la tyrannie de l'em- 
pereur. » Rufin Iui dit : « J'irai d'ubord puur le pcrsuader de te laisser pene- 
trer dans l'eglise. » 

Lorsqu'il s'y fut readu, Ambroise, le reconnaissant, Iui dit : « magister 
Rufin ! tu veux pour la sccoude fois exciter la colere de l)ii>u contre ton 
empereur. Montre-moi le fruit de sa penitence pour qui^ je saclie par quel 
lino-e de justice Theodose a essuye son front couvert de sang, ou ses mains 
trempees dans le sang, ou sa languc qui a, sans la permission de Dieu, donne 
l'ordre homieide d'envoyer sous terre tant de personnes chretiennes. Les 
voix des pleurs et des gemisscments des femmes, des enfauts, des parents 
et des gens perdus resonnent incessamment aux oreilles du Seigneur des 
puissances. C'est pourquoi * par ordre de Dieu et par ma volonte, l'empereur -Af 
Theodose ne penetrera pas sous les colonnes du vestibule de eette eglise, 
mais si vous songez ä faire acte de violence je suis pret ä niourir. » Rufiu, 
apres avoir entendu cela, envoya dire ä l'empereur : « 11 est impossible pour 
toi de penetrer ici. » 

L'empereur, en apprenant ccla, dit : « Jirai moi-mcnu' chez le pasteur sage 



1. i-ji 



1. 121 
Y" a. 



1 !•> 

PATU. UU. — T. XVI. — F. 1. 



178 LE SYNAXAIP.E AHMKXIEN. [G80] 

111)11 /1T14 '//"jt /' </tniu| hä nbrLJiLu iiiiiiiui/iiuiniiL/JLiiilj uiiinA^iH : Ifi. ^npdiuu ükpA bnbL 
/i iiii;l/i/Jii l,liini,iiLniJi, ti nliii iiiiliiiV> inntti miL/iuli l.Jp^mi^i/iii : o"l infciifeiii^ ijLtu JtÄ/iL 
/'''tii/iiiii/r iiiii/i/.iiii 1/.11/1/1J1 /i iliiuiii LnLiiiiiii /"-fiiJiy V<iii/t/' /"lÄihJi^/^^i /jiuiijui/iiuij Irnpiii : 
Jwit V.Si-ntuilinii . l\ii'^uiStiin^Lnhn iioii^Lii yiii_iiiin/n, ^iiilrij/i ^rLbm-ßbuiS^ '"'//'P '''■ 
n< <^niiii?iii'/<iiiLii ('iiiniiLAiii : (.iii;- WiiiuuiLiTnli . /K luuinuilitiiü Ll 11^ jibij/jj^i) /jiiin-l/iuj 
/fiiiLiiLiun L/itiitiiLni, i.L n» län-lriuiiujinfciJ iiuLitiiLni./JtiiiiJp Ijn^ii/ii ijijiiil|i|Ju iSfciOfLJi 
l'uinni-Äni, iiiii lunimiii') iiiiiii^inii lihl iibiii niii/i \im^itn^ <^jiiiiiliii/i^i/i ijiiji iiiiLbfi, npiii^ tt 
iiiiiii(itii aiinuii (iiinjii?nL/(?tiiiL iJiiinniiui/m/ili 7'ii/ii;ujnii/i, niiin luuiiitii inLilli ^1^ . llp pui/u^' 
tii(iiiii/i liiJiu . ti- iiiiinAfciiil Wt • ''n «f'''^ '""- />"' "> ^"'"/'3 lujimiiißU : 

Hut piii'>iuliiiiiiiiiiifeinl/ liuinnLÄm. "n/i iiipif^bog luii^iuj^luuipnL.piiL.h'h ^uii^ibtjbp pLij 

* A lul. IJI Äiii}iiiiii_/J/7Llr äbniuiii, /iiiii? nniu/ iife/ini^ niinli^iiili ^uiip^il/ * fei_ ^ur^idii^ptiii^ '/t/'ß '""bopl;- 

'iinJiibm'L p</i/i/illtli : ('jlt "llipiinli . '/'"l /.ii Z'''/'^'/ ^Of-inj "Ji /iL ^ijfeljTi ^m/^ ^Ji^iiyii;ji ^'i 

aJj/iiiiiii/.iiitfi 'l'nlniinnul; . '"("I nhtjiii /i ijbnini^ i//iiiiiiLiiiitiiii luJjA^ili /'""J, npu^h" bi. 

iii/iiiiiiJ/iii iiiiiiiiiiiiiili/iiib <)iiii(ji.i)iiiii/iuii> : 

Hut filiOiiiii/'/|ii (.i5nniiii/inii . lliiniKbinbi- htulibuip niu'Lonl;Unt-PliiMli ijiip t^npCtbubp, \ 
iiiii/i iiiitu'i Iiriii 7iiiii_iJiiii_ii unliiiniiiniiLMbitih nninli >\tiLiuui>ii, iip /i uiup/^iiiliiiiili ijiiin- 

13 iiiTiaMi] AiuriiWjiiifi 1>. 



et courageüx, et je supporterai tout le fardeau de penitence (pi'ü voudra 
m'imposer. » Lorsqu'il fut pres du vestilmlc de Feglisc, saint Ambroise se 
porta au-devant de lui. Tlieodose le Grand en Tapercevant se jeta face contie 
terre et le pria de le delivrer de ses liens. 

Ambroise lui dit : « Tu as meprise les lois de la foi, car tu es venu ici par 
violence et nou pas par ordre de Dieu. » L'empereur lui repondit : « Je ue 
m'obstine poini et iie m'oppose point aux regles de l'Eglise, je ne ra'ell'orce 
poiiit audacieusement de t'ouler le vestibule du Seigneur Dieu, seulement je te 
prie de me charger du l'ardeau, selon la mesure que tu as regue, pour m'ou- 
vrir la porte de la pitie du Ciirist ami des hommes, selon la parole : .1 (r/wi 
(/Hi frappe, ouvre-lui la portc ', et encore : Cr/?»" 7«/ cÜ'h/ « moi, je ne Ic inctirai 
jxts dchors '. » 

Le pontife de Üicu lui demanda : « Quelle est la mesun; de penitence que 

tu as jugee equivalente ä la gravite de tes peches, ou bien par quel remede 

Afiii.iL'i as-tu gueri la plaie si profonde * et si purulentc de ton iniquite? » L'empereur 

lui repondit : « C'est toi qui es le medccin des ämes el tu en as regu le remede 1 
du supreme medecin le Christ, or, applique sur ma personne blessee tel , 
remede spirituel que tu jugeras hon. » 

Le bienheureux Ambroise lui dit : « -Puisque tu as reconnu l'iniquite que 
tu as commise, tu ödicteras maintenant de ta main une aulre disposition de , 

1. Matlh. VII, 7; Luc, xi, U. — 2. Jcaii. vi, 37. 



r" a. 



[(J81] 29 TRE, 7 DRCEMBRE. 179 

ijiuiuiilih ill\liti. n* iniii^ii/iK, '"(/ lilijtLiitiLii iiiiioiLnii hnbuniAi, iWiIiiiii. plrlriiL/JLiuiJp /> i/Lniiii 
CiuuLtui iknuninttinLiobiiih pntunhf iiufuiu/f ipnnh Itniiit^niAip niinniuuinntunu : 

(ȣ. ini-feiiil' uiuiu piiinciii/iMin iiinniiii/ili, riLniii/iifiL/if/iiifilu n7i/iiiiiiiii_ ti^nuiiJiiii/iiiiiii}i /r 
LJiliu^ Di_ /ilin/i/lJ; •\kiLiliun /iliiiii/ lillLiiin li/lilii-UiliLllu, ii/i lii luiii/iliii'^iilittiiiit;^ miiiii/iiil/J/ilJiT/ 
5 nLLnni-iTFif iiiff i)ujufiit.f£fun iitinlJaunc; hLnni^ilU nfiffi/iiii_/JLfiflfU, /ii. nttiLiiLitti LniitiniJi 
nqnL>^nLHluiuutl ltiui*^bintl nijlitiiuiuujiuninuli ^ uiitinn u^Iiil nutn uinaiiihuitinh : 

(/L fifiifir utniunntui IJttiuuiunnlih inLKibiul iiuiii /i ifiifii/iuufifii'.', nufiiA /i uiiLnn 
Lliununnh : /'ii/y ^uiLttitniuaLuii ttinnuini nv /i uuiiuhbiu ^wuuipAiulinLJabtuuti iititolal^nf 
'"(/ /' tjbnttii bnbiiuin jiLpnn iiilf/fLcifi jatuhiiim iunuitiiunL.on ntuiniuLu blibnbnLnni^ bi^ 
10 <Jiiui-iu\ um ur ilbotui. bncft;n ii/iiiLrirtiili, Li, n'^bniib cl nOonnLiih ünnt^n, fci_ nöiii/iiiiin/i * A lül. ÜL' 
^lunuiuliLiiii/ /'"'J uiiiiioiiiii/iiiufciui uiiii/iMU, J/ilnfcj_ dnnnijnnbiiiuh iiiubhbnnLM nniiiulihn 
ipubl bL n Aiiifu lunpnnnna ^iiifi^iii\[jf p'"f i'uifi : f/<- iiinitiii^u tiiiinbiin iHfLvuf^ /i aititl 
^lunnnnnLjfJbtiilih n inbiiLn^ ulinLU ii/ri^fiflfAniiii iiiiiiu/ii-Uif blibnbiunih : 7*uiiin/i iii Din uiiiii 
Jwnii ubnt.\bhiuj n jiinnuihh unLnii niiin oii/ili/i ulitiaiiiLnpuia : 
15 (.luui/iii/i ^11 P"'V' '^nilnLJih Oiiiu Iiiu'Jiuuiiiitiii-Wfeiiilf iiin. iltnnLntiniL niii/iA, dl 

uiiuiii/iii/i linmiiliiiiiu »)UiiiiiiiiliiinL/J/ii_}i fci_ /unuiu/i<JnL/(7/iLU : 

l'u/i hUnhiuLuijU l"'i^niinu pppbL. (iiunAiUL /i 'fnuiniiil/nl/iiLii/oi/iii, /iL iuiliiliiii (iil^nnL- 

16 ITL junllUip^nt-PIfLll 0?H, ß |I 17 IIIILIILIIIi] fUlLflLfl ß. 



"loi que doreaavant au moment de ta colere tu ne prononccras plus aucune 
sentence, et que tu attendras trente jours, afin qu'apres examen, la verite 
des faits etant etablie, les droits de lu justice soient reconnus. » 

Le pieux empereur accepta avec joie ee qu'Arabroise lui avait ordonne; il 
ecrivit de sa propre main une loi pour que la colere ne devangät pas la cle- 
mence, mais que par contre la clemence primät la colere, et qu'apres avoir 
surveille avec vigilance les coupables pendant trente jours on emit ensuite 
la sentence selon le merite. 

Ce faisant, l'empereur fut delivre des liens et Ambroise le fit entrer dans la 
sainte eglise. L'empereur fidele y ayant penetre ne pria point avec assurance, 
mais il se jeta face ä terre, mouilla de ses larmes le parterre de l'eglise, 
frappa sapoitrine secouee de gros sanglots, arracha *ses cheveux et sa bar])c, *\ lui. i:;:; 
donnade son front contre les dalles de niarbre, de sorte que tout le peuple 
impressionne prit part ä ses gemissements et sanglota avec lui d'une voix 
dechirante. II resta daus cette attitude jusqu'au moment de la coinmuuion, 
dans un coin k part de l'eglise, car Ambroise ne lui avait pas permis de s'ap- 
procber du saint autel selon la coutume des empereurs. 

Tel ful leffort licroique du brave pasteur pour la conversiou du peclieur, 
teile fut aussi l'obeissance et Thumilite de l'egare. 

Quant ä l'autocratc Theodose, lorsqu'il rctourna ä Constantiuople et qu'il 



r° a. 



r 1). 



180 I.K SYXAXAIHR ARMRXII^N. [682] 

iiuiLuili inohlinu nlriiin i/i/irintii/itr, n« feu/iLin nuin iinunnnLfc/feiiiliJi p'"! V" (/"""/ •''"/'" ''''£" 
iniuiLJtniih /i /i/iiMi/iT//i iiiii /iiiiii/jiiii iiininijinni lui'^iiiLnnuLmlih /iiiiniiiL/ili, iiiut;^ . ^iiiiii utÄl/ 
/i piii>^ii;uiiiiiiiiii/iiniiu (ailMiiiiiimiii bnnm /iliA i/it>n/i iiiii»/J/iii : (/l uiniinuktiin itiuLhanniM 
lllrL *)iififffifilll/f nLniituiuli h iinl^fiflf : 

l.iu Juiuinill/i /iL V^iliT/ liniii'LLjLnJj, Li iillll nLniiaLJUItUi bnnbb . ii/i iiniiit^ii n Oiii<^ 5 
im Hill i/lillil/iiiill iL/i/.llLil/i, uill/lllll(ii\iliLnn niiiiii/ iiliiiiiiii/iiiiii. <)IIILiiiiiiiiii In illlllliifiii/ii 
>^/iiii\iiiiii<Niiiiiiiii)i iiiiiiiiiiii iiiii/iiiiiiii/iiuLiuiili JiL LiAinunnuiiinli, nnnu iiunCL iii/in^/i luljiiuiin 
iiiiiiiin iL/iLii/fiiLiii : 
* A li»l. i-"J l'nLtttn ' Ll Zititn^u i'iiilfiiLi)ii niiniutiii nt iiniinnttiiL ^illLilliliiil, nnnu bfonn iWiii iiiil n 

(/i^iiii/iiii/i iitiLJitnhliuiliiiih : '/l P'iP" n liiiiii/i/i ^iiiii/iiiif oi*iiiil«//il/i uliV^/iiiiil /iiiiiniiiniiL- 11 
pLuiilii /i '/•ii/iiiiiiiiii rL/iiiiIii/iiLii/i /,', CL r/fiiiiL i/i/itiii(iiiLiiO ///iiiiiiiui puiniiip/ili : 

Snt^jt /, CL htiliinhtltiGiili /, : iSo/i /; ttntinnh I «aniu^uiiWiL Ifl PnntiUiui : 
//iiniii iii^iii/iiiiiinn J^/iIi uni-nii Onijul^uihitibn iiirLiiil^I/niiiiiiiiili ^lumii nn n iiiiiinii/i/iii tlliiu- 
ifin/ili : f/i- L/iCfiif iiiiL tiiiiiiii htibnttiiiint-^ ^putuiuhiuL Oiuniibntnh "lununn tunpunn nnJtiu— 
fiiiii/ii~n iiuiiiiiii iiLniiiuiiii nl'nlniinnu dl iiiiiiiiiii/ii n liuiuiitibuin : i/l unLiitinb {•uinni^Oni 1 
^iiiiiiniiiiiiiiLli uiiiiiifiuf /i ^iiiLiiiiiiii/i ^iiiiiiiiiiAiii/inLKrCiuiUfi juninnntjiubbnnAi n't'nniiinnn ; I/l 

1 (iioli/iiilij iiioli/i H /llJ»inii/iL/iiii(/i J hnniniiitt-huii x> ][ 7 f?LlifiiWili(liiiuii] i? l/7iii il/i 11 uui 11 u iiL 

iiinnn (iiiiLiifi/iiiiiLiiiit/i (idil. i> il 11 'bnUtitnnti\ tiltuuLU n i>t^n ucn üdoL. 1>. 

se rendit les jouis de fete du Seigncur ä l'eglise, il ue penetra poiiit avec le 
palriarclie Nectaire dans l'enceinte de Tautel, mais il resta on deliors, ä 
droite de l'autel, et dit : « Cette place de priere m'a ele indiquee par lo yraiid 
ponlife Ambroise. » 11 raconta ä tout le nionde ce que le saint lui avait fait. 
Tels furent I'ceuvre et le zelo dubienheureux ainsi que sa directiou; il brilla 
comnie un flambeau de luiiiiere daus l'Eglise, zelc comme il fut pour la foi 
orthodoxe, destructeur des sectes schismatiques des ariens et des anomeens, 
(pi'il dispersa de l'Eglise comme de la poussiere. 
Afdi.ij.; II ecrivit * sur la foi orthodoxe beaucoup d'homelies qu'il nous a leguees 
comme uu souvenir etcrnel. Parvenü ä une vicillesse tres avaucee, il s'endor- 
niil paisiblcmcnt dans le Christ le 7 decembre', et fut depose dans l'eglise de 
la ville de Milan. 

oÜTitK. 8 Decembre. 
Fütc des saints Abraham et Khorenc. 
Ils etaient les disciples de saint Joseph et ses compagnons, les prelats 
d'Arnicnie, qui l'urenl martyrises en Perse. Denchapouh, sur l'ordre de llaz- 
kcit. le roi des Perses, s'etant presentc ä eux, les invita k renier le Christ 
pour iHrc delivres des liens. Les saints de Dieu dcmeurerent fermes dans la 
foi et confesserent avec hardiesse le Christ, ün les frappa vigoureusement, t'i 

1. r.c 7 decembre est l'anniversaire de la consccration de S. Ambroise et non celui Je 
sa mort. 



r h. 



V" 



I6S3J 30 TRli, 8 DECEMBRE. 181 

niiilf yiijiLiii^ ij/fiiiiiii iiiiiiiiii^i/y a^hdii. niiiiijiiiii /iiiiii^f,! pi^ i?tiii/iJi, /iL yiiiii/.iiii 

iiiii/iii/liOii linniif i.L i|v,'^i/<lj '"(/ ljf/liii(/lil7i /iL iiiiLiiin/iiiiii iiliiiiiiii i ( .iiiiii/iiiiiiiii)i, ii/i /iiiiiiii/,'/i 
/i lUuilj^ni-jJLtuh iii^i^iiilIi^i : I/l L^ijJLuii Ziiiiiiii iiilinn, nnlunnn'liLtiiip llinjuiiin^jiii /iiiiii/hiii 
1/(111111 /ipiuj/uiiiLnp itiiiXuiliLtiliii /i Ij 111 iii Ulli 111 tili : //l Tiiipiii n/iOt/'l' tx i?iiliiiiiTiiiii/iIi ' /i * A liil. 122 
■' £/'/'""'""t/")" ''L i/iiiilit/ili liiiinihnij hiiiluiiiiiiiiiiiiiiili ^iiiiiii/ iiii WiJi /i /iiiiuiiiiZiii i/iimii 

^lllLllllllIlljIl '/•|I^IUllIIIll/l /l J;/|L2IUI11HL<J pitlllllip/l . /tL IIIIIIIII^U llllflllll/illll llllllllllil 1111? 

iliiljuiSillhLnuil. llllLlip l"niit^li Ll jilniiiLniiiL. : 

/'ll/i li^iillJliiipli («iiiiiu'^uij 'l'"i,P /' •"'(" lltll nb an nA II lIHIuJi iiiiiiiii uiiiiii\Lnji'li iiJiiii 
/ij/iiiiiLnL •^iiiina nji ^/i}» /i /iiuiiiiiiliii n/i abiiiiiiiL; lull luinluiiiii'^li'li «,iiiiiin, /il iJ/ii/iHiiirifeuii/^ 
In iiliiiiiiii : />L /^iiiijtiKi ilhuiäuuliuili aiiJinL/JLiiiiJp' yiiTiii/iiiiL /i 'hnliuinnii 'hLliuiLSiiLnli /', 
n miiin-U 7'n/iiiuinu/i on<J}i(iini}i iuilIiuiLiiiIi : 

Htuiuö lULntn tltunn "liumiuuijituiji t^nluiiLnitli : 

Ifpuilibf^h 'luiinuiuijinu ALLiuI t;n /i l'''jiuuiu piiiniiip/i, un uiijij /iii»/i Wßtiliii, Ll 

ulifciiii ((/i^/iiiiiniiini-nn niiiLiiiiL/i : //Liinfiiiiii Ll iiLLuiUu /ilh uinJiu'LuiLnnuiujL;u nutn 

15 luiiuuinh l.uinnLdiii, iiiiLiiin/ilrimi^n Ll äinliniiuiliui'L iluiiiuLp iiiiIipiiiL^ '^/'^'> "j/' """-iiiii 

liiJiu flljnji^Jp li^iiiliiiiij fiL iiniii(i\tiiLiua fet uintiLbuinlin . u/i n-^liLiulinu iiJnLl^n fei. n/iniiiu 

12 i^iiijip] fe^iuJifejiijJi rt(ic^. B II 13 tjiuiJifei/iTi] hnuilihili V"(/'^' 1^ — "/' "'(''■? '/"*/'-l "r '» 

B ;j 14 ^litj^tttitiitutjLnij nun iiiiL/iJ ^ f/u/iuiiiinii /iL iiufiiuiiiiuiitii IjnliiiinuuiiLnn nluulibintl B || 
16 2^">/iSp] /' »>'fc"in.}it^ rtf/(/. B — tL lu 11 iilL um Inj OTH. B 



tel point quo beaucoup les considererent comme morts ; on leiir coupa les 
oreilles et ä cinq autres martyrs egalemeut, puis Denchapouh les envoya en 
Assyrie, pour travailler ä la ciilture dans les doinaines du roi. Ils s'y rendirent 
et, les cliretiens du pays s'etant portes garaiits d'enx, on les delivra de 
leurs liens. Ils parcoururent le pays en mendiant * aupres des chretiens des *a ioI. 122 
aumönes, qu'ils rapporterent aux satrapes armeniens comme eux dans les 
liens pour la foi du Christ, dans la ville de Nucliapouh (= Nichabour). Saint 
Rhorene, apres avoir vecu ainsi dix annees, mourut et y fut enterre. 

Quant au bienheureux Abraham, il continua Toeuvre bienfaisante; plus 
tard les princes armeniens, qui se trouvaient dans les liens, le prierent de se 
rendre dans le pays d'Armenie pour consoler les parents, les familles au sujet 
de ceux qui etaient dans les liens. II vecut d'une vie solitaire et ascedque el 
reposa dans le Christ le 8 decembre, pour la gloirc du Christ ctcrnellement l»cni. 

En ce jour, vie de rascete Patapios. 

Le bienheureux Patapios etait ne dans la ville de Thyas, appelee aujour- 
d'hui Athenes ; il fut eleve dans une province de l'Egypte. II dirigea sa vie 
dignement selon la volonte de Dieu, par une conduitc pleine de vertus et 
d'ascetisme, ä tel point qu'il lui fut accordö des gräces de sigaes, de 



10 



182 LE SYNAXAIRE ARMENIEN. [«"„Si] 

ln^uu„.nf,hp ."I.nL...JpJ, "/'p/....nn,,/i : hu .j».^,. S[, Oc-jn-ftuiL, fe^ ,jJ,/.L J/. npn^ /. um/iLuI, 

» A tol.li-i Liii IiiiuiuiL /uiim/iTi Vii^iiiÄtiiiij ijij/.lT/, ■ fci_ <{i"({>i' f!»'2'('^"'3 • 

"" ''■ //L nlnui,Liui_ /. '/n...,....I.,;/.l... ../..f/... fil.ulii.f.uu /. ./.I.T...I. .["(. //.j/.../.n„..jLn,, /jinfeL, 5 

puiniup/ili i'liiii/i^iiiij : 

//L /. </....{ ,/..,/.,a...L/.l, ,.m.j„i-iJ fiiuliu o.ju,.../,...(.u /uoutg.uL pL,, Jn,j,../j..(fe.«U, tf //i<^tL 

/. ,S'li.u,..Lt '"- ""i^J'tL i'/""J" ^"T"'' '"- '/'(''//'L /• i"''^/""''^'"'/'"^' ^fcl"'^/'"*^tJ' = ''■■- 

;},u^uä ...CLj. ....L|.^ {il-n^l •/5j,|,u.nnu/. ll',up[,lnu fiiu^^nuS .niuL^iuLu ^.Up^u.piuluuj 
IfpLuf, ), i,n.nS ß<"f"'p/>, /> f/".//n-/.l.u,^ <,n..,.../...,./.2»t '"/>ß"'jM' • '"^ "^ nL(....gmc .j'/^p/iu- 

um <S'tn, tc J/iii/iJ '[Sn^/»^ lULiuIrijfeiiiij, fei- ii/iijui S'iiin|.ii ijij^nL|iil; : 
*B [ir (J/ijimnii;/^ i.j.png .iift.iipfef m;L f-^./iii ......./. ..(.p t/'I/ (.ii2...//fe/..n<<i.;T, //ii.fujt ""»- 15 

''■^'''''■" (fe,./,7...J„„.,I,/..,T, .{n^n./. ';t,/,iin/., Un„[iLlLu[,, r..i;n.J.u./., N/.Lp/./jnL, //..^«../.np,,/nn..L, 
'/fei/iiinnii/i, I lU II li 1^1 npnL bu htl^nnfmuji : 

2 fcf/i.UL] ife"<L P'l! 10 S"'5"j'""'] /."■'T"'{nLpfe.u,?p «C?C^. B H 12 /(n-uiucup/ij./i] ;,n^....i,...2m 
B — iunDUiji;}i] fjiuuiuiLnjitli B 11 14 }iiu^ "/". B. 

miracles et de prodiges, car il guerit les malades, donna la vue aux aveugles 
au nom du Christ. II guerit egalement par ses prieres un liydropique, et une 
femmc atteiute d'uiie plaie incurable dans les seins appelee carcinome. Ayant 
reucontre un possede du demon tres audacieux qui ö'opposait au saint et 
rinjuriait, il en chassa le demon par le signe de la croix * et guerit riiomme. 

Jl se rendit ä Constantinople et habita le couvent dit egyptien; il y vecut 
d'un si grand et rigoureux ascetisme, qu'il devint Tetonnement de tous les 
habitants de la ville imperiale. 

A l'hcure de sa mort il pronon^a bien des paroles utile? au peuple, d'avoir 
ä craindre le Seigneur et d'accomplir sa volonte pour etre sauve de la peine 
ricrnelle. II roposa dans le Christ le 8 decembre, et on le deposa dans le cou- 
vent oü il avait vecu d'ascetismc. 

En ce jour le saint martyr du Christ Marinos subit de nombreuses tortures 
dans la ville de Rome par l'empereur impie Macrin, mais il ne renia point 
le Christ, et confessa le vrai Dieu. Lorsqu'on le conduisit ä l'endroit d'execu- 
tion pour le tuer, il jiria le Seigneur, rendit son äme d'a]>ord, puis on lui 
trancha la töte. 
B CB' Commeinoration des saints apötres du Ciirist qui furent du rang dos 

disciydes etant parmi les soixantc-dix : Cephas, Sostliene, Apollon, Tychique, 
I'^paphroditc, Cesar, ünesiphüre et Evode. 



A l(il, l-J 

V" 1]. 



fCS51 30 TRK, 8 DECKMBRK. 183 

//riLiiu uirLitigbuiipii uiiunphL Abniiunnliiuj n ^iiiiliiimLiiioIi' tn^Lniiil, iiLii liiiiiiii 
iio'i/iiiiin')" uiiiiuiiiiiLniiti"'/ (lULtiniuniiildi . iiimi; /i iiuiuiilS intn/iii iuiiiiiiiliii(\iim/i)i)i 
'/ollilll l/'^t "•- 'l"U"'/nL/(//lLli uriniii iiiiiin liillAit; : hiiiliiijl^u /.l i,iil/iiiiii li uiiiiAll tiiiLiiipli- 
innh lh2'^ nhntiiii : 7'ixjuii/i fiMilDuiiif/f/i aiinoiii/j/ifi bnuh 'litnnun Lu nhltlinntulinan^ Di_ 
5 tuiinnLU i/^iniiin Ll hLniiLMLiiihu '^uiilaLnunnh, '^•tiUiiniiuinon tluiuh iStimtu illm.ni'Lbiiuj 
bu tuuntuliltn iltubinil 'hnhutnniilt, niuhiiinitih Mun\itiniuhopb Ll ^fiiiiif Ofuiion li ^bjotuhnuttin , 
Ll pninhiii^tiih ifj^/uiijuiiiiljon n i>iiinfiiinLH//lLL uilflj/ilf ffiLUli/LnnLn/fU niunjuiun^ : 

f/L luiijiffi^tf iLirini binnuliniiinup ixbitAiiuiinbniiili P^ill Ll ujii uiLnpii, "/»P L*. 
taunliop itn u n LMb III i)n iiiiu^bnjih nbtibnbnjiuh /iLnLiiiun, Ll inuiniuabiui iii/iilLii/iIj iiuuLlriui)i 
10 Ln/f/tn nlJlLLuilllfrfiffiU ; 

I/l atuhuiniuh \iuniii\iun bnpij ^iiiil libnbnpli /i ^L/rLuunuuiii Ll /i '^nt^jin i/imilr iiilLuiiii- 
niiili/iL 'Pii/iiii/iiiii/i, iiiiuit^ii puiO •^niZ/iLi) /i i/Liiiiii '^oui/iuu nubinij aiuhXmiu /iliiLiiiIiii, Ll 
ut(iitur;u Liutnuinbtiiuh n l'nliiitniiu : 

i/l iiuiuu uiLOLn uioli ^ l^nniu'^uiünL. gl /"miLl/iui i/Liiii/inlr : 
' '" llnpiu lunuiubninn t^hli liiiLiiii uniliibinbuiUnu uirLuiOuiiniiiiinli i>,(uino nn n 'liunujibii 

dlituibtiliu : liL blibiiii iüil iiiiifiti /•L/ioiiiiiiiil*^ ^nujiiiifUUiL fiffiiiiu/iii lunnttiin uinliitti^n 
qhntnu riLpiubuij n'l'nljinnnu Ll inbubtiii ii(i n* "JiuliiiüJ^/iL «^nuiiiiiiiLiiiii upiuabo lunAtbi , 
bi. n jiiniitn iiiiiiuiiiniluiuhbiu bin piunnbi uutuinjiL li ilbniui piiiniiiun ; I/l ititiiitt ^tuuibitii 



Ces saints apotres, ordonnes par les apötres, parcourureiit avec eux le 
monde pour le Service de revangile ; le divin Paul les mentioiiiie eii plusieurs 
endroits et an exprime les eloges, Luc les cite egalement dans les Actes des 
Apötres. Car ils furent en tout les collaborateurs de Paul et ses compagnous 
de voyage, ils endurereut de iiombreuses peiues et alflictions, mouraut chaque 
jour pour le Seigneur, partageant la croix du Christ par des tourments varies 
et des persecutions de la part des paieiis, illumiaaut le monde par des etl'orts 
laborieux et par la predicatiun de la parole. 

G'est ainsi que plus tard ils furent sacres eveques en diflerents endroits et 
conserverent leurs eglises par un parfait ascetisme, tout en propageant l'evan- 
gile ä travers le monde. 

Ils eurent ä soullVir de cruelles soulTrances de la part des pa'iens et des 
Juifs pour l'evangile du Christ, tout en se devouant eomme de braves pasteurs 
a leurs ouailles, et moururent ainsi dans le Christ. 

En ce jour egalement, l'ete des martyrs Abraiiamet Khorene. 

Ils etaient les disciples de saint Joseph et ses compagat)ns, les prölats de 
l'Armenie, qui furent martyrises en Perse. üenchapouh, venu aupres d'eux 
sur l'ordre du roi de Perse, les obligea ä renier le Christ, mais vu qu'ils n'y 
consentaient point, il ordonna de les frapper a coups de bätons, et sur leurs 
reponses severes, il les üt trainer cruellement sur des pierres. Eusuite il Icur 



1S4 LE SYNAXAIKE AUMKNIKN. [686] 

niuLuih^u CL nnLUVIfib, tiL um luptjlllll ((«iiniituuiiiiu ll"il I' 1)^111/1111 kl/iLli uiiipiiLli/l /■"'l '"(l 
junuuinuuthnn Jliunuh : 

/>L nLiiiii&iiii Lnnui JtÄiui. n«-iiuj/iiiiLi7tuii)i> iJiiiiiL ^nLiiii^L l'nhuuiniijt h l'uiuLinü, 
inLii/iJ) ijUitiiinLihi /l liiii/iiumiuniiiiiTl <)■"('") '"^"1 iiifimi h ulllJllJ fet ^i xiujiNiiipiiiliil l^iliuL 
'/•/1/1UUI1111/1 •^illLllliiintlL . tj uiiiuiuujLiin/;/iii Jjniiin 111111)11 iiiiiliili : (i^iOt^iIl Ll lliniiLpii :, 
nniinJiiLt^tuiL iniuLt/iL Liu/uujnuiniiinL «iii(ito iiii t/ib /i /iiiiiiiiiiliii |i Ji^iL-iuiijnL>, ^jtui^iiipjt : 
liL luiuiii/;^!! lunuiniiuj ainiuilil luä iltujuiitiihLauiL. llltLnuli l"nnt;U CL illLli^U ^llilllLljiilL : 

/'uij (•iiniu>j'uiJ 6iu|n /' liniii luiu^inou luiiiuppUnLUlLiuh luiiiiii ^tui linbnuiuiuiuu luiiiun 
tuntuxLnjii ijLui Liuiif tuiipL niimi ^ul ■<luuin-^'L «iii^iiij Ll i)/u^ipiiijiLi ijLiiiiiii ^1 i|^ii)iiii| 
LiiuiiLinuL : /'ii/i Liii (iiiIiaIi iiiil iirfnt-iuniix., nn /iitntL LiJnLui /i •>i"(f> /''"J luiiiiiO nti^iiiijuili |o 
JjJui JiiÄiiiJ/iÄp Li_ i/lnpnLÜp DL itjiuinnij^ph nniiit;ii ii'fnk^iniuL : 

l'uL Liu innjiud fiioubciiui. nun uiiltiUuuDuili Ll tljiijikliiinbiun, nliiun niunuinbuin n hLn 
fuiiLiuL dlinuS, Ll iftÄujL ^nLnußbiuda Ll uiLiiiuiiiiiii iiiiioH/iLp i/iiiiiiniulit^n, nn Ll -^n »iu- 
/i(.i/t Lijti- ujfL uiiJtljfeiituiJi, piiiuii/i nuinnLÜp aii/(/ilj Ll auiinhl^hh n lii)iii/it titsa^LnLJiljiiJi 
^nat.nq Ll. diunttlinn : lä 

I/l iiiiLiijf^ii liunniunhntiiL n bilnli junpU, bL i/in/iiLnuiL lun. («umniiiio (ii^uu iiii)riUD- 
ijiilIj : (»L i)/iÄlilL iiiiuuiill-ni/ ilnnnilLnniU LtiiliuLninniin Ll "'PP t*- niil'hnillLnhli nilliiluiilLUl- 
iiuiL i)uini)/iLii 11 i/i(iirLii l'nnuinniin :j 

lit couper les oreilles et le ucz et les envova cu Assyrie pour travaillor i'i la 
culture des domaines royaux avec d'autres martyrs ooufesseurs. 

11s se rendirent ä Babyloiie avec grando joie pour lesperance du Christ, 
y rotrouvorent nombre do satrapes armeniens condanmes ä la prison et aux 
tortures pour la foi du Christ, et les servirent durant dix annees. Ils parcouni- 
rent le pays, reeueillirent des aumönes qu'ils rapporterent aux satrapes 
armeniens condanmes aux Heus dans la ville de Xuchapouh. Saint Rhor^ne 
y vecut ainsi dix annees, mourut et y fut enterrt§. 

Quant ä Aliraham, il continua cette cliarge bienfaisante ; puis, douze aus 
apres, les detenus le prii'reut de se rendre en Armenie pour consoler les Icurs 
de la part des detenus. II aecepta avec beaucoup de diirieultes, et lorsqu'il 
peuetra eu Armenie, les grands et les petits aeeoururent au-devant df lui il 
riionorerent eomnie un ange. 

Mais lui, apres avoir parle avec tous et les avoir consoles, il se retira 
dans une etroite eellule, s'v astreii>nit ä un sfrand ascetisme et ä d'inces- 
santes priores et cut une graude reputation aupres de tout le monde, car tous 
s'empresserent et trouverent aupres de lui la guerison de leur äme et de 
leur Corps. 

11 mourut ainsi dans la meme eellule et trepassa ä Dien, qui est l'espe- 
rauce de tous. Les eveques et les habitants du pays rassembles inhumereut 
avec de grands honneurs son precieux corps, pour la gloire du Christ.] 



ElUlATA AU T. XVI, PASC. 1. 

Page [522], 1. 8, lire '/niiimuTniSdLuioiHiii au lien de nuiiimtiijTinLu/oiuni. 

l^age [538], var. 1, lire 6 au Heu de 24. 

Page [546], 1. 17, Hre hi. an lien de lt. 

Page [549], 1. 11, lire pn^pußtuij^ an Heu de jiujijjm^jJihij^. 

Page [549], 1. 12, lire t^i au Heu de tjili. 

Page [5581, 1. 10, lire fcjifJfciuL «« Hen de jfe(i/i?^ai|_. 

Page [580], var. 5, lire 7, 8, 12 au Heu de 11, 12, 18. 

Page [583], var. 6, lire <7'/ijfciffili au lien de '/'/ij/i.JnJi. 

Page [591], var. 3, lire 11 au Heu de 119. 

Page [607], 1. 6, lire aukntulmiju au lien de i^nfeijuiimi'^. 



PATR. OR. — T. \VI. — F. 1. 



LE SYNÄXAIRE ARABE JACOBITE 

(REDACTION COPTE ) 

IV 

LES MOIS DE BARMAHAT, BARMOUDAH ET BACHONS 
TEXTE ARABE PUBLIE, TRADUIT ET ANNOTE 

PAR 

RENE BASSET 

Correspondant de l'lnstitut 
Doyen de la Faculte des lettres d'Alger 



PATR. OR. — T. XVI. — r. 



Manuscrits : 

A = Paris, Bibliolheque Nationale, Fonds arabe 256 ff. 151-218". 
B = — — - 4870 IT. 

Ouvrages cites : 

Assemani, Bibliolhecae mediceae codiciim inss. Orientalium catalogns, Flo- 

rence, 1742, in-P, n" 115, pp. 1()4-187. 
Ludolf, Commentarius ad hiMoriam. JEthiopicam , Francfort-sur-le-Main, 

1691, in-f°, pp. 389-^.36. 
Mai, Scriptonun veteruni nom collectlo. Tome IV, Rome, 1831, pp. 92 et suiv. 
Malan, The calender of coptic Churcli, Londres, 1873, in-8°. 



La pagination enire crochels fait suite aiix fascicules suivants de la Patrologie 
Orientale : 

Tome I, fasc. 3, pp. [1] ä [lÖOJ, niois de Tout et de Babeh. 
Tome 111, fasc. 3, pp. (167] ä [470], mois de Hatour et de Kihak. 
Turne XI, fa.sc. 5, pp. [471] ä [826], mois de Toubeli et d'Amchir. 



'■•c, JjVl ^^\ 

1. B äJ!. — 2. B Jow!j. — 3. Pro hoc in/lio, B habet .f-^^ ^'l»j iUI ._j«j ^J^^ 
^^^ ^^ ^1 J! ^jiA^y, j^ Jj' j_y v_£?-^ ,LX-J! _>^-> ii^y. — 4. Di'sitnt 

haec tria verba in B. — 5. Desunt haec verba in B ab ^---1)!. — G. Deest in B. — 7. /^aec 
commemoratio deest in Ludolf. — 8. Deest in ß. — 9. Deest in A. — 10. Deest in B. 



*Au nom du Pere, du Fils et du Saint-Esprit, le seul Dieu : louange ä lui * r. i-ii i" 
continuellement! Amen. 

Nous commengons', avec l'aide de Dieu, qu'il soit loue, la copie de ce 
qu'a redige notre pere , l'eveque Michel {MikhayU) , eveque d'Atrib et de 
Malidj; ainsi que d'autres peres, le tome secoiid du livre du Synaxaire, que 
leur priere soit avec nous ! Amen. 

MOIS DE BARMAHAT LE BENI. 

Ses jours sont egaux aux nuits, car c'est l'equinoxe du printemps*. 

PREMIER jouR (25 fevrier). 
^A pareil jour niourut le saint pere Narcisse {Barkisous)\ eveque de Jeru- 

1. Cette doxologie est remplacee par la suivante dans B : Nous commenQons avec 
l'aide de Dieu tres-haut el la bonte de son secours la copie du Synaxaire depuis le 
premier jour du mois de BarmaliAt, jusqu'ä la fin du mois de Mesore. — 2. Cette 
phrase manque dans B. — 3. Cette commemoration manque dans Ludolf. — 4. Malan, 
Baicasius, Assemani Pra.iius. 



188 SYNAXAIRE ARABE .lACOBITK. [830J 

ji^. ^^-UlO l^-. ji^ ^s\\ ^^ '^jajCvi J.U J ^Ai^>i ^ ^ -a; ^vi 

^^. >"^^ ^_^^j ;i:LV1 j^ ''\J> lll^ J:i3 L^ '-^- ^ö--— '' > 
A^l I'ÜUI j».Jb \y>^i <^ lijJ^j, (J U-l; i^Jl Jl ^Vl lÄA ^> V-^ 4rJ 



241 



, -JJuJ" C^ (Zes«/if /« B. — 2. B --rCl'. — 3. B _^^,. 



— 4. B addit L-^. — 5. B ^JL^.. — 6. B (»UL. — 7. B ^^jU— C. — 8. B ^r:^^!. 

— A U-iii. — 10. A ,►>". — 11. A ,'— j'. — 12. Haec verba ab J' , ,.-o^ desunt 
in B. — 13. B . w-^O, J.' e; oddii i-- - vi-V — 14. Deest in B. — 15. B ,J^j;y. — 16. B 
, „.^i,.iJ. — 17. Z)ees< in B; A --.^^vi. — 18- B a.ou;. — 19. B addit 0X.O. — 
20. B JLj. — 21. B addii 'j.^'j. — 22. A -yj-/. — 23. Deesl in B. — 2'i. B ^. 



salem (/irt(7 i'l-Moqadtlas). Ce pere exer^ait son autorile sur Jerusalem au temps 
d'Alexandre Cesar (El-hkainlaros Qa'isur) qui etait favorable aux chretiens. Ce 
pere etait saiut et parfait dans ses intentions. Quand il fut choisi pour le siege 
de Jerusalem {Ourichalim), il garda son troupeau d'une maniere apostolique. 
11 s'ecoula peu de temps jusqu'ä ce qu'Alexandre mourut. Apres lui s'eleva 
Maximin (Maksimänous) Cesar qui souleva contre les chretiens une violente 
persecution, et tua un nombre considerablc d'eveques. Une partie d'entre eux 
s'enfuit et abandonua son siege. Ce pere ])rit la fuite dans le desert. Comme 
son peuple nc le trouvait pas, il vint ä sa place un autre homrae apiiele 
Diyous, puis celui-ci mourut et fut remplace par un autre du nom de Gordien 
{Af/liordinoiis). Quand la persecution s'apaisa, Narcisse revint a Jerusalem et 
trouva qu'on avait elcve Gordien de qui sou peuple etait content. Celui-ci 
lui demanda de reprendre son siege; il no le fit pas, mais il lui demanda 
de rester avec lui dans sa cellule. 11 demeura une annee; puis Gordien 
mourut. Saint Narcisse demeura, faible et Ires äge ; il demanda aux gcns d"en 
f. i.'.i V". mettre un autre ä leur töte; ils refuserent. II arriva qu'un * homme du nom 



[83i: PREMIER DE BAIIMAIIAT (25 FEVIUER). 18'J 

lOj^i pjlj ^Ul ^3 L« j^<r <;-ll^ >_iiL-VI bj>;^ Ul jl^Ä" U^ <i3 
^_yL^C <JUi VJ-' ^.-^ t> ^^ ^-^ i-'^jAi^Vi ^^^\ V^^ '*^^J ^' V-J 
>U 1^^ U-j J -Lj jv' i-V. ^^ c^>^ V-^^ ^'^" ^^ >^^ -MUl 



). A \i. — 2. B JJjjuj. — 3. B J^-\ — 4. B J^-.^'J' w''•^ ~~ ^- u' 



_ X 
6. A „..,JJwC^'. — 7. //aec verha ab .,' UU (^eswn^ in B. '— 8. Z)ees« in B. — 
9. B C^'i'j. — 10. //aec verbaah^^ y desunt in B. — 11. B ü^. — 12. B j^-^ij. — 
13. B .j:^~-y — 14. B ij!l.=J '-^■^jJ ._y-"- — 15. öeesi in B. — 16. ^Azec verba ab i^^Sß 
desunt in A. — 17. Haec commemoratio diei secitndae in B adscrihitur. — 18. B J^'-' ^ 
,J' Ijj'. — lii. B „.,,-'J-C^'. — 20. Deest in A. 



d'Alexandre, eveque de Cappadoce {El-Qabhädomnjah), vint ä Jerusalem pour y 
prier et celebrer la fete. Lorsqii'il eut accompli son dessein, que les jours de la 
fiHe fureiit termines et qu'il songeait ä revenir dans son pays, uii eiitendit dans 
l'eglise une voix forte qiii disait : « Le premier qui entrera par teile porte, sai- 
sissez-le et etablissez-le avec Narcisse pour Taider. » l.orsque les gens 
sortirent par la porte, ils rencontrerent Alexandre, le prirent de force et 
Tetablirent comme auxiliaire de uotre pere Narcisse avec qui il resta 
jusqu'ä ce qu'il mourut. La duree du temps passe par ce pere dans l'episcopat, 
depuis le moment oü il y fut eleve jusqu'ä sa mort, fut de trente-sept ans 
et la duree totale de sa vie, de cent onze aus. Que sa priere seit avec 
nous! Amen. 

En ce jour aussi a lieu la commemoration d'Anbä Mercure {Marqourah) . 
Oue ses benedictions soient avec nous, avec le copiste et avec celui qui 
montre du zele ! Amen. 

Eu ce jour aussi mourut niartyr saint Alexandre {El-hkandaros); il elait 
de la viile de Rome (Roumyali). L'empereur infidele Maximin (MaLsima- 
ntjoiis) le cbätia parce qu'il refusait de sacrifier aux idoles; il le suspendit 
jiar la main, puis attacha ä ses pieds une lourde pierre. Ensuite, on le 



190 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [832] 

"^•üXa ^ ^t Vj 'VÜai'^ ^J L.>.ii jl; i^L&Ll. <j>-j ^ J»i>-3 "^-f b-^^'f^s ^^^»-^ (V* 

•j-^l Ll« j*5C" <:£.LL1 li\jii\ i^Lol Jlj <Cij ^^r^. ^-«^ ''Ol-jixJI 

^^Ji\ iÄA jl^ ^L.V1 •'^j'^-<« L;1 ^;L_^y ^.a£I1 a^j^I (. Jl U* ^^li. ''J 

^^ "U-L; 'Vv^:^^t'i i^*-. ^^^'' ^^"-^ ^*^'~'' ^- J' J'-? £-^=" ^ijia-iVi jUj 
j- ^Uj "'"^^A; *jjj ^j-JiJl rt^-U!l ^!l J>As ^^t^^iäJ J-'jU ^j-i^aäJI '^,»^iI-Vl 

» f. ir,2 r°. jjJl ly.jb J "■"''^_j;iJi j^tTr* ^^ ^^^J ^, ^•^^-' ^'"lC; ;-^-= jv" * ■c«^ (_o^. ^"'j' 

1. B wi;^ i^^. — 2. B U. — 3. B rALj]. — 4. B '3^. — 5. B L^. — 6. B y'i. 

— 7. //aec commeinoratio in B <f;'e/ tertiac adscribilnr. — 8. Deest in A. — 9. B 
5^yC^. — 10. ^"^1 Ij» c?es</n« «■« B. — 11. B J--'/- — 12. B ^^^j. — 13. Deest in B. 

— 14. j^yU^. — 15. B ^i~J!. — 16. B ^'Jo. — 17. B (^-^.^. — 18. B J^' JL. 

— 19. B addit y^s^.. — 20. B addit ^. — 21. B ^^iV 



frappa, on mit ses flancs ä nu et on pla(;'a sur son visage des torches allu- 
mees. Comme il ne cedait ä aucune de ces tortures, Tempereur ordonna 
de liii trancher la tele et il regut la couronne du martyre. Qua son interces- 
sion soit avec nous ! Amen, 

DELXIEME JOUR DE BARM.VHAT (15 fevrier). 

' A pareil jour, mourut martyr le bienheurcux saint Anb;\ Macrobe (Makra- 
owa)^ l'eveque. Ce pere etait des gens d'Achmoun Kliarisät, d'entre les princi- 
paux de la ville. II fut fait eveque de la ville de Pchati {Niqyous). Quand arriva 
le temps de la persecution, le gouverneur, nomme Youfanyous, alla dans cette 
ville, de la part de l'empereur. II apprit des nouvelles du saint eveque et Ten- 
voya chercher. Macrobe entra dans le sanctuaire, leva les mains au ciel, pria 
et pla^a les vases du templo et ce qui servait au saint sacrifice dans un endroit 
I. ir,2 r. de Tcglise, puis il demanda au Mcssie de la proteger, * ensuite il cria en pleu- 

I. Celle comm('moration est placec par B au troisieme jour de Barmaliät. — 2. Malan 
Maciaw'd, \ .ndioM Macareua, Asscmani Macrmniis. 



[833] DEÜX DE BARMAHAT (26 FKVRIEH). 191 

^[i ijJCiCV! (^gJlj (J-^'^O^ J' t'T' '^'■^ -*^3 '^^U^Ji; J -^l-^. J3 ^J -^ (_^ 

^Ly ji^ aJi 11^ ^j i'-'i^ i-:^U 1U.A, J^ '"V,U1 ^^U <_^_ »diu 

iA_^ 'Öp;^_ <,\ '■•<U, J^3 j»^!_;S3 ^_;-U^, ^;o j ''^(J'-^'J ''^..^ ^-^ jl -^. ^_5^ 

i^jü^ 'IjÖä 0^1 \! jl^_5 r^^r-*^^ l^ ^^ '^'^ ^"*^ ^'^ts^ "■^'L/.^ J^^J ^i-J^ jyi 

1. B a<^rf/i ij!. — 2. B J;~J'. — 3. B ,-oi;~.U. _ 4. B j^a^j^ ^^^ij. — 5. By U. — 
0. Pro j.^^ J^ A habet LiaJ. — 7. B w^-'wij. — 8. //aet- verba ab JjiÜ desiint in A. 

— 9. B ^.' J-!. — 10. B addit JUi. —ILA ^-V.. — 12. A bli'. — 13. B addit i*Ji=. 

— 14. A -^lis^l. — 1.5. Dee.y« /« A- — 16. B , „.^kwili^l. — 17. //rtt^r duo ^'erba desiint 
m A. — 18. A ^^Ji. — 19. B .^x-. — 20. B Ux^.. — 21. A (^-jj'-n'j'- — 22. B addit 
^jU*-'I_3. — 23. Bj^U. — 24. B xj^m^ j^s^.. — 25. B ^^j. — 26. B ^ji>. j'j- 

— 27. Deest in B. — 28. B , i. 



rant : « O portes de la fille de Sion (Sahyoun) qui ne laissent pas la lumiere 
monter sur elles ! » Puis il partit avec les cnvoyes pour retrouver le gouverneur. 
Celui-ci lui demanda soii 110m et sa ville. Quand il sut qu'il en etait l'eveque, 
il ordonna de le frapper, de rhumilier, de verser sur lui du vinaigre et de la 
chaux, d'en laisser sur son cou, ce qui fut fait : le saiiit ne ressentit aucune 
douleur. Apres cela, il l'eiivoya ä Armenios {Armdnyous) , gouverneur 
d'Alexandrie {El-Iskaiularijah), qui ordonna de l'emprisonner. Dieu fit arriver 
par lui de nombreux miracles, entre autres celui-ci : Jules d'Aqfahas 
{Youhjös el-Aqfahasi) avait un fils nomme Eueharistos (Aoukhdristos) qui etait 
paralyse des mains et des pieds. Le saint pria sur lui et il guerit; ensuite 
il ofTrit le saint sacrifice dans la maison de Jules, douna aux gens la commu- 
nion et le decida ä s'occuper de son corps et ä ecrire sa vie. Quand Arme- 
nios fut informe des miracles que le saint avait faits, il ordonna qu'il subit 
toutes sortes de tourments par la pression, par l'ampulation des membres, 
qu'on le jetät aux lions feroces, qu'on le noyät daus la mer, qu'on le mit dans 
un four allume. II supporta tout cela et iriompha par la l'orce du Messie. 



192 SY.NAXAIRE ARABE JACOBITE. [834] 

ybj Ol lj^.^==- J:>r^l J>-^\} ^^X "-''--*-*^^ t^-H ä'>"^J r'or« (^-^' ' ^-^'^ 

^■Ubl L^^ ^_^- s-^Ci L'U A* U Ü c^ ^j\ jJ-5L: -uIjJ I_j.<j ^äJI J 

j^\ i^AiJl "U-lj O-^l jl ^-»-^ "^Ij -^y ^^1) ■'Jj^ l)^ ^ ^^^:r*-'" ^^~-'^ 

-'i^— 3 ijX^ J^ ._^U J«>-j ^Ä^ ^ir=-^ w^Ili) j -u)« ^jJLJI b-U_=- U-y^„ 

i'oL-i^ j^wii ^*Ls c^ß ^y^ M_^Ji ^iLi ^_^"; >>^\ J\ <;Lai. '"«cs^j 

4j'L=- iU^ ^03 (v*-*^^ ^ iv»-^3 ji ^'1 "»^»-Jai- *'-«'_,i>~; isj-Uj-j JäJI 'y_».»^ ^jJw«U- 

1. B JLvjX.U. — 2. B Jx'^' .jJ^ä'. — 3. B ~3'jJ. — 'i. B ^r^i'. — 5. Z)ees< /'« A. — 
ß. B addil ^--^A^^- — 7. B f^-^^. — 8. ^ ji^^. — 9. B ^-,\ J. - 10. B L^-^. 

— 11. B ^-}i. — 12. B >_i;j. — 13. B ^^^^y — 14. B ^ß^y — 15. B ^ß^'. 

— IG. A ^"J. — 17. B ^.,Sij. — 18. B J.vS'L 



II avait unc soeur vierge qui servait l'eglise et qu'oii appelait Marie {Maryani}, 
et deux freres, Tun nomme Jonas {Younes) et l'aulre Isaac (Ishaij). Ils vinrent 
le trouver quand il etait en prison, et pleurerent devant lui en disant : 
« Tu as ete poiir iious un pere apres le nötre : comment pars-tu, nous laissant 
orphelins!... » II les cunsola et les renvoya dans leiirs demeures. Jules donna 
ce conseil au gouverncur : « Ecris le jugement de ce vieillard, tu en seras 
delivre. » II accepta et ordonna de le decapiter. Quand on eut tranche sa tete 
sainte, Jules prit son corps sacre, Tenveloppa dans des linceuls magnifiques et 
dores, pla^a une croix sur sa poitriue et l'envoya avec ses serviteurs dans son 
pays de Pchati {Niyous). Le vent Tut favorable au bateau et il raouilla devant 
Achmoun Djarisät. Lorsqu'on voulut partir, ce fut impossible, et quand on 
faisait des efforts, une voix sortit du corps disant : « Ceci est l'endroit oü Dien 
f. 1.V2 v. sera content que soit mon corps. » * On en informa les gens de la ville; ils 
vinrent avec des branches de palniier, Temporterent avec de grands bonneurs 
et le deposerent dans leur pays. La duree totale de sa vie fut de cent trente et 
un ans, desquels il exer^a les fonctions de diacre pendant buit ans, puis il 
iiil ordonne pretre, ce qu'il fut pondant trente ans; il fut fait eveque et 
demeura dans Tepiscopat trente-neuf ans. Alors sa belle lutte fut terminee et 



[835] TROIS DE BARMAHAT (27 FEVRIER . 193 

<0 ^3 ^ \j^ <£. J^i L. jL^j C-LJl j_>-3 A,IH ^_^^ •>:_&. ^frj (.aU Lü 

^L.3 U-ls ^r'_,j^_ -u^-l Ö-=J1 iM: ^U lil^k. ^Ji <^M ys.3 1x^3 aJ ^ J. ÄäIUÜ 
^:.^^l3 j^-LJl jl^j^H ^J^^^U Ö^Jl dlL. ^^- ^U ^L^j v--^ Jl Jl>Jl 
Jl ^li Ul ^1 Jli3 jl>*.U <^i^3 üj ^b ^ dLUl ^t JU3 <) \y\.i ^_^3 



1 B soU^JI. — 2. B fMJ-'.;." ^3-s. — 3. Deestin A. —4. B acfci/i _>_.U! ^-, U^.:^ 
^o^JI«. — 5. Deesl in A. — 6. Dcrsi in A. — 7. Ilaec commeniorado deest in B et 
Ludolf; Assemani addit coinniemorationeni S. Hadidi qttae diei sequenü adscribitnr a 
Mal an. 



il legut de Notre-Seigneur Jesus la couroiinc Je vie. Que la benediction de 
SOS priores et soii intercession soientavec nous! Anim. 

THOISIEME JOUIl DE BARMAHAT (27 feVrieFj . 

'Ell ce jour mourut notre pere, le bienheureux Aubä Cosmas (Qosmd}, 
patriarche sur le siege de Marc (Manios) (921-933); il etait vertueux, pur, cliaste, 
tres misericordieux, instruit dans les livres de la loi et dans leurs commen- 
taires; il fut choisi pour exercer le patriarcat. Quaiid il tut nomme, il garda 
son troupeau avec la crainte de Dieu et une sage direction. 11 donnait aux 
pauvres le superflu de ce qui lui etait necessaire et le depensait pour entre- 
tenir les eglises. Satan (Ech-ChaHdn) ne le laissa pas sans atfliction. Voyant 
sa conduite vertueuse, il lui causa de la douleur : voici commeiit. II avait 
coiisacre comme metropolitain d'Abyssinie [El-Uabachah) un homme nomme 
Pierre {Bolros). Ouand celui-ci fut arrive ä son siege et y fut reste quelques 
jours, le roi d'Abyssinie tomba malade. II le fit venir aiusi que deux fils qu'il 
avait, öta la couronne royale de sa tete et la remit au metropolitain en lui 

1. Cette commemoration manque dans B et Ludolf: Assemani ajoule la commemo- 
ration de saint Hadid que Malan place au jour suivant. 



194 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [836] 

^;~«a.3 ol/^ '^"'■i L*aa>1 ^a>_ jl Uirls A,UI j^ ^y"-^^ ij^ fj:^^ j, jÜa-jJl J^i 
^lii y> S il-Ujl U ^^ptj j\Jh^ <>\ J>-^_ (jiA: ^"^^^ iJ^' p^xt i^L^j ji jl liL 

lyj bj>J! ^1 pj-b lyj ^-l^All ^l^lj ^Ijjyi «^ pT l^_ ^yi ^^<S\ dUJl 



1. A J.. 



■3^. 



disant : « Je vais aller vers le Messie; celui que tu trouveras le plus digne de 
regner apres moi, couronne-le. » Le metropolitain et les ministres furent 
d'avis que le plus jeune meritait de regner plus que l'aine; il le couronna roi 
et celui-ci s'assit sur le tröue et y demeura quelques jours. Satan s'introduisit 
dans deux hommes qui craignaient peu Dieu. Ils convinrent que Tun d'eux 
serait appele metropolitain et l'autre son disciple, et allerent en Abyssinie. 
I. ij:i r. Puis ils fabriquerent des lettres du patriarche oü ils disaient : ' « Nous avons 
appris qu'il est arrive chez vous un homme du monde, Pierre; nous ne l'avons 
pas euvoye, c'est un imposteur. Bref, par ces lettres, c'est Menäs (Minä) qui 
est le patriarche. » Puis ils ecrivirent encore : « Nous avons appris qu'il a fait 
regner le plus jeune fils du roi en laissant de cöte l'aine; cela n'est pas 
permis, car c'est une injustice. » Puis ils entrerent dans le pays et presen- 
terent les lettres au fils aine du roi, qui en fut joyeux. II assembla les minis- 
tres et les principaux de l'etat et leur lut les lettres fausses. Ils deposerent 
le metropolitain Pierre, installerent Menäs Timposteur, detröuerent le roi 
et oouronnerent son frere aine. Quand ces nouyelles arriverent a notre 
pere le patriarche, il ressentit un vif chagrin et ecrivit des lettres et les 
envo3^a pour excommunier Menäs : il fut excommunie et mis ä mort. On 
chercha le metropolitain Pierre et on ne le trouva pas. Notre pere le 



[837] TROIS DE BARMAHAT (27 FEVRIER). 195 

^Vl \Sj> (.11 c-'l^j <1)IL l~^ c^ j\ J\ i->^ i5->Jl 4^^' "^'j -^^ (nr^ f-^. 
is^'^ lTV^'' i«'^ f^"*'-? '^-^^^ i^w.*f* i^-^i' ,^^\ Iaa "V^P ^^j i«>U- ij.1^ ^r*-?" 

^li-Äll ^oj i_,-o -^L^^-^ j'^jr^J -^"^J i3-''^J "U-JU j'jj'j >-iJv" >-'r*^ 

J.^ -^ A-it jjJl jli. i«-kt C)ls-Us3 ^j^^l l->jt t,L^_ jjbj JWl "uU i_$^U; LJj 
ijL» jl5C. J^ J Ijjilj ^y.szy^\ ^ jsljia-iVl jUj 'U- U-ls -c-U A^_ jLs; <~s-lJ 

1. Haec commemoratio quartae diei adscrihitar in B qui relationern ampliorem 
praebet. Deest in Ludolf et Assemani. In A est relatio siniplicior quae sequitur a.Jj 

,^ß U«^ iJCilü [lege j_,Ü1j) /^Ljb ^ ^--1 -^.^^ i^-:'.-'-^" -'-,-i.x_.'. — 2. B 
^•••IsIjl^. 



patriarche ne consentit pas k en consacrer un autro, non plus qiie son suc- 
cesseur, jusqu'ä ce que cinq patriarches se succederent. Los jours d'Anbä 
Cosmas furent remplis de tranquillite et de quietude sauf cette atfaire 
arrivee en Abyssinie. II resta sur son siege pendant douze ans et mourut 
en paix. Que sa priere soit avec nous! Amen. 

'Sachez, mes freres, qu'ä pareil jour, Saint Porphyre ( ßar/"oHri/o»s) ^ soufTrit 
le martyro. II jouissait d'une bonne reputation; il etait connu, possedait de 
grandes ressources, des vergers, des esciaves, des servantes, faisait de nom- 
breuses aumones; personne que lui ne pouvait acheter toutes les choses 
precieuses et de grand prix qu'on vendait dans la ville; tous les courtiers lui 
presentaient tout ce qui etait ä vendre dans la ville; il visitait les pri- 
sonniers et pavait leurs detles. Lorsque cette Situation se fut prolongee, alors 
qu'il repandait ces bienfaits et de grandes aumönes, l'ennemi l'attaqua de 
tous les cötes et redoubla ses attaques contro lui. Lorsque arriva le temps 
de la persecution contre les chretiens et qu'on proclama partout d'adorer 
les idoles, ce bienheureux fut dans l'inquietude et la craintc, il alla prier et 
demanda ä Dieu de l'aider. L'esprit du martyre descendit sur lui, il se tint 

1. Cette commemoration est abregee de la fagon suivante dans A : En ce jour 
mourut martyr saint Baroufoumous qui elait de Bänyäs [Nänyäs]. Que son intercession 
soit avec nous ! Amen. B la donne d'une fagon plus delaillec el la place le 4 de barmahät. 
Elle manque dans Ludnlf et Assemani. — 2. Malan Barqonias, Bar-Foumous. 



1<)6 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [838] 

^^VL Ijlj O^^ -J^ L*: f..^ y^ ^^-3 t5-5*r*- '-*-»^' ör' L?*"^'' ^. t^ »^-^-3 J-^^^ 
bjiy^Ul y ^^»\l «J JU'J <-.'! i^Ali ^="=r-* (i--^ ^'^ ^'^ C-^ -^'^ 
dL-l^ LJ d.ljl:> J^^^i ^•^••1 -^1 ^^^ Vj ^ii ^> ii->-<J^ ^.^L<- U ^^_yj_^^ 
A,Jj Äi-L ^^3 ^\ji\ 'v^^ ^?y!3 ^^-— JL j^_y jlr^ ^' ^^ -^-^-^'^ -^^ 

L».;-^,, oJVl ^Ji\ isyjjj iL_> ^1:^1 ijiä^lj ^AiJ'l bA„5- 'j-*^'j ^^ ^J=^ 'Sr^ 

'\'y^i \JijCjLijS\ «J JU) ^^9 ^Ja y^ ^^ ^f^r^. C^^ /"-^-f"' c^' '-^ ti 
J\>i <-^lkl d)^^. j^.Lr- cs*^ '^■"-'' r"' l/irf^^ ._ü--l p*U3 l*.^S\ ^U ^^* jirl 

1. Haec commenioratio deest in ß et Ludolf. 



debout k la porte de sa maison et dit : « Seigucur, voici que je laisse ouverte 
la porte de ma maison en ton nom. Aide-moi et sois avec moi. » II arriva que 
Ic gouverneur passa k ce moment. Le saint cria : « Je suis chretien, adora- 
teur du Messie. » On l'amena au gouverneur qui lui dit: « Insense Porphyre, 
pourquoi parles-tu ainsi de toi-meme? personne ne te recherche; va et rentre 
dans ta maison, personne ne te parle. » II redoublases cris : « Je suis chretien, 
croyant au Messie! » Alors le gouverneur s'irrita et ordonna de lui couper 
la tete avec le tranchant d'une epee. II regut la vie eternelle dans le royaume 
des cieux. Les gens de la ville ressentirent un grand chagrin; ils prirent 
son Saint corps, l'euvelopperent dans de beaux volles et Tenterrerent. Que 
le Seigneur Dieu nous fasse misericorde par ses prieres! Amen. 

QUATRIEME .lOUR DE B\RMAHAT (28 fc vHer) . 

' En ce jour se reunit un concile ä Djazirah Beni "Omar contre les gens 
(jue l'on appelait Quartodecimans. Ils celebraient, comme les Juifs (El-Yahoud), 
la lete de la Päque glorieuse le 14 du mois lunaire de Nisän, quelque jour de 
la scmainc qu'il tombät. L'eveque de Djazirah le leur defendit; puis il envoya 

1. Gelte commemoralion manque dans B et Ludolf. 



[839] QUATRE DK BARMAHAT (28 FEVRIER). 197 

^,>ai]| ^L* V jl IjJ ^^->o 'ÖLwj 1^;^ Jk> ^^ /»_^)l tV_^A ^A-; i^wUlj ^aUI '' f. 153 v°. 

*j^1ä*Ji ^_jViA Ij -.ksti-ij 'U-a£Ji iJJLwJi (»<^ias w^vä; liiu-i Ji^ "CoLoJ' »a.äl*Ji 
Jr* ö^b (^-^^^ J ^yv^^ d'jLi AÄj As»Vl ^^_ ^ j ^Jl ^Li 

1. //aec commemoratio deesl in B e< Ludolf. 




vers Serapion (Sardbyouu), patriarche d'Antioche (Ajitakyah), vors Domocrates 
(Dmio^/'flits), papp de Rome (Roi/myrt/i), versDemetrios(i)«?na/r)/o».v), patriarche 
d'Alexandrie et vers Symmaque (Chimdkhnx), eveque de Jerusalem (Beit rl- 
Mafjdis), *pour les informer de l'innovation de ces geiis. Ghacun d'eux envoya * f. i.is 
une epitre oü il mentionuait que la Päque ne devait etre celebree que le 
dimanch.e qui suivait la feti' des .hiifs. et oii il excommuniait quiconque 
passerait outre ou resisterait. Dix-huit eveques se reunirent dans ce concile, 
devant qui on lut les saintes epitres. Ou fit comparaitre ces dissidents et 
ou leur lut les letlres. II y en eut qui reuoucereut ä leur opiniou mauvaise, 
taudis que d'autres persistaieut daus leur erreur. Ils fureut excommunies et 
interdits : on fixa devant eux la celebration suivant les Instructions des saints 
apötres qui disent : « Quiconque celebrera le jour de la resurrection du 
Seigneur un autre jour que le dimanclie s'associe aux Juifs dans leurs fetes 
et se separe des chretiens. » Que Dieu nous garde et nous preserve de Tegare- 
meut de Satan! Amen. 

' En cejour eut lieu le martyre du bieuheureux Häboulyous - le prince, dans 
la villede Perga (ßarrf/Y), dans les districts de Pamphylie (ßfl.m/?/(/aA). A cause 
de son amour pour Notre-Seigneur le Messie et de son adoration pour lui, ce 
Saint fut arrete par Barnabäkhas le gouverneur, de la part de Diocletien {Diqlä- 

1. Gelte conimemoration manque dans B el Eudolf. — 2. Malan Haijulius, Ilanuliiis, 
Assemani Julius ducis Pergae. 



198 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [840] 

J^Jj i^, Cj1_^1; Jbj 7t---Jl; j^.VL y^^J -C^^^SÄ; S^ii- L.U ^j-yli^Ji JJ 

^. .W JuJI r=-~« ÖJ^ ^it >:--^. j' ^-' \^3 f^Vi (.Sj A.^1 j=^l A_,Ü 

(.Ui j ^J\ d>U ^1 ^ <rli3 ^. L.I. ^ V A^Vb ^1 ^^. J VI >L 
1. //aec commemoratio deest in B e/ Ludolf. 



dyänous). Arrive en sa presence, il prociama la foi dans le Messie, declama 
d'une voix eclatante, adressa k Notre-Seigneur le Messie sa glorification, bläma 
les idoles et les maudit. L'empereur ordonna de le crucifier sur une poutre. 
11 loua le Messie qui l'avait juge digne d'etre martyrise pour son nom, pnis 
rendit l'äme entre le>; mains de Notre-Seigaeur Jesus le Messie, gloire ä lui 
eternellement I Amen. 

CINQUIEME JOUR DE BARMAHAT (1" mars). 

' En ce jour mourut le saint pere, l'ascete, le devot Anbä Sarapamon 
(Sarabrurioun)^, higoumene du couvent d'Abou Yohannes. Des sa jeunesse, ce 
Saint se fit moine dans Tegiise d'Abou Yohannes. II resta ä adorer Dieu et 
ä servir les vieillards pendant trente-deux ans. Puis il fut nomme higoumene 
de ce couvent et redoubia de piete et de devotion. II jeünait toute la journee, 
depuis le temps oü il se fit religieux jusqu'ä sa mort. Quand il fut reste 
♦ f. ij'i r. vingt ans dans les fonctions d'higoumene, * il s'enferma dans une eglise oü 
personne ne vint le voir jusqu'ä ce que dix ans se i'ussent accomplis. Pen- 
dant ce temps, il ne rompait le jeüne que les deux jours du saniedi et du 
dimanche, pas plus. Quand sa mort fut proche, Tange du Seigneur lui 

1. Gelte commemoration manque dans B et Ludolf — 2. Malan et Assemani Serapion. 



841] CINQ DE BARMAHAT 1" MARS . 199 

j s^i 'j-*-:-^. ö' (n^^ ^.' yy p*r^-^. j^ Ir'^J !>-^3 Ir^-^ ^iJ\ ^j~' 

öJait!) j j»i-?Jj j^^ c-^,^" lj-=i^ JL*^3 IjtfJ o-^' >^"^-> ^^=^*'j li-^^. 
(^IaI "j^ _j-V3 ^.Jilj '-^-^ *^-^ Lrr^ '^'^ i-UJI Js-Ä-s. ^^ >i_jilj 



1. /Taec commemoratio deest in B e/ Ludolf. 



apparut ea songe et lui remit une croix de feu en lui disant : « Prends-la 
dans ta maiu. » — II lui repondit : <t Comment puis-je saisir le feu avec 
ma main ? » — L'ange lui repliqua par ces paroles : « Ne crains pas ; le 
Messie n'a doane au feu aucun pouvoir sur toi. » — Alors il etendit la main 
et regut la croix de l'ange. — Celui-ci lui dit : « Sois fort et communie, car 
dan3 trois jours, je viendrai te prendre. » Lorsqu'il s'eveilla, il fit connaitre 
son reve aux vieillards. Ceux-ci lui firent leurs adieux, pleurerent et lui 
demanderent de se souvenir d'eux. De son cöte, il leur demanda de le men- 
tionner toujours dans leurs prieres. Ensuite il mourut eu paix le troisieme jour, 
en presence des vieillards. Que ses prieres soient avec uous! Amen. 

' En ce jour aussi a lieu la commemoration de sainte Eutychia {Aoutoukyä)'- 
qui signiiie « joie » . Cette sainte etait de secte samaritaine et des gens de Ba al- 
bek. Le nom de son pere etait Younän, celui de sa mere Hakimah. Au commen- 
cement de sa vie. eile vecut dans la debauche et la corruption; eile etait belle 
de visage et accomplie de sa personne, eile egarait beaucoup de gens et les 
faisait tombcr dans le peche : eile acquit par cette impurete une fortune 
considerable. Un saint moine de Jerusalem {El-Qoih) nomme Germain {D/ir- 
mäiios) en entendit parier. II entra chez eile sous l'apparence d'un de ceux 
qui en avaient Ihabitude. Quand il fut dans sa maison, il commenga ä 

1. Cette commemoration manque Jans B et Ludolf. — 2. Malan Eudoxia, .\ssemani 
Eudocia. 



200 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [842] 

'L^A^l «IjLjÜJI ^LäIj ^3^)1=3 ^«.Ui]l3 ^^., L*pili ■äoLic^ •»^„jbj ^'^^'^ V^J (J 

1^ l_^y, L ^l\ V3 ^1 ^^j^l ^Ül Ulktl ^11 Sjy-'l <; oL- jJ3 ^y JJ^ JL.J3 

- r. ir.'i V». Ijl * jU o)Us 1,^1 JU=Jl3 Ij^Ui^ J -»^y o^' L-^ ^U;«!'3 <-v^l ^;;;J>1_;^'^. >-^J 1^ o-Tls 

jSj JUl JI 'U- As <;l „.__Jl, ^_jii,l jl ^•i'f"^ '^^'^ ^5"**^:- '-^-^"' '^^-^ c^ ^«?-j 

^l?Ol 'UJI A_Ä:i3 ^Ai'Jl Jj^'bL u\jS Cjji} dLLu ,..iJ--i (»Ias lA^-k^-li liUj 

l.Js^ 0>\/i >li^'^^9 V^^ JilsJl ^^1 ^C-Li IaA^ 'LJI i* (_j.^« >.JiSj3 iULjj 
JälJl jt-— i IJ»--I ^'->'^ l-iiiiui iIJ_^-a'i (V viU-ij "uJJ^^^-wo ^_^1 4>,)^1«3 'Li — !l ^1 IjjJjso 

1. Ali^Ut. 



l'exhorter par des puroles effrayantes, terribles; il liii mentionna l'enfer, les 
tenebres, les vers, et tonte espece de tourments redoutables. — Elle lui 
repondit : a Est-ee qii'apres la raort, ces corps subsisteront apres etre reduits 
en poussiere et leur demandera-t-ou des comptes? — Üui, » repondit- 
il. — « Et oü est la preuve de ta parole, car eile ne se trouve ni dans la Torah 
{Tourah) que Dieu a doiinee au prophete Meise (Mousa) et nos peres ne nous 
en ont Jamals parle. » II l'appuya par des preuves legales et spirituelles. 
Quand il eut affermi son dire dans son esprit et qu'il se l'ut attache ä son 
f. ir.'i v°. intelligence, eile lui dit : * a Je renonce ä raa vie de debauches, penses-tu que 
Dieu m'acoeptera? » — 11 lui repondit : « Si tu crois que le Messie est venu 
dans le monde et a enleve les peches des honimes par sa croix, si tu te repens 
des maintenant dun repentir sincere et si tu te fais baptiser, il t'acceptera, 
ne mentionncra jamais ricn de ce que tu as fait, mais tu seras comme quand 
tu es nee du venire de ta mere. » Son coeur s'ouvrit a la foi et eile lui 
demanda de completer cela. II Tamena devant l'eveque de Ba'albek : eile 
confessa devant lui la sainte Trinite, Tincarnation du Verbe et son cruciile- 
ment. Puis il se tinl debout et pria sur Teau pour la baptiser. Dieu ouvrit les 
regards de son intelligence; eile vit un ange de lumiere qui la tirait vers les 
cieux, tandis que d'autres anges se rejouissaient. Puis eile vit un etre efFrayant, 
noir, laid d'aspect qui la tirait d'entre eux et il etait irrite contre eile. Ce 
qu'elle vit augmenta son desir d'etre baptisee et de se repentir. Quand eile 
l'ut baptisee, eile partagea tout ce qu'elle avait acquis — et de quelle triste 



[843] CINQ DE BARMAHAT fl" MARS). 201 

U^ "U-li ^^ijC.; j^«-o J='\ ^-^ Jy i^ -V*. J^ (»>* ^r-«Vl lyiLÜ^lJ 0;-^.l3 

j^l Lx.^.^ ^ jyC;- l^'>Uj IjjjiliJ; ij^Jl o^-^^ ^^3 ^^ -r'v^ ^.~'^. 

^\]\ ^Ajli j[^\\i Ji)i ^I_^.U1 ^>j a_l: ^.^. jl^3 UJU <;L3 ^y, jl^ ^Vl 

1. A »iy~^l. — 2. //«ec commeinoratio deesl in A, Malan, Mai, Assemani e< Ludolf. 



faQon! — entre les pauvres et les malheureiix, puis alla dans un couvent 
de religieuses oü eile prit l'habit raonastiqiie et montra iin zele accompli. 
Le demon entra dans Tun de ses amoureux; il alla informer le gouverneur ; 
celui-ci la fit comparailre. Ouand eile arriva, eile trouva dans sa demeure 
un cortege funehre et des pleurs sur son fils. Elle entra, pria, implora Notre- 
Seigneur le Messie pour le jeune homme et le ressuscita. I.e gouverneur 
crut au Messie par eile. Puis un autre gouverneur nomme Diogöne {Diundjä- 
nis) cntendit parier d'elle et la fit venir. Elle vit devant lui un soldat borgne 
d'un 03il ; t^Ue pria, fit le signe de la croix sur l'ffiil et le fit voir. Le gou- 
verneur la relächa. Apres cela, gouverna un autre du nom de Bikfyous; il 
apprit son liistoire et la fit venir. La sainte demanda au Messie de lui assi- 
gner une place avec les martyrs. Le gouverneur ordonna de lui couper la 
tete avec le tranchant de Tepee. Elle fut decapitee et rec;ut la couronne du 
martyre. Que son intercession et sa priere soient avec noiis tous! Amen. 

' Sachez, mesfreres, qu'äpareil jour mourut le pretre glorieux Mari Pierre 
[Botros). Ge saint jeüna pendant toute sa vie, il se clöturait et, nuit et jour, 
etait assidu ä ses priores. Dieu, qui connait les choses secretes, lui accorda ceci : 
quand un malade irait le trouver, il prierait sur de l'eau et de l'huile et Ten 
oindrait, et, par sa priere, ce malade obtiendrait la saute et la guerison. 

1. Gelte commemoration manquo dans A, Malan, Mai, Ludolf et Assemani. 

PATR. Oll. — T. XVI. — F. 2. l'f 



202 SYNAXAIHE ARAHE JACOBITE. [S44] 

.^ M; ji^y^ll cXls^ jr ^. ^ r^-*^ ^ ^^-^ ^J ^'^-^ o-J^. ^ ^ -^ 

clU ^^U i-^Vl c,yCUI Jl UjJI IIa ^l*i ^ ^I^j:-:-- ^1 v%tlj dlj^V 
<;L" ÄiU-j ^I^^J -*^^»-: r^r--' '-^ ^'^ ^'^3 c?:' '^. ijß'-^ '^^i S^^ ^^^j i^j^-j 



•yj\ 'L^yM^ 15^3 tlr^ '^'^J 4.r'_^La; ^-«-^»^ "^Vi ^_yi 



l.B 



^r^t 



Quand il lut ordouue pretre, apres de grandes difficultes et contre sa volonte, 
il ne negligea jamais de presenter de l'encens un seul jour ni de celebrer 
le Saint sacrifice prescrit. Les gens de la ville etaient contents de lui et disaient 
eil eux-memes : « Dieu nous donne le pardon de nos peches par ses prieres 
et ses liumbles supplications. » C'etaitunede ses louables habitudes, quand 
il voyait deux personnes sc disputer, de se prosterner devunt elles et de les 
reconcilier. Ce saint arrivait ä la perfection dans toutes sortes de belies qualites. 
Une nuit qu'il priait, Pierre, lechef des apötres, lui apparut et lui dit : « Salut 
a toi, qui as conserve la pretrise sans defaut, salut ä toi; attention, toi dont 
leg prieres et la saintete montent comme un parfum exquis et penetrant. » 
Quant au saint, en le voyant, il fut saisi de peur et de crainte. — « Je suis 
Pierre, chef des apötres, eontinua-t-il, ne crains pas, n'aie pas peur, car 
II' Seigneur m'a euvoye pour te faire connaitre que tu passeras des fatigues 
de ce monde au royaume eternel. » II en fut joyeux, se consolaet s'en rejouit : 
« Souviens-toi de moi, 6 monpere, » dit-il. En disant ces mots, il mourut 
avec gloirc, lionneur et bonlieur parfaits. Que le Seigneur Dieu nous fasse 
niisericorde par ses prieres et ses benedictioiis, ä nous et aux enfants du 
bapteine ! Amen. 



[845] SIX DR BARMAHAT (2 MARS). 203 

i J^:>j «JU \.ij 'Ci J^ l,,; r^^ '-j' — ^^ ^ ^y^ ijA:>.^Vl OA^ ^Ul j.. 

diu ^J\ ^<i ^j>c^ cJlj ^y ^^^1 cJ^^ ^-l jl "^^^1 cJ> Aid Jy;;- 

^j .r:.jy ^' jv^ ^r-^ ^j .5-^ '^^^ '^>^^ ^^" '-^* >j^ "V-^^ ^' ^-^' 

-Is J- <.ä) uc:>>, <^j JJj L-* ^-'^; e5^ ^f.^ (^^^ '-^'J ^'-•'^ '-'^L^^. ^j^^ Vj 

1. //aet commemoratio deest in Ludolf; haue transfert B in dieni octavam et 
addit J^ji.! l). U*U!. — 2. B addit J~». — 3. B -'-^i-::-^'. — 4. B //«ef verba a ^^^^i ^y' 
desiinl mB. — 5. Bj.' J^^ — 6. B j^,-^'. — 7. B ^>y^. — 8. öw.s/ in B. —9. B 
Ji=. — 10. B addit ^6^. U — ü- B (/(M7 -i. — 12. B O^-^ ^o'^. — 13. B ws3U^. 
— 14. B J!y!. — 1,5. B^..^"^'. — 16. A ic'j. — 17. Deest in B. — 18. B ix.'lk». — 
19. B'^^V'-Vo. — 20. W addit \yS^ . 



■ f. 15.) 1" 



sixiEME .lovR DE R.vi!M.\ii.\T (2 marsj. 

' Ell cc jour mourut martyr * Saint Dioscore {Disqouros) au tcmps dos • f. 
Arabes (E/-'Jr«V^). Gesaint elait des gens de la ville d'Alexandrie (El-hkan- 
dart/ah). Pour certaines raisons, il abandonna sa religion et celle de scs 
peres et embrassa coUe des Arabes et y resta quelque temps. II avait une 
sceur dans la ville de Phiom [Faijouin), marieo ä un chretien. Qaand eile 
appritson aventurc et ce qui lui etait arrive, elbi ressentit iin grand chagrin, 
puis eile lui envoya dire : « J'aurais prefere recevoir la nouvelle de ta mort 
quand tu etais cliretien, et je m'en serais rejouie, plutüt que d'apprendrc 
que tu avais abandonne le Messie, ton Dieu. » Elle ajouta beaucoup de 
paroles et termina par ces mots : « Sache que cette lettre est la fin de nos 
relations : desormais, ne montre plus ton visage et n'ecris plus. » Quand il 
en prit connaissance, il pleuia amerement, se frappa le visage, s'arracha la 

1. Celle commemoralion mnnque dans (-udolf, eile esl reporlee par ß au 8 de bai- 
mahal. 



l.")5 1'° 



204 SYNAXAIRE ARABE JACüBITP:. [846] 

~<_iJ J:.J^ \^\j U^- fy^J i^.-^ S^U ^U jv' J^l; «»ia^J ' -^* ^^r^l j 

1. B Ji;.. — 2. B ii'i. — 3. B addit a;.--. — 4. B fX„.-. — 5. ^-^o-*^ Oi?^'j desunt 
in A. — 6. Deest in B. — 7. Deesl in B. — S. B y^^,. — 9. B yU — 10. Pro his ver- 
bis B habet , ir^s' V' Jjb J-.,U. — 11. B v^. — 12. B ,.r^-\ — 13. B ,4:^1. — 14. A-o 
ij^ ^'. B hribet Jif^'i ,->! ,.,'- — 15. B ,r?~-''. — !«• I^eest in B. — 17. B ^tT^-^- 
— 18. /;ee.s7 in B. — 19. B addit ^CU'. — 20. B l^y^- — 21. B U^. — 22. B 



barbo, puis il se leva sur-le-ehamp, attaclia la ceinture (des chretiens) autour 
d<' sa taille, fit uiie longiie priere, s'humilia grandement, se marqua (ruiio 
croix ei sortil, par la ville. En le voyaut, les gens furent etonnes, puis ils 
rarreterent et le presenlerent au gouverueur. Celui-ci l'interrogea. Le saint 
lui dit : « Je suis chretien et je mourrai chretien; c'est tout ce que je sais. » 
— « N'as-tu pas abandouue la rcligiou des chretiens et embrasse la nötre? » 
II repliqua : « Je suis ne chretien et je mourrai chretien. » Le gouverneur 
profera des nienaces conlre lui, sans le faire renoncer ä son projet, il lui 
appüijua des coups nombreux et douloureux, puis il Temprisonna et envoya 
consulter ä son snjel Ic roi d'Rgypte (Misr) d'alors. Celui-ci lui ordonna de 
lui proposer d'abandonner la rcligiou des chretiens ponr cmbrasser la sienne : 
s'il oi)eissait, il serait revetu trune pelisse d'honneur, sinon, il serait brüle. 
Le gouverneur le iit sortir de prison et lui proposa de renier sa foi, niais 
il refusa : « Je t'ai dit, ainsi qu'ä ton niaitre, ([ue je suis ne chretien et que 
je mourrai clirelirii. » Alors il onlonna de le brüler. On creusa hors de la 
ville une grande fosse qui Tut rcmplie de bois et allumee apres que les gens 
de la ville eurent porte de nond)reux coups au saint et Tcurent ])ique avec 



[847] SIX DE BARMAHAT (2 MARS). 205 

'»-^1 Ljc« O^ ' '*^>^^-^ O'y**^' Oi^SvL« 
■' ^y'U'ylii ' i^li /w« ü ,i)3>Jl jJv^ lT''^. ^.r-^^^'^"^' r^' — '^\ ^jL'* '—••'—; iT-'.-*-^' •'*"■* 

i. B -vU'. — 2. B ,.f»-^. — 3. B rt(frf/< JolTfj^. ^ 4. Hanc cominemoraüonein trans- 
ferl B in Hein octavam. — 5. B io^Li. — 6. A Jh^h^^i. — 7. A Lp^^. — 8. D&esl in 
B. — 9. B , ^ybii^^i et addäjiKi^. — 10. oX-'i r' desunt in B. — 11. Deesl in B. 
— 12. B jiCla'. — 13. A „^jlj^bläji. — 14. B addit oXlUI Jju. — 15. B a;:;^,^. — 
16. B addil .,y^'. — 17. //rt/it comnieniorationem quae deest in Ludolf transfert B 
in dieni octavam. 



des couteaux. II obtint la couronne du martyre dans le ro^aurae des cisux. ♦ f. 15^ v" 
Que sa priere soit avec nous ! Amen. 

' En ce jour aussi a lieu la commemoration de Saint Theodote (B Täou- 
dhdufo.s, A Taouzhonzhm), eveque de Cerines (A Qaranati/ali, B. Qournatjjah)- 
qui est dans Tilc de Chypre {Qolnvs). A cause de sa fidelite constante au 
Messie, Paul (Boiilos), gouverneur de l'ile pour Diocletien (A Diqlätyäiios, 
B Diqlddijänos), le fit venir et lui demanda de renier le Messie et d'ofi'rir des 
parlums aux idoles. Comnie il n'obeit pas, il le fit depouiller et frapper de 
coups douloureux avec des fouets de cuir de bwuf. Puis il le suspendit, le 
Corps nu, Tetendit sur un siege de fer brülant, sans que le saint eprouvät 
du mal. Ensuite il lui fit clouer les pieds avec des clous et on le traina ä la 
prison. II y resta jusqu'ä ce que Dieu fit mourir Diocletien; alors regna lo 
vertueux Constantin (Qostaiitin) qui le relächa parmi la foule dos prisonniers. 
II levint ä son siege, garda le troupeau qui lui avait ete confie et mourut 
en paix. Que sa priere soit avec nous! Amen. 

1. B reporte au 8 de barmahat celte commemoration qui manque dans l.udoir. — 
2. Assemani Ci/rini'i. 



206 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [848] 

l^.l<j V^Jl ji^\ ^^\ J^\ \jr<-^ C^l 1-^* J- J jl ^>1 ^. ''>-^^ 

i^ojlj 'IjÄt jy>l3 wr <J ^,o I>_^1 J^: jl^j ^^^J^ J-^: t5J^^ ^'-^ Ij^jlk 
-(._^.^j (^1^ ^i ^,-JL^ >::.1_^L. j l^L^ ^jIaJI 'Vj^*3 ä::*-^' J^'^ (n:-^ ^^'^ 
iUl J^ vj^o'l^j 'li-^1 i-*>« (nr*J •^" '^^'^ 0^3 ^»■^v'^i '^^^ -^^'^ ä" W^k ^'^'^^^3 
J \y\i j^\ J ^*^1 J^ij i^lkil ^i^^ 'tiJl JL;- ^*-c^ Jl ^^r ^^ l^ 

j_^^l UU p*^3>J (n: (»*^>^ J^ ^>^3 t^J^-^'^ b-^H ^3^^. ^.-^^ J^ 'JJ^^ 
Ij^jlj jUVl ^U-!l 'V_^ :,r« (»<-'>-; ^^>^- ^^Vil L 1^1 ^ ^li' ^ ^J 

^ ^.ajl uui a^>ji •j\ ^uv pJ^ lC ^^1 diu j ji^j ^^^ jyC. ^ 

^J^ ^J^ J^' ^c' ^^^-^b .rr^^ J ^ ^-^b -^ c^^^ ^ ^y' ^ d^^^ J^ 
.j^Vl lÄ* <:ili- U ^.U-^ i^jUl l^j ^_^Ü Uli' V:^>1 J_^' 1^^.^ L^b ^3 L-^^" 

1. //«et- coininemoratio dr.est in A, Malan, Ludolf, Assemani, Mai. — 2. li /Ye/-«/H 
praebet •^\A^^. 



' Sachez, ines freres, qu'a pareil jour, les Kthiopiens (El-Hahach) s'empa- 
rerciit de Tonest de TEgypte [ed-diär cl-Misri/ah), attaquant la multiiudc des 
chrefiens daus Icmtes les provinces. II y avait daus la montagiie de Syout 
(Osijout) Uli couveiit oü etaient trente-neuf vierges; la siiperieure, au-dessus 
d'elles, fonuait le chiffre de quarante. Par les nombreuses priores, les veilles 
continuelles, les jcüaes et les actes de piete, elles demandaiciit ä Dieu le saiut 
et la misericorde. Dieu leur avait accorde le doii de guerison ; toute femme 
malade veiiail cliez elles et etait guerie par leurs prieres pures. Les Ghozz 
en eurent conuaissance et vinrent au couvent. Les vierges religieuses eurent 
pcur et demanderent ä Dieu de les preserver des epreuves et des calamites. 
Les Ghozz entourerent le couvent, voulaut les eulever et les emmener dans 
leur pays pour les epouser. La vieille superieure leur dit : « Mes eufants, 
cherchez ä vous sauver de ces mechants tyraus par quelquc moyen. » 11 y eut 
alors de grauds plcurs parcc que les ennemis entouraient le couveut de tous 
cötes et frappaient ä la porte avec uii grand fracas. Uue jeune religieuse du 
inonastere dit ä la superieure : « Madame, ecoute mes paroles : place chacune 
de nous dans une natle et mets-y le feu. Nous irons vers le Seigneur comme 
un sacrifice pur. » Qnand elles eutendireiit les paroles de la jeune fille, elles 

1. 0*^116 commemoratioii rnanque dans A, Mai, Assemani. Malan, Ludolf. 



[849] SEPT DE BARMAHAT (3 MARS). 207 

^ b-*^. ä'' -^' '"^* (n""^"^ (»v-^Mi- J:^^^ p*'^^. tlr ^^v=" '"^'j-*" ^'"^ ^'^ 



1 "M - 



^Kv. " ^ Cy L^^'' f-?:^ 



'■' jj.*.J-i -li^lj LLjJL)! Ij^U ^Ua«. l*j^«J J^-ä,A^ l'Dj \^aJa ^ JO ^_;"_^%b ^^1 ^_^!i 

1. Addit Ludolf commemorationem Theodosii imperatoris. — 2. Deest in A. — 

3. Haec cominernoratio deesi in Ijudolf. B addit ,' s»i'j '^Ji'. — 4. M addit JJi.-'. — 

^ ^ ■■ ^ ^ 

5. B .j^vU. — 6. L.j«^ A. — 7. Deest in A. — 8. B ^»J. — !>. B JJ^*.■i^• 



dirent ä la superieure : « O femnie benie, bätc-toi de faire ce qua dit cette 
soeur benie. » Elle s'empressa de roiiler chacune d'elles dans unc natte et dit : 
« Seigiieur, regois cette od'rande, car celles-ci ont quitte leur pays, cherchant 
le salut, et cette mort vaut mieux poiir elles que d'etre souillees par ces 
mecreants; ne nie l'impute pas ä faiite, ö Seigneur. » Puis eile mit le feu 
et les tourbillons de fumeemonterent jusqu'au ciel. Les ennemis y penetrerent 
et trouverent que le feu avait consunie toutes les vierges. lls s'irriterent 
contre la superieure et dirent : « C'est foi seule qui as commis cet acte. » 
Elle monta au couvent et ils lui dirent : cc Descends efecoute nos paroles. » 
Elle se precipita du haut de la tour vers le sol et remit son äme enlre les 
mains de Üieu Notre-Seigneur. Que le Seigneur ait pitie de nous par leurs 
priores' ! 

SEPT DE BARMAHAT (3 mars). 

■ En ce jour moururent martyrs saint Philcmon {Filimuun) et Apollonios 
(Ablanyoiis)^. Ce Philemonetait musiciend'Arien (Ari/anous), gouverneurd'An- 
tinoe [Ansind] et Apollonios etait joueur de flute : tous deux etaient de sinceres 
amis Tun pour l'autre. llsdesirerent le martyre. Pbilenion pritses instrunieats 

1. Ludolf ajoute la commemoration de rempei-eur Theodose. — 2. B reporte au '■> do 
barmahat cette commemoration qui manque dans l.udolf. — 3. Malan Abelabius. 



20K SYNAXAIRE ARAIJR JACOBITE. [850] 

•'j^l ^L., 'j^iy^ iUJl oLJ^l ^l^Li -y^l^ I^L^l i^li 
l^jy^3 ^^1^ lii^j (j-:,-^l o^^l ^'j V^y V^yj V>r"-' "^'^ ^^-'^ ^ ör^.-^^ 



I 1: iiddit. o^Ul. — 2, /Jee.\7 //( A. — 3. Hy'i. — U. H '-j;x'jLi. — 5. B addil ^j^^ 
■ - {■). |{ l_jJl)j. — 7. li (iddil. ^ -^J. ~ H- 15 (tddil y-^^'^^ ^:i\ ^\. — <). Ilanc coniine- 
iiiiiriiliduciii <iinH! densl in LinliiH', trtinxfcrl I» in nonrini dinni, ideni Amelineau. — 
1(1. Ilncc CDiiuHfntordlid dd's/ in A, M:iT, Malari, Assemaiii, I.uddlf. — 11. 15 5;^M. 



ilii imisi(|ii(i i;i Ics (Idiin.i ;'i yVpolloiiios doiil, il rcviMJI- les liabils, puis onlra chcz 
1(3 ^.^'oiivcriiciir (iL coiifessa Ic Mcssio. Arii'n urdoiiua de \(\ percier de fleehes, 
(•(' ([n'oti lil. l'IiimiiLc ApoUoiiios ciilia avrc, les iiistruinenls de luusique et 
conl'essu le Messie; oela fut surprenaiit pour lo guuveriieur. Lorsiju'il l'cul 
e\iuiiiii('' el (pi'il eiil. reeonmi quo c'elait Apollonios le joiieur de flute eL quo 
l'liilcuiioii avail pris les devauls, il s'irrila cl, ordruiua d(: percer de fleclies 
lautre musi('i(!n, mais Vniu^ d'clles reviut sur l'oed du gouvernciir et le liii 
(Teva. I.(!s i\t-MK saiiils act-oiiiplii inl iciir lulle el reeureiil hi iiouroiiiie de 
vie. (hw Iciiis jn'iri'cs soieiil avcc uous! Arni'u. 

' Sacliez, nies i'reres, (pia p.ifeil ynw inoiirul martyrc sainte Marie 
(!\l(iri/iiiii). All coiiiinciii'eiiii'iil, cclIc saiiil(! ik; cniniaissait pas Notre-Scigneur 
lo Messie. Oii dit ((irdli' aiiiiail la di';baueiie et la inauvaise coiiduilc. Uli 
Saint so reiii:()iitra avec i'llc (piaiid le Seij^'iieiir vouluL sa conversioii et son 
i('p(nilir. (^(' saiiil limiimi' Jui adicssa de iioinlir(!Uses exliortatioiis ; il liii (Misei- 
una la l'oi cii iX'oIrc-Stu^'ueur le M(!ssie cl liii a|i|iiil (pic rAiiic dcvail iiil'ailli- 
lili'incnt i('ip()iidre d(! loules s(^s aclioiis an jinii' de la r(''siirreel i(Mi cl ([u'apres 

I- (Itlli (MH iiioialicin iiKin(|uc (Luis .\. Mai, Malan, Asscniaiii, I,uilolf. 



[851] 



HUIT DE BARMAHAT 4 MARS). 209 






j_,i ^-l^ ^j L« jyC" [^[Lt b^iJI JJ^l cJÜj iv^-t ^^ v_i~Jl ^-; l^^lj ^ 

Li jl^ ^_Al!l 'i* ijJcCVl 4;i^ ^y^y. cr'-^'^^ ^"^'^ e^^' f-^' '-^"^ J 

^AÜ <.l:. ^:Uj J ^. ^jl i -^^^, (J J^ >ULi UU jl^j ijAlCV Ö-U: ■ • r. 156 >•" 

^Aü'j (»-^jj v^'' (»:r^ L.j'-^ j^3 ^-H-^ ^-^^3 ■^'^'^ '^^ j (^^ ^-/J^ 
j^l L« jyCr ^-LL^ ^>U ^- pT j^ ^^ J^J\ ^J^\ ^ ^U. ii^ ^-i^j 
1. B ^'j^j. — 2. //aec coniinemo ratio deest in B, Ludolf, Malan. 



sa mort et sa Separation d'avec ce monde, eile rendrait des comptes. Elle lui 
dit : « Quelle est la preuve de tes paroles, car la loi que Dieu a doanee ä 
Moise {Moilsaj ne le rapporte pas et mes peres n'en parlent pas. » II la cou- 
firma par des preuves legales et spirituelles. Lorsque cela fut alfermi dans 
son inteiligence et s y fut fixe, eile lui dit : « Je reaoiice ä mou adulterc : 
puisse Dieu me recevoir! » II lui repondit : « Tu crois que le Messie est venu 
dans le monde (Lacurie) 

(ilordonna) de lui couper la tete avec le tranchant de Tepee. Oa la lui trancha 
et eile recut la couronne du martyre. Que son intercession soit avec nous et 
avec l'ecrivain Ameu ! 

HL IT DE BAHMAHAT 4 marS ■ 

' En ce jour mourut notre pere saint Julien ( Youli/dnoiis), patriarche 
d'Alexandrie [El-lskandanjah) (179-189). Ce saint etait pretie * daus la ville ' f- '^e 
d'Ali'xandrie; il etait savant et plein de merites, si bien quo de son temps 
011 n'en trouvait pas de pareil ä lui dans la terre d'Egypte {Mi^r). II fut pioclame 
patriarche et peudant son patriarcat il composa beaucoup de sermons et 
d'liomelies. II etait assidu ä instruire le peuple; il l'exhortait et le visitait. 
II rosta dix ans sur le siege apostolique, puis il mourut en paix. Que ses 
prieres soient avec nous! Amen. 

1. Celle commemoration manque dans B, Ludolf et Malan. 



210 SYNAXAIRE ARABE JACOßlTE. [852] 

^_AÜl Jyi_L-l jl -U; jV L^\ J\5 ^yh'^ Jyi.-1-l U^l ^^\ lÄA *J3 

^^ 0. Js_i U ^^ ^Jsi- ^X \Lfz\s c^j-^ ^r-^}i '^ ^ ^}3 (V^ ö^ -^^ 

j ^u ._i_^j <^_->i ^Jo^ |_jit «..üi (»*L'i^i t^-^'' ^^Iä-JIj C)tvi ''^.u ,jaX._ 

' Uc ^^lÄii _.Ju jl ^Ij <^s •^AliU.ls <Ä^I Jl \iijM>__ »LkfrVl ,*^i^J w)l-u)l 

-Vs ^J\ jl *pwLil -^JL-Icj *I*I fUj ^^jAf. ^jfc Lc-Ct ij-:.-'^' ö^ crtr ^-^ <-i 
1. Haec coiiimemoratio deest in B. — 2. A »^.J^- — 3. A i-i^'-iU. — 4. A wj'-^_. 



' En ce juur aussi mourut Arien (Art/unoiis) , gouverneur d'Antinoe 
(Ansinä). Apres qu'il fut martyrise saint Philemon {Filimoun) et Apollonios 
Ahlarnjous), un des fideles lui dit : « Si tu prenais de leur sang et si tu 
Tappliquais sur ton cell, tu y verrais. » 11 le fit et recouvra la vue sur-le-champ. 
II eprouva un grand rcpentir pour avoir tourmente les saints ä l'exces, il brisa 
ses idoles, crut au Messie et ne recommeu<ja plus ä torturor un seul des 
fideles. Quand son histoire parvint ä Diocletien {Diqldtyänoiis}, il l'eiivoya 
chercher et voulut savoir la raison pour laquelle il avait renonce ä adorer ses 
dieux. II commenga ä lui raconter les merveilles et les miracles que Dieu avait 
accomplis par les mains de ses saints, quel etait leur etat au niilieu des tour- 
nients, comnient, leurs membres coupes, ils recouvraient la sante. Son 
discours irrita rempereur qui ordonua de lui faire suhir de grandes tortures. 
Ensuite il le fit jeter dans uiie citerne qu'on ferma sur lui jusqu'ä ce qu'il 
mourüt. Le Messie envoya son ange (jui Ten tira et le plaga aupres du lit de 
rempereur. Celui-ci s'eveilla et trenibla en le voyant. Ouand il eul reconnu 
Arien, il fut trouble, puis ordonua de le placer dans un sac de crin et de le 
noyer dans la mer, ce qu'on fit; il rendit Täme dans ce sac. Tandis que le 
Saint faisait ses adieux ä sa famille et ä ses serviteurs, il les avait avertisque 
le Seigncur lui avait appris en senge qu'il s'occuperait de son corps et 

1. Celle (ximrnemoration man(nie dans B et Ludolf. 



[•853] HUIT DE BARMAHAT (4 MARSj. 211 

J.J L^^ ., j^<r ^\i.3 <:^^ ^jL-Jl ^Ül A^lj ]^ b^l^ ^U^b ^^^'^^.b 
^,. U^ ^U ^^1 ^M'^ ^'Vl A^l J^Jl ^U^^ ^.-^>1 C^- L-J 'v'3 
^ A^ jl^3 ^Jl ü^ ^1 P^^jj ^Jl ^ J^ J^^Jl j >. ^-^. ^^3 1^^. 
Lolk^l Ul ^".U ^l^j ^^1 ^^' ji^ (V^^i- jV o-^^ ^^ ^y^^. c^' ^.-^^ J^ 
^ jL^^il bj...J^.3 b-L^l c^:. ~jli" *,>:^3 ö?— ^^ J ^>r-3 Vt^ ^-r-^. ^> 

lylj iju».l;j ^jlj-cl ^1 ^^1 J^J l-x Cr^-%' ^ J^.. 0^ J^i ^ ^^J -'^^ 
jl<5 (.^.O l^j ^.-uJI >1 ^. l^J^ J:;^— J^J jy^'^ ^^ ^j'^JJ ö— '^ J^ 

1. Naec cotnmemoraUo qiiae deesl in B et Ludolf adscribitur ab Assemani diei 



nonae. 



le ramenerait äsonpays. « Jetez mon corps, dit-il, sur le rivage d'Alexandrie 

(El-hkamJaryah). » Quand on l'eut jete dans la mer, le Seigneur ordonna k 

un dauphin de le porter, de l'amener k Alexaudrie et de le rejeter * sur le • ,. iöüv 

rivage. Ses serviteurs le prireiit, le porterent k Antinoe et le deposerent pres 

des Corps des saints Philemon et Apollonios {Ablchnjäiwns). II termina glorieu- 

seraent sa lutte et regut la couronne Celeste. Oue son iutercessiou et sa bene- 

diction soient avec nous tous! Amen. 

' En ce jour aussi mourut saiiit Mathias {Matij(is) Uapötro, un des douze 
apötres, qui remplaga Judas {Yalimdd), apr6s avoir preche la connaissance du 
Seigneur dans tous les pays oü il alla. II se rendit dans la ville dont Ics liabi- 
tants mangeaient les hommes, car leur nourriture etait la chairdes Arabes. Ils 
avaient coutume, quand ils prenaient un etranger, de lui arraeher les yeux, 
de le mettre en prison, de noter la date du jour de sa capture et de le nourrir 
d'herbe jusqu'ä ce que trente jours fusseut accomplis; alors, ils le tiraient 
de prison et le mangeaient. Lorsque le disciple penetra chez eux et aimonga 
l'Evangile, ils le saisirent, le traiterent de meme et lui arracherent les yeux. 
Avant que les trenle jours fusseut accomplis, le Seigneur lui envoya Andre 
(Arulräous) et son disciple : ils allerent ä la prison et virent cette Situation et 
les prisonniers. Les gens de la ville le surent et voulurent les saisir, pxcites 

1. Gelte comrnemoralion manque dans B et Ludolf; Assemani la reporte au 9 de 
barmahät. 



212 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [854] 

JjäJI J iyA .jr-ÄT ^ 'L. ^ *-JlJ ^J\ d^J\ l_^Li j»r^ (^ Cv^„ jLL-i!l 

(.iHr ci^l jju 7i_.,....Jl ,^r-:-*^" -*— ^' ,^r- (v*j*'^*3 jvfcjlic-^ (V-'f^^. l?*'' ^^^^^ 

pT ix> ^JC£. Ij^U'lj iLj^3 U_Iw! ^ lj.»_ij ^^1 (.1«]? Ij-oL 1ä^3 IjjUjj (^-t=-jJl 

jl^^l OäT Ij-Wjlj AjJ^s- ^-ir" ig^ i^-^jj xj-vj-U rc_;~JI p^l> lyj l5-^^3 i^"*- '^.'^ 
jUl li,LiJ" Jj ^_j_»-iJl^ jjJL "y>i:ö «^j^j IjA^j ij^r=^. lyl Uj JÜ ^j (.U iiu^ 

c>_^ ^^L (»jji l_^U DU jUl ij^ i_^?v=^^ ^-i -^J ^>;. ä!^ ^-'^ '-'^ iJ^ -'^^ 
1. Ai-lä. — 2. A j^:.-.'. 



par Satan {Ech-Chaitdn) k les tuer. Les apotres implorercnt le Seigneur qui 
fit jaillir, au-dessous des colonnes, dans la prison, une source d'eau. Gelle-ci 
deborda dans la ville et monta au point qu'elle atteignit le cou des gens. 
Quand ils furent dans la detresse et desespererent de leur salut, ils vinreut 
trouver les saints apötres , confesserent leur faute . « Croyez ä Notre- 
Seigneur Jesus (Yasou') le Messie, leur dirent les apötres, et vous serez 
sauves. » Ils crurent tous. Les saints les procherent, leur onseignerent le 
mystere de l'Incarnation du Messie, apres quoi les eaux disparurent par 
leurs prieres. Ensuite ils les baptiserent au nom de la tres sainto Trinite el 
iraplorerent le Messie qui leur enleva leur caractere sauvage; ils cesserent 
de manger la chair humaine. Les apötres leur eonsacrerent un eveque et des 
pretres et resterent quelque temps chez eux. Puis ils partirent tandis que les 
uouveaux chretiens leur demandaient de revenir rapidement chez eux. Quant 
" I. r.7 r°. ä * Mathias l'apötre, il entra dans la ville de Damas {Diinachq) et y precha le 
nom du Messie. On larreta et on le pla^a sur un siege de fer sous lequcl 
on alluma du feu pendant sept jours et sept nuits. Quand on vint le voir, 
ontrouva son visage brillant de lumiere conim(> le soleil; le i'eu n'avait portc 
atfeinteä aucune partie de son corps, ni ä aucun cheveu de sa tete, ni ä ses 
vetements. On en ressentit un grand etonnement, puis on alluma du feu sous 
le siege jusquä Texpiration de vingt-quatre jours. Ensuite on Ten retira sain 



[855] DIX DE BARMAHAT 6 MARS). 213 

i_^,/i /.U ^->^ ^Islj i-,^ (»^ jv-ij pA-Ui^j 'o"^ (_rt'^^ Jj-I^J^ l5-H (^ J^-r-*-'^ 
i»Jl "JlA« "w« 0)A^ j^ L_>- l^-Lo j?t._.^ t-J-o AjoJ ^ .......^Ij ^jUj i I [j^ i*V~^ ?*3 

' •j^l Leo j^Ä" Aj'U/L? iA^»- j«^j l^-sj jjVwlc i«-'^' 

i[»SA)l fj^^ rt— Jl f J— :. y L$-^' (^i/^^ Vr^^ -'JT^ ij^ C^' ^"^ (3 

viLlr vr~-:.j ^_;-aIJI ^>aJI >^^-»^'3 (rr^J-^. t^-^' ^^^-^ j'-r."^'' (J' 'r^' '-^^ ^'-? <^^ 
JäT J LJj ..^LJI 'Ja Ij^iLTj '^(vJ^ ^<C_t lji«j (Tr'^J^. (^^ '^'^ i_oAlll >i.jL 



1. A r^-^'. — 2. A refert hie hreviiis coinmeinorationem s. Juliani, patriarchae 
Ahxandriae. — 3. B addit J.i^ — 4. B 13-». — 5. B j.^. — (i. A L^iai 'j-W. — 7. B ^f^-. 
8. Pro his verbis a Uj B habet ^.:.6^j oXL." i-Jc yiO' ^3. — 9. B addlt ^j-' 
^j'uu». — 10. Deest in A. 



et sauf. Tous crurent au Soigneur Jesus le Messie par las mains de sou saint 
apötre Mathias. II les baptisa, leur consacra des pretres et resta chez eux 
beaucoup de jours, en les fortifiant dans la foi au Messie. Eusuite il mourut 
d'uue belle mort dans une des villes des Juifs [El-Yahoml) nommee Phalaeon 
{Ghäfdloaii) et son corps y fut depose. Que ses prieres soient avec nous! 
Amen ' . 

DIX DE RARMAHAT (6 mars) . 

En ee jour eut lieu deux fois l'apparition de la croix illustre de Notre- 
Seigneur .Jesus [Yasou') le Messie; la premiere fois par les soins d'Helene 
(Hilduali) Tiniperatrice, mere de Gonstantin [Q/islanlin). En elTet, cetto sainte 
avait fait vceu d'aller ä Jerusalem lorsque son fils embrasserait la religion 
chretienne, de retrouver la sainte Croix et d'y bätir des sanctuaires. Quand 
il arriva ä Gonstantin ce qui etait ecrit, aux deux jours de sa royaute et de 
sa mort, sainte flelene alla ä Jerusalem [Yarouchalim), ayant avec eile une 
armee considerable, et rechercha la Croix. Comme eile ne trouvait personne 
pour Ten informcr, eile prit un vieillard d'entre les Juifs {EI-Yahoud), et le 

1. A reproduit ici, d'une fagon plus breve, la commeiaoration de saint Julien, pa- 
triarche d'Alexandrie. 



' r. ir.7 V 



ü 



214 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [856] 

iLl* ^J Ju^« ÜäJUJI ._iIL::= ji^jLtlj ^ LI3 a;15C J«, j<i jjj ^UJl ^^j^Aki^^ 

\^^\ J^\ ^ ^:.% J\ b^j '•' ji Uj ^^ ^jl ^0^11 lj^-<.U jl IJ ^IJI ^Li> 
o "-'UziL^il ;«Uli ^U: V>b U. <i ^:U ^.Ul L^ J^^i ^^\ J>J J\ 



1. A e/ B _a.-^i^. — 2. Z>ees/ /« A. — 3. B nddit ^^^^°. — 4. B addit ^'-^' j- ■ 
5. B Jjj. _ G. _Deesr in A. — 7. //aec ferba ab J praemiltil B ante J^^ J-Sj. 
8. B «j:^=^j. — 9. Z^ees/ //? B. — 10. B ^lai».'!. — 11. De,'xt in B. — 12. B 'jj^ 
— 13. B U^W. 



contraignit, par la faim et par la soif, a lui indiquer reudroit dans lo depotoir 
du Golgotha {El-Djaldjaloh). (II nc coiinaissait pas la place : quant ä eile, eile 
indiquale depotdir du Golgotlia). Trois croix furent decouvertes; comnie on iif 
f. i=.7 V. savait ' quelle etait celle du Messic, on fit apporter un murtetou placja surlui 
la preniiere et la seeonde, saus qu'il se levät. Quaud uu eut place sur kii 
la troisierae, il sc dressa sur-li'-cliamp et ou recounut que c'etait celle du 
Messie. L'imp^ratrice se prosterna ainsi que tout le peuple des fideles. Ou 
Iroiive dans quelques copies que ce qu'elle envoya fut la Croix et que ce 
qu'elle garda fut Tenveloppe dans laquelle eile etait; puis eile eu adressa 
une partie k son fils avec les clons. Elle s'empressa de construire les egliscs 
nientionnees le 16 de Tout. Quaud on fut au temps d'Heraclios (Herqel) l'empe- 
reur, et lorsque les Perses (E/ Foj-.v) s'emparerent de la terre d'Egypte {Misr) 
et qu'ils revinrent dans leurs pays, un de Icurs olTiciers passa par Jerusalem 
(El-Qods), entra dans l'eglise de la Croix et 3- vit une lumiere briller devanl un 
IVagmcnt separc. II allongea la main pour le prendre, mais il en sortit un l'eu 
(jui ia hrüla. Les clinMiens rinfornu'n-cut de l'aventure de la Croix, et lui appri- 
rent que persoune ne pouvait la touclier sinon nn cliretien. 11 prit des diacres 



f857] I»IX DK BARMANAT (6 MARS). 215 

ilc diJÄ, (.3JI diL. ^.^ lUJ b:^^; jjl 'ilt jv" pit^J^:. ^r^ *-«y ^"-3 Ji-^^ 

j^. jO^ ^1 ^si\ .>iJi >l ^iü.3 -^t^ [^ p^ Jij p^^ •Vj^'-j ^>'^ J' 
613^^ ol^ ^Li' j^~: j ^ J^- Jl är-^'l ^^ ^-^^ ^-^'^ ^r-^'^ <^^' vr^" 
;^.^ c^l<3 j^L^ll ol:^' p> ^r^'» ö- ',5'"' ^^'^ W- ä'^3 i-^ V- ^' 

^■''^1. Ä.i-i3 (.'i' pT i^A«^^-«. ^^.w u ^^ü ^u, oJtij ^3ji <dL j;^ ^1 
<iJ3 i'Vr^'i ^j-^-b 'j^'^ j^-^'^ J^ ^-^'' Wj ^'^J '-"i^sl-Vb '-'iX-^ 

1. B ^-U' ^Ji. — 2. B :;l£3. — 3. B wm'^- — '*■ -ö^^«' ''* ^- ~ •''^- '^ 

,LO' — 6 B '.fi:^.. — 7. B ciJI. — 8. B .^1^31?'.. — 9. B addil *.U! ^'. — 

10 B v^j'j — 11. i*.^wJ ;=M>~. desiint in B. — 12. B addit .v--. — 13. B aildil J^^.. ~ 

14. B iwUl. — 15. B addit ^^^JJLJ!. — 16. Pro Ms verhis a Lv'j B habet _-U-" '^f. 



qu'il etablit pour le servir; ils placerent le fragment dans une caisse. 
II emineua captifs des geiis de Jerusalem et reviiit dans son pays. Quand 
rempereur des Grecs (Er-Ronm) l'apprit, il fit de uouveau la guerre aiix 
Perses, cn tua une quantite considerable et parcourut la plus grande partie de 
leurs provinces sans trouver la Croix. En eilet, le prince qui Tavait prise 
avait amene les deux diacres dans son pays, en face de sa maisou; ils avaieut 
creuse une grande fosse, et avaient enterre le fragment de la Croix, puis illes 
avait tues. 11 y avait une jeune illle des enfants des pretres, captive chez lui ; 
eile regardail par hasardpar une fenetre et vit ce qu'il l'aisait. Elle alla trouver 
Heraclios, enipereur des Grecs, et Ten informa. II se rejouit quand il entemiit 
mentionner la place de la Croix, prit plusieurs soldats, des eveques et des 
pretres; ils suivirent la jeune fille jusqu'ä cet endroit, creuserent et tirerent 
la Croix; l'empereur l'cnveloppa dans son manteau, apres s'etre prostern6 
devant eile ainsi que tous les fideles. * Gela eut lieu aussi le 10 de barmahät. ♦ r. i.-,s 
Ensuite il Temporta ä Constantinople {EI-Qostanlinyali). Que Dieu soit loue et 
sanctifie dans les siecles des siecles! Amen. 



21ß SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [858] 

^Ujl J. J^ 1^^^ i^U ^ CiJLl iAt ''»^ ^LLL-I i^^jjl ^l-i;^ j^J^ 

^^ Jl ^„-^' '-^ ^^-^ örir '^^ cr^ J^^ -^^'^ li ^'-'-^'' ''-^ ''JJ3^:. 
^"i_j.^_^ j_j)l ^:> L^l« xl ^l^ J i>^j 2sji^ ^^rr-*-'' ^^'^. ^ "'-»^b ir^' 
aJÜI i3^l!; ^i| ^j^ \^ ^''Cfß J^^ ^^^J'i 'Vy V jr^ '^-'^h ^ ^^^-5 

«cl *LJ1 j |_$Uj \^ \A£. jjäs A-2.-J joj oL. xUI ^^_ii« j^.l j^ S^^^i -V"j-'' 
j^ ^^-;~*-'' Jl ^_5^. jl *j'^b "'u-'J^r-: (^:.-^^ ^^x^\ 4 J_^i _^aj •uU; IÜI3 
Ji-A, jl ^Lj ^,aD! ijL, ^1 ^ij öjlJI jli '.^ Ä^lj '^(.Is" ^1 '^U-l^ J^\ 

1. //aec commemoratio deest in Ludolf. — 2. B addit Ji>. — 3. A e? B ^^S~-.i. — 
4. B wi£_'. — 5. A i=. — 6. B l^j^-C. — 7. A .b^>. — 8. Deest in B. —9. ^j/y — 
10. B LoyL^^. — 11. A Uy U;^. — 12. A j:3.3l. - 13. B^lj. — 14. Bäü-JI J^-^^'. — 
15. .1 Ü^Ij desunt in B. — 16. A, B j^j^^. — 17. Deest in B. — 18. B -Is'j. 



ONZE DE BARM.'iH.VT (7 Hiars). 

' En ce jour mourut saint ßasilee {Baxildous, A et B Bastaläous) ^ . Ce saint 
avait ete consacre par saint Armoun, patriarclie de Jerusalem {Ourichalim), 
avec une foule d'eveques dont aucun n'etait desigiie pour uu siege, mais il 
los envoya porler l'appel des apotres dans les pays oü il n'y avait pas de 
croyants. Ce saint entra dans la contree des iufideles et y annonga Tevangile 
du Messie; on le chassa et on le frappa dans tout pays. Quand il entra a 
Charsounah et y annonga la bonne nouvelle, des gens crurent en lui. Les 
infidäles qui etaient dans la ville le chasserent. II partit au dehors et habita 
dans une caverne. 11 suppliait continnellement le Seigneur avec des priores 
pour qu'ils allassent ä lui et crussent en son fds unique. 11 arriva que le iils 
du g(juverneur de la villc mourut : c'etait son unique enfant; il en rcssentit 
Uli violent chagrin. 11 vil en soiige son Iils debout devanl lui et lui disant : 
« Gherche saint Basilee et deiiiande-lui de prior pour moi le Messie. » Des 
qu'il s'eveilla, il se leva, prit avec lui les grands de la ville, alla ä la caverne 

1. Celle commemoration niaiuiiic dans Ludoll'. — 2. Asseraani Ni/us. 



[859] DOUZE DE BARMAIIAT (8 MARS). 217 

t5r^" ^ J^ J^b ^^1 Ji-^ij ^\>^ J^\i <cl j:^l j^ ^L^3 <Ll,.».J1 j\ 
j^3 o-:.-^' ^-^. ä" !j-^3 ^-^' oIaI ^b <iAlj ^Vl ^li j»^..^^^ j^U ' ^UJ 
xUl Jftl j^ ly,_^_ jj ^,iJL |_^,^::^U •'^_j-;,JiJI lja.„=.ii 'j_^^ .itL.^ öjlJI J 

>^W ö* ^^^ i^'^' f^^l 

1. B Ai.. — 2. R !Jj.. — 8. //«ec verba a .ir, </es(/«< /« ß. — 4. /'/•o Jj^^i ]\ 
B habet Uo).). — 5. Haec commemoratio deest in Ludolf. — (3. B , ^^j.~^ J. — 7. B addil 
^.■^- — 8. riaec verba a O-Ojj desunl in B. — 9. B -^U. — 10. A L^J:'. — 11. Uacc. 
verhn a ^U) desiiiü in B. — 12. B :><jt^. — 13. B addil j.J ^i\ä . 



du Saint et lui demanJa d'entrer eii villc et de prier pour son fils. II lui 
accorda sa demande, entra eu ville et pria sur lo tombcau du jeuue liommc 
qui sc leva sur-Ie-champ devaut tous. Le prince, sa famille et la plupart 
dos gens de la ville crureiit et fureut baptises de la maiii du saint. II y avait 
ä Charsounali une foule de Juifs {Yahoud) qui detesterent Basilee. Ils s uiiirent 
aux habitants de la ville qui ne croyaient pas et exciteront Icurs coeurs contre 
lui. Ils se jeterent sur lui, le frapperent et le trainerent dans la ville jusqu'ä 
CO qu'il rendit son äme ontre les mains de Dien, c'i qui soit la louango dans 
l'eteruite! Amen. 

DOUZE DE B.\RMAHAT (Smars). 

' En ce jour nous celebrons la virginite du gloricux saint * Demetrios - r. i58 
{Dinntri/dus), patriarcbe d'Alexandric (lü-Iskandarijah) (149-231). Le patriarclic 
Saint Julien [YouUjanou) (179-189) qui le preceda vit la nuit de sa mort 
un ange du Seigneur qui lui dit : « Tu vas aller vers le Messie; celui qui 
demaiu cutrera choz toi ayant une grappe de raisin, c'est lui qui convien- 
dra comme patriarcbe apres toi. » Le lendemain, Demetrios entra cliez lui, 
1. Cette commemoration manque dans Ludoll'. 

P.\TR. OR. — T. XVI. — F. 2. Ar 



218 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [860] 

üyC-J d%J\ -013 U *^ ^^j ^s•>^. ^ f^J^. ^-^ V*^*^ '-'^'3 >r''^' ^-^^-^ 

^Ut ^ \y,Sj^ ij Ij-JiC. IjjU^J (j-Ul (.ly; J jlia-iJI Ji^JJ (j-J-^l 1-^ i^J-w 

^^,_i.o .^„oti-ll ^__^ ^j\ "0 JI93 ^y^J t^.-*^ ^ß «^'^ ^ -^j cUV 

s:J> il dL^ 'd^ ''J1V3 ^i-iJ ^^^- jl v^l^l U dl>UI ^ JUJ '^1 
•^W ^Cr J^ d!^^ ^y^^ y'i -^^ ^ ^^^ '^ "^^t*^ 1-^^ «-^ -Vf^*^ ^'-^ 

■tUfr j^ v-oiiJI v-äjcJ «c^ji ^'.>==^^ (v' 'LJI j:-^ ^1 ^^^ j»f L.^\ Ja--3 J 

Ijl, ii-l J '■-'jiJÜ' ^3 jUI ^ ^33 j_5^3 j_^3 ^l3 j»r ^L* ^1 I3JA. (J (v'V 
(^* ijLLÜl J JÜI3 jUI ^ Jls j>3 Olx-U ^^ jv' ^j[Li. ^Jh ^^ ^^ ^33 ü-^ 

1. A, B J^k). — 2. //aec «'e/-5a « ^J-»J desunt in B. — 3. A e? B addunt Jjo. — 
4. Deest in A. — 5. Bj^^:^.. — 6. ß ^-1^'. — 7. Deesl in B. — 8. B addit j4^. — 
9. B IjJi-J. — 10. A !_yl3. — 11. B^^^^ii^^Ij. — 12. B Ji;o. — 13. B J. 



ayant une grappe de raisin. Julien lo saisit ot dit aux fideles : « C'est colui-ci 
qui sora votre patriarehe apres moi », et il lour raconta les paroles de Fange. 
Ils le saisirent et l'etablirent patriarehe. Or il etait marie et anterieurement 
aucun patriarehe marie ne s'etait assis sur le siege d'Alexandrie, excepte 
ce Saint. Satan {Ecli-Chiutän} p^netra dans le commuii des gens qui com- 
mencerent ä parier et ä blämer Demetrios de ce qu'il avait fait, ä cause de 
son mariage. Un ange lui apparut et lui dit : « Quelques fideles commettent 
un peche ä cause de toi; il convient que tu enleves le doute de leur coeur, 
que tu leur montres quelle est ta conduite avec ta femme et que tu leur ins- 
pires de l'aversion pour cela. » L'ange ajouta : « 11 ne faut pas que tu to 
sauves et que d'autres perissent ä cause de toi, car tu es un pasteur; fais 
tous tes cfTorts pour sauver ton peuple. » Le lendemain, c'etait le douze de 
barmahftt, il c6lebra le Saint saerifice et il ordonna aux fideles d'attendre qu'il 
se füt Joint ä eux. Ensuilc il fit allumer un feu au milieu de l'eglisc et envoya 
au gynecec chercher sa femmc i^e peuple etait etonne de son action, car 
on ne savait pas ce ([uil voulait faire. 11 se tint debout, pria et marcha jus- 
qu'a ce qu'il s'arrßtät sur le feu allume ; il prit un tison dans sa niain, le pla?a 
sur le bord de son vetement, puis il pria quelques heures, debout au-dessus 



[861] DOUZE DE BARM AH AT (8 MARS). 219 

J jb ^l'^i'^ t^V^^-^' ^^ ''^-^ ^-'^ * "^'' '''^■^-^ -^ ^->^^ "^^-"^ ^-^-5 "^^^ ^M-. KW,- 

dSu J>3 SaJI 'ibÄA J^ j jlj iü»' "^U^, U.U Jl>-Jl ''ü^« IfS^. (,!j 

i'j»j>-;^, J\ ^jr^i ^^ c'jlj "'pJ JiJ-3 j»AjÄt -k_J "L^ Ol )ij^\ U 1»^ 
<r>L^ ^_j_>^xäJI ^'^ ^ isjlj L« a:r»;.-^3 ^Xiii\ ^jj\_i ^j;Vlj ^jV! J^,-^--^ 



• 1 19l- 

1. B Jj J= ^i". — 2. A Li. — 3. B J^oo U. — 4. //«ec ceria a »^-UU desunt in 
B. — 5. B J^_;j Uj! "iij. — 6. A ^rf^j'- — /• A ^b. — 8. B O-^^' ^y — 9. B ü^h- 

— 10. B >.J. — 11. B tJj'. — 12. B , fSfX^J,. — 13. B AivU^\ — 14. B addit «-j.^. — 
15. B 1^—. U. — 16. Ilaec verba a ij'^\ U desunt in B. — 17. B .^jL=. — 18. B ^^. 

— 19. Pro his verbis a ^j,^jj-^ B habet Jj^! ^\. 



des flammes et le feu dans son vetoment. Puis il appela sa femme et versa du 
feu dans sa robe ; il pria encore un long temps sans qu'aucun des vetements 
füt brüle. Le peuple fut etonne et demanda ä notre pere le patriarche de lui 
faire connaitre pourquoi il avait agi ainsi. II leur apprit sa conduite avec son 
epouse; comment son perc l'avait marie sans son conscntement; * que sa * r. ir,9 
femme ne voulait pas non plus du mariage; qu'il y avait quarante-huit ans 
qu'ils etaient maries, dormant sur le meme lit et sous la meme couverture, 
sans qu'il l'eüt Jamals connue comme las hommes connaissent lesfemmes; que, 
pendant tout ce temps, Fange du Seigneur descendait chaque nuit et les 
couvrait de ses alles; qu'il n'aurait rien revele de tout cela ä personnc pen- 
dant cette duree si le Seigneur ne le lui avait ordonne. Les fuleles s'eton- 
nerent de ce qu'ils avaiont vu et entendu, louerent Notre-Seigneur le Messie 
et demanderent au patriarche de leur pardonncr la laute qu'ils avaient com- 
mise k cause de lui. II accepta Icurs excuses, leur pardonna, les benit et 
les renvoya ä leurs demeures, louant le Pere, le Fils et le Saint-Esprit et 
ebruitant les miracles qu'ils avaient vus de ce Saint. Que sa priere soit avec 
nous! Amen. 



220 SYNAXAIRE ARABK JACüBlTE. [862] 

^\ LUi" ^'^yj ^"^^ j^Ja-Ji ^jL /«Lül -*tr^' cs^^ »j-f*^' -r^^ '-^J '^-'i 

>:^Vv; <> ^ ^^^ ^j^^ 
jLIa y\^ ^rr"^'' -J^ y} jj—o aäIi oI^Vi jy^^^ jlS-O -v.» »jJ! iaa ~ ^i, 

aJVI iJ\j>, ^ [j-Läj (^_y^ -^ 'y^^ (.5-=" ^-^-^ (.r"^. "^ ^ ...^-IfrVlj >i>l'_Vi ^ ^^J 
•j^ i^Las Ls jj»; JDj .L/o^M jv*3AfcL« ^^Lx- Jju v_jjLä)l u^ji LJj a^ij»jI 

1. J/ciec coininenioratio deest in B, Mai. Assemani. — 2. Haec commemoratio deest 
in B, Mai, Malan, Assemani. 



' En ce jour aussi a Heu la commemoration de saiiit Malachie [Maläkhi) - 
eil Syrie, dans la terre de Palestine. Que sa priere et sa benediction nous 
embrassent tous ! Amen. 

TREizE DE BAinfAH.vT i9 niars). 

^Eii ce jour nous celebrons l'arrivee des deux saints peres Macaire {Abou 
Maqar) rancien et Macaire d'Alexandrie {El-lskandaräni) de leur exil de 
la peninsule apres le retour de ses habitants ä la foi dans Notre-Seigneur le 
Messie. Ils lirent des prodiges et des miracles innombrables, si bien que les 
gens crurent apres avoir ete infideles. Ils agirent suivant le dessein de Dieu : 
il assista ä leur feto dans leur eglise, lui, ses disciples purs, les cherubins, 
les seraphins et les autres anges de lumiere. Quand ils celebrerent le saint 
sacrifice apres leur baptöme (?), les disciples les assistorent; Paul (Boiilos) 
lut un cliapitre de ses Epitrcs, Jean [Youhanna) l'Epitre catholique ; Luc {LoiKjä) 
les Actes [El-Abruksis), David [Ih'iowmd) le prophete recita les Psaumes, 
notre Maitre, Dieu le Sauveur, notre Maitre et notre Dieu, Jesus le Messie 
lut l'Evangilo : Macaire l'ancien celebra le saint sacrifice ä l'intention de 
Dieu; son compagiion lui servit de diacre : les disciples Tassisterent dans 

1. C'ette commemoration manque dans B, Mai, Assemani. — 2. Ludolf Malddji. — 
3. Clette commemoration manque dans B, Mai, Malan, Assemani. 



OT^' 






[863] TREIZE DE BARM AH AT (9 MARS). 221 

^^ ^_ja) j^l JuJI JlSj l:>-^. <--l ly-1 oi-^'^ Cr» Ö>-1 ^-^' ^ J^^J 
j^.1^ J^.:-. J^.::-- J^-" i^ ^^>-^ 'r-^^ '.^^3 ^>; ^3^^„ o^ Jry^^ 
\:^^_ ^iX jl ^}\ jL jU. j^l ^.Ai:)! j'ij ^^Jl j^ ^1 0=.' ^^J-il ^^. 

Ji; S^ ^ uUj ^U ^^b ^^ ^ -^<* ^^jjl ^^^^^ -^J '^ ^^-^^ 

V^' J^ (V" ^J>-1 oj^ o*^ ^^JJ^" ör-i-^^ (T ^^-^ (^"^ ^"^^ ^' -^^ 
jljlVl JL.>ülj j^byll ;<J>Ul3 ^.Ji^l xJl ^j ^-^1 ^i}\ ^\ ^ 
^_ AA j jj^l ^C L.I3 ^L,)l ssij ^1 ^ L:-J ^^3^^ ^L^yi jLj 
.jüJl 'IVl J\ ^_bJ^\ aA)1 Jwjl pJU cJß p^U J.*^ Üj L:« i>b f^ ^^ 



la communioii d(?s fideles; uela dura sept jours. Eusuite * Macairc demanda » f. ir.-.) 
au Seigneur de mettre äleur tete un patriarche. 11 lui dit : a Pour moi, c'cst 
toi qui es digne de cette charge. » Le saint pleura, s'en defendit et demanda 
ä Dieu de rester aupres de ses fils, las moines, dans le desert de Scete 
{Chihät). Le Seigneur agrea sa demande et lui indiqua de consacrer un des 
croyants, nomme Jean (Yonhannä). Le Messie dit k saint Marc {Manios) 
l'evangeliste de le sacrer patriarche. Le peuple entendit de nombreuses voix 
dire : « II est digne, il est digne, il est digne, Jean, fils de Macaire l'Egyp- 
tien. » Saint Macaire avait demande au Seigneur de decouvrir ä Jean le 
patriarche sa preference et celle des milices spirituelles : II le fit, fortifia sa 
foi et leur crea des pretres. Par sa priere, saint Macaire changea l'eau salee 
qui etait chez eux lorsqu'il les baptisa, en une eau douce et sucree et eile Test 
restee jusqu'ä present. 11 y avait avec les deux saints une bouteille d'huile 
de myrrhe, qu'ils avaient apportee avec eux dans Tile selon l'enseignemenl 
du Saint-Esprit. Notre-Seigneur le Sauveur, les anges de lumiere, les ires 
purs disciples et toutes les milices spirituelles apparurent aussi pres du 
fleuve au moment du bapteme. Quand il versa la myrrhe dans l'eau, eile 
resta comme des etoiles brillantes et filantes. Lorsque leur foi fut complete 
et leur Situation affermie, Dieu envoya vers les deux saints peres des cheru- 
bins qui les porterent sur leurs ailes et les amenerent a Alexandric 011 ils se 



222 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [86^] 

J-^iiL, ^b^ ^1 IIjJj (»yi -^j ^^\ lÄft o^ j l_^^j (^Jr^^ ör:^^ C^ 



^^1 j.y\ 



jUj ^U l_yl^ .V_^ ilu— i:.A.w x.j^ Jn*-'"^'^ ö»ri.-^'^ \i.\::s^\ l^j ^^J 
»jjl J% c^, ^_5•^ AiCUi-'j^kkJ i'y j^ jl^ Iaa ^_^<fJ ^»-^j'^^jj-yU)! ^Ul 

-l:=^l ^^ ''LiJ j^jl .::i-iLi ^..1)1 SX- jj <:^\ Ij-oi-ij <~li^ 1_^LÜ •'1/:^'-^ ^>U1 
dSu J ^ \yX, Uj <^;_A._ ^b ljAyi:L->j dl l_^-»ij: j^ ^(nr; b-Jj^J ' ^^^ ^Vi'j 



1. B >JI '3^ U^ J. — 2. B v^CUt , ^.jUM. — 3. B ß6ic^/< oJCU'. — 4. B ^Üj. 
— j. A ^3-il:*f. — 6. B %^j. — 7. A -^^jl -^'J^lj :>%l — 8. A U^:^. — 9. B U^^. — 
10. B ^^.^"^y.ji^ 



reunirent avec le patriarche et les fideles qu'ils intruisirent de tout ce qua 
Dien avaitfait par leurs mains. Puis ils les porterent de la ville d'Alexandrie 
dans le desert de Scete. Le cherubin poussa un cri en disant : « Enfants de 
Macaire, sortez ä la rencontre de votre pere spirituel. » Cinquante mille vieux 
moines sortirent ä sa rencontre, portant leurs bätons, se rejouirent ä pareil 
jour et leur firent fete. Sur cet exil, il y a uu livre abrege qui renferme tout 
t. Kill r. ce qui arriva * aux deux saints dans l'ile. Que leurs prieres et leurs benedic- 
tions soient avec nous et que leur intercession nous sauve jusqu'ä la fm des 
siecles! Amen. 

En ce jour egalement, les quarante saints subirent le martyre dans la 
ville de Sebaste {Sebastyah). Ils vivaient au temps du roi Alfyanous, appele 
Licinius (Litiki) , qui elait uu des ofliciers de Constantin {Qostantin). 
Gelui-ci l'etablit sur une partie de l'Asie Mineure (Er-Roitm) et lui recom- 
manda d'honorer et de venerer les chretiens. Quand il fut arrive, il adora 
les idoles et demanda aux gens du pays de les servir. Ils se dresserent 
contre lui et injurierent ses dieux. Gette nuit, quarante personnes, gardes 
et fils de gardes, se concerterent et prirent la resolution de se präsenter 
devant lui et de mourir martyrs par ses mains. Quand ils se furent 
endormis, Tange du Seigneur leur apparut en senge, les fortifia et afTermit 
leurs coeurs. Au matin, ils se tinrent devant son chambellan appele Agricola 



[865] - TREIZE DE BARMAHAT (9 MARS). 223 

c^\^j ijU-t^JL |v*fV O^ -J^^ ^ 1>*^^. (^ (^^-»Jbj ^Äi-ls ^rc-— Jl A^l \ßj:£.]j 
j\ ^li '^0-u=- As ^1^3 ^^^ »U ^ ''(nf^ "^cii^j ^^ (J^ '■*^^" b^^' 

jlj jj^^ <J ^,Lä>u Jj CiUj >l.Ui ^L»J>J1 j u'^.SJ O^l J>. Jjai ^Jli- pA->o.| JI3 

j^V ^^J JL^ r»^ Ö^J "^^^ ö^ ci-^1 J::^V1 J Ä^b or-..-^^ CT ^-^^ ^^-^ 

1. B ^-r^-'^'j. — 2. B a^y. — 3. A ..IS'j. — 4. B iJa~.;-JI LbjJl ^jXIxj. — 5. B 
J-U. — 6. B X^Ä U-» ^jt^'j -J-'^^l är^ <V C_^-■-^^ -J-^i- — 7. B ^^fk). — 8. B 
addit ^tCJb. — 9. llaec verha ^^^Ij O^lS^ desunt in B. — 10. B ^j-^at'. — 11. B 
.5^lj ix)!. — 12. B j^!^'. — 13. B o,'jLwJ'. — 14. B j^y^j ix^- Ui^- j!j 
^JliJt i^ß J, (jjJJt J--P ^rß'^i J*-^! (^-i;_/J' ^i^ o/ii-l. — 15. c^j- — 10- A 
^jk^. — 17. B *.^~JOj ^^.. — 18. B J ^i. — 19. B oJ!. — 20. B ^^y.. — 
21. B ^;^.JjJI ^ ^ij^.- 



{Ayhrirjlioiddous) et confesserent Notre-Seigneur le Messie. II les arreta et 
les menaga, mais ils ne craignirent rien. II ordonna de les lapidar avec des 
pierres, mais celles-ci reveiiaient sur ceux qui les langaient. II y avait dans 
leur voisinage im etang d'eau de neige qui etait congelee ; il ordonna de les 
y jeter. Aupres etait un bain. Leurs membres etaient dechires par le froid. 
L'un d'eux eut peur; il remonta de I'etang, entra dans lebain, mais il mou- 
rut et n'atteignit pas le bat. Un des gardes vit quarante couronnes des- 
cendre du ciel; trente-neuf s'arreterent sur les trente-neuf saints, une resta 
suspendue avec Tange. Un des gardes se leva, enleva ses vetements et des- 
cendit dans I'etang avec les saints; il regut la couronne qui etait suspendue. 
II y avait avec eux des jeunes gens que leurs meres fortifiaient et encoura- 
geaient. Quand ils furent restes longtemps daus I'etang sans mourir, le roi 
decida de leur rompre les jambes * pour les faire mourir. Le Seigneur regut 
leurs ämes et il n'eut pas ä leur briser un os. Puis il ordonna de les trans- 
porter sur un chariot et de les jeter dans la mer apres les avoir brüles. 



f. 160 V 



f. ino \' 



224 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [866] 

'V^ t^-*^ '^•'-•'^ (^^ "^"^ ^y^ J^~.oJJl)I >w •«Cs-^^ijj -ul CUäS Jä*!1 ^ ijiiÄ. 

^>k-^ ^ÜLV j_^_aJ1 \.^ J^LJI ^^i| j ^- ^Jl j j^^^ 3^. ^^_. ^ ^y, 

fr" j;^. pb pA->^l^ "ir*yi c>rJl (v'^ '^«^^ -^' pA^L^l "^-^> '^^l Jl 
(V'^J jv'y^ -J^"^' o'>^ (i ^Li pA_^i '3^,Uj j^ ^_5^ j ''-'(V-^J <;' (*•'• LiJ; 

:. llaec verba a ix.Lo5-' desunt in A. — 2. B ^^\. — 3. /"/-o his verbis a »j^--, , 

I I ^ J -^ 

jUl J, B /;«6e/ Uli^ (?). — 4. yVo /i/s ^'erbis a J B /(rtiei !jj» J... — 5. öeesf in B. 

— 6. B J^^. — 7. B ^:^l>^'j. — .S. Deest in B. — 9. B «rf(f<< J Uli LT. — 10. B 

ty^^. — 11. B^^^1^J^.'^. — 12. A ^<s., B ^jx^^. — 13. B I^U^. — 14. B 'jx^ jJO. 

— 15. B add/l ^^*j^' L.X,sx,J' _^j a.^^. — iß. J/aec conimemnralio deest in Ludolf. 

— 17. Baddil L! ^«j-^x". — IS. A ^y^^j:^^. — 19. B 'J-jJ. — 20. Qaaa sequuntur 
bici'iiifi narrantiir in B cj» ^^J^.^ j.'..-- f^jJXM 'jj» iJ! .j-^' J;^'lj , ...st*^! A'' L 



Ouaiid oa les transporta, on trouva parmi eux un jeune homme qui n'etait 
pas mort. On ne le chargea pas siir le chariot; sa mere le porta et l'y jeta 
avec les saints. On Ten empecha parce qu'il etait vivant, mais il mourut 
sur son cou et eile le jeta sur le chariot avec les morts. On les transporta 
hors de Sebaste et on les lanru dans le feu qui ne leur fit rien, puis on les 
precipita dans la mer. Le troisieme jour, les saints apparurent ä Teveque de 
Sebaste et lui dirent : a Va vers le fleuve, tu trouveras nos corps, emporte- 
les. » 11 se leva, cmniena quelques pretres et partit de nuit vers le fleuve. II 
trouva les corps reunis, pareils ä des astres brillants. II les prit sans que 
rien y nianquät et les deposa dans un endroit honorable. Leur mention 
se repanJit dans tous les pays. Que leurs priores et leurs bencdictions des- 
cendent surnous! Amen. 

'En ce jour mourut notre pere Denys (A Dyounisis, B Dyniiuisuoiis), 
patriarche d'Alexandrie (EI-MaiHlar;jiih) (247-264). Ce saint etait ne de parents 

l.Cette commemorationmanquedans Ludolf. 



[867] TREIZE DE BARMAHAT (9 MARS). 225 

ii ^i^ (.LVi a^. j y^ L-re ^^'^ ^^ ^^ ^^ ^^ ^^ ^^ ^ ^- r*^ r*^ 






' Ko 



infideles suivant la doctrine des Sabieiis (Ks-Sdhali}' . II avait appris de 
nombreuses scicnces, aar son pere ötait d'uiie noble famille et avait pris 
bcaucoup de soin de lui depuis sa naissance, jusqu'ä ce qu'il devint un doc- 
teur des Sabions. Tandis qu'un jour il etait assis, voici que passa une 
vieille femme chretienne ayant des cahiers des epitres de Paul {Boulos). 
« Veux-tu m'acheter ces cahiers? » lui demanda-t-cUe. II les prit, les 
examina, y trouva des choses admirables et une science prodit-ieuse et dit 
ä la vieille : « Combien me les vends-tu? » — « Un qirdf d'or. b — II lui 
en rcmit trois en lui disant : « Va me chercher le reste : si tu trouves 
quelquc chose, apporte-le-moi et regois-en le prix. » Elle lui apporta trois 
autres cahiers. 11 lui donna neuf (lirdts, les lut et trouva le livre incomplet. 
II lui demanda le reste; eile lui repondit : « J'ai trouve cela dans les livres 
de nies peres; si tu veux * le livre complet, demande-le aux gens de Teglise 
du Messie. » — « Si je le leur demande, ils me le refuseront. » — « Non, » 
repondit- eile. 11 alla demander les Epitres de Paul ä un pretre qui les hu 
remit, les lut, les apprit par coeur au sens interne et externe et crut au Mes- 

1. Ce qui suit est ainsi abrege dans B : Dieu qui aime le gcnre humain attira a lui 
CO Saint depuis sa jeunesse; il suivit la foi du Messie. 11 avait de nombreuses qualiles 
helles et parfaites en merites. II fut appele par la volonte de Dieu au patriarcat; il fit la 
meilleure garde autour du troupeau du Messie et eprouva de nombreux chagrins de la 
part des adversaires idolälres. 11 ne ccssa d'etre patient et rcconnaissant envers Nolre- 
Seigncur le Messie jusqu'ä ce que le culte des idoles fut aboli. 



r. HJl r" 



226 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [868] 

jLjj iJUc-j <^l>o U A-wUs cJ^^_^Jl jj«v__^_:> ^^Aüll >*-?-' f"' {^t*~*^^ ilr*J i_^Ui 

^Vl (.Jir U J CJl «LlV UU« i^rL^JI ^_ji^_i ct:.-^^ "^r^ "^^ f^ ^ -^^ 

dUUI ^_^ jUj J (.Air jl aiij ^ l;l^l ^U J J^i l^^ iUj <_tj 
L>1, J^jJl ^^ jl''^ -^—^j^ (_r-^3 *^i tXJ^'^ "Sr^ v'3 ^^ i^jL^U L^. jlSj 
^^^ ^L»^ c ^.^^j t>r*r^^^ J^J <JJLVIj ^SJ\L^\ j^ ^j>_^i '1-yi u^j -uJ^ 

^Vl l-lfc ^_jJui '*ol_j; ^^j ^Jl ^1 j^l^Vl U=;.l j_/l ^"J^jVj bA* dlUj oU LJs 

c>_^ Clj ^!>D JäJ j^ (V.^^' f^^ JjäJI i^li-j i^Ikj i^ Oljifr is^lt) 



sie. Puis il alla trouver saint üemetrios (Diinitryous) le patriarche qui lui 
apprit ce qu'il lui fallait et le baptisa : II devint accompli dans la connais- 
sance des choses ecclesiastiques ; le patriarche l'etablit comme maitre pour 
les enfants de I'eglise, afui qu'il jugeät parmi les fideles. Lorsque saint 
Heraclas (Ydriklä) devint patriarche (241-247), il lui confia les affaires du 
patriarcat pour les administrer. A la mort de ce saint, l'opinion de tous 
les fideles s'accorda k l'elever au patriarcat. II gouverna sou troupeau d'une 
facjon chretienne et, de son temps, eprouva de nombreux chagrins. II fut 
clu patriarche du temps de l'empereur Philippe (Filibu.s) qui aimait les chre- 
tiens. Quand Decius {Ddkyom) se souleva contre lui, le tua et s'assit ä sa 
place, il causa de grands maux aux fideles, fit perir de nombreux martyrs 
parmi les patriarches, les eveques et tous les croyants. Une foule s'enfuit 
par crainte dans les deserts et y raourut. Ses gardes arreterent ce pere et 
lui firent beaucoup de menaecs. Puis cet inlidele perit et apres lui regna 
Gallus {Gharlalaous). Chaque jour, cet empereur dirigea la persecution contre 
les chretiens. Apres sa mort, Valerien {Oualdryous) lui succeda et la per- 
secution atteignit encore Tl^nlise. Ses lieutenants arreterent ce pere, lui 
firent subir successivement de nombreux chätiments, le pendirent et lui 
demanderent de se prosterner devant les idoles. II leur repondit : « Nous nous 
prostcrnons devant le Pere et son Fils, Jesus (Yasou') le Messie. » L'empe- 



^869] TREIZE DE BARM AH AT (9 MARS). 227 

J jl^ j, .\^\i j-.^Jl :^ är^i:-J^ -^ Jl].li LU^ L^<- jl^j cV ^Ul ^U 
« :^^.- -»^11 jl ^\j >- b^. Ubl JL^l J b^ ^>' 0^ ^^ ö* C^.-^^ 

^u. ^b 'ui ji^ij ^j -^ '■'(-•^ (^^' ^- ^Lii^ "j c-^^' r -^^ 

2. B äblLU ^s^ .,UJ' ^U ^uö. ^(c rursus incipit narralio B. 



liil v° 



1. A j^^^J. — 2. B jiiJ'V -^ J'-'J' 
, ^dJl. — 5. B . 

— 8. B ^j^%. 



— 3. B ^^^•^. — 4. B , ^^'. — 5. B ,.^.J. — 6. B addä ^^\ 'JJ'. — 7. Deesl in B. 



rciir lui fit de nombreuses menaces, tua une foule de gens devant lui, mais 

rien de tout cela no reussit ä l'effrayer. Alors il l'exila peudant quelque 

temps, puls lui permit de revenir de son exil et lui dit : « Nous avons appris 

que tu t'isoles et que tu celebres les ofTices. » Le patriarche lui repondit : 

« Nous u'abandonnerons notre priere ni nuit * ni jour, » puis il se tuurna ' 

vers les fideles qui ctaient avec lui et leur dit : « AUez, celebrez le saint 

sacrifice; si de corps je suis absent, je suis present eii esprit. » Le priuce 

s'irrita et le renvoya en exil. Dieu excita contre cet infidele des souleveftients 

des Barbares {El-Berber); il remit l'empire ä son fils. Celui-ci etait sage et 

doux' ; il relächa les fideles emprisonnes, fit revenir ceux qui etaient en exil 

et ecrivit au patriarche et k tous les eveques une lettre de securite, pour 

ouvrir leurs eglises sans que personne s'y opposät. Ce saint vecut le reste 

de son existence dans la tranquillite et la paix. De son temps apparurent de 

nombreuses heresies dans la religion ; ainsi on vit dans les districts d'Arabie 

[Aräbyä) des gens soutenir. dans l'erreur de leur esprit, que Täme meurt 

avec le corps et quelle ressuscite avec lui ä la resurrection. II rcunit contre 

eux un Synode et les excommunia. D'autres aussi suivaient l'erreur d'Ori- 

gene (üuricljdnos) et Sabellius {Salijous?}. Lorsque apparut Paul (Boald) de 

Samosate (Es-Somaisäti), patriarche d'Antioche [Aiifäkijali), et qu'il fut infidele 

ä la foi, un concile fut reuni contre lui dans cette ville. Ge pcre n'y put 

1. Ici reprend le recit de B. 



r. KU V". 



228 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [870] 

>^Vv; ö* ^r^ (^L^^ f^' 

f. na r". LLij <»__=- r^^'^^i ^|>y i^LIä-^ ^j^I d]>i« *J ^^yizs <=>")^*1 J^^ (vÜä^ (_r*^ ti 
^■^JLr ^_^j diu J=-V Ju» ^''a^ JJ^I dUj ^-^ii.j V3 t^ji" -J Jly •^■1^1^ 

1. Deesl in I>. — 2. B ,_,J1. — 3. Deest in B. — 4. //«ec commemoratio deest 
in Ludolf. — :.. B addil Jui--. — G. B addit J^U'. — 7. B J^! j!. — 8. B ^^v^-. 

— 9. B i~U^- — 10. B »y,U. — 11. B iäy — 12. B ^^'^^ l^uL — 13. B J-p'. 

— 14. B addit jIj'ju'. 



assister ä cause de son grand äge ; il envoya une lettre remplie de toute 
sagesse et de toute gräce, oü il exposait l'opinion orthodoxe. Quand il parvint 
ä une vieillesse respectable, il s'eii alla vers le Pere misericordieux apres 
etre reste dix-sept ans sur le siege apostolique. Que sa priere seit avec nous 
et nous protege! Amen. 

niATORZK IIE RAHMAHAT (10 Hiars). 

'En cejour mourut martyr saint Sinouti {('Jiruoudah) de Bahnasah (El-Bah- 
uasäoui). Ce saint fut denonce au prince Maxime iMak.simoiis) qui gouvernait 
pour Diocletien {Diqlddyaiums). II le fit venir et l'interrogea sur sa foi. II 
allirma que le Messie etait la Verite. Le gouverneur ordonna de l'etendre k 
terre et de lo frapper avec les massues qui sont dans la main des soldats. On 
le fit au point que sa cliair etait en charpie ot qu'on voyait son sang couler 
sur la terre. Puis on le traina par un pied et on le jeta dans une prison 
" f. 1112 r. obscure et infecte. L'ange ' du Seigneur Michel [Mikhdijil) lui apparut, le 
fortifia, retablit son corps sain et sauf, guerit ses blessures et lui dit : « Sois 
fort et ue craiiis pas. une couronne glorieuse t'est reservee ä cause de tes 

1. Cettc commemoration manquc dans I.udolf. 



[871] QUATORZE DE BARMAHAT (10 MARS). 229 

^*^!SjJ:s3 C^l" J Js_^wj j»f ''^^^ ^^"^ '^y:^^ "'■=-*^ j*^^^ J ^y!? Hr" '''!*-*--- 

1. A -VJ^ ^'J,£. — 2. B iLo.ü'. — 3. B ^-ws-'! !j^L — 4. A wis'^. — 5. B 
^,.;as^' J-j'^- — G. B ^.j^^s^^L. — 7. Z)ees/ /« B. — 8. B ij'ii. — 9. A «(/^/< ^ki. 

— 10. Deest in A. — 11. B addit oCJi Jjdi. — 12. B addil ._,blO!. — 13. Deest 
in B. — 14. A sJ-i!. — 1."). Deesl in A. — IG. B S-J-''^- — 17. B addit ij^^. — 
18. B »yii5^. — 19. B addit lijjjs]. — 20. Haec cominemoratio deest in Ludolf et 
Assemani. — 2l. B '^J^^i.;:-.!. — 22. A ,^v-jJX'!. — 23. B , ^_j.JUp. — 24. B . ^^.JyjUtj. 

— 25. B j-<*) 7c~ ..J- 



soulTrances; tu öprouveras uii chätimeut Jouloureux, niais je serai avec toi 
comme me l'a prescrit le Seigueur. » Puis il disparut. Le lendemain, le prince 
tut aux soldats : « Voyez si ce rebelle aux rois est mort, jetez-le. » Quand 
ils vinrent, ils le trouverent debout, priant. Ils en int'ormerent Maxime, qui 
le fit venir et fut contrarie de ce qu'il vivait. II le fit depouiller, vit qiie son 
Corps etait intact et fut stupefait. « G'est un puissaut magicien, » dit-il. II 
ordonna de le suspendre la tete en bas et d'allumer du feu sous lui. On le 
fit. Puis il le fit ecraser sur des chevalets et frapper cruellement ä coups 
de fouet. Quand le prince fut fatigue de le tourmenter, il ordonna de lui 
porter des coups d'epee et de le couper en morceaux, puis il le jeta aux 
chiens, mais ils n'eu approcherent pas. La nuit, les fideles enleverent fur- 
tivement son corps, l'envelopperent dans des linceuls neufs, le parfumerent 
avec de nombreux aromates, puis ils le placerent dans un cercueil et l'en- 
terrerent. Que sa priere seit avec nous! Amen. 

' En ce jour mourureut martyrs les saints Eugene (A Aoukhunijous, 

1. Gelte commemoration manque dans Ludolf et Assemani. 



230 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [872] 

(»ji-ji J; ^\J jJ^ J^ 'iJii\^\ ^^-^3 (^Ujjl d,>; Vj-^-^ ct:.-^*^ r*^^^ 
jjuJl ^ J jli<JI piX-»i 'irr^ j-^ (i li^A-" o^fH"^'^. 'öjy^s ~J3Jj^.. 

* f. 16-2 V". i,jU ^1^3 ibOl UL-Uj * If^-^ ^''iX^ ^L< ^'"^IaLjj v.-^^ '"'^-^ ^.^^ ^^^^>- 
J^l Jl ^[^\ ^-\J J V^jl^ J^^:^ Ö^J J^^ ^^J '^Vrt^^ 'r^^ ^U 

1. A ^^^jJ,'. — 2. B ^3j/?.. — 3. B Ijy^cri.j. — 4. Ä ^^,J-!j-^J. — 5. B ^^y.->-^-. — 
6. B .,_j-\j -H^'/jj ^^Llo. — 7. Haec conuneinoratio desst in Ludolf. — 8. B addit 
Ji'. — 9. B ii^Ut »,L. — 10. B l3->. — 11. Deest in B. — 12. B ^-vvU. — 13. B 
s L. — 14. Ifiiec verba a ll>^,^ desunt in B. — 15. B '3J^. — IG. B U^j^, .. — 17. B 

ii-Ji. — 18. B i«J! ^^C 



H Loudjähjons), Agathodore (A Aghätoudoros, B Agliahoudous) et Elpidius 
(B Bälibouyoiis). Ces saints ötaient chretiens depuis leurs peres et leurs aieux, 
marchant daas la voie de Dien, instruits dans toutes les sciences divines. 
Saint Hermus (B Armous, A Aryous), patriarche de Jerusalem {Oiirichalim), 
les choisit et les sacra eveques sans sieges, mais il les envoya precher et 
annoucer l'Evangile. Ils l'annoncerent dans des vilies nombreuses. Les infi- 
deles les saisirent dans uue ville, les frapperent en les trainant sur la terre 
jusqu'ä ce qu'ils moururent. Que leur intercession soit avec nous! Amen. 

QuiNZE DE B.\nM\iiAT (Id mars). 

' En ce jour mourut la sainte et vertueuse atlilete Sarah. Gette religieuse 
etait de la Ilaute-Egypte {Es-Sa'id), fdle de parents pieux envers Notre- 
Seigneur le Messie. Ils possedaient une fortune considerable et n'avaient pas 
d'autres enfants qu'elle. Ils eleverent cette sainte, lui enseignerent toute 
r. iii-'v^la sagesse chreticnne * et lui apprirent l'ecriture. Elle etait assidue ä lire 
les livrcs ecclesiastiques, et particulierement l'histoire des moines. A la 

1. C.ettc commemoration niamiue dans Ludolf. 



[873] QUINZE DE BARMAHAT 11 MARS). 231 

^Cj X*JI V ^JJI ^^j\J^\ C.^Lf.J Obk^ o^. J :^-^-^ ^4^^1 ^^3^^ 
iil' wjül jlLuiJ SaaUm o d-Cj l~jtj\ ^'j -«J .j:^ jv" ^J\^\ fJ^' Ji^ ^1^* 
Jjl^UI J Ij:l=.«3 l^jU ^y ^^3 u^j ^'l,;^ ^ j' U jlL^l jl ^ o— _^ 
j^ SjL L (^^1 g JUj ^- lf.>" i^ ^It J^5 M ^«v^' ^:^^. ^v^ -^^ ^-^ 
'VI ^ s:>>..j Ui Vi "^uil jl 6*Jai^l u ^^ xT^l ^^;1 cuu jik±!l ^_/.u. 

jU.1 i V-"^ V:^ "^'^y^ ^'^-^ ^^' ^^ c^'^ c^V ^^g^jl^-^ ctLJI -^^ ä- 
'^Äjl=^ it i>l9 J cu^l^ Uiit \i^ SaäIsm i_o_Al!l ilft .ji^lCj jLjbJI 1''jJLlJ1 

1. B ^jjA' ji"^ o^'j^^a". — 2. B ^'. — 3. B '-^. — 4. B Jjl^j. — 5. B 

jy — 6. B .Ji'. — 7. B rtrfrfiV b.'^ sy. - 8. B ^jjj^'. — 9. B y^. —10. B 

^1 - 11 B ^.>' U^o^l ,' J-i c^l ,^-ß^^ '-^V — 12. B ^^ -^'. — 13. B 

^y^.^. — 14. A Jlij. — 15. B i-U^^sr-'! oXb- Aj^- — 16. B J'-^ . — 17. B liU. 



suite de cette lecture continuelle, eile desira la vie spirituelle et ascetique. 
Elle alla dans un couvent de vierges dans la Haute-Egypte et y demeura 
deux ans ä les servir. Puis eile revötit l'habit monastique et y resta treize ans ä 
lutter contre le denion de la concupiscenee. A la fin, Satan (£(•/;-('/(«//(/») vaincu 
et abattu par eile, ecrase par sa ferraete et son amour pour la purete, resolut 
de la faire succomber par l'orgueil. II lui apparut tandis qu'elle priait sur la 
terrassede sacellule et luidit : « Rejouis-toi, Sarah; tu asvaincu Satan. » Elle 
lui repondit : « Je suis une Faible femme incapable de triompher de lui; 11 n'a 
ete vaincu et repousse loin de moi que par le Messie. » Cette sainte disait aux 
vierges qui etaient avec eile de nombreuses paroles salutaires, ainsi : « Je n'ai 
Jamals mis le pled sur le degre d'une echelle et je ne Tai pas leve vers l'autre, 
Sans nie figurcr que je mourrals avant de l'avolr monte, afin que rennemi ne me 
trompe pas par de longs espoirs. » Elle disait aussl excellemment : « Sl un 
homme pratique la chastete meme en vue des gens, en la pratiquant conti- 
nuellement 11 arrivera ä satisfalre Dien. » Elle a dit de nombreuses paroles 
qui ont ete ecrites dans les recits des anciens meines. Cette sainte resta ä 
livrer un violent combat; eile avait, sur le bord du lleuve, uue cellule oü eile 



232 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [874] 

LjI vjVI 7^" L<J^ I-vaIj U_U jL4 jli« _y.l ^.-^^ "^r-*^: ^b jl^ ^'"^1 1-^ 
•Wo c^ "''(^^ '-^'^ ^j-*^ ^ ^ >-''^'' ^-S: cTi-^ "'"''^'jLJl j^-Jtl jl ^1 ^;^1 üä^ 

1. A iJ. — 2. Deest in B. — 3. B Ji;^'. — 4. B IJJ'. — 5. B j^'^sdl >_-Jj3. 

— 0. B w— ii-j. — 7. B addit ^^. — 8. llaec commemo ratio deest in Malan, As- 
semani. — 9. ,1^3 U=j1 desunt in A. — 10. B , ^Ll» j^^)]. — 11. j ij)^^ deest in B. 

— 12. A J-^^. — 13. Ifaec comme/tKiratio deest in Ludolf. — 14. B addit J^. — 
15. Deest in B. — 16. Deest in B. — 17. B j^,^jb. — 18. B ^jij^^s^^'. — 19. B ^r^?. 

— 20. A liLj'; B addit j^K — 21. B ^'. 



demeura soixante ans sans que persoune la vit regarder au-dessus. Lorsqu'elle 
eutvieilli, qu'ellc eut atteint quatre-vingts ans, eile quitta le monastere de ce 
monde et s'en alla vers la felicite durable. Que sa priere soit avec uous ! 
Amen. 

' En ce jour aussi a lieu la commemoration du martyr Hellas des gens de 
Unis {Almas). Que sa priere et ses benedictions soient avec nous! Amen. 

sEizE DE B.\.RMAiiAT (12 mars). 

"En cc jour mourut notre pere, le saint patriarche Khäyil, * palriarche 
f. 16.! 1°. d'Alcxandrie {El-lshnndanjah) (743-707). Ce pere etait moine ä l'eglise de 
Saint-Macaire [AbouMaqär); il etait pieux, devot. Lorsque mourut notre pere, 
le patriarche Anbft Theodore {Tdoudoiiros) (727-738), nos peres les eveques 
re^itörent longtenips reunis ä Misr, ne sachaat qui convenait a cette charge, 
jusqu'ä cc qu'un saint honime, rempli de la grace prophutique, leur fit con- 

1. Gelte commömoration manquo dans Malan, Assemani. — 2. Gelte commemoration 
manque dans Ludolf. 



f875] SEIZE DE BARMAI lAT (12 MARS). 233 

1jjU>'j •üb lyuLij S__^ ^ULas <J ^jl 'j_;^jj '*(n*r*r" ^^L-Vl -^ij^^JtJ L"\!l 
joLL. ij-Jfj '*i;-rH' (J' U-r^r '"^^ ^^ y.-^^ tlf ^3^»'^=^ ^^ ''^,-a^ (_j!^ jj^ 
j^y ^ ^^ ~U1 ^_^1 J ^'^^Iri/^ ^>«— jb ^j-^-i^i xyCwJ '-'i^l^i J ^^U- jLa^>I 
^_^l dlli J :L,jL'>i ^^^y~i "VI x^U (»j-lc Jz^" jjj ^;,f-:- ijAiCVl JaV jl^j 
c^J:^^ ''-'i»Jic Allxi J^j-»J1 (_5^ w^Vl i-VA (>U J ^j^!> L'i>^ ^-/^ ^'^J ^:'^3 

U^- ^wl d!^>. i^ijCUI ^It (.U.- ^Vl 1-Ia jU3 Jj i\tUi .^^ jl^ j^ <A.I1 
■^ojl _;^3 ^^_.!1 ^j:^J. i'-'j^^ ^UrVI ^i J oL^L, ^.Vl 1^ ^j c^ o^j 

i- A. J~5'. — 2. B lij). — o. B ii^-Ci.?. — ^1. B ..^l^. — 5. Oeesi m B. — 6. B 
f^o. — 7. öees« m B. — 8. A J^.-^-^!. — 9- B ^^y jUu.^ L'/^ .U ji »jJo^j 
s-osjJ! .^Oi J,. — 10. B >^^. — 11. A \j.:r^, "^1 i;ii^. — 12. B 'ij^. — 13. Deest 
in B. — 14. B liLj'. — 15. DeeU in B. — 16. Deest in B. — 17. B 53j> J, ,_^s^!. 
— 18. B LCUJL — 19. B (^f^j. — 20. AB *3. 



naitre ce pere. « J'etais ä prier dans l'eglise de Saint-Macaire, dit-il, quand une 
voixvint du ciel, disant : « Khäyil est digiie de cette charge. » Tous les eveques 
s'empresserent de le remercier, mentionnant qu'il y avait en lui de nombreuses 
vertus, s'accorderent sur lui et regurent du gouverneur de Mi.sr uae lettre pour 
le faire venir de son couvent. Quand ils arriverent ä Ghizeh {El-Djizah)', les 
moines äges le trouverent se rendant ä une occupation. 11s le saisirent, le lierent, 
et le sacrerent patriarche le 17 de Tout. Depuis deux ans , les gens d'Alexandrie 
n'avaient eu qua peu de pluie; mais ce jour, le lendemain et le surlendemain, 
il plut abondamment. Dutemps de ce pere, il arrivaaux cbretiens de grandes 
persecutions. Une foule de croyants s'enfuirent du pays d'Egypte {El-Misnja/i) 
et parmi ceux qui furent Inlideles au Messie, on compta vingt-quatre mille 
personnes. A cause de cela, le patriarche ressentit un tres grand cliagrin 
jusqu'ä ce que Dieu fit perir celui qui en etait la cause. Du temps de Khayil, 
il s'eleva sur les Melchites un patriarche du nom de Cosme {Qosmä); il y eut 
entre lui et ce pere des contestations sur la mention de l'unite entre les deux 
natures du Messie. Cosme, le patriarche des Melchites, lui ecrivit une 

1. A El-Bohairah. 

PATR. 011. — T. XVI, — V. 2. 'IG 



234 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [876] 

JIS U^ Sju-äIo i*A>lj i*~J^ ^l^"Vl -^ r^---JI ^jl <Li^ CjOJI dJ^^ L-J 
^c_--Jl i Jli. jl .^._ V ^1 -UJl i ^ij '-^^^ jn-b^ ^^^' ^r^-5 L>4r:^ 

^U LLi^l ^,^^ 'jl iiCUl d^^ U-J ^J3 i'-^lj <-~^ '"jy^" jl ^Vl 

'"<> ''lt^^^^ (^-^^ t/~^ ^-^ (vr^ ^"^''^ '^■' t^^ r*"^^^ »-^"'^ ^^ 
jo_^i ^13 ^01 ^>Jii '^i;^ oiy^ ^^j ^-iiiJi i'^dyji ^ i^ 

^ <^ lyj <^^ ^jij j!^ i^At <i;^'i ^^ J\ ^\^:'3 -^.-^^ ^M^t^ij 

b^ CjÜ dlLft ^j ^_j-^ ^^^ »7-^3 JXäIJ X>«-J1 ^_5)1 ^^^^, ■ jl t^^ 'i3^^ 

1. B ,L>. — 2. öees? in B. — 3. B ^^. — 4. B Is^^^^tj. — 5. H j/i^. — 6. B 
..^. — 7. B Ai!. — 8. B .^^i:.U. — 9. A j^^yJslkJl. — 10. B ^_^o. — 11. Deest in B. 
— 12. Deest in A.— 13. B ^-^ ,,! U-i. — 14. Deest in B. — 15. B sJjJ-i.. — 16. B 
Jj-J!j. _ 17. B ^.Aiuj. — 18. B ^J^\. - 19. ^,1 ^J! desnnt in B. — 20. B ^r' V^^ 



epitre, d'apres laquelle, apres l'unioii, le Messie etait une nature unique, 
incarnee, comme l'a dit Cyrillo (A'/r/os). Des eveques ecrivirent des man- 
dements lä-dessus. II est mentionne dans Tecrit : a II ne convicnt pas de dire 
I. na v°. ([u'apres lunion, le Messie soit deux natures separees, ni deux personnes. » 
Ils firent la paix kVdessus et le projet s'etablit de n'avoir qu'une seule eglise. 
Le patriarche melchite Gosme accepta de devenir eveque sur l'Egypte. Tous 
s'accorderent lä-dessus. Mais, parmi eux, un melchite nomme Anastase (B 
Anaslatioits, K Aiiastatinous), des gens d'Alexandrie, jeta Ic trouble; il vou- 
lait etre fait eveque. On n'accepta pas et, comme on ne s'accordait pas, Gons- 
tantin {Qostaiiliii) fut agree comme eveque de Misr et sc rangea sous l'obeis- 
sance d'Anbä Rliäyil. Quant ä la conduite de ce pere, il eprouva de nombreux 
maUieurs de la part des rois tyranniques; il subit de nombreux chätiments 
par des coups frequents, un long cmprisonnement et la mise aux fers. II fut 
plusieurs fois sur le point d'avoir la tete tranchee : le Seigncur le sauva pour 
garder son ponplo. Puis il fut rcläche et alla dans la Haute-Egypte {Es-Sa'iJ) 
pour II partit, y fit de nombreux rairacles et ramena ä la foi 



[877] DIX-SEPT DE BARMAIIAT (13 MARS). 235 

^j-j >_JJ1 <;.>-• "U. jl^j -4**^'^ (J^ 1-^3-? Ji^^ ^ b-^J '^ (^"^^^ Ö-äJI diu 
liJrfiaJl 1-— ~: ^ciiU jl \r~^ ''diu jvUi LJi \J^ ::>'%_ k_^3 Ju.=- v_iJI iUj 

J^ Uj U^lj ^Uol Jd^\ "^Sj U,U i^M; Jl '' ^^^ J; -^^^ Jl '•^^. V 

/i~«l ' A-»*r>-i j»jj'lji.i2> U«.^-_^ ^jji\ jjl (JwOJLjI i^lLp-j 4-jt-< >_j i 1 l-i& 



10.. 



U^j /j^ ,J**^ ^L-Jl ^vJ! 



^ i'i^,,^! <.U1 ^xH >_,J1 .^^ jjUl ^xJ^ jUI i-'^Vl ^- (._^l Iaa 12 J 



c->^ '' 



^1 ^_y,^ \;y> CJl4 l-^iLr-' e5*: Ö^ '"^^ "'jUl lÄA ^''^U Ä«;jL OU jl A« 



1. jU>^! ^1 rfes;/«« i/i B. — 2. B addit ^Ijjlj ^_;-;^! (_^. — 3. B ^1 J^! 
>_^^U vU. — 4. B rt^«?i« ^^Oi>. — 5. B tl» .'j. — 6. B JjiÄ>. — 7. B iyo. — S. B 

!_3 J. — 9. Pro Iiis tribiis verhis B habet iy'li^ a^j u*^ ,yC' , i^t Ij.» i$\j i.^^1 >_53Jt. 

— 10. A i-^--. ^11. Haec conunemoratio 'deesl in LiidoH". — 12. B addit J-i'. — 13. Deest 
in B. — 14. Dcesl in B. — 15. Haec tria verlia desiuU in B. — 16. B ,^_,^!. — 17. B 



o-^-!'. 



beaucoup de ceux qui etaient sortis de sa religion. Quand riiistolro de cepere 
et de ce qu'il avait eprouve arriva au roi d'Abyssinie (El-IJabacliali), il s'irrita 
et fit une expedition contre les Egyptiens. II arriva en Hautc-Egypte, ayant 
avec lui ceiit mille chevaux et cent mille chameaux, et pilla de nombreuses 
contrees. Lorsque le roi d'Egypte apprit que c'etait ä cause du patriarche, 
il le relächa et l'honora. Notre pere envoya vers le roi d'Abyssiuie pour le 
benir, Tinformer qu'il avait ete delivre et lui prescrire de ne pas s'avancer 
jusqu'ä sa residence, mais d'allerdans son pays. Quand il rc^utla lettre, ils'eu 
retourna. Lorsque ce pere cut termiue ses ellbrts et sa lutte, il fut transporte 
pr^s du Seigneur : Puisse-t-il avoir pitie de nous tous par ses prieres! 
Amen . 

DIX-SEPT DE B.VRM.4.HAT (13 mars). 

'En ce jour mourut notre vertueux pere, le justeLazare {Erdzar), l'ami du 
Seigneur qui le ressuscita quatre jours apres sa raort. Ce juste etait des Israe- 
lites {Bani Israyil); Marthe [Martd) et Marie [Marijam) qui oignit le Seigneur 

1. Cette commemoration manque dans Ludolf. 



236 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [878] 

j\ j\s>- LJi ''rljj; '_>Ä^. (J (n*r*f" '^^-5 ^J'L^' (>* pr:' ^ (nt:* ^ ö^J 
jl ^a)1 JjI ^ Jb ^\i <\^c^ ^J\3 ^_^\ lÄA ^L, "'J -'blijU ö^l JU 

OTI jl (Jl cX.3 ::;_^_ «4/ L«1_J «UJLw «Clj ^^1 1-ÄA u^ j 7^" J>_-Ua]l lÄA 

1. B b'/. — 2. A ^rr^^'. — 3. B i3'>. — 4. B J-^bb'. — 5. B ^*.~» ^H JjUiJ! J^'. 

— 6. /'/•o hi's i'erbis a 'jjli^ B habet ~]j,ji ^J^ ^' ^-»-1 ^^.C J^. — 7. B U^. — 

8. B (T''-^"- — 'J- A "V^- — ^ö- •^'^^^^ '" ^- ~ ^^- ^^^^^ '" ^- ~ ^^- -'"^^- ■" ^^- ^ 

Jijci. — 14. A ^Oi U^^l. — 15. B I3J^. — 16. B ^^^LJlj ^^^Ju^J!. — 17. B ! j^^^^j. 

— IS. Evangelium lohannis, eh. xi. — 19. Deest in B. — 20. B *3l. — 21. B ^^. 



* f. 1G4 1°. avec Uli parfum, etaient toutes deux * ses soeurs. Tous etaient les disciples 
de Notre-Seigneur Jesus {Yasou') le Messie qui les aimait ä cause des vertus 
qu'ils possedaient. Aucun n'etait engage dans les lieiis du manage. Quand vint 
le moment oü ce justc devait payer la dette imposee ä la uature humaine et boirc 
la coupe que toutes les creatures doivent absolument boire, le Seigneur — 
qu'il soit loue — vintä lui, car il savait depuis le commencement des temps 
que ce saint mourrait ä pareil jour et qu'il le ressusciterait. II le laissa mourir 
et dcmeura jusqu'ä ce que quatre jours se fussent passes, qu'il sentit mauvais 
et qu'il le ressuscität — lemiracle serait considerable — et pour que, pendaut 
ce temps, il vit les demeures des bons et des mechants. Alors le Seigneur 
— gloire ä lui — vint et le ressuscita comme le temoigne Jean [Youhannä) le 
theologien, quand ildit' : « Le Seit/neur Vappela apres quatre jours; il sortit, 
les pieds et les ukiIiis eiweloppes eonune sont les morts. » La sortie avec los 
. mains et les pieds enveloppes est un miracle comme sa resurrection. La raison 
de sa sortie en cet etat, — or il ne lui avait pas ordonne de les delier ä 
riutcrieur du tombeau, — c'ctait que sa mort füt certaiue, pour qu'on ne crüt 

1. Evungile de Jean, eh. xi. 



879] DIX-HUIT DE BARMAHAT (14 MARS). 237 

/^l JoVl (Jl A5tjJl '^^ J^ (^Jc j^[äi\ ^z-y^\ f'y~' 

Lwvij " LLiils cti.'Jo ü>-yL9 <Ll«JI (J^»> L»Y*ia«) U-lc- l'Tff ",■■1 uJa [ay-'JJ ,J^ rV^" 

1. A ^o. — 2. B L^-'j. — 3. B rtt^^tt J j^.o'lS' l>ll^_3 lililLi. U jix) .,1 jJl~J. — 
4. Haec coinineinoralio deest in A, Ludolf, Assemani. — 5. , -^jjlli;. — 6. A j^--. — 
7. B acfÄ/ Ji:^. — S. B i'il^ C,ol-^. — 9. B , ^j.lj^-wt. ~ 10. B L™. e^ n^rf/« L™. [sk) 
»jj ^IT. — 11. AB ^J^i. — 12. B^^;U. — 13. DeesI in B. — 14. B lüLc:-.!. — 
15. Deest in B. 



pas qiic c'etait iine ruso convemie entre eux. Le Seigneur lui ordonna de 
sortir aiusi enveloppe pour que le miracle fi'it grand. Et si 011 iious pretend 
apres cela qii'il etait vivant, comnieut serait-il sorti, las pieds et les mains 
enveloppes et le visage volle? Gluire eternellement ä Notre-Seignour Jesus 
le Messie, le tout-puissant ! Amen. 

' Ell ce jour a Heu aussi la comraenioration de Georges (l)jirdjis) l'ascete, 
de Blaise (Baldsious)- le martyr et de Joseph {Yoiisof) l'evöque : Que leurs 
benedictions ä tous soient avec nous! Amen. 

DIX-HUIT DE BARMAHAT (14 ITiars). 

En ce jour mourut martyr Saint Isidore (A Isidaräs, B Isidärniis), com- 
pagnon de Sinä, des soldats detaches avec le gouverneur de Peluse {El- 
Farama), des gens de Takinaeh {Dafnds). Ce saint travaillait la lauie et tous 
deux faisaient l'aumone * de leur gain. Une nuit, ils virent en songe une i f. i64 v 
vierge tenant des couronnes qu'elle pla^ait sur Icurs ttHes. Quand ils s'eveil- 
lerent, ils se ilrent connaitre mutuellement leur reve, ils sc rejouirent et 

1. Gelte commemoration manque dans A, Ludolf, Assemani, — 2. B Baldnijoiis. 



238 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [880] 

(Jl) Jß J^ß l^lj^j L^l A^b^ ^J\ J-jU L^UjxI ^U ^_>^ll 1^%^ 
iÜ ^ijX^^Vl ^Ij ^«f^; üÄA -U,j ^IjAwl dy3 ÄjjXiC-Vl ■^ö^ ^!1 ^Lw 

j^_j A„^" JJ[)_ jl ^-^1 ^-« ^^3 {J^b (^^. c^'*' 1-^'^ ^^ " b^"^. 0^ 

1. B sjl^" J'. — 2. A Axük;:^. — 3. ß L-^. — 4. Z)eesZ //; ß. — 5. //rtcf cer^irt u 
^Jjyij desuni in ß. — 6. Deest in ß. — 7. ß '-Hf J^ ^'IP' j'j- — 8. B UJii. — 
9. B^i^. — 10. ß (^^.j^lj-^>!. — il. ß addit i^h ^jJt. — 12. ß !_;^.^^J.. — 13. B 
JU ijl_j. — 14. B A=^_5 , e^ rtfWiV A.J!. — 15. B l^.-i^. — 16. B ^jU^iJ. 



furcnt convaincus que le Seigueur les appelait au martyre. IIs allerent 
trouvcr le gouverneur ; Sinä defit sa ceinture et la jcta devant lui : tous deux 
confesserent le Messie. II ordonna de les enchainer; le Seigneiir envoya son 
ange qui les consola. Le gouverneur envoya Sinä ä lavillc d'Alexandrie [El- 
hkamlarijah) et laissa Isidorc. Au bout d'un certain temps, le gouverneur 
d'Alexandrie renvoya Sinä ä Peluse. Tous deux se rejouirent de leur reunion 
et se raconterent mutuellement ce qui leur etait arrive. Le gouverneur leur 
fit subir des chätiments douloureux, puis il ordonna de creuser une fosse 
pour Saint Isidore et de le jeter dans le feu. 11 demanda aux soldats d'atten- 
dre un pcu jusqu'ä ce qu'il eüt prie. 11 pria et demanda au Messie de recevoir j 
son äme et de s'occuper de son corps ; puis il s'avanga vers la fosse enflamraee, 
s'y jeta et rendit son äme cntr.e les mains du Seigneur : son corps ne souffrit 
aucun dommage ni aucune alteration. La mere de saint Sinä pleurait sur lui 
ä cause de sa Separation d'avec son ami. On emporta son corps et on le 
deposa dans un endroit jusqu'ä la fin de la persecution. Lors de la morfc j 
de Saint Isidorc, la mere de saint Sinä vit une troupe d'angcs qui emportaient 



[881] DIX-NEUF DE BARMAHAT (15 MARS). 239 

\^\ '^^ijAjuJi] ^ «^ jiXi' 'CtLü jv-iäf- -*Ä^_ Ijj ijAju^j 



'-^T'Vi ij'' ^K~^ )l^ül j»jJl 



j^>UiJI jii^ ^_^1 (jir*-' •^-'-J ^^^:-r^' i^y^^. (V" ^^■^'"-5 (V^J i-xi!>Ul ^>:-^3 

1. B , -,« , w\.v.«j I . — 2. B U~^. — 3. B , _a,."-^.«j'. //«et- verba a o', desitnt in A. — 
4. Deest in B. — 5. B U».= . — li. j-^^. — 7. //aec coinmemoratio deest in Ludolf. — 
8. B addit Ji». — 9. B lJ^,^-'^:■ — 10. Pro his verhix a w--:^'^^ B habet Ä<v*;J!_3 »j,ü3t ^^^^^ 
l^.---'' -j^lj — 11. B ^^^U^. — 12. B Lo =..^j. — 13. B ^y^^f}. — 14. B *^^j;j. — 
15. //(lec verba a x'u desunt in B. — 16. A .L^ i->-^. 



räme du premier et la transportaient avec une grandc gloire. Oue son inlcr- 
cessiou soit avec les chretiens! Amen. 

DiX-XEUl' DE B.VRM.VIIAT (15 maTS). 

' Ell ce jour mourut le saint portcur de la bonne uouvelle, Aristobule 
[Aristdboulos) l'apötre. Ce saint etait dos soixante-dix que choisit le Seigneur 
et qu'il euvoya precher devant les nations. II regut avec les disciples ce 
qu'ils regurcnt, les accompagna, les servit, precha avec eux l'Evangile 
vivificateur, ramena beaucoup dans la voie du salut, les fit entrer dans la 
foi du Messie, * les baptisa et purifia leurs ämos; puis il leur prodigua les * , u^ ,.. 
recommandations divines. Les disciples le consacrerent eveque sur Abritänis 
(B Abrätäyä). II alla dans ce pays, annonga TEvangile, baptisa les habitants, 
les exhorta et fit devant eux beaucoup de miracles. II cprouva de nombreux 
raaux de la pari des Juifs {El-Yahoml) et des Grecs {El-YoiuiAiujin); il fut 

1. Cette commemoration manquc dans Ludolf. 



240 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [882] 

Ijs^lj jjJa^Js ijLJ> ^"^^ilj ^J\ lylj <.Ä«^!1 ^äJI I^LjjI 'V^^ ^y-a^ (j^' jj^ 

1. B ir^\«f J^—v". — 2. Epistola ad Romanos, xvi, 11. — 3. Ilaec coniincinoratio 

deestin Ludolf e? Assemani. — 4. B , ,^^,^0'. — 5. A , ^^j'^I. — 6. B X^■^J' A ^r'j'^j*:^'- 

— 7. Deest in B. — 8. B i^^-J^.^. — 9. B bLC. — 10. öeesC /« B. — 11. B ^U! X^\. 

— 12. B ^--»cJi -^'->. — 1,3. B *^;i™. — 14. B .f^,Jux.". — 1.5. Haec commemo ratio 

deest in Ludolf. — IG. B addit Jj^. — 17. B addit jj^JJÜ!. 



chasse par cux ä plusieurs reprises et lapide avec des pierres. Quand il eut 
lermine sa lutte, il mouriit en paix. L'apötre Paul [Boulos) l'a mcutionne dans 
sou ]*]pitre aux Romains' {Roximyah). Qiie sa priere soit avcc nous! Amen. 
- En ce jour aussi a lieu la commemoration de sept martyrs. Ce sont 
Alexandre (A El-hkandarous, B Alkandarous), Alexandre l'Egyptien {EI-Misri), 
Agapius (B .{(jhübidus, A Afjhdbous) de Gaza {Ghazzah), Timolaos {Tintduldous) 
du Pont {El-Doutos), Benys {Dijounasijous) de Tripoli (Atraholos), Romulus {Roii- 
mdlous) et Valesius (A Bulisyous, B Babjoiis) : ceux-ci ctaient des villes d'Egypte 
(Misr). Attaches par l'amour chretien, ils allerent trouver le gouverneur de 
Cesaree de Palestine {Qaisdy-yah Falastin) et confesserent le Messie devant 
lui. Ils refurent la couronne du martyre au temps de Diocletien {Diqlddyd- 
nous). Que leurs priores soient avec nous! Amen. 

VINGT DE B.VRM.VH.VT (16 maPS). 

■''En cc jour mourut notre perc Anbä Khäyil, patriarche d'Alexandrie {EI- 

1. XVI, 11. — 2. Getto commemoration manque dans Ludolf, Assemani. — 3. Getto 
commemoration manque dans Ludolf. 



[883] VINGT DE BARMAHAT (Iß MARS). 241 

Si.1 s^^^ul ^LüLlj >4i>kJl ^Vl J b^;. jl ^:<!l: lj^*:J^i ^:h.ä)1 SHJI 
j»frj ^^j i«;-Jl J cvCr^' *_ii^Vl ^Jr^ L« ^Mio b^ ji L4? (»v^ Jir^J ^y. 

üUVl «-«f- -^1 jj ■^^ i_r-*jj J'-'^ ^*'^Sß ^"^^ Ux>-U Uli. ^^j iUjj '^^„r— ^ 



1. A IjI^:^.'. — 2. Oees« m B. — 3. B rtt^i/« iJjs. — 4. Ay^ty-V., B^^^-^. — 5. B 
i^!,^l. — 6. Z)ees; in B. — 7. A ^-v'L — 8. B .^) -.r'o'^-"'' ii^lw"^!- — 9. B ^J^U 

— 10. Deesi in B. — 11. A i^,..^.). — 12. B Uj. — 13. B ^^l-VisJ!. — 14. B addit ^^. 

— 15. B ij^y — 16. B ^h.f. 



f. 1Ü5 V, 



Iskandaryah) (881-899). Cg pere etait doue de belies qualites, mais il eprouva 
de grands chagrins pendant son patriarcat. Entre autres, reveque de Skhöoii 
{Sakhä) etait Ignorant, mecliant, aimant unc hasse gloiro. II y avait ä Tanou- 
cher {Daiiouächer), dans son diocesc, une eglise qui avait ete reconstruite et 
qu'il fallait consacrer. Les magistrats du pays qui avaient la charge de l'cglise 
Uli demandcrent la permission d'aller trouvcr notre pere le patriarche et 
les eveques des environs pour recevoir leur benediction et consacrer l'eglise. 
Lorsqu'ils vinrent contrairement ä ce qu'il pensait, il les laissa dans Feglise 
et sortit, pretendant s'öccuper d'eux, sans se rappeler la parole du Seigneur : 
« Que cclui dont on a besoin vienne. » Comme l'heure de la messe etait 
passee et comme il etait toujours absent, et son absence se prolongeait, les 
eveques et les vieillards demanderent * ä notre pere le patriarche d'olTrir le * f. lu:, v 
Saint sacrifice pour faire quelques lectures jusqu'ä ce que l'evcque arrivät. 
Comme ils insistaient aupres de lui, il se leva avec les insignes du patriarcat 
et celehra le saint sacrifice. Quand Teveque l'apprit, Satan [Ech-ChnHan) cntra 
en lui, il vint ä l'eglise, saisit l'hostie sur l'autel, la hrisa, la jeta et sortit 
furieux. Notre pere demanda une autre hostie et dit la messe avec eile. 
Le lendemain, il rassemhla les eveques qui etaient avec lui, les pretres et les 



242 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [884] 

c^ v^3 i^.k^l JyuJl jij J^ VU ^xj, jl ^^ij iilij Uii ^J3 ,j^ Jy^ J\ 

^lil Vj JU iJ^Jl iÄA J _^&} ÖJI jy JlJU^ («Isli <~.^>3 A^-^;iJ*:ö ^Is jJliJl 

IjLi ^'1 (ji;^^ jjJ "^f^r^b ^ ö^-^ "-^^ -^3 £^3 JjL^ M^Lj Ij^ (^_^ 

1. B ^jJl. — 2. Z>ees< in A. — 3. ()f<ae sequuntnr nsqiie ad finem absiint in B 
cujus narralio multo brei'ior est 'i\^^\ ~^j ^> Lox*^ J^ ^^^J; ^:^ '^"^' •^~} ^^ i 

^ ^j. J j!^ ^Ij "w^;^ ^ ^J! Ls, ^^^^ i^-^-"! ^\U\ J.»'/ LCb 'j^^^ U,j JS^ 

^1 i.jis' »^j Aj-^ ^^^. '^y ^'• 



(lociuiirs, deposii cet eveque et en sacra un autre'. Satan [Ech-UiaUün) ontra 
cu lui; il alla trouver le gouverneur de TEgyptc {Misr), fit des rapports contre 
l(j palriarchc et raconta qu'il possedait de grandes richesses. Le gouverneur 
de l'Egypte le fit venir et lui demaiida les biens et les meubles de l'eglise. 
II refusa de les lui donncr et lui dit : « Pour mon corps, il est entre tes mains ; 
pour mon äme, eile est eutre celles du Greatcur. w Le gouverneur ordonna de 
le mettre en croix et Temprisonna. II demeura enchaine plus d'un an; pen- 
dant ce lemps, il jeünait et ne raangeait qu'un pain, des legumes cuits et du 
sei. Apres cela, le gouverneur prit des cautions et le relAchapour qu'il lui payät 
vingt mille dinars. II ecrivit un billet aux cautions et put payer dix mille 

1. A partir de cc passage, B donne pour terminer la via de Kliäyil un texte diffcrent 
et beaucoup plus court : Ce pere avait un zele spiriluel ; il etait rempli de l'csprit de 
purete et de sagesse; il supportade nombrcuses peines; il etait assiduäprecherlepeuple 
et ä rinstruire sans sc lassen, il avait de nombreuses vertus; il itnitait la conduite de 
nos peres les apülres dans l'annonce de l'Evangile, dans sespredications, dans ses aver- 
tissements au nom du Messie, dans lacroyance en son saint nom. Pendant son palriarcat, 
ce pere vecutd'une belle vie suivant toutes les regles apostoliques. II etait cliaste, pieux, 
devot, rempli de belles qualites; il garda le troupeau du Seigneur sans faute et sans 
manquer a quoi que ce füt pour l'enseignement et la predication pendant toute sa vie. 11 
contenta Dieu par ses actions pendant son palriarcat et finalement il mourut en paix 
dans le Seigneur. Puisse Dieu, par sa priere, avoir i>itie de nous et de l'ecrivain! Amen. 



[885] VINGT DE BARMAHAT (16 MARS) 243 

k_iJI ^^^1 Ulj Cw i^L^ J jL.} ^_i)L ^jAlC-VI JaV ^i^ >^j jL.^ ^l| ^_^l 

^'i Ä:>'^j\ -Vi-lj U^^. fü OI^J (J^ d)j-A^ J-^' V ^^l! Jj "Ü Jlsj üi^" * * f. 16G i" 

fj-:. öt"'>^^ '-'^ »-^J ^-^J ^^ v^U' v^ v"^' "V*^' r^^ ^ 0^ "^j *-^ 
^*^3 ^vi/^^ v"^'' (^^^ "^'^ iß *^^^ (i ^-*^ ^-^3 r^s 'j-" ^^y ^c*"^'' >^'-° 

i;Vl iÄA j»liJ 1^ <; J^lj CjI^^VI J^ J^ JpJUsH jjUI >_,JI J.UI L^l -4^3 

1. A OJ|/^. • — ^- ^i^ßc commemoratio deest in B. 



diuars; il en tira une partio des eveques et Tautrc partie, il la Icva sur Ics 
fideles et les moines du dcscrt; ensuite il se fit payer par les gens d'Alexan- 
drie Ic qiiart de leur fortune et leur ecrivil unc cedule pour mille dinars cha- 
que annee. Quant aux dix mille autres diaars, il resolut de les percevoir lui- 
merae sur les geus du pays. II alla ä ßelheis pour commencer par lä; il y resta 
unjour. Unpauvre moine entra chez lui, couvert d'un vetement use, rerut sa 
benediction, s'assit pres de la porle ä cole de * son disciple et lui dit : « Dis » i. w, r 
au pere que sa poitrine ne soit pas oppressöe, car d'ici quarante jours, il 
sera delivrc et reprendra l'ecrit qui l'engage, qu'il ne paiera rien. » Le disciple 
en informa le patriarche, il chercha le moine et ne le trouva pas. Avant 
l'expiration des quarante jours, l'emir mourut de male mort; son fds lui 
succeda ; il rendit l'ecrit au patriarche et le dechira comme avait dit le moine. 
Le pere eprouva un grand chagrin de ce qui etait arrive par lui et contre 
lui. Puis il mourut en paix apres avoir occupe le patriarcat vingt-neuf ans. 
Hue sa priere soit avec nous! Amen. 

' En ce jour aussi, Dieu ressuscita Lazare (El-'Azir) le juste et beaucoup 
crurent en lui ä cause de la grandeur de ce miracle. Gloire ä lui eternelle- 
ment! Amen. 

1. Cette commemoration manque dans B. 



2'i4 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [886] 

Ky« ^-^. J^b t" ''^ ^-*-»^ "^Lftyii; l^=>t_*;j ,_^!l A^As 1%*-*^" L^^^*^^ ''^' (*sr'3 

*j"».«J *mJ-;j —'J^ ^J. (*)"■*" l-^ t3 (♦-''^-^ 



10 



1. //aet.' commemoralio deesl in B e< Ludolf. — 2. Ilaec commemoratio deest in 
Ludolf. — 3. Evang. Joannis, xii, 2. — 4. Haec verba a «Jj-j desunt in 1>. — Evang. 
Joannis, xii, 3. — 5. Evang. Joannis, xii, 7. — 6. Pro ^_jj^, B Ärtiei J.s >b.LCJ' !3jj. 
Evang, Joannis, xii, 8. — 7. B addit jj ,w,-*-"_5 \-''-^ -^_; ■i>;;.>^, '-^^j --!"^1 Jl -^sr*-! J. 
— 8. Haec commemoralio deest in Malan, Ludolf, Assemani. — 9. H addit I'^j'. — 10. B 
addit ^_>'_j.^'il' s^» ^.l" J, i:;J.3 jjij ^^ o^V'^' e/ ^'''^' ^"'•~' j'"^ '^./r' -^'' 



'Ell ce jour aussi eut lieu la consecration de l'eglise de saiiit Asqaroun^. 
Quo sa benediction soit avec iious! Amen. 

VINGT ET l.\ DE BARMAHAT (17 mars). 

^ Ell ce jour, Notre-Seigiieur Jesus {Yasou') le Messie se trouva avec ses 
di.sciplcs ä Bethanie {Bnil 'A))iju), lorsque La:;are (EI-'A:ir) qu'il avait ressus- 
cite d'eiitre las morts fut parmi ceux qui elaieiit couches avec hii\ Sa soeur 
Marthe {Marin) servait la reunion des assistants, taiidis que soii autre sceur 
Marie {Maryam) oifjnait srs pieds avec des parfums et les essuyait avec ses 
cheveux''. Lc Seigneur la loua et fit allusioii ä sa raort prochaine en disaiit : 
« Garile-les ponr le jour de ma sepulture^ » et aussi par ces paroles : « // y aiira 
toujours des panvres parmi vous, mais je ne serai pas toujours parmi vous'. » 

"Ell ce jour, les princes des prctres conspirerent de hier Lazare (Er-Azir), 

1. Gelte commemoration manque dans B et Ludolf. — 2. JMalan Sakriin, Assemani 
Ascalonis. — 3. Celle commemoration manque dans Ludolf. — 4. Evangile de Jean, 
XII, 2. — .5. Evangile de Jean, xii, 3. — 6. Evangile de Jean, xii, 7. — 7. Evangile de 
Jean, xii. 8. — 8. Celle commemoration manque dans Malan, Ludolf, Assemani. 



[887] VINGT-DEUX DE BARMAIIAT (18 MARS). 245 

Is- ^L»rVl ^ (?) j-i Uj 'IajJÜI jj-jtLoj (_/jj_^3^' jV->a£)1 ^i L^l ''aJ^ 

J ^_-*.;Vl oLiJ! lyjJJ 'IAjJÜI oI^^ jy^^ Vtf""^^ Jj ^iLäM pljil ll^Uw ^..-1 

1-lft. ^j»J>ijj)l ^i'^-l '^(jJ^ L;l ^J^iJ^ (_rl-*^^ ^"^^ rrr-"" f-^' ''^"^ ''i-^ 



1. Ecang. Johannis, xii, 10-11. — 2. Quae seqiiuntnr Jesitnt in B. — 3. Haec corn- 
inemoratio deesl in A, Ludolf. — 4. A j^. — 5. Haec comnicmoratio deest in Ludolf. 
— C. B addil J.X-. — 7. B (j^5;/. — 8. B J^-^^ß. — 9. A l^. — 10. B ^}-^iß. — 
11. B f.vxj ^y' Ljpj. —12. B ^--J' i^,. — 13. B ^j~^\. — 14. B iJUl. — 15. Deest 



in B. 



e 



car, ä cause de la grandour du miracle, bcouroup croijaicnt en Notrc-Soif/ncur 
Jesus' {Vasou') le Messie, ä qui soient la gloire, la puissance, la graudeur 
jusqu';\ la fin.de tous les temps! Amen. 

" En ce jour aussi a lieu la commemoration des deux saints Theodore 
{Tdoudhourous) et Timolliee (Klyatdous), les martyrs, et de ce qu'ils souffri- 
rent (?) de tourments de toute sorte pour le nom de notre Sauveur : ä la fin 
ils regureut la couronne du martyre et lieriterent d'une place (?) eternelle 
dans le royaume des cieux. Quo leurs benedictions soient avec nous! Amen. 

VINGT-DEUX PE B.VRMAHAT (18 mars). 

''En ce jourmourut lesaintpere spirituel Anbä Cyrille [X Kirlos, B Kirlos), 
eveque de Jerusalem (A Ourichalini, B YarouchaUm) ; ce saint occupait un 
haut rang dans la science de l'Eglise * et 11 y etait habile. Quand niourut » f. igg v° 
notre pere Maxime [Maksintous), eveque de Jerusalem, il fut choisi pour lui 
succeder dans cette charge. II garda son troupeau de la fagon la plus pru- 
dente et la plus noble et le defendit contre les loups mortels (?) ariens. 
Lorsque le concile de Sardique {Sardiqi)se reunit, ce pereyassista, lutta con- 
tre Arius {Ai-yous). Acace {Akäkyoiis) fut depose du siege de Gesaree {Qatsa- 

1. Ei'angile de ican, xu, 10-11. — 2. Cette commemoration manque dans A, Ludolf. 
— 3. Gelte commemoration manque dans Ludolf. 



24(3 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [888] 

diJUI 2^_^lkkJ J\ ^_^l^l ^^Äi ijLJ ^J ^,- ^_^l^l ^i^J ^yj 

^yj)l AftUi ^jnr-l'^ a-* ^^'^' IsX^j <;^^J^^ o^ u4^ J^i '-^-'^ o^^-A 

iül i-»^^-, 13^^ '"'^l ^y^r-b^ ^^^^ ^J ^^.' V; ^>^3 ^^-^ 
i_^^"3Al, ^jUj ■iJ Si\ lÄA ^^.k^ i-'jj-^jAÄ, ^^Ifr '>^k : L...flll ^„-Vw. Jrr-^3 

1. B ^<i!*3. — .2 B .^-kkJ. — 3. B addit .^CJI. — 4. B ^fc-/". — 5. B ^_^U^. 

— 0. B .^JJ s-v^'i-\ — 7. A ix=. — 8. Decst in B. — 9. A ^3J!. — 10. B lyj.. 

— 11. B .jS^y — 12. Z)eesi in B. — 13. B ?^^>^.. — 14. A 2;;>^*^'- ~ ^^- ^ '^^'^'^ 
^._^^LJ^lj (^^^ll-^'j. - 10. A ^.^.-^V- - 17. A ^-^jIoIjjI. - 18. B ^JJ!. 



(■(/fl/i); il partit trouver l'empereur Constance (A Qostantinous, B Qostantin), fils 
de Constantin [Qostantin) le grand, et se plaignit ä lui de ce qu'il avait ^prouve 
de la part du concile, et particulieremeut de saint Cy rille. L'empereur envoya 
exiler celui-ci de Jerusalem et tous les evequcs de leur siege. Le saint se 
rendit ä Tarse (Taj-ioui), s'unit k Silvain (A Silouänos, B Boidos), eveque de 
celte ville, qu'il aida et assista. Lorsque le concile se reunit ä Seleucie 
{Saloukijali), ce venerable saint fut au nombre de ceux qui s'y trouverent. Ils 
manderent Acace qui alla encore trouver l'empereur, l'informa de ce qui etait 
arrive et excita son coeur contre notre pere Cyrille. Constance l'envoya chasser 
de son siege; mais lorsqu'il mourut et qu'il eut pour successeur son fils 
Qostas {lisez son neveu Julien), celui-ci rappela sur leurs sieges Cyrille et tous les 
eveques quc son pere {lises son oncle) avait exiles. Le patriarche vecut dans 
la paix et la tranquillite le reste de ses jours. Quand regna le grand Thöo- 
dose, il rassembla un concile de cent cinquantc eveques dans la ville de 
Constantinople {El-Qostantinijuh) contre Macedonios {Maqdounijous) : ce pere 
y assista et combattit Macedonios, Sabellios {Sahalsious) et Apollinaire (B 
Ahoulindnjous, A Abuudtijdrtjuus), maudit leurs partisans et fit penchervers la 



[889] VINGT-TROIS DE BARMAHAT (19 MARS). 247 

3^Adi ^jjl ^ ^Vl l-l* ^-^j Ia>1 Jl ^->^\ QjJL ^^>_j: i-ct ^ ^iji 
^l::^ yy -ijUVl *•-» ^~*j ^^ ^r~^ i^Uo" i^j^j^ ^15 <^g ".-»j oüäi^j 2j^__Afr ^L« 



167 r". 



'^1 tjt« Aj l^A^ 



l^y^\ s-^U jLcJl J5C J.l<ll ^^1 ^ilwVI ^Vl ^LJ jl^ÄT Uj 'OJ 

«o'UlLj <C'!>Lai Ll«^^ ^__^I üilib (c~'^ k_^'--i ;J^U>c^ Ul L>1 (J-.«.äJ1 _;^-^'j a^— =Ji 



ö-l -^Vl Jl 



>^W: (j^ öi^^l? '^^^ f^^ 



1. A J-^ (^f'». — 2. B (.r^j- — 3. Ifaec verba a Up.! J! desunt in B; A addit 
aJ ilsr^!. — 4. B flrfrfi« lij». B ^3JI ,_,lx5D!. — 5. B addit ^_j^' ^. — 6. B «fifc^J« 
,^. — 7. yyaec cominemoratio deest in A, Ludolf, Assemani, INIaY et Malan. — 8. Ilaec 
commemoratio deest in Ludolf. — 9. B addit jtf . — 10. B w-^ ^1. 



foi qu'avaient etablie les 318 peres (ä Nicee), d'apres laquelle nous croyons au 

Saint-Esprit. Sous son Inspiration, le pere coniposadenombreuses horaelieset 

des sermons; il est rauteur d'un livre qui contieut dix-huit catecheses, et dans 

lequel il expliqua la foi; c'est un livro tres utile, rempli de toute sagesse. 

II occupa le siege pendant trente-trois ans et raourut * en paix; que sa priere • f. le? r 

soit avec nous! Amen. 

'En CO jour aussi a Heu la commemoration de la mort de notre pere, 
l'eveque venere, accompli dans toutes les sciences mystiques, doued'une belle 
vieillesse et d'une glorieuse reputation, notre pere Anbä Michel {Miklidi/il), 
eveque de Naqädah. Que le Seigueur nous fasse misericorde par ses prieres 
et ses instances! Amen. 

VINGT-TROIS DE BARM\H\T (19 mars). 

-En ce jour mourut le grand prophöte Daniel {Dänijal). Gejuste etait de 
la famille de Younäkhir. Quand Nabuchodonosor (Boklünasv) s'empara de 
Jerusalem [Ourichalim), la seizieme annee de son regne, il prit Younäkhir fils 

1. Celle commemoiation manque dans A, Ludolf, Asseman:, Mai et Malan. —2. Celle 
commemoration manque dans Ludolf. 



248 SYNAXAIRE ARABE JACOBITR. [800] 

0-. j IaJ^3 J\y>\ ji -^^3 J:^}^^ «3^ y ^^^ ^'^^ pt" L^3 ^^^^ Cf} 
^\i ^J\ ^,J^ ^\ "lÄA 0^3 '^^UJl '-Lil^ Luil b L^ -'<X!1 ^. jj aUl 
^1 ^ l^\J\ cJl Jj ^U J bj ^Di ^jj ^U oUj «iUl^ iUli S^ J^ 

^l^ '^^•-^^3 [^ ^\ U3 1a^ <Ji^j\s [^3l'3 l*^ J Ä^^ tjj .^r-2^ ,^r-=;i 

^y U^-ii- je >U=i tjjl 1^ jO^ ^3^3 ib U i^p^ "*^lLi J;l «L<^ 

Ip.^ j- (.Ul <~b ^3 aUl Jl u^-^ l^ ^1 ^01 ^^jli dlUl Ijj ^^- 4^^__ 
^ j^lj J5C d.A^. U3 ^-^ '-'^y^W l5-^1 ^>*-'^ 6^ ^" ^^ ^:^ "'ö:'-' '^"^ 

1. B i^jl. — 2. B (J.U. — 3. Deest in B. — 4. B iU! «J!^^ J, U^v^j. — 5. B 
JU!^. — G. IV Reg., eh. XX, 17. — 7. öees« /« A. — 8. Deest in B. — 9. B ^~^. 
— 10. B ^^AJsj. — U. A i^- B (iddil 'üj^'. — 12. Deesl in B. — 13. A a.^^. In B Uj 

JJÄ^t .^..~. ..r' •-- -'' J^.-"'' ♦'■-'• ~" ^^- ■^'■'* ^"*" ^«''*''* « j^' B /'«^''' ,-^ ^-'j- — 15- A 

Ali.j. — IG. B U^^■. — 17. B l^!.— 18. B addil J. — 19. B IXl^. 



de .loakin ()oHrtr/im), ses ills et Daniel, fils de sa taute. II emmena captifavec 
Uli uu peiiple considerable d'entre les Israclites {Bain Israyil) et s'empara 
de toutes les richesses qui elaient dans le palais et dans lo temple, ainsi 
qu'Isaie {Icli'mjä) l'avait predit au roi Ezechias {Hizäqyahy . Ce prophete etait 
jeune et montra une conduite meritoire et accomplie. L'esprit de Dieu des- 
cendit sur lui et il prophetisa ä Babylone {Bdhil). La quatrieme annce de la 
captivite, Nabuchodonosor eut un songe effrayant pour la vue et l'interpreta- 
tion, qui l'epouvanta beaueoiip. Quand il s'eveilla, il Tavait oublie. II reunit 
tous les sages de Babylone et Icur demanda ce qu'il avait vu et son explication. 
Comme ils ne le connaissaient pas, loin de Texpliquer, il les condamna ä 
mort. Quand Daniel fut inl'orme de la raison pour laquelie le chef de la police 
voulait le tuer ainsi que ses compagnons, il demanda un repit ä l'officier 
jusqu'ä ce qu'il eüt expliqu6 le songe du roi. Puis il pria Dieu, lui et ses 
compagnons, et s'huniilia dcvant lui pour qu'il lui fit connaitre l'explication 
du songe du prince. Le Seigneur la lui revela. II entra chez le roi, lui raconta 
son reve, lui en expliqua le sens et lui demontra clairement qu'il s'agissait 
des rois qui regneraient apres lui et de ce qui arriverait ä chacun d'eux. 

1. IV liois, XX, 17. 



[891] VINGT-TROIS DE BAHMAHAT (19 MARS). 249 

iX^J LlLtJ A-j'_7^ ^ r*^JJ ^ -^^Ä-wJ JUo OjS ~ ^j-äÜtj \ äIwÜ L^lic^ U-_i 

^ß 0IU3 ^iU öXa J\ i^lk„^ di<i. jlj u;i; dij^jj dl;3j ajV dj^ J\ 
jc^_Jlj jUjJI ^1 ^1 "'iA« jj* ijr'"^^ ^^(iiyjl I3JI J A.ÜI iljjlj <r^ ,::^;j 
iA=-3 <.5>c:^ .U Ljj ■cjtjVlj rt-— v*il v_j^ ^r^lj 'C^cj aJJI jj>m i^bj JU-a)I 
iAju Lä,U>« IjJ jji^' V3 ij.'^j (^•'t rt_~-Ji jl Jlsj Ur LS UU5 aus Lj^ ^JJ 

1. B U,i.^. — 2. B rt^c?// ^CUI. — 3. Deest in A. — 4. A >b. — 5. A ^_^l. — 
6. B^~ü. — 7. B ij'. — 8. B (/dfäf/< A)!. - 9. Pro his verbis a jj^J B Itabet Ji-^j. — 
10. Deest in A. — 11. Deest in B. — 12. B iJitj. — 13. B ^-U. — 14. Haec <.>erba a 
\jfj^ Jt desunl in B. — 1,"). Deest in B. ~ IG. B addil ^^.Ut w--. — 17. B J'^-s^l. 

— 18. A iij»^^. 



Nabuchodonosor accueillit bien la parole de Daniel, se prosterna devant lui, 
lui assigna des offrandes et des revenus et l'etablit au-dessus de tous les 
sages de Babylone. Puis il eut un autre songe que Daniel lui expliqua aussi. 
II lui fit connaitre qu'ä cause de son orgueil, Dieu le ferait sortir d'entre 
les creatures humaines et le ferait habiter pendant sept ans dans le desert 
avec les IxMes sauvages, mangeant de l'lierbe comme les animaux; cnsuite 
qu'il le ramenerait ä sa royaute. La prophetie g'accomplit. Apres la mort de 
Nabuchodonosor, il expliqua ä son fds Balthasar (Balläclidr) ce qu'ecrivait 
Tange * sur la muraille tundis qu'il buvait dans les vases du templc. II lui » r. ic: 
apprit que ce qui etait ccrit etait : compte, pese, disperse, c'est-ä-dire : Dieu 
a transniis ton royaume ä un autre, car il t'a pese et t'a trouve inferieur : ta 
royaute a ete transferee ä celles des Medes {Mädi) et des Perses (Färis). Sa 
prophetie s'accomplit. Dieu lui fit voir en songe les rois qui devaient venir 
apres lui jusqu'ä la fin des temps, le Messie et l'Antichrist. II vit la gloire de 
Dieu et sa puissance, et contempla la gloire du Messie rt sa divinite. II pre- 
dit sa venue et en determina les annees et lors de leur accomplissement, il 

PATR. OR. — T. XVI. — F. 2. 17 



250 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [892] 

^^ul Ö.3 l^ j^jlj ^Uj 'JlC ^ j:\ ^y_ jS J <^i ^ S^, ji^j 
(.u (.ukii i_^- pT aji j^l pi^'i "vL j^ ^ ^y^ (-^^ S^ Jr« p^-^!j 

^* -'a-Ul (.U" ^jLC J b_^3 jUj JUb ^^^j:^li l_^>j 'L-Jl xt au 
villi IjjL^lj ^jVI c^- ^b^^ j. piJl (.Ia;- ->i '^-::^ jLOl ^Ul '^j^l 
^jj!j JUb dU^ VU. ^1 ""UJi^ ^ ^\^\ -^3 L^ ^^^1 ^ -^'1 Jj 
JUl^ Ul J:Si ^\ ^V^b C^-^^ ^^' ^^° ^^-.''' (^^ ^^-^-^^ c5^ ^"^ ^^^^ 

<j ^liu j_f^j 'VlJ' .--f^ J ^' ^-^ ^J3 '^■j-^. ^^ ^-^^ ^>^ 1^-*-'' j't*^' 



1. B J*-V=. — 2. Ilaec verha a ^^r^„ desunt in B. — 3. Deest in B. — 4. J, 
,L0 (fees/ /rt B. — 5. B addit '-^^i^ .'--J' J^. — 6. B «x^. — 7. B ,lvJ' A.oär:'. — 

8. B .-ii. - 9. A J.j'o - 10. B ^<y — 11. B pl^l' ^:0! 



prophetisa et dit : « Le Messie viendra et sera lur' ; eile n'aiira plus de sau- 
veur apres lui : Jerusalem sera ruinee; apres la mort du Messie les ofTrandes 
et les sacrifices sont aneantis. » Tout cela s'accomplit. // tj avait d liabylone 
iiiic iiJtilc, (Iniit rnitrctii'ii quotiilicn ctait är doiizc »testires de fdriiie, de iiiiaraittc 
inonliins el de si.r tanjikares de ein. Le rai Ci/riis {Knirmcli) lo Persaii (El-Fdiisi) se 
proslcriKtH rhcujur jour devuiil eile'- et croyait quo Tidole mangeait et buvait ce 
(pi'ou |)renait'ä cause d'elle\ Daniel lui soutint le contraire et l'in- 
foruia (jue l'idole ne mangeait ni ne buvait'. Le roi s'irrilu et ques- 
liimna les j)retyes de Vidiile'. 11s lui dirent : « Bei [BIT) maiige cela. » Au soir, 
ils prösenterent la nourriture devant le roi et sortirent. Daniel fit apporter 
de la ccndrc et la rcpaudit en cet endroit devant le prince, puis Cyrus seella 
cettc place avec son anneau^ Le lendeniain, il ouvrit la porte et ne trouva 
pas de nourriture; II [loussa un grand cri : Bei'. Daniel rit et lui montra 
la Iraci' d(! la marclie des honimes sur la c(>ndrc^ Le roi tua les serviteurs et 
hrisa l'idole". Danicd tua aussi Ic dragoa ([u'adoraient les gens de Baby- 
lone'". (^c propliöle fut jctc deux fois dans la Ibssc aux lions; unc premiere 

1. hiiniel, IX, 26, 27. — 2. Daniel, i.\, 2, 3. — 3 Cl'. Daniel, ix, 5. — 'i. t^f. Daniel, 
iv;^ G. _ 5. Daniel, ix, 7. — (i. Cf. Daniel, ix, 13. — 7. Cf. Daniel, ix, 17. —8. Cf. 
Daniel, !X, 18-20. — 9. Cf. Daniel, ix, 21. — 10. Cf. Daniel, ix, 22-2(J. 



[893| VINGT-QUATRE DE BARMAHAT (20 MARS). 251 

«jiUs -'S jD Iac- <>jm3 ■ ^Lij^ ^j^ ^^'1 3y^'^ *"^'' (-'">->-j ^'^-^ '"'^^ '^^/'"i 'Ü-*^JI 
3y-f=- r>'^ J.H' i5i*'3 '"'"'^ <^h J^'-^ -*^*-^3 i-'^'-^ v^' is^ "-u^i^y '"j^f.-UslÄ.Ü 

1. llJj ;.jj desnnt in A. — 2. Le^j cfcps? in A i/«/ «(fftt Jl.-i' J!. — 3. B addit 
^.■^''. — 4. A A.'. — 5. A l^-i.. — 0. A iii'lj. — 7. ß tJ.j. — 8. B addil ,l[xi. — 9. A 
„lij^. — 10. B |^fj.v.^U-'l |j-i. — 11. B ij^.. — 12. B J.--. — 13. B ^^. — 14. B 
^i^p'. — 1,"). JJ.» deest in B. — IG. /faec comnienioralio deest in Ludolf. — 17. B addit 
Jx--. — 18. B I^.)J-- ^y^.f^^l- — 19. B ^s*— '■. — 20. B hy_. —21. B U~s. — 22. Haec 
verba a 'LfXü ^ desiint in B. 



l'ois il y resta iin jour et unc nuit, uiic autre fois six * jours. Elle etait ierinee * r. iiis r 
par iin couvercle et pendaut tout ce temps oii ne' jeta rien ä manger aiix ani- 
maux. Dien conserva Daniel sain et sauf et transporta de .Jerusalem Ic pro- 
phi'te Ilabacuc [IJahinioiKi) avec la uourriture qu'il avait preparee pour les 
moissonncurs. II le deposa sur la citerne ä Babylone. Daniel monta, manoea 
avec lui et fut console par les paroles d'IIabacuc'. II demeura ä Babylone 
jusqu'ä l'anneo oü les Israelites [Banon Isrdyil) revinrent ä Jerusalem. 

VIXGT-QU.^THE DE B.^RM.VH.VT (20 Hiars). 

"En cc jour niourut le saint perc Anbä Macaire (Maqärah), patriarclie 
de la villc d'Alexandrie {El-hkandanjah) (9:}3-953). 11 etait d'un village 
appele Chirä; des sa jeunesse, il mena dans le monde une existence ascetique 
et desira la vie monastique. II entra dans la montagne de Scete {Cliilidi), 
pril riiahit dans l'eglise de Saint-Macaire {Maqänjoiis), fut heureux dans sa 
vie de couvent et donua des preuves de sa vertu. Quand mourut Anbä Cosrae 
{Qosmä), Topinion des eveques fut d'accord pour nommer ce pere patriarche. 

1. Cf. Daniel, ix, 30-38. — 2. Cette commemoration maiuiue d.uis l.uJolf. 



Apm 



252 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [894] 

^ 8^_ ^jji s^\ '^\x^ ^ ''V ^-" ■':y}^^ -^ "^^ r^^" ^-^ 
J"Lj j>- Sa^u ''ua^jj ^1 J\ J-^ Uj v'i r>;- (J ^ ^:^— ^ ^"-^!j 

cLi; i'Vj a-1 ^^^ -^' ^^ o^\ ^ ^^ ^b ^^ -^ ^^ ^^ "^^^ 

ji^j ui' J \:i^ ^^ *-*>^ ^<; (»•' ^j J^ ^y^ r^^ ^b -^ ^^^ 

1. B J' J. — 2. A LjJ. — 3. B ijjLC — 4. B ^J' ^^'. — 5. B ^e^^^'- - 6. iJ i^ 
rfes««/ in B. - 7. !:v- deest in A. - 8. B ^LJ^- - 9- » ^*-^^y- " ^^- ^ '--^- " 
H. iXjUli (iees; /« B. — 12. "^j -JA--' c?es««? //? B. — 13. B j! ^_^l ^j. — 14. B 
^s-^l. _ 15. A L<^. — Iß. B^-V.. 



II fiit iiornnK:- Sans Tavoir desire. Quand il partit de la ville d'Alexandrie, 
(lans rinteiition de nioiiter aux monasteres, suivant rhabitude, il passa par 
le villao-e oü il etait ne et 011 sa mere etait encore en via : eile etait vertueuse, 
pure, craignant Dien, dedaignant la gloire de ce monde et recherchant celle 
dos cieux et rainiant. Ce pere monta au village pour saluer sa mere. Quaud 
eile apprit sou arrivee, eile ne sortit pas au-devant de lui et, quand il entra 
dans la maisou, il la trouva assise, fdant; eile ne se Icva pas et ne le salua 
pas. II crut qu'elle ne le reconnaissait pas et lui dit : « Je suis ton fds; pour- 
(jUdi ne me salues-tu pas? » — Elle lui repondit : « Pour moi, je t ai reconnu, 
niais pour toi, je ne crois pas que tu connaisses ton nom ni ton ämc; je 
prelererais te voir mort et non patriarchc car hier, tu n'etais responsable que 
de tes fautes personnelles, et aujourd'hui tu Tes de tont ton troupeau. » 
Ensuite ils pleurerent tous deux et cette parole penetra dans son coeur : 
cbaque jour, il se la repetait; il s'appliquait ä sa conduite et ä perfectionner 
son peuple en l'avertissant par la leeture et les predications, prenant toutes 
f. 168 V». les precautious quand il imposait les mains en consacranf des eveques ou 
des pretres; il n'ollrit januiis ä personne une part des biens d'eglise ni de ce 



p95j VINGT-CIXQ DE BARMAHAT (21 MARS). 253 

UjIju -ßi ^jU\ ölOl lfj:._ VI 1^1 (.Ai iV jl^j ^^\ U^ (.^ L- Vj ^1 
^yCH J^ ■VLilj J^ljJlj ^UL ■'jn^b-J -'v-^l ^.k^. cTJ-^'i ^^"^^'^ 'Vy 

1. B .,'/ "^j. — 2. B addit U'^!. — 3. B >_^t. — 4. B ^^^ac^^^ — 5. >lij. — , 6. B 

sJL. — 7. A .o'^"- — 8. B ««^^/< sy^j V h^ ^"^k ^jrr^i -^^ J^^ d h~^3 
jji V v^^U J,. — 9. Hie adjicit B cominemorationeni triam marlyrum quae jarn ad 
IkBarmahat refertur. — 10. A i^^'. — U. Haec commemoratio deest in Ludolf. — 
12. B addit Jx-. — 13. B addit ^^O-i^l. — 14. H J^x)]. — 15. Deest in B. — 16. B 
, ^,, i.^J.!. — 17. Deest in B. — 18. A -b'. — 19. B J=U. 



qu'il etait defendu de prendre; il ne consacrait personne que sur le temoi- 
gnage des pretres bienheurcux; continuellement, il exhortait les eveqnes et 
les pretres ä veiller sur leur troupeau et ä le. garder par les homelies et les 
sermons. II resta vingt ans sur le siege apostolique, en paix et en tran- 
quillite. L'eglise se maintint gräce ä lui; les priores et les offrandes dure- 
rent sans Interruption. II mourut en paix. Que sa priere seit avec nous! 
Amen'. 

VINGT-CINQ DE BARMAH.VT (21 mars). 

-En ce jour mourut l'apötre venere Onesipliore (A Ounisoiifnuros, B Ouiii- 
soufourous)\ un des soixante-dix disciples que choisit le Seigneur. Ce saint 
etait des Israelites [Banou Isrdijil), de la tribu de Benjamin {BcHydmin.), fds de 
I parents qui savaient la loi par coeur. II fut Tun de ceux qui suivaient le Sau- 
veur pour voir ses actions dans la grandeur des miracles et entendre son 
enseignement. (;)uand il fut reste ainsi quelque temps, voyant ä cliaque mo- 

1. B ajoute la commemoration de trois saints, dejä donnee au 12 de barmahät. — 
2. Cette commemoration manque dans Ludolf. — 3. Assemani, Nicephorns Mai Crescens. 



254 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [896] 

i«ü i_Ls LwLi !iA,_ ^^f^ -Uju"3 "Ui; (j^>ii- ->^3 "^^ä J^ i> 'S ö^'j ?;>-;. -ri^^ 

^u_Ul „^_^ jUlj lj.Ul J^j IjJ ''^A.i ^''a-^'^jj> J^ ^^^^ <^kr*^ '^^'^ Irr'^ • 
Jbc -'^ö A>-_J1 S^\ d-^^i "^f- r^~^ "^J (n-'^'i ^y^ ij^. ^^^i "^3-5 
f. ic'-i '"-li^^ ö. otir^J '^»— 'j ^r'^r-" '""^ C»:*-'^^ i^-^l ^i-^ ^ Cnr^T" <^'^ '-'^■5 ^^ 
^^1 L« ^ ' CtLLij <C>U Ufc jvUj Ia^^ J j ^Jl'"^i= Jl <J1-J li ^^»; '-W^ l;^^ 

1. Deesl in B. — 2. B I3-». — 3. B woc^Ij. — 4. Haec tria verha desunl in A. — 
5. Jl^ÜJI «^- f/es«/«« in B. — 6. B j^^yj !_,^^. — 7. B j^5. — 8. B flf/«^/7 .^. — 
'.). B w-^j. — 10. Haec verha a Ij^ desunt in A. — 11. Deesl in B ?«« addit ^j^. 



ment des miracles divers, il lui arriva d'etre present parmi tous ceux qui se 

trouvaient lä lorsque le Seigneur ressuscita ä Naim {Ndyin) le fils de la veuve, 

Apres ce prodige, il ne tarda plus et ne demanda pas d'autre preiive, mais, 

sur-le-cliamp, il renon?a ä etre eclaire par la lampc de la loi juive et se dirigea 

vers le soleil de la vcrite; il s'avan^a vers Notre-Seigiieur Jesus (IVwou') et 

crut en lui de tout son coeur; il rechercha Ic salut de son äme et fut baptise 

de sa main. Quand il eut re^u la gräce du consolateur sur la hauteur de Sion 

[Sahyoun) alors qu'il etait en compagnie des disciples, il suivit ceux-ci, les 

servit et aiinonga TEvangile dansde nombreuxpays. Les apötresl'instituerent 

eveque ä Kourätanäs'; ilypreclm, baptisa les habitatils, illumina leurs äraes 

par son enseignement et sa predication; il guerissait leurs ämes et leurs 

Corps. Quand il eut terniine sa lutte et royu la couronne de gloirc, il mou- 

"'■' 1° rut apres avoir atteint soixante-dix * aus dont il passa quarante et un dans 

le cliristianisuie et vingt-neuf dans le judaisme. L'apötre Paul le meutioune 

dans son cpilre ä Timolhee (Timätdous)'^ et ailleurs' et il le salue. Que sa 

priere et son intercession soient avec nous! Amen. 

1. B Koiiniinous. — 2. 11'- Kpitre ä Tinioiliee, iv, 10. — .S. II" Epitn- ä Timolhee, 
1, IG. 



[897j VINGT-SIX DE BARMAHAT (22 MARS). 255 

-.Ül <,\ Co'l^ ^XÄa 'IjJJI ^4.-„^L.l <iL;Lj.yi i^JjL'l C.J^:^ Ay]\ lÄA'^ (j^ 

'2js-l«> C^^i-Ii ^i-='3i (^•'^•^^ Jr""'^—: '^>^'-J p'^J ^l/r"^ Cy y ol^~2=^. ^ -U-b 
OU^''^ (j^«^ '"'"^^ ^•^•« .s")^; ^j-*-^j Lo~^ J^-l- ,»—'" ^Jl Cji'^, -^' ^O) Ijjui i-..JJLl' 

wiJI dllr \\ c-llÄJ A.; ^-Jl ^,AiJl J\ i8^_jlj ^aJI ;^)I ^^U ^jVl 



111 



1. A a:». — ^2. Ilnec commemoralio deesl in Ludolf. — 3. B addil Jji^. — 4. A i.—^j- 
— 5. B jL-oAiJI Ijj. — 0. A (^ri?:^j^j'. — 7. A jjiäIj. — 8. öees^ in B. — 9. B .'j-O. — 
10. B S^^.. — 11. B ^r^'^'i- — !-• B ''"-»• — '3. B ,b.-' J,'- — 14. B "^Jty. — 15. B 
^,3J'. — Ki. A^r?^. — il.PL^y^,. —18. Brt£/c?/Y A^. — 19. Deestin B. 



VIAGT-8IX DE I!.\HMMIAT (22 mars). 

'Ell ce jour mourut la sainte, la bienheureusc Euplirasie (Euphraxia) 
(B Abräksijab, A Brnksi/ali)-, la vierge. Elle etait fille de gens considerables 
de la fainille imperiale de la ville de Rome (Rotmiijah), et de la parente de 
l'empereur Honorius (B Anoiinjous, A Abouri/oiis). Lurs de la mort, d'. son 
pere, l'empereur la maria au füs d'un de ses principaux patrices. II arriva 
quo sa mere alla en Egypte (M/.vr) pour recueillir ce qui lui reveuaifc du prix 
de champs et de recolles de vergers qu'avait laisses son mari. Elle prit 
avec eile cette sainte qui avait atteint l'äge de neuf ans. Quand elles arri- 
verent en Egypte, elles descendirent dans un couvent de vierges, jnsqu ä 
ce qu'elles eurent mene ä bonne fin leurs affaires. Les religieuses de ce 
couvent vivaient dans un extreme ascetisme, ne mangeant ni choses grasses, 
ni liuile, ni fruits, ne goiitant pas de vin, ne dormant que sur la terre. La 
jeune lille aima le couvent et se lia avec une servante qui s'y trouvait. 
Celle-ci lui dit : « Promets-moi de ne plus sorlir de ce raonastere et de uepas 

1. Cette commemoralion manque dans Ludolf. — 2. Malan l'ra.ria, .'Vtjscmani et Mai 
Apraxia, 



256 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [898J 

jUl AS ^J\ joj LftliLij Ij^L >_^J1 ^y>^ jl ^)1 J^^ liUj "''^l^ äLJLu .j^lil i^ 

1. B -bJJsU. — 2. B -^ -i--^. — 3. /)eesMVi A. — 4. B oXU. — 5. B w-^'. — 
(i. B LJü. — 7. B >jul^. — 8. B vju'li Jj. — 9. B atfc^/^ ^'-i^L — 10. Pro ^jJl_^ 
B hahel ^-V-- — H- -Öees/ /« B. — 12. B L^l. — 1.3. B ^. — 14. B rt(/rf/7 JT Uul. — 
15. i)ees« in A. — 16. B J-,'. — 17. A Lj-vJJ. — 18. B ^—J' ^—l-'. — 19. B ^W''. 
— 20. By^^^. — 21. B ^r:f^i. — 22. B J/U. — 23. öee*^ in B. — 24. B 0^,^^ 



rechercher ton mari, » Elle le lui promit. Quand sa mere eut termine ses 
airaires et eut resolu de regagner soq pays, eile voulut prendre sa fille avec 
eile, mais eile refusa et repondit : « J'ai fait un voeu et je me suis consacree 
au Messie; je n'ai uul besoin d'uu fiaace de ce monde ; j'ai uu epoux mystique, 
c'est le Seigneur Jesus [\a$ou) le Messie. » Quand sa mere reconnut qu'elle 
nc Taccompagnerait pas dans son voyage, elie distrihua sa fortune aux pau- 
vres et resta avec eile dans le couvent plusieurs annees; puis eile mourut. 
Lorsque l'empereur apprit sa mort, il envoya demander lajcune fille pour 
la maricr. Elle lui fit connailre ([u'elle s'etait vouee au Messie et qu'elle nc 
• r. Ki'j V. pouvait contrcvcnir a son voeu. * L'empereur pleura et admira sa sagesse 
malgre son jcunc ägc. Elle pratiqua de plus cn plus ses devotions, 
ji'uiiaMt tous les deux jours, puis trois, puis quatre, puis unc semaine : pen- 
dant les quarante jours consacres, eile ne mangeait rien de cuit. Satan (Ech- 
CJia'ildn) la halt et la frappa au pied (Fun coup dont eile soull'rit pcndant 
longtcmps jusqu'ä ce que le Seigneur eut compassion d'elle et la guerit. Dieu 
lui avait acoordc la l'aveur de guerir les malades. Elle avait une grande 



[890] VINGT-SIX DE BARMAHAT (22 MARS). 257 

•'t.Vj-* ^J 'K^zlC^ '0I5C9 iS-y^y, I_UdIj Ü>j-_^ bj-^'»' j^> '^'^'^ >^b lJ^^'' 

c.i^iJi j^ \jj\ (.VI .:u^ü ^v_^ jvi ^=>." ^*. aui v^Lv y -»^uj 

^^Lls '^^^^ c-^^,»i ''v-^,*;' C:^" '-^^ ■^'-'^ ^-^'^ '^'^^ V-^- ^^-»-^ V jl (»(^jlj 
Ij;l=-U i^Airü "U-u, ^Ä—T jv" <_;Al'l "^Jll;- ^^^aJ I^^^ '_?'i*-j olj^^l l^it 

•,« L-y>üj Liiä^o «.—«ä;!! c^l^La ^Ä.U' As Iaja>-3 IajaäjlijJ ^pL U"Ij L~k 
j^l i^Ul L»jL -^JI L^.!, ^Vl ^iiiH Jl ^^)l jaJI :^l^^ ..^^ 

1. B wolTj. — 2. A i^*^"'. — 3. B ^K--' ''^^. — '«. B Jlü. _ .5. B UU _". 
— 6. Haec verba a ^,^' .,1^ desunl in B. — 7. B i*=s^. — 8. B ll-U. ^ 0. B U-U. — 
10. Deest in B. — 11. B i*J-^.^l «JU^r^ Ujjo^. — 12. Deest in B. - 13. B ^jJy. — 14. A 
l^JixiJj. — 15. Pro his i'erbis a 'Jüar' B habet U*.^ .y^- 



ol)cissance ä la superieurc et aux sa>urs et etait aimee de cliacune. Une nuit, 
la superieure vit des chäteaux immenses et des couronnes preparees. Comme 
eile se demandait avec etonnement ä qui elles etaient destiiiees, une 
voix lui dit : a A Euphrasie ta fdle, et bientöt eile y viendra. » Elle 
raconta le songe aux sceurs et leur recommanda de ne pas en inf'ormer la 
sainte, car le Seigneur voulait qu'elle mourüt. Elle tomba malade d'une 
fievre legere; Ics soeurs, la superieure et la servaute se rassemblerent pres 
d'elle et lui demanderent de les nientionner. Puis eile mourut en paix. Les 
religieuses la pleurerent et ressentirent un grand chagrin de l'avoir perdue. 
Ensuite, sa compagne, la servante, mourut apres eile, etpeudetemps apres, 
la superieure tomba malade. Les sceurs se rassemblerent autour d'elle et eile 
leur dit : « Voyez qui vous mettrcz ä votre tete; pour moi, je vais aller 
retrouver le Seigneur, car Eupbrasie a intercede pour moi; fermez la porte 
sur moi et partez. » Lorsqu'elles eurent ferme la porte sur eile et qu'clles 
furent revenues de bon matin pour la visiter, elles trouverent qu'elle etait 
morle. Que leurs benedictions a toutes nous protegent et iious garantissent 
des coups de l'ennemi mechant jusqu'ä notre dernier sonpir! Gloire eter- 
ncllcment fi Notre-Seiu'ncur! Amen. 



258 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [900] 



f. 170I-». ^U w;! a-l<; jy^ JLäI j^ * ''^-L^^ ^o^' o« J^ ^v-:-^'' ^-^ "^p:^*^ 
\3^ i/C y. jl^j '^»^-JJi J^ \y} ^bl ^l» '^^.Ui L.Li <JIV Uli. jl^j 



1. A i;>. — 2. ß rti^f^iV Ji.--. — 3. B Ujj!. — 4. ^K-CM. — 5. Deesl in ß. — 6. ß^^sr^. 
_ 7. B '-jl^. — 8. B U^ e; oniiuit 'j^,. — 9. öees« in B. — 10. Z)ees< in B. — 
II. B addit ,'Ii'. — 12. A addit j^w'. — 13. /Vces? in ß. — 14. B addit üi. — 15. B 
arfrfi« ^!. — 16. A ij=^jj^.. — 17. A ijf^/^. — 18. B »^-^'j'. — 19. B J*?-\ — 20. B 
,^'ji'_^j >'JL^ — 21. ß oddil J^}. — 22. ß addit .^\^. 



VI.NOT-SEl'T DE liARMAHAT 1 23 marS . 

En ce joiir niouriit le pere bienlieureux, la lampe du desert, le pere de 
tous les muines, saiut Aboii Macaire [Marjär). II etait des gens de Chechouir', 
•f. 17(1 r. * des districts de Manouf. Ses parcnts etaient vertueux et pieux. Soa pere sc 
nommait Ibrahim. II a'avait pas d'eufant. Un songe lui appariit de la pari 
du Seigneur et rinforma que Dieu le gratifierait dun lils dont la renommee 
se repandrait sur la terre et qu'il aurait des fils spirituels. Peu apres, il fut 
gratific de ce saint et le nomma Macaire iMaqärah) qui signific hienheureux. 
La grAce de Dieu fut en lui depuis sa jeunesse; il obeissait ä ses pareuls. 
Quand sa croissance fiit aceomplie, ils voulureat le marier. II y repuguait, mais 
ils le contraigiiircat a faire; leur volonte et ils le marierent. Quand il entra 
(laus la chambre nuptialr. il lU le malade et demeura ainsi quelqne temps. 
Ensuite, il deimimla a soii prre de le laisser aller dans le desert pour etre 
soulage un peu de sa maladie. Chaqui' jour, il demaudait au Messie dans 

1. 13 Djidjoir, 



[901] VINGT-SEPT DE BARMAHAT (23 MARS). 259 

^1 ü-u-^lj üJL; ''dL_. AS i=^l ö- -"^i .r'i-'"^ "^j^ ^.J-^ j^J V-'^ ti -'^ 
d'lU' '-'a? ^J j! ^ Jl^j U^3 ^V> L^j li^ v'l e.^ iljjlj 'oL:-Jl ^b 
^y^j c."L.j >r^^^ -^ ^L-Jl A^3 i^ll ^ ib Uj ^"d-LL-l« >iiJ \:l^ ^UJl *ÄA 

ajI ^-x'i}] 'ÄA ^U -'^^■JL<Cs ^U « '''oj Ui i--J .iörlj '^•«.Jo ^U& «-jj 

VI ''^l-U V>^ ^ -'' — -^ ^>-" ^'' ^-^3 "i^V^H l^^ ^^-« V^>1 ^>U cij 

1. B ^^^jJl — 2. B rt£^(//< ^^l — 3. B ««'(//< J, .j^, J/ lAk'! 'jj- U!->.^ ^bj 
a:.^^. — 4. B ,'-<.. — 5. B -i. — 6. B «^wt. _ 7. B Lo.. — 8. A ^-1=.. — 9. Deesi in 
B. — 10. a<fc?z7 ^Oou ^. — 11. B J^;. — 12. B addit X^^l — 13. B ^v:>^.^r^. — 
14. B jJ^^. — l.'i. B UJ. — 16. B vi U.U. — 17. Pro /äs verbis B habet J ,.,l^, 
i*>j^. — 18. B 5J->. — 19. B vJU^Jj. — 20. B OoJ.C. — 21. B ^^..' J'. — 22. B jJ= 
,^^^' . -23. Bö-Oi. 



V" 



ses priores de lui faire ce qu'il voudrait. Qiiaml il fut dans le desert, il eut 

une visioii : il lui senibla qu'uii cherubin [Käroubim] ä six aiies le prenait 

par la main, le faisait monier au sommet de la montagne et lui montrait tout 

le desert, ä Test et ä l'ouest, en long et en large et lui diir^ait : « Le Seigneur 

t'a donne cette montagne en heritage pour toi et tes fils. » Quand il revint 

du desert, il trouva sa femmo malade ; eile mourut vierge d'ötat ; il rcmercia 

beaucoup le Seigneur. Ensuite ses parents moururent ; il distribua aux pau- 

vres et aux mallieureux tont ce qu'ils avaient laisse. Quand les gens de 

Chechouir virent la purete et la chastete de ce saint, ils retablirent pretrc 

chez eux et lui bälireiit une habitation hors de la ville. 11s allaient le trouver 

et recevaienl de lui la comniunion. Ils lui constituerent un servitcur pour 

ses besoins; il vendait loeuvre de ses malus. 11 arriva (piune jeunc fille for- 

niqua avec un jeuuo homme et eile accusa faussement le saint d'etre le cou- 

pable. On le saisit, on se jeta sur lui, on le fit soulTrir, on le frappa, * il * f- i"ö v- 

supportait cela. Quand le momont de Taccouchement fut arrive pour la 

jeune iille, il fut excessivement penible et eile fut pres de mourir. Elle recon- 

nut que cela ne lui arrivait qu'ä cause de sou mensonge contre le saint. Elle 



2(30 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [902] 

Jjt.1 jl ijr',-^'^ •'^. ^^ (_rl-*^' <J^ V.-^-3 ^^>. "kß^ <_r!--*^^ «^^ V.-^ 'rr-; 

'dSUJU ^ JL^ ^,^ s^\y, i^JI Jl i-^--l j\ J\ 'UAiö Jj, p.13 '''^ijlti\ ''Öii 

j ^^Ci aJ j<L\ c.,j\ w^ ^1 dU l^ i^l J ^^1 jy) liJi^ o_^ ^ 
1*1^ ^^"Ljjj ^y,~J^ 'i^_,Aii)l iyl L!^ ^"j,^_Al!l ^^i «-^j^ iJ!)Ai^A)l ^1 

4j jü V U> ^-Lj^r-^ ^-^ ^'^ '^-^ i> ^^-' ^'^!3 lTJc-^^ "'^^ V i^-^*^ «-ijJl 

1. B Ljj j. — 2. B ^3J'. — 3. B at^<//< w'r^'3 , "^^ — '»■ ^ r^- — 5. A J ö,Oi. 

— 6. B ^J «,LOt.— 7. A v_ir^l J. — 8. B .,LOl. — 9. A addit UjL — 10. B addit 

^^ J!. — 11. B addit '^^y — 12. B Uj. — 13. Haec verha a ^ ^Jj' desiint in B. — 

14. B i%l — 15. B ^^yj-}^ — 16. B b^'. — 17. B -'-ju. - 18. Deest in B. — 19. B 

5.'^ ^1). — 20. Deefit in B. 
|.. .. 



avoua sa fornication et sa ealomnie. Quand Macaire apprit qiie les gens de 
la ville voulaient venir le trouver et lui demander pardoii, il se rappela la 
vision qu'il avait eue dans le desert. Puis ce cherubin lui apparut et ne cessa 
de le preceder que lorsqu'il l'eut fait monier dans le desert, ä OuAdi Ilabib. 
Alors il dit ä Tange : « Deterniine-raoi un endroit oü j'liabiterai. » — II lui 
repondit : « Non, pour quo tu ne sortes pas de celui que je t'assignerai et que 
.tu ne contrevicnnes pas ä la parole du Seigneur; mais le desert tout entier 
est h toi; habite-le en tel lieu (juc tu voudras. » II habita dans le desert 
Interieur ä Fendrcif du couvent des saints. Quand les saints Maxime {Maksi- 
mous) et Doumatyous vinrent le trouver, ils habiterent pres de lui. Quand 
ils moururent, Tange lui ordonna d'aller ä Tendroit oü est aujourd'hui son 
couvent et lui dit : « Cette place sera appelee du noni de tes fils, les Romains 
{RoKvt) »; c'est cclle cpTon appellc aujourd'hui Dair liarmous. Puls il fit de 
iKiiubrcuses adorations, livra bcaucnup de luttcs : les demons lui faisaient 
uue gucrre violiMite. 11 se lova et alhi a Tcndroil oü etait Anbä Antoine 
(AutountjoHs). Quand cclui-ci le vit de loin, il ilit : « Voilä un veritable 
Israelilc (lsr(i>;ili) sans fraude. » Puis Macaire lui lit conuaitre sa bitte coiitrc 



[903] VINGT-SEPT DE BARMAIIAT (23 MARS). 261 

j^,U <•>. J^ ^^'1 ^^^j e^-j"^'^ S'^ J ''o-:.-^^^ ^-^ ^^^ t'^J ^V ä'^3 



•»..«-Jai. ♦ I'. 171 r° 



2-2i^u i^;i^3 -'i-L; ^ ji jy. ^ui '--«jy Ai- 'V^ij ^i\ '''j ji^3 ''<- 

1. B JUj. — 2. Desnnl ^i) *3 m B. — 3. B A" si.'^ j:JJl jLO'. — 4. //«ee wria a 
i3l J c/es««i «■« A. — 5. Pro Ms verbis B habet 4<w,l. — 6. B jlk^! Ji'. — 7. /»/-o ///s 
verbis a ^/?-'_; B Ärt6e< aj «^-^ ^yi^fi -tlj-^ ^r" ly j '^.-''^ j h^'-'iy^ ^if^-^y — ''^- ^' 
addill^^^. — 9. B J' r-.3. — 10. B addit iij' J ^.,1^ jj^. — 11. B ^.^-^^ ^:'' J' W- 
^_yj,lü.». — 12. ^j J.. — 13. //rtec ?;■/« verba destint in B. — 14. B UUii et addit 
quae supra referuntur Lriki! öXL ä^jI 'L^ I^jI -jj-''-! \^4;^j;- — 15. Hnec tria vvrha 
desuntin B. — 16. Pro his quatuor verbis B habet j.~i^ ^^-^i ij^^i. — 17. B L-i i;^ et 
addit j^t ' J^v ^i t^L ^^Jo. ^Jj |J^ ^,^ Lj. JI I^^I^. ^ ^_j^'l i:v- ^,LC ^,1 Jlij 

1^! i.Dt ^^..^y. — 18. B addit JUI. — 19. B ^.^y.'. — 20. B ^^Ul ULI. — 21. B J^j 
ij .ixjU'. — 22. B ,, Jlk) I.jIT. — 23. B addit iJj,sJ-^_j. — 24. Pro his verbis a LCi.j B 
habet JS^ ^Ji\ 'i-ä- J/^ .J1.^1L! .\i ^^ß J ^.rjj\ y\jj^ !>3jz. i^'^^.j^ ^'*^.-'-^' J^ 



les demons et, ayant re?u de lui le froc, il lui demanda de rester pres de.lul. 
Antoine ne le lui permit pas, mais il lui dit : « Que chacun re?te au Heu que 
le Seigneur lui a assigne. » Puis il partit, retourna ä son habitation et y 
demeura. La reputation de ce saint se repandit dans toute la terre et Dieu 
accomplit par ses mains de grands miracles. Ainsi, le gouverneur d'Antioche 
{Anidkiyali) Uli envoya sa fille * en qui etait uu esprit mechant. Elle vint ♦ f. ]7i 
ä lui vetuc comme un jeune homme; il reconnut qu'elle etait une fille, la 
guerit et la renvoya ä son pere. On lui remit de Tor, mais il n'aocepta pas ' . 
II y avait iiBouchim(.4(>H.s/;/i)unmoiue qui egarait les gens en disant : « II n'y a 
pas de resurrection. » Ils acceptaient ses paroles. L'eveque de Bouchim vint 
trouverle saint, se plaignit ä lui de la conduite dupeuple envers le moine et le 
pria instamment de l'aider. Quand il fut alle avec lui vers ce religieux, il vit 

1. B ajoule : « en disant : « Les habitants de cet endroit n ont pas besoin de cela », et 
il ne les laissa pas passer la nuit dans la montagne, mais il dedaigna. Tous les gens 
se succedaient aupres de lui; quiconque etait malade, on le lui amenail; il priail sur de 
Ihuile, Ten oignait et Dieu accordait la guerison. >) 



262 SYNAXAIRR ARABE JACOBITE. [904] 

jl '^L^^L J |»j;Uli JUI jj^l jjt -c lj...iL:L9 j--;.->i '■''l-V^ ^^^ "-«-"l^. '-'^^^J 
ö. ^^jl Uj Lo^. A.- ^J\ Ol '^ill^li ^^11 J "'M^;3.j 'liJÜl i^j^ Iv;. ^^ 

1. B f-xT Jju. — 2. /Vo /i/s ^'erb^s a ,1 UU B habet ,j^^ ~j}^\ y^}^ ^' _r^^-i 

j! Jli^ J'L J.J CJ-M. — 3. B ^^iL,-. — 4. Deest in B. — 5. B J ,.,'. — 6. B addit 

^ ,1^, J J'. — 7. R UU. — 8. A k^. — 9. ZJees« //i B. — 10. A UUJ. — 11. B ,.yJi 

>^l. — 12. Pro Ins i'erhis a UJ^i li habet .y^jUt ^,y_^U' wi-^i ^-^j i^^ ,._,J^ 

sUi. — 13. B ^\. — 14. A ^L. — 15. B J. t_;:>,^o.. — 16. B l^y^^. — 17. B j^UU. 

— 18. B (Jr^. — 19. B Ufi=.. — 20. Deest in B. — 21. A jJli. 



(lu'il V avait cn lui Tesprit mauvais de Satan et lorsqu'il lui parla ä cc sujet, 
rautre lui tlit : « .le no erois pas que les morts ressuscitent et je desire que 
tu en ressuscites im des tombeaux. » Le saint pria et implora le Seigneur : im 
des anciens infideles revint a la vic et le moiiie crut (ü la resurrection). Quant a 
celui que Macaire avait ressuscite, il demanda au saint de le baptiser; il le 
fut et demeura pres de lui pendant six ans, puis il niourut. Ensuite Macaire 
entra dans le desert interieur pour savoir s'il s'y trouvait quelqu'uu avant 
lui. 11 vit deux personnes nues et en eut peur, car il crut que c'etaient des 
denions. Elles se pencherent devant lui, reciterent l'oraison dominicale et lui 
dcmanderent son noni. II reconnut (jue c'etaient des saints. 11s l'interrogercnt 
sur los cliosos du mondc et il lour repondit. Puis il leur demanda s'ils soutfraient 
du froid i'U liivcr et de la clialeur cn ete. Ils lui repondirent : « Le Sei- 
y;ii('ur nous a rafraicliis et il y a (luarante ans qu<' nous n'avons ni froid iii 
cliaud. » 1! rcrut leur benediclion vi s'en retourna ä sa demeure. Lorsque les 
moines se mullipliiTcut, il crcusa puur oux un puits et le ma(;'onna au milieu. 
Ouaud il desccnulit pour sc laver, les deuions le lapiderent; les rcligieux vinrent 
Ten rctirer. Lorsque le Seigneur voulut qu'il mourüt, il lui envoya le clierubin 



[905] VINGT-SKPT DE BARMAIIAT (23 MARS). 263 

j-L' LJlj lc^\ a] Jus !s-u:jL^ jl^ ^ÄJl (^jjLiJl ^<! l.L-j1 -c^Lj w>Jl ^^J U^ i^ 

l L-LJi 'W'ij-^i J^\ ^^^ >^1^ '1— J^ -r'^. ^J^J *-^ ö"^^ J' ''J^-^ 

^^ Si jl^3 i*^_-*t^ t> (.r-^*^ 1^-*^^ ^^rr-*-'' M^- ^-^^ c]jL" Jlü jj-_y_jll« 
^Vl <=-U JU, (.-w JLD Oä. J^V !sJL«.l l:>-_j; LU iA_Ä> I^Ü^ '"'^J>U!l ib 

1. B «^t//; ^yi. — 2. A \yr:r^... — 3. B J'i. — 4. B j^-^ J. — 5. A ^^;,^. — 6. B 
^^i,. _ 7. B 1^' ^JL. — 8. Deest in B. — 9. B addit ^^j JT. — 10. B .sl^U. — 
11. B 5y.^U. — 12. B iii. — 13. B (jJ. — 14. A L^AiÜ. — 15. B ,^,'.-^!. — 16. B 
addit iJ^jiy — 17. B addit j,Jo s^j. 



qui levisitait; illui dit : « Prepare-toi, car nous allons vonir te prendre. » II vit 
Saint Antoine, saiiit * Pakhöme (Baklioumijous) et une foule de saints, et»r. itiv 
re^ut des forces jusqu'ä ec qu'il reiidit Tesprit. U avait soixaute-dix-neuf ans. 
Son disciple Paphnuce {Babnoudah) vit TAmc de ce juste raonter au ciel, 
tandis que les demons criaient derriere lui : « Tu nous as vaincus, Macaire. » 
— II leur disait : « Jusqu'ä present. » Lorsqu'il airiva ä Tinterieur de la 
porte du ciel, ils crierent de leur plus haute voix : « Tu nous as vaincus, 
Macaire. » II leur dit : « Que soit beni Notre-Seigneur Jesus le Messie qui 
m'a delivre de vos mains. » U avait recommande ä ses fds spirituels de 
cacher son corps. Les gens de Cliechouir, son pays, vinrent et donnerent 
ä son disciple Jean {Yuiihannä) l'or qu'il lui avait prescrit de ne pas aimer, et 
il leur monlra le tombeau du Saint. Ils Temporterent dans leur villc et lui 
bätirent une eglise oü il demeura envirou cent soixante ans, jusqu'au temps 
de la domination des Arabes, apres la construction des cellules (?); on 
emporta son corps. Quant ä son disciple Jean, ä cause de son amour pour les 
richesses, ii fut attaque d'elepliantiasis apres la morl de notre pere Macaire. 
Que sa priere soit avec nous! Amen.. 



264 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [OOG] 

^tUl ^ l,;:aii i-Ju c-il^j "t^C^--*' -^r-'^ L^^^ 'C-iljL UU« IjÜl^ V^.^ 

J _iiJl c-il^3 Zjy^y^^ ÜAäX« jvääJI ^_5)1 .r~^3 A_j>JI ^^^^ "^^l;' ^jUJ ^j-jj-JI 

f. !'■■; i-"- jj>nJI; rc-Jl *H kjCl ^l * U ttlJLsj "uIä, •'llji ^^Ä.l| <;jAs zJ^i <;Iä„J 

1. Haec commemoratio deest in Ludolf. — 2. B addit::^^^ i). — 3. B ^^j-J'. — '»■ B 
I jJ^. — 5. B addit LlwLM. — 6. Deest in B. — 7. B addit XJ\ i^o'^L -r^J'^- — -S- Doest 
in B. — 9. //(7t'c ('(virt a c:,o'^ desiint in B. A ruisiis : o^JJ^^'-J f.'-ar'-' ^-»j. B rtf/<//7 

^^U! -U j^l .,L< j^IjJf c:^;^! ^si ^v-"-^ ^^^^ -'-^^ ^"-^ '^' ^W' ^y^ 

,^^b!JL Lv^^. — 10. B M^. — 11. B ^'i. — 12. Pro his verbis a J^ B habet 
' bb'Ja^i »üi ,' J'~j --1^' U. — 13. //((er comnienwratio deest in Ludolf. — 14. B 
a</£f/< jji--. — 15. B a<irf<V ,Ut ^ClJI. 



'Encejour aiissi fiit crucifie corporellement Notre-Seigneur Jesus(Ifl[so«') 
le Messie poiir le salut du monde. Le soleil s'obscurcit par Sympathie pour 
son crealeur, suspendu volontairement, cache dans un corps pur. Ces tene- 
bres durereut depuis la sixieme jusqu'ä la neuvieme heure. A ce moment, le 
Seigneur pencha sa tele et reudit l'Ame. Celle-ci quitta le corps et alla dans 
Tenfer, unie k la divinite : lä eile delivra ceux qui etaient eiichaines. II remonta 
au-dessus des cieux, present avec le Pere et le Saint-Esprit. Louaage älui; 
I. 17:; 1°. quo sa puissauce (jui nous a raclietes par sa personne et nous a ouvert * la 
porte de son royaume, seit glorifiee : ä lui soient la gloire, la Force et la gran- 
deur dans les siecles des sieides ! Ainsi soit-il. 

viKGT-m IT DE BARMAHAT (24 mars). 
'Encejour mourut saint Constantin {Qoslantiii). Son pere se nommait 

1. Celle conimemoration manquc dans Ludolf. — 2. Celle commemoration nianque 
dans Ludolf. 



[907] VINGT-IIUIT DR BARMAHAT (24 MARS). 205 

Ji, a;1 ■'jML"li übj ^^ '^j ^-^^ (i '-^^ ^*' (J'.r*^ L'f' j^ '^^ "^'^ örf'^^^ 

J<1 <c,jlj ö-::^ i^^' Ojj j^kL_9 ii->^y *4^^^ ^J^ iS^5 ^J^ J W'J f" 
Vj ü-U^- jl ^_5^" Jj j-^^--Jl ^_5U -'ÖjJIj C^=-J1 "k^lJ J ^jjT v:;Jl^3 '^^:>1 

Lj«.^> <5CU Jl •■''j»L,:J \^\ ^y J.1- A* J' <»^y3 4iC,L»i ^j^i'lj "i».5C?Jl3 l^^\ 

JÜi -^ »»Aä^j ^"L jl i_^Lj i.^3j yp\ ^1 s::-,Ujls .sM-Jl ^^'U ^1 "^'-^ .^ 



1. ^«ec verha a w^iUl c?es;<Aii /« A. — 2. B .^.U. — 3. A v.^1». — 4. öees^ //( B. 
— 5. B addil J. — 6. B «f^ti/^ i:Ja'j-Jl ^" ^'^'-S- ~ '• ^''^ ^^f ^ Äo6e^ Äi!i^ -.jj:i 
LCU'. —8. //rtec ceröa a ...iJs^ desunt in B. — 9. By^tj. — 10. Z)ees< in B. — 
11. B io-CsJ! ^» e< a(^rf/7 ü^*J!^. — 12. B .L.ij. — 13. B addil Ai ^JJ-H. — 14. A 



^iltU. — 15. B J_j^_;- 



Constaiice {Qounstd) et etait siirnomme Chlore ; sa niere s'appelait Helene 
{Hilänah). Constance regnait sur la Bretagne {El-Brinlyali); Maximin sur 
Rome (Ronmyah); Dioclelien {Diqlddyuiious) sur Antioclie {Aiitakyah) et la 
terre d'Egypte (Misr). Cc Constance ötait de la religion des Grecs {El-Yoniuiinjin), 
mais il etait bon et sans mecliancete, aimant lo bien et ayant pour lui du 
penchant et de Tinclination. II arriva qu'il alla ä Edesse {Er-Iioliä); il vit 
Helene et Tepousa. Elle etait chretienne et devint eneeinte de cet empercur 
Constantin. Puis il la laissa ä Edesse et parlit pour la Bretagne. Elle mit 
au monde Constantin, l'eleva bien et l'instruisit dans tonte science. Elle sema 
dans son coeur la misericorde et la compassion pour les chretiens, mais 
n'osa pas le baptiser et nc lui apprit pas qu'elle etait chretienne. H grandit, 
devint un bon cavalier; puis il partit d' Edesse et alla retrouver son pere : 
Celui-ci se rejouit de voir la gräce, la sagesse et l'habilete ä l'equitation qui 
etaient en lui; il le fit empereur et le couronna. Puis il mourut quelques 
annees apres en lui laissant tout l'empire. II repandit la justice et l'equite, 
delivra le peuple des injnstices imperiales ; les gcns lui obeirent et l'aimerent. 
Sa reputation de justice arriva dans tous les pays. Les grands de Rome lui 
ecrivirent pour lui demander de venir les sauver de la tyrannie de Maxence 

PATIi. On. — T. XVI. — F. 2. IS 



f. 17-2 V 



266 SYNAXAIRE ARABE JACOßlTK. [9081 

''''\yxJiS^ Vrf^ J^i <J j^ U3 -^(»^U L.3 •"•y ^\ '' ^ \J \^^ ^^y.yJ^ 

J^l ^ jU"j I3J j i^^JI dl'>U ^1 ^^ iu)l ^- Jj o^ ^'v^j-J' v-J^ 
<U>3 L-U. '-'J^ pl- <is ^_jiLr -cJl LJs d'lAcl 1^ ^U-T l^b ^1 i.>i«)l JLU 
<c<Cu* j^ ö- »U J dUij liLL^ Q>U1 jyi J <. ''j»rx ö^ ^li ^-^ jy 
J}^ '-'^ ^y^-yJ^ ^J\ _j^\ J^y V-3-^' ^^ i^^ r^J i^^wc- ^^ j»r iiaJ^L 

1. B , ^jpU—C. — 2. A ,_^<)l. — 3. B ^oUJ. — 4. Z)ees/ /« B. — 5. ^j^J^. 

— G. B addit J. — 7. .,1-vlJ! J, fi^ees? /« B. — 8. Deest in B. — 9. A Li^. — 10. A Vfy. 

11. B V ^S. — 12. A ^jA'- — 13. Lege 'Ev toutw vua (Socrates, Hist. eccles., I, 11; 

Sozomene, llisl. eccles., I, in. Pro his verbis a LjbJb B habet ^—-v.-sr^ K— . — 14. B äJ^v. 

— 15. B (ro/ij). — 16. j^ ',j J B. — 17. B J,. — 18. ZJees« /« B. — 19. B addit ii. — 
20. A ^^yJo. — 21. B ^_»iUl-X. — 22, A lixJL 



{Mahsimaus). Qiiand il eut lu leur lettre, il s'en preoccupa, ainsi qiie de ce qu'il 
leur arrivait et de la Situation oü ils etaient. II demeura inquiet, en reflecliis 
sant ä ce qu'il ferait pour les tirer de leur peine. Taadis qu'il etait dans le pays, 
au milieu du jour, il vit apparaitre une croix composee d'etoiles brillantes 
sur la(juelle etait ecrit cn grec : Nikas kaiaoutin {en loutö iiika), ce qui signifie : 
« Tu triomplies par eile. » II s'etonna que cette croix vainquit la luniiere du 
f. 172 V". soleil et reflecliit ä ce qui ötait ecrit dessus. * Puis il la montra ä ses ministres 
et aux grands de son cmpire ; ils Tadmirerent saus savoir la raison de son 
apparition. Cette nuit, un ange du Scigneur lui apparut en senge et lui dit : 
« Fais I'irnage du signe que lu as vu ; tu vaincras tes ennemis. » Ouaad il 
s'övcilla, son ca3ur fut fortiiie; puis il lit une croix qu'il plac^-a au-dessus de 
son drapeau et ordonna de marquer d'uuc croix le bois des armes : cela sc 
passait dans laseptienie annee de son regne en Bretagne. Ensuite il rcssembla 
ses troupes et partit au secours des gens de Roma. La nouvelle en arriva ä 
Maxence; il fU un pout sur la mer et passa versle pays de Constantin. Les deux 
armees sc rcncontrercnt et se livrerent bataille. Cliaque fois que le signe 



[909] VINGT-HUIT DE BARMAHAT (24 MARS). 2G7 

J-=-'^J *^jyv^ ^'^J ^>~äJI 4; ^«kaJU ^L,^^ J^-^ÄSi^J ^^^.^1 ^jj !s_^<Lfr 

'^qj ^I_jä)L JU-^^1 oif-bl_5 ^MJIj c>j.»JÜL lj,L*l -dXi^U JL,jj 11 • ,i,:U..^ 

LJj (*V "^^-^ V^ J"*^ ^ ' (*r-^."*^' (_^.ai>l^ 4j »IjiIj_J ,_^UsJ1 jjJS-J.4j »A'lyiJ; 

iilÄ-'l cJI J IUI j_^^^~^ (^.-^^' -*^. t> ir^ ^'j "^-u*;' 'L.jjl ^^1 jl 
c^\S -*^-^-~>- diUij a-^tlaj] ,_^Xä]| ^^ jl -U) \a, Äx\^)\ jfcj <c^L« v* JLfc 

^VVI ^_^1 J ''^>L^ J^l J^» V jl |v-jj jV>Vl ^ ^j>.jJl (^ |>-"Jvt. 

1. B j^wyU.-~C. — 2. J^j. — 3. B (^jU-X. — 4. B ÄJJj. — 5. B jüaüL.' — 6. B 
addit jUjJ! .^Gj J. _ 7. B L,3li^. — 8. Z)ee*/ /« A. — 9. B J-^^. — 10. //aec oerba a 
w4-='! desuntinB. — 11. Deesf /n B. — 12. A J-^\ — 13. /faec verha a lyLj "^^ 
desitnl in B. — 14. B L^^l !!>£. — 17. B lixjl. 



]3 



s'avangait, les troupes de Maxence etaient vaincues. II y eut uu crrand carnao-e 
de ses soldats; puis il s'enfuit avec le reste de sou armöc et passa sur le pont 
pour se fortifier ä Rome ; mais il se roinpit et Maxence perit comme Pharaon 
{Far'oun). Coustajitin entra h Home; les habitants vinrent ä sa rencontre 
avec des cierges, des instrumeuts de musique et des diaderaes incrustes de 
pierreries. Leurs pretres celebraient la croix et le representaient comme le 
sauveur de leur ville. Les fetes durerent sept jours. Quand il fut etabli ä 
Rome, il fut baptise ainsi quo la plus graude partie de son armee par le 
pape Saint Silvestre [Silbastros) dans la onzieme annee de son regne, la qua- 
trieme depuis I'apparition de la croix glorieuse. Alors il regna en chrötien. 
II envojra dans tout son empire des ordres pour delivrer les prisonniers 
pour la foi, pour honorer les chretiens, ne pas les mepriser, remettrc aux 
pretres les richesses des temples et des fondations, relever le nombre des 
soldats chretiens et leur donner des cliarges au-dessus des paiens. II defendit 
de travailler dans la seraainc sainte, et cclle qui suit, seloii les prescriptions 
des apötres. Puis il onvoya sa mere Helene ä Jerusalem [Bait cI-MMjdis) ä la 
recherche du bois de la Croix on qui est la prosperite. Dans la dix-septieme 
annee de son regne, il rassemblale saintConciledes '.ilH peres ä Nicec (Nüii/ah) 



268 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [910] 

JLäJI (J-^ V-fJ ü-^^-~^ ^'— 'j "^-»-^ ,_5^ ä... : . 1t.:1? al l IaI^jj i«Ji£. öa« Ubj 

bjjjj-j ijiJjj ,_o>iJl J^3 ö^vJlj dJ^j^^^LJI ry5>ii '^■■■■j- ? ''^ äW ö^J.« j_g)l L_^j ^ 

is'jL. c.Jli'j 'j^.wji)l Ji-_^1 J^^ li ^^jj "^'^jj^ (^'^"^b «^L-^b c-ly-alL 



^"^Vv. Jr* JJ^r^b ^^^ f^^ 



14 Jl.!^ 1^=^^ '^'^^ ^. c> o-^ i^ij^ji j^LiJi ^;^^ ^^1 Iaa 1 ' i 



10 



1. Deest in A. — 2. ^j..^\ ^ B. — 3. B SjJ-?-^'. — 4. B .^'. — 5. B 13-^. 



G. Deesl in B. — 7. B ^~v^_\i3U. — 8. Pro his verbis a ^ pj B A«6e« ^t,CUl Ijj. i5^, 
Ux» , Jo , f«)jjJl. — 9. A ^-'. — 10. Ilaec commemoraü 
addii ^. — 12. B »j.Lv". — 13. B JV''- — 14. B J'-.^. 



r. 173 r. * poiir regier dans le plus bei ordre les affaires chretiennes. Puis il s'occupa 
de la Bretagne {sie) et y bätit une grande ville quo, de son nom, il appela 
Constantinople (El-Qoslaiilinyali). II la consacra ä Notre-Daine et Tonia de 
toutes sortes d'eiubellissements materiels et spirituels; ainsi il y rassembla 
de uombreux corps des saints apötres. Apres qu'il eut menö cette vie ver- 
tueuse, lorsque la mort approcha, il tomba malade ä Nicomedie {Niqoumi- 
ihj(ili) oü il mourut. Puis on le transporta dans un cercueil d'or dans la 
ville de Constantinople. Le patriarche, les prcHres et tout le peuple sortirent 
ä sa rencontre, le re(;;urent et rensevelirent avec des priores, des exhorta- 
tions et des chants spirituels ; il fut place dans l'eglise des Saints-Apötres. La 
dur^e de sa vie Tut de soixante-quinze ans, desquels il en regna trente-deux, 
dont le premier est l'an 58;}4 du monde. A Dien est la gloire, la puissance, 
la grandeur; que sa misericorde et sa gräce soient sur nous! Amen. 

vin(;t-neuf de barmahat (25 mars). 
' En c-c jour eut Heu rannonciafion pleine de salut par Tange glorieux 
1. (letie roiniiu'innraliün nianque dans Malan. 



[911] VINGT-NEUF DE BARMAIIAT (25 MARS). 269 

IjJl u^-i ^-»-'^ (♦!/« '^IjJjJl jv-lj JJJO .JUo Jj^ *— ^^. *-*-~'^ iJ't*:^ i Jas« 'IjÄt 

JIJ A^>l-3 -uM^ j., c^Ä^l Uj dU, ^Jl iwc- <_±:^ L dl) (.>UI y Jls dSUl 

rJJ ^^"^ ^^-' «-J^^ (J ^b J^ i— äO ^_^1 lÄA ) jjiC i_iO «CiU-U 'lUa£jl * r. 17:i v, 

^Ja^l jl^ jl ^\ \J\^ ^X '''^1 dU;- l^ ^ ^U ^L ^l* ai_^ OLLJI 

1. Deest in B. — 2. Evangelium Lucae, ii, 2(i-38. — 3. Deest in B. — 4. B Jü. — 
5. B !ie- i^r}^- — 6. A ^^y — 7. ß ^^V — 8. B ■.JX^^. — 9. Deest in B. — 
10. B addit ^j^V — 11. B ^JW. — 12. /)eeÄ< in B. — 1,'!. B >'i. — 14. B w (J->-^. 
— 15. ß , CJJI. 



Gabriel (A Djehrdyil, B Ghabrydl) ä la sainte Vierge Marie comme le fömoigne 
le Saint Evangile ' : Dans le sixihme inois, c'est-ä-dire apres la concoption 
d'Elisabetli (Alidhähdt), l'ange Gabriel fiit envoije dans uiie ville de Galilee {El- 
Djaiil), appelee Nazareth [Ndsirah), vers iiiie vierge ßancee d im homnie iiomme 
Joseph (Yousof) de la famille de David (Ddoud), le nom de la vierge etait Marie 
[Maryam). Lorsque l'ange enlra chez eile, il lui dit : « Salut ä loi, pleine de grdce; 
k Seigneur est avec toi. » Comme eile tremblait ä cause de ses paroles et de son saliit, 
il lui dit : « Ne crains pas; tu as trouve grdce devant Dieu, tu seras eiiceinte et 
tu enfanteras un fils qui sera appele Jesus (Yasou'); il sera grand; on VappeUera ßls 
du Tres-Haut ; le Seigneur Dieu lui doniicra le tröne de David son p'erc; i! n'g aura. 
jtas de terme ä son regne. »^Elle lui repondit : « (Ujntmenl cela ni'arrivera-l-il? — 
c'est-ä-dire : comnient serai-je enceinte — alors que Jen ai pas connu d'lwmme. » 
— // lui repondit : * « Le Saint-Esprit descendra sur toi et la force du Tres-Haut * f- i" 
ie couvrira, c'est-ä-dire : Le Saint-Esprit sera pour toi comme la semence; car 
celui qui naitra de toi sera saint et on rappellera Fils de Dieu. « Puis il demeura 
aupres d'elle comme guide pour que l'annonce se realisät. II lui dit : « Voici 
Elisabeth, ta parente, qui est enceinte dun fils malgre son grand dge, eile qu'on 

1. Evangile de Luc. i, 26-.S8. 



270 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [912^ 

« \^^ iXf '-^ Jj-« (4ät^ F^^' J>-^ "^-^rx^ ^.^ lT^'-^ ^-'-^ -^ tl^* i^U-^ 

J ^J;^ O^U i"-V-Ä IÄJU ■C;1>1 ^Ij Xii ^,~~£. _;^1 'CUI Alf. ^_j_J "^jV ^^<lll 

ÄJUl^ iJUl vji^'l J 1,1« Äkrlj ^Jl <^jA. V Vj.is- l(.;Li.>l j J>3 iJjVI (^IsVl 

1. B \f^. — 2. ß Jo>!. — 3. B .>XU. — 4. B ^i,CU!. — 5. Deest in A. — 6. A 
^^. — 7. B ^ii-'!. — 8. B J^-I^ SU^l — 9. B addä , ^Oi^J'. — 10. Hie rursus praebet 
A commemorationem S. Entijchiae quae jam occurrit ad qnintam dicni Barmahat. — 
11. Haec coininemoratio deest /« Assemani. — 12. Ilic incipil hiijus comincinorntionis 
f'ragmenium in A wa^Lsr't ,0 ,1. 



(ivait appeh'c sterile, » c'est-ä-dire : Si tu trouves extraordinaire d'etre enceinte 
Sans semence, alors que tu es jeune et propre ä la recevoir, la grossessc 
d'une femme sterile, malgre son grand äge est plus extraordinaire encore, 
car il n'y a rien de düTicile ä Dieu. Elle lui repondit : « Voici la seruante du 
Seiijneur, qn'il m'arrive sehn tu parole. » Lorqu'elle regut cette grossesse divine, 
le Fils unique, l'liypostase de Dieu, le Vcrbe, une des trois persounes eter- 
nelles, descendit dans ses entrailles sans etre touche par la chair et rei^^ut 
d'elle ä ce moment uue humanite complete, de laquelle il ne se separa plus 
ensuite. Ge jour est le commencement des fetes; c'est le debut du salut du 
nionde ' . 

^En ce jour, le salut fut accompli par la rösui-rection glorieuse; car lorsque 
le Seigneur (gloire ä lui) eut acheve son projet sur la terre, dans l'espace de 
trente-trois ans, qu'il eut sonlFert par sa volonte le 27 de ce mois, il ressus- 
cita d'entre les morts ä parcil jour, oü les gens de ce nionde avaient appris 
son incarnation qu'ils attendaicnt, c'est le jour <n"i los vivants et les morts se 
rejouireiit de cetle nouvelle et furent cerlains d'etre ' sauves de Tenfer. Cela 

1. A reproJuit ici la commömoration do sainle Eutychie deja donnee le 5 du 
barnialuH. — 2. Celle, commemoralion manquc dans A, Assemani. — 3. Ici commence 
dans A le Iragmcnt de oclle comineiuoralion. 



^913] TRENTE DE BARMAHAT (26 MARS). 271 

•^1 '^J^A.V1 J4I Jl A:f«Ji ^ -'^"^ k^^J ^.^^ .-^-5 ^^ ^'^ "^^ ^'-'-' 



8 



-W V <> 'J^^ r^' 



<J>- ,*^ ö- ^JJ^ Jlir^ o^rJ^ ^'>^ C^^ '-'^^ Jl. J -^ jl ^ c/ti. 

ii^Ä* Ul ^11 ^x.1 U J^^ <rAjl3 * ^^ J ^Sl SjLi-'i .L^. 0^ 6^^ ^^\ -^'^ *'■• ''" 

^\ ^ ^\ h^ ''^J^\ C^ Lilly LU. jl^ U ^ ^,i. il UJ j^L JLJb 
^^1 jl l,^L; x^ jl -UUI3 ^U ^ ''"I^^ '-1^ ^^ ^^-^^1 j>^ Jr-^ 0-3 

^ ^ N^l _ 2. Deest in B. — 3. B J^s.>. — 4. Ifaec verba a ^-01 desuiit in B. — 
5. //«ee .er&« a JLu J<?.«;U m A. - 6. A J.^' J'. - 7. B ^^-bk)!. _ 8. //«ec tria 
verba desunt in A. — 9. Haec tria verba desunt in B. — 10. A i^}-3. — 11. B !j^. — 
12. B 'L'\ß^. - 13. A ^'. - 14. A addU ^^^^\. - 15- A i->j. 



dura du vendredi au dimanche. Les vivants en furent assures et furent certains 
de leur resurrection par celle du corps du Messie qui est leur chef comme 
a dit l'apötre : 11 est leur chef et c'est lui qui fait lever ceux qui sont 
couches. Par la grandeur de sa misericorde et de sa bonte, nous lui deman- 
dous de uous favoriser et de nous pardonner nos peches et ceux du scribe. 
Gloire k lui dans les siecles des siecles! Amen. 



TRENTE DE B\RM\H.\.T (26 Uiars). 

II convient que nous celebrions en ce jour la fete de lange glorieux Gabriel 
(Ghahnjdl). Par la grandeur de son rang aupres de Dieu, il merita de porter la 
boune nouvelle de son fils ä Marie (Maryam) * sa mere, et, parce que Dieu nous * f. 
a prodigue par ses mains cette grande et glorieuse faveur, il nous convient de 
riionorer et de le venerer. C'est lui aussi qui porta la bonue nouvelle du Messie 
ä Daniel (ürJ/^y«/) quand illuiapparut alors qu'il priait et implorait Dieu pour 
le retour du peuple de la captivite et ä cause du Messie'. II bii apparut, lui 
ika les semaines et lui apprit qu'ä leur expiration, le Messie viendrait, le pur 

1. Cf. Daniel, ix. 



174 r 



272 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [91'.] 

Jj-Jl JÄJ <] A_odl '^.-^ -^L-yj ^j^")^ rc_-_JI i'Vj A3 '-'lils J-;.!^r-'' ^ 

lijj^l J^ J l'jüs^j lijAÄ jlkjül A,^ j^ >_;Ji l;ÄL:J Ll^V ^^iäjlJI j».^a;_^ jl \^ 

••^.^.Js^- jl l*,J3 bJ^U.; lJtJ:oj ^J\ d'Sl^ UlrU l^iU <.! ^i^3 ji:> li~- J,^ 

^l: L. ^j^- jl SUl '^^v^jl a! Jl5j ^ ^i-i c)>iJl V, J^ ^^^ ^'^ ^^^ ^. ^. 

^l; ^ ij^lii j»jPjJ J^^lj %-j J^^" ö:^-"^ i-*^^ ä-* ^^ ^^^3 "^^^3 -*^^ 

1. A [^b. — 2. B flrf(fiV .,'X — 3. B Liü:^ .^-1. — 4. A addit iJA.'. — 5. Jfaec 
conuneinoratio decst in Assemani et lAidolf. — 6. B addit iteruin '^A — 7. B ^^ ^• 
— 8. Deest in B. — 9. B ~y. — 10. B w^:^. — 11. B 'L^'^\y — 12. B -V^. — 
13. A U!^. — Vi. B .o. — 1,5. B -^j'. 



des piirs, qu'il serait mis a niort et qu'apres liii il n'y aurait plus d'aide ä 
Jerusalem {Ourivhaliin) , ensuite que las sacrifices et les offrandes des 
Israelites (ßflm' /sray«7) seraient abolis. Puisque le Messie l'a charge du salut 
de nos ämes, il convient que nous celebrions sa fete et que nous lui adres- 
sions de nombreuses demandes pour qu'il intercede continuellement en notre 
faveur, afin que le Seigiieur nous sauve de la maiu de Satan {Eeh-dliaitiin) 
notre ennemi et qu'il nous assiste dans toutes nos affaires. 

' En ce jour aussi a lieu la commemoration de Samson (Clümchon), uu des 
juges des Israelites {Baiiou IsräijU). Le nom du pere de cet liomme vertueux 
etait Manouah (B ISoiih), de la tribu de Dan [Dan); sa mere etait sterile. L'ange 
du Seigneur vint la trouver et lui annonga la bonne nouvelle de sa naissance 
et lui ordonua de se garder des souillures de la nourriture et de boissons 
enivrantes tant qu'clle serait cneeinte, de ne pas raser la tele de son iils, car 
il serait vouc ä Dien et par lui aurait lieu la delivrance des Israelites des 
Pliilistins [Filislin). Quand eile en informa son mari, il deinanda ä Dieu de 
hii faire voir Tauge. Celui-ci lui apparut et lui dit : « Recomraande ä ta 
lernme d'observcr ce que je lui ai dit. » Elle devint enceinte et mit au monde 
eejuste. Le Seigneur le benit et Tesprit de Dieu descendit sur lui. Une fois, 
il s'clanga contre un lion et le decliira. Une autre fois, il tua trente Pliilis- 
tins et brüla leurs moisaons. 11s se leverent contre les gens de Juda {Yalwudä) 

1. (".eile coTimcmoralion manqvie dans l.udolf, Assemani; cf. Ju^es, xni-xvi. 



,915] TRENTE DE BARMAHAT (26 MARS). 273 

J J^\ \y^\ Jlü ^ ^y^ M J>. ^J>-'-^^ Or-^ j»*>^3 (**^J^J '^>1 

4^jl ^ syjl ^jj A_it ^,uj i^l^J «^.b l^y * ö:^^-^ ^'-^"^ ^r^'' ' '■• ^'-^ '" 
^11 <. ^\^jj j\^ d^ A^j ^ "^Jj^ ''iß '''-^- ^^^ j-;LJJi -'U^Ji 

Llk., i^L^j-ujj <:^jj Jl ly-jl ^i -^j ..^Jl c/'^J '''^^ ^ c^ ^^^3 ^-> 
J\ i'^_ V^.3 bjAJi <ry c^L^ "'^b 1>^3 '-'1^,1^^ (.1; U3 <] y.^ il-^1 

!•' j L^l Jl J^J^ A;y Ol C;jU.3 iyJi '^^ lÄA A«J ^ \y^\i i^Ulj ^A^M; 

1. Haec verba a ^ß desunt in B. — 2. B ^Jj-Co. — 3. üees< m A. — 4. B J)'. 
- 5. ß *L'j. - 6. B ^Ü^Jt M! >. - 7. öees« m B. - 8. B J/^'- - 9. B 
UU. - 10. B i..i= O'^" ^^r^lj. - 11- B JU. - 12. B Jl. - 13. B Uy^jL. - 
14. B iSi... — 15. B addil ^-U. — 16. B s^l. — 17. Decst in A. — 18. B ^OS 



.^■j ' . 



19. Deest in B. 



pour leur faire la guerre et se faire livrer Samsou. Ils rinformcrent des paroles 
des Philistins ; il leur dit : « Jurez-moi que vous me livrerez ä eux et que 
vous ne me tuerez pas. » Quand ils lui eurent jure, il se livralui-meme, ils le 
lierent avec deux chaines de fer et le remirent aux Philistins * qui s'elancerent * f. 1:» r, 
sur Uli pour le tuer. L'esprit de la force descendit du Seigiieur sur lui; il 
rompit les deux chaines comme un fd brüle ; puis il trouva une mächoire 
d'äne et tua avec eile mille cavaliers. Comme il avait soif et comme il etait 
sur le point de mourir, il demanda k Dieu de lui faire jaillir de l'eau douce 
de la mächoire. 11 but et reprit ses forces. Comme les ennemis le guettaient 
pour se saisir de lui, alors qu'il etait ä l'interieur de Gaza (Gliazah), il se leva 
pendant la nuit, arracha une porte et la porla sur son epaule au sommet 
de la montagne. Ensuite, ils envoyerent promettre ä sa femme de lui donner 
des presents considerables si eile apprenait de lui comiuent il etait si fort. 
Quand il lui eut appris quo sa force residait dans ses cheveux, car il etait voue 
ä Dieu, eile en informa ses ennemis qui userent de ruse envers lui. Lorsqu'il 
fut endormi, ils entrerent et lui raserent la tete. Sa force s'afTaiblit; ils le 
lierent, Temmencrent dans leur pays, Thumilierent et l'aveuglerent. Ensuite 



274 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [916] 

■Cä-o :)yi£. "jis»-]^ " \l^\ Ji-J ^ ■_^ «J« ilC- ijjfcl «-«.Ä- «.«J^l jlS^ (V^l -A-£ (• >.) 
1^1 Jaiuj /^Jj.»jJl C-iiä— S ^lAcl jJ^J (jAc. Jlsj «jJj »ji-»- jv' ^jL... ■ .Sj^tJ 

"yt ^r-^ (3"^ Cjv" ^J-'^ J i^ -' '^'^ (*r'^^ ' tJ ^^„ J^ '-^ (**" ^„r*^ J»-» /j^ 

y^i "Ajyl Ji "CUjcj ^.«.^»-j L-Uj UjIj AstJl Uj^ (»M— ' 

jk;l J\ \^\i 4) ^ij ^u-jjl ^^^1 d^i._ J^uJi ^Ul ^^1 ^sM y 



13. .1 . ^Y, 



14 



1. Kaec verba a .^^ desnnt in ß. — 2. Haec verba a -. — i3»i desunt in A. — • 3. llaec 

verba a JU^ desiinl in B. — 4. //«ff cJmo verba desunt in A. — 5. A l^i. — 6. B!j-^. 

— 7. B addit JJ". — 8. Deest in B. — 9. B ^y'. — 10. B lW^ — 11. ^- J desunt 

in B. — 12. Pru Iiis s'erbis a Ht^j B habet hiy^^) Jj JL»' x.'^ Loo» i_j-\i iJ-L= 

wjijo^!. — 1,3. I/aec verba a. l^j desunt in B. — 14. //aec verba a J desunt in A. 



ses cheveux repousserent et la force lui revint. II entra dans Ic temple le jour 
de la fete de l'idole ; tous les habitants de Gaza y etaient rassembles ; il 
s'arreta au milieu, saisit une. colonne ä sa droite et une ä sa gauclie, puis il 
reunit ses mains et dit : « Sur moi et sur mes ennemis. » Les colonnes 
tomberent et leur chute fit ecrouler le temple : Tous ceux qui s'y trouvaient 
perirent et le nombre depassa celui des Philistinsqu'il avait tues pendant toute 
sa vie. Puis il mourut lui aussi dans leur foule, cur il avait pense que, si par 
sa mort il perissait un nombre considerable d'ennemis de Dieu, sa perte ne 
serait pas dune grande importance. Laduree de sajijdicature sur les Israelites 
fut de vingt ans. Puis il mourut en paix. Gloire ä Dieu eternellement ; ä nous 
sa misericorde et sa gräce jusqu'ä la fin! Amen. 

' O lecteur, souviens-toi du copiste pecbeur; le Messie spirituel se 
souviendra de toi ; louange eontinuelle ä üieu jusqu'ä la fin des temps ! 
Amen. 

- Le mois beni de Barmahät esttermine et acheve avec la paix du Seigneur; 
sur nous soit sa benediction jusqu'ä la fin! Amen. 

1. Cette phrase manque dans B. — 2. Gelte phrase manque dans A. 



rgiV] PREMIER DE BARMOUDAH (27 MARS). ^ 275 

J,_^l (._^^L -uiJ -*^b ^r^ Jlt^ ^l-^ J J^i v-rt* ^^^^-?; lT^j^ (J^.-^' 

^j ijj '<'>l._^ ÜUj VJ ,> -i^^^ ^^ ^-^^ ^^^j"^^ ^- j ^^ ^^ ö' '^^. ^^ 
LiU jL^ S J>„ j^ "^.v;. (v^ \ ^ (nVL J^ ^-^ ^y^ Cfß^ ^>^'^ ^A ^^-' 



» f. 175 V 



nxt 



16 



1. B Jj^' --J'- — 2. /7aef tria verha destint in B. — 3. Ilaec coninieinoratio deesl 
in Ludolf. — 4. Haec tria verha desiuit in B. — 5. B addit ^\--^\. — 6. B ^.^f- — 
7. Deest in B. — 8. B addit b>;t. — 9. Deest in B. — 10. B Jjji J-'j. — U. B -V.^.. 
- 12. B U-L — 13. B ^'. — 14. BrS<. - 15. B^. - 16. B JU^. 



MOIS BENI DE BARMOUDAH. 
PREMIER DE BARMOUDAH (27 mars). 

' En ce jour a lieu la coramemoration de notre pere saint Silvain [Silouänos). 
Des sa jeunesse, ce bienheureux avait embrasse la vie monastique aupres de 
Saint Macaire (Maqänjous) ä Ouädi Habib; il suivit une voie etroite et s'exer^a 
par de longs jeünes, de frequentes veilles, Thumilite et la charite. II devint 
un superieur important. Dieu lui montra des spectacles divins et lui en fit 
des revelations. Une fois, il fut ravi en esprit et tomba sur la face pendant 
longtemps. Quand il leva la tete, les freres qui etaient pres de lui lui deman- 
derent de lui faire connaitre ce qu'il avait. Il ne voulut pas parier niais 
demeura silencienx ä pleurer. Comme ils insistaient et l'interrogeaient, il leur 
dit : « J'ai ete ravi en esprit au paradis et au lieu du chätiment; j'ai vu beau- 
coup de moines pousses vers l'enfer et beaucoup de gens du monde allant 
vers le royaume Celeste; pourquoi ne plcurerais-je pas sur moi-meme .' » 

1. Gelte commemoration manque dans I.uJolf. 



r. 175 v°. 



276 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [918] 

jt-iJl lÄA jLij <^\j^\ ijyi Jl\ ^^^1 is-\*j LS*-b^' -'J^^ ^"^ -^' ^"^^ •^--'^ ^ 

^l^^_ Ilj; iJCt ^ V3 j^ <Jlt JUI3 i^i-^l i^Jl 'O^^lj V U. ^"*^^ ^"^^ 
♦ f. 176 r. ._^l^l ly^Jb J3 iÄ^%j rc_JÜl J^Jl iuwül ^Ul c^"l * ' U) dUi Ä^l J*ls 
Jly 20^^ ^^jL i'J^^ii i,^^ ^ ji^_ ^U! i8j^L^ _;,ijij j^Vl ^j :^i^ U, 

j-J1a_^ (.ß, jprij ^UJl v-r^^ H,r^^ ^"^^ ;^^"'— r- ("^ (^^ ^l-^" ^ J^b^ 

1. .,! öfees/ in B. — 2. öee.v/ in B. — 3. B , i. — 4. B .«',. — 5. B ^i,. — 6. A 

:^^'l. — 7. B LI.0Ü. — 8. B ^l-e. — 9. Evangelium Lucae, x. 42. — 10. B J«».— . — 
C" " C- 

11. öees? in B. — 12. Oees? in B. — 13. B ^^. — 14. B ^'^ ~^'. — 15. Deest 

in B. — 16. B wji'. — 17. B UU oXJli/. — 18. A i^-^^. — 19. B ww Jtj. — 20. A 

-.^^^. — 21. A 'j!^'. — 22. J J J'Jü (^eesi in B. 



Puis, ä partir de ce jour, il se voila le visage avec un bonnet; il repetait : 
« Je ne veux pas voir cette lumiere passagere pour aller ensuite vers los 
tenebres durablcs. » Ce cheikii etait un travailleur spirituel et tempore!; il 
recommandait ä ses disciples de travailler continuellemeut de leurs mains et 
de faire l'aumöne de ce qu'ils avaient en plus. Une fois, un moine paresseux 
le A'it, lui et ses disciples, travailler de leurs mains : a Ne travaillez pas, dit-il, 
pour une nourriture perissable, car il est ecrit : Marie (Maryam) a clwisi la 
meilleure part et ellmc lui srra pas cnlevce'. » Quand il entendit ces paroles, 
le superieur dit ä son disciple : « Donne au pere un livre ä lire, fais-le entrer 
ä l'eglise, ferme la porte sur lui pour qu'il lise, et ne lui laisse rien ä manger. » 
f. 171. r. * Le disciple le iit. Quand arriva la neuvieme heure, le superieur et ses disci- 
ples rompirent le jeime et n'appelerent pas le moine. Quand le temps du repas 
fut passe, celui-ci qui avait les yeux fixes vers la porte, attendant qu'on 
l'appelftt, fut consume par la faim, sortit et dit au superieur : « Mon P6re, les 
meines ne dejcunent-ils pas aujourd'hui? — Si, » rcpondit Silvain. — 
« Pourquoi ne m'as-tu pas appele? — Tu es un homme spirituel, tu n'as 
pas besoin d'une nourriture corporelle, puisque tu as choisi la meilleure 

l.^Kvangilc de Iaic, x, 42. 



[919] PREMIER DE BARMOUDAH (27 MARS). 277 

lr_^ jV L;y Jl ■^r-l^; jl a.- ^ij ^1 L '^rt--iJl «^i^lj ^ ä ;: .^lj Jjjlk« wJ^r-^^ 

*j^.«l LJl« KjKa^ fC^~'' rC_.._> I«) 

1^ Sii J^ '^öLaJ 

1. /^aec yerba a .^^ desunt in B. — 2. öee«/ «'« B. — 3. B addit l^U. — 4. B ^^i^^. 

— 5. B !iJ^ ^r'- — 6- B J**-" p'--^- — 7. B (J-'-^j. — 8. B \Jy — 9. B ij'.^=-- 
^ij. — 10. B ,L»JU. — 11. B i.x;lii.. — ■ 12. Haec commemoratio deest in Ludolf. 

— 1.3. B l.ji*;:a.li. — 14. B addit ,^. — 1.5. Deest in A. 



part; nous sommes des gens corporels et nous avons besoin d'ime nour- 
riture corporelle ; c'est pour eile que nous travaillons de nos mains. » Lc 
religieux rcconnut qu'il avait peche en parole; il se prosterna et demauda 
pardon. Le superieur liii dit : « Mon fds, nous avons absolument besoin de 
Marthe maintenant, car c'est gräce ä eile que Marie est louee. » Le moine 
en fut satisfait et devint assidu ä travailler de ses mains et ä faire Taumöne 
de son superflu. Ge pere composa des preceptes utiles pour la lutte spiri- 
tuelle. Quand son äge fut accompli dans une vieillesse vertueuse, Dieu 
tres-haut lui üt connaitre le jour de sa mort; il fit venir les moines de son 
voisinage, regut leur benediction et leur demanda de sc souvenir de lui, puis 
il mourut en paix. Que sa priere soit avec nous! Amen. 

' En ce jour aussi, les Arabes {'Orbän) de la Haute-Egjpte (Es-Sa'ul) s'empa- 
rerent de Teglise de notre pere Macaire {Aboti Maqar) et des cellules et pillerent 
tout ce qui s'y trouvait ainsi que dans le reste des couvents. Les moines se 
reunirent, prierent et demanderent Tintercession des saints peres. Le Seigneur 
Jesus {Yasou') chassa les Arabes dans le plus bref dölai; ils furent disperses 
et mis en fuite, mais personne, sinon la force du Messie, ne les chassa. Les 
moines en firent beaucoup d'actions de gräces. 

1. Cette commemoration manque dans Ludolf. 



278 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [920] 

^J^^ c5^ ::-?> cl^* ^^' V^' <> r^. — '^' i c.-r^' ^^ ^ «J^ ^-'i^^ ^^-'J 

f. 176 v°. öJl vill;' ^ <cl fjf>-^' -^3 (?) jj-^ -^.W^ .^^-} ij"'- " - : (j-* ^i" '-*''' ij>™ -^"'^ (j^ 

Oril^^J om.r-^ i^. -''-^^ (n^ lA-^'^J "^ S^ "^-J '*"'^^ *-i^b ^r^ u^j\ i-^'^ >li^j 

«dJl ^^jl LJj jv^^ij CÄ:LiJli (_^jVI ^1 jL «All (v»;iU ^j_^ ^ -^ C^" Mj 

j^l jbVI Ji\ AäJI <] i^jül ■cül ^\ JJL:J,\ Ou^ Jii^j <*jv- '^U;' 

jl^ '^IJLfc ^ <p-j VJ o^^ l5-^1 Vj^^J-^ cr^..-^^ V-^^ f-Jt'^ ^-^ '"'^"' 
^ ^1 a5 i^l jl^j ^^1 i "'^li ^Ulj ^>1<)1 j^^l^l ■'\y\i ^_a]1 ^>l j^ 

1. B addit ^. — 2. JJaec verba a -'i^ desunt in A. — 3. A I^L^. — 4. Z)eps/ /« B. 
5. Hciec commemoratio deest in Ludolf. — 6. B addit j.i--. — 7. B j^^jikw^l. — 8. B 

^jjJ! !jj.j. — 9. öees« //( B. — 10. B ai^^Ij. 



D'apres ce que rapportont des documents (?) d'Alexandrie (El-Iskandaryali) 
et quelques-uns de la Haute Egypte {Es-Sa'id), on celebre en ce jour la lete 
d'Aaron (Haroini), frere de MoTse (Mousa); suivant la Thora {Eth-Thourah), il 
moiirut le 3 du deuxieme niois oü les enfants d'Israel (Isräyil) sortirent 
iTü v°. d'Ei-ypte [Misr), c'est-ä-dire lo 8 ' de bachons le mois des Juifs (El-Yalioiul) qui 
suivaieiit un cercle; il est possible que eette aiinee, ce fut le premier de 
barmoudali. Ce juste etait de la tribu de Levi {Ldoui) ; Dieu iit par ses niains 
de nombreux miracles dans la terre d'Egypte; il les.choisit, lui et ses fils, pour 
ses pretres et Imir assigna les dimes et les sacrifices des Israelites '. Lorsque 
les fds de Gore [Qourah) se leverent coutre lui, Dieu les aneantit en ordonuant 
ä la terre de s'ouvrir et eile les engloutit'. Apres qu'il eut satisfait Dieu tres- 
haut par sa conduite et son Observation de sa loi, il fut transporte vers lui. 
Gloire ä Dieu cternellement! Amen. 



DEUX DE BAHMOUDAH (28 Hiars). 

' En ce jour mourut martyr saint Cliristoplie (A Akhmsidfäros, B Askhras- 
tafouros) qui avait un visage de einen. 11 etait du pays de ceux qui mangent 

1. Cf. Nombres, xviii, 21-29. — 2. Cf. Nonihre.s, xvi, l-,3r). — 3. Gelte commemo- 
ralion maridue dans I-udolf. 



[921] DEUX DE BARMOUDAH (28 MARS). 279 

4j^ j^-_Ä;_JI jyL-Ä jü j^ ^js j»yM jü (_5Ä.i| ^ji)l ^LiL ■^;LJ jii=li ■^'U^l 

jL^Äj)' i2>>a.;j '^UAr 7^_w_Jl <»„sj ""jl Vy <) -jAüJi jLIi ^,x-.._xJl ^lAi« 

üijj ^X^Ji "CJaXj lilLJl (v^ij -üLöJl ,_.L-jU ' J^ Ij^äUo d)_,-^.„f.j c.;! .::^ LJ 

^::^jli It;^ >l)jL=s ■ Lac !s-\_j jlSj Jjy^ ^r^ üjLLi-l ' -y« ^i-Ä^i i^-^-^ ls-*^ 




JL«3 ^^1)1 ^'•'•wiLiJ (^sLfrl ^^ ^lä '''^p^...,..Jl. ^jiUJl ^Iji 'y^'-^l i^-^=" c?'-^^^ 

1. B X — 2. 55^»! ^JJI de£unt in A. — 3. B ijS'x — 4. ZJees? in B. — 0. flees« 
in B. — G. A JjJ. — 7. //aec rfwo t'erba desiint in A. — 8. öees/ /« A. — 9. B addit 
^Uj. — 10. B Lj>. — 11. B ^J^. — 12. A U-L — 13. B lj)-^,>*ij. — 14. A J.»^. — 
15. B ;_^tTJj^''l. — 16. B .JJ-V,. — 17. B l.J-,^^x_U. — 18. Z)ees< m B. — 19. B s^^ii 



les hommes et les cliiens. 11 fut pris ä la guerre; son pere avait cru par le 
moyen de l'apotre Matthias {Matyäs). Quand il fut fait prisoniiipr, il ue con- 
naissait pas la langue des gens qui Tavaient pris. II implora Dieu avec ferveur 
— que Süll nom soit glorifie; — il le fit parier dans le langage des gens avec 
qui il etait. II reprimandait ceux qui injuriaient les chretiens; le chef des 
soldats le frappa. Le saint lui dit : « Si ce n'etait la recommandation du 
Messie qui me guide et retient mon impetuosite, toi et tes soldats vous ne 
vous delivreriez pas de nioi. » Le clief envoya informer le roi de son aven- 
ture; il fit partir apres lui deux cents gardes. II se presenta avec eux de sa 
propre volonte sans y etre force. II avait dans sa main un baton qui devint 
des branches qui porterent des fruits. Lorsque le pain manqua aux soldats, 
il pria et ils en eurent en abondance. Ils s'en etonnerent et crurent au 
Messie. Quand ils arriverent ä Antioche {Antäkijah), il fut baptise par Anbä 
Paul (Doitld), patriarche de cette ville. Lorsqu'il comparut devant Dece 
{Ddkijdus), celui-ci eut pcur de lui et chercha ä le seduire par des flatteries. 
II lui envoya deux femmes excessivement belles et peclieresses, dans l'es- 
poir * qu'elles pourraient l'entrainer ä la debauche. Le saint les precha et * r. 177 1° 
elles crurent par son interniediaire, elles se repentirent et moururent mar- 



280 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. |922] 

J*iü Kc^ -^yj ^xr^ -'•^' ti -^^ O^ ^^ ^ LLly jlkjül J*s Jülä L ^ 

12^1 L« jyC- <rl_^U bjl^l JJ^l Jtj vT-^' ^'^uj^ ^>=; ^1 ^^"^ J ^^^1 
«CU jl^ ^j^Ül Ijl* ''Yr^i^L '-- "'■■' "^y^ ^.-^^ ^"^^ £r"" C^^ Iäa'^j'3 

1. B |^..'-iJ! |;(Ä_/i^- — 2. B lj->lju_3. — 3. B ii£»3. — 4. A ^»-^H-l^ 5.=^/i:c'. — 

5. Haec verba a U- desiint in B. — 6. B ♦>»»iiäj .,1. ^ 7. B kU. — 8. B !»s-^ — 
9. Z)ees/ /« B. — 10. B »►=' A.. — 11. B i^,. — 12. Haec verba a w^v^s desuni in 
A. — Hie addit Assemani commeinoratio S. Haiemi (var. Ji) Aegyptii quae deest in 
A, B, Ludolf, Mai et Malan. — 13. Haec commeinoratio deest in Ludolf. — 14. B addit 
Ji-. — 15. B S^ji^. 



tyres. De merae, les deux cents gardes confesserent le Messie devant le roi. 
II ordonna de leur tranchor la tele. Le Saint l'injuria et lui dit : « toi qui 
acceptes l'oeuvre de Satan et qui lui obeis! » Dece ordonna de le jeter dans 
une grande cliaudiere et d'allumer du feu au-dessous. On le fit, mais il ne 
ressentit aucun mal. Au contraire, il exhortait les gens tandis qu'il etait 
dans la chaudiere. Quaud la foule le vit, qu'il parlait, qu'il prechait et qu'il 
etait sain et sauf, eile crut au Messie et s'avanga pour le tirer de la chaudiere. 
Le roi ordonna de decouper les gens ä coups de sabre et de les passer au 
ül de l'epee. Puis il fit suspendre au cou du saint une lourde pierrc et le fit 
jeter dans une citerne. L'ange du Seigneur Ten retira sain et sauf. Dece, 
stupefait de son avonture, ordonna de lui trancher la tete. Ün la lui coupa et 
il re(;ut la couronne du martyre. Que ses prieres soient avec nous ! Amen'. 

TRois DE B.iRMüUD.vH (29 mars) . 

-En ce jour mourut le saint pere Jean {Yoiihaiind), eveque de Jerusalem 

1. Assemani ajoute ici la commemoralion de saint Halem (var. Ghalam) l'Egyptien 
qui manque dans A, B, Mai, Malan et Ijudolf. — 2. Gelte conimemoration manque dans 
Ludolf. 






[923] TROIS DE BARMOUDAH (29 MARS). 281 

LaU LJ jDj 'iju^l ~ J^ )i\j^ ^Al!i iÄa _^ U-ls üljjiJI ^»t/" iV^^ ■^V 

*w«li (is>- Isj/l '»j'j j>T_-^l ,s»" ii-Cf- Cl-i-9 j»,j!^Lj -„A JjLjj \.w^=,^ Jl JjiUa jlSj 

JjJlj iL^kaJI |3 (^ *jl (v' J.;^;»*^ UU..^ <.<A«3 ^j-J^l ■-'i_i_ä.-l ^„}? Jj ^Jä 

''Ulli ^1 Iäa UL ^^Jl jj-yLjJJl vilL ""LJi j^^Lijjl ^U ■Lil-Vl i-oj ^y>c^\ jl 

l}i «>ijjl dUj j j_j-«Jl ^ y^^>ty^\ "^l^j ^'iv*>Jl (♦-"! J^ "'J5Cjs> d'L* 
"■^Mjl^^ 5-U. w)^j i^e^ ^lj-="b ''"*l;t^ ^^ ''''irr^3-^ jL-^Cjl p^Vl (j^ ^J.ä)1 IÄa 

•^1 Ljl« '^'^1^ " /j.^11- («-^»^1 (J^ fljil jl -*Ju rz-JSi 4 ÖJ i^Lä) jl ^Ji\ JL-i 

1. B ^^JüU.j. — 2. Z>ees< «« B. — 3. A addit ►iij^.. — 4. Deest in B. — 5. B Uj. — 
6. B ^J jt. — 7. B |J-^jjjl. — 8. B J-V-^l. — 9. A .jJ. — 10. Deest in A. — 11. A 

- _._j3. — 12. B addit ijUj J, ei omittit Ji^^ß. — 13. B Uj. — 14. Deest in A. — 

- 15. Deest in B. — 16. Deest in A. — 17. B ,y>;M. — 18. B addit Uwl. — 19. B 
jLi-.jU — 20. B i*Ji£. — 21. B «c^öf/i »jr=tr^J- — 22. A ,_^f-JLw. — 23. B addit ^^y-C 



{Yarouchaliin). Les parents de ce saint ctaient juifs [Yahoiid) et observaient 
la loi de la Thorah (Tuurdli). Quand il eut graiidi, ils lui enseignerent la 
science de la loi; il y devint habile. II combattait les cliretiens, discutait 
contre oux et disputait avec eux. II eut la certitude que le Messie etait venu 
et qu'il etait levrai Dieu. II crut en lui par rintermediaire de Juste (Youstos), 
eveque de Jerusalem {El-Qods). Celui-oi le consacra diacre inferieur. Puis il crüt 
enmerite et en science, tellement qu'il raerita la dignite d'eveque de Jerusalem. 
Lorsque regna Adrien (Andri/äiwus), surnomme Aelius [Ihjd), il ordonna qu'on 
rebätit ce qui etait detruit k Jerusalem et il la nomma de son nom, Aelia. Puis 
il fit construire sur le temple des Juifs une tour sur la porte delaquelle ilpla^a 
une tablettc de marbre et ecrivit dessus le nom d'Aelia. Jerusalem fut reniplie 
de Juifs et de gentils. Quand * ceux-ci virent les chretiens venir au Golgotha ♦ r. n: v 
{El-Djahljalah)ety prier, ils les en empeclierent,y construisirent un temple sous 
l'invocation de Venus [Ez-Zohvah) et interdirent aux chretiens de passer cet 
endroit. Le saint eprouva des gentils qui habitaient Jerusalem de nombreuses 
souiTrances et beaucoup de chagrins : ils le frapperent un certain nombre de 
fois. II demanda au Seigneur de recevoir son äme. II mourut apres etre reste 
deux ans sur son siege. Que sa priere soit avec nous! Amen. 

PATR. ÜU. — T. XVI. — F. 2. 19 



9 



282 SYNAXAIRE ARABF. JACOBITE. [924] 

^iüi«]l caJI Sj>J^^ i^Uli^ L1 yMJ\ ^CJI ^_aI!I ^Vl ^t_^" Us-j '■^Jj 

Ul ^L-i^ l^lj^ aaUj Ut^ ''^l.l} ''^U d.LU j "CUJ Jji. J viiUj ^'irr^^ 
.i^C w__ ^Jj j^ ^-^^Xll J^ JJJI 13 jl la^ v>-J^ r^^ 'V^ i/^^ 

c^ J p.Ulj j^v„-^l; pJ i_^ i'^^L'l ^"M;^ i-*.^^»^:! A,JJÜi d^Jlj ^.iJL50l Ja«j 
l^jj ^'' ,^\ j (?) U:J>-3 rc__Jl '''jv-l l^ ^j ^ xsj ^"M' J jvAJL^l 

1. //flec comrnemoratio deest in Ludolf. — 2. B i^^.J-^. — 3. B X.:^LJ!. — 4. B 
'L.:lJ^. — 5. B v.Jw\ — 6. B '^U "^y-.. — 7. B iJÜ. — 8. Deest in B. — 9. B jJ-^j!. 

— 10. Deest in B. — 11. Pro his verbis a (Jh«^' i' A ÄrtZie« Ä.;^J' ^j-/- ~ ^2- ^ J^J- 

— 13. Deest in B. — 14. B ^^'j- — 15. ByJ. — 16. B addit :^\. — 17. B i^ 

=yj^ J. — 18. B J. — 19. B L--'i'j. 



' Ell ce jour aussi mourutlesaintpere, vierge et pur, Anbft Michel (Miklidyil), 
patriarche de la grande ville d'Alexandrie (El-hkandaryah) (1146). L'äme 
vertueuse de ce pere desira la vie meritoire qui est la vie monastique ; il prit 
le froc dans l'eglise de Saiiit-Macaire [Maqunjous) et deraeura daiis le desert 
jusqu'ä ce qii'il devint le superieur et l'abbe de nombreux moiiies. Pendant 
tonte sa vie, il snivit le chemin de la vertu, satisfit Dien et fit de grands 
efforts, soit dans ce mondc jusqu'ä ce qu'ii fnt juge digne du rang de 
patriarche — qui est le khalifat chretien — soit dans le temps futur et jusqu'aux 
faveurs Celestes. Quand arriva la vacance du siege, prive du chef qui gouver- 
nait, Ics eveques, les pretres, les docteurs d'entre les niagistrats resterent 
trois mois etourdis et cherchant qui conviendrait ä cotte dignite. Apres des 
recherches et des enquetes dilliciles, ils choisirent trois personnes dont la 
religion et la science etaient attestees. Ils ecrivirent leurs noms sur trois 
billets avec un portant celui du Messie et les mirent dans une boite qui fut 
portee sur l'autel. Les eveques, les pretres et les meines attendirent trois 
jonrs et trois nuits priant, oH'rant le saint sacrifice et s'humiliant devant Dieu 
pour qu'il leur installät un pastour vertueux, un pretre sür. Au bout de 

1. Gelte commemoralion manque dans Ludolf. 



[925] TROIS DE BARMOUDAH (29 MARS). 283 

>(i]5 \y^JC^\ J.U ÖlT -Uj LUol LaI^ UJU Ul j j»j^b pJL jl ' <^\ J\ jyi^^j 
.Li.^1 ^ ^Dl jl 3.v>i J^ ^U; ^Vl 1-^ ^1 y ^,5^^ ^-^' ^'^' L-::^ 
^L<, <i^Jl i * jl~i ciJ^.0 ''(>-li p." '^J^c^ Jp^:^^ J=-j:~. '^(V^^. ^^^ " '■ ''** 
;üLV1 JU Ji ^%i\ JL Jl ^501 V^ i^^^p ^rl^ ^) ii^ij Ij. Jir iV- 

Vj ^Ul 12^ ^i;) ^^:lzl. ^.d "a_.1; i^> jl^j <«. ^\ jl ly-l>-" ^^'V i^J 

1. B ^-'j-" e? «(/(/;■< J^Uh i?)- — 2. B ^JJt. — 3. B i-V^'. — 4. B »H^^t^s-- — 
5. Deest in B. — 6. B ^-^ü. — 7. B ^^. — 8. B ^ ^y^. — 9. B j|^.vL. — lü. B Jy. 

— 11. B ^j^^l — 12. Bat^rf/^ 13.» i-V^. — 13. B ^\:<S\. — 14. B JSi^. — 15. B %. 

— 16. B addit f.^!. — 17. /'/•o /»'s ^/-j'öma' f-erZi/s B habetX^ j^C' i:i!t\.o. — 18. Hie 
addit Assemani martyrium S. Dciisdedit wj! (^\y- 



trois jours, ils firent venir un jeune enfaut qiii souleva la boite Jans laquelle 
etait le iiom de iiotre pere Mikliayil. Chacuu reconnut quo Dieu l'avait clioisi. 
Tous crierent : « II est digne! il est digne! II est digne! » Eiisuite, il fut sacre 
• sur-le-champ, suivit toute route convenable dans le patriarcat, se choisit • f. m 
un secretaire pour ecrire les lettres ä tous les pays et ä tous les evequcs, 
prechant le peuple et Tinstruisant, eloignant de lui le peche, defendant los 
Egyptiens (El-Misnj'u)) contre leurs fautes. Tous les fideles le craignaient, 
certains que Dieu etait avec lui. II se garda de desirer quoi que ce füt de ce 
monde, ni sa gloire, ni ses biens; il etait plein de zele pour les pauvres 
Yertueux et pour construire les eglises avec son superflu. II ne passa pas 
une annee entiere, mais moins, sur le siege du patriarcat et mourut au 
couvent d'Abou Macaire (Maqdr). Que ses benedictions descendent sur nous ! 
Amen ' . 

1. Assemani ajoute ici le martyre de saint Dieudonne. 



284 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [926] 

*LJ 'S^ itL^i "^'^^.Ij '^Lfj^^-i J^. '^dir'-^^ ^^^ ^^\ 1äa2 ji 

J i;^^::^ j^iy^ (»<iUj ^^p,J^ J^^ fLL-Vli ^Ul; L-^ '^^J 6r-:.-^' 'V^-t^ 
pv-jjj ^'-^1 '^^>VI jj ■-''^■^.-^ -^^^ p^^ ^^^3 J^^li v-^^. -^-^ C^J 

1. Ilaec coininemoraüo deest in Ludolf. — 2. B addil Ji». — 3. B Uj..i.x_'. — 4. A 



-o_^JLM. — 5. B ^r-jr^^-. — 6. B ^c^^^!^- — "• ß^~^- — 8- B e;.-^— ''• — 9- B ««^^«^ 
ijLjL. _ 10. B Jijj. — 11. //«ec cerba a i^^ des mit in B. — 12. B^j|^. — 13. A j^^Jiül. 

— 14. B M. — 15. B addit ^K- ^j >-^- — 16. B/^\. — 17. B Uli. _ 18. A LI. 

— lU. B ßrf«?27 ,^*^'.i.j. — 20. Pro /lis verbis a -^^ B habet ^ ^^j^- -isU^-'j '-V.-="J 
j,.>'.„o.! vs^. — 21. Pro ^"^1 J,- B habet \y^\ J'. 



QVATRE DL MOIS DE B.MiMOL D.MI (30 mars). 

' En ce jour moururent martyrs les saints Victor {Biqtor), Döce {üäkyoiis)-, 
Irene {Irini)^ et une foule considerable d'hommes, de femmes et de vierges. 
Sous le regne de Constantin {Qostanlin)^ ces saints avaient detruit beaucoup 
de temples, brise et brüle leurs idoles, transforrae la plupart des temples 
en eglises et en chapelles, sous l'invocation de la sainte mere de Dien et 
des saints. Lorsque Constance (Qostaiiiinous), fds de Constantin, fut mort et 
que regna Julien {Youlijauous) rinfidele, qu'il releva le culte des idoles, bätit 
les temples, favorisa leurs pretres et tua beaucoup de chretiens, on lui rap- 
porta riiistoire de ces saints et ce qu'ils avaient fait aux temples et aux idoles. 
II se saisit d'eux, les chätia par de nombreux tourments, pendant divers jours, 
en les frappant, les pendant, leur dechirant la chair avec des peignes de fer. 
A la fin, il leur fit trancher la tete et ils regurent la couronne du martyre. 
()ue leur intercession soit avec nous! Amen. 

1. C.ette comtnemoralion mani|uc dans Ludolf. — 2. B Kdli/ous. — 3. B Ibrini, Malan 
Enno. 



[9271 CINQ DE BARMOUDAH (31 MARS). 285 

^>,j <ü ^L^A; ^\^\ iVl ^Jl VI ^^-;, Vj V ''^^-^. "^3 C^. "^ '"^^^ 
'•'»,Ubj <.w^j jLiVI ^jJil (j""^. <-5"^' ijj..»j«Jl ■'*U ^Ic Lij "^5'^ _>*3 '^ 

^. -^01 jl ^ jLlj (»jit cUUJI ^ j^j^^j '0^1 jU*;- pf^y J^ l^<i\ 

1. Pro his tribns s>erbis A habet xL=. — 2. I> addit^±'. —3. Deest in B. — 'i. ß 
j;j_jj. — 5. B rt^f//< t^'U ^. — 6. öet's^ /« B. — 7. B jU^. — 8. A jj^,U^Jl. — 9. B 
lijk-. — 10. Ilaec verba a JU^ desiint in B. — U. B J-:^.5 % ^'J ^- — l^. Ezechicl, 

XLiv, 1-2. — 13. Deest in B. — 14. B ^-^sj ^\. — 15. B ^Üjj. — 16. B i-Wj. — 
17. B Jj^sJ. — 18. Cf. Ezechiel, xxxvi, 2,5; B ^U. — 19. B ibj. — 20. //«ec verba 
■^JlS'^ desunt in B. 



a 



CINQ iiu Mois liiiM niä B.VRMouD.vii (31 mars). 

Ell cc jour mourul le grand prophete Ezechiel {Jlizqyäl), fils de Bouzi 
(A Youdi, B Youri). Ce juste etait pretre et prophete, il fut emmene prison- 
iiiur ä Babylone {Ddbil) lors de la captivitc de Nabuchodonosor {Bakldnasr). 
L'esprit de prophetie descendit sur lui tandis qu'il etait sur la terre de Baby- 
lone. II prononga des discours admirables. Ainsi il prophetisa que Notre- 
Dame, mcre de Dieu, enfanterait et qu'elle resterail vierge apres raccoii- 
cliement. * Il dil : « J'al vu ä l'Orient une porte fcnnee. Le Seigneiir in'a dit : * !. ns v 
Cette porU; scra fermec ; personne n'ij eiitreni, iii neu soiiira; niiiis le Sei- 
(jneur, Dien d'Israel [IsräijU), y enlrera et en soiiiru; eile sera ferinee' . » II pro- 
phetisa sur l'eau du bapteme qui sanctifie l'äme de rhomme et sou corps, 
arrache lo coeur de pierre et en fait un fds pour Dieu par la descente de 
l'Esprit-Saint-. II precha le peuple, blänia les pretres d'abandonner l'ins- 
truction des üdeles, les mit en garde contre la negligence, leur montra que 

1. Ezechiel, xliv, 1-2. — 2. Cf. Ezechiel, xxwi, 2.5. 



286 SYNAXAIRE ARABE JACOBITR. [928] 

"^■^ Ls^ l*f-*^ ^^^ f^VI u^.U-1 y. A^ Uj io^ ::;U <;.A._ ^k. ^ül ^^Ij ijjit 

W.J -uU^^Ä. ^_^^l A-.äT <>J^ Jp^j ''•».^' l^^j 5s^j (v'-^ji-' ''-^ v^V 

1. Ezechiel, xxxiv. — 2. Z>ees; in A. — 3. Cf. Ezechiel, xxxvi. — 4. B L,.;^.. — 
5. i^ü Uwj c?es?</(< //t ß. — 6. B ix^j. — 7. L^ ,.,^0 tfes««; in B. — 8. //«et coninie- 
moratio deest in Ludolf. — 9. B addit J-i--. — 10. B l^äU^i^L — 11. B . ^,ü. — 12. B 

U.W^. _ 13. B \';J^ Jj. — 14. B rt<f<f/< s'j.^. 



Dieu leur demanderait des comptcs pour n'avoir pas hastruit et averti '. II 
prophetisa la resurrection, moatra qiie las corps ressusciteront avec les 
fuiies qui leur etaient unics et qu'ils recevront ce qii'ils meritent-. II pro- 
nouQa de uombreux discours utiles ä ceux qui y feront attention. Dieu fit 
voir par lui de uombreux miracles. Quand les Israelites adorerent les idolcs 
k Babyloue, il leur en fit des reproches : leurs ehefs se jeterent sur lui, et le 
tuerent. Sa prophetie devanga de 577 ans Tincarnation du Messie; eile 
dura vingt ans. Que son intercession soit avec nousl Amen. 

six nu MGIS DE B.VRMOUDAU (1'' avH!). 

'En ce jour mourul la sainte errante, Marie l'Egyptienne (Manjam el- 
Qohhjah). Elle 6tait du pays d'Egypte {Mw% de la ville d'Alexandrie (/•/- 
Iskandaryah), fillc de parents chreticns. Quand eile eut atteint onze ans, 
l'ennemidu genre Immainlatrompaet fil d'elle un piege et un filet par lesquels 
il prit des ämes innombrables. Elle se donnail ä la debauche, sans salairc, 

1. Cf. Ezechiel, xxxiv. — 2. Cf. Ezechiel, xx.xvii. —3. Cette commemoration manque 
dans Ludolf. 



[929] SIX DE BARMOUDAII (l"' AVRIL). 287 

V, C^Vl ^iyi\ [^"ij^ i^J.U\ C<U)1 ^l ^^ Jj.>jJI Oib' l-o-b LJal ^-^\ _k. 

^'1 4JVI ÜJJlj l ^^ ^JJ^\ y ^.Üli» ^^l^Uj ^5Ci ^'■' j^..Ä.^JI wJ i'-uJl 4jj.ibl 
S!>L» y«|jj" ^.1^3 iA.-_!l "tj-ij -^^ ^S\ c>^j XjJI j^l c^^i LJ3 J*i-jJI |\< 

1. A tjj!)J'. — 2. B 1;^^ ^^=. — 3. A A.i. — 4. B »_^X — 5. ^^^r^! J desimt in B. 
— 6. Ilaec Verla a Uj desiint in B. — 7. Deest in A. — 8. B fj?. — i». //«ec 
(-ez-Äfl fl CUjl^ desunt in B. — 10. A <JJt. — 11. B UL-i. — 12. Z)eesZ in B. — 1.3. vj:,JCi 
L^L^ desunt in B. — 14. A ^XtX\. — 15. Haec verha a ÜjJL l; desunl in B. 



mais par amour et par habitude du peche mortel. Elle resta dix-sept ans dans 
cette voie coupable. Par la charite de Dieu qui aime Ic geiire liumain, il arriva 
qu'il lui fit voir unc troupo qui allait en pelerinage ä Jerusalem [El-Bait d- 
Maqdis). Elle conrut la pensee de partir avec eile, et eile partit par inor 
avec une foule considcrable. Quand le voyage fut commence, * les matelots * r. itd t\ 
lui dcmanderent le prix du passage. Commc eile n'avait rieu k leur donner, 
eile leur prodigua son corps. Elle continua cette couduite coupable jusqu'ä 
ce qu'elle arriva ä Jerusalem. Lorsqu'elle voulut entrer par la porte sacree 
de la Resurrection, la force divine Ten cmpcclia. Toutes les fois qu'elle 
essayait d y penctrer avec ceux qui y entraient, Tacces lui en etait interdit. 
Quand cela fut arrive plusieurs fois, eile crut quo son libertinagc en etait la 
cause. Elle leva les yeux, le coeur brise, et vit l'image de Notre-Dame, com- 
patissante aux chretiens. Elle pleura et l'implora en disant : cc Protege-moi, 
ö mere de Dieu; lorsque je serai entree et que j'aurai cclebre entierement 
la fete, je ferai ce que tu m'ordonneras. » Apres qu'elle eut dit cela en pleu- 
rant, eile put entrer. Quand eile eut termine les cer4monies de la fete, eile 
revint vers l'image de Notre-Dame, fit devant eile unc longuepriere enversant 



288 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [930] 

io-l; ^yo ijy^ IaI;'U \.~L1 ^'%>- d~- ^J\ \}^y ly y^ ^^^-^L^J j^ '^ ^ »^ 

'■'JuAäJI fcUCj ^•JcvLJI J L^ ^Aj c- ^''M'j ^ ^'^^ ^'1 iwUJl jLäw jJuJl 
CJl^ f-^ LJj ^Ll" jl iVtJf "**; iJ'' ^-/"^ ^"^ ^ ^y^ (jAj '»JJ.LiI ^^^]\ >iJI 

f. 179 V». ■r-J^^ jl * i_^.S ÜiU jl^ -^V '•^C.AIJI JjoujVI l^ So^ j.3jVl i^, Jl -Jl 

^^üaläo" c-ii jl L~wjj L •»j'jsL' lj;:~U3 ^ «ui-i '^/•jJI Uj c« ^::-j^ \'-^ 'J^\ 1^1 

1. B U-Uv.. — 2. B rti^fW '-^ ^l>ij. — 3. B 'irr'. — '*■ I^eest in B. — 5. vJuU. J' 
(ieesZ z>J A. — 6. A ir'-äl. — 7. A arf(^j7 »^. — 8. //«et- ve?-ba a ^^jl')^ desunt in B. — 
9. Pro Jii)! .J^Vj B habet ^Jjj Oi^' -^^* vJU^-C-j. — 10. B ac^c^/^ U*^. — 11. B 
additj^:^,. —12. B ^uUs-'b. — 13. B ^y^V — 14. Z)ees^ in B. — 15. B^L. — 16. B 

tJjt. — 17. B L^j. — 18. A^l. 



des larmes amercs et s'humilia devant eile pour qu'elle l'envoyät läoü serait 
le salut de son äme. Uiie voix veuant de rimage lui dit : « Si tu passes 
vers le Jourdain {El-Ordoim), tu trouveras le repos et la delivrance. » Elle 
accueillit cette parole, pria, demanda l'intercession de l'image et partit. A 
son depart, eile trouva quelqu'un qui lui donna trois oboles dont eile acheta 
du pain. Elle passa le Jourdain et demeura dansle desert pendant quarante- 
sept ans, desquels sept ans oü eile eut ä lutter contre Tennemi ü cause de 
l'amour de la debauche qui etait en eile, et trente annees qu'elle passa en 
courses. II restait un peu du pain qu'elle avait achete; eile s'en nourrit pen- 
dant longtemps, chaque dcux ou trois jours. Quand eile l'eut termine, eile 
mangea de Therbe, Dans la quarante-cinquiemc annee de sa vie errante, le 
pretre saint Zosime {Zousimd) alla dans le desert du Jourdain pour y passer 
r. 17'j w les quarante jours consacrcs, * car c'etait la coutume des moines de ce 
couvent de sortir les quarante jours de jeüne dans le desert pour y faire des 
devotions. Quand il partit, il demanda au Seigneur de lui faire voir quelqu'un 
qui lui füt utile. Tandis qu'il errait, il aper^ut de loin cette sainte : il crut 
que c'etait un demon (CliaUdn). Lorsqu'il eul. prie, il lui apparut que c'dtait 
un etre liumain : il la reclierclia, mais eile s'cni'uil loin de lui. Commfe il 



[931] SIX DE BARMOUDAH (1" AVRIL). 289 

IjJU J LaI^ ^jl^ ~'^V If-i^Ä (_^^. jl ■^1-3 'o^l Uy:=J i^'lkJI L^j ^!1 

j jl^ LI3 J-Vl (.Ul J l^'L jl ■du '^pT 'ii^J\ 'ijy^ ^ ^j'jJ\ ^ j~^_^ Ij^-^l 



1. B , ;^'. — 2. B 00! J^"^. — 3. öeeÄ< //; A. — 4. B ^. — 5. Deest in ß. — 6. B 
JsU Jl .ji^j! L^jJt. — 7. B Jb. — 8. B ^O j Jjt^. 



s'attachait ä sa poursuite, eile lui cria : « Zosime, si tu veux t'entreteuir avec 
moi, jette-moi quelque chose pour nie couvrir, car je suis nue. » II s'etonna 
d'etre appele par son nom. Quand il lui eut jete de quoi se couvrir, ils se 
prosternerent Tuu devant l'autre ; olle lui demanda de prier sur eile parce 
qu'il etait pretre. Puis il la sollicita avec des salutations de lui faire connai- 
tre toute son histoire ; eile lui raconta tout ce qui lui etait arrivc depuis le 
commencement de sa vie jusqu'ä ce moment. Elle lui demanda ensuite de 
prendre l'annee suivante un peu du corps du Messie et de le lui apporter. 
Au beut de l'annee, il prit du corps sacre dans un verre; il eraporta aussi 
des pois cliichcs, des dattes et des lentilles huraectees et alla au bord du 
Jourdain. La sainte etait venue en marchant sur le fleuve. Ils se saluereut 
Tun l'autre et prierent. Puis il la communia, sortit les pois chiches, les datlos 
et les lentilles et lui demanda d'en prendre. Elle prit avec ses doigts 
quelques lentilles en maniere d'eulogies. Puis eile le pria de venir l'annee 
suivante. Quand on fut ä l'autre annee, il traversa le Jourdain et la trouva 
morte. Aupres de sa tete etait ecrit : « Enterre Marie la malheureuse dans la 
terre d'oü eile a ete prise. » II s'etonna de cette inscription et vit ä ses 
pieds un lion qui la gardait. Quand il songea ä Tenterrer, le lion vint 
creuser une fosse. Le saint l'ensevelit, puis il revint ä son couvent et raconia 



290 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [932] 

f. 180 r». jv^' " L"' vLj A.S-) O., Vji^ <C-w LtLs- "cLo- ^.'ISj Lfc^l Jl yjl /j^ A-^AiJl 



*k— Ol Ujw« 



,^' 



L^l ■^Jl^ ibjb ^^•-äü j^ /^-«l^l ^j^\ l«y) aäJI aJ ^__^J ^^ "'Ua.l ■'•«Jj 






t^ 



9^VI Jl 



i^ 



10 ••• . I 11 II 



lÄA ^-'«JVl i'-Olj S-V-Jl ^"'^yl j»il_y_ -JiJI ^;_JuJI ^^^-Üll ^.;.;.r ^_yJl lÄA^"^ J*^ 

ia— . ^j-o ^jjli J.~' jj-» j^j Jj->^j l/ir^'^j-'-J f^X cs*3 'U-"l *.-ilo ^.«1.^ jUl 

1. Deest in R. — 2. B l^!^. — 3. Haec commemoratio deest in Ludolf, Malan. — 
4. Deest in B. — 5. B ►-'!. — 6. Cf. Evangelium Johannis, xx, 27. — 7. Evangelium 
Johannis, xx, 28-29. — 8. Deest in B. — 9. Pro his verbis B habet Ux' rU-^-* ^'^ J^'.ii^. 

— 10. Z)ees« in B. — 11. //aec commemoratio deest in Ludolf. — 12. B addit Ji». 

— 13. Deest in B. — 14. Pro y} B habet .JuJt -J'j. — 15. B '->"^'. — 16. A b^^.j. 



niix meines la vie de Marie depuis le comraencement jusqu'ä la fin. La duree 
f. ISO I», totale de sa vie fut de soixante-seize ans. Que la benediction de * ses 
prieres soit avec nouslAmen. 

' En ce jour le Seigneur — gloire ä lui — apparut ä Thomas {Toiimä), 
Ic liuitieme jour de la resurrection, lui fit voir les traces des clous, lui prit la 
rnain et la placa dans son cöte sacre'-. Thomas dit : « [Tu es) mon Seigneur, mon 
DicK. » 11 Uli rrpimdil : « Lorsijue tu m'as vu, tu (ts cru : hoivru.v ceJui (jui croit 
sun.s ttt'avoir ini'' ! » II arriva que, lorsque Tliuraas pla^a sa main dans le cöte 
du Seigneur, eile faillit etre brülee par le feu de la divinitc; quand il confessa 
Dieu, eile fut guerie de la douleur du feu. Gloire eternellement ä Notre-Sei- 
t-neur! Amen. 

o 

SEPT DE BARMOUDAU (2 avril . 

''En ce jour mourut Ic saint, le juste, Ic grand Joachim (Youdfiini), pere de 
Nolre-Dame, mere de Üicu. (ii't hcmime vertueux fut appele de Iruis noms 

1. Gelte commemoration manque dans Ludolf et Malan. — 2. Cf. Evangile de Jean, 
\\, 27. — 3. Evangile de Jean, xx, 28-29. — 'i. Gelte commemoration manquc dans 
Ludolf. 



3 11 

'7^ . ' A^\J 



J933J SEPT DE ßARMOUDAII (2 AVPxlL). 21)1 

j,l jL,U J ^~:!1 J A.^;. ^i-^'l ^j>:>l ä:^ ^^^* a:^ ^^'x ö'-^ ^^^ ^'^' ^^J^- 
^j.^\ Ua a,V1 Jl J^-U-l ^^. ^'^^ ^k ^-^^ ö^ "^^^ ^-^3^ ^-^^^ ^^^ ^-^^^^ 

Lu <^!u s^j- <i!i iv:v "^^h ''^"y^^^ ^^^') ^3^^'3 !^'^ ^j^ ^^ ^^ 

Ü Ua, jl ^;^.::-l3 ^..^^^ ^^!^ (n*^y^ o* ^^-J r'^' '^-*^ '-^'^ ^■ 
^Jj U-Jl ->J^ •c-fr -^Ul ^'l ji A«j v-i;*^^ 'r'.r^^ -^=r^^ '^r^ ö' 

^^. j^\ JS3 '*^Ü3> ^.1 V..-^^ ^^-^'-J 'V*^ ^JJ^J^V^erf>^ ^^-^' ^-^ V3' 

1. B Ubj. — 2. B p'^\. — 3. B is-Olj) ^!. — 4. B l^xAs.— 5. Deest in B. — 6. B 
JjI. _ 7. //aec coinineinoraW» deest in Ludolf. — 8. A ,^.'^1- — 9. A ^^^^J^!. — 
10. B 'iJ^fj. — 11. B addit ^.-s?^'- 



qui sont : Joachim, Younäkbir et Sadoc {Sädouq). II etait de la descendance 
de David (Dcmtoud), de la tribu de Juda {Yahoudä), car il etait fds de Youtäm, 
fds d'Eleazar {EVycher) fils d'Elyoud qui remonte poiir sa genealogie ä Salo- 
mon {Solaiinäu), fils du roi David. Dieu promit ä celui-ci que sa descendance 
regnerait ä perpetuite sur Ics Israelites (Dani Isräuil). Anne [llannah), femme 
de ce juste, etait sterile; mais gräee ä leur pricreet leurs demandes continucl- 
les ä tous deux, Dieu leur accorda un fruit vertueux et doux qui rassasia tous 
les gens de ce monde et enleva de leur bouche Tamertume de l'esclavage. II 
merita d'etre appele pere du Messie, a cause de l'admirable et prodigieusc 
incarnation. Apres que Dieu eut rafraiclii ses yeux par la naissance de Notre- 
Dame, son cceur se rejouit, il olTrit des sacrillces, sa honte cessa parmi les 
gens de sa race. Apres que sa mere l'eut sevree et portee au tenxple puisqu'il 
l'avait vouee ä Dieu, il vecut encore un petit nombre de jours et mourut en 
paix. Que son intercession seit avec nous! Amen. 

' En ce jour aussi a lieu la commeraoration d'Agapius {Aghdbios) et de Theo- 
dora {Tdoudourah) les martyrs et celle de notre pere Macrobe " {Maqronfijous), 
fils spirituel de notre pere INIoTse (Monsa), superieur du couvent d'El-ßalinä. 
Que leur intercession soit avec nous! Amen. 

1. Gelte commemoration manqoe dans Ludolf. — 2. A ^Inqroufah, Malan Maca- 
rusius, Mai et Assemani Macrobius. 



292 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [934] 

♦ f. ISO v°. ^^J^y. ö^ Cf f-^ 

Vjp.|j^j i\^ ^'Lk j'^„ Oj.L- ^.L-kiJl ^ ^2^■^3 ^-=':--~» ISliJi jjÄ_(L"l3 ^LUJlj 

^^IjLj . Jl Zj'üS^ .flr—^'i CjUA-äjI CjL-Jij-«3 "»..UalJl />li-^Vl Oi-«;i-^ /PJ 

bjli. j ^^jL^lj '••^U.ll J\ ^^^i^ oL;.Al>l ^"^y ^>ii>-i i>^^ ^^^ >^^ ^^'^J 

1. //rtec coinmeinoralio deest in Ludolf. — 2. B IjJ-^i-x^'. — 3. A ^jUI. — 4. B 

-;j vjIj. — 5. A ljj.~>«, B LJo-oj. — ■ G. B addil i.l.-;iü' ^ ^.0™^ 'rr^^^^'*"'' ^-^' ivT^' 

^^j. — 7. B ^:.--.J'. —8. A «^iU. — 9. B .,/^'j. — 10. /"ro his verbis a ^^li»3!j 

B habet L^J Ub^. — 11. B oli'^^H,— ''• — 12. A »j'o-O!. — 13. B o^Lj.::=. — 14. B LU. 

— 15. B M. — 10. B j'-i'j'^'. — 17. B i^X — 18. B ^h^Jj. — 19. B JU^l. — 20. B 



21. AU. — 22. A 



5j_^=r-. — I].. A 1^. — 1^:^. A ^^ 



* f- i***^ V". * iiuiT DE B.VRMOUD.^H [Savril). 

' En ce jour moururent marlyres trois saintes qui sont Agape {Af/Iidbi}-, 
Irene (Iräni)'' et Chionia [Stjonnyah)'' . Ces vierges saintes etaicnt des gens de 
Tliessalonique [Tasfiloiiiii(j)j(ih); dies adoraient le Messie loiu de leurs parents; 
elles avaient choisi la virginite et la chastete, elles vivaient dans une union 
cliretienne; elles suivaient dans la vertu une route au-dessus des forces de 
leurs pareilles et de leur temperament; elles pratiquaient continuellement 
des jeünes prolonges, des priores assidues et desveilles; elles visitaient fre- 
querament les couvents et participaient aux austerites des religieuses. Lors- 
que regna Maximien {Makslmydnous) Tinlidele, qu'il retablit le culte des idoles 
et versa en abondance le sang pur, ces saintes eurent peur, s'enfuirent vers 
la montagne et se cacherent dans une caverne oü elles demeurerent, conti- 
nuant leurs austerites et leurs devotions. Une vieille fenime cbretienne les 
visitait chaque semaine, leur apportait ce dont elles avaient besoin, vendait 

1. Celle commemoration manque dans Ludolf. — 2. A Agiinni, Malan Agnpia. — 
3. B Abrini. — 4. B Suuni/a/i, A Snboiini/ah, Malan Siqniiiid. 



r. 181 i- 



[935] HUIT DE BARMOUDAU (3 AVRII,). 293 

■'Li« ii^ \^ y ji j^ ^v c^> ji j\ ^li oiiJi ^.li-^ ^-^j lAb öl 

j,i^M^I ^'!^ ^--^1 -^^rT-^"^ -^y O^il t^l J>-i jl-^«Jl ^j^ ^Cj-Vj^ '^jl U-U 
^L»^l ^ Ot'*-" '-^'^ ^■.^.^^•~'' (^''-5 "*^ (^^ üv!"^3 UtHr >^^^ oUj'Is ^jaj 

^^^3 tjf.l^ SyD JljJl j:^ jiV^ ö^ -r^ ''^5-^^ ijUlt c^Uu--. ^'j^1 ojj^b 

g-U üjfjLL. J LJj 'h:i'% Jl L^ |»ji« (c— i ii^jAsJ A„»j^tJi j^*^Ä**^i ^!>l ^.'-' 

1. B Ji. — 2. A ^5^ ^- — 3. />ees< wi A. — 4. A vJL.'-'*J^ — 5. B ^^^l; j/'-^- 

— 6. B J^JÜ. ^ 7. //aec cez-öa « ^^'j desitiU in B. ^ 8. A ^J~.L. — 0. B ^^^^Ij^'. 

— 10. Pro L-i B habet > ,f^\ -Vj. — 11. Haec verba a JoljuJlj desunt in B. — 12. //aec 

commemoratio deest in A e/ Ludolf. 



le travail de leurs mains et faisait de leur part l'aumöne de leur superflu. Uli 
mechant la vit sortir freqiiemment de la ville vers la montagne ; il la suivit de 
loin de fagon ä ne pas etre apercju jusqu';\ ce qu'il la vit entrer dans la grotte. 
II se cacha jusqu'äce qu'elle sortit, car 11 croyait qu'elley avait quelquecliose 
de Cache. Qiiand eile se fut eloignee de cet endroit, il entra daus la caverue 
et trouva ces pierres precieuses, les iiancees du Messie, debout et priaut. 
II les lia et les traina jusque chez le gouverneur de Tliessalonique. Lorsqu'il 
les eut interrogees sur leur religion et qu'elles eurent declare qu'elles etaient 
chretiennes, adorant celui qui fut crucifie ä cause d'elles, le gouverneur, irrite 
de la l'orcc de leur reponse, ordonna de les frapper. Elles furent battues 
cruellemeut. Comme elles ne lui obeissaient pas dans son impiete, il ordonna 
de les jeter dans le feu; elles lurent liees et jetees dans le feu et y rendirent 
l'äme; elles regurent la couronne du martyre et du bonheur dans le royaume 
des cieux. Que leur iutercession soit avec nous! * Amen. * f. isi v 

' En ce jour aussi moururent cent cinquante martyrs en une lieurc, de la 
niain du roi des Perses (FJ-Fors); il attaqua le pays des cliretiens voisin de 
ses IVontieres et ramena des prisonniers dans son pays. Comme ils n'obeis- 
saient pas ä ses ordres d'adorer le soleil et los etoiles, il ordonna de leur 

1. Cette commemoration niauque dans A et Ludolf. 



294 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [936] 

ö^ JD _.'Ai)l lÄA ^^l_^ll U-^jj ''aaU^I A;U1 >_;VI rt.~Lr /»_jJl lÄA' j' 

jlS j:,-j>-3 '».,Uj ijlj)' ü'iyiJlj «_-~iu Uj^i« J03 iJo'ij L^ 'CLJaiJI ^ ^«ji L-Lo-wj 
^.a)1 j <J ^L^l U-I3 dUi 'M^ J ^-::-~JI jL-;. pJ J^l jl^ ^.-j S.-Vi ^. 
V— ^' J -^ o'-»^l '-«Jj ^"^^^J ijUjj 4iCj -^jjJj Li ^aS Öw ^J-.''MJ3 i_«i:- 

1. Haec comniemoratio deest in Ludolf. — 2. B addit J-i». — 3. B addit ^J^V — 
4. B Ujj. — 5. B !>-::',j-). — 6. B addit L™^. — 7. Deest in B. — 8. Haec verha a -L-^j 
desitnt in B. — 9. Deest in A. — 10. Ilnec i'erba a LJj drsiint in B. 



tranclier la tete et ils re^urcnt la couronne du martyre. Que leiir intercession 
soit avec nous ! Amen. 

NEUF DE BARMOUDAII (4 avril). 

' Ell ce jour mourut notre pere le pieux, le zelö Zosime (Zousimd)^ le moine. 
Ce Saint etait des gens dePalestine (Falastin), fds de parents cliretiens et saints. 
Quand ils eurent ce fils, ils l'eleverent pendant cinq ans, puis le remirent 
ä un des superieurs de saints religieux pour lui donner une education clire- 
tienne et lui enseigner les sciences religicuses et les reglements de l'Eglise; 
il le rcmit au supcrieur Anbä Rouhanyi {le pere spirituel). Celui-ci l'ins- 
truisit dans toutes les lettres, puis le fit moine et diacre. II grandit de plus 
en plus en nierite; il etait assidu ä louer Dieu el ä lire jour et nuit : lors- 
(Hi'il travaillait de ses mains, lorsqu'il niangeait, il ne cessait en lout cela 
de louer Dieu. Lorsqu'il eut passe trenle-cinq ans dans le couvent, il fut 
ordonne pretre; sadevolion, ses austerites et son zele augmcnterent. Lorsquc 
les treize ans de sa pretrise i'urcnt accomplis, et il redoublait de -piete et 
accroissail son zelc, l'ennemi acharne sema une mauvaise pensee dans son 

1. Cctte conimenioratiüii maiKjue dans Ludolf. 



[937] NEUF DE BARMOUDAII (4 AVRIL). 295 

ijsUI J^ i_Ä_L^ ^^ Ja "(5j" "^ (i Jj% J^'O "^^J ^'^' lJ^ -^ '*^^ ^J 

^,Us pf;;_^~- li ^;_r-^l^ Or-;.-^» "'^^ V -^^ '*^^^ '^r-J f^ J-=jVl ^>' ''J i^-iJl 

\j^ ^jM jjisU-3 (»A-^ ö>'^^^^^ "^ >- y ij^ r^^*^^ <^ ^^-^ r^ 'L'"'^ ö^ "^^ 

jjj^J JjVI (>_^VI ^^a)1 (j l\y,y^_ ^JJLJI J^t^jVl C^Ij 1^1 ii^ (^ C^OJ 

(♦^J^ ^LJwl lils jj^-i«-'(j ^iUl jj^jJl jj^. (^3 _';.-^' ä'" il<>?V^. (*'* 

^j_^9yj:ö J' ij-ojl pjJ^ c)jl-'3 J=^} (»f^»; 'y-^^. ^^*^ ^;.-^^ -^\ ij^ Oy*^. 

^Jk^l ^^1 lilj ^,>V1 4^j ^-^^ ''a>I Vj iA> ^Ic p^ J^ "'-^^^. V^' J 
i^jüJl •Cs-L- ^,_)^ (3 "^^ '*^ ("^^ (Ir* 'Sv'^. iJ' '*^' '-'^J 'Hi^r' (3 r^-r^. rn** 

1. jJi J, desiint in B. — 2. B ^y\. — 3. B ^l;. — 4. J, «?eesi /« A. — 5. B ^j..t>. 
_ 6. Bj-^iL». — 7. i)et\v< //( A. — 8. A ^^.s^. — 9. A l^j^^.- — 10. A IOJ^U:'.. — 
11. Deest in B. — 12. Deest in B. — 13. B 'ijj^]. — 14. B '•^■--'r."' ;c^j- 



coeur, c'est qu'il surpassait les ascetes de son temps, et il disait en lui-merae : 
« Reste-t-il une devotioii quo je n'aie pas pratiquee? » — Lc Messie ne le 
negligea pas, mais il lui cnvoya un ange pour lui ordonner de se rendre dans 
Uli couvcnt qui etait dans le voisinage du iourdain {El-Oi(lo}in). 11 se leva, y 
alla et y trouva de saints vieillards dout la couduite etait parfaite. II reconiiut 
qu'il leur 6tait inierieur et qu'il y avait plus accompli que lui en ce nionde. 
II habita parmi eux et pendant des annöes, rivalisa de zele avec eux. IIs 
avaient cette coutume : quand arrivaient Ics quarante jours consacres, ils 
jeünaient la premiere semaine et communiaient, puis ils sortaient du couvent 
en recitant le vingt-sixieme psaume. Quand leur sortie etait terminee, ils 
priaient ensemble ä la portc du couvent, se faisaient reciproquement leurs 
adieux et le superieur les benissait. Puis ils se dispersaient dans le desert, 
chacun faisant ses efforts suivant sa mesure ; aucun ne regardait le visage d'un 
autre. Quand Tun d'euxvoyait son compagnon s'approcher de lui, ilfuyaitd'un 
* autre cöte. Saint Zosime sortait chaque annee avec eux pour errer dans le * r. isi 
desert. II demandait ä Dieu de lui faire voir quelqu'un qui lui serait utile. 
Dans une de ses courses, il trouva saintc Marie (.Va ■;/«//() l'Egyptienne (£/- 
Qoblyalt), il lui demanda de lui laire coanaitre sa vie et la cause de son existente 



296 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [938] 

^jOI jLfcj ^It ^jls^ '^<-'\j^^. Ij^b^y c^5t^' ->i' LftJ^y ^"^^ ^f^^ (J L&AiLLil 

•j-^l ""ijJj-oJtJI J; «-fl ^~0^' ""^"^^^J ^^Lä-i 1aaL=>m LN__li "C-. ^y''%3 '^J '"^' 

r-j^^l l_j-,Üaj .dUj lyCij jl-j^üi ÄjüUVI '»Jl ^■r''^ ^y^^ ''b^"^ pf:.-^:.^ ^V?" 
jl Uj '"^l J^l jl Jl i^l JjUl Ui U Ul pj Jlli ^1 Si i,Jl ^ 

4_-Ui ^^JJl ^jLkc Ä=-1 »„ouÜl ^Is ijlj LJj («A_^l -*^.lj' f=-^^^ l5-^l (Tf^^l C^. J^ 

1. A JU-M. — 2. A > ,1^^!. — 3. A U- yi. — 4. //flec verba a i««d>. desunt in A. — 

5. /"/o /«s veibis a Jj-l^j B habet L^p^-" iJJ«.^ Ux^. — 6. //«ec cominemoratio deest in 
Ludolf. — 7. B bjl. — 8. B , ,,;^;^. — 9. A ^^j^)- — 10. Haec verba a Jläi deest in A. 



errante. Ensuite eile lui demanda la communion. II la lui apporta et la corn- 
miinia. Puis il revint la voir l'annöe suivante et la trouva mortc. 11 l'enterra 
et raconta son liistoire aux moines du couvent. ()uand ses quatre-vingt-dix- 
Iiuit ans furent accomplis, il mourut. II en avait passe soixante-cinq jusqu'ä 
son entree dans le desert, et trente-trois dans la devotion et la liittc. Que sou 
intercession et sa priere nous protegent, ainsi que les enfants du bapteme! 
Amen. 

'En ce jour aussi apparut un grand miracle par l'intermediaire de notre 
pere, saint Chenouti {Sinoittyous), patriarche d'Alexandrie [El-hkandanjah) 
(859-881). 11 elait monte dans le desert pour jeiiner dans le couvent avec les 
moines. Lorsqu'on fut dans la semaine sainte, les Arabes nomades [EWOvbän) 
se rassemblerent et vinrent dans le desert pour piller le couvent. Ils s'arrete- 
rent sur un roclier, ä Test de l'eglise, leurs epees nues dans les mains, pour 
depouiller les gons. Los öveques et les moines se rassemblerent pres de lui, 
se plaignirent et lui demanderent de partir du desert avant la PAque. II leur 
dit : « Pour raoi, je ne quitterai pas le desert jusqu'jl ce que la Päquc soit 
terminee. » Quand on fut au vendredi de la Päque, TafTaire s'aggrava. 
En voyant le trouble du peuple, le patriarche prit son bAton sur lequel etait 

1. Cette commemoralion nianquc dans Ludolf. 



182 r 



[939] DIX DE BARMOUDAH (5 AVRIL). 297 

^^1 ^J\ ^J:>- ^ (**Lr^J (»^ l5J-^ ^J^'^^ t>* l>-'^3 j*-^b i-üUVl isyC^ 

■^J* ^'^CUjU.I ^ IjJ lilLj lsJ,.._i- ^y^ Jüij -U-^ "ij '-^^lil bl^ l^J A,.^' 

1. Z)eesZ in A. — 2. A ^-. — 3. B ►.iT aI^. _ 4. öeesf /« B. — 5. Pro U».- ,,^0 
B habet Li 1^1 ^» 'j-^Ur^j l;.w^' . — 6. A ^=. — 7. Haec commemoratio deest in 
Ludolf. — 8. B addit Ji--. — 9. Deest in B. — 10. B Jj^. — 11. B hß. — 12. B -^--^Ij. 
— 13. A ^'i. — 14. A ^U;-.!. 



la marque de la croix et se tint pret ä sortir vers les Arabes en disant : 
« 11 vaut mieux que je perisse et non le peuple de Dieu. » Les eveques et 
les moines le retinrent et rempecherent de sortir. 11 fortifia leurs coeurs et les 
consola. Puis il sortit vers les Arabes, son bäton daus sa main. En le voyaut, 
ils s'en retournerent derriere eux en fuyant comme si une armee immense 
marchait contre eux. A partir de ce jour, ils ne revinrent plus commettre de 
dommages dans les lieux saints. Que rintercession de ce saint soit avec 
nous! Amen. 

DIX DE BARMouDA.il (5 avril). 

'En ce jour mourut Ic saint pere, le zel6 Anbä Isaac {Isadk), disciple de 
notre pere le grand Abolou-. Des son enfance, ce saint pratiqua l'ascetisme 
en ce monde; il combattit sa uature, alla ä la moutagne de Scöte [Chihät), 
prit le froc et devint le disciple du saint pere * Anba Abolou. II demeura * '• i82 1° 
ä son Service pendant vingt-cinq ans et il y montra un tel zele que son corps 
fondit et qu'il tua les passions charnelles. 11 y affermit sa resolution; il 

1. Cette commemoration manque dans Ludolf. — 2. Malan Aphlah, Mai et Assemani 
Apollo n. 

PATR. UR. — T. XVI. — V. 2. 20 



298 SYNAXAIRE ARABE JACüBITE. [940] 

2j5C) >L'li" ^UU ^IjüJIj i>Ul J C0I3 ^i^>i^ Jb^. ^0 jvL<r V LJ i/L LJj 
L lil ö^ l-A^Otj öjgil i^_^' ij >— ^jj lj_jJj^ ^Lffl^ kiL.« U lil jLo'VI 

1. B ^ — 2. B Js. — 3. B (7(^^(V jJ. — 4. Z»ces« /« B. — 5. Deest in B. — 6. B 
,_,UU. — 7. Deest in B. — 8. B JJL-. — 9. B addit Ud'. — 10. B Uvo:^'^ et omittit 
,.ys' ,!. — 11. Haec tria verbuin desunt in A. — 12. B v-^-j. — 13. B addit , jJI .►*. 
— 14. //aec commemoratio deest in Ludolf. 



resulta de tout cela le repos dans les priores et les offices religieux. II ne 
cessait de se tenir debout, les mains jointes, la tete hasse, versant des 
larmes jusqu'ä ce que le saint sacriüce et la priere fussent fuiis. Quand il 
en sortait, il ne se rcunissait ä personne ce jour-lä et ne laissait pas ouverte 
la porte de sa cellule pour que personne ne püt entrer. Lorsqu'on lui demandait: 
« Pourquoi ne parles-tu pas ä celui qui veut t'entretenir, alors que tu es en 
priores ou ä rolllce? » il repondait : « Toute chose a un temps determine. » 
Quand sa mort approcha, une troupe de raoines se reunit pres de lui pour 
qu'il priät pour eux. 11s lui demanderent :« Pourquoi fuyais-tu les lionimes? 
— Ce n'est pas eux que je fuyais, repondit-il, niais Satan {Ecb-l'.haiU'in), 
car lorsque lliomme tient une lampc allumee et se trouve dans un courant 
d'air, eile s'eteint. 11 en est de meme de nous, quand notre intelligence est 
eclairöe par la priere et le saint sacrifice, si nous nous reunissons pour causer, 
eile est obscurcie. » Quand ce saint eut acheve sa vie spirituelle et quand le 
Seigneur voulut qu'il se reposät de ses fatigues, son corps tomba legörement 
malade, puis il mourut en paix. Que sa priere soit avec nous! Amen. 

' En ce jour aussi mourut le saint pere Anbä Gabriel {Ghabnjäl), connu sous 

1 . Celle commemoralion manquc dans Ludolf. 



[941] DIX DI-: 13ARM0UDAII (5 AVRIL). 209 

tl^' ''^r^-b l^^-i^^äjj IjJU-o j»j,s3 lA^bl dJjiÜ ^-o^j LL.5 i^^ "-^L^ i-L_: ^c^ ji 

er'-:. t/V" ^cTi-^ Cr^ ^=^' i-^ «^ -5 ~-^J^^ ^J^ ^"^dJi -r^^ ^xL> 




>-i^* j'—'' pv;'-?"^ ■ <^^!i ' üÄj! j^.l^. j^« (♦vi/"„ j^ i^SUj jLa^I j^JüL« üAii^ 

\>':^\ V5 jT^j^^ Vj ji^;il M. Laa«. ^_i.il jl A* ijj jLi juä; a«,_. <,wL<3I "'bÄ^, 
jjjo" jl ^j .U-^ i^''Lj;l 4^U J ^Vl Ua ^Oj c^^ Jl v::-'-sj '"'^LLs 

1. Deest /« B. — 2. A ^-^ . — 3. A ^\f^ ^M- — 'i- ^^es« m A. — 5. B ^j.^'i. 
— 6. A '^Ji Idr-'. — 7. B 0-oi.vx^lj. — 8. B IJ^J. — 9. B addit iU^t. — 10. A 
Ü'-JI. — 11. B l^^y. — 12. Deest in A. — 13. Deest in B. — 14. B ,Uj. — 15. B 
addit iJ. — 16. B IJ.^J. — 17. Dees« in B. 



le nom d'Ibn Toraik, patriarchc Je la villed'Alexandrie {EI-hkaii(Jar>/ali){ll'S2- 
1146). Ge Saint etait des priucipaux personnages et des magistrats de la 
villeduVieux-Caire(Mwr). Iletaitscribe,copiste, savant, pleindemerite. Ilcopia 
de sa main beaucoup de livres coptes et arabes; il saisit le seus de la plus 
grande partie, en comprit la significatlon et les commentaires. II fut choisi par 
les chefs et les principaux des fideles pour le siege de patriarche. II y avait 
daiis le desert un saint vieillard syrien nomme Anbä .Joseph (Ymisof) sur qui 
etait la grAce de Dieu, il voyait par l'Esprit-Saiat et anuongait les evene- 
ments avant qu'ils ne fussent arrives. Les superieurs des meines se reunirent 
aupres de lui et lui demanderent de leur faire connaitre qui convenait ä cette 
dignite. 11 leur repondit : « Un homme appele Ibn Toraik. » Les moines 
entrerent * et informerent le.s eveques qui furent satislaits, s'accorderent sur ♦ f. 182 v 
lui et le sacrerent. Lorsqu'il monta au desert, il ajouta la conlession qui est 
ä la fin de relevatiou et resta isole avec sa formule. Quelques moines refu- 
sörent de la prononcer, de crainte qu'un Ignorant ne comprit pas l'uniou 
(du Corps et de la diviiiite de Jesus-Christ dans l'eucharistie) et lui dirent : 
« Notre coutume n'est pas de prononcer cette parole. » Apres une discussion 
salutaire, la formule « saus division, sans melange ni coifusion » fut acceptee 
et prononcee jusqu'aujourd'hui. Üe son temps, ce pere etablit de nombreuxet 



300 SYNAXAIRR ARABE JACOBITE. [942] 

^<r"->-i 'r^/K "^J V- ^-^ Cr ^^^ C-'^"^^ i>U)tj ^-=^ ^ylJvJI ^l^L ^"jJl 

*^juJfr Uj Ut jv-jj ijiU, ^vu 41, ^^{y, ^ji\ jikL. "0 ^^- Uj A=^ij 

,^i 1% Jlll. ^!1 ^-^ UJ l^k-iJ- ^^ ^^ ''a:^^— Jb -^'^1 ^l^jl 

^uli \^^U Ju-^Üj ^.U.j jLU '^pf._A>L j;LU jLA^!b i-^1 j. 'S:tL^ jli 
Jtl 4ijl U.U L^ cJÄJ^lj ö^ JLi A^ viUl :>y (v" dAliiJ L_^ ^: .0 ^ISj 
- .-: 1^;.:^ JL^ A»3 i-i^Jl dil" j, J^ p^ iAi^ l_yl^ ^j:.Ä!l i^^Hj ^JJUVI 

1. Z»ees; m B. — 2. B nddil l^J. — 3. B jj^sr-\ — 4. B ^l^. — 5. A JU. — 

6. B C--J»J. — 7. B L^). — 8. Deest in B. — 9. B ^^^/UJl — 10. Deest in B. — 

1^1. B ,'!. — 12. B tiddit ilaJj. — 13. B J^j^- — i^- Deest in A. — 15. B lu«.M. — 
16. Deest in B. — 17. B addit >wU! =^j. 



excelleiits reglements; il defendit d'enterrer les morts ä l'interieur des eglises 
au Vieux-Caire {Misr) et au Caire (El-Qdhirah); il interdit quiconque aurait 
une concubine et ne la chasserait pas ; il institua d'autres regles et des lois 
pourles heritages, elles sont encore en vigueur aujourd'hui. 11 composa des 
commentaires et donna completement leur.s sigiiifications nombreuses. De son 
temps, il Sacra cinquante-trois eveques et beaucoup de pretres ; on ne dit pas 
de lui qu'il ait jamais regu de quelqu'un un seul dirbem. Lorsque le sultan 
de l'epoque entreprit de lui demander avec instauces des sommes d'argeiit 
et les lui eut üxees, coninie les cliefs de ses fideles savaient qu'il n'avait rien 
regu de personne et qu'il ue s'etait rien approprie des ricbesses des eglises 
ou des fondations pieuses des eglises et des pauvres, ils se repartirent sui- 
vant ce qu'ils possedaieiit mille mithqals d'or et les payerent k sa place. 
Ouand sa mort approcha, il fut atteint d'une legere maladie; il vit comme 
une troupe de pretres et de meines, portant des croix, des encensoirs et des 
cvangiles, le salueret lui dire : « Nous sommes venus te visiter; nous revien- 
drons l'annee finie et nous te prendrons avec nous. » Quand il s'eveilla, il 
en informa les eveques et les pretres qui etaient aupres de lui. Puis il guerit, 
mais, apres la fin de l'annee, il mourut apres une courte maladie. 11 resta 
quiiize ans sur le siege de patriarclie. Que sa priere soit avec nous! Amen. 



f943J ONZE DK BARMOUDAH 6 A.VRIL). 301 

jVjI ^>. ^l^ i-.-üJI ^5iÄA Sj^^jir -^(.Vl Sy^lUl i-^Ai[)l c^^c^ ^>^\ Iäa^ J- 

jj L^_j j>^;. i;i^ UyV if*-j ^^.i^^ JUj ^ j^_ y l:a1 Ai; ^ui-^ij ji^j 

ijAjC-'Vl ^liL :L.b^.-*J^ o^ j ^vr*-'-J '^-r^ cW-* ^^i;-^^ cyr^^^ ct;.-*^'' •r''^' 

1. A >0^°f^. — 2. //aec commemoratio deest in Ludolf. — 3. B addit j^. — 
4. Deest in B. — 5. B iJ-s. — 6. B addü ^^^:>sj\. — 7. B Lv^'-^J- — 8. B Jj^ et addit 
L)U U-Uv!. — 9. B y . — 10. ,f.o. — 11. öees< w B. — 12. B J^ ^•^^^xj o^j'i^. — 13. A 



ONZE DE BARMOUDAH (6 avril ) 

'Ell ce jour mourut la saiate, la pure, la mere Theodora (Tchnidourah). 
Les parents de cette sainte etaient ' des principaux et des riches d'Alexan- » f. u 
drie (El-Iskandanjah). Ils etaient chretiens. Elle desira vivement servir Dieu 
et lutter pour son nom. Ses parents s'occupaient de lui donner de nombreux 
bijouxet des vetements de grand prix parce qu'ils esperaient la marier; ils 
n'avaient qu'elle. Mais comme cela nc lui plaisait pas, eile prit tout ce qu'on 
avait fait ä cause d'elle, le livra ä quiconque Tachetait et en distribua la 
valeur entre les pauvres. Elle bätit une eglise hors d'Alexandrie, du cöte 
Occidental. Puis eile alla trouver le saint pere Athanase (Atandsijous) le 
patriarche ; il lui coupa les cheveux et la fit religieuse dans un couvent liors 
d'Alexandrie. Elle redoubla d'austerites et montra un zele spirituel. Elle 
merita d'avoir des visions divines ; eile voyait les anges et les demons et les 
distinguait les uns des autres; eile regut le don de discerner les pensees et 
de les examiner. Elle rejouissait saint Athanase qui la faisait venir chez lui 
et lui-meme allait chez eile; il accueillait toutes ses pensees et lui faisait 

1. Cette commemoration manque dans Ludolf. 



S3 r° 



302 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [944] 

f. i83v". iLL-- iUJl Jl i-jAi!l iJLft oi^jj pUstVIj c_^1 Jcu '^ * J^j jLLjül plk:._ 

'^1 Ljt« ' |Jj->o L;">l«ii C>'\— ' C^5"t«*Jj 

1. Bj-^U isjju. — 2. B ^f. — 3. Z)ees/ ?/i B. — 4. öeesC /« B. — 5. B '3-j. — C. B 
üU~.. — 7. B .^^y'- — 8. Deest in B. — 9. Haec commernoratio deest in B, Malan. 



reconnaitre les ruses et les pieges de Tennemi. Lorsque le saint fut banni 
du siege d'Alexandrie, il lui ccrivit de nombreuses exhortations. Elle demeura, 
jiisqu'ä un äge avancö, ferme dans le combat spirituel; eile vitcinq patriarches 
d'Alexandrie, k savoir Alexandre (El-Iskandarous) CiOö-SSG), Athanase (326- 
372), Pierre (Botros) (372-380), Timothee [Timdtdous) (380-385) et Theophile 
{Täoufilos) (385-412). Cette mere est l'auteur de nombreux traites utiles, eile 
composa les uns par la gräce qui etait en eile et les autres d'apres les 
enseignements qu'elle avait regus de ses peres, les patriarches. Elle repondit 
ä quelqu'un qui lui demandait : « Si Ton tient ä quelqu'un des propos vils, 
düit-il dire : Tais-toi; ou chasser celui qui parle et se boucher les oreilles? 
— Rien de tout cela; on ne doit pas prendre plaisir ä les entendre; c'est 
corame si un homme place devant toi une table chargee de nombreux mets 
excellents et mauvais ; on ne peut pas dire : Ote cela de devant moi, car cela 
m'est desagreable, mais tu le laisses et tu maiiges autre chose. » Elle dit 
I. i8:i V". aussi : « On ne doit pas obeir ä Satan (Ecli-ChcuUiu), mais rhumilier * par 
des pratiques telles que le jeüne et l'humilite. » Cette sainte arriva ä Vage 
de Cent ans et mourut en paix. Que sa priere soit avec nous! Amen. 

' En ce jour aussi a lieu la commcmoration de Jean ( Youhdnnd), eveque de 
Gaza {Ghazali). Que son intercession soit avec nous! Amen. 

1. Cette Cf.mmemoration manque dans B, Malan. 



[945] DOUZE DE BARMOUDAH (7 AVRIL). 303 



^^yy. i> y^ c^^' f^' 



^ ,AÄ)1 Ua ^_yAlll d/^ '^^jAJC-VI ^.-^^ ^Vl r^" ^j^\ lÄA'^ J'"' 

A^;:; jvü jl_^ ü-^ i.üL.Vl d)^' A^3 ^^^ ir^j ^.^' lS-*^' -^ j^j ^ -^ 
>t»^l üjiLäJI ^1 hyi\ ^U. *j£.j b^Lj '^^jX<CwVi i_rl-*^' ^^ t/^ ^^ '*"^ 

^_j-jjJC5C^Vl >_jV1 ^-^ IjAs-y ^Ul Jl lj4>-^r^>LJ LLl-l j»5d£. i_j-»-s5 ii^^^^l 
^1 J^j Sj\ ^j\ iJ-^_, L«3 ^i^^ ^ '-'^(.„UL.! ^1 Jus ''-'»Loli ijiwJ 

1. A J-^». — 2. //;c inserit Mal' commemordtionem S. Michaelis. Commemoratio 

5. Alexandi-i deest in Ludolf. — 3. B addit J^». — 4. A , „.j,J-:-o I. — 5. B ^"^!. — 

6. B (.U Ji. — 7. B .>-p-rr^. — 8. A ,U"^1. B addit ijJ--J'. — 9. Ä Ui-.!. — 10. A LuJi. 
— 11. B i.'~,l. — 12. B jr-y/y.- — 13. -^i jlS^ f/esji/i« m B. — 14. B L^jJ^. — 15. A 
^j Jj;5l.^!. — 16. B jlo'- — l'^- B ^.^- — 18. B L^.^^^ J. — 19. B ^s^U. — 
20. A liä-!. 



DOUZE DE B.^RMOUDAH (7 avrÜ). 

'Ell ce jour mourut le saint pere Alexandre {El-IskandarosY , patriarche 
de Jerusalem [El-Qods). Ge saint fut sacre eveque de Cappadoce {QahäiJotuijjah) 
et vint ä Jerusalem (Yarouchaliin) pour s'y prosterner, recevoir la bene- 
diction des saintes reliques et revenir ä son siege. II y avait ä Jerusalem 
un Saint eveque nomme Praxias [Barksijousy , qui etait vieux et avait depasse 
Cent dix ans. 11 eut plusieurs fois l'intention d'abandonner Tepiscopat, mais 
son peuple ne le laissa pas. Quand saint Alexandre, ayant termin^ son affaire, 
voulut revenir en Cappadoce, Dieu fit entendre aux gens de Jerusalem une 
voix Celeste qui leur disait : « Sortez vers la porte et le premier qui ontrera, 
saisissez-le et etablissez-le ä votre tete comme eveque. » Ils partirent vers 
la porte, trouverent ce pere Alexandre et le saisirent malgre sa resistance : 
« Je suis eveque de Cappadoce, disait-il : je ne puis pas abandonner le trou- 

1. Mai ajoute ici la commemoralion de l'archange saint Mi ^hel. Celle de saint Alexan- 
dre manquG daas Ludolf. — 2. A Askandarous. — 3. B Barkyous. 



304 SYINAXAIRE ARABE JACOBITE. [946] 

...... ..ijy «.« «J^ >i>^,o jv i-Uj /«-« I _«»U«- ijL5 A.« X.« 'OL.'Jl o^.^'} *»^*t la.a...il 

l»r «ViJIjrM i_;-0 C>Ij*ÄC- 'Cilc-J ^LxJl ^J^ y\j>..^.S'^ "UU- (jä*Ls ÄJ».»-^ «jU-Jj ^j 

j_^_yl:syi «jiU LJ ^^^..^1 ^ S^\ (3^1) *^!>i(^ «.Ül e,Uyi 4J jL.iL '~ljU ^^^ ■*— =- 
(_j-^l.5 jü jl ^\ yfcj i,>U J yVI J^^2=^ (ntpl> öAr*^^ u^ t^ ö^ J^^ 

1. Z)ees< /« B. — 2. B sJ-^j et aci^/i 2.>!,'j. — 3. B ly^bP. — 4. Z)ees« in B. — 5. B 
s:»^. — 6. Beest in A. — 7. B ac?rf«7 Jst. — 8. B ^j^~:^j]. — 9. B addit i^-V. — 10. A 
^^U-^C. — 11. B addit ajI. — 12. B U. — 13. B ^. — 14. A ^.-^^M. — 15. B ä^s^. 



peau sur lequel le Messie m'a etabli pour eii garder un autre, car mon eglise 
est consideree pour moi comme une epouse et il ne m'est pas permis de 
rabandonner. » On lui fit cotinaitre alors la voix qu'on avait entendue et la 
volonte de Dieu en cela. Lorsqu'il fut eertain que Dieu le voulait et comme 
les peres rassembles pour la föte le lui conseillaient, il accepta, ecrivit des 
lettres aux gens de soii pays, leur depeignant ce qui lui ötait arrive, s'excu- 
sant aupres d'eux, leur demandant pardon et les laissant libres de sacrer un 
autre eveque ä sa place ; il envoya la lettre avec ceux de son pays qui 
etaient presents. Ensuite, il demeura plus de cinq ans avec le vieux Praxias; 
celui-ci mourut et Alexandre regut le troupeau de Jerusalem qu'il garda 
d'une fagon spirituelle et apostolique. Maximin (Makstmäiious) Tinfidele l'arröta 
et lui fit subir des tourments nombreux et varies. Ensuite il Teraprisonna 
pour examiner ce qu'il ferait de lui. Mais Dieu häta sa perte et le pere fut 
♦ f. is'j r. delivre de sa prison. Ensuite rögna Gordien {Ghordyänous)* qui apaisa un peu 
la persecution contre les chretiens. Puis il mourut et apres lui regna Philippe 
(Filiho.s) qui croyait en Dieu. II relächa les confesseurs qui restaient et les 
honora. Ce pöre jouit de la securite et de la tranquillite jusqu'ä ce que Deco 
[Dnqijous] se souleva contre Philippe qu'il tua; la royaute lui appartint et il 
persecuta les chretiens. II saisit ce pere et une grande foule des chefs de 



[947] TREIZR DE BARMOUDAH (8 AVRIL). 305 

J^l ••'lUt "J^- -kTl^;; ij^L ^Ai-1 ^^j^^ ^^^^^' ^} ^Vj 

^^ÜJj^_;. ^.^ jtS- JUJWi C_jJl 

i'^jLJr Uu.y_ Uij ^yL.. Ul dUl ^J\ jwAiJi i'^^l^^l ^j^Jl l-i^^'^ J^^ 

1. B U^y. — 2. B ü^U. — 3. B J-^'. — 4. B -^jJL — 5. B J^. — 6. B ^J'. — 
7. DeestinB. — 8. Pro Iju- B habet hiy^xj] ^ «^. — 9. //aec comineinoratio deest in 
Malan. — 10. B addit ^iJ-iJ'. — li. Deest in B. — 12. B Ux^. — 13. A i^^. — 14. Haec 
commemoratio deest in Ludolf. — 15. B addit Ji^. — 16. B 'j-V^^-x-,'. — 17. A ^-V^. 

— 18. B lo../A^'. 



l'Eglise etleur fitsubir, particulierement ä ce pöre, toutessortes de tourments. 
II le frappa de coiips douloureux avec des masses ferrees au poiut qu'il lui 
brisa les cötes dans la poitriae. Puis il ordonna de le traincr par le pied 
jusqu'ä la prison et de l'y jeter. Le saint, precipite dans le cachot, ne cossa 
pas de confesser le Messie jusqu'ä ce qu'il rendit son äme au Pere misericor- 
dieux; 11 regut la royaute destinee aux saints. Que sa priere soit avec nousi 
Amen. 

' En CO jour a lieu la commemoration dWntoine {Anlounyous), eveque de 
Thmoui {Tomomjäli). Que ses benedictions descendent sur nousl Amen. 

TREIZE DE BARMOUDAH (8 aVTil). 

^En ce jour moururent martyrs les deux saints moines, les ascetes Anbä 
Jesus {Yachou) et Anbä Joseph {Yousof), disciples du saint pere Milius (Mt- 
lyous). Ils furent martyrises ä la montagne de Khorasän. La description de 
leur martyre sera donnee au 23 de ce mois; c'est le jour oü leur pere spiri- 
luel subit le martyre. Que leur priere soit avec nous! Amen. 

1. Cette commemoration manque dans Malan. — 2. Cette commemoration manque 
dans Ludolf. 



306 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [948] 

'^^yy. iy J^ (^J^ c^^ 
ö'.y^ ö;' VajCvI >1 j. ji^3 oj-b '^''^^ (^^«^ j ^^ ö' ^^ ^^^^ 

jvUr -'as '^li_^'l J !>t«l^ jL^ ^.Jij iy-ii ij, <üLiJj ^y^^^ -^=^^ p-^' örr^'^r-' 

^Vl -Tc^ Uj '''*T^*J=- c-^„ ^j ^'u^ Jj ^'tr^ i-P li ^^^^ JK3 ^r-' 

1. /Trtec commemoratio deest in A, Ludolf e« Malan. — 2. B ^l^^- — 3. B Ux^. — 
4. B .,^C ; A (j-«'. //aec commemoratio deest in Assemani, Ludolf et Malan. — 5. Haec 
commemoratio deest in Ludolf. — 6. B addit Jji^. — 7. B addit ^.--^'' w»"^'. — 
8. B .jLj!. — 9. B J. — 10. B ,^^^~)oj^i. — 11. Haec verba a L.Ui. desunt in B. 

— 12. Haec verbd a iL^ desunt in B; A Li|.~'. 



' En ce jour aussi mourut Denise [Dijonisijah) la diaconesse, une de Celles 
qu'instituerent les disciples. 

"Ea ce jour aussi a lieu la commemoration de saint Midius (Midyous)^. Que 
Icur priere ä tous nous protege tous! Amen. 

yuATOHZE DE BARMouDAU (9 avril). 

* En ce jour mourut le pere spirituel Maxime {Maksimoiis), patriarche de la 
ville d'Alexandrie {El-Iskamlarijah) (265-282). C'etait un homme craignant 
Dieu dans toutes ses situations et toutes ses affaires. II etait des gens 
d'Alexandrie, lils de parents chretiens. II apprit l'ecriture desGrecs; il etudia 
leur grammaire et leur science et devint accompli en grec. II etait instruit 
dans les sciences ecclesiastiques et notre pere Heraclas (Yarakhi) l'etablit 
comme diacre sur l'eglise d'Alexandrie. Puis notre pere Denys (Dioiiysiousy 
l'ordonna pretre. II reussissait dans toutes les affaires et toutes les charges 
auxquelles il etait prepose. Lorsque mourut notre pere Denys, il fut choisi 

1. Celle commemoration manqiie dans A, Ludolf et Malan. — 2. Gelte commömora- 
lion manque dans .\ssemani, Ludolf el INIalan. — 3. B Midyis. — 4. Celle commömora- 
lion inanquu dans Ludolf. — 5. B Dionäsyous. 



[949] OUATORZE DE BARMOUDAH (9 AVRII.). 307 

^ Jo^. jl <^\ J\ \^ jl <-^ i>)b ^^i^'j ^^ ''JL^^ J^- J ,^^ 
Jl 8^^^ ^^3 Yl dUi ^ >-. ^^^ ^\y^ ^\ d^ J^L^H "V_^ ^-^ pJUl 

^^i]l ^.1 Jl ^Li i^% ^ bliJ d>U J.\i ^J Uj ^3>Ujl i'<^l ^'-^..^ 
^ji '- jUl ^> <frUi j^ Äi^lj jJ^' aIÜ ^^1 SX. (.|_^ iÄi-li !;_^l ^t^b 

1. B ^^y.J3j^i. — 2. B j^^^Jj^i. — 3. B ^<. — 4. B -^^. — 5. Deesl in B. 
— 6. Pro JUi ;3L B habet j'o-\ — 7. B ^hJ. — 8. A \j^, UU^. — 9. B ac?(/// 
^1 _ 10. A LoJi Ui_!. — 11. B -*~J. — 12. B ^J L-^.'^- 



par nos peres, les savants eveques, * pour etre eleve au siege apostolique. 11 * f. isi v« 
fut consacre suivant le dessein de Dieu. Notre pere Denys etait mort avant 
le reglement de l'afTaire du coucile d'Antioche {Antdkyah) reuni contre Paul 
{ßoiilos) de Samosate {Ech-Chomaisäti). Quand ce pere s'assit sur le siege de 
Marc, il lui arriva des lettres des chefs du concile relativement ä sa decision 
et ä ce qui s y etait pass6, concernant rexcoinmunicatioii de Paul et de ses 
adherents. II les lut aux pretres d'Alexandrie, puis il ecrivit lui aussi une 
autre epitre de sa part et envoya le tout ä toutes les provinces d'Egypto 
{Misr), en Abyssinie {El-Hubachah) et en Nubie (En-Nouhali). En voici le 
contenu : « Priez Dieu qu'il detruise dans ce monde l'heresie de Paul de 
Samosate. » Dieu agrea leur demande etil ne s'ecoula que peu de tempsavaut 
qu'il fit mourir Paul et aneautit sa croyance mauvaise. A l'epoque de ce 
Saint parut en Orient un horame nomme Manes (Mdiii); il disait de lui qu'il 
etait le Paraclet (ßrirar//«/), le Saint-Esprit. II vint dans la terre de Syrie 
{Ech-Chäm) et fut combatlu par un saint eveque nomme Archelaos {Arche- 
läous). Quand celui-ci l'eut vaincu et eut demontre son erreur, il le chassa 
de son pays. Manes retourna en Perse (El-Fors) et pretendit etre propliete. 
Behräm, roi de Perse, le prit et le fendit en deux parties. II saisit aussi deux 



308 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [950] 

P^i ^b j,^ ^ji üui ^^jL^u jj^ j^ Jji ji^ÄJ -»-»; c_jJ^ ^-i* (i^ 

_jaJI IÄaj j_^-UI _;jLI!1 ^^ iijLi. y) ^_->^^_ ^J^r*^^ i_J5C)l> ijAjC-Vl 



1 B ii. — 2. B V-yi. — 3. A ' ,'-. — 4. B ßrf«?/« .^^^. — 5. OecsZ m B. 
G. A ■i-^. — 7. //aec- commeinoratio deest in Ludolf. 



Cents de ses adherents, las fit enterrer la tete en bas jusqu'ä mi-corps 
et dit : « J ai plante de gens un verger. » Quant ä ce pere, il ne cessa de 
lutter, de garder son troupeau et de l'affermir par des exhortations et des 
avertissements contre Toppression des infideles et des adversaires jusqu'ä 
ce qu'il mourut apres etre reste quinze ans sar le siege de patriarche. Que 
sa priere soit avec nous! Ainsi soit-il. 

QDIKZE DE BARMOUDAH (10 aVrÜ). 

' En ce jour, nous celebrons la fete de la premiere eglise qui fut consacree 
pour les chretiens Jacobites (El-Ya'äqibah) dans la terre d'Egypte (Misr) 
sous rinvocation du saint Mar Nicolas (Niqouläous), evöque de Myrrhe {Mira), 
un des 318 (Peres du concile de Nicee). Cette eglise fut consacree hors du 
district d'Alexandrie (El-I.skanduryah), avec une eglise connue sous le nora 
de Saint Abou Chenouti {Abon Cbenomlah) ä Test de ce district. Ce saint etait 
tres grand et confessa (le Christ) devant les lieutenanls de Diocletien 
(DiqUldyamus). II subit de nombreux tourments et Dieu le laissa vivre 
I. 185 r. jusqu'ä ce qu'il assista * au saint concile des 318. Quant ä ses miracles et ä 

1. Cette commemoration manque dans Ludolf. 



[951] QUINZK DE BARMOUDAH (10 AVRIL). 309 

iJLs \-Xs- ^-^ 4o"IjJjIjm3 iSl\ Ulj ^,-ic iJL»jj iUlilü |_^AiLJl -t»j>M «.»ä^I * * f. iss r". 

JUx-1 ^lo ^i (_^-Ül -L».lr (V*^^ -^1 J^-^'^ iT'.^^ if-"^^ jOAT Uail '*-ij 

■Lai ^r— -*^ iV ~ l/'^ fj-'^ (V^ ""^J tj'^/r^ • ■ ■ '^^-'^-^Ij ^j-'b ^'^ '■'f^i *^J^ rö ^)*^ 



13 



1. B>^ t-o' ■ — -2.6 ac^äf/i tr)^^- •^- — ^ a<i<i'? J^P^ «-■'j. — 4. //rtcc commemoratio deest 
in A et Ludolf. — 5. Actus Apostolorum, xxi, 10-11. — 6. Haec commemoratio deest 
in Ludolf. — 7. B addit UjI. — 8. B !Jj>. — 9. B a.U.>'_;. — 10. Haec verba a \f^ 
desunt in B. — 11. A ij~3. — 12. Haec verba a ^^i-^-s desunt in B. — 13. A ii--^u B, 



ses secours, ils sont tres nombreux, celebres et repandus dan,s toutes les 
parties du monde. Que sou intercession soit avec nous! Amen. 

' En ce jour aussi a lieii la commemoration de saint Agabus (Aghäbos), 
l'apötre, un des soixante-di.v disciples que mentionne le livre des Actes des 
Apötres comme ayant annonce ä Paul (Boulos) ce qu'il soufTrirait". II predit 
aussi l'arrivee de la graude famine qui eut lieu dutemps de Claude Cesar {Aqloii- 
ihjous Qaisar). La famine et la peste arriverent et firent perir beaucoup de... 
Le quatrieme jour d'amchir contient l'histoire de ce saint. Oue sa priere 
soit [avec nous! Amen]. 

' En cejour alieula commemoration de la reine saiute Alexandra {El-lskan- 
darah), femme du roi Tatien {Dädyänous). Quand le saint Mar Georges 

{Djirdjis) le railla d'encenser les dieux, eile fit entrer dans sa maison 

(le Saint), pria, puis lut quelque chose des Psaumes devant eile. Elle hii en 
demanda l'explication : il la lui donna et lui demontra la divinite du Messie. 
Lorsque le saint se moqua de lui, detruisit les idoles et ordonna ä la terre de les 
engloutir, le roi fut couvert de honte et alla s'en plaindre ä cette sainte. 

1. Cette commemoration manque dans A et Ludolf. — 2. Actes des Apötres, xxi, 10-22. 
— 3. Celle commemoration manque dans Ludolf. 



310 SYNAXAIRE ARABE .lACOBlTE. [952] 

^;^jLjui jci^- V si jyi p)i -0 c^\^ i-oAüi ''ij^ ^dUi i<i u^^j ^ui ^1 

L^^y^ J^" i,li^ io-L, ..ii.1 ^^11 i'^^:^l ^.-^1 V^-1 C^' ^-^*^" j-' 
L^.^ o ^^3 '^'cr^r*-'' ö" ^ »^-^ ^^ '-^ r^ o-^ *'*r«''-^ rr^ C:^^ 

1 X ^jj03-'. — 2. Dees« in A. — 3. B ,,"^- — ^- Deest in A. — 5. B addit >iL^. 

— 6. B Wili-i-. 7. B A-j'i' s^j Lj«.= . — 8. A ■»-^». — 9. Haec commeinoratio deest 

in Liidolf. - 10. B addit Ji>. - 11. B ^r'^\. — 12. B C^JI. — 13. B^K..i-<'. - 
14. öees« /« B. — 15. B ^.^ Jfl^:^ ij^.r^y^^ ^j^- — ^6. B ^^^^j^JL 



Elle lui repondit : « Ne t'avais-je pas dit de ne pas t' attaquer aux Galileens, 
leur Dieu a une grande force. » II lui serra la gorge et ordonna de la tourmen- 
ter. Elle subit des tortures et mourut. Que sa priere soit avec nous tous ! 
Amen. 

SEIZE DE BARMOUDAH (11 avril). 

'En ce jour mourut martyr saint Antipas" le grand, eveque de la ville 
de Pergame (Bar(jhämah)\ disciple de Jean (y'o«/i«/md) l'evangeliste, le theo- 
logien. Ce saint vivait au temps de Domilien (Toumdtyous), fils de Vespasien 
{Ashäsijänons) qui detruisit Jerusalem (yaraHcW/m). Cet empereur extermina 
les Juifs (El-Yahoud) de son royaume, de teile sorte qu'il n'en parut plus un 
seul. II tua beaucoup de princes par crainte pour lui-meme et sa royaute. II 
apprit que les cliretiens disaient que le Messie etait leur roi, qu'ils formaient 
une race considerable, et eut peur. II tua beaucoup de fideles; Jean le theo- 
lo"-ien prit la fuite. L'empercur envoya ä Jerusalem chercher les fils de Juda 
(\alwmlza) fils de Joseph {Yuusuf), qu'on amena enchaines ä Rome [Houmyali). 

1. Celle comrnömoration manque dans Ludoll'. — 2. A Ali/oniis, B Antinous, Malan 
Antius, Assemani Alexius. — 3. Assemani ßergaiiii. 



[953] SRIZR DE BARMOUDAH (11 AVRIT.). 311 

LJ o^ •^aJL&I j.^:^ a=-I J^ i^J^i olj^Vlj 'L>.V1 ^v^-jJ jUjll ^i^l J j'L 

^•jl Jl <:^- Aüjj ^UJ jy j ^L^ l^lj jU.Vlj ^1^1 VI ^Ul *^J ^.l^jl 

AJU.»u3t)i <«ji^i ^L- /^ <A^\ ^pÄj /t»-'-' 'La-'- (3 '*-^' ,"r^ (..JJ* (V (f3-^iLJi 

A^AIJi SsUatI \.-^j^'l '3A_=.-lj jLa>Jl isj^j Uj jV-UcJl JjJl Jli-Ii rt-^ jl Jl 
«li/^J Ia^ iU-:»; WLa U-ijJ Lw.1 IjfcO IjJ A-^^j <>^3 l^ \>jK ^Xfpi\ ^y 



1. B ,.^-)lw. — 2. B wL — 3. B i.U. — 4. B ^r^. — 5. B Jj. — 6. B 

ijji,^. — 7. B -^'j- — 8. Z)ees? m 
J. — 12. B rtöfrf/^ ^Py — 13. A (jJ. 



jjjJJ;,^. — 7. B :il,. — 8. Deest in B. — 0. B jjI ^^. — 10. H -^^y — U. B 



Quand il les interrogea siir le royaume du Messie, ils lui repondirent que 
c'etait un royaume Celeste, que le Messie etait dans les cieux, qu'il etait pret 
a venir ä la fin des temps pour juger les vivauts et les morts et remunerer 
chacun suivant ses actions. En entendant ces paroles, il eut peur, cessa de 
persecuter les chretieiis et ordonna de les honorer. Parmi ceux qui souf- 
frirent le martyre * par ses mains fut ce saint. II subit des tortures violentes • r. 18.5 \° 
et norabreuses pour renier le Messie, mais les tourments ne faisaient qu'ac- 
croitre sa confession et sa foi. A la fin, on le mit dans uu taureau d'airain, et 
on alhima au-dessous du feu jusqu'ä ce qu'il füt extremement brülant. II etait 
ä l'interieur, louant Dieu, proclamant sa saintete et le remerciant de Tavoir 
juge digne d'etre martyrise pour son saint nom. II demanda ä Dieu la gue- 
rison de toutes les maladies corporelles et spirituelles pour quiconque men- 
tionnerait son nom. II mourut ä l'interieur du taureau d'airain. Quand les 
paiens le jeterent, les inüdeles recueillirent ses membres sacres avec une 
grande pompe et les placerent dans l'eglise. Tandis qu'il etait en prison, il 
lui arriva une lettre de saint Jean l'Evangeliste, le consolant, le fortifiant et 
l'appelant pretre sür et pasteur vertueux. II le nommait martyr, l'informait 
du genre de son martyre et lui apprenait qu'il etait compte avec les apötrcs 
mourant pour la foi. On dit que, juscju'aujourd'liui, il jaillit des membres 



312 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [954] 

Aju '^ '.iAJij ^^-*Jj (V' tl^-y ji-i Jx^^\ ,_!»iu ^^a£)1 AjJtJL-i (*_j-'' '-^ (3 
^j»aL^3j «o jL<wVl (^1 jv*lt^j rc-^^l tSjr-^. i*r^ 1^-^^' V~ ö^-^^ ij^ ^^ 

J; dUU) r-!><Jl 1^. Vj ^-=^ i>=JI ljj_y_ jl ^^Ir (i-ill c^^ *J J^j V^=>l 



1. ,^l U <fees< m B. — 2. B U;-'. — 3. Deest in B. — 4. B addit üUl. — 
5. Pro Ux^ B /(ö6e^ i3\l^. c:-^^' ir^'' ^' '-^f^- — 6. A refeit haue comme- 
inorationein ad sequentem diein. — 7. B addit J^^. — 8. B ij j..'!. — 9. Deest in B. — 
10. B ^^'! ^• 



de ce Saint une huile parfumee, pure et salutaire pour qui s'y rend. Que 
son intercession soit avec iious! Amen. 

DIX-SEPT DE B\RMOUDAH (12 avril). 

' En ce jour mourut saint Jacques [Ya'qouh) l'Apötro, frere de Jean(Fo»- 
hannä), fils de Zebedee (Zabadi), et cela apres qu'ils eurent prßche dans la 
ville d'Andyah" et fait des miracles eclatants jusqu'ä cc qu'ils eurent ramene 
les habitauts k la croyance en üieu tres-haut. Puis il partit pour de nom- 
breux pays, y annonga la bonne nouvelle du Messie, conseilla aux gens de 
donner les premices de leurs recoltes et les premiers de leurs fruits et de faire 
l'aumöne aux pauvres, aux malheureux et aux miserables. 11s etaient sous 
l'autorite du roi Herode (Hiroudis). Quand il apprit cela de l'apötre, il s'irrita 
beaucoup, Ic fit venir et lui dit : « G'est toi qui ordonnes aux gens de ne pas 
apporter la dime ä Cesar {Qaisar) et de ne pas payer l'impöt au roi, mais de 
depenser tous leurs soins en aumönes aux eglises et aux pauvres. Puis il 

1. A reporte cette commemoration au jour suivant et place ici celle de saint Arsene. 
— 2. B Abrijak. 



[955] DIX-HUIT DE BARMOÜDAH (13 AYRIL). 313 

tjjl dJ!>^ J13 '" XjAliJ 5iijJw»j ^t-isiJl Jju V« jl \ia> jlS) AÜItl Jj-rJl L-J"^-' 

V^l Um JJ^" <X.LLS tj^>>-jjl Xä- ÜjloJJ %i,.jS-^ 'yL^Y^ \a ' »«.? ' r. ISG r. 



lA* 



;S 



^yZ^y^ _..AÄ)| vjjvA-o-o jJ^-j-jL-jI ij-jjsjl j^Aiül ■A_.':,."~.| (■vJl iÄA " \ 

■*-*, "^ '^J-' (^ ^*3 (jy^^-^^ '^"^ ^'^ cTi^j—' ö' dLU-ü JliJ "-^|_^^'Ujl 

1. A ^-^.'L. — 2. A , :=U'. — 3. B o >^. — 4. H jiiJ. — 5. B Uli. — 6. B sj^'. 

— 7. A t-J. — 8. Ifanc comiuemorationeni quae deest in Ludolf, refeit Aad IT" diem. 

— 9. B addil Ji=. — 10. Pro his verbis a y^i. B habet , ^_^l~..! j^s-! U^. — 11. B 
addit J-jo. 



s'irrita contre lui, le frappa de sa maiu avec uiie epee et lui trancha la tele. 
Le Saint reyut la couroiine durable du martyre. II y eut uii grand trouble dans 
Jerusalem (Yarouchalim). II fit arreter et mettre aux fers Pierre {Bot im), le 
chef des apötres, et croyait le livrer apres la Päque, pour qu'on le tuat, mais 
Tange du Seigneur le frappa; il devint uiie charogne et fut mange des vers, 
parce (ju'il s'etait loue liii-meme et n'avait pas loue Dieu. Quant au corps 
de Saint Jacques, une troupe de fideles le recueillit; on l'ensevelit et on 
l'enterra pres du Temple. Que son intercession soit*avec nous! Amen. 

DIX-HLIT DE BARMOÜDAH (13 avril). 

" En ce jour mourut martyr le saint glorieux Arsene-, esclave de saint 
Sisinnius {Soimsyous). Lorsque Diocletien (Dj^/af/z/rt/iOf«) torturait celui-ci, son 
pere denon^a saint Arsene ä Tempereur en lui disant : « Sisinnius a un 
esclave nomme Arsene qui est de la meme opinion; il n'adore pas les dieux, 
mais le Messie. » Diocletien ordonna de le faire venir. Quand il fut devant 

1. Le ms. A reporte au 17 cette commemoration qui manquo dans Ludolf. — 2. A. B 
Aousdnyous, Malan Eustathias, Assemani Eusabius, Mai Arseniiis. 

PATR. OR. — T. XVI. — F. 2. 21 



r. 18C 1- 



314 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [956] 

^AiJl "ü-Dji <) ^^JÜl "OVl SiU -^^^z ^_^U:- -c^-j 5.^ cJlJl '<ü,liJ <::^aVL ü^l) 

'^ ^ L^i" j_^' "CiliJ; Ll^l JJ^l Jlij '^ÄJc wj_r*^ i-\;- cl->J -»^-^ 



3 



or-^i CUi ^>ll ''4 ..iJ-1 ^jVl jl.^ ^„AiJI AjJL::^^ (.^1 li*^ J^ 
^ jU-j S_^ ^oil^^ ^Jirir^' (^ ^-^ -^-^^ '^^' C*^- ^-^'j ^ -^ 
^jJL U IJL^ iJ^j rT"*"*"' '"''^ '^-^'^-^ -^'' '^-^yf' ö* i^^i^" -^ '^•^-»-. ^^-y~^\ 

1. B iJ^ J. — 2. Pro /(/s f'erZ>/s B habet b.^-^sjtij (/eo^e b--^) lus^'. — 
3. i)ees^ /« A. — 4. //flßc commemoratio deest in Ludolf. — 5. B addit Ji». — ß. B 
:>^j. — 7. B ,bL.. — 8. A ,.^v^^U. — 9. A o^'^oU.. — 10. Deest. in A. — 11. Deest 
in B. — 12. A ^c'^y — 13. Deest in A. 



lui, il lui demanda de lui faire connaitre quelle etait sa foi. Le saint pro- 
clama le Mcssie et confessa sa divinite. L'empereur lui parla longuement, 
disputa avec lui pour qu'il abandonnät le culte de son dieu. Saint Eusebe 
le bläma d'abandonner Tadoration de Dieu, du Dieu reel. La colere et !a 
fureur de rempereur s'accrurent, il ordonna de tranchcr la tele au saint 
devant son maitre. On la lui coupa et il re(,ut la couronne du martyre. Que 
son intercession soit avec nous! Amen. 

DIX-NEUF DE BARMOUDAH (14 avril). 

'En ce jour mourut martyr saint Simeon {Sim'dn), rArmenien, evßque du 
pays des Perses (El-Fors), avec 1,")0 martyrs avec lui. Ce saint etait dans le 
royaume de Sabour, fils de liormoz, surnomnie [ß:o»j lahtäf, parce que, quand 
il avait vaincu et pris uii roi, il lui enlevait les epaules. On lui iit beaucoup 
de röcits contre les croyants et il excer(;a contre eux une violente tyrannie. Ce 
saint lui envoya une lettre oü il lui disait : « Ceux que Notre-Seigneur le Messie 
a rachetes au prix de son sang se sunt alTranchis de Tadoration des creatures 
et sont devenus les serviteurs du Messie, c'est pourquoi ils nc peuvent elre 

1 Celle commemoralion manque dans F.udolf. 



[957] DIX-NEUF DE BARMOUDAII (14 AVRIL). 315 

Sa£ J J^' di-Ls. crJioi. ^-lil L-i "i^^l c— Is '^pjii-r "V «J Jiy cLÜl 
iAi> ^Lj iJU ^-^«k-Äj J^L ■u_-l jl^3 «daiJ (^Jül dUi ^ j*i3 'Ijyill 



1. B j=^i>. — 2. A J^'^l. — 3. Deesi in A. — 4. B fj^l — 5. B ^j^ 



IG 



et ite/u/ii ^j~^\ J. -^jrJ. — 6. B lylS' pS. — 7. B l^^^^a:^^! . — 8. B ^r-^sr^l. 
9. B ^.:^ -^^!J. — 10. B .jjLü ^y ^J. — ll. A if^l 'c™^U. — 12. B U l3l. — 13. B 
Äkäj. — 14. B ^-'.^i. — 15. P/-0 Ijl;h>^ b_^s^' B /;«*<?« i-o\<' s,^^ Ijl^ \-C — IG. ///t 
addic Assemani commemorationem Davidis monachi a Mahometanis caesi. 



astreints k payer des impots 011 des taxes * plus que ce qui leur a ete prescrit, 
mais ils ont prefere mourir ä cause du Messie qui a verse son sang pour eux 
et ne servent pas ceux qui sont hostiles ä leur loi. » Quand Sabour prit con- 
naissance de sa lettre, il entra dans une violente colere, le fit venir, le lia 
avec deux chaines et le jeta en prison. II y trouva des gens qui etaient infi- 
deles et adoraient le soleil; ils etaient emprisonnes pour une autre raison. 
II les precha, les instruisit et ils reconnurent le Messie ; on leur trancha la 
tete. Puis le roi fit venir le saint de sa prison et avec lui 150 personnes que 
Simeon animait jusqu'ä ce qu'elles furent decapitees. L'un d'eux ayant peur 
et songeant k renier, un de ceux qui se tcnaient lä Tencouragea par ces 
paroles : « Ne crains pas, les coups ne sont rien; le temps de cligner de 
l'cjeil et tu seras du nombre des martyrs. » Alors celui qu'il encourageait 
cligna de l'oeil; son nom etait Bäsiq; on lui coupa la langue, on recorcha 
et il mouriit. Ensuite le roi fit venir ce saint et l'interrogea sur son dessein. 
Gomme il ne voulait pas renoncer k son sentiment, Sabour lui fit trancher 
la tele. II regut la palme du martyre k l'äge de cent vingt-sept ans. Que sa 
priere nous protegetous! Amen'. 

1. Assemani ajoute ici la commemoration du moine I^avid, tue par les Musulmans 



f. ISG v« 



-». 



316 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [958] 

ijA_LJl Ij! JHj ^^JÜl ^j IjJüi ^ ^^Ä.'l ^^-^yr: o*-"^' -v^i-1 («^^l '-^ ''J 

ij>lc- (j[;-=^ 1^1 !>Ul9 ^'V' (^^^ >* ''^r^J '''*-'*fV! y '^^"^ ^'*^^. (*^ -*^y^l 

■C^jjj lT^/T (y-"* '"^a-l?^ 'J^i*'-' ^.-^'^ j^J ^b'^J '■'•uJI j^ il_^;lj ^__^l dJ'^l« 
r. 187 v°. »---^=^ <-yi ^_r^ Ij-yi-^U j»(Z/j ^„-^^ Ct^J j*-f*^' ^T'^ -r^ 1^-5 ''t*'-' 

1. B .Jj^x.". — 2, jj-i. f= desunt in A. — 3. Haec commenioraUo deest in Lu- 
dolf. — 4. A iiyJ^. — 5. B addit .,l5^. — (5. Deest in B. — 7. B ^U. — 8. Bnddit Ld,U 

^. — 9. B i.~k,. — 10. Deest in B. — 11. A»^~U. — 12. B j.»'^'. — 13. B %j 
L»^. — 14. B J^'j. — 15. Pro his verbis a a^j jJ, B Aaie/ j-xÜ^ ^ ».Jii jjs-= 
16. A ..lij. 



VINGT DE BARMOUDAH (15 avril). 

' I*]n ce joiir mourut martyr Saint Paphnuti (Babiioinlali)-, qui etait de 
Tentyri {Denderd) qui est appelee El-Benderah. C'etait iin saint crmite. L'ange 
du Seigneur lui apparut et lui dit : « Revöts des habits de föte, dosconds 
de cette prison et montre-toi au gouverneur. » Arieu [Anjän) le gouverneur 
s'etait arretö avcc son bateau dans le pays, elierchant b' solitaire saus le 
trouver. Celui-ci viiit ä pied devant lui et cria de saplus haute voix : « Je suis 
uhretien ouvertement, croyant en Notre-Seigneur le Messie. » Quand le gou- 
verneur sut que c'etait le celebre ermite quil clierchait, il ordonna de lui 
faire subir de grands tourmeuts; on le lia avec deux ciiaines de fer et on Ic 
jcta dans un cachot obscur. IJne lumiere Celeste brilla sur lui ; l'ange du 
Seigneur bii apparut et le delivra de sa soufTrance et le consola. II y avait 
r. 187 V». dans la ville un croyant appele Cyrille {Kirlos) avec sa femme et sa fille * et 
(louze fils. -Le saint les exhorla et les afTcrniil : ils moururent martyrs par 
la deca[)itatioa. Le gouverneur irrite ordonna de lui suspcndre au cou une 

1. Gelte commemoration nianquc dans l.udolf. — 2. A Chenuud<ili, Mai ot Assemani 
Hcnnodiiis. 



[959] VINGT ET UN DE BARMOUDAII (16 AVRH-). 317 

z.jL.j ^^^^j- .^>^ ör-'' -=^3^ '^'^^ '^^J^ ^' J-"- li^-i o^ ^^ r -^"^ 

^^j^ j ^^>l 'LJL'l ^^*r^ -^^i- t> j^3 uT^'^ '^*^' *^--^ 'i r^'-5 '^t'^ 
ö> ^It Li' <-b J^ ^3 ^' V-r-*-'^ Hr^^ a^!> '"*^^^ "W^ ^^^-^**' ^."H 
^ SjuJI ^U c^. ^„aIH Iä* ^.^^3 V^3 t^3 c^^ ^^-"^^ "^ ^-' ^'^^•^ 

1 A ,^vi — 2. A i,LOj. — 3. B iW. — 4. B «(/c^/i j^ J^ ^j' V^ ^^i^j. — 
5. Hie inserit MaT coinmeinoralionein sanctae Mariac Deiparae. — fi. B««««« J^-'- — 
7. B -v^'^. — 8. B ^_^. — 9. Deest in B. — 10. B .jf^y.. — 11. B ^.^. — 12. A 
sJ:,.^'. — 13. Deest in B. — 14. B J^-^l U^'i. — 15. Deest in B. — 16. B ^j^y.ji'^l 
— 17. Z>eesi in B. — 18. Z)ees« in B. 



enorme pierre et de le jeter dans le fleuve; il surnagea malgrc la pierre. 
Ensuite Arien le fit pendre ä un palmier : celui-ci poussa douze regimes [de 
dattes] et le souvenir s'en est conserve jusqu'ä^present. Puis le saint rendit 
l'äme et regut la couronne du martyre. Que sa priere nous protege! Amen. 

VINGT ET UN DE B.VRMOLn.VH (16 avrÜ). 

' En ce jour mourut saint Hierothee {Yarontäous)-. Ce pere excellent 
etait un des hommes d'intelligence et de science dans la ville des savants, 
Athenes (Athaims); il etait de la foule des chefs des doctcurs tie son uni- 
versite et se trouva avec l'apötre Paul (Boulos). II y eut entre eux des 
conversations et des discussions dont le resultat fut qu'il crut par l'inter- 
mediaire de Tapötre. Celui-ci le baptisa et lui enseigna les obligations de 
la loi chretienne. Ensuite, il lui imposa les mains en qualite de pretre de 
la ville d'Atlienes. Ce saint sc rencontra avec saint Denys (Diowidsijous) 
l'Areopagite (A El-Abwuädjitis, B El-Abraboitkhos), le plus illustre des savants 
d'Athenes ; il lui exposa la foi au Christ et lui ouvrit les yeux et l'intelli- 

1. Mai ajoute ici la commemoralion de la Sainte Vierge. — 2. Malan Bertithaiis, 
Assemani, Protneus. 



318 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [960] 

A_i..^j^l jUJiL KJ /j^ LfcAjLilj lj.*iäj Lj-Tj oLr_^ r»*L^J Ä-^]>U1 ia-j j «lä 

^^1 ^bw jy^' «c^io ''LlU aäJI iJ ^^iJI ^^1 
c^o5 ^.Jit 5.>ii. .iiA=- jl jm-^'^j V^^ r.-'j-' 'h^y (^^ ^/-y.. J^ ^ ^«-b ''^'*-i/ 

1. 7/aec fierÄa a 5^^ desunt in B. — 2. B js-^'. — ;>. BJj"^1 Jt. — 4. Haec 
tria verba desunt in B. — 5. B ^j-i^JL. — (j. //«ec commeinoratio deest in Ludolf. 

— 7. B addit ji-'. — 8. B /r»!^- — 9. Haec diio verba desunt in B. — 10. B , r'^^. 

— 11. A 5^!. — 12. B AJjJ!j. — 13. Deest in B. — 14. B^U.. 



gence. Ce saint etait present le jour de la mort de Notre-Dame; puis il se 
leva au milieu des disciples, les consola par des priores qu'il avait rangees 
et coordoiin6es et fit entendre des airs de musique. II ramena beaucoup de 
Juifs {El-Yahoud) ä la cqnnaissance du Messie et retira le plus grand avan- 
tage de la gräce qu'il re^ut. Lorsque les apötres voulurent lui imposer les 
mains comme eveque, il demanda qu'on le' lui epargnät en disant : « Si 
seulement je pouvais ni'acquitter de nies dcvoirs de pretre! » Apres que les 
gräces Celestes eurent ete repandues par sa science, ses actes et ses predica- 
tions, il alla retrouver le Seigneur, ä qui est la gloire eternellement. Que 
sa priere sdit avec nous! Amen. 

VINGT-DEUX DE BAllMOLDAll (17 avril} . 

' En ce mois mourut le saint Abou Isaac {Isliaq) de Hourin, d'entre les 

• dislricts de Chabäs. Ce saint etait ne de parents vcrtueux et le nom * de son 

pere etait Abraham [Ibrühim) et celui de sa merc Suzanue (Noh«(/»/«/i). Celle- 

ci mourut et il resla avec son pere qui l'öleva. Quaiid il eut grandi, il tit 

paitre les troupeaux de son pere qui se remaria. II arriva qu'une grande 

1. Celle comiiiomoralioii inanque dans Ludülf. 



f. 1H7 V' 



[961] VINGT-DEUX DE BARMOUDAII (17 AVRIL). 319 

ijl^ ^j-^3 J^J^ ^ ^J^ 3j^, J^ j^j ^^9 Lr^ "^""J ^■^'^ ^' ^L^' 



(^ ■ 



b— iwJ ■ 'LäJ UoUs [»-^J ^J-^*" lJ^t*' '^' *-^' *^ '••'-^ " VV^ --«-=- Äi«y ^r*-*- 0^3 
''jiL ^^ jJJl Ij^^ o!>li_LI ^l-L" -cLt J Jajj -^lÄj) ^_p'_-«^l lÄA ^U ^Uj 

1^^— > ^~'-*^ L,^^J -*-^ ^^J (_S-^ -..Aäll ^ l^ls ■«l'l As-Mj _Ä«3 düÄ. 
'rc_-i -Cc »Isl ■K yy iJ-^- ^J' is^ ""-Xl Ljl rt-wLJ Uj 5a^ üXc »lili IJjl 

jl 1^1 iJJIj « :>_jjc jl 4„b ^Vl jUlJ Llj •u. "^^^ jl ^'a-LU iAa-jj •r_y^. 



1. Deeslin B. — 2. B iu. ^^~~.'^. — 3. B .U. — 4. B UU. — 5. Deest in A. — 
(). Oeesi w B. — 7. A J-o'. — 8. Ilaec Irin verha desunl in B. — 9. A Wj-L. — 10. B 
»sA^y. — 11. A t3jh. — 12. B Uj. — 13. B ^,. — 14. B U-\^ — 15. Haec verba a 
^Uli desunt in A. — 16. B '-i^. — 17. B J--'LL>. — 18. B .>jJb. — 19. ,' J! deest in 
A. — 20. B addit o,OJ Jjo ^jj Ji. — 21. Pro 5^1 w-U' B habet jJ. 



famine survint. Sa belle-mere le detestait et lui donnait peu de pain qu'il dis- 
tribuait aux bergers, tandis que hii jeünait toute la journee : il etait alors 
äge de cinq ans. Quand son pere apprit qu'il distribuait son pain et restait ä 
jeun, il partit pour le voir. Lorsque ce saint le sut, il attacha dans son vete- 
ment trois pierres qui ressemblaient ä du pain, afin qu'en les voyant, son 
pere criit que c'en etait. Lorsqu'il fut arrive pres de lui et qu'il eut ouvert 
le pan de son manteau, il trouva du pain. II lui demanda si, ce jour-lä, il avait 
partage quelque chose. Le saint lui repondit qu'il en avait distribue et il 
amena des gens en temoignage. Son pere fut etonne et loua Dieu. (^uand il 
fut grand, il partit et prit le froc pres d'un saint appele Elie (llijd), aupres 
de qui il demeura quelque temps. Lorsque Anbä Elie mourut, Abou Isaac 
partit pour la montagne de Pernoudj (Bartioudj), oü il resta pres d'un vieillard 
appele Anbä Zacharie {Zakhänjih), et y fit de nombreux actes de devotion. 
Son pere etait a sa recherche. Quand il arriva ä la montagne de Pernoudj, 
et quand il le trouva, il lui demanda de revenir avec lui. Le saint refusa, 
mais son pere [spirituel] lui conseilla de revenir avec son pere jusqu'ä ce 
qu'il mourut. 11 partit avec lui, mais il se passa peu de temps jusqu'ä sa 
mort. Le saint distribua tout ce qu'il avait laisse, se construisit une habita- 



* f. 1M8 1- 



320 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [962] 

i^j'U c|v«ij aLäU Cj^^^ i3 •* i-i -^-»-l; ^ ^ -V*^ J ÖA^I "yt I-*-*) 1;LC <0 l:. 

Ji lyl Ui_j /«u illT i-u i^ ijJ 'lj-^ "^U-I^ \jiUi=- fJii ^i^ls ^^rj^ j' ■-'^^ 
a_äJI IjAs-jj jliCJI j^ ^^ f-lij ''^^'l f-U jl ^\ ^i- ^Ji^ ^'^.bj^ jlOl 
A^l_^^ !s3iJ>-U 'iJ — Ä) (V-/** /v-— ~^>L~-^ CL^"^' (^'^l ti ^/r^ >-- "^ -'^ 'jy 

\~«l Lw jt^so' "C'^Ls ''.■■...o 4„L& LIjj biÄ^ji jLx^ dJLl* 



1. /'/•o his verhis a »j B habet ---»J /»-^^jr' "i^ J-^j- — 2. B .\iJ. — 3. A »'j—. 
4. Z)eesi m A. — 5. A y.\:. — 6. B 8J-~^. — 7. Deest in B. — 8. B *i> *!». — 9 
T^.- — ^0. Deest in B. — 11. Haec cominemoratio deest in A, Ludolf. 



tion loin de la ville, y vecut solitaire, sc consacrant ä des devotioiis iniater- 
rompues, ä des jeünes coiituiuels et ä des veilles jusqu'ä ce qu'il mourut eii 
paix. ün le plaga daiis im cndroit qu'on oublia. Au bout de quelques annees, 
le Seigneur voulut le reveler. II fit apparaitre ä des moissonneurs une lampe 
qui brillait au-dessus de sa tombe pendaiit trois jours. Lorsqu'ils vinrent 
ä cet eiidroit pour la voir, eile disparut. La nouvelle s'en repandit et s'ebruita : 
cet endioit apparut et ou y trouva le corps au-dessus de la tombe, apres que 
des chretiens Trurenl vu en songe. II leur fit reconnaitre le corps; ils 
f. IS8 r. le prirent avec un grand respect * et le chargereut sur uu chanieau qui ne 
cessa de marcher jusqu'ä ce qu'il arriva entre Houriu et Nacbart. II s'y 
agenouilla et ne bougea plus. On le frappa pour le faire lever, mais il ne se 
leva pas. On rcconnut que la volonte etait qu'on construisit lä une demeure 
au Saint. On le döposa lä et on lui bätit une eglisc. (^)ue sa priere soit avec 
nous! Amen. 

' En ce jour aussi mourut notre pere Alexandre {El-hkandnvous), patriarclic 
d'Alexandrie {Kl-hkanddri/dh) (312-344)). Ce pere etait de la ville d'Alexan- 
drie, fils de parents chretiens. II grandit dans le service de l'cglise et y fnt 
clovc, car il fut consacrc lectcur par nolrc prre Maxime (MaksiimKnis), diacrc 

1. Gelte rommcmoration inanquc dans A et Ludolf. 



[963] VINGT-DEUX DE BARMOÜDAH (17 AVRIL). 321 

I jC \^\1p LLJ JOJ I — — S (j-^Ja^ ^Vl "Ujij LLJ; L3L" ^Vl -UAs^ }?....:.dl <UA9 

LjS__^3 Lj^Ll (j-^jl f^^'3 -^^^ ^ ^'^y^ („'f-V <i^, jl cO^-^' (j ^^^5 ;_rt^'' 
j_jC "^^ e/!^--'' t/^^. "^ 0' f«-»■^3lJ ijxXwVI <:,^ (.Ul dU-l jUlj ^Vl lÄA >lJ;jl 

jl )iy\^J >_..ii..*.JI jcJljLo Ol (.AiLi ^^^^<C!I ic jy-l=- LJj ^Vl \-XA fSj J ^\ ö- 
^y_J\ JJJ V jl >tijV3 ^Jy>\ J-Ja ^Vl jl JläJ L«^ JSiljj ^is ^_^jl o^. 

A,ÜI '■s-y ^.Lij M-ijl v_Ä)li- LJj o_^^ j^Ct. '»J j'v-C \j A^__p.| jTi_^_^ll A„JI jl Jlsj 
•..,L"'?....ä' ^>,Ü;lj ^yjl i—-*-*^ 'C«--i <ji^ i5^J ^1^ (^" ^^l ^ ^Ij '-•t;— ' («O' cj'* 

aJUoJ <)U,t_A ?.]| Y-AiLwl «.».»i:j>.'I «y «.^i.»lS U.Uä <xl« j_j AÜJl Ijjt jl pj_J ctiA^l 

Ijl^ ^ 4_Lls JJlflJL byiS "y^ij (T-'^jl Jjl=^ «.«Ä^^l ("AÜ^ ^Vl Iaa joj <~ä~o ^,JL& 
1. B s_,-L.'j. 



par notre pere Theonas {Tdouiid) et prötre par notre pere Pierre {Botros). II 
grandit dans la purete et la virginite. Lorsque le martyre de notre pere 
Pierre fut proche, ce Saint et Achillas (An^hild), qui fut patriarche avant lui, 
entrerent dans la prison et lui demanderent de deposer Arius [Arijous') a cause 
de la question qu'il leur avait posee. De nouveau, il rexcommunia devant 
eux et leur fit connaitre que Notre-Seigneur le Messie lui avait apparu, le 
lui avait ordunne et l'avait inforrae qu'Achillas serait patriarche apres lui et 
ce pere apres Achillas. II leur avait prescritcela devant les pretres d'Alexandrie 
et leur avait recommande de ne pas accueillir Arius et de ne pas avoir de 
commerce avec lui. Lorsqu'il eut subi le martyre, Achillas fut sacre patriarche; 
il lui desobeit, accueillit Arius et l'ordonna pretre. II ne dura que six mois, 
puis ce pere fut sacre patriarche. Quand il fut assis sur le siege du patriar- 
cat, les chefs des fideles vinrent le trouver et lui demanderent d'accueillir 
Arius, Mais il refusa et redoubla Texcommunication en disant : « Notre pere 
Pierre m'a ordonne et ä Achillas de ne pas accueillir Arius et nous a dit : 
Notre-Seigneur le Messie l'a excommunie ; n'ayez pas de commerce avec 
lui. Quand .Achillas lui a dcsobei et a accueilli Arius, Dien l'a arrache rapide- 
raent du siege de patriarche; moi, je ne l'accneillerai pas. « l'uis il le chassa 
ainsi que ses subalternes. Arius alla se plaindre ä Tempereur Constantin (Qostan' 
fin) et raconta que ce saiiit l'avait ecarte injustement. II rassembla le saint 



322 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [964] 

Nta- ^.-. ^^ 

rt.-~Lr |V Ä^M-Jlj iwiJl "Cf-^ Ls^-'* ^'^ iP^ ■* — -ß ij^ (*?'-' (*■" j*-^^ -*-^j CJ^^ 

\.^1 L'Aj|-Ui V« UisjisoJ U,»^^,»«" AJ^A.«» A„_L-; ^;JLC' KZ^ (ä'O 4„S^ *-«li« <,L».»- jl^J 

UUJi L>-^ ^"Vl (»Aü |«^VI (j ^jWI j-*; ij-CK-.Vl ^j>J^. Jf^ >UjIs Ulf. 
/j.»iS b'LDL 'CJ_,j«3 Al»jLJ \_j?aj ^Vy-^ >-j_/a' jl^j ^l«^^ j<^ U1j9- Lad JOJ 

^L' -Cf- jo \^ iT^lr« '^^ c5^-^ (^'^ iT"^. J^ (3^^"^^ — ^ Lj^y '^'■•"^ i-5-^^ ^UjJI 

1. Lur^^. — 2. llaec coniineinoratio deest in A. 



Coucile des 318 Peres ä Nicee {Niqyah) et ce saint en fut le chef. II combattit 
Arius dans des paroles breves daiis leur expressioii, raagnifiques dans leur 
grandeur. II prononga avec tous les Peres la profession de foi que Dieu fit 
descendre sur sa langue; il etablit les regles, les lois et les reglements qui 
sont jusqu'aujourd'hui entre les mains de tous les chretiens. II regia le 
Careme et la fete de Päques, puis il revint ä son siege vainqueur et victo- 
rieux, garda son troupeau avec la gräce et la securite, puis il mourut. II 
demeura seize ans sur le siege de patriarche. Que sa priere nous defende et 
nous protege contre nos niaux! Amen. 

' En cujour aussi arriva la mort de uotre pere Marc {Marqos). 11 etait des 
gens d'Alexandrie (El-hl;andarijah)\ il etait viergc, pur, iustruit, vertueux 
et devint patriarche d'Alexandrie (799-819); il fut Ir deuxieme du nom. Le 
patriarche Jean {Youlwiinä) le consacra diacrc. 11 fut un pretre excellent. II 
etait emu par ses fonctions sacerdotales et charmait par la beaute de son 
chant et sa connaissance de la recitation quiconque l'entendait. Puis notre 
pere Jean le iit demeurer dans sa cellule et lui remit Tadministration du 
patriarcat; il ne faisait rien saus son conseil. Ensuite il le revetit dans l'eglise 
de l'habit monastique. Le jour oü il revetit le free, un vieillard vint dire 
devant la reunion : « Ce diacre qui se nomme Marc est digne de s'asscoir 
sur le siege de son pere Marc (l'apötre). » Lorsque arriva la mort de notre 

1. (.die commemoration niaiKiuc dans A. 



[965] VINGT-DEUX DE BARMOUDAH (17 AVRIL). 323 

^ ^j^ j^ -*^ '-*-* isj^-^j \ 'j-=v^ '-'"^' '-*-* '^-^ ^UVl ^_j^ jLil lia-jj_ ^Vl 

^.^s- U J^i ^' UUIaI ^Uj ^ «— Jl |«ZaI3 ^<.^i;^ ij^jjj ij-JJs-l 13^^ i;Jl j_5)l 

<ull Jj <t!L3 ^ rj^ iS-^^ iSh\^\ ^y^\ ^ di-i; JüäT ,r^o Vj JyÄ. ^aUI 
^-Li^lj ^r;^ ^^^ jj^*" (^j-'^^.b ^.j-*-^^Vl (_g)l (^. iylj ^;^--^ fJ-' ^J*^^ ^J^ 
jljjl (n' 'r'-^J -"^.-^ '-^'^ '-"^: rr^ i5^b il>r*^^ ö^ ö-*-^J '•■•' ^-^ '^=/.-^ 

^ ^lilj ^1^ pi^ jl^ ^ ■T^ij\ ^ISl i_$Ä!lj !s:i>l; J\ piCl, ^Ij ^ j»^ Jlsj Ai_pJl 

Ö-U!l J jAjJI JC\ Lft>jA>3 ijAl-CwVl j^'l _y£3->=' y} ^^ ^Vl lÄA pkl jl A*J 
ÜJ jl^ L-Ii ^y>^ <=►!-! ^^1 ^IJ Lwls Ua.1 Ij. -1*1 ^Vl lÄA ^^ '^y>-S o^ 

j\j~S\ JjU' ju. jl jjtlj «0 i'jjcJl JLjJl i^j ^^^LatiVl j_;-9^ jj-",-^' ^ sr" r=^^ 



pere Jean, il conseilla aux eveques de sacrer le saint. Ils se rejouirent et 
Feleverent ä la dignite de patriarche apres qu'il se fut enfui loin d'eux dans 
le desert. Ils envoyereat vers lui, le saisirent et le sacrerent patriarche. 
II donna les plus grands soins aux eglises de sou tenips, rebälit celles qui 
avaient 6te ruinees, fit cesser les doctrines des heretiques qui avaient apparu 
de son temps en Eg3'pte {Wisr) et qui s'etaient isoles dans un village et les 
raraena au bercail du troupeau. Dieu fit accomplir par ce saint de nombreux 
miracles; il guerit beaucoup de malades, chassa des gens les demons et 
dit ä Tun d'eux : « Le mal ne t'a atteint que parce que tu as ete audacieux 
contre les saints mysteres par ignorance et que tu ne t'cs pas garde des pa- 
roles vaincs qui sont sorties de ta bouche. » De son temps, les Maghribins 
(El-Maglidribah) prirent beaucoup de Grecs (Ruiim), les amenerent ä Alexandric 
et les vendirent. II en fut gratidement alllige, emprunta ä ses couvents, 
demanda Taumöne aux croyants et racheta des prisonniers pour 3.000 dinars. 
Puis il leur ecrivit des feuilles de liberation et leur dit : « Gelui d'entre vous 
qui s'en ira dans son pays (lacuiic) et celui qui sera reste (lnruiu>); je marierai 
quiconque d'entre vous est etranger. » II demeura avec eux. Co pere 
s'occupa ensuite de l'eglise d'Abou Söter (Soutir) qui est ä Alexandrie. 
et la reconstruisit. L'ennemi souleva des troubles daas la ville et röglise 
futbrülee. Le patriarche s'en occupa de nouveau. Quand le Seigneur voulut 
sa mort, il tomba malade. La nuit de Päques, saint Marc revangeliste lui 



324 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [966] 

JjL; J ^Iaä)1 ^jj üAifc ijÄJl ÄJJLVl 'l;Vl J^lj "^-^^ rJ^'^ c^ ^jJLJ) 

^1 -u^ '^^jüJ! c_^l *'^'^ Uj ""^^^ ^^5J ^^r^ j^j ^^•ir^ ^r-*^ ^r^ ^;^ 

Juui aJ cy^i ^^\ l-\; •isÜ^ ^ ^ jlj iA:>-jJI ^y^l " J jl J "^^^1 jv^«." j:^! w>J 
'^j^l LJ-j <rl^_ 1_^^_ Vi '"-*|^_ J3 7^-^ ^^1 i^^ C^' "*^ kj^ ^-5 ^^-^ vLr' 

(j»^~»:Ua»Ji ^yi— > 5iyi jlS IAA j_3^^ (^jL< i^HäJI _jaDi jyi:!^' 4jJl lAfc ^ 

1. llaec commenioratio deest in Ludolf et Assemani. — 2. B addit w>^'- — 3. A 
'-J^'. — 4. B .Jixi. — 5. B Lj"^' \y~.. — 6. B addit J'- — ">■ Deest in B. — 8. B ÄU. 
— i). y/rtec wrfirt a ^..^ desunt in B. — 10. B -j'. ~ 11. B J!;'. — 12. B ►Jj. — 
13. Pro his tribiis verbis B habet .,^ iji.^. — 14. A a^. 



apparut, lui annon^a la gräcc qui lui etait reservee et lui apprit qu'apres 
avoir regu les saints mysteros, il rendrait räme. II s'eveilla et en infornia iios 
peres leseveques qui etaient pres de lui, demanda la coinmunion, reucharistic 
et leur dit : « Je vous (ais mes adieux ä tous, » puis il rendit Tesprit. II avait 
ete vingt ans sur le siege de patriarche. Que sa priere soit avec nous! Amen. 
' En ce jour aussi raourut Anbä Rliayil (850-851). C'etait un saint moinc, 
il fut prepose comme hegoumene ä l'eglise de Saint Abou Jean {Yohanues); 
puis il fut sacre patriarche et mena une vie spirituelle et divine. Quand 
arriva le careme, il monta dans le desert pour y jeüner. II retlecliit ä sa vie 
tandis qu'il etait solitaire et implora Dieu en pleurant et en s'liumiliant : 
« Seigneur, dit-il, tu sais que je n'ai pas cesse d'aimer la solitude et je nCn 
ai pas le pouvoir dans ma Situation. » Le Seigneur accueillit sa priere. Apres 
Päques, il l'appela et Khayil mourut; il ne resta que peu de temps patriarche. 
Quo sa benediction nous sauvc! Amen. 

viNGT-Tnois iiK harmoihaii (18 avril)'. 

En ce jour niourul niartyr Ic saint glorieux Märi Georges {Djirdjis). Son 
1. (leite commemorution nianquo dans Assemani et Ludolf. 



[967] VINGT-TROIS DE BARMüUDAII (18 AVRIL). 325 

iAfrjl^ <, ''v_iiaiJ rc ...Jl ^^r^!3 viXUl ^1 Jlj AiL^li. Jy^J AoL^Jl J^ Ajw 

^liJI j J^ *_^ j^^ Ajlj ^jVI ^li J UU A^^l Jjc:.« jl '"^ÜACJJ i'iljJÜl 

4J ilLclj U-A« ^Ä~9 »-j^Ui 4.»— 1 L».? l^a-L- ^^,Ja»-li \Jo Vj 4j -ix» U » f. 188 V" 

jc_-_Jl; '-''''^s-Ul ^a\3 C '"J-^I>_ Jj """''•^^- Uj A^Ji XC :Jj^_ '■^'^'Cl '''jliJ Aj_^ 
^./jsÄ L-ls 1,y.aju -«Ij -ilJlS jL-l U i^»«aw vilLJl _;'^a=>-l ^j -*-J«ä SjL-tJl Äi-lj 

1. B Ik-Jijb-. — 2. B ^rljr^-'. — 3. B 5.v)lj. — 4. B >l£i. — 5. B ^jlj. — 6. B ^akli. 
— 7. B U)^. ~ 8. B^f-iT. — 9. B 5J-Ji>. — 10. Z)eeÄ< w B. — 11. A ii?. — 12. v-j^'j 

A*.jj desiint in B. — 13. L^i J-Jo;' desunt in A. — 14. B Aiij!^ e^ acJtfjV ^ .J'. — 15. B 

addil ,_,jJ'. — 16. B ax». — 17. B yc:^\. — 18. B sliil J. — 11). B ^^!i w»/^.- — ^0- B 
iJL^. — 21. iJ^ U3j cfeÄ?m< in B. — 22. B^^,. — 23. B ^^a\. 



pere so nommait Anastase [Anastusijttus) de Cappadoce (Qahadouqi/ak) et sa 
mere Tlieopiste {Tdoubistd)' de Palestinc {Falaslin). Quaiul il eut vingt ans, 
son pere mourut; il se rendit chez le roi Tatien (Dddt/dnous) pour occuper la 
Charge paternelle. II trouva que ce princo pratiquait lo ciilte des idoles. II 
distribua toul ce qu'ilavait aux pauvros, aflranchit ses serviteurs, alla trou- 
ver le roi et confessa le .VIossie. Tatien le flatta et lui promit de nombreuses 
recompenses qui ne le toucherent pas; il lui üt subir beaucoup de tortures. Le 
Seigneur le fortifiait et gucrissait toutes ses blessures. II rinforma qu'il mour- 
rait trois fois et qu'il ressusciterait, mais qua la quatrieme, il recevrait la 
couronne du martyre; il lui promit de rendre son nom celebre par toute la 
terre; il lui annonca qu'il resterait sept ans dans les tortures et que lui-meme 
enverrait ses anges pour le servir. Le roi stupefait de ce qu'il apprenait 
avec ce saint du grand nombre des tourments, saus pouvoir le flechir, fit 
venir un magicien puissant * nommc Athanasc (Atdudsjjoits); il euchanta une ♦ f. iss 
coupe et la lui donna pour boire, dans l'espoir qu'il mourrait des qu'il aurait 
bu, mais il n'eprouva aucun mal. Alors le magicien crut au Messie et re^ut 
la couronne du martyre. Puis le roi fit venir un pressoir garni de dents 

1. B Tdoiig/inistd. 



326 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [968] 

^ \^^ J,^l ^^>Ä ^i\j iJj ^LaJI J\ ilcj -^-^Jl J<yJ\ «Ulä'ls ^jjl |J,-1 

•*ij ^Ai-üaS ^b^b 'yjJ^ n} ■rri— ~J1 '"'JL.J Ij^-^^J 'j-'-'^l ''(^*-Lr^'^ J''^" 

1^1 ^iiij diLJI ^\ j^Uj -ui; -ül ^Jl ^"jitU J»ä)1 i^it j^jj ^j-U; j=-^ 

1. A ,L<1. — 2. B d^-li. — 3. Deest in B. — 4, B Jl. — 5. Ilnec verha a UUi 
desuntinB. — G. B a<f(//< -V;^'!. — 7. A 'j^^-^'j; B rtf?*; ^-U' ^r-l> .U. _ 8. A Jf 
A^. _ 9. B (^. — 10. A -^'j^. — 11. B ^.-^!b. ~ 12. B addit vjX'i ^'. — 13. Pro 
his verbis a ,^_^j-ä-"-! .,L^j A ÄßÄe/ tunlum i) (_jjliij. — 14. A j'. — 15. A vo'y'. — 
10. ..d&"^U bl cfesMrt^ in A. — 17. A b>. — 18. A rtrfö?«Y aj L--!j. — 19. B oddit 

j.£)|. _ 20. B J Ji. — 21. Haec Via verba desunt in B. —22. .j,^)^. — 23. B 
^ij^j,. — 24. B v»^I3jJ!j. — 25. Bj lyjls. 



comme une scie et ordoniia Je l'v ecraser. Qiiand il fiit broye, il rendit 
IVirne. Le Seigneur le ressuscita et il revint vers la ville. Quand la foule des 
gens le vit, plusieurs d'entre eux crurent et re?iirent la couroiine du martyre. 
Ils etaient au nombre de 270 personnes. Quand le saiat fiit devaiit le pririce 
autoui" de qui s'etaient rassembles 70 rois assis sur des tröues, ils dirent au 
Saint : « Nous te demandons de faire porter k ces sieges des feuilles et des 
fruits. » II iinplora le Messie : des feuilles et des fruits pousserent. Tatien 
le fit cuire dans une marmite d'airain et jeter sur la montagne. Le Seigneur 
Uli rendit la vie, il revint vers le roi et proclama le nom du Messie. Ils en 
furent ctonnes. 11 y avait dans le voisinagc une fosse remplie d'os de morts 
oublies. Le roi et ceux qui etaient avec lui dirent an saint : « Tu es ressuscite 
d'enlre les morts, Georges; nous te demandons de ressusciter les morts de 
ce naos (Je veux dire uu cimetiere). — Si tu le iais, nous croirons ä ton Dieu 
et nous reconnaitrons qu'il est le üieu reel. » II le pria et il leiir ressuscita 
du naos des morts, hommes, femmes et eufants. Ils annoncerent le Messie, 
doiinercnt des iiouvelles de l'enfer et des cliatinients, puis ils nioururent une 



[969] VINGT-TROIS DE BARMOUDAH (18 AVRIL). 327 

,j:^»^^ jI L-U i_.-ä» ij^' -*-^ bj^jijl -jaLIL ij-Uj«; Li_> (»v'^r-^ (V3 \j3L-t ■r-\^J\ 

J J^^J ^^!^^ '-^r-^ ö^ ^ ^-^"'^ vJ^ ^'^^^ ^ -^-^^ '^ ^'-^^^^^ ^Ir''^'^ 
J\jj ^iUjYI >l^^,^.^==» Uls iJlc i^Ä^ '''«.Ul aLc>J "".^X^ ^^L '^:>y^ ^IajIj 

^^1 ji^ "^1^1 <) o^j^ÄS-ij vT^ÄxT Sjjui Jj s^äiji f-^iL. j <»J:lji •'■c_jÄ&"yi 

Sl^Vl jb J '^^1 .0 J^ * 1^:^ JUj \^j:J\ lj>^}\ ^^'' j^S ^^^^ '''.'-^ UjM-. isor 
22 j eiUI jl::^U 2id)yj| Jl ^Itj ^J ^Uli 20;;;,j^i ^^^ ^^^ i^^ ^H; i'.tj 

1. s.^;,*^ ^ desunt in B. — 2. B addit j^ . — 3. B s1^^! .!i. — 4. A b_y£. ; B 
örf<^/Y w^__,. — 5. A '-hI). — G. B s!^U)' ,ji^3_5 J, |^>-"X" J...L j.;^' ^_^^'. — 7. B ^l^. 
— 8. B i\yi^.. — 9. B Jo^H^'. — 10. Haec tria s<erba desunt in B. — 11. B (Ji^'j 
, ..^äU. — 12. A J^:=-. — 13. B addit LJ. — 14. Haec tria verba desunt in B. — 15. B 
y\^ U. — 16. ^L — 17. Deest in A. — 18. B ^--Ujj. — 19. Deest in B. — 20. Haec 
tria verba desunt in B. — 21. B ^t-CJJI. — 22. Deest in B. 



seconde fois. A cette viie, les rois dirent : « Ce soat des esprits de demons. » 

Dans leur trouble de ce qu'ils feraient au saint, ils le deposerent chez une 

femme pauvre. Lorsqu'elle sortit pour mendier du pain, lange du Seigneur 

lui apporta une table couverte de toutes sortes d'excellentes clioses. II y avait 

dans sa maison un arbre desseche; le saint pria et Dieu en fit un arbre eleve. 

Lorsque la veuve arriva et qu'elle vit le grand prodige de la croissance de 

l'arbre et ce qu'il y avait sur la table, eile s'etonna. Elle lui amena son lils 

qui etait aveugle, sourd, muet et paralytique et lui denianda de le guerir. 

11 lui fit connaitre la voie de Dieu, et eile crut au Messie. Alors il fit le signe 

de la croix sur le visage de l'enfant qui recouvra la vue. Puis il dit : 

« J'aurai besoin de toi; dans un autre moment il entendra, il marcliera et 

il parlera. » Lorsque le roi passa par lä et qu'il vit l'arbre, il s'en etonna et 

fit des questions ä son sujet. * On lui dit : « II est dans la maison de la femme ♦ f. 189 r, 

ehez qui est Georges le Galileen {El-Djalili). » Quand il se rappela le saint, il 

ordonna de le frapper et de le broyer; il mourut pour la troisieme fois et on 

le jeta hors de la ville. Le Seigneur le ressuscita et il retourna vers les rois. 

Tatien le chätia avec fureur. Puis il se mit k le flatter et ä lui promettre de 



328 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [970] 

i_^^ Jl ^^ jjij ■U-lj i^Lflj \,l«i. aJI ^]=3 'V-'^ S^^ -'^ '-'^ JsAijlj "^AÄ)1 
i-vJ ily U -»-^ ''C C"aü <«.»-J' ^JÜlj '''^^y^\ lyj ij-^. j-'.-^' C^ 
(j ^•to^As i^li-jj ^__J1 j^äT ^\ JUI 4.Ü1 jli- '^ör" ö" 'rV'-? '^-;* 
^_^_^ '^l3^_,-^ jj-UI <>L.^l UL) ^_$il; ilAilL jl^ Us '^L-.-^l J^ IL cZj>\^ Ijjls 

jlkjül ^>U ^^AiJI '6<k) <Jls' L ••'Jl^j j/_l J\ ^^3 ^L<r3 ^i-,j i^j^ii 
dUj viAiJI i^lj U-ls «o-bU ■wL" jl "-''^j!>l' ^_-^l ^v«ij (j-LiO o^-^ "'"''^o'^ 

1. B siy>U. — 2. //ae^ »»e/'^a a iJUar^j desunt in B. — 3. B a<f^?7 >_lXlUt. — 4. //aec 
/77rt wrÄa desunt /« B. — 5. B »t^^' j-°. — 6. B f.= i^^ oi-JLi. — 7. B U-Jjtj. — 8. Z)ees< 
//; B. — 9. B ^. — 10. B^p:io. — 11. B addit -^CL'. — 12. Deest in B. — 13. Haec 
verha a J! desunt in B. — 14. ^ UUI äa~3 desunt in B. — 15. B addit JJ. — 10. Deest 
//i B. — 17. B ij\. — 18. Deest m B. — 19. B Jl. — 20. Z)ees« in A. — 21. B J^j'^'- 



le marier avec sa fille et de le faire lo second aprös lui daiis son royaiime. Le 
Saint se joua de lui et lui promit d'oH'rir de renceus aux dieux. Le roi so 
rejouit, croyani qu'il le ferait, lui embrassa la tete et remmena dans sou 
palais. Georges so mit j'i prier i't ä reciter les Psaunies. La reine l'entendait; 
eile lui demanda Texplication de ce qu'il recitait. U commeuQa ä Finstruire 
etä lui expliquer depuis le momentoü Dieu cr6a le moude jusqu'ä rincarnation 
du Messie. Ses paroles cutrerent dans le coeur de la reine qui crut ä Notre- 
Seigneur. Le lendeniain, un eriour public avertit les geiis de se reunir pour 
voir Georges oll'rir de l'encens aux dieux. Quand la veuvc apprit cela, eile 
sortit avee la foule afin de Ic contempler. En la vo^-ant, il sourit et dit ä 
l'enfant : « Va vcrs Apollon [Aboloun) et ordonne-lui de venir k moi, au nom 
de Jesus {Yasou') le Messie. » L'enfant enteudit, partit et repeta k Apollon ce 
(pi'il lui avait dit. Le demon fit sortir Tidole dans laquelle il habitait, alla 
trouvcr le saint ot drclara dcvant la foule qu'il n'etait pas dieu, niais qu'il 
trompail les gens. Georges ordonna k la lerre de l'engloutir et eile renglou- 
tit. A celte vue, le roi fut couvert de honte ainsi qua tous ceux qui etaient 
avec lui. 11 entra cliez la reine, renq)li de colere contre le saint; eile lui dit : 
« Ne t'avais-je pas dit de ne pas lutter contre les chrötieus, car Icur Dieu est 



[971] VINGT-TROIS DE BARMOUDAII (18 AVRIL). 329 

jl ^j Al:^ -ci^ ^y j^l jV 'ij^LU.Il ^-Ur V ai Jß\ ^\ L<iU\ <) ^)lü 

^.aUI ^I J dl^Ul Ij^^- Uj iV-'i" <^^\ -'i^j :^V^b ■'^-^..A^ iüul l^.^ 
.I.j, >U <:. ^^ ^_^1 ^- _<. ^1 ^^.^^^^,^ ^^^1 ^^^ 9,^^^^.^ 

J>- jl ^^\ 11 jL ^- ^^ 4^1^ ^L ^Vl ^> * UU 1";,^ j^ ^^i 
^^ ^^ ^- ^^ ^3 ^A Jl <: ^ (." <."jLU J i7<.tj ,^ ^„,^,1 

1. B ^U. _ 2. B «^«f.-f ^^]. _ 3. B >.= . ^ 4. B ^i.Vl. - 5. Deest in B. 
- 6. B üddit .^l^t ^^!. _ 7. //aec tria verba desiint in B. - 8. Oees^-//« A. — 
9. B !j__,U.!. — 10. i^r^' J^ desnnl in B. — ü. ß addit J-^t. _ 12. A I 'j. — 13. B 
addit^l.-. - 14. B 5.>.Sjt,. _ 15. B j^t^. _ Iß. z)^,,, ,-^ B. -- 17. A ^K. _ 18. B 
a^f/// ^X^J^ ^„Ulj Uj.?b.^ ^^. L.^^-i-j. _ 19. Ludoif ,-,j,;,-^ co/«/«««or,///o«t7« 
S. Kom. 



puissant? » Sa colere rcdoubla; il reconnut que le saint Tavait attireo verslui. 
11 ordonna de la faire sortir et de I'emporter au dehors et de dechirer son 
Corps avec des peignes de fer. Elle moiirut martyre et recut la couroime de 
vie. Quand les rois se furent acharnes apres le saint, üs conseillerent k 
Tatlen d'ecrire sa condamnatioii pour ctre delivre de liii, de peur que Georges 
n'ajoutät honte sur honte. * (^)uand 1 ordre de lui trancher la tete partit^ il ^ f. iso v 
fut joyeux, puis il demanda au Messie de faire descendre du ciel un feu qui 
ferait perir les 70 rois, ahn qu.3 la persecution conlre les chretiens s'apaisilt. 
Le Seigneur lui apparut et lui fit de grandes promesses. Ensuite il tendit ie 
cou et on coupa sa tete sacree. Un de ses serviteurs fideles recueillit son 
Corps, l'enveioppa dans son volle, Temporta dans son pays et lui b;\tit une 
belle eglise. Que son intercession nous gardc! Amen'. 

1. Ludolf ajoute la commemoration de saint Kom. 



t.wn. oii. — T. XVI. — 1-. ■_>. 



330 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [972J 

^cJli Aj±::^l3 '^j-3jiA-_,l *iLJj »^ ^JJLM ^i^ La» 'cJJij CjI}^, ^ ^^^ <Ir°^' 
^X j.^ A=-l ^Io_ V jl i^_3. i^i Jy3 L^l J\j J>s ^^^1 j '-'lÄÄ ^3 
A LJäfr LUt ^Ä£ ''-'-vs 4JI3 jL^Vl ^pl^l j^,-« ■»^b "'--' '"v^" ^-/^ c^rr-*-'' p^' 
^U^l Jl;3 'LaiJ! -»^'j oi^lj ^'^If-i (v' Lwlj '''«iiii -r-'y^. s''^ '^}-> if" r^y. 
"^^__-ü)l i^^3jA.-ol il^J:::^! j ''c~:;.l^ Ui -».-i; 13^^! 0^3 Ä,<J%. ■CJJI3 c:^_Us ä^I^I 

j_^' '°Lj;">l^ aJLxj ''^j-3jA™jI ^-^'1 -*— 7^ >" ^y^3J ty^i iJ-_>- Iji^l pI' 

1. //rtec comincinoratio deest in Ludolf. — 2. B addit Jji». — 3. A L— . — 4. A 

^^^l^j--.!. — 5. Decstin B. — 6. R addit ^y^. — 7. A ^..!^,J.-^,1. — 8. B ^Ji J. — 

9. B addit (^J-Ji-'l. — 10. B addit ^^i~^^l — 11. A l;U. — 12. Deest in R. — 13. R 

i;:i,. — 14. B addit ^jXih. — 15. A ...' J.~-o!. — 10. Deest in B. — 17. A , -o!,J— ot. 
■ j ^ j ■■ ■■ <J j " • . 

— 18. B ^.:!b.U. 



VINGT-QUATÜE DE BAliMOUDAH (19 avrÜ). 

*Eii ce jour mourut martyr saiiit Sinä", compagiion d'Isidore (B Isidäroiis, 
A hidards), meulionne le 18 de barmaliat. Apres quo ce saint et son auii 
Isidore eureiit eprouve des tourments, que.run cut ete martyrise et que 
rauirc resla eu prisoii, le goiivenieur de Pelusc (El-Faramä) ful dcstitue et 
remplace par un autre avce la rceommandatioii de nc pas laisscr subsister 
quicoiique mcntiouneruit le uom du Messie. Oiiaiid le uoiiveau gouveraeur 
fut iiiforme de Tallaire de Sinti ■' et apprit qu'il etait des principaux de Tarmee, 
(ju'il avait dejä eprouve des tourments sans clianger d'opinion, il ordouna 
de lui tranclier la tete. Lorstpie le marlyre fut acconipli ei qu'on lui eut 
cülcvö la tele, il rec^ut la couroiine du martyre. Sa nicre vit des anges 
Tenlever, comnie eile ravail vii lors du martyre de saint Isidore : puis on 
prit son corps, on Tenveloppa daus un linceul et on le deposa ä cote de 
celui de son ami saint Isidore. Que leurs priores soient avec nous tous! 
Amen. Leurs corps sont encore aujourd'hui dans la ville de Djemuouti 

1. (k>ltc commemoralion manquo dans Ludolf. — 2. Mai Sisa, Assemani Sinaliis. 
— 3. A. (^Iii'ihd. 



[073] VINGT-QUATRE DE BARMOUDAll (19 AVRIf.). 331 



■' ,_,..s>-liilj Zj^' (»j--< n^3 T^ T "^**' ■^V-»-" *Jj-^.w (*_)^ " l-»Jt J L_>- 13 (V-*' 1-»--»-= 



»*.*->- «^ 



*^--«l U*.l^ t^^Äi rH^ "^ ** *^wo LfeA^Tfl* ('t'*^ 

l_^lj. jl Ij^D^ jlVI c^iijj ,^^^1 («-^ (j^ ijrr^ '^ ^y.'^ "^' cv"'"^ ^JiT* '-^'^ 



f. 190 r 



1. B , v~CJ! i^Ul ^-.. — 2. B »!-i'-^l.. —3. B ^Jlsr-. — 4. //rtt'c ce/'^fl a jjLCj 

dcsiint in B. — 5. Ilaec coinmemoratio deest in Liidolf. — 6. Deesl in B. — 7. A ^t 
.^.^. — S. B '^'^\. — 9. B U^_j. — 10. B A,.<fj_^kJJ l:i.li. — 11. B Ut^Ij. — 
12. B L-i,. — 13. //flec ce/'ört a c^\^ desiint in A. — l'i. B l^^c. — 15. Deest in B. — 
16. .LCJ Jj't desunt in B. — 17. B ^j^jxM. 



{Samannoud) et ils out produit des miracles et des prodiges pour quiconque se 
dirige vers eiix avec foi. Que leurs benedictions descendent sur iious! Amen. 
Ell ce jour aussi mourut le saiut pere Anbä Chenouti {Sanoutyous), 
patriarclie d'Alexandrie (El-Iskuiidaryah) (859-881). II se fit moine des sa 
jeuiiesse ä l'eglise de Saint-Macaire {Maqdryous), puis il graudit en merite 
et en devotioa et devint administrateur et econonie de cette eglise. II fut ein 
patriarclie du consentement unaninie des lideles et des eveques. II eprouva 
de nombreux mallieurs, des chagrins continuels et la persecution des rois 
et fut en proic ä leurs exigences * alors qu'il ne posscdait rien. Dieu fit arriver • f. lao 1° 
par ses mains de nombreux miracles; il guerit des maladies graves, cliassa 
des gens les demons et, ä sa priere, Dieu fit toniber des pluies considerables 
sur les gens de Mariotis {Marijout), car ils etaicnL prives d'cau depuis trois 
ans, les puits etaient desseclies et ils etaient presque morts do soif. Quand 
ce pere vint celebrer lafete dans l'eglise de Saint Abou Meuas (Mind), les gens 
de l'endroit se plaigiiircnt ä lui de manquer d'eau. II les consola et leur lit 
preudre patience. Quand la cercmonie fut finie, il demanda ä Dieu d'avoir 
pitie de ses creatures. Au couclier du soleil, la pluie tomba par gouttes, puis 



332 SYNAXAIRE ARABE .lACOBITE. [974] 

J iJkA Jls vii::$_^3 ctir_; — « \^ u.1;^ ojUj>-j •«-i Li (v>-j^ JJ.^^ f^-^" "^y ^ ls**^ 
Afcj ^a=- <>"^~^ ^.w LJ« A^^ ^^ij jl ^^1 JU J' ^jJl i>t^ ij^ <cAä^ (_li-j 
LJ^j"^^ j (^3 «-.Lf-Vlj Mj^b f^i <^ ^cii«b ■*-^Adl J-JlS ^i^ Jj;3 ^Jjyi 

''ijl.AJl IjJjJj JojuJl jL^ \^JJis^ iSj^^ ^^i 'Ä.A3JI ^j~~^' '~^ O^^ ÖT" ^* 
Ij^t .„J^l \iy^\ J^ J ry5>.3 <J^ ^\1 lÄA Ji^l 1*5-^3 IjJ yJS \jkl} 

1. B ,_,,. — 2. öeesf /« B. — 3. B (J^jj. — 4. i)eesi m B. — 5. B o-^'j- — 6. B 
,^AsJ|. _ 7. B s,l>-^. — 8. B :)^" ^. — 9. Deest in B. — 10. Deest in B. — 
11. Deest in B. — 12. Deest in B. — 13. Deest in B. — 14. B .^^'j. — 15. B ^"^^L 



cessa. Alors ce pere Jit : « Mon Seigneur et mon Dien, Jesus {Yascni') le 
Messie, le riebe par excellence, si tu veux avoir pitie de ton peuple, aie pitie 
de lui (et accorde-lui) uiie ricliesse pareille ä ta misericorde pour qu'il soit 
rempli de ta joie et de ta benediction. » Aprös ces paroles, il entra dans sa 
charnbre pour i'airc la priere du sommcil, et demanda au Seigneur de se rap- 
peler son peuple. Quand il eut fini de prier, il arriva du tonnerre et des 
cclairs, et il loniba une pluie pareille ä un torrent violent; les fonds de ter- 
raiu, les vignes, les citernes furent remplis et la terre resta trois ans (couverte 
d'eau) au lieu de trois annees de secheresse. — Une autre fois, les Bedouins 
{'Orbun) de la Ilaute-Egypte (Es-Said) se rassemblerent et descendirent vers 
les couvents pour tuer tous ceux qui y etaient et les piller. Ce pere prit sa 
croix, et sortit vers eux. Quand ils virent la croix, ils reculerent, saus faire 
de mal ii personue cette i'ois-lä. — Par son enseignement, il cliassa Tinipiet^ 
de ses provinces et de son troupeau. II y avait dans le pays des gens qui 
disaient : « Celui qui a souffert pour nous est un homme et non un dieu. » Ce 
pöre ecrivit une lettre qu'il cnvoya pendant le saint careme dans toutes les 
provinces. 11 y prechait que celui qui avait soull'ert pour nous ötait Dieu le 
Verbe, incarne puisqu'il ne se separe pas de son corps, car les deux natures, 
qui n'en fönt (pfmie dcpuis le coninienceinent, ne se separent pas suivant ce 
qui se passe dans toutes les choses ni dans la doulcur ni dans la mort. Quand 



[975] VINGT-QUATRE DE BAKMOUDAII (19 AVRIL). 333 



^Llj L.UI ^1*1 'Vy> l^l^j o"U ::,yt>iJl <»J^ jl ^1 ' J=..i_JI j^^LL I^IU.9 » f. wo 
4^jjJu ^ i».lX!l A.II1 ^u-J? IjJ J^.^^ v*-^i '"^ "^J^ (**-^ ^'^'^ ^"^ t^- ^^ 
jy; V "'i;! L»^ ^aJ J^^^l i^l wUl ^,U VI ^J^-^. (J jJVl JI3 ^jA. V3 
ul IÄ5C* 'yvi j^ <; 'M^;.^ jl^ <;! Aiu; ^,1. ^SUI ^»-^il ^^, ia<!l a.ui 

^jUI OiLVI C.-I3 J^l jL^VL ly^lj ^'*^>U jt l_^j (.yJl .Vj^ J 

^Vl lÄA jl^ j^^J ^-5 ^J-^ 1^^ ^'^^ l3^,iiJL^j ._^lj j^Jb ^LVl ia^J 

1. B !3-J. — 2. B Ujj J ^'i!^!. — 3. Pro J^i B habet i^lO' aU'o e< addit J'i, 
l^. -4. ßUil. —5. B J.^-\ - Ü. B .^M!. — 7. B ^^^]. — S. A JU^I. — 9. A 
jJLj. — 10. A e^ B ,^^!iib. — 11. Haec verba a ^U>"^Ij desunt in B. — 12. A 
s_j.'Lj. — 13. B lji*^._;. — 14. A >UxB^ l^viT. — 15. B ViUjoj =.J'j. — 16. A Uj.. 
17. ^3-^-^. — 18. Pro his verbis a AXiliw B habet ^.-^1 Ux» ^y^^ Uüsr'j L^pc-" w-Ls. 



V" 



cette lettre fut lue daiis toute la contree, le pcuplc se rejouit. II apparut 
aussi une troupe de reprouves disant dans leur langiio : « II merite * d'etre * f. lao v», 
depose pour avoir dit que la nature divine est morte. » G'etaient des gens 
d'El-Ballianä et leurs eveques. Quaiid la noiivelle en parviiit ä ce pere, il en 
fut tres afilige et ecrivit deux lettres pour demontrer que la nature divine du 
Verbe etait hors d'atteinte, impalpahle, ä l'abri de la soulTrance, quo la 
douleur n y avait acces que par la nature liumaiue, laquelle etait unie en lui, 
de meme que uous ne separons pas Dieu le Verbe de son corps expose ä la 
souffrance, mais nous croyons qu'ils ctaient unis eu lui au nidment de la 
douleur, de meme nous ecartons et nous eloignons la diviuite de la souf- 
france et de la mort qui sont descendues sur son corps soufTraut. Quand cos 
lettres arriverent d ces gens, ils renoncerent ä leur erreur et confesserent 
la foi orthodoxe. Les eveques qu'ils avaient vinrent, fircnt une declaration 
exacte et lui demanderent leur pardon. 11 leur ordonna de se prosterner au 
milieu des eveques, des moincs et du peuple et d'implorer leur pardon pour 
leur infideüte. Ils le firent et il leur pardonna. Ce pere avait beaucoup de 
sollicitudc pour les cglises et leur construction et pour les asiles des etran- 
gers. II laisait l'auniöne de son superflu; il mena une vie vertueuse et agreuble 
ä Üieu, puis il mourut en paix. Que son intercession soit avec nous! Amen. 



334 SYNAXAIRE ARABE JACOBITK. [976] 

Is^ ioÜail |*AJ.«oi;' jl ^r^liilwl U_5 A'-O^ <^ ^jj -^ 'Lo-VlJI ' üÄa C^O^ viLUI 

fr c 

\^!>ii Cj-^^i (^"-*-=-l *ajUx ^j Uilji:^ij jc_^_^l ^j l,;i.>t.J3 'tf'i^ ^^j dlUi jj^ 
l,;jU Jii ^.^ii jl <-ül iljls ijX^Vl O-»^ is'x^ls ''lo^ ^^jj IfL»-^ ^j-« 

1. A A^-. — 2. Haec coniinenioratio deesl inhwdioM. — 3. Dcest in B. — 4. B '.^-». 
— 5. B lÄ». — 6. Decst in B. — 7. B J^-13. — 8. B tjj'. — 9. Ai^--. — 10. //aec 
conimcnioiaüo deest in Ludolf. — 11. Deest in B. — 12. B 13J^. — 13. B \->^^. — 
14. Deest in B. — 15. B ^.^. — 16. B 11*. — 11. A ^^k- — 12. B .^U. — 13. Deest 
mB. — 14. B Ji^w. — 15. B bL. — 16. A vO--s^^- 



viNGT-cirsQ DE B.\RMOur)\ii (20 avrü). 

' Ell ce jour eut lieu le martyre de saiiite Sarah et de ses deux enfants. 
Elle etait d'Antioclie {Antakyah), mariee ä un homme nomme Socrate {Soq- 
rutis)-, de la foule des officiers de Diocletien {Di(jlä(lyännus). II etait chretien, 
puis il dcvint infidele; cette sainte resta chretienne. II lul feigiiait qu'il 
aimait la religion du Messie, et qu'il ne la reniait que par crainte des cliä- 
timciits de l'empereur. Cette sainte avait eu de lui deux enfants et eile 
n'avait pu les baptiser ä Antioche par crainte de Tempereur et de son mari. 
Dans son aniour pour le Messie et son zele pour leur bapteme, eile les prit, 
eramena deux de ses servilcurs et s'embarqua sur un vaisseau allant i\ 
Alexandrie {El-lskaitdaryah). Dien voulut montrer la grandeur de sa foi aux 
generations futures; il fit souiller sur la mer un vent violent tellement que le 
vaisseau fut sur le point d'(Mre englouti. * La femme craignit quo ses enfants 
mourussent saus bapteme, eile soupira, fit une longue priere, puis eile 

1. Celle commcmoration maii(]uo dans LuJoIf. — 2. Malan Sacratias, par confusion 
avcc Ic nom du mari. 



"f. l'.il r" 



[9771 • VINGT-CINQ DE BARMOUDAH (20 AYRIL). 335 

^J\ j L»f_U ^ L^li3 l^jJj ^y^ "^^U <; c~Uj ^aJI y, ' j^.Ä-^lj ^,^JI 
'■'-jjl ''j-<C-i LIa ^^ ^o\ Ax.3 ^jr"'^^ ^jj'j a;"^'b v"^'^ (♦-; ■^'-^ ''>^^'' 
SyJ^\ ^J^, ^Vl Jl '-'L^As" ijJcCVl Jl v:^.Uj 8L.^^ /^l ^^^ 

x^J 'Ul J "'Laa^I '-"^^b J- 4J1 S>^'\ "'iUi a:«; L^^-£ -L>Ij \^'^jJ «Ul 
"Ai^Ulj ■'k^)l> j^ '''\!U3 i'y/jJlj '^>-i3 ^^^ ^'^y^ <^i 1-^<A U.J 'Ul 

Al;^ «L^IVl i-^. \i-^i ■^■^ tS-^'^ y i^^rr-*-'' ö^ '-"'^Ir'^^'i 'r-^' tr-L-*^' t>»^ "Sr^^ 



1. B o^-'^U. — 2. Decst in B. — 3. B ül*. — 4. B U. — 5. B ^ySL.. — 6. B^^'. 
— 7. B ^_ PI. — 8. B Uj. — 9. B C-4J -'i. — 10. Pro ---.o UU B Äflie« J-^].. — 11. B 
addit Uj s-Vö!. — 12. B 3^j. — 13. B Lo-,Voo. — 14. B Uj. — 15. iU J desunt in 
^. — IG. B »>3.i^'. — 17. tiaec verba a ^^^^ desunt in B. — 18. A lj>.-i:^-^lj. — 
19. Deest in A. — 20. A ^l-j. — 21. BU^^'I. — 22. B Jo:.JslJ. — 23. B v.-JJ.^i. — 
24. B ^-iL... — 25. Deest in A. — 2(3. B U-V^s,. — 27. Pro Ins verbis a Uj B habet 
_^\jj\ ^ Ls-V-^J- — -^- I> >0--J- — 29. B C-J0-.O. 



decliira son sein droit, prit du sang, eii marqua d'uiie croix le front de ses 
enfants et les plongea trois fois dans la mer au nom du Pere, du Fils et du 
Saint-Esprit. Apres qu'elle l'eut fait, le vent se calma et la mcr s'apaisa. 
Quand eile arriva ä Alexandrie, eile les presenta ä notro pere Pierre {Botros) 
le patriarche pour les baptiser avec les enfants de la villo. Lorsqu'il en eut 
baptise quolques-uns et qu'il prit les siens, l'cau se solidifia; il les laissa 
et cn prit d'autres; l'eau redcvint liquide. II voulut Ics y remettrc, l'eau se 
solidißa de nouveau et ainsi par trois fois. 11 s'en etonna, fit vcnir la mere 
et l'interrogea au sujet des enfants. Elle lui raconta cc qui s'etait passe, 
comment la mer avait ete agitee, comment eile les avait baptises et lui 
demanda pardon de ce qu'elle avait ose. Le saint rassura son coeur et lui 
apprit que c'etait le Messie qui avait baptise ses enfants de sa maiu diviue. 
Apres qu'ils eurent regu le bapteme saint et divin, eile revint vers son mari 
ä Antioclie. A son arrivee, il renia ce qu'elle avait fait, puis il alla trouver 
l'empereur et Tinforma des actions de sa ferame. Diocleticn la lit vcnir et lui 



,336 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [978] 



'^-^1 Lä^ 



Ij-kji^l A^ iUj JjLJI (j-jjijii' wvj-vä)i_5 -V;>-y;.Ji i.ijij „jAiüi jlSJo" Udj oj 

' /j^l Ua« «-.»äJi i)(Li> j»Äj«)l ,i!>L_j 

1. Z)ees« m B. — 2. Z)ee.s< «« A. — 3. B addä ^j. — 4. A L^lii.. ^ 5. B addit 
fX^I j^U'j. — 6. //rtec commemoratio deest in A e/ Ludolf. — 7. ^/c ßtfc?/« Liidolf 
commemoraiionem juvenuin Ephesi. — 8. B addil J-^. — 9. A «^t. 



dit : « Pourquoi es-tu allee a Alexandrie poiir forniquer avec les chretiens? » 
La sainte lui repondit : « Les chretiens ne forniquent pas et n'adorent pas 
d'idoles; apres cela, tout ce que tu voudras, je ne le ferai pas et tu nenten- 
dras pas de moi une autre parole. » 11 reprit : « Fais-moi connaitre ce que tu 
as fait ä Alexandrie. » — Elle ne repondit pas un seul mot. Alors il ordonna 
-de lui attacher les mains derriere eile, de mettre ses enfants sur son ventre 
et de les brüler tous les trois. La sainte toucna son visage vers l'Orient, pria 
avec des larmes, puis eile fut brulee avec ses enfants. Ils regurent la couronne 
du martyre. Que leur intercession soit avec nous! Amen. 

' En cc jour aussi a lieu la comniemoraliun de saint Paplinucc (Babnou- 
(Iah) rermile, de saint Theodore [Tüoudouros) Ic devot et des cent martyrs 
qui furent martyrises dans le pays de Persc [El-'Adjam). Quo la priere de tous 
soit avec nous! Amen-. 

A'iNGT-six DE nAUMouDMi (21 avril). 

En cc jour mourut martyr saint Sousuyos {Sousitijdiis). I^c nom du pcre 

1. Celle commemoralion manque dans A et LuiloH'. — 2. [.udolf ajoute la commemo- 
ratioii des jeuncs gens d'Ephese. 



[079! VINGT-SIX DE BARMOUDAII (21 AVHIL). 337 

lj=.jjj jlk-iJI ^\ "CV Iji-lj ■cJ^l o^'-Jj is-V: '^''^-' ■^^'-^ '^^^ lt^.-^^' i^^-* ^'"■^ ''^'^ 
ci.JL« ^)i jli L'i.'i -^^/ij -.^1 dUj ^!l tx^jo^ Ji\ iU jv' ü^Ä- *j;V «LjIj 

jljVl J^ J\ J^:> -^ (j-L-^^ J^J ^-^^^ -*-^ "^ (.s*--? ^^" ■^^-'^ ^'^ ly.' ^f^J 
^1 ^bi ^^j:u,bl3 ""'UU ^jVl cXi-U ij^l Jl l>y_ jl ^^^Jl 2^: pA^ij 
jl ^^Ij dlLJI j:s>6 '"^J o<u.l iU-. ^ t^.-*-^! J:« ^y (W^ ^.^ '^pr"^ 



1. B i.»>2. — 2. Z)ee5^ /« B. — 3. A ^JU^. — ''i. A ^'.. — 5. B vUL. — 6. A rtf/(/«Y 
*^:. — 7. Z)ees; in A. — 8. Z)ees« in B, — 9. A iy\. — 10. Deest in B. 



de ce Saint etait Sosipater (Sousibatros) : il etait un. des familiers de Tem- 
pereur * Dioclctien (Düilddijdiious). L'ange du Seigneur lui apparut et fortifia ♦ f. loi 
son dessein du martyre : cette chose lui resta dans Tesprit. II arriva que 
Tempereur l'eiwoya eu expedition dans la ville de Nicomedie (Niqoumidyah). 
Puis il expedia un edit pour le retablissement du cultc des idoles. A cetlc 
vue le Saint fut tres afflige, puis il envoya cherclicr un pretre, apprit de 
lui les Sciences de l'Eglise et fut baptise par lui. 11 revint ensuite ä Antioche 
et trouva qu'une soeur qu'il avait, etait accouchce d'un iils d'un visage hideux. 
Avant lui, eile avait dejä niis au monde une fdle, l'avait tuee et avait bu 
son sang. Le demon [Erh-Chaitän) s'etait ctabli cn eile; par la magic eile 
prenait la forme d'un oiscau ou d'un dragon. Quand il naissait un enfant 
chez les habitants de la ville, eile desccndait vers lui, le tuait et buvait son 
sang. Lorsquc le saint vit cela, il prit sa lance dans sa main, tua sa soeur, 
son fils, car c'etait l'enfaut de Satan, son mari et son pere, parce que 
c'etaient des magiciens. Puis il revint vers ce pretre, k Nicomedie, et Ten 
informa. Quaud il retourna dans sa ville et que son pere apprit ce qui en 
etait, il voulut le tuer et le denon^a ä l'empercur. Le saint etait entrc dans 
im temple d'idoles et Icur avait ordonne, au nom du Messie, de desccndre 
dans Tabime. La terrc couvrit leur face et les engloutit. Le bruit se repandil 
de la perte de leurs dicux, outre les calomnies de son pere ä son sujet. L'em- 



338 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [980] 

4^lj Jki-l ^1 öii JU)j b-üLl-i. 0>1.3 ^^^-^'J *^._^i — '^'^ j^J ^,-^'1 <; v_i«- 

^Aä)l Ua vjUt iJL. J Aj.iJU.l3 ^_-^VI '^O^^^CUI J ^^1 oLol Jl;3 <^JJLJI 

Jl ^„^1 j-uJI ^Utj ij.« l^^^/^r z»;^^'^ rro'J rv"^^ "Sr^ (j::*~^3 ^.^3 ^' 

♦ r. 102 r. i^^,l * JLL jl^ 'V:.-^" ^-^ ^^-i ^''rM' o-.'-"^^ "V^-^^ ^^"^ ^^ ^^ 

JD3 JI3VI i^iU- J dlLJl i^jlj ^_^.U JIS3 is^rr-'J j_r'j.;l.j!Mi..i dLUI ^jj (_y^L«3J 
j Julbl ^'jLaJ dliJl X^ W ^XäJ Jj-Lib JäUI IJÜ U-IJ i.;.!:^^ C^Oj li^ ^"^ (♦-"! 

J-^L "V jL^3 iA=«3 JUI lÄA J UaIj jl^3 <i- äi>-^ ■^^. b-^ ö^-i "^'^^ 
jljjl3 ^LUI J jj^Li % ^%^ oly^ ^.Uj "Ulo ^_^;j i-M^^ ^^ V3 ''^L^J 

1. />ee,si /« B. — 2. B s^^^x^Jb. — 3. B ^]j^J\ O:;-^-^' — '»• 15 o^-?.--^- — &• ^^'o 
Ms verbis a .^^>-; B habet f.^x^^^i sij^sjijl _Xjj f-.\™Jl _^Ul «^_j L',».» ,j-V!'. — 
ß. B ^^^f^. — 7. Z)ees< /« B. — S. B addit Ji-. — 9. Deest in B. — 10. A iSi. — 
11. BjU_.. — 12. B ^'. — 13. B^*i.. — 14. B JL\ — 15. A j.S^ üü^. 



pereur se mit en colere et ordonna de lui iiifliger les plus durs chätiments. 
Le Saint fut frappe ä coups de massue, broye dans un prcssoir, dechirö par 
des fourches, puis traine par la ville : le Seigneur le fortifiait, lui donnait la 
patience, et soii äuge le visitait. Apres cela, il ordonna de trancher sa tete 
sacree; il reout la couronne de joie dans le royaume eternel. Pendant le 
supplice de ce saint, mille cent quatre-vingt-dix martyrs furent mis ä 
niort. Que lour priere et leur benediction ä tous nous preserve des lilets de 
l'ennemi acliarnc jiisqu'au dernicr souille! Amen. 

YiNGT-SEPT III'; n.\nM.\n\T le niiM 22 avril). 

Kn ce jour mourut martyr le saint glorieux Victor (ß(V//o)). Le perc de ce 

r. vyi r. saint se nommait * Romanos (Ihnundnoux), ministre de rernpereur Dioclcticn 

[lyujlddijänoHs) et son conscillcr. II etait conlrairt' ä Fopinion du princc sur 

le culle des idoles. Le nom de sa merc etail Marthe {Maria); eile etait clire- 

ticuno. Quand le jeune Victor eut grandi, il sc presenta chez rempercur et 



1^^981] VINGT-SEPT DR BARMOUDAH (22 AVRIL). 339 

hU Jl^-V i,_^i P^9^ ^^y} ^^. j^^j '-J-*-'^ ^^1 W.. ^3 '"'-^^i ''Iaa_^ 

J b^_. jl dlUl ^U ^j.\ jUli <;Ljlj dLUI (^ (»T ^j:.U1 ^1 ^1 

ijlj^Jl jj^LJl ^\jj\3 'LUl Jl <-iJ; ^^tj ^J\ d'^ ^ J^ ^''\^ M-^ 
j.j^ jj^ ^^^ j_5.b "U-i^jj oJj.% c:.^<3l '•^<;Ä£ JIj)I jl jv" i>->->- Jl ü^I^Ij 

1. A tJjJJjjb'. — 2. B |V^)-^JÜL. — 3. Deest in B. — 4. B U^-'-^Aj. — 5. bUj-V..^. 
— 6. B L-if^ij. — 7. öees« in B. — 8. B a-jI. — 9. B addit !3-j. — 10. B i.^. — 11. B 
»~ki. — 12. B ^JL.<aZs.)lj. — 13. B addit ij-^'- — i''- A j^y'-^j'- — lo- B k-^- — 
16. B addit UjJ. 



devint le troisieme en digiiite : il etait alors äge de vingt ans. II etaitdetache 
de ce monde et de sa gloire; il nc mangoait pas de viande; il ne buvait pas 
de vin, jcünait coiitinuollement, faisait de nombrcuses priores sans inter- 
ruption la nuit et le jour, visitait les prisonaiers, les malheureux et les 
pauvres. Lorsque saiutc TheodorR {Täoudoumh) \ mere des saints Cöme [Quz- 
man) et Damieii {Ddnujdii) fut tuee, personne n'osa Tensevclir par crainte de 
l'empereur. Saint Victor vint empörter son corps et l'enterra sans sc soucier 
de l'ordre imperial. A plusieurs reprises, son pere le reprimanda ä causo du 
culte des idoles et il le denonga k Tempereur. Quand celui-ci l'eut fait venir 
en sa presence, il denoua sa ceinture et la lui jeta au visage en disaut : 
« Reprends ce don que tu m'avais fait. » Puis il injuria l'empereur et ses 
idoles. Sou pere conscilla ä Diocletien de Tenvoyer ä Alexandrie {El-Isknn- 
dunjali) pour l'y torturer. On l'emmena : on lui mil un mors ä la bouchu ; 
ä sa mere qui lui disait adieu avec beaucoup de larmes, il recomraanda les 
pauvres et les malheureux et les veuves. Quand il arriva ä Alexandrie pres 
d'Armenios {Armänyous), celui-ci lui fit subir de nombreux tourments. L'ange 
du Seigneur lui apparut, emporta son time au ciel, lui montra les demeures 
de lumiere et la ramena ä son corps. Pui^ le gouverneur le lorlura avec du 
soufre et de la poix, le placa sur un siege de fer bi-ülanl ; il futjete dans le 

1. A Tdoudoudd. 



o 



40 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [982] 



<^'yL <J\ - ^~. j !>,-^'j ^ »-i ^ JI5 dUi ,J-i f[l^\ MiL. 



1 



f. 192 v°. joj !JjU>tl!i ixJ.^ »_i^» jpj ^ C-^iJ ^fj^ S~'^r~ i3 2ij.~*s- |v' ""^j-^. ^^b 
JjJj isVyi jji» fJ'i '^jjÄxJl ^^A^ai^j (j^'-J'^ ft^ >— '^-^.J (*v*:^!.-' cs^-^ '-**!. 

bUicl <ÜI j__^3 5s,».>Äij '^>«Ji> I— ' »■•ij *~>>^ (3'^3 ^^"* <.:t>«^3 ^;ff=-l3 u'^". i2j«~J3 

Uo ^-^i.^! crA>3 ^ll_j!l ^Ul ^'^»::.j^-:cis ^i^Ili ^Ij ^b ^'^^5^3 ^^J^l ^..-^.h 

1. B I.^^\ — 2. B S-ßi- — 3. B ^-;-»>.. — 4. B l^'/". — 5. B J^^-i- — ^- B 
i-JI. — 7. By'j. — 8. B addil ii ^. — 9. B (^^j ,3^. desuiit in B. — 10. A ei B 

i.U=^. — 11. B Lx^Jj. — 12. B J-JIT! ♦^JwVjU — 13. B ^y..<^^ ^3.. — 14. B ^-Jj^^l. 
— 15. B O..VS-'!. 



l'our crun l)ain et suhit trautres supplices. Le Seigneur lo fortifiait, lui faisait 
pn'iidro patience et lui envoyait son ango qui le guerissait. Puis il le üt partir 
poiir Antinoe [Xnümi) et le tortura; on lui coupa la langue; on enfonga dans 
ses cötes des clous brülants ; Ic Seigneur le fortifiait. Puis on l'enferma dans 
r. i'JJ \ '. une tour cn ruines pour qu'il y mourCit. 11 connaissait Ic metier * de char- 
penticr; il faisait des sieges, les vendait, sc nourrissait avcc une partie du 
prix et distribuait le reste cn aumönes. Un gouverncur arriva et s'arreta pres 
de la tour. On lui apprit l'histoire du saint, comment il ctait Als du ministre 
Romanos. II le fit venir, lo traita liicii, mais Victor ne sc toiiiiia pas vers lui. 
Alors il ordonna de le chutici' : on lui arracha les veines; il fut frappc, on Ic 
suspendit et on attacha de lourdcs pierres ä son ventre ; il le fit jetcr dans uu 
four allumc, fit bouillir de riuiile et dcla poix qu'on versa .sur lui; il le fit 
broycr et arroscr avcc du vinaigre et de la cliaux; on lui arracha les yeux 
et on le pendit la tete en bas; le Seigneur le fortifiail, lui faisait prendre 
paiicnce et lui rendait ses mombres. 11 y avait une jeunc lille ägce de quinze 
ans qui icgardait d'une fenctre pendant qu'on le torturait. KUe vit des anges 
Lcnaut une couronne qu'ils placerent sur la tcte du saint. Elle confcssa le 
Messie etraoonta cc qu'ellc avail vu. Le gouverncur ordonna de lui trancher 



[983] VINGT-HÜIT DE BARMOUDAIl (23 AYRIL). 341 

j bi^ji jj^\ ^vijj ^'uj ^u ^.-viJi ^rL 'o-^ij ij^ij j^i ji^n ^Li j; 

\-*^ l L^Vf' (_,V3'iu (*i^ »* C^ ' a-'^.wJ I Cj ^y^Kn 






• jj MaaU«j L<d' jl^ ^Vl lÄA ^_^L. |_p>_Ai)l Aj^j:^! Ay^\ Iäa'' j^ 
\)j.Jj l='-;5>=j ö^i^ iJ-Äj *J "oA-a-Itj »a /»>— 9 JLäJIj ^^j>^'i (3 [V^ 4jUj JJ? 

'''Ly LoV jl^j Ijvli-ii o-^„-*-^' J^-'^^" dUül L«^ L>3 dLdl lj-^'3 >L. ^j:>»jl ^JL.« 

<.Ül ^^^1 t;—»-'' P>~i ^^^ lAp-U o^JI 1-^ J L:^L- ^_5^li- '■^jL^l ^'1 (n-''f"^ rJ-» 

iÄA jl j»j;Uls dU:_£J MJ IjJ * ^y>^j ^JJLLJ jUlj ^_^,^l VI -Ol ^ S^U^Ii ^1 * f. 193 r" 

1. B J^!j. — 2. Z)ees« m B. — 3. A ^^Jj- — -i. /"''o his liibiis verbis B Äaief 
.Ü-Jl i-wUl s.^, U»^ AJ-lo. — 5. Haec commemoratio deest in Ludolf. — 6. B addit 
Jji'. — 7. tj-sW". — 8. Ilacc verba a Wj^ desiint in B. — 9. A ,jkijj. — 10. B 
^. — 11. ß Uj. — 12. B ^-U! ^^iy — 13. B t^U. — 14. B ULjI. 



la tete; on coupa aussi celle du saint et ils regiireiit la couronne de la 
vie daus le royaume des cieux. Qua leur benediction desceude sur nous! 
Amen. 

VINGT-IIUIT DE BARMOUDAIl (23 aVPll). 

' En ce jour mourut niartyr saint Milius {Milijuus) : ce pere etait un ascete 
zele; il passa sa vie ä habiter dans las cavernes at las montagnes; il demeura, 
lui et ses deux disciples, dans la montagna du Khorasän. Les daux lils du 
roi de ce pays partirent ayant avec eux des asclaves at dresserent un filct 
pour prandre les betes sauvages et les tuer avec des fleches. Ils allerent ä une 
distance de quarante milles et tendirent le filet. Lorsqu'ils le replierant, ce 
saint arriva t\ l'interieur; il etait couvert d'un vetament de poil et ses cheveux 
etaient excassivamant longs. En le voyant, les fils du roi eurent paur de lui 
et lui damanderant : « Es-tu de la raca humaine ou un esprit? » lUeur repon- 
dit : « Je suis un homme, un pechaur, habitant dans cettc montagne, adorant 
Notra-Seignaur Jesus {Yasou'} la Messie, fils du Dieu vivant. » Ils lui repli- 
querent : « II n'y a d'autre Diau qua le soleil at la feu. Avance-toi et sacrilie- 
* lui, sinon nous tetuarons. » Ilreprit : « G'est une creature etvous etas dans * ''• i'»3 r 

1. Gelte commemoratioii manquedans Ludolf. 



17 

18 ,r 



342 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [984] 

jbj A*>^!i |3 f^-«^^ ^'-*-« byÄ». lj.i->s»i ^—1)1 U13 (3-^' '-r'-'^ ^^" 'ö^_ ' 

"^'■uUl •'(♦AA^I ^l^^jiijj -k~-_^l J iy>& ^i.t ^«licll ^j.Jl Jj ^'ly^ ä.t^J-'-"^ 

LIJ ^'^L-frr^" i f^l ^^1 ^^Ij fWi ^r^J '^'^J^^^^ ^^^ '^^.'^-? ^Ir^ 

jS (»ji <«Si _;^ «Cl [^ (.Uai >1;U <.Jj ^U AÜ\ ^^1 ^Vl IÄAJ (j-'_-*-ä)l ^-^ Jj^ 

■tLli "''■'VU ^'•^'^»--äJI «>ijl All Jlsj c-Jl fl^lj ^J^ <-^r-^. ^y^S ^^-> 'j^^ 

1. A ^^.-^'-^• — 2. Pro ^:>j^jj\ «...^ A Ä«ic/: 5j■J^. — 3. B ^h. — 4. A ^^U. 
— 5. B ^'JJI. — G. B ^üJJI. — 7. B vs.. — 8. A ^%. — 9. A ,.^~'ij\ -^^'. — 10. A 
ix=. — 11. B iJ!,j. — 12. B U-Cw. — 13. B UCUjuj. — 14. A ',j. — 15. A ^J^^- — 
16. B U^U Jl. — 17. bU. — 18. Deest in B. — 19. B ^^r-.-X'. — 20. A JU. 



l'erreur; je vous demande de reconnaitre le Dieu reel, createur de tous les 
etres. » — Ils lui repondirent : « Tupretends que le Juif (£/-}'«/(0(((7) crucifie 
est Dieu ! » — « Oui, repondit-il : c'est lui qui a vaincu le peclie et tue la mort : 
il est Dieu. » Ils le saisirent ainsi que les disciples qui etaient avec lui, les 
torturereut, puis ils fireiil perir les disciples en Icur tranchaut la tete. Quant 
au vieillard, ils denieurereut ä le tourmenter peudaut tout le tcmps qu'ils 
passerent ä la chasse, c'cst-ä-dire deux semaines de suitc. Le quinzieme jour, 
ils le fiieiit tenir au milieu d'eux, se placerent Tun devant lui, lautre der- 
riere lui et lui tirerent des (leclies. II leur dit : « Pourquoi vous accordez- 
vous tous deux pour tuer celui qui iie vous a pas fait de mal? Demain, ä 
pareil moment, votre mere vous pleurera et vous mourrez par vos traits. » 
Ils ne firent pas attention ä ses paroles et contiuuerent de lui lancer des 
fleches jusqu'ä ce (ju'il mouiut. Le lendemain, ils allerent cliasser suivant leur 
habitude; ils poursuivircnt iiu onagre qu'ils avaient vu et lui tirerent des 
lleches, mais Dieu les renvoya dans leurs coeurs et ils moururent, suivant la 
parole de cc saint. Dieu fit apparaitre par les niains de ce pcre de grands 
prodiges, desqucls celui-ci : Une Ibis, il passa prcs de gens qui avaient arrete 
un meine et le soupvonuaient de meurtrc. II pria et ressuscila le mort. 



[985j VINGT-NEUF DE BARMOUDAH (24 AYRIL). 343 



^■5j-^r; jj^ '' öj^~^\i «— Ül (»jJl 



^^:rr-' ^■'. ^^r^ o~^^'^ ö_A^ ^_Ji; LLfl^l "ulc jJI l_^j * J lx<, i>jJ>J\ iiy_ «UU * f. 193 v» 
::.U ^3 r^__»,Ü ^; Lj 5_^ ^1^ ^AAj ^aUI i_^ui '■^•ü_,«o l^Ul ^'M^ 'UI3 



A.ju«s 



^LU ^yLilj ^^' lj,^>.j i;_ol, Ll^j^l c-ilj iÄ& ^lU iL« '''^Isls Sjä« S^^ 



1. B UU. — 2. Deesi in B. — 3. Deest in B. — 4. B addit ^-CJI i„Ul <^--. — 
5- B ^r>^-^'j- — 6. //aec- commemoratio deest in I.udolf. — 7. B addit Jj^. — 8. B 

y- — 9- öees^ m B. — 10. .irs~-= ^-^ desunl in B. — 11. //aec verba a ►IC, 

\ ^^ •• ■• • ^ j 

desunt in B. — 12. B J-^^j)'- — ^3. B addit ^^. — 14. B ü^J. — 15. B ._^li!j. 



Celui-ci lui dit qii'il avait confie de l'argent ä un pretre qui l'avait tue 
et jete lä. Puis il demandu au saint de reprendre Targent au pretre et de le 
donner ä sa fille. Milius lui repoadit : « Repose eii paix jusqu'ä ce qua vieune 
Notre-Seigneur le Messie et qu'il te ressuscite. » Que la priere dece pere soit 
avec nous ! Amen. 

VINÜT-NEUF DE BARMOUDAH (24 avril). 

'Ell ce jour mourut saint Eraste [Avaslous) l'apötre ; ce saint etait des 
soixante-dix disciples : il regut la gräce de l'Esprit-Saint quand il etait avec 
eux dans le cenacle de Sion {Sihoun) et parla las languas avec eux; il les 
servil, precha avec eux et, ä plusieurs reprises, souffrit avec eux. Les apö- 
tres le choisirent comme econome pour l'eglise de Jerusalem [Ourklmlim) : 
il demeura quelque temps dans cat olTice, puis * ils le sacrerant eveque de la " 
villc de Bänätas; le vieillard y precha et eclaira les esprits da sas habitants 
par la connaissauce de la sainte Trinite ; il y fit de nombreux prodiges extra- 
ordinaires, cliangea l'eau salee en eaudouce, lit verdoyer das poutres seches, 

1. Gelte commemoration manque dan.s Ludolf. 



f. I!i:! V 



344 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. L986J 

^^1 L« -cM-^ ^>l~-. rc-J-T J' v^^j -1'^ <:.-^. (^"^ '^^ ^j^S ^y^ 
iL<L-Ü^ Jjl ^^L^Vl '' ^^ '''p..U..H ^_aX]1 V-^' f^^ ^-^ ^i 

1. B jjJj^ ulj-f" . — 2. II Ep. ad Timolhcum, iv, 20. — 3. Deest in B. — 4. //«ec 
commernoratio deest in A, LudolF. — 5. B addit J-i/». — G. Deest in B. — 7. B ^j^y- 
— 8. B fl«!rf(7 ^^-y!. — 9. B ^y. Cf. Actus apostolorum, xii, 12-15. — 10. B Ijj-j. 



leiir fit porter des fruits et guerit des maladies graves. II mourut an paix 
apres etre arrive ä une belle vieillesse. L'apötre Paul [Bouloa) l'a mentionne 
et l'a salue dans deux epitres'. Que sa priere soit avec nous! Amen. 

-En ce jour aussi mourut saint Acace {Akäkyousy, eveque de Jerusalem 
{Ourichalim). II avait grandi innocent et fut longtemps persecute. Dieu fit 
urriver par ses mains des miracles et des prodiges, puis il mourut en paix. 
Que sa priere soit avec nous! Amen. 

THENTE DE BAIlMOfDAH (25 avril). 

En ce jour mourut le grand saint Marc (Manjos) l'evangeliste, le premier 
patriarclie d'Alexandrie {El-hkaitdanjah). Le nom de son pere ötait Aristo- 
bule [Aristohoulous) de la Pentapole {El-Khoms modon); celui de sa mere, 
Marie {Maryam) ; eWo est coniiue dans les histoires des disciples. Cet apötre 
s'appelait d'abord Jean {Yoiihannd) comme le dit le Livre ' : Les Apötres priaient 
dans la maison de Marie, mere de Jean. Cette femme etait riebe ; eile enseigua 
ä son fils le grec {el-i/onnänyah), Ic latin (el-dfraiidjyah) et l'bebreu {el-'ibrä- 

1. II' Epilre n Timoihce, iv. 20. — 2. (^etlc commemoration manque dans A et Ludolf. 
— 3. Mai Adochiitx. — 4. Actes des Apötres, xii, 12-1.'). 



[987] TRENTK DE BARMOUDAH (25 AVRII.). 345 

a! jLsj *-!) y cf^T^ < «''^ ^^ Aws-L) -V«ij ^i»* <J»>o Lvj j üaJ>-U (»f-^ *J1 

'■'jj^ j_^_»iJlj ISy jj <-i^j! ^U^ ''-'Jj IjJ '',^ ijAjCvl Jl c-L-Jb 

iÜatls jl^ ioJuJi ^l JJi^ jl^3 '''blÄr- '^«v-i «i>i;l ijXiCVI Jl <)ji-J * Xxj ♦ f. l'J'i r 

'•'a^Ij '^4.jl- ^JÜl '^^jl;- ^-1 JUi <.^\ ■^j>:\ I'^UjÜL ^Ü, y^ LJ3 -^.UJ 1-UJl 
As^ "i^- \aJ\ ^v>_J Ijvilj "V Jlii 4,Üi ~"j_jj^" Jjt. ij-V" cr"."*-^^ '^ ^'^-' "^-^^ ^* 

1. B j^f- — 2. A J^^*Mj. — 3. B ^^^Jl. — 4. Deest in A. — 5. B llijj. — ß. B 
JL jl. — 7. B ,_^li?. — 8. B addit }S. - 9. B Jju. — 10. B J-^^L. — 11. B ^_y 

— 12. A J. — 13. B .,J-.- i^^ir't Jj. — 14. B su;^:.. — 15. B aJÜs.. — IG. Bj^'U 

— 17. ET? 6£o?. — 18. //aec (»ez-öa a ^A desunt in B. — 19. A b^Ij. — 20. A i^^'. 



injali). (huind il fut grand, Baniabe {Barnäbä) le prit avec lui pour annoncer 
revangile lorsqu'il partit en compagiiie de Paul (Boiilns). Ouand Marc vit 
los coiips et los humiliations qu'ils fecevaient, il It-s laissa ea Painpiiylie 
(Bamßlj/uh) et s'en retounia ä Jerusalem {Yarouchiiliiii). Lorsque les apötres 
y revinrent et qu'ils raconterent la conversion des genlils et les miracles quo 
Dieu avait operös par leurs mains, il se repeutit de ce qu'il avait fait et 
demanda ä retourner avec eux. Paul ne voulut pas le prendre parce qu'il 
l'avait abandonnc, mais Barnabe remmena parce qu'il etait son parent. Lui 
mort, Marc alla trouver Pierre (Botros) ä Rome {Boumijali) et devint son disci- 
ple. 11 y ecrivit son evangile quo Pierre lui dicta et l'annonga dans la villc. 
Puis, sur l'ordre du Messie et des Apötres, il partit pour Alexandrie oü il 
annon^a l'Evaügile ainsi que daus les villes d'At'rique (//'/•/r/j/a/«), Barca (ßar- 
(jah) el la Pentapole. A * son ontree dans Alexandrie, la courroie de sa chaus- * f. im r 
sure se rompit : il etait prös de la porte de la ville. II y avait \ä un savetier ä 
qui il donna sa chaussure pour la reparer. Tandis qu'il la recousait avec une 
alöne, il se blessa au doigt et dit : Eis täuus, ce qui signitle « Dieu unique ». 
Saint Marc lui dit : « Connaissez-vous Dieu? » — « Non, nous nommons seulo- 
ment son noni; nous ne le connaissons pas. » Alors le saint lui exposa (tout) 

PATH. UH. — T. XVI. — F. i. 23 



346 SYNAXAIRh: ARABE JACOBITE. [388] 

^„3 io^ill ^IU13 .r-« Cr- <^^}^^ ^ C-'>-' ^^^ ^^-'^-' ^^-^' ^"^ <"^ 

^JJl o^j i>jVl <^l^ Ji-" jv' v^". ^-^'^^ '^"^'^ ^W^ ^^r-^^ -^-^3 ^\ 
i^Vjl ^^:£:^lj <!> Jl ^, -^-^ V->^^^ *^^ ^^-^ ^-^ '^^^ ^^-^^ -^- ^ 
l3> Uj ^JüJl ^jjlj ^,:Vlj Ji\ (v-l ^-^j ^J^-J^ rr^y ^ ''^-^J 

^ 1^3 «p^i ^3 J^ ^r-^'b '^.^ J^ C>^ ^^^3 ^y^ '''^^^^-' ^^ 
Jl ^U ^ i_L«_i3 '0U^^3 ^lÜ'Ul pJ P-J3 '-'Crr^ r*^ r^-^'^ ^^-"^'^ 

a.1;- Ai:i;. c'3 J^ J ^>- 0^3 ^>^ r*-S^ ^. ^^_ ^>^'^ '-y^-5 ^' -^ 

1. Haec yerba a ^f desant in B. - 2. B I^l^'- - ■^- ^ ^^-^3- - 4. A adiil 
^•5 -. _ 5. Uli' B qui nddil J^r^''- — <'• B s^Jj- — 7. B rt<i<^/< J,L — 8. ^-^ ^A'j 
^es««< m A. - 9. A r:— ■ - 10. A ^3. - 11. Beest in B. 



depuis Ic commencement du moiide, c'est-ä-dire la creation par Dieu du clel 
et de la torre, la desobeigsance d'Adam, rarrive.' du deluge, la mission de 
Moise {Moiisa), la sortie d'Egypte {Mm-) de^^ Israelites {Buni hräijil), le dou 
de la Loi ([u'ils regurenl, la captivitede Babylone {Bäbil), rincarnationdu Mes- 
sie, les propheties des proplietes temoignant de sa veiuie. Ensuite il cracha 
sur la terre et appliqua la boue sur la inain du savetier, qui guerit sur-le- 
champ : Son nom ctait Anianus {Xmiänous)' . II emmena le saint dans sa mai- 
son, fit venir ses enfants et toute sa famille. L'apötre les exhorta et les 
baptisa au nom du Pere, du Fils et de l'Esprit-Saint. Lorsque les croyants 
au nom du Messie furent multiplies et que les gens de la ville eurent entendu 
parier du saint, ils voulurent le tuer. Alors il consacra Anianus comme 
eveque et ses enfants comme pretres et diacres : puis il partit pour Barca 
et la Pentapole oü il annonga TEvangile. 11 affermit les gens dans la foi et y 
resta deux ans. II Icur consacra des eveques, des pretres et des diacres, 
ensuite il revint k Alexandrie. 11 Uouvu que les fideles s'^taient multiplies, 
qu'ils s'etaicnt bäti unc eglise a Teudroit appele le Boucoleon {Mr el-Baqar) 
prös de la mer. Les inlideles le recherchaient avec tont leur zele pour le 
tuer. A chaque momenl, il visitait ces villes et rentrait secretement ä Alexan- 



1. B Ani/arioii. 



[989] TRENTE DE BaRMOUDAH (25 AYRU;!. 347 

^A.Li^ J JLäJI \^jj jUxJl IjÜ-AJ ,_jtiJI ^L,^ *Jl_p-J ^-^j-«-! i> (V.>^3 

^Ul 1_^L" j^ 3}ji J^^i JjVj o-Aäs i-u_=- IjJ '[^^>-j ^^^-S^ ''b^ lyiL>ls 

ö. (j:*-^ -LLki»^' "CtLLij 4j'l3_^^ (_s'^=^ jL^ ij !i^.lji»-3 Ia>^ "js^IjOj il ä.ll 

13 j^l A>^1 \:.Ji J{^\ ^J\ ^^_J1 dii-i J.\^\ ^i JiUI ^il ^jirn l^J 

1. A AiU. — 2. B y^^iu. — 3. A c:,.U. — 4. A »jUcL. — .-,. B f Jxjlj sLij. — 6. B 
jJ^J. — 7. B U.»^_3. — 8. B !y.^y. — 9. A l-y. — 10. A -A.;. — 11. B .>yi-0. — 12. A 
acldit ULi. f/-o his i>erl)is a joIT^j B habet .-CJI v_U! t-, U*.- , Sj ajI/o. jjii,^ 

wJa^xJ! ^^j. — 13. //(zec i'erba a ^-~"j desunt in B. — 14. B arf^/^ ^ »i. — 15. B 
addit \^'^}^\. 

drie. II arriva qu'il etait ä Teglise et celebrait la fete de la Resurrection le 

29 de barmoudali, entoure de la masse des fideles. Les iofideles y entrerent, 

lui jeterent des cordes autour du cou et le trainerent par toute la ville en 

criant : « Trainez le taureau (?) dans la demeure ' des IxBufs de Boukoleon) » ; m. 194 v°, 

le sol fut eclabousse de son sang sacre. La nuit, Notre-Seigiieur le Messie 

lui apparut avec l'aspect qu'il avait avec ses disciples, lui donna le salut et lui 

promit qu'il serait estime au menie prix que les disciples ses freres. Sou 

äme fut joyeuse et contente. Le lendemain, on lui attacha des cordes au cou, 

on le poussa dans toute la ville et ä la fin du jour, il rendit l'äme. On alluma 

un grand feu et on y mit son corps. Alors arriverent des tremblements de 

terre, des pluies et des eclairs : les gens s'enfuirent; uue troupe de fideles 

trouva le moyen d'enlever le corps qui etait intact et n'avait eprouve aucun 

dommage. Ils lui lirent de belles funerailles et le placerent dans un endroit 

Cache. Oue ses benedictions et son intercession nous protegent tous! Amen. 

Amen, amen, louange k Dieu eternellement et ti toujours. O lecteur, 
souviens-toi du transcripteur, le pecheur, poui- que le Messie, le Seigneur 
Celeste, se souvienne de toi. Louange ä Notre-Seio-neur! Amen. 

Le muis de barmoudali est termine avec le salut de la part de Notre-Sei- 
gneur. Uemerciments et gröces ä Dieu en toute circonstauce. 



348 SYNAXAIRE ARABIi .lACOBITE. [990] 

f- 1'-'5 i-°- ^-^Jj^, (»•' ^L- ^jts. l^J\ -ctU djLJl ^_^ ^* 

1^ jo ,5-Ül «iJVl Sa)1j (V.;-»^^ iyblUl ^J^l iJuJl i">L« jL^ ^y^\ l-ls. J 

l^'^^vr- ' 7=JL^j f»ör" ö~^^ r^V:^*^ ls^ >-^^J' »lialä ö>- SjUl 1^1 viJJi^j ^«sl^*^ 
(J^l jjj • ^,L?Jl ij UJls (vi'y L»-Li f^jj /)-« ^Jö!>li>Jl j»>o jl 'U— I d)^L" J^^ 

Jüi ,j^">ii^ o. "jyC>3 \s,jj '»^Lx._ ^_^i jl i^^3 ^j\ d^. aJ ^ i"u^ ^ji 

1. Ilaec verha a üiL. desunl in I>. — 2. Deest in B. — 3. B ^XJ'. — 4. B a^»,:^. 
— 5. Deest in B. — (J. B .i*-!^. — V. ^-'i-vsj >»%J>;^ desunt in A. — 8. A »j-. — 9. B addil 

^Uj. — 10. A addit -^ij. — 11. B ,jr^. — 12. A ^\i LjL). — 13. B kij^-. 



f- li'^ r°. * MOIS BKM DE BaCUONS. 

Lrs liouros de co mois sont ile (juatorze, puis il croit. 

rREMiEFi i>E B\cuoNs (26 avril). 

En ce jour out Heu la naissancp Je Notre-Dame, la vierge pure, Marii- 
{Mari/ain), mere de Diou, par qui a licu le salut du genre liumain. Elle avait 
pour pere lo vieillard venerable nomme Joachim (Yoiiäqiin); il n'avait pas 
(Teufant et son coeur etait grandement aillige, car son ofTrande a üieu u'etait 
pas accopt6e ä cause de sa privation d'enfants. C'etait la eoutume des pretres 
de ne pas admellrc les olTrandes des gens steriles : teile etait sa mere, la 
viTlueuse Anne {IJiuiniili). Lorsijue Dieu couuut ce qui etait cn leur esprit, 
la beaute de leur vie et les vertus de l(>urs pensees, il resolut — quo son 
nom soit beni — quo d(> leur posteritö sortirait le salut. Tandis quo Joacliim 
etait dans la montagne, quarante jours s'etant ecoules, Tange du Seigneur 
Uli apparut et lui.annonf;a que ])icu hii donncrail une desceudance, doü 
viendrait le salut du mondc II descendit di- la montagne, certain et assure 
di^ Cr qu'il avait entendu de l'angc, et annonya sa vision ä son öpouse. Elle 



[991] DKUX DE BACHONS (27 AVRIL). 349 

Lj ■' \_JU1 ^''LJ »^p- 'i^Uj JUl Jk^ i'jw- 1^1 J-'t't^j '^'^^ Lii.J '^U^^-^3 Ja™J1 



11 



t> J^^ r^^ 



\^ wJi'j ,r-r^J iA_Ä3 "'o. j,\ )i^^i£. j A»l j^_ J <,\ ^-'aj:^ j aJVI •Cfr a,^ U^ 

VLl« jj^ ^'b »-'Jj' ^r--^' tJ^' '*-'>-*^ düÄ. "0 jcA-J •»ijj ^j^j ■C« -cCw jl 'UJl 

" 1. B J Jjiü. — 2. B Om--^'j- — 3. B J. — 4. B rt</rf<'; ^!. — 5. B tJjf. — 6. B 
^ftj;.. — 7. A i-CL. — 8. B .LJI. — 9. /)ees/ in B. — 10. P/o his verbis a l^Ui. B 
habet ,.^-CJ! :.- Ul «>3 l^' .sSi ty'^H- — H- A *;.--. — 12. B «rW/^ J^:--. — 13. B 

addit XM. — 14. l.U JS desunt in A. — 15. B 4jL<'. — lü. Cf. Job, i, 1. — 17. B -'->ü. 
oX-'i — 18. B «.^ U. 



remcrcia Dieu, crut que ce qu'il lui disait etait vrai et fit le voeu que Ten- 
fant qui naitrait d'elle serait voue au scrvico de Dieu et attache ä son temple 
toutc sa vie. Ensuite, eile devint enceinte et mit au moude cette sainte et la 
nomma Marie, dont le sens est « la dame » et aussi « la gräce », car en rea- 
lite 'eile est la dame de tout l'uiiivers et la reine de toutes les femmes des 
mondes : c'est par eile que nous recevons la gräce. Que son intercession nous 
protege au jour de la retributiou, devant son fils, aime dans nos paroles ä 
tous! Amen. 

DEUx DK B\CHo.Ns (27 avrüj. 

En ce jour mourut Job (Ayouli) le juste. C'est lui (jui etait vertui'ux dans 
sa generation, juste dans son siecle, comme le temoignc Dieu dans ses livres : 
11 n'y cut pas de son temps un plus vertueux que lui '. Le diablc (Iblis) Tenvia 
et demanda ä Dieu de le rendre maitre de lui et de sa forlune. Le Tres- 
Haut le lui permit, car il connaissait la patience de Job et il savait qu'il serait 
un modele * et un exemple pour ceux qui viendraient apres lui, comme le dit ♦ i. ioö v«. 

1. Cf. Job, I, 1. . 



350 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [992] 

,_l, iaäj liUi ,r-4j "JL« *-.»j>-j kJ:]^^ •cLj üjl ^ilbti "As-lj /._y ^ i^JJI ^Äa '"ül 

■»w...«^ ^>j j jl^j '"'V-^* (^' '^^-^ ilr* r^-^'^ *tr^. V^ -5"^'^ *1-'^ iA_> ^^3 
<;! -i^llS ^_5JJ1 i-^ lÄA ^L iiJli^ j_j-lfr vjAp^ Vjiaä ""U^^ ^-^. (^3 ^'^^ '^\j^ 

'^J^l ^Jlj ÜatI ^^i "OUj ii^^jl (.Aii J J_^__ j\^J ''^ a]^ (^^JJI ^_^I Jji 

j_^U.3 (ji;=-^ by'. -^Ijj ""^ j^ ^^ '"^.«^Ji^lj O^ j^ iLLilj ^LJl ^ ^ jl <J^j 

_jjü.i) LoSLL jiSj iiiiaJi ^yjS\^ ^•^'tf'j ''^^ — ' ^T^b cJ^jft^^ "-^"^ ""^ 'tj^ ^ v*^" 

1. B ix^. — 2. B !j.=.'j U^j. — 3. B^U. — 4. B i-lM. — 5. B .^i- — 6. Job, in, 8. 

— 7. Job, I, 21. — 8. A >yrj'. — 9. B Vj'i^. — 10. B wbU^. — 11. B addit X^,. 

— 12. A id.^3rr^.'. — 13. B addit wü*^.. — 14. Deest in B. — 15. B addit ^:-v'J! ^j^^ 
^~C-J'. — 16. Haec ronunemoratio deest in A. 



c ^■ 



le Livre : Vous avez appris la patience de Job et vous avez vu comment Dieu 
finit d'agir envers lui : c'est lui qui perdit f u uii seul jour ses fils, ses filles, 
ses troupeaux et toute sa fortune : ce ne fut pas tout, meme son corps ne fut 
pas epargne, car l'Ennemi le frappa de la lepre depuis la tele jusqu'aux 
pieds. En tout cela, il louait Dieu et ne murmura pas un seul jour contre lui; 
il ne blasphema par contre son Createur, raais tout ce qu'il dit, ce fut : « Maudit 
soll Ip j(ii(r (ih il iiitijiiit\ » et il disait, lors de la perte de ses enfants et de ses 
richesses : « Le Svifjumr arait donnr, le Srit/ncur a rcpris'-. » II resta ainsi 
peudant Irente ans etendu sur un tas de decombres. Ce qui fut plus penible 
encore, ce fut l'apostrophe de ses amis et de sa femme, car eile lui conseillait 
de blaspbemer, mais il ne l'ecouta pas. 11 fut eprouve commc! Tor est cprouve 
dans le fourneau. Dieu lui parla du nuage, le guerit de sa nialadie, lui rendit 
au double tout ce qu'il avait possede. D'autres iils lui naquirent; il vecut 
jusqu'ä une belle vieillesse, puis mourut cn paix. (^)ue sa benediction soit 
avec nous ! Amen. 

^ En ce jour aussi mourut Theodore (Täoiidouros), disciple de iiotre pere 
Pacöme (Bakhaumyoiis), superieur de la communaute spirituelle. II prit, des 

1. Job, III, 3. — 2. Job, I, 21. — 3. Cette commemoration manque dans A. 



[993] TRÜIS DE BACHONS (28 AVRIL). 351 

„.^^ i^3 l^ <j 0^3 ■^, cT'Jt*^. cr"--^^ ^^ Wi "^"^^ ,;4"_ ^'^ cr'^y^-'. 

^,jj:)I jLC ^;4r^l ^.-c ^.Ai)^ 'ÄA Jy '^^«^ -jV^ ^' j^ -^3 t^r^ -^. 

^j <^ J^\3 'J1=U1 j^l ^ ^J ^U-Vl ^ ^.-uJl 1-U jl^3 ^^y-. 






:^ •'•- •- tM ^^\ 



^^\ i^ ^ ^'b^ -LJJi \^ ^'0-^. -W^ o-;.-^^ ^" r-^^ ^-^ ^^ 

1. B JlkJI. — 2. ///c rtc^Ä« Assemani coinmemomlio S. Phil.othei quae deest in AB, 
Ludolf, Mai el Malan. — 3. B a-^. — 4. B addit \^'. — 5. A jj-U — 6- //af«:- "'w ^'erha 
desunl in B. — 7. A ^J-M. - 8. Bj/^. - 9. Ay^! j-i. — 10. B ^■.^''"'j;- 



sa jeunesse, le froc aupres de lui, montra do la devotiou, du zele et une 
obeiösance parfaile. II obeissait au superieur commc a Dieu, aussi etait-il 
aime de lui. II y„avait eu lui de la gräce et de la consolation pour tous les 
freres qui etaieut dans la commuuaute, aiusi que de la sagesse et de la 
science, aussi notre pere Pacöme le chargea de leur precher, et 11 etait encore 
jeune. Apres la mort du saint pere, il fut charge ä sa place de l'administra- 
tion du couvent; il etait extremement humble et fuyait la vaine gloire. II 
accomplit sa täclie, acheva son service, partit retrouver le Seigneur qui 
l'aimait et regut la couronne de la saintete. Que sa benediction soit avec 
nous et avec le copiste ! Amen ' . 

TROis DE BXCHONS (28 avril). 

4 

En ce jour mourut le saint apölre Jason (Vasoh)', il etait des soixante-dix 
disciples que choisit le Seigneur et il precha avec eux. II ressentit les dou- 
leurs du Sauvcur et fit des miracles et des prodiges. Puis il fut revctu de 
la force et de la gräce le dirnanche de la Pentecöte et partit eu predication. 

1. Assemani ajoute ici la comuiemoration de saint l'liilotlioe f[ui manaue dans A, B, 
Ludolf, .M,ii et Malan. — 2.jA Bason, Malan Biisa/i. 



352 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [994] 

jLwVI j (^' Uj U^i^lj ilfcj j^-i^l '*JJ1 j^l i-~^ ^^ ljO^^ ^'^^. ^^ ^'^^ 
(jöj^ ^U^ ^''^„-äJI J A=-y A^^j "cC-. älaJI ^Ij ^dUi; jvlfr L-ls L_.UjüI 

1. A ^. — 2. B LJLjJ'-^'. — 3. B ^^'. — 4. A i*','-^.. — 5. B |^r-'j/- — 6- B 
arfrf«7 J^^l. — 7. B Loj. _ 8. B ^üU'l-'. — 9. B > ^U. — 10. B .r^^— '' 



u^y^-^ ■-•'■" ^^ ^ 



risr— '. — 



11. Pro his verbis a w-.-l»i B habet -^--Wj ♦sJ.^xi. — 12. B ^ry:^- — *• — ^3. B ,^--. — 
14. Deestin B. — 15. A '-^^/^ '-^j e< acftftV i^L^. — 16. B J UU. — 17. Deest in A. — 
18. B w^'L — 19. B ^^fy 



II etait ne ä Tarse {Tarsous) et ce fut le premier de cette ville qui erut. Puis 

il suivit Paul (Boulos) dans sa predication, parcourut avec lui beaucoup de 

pays et fut arrete avec lui et Silas {Chilä) ä Thessalonique (Tasdloniqi). On 

Ics traina et on les fit comparaitre devant le gouverneur de la ville. Paul lui 

avait impose les maius comme eveque de sa ville de Tarse. 11 garda de la 

meilleure et de la plus excellente maniere l'eglise du Fils de Dieu. Lorsqu'il 

cut affermi les gens dans la foi et qu'il eut regle leurs actions, il parlit pour 

I. 196 r". l'ouest oü il precha l'Evangile. II arriva ä * uue ville appelee Corcyre {KarkoK- 

r(ts)\ y annon^a la bonne nouvelle et y bätit uue eglise sous Tinvocation de 

l'apötre Elienne {htdfdnoiis)'-, chef des diacres. Lorsque le gouverneur de 

la ville l'apprit, il Tarreta et remprisonna. Le saint trouva dans la prison 

sept larrons ä qui il enseigna la foi et qu'il baptisa. Ils proclamerent qu'ils. 

etaient chreticns; le gouverneur les jeta dans un chaudron oü il y avait de 

la poix et du soufre; ils recj-urent la couronne du martyrc. Puis il tira Tapötre 

de la prison et lui fit subir de nombreux tourments, sans qu'il cprouvüt aucun 

mal. La fdle du roi le voyait de sa fenetre, eile crut, se depouilla de ses 

parures et de ses ornements, les distribua aux pauvres et confessa qu'cUe 

1. 15 Kounis. — 2. B /fifiifdnous. 



J 



pj95] TROIS DE BACHONS (28 AVRIL). 353 

J ,_rr^^ j W ^^i ^y-^ 'T^'-^ ö^^- ^^'^- '^y V=r-* ^'^ ^^J'^s ö:^^-^^ 

iy=>r- J' Cr-^- cK-^^'^ ^"-''^^ (*•" e^' ■*^ ^ C^ij'^ ^LiJL c-.;j l,-.»^ ^j^i 
4)1 «w^v-s dbt ,»vt*V <^ "^-^ ^-^ O^-J ^r4r* li y" V^-^J ' -^^ '^"V "^-3 

LU3 p,^U3 J^Jl pA-u-^ -^1 u^^ ol^3 '^'- ^^ ^^J ^w-»-'l ^yl ^)i ^Vl 

■j-^l Ljm jv5^" <^lfl-i ■*— ^^ ^x^3 



— 3. Z)ee.s/ //t B. — 4. B addit 'ix>. — 5. B ^. — G. B 
8. i».' y'^ desunt in B. — 9. B a3L). — 10. B addit 



1. B 


o:;'> 


-2. Z 


)ees< «rt 


B. 


cr^-^-'L- 


— 7. E 


.^ij 


w>.j. 


— 


C'T^" 


^U! 


-> 







etait chretienne, croyant au Dieu de Jason. Sou pere irrite la fit jeter en 
prison, puis il s'enflamma de colere et fit tirer des fleches contre eile. Elle 
rendit soii äme eiitre les malus du Messie. Puis il fit partir pour uue ilc 
Jasou ayant avec lui d'autres martyrs ; il s'embarqua sur un vaisseau avec 
un de ses gardes qui devait aller les torturer. Dieu l'instruisit ainsi que tous 
ceux qui etaient avec lui. Le saint remercia Dieu et resta ä precher et u 
instruire pendant quelques annees. Puis arriva uu autre gouverneur; il le 
fit veuir et tous ceux qui etaient avec lui; il remplit pour eux une grande 
citerue de poix et de cire, fit allumer du feu au-dessous jusqu'ä ce qu'elles 
fondirent, puis ilyjeta Saint Jason. Le Messie le sauva ainsi que ceux qui etaient 
avec lui et ils n'eprouverent aucun mal, A cette vue, Ic gouverneur crut au 
Messie ainsi que tous les gens de sa famille et tous les hahitants de la ville. 
L'apötre les baptisa et les instruisit des preceptes de TEglise ; il leur liätit des 
eglises et fit parmi eux des miracles extraordinaires. Puis il mourut dans une 
belle vieillesse et une conduite excellente. Que son intercession soit avec 
nous! Amen. 



354 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [99ö] 

^^. jl^ ^Vl lÄA ijJC-CVl S^^iJ^, ^x ^-1 er-:.-*^' ^"^^ ^' C-^*' '"^ 'li 

*■■ '■"' ^■°- ^^^^ V d-> j^ 1^ J^U * »LJJIj ;üUVI ^L^ l^^ er'.jr'*^"' "^v"^^ -**. "^W^ 

\s. -wU- U-ls ^r^^^l biljl i-U JJ Jlsj j,,;^ ,_5=»=^' ^ ^'Ll^'Ij '^Ij^^Ij äüUVI 
*jk«3 jLjüJI iJUVl ^1^ >j^-li)lj i \^^S <^^\ \^\j L.L>1 ^::^^^ ^ ^^^ 
j^ LoA3" '21:.^. jl<5 11 ö.^^-^^-^^ ^^^ i'*jj^3MU jl^3 'U-Ulj i/.llj ^'LVl 
jv" ^;-i« Ji\^\ jLw j ,...iL:....,.Jl jLwVl ^ --i-iU i%}i\ ^ iJo i^-^j ^r*-"^^ ^^ 0-* 

l. B rtrfö?(r \^-=. — 2. //rtec ('ez-Äö a .^ desunt in A. — 3. A .^^^h Ji. — 4. B addit 
U'. — 5. B ^JL Jl). — 6. B JLw. — 7. Z)ee.s7 m B. — 8. B xUi. — 9. B addit 
JU'jj L;L.j2;vkjdlj. — 10. B addit ^U'. — 11. Deest inü. — 12. B ^f. 



QIATRE DE BACHONS ^29 avril). 

En ce jour muiinit le saiiil pere Anhä Jeau {Yunhaiinä), patriarche 

d'Alexandrie [El-hkamlanjah] (484-503). Ce pere etait des enfants des fideles, 

parmi les gens d'Alexandrie ; il prit de boiine heure l'habit monastique d'Abou 

Macaire {Maqär). II fut choisi pour lerang de patriarche apres la mort d'Atha- 

f. 19(5 \". nase (Mnndsijous), du consentemcnt de tous les cvöques et des docteurs. * II 

fut pris de force, car cela ne lui agreait pas. Ou lui demanda instammeiit de 

• ne pas laisscr un autre s'emparer de la conduite du troupeau et le faire 

soulfrir. (Uiand il vit les instances des eveques, des pretres et des vieillards 

aupresdelui, il eut lionle et dil : « Peut-etre est-ce la volonte du Messie. » 

Lors(pril fut assis sur Ic siege de patriarche, il employa une sollicitude 

croissante ä instruire le peuple, ;\ lui lire, ä le fortifier dans la saititc loi; 

il consacra des eveques, des pretres et des docteurs. L'empereur Zenou (Zai- 

?WHu) ötait ä Constantinople (El-Qoslanlinyah); il etait croyant et saint ; il fut 

ralfernii pnr li' patriarche, ctendit la main sur les pays et la foi orthodoxe se 

n'paiidit daus loutes les provinces d'EgypIe (Misr). A cette epoque, l'empereur 

eiivoya au couv(!iit de saint Macaire {Maqdrioiis) des vaisseanx de ble, de vin, 



f997] CINQ DE BACHONS (30 AVRIL). 355 

J^l 'LU^- <^y^ ^^ ^LJ ^^^11 ^ (.li'i 

^A^ ^It U- ^A<" Li^ ä:' ^^' '^"^'^ -^^ t5-" ^^^ C.-^' C-^:^^ ^"^ '^ 
4is- ^ ^Ül -'Jls jUI I-Vft LsliUjj bAlj (»^'^„j ^-i^. ^^ jj-*' i3;' ^j^. 



1. Pro '^^' 4jL<^ B Äa/'e; U».^ ., JG joiU>. — 2. B rt«?rf«Y J.:i^. — 3. B li-J'. — 
4. A Liil-=3 et addit 8,^,^=. — 5. A addit ^^. — 6. Cf. Jeremias, i, 5. — 7. B addit 



^y — 8. B ^i-V». — 9. ß l^:?.! et addit lu. ^r.f-— _5.— '' J- -^-«^'' /'-^^ ^ 



d'huile et de richesses pour les employer ä racquisition de ce dont les moines 
avaient besoin. Toute l'epoque de cepatriarche sepassa dans la tranquillite et 
la paix. Dien etait satisfait des gens gräce ä la priere de ce saint et ä son 
enseigiiement. Puis le Seigneur le visita par une maladie legere ; il mourut 
apres etre reste liuitans surle siege. Quo sa beiiediction nous protege! Amen. 

CINQ DE BACUONs (30 avril). 

En ce jour mourut Jeremie {Ann'njah) le prophete, un des grands prophe- 
tes, fils d'Helcias {Khalqyah) le pretre. 11 prophetisa au temps de .losias 
[Youchya), ills d' Amon (Amo»/i), roi de Juda [Yahnudä], de Joakim (Youtiiiini), 
son frere et de Sedecias (Sadäqi/dh)' . Dieu dit ä cet homme vertueux : « Je 
t'ai sanctiße avant que tu nc fusscs sorti des entraillrs'- et je fai elahli eoinine 
prophete pour les nations. » II bläma les Israelites d'abandonner le culte de 
Dieu et de renoncer ä leurs lois; il les informa que s'ils ne veuaient pas 
ä resipiscence, Dieu susciterait contre eux Nabucliodonosor (Boklitnasr) qui 
les emmenerait en captivite, et c'est ce ([ui arriva. 11 prophetisa la vcnue de 

1. A Sddaqyd. — 2. Cf. Jeremie, i, 5. 



356 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [998j 

UjIa^ IÄa m jo} ~'U1^ i^_-i»-3 ^_j^^j j|^ ^-*^ ''-^ i_^^ ijA^j S^^ 'Lil 

*i±r Vi <JU-1 ^ jJl >-ik Vj .-^1 lÄA je- j_/*=: V ^ «dll Jliä ^ i>UJj 
' f. 1-J7 r. ^j« <^_^ |J j»-Ujjl ,^-a::^ <^- j^ ->^ "^p^ ^^ vt^' "^ ^"^ * et:» 

1. B . "-^j. — 2. Haec verha a ^^*~^J desunl in A. — 3. B w-O. — 4. 6/. Jere- 
mias, XV, 1. — 5. B addit U»^. — 6. B addit ^C-Jt ^^U! s^j. — 7. i,i~^ ^-r" 
desunt in A. — 8. //«ec quatuor verha desunt in A. — 9. /'/o ///s tribus verbis A 
Artftei jr^l^JI. — 10. AB i^Jj;. — 11. A ,L — 12. B JUj. 



la loi de l'Evangile et diverses choses. Los Juifs congurent un grand nom- 
bre de fois le projet de le tuer ; ils le frapperent et remprisonnerent ä 
diverses reprises. Malgre cela, il priait continuellement pour eux. Dieu lui 
dit : « Ne prie pas pour ce peuple et ne nie deinaude rien pour lui, n'intercede 
* 1. i'j7 1°. pas pour lui, * car je ne t'exaucerai pas'. » Apres que Nabuchodonosor eul 
pris Jerusalem {Oitrichalim), il ne l'emmena pas en captivite avec les .luifs. 
Le peuple le conduisit avec lui dans la terre d'Egypte (Misr); par sa priere, 
Dieu aneantit les aniniaux sauvages du fleuve d'Egypte qui nuisaient aux 
gens, de sorte que les liabitauts celebrerent une fete pour lui. Puis il raourut 
en paix dans la villc d'Alexandrie (El-Iskandarijah). Que sa priere soit avec 
nous ! Amen. 

six DE BACHOxs (1" luai). 

A. pareil jour mourut martyr saint Abou Isaac {Ishafj) qui etait de Tiphre 
{Difrä). La nuit, l'ange du Seigneur apparut en songe ä ce saint et le reveilla 
pour aller dans la ville de Toubah (Taouali) recevoir la couronne du martyre. 
11 sc leva pour tlire adieu ä ses parents, qui pleurerent et ne purent 

1. Cf. Jeremie, xv, 1. 



[999] SIX DE BACHONS (l^'" MAI). 357 

^A Aj-^j-'j 'Cjlr viJ^U.!l bÜi Xa- (_5-äJ| "ja i^lis.*, Jj 4_.U LiCi ■^^aJIj f^.i»J (»lÜ 

'Jj j_/^^ ^y ^*:ij£- d-=- ^_jil ^l:^VI ''j^V 'VÄijU ij^iii t^L'-^ r^rr-*^^ Jnr 
^IJJI ^_y'L du ^•'^Ä«s L:^! ^1 is^,^ J- LJit UJ^ (_^:.-*^^ v^3 ^^V^^ '-'^^^^ 



1. B .^J^ ,j/^'. — 2. B V. — 3. B X^jä. — 4. B «rf^/rblsU. — 5. B ->.^! ^\. — 
6. B ::_j)o. — 7. B J^^. — 8. A^^^L — 9. B wjJjo. — 10. B U w^;,. — n. B addit 
^yi\ oXJ3. — 12. B aJ. — 13. Z)eesf m B. — 14. A o',. - 15. AB 'yU. — 
16. A -x^.. — 17. A A.lxib.. — 18. Bi<.>U^I. 



l'empeclier de partir. Mais Tange du Seigiieur apparut une seconde fois et 
le fit sortir de la ville. Quand il arriva ä Toubah, il trouva que le gou- 
verneur etait au bain. Quand il en sortit, le saint cria devant lui : « Je 
crois au Messie; je suis chretien ouvertement. » Le gouverneur le confia 
ä un de ses gardes jusqu'ä son retour de Pchati {Nlqyous). Tandis qu'Isaac 
passait en compagnie du garde, un aveugle as^is pres du chemin lui demanda 
de lui rendre la vue. II implora le Messie, qui le fit voir. En voyant cela, Ic 
gardien devint chretien; il confessa le Messie au retour du gouverneur et 
recut la couronne du martyre. Le saint subit de grandes tortures, puis le 
gouverneur l'envoya ä Pemdje [El-Bahnasu), oü il eprouva toutes sortes de 
tourments. Tandis qu'il etait dans la barque, il demanda de l'eau k un des 
matelots, qui lui en donna un peu. Ce matelot etait borgne, le saint versa de 
cette eau sur lui et il vit de l'autre oeil. Les gens de Pemdje, voyant le grand 
nombre de tortures du saint et la grandeur des miracles qu'il falsait, se 
souleverent contre le gouverneur pour qu'il lerelächät ou l'executät. II ecrivit 
sa condamnation; on coupa sa tete sacree et il re^i't la couronne de la vie. 
II )' avait lä des croyants qui transporterent son corps sur des boeufs; commc 



358 SYNAXAIRE ARABK JACOBITE. [10001 

ixi ks^^ ij^ ^ vb -^— ^'^ ^äJi ^^1 c>-*-c- <^y 'j"^. (^ '-"^j -'^^ (.5^ 

• f. 197 v°. ^^;- <jiUj; [^ iA_^ l^^j i^^\ ^ * i_^ * 1*^3 "^ Uj^ JJbj bjlj ^1 .iu_ lylj 

(.LI ^k jl^ IIa ^;1jX,CVI ''^„aDI jll, _^1 ^^.-^^ ^Vl ^^ 'Ul ''aJj 
jl 4Jt i^Ls U ÄLU^ \^j Ä^»-ik. S'-''^^ iJ«-c-j cJ-^^ - '-^ "r"' ij -5 -'tr^^ o"^-'^ 
(j-j^LÜ i-u_> ^.Ji^j i5:!ljJI J>3 •^ij' jl^3 "lyAli ^Ui ^aLs IjAlIi «C^^? L-j^L 
JÜ ''^'i—^i-j '-'*Ü A «.i^ ^Ij'l (j^l 4j«Jij (.jÄä^Ü ^Li« i.A_^ jU ^^^ i^^ UU 

1. B ,Lij^!L — 2. A rtrftf// j^;-'! »-V-.-sr? (jAcj. — 3. B U^-V^^i. — 4. B i».J. — 5. B 
rtc^rf/7 vJC^J' >-^U' j^a. — CA adscribit haue commeinorationein 7 c?je?. — 7. i-i' 

.,UjI t/es««/ in A. — 8. B ^\ J-^li-". — 9. Z)ees^ in B. — iü. B «-^^=.. — 11. ^ 
U^ desiint in B. — 12. >U i-.«.^ desiint in A. — 13. A i-w^. — 14. B 13.*. — 15. A 

.^. — 16. -iwJ ,\i\ desunt in B. — 17. B A>}. — 18. B addit ^_^^.. — 19. ß i^.j^- — 
20. B ^^-^"j. — 21. B ^!^^*3!. 



ils ne trouvaieut pas de liateau, les bceufs firent traverser le fleuve au corps 
et l'apporterent dans sa ville de Tiplire. On le transporta dans sa maison, 
♦ f. 197 V". puis 011 la detruisit et on bätit ä sa place * uiie eglise sous son invocation et 
011 y laissa son corps. Que son intercession soit avec nous! Amen. 

' En ce jour aussi mourut le saint pere Abou Macaire (Mfujär), le pretre 
alexandrin. II vivait au temps de Macaire (Maqänjous) le grand, et l'iit 
superieur de la inontagne des* cellules. II fit des choses remarquables; ainsi 
dit-on, un moustique l'ayant pique, il le tua, puis il se repentit de l'avoir 
tue; il se jugea lui-meme, descendit dans le vallon et decouvrit pendant 
beaucoup de jours son corps aux moustiques jusquW ce qu'il devint pareil ä 
un lepreux. Une autre fois, il se tint debout cintj jours et cinq nuits, son iiitel- 
ligence 6tait dans les cleux en sorte cpie les demons s'agiterent et dirent : 
« Cet acte nieritoirc est plus difllcile ä supporter que tous les autres qu'il a 
faits. « Une autre fois, il voulut voir le jardin qui avait existe au temps des 
geants; il penetra dans le desert et continua de marclier pendant beaucoup 
de jours; il indiquait avec des roseaux le chemin du retour. Satan [Ech-Clmi- 

1. Cette commt'inoralion est reportee par A au 7 de bachons. 



[1001] SIX DE BACHONS (1- MAI). 359 

^y, ^yii ^ J-^5 ir^ ''^ ''^ß S-ß iy.J^'^ j J-^-^^ ' ^^J jLJI ^.^1 
J\ l,*jJ -^.y j>^, OA.J •it^ v:.rl ^^i-l Äxjjj o>(!« ^1 jbj ^^j^ ^-^ IjJ 

Xs- ^«9^3 "»^'Isj /)-^ (^li '*^^' ^::-^lili i^J> <^\ Zj^^-^^s^^i ""kSiU- J' l^-^l IjjUs f.f~^ 

^■''wy; <:£ ^J\ JU L«.,l9 i^^l Ü 4,1)1 v_ii.<C ^::i- S^r-^" jn' ^'^ -*'~^ '*^ t-rr* *^'^' 
•q^jC". »11 (JäLr Ja»-) 0« UjjLj L.Jäc 1=-^ L>-yLi jlj-vix.-.V^ jl-i« »il ajI 

dT^^iaJl <i.U- o^-J^ ijAL<C_VL Jj^" jl Js.J\ »U^l U3 * "C^ls ^1 .5U5 ^ * r. 198 r" 
Ll5s^»j ji ^j_^l JL_> üJL. jl ^'1 ^,ia^" Jj^ Jj ^is-oJl ^ ^ ,k^ iL)J..Jl iS^^ V^X.ta 



1. B .>U. — 2. B ili'. — 3. öeesf in B. — 4. B J^^^\ ^y'. — 5. A >o:)li. — 
,.^=,-ir^. — 7. AB vik). — 8. ] 
11. A a<^d^/V ^^. — 12. B 0^1. 



6. ^^^^'^..ir^. — 7. AB jik). — 8. B ^i'.jSS J. — 9. A as^J. — 10. B addit aj. — 



/«m) arraclia les marques. Lorsque le saint eut vu le jardin et qu'il revint, 
il eut soif sur la route. üieu eiivoya uae antilope, il but de son lait jusqu'ä 
ce qu'il fut desaltere, et revint ä sa cellule. Une autre fois, une hyene vint ä 
lui et se mit ä le tirer par son vetement. II la suivit jusqu'ä sa caverne. Elle 
lui presenta ses trois petits; il trouva qu'ils otaient malades et s'etonna de la 
fmesse des animaux. II pria sur eux et ils guerirent. Puis la hyene s'absenta et 
lui presenta une pelisse et eile demeura sous son obeissance jusqu'au moment 
de sa mort. Une autre fois, il changea son apparence et alla dans le couvenl 
de Pacöme {Bälxhoiimis}' sous l'exterieur dun laic. II y demeura les quarante 
jours du careme sans manger, sans boire, sans s'asseoir, mais il tressait des 
rameaux tont en restant debout. Les freres dirent au pere : « Eloigne de nous 
cet homme, car il n'a pas de corps. » II repondit : « Attendez que Dieu nous 
decouvre son etat. » Puis il interrogea le Seigneur ä son sujet et apprit que 
c'etait Abou Macaire el-lskandaräni. Ils ressentirent une tres grande joie, 
implorerent sa benediclion, et la fierte de ceux qui s'enorgueillissaient fut 
abaissee. 11 revint ä sa cellule. * Quand la pluie fut empechee de tomber ä * f. los r 
Alexandrie (El-/skandaryah), le patriarche envoya apres lui. Des qu'il fut entre 
dans la ville, la pluie se mit ä tomber et ne cessa que lorsqu'on le lui demanda. 

1. B Bakhoumijous. 



360 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [1002] 

Ijl JOJ iuJo OÜ "<,-\, \s- 4JJI «l^j i».Ji£. JijUaJ ^Vl lÄA »1^3 * C-^_^U 

j>u y "cLis i_lj>^ jLJl ji ».».-- blj A„l^9 Ljj A!Ui V Ijj ,j»ui ''^.iyuj iLii «i<^ 

/j.«^l Ujm ATIa^ {»yV-J TZ—.'..' AjJUs Ai-i»n^ (_J '^"r'^ ij^-*-''^ U^-oJ" 'jl 

\»^i L>t« j»-^r ArM-^ isjxJi \< i^-^li )iiy^ ^^Vi rc_~Lr Ua)i A_jj 



cr-^. -fT' t> o^^ r-^:^'' 



15 



JL* l.jX^J^\^^SyJ^. Jy.J\ ^j^^U i^j^^UI oVi ^ir c^l 11*12 Jii 

(j"_jLa. 1_^^Ä._ ^jLaJl ^Vjl ^^.1 ^':^!l (j ^A l^j UJäH j'y3l \a jo ^Vl 
Xj*i»3 -yi« iOj:J!ii^ jl k_Ji>3 i ^ä ...i ^;i-ij *-w«UJi fvj'-aÄ'i i_ri>— ' f»r^ l3_/'^~^' 'a.«.._,,'| 

1. B o-Oli. — 2. B »J-J. — 3. B ^^*jj. — 4. B Uj.^ >l. — 5. B J J'. — 
6. B J»n Uj. — 7. B il-::^. — 8. B Joij^ e< arfa;2Y j_jCi-. _ 9. B addit *--_; 
^»:r^^* _^U!. — 10. Haec commemoratio deest in A, Ludolf, Malan. — 11. A refert 
hanc commemorationem H dici. — 12. B addit J.:i». — 13. B Ljl. — 14. B addit LiJ.'. 
— 15. B ^^J.k>. — 16. B j:.^.i5^t. 



II implora le Seigneur pour l'arreter et eile le fut. Ce pere fit de nomhreuses 
belles actions et le Seigneur accomplit par ses mains des miracles eclatants. 
Lorsqu'il faisait une belle action et que les gens le savaient, il ne r(3stimait 
pas comnie teile. Quand il entendait dire qu'un liomme avait fait une belle 
action, il ne dormait pas qu'il n'ea cüt fait autant. Quand il eut achevc sa 
vie dans une vieillesse vertueuse, il mourut eu paix. Que sa priere soit 
avec nous! Amen. 

'En ce jour mourut aussi notre pere Paphnuce^ d'El-Bandarah. Que sa 
priere soit avec nous! Amen. 

SEPT DE BVCHONS (2 Iliail. 

^En ce jour mourut notre pere le patriarche Athanase {Atanäsijoi(s), Fapos- 
tolique, patriarche d'Alexandrie (El-Iskanddrijah) (326-373). Ce pere etait ne 
de paiens; tandis qu'il etait ä Fecole, il vit les fds des chrötiens se rassem- 
blant... de Feglise; ils devinrent les uns pretres, les autres diacres, un autre 
evßque. II voulut s'associer ä eux, mais ils Ten empechörent en disant : « Tu 
es paien ; nous ne nous melerons pas avec toi. » II leur dit : a Je deviendrai 

1. (".elte commemoration manque dans A, Ludolf, Malan. — 2. Asseniani linnnodins. 
— 3. ekelte commemoration est reportee par A au 8 de baclions. 



rioü3] SEPT DE BACHONS (2 MAI). 361 

^\ «J IJlsj <> \ys~yLJ ^ Li__f^i ^~^\ Ü JliLi killt« Jaili>Li U Lö-o- ol djl i2^^'^" 

L-l^ ''ls^3 LäA-oj^j ■J^jjX-C-Vl ^Vl Ji\ <ulj y^ ^_/l !s_yj oU Uj ^!U ^j^ 
Uli- LI .^ jUj i_-<3l (._^U '^^Vl •u.Ui >jVl -o^ llO jiL-Jl ^^ L^ 
^_j-^_-Lrl lj._Ul ''^jja:<-.VI ^Vl 7=.-Lr U3 ^jjl <~^ c^ätUaTj LUJ; "UjJj 

•jj^w ijU- c^^lj r-ys-^ (C*— ' j^' Jas-) jJ-j-wwLLTI O-UJI ■ ^_^jlialla__S ~ ■rj>-^ 

aJj 5^,^ '•*jJJ>i.i» '»J «.x»:^. l^^ dJLft> joj ^__^l j>l j Vo^ ö^ M-^ "r""^'!^ 

^«d)U JaI iUj ''^AA ^ ^--Jl A_!l jL * Jj,. ^ l'-jlk-ii] i^ JLilM. 198 V. 

|_^ ^yf>-j>- vb ör-- *-- r^' <>jX<^Vl Jl «^01 üjlil pT •«DI liy^ J\ ^\ 

1. A J\j^. — 2. B^-^-. — 3. A jU. — 4. B _^,JJ-C^I. — 5. B ^^^,.^^C^'. Haec 
verba a ^^JL}:\ desunt in A. — 6. B ^ßfy — 7. B addit ^ «lyiaJl. — 8. öees« m B. — 
9. Bj^.J-^C"^!. — 10. B .liL. — 11. B ^y^!h:L^. — 12. B -y^-'j- — 13. B ^.^l^jL^}. 

— 14. B -'ili. — 15. A U5^U. — 16. B ,.fi>Ui'. — 17. A Vjj-. — 18. B-^XJi. 

^ 1^ .. •• 



chretien. » Alors ils s'eii rejouirent'et lui dirent : '( Tu seras patriarche. » 
Puis ils placerent sous lui quelque chose d'eleve. II arriva qu'a ce moment, 
le patriarche Alexandre (El-Iskandarous) passa par lä. Ouand il les vit, il 
dit ä ceux qui etaient avec lui : « Certainement, cet enfant s'elevera ä uu 
haut rang. » Quand son pere mourut, il alla avec sa mere trouver notre pere 
Alexandre, qui les baptisa. Ils distribuerent aux pauvres tont ce qu'ils pos- 
sedaient et resterent aupres de lui. Ce pere lui enseigna les sciences eccle- 
siastiques; Athanase fut pour lui un fils particulier. II lui confera le diaconat et 
l'Esprit-Saint redoubla sur lui. Quand notre pere Alexandre mourut, on intro- 
nisa Athanase comme patriarche. A la mort de Constantin {Qustantin), son 
fds Constance {QostaNlinous) surgit; il etait arien. La secte d'Arius (Aryoits) 
se multiplia; Tempereur chassa Athanase et etablit un horame appele Georges 
(Djirdj\jOus) qui demeura six ans, tandis que notre pere etait exile loin de 
son eglise dans les pays d'Occident. II y avait lä un temple oü se reunissaient 
beaucoup de personnes : de nombreuses oeuvres sataniques s'y accomplis- 
saient; il ne cessa * d'implorer Notre-Seigneur le Messia jusqu'ä ce qu'il l'eul ' i. m v«. 
detruit et il ramena ä la connaissance de Dieu les gens de cette contree. Puis 

l'ATll. on. — T. XVI. — F. 2. 24 



a62 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [1004] 

•^<u..j>.j cLt ^^Ü A.ls j-jlj ^äkSI dilJI Alt ^ll "^i l^iu-5 'LjjjVl 'aj 
oU jl "'Aju ^j "^j^^li-j o^l^ >_;^!1 Jl^jli lS\lz^ dJ^^L'j V3J *^L•i/^ /^ 

Jl Ai lyij 4-11 L.,.^1^ /»-.»J-l 'CLi.U ^ AJI (^_/>S (_r*-' »ia I (üaJl (Jl \y\ JsjAäi J 
<Ca.l — . Zl<^ JO3 »>L^ rc- o" jl Jl '' tjAA |j <^^5 ^k- ^Üis ~.U.C ^^ ^-—^ 
Jls A9 "Cs-L CJj j^J (.rJ-tLr '-^ ^Ua-^iiJ _jl«r)/l /j^ "Ol) U-Jj A_I^ ^.oujlj Aji..^ 
J^ljj J-^^ o'J-a-' ,_5^ '*^-'^ ^. l-A^Lw Jljl V l'li iJli ^__J1 »Us C'Jf^J jl 

•^1 '"^LL-.__,?tr ^Ai)l 'Mäa iM^ '"JujIjj) (_gÄ!l /.AAj dUJl J— ^1 "Ca-U jc»s 

1. B iiUsJ' ^^^. _ 2. A , yaäs. — 3. Deest in A. — 4. B .»A-^U^. — 5. A Jjo. 



_> 



L^^ 



— 6. Deest in A. — 7. A .,0. — 8. //«ee \>erha a ^^ Uj desunt in A. — 0. A «-'. 

— 10. //rtec verba a ..Oj desunt in A. — 11. Deest in B. — 12. B U«.^ ij^^ AAiliij. 



le Seigneur le fit revenir ä Alexandrie oü il resta sept ans, et chassa Georges 
que les Ariens emmenerent pour travailler par le mensonge contre le patriar- 
clie aiipres de Tempereur. Celui-ci envöya un ollicier qui l'arreta et l'empri- 
sonna avec le pape de Rome [lioumijali) et le patriarche d'Autioche [.inldkyah). 
Le- Seigneur envoya sou ange qui les delivra. Apres que l'empereur fut mort 
et que le Seigneur eut eleve son fils qui etait orthodoxe, il renvoya le saint 
ä sou siege. !ly demeuraviugt-deuxansdanslapaixet la tranquillite. Lorsque 
Justc {Yostns) mourut et que, apres lui, regna Julien (Yoiili/aDous) Tinfidele, 
il poursuivit ce saint qui s'enfuit dans la Ilaute-Egypte (Es-Sa'id), dans la 
ville de Chenin (xikhmiin). Quand Julien mourut, les fideles reclamerent Atlia- 
nase. Ne le trouvant pas, ils se rendirent pres du grand Antoine (Antoiinyous). 
II leur apprit que le patriarche etait dans la ville de Cheniu. Ils y allerent et 
le ramenerent ä son siege avec une grande joie. II y demeura dans la tran- 
quillite jusqu'ä ce qu'il mourut en paix. La duree totale de son administration 
fut de quarante-sept ans. 11 fut appele apostolique ä cause des fatigues et de 
la persecution qu'il souffrit. Au moment de sa mort, il dit : « Si j'ai trouve 
gräce devant le Seigneur, je ne cesserai de me prosterner devant lui pour 
qu'il aneantisse le temple de Zaräbil. » Asamort, l'empereur envoya detruire 
ce qui ötait ;\ Zaräbil. Que la benedietion de ce saint soit avec nous! Amen. 



[1005] HUIT DE BACHONS (3 MAI). ;t()3 



Xjji jv-' jö IJ-* >— 'jt*"' (3^ i5-^-' ir-^, ^-'^'' Aj4-I^i ^_jJl iJJii o''^ ^ 

<a-j^^ Al£.j «LäJI ^j ty'jJ' -^?"J-' Vi/'' t<' (5*^-5 ^„"*^'J ^-^J i*"' '*^ c5'^-5 ("^5^1 
^L J 'iß ^\ ^\ '*A») <> »_Äkl^ jl i^lj X=JI As-V "LJ-J j.c_^~^l wJ_/^^ 
^1_) Xjlj^l iJJo\ JL'3 7c_-_Jl "j^lj »Üifc JjU 'UUI ^->-*-ä)l o'^'^J i_5-UäJ1 iija-ls 
i^Lwy_5 ^_i-a)j ^»i >— 'jJ'J i_JiÄ«J' P y ^^ U-Üä ÜAC. ^_)A«S _^po j_)AUi ^.jiJou 

1. //rtec commeinoratio deest in A. 



HL'IT DE BACHONS (3 mal;. 

' Ell CO meme jour mourut martyr saint Jean {YoljaDiiis)'- de Senhout. Lc 
nom de son pere etait MaqArah, celui de sa mere Anne (Uannah). Tandis qu'il 
gardait les troupeaux de son pere, Tange du Seigneur kii iipparut, luimon- 
tra une couronne de lumiere et lui dit : « Pourquoi restes-tu assis tandis 
que la persecution s'etend? Leve-toi, va et lutte pour le nom du Messic. » 
Puis il lui donna le salut et partit. Le saint ilt ses adieux ä ses parents et 
alla a Athribe (Atrib); il trouva que le gouverneur etait au bain : quand il 
sortit, il confessa le Messie. Lc gouverneur le reniit ä un de ses gardes en 
lui ordonnant de le bien traiter, dans l'espoir qu'il obeirait k sa parole, puis 
il partit. Le soldat emmcna le saint qui fit devant lui de grands miracles ; il 
crut au Messie et re(,'ut la couronne du martyre. Le gouverneur ordonna de 
chätier saint Jean, il subit de grandcs torlures avec toute espece de tour- 
ments; le Seigneur le fortifiait, lui faisait prendre patience et lui envoyait 
son ange qui le guerissait. Puis le gouverneur le fit partir pour Antinoe 
{Aminä) oü il fut encore beaucoup torture; ä la fin, on lui coupa la töte avec 
un sabre. Julien de Kvalias [Youhjanous el-A(ifäsi) le recueillit, l'enveloppa 

1. Gelte commemoration manque dans A. — 2. Malan Baklihas. 



364 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [1006] 

jL<JI Zj\y^\ -J[£-\ J\ ^ \ -J^"^ li-»J^ -^^ ^^-^1 ^. Uj Jou^ l-^ij 

3^U j^l Ju^l jl A* ^ dUij "»--Vi" 7-jjj V.' »^ Ir^^ V ^Ji f^ 1^-^* 

,1^ jV iyJl JjLJl J\ iy>^\ <. ör^r-^ ^ ^J*^^ '-V 'c^J^ "^^^^ (^ 
L5Cj ^jVl iJijj Jl J^ JjVI ^^1 jl Li^j 'L:=^V1 j^, jl ^„ ^-^^ 0^" 
IA^\ ^y^_ ^ ^>rJb *^<'jL«-JI j^yCUl iiijj Jl J^ Jllll c^lj 1^<* ,,^1 
,^1) Ä U: ; 1^ \iLj c«li ''^ÄÄr >U «c^li ._-it ijj*^ K\s>t^ ^y^^.. (Jj (^'^"^^ (i 
!s»J ^1*^1 lÄj, ,ju«Jj "»^l^^ oLs o-I>j ijÄ~«!5^' >^ ä« ^ (.P'J^, ^y„ iJ::*-' '■^^-^ 

1. B addlt Uul. — 2. B ^l — 3. Ilaec verhaa a~jI %.' desunt in B. — 4. A »-i'j-Jt. 
— 5. A r^l^-M. — 6. B^,l^j'^3- — 7- C/. Ps. xvii, 11. — 8. B LjU-JI. — 9. J^^.. — 
10. B vJWjj- — 11- B jlv-^L*^. — 12. A .JU^j. 

dans un linceul et l'envoya ä Senhout, sa ville. Les gens sortirent ä sa ren- 
contre avec de.s recitations et des parfums et le deposerent dans Teglise. 
Que sa priere soit avec nous ! Amen. 

En ce jour Notre-Seigneur Jesus (iV/sow') le Messie monta avec le corps 
qu'il avait regu de nous, au plus haut des cieux oü il est encore present 
avec son Pere et sou Esprit-Saint. Apres avoir accompli son ojuvre sur la 
terre, par sa passion, sa mort et sa resurrection, quarante jours apres avoir 
ete ressuscite, il monta aux cieux sur les alles des cherubins, selon la parole 
du grand prophete David [Ddououd) : « II est monte sur les seraphins et s'est 
cm-ole sur les ailes des vents ' . » Par cette ascension, il assura aux fideles la 
montee vers les demeures elevees, car lä oü est la tete, il convient ([ue les 
membres y soient aussi. De meme que le premier Adam est alle en avant 
pour recevoir l'heritage de la terre et nous a fait habiter en enfer, de meme 
le second Adam va en avant pour recevoir Theritage des royaumes Celestes 
et s'asseoir ä la droite de la grandeur dans les hauteurs. Le Messie, qu'il 
soit loue, n'a pas place son ascension immediatement apres sa resurrection 
pour que nous ne contestions pas celle-ci et qu'on ne la preiine pas pour 
une Illusion. Mais il demeura quarante jours ä exercer la faiblesse de ses 
disciples et ä afTermir sa resurrection dans leurs esprits. Par sou ascension 
fut affermie la prophetie de Daniel (Däinjäl) quand il dit : « .Vai ru le Fils de 

1. Cf. Ps. XVII, 11. 



[1007] HUIT DE BACHONS (3 MAI). 365 

c- 

«IVl (3-^ /f* ^■^ /s-*" '^-«-J' ("L»i. Ic L_,U- jLjVi \)^ >::j1j i^LSÜJl JUl^i 

Jl j_j»Jü!l j-J^lj TcJLJl •CjI )« "^AstJl AÜ 'Jjjj V "»iCUj jfi'->^\ jÜa,lw dJlkUj 



^1 A>1 



^U Uj >Ui^ lyiLls Li JD -jAäJl lÄA ^l^ ,jÄ«i jL'b Ul 7^-~->" LwÄjJ *'<i_5 

xisi, jo Iaa (_5=-Vj1 <) JLä> jl il \*3i ^r^>'3 -*-=^' L*;-«L (»Jj» r<^i '*-^ Lj~y~^i 

«cUe JUl.> Ul _jJ^l ^r^^' ^'^ -^'^ jjl ^ ^-^ (*l5 ^^^^ '^y (»v^ iJ-^ 

jl:ijj JUl IAA JU V» Ajaju jl "IJUe . ^j Jl /(^ ^,~U?5 ^"r— ' /) ="=^i ij...»5t)l 

A...'.)?.'>^..,.öl| Jl Ao (^-^J iAJ-li '__^-0 jIääJi c^i Jcs-iS <,,,ä i /(-»-^ (V '*-»-=nJj ^>-=^ 

1. B ^,ri^'«. — 2. B slki!,. — 3. B ,,,!. — 4. Daniel, vii, 13-14. — 5. B J^l. - 
6. Haec cominemoratio deest in A, Ludolf. — 7. B iier-um ^^. 



riiomme venant sur les nuar/es cht ciel jusqu'ä ce qu'il fut pres de l'Ancien des 
jours : il se presenta d litt et ret^-iit de lui le poiivoir, la roijaute et les honnetirs : 
tous les peuples, les natioiis et les langues le servtront, son pouvoir est le pouvoir * f. lao 
eternel; sa royaute ne finirapas'. « Gloire ä lui et ä son P6re le juste et au 
Saint-Esprit, eternellement! Amen. 

" En ce jour aussi mourut Anbä Daaiel {Dänijdl), superieur de Scete 
(Chihät); ce Saint etait un pere pur et parfait. Comme sa reputation s'etait 
repandue, saiute Anastasie {Anastasi/ah) la patricienne vint le trouver sous 
les dehors d'un docteur, prit Thabit monastique et demeura dans une grotte, 
dans son voisinage, pendant vingt-huit ans sans que personne süt rien de son 
afFaire. Un jour, il vit nn liomme appele Euloge {Aouladji); il taillait les 
pierres pour une piece d'or chaque jour; il vivait avec une faible partie, il 
nourrissait los pauvres et les mallieureux avec le reste et jetait aux cliiens 
ce qui en restait; il n'amassait rien pour le lenderaain. Quand le saint Anb;\ 
Daniel vit sa belle action, il admira sa conduite et demanda au Seigneur — 
qu'il soit loue — de lui dünner des richesses de ce monde pour accroitre son 
bien et sa charitö, et il en prit la responsabilitc. Ce tailleur de pierres trouva 

1. Daniel, vii, 13-14. — 2. Cette commemoration manque dans A et Ladolf. 






366 SYNAXxVIRE ARABE JACOBITE. [1008] 

J' c^ o-t-^' ^ ^ Ui .«.U jl^ ^s\\ ^\ J^> Sji \^ [/h \ J^i 
Cr-*^' 0^ ^jj tib jv' ^>l ^" ^y Ol jL= Lj o.->j k^^ j^j 4" • U-L :i| 
-^ J-S-'l ^"^J ^Vjl ^^ dÜ,j ^_a£)I jj^ ^1 ^l^j ^Ul j^ ^_ Ul^ 

'3 ts^V3' t5^ fL«3 ^1 .iLL dU,3 Ä.:.!^:U, öH vdL> oU IjIa a«j <il;>. j <a)| 
^li Vjl jl^ L^ )ij\=^\ 4^^;. jUj KAi Jl •'Uj A_^ 3yJ o, ^ytj ^L 
.4)1 ^Ij i^l ^jj ^_aD1 I^ ^ jl^j ^^_. ^ ^l^ U <^lc ^3 JUb Ul 
^t<3l ^Ä^3 ^1 ^1 JUV! j£ ^j>Jl c. Ij-u^- Uj >^;L>^j j^U <._^_ J^ 

jl ^Jl jljl U lÄA Jo«J UJic LlÄfc AjJI i^Joi UaJj ^Li:Jl JL.V1 4J ^JÜI 
^r_JJj (vft!>J p^J pAÜ^JJ jUfcJI «^ jJUI J^ <f>-3>--; ■^,^_ '0 J--jl -L:Sc_L. 



un tresor; il le prit et alla ä Constantinople (El-Qostantiiiya/i), oü il devint 
ua graiid ministre. II abandonna les boniies actions qu'il faisait auparavant. 
Quand le saint l'apprit, il alla ä Constantinople, il examina sa conduite, son 
rang et son peu de bienfaisance. Puis il eut une vision : il lui sembla voir 
le Messie assis pour juger les hommes et enlever le saint pour lui demander 
compte de Tüme d'Euloge; Notre-Dame l'implorait ä ce sujet. Quand il 
s'eveilla, il retonrna ä son couvent, adressa ä Dieu une demande au sujet 
d'Euloge, renongant ä s'opposer au Seigneur ä l'egard de ses creatures. Puis 
l'empereur de Constantinople mourut, un autre regna, sevit contre le minis- 
tre et lui enleva sa fortune. II s'enfuit pour sauver sa vie, revint dans son 
pars et se remit ä tailler des pierres comme auparavant. Abba Daniel se 
rencontra avec lui et lui raconta tont ce qui lui etait arriv6 ä cause de lui. 
Ca saint avait l'esprit de prophetie; Dieu fit apparaitre par lui des miracles et 
des prodiges. Quand on voulut sortir de la foi orthodoxe, il vint en apportant 
le livre oü etait la croyance heterodoxe et il le dechira. Les gardes lui firent 
subir de grands tourments. Ensuite, quand Dieu voulut le sauver, il l'envoya 
informer de sa sortie de ce monde. II rassembla les moines, leur fit ses 
exhortations, ses encouragements et ses consolations et mourut en paix. Que 
sa benediction soit avec nous ! 



ri009J NEUF DE BACHONS (4 MAI). 367 



Cy 



<^ 



,ül ^^\ 



0.1 IaJI ö.-^ j^ cJ\^ '^iÄA ;,<U1 ^>U •'^i_.JiJi .j:.:»^" c_^1 Iäa'^' J' 
Ijjj^^ j o_^ v::^l^j VrtJl C>Jb ^^<-'l ,rr^ ^^^b ^^4> är:^-r-' ä"/".^ 
ujl ^ J>; ^1 '^^^A ^^^ ^^'y^ "^J-^"b ^r~^3 V~^ ^^ J ''i^^'^^j 

diui j_u:W.,.« c ji^-^y ij; ;rjj-j V:^' ^>^ ä-=*-j "^.-^^ ^^-*-* j^- cy^ 

1^1 j:,^UI^ i-.AiL.ll ^l^jjlj ^.Ul ^^Ülj j^Uj^, Ji ^1 lj3 J^. J- f^-il 

l^iyjCJI ÖJJl üj jy ^i-Ul .^11 '-'AJI ^a£)I ^^1 ^jyjll« 'V-^^ 

1. Haec cummemoratio deest in Ludolf. — 2. B addit J^. — 3. B «(^c?^« if^^. — 
4. B II». — 5. B sJJlj. - 0. B JijU. — 7. B Lk3jJI oX.U. — 8. B !3j». — 9. Z)ees« m A. 
- 10. A Oi^ji. - 11. B w^j. - 12. B ^r~±^. - 13. B U j;!. - 14. B ^^\. - 
13.B wl. — 16. B ^y-C!. 



NEUF DE BACHOKS (4 lUai). 

' Ell ce jour niourut sainte Helene (Hilänah) rimperatrice ; eile etait de la 
ville d'Eclesse {Er-Rohd), fille de parents chretiens. Ils l'eleverent et l'ins- 
truisirent dans la counaissance de TEcriture et dans les sciences ecclesias- 
tiques : eile etait belle de forme et d'une beaute croissante d'äme et de corps. 
11 arriva que Constance (Qounstd), qui regiiait eii Bretagne (El-Brintijali), 
s'arretaä Edesse. II entendit parier de cette sainte et de sa beaute, la demanda 
en mariage et l'epousa. Elle eut de lui Tenipereur Constantin [Qostantin), 
le premier des empereurs chretiens. Elle lui donna la meilleure education et 
lui enseigna la litterature et la philosophie. Quand il regna, eile vit en 
songe quelqu un qui lui disait : « Va ä Jerusalem {Yarouchalaiin) et fais appa- 
raitre la Croix et les Lieux saints. » Elle en informa son fils qui envoya avec 
eile des soldats ä Jerusalem. Elle chercha apres la croix jusqu'ä ce qu'elle l'eüt 
trouvee, et avec eile les deux croix sur lesquelles avaient ete crucifies les deux 
larrons. Elle voulut savoir laquelle etait celle du Sauveur. Saint Macaire 

1. Cette commemoration manque dans Ludolf. 



368 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [1010] 

^^-Ci J^'ü \jJ^ jULJ i_l "Co ^j; jl »jju J ^_^\ cUi« p^-^ Iäa Ij-ij 

ijLJl -»ZjJ >l_j^i ^j-^jLI« ' _)^l! ^*A^ iv" ^*r \ji jLi. »iLJi /»»Jl (j 5sj^i.Jl 
♦ r. 190 v°. J— äj *J j»,Z»lwj ^ Jg ii^.... ^ Ijjol ^1 ^s«f>-jj _;-ol — Jlj (»1;^' i_.wLJl Cj-vJ-I J 

jj»L=-l3 i^^ *_jisjl c-ojj ^_,i) «-Jj^ i,~w (Jx. <_jAä)l ' isÄa OjU-^ L^>li.- 

1. B 1^. — 2. B addit ,a. — 3. B '.^,^2^! ^.jI. — 4. üeesi in B. — 5. B Jl^*-'!. 
— 6. B IjUj! O'^'^j^- — 7. ß 'jj)j~:j. — 8. A ^'^\. — 9. A Jty!. — 10. B ^-Ol. — 
11. B iL^. — 12. Deest in B. — 13. Deest in B. — 14. B !jJ^. — 15. B J^ J,. — 
IG. A ^Ic. — 17. A ^'ß. — 18. Z>eesZ in B. — 19. Z)ees^ in B. — 20. B addil ^j-:;i^^>^\ 



{Maqarijous), eveque de Jerusalem (El-Qods), lui apprit que c'etait la croix au 
haut de laquelle etait une planchette avec ces mots : Voici Jesus (Yaxou') 
roi des Juifs (El-Yahoud). Puis eile demanda de la voir faire un miraclo pour 
tranquilliser son coeur. 11 arriva, par le dessein du Messie, qu'on apporta k 
ce moment un'mort. Elle plaga sur lui les deux croix; il ne se leva pas. Elle 
plaga ensuite celle de Notre-Seigneur le Messie, il ressuscita. Sa foi et sa 
joie s'en accrurent, eile se preoccupa de construire les eglises mentiounees 
au 13 de Tout. Puis eile remit des richesses ä notre pere Macaire pour s'oc- 
cuper de la construction. Ensuite eile partit avec la Croix glorieuse et les 
I. i;w V«. clous et revint trouver son fils Constantin. Elle les lui reniit. * II regut 
la Croix et rhonora et lui cisela une gaine d'or, tout cntiere incrustee de 
pierreries; il prit les clous et en plaga une partie dans son casque et une 
partie dans la bride de son cheval, pour que s'accornplit la parole ecrite : 
« Dans kl hridc de son cheval il y aura le sahd. » Cette sainte vecut dune vie 
agreable au Seigneur; eile etablit de nombreuses fondations et des legs en 
faveur des chapelles, des eglises et des couvents, et pour nourrir et habiller 
les pauvres. Elle atteignit quatre-vingts ans, puis mourut en paix. fHie la 
benödiction de sa priere soit avec nous ! Amen. 



[lOllJ DIX DE BACHONS (5 MAI). 369 



1 '• •- ^Ül ^y]\ 



^1 i^sVjlj p-sljj. l_v-i (»f-=^^ ö;^ -?* J^'-iJ ^■ijt'. '^^ i*^'^y, -^"^'j^ r* (jr-l"*^' 
^^^,.^^'3 -,j«ia.Jl cr-ir^ '-'tiL/^ L5*! (j^ j^— =>- j'-^ (.s~ ü^ ^iXUi jui-'j Jol 

i^U-U ^Ul (_5^^ r«^^Jf^3 J^ jr^. j^ (^■^^ (n' ^^ "^"^J^ (n~"3 (•_^Ül 

Jj_^l /.Üs Uj JuL JLiil Jo Js^ »liCa- (»j-Uf-j ^i-lLJI (»j-a-lj ' <^1 '*-»j^ "^W'J ^~^ 

1. i)eeÄ< «■« B. — 2. Z)ees; w B. — 3. B addit >'X.''- — 4. B .,L^. — 5. Pro -JJ! 

^ ^ w - — 

-4,lxd.I A Äa^ie? ^^. — ü. A 1^^.. — 7. A jj,^-<''j. — 8. A ^bL. — 9. Cf. Daniel, i, 2-2G. 



DlX DU MOIS DE BACHONS (5 mal). 

Ell ce jour a Heu la commemoration des grands saints, les trois jeunes 
gens Ananias {Handnyd), Azarias {'Azdnjd) et Misael [Misdyyil). Ces saints 
etaient ills de Joachim (Youdiiim), roi de Juda {Yalumdzd), et Daniel (D«»//r//) 
etait fds de leur soeur. Joachim et ses enfauts furent emmenes captifs ä Haby- 
lone {Bdbel). Le roi choisit parmi les prisonaiers de beaux jeunes gens 
d'entre les Israelites, pour les elever avec de la nourriture et de la boisson 
et les placer dans ses gardes. Parmi ceux qu'il avait choisis furent ces ver- 
tueux jeunes gens et Daniel. Ils ne consentirent pas k manger des viandes 
sinon Celles des Israelites et demanderent au chef des jeunes gens de les 
dispenser de cette nourriture et de leur donner des legumes. — « Je crains, 
dit-il, que la beaute de votre visage s'altere et que le roi me fasse perir. » 
Ils lui repondirent : « Mets-nous k l'epreuve et si nos visage ne sont pas 
florissants, fais ce que tu voudras. » Ils firent usages de legumes et leurs 
faces resplendissaient de beaute et de gräce ' . Le roi les aima et les etablit 
comme juges sur toutes les provinces de Babylone. Lorsquo s'eleva la statue 
d'or, ils ne se prosternerent pas devant eile. Ceux qui les enviaient les calom- 
nierent; le roi Nabuchodonosor {ßokhtnasr) les fit venir et les encouragea 

1. Cf. Daniel, i, 2-16. 



370 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [1012] 

LSi jyVl je Ujli^ jl^ j^ J^lj v^l j-^O^ ''l^j^^ -^3 ''^^J Jy^^ ^3 

JLI^ ^Jl j,. "^^^^'3 ^*^->^ -J^' ^>-'^ j ^-^^ ^i'^ "'^'^^ '^^'A^; >_,J1 



1. B ^J}\i. — 2. B ^, Jiv^'. — 3. B :)jl>' Ji. - 4. C/-. Daniel, 11, 3-23, 91-100. — 
5. B UU. — 6. >^! J, deest in B. — 7. B J^. — 8. B j_,^. — 9. B OUs^t oXJi J. 
— 10. B JLj. — 11. B ^= w^*9. — 12. B addit .^ii. — 13. B »^^Jsy. — 14. B |^l. — 

15. B *V-^..?:'.J- — lö- ^^^*' "* ^- ~~ ^'^- ^ v-b-'-'^s- — ^^- ^^^*' "* ^- "~ ^^- ^ 
i. JJ-C^I vJJ}i>^- — 20. B b. — 21. B -v^j. — 22. Deest in B. 



lä-dessus. Ils confesserent Dieu et il les jeta dans une fournaise. Le Seigneur 
eiivoya son ange qui ecarta d'eux la flamme et fit venir au milieu de la four- 
naise du vent et une rosee rafraichissante ; le feu s'eleva et brüla ceux qui 
etaient en dehors. A cette vue, le roi crut * au Dieu du ciel, il augmenta 
♦ f. 200 I-. leur elevation et accrut leurs dignites'. Le 10 de baclions, tandis qu'ils 
etaient ä prier dans leurs demoures, au milieu de leurs prosternations, ils 
rendirent leurs ames entre les mains du Seigneur. 11 arriva aussitöt dans la 
ville un violent tremblement de terre : le roi eut peur et en demanda la 
cause au prophete Daniel : il l'informa que les saints etaient morts. Nabu- 
chodonosor se rendit ä leur demeure et eprouva un vif chagrin; il ordonna 
qu'on leur fit trois trönes d'ivoire et qu'on les y plagtU apres les avoir enve- 
loppes dans des manteaux de soie ; il se fit faire un tröne d'or pour y etre 
place apres sa mort, entre leurs oorps. II en fut ainsi. Lorsqu'ou fut au temps 
de Theophile {Täoußlos), patriarche d'Alexandrie (El-Iskandanjah), il leur 
bi\tit une öglise et desira que leurs corps y fussent places. II envoya vers 
eux le Saint pere Jean (Yoliaiuies). Lorsqu'il arriva et qu'il vit la ville et ses 

1. Cf. Daniel, 11, 3-23, 91-100. 



■b 



c 



[1013] DIX DR BACHONS (5 MAI). 371 

UJ JbiLÄll sjUju ^L <fc.5 4_*" ^.-iti L. /^3 ijy,jJI »^ Jl <ilLJl "**»» ,_$JJ1 
Jl jlc Uü ^l^J ^aDL jJl LTjs ^rv^j 1^ o'^ fcV^J o^lj ^^H)^^ Jir^^^ 

1. Z)ees; /■« A qui habet U-i. — 2. A \Sy^. — 3. A ^^. — 4. B U lij'. — 5. Haec 
tria verba desunt in B. ■ — 6. aDL' -Jt desuiit in B. — 7. B U.>. — 8. Deest in A. 
— 9. A ^^^^. — 10. B at/(^«< ^i ^r^^^ ^U!. 



fleuves, il ne s'y trouvait porsonne; riuiage d'or etait restee. L'ange le cou- 
duisit vers les corps des saints ; le roi etait place entre eux. II se prosterna 
devant les corps, pleura et dit : « O mes peres, le patriarche Anbä Theophile 
vous a bäti une eglise; il däsire que vos corps y soient preseiits. » Alors uiie 
voix sortit du corps et dit : « Le Seigneur te doniiera la recompeiise de tes 
peines; dis au pere de la foi, Anbä Theophile : Le Seigneur a etabli que nos 
corps ne quitteraient pas cet endroit oü est le roi jusqu'au jour du juge- 
ment; mais tes fatigues ne seront pas vaines. Que le patriarche ordonne, la 
uuit de la consecration, de garnir les lampes avec de l'huile et des meches; 
nous descendrons et nous y montrerons notre puissance qui est en Dieu. » 
Lorsqu'il revint vers le patriarche et qu'il Ten eut informe, Theophile fit, la 
nuit du 10 du mois de bachons, ce qu'ils lui avaient ordonne. Les saints 
apparurent; les lampes s'allumerent toutes par le feu. Le patriarche et ceux 
qui en etaient dignes virent les trois saints ' tournant pendant la consecra- * , .,^^^^ ^.» 
tion. Beaucoup de ceux qui souOVaient de diverses maladies regurent leur 
guerison gräce aux saints. Que leurs prieres soient avec nous! Amen. 



372 SYNAXAIRE AHABE JACOBITE. [1014i 



J\^ ^^\ Ua« ^ jV ^k-^. ^jj y^LT ^_aU1 jliij: ^y}\ lÄ*' j^ 
U Ji v.Jü!L Ij^ ^^1 "j^ ^iUl J dUi ^<-l lJ ^ (»f^ j^ ijX<^Vl 

d'%. 1^ ^li i^^u ^^ iw^i ij-v^b "^^j^b ^y^ f'jr^i ö^y^^-^"^ (> -c^ 
Sil^i JJ^l c^JLJ Lj^b -^L J\^\ J ^i -^j irr^ -^'j-. "^^JJ ^^^ 

1. //oec cominemoralio deest in Ludolf. — 2. B nddit Ji--. — 3. A J. — 4. //«ec 
fjuatiior verba desnnl in A. — 5. A ^ß^- — 6. B l^^^'j. — 7. Z)ees< in B. — 8. B UI^. 
— 9. B ., .. y^. — iO. Z>eesZ m A. — 11. B Ujj^jIj. 



ONZE DE BACHos (,6 mal). 

' En ce jour a Heu la commemoration de sainte Theoclie {Thaouklyä)-, 
femme de Juste (Yostos); en effet, apres qiie le gouverneur d'Alexandrie 
{El-Iskandanjali) les eut separes les uns des autres, conime c'est mentionne au 
10 d'amchir, on emmena la sainte ä Sä. Quand le gouverneur de cette ville 
eut lu la lettre du cotnte, il s'etonna qu'ils eussent abandonne la royaute et 
prefere la mort. Le gouverneur la flatta beaucoup et lui fit des promesses 
considerables. Elle lui repondit : « J'ai abandonne ma royaute, sans me tour- 
ner vers eile, puis j'ai consenti ä me separer de ma ville (oü j'habitais) depuis 
ma jeunesse, je me suis consolee d'etre eloignee de mon fils ä cause du Mes- 
sie; que pourrais-tu me donner? » L'ange du Seigneur lui apparut et la 
•nierit. A cette vue, beaucoup de prisonniers et d'autres s'emerveillerent, 
crurent et souflrirent le martyre. Quand la fin de sa vie approcha, l'ange du 
Seigneur apparut et lui iit de nombreuses promesses. Alors le gouverneur 
ordonna de lui trancher la tele et eile recut la couronne du martyre. Des 
fideles vinrent donner de Targent aux soldats, prirent le corps de la sainte, 

1. Ceti« commenioralioii nianque dans Ludolf. — 2. Malan Tiilkia. 



[10151 ONZE DE BACHONS (6 MAI). 373 

jV^I ^^c="Vl ^_^i (_5)1 ^sT^b J-^^ (>• ^^ '-'ly">t-= ^\}s^'^\ jU') 'Lü;! 

^^— ^ ^^^ ij 't-^^^ ' ~J' c-^'j ^x— .11 ,V'1_^J itxJl J^ ipi ^ ^Uj iiLil; Vji. 

•CJLaj '"'j^ls j jU 4o'ls o^C-Jj A,;^ j U5Caj ^^Ä)^^ ''-'lU <-k ^_„L ^_^IaÄ]I 

1. B addit \~-:^. — ^ 2. B i-o JJLÜ t jj» i)i.^. — 3. Pro his perbis a b—^;^ B habet .,j.C' 

w\.^Jl ^^U! =^j Lx'. — 4. Haec commemoraüo deest in Ludolf et Assemani qui 

addit commemorationein S. Nichomii. — 5. A , i^JyL^J. — 6. B addit .,L. — 7. B 

'ijJ^. — 8. B .J^v-C.. — 9. B AX.-0. — 10. B ^p""^;^. — 11. B (^U. — 12. ^U. - 

13. B^^i ^^. — 14. B ^^ly. — 15. Deest in B. 



l'ensevelirent et le deposerent dans un cercueil jusqu'ä la fin de la persccu- 
tion. Que sa priere nous protege contre rennemi et le mal jusqu'ä uotre 
dernier soupir! Amen. 

' En ce jüur aussi a lieu la commemoration de saint Anbä Paphnuce {Baf- 
noutyous) l'eveque. Ce pere avait, depuis son enfance, mene la vie monastique 
dans le couvent de Macaire [ilaqänjous) et s'etait exerce dans de nombreuses 
vertus. II jeünait continuellement, ne mangeait rien de cuit, mais des 
legumes secs. Au couvent, il apprit la science de l'Ecriture et les regles 
ecclesiastiques. 11 fut ordonne pretre et resta trente-cinq ans dans le raonas- 
tere : la reputation de ses merites se repandit. Philothee (Filouldous), 
patriarche d'Alexandrie [FJ-hkandarijah) (980-1006), le vit * et le sacra eveque. 
Quand il fut investi de Tautorite, il ne changea rien ä ses vetements, sinon 
le jour oü il voulait ofTicier, il revetait alors des vetements confopmement 
aux reglements du sacerdoce ; le saint sacrifice termine, il revötait un vetement 
de crin : tels etaient sa conduite et son ascetisme, car il observait les regles 
monastiques. Son corps tomba malade, il invoqua le Seigneur en disant : 
« Mon Seigneur, Jesus {Yasou) le Messie, au nom de Tepi-scopat, ne m'enleve 

1. Celle commemoralion manque dans Ludolf el Assemani qui ajoute celle de saint 
Nichomius. 



f. 201 r° 



f. 201 I- 



374 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [1016] 

'p._ ^ dl! \^ |J i^l J c:^ ju^ ^ö^\ jjltl <) Jlsj ^J\ d!>l. üL-li dli»^ 

dL_^ ^ '^fiyj d!-Ua«, «UJl '^jl^3 '*^ ^S^i-^^ ^ -*^^" Vj dLi_^ JCi. dl 

dLi>^ Alt 'io-tÄr L03 dl c ji) jV« d'-Ccj JUl \x) L&L* v::^lj jVlj ^jöJ^Vlj /pl_«VI 
^^1 ij,»I&l j^ Jlsj 1^^ cy*-^. '^J (n**' LS -5 (*» i*^-' * — «^-o-^'l ri.'LjL«3 iiftlxJl 

/»--j 1 isi jl -V-Zc- U (_$-*Ji TT J13 j».<Jj«r US *>wLj Oj—' ASj -TT .....Jl Ji JL- 

j^ ^UaÄ._ JO L J5 J^ "^Ua-lj |v*JJ cS**^ ^-ii-l t-« ^(_j^' (^^ -V^ ^"»^ 
/•^l — 1 re_J)" 1^" |^"A-ilw ^ — I) jj (V^ d3jL> ji üJL/3 'j^3 Js»£:>*» «V-äa-Vl jj 

.^. ö^ J^ J^ CJ^JI 



lAA 13, 



1. Z)ees/ in A. — 2. B joJJL — 3. B .,LO. — 4. A =iJ.),. - 5. Oecsi m B. — 

■■-' ^ ^. ■■■' 

6. B j-JJJ. — 7. B j^i'. — 8. B ^1. — 9. B _^'. — 10. B J^'j. — 11. B ^^. — 
12. B arftfiV .^Jw-M ^J' ^.. — 13. B addit Ji=. 



pas ta gräce. » Un ange du Seigiieur liii apparut et lui dit : « Sache que 
quand tu etais dans le desert, tu n'avais personne pour s'oceuper de toi 
pendant ta maladie : tu ne trouvais pas de quoi te guerir : Dieu te fortifiait 
et enlevait de ton corps les maladies et les dösirs; ä present, tu es ici dans 
le monde, tu as des gens pour te fortifier et te donner ce dont tu as besoin 
dans ta maladie, soigne-toi toi-ineme. » Ce pere resta eveque pendant trente- 
deux ans. Quand sa fin approcha, il manda les prätres et les anciens diacres, 
leur remit les vases de leurs eglises, aiiisi que ce qui leur etait particulier, 
etleur dit : « Sachez que je vais aller trouver le Messie. J'ai vecu parmi vous 
comme vous le savez; le Messie devaut qui je suis pret ä comparaitre temoi- 
gnera que je n'ai jamais cache un seul dirhem de tout ce qui in'est parvenu 
pendant mon episcopat. » Ils lui firent leurs adieux, pleurerent et lui deman- 
derent de les benir et de ne pas oublier de les aider. Puis il mourut en paix. 
Que son intercession soit avec nous! Amen. 

DOLZE DE DACUOiNS \1 mal). 

En ce jour mourut Saint Jean Chrysostome [Fouin cdz-Üzahab), qui etait 
des enfants d'Antioche [Aidäkijah). Son pere etait des riches de la villi'; il so 



[10171 DOUZE DE BACHONS (7 MAI). 375 

^L ^Uj ^AJl jl^j "1^ 
^■[JiA jfj^^ ^ ^:>j 4^:.-*^^ J^ !>^-> -^ ä:r[>--^' L:^^_j ^J^^ JU)| ^_^^ ^^li 
J*s VjAä^ oyC «ciu^ ^^j Uay^ j^_ «cUj ^y '•'^•0 Vls3 Jlä:'! L=-^ aJ -i:,j 







1. A i.jl. — 2. B i-yi. — 3. A jL-;«'. — 4. B sliby. — 5. A Lj! e« addic U-'l. 
■ — Ö. Deest in B. — 7. B JLJb. — 8. B J-^''j. — 9. B üiJ. — 10. B IAjUs 

t 



11. A Uli bl^c^j. — 12. B ^^^yJ\. — 1.3. B'^_sLi^'^ J Jlj^. — 14. B >-ÜI. 



•201 v° 



15. A *.^y. — 16. B ^_^y — 17. ^ j^. — 18. B ^^ Li^i. 



nommait Secimdus(S(/"rt/(f/TOs); le nom de sa mere etait Aiithuse (Itousijnh). Tous 
deux etaient excessivement riches. Ils l'eleverent, lui firent donner une ins- 
truction complete. II al!a ä Athenes {Atanäs) ety apprit la philosopliie grecque 
ä l'universite * et surpassa en science et en merite beaucoup de gens. Puis, • f. ^m y. 
des sa jeunesse, il prit le froc et lutta contre les delices du monde. Saint Basile 
■ {Bäsihjoiis) s'etait fait moine avant lui dans le meme couvent. Ils se reunirent et 
firent des bonnes oeuvres considerables. Quand son pere mourut, il ne garda 
rien de ce qu'il laissait, mais il le distribua entierement aux pauvres et aux 
malheureux. Puis il vecut dans un ascetisme considerable et une grande lutle. 
II y avait dans le couvent un reclus Syrien (Soryäni) nomme Ansousinous, 
qui voyait par l'Esprit-Saint. Une nuit, il vit les apötres Pierre (Botros) et 
Jean {Ynuhnnnä) entrer chez le Saint; Pierre lui remit les clefs et Jean l'Evan- 
gile en lui disant : « Tout ce que tu lieras sein lie, tont ce que tu dHieras sera 
ilelie'. » Le pere reclus reconnut qu'il deviendrail un pasteur sür. Puis la 
gräce de Dieu descendit sur lui ; il composa des homelies et des exhortations 
et commenta beaucoup de livres. Ensuite, il fut diacre. Apres cela, un ange 
du Seigneur apparut ä saiut Flavien (Faläbijänous) et lui commanda d'ordon- 

1. Evangile de Mathieu, xvi, 19. 



376 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [1018] 

xILäJI ^5Cj joj if^ ^'"»^ (3-^3 öaä)1j «.LIjJi \*-^^ *j<-Ji v^ ,/:: — ^J -i^^^'ij 

ji^ yLj 'l^tjj *\-J^ S'-j^'> ^.-*-^ ^-^ ^.-<Cii cJC_^ iUjV jL^ c-^ilj 

1. B addit L_.^ o^JiJ. — 2. B ^^^Ail — 3. A bU. — 4. B ^Lv. — 5. B 

j^^^.iU.1. — 6. Z)eesi in B. — 7. B l^j'j. — 8. j j'J=e-'' Deest in ß. — 9. A 
iiäL^l«. — 10. ^^Ai_j-.j. — 11. B ^y'- — 12. B ^J^. — 13. B J.=. — 14. B 
U-U. — 15. B j_^jlsjjj. 



r. 202 I" 



ner pretre saiut Jean. Lorsque mourut le patriarche de Constantinople (E/- 
Qofttantinyah), Tenipereui' Arcadios {Arkadijous) envoya chercher ce saint et le 
nomma patriarche. II mena, dans son patriareat, uiie vie apostolique. II 
etait assidu ä enseigner, ä precher et ä commenter tous les livres ecclesias- 
tiques, aaciens et recents; et il prononga de nombreuses homelies. II repri- 
mandait les peclies et ne se souciait ni d'empereur ni de chcf. L'imperatrice 
Eudoxie [Aoaduksijah), femme d'Arcadios, etait passioniiee pour rargent. Elle 
s'empara iiijustement d'un verger appartenant k une pauvre veuve qui 
se plaignit ä ce saint. II envoya vers eile, l'avertit, lui posa beaucoup de 
questions; eile n'obeit pas. Alors il liii defendit d'entrer dans Teglise et 
d'approcher des sacrements. Le demon {Ech-Chaitdn) et la colerc penetrerent 
dans le coeur de Timperatrice, eile rassembla contre lui un synode * d'eveques 
(lu'il avait interdits ti cause de leur mechancete et de leur rauuvaise conduite. 
lls deciderent de Tcxiler et l'envoyörent dans une ile de Thrace (Atrdki). 
Quand il y arriva, il trouva les liabitants dans la plus profonde errcur dans 
leur conduite; il les convcrtit par ses exhortations et les miracles qu'il fit 
chez eux. Lorsque l'enipereur de Rome {Iloumi/ah) Ilonorius [Anorijotis) et le 
papeBonifacc {Founiqduijdvs) apprirent l'exil du saint, ils cnvoverent des lettres 



[lom: DOUZK üR BACHONS (7 MAI). ;i:7 

^^ij\ Jj^\ 'lÄA \^ !sjjj.9aj ^^y:>\Äj\ ^k l_^«, L:S \^j\ ^.-*i-'^ ^js:', LUI 
''S-ß ^<i\ J^ v<Ul ''^:jl3 -'[^ ^\^j^ jy^ ^ \J VJi '"^iy-i-V'J 

Li) iJlT ^OLIj <.dJl >ljiUs Ö-U.!l •»o c^i ji J_t~>ii ^yi^'l j^ v_>JJi)l jUli 
i<CLJI jil« Lo >_^oj j,j^£ j£. IUI j^^llj i.r'^.J^^ ij^ "^^ V' ^"^ ""'^ ^3 (Jy 
^.J' A« ''ijAp-j.» •« — ^ ^\ iji^_ isl jj Ij^— ' l»-U (_r-:.-*^^ ■^•'" j^ ^J^ j^i^^ ^]^ 
j' jyj: iJL«.;' ÄLvi..!! »i«i XvwU-lj LUl 'I Ij^, — ^3 oJaiL_i)l H iA_=- l^U^s 
^^- ^i i^ Vlj^l aJ oiül^ ^Ai)l ^^^. LaM::,! ^Jl 'Ojl VI ^ Jl^ a,, l,.U 
LLÜl lj„b '2^01*1»^^ U^ll cLj o-<.j ''s::.d>3 ^.AlU a^ JI .::^ jl Jl 

' ^-^* I Ux^ ^* 4-So "Ci- uL^ 
J iU-t-WI Jy j_y'Ai)l i:>-U j »L_JI ia_3 J Jjj Ja "'.^^U ^ 1^1 aJj''' 

1. B _*jiU,l. — 2. Deest in B. — 3. B J.J-x^ -. — 4. Dcest in B. — 5. B \y.-S<. 

— 6. A IjüjU. — 7. B J_^,'j. — 8. A iilji^. — 9. B Sj-'^j. — 10. A J J\. — 
11. B •JL^j^. — 12. Deest in B. — 1.3. Deesl in B. — 14. Mai addit commemoratio- 
nem S. Michaelis archangeli. — 15. Haec conimenioiatio deesl in Ludoll' et Malan. 

— 16. A ._J-^.". 



oü ils bläniaient Arcadios, le mettaient en garde contre cette mauvaise action 
et le meiiagaient. Quand il lut les lettres, il ressentit uii violent chagrin; il 
los lil lire ä Timperatricc et envoya ramener lo saint de l'exil. Lorsqu'il 
arriva, la ville se rejouit. L'imperatriee recommenea et l'eiivoya dans un 
second exil, oü il mourut. Quand la nouvelle en parvint ä Honorius et aupape, 
cela leur fut penible ; le second ecrivit une lettre oii il interdisait la commu- 
nion ä limperatrice jusqu'ä ce qu'elle eüt ramene le saint. Quand on l'envoya 
chercher pour le retablir sur son siege, on le trouva mort et on transporta 
son Corps k Constantinople; on envoya informer le pape. Celui-ci mit Timpe- 
ratrice en intcrdit pendant huit mois. Ensuite il leva rinterdiction apres de 
nombreuses supplications. iMais le Seigneur Teprouva par une maladie du 
cceur. Elle depensa des ricliesses considerable sans guerir jusqu'ä ce qu'elle 
alla vers le corps du saint, eile se roula dans la poussiere et plcura et 
demanda pardon. Alors Dieu lui accorda la guerison. Qiie son intercession 
*soit avec nous ! Amen ' . 

^En ce möme jour apparut une croix de feu, au milieu du ciel, dans 
la ville de Jerusalem {El-Qods), au-dessus du Golgotha (El-Djaldjalali), 

i. Mai ajoute la commemoralion de Tarchange saint Michel. — 2. Cette commemora- 
tion nianque dans I.udolf et Malan. 

l'ATll. OH. — T. XVI. — K. 2. 25 



378 SYXAXAIRR ARABE JACOBITR. [1020] 

iiiii j L^ ji^j ji^i ^ ödi a:tUi j ij_^i; ji^3 ^^<>» j.!^:i^..' ^diui 

lÄA ""^jj ._-,Ls)l lÄA j_^ ^^_ '-'-Ui ^v^ eri"^^^ »^'^ r* ^^^ >> '^'-^' 
'•'^ U£».ll3 i^=-JI Ul^l JL ^L L:^>L, y^j L^Mi- jl^ <. jV v:J>j J^ J 

1. //«ec //va ('e/7^<; desiint in A. — 2. B jjL.^. — 3. B ,.,,Ji'J. — 4. B fki .,' J'. 

— r>. B U,U. — fi. /A'e.s7 in B. — 7. B ^CjI. — 8. B , ^,"^'. — 9. A Li^. — iO. B 
,L. — 11. B .". — 12. B '3.>. — 13. B =.-:-■.>. — 14. A -'.^'. — 15. A .>-^. — 16. A _^j,. 

— 17. A -V.;. — 18. B ^.^L'L. — 19. B ---^-o. 



sous le gouvernement de notre saint pere Anbä Cvrille {Kirlos), öveque du 
Jerusalem (ßfl)< eZ-Mar/f/w), sous le rögne de Consiance (Qoslantinyous), fils du 
grand empereur Constantiu (Qostantin). Son apparition eut Heu ä la troisieme 
hcure du jour : eile brillait excessivement, surpassant par sa lumiere celle 
du soleil. I']lle demeura visible jusque pres de la iieuvieme heure. Les gens 
arrivaient de tous cötes pour la voir. Xotie pere Cvrille euvoya ä l'empereur 
* r. -202 v°. Constancc * une lettre oi'i i! lui disait : « Au tcmps de ton bieuheurcux pere, 
il est apparu une croix parmi les etoiles, au milieu du ciel, et de ton temps, 
n empereur, il est apparu egalement, sur le Calvaire [Kl-\(ii-nnij(nui), une 
croix de feu dont la lumiere surpasse celle du soleil; eile s'etend jusqu'au 
saint cimetiere cl jusqu'ä la montagne des Oliviers [Ujobd cz-Zditoun). » 11 le 
(b'stournait daus cette lettre d'adoptor la croyanoe dArius {Ärjjniis), de rece- 
voir aucun de ses sectatcurs. Puis saint Cvrille, au jour de l'apparition de 
cette croix, etablit cetle fete dans les... de .Jerusalem. Le reste du monde 
la re^ul de lui. La celebralion d une l'ete de la croix est obligatoire cn lout 
temps, parce qu'clle est notre salut; c'est eile qui est notre arme contn' lous 
les i'uncmis temporeis ou spirituols: nons nous cn armons avec une loi 



1021] TREIZE DE BACHONS (8 MAI). 379 



^1 



■ ' . fc-Q bM~£' »x I--- w I ^ ' 



V. jl^ (T-:-*^^ '-^ o"^^-'^ (T^^'' a*IäJI ^JoUI ^Vl rc-T ^_^il lÄA ^j 

J UUJ: iU^J^ ix— Jl cj-b iU-Us ''i^Lfclj lAL-Li-lj ''La/ül ^V3l ^^^< ^iJ S^^ 
•y_j^ }■£■ Jlsj Ia-^ ''-CiD'li (^i.-^-*l jjjJl ^ij_^,.^ ' Ai. \j^ ^bi öx, ^11 ^-Ä« 

-.yj»;! AjAJj JjJ Iä-^U; U~V=. >U-j ^.Ü? i>.JJ ^^ ^.„01 ''-' ^_^^Jijl" viLL jl 

m 

1. Pz-o Äw ('e7-Z>w a Li».', B ÄrtÄt'^ ~"o Jl-^-*' j^j' «^ j.^-'-'' ^-~-^J' r^^^ , ,^l', 



J 



Jl i^j.;, — 2. Mai addil cojnmemorationem consecratwnis ecclesiae 



sanclae Damianae. — 3. B addit Jji^. — 4. B addil ^j:_ClJ!. — o. B L^isl y}-^- — 
6. Deesl in B. — 7. B ^^.U. — 8. Deest in B. — 0. ]} i,-.£,;.L. - 10. 15 addit '±^S. — 
11. B ÜU. — 12. B 7v//-s7/,s- UUj. — 13. B ^^_j™.bjb-. 



sincere. Louaage et gloire ä Notre-Seigneur jusqu ä la consommation des 
siecles ! Amen ' . 

TREIZE IlE RACIIONS (8 mal). 

En ce jonr mounit le devot, le zi'de, le sage Arsene (Arsdnyous). Ce saint 
6tait Romain, d'entre les fils des principaux, des riches, des grands. Ils lui 
firent apprendre les sciences ecclesiastiques et lui iirent conferer le dia- 
conat. Puis il alla dans la ville d'Athenes (Atanäs), oü 11 apprit la science 
qui comprend tous les cvcles et la posseda parfaitement. II surpassa beau- 
coup des gens de son epoque. II etait accompli dans la philosoplüe grecque, 
agissant et instruisant dans la science chretienne. Lorsquc regna sur Rome 
(liounii/ah) Theodose (Tdoudoiisyous) le grand, il clierclia na liomme sage et 
vertueux pour instruire scs deiix fds, Ilonorius {AiiDri/ous) et Arcadios 
[Arghädj/ous). On lui vanta ce saiiit, il Ic fit venir et lui demanda d'instruire 
ses enfants. Puis il le fit entrer dans son palais, amena ses dcux fils. Le saint 

1. Mai ajoute la commemoration de l'eglise de Sainte-Damiennc. 



■ f. 21)3 r 



380 SYNAXAIHK ÄRA HR .1AC0B1TE. [1022] 

A.^_ ^ A; ^^,:i_. l^U. ^^j (JUI '-^i^j ^ ^j>Jl ^ ^.--3 ^-^ J-V 
l >UU' ^Jl o^' ^ ilrl Ai- l>. iiU oU. li>- ^<^ j^ ^-> "*^~^ o-^^ 

^^L <-i; -v-b ^^jU* ^..^^^ i^ -^ J ^' r ^-'-^^-^'^ ^--^ J"" J^^ 
JL: AryC^ ^ ^y_ Jt Uj :jyCJl JJl^ ^^ - ä^"'3 o^>J^ ^b ^<-'^ 
jl^3 i^^liij <U.l J U^ jl^ i-5 U^. oyCJl ^k ^a;I ^i c^Xi ^L<r 1^^ 
j^^ ^>l^ jj-x.^. j;:.^ ^3J ^ -^. ^ ^'-^ '^->- ^•■^- ^^ ^-^^^ 

11* ^L^3 1a>I iU V ^ :>^^l; >:-t '^^ J ^^^ ^^^ 0^-5 ^^^. ^^ ^-'^" 

1. B , ^^~,hp. — 2. //«ec i'erba a --'-aS c?es"rt< /« A. — H. H rt«i(//Z '-'-»• — 
4. Doesl finh vilae S. Arsenü apiid B nsqm ad inediam vitani S. Pachomii die 
spfjttenli. ■ — ."). A c^:^.i- 



les inslruisit comme il couvenait ä (luelqu'un comme lui et comme eux. Le 
zelc de renseignemeiit le contraignit ä leur donner souvent des coups dou- 
loureux. Lorsque mourut, Fempereur Theodose et que son fds Honorius 
regiia sui- Rome et Arcadios sur ConstaiUinople {El-Qostantiinjah), Dieu 
iuspira leur craiutc daus Täiiie de ce saiiit ä cause des coups qu'il leur avait 
dounes et le poussa ä sortir du milieu du uioude et ä devenir uue lampe dont 
s'eclairorait quiconque vuudrait faire sou salut. Taiidis qu'il rellechissait 
i\ ce ([u'il fcrait, il euteudit uue voix vcnaut de la part du Seigueur et lui 
• r. 2(1.'. r. disant : « Arsene, quitte le nioude et tu seras sauve. » Apres * avoir eulendu 
la voix, il ue tarda pas, chaugea d'aspect et alla dans la ville d'Alexaudrie 
{El-Muiidari/ah}, et de lä, sur les limites du desert de saint Macaire (Maqä- 
rijous). II se livra ä de nouibreux jeüuos et ä de longues veilles et, ä ses 
vertus joiguit celle du sileuce. Uu jour qu'on Tiuterrogeait lä-dessus, d 
repondit : « Sonreiil jr im- suis rcjx'iiti d'nvoir parlr, jaindis de ni'etre tu'. » II 
etait depriine a Tiulerieur et ä Fexlerieur, tres assidu k travailler de ses 
malus; il distribuait son suporllu en auniöues; il donuail a eeux qui voulaient 
sauver leurs Arnes des iuslructious utiles et profitables. Quand il entrait k 
re-Hise il se cachait derriöre les colonues pour n'etre vu de personne. Ce 



1. IMiilarque, Du Uavardtige, \xiii. 



[1023] QUATORZE DE BACHONS (9 MAI). 381 

^^jl ^r*3-' (J V^' *^ ö*:^'-5 ^^ i^r*"' 0^ i*"^-? ^"^^^ 0^ i^-^' ^' "^'^ 1>^_^ 

o'jli ,_3 (V— " '^■''v'^3 ^r^-* i^'-^- i3 iV^ 1/~*J *"" iV*-^ cj^y-' ) ? -g"'' (_5j *-—' 

•yx.«! Ljm j^->-J' "C^L^ oLfb rc-~^ij /t~-' •*-* f^'j .^-^^ o^ (J' ■s^ (♦' <)j-C>.^yi 



0> ^JUi /"'L'^^ c^^ 



i^i AjuJ i.X.5» AIlA Jl J«-«l (V^'b ^r-^ '»-Iw ■CiUa C-s^^j" ^i/^X.«} ja^iL ^_jj/l Alc 
!S,*S U-i^=- «.»->[iS O«.*- Jl O ^1 (v^3 JLaJi ^<«-«.:>ü jl iSyilJ ^-j)' Cjy^-'t *J ^V 

1. Aoi*^. 



Saint tu de nombreiix miracles. Un certain iiombre de fois, Dieu lui decouvrit 
la conduitc dr quelques personnes. II ctait bcau d'aspect, sain de complexion, 
gai de visage; il avait la barbe longue et tombant jusqu'au ventre, ses 
pleurs et ses austerites avaient fait tomber le poil de ses sourcils. II etait 
grand, mais courbe par l'elfet de Tage. II atteignit quatre-vingt-quinze ans, 
desquels il passa quarante ä Rome, quarante au couvent de Saint-Macaire, 
dix au Djebel Misr, trois dans les eouvents d'Alexandrie; puis il revint au 
Djebel Misr, oü il resta deux ans, et y mourut. Que sa priere soit avec nous! 
Amen. 

QUATOIIZE DE BACHONS (9 mal). 

En ce jour mourut notre pere Pachome {liaklioiiini/oiis). II embrassa I'etat 
monastique dös sa jeunesse chez notre pere Palemon {BdUhnoun) et resta de 
nombreuses annees sous son obeissance et s'acquitta parfaitement des devoirs 
monastiques. Ensuite, Fange du Seigneur lui apparut et lui ordonna de ras- 
sembler les meines et d'elablir une communaute apostolique. II reunit des 
foules nombreuses, leuretablit de nombreuses demcures, les disposa toutes en 
communaute pour la reunion, Toccupation et la nourriture. II institua pour 
eux des regles qu'ils appliquaient pour la priere et le repas; il fut leur pere * a ♦ r. 20:! \° 



;{82 SYNAXAIRE AKABE JACÜBITE. [1024] 

Ji j ^Ai, pJUI j^ ^^ jl^ J. oyj.<)l u^V l_^l^, V ^_j::>j JIUI -v:^^! 
Jjl:^ ibjlj ^J\ J>l- Aiki^i ^»^scsJl ^^ jl ^'j (_j^l3 d^"^!jV l^i-j dl_^l ^jU)l 

C-. '»-»jl ''^^/^'^ L3^ ^''J C^'b ^lÄxll »-jl_^ i^Joj j»^ IA»-1^« lAs-lj ^^^A^l 
^ <U5j a) joj b^Liil o'^IäJIj ^,^1 j^Ljc "CcLL^ ^ LxJLj- jlS __)_AiL)l IAA ^^-iM 



1. A ^:i'. — 2. B flrf<^<7 j'. — o. /)eps; /« B. — 4. B lj^.. — 5. B .»-h, «. — 6. B 
ä^fjj jjbi^. — 7. //rtgf cominemoratio deest in Ludolf, — 8. Üeest in B. — 9. B ^j^S^y. 



tous. II etablit pour chaque couvent un superieur : il faisait des tournees 
et les visitait tous depuis rextremite du pays de Syene (Asonän), d'Edfou 
(Atfou), d'Akhmim et de Dounasah, jusqu'au bout de la Haute-Egypte 
[Es-Sn'id), du cöte maritime. II ne laissait aucun de ses enfants devenir pretre 
pour la vaiiie gloire et afin d'eviter des querelles entre eux ä cause du sacer- 
doce. II y avait un pretre du monde qui disait la messe dans chaque couvent. 
Quand saiiit Athanase {Atanäsyous) vint dans la Haute-Egypte, il voulut 
l'ordouner pretre, mais ce pere s'enfuit. Le saint dit aux fds de Pachome : 
« Ditcs ä votre pere : O toi qui as construit une habitation sur une pierre 
inebraulablc et qui as fui une gloire vide, heureux sois-tu et heureux tes 
enfants! » Une fois, il voulut voir l'enfer. L'ange du Seigneur renlcva et lui 
nioulra les demeures des justes une ä une, et de meme le lieu des chtitiments . 
11 demeura a la tete de la communaute pendant qnarante ans, fortifiant ses 
freres; il leur etablit qaelqn'un pour les gouverner apres lui et mourut cn 
paix. Que la bencdiclion de sa priere soit avec nous! Amen. 

' En ce jour aussi mourut saint Epimaque {Abimdkli(ius), des gens de 
Pelusc (El-Faranui), au lenips de Yoult\mis, gouverneur d'Egypte [Misr). Ce 
saint ctait tisscrand de son melier; il fabriquait des liouppes de couleur et 
des manteaux magnifi<pies; il avait des compagnons : Theodore {Täniidoros) 

1. Celle commemoralion man(iue dans Ludolf. 



[1025] QUATORZE DE BACHÜNS (9 MAIj. 383 

^L« jj-i'Vi jL^ ji Joe "^cä-üj jyVi j IaUjI -\ij i^^^^i ^iju bA^y ^ii^)i ji 

1^^^ A;-us AäJI ■ä.i 7t---Jl; ^^►^^b "^(jy^ is^ r-^^ ^--^ 0'^*- cr!.-^'l3 ^^J^' '-^' 

Ja wLj J' tf^j." >lj^,r-^ ^ ••— »* ^XjLb ' j^^ ^ii- I3U- (»i iiij bAw=- "y, -r- ,Äi 

i^ß WÖ .,.r |»A3 ^1 — ' ^,-t& 'ijtjl JUS !l b^^ iJÄtj <;vs cA^^ <ult i>Ä..:>-j <i . 

-u^ 'Vl^ x^ ^^j,l '■U^lj ^L^Vl J ji^j j^.^ ^1 ^u^vi Jl;j ^Jl 

1. B (^-,->l^. —2. B ^^-:-'^^*^ — 3. B Lj.\ — 4. B ^ ^.^r^\ — 5. A »-u=. — 
6. U,o J. — 7. B i\.',y — 8. B ^^ Ji-^l^. — 9. B addit^.^y — 10. A t^xJ^j. — 11. A 
j-o.. — 12. B ^..\^.. — 13. A Ij^U. — 14. B J->^. — 15. A =i.w.j. — 16. B i^J-- ,,» 
tjiCji. — 17. B sJ.-^. — 18. B Ui.'_5. 



et Gallinicos (Kallinikos). Quand il apprit que le gouverneur Youlämis arrivait 
et qii'il chätiait les cliretiens, il se mit ä exliorter ses compaguons, a leiir 
inspirer le degoüt des biens de ce inoiide. Puis il leur dit adieu et partit pour 
El-Bakroudj qvu est pres de Damirah. II alla vers le gouveraeur qu'il trouva 
en train de torturer une femme qu'il avait t'ait jeter dans un four. Elle mouriit 
apres que le four etait devenu pareil ä uue fraiche rosee. II s'avanga vers 
le gouverneur et confessa le Messie — gloire ä lui. Youlamis lui fit subir de 
nonibreux supplices : le saint avait alors vingt-sept aus. Puis il ordouua de 

le erucilier, de le jeter dans les pressoirs et de l'ecraser. Des gouttes de ' r. Jni 1°. 
sang sorlirent de son corps et viureut sur les yeux d'une jeune fille aveugle; 
aussitöt, eile recouvra la vue. On le crucilia sur uue poutre; il invoquait 
Irequemment le Messie et le priait. Le gouverneur ordonua qu'on lui franchät 
la tete; le bourreau tira son sabre et l'agita au-dessus de lui; sa l'orce disparut 
et ainsi jusqu'au nombre de quatorze bourreaux dont la Force manqua; ils 
tombaient ä terre. On lui attacha une corde au cou et on le traina vers une 
montagne elevee; il rendit Väme entre les mains du Seigneur et regut la 
couronne incorruptible. Parmi les soldats etait uu sourd : en portant le corps 



o 



384 SYNAXAiRE ARABE JACOBITE. [1020] 

1_^3 ix^ ^, 'jLiii: j^^-: ^!b ^J ^-r^^ ^^^: Jj^-.-:'' ''c^*^ b-^'^J ^^^ ^"^J 

\J^ oL;,L;l;-l; _^xJl y^j j^i jl— J^Jl ^.-^^ -S^^-^' C-^t^'^ ^-^ '''^ 
'•-V^ '\o^-^J ie V ^^^J '^^^ ^^'i ^^^^- "'^-^r:^ ^^-J ^^^ ^^ Cr 0^ 

Li i^Ul j^ ^jJl i-i-^^. Jr;! J^^^„ yy '^"^'^ '^LP-^3 ^^J^ '^ ^ (5"^*^ ^c---Jl 

1. B Co^v^'j. — 2. B ^.^'-i". — 3. B rtcW/^ .yUL — 4. B i^Ui. — 5. B U-^,v:^'_5. — 
(3_ ß i. _ 7. yj/-<, ML) A //((Ae/ .,j~fr' c'j J'j ^^ •^-r.-^ ^''/-^^ -^«ef w/-Äa a 
jjii'j rfe*««« m B. — 8. B addil JjiU^. — '.». B addit Jj:.'. — iO. B j^:^. — M. B 
Ijj- — 12. B rtrf(^/7 , -.i.'l'. — 13. B li.v.^ i^JL 



du Saint, il entendit des deux oreilles. Des gens vinrent d'Ablou', prirent 
le Corps qui produisit des miracles et des guerisons. Quant au gouverneur, 
il eut peur et s'enfuit. Les gens des deux Damirah se reunirent et liono- 
rerent les parents du mort. A la vue de ses prodiges evidents, les habitants 
crurent et furent baptises; leur nombre s'eleva ä 1.750 personnes, liommes, 
femmes et enfants. Sa famille vint empörter son corps en grande pompe k 
El-Barmoun; le gouverneur de cette ville l'ensevelit dans des linceuls lui 
appartenant et oü lui balil une eglisc. (^)uc son intercession soit avec nous! 
Amen. 

yuiNZE DE BACnoNs (10 mal)' 

-En ce jour mourut martyr le Saint apötre Simon {Sinidn) le zelote; il 
etait appele Natanael {Ndldndi/il) de rillustre Cana (Qdnd); il avait vieilli 
dans la Loi et dans les livres des proplietes et avait un zele singuUer, 
d'oü lui vint son surnom. II etait vertucux, impartial, juste. Aussi lorsque 
Philippe {Filibos) lui dit : « Nous avons trouve le Messie, sur lequel a ecrit 
Moüse {Muusa) et ipfont mentionne les prophetes, c'esl Jesus {Yasou") fils de 
Joseph (Yonso/') de Nazareth {En-Ndsinili), » il ne l'admit pas, mais il lui 

1. B Atkou. — 2. Celle commemoration manque dans Ludolf. 



[1027] QUINZE DE BACHONS (10 MAI). 3,S5 

0JI3 ^H c)_^A, jl ^L3- ^ 2^^1 ^l^li ^> :^.^ ^j 1^ JÜi ^.^ J^ 

^ jj 5_^^ v::.Pt;' "Cj-^ l^ C>LJ <j^^ i^l j I^Vi j.« jLJl ^ ^v^U-o" Ji sL-. j 

[£.] l^J _^A V3 "u-b l^_^ >l|>-j jUj ^ jl Jl eili. -ul <u-Ur pl^ j^l^VI ^<~- 

aki dLii x^ ^y^w (ju ^^Jii^i ji j^- ^Ä. ^y^'i ^iUi L^u cMx \^\ 

JL, U5C-3 ^j,^ll l^- J3 Uj ^i£ ^Vl -v>^Jl ^^ ö- J^^J ^J '•'o-J^^'--^ 

1. Z>ees^ m B. — 2. B «*/if JU^,. — 3. Deesl in B. — 4. Deest in B ?«« addit '^■^^ . 
_ 5 ß MI __ B Uül ^''. — 7. Dees^ //t B. — 8. B sb'. — 9. //«ec t-e/i« « ^iisr' 

CT- ■ ^^ 

desunt in A. 



dit : * (( Est-ce que quelque chose de bon peut sortir de Nazareth ! » Lorsque ♦ r. -m v 
Philippe Uli dit : « Viens et regarde, » le Seigneur lui dit : « II n'y a pas 

de fraude en celui-ci » II demanda une preuve pour salouange. « D'oü 

me coiuiais-tu? » lui dit-il. « Avant qu'on ne t'appelle Philippe; tu rtais 
sous un figuier, je t'ai vu. » II fut couvaiucu que Jesus connaissait les 
choses cachees et lui dit : « Mon Seigneur et mon Dieu, » et ne lui resista 
plus, au contraire des vieillards juifs [El-Yahoud) qui avaient vu des miracles 
plus considerables et plus nombreux et qui ne se rendirent pas ä la verite. 
On dit que, dans sa jeunesse, il eut une dispute avec un homme des gentils 
dans le desert; il le frappa d'un coup mortel et Tenterra sous un liguier : 
personne ne le sut que le Sauveur. On dit aussi que lors du massacre des 
Innocents, sa raere le cacha dans un panier et le suspendit ä un figuier qui etait 
dansson habitation. Elle le descendait pour l'allaiter, puis le suspendait; eile 
continua jusqu'ä ce que la persecution s'apaisa; niais, par crainte pour lui, eile 
ne Ten informa pas jusqu'ä ce qu'il eut grandi et qu'il fut devenu un homme. 
Lorsque le Sauveur Ic lui revela, il fut certain qu'il connaissait les choses 
cachees. Alors il se soumit ä lui, le suivit et fut un de la troupe des douze 
disciples. Lorsqu'il re?ut la gräce du Consolateur, quil park tous les 



386 SYNAXAIRE AlUBE JACOBITE. [1028] 

^^1 jy^\ ji'ii jjui 2j>üi i^j j i^i^i ;-;vi jl^Ji ^^i ^ui JaI ou) 

<Äi»l=>- w'lii "^A* "j^ (^— ^5 (^J^'j »-"rH'j ^''^■*^>^^' ^ öi^rr^ ^-'-? "^'^ >_j-*^1 
jlöÖI aX^-^j «L;!-!?^ iriif" w'^-y ''Ülit-'l :i>^J ^J^^ •^^. (^'^ (^■^J ^'^ '-«-^ 
^Iä-Ij bjS Lj) jljjli i^,Jj O^J-Ät ^"j-^J WL&U \2UVl 'iS-ÄA ^ »^yx i^lS ij 

j»ÄX»ju jl li^SLj ^^j b--'^ -*■' ^"^j-^^ f*^' *-'^ '■j-^ f''^ ^^} "S."^:. 13'^ *"^' L5^?-b 

* f. üo.D I-. Ifr jU^Cil ^«ük, i_^lj ijUc c-?j j l-a^l (^^^l? ör-'' ''ä* ^'^•' ^J-^^3 *AA.»,ii 
^^Vl ^~äJl (Jl ^ir^' J-**)^ ij^ ^^•=^' "^Lili bjljil.)! J~ol l^ JLi l_^La^ Li-i^ 

j»j)'jLJ; kS-jl5j l—iS u_j»£. jl Aju -*..^ <ioL»juji IjJjj «wI)-Wi Aj,ijl— I Liul 4^_j 

1. B j^i^. — 2. B >}!b. — 3. Z»ees; in B. — 4. B j/i\ — 5. B .^L^'l. — 6. B !3^v 

— 7. K' i*-'-° deest in B. — 8. B f^iL' . — 9. P/-o A(s verhis a '.iw^.^^ B /irtöe/ .-C 
lot.--. — 10. //aec commemoratio deesl in A ei Ijudolf. 



langages du monde et qu'il coanut les mysteres divins, il entra au milieu des 
erreurs de ce monde ; il illumina la partic ä laquelle il etait appele et ramena 
beaucoup de sages et d'ignorants, les eclaira et, de loups ravisseurs, les fit 
devenir un troupeau soumis. II alla dans le pays des Zindj et des Bedjas, 
entra dans l'ile de Bartänali. Partout les infideles le saisirent, le traitereiit 
avec mepris et lui firent subir de nombreux supplices, niais il redoubla de 
l'orce et de courage. Dieu fit arriver par ses mains de grands miracles : 
ainsi il rcssuscita des niorts qui u'etaient plus que des os caries; ils lui 
f. i".-) r. demanderent le bapteme; il les baptisa * et ils vecureut un certain nombre 
d'annees. II guerit uu lepreux au moment de soa bapteme. A la Un, les 
infideles le crucifierent en le suspendant ä uue croix; il re^ut la couronne 
du marlyre. Que son intercession uous protege contre l'ennemi mechant 
jusqu'au dernier souffle! Amen. Gloire ä Notre-Seigueur! Amen. 

' Ea ce jour inoururent martyrs dans la villc de Tentyris {Dendcrä) quatro 
Cents personnes, apres avoir subi de nombreux tourments. Ils subirent leur 
martyre par l'epee, a la fin du regae de Diocletien iDlqlddijdnom) Tinfidelc. 
Que leur prierc et leur intercession soient eternellement avec nous et avec 
Tecrivain! Amca. 

1. Celle commenioralion manquc dans A et l.udolf. 



[1029] 



SEIZE DE BACHONS (11 MAI). 387 



j\ c-i^ ^3 L- j^- ^^\ '^^ ^y-^"^ c/^^ ^ ^^^-' ^-^ 'V3 



"Or*' ■*".'^'' 



^ ^ O* ^^ cT^^^ C^::*^ 



^jj ii<^ <! ^^Jl uL-«Vl 10.^ ''Uj <:A > ^^^ ^l^^ ,5^^ -^„^^3 
^y\ l\jl jki <JI ^^^ ^L-V jjA^'Vl ^-^tJl ^y^l U ^ i-^l ^-ü)l 

1. //aec commemoratio deest in A ei Ludolf. — 2. Mai addit coinmenwralionein 

5. Sidrach. — 3. Pro ^~^-: ^Hr- ^^r= A /i«6ef .u.-. — 4. B addit >». — 5. B J^lJilj. — 

6. B r— sl ^'j. — 7. B i-^Uj. — 8. B Jv^'i. — 9. B «A/^V ^U. — 10. B flcif^('< ^W- 
- 11. B i/^. - 12. B J Jl 



' Ell ce jour aussi est la commemoration du diacre Minä le contemplatif. 
Que sa priere entiere soit eternellement avec nous et avec l'ecrivain! Amen'. 

SEIZE DE BACHONS (11 mal). 

Ell ce jour a lieu la commemoration de saint Jean (Youhannd) rEvangelisle 
et de son appel dans la vüle d'Asie {Asyali), d'Epliese {Afasos) et toutes les 
villes qui sont autour, et ä cause de ce qu'il souffrit de terreurs quand il lut 
enfonce dans la mer et de ce qu'il supporta de la part du peuple mechant, 
adorateur d'idoles, jusqu'ä ce qu'il le rameua ä la connaissance de Dieu et le 
sauva de la tyranuie de Satan {Ech-Chaitdn) par ses enseignements et les 
miracles que Dieu accoraplit par ses mains. Lorsqu'il ecrivit l'Evangile qui 
porte son nom et que TEsprit-Saint le poussa ä rediger ce que les trois 
evangelistes avaient laisse de cöte parce qu'ils s'en remettaient ä lui, il parla 
de l'eternite du Fils, de son incarnation et des miracles innombrables, commc 
le mentioune son Evaugile. Puis il monta aux cieux cn esprit, vit les milices 

1. Celle commemoralion manque dans A et Ludolf. — 2. Mai ajoute la commemo- 
ration de Saint Sidrach. 



388 SYNAXAIRR ARABE JACOBITE. [1030] 

^jj ^.„^Ai. j,\ j^wJl ^[J^) öUÄ. ^j f*it=^>^' ^3 fvfl^J V:V~^' ol<^l 

•^1 * ll«,.»j>- Jaiso' "»o'^La 

''o--^ ö* ^"^ C-^' C->^^ 

I. B J^3j'. — 2. Pro tn'biis his verbis B habet ^r^^ ^' Lkis-'j U..*^ 'j^^-» ijLl.^ 
»,^^l. — 3. A i;-'. — 4. B addit Jx-. — 5. B «(/(/«V ^^f^--^''- — ''■ B j^j^- — '• öee.v« 
/„ ß. — s. A ^^. — 9. B addit ^y^>\^. — 10. B ^OL^'j ^,1^5. — 11. B '^x^j^. — 
12. B »Jlj. — 13. B ijo>~" ^'■5^'- — 14. B -^U et addit l^f. — 15. A ^j^j-- 



Celestes et leur Hierarchie; il les entendit louer le Seiyiieur et l'ecrivit daiis 
son livre appele Apocalypse {Abonghcdatmis). Les Egyptiens ont institue une 
commemoration pour son Evangile. Ce meme jour uno eglise lui tut consacree 
daiis la ville d'Alexandrie (El-Iskandari/ah). Que sa priere uous protege tous! 
Amen. 

DIX-SEI'T ÜE BACHONS (12 mal). 

En ce jour mourut le grand Epiphane (Abifänijotts), eveque de Chypre 
{(Jobros). Ce saint ctuit d'un village voisin de Bait Djabril ; son pere et sa mere 
elaient Juifs {Yalioud), suivant la lampe de la loi aucienne. 11s etaient pauvres, 
car son pere 6tait laboureur, mais vertueux selou la loi juive. Son pere 
mourut laissant ce saint et une lille. Leur mere les eleva et leur donna une 
vertueuse education. Son pere avait laisse une bete de somme qui etait trcs 
mechante. Sa mere lui conseilla de la vendre pour qu'ils fussent tranquilles 
r. -Ml, v». * contre sa mechancete et qu'ils profitassent de son prix. Tandis qu'il marchait, 
il rencontra un saint chretien nomme Pliilothee {Filoutyoits). 11 s'arreta pour 
lui olfrir le prix de la bete. Mais Täne donna ä Epiphane un coup de pied 
öurlacuisse; il tomba evanoui et faillit mourir. Philolhee lille signe de la 



[1031] DIX-SEPT DE BACHONS (12 MAI. 389 

>_jV' (♦— 1> iAJ>i> \i. ^jJ^,Li ,^L^« JJvJl w^jU A?3 «.»Ic LjLji« «•».« iJÄ? J.C. 

J lÄA ^^äi (»^Lijjl J_^JI Si^^J^ '^i^JJl <-Üi J^;l '^y»> A.l=»li :i,l,VI !iÄA Ju^' 
"U-ltj iljj üXä ^1 JsÄi-1 ■^J-c'^ ^-*^*-' iV ^r^J ü^ (J^-^-'Ij jj-»oliLj| _jAiJI ^li- 

LJlfc jlSj jj-yL^jJ •u^l ^"LoJi" L&lj (.LVI jjiiic J ^£! <>\ «J jjji ^r ^^i^H 
dUi> ^.Ifc 'U-Jl ^ cJ>>' <^^ il=- jl^ jj^jJLLjI ^Ij '*'j.5C^Jl iJj:-! L a:«j 

1. B ^--JjrU. — 2. B ^LOI. — 3. Dees< in B. ~ 4. B I3j!>. - 5. AB j^ri^eA-^- — 
6. B^. — 7. A ^)1. — 8. B ^ijj. — 9. A l^^L. — 10. A ^.->i. — 11. B ^..L ^,LC. 
— 12. B LuJ. — 13. Deest in B. — 14. B jl-'U. — 15. A LXw ÜLjf. — 16. B 
• JÜ'. _ 17. B addit »>. 



croix sur sa cuisse : au nom du Pere, du Fils et du Saint-Esprit. II fut aus- 
sitöt gueri de sa douleur et se leva comme s'il n'avait ressenti aucuii mal. 
Puis le Saint cria sur la bete de somnie : « Meurs, au nom de Jesus [Yasou] le 
crucifie. » L'äne tomba mort sur-le-champ. A la vue de ces deux niiracles, 
Saint Epiphane dit ä saint Philothee : « Quel est ce Jesus crucifie au nom de 
qui tu fais ces niiracles? » II lui repondit : « C'est le Fils de Dieu que les 
Juifs ont crucifie ä Jerusalem {OurirhaUm). » Ceci resta dans Fesprit de saint 
Epiphane. II arriva qu'un riebe Juif le prit chez lui, l'eleva et lui apprit la 
Lei. Quand sa fin fut proche, comme il n'avait pas d'heritier, il lui laissa tout ce 
qu'il possedait; il etudia les sciences et apprit la Loi par coeur. II arriva 
qu'un jour, il rencontra un saint religieux du nom de Lucien [Lnukijdnous) 
qui ötait instruit et en possession de la gräce divine. Celui-ci l'accoinpagna ; 
en route, ils rencontrerent un pauvre qui demauda l'aumöne au saint. 
Comme il n'avait rien ä lui donner, il enleva le manteau qu'il portait et le 
lui donna. Tandis que le malheureux le recevait, Epiphane vit comme un 
manteau blaue descendant du ciel sur ce moine. II en fut etonne, puis il se 
jeta aux pieds du moine et lui demanda qui il etait et quelle etait sa religion. 



390 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [1032] 

<u.li:^3 iA^ U^L^^il J\ <! j\j iJ^U L^-o '^^'-:. j^ cT^^r-:^ "^^^ ^5=^-:.-* ^^^ 
c^jl >_iJ^Vl ^> JUi Utb j/' jl -^jl t5^' ^^^^ ^^^ c^'^' oi-^^ Cl^ 

ly^ ^y. yis. mJI i-Jl j ^>i3 <:,^j.<.^ .^-^ jli ^Ä!l ol^'^y -^.-^ J' 
*_^lt ^^\ Ailj <~^ <-^l ^' ^"^i VLr^'^ r>^^3 ^UJI A^bj cfj)^^} ^.-^*^ 



C>'J 



li< 



f am; r° 



«Isij {.Lkf. >1.Ü ti.^ jU.3 ■C^^ j k^lo J J~yJ jLj J ÖaJIj ij^ 
^jj j\,y}\ 'Lw<^ diJj^i pA-v.t3 ^V^ ^ -"^^" ^■^^^■^^ '"^^-^ ^' ^-^^^ 

1. A iJ J'^». — 2. A ;7//-s«s^.^<'. — 3. B Uj^. — 4. B ^-~C — 5. B^^-j:-^. — 6. B 

ys _ 7. B (^-j;!^:'.'. — <S. B^^U. — 9. B '^^U.. — 10. A i^^y. — 11. B ^U^. — 
12. B^='' i^.-J äJ!. — 13. A ^^. — 14. B ^j^.y^y — 15. ^ j^r^.- 



Lucieii Uli apprit qu'il etait chrötien. Epiphane le pria alors de le faire chre- 
tieu. II le prit et le conduisit ä Teveciue, qui lo baptisa et lui enseigna les 
regles de la religion cliretienne. « Je veux etre moine, » dit alors Epiphane. 
« Tu as de grandes riehesses, repondit l'eveque, ' il ne convient pas que tu 
sois moine. » II partit, ramena sa soeur qu'il baptisa, partagea cctto fortune 
entre les pauvres, les couvents et les eglises, acquit de nombreux livres. Puis 
il prit le t'roc, lui et sa soeur. II cntra dans le couvent de Lucien qui avait 
(5te la cause de son bapteme, et cela dans la dix-septieme annee de son äge. 
II trouva dans ce monastere saint llilaire {Ilari/OKs) le grand, qui etait un 
jeune homme pour les annees, mais un vieillard pour la conduite. 11 regut 
s;aint Epiphane, lui enseigna la vie monastique, les sciences juridiques; la 
gräce divine etait sur lui. En peu de temps, il apprit les sciences ecclesias- 
tiques et monastiques. II se mit ä faire de grands miracles; il ressuscita des 
morls, chassa des demons et üt jaillir de l'eau ailleurs que la 011 il y en avait. 
l^a reputation de sa vertu et de sa science se repandit; les Juifs se rendircnt 
frequemment vers lui pour disputer contre lui; il leur montra leurs erreurs 
et les baptisa, de meme des sages des Grecs (El-Yonnäu); il ramena beaucoup 
d'entre eux au Messie, gloire ä lui. Saint llilaire, son maitre, prophetisa 



[1033] DIX-SEPT DE BACHONS (12 MAT). 391 

^jj-^» v_IiL-l ^.J.S Uj <! Jls >i..=- dlLA j,5C-3 ^^.<J <^.Ül ^1^^_ dUS jis ._.,LL. lil 
^ ^^jLs iA-. Js^' ^JJI ^-.aIJIj J^!1 ^'^ v-*^^ '^ '-'^'j C~^-^ (_r^.-^° ^j;-! 

<J.s i_Ja. ji (_ä.£-Vl jlji (♦>' U-ä^i J L.95 L-L».^ <<iA«j '*-«^i ^'1 '*^" (.y^-*-? 



1. B J^i. — 2. B Sj--U. — 3. B (j^j-^- — 4. B i^-i'U — 5. B ^j^j^i. — 6. B 
Jov.. — 7. H addtt f.-j>!J!j ei meinorat responsiim post jassionem de abjicienda in>a. 
— 8. Z><'e,s7 in B. — 9. A ^w^-!j^?!, B j^^j^^J- — 10. B w^^". _ n. ß i^^J^. — 12. B 
L^. — 13. Deest in B. — 14. B ^3Jl. — 15. A \yL.'. — l(i. A vii.j^^J.. 



qu'il serait cveque de Chypre et lui ordonna d y aller et d y habiter. II lui fit 

connaitre l'endroit de sa demeure et lui ordonna de ne pas resister quand on 

le demanderait, car tout cela arriverait par le dcssein de Dieu. II partit et 

habita lä oü le saint lui avait dit. Quand mourut l'eveque de Chypre, il arriva 

que saint Kpiphane entra dans la ville pour acheter de quoi soutenir son 

Corps; il avait deux moines avec lui. Le Messie informa un eveque vieux et 

saint et lui dit : « Va au marche, et le moine que tu y trouveras, ayant dans 

la main deux grappes de raisin qu'il veut acheter et dont le nom est Epi- 

phane, sacrc-le eveque de Chypre. » II se leva, alla au marche, trouva le 

saint et lui dit : « Jette le raisin que tu as ä la main. » Puis il lui demanda 

son nom. * Epiphane lui repondit et reconnut que la prophetie de saint * r. 200 v 

Hilaire etait accomplie. 11 jeta les grappes, alla a l'eglise avec le saint qui 

lui confera le diaconat, la pretrise et l'episcopat. Puis il voulut rassurer 

son coeur et celui de l'assemblee, et leur raconta le songe qu'il avait eu. Dans 

son episcopat, le saint mena une conduite agreable iX Dieu. II composa 

beaucoup d'ouvrages comprenant toutes les sciences et de nombreuses 

homelies. Quand il entendait parier d'un homme qui n'etait pas charitable, 

il ne cessait de l'exhorter jusqu'ä ce qu'il le devint. II usa de ruse envers 



392 SYNAXAIRE ARABE .TACOBITE. [1034] 

„jAäJI \^S-\J 4o"A,L« ,Js. ^J Jol "jD; 4^ »L« C« jUl-ls «.«J-Jl (Lls "l^ ji/i^ 

_)Aä)' bUx-l "^j^«-» ''^— «3 1^ ''j^^-Lij j i_^ "■ -' —jaIm OU? uJj i^ ^ j a^j 
Li LyL_i j-oLs) jl -\-Äi A...:.]a,:]a.,...ä!l Jl (5^ ..-jtiJl J Ll»-^ JpÜ^i .U Ua^LJ 

jL Ä.:.k'}-i..,ei| jj ix,LJI ^Iä-^1 Iji-Lili jj.^ li L 'L-Vi^ öi/^ Lfc-Uc- j^ T.^r=^ 

<w^^_ i'LJl ^.1^^ ^^'^r^l V'^ '-^v^ ^^.^ J' 'S-^' ^ '^\ p^^' '^c* '^ ^^^i 
t: J>- J' d.'ljLL. ^\ ^LaT V Ui,l ol di;l -^Icl •^l Jlsj ^ iLc. J w'~C J 4jl 

iJ^^H j OU UäI ^_^*Ä)1 J MaXAj ^.^Ä'l J b>-^ „jAiJl j^LaJ ^.jiiJ o*-^ 



f. 207 r' 



1. B ■^■'^-'.y — 2. B (J---^'^. — 3. Pro tribus his verlas B Iiabet ^^'i. — 4. A Uj 
,L.,I 'L-^iJ oJL. — 5. B ii-o. — (i. A jAi 
0. i=.ü. — 10. Badd/t Uj'. — 11. Z)<'es; //i B. 



..L.l L-^iJ oJL. — 5. B i:i-o. — (i. A v-W. — 7. />eesZ /« B. — 8. B ^►J 



Jean {Yuiihuiuid), eveque de .leriisalem {Uiu-iclniliin). Ayant appris ([u'il avait 
peu de charite, il lui einprunta des pieces d'argenterie dans lesquelles il 
inangeait ä sa table, les vendit et en lit des auraönes. Lorsqiie le saint 
eveque de Jerusalem les lui reclania et le saisit par son vetement, il l'aveugla 
subitement. Quand il Timplora et s'liumilia devant lui, il demanda ä Dieu de 
lui ouvrii- un seul oeil. Quand Eudoxie (Aom1oksij((h) envova apres lui pour 
qu'il l'aidät ä deposer Jean Chrysostorae (Fom cdz-Dzahab), il alla ä Constan- 
tinople {El-Qostaiitiiiyah) dans le but de retablir la paix entre eux. Elle refusa 
d'obeir ä Jean et lui repondit : « Si tu ne le deposes pas, j'ouvrirai les temples 
paiens et je fermerai les eglises. » 11 sortit d'aupres d'elle alllige et refle- 
chissant ä ce qui urriverait. Les partisans de rimperatrice firent courir le 
bruit ä Constantiuople (|u'Epiphaue avait depose Jean. Celui-ci lui ecrivit 
une lettre pour le blanier et oü il lui disait : « Sache que tu n'arriveras 
pas a ton siege. » Le saint lui envoya une reponse ä sa lettre pour lui 
faire connaitre qu'il n'avait rien ecrit dans ce sens et 011 il ajoutait : « Sache 
que toi aussi, tu n'arriveras pas ä ton lieu d'exil. « Puis il partit * de 
Constantiuople pour aller ä Chypre. Le Seigneur voulut qu'il mourüt sur le 
vaisseau avant d'arriver, pour montrer la vertu de Jean Chrysostome, et ainsi, 
pour cclui-ci, il mourut en chemin pour montrer la vertu d'Epiphane. Ce 



11033] UIX-HUIT DE BACHONS (13 MAI). 393 

(_r--^ t> -r^ ö^*-^' ^^^ 

iJä It <Lj^J\ ''^^i ^'^■^=^. ^3 ^^ j^3 L^b jn^ jL^ ^ ^j a— l,-*^' ^^^J ^.}^} 
jj^l J LiU _jtsij _;_i)l (J^' <-Ul '*^^j^ <-»j^ o^:^ •LUv ^^ ^jl aJ o-Lo LJi 

IaP U-U <£■ ^UJ _^1 ^1 jl ^1 JiJw^Ii Jju Jj^ J^ ^.4 iy^ ij\^ '<i^\ ->^^_ 

JuäJVI jl Jls |v' ^L- (j-'.-^' er*"*^ ^"^^ t^^ ■^-?* ^"^ '*^'-5 S^'^ji\ \->i Ji^j j\ 

1. IJ .^vLL. — 2. B .40.5'. — 3. Pro Jus verbis a J:--^ B habet b—^' jjü^ 

^-W-H ^^U', bJüsJ',. — 4. A i.A.». — 5. B addit Ji». — G. B c^.U. — 7. A ..i t-J-i. 

— 8. B ^ U!.. — 9. B^r-O. — 10. öefs; //( B. — 11. TM'st in B. — 12. Decst in B. 



dernier fut averti de samort; il se leva, pria, fit ses recommandations k scs 
disciples et leur anuoiKja qu'ils deviendraient öveques. Puis il leur fit ses 
adieux et s'eiidormit on paix. Que la priere de tous soit avec nous! Aineu. 

LIX-HLIT DE B.\CllONS (13 mal). 

En ce jour mourut saint Djirdjeli (Ujaridjah)' . Ce saint etait chretien par 
ses parents qui etaieut deux saints. Ouand il eut graiidi, il fut pour cux un 
berger et tout le temps il pensait ä la mention du monachisme. Lorsquil eut 
quatorze ans acconiplis, la gräce diviae le poussa ä abandouner son troupeau 
et ä se mettre en route, se dirigcant vers le desert. II vit de loin unc 
colonne de lumiere vers laquelle il se dirigea jusqu'ä ce qu'il arriva au tleuve, 
mais eile disparut. Quand il l'eut passe, Satan [Edi-ChaUan) lui apparut 
sous l'exterieur d'uu vicillard : il lui fit croire qu'il avait vu son pere couvert 
de vetements decliires et pleurant. II se mit ä se lamenter sur lui et dit au 
Saint : « II faut que tu retournes prfes de ton pere et que tu fortifies son ccsur, 
car il croit qu'une bete sauvage t'a dechire; apres cela, reviens au desert. » 

1. B IJjaridja, Mai Georgiiis. 

i'.Mi:. on. — T. .\vi. — F. 2. . 20 



394 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [1036] 

jlL^iJl jU- lÄA Jls LAs ' :l^z^ Li ^ j^^l Ul jl Ü Y^-1 /^ Jji (J-aUI 

^^Uj Xfr «ü (.Isis '•jyjl "^^o ^"1 jl Jl -Wo Jx (Jj Y-*'-' i^J; '-^^ 
f. 207 v°. '^^ y^ V! Ifi >l; V3 * oljiJI 1^ l-s^ Vj \y^ V3 ^^^ '' J-*i, p^ ör^ i'"^ (_r!."*^ 

KJ:^ ^1 /.«j oO ?y^ ji j-'^J '*-^-»^„ j^"'^" **" (»-"J f»' iJ-*— =- >— Ä«^_ !^ (5^?^' 
L«.li ^.— '3 (C-Ld ^=-^1 („LiiJ'j iA—p- Ä=-|_^ <ji^ oUJi Jj^ /«L03 j^ ,_|Js (J5l JI3 

^J^ ^_j^_ j~«_jj^ ''l,J («Isis ÄjI^äII i^l J jI^äjVI ^.U? Sa^ j^'lÄil Iaa ^^ ^\ 

jl ^5-^''j ^-^.■^ is'^ 'jlt t»is (>3^1 ^o Xfr *_iL' Ap-js -CLC« !I :s3ju^ jl I3J aJ 

1. Matthaeus, x, 37. — 2. B .^y^. — 3. B addit Ul. — 4. A e< B ^^»^^3'- — 5. B 
arfc^jY ^..i.. — 6. B JjJj. — 7. A UU. — 8. B _^". — 9. B J-l^ y^. — 10. B ^. 
— 11. Z>ets? /n B. — 12. B .sU'. — 13. B ^!|^^'. — 14. Deest in A. 



Le saiut demeura stupefait quelque'temps, puis il repondit : « Le Saint Evan- 
gile nous dit : Quiconque aime son phre et sa viere plus que moi, n'est pas digne 
de moi\ » A ces paroles, Satan devint commc unc fumöe et s'enfuit. Le saint 
reconnut que c'etait Satan. Aussitöt, la colonne de lumiere lui apparut et un 
ange, sous l'apparence d'un moine, chemina avec lui et il ne cessa de le 
suivre jusqu'ä ce qu'il arriva au couvent d'Aryoul". II y resta dix ans auprös 
f. 2ü7 V". d'un Saint, sans goüter rien de cuit, ni de vin ni de friandise; * il ne dormait 
qu'assis. Quand il redoubla ses austöritcs, Tange de Dieu lui apparut et 
lui dit : a Le Seigneur te dit de marcher dans une voie moyenne de peur 
que ton corps ne s'alTaiblisse. » Ensuite, il lui tixa une regle ä observer, ä 
savoir : jeüncr toute la journee jusqu'au soir, manger un peu de pain, 
dormir la moitie de la nuil pour le repos du corps et passer l'autre moitie k 
veiller et ä prier. Quand il eut observe cette regle quelque temps, il chercha 
la solitude dans le dösert Interieur, il y resta ä marcher pendant deux jours : 
ensuite, une vision lui ordonna de revenir ä son endroit : il se trouva pres 
du couvcnt d'Er-Roum. Quand il revint au sien, il arriva qu'Anbtk Epbrem 
{Afrahum) voulut sortir pour se rcndre d ce monastfere ; il se rencontra avec 

1. Matlhieu, x, 37. — 2. A ol B Onri/ntm. 



[1037] DIX-HUIT DE BACHONS (13 MAI). 395 

■^^sl jyJl Ij-U Lo^l Jj.J j6 j_5.Ül JlDIj L«^ A«^j /»MJi LaIL^Ij <) Iaä>-j 
L1 \^ rc^j ^lyi l^ l_^^j '''jUv^ Jitlj-j i;^ L:^ l^j ^^\ J\ 'V 
JUI (3 ^^ <*ji Iji« ö- Jj;;«^j (j"-^^ «cLa- >::^'dj ^ji=* 1^1 ^s-u. "y^j c'-''^^^ 

1. A I^C^. — 2. B (_^|j>J. — 3. B ^r:^?^. — 4. B Lib. — 5. Z)e(?s« in B. — 0. A 
.Uyt. — 7. Z^ees« /« A. — 8. A ^.Ut^l, B ^.11^. — 9. B ^U^Ji. — 10. A ^■^. — 

11. Pio' J-)"^! ^! B höbet ^y-W.'! ^^wUl^ Uw^^j. — 12. //«ec commemoratio deest 

in B, Mai, Assemani. — 13. Malan addit praedicadonein in ecclesia S. Douln et Ludolf 
commernorationem S. Chenoiidae. 



lui et ils allerent au couvent du saint pere Macaire {Ahou Maqär). Ils y rcste- 
rent aupres du pere Anba Jonas (Younis), higoumene de Scete {Chaihät), qui 
lour donna un endroit dans son voisinage : cet endroit est encorc connu et a 
subsiste jusqu'äprüsent dans la cellule connue sous lo nom de Yabdjidj. Lorsque 
Notre-Seigneur le Messie descendit vers eux et qu'ils se prosternerent devant 
lui, il leur donna le salut et remonta au ciel. La fenetrc par laquelle descendit 
cette lumiere subsiste encore aujourd'luii, Ils ecrivirent des livres nom- 
breux et des exhortations pour les moines dans lesquelles ils louaient 
robeissanoe. Anbfi Ephrem mourut et apres lui iVnbä Djaridjah. Sa vie 
fut de soixante-douze ans, dont quatorze dans le monde et cinquante-huit 
dans le couvent. Que sa priere soit eternellement avec nous! Amen. 

'En ce jour cut Heu la descente du Saint-Esprit sur les disciples, dans la 
partie 6levee de Sion {Saihoiin). Ils parlerent toutes les langues. Elle est 
appelee feto de la Pentecötc {El-Aiisamt)-. 

1. Cette commemoration manque dans B, Mai, Assemani. — 2. Malan ajoute la prü- 
dication dans l'eglise de Saint-Boulä et Ludolf la commemoration de S. Chenouda. 



396 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [1038] 

^-*i)l lÄA ^>liJl tyrr^ <5*^^ ^^ AäUeJI ^r-',-*^^ ^"^'^ tr-^' (*^^ ''^ (J 
f. 208 r". Jl^^Vl (<^i-^l '-^l VI 'l^i.» J^j;l ^^^ trr^' ^r-^ L?^ 0=*. * ö^ ^"4?^ ij^ 
l_^«^ *-%;J' (J' ^-5 ^.Jr-'' C-li-^ jl UJ ^j~;.-^l 1-^ L^Vi ij_p t>J33 isJLJl 

l_^-l^ ULI jl >'Jls- pT ^^y J /,5C jj (JUl J -ijV ^ jVl J\ J\A^ 3^1 
' A£- jLw li'j i^^-^ \m\^ jlSj ' A>-lj ^jji )<I_aJ 'Ui (V*"J " iJ /j-« LLo' ji^-i, 

1. B «</6f(7 ,.,ir. — 2. B JL. — 3. B j:>\. — 4. B ^^'^. — 5. B addit ^. — G. B 



f. 208 1- 



U. — 7. A ÜJo-L. — 8. B addit ^-w.. — 9. B ^.,LO. — 10. B ^^. — 11. B «.- 



I)IX->'EUF DE GACHONS i'14 mal). 

En CO jour mourut le saint pero, le combattant pour lu foi, le pretre 
Anbü Ishaq el-Qolali. Le lieu de uaissance de ce saint etait * une miserable 
bourgade d'Egypto {Misr); ses parents etaient pauvres, mais il etait riebe de 
bonues ceuvres. Ce saint berita du pays des vivants. Lorsqu'une fois les 
vieillards entrerent dans le Rif pour vendre le travail de leurs mains, il les 
suivit dans le desert et entra sous la lumiere de l'obeissanee, atteignit 
les dernieres liraites de Tascetisme et s'abstint de toute acquisition. Pen- 
dant toute sa vie monastique, il ne posseda pas deux vetements. Quand on 
Ini demanda d'en avoir deux, il repondit : « J'ai appartenu au monde jusqu'ä 
present, car, dans le monde, je ne possedais pas deux vetements. » Puis il 
ajoutait : « Nos peres ne possedaient que des vetements de fibres de palmier 
et nous, nous ne nous contentons pas d'un seul vetement! » 11 pleurait con- 
tinuellement; quand on l'interrogeait sur ses larmes, il disait : « Nos pöres 
sont morts et nous ont laisses orpbelins. » — II resta uu cerlain nombre 
d'annees melangeant la eendre de rencensoir de l'eglise ä son paiu et le 
mangeant. Un jour, il fut atteint d'unc maladie gravc; un des i'reres lui 
prepara de la nourriture, mais il n'accopla rien de lui, Ce fröre lui ayant 



[1039] DIX-NEUF DE BACIIONS (1'. MAI). 397 

LLl, ^1 ^^3J l^ V|^ ^\ <)t U^ -IV ^ '^^^. r^ '-^ '^J^^^ 

^Jui. jl i^l jU i/L * -C-Uj v:^;^ LJ3 ^lyi i-.lioJ iU^l ^Lt]\ jOxTj ^_^l*f. 2n8V 



^-^1 '"^Lj« jy^" '*^"^^ 



1. B Jb. — 2. A J:.. — 3. B J jojiiu-. — 4. B ajU'. — 5. B ' J-s J.. — 6. ^.-^ j/i^'j 
deest in A. — 7. B '-i. — 8. AB iäj^. — 9. B <2^S>. — 10. B Ci^. — H. B ^j.-. — 



12. B 1^^!. — 13. Deest in B. — 14. B ,.v-^-J' i-UL LU^i^i' iJ^<y,^ ^b). 



M 



C" 



c 



adresse de nonibreuses questions et lui ayaiit decrit son utilite pour la gue- 
rison, il lui repondit : « Crois-moi, moii fröre, je desire rester trente ans 
avcc cette maladie. » Quand son äge fut avance et son merite accru, les freres 
se reunirent et convinrent de l'ordonner pretre. II s'enfuit, entra dans im 
ehamp ensemence et s'y caclia. Quand ils eurent beaucoup clierche apres 
lui Sans le trouver, ils passerent pres de ce cliamp et s''assirent sur le bord 
pour 36 reposer. Ils avaient avec eux une bete de somme qui s'ecliappa, 
entra au milieu du ehamp et s'arreta aupres du pere. Quand ils y penetrcrent 
pour la prendrc, ils le trouvercnt et voulurent Tattacher pour qu'il ne prit pas 
la fuite. II leur dit : « .Je ne m'enfuirai plus, car je reconnais que ceci est 
dans l'intention de Üieu. » II partit avec eux, fut ordonne pretre et redoubla 
d'obeissance envers les vieillards, instruisant las jeunes gens vertueux et 
particulieremcnt sur robeissancc. Quand sa fin approcha, * les jeunes moines ♦ r. 20s v 
du desert lui demanderent de leur faire connaitre ce qu'ils devraient faire 
apres lui, il leur repondit : « Ce que vous me voyiez faire, faites-lc si vous 
voulez perseverer dans le desert, et perseverez, car, lorsque nos pcres mou- 
raient, nous nous aflligions et lorsque nous faisons comme eux, nous per- 
söverons. » Puis il niourut cn paix. Quo sa priere soit avcc nous! Amen. 



398 SYNAXAIRE ARABEJACOBITE. [1040] 

-kJ jl4 v^ (_^' '^'-^'Ij >^^j cTi"^:.-^: ^^^ ^^^ i-r^ ^-^^ ^^ C"^ ^^<U.J1 

i^^ jl4 irr^ ^"-^ ^'^. •^'^ crbv^ o-:.-^'^- ^^J "^^-^ -*^=^^. ^^ ^^-^'^ ö' ^^ 

1. //acf coinmcmoralio decst in I>, Liidolf. 



' Ell ce jour aussi mourut martyr saint Isidore {Isidüros). II etait des gens 

d'Antioche {Anldkyah). Son pere etait des grands de Tempire et commandait 

des troupes nombreuses; il se nommait Dandildous. Sa mere s'appelait 

Sophie (Sofyah). II avait une sceur iiommee Euphemie {Aoußmyah). Quand 

Diocletien {Diqludyäncnis) devint infidele, saint Bandiläous et son fils Isidore 

abandonnerent tout ce qu'ils avaient, partireat cn cachette pour une mon- 

tagnc et habiterent chcz un saint appelc Anbä Samuel {Samouil). Quand 

rempcreur apprit leur affaire, il les envoya clierchcr, se mit ä flatter Bandi- 

läous et a lui faire de belles promcsses. Mais il ne fit attention ä aucuiie de 

ses paroles et rcmpercur lui fit trancher la tete. Quant ä saint Isidore, il 

demeura longtemps ä lui faire souffrir des supplices : le saint avait alors 

douzc ans. Sa mcro et sa soi-ur Ic fortifiaient, l'encourageaient ä la patience. 

Puis elles injurierent l'empereur et ses idoles : il leur fit trancher la tete. Lc 

saint subit des tourmcnts nombreux et Dieu produisit par ses mains bcau- 

coup de miracles de toute sorte. A cette vue, un grand nombre de gens 

crurent et subirent le niartyre. Quand l'empereur connut qu'ä cause du saint 

beaucoup de gcsns et de soldats etaient entraines vers la ibi dans le Messie, 

il lui fit trancher la tete : Isidore rerul, la couronne de la vie. Que la beiie- 

diction de sa pricre soit avec nous! Amen. 

1. Celle Cümiueinuralioii maiuiue iluiis B, Ludolf. 



[1041] VINGT DE BACIIONS (15 MAI). 309 



j^yk^; JaLl^l U,ls A_LA_pi Jl ^.^-C^ jj-^j.k)'l ^Jj[}l jlS [i^j ^Ij L_^ j_» ■• r, 200 

■c k_^, J ^üjU-Jl ^L <J ^j f-J LJ3 ijfclj '^il^^l J.O J <ül j_5;i3 jÜaJÜl 
jUl ^ jUj <.,^i^ "Jjxij Ci^ _^^ij J.i j„i; <^ ^,U jl ^Ü jlk-iJI ■'<;l 

Pyir OA._5 i^ -dl vlljlj l^Ls ^^1 C-^^U iJaiJI J l^ (J-L-^^ ''^t^-/ 1^' 't' 



6 



1. 1} addit^. — 2. B ^_j.-l. — 3. B ^.JiJ! ^!. — '1. Dcest in B. — 5. B ^^^■,-?--)!. 

— 6. B ^i! J. — 7. Öeesi in B. — 8. B J ^^ i.UJ' ^,U c-y. _ 9. Z^ces^ /« B. 

— 10. B JjJj. — 11. B addit , i. — 12. B , ..^... — 13. B -v- 



VliNGT DE BACHONS (15 mal). 

Ell cc jour moiirut le saint Aiibü Ammonios (A Amuiii, B Ainoiiiii) de la 
montagne de Tounali. Dans sa jeunes.sc, ce saint eiit un röve; il crut voir saiut 
Antoine [Antoiinyous) l'appeler ä la vie monastique. Lorsqu'il s'eveilla, * il 
partit sur-le-cliamp et alla trouver le saiut, c'est-ä-dire saint Isidore {Ixiddros), 
quile revetit du froc. II demeura pres de lui, ensuite il vint ä la montagne de 
Tounali et s'y bätit un ermitage. Puis il pratiqua des devotious nombreuses, 
nuit et jour. Satan (E-cliCIia'iU'ui) le detesta et vint ä lui sous l'apparencc 
d'une religieusc. Lorsqu'il eut frappe et que la porte de l'ermitage lui 
fut ouverte, Ammonios n'ignora pas que c'etait Satan. Gelui-ci lui demanda 
de prier avce lui, mais il ne le lui accorda pas; il revela son deguisement, 
changea de forme et apparut comme une flamme de feu. Puis il dit au saint : 
« Je te declare une grande guerre. d Ensuite il partit et entra dans le creur 
d'une jeune femme ä qui il suggera de precipiter le saint avec eile dans le 
pöche. Elle revetit ses plus beaux vetements, alla le trouver un soir et se mit i\ 
frappcr ä la porte de l'ermitage en disant : « Je suis une ctrangere, je ine 



f. 2oy r" 



400 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [10421 

J^^ MJ CS^\ ^ ^_^\ -^i 3'J^^ Cf' '-'^ "^-5 '^=^ ^^^^ <S^^ '^^ ij^^\ ^l; 

»^1^1 (_5j, L^" "Cl ytj _^l x,^ Ji\ jlc ^Vl UU j^ ^j^l\ v_)li^ Lo-li ^»f-3 ^-''M^j 

♦ r. -Je;! V". l_j..U LI cJJ-\j Ä.«_w U-ls »JC-Vl jIaIj jLa^l /c^l -^j SjliJi j iAJ^ ^j 
'^x^ J\ ^y J^ Jl i'Mylj i-^&y Llj ^U^.. LI ^ ^^S^\ 1<S%^\ ^Liju.!l 

1. B ~-L. — 2. B Ji.. — 3. Deest in B. — 4. B .k- — 5. B JjJ' — 6. B UL.. 

— 7. Pro /lis verhis n dL. A habet L^^- ^c'--^ ^-^ W-"-- - 8. By-O' ^Jl. — 
0. B ^.A. — ;;iO. A .^C;-''. — 11. A ^-^^y — 12. A ^*y, B ^y. — 13. B ^ol^. 

— 14. Z^ees/ /« B. 



suis egaree, le soir est venu : ne me laisse pas dehors, de peur que les betes 
feroces me mangcnt; tu es responsable de mon corps. » Lor.squ'il lui eut 
ouvert et qu'il eut reconnu la ruse de Satan qui l'avait envoyee, alors il se mit 
ä lui adresser des exbortations tirees des livres divins, ä l'effrayer, u lui 
apprendre que les cliätiments et l'enfer sont reserves aux pcchcurs, et ä lui 
mentionner les joies et le contentement destinös aux saints. Alors le Sei- 
gncur ouvrit son coeur ü rintelliyencc des paroles du saint, eile enleva ses 
vetements, tomba ä ses pieds el lui demanda de la recevoir et de sauver son 
äme. II lui rasa la tele et la revetit d'un vetemcnt de poil. Elle common^.a ä 
faire de nombreuses bonnes ceuvres qui surpassaient Celles des grands 
saints, car eile faisait douze ccnts priores la nuit et autaut le jour; eile 
jcüuait tous les deux jours et trois jours et le vendredi. Lorsque le diable 
(}hlis) eut echoue dans cette entreprise, il eut recours ä un autre moyen. 11 pril 
Fexterieur d'un moine et entra de couvent en couvent, disant en pleurant : 
f. 20.1 vv « Auba Ammonios Tascete est marie ä une femme qu'il a avec lui dans * son 
ermitage, il a couvert de honte les moines et liumilie le froc. » Quand Anbä 
Ablou, pareil aux anges, entendit cela, il prit avec lui Anbä Yosäb et 
AnbA Touhi et ils allrront ä la montagne de Tounali chcz Anbft Ammonios. 



jj>jl Ij^AS 



[10431 VINGT DE BACHONS (15 MAI). ^lOl 

jij -^Ul Ul ^:a£J1 « ^^Ul IJ^I \jl\ Ul c)>Ul ^^t CLÜl di-lr Jj l^l^j 
j. eibl ^Ui ^l^ L-i; ^^Ul ^U ^lj>>J Vi (.^'! 1>Ia J ^^y. (J >^Ji 
1.^^ ''Uy.L<i l^^jj viu^-Ul ^3 ^.^1 (.Ia? ::;A;^j 5a,.aJ: ^^^. c-^l JJi\ 

j ö^ ^±£ ijLj- iAi* ^.,ui gij V-üLii P^^.* "*^_5;U ui ^x,ij Ia^j3 

1. B ^^,y\, _ 2. B UU'. - 3. A U-^-^- - 4. B I.-i^. — 5. B ._J^^I. — 6. B 

'j. _ 7^B J--I. — 8. B 1.^-=^ ^. — 9. B Uyi-C. — 10. B ^>''. — 11. B 

örfrfj« ^i. — 12. B H^^ j^^. — 13. B U'^ y^ %. - 14. Z»ees< in B. — 15. B J^-j >^i^. 

— IC). Z;ees? in B. — 17. B Jy'. — 18. Pro L.U a:5^.< B habet ^J' b 



<t9 

15 



;-;^l (ms.) ljJ^.:ixi^ L_^^ ^"J-^. 



Lorsqu'ils eureiit frappö ä la porte de rcnnitage et que la femme fut sortie, 
ils furent certaius de la chose; il Tavait nommee Es-Sädidj. Quand ils furent 
entres et eurent prie, Ils s'assirent en causant des grandeurs de Dieu jusqu'ä 
la fin du jour. Alors Aubä Ammonios leiir dit : « Levez-vous, allons voir 
Es-Sädidj, car eile noiis a prepare un peu de pain. » Lorsqu'ils sortirent, ils 
la trouvLTcnt dans le four qui etait chautTe et allume ; eile avait les dcux 
mains ctendues; ils en furent extremement etonnes. Puis ils presenterent le 
pain et Ic mangerent. Gelte nuit Tango inforraa Anbä Ablou de FafTaire 
d'Es-Sädidj et lui dit : « Le Seigneur ne vous a envoyes ici aujourdluii que 
pour que vous assisliez ä la mort d'Es-Sädidj. » Lorsque arriva la troisieme 
hBure de la nuit, eile fut consumee par unc fievre violente, eile se pros- 
tcrna devant le Seigneur et rendit Tarne. Ils lui firent de belies funerailles 
et Tenterrerent. Anbä Ammonios commenga ä les informer de ses merites ; 
eile avait ete chez lui pendant dix-liuit ans sans lever son visage vers lui 
pour voir sa personne et lui-meme ne Tavait jamais regardee : eile ne sc 
nourrissait que de pain et de sei. Peu apres Anbä Ammonios mournt aussi. 
Que sa bcnediclion soit sur nous! Amen. 



r. 210 !■■ 



402 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. fiOV.] 

JDj ÖjLJI ^L>- ^x, (_^JJ1 /,.'-?. .I5 ijL_i -U& i^ja]! e-'^^l ^1 t,^^-^'^ f^' '' -jAj- 

<JaU>- il_^i Aj k::.«.^- b^5i pLlj dJL* «uL- Oj-~-3 ""^-^ C^^ ^'^ ij^ ,l)liLc (^Lwu 

IajjjIc <^As /j^ ^iUji b'i.üju LJj Oyi '^^Äj'lj <5v,_j ^A_i V ^y^i »J3 ül.«! 

l(ii J' S^ ,3 IjjM -^ir* ^^»^j V^-5 *f>'^ i_p:-i— « ^jj jlft^ ^j-itj *^."^' ^1 

1. Hie Mal' e^Ludolf addunt cominemorationein sanciäe Virginis deiparae quae deest 
in AB. — 2. B addit Jji=. — 3. AU^Ji Ur™'. — 4. .<iy-~-^ Äx^ desuiit in A. — ■ 5. Deest 
in B. — (i. B ,^ß=''>- — 7. A ^'S^j. — S. B addit >t^>.f^. — it. B Lj:ij. — 10. B 
^Uj J.U. — 11. Z>ecs< /« B. 

VINGT ET UN DE BACIIONS (16 mal). 

' Ell ce jour mourut saint Marcien {Martydnous) qiü embrassa la vio 
monastique dans sa jeunesse, aupres d'un saint vieillard. Puis il se transporta 
ä la montagne qui est pres de Ccsaree de Palestiiie {Qaisdryah Falaslin) et 
qu'oii appellc la montagne du vaisseau (l)jebel cs-Sa/hiali). II y pratiqua de 
nombreuses adorations. Lorsqu'il y fut reste soixante-six ans et quo sa repu- 
tation se fut repandue, une pecheresse connue entendit parier de lui ; eile dit 
r. 21(1 1°. fi un de ceux qui Fentretenaient de ses merites : * « Vous le louez et il habite 
dans le desert; il ii'a jamais vu de femme; s'il me voyait, je mettrais ü mal 
son ascetisme et je corromprais sa virginite. » Comrae ceux-lä connaissaient 
sa saintetö, ils la conlredirent : eile leur fit le pari qu'elle irait le trouver 
et le l'erait tomber avec eile dans le peche, Puis eile se leva sur-le-cliamp, 
prit avec eile des bijoux, des robes et de nombreux parfums; eile etait 
extremcmcnt belle. Ensuite eile se rcndit dans sa cellule, couverte d'habits 
uses et cachant son visage ; ses bijoux et ses veteraents etaient altachcs dans 
un sac. Puis eile se cacha dans uu endroit voisin du sien jusqu'au soir. 

1. Mai et I>udolf ajoutcnt iei In coinmcmoratiiMi de la Saintc Vicrge, merc de Dicu, 
qui maaque dans A el li. 



[1045] VINGT ET UN DE BACHONS (IG MAI). 403 

v-äT ::,-v.3 [^^ (.L '"^jl o, '^oii'j <\-b o^o^j ^-iiTj .:x:i>^3 'cu~~U -'^^ 

^ jjj y jLi ^jikjüi /;. bA^ i,;! (».^ u.^ L-^ 1a>i p:- u <] j^3 ^ 
'■'j- ^-^'j "t-i^- p-^ c> '"^'^ ^^^^ ^^•■^- ^^ '"^ r«^ ^^^ ^"^' ^"^^^ -^-^ 

j ._i.- ^.^. ^j JUll a.1;- i'^J ^y i'^^-fJ ^-> K^ ^.1 L.,U <x>.Ub <,Uj 

1. Ij ^.. _2. B l^<}^.. — 3. Deesl in B. — 4. B l^-'-> et addii s-Vx.- — 5. llaec 
quatuor ^'erha desunl in ]i. — 6. B addit ^. — 7. B .^l^'. — 8. Deest in B. 
-9. B .-'J'. — 10. B rtrff^iV ,.,!. - 11. B ,U. - 12. B ^,v^.'. - 13. Deest in B. 
— 14. B s_^:J'. — 15. B J^. — IC^.Kaddit o'-u j' aJLj. — 17. A ä=«._;^. B ^^' ^"^ji- 
l^li^. - 18. B addit ^ l^U. — 19. B v-^- — 20. öees^ m A. - 21. Pro his tribus 
verbis B habet ^j^'^-. — 22. B addit si-J. 



Elle frappii ä sa portc et lui demanda de passer la nuit chez lui. Ce saint fiil 
stupefait de soii affaire : s'il la laissait dehors, les animaux sauvages la 
manü'eraieut; s'il la faisait entrer, la lutte s'accroitrait ä cause d'elle. A 
la fin, il lui ouvrit et alla dans un autre endroit de sa cellule. Quant ä eile, 
eile s'habilla, se para, se parfuma et se precipita vers lui en lui demandant 
de doniiir avec eile. Elle commenga ä le caresser en lui disant : « II ny a 
personne qui nous voie. » Quand il reconnut que c'etait du gibier de Satan, 
il lui dit : « Permets que j'examine le chemin, car ,les gens ont l'habitude de 
vcnir me trouver. » Quand il sortit, il alluma un feu et comraenga ä s'y pros- 
terner de temps en temps en disant : « Si tu peux supporter l'enfer, ä toi le 
peche. » Ses pieds et ses doigts furent brüles. Comme il tardait, eile sortit 
pour le voir et l'apcrgut en cet etat. Elle eut peur, ses sens furent troubles, 
sa raison lui revint; eile enleva ses vetements, tomba ä ses pieds et lui 
demanda de l'aider ä sauver son Arne. II se mit ä l'exhorter et ä lui enseigner 
la iVagilitc de ce mondc et de ses plaisirs et lui dit : « H ne convient pas que 



.'.04 SYNAXAIRE ARABE JACOBITE. [1046] 

^'1 ^<j ^^^1 ii^oi jjJl «Ji ^yi ji ^juj i;Li'^ U uu ^^ j_j^ "^K^^ 

J cJyi ^ii-lj j,r«j ^Jl il^'b ol^^j-s ^^^^ .^' ' ' J '*-^ (^' (v' It*' t>^~J' "^ 
^^^ ->A^I_5 jijs-lj 'Ly (5 V- Öj^ (JS ij ^ä_l_i V j>j OJ^ ,V~ "-5 ** — *^- 



1. Dees^ in B. — 2. B >_^*L». — 3. B >Oh'j. — 4. Z»eesi /n B. — 5. B (Jp^'-J. — 
(i. A addit .,!. — 7. B ^|^--' '-^^. — 8. -I^'^l ^y' deest inß. — 0. ^ \sj.A decst in B. — 
10. A JJ-'lij. — 11. B jy — 12. Deest in B. — 13. B -'j<.o. — 14. B ^'-C — 15. B 
».;.=.'_;. — lü. A pJ. — 17. B U J!. 



nous soyons rlans un meme endroit. » 11 Temmena ä iin couvent de vicrgcs 
et la rccommauda k la superieure. Elle fut agreable ä Dieu pendaiit le reste de 
♦ I. :.'iü v°. sa vic, * arriva ä un degre eleve, rc?ut le don des guerisons et guerit beau- 
coup de malades. Quant ä AnbA Marcien, il craiguit que rennemi lui 
amenät un-e autre femme. II alla dans une ile au milieu de la mer et yhabita. 
Un marin convint avec lui de lui apporter chaque jour sa nourriture et de 
vcndre le Iravail de ses mains. 11 etait lä depuis un ccrtain tenips lorsqu'uii 
batcau ful sul)merge. Une femme qui s'y trouvait s'accrocha a uue plauche 
et la vague la jeta dans cette ile. En la voyant, il fut trouble de son 
aventure et de l'idee de dcmcurer avec eile : ii lui laissa l'ile, apres lavoir 
babillec de vetements monastiques, il lui assura sa nourriture et lui dit i|u'il 
ue convenait pas qu'il habitiit avec eile. Puis il sc jeta dans la mer; un 
dauphiu le porta et Ic fit arriver ä terrc. A partir de ce momcnt, il n'habita 
plus d'unc i'a(;on conlinuc un endroit, mais il parcourait les montagncs, Ics 
deserts et les villes, au point qu'il lil le lour de 165 villes, saus s'arrßter plus 
(l'un jpur dans le meme endroit; a la (in, il s'enferma. Quand il sut qu'il 
allait (juittcr ce mondc, il pria l'evequc de venir ä l'eglisc et Tinforma de son 



[1047] VINGT-DEUX DE BACllONS (17 MAI). 405 



1. B ^J'. — 2. B w.,3!. — 3. A ^!. — 4. B ,Wl. — 5. B JJIT. — 6. Pro 

IxJiis-' Uj,iXo B habet ,.otsa.! ... (j-:J_3 (.^^^•-'' ^^bJI_5 U.wpi-' ^^jiS^jj _;^iJ-o. 

— 7. //«t'c conunemoratio deest in Ludolf. — 8. B ^yi^^. — 9. Ilaec commemoratio 
deest in Ludolf. — 10. B addit Ji». — 11. B ;^>-'-i-H dj-'J'^- — 12. B .ojIJj,Jjl. — 
13. B U; JG. — 14. B 0^*-o,5. — 15. B s-L. — IG. B , „.LiJ. 



histoire, du commencement k la fin : les gens l'admire.rent ainsi que la fagou 
dont il avait briileson corps. Auparavaiit, Tange de Dien avait apparu ä 
l'eveque et lui avait dit : « Dosceiids et occupe-toi du corps de saint Marcien. » 
Puis celui-ci rerait son ame aux mains du Seigneur : on reiisevelit et on 
Tenterra. Pour la femme qui etait daiis l'ile, ce marin continua de la visiter 
jusqu'au moment oü eile mourut. II vint, trouva son corps plus blanc que 
la neige et la transporta dans son pays. Que leur benediction soit avec uous! 
Amen ' . 

vi>'GT-DErx DE BACHONs (17 mal). 

"En ce jour mourut le saint apötre Andronic (A Andräiiiiinus, B Andzronl- 
(jous). Ce saint fut choisi par Notre-Seigneur Jesus ( Yasou'] le Messie parrai les 
soixante-dix disciples qu'il envoya avant sa passioia pour anuoncer le royaume 
de Dien. Le Saint-Esprit descendit sur lui, dans les hauteurs {de Siou) : il 
annonga et precha avec les disciples * dans boaucoup d'endroits. Les apötrcs * r. 211 r 
lui imposörent les mains et le nommerent eveque de la ville de Banounyas. 

1. Gelte commemoration mancfue dans Ludolf. — 2. Gelte commenioration manque 
dans Ludolf. 



40(5 SYNAXAIRE AHABE JACOBITE. [1048] 

^-.....,.J1 A.^Ü ^"^J^Läj «^ '''|_^.!3 /»L^MJ ''^^L^J ^yf, \y>->-!^i ^-'^ "^ J'D^^i u^L-'^ 

Al-fl-S UJj fyj] IAA i^U« (_3 (»yA—c rt_JJj ^j-iiL IjJjl Jv-^Jl jJj^^J JJ_;'^'3 

L^%a '-'jbl (.^1 J C.'^r--' ^J^ (^ ^-'^ li '^^ij i>=-j ^^(j-y^;. Jj-t/J' 

1. Deest in B. — 2. B (_^j^J^.. — 3. B lylLj. — 4. A U/>. — 5. A ^c'-^^-- — t>- B 
^^UJI. — 7. A JIsj. — 8. A L^j. — 9. A UU^Ij, B ly^L — 10. B »-jj J^L». — 
11. B \J^S]. — 12. B ^Jji^,. — 13. B ^yjj^JJl. — 14. B ^^^J-)ii. ~ 15. B ^JUt. — 
IG. B ^j^ij. — 17. A i-^--. — 18. ILiec coininemoralio deest in Ludolf. — ll>. B addit 
^'. — 20. Deest in B. — 21. B ^j.'. — 22. B addit i~^j. 



11 y annonga l'evangile et amena beaiicoup Je gens k la lumiere de la foi 
apres qu'ils avaient ete dans les tenebres de riufidelite. Puis il prit avec lui 
Jules (A Youlyns, B Youlyous), ils precherent, baptiserent et couvertirent 
des nations iniiombrables; ils firent beaucoup de miracles, cliassercnt de 
noinbreux demons des gens, guerirent des maladies graves, detruisirent des 
demeures et des temples consacres aux idoles, bAtireut des eglises et des 
sanctuaires dödies ä Notre-Seigneur le Messie. Lorsque Icur effort fut 
accompli et qiie le Seigneur voulut qu'ils quittasseut ce triste monde pour 
celui de la joie et du contcntement, Tapötre Androiiic tomba malade et mou- 
rut eu paix ä pareil jour. Quand l'aputre Jules l'eut enseveli, eut celebre ses 
funerailles et l'eut place dans une caverne, il pria le Seigneur et mourut le 
lendemain. Que leur priere soit avec nous! Amen. 

Yi>'üT-TRois DE B.\.ciiONs (18 mal). 

' En 06 jour mourut Fapötrc saint Jules {Youlyäs). Cet bommc venerable 
ctait i\(^. ;\ Bait Djibril, des Israelites de la tribu de Juda {YdliniKld). Le Sei- 

1. Ccttc coinmöiuur;iliiin nianqui' dans Ludolf. 



[1049] VINGT-QUATRE DE BACHONS (19 MAI). 407 

Cotij ^Jl'i -^i iß'^ ^i,'^ X\jJ: ■*'j^.'" <J^J -'-L«>ül m^ j^ J iSJ*^^ ij'-^'^ 

Sii J^i i^^ JJU J y:J <,l)l vl,_^5C.U. j^^i bji-jlj U-i-l ^AJfr jJl t^UJl 
J^Jl j^-JJ' ji -Uj ^Ul ^^1 J'X LS <*, j^j ^'^y^\jj^\ Jj^J>\ ^^\j 

\jj\ ^[fi>J>.\ j Jli il VJ-J J^ -^'Lwj J jJj-Jl ^>,AA ^_^ J^Jl ^i -^J 

•^1 \m j^5C' LyT^La ijAiX-Vl ^.-*-»^ "^S tXy^M ct!."*^' "V^--"' ^} Vj 

L^ i>f-^ J:' >^ yt' ^r-^ c^jl ^i ^~^_-JUa^ ^J\ Sj'LJi\* ^i^\ lÄA J »f. 211v». 

1. B i=,.^,Ul. — 2. Jv-^-^' =-' '^ees« m B. — 3. B J^»bU! =_=. — 4. Z)ees< in B. — 5. B 
jJl jJi. — 6. B (^oyiJjjjJ!. — 7. //aee vcrba a \S^ desunt in A. — 8. Pauli Epist. 
ad Romanos, xvi, 7. — 9. B U^jlT^j^ U^jl^L^. — ■ 10. Haec commemoratio deest in 
Ludolf. — 11. B ,.^^H^-. — 12. B addit .^^\ J. 



gneur le clioisit parmi les soixante-douze ; il regut le Saiut-Esprit consola- 
teur, puis il precha Tevangile avec les disciples, subit avec eux de nom- 
breuses miseres et fut chasse. Apres cela, les apötres le sacrerent eveque et 
l'envoyerent aniioncer le rovaume de Dieu. II l'annonfa dans beaucoup de 
villes. Ensuite, il se joiguit ä l'apötre Andronic {Androuniqous) et precha 
avec lui, comme il est mentionue au jour precedent. Apres que l'apötre 
Andronic fut mort et que ce saint l'eut enseveli et enterrö, il pria le Seigneur 
de ne pas le separer de lui et il mourut le lendemain. Ces deux saints sont 
mentionnes par Tapötre Paul {Boulos) dans TEpitre aux Romains (Rouinyali) 
quaudil dit enfin : « Doitnez Ic sahit ä notrt' j'rhre Andronic et ä Junia {Youli/dfi}' . » 
Que leur priere soit avec nous ! Amen. 

" En ce jour eut lieu le martyre de saint Julien {Youlyänous) et de sa mere 
dans la ville d'Alexandrie [El-lskandaryah). (^ue leur priere soit avec nous! 
Amen. 

VINGT-QUATRE DE BACHONS (19 lUai). 

En ce jour * böni Notre-Seigneur le Messie vint dans la terre d'Egypte ■> f. 211 v 
1. Epii/e aux Romains, xvi, 7. — 2. Getto comniemoration manqiie dans Ludolf. 



408 SYNAXAIRE ARAßE JACOBITE. [1050] 

<<,\^ ^j^\ ^J» (»s !>lJl3 (4=JI jj ^.ji^J^ ^r^ ^Ji\ cJ^l« j^ jj--lLJi i^LsiJVI ^\ 

;j-^ ^y^i^ J=j\ J\ \~^\ ^/f" j^J ^ Jyl ,_5^ C-'^ i^rJ ^r^ O^jl j_5)' V^b 

JLiv !sJLw:>- jl J^i aIJ." ^b jAÜ V (_r-2J^ ti-*t' J '•'-5 ^ '-^^ ^:'^ -*^l_^l 

Jjl »U.«a i I .tJagpj f»v~^ "^A-JLw ^.»j«) _r~'^^ 4-^' ' (•-^' i i^^>- (c'^' >_~^ij 7^~^3 

^'1 Ji-Ii ^^, \j^S'z^ ^b v_^lj ^__^l U _^ iÜlüil i^M j^3 ^,^.3^ {J'J^. »^'^ 

i-^l jjl ^"^Ij^j ^Jl L*-^j j^-w 'Lu ^i| Li dlift ^yj ^'-'wJl dLl;' "'>li. 

i. B -V.- — 2. B J.J.50. — 3. B J.:^'^ i::^. — 4. B L'Ur-. — 5. B ii~>;. — .6. B^. 
— 7. B WL;. — 8. B J-b. — ,9. B J^. — 10. B vJ^^.Li. — 11. B addit J?'. — 
12. B .2^1. — 13. BL^j. — 14. B addit mV^i^'c. 



(Misr); c'etait uu enfant üge de deux ans, ainsi qu'il est mentionne dans le 
Saint Evangile. Un ange du Seigneur apparut en songe ä Joseph et lui dit : 
« Leve-toi, prends l'enfant et sa mere, fuis dans la terrc d'Egypte et resle lä 
jus(ju'ä ce que je te parle. » La veuue du Seigneur en Egypte eut lieii pour deux 
motifs. Le premier, c'est que s'il tombait entre les raains d'IIerode [Iliroudis), 
il ne piit le tuer croyant que son corps etait une ombre ou une vision loin- 
taine. Le second, c'etait pour ne pas priver les liabitants de l'Egyptc de la 
grAce de sa venuc parmi eux, pour briser les idoles qui etaient dans ce pays 
et pour accomplir la prophetic qui disait : Voici (jue le Seigneur inonte sur 
Uli iiucuje rapide entre en Eijijpte et que tombenl devant lui les idoles d'Iujijpte'. 
Le Seigneur accomplit un dessein dans sa fuite; il ne s'enfuit pas par 
crainte. La premiere ville oü ils vinrent, Joseph, la Vierge, Salome (A 
Sälourni, B Säloumu) et Notre-Seigneur Jesus [Yasou') le Messie, fut un 
villagc appele Basätali, oü ils ne furent pas accueillis. Ils creusörent une 
source d'eau qui i'ul une guerison pour eliacun, excepte les habitants de ce 
village. De lä, ils arriverent ä Minyah Sammanoud, traverserent le fleuve 
et passerent ä l'ouest. Notre-Seigneur playa son talon dans une pierre